Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Chroniques de J. Froissart, Tome Premier, 1re partie
Author: Froissart, Jean, 1338?-1410?
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Chroniques de J. Froissart, Tome Premier, 1re partie" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica) at
http://gallica.bnf.fr)



Note sur la transcription: Les erreurs clairement introduites par le
typographe ont été corrigées. L'orthographe d'origine a été conservée
et n'a pas été harmonisée.

Quelques notations, suivies d'une ou de plusieurs lettres en exposant
dans l'original, et dont l'abrévation n'est pas évidente ou non
courante, ont été mis en accolade dans cette version électronique:
verso v{o}, r{o} recto, Folio F{o}, folio f{o}, folios f{os} et XVI{m}
(seize mille).



    CHRONIQUES
    DE
    J. FROISSART


    CHRONIQUES
    DE
    J. FROISSART

    PUBLIÉES POUR LA SOCIÉTÉ DE L'HISTOIRE DE FRANCE
    PAR SIMÉON LUCE

    TOME PREMIER
    1307-1340
    (DEPUIS L'AVÉNEMENT D'ÉDOUARD II JUSQU'AU SIÈGE DE TOURNAY)

    Ire PARTIE

    _Reproduction par le procédé anastatique exécutee en 1888_

    [Illustration: logo]

    A PARIS
    CHEZ MME VE JULES RENOUARD
    LIBRAIRE DE LA SOCIETÉ DE L'HISTOIRE DE FRANCE
    RUE DE TOURNON, No 6

    M DCCC LXIX



    REPRODUCTION A CENT EXEMPLAIRES DE L'ÉDITION
    ORIGINALE PAR LE PROCÉDÉ ANASTATIQUE DANNENBERG



EXTRAIT DU RÈGLEMENT.


ART. 14. Le conseil désigne les ouvrages à publier, et choisit les
personnes les plus capables d'en préparer et d'en suivre la
publication.

Il nomme, pour chaque ouvrage à publier, un Commissaire responsable,
chargé d'en surveiller l'exécution.

Le nom de l'éditeur sera placé en tête de chaque volume.

Aucun volume ne pourra paraître sous le nom de la Société sans
l'autorisation du Conseil, et s'il n'est accompagné d'une déclaration
du Commissaire responsable, portant que le travail lui a paru mériter
d'être publié.

       *       *       *       *       *

_Le Commissaire responsable soussigné déclare que l'Édition des_
CHRONIQUES DE J. FROISSART, _préparée par_ M. SIMÉON LUCE, _lui a paru
digne d'être publiée par la_ SOCIÉTÉ DE L'HISTOIRE DE FRANCE.

    _Fait à Paris, le 1er mai 1869._
      _Signé_ L. DELISLE.

    _Certifié_,
      Le Secrétaire de la Société de l'Histoire de France,
      J. DESNOYERS.



    INTRODUCTION
    AU PREMIER LIVRE
    DES CHRONIQUES
    DE
    J. FROISSART.


   DE L'IMPORTANCE DES CHRONIQUES DE FROISSART,
   ET DU PLAN QUI A PRÉSIDÉ EN GÉNÉRAL A CETTE ÉDITION.


Froissart est un monde. Au triple point de vue historique, littéraire,
philologique, on pourrait même ajouter romanesque et poétique, le
chroniqueur de Valenciennes représente à peu près seul pour le commun
des lecteurs un siècle presque entier, et ce siècle est le
quatorzième, époque de transition et de crise, de décomposition et
d'enfantement où finit le moyen âge, où commencent véritablement les
temps modernes. Froissart n'a pas borné ses récits au pays qui l'a vu
naître et dont la langue est la sienne: il a raconté l'Angleterre
aussi bien que la France, la France de la Seine, de la Loire et de la
Garonne aussi bien que celle de l'Escaut et de la Meuse, l'Espagne et
le Portugal aussi bien que l'Italie; son œuvre intéresse à la fois,
quoiqu'à des degrés divers, toutes les nations qui jouaient au temps
où il a vécu un rôle plus ou moins marqué dans la civilisation
occidentale.

Au quatorzième siècle, les anciennes institutions tombaient en ruines,
et les institutions nouvelles n'avaient pas encore eu le temps de
s'asseoir: il ne restait debout que des individus isolés par la
féodalité, exaltés par l'idéal chevaleresque. Froissart a cédé à
l'influence de son temps, sans doute aussi à celle de son propre
génie, et il a fait aux individus une part énorme dans ses récits. De
là vient l'importance exceptionnelle, incomparable de son œuvre au
point de vue de la géographie et de la biographie: dans l'histoire de
l'Europe, telle qu'il l'a comprise et tracée, des milliers de familles
anciennes retrouvent leur propre histoire. Un pareil trésor est
d'autant plus précieux que la plupart de ces familles appartiennent à
la France et à l'Angleterre, c'est-à-dire aux deux plus grandes
nations dont s'honore l'humanité depuis la race grecque, aux deux
nations qui ont fondé la liberté et l'égalité sur le travail.
Très-indifférent, il faut bien l'avouer, aux recherches nobiliaires
proprement dites, nous pensons que l'amour des ancêtres, l'esprit de
famille, le sentiment d'étroite solidarité des générations qui se
succèdent est la source vive de toute vertu, la condition
indispensable de tout progrès durable. Aussi les Chroniques de
Froissart, considérées à ce point de vue, nous semblent-elles
avoir un caractère particulièrement vénérable; nous y voyons ce que
les Romains auraient appelé un temple international, un panthéon des
dieux lares: il sied d'autant plus à la France nouvelle d'honorer ces
dieux qu'elle leur rend désormais un culte exempt de toute exclusion
de caste non moins que d'idolâtrie.

Autant l'œuvre de Froissart est importante, autant il est difficile
d'en donner une bonne édition. Les Chroniques se divisent, comme on
sait, en quatre livres, qui forment autant d'ouvrages distincts, dont
chacun dépasse en étendue le plus grand nombre des compositions
historiques de l'antiquité et du moyen âge. Ces livres sont tellement
distincts que, dans le cas où le même manuscrit en contient plusieurs,
un éditeur des Chroniques a parfois besoin, à notre avis du moins,
d'étudier chacun d'eux à part, en faisant abstraction de ceux qui le
précèdent ou le suivent. Personne n'ignore que le classement préalable
des manuscrits par familles est le fondement indispensable de toute
édition qui veut revêtir un caractère scientifique, qui aspire à être
quelque peu solide et durable. Or, il peut arriver, il arrive que dans
le même manuscrit tel livre appartient à une famille, tel autre livre
à une autre famille. Il convient alors de suivre la méthode de
Jussieu; et, sans tenir compte d'une juxtaposition purement
matérielle, il faut tâcher de démêler dans chaque livre, sous des
apparences souvent trompeuses, les caractères génériques, essentiels,
afin de le classer dans la famille à laquelle ces caractères le
rattachent. Tel est le travail que nous avons entrepris pour les
manuscrits du premier livre des Chroniques et dont on trouvera le
résultat consigné dans cette introduction.

Il ne faut donc pas chercher ici des vues sur l'ensemble de l'œuvre
de Froissart; ce n'est pas le lieu d'exposer ces vues, et d'ailleurs
un volume y suffirait à peine. Il n'y faut pas chercher davantage,
pour les motifs qu'on vient d'indiquer, un classement des manuscrits
des quatre livres. A chaque jour suffit sa peine. La prudence autant
que la logique conseillait de suivre le précepte de notre Descartes et
de diviser les difficultés pour les mieux résoudre.

Ce qui pourra sembler étrange, c'est qu'aucun des éditeurs précédents,
fort nombreux pourtant, n'avait frayé la voie où nous avons dû le
premier nous engager; et le classement que nous allons soumettre au
public se recommandera, à défaut d'autre mérite, par son entière
originalité et par sa nouveauté. C'est à l'illustre Dacier que les
érudits sont redevables du travail le plus important qui ait été fait
jusqu'à ce jour sur Froissart, au point de vue des sources; mais ce
travail est une simple description, non un classement de la plupart
des manuscrits de notre Bibliothèque impériale et d'un certain nombre
de manuscrits étrangers[1]. Nous espérons compléter un jour le tableau
de Dacier et donner la description détaillée, minutieuse et pour ainsi
dire technique de tous les manuscrits de Froissart, sans exception,
ainsi que la bibliographie des éditions des Chroniques qui ont paru
soit en France, soit dans les autres pays; comme nous avons à
cœur de rendre ce travail aussi complet que possible, il a semblé
sage de le réserver avec le glossaire et les tables pour la fin de
notre édition.

  [1] Buchon l'a publié d'après les notes de Dacier, _Chroniques_,
  éd. du Panthéon, t. III, p. 376 à 394.

La tâche que nous nous proposons est autre et plus restreinte: si l'on
excepte quelques observations sur l'accentuation et la ponctuation qui
ont un caractère plus général, nous n'entretiendrons pour le moment le
lecteur que du premier livre. Distinguer et caractériser les diverses
rédactions de ce premier livre, fixer, s'il est possible, sinon leur
date précise, du moins l'ordre chronologique dans lequel elles se sont
succédé, distribuer et grouper par familles naturelles les manuscrits
qui appartiennent à chacune de ces rédactions: tel est le but
principal de l'introduction qui va suivre.

Cette introduction se compose de trois parties dont la première est
consacrée au classement des différentes rédactions et des divers
manuscrits du premier livre, la seconde à l'exposé du plan de
l'édition, la troisième enfin à quelques aperçus sur la valeur tant
historique que littéraire du premier livre et sur le génie de
Froissart.



PREMIÈRE PARTIE

DU CLASSEMENT DES DIFFÉRENTES RÉDACTIONS ET DES DIVERS MANUSCRITS DU
PREMIER LIVRE.

On compte trois rédactions du premier livre des Chroniques
profondément distinctes les unes des autres.

L'une de ces rédactions est celle que donnent tous les manuscrits
autres que ceux d'Amiens, de Valenciennes et de Rome; elle est
représentée par environ cinquante exemplaires: c'est pourquoi, en
attendant que nous ayons essayé de prouver qu'elle est la première en
date, nous l'appellerons provisoirement la rédaction _ordinaire_.

Une autre rédaction que nous considérons comme la seconde, s'est
conservée seulement dans les deux manuscrits d'Amiens et de
Valenciennes: nous la désignerons jusqu'à nouvel ordre par le
principal manuscrit qui la représente et nous la nommerons rédaction
d'_Amiens_.

Enfin, une dernière rédaction, que tout le monde s'accorde à regarder
comme la troisième, ne subsiste que dans le célèbre manuscrit de Rome.

Nous allons examiner successivement dans les trois chapitres suivants
chacune de ces rédactions.



CHAPITRE I.

DE LA PREMIÈRE RÉDACTION.


§ 1. _Quelle est la première rédaction?_

Froissart n'a pas pris soin de nous dire à quelle époque il a composé
soit la rédaction ordinaire, soit celle d'Amiens: cela étant, la
comparaison attentive du contenu de ces deux rédactions peut seule
nous éclairer sur leur date respective. Si l'on examine à ce point de
vue toute la partie de la rédaction ordinaire antérieure à l'année
1373, on voit qu'il n'y est fait mention d'aucun fait postérieur à
cette date. La mention la plus récente que l'on y puisse découvrir se
rapporte à la mort de Philippe de Hainaut[2], la célèbre reine
d'Angleterre, qui eut lieu le 15 août 1369. Il est vrai que l'on
rencontre cette mention dès les premiers chapitres; d'où il faut
conclure que la rédaction ordinaire, pour toute cette partie du
premier livre qui s'étend de 1325 à 1373, a été composée après 1369.
Les règles de la critique ne permettent pas, d'ailleurs, d'attribuer
ce passage à une interpolation, car on le retrouve dans tous les
manuscrits de la rédaction ordinaire _proprement dite_ qui offrent un
texte complet[3]. Si ce passage fait défaut dans les manuscrits
de la rédaction ordinaire _revisée_, c'est que, comme nous le verrons
plus loin, ces derniers manuscrits présentent pour le commencement du
premier livre une narration qui leur est propre[4].

  [2] Voyez p. 233 de ce volume. Quand on ne trouvera dans les
  notes que l'indication de la page, cette indication se rapporte
  toujours au tome I de la présente édition.

  [3] Ce passage manque dans le célèbre manuscrit de Breslau et
  dans les manuscrits de la même famille désignés A 23 à 29 dans
  nos variantes, parce que le texte du premier livre a été abrégé
  dans ces manuscrits.

  [4] Les manuscrits de la révision ne deviennent semblables aux
  autres manuscrits de la rédaction ordinaire qu'à partir du § 11,
  depuis ces mots: _Si singlèrent par mer_. Voyez p. 26.

La rédaction d'Amiens, au contraire, ne peut avoir été composée
qu'après 1376, puisqu'il est question, presque dès les premiers
folios[5] des deux manuscrits qui nous l'ont conservée, de la mort du
prince de Galles[6], le fameux Prince Noir, qui arriva le 8 juillet de
cette année. La supposition d'interpolation, outre qu'elle est
gratuite, ne serait pas plus admissible ici que dans le cas précédent
par la raison que le manuscrit d'Amiens, comme nous le montrerons dans
le chapitre II consacré à la seconde rédaction, semble à certains
indices avoir été copié servilement sur un exemplaire d'écriture
cursive assez illisible et, sinon autographe, au moins original.

  [5] Cette mention se trouve au f{o} 20 du ms. d'Amiens qui se
  compose de 208 folios et au f{o} 42 du ms. de Valenciennes qui
  compte 123 folios.

  [6] P. 349.

Il faut aussi prendre garde que Froissart, mentionné pour la première
fois comme curé des Estinnes-au-Mont[7] dans un compte du receveur de
Binche du 19 septembre 1373[8], _ne prend la qualité de prêtre dans le
prologue d'aucun des manuscrits de la rédaction ordinaire_[9], tandis
qu'il a grand soin de faire suivre son nom de ce titre dans les
deux manuscrits d'Amiens[10] et de Valenciennes: cette circonstance
donne lieu de croire que la rédaction ordinaire a été composée avant
1373 et par conséquent entre 1369 et 1373.

  [7] Belgique, prov. Hainaut, arr. Thuin, cant. Binche, à 13 kil.
  de Mons.

  [8] _La cour de Jeanne et de Wenceslas_, par M. Pinchart, p. 68.

  [9] P. 7 et 209 à 211.

  [10] P. 209.

Ces déductions, déjà légitimes par elles-mêmes, n'acquerraient-elles
pas un degré d'évidence irrésistible si l'état matériel des manuscrits
de la rédaction ordinaire venait les confirmer, en d'autres termes si
le texte des exemplaires les plus anciens, les plus authentiques, les
meilleurs de cette rédaction s'arrêtait précisément entre 1369 et
1373? Or, cette supposition est la réalité même. Le premier livre se
termine entre ces deux dates, comme le § suivant l'exposera plus en
détail, dans les manuscrits de notre Bibliothèque impériale cotés
20356, 2655, 2641, 2642, ainsi que dans le manuscrit no 131 de sir
Thomas Phillipps, qui représentent incontestablement les cinq plus
anciens exemplaires de la rédaction ordinaire que l'on connaisse.

On est fondé à conclure de cet ensemble de faits que la rédaction
ordinaire a précédé celle d'Amiens: aussi, désormais, appellerons-nous
l'une première rédaction et l'autre seconde rédaction.


§ 2. _De la formation successive des diverses parties de la première
rédaction._

Un des caractères distinctifs de la première rédaction, c'est qu'elle
n'a pas été pour ainsi dire coulée d'un seul jet; on y distingue
aisément des soudures qui marquent comme des temps d'arrêt dans
le travail de l'auteur. La composition de cette rédaction paraît avoir
traversé trois phases distinctes que nous allons indiquer
successivement.

_Première phase._ Le point de départ de toute recherche sérieuse sur
la formation successive des diverses parties de la première rédaction
devra toujours être le passage suivant de Froissart:

«Si ay tousjours à mon povoir justement enquis et demandé du fait des
guerres et des aventures qui en sont avenues, et par especial depuis
la grosse bataille de Poitiers où le noble roy Jehan de France fut
prins, car devant j'estoie encores jeune de sens et d'aage. Et ce non
obstant si emprins je assez hardiement, moy yssu de l'escolle, à
dittier et à rimer les guerres dessus dites et porter en Angleterre le
livre tout compilé, si comme je le fis. Et le presentay adonc à très
haulte et très noble dame, dame Phelippe de Haynault, royne
d'Angleterre, qui doulcement et lieement le receut de moy et me fist
grant proffit[11].»

  [11] Voyez p. 210 et cf. la note qui se rapporte à ce passage
  dans le sommaire du prologue de la première rédaction.

Froissart dit quelque part qu'il était déjà en Angleterre en 1361[12].
Le livre que le jeune chroniqueur présenta à la reine d'Angleterre
devait donc contenir le récit des événements arrivés depuis la
bataille de Poitiers, c'est-à-dire depuis 1356 jusqu'en 1359 ou 1360.
Ce livre n'a pas été retrouvé jusqu'à présent, mais ce n'est pas une
raison pour révoquer en doute le témoignage si formel de Froissart. On
remarque d'ailleurs, à partir de 1350, une solution de continuité
tout à fait frappante, une véritable lacune dans la trame du premier
livre: n'est-il pas remarquable que cette solution de continuité finit
juste en 1356? Une telle lacune, comblée dans les manuscrits de la
première rédaction proprement dite à l'aide d'un insipide fragment,
n'indique-t-elle pas que la partie du premier livre qui s'arrête à
1350 et celle qui commence à 1356 étaient, malgré le raccord d'emprunt
qui les relie aujourd'hui, primitivement distinctes?

  [12] _Chroniques de Froissart_ publiées par Buchon, éd. du
  Panthéon, t. III, p. 333, col. 2.

Le livre que Froissart présenta à la reine d'Angleterre était-il écrit
en vers ou en prose? M. Kervyn de Lettenhove[13] a soutenu la première
opinion, M. Paulin Paris[14] a adopté la seconde. La réponse à cette
question dépend surtout de la place respective des deux mots _rimer_
et _dicter_ dans une phrase de Froissart citée plus haut: «.... Si
empris je assés hardiement, moy issu de l'escole, à _rimer et
ditter_[15] lez guerres dessus dictes....» Comme la leçon: _rimer et
dicter_ est fournie par 19 manuscrits qui appartiennent à 7 familles
différentes, tandis que la leçon: _dittier et rimer_ ne se trouve que
dans 13 exemplaires répartis entre 3 familles seulement, il semble, en
bonne critique, que l'opinion de M. Paulin Paris est plus probable que
celle de M. Kervyn de Lettenhove.

  [13] Froissart, _Étude littéraire sur le quatorzième siècle_, par
  M. Kervyn de Lettenhove, tome Ier, p. 52 et 53. Bruxelles, 1857,
  2 vol. in-12.

  [14] _Nouvelles recherches sur la vie de Froissart et sur les
  dates de la composition de ses Chroniques_, par M. P. Paris, p.
  14. Paris, 1860.

  [15] Le texte de cette dernière leçon est emprunté au ms. de
  notre Bibliothèque impériale coté 2655, f{o} 1 v{o}.

Le livre offert à Philippe de Hainaut en 1361, tel est le point de
départ, le germe qui nous représenterait, si nous le possédions,
la phase initiale de la composition du premier livre, et, par
conséquent, de l'œuvre entière de Froissart; c'est l'humble source
qui, se grossissant sans cesse d'une foule d'affluents, est devenue
cet immense fleuve des chroniques.

_Seconde phase._ On a dit plus haut que le texte du premier livre
s'arrête entre 1369 et 1373 dans un certain nombre d'exemplaires de la
première rédaction: c'est ce qui constitue la seconde phase de la
composition de cette rédaction. Les manuscrits dont il s'agit sont au
nombre de cinq: quatre sont conservés à notre Bibliothèque impériale
sous les nos 20356, 2655, 2641 et 2642; le cinquième appartient à sir
Thomas Phillipps, et il figure sous le no 131 dans le catalogue de la
riche collection de cet amateur. Ces manuscrits offrent un ensemble de
caractères qui doit les faire considérer comme les exemplaires les
plus anciens, les plus authentiques, les meilleurs de la première
rédaction: les règles de l'ancienne langue y sont relativement mieux
observées, les noms de personne et de lieu moins défigurés que dans
les copies plus modernes. Le texte s'arrête à la prise de la
Roche-sur-Yon, en 1369, dans le ms. 20356 et à la reddition de la
Rochelle, en 1372, dans les mss. 2655, 2641, 2642, ainsi que dans le
ms. 131 de sir Thomas Phillipps, à Cheltenham.

On pourrait ajouter à la liste qui précède le tome I d'un manuscrit de
notre Bibliothèque impériale, dont il ne reste aujourd'hui que le tome
II, coté 5006. Comme ce tome II est reproduit textuellement dans le
tome II d'un autre exemplaire, coté 20357, il y a lieu de croire que
le tome I, qui nous manque, se retrouve également dans le tome I de
cet autre exemplaire, coté 20356. L'empreinte du dialecte wallon
et la distinction du cas sujet et du cas régime, qui sont
très-marquées dans le texte du ms. 5006, attestent l'antiquité et
l'authenticité exceptionnelles de cette copie; et le tome I, si par
malheur il n'était perdu, nous offrirait certainement le plus ancien
exemplaire de la première rédaction.

Enfin, le premier livre, dans le manuscrit de notre Bibliothèque
impériale coté 86, ainsi que dans le célèbre exemplaire de la ville de
Breslau, semble aussi appartenir à la seconde phase de la deuxième
rédaction; car il est encore plus court que dans le ms. 20356, et ne
va pas au delà du siége de Bourdeilles en 1369. Il est vrai que les
manuscrits 86 et de Breslau sont relativement modernes et n'ont été
exécutés que pendant la seconde moitié du quinzième siècle; mais comme
ils appartiennent à des familles différentes et ne dérivent l'un de
l'autre en aucune façon, ils reproduisent sans doute un exemplaire
beaucoup plus ancien qu'on devrait alors considérer comme le spécimen
le moins étendu de la première rédaction.

Tous les manuscrits qu'on vient de mentionner sont d'ailleurs complets
dans leur état actuel; et s'ils coupent le premier livre plus tôt que
les autres exemplaires de la première rédaction, ils n'ont pourtant
subi aucune mutilation.

Quoique la coupure du premier livre soit toujours placée entre les
années 1369 et 1373, on aura remarqué qu'elle ne s'arrête pas au même
endroit dans les divers manuscrits indiqués plus haut; elle est fixée,
dans les mss. 86 et de Breslau, au siége de Bourdeilles; dans les mss.
5006 et 20356, à la prise de la Roche-sur-Yon; enfin dans les
mss. 2655, 2641, 2642 et 131 de sir Thomas Phillipps, à la reddition
de la Rochelle. Pendant le laps de temps qui s'est écoulé de 1369 à
1373, il est probable que Froissart a fait exécuter plusieurs copies
de son œuvre. Chacune de ces copies a dû naturellement s'enrichir de
ce que l'auteur avait trouvé le moyen d'ajouter à son récit dans
l'intervalle d'une copie à l'autre. Ne pourrait-on pas expliquer ainsi
les diversités de coupure que nous venons de signaler, diversités qui,
d'après cette hypothèse, correspondraient à autant de copies
successives, et, par suite, à une rédaction de plus en plus complète,
de plus en plus avancée? Les scribes qui ont exécuté ces copies
avaient sans doute l'ordre de transcrire tout ce que Froissart
pourrait rédiger tandis qu'ils accomplissaient leur besogne, et l'un
d'eux a accompli sa tâche avec une ponctualité si machinale, que les
mss. 2655, 2641, 2642 et 131 de sir Thomas Phillipps se terminent par
une phrase inachevée[16]. Il est très-remarquable, comme Dacier en a
fait l'observation[17], que les mss. 2641, 2642, 2655 et sans
doute[18] aussi le ms. 131 de sir Thomas Phillipps, malgré leur
ressemblance profonde, n'ont point été copiés cependant les uns sur
les autres: cela n'indiquerait-il pas que, sinon ces manuscrits, du
moins leurs prototypes, ont été exécutés par différents scribes
sur le texte original lui-même?

  [16] Les derniers mots sont dans le ms. 2655 et le ms. 131 de sir
  Thomas Phillipps: _esperons encore à nuit_, dans les mss. 2641 et
  2642: _esperons encore_. Cf. _Chroniques_ dans Buchon, éd. du
  Panthéon, t. I, p. 645.

  [17] Voyez les notes de Dacier sur les mss. de Froissart
  conservés à la Bibliothèque du Roi, dans Buchon, t. III, p. 384.

  [18] Je dis sans doute, car j'ai fait exprès en 1868 le voyage de
  Cheltenham pour étudier le ms. 131, et le malheur a voulu que sir
  Thomas Phillipps n'ait pu le retrouver. C'est par M. Kervyn que
  j'ai appris quels sont les derniers mots du ms. 131, et je
  renouvelle ici publiquement au célèbre érudit belge mes
  remerciments.

D'ailleurs, si la fin du premier livre a je ne sais quoi d'écourté et
d'un peu hâtif dans les exemplaires dont il s'agit, il faut peut-être
attribuer ce caractère moins encore à l'impatience des grands
seigneurs pour lesquels les copies ont été faites qu'au besoin
pressant que devait éprouver l'auteur de recevoir une rémunération
légitime de son travail. N'oublions pas, en effet, que la seconde
phase de la composition de la première rédaction correspond à une
période de la vie de Froissart où ce chroniqueur semble n'avoir eu, à
défaut de patrimoine, d'autres moyens d'existence que le produit de sa
plume. Le jeune protégé de Philippe de Hainaut venait de perdre par
suite de la mort de la bonne reine d'Angleterre arrivée le 15 août
1369 la position de clerc qu'il occupait auprès de cette princesse; il
avait dû revenir dans son pays, sans doute pour y chercher les
ressources assurées qu'il ne trouvait plus désormais au delà du
détroit. D'un autre côté, nous voyons par les comptes du duché de
Brabant[19] qu'il n'était pas encore curé des Estinnes-au-Mont en
1370; et peut-être ne fut-il pourvu de cet important bénéfice que
l'année même où il apparaît pour la première fois avec le titre de
curé, c'est-à-dire en 1373. Qui sait si des nécessités plus ou moins
impérieuses et le désir de se créer de nouveaux titres à une position
qui lui tint lieu de celle dont il venait d'être privé par la mort de
sa protectrice, qui sait, dis-je, si ces circonstances plus ou
moins difficiles ne sont pas venues se joindre dans une certaine
mesure à une vocation naturelle pour stimuler le génie de Froissart?

  [19] M. Pinchart, qui a publié des extraits de ces comptes, est
  le savant qui aura le plus fait en ce siècle pour la biographie
  positive de Froissart. Voyez sa brochure intitulée: _La cour de
  Jeanne et de Wenceslas_, p. 68.

Dans cette seconde phase, l'auteur des Chroniques a dû plus ou moins
remanier l'essai présenté jadis à Philippe de Hainaut, et il a ajouté
à son œuvre primitive, d'une part, le récit des événements depuis
1325 jusqu'en 1356, de l'autre, la narration des faits survenus de
1359 ou 1360 à 1372. Il a puisé les matériaux de la partie antérieure
à 1356 soit dans la chronique de Jean le Bel soit dans ses propres
renseignements, tandis qu'il semble avoir composé la partie
postérieure à 1359 à peu près exclusivement d'après ses informations
personnelles.

Quand nous plaçons entre 1369 et 1373 la seconde phase de la
composition de la première rédaction, est-ce à dire que l'auteur des
Chroniques n'ait rien écrit au point de vue historique de 1359 ou 1360
à 1369? Telle n'est pas notre pensée. Froissart, qui a vécu pendant
cet intervalle à la cour d'Angleterre en qualité de clerc de la reine
Philippe, avait à un trop haut degré la passion de l'histoire pour ne
pas tirer parti d'une situation aussi favorable: il a dû recueillir
sans cesse des matériaux, prendre des notes, enregistrer des faits et
des dates. Ce rôle d'historiographe était même inhérent aux fonctions
du jeune clerc, comme le prouvent les paroles suivantes du maréchal
d'Aquitaine venant annoncer à Froissart en 1367 la naissance de
l'enfant qui fut plus tard Richard II: «Froissart, escripsez et mettez
en memoire que madame la princesse est accouchée d'un beau fil qui est
venu au monde au jour des Rois[20].» Lors donc qu'on fixe de 1369
à 1373 la seconde phase de la première rédaction, il faut entendre
seulement que la mise en œuvre définitive, la composition proprement
dite en un mot n'eut lieu qu'à cette date.

  [20] _Chroniques de Froissart_ dans Buchon, édit. du Panthéon, t.
  III, p. 369.

On vient de dire que Froissart a puisé les matériaux de la première
rédaction, pour la partie antérieure à 1356, dans la chronique de Jean
le Bel. Le prologue de cette rédaction contient les lignes suivantes
qu'on ne saurait trop méditer: «..... Je me vueil _fonder et ordonner_
sur les vraies croniques jadis faites et rassemblées par venerable
homme et discret monseigneur Jehan le Bel, chanoine de Saint Lambert
du Liège, qui grant cure et toute bonne diligence mist en ceste
matière et la continua tout son vivant au plus justement qu'il pot, et
moult lui cousta à acquerre et à l'avoir.» Et plus loin: «..... J'ay
emprinse ceste histoire à _poursuir_ sur l'ordonnance et fondation
devant dite.» Un autre passage de ce même prologue nous apprend que
Froissart avait raconté dans un premier essai historique les
événements survenus depuis la bataille de Poitiers; cet essai devait
s'arrêter à 1361, puisque nous savons que c'est l'année où il fut
présenté à la reine Philippe; d'où il suit que le mot _poursuir_ dans
la dernière phrase citée s'applique évidemment à la continuation de
cet essai jusqu'en 1369 ou 1372. Quant à la partie antérieure à 1356,
il est impossible d'exprimer plus clairement que par ces mots: _Je me
vueil fonder et ordonner_, toutes les obligations que notre
chroniqueur reconnaît devoir à Jean le Bel pour cette première partie.

Des trois rédactions du premier livre la première est certainement
celle où l'on trouve en général, de 1325 à 1356, le moins de
développements originaux et où l'on constate les emprunts les plus
nombreux, les plus serviles à la chronique du chanoine de Liége. Ces
emprunts à Jean le Bel abondent tellement dans la première rédaction
qu'on a plus vite fait d'y relever ce qui est original que ce qui
provient d'une source étrangère.

Dans le présent volume, notamment, cette rédaction, si l'on ne tient
pas compte d'une foule de modifications de détail, n'offre guère
d'autres additions un peu importantes et entièrement propres à
Froissart que les suivantes: entrevue du roi de France Charles le Bel
avec sa sœur Isabelle d'Angleterre[21];--voyage d'Édouard III en
France et prestation d'hommage de ce prince à Philippe de
Valois[22];--préparatifs d'une croisade projetée par le roi de
France[23];--combat de Cadsand[24];--divers incidents de la chevauchée
de Buironfosse: prise de Thun-l'Évêque par Gautier de Mauny[25]; sac
de Relenghes[26] et d'Haspres[27] par les Français, d'Aubenton[28] par
les Hainuyers. Si l'on excepte ces additions, tout ce qui reste de la
première rédaction est puisé plus ou moins intégralement dans la
chronique de Jean le Bel.

  [21] P. 15 et 17, 220 et 221.

  [22] P. 90 à 100.

  [23] P. 114 à 118.

  [24] P. 132 à 138.

  [25] P. 154 à 156.

  [26] P. 190 et 191.

  [27] P. 194 à 196.

  [28] P. 199 à 204.

Parfois même Froissart a transcrit mot à mot le texte du chanoine de
Liége. On peut citer comme exemple l'admirable récit des derniers
moments de Robert Bruce, la plus belle page peut-être de ce
volume[29]: la foi qui a fait les croisades n'a rien inspiré de plus
simple, de plus ému, de plus naïvement grand. Ni Villehardouin, ni
Joinville n'ont atteint cette hauteur d'éloquence où l'on sent passer
comme un souffle de la chanson de Roland. Malheureusement pour
Froissart, tout l'honneur de cette page incomparable revient à Jean le
Bel dont le chroniqueur de Valenciennes s'est contenté de reproduire
le récit sans y rien changer. On en peut dire autant du célèbre
passage où l'élévation de Jacques d'Arteveld[30] est racontée avec
tant de malveillance et de parti pris. Quel récit passionné, curieux
même dans ses erreurs et ses injustices! Comme il respire bien
l'étonnement, le dédain que dut éprouver la fière aristocratie des
bords de la Meuse pour l'insolente tentative du chef des vilains de
Flandre! C'est qu'en effet le véritable auteur du récit dont nous
parlons n'est pas Froissart, mais le noble chanoine de Liége qui,
n'allant à la messe qu'avec une escorte d'honneur de seize ou vingt
personnes[31], trouve bien impertinent cet Arteveld qui se fait
accompagner de soixante ou quatre-vingts valets! Deux des récits les
plus vantés de la première rédaction, l'épisode des amours d'Édouard
III et de la comtesse de Salisbury, la narration du siége de Calais,
sont aussi à peu près littéralement empruntés au galant et
chevaleresque chanoine. On s'étonne moins de ces emprunts quand on
admet comme nous que la rédaction où ils sont le plus fréquents et
surtout le plus serviles a précédé les autres.

  [29] P. 77 à 79. Cf. Jean le Bel, _Chroniques_, éd. Polain, t. I,
  p. 79 à 81.

  [30] P. 126 à 129. Cf. Jean le Bel, t. I, p. 127 à 129.

  [31] Il faut lire dans J. de Hemricourt la description du train
  de vie fastueux que menait le chanoine grand seigneur: «.... Ilh
  n'alloit onkes les commons jours delle semaine alle eglize qu'ilh
  n awist sauzo ou vingt personnes quy le conduysoient, tant de ses
  proymes come de ses maynyes et de cheaz quy estoyent à ses dras.
  Et quant c'estoit az jours solempnes, chilz quy estoyent à ses
  dras le venoyent quère en son hosteit et le mynoyent alle eglize.
  Sy avoit soventfois assy grant rotte après ly com après l'evesque
  de Liège, car ilh avoit bin chinquante ou de moins quarante
  parsiwans qui tos demoroient al dineir deleis ly....» _Miroir des
  nobles de la Hasbaye_, par Jacques de Hemricourt, éd. de Salbray,
  p. 158.

Sous quelle influence a été composée la première rédaction? Les
dernières lignes du prologue fournissent la réponse à cette question:
«.... à la prière et requeste d'un _mien chier seigneur et maistre
monseigneur Robert de Namur_, seigneur de Beaufort, à qui je vueil
devoir amour et obéissance, et Dieu me laist faire chose qui lui
puisse plaire![32]» Robert de Namur figure dans deux autres passages
de la première rédaction. Froissart nous apprend que «ce gentil et
vaillant chevalier,» neveu de Robert d'Artois dont il portait le nom,
au retour d'une croisade en Prusse et en Palestine, vint offrir ses
services à Édouard III pendant le siége de Calais en 1346[33]. Nous
retrouvons Robert de Namur dans les rangs des Anglais en 1369 à cette
chevauchée de Tournehem où il joue un rôle si brillant et dont il a dû
fournir à notre chroniqueur les détails très-circonstanciés[34].
Robert, qui toucha jusqu'à la mort d'Édouard III en 1377 une pension
de trois cents livres sterling sur la cassette de ce prince,
avait encore resserré les liens qui l'unissaient au parti anglais en
se mariant par contrat du 2 février 1354 à Élisabeth de Hainaut, sœur
de la reine d'Angleterre. Il n'est donc pas étonnant que le jeune
clerc de Philippe, revenu dans son pays après la mort de sa
bienfaitrice en 1369, ait trouvé des encouragements auprès d'un
personnage aussi chevaleresque et aussi dévoué à la cause anglaise que
Robert de Namur.

  [32] P. 211.

  [33] Ms. 2655, f{o} 154. Cf. Froissart de Buchon, éd. du
  Panthéon, t. I, p. 259.

  [34] Ms. 2655, f{os} 312 et 313. Cf. Froissart de Buchon, t. I, p.
  593 à 595.

On a prétendu que Froissart n'est entré en relations avec Robert de
Namur qu'après 1373, à l'occasion du mariage de Marie de Namur, nièce
de Robert, avec Gui de Blois. La seule raison qu'on donne, c'est que
l'auteur du _Joli buisson de Jonèce_, poëme composé le 30 novembre
1373[35], n'a pas nommé Robert parmi ses protecteurs[36]. Quoiqu'il ne
faille pas demander à une œuvre de poésie légère une précision en
quelque sorte statistique et que l'on puisse signaler d'autres lacunes
dans la liste du _Joli buisson_, l'omission du nom de Robert de Namur
a néanmoins, on doit en convenir, quelque chose de frappant et de
caractéristique. Faut-il y voir un simple oubli analogue à celui
qu'allait commettre Froissart lorsqu'il dit:

    Haro! que fai? Je me bescoce;
    J'ai oubliiet le roy d'Escoce
    Et le bon conte de Duglas[37].

L'auteur de la rédaction dédiée à Robert de Namur aurait-il été
peu satisfait de la récompense qu'il reçut de son travail, ou y
avait-il alors quelque brouille entre Robert et Gui, _le bon seigneur
de Beaumont_, pour lequel le poëte du _Joli buisson_, dès lors curé
des Estinnes, témoigne cette déférence particulière que l'on rend à
son maître et seigneur? Il serait téméraire de répondre à ces
questions. Ce qui est certain, c'est que, quoique la première
rédaction ait été composée à la requête de Robert de Namur, le nom de
ce seigneur a été omis ou plutôt supprimé dans le prologue de tous les
manuscrits revisés de cette rédaction, suppression bien plus
surprenante que l'omission relevée dans le _Buisson de Jonèce_. Et
pourtant on ne peut contester que les manuscrits où l'on trouve la
révision ne soient postérieurs à ceux qui ne la contiennent pas et où
l'on voit figurer le nom de Robert de Namur. A plus forte raison
serait-on mal fondé à tirer de l'omission de ce nom dans un poëme une
conclusion contre la date que nous avons assignée à la première
rédaction.

  [35] Bibl. imp., ms. fr. coté 831, f{o} 161 v{o}.

  [36] _Étude sur Froissart_, par M. Kervyn de Lettenhove, t. I, p.
  242 et 243, en note.

  [37] Bibl. imp., ms. fr. no 831, f{o} 157 v{o}.

D'après l'opinion que nous combattons, Froissart se serait attaché à
Robert de Namur de 1390 à 1392, et il faudrait reporter entre ces deux
dates la rédaction du premier livre, entreprise sous les auspices de
ce seigneur. Mais cette hypothèse est entièrement gratuite, en
opposition avec les faits les mieux établis et contraire à toute
vraisemblance. Froissart dit en termes formels dans le prologue du
troisième livre, composé précisément vers 1390, qu'il a pour maître et
seigneur Gui, comte de Blois: «Et pour ce je sires Jehans Froissars,
qui me sui ensoingnez et occupez de dicter et escripre ceste hystoire
_à la requeste et contemplacion de hault prince et renommé messire_
_Guy conte de Bloys, mon bon maistre et seigneur_[38]....» Depuis
le jour où notre chroniqueur, devenu dès 1373 curé des Estinnes, où
Gui de Châtillon possédait un fief dépendant de la seigneurie de
Chimay, s'attacha par un lien étroit à la fortune et même au service
de la maison de Blois, rien, absolument rien ne fait supposer que la
protection dont cette illustre maison ne cessa de l'entourer se soit
démentie un seul instant. Au contraire, dans le prologue du quatrième
livre, Froissart apparaît pour la première fois investi d'un canonicat
dont il était certainement redevable à la faveur du comte de Blois,
seigneur de Chimay. L'auteur des Chroniques s'intitule dans ce
prologue «presbiterien et chapelain à mon très cher seigneur dessus
nommé (Gui de Blois) et pour le temps de lors _tresorier et chanoine
de Chimay_ et de Lille en Flandres.» Un des plus récents biographes de
Froissart n'en a pas moins intitulé l'un des chapitres de son livre:
_Froissart chez Robert de Namur_[39]. Il est vrai que l'on se borne
dans ce chapitre à raconter divers incidents des dernières années de
la vie de Robert mort le 18 août 1392, incidents qui n'ont rien à
démêler ni avec la personne ni avec la vie du chroniqueur: on n'y
trouve pas un mot d'où l'on puisse inférer que le chapelain de Gui de
Blois ait vécu, comme on le prétend, de 1390 à 1392, auprès du
pensionnaire, du partisan dévoué des Anglais.

  [38] Ms. de Besançon, t. II, f{o} 201.

  [39] _Étude littéraire sur Froissart_, par M. Kervyn, t. I, ch.
  XII, p. 242 à 246.

Le caractère essentiel, le trait distinctif de cette partie de la
première rédaction qui s'arrête entre 1369 et 1373 et qui a été
composée à la requête et sous les auspices de Robert de Namur,
c'est que l'influence anglaise y est beaucoup plus marquée que dans
les autres rédactions du premier livre et même que dans le reste des
Chroniques. Sans doute, Froissart est trop animé de l'esprit
chevaleresque pour ne pas rendre hommage à la générosité, à la
bravoure, à la grandeur, partout où il les voit briller; il n'en est
pas moins vrai qu'à la complaisance avec laquelle il s'étend sur les
événements où l'Angleterre a joué le beau rôle, à l'insistance qu'il
met à faire ressortir les prouesses des chevaliers du parti anglais,
on reconnaît aisément la prédilection de l'auteur pour la patrie
adoptive de Philippe de Hainaut. Au sujet des différends, des guerres,
des batailles qui, de 1325 à 1372, mirent aux prises la France et
l'Angleterre, la rédaction dédiée à Robert de Namur donne presque
toujours la version anglaise. On peut citer comme exemple le récit des
journées de Crécy et de Poitiers qui dans cette rédaction est fondé
principalement, suivant le témoignage de Froissart lui-même, sur le
témoignage des compagnons d'armes d'Édouard III et du Prince Noir.
Prise dans son ensemble, la rédaction faite pour Robert de Namur doit
être considérée avant tout comme un monument élevé par une âme
enthousiaste, par une main amie et pieuse à la gloire anglaise. Et
l'on voudrait attribuer une pareille œuvre au serviteur d'une maison
aussi française que celle des comtes de Blois, au chapelain de ce Gui
de Châtillon dont le père avait été tué à Crécy et qui, donné lui-même
en otage aux Anglais, n'avait obtenu sa mise en liberté que moyennant
une rançon ruineuse! Et l'on voudrait placer la composition de cette
œuvre vers 1390, c'est-à-dire à une époque où la gloire des
premières années du règne d'Édouard III était depuis longtemps
évanouie, où les superbes vainqueurs de Crécy et de Poitiers, après
les revers réitérés de leurs armes en France, en Espagne, en Écosse,
étaient réduits à trembler sous la menace d'une invasion française!

Combien il est plus naturel d'admettre la conclusion à laquelle nous
ont conduit des preuves non pas plus fortes, mais plus topiques et
plus précises, en faisant remonter la rédaction du premier livre
inspirée par Robert de Namur à cette période comprise entre 1369 et
1373 où quelques échecs partiels avaient à peine entamé le prestige de
la puissance anglaise, où l'on était encore sous l'éblouissement
produit par des victoires merveilleuses, où surtout l'ancien clerc de
la reine Philippe, qui venait de passer les huit plus belles années de
sa vie à la cour d'Édouard III, avait des raisons personnelles de
ressentir avec une vivacité particulière l'admiration générale!

Outre la partialité pour l'Angleterre que nous venons de signaler, on
remarque dans la première rédaction un caractère de jeunesse,
d'entrain belliqueux que n'offrent pas à un égal degré les rédactions
postérieures. On dirait que le souffle guerrier qui anime nos grands
poëmes du douzième siècle a passé tout entier dans cette rédaction.
Notre chroniqueur, il est vrai, a toujours aimé les descriptions de
combats, mais il y porte ici une verve, un éclat, une furie de pinceau
supérieure. Les récits des batailles de Crécy et de Poitiers, pour ne
rappeler que ceux-là, sont des chefs-d'œuvre qu'on n'a pas surpassés.
Froissart lui-même, lorsque plus tard il a voulu raconter de
nouveau ces mémorables journées, n'a plus retrouvé la largeur de
dessin, la vivacité de coloris, l'heureuse fougue qui distinguent
l'inspiration de la fleur de l'âge. Combien la seconde rédaction
écrite par un chapelain parvenu à la maturité reste sous ce rapport,
malgré des beautés d'un autre ordre, inférieure à la première! Dans
celle-ci, qui remonte à une période où l'auteur n'avait guère plus de
trente ans, on sent qu'une jeunesse ardente ajoute encore sa flamme
aux instincts d'une nature chevaleresque.

Qui sait si Froissart n'a pas eu le premier conscience de cette
supériorité de la première rédaction au point de vue qui devait le
plus toucher les lecteurs de son temps et si la préférence littéraire
de l'auteur n'est pas pour quelque chose dans la multiplicité des
copies de cette rédaction, dont quelques-unes ont été exécutées de son
vivant, tandis que la seconde rédaction, représentée par l'unique
exemplaire d'Amiens, dont le manuscrit de Valenciennes n'est qu'un
imparfait abrégé, demeurait isolée et inconnue dans les archives de ce
château de Chimay dont les maîtres l'avaient inspirée?

En résumé, la partie de la première rédaction antérieure à 1373,
composée par Froissart immédiatement après son retour d'Angleterre à
la demande de Robert de Namur, l'un des partisans les plus dévoués de
la cause anglaise, cette rédaction affecte un triple caractère: 1º
Pour la partie qui s'arrête à 1356, elle contient généralement moins
de développements originaux, elle fait des emprunts plus nombreux et
surtout plus serviles au texte de Jean le Bel que les deux rédactions
postérieures; 2º l'auteur y montre partout plus de sympathie,
d'admiration et même de partialité pour les Anglais que dans les
autres parties de ses Chroniques; 3º on y trouve, notamment dans les
récits de batailles, l'expression la plus brillante peut-être du génie
littéraire de Froissart.

_Troisième phase._ C'est après 1378 que se place la troisième phase de
la composition de la première rédaction. Froissart a continué dans
cette période le récit des événements de 1372 à 1378; il a fait cette
continuation à deux reprises et sous deux formes fort différentes.
L'une de ces continuations est plus sommaire, elle a un caractère en
quelque sorte provisoire, et l'on dirait parfois qu'elle a été
esquissée un peu au fur et à mesure des événements: c'est celle qui
caractérise la première rédaction _proprement dite_. L'autre
continuation qui semble avoir été écrite d'un seul jet, est une
révision de la première dont elle corrige les erreurs ou dont elle
enrichit le texte par des développements et même par des récits tout
nouveaux: c'est celle qui distingue la première rédaction _révisée_;
et elle forme, comme on le verra, une sorte de trait d'union entre la
première rédaction et la seconde où elle se retrouve aussi.

L'exemplaire le plus ancien de la continuation, qui appartient en
propre à la première rédaction proprement dite, pourrait bien être
offert par le beau manuscrit de Besançon où le premier livre s'étend
jusqu'à ces mots: «Adonc s'esmeut la guerre entre le roy de Portingal
et le roy Jehan de Castille qui dura moult longuement, si comme vous
orrés recorder avant en l'istore.» Le premier livre du manuscrit de
Besançon empiète ainsi sur les quarante-deux premiers chapitres du
second livre des autres manuscrits[40]. Plus tard sans doute, ces
quarante-deux chapitres furent reportés en tête du second livre, et
Froissart les remplaça en ajoutant à la fin du premier livre certains
développements qui manquent dans le manuscrit de Besançon. Ces
développements commencent après ces mots: «..... Laquelle fille estoit
convenancée au damoisel de Haynault, filz aisné du duc Aubert[41];»
ils se terminent ainsi: «..... et par toutes les marches sur le clos
de Costentin.» Les quatre ou cinq chapitres additionnels où sont
contenus ces développements marquent la fin du premier livre dans les
manuscrits de la première rédaction proprement dite.

  [40] Cf. dans Buchon, t. II, p. 49.

  [41] Ms. de Besançon, f{o} 371 v{o}. Le manuscrit de notre
  Bibliothèque impériale coté 2649, reproduction généralement
  fidèle de celui de Besançon, contient quelques lignes seulement
  de plus que la partie de ce dernier manuscrit qui correspond au
  premier livre des autres exemplaires de la première rédaction
  proprement dite. Le manuscrit 2649 se termine à ces mots: «....
  ains passèrent oultre et prindrent.» Cf. Froissart dans Sauvage,
  édit. de 1559, t. I, p. 457, ligne 11.

Quant à la continuation qui distingue la première rédaction revisée,
si l'on excepte les manuscrits 5006 et 20357 où, comme on l'a fait
remarquer plus haut, cette continuation à partir de 1369 est comprise
dans le second livre, elle s'arrête dans le manuscrit 6477-6479 à ces
mots qui finissent le premier livre: «..... je parlerai plus à plain
quant j'en serai mieux informé[42];» la coupure est rejetée quatre ou
cinq chapitres plus loin dans le manuscrit de Mouchy-Noailles qui se
termine au siége de Bergerac et dont voici la dernière ligne: «.....
près receu un grant damage[43].»

  [42] Cf. dans Buchon, t. I, p. 717, col. 2, fin du chap. 394.

  [43] Cf. dans Buchon, t. II, p. 4, fin de la col. 1.


§ 3. _Des deux branches de la première rédaction:_ 1º _Première
rédaction proprement dite; 2º première rédaction révisée;--caractères
distinctifs de ces deux branches._

La division de la première rédaction en deux branches tire surtout,
ainsi qu'on vient de le voir, sa raison d'être de la partie du premier
livre postérieure à 1372. En effet, dans un certain nombre de
manuscrits de la première rédaction, le récit des événements, depuis
1372 jusqu'en 1377, comme aussi depuis 1350 jusqu'en 1356[44], est
tout autre et plus ample, plus développé que celui qu'on trouve dans
la partie correspondante des autres exemplaires de la même rédaction.

  [44] Selon M. Kervyn, cette version plus originale, particulière
  aux manuscrits de la première rédaction revisée pour les années
  1350 à 1356, serait postérieure à 1388, époque du voyage de
  Froissart en Béarn: «Elle est postérieure à 1388, dit-il,
  _puisque Froissart y raconte les démêlés du sire d'Albret avec
  les habitants de Capestang, d'après ce que ceux-ci lui dirent_.
  Je la crois écrite vers 1391.» Froissart, t. I, p. 243 en note.
  Voici le passage sur lequel s'appuie l'argumentation de M.
  Kervyn: «_Depuis me fu_ dit qu'ils (il s'agit des habitants de
  Capestang) laissèrent prendre leurs ostages....» Voyez Buchon,
  éd. du Panthéon, t. I, p. 317. Froissart ne dit nullement dans ce
  passage qu'il tient les détails qu'il va raconter de la bouche
  même des habitants de Capestang; par conséquent il n'y a pas lieu
  d'en conclure avec M. Kervyn que la version des manuscrits
  revisés pour les années 1350 à 1356 est postérieure au voyage du
  chroniqueur en Béarn en 1388 et a été écrite vers 1391.

Laquelle des deux branches dont il s'agit a précédé l'autre?
Évidemment, les manuscrits où la narration a le moins d'originalité et
d'ampleur doivent être considérés comme les plus anciens; les
exemplaires de cette branche, qui sont de beaucoup les plus
nombreux, constituent ce que nous avons appelé déjà dans le paragraphe
précédent la première rédaction _proprement dite_, par opposition aux
manuscrits où le récit a reçu plus de développement entre les dates
indiquées ci-dessus, qui forment la première rédaction _revisée_.

Il importe aussi de faire remarquer que le commencement du premier
livre diffère dans les deux branches de la première rédaction jusque
vers le milieu du paragraphe 11 de ce volume[45]. Au contraire, le
texte de ces dix premiers paragraphes est le même dans la seconde
rédaction que dans la première rédaction proprement dite.

  [45] Voyez p. 26, l. 21. Le texte devient semblable dans les
  manuscrits des deux branches après ces mots: _Si singlèrent par
  mer_.

La première rédaction revisée et la seconde offrent deux traits
communs d'une importance capitale: elles remplacent l'une et l'autre,
entre 1350 et 1356, le fragment d'emprunt de la première rédaction
proprement dite, par une version originale et plus développée qui,
sans être identique dans les deux rédactions, présente du moins
beaucoup d'analogie. En outre, le texte plus complet et meilleur que
donne la première rédaction revisée pour la partie comprise entre 1372
et 1377, se retrouve intégralement dans la seconde rédaction. Des
ressemblances aussi caractéristiques, aussi considérables entre celle
des branches de la première rédaction qui a été écrite la dernière, et
la seconde rédaction confirment d'une manière frappante la date plus
récente que nous avons assignée à la composition de celle-ci. En
effet, supposer, comme on l'a fait, que la première rédaction
proprement dite est postérieure à la seconde rédaction, c'est supposer
que Froissart a substitué de gaieté de cœur, 1º de 1350 à 1356, un
fragment emprunté et insipide à une version plus originale dont il
était l'auteur; 2º de 1372 à 1377, un texte imparfait à un texte plus
complet et meilleur, en un mot, à un texte revisé. Une telle hypothèse
n'est-elle pas contraire à la vraisemblance?


§ 4. _De la première rédaction proprement dite;--classement des
manuscrits de cette rédaction._

Les manuscrits de la première rédaction sont extrêmement nombreux; on
en compte environ cinquante, tandis que la seconde n'est représentée
que par les deux exemplaires d'Amiens et de Valenciennes, et la
troisième par le texte unique de Rome. Une disproportion aussi énorme
peut être considérée comme un argument de plus en faveur de la
priorité de la rédaction qui compte un si grand nombre de copies, car
il tombe sous le sens que des trois rédactions, c'est la première en
date qui a dû être le plus tôt et le plus souvent reproduite.
L'expérience enseigne que, dans ce cas, l'avantage reste quelquefois
au premier occupant; mais cela est surtout vrai lorsqu'il s'agit d'une
transcription aussi longue et aussi coûteuse que celle du premier
livre des Chroniques. Serait-il téméraire d'attribuer, en partie du
moins, à l'apparition plus tardive des seconde et troisième rédactions
la rareté vraiment singulière des exemplaires qui les représentent?

Des cinquante manuscrits de la première rédaction, plus de quarante
appartiennent à la première rédaction proprement dite; il reste
six mss. seulement de la première rédaction revisée. Encore faut-il
comprendre parmi ces six un ms. où le premier livre presque tout
entier est perdu, un simple fragment et un abrégé.

On a prévenu le lecteur qu'il ne devait pas chercher ici une
description des manuscrits; diverses raisons ont fait renvoyer cette
description à la fin de l'édition. Le tableau sommaire qu'on trouvera
ci-dessous n'en a pas moins coûté à l'éditeur plus de six mois de
travail; il a nécessité de lointains voyages et des recherches sans
nombre. Il a présenté d'autant plus de difficultés qu'il est
impossible de grouper les manuscrits par familles, en se fondant sur
les caractères saillants, extérieurs et pour ainsi dire matériels de
ces mss. L'éditeur avait, au début de son travail, nourri cette
illusion; mais il a dû y renoncer après bien des tâtonnements et de
vains efforts. Ainsi, il semble au premier abord que les manuscrits où
le premier livre est coupé au même endroit et se termine beaucoup plus
tôt que dans les autres, doivent être rattachés à la même famille; et
pourtant il est tel cas où l'on s'égarerait infailliblement en suivant
cette méthode. Le ms. de Besançon, par exemple, ne contient pas trois
ou quatre chapitres qui terminent le premier livre dans les mss. 2649,
2663, 2674, etc., et néanmoins il appartient à la même famille que ces
derniers exemplaires. Au contraire, le ms. de notre Bibliothèque
impériale coté 86 et le ms. de Breslau finissent l'un et l'autre le
premier livre au siége de Bourdeilles, en 1369; ce qui n'empêche pas
ces copies de se rattacher à deux familles différentes.

Écartant donc ces apparences trompeuses et ces analogies purement
superficielles, il a fallu pénétrer plus avant pour essayer de saisir
les caractères vraiment génériques qui sont les _variantes du texte_.
On comprend tout ce qu'une pareille tâche exige de comparaisons
minutieuses et combien ces comparaisons sont difficiles lorsqu'elles
doivent porter sur d'énormes manuscrits souvent fort éloignés les uns
des autres! Heureusement, un fil conducteur nous a guidé dans ce
dédale: ce fil, nous l'avons trouvé dans les titres des chapitres qui,
provenant uniquement du fait des copistes, constituent un indice à peu
près sûr de l'identité des variantes et par suite de la communauté
d'origine des manuscrits où ces intitulés ajoutés au texte sont
semblables. Conformément à cette méthode, on n'a rangé dans la même
famille que les manuscrits dont le texte présente des modifications
identiques qui leur sont exclusivement propres et que l'on ne retrouve
point dans les autres. Toutefois, une exception a été admise en faveur
de certains exemplaires qui, tout en offrant généralement les mêmes
variantes que ceux auxquels on les a réunis, se distinguent cependant
de ceux-ci par des différences plus ou moins notables, sans qu'on
puisse d'ailleurs les rattacher à une autre famille. Ces manuscrits
excentriques ont été joints à ceux dont ils se rapprochent le plus;
seulement, on les a laissés en dehors de l'accolade pour bien marquer
leur singularité.

MSS. DE LA PREMIÈRE RÉDACTION

PREMIÈRE CLASSE.

MSS. DONT LE TEXTE EST COMPLET.

             Mss. A  1 == ms. de la bibl. de la ville de Besançon.
                 {A  2 == ms. 2649[46].
                 {A  3 == ms. 2663.
   1re famille.  {A  4 == ms. 2674.
                 {A  5 == ms. 6471.
                 {A  6 == ms. de la bibl. royale de la Haye.

                 {A  7 == ms. 2655.
                 {A  8 == ms. 2641.
   2e famille.   {A  9 == ms. 2642.
                 {A 10 == ms. 131 de sir Thomas Phillipps, à Cheltenham.

                 {A 11 == ms. 2640.
   3e famille.   {A 12 == ms. 2675.
                 {A 13 == ms. 2657.
                 {A 14 == ms. de la bibl. de la ville d'Arras.

                 {A 15 == ms. 6474.
   4e famille.   {A 16 == ms. de lord Ashburnham, à Ashburnham-Place.
                 {A 17 == ms. de la bibl. de l'Université de Leyde.

                 {A 18 == ms. 2662.
   5e famille.   {A 19 == ms. no 67 du fonds Arundel au British Museum.

  [46] Les manuscrits désignés simplement par un chiffre
  appartiennent à notre Bibliothèque impériale. Il faut ajouter à
  la liste ci-jointe, le bel exemplaire du premier livre conservé
  dans la bibliothèque du château de Branitz (Prusse).
  Malheureusement, il ne nous a pas été donné de voir, d'étudier
  nous-même ce manuscrit; et les renseignements transmis par Son A.
  le prince de Puckler-Muskau ne nous ont pas permis de le
  comprendre dans notre classement.


PROPREMENT DITE == MSS. A.

SECONDE CLASSE.

MSS. DONT LE TEXTE EST PLUS OU MOINS ABRÉGÉ.

               {A 20 == ms. 86.
  1re famille. {A 21 == ms. de la bibl. de la ville de Berne.
               {A 22 == ms. du fonds de la bibl. royale au British
                        Museum.

               {A 23 == ms. 2643.
               {A 24 == ms. 2665 à 2667.
  2e famille.  {A 25 == ms. 15486.
               {A 26 == ms. 144 de la bibl. de l'Arsenal, à Paris.
               {A 27 == ms. de la bibl. de la ville de Saint-Omer.
               {A 28 == ms. de la bibl. de la ville de Carpentras.
               {A 29 == ms. de la bibl. de la ville de Breslau.

               {A 30 == ms. 2651.
  3e famille.  {A 31 == ms. de la bibl. de la ville de Tours.
               {A 32 == ms. de la bibl. de la ville de Toulouse.
               {A 33 == ms. du musée Hunter, à Glasgow.


TROISIÈME CLASSE.

FRAGMENTS.

    {A 34 == ms. 2677.
    {A 35 == ms. 2647.
    {A 36 == ms. Laud misc. 745 de la bibl. Bodléienne, à Oxford.
     A 37 == ms. de la bibl. de la ville de Rouen.


QUATRIÈME CLASSE.

ABRÉGÉS PROPREMENT DITS.

    A 38 == ms. 5005.
    A 39 == ms. HF 145 de la bibl. de l'Arsenal.
    A 40 == ms. de la bibl. royale de Bruxelles.

Dans ce tableau comme dans tout le cours de notre édition, la première
rédaction proprement dite est désignée par la lettre A suivie d'un
chiffre qui varie pour chacun des manuscrits de cette rédaction.

La première classe comprend les manuscrits où le texte du premier
livre est reproduit intégralement; non qu'il n'y manque çà et là des
mots ou même des membres de phrase, mais ces lacunes résultent de
l'inadvertance des copistes et n'ont pas le caractère de suppressions
systématiques.

Dans la première famille de cette classe, le ms. de Besançon a[47] été
mis à part, non-seulement à cause de son antiquité exceptionnelle,
mais encore parce que le premier livre, s'il s'étend beaucoup plus
loin dans cet exemplaire que dans les cinq congénères, manque en
revanche des trois ou quatre chapitres qui le terminent dans ces
derniers mss.

  [47] Mon ami, M. A. Castan, a publié une excellente étude sur le
  ms. de Saint-Vincent de Besançon. _Bibl. de l'École des Chartes_,
  t. XXVI, p. 114 à 148. Buchon croyait ce manuscrit égaré si non
  perdu; M. Castan ne l'a pas seulement retrouvé, il a éclairci
  toutes les questions qui s'y rattachent.

La seconde famille (mss. A 7 à 10[48]) comprend les copies à la fois
les moins étendues et les plus anciennes du premier livre; ces
manuscrits ont cela de très-particulier qu'ils ne semblent pas dériver
les uns des autres et ne présentent pas toujours les mêmes variantes.

  [48] Sur la manière dont se terminent ces manuscrits, voyez ce
  qui a été dit plus haut, p. XIII et XIV, XXVII et XXVIII.

Les troisième, quatrième et cinquième familles de la première classe
(mss. A 11 à 19) sont plus modernes que les deux familles
précédentes; et un certain nombre d'additions des mss. A 11 à 19, mais
surtout des mss. A 11 à 14, ne doivent provenir que du fait des
copistes.

La seconde classe embrasse les manuscrits où le texte est tantôt
complet, tantôt plus ou moins abrégé. Dans les exemplaires de cette
classe, les lacunes, les abréviations, au lieu d'être comme dans ceux
de la première une exception due à la distraction d'un scribe,
deviennent la règle; et ce système de suppressions s'étend à toutes
les parties, on pourrait presque dire à tous les chapitres du texte.

La première famille de la seconde classe (mss. A 20 à 22) dérive de la
première famille de la première classe (mss. A 1 à 6).

Le texte est encore plus abrégé dans les mss. A 23 à 28 que dans les
mss. A 20 à 22.

Si dans la deuxième famille de la seconde classe le ms. de Breslau a
été mis en dehors de l'accolade, c'est qu'à partir de 1340 le texte y
est plus développé et offre certains détails qu'on ne trouve pas dans
les autres mss. de la même famille.

Les simples fragments du premier livre sont rangés dans la troisième
classe. Les mss. 34 à 36, qui sont la reproduction les uns des autres,
ne contiennent que le commencement du premier livre; le texte,
d'ailleurs complet, de ces mss. s'arrête à la mort de Philippe de
Valois en 1350. Quant au ms. de Rouen, découvert et signalé pour la
première fois par M. Delisle, on n'y trouve que des chapitres
détachés.

Les mss. A 38 à 40, qui composent la quatrième classe, renferment le
même résumé des quatre livres des Chroniques abrégés chapitre par
chapitre; le premier livre est divisé dans ce résumé en 167 chapitres.


§ 5. _De la première rédaction revisée;--classement des manuscrits de
cette rédaction._

La première rédaction revisée, comparée à la première rédaction
proprement dite, présente trois différences caractéristiques: 1º le
texte des onze premiers paragraphes du premier livre est différent
dans les deux rédactions; 2º de 1350 à 1356, la première rédaction
revisée substitue un récit plus ample au fragment fort sec que la
première rédaction proprement dite offre pour la même période; 3º de
1372 à 1378, le texte de la première rédaction proprement dite est
revisé et développé dans la première rédaction appelée pour cette
raison _revisée_.

Ces deux dernières différences sont tout à l'avantage de la première
rédaction revisée et prouvent surabondamment, comme nous l'avons dit
plus haut, qu'elle a été composée après la première rédaction
proprement dite sur laquelle elle constitue un progrès notable. Il
n'en est pas ainsi de la première différence: on trouve dans les
manuscrits de la branche plus ancienne un meilleur texte que dans ceux
de la branche plus moderne. Serait-ce pour cette raison qu'il a été
reproduit dans la seconde rédaction de préférence à celui de la
première rédaction revisée?

Suivant une remarque déjà faite, les manuscrits de Froissart sont
d'autant plus nombreux que la rédaction qu'ils représentent est plus
ancienne. Le nombre des exemplaires de la première rédaction
revisée confirme cette observation. Cette rédaction ne compte
aujourd'hui que trois manuscrits complets; mais notre Bibliothèque
impériale en possède un quatrième exemplaire dont malheureusement le
tome I, qui contenait la plus grande partie du premier livre, ne se
retrouve plus. L'Anglais Johnes, qui vivait au commencement de ce
siècle et dont il paraît que la riche collection a péri dans un
incendie, devait aussi avoir en sa possession au moins un manuscrit de
la rédaction dont il s'agit, puisqu'il a signalé et publié le premier
certaines variantes propres à cette rédaction[49]; et la bonne leçon
de 1350 à 1356, renvoyée en appendice à la fin du ms. du fonds Arundel
67 au British Museum, avait peut-être été extraite au quinzième siècle
des manuscrits qui plus tard ont appartenu au châtelain de Hafod. On
arrive ainsi pour la première rédaction revisée à un total de cinq
manuscrits au moins contre quarante de la première rédaction
proprement dite, deux de la seconde, un seulement de la troisième.

  [49] Voyez l'édition imprimée par Johnes en son château d Hafod
  en 1803, formats in-4º et in-8º. Johnes est également l'auteur
  d'une traduction anglaise des _Mémoires de la Curne de
  Sainte-Palaye sur Froissart_, qui parut à Londres en 1801. Notre
  chroniqueur a su toujours inspirer de belles passions à nos
  voisins; espérons que Johnes aura des successeurs.


Mss. DE LA PREMIÈRE RÉDACTION REVISÉE == Mss. B.

   B 1 == ms. 6477 à 6479[50].
  {B 2 == (t. I manque); t. II coté 5006 (du f{o} 1 au f{o} 104).
  {B 3 == ms. 20356 et 20357[51] (du f{o} 1 au f{o} 81 v{o}).
   B 4 == ms. de Mouchy-Noailles, à Mouchy-le-Châtel.

   B 5 == ms. du fonds Arundel 67 au British Museum (du f{o} 358 au
          f{o} 373).

   B 6 == ms. 10144 (du f{o} 422 au f{o} 532 et du f{o} 809 au
          f{o} 886).

  [50] Dans ce tableau, comme dans le précédent, les manuscrits
  désignés par un simple chiffre appartiennent à notre Bibliothèque
  impériale.

  [51] Ce manuscrit, qui provient du fonds de Gaignières, est
  toujours appelé dans les variantes du texte de ce volume: _Ms. de
  Gaignières_. Dans les volumes suivants, il sera désigné sous la
  rubrique B3, le ms. 6477 à 6479 sous la rubrique B1, le ms. de
  Mouchy-Noailles sous la rubrique B4.

Dans le tableau qui précède et dans le cours de cette édition, de même
que la lettre A désigne la première rédaction proprement dite, la
lettre B correspond à la première rédaction revisée dont les divers
manuscrits sont indiqués par les chiffres qui suivent B.

A défaut du tome I aujourd'hui perdu du manuscrit B2, le manuscrit B1,
le plus ancien de beaucoup et le meilleur de la branche dont il fait
partie, a été adopté comme texte du premier livre; et l'on exposera
plus loin les raisons qui ont dicté ce choix[52].

  [52] Voyez le chapitre I de la seconde partie de cette
  introduction.

