Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Lendemains de Guerre des Flandres à la Meuse
Author: Gobillot, René
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Lendemains de Guerre des Flandres à la Meuse" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



produced from images generously made available by the
Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica) at
http://gallica.bnf.fr)



  Au lecteur

  Cette version électronique reproduit dans son intégralité
  la version originale.



  LENDEMAINS DE GUERRE
  DES FLANDRES A LA MEUSE


  DOUZE DESSINS REHAUSSÉS

  DE

  E. TATIN


  COMMENTAIRE DE RENÉ GOBILLOT


  D.-A. LONGUET
  IMPRIMEUR-ÉDITEUR
  A PARIS

  1920



LENDEMAINS DE GUERRE
DES FLANDRES A LA MEUSE


La renaissance de la vie dans les villes martyres, telle est la très
noble et réconfortante pensée que M. Tatin s'est proposé d'exprimer dans
les douze dessins rehaussés qui font l'objet de ce recueil.

Fantassin, puis artilleur après qu'une blessure l'eût obligé à un
changement d'arme, il a pu au cours de sa campagne de cinquante mois
accumuler croquis, documents, tableaux; mais, au milieu des amas sans
nom où les pierres de France chantaient encore la chanson de tous les
souvenirs qui dormaient en elles, M. Tatin a senti vibrer en lui une
émotion profonde qui l'incitait à traduire en même temps que l'horreur
matérielle des ruines, la forte espérance émanant des choses qui ne
veulent pas mourir.

Cette pensée, il l'a rendue avec la science et la conscience d'un talent
qui cherche dans son intime sensibilité l'inspiration créatrice, et dont
le faire original éclaire de larges teintes lumineuses un dessin ferme
où la plume sait trouver souvent les accents du burin.

Son œuvre, toutefois, n'eût été réservée qu'à quelques privilégiés, si
M. Tatin n'avait eu la pensée de faire reproduire ses planches afin
d'accroître le nombre de ceux qui seraient appelés à en jouir.

                                   *
                                  * *

Parler de la barbarie germanique est presque devenu un lieu commun. En
1915 déjà, un rapport officiel stigmatisait ainsi les procédés de
l'ennemi: «On peut dire que jamais une guerre entre nations civilisées
n'a eu le caractère sauvage et féroce de celle qui est en ce moment
portée sur notre sol par un adversaire implacable... Les faits qui nous
ont été révélés accusent dans la mentalité allemande, depuis 1870, une
étonnante régression.»

Cette opinion fut confirmée par les trois années de guerre qui suivirent
et au cours desquelles la marée allemande, dans ses mouvements de flux
et de reflux, a porté de nouveau ses ravages, en certains points du
front, avec une perfection destructrice qui n'avait jamais encore été
atteinte.

De la mer aux Vosges, aux champs de Flandre, d'Artois, de Picardie, de
Champagne, de Lorraine, les cités meurtries se succèdent, jalonnant la
voie douloureuse, sacrée par tant de morts, de sang, de souffrances et
de ruines, au long de laquelle se disputèrent les destinées de la
France.

La justice voulait qu'hommage fût rendu aux vaillantes blessées qui
portèrent si lourdement le poids de l'invasion et qui, par leur
résistance, évitèrent que la souillure en fût portée plus avant. Leurs
plaies béantes sont là pour affirmer qu'elles furent héroïques sous la
mitraille autant qu'elles savaient être, aux jours heureux, maternelles,
accueillantes et douces.

Suivant les caprices du front, parcourons les douze stations de notre
pèlerinage.

Tout d'abord, voici Lens! véritable vision de cauchemar, où l'œuvre de
destruction a atteint son maximum, où tout ce qui n'a pu être enlevé a
été bombardé et miné, où les galeries ont été noyées et les
installations rasées.

Cette ville dont les origines se perdent dans le lointain des temps
gallo-romains, avait été, à l'époque médiévale, le siège d'un comté
florissant et devint, à la fin du XVe siècle, place forte entre les
mains de l'Espagnol.

Le 20 août 1648, elle assista à la belle victoire que Condé remporta sur
l'armée de Sa Majesté Catholique, et, quelques années plus tard, la paix
des Pyrénées la fit rentrer dans la communauté française.

