Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Histoire de la Monarchie de Juillet (Volume 6 / 7)
Author: Thureau-Dangin, Paul, 1837-1913
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Histoire de la Monarchie de Juillet (Volume 6 / 7)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



generously made available by the Bibliothèque nationale
de France (BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



  HISTOIRE
  DE LA
  MONARCHIE DE JUILLET


  PAR
  PAUL THUREAU-DANGIN


  OUVRAGE COURONNÉ DEUX FOIS PAR L'ACADÉMIE FRANÇAISE

  GRAND PRIX GOBERT, 1885 ET 1886


  DEUXIÈME ÉDITION

  TOME SIXIÈME



  PARIS

  LIBRAIRIE PLON
  E. PLON, NOURRIT ET Cie, IMPRIMEURS-ÉDITEURS
  RUE GARANCIÈRE, 10

  1892

  _Tous droits réservés_



  HISTOIRE
  DE LA
  MONARCHIE DE JUILLET



L'auteur et les éditeurs déclarent réserver leurs droits de
traduction et de reproduction à l'étranger.

Ce volume a été déposé au ministère de l'intérieur (section de la
librairie) en avril 1892.



DU MÊME AUTEUR:

     =Royalistes et Républicains=, Essais historiques sur des
     questions de politique contemporaine: I. _La Question de
     Monarchie ou de République du 9 thermidor au 18 brumaire_; II.
     _L'Extrême Droite et les Royalistes sous la Restauration_; III.
     _Paris capitale sous la Révolution française_. _2e édition._ Un
     volume in-18.

     Prix                                                    4 fr.   »


     =Le Parti libéral sous la Restauration=. _2e édition._ Un vol.
     in-18.

     Prix                                                    4 fr.   »


     =L'Église et l'État sous la Monarchie de Juillet=. Un vol.
     in-18.

     Prix                                                    4 fr.   »


     =Histoire de la Monarchie de Juillet.= Tomes I, II, III, IV et
     V, _2e édition_.

     Prix de chaque vol. in-8º                               8 fr.   »


(_Couronné deux fois par l'Académie française, GRAND PRIX GOBERT,
1885 et 1886._)


PARIS.--TYPOGRAPHIE DE E. PLON, NOURRIT ET Cie, RUE GARANCIÈRE, 8.



HISTOIRE

DE LA

MONARCHIE DE JUILLET



LIVRE VI

L'APOGÉE DU MINISTÈRE CONSERVATEUR

(DE LA FIN DE 1845 AU COMMENCEMENT DE 1847)



CHAPITRE PREMIER

LES ÉLECTIONS DE 1846.

(Fin de 1845-août 1846.)

     I. Bonne situation du ministère à la fin de 1845. M. Thiers
     unit le centre gauche à la gauche. Le _National_ et la
     _Réforme_.--II. L'opposition dans la session de 1846. Débats sur
     les affaires du Texas et de la Plata.--III. L'opposition crie à
     la corruption. Défense du ministère. Qu'y avait-il de fondé dans
     ce grief?--IV. La campagne contre le pouvoir personnel. Débat
     sur ce sujet entre M. Thiers et M. Guizot. La majorité fidèle au
     cabinet.--V. Tranquillité générale. Attentat de Lecomte. Évasion
     de Louis Bonaparte.--VI. Dissolution de la Chambre. Polémiques
     électorales. Attentat de Henri. Les résultats du scrutin. Ce
     qu'on en pense dans le gouvernement.


I

Le ministère durait depuis cinq ans. Plusieurs fois l'opposition
s'était crue sur le point d'en avoir raison: toujours elle avait
échoué. Sa dernière déception n'avait pas été la moins complète
ni la moins mortifiante. On sait comment M. Guizot, un instant
ébranlé, au début de la session de 1845, par le débat sur l'indemnité
Pritchard, s'était bientôt après raffermi, et comment même, quelques
mois plus tard, grâce à l'heureuse issue des négociations engagées à
Londres sur le droit de visite et à Rome sur l'affaire des Jésuites,
il était sorti de cette session plus solide qu'il ne l'avait jamais
été. À la fin de 1845, on se trouvait encore sous l'impression de ce
double succès. Aucune grosse difficulté n'embarrassait la politique
du cabinet, soit en France, soit en Europe; l'horizon, naguère si
chargé, s'était partout éclairci. Tout au plus discernait-on un point
noir du côté de l'Algérie, où l'indomptable Abd-el-Kader venait de
reprendre les armes; mais cet accident local mettait surtout en
cause la responsabilité du maréchal Bugeaud. Le ministère paraissait
impossible à renverser, tant du moins que subsisterait la Chambre
actuelle. Cette conviction, universellement répandue, produisait son
effet sur les députés. La victoire attire, la défaite désagrège.
Les flottants se détachaient de l'opposition et rentraient dans la
majorité. Le gouvernement ne cachait pas, d'ailleurs, son intention
de dissoudre la Chambre après la session de 1846; pour tous ceux qui
ne se sentaient pas sûrs de leurs collèges, il n'était que temps
de se remettre bien avec les ministres qui feraient sûrement les
élections.