Les mss. B2 et B3 offrent le même texte, plus ancien dans le ms. B2,
plus moderne dans le ms. B3 qui n'est qu'une copie du premier;
voilà pourquoi ces deux mss. ont été réunis par une accolade. Une main
postérieure a pris à tâche de faire disparaître du ms. B2, en grattant
ou en ajoutant des lettres à certains mots, une empreinte wallonne
très-caractérisée ainsi que les signes usités dans notre ancienne
langue pour marquer la distinction du cas sujet et du cas régime qui
est encore généralement observée dans ce précieux ms. Il est fâcheux
que nous ne connaissions pas la date précise de l'exécution du ms. B3:
nous saurions ainsi à quelle époque la fameuse règle de l's est
devenue, non-seulement une lettre close, mais encore un objet de
scandale pour ceux qui faisaient copier ou copiaient les manuscrits.
Ce qui prouve, malgré la différence de l'orthographe, que le ms. B3 a
été copié sur le ms. B2, c'est que la plupart des notes marginales du
t. II coté 5006 se trouvent reproduites sur les marges du t. II de
l'exemplaire provenant du fonds de Gaignières coté 20357.

Les mss. B1, B2-3 et B4 ont cela de particulier qu'aucun des trois n'a
été copié sur l'un des deux autres[53]; en d'autres termes, chacun
d'eux a sa valeur propre et indépendante. La rareté relative des
exemplaires de la première rédaction revisée rend cette circonstance
doublement précieuse.

  [53] Sur la manière dont se termine le premier livre dans les
  divers manuscrits de la première rédaction revisée, voyez plus
  haut la fin du § 2, p. XIII et XIV, XXVII et XXVIII.

Comme le ms. du British Museum fonds Arundel no 67 appartient à la
première rédaction proprement dite, il ne donne pour la partie du
premier livre comprise entre 1350 et 1356 que le sec fragment qui
caractérise les exemplaires de cette branche. Mais une note placée en
marge du ms., au feuillet 173, renvoie à la leçon plus ample propre à
la première rédaction revisée que le copiste du ms. Arundel avait sans
doute connue trop tard pour l'insérer dans le corps du texte. Cette
note est conçue en ces termes: «Après ceste presente rubriche de rouge
coumensant: _Coument le roy Phelippe de France trespassa_, fault seize
feiles lesquelx vous trouverez au dernier du livre. Et coumence la
rubriche de rouge: _Du chapelet de perles que le roy Edouart
d'Angleterre donna_....» Le fragment du ms. Arundel figure sous la
rubrique B5 dans le tableau des mss. de la première rédaction revisée
et sera désigné ainsi dans notre édition.

On conserve à notre Bibliothèque impériale sous le numéro 10144 un
abrégé du premier livre tellement original qu'on pourrait le
considérer presque comme une quatrième rédaction. Cet abrégé se
termine par l'_explicit_ suivant: «Che sont les croniques de
Froissart. Cest croniques escript Bertoulet Lebrun, archiés de corps
de Phelippe duc de Bourgoigne, que Dieu absol! et le commencha au Noel
mil CCCLXXVII[54]; et furent fait quinze jours devant le Saint Jehan
Baptiste en sievant. Et priés à Dieu pour luy, et il pri[er]a à Dieu
pour vout (sic) et pour tous vos amis. Et avoit le dit Bertoulet
soissante trois ans quant il furent parfait.» Le caractère
paléographique du ms. 10144 s'accorde bien avec la date de 1477 que le
copiste a voulu écrire, et l'orthographe de ce ms. sent, comme on
vient de le voir, son archer d'une lieue. D'ailleurs, rien dans le
contenu de cet abrégé n'autorise à mettre en doute l'authenticité de
l'exemplaire unique qui nous l'a conservé. Il porte comme tous les
bons manuscrits des Chroniques une forte empreinte de dialecte wallon;
et il rectifie ou complète parfois heureusement les autres rédactions
du premier livre[55].

  [54] Le copiste doit avoir oublié un C. Ces mots: _que Dieu
  absol_ ne peuvent se rapporter qu'à Philippe le Bon, duc de
  Bourgogne, mort à Bruges le 14 juin 1467.

  [55] Notre édition est la seule où l'on ait utilisé ce précieux
  abrégé.

Le ms. 10144 contient, du feuillet 423 au feuillet 532, pour les
années 1350 à 1356, le même texte, mais plus abrégé, que les mss. de
la première rédaction revisée. Il renferme aussi, à partir du feuillet
809, pour les années 1372 à 1375, un sommaire de la version
particulière à ces mêmes manuscrits. Ces deux circonstances nous ont
déterminé à le classer sous la rubrique B6 parmi les exemplaires de la
première rédaction revisée.



CHAPITRE II.

  DE LA SECONDE RÉDACTION;--MANUSCRITS D'AMIENS ET DE
    VALENCIENNES;--CARACTÈRES DISTINCTIFS DE CETTE RÉDACTION.


La seconde rédaction ne nous est parvenue que dans les deux manuscrits
d'Amiens et de Valenciennes.

Le manuscrit d'Amiens[56] est le seul qui représente la seconde
rédaction d'une manière complète; il contient le premier livre
tout entier de 1325 à 1377 et se termine par la même phrase que le ms.
de notre Bibliothèque impériale 6477 à 6479, le plus ancien texte
aujourd'hui conservé de la première rédaction revisée: «En ce temps se
faisoit une grant assamblée de gens d'armes en le marce de Bourdiaux
au mandement dou ducq d'Anjou et du conestable, car il avoient une
journée arestée contre les Gascons englès de laquelle je parlerai plus
plainement quant j'en seray mieux enfourmez.»

  [56] Grand in-fol. vélin de 208 feuillets. Le texte est disposé
  sur deux colonnes dont chacune a soixante lignes. Ecriture de la
  première moitié du quinzième siècle.

Le manuscrit de Valenciennes[57] renferme seulement la partie du
premier livre qui embrasse le récit des événements de 1325 à 1340.
Sauf l'addition d'un chapitre où Froissart décrit la cérémonie
d'investiture d'Édouard III comme vicaire de l'Empire[58], le
manuscrit de Valenciennes n'est, malgré de nombreuses variantes de
détail, qu'un abrégé de la partie correspondante de la seconde
rédaction; et si cet abrégé n'a pas été rédigé d'après le manuscrit
d'Amiens lui-même, comme la reproduction de certaines fautes qui ne
peuvent provenir que de la distraction du copiste de ce dernier
manuscrit le fait supposer[59], du moins il a été certainement exécuté
d'après un modèle commun.

  [57] In-4º papier de 123 feuillets. Le texte est disposé sur une
  seule colonne. Écriture de la fin du quinzième siècle.

  [58] P. 425 à 427 de ce volume.

  [59] Voyez la note de la p. 329.

Les armes de la maison de Croy, écartelées de Craon et de Luxembourg,
qui sont inscrites en tête du premier feuillet du ms. d'Amiens,
donnent lieu de croire que ce ms. a été exécuté pour Jean de Croy,
comte de Chimay, conseiller et chambellan de Philippe le Bon, duc
de Bourgogne, mort à Valenciennes en 1472. On lit également entre les
jambages de la première lettrine du ms. de Valenciennes la signature
autographe d'un Croy; il y a lieu de supposer par conséquent que
l'exemplaire avait appartenu à ce seigneur avant de faire partie de la
bibliothèque de la ville où est né Froissart. On voit que les deux
manuscrits d'Amiens et de Valenciennes ont la même origine. D'un autre
côté, la seconde rédaction, certainement postérieure à 1376, a dû être
composée, comme nous le verrons tout à l'heure, à l'instigation et
sous les auspices de Gui de Châtillon, II du nom, comte de Blois,
_seigneur de Chimay et de Beaumont, ses deux résidences de
prédilection_. Or, les châteaux de Chimay et de Beaumont passèrent
plus tard aux Croy: il n'est donc pas étonnant que les deux
exemplaires, qui nous restent de la seconde rédaction, portent le nom
et les armes de cette illustre famille. N'y a-t-il pas entre tous ces
faits une liaison et une harmonie frappantes?

Au point de vue de la langue, on remarque d'ailleurs une ressemblance
notable entre les deux exemplaires qui nous restent de la seconde
rédaction. La notation wallonne de l'article féminin: _le_ pour _la_
est commune aux manuscrits d'Amiens et de Valenciennes; elle est
toutefois plus usitée dans le premier que dans le second. Un autre
trait caractéristique de l'orthographe wallonne, qui consiste à
remplacer par un double _w_, le _b_, le _v_ ou l'_u_ étymologique de
certains mots, par exemple dans e_w_ist, de_w_ist, pe_w_ist[60] et
même à ajouter parfois entre deux voyelles un double _w_
parasite, ce trait apparaît seulement dans le manuscrit d'Amiens. En
revanche, tous les exemples de _leur_ employé adverbialement pour _là
où_, relevés jusqu'à ce jour par l'éditeur, appartiennent à l'abrégé
de Valenciennes[61].

  [60] P. 244, dernière ligne, 264, 277, 281, 297, 308, 383, etc.
  Le manuscrit 6477-6479, auquel nous avons emprunté le texte du
  premier livre et où l'empreinte wallonne est aussi très marquée,
  offre parfois la même particularité. Voyez p. 19, l. 17.

  [61] «.... si qu'ilz ne seurent dedens deux jours _leur_ il
  estoient.» f{o}o 9 v{o}.--«.... liiez sur une esquielle _leur_
  tout le peuple le veoient.» f{o} 12 v{o}.

Malgré de nombreuses exceptions dues à l'influence, à la prépondérance
croissantes du dialecte français, l'emploi du _ch_ à la place du _ç_
doux français et du _c_ dur au lieu du _ch_ français, commun à
l'origine aux dialectes picard, wallon et même normand, est encore
assez général dans les manuscrits d'Amiens et de Valenciennes avec
cette différence que le changement du _ç_ doux en _ch_ est beaucoup
plus fréquent dans le premier de ces manuscrits, et l'usage du _c_ dur
plus marqué et plus étendu dans le second. Ainsi, on lit d'ordinaire:
_ch_ité[62], pourvean_ch_e[63] dans le ms. d'Amiens et: _c_ité[64],
pourvean_c_e[65] dans le ms. de Valenciennes; en retour, le ms. de
Valenciennes écrit: wi_q_uet[66] et clo_q_ue[67] là où l'on trouve
dans le ms. d'Amiens: gui_ch_et[68], clo_c_e[69] ou clo_ch_e[70]. Le
ms. d'Amiens substitue même parfois un _ch_ au _c_ dur picard comme
dans: pour_ch_achier[71] ou au _c_ dur français, par exemple, dans:
_ch_ouchièrent[72]; mais ce sont là des exceptions, ainsi que le
prouvent d'autres passages où les mots cités figurent sous la forme
ordinaire, et ces exceptions doivent sans doute être mises sur le
compte de l'allitération[73].

  [62] P. 253.

  [63] p. 277.

  [64] Ms. de Valenciennes, f{o} 12 v{o}.

  [65] _Ibid._, f{o} 18 v{o}.

  [66] P. 446.

  [67] p. 485 et 490.

  [68] p. 445.

  [69] p. 490.

  [70] p. 485.

  [71] P. 221: «.... acquerre et pourchachier amis et
  confortans....» _Pourchachier_ est une forme wallonne du français
  actuel _pourchasser_.

  [72] P. 333: «.... il chouchièrent grant foison d'arbres et de
  bois....» _Chouchier_ est une forme vraiment étrange qui pourrait
  bien être l'équivalent de _couchier_.

  [73] En attendant le glossaire qui doit être joint à cette
  édition, c'est ici l'occasion de signaler aux philologues le mot
  _kecke_ dans le passage suivant du ms. d'Amiens: «.... chiaux de
  se _kecke_ ensanglantés....» Voyez page 264. M. Kervyn a lu:
  _sieute_. OEuvres de Froissart, _Chroniques_, t. II, p. 123.
  C'est bien le sens, mais _sieute_ n'est pas dans le manuscrit.

La seconde rédaction présente deux particularités par où elle se
rapproche tour à tour des deux branches de celle qui l'a précédée:
ainsi les onze paragraphes du commencement du premier livre jusqu'au
départ d'Isabelle pour l'Angleterre en 1326 sont semblables dans les
manuscrits d'Amiens et de Valenciennes et dans ceux de la première
rédaction proprement dite, tandis que de 1372 à 1377 le texte plus
ample qui caractérise les exemplaires de la première rédaction revisée
est reproduit dans le ms. d'Amiens. Cette dernière ressemblance est
importante au plus haut point et mérite une attention spéciale: elle
tend à prouver tout à la fois, pour le dire en passant, que la
première rédaction revisée et la seconde rédaction sont l'une et
l'autre postérieures à la première rédaction proprement dite.

Pour toute la partie du premier livre, comprise entre le retour
d'Isabelle en Angleterre en 1326 et la reddition de la Rochelle en
1372, les première et seconde rédactions offrent encore çà et là des
parties communes; on peut dire néanmoins qu'entre ces deux dates la
seconde rédaction est profondément distincte de la première dans
le fond aussi bien que dans la forme.

On a vu dans le chapitre précédent que la première rédaction s'est
formée successivement et par parties. Il ne semble pas qu'il en ait
été ainsi de la seconde; du moins on ne distingue dans le ms. d'Amiens
aucune trace de ces lacunes, de ces sutures si visibles dans les
exemplaires de la première.

A quelle date a été composée la seconde rédaction? La réponse à cette
question a été faite plus haut[74], mais il importe de reproduire ici
textuellement les deux passages des manuscrits d'Amiens et de
Valenciennes qui ont dicté cette réponse. On lit dans le ms. d'Amiens:
«Et puis fu chils enfez prinche de Gallez et très bons, hardis et
entreprendans chevaliers et qui durement et fierement guerria tant
qu'il vesqui; _mès il mourut dès le vivant le roy son père_, ensi
comme vous orez en ceste histoire[75].» F{o} 20. Ce passage se
retrouve en abrégé dans le ms. de Valenciennes: «.... et fist en
France et ailleurs moult de beaux fais d'armes, et _mourut josne du
vivant son père_[76].» F{o} 42. Ainsi dès les premiers feuillets des
manuscrits d'Amiens et de Valenciennes il est fait mention de la mort
du prince de Galles qui eut lieu en 1376: on est forcé d'en conclure
que la seconde rédaction n'a pu être composée qu'après cette date.

  [74] Voyez chap. I, § 1, p. VII à IX.

  [75] P. 349.

  [76] P. 349, en note.

Rien n'autorise à supposer que le passage dont il s'agit est le
résultat d'une interpolation; outre que cette supposition serait
gratuite, un détail matériel du manuscrit d'Amiens la rend tout à fait
inadmissible. Les premiers feuillets de ce ms. présentent un
caractère particulier qui frappe le lecteur: la plupart des noms
propres y sont laissés en blanc[77] ou bien ils sont affreusement
estropiés. On y lit, par exemple: «Phelippes de _Valeur_[78]» pour
«Phelippes de Valois.» Ces lacunes ou ces erreurs grossières sont
d'autant plus étranges qu'on les rencontre seulement dans les premiers
feuillets et que le manuscrit est du reste exécuté avec beaucoup de
soin. On parvient à les expliquer en supposant que le copiste avait
sous les yeux un brouillon en écriture cursive plus ou moins illisible
dont il n'avait pas encore l'habitude quand il a écrit ces premiers
feuillets: il a deviné d'abord plutôt qu'il n'a lu les mots
ordinaires; les noms propres sont les seuls que le contexte n'aide pas
à déchiffrer, c'est pourquoi il les a estropiés ou laissés en blanc;
puis, il s'est vite accoutumé à ce grimoire, il en a trouvé la clef,
et alors les lacunes et les bévues monstrueuses ont disparu presque
entièrement de sa copie. En même temps que ces lacunes attestent chez
le copiste le désir de reproduire servilement et scrupuleusement le
modèle, elles font supposer que ce modèle était un autographe ou du
moins un original en caractères tracés à la hâte sous la dictée de
Froissart, car l'écriture des manuscrits de cette époque exécutés à
loisir par des scribes proprement dits est généralement plus ou moins
posée et dans tous les cas très-lisible.

  [77] Voyez nos variante, p. 211, 213, 217, etc. Les lacunes du
  manuscrit d'Amiens ont été comblées à l'aide du texte de
  Valenciennes.

  [78] P. 211, l. 14.

Cette explication est trop naturelle pour ne s'être pas déjà
présentée à l'esprit des érudits qui ont examiné le manuscrit
d'Amiens. «Le manuscrit d'Amiens, dit M. Rigollot, a été _copié avec
beaucoup de scrupule, peut-être sur un manuscrit autographe_; on
remarque sur le premier feuillet que plusieurs mots sont restés en
blanc, probablement parce que le copiste n'avait pu les lire sur les
premières pages de l'original qui auront été plus usées que les
autres[79].» On ne saurait donc attribuer à une interpolation le
passage qui mentionne dès les premiers feuillets des manuscrits
d'Amiens et de Valenciennes la mort du Prince Noir; d'où il suit, pour
le répéter encore une fois, que la seconde rédaction est dans toutes
ses parties postérieure à 1376.

  [79] Mémoire sur le manuscrit de Froissart de la ville d'Amiens
  et en particulier sur le récit de la bataille de Crécy, par M.
  Rigollot, dans le t. III des _Mémoires de la société des
  antiquaires de Picardie_, p. 133, en note.

Cette date de 1376 nous amène à l'époque où les liens les plus étroits
qui unissaient Froissart au pays adoptif de Philippe de Hainaut, à la
patrie du Prince Noir, sont désormais rompus; c'est aussi le temps où
la France se relève grâce à la sagesse de Charles V, à l'épée de
Duguesclin et fait reculer de jour en jour ses envahisseurs. Lorsque
l'auteur des Chroniques composa de 1369 à 1373 la partie de sa
première rédaction antérieure à ces deux dates, il venait de passer
huit années à la cour d'Angleterre; il avait entendu raconter par des
chevaliers de cette nation les victoires qui avaient porté si haut la
gloire d'Édouard III, notamment celles de Crécy et de Poitiers: enfin
le récit même qu'il entreprenait lui était commandé, il a soin de nous
le dire dans le prologue, par ce Robert de Namur qui, entré au service
du roi son beau-frère depuis le siége de Calais en 1346,
combattait encore dans les rangs des Anglais à la chevauchée de
Tournehem en 1369. Qui s'étonnerait après cela que Froissart ayant
vécu si longtemps dans un pareil milieu et resté soumis à la même
influence nous ait donné presque toujours dans sa première rédaction
la version anglaise des grands événements de cette période et entre
autres du siége de Calais, des batailles de Crécy et de Poitiers! Qui
ne comprend que le peintre a pu sans parti pris faire prédominer la
couleur anglaise dans ses tableaux! Comme cette couleur se présentait
seule sous sa palette, elle est venue pour ainsi dire d'elle-même
s'empreindre sur la toile.

Mais après 1376 nous trouvons le curé des Estinnes, le poëte de
Wenceslas, le chapelain du comte de Blois placé dans un tout autre
milieu, soumis à des influences bien différentes. Wenceslas de
Luxembourg, duc de Brabant, était fils de cet héroïque roi de Bohême
qui avait voulu, quoique aveugle, se faire tuer à Crécy en combattant
pour la France. «Wenceslas, dit excellemment M. Pinchart, quoique
d'origine allemande, avait reçu, comme ses prédécesseurs, une
éducation toute française. Il introduisit au palais de Bruxelles bien
des changements calqués sur la cour des rois de France qu'il avait
souvent visitée: entre autres voyages qu'il y fit, Jeanne et lui
furent présents au sacre de Charles V à Reims en 1364; _ils avaient
même pour ce prince une affection telle qu'ils portèrent le deuil à sa
mort_[80].»

  [80] _Études sur l'histoire des arts au moyen âge_, par Pinchart,
  p. 17 et 18.

La cour de Gui II de Châtillon était encore plus propre que celle de
Wenceslas à dépayser les affections, les préventions de l'ancien clerc
de la reine Philippe et à diminuer l'ascendant de ses souvenirs
anglais. Champenoise d'origine et chevaleresque entre toutes,
l'illustre maison de Châtillon à laquelle appartenait Gui était
vraiment deux fois française. Le père de Gui, Louis de Châtillon avait
succombé à Crécy sous les coups des Anglais; et sa mère, Jeanne de
Hainaut était la fille unique de Jean de Hainaut qui, rallié à la
France, s'était tenu constamment aux côtés de Philippe de Valois dans
la désastreuse journée du 26 août 1346. Gui lui-même avait été donné
en otage au roi d'Angleterre à l'occasion de la mise en liberté du roi
Jean; et pour se racheter il avait dû céder par un contrat passé à
Londres le 15 juillet 1367 son comté de Soissons à Enguerrand, sire de
Coucy. Fait plus tard chevalier pendant une croisade contre les païens
de la Prusse, Gui s'était joint en 1370 aux ducs de Berry et d'Anjou
et avait pris part en Guyenne à la guerre contre les Anglais; en 1382
enfin il commandait l'arrière-garde de l'armée française à Roosebecke.
Écrite certainement après 1376 et probablement de 1376 à la fin de
1383, époque où mourut Wenceslas et où Froissart fut attaché
définitivement au service de Gui de Blois, la seconde rédaction a été
composée dans le milieu, sous la double influence que nous venons
d'indiquer; et si l'auteur ne l'a pas fait précéder d'une dédicace
comme il en avait mis une dans le prologue de la première, ne
serait-ce point parce qu'il lui répugnait de manifester une préférence
entre deux puissants protecteurs dont il avait également à se louer et
qui avaient prodigué l'un et l'autre à son œuvre leurs
encouragements[81]?

Toutefois, c'est la veine poétique du rimeur du Méliador que le
romanesque Wenceslas semble avoir surtout favorisée et récompensée,
tandis que Gui de Blois mieux inspiré encouragea avec une prédilection
singulière le génie narratif et historique du chroniqueur. Une foule
de passages de la seconde rédaction que l'on chercherait vainement
dans la première trahissent la sympathie de Froissart pour la maison
de Blois. Ainsi, dès les premières lignes du prologue des manuscrits
d'Amiens et de Valenciennes, notre chroniqueur cite parmi les plus
vaillants chevaliers de France «messires _Carles de Blois_[82]» dont
il n'avait fait nulle mention dans la rédaction dédiée à Robert de
Namur. Il dira plus loin en parlant de ce même Charles de Blois qu'il
était «le mieux et le plus grandement enlinagiés en Franche et qui le
plus y avoit de prochains de tous costés et de bons amis,» et l'on
voit en comparant les deux rédactions que cette phrase a été ajoutée
dans le récit composé après 1376.

  [81] Un extrait des comptes du receveur de Binche, publié par M.
  Pinchart, constate que, le 25 juillet 1382, le duc de Brabant fit
  don d'une somme de dix francs valant douze livres dix sous «à
  messire Jehan Froissard, curet de Lestinnez ou Mont, _pour un
  livre qu'il fist pour monseigneur_.» Qui sait si ce livre n'était
  pas un exemplaire de la seconde rédaction du premier livre?

  [82] Les mots: _Carles de Blois_ que le copiste n'avait sans
  doute pas pu lire ont été laissés en blanc dans le manuscrit
  d'Amiens, mais nous les avons restitués à l'aide du manuscrit de
  Valenciennes.

Est-ce à dire que l'auteur des Chroniques soit allé jusqu'à altérer la
vérité par dévouement pour une famille qu'il aimait? Ce serait ne pas
rendre justice à l'inspiration vraiment large et chevaleresque
qui a dicté les récits de Froissart: il a protesté d'avance contre une
telle supposition. «[Qu'on ne dise pas que je aye eu la noble
histoire] corrompue par la faveur que je aye eu au conte Gui de Blois
qui le me fist faire et qui bien m'en a payé tant que je m'en
contempte, pour ce qu'il fut nepveu et si prouchains que filz au conte
Loys de Blois, frère germain à saint Charles de Blois qui, tant qu'il
vesqui, fut duc de Bretaigne. Nennil vrayement! Car je n'en vueil
parler fors que de la verité et aler parmy le trenchant, sans
coulourer l'un ne l'autre. Et aussi le gentil sire et conte, qui
l'istoire me fist mettre sus et ediffier, ne le voulsist point que je
la feisse autrement que vraye[83].» Il y a, si nous ne nous trompons,
dans ces paroles plus et mieux qu'une simple affirmation, il y a
l'accent profond de la sincérité.

  [83] Ms. de Besançon, t. II, f{o} 333. Les premiers mots omis
  dans le ms. de Besançon ont été restitués à l'aide des mss. de
  notre Bibliothèque impériale, qui appartiennent à la même
  famille.

  [84] La forme Lestinnes, qui paraît être une abréviation de les
  Estinnes, est seule usitée dans les documents du quatorzième
  siècle.

  [85] Nous devons l'indication détaillée de cet acte, conservé aux
  Archives du Nord, dans le fonds de la Chambre des Comptes, carton
  B744, à l'obligeance de MM. Desplanque, Mannier et Losfeld. Voyez
  l'_Inventaire sommaire des archives du Nord_, t. I, p. 130 et
  131.

Froissart ne prend le titre de prêtre que dans la seconde rédaction,
et l'on sait par un compte du receveur de Binche qu'il était curé des
Estinnes dès 1373; mais ce que personne n'a fait encore remarquer
jusqu'à ce jour, c'est qu'un fief important situé aux Estinnes ou à
Lestinnes[84], suivant l'orthographe du quatorzième siècle, localité
dont le nom s'est conservé dans les deux villages des Estinnes-au-Mont
et des Estinnes-au-Val, appartenait, lorsque Froissart en fut curé, à
Gui de Blois. En effet, nous voyons par un acte daté du 6 novembre
1336[85] que Jean de Hainaut se dessaisit en faveur de Jeanne sa
fille unique, à l'occasion du mariage de celle-ci avec Louis de
Châtillon, seigneur d'Avesnes, fils aîné du comte de Blois, de
plusieurs parties de la terre de Chimay, et notamment «de tout chou
entirement qu'il a à _Lestinnes, ou tierroit et ès appartenances_.»
Or, Lestinnes dont il s'agit ici ne peut être que les Estinnes et non
Lessines[86], car la terre et seigneurie de Lessines avait été cédée
depuis quelques mois seulement à Guillaume, comte de Hainaut, en
faveur duquel Willaume de Mortagne, sire de Dossemer, ber ou baron de
Flandre, s'était déshérité de la dite seigneurie au mois d'avril
1336[87]. On sait, d'un autre côté, qu'après la mort de Louis de
Châtillon, frère aîné de Gui, en 1372, la seigneurie de Chimay et ses
dépendances échurent à ce dernier, déjà pourvu de la terre de Beaumont
en vertu d'un acte de partage du 27 avril 1361 entre lui et ses deux
frères, Louis et Jean[88]. Il faut donc prendre à la lettre les vers
suivants du _Buisson de Jonèce_ écrit en 1373 où Froissart énumérant
ses protecteurs dit au sujet de Gui de Blois:

    Et ossi mi signeur de Blois
    Loys, Jehan et Gui; des trois
    Moult acointés jà un tamps fui
    _Et especiaument de Gui_
    _Et encor le sui tous les jours;
    Car dalès li gist mes sejours:
    C'est li bons sires de Biaumont
    Qui m'amonneste et me semont_[89].

  [86] Lessines, Belgique, prov. Hainaut, arr. Thuin, chef-lieu de
  canton.

  [87] En vertu d'une transaction datée du 13 mai 1363, une rente
  de deux mille livres fut donnée par le comte de Hainaut à titre
  d'apports d'Elisabeth de Hainaut, mariée à Robert de Namur en
  1354; et cette rente fut constituée «sur les terres d'Estrew
  (Estreux), de Chièvre et de Lessine.» _Hist. généal._, par le P.
  Anselme, t. II, p. 748.

  [88] _Histoire de la maison de Chastillon-sur-Marne_, par André
  du Chesne, p. 166 et 167. Paris, 1621, in-fol.

  [89] Bibl. imp., ms. fr. 831, f{o} 157 v{o}.

On a dit que Froissart obtint le bénéfice des Estinnes grâce à l'appui
dévoué d'un de ses amis, Gérard d'Obies, prévôt de Binche, qui était
en même temps le confident le plus intime du duc Wenceslas[90]. Mais
si la collation de ce bénéfice était réservée au chapitre de Cambrai,
Gui, en sa qualité de seigneur de Chimay et probablement de Lestinnes
ou des Estinnes, devait avoir le droit de présentation: il est donc
naturel de voir dans la nomination de Froissart à une cure alors
importante le premier gage de cette faveur dont le comte Gui ne cessa
de l'entourer, et il ne faut pas s'étonner si la seconde rédaction où
se révèle l'influence toute française de la maison de Blois, a été
composée pendant le séjour du chroniqueur aux Estinnes.

  [90] _Étude littéraire sur Froissart_, par M. Kervyn, t. I, p.
  101.

Cette influence est manifeste dans le récit des grandes affaires entre
Français et Anglais telles que les journées de Crécy et de Poitiers.
Dans sa première rédaction écrite immédiatement après son retour
d'Angleterre avec des matériaux recueillis en grande partie dans ce
pays, dédiée en outre à Robert de Namur alors engagé dans le parti
d'Édouard III, Froissart avait raconté les mémorables journées des 26
août 1346 et 19 septembre 1356 surtout d'après le témoignage des
chevaliers anglais; il a pris soin d'en prévenir loyalement le
lecteur. Mais lorsque l'auteur des Chroniques entreprit et acheva
la seconde rédaction, il vivait depuis longtemps, par ses relations
avec Wenceslas et surtout avec Gui de Châtillon, dans un milieu
essentiellement français. Comme nous le disions tout à l'heure, Jean
de Bohême, père de Wenceslas, et Louis de Châtillon, père du comte de
Blois, étaient morts tous les deux à Crécy pour les fleurs de lis; le
grand-père maternel de Gui, Jean de Hainaut avait marché dans cette
journée aux côtés du roi de France, et Froissart dans sa seconde
rédaction rappelle à plusieurs reprises cette circonstance: «Et cils
qui se tenoit che jour le plus prochains dou roy, c'estoit messires
Jehans de Haynnau, car li dis roys l'avoit retenu dallez lui pour
deviser et ordonner par son conseil en partie de ses ennemis[91].» Et
plus loin: «Adonc estoit dallez le roy messires Jehans de
Haynnau[92]....» Une fois curé des Estinnes, Froissart, invité à la
table du duc de Brabant et du comte de Blois son seigneur, dut se
trouver presque tous les jours en compagnie de chevaliers qui avaient
combattu à Crécy sous la bannière de Jean de Bohême, de Louis de
Châtillon ou de Jean de Hainaut, mais tous dans les rangs français; il
leur entendit raconter avec cette conviction chaleureuse propre aux
témoins oculaires une version de la bataille à laquelle ils avaient
assisté qui différait pour certains détails de sa première narration:
sans prendre garde à ces différences, il rapporta dans la seconde
rédaction le récit des chevaliers du parti français avec la même
fidélité qu'il avait reproduit dans la première le témoignage des
gens d'armes du parti anglais. On en peut dire autant de la bataille
de Poitiers. Froissart, après avoir adopté dans le travail dédié à
Robert de Namur la version anglaise de cette journée fameuse, y a
substitué dans le remaniement postérieur à 1376 la version française.

  [91] Ms. d'Amiens, f{o} 93 v{o}.

  [92] Ibid.

Or il y avait un chroniqueur qui, longtemps avant Froissart, avait
aussi donné la version française des journées de Crécy et de Poitiers,
et en général de tous les événements postérieurs à l'année 1345,
époque où Jean de Hainaut, d'abord attaché à la cause anglaise,
s'était rallié au parti de la France: ce chroniqueur, c'était Jean le
Bel. On sait par J. de Hemricourt que le belliqueux chanoine de Liége
«fut delle hosteit monsseigneur Jehan de Haynnau, saingnor de Beamont
et de Cymay[93].» Jean le Bel, d'ailleurs, a pris soin de nous dire,
notamment en ce qui concerne la bataille de Crécy, qu'il raconte cette
bataille d'après le témoignage de Jean de Hainaut et des chevaliers
qui combattirent aux côtés du seigneur de Beaumont: «Je l'ay escript
au plus prez de la vérité, ainsy que je l'ay ouy recorder à mon
seigneur et amy messire Jehan de Haynaut, que Dieu absoulle, de sa
propre bouche, et à dix ou à douze chevaliers et compaignons de son
hostel qui furent en la presse avecques le proeu et gentil roy de
Bohesme, auxquelz les chevaulx furent tuez dessoubs eulx; et si l'ay
aussy ouy recorder en telle manière à plusieurs chevaliers anglès et
d'Alemaigne qui furent là de l'aultre partie[94].» Il n'est donc pas
surprenant que le récit de Jean le Bel et celui de Froissart dans
la seconde rédaction se ressemblent: ils dérivent d'une source
commune. Peut-être, du reste, le curé des Estinnes-au-Mont, qui de
1325 à 1360 s'est souvent inspiré de son devancier dans ses deux
premières rédactions, a-t-il mis à profit la chronique du chanoine de
Liége pour la narration de la journée de Crécy, quoiqu'il ait disposé
les faits dans un ordre tout différent.

  [93] _Miroir des nobles de la Hasbaye_, éd. de Salbray, p. 158.

  [94] _Les vrayes chroniques de messire Jehan le Bel_, publiées
  par M. L. Polain, t. II, p. 89.

Nous arrivons ici à l'origine même de l'erreur regrettable qui a fait
considérer jusqu'à présent le texte d'Amiens comme la première en date
des rédactions du premier livre. Dans une dissertation sur la bataille
de Crécy publiée en 1840[95], feu M. Rigollot a eu l'honneur de
signaler le premier à l'attention des érudits le précieux manuscrit
d'Amiens et de montrer son caractère profondément original.
Malheureusement, il borna son examen au récit de la catastrophe qui
intéressait particulièrement son patriotisme picard; il supposa avec
sagacité que ce récit est beaucoup plus rapproché de Jean le Bel dans
la rédaction nouvelle que dans celle des imprimés: il en conclut avec
une certaine apparence de raison que le manuscrit qu'il avait sous les
yeux nous a conservé le plus ancien texte du premier livre. Adoptée
par des savants aussi considérables que MM. de Cayrol, L. Polain et
Kervyn de Lettenhove, l'opinion de M. Rigollot est devenue la base de
la belle édition du premier livre des Chroniques qui a paru sous les
auspices de l'Académie royale de Belgique.

  [95] _Mémoires de la société des antiquaires de Picardie_, t.
  III, p. 132 à 184. A la dissertation de M. Rigollot est joint un
  très-bon travail de M. de Cayrol.

Cette opinion a un défaut capital: elle repose sur une étude
incomplète, restreinte presque à un seul point; et par conséquent la
conclusion que l'on en tire n'est pas légitime. La publication
intégrale de la chronique du chanoine de Liége, très-postérieure à la
dissertation de M. Rigollot, a prouvé que si l'épisode de la bataille
de Crécy est plus voisin du texte de Jean le Bel dans la seconde
rédaction que dans les autres, il s'en faut de beaucoup que l'on en
puisse dire autant de l'ensemble du premier livre. C'est une
particularité que présente seule, pour les raisons indiquées plus
haut, la partie comprise entre 1345 et 1356, et même dans cette partie
l'on rencontre plus d'une exception. Que l'on prenne par exemple dans
le récit du siége de Calais qui succède immédiatement à la narration
de la journée de Crécy le célèbre épisode du dévouement des six
bourgeois où l'humiliation des Français sert à faire ressortir la
pitié généreuse de la reine d'Angleterre ainsi que la clémence finale
d'Édouard III: on verra que Froissart, qui dans sa première rédaction
avait emprunté à peu près mot pour mot cet épisode à Jean le Bel, ne
l'a pas reproduit dans la seconde.

Si l'explication de nos contradicteurs était fondée, la ressemblance
plus grande, la parenté plus étroite qu'ils signalent entre la
chronique de Jean le Bel et la rédaction d'Amiens, au lieu de se
borner à un assez petit nombre d'événements postérieurs à 1345,
devrait s'étendre aussi à la période qui précède cette date, mais il
n'en est rien. Au contraire, avant 1346 la seconde rédaction est
beaucoup plus originale, elle fait des emprunts moins fréquents et
surtout moins serviles à Jean le Bel que la première. A la différence
de celle-ci qui n'est souvent que la copie littérale du texte du
chanoine de Liége, l'auteur de la seconde ne reproduit presque jamais
un passage du modèle sans l'écourter ou bien sans le critiquer et
surtout sans noyer l'emprunt au milieu d'additions originales plus ou
moins importantes qui parfois ne s'accordent pas avec ce qui est de
provenance étrangère.

Toutefois, le caractère distinctif, essentiel de cette dernière
rédaction, c'est la quantité, l'étendue, l'importance des
développements absolument originaux qu'on y rencontre et dont il n'y a
pas la moindre trace dans la rédaction antérieure. C'est là le fait
capital qu'il importe de mettre dans tout son jour et de bien établir,
parce qu'il est de nature à répandre la plus vive lumière sur la date
respective des deux rédactions.

On pourra mesurer en quelque sorte l'importance des additions
originales qui appartiennent en propre à la seconde rédaction par un
rapprochement matériel, par un simple coup d'œil jeté sur ce premier
volume. On a adopté pour le texte, comme il a été dit plus haut, la
première rédaction, et l'on a renvoyé en appendice à la fin de chaque
volume les parties ajoutées dans les seconde et troisième rédactions
en y joignant, pour simplifier le travail du lecteur, les variantes
extraites des divers manuscrits de la première rédaction. D'où il suit
que, si l'on excepte ces dernières variantes qui sont très-courtes et
ne portent que sur des mots ou des membres de phrase, l'énorme
appendice du présent volume, par exemple, se compose tout entier
d'additions originales tirées soit de la seconde, soit de la troisième
rédaction. Or, _le tiers environ de cet appendice est fourni
par les manuscrits d'Amiens et de Valenciennes, c'est-à-dire par la
seconde rédaction_.

La narration des campagnes d'Écosse de 1333 à 1336, qui ne forme dans
la première rédaction que quatre paragraphes très-courts[96], ne
remplit pas moins de trente pages dans la seconde[97]. Le long épisode
de la guerre de Gascogne en 1338 et 1339, qui semble être l'œuvre
tout à fait personnelle de Froissart et occupe onze pages de nos
variantes[98], ne se trouve que dans la seconde rédaction.

  [96] P. 103 à 114.

  [97] P. 313 à 315, 316 à 319, 321, 322, 329 à 336, 341 à 352.

  [98] P. 377 à 388.

Le récit relatif à l'élévation de Jacques d'Arteveld et à la révolte
des Flamands, offre en petit une image exacte de la manière différente
dont Froissart a procédé dans ses trois rédactions. Dans la première
il se contente de reproduire littéralement le texte de Jean le Bel,
sans y rien ajouter, sans en rien retrancher[99]. Dans la seconde, il
conserve encore la version hostile et partiale du chanoine de
Liége[100], mais il y ajoute d'importants développements[101] où les
causes économiques des troubles de Flandre sont exposées avec plus
d'impartialité, une profonde intelligence politique, une ampleur
vraiment magistrale. Enfin dans la troisième rédaction, le chanoine de
Chimay supprime définitivement le passage emprunté à Jean le Bel pour
y substituer des détails entièrement originaux et une appréciation
vraiment personnelle; il y appelle Jacques d'Arteveld «hauster homme,
sage et soutil durement[102].»

  [99] P. 126 à 129.

  [100] P. 395 et 396.

  [101] P. 388 à 393.

  [102] P. 394 et 395.

Froissart mentionne à plusieurs reprises Jean le Bel dans la
seconde rédaction, et l'on a voulu voir dans ces mentions répétées,
qui font défaut dans la première, un indice des obligations plus
étroites que l'auteur de la seconde aurait eues envers le chanoine de
Liége. Comment n'a-t-on pas vu que dans les passages dont il s'agit,
le chroniqueur de Valenciennes n'a d'autre but que de constater les
additions, les développements, les corrections qu'il a apportées au
texte de son devancier? Au sujet du siége de Tournai, par exemple, où
la seconde rédaction s'est enrichie d'une foule de détails qu'on
chercherait en vain dans Jean le Bel et dans la première rédaction,
Froissart n'oublie pas de prendre acte de cette addition: «Si comme je
vous recorde, che siège durant devant Tournay, avinrent pluisseurs
avenues et grans fès d'armes tant en France comme en Gascoingne et en
Escoche, qui ne sont mie à oubliier, car ainssi l'ai je proummis à
messires et mestres ou coummenchement de mon livre que tous les biaux
fès d'armes dont j'ai le memore et le juste infourmation je les
remeteray avant, _jà soit ce que messires Jehans li Biaux, en ses
cronikes, n'en fait mies de tous mention_. Mès ungs homs ne puet mies
tout scavoir, car ces gerres estoient si grandes et si dures et si
enrachinées de tous costés que on y a tantost oubliiet quelque cose,
qui n'y prent songneusement garde[103].»

  [103] Ms. d'Amiens, f{o} 46 v{o}.

Le récit de la guerre de Bretagne, où Charles de Blois et Louis de
Châtillon, le premier oncle, et le second père du comte de Blois,
jouèrent un rôle si considérable, est infiniment plus complet dans la
seconde rédaction que dans la première, à plus forte raison que
dans la chronique de Jean le Bel. Aussi Froissart n'éprouve-t-il aucun
embarras à rappeler que le point de départ de son propre travail a été
l'essai du chanoine de Liége; on dirait qu'il cherche à provoquer une
comparaison qui ne peut que lui être favorable. «Pluiseur gongleour et
enchanteour en place ont chanté et rimet lez guerres de Bretagne et
corromput par leurs chançons et rimes controuvées le juste et vraie
histoire, dont trop en desplaist à monsseigneur Jehan le Biel, qui le
_commencha_ à mettre en prose et en cronique et à moy sire Jehan
Froissart qui loyaument et justement l'ay poursuiwi à mon pooir, car
leurs rimmes et leurs canchons controuvees n'ataindent en riens la
vraie matère, mès velle ci comme nous l'avons faite et rachievée par
le grande dilligensce que nous y avons rendut, car on n'a riens sans
fret et sans penne. Jou sire Jehans Froissars, dairains venus depuis
monsseigneur Jehan le Bel en cel ouvraige, ai ge allé et cherchiet le
plus grant partie de Bretaingne, et enquis et demandé as seigneurs et
as hiraux les gerrez, les prises, les assaux, les envaies, les
batailles, les rescousses et tous les biaux fès d'armes qui y sont
avenut, mouvant sur l'an de grasse mil CCCXL, poursieuwans jusquez à
le dairainne datte de ce livre, tant à la requeste de mes dis
seigneurs et à ses fraix que pour me plaisance acomplir et moy fonder
sus title de verité, et dont j'ay estet grandement recompenssé[104].»

  [104] Ms. d'Amiens, f{o} 52.

Tout le monde connaît le fameux épisode des amours d'Édouard III et de
la comtesse de Salisbury, et l'on sait maintenant qu'il est emprunté
textuellement à Jean le Bel. Froissart a supprimé seulement ce
qui est relatif au viol de la comtesse par le roi d'Angleterre. Il est
vrai que notre chroniqueur n'en nomme pas moins le chanoine de Liége
dans la seconde rédaction, mais il ne le nomme que pour le critiquer
et le redresser. D'ailleurs, par les détails tout nouveaux qui
embellissent ici le récit primitif, notamment par la délicieuse partie
d'échecs, Froissart a trouvé le moyen de surpasser un modèle qu'on eût
pu croire inimitable: il peut donc cette fois évoquer le souvenir de
son devancier sans que son originalité ait rien à souffrir, sa gloire
rien à redouter du parallèle. «.... voirs est que messire Jehans li
Biaux maintient par ses cronickes que li roys englès assés
villainement usa de ceste damme et eult, ce dist, ses vollentez si
comme par forche: dont je vous di, se Dieux m'aït, que j'ai moult
repairiet et converssé en Engleterre, en l'ostel dou roy principaument
et des grans seigneurs de celui pays, mès oncques je n'en oy parler en
nul villain cas[105].»

  [105] Ms. d'Amiens, f{o} 83 v{o}.

La conclusion à tirer de ces citations, c'est que si l'auteur des
Chroniques mentionne plus souvent Jean le Bel dans la seconde
rédaction, ce n'est point parce qu'il a plus d'obligations au chanoine
de Liége dans cette rédaction que dans les autres, c'est, au
contraire, parce qu'il y est plus original que dans la première, et se
croit, par conséquent, plus en état de soutenir avantageusement la
comparaison avec son devancier: on ne cite jamais si volontiers ses
prédécesseurs et ses émules que lorsqu'on est sûr de les avoir
surpassés.

Du reste, Froissart avait marqué avec tant de force dans le prologue
de la première rédaction, toute l'étendue de ses obligations envers
Jean le Bel, qu'il a cru sans doute pouvoir se dispenser d'y revenir
dans le cours de cette rédaction: «.... je me vueil _fonder et
ordonner_ sur les vraies chroniques jadis faites et rassemblées par
venerable homme et discret monseigneur Jehan le Bel, chanoine de Saint
Lambert du Liége, qui grant cure et toute bonne diligence mist en
ceste matière et la continua tout son vivant au plus justement qu'il
pot, et moult lui cousta à acquerre et à l'avoir. Mais quelque fraiz
qu'il y eust ne fist, riens ne plaingny, car il estoit riches et
puissans, si les povoit bien porter, et de soy mesme larges,
honnourables et courtois, et qui le sien voulentiers despendoit[106].»

  [106] P. 210.

Combien est différent le langage que tient l'auteur des Chroniques
dans la seconde rédaction! Au lieu du bel éloge qu'on vient de lire,
c'est à peine s'il accorde ici à son prédécesseur une mention de deux
lignes dont la sécheresse a quelque chose d'un peu dédaigneux: «Voirs
est que messires Jehans li Biaux, jadis canonnes de Saint Lambert de
Liège, _en croniza à son temps auqune cose_[107].» Froissart fait
ensuite ressortir avec une insistance marquée tout ce qu'il lui en a
coûté pour donner à son œuvre un caractère original: «Or ay je che
livre et ceste histoire _augmenté_ par juste enqueste que j'en ay fait
en travaillant par le monde et en demandant as vaillans hommes,
chevaliers et escuyers, qui les ont aidiés à acroistre, le verité des
avenues, et ossi à aucuns rois d'armes et leurs mareschaus, tant en
Franche comme en Engleterre où j'ay travillié apriès yaux pour
avoir la verité de la matère...._ mout de paine et de travail en euch
en pluiseurs mannierres ainchois que je l'euisse compillé ne acompli,
tant que de le labeur de ma teste et de l'exil de mon corps_; mais
touttes coses se acomplissent par plaisance et le bonne dilligence que
on y a, ensi comme il apparra avant en cest livre.»

  [107] P. 209.



CHAPITRE III.

  DE LA TROISIÈME RÉDACTION;--MANUSCRIT UNIQUE DE LA BIBLIOTHÈQUE
    DU VATICAN;--CARACTÈRES DISTINCTIFS DE LA TROISIÈME RÉDACTION.


La troisième rédaction n'est représentée que par un manuscrit unique
conservé aujourd'hui à la bibliothèque du Vatican et qui dans nos
variantes est toujours désigné sous la rubrique: _Ms. de Rome_.

Cette troisième rédaction ne comprend que le tiers environ du premier
livre; et le récit s'arrête à la mort de Philippe de Valois en 1350.
Il est vrai que la phrase tronquée: _les trieuves est_, qui termine le
manuscrit de Rome, indique qu'il ne nous est pas parvenu dans son
entier; mais trois feuillets seulement en ont été retranchés, comme le
prouve la souche encore très-apparente de ces feuillets: il faut en
conclure que le manuscrit de Rome n'a jamais dépassé l'étendue qu'il
avait avant la mutilation des trois derniers feuillets.

On a prétendu que le manuscrit de Rome, dont l'écriture est de la
première moitié du quinzième siècle, avait appartenu à Jean de
Moreuil; malheureusement c'est une pure hypothèse qui ne s'appuie
sur aucune preuve solide. Il n'en est pas moins vrai que ce manuscrit
offre tous les caractères intrinsèques et extrinsèques d'authenticité.
Un certain nombre de notes marginales, dont l'écriture semble presque
aussi ancienne que celle du texte, présentent les caractères du
dialecte wallon le plus prononcé[108]: on est ainsi fondé à croire que
le manuscrit de Rome a d'abord appartenu à quelque habitant du pays où
est mort Froissart.

  [108] On lit: «_le_ roine», f{o} 5 r{o}; «_le_ fille», f{o} 21
  v{o}; «_le_ bataille de Cassiel», f{o} 25 v{o}; «_le_ mort dou
  conte», f{o} 26 r{o}; «_le_ chevallerie dou conte Guillaume»,
  f{o} 40 r{o}; «_le_ bataille de Gagant», f{o} 41 r{o}, «_le_
  bataille de Cre_ch_y», f{o} 117 v{o}.

De plus, le texte lui-même a gardé dans maint passage l'empreinte de
ce dialecte wallon qui caractérise, comme nous l'avons dit, les
manuscrits les meilleurs, les plus anciens, les plus authentiques des
deux premiers livres des chroniques. Comme cette empreinte a
généralement disparu dans les deux éditions successives données par le
savant M. Kervyn, à qui revient du reste l'honneur insigne d'avoir
appelé le premier l'attention sur le manuscrit de Rome, on me
permettra d'appuyer par plusieurs citations une assertion aussi
importante que nouvelle: _le_ carge[109],--_le_ ost[110],--_le_
porte[111],--il vinrent devant la ville de Bristo, qui est forte
assés; si _le_ assegièrent[112],--la barge par ceuls meismes qui _le_
menoient.... fu ramenée[113],--_le_ propre anée[114]. Un autre trait
caractéristique qui dénote aussi l'origine wallonne du texte de Rome,
c'est la fidélité remarquable avec laquelle la distinction du cas
sujet et du cas régime est souvent observée dans un manuscrit qui
ne date pourtant, comme nous le verrons tout à l'heure, que des
premières années du quinzième siècle. On peut citer tel passage où _li
abbes_ du nominatif latin _ábbas_ est employé au sujet, et l'_abbet_
ou l'_abbé_, formé sur l'accusatif _abbátem_, au régime; il n'y a dans
la page et pour le mot dont il s'agit qu'une infraction à la règle, et
encore elle est douteuse[115].

  [109] P. 234 de ce volume.

  [110] P. 236.

  [111] P. 239.

  [112] P. 243.

  [113] P. 245.

  [114] P. 247.

  [115] P. 239 et 240.

L'examen du texte lui-même se joint aux caractères extrinsèques du
manuscrit de Rome pour établir la parfaite authenticité de la
troisième rédaction. Froissart s'y met plus d'une fois en scène.
Lorsqu'il raconte que Jean Chandos fut fait chevalier de la main
d'Édouard III à Buironfosse, le chroniqueur n'oublie pas d'ajouter
qu'il tient ce détail de Chandos lui même[116]. Ailleurs, il évoque le
souvenir de son voyage d'Écosse en 1365 qui dura trois mois[117]; il
parle du séjour qu'il fit au mois de septembre 1366 au château de
Berkeley[118] et de ses excursions à travers l'Angleterre en compagnie
d'Édouard Spenser: «Et pluisseurs fois avint que, quant je cevauchoie
sus le pais avoecques lui, car les terres et revenues des barons
d'Engleterre sont par places et moult esparses, il m'appelloit et me
dissoit: «Froissart, veés vous celle grande ville à ce haut
clochier?»--Je respondoie: «Monsigneur, oil: pourquoi le dittes
vous?»--«Je le di pour ce: elle deuist estre mienne, mais il i ot une
male roine en ce pais, qui tout nous tolli[119].» De même qu'Édouard
Spenser reconnaissait de loin les domaines confisqués sur sa famille à
la hauteur de certains clochers, qui ne reconnaîtrait à ce
dialogue vif et pittoresque le prince des chroniqueurs, sire[120] Jean
Froissart?

  [116] P. 471.

  [117] P. 269.

  [118] P. 247.

  [119] P. 257.

  [120] Froissart se donne à la fin du prologue de la première
  rédaction revisée (voyez p. 7) le titre de sire; il semble
  toutefois reconnaître implicitement qu'il n'y avait pas droit,
  car il ajoute aussitôt ce correctif: _qui tant me voet honnerer_.
  On sait en effet que la qualification de _sire_ ou _messire_,
  appliquée parfois aux clercs à titre gracieux, était plus
  particulièrement réservée aux gentilshommes; mais il y a une
  noblesse innée, personnelle, qui s'impose en dépit de toutes les
  conventions sociales: qui posséda jamais cette noblesse à un plus
  haut degré que le chroniqueur de Valenciennes?

A quelle date a été composée la troisième rédaction? Il suffit, pour
trouver la réponse à cette question, de lire, entre beaucoup d'autres,
le passage suivant relatif à la belle Jeanne de Kent, femme du Prince
Noir et mère de l'infortuné Richard II: «Celle jone damoiselle de Qent
estoit cousine germainne dou roi Edouwart d'Engleterre; et fu en son
temps la plus belle dame de tout le roiaulme d'Engleterre et la plus
amoureuse; mais TOUTE _sa generation vint à povre conclusion_ par les
fortunes de ce monde qui sont moult diversez, ensi que vous orés
recorder avant en l'istore[121].» Ces lignes renferment une allusion
évidente à la fin malheureuse de Richard II et sont par conséquent
postérieures à l'année 1400, date de la mort de ce prince.

  [121] P. 304.

C'est ici l'occasion de signaler le trait caractéristique qui
distingue, au point de vue historique, la troisième rédaction de
celles qui l'ont précédée. Il est impossible de lire cette rédaction
sans être frappé de la gravité, de la sévérité inaccoutumées, quoique
souvent justes et parfois profondes, des réflexions de Froissart sur
le caractère et les institutions du peuple anglais; et comme les
événements relatifs à l'Angleterre tiennent une très-grande place dans
le premier livre, le récit des faits déjà racontés dans les première
et seconde rédactions revêt dans la troisième, sous l'influence que
nous indiquons, une physionomie toute nouvelle. «Englès, dit quelque
part le chroniqueur, sueffrent bien un temps, maiz en la fin il paient
si crueusement que on s'i puet bien exempliier, ne on ne puet jeuer à
eulz. Et se lieuve et couce uns sires en trop grant peril qui les
gouverne, car jà ne l'ameront ne honneront, se il n'est victorieus, et
se il n'ainme les armes et la guerre à ses voisins, et par especial à
plus fors et à plus riches que il ne soient[122].» Ailleurs, Froissart
fait observer que les habitants de Londres ont été, sont et seront
toujours les plus puissants de toute l'Angleterre[123]. Il ajoute dans
un autre endroit que, lorsque les Londriens s'entendent, nul ne leur
peut résister. Grâce aux richesses dont ils disposent et au nombre de
gens d'armes qu'ils peuvent mettre sur pied, ils sont plus forts que
tout le reste de l'Angleterre[124]. Quelques pages plus loin, le
chroniqueur prête à ces mêmes habitants de Londres les paroles
suivantes: «... Nous n'avons que faire d'un roi endormit ne pesant,
qui trop demande ses aises et sez deduis. Nous en ocirions avant un
demi cent, tout l'un apriès l'autre, que nous n'euissions un roi à
nostre seance et volenté[125].» Les Anglais sont ombrageux et croient
plus volontiers le mal que le bien[126]. Ils sont défiants et ils
rompent le lendemain une convention à laquelle ils ont souscrit la
veille[127]. Le roi d'Angleterre doit consulter ses sujets et
obtenir leur consentement avant de conclure aucun traité de paix ou de
guerre avec une puissance étrangère[128]. Les Anglais ne savent ne
veulent ni ne peuvent rester longtemps en paix; il leur faut la
guerre, n'importe sous quel prétexte, et ils y portent une passion,
une aptitude extrêmes[129]. Il n'y a pas sous le soleil de peuple plus
orgueilleux et plus présomptueux que le peuple anglais[130]. Il faut
que le roi d'Angleterre obéisse à ses sujets et fasse tout ce qu'ils
veulent[131]. Enfin, Froissart, après avoir rapporté un jugement
très-sévère des Écossais sur les Anglais, s'associe à ce jugement dans
les termes suivants: «Ensi disoient les Escoçois, et non pas euls tant
seullement, mais toutes aultres nations, qui congnoissent la nature et
condition des Englois; car, desous le solel, ne sont gens plus
perilleus ne mervilleus à tenir, ne plus divers que sont Englois. Ils
sont de belles aquintises et de biau samblant; mais nulz qui sages
est, n'i doit avoir trop grant fiance[132].»

  [122] P. 214.

  [123] P. 224.

  [124] P. 243.

  [125] P. 249.

  [126] P. 294.

  [127] P. 306.

  [128] P. 307, 319 et 327.

  [129] P. 312.

  [130] P. 321.

  [131] P. 337.

  [132] P. 338.

Que nous sommes loin de l'admiration presque sans réserve pour
l'Angleterre et les Anglais qui éclate dans tant de pages de la
seconde et surtout de la première rédaction! Si un changement analogue
s'était produit dans les sentiments de Froissart à l'égard des autres
nations, on pourrait attribuer une sévérité aussi insolite à ce
désenchantement, fruit amer de l'expérience de la vie, que les années
apportent d'ordinaire avec elles; mais il n'en est rien. Notre
chroniqueur continue d'apprécier comme par le passé les Flamands,
les Allemands, les Français; on dirait même que sa sympathie pour la
France, plus marquée dans la seconde rédaction que dans la première,
s'est encore accrue dans le texte de Rome. D'où vient donc cette
sévérité exceptionnelle à l'endroit des Anglais qui distingue la
troisième rédaction? Ah! c'est qu'entre cette dernière et celles qui
l'ont précédée il y a l'abîme profond, sanglant qu'ont creusé les
troubles de la fin du règne de Richard II. Ce prince, qui avait si
bien accueilli notre chroniqueur lors de son dernier voyage en
Angleterre, n'était-il pas le fils du Prince Noir, n'était-il pas
surtout le petit-fils de la bonne reine Philippe de Hainaut, cette
auguste bienfaitrice dont son ancien clerc adora le souvenir jusqu'à
son dernier jour[133]. Lorsqu'on fut informé sur le continent de la
déposition, puis de la mort de Richard, ainsi que des scènes cruelles
qui précédèrent et suivirent ces deux tragiques événements, Froissart
dut se sentir frappé dans les plus chers souvenirs de sa jeunesse,
dans ses plus vives affections; il dut éprouver une indignation égale
à sa surprise. Nul doute que la troisième rédaction ne nous apporte
dans les passages indiqués plus haut comme un écho de ces
sentiments[134].

  [133] Voyez p. 286 de ce volume en quels termes touchants
  Froissart parle de Philippe de Hainaut: «Et tant comme elle
  vesqui, li roiaulmes d'Engleterre eut grasce, prosperité, honnour
  et toutes bonnes aventures; ne onques famine ne chier temps de
  son resgne n'i demorèrent.» Ce passage appartient à la troisième
  rédaction, et Froissart était chanoine de Chimay lorsqu'il
  écrivit ce bel éloge de sa bienfaitrice.

  [134] Froissart avait toujours eu des tendances aristocratiques;
  mais nulle part il ne les accuse avec plus de force que dans la
  troisième rédaction, où le dédain pour les vilains est parfois
  poussé jusqu'à l'injustice et même jusqu'à l'insulte. Il dit des
  Flamands qui combattirent à Cassel (voyez p. 300): «Toutes fois
  Dieus ne volt pas consentir que li signeur fuissent là desconfi
  de tel _merdaille_.» Il faut plaindre Froissart d'avoir qualifié
  avec une telle grossièreté ces braves communiers flamands qui se
  firent tuer avec tant de courage. Lorsqu'il écrivit ces lignes,
  les excès de la populace anglaise étaient sans doute présents à
  sa pensée et ne lui inspiraient que du dégoût pour ce peuple dont
  il était pourtant sorti, comme Jeanne d'Arc allait bientôt en
  sortir. C'est l'éternelle histoire: on fait expier au peuple les
  fautes et les crimes de la populace.

Au point de vue littéraire, la troisième rédaction ne présente pas un
caractère moins frappant que sous le rapport historique; et si, pour
le fonds des idées, la sévérité des jugements sur le peuple anglais
est le trait distinctif de cette rédaction, le but principal, on
pourrait dire, exclusif de Froissart, en ce qui concerne la forme,
semble avoir été d'effacer toute trace des emprunts parfois serviles,
textuels, qu'il avait faits à Jean le Bel dans les rédactions
antérieures. Voilà pourquoi l'on ne retrouve dans le texte de Rome ni
le fameux passage relatif à Jacques d'Arteveld ni le célèbre épisode
des amours d'Édouard III et de la comtesse de Salisbury, ni tant
d'autres morceaux où le chroniqueur de Valenciennes se contentait de
reproduire plus ou moins littéralement dans ses deux premières
rédactions le récit du chanoine de Liége. Voilà pourquoi, alors même
qu'il emprunte dans sa troisième rédaction le fond et la matière à
Jean le Bel, il a bien soin de modifier assez profondément la forme
pour lui donner un caractère vraiment original, au risque de lui faire
perdre quelquefois, comme il est arrivé, par exemple, dans le récit
des derniers moments de Robert Bruce, quelque chose de sa valeur
littéraire[135]. Voilà pourquoi enfin, à partir de la bataille de
Crécy, la troisième rédaction se rapproche plus de la première que de
la seconde, parce qu'à partir de la même date, la seconde, comme on
l'a dit plus haut, est souvent moins originale et fait plus d'emprunts
que la première à la chronique du chanoine de Liége.

  [135] P. 289 de ce volume. Froissart, qui ne tenait pas de
  première main le récit de cette admirable scène, n'a pas atteint
  la grandeur simple du chanoine de Liége, comme on le verra en
  comparant la première rédaction (p. 79 à 81), reproduction pure
  et simple du texte de Jean le Bel, à la narration originale qui
  lui a été substituée dans la troisième (p. 289).

On sait que le texte de Jean le Bel, qui s'arrête au mois d'avril
1361, prend, notamment dans la partie comprise entre 1350 et 1356, le
caractère d'un abrégé chronologique que Froissart avait en partie
reproduit dans sa première rédaction proprement dite. Mais comme, d'un
côté, notre chroniqueur avait remplacé cet abrégé dans la première
rédaction revisée ainsi que dans la seconde par un récit original et
plus ample, comme, d'un autre côté, il nous apprend lui-même qu'il
avait commencé à voler de ses propres ailes à partir de la bataille de
Poitiers en 1356, il suit de là que, pour réaliser pleinement la
pensée qui semble avoir présidé à sa troisième rédaction, c'est-à-dire
pour se débarrasser de tous les emprunts faits à Jean le Bel, le
chanoine de Chimay n'avait à remanier son premier livre que jusqu'en
1350. Aussi, nous pensons que, sans la regrettable mutilation qui nous
a privés des trois derniers feuillets du manuscrit de Rome, nous
aurions ce manuscrit dans son entier et tel que Froissart a voulu le
transmettre à la postérité, en le faisant suivre pour le reste du
premier livre de l'une de ses deux rédactions antérieures ou plus
probablement d'un choix fait entre les diverses parties de ces deux
rédactions. En d'autres termes, le texte du Vatican n'est
nullement, comme on l'a cru jusqu'à ce jour, une ébauche imparfaite,
une œuvre inachevée; c'est un tout complet auquel son auteur a mis la
dernière main et auquel il ne manque que ce qu'un caprice destructeur
y a enlevé.

M. Kervyn de Lettenhove pense comme nous que le manuscrit de Rome ne
devait guère aller plus loin que 1350; mais il suppose que c'est la
mort qui a empêché Froissart de poursuivre son travail.
«Malheureusement, dit-il, le manuscrit du Vatican est incomplet. Les
derniers feuillets ont été détruits, et ce qui nous en a été conservé
ne donne que le règne de Philippe de Valois. Le texte allait-il
beaucoup plus loin? J'en doute, car, _vers la fin, je crois découvrir
dans la rédaction certains symptômes d'épuisement et de lassitude. Les
chapitres deviennent très-courts._ Le récit, loin d'être développé
comme dans d'autres parties de ce texte, n'offre plus que le résumé de
ce que nous connaissons, et nous avons bien le droit de nous demander
si le jour où fut suspendu le travail du chroniqueur, ne fut pas aussi
celui où l'on creusa à Chimay cette tombe que l'on ne retrouve
plus[136].»

  [136] _Le premier livre des Chroniques de Jehan Froissart_,
  préface, p. XII et XIII. Bruxelles, 1863, 2 vol. in-8º.

Ces symptômes d'épuisement et de lassitude sont incontestables, si on
ne lit le texte de Rome que dans les deux éditions qu'en a données M.
Kervyn; mais l'honneur de Froissart nous oblige à dire que ces
éditions ne reproduisent pas fidèlement le manuscrit; et depuis le
feuillet 100 surtout jusqu'au feuillet 152 et dernier, il n'y a
presque pas de page où des mots, des lignes, souvent des phrases
entières n'aient été omises par le savant éditeur belge ou plutôt par
ses copistes. Il serait trop long d'énumérer toutes ces lacunes; il
suffira, pour prouver notre assertion, de mettre en regard, dans un
certain nombre de passages, le texte publié par M. Kervyn et le texte
réel que nous avons copié nous-même, comme c'était notre devoir
rigoureux, sur le manuscrit.


TEXTE DE M. KERVYN.

   «Et avoit en ceste nove ville dou roi (il s'agit d'une ville
   fondée par Édouard III pour y loger son armée pendant le siége de
   Calais), toutes coses necessaires, apertenans à un host.

   Quant messires Jehans de Viane fu venus en Calais, et il ot veu
   le siège et comment les Englois estoient amasé, ensi que pour
   demorer vint ou trente ans là devant au siège, et il ot fait
   visiter la poissance des vivres qui estoient en la ville, il en
   fist un jour widier et partir plus de XXVIIe, hommes, femmes et
   enfans, pour alegerir la ville.

   Quant chil peuples issi hors premierement de Calais, auquns
   Englois quidièrent, quant il les veirent issir, que il les
   venissent courir sus. Si se assamblèrent à l'encontre de euls les
   archiers, et les fissent requler jusques ens ès fossés de la
   ville. Là i ot, entre ces Englois, auquns preudommes piteus, qui
   congueurent tantos que ce n'estoient pas gens pour faire nul
   contraire. Si fissent cesser les aultres de euls courir sus, et
   lor demandèrent où il aloient. Il respondirent que on les avoit
   bouté hors de Calais pour tant que il cargièrent trop la ville,
   et aloient ailleurs à l'aventure querir lor mieuls. Ces nouvelles
   vinrent au roi d'Engleterre qui, meus en pité, les fist entrer en
   l'oost, et commanda que tout et toutes fuissent bien disné[137].»

  [137] _OEuvres de Froissart, publiées sous les auspices de
  l'Académie royale de Belgique. Chroniques_, t. V, p. 87 et 88.
  Bruxelles, 1868 in-8º.


TEXTE DU MANUSCRIT.

   «Et avoit en ceste nove ville dou roi toutes coses necessaires
   apertenans à un hoost _et[138] plus encores, et place ordonnée
   pour tenir marchiet le merquedi et le samedi. Et là estoient
   halles de draps et de merchiers et aussi estas de bouciers et de
   boulengiers. Et de toutes coses on i pooit recouvrer aussi
   largement comme à Bruges ou à Londres, et tavernes de tous vins
   de Grenate, de Grec, de Malevisie, de Rivière, de vins de
   Gascongne, de Poito, de France et de Rin, bons cabarès et bien
   pourveus de chars, de volilles, de poissons. Et lor venoient de
   Flandres les marceandises toutes prestes de Hollandes, de
   Zellandes et d'Alemagne, et tout par mer. Et en i avoit là
   pluisseurs ouvriers juponniers, parmentiers, corduaniers,
   peletiers, cabareteur, fourniers et tavreniers qui i gissoient
   assés mieuls à lor plaisance et pourfit que donc que il fuissent
   chiés leur. Et furent bien courouciet qant li sièges se desfist
   et que Calais fut conquise, car il perdirent le flour de lor
   wagnage._

  [138] Les passages soulignés sont ceux qui manquent dans
  l'édition de M. Kervyn.

Qant mesires Jehans de Viane fu venus en Calais et il ot veu _et
consideré_ le siège et comment les Englois estoient amasé ensi que
pour demorer vint ou trente ans là devant au siège, et il ot fait
viseter la poisanee des vivres qui estoient en la ville, il en fist un
jour widier et partir plus de vint sept cens honmes, fenmes et enfans,
pour alegerir la ville. Qant chil peuples issi hors premierement de
Calais _tous en blancs qamises et portoient confanons de moustiers en
signe de humelité_, auquns Englois quidièrent, qant il les veirent
issir, que il les venissent courir sus. Si se assamblèrent à
l'encontre de euls les archiers, et les fissent requler jusques ens ès
fossés de la ville. Là i ot entre ces Englois auquns preudonmes
piteus, qui congneurent tantos que ce n'estoient pas gens pour faire
nul contraire. Si fissent cesser les aultres de euls courir sus, et
lor demandèrent où il aloient. Il respondirent que on les avoit bouté
hors de Calais, pour tant que il cargoient trop la ville _et le
foulloient de vivres, et en aloient_ ailleurs à l'aventure querir lor
mieuls _ensi que povres gens qui avoient tout perdu sans nul
recouvrier_. Ces nouvelles vinrent au roi d'Engleterre _et as
signeurs que chils povres peuples de Calais estoit là ensi à merchi.
Li rois_, meus en pité, les fist entrer en l'oost, et conmanda que
tout et toutes fuissent bien disné.» F{o} 124 v{o}.