Elle ne comptait guère plus de 3.000 habitants quand, en 1850, fut
entreprise l'exploitation des mines qui devait en faire, chez nous, la
métropole de la houille.

Aujourd'hui, elle est transformée en une solitude désolée digne de
l'Enfer du Dante, en un inextricable chaos d'où surgissent partout,
comme aux abords de la fosse nº 4, d'effrayants spectres de charpentes
et de poutres brisées émergeant telles les épaves du plus sinistre des
naufrages!

Devant le cataclysme qui est passé là, balayant, soulevant, déchirant et
écrasant tout, on serait tenté de croire la vie à jamais abolie de ces
champs de ruines, si on ne voyait, par endroits, s'échapper du sein même
de la terre des volutes de fumée, indice de la vie qui déjà reprend
dans les caves des corons, où des mineurs se sont réinstallés, en
attendant des abris moins précaires.

Lens resta en pleine zone d'action pendant presque toute la durée de la
guerre. Douai, au contraire, se trouvait au delà du front en pays occupé
et si la ville eut moins à souffrir du feu de l'artillerie, le barbare,
cependant, ne la voulut pas rendre intacte.

Ce n'était pas la première fois, au cours de son histoire, qu'elle
sentait s'appesantir sur elle les rigueurs de la guerre. En 1479, elle
avait obligé le roi Louis XI, qui l'avait investie, à lever le blocus et
sa joie se traduisit par une procession qui devint dans la suite la
célèbre fête de _Gayant_.

Dotée d'un Parlement, en 1709, par Louis XIV, elle tomba, un an plus
tard, aux mains de l'ennemi, après cinquante-deux jours de tranchée
ouverte et ne fut reconquise par Villars qu'en 1712.

Elle vécut dès lors partagée entre les travaux de sa Cour de Justice et
ceux de son Université qui subsista jusqu'en 1887. Malgré son activité
militaire, elle était restée cité paisible aux rues calmes, bordées de
vieux hôtels; et ainsi la trouva la guerre.

Après l'avoir tenue, quatre années durant, en arrière de ses lignes,
l'ennemi dut l'abandonner brusquement.

Dans sa fuite, par bonheur trop hâtive, il n'a pu organiser ici la
destruction aussi minutieusement qu'ailleurs. Bien malgré lui sans
doute, les principaux monuments ont été à peu près épargnés. La place du
Marché, elle, fut moins favorisée et les maisons qui formaient sa
couronne sont pour la plupart réduites en poussière.

Sous la garde du beffroi, symbole des libertés municipales, le marché
s'organise. Le terre-plein central s'est garni de baraques improvisées,
faites de quelques piquets et de lambeaux de bâches, sous lesquelles la
foule afflue, tandis que, le long du trottoir, la voiture d'un messager
des environs assure le ravitaillement de ces boutiques de fortune.

Pas plus que la vieille ville parlementaire des Flandres, la cité
archiépiscopale du doux Fénelon n'a été épargnée.

A Cambrai, le saccage fut plus grand qu'à Douai et ne s'accomplit, là
aussi, qu'au dernier instant; toutefois le souvenir de ses grandeurs
passées lui est un gage de résurrection prochaine. Submergée par le flot
des premières invasions, elle n'en fut atteinte ni dans son activité ni
dans sa richesse. Plus tard, au lendemain de la lutte séculaire, à
l'issue de laquelle lui furent octroyées ses chartes communales, un de
ses artisans découvrait, dit-on, le fin tissu dont la fabrication assura
la renommée des métiers cambrésiens et auquel on conserva le nom de
«batiste» en souvenir de son inventeur.

Chaudement disputée pendant les XVIe et XVIIe siècles, elle ne fit
retour à la France qu'en 1677 après avoir été assiégée par Louis XIV en
personne.

Sa prospérité d'avant-guerre en faisait pour l'ennemi une proie
souhaitable qu'il pressura, du reste, à merci et qu'il essaya de
défigurer quand force lui fut de l'abandonner.