TEXTE DE M. KERVYN.

   «Quant la congnissance en fu venue au duch de Normendie comment
   messires Gautiers de Mauni estoit pris et mis en prison, si en fu
   durement courouchiés[139].»

  [139] _OEuvres de Froissart_, t. V, p. 104.


TEXTE DU MANUSCRIT.

   «Qant la congnisance en fu venue au duch de Normendie conment
   messires Gautiers de Mauni, _sus se asegurance et sauf-conduit,
   avoit celle painne et desplaisance que_ estoit pris et mis en
   prison _en Chastellet là où on met et boute les larrons_, si en
   fu durement courouchiés.» F{o} 126 v{o}.


TEXTE DE M. KERVYN.

   «Plus n'en i ot à celle table, et là sus la fin dou disner on
   presenta à messire Gautier de Mauni de par le roi moult rices
   jeuiauls d'or et d'argent et furent mis devant lui sus la table,
   et qui les avoit aportés, ce furent li sires de Biaujeu et
   messires Carles de Montmorensi. Apriès la table, encores estoient
   li jeuiel sus la table[140].»

  [140] Ibid., p. 106.

TEXTE DU MANUSCRIT.

   «Plus n'en i ot à celle table, et là sus la fin dou disner, on
   presenta à messire Gautier de Mauni, de par le roi, moult rices
   jeuiauls d'or et d'argent, et furent mis _et assis_ devant lui
   sus la table. Li chevaliers, _qui fu moult sages et moult
   honnerables, remercia grandement ceuls qui jeuiauls_ avoient
   aportés: ce fu li sire de Biaujeu et mesire Carle de Montmorensi.
   _Qant li heure vint de lever la table_, encores estoient li
   jeuiel sus la table.» F{o} 127 v{o}.


TEXTE DE M. KERVYN

   «Quant il furent venus jusques à là, il asallirent la ville et le
   prisent d'asaut, mais au chastiel ne porent il riens faire, et
   vinrent devant Marant, à quatre lieues de la Rocelle, mais il le
   trouvèrent si fort que point n'i tournèrent pour le asallir, et
   passèrent oultre, et puis vinrent à Lusignan et ardirent la
   ville, mais au chastiel il ne fourfissent riens, et laissièrent
   derrière euls Pons en Poito et Saintes, mais pourtant que elles
   estoient fortes et bien pourveues, il n'i livrèrent nuls assaus
   et vinrent à Taillebourc sus la Charente.[141]»

  [141] _OEuvres de Froissart_, t. V, p. 111.


TEXTE DU MANUSCRIT.

   «Qant il furent venu jusques à là, il asallirent la ville et le
   prisent d'asaut, mais au chastel ne porent il riens faire, _car
   il est trop fors et s'est bien gardés tous jours par usage, pour
   tant que il fait frontière sus la Giane, et puis chevauchièrent
   deviers Aunai et conquissent ville et chastiel et puis Surgières
   et Benon_. Et vinrent devant Marant à quatre lieues de la
   Rocelle, mais il le trouvèrent si fort que point n'i tournèrent
   pour le asallir et passèrent oultre et puis vinrent à Luzegnen et
   ardirent la ville, mais au chastiel il ne fourfissent riens et
   laissièrent derière euls Pons en Poito et Saintes; mais pour tant
   que elles estoient fortes et bien pourveues, il n'i livrèrent
   nuls assaus, _et laissièrent Niorth et Chiset et point n'i
   asalirent_, et vinrent à Taillebourc sus la Carente.» F{o} 128.


TEXTE DE M. KERVYN.

   «Ensi orent en ce temps les Englois et les Gascons la chité de
   Poitiers et i furent quatre jours, et quant il se departirent,
   tout cargiet d'or et d'argent, de draps[142]...»

  [142] Ibid., p. 116.


TEXTE DU MANUSCRIT.

   «Ensi orent en ce temps les Englois et les Gascons la chité de
   Poitiers, _et i fissent che que il vorrent. Elle fu toute
   courue, et grandement i pourfitèrent les Englois et i
   sejournèrent quatre jours._ Et qant il se departirent tout
   cargiet d'or et d'argent, de draps....» F{o} 128 v{o}.


TEXTE DE M. KERVYN.

   «Quant li rois de France et ses consauls veirent que li rois
   d'Engleterre et les Englois estoient aresté devant Calais, si en
   furent moult courouchié. Si jetèrent lor visée li
   Franchois[143]....»

  [143] _OEuvres de Froissart_, t. V, p. 122.


TEXTE DU MANUSCRIT.

   Qant li rois de France et ses consauls veirent que li rois
   d'Engleterre et les Englois estoient aresté devant Calais _et
   tellement fortefiiet et ordonné que on ne lor pooit porter
   contraire ne damage ne lever le siège, car de perdre telle ville
   que Calais est, ce pooit estre trop grandement au blame et ou
   prejudice dou roiaulme de France et par especial des marces et
   frontières de Piqardie_, si en furent moult courouchié. Si
   jeterent lor visée li François....» F{o} 129.


TEXTE DE M. KERVYN.

   «Le lettres vinrent, et messires Godefrois, qui estoit dalès le
   roi d'Engleterre, fu moult resjois et dist: «Sire, madame la
   roine d'Engleterre est une vaillans femme: c'est une noble paire
   de vous deus. Dieus est en vostres oevres et mains. Perseverés
   tousjours avant: vous venrés à chief ou en partie de vostre
   entente et calenge; et se vous avés, ensi que vous auerés, celle
   ville de Calais, vous auerés un grant avantage et porterés les
   clefs dou roiaulme de France à vostre ceinture, et à bonne heure
   passai la mer pour vous; car considerés le biau voiage que vous
   avés fait et desconfi vostre ennemis.»--«Godofroi, dist li rois,
   vous dittes verité, et je sui grandement tenus, et aussi est tous
   mes roiaulmes de rendre graces à Dieu que ce nous a
   envoyet[144].»

  [144] Ibid., p. 141.


TEXTE DU MANUSCRIT.

   «Le[s] lettres _escriptes et seelées, honme bien esploitant
   furent cargiet de faire ce message et se missent à voie et
   chevaucièrent tant quoitousement de nuit et de jour que il
   vinrent à Douvres. Et tantos entrèrent en un vassiel et furent
   oultre de une marée, et vinrent deviers le roi premierement, et
   baillièrent lors lettres de par la roine. Li rois les ouvri et
   lissi tout au lonc. Et qant il ot entendu toute la substance de
   la lettre et la prise dou roi d'Escoce, son serouge et son
   adversaire, et l'ordenance de la bataille et les noms des mors et
   des pris, des honmes d'onnour qui à la bataille avoient esté, et
   conment Jehans de Copelant, esquiers de Northombrelande, l'avoit
   pris et le tenoit en un chastiel, et ne le voloit rendre à nul
   honme ne fenme ne à la roine sa fenme meismement, et toutes ces
   coses et nouvelles la roine li specifioit clerement, vous devés
   savoir que il ot grant joie; et appella tantos mesire Godefroi de
   Harcourt qui estoit dalès lui, et li lissi les lettres tout au
   lonch. De ces nouvelles fu mesires Godefrois moult resjois et
   dist_: «Sire, madame la roine d'Engleterre est une vaillans
   fenme: c'est une noble paire de vous deus. Dieus est en vostres
   oevres et mains. Perseverés tousjours avant: vous venrés à chief
   ou en partie de vostres ententes et calenge. Et se vous avés,
   ensi que vous auerés, celle ville de Calais, vous auerés un grant
   avantage et porterés les clefs dou roiaulme de France à vostre
   çainture. Et à bonne heure passai la mer pour vous, _car je vous
   ai resvilliet; à très grant painne vous amenai je par de deçà_.
   Considerés le biau voiage que vous avés fait et desconfi vostres
   ennemis. _Et d'autre part et tout une saison vostre fenme a eu
   une telle journée pour lui que pris le roi d'Escoce et toute la
   fleur de celi roiaulme. Jamais de vostre eage ne se releveront
   les Escoçois. Vostres coses vous viennent à plain et pur
   souhet._»--«Godefroi, dist li rois, vous dittes verité. Et je sui
   grandement ténus, et aussi est tous mes roiaulmes, de rendre
   graces à Dieu qui ce nous a envoiiet.» F{o} 132 v{o}.

M. Kervyn de Lettenhove, personne ne le niera après avoir lu ce qui
précède, n'a pas tout à fait tort de voir dans la dernière partie des
deux éditions dont l'érudition lui est redevable de nombreux symptômes
d'épuisement et de lassitude; seulement, ce sont des symptômes de
l'épuisement et de la lassitude de ses copistes, dont l'honorable
savant, qui est l'un des plus vifs admirateurs de l'auteur des
Chroniques, regrettera certainement d'avoir rendu Froissart
responsable.

Une phrase résumera tout ce chapitre. La troisième rédaction où, d'une
part, la pitié pour Richard II perce à chaque page sous forme de
jugements sévères portés sur le peuple anglais, où, d'autre part, une
narration vraiment originale au moins dans la forme a été substituée à
toute la partie du premier livre empruntée plus ou moins servilement à
Jean le Bel dans les rédactions antérieures, la troisième rédaction,
dis-je, est un monument de la reconnaissance affectueuse en même temps
que de l'honnêteté littéraire de Froissart.



SECONDE PARTIE.

DE L'ÉDITION DU PREMIER LIVRE.



CHAPITRE I.

DU CHOIX DU TEXTE.


Froissart ne se recommande pas seulement par l'importance historique
du monument dont nous lui sommes redevables, il est encore un de nos
écrivains les plus aimables et les plus naïvement originaux. Les
moyens d'information et de vérification dont un chroniqueur, si
consciencieux qu'il fût, pouvait disposer avant l'invention de
l'imprimerie étaient fort imparfaits, tandis que la critique a
maintenant sous la main des instruments de contrôle de toute sorte.
Aussi, les progrès de l'érudition tendent, il faut bien en convenir, à
diminuer la valeur purement historique de l'œuvre de Froissart: on
peut, on doit même y relever, soit dans les noms de lieu ou de
personne, soit dans les dates, soit dans le récit des faits,
d'innombrables erreurs, en prenant garde toutefois de ne pas faire
sonner trop haut ces faciles triomphes, sous peine de tomber dans un
pédantisme qui ne serait pas exempt de niaiserie. Froissart historien
est condamné à vieillir, et il ne reste debout que par parties. Seul,
Froissart écrivain, Froissart peintre du détail des mœurs, est
toujours jeune; et l'on peut dire qu'il défie les atteintes du temps
et de la critique.

Tenir compte de ce double aspect, littéraire et historique, de
l'œuvre de Froissart, et ne sacrifier, s'il est possible, aucun des
deux à l'autre, telle est la première, l'indispensable condition que
doit remplir une bonne édition des Chroniques.

Il y a une méthode qui consiste à découper plus ou moins
arbitrairement le premier livre par chapitres et à publier les uns à
la suite des autres les petits fragments des diverses rédactions qui
correspondent à chacun de ces chapitres. Dans ce système, le lecteur
voit se succéder sans cesse par morceaux des textes différents et
souvent contradictoires qui viennent rompre presque à chaque page le
fil du récit dont ils troublent en même temps l'unité morale. Une
édition ainsi comprise est d'une exécution relativement facile, mais
elle a un inconvénient capital: elle rend Froissart à peu près
illisible, elle enlève à ce chroniqueur le bénéfice d'une narration
homogène, limpide, courante, et le dépouille dans une certaine mesure
de ce charme littéraire qui constitue la part la plus brillante, la
plus durable de sa gloire. D'ailleurs, un si bizarre mélange, on
dirait presque, une telle macédoine, qui peut plaire à des esprits
préoccupés avant tout du solide et du copieux, n'aurait que peu de
chances de recevoir un accueil favorable, en France du moins, où l'on
porte jusque dans l'érudition un goût moins robuste peut être que dans
d'autres pays. Enfin, ne serait-il pas regrettable, pour ne pas dire
imprudent, de présenter au public un travail qui ferait double emploi
avec l'édition si pleine d'ampleur, publiée sous les auspices de
l'Académie de Belgique? Il a fallu, du reste, des considérations aussi
puissantes pour qu'on se décidât à rejeter une méthode que recommande
l'imposante autorité de M. le baron Kervyn de Lettenhove.

A défaut d'une combinaison satisfaisante de tout point que l'on a
vainement cherchée, on a dû se contenter du système suivant qui a
semblé le moins mauvais: on a adopté comme texte l'une des trois
rédactions du premier livre, et l'on a renvoyé en appendice à la fin
de chaque volume les variantes des autres rédactions qui ajoutent
quelque chose à ce texte au point de vue des faits historiques.

Des trois rédactions, quelle est celle qui avait le plus de titres à
devenir le texte de cette édition?

On doit supposer que la dernière en date, c'est-à-dire la troisième
était dans la pensée de Froissart une édition définitive de son
premier livre; car on ne s'expliquerait pas autrement pourquoi ce
chroniqueur aurait pris la peine de remanier encore une fois son
œuvre. Aussi, cette rédaction mériterait sans nul doute la
préférence, si elle était complète; mais elle ne comprend qu'un tiers
environ du premier livre et s'arrête à la fin du règne de Philippe de
Valois. On ne pouvait donc la choisir comme texte sans emprunter à une
autre rédaction la partie postérieure à 1350: on a repoussé cette
combinaison pour ne pas retomber dans l'inconvénient d'un texte
composite que l'on voulait éviter à tout prix.

La seconde rédaction a sur la troisième l'avantage d'embrasser le
premier livre dans son entier. Toutefois, nous avons la preuve que
l'auteur de cette seconde rétractation ne la considérait pas comme
la forme définitive de son premier livre, qu'elle n'était pas ce
qu'il eût désiré qu'elle fût: cette preuve, c'est le fait même d'une
rédaction postérieure à la seconde qui la fournit. On ne voit pas, en
effet, pourquoi Froissart, parvenu sur le seuil de la vieillesse, s'il
avait été pleinement satisfait de la seconde, aurait repris la plume
pour écrire la troisième.

Il a semblé qu'à tout prendre ce qu'il y avait de mieux à faire,
c'était de choisir comme texte la première rédaction. Les seconde et
troisième rédactions, longtemps ensevelies dans les archives de
quelques grandes familles, avaient dormi dans un oubli complet jusqu'à
nos jours: on ne connaît que deux manuscrits de la seconde et qu'un
seul de la troisième. La première rédaction, au contraire, a joui aux
quatorzième et quinzième siècles d'une vogue immense, attestée encore
aujourd'hui par les cinquante manuscrits qui nous en restent, ainsi
que par les nombreuses éditions qui datent des premiers temps de
l'imprimerie. Or, la vogue d'un livre s'ajoute à sa valeur intrinsèque
pour le recommander à l'attention de la postérité, parce que cette
vogue qui ne peut s'expliquer que par une certaine affinité entre la
nature de l'ouvrage, les opinions, les passions, les tendances de
l'auteur et celles de ses contemporains, est un indice précieux des
mœurs et du génie d'une époque. De plus, il ne faut pas perdre de vue
qu'on lit toujours le texte d'un livre avant les variantes: ne
convient-il pas dès lors de demander ce texte à celle des trois
rédactions qui a précédé les deux autres?

Rien n'est plus curieux que d'étudier dans les trois rédactions du
premier livre les modifications de toute sorte que Froissart a
successivement apportées au récit des mêmes événements; rien n'est
plus piquant que de rechercher, soit dans la vie du chroniqueur, soit
dans l'histoire de son temps, la cause de ces modifications. Mais ces
recherches ne peuvent être sûres et ces comparaisons fécondes que si
les diverses rédactions apparaissent au lecteur dans l'ordre où elles
se sont succédé chronologiquement: une considération aussi grave,
aussi puissante, aurait suffi pour faire adopter comme texte la
première rédaction; et si l'ordre chronologique que nous avons adopté
est exact, la conformité à cet ordre assure à notre édition un
avantage inappréciable qu'on ne trouve dans aucune autre.

La première rédaction revisée, qui a été choisie de préférence à la
première rédaction proprement dite, offre d'ailleurs, de 1372 à 1377,
le même texte que la seconde; elle a, suivant une remarque déjà faite,
moins d'originalité et de développement que cette dernière de 1325 à
1345; en revanche, elle est souvent plus complète et parfois
supérieure au point de vue littéraire pour toute la partie du premier
livre comprise entre 1345 et 1372.

Le manuscrit de la Bibliothèque impériale coté 6477 à 6479 = B1
renferme sans contredit le plus ancien et le meilleur des trois
exemplaires complets qui nous restent de la première rédaction
revisée; le choix de ce manuscrit comme texte du premier livre de
notre édition était donc naturellement indiqué. L'empreinte du
dialecte wallon, qui est très-marquée dans B1, pourra dérouter un peu
le lecteur; mais c'est un signe non douteux d'antiquité et
d'authenticité, un trait caractéristique qui distingue les meilleurs
manuscrits des deux premiers livres des Chroniques[145].

  [145] Ce manuscrit, chef-d'œuvre de la calligraphie de la fin du
  quatorzième siècle, semble avoir appartenu à quelque membre de la
  famille flamande des Berthout, seigneurs de Grammene, dont on
  voit les armes: D'ARGENT _à trois pals de gueules_, sur le
  feuillet de garde placé en tête du premier volume. Sur les armes
  des Berthout, seigneurs de Grammene, voyez Butkens, _Trophées de
  Brabant_, édit. de 1724, t. I, p. 319. Les Berthout de Grammene
  étaient une branche cadette de l'illustre et puissante famille
  des Berthout, avoués de Malines, qui portaient: D'OR _à trois
  pals de gueules_. On peut lire sur ces derniers le beau mémoire
  de M. Félix van den Branden de Reeth, couronné par l'Académie de
  Belgique, 1844, in-4º de 195 pages.

On rencontre ça et là dans le manuscrit B1 des lacunes et de mauvaises
leçons; on a comblé ces lacunes et corrigé ces leçons défectueuses à
l'aide des autres manuscrits de la première rédaction revisée, en
ayant soin d'indiquer au bas de la page les manuscrits qui ont fourni
ces restitutions, et de mettre entre parenthèses les mots ou les
passages empruntés.

Le manuscrit B1, comme tous les exemplaires vraiment anciens, n'a pas
de titres de chapitres. Le texte y est divisé en alinéas dont le
commencement est marqué par des lettres capitales alternativement
rouges et bleues. Cette division a été, sauf de très-rares exceptions,
scrupuleusement maintenue; seulement, les alinéas du manuscrit B1
forment autant de paragraphes dans notre édition.

La loi que s'est imposée l'éditeur de faire lui-même toutes ses copies
et collations, a permis d'apporter au texte, déjà publié tant de fois,
de la première rédaction, des améliorations vraiment imprévues. Comme
on s'est abstenu d'avertir le lecteur par des notes placées au bas des
pages, c'est ici le lieu de citer au moins un exemple de ces
corrections. Dans le récit de la bataille de Cassel, tous les éditeurs
qui nous ont précédé ont lu ainsi le passage suivant: «.... onques _de
tous ces XVI{m} Flamens n'en escapa_ NUL, et fu leur chapitainne mors.
Et si ne seut onques nuls de ces signeurs nouvelle li uns de l'autre,
jusques adont qu'il eurent tout fait; et onques _des XV{m} Flamens qui
mors y demorèrent_, n'en recula uns seuls[146]....» Ces lignes
renferment une contradiction flagrante qui aurait dû rendre la leçon
suspecte et éveiller la défiance des éditeurs. Il est clair, en effet,
que si quinze mille Flamands seulement sur seize mille sont morts,
Froissart n'a pas pu dire dans la phrase précédente qu'il n'en est pas
échappé un seul. Dacier semble avoir aperçu cette contradiction, et
c'est sans doute pour tourner la difficulté que le savant éditeur
avait substitué le chiffre de seize mille morts[147] aux quinze mille
du texte; mais aucun manuscrit n'autorise cette substitution. On
trouvera pour la première fois dans notre édition ce passage restitué
tel que Froissart a dû l'écrire: «.... onques de tous ces seize mille
Flamens n'en escapa MIL[148]....» Du reste, nous avons corrigé sur ce
point les éditions antérieures sans y viser le moins du monde; et
grande a été notre surprise lorsque nous avons vu que tous nos
prédécesseurs avaient mal lu le passage dont il s'agit. Ce curieux
exemple prouve une fois de plus que dans les travaux d'érudition il
faut tout faire soi-même. M. Jourdain faisait de la prose sans le
savoir: en ne confiant à personne le soin de transcrire et de
collationner les manuscrits, le plus humble corrige parfois les
erreurs des autres sans s'en douter.

  [146] _OEuvres de Froissart_, publiées sous les auspices de
  l'Académie de Belgique, par M. le baron Kervyn de Lettenhove,
  _Chroniques_, t. II, p. 223.

  [147] _Chroniques de Froissart_, édit. de Dacier, p. 50. Buchon a
  suivi Dacier ici comme partout. Voyez l'édition du Panthéon, t.
  I, p. 40.

  [148] Froissart et les autres chroniqueurs du quatorzième siècle
  ont singulièrement exagéré les pertes des Flamands à Cassel.
  Notre ami, M. Mannier a publié les noms des victimes dont le
  nombre ne dépassa guère 3000. Voyez _Les Flamands à la bataille
  de Cassel_. Paris, A Aubry, 1863.



CHAPITRE II.

DES VARIANTES.


Les variantes comprennent tout ce qui, dans les différentes rédactions
et les divers manuscrits, ajoute quelque chose au texte au point de
vue historique. La nature, le nombre de ces variantes qui, pour le
premier livre du moins, dépassent presque toujours en étendue, et
souvent en importance, le texte lui-même, les a fait renvoyer en
appendice à la fin de chaque volume, où elles sont distribuées par
paragraphes correspondant à ceux du texte et selon l'ordre
chronologique des rédactions.

A désigne la première rédaction proprement dite; B la première
rédaction revisée; les chiffres placés après A et B indiquent les
divers manuscrits qui appartiennent à ces deux rédactions.

La mention: _Ms. d'Amiens_ équivaut à la seconde rédaction, ainsi
nommée du principal manuscrit qui la représente; cette mention
s'applique, non-seulement au manuscrit d'Amiens, mais encore à celui
de Valenciennes, qui n'est le plus souvent qu'un abrégé du
premier, et dont le texte s'arrête au siége de Tournai, en 1340. Ce
manuscrit offre néanmoins quelques additions que l'on trouvera dans
notre appendice; et toutes les fois que les leçons par où il diffère
de l'original ont semblé plus ou moins intéressantes au point de vue
historique, on les a recueillies avec soin et placées au bas de la
page comme variantes du texte d'Amiens.

La rubrique: _Ms. de Rome_ correspond à la troisième rédaction que le
manuscrit unique de la Bibliothèque du Vatican nous a conservée.

En tête de chaque variante figure l'indication du manuscrit qui l'a
fournie, et dont le feuillet est marqué après cette variante. Ce soin
constant de renvoyer au feuillet, plus indispensable pour les
manuscrits, quoique moins usité, que l'indication de la page pour les
imprimés, est une petite innovation de l'éditeur.

Si plusieurs manuscrits donnent la même variante, on s'impose la tâche
de les indiquer tous; et dans ce cas le feuillet de la variante se
rapporte toujours au manuscrit indiqué le premier et d'après lequel a
été établi le texte de cette variante. Vous lisez, par exemple: «_Mss.
A_ 7, 18, 19, 23 à 35: ce roi Philippe nommé Beau de France. F{o} 2
v{o}[149].» Le f{o} 2 v{o} est celui du manuscrit A 7 d'où la variante
est tirée; et si vous vous reportez au paragraphe[150] consacré au
classement des manuscrits A, vous y voyez que A 7 désigne le ms. de la
Bibliothèque impériale coté 2655. Avec ce système, on ne publie pas
une seule variante sans en faire connaître la provenance; or il
est très-intéressant pour l'historien comme pour le philologue de se
rendre un compte exact de cette provenance.

  [149] P. 217.

  [150] Voyez la première partie de cette Introduction, chap. I, §
  4, p. XXXIV.

Ce serait, qu'on ne l'ignore pas, se méprendre étrangement que de voir
dans cette énumération de tous les manuscrits qui reproduisent la même
variante un vain étalage d'érudition. Une leçon a plus ou moins de
valeur selon le nombre, l'ancienneté, l'authenticité des manuscrits
qui la fournissent. Relever cette leçon sans indiquer tous les
exemplaires où on la trouve, c'est ne faire que la moitié de la tâche;
c'est produire un témoignage sans offrir au public les moyens de
l'apprécier et de le contrôler.

Notre édition ne donne que les variantes _historiques_, mais on a
compris le mot _historique_ dans son sens le plus large, comme on
pourra s'en convaincre si l'on jette un regard sur l'énorme appendice
de ce volume. Les variantes relatives aux dates, aux noms de lieu et
de personne, qui sont historiques au premier chef, ont été l'objet
d'une attention toute spéciale. On a pris soin de recueillir les
leçons même défectueuses, toutes les fois qu'elles modifient
essentiellement la forme d'un nom. Bref, on a rejeté seulement les
variantes de pure forme, celles qui n'auraient ajouté au texte ni un
fait ni un détail nouveau. Du reste, les philologues n'y perdront
rien, car les mots et les tournures plus ou moins remarquables sont
réservés pour le glossaire qui doit embrasser tous les manuscrits et
toutes les variantes sans exception.

Le but qu'on s'est proposé, en ne publiant que les variantes
historiques, a été moins d'économiser du temps et de l'espace que
d'éviter les répétitions et surtout de dégager nettement, de bien
mettre en lumière ce qui appartient en propre à chaque rédaction. Tel
est en effet le principal avantage du système adopté dans cette
édition: il permet de comparer et de mesurer matériellement, de
toucher pour ainsi dire du doigt les différences que les diverses
rédactions du premier livre présentent entre elles. L'œuvre de
Froissart ressemble à ces forêts où les arbres sont si rapprochés et
si touffus qu'ils portent un ombrage trop épais; pour faire pénétrer
davantage le jour et circuler la lumière dans les profondeurs de cette
forêt, nous y avons percé des avenues, nous en avons élagué les
broussailles et les branchages parasites.

On sera peut-être surpris de ne pas trouver ici un certain nombre de
variantes d'un intérêt historique qui figurent dans l'édition de
Dacier d'où elles ont sans doute passé dans celle de M. Kervyn de
Lettenhove; mais il y avait une bonne raison de ne les pas reproduire:
elles sont fausses. Il convient de citer quelques exemples à l'appui
d'une assertion qui ne manque pas de gravité. La leçon: «huit[151]»
dans l'édition de Dacier, p. 40, et dans celle de M. Kervyn, t. II, p.
168 au bas de la page; la leçon: «quatre cens» Dacier, p. 42 et M.
Kervyn, t. II, p. 177; la leçon: «mars» Dacier, p. 57 et M.
Kervyn, t. II, p. 234 en note; la leçon: «neuf» Dacier, p. 64 et
Kervyn, t. II, p. 273 en note; ces leçons et une foule d'autres dont
il serait fastidieux de donner le détail, doivent être le résultat de
mauvaises[152] lectures, car on n'a pu les retrouver dans aucun des
nombreux manuscrits du premier livre; et pourtant tous ceux que Dacier
et M. Kervyn ont compulsés ont été mis à contribution. L'illustre
académicien français semble avoir commis la faute grave de laisser à
des copistes le soin de recueillir les variantes de son édition: il
n'y a donc pas lieu de s'étonner si les erreurs abondent dans cette
partie de son travail. La reproduction de ces erreurs dans la belle
publication de M. Kervyn est un peu plus difficile à comprendre:
peut-être faut-il l'expliquer en supposant que l'érudit belge a cru
pouvoir emprunter des variantes garanties par le nom de Dacier, sans
les soumettre à un contrôle préalable.

  [151] Une note de Dacier relative à ce passage prévient le
  lecteur que la leçon «huit» est, non une restitution pure et
  simple, mais une correction de l'éditeur. L'édition de Dacier
  dont il s'agit ici, commencée avant 1789, était en cours de
  publication lorsque la Révolution vint l'interrompre, et elle ne
  fut jamais reprise par son auteur; il n'en reste que des bonnes
  feuilles dont le beau caractère fait le plus grand honneur aux
  presses de l'Imprimerie royale. Notre exemplaire compte 632
  pages, et il a été acheté à la vente du cabinet de feu
  Champollion-Figeac.

  [152] Le lecteur voudra bien remarquer qu'on s'est abstenu dans
  le cours de l'édition de signaler les fautes commises par les
  précédents éditeurs. Ici, force nous était de critiquer les
  autres, si nous ne voulions laisser croire qu'un certain nombre
  de variantes véritablement historiques ont été omises dans notre
  relevé. Il n'en est pas moins vrai que nous n'avons aucun goût,
  Dieu merci, pour ce genre de besogne. Qui sait d'ailleurs si
  notre paresse n'y trouve pas son compte?



CHAPITRE III.

DU SOMMAIRE.


Le texte et les variantes forment deux parties qui, bien que
distinctes par leur place respective, n'en sont pas moins
inséparables; et si on les compare, les rapports qu'elles
soutiennent se présentent sous un double aspect: tantôt, et c'est le
cas le plus ordinaire, les variantes n'ajoutent au texte que des faits
de détail et des développements plus complets; tantôt au contraire, la
seconde et la troisième rédaction, qui ont fourni la majeure partie
des variantes du premier livre, présentent de foncières différences,
non-seulement entre elles, mais encore avec le texte, c'est-à-dire
avec la première rédaction. Dans ce dernier cas, il n'y a évidemment
rien autre chose à faire, même dans un sommaire, qu'à résumer les
rédactions différentes en les publiant les unes à la suite des autres
et selon l'ordre chronologique. Mais dans le premier cas, dans le cas
où les variantes enrichissent le texte plutôt qu'elles ne le
démentent, où les diverses rédactions, loin de se contredire, se
complètent, il y a lieu d'assigner au sommaire un rôle vraiment
important et jusqu'à un certain point original.

Il suffit de parcourir superficiellement l'ensemble de ce volume pour
être frappé de la multitude innombrable de détails précieux disséminés
çà et là, mais qui risquent d'échapper par leur éparpillement à
l'attention des érudits eux-mêmes. Combien il serait désirable qu'il
fût fait un choix, un triage intelligent de tout ce que l'on rencontre
d'intéressant, soit dans le texte, soit dans les variantes! Combien il
serait commode de trouver résumée, condensée dans une narration unique
la matière historique éparse dans les diverses rédactions!

Le but principal de notre sommaire est précisément de répondre à ce
besoin. C'est une tâche délicate, ardue, nécessairement imparfaite
comme toute besogne composite, pleine de difficultés de plus d'un
genre qu'on ne se flatte nullement d'avoir surmontées; mais l'utilité
et la commodité qui doivent résulter d'un pareil travail rendront le
lecteur, on l'espère du moins, indulgent pour les fautes inévitables
de l'exécution.

Notre sommaire ne pouvait atteindre le but proposé sans prendre des
développements relativement considérables. Aussi a-t-il le caractère
d'une traduction à peu près littérale dans tous les passages que leur
importance rend dignes d'une attention plus spéciale. Un cadre aussi
large a permis en outre d'identifier presque tous les noms de lieu et
de restituer les noms de personne sous leur forme moderne. Lorsqu'il
s'agit de noms peu connus ou d'identifications et de restitutions plus
ou moins sujettes à controverse, on a placé des notes au bas des pages
pour expliquer et, s'il y a lieu, justifier la solution que l'on a
adoptée. On a souligné les noms que l'on n'a pu parvenir à identifier
afin d'appeler sur ces petits problèmes l'attention d'érudits plus
spéciaux et plus compétents. Il n'a été apporté du reste au texte de
Froissart que de très-légères et très-rares corrections de détail qui
modifient çà et là un prénom, un nom ou une date, et ces corrections
sont toujours mises entre parenthèses. Ainsi conçu, notre sommaire ne
tient sans doute pas lieu d'un glossaire ou de tables géographique et
onomastique; mais il aidera peut-être à attendre avec moins
d'impatience ce complément indispensable de notre édition. Ce n'est
pas encore la critique, mais c'est déjà l'élucidation aussi complète
que possible du premier livre des Chroniques.

Ce sommaire est divisé en un certain nombre de chapitres dont chacun
comprend une série de faits qui se relient entre eux et présentent un
caractère d'unité véritable. Ces chapitres pourraient donner lieu à
autant de dissertations critiques qui seraient destinées, dans une
publication en quelque sorte parallèle, à compléter et à contrôler
l'œuvre de Froissart à l'aide de tous les documents contemporains,
imprimés ou manuscrits. Dans ces dissertations, on poserait à propos
de chacun des chapitres du sommaire, et l'on essayerait, s'il était
possible, de résoudre les trois questions suivantes: 1º Froissart
a-t-il puisé son récit dans un autre chroniqueur, ou l'a-t-il tiré de
son propre fonds? 2º Quelles modifications ont été apportées au récit
primitif dans les rédactions successives du premier livre? 3º Enfin,
quelle est la part de la vérité et celle de l'erreur dans le texte des
Chroniques? Ces dissertations critiques permettraient de rassembler et
de grouper en quelque sorte toute la matière historique du quatorzième
siècle autour de l'œuvre de Froissart: les témoins si nombreux et si
divers de cette curieuse époque seraient entendus tour à tour, mais
c'est le chroniqueur de Valenciennes qui conduirait le chœur.



CHAPITRE IV.

DE L'ORTHOGRAPHE, DE LA PONCTUATION ET DE L'ACCENTUATION.


L'orthographe du texte comme des variantes est la reproduction fidèle
des manuscrits. On attache tant de prix à cette fidélité qu'on n'a
reculé devant aucun voyage, aucune dépense, aucun sacrifice pour
l'obtenir. Il n'y a pas dans ce volume et il n'y aura pas, s'il plaît
à Dieu, dans les volumes suivants une seule ligne qui n'ait été copiée
ou collationnée par l'éditeur lui-même; et c'est là certainement le
principal titre qui recommandera notre édition à l'indulgence des
juges impartiaux.

Cette fidélité littérale devait être ici d'autant plus recherchée
qu'il y a plusieurs bonnes raisons de ne rien entreprendre pour le
texte de Froissart qui rappelle, par exemple, le beau travail de
correction et de restitution fait récemment sur Joinville par notre
vénéré maître M. Natalis de Wailly. D'abord, les manuscrits du premier
livre, d'après lesquels on a établi le texte proprement dit ainsi que
la plus grande partie des variantes, sont à peu près contemporains de
l'époque où vivait l'auteur; ensuite, il ne nous reste de Froissart
aucun manuscrit, sinon autographe, au moins incontestablement
original, qui puisse fournir à la critique le solide point d'appui que
le savant auteur des _Éléments de Paléographie_ a trouvé dans les
chartes émanées de la chancellerie de Joinville. On peut ajouter que,
quand même ce manuscrit qui nous manque existerait, il ne devrait être
considéré comme un criterium sûr que pour une certaine période,
car qui sait si les différentes phases de la vie errante et vagabonde
du chroniqueur n'ont pas amené des modifications successives et
correspondantes dans sa langue ou du moins dans son orthographe? Ces
observations s'appliquent aussi bien aux poésies de Froissart qu'à sa
prose. Il est vrai que la rime garantit contre les altérations des
scribes la phonétique des syllabes finales de chaque vers ou du moins
permet de la restituer sûrement; mais qui nous dit que le
versificateur n'a pas en certains cas modifié plus ou moins son
orthographe ordinaire pour les besoins de la rime? Il faut aussi faire
la part de ce qu'il doit y avoir de factice dans la langue de ces
poëmes de cour. Il est certain, toutefois, que l'on retrouve dans le
célèbre manuscrit des poésies de Froissart conservé à la Bibliothèque
impériale le bizarre mélange de formes wallonnes et françaises, tantôt
conformes, tantôt contraires aux règles anciennes, qui distingue la
prose du chroniqueur.

Quoi qu'il en soit, il y a une raison plus haute et pour ainsi dire
plus philosophique de ne point tenter la correction des fautes, des
irrégularités qu'on retrouve, non-seulement dans les divers manuscrits
des Chroniques, mais encore dans tous les textes qui datent de la même
époque: supprimer ces fautes, en effet, ce serait enlever à la langue
du chroniqueur de Valenciennes son caractère réel, historique, le
trait distinctif qui la recommande surtout à l'attention des savants
et qui fait des Chroniques un monument d'une incomparable importance
pour les philologues aussi bien que pour les lettrés et les érudits
appliqués à l'observation des événements.

Tout se tient dans ce vaste organisme qui compose la vie des sociétés,
et la décadence de la langue accompagne toujours celle des
institutions et des mœurs. C'est là l'un des faits les mieux établis
et en même temps l'un des enseignements les plus graves que puisse
offrir l'étude du passé; mais jamais cette vérité n'a été plus
éclatante qu'en France au quatorzième siècle. A cette époque,
l'organisation féodale, après avoir atteint son apogée dans les
siècles précédents, est déjà en pleine dissolution, et la
centralisation monarchique, qui doit aboutir au despotisme de Louis
XI, de Richelieu et de Louis XIV, vient à peine d'essayer ses forces
sous Philippe le Bel et n'a pas encore réussi à se constituer: la
société, ainsi qu'il arrive toujours dans ces temps de crise, est en
proie à la confusion, au désordre, à tous les maux de l'anarchie. Il
se produit alors un phénomène bien digne d'être médité et approfondi.
Sous l'influence de causes diverses, la langue du quatorzième siècle
en général, celle de Froissart en particulier, revêt le même caractère
mixte, bâtard, de transition que l'époque dont elle est l'expression,
que la société qui la parle: comme cette société, elle est pleine de
désordre, d'irrégularités, d'incohérences, parce que tantôt elle suit
les règles de l'ancien français, et tantôt elle s'en affranchit pour
prendre le caractère qu'a conservé le français moderne. D'ailleurs, si
la royauté, qui tend depuis longtemps à absorber les pouvoirs locaux,
est loin encore d'avoir atteint ce but à l'époque de Froissart;
l'idiome de l'Ile-de-France, de son côté, quoiqu'il pénètre et altère
de plus en plus, à la même époque, les dialectes des autres provinces,
ne les a pas néanmoins supplantés; il en résulte un pêle-mêle
provisoire qui, se régularisant peu à peu, doit devenir un jour la
langue définitive. Un éditeur des Chroniques commettrait donc une
étrange méprise s'il ne reproduisait pas avec un soin scrupuleux ces
irrégularités, ces incohérences, ce pêle-mêle. Il ne pourrait les
corriger sans fausser la réalité, sans rompre, par conséquent, avec la
méthode scientifique, pour tomber dans la pure fantaisie; autant
vaudrait supprimer l'histoire.

Il ne s'agit ici, bien entendu, que des fautes qui proviennent de
l'état général, et pour ainsi dire organique de la langue; quant à
celles qui ne peuvent être attribuées qu'à la négligence ou à la
distraction des copistes, et qui ont, comme on dirait en pathologie,
le caractère de lésions purement superficielles et accidentelles, un
éditeur intelligent, consciencieux, n'a pas seulement le droit, il a
le devoir strict de les effacer et de les corriger[153].

  [153] La distinction capitale que nous essayons de marquer ici
  s'applique, du moins dans une certaine mesure, aux ouvrages de la
  décadence grecque et latine aussi bien qu'à ceux qui représentent
  la décomposition de l'ancien français. On n'a pas tenu peut-être
  un compte suffisant de cette distinction lorsqu'on a publié, au
  seizième siècle et même de nos jours, certains auteurs de la
  basse latinité ou de la basse grécité. C'est surtout en matière
  de langage, ce perpétuel _devenir_, que la méthode naturaliste et
  scientifique, propre à notre siècle, doit remplacer l'abus du
  dogmatisme classique.

Le caractère mixte, composite de la langue de Froissart est d'autant
plus sensible dans le premier livre, que les meilleurs, les plus
importants manuscrits de ce livre sont écrits en dialecte wallon. Or,
on sait que l'une des particularités de ce dialecte, c'est qu'il a
maintenu plus longtemps que les autres la distinction du cas sujet et
du cas régime, fondamentale dans l'ancien français. Un passage de
ce volume offre un curieux exemple de cet archaïsme. Dans ce passage,
_abbes_ du nominatif _abbas_, est toujours employé au cas sujet, et
_abbet_, formé sur l'accusatif _abbatem_, au régime[154].

  [154] Voyez p. 168, lignes 16 et 28.

La ponctuation a été l'objet d'une attention toute spéciale, et l'on
peut dire que ce détail, en apparence infime, donne à notre édition un
aspect entièrement nouveau. Qui ne se rappelle avoir vu dans les
éditions antérieures, ces phrases vraiment interminables dont les
divers membres, enchaînés ensemble par la conjonction _et_
indéfiniment répétée, s'embarrassent et s'entravent en quelque sorte
les uns les autres? Toutes les fois que le sujet est sous-entendu en
tête d'une phrase, comme il arrive d'ordinaire si ce sujet est un
pronom, les précédents éditeurs n'ont presque jamais placé devant
cette phrase un point; dans ce cas, ou bien ils se sont abstenus de
tout signe de ponctuation, ou bien ils n'ont mis qu'un point et
virgule, ou même qu'une simple virgule. L'éditeur de ce volume a suivi
d'autres errements: il a remplacé très-souvent par des points les
virgules dont on avait un peu abusé jusqu'à ce jour, de telle sorte
que là où le texte ne formait naguère qu'une seule phrase, le lecteur
en trouvera maintenant quatre ou cinq. Outre que cette innovation
s'appuie sur l'autorité de quelques manuscrits anciens[155], elle a
l'avantage d'imprimer au récit une allure plus dégagée, plus facile,
plus rapide, plus conforme, en un mot, au véritable génie de
Froissart. Si l'on prend la peine de comparer sous ce rapport les
dernières éditions, on verra que le système de ponctuation adopté dans
la nôtre change complétement et peut-être heureusement la physionomie
du texte des Chroniques.

  [155] On peut citer notamment le manuscrit de la Bibl. imp., coté
  6477 à 6479 = B1 d'après lequel a été établi le texte du premier
  livre et où la fin de chaque phrase est marquée par des points.

On sait qu'il n'y a pas trace de nos signes d'accentuation dans les
manuscrits; cette absence d'accents, tels du moins que nous les
entendons aujourd'hui, donne lieu à certaines difficultés quand il
s'agit d'imprimer d'anciens textes français. Les Allemands, qui
ignorent la mesure et ne s'arrêtent pas volontiers aux moyens termes,
ont mis récemment à la mode l'orthographe dite diplomatique; ils
publient les monuments de notre vieille langue, en les calquant pour
ainsi dire, et sans y ajouter le moindre signe d'accentuation. On a
rejeté dans cette édition un système aussi absolu, et l'on a fait
usage des accents, du moins dans une certaine mesure; mais _le lecteur
est expressément prévenu qu'on n'entend engager, par l'emploi ou la
nature de ces accents, aucune question de prononciation_. Si l'on a
mis, par exemple, un accent aigu, grave ou circonflexe sur une
voyelle, on ne prétend pas dire que cette voyelle se prononçait de
telle façon plutôt que de telle autre; on veut simplement indiquer
qu'elle n'était pas muette.

C'est ici évidemment affaire d'empirisme, non de logique et de
science. La commodité, l'agrément du lecteur, qui nécessite cet
empirisme et le justifie, doit passer avant toute autre considération.
Employer les accents toutes les fois qu'ils sont consacrés par l'usage
et que le texte y peut gagner quelque chose en clarté, et ne les
admettre que dans ce cas; tel est le double principe qui domine
le système d'accentuation adopté par l'éditeur.

En vertu de ce principe, on a conservé les accents que l'orthographe
moderne a pris l'habitude de mettre sur certains mots qui sont
parfaitement semblables d'aspect et ne laissent pas néanmoins d'avoir
une acception différente, par exemple, sur _à_ préposition et _où_
adverbe, afin de les distinguer pour l'œil de _a_ verbe et de _ou_
conjonction; en revanche, on a supprimé les signes d'accentuation que
l'usage actuel inscrit sur les voyelles initiales ou intérieures d'un
grand nombre de vocables, comme dans p_é_n_é_trer, r_é_v_é_ler,
_é_ternel, _â_creté, parce que ces signes n'ajoutent absolument rien à
la clarté de la phrase. L'accent n'a été maintenu sur la voyelle que
dans les syllabes qui portaient en latin l'accent tonique, sur la
finale dans esper_é_, am_é_, dont les prototypes sont sper_á_tus,
am_á_tus, sur la pénultième dans esp_è_re, _ai_me, premi_er_re, qui
correspondent à sp_é_rat, _á_mat, prim_á_ria.

Il importe de faire remarquer que, dans ces deux derniers exemples,
comme du reste dans tout le cours de notre édition, l'accent ne
surmonte la pénultième ni dans _ai_me ni dans premi_er_re, quoique
d'après le principe posé tout à l'heure cette pénultième doive être
accentuée. C'est que la notation _ai_ dans le premier de ces mots et
le redoublement de la consonne _r_ dans le second équivalent à notre
accent: là où l'orthographe moderne aurait écrit _è_me, là où elle
écrit premi_è_re, l'orthographe ancienne écrivait presque toujours
_ai_me, elle écrivait souvent premi_er_re. En conservant cette
orthographe archaïque, avec sa valeur propre au point de vue de
l'accentuation, partout où il la trouve observée dans les
manuscrits, l'éditeur n'a fait que se conformer au système actuel qui
admet les mêmes anomalies: tandis que nous mettons aujourd'hui
l'accent sur la pénultième suivie d'une muette dans première,
fid_è_le, esp_è_ce, n'écrivons-nous pas sans accent, mais avec le
redoublement de la consonne v_er_re, cru_el_le, par_es_se, selon les
errements de l'orthographe ancienne?



TROISIÈME PARTIE.

DE LA VALEUR HISTORIQUE ET LITTÉRAIRE DU PREMIER LIVRE.



CHAPITRE I.

DE LA PARTIALITÉ ET DE LA SINCÉRITÉ DE L'AUTEUR DES CHRONIQUES.


Froissart a donné à ses récits le titre qui leur convient réellement
en les appelant des Chroniques: c'est ce qu'il ne faut pas perdre un
seul instant de vue lorsqu'on veut l'apprécier équitablement, car on
ne saurait sans injustice demander à un écrivain autre chose que ce
qu'il a voulu faire. S'entourer de tous les renseignements, peser tous
les témoignages, les contrôler les uns par les autres, essayer d'y
démêler la part de la vérité et celle de l'erreur: c'est le devoir,
c'est l'honneur de l'historien vraiment digne de ce beau nom.
Froissart n'eut jamais une ambition aussi élevée, et l'on peut ajouter
qu'il eut raison de ne pas l'avoir. Le clerc de la reine Philippe, le
curé des Estinnes-au-Mont, le chapelain de Gui de Blois vécut toujours
dans une position plus ou moins subalterne qui ne lui assurait pas
l'indépendance absolue ni peut-être les ressources matérielles
indispensables de son temps pour se placer dans les conditions où
l'histoire proprement dite peut éclore et fleurir. En outre, la
plus grande partie de ses Chroniques est consacrée à la narration des
événements contemporains; or il est impossible, quand il s'agit de
faits trop rapprochés, d'atteindre l'harmonie de la composition, la
justesse des proportions par où se manifeste, dans la forme en même
temps que dans le fond, cet esprit de justice distributive qui est
l'âme de l'histoire. Pour atteindre ou plutôt pour poursuivre sûrement
un but si difficile, la prudence commande d'attendre que les
événements se soient massés dans la perspective des siècles. Soit donc
que Froissart ait obéi à la nécessité, soit qu'il ait suivi son
instinct, soit même, si l'on veut, qu'ayant surtout égard à sa
commodité, il ait cédé à des calculs plus ou moins égoïstes, on ne
serait nullement fondé à lui reprocher, dès l'instant où il
s'appliquait au récit des faits contemporains, de n'avoir écrit que
des Chroniques.

Les obligations qui incombent à l'annaliste sont beaucoup moins
sévères et moins étroites que celles auxquelles est astreint
l'historien véritable. Enregistrer pour ainsi dire au jour le jour les
événements les plus marquants tels qu'il les entend raconter autour de
lui: là se borne la tâche modeste du chroniqueur. Aussi, tandis que la
sincérité de l'historien ne va pas sans l'impartialité et sans la
critique judicieuse des divers témoignages, il suffit au chroniqueur,
pour être sincère, de ne pas transmettre un écho trompeur, mensonger,
des bruits d'alentour: la fidélité de la reproduction est tout ce que
l'on attend de sa bonne foi.

A ce point de vue, qui est le seul équitable, on doit rendre hommage à
la sincérité de Froissart. Dans les récits qu'il fait de première
main, on admire généralement, avec la fidélité en quelque sorte
minutieuse de certains détails, cette fidélité plus haute et vraiment
supérieure qui reproduit jusqu'à la couleur des temps et des lieux,
jusqu'au geste et à l'accent des personnages et qui est le privilége
des grands artistes.

Non-seulement le chroniqueur n'a pas besoin, comme l'historien, de
concilier, de fondre dans une harmonie générale les diverses parties
de son œuvre, mais encore il n'est pas tenu à la rigueur de mettre
d'accord les récits différents qu'il donne du même fait, pourvu qu'il
rapporte fidèlement dans chacun d'eux ce qu'il a entendu raconter. En
d'autres termes, plus heureux que l'historien qui doit s'efforcer de
dégager la vérité, l'annaliste n'a qu'à transmettre exactement
l'information telle qu'il l'a reçue, si incomplète, si partiale
qu'elle puisse être, pour s'acquitter envers son lecteur.

Froissart a largement usé et parfois, il faut bien en convenir, un peu
abusé de ces immunités du genre inférieur qu'il avait adopté. Avec un
courage, une persévérance infatigables, il a composé à d'assez longs
intervalles trois rédactions de son premier livre profondément
distinctes les unes des autres, mais il paraît n'avoir jamais songé à
faire ce qu'on appellerait aujourd'hui la critique comparée de ces
différentes rédactions. Il ne tente nulle part de les confronter, de
les rapprocher ou de les opposer entre elles. Qu'elles se confirment
ou qu'elles se contredisent, on dirait que peu lui importe. Il raconte
le même événement une seconde, une troisième fois, avec une allure
aussi dégagée et sans plus de souci de ses récits antérieurs que
quelqu'un qui y serait complétement étranger. Cette habitude est
constante, et l'on ne peut guère citer comme exception qu'un curieux
passage du manuscrit de Rome, c'est-à-dire de la troisième rédaction
où Froissart, non content d'adopter une version tout à fait contraire
à celle qu'on trouve dans les deux rédactions précédentes, prend la
peine de reproduire sa première version pour la contredire et y
opposer le démenti le plus formel[156].

  [156] Cf. la page 221 des variantes, lignes 1 à 14 avec la p. 18,
  lignes 24 à 30 du texte.

On n'aurait le droit d'adresser des reproches à l'auteur des
Chroniques que s'il avait voulu donner le change sur le caractère
borné, exclusif, intéressé et par suite plus ou moins partial des
témoignages qui ont servi de base à ses récits. Ne semble-t-il pas
avoir prévu cette objection lorsque, dans la première rédaction, avant
de raconter la bataille de Crécy, il prévient loyalement le lecteur
qu'il est surtout redevable de sa narration à des chevaliers du parti
anglais? «Il n'est nulz homs, tant fust presens à celle journée, ne
euist bon loisir d'aviser et ymaginer toute la besongne ensi que elle
ala, qui en seuist ne peuist imaginer ne recorder le verité,
especialement de le partie des François, tant y eut povre arroy et
ordenance en leurs conrois. _Et ce que j'en sçai, je le seuch_ LE PLUS
_par les Englès qui imaginèrent bien leur couvenant_[157].» Au
contraire, l'auteur de la seconde rédaction fait douter de sa parfaite
bonne foi quand, après avoir décrit la journée de Crécy dans un
tableau dont les traits principaux trahissent une origine purement
française, il ajoute néanmoins les lignes suivantes: «... Si
comme cil le tesmoingnent qui y furent _tant d'ung lés comme de
l'autre_, et par lesquelx le pure verité en est escripte[158].» Mais
ces cas sont rares, et d'ordinaire nul défaut de sincérité ne vient
altérer la fidélité pure et simple de reproduction qui recommande les
Chroniques, alors même que l'auteur a composé sa narration sous la
dictée de témoins intéresses, par conséquent avec un caractère de
partialité plus ou moins notoire.

  [157] Ms. 6477, f{o} 187 v{o}.

  [158] Ms. d'Amiens, f{o} 93.

Il ne faudrait pas se méprendre sur le caractère habituel des
variantes plus ou moins importantes qu'on remarque entre les diverses
rédactions. Ce n'est pas précisément que Froissart dise blanc dans
l'une après avoir dit noir dans l'autre: ce qui ressort surtout de ces
divergences, c'est que les témoins dont le chroniqueur a
successivement reproduit la version, placés dans des camps opposés,
ont envisagé le même fait d'un point de vue différent. L'infatigable
auteur des trois rédactions du premier livre visait sans doute
beaucoup moins à représenter toutes les faces de la réalité historique
qu'à plaire aux maîtres et seigneurs dont il a recueilli les bienfaits
tour à tour; mais qu'importe, puisque, si, comme nous le croyons, il a
été chaque fois un narrateur aussi fidèle que partial, le résultat est
le même pour la postérité! Qui n'entend qu'une cloche n'entend qu'un
son, dit le proverbe. Froissart a frappé à toutes les cloches et nous
fait entendre ainsi tous les sons. Son premier livre si riche, si
touffu, avec ses rédactions différentes et parfois contradictoires,
avec ses variantes infinies, rappelle tout à fait ces carillons fameux
des Flandres qui ébranlent les airs par une cadence à la fois si
variée et si profonde. Seulement, à la différence des carillonneurs de
Bruges ou d'Anvers, l'auteur des Chroniques n'essaye pas de fondre
sous son clavier tant de timbres, tant de bruits divers: il se
contente de les noter fidèlement pour les transmettre à la postérité,
laissant à celle-ci le soin d'en dégager cette harmonie de l'histoire
qui s'appelle la vérité.

Cette fidélité de reproduction a été d'autant plus facile à Froissart
qu'il ne paraît animé d'aucun sentiment de haine contre quelqu'un ou
contre quelque chose: il ignore toute espèce de fanatisme; il n'est
obsédé d'aucune de ces passions de caste ou de nationalité qui
offusquent la vue et troublent le jugement. S'il n'avait eu soin de
nous dire qu'il fut prêtre, on l'aurait deviné difficilement en lisant
ses Chroniques[159]; né dans les rangs du peuple, il se préoccupe de
la noblesse outre mesure et montre pour elle une complaisance, une
indulgence parfois excessive; s'il aime avec une tendresse
particulière et vraiment filiale le Hainaut sa patrie, une
prédilection si naturelle ne le rend point injuste pour les autres
pays. A le bien prendre, notre chroniqueur porte en son âme un
idéal qui est l'unique objet de son culte, qui lui dicte ses jugements
sur les faits ainsi que sur les individus: cet idéal, moins étroit que
le patriotisme, presque aussi ardent que la foi religieuse, c'est
l'esprit chevaleresque.

  [159] Il est curieux de comparer sous ce rapport Froissart aux
  chroniqueurs des siècles précédents: le curé des Estinnes, le
  chanoine de Chimay, est beaucoup plus dégagé des préoccupations
  ecclésiastiques qu'un Villehardouin ou un Joinville, par exemple;
  il a davantage ce qu'on peut appeler _l'esprit laïque_, cet
  esprit qui a dispensé la France au seizième siècle de se faire
  protestante, et auquel la Révolution française doit ce qu'elle a
  de sain, la partie malsaine ayant été recueillie dans l'héritage
  de la centralisation monarchique. Il faut juger l'arbre par ses
  fruits: la France, animée de cet esprit large, qui est l'une des
  faces de son génie, a joui de la _liberté religieuse_ dans les
  mœurs aussi bien que dans les lois avant les pays de l'Europe
  qui ont embrassé la Réforme.

Cet esprit chevaleresque, qui a constitué tout à la fois l'une des
grandeurs et l'une des faiblesses du moyen âge en général et du
quatorzième siècle en particulier, est aussi la source des meilleures
qualités et des défauts les plus saillants qu'on remarque dans les
Chroniques. Si, comme on l'a dit plus haut, Froissart néglige de
mettre de l'unité dans ses diverses rédactions, c'est qu'évidemment,
malgré la curiosité naturelle de son esprit, il n'attache qu'un prix
assez médiocre aux circonstances accessoires, aux détails de la
narration: ce qui l'intéresse, ce qui l'émeut, ce qui le passionne
par-dessus tout, c'est l'idéal même qui a été le principe vivifiant
des hauts faits qu'il raconte, c'est-à-dire la chevalerie. Aussi, l'on
remarquera que notre chroniqueur s'écarte volontiers de sa réserve
habituelle pour juger les faits ou les hommes et manifester ses
propres sentiments si l'honneur chevaleresque est sérieusement en jeu,
et dans ce cas on peut avoir toute confiance en son impartialité.

C'est en effet la gloire du quatorzième siècle, de ce siècle
d'ailleurs si misérable, que l'esprit magnanime, héroïque de la
chevalerie, y exerça dans l'opinion sinon dans les actes un empire
incontesté et reconnu de tous. En s'inspirant de cet esprit, un
chroniqueur placé comme Froissart dans une position dépendante pouvait
prononcer un jugement sévère sur tel ou tel grand personnage sans
encourir la disgrâce des protecteurs puissants qui se trouvaient
plus ou moins directement atteints par ce jugement. Pour s'en
convaincre, il suffit de lire plus loin ce que Froissart dit à
plusieurs reprises de la déloyauté de Jean III duc de Brabant envers
Philippe de Valois, déloyauté dont un brave chevalier nommé Léon de
Crainhem fut si honteux d'avoir été l'instrument qu'il en mourut. Rien
assurément ne forçait notre chroniqueur à emprunter à Jean le Bel le
récit de cette vilaine action; et pourtant dans ses deux premières
rédactions, composées à une époque où il avait tout intérêt à ménager
la fille de Jean III, Jeanne, femme de Wenceslas, dont il recevait
annuellement les bienfaits, il a fait ressortir, il a flétri avec une
certaine insistance la mauvaise foi du père de la duchesse de
Brabant[160]. Appliquées aux jugements rendus à ce point de vue élevé,
les protestations d'indépendance[161] que l'auteur des Chroniques a
pris soin de renouveler dans les diverses parties de son ouvrage,
méritent une entière créance. Robert de Namur, Wenceslas, Gui de Blois
étaient, comme Froissart lui-même, trop animés de l'esprit de leur
temps pour avoir seulement l'idée d'exercer une influence, une
pression quelconque sur leur protégé en ce qui touche à la chevalerie
et à l'honneur chevaleresque.

  [160] P. 151, 161, 437, 438. Cf. Jean le Bel, éd. de M. Polain,
  t. I, p. 149 et 150.

  [161] Voyez plus haut, p. LIV.

Lors donc que Froissart a varié dans ses sentiments, dans ses
jugements soit sur les individus, soit sur les peuples, on peut être
sûr qu'il a modifié sa manière de voir en toute liberté, en toute
sincérité. Rien n'est plus curieux à cet égard que le changement
qui s'est opéré dans les dispositions de notre chroniqueur à l'endroit
des Anglais: après les avoir admirés d'abord presque sans réserve,
notamment dans la première rédaction de son premier livre, il finit
par les juger dans la troisième rédaction de ce même livre avec la
sévérité la plus perspicace. On se rendra aisément compte de ce
changement si l'on se rappelle ce que nous disions tout à l'heure, à
savoir que l'auteur des Chroniques se place toujours, pour juger les
peuples aussi bien que les individus, au point de vue de la
chevalerie.

La première rédaction où Froissart exalte surtout les Anglais, a été
composée, comme on l'a vu plus haut, de 1369 à 1373. A cette époque,
Froissart venait de passer huit années à la cour d'Édouard III comme
clerc de Philippe de Hainaut, sa compatriote et sa protectrice, qui
l'avait comblé de faveurs. Toutefois, on se tromperait sans nul doute
en attribuant seulement à la reconnaissance personnelle l'enthousiasme
pour l'Angleterre qui éclate à toutes les pages de la première
rédaction: cet enthousiasme a une autre cause plus noble encore et
surtout plus désintéressée. La première rédaction ne comprenait, du
moins sous sa seconde forme, que la partie du règne d'Édouard III
antérieure à 1373, et l'on sait que cette brillante période, signalée
par les victoires de Crécy et de Poitiers, marque l'apogée de la
gloire et de la puissance anglaise. Durant le même temps, la noblesse
normande, transplantée de l'autre côté du détroit, lutta d'esprit
chevaleresque non moins que de courage avec la noblesse française; et
quand on vit le jeune vainqueur de Poitiers servir à table son
royal prisonnier, un tel acte de courtoisie souleva l'admiration de
l'Europe entière. Comment Froissart, l'historien, j'allais dire, le
chantre de la chevalerie, n'aurait-il pas ressenti, lui aussi, pour
l'Angleterre d'Édouard III et du Prince Noir, un enthousiasme qui ne
fut jamais ni plus légitime ni plus universel?

Tout était bien changé lorsque, trente ans plus tard, notre
chroniqueur, devenu chanoine de Chimay, entreprit d'écrire la
troisième rédaction de son premier livre. L'infortuné Richard II,
dépouillé de sa couronne par un usurpateur, venait de périr
misérablement après avoir subi les plus indignes traitements; et
Froissart avait dû éprouver une profonde douleur en voyant disparaître
dans la personne de ce prince, qui l'avait si bien accueilli lors de
son dernier voyage en Angleterre, le petit-fils de Philippe de
Hainaut, le fils du Prince Noir, le rejeton d'une dynastie qu'il
aimait[162]. D'ailleurs, comme ces tempêtes qui soulèvent jusqu'à la
surface les monstres endormis au sein des mers, les troubles
précurseurs de la déposition, de la mort de Richard avaient mis à nu
et pour ainsi dire déchaîné ce fond d'égoïsme effréné, indomptable,
barbare au besoin, que recouvre d'ordinaire le flegme de la race
anglo-saxonne. A partir de ce moment, il est visible que l'Angleterre
cesse d'apparaître à notre chroniqueur comme la terre chevaleresque
par excellence. Froissart se dégoûte du pays des Lancastre et de leurs
sicaires sous l'empire du même sentiment qui le remplissait naguère
d'admiration pour la patrie des Chandos; et s'il continue de rendre
justice dans sa troisième rédaction aux fortes qualités de la nation
anglaise, on s'aperçoit aisément qu'il ne lui accorde plus comme
autrefois sa sympathie.

  [162] Justice a été rendue à Richard II par un digne compatriote
  de Froissart, M. H. Wallon dans son beau livre intitulé: _Richard
  II, Épisode de la rivalité de la France et de l'Angleterre_.
  Paris, Hachette, 1864, 2 vol. in-8º. Un art discret est mis dans
  cet ouvrage au service d'une science approfondie, d'une
  conviction pleine de chaleur contenue; le passé y est étudié pour
  lui-même, et l'on n'y trouve aucune de ces allusions par où les
  _partisans_ déguisés en historiens mettent ce qu'ils appellent
  l'amorce aux passions de leurs contemporains. Aussi le livre de
  M. Wallon a-t-il échappé à la mode, mais en revanche il ne se
  fanera pas.

Il est une nation au sujet de laquelle les sentiments de Froissart
n'ont jamais varié: c'est la nation allemande pour laquelle il laisse
percer partout l'aversion la plus profonde. Il importe d'autant plus
de constater ici ce fait qu'on y trouve l'occasion de signaler un
trait saillant du caractère de notre chroniqueur qui n'est pas une des
moindres garanties de sa sincérité, je veux dire le désintéressement.
Il n'y eut jamais d'âme plus française que celle de Froissart, parce
qu'il n'y eut jamais d'âme plus chevaleresque et plus désintéressée.
Admirer le courage, l'honneur, la générosité, la magnificence, la
beauté et faire partager, en les racontant dignement, cette admiration
à la postérité: tel semble avoir été le but dominant du chroniqueur
d'un bout à l'autre de sa carrière; le souci de sa personne, de ses
intérêts ne paraît avoir joué dans sa vie qu'un rôle tout à fait
secondaire. Froissart sait joindre, comme les génies vraiment
français, à l'activité féconde, à l'inspiration créatrice, au labeur
tenace, l'esprit de désintéressement et l'absence de préoccupation
personnelle, tandis que dans d'autres pays, l'égoïsme plus ou moins
âpre des artistes hors ligne est presque toujours le principal ressort
de leur force. Il ne faut donc pas s'étonner si l'auteur des
Chroniques juge sévèrement les Allemands et s'il saisit toutes
les occasions d'exprimer cette sévérité. Ce qu'il leur reproche avec
insistance, c'est d'être dévorés d'une convoitise insatiable, c'est de
présenter dans leur caractère un mélange inouï d'insolence et de
platitude, c'est de faire prendre en dégoût les qualités mêmes qui les
distinguent, en les mettant toujours au plus offrant et dernier
enchérisseur[163]. Du reste, le mépris pour la bassesse et la vénalité
tudesques n'est pas moins marqué dans la chronique de Jean le
Bel[164]. Cet esprit désintéressé, chevaleresque, constituait
évidemment, dès le quatorzième siècle, une sorte de courant moral qui
creusera toujours, qu'on ne l'oublie pas, un fleuve cent fois plus
large et plus profond que le Rhin entre l'Allemagne et la France de
l'Escaut ou de la Meuse. Toutefois, Jean le Bel et Froissart ont
peut-être conclu un peu vite du particulier au général; ils se
seraient montrés plus justes en admettant des circonstances
atténuantes: l'âpreté au gain est le défaut des races laborieuses et
intelligentes, mais pauvres. Quant à la servilité obséquieuse, elle
est la dépravation du penchant le plus profond, le plus
caractéristique des natures germaniques qui les porte à l'enthousiasme
en présence de toutes les manifestations de la force. L'Allemagne est
essentiellement naturaliste: elle n'a pas seulement le génie, elle a
le culte de la force. La France, au contraire, est humaine par
excellence: sans doute elle est loin de manquer de ce génie de la
force sans lequel il n'y a point de grande race, mais elle y joint
une adoration de la faiblesse, du malheur qui va parfois jusqu'à
je ne sais quelle folie sublime. Aussi, je le dis avec une conviction
moins ardente que raisonnée, le jour où notre généreuse nation
disparaîtrait de la scène du monde, c'est le cœur même de l'humanité
qui aurait cessé de battre.

  [163] P. 395, 437, 449. On retrouvera des passages analogues et
  plus significatifs encore dans tous les volumes de cette édition.

  [164] Voyez Jean le Bel, édit. Polain, t. I, p. 122, 125, 133.

Soit que l'on compare les diverses rédactions du premier livre au
point de vue de leurs ressemblances, soit qu'on les confronte sous le
rapport de leurs divergences, on voit que l'esprit désintéressé,
chevaleresque de Froissart et la fidélité, sinon l'impartialité de ses
récits, ressortent victorieusement de cette comparaison. Les limites
imposées à cette Introduction ne permettent pas d'entreprendre ici un
pareil travail qui trouverait mieux sa place dans les dissertations
critiques dont le plan a été esquissé plus haut[165]. Cette
publication, on peut le dire dès maintenant, confirmera pleinement, au
point de vue de la sincérité des sentiments et des jugements, le
témoignage que Froissart se rend à lui-même, lorsqu'il dit dans le
prologue de la première rédaction revisée: «.... J'ai ce livre
hystoriiet et augmenté.... à le relation et conseil des dessus dis,
_sans faire fait, ne porter partie, ne coulourer plus l'un que
l'autre_, fors tant que li biens fais des bons, de quel pays qu'il
soient, qui par proèce l'ont acquis, y est plainnement veus et
cogneus, car _de l'oublier ou esconser, ce seroit_ PECHIÉS[166]....»

  [165] Voyez la seconde partie de cette Introduction, chap. III,
  p. XCVIII.

  [166] P. 1 et 2.



CHAPITRE II.

DE L'EXACTITUDE RELATIVE DE FROISSART.


La conscience de Froissart n'est pas moins incontestable que sa bonne
foi; mais, de même que celle-ci n'empêche pas toujours la partialité,
la conscience de l'auteur des Chroniques n'exclut point, hélas! un
fréquent défaut de critique. Il serait souverainement injuste de
demander à un chroniqueur qui a dû composer la plupart de ses récits
d'après des témoignages purement oraux l'exactitude matérielle qu'il
est si facile d'atteindre aujourd'hui grâce aux ressources de tout
genre mises à la disposition des historiens depuis la découverte de
l'imprimerie.

Si l'on veut apprécier équitablement le degré de conscience apporté
par Froissart dans la recherche de la vérité, il le faut comparer sous
ce rapport aux autres annalistes ses contemporains: on verra que la
comparaison n'est nullement défavorable au chroniqueur de
Valenciennes.

Assurément, ce qu'il y a de plus défectueux dans l'œuvre de
Froissart, c'est sa chronologie et sa géographie ou plutôt sa
stratégie; et pourtant il est loin de fausser les dates, de confondre
et d'estropier les noms au même degré que tel autre chroniqueur de la
même époque, Jean le Bel, par exemple. Quelques-unes des plus
grossières erreurs de ce volume, Cardueil ou Carlisle placé en
_Galles_[167], _Guillaume_[168] de Douglas et _Louis_[169] de
Crainhem substitués à Jacques de Douglas et à Léon de Crainhem, le
titre de _comte de Richemont_[170] conféré à Robert d'Artois, le noble
et riche Jacques d'Arteveld transformé en simple _brasseur de
miel_[171]: ces erreurs et une foule d'autres sont autant d'emprunts
malheureux faits à la chronique du chanoine de Liége.

  [167] Voyez Jean le Bel, _Chroniques_, édit. Polain, t. I, p. 46.
  Cf. Froissart, t. I de notre édition, p. 50.

  [168] Jean le Bel, t. I, p. 80. Cf. Froissart, t. I, p. 78.

  [169] Jean le Bel, p. 135. Cf. Froissart, t. I, p. 151.

  [170] Ibid., t. I, p. 95. Cf. Froissart, t. I, p. 105.

  [171] Ibid., p. 127. Cf. Froissart, t. I, p. 127.

Combien Froissart est moins inexact que son modèle dans les parties
qui lui appartiennent en propre, telles que le récit des campagnes
d'Écosse[172] de 1333 à 1336 ou de la guerre de Gascogne[173]! Là
encore sans doute notre chroniqueur intervertit souvent l'ordre des
événements, il brouille les dates, surtout il ne se rend pas
toujours un compte bien exact des mouvements stratégiques, il
altère parfois au point de la rendre méconnaissable la forme de
certains noms de personne ou de lieu: il n'en est pas moins vrai
que l'éditeur a pu identifier à peu près sûrement la plupart des
localités d'Écosse ou de Gascogne mentionnées dans les deux longues
narrations dont il s'agit.

  [172] P. 316 à 352 de ce volume.

  [173] P. 377 à 388.

La géographie de Froissart est même en certains cas d'une exactitude
minutieuse jusque dans les détails les plus infimes. Ainsi dans le
récit de la guerre de Gascogne, l'auteur des Chroniques dit quelque
part que les Français mirent le siége «devant Miremont, qui siet sur
le rivière de Dourdonne[174].» Ce mot de Dourdonne fait supposer au
premier abord qu'il s'agit de la Dordogne: on consulte la carte de
Cassini, et l'on voit que Miramont se trouve à une assez grande
distance de cette rivière. Il ne faudrait pas se presser d'en conclure
que Froissart s'est trompé, car on ne tarde pas à découvrir, si l'on
poursuit cette recherche, que Miramont est en effet situé sur un tout
petit ruisseau qui s'appelle encore aujourd'hui, comme au temps du
chroniqueur, la Dourdoine.

  [174] P. 385.

Après Jean le Bel, prenez le continuateur de Guillaume de Nangis, le
moine Jean de Venette ou encore le continuateur des Grandes Chroniques
de France pour les règnes de Philippe de Valois, de Jean et de Charles
V. Personne ne niera que ce dernier principalement se trouvait dans
les conditions les plus favorables pour donner à son œuvre un
caractère particulier d'exactitude: il était à la source des documents
authentiques. De plus, il semble que la maigreur un peu sèche de ses
récits, la discrétion officielle, compassée, de son allure, aurait dû
le préserver des écarts, des faux pas où s'expose et se laisse
inévitablement entraîner le génie primesautier, abondant, aventureux
du chroniqueur de Valenciennes. Et pourtant on n'ignore pas que les
erreurs de tout genre ne sont guères moins nombreuses dans les Grandes
Chroniques de France que dans celles de Jean de Venette et de
Froissart.

Entre les diverses compositions du même genre que nous a léguées le
quatorzième siècle, celle qui soutient avec le plus d'avantage le
contrôle des chartes est la _Chronique des quatre premiers Valois_.
Telle est du moins l'opinion d'un juge dont personne ne récusera la
compétence, M. Léopold Delisle. Dans cette _Histoire du château de
Saint-Sauveur-le-Vicomte_ où il a renouvelé de fond en comble
l'histoire de la première partie de la guerre dite de Cent ans,
le savant membre de l'Institut a eu l'occasion de confronter les
principaux chroniqueurs contemporains de Froissart avec les pièces
authentiques, originales; et c'est la _Chronique des quatre premiers
Valois_ qui a le mieux résisté à une aussi redoutable épreuve; mais
cette chronique ne mesure, soit dans le temps soit dans l'espace,
qu'un champ fort restreint, elle est presque exclusivement
provinciale; il ne faut pas oublier d'ailleurs qu'elle a dû être
écrite par un Normand.

Des considérations qui précèdent il ressort avec évidence que
Froissart, quoiqu'il ait embrassé dans sa narration l'histoire de
plusieurs pays et qu'il ait donné à son œuvre une étendue tout à fait
exceptionnelle, égale néanmoins, s'il ne surpasse, au point de vue de
l'exactitude, la plupart des chroniqueurs contemporains. D'où vient
donc que l'opinion contraire est passée pour ainsi dire à l'état de
légende, alors que tant d'annalistes du haut moyen âge ou de
l'Antiquité, qui sont peut-être moins exacts que le chroniqueur de
Valenciennes, jouissent sous ce rapport d'une meilleure renommée? La
raison en est que les érudits ont abondamment ce qu'il faut pour
contrôler et rectifier Froissart, pour le percer à jour, tandis que
nombre d'auteurs anciens échappent plus ou moins à la critique par
leur isolement relatif et l'obscurité même dont ils sont enveloppés.
Sans parler d'Hérodote et de Tite-Live aussi mal famés que l'auteur
des Chroniques, est-il bien sûr que les Commentaires de César, par
exemple, si nous en pouvions vérifier pour ainsi dire jour par jour
les moindres détails à l'aide d'une masse énorme de documents de
tout genre analogue à celle qui projette sur l'histoire du quatorzième
siècle ce faisceau de lumière dont les chroniqueurs de la même époque
ont tant de peine à soutenir l'éclat, est-il bien sûr, dis-je, que,
placés dans ces conditions, les Commentaires de César eux-mêmes
garderaient parfaitement intacte leur réputation classique
d'exactitude? Certes, on admirera toujours les belles lignes
architecturales d'un Thucydide ou d'un Salluste qui se dessinent avec
l'harmonie d'un fronton de Phidias dans le ciel lumineux et pur: qui
sait cependant si, le jour où il nous serait donné d'appliquer à ces
incomparables historiens les moyens de contrôle nombreux, variés,
précis dont la critique dispose pour l'époque moderne, nous n'aurions
pas à faire des réserves sur l'exactitude d'une foule de détails
qu'ils ont racontés?

Voilà pourquoi, soit dit en passant, les esprits vraiment soucieux
d'atteindre aussi sûrement que possible, sinon la vérité, du moins la
réalité historique, n'abordent pas volontiers l'étude de l'Antiquité
et notamment des périodes où la pénurie des documents rend le contrôle
multiple, détaillé des faits presque impossible. Le peu qui nous reste
sur ces époques obscures ressemble à ces nuages flottant à l'horizon
que notre imagination façonne à sa guise, où elle met elle-même ce
qu'elle veut y voir. Qui pourrait empêcher un historien des premiers
temps de Rome, pourvu que son érudition procède avec logique, de
donner pleine carrière à sa fantaisie et d'élever gravement les
constructions les plus chimériques? Où il y a si peu de chose, pour ne
pas dire rien, le roi ne perd-il pas ses droits?

La situation change et devient tout autre s'il s'agit de l'histoire de
l'Europe occidentale, surtout à partir du douzième siècle. Depuis
cette époque jusqu'à l'invention de l'imprimerie, il faut convenir
qu'au point de vue de l'exactitude les chroniqueurs qui ont vécu dans
l'intervalle se présentent à la postérité dans des conditions
exceptionnellement défavorables. D'une part, en effet, ils n'ont pas
eu à leur disposition les ressources inépuisables que la presse a
fournies à leurs successeurs: la rareté des manuscrits, des pièces
authentiques, originales, en les forçant à s'appuyer presque
exclusivement sur des témoignages oraux, ne leur a pas permis de
soumettre les faits à une vérification complète, minutieuse,
approfondie. D'autre part, les documents deviennent assez nombreux,
assez variés, assez précis à partir du douzième siècle pour que la
critique y trouve aujourd'hui les instruments dont elle a besoin et
contrôle avec leur aide les compositions historiques contemporaines de
ces documents. Il arrive ainsi que les chroniques, rédigées du
douzième siècle à la fin du quinzième, nous paraissent moins exactes
et les chroniqueurs moins consciencieux qu'avant et après cette date,
quoique cette apparence puisse être dépourvue de fondement. De telles
conditions sont encore plus défavorables pour les chroniqueurs dont
nous parlons, s'ils ont entrepris, comme Froissart et Villani, pour ne
citer que ces deux noms, d'embrasser à la fois l'histoire de plusieurs
pays, et si, comme le chroniqueur de Valenciennes, ils n'ont pas
craint de donner à leur œuvre une étendue supérieure à celle des
monuments du même genre les plus considérables que l'Antiquité nous
ait laissés. A qui ne réfléchit pas à cet ensemble de circonstances,
Froissart peut sembler un prodige d'inexactitude, mais en réalité il
n'y a là qu'un simple malentendu. Ce n'est pas notre chroniqueur qui
est plus inexact que tel annaliste qui l'a précédé, que Richer, par
exemple, c'est nous qui sommes infiniment mieux instruits sur le
quatorzième siècle que sur le dixième: ce n'est pas l'eau de la source
qui est plus froide, c'est notre main qui est plus chaude.



CHAPITRE III.

DU GÉNIE LITTÉRAIRE DE FROISSART.


Si l'exactitude de Froissart peut être mise en doute, ce que personne
ne conteste, c'est le charme du narrateur, le talent de l'écrivain,
pour ne pas dire du peintre. Ce charme est vraiment irrésistible, il a
parfois été inspirateur; et ce n'est pas une médiocre gloire pour
l'auteur des Chroniques d'avoir contribué puissamment à éveiller le
génie de l'un des plus grands enchanteurs de ce siècle, de Walter
Scott.

Ce qui fait goûter un si vif agrément à la lecture de Froissart
prosateur, c'est que la pensée ou le sentiment y porte toujours
l'expression: le procédé, le métier, l'école ne se trahit nulle part;
on sent que l'on a affaire à un homme, non à un rhéteur ou, comme on
dirait aujourd'hui, à un virtuose. Aussi, les beautés du chroniqueur
n'ont-elles rien d'artificiel, d'apprêté, rien qui sente la serre
chaude: elles fleurissent souvent au milieu même des aspérités ou
de la rusticité inculte de la langue, et elles ont moins d'éclat que
de parfum.

Toutefois, au point de vue littéraire, comme au point de vue
historique, on n'a peut-être pas rendu jusqu'à ce jour pleine justice
à Froissart, parce qu'on ne le connaissait pas tout entier. La
troisième rédaction du premier livre, dont la publication est
très-récente, nous montre une face inattendue et nouvelle du génie du
grand chroniqueur. Dans cette rédaction qui date des dernières années
de sa vie, Froissart, mûri sans doute par l'âge et l'expérience, fait
preuve d'une profondeur d'observation qu'aucun écrivain n'a surpassée.
Il suffit, pour s'en convaincre, de lire cet admirable portrait de la
nation anglaise.

«Englès sont de mervilleuses conditions, chaut et boullant, tos esmeu
en ire, tart apaisié ne amodé en douçour; et se delittent et
confortent en batailles et en ocisions. Convoiteus et envieus sont
trop grandement sus le bien d'autrui, et ne se pucent conjoindre
parfaitement ne naturelment en l'amour ne aliance de nation estragne,
et sont couvert et orguilleus. Et par especial desous le solel n'a nul
plus perilleus peuple, tant que de hommes mestis, comme il sont en
Engleterre. Et trop fort se diffèrent en Engleterre les natures et
conditions des nobles aux hommes mestis et vilains, car li gentilhomme
sont de noble et loiale condition, et li communs peuples est de fêle,
perilleuse, orguilleuse et desloiale condition. Et là où li peuples
vodroit moustrer sa felonnie et poissance, li noble n'aueroient point
de durée à euls. Or sont il et ont esté un lonch temps moult bien
d'acort ensamble, car li noble ne demande au peuple que toute raison.
Aussi on ne li soufferroit point que il presist, sans paiier, un
oef ne une poulle. Li homme de mestier et li laboureur parmi
Engleterre vivent de ce que il sèvent faire, et li gentilhomme, de
lors rentes et revenues; et se li rois les ensonnie, il sont paiiet,
non que li rois puist taillier son peuple, non, ne li peuples ne le
vodroit ne poroit souffrir. Il i a certainnes ordenances et pactions
assisses sus le staple des lainnes, et de ce est li rois aidiés au
desus de ses rentes et revenues; et quant ils fait gerre, celle
paction on li double. Engleterre est la terre dou monde la mieulz
gardée[175].»

  [175] P. 214.

Quelle vigueur de coloris, quelle justesse de ton, et comme le peintre
a fait puissamment saillir tous les traits caractéristiques de son
modèle! Aussi le portrait n'est pas moins vivant, moins ressemblant
aujourd'hui qu'il y a quatre siècles.

Les termes empruntés à la peinture viennent naturellement sous la
plume quand on parle de l'auteur des Chroniques: c'est que Froissart
est avant tout un peintre dont les tableaux présentent les mêmes
caractères que ceux des maîtres de l'école flamande. Il a le plus
souvent la grâce naïve[176], la candeur expressive de Jean van Eyck
son contemporain, ou d'Hemling; mais le beau portrait du peuple
anglais prouve qu'à l'occasion il possède aussi la touche large, le
dessin correct d'Antoine van Dyck. Quand on lit dans la première
rédaction la narration si chaude, si colorée, si pleine de mouvement,
des journées de Crécy ou de Poitiers, on croit être devant des
batailles de Rubens. Relisez, car vous devez l'avoir lu, le ravissant
épisode de la partie d'échecs entre Édouard III et la belle comtesse
de Salisbury dans la seconde rédaction, et vous conviendrez que les
Hollandais eux-mêmes, Miéris, Metzu, n'ont jamais peint scène
d'intérieur avec une finesse plus exquise. Et toutes les scènes de la
chevauchée à travers le pays de Foix, le Béarn, en compagnie d'Espaing
de Lyon, ne dirait-on pas autant de toiles de Téniers qui se déroulent
successivement devant nos yeux!

  [176] Froissart n'a parfois besoin que d'un coup de crayon pour
  donner la vie à ses figures. Il dit, par exemple, p. 219 de ce
  volume, en parlant de la reine Isabelle, mère d'Édouard III: «Si
  estoit elle très belle dame et feminine et doucement enlangagie.»
  Voilà bien cette heureuse simplicité, ce naturel aimable jusque
  dans sa négligence que goûtait tant Fénelon. Et deux pages plus
  loin, à propos du séjour d'Isabelle et de son jeune fils Édouard
  à la cour de Charles de Valois: «Et les veoit li rois volentiers
  et prendoit à la fois grant plaisance ou jone Edouwart, car il
  estoit biaus fils et rians; et s'esbatoit li rois, qui estoit son
  oncle, en ses jonèces.» P. 221. N'y-a-t-il pas ici comme un rayon
  de cette grâce suave et légère qui est l'atticisme de la France?

Certains critiques prétendent que l'on trouve en raccourci dans
l'_Iliade_ d'Homère tous les développements ultérieurs de la
civilisation grecque. De même, Froissart résume avec éclat les divers
aspects de ce génie du pittoresque intime, familier, à la fois
individualiste et pathétique, par où les maîtres de l'école flamande
ont introduit dans l'art comme un nouveau monde.

Il ne faut donc pas s'étonner de la prédilection que la France de
l'Escaut a toujours témoignée pour l'auteur des Chroniques; elle
retrouve en lui, non-seulement un de ses plus glorieux enfants, mais
encore le représentant peut-être le plus complet des rares qualités
qui la distinguent; elle se reconnaît dans cet écrivain qui sait
joindre à tant de dons heureux, une patience à toute épreuve, une
persévérance infatigable.

Qui ne serait saisi d'admiration en voyant que Froissart a remis sur
le métier et refondu complétement, à deux reprises différentes, un
ouvrage d'une étendue aussi considérable que son premier livre! De
quelle vocation impérieuse il fallait être animé pour recueillir des
matériaux historiques au prix de voyages lointains, de chevauchées par
monts et par vaux, d'enquêtes poursuivies pendant près de cinquante
ans! La vieillesse elle-même ne ralentit pas le zèle du chroniqueur;
il était plus que sexagénaire lorsqu'il entreprit de remanier une
dernière fois son premier livre, et tout porte à croire qu'il ne
déposa la plume qu'avec la vie. L'amour, a dit Pascal, est un éternel
recommenceur. Froissart aimait tant les beaux faits d'armes, les
hautes _emprises_, les nobles aventures, qu'il en recommença le récit
jusqu'à sa mort.

       *       *       *       *       *

Je manquerais à mon devoir si je ne remerciais, avant de terminer
cette Introduction, la Société de l'histoire de France de l'honneur
insigne qu'elle m'a fait en me choisissant comme éditeur de Froissart.
M. Jules Desnoyers, secrétaire de la Société, M. Léopold Delisle,
président du comité de publication, MM. Jules Quicherat, Jules Marion,
Henri Bordier, membres du même comité, qui m'ont présenté au choix du
conseil, ont particulièrement droit à mes remercîments.

M. Léopold Delisle mérite un hommage spécial. Le premier, il a eu
l'idée de me proposer pour une édition dont la Société l'a nommé
commissaire responsable; il a revu les épreuves avec cette conscience
qu'il apporte dans tous ses travaux. Que d'utiles conseils il m'a
donnés! Que d'erreurs son esprit vraiment critique a fait disparaître
de mon travail! Du reste, j'ai de vieille date tant d'obligations à
l'éminent diplomatiste, que depuis longtemps je ne les compte plus.
J'éprouve même quelque plaisir à voir ma dette s'accroître de jour en
jour, car je sens que, si grande que doive être ma reconnaissance,
elle n'égalera jamais mon estime.

Après M. Delisle, c'est à M. Natalis de Wailly que je suis le plus
redevable. Le savant conservateur de la Bibliothèque impériale ne m'a
pas seulement facilité le prêt des manuscrits dont j'avais besoin; il
m'a gracieusement autorisé à lui soumettre les difficultés qui
pouvaient m'arrêter, et je n'ai jamais eu recours en vain à son esprit
si précis, si logique, à sa science approfondie de l'ancien français.
Parmi les philologues qui ont bien voulu m'aider à résoudre certains
problèmes relatifs à l'établissement du texte, il m'est doux de
compter aussi l'habile éditeur des _Anciens poëtes de la France_, mon
ancien et cher maître, M. Guessard.

Je me reprocherais de ne pas rendre hommage ici à la mémoire de M.
Victor Le Clerc, car c'est surtout à l'instigation de ce savant
illustre que j'ai dirigé mes études vers le quatorzième siècle. Un des
meilleurs amis de M. Le Clerc, M. Guigniaut n'a pas peu contribué
aussi, par la bienveillance qu'il m'a témoignée en toute circonstance,
à me mettre en mesure d'entreprendre le travail dont je publie
aujourd'hui le premier volume.

Son Exc. M. le ministre de l'instruction publique doit figurer au
premier rang des bienfaiteurs de cette édition. Sur la proposition
de M. Bellaguet, l'un des membres fondateurs de la Société de
l'histoire de France, M. Duruy a daigné me confier en 1867 et 1868
deux missions qui m'ont permis d'étudier tous les manuscrits de
Froissart conservés dans les bibliothèques publiques ou particulières
de l'Europe. Je m'estime heureux d'avoir reçu ce témoignage de haute
bienveillance d'un ministre profondément patriote et qui s'est dévoué
avec autant d'ardeur que de succès au progrès de l'instruction
populaire.

Je n'ai pas trouvé moins de bienveillance au Ministère de la Maison de
l'Empereur et des Beaux-Arts dont je dépends en qualité d'archiviste
aux Archives de l'Empire. Sur la proposition d'un chef excellent et
trop érudit pour ne pas encourager l'érudition, M. Huillard-Bréholles,
grâce à l'appui de MM. L. de Laborde et A. Maury qui se sont succédé
dans la Direction générale des Archives de l'Empire, de M. le baron
Dard, chef du personnel au Ministère de la Maison de l'Empereur, Son
Exc. M. le maréchal Vaillant m'a généreusement accordé les congés qui
m'étaient nécessaires pour recueillir par toute l'Europe les matériaux
d'une édition des Chroniques de Froissart.

A la recommandation de M. Guizot, président de la Société de
l'histoire de France et de M. Thiers, membre du Conseil de cette
Société, Son Ém. le cardinal Antonelli a bien voulu m'ouvrir, par une
faveur spéciale, l'accès de la bibliothèque du Vatican en dehors des
heures de travail ordinaires. Je prie ces trois illustres hommes
d'État d'agréer l'expression de ma plus vive gratitude.

Je dois également des remercîments à une foule de savants ou d'hommes
du monde, tant Français qu'étrangers, qui sont venus à mon aide
avec une si parfaite obligeance. Le défaut d'espace me condamne à
nommer seulement: à Paris, M. le duc de Mouchy[177], Mme la duchesse
de la Rochefoucauld, M. le baron de Witte; MM. Douet d'Arcq, Lot,
Demay, Meyer, Gautier, Claude, Émile Mabille, Michelant, Servois,
Anatole de Barthélemy, Alphonse de Ruble, de Beaucourt, Mannier, P.
Lacroix, Borel d'Hauterive, Godefroy, Longnon;--en province, MM.
Castan de Besançon, Garnier d'Amiens, Desplanque de Lille, Caffiaux de
Valenciennes, Gouget de Bordeaux, Caron et A. d'Héricourt d'Arras,
Dorange de Tours, Pont de Toulouse;--en Suisse, M. Steiger de
Berne;--en Belgique, MM. Gachard et Pinchart de Bruxelles, Kervyn de
Lettenhove de Saint-Michel-lez-Bruges;--en Hollande, MM. Campbell de
la Haye et du Rieu de Leyde;--à Rome, Son Ém. le cardinal Pitra, le R.
P. Theiner, archiviste du Vatican; à Vienne, M. Ferdinand Wolf
fils;--en Prusse, MM. Pertz de Berlin, Pfeiffer de Breslau, prince de
Puckler-Muskau à Branitz;--enfin en Angleterre, MM. Stevenson du
Record-Office, Holmes et Granville du British Museum, lord Ashburnham
à Ashburnham-Place, sir Thomas Phillipps à Cheltenham.

  [177] M. le duc de Mouchy, en consentant avec tant de bonne grâce
  à me prêter son précieux manuscrit, a rendu à la Société de
  l'histoire de France et à son éditeur un service de premier
  ordre.

J'ai trouvé dans ce dernier pays surtout un accueil que je n'oublierai
pas. L'Angleterre, dont tant de côtés sont admirables, ne m'a pas été
moins douce qu'elle ne le fut il y a quatre siècles pour Froissart
lui-même: le savant M. Stevenson m'a reçu avec cette bonté
affectueuse qui rappelle les mœurs patriarcales de l'Écosse, son pays
d'origine; et la magnifique hospitalité d'Ashburnham-Place m'a remis
en mémoire ce que l'auteur des Chroniques raconte de son séjour chez
les grands seigneurs contemporains d'Édouard III.

Plus heureux que Johnes, dont la traduction parut au plus fort des
guerres terribles qui ont ensanglanté le commencement de ce siècle,
l'éditeur de la Société de l'histoire de France publie son travail à
une époque où la France et l'Angleterre, associées l'une à l'autre par
une alliance déjà éprouvée, tendent de plus en plus à établir entre
elles un échange fécond d'idées, de sentiments et d'intérêts. Loin de
chercher à raviver le souvenir des luttes anciennes, celui qui écrit
ces lignes n'a rien tant à cœur que l'union intime de deux grands
pays trop longtemps rivaux, et il dédie cette édition à l'alliance
libérale, pacifique, civilisatrice de la France et de l'Angleterre.

    Paris, 1er mai 1869.



SOMMAIRE



SOMMAIRE.



PROLOGUE.


_Première rédaction[178]._--Froissart déclare qu'il veut composer son
livre en s'appuyant sur les vraies Chroniques jadis faites et
rassemblées par Jean le Bel, chanoine de Saint-Lambert de Liége, qui
travailla à cette œuvre, tant qu'il vécut, avec un grand soin et tout
le zèle imaginable, et à qui il en coûta beaucoup pour l'exécuter.
Mais quelques frais qu'il dût s'imposer, ce seigneur ne les épargna
point, car il était riche et puissant: il les pouvait bien supporter;
et de lui-même il était généreux, magnifique et courtois, il ne
regardait pas à la dépense. Aussi fut-il en son vivant l'ami intime de
monseigneur Jean de Hainaut, dont il est souvent question dans ce
livre, et à juste titre, car le sire de Beaumont fut le chef de
plusieurs belles expéditions et le proche parent des rois; grâce à
cette intimité, Jean le Bel fut initié à de nobles besognes qui sont
racontées ci-dessous.

  [178] Les manuscrits de la première rédaction sont désignés dans
  les variantes sous la rubrique _Mss. A_. Comme les prologues
  méritent une attention toute spéciale à divers points de vue,
  notre analyse sommaire devient presque une traduction, toutes les
  fois que l'importance du texte semble l'exiger.

«Quant à moi, qui ai entrepris de composer ce livre, j'ai toujours
fréquenté avec prédilection les nobles et grands seigneurs, tant en
France qu'en Angleterre, en Écosse, en Bretagne et autres pays, et
j'ai pu ainsi les connaître et m'instruire en leur compagnie. Toujours
aussi, je me suis spécialement enquis, autant qu'il était en mon
pouvoir, des guerres et des aventures, surtout depuis la fameuse
bataille de Poitiers où le noble roi Jean de France fut fait
prisonnier, car auparavant j'étais encore jeune d'âge et
d'intelligence. Et pourtant j'entrepris par une insigne hardiesse,
à peine sorti de l'école, de rimer[179] et d'écrire l'histoire
des guerres dessus dites et de porter en Angleterre le livre tout
compilé, ce que je fis. Et je présentai alors ce livre à très-haute et
très-noble dame, Philippe de Hainaut, reine d'Angleterre, qui le reçut
avec joie et me donna bonne récompense.

  [179] _Mss. A 7 à 19, 23, 30 à 36_ à rimer et à ditter. F{o} 1
  v{o}.--_Mss. A 1 à 6, 20 à 22, 24 à 29_: à dittier et à rimer. 19
  mss., qui appartiennent à sept familles différentes, donnent la
  première leçon, tandis qu'on ne trouve la seconde que dans 13
  mss. répartis entre trois familles seulement, dont les deux
  dernières sont un simple abrégé de la première. On doit donc, du
  moins au point de vue de la critique diplomatique, donner la
  préférence à la première leçon sur la seconde.

Or, il se peut que ce livre ne soit pas élaboré et composé avec le
soin que telle chose requiert, car les faits d'armes sont si chèrement
achetés qu'ils doivent être attribués et loyalement départis à qui de
droit. Donc, pour m'acquitter envers tous comme de raison, j'ai
entrepris de parfaire cette histoire, en m'appuyant pour la composer
sur l'autorité devant dite, à la prière et requête de mon cher
seigneur et maître, Robert de Namur, seigneur de Beaufort sur Meuse, à
qui je veux devoir amour et obéissance. Que Dieu m'accorde la grâce de
faire chose qui lui puisse plaire!» P. 210 et 212.

Froissart nomme parmi les preux les plus illustres de son temps--en
Angleterre: le roi Édouard III, le prince de Galles son fils, le duc
de Lancastre, Renaud de Cobham, Gautier de Mauny en Hainaut, Jean
Chandos, Frank de Halle;--en France: Philippe de Valois, le roi Jean
son fils, Jean roi de Bohême, le comte d'Alençon, le comte de Foix,
Jean de Saintré, Arnoul d'Audrehem, Boucicaut, Guichart d'Angle, les
seigneurs de Beaujeu, père et fils. P. 211 et 212.

_Première rédaction revisée[180]._--Froissart se veut appliquer à
écrire et mettre en prose les merveilles et les beaux faits d'armes
qui ont signalé les guerres de France, d'Angleterre et des royaumes
voisins, d'après le récit véridique des vaillants hommes qui ont été
les héros de ces hauts faits et aussi de plusieurs rois d'armes et
maréchaux qui, par position, doivent être des rapporteurs impartiaux
et désintéressés de telles besognes. P. 1.

  [180] Les manuscrits de la première rédaction revisée sont
  désignés dans les variantes sous la rubrique _Mss. B_.

«Il est vrai que feu messire Jean le Bel, chanoine de Saint-Lambert de
Liége, a pris plaisir, en son temps, à raconter quelque chose de
ces faits d'armes dans ses Chroniques. Et moi aussi, j'ai pris plaisir
à historier et enrichir ce livre, d'après le récit des témoins dont je
viens de parler, sans prendre fait et cause pour personne, sans mettre
l'un plus en lumière que l'autre. Au contraire, les hauts faits des
braves, de quelque pays qu'ils soient, sont mis ici dans tout leur
jour, car ce serait un péché et une indignité de les laisser dans
l'oubli ou de les passer sous silence. P. 1 et 2.

J'ai dit tout d'abord que j'ai à parler de merveilles. Assurément,
tous ceux qui liront ce livre se pourront et devront bien émerveiller
des grandes aventures qu'ils y trouveront. Car je crois que, depuis la
création du monde et que l'on a commencé à porter les armes, on ne
trouverait en nulle histoire tant de merveilles et de hauts faits,
comme il en est advenu pendant les guerres dessus dites, par terre et
par mer, dont je ferai mention ci-dessous. Éloge de Prouesse.... P. 2.

Or donc tous les jeunes gentilshommes, qui se veulent avancer, doivent
avoir ardent désir d'acquérir le fait et la renommée de prouesse, afin
d'être mis au rang des preux, et considérer comment leurs
prédécesseurs, dont ils sont les héritiers et dont ils portent les
armes, sont honorés et recommandés pour leurs hauts faits. Je suis sûr
que, s'ils lisent ce livre, ils y trouveront autant de grands faits et
de belles apertises d'armes, de dures rencontres, de forts assauts, de
fières batailles et de toutes autres actions qui relèvent de Prouesse,
que dans n'importe quelle histoire, soit ancienne, soit nouvelle. Il y
aura là pour eux une invitation et un encouragement à bien faire, car
la mémoire des braves et le souvenir des preux attisent et enflamment
à bon droit les cœurs des jeunes bacheliers qui tendent à toute
perfection d'honneur, dont Prouesse est le fondement principal et le
certain ressort. P. 2 et 3.

Et aussi je n'admets pas qu'un bachelier s'excuse sur sa pauvreté pour
ne pas suivre la carrière des armes, pourvu qu'il soit doué de
l'aptitude corporelle indispensable à la guerre, mais je veux qu'il
enlève la fortune de haute lutte et la prenne d'assaut à force
d'énergie. Il trouvera bientôt de hauts et nobles seigneurs qui
s'occuperont de lui, s'il le mérite, l'aideront et l'avanceront, s'il
en est digne, et le traiteront selon sa valeur. En outre, il surgit
dans la carrière des armes tant d'événements extraordinaires et de
belles aventures qu'on ne saurait imaginer les fortunes qui s'y
poussent; et vous verrez en ce livre, si vous le lisez, comment
plusieurs chevaliers et écuyers se sont faits et avancés plus par leur
prouesse que par leur naissance.... P. 3 et 4.

On voit encore tel preux bachelier s'asseoir par le plus insigne
honneur à table de roi, de prince, de duc et de comte, là où plus
noble de sang et plus riche d'avoir ne s'est point assis. Car, de même
que les quatre évangélistes et les douze apôtres sont plus proches de
Notre-Seigneur, ainsi les preux sont plus proches d'Honneur et plus
honorés que les autres; et c'est bien raison, car ils conquièrent le
nom de preux à force de souffrances, de labeurs, de soucis, de
veilles, de marches forcées jour et nuit, sans trêve. Et quand leurs
hauts faits sont vus et connus, ils sont racontés et proclamés, comme
il est dit ci-dessus, écrits et enregistrés dans les livres et les
Chroniques.... Ainsi va le monde. Les vaillants hommes affrontent le
péril dans les combats pour s'avancer et accroître leur honneur; le
peuple s'entretient d'eux et de leurs aventures; les clercs écrivent
et enregistrent leurs faits et gestes. P. 4 et 5.

Il est remarquable que Prouesse a régné, tantôt dans un pays, tantôt
dans un autre. Après avoir fleuri d'abord en Chaldée avec Ninus et
Sémiramis, elle a régné successivement--en Judée, avec Josué, David et
les Machabées,--en Perse et en Médie avec Cyrus, Assuérus et
Xercès,--en Grèce avec Hercule, Thésée, Jason et Achille,--à Troie
avec Priam, Hector et ses frères,--à Rome, pendant cinq cents ans
environ, avec les sénateurs, consuls, tribuns et centurions jusqu'à
l'époque de Jules César, le premier empereur romain, dont tous les
autres sont descendus. P. 6.

De Rome, Prouesse est venue demeurer en France avec Pépin, Charlemagne
son fils, roi de France et d'Allemagne et empereur de Rome, et avec
les autres nobles rois leurs successeurs. Ensuite, Prouesse a régné
longtemps en Angleterre par le fait du roi Édouard III et du prince de
Galles son fils, car de leur temps les chevaliers anglais ou alliés au
parti anglais ont fait autant de belles apertises d'armes, de grandes
bacheleries et de hardies emprises que chevaliers en peuvent faire,
comme on le verra ci-après en ce livre. P. 6.

J'ignore si Prouesse se veut encore avancer au delà de l'Angleterre ou
si elle veut revenir sur ses pas, car elle a fait le tour des
royaumes et des pays ci-dessus nommés, elle a régné et séjourné plus
ou moins parmi les divers peuples, selon son caprice; mais j'en ai
assez dit sur ces bizarres révolutions du monde. Je reviens à la
matière dont j'ai parlé en commençant, et je vais raconter comment la
guerre éclata d'abord entre les Anglais et les Français. Et pour qu'au
temps à venir on puisse savoir qui a composé cette histoire et qui en
a été l'auteur, je me veux nommer. On m'appelle, qui me veut faire
tant d'honneur, sire Jean Froissart, né dans le comté de Hainaut, en
la bonne, belle et frisque ville de Valenciennes.» P. 6 et 7.

_Seconde rédaction[181]._--«Afin[182] que les grands faits d'armes qui
ont signalé les guerres de France et d'Angleterre, soient enregistrés
dignement, et que les braves y puissent prendre exemple, je me veux
appliquer à les mettre en prose. Il est vrai que feu messire Jean le
Bel, chanoine de Saint-Lambert de Liége, raconta, en son temps,
quelque chose de ces faits d'armes dans ses Chroniques. Or, j'ai
ajouté des développements à ce livre et à cette histoire au moyen
d'une enquête impartiale que j'ai faite, en voyageant à travers le
monde et en interrogeant les vaillants hommes, chevaliers et écuyers,
sur les actions où ils ont pris part. J'ai surtout recherché, en
France comme en Angleterre, les rois d'armes et maréchaux, pour mieux
savoir la vérité, car ils sont par leur fonction même des narrateurs
aussi équitables que bien informés, et je crois qu'ils n'oseraient par
point d'honneur mentir en telle matière. Dieu aidant, j'ai fait, écrit
et composé ce livre avec les matériaux ainsi recueillis, sans mettre
l'un plus en lumière que l'autre; au contraire, la belle action d'un
preux, dans quelque camp qu'il soit, est ici pleinement racontée et
exposée, comme le lecteur pourra s'en apercevoir. Et pour que la
postérité sache sûrement quel est l'auteur de ce livre, on m'appelle
sire Jean Froissart, prêtre[183], né en la ville de Valenciennes.
Ce livre m'a coûté beaucoup de peine, beaucoup d'efforts de toute
sorte; et je n'ai pu venir à bout de le compiler qu'en m'imposant de
durs labeurs et même en m'expatriant; mais avec du zèle et de la bonne
volonté, on triomphe de tous les obstacles, et ce livre en est la
preuve.» P. 209.

  [181] La seconde rédaction est représentée par les manuscrits
  d'Amiens et de Valenciennes.

  [182] Ceci est une traduction à peu près littérale du prologue du
  ms. d'Amiens dont le prologue du ms. de Valenciennes ne diffère
  que par des variantes insignifiantes.

  [183] Froissart se désigne ainsi dans le prologue des mss. A:
  «Pour tous nobles cuers encouragier et eulx monstrer exemple et
  matière d'onneur, _je Jehan Froissart_ commence à parler après la
  relation faicte par monseigneur Jehan le Bel.» Ms. A 1, f{o} 2.
  On voit que Froissart parle ici de lui-même sur un ton beaucoup
  plus modeste; mais ce qui est surtout remarquable, c'est qu'il ne
  fait pas suivre encore son nom de la mention de la qualité de
  prêtre. On lit dans les mss. A 18, 19, 23 à 36: «Je, _sire_ Jehan
  Froissart.» F{o} 1 v{o}.

Froissart nomme parmi les preux les plus illustres de son temps--en
Angleterre: Édouard III, le prince de Galles son fils, les deux ducs
de Lancastre Henri et Jean son gendre, le comte de Warwick, Renaud de
Cobham, Jean Chandos, Gautier de Mauny, Jacques d'Audley, Pierre
d'Audley, Robert Knolles, Hugues de Calverly;--en France, Philippe de
Valois, le roi Jean son fils, le duc de Bourgogne, Charles de Blois,
le duc de Bourbon, le comte d'Alençon, Louis d'Espagne, Bertrand
Duguesclin, Arnoul d'Audrehem. P. 211.

_Troisième rédaction[184]._--Le prologue de la troisième rédaction est
la reproduction à peu près textuelle du prologue de la première
rédaction revisée.

  [184] La troisième rédaction n'est représentée que par le
  manuscrit de Rome.

On n'y trouve qu'une addition qui mérite d'être relevée, mais elle a
une importance capitale. Dès les premières lignes du manuscrit de
Rome, Froissart s'intitule: _Je, Jean Froissart_, TRÉSORIER ET
CHANOINE DE CHIMAY. P. 212.



CHAPITRE I.

  1307-1325. GÉNÉRALITÉS SUR LES DIX-HUIT PREMIÈRES ANNÉES DU REGNE
    D'ÉDOUARD II (§§ 1 à 5).


Faiblesse du règne d'Édouard II comparé au règne d'Édouard Ier, son
père.--1308, Édouard II se marie à Isabelle de France, fille de
Philippe le Bel. P. 9 et 213.--Portrait du caractère des Anglais. P.
214.--1314. Robert Bruce, roi d'Écosse, reprend Berwick,
Édimbourg, Dumbarton, Dundee, Dunbar, Dalkeith, Saint-Johnston
(Perth), Dunfermline et en général toutes les forteresses jusqu'à la
Tweed. Défaite des Anglais à Stirling. P. 9, 10, 215 et 216.--Noms des
enfants d'Édouard II et des maris de ses deux filles. P. 10,
217.--1328. Avénement de Philippe de Valois. P. 11, 217, 218.--Faveur
des Spenser, père et fils, auprès d'Édouard II.--1322. A l'instigation
de ces deux seigneurs, le roi d'Angleterre fait mettre à mort
vingt-deux des plus grands barons de son royaume et entre autres le
comte Thomas de Lancastre, son oncle. P. 12, 13, 218, 219.--Spenser
parvient à jeter le trouble entre Édouard II, d'une part, Isabelle, sa
femme, et Edmond, comte de Kent, son frère, de l'autre.--1325. Fuite
de la reine d'Angleterre qui se rend en France, accompagnée de son
fils, du comte de Kent, son beau-frère, et de Roger de Mortimer. P.
14, 219 et 220.



CHAPITRE II.

  1325 et 1326. SÉJOUR D'ISABELLE EN FRANCE ET EN HAINAUT. (§§ 6 à
    11).


1325. La reine d'Angleterre, débarquée à Boulogne, passe à Amiens et
arrive à Paris où le roi Charles le Bel, son frère, lui fait le plus
favorable accueil ainsi qu'au jeune Édouard, fils d'Isabelle. La reine
expose à son frère les raisons qui l'ont déterminée à quitter
l'Angleterre. P. 15 à 17, 220.--Le pape Jean XXII, gagné par Spenser,
s'oppose au mariage projeté du jeune Édouard d'Angleterre avec une des
nièces de Charles le Bel. P. 222 et 223.

1326. La reine Isabelle est invitée à repasser en Angleterre avec son
fils par un certain nombre de barons et par les habitants de Londres,
ligués contre Spenser. P. 18, 223 et 224.--Charles le Bel, gagné par
les présents de Spenser et menacé d'excommunication par le pape,
retire son appui à sa sœur et défend à aucun de ses sujets de
s'enrôler dans l'expédition projetée par la reine d'Angleterre. P. 19,
225 et 226.--Isabelle et son fils quittent la France et se rendent en
Hainaut où Jean de Hainaut s'empresse de venir au-devant d'eux jusqu'à
Buignicourt, en Ostrevant, pour leur faire escorte. Narration
détaillée, d'abord de l'entrevue de la reine et du sire de Beaumont,
puis du voyage de Buignicourt à Valenciennes, ainsi que de la
réception magnifique faite à Isabelle d'Angleterre et à son fils dans
cette dernière ville. P. 20 à 23, 226 à 233.--Jean de Hainaut se met à
la tête d'une expédition destinée à ramener de force Isabelle et son
fils en Angleterre. Récit circonstancié du départ de Valenciennes, de
l'embarquement à Dordrecht, des incidents de la traversée, enfin du
débarquement en Angleterre. P. 24 à 27, 234 à 240.



CHAPITRE III.

  1326 et 1327. DÉPOSITION D'ÉDOUARD II ET AVÉNEMENT D'ÉDOUARD III
    (§§ 12 à 21).


1326. La reine d'Angleterre et ses partisans, dont les plus nombreux
et les plus puissants étaient les habitants de Londres, viennent
assiéger dans Bristol Édouard II et les deux Spenser, ses favoris. P.
28, 241 à 243.--Reddition de la ville de Bristol et exécution de
Hugues Spenser le Vieux et du comte d'Arundel. P. 29 à 31, 243 et
244.--Édouard II et Hugues Spenser le Jeune, assiégés dans le château
de Bristol où ils s'étaient réfugiés, essayent en vain de s'échapper
par mer dans une barque; ils tombent entre les mains d'un chevalier
nommé Henri de Beaumont qui les livre à la reine d'Angleterre.
Emprisonnement d'Édouard II au château de Berkeley sous la garde du
seigneur du lieu, et supplice horrible infligé en la ville de Hereford
à Hugues Spenser le Jeune. P. 31 à 35, 244 à 248.--Retour triomphal de
la reine et de son fils à Londres; description du splendide festin
offert aux chevaliers et aux gens d'armes du Hainaut avant leur départ
d'Angleterre. P. 35, 36, 248 à 252.

1327. Un parlement réuni à Londres proclame la déchéance d'Edouard II
et l'avénement de son fils sous le nom d'Edouard III. P. 37, 38, 253
et 254.--Après les fêtes du couronnement, Jean de Hainaut, comblé de
présents et d'honneurs par la reine et par son fils, quitte la cour
d'Angleterre et retourne dans son pays pour assister, en compagnie
d'un certain nombre de jeunes chevaliers anglais, à un tournoi qui
devait se tenir à Condé sur Escaut. P. 39, 40, 255 et 256.--Bon
gouvernement du jeune Édouard III et d'Isabelle sa mère; influence du
comte de Kent, de Roger de Mortimer et de Thomas Wager. P. 40,
256.--Restitution partielle des biens confisqués de Spenser à sa
veuve et à ses enfants. Relations personnelles de Froissart, dans sa
jeunesse, avec Édouard Spenser, l'aîné des fils du favori d'Édouard
II. P. 256 et 257.



CHAPITRE IV.

  1327. PRÉLIMINAIRES DE LA PREMIÈRE CAMPAGNE D'ÉDOUARD III CONTRE
    LES ÉCOSSAIS (§§ 22 à 27).


Robert Bruce, roi d'Écosse, défie le jeune roi d'Angleterre. P. 41,
257, 258.--Jean de Hainaut, appelé par Édouard III, retourne en
Angleterre. Noms des chevaliers du Hainaut, de la Flandre, du Brabant,
du Hesbaing[185] qui prennent part à l'expédition. Chevaliers du
Hainaut: Gautier d'Enghien, Henri d'Antoing, le seigneur[186] de
Fagnolles, Fastres du Rœulx, Robert et Guillaume de Bailleul son
frère, le seigneur de Havré[187], châtelain de Mons, Alard et Fastres
de Briffœuil, Michel de Ligne, Jean de Montigny le Jeune et son
frère, Sausses[188] de Boussoit, le seigneur de Gommegnies[189],
Perceval de Sepmeries, le seigneur de Floyon, Sanse de Beaurieu, les
seigneurs de Potelles[190], de Wargnies[191], de Vertain[192], de
Blargnies, de Mastaing, Nicolas d'Auberchicourt, le seigneur de
Floursies et le Borgne de Robersart.--Chevaliers de Flandre: Hector
Vilain, Jean de Rhode, Vulfard de Ghistelles, Guillaume van Straten,
Gossuin van der Moere, Jean dit le _duchere_ (seigneur) d'Halluin[193]
et le seigneur de Brigdamme.--Chevaliers du Brabant: le seigneur de
Duffel[194], Thierry de Valcourt, Raes van Gavere[195], Jean de
Gaesbeek[196], Jean Pyliser, Gilles de Quarouble[197], les trois
frères de Harlebeke[198], Gautier de Huldenbergh[199].--Chevaliers
hesbegnons[200]: Jean le Bel[201] et Henri le Bel son frère, Godefroi
de la Chapelle, Hue d'Ohay, Jean de Libyne, Lambert d'Oupeye[202] et
Gilbert de Herck. Jean de Hainaut a aussi sous ses ordres quelques
chevaliers du Cambrésis, de l'Artois et du Vermandois qui portent
l'effectif de sa compagnie à cinq cents armures de fer; et il est
rejoint vers les fêtes de la Pentecôte par Guillaume de Julliers
et Thierry d'Heinsberg qui furent depuis, le premier comte de Juliers
après la mort de son père Gérard VI (en 1329), le second comte de Looz
(en 1336). P. 43 et 44, 261 et 262.

  [185] Pays de Liége.

  [186] Hugues de Fagnolles.

  [187] Gérard d'Enghien, sire de Havré.

  [188] Jean, dit Sausses, sire de Boussoit.

  [189] Guillaume de Jauche, sire de Gommegnies.

  [190] Guillaume, sire de Potelles.

  [191] Guillaume, sire de Wargnies.

  [192] Eustache, sire de Vertain.

  [193] Jean de Halluin, fils d'Olivier, sire de Heitserot,
  petit-fils de Roland. Ce Jean mourut au combat de Cadsand en
  1337.

  [194] Henri Berthout IV, sire de Duffel.

  [195] Gavere est en Flandre (à 19 kil. de Gand); mais Raes
  (équivalent flamand d'Erasme) van Gavere relevait plusieurs fiefs
  du duché de Brabant, notamment ceux de Liedekerke (à 22 kil. de
  Bruxelles) et de Hérinnes (Hérinnes-lez-Enghien, à 30 kil. de
  Bruxelles).

  [196] La seigneurie de Gaesbeek appartenait en 1327 à damoiselle
  Béatrix de Louvain, qui avait succédé en 1324 à son frère Jean,
  mort sans enfants, et qui fit hommage en 1325 pour la seigneurie
  de Gaesbeek à Jean III, duc de Brabant (voyez la belle
  publication de M. L. Galesloot, _Livre des feudataires de Jean
  III_, p. 26). Guillaume de Hornes, dit de Gaesbeek, succéda vers
  1339 à Béatrix, sa cousine germaine, dans la seigneurie de
  Gaesbeek. Jean de Gaesbeek m'est inconnu. Serait-ce Jean de
  Kesterbeke appelé _Casterbeke_ dans le _Livre des feudataires_,
  p. 143?

  [197] La forme du texte: _Quaderebbe_ a été assimilée à
  Quarouble, Nord, arrondissement et canton de Valenciennes.

  [198] Harlebeke est dans la Flandre occidentale (à 15 kil. de
  Courtrai), et cette seigneurie appartenait à la branche aînée de
  la famille de Halluin: Gautier de Halluin II du nom, sire de
  Roosebeke, vicomte de Harlebeke, mourut à Harlebeke en 1338; mais
  ses petits-fils, Gautier, Roger et Thierry, fils de Daniel, dont
  on ignore trop la date de naissance pour les assimiler sûrement
  aux _trois frères de Harlebeke_ de Froissart, pouvaient relever,
  comme Raes van Gavere, certains fiefs du duché de Brabant, à
  moins que Jean le Bel et notre chroniqueur n'aient confondu
  Arnoul, Renier, Jean ou Adam de Holsbeek en Brabant (à 33 kil. de
  Bruxelles) avec les seigneurs de Harlebeke. Voyez Galesloot,
  _Livre des feudataires_, p. 38, 245, 227, 232, 296.

  [199] Nous avons assimilé la forme _Hoteberge_ du texte à
  Huldenbergh, village et seigneurie du Brabant (à 20 kil. de
  Bruxelles).

  [200] Du pays de Liége.

  [201] Ce Jean le Bel n'est autre que le chanoine de Liége, le
  célèbre chroniqueur qui a servi de modèle à Froissart pour toute
  la partie du premier livre comprise entre 1325 et 1356.

  [202] Le nom de ce chevalier est défiguré dans toutes les
  rédactions et tous les mss. du premier livre des _Chroniques_.
  Comme Froissart reproduit ici littéralement Jean le Bel, nous
  avons restitué même dans le texte le nom véritable d'après la
  chronique du chanoine de Liége. Lambert III de Dammartin de
  Warfusée, dit d'Oupeye, maréchal de l'évêque de Liége, mourut le
  1er janvier 1345. Voyez J. de Hemricourt, _Miroir des nobles de
  la Hesbaye_, édit. de Jalheau, p. 55. La famille de Dammartin, à
  laquelle appartenait ce chevalier, fut transplantée, au douzième
  siècle, de France d'où elle est originaire, dans le pays de
  Liége. Cette incomparable famille, qui, dès le temps de
  Hemricourt, ne comptait pas moins de cent seize branches, a
  couvert de ses innombrables rameaux toute la France de la Meuse;
  et encore aujourd'hui il n'y a guère en ce pays de famille
  ancienne qui ne se rattache au tronc puissant et français des
  Dammartin.

Édouard III, à la tête de plus de 60 000 hommes, établit son quartier
général à York. Une rixe éclate dans cette ville, à l'occasion du jeu
de dés, entre les gens d'armes de Jean de Hainaut et des archers
anglais du comté de Lincoln. Après une lutte sanglante, où Jean le
Bel, chanoine de Liége, auquel Froissart dit qu'il emprunte le récit
de cet incident, court les plus grands dangers, les gens d'armes du
Hainaut restent maîtres du champ de bataille, et le roi d'Angleterre
les prend sous sa spéciale sauvegarde. Abondance, bon marché de tous
vivres aussi bien que des vins de Gascogne, de l'Alsace et du Rhin, à
York et dans le pays environnant. P. 45 à 49, 263 à 268.--Après avoir
terminé ses préparatifs, Édouard III va camper à six lieues au nord de
York, puis trois jours après, à Durham, à l'entrée du Northumberland.
Un corps d'armée, sous la conduite du maréchal d'Angleterre, occupe
Newcastle, sur la Tyne, pour garder le passage de cette rivière contre
les Écossais. A l'ouest, en amont de cette même rivière, la ville et
forteresse de _Carduel_[203] _en Galles_ est défendue par une troupe
de Gallois, sous les ordres du comte de Hereford et du sire de
Mowbray. Le roi d'Angleterre trouve toute la frontière de ce pays
ravagée et incendiée par les Écossais qui, à son approche, ont repassé
la Tyne. P. 50, 51, 268.

  [203] Sans doute Carlisle, qui est, non sur la Tyne, comme le dit
  Froissart, d'après Jean le Bel, mais sur l'Éden, non en Galles,
  ainsi que l'affirment aussi les deux chroniqueurs, mais à quelque
  distance du Galloway. _Luguvallum_, l'ancien nom de Carlisle au
  temps des Romains et au moyen âge, a pu se contracter en _luel_,
  qui, par l'addition de _caer_, bourg, ville, aurait donné Carluel
  ou Carduel.



CHAPITRE V.

  1327. PREMIÈRE CAMPAGNE D'ÉDOUARD III CONTRE LES ÉCOSSAIS. (§§ 28
    à 37).


1327. Comment les Écossais font la guerre: ils servent tous à cheval,
excepté la valetaille qui les suit à pied: les chevaliers et
écuyers sont montés sur bons gros roncins, et les gens du commun sur
petites haquenées. Leur sobriété est telle qu'ils n'ont besoin
d'autres provisions que celles qu'ils emportent avec eux sur leurs
chevaux. P. 51 et 52.--Robert Bruce, vieux et malade, met à la tête de
ses troupes les deux plus puissants barons d'Écosse [Jacques] de
Douglas et le comte de Murray. P. 53. (Froissart parle à ce propos du
voyage qu'il a fait en Écosse en 1365: recommandé par Philippe de
Hainaut, reine d'Angleterre, dont il était un des clercs et familiers,
à David Bruce, fils de Robert Bruce, notre chroniqueur passe trois
mois à la cour de ce prince et visite avec lui toute l'Écosse. P.
269).--L'armée anglaise, ordonnée en trois batailles, s'engage à la
poursuite des Ecossais qui mettent tout à feu et à sang sur leur
passage, mais elle ne parvient pas à les atteindre à cause de la
difficulté du pays. Après une journée de poursuite suivie d'un
campement, les Anglais laissent là leurs bagages et leurs provisions,
et ils entreprennent, à la faveur d'une marche forcée, de passer la
Tyne, pour couper la retraite à leurs ennemis. Description pittoresque
des difficultés et des incidents de cette marche à travers les
montagnes, les vallées, les bruyères, les marais, les fondrières et
les forêts, peuplées de fauves, du Northumberland, dont les habitants,
comparés aux Anglais, sont comme des demi-sauvages. P. 54 à 57, 269 et
270.--Passage à gué de la Tyne, et campement d'Édouard III et de son
armée sur le bord de cette rivière, à quatorze lieues anglaises de
Newcastle et à onze lieues de Carduel ou Carlisle. Détresse des
Anglais qui seraient morts de faim ainsi que leurs chevaux, s'il ne
leur était venu de Newcastle quelques provisions. Cherté excessive des
vivres; complet dénûment; situation fausse et doublement mauvaise des
gens d'armes du Hainaut. P. 58 à 60, 271 à 273.--Les Anglais
démoralisés repassent la Tyne, et Édouard III promet le titre de
chevalier avec cent livres sterling de revenu héréditaire à qui saura
découvrir les ennemis que l'on poursuit en vain et dont on n'a nulles
nouvelles. Un écuyer anglais, nommé Thomas Housagre[204], parti à la
découverte, vient dire que les Écossais, entre les mains desquels il
était tombé et qui l'ont relâché, sont campés à quelques lieues
de là sur une montagne où ils attendent de pied ferme qu'on vienne
livrer bataille. P. 61, 62, 273 à 275.--L'armée anglaise s'avance en
bon ordre contre les Écossais qui s'ordonnent en trois batailles sur
la pente de la montagne où ils sont campés et au pied de laquelle
coule une rivière grosse, rapide et escarpée. Les Écossais refusent la
bataille qui leur est offerte par les Anglais. Les deux armées restent
ainsi campées en face l'une de l'autre pendant trois jours qui ne sont
signalés que par quelques escarmouches. Le quatrième jour, à minuit,
les Écossais, menacés de famine, délogent et vont se poster sur une
autre montagne plus forte encore que la précédente et assise sur la
même rivière, au milieu d'un bois. Les Anglais les y poursuivent, et,
après avoir pris position en face de leurs ennemis, ils offrent en
vain la bataille à plusieurs reprises: les Écossais la refusent comme
la première fois. P. 63 à 68, 275 à 277.--Exploit de [Jacques] de
Douglas: à la tête d'une poignée d'hommes d'armes, il va _réveiller_
les Anglais dont il tue un très-grand nombre et pénètre jusqu'à la
tente d'Édouard III. Pendant vingt-deux jours, les escarmouches
continuelles des Écossais ne laissent ni paix ni trêve aux Anglais. P.
68, 69, 278.--Le dernier jour des vingt-deux, les Écossais prennent la
fuite pendant la nuit, à l'insu des Anglais, laissant derrière eux
dans le camp qu'ils abandonnent leur butin, leurs provisions et de
nombreux ustensiles de leur cuisine portative. A cette nouvelle, le
roi d'Angleterre ramène son armée à Durham, puis à York où l'attendait
la reine sa mère; et là il donne congé à ses gens: il fait escorter
jusqu'à Douvres Jean de Hainaut et les autres compagnons d'outre mer,
après les avoir comblés de présents. P. 69 à 74, 279 à 282.

  [204] Cet écuyer est appelé Thomas de Rokesby dans une charte
  d'Édouard III, datée de Lincoln le 28 septembre 1327. Voyez
  _Rymer_, vol. II, part. II, p. 717. Du reste il n'est pas
  absolument impossible que ces deux noms _Housagre_ ou _Whittaker_
  et _Rokesby_, désignent le même personnage dont _Whittaker_ peut
  avoir été le nom patronymique ou le surnom, et _Rokesby_ le nom
  de fief.



CHAPITRE VI.

  1327. MARIAGE D'ÉDOUARD III AVEC PHILIPPE DE HAINAUT. (§§ 38 ET
    39).


1327. Une ambassade est envoyée en Hainaut avec mission de demander
pour le jeune Édouard III la main de Philippe[205], l'une des
filles du comte Guillaume de Hainaut. Les ambassadeurs vont d'abord à
Beaumont prier Jean de Hainaut de vouloir bien appuyer leur demande et
solliciter son frère en leur faveur; de là ils se rendent au Quesnoy
auprès du comte de Hainaut qui s'empresse de consentir au mariage de
sa fille avec le roi d'Angleterre. La parenté des futurs époux rend
nécessaire une dispense que le pape Jean XXII accorde volontiers, sur
la demande des dits ambassadeurs. P. 74, 75, 282 à 285.--Philippe est
épousée à Valenciennes par deux évêques envoyés par le roi
d'Angleterre et en vertu d'une procuration spéciale. Après la
cérémonie, elle prend congé de ses parents et part pour l'Angleterre
en compagnie de Jean de Beaumont, son oncle, et d'un certain nombre de
chevaliers du Hainaut, notamment d'un jeune écuyer qui devint plus
tard fameux sous le nom de Gautier de Mauny. La jeune reine s'embarque
à Wissant et arrive à Douvres. Cette princesse, qui fut mère de onze
enfants, porta bonheur à l'Angleterre: ce pays fut couvert de gloire
et ne connut ni famine ni disette, tant qu'elle vécut. Philippe de
Hainaut, à peine débarquée, se rend en pèlerinage à Canterbury, elle
passe à Rochester, puis à Dartford; et, après s'être arrêtée à la
résidence royale d'Eltham où elle prend congé de son oncle, elle va
rejoindre son mari Édouard III et Isabelle, la reine mère, à York où
elle était attendue. Après une réception magnifique, le mariage est
célébré solennellement dans la cathédrale de cette ville. A Pâques,
les nouveaux époux vont au château de Windsor, ils font ensuite leur
entrée à Londres où des fêtes de toute sorte, qui durent plus de trois
semaines, et de grandes joûtes sont célébrées en leur honneur. P. 76,
77, 285 à 288.

  [205] Dès le 27 août 1326, Isabelle, reine d'Angleterre, s'était
  engagée à ne rien négliger pour faire accomplir dans le délai de
  deux ans le mariage projeté entre Édouard duc de Guyenne et
  Philippe de Hainaut. (Orig. parch., aux Archives du Nord.)



CHAPITRE VII.

  1328 à 1330. MORT DE ROBERT BRUCE, ROI D'ÉCOSSE, ET EXPÉDITION DE
    JACQUES DE DOUGLAS EN ESPAGNE. AVÉNEMENT DE DAVID BRUCE, ET
    MARIAGE DE CE PRINCE AVEC JEANNE, SOEUR DU ROI D'ANGLETERRE.
    (§§ 40 et 41.)


1328. Les Écossais repassent la Tyne vers la partie supérieure de son
cours, dans la direction de Carduel ou Carlisle, et rentrent dans leur
pays. Une trêve est conclue pour trois ans et signée à York le 30
janvier entre le roi d'Angleterre et le roi d'Écosse. P. 77, 288.

1329. Robert Bruce, à son lit de mort, charge [Jacques] de Douglas,
comme le plus brave de ses chevaliers, de porter son cœur au
Saint-Sépulcre, pour accomplir en quelque manière le vœu fait jadis
par le roi d'Écosse de guerroyer les ennemis du Christ et de la foi
chrétienne, vœu que des guerres continuelles avec l'Angleterre ne lui
ont pas permis de réaliser. Robert Bruce meurt [vers la fin de juin
1329]. Son corps est embaumé et enterré, après qu'on en a retiré le
cœur, à Dunfermline où se fait la cérémonie des obsèques avec
beaucoup de solennité. Quant au cœur du roi défunt, il est enfermé
dans un reliquaire d'or massif auquel est attachée une chaîne du même
métal que [Jacques] de Douglas suspend à son cou, en jurant qu'il ne se
séparera ni jour ni nuit de ce précieux dépôt, avant de l'avoir porté
au Saint-Sépulcre, à la face des mécréants. David Bruce est couronné
roi à la place de son père et investi du gouvernement, malgré son
jeune âge, avec l'assistance du comte de Murray, de Robert de Vescy et
d'Archibald de Douglas. P. 78 à 80, 289 et 290.

1330. Au printemps qui suit la mort de Robert Bruce, [Jacques]
de Douglas s'embarque à Montrose, en Écosse, avec une nombreuse suite
de chevaliers, et va d'abord jeter l'ancre à l'Écluse en Flandre,
espérant recruter sur le continent des compagnons pour la croisade
qu'il veut entreprendre; il reste là une quinzaine de jours, sans
mettre pied à terre, menant le train le plus somptueux, traitant à
table dans une vaisselle d'argent et d'or, avec deux ou trois espèces
de vins, tous les gens d'armes qui le viennent visiter. [Jacques]
de Douglas apprend que la guerre vient d'éclater entre Alphonse XI,
roi de Castille, et les Maures de Grenade; il se dirige aussitôt vers
l'Espagne, tant il est impatient d'exercer son courage contre les
Sarrasins, avant même d'aller les combattre en Terre-Sainte. Bataille
entre les Espagnols et les Maures. [Jacques] de Douglas qui, dès le
premier signal, s'était élancé avec ses Écossais en avant du reste de
l'armée d'Alphonse, est abandonné lâchement à ses seules forces par
les Espagnols, jaloux d'avoir été devancés; il est entouré par les
mécréants qui lui coupent la retraite; et, après des prodiges de
valeur, il trouve une mort glorieuse et sainte, ainsi que la plus
grande partie de ses gens. P. 81, 82, 291 à 293.

1328. Mariage entre le jeune David Bruce, roi d'Écosse, et [Jeanne],
sœur du roi d'Angleterre. Ce mariage, conclu sans l'avis du parlement
et négocié secrètement à l'insu des prélats, des barons et des bonnes
villes, est fort mal accueilli en Angleterre où il rend impopulaires
le comte de Kent et Roger de Mortimer qui en ont été les principaux
fauteurs. La jeune reine est remise à Newcastle aux ambassadeurs du
roi d'Écosse, puis elle est amenée à Berwick où David Bruce l'épouse
en grande pompe. Des fêtes et des joûtes sont célébrées à Edimbourg en
l'honneur de ce mariage, mais le mécontentement général empêche la
plupart des chevaliers d'Angleterre d'y prendre part. P. 82 et 294.



CHAPITRE VIII.

  1328. AVÉNEMENT DE PHILIPPE DE VALOIS AU TRÔNE DE FRANCE, ET
    VICTOIRE DE CASSEL REMPORTÉE PAR CE PRINCE CONTRE LES FLAMANDS.
    (§ 42.)


Charles IV, dit le Bel, roi de France, se marie trois fois. Sa
première femme, nommée Blanche, fille d'Otton IV, comte de Bourgogne,
est enfermée pour crime d'adultère au Château-Gaillard près des
Andelys vers 1315, et une sentence de divorce est prononcée contre
elle par le pape le 19 mai 1322. Après son avénement au trône, Charles
IV se remarie, sur les instances de ses conseillers, le 21 mai 1322, à
Marie, fille de l'empereur d'Allemagne, Henri VII, dit de Luxembourg,
et sœur du roi de Bohême. Marie de Luxembourg, la plus modeste et la
plus honnête des femmes, meurt à Issoudun en Berry à la suite
d'une fausse-couche, et certains personnages sont soupçonnés de
l'avoir fait périr de mort violente. La troisième femme de Charles IV,
Jeanne, fille de Louis, comte d'Évreux, était enceinte lorsque son
mari est atteint de la maladie dont il devait mourir. A son lit de
mort, Charles IV, après avoir mandé auprès de lui les douze pairs et
les plus hauts barons de France, déclare en leur présence que, si la
reine sa femme met au monde un fils, Philippe de Valois exercera en
qualité de tuteur la régence du royaume; si au contraire elle donne le
jour à une fille, les douze pairs et les hauts barons aviseront à
donner la couronne à qui de droit. Sur ces entrefaites, Charles le Bel
meurt le 1er février 1328. P. 83, 84, 295 et 296.

1328. La reine Jeanne étant accouchée le 1er avril d'une fille nommée
Blanche, les douze pairs et les hauts barons de France appellent au
trône, d'un commun accord, Philippe de Valois, fils du comte de
Valois, neveu de Philippe le Bel et cousin germain du dernier roi,
Charles le Bel, excluant ainsi le jeune roi d'Angleterre, quoique
celui-ci soit plus rapproché d'un degré en sa qualité de neveu de ce
même Charles le Bel. Les pairs disent, pour justifier cette exclusion,
que la reine Isabelle, mère d'Édouard III, n'ayant aucun droit au
trône de France de par la loi salique, ne peut transmettre à son fils
un droit qu'elle n'a pas. Philippe VI est sacré à Reims le 29 mai en
présence des rois de Bohême et de Navarre, du comte d'Artois et d'un
certain nombre de seigneurs de France et même de l'Empire qui sont
dénommés. Guillaume, comte de Hainaut, Gui[206], comte de Blois, et
surtout Robert, comte d'Artois, qui ont épousé les trois sœurs de
Philippe de Valois, sont les principaux fauteurs de cet avénement de
leur beau-frère à la couronne. P. 84, 296.--A la suite d'un curieux et
dramatique dialogue échangé à la cérémonie du sacre entre
Philippe[207] de Valois et son cousin Louis de Nevers chassé de
Flandre par la révolte de ses sujets, le roi de France fait serment de
ne rentrer à Paris qu'après avoir remis son cousin en possession du
comté de Flandre. P. 297.

  [206] Gui Ier de Châtillon, père de Louis Ier de Châtillon et
  grand-père de Gui II, le protecteur de Froissart.

  [207] Philippe de Valois, la veille de son sacre, avait fait
  chevalier le comte de Flandre. De Camps, portef. 83, f{o} 141
  v{o}.

Les villes de Bruges, du Franc de Bruges, de Poperinghe, d'Ypres,
de Bergues et de Cassel, trempent plus ou moins ouvertement dans la
révolte. Gand seule semble être restée fidèle, et encore cette
fidélité n'est qu'apparente. Environ seize mille Flamands, aux gages
des villes révoltées, viennent, sous les ordres de Zannequin, homme
hardi et audacieux, occuper le Mont-Cassel. P. 85, 298, 299.