La place d'Armes qui constitue le centre du mouvement et des affaires a
été démolie. Tout ce bel ensemble n'est plus qu'une masse informe de
décombres, au milieu desquels l'hôtel de ville, toujours debout,
présente de multiples et graves blessures.

La cathédrale, cœur de la vie spirituelle, a été, également, insultée.
Son clocher, éventré à la hauteur du premier étage, se dresse encore
comme par miracle, mais sa béante déchirure le voue à une prochaine
ruine si l'on n'y porte bientôt remède.

Parmi les villes meurtries, Arras se place au premier rang, et il faut
remonter à la prise de la place par Louis XI en 1479 pour retrouver
trace d'une désolation comparable à celle qui, aujourd'hui, s'offre, ici
même aux yeux.

Les sièges de 1640 et de 1654 l'avaient, en effet, laissée, pour ainsi
dire, intacte et les siècles nous l'avaient transmise avec son cachet
espagnol, ses places entourées d'arcades, ses maisons à pignons en
escalier et son merveilleux hôtel de ville de la Renaissance, qui lui
conservaient son allure noble de capitale provinciale. Qui reconnaîtrait
ce charmant décor dans ces pierres effondrées et éparses, objets de nos
respects et de notre admiration, dans ces façades déchiquetées où se
lisent encore tant d'émouvantes beautés et de fières souffrances?

La pensée de ces douleurs est cependant toute notre espérance,
puisqu'elle nous apporte la certitude qu'en ces monuments réside
toujours une vraie vie, impersonnelle sans doute, mais vie humaine
pourtant en laquelle s'incarnent toutes les existences de la cité.

En ces jours d'épreuves, plus encore qu'aux heures paisibles et
prospères, l'hôtel de ville est la «maison commune», celle où tous,
jadis, se réunissaient pour contribuer à rendre plus active cette vie
municipale dont nos villes du Nord furent toujours si jalousement
fières.

Ici, une chose s'affirme: la volonté de renaître. Peu de localités même
auront fait preuve d'une telle énergie. Déjà, en différentes rues, des
maisons, de vraies maisons à étages ont été rebâties. Activement, on
pousse les travaux de reconstruction et, afin de hâter les déblaiements
qui en sont les préliminaires obligés, des voies Decauville ont été
installées dont l'une arrive jusqu'au cœur de la grande place, où se
poursuit, au milieu du sifflement et du halètement des locomotives,
l'œuvre de reconstitution.

Malgré les difficultés de la tâche, on sent qu'une invincible ténacité
préside à ces restaurations et c'est le plus sûr gage du bel avenir qui
attend demain la ville sortie de ses cendres.

A mi-chemin d'Arras et d'Amiens, Albert vivait à l'ombre de son clocher.

Célèbre par son sanctuaire vénéré dès le haut moyen âge, la petite ville
constituait un fief qui fut, au temps de Marie de Médicis, acheté par le
ministre Concini, puis transmis, en 1619, à Charles d'Albert, duc de
Luynes.

Agricole et industrielle, elle devait surtout son développement au
pèlerinage très fréquenté de Notre-Dame de Brebières, qui attirait
chaque année de pieuses foules. Ses habitants disaient d'elle non sans
fierté: «C'est la Lourdes du Nord!» et la belle basilique bâtie de 1885
à 1895 dans le style romano-byzantin leur donnait, somme toute, raison.

Avec l'obstination malfaisante qu'il mettait à saccager nos
manifestations de beauté et de foi, l'Allemand s'est acharné sur ce
sanctuaire béni où se trouvaient réunis à profusion marbres, vitraux,
mosaïques.

Toutes ces œuvres d'art sont réduites en cendres, ainsi que l'admirable
Vierge dorée qui, du haut du clocher, offrait son Fils aux adorations.
Longtemps, la statue mutilée par les obus resta penchée au-dessus du
vide et comme pleurant sur la désolation de son temple; puis, un jour,
une dernière rafale la fit s'effondrer au milieu des matériaux amoncelés
où elle est encore enfouie.

Albert ne fut pas la seule victime de la terre picarde. La vieille
forteresse de Péronne, endormie dans la ceinture de ses remparts, se
contemplait dans son passé, empanaché de nobles souvenirs et de grandes
actions.