Aussitôt après son couronnement, Philippe de Valois marche contre ces
Flamands, il va de Reims à Péronne et puis à Arras où il fixe le
rendez-vous général de son armée. De là il se rend à Lens, il passe à
Béthune et à Aire et il établit son camp entre cette dernière ville et
le Mont-Cassel. Le roi de Bohême, le comte Guillaume de Hainaut et
Jean de Hainaut son frère, le comte Gui de Blois, Ferri duc de
Lorraine[208], Édouard comte de Bar et Robert d'Artois comte de
Beaumont le Roger combattent avec le roi de France. P. 84, 297 et 298.

  [208] Ferri IV, dit _le Lutteur_, fut tué à la bataille de
  Cassel.

La défaite de Cassel est amenée par la témérité des Flamands. Le jour
de la Saint-Barthélemy[209] en août, dans l'après-midi, Zannequin et
ses gens partent sans bruit de Cassel pour surprendre le roi de France
et son armée. Ils arrivent au camp français sans être aperçus, tuent
un gentilhomme nommé Renaud de Lor[210], le premier qui se trouve sur
leur passage, et tombent à l'improviste au milieu de leurs ennemis.
Les Flamands sont divisés en trois colonnes dont la première commandée
par Zannequin va droit à la tente de Philippe de Valois, tandis que la
seconde s'attaque aux gens du roi de Bohême et la troisième à ceux du
comte de Hainaut. Toutefois, Dieu ne permet pas que des gentilshommes
soient mis en déconfiture par une telle _merdaille_. Le comte de
Hainaut, assailli le premier, a deux chevaux tués sous lui, mais ses
gens ne tardent pas à envelopper leurs agresseurs; et, après les avoir
rais en pleine déroute, ils se portent au secours du roi de France.
Alors commence une lutte horrible. Le capitaine des Flamands,
Zannequin, est tué après avoir fait des prodiges de valeur. Un bon
écuyer de Hainaut, nommé le Borgne[211] de Robersart, a le même sort:
il est transpercé par les longues piques de six Flamands à la
poursuite desquels il s'était élancé, laissant bien loin derrière
lui ses compagnons. Les Flamands armés, les uns de haches ou
d'espaffus, les autres de gros bâtons ferrés en manière de piques, se
défendent comme des lions, et il en est fait un grand carnage: quinze
mille[212] des leurs restent sur le champ de bataille, et mille
seulement cherchent leur salut dans la fuite. Les gens d'armes du
Hainaut sont les premiers qui portent les bannières de leur comte et
de Jean son frère sur le Mont-Cassel; ils les font flotter sur les
remparts de la ville et au haut de la tour du moustier. Le roi de
France prend possession de Cassel et y met garnison. P. 85, 86, 299 à
301.

  [209] La Saint-Barthélemy tombe le 24 août.

  [210] Lor, Aisne, ar. Laon, c. Neufchâtel.

  [211] Robersart, Nord, ar. Avesnes, c. Landrecies. Alard de
  Robersart, fils de Gérard, dit _le Borgne_, est mentionné en
  1325.

  [212] Ce chiffre est très-exagéré. Du côté des Flamands, le
  nombre des victimes, d'après un relevé officiel et nominal,
  dressé dans les diverses paroisses complices de la révolte, ne
  fut que de 3192, auxquels il faut ajouter les morts de Cassel non
  compris dans le relevé exécuté pour la chambre des comptes. Voyez
  Mannier, _Les Flamands à la bataille de Cassel_, p. 15.

A la nouvelle de la défaite de Cassel, les villes[213] de Flandres,
qui s'étaient insurgées contre leur comte, telles que Bruges, Ypres et
Poperinghe, s'empressent de désavouer toute complicité avec Zannequin
et de faire leur soumission au roi de France. Philippe de Valois entre
en vainqueur à Bergues et à Ypres qu'il force à rentrer, ainsi que
Bruges, sous l'obéissance du comte de Flandre. P. 86, 301 et 302.

  [213] Tous les biens des rebelles ayant été confisqués, Cassel
  composa pour 4800 livres parisis, Bergues pour 10 000 livres bons
  parisis forts, Bailleul pour 500 livres. (Arch. de l'empire, JJ
  66, p. 1479, 1432, 1477.) Par un don verbal fait à Lille «en
  retournant de la bataille devant Cassel», Philippe de Valois
  accorda au comte de Flandre le tiers des biens meubles confisqués
  sur les rebelles, lequel don fut confirmé en mars 1330 (v. st.).
  (Arch. de l'empire, JJ 66, p. 709, f{o} 287.)

Après avoir ainsi réintégré son cousin, le roi de France retourne à
Aire où il donne congé aux seigneurs qui l'étaient venus servir. Puis
il prend le chemin de France; et après s'être arrêté à Compiègne, il
fait son entrée triomphale à Paris. Escorté des rois de Bohême et de
Navarre, il est reçu solennellement à Notre-Dame, et de là il se rend
au Palais où se tiennent les réceptions les plus somptueuses. P. 302.

La magnificence de la cour de France s'accrut beaucoup sous le règne
de ce prince qui avait la passion des joutes, des tournois et autres
divertissements chevaleresques dont il avait contracté le goût alors
qu'il cherchait fortune dans sa jeunesse. Malheureusement,
Philippe de Valois, d'un naturel à la fois crédule et emporté, subit
l'influence de Jeanne, sa femme, fille du duc de Bourgogne, reine
méchante et cruelle, qui, sacrifiant tout à ses caprices et à ses
haines, fit mettre à mort injustement plusieurs chevaliers. P. 86, 87,
302 et 303.



CHAPITRE IX.

  1330. EXÉCUTION DU COMTE DE KENT SUIVIE DU SUPPLICE DE ROGER DE
    MORTIMER, ET RÉCLUSION DE LA REINE ISABELLE, MÈRE D'ÉDOUARD
    III. (§ 43.)


Édouard III, pendant les premières années de son règne, est livré à
l'influence de la reine Isabelle sa mère, de Roger de Mortimer, de
Henri, comte de Lancastre, et d'Edmond, comte de Kent, ses oncles.
Rivalité du comte de Kent et de Roger de Mortimer, favori de la reine
mère. Celui-ci profite de la mort de Jean d'Eltham, frère d'Édouard
III, pour attribuer ce trépas prématuré à un empoisonnement dont le
comte de Kent se serait rendu coupable et pour persuader au roi que
son oncle, désireux de lui succéder, lui réserve le même sort qu'à son
frère. Édouard III, crédule et ombrageux, demande à sa mère ce qu'elle
pense de ces accusations, et Isabelle, gagnée par Mortimer, répond de
manière à confirmer les soupçons de son fils. P. 87, 303 et 304.

1330. Arrêté par ordre du roi son neveu et enfermé d'abord à la Tour
de Londres, ensuite au palais de Westminster, le comte de Kent,
honnête, sage et vaillant homme, subit la décollation dans les jardins
de ce palais. Il est universellement regretté des grands et des
petits, des nobles et des non-nobles, mais surtout des habitants de
Londres qui l'auraient regretté bien davantage encore s'ils ne lui
avaient gardé rancune de sa participation au mariage de la sœur
d'Édouard III avec David d'Écosse. Le comte de Kent laissait une
fille, âgée de sept ans, que la jeune reine Philippe, femme d'Édouard,
qui n'avait pu empêcher le supplice du père, recueillit et prit avec
elle. Cette demoiselle de Kent[214] fut en son temps la plus
belle dame de toute l'Angleterre et la plus amoureuse, mais tous les
rejetons de sa race eurent une fin misérable. P. 87, 88 et 304.

  [214] Jeanne de Kent, surnommée _la belle vierge de Kent_, mariée
  en à Édouard, prince de Galles, le fameux Prince Noir, mère de
  l'infortuné Richard II.

L'exécution du comte de Kent soulève contre Roger de Mortimer, qui en
avait été l'instigateur, l'indignation générale. Bientôt le bruit se
répand dans le royaume que la reine mère est enceinte, et que sa
grossesse est l'œuvre de Mortimer. D'un autre côté, des doutes se
font jour dans l'esprit du roi sur la culpabilité de son oncle qu'il
vient de sacrifier à la haine du favori de sa mère. Sous l'influence
de ces soupçons et de ces remords, Édouard III fait arrêter Mortimer
qui est amené à Londres et mis en accusation devant un parlement tenu
au palais de Westminster, hors de Londres. Il est déclaré coupable du
crime de haute trahison et condamné au dernier supplice. Après l'avoir
traîné sur un bahut à travers la cité, on l'amène en la grande rue de
Cep (Cheapside). Là, on lui tranche la tête qui est exposée au bout
d'une pique sur le pont de Londres, puis on lui coupe le membre viril,
on lui arrache du ventre le cœur et les entrailles, et l'on jette le
tout dans les flammes. Après quoi, on l'écartelle, et l'on envoie les
quartiers aux quatre maîtresses cités d'Angleterre après Londres. P.
88, 89, 304 et 305.

Quant à la reine mère Isabelle, complice de Mortimer, Édouard III la
relègue dans un beau château[215] situé sur les marches de Galles,
avec des dames de compagnie et des chambrières, des chevaliers et des
écuyers d'honneur et tout l'appareil qui convient à son rang. Il lui
assigne en outre de grandes terres dans le voisinage et de forts
revenus, payés de terme en terme, qui permettent à la reine exilée de
mener comme auparavant un train de vie vraiment royal. Seulement, il
est défendu à Isabelle de se montrer nulle part, de franchir
l'enceinte du château et de prendre ses ébats ailleurs que dans le
verger et les magnifiques jardins de sa résidence. La reine mère vécut
ainsi environ trente-quatre ans, recevant, deux ou trois fois par an,
la visite de son fils. P. 89, 90.

  [215] Castle Rising dans le comté de Norfolk.



CHAPITRE X.

  1329. AMBASSADE ENVOYÉE EN ANGLETERRE PAR PHILIPPE DE VALOIS;
    VOYAGE D'ÉDOUARD III EN FRANCE ET ENTREVUE D'AMIENS. (§§ 44 et
    45.)


1329. Philippe de Valois se décide à sommer le roi d'Angleterre de
venir en France faire hommage pour la Guyenne et le Ponthieu. Deux
chevaliers, le sire d'Aubigny et le sire de Beaussault, et deux
conseillers au Parlement de Paris, Simon d'Orléans et Pierre de
Maizières[216], sont envoyés en ambassade auprès d'Édouard III. Ils
s'embarquent à Wissant, débarquent à Douvres, où ils s'arrêtent un
jour pour attendre leurs chevaux, et vont trouver le roi et la reine
d'Angleterre au château de Windsor. Ils exposent l'objet de leur
message à Édouard III qui les reçoit honorablement et les invite à
dîner à sa table; mais il leur déclare qu'il ne pourra leur faire
réponse qu'après avoir pris l'avis de son conseil. Ils retournent, le
soir même de leur arrivée à Windsor, coucher à Colebrook[217], et le
lendemain ils se rendent à Londres. P. 90 et 91.

  [216] Mon ami et collègue M. Henri Lot a bien voulu faire des
  recherches d'où il résulte que Simon d'Orléans et Pierre de
  Maizières ne figurent pas sur la liste des conseillers au
  Parlement pour l'année 1329 (voyez U 497, f{o} 113), ni sur celle
  des avocats; mais leurs noms ont pu être omis, car il s'en faut
  que ces listes soient complètes.

  [217] Peut-être le souvenir de cette localité s'est-il conservé à
  Londres dans Colebrook-row, l'une des rues du quartier
  d'Islington.

Le roi d'Angleterre réunit un parlement en son palais de Westminster.
Les envoyés de Philippe de Valois y sont appelés pour lire la requête
du roi leur seigneur; et après qu'ils se sont retirés, le parlement
entre en délibération. Le résultat de cette délibération, annoncé
solennellement aux ambassadeurs par l'évêque de Londres qui porte la
parole au nom d'Édouard III, est qu'il sera fait droit à la juste
réclamation du roi de France, et que le roi d'Angleterre s'engage à
passer le détroit sans délai pour s'acquitter des obligations où il se
reconnaît tenu. Cette réponse comble de joie les envoyés français.
Édouard III leur donne au palais de Westminster pendant une quinzaine
de jours l'hospitalité la plus somptueuse, et il ne les laisse partir
qu'après leur avoir distribué de grands dons et de beaux joyaux. P.
91, 92 et 306.

Philippe de Valois est enchanté du résultat de cette ambassade.
Il est convenu que l'entrevue avec son cousin d'Angleterre aura
lieu à Amiens. On fait dans cette grande ville toute sorte
d'approvisionnements; et des hôtels, maisons, salles et chambres, sont
préparés pour recevoir les deux rois et leur suite. Le roi de France
convie à cette entrevue les rois de Bohême et de Navarre, les ducs de
Lorraine, de Bretagne, de Bourgogne et de Bourbon ainsi que Robert
d'Artois. Dans la suite de Philippe de Valois, on compte plus de trois
mille chevaux. P. 93 et 306.

Édouard III se met en route pour Amiens avec une suite de quarante ou
cinquante chevaliers et une escorte de plus de mille chevaux; il faut
deux jours à cette escorte pour passer de Douvres à Wissant. Le roi
d'Angleterre s'arrête un jour à Boulogne, il va de là à
Montreuil-sur-Mer où il rencontre une escorte de chevaliers envoyée au
devant de lui sous les ordres du connétable de France. Il est reçu à
Amiens par Philippe de Valois, par les rois de Bohême, de Navarre et
de Majorque, par les douze pairs et par une foule innombrable de ducs,
de comtes et de barons qui font cortége au roi de France. P. 94 et 95.

Au moment où Édouard III se prépare à prêter serment de foi et
d'hommage, la défiance naturelle aux Anglais, jointe à leur
connaissance imparfaite de la langue française dont ils ne comprennent
pas bien tous les termes, si ce n'est à leur profit, inspire aux
conseillers du jeune roi d'Angleterre des scrupules sur certaines
exigences des pairs et conseillers du roi de France. Jean de Hainaut,
qui sert d'interprète aux Anglais, s'efforce en vain de concilier les
deux parties. Les Anglais engagent leur roi à ne pas procéder plus
avant sans avoir consulté le parlement qui doit se réunir à la
Saint-Michel au palais de Westminster. Sur leurs instances, Édouard
III fait hommage de bouche et de parole seulement, sans mettre ses
mains entre les mains du roi de France; et il exprime le désir
d'attendre, pour parfaire le serment, son retour en Angleterre où il
examinera à loisir et pièces en main la question pendante, en s'aidant
des conseils et des lumières de son parlement. Philippe de Valois
consent d'autant plus volontiers à accorder ce délai qu'il nourrit dès
lors un projet de croisade auquel il espère associer le roi
d'Angleterre. L'entrevue se passe en fêtes et divertissements de tout
genre. Édouard III retourne au château de Windsor où il raconte à
la reine Philippe sa femme la merveilleuse réception qu'il a trouvée
en France où l'on s'entend à faire les honneurs mieux qu'en nul autre
pays du monde. P. 95, 96, 306 et 307.



CHAPITRE XI.

  1330 et 1331. NOUVELLE AMBASSADE ENVOYÉE A LONDRES PAR PHILIPPE
    DE VALOIS, ET PRESTATION DE FOI ET HOMMAGE AU ROI DE FRANCE PAR
    LE ROI D'ANGLETERRE. (§§ 46 et 47.)


1330. Philippe de Valois envoie en Angleterre l'évêque de
Chartres[218], l'évêque de Beauvais[219], Louis de Clermont
duc de Bourbon, Jean IV comte de Harcourt et Jean II sire de
Tancarville[220], pour recevoir l'hommage lige qui n'a pas été prêté à
Amiens. Les envoyés français assistent à Londres aux parlements réunis
par Édouard III pour délibérer sur la question de l'hommage auquel il
est tenu comme duc de Guyenne. L'opinion circule déjà parmi le peuple
que le roi d'Angleterre a plus de droits à la couronne de France que
Philippe de Valois, mais Édouard III et ses conseillers ne font pas
encore attention à ces rumeurs. P. 96 et 97.

  [218] Pierre de Chappes, fait cardinal en 1327, fut évêque de
  Chartres de 1326 à 1336.

  [219] Jean Ier, frère du célèbre Enguerrand de Marigny, fut
  évêque de Beauvais de 1313 à 1347, année où il fut promu à
  l'archevêché de Rouen.

  [220] Froissart désigne ce seigneur par le titre de comte de
  Tancarville, mais ce titre ne fut conféré à Jean de Melun qu'en
  1352.

1331. Après avoir passé tout l'hiver à Londres sans pouvoir obtenir
une réponse définitive, les ambassadeurs de Philippe de Valois
reçoivent enfin, le 30 mars 1331, des lettres patentes d'Édouard III,
scellées de son grand sceau, où le roi d'Angleterre se reconnaît
l'homme lige du roi de France et lui fait prestation de foi et hommage
lige. Voici en substance la teneur de ces lettres. P. 97.

Le roi d'Angleterre rappelle que naguère, à Amiens, il s'est refusé à
la prestation de foi et hommage lige, et qu'il n'a fait hommage au roi
de France que par paroles générales, en disant qu'il entendait faire
seulement ce que ses prédécesseurs avaient fait; mais aujourd'hui
il n'hésite pas, après plus ample information, à se reconnaître
l'homme lige du roi de France, et à déclarer lige l'hommage prêté
jadis à Amiens, tant pour le duché de Guyenne que pour les comtés de
Ponthieu et de Montreuil. Édouard III promet en outre, en son nom et
au nom de ses successeurs, ducs de Guyenne, de faire hommage
désormais, soit pour le duché de Guyenne, soit pour les comtés de
Ponthieu et de Montreuil, selon les formules de l'hommage lige qui
sont textuellement énoncées. Enfin, le roi d'Angleterre termine en
disant que ses successeurs, ducs de Guyenne et comtes de Ponthieu et
de Montreuil, seront tenus de renouveler ces présentes lettres,
toutes les fois qu'ils entreront en l'hommage du roi de France. P. 97
à 99.



CHAPITRE XII.

  1331 à 1334. BANNISSEMENT DE ROBERT D'ARTOIS QUI, APRÈS AVOIR
    SÉJOURNÉ EN BRABANT ET DANS LE MARQUISAT DE NAMUR, SE RÉFUGIE
    EN ANGLETERRE. (§§ 48 ET 49.)


1331. Robert d'Artois, marié à la sœur de Philippe de Valois qu'il a
contribué plus que tout autre à faire arriver au trône de France,
jouit d'un très-grand crédit pendant les trois premières années du
règne de son beau-frère. Robert fabrique, dit-on, une fausse charte,
espérant gagner par ce moyen un procès pendant entre lui et Jeanne II,
femme d'Eudes IV, duc de Bourgogne, au sujet du comté d'Artois.
Philippe de Valois, sollicité par la méchante reine Jeanne de
Bourgogne sa femme, sœur de l'adversaire du comte d'Artois, prend
parti contre ce dernier. La charte est reconnue fausse et cancellée en
séance du Parlement, une demoiselle Divion, complice de Robert, est
brûlée, et le comte d'Artois n'échappe à la mort qu'en vidant le
royaume[221]. P. 100, 307 et 308.

  [221] En mai 1332, Philippe de Valois donne à son fils Jean, duc
  de Normandie, comte d'Anjou et du Maine, «.... la maison qui fu
  Robert d'Artoys et toutes les appertenances d'icelle assise à
  Paris en la rue de Saint-Germain des Prés devant l'ostel de
  Navarre» confisquée ainsi que tous les biens du dit Robert par
  arrêt du Parlement. (Arch. de l'Empire, JJ 66, p. 659, f{o} 275.)

_Première rédaction._ 1331 à 1334.--Robert se rend d'abord à Namur
auprès de Jean II, son neveu, fils de sa sœur. A cette nouvelle,
Philippe de Valois fait mettre en prison la femme et les deux enfants
du fugitif. Bientôt même le jeune [marquis] de Namur, menacé d'une
guerre par Adolphe de la Marck, évêque de Liége, tout dévoué au roi de
France, est obligé de congédier son oncle. P. 101.

Robert se réfugie alors auprès du puissant duc de Brabant, son cousin,
qui l'accueille avec empressement et le réconforte dans son malheur.
La haine de Philippe de Valois poursuit son ennemi dans ce nouvel
asile, et le duc Jean III, craignant de s'attirer une mauvaise affaire
avec le roi de France, tient son cousin caché au château d'Argenteul
(Argenteau-sur-Meuse, selon Lancelot[222]). La cachette est découverte
par les émissaires de Philippe de Valois dont l'irritation ne connaît
plus de bornes et qui soudoie à grands frais le roi de Bohême ainsi
que plusieurs seigneurs des marches d'Allemagne pour qu'ils aillent
défier le duc de Brabant. Ces seigneurs auxquels refuse de s'associer
le jeune marquis de Namur, malgré l'invitation du roi de France, après
avoir reçu un grand renfort de gens d'armes commandés par le comte
d'Eu, pénètrent en Brabant en passant à travers le Hesbaing (pays de
Liége) et s'avancent jusqu'à Hanut; ils ravagent à deux reprises le
pays environnant et brûlent tout sur leur passage. P. 101, 102, 310 et
311.

  [222] _Mémoires de l'Académie des inscriptions_, t. X, p. 622.

Le comte Guillaume de Hainaut envoie en France Jean de Beaumont, son
frère, ainsi que sa femme, sœur de Philippe de Valois, négocier une
trêve entre les belligérants. Le roi de France n'accorde cette trêve
qu'à grand peine, et le duc de Brabant doit prendre l'engagement de
subir toutes les conditions qui lui seront faites, tant par son
adversaire que par les alliés de celui-ci, et de mettre dans un délai
fixé Robert d'Artois hors de ses États. P. 102 et 103.

1334. D'après le conseil du duc de Brabant, Robert d'Artois, traqué en
France et dans l'Empire, passe en Angleterre, sous un déguisement de
marchand. Édouard III l'accueille avec bienveillance, le retient à sa
cour et de son Conseil et lui assigne en fief le comté de Richmond. P.
105.

_Seconde rédaction._ 1331 à 1334.--Robert d'Artois, chassé de
France, se rend à Valenciennes auprès du comte Guillaume de Hainaut.
Le comte fait le meilleur accueil au fugitif, et il charge Jean son
frère et l'évêque de Cambrai d'aller en France implorer la clémence du
roi en faveur du prince exilé. Cette démarche reste infructueuse, et
Philippe menace Guillaume de toute sa colère s'il continue de prêter
main forte à Robert d'Artois. P. 308.

Les barons de Hainaut engagent leur comte à ne pas se mettre pour ce
sujet en guerre avec le roi de France. Robert, avant de quitter
Valenciennes, est comblé de présents en vêtements, chevaux et joyaux,
et six mille vieux écus lui sont remis pour payer ses dépenses par le
comte Guillaume. Robert d'Artois va voir à Namur sa sœur, le jeune
Jean II son neveu et les frères de celui-ci, Guillaume, Robert et
Louis, encore fort jeunes.

Les menaces du roi de France forcent Jean II à congédier son oncle qui
va chercher un asile à Leeuw[223] auprès de Jean III, duc de Brabant,
son cousin. Ce dernier répond à Philippe de Valois, qui réclame
l'expulsion du fugitif, que les obligations d'une parenté
très-rapprochée lui font un devoir de venir en aide à Robert d'Artois,
et que d'ailleurs il n'est pas convaincu du tout de la culpabilité de
son cousin. P. 309, 311.

  [223] Sans doute Leeuw-Saint-Pierre, Belgique, province de
  Brabant, à 13 kilomètres de Bruxelles.

1334. Philippe déclare alors la guerre au duc Jean qui n'obtient la
paix qu'à la condition de mettre hors de son pays l'ennemi du roi de
France. Congédié ainsi par le duc de Brabant après avoir reçu six
mille vieux écus pour payer ses frais, Robert d'Artois s'embarque pour
l'Angleterre à Anvers et arrive à Sandwich. Il se met en marche pour
rejoindre Édouard III qui fait alors la guerre en Écosse. Il passe par
Stamford, Lincoln, Doncaster et parvient à York, qu'on dit Ebruich, où
il trouve la reine Philippe, sa nièce, enceinte d'un fils [qui fut
nommé plus tard Guillaume de Hatfield.] La reine fait fête à son oncle
et le retient près d'elle environ une semaine; la joie de Philippe est
encore accrue par la nouvelle, qu'elle reçoit en ce moment-là même, de
la reddition du château d'Édimbourg. Entouré d'une escorte de trois
cents archers dont Henri de Beaumont est le chef, Robert d'Artois se
rend à Berwick en Écosse où il passe trois jours. Là, il apprend
qu'Édouard III, après avoir établi garnison au château d'Édimbourg,
est allé mettre le siége devant Stirling, et il se dirige vers cette
ville. P. 313 et 314.

Prévenu de l'arrivée de Robert d'Artois par Henri de Beaumont qui a
pris les devants, Édouard III envoie quelques-uns de ses barons à la
rencontre de son oncle qu'il reçoit avec magnificence. Robert d'Artois
raconte ses malheurs, l'emprisonnement de ses deux fils Jean et
Charles, la confiscation de ses biens, enfin son bannissement: il
n'est plus nulle part en sûreté sur le continent; et il n'est ni comte
de Hainaut ni duc de Brabant ni [marquis] de Namur qui consente à lui
donner asile, par crainte du roi de France. P. 314.

Le roi d'Angleterre relève le courage de Robert d'Artois et lui dit:
«Bel oncle, nous avons assez pour nous et pour vous. Soyez sans
inquiétude et sans crainte, car si le royaume de France est trop
petit pour vous, celui d'Angleterre vous sera tout grand
ouvert.»--«Monseigneur, reprend Robert d'Artois, toute mon espérance
gît en Dieu et en vous, et je confesse ici que j'ai eu tort et que
j'ai péché en prêtant les mains naguère à votre exhérédation. J'ai
contribué pour ma part à faire celui-là roi de France qui ne m'en sait
aucun gré et qui n'y a pas autant de droit que vous, car vous êtes
plus rapproché d'un degré de feu Charles, le dernier roi: Philippe
n'est que son cousin germain et vous êtes son neveu.» Édouard III
devient tout pensif en entendant ces paroles qui ne laissent pas
toutefois de lui être agréables, mais pour lors il n'y donne point
d'autre suite, se réservant d'y revenir, quand il croira le moment
venu. P. 314 et 315.

_Troisième rédaction._ 1331 à 1334.--Robert d'Artois, après avoir
séjourné successivement à Namur et en Brabant, vient en Hainaut
trouver le comte Guillaume son beau-frère. La comtesse de Hainaut et
Jean de Hainaut entreprennent inutilement un voyage en France afin de
fléchir Philippe de Valois et de le réconcilier avec Robert. Ce que
voyant, le comte d'Artois, désespéré, jure qu'il honnira tout et
plongera la France en de telles luttes et divisions que les suites
s'en feront encore sentir dans deux cents ans. Il reçoit du comte de
Hainaut tout l'argent nécessaire pour payer ses dépenses, et il prend
la résolution de passer en Angleterre; mais auparavant il retourne
auprès du duc de Brabant qui, après l'avoir retenu à sa cour en lui
promettant de le défendre envers et contre tous, est bientôt contraint
de céder aux menaces du roi de France. P. 309 et 310.

1334. Robert d'Artois s'embarque à Anvers pour l'Angleterre et il se
rend auprès d'Édouard III au moment où ce prince, qui l'accueille
courtoisement, se dispose à entrer en campagne contre les Écossais. Au
retour de cette campagne, le roi d'Angleterre fait proposer en séance
du parlement d'assigner une dotation à Robert d'Artois, l'un des plus
hauts et plus nobles seigneurs qu'il y ait au monde. Philippe de
Valois a mis en prison la femme, les enfants, il a confisqué les biens
de son ennemi, après l'avoir banni de son royaume. C'est justice,
maintenant que Robert d'Artois fait partie du conseil d'Angleterre, de
le dédommager dans son pays d'adoption de ce qu'il a perdu en France.
La proposition d'Édouard III est agréée, et l'on assigne à Robert le
comté de Bedford dont le revenu est évalué trois mille marcs. Robert
d'Artois remercie son neveu et les seigneurs, et devient ainsi l'homme
lige du roi d'Angleterre pour le comté de Bedford. P. 315 et 316.



CHAPITRE XIII.

  1332 et 1333. PRÉLIMINAIRES DE LA REPRISE DES HOSTILITÉS ENTRE
    LES ANGLAIS ET LES ÉCOSSAIS (§§ 49 ET 50).


_Première et seconde rédaction._ 1332.--Un an environ après
l'expiration de la trêve conclue pour trois ans entre Édouard III et
Robert Bruce, le roi d'Angleterre envoie des ambassadeurs auprès de
David Bruce, fils et successeur de Robert, sommer ce prince de lui
livrer Berwick et de reconnaître sa suzeraineté sur le royaume
d'Écosse. David Bruce, après avoir consulté son conseil, répond aux
envoyés d'Édouard III que les rois ses prédécesseurs n'ont jamais fait
hommage aux rois d'Angleterre, et, quant à Berwick, que Robert Bruce
son père, après l'avoir loyalement conquise, la lui a léguée comme
légitime héritage, et qu'il est bien résolu à ne s'en point dessaisir.
Le roi d'Écosse ajoute qu'il a lieu d'être surpris de voir son
beau-frère d'Angleterre, en qui il devrait trouver un défenseur,
vouloir ainsi s'approprier injustement le bien d'autrui. Une telle
réponse est loin de satisfaire Édouard III qui convoque à un parlement
à Londres, pour délibérer sur cette question, tous les barons,
chevaliers et conseillers des bonnes villes de son royaume. P. 103 à
105, 313.

_Première rédaction._ 1333.--Édouard III fait exposer devant les
représentants des trois Ordres la réponse négative rapportée par les
ambassadeurs qu'il vient d'envoyer vers David Bruce. L'avis unanime du
parlement est qu'il faut contraindre par la force des armes le roi
d'Écosse à faire hommage et à donner satisfaction au roi d'Angleterre,
son légitime suzerain. P. 105 et 106.

Édouard III, ravi de trouver ses gens aussi bien disposés, les invite
à faire leurs préparatifs pour entrer en campagne et leur donne
rendez-vous, au jour fixé, à Newcastle. En même temps, il députe
encore une fois des ambassadeurs auprès de son beau-frère pour le
sommer de nouveau et ensuite pour le défier, si David Bruce persiste
dans ses premières dispositions. P. 106 et 107.

_Seconde rédaction._--1333. Édouard III, quoique mécontent de la
réponse faite à ses ambassadeurs par son beau-frère, est assez disposé
à en rester là, mais ses conseillers ne lui épargnent aucune
remontrance pour le pousser à la guerre. Ils lui représentent surtout
que les Écossais ne cessent de menacer Newcastle, Brancepeth, Percy,
Arcot et les autres châteaux voisins. P. 316 et 317.

Grandes fêtes et joutes magnifiques à Londres; Jean de Hainaut y vient
assister en compagnie de douze chevaliers du continent. Le prix des
chevaliers étrangers est décerné au sire de Fagnolles, et le prix des
écuyers à Frank de Halle qui fut fait chevalier cette même année en
Écosse aux côtés du roi d'Angleterre. Ces fêtes et ces joutes, qui
durent huit jours, attirent un grand concours de dames et de
damoiselles. Après ces fêtes, Édouard III convoque un parlement.
L'évêque de Lincoln y expose au nom du roi le refus fait par David
Bruce de livrer la cité de Berwick, la forteresse de Roxburgh et de
faire hommage pour son royaume d'Écosse. P. 317.

Le parlement consulté est unanime à déclarer que tous les torts sont
du côté de David Bruce. Il est évident, disent les conseillers
anglais, que les rois d'Écosse faisaient autrefois hommage à nos rois,
car leur pays n'a jamais formé une province distincte: ce n'est qu'une
enclave de la province d'York qui est un archevêché d'Angleterre. De
plus, ils fabriquent leurs monnaies d'après nos usages et ordonnances,
ils ont les mêmes lois et les mêmes coutumes que les Anglais, et ils
parlent la même langue. D'où il appert que le royaume d'Écosse est une
dépendance de celui d'Angleterre. Il convient d'envoyer une
nouvelle ambassade à David Bruce, et, s'il s'obstine, de le défier et
de lui déclarer la guerre. P. 318.

L'évêque de Durham, les seigneurs de Percy, de Mowbray, de Felton sont
chargés de cette ambassade. Édouard III ne s'en prépare pas moins à
entrer en campagne et il fixe le rendez-vous général de son armée à
Newcastle. Retour de Jean de Beaumont en Hainaut. P. 318 et 319.

_Troisième rédaction._--Les Anglais n'aiment pas, n'ont jamais aimé et
n'aimeront jamais les Écossais: ils ont vu avec un profond déplaisir
le mariage de la sœur de leur roi avec le jeune David Bruce; et quand
la trêve conclue pour trois ans avec l'Écosse est expirée, ils ne
souffrent pas qu'on la renouvelle, car ils veulent avoir la guerre.
Telle est la nature des Anglais: ils ne savent pas, ils ne peuvent
pas, ils ne veulent pas rester longtemps sans guerroyer; ils demandent
à se battre, peu leur importe sous quel prétexte, et ils n'ont que
trop la passion et le génie des combats. Ils ne pardonnent pas aux
Écossais de leur avoir pris et d'avoir gardé Berwick, et c'est pour
cela surtout que le comte de Kent s'est rendu naguère si impopulaire
en consentant au mariage de la princesse [Jeanne] d'Angleterre avec le
roi d'Écosse. P. 311 et 312.

A l'expiration de la trêve, les Écossais députent à Londres, pour
renouveler cette trêve, une ambassade composée des évêques de
Saint-Andrews et d'Aberdeen, de Robert de Vescy, d'Archibald[224] de
Douglas, de Simon Fraser et d'Alexandre de Ramsay. Édouard III et la
reine Philippe tenaient à cette époque leur cour, tantôt à Windsor,
tantôt à Eltham. Les ambassadeurs d'Écosse se rendent à Eltham où la
cour se trouvait alors, désireux de conclure une longue trêve ou même
un traité de paix, car c'en est fait de la puissance de l'Écosse,
depuis que Robert Bruce, [Jacques] de Douglas et le comte de Murray
sont morts. P. 312.

  [224] Ce prénom est encore porté aujourd'hui et s'est conservé
  dans l'onomastique française sous la forme _Archambaud_ ou
  _Archambauld_.

Édouard III fait aux seigneurs écossais l'accueil courtois qui est dû
à des ambassadeurs de son beau-frère. Il leur promet de soumettre leur
demande aux délibérations de son parlement, et d'user de toute son
influence en faveur de la paix. Sur ce, les envoyés du roi d'Écosse
retournent à Londres. P. 312 et 313.

Le parlement est convoqué à Westminster, car rien ne peut ni ne doit
se faire sans son concours. L'évêque de Saint-Andrews y porte la
parole au nom du roi d'Écosse. L'archevêque de Canterbury répond au
nom du roi d'Angleterre en demandant du temps pour délibérer sur les
propositions de David Bruce. Sur ces entrefaites, Édouard III s'en
vient demeurer en son hôtel de Sheen sur la Tamise, à peu de distance
de Westminster, et les Écossais passent plus d'un mois à Londres avant
de pouvoir obtenir une réponse. P. 319 et 320.

La crainte de voir le jeune Édouard III s'amollir dans l'oisiveté
comme son père Édouard II jointe au désir de reprendre Berwick,
Dunbar, Dalkeith, Édimbourg, Stirling et tout le pays jusqu'au détroit
de Queensferry, détermine le parlement à refuser de renouveler les
trêves et de conclure la paix avec l'Écosse tant qu'elle n'aura pas
restitué les dites villes à l'Angleterre. Les envoyés de David Bruce
quittent le palais de Westminster aussitôt qu'ils ont reçu cette
réponse qui est une déclaration de guerre déguisée; ils cheminent au
long de Londres et viennent à Saint-John's-lane en Gracechurch où ils
sont descendus, et de là ils retournent en Écosse. P. 320.

Les plus sages entre les Écossais disent en apprenant les nouvelles
apportées à Édimbourg par l'évêque de Saint-Andrews: «Nous aurons la
guerre, et nous ne sommes pas prêts. Cette fois-ci, les Anglais nous
abattront, ou nous les abattrons eux-mêmes. Notre roi est jeune, et
aussi le leur. Il faut qu'ils s'essayent. Il n'y a pas sous le soleil
de peuple plus orgueilleux et plus présomptueux que le peuple
anglais.» Les jeunes chevaliers et écuyers d'Écosse, au contraire, qui
aiment les armes et ont à cœur de s'avancer, sont au comble de la
joie. P. 321.



CHAPITRE XIV.

  GUERRE D'ÉCOSSE; CAMPAGNE DE 1333: SIÉGE ET PRISE DE BERWICK (§§
    51 et 52).


_Première rédaction._--Édouard III vient avec le gros de son armée à
Newcastle où il reste quatre jours, attendant ceux de ses gens qui ne
l'ont pas encore rejoint. Le quatrième jour, il se dirige du côté de
Berwick, en traversant les terres des seigneurs de Percy et de
Nevill, deux grands barons de Northumberland, qui, comme les seigneurs
de Ross, de Lucy et de Mowbray, font frontière aux Écossais. P. 107.

Édouard III passe la Tweed qui sépare l'Angleterre de l'Écosse et,
sans s'arrêter devant Berwick, il ravage et incendie quantité de
villes du plat pays entourées seulement de fossés et de palissades, il
s'empare du fort château d'Édimbourg et y met garnison. Puis, il passe
la seconde rivière d'Écosse sous Stirling [le Forth]. Les Anglais
courent tout le plat pays des environs et s'avancent jusqu'à
Saint-Johnston (Perth) et Aberdeen. Ils brûlent et pillent
Dunfermline; l'abbaye seule est épargnée sur l'ordre exprès du roi.
Ils poussent leurs incursions jusqu'à Dundee et Dumbarton où le roi et
la reine d'Écosse se sont réfugiés. Les Écossais fuient devant les
envahisseurs sans leur opposer de résistance et mettent leurs
personnes et leurs biens en sûreté dans les forêts de Jedburgh
impraticables pour quiconque ne connaît pas le pays. P. 107 et 108.

Le roi David Bruce et Guillaume de Douglas, neveu de [Jacques] de
Douglas mort en Espagne, ont quinze ou seize ans; le comte de Murray
est encore plus jeune: l'Écosse, privée de ses plus braves et de ses
plus habiles capitaines, est livrée sans défense aux attaques
victorieuses des Anglais. P. 108.

Après avoir pris le château de Dalkeith, à cinq lieues d'Édimbourg,
qui appartient au comte de Douglas, le roi d'Angleterre vient mettre
le siége devant Berwick, cité bien fortifiée, située aux confins de
l'Écosse et du _royaume_ de Northumberland, environnée d'un bras de
mer et pourvue d'une bonne garnison. Ce n'est tous les jours, pendant
la durée du siége, qu'assauts, hutins, escarmouches et apertises
d'armes. Les Écossais font plusieurs fois des sorties, soit de jour,
soit de nuit, pour réveiller et surprendre les assiégeants; mais
chaque fois ils trouvent les Anglais prêts à les recevoir et ils sont
repoussés après avoir essuyé des pertes plus ou moins graves. Les
assiégés, menacés de famine, demandent et obtiennent une trêve d'un
mois, promettant de se rendre si le roi d'Écosse ne leur envoie aucun
secours dans cet intervalle. Robert d'Artois, qui voudrait voir
Édouard III tourner tout l'effort de ses armes contre la France,
contribue beaucoup à décider le roi d'Angleterre à accorder cette
trêve. P. 109 à 111.

Reddition de la ville et du château de Berwick. Les bourgeois se
soumettent à Édouard III auquel ils prêtent serment de foi et hommage.
Le roi d'Angleterre fait son entrée solennelle à Berwick au son des
trompes et des nacaires; il quitte cette ville après y avoir séjourné
quinze jours, y laissant une garnison de jeunes chevaliers et écuyers
sous les ordres d'Édouard Baillol. Après quoi, il donne congé à ses
gens et retourne à Windsor. Robert d'Artois, qui l'accompagne partout,
ne cesse de l'exhorter à faire valoir ses droits à la couronne de
France. P. 111 et 112.

_Seconde rédaction._--Édouard III, arrivé avec le gros de son armée à
Newcastle, y reçoit la nouvelle que ses prétentions sont repoussées
par les Écossais; il se met aussitôt en marche pour assiéger Berwick.
Précédé de ses maréchaux, le comte de Suffolk et Thomas Wager, il va
coucher à Arcot[225], château et ville qui appartient au seigneur de
Percy: les Écossais avaient pillé la ville sans pouvoir prendre le
château. Le lendemain, le roi d'Angleterre vient dîner à Percy
(Alnwick). P. 321 et 322.

  [225] Froissart appelle cette localité _Urcol_. Arcot, avec
  lequel nous identifions Urcol, est un village situé dans le sud
  du Northumberland, au nord de Newcastle, à peu de distance de
  l'ancienne route de Londres à Edimbourg, qui passait par
  Newcastle et par Percy ou Alnwick. Cette identification serait à
  peu prés sûre, s'il était établi qu'il y avait à Arcot un château
  su quatorzième siècle. Il appartient aux savants anglais de nous
  renseigner sur ce point.

L'armée anglaise ne compte pas moins de dix mille hommes à cheval et
de vingt mille hommes à pied, archers et gallois, sans compter la
ribaudaille. Siége de Berwick. Les machines et pierriers des
assiégeants abattent les officines et même les combles des salles et
des chambres, et bientôt il ne reste plus aux assiégés que deux
grosses tours où ils se réfugient. Les Écossais demandent et
obtiennent une trêve de quinze jours, promettant de se rendre et de
vider le château, sauf leur vie et leurs biens, s'ils ne reçoivent pas
de secours dans l'intervalle. En même temps, ils dépêchent un écuyer,
chargé de réclamer ce secours, à Saint-Johnston (Perth), une bonne
ville située sur un bras de mer, où se tiennent alors auprès de leur
roi et de leur reine le jeune comte de Murray, le jeune Guillaume de
Douglas, neveu de [Jacques] de Douglas, Robert de Vescy, Simon Fraser
et une foule d'écuyers et de bacheliers d'Écosse. David Bruce marche
au secours de Berwick en passant par son château d'Édimbourg. Le
lendemain de son départ de cette dernière ville, à une heure
d'après-midi, le roi d'Écosse vient camper avec son armée près d'une
grande abbaye de moines noirs (bénédictins), nommée au temps du roi
Arthur la Noire Combe, à cause de sa situation dans une vallée et sur
le bord d'une Noire[226] Rivière qui sépare l'Écosse de l'Angleterre.
Cette abbaye jouit du privilége d'immunité dans les guerres entre les
deux pays en vertu de chartes et de bulles qui lui ont été conférées.
Elle est située à neuf lieues anglaises de Roxburgh et à dix-huit de
Berwick. P. 329 et 330.

  [226] Ces mots de _Noire Rivière_ désignent sans doute la
  _Blackadder_, un des affluents de la Tweed. L'abbaye de
  bénédictins dont parle Froissart était peut-être l'un des deux
  monastères dont on voit encore aujourd'hui les ruines sur le
  Herrit's Dykke près de Greenlaw.

La nuit même qui suit leur arrivée près de cette abbaye, au coucher du
soleil, le jeune Guillaume de Douglas, le jeune comte de Murray,
Robert de Vescy et Simon Fraser partent avec quatre cents armures de
fer pour réveiller les Anglais. Ils chevauchent à travers des landes
désertes et arrivent vers minuit assez près de Berwick, à une petite
lieue de l'armée anglaise. Ils tombent à l'improviste sur leurs
ennemis qui ont à peine le temps de se reconnaître, en tuent ou
blessent plus de deux cents, en font prisonniers plus de quarante,
puis ils regagnent sains et saufs le camp écossais en traversant les
bois par où ils sont venus. P. 331 et 332.

Deux jours après cette escarmouche dont le succès l'enhardit, le roi
d'Écosse prend la résolution de joindre les Anglais. Son armée se
compose d'environ seize mille hommes tous à cheval selon l'usage, les
chevaliers et écuyers montés sur bons coursiers et gros roncins, les
autres sur haquenées bien disposes et endurcies à la fatigue. Parvenus
à deux lieues anglaises de Berwick, les Écossais se divisent en deux
batailles: la plus petite bataille doit prendre les devants pour
réveiller et escarmoucher les Anglais, tandis que la bataille la plus
nombreuse formera la réserve en s'étendant sur les ailes, pour se
porter où besoin sera. Les Anglais, avertis par leurs sentinelles,
s'arment en toute hâte et conviennent de laisser l'ennemi s'avancer
jusque dans leur camp, sans avoir l'air de se douter de rien et sans
opposer tout d'abord aucune résistance. Les Écossais, témoins de cette
immobilité, soupçonnent quelque ruse, ils ne tardent pas à
s'apercevoir que les Anglais se sont mis à l'abri d'une surprise. Ils
se postent alors sur une petite montagne à côté d'un bois qui sert de
pâturage à leurs chevaux. L'escarpement de cette montagne en
défend l'abord d'un côté, et les Écossais, après avoir fortifié le
seul côté par où elle reste accessible à l'aide de troncs d'arbres
abattus, en font garder l'entrée par leurs maréchaux. P. 333 et 334.

Le roi d'Angleterre envoie un de ses hérauts offrir la bataille au roi
d'Écosse ou, à défaut de bataille, un combat partiel entre un nombre
limité de chevaliers pris dans les deux armées. David Bruce, après
avoir consulté son conseil, refuse d'accepter cette proposition. P.
334.

Un détachement, composé de cinq cents hommes d'armes au centre avec
cinq cents archers sur chaque aile, va par l'ordre d'Édouard III
escarmoucher les Écossais, qui sont chauds et bouillants, pour les
exciter et les décider à accepter la bataille. Les seigneurs de
Willoughby, de Bradeston, de la Ware, Édouard Spenser, fils du favori
d'Édouard II, le seigneur de Greystock, Gautier de Mauny et Guillaume
de Montagu, les deux frères d'armes, sont faits chevaliers à cette
occasion de la main du roi d'Angleterre; mais l'escarmouche reste sans
résultat, et l'on ne réussit pas à entraîner l'ennemi hors de ses
positions. P. 335.

Les Écossais veulent prendre leur revanche en réveillant vers minuit
les Anglais, ils sont repoussés à leur tour. Ils voient bien qu'ils ne
sont pas de force à engager la lutte contre un ennemi très-supérieur
en nombre, ils aiment mieux perdre Berwick que de tenter l'aventure,
et ils effectuent leur retraite pendant la nuit. Le lendemain matin,
les Anglais s'aperçoivent que les Écossais ont décampé. Depuis la
veille, la trêve accordée aux habitants de Berwick est expirée.
Édouard III envoie quatre chevaliers sommer les assiégés de tenir leur
parole. Les clefs de Berwick sont apportées au roi d'Angleterre, qui
fait son entrée dans la ville et le château le 7 juillet 1333. P. 336.

_Troisième rédaction._--Vers la Saint Jean-Baptiste [1333], le roi et
la reine d'Angleterre viennent à York chasser aux cerfs, daims et
chevreuils. Le rendez-vous général de l'armée qui doit marcher contre
l'Écosse est fixé pour le 1er août. D'York Édouard III se rend à
Durham, puis à Newcastle où il attend les hommes d'armes des
lointaines marches qui ne l'ont pas encore rejoint. P. 322.

A cette nouvelle, les Écossais s'empressent de mettre leurs villes et
châteaux en état de défense, surtout la cité de Berwick dont la
garnison a pour capitaine Alexandre de Ramsay. David Bruce et la reine
sa femme se tiennent en la marche d'Édimbourg. Les Écossais, qui
ne se sentent pas en force pour soutenir une lutte ouverte contre les
Anglais, se décident à faire une guerre de partisans. P. 322.

Sur ces entrefaites, Robert d'Artois, traqué de tous côtés par le roi
de France, vient implorer l'appui du roi d'Angleterre qui l'accueille
avec bienveillance comme son proche parent. P. 323.

Édouard III, après avoir passé douze jours à Newcastle où il réunit
sous ses ordres six mille hommes d'armes, chevaliers et écuyers, et
cinquante mille archers, passe la Tyne sur le pont de cette ville, et,
prenant la direction, non de Berwick, mais de Roxburgh, il arrive à
Alnwich dans la terre du seigneur de Percy. P. 323.

A Alnwich, un héraut d'Écosse nommé Dundee sollicite et obtient du roi
d'Angleterre des lettres de sauf-conduit pour sept ambassadeurs
envoyés par David Bruce, deux prélats et cinq chevaliers. Ces
ambassadeurs partent de Moreham et viennent trouver le beau-frère de
leur roi à Alnwich. Édouard III leur souhaite la bienvenue dans sa
propre langue qui diffère très-peu de la langue écossaise. P. 323 et
324.

Ces sept ambassadeurs sont les évêques de Saint-Andrews et d'Aberdeen,
le frère de [Jacques] de Douglas qui porta le cœur de Robert Bruce en
Grenade où il mourut, Archibald de Douglas son fils, le comte de
Carrick, Robert de Vescy et Simon Fraser. L'évêque de Saint-Andrews
prie le roi d'Angleterre, au nom des liens d'étroite parenté qui
l'unissent au roi d'Écosse, son beau-frère, de vouloir bien nommer
quatre prélats et autant de barons de son royaume chargés de
s'entendre avec un égal nombre de prélats et de barons écossais pour
renouveler les trêves et conclure une paix durable. P. 324 et 325.

Édouard III consulte son conseil. Renaud de Cobham, père du chevalier
du même nom qui se rendit depuis si fameux par ses prouesses conseille
de n'accorder la paix aux Écossais qu'à deux conditions. La première
est la prestation de l'hommage dû par David Bruce au roi d'Angleterre
pour tout le royaume d'Écosse, excepté certaines îles situées du côté
de l'Irlande et de la Norvége, dites les _Sauvages Escos_, dont le
seigneur a nom Jean des Adultilles[227] et n'est tributaire que du roi
d'Écosse. La seconde condition est la reddition de Berwick et de
tout le pays jusqu'à la mer d'Écosse. P. 325.

  [227] Peut-être Jean des Athol-îles ou Jean d'Athol, suivant une
  conjecture un peu hardie, mais ingénieuse, de Buchon.

Les ambassadeurs écossais, à la demande desquels Renaud de Cobham est
chargé de répondre, déclarent qu'ils ne peuvent prendre sur eux
d'accepter de pareilles conditions. P. 326.

Ils quittent Alnwich et retournent vers le roi d'Écosse auquel ils
transmettent la réponse hautaine et orgueilleuse des Anglais. Ils font
remarquer que le roi d'Angleterre n'a nulle puissance en toutes ces
choses et que c'est le peuple anglais lui-même qui prend fait et cause
pour la revendication d'hommage et le recours à la force; ils ont bien
vu que, quand même Édouard III voudrait renoncer à cette
revendication, ses gens n'y consentiraient pas. La guerre est
inévitable: il ne reste plus qu'à s'y préparer. P. 327.

Le roi d'Angleterre quitte Alnwich à la tête de cent mille chevaux, y
compris les sommiers qui portent les provisions et les bagages. Les
Anglais prennent le chemin de Roxburgh et de Melrose. Melrose est une
abbaye de Saint-Benoît, située sur une petite rivière qui sépare
l'Écosse de l'Angleterre. Ils laissent pour le moment Berwick à leur
droite sans s'y arrêter et passent outre, car ils ne cherchent que la
bataille et ils veulent voir s'ils trouveront à qui parler. Ils
portent le ravage et l'incendie par tout le plat pays d'Écosse. P.
327.

Il y a très-peu de villes fortifiées en Écosse; en revanche, les
châteaux y abondent, quoiqu'ils soient dix fois moins nombreux qu'en
Angleterre. Les Écossais ont pour principe, dans leurs guerres contre
les Anglais, de se tenir en rase campagne. Les seigneurs eux-mêmes ne
s'enferment point dans leurs châteaux; ils disent qu'un chevalier, dès
lors qu'il est ainsi enfermé, cesse de valoir plus que le premier
venu. Les envahisseurs, contre leur attente, ne trouvent pas à
Édimbourg, qui est le Paris de l'Écosse, le roi David Bruce; celui-ci
s'est retiré avec la reine sa femme dans la partie la plus sauvage de
son royaume. Ainsi ont fait les chevaliers et écuyers du pays dont les
meubles, les objets précieux et l'immense bétail ont été mis en sûreté
dans les inaccessibles forêts de Jedburgh[228]. P. 328.

  [228] L'ancien nom de Jedburgh est Jedweorth ou Jedwarth. On voit
  encore sur les bords de la Jed, rivière qui a donné son nom à
  Jedburgh, des grottes à trois compartiments qu'on suppose avoir
  servi de refuge aux habitants du pays durant les invasions des
  Anglais.

Édouard III fait son entrée dans Édimbourg, ville grande, plantureuse
et dépourvue de fortifications. Il va se loger à l'abbaye de
Sainte-Croix. Prise du château d'Édimbourg après quinze jours de
siége. Prise de Dalkeith, château des Douglas, situé à cinq petites
lieues d'Édimbourg. Les Anglais ravagent et brûlent toute l'Écosse
jusqu'à Saint-Johnston (Perth.) P. 328.

Le roi d'Angleterre occupe une belle petite ville qu'on appelle
Dunfermline. Il y a dans cette ville une abbaye de moines noirs
(bénédictins) qui est très-grande et belle; cette abbaye contient les
sépultures de la plupart des rois d'Écosse. Les Anglais mettent le feu
à la ville, mais Édouard III leur défend de toucher à l'abbaye où il
est logé. Le roi, voyant que la mauvaise saison s'approche, se dispose
à retourner en Angleterre; il suit un autre chemin que celui par
lequel il est venu en Écosse. Il côtoie le rivage de la mer, car il
veut aller mettre le siége devant Berwick. C'est en vain que sur la
route il essaye de prendre Dunbar; cette ville maritime résiste
pendant cinq jours à tous les assauts des Anglais. P. 329.

Édouard III assiége Berwick dont la garnison a pour capitaine
Alexandre de Ramsay. Les Anglais posent leur camp le long de la Tweed,
rivière qui se jette dans la mer sous Berwick; il s'y trouve un port
par où ils reçoivent des approvisionnements. Le pays des environs est
fertile et bien pourvu de toute sorte de grains et de fourrages; et
l'on y trouve du gibier et des volailles en abondance. Le roi
d'Angleterre s'y livre au plaisir de la chasse avec ses chiens et ses
oiseaux; et pendant qu'il prend ainsi ses ébats, le comte de
Northampton, connétable d'Angleterre, surveille l'ennemi à la tête de
cinq cents lances et de mille archers. P. 337.

Certes, ce n'est pas du temps de Robert Bruce ni de [Jacques]
de Douglas mort en Grenade, ni de Jean de Murray, que le roi
d'Angleterre eût ainsi osé prendre ses ébats en Ecosse avec ses chiens
et ses oiseaux. Mais les Écossais commencent à redouter Édouard III et
disent qu'il a la mine et les allures d'un brave. Les Anglais excitent
et entretiennent la bravoure de leur roi, et ils font bien, car qui
veut tenir terre et régir peuple doit être de hardies et grandes
emprises. Les Écossais conviennent entr'eux que le roi d'Angleterre,
beau-frère de David Bruce, est tenu de faire en toutes choses les
volontés du peuple anglais, sous peine d'avoir le sort de son père
Édouard II, P. 337 et 338.

Cette opinion des Écossais est partagée par tous ceux qui connaissent
le caractère des Anglais, car il n'y a pas sous le soleil de peuple
plus difficile à gouverner et plus révolutionnaire: ils sont de bonne
compagnie et ils ont de beaux dehors; mais il ne faut pas trop s'y
fier, si l'on est sage. P. 338.

Alexandre de Ramsay, capitaine de Berwick, craignant de se voir
bientôt contraint de livrer cette ville aux Anglais, sollicite et
obtient des assiégeants une trêve de quinze jours; il promet de se
rendre s'il ne reçoit pas de secours dans cet intervalle. En même
temps, il fait demander des renforts à David Bruce par deux chevaliers
qu'il expédie à Aberdeen où se tient alors le roi d'Écosse. David
Bruce répond qu'il est dans l'impossibilité de secourir Berwick. Ce
que voyant, Alexandre de Ramsay prend le parti de se rendre. Édouard
III fait son entrée en grande pompe dans la ville et le château de
Berwick et il y tient sa cour en compagnie de la reine Philippe alors
enceinte. Il établit garnison dans le château dont il confie la garde
au seigneur de Percy. Puis il revient à Newcastle dont il fait le
seigneur de Nevill capitaine, et il va passer deux jours au château de
Brancepeth qui appartient au seigneur de Percy[229]. Robert d'Artois
accompagne partout le roi et la reine d'Angleterre qui, après s'être
arrêtés trois jours à Durham, arrivent à York où ils restent jusqu'à
la Pâque de l'année suivante [1334]. P. 338 à 341.

  [229] Il y a lieu de croire que Froissart ajoute ici une
  confusion de nom aux autres erreurs dont ce récit abonde:
  Brancepeth, près de Durham, semble avoir toujours appartenu aux
  Nevill, non aux Percy.



CHAPITRE XV.

  GUERRE D'ÉCOSSE; CAMPAGNES DE 1334 A 1336: SIÉGE ET PRISE DE
    ROXBURGH, DE DALKEITH ET DE STIRLING. (§ 53.)


_Première rédaction._--Guillaume de Montagu et Gautier de Mauny,
chargés de garder la frontière d'Angleterre du côté de l'Écosse, se
couvrent de gloire. Guillaume de Montagu fait de Roxburgh, qui n'était
auparavant qu'une bastille, une forteresse de premier ordre. Édouard
III le crée comte de Salisbury en récompense de ses services et lui
procure le mariage le plus brillant. Gautier de Mauny, de son
côté, est fait chevalier et devient un des conseillers intimes du roi
d'Angleterre. Ces deux chevaliers sont en butte aux incursions
continuelles des ennemis réfugiés dans les forêts marécageuses de la
sauvage Écosse, et Guillaume de Montagu perd un œil dans une de ces
escarmouches. P. 112 et 113.

1306. C'est aussi dans ces marais et ces forêts que Robert Bruce, père
de David, avait jadis cherché un refuge lorsqu'il avait été contraint
de fuir devant les armes victorieuses d'Édouard I; et c'est de là
qu'il s'était élancé pour reconquérir par cinq fois son royaume. P.
113 et 114.

1307. Édouard I, à la nouvelle de l'un de ces retours offensifs,
s'était mis en marche pour combattre le roi d'Écosse; mais il avait
été surpris par la mort à Berwick. Avant de mourir, il fit appeler en
présence de toute sa cour son fils aîné qui lui succéda sous le nom
d'Édouard II et lui fit jurer sur des reliques que, sitôt qu'il serait
mort, on mettrait son corps à bouillir dans une chaudière jusqu'à ce
qu'il ne restât que les os; et, toutes les fois que son fils irait en
guerre contre les Écossais, il devrait emporter ces os: tant qu'il les
aurait avec lui, il battrait toujours ses ennemis. Édouard II ne tint
pas la promesse qu'il avait faite à son père: aussi fut-il défait à
Stirling et dans une foule d'autres rencontres. P. 114.

_Seconde rédaction._--Après la prise de Berwick, Édouard III va mettre
le siége devant le château de Roxburgh, situé à douze lieues de là aux
confins de l'Angleterre et de l'Écosse; la garnison de ce château a
pour capitaine un écuyer écossais nommé Alexandre de Ramsay. P. 341.

Pendant ce temps, l'armée écossaise, qui s'est retirée devant l'armée
anglaise, prend position sur une petite rivière appelée dans le pays
_la Boée_[230]. Là, on décide que le jeune roi d'Écosse se mettra en
sûreté dans Dumbarton, un très-fort château de la sauvage Écosse,
tandis que Guillaume de Douglas, les comtes de Murray et de
Sutherland, Robert de Vescy et Simon Fraser mettront à profit les
retraites impénétrables des forêts de Jedburgh pour faire aux Anglais
une guerre de partisans. Les Écossais se contentent de mettre des
garnisons à Édimbourg, à Saint-Johnston (Perth), à Aberdeen, à Dundee,
à Dalkeith, à Saint-Andrews; et, après avoir ravagé eux-mêmes le plat
pays pour n'y rien laisser à prendre aux envahisseurs, ils se retirent
dans les profondeurs inaccessibles de leurs forêts. P. 342.

  [230] Peut-être, puisque Froissart avertit qu'il donne le nom
  local, la _White_ ou la _Blanche_, aujourd'hui _Whiteadder_,
  petite rivière située au N. O. de Berwick, qui, après avoir fait
  sa jonction avec la _Blackadder_, vient se jeter dans la Tweed.
  Froissart a dû écrire le nom de cette rivière, tel qu'il l'a
  entendu prononcer par les habitants du pays: _Voee_ ou Boée,
  _Vethe_ ou Bethe.

Le siége du château de Roxburgh est signalé par un combat singulier
entre Alexandre de Ramsay, capitaine du dit château et Guillaume de
Montagu, gentilhomme anglais fait nouvellement chevalier. Cet exploit
d'armes n'est point consigné dans les Chroniques de Jean le Bel, mais
il fut raconté à Froissart par les seigneurs du pays pendant son
voyage en Écosse. Guillaume de Montagu propose ce combat singulier,
et, pour être plus sûr de le faire agréer, il promet de se racheter au
prix de mille nobles si Alexandre de Ramsay est vainqueur. Le
capitaine de Roxburgh accepte la proposition. P. 343.

Le roi d'Angleterre accorde à cette occasion une trêve à la garnison
de Roxburgh pendant tout le jour que le combat doit avoir lieu et le
lendemain jusqu'à soleil levant. Ce combat singulier se livre en
plaine, à peu de distance du château, en présence d'Édouard III et des
gens d'armes tant anglais qu'écossais. Les deux champions, montés sur
leurs chevaux, après avoir rompu d'abord leurs glaives, puis leurs
épées, en échangeant des coups, finissent par se prendre à bras le
corps, sans parvenir à se désarçonner l'un l'autre. Ce que voyant, le
roi d'Angleterre fait cesser le combat. P. 344.

La garnison de Roxburgh se rend, après avoir soutenu un siége qui dure
depuis l'entrée d'août jusqu'à la Toussaint. Les gens d'armes qui
composent cette garnison, libres d'aller où bon leur semble, se
retirent, les uns à Dumbarton, les autres dans les forêts de Jedburgh
avec Guillaume de Douglas, le comte de Murray et autres chevaliers
d'Écosse qui réveillent et harcèlent les Anglais. P. 345.

Après avoir passé huit jours à Roxburgh et y avoir fêté la Toussaint,
Édouard III chevauche vers Édimbourg, très-beau château et fort situé
près de la mer au sommet d'un rocher d'où l'on découvre tout le pays
environnant. Les maréchaux de l'armée anglaise font des incursions par
tout le comté de March et le long du rivage de la mer, au sud, jusqu'à
Dunbar et Ramsay, au nord, jusqu'à Saint-Andrews; ils pillent et
brûlent la ville de Queensferry sur le détroit de ce nom et ils
viennent attaquer Dunfermline. Le comte de Suffolk, Édouard Spenser,
Thomas Biset et Eudes de Pontchardon sont blessés au siége de cette
ville qui, grâce au seigneur de Lindsay, résiste à tous les assauts
des Anglais. Les maréchaux, ainsi repoussés de Dunfermline, vont
rejoindre Édouard III qui a mis le siége devant Dalkeith, un château
des Douglas, situé à cinq lieues d'Édimbourg. P. 345 et 346.

Ce château de Dalkeith n'est pas très-grand, mais il est bien aménagé
et il a une grosse tour carrée et voûtée à l'épreuve des machines; il
est bâti sur un petit rocher à pic entouré d'une rivière [Esk] qui ne
devient un peu forte que quand il tombe des pluies en abondance. La
garnison de Dalkeith se compose de trente-six compagnons dont le
capitaine, nommé Patrick d'Orkney, s'arme d'argent à trois clefs de
sable. P. 346.

Le siége de Dalkeith dure tout l'hiver. Au printemps, une ruse de
guerre livre ce château aux Anglais. Les comtes de Lancastre, de
Pembroke, de Hereford, de Warwick, les seigneurs de Percy, de
Greystock, de Nevill et de Felton s'avisent de faire endosser leurs
armures à huit de leurs valets et de les envoyer à l'assaut; et
pendant que les assiégés, qui ont fait une sortie, sont occupés à
repousser ces valets, les chevaliers anglais, auteurs du stratagème,
pénètrent dans le château par le pont-levis qui reste abaissé et se
rendent ainsi maîtres de Dalkeith. P. 346 et 347.

Après la prise de Dalkeith, Édouard III attaque le château
d'Édimbourg. Il se loge dans une abbaye de moines noirs (bénédictins)
voisine de la ville et à laquelle les Écossais ont mis le feu, afin
que l'ennemi ne puisse s'en servir. Édimbourg résiste aux efforts et
aux machines des assiégeants, mais le pays des environs a été
tellement dévasté, soit par les habitants, soit par les envahisseurs,
que les Anglais sont réduits à faire venir leurs vivres d'Angleterre,
par mer. P. 348.

Le roi d'Angleterre va mettre alors le siége devant Stirling. Stirling
est un beau et fort château assis au sommet d'un rocher escarpé de
tous côtés sauf un seul, à vingt lieues d'Édimbourg, à douze de
Dunfermline, à trente de Saint-Johnston (Perth). Cette forteresse
était appelée _Smandon_ au temps du roi Arthur; et c'est là que se
réunissaient les chevaliers de la Table-Ronde, ainsi qu'il fut dit à
Froissart sur les lieux mêmes, lorsqu'il alla passer trois jours au
château de Stirling en compagnie du roi David d'Écosse. A
l'époque de ce voyage, le château de Stirling appartenait à Robert de
Vescy qui avait aidé à le reprendre aux Anglais. P. 348 et 349.

Le siége de Stirling est poussé avec vigueur malgré les conseils de
Robert d'Artois qui ne cesse de dire à Édouard III: «Laissez ce pauvre
pays; que le feu d'enfer le brûle, et ne songez qu'à revendiquer le
trône de France, votre légitime héritage!» Pendant ce temps, la reine
Philippe, qui réside à York, met au monde un fils qui reçoit le nom
d'Édouard comme son père et son parrain Édouard Baillol. C'est ce fils
qui devint depuis si fameux sous le titre de prince de Galles[231],
mais il mourut du vivant de son père, comme on le verra ci-après. P.
349.

  [231] Quoique la rectification des erreurs historiques de
  Froissart doive faire l'objet d'une publication spéciale, la
  méprise commise ici est tellement grossière qu'il est impossible
  de ne la pas relever. Notre chroniqueur paraît avoir confondu
  dans ce passage la naissance d'Édouard, depuis prince de Galles,
  qui eut lieu le 16 juin 1330, avec celle de Guillaume, que la
  reine Philippe mit au monde à Hatfield en 1336, pendant la guerre
  d'Écosse.

La garnison de Stirling demande et obtient une trêve de quinze jours
pendant lesquels elle attend en vain des renforts; elle rend le
château à l'expiration de cette trêve. P. 349 et 350.

Après la reddition de Stirling, Robert d'Artois exhorte plus que
jamais le roi d'Angleterre à revendiquer le trône de France. Les
comtes de Lancastre, de March, de Suffolk, de Hereford, de Warwick et
le seigneur de Percy conseillent à Édouard III de se rendre à Londres
et de soumettre la question, soulevée par Robert d'Artois, aux
délibérations du parlement. Avant de quitter l'Écosse, le roi
d'Angleterre met de bonnes garnisons à Berwick, à Dalkeith, à
Roxburgh, à Dundee, à _Astrebourch_, à _la bastide de March_, _au fort
Saint-Pierre_, à Édimbourg et à Stirling; en même temps, il place tout
le pays conquis sous le commandement et sous la garde de Guillaume de
Montagu et de Gautier de Mauny. Après quoi, il congédie ses barons à
Roxburgh, en leur assignant rendez-vous à un parlement qui doit se
réunir prochainement à Londres. Puis il va rejoindre la reine sa femme
à York, en passant par Arcot, Percy (Alnwich), Newcastle-on-Tyne et
Durham. De retour à Londres, il fait célébrer aux Augustins de cette
ville un office solennel pour l'âme de Jean d'Eltham son frère,
récemment mort, et il tient sa cour tantôt à Westminster, tantôt
à Sheen, tantôt à Eltham. P. 350 et 351.

Les Écossais profitent du départ d'Édouard III pour faire aux gens
d'armes anglais qu'il a laissés dans le pays conquis une guerre de
partisans. Les chevaliers des deux royaumes se livrent des
escarmouches dont l'honneur revient principalement, du côté des
Écossais, à Guillaume de Douglas, à Robert de Vescy, au comte de
Murray, à Simon Fraser, et, du côté des Anglais, à Gautier de Mauny et
à Guillaume de Montagu. Ce dernier devint dans la suite comte de
Salisbury par son mariage avec Alix, héritière de ce comté, qui dans
sa jeunesse avait fait partie de la maison de Philippe, reine
d'Angleterre. P. 351 et 352.



CHAPITRE XVI.

  1336. VOYAGE DE PHILIPPE DE VALOIS A AVIGNON ET PRÉPARATIFS D'UNE
    CROISADE PROJETÉE PAR CE PRINCE (§§ 54 et 55).


1336. Éclat de la cour de Philippe de Valois. C'est un roi magnifique
en toute chose, et qui sait bien ce que c'est que bachelerie, car il a
été bachelier et homme d'armes à gages dans sa jeunesse, en Lombardie,
du vivant du comte de Valois son père. Il tient sa cour tantôt à
Paris, tantôt au bois de Vincennes. Noms des principaux grands
seigneurs qui fréquentent cette cour. P. 353.

Philippe de Valois, voyant ses chevaliers impatients de l'inaction où
la paix les condamne, entreprend d'occuper leur activité en les menant
à la croisade délivrer la Terre Sainte; il part pour Avignon en
compagnie des rois de Bohême et de Navarre, afin de prier le pape
Benoît XII de prêter son appui à cette croisade et de la publier par
toute la chrétienté. Arrivé à Lyon après avoir traversé la Bourgogne,
il s'embarque sur le Rhône pour voyager plus commodément, tandis que
ses gens continuent leur route par terre, et il vient se loger avec sa
suite à Villeneuve-lès-Avignon. Il est reçu avec joie par le pape et
par le roi Pierre d'Aragon[232]. Benoît XII donne plusieurs fois à
dîner à Philippe de Valois et aux autres rois dans son palais qui
n'était pas alors si beau ni si considérable qu'il est maintenant. P.
114, 115, 353, 354.

  [232] Au lieu du roi d'Aragon, le manuscrit de Rome nomme le roi
  Robert de Naples, comte de Provence, qui serait venu exprès de
  Sicile et de Pouille pour se rencontrer avec le roi de France; et
  un autre manuscrit ajoute le roi de Majorque.

Le pape prêche la croisade et accorde une indulgence plénière à tous
ceux qui en feront partie. Les rois présents, plusieurs cardinaux et
plus de deux cents grands seigneurs prennent la croix. P. 114, 115,
354.

Philippe de Valois retourne à Paris en passant par Montpellier, par
l'Auvergne, le Berry, la Beauce et le Gâtinais. Le royaume de France
était alors florissant, populeux et plantureux, ses habitants étaient
riches et pourvus de grands biens, et l'on n'entendait parler de nulle
guerre. P. 116 et 117.

Philippe de Valois fait pour la croisade les plus grands et les plus
beaux préparatifs que l'on eût vus depuis le temps de Godefroi de
Bouillon. On rassemble à Marseille, à Aigues-Mortes, à Lattes et
dans les ports qui avoisinent Montpellier et Narbonne, des
approvisionnements de toute sorte en biscuit, en vins, en eau douce,
en salaisons, avec un nombre suffisant de vaisseaux, d'huissiers, de
caraques, de galées, de barques, pour transporter trente mille ou même
soixante mille hommes. Le comte de Narbonne et Charles Grimaldi[233]
de Gênes sont préposés à cette flotte de transport. P. 117, 354 et
355.

  [233] En novembre 1339, Philippe de Valois fit don à son amé et
  féal conseiller Charles Grimaldi, chevalier, de 1000 livres
  tournois de rente annuelle et perpétuelle sur la claverie
  (douane) d'Aigues-Mortes. (Arch. de l'Empire, JJ 74, p. 70, f{o}
  41.)

Le roi de Hongrie, le vaillant Hugues IV de Lusignan, roi de Chypre,
Robert, roi de Naples informent Philippe de Valois qu'ils sont
disposés à livrer passage aux pèlerins de Dieu à travers leurs États.
Le grand prieur de France, à qui les Templiers obéissent, est chargé
de préparer des vivres et des approvisionnements dans l'île de Rhodes.
Les Génois et les habitants de la rivière de Gênes fournissent
quantité de galées et de barques toutes prêtes à prendre la mer. Les
Vénitiens garnissent l'île de Crète, une de leurs possessions, de
concert avec les chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem. Bref, plus de
trois cent mille personnes prennent la croix; mais les Sarrasins ne
s'en porteront pas plus mal, car le roi de France ne donne pas suite à
son projet. P. 118 et 357.

A la demande de Philippe de Valois, Louis V de Bavière, mari de
Marguerite de Hainaut et empereur de Rome malgré les Romains, accorde
aux croisés le voyage sur son territoire jusqu'en Hongrie, en
promettant de les fournir de vivres pendant ce voyage.

1328. Froissart raconte à ce propos l'expédition de Louis de Bavière
en Italie et son couronnement à Rome, mais il place à tort ces
événements sous le pontificat de Benoît XII, tandis qu'ils eurent lieu
sous celui de Jean XXII. Louis de Bavière, que ce dernier pape refuse
de reconnaître, traverse la Lombardie à la tête d'une puissante armée
et vient à Milan dont il donne le gouvernement à l'archevêque
moyennant un tribut annuel; puis il se rend à Rome où il fait avec la
connivence des Romains douze cardinaux et un pape qui le couronne
empereur. Au moment où il vient de quitter Rome, les Allemands qui
servent sous ses ordres, et auxquels il n'a point donné de solde,
restent un peu en arrière et se payent eux-mêmes en livrant au pillage
la ville éternelle. Quand ils se sont gorgés de dépouilles, d'or,
d'argent et de joyaux, ils vont rejoindre Louis de Bavière qui les
attend à Viterbe. Après un tel guet-apens, l'amour des Romains pour
l'Empereur fait place à la haine; et le pape et les cardinaux créés
par Louis se soumettent au pape d'Avignon. P. 355 et 356.



CHAPITRE XVII.

  1337. ÉDOUARD III ENVOIE DES AMBASSADEURS SUR LE CONTINENT
    CHARGÉS DE NÉGOCIER UNE ALLIANCE CONTRE LA FRANCE AVEC LE COMTE
    DE HAINAUT, LE DUC DE BRABANT ET LES SEIGNEURS DES MARCHES
    D'ALLEMAGNE (§§ 56 à 58).


_Première rédaction._--Robert d'Artois redouble d'efforts pour décider
Édouard III à revendiquer le trône de France. Le roi d'Angleterre
prendrait volontiers ce parti, mais il est retenu par la crainte
d'encourir le blâme en faisant valoir ses prétentions, sans être prêt
à les appuyer par la force des armes; or il ne s'estime pas assez fort
pour engager seul la lutte contre le grand royaume de France: il
éprouve le besoin de s'assurer auparavant, à prix d'or, l'alliance de
seigneurs puissants en l'Empire et ailleurs. Il consulte son
conseil sans le concours duquel il ne veut rien entreprendre. P. 119.

L'opinion du conseil est qu'on envoie des ambassadeurs sur le
continent demander l'avis du comte de Hainaut et de Jean de Hainaut
son frère, qui doivent inspirer pleine confiance et sont plus en
mesure que tous autres d'indiquer les seigneurs dont il convient de
rechercher l'alliance. P. 120.

Édouard III charge de cette mission l'évêque de Lincoln et lui adjoint
deux chevaliers bannerets et deux clercs en droit. Les envoyés anglais
débarquent à Dunkerque, traversent la Flandre et arrivent à
Valenciennes où ils sont comblés de fêtes et d'honneurs par Guillaume,
comte de Hainaut, et par Jean son frère. Le comte de Hainaut souffre
tellement de la goutte et de la gravelle qu'il garde le lit sans
pouvoir faire aucun mouvement. Les ambassadeurs anglais exposent
l'objet de leur mission. P. 120 et 121.

Après avoir donné des éloges à la prudence du roi d'Angleterre, le
comte de Hainaut déclare qu'il a plus à cœur le succès d'Édouard III,
son gendre, que celui de Philippe de Valois, son beau-frère. Ce
dernier a mis obstacle au mariage de l'une des filles du comte, nommée
Isabelle, avec le jeune duc de Brabant à qui il a fait épouser sa
propre fille[234]. Guillaume de Hainaut ajoute que son gendre peut
compter entièrement sur son aide ainsi que sur celle de Jean son
frère, mais Hainaut est un bien petit pays en comparaison du royaume
de France, et l'Angleterre est bien loin pour défendre un allié.
L'évêque de Lincoln prie alors Guillaume de Hainaut d'indiquer les
seigneurs dont il convient de rechercher l'alliance. Le comte nomme le
duc de Brabant, l'évêque de Liége, le duc de Gueldre, l'archevêque de
Cologne, le marquis de Juliers, Arnoul de Blankenheim et le seigneur
de Fauquemont. Ce sont seigneurs très-belliqueux, qui peuvent bien
mettre sur pied huit on dix mille armures de fer, pourvu qu'on les
paye à proportion, car ils vendent volontiers leurs services. Si
jamais le roi d'Angleterre parvient à acheter l'alliance de ces
seigneurs, il pourra bien aller au delà de l'Oise offrir la bataille à
Philippe de Valois. P. 121 à 123.

  [234] Marie, fille de Philippe de Valois et de Jeanne de
  Bourgogne, mariée à Jean de Brabant, duc de Limbourg.

Les ambassadeurs anglais retournent dans leur pays et reviennent
à Londres où ils rapportent à leur souverain les conseils du comte de
Hainaut et de Jean de Hainaut. Édouard III reçoit ces conseils avec
déférence et se promet bien d'en faire son profit. P. 123.

Pendant ce temps, on apprend en France que le roi anglais se dispose à
réclamer ses droits à la couronne. A cette nouvelle, Philippe de
Valois suspend les préparatifs de la croisade qu'il a entreprise; il
contremande les officiers et les approvisionnements jusqu'à ce qu'il
sache sur quel pied le roi d'Angleterre veut danser[235]. P. 123.

  [235] Les hostilités sourdes commencèrent entre le roi de France
  et le roi d'Angleterre dès le mois de juin 1337. (V. de Camps,
  portef. 83, f{o} 190.) Par un mandement en date du 24 août 1337,
  Philippe de Valois enjoint à Gérard de Picquigny, à Bernard de
  Moreuil et à Renaud d'Aubigny de convoquer les gens d'armes de
  l'Amiénois dans la quinzaine de la Nativité pour repousser les
  ennemis qui inquiètent les frontières sans avoir déclaré la
  guerre (de Camps, portef. 83, f{o} 156). Par acte donné à Gisors
  le 7 mai 1337, Philippe de Valois décide que tous les bourgeois,
  marchands ou non marchands domiciliés en la ville et les
  faubourgs de Paris, «nous feront en ceste présente année, en
  nostre host que nous entendons à avoir à l'ayde de Dieu, ayde de
  quatre cens hommes de cheval par l'espace de six mois, se nous
  alons ou dit host en nostre propre personne, ou par l'espace de
  quatre mois, se nous n'y alons et la guerre estoit,» laquelle
  aide cesserait «se il avenoit par aventure que il convenist que
  le commun des gens de la dicte ville alast ou dit host par
  manière de arrère ban ou autrement.» Arch. de l'Empire, JJ 70, p.
  371, f{o} 179.

Édouard III, de son côté, renvoie à Valenciennes l'évêque de Lincoln
en compagnie de dix chevaliers bannerets et de quarante chevaliers
jeunes bacheliers pour traiter avec les seigneurs de l'Empire indiqués
par le comte de Hainaut et pour faire tout ce que Guillaume et Jean de
Hainaut conseilleront. Plusieurs des bacheliers, qui font partie de
cette ambassade, ont un œil recouvert d'un morceau d'étoffe, ce qui
les empêche de voir de cet œil. On dit qu'ils ont juré aux dames de
leur pays qu'ils ne verront jamais que d'un œil, tant qu'ils n'auront
pas accompli en France certaines prouesses dont ils refusent de
s'ouvrir à ceux qui les interrogent. P. 124.

Ces ambassadeurs vont d'abord, d'après le conseil du comte de Hainaut,
trouver le duc de Brabant. Celui-ci promet de soutenir dans son pays
le roi ainsi que les gens d'armes d'Angleterre et de leur livrer
passage; il promet même, moyennant une certaine somme de florins, que
si Édouard III, son cousin germain, a soin de défier en bonne
forme le roi de France et parvient à acquérir l'alliance des seigneurs
d'Allemagne ci-dessus nommés, il défiera lui aussi Philippe de Valois
et marchera sous la bannière d'Angleterre à la tête de mille armures
de fer. Cette promesse fut bien mal tenue, comme on le verra ci-après.
P. 125.

Les envoyés anglais reviennent à Valenciennes où l'or et l'argent du
roi d'Angleterre attirent le duc de Gueldre, beau-frère d'Édouard III,
le marquis de Juliers, qui vient tant en son nom qu'au nom de son
frère Valerand, archevêque de Cologne, enfin le seigneur de
Fauquemont. Ces seigneurs, gagnés par l'appât de grosses sommes de
florins promises à eux et à leurs gens, s'engagent à se joindre au roi
d'Angleterre pour défier le roi de France et à servir leur allié à la
tête d'un certain nombre de gens d'armes à heaumes couronnés. On
parlait alors de heaumes couronnés; et les seigneurs ne tenaient nul
compte des gens d'armes, s'ils n'étaient à heaumes et à timbres
couronnés. Aujourd'hui, on a changé tout cela; et l'on ne parle que de
lances, de glaives et de jacques. P. 125 et 126.

Les envoyés anglais essayent de gagner Adolphe [de la Marck], évêque
de Liége, mais toutes leurs démarches restent infructueuses. Cet
évêque ne veut rien entendre ni rien entreprendre contre le roi de
France dont il est devenu l'homme lige et à qui il a prêté serment de
foi et hommage. Aucune tentative n'est faite auprès du roi de Bohême
que le mariage de Bonne, sa fille, avec Jean, duc de Normandie,
attache par un lien si étroit au parti du roi de France. P. 126.

_Seconde rédaction._--Édouard III réunit à Londres un grand parlement;
Robert d'Artois y expose les droits du roi d'Angleterre à la Couronne
de France. P. 359.

L'opinion du parlement est qu'avant de prendre une résolution
définitive il importe de sonder les dispositions et de savoir l'avis
du comte de Hainaut, de Jean de Hainaut, du duc de Brabant et du comte
de Gueldre. En conséquence, Édouard III députe vers ces princes les
seigneurs de Beauchamp, de Percy, de Stafford et de Cobham. P. 360 et
361.

Arrivés à l'Écluse en Flandre, les envoyés du roi d'Angleterre se
dirigent d'abord vers le Hainaut et viennent à Valenciennes où ils se
logent sur le marché, chacun dans un hôtel différent. Ils se rendent
ensuite à la Salle, résidence du comte de Hainaut auquel ils
soumettent l'objet de leur mission. P. 361 et 362.

Le comte de Hainaut promet son alliance aux ambassadeurs d'Angleterre
et leur conseille d'acquérir à tout prix celle du duc de Brabant, du
comte de Gueldre, du pays de Flandre et de Louis de Bavière, empereur
d'Allemagne. P. 367.

C'est que les messagers d'Édouard III arrivent dans un moment où le
comte de Hainaut a plusieurs raisons d'être fort mal disposé envers le
roi de France. D'abord, celui-ci a empêché le mariage d'Isabelle,
fille du comte, avec le fils aîné du duc de Brabant auquel il a fait
épouser sa propre fille. Puis, ayant appris que Guillaume de Hainaut
vient d'acheter le château de Crèvecœur sur la frontière du Cambrésis
et du Hainaut ainsi que le château d'Arleux en Palluel aux confins du
pays de Douai et de l'Ostrevant, Philippe de Valois a fait rompre le
marché et au moyen d'une surenchère a acheté pour son propre compte
ces deux châteaux qu'il a donnés au duc de Normandie, son fils[236].
Depuis lors, le comte de Hainaut ne cherche qu'une occasion de se
venger de ces mauvais procédés. P. 365 et 366.

  [236] Un échange fut fait à Paris, en août 1337 «_pour le profit
  de Jehan de France, duc de Normandie_, du chastel et de la
  chastellenie de Chauny-sur-Oise appartenant au roy de France
  contre _les chastiaus de Crievecuer et de Alleus et la
  chastellenie de Cambrai avecques leurs appartenances_ appartenant
  à nostre chère et feale cousine Beatrix de Saint-Pol, dame de
  Neele.» (Arch. de l'Empire JJ 70, p. 322, f{o} 146.) Béatrix de
  Saint-Pol était mariée à Jean de Nesles, sire d'Offémont.

Après avoir passé six jours à Valenciennes, les envoyés anglais vont à
Leeuw trouver le duc de Brabant, cousin germain d'Édouard III, qui se
reconnaît tenu par les obligations de la parenté de faire tout ce que
voudra le roi d'Angleterre. A la suite d'un voyage dans le comté de
Gueldre, les ambassadeurs d'Angleterre obtiennent le même engagement
du souverain de ce comté. Ils retournent alors auprès d'Édouard III
auquel ils rendent compte du résultat de leur mission. P. 368.

Sur ces entrefaites, Philippe de Valois est informé des prétentions et
des menées du roi d'Angleterre. Il s'en préoccupe assez peu, car il
n'estimait guère alors les Anglais et leur puissance. Toutefois, il
renonce à ses projets de croisade; et après dispense et même sur
l'ordre exprès du saint-père, les préparatifs faits à Marseille, à
Aigues-Mortes, à Narbonne, et à Lattes reçoivent une autre
destination. P. 368.

Le roi d'Angleterre, d'après l'avis de ses conseillers, dépêche
vers Louis de Bavière, empereur d'Allemagne, l'évêque de Lincoln,
Richard de Stafford, les seigneurs de la Ware et de Multon. Ces
envoyés s'embarquent au havre de la Tamise à Londres, débarquent à
Dordrecht en Hollande, où ils se reposent deux jours, et se rendent à
Coblenz auprès de l'empereur et de Marguerite de Hainaut, impératrice
d'Allemagne. P. 369 et 370.

Louis de Bavière, qui n'aime pas le roi de France, promet son alliance
aux messagers d'Édouard III et les charge d'inviter leur maître à le
venir voir en Allemagne. Le marquis des Meissen et d'Osterland, le
marquis de Brandebourg, les archevêques de Mayence et de Cologne, font
les mêmes promesses qui sont rapportées au roi d'Angleterre par ses
ambassadeurs. P. 369.

Le comte Louis de Flandre se tient alors à Gand. Le roi de France lui
recommande instamment de se faire aimer des Flamands, ce à quoi le
comte fait ce qu'il peut, et de bien garder les côtes de Flandre à
l'encontre des Anglais. Ce Louis de Flandre est bon et loyal
Français[237]. Il aime beaucoup, et pour de bonnes raisons, le roi
Philippe de Valois qui l'a réintégré les armes à la main dans le comté
de Flandre, après avoir battu les Flamands à Cassel. P. 369.

  [237] Un traité d'alliance offensive et défensive fut conclu en
  l'abbaye du Moncel lez Pont Sainte-Maxence, le 16 août 1337 entre
  Philippe de Valois et Louis, comte de Flandre, de Nevers et de
  Réthel, «considerans la bonne voulenté qu'il (le comte de
  Flandre) a nous servir en nostre presente guerre qui est en
  apparent encontre le roy d'Engleterre, le Bavaire (l'empereur
  Louis de Bavière), leurs complices et leurs adherens.» Arch. de
  l'Empire, JJ 70, p. 337 et p. 207.

Le roi d'Angleterre apprend que le comte de Flandre arme des pirates
et écumeurs de mer qui infestent les côtes de son royaume et
s'emparent des navires isolés qu'ils rencontrent; il fait donner la
chasse à ces écumeurs. De plus, Édouard III défend d'exporter des
laines anglaises en Flandre, afin que les Flamands ne puissent
fabriquer de drap faute de matière première. Cette défense ruine les
Flamands qui vivent de l'industrie du tissage: ils émigrent en
Hainaut, en Artois et en Cambrésis et sont réduits à la mendicité. Le
roi d'Angleterre leur fait savoir qu'il ne leur rendra leur gagne-pain
que s'ils consentent à entrer dans son alliance. Il y a des Flamands
qui sont favorables à cette alliance, car leur pays a plus d'avantages
à en retirer que de celle de la France. Mais le comte de Flandre
s'oppose à toutes les propositions qui sont faites dans l'intérêt
général, en tant qu'elles sont contraires à la Couronne de France. P.
370.

Les deux rois ne se sont encore adressé aucun défi; il n'y a que des
bruits et des soupçons de guerre. Le roi d'Angleterre, comte de
Ponthieu de par sa mère et grand feudataire en Gascogne et en
Normandie, hésite, malgré les excitations de Robert d'Artois, à
renvoyer son hommage et à défier le roi de France. P. 370 et 371.

A l'instigation du roi de Bohême, du duc de Lorraine, des comtes de
Bar et de Namur, de Jeanne de Valois, comtesse de Hainaut, de la
comtesse de Soissons, femme de Jean de Hainaut, de la dame de
Varenne[238] sœur du comte de Bar, mariée en Angleterre au comte de
Pembroke, qui craignent de voir éclater la guerre entre leurs parents
des deux pays, le pape d'Avignon Benoît XII envoie deux cardinaux à
Paris en leur donnant mission de s'entremettre pour le maintien de la
paix entre les rois de France et d'Angleterre. Grâce aux démarches et
sur les pressantes instances de ces légats, il est convenu qu'un
certain nombre d'ambassadeurs, tant d'un pays que de l'autre, se
réuniront à Valenciennes avec pleins pouvoirs de régler, après avoir
pris l'avis du comte de Hainaut, les différends des deux rois. P. 371.

  [238] Jeanne, mariée à Jean de Varenne, comte de Sussex, sœur
  d'Édouard Ier, comte de Bar, mort dans l'île de Chypre à
  Famagouste en 1337.

Les évêques de Lincoln et de Durham se rendent à Valenciennes, de la
part du roi d'Angleterre, en compagnie de dix chevaliers bannerets et
de dix simples chevaliers. Le comte de Hainaut fait Guillaume son fils
chevalier, à la Salle, en présence de ces seigneurs; grandes fêtes et
joutes à cette occasion. Le fils du comte se marie bientôt après à
Jeanne, fille aînée du duc Jean de Brabant. P. 371 et 372.

Cependant, on attend en vain les délégués que Philippe de Valois a
promis d'envoyer à Valenciennes. Le comte de Hainaut, à la prière des
ambassadeurs anglais, charge la comtesse sa femme et Jean de Hainaut
son frère de se rendre auprès du roi de France pour lui rappeler sa
promesse et le prier de la mettre à exécution. Philippe de Valois
déclare à la comtesse de Hainaut sa sœur et au seigneur de
Beaumont qu'après avoir consulté à plusieurs reprises les conseillers
en qui il a le plus de confiance, il est décidé, toute réflexion
faite, à n'envoyer personne à Valenciennes et à ne point entrer en
pourparlers avec les Anglais. En consentant à se faire représenter
dans une conférence où devrait être débattue la question en litige, il
donnerait lieu de supposer qu'il ne considère pas les prétentions de
son adversaire comme dépourvues de fondement. Cette réponse est
transmise aux envoyés du roi d'Angleterre qui prient alors le comte de
Hainaut de mander à Valenciennes, tant en son nom qu'au leur, les
seigneurs de l'Empire dont il importe de se ménager l'alliance. P. 373
et 374.

Les comtes de Gueldre et de Mons, les marquis de Juliers et de
Brandebourg, l'archevêque de Cologne, les seigneurs de Fauquemont, de
Duvenvoorde et de Blankenheim, le seigneur de Cuyk de la part du duc
de Brabant se rendent à l'invitation qui leur est adressée et viennent
à Valenciennes où ils restent trois semaines. Les princes et seigneurs
d'Allemagne expriment le vœu qu'Édouard III passe la mer et débarque
à Anvers, afin qu'ils puissent le voir et s'entendre avec lui. P. 377.

_Troisième rédaction._--Robert d'Artois ne cesse d'exhorter Édouard
III à revendiquer le trône de France. Le roi d'Angleterre a trois
avantages qui doivent assurer le succès de cette revendication.
D'abord, il a de bonnes finances; puis, son peuple est remuant et
belliqueux. Enfin, il trouvera sur le continent des alliés prêts à le
seconder, car les Allemands ne désirent rien tant que d'avoir un
prétexte de guerroyer contre la France, pour abattre le grand orgueil
de ce pays et se partager ses richesses. Bientôt même Robert d'Artois
parvient à déterminer dans ce sens un mouvement de l'opinion
populaire. P. 357 à 359.

Édouard III convoque un parlement solennel au palais de Westminster.
La plus grande salle de ce palais est remplie de prélats, de nobles et
de conseillers des bonnes villes. On fait asseoir les assistants sur
des escabeaux, afin qu'ils puissent voir plus à l'aise le roi qui
siége sur son trône avec les vêtements royaux, la couronne sur la tête
et le sceptre en main. Deux degrés plus bas se tiennent les prélats,
comtes et barons, et encore un degré au-dessous plus de six cents
chevaliers. Sur ce dernier rang siégent aussi les représentants des
cinq ports, des cités et bonnes villes d'Angleterre. Un clerc,
licencié en droit canon et civil, qui sait le latin, le français et
l'anglais, prononce en anglais, pour être mieux compris de tout le
monde, un discours dont la teneur a été concertée à l'avance entre
lui, le roi d'Angleterre et Robert d'Artois. Henri de Lancastre,
chargé de répondre au nom du parlement, conseille d'envoyer des
ambassadeurs sur le continent pour demander l'avis du comte de Hainaut
et de Jean de Hainaut. Le parlement se réunira de nouveau au retour de
ces ambassadeurs et prendra une décision d'après la réponse qu'ils
transmettront. P. 359 et 360.

L'évêque de Lincoln, l'évêque élu d'Oxford, docteur en droit canon et
civil, maître Robert Weston, Renaud de Cobham et Richard de Stafford
sont chargés de cette ambassade. P. 361.

Ces ambassadeurs s'embarquent à Douvres et abordent à Wissant; ils se
rendent de là à Valenciennes, en passant par Alquines, Thérouanne,
Aire, Béthune, Lens et Douai. Arrivés à Valenciennes, ils se logent
dans trois hôtels situés sur le Marché, au Cygne, à la Bourse et à la
Clef. Ils vont à l'hôtel de Hollande rendre visite au comte de
Hainaut, alors alité et très-souffrant de la goutte. L'évêque de
Lincoln expose au comte au nom de ses collègues l'objet de leur
mission. Le comte de Hainaut, après avoir entendu l'évêque de Lincoln,
frappe de la main sur la poignée de son fauteuil, réfléchit un moment
et finit par demander aux envoyés du roi d'Angleterre trois ou quatre
jours pour leur répondre. Ces quatre jours se passent en fêtes, dîners
et réceptions. Le cinquième jour, Guillaume de Hainaut déclare aux
messagers d'Édouard III que le bon droit est du côté de leur maître
pour le succès duquel il fait des vœux, qu'il est prêt à aider son
gendre et à lui prêter main forte en toutes choses, mais qu'avant de
rien entreprendre il convient de s'assurer l'alliance du duc de
Brabant, du comte de Gueldre, du marquis de Juliers et en général des
princes d'Allemagne. Les ambassadeurs anglais, dont on croit que le
voyage à Valenciennes n'a pas d'autre cause que la maladie du comte,
retournent en Angleterre et rapportent à Édouard III la réponse de
Guillaume de Hainaut, son beau-père. P. 364 et 365.

L'année même que cette ambassade vint à Valenciennes, les terres de
Crèvecœur en Cambrésis et d'Arleux en Palluel, sur la rivière de la
Sensée, avaient été mises en vente. Le comte de Hainaut était en
marché pour les acheter et les deniers pour les payer étaient
tout prêts, lorsque Jean, duc de Normandie et dauphin de Viennois,
intervint par ordre du roi son père pour faire casser ce marché et
acheta les dites terres. Le comte de Hainaut gardait de cette affaire
une sourde rancune contre Philippe de Valois, lorsqu'il reçut la
visite des envoyés anglais. Aussi, loin de chercher à les calmer, il
les avait plutôt excités, et quelques-uns voient dans cette attitude
de Guillaume de Hainaut la cause principale de la guerre qui éclata
entre la France et l'Angleterre; mais il y a des événements qui
doivent arriver fatalement et qu'on ne saurait empêcher. P. 366 et
367.

Édouard III envoie sur le continent une seconde ambassade composée des
évêques de Lincoln et de Durham, des comtes de Salisbury, d'Arundel,
de Northampton et de Warwick, de Renaud de Cobham, de Richard de
Stafford et des seigneurs de Felton et de Sulli. Cette ambassade, qui
a pour mission de traiter avec le duc de Brabant et les princes
d'Allemagne, emporte avec elle cent mille florins, car on connaît la
cupidité excessive des Allemands qui ne font rien que pour de
l'argent. Les envoyés anglais, après avoir relâché à Gravesend,
débarquent à Dordrecht et se rendent à Valenciennes. Ils tiennent dans
cette ville si grand état qu'on dirait que l'argent leur tombe des
nues, et ils achètent toutes choses le prix qu'on leur fait. Afin de
prévenir les abus, les échevins de Valenciennes établissent une taxe
et un tarif raisonnable pour la vente de tous les objets, ce dont les
Anglais sont très-reconnaissants. L'évêque de Lincoln est logé aux
Jacobins, et l'évêque de Durham aux frères Mineurs. D'après le conseil
du comte de Hainaut, les messagers d'Édouard III se rendent à Louvain
auprès du duc Jean de Brabant qui leur fait bon accueil, parce qu'ils
viennent de la part du roi d'Angleterre son cousin germain, et aussi
parce qu'il est alors en démêlés avec le roi de France. Le duc
s'engage à recevoir l'armée anglaise dans son pays, et si Édouard III
passe la mer en personne, à le servir à la tête de mille heaumes
couronnés, moyennant une certaine somme de florins pour lui et pour
ses gens. P. 374 à 376.

Gagnés aussi par l'argent d'Angleterre, les seigneurs allemands dessus
nommés[239] et plusieurs chevaliers des bords du Rhin fort grossiers
viennent à Valenciennes; et là, en présence du comte et de Jean de
Hainaut, ils s'engagent à défier le roi de France de concert avec
Édouard III et à servir le roi anglais avec un certain nombre de
heaumes couronnés, car alors il n'était pas encore question de lances
ni de bassinets, on ne parlait que de heaumes. Aucunes démarches ne
sont tentées auprès du roi de Bohême; et celles qui sont faites auprès
de l'évêque de Liége échouent. Le roi de France est informé de ces
menées d'Édouard III, mais il n'en tiendrait nul compte si elles ne le
forçaient à différer sa croisade. Philippe de Valois montre surtout de
l'irritation contre le comte de Hainaut et il dit: «Mon frère de
Hainaut est en marché pour faire mettre son pays à feu et à sang!» P.
377.

  [239] Voyez plus haut, p. CXC.



CHAPITRE XVIII.

  1337 à 1339. GUERRE EN GASCOGNE ENTRE LES FRANÇAIS ET LES
    ANGLAIS. SIÉGE ET PRISE DE SAINT-MACAIRE, DE CIVRAC ET DE BLAYE
    PAR LES ANGLAIS. (Fin du § 58.)


_Seconde rédaction._--A une cour plénière tenue par le roi
d'Angleterre à Westminster le 13 avril 1338, le [lundi] de Pâques, on
voit arriver un héraut anglais nommé Carlisle; ce nom a été donné à
celui qui le porte par Édouard III pendant les guerres d'Écosse.
Carlisle est absent d'Angleterre depuis cinq ans qu'il a passés à
parcourir le monde; il est allé en Prusse, en _Iffland_, au
Saint-Sépulcre, et il est revenu par les États Barbaresques et par
l'Espagne; le roi de ce dernier pays lui a remis une lettre pour
Édouard III. De là, il s'est rendu en Navarre et en Gascogne, et il
vient de trouver les seigneurs de ces provinces en grande guerre les
uns contre les autres. P. 377 et 378.

Au nombre des seigneurs du parti français figurent Jean I, comte
d'Armagnac, Gaston II comte de Foix, Jean comte de Comminges, Jean
comte de Clermont dauphin d'Auvergne, Aimeri VII [vicomte] de
Narbonne, [Pierre de la Palu] sénéchal de Toulouse, [Pierre Flotte]
dit Flotton de Revel, les seigneurs de Tournon[240], de Baix et de
Chalançon[241]. Les Français assiégent à la fois Penne[242] et
Blaye. Ils menacent Bordeaux et se sont rendus maîtres du cours de la
Gironde. En présence de forces supérieures, les seigneurs du parti
anglais renoncent à tenir la campagne et sont réduits à s'enfermer
dans les forteresses. Ces seigneurs, notamment ceux de Bordeaux, ont
remis des lettres à Carlisle et l'ont chargé de demander du secours au
roi d'Angleterre. Le héraut s'est embarqué à Bayonne, ville anglaise;
et, après une traversée de cinq jours et quatre nuits, il est arrivé à
Southampton d'où il est venu en un jour et demi à Londres. P. 378 et
379.

  [240] Louis et Hugues de Tournon servirent en Gascogne de 1338 à
  1340; mais il s'agit sans doute ici de Gilles, sire de Tournon.
  De Camps, portef. 83, f{o} 224 v{o}.

  [241] Il est sans doute question ici d'Aymar de Poitiers,
  cinquième fils d'Aymar IV du nom, comte de Valentinois, et de
  Sibille de Baux. Aymar, nommé aussi parfois Amé ou Aymaret, porta
  d'abord le titre de seigneur de Chalançon, puis celui de seigneur
  de Veyne. D'un autre côté, Jean Eynard, seigneur de Chalançon,
  est mentionné comme servant en Guyenne dans le parti anglais, le
  1er juillet 1337. Voyez Rymer, _Fœdera_, t. II, pars II, p. 981.

  [242] Penne, Lot-et-Garonne, arrondissement de
  Villeneuve-sur-Lot, sur la rive gauche du Lot. Par acte daté de
  la Penne en Agenais le 1er avril 1339 confirmé en mai de la même
  année, le Galois de la Baume, maître des arbalétriers, capitaine
  et gouverneur ès parties de Gascogne, donne au comte de Foix,
  pour le récompenser et le dédommager des frais et dépenses de la
  présente guerre, _notamment en la prise de la ville et château de
  la Penne_, la ville et château de Sorde (Landes, arr. Dax, canton
  Peyrehorade) sur la frontière de sa terre de Béarn. (Arch. de
  l'Empire, JJ 71, p. 238.)

Édouard III prend connaissance des lettres apportées par Carlisle; il
apprend par ces lettres que ses affaires vont mal en Gascogne et il
invite le héraut à fournir de vive voix de plus amples détails.
Carlisle répond que le seigneur de _Noyelles_, Poitevin, ayant été
reconnu par jugement du Parlement de Paris créancier du roi
d'Angleterre pour une somme de trente mille écus hypothéqués sur la
ville et châtellenie de Condom, commission générale a été donnée de
percevoir les revenus des terres anglaises en Gascogne jusqu'à
concurrence de cette somme, et un procureur du roi nommé maître
Raymond Foucaut[243] a été chargé de mettre à exécution la sentence du
Parlement. Mais Raymond Foucaut s'étant présenté en compagnie du
seigneur de _Noyelles_ à Condom, le châtelain de cette ville a assené
au procureur un tel coup de bâton qu'il lui a fracassé la tête, et il
a mis en prison le seigneur de _Noyelles_. A la suite de cet incident,
le roi de France a frappé de confiscation toutes les possessions
anglaises du continent. Les Français ont déjà pris _Prudère_,
Sainte-Bazeille[244], Saint-Macaire[245]; et au moment du départ de
Carliste, ils assiégeaient Penne et Blaye. P. 379 et 380.

  [243] Par acte donné à la Penne d'Agenais (auj. Penne) le 3
  janvier 1339 (n. st.), Gaston, comte de Foix, vicomte de Béarn,
  délivre des lettres de quittance générale à Raymond Foucaut,
  jadis procureur du roi en la sénéchaussée de Carcassonne et de
  Béziers, qui est au service royal depuis environ quarante ans, et
  qui, après avoir exercé le dit office de procureur pendant
  vingt-deux ans, est trop brisé par la fatigue et par l'âge pour
  continuer de le remplir. Ces lettres de quittance furent
  confirmées à Melun-sur-Seine le 27 avril 1339 et au bois de
  Vincennes, en décembre de la même année. (Arch. de l'Empire, JJ
  73, p. 73, f{o} 57.)

  [244] Sainte-Bazeille, Lot-et-Garonne, arrondissement et canton
  de Marmande, sur la rive droite de la Garonne. Sainte-Bazeille
  est surtout célèbre par le siége que la garnison anglo-gasconne
  qui occupait ce château soutint contre Jean de Marigny, évêque de
  Beauvais, lieutenant du roi de France ès parties de langue d'oc
  et de Saintonge. Ce siége mémorable dura au moins depuis le 20
  août 1342 (Arch. de l'Empire, JJ 74, p. 143) jusqu'au 14 décembre
  de la même année (JJ 74, p. 125).

  [245] Saint-Macaire, Gironde, arrondissement de la Réole, sur la
  rive droite de la Garonne. Par une lettre datée du 20 mars 1337,
  Édouard remercie les habitants de Saint-Macaire de leur fidélité
  et les félicite du courage qu'ils déploient dans la défense de
  leur ville contre les Français. Rymer, _Fœdera_, t. II, pars 2,
  p. 963. Autre lettre d'Édouard III au châtelain et aux jurés de
  Saint-Macaire, datée du 25 juin 1337. Rymer, p. 976.

1338. Robert d'Artois est mis à la tête de l'expédition qui doit se
rendre en France pour porter secours aux Gascons du parti anglais. Les
principaux seigneurs qui font partie de cette expédition, sont avec
Robert d'Artois les comtes de Huntingdon, de Suffolk et de
Cornouailles, Thomas d'Agworth, Thomas de Holland, Richard de
Pembridge, Édouard Spenser, le seigneur de Ferrers, beau-frère de
Spenser, les seigneurs de Milton, de Bradeston et de Willoughby. Les
Anglais, au nombre de cinq cents armures de fer et de trois mille
archers, s'embarquent à Southampton et arrivent à Bordeaux où ils sont
accueillis avec joie par les habitants de la ville et par les deux
frères Jean et Hélie de Pommiers. P. 380 et 381.

Après avoir passé trois jours à Bordeaux, Robert d'Artois entreprend
de forcer les Français à lever le siége de Penne, et il se dirige vers
ce château à la tête de huit cents hommes d'armes, de trois mille
archers à cheval et de quatre mille fantassins; le comte de Suffolk
est maréchal de son armée. P. 381.

A la nouvelle de l'arrivée prochaine des Anglais et des Gascons,
Gaston II, comte de Foix, Arnaud d'Euze, [vicomte] de Caraman, Roger
Bernard, comte de Périgord, Jean de Lévis, maréchal de Mirepoix,
_le comte de Quercy_, [Pierre Flotte] dit Flotton de Revel et les
autres seigneurs français, qui assiégent le château de Penne,
réfléchissent qu'ils se sont trop éloignés de Blaye où se tient le
gros de leur armée dont ils sont séparés par la Dordogne; et dans la
crainte qu'on ne leur coupe la retraite, ils se décident à lever le
siége. Les Anglo-Gascons arrivent à Penne un jour après le départ des
Français. Après avoir fait reposer ses gens dans ce château pendant
deux jours, Robert d'Artois va mettre le siége devant Saint-Macaire,
un autre château occupé par les Français. P. 381 et 382.

Prise de Saint-Macaire après une résistance énergique des assiégés qui
sont tous passés au fil de l'épée, excepté les femmes, les enfants et
les vieillards. Deux chevaliers, les seigneurs de _Ponpeestain_ et de
_Zedulach_[246] et six écuyers sont faits prisonniers. P. 382.

  [246] Une charte datée du 15 avril 1339 mentionne un écuyer nommé
  Jean de Pons, seigneur de Saint-Aubin de Cadelech, de Lubersac et
  _co-seigneur de Sadillac_ (Dordogne, arr. Bergerac, canton
  Eymet). Fait prisonnier par les Anglais en combattant pour le roi
  de France, ce malheureux écuyer fut réduit pour se racheter à
  vendre à Hélie de la Roche, sous forme d'échange, les belles
  seigneuries de Sadillac et de Saint-Aubin dans le diocèse de
  Sarlat, limitées par le Drot, la seigneurie d'Eymet, la
  Gordonète, la seigneurie de Puyguilhem, celle de Castillonnès et
  enfin celle de Roquepine. (Arch. de l'Empire, JJ 73, p. 201). Ce
  Jean de Pons, seigneur de Sadillac, pourrait bien être le
  seigneur de _Zedulach_ de Froissart.

Après la prise de Saint-Macaire, les Anglais assiégent
_Sebilach_[247], un château très-fort et défendu contre le gré des
habitants par une garnison de bidaux et de Génois sous les ordres d'un
écuyer nommé Begot de Villars. Les assiégeants se font ravitailler de
Bordeaux, par terre et par eau. P. 383.

  [247] Probablement Civrac-de-Dordogne, Gironde, arrondissement de
  Libourne, canton de Pujols, sur la rive gauche de la Dordogne. Le
  _Sebilach_ de Froissart devait être situé sur un des affluents de
  la Garonne, puisque les assiégeants purent se faire ravitailler
  de Bordeaux _par eau_; en outre, cette forteresse, après avoir
  été prise par les Français sur les Anglais, fut reprise par les
  Anglais sur les Français. Or, ces deux circonstances conviennent
  à la localité appelée tantôt _Sievrac_ (Arch. de l'Empire, JJ 72,
  p. 212), tantôt _Syorac sur Dourdonne_ (JJ 72, p. 566), à cause
  de sa situation sur la rive gauche de la Dordogne. Cette place
  forte, après avoir été emportée d'assaut vers la fin de 1337 par
  les Français que commandait Raoul, comte d'Eu, connétable de
  France, retomba au pouvoir des Anglais à une date que l'on ne
  saurait préciser, mais certainement entre 1337 et 1340.

Sur ces entrefaites, les habitants de Blaye, pressés par la famine,
implorent le secours de leurs amis de Bordeaux; et ceux-ci à leur tour
mandent à Robert d'Artois la dure extrémité où la garnison de Blaye
est réduite. Robert d'Artois répond en engageant les Bordelais à venir
eux-mêmes en aide à la ville assiégée: pour lui, il travaille à
reconquérir les forteresses enlevées aux Anglais qu'il trouve sur son
chemin; aussitôt après la prise de Sebilach, il ira délivrer les
habitants de Blaye. C'est alors que les Français, campés devant cette
place, s'avisent d'un stratagème qui leur en ouvre les portes. Une
centaine de sommiers, chargés de provisions, sont amenés sur un tertre
situé près de Blaye à portée de la vue des assiégés, après que trois
individus, qui se donnent pour des marchands, sont venus annoncer à
l'une des portes l'arrivée d'un fort convoi de vivres expédié par les
habitants de Miramont, de Bordeaux, de Cognac et des autres
forteresses du parti anglais. P. 383 et 384.

Les assiégés, qui sont accourus en très-grand nombre à la rencontre du
convoi annoncé, se disposent à rentrer dans la ville en conduisant
devant eux les sommiers, lorsqu'ils voient tout à coup fondre sur eux
deux mille ennemis placés non loin de là en embuscade sous les ordres
du comte dauphin d'Auvergne et du maréchal de Mirepoix. En même temps,
le conducteur des sommiers renverse trois mulets tout chargés sous la
porte, afin qu'on ne puisse la fermer. P. 384.

Les habitants de Blaye[248] se défendent bravement, mais ils ne
peuvent résister aux forces supérieures des Français. Ils sont presque
tous tués ou faits prisonniers. Les plus heureux se jettent dans des
barques avec leurs femmes et leurs enfants et ils se rendent avec la
marée par la Gironde à Bordeaux.

  [248] Par acte daté du 20 mars 1337, Édouard III recommande à
  Olivier de Ingham, son sénéchal de Gascogne, d'employer Berard de
  Labret à la défense du château de Blaye, sauf à prendre toutes
  les mesures nécessaires pour mettre en sûreté les biens du dit
  chevalier. Rymer, t. II, pars 2, p. 963.

La ville est livrée au pillage; au moment où l'on va y mettre le feu,
les seigneurs français se décident à y tenir garnison; ils confient le
commandement de cette garnison à _Jean Fouquère_ et à _Guillaume
Tyris_[249]. Puis, ils partent de Blaye pour aller assiéger
Miramont, château situé sur les bords de la Dourdoine[250]. P. 385.

  [249] Par acte daté de Compiègne en septembre 1339, Philippe de
  Valois donne à Jean de Melun, sire de Tancarville, chambellan de
  Normandie et à ses frères, «depuis que noz gens prindrent par
  force d'armes le chastel et la ville de Blaive,» le dit château
  et la dite ville avec toute la châtellenie qui appartient au dit
  Jean et à ses frères de droit héritage, comme il a été déclaré
  «contre le roy d'Engleterre par arrest de nostre parlement.»
  (Arch. de l'Empire, JJ 73, f{o} 15.) Les frères de Melun
  vendirent Blaye à Renaud de Pons, seigneur de Ribérac.

  [250] Miramont ou Miremont, selon l'orthographe ancienne, canton
  de Lauzun, arrondissement de Marmande, Lot-et-Garonne, sur la
  Dourdoine, petit ruisseau qui se jette dans le Drot lequel est
  lui-même un des affluents de la Garonne, à droite de ce fleuve.

Les Anglais sont toujours devant Sebilach. Begot de Villars, capitaine
de ce château, est un brave écuyer, bien né, avisé, hardi et très-bon
compagnon; mais il aime trop le jeu de dés; et, quand il perd, il est
mauvais joueur. A la suite d'une querelle de jeu, Begot tue un jour un
des plus riches jeunes gens de la ville nommé Simon Justin; et Clément
Justin, frère de la victime, livre par vengeance le château de
Sebilach aux Anglais. Begot de Villars et tous les gens d'armes de la
garnison sont passés au fil de l'épée. Ce n'est pas le premier malheur
qui a été amené par le jeu de dés, et ce ne sera pas le dernier.
Maudit soit ce jeu de dés: c'est chose pernicieuse de tout point. P.
386.

Après la prise de Sebilach, Robert d'Artois, qui veut à tout prix
reprendre Blaye aux Français, retourne à Bordeaux. Là il fait
appareiller ses navires qui dorment à l'ancre et les fait pourvoir de
toute artillerie; puis un soir il met à la voile et arrive avec la
marée, un peu après minuit, devant Blaye dont le flot de la mer bat
les murs haut et fort. La ville est bientôt prise malgré la courageuse
défense de la garnison que les Français y ont laissée. Les deux
capitaines de cette garnison se retranchent dans une église
très-forte, située à l'une des extrémités de la ville dont ils
barricadent les portes et les fenêtres; et là ils prolongent encore
leur résistance un jour et une nuit, et ils ne se rendent qu'après
avoir obtenu la vie sauve. P. 386 et 387.

Les Français, qui assiégent Miramont, se repentent de n'avoir pas mis
le feu à Blaye, lorsqu'ils apprennent que les Anglais ont réussi à y
rentrer. Robert d'Artois fait réparer les murs et refaire les fossés
de Blaye; il repeuple cette ville en y rappelant les hommes, femmes et
enfants qui en étaient partis et la remet en bon état. P. 387.

Pendant le séjour de Robert d'Artois à Blaye et le siége de Miramont
par les Français, les évêques de Saintes et d'Angoulême s'entremettent
avec tant de succès auprès des deux partis qu'ils parviennent à
décider les rois de France et d'Angleterre à conclure une trêve qui
doit durer un peu plus d'une année. C'est pourquoi les Français lèvent
le siége de Miramont, et Robert d'Artois retourne en Angleterre. P.
387 et 388.



CHAPITRE XIX.

  1337 et 1338. RÉVOLTE DES FLAMANDS CONTRE LEUR COMTE; INFLUENCE
    DE JACQUES D'ARTEVELD (§ 59).


_Première rédaction[251]._--Les Flamands se révoltent contre leur
comte qui ose à peine rester en Flandre où il n'est plus en sûreté. Il
surgit alors à Gand un homme qui a été brasseur de miel. Il est entré
si avant dans les bonnes grâces et la faveur populaires qu'on fait
toutes ses volontés d'un bout de la Flandre à l'autre. Les plus
puissants n'osent enfreindre ses ordres ni le contredire. Il se fait
suivre à travers les rues de Gand par une nombreuse escorte de valets
armés parmi lesquels se trouvent quelques sicaires prêts à tuer les
plus hauts seigneurs sur un signe de leur maître. P. 126, 127, 395 et
396.

  [251] Le récit qui va suivre est la reproduction littérale du
  texte de Jean le Bel, du moins dans la première rédaction.
  Froissart a maintenu ce récit dans la seconde rédaction des
  Chroniques, en y ajoutant seulement par-ci par-là quelques traits
  nouveaux que nous mettons entre parenthèses pour les distinguer
  du reste.

Plusieurs grands personnages sont mis à mort de cette manière. Aussi,
l'auteur de ces meurtres est tellement redouté que personne n'ose le
contredire ni même en concevoir la pensée. Il se fait reconduire à son
hôtel par sa bande de valets qui ne le quittent qu'aux heures des
repas; après le dîner, ces valets reviennent et ils flânent dans la
rue jusqu'à ce qu'il plaise à leur maître d'aller se promener et
s'amuser par la ville. [La nuit, ils font le guet devant l'hôtel de
leur chef qui a de bonnes raisons de penser qu'il n'est pas aimé de
tout le monde et surtout du comte de Flandre]. Chacun de ces
mercenaires reçoit une solde de quatre compagnons ou gros de
Flandre par jour, et ils sont régulièrement payés de semaine en
semaine. Cet homme a ainsi par toutes les villes et châtellenies du
comté gens à ses gages chargés d'exécuter ses ordres et de dénoncer
les personnes qui pourraient dire ou tramer quelque chose contre lui.
S'il se trouve dans une ville un récalcitrant, il ne saurait échapper
longtemps à la mort ou au bannissement. Le même sort attend tous les
personnages marquants, chevaliers, écuyers, bourgeois des bonnes
villes, qui se montrent favorables au comte en quelque manière: ils
sont bannis de Flandre, et la moitié de leurs biens est confisquée;
l'autre moitié est réservée pour l'entretien de leurs femmes et de
leurs enfants. La plupart de ces bannis, qui sont en très-grand
nombre, se réfugient à Saint-Omer où on les appelle _avolés_ et
_outre-avolés_. P. 127, 128 et 396.

Bref, on ne vit jamais en Flandre ni ailleurs comte, duc, prince ni
autre, tenir à ce point un pays à sa discrétion. L'homme qui exerce
cette toute-puissance [et qui devait l'exercer environ neuf ans]
s'appelle Jacques d'Arteveld. Il fait lever par toute la Flandre les
rentes, tonlieus, vinages, droitures et autres revenus ainsi que les
maltôtes qui appartiennent au comte: il les dépense à son caprice et
les distribue sans en rendre nul compte; [il en[252] dépense la moitié
selon son bon plaisir et met l'autre moitié en trésor.] Et quand il
lui plaît de dire que l'argent lui manque, on l'en croit sur parole,
et il faut bien l'en croire, car on n'ose le contredire. Et quand il
veut emprunter une somme à quelque bourgeois, il n'est personne qui
ose refuser de lui prêter cette somme. P. 128, 129 et 396.

  [252] Cette variante est fournie par un abrégé du premier livre
  des Chroniques, rédigé en 1477 et désigné sous la rubrique B6
  dans les variantes de cette édition.

_Abrégé de 1477 ou ms. B6._--Les Gantois prennent tellement en haine
leur seigneur que celui-ci n'ose plus rester à Gand et s'en vient
demeurer à Termonde. P. 388.

Édouard III n'a rien plus à cœur que de se faire aimer des Flamands
et de les attirer dans son alliance; il sait que des exécutions
terribles ont rendu le comte de Flandre odieux à ses sujets, surtout à
ceux de Gand: c'est pourquoi, il mande aux habitants de cette ville
que, s'ils veulent contracter alliance avec l'Angleterre, il rétablira
à leur profit l'exportation et la vente des laines sans laquelle
ils ne peuvent vivre et dont la suppression expose leur commune, qui
perd ainsi son gagne-pain, aux plus grands dangers. P. 393.

C'est alors que se révèle et surgit un bourgeois de Gand nommé Jacques
d'Arteveld, homme habile et d'une haute intelligence; il ne tarde pas
à gagner la confiance de ses concitoyens qui lui donnent plein pouvoir
de faire, défaire, ordonner et entreprendre tout ce qu'il veut. Ce
Jacques d'Arteveld est doué d'une éloquence merveilleuse. Il fait
beaucoup de discours et si pleins de persuasion qu'il décide les
Flamands à chasser leur comte hors de leur pays. Il ne cesse de
répéter dans le commencement à ses compatriotes que l'alliance
anglaise leur est plus avantageuse que l'alliance française, car c'est
d'Angleterre ou à la merci de l'Angleterre que leur viennent les
denrées et matières premières excellentes dont ils tirent profit et
qui leur sont indispensables, comme la laine, par exemple, pour la
fabrication du drap; or cette fabrication sustente la Flandre qui sans
cette industrie et sans le commerce ne pourrait le plus souvent pas
vivre. P. 394.

Ce Jacques d'Arteveld, en peu de temps, s'élève à un si haut degré de
faveur et de popularité que, quoi qu'il lui plaise de décider et
d'ordonner, on fait aussitôt sa volonté par toute la Flandre. Il parle
si bien, avec une éloquence si judicieuse et si vive, que les Gantois,
gagnés par le charme de sa parole non moins que par l'ascendant de la
vérité, se rangent à son opinion. Ils le font les premiers maître et
souverain seigneur de leur ville d'où son autorité s'étend ensuite par
tout le comté, car Bruges, Ypres et Courtrai refusent d'abord de
tremper dans l'insurrection. Mais les habitants de Gand, investis de
tout temps de la suprématie sur le reste de la Flandre, forcent les
autres villes à se joindre à eux et à Jacques d'Arteveld qui prend en
main le gouvernement du pays tout entier. Le comte Louis, chassé de
Flandre, se réfugie auprès du roi Philippe de Valois son cousin qui
assure au prince exilé et à sa femme les moyens de vivre et de tenir
leur rang, car leur comté, tant que vécut Arteveld, leur fut de fort
peu de ressource. P. 394.

_Seconde rédaction._--Le roi d'Angleterre fait garder tous les ports
et les côtes de son royaume et défend de rien exporter en Flandre,
surtout les laines et agnelins. Cette prohibition frappe les Flamands
de stupeur, car la draperie est l'industrie principale dont ils
vivent, et une foule de bons bourgeois et de riches marchands en sont
bientôt réduits à la pauvreté. Il leur faut vider le pays, hommes et
femmes, eux que le travail de la draperie faisait vivre auparavant
dans l'aisance; ils viennent en Hainaut et ailleurs, là où ils
espèrent trouver des moyens d'existence. Cette situation soulève un
grand mécontentement par tout le pays de Flandre, et spécialement
parmi les habitants des bonnes villes. Ils disent qu'ils expient au
prix d'amers et pénibles sacrifices l'attachement de leur seigneur
pour les Français, car c'est leur comte qui attire sur eux ce désastre
et la haine d'Édouard III; ils ajoutent que l'intérêt général de tout
le pays de Flandre est de faire alliance avec le roi d'Angleterre
plutôt qu'avec le roi de France. P. 388 et 389.

Il est vrai qu'il leur vient de France blés de toute sorte; mais s'ils
n'ont pas de quoi les acheter et les payer, parce qu'ils ne gagnent
pas d'argent, ils n'en sont pas moins à plaindre, car avec de l'argent
on est sûr d'avoir du blé, malheur à qui n'a pas d'argent. Mais c'est
d'Angleterre que leur viennent ces laines, qui sont pour eux la source
de tant de profits, et qui les font vivre dans l'aisance et dans la
joie. Quant au blé, leur alliance avec le Hainaut suffit pour assurer
leur consommation. P. 389.

Ces considérations et beaucoup d'autres, tirées de l'intérêt public,
excitent souvent des murmures en Flandre et surtout à Gand, car c'est
de toutes les villes flamandes celle où l'on fabrique le plus de drap,
et qui peut le moins se passer de cette industrie, celle aussi par
conséquent qui souffre le plus du chômage. Les Gantois font des
rassemblements sur les places, et là ils tiennent les propos les plus
outrageants, ainsi qu'il est d'usage entre gens du peuple, sur le
compte de Louis leur seigneur. Ils disent entre eux que cette
situation est intolérable et que, si cette misère dure longtemps, les
plus grands, les plus riches eux-mêmes en seront atteints, et le pays
de Flandre sera menacé d'une ruine complète. P. 389.

Le comte de Flandre n'ignore pas ces plaintes que ses sujets élèvent
contre lui. Il fait ce qu'il peut pour les apaiser et leur dit: «Mes
bonnes gens, cela n'aura qu'un temps, je le sais d'une manière sûre
par des amis que j'ai en Angleterre. Apprenez que les Anglais sont
encore plus furieux contre leur roi, qui les empêche de faire argent
de leurs laines, que vous n'êtes impatients d'acheter ces laines. Ils
ne peuvent les vendre et en trafiquer ailleurs qu'en Flandre, ou
alors ce n'est pas sans grande perte. Prenez patience, car j'aperçois
plusieurs moyens de remédier au mal, qui vous donneront satisfaction
pleine et entière, et gardez-vous de rien penser et dire contre ce
noble pays de France d'où tant de biens vous abondent.» P. 389 et 390.

Le comte de Flandre tient ce langage à ses sujets pour les consoler et
leur faire prendre patience. Mais les Flamands, qui sont presque tous
sous le coup d'une pauvreté sans cesse croissante, ne veulent rien
entendre; car, quoi qu'on leur dise, ils ne voient rien qui leur donne
lieu d'espérer le retour de leur ancienne prospérité. C'est pourquoi,
le trouble et l'agitation augmentent de jour en jour et de plus en
plus. Mais personne n'est assez hardi pour prendre l'initiative, par
crainte du comte. P. 390.

Il se passe un certain temps pendant lequel on se borne à se réunir
par petits groupes sur les places et aux carrefours. A Gand où les
habitants accourent ainsi de divers endroits et de plusieurs rues de
la ville pour conférer ensemble, quelques compagnons sont frappés de
la sagesse d'un bourgeois qui prend la parole dans ces réunions: ce
bourgeois s'appelle Jacques d'Arteveld, et il est brasseur de miel.
Ces compagnons remarquent les discours d'Arteveld entre tous les
autres et ils le proclament un très-habile homme. Ils lui entendent
dire que, si on le veut écouter et croire, il se fait fort de remettre
promptement la Flandre en situation de recouvrer son ancienne
prospérité; il promet en outre d'assurer à la fois à son pays
l'alliance du roi de France et celle du roi d'Angleterre. Ces paroles
sont répétées avec empressement, et elles circulent si bien de l'un à
l'autre que presque tous les habitants de Gand en ont connaissance,
notamment les petites gens et le peuple que le manque de travail fait
le plus souffrir. On voit alors les attroupements recommencer de plus
belle par les rues et les carrefours. P. 390.

Il arrive qu'un jour [de[253] fête] après dîner, il se forme un
rassemblement de plus de cinq cents compagnons; ils marchent à la
file, s'appellent de maison en maison et disent: «Allons, allons
entendre le conseil du sage homme!» Ils parviennent ainsi jusqu'à la
maison de Jacques d'Arteveld qu'ils trouvent au seuil de sa
demeure. Du plus loin qu'ils l'aperçoivent, ils ôtent leurs chaperons,
le saluent et lui disent: «Ha! cher sire, pour Dieu merci, veuillez
nous entendre. Nous venons vous demander conseil, car on nous dit que
le grand bien de vous remettra le pays de Flandre en bon point.
Veuillez nous dire comment: vous ferez aumône, car nous avons bien
besoin que vous ayez égard à notre pauvreté.» Jacques d'Arteveld
s'avance alors et dit: «Seigneurs compagnons, il est très-vrai que
j'ai dit que, si l'on veut m'écouter et me croire, je mettrai Flandre
en bon point, sans que notre seigneur le comte en soit lésé en rien.»
Tous alors de l'embrasser à qui mieux mieux et de le porter en
triomphe en s'écriant: «Oui, vous serez cru, écouté, craint et
servi.»--[«Seigneurs compagnons, ajoute Arteveld, je suis natif et
bourgeois de cette ville et j'y ai le mien. Sachez que de tout mon
pouvoir je voudrais vous venir en aide et à mon pays. Et s'il y a un
homme qui soit décidé à assumer le fardeau, je suis prêt à exposer ma
vie et ma fortune pour marcher à ses côtés; ou si vous autres me
voulez être frères, amis et compagnons en toutes choses et faire cause
commune avec moi, je me chargerai volontiers, malgré mon indignité, de
la besogne.] Il convient que j'expose d'abord mes projets devant la
plus saine partie de la population de Gand, et il faut que vous, qui
êtes ici, et les vôtres et ceux qui se réuniront à vous, me juriez de
m'appuyer et de me prêter main-forte en toute circonstance jusqu'à la
mort.» [Les assistants répondent tout d'une voix: «Nous vous
promettons loyalement d'être avec vous en toutes choses et d'y
aventurer corps et biens, car nous savons que dans tout le comté de
Flandre il n'y a personne autre que vous qui soit à la hauteur de la
tâche.»] Jacques d'Arteveld donne alors rendez-vous à ses affidés pour
le lendemain matin sur la place de la Biloke où il veut exposer devant
tous les projets qu'il a formés dans l'intérêt commun. P. 390 et 391.

  [253] Le récit du manuscrit de Valenciennes contient quelques
  variantes et même certaines additions intéressantes que nous
  intercalons dans ce sommaire, en les mettant entre parenthèses.

Ces nouvelles se répandent à Gand et se propagent dans les trois
parties de la ville. Le lendemain matin toute la place de la Biloke se
remplit de gens, ainsi que la rue où demeure Jacques d'Arteveld. Porté
sur les bras de ses partisans, Jacques fend la foule qui se compose de
gens de toutes les classes et arrive à la Biloke: il prend place sur
une belle estrade préparée pour le recevoir. Et là il se met à parler
avec tant d'éloquence et de sagesse qu'il gagne tous les cœurs à son
opinion. Il conseille à ses compatriotes de tenir leur pays ouvert et
prêt à recevoir le roi d'Angleterre et les siens, s'ils veulent y
venir, car on n'a rien à gagner et l'on a tout à perdre dans une
guerre contre les Anglais. [Quant au roi de France, il a tant
d'affaires sur les bras qu'il n'a pouvoir ni loisir de nuire à la
Flandre. Édouard sera ravi d'avoir l'amitié des Flamands, et le roi de
France finira lui aussi par rechercher cette amitié. Arteveld ajoute
que l'alliance de l'Angleterre assurera à la Flandre celle du Hainaut,
du Brabant, de la Hollande et de la Zélande.] Les Gantois approuvent
les projets de Jacques d'Arteveld, ils jurent de le tenir désormais
pour leur seigneur et de ne rien faire que par son conseil, puis ils
le reconduisent à son hôtel. Ces événements se passent vers la
Saint-Michel 1337. P. 391 et 392.

Le roi de France est vivement contrarié en apprenant ces nouvelles. Il
comprend que, si les Flamands deviennent ses ennemis, ils peuvent lui
être très-nuisibles en permettant au roi d'Angleterre de passer à
travers leur pays pour envahir la France. Il engage le comte de
Flandre à aviser aux moyens de se débarrasser de Jacques d'Arteveld
qui menace d'enlever le comté à son seigneur légitime. P. 392.

[Le comte mande auprès de lui Jacques d'Arteveld qui va au
rendez-vous avec une escorte si nombreuse qu'on n'ose rien tenter
contre lui. Louis de Nevers invite Arteveld à user de son
influence pour maintenir le peuple en l'amour du roi de France; il
fait en outre à son ennemi les plus belles offres, et il entremêle
le tout de paroles de soupçon et de menace. Jacques ne se laisse
point intimider par ces menaces, et au surplus il aime du fond du
cœur les Anglais. Il répond qu'il tiendra ce qu'il a promis au
peuple en homme qui n'a point de peur, et, s'il plaît à Dieu, il
espère venir à bout de son entreprise. Puis il prend congé du
comte de Flandre.] P. 393.

Louis de Nevers met alors dans ses intérêts quelques personnes qui
appartiennent aux plus grandes familles de Gand; il a d'ailleurs
dans son parti les jurés qui lui ont prêté serment de fidélité.
Les amis du comte dressent à plusieurs reprises des piéges et des
embûches à Jacques d'Arteveld; mais toute la communauté de Gand
est si dévouée à son chef qu'avant de faire mal à celui-ci, il
faudrait avoir raison de trente ou quarante mille hommes. Arteveld
est entouré de gens de toute sorte, qui n'ont d'autre occupation
que d'exécuter ses ordres et de le défendre en cas de besoin. P.
392 et 393.

_Troisième rédaction._--A l'époque dont je parle, il s'élève un grand
débat entre le comte de Flandre et les Flamands. Ce comte Louis, marié
à Marguerite d'Artois, ne sait se maîtriser ni se contenir ni vivre en
paix avec ses sujets dans son comté; aussi les Flamands ne purent
jamais l'aimer. Il est forcé de vider le pays définitivement, de
partir de Flandre et de venir en France avec sa femme; il se tient
à Paris à la cour de Philippe de Valois, qui pourvoit de ses
deniers à l'entretien du comte et de la comtesse. Ce comte était
très-chevaleresque, mais ses sujets disaient qu'il était trop français
et qu'ils n'avaient nul bien à en attendre. P. 388.

Les habitants de Gand donnent les premiers le signal de la révolte, et
ils entreprennent de soulever tout le reste du pays de Flandre; ils
s'assurent l'alliance de Termonde, d'Alost et de Grammont. Sur ces
entrefaites, et pendant que les ambassadeurs d'Angleterre entament des
négociations à Valenciennes, il apparaît à Gand un bourgeois qui se
nomme Jacques d'Arteveld, homme d'une audace, d'une capacité et d'une
astuce extraordinaires; ce bourgeois acquiert une telle influence que
toute la ville de Gand le prend pour chef et se soumet à ses volontés.
Les ambassadeurs anglais, qui sont venus à Valenciennes, se décident,
par le conseil du comte de Hainaut et de son frère, à envoyer des
délégués auprès de Jacques d'Arteveld pour inviter les Gantois à faire
alliance avec le roi d'Angleterre et les prier d'accorder à Édouard
III et à son armée le libre passage à travers la Flandre. L'évêque de
Durham, le comte de Northampton et Renaud de Cobham sont chargés de
cette mission. P. 394 et 395.

Les délégués anglais reçoivent à Gand un accueil magnifique et sont
comblés d'attentions, d'honneurs et de festins. Un traité est conclu
grâce aux actives démarches de Jacques d'Arteveld qui déteste le comte
de Flandre; et ce traité, ratifié par la commune de Gand, stipule que,
si le roi d'Angleterre passe la mer et veut traverser la Flandre, avec
ou sans gens d'armes, en payant comptant tout ce dont il se fera
besoin sur la route, il trouvera le pays ouvert. Il est vrai que
Bruges, Ypres et Courtrai restent hostiles aux confédérés, mais les
Gantois comptent bien s'y prendre de telle sorte que, sous bref délai,
le pays tout entier ne fera qu'un avec eux. P. 395.

Les délégués anglais sont ravis de joie d'avoir obtenu ce traité qui
est scellé du sceau aux causes de la ville de Gand; ils retournent
à Valenciennes annoncer l'heureux résultat de leur mission au
comte de Hainaut et aux autres ambassadeurs d'Angleterre. Guillaume de
Hainaut dit alors aux envoyés d'Edouard III: «Vos affaires sont en
très-bonne voie, si vous avez l'alliance de la Flandre et du Brabant.
Dites à mon fils d'Angleterre que ce lui sera d'un grand secours et
que sa guerre en sera plus belle; mais il faut qu'il passe la mer au
printemps prochain pour apprendre à connaître les seigneurs et les
pays qui voudront faire alliance avec lui. Quand vous serez de retour
en Angleterre, décidez-le à se rendre sur le continent avec force gens
d'armes et archers et avec grandes sommes d'argent, car les Allemands
sont d'une cupidité sans égale, et ils ne font rien si on ne les paye
d'avance à beaux deniers comptants.» P. 395.



CHAPITRE XX.