Ville féodale et place de guerre, elle joua un rôle important au moyen
âge. Deux rois de France, Charles le Simple et Louis XI, y furent
retenus prisonniers et ses murailles assistèrent aux luttes acharnées
que les armées du Roi livraient aux gens du duc de Bourgogne.

En 1536, Charles-Quint l'assiégea et fut repoussé grâce à l'héroïne
Catherine de Poix, dite Marie Fouré. Un peu moins d'un siècle plus tard,
en 1631, Louis XIII y signa le traité qui préparait la réunion à la
France de la Cerdagne et du Roussillon.

Plus près de nous, en 1870, elle opposa à l'armée prussienne une
résistance qui lui valut un bombardement de treize jours, la mutilation
de son clocher et la destruction du huitième de ses maisons.

En récompense de sa valeureuse conduite, le 12 juillet 1914, au cours de
fêtes grandioses, la croix de la Légion d'honneur était remise à
l'antique capitale du Vermandois. Six semaines plus tard, l'ennemi
paraissait sous ses murs.

Occupée dès le 28 août 1914, délivrée peu après, elle dut à sa proximité
du front de connaître de dures heures.

Du charmant hôtel de ville et de son porche voûté d'ogives, il ne reste
qu'un informe squelette sur lequel s'est écrasé son élégant campanile.
Sur ces décombres, l'ennemi avait placardé l'inscription suivante qui
voulait sans doute être spirituelle: «Nicht ärgern. Nur wundern. (Ne pas
s'irriter, mais seulement admirer.)» Or, bien plutôt que la
manifestation de la force brutale, ce qu'il convient d'admirer ici,
c'est le réveil de l'activité. Quelques habitants sont revenus que l'on
voit s'approvisionnant aux boutiques improvisées en un coin de la place.
Singulier contraste que celui de la vie qui s'acharne à se réimplanter
dans cette désolation de mort, et que l'on retrouve partout aussi
énergique et frappant!

Sur une riante colline, dont la rivière des Trois-Doms baigne le pied,
s'élevait Montdidier, serrée autour de ses deux églises, Saint-Sépulcre
et Saint-Pierre, jolis monuments du style flamboyant et de la
Renaissance que n'avait pas déflorés le siège victorieusement soutenu
par la place en 1636.

Au dire d'un combattant qui y entra à la suite des Allemands, il semble
qu'un formidable tremblement sismique ait secoué le coteau. Ce ne sont
que ruines accumulées que dominent quelques carcasses d'édifices
lamentables, disjoints, ébranlés jusque dans leurs fondations, au milieu
d'arbres hachés, brisés, déchiquetés.

Paysage chaotique qui donne l'impression de l'anéantissement total! Par
bonheur, l'œuvre de mort n'atteignit pas partout cette plénitude.

Ainsi en fut-il à Saint-Quentin! Sa situation géographique valut à cette
place dès sa fondation des alternatives de bonne et de mauvaise fortune.
Siège d'un évêché créé au lendemain du martyre de l'apôtre Quintinius,
elle fut réduite en cendres par les Barbares et dut sa résurrection à
saint Éloi qui y institua une communauté de clercs avec mission de
veiller sur le tombeau de saint Quentin. Commerce et industrie
profitèrent de l'afflux des pèlerins, qui, dès le Xe siècle, y
achetaient des draps très réputés.

Son histoire militaire se résume en deux sièges mémorables: celui de
1557, où la ville, après avoir résisté héroïquement aux reîtres de
Philippe II d'Espagne, connut les horreurs de la mise à sac et celui de
1870. Elle dut à sa position stratégique d'assister de 1914 à 1918 à un
nouveau pillage, mais cette fois méthodique, systématique, organisé,
puis lorsque furent réduites à néant ses plus florissantes industries et
dévalisées ses maisons, de voir employer contre elle l'artillerie et la
sape. Son hôtel de ville, bijou des XVe et XVIe siècles, avec ses
arcades, ses trois pignons et son campanile, porte de nombreuses
blessures.

Meurtrie aussi et combien défigurée, l'antique collégiale gothique qui
passe à tort ou à raison pour être au moins en partie l'œuvre de Vilard
de Honnecourt! Sa masse émerge à l'extrémité de la rue Saint-André,
elle-même bordée de décombres.