  1337. ARRESTATION ET EXÉCUTION DE SOHIER DE COURTRAI; MORT DE
    GUILLAUME I, COMTE DE HAINAUT (§ 60).


Le comte de Hainaut conseille aux ambassadeurs d'Angleterre, qui sont
venus à Valenciennes, de profiter de la mésintelligence survenue entre
le roi de France et le comte de Flandre, d'une part, et les Flamands,
de l'autre, pour rechercher l'amitié de ces derniers, et surtout de
Jacques d'Arteveld dont l'influence peut seule assurer le succès de
leurs démarches. Les envoyés anglais suivent ce conseil et ils se
partagent la tâche; ils vont les uns à Bruges, d'autres à Ypres, le
plus grand nombre à Gand; ils mènent si grand train qu'on dirait que
l'argent leur tombe des nues. Ils donnent de beaux dîners dans les
bonnes villes où ils passent, et ils répandent le bruit dans le pays
que, si les Flamands font alliance avec le roi d'Angleterre, ils
seront très-riches, vivront en paix et auront lainages et draperie à
profusion. L'évêque de Lincoln[254] et ceux de ses collègues, qui sont
allés à Gand, réussissent, par belles paroles et autrement, à se faire
bien venir des Gantois; ils gagnent l'amitié de Jacques d'Arteveld et
aussi celle d'un vieux, brave et riche chevalier de Gand, très-aimé
des habitants de cette ville où il prend plaisir à traiter
magnifiquement tous les étrangers, spécialement les barons et
chevaliers d'honneur et de nom. Ce chevalier banneret, nommé [Sohier]
de Courtrai, est tenu pour le plus preux de Flandre, et il a toujours
servi ses seigneurs avec un courage sans égal. P. 129, 130, 396.

  [254] _Troisième rédaction_: l'évêque de Durham.

Ce Sohier de Courtrai tient compagnie et prodigue les honneurs aux
ambassadeurs d'Angleterre, ainsi qu'un galant homme doit toujours le
faire, selon ses moyens, à des chevaliers étrangers. Ces nouvelles
parviennent à la connaissance du comte de Flandre qui se tient à
Compiègne avec la comtesse sa femme. Le comte est irrité de ne plus
toucher les revenus de son comté et de voir les Flamands incliner de
jour en jour davantage à l'alliance des Anglais; il mande secrètement
en France auprès de lui Sohier de Courtrai. L'infortuné chevalier se
rend sans défiance à l'appel de son seigneur qui lui fait trancher la
tête[255]. Sohier de Courtrai, entouré de l'estime et de l'affection
générales, est profondément regretté de tous les Flamands qui sentent
redoubler leur haine contre le comte, auteur de cet attentat. P. 130,
397.

  [255] L'exécution de Sohier de Courtrai, arrêté à la suite du
  voyage des ambassadeurs anglais en Flandre, n'eut lieu que le 21
  mars 1338.

Jacques d'Arteveld réunit à plusieurs reprises les représentants des
bonnes villes de Flandre pour leur soumettre les propositions
d'alliance apportées par les ambassadeurs d'Angleterre. Les Flamands
consentent à accorder au roi anglais et à son armée le libre passage à
travers leur pays; mais ils ont de telles obligations au roi de France
qu'ils ne le pourraient attaquer ni entrer en son royaume, sans avoir
à payer une somme de florins si forte qu'ils sont hors d'état de la
fournir. En conséquence, ils désirent que la conclusion d'une alliance
offensive soit remise à une autre fois. Les ambassadeurs d'Angleterre,
qui ne se sentent plus en sûreté en Flandre depuis le meurtre de
Sohier de Courtrai, se tiennent pour satisfaits d'avoir obtenu cette
réponse et retournent à Valenciennes. Ils envoient souvent des
messages à Édouard III pour le tenir au courant de toutes les phases
des négociations, et le roi d'Angleterre leur expédie en retour or et
argent en abondance pour payer leurs frais et faire des largesses à
ces seigneurs d'Allemagne qui n'ont souci d'autre chose. P. 130, 131,
397.

Sur ces entrefaites, le comte Guillaume de Hainaut meurt le 7 juin
1337. Sa mort excite beaucoup de regrets, car il était large,
noble, preux, hardi, courtois, avenant, humain et bon pour tout le
monde. Il est pleuré amèrement par ses enfants. Le roi et la reine
d'Angleterre prennent le deuil aussitôt qu'ils ont reçu la fatale
nouvelle, et font célébrer un service à leur résidence de Windsor. Le
comte de Hainaut est enterré aux Cordeliers à Valenciennes, et c'est
là qu'ont lieu ses obsèques. La messe est chantée par Guillaume III
d'Auxonne, évêque de Cambrai. Une foule de ducs, de comtes et de
barons assistent à la cérémonie. Le comte laisse un fils qui succède à
son père sous le nom de Guillaume II dans les comtés de Hainaut, de
Hollande et de Zélande. Ce fils avait épousé Jeanne, fille de Jean
III, duc de Brabant, qui apporta en dot à son mari la belle et riche
terre de Binche. Jeanne de Valois, veuve de Guillaume I et mère de
Guillaume II, va finir ses jours à Fontenelles, abbaye de dames située
sur l'Escaut près de Valenciennes. Guillaume I laisse en outre quatre
filles dont trois sont mariées. L'aînée Marguerite, femme de Louis de
Bavière, est reine d'Allemagne et impératrice de Rome. La seconde
Jeanne, mariée à Guillaume V, est [marquise] de Juliers[256]. La
troisième Philippe, la bonne et noble compagne d'Édouard III, est
reine d'Angleterre. La plus jeune Élisabeth reste à marier, et ce
n'est que longtemps après la mort de son père qu'elle épouse Robert de
Namur et devient ainsi dame de Renais en Flandre et de Beaufort sur
Meuse. P. 131 et 132, 397 et 398.

  [256] Le comté de Juliers fut érigé en marquisat et principauté
  par Louis de Bavière en faveur de Guillaume V en 1336.



CHAPITRE XXI.

  1337. RETOUR DES ENVOYES ANGLAIS DANS LEUR PAYS; PRÉPARATIFS DE
    GUERRE ET ÉCHANGE DE DÉFIS ENTRE LES ROIS DE FRANCE ET
    D'ANGLETERRE (§ 62).


_Première rédaction._--Le duc de Brabant, qui vient de s'engager à
prêter son appui effectif au roi d'Angleterre, craint de s'attirer
l'inimitié du roi de France. Il craint qu'en cas d'échec des Anglais,
Philippe de Valois ne le fasse payer pour les autres. C'est pourquoi,
il prend soin de se justifier à l'avance vis-à-vis du roi de France
auprès duquel il envoie l'un de ses conseillers nommé [Léon] de
Crainhem, chevalier d'un très-grand sens: il se défend d'être entré
dans aucune coalition contre son puissant voisin; seulement, il n'a pu
se dispenser d'accorder au roi d'Angleterre, son cousin germain, le
libre passage à travers son duché; mais du reste il ne fera rien qui
soit de nature à déplaire au roi de France. Philippe de Valois se
tient pour satisfait de ces excuses. Ce qui n'empêche pas le duc de
Brabant de recruter à ce moment-là même, dans son pays et ailleurs, le
nombre de gens d'armes qu'il a promis de fournir au roi d'Angleterre.
P. 133.

Sur ces entrefaites, l'évêque de Lincoln[257], Renaud de Cobham et les
autres envoyés anglais quittent le Hainaut et reprennent le chemin de
leur pays. Ils s'embarquent à Dordrecht[258] en Hollande, pour éviter
de passer près de l'île de Cadsand, car ils craignent de tomber entre
les mains d'une bande d'écumeurs qui occupent cette île à la solde du
roi de France et du comte de Flandre. Le roi d'Angleterre accueille
avec joie la nouvelle des alliances qui ont été conclues avec le comte
de Hainaut, le duc de Brabant et un certain nombre de seigneurs des
marches d'Allemagne. P. 134, 407, 408.

  [257] L'évêque de Lincoln dont il s'agit ici est le célèbre Henri
  de Burghersh, mort à Gand en 1340, dont la passion pour la chasse
  a donné lieu à une légende populaire.

  [258] _Troisième rédaction_: à Anvers. P. 407.

_Seconde rédaction._--Les ambassadeurs d'Angleterre quittent
Valenciennes après neuf mois de séjour et retournent dans leur pays.
Ils annoncent qu'en présence du refus de Philippe de Valois d'entrer
en pourparlers avec eux, ils se sont assuré l'appui d'un certain
nombre de seigneurs d'Allemagne qui prient le roi d'Angleterre de
passer la mer et de venir s'entendre avec ses alliés du continent. Ils
préviennent aussi Édouard III que le comte de Flandre tient dans l'île
de Cadsand une garnison dont les Anglais ont beaucoup à souffrir. P.
400 et 401.

Le roi d'Angleterre convoque à Londres les représentants des trois
Ordres de son royaume pour la Saint-Michel 1337. Ce parlement se tient
à Westminster hors Londres et dure trois semaines. Les évêques de
Lincoln et de Durham et les autres seigneurs qui ont été envoyés en
ambassade à Valenciennes exposent devant la haute assemblée le
résultat de leur mission. Le parlement, après mûre délibération, est
d'avis que le roi d'Angleterre doit renvoyer son hommage et
défier le roi de France. L'évêque de Lincoln est chargé de porter le
défi. P. 401 et 402.

Le même parlement édicte et arrête les mesures suivantes. 1º Il est
ordonné que, pour venir en aide au roi, on payera double imposition
par chaque sac de laine, tant que durera la guerre. Sur la proposition
de six bourgeois, deux de Londres, deux d'York et deux de Coventry, la
somme annuelle allouée au roi pour sa dépense, est augmentée de trois
cent mille nobles, ce qui porte cette somme à six cent mille nobles
payables en trois termes. 2º Il est défendu, sous peine de mort, par
tout le royaume d'Angleterre, de se divertir à un autre jeu que celui
de l'arc à main et des flèches, et il est fait remise de leurs dettes
à tous les ouvriers qui fabriquent des arcs et des flèches. 3º Les
chevaliers, écuyers et compagnons, qui prendront part à la guerre,
recevront des gages du roi; mais ils s'entretiendront à leurs frais,
chacun selon son état, pendant six mois de l'année, et ils feront leur
profit de tous les prisonniers qui pourront tomber entre leurs mains
ainsi que du butin. 4º Les habitants de la presqu'île de Cornouaille,
des îles de Guernesey, de Wight, de Southampton et de Sheppy sont
déclarés exempts de toute levée et semonce; mais il leur est imposé de
garder leurs marches et frontières, d'habituer leurs enfants à manier
les armes et à tirer de l'arc. 5º Il est enjoint aux gens de toute
condition de faire apprendre la langue française à leurs enfants, afin
que ceux-ci soient plus capables de se renseigner et moins dépaysés à
la guerre. 6º Il est interdit de transporter des chevaux d'un point
quelconque des côtes d'Angleterre sur le continent, sans la permission
du chancelier. P. 402.

Le parlement décide aussi qu'une expédition sera dirigée contre la
garnison flamande de l'île de Cadsand; Guillaume de Montagu, qui vient
de se couvrir de gloire ainsi que Gautier de Mauny dans la guerre
contre les Écossais, reçoit pour prix de ses exploits la main d'Alix
de Salisbury, une des plus belles jeunes dames du monde, dont le roi
tient la terre en sa main et en sa garde. La session du parlement est
à peine terminée que chacun rentre chez soi et s'empresse de faire ses
préparatifs, afin d'être en mesure d'accourir au premier signal. De
son côté, l'évêque de Lincoln se rend sur le continent pour défier le
roi de France. P. 403.

L'envoyé du roi d'Angleterre arrive à Paris pour la Toussaint de
l'an 1337 au moment où les rois de Bohême et de Navarre et une foule
de grands seigneurs se trouvent à la cour de Philippe de Valois. Il
présente au roi de France la lettre de défi datée de Westminster le 19
octobre 1337. Froissart reproduit la teneur de cette lettre d'après le
témoignage du seigneur de Saint-Venant[259] présent à l'entrevue.
Philippe de Valois ne fait que rire des menaces d'Édouard III et se
contente de dire au porteur du message que la lettre du roi
d'Angleterre ne mérite point de réponse. Il transmet copie du défi
qu'il vient de recevoir à plusieurs seigneurs, en France et hors de
France, notamment au comte de Hainaut et au duc de Brabant. Il somme
ces deux princes de ne contracter aucune alliance avec le roi
d'Angleterre sous peine de voir leur pays mis à feu et à sang, il
adresse la même invitation au comte de Bar et au duc de Lorraine, mais
il est sans inquiétude du côté de ces derniers qui sont bons et loyaux
Français. En même temps, il fait renforcer ses garnisons sur les
frontières de l'Empire, car il se défie des Allemands; et il mande aux
habitants de Tournai, Lille, Béthune, Arras et Douai, de mettre ces
villes, ainsi que les châteaux et châtellenies d'alentour, en état de
défense. P. 404 et 405.

  [259] Robert de Wavrin, sire de Saint-Venant, sénéchal de
  Flandre. Au mois de novembre 1336, Louis comte de Flandre avait
  donné à ce chevalier et à son héritier mâle la sénéchaussée de
  Flandre avec une somme de 500 livres une fois payée. (Arch. du
  Nord, _Invent. de la Chambre des Comptes_, t. I, p. 130.)

Des gens d'armes sont envoyés sur toutes les frontières pour les
garder. Énumération des principaux points de ces frontières au nord, à
l'ouest, au sud et à l'est. Godemar du Fay[260] est mis en garnison à
Tournai, et le seigneur de Beaujeu à Mortagne sur Escaut. Une flotte
de Normands et de Génois, armée en course sous les ordres de Hue
Quieret, de [Nicolas] Behuchet et de Barbavera, fait des descentes et
porte le ravage sur les côtes d'Angleterre. Enfin, le comté de
Ponthieu est donné avec toutes ses dépendances à Jacques de Bourbon.
P. 405 et 406.

  [260] Godemar du Fay fut en effet nommé en 1337 gouverneur de
  Tournai et des frontières avec 120 hommes d'armes sous ses
  ordres. De Camps, portef. 83, f{o} 217.

Après avoir terminé ses préparatifs, sur mer comme sur terre, Philippe
de Valois mande confidentiellement au comte de Flandre de faire tous
ses efforts pour se concilier l'affection de ses sujets, afin de
les empêcher de s'allier avec les Anglais. En outre, il charge le
comte de Vendôme et le seigneur de Montmorency de porter de sa part en
Flandre des propositions d'amitié et de bon voisinage: il promet aux
Flamands de leur tenir ouverts les passages de Tournai, de Béthune,
d'Aire, de Saint-Omer et du Warneton sur le Lis et de fournir leur
pays de blés et de tous grains à volonté[261]. Ces propositions sont
accueillies presque partout avec une extrême froideur, car les
tisserands de Flandre ont bien plus besoin des laines d'Angleterre,
source de leurs profits dans la draperie, que de blés et d'avoines
dont leurs marchés sont remplis. Toutefois, les envoyés français
réussissent à ramener Louis de Nevers à Gand et à le faire assez bien
venir de Jacques d'Arteveld et des Gantois, mais cette bonne entente
ne dure pas longtemps. P. 406 et 407.

  [261] Philippe de Valois, ayant vu ses propositions d'alliance
  repoussées par les Flamands, fit défense d'exporter hors du
  royaume «vivres, armeures ne quelconques autres choses des
  quelles noz anemis pourroient estre confortez, par les bailliages
  d'Amiens, de Vermendois, de Vitry et de Chaumont.» Le 22 janvier
  1340, une enquête fut ordonnée contre Jehan de Kievresis et Jehan
  de Tiergeville, députés à la garde des dits bailliages et accusés
  «d'avoir laissé passer par corruption, faveurs ou negligance,
  vins, blés et autres choses hors de nostre royaume, les quèles
  choses nous desplaisent moult forment.» (Arch. de l'Empire, JJ
  72, p. 285, f{o} 207.)



CHAPITRE XXII.

  1337. VICTOIRE DE CADSAND REMPORTÉE PAR LES ANGLAIS SUR LES
    FLAMANDS (§§ 61 à 64).


Deux cents chevaliers ou écuyers et quatre ou cinq mille combattants
vont, par l'ordre du comte de Flandre, occuper l'île de Cadsand[262]
d'où ils capturent les navires et infestent les côtes d'Angleterre.
Cette garnison de Cadsand tient à sa discrétion l'entrée du port de
l'Écluse et intercepte les communications entre l'Angleterre et la
Flandre. Elle rend impossible toute exportation de laines anglaises
sur le continent, ce dont l'industrie flamande souffre beaucoup, et
spécialement la draperie. La situation devient bientôt intolérable et
soulève des plaintes par toute la Flandre. Jacques d'Arteveld et les
Gantois, alliés du roi d'Angleterre, s'associent de grand cœur au
mécontentement des villes de l'Écluse, de Damme, de Bruges, du Franc
de Bruges, d'Ypres, de Courtrai; et l'habile Jacques d'Arteveld,
heureux de trouver une occasion d'entraîner les habitants de ces
villes dans le parti anglais, presse Édouard III de venir au secours
des Flamands et de les délivrer de la piraterie des gens d'armes à la
solde de Louis de Nevers. Cet appel est entendu, et un corps d'armée
de cinq ou six cents lances et de deux mille archers est envoyé contre
la garnison de Cadsand sous les ordres du comte de Derby[263]. Les
principaux seigneurs qui prennent part à cette expédition sont le
comte de Suffolk, le sire de Berkeley, Guillaume Fitz-Waren, Louis et
Roger de Beauchamp, Renaud de Cobham, Richard de Stafford, Gautier de
Mauny nouvellement revenu d'Écosse et fait conseiller du roi en
récompense de ses services. Les Anglais s'embarquent sur la Tamise; et
après deux stations à Gravesend et à Margate, ils viennent jeter
l'ancre de nuit devant Cadsand, la veille de la Saint-Martin d'hiver
(10 novembre) 1337. P. 132 à 135, 398 à 400, 407 à 409.

  [262] Ile située entre la ville de l'Écluse et l'île de Walcheren
  en Zélande.

  [263] L'importante assemblée de gens d'armes qui eut lieu à
  Boulogne-sur-Mer à la fin d'octobre 1337, fut sans doute
  provoquée par l'expédition anglaise dirigée contre Cadsand. De
  Camps, portef. 83, f{o} 214 v{o} à 217.

Les gens d'armes de Cadsand reconnaissent les Anglais aux léopards des
bannières qui flottent sur les navires. La garnison de l'île se
compose d'environ cinq mille hommes choisis entre les plus braves.
Gui, bâtard de Flandre, frère du comte Louis, Jean dit le _duckere_
(seigneur), de Halluin, Jean de Rhode, Gilles de Le Trief, Simon et
Jean de Brigdamme, Pierre d'Englemoustier, Pierre d'Ypres, Louis
Vilain, Baudouin Barnage, Robert Maréchal, Arnoul de Vorst combattent
à la tête des chevaliers flamands. Ils se rangent en ordre de bataille
sur le rivage pour s'opposer au débarquement des Anglais. Ils font
très-bonne contenance et déploient un grand courage; mais leurs
arbalétriers ne peuvent riposter au tir beaucoup plus rapide des
archers d'Angleterre qui lancent sur l'ennemi, de l'avant de leurs
navires, une grêle de flèches. Les assaillants réussissent à prendre
terre à la suite d'une lutte acharnée, et alors on en vient à
combattre corps à corps et à se disputer le terrain pied à pied.
Après quatre heures de résistance, les Flamands sont mis en pleine
déroute; ils perdent environ trois mille des leurs, dont une douzaine
de chevaliers et une trentaine d'écuyers de Flandre ou d'Artois; le
duckere de Halluin[264], Jean de Rhode, les deux frères de Brigdamme
et Gilles de Le Trief restent parmi les morts. Les Anglais mettent le
feu à la ville, et l'île tout entière est livrée au pillage, à la
grande satisfaction des habitants de Bruges, de Damme et de l'Écluse.
Gui de Flandre, fait prisonnier, est amené à Londres où, séduit par
les offres d'Édouard III, il passe cette année même dans le parti
anglais. Henri de Lancastre le Jeune, comte de Derby, cousin germain
du roi, inaugure dignement par cette victoire sa nouvelle chevalerie,
et Gautier de Mauny se signale aux côtés de ce prince par des prodiges
de valeur. P. 135 à 138, 409 à 411.

  [264] Le chevalier appelé ici le _duckere_ (seigneur) de Halluin
  est Jean de Halluin fils d'Olivier de Halluin, seigneur de
  Henserode et de Lacken, et de Marguerite, fille de Colart de
  Pruines. Voyez le P. Anselme, t. III, p. 919.



CHAPITRE XXIII.

  1338. VOYAGE D'ÉDOUARD III A ANVERS ET POURPARLERS DE CE PRINCE
    ET DE SES ALLIÉS (§§ 65 à 67).


_Première rédaction._--L'affaire de Cadsand a le plus grand
retentissement. Les Flamands rejettent sur leur comte toute la
responsabilité du désastre. Jacques d'Arteveld seul y trouve son
compte et il fait prier le roi d'Angleterre de venir à Anvers
s'entendre avec les bonnes villes de Flandre. P. 138 et 139.

Édouard III passe la mer à l'été suivant et arrive à Anvers qui tient
le parti du duc de Brabant. Des pourparlers ont lieu dans cette ville
de la Pentecôte à la Saint-Jean (du 16 mai au 24 juin) entre le roi
anglais et ses alliés dont les principaux sont les ducs de Brabant et
de Gueldre, le marquis de Juliers, Jean de Hainaut et le seigneur de
Fauquemont. Ces seigneurs, invités à s'exécuter et à prêter aux
Anglais l'appui effectif qu'ils ont promis de fournir, prennent
exemple sur les atermoiements du duc de Brabant et font des réponses
évasives à toutes les demandes d'Édouard III. Le roi d'Angleterre
est forcé d'assigner à ses alliés un nouveau rendez-vous qu'il fixe à
trois semaines après la Saint-Jean. Dans l'intervalle, il fait sa
résidence à l'abbaye Saint-Bernard d'Anvers, tandis que le duc de
Brabant, qui habite Leeuw, renouvelle au roi de France ses
protestations d'amitié. P. 139 à 141.

Quand le jour du rendez-vous est arrivé, les seigneurs de l'Empire
font dire au roi d'Angleterre qu'ils sont prêts à marcher à la
condition que le duc de Brabant, qui ne semble faire aucuns
préparatifs, leur donne l'exemple. Édouard III redouble ses instances
auprès du duc son cousin, qui veut, avant de rien faire, se concerter
une dernière fois avec les seigneurs d'Allemagne. Rendez-vous est pris
pour le 15 août, et ce rendez-vous est fixé à Halle[265] en
considération du jeune comte Guillaume de Hainaut et de Jean de
Hainaut son oncle. P. 141 et 142.

  [265] _Seconde rédaction_: à Diest.

Le duc de Brabant, le comte de Hainaut et les seigneurs de l'Empire,
qui prennent part à l'entrevue de Halle, déclarent, après mûre
délibération, qu'il leur est impossible de s'engager dans une guerre
contre la France si le roi d'Angleterre ne s'assure d'abord l'alliance
de l'empereur d'Allemagne et s'il ne parvient à décider Louis de
Bavière lui-même à se prononcer contre Philippe de Valois. Ils
ajoutent que l'achat de Crèvecœur en Cambrésis et d'Arleux en
Palluel, qui sont terres d'Empire, ne peut manquer d'être aux yeux de
l'Empereur un motif plus que suffisant de se joindre à ses feudataires
pour défier le roi de France. Le roi d Angleterre, forcé de contenir
son dépit en présence de cette nouvelle fin de non-recevoir suggérée
par le duc de Brabant, répond à ses alliés qu'il sera fait selon leur
volonté. P. 142 à 144.

_Abrégé de 1477 ou ms. B6._ Après la victoire de Cadsand, Édouard III
renouvelle sa défense d'exporter des laines anglaises en Flandre. Les
Flamands, dont la draperie est menacée d'une ruine complète, sont au
comble de la désolation. Jacques d'Arteveld, dont le cœur est plus
anglais que français, parvient à faire partager les mêmes sentiments à
la majorité de ses compatriotes, et il invite le roi d'Angleterre à
visiter les Flamands qui sont impatients de le voir. Édouard III
consent alors à lever la défense d'exporter des marchandises en
Flandre, et il rend à la ville de Bruges l'étaple des laines
qu'il lui avait enlevée. Bientôt après, il passe la mer et vient
débarquer à Anvers en compagnie de la reine sa femme et de Robert
d'Artois, _comte de Richemont_. P. 412, 417.

Le duc de Brabant envoie l'un de ses chevaliers souhaiter la bienvenue
au roi d'Angleterre qui reçoit aussi la visite de Jacques d'Arteveld
et des seigneurs des marches d'Allemagne. Il s'engage alors entre
Édouard III et ses alliés de grands pourparlers auxquels le jeune
comte de Hainaut refuse d'abord de prendre part, en disant qu'il
entend rester Français et tenir le parti du roi son oncle. P. 417.

Sur ces entrefaites, la reine d'Angleterre met au monde un fils qui
reçoit le nom de Lion et qui fut depuis duc de Clarence. Pendant que
Philippe fait ses relevailles, Édouard III se rend à Gand à une
entrevue qui dure quinze jours et où il a convié le duc de Brabant, le
comte de Hainaut et les grands feudataires des marches d'Allemagne.
Là, on décide, d'après le conseil de Jean le Mayeur, que le roi
d'Angleterre doit d'abord se faire nommer vicaire de l'Empire, afin de
fournir aux seigneurs allemands, qui seront tenus à ce titre de lui
obéir, un prétexte légitime de marcher sous ses ordres contre le roi
de France. P. 423.

_Seconde rédaction._--Après la défaite de Cadsand, les Flamands
envoient par le conseil de Jacques d'Arteveld douze bourgeois des
principales villes de Flandre auprès du roi d'Angleterre; ces
bourgeois ont mission de disculper leurs compatriotes de toute
complicité avec les gens d'armes vaincus et d'inviter le vainqueur à
venir dans leur pays. Édouard III, qui reçoit ces envoyés à Eltham,
leur promet de se rendre à Anvers à Noël prochain pour s'entendre avec
le comte et, à défaut du comte, avec les bonnes villes du comte. En
attendant son voyage, il autorise jusqu'au 1er janvier la reprise des
relations entre la Flandre et l'Angleterre. P. 411 et 412.

Quand tout est prêt à Anvers pour le recevoir, le roi d'Angleterre
s'embarque pour la Flandre; il emmène avec lui la reine sa femme alors
enceinte, Robert d'Artois, les comtes de Derby, de Warwich, de
Pembridge, de Suffolk, d'Arundel et de Kent, les évêques de Lincoln et
de Durham, Renaud de Cobham, Richard de Stafford, Guillaume
Fitz-Waren, Gautier de Mauny, Philippe de Hastings, les seigneurs de
la Ware, de Beauchamp, de Ferrers, de Basset, de Willoughby et de
Bradeston. Édouard III débarque à Anvers vers la Saint-Aubert et
la Sainte-Luce (13 décembre). P. 416 et 417.

Peu de temps après l'arrivée du roi anglais à Anvers, la reine sa
femme met au monde un fils qui reçoit le nom de Lion; et le comte de
Hainaut, frère de Philippe, vient assister aux pompeuses relevailles
de sa sœur en compagnie de Jean de Hainaut son oncle. Pressé par
Jacques d'Arteveld de s'entendre avec Édouard III, le comte de Flandre
déclare qu'il aime mieux perdre tous les revenus de son comté que de
s'allier avec le roi d'Angleterre contre son cousin le roi de France;
et de peur qu'on ne le veuille contraindre à cette alliance, Louis de
Nevers quitte la Flandre et se retire en France avec Marguerite sa
femme et Louis son fils à la cour de Philippe de Valois. P. 418.

Jacques d'Arteveld se rend alors à Anvers auprès du roi d'Angleterre,
accompagné de soixante bourgeois des plus grands de Flandre; et sur
les instances du chef de cette députation, ami dévoué des Anglais,
Édouard III consent à rendre aux Flamands l'étaple des laines qu'ils
ont perdue depuis trois ans, à la condition qu'il pourra désormais
aller et venir en Flandre, avec ou sans armée, comme il lui plaira;
mais les envoyés des bonnes villes refusent de s'engager au nom de
leurs compatriotes à envahir le Tournésis, les châtellenies de Lille
et de Douai et à prendre les armes contre le roi de France. Après le
départ de ses collègues, Jacques d'Arteveld passe son temps en allées
et venues de Gand à Anvers; il est sans cesse en visite auprès
d'Édouard III auquel il promet de le rendre maître de la Flandre. Il
se fait fort, quoi qu'en aient dit les autres députés flamands, de
mettre sur pied au besoin cent mille combattants prêts à attaquer et à
envahir la France par le côté qu'Édouard III leur désignera. C'est
qu'autant Jacques d'Arteveld est prochain et ami du roi d'Angleterre,
autant il est craint et redouté par toute la Flandre. Depuis le départ
du comte, il y règne en souverain; et nul n'est plus puissant que lui,
principalement à Gand.... P. 419.

Édouard III convoque à Anvers ses principaux alliés, le duc de
Brabant, le comte de Gueldre, le marquis de Juliers, les comtes de
Clèves et de Salm, le marquis de Brandebourg, le sire de
Fauquemont[266]; et le comte de Hainaut seul refuse de se rendre à
l'appel de son beau-frère. P. 417.

  [266] _Fauquemont_ est la traduction française de _Valkenburg_,
  localité qui fait partie aujourd'hui de la Hollande et qui est
  située près de Maestricht.

Mis en demeure de fournir les secours promis au roi d'Angleterre, ces
seigneurs demandent du temps pour réfléchir; et l'on convient d'une
nouvelle entrevue qui doit avoir lieu trois semaines après la
Saint-Jean. En attendant cette entrevue, Édouard III va habiter avec
sa femme l'abbaye Saint-Bernard d'Anvers. P. 420.

En Brabant, le roi d'Angleterre compte plus de partisans que le roi de
France, spécialement parmi les habitants des bonnes villes; mais le
duc, qui est prudent et avisé, ne se veut point mettre en guerre avec
son puissant voisin, et il se promet bien de ne jamais être anglais,
si en Hainaut et en Flandre on ne l'est encore plus que lui. Quant aux
Flamands, ils inclinent de plus en plus du côté de l'Angleterre. C'est
que Jacques d'Arteveld, qui est alors tout en Flandre, fait sans cesse
des discours aux habitants de Gand, de Bruges, d'Ypres, de Courtrai,
d'Audenarde, où il montre si bien les avantages de l'alliance anglaise
que ses compatriotes sont prêts à marcher à son commandement sous la
bannière d'Édouard III. Les dispositions sont les mêmes dans le
Hainaut où les gens des communes surtout sont très-favorables aux
Anglais; mais le jeune comte Guillaume dit que Philippe de Valois son
oncle lui est plus prochain et la France plus amie qu'Édouard III et
l'Angleterre. P. 420 et 421.

_Troisième rédaction._--Jacques d'Arteveld fait en sorte que les
échanges ne recommencent pas entre la Flandre et l'Angleterre
immédiatement après l'affaire de Cadsand. Les marchands anglais, qui
ont sur le quai de Londres et ailleurs une quantité énorme de sacs de
laine, ne désirent rien tant que de les vendre pour avoir de l'argent.
Les drapiers de Flandre et du Brabant, de leur côté, ne désirent rien
tant que de les acheter pour les employer à la fabrication du drap.
Jacques d'Arteveld, qui sait tout cela, n'en écrit pas moins au roi
d'Angleterre pour l'engager à ne pas lever les prohibitions jusqu'à
nouvel ordre. P. 413.

Lorsque les habitants de Bruges, de Damme, de l'Écluse, d'Ypres, de
Courtrai et du terroir du Franc voient que la mer n'est pas plus
ouverte après l'affaire de Cadsand qu'auparavant, ils commencent à
murmurer et vont se plaindre au chef populaire de la ville de Gand. On
convient après de longues délibérations de nommer dans chaque
bonne ville deux bourgeois qui iront en Angleterre avec Jacques
d'Arteveld prier Édouard III de rendre aux Flamands l'étaple des
laines, et on leur donne pleins pouvoirs d'adhérer au nom de toute la
Flandre au traité conclu par l'évêque de Durham et les autres députés
anglais avec les Gantois. Ces députés s'embarquent à l'Écluse et
arrivent à Londres où ils vont loger dans la rue _de la Riole_[267].
P. 413 à 415.

  [267] Ces expressions de Froissart: _la rue de la Riole_,
  désignent peut-être le Strand.

Le roi d'Angleterre, après avoir fêté à Eltham les envoyés flamands et
surtout Jacques d'Arteveld, réunit son conseil au palais de
Westminster, et l'on y décide qu'il sera fait droit à la requête des
Flamands. Ceux-ci promettent en retour de recevoir dans leur pays
Édouard III et son armée et même de se joindre au duc de Brabant et
aux seigneurs allemands pour marcher contre Tournai ou Cambrai, là où
il plaira au roi anglais de les conduire. Les députés de Flandre sont
à peine rentrés dans leur pays qu'on voit les laines anglaises affluer
à l'Écluse, à Damme et à Bruges où les drapiers du Brabant et
d'ailleurs viennent les acheter. P. 415 et 416.

Vers la Saint-Jean (24 juin), Édouard III laisse à Windsor la reine sa
femme alors enceinte d'une princesse qui reçut le nom d'Isabelle et
fut depuis dame de Coucy. Puis il s'embarque au port de Londres en
compagnie de Robert d'Artois qui a inspiré et fomenté toute cette
entreprise. La flotte anglaise jette l'ancre devant Anvers la nuit de
la Saint-Jacques et Saint-Christophe (25 juillet). Le roi d'Angleterre
ne tarde pas à recevoir dans cette ville la visite de Jean de Hainaut,
puis du duc de Brabant son cousin germain, du comte de Gueldre et du
marquis de Juliers. P. 416, 417 et 418.



CHAPITRE XXIV.

  1332 à 1338. VOYAGES[268] ET SÉJOUR DE DAVID BRUCE, ROI D'ÉCOSSE,
    EN FRANCE (§ 69).


_Première rédaction._--David Bruce, dépouillé de la plus grande
partie de son royaume, prend le parti de se retirer en France où il
trouve ainsi que la reine sa femme l'accueil le plus empressé.
Philippe de Valois met à la disposition du roi d'Écosse plusieurs de
ses châteaux et se charge de pourvoir à tous les frais d'existence de
son hôte. Par l'entremise de David Bruce, un traité d'alliance
offensive et défensive est conclu entre le roi de France et les
seigneurs d'Écosse partisans de David: Philippe de Valois s'engage à
secourir de tout son pouvoir les Écossais qui promettent en retour de
n'accorder aucune trêve aux Anglais sans le consentement de leur royal
allié. Arnoul d'Audrehem, maréchal de France, et le sire de
Garencières, envoyés en Écosse à la tête d'un corps d'auxiliaires, se
couvrent de gloire[269]. P. 146 à 148.

  [268] Nous écrivons _voyages_ au pluriel, parce que, s'il paraît
  bien établi que l'arrivée de David Bruce en France remonte à
  1332, un voyage de ce prince en Écosse, avant l'ouverture des
  hostilités entre la France et l'Angleterre, n'a rien que de
  conforme à la vraisemblance. Certains détails de la seconde et de
  la troisième rédaction, notamment la rencontre des Écossais et
  des écumeurs normands, font supposer que ce second voyage, s'il a
  existé réellement, a dû avoir lieu en 1338.

  [269] Cette expédition dut avoir lieu en 1335. Au mois d'avril
  1343, Philippe de Valois donna au comte d'Eu mille livres
  tournois de rente sur le Trésor à Paris «comme dès l'an de grâce
  _mil CCC trente et cinq nous eussions ordenné à Chastelheraut de
  envoier en Escoce nostre amé et feal cousin le comte de Eu,
  connestable de France, en l'aide du roy d'Escoce contre le roy
  d'Engleterre_; et pour ce que nostre dit cousin, qui tenoit en
  Engleterre et en Yrlande certaine terre en fié du roy
  d'Engleterre, ne devoit ne voloit aler encontre li sanz avant li
  renvoier son hommage, par nostre volenté et ordenance li renvoya
  de lors l'ommage de la dite terre, laquelle vaut quatre mille
  livres tournois par années communes....» (Arch. de l'Empire, JJ
  74, p. 74, f{o} 44.)

_Seconde rédaction._--Toutes les forteresses du plat pays d'Écosse
sont tombées au pouvoir des Anglais, et Guillaume de Montagu, comte de
Salisbury, occupe Édimbourg. Le comte de Murray, Guillaume de Douglas,
Robert de Vescy, Simon Fraser, Alexandre de Ramsay se sont réfugiés
dans les forêts de Jedburgh: le centre d'opérations de ces défenseurs
de l'Écosse est le fort château de Dumbarton où le jeune David Bruce
et la reine sa femme ont fixé leur résidence. Lorsque les seigneurs
écossais apprennent qu'Édouard III se dispose à entrer en campagne
contre le roi de France, ils chargent Guillaume de Douglas, le comte
de Sutherland et Robert de Vescy d'aller en compagnie du roi d'Écosse
négocier un traité d'alliance avec Philippe de Valois. David Bruce
s'embarque à Aberdeen avec la reine et les seigneurs ci-dessus
nommés. Pendant la traversée, les quatre navires qui portent le roi
d'Écosse et sa suite, poussés par un fort vent d'est à l'embouchure de
la Tamise près de Margate, tombent au milieu d'une flotte de
soixante-quinze vaisseaux montés par des Normands et des Génois en
croisière dans ces parages. Les Normands croient d'abord avoir affaire
à des Anglais et ils commencent à donner la chasse à ces quatre
navires; mais les Écossais se font reconnaître, et aussitôt Hue
Quieret[270], qui commande la croisière, s'empresse de les escorter
jusqu'au port de Calais. Une fois débarqué, David Bruce passe à
Thérouanne, Arras, Bapaume, Péronne et arrive à Paris. P. 429 à 431.

  [270] Hue Quieret, chevalier et conseiller du roi, son amiral en
  mer, fut capitaine de Douai du 28 octobre au 6 décembre 1339
  (Bibl. imp., De Camps, portef. 83, f{o} 311). Parmi les
  chevaliers qui servirent sur les frontières de Flandre en 1339 et
  1340, on voit figurer Hue Quieret avec un écuyer «venu de
  Roust-lès-Fresnemontiers» (auj. Fresmontiers, Somme, arr. Amiens,
  canton Conty). Le 24 avril 1340, Hue Quieret, écuyer, fils de feu
  Guérard Quieret, chevalier, vendit aux chapelains de Notre-Dame
  d'Amiens tout le fief dit de Gueraville, tenu de Gaucher de
  Châtillon, seigneur de la Ferté en Ponthieu et de Marie de
  Toutecourt sa femme et situé à Doins (auj. Doingt-Flamicourt,
  Somme, arr. et canton Péronne). Arch. de l'Empire, JJ 72, p. 555.

Philippe de Valois, qui vient de recevoir le défi d'Édouard III,
accueille avec joie le roi d'Écosse; il est heureux de trouver dans
les propositions d'alliance qu'on lui vient soumettre un moyen de
forcer son adversaire à détourner contre un pays autre que la France
une partie des forces de l'Angleterre. Aussi, la conclusion du traité
ne se fait pas attendre, et Robert de Vescy retourne en porter la
nouvelle à ses compatriotes. Aussitôt qu'Édouard III est informé de
cette nouvelle, il renvoie en Angleterre l'évêque de Durham, les
seigneurs de Lucy et de Mowbray, et il les charge d'inviter le comte
de Salisbury, les seigneurs de Percy, de Nevill, de Greystock et
Édouard Baillol, capitaine de Berwick, à renforcer toutes les
garnisons sur la frontière d'Écosse. P. 431 et 432.

_Troisième rédaction._--Après la prise de Berwick, David Bruce, forcé
de se retirer à Aberdeen et aux environs dans la Sauvage Écosse,
apprend que le roi d'Angleterre, à l'instigation de Robert d'Artois,
se dispose à revendiquer le trône de France; et il forme le
projet de se rendre sur le continent pour négocier un traité
d'alliance avec Philippe de Valois. Ce projet reçoit l'approbation des
Écossais qui ont toujours été plus partisans des Français que des
Anglais. Le roi d'Écosse s'embarque au port de Montrose en compagnie
de la reine sa femme, de Guillaume de Douglas, de vingt-six chevaliers
et écuyers, des dames et damoiselles de la suite de la reine; il
confie la défense du royaume en son absence à Archibald de Douglas, à
Robert de Vescy, à Alexandre de Ramsay et à Simon Fraser. Les Écossais
abordent à l'Écluse où ils se font passer pour des pèlerins et
pèlerines qui vont à Saint-Maur des Fossés. De l'Écluse, ils se
rendent par eau à Bruges où ils attendent leurs chevaux et
renouvellent leur équipage. Ils passent à Lille, à Arras, à
Éclusier[271], à Lihons[272] en Santerre, à Roye, à Canny[273], à
Ressons[274] à Creil, et ils ne s'arrêtent qu'à Luzarches[275].
Arrivés là, Guillaume de Douglas et David de Lindsay prennent les
devants pour prévenir le roi de France. Philippe de Valois, qui tient
alors sa cour à l'hôtel du bois de Vincennes, envoie au-devant du roi
et de la reine d'Écosse les seigneurs de Montmorency et de
Garencières. De Luzarches, le cortége royal vient coucher à
Saint-Denis; et l'entrevue des deux rois et des deux reines a lieu le
lendemain au Bois avant la messe. Le séjour du roi et de la reine
d'Écosse en France dura neuf ans pendant lesquels ils habitèrent la
ville et le château de Nemours que Philippe de Valois leur avait
assigné pour leur demeure avec une rente de mille écus par mois. P.
432 à 435.

  [271] Éclusier-Vaux, Somme, arr. Péronne, c. Bray.

  [272] Lihons, Somme, arr. Péronne, c. Chaulnes.

  [273] Canny-sur-Matz, Oise, arr. Compiègne, c. Lassigny.

  [274] Ressons-sur-Matz, Oise, arr. Compiègne.

  [275] Luzarches, Seine-et-Oise, arr. Pontoise.



CHAPITRE XXV.

  1338. INSTITUTION D'ÉDOUARD III EN QUALITÉ DE VICAIRE DE L'EMPIRE
    (§§ 68, 70, 71).


Le roi d'Angleterre et ses alliés décident qu'une députation se rendra
auprès de l'empereur d'Allemagne afin de solliciter le titre de
vicaire de l'Empire en faveur d'Édouard III. Cette députation se
compose du comte de Gueldre et du marquis de Juliers, qui représentent
les seigneurs allemands, de l'évêque de Lincoln, de Renaud de Cobham
et de Richard de Stafford qui sont délégués par le roi d'Angleterre.
Ces députés[276] vont trouver l'empereur à Nuremberg[277] où leur
mission, secondée par l'impératrice Marguerite de Hainaut, est
couronnée d'un plein succès. Les électeurs et les plus hauts barons de
l'Empire, tels que le duc de Saxe, les marquis de Brandebourg, de
Meissen et d'Osterland, les archevêques de Cologne, de Trèves et de
Mayence sont convoqués à cette entrevue solennelle qui dure trois
jours; le duc de Brabant, convoqué aussi, se fait excuser et remplacer
par le seigneur de Cuyk[278]. Là, devant tous ces princes et
seigneurs, Louis de Bavière érige en marquisat le comté de Juliers et
en duché le comté de Gueldre. En même temps, il fait Édouard III son
vicaire par tout l'Empire, il l'autorise à battre monnaie en son nom,
et il enjoint à tous ses sujets d'obéir au vicaire impérial comme à
lui-même; enfin, il donne mission aux délégués tant anglais
qu'allemands de remettre de sa part au roi d'Angleterre les insignes
et titres de la nouvelle dignité dont il l'a investi. P. 144, 145, 424
et 425.

  [276] D'après l'abrégé de 1477 ou ms. B6, l'entrevue eut lieu à
  _Coblenz_, non entre des délégués du roi d'Angleterre, mais
  _entre le roi d'Angleterre lui-même et l'empereur d'Allemagne_.
  Cette version est la seule qui soit de tout point conforme à la
  vérité historique.

  [277] D'après la première et aussi d'après la troisième
  rédaction, l'entrevue se tint à Floreberg; mais Floreberg ou
  Florenberg semble provenir de quelque méprise de copiste et
  probablement d'une mauvaise lecture.

  [278] Otton, sire de Cuyk, fils de Jean, marié à Jeanne dame de
  Heverlé, puis en 1333 à Jeanne de Flandre, fille du sire de
  Tenremonde. Otton mourut sans enfants peu après 1350. Cuyk fait
  aujourd'hui partie de la Hollande.

Aussitôt que les habitants de Cambrai, qui est chambre et terre de
l'Empire, apprennent qu'Édouard III vient d'être nommé vicaire de
l'empereur, ils craignent que le roi anglais ne veuille s'emparer de
leur ville pour en faire un de ses avant-postes contre la France. Et
comme ils sont et veulent rester bons Français, ils chargent leur
évêque Guillaume d'Auxonne, excellent patriote, originaire du Berry et
de la Sologne, d'implorer pour eux, au cas où ils seraient attaqués,
l'appui du roi de France. Philippe de Valois promet de venir à
leur secours, et l'on verra qu'il tint sa promesse[279]. P. 427 et
428.

  [279] Un véritable traité d'alliance fut conclu en novembre 1339
  entre Philippe de Valois et la cité de Cambrai. Entre autres
  priviléges qui furent accordés aux habitants de la dite ville, le
  roi de France prit l'engagement d'entretenir à ses frais 300
  hommes d'armes et 300 arbalétriers pour défendre Cambrai contre
  tous, excepté contre l'empereur de Rome, roi d'Allemagne. (Arch.
  de l'Empire, JJ 73, p. 244, f{o} 191.)

Rendez-vous est pris pour entendre la réponse de l'empereur Louis de
Bavière. Quoique les seigneurs d'Allemagne aient désigné Utrecht comme
plus à leur convenance, ce rendez-vous a lieu, sur l'insistance du duc
de Brabant, à Herck[280] dans le comté de Looz le jour de la
Saint-Martin d'hiver (11 novembre). La cérémonie se tient dans la
grande vieille halle de la ville, magnifiquement décorée pour la
circonstance. Édouard III siége, la couronne en tête, sur un étal de
boucher transformé en trône. Là, devant un immense concours de
seigneurs et de peuple, il est donné lecture des lettres qui
instituent le roi d'Angleterre vicaire de l'Empire et qui
l'investissent de toutes les prérogatives afférentes à cette haute
dignité. Édouard III et ses alliés se séparent en s'ajournant à trois
semaines après la Saint-Jean pour aller mettre le siége devant Cambrai
qui doit relever de l'Empire. P. 149, 150, 435 et 436.

  [280] _Troisième rédaction_: Herck en Hesbaing (pays de
  Liége).--C'est aujourd'hui Herck-la-Ville, prov. de Limbourg, à
  12 k. de Hasselt.

Le roi d'Angleterre, de retour au château de Louvain, requiert à titre
de vicaire de l'Empire et se fait promettre le libre passage pour lui
et pour ses gens à travers le comté de Hainaut; puis, il mande à la
reine sa femme, restée en Angleterre, de passer la mer et de le venir
rejoindre. Philippe s'embarque au palais de Westminster, aborde à
Anvers et fait son entrée à Louvain avec une escorte de plus de deux
mille hommes. Le roi et la reine tiennent leur cour pendant tout
l'hiver dans le château du duc de Brabant avec beaucoup de
magnificence. Ce séjour est très-onéreux pour les finances d'Édouard
III qui entretient en outre à ses frais sur le continent plus de deux
mille chevaliers ou écuyers et environ huit mille archers. Il faut
solder tous les mois les gages de ces gens d'armes, sans compter les
cadeaux destinés à gagner l'amitié des seigneurs allemands qui ne font
rien, ni pour parenté ni autrement, si on ne les paye d'avance à beaux
deniers comptants. Pendant ce temps, le duc de Brabant continue
de renouveler ses protestations de dévouement au roi de France par
l'intermédiaire de [Léon] de Crainhem[281] délégué à cet effet auprès
de Philippe de Valois. Et lorsque bientôt après les actes viennent
donner un démenti à ces protestations, l'honnête et loyal représentant
du duc, honteux d'avoir été l'intermédiaire d'aussi impudents
mensonges, en meurt de douleur. P. 151, 436 à 439.

  [281] _Abrégé de 1477 ou ms. B6_: Louis de Granchon.

_Manuscrit de Valenciennes._--Le samedi avant la Nativité (5
septembre), Louis de Bavière, empereur de Rome, est assis à Coblenz en
siége impérial sur une estrade de douze pieds de haut; il est vêtu
d'une étoffe de soie de couleurs variées recouverte d'une dalmatique
avec fanon (manipule) au bras et étole croisée par devant à la manière
des prêtres, le tout blasonné aux armes de l'Empire; il a les pieds
chaussés de soie comme le reste du corps, et la tête coiffée d'une
mitre ronde qui supporte une magnifique couronne d'or; il a les mains
gantées de soie blanche et aux doigts des anneaux du plus grand prix.
Il tient de la main droite un globe d'or surmonté d'une croix
vermeille, et de l'autre main le sceptre. A la droite de Louis de
Bavière, le marquis de Meissen a la garde du globe d'or. Tout à côté
de l'empereur siége le roi d'Angleterre vêtu d'une étoffe vermeille
d'écarlate avec un château en broderie sur la poitrine. A la gauche
des empereurs, le marquis de Juliers est le dépositaire du sceptre.
Les électeurs sont deux degrés plus bas; et le seigneur de Cuyk,
représentant du duc de Brabant, qui tient en main une épée nue, a la
préséance sur eux tous. Après avoir fait renouveler et confirmer par
les électeurs les statuts fondamentaux de l'Empire, Louis de Bavière
déclare qu'il contracte alliance, ainsi que plusieurs prélats et
barons d'Allemagne, avec Édouard III là présent, et qu'il institue le
roi d'Angleterre son vicaire par tout l'Empire et en toutes choses. P.
425 à 427.



CHAPITRE XXVI.

  1337 à 1339. CROISIÈRES ET INCURSIONS DES NORMANDS SUR LES CÔTES
    D'ANGLETERRE; SAC DE SOUTHAMPTON, PRÉPARATIFS DE GUERRE DU ROI
    DE FRANCE, SUR TERRE ET SUR MER (§§ 72, 74.)


1337 à 1339. Philippe de Valois arme en course et entretient sur mer
une flotte composée de Normands, de Bretons, de Picards, de Génois et
de Biscayens sous les ordres de Charles Grimaldi, amiral de France, de
Hue Quieret, de [Nicolas] Behuchet[282] et de Barbavera[283]. Ces
écumeurs, au nombre de vingt ou trente mille, ont leurs principaux
quartiers depuis Dieppe jusqu'à Harfleur, et c'est de là qu'ils
partent pour donner la chasse aux Anglais et aux Flamands; ils
infestent surtout les parages de Douvres, de Winchelsea, de Margate et
en général les ports qui avoisinent l'embouchure de la Tamise. P. 153.

  [282] Nicolas Behuchet ou Beuchet, d'origine normande, était
  chevalier, trésorier et conseiller du roi (Arch. de l'Empire, JJ
  74, p. 154).

  [283] Pietro Barbavera, qualifié «sergent d'armes» était de
  Gênes. Le 19 décembre 1337, Philippe de Valois fit don «à son
  bien amé et féal sergent d'armes Pierre dit Berbevaire» de 100
  livres tournois à prendre sur les émoluments de la prévôté de la
  Rochelle. Une seconde donation de 100 autres livres tournois de
  rente fut faite le 12 janvier 1341 au dit Pietro Barbavera, à la
  condition de «faire venir des parties de Jane (Gênes) en nostre
  dit royaume sa fame et ses enfanz pour y converser d'ores en
  avant et faire leur perpétuel residence.» (Arch. de l'Empire, JJ
  74, p. 233.)

1337. Hue Quieret et ses Normands surprennent un dimanche matin vers
la Nativité (8 septembre) le port de Southampton à l'heure où les
habitants sont à la messe; les écumeurs français se rendent maîtres de
la ville sans coup férir et l'occupent tout un jour; ils massacrent
grand nombre de bourgeois, violent les femmes, les jeunes filles et ne
reprennent la mer qu'après avoir chargé leurs navires de l'immense
butin qu'ils ont pu ramasser dans cette cité, alors pleine de
richesses. Pendant qu'ils pillent ainsi la ville, ils envoient
quelques-uns des leurs mettre le feu aux hameaux des environs. Ce coup
de main jette l'épouvante dans tout le pays, et les nouvelles en
viennent à Winchester, à Salisbury, à Guildford et jusqu'à Londres.
Les milices de ces villes accourent à cheval au secours de
Southampton; mais quand elles arrivent, les Français sont déjà partis.
P. 153, 158 et à l'_addenda_ les var. des p. 153 et 158.

1339. Le roi de France apprend que l'intention du roi d'Angleterre est
de venir mettre le siége devant Cambrai. Il envoie aussitôt dans cette
ville une garnison de deux cents hommes d'armes, tant de France que de
Savoie, sous les ordres de Louis de Savoie, d'Etienne dit le Galois de
la Baume, d'Amé de Genève, de Miles de Noyers, de Louis de Chalon, de
Jean de Grosley, des seigneurs de Beaujeu[284], de Saint-Venant[285],
de Bazentin[286], d'Aubigny[287], de Roye[288], de Vinay, de
Fosseux[289], de Beaussault, de Coucy[290] et de Neuchâtel[291]. Ces
seigneurs approvisionnent Cambrai de vivres et de fourrages et font
enterrer trois des portes de la ville. Philippe de Valois envoie en
outre au Cateau-Cambrésis Thibaud de Moreuil, le maréchal de
Mirepoix[292] et le seigneur de Raineval[293]; il pourvoit à la
défense de Bohain[294], de la Malmaison[295], de Crèvecœur[296],
d'Arleux[297] et en général de toutes les frontières d'Artois, de
Cambrésis et de Vermandois. Par l'ordre du seigneur de Coucy, le
seigneur de Clary[298] va avec quarante lances de bons compagnons
occuper Oisy en Cambrésis. En même temps, Philippe convoque tous ses
gens d'armes à Compiègne, à Péronne, à Bapaume et à Arras. Avis est
aussi donné de l'ouverture des hostilités à Jean, roi de Bohême, à
Raoul, duc de Lorraine, à Henri IV, comte de Bar, à Adhémar de
Monteil, évêque de Metz, à Adolphe de la Marck, évêque de Liége; et
ces princes s'empressent d'assurer le roi de France de leur fidélité.
Le jeune comte de Hainaut, prévenu comme les précédents, fait réponse
à Philippe de Valois son oncle que, vassal de l'empire d'Allemagne
pour une partie de sa terre, il ne peut refuser de marcher avec
Édouard III, vicaire de l'empereur, autant du moins que celui-ci se
tiendra dans les limites du territoire de l'Empire; mais Guillaume II
proteste qu'au delà de ces limites, il est prêt à servir le roi de
France contre tout homme. P. 157, 447, 448 et 452.



CHAPITRE XXVII.

  1339. DÉCLARATION DE GUERRE ET OUVERTURE DES HOSTILITÉS ENTRE LA
    FRANCE ET L'ANGLETERRE: ASSEMBLÉES DE VILVORDE ET DE MALINES;
    CHEVAUCHÉE DE GAUTIER DE MAUNY EN CAMBRÉSIS ET PRISE DE
    THUN-L'ÉVÊQUE PAR LES ANGLAIS (§§ 72 et 73).


L'hiver se passe en préparatifs de guerre, tant du côté des Anglais
que du côté des Français. Après la Saint-Jean (24 juin), Édouard III
quitte le château de Louvain et vient à Vilvorde près de Bruxelles où
il a donné rendez-vous à ses gens ainsi qu'au duc de Brabant et à ses
alliés d'Allemagne. L'armée anglaise, composée de six cents armures de
fer et de huit ou dix mille archers, tous gens d'élite, reste campée
dans les belles prairies qui s'étendent entre Vilvorde et Bruxelles,
depuis la Madeleine (22 juillet) jusqu'à la Nativité (8 septembre). Le
roi d'Angleterre, fatigué d'attendre en vain l'arrivée des seigneurs
d'Allemagne, les convoque à une entrevue qui doit se tenir à
Malines[299] le jour de saint Gilles (1er septembre). Le duc de
Gueldre, les marquis de Juliers, de Meersen et d'Otterland[300],
de Brandebourg, Jean de Hainaut, les comtes de Berg, de Salm et de
Looz, le seigneur de Fauquemont, Arnoul de Blankenheim[301] et son
frère Valerand de Juliers, archevêque de Cologne et plusieurs
chevaliers, francs rustres d'Allemagne, se rendent à cette entrevue.
Tous ces seigneurs s'accordent à défier le roi de France de concert
avec Édouard III. Le duc de Brabant seul refuse de faire comme les
autres; il dit qu'il se réserve de défier le roi de France isolément,
lorsque le roi anglais et ses alliés auront mis le siége devant
Cambrai. L'évêque de Lincoln reçoit la mission de remettre les lettres
de défi à Philippe de Valois. Cet évêque, après avoir attendu à
Valenciennes le retour du héraut chargé de lui apporter un
sauf-conduit, se rend à Paris en passant par le Cateau-Cambrésis,
Saint-Quentin, Ham, Noyon, et il va loger au Château-Fétu[302] dans la
rue du Tiroir, derrière les Innocents; il est reçu en audience par
Philippe de Valois qui habite alors l'hôtel de Nesle outre Seine.
L'envoyé du roi d'Angleterre commence par rendre au nom de son maître
l'hommage tout entier, tant pour le comté de Ponthieu que pour
certaines terres de Guyenne comprises entre Dordogne et Gironde, car
le reste des possessions anglaises sur le continent n'est point
assujetti à l'hommage; puis il remet au roi de France les lettres de
défi dont il est porteur. P. 152 à 154, 439 à 444.

  [284] Édouard de Beaujeu.

  [285] Robert de Wavrin, sire de Saint-Venant. Robert de Wavrin,
  sire de la ville de Saint-Venant, chevalier banneret, servit sur
  les frontières de Flandre du 30 octobre 1339 au 27 septembre 1340
  avec 1 bachelier et 40 écuyers. (Bibl. imp., De Camps, portef.
  83, f{o} 314 v{o}.)

  [286] Renaud de Bazentin était venu avec 11 écuyers de
  Pimprez-lez-Noyon (Oise, arr. Compiègne, c. Ribecourt). De Camps,
  portef. 83, f{o} 338 v{o}.

  [287] Bernard d'Aubigny.

  [288] Jean de Roye.

  [289] Jean de Fosseux, banneret, servit en Flandre et en Hainaut
  de 1337 à 1389 avec 3 chevaliers et 25 écuyers. (De Camps,
  portef. 83, f{o} 317 v{o}.)

  [290] Enguerrand, sire de Coucy, banneret, servit sur les
  frontières de Flandre et de Hainaut à partir du 2 mars 1339 avec
  1 autre chevalier banneret, 2 bacheliers et écuyers. (De Camps,
  portef. 83, f{o} 322 v{o}.)

  [291] Louis de Neufchâtel.

  [292] Jean de Lévis, maréchal de Mirepoix.

  [293] Raoul de Raineval.

  [294] Aisne, arr. Saint-Quentin, ch.-l. de c.

  [295] Ce château situé dans la commune d'Ors, arr. de Cambrai,
  appartenait aux évêques de cette ville et fut démoli sous
  l'épiscopat de Jean de Lens en 1428.

  [296] Nord, arr. Cambrai, cant. Marcoing.

  [297] Nord, arr. Douai, ch.-l. de c.

  [298] Robert, sire de Clari, servit avec 3 écuyers à Douai sous
  Hue Quieret en 1339. (De Camps, portef. 83, f{o} 311 v{o}).

  [299] D'après l'_abrégé de 1477_, l'entrevue définitive d'Édouard
  III et des seigneurs d'Allemagne se tint à Anvers. P. 443.
  D'après la _Troisième rédaction_, cette entrevue eut lieu d'abord
  à Vilvorde même, puis à Malines. P. 440 et 448.

  [300] Partie orientale de la Hollande.

  [301] Blankenheim ou Blankenham fait aujourd'hui partie de la
  Hollande, arr. Zwolle, c. Vollenhove.

  [302] Voyez sur le Château-Fétu et la rue du Tiroir, situés dans
  le voisinage de la rue Saint-Honoré et de la rue de l'Arbre-Sec,
  la _Topographie historique du vieux Paris_, par Berty, t. I, p.
  48 à 51.

Ces lettres de défi sont à peine remises que Gautier de Mauny inaugure
la guerre contre la France par deux beaux faits d'armes. Ce chevalier
a fait vœu naguère en Angleterre, en présence de dames et seigneurs,
d'être le premier qui entrera en France et y prendra château ou place
forte. Jaloux d'accomplir ce vœu, Gautier quitte Vilvorde[303], se
met à la tête d'environ soixante bons compagnons et chevauche tant, de
nuit comme de jour, qu'il parvient en Hainaut; il traverse les bois de
Blaton[304], de Briffœuil[305] et de Wiers[306], et il arrive,
un peu avant le lever du soleil, devant Mortagne[307] sur Escaut, à
quatre lieues de Tournay. Quatre de ses hommes, habillés en paysannes
avec grands paniers plats recouverts de nappes blanches comme pour
aller au marché vendre du beurre ou du fromage, pénètrent dans la
ville à la faveur de ce déguisement; ils se saisissent du portier et
ouvrent la porte toute grande à leurs compagnons. Gautier de Mauny
s'élance, enseignes déployées, à l'assaut du donjon; mais il trouve le
guichet fermé et toutes les entrées bien gardées, car la sentinelle a
déjà donné l'éveil. Ce que voyant, il prend le parti de se retirer,
non sans avoir mis le feu à un certain nombre de maisons de Mortagne.
Il revient sur ses pas jusqu'à Condé[308] où il passe l'Escaut et la
Hayne, et, laissant Valenciennes à sa gauche, il vient dîner à
Denain[309] dont l'abbesse est sa cousine. Après avoir passé une
seconde fois l'Escaut à Bouchain, au confluent de ce fleuve avec la
rivière de la Sensée, il surprend de grand matin la garnison de
Thun-l'Évêque[310], fort château situé sur la rive gauche de l'Escaut
et relevant de l'évêché de Cambrai. Il arrive devant cette place juste
au moment où les valets du château mènent les bestiaux paître dans les
prés d'alentour. La forteresse n'est pas d'ailleurs pourvue d'une
garnison suffisante, car le pays ne croit pas être en guerre: le
châtelain est fait prisonnier dans son lit. Gautier de Mauny met bonne
garnison dans Thun-l'Évêque sous les ordres de son frère Gilles
surnommé Grignart. Cette garnison causa dans la suite beaucoup
d'ennuis aux habitants de Cambrai, car elle faisait trois ou quatre
fois par semaine des incursions jusques sous les murs de cette ville,
située à une lieue seulement de Thun-l'Évêque. Après cet exploit dont
l'évêque de Cambrai se plaint amèrement au roi de France, le
vainqueur retourne en Brabant où il reçoit les félicitations du roi
d'Angleterre. P. 154 à 156, 444 à 447.

  [303] _Abrégé de 1477_: Gand. _Seconde rédaction_:
  Anvers.--_Troisième rédaction_: Vilvorde. Nous adoptons cette
  dernière version comme la plus vraisemblable.

  [304] Blaton, Belgique, prov. de Hainaut, à 26 k. de Tournay.

  [305] Briffœuil, Belgique, dép. de Wasmes-Audemez, prov. de
  Hainaut, à 17 k. de Tournay.

  [306] Wiers, Belgique, prov. de Hainaut, à 17 k. de Tournay.

  [307] Mortagne, Nord, arr. Valenciennes, c. St-Amand.

  [308] Condé, Nord, arr. Valenciennes.

  [309] Denain, Nord, arr. Valenciennes, c. Bouchain, autrefois
  siége d'un chapitre noble de chanoinesses, fondé en 764. D'après
  la _Troisième rédaction_, G. de Mauny dîne à l'abbaye de Vicogne
  (dép. de Raismes, c. St-Amand), et, après avoir traversé de nuit
  les bois de Wallers, il entre en Ostrevant et passe la Sensée
  entre Douai et Cambrai. P. 446 et 447.

  [310] Thun-l'Évêque, Nord, arr. et c. Cambrai.



CHAPITRE XXVIII.

  1339. SIÉGE DE CAMBRAI PAR ÉDOUARD III ET SES ALLIÉS (§§ 75 à
    77).


Édouard III, dont les forces réunies à celles de ses alliés s'élèvent
à vingt mille hommes, quitte Malines[311] et vient à Bruxelles parler
au duc de Brabant. Le roi anglais et les seigneurs allemands entrent
seuls dans la ville; l'armée reste campée hors des murs. Sommé une
dernière fois par les confédérés, le duc de Brabant promet de les
rejoindre devant Cambrai à la tête de douze cents heaumes et de vingt
mille hommes des villes de son duché. De Bruxelles, Édouard III va
coucher à Nivelles; puis il se rend à Mons où il passe deux jours en
compagnie du jeune comte et de Jean de Hainaut. On est au mois de
septembre, et l'on a partout fait la moisson. L'armée anglo-allemande
se répand dans les villages de la marche de Valenciennes où elle
trouve vivres en abondance. Les Anglais consentent à payer ce qu'ils
prennent; quant aux Allemands, ils ont l'habitude d'être, à moins
qu'on ne leur force la main, d'assez mauvais payeurs. P. 158, 159, 448
et 449.

  [311] _Première rédaction._ Vilvorde.

Après avoir couché la veille et dîné au prieuré de Saint-Saulve, à une
demi-lieue de Valenciennes, Édouard III fait son entrée dans cette
ville par la porte Montoise au milieu d'un imposant cortége de
seigneurs anglais et allemands, tandis que son armée prend le chemin
d'Haspres et va camper sur les bords de la rivière d'Escaillon. Le
comte Guillaume, escorté de son oncle, des seigneurs d'Enghien, de
Fagnolles, de Verchain et de Havré, conduit par la main le roi anglais
jusqu'à l'hôtel appelé la Salle, décoré pour la circonstance avec une
magnificence vraiment royale. Au moment où le cortége monte les degrés
du perron de cet hôtel, l'évêque de Lincoln somme à haute voix et par
trois fois, au nom de son maître, Guillaume d'Auxonne, évêque de
Cambrai, d'ouvrir les portes de cette ville impériale au roi
d'Angleterre, vicaire de l'empereur, sous peine de forfaiture[312]. Le
comte de Hainaut, sommé à son tour et avec le même cérémonial, répond
qu'il est tout prêt à faire son devoir de vassal de l'Empire, et que
dans trois jours il aura rejoint son beau-frère à la tête de cinq
cents lances. Après un souper somptueux, Édouard III passe la nuit
dans l'hôtel de la Salle réservé exclusivement pour son usage par le
comte et la comtesse de Hainaut installés à l'hôtel de Hollande. Le
lendemain, le comte Guillaume fait la conduite au roi anglais jusqu'à
Haspres; et les deux beaux-frères rendent visite sur le chemin à
Jeanne de Valois, douairière de Hainaut, leur mère et belle-mère, qui
habite l'abbaye de Fontenelles. D'Haspres où il reste deux jours,
Édouard III vient camper avec son armée à Naves[313], à Iwuy et à
Cagnoncles, et il met le siége devant Cambrai. P. 160 et 161, 450 à
452.

  [312] Guillaume d'Auxonne répondit à cette sommation en lançant
  l'interdit contre le comte de Hainaut. Au mois d'octobre 1339,
  appel fut fait au Saint-Siége par Guillaume, comte de Hainaut, de
  l'interdit lancé contre lui par Guillaume d'Auxonne, évêque de
  Cambrai, à la suite de l'entrée à main armée du comte en
  Cambrésis. (Arch. du Nord, 4e cartulaire de Hainaut, p. 20.)

  [313] Naves, Iwuy et Cagnoncles sont des communes limitrophes
  situées dans le dép. du Nord, arr. et c. de Cambrai.

Le second jour du siége, le comte de Hainaut et Jean de Hainaut son
oncle, à la tête de cinq cents lances, rejoignent les assiégeants; et
quatre jours après l'arrivée de ce renfort, le duc de Brabant se rend
à son tour devant Cambrai avec neuf cents lances, sans compter les
autres armures de fer; il va occuper, du côté de l'Ostrevant, la rive
gauche de l'Escaut sur lequel les assiégeants jettent un pont pour
assurer les communications entre leurs différents corps d'armée. Les
coureurs anglais et allemands portent tous les jours le ravage dans le
Cambrésis, et ils poussent leurs incursions jusqu'à Bapaume; mais les
habitants du pays, qui ont été prévenus à temps, ont eu soin de mettre
leurs biens en sûreté dans les forteresses, et ils ont chassé devant
eux leur bétail jusqu'en Artois et en Vermandois. Jean de Hainaut,
Gautier de Mauny, le seigneur de Fauquemont et quelques chevaliers de
Gueldre et de Juliers ont coutume de faire ensemble leurs chevauchées.
Un jour ces seigneurs, à la tête de cinq cents lances et de mille
autres combattants, vont livrer un assaut terrible au château
d'Oisy[314] en Cambrésis; mais ce château est si bien défendu par la
garnison, placée sous les ordres du seigneur de Coucy, que les
assaillants sont repoussés après avoir perdu beaucoup de monde. P. 161
et 161, 452 à 454.