Ici, les dégâts n'atteignent pas seulement la surface, mais encore les
sous-sols et les importants souterrains aménagés sous la place dès le
moyen âge en vue de sièges éventuels et qui, tous, furent reliés entre
eux afin de permettre la circulation à l'abri des avions et des bombes.

Plus pathétiques encore sont les ruines de Soissons, dont l'admirable
cathédrale des XIIe et XIIIe siècles est de tous nos sanctuaires, le
plus gravement touché.

Sa nef n'existe plus, complètement détruite par le bombardement;
charpente, voûte, murs, piliers se sont effondrés et forment à terre un
monstrueux amas qui sépare le chœur du grand portail au-dessus duquel
se dresse, tragique, le moignon de la tour du Sud, poignante silhouette
de ruine qui crie vengeance pour la profanation de la Maison de Dieu!

Autour de la cathédrale, même spectacle! Le cœur de la ville, cible des
batteries allemandes, a été réduit en miettes. Les rues sont bordées de
débris informes, sur lesquels on n'est pas peu étonné de voir plantée de
loin en loin une pancarte indiquant que la boulangerie X, réinstallée
dans tel autre endroit, se tient à la disposition des clients. L'humour,
on le voit, ne perd pas ses droits et se manifeste en donnant un nouvel
exemple de la force d'âme qui règne aux pays dévastés.

A l'arrière-plan, et dominant à l'extrême horizon ce chaos, surgissent
les deux flèches de Saint-Jean-des-Vignes que de nombreux projectiles
ont atteint sans le défigurer, mais en lui laissant de ces cicatrices
profondes qui sont la marque même du Germain.

Placée sur la route des invasions, au milieu d'une plaine environnée de
collines, Soissons eut, du XVe siècle à 1870, de nombreux sièges à
soutenir, mais l'héroïsme de sa défense ne put que rarement
contrebalancer sa trop défavorable topographie.

Bien que ville épiscopale et malgré ses moutiers nombreux, elle formait
un fief laïque qui ne fit retour à la couronne qu'en 1734.

Elle était autrefois le siège d'une généralité dont dépendait
Château-Thierry. La vassale, bien que n'ayant pas été constamment sous
les feux de l'ennemi, a voulu partager le sort de son antique suzeraine.

Témoin des deux «Marne», deux fois occupée et deux fois délivrée, cette
bonne ville que l'on se représente assez bien comme douée de la même
douce et quiète indolence qui était le propre de son fils le plus
illustre, Jean de La Fontaine, a été successivement, à quatre années
d'intervalle, tirée de sa paresseuse existence.

Moins épargnée en 1918 qu'en 1914, elle a dû son salut à l'armée sœur
de la Jeune Amérique qui fit là ses premières armes et eut la joie,
malgré de lourdes pertes, de voir aussitôt la Victoire sourire à ses
glorieux drapeaux.

Bientôt la petite ville aura pansé ses plaies. Il n'en sera pas de même
de la grande cité rémoise dont le martyre dura, sans un jour de répit,
du début de septembre 1914 à la fin de septembre 1918, soit
quarante-neuf mois pendant lesquels, sur 14.000 maisons ou édifices, le
feu de l'ennemi en a détruit 12.000.

D'abord occupée pendant que se disputait notre première grande victoire,
Reims, le 13 septembre 1914, avait accueilli triomphalement le retour de
l'armée française. Enthousiasme, hélas, sans lendemain! Le 14 septembre,
en effet, les batteries allemandes, installées à Nogent-l'Abbesse, Berru
et Brimont, envoyaient à la ville ses premiers obus et le tir alla
croissant d'intensité jusqu'au 19 septembre, jour où fut incendiée la
cathédrale.

Cette rage qui, tour à tour, pendant plus de quatre ans se manifesta
avec une extrême violence, puis se ralentit pour reprendre ensuite comme
obéissant à quelque rythme mystérieux, marquait une volonté fermement
arrêtée d'atteindre à la fois l'art et l'âme de la France, en détruisant
le monument dans lequel s'incarnait notre génie et notre histoire, le
sanctuaire même de la royauté et de la nation française, cri de beauté
suprême jeté par le XIIIe siècle, où vibraient et palpitaient tant de
nobles, de vivants, de triomphants souvenirs!