  [314] Nord, arr. et c. Valenciennes. Jean de Hordain était
  châtelain d'Oisy en 1339 et 1340. Voyez De Camps, portef. 83,
  f{o} 346 v{o}. Le château et la châtellenie d'Oisy appartenaient
  à Enguerrand de Coucy, fils de Guillaume, sire de Coucy, d'Oisy
  et de Montmirail. En 1342, le sire de Coucy fit assiette de 600
  livres de terre dues à son oncle Enguerrand, vicomte de Meaux,
  _en la terre de Cambresis, en la chastellerie d'Oisi_,... sur ses
  bois d'Havraincourt (Havrincourt). (Arch. de l'Empire, JJ 74, p.
  663.)

Un samedi matin, le valeureux Guillaume de Hainaut met pied à terre et
vient avec ses gens assaillir la porte de Saint-Quentin. Le comte est
suivi de ses maréchaux Érard de Verchain et Henri d'Antoing ainsi que
des seigneurs de Ligne, de Gommegnies, de Briffœuil, de la Hamaide,
de Mastaing, de Roisin, de Berlaimont et de Henri d'Houffalize. La
porte est défendue par des gens d'armes de Savoie sous les ordres
d'Amé de Genève et du Galois de la Baume. L'attaque de cette porte est
signalée par un combat singulier qui se livre en dedans des barrières
entre Jean Chandos, alors écuyer, et un vaillant écuyer nommé Jean de
Saint-Dizier[315]. Après une lutte acharnée, Jean de Hainaut reste
maître de l'espace compris entre la porte de Saint-Quentin et les
barrières. Pendant ce temps, le duc de Gueldre, le marquis de Juliers,
les seigneurs d'Enghien et de Blankenheim livrent un assaut non moins
terrible à une autre porte, appelée la porte Robert, défendue par
Louis de Châlon et le seigneur de Vinay, tandis que Jean de Hainaut,
Thierry de Walcourt et le seigneur de Fauquemont s'efforcent d'enlever
la porte de Douai confiée à la garde de Thibaud de Moreuil et du
seigneur de Roye. Le comte Raoul d'Eu amène fort à propos un renfort
de deux cents lances qui pénètre dans Cambrai par la porte du côté de
Bapaume et relève le courage des assiégés. Après un assaut qui a duré
tout un jour, les assiégeants prennent le parti de se retirer. Sur ces
entrefaites, le jeune marquis Guillaume de Namur vient avec deux cents
lances servir sous la bannière de Guillaume de Hainaut. Le comte
de Hainaut et le marquis de Namur déclarent, du reste, l'un et
l'autre, que s'ils font cause commune avec Édouard III sur le
territoire de l'Empire, ils n'en sont pas moins décidés à aller
rejoindre Philippe de Valois aussitôt que le roi anglais mettra le
pied en France. P. 162 et 163, 454 et 455.

  [315] «Josseran, sire de Saint-Disier,» figure dans l'établie des
  frontières de Flandre et de Hainaut sous Mahieu de Trie du 28
  juin au 27 octobre 1339. (Bibl. imp., De Camps, portef. 83, f{o}
  445 v{o}.)



CHAPITRE XXIX.

  1339. CHEVAUCHÉE DE L'ARMÉE ANGLAISE EN VERMANDOIS, EN LAONNOIS
    ET EN THIÉRACHE: SIÉGE D'HONNECOURT ET PRISE DE GUISE PAR JEAN
    DE HAINAUT; SAC DE NOUVION PAR LES ALLEMANDS (§§ 78 à 83).


Cambrai résiste depuis cinq semaines à toutes les attaques du roi
d'Angleterre et de ses alliés. Pendant ce temps, le roi de France
achève de rassembler ses gens d'armes à Péronne en Vermandois. Édouard
III, informé de ces préparatifs, réfléchit que la ville qu'il assiége
est très-forte, pourvue d'une bonne garnison et bien approvisionnée;
il voit d'ailleurs que l'hiver approche et avec l'hiver les longues
nuits. C'est pourquoi, de l'avis de ses principaux conseillers, Robert
d'Artois, Jean de Hainaut et le comte de Derby, il prend le parti de
lever le siége de Cambrai pour entrer en France et marcher à la
rencontre de Philippe de Valois. Le duc de Brabant, mis en demeure de
renoncer à sa politique ambiguë et de se déclarer définitivement dans
un sens ou dans l'autre, se décide à défier le roi de France tant en
son nom qu'au nom des seigneurs de Cuyk, de Berg, de Bautersem, de
Petersem, de tous ses feudataires et des barons de son pays. Philippe
de Valois reçoit ce défi à Péronne et envoie aussitôt à Paris prévenir
[Léon] de Crainhem qui ne cesse avec une parfaite bonne foi de se
porter garant de la fidélité du duc de Brabant son maître. Ce brave
chevalier est tellement indigné d'avoir été l'instrument d'une
déloyauté, qu'il en tombe malade et finit par en mourir de chagrin. P.
163, 164, 455 à 457.

Cependant l'armée anglaise s'ébranle et se met en marche dans la
direction du Mont-Saint-Martin[316] qui est de ce côté l'entrée de
France. Cette marche se fait en bon ordre, par connétablies,
chaque seigneur au milieu de ses gens. L'armée anglaise a pour
maréchaux les comtes de Northampton, de Gloucester et de Suffolk et
pour connétable le comte de Warwick. Arrivés à quelque distance du
Mont-Saint-Martin, Anglais, Allemands et Brabançons passent la rivière
d'Escaut qui n'est guère large en cet endroit. Avant le passage, le
comte de Hainaut et le marquis de Namur prennent congé du roi
d'Angleterre; Guillaume de Hainaut annonce qu'il va servir en France
Philippe de Valois dont il est le vassal pour la terre d'Ostrevant, de
même qu'il a servi le vicaire de l'empereur en l'Empire. Aussitôt
qu'Édouard III a passé l'Escaut et mis le pied en France, il mande
auprès de lui Henri de Flandre, alors jeune écuyer, le fait chevalier
et lui assigne en Angleterre deux cents livres sterling de rente
annuelle. Le roi anglais vient se loger dans l'abbaye du
Mont-Saint-Martin où il passe deux jours, tandis que ses gens se
répandent dans le pays environnant et que le duc de Brabant occupe
l'abbaye de Vaucelles[317]. P. 164 et 165, 457 et 458.

  [316] Aisne, arr. Saint-Quentin, c. le Câtelet, c. Gouy, Abbaye
  de Prémontrés au diocèse de Cambrai.

  [317] Aujourd'hui hameau de Crèvecœur, arr. de Cambrai. Abbaye
  de l'ordre de Cîteaux au diocèse de Cambrai.

Le comte Raoul d'Eu, connétable de France, aussitôt après la levée du
siége de Cambrai, revient en toute hâte à Péronne prévenir le roi de
France que l'armée anglaise se dispose à envahir le Vermandois. A
cette nouvelle, Philippe de Valois envoie à Saint-Quentin les comtes
d'Eu et de Guines, de Blois[318] et de Dammartin[319], les seigneurs
de Coucy[320], de Montmorency[321], de Hangest[322], de Canny[323], de
Saucourt[324], avec cinq cents armures de fer, pour garder la ville et
faire frontière contre les Anglais. Charles de Blois est chargé de
défendre Laon ainsi que le pays des environs et spécialement la terre
de Guise qui appartient à sa famille. Le seigneur de Roye à la tête de
quarante lances occupe Ham en Vermandois; Moreau de Fiennes est mis
dans Bohain, et Eustache de Ribemont est préposé à la garde de la
forteresse du même nom. Le roi de France ne tarde pas à venir lui-même
camper avec son armée sur les bords de la belle rivière de Somme
entre Péronne et Saint-Quentin. P. 165 et 166, 458 et 459, 462.

  [318] Louis de Châtillon Ier du nom, comte de Blois.

  [319] Charles de Trie, comte de Dammartin.

  [320] Enguerrand, sire de Coucy.

  [321] Charles, sire de Montmorency.

  [322] Rogue, sire de Hangest.

  [323] Raoul le Flamand, sire de Canny.

  [324] Gilles, sire de Saucourt.

Pendant le séjour d'Édouard III à l'abbaye du Mont-Saint-Martin, ses
gens d'armes courent tout le pays des environs jusqu'à Bapaume et aux
alentours de Péronne et de Saint-Quentin. Ils trouvent ce pays riche
et abondant en ressources de toute espèce, car il n'y pas eu de guerre
depuis longtemps. Ils avisent assez près de là un village appelé
Honnecourt,[325] petit, mais bien fortifié, pourvu de portes, de murs
d'enceinte et de fossés où les habitants du plat pays se sont mis en
sûreté eux et leurs biens. Les seigneurs de Honnecourt[326], de
Jaucourt[327], de Walincourt[328] et d'Estourmel[329] sont à la tête
de la garnison. Après une tentative infructueuse d'Arnoul de
Blankenheim et de Guillaume de Duvenvoorde, Jean de Hainaut dirige une
nouvelle attaque contre Honnecourt à la tête de cinq cents combattants
parmi lesquels on distingue les seigneurs de Fauquemont, de Berg, de
Cuyk, de Wisselare, Gautier de Mauny, Gérard de Bautersem et Henri de
Flandre qui veut inaugurer sa nouvelle chevalerie par quelque beau
fait d'armes. A Honnecourt il y a un monastère dont l'abbé, qui est
hardi et belliqueux, a fait venir à ses frais des arbalétriers de
Saint-Quentin. Par les soins de cet abbé, on a construit devant la
principale porte d'Honnecourt une barrière dont les poteaux n'ont
qu'un demi pied d'entre-deux. Un combat singulier se livre à cette
barrière entre l'abbé et Henri de Flandre. Après une lutte acharnée,
l'abbé parvient à saisir le bras de son adversaire et il le tire si
fort qu'il le fait entrer jusqu'aux épaules dans l'entre-deux des
poteaux de la barrière. Les compagnons de Henri le tirent, de leur
côté, tant et si bien que le malheureux chevalier est grièvement
blessé. Son glaive reste entre les mains de l'abbé, et il a été
pendant de longues années exposé dans la grande salle de l'abbaye
d'Honnecourt. Du moins, il y était encore un jour que Froissart passa
par là, et les moines le montraient comme un magnifique trophée. Les
assaillants, repoussés après un assaut qui dure jusqu'à la tombée de
la nuit, reviennent sur leurs pas vers Gouy-en-Arrouaise[330]. Le
comte de Warwick n'est pas plus heureux le même jour dans une attaque
contre le château de Ronsoy[331] qui appartient au seigneur de
Fosseux[332].

  [325] Nord, arr. Cambrai, c. Marcoing. Abbaye de l'ordre de
  Cîteaux au diocèse de Cambrai.

  [326] Gautier de Thourotte, seigneur d'Honnecourt, était
  capitaine de par le roi de France, pour la garde dudit château,
  avec 2 bacheliers et 27 écuyers, pendant les années 1338 et 1339.
  (Bibl. imp., De Camps, portef. 83, f{o} 346 v{o}.)

  [327] Érard, sire de Jaucourt, bachelier, sert en 1339 et 1340
  avec 5 écuyers; venu de Jaucourt lez Bar-sur-Aube. (De Camps,
  portef. 83, f{o} 345 v{o}.)

  [328] Jean, sire de Walincourt.

  [329] Raimbaud Creton, sire d'Estourmel, fils de Watier et père
  de Jean.

  [330] Aisne, arr. Saint-Quentin, c. le Catelet.

  [331] Somme, arr. Péronne, c. Roisel.

  [332] Jean de Fosseux, chevalier banneret du comté d'Artois,
  servit sur les frontières de Hainaut de 1337 à 1340.

L'armée du roi de France est toujours campée entre Saint-Quentin et
Péronne, entre Bapaume et Lihons[333] en Santerre. Le lendemain de
l'attaque d'Honnecourt, le roi d'Angleterre se déloge du
Mont-Saint-Martin après avoir donné l'ordre de ne faire nul mal à
l'abbaye. L'armée d'Édouard III et de ses alliés, forte de quarante
mille hommes, est divisée en trois batailles. La première bataille ou
avant-garde est commandée par les maréchaux d'Angleterre; la seconde a
pour chefs Édouard III en personne, le duc de Brabant, Robert
d'Artois, le duc de Gueldre, le marquis de Juliers et l'archevêque de
Cologne. Enfin, la troisième bataille ou arrière-garde marche sous les
ordres des marquis de Meissen et d'Osterland et de Brandebourg, des
comtes de Berg[334], d'Elle[335], de Meurs[336], de Salm, de Jean de
Hainaut, d'Arnoul de Blankenheim et de Guillaume de Duvenvoorde, des
seigneurs de Cuyk et de Fauquemont.

  [333] Somme, arr. Péronne, c. Chaulnes.

  [334] Nous identifions «le comte de Mons» de Froissart avec le
  comte de Berg. Berg faisait autrefois partie du banc de
  Vétéravie, dans le comté de Zutphen.

  [335] «Le comte des Eles» de Froissart est peut-être Arnoul,
  seigneur d'Elle en Westphalie, feudataire du duc de Brabant.
  Voyez le _Livre des feudataires_, publié par M. Galesloot,
  Bruxelles, 1865. P. 12.

  [336] Le comte de Meurs, dont le comté était enclavé dans le
  diocèse de Cologne, figure aussi parmi les feudataires de Jean
  III, duc de Brabant. _Livre des feudataires_, p. 30.

Le roi d'Angleterre, laissant Saint-Quentin à droite, vient se loger,
d'abord à l'abbaye de Fervaques[337] près de Fonsommes[338], puis à
l'abbaye de Bohéries[339]. Le gros de son armée est campé entre
ces deux abbayes. La troisième bataille ou arrière-garde, qui se
compose d'environ deux mille armures de fer, se forme en corps de
fourrageurs sous la conduite de Jean de Hainaut, d'Arnoul de
Blankenheim, des seigneurs de Cuyk et de Fauquemont; elle passe
[l'Omignon] sous l'abbaye de Vermand[340], met le feu aux faubourgs de
Saint-Quentin, franchit l'Oise près de Bernot[341] et porte le ravage
sur la rive gauche de cette rivière. Origny-Sainte-Benoîte[342] et son
abbaye, la forteresse de Ribemont, où l'abbesse et les religieuses
d'Origny, à la nouvelle de l'approche des ennemis, ont couru se
réfugier avec leur reliquaire et leurs biens, la ville de Guise
elle-même, quoiqu'elle ait pour seigneur le comte de Blois, gendre de
Jean de Hainaut, deviennent la proie des flammes. C'est en vain que la
comtesse de Blois, qui se tient dans le château de Guise, essaye de
fléchir son père. «Remonte vite à ton donjon, répond Jean de Hainaut à
sa fille, si tu crains que la fumée ne te fasse mal.» P. 170 à 172,
462 à 465.

  [337] Abbaye de femmes de l'ordre de Cîteaux au diocèse de Noyon.

  [338] Aisne, arr. et c. Saint-Quentin.

  [339] Aujourd'hui Vadencourt-et-Bohéries, Aisne, arr. Vervins, c.
  Guise. Abbaye d'hommes de l'ordre de Cîteaux au diocèse de Laon.

  [340] Vermand, Aisne, arr. Saint-Quentin. Abbaye de Prémontrés au
  diocèse de Noyon. Vermand n'est pas situé sur la Somme, comme
  Froissart semble le croire, mais sur l'Omignon, affluent de la
  rive droite de la Somme.

  [341] Bernot, Aisne, arr. Vervins, c. Guise.

  [342] Aisne, arr. Saint-Quentin, c. Ribemont. Abbaye de femmes de
  l'ordre de Saint-Benoît au diocèse de Laon. Par une charte donnée
  au bois de Vincennes le mercredi avant Noël 1339, «considerans
  les granz dommages et aianz compassion des habitanz du dit lieu
  et communalté et de leur estat...., _comme la communalté de la
  fille de Origny Sainte-Benoite ait esté arse et destruite
  naguères par noz ennemis_,» Philippe de Valois fait remise
  auxdits habitants de quarante livres parisis de rente annuelle en
  quoi ils étaient tenus envers le roi de France, à la condition
  que chaque feu payera à l'avenir douze deniers parisis chaque
  année. (Arch. de l'Empire, JJ 72, p. 87.)

Pendant ce temps, l'évêque de Lincoln, Gautier de Mauny, Renaud de
Cobham, Guillaume Fitz-Waren, Richard de Stafford, les seigneurs de
Felton, de la Ware et les maréchaux d'Angleterre, qui commandent
l'avant-garde, vont avec cinq cents lances brûler Moy[343],
Vendeuil[344], la Fère et la ville de Saint-Gobain dont le château
seul est épargné; ils s'avancent vers Saint-Lambert[345], Nizy[346],
la terre du seigneur de Coucy[347] et poussent leurs incursions
jusqu'à Vaux sous Laon et même jusqu'à Bruyères[348] où ils mettent le
feu. Informés soudain que le roi de France est arrivé à Saint-Quentin
et qu'il s'apprête à passer la Somme, les coureurs anglais reviennent
en toute hâte sur leurs pas. Au retour, ils brûlent le pont à
Nouvion[349] et tous les hameaux des environs, Crécy-sur-Serre et
Marle[350], et ils vont rejoindre la bataille de Jean de Hainaut sous
les murs du château de Guise. P. 171, 460, 461, 465.

  [343] Moy ou Moy-de-l'Aisne, Aisne, arr. Saint-Quentin.

  [344] Aisne, arr. Saint-Quentin, c. Moy.

  [345] Saint-Lambert, commune Fourdrain, Aisne, arr. Laon, c. la
  Fère.

  [346] Nizy-le-Comte, Aisne, arr. Laon, c. Sissonne.

  [347] Coucy-le-Château, Aisne, arr. Laon.

  [348] Aujourd'hui Bruyères-et-Montbérault, Aisne, arr. et c.
  Laon.

  [349] Aujourd'hui Nouvion-et-Catillon ou Nouvion-l'Abbesse,
  Aisne, arr. Laon, c. Crécy-sur-Serre. La seigneurie de Pont à
  Nouvion appartenait à Jean de Nesles, sire d'Offémont, qui
  l'assigna en dot à son fils Gui de Nesles en 1342. (Arch. de
  l'Empire, JJ 74, p. 315.)

  [350] Aisne, arr. Laon.

Sur ces entrefaites, le roi d'Angleterre se tient toujours à l'abbaye
de Bohéries où il trouve vivres et fourrages en abondance, car cette
chevauchée se fait au mois d'octobre, dans la plus plantureuse saison
de l'année. A la nouvelle de l'approche du roi de France, le gros
de l'armée anglaise quitte ses positions de Fervaques, de
Vadancourt-et-Bohéries, de Montreux-les-Dames[351], de Lesquielle[352]
et s'avance dans la direction de Fesmy-l'Abbaye[353], de
Buironfosse[354], de la Capelle et de la Flamengrie[355]. Pendant
cette marche, les Allemands d'Arnoul de Blankenheim, de Guillaume de
Duvenvoorde et du seigneur de Fauquemont, qui sont revenus de leur
expédition sur la rive gauche de l'Oise, livrent un assaut infructueux
devant Tupigny[356] dont le beau et fort château, défendu par son
seigneur[357], résiste à toutes leurs attaques; en revanche, ils
pillent et brûlent Hirson[358], Boué[359] et chevauchent jusqu'au
Nouvion[360] en Thiérache, grosse ville et riche qui appartient
au comte de Blois. Les habitants du pays ont cherché un refuge dans la
forêt du Nouvion où ils ont emporté ce qu'ils ont de plus précieux, et
ils se sont cachés derrière des monceaux de branchages et de troncs
d'arbres abattus. Mais les Allemands, guidés par leurs instincts
cupides, parviennent à découvrir et à forcer la retraite des fugitifs;
ils en tuent ou blessent plus de quarante et s'emparent d'un précieux
butin. P. 172, 464, 466.

  [351] Aujourd'hui Montreux, hameau de Lesquielle-Saint-Germain.

  [352] Aujourd'hui Lesquielle-Saint-Germain, Aisne, arr. Vervins,
  canton Guise.

  [353] Auj. Fesmy, Aisne, arr. Vervins, c. Nouvion. Abbaye de
  l'ordre de St-Benoît au diocèse de Cambrai.

  [354] Aisne, arr. Vervins, c. la Capelle.

  [355] Ibid.

  [356] Aisne, arr. Vervins, c. Wassigny.

  [357] Jean de Tupigny, chevalier banneret, fut commis par le roi
  de France en la garde de son château en 1338 et 1339 avec 17
  écuyers. Voyez De Camps, portef. 83, f{o} 346.

  [358] Aisne, arr. Vervins.

  [359] Aisne, arr. Vervins, c. Nouvion.

  [360] Le Nouvion, Aisne, arr. Vervins. Ce Nouvion ne doit pas
  être confondu avec Nouvion près Laon.

Tandis que le roi d'Angleterre et ses quarante mille hommes sont logés
à la Flamengrie, le roi de France vient camper avec une armée
d'environ cent mille hommes à Buironfosse, à deux petites lieues
seulement de son adversaire. Le soir même de son arrivée à
Buironfosse, Philippe de Valois reçoit un renfort de plus de cinq
cents lances que lui amène du Quesnoy son neveu Guillaume, comte de
Hainaut. Le jeune comte, après s'être excusé de son mieux auprès du
roi son oncle d'avoir servi Édouard III devant Cambrai, se voit
assigner par Robert Bertrand et Mahieu de Trie, maréchaux de France,
les positions les plus voisines de l'ennemi. P. 173 et 174, 466 et
467.



CHAPITRE XXX.

  1339. PRÉPARATIFS D'UNE GRANDE BATAILLE A BUIRONFOSSE SUIVIS DE
    LA RETRAITE DES DEUX ARMÉES ANGLAISE ET FRANÇAISE (§§ 84 à 88.)


Par le conseil du duc de Brabant, le roi d'Angleterre envoie un héraut
du duc de Gueldre prendre jour avec le roi de France pour la bataille.
On est au mercredi, et l'on convient des deux parts de livrer bataille
le vendredi suivant. Philippe de Valois et les seigneurs français
accueillent avec joie le héraut envoyé par Édouard III et lui font
cadeau de bons manteaux fourrés pour le remercier de la bonne nouvelle
qu'il apporte. P. 174 et 175, 467 et 468.

Le jeudi matin, deux chevaliers de la suite du comte de Hainaut, les
seigneurs de Fagnolles et de Tupigny, montent à cheval et s'avancent
en éclaireurs à très-peu de distance de l'armée anglaise. Or, il
arrive que le seigneur de Fagnolles monte un coursier fougueux et
ombrageux qui prend le mors aux dents et emporte son cavalier au
milieu des tentes du roi d'Angleterre. Le seigneur de Fagnolles, fait
prisonnier par le seigneur de Horstebergh, chevalier allemand,
doit s'engager, pour recouvrer sa liberté, à payer une rançon de mille
vieux écus. Informé de cette aventure, Jean de Hainaut invite à dîner
le seigneur de Fagnolles, son compatriote, en compagnie du seigneur de
Horstebergh. Après le dîner, il prie le chevalier allemand d'exiger
une rançon moins forte d'un prisonnier dont la capture n'est due qu'à
un heureux hasard. «Monseigneur, répond l'Allemand, j'avais bien
besoin que Dieu m'amène ce prisonnier, car hier soir j'avais perdu
tout mon argent aux dés.» Alors les chevaliers se mettent à rire, et
bientôt par suite d'un nouvel arrangement la rançon du seigneur de
Fagnolles est fixée à six cents vieux écus que Jean de Hainaut prête à
son compatriote et qu'il verse le soir même entre les mains du
seigneur de Horstebergh. Le seigneur de Fagnolles, monté sur son
coursier que Jean de Hainaut lui a fait rendre malgré la résistance
des Allemands, regagne l'armée du roi de France et la bataille du
comte Guillaume de Hainaut. P. 175 à 177, 468 et 469.

Le vendredi au matin, les deux armées, avant d'en venir aux mains,
entendent la messe, chaque seigneur sous sa tente et au milieu de ses
gens. La plupart se confessent et communient afin d'être prêts au
besoin à mourir. Dans le camp anglais, tout le monde met pied à terre;
on place les chevaux, les bagages et le charroi dans un petit bois
situé sur les derrières pour se fortifier de ce côté. L'armée
d'Édouard III et de ses alliés est divisée en trois batailles. La
première bataille, composée d'Allemands, a pour chefs Renaud II, duc
de Gueldre, Guillaume V marquis de Juliers, Louis Ier de Bavière
marquis de Brandebourg, Jean de Hainaut, Frédéric II marquis de
Meissen, Adolphe VIII comte de Berg, Nicolas Ier comte de Salm,
Thierry d'Heinsberg comte de Looz, Thierry III seigneur de Fauquemont,
Guillaume de Duvenvoorde et Arnoul de Blankenheim.--Jean III, duc de
Brabant, est à la tête de la seconde bataille. Sous les ordres de leur
duc marchent tous les barons et chevaliers du Brabant, les seigneurs
de Cuyk[361], de Bergh[362], de Breda[363], de Rotselaer[364], de
Vorsselaer[365], de Bautersem[366], de Bornival, de Schoonvorst[367],
de Witham[368], d'Aerschot[369], de Becquevoort[370], de
Gaesbeek[371], de Duffel[372], Thierry III de Walcourt, Raes van
Gavere, Jean de Kesterbeek, Jean Pyhser, Gilles de Quarouble[373], les
trois frères de Harlebeke[374], Gautier de Huldenbergh[375] et Henri
de Flandre dont le grand état mérite une mention spéciale. A ces
Brabançons sont venus se joindre quelques chevaliers flamands: le
seigneur d'Halluin[376], Hector Villain, Jean de Rhode, le seigneur de
la Gruthuse[377], Vulfard de Ghistelles, Guillaume van Straten,
Gossuin van der Moere. La bataille du duc de Brabant comprend
vingt-quatre bannières, quatre-vingt pennons et sept mille
combattants.--La troisième bataille et la plus considérable est
composée d'Anglais et commandée par le roi d'Angleterre en personne.
Les principaux seigneurs de la suite d'Édouard III sont: le comte
Henri de Derby, fils de Henri de Lancastre au Tors Col, les évêques de
Lincoln et de Durham, le comte de Salisbury maréchal de l'armée
anglaise, les comtes de Northampton, de Gloucester, de Suffolk, de
Hereford, de Warwick, de March, de Pembroke, Robert d'Artois _comte de
Richemont_, Jean vicomte de Beaumont, Renaud de Cobham, Richard de
Stafford, les seigneurs de Percy, de Ross, de Mowbray, Louis et Jean
de Beauchamp, les seigneurs de la Ware, de Langtown, de Basset, de
Fitz-Walter, Guillaume Fitz-Waren, Gautier de Mauny, Hue de Hastings,
Jean de Lille, les seigneurs de Scales, de Felton, de Ferrers, de
Bradeston, de Mulleton. Le roi anglais fait là plusieurs nouveaux
chevaliers et entre autres Jean Chandos, le plus vaillant chevalier
qu'il y eut jamais en Angleterre. Cet illustre capitaine a dit
plusieurs fois en présence de Froissart qu'il avait été fait chevalier
de la main d'Édouard III le vendredi de l'assemblée de Buironfosse. La
bataille du roi d'Angleterre se compose de vingt-huit bannières, de
quatre-vingt-dix pennons, de six mille hommes d'armes et de six mille
archers. Trois mille hommes d'armes à cheval et deux mille archers
placés sur les ailes forment la réserve; les principaux chefs de cette
réserve sont Robert d'Artois, Gautier de Mauny, les seigneurs de
Berkeley et de Clifford, Richard de Pembridge et Barthélemy de
Burghersh. P. 177 à 179, 469 à 472.

  [361] Otton, sire de Cuyk. Cuyk fait aujourd'hui partie de la
  Hollande, prov. de Noord-Brabant.

  [362] En 1340, la seigneurie de Bergh devait appartenir à Jean,
  sire de Fauquemont, du chef de sa femme Jeanne, dame de Voirne et
  de Bergh, fille et héritière de Mathilde de Wesemaele et d'Albert
  de Voirne.

  [363] La seigneurie de Breda appartenait alors au richissime
  Guillaume, sire de Duvenvoorde, déjà nommé parmi les chevaliers
  allemands. Jean III, duc de Brabant, après avoir acheté en 1326
  ladite seigneurie de Gérard, sire de Rassegem et de Lens, et
  d'Alix, dame de Lidekerke et de Breda, sa femme, fut obligé d'en
  laisser l'usufruit à Guillaume de Duvenvoorde, son créancier. La
  seigneurie de Breda fut revendue en 1350 à Jean, sire de Polaenen
  et de le Lecke. Voyez Butkens, t. I, p. 396 à 399.

  [364] Jean, sire de Rotselaer.

  [365] Gérard, sire de Vorsselaer.

  [366] Henri, sire de Bautersem.

  [367] Renaud de Schoonvorst, sire de Monjoie.

  [368] Jean de Corsselaer, sire de Witham.

  [369] Jean d'Arschot de Schoonhoven.

  [370] Est-ce Jean de Becquevoort ou Adam, fils de Jean?

  [371] Guillaume de Gaesbeek.

  [372] Henri Berthout IV, sire de Duffel.

  [373] Voyez chap. IV, p. CXLVI.

  [374] Ibid.

  [375] Ibid.

  [376] Sans doute Gautier, II du nom, fils de Roland, seigneur de
  Halluin et de Tronchiennes.

  [377] Jean de la Gruthuse.

Dans l'armée du roi de France il y a deux cent vingt-sept bannières,
cinq cent soixante pennons, quatre rois, six ducs, trente-six comtes,
quatre mille chevaliers et plus de soixante mille hommes de pied
fournis par les communes de France. Aux côtés du roi de France se
tiennent Jean de Luxembourg, roi de Bohême, Philippe d'Évreux roi de
Navarre, David Bruce roi d'Écosse, Jean duc de Normandie, Eudes IV duc
de Bourgogne, Jean III duc de Bretagne, Louis Ier duc de Bourbon,
Raoul duc de Lorraine, Gautier duc d'Athènes. Les comtes sont Charles
II de Valois, comte d'Alençon, frère du roi de France, Louis de Nevers
comte de Flandre, Guillaume II comte de Hainaut, Gui de Châtillon
comte de Blois, Henri IV comte de Bar, Guigues VIII comte de Forez,
Gaston II comte de Foix, Jean Ier comte d'Armagnac, Jean dauphin
d'Auvergne, Ancel sire de Joinville, Louis II comte d'Étampes,
Bouchard VI comte de Vendôme, Jean IV comte de Harcourt, Jean de
Châtillon comte de Saint-Pol, Raoul II comte de Guines, Philippe comte
d'Auvergne et de Boulogne, Jean V comte de Roucy et de Braisne,
Charles de Trie comte de Dammartin, Louis Ier de Poitiers comte de
Valentinois, Jean II de Ponthieu comte d'Aumale, Jean II de Châlon
comte d'Auxerre, Louis II comte de Sancerre, Amé comte de Genève,
Pierre comte de Dreux, Édouard III comte de Ponthieu, Jean Ier vicomte
de Melun et sire de Tancarville, Henri IV comte de Vaudemont, Jean de
Noyers comte de Joigny, Gaucher IV de Châtillon comte de Porcien, Jean
vicomte de Beaumont, Jean comte de Montfort, Aymeri VIII vicomte de
Narbonne, Roger Bernard comte de Périgord, Arnaud de la Vie sire de
Villemur, Pierre Raymond Ier comte de Comminges, le _vicomte de
Murendon_[378], les comtes de Douglas et de Murray d'Écosse, Guillaume
Ier marquis de Namur. L'armée du roi de France est répartie en trois
batailles dont chacune comprend quinze mille hommes d'armes et vingt
mille hommes de pied. P. 180 et 181, 472 et 473.

  [378] _Murendon_ est peut-être pour Montredon (Tarn, arr.
  Castres), seigneurie qui appartenait aux vicomtes de Lautrec.
  Amauri ou Amalric, vicomte de Lautrec, seigneur de Montredon,
  mourut vers 1341.

Deux opinions ont cours parmi les Français. Les uns sont d'avis qu'on
livre bataille; les autres sont d'un avis contraire: ils disent que le
roi de France, outre le danger de trahison auquel il est exposé, a
tout à perdre, s'il est vaincu, et n'a rien à gagner, s'il est
vainqueur. Vers midi, un lièvre qui vient se jeter parmi les Français,
occasionne un grand vacarme. Les chevaliers, qui de loin entendent ce
bruit, s'imaginent que c'est la bataille qui commence; ils mettent à
la hâte bassinet en tête et glaive en main. Le comte de Hainaut fait
alors quatorze nouveaux chevaliers qu'on appela toujours depuis _les
chevaliers du lièvre_. Robert, roi de Sicile, très-versé dans
l'astrologie, a prédit une défaite aux Français. Sans s'émouvoir de
cette prédiction, Philippe de Valois est impatient d'en venir aux
mains; toutefois il fini par céder à l'opinion des chaperons fourrés
dont l'influence domine dans son conseil, et la bataille n'a pas lieu.
Quant au roi d'Angleterre et aux Anglais, ils sont tout disposés à
continuer la campagne; mais le duc de Brabant, qui est partisan de la
retraite, parvient à ranger à son opinion le duc de Gueldre, le
marquis de Juliers et les seigneurs allemands. Édouard III et ses
alliés lèvent leur camp le soir même, passent la Helpe au pont
d'Avesnes, la Sambre, traversent le Hainaut et gagnent le duché de
Brabant. Le comte de Hainaut quitte aussi le roi de France dès le
vendredi et reprend le chemin de son comté par Landrecies et le
Quesnoy. Philippe de Valois, furieux d'avoir laissé partir les Anglais
sans leur livrer bataille, part de Buironfosse le samedi au matin et
retourne à Saint-Quentin où il donne congé à ses gens d'armes. Avant
de revenir à Paris, il met des garnisons à Tournai, à Lille, à Douai
et dans toutes les forteresses de la frontière; il laisse à Tournai
Godemar du Fay, à Mortagne sur Escaut Édouard de Beaujeu, avec le
titre de souverains capitaines et gardiens de tout le pays des
environs. P. 181 à 184, 473 à 479.



CHAPITRE XXXI.

  1340. ASSEMBLÉES DE BRUXELLES ET DE GAND A LA SUITE DESQUELLES
    ÉDOUARD III PREND LE TITRE DE ROI DE FRANCE, ET RETOUR DE CE
    PRINCE EN ANGLETERRE (§§ 88 à 90).


Revenu en Brabant après l'équipée de Buironfosse, le roi d'Angleterre
éprouve plus que jamais le besoin de s'assurer l'alliance effective
des Flamands. C'est pourquoi, il convoque à un parlement qui doit se
tenir à Bruxelles dans l'hôtel de Coudenberg, résidence du duc de
Brabant, les habitants de Gand, de Bruges, d'Ypres, de Courtrai, de
Damme, de l'Écluse, du terroir du Franc et des autres bonnes villes de
Flandre. Les Flamands, et à leur tête Jacques d'Arteveld, répondent
avec empressement à l'appel d'Édouard III qui les invite à conclure
avec lui une alliance offensive et défensive contre le roi de France,
leur promettant en revanche de les faire rentrer en possession de
Lille, de Douai et de Béthune. Les représentants des bonnes villes
flamandes déclarent au roi d'Angleterre qu'ils sont tout prêts à le
servir; ils ne mettent qu'une condition à leur concours, c'est
qu'Édouard III prenne le titre et les armes de roi de France. P. 184
et 185, 479 et 480.

Le roi d'Angleterre voit plus d'un inconvénient à assumer un titre qui
ne répond encore à aucune réalité; toutefois, il a tellement besoin de
l'appui des Flamands qu'il se décide à accepter la condition qui lui
est imposée. Il convoque à Gand un nouveau parlement où assistent, en
compagnie de Jacques d'Arteveld et des représentants des bonnes villes
de Flandre, les ducs de Brabant et de Gueldre, les marquis de Juliers,
de Meissen et de Brandebourg, le comte de Berg, l'archevêque de
Cologne, Jean de Hainaut, le sire de Fauquemont, Robert d'Artois et
beaucoup d'autres seigneurs. Là, en présence de tous ses alliés,
Édouard III prend les armes de France écartelées d'Angleterre et se
fait reconnaître comme roi de France. P. 186, 480 et 481.

Il est aussi décidé à l'assemblée de Gand que l'été prochain on ira
mettre le siége devant Tournai. Cette résolution comble de joie les
Flamands qui ne doutent pas qu'après la prise de Tournai ils ne soient
promptement remis en possession de Lille, de Douai et de Béthune,
villes qui doivent faire retour au comté de Flandre dont elles sont
des dépendances légitimes. Les Flamands et les Brabançons voudraient
en outre attirer dans la coalition le Hainaut dont le territoire
offrirait une base d'opérations très-utile; mais le comte Guillaume
s'abstient de se rendre à ce parlement de Gand où il a été invité, et
il dit pour s'excuser qu'il ne peut prendre parti contre le roi de
France son oncle, tant que celui-ci ne lui en a pas donné le sujet.
Sur ces entrefaites, la reine d'Angleterre vient habiter la ville de
Gand et fixe sa résidence dans l'abbaye de Saint-Pierre. Édouard III
se décide à retourner dans son royaume où il n'a pas mis le pied
depuis près de deux ans et où il est rappelé par des affaires
pressantes et surtout par la guerre contre l'Écosse; il laisse en
Flandre Guillaume de Montagu, comte de Sallsbury, et le comte de
Suffolk, avec deux cents lances et cinq cents archers; il confie la
reine Philippe sa femme à l'affection des Cantois et s'embarque pour
l'Angleterre à Anvers en compagnie des comtes de Derby, de
Northampton, de Gloucester, de Warwick, de Pembroke, de Hereford, de
Renaud de Cobham, du baron de Stafford, de l'évêque de Lincoln, de
Gautier de Mauny et de Jean Chandos; il arrive à Londres vers la
Saint-André (30 novembre) 1339. P. 187 et 188, 481 à 483.



CHAPITRE XXXII.

  1340. COURSES MARITIMES DES NORMANDS.--HOSTILITÉS DES FRANÇAIS
    CONTRE JEAN DE HAINAUT: INCURSIONS DANS LA SEIGNEURIE DE
    CHIMAY; PRISE ET DESTRUCTION DU CHÂTEAU DE
    RELENGHES.--ESCARMOUCHE ENTRE LES FRANÇAIS DE LA GARNISON DE
    CAMBRAI ET LES ANGLAIS OU HAINUYERS DE THUN-L'ÉVÊQUE; MORT DE
    GILLES DE MAUNY (§§ 91, 92).


Pendant tout l'hiver, une flotte d'environ quarante mille marins
normands, génois, picards et bretons, commandée par Hue Quieret,
Behuchet et Barbavera, infeste les côtes d'Angleterre. Calais,
Wissant, Boulogne, le Crotoy, Saint-Valery-sur-Somme, Dieppe, Harfleur
sont les ports où se tiennent surtout ces écumeurs; c'est de là qu'ils
s'élancent pour courir sus aux navires anglais, afin d'empêcher le roi
d'Angleterre de repasser sur le continent; ils croisent en vue de
Douvres, de Rye, de Winchelsea, s'avancent jusqu'à Weymouth,
Dartmouth, Plymouth, ravagent et brûlent l'île de Wight. Un jour les
coureurs normands capturent un grand et beau vaisseau appelé _le
Christophe_, chargé de laines et d'autres marchandises qu'Édouard III
expédie en Flandre, et ils l'amènent avec la cargaison à Calais, leur
quartier général. Ce succès comble de joie les Français en même temps
qu'il jette une consternation mêlée de terreur parmi les Anglais qui
n'osent plus sortir de leurs havres et de leurs ports. P. 188 et 189,
483.

Philippe de Valois a une revanche à prendre contre Jean de Hainaut
qui, non content d'avoir dirigé l'invasion anglaise, a ravagé en
personne le Cambrésis et la Thiérache. Par l'ordre du roi de France,
les chevaliers voisins de la Thiérache, pays qui a été dévasté et
brûlé par les Anglais ou les Allemands, Jean de Coucy, sire de Bosmont
et de Vervins, Hue vidame de Châlons, Jean de la Bove, Jean et
[Gaucher][379] de Lor[380], Enguerrand sire de Coucy, Renaud sire de
Pressigny, Robert sire de Clary, Mathieu sire de Locq[381], à la tête
d'environ mille armures de fer, envahissent la terre de Chimay,
seigneurie qui appartient à Jean de Hainaut. Ces gens d'armes, après
avoir traversé les bois de Thiérache, la forêt de Chimay, arrivent au
lever du soleil dans le sart[382] de Chimay et viennent surprendre les
faubourgs de la ville de ce nom. Ces faubourgs, alors considérables,
sont habités par beaucoup de gens riches et de grands éleveurs de
bestiaux que l'on fait prisonniers dans leurs lits. Les Français
recueillent un immense butin dans ces faubourgs et dans les environs;
ils s'emparent de douze mille blanches bêtes, de mille porcs, de cinq
cents vaches et bœufs, car c'est une marche abondamment fournie de
bestiaux et d'élèves du bétail. Après s'être ainsi gorgés de butin,
les envahisseurs mettent le feu aux faubourgs de Chimay et abattent
les moulins qui à cette époque étaient situés en dehors de la
forteresse. Ils courent ensuite tout le pays des environs; ils brûlent
Virelles[383], Lompret, Vaulx-lez-Chimay, Baileux, Bourlers, Forges,
Poterie, Villers-la-Tour, Beaurieu, Saint-Remy-lez-Chimay,
Sainte-Geneviève, Sales, Bailièvre, Wallers[384], _Ébrètres_,
Momignies, Seloigne et tous les villages du sart de Chimay. Jean de
Hainaut est transporté de fureur à la nouvelle du ravage de sa terre;
il reçoit cette nouvelle à Mons auprès du comte son neveu auquel il
fait partager son irritation; toutefois le comte de Hainaut engage son
oncle à se tenir tranquille pour le moment. P. 189 et 190, 484 et 485.

  [379] Froissart donne à ce chevalier le prénom de Gérard; mais
  les montres de l'armée de Buironfosse mentionnent Gaucher, non
  Gérard de Lor.

  [380] Lor, Aisne, arr. Laon, c. Neufchâtel.

  [381] Locq, Aisne, arr. Laon, commune Anizy-le-Château.

  [382] La plaine de Chimay s'est longtemps appelée _le sart_,
  parce qu'elle s'est formée aux dépens de la forêt de ce nom, dont
  on a défriché de bonne heure une grande partie pour la mettre en
  culture.

Dans ce même hiver, les Français de la garnison de Cambrai vont un
jour attaquer la petite forteresse de Relenghes[385] située à quelque
distance de cette ville. Cette forteresse est occupée par une garnison
de vingt-cinq ou trente compagnons sous les ordres d'un chevalier
nommé Jean le Bâtard, fils naturel de Jean de Hainaut. Les assiégés,
après avoir tenu tête un jour tout entier à leurs agresseurs,
désespèrent de défendre plus longtemps Relenghes dont les fossés sont
gelés et gagnent de nuit Bouchain et Valenciennes. Le lendemain, les
Cambrésiens reviennent raser la forteresse; et les pierres provenant
de la démolition sont transportées à Cambrai. P. 190, 486.

Gilles de Mauny dit Grignart, mis en garnison dans Thun-l'Évêque par
son frère Gautier de Mauny qui après avoir conquis ce château en a
reçu l'investiture du roi d'Angleterre, vicaire de l'Empire, fait
presque tous les jours des courses contre les Français de la garnison
de Cambrai et s'avance jusque sous les murs de cette ville. Un jour,
dans une escarmouche qui se livre devant les barrières mêmes de
Cambrai, à la porte Robert, un jeune et brave gentilhomme nommé
Guillaume Marchand[386], chanoine de Cambrai et neveu de l'évêque,
engage un combat singulier contre Gilles de Mauny et tue son
adversaire. Jean et Thierry de Mauny, en garnison à Bouchain,
sollicitent et obtiennent des Cambrésiens la remise du corps de leur
frère qui est enterré dans l'église des Cordeliers ou de
Saint-François à Valenciennes; puis Jean et Thierry, qui ont à cœur
de tirer vengeance de la mort de Gilles, viennent prendre le
commandement de la garnison de Thun-l'Évêque; et Édouard III leur
adjoint un vaillant chevalier anglais nommé Richard de Limousin. P.
191 à 193, 487 et 488.

  [383] Toutes les localités dont les noms suivent, à l'exception
  de Wallers, sont situées en Belgique, dans la province de Hainaut
  et le canton de Chimay. On a essayé sans succès d'identifier
  sûrement _Ébrètres_.

  [384] Wallers, Nord, arr. Avesnes, c. Trélon.

  [385] Relenghes, lieu dit de la commune d'Escaudœuvres, Nord,
  arr. et c. de Cambrai.

  [386] Guillaume le Marchand est ainsi mentionné sur la liste des
  gens d'armes qui servirent à Cambrai, par lettres du 28 octobre
  1339, sous Humbert de Cholay, capitaine de ladite ville:
  «Guillaume le Marchant, chanoine de Cambray, pour 13 escuiers.»
  De Camps, portef. 83, p. 314.



CHAPITRE XXXIII.

  1340. DÉCLARATION DE GUERRE ET OUVERTURE DES HOSTILITES ENTRE LA
    FRANCE ET LE HAINAUT: SAC D'HASPRES PAR LES FRANÇAIS ET
    D'AUBENTON PAR LES HAINUYERS; DÉPART DU COMTE DE HAINAUT POUR
    L'ANGLETERRE (§§ 93 à 98).


Godemar du Fay tient garnison pour le roi de France à Tournay, Édouard
de Beaujeu à Mortagne sur Escaut, Jean de la Roche, sénéchal de
Carcassonne, à Saint-Amand, Amé de Poitiers à Douai, Étienne dit le
Galois de la Baume, Humbert de Villars, Jean de Lévis maréchal de
Mirepoix, Thibaud de Moreuil, les seigneurs de Villers et de
Roussillon à Cambrai. Ces chevaliers et leurs gens d'armes n'attendent
qu'un signal pour guerroyer en Hainaut afin de piller ce pays et d'y
faire du butin. De son côté, Guillaume d'Auxonne, évêque de Cambrai,
qui se tient à Paris à la cour de Philippe de Valois, se plaint sans
cesse de l'hostilité du comte de Hainaut, qui est de toutes les
assemblées des Anglais, et des incursions des Hainuyers qui courent,
pillent et brûlent le Cambrésis. Philippe est tellement indisposé
contre son neveu qu'il donne congé à la garnison de Cambrai et aux
garnisons des forteresses voisines d'envahir le Hainaut et de dévaster
ce pays, non pas il est vrai au nom du roi de France, mais sous le
couvert du duc de Normandie bailli du Cambrésis. Cinq ou six cents
hommes d'armes partent un samedi soir de Cambrai, du Cateau-Cambrésis
et de la Malmaison[387] sous les ordres de Thibaud de Moreuil, de
Renaud de Trie, de Dreux de Roye, du seigneur de Malincourt[388];
ils arrivent au milieu de la nuit à Haspres[389], ville riche mais
dépourvue de fortifications et surprennent les habitants dans leurs
lits. Ils font un immense butin et l'entassent sur des charrettes
qu'ils ont amenées avec eux; puis ils mettent le feu à Haspres, et
l'incendie dévore si complétement les maisons qu'il n'en reste que les
murs. On conserve dans l'église d'Haspres les reliques de saint
Achaire, saint terrible et qui est bien à redouter[390]; cette église
est une prévôté gouvernée par les moines de Saint-Vaast d'Arras. Sans
la prévoyance du prévôt qui avait eu soin de faire transporter à
Valenciennes la fierté (châsse) du saint, le reliquaire et les plus
riches ornements de l'église, tout aurait été perdu, car les ennemis
pillent l'abbaye aussi bien que la ville dont ils abattent et brûlent
les moulins. P. 193 à 195, 488 à 490.

  [387] La Malmaison, lieu dit de la comm. d'Ors, Nord, arr.
  Cambrai, c. le Cateau.

Les habitants de Valenciennes ne tardent pas à être informés du sac
d'Haspres; on court à la Salle et l'on réveille le comte de Hainaut
pour lui annoncer cette nouvelle. Guillaume II se lève aussitôt,
s'arme et fait armer ses gens. Gérard de Verchin, sénéchal de Hainaut,
Henri d'Antoing, Henri d'Houffalize, Thierry de Valcourt, les
seigneurs de Potelles, de Floyon, de Roisin, de Gommegnies, de
Mastaing, de Vendegies, de Hartaing, de Sars, de Berlaimont, de
Wargnies, de Boussu, de Vertaing s'empressent de répondre à l'appel du
comte. Sans attendre que ces seigneurs l'aient rejoint, Guillaume II
se rend sur la place du Marché et fait sonner la cloche du beffroi à
toute volée. A ce signal, Jean de Haussy, alors prévôt de
Valenciennes, vient à la tête d'un certain nombre de bourgeois de la
ville se ranger sous la bannière du comte qui s'élance par la porte de
Cambrai sur la route d'Haspres, impatient de rencontrer ses ennemis.
Arrivé entre Maing[391] et Monchaux après avoir chevauché environ une
heure, Guillaume II reçoit la nouvelle de la retraite des Français. Il
revient alors sur ses pas, et chemin faisant il va rendre visite à sa
mère à l'abbaye de Fontenelle[392]. Jeanne de Valois essaye en vain de
calmer la colère de son fils en disant que le sac d'Haspres n'est
pas le fait du roi de France, mais de l'évêque et des habitants de
Cambrai; le comte jure de tirer vengeance de cet acte d'hostilité. P.
195 et 196, 490 et 491.

  [388] Nord, arr. Cambrai, c. Clary. Ce village servait d'apanage
  à un cadet de la maison de Walincourt.

  [389] Nord, arr. Valenciennes, c. Bouchain.

  [390] Les reliques de saint Achaire passaient pour guérir la
  folie.

  [391] Maing et Monchaux, Nord, arr. et c. Valenciennes.

  [392] Abbaye de femmes de l'ordre de Cîteaux au diocèse de
  Cambrai, commune de Maing.

Avant de prendre un parti, Guillaume II veut consulter ses hommes et
convoque à une assemblée qui doit se tenir à Mons les barons, prélats,
abbés, chevaliers et conseillers des bonnes villes du Hainaut. Il fait
dans le même temps un voyage à Bruxelles et à Gand afin de s'assurer,
dans la guerre qu'il veut entreprendre contre Philippe de Valois, le
concours du duc de Brabant et des Flamands. Jacques d'Arteveld
s'engage à mettre sur pied aux frais des villes de Flandre un corps
d'armée auxiliaire de soixante mille combattants. La nouvelle du sac
d'Haspres comble de joie Jean de Hainaut qui ne cherche qu'une
occasion de se venger du ravage de sa terre de Chimay. Ce seigneur se
rend à l'assemblée de Mons; et tandis que les seigneurs d'Enghien, de
Barbançon et de Ligne sont d'avis qu'on commence par demander
réparation au roi de France et des excuses, le seigneur de Beaumont
insiste au contraire pour qu'on envoie immédiatement défier Philippe
de Valois, et il réussit à faire triompher son opinion. Seul de tous
les chevaliers du Hainaut, le sire de Naast[393] refuse de signer le
défi, et pour le punir, le comte confisque les terres du vassal
récalcitrant. Thibaud Gignos, abbé de Crespin[394], est chargé de
porter ce défi en France. Philippe de Valois n'en fait que rire et dit
que son neveu est un fou et un présomptueux. Gui de Châtillon, comte
de Blois, vassal du comte de Hainaut, son cousin germain, pour les
terres d'Avesnes et de Landrecies, renvoie son hommage au comte pour
rester Français et suivre le parti de Philippe de Valois, ce à quoi
l'obligeait sa qualité de pair de France. Guillaume II, en revanche,
se saisit d'Avesnes, de Landrecies, du château de Sassegnies[395]
et y met garnison. Le comte de Hainaut parvient à recruter, tant dans
son comté qu'en Hasbaing, en Brabant et en Flandre, une armée de dix
mille armures de fer; Jean de Hainaut et Thierry III, sire de
Fauquemont, fournissent pour leur part un contingent, le premier de
trois cents, le second de deux cents lances. Jean de Looz, sire
d'Agimont[396] et le seigneur de Mon-Jardin[397] sont aussi venus
servir Guillaume II. De Mons où elle s'est réunie, cette armée prend
le chemin de Merbes-lez-Château[398], passe la Sambre, traverse la
Fagne[399] de Trélon, les bois de Chimay et vient un soir loger à
Chimay et aux environs. L'intention du comte de Hainaut et de Jean de
Hainaut son oncle est de s'emparer le lendemain par surprise
d'Aubenton, et de ravager la Thiérache et toute la terre de Jean de
Coucy, sire de Bosmont[400] et de Vervins, principal auteur de la
dévastation de Chimay. P. 196 à 198, 491 à 494.

  [393] Naast, Belgique, prov. Hainaut, arr. et c. Soignies. Ce
  seigneur est sans doute Godefroi de Naast, qui servit en 1339 sur
  les frontières de Hainaut et qui est ainsi mentionné dans une
  montre: «Godefroi de Nast bann. 1 bach. et 7 esc; venu de Brugny
  en Champagne.» De Camps, 83, f{o} 322 v{o}. Dans les premiers
  mois de l'année 1340, Tristan d'Oisy, Pierre Maubuisson, le
  seigneur de Naast, Jean, vicomte de Melun, chambellan de France,
  Jean, sire de Walincourt et le seigneur de Ham renvoyèrent à
  Guillaume, comte de Hainaut, les hommages qu'ils tenaient de lui
  pour se mettre au service du roi de France contre ledit comte.
  _Invent. de la chambre des Comptes de Lille_, t. I, p. 137.

  [394] Abbaye de bénédictins au diocèse de Cambrai, comm. Crespin,
  Nord, arr. Valenciennes, c. Condé.

Aubenton[401] n'a d'autres fortifications que des palissades et de
petits fossés; mais sur la demande des habitants qui prévoyaient
l'attaque de Jean de Hainaut et du comte son neveu, le grand bailli
de Vermandois a mis dans cette place une garnison de trois cents
armures de fer sous les ordres de Hue, vidame de Châlons, de Jean
de la Bove, de Jean de Bosmont, sire de Vervins, et du seigneur
de Grosley. Après avoir brûlé sur leur route à droite et à gauche
Signy-l'Abbaye[402], Signy-le-Petit[403], Marcilly[404], Regniowez[405],
Maubert-Fontaine[406], le comte de Hainaut et ses gens d'armes
arrivent un vendredi matin devant Aubenton, grosse ville et riche
où l'on fabrique beaucoup de drap. Les assiégeants livrent un assaut
dès le lendemain: ils forment trois corps de bataille. Le comte de
Hainaut commande la première bataille, Jean de Hainaut, sire de
Beaumont, la seconde; et Thierry III, sire de Fauquemont, est à la
tête de la troisième, composée d'hommes d'armes de son pays,
d'Allemands et de Brabançons. Ce que voyant, les assiégés se divisent
aussi en trois corps pour tenir tête à leurs adversaires. La bataille
du comte de Hainaut donne l'assaut à une porte qui est vaillamment
défendue par Hue, vidame de Châlons, et trois de ses neveux que leur
oncle fait là chevaliers. Jean de Hainaut attaque avec un acharnement
tout particulier la porte située du côté de Chimay, parce que Jean de
Coucy, sire de Bosmont, et Jean de la Bove, qui gardent cette porte,
ont pris part au ravage de la terre de Chimay dont Jean de Hainaut est
le seigneur. Thierry III, sire de Fauquemont, avec ses Allemands et
ses Brabançons, tourne tous ses efforts contre la troisième porte dont
le seigneur de Lor lui dispute l'entrée. Ceux du dedans jettent du
haut des portes des planches, des poutres, des vases pleins de chaux
vive et font pleuvoir une grêle de pierres et de cailloux sur les
assaillants. Le siége dure cinq jours, et les assiégeants livrent des
assauts tous les jours; un brave écuyer de Hainaut de la terre de
Binche[407], nommé Beaudoin de Beaufort, est grièvement blessé à l'un
de ces assauts. P. 198 à 201, 494 à 496.

  [395] Nord, arr. Avesnes, c. Berlaimont.

  [396] Belgique, prov. Namur, arr. Philippeville, c. Florennes.

  [397] Mon-Jardin, lieu dit de la comm. d'Aywaille, Belgique,
  prov. et arr. Liége, c. Louveigné.

  [398] Belgique, prov. Hainaut, arr. Thuin.

  [399] La Fagne de Trélon, lieu dit de la comm. de Trélon, Nord,
  arr. Avesnes. Ce lieu dit désigne un bois, reste de l'immense
  forêt qui couvrait autrefois le pays et en occupe encore
  aujourd'hui une grande partie. Le nom de Fagne, dont la racine
  est le latin _fagus_, a sans doute été donné à ce bois, parce que
  le hêtre y était l'essence dominante.

  [400] Bosmont, Aisne, arr. Laon, c. Marle.

  [401] Aisne, arr. Vervins, ch.-l. de c.

  [402] Ardennes, arr. Mézières.

  [403] Ardennes, arr. Rocroi.

  [404] Marcilly, lieu dit de la comm. de Barzy-Courtemont, Aisne,
  arr. Vervins, c. Nouvion.

  [405] Ardennes, arr. et c. Rocroi.

  [406] Ibid.

  [407] Belgique, prov. Hainaut, arr. Thuin, à 17 k. de Mons.

Le samedi des Brandons[408] au matin (4 mars), Aubenton est pris
d'assaut malgré l'héroïque résistance de la garnison; et Jean de
Hainaut entre le premier dans la ville, précédé de sa bannière que
porte Thierry de Senselles. Hue vidame de Châlons et un certain nombre
de chevaliers et d'écuyers se ramassent alors sur la place devant
l'abbaye; et ils lèvent là leurs bannières et leurs pennons, bien
décidés à prolonger jusqu'au bout la résistance. Mais Jean de Bosmont,
sire de Vervins, qui prévoit que sa participation au ravage de la
terre de Chimay l'empêchera d'être pris à rançon par Jean de Hainaut,
se sauve de toute la vitesse de son cheval, et il est suivi dans sa
retraite par Jean de la Bove. A cette nouvelle, Jean de Hainaut
s'élance avec ses gens à la poursuite de son ennemi auquel il donne la
chasse, sans toutefois parvenir à le ratteindre, jusqu'aux portes
du château de Vervins, ville située à deux lieues d'Aubenton. Pendant
ce temps, Hue vidame de Châlons et ses trois neveux font des prodiges
de valeur. Le vidame, après avoir vu deux de ses neveux périr à ses
côtés, est blessé grièvement et fait prisonnier ainsi que le neveu qui
lui reste et les seigneurs de Lor, de Vendeuil et de Saint-Martin. Le
même sort est réservé aux gens d'armes de la garnison et à bien deux
cents habitants d'Aubenton; puis on pille la ville dont les richesses,
qui consistent surtout en laines et en drap, sont transportées à
Chimay; enfin, on met le feu aux maisons, et l'incendie n'en épargne
pas même une seule. Après la destruction d'Aubenton, Jean de Hainaut
revient habiter Chimay. Thierry III sire de Fauquemont et Jean de
Looz, sire d'Agimont, se dirigent vers Dinant[409]. Le comte Guillaume
II, Gérard, sire d'Enghien et les autres chevaliers du Hainaut
retournent à Mons. Au retour, tous ces gens d'armes pillent et brûlent
Aubencheul-aux-Bois[410] et plus de quarante villages ou hameaux des
environs. P. 201 à 204, 495 à 497.

  [408] Le premier dimanche de carême.

  [409] Belgique, prov. Namur.

  [410] Aisne, arr. Saint-Quentin, c. le Catelet.

Le comte de Hainaut entreprend plusieurs voyages; il visite à
Cologne Louis de Bavière empereur d'Allemagne son beau-frère,
à Bruxelles Jean III duc de Brabant son beau-père, à Gand sa
sœur Philippe reine d'Angleterre et aussi Jacques d'Arteveld
chef de la confédération des bonnes villes de Flandre. Le but
de ces voyages est d'imprimer une nouvelle activité à la coalition
dejà formée contre Philippe de Valois. Bientôt même Guillaume II
se décide à passer en Angleterre afin de concerter avec Édouard III
le plan d'une nouvelle campagne contre la France. Avant son départ,
il tient à Mons une assemblée solennelle où il fait reconnaître
Jean de Hainaut son oncle comme régent et gouverneur de Hainaut,
Hollande et Zélande en son absence. Sur ces entrefaites, le bruit
se répand que le duc de Normandie se prépare à envahir le Hainaut
et doit venir assiéger Valenciennes à la tête d'une puissante armée.
A cette nouvelle, Jean de Hainaut confie la garde de Valenciennes
à quatre chevaliers, Henri d'Antoing, les seigneurs de Wargny[411]
et de Gommegnies[412] et Henri d'Houffalize. Il met à Maubeuge
Thierry de Valcourt maréchal de Hainaut avec cent lances, au Quesnoy
Thierry III sire de Fauquemont avec cent armures de fer, à Landrecies
le seigneur de Potelles, à Bouchain les trois Conrard, chevaliers
allemands, à Escaudœuvres Gérard de Sassegnies[413], à Avesnes le
seigneur de Montignies-Saint-Christophe[414], à Thun-l'Évêque Richard
de Limousin, chevalier anglais avec les deux frères Jean et Thierry
de Mauny, au château de Rieulay[415], les seigneurs de Raismes[416]
et de Goeulzin[417], à Condé-sur-l'Escaut[418] les seigneurs de
Blicquy[419] et de Bury[420], à Verchin[421] Gérard de Verchin
sénéchal de Hainaut, pour faire frontière contre les Cambrésiens.
P. 204 et 205, 497 à 500.

  [411] Jean de Wargny.

  [412] Gérard, sire de Gommegnies en 1340.

  [413] Ce seigneur fut décapité en 1340 pour crime de haute
  trahison. «Guerart de Sasseignies» servit dans le parti français
  sous Godemar du Fay, du 18 octobre 1339 au 1er octobre 1340, avec
  trois écuyers. Voyez De Camps, portef. 83, f{o} 309 v{o}.

  [414] Belgique, prov. Hainaut, arr. Thuin, c. Merbes-le-Château.

  [415] Nord, arr. Douai, c. Marchiennes.

  [416] Nord, arr. Valenciennes, c. Saint-Amand-les-Eaux.

  [417] Nord, arr. Douai, c. Arleux.

  [418] Nord, arr. Valenciennes.

  [419] Belgique, prov. Hainaut, arr. Ath, c. Chièvres.

  [420] Belgique, prov. Hainaut, arr. Tournay, c. Péruwelz.

  [421] Verchin ou Verchain-Maugré, Nord, arr. et c. Valenciennes.



_Ouvrages publiés par la_ SOCIÉTÉ DE L'HISTOIRE DE FRANCE _depuis sa
fondation en 1834_.

OUVRAGES IN-OCTAVO à 9 francs le volume.


  L'YSTOIRE DE LI NORMANT. 1 vol. _Épuisé._

  GRÉGOIRE DE TOURS. HISTOIRE ECCLÉSIASTIQUE DES FRANCS. Texte et
    traduction. 4 vol. _Épuisés._

  -- Même ouvrage. _Texte latin._ 2 v.

  -- Même ouvrage. _Traduction._ 2 vol. _Épuisés._

  LETTRES DE MAZARIN A LA REINE. etc. 1 vol. _Epuisé._

  MÉMOIRES DE PIERRE DE FÉNIN. 1 v.

  VILLEHARDOUIN. 1 vol.

  ORDERIC VITAL. 5 vol.

  CORRESPONDANCE DE L'EMPEREUR MAXIMILIEN ET DE MARGUERITE, SA
    FILLE. 2 vol.

  HISTOIRE DES DUCS DE NORMANDIE. 1 vol. _Epuisé._

  OEUVRES D'EGINHARD. Texte et traduction. 2 vol.

  MÉMOIRES DE PHILIPPE DE COMMYNES. 3 vol. Tome I _épuisé_.

  LETTRES DE MARGUERITE D'ANGOULÊME, sœur de François Ier. 2 v.

  PROCES DE JEANNE D'ARC. 5 vol.

  BEAUMANOIR. Coutumes de Beauvoisis. 2 vol.

  MÉMOIRES ET LETTRES DE MARGUERITE DE VALOIS. 1 vol.

  CHRONIQUE LATINE DE GUILLAUME DE NANGIS. 2 vol.

  MÉMOIRES DE COLIGNY-SAVIGNY. 1 v.

  RICHER. Histoire des Francs. Texte et traduction. 2 vol.

  REGISTRES DE L'HÔTEL DE VILLE DE PARIS pendant la Fronde. 3 vol.

  LE NAIN DE TILLEMONT. Vie de saint Louis. 6 vol.

  BARBIER. JOURNAL DU RÈGNE DE LOUIS XI. 4 vol. _Les tomes I et II
    épuisés._

  BIBLIOGRAPHIE DES MAZARINADES. 3 vol.

  COMPTES DE L'ARGENTERIE DES ROIS DE FRANCE AU XIVE S. 1 v.
    _Épuisé._

  MÉMOIRES DE DANIEL DE COSNAC. 2 vol. _Épuisés._

  CHOIX DE MAZARINADES. 2 vol.

  JOURNAL D'UN BOURGEOIS DE PARIS SOUS FRANÇOIS Ier 1 vol. _Épuisé._

  MÉMOIRES DE MATHIEU MOLÉ. 4 v.

  HISTOIRE DE CHARLES VII ET DE LOUIS XI, par Thomas Basin. 4 vol.
    Tome I _épuisé_.

  CHRONIQUES DES COMTES D'ANJOU. 1 vol.

  GRÉGOIRE DE TOURS. OEUVRES DIVERSES. Texte et traduction. 4 vol.
    Tome II _épuisé_.

  CHRONIQUES DE MONSTRELET. 6 vol. Tome I _épuisé_.

  CHRONIQUES DE J. DE WAVRIN. 3 v.

  MIRACLES DE S. BENOÎT. 1 vol.

  JOURNAL ET MÉMOIRES DU MARQUIS D'ARGENSON. 9 v. Tome I _épuisé_.

  MÉMOIRES DE BEAUVAIS-NANGIS. 1 vol.

  CHRONIQUE DE MATHIEU D'ESCOUCHY. 3 vol.

  COMMENTAIRES ET LETTRES DE BLAISE DE MONLUC. T. I à III.

  OEUVRES DE BRANTÔME. T. I à IV.

  COMPTES DE L'HÔTEL DES ROIS DE FRANCE AUX XIVeET XVeS. 1 v.

  ROULEAUX DES MORTS. 1 vol.

  OEUVRES DE SUGER. 1 vol.

  MÉMOIRES DE Mme DU PLESSIS-MORNAY. Tome I.

  JOINVILLE. HISTOIRE DE S. LOUIS. 1 vol.

  CHRONIQUES DES ÉGLISES D'ANJOU. 1 vol.

  CHRONIQUES DE J. FROISSART. T. I.


SOUS PRESSE:

   COMMENTAIRES ET LETTRES DE BLAISE DE MONLUC. Tome IV.

   MÉMOIRES DE Mme DU PLESSIS-MORNAY. Tome II.

   OEUVRES DE BRANTÔME. Tome V.

   CHRONIQUES DE J. FROISSART. T. II.


BULLETINS ET ANNUAIRES.

  BULLETIN DE LA SOCIÉTÉ, années 1834 et 1835, 4 vol. in-8º.--18
    fr.

  BULLETIN DE LA SOCIÉTÉ, années 1836-1856. _Épuisé._

  TABLE DU BULLETIN, 1834-1856. In-8º.--3 fr.

  BULLETIN DE LA SOCIÉTÉ, années 1857-1862. In-8º.--Chaque année, 3
    fr.

  ANNUAIRES DE LA SOCIÉTÉ, 1837-1863. In-18.--Chaque volume, de 1837
    à 1844, 2 fr.; de 1848 à 1863, 3 fr. _Les années 1845, 1846,
    1847, 1853, 1861 et 1862 épuisées._

  ANNUAIRE-BULLETIN, années 1863 à 1867.--Chaque année, 9 fr.


Imprimerie générale de Ch. Lahure, rue de Fleurus, 9, à Paris.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Chroniques de J. Froissart, Tome Premier, 1re partie" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home