On a pu dire de cet édifice avec raison qu'il est notre Parthénon
puisqu'il est l'une des plus pures conceptions du style français,
l'«opus francigenum» de nos Pères, en même temps que le témoin de nos
Gestes.

L'antique capitale des _Remi_ avait vu Clovis venir recevoir le baptême
et l'onction des mains de saint Remi. La cathédrale vit Jeanne d'Arc,
arrivée au terme de sa mission divine, réaliser le salut de notre race
en faisant couronner sous ses voûtes celui qu'on avait surnommé le roi
de Bourges et dont elle avait fait le roi de France.

Vue des ruines de l'archevêché, la basilique des Sacres, auréolée du
nimbe des martyrs paraît encore plus imposante et plus fière! A son
ombre un pauvre arbre découronné par la mitraille achève de mourir et
ses feuilles, avant que de tomber, jettent sur les dentelles de la
pierre, un dernier rayon d'or, ultime hommage de la nature à la beauté!

Les Rémois ont puisé dans le spectacle de leur cathédrale invaincue une
énergie admirable. Après avoir longtemps bravé les bombes, vécu, jour et
nuit, la vie souterraine et montré en toutes circonstances, un touchant
attachement aux cendres de leurs foyers, ils durent par ordre supérieur
quitter leur ville. Mais à peine la victoire eut-elle ébranlé le front
de Champagne si longtemps inchangé qu'ils réapparurent aussitôt afin de
reprendre possession de la terre aimée et meurtrie.

Aujourd'hui, ils sont déjà 50.000! Ils vivent on se demande comment,
mais les rues bordées de décombres présentent une animation de bon
augure. Des baraques juchées sur les ruines abritent des magasins. Les
grandes maisons de vins ont repris leurs affaires; les usines
renaissent, des verreries ont rallumé leurs fours; des tissages
recommencent à «tourner», près desquels on voit déjà quatre ou cinq
teintureries. Merveilleux exemple de ce que peut sur la volonté d'un
peuple l'amour du sol et la force des traditions!

Reims avait été la charnière du front de Champagne, Verdun fut la
charnière même de tout le front de France.

Place forte au centre d'un pays sévère que sa situation aux Marches de
Lorraine semble avoir prédestinée à être le champ clos où
s'entrechoqueraient les races, Verdun, l'un des Trois-Évêchés de jadis,
fut toujours très convoité. Sa réunion à la couronne par Henri II date
de 1552.

Par deux fois, elle vit l'invasion se heurter à ses murs; en 1792
d'abord, puis en 1870, où elle résista plus de trois mois et ne capitula
qu'après avoir tenté, par de meurtrières sorties, de rompre
l'investissement.

Dès le lendemain de nos désastres, elle reprit sa garde sur les Côtes de
Meuse au milieu de cet appareil guerrier qui lui donnait, dès le temps
de paix, une physionomie très personnelle et vécut en se préparant à
soutenir la première attaque de l'ennemi; mais elle l'attendait,
sereine, parce que sûre d'elle-même et de ses défenseurs.

L'avenir justifia sa confiance. Citadelle inviolée, au moment le plus
tragique de la lutte, elle incarne en elle la patrie tout entière et son
héroïque résistance est une épopée très pure dans la grande épopée
française.

Pendant la lutte d'une année qui se déroula autour d'elle, des forts de
Douaumont et de Vaux à la cote 304 et au Mort-Homme, toutes nos armées
participèrent à sa défense et la trouvèrent toujours inébranlable malgré
ses brèches sans nombre.

Sous ses murs, notre volonté de «tenir» triompha de la volonté de
vaincre qui animait l'ennemi. Ce fut vraiment l'instant culminant de la
guerre et la vieille citadelle en est sortie déchirée mais glorieuse
après avoir assisté à la plus effroyable des batailles de la plus
effroyable des guerres.

Au milieu de ses villages tragiques, anéantis, pulvérisés, de ses bois
rasés, de ses campagnes labourées, éventrées, houleuses, au sol ridé de
petites vagues de terre, Verdun renaît.

Bien que protégée maintenant par Metz, elle garde son âme militaire. Au
printemps de 1919, son aspect évoquait encore les grands mouvements de
troupes et les files de camions des heures graves de la bataille avec
l'alternance de ses courants. Mais cette animation, gaie et de bon aloi,
n'est plus dominée par l'épouvantable fracas de la lutte acharnée où la
mort coupait à pleine faux.

Bientôt elle aura recouvré sa vie d'autrefois et avec beaucoup d'autres
sœurs blessées, elle pourra reprendre pour son compte la devise de
Châteaudun, la ville martyre de 1870: _Extincta revivisco!_

                                   *
                                  * *

Anéanties, elles revivent! C'est bien là, en effet, le miracle qui
s'accomplit tout au long de notre front martelé, où avec le poète on eût
été tenté de répéter: _Sunt lacrymae rerum!_ Mais ces larmes, parce
qu'elles sont une manifestation de souffrance, sont encore une preuve
d'amour et portent en soi, par le fait même, des promesses de vie.

Hindenburg avait dit: «On ne fait pas la guerre avec de la sensibilité.»
Les ruines que sema son armée en sont la démonstration vivante; mais
dans leur désarroi, nos pierres crieront plus encore que la barbarie de
l'Allemand, la belle fidélité de nos populations du Nord et de l'Est
qui, émues, elles aussi, de la grande pitié de la terre de France,
reviennent dans leurs villes et dans leurs villages afin de réédifier,
sur l'emplacement de leur foyer détruit, le nouveau foyer où elles
entretiendront, durant une longue paix, le feu sacré de la vie.

  Ce 16e décembre 1919.

  RENÉ GOBILLOT.



  TABLE DES DESSINS


  1. LENS.--La fosse nº 4.

  2. DOUAI.--La place du marché.

  3. CAMBRAI.--La cathédrale.

  4. ARRAS.--La petite place, L'hôtel de ville et le beffroi.

  5. ALBERT.--Les ruines de Notre-Dame de Brebières.

  6. PÉRONNE.--Place de l'Hôtel-de-Ville.

  7. MONTDIDIER.--Vue générale.

  8. SAINT-QUENTIN.--La Collégiale vue de la rue Saint-André.

  9. SOISSONS.--La cathédrale et la rue de la Buerie.

  10. CHATEAU-THIERRY.--Rue du Maréchal-Pétain.

  11. REIMS.--La cathédrale vue des ruines de l'archevêché.

  12. VERDUN.--Rue Saint-Paul.


TIRAGE LIMITÉ A 300 EXEMPLAIRES

Exemplaire Nº : de dépôt légal


MACON, PROTAT FRÈRES, IMPRIMEURS.



  ILLUSTRATIONS


  _Lens. - Fosse 4. - 26 Août 1919._
  E. TATIN. 1919.

  _Douai. - Place de l'hôtel-de-Ville. - 26 Août 1919._
  E. TATIN. 1919.

  _Cambrai. - Le Campanille vu de la rue St Nicolas. - Août 1919._
  E. TATIN. 1919.

  _Arras. - La petite place, l'hôtel de ville et le beffroi._
  E. TATIN. 1919.

  _Albert. Somme. - La Basilique. - Septembre 1919._
  E. TATIN. 1919.

  _Péronne. Somme. - Place de l'hôtel de ville. - Septembre 1919._
  E. TATIN.

  _Montdidier. - Septembre 1919._
  E. TATIN. 1919.

  _Saint Quentin. - La Basilique et rue Saint-André. - Août 1919._
  E. TATIN. 1919.

  _Soissons. - Rue de la Buerie et la Cathédrale. - Septembre 1919._
  E. TATIN.

  _Chateau Thierry. - Rue du Maréchal Pétain. - Mai 1919._
  E. TATIN. 1919.

  _Reims. - La Cathédrale. - Septembre 1919._
  E. TATIN.

  _Verdun. - Place et rue Saint Paul. - mai 1919._
  E. TATIN. _Verdun 1919._





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Lendemains de Guerre des Flandres à la Meuse" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home