Le changement qui s'opéra à ce moment dans la situation du centre
gauche ne contribua pas peu à raffermir la majorité. Jusqu'alors,
ce groupe avait gardé une position moyenne, intermédiaire, qui lui
permettait de tendre la main, suivant les circonstances, soit à la
gauche, soit au centre. Son chef, M. Thiers, avait paru, plus que
personne, soucieux des avantages de cette position. Mais, à la fin
de 1845, n'espérant plus rien du centre, il annonça l'intention de
réunir le centre gauche et la gauche, pour en faire une seule armée
dont il se flattait d'avoir le commandement. Après discussion entre
les plénipotentiaires des deux groupes, un traité fut rédigé et
signé en double, le 25 décembre 1845, par M. Thiers et M. Odilon
Barrot: les contractants se déclaraient résolus à entrer ensemble
au ministère et à se concerter pour le choix de leurs collègues;
il était stipulé que le futur cabinet présenterait des lois sur la
réforme électorale et parlementaire, la répression de la corruption
électorale, les annonces judiciaires, la définition des attentats
déférés à la cour des pairs, et qu'il proposerait des modifications
aux lois sur le jury et sur la presse[1]. Le centre gauche accepta
docilement ce qu'avait fait son chef. À gauche, cette alliance ne
laissa pas que d'éveiller certaines répugnances, non seulement chez
M. de Lamartine, comme toujours superbement isolé, mais aussi chez M.
de Tocqueville et ses amis, qui se plaignaient de voir la politique
de principes sacrifiée à la politique d'expédients et d'intrigues.
Toutefois, ces mécontents n'étaient que le petit nombre; la masse du
parti suivit M. Odilon Barrot, qui était complètement dominé par M.
Thiers.

[Note 1: _Notes inédites de M. Duvergier de Hauranne._]

Les radicaux de la Chambre, sans être partie au traité d'alliance,
se montrèrent disposés à seconder la campagne qui devait en être
la suite. Croyant avoir à attendre longtemps encore le jour de
la république, désabusés des conspirations et des émeutes, ils
jugeaient utile de se mêler à l'action parlementaire. D'ailleurs,
en s'unissant à l'opposition dynastique, ils se flattaient, non
sans raison, de l'entraîner et de la compromettre. En dehors de la
Chambre, tous les républicains ne se prêtèrent pas à cette tactique.
Le _National_, sans doute, l'approuvait: mais il n'était plus seul
à parler au nom des républicains. En 1843, un ancien sténographe,
fort mêlé aux sociétés secrètes, dévot de 1793, M. Flocon, avait
fondé la _Réforme_. Le nouveau journal eut des débats pénibles; il
était loin d'avoir autant d'abonnés que le _National_, qui cependant
n'en comptait guère plus de trois mille; il ne vivait que grâce aux
subventions de M. Ledru-Rollin, dont M. Flocon avait trouvé moyen
d'exploiter l'ambitieuse vanité. À la _Réforme_, on était violemment
jacobin, bienveillant au socialisme; on regardait d'un oeil jaloux et
soupçonneux les «messieurs» du _National_. Ceux-ci, de leur côté, ne
cachaient pas leur dédain pour ces nouveaux venus qui prétendaient
leur disputer la direction du parti. Quand le _National_, à la suite
des radicaux parlementaires, parut disposé à seconder M. Thiers,
la _Réforme_ dénonça aussitôt ce qu'elle appelait une intrigue,
un scandale, une trahison. Le _National_ se défendit, mais avec
l'embarras que manifestent toujours les Girondins aux prises avec les
Montagnards. Ainsi commençait un antagonisme qui devait subsister
jusqu'en 1848, et se manifester, après la révolution de Février, au
sein du gouvernement provisoire. Pour le moment, les meneurs de la
gauche parlementaire pouvaient ne pas y attacher grande importance:
la coterie de la _Réforme_ n'avait guère d'autre représentant dans la
Chambre que M. Ledru-Rollin, et dès lors sa désapprobation n'était
pas de nature à beaucoup gêner la manoeuvre de M. Thiers.


II

À peine la session fut-elle ouverte, le 27 décembre 1845, que les
premiers votes émis pour la constitution du bureau et pour la
nomination de la commission de l'adresse confirmèrent l'existence
d'une majorité ministérielle résolue à ne pas se laisser entamer.
L'opposition ne renonça pas à la lutte; seulement elle décida de
parler surtout pour le dehors, se donnant comme but, non d'obtenir
un vote de la Chambre, mais de préparer les élections dans le pays.
Sur quel point porter ses efforts? Les circonstances ne lui offraient
alors aucune des chances dont elle avait pu profiter les années
précédentes: rien de pareil à ces incidents du droit de visite, de
la flétrissure, de l'indemnité Pritchard, qui lui avaient fourni de
si favorables terrains d'attaque. Réduite à remplacer la qualité
par la quantité, elle entreprit de soulever pêle-mêle tous les
griefs, d'allonger et de multiplier les discussions, d'y revenir à
chaque propos, sans jamais considérer une question comme vidée.
Ainsi se flattait-elle d'agiter l'opinion et de fatiguer le pouvoir.
Était-ce la meilleure tactique, en face d'un pays un peu las de la
politique et plus porté à l'apathie qu'à la colère? En tout cas, M.
Guizot ne s'en troublait pas: il était plein d'espoir. «Le début est
bon, écrivait-il le 5 janvier 1846. Le parti conservateur est plus
uni, plus décidé et plus en train que jamais, avec un sentiment de
confiance en lui-même et en nous que j'ai rarement vu... La fusion
de la gauche et du centre gauche a dissous le camp des incertains.»
Il ajoutait, quelques jours plus tard, le 26 janvier: «Au fond, la
majorité est très décidée, très compacte. L'opposition joue, avec
grand dépit, ses cartes, qu'elle croit les dernières avant les
élections. Elle fera du bruit, autant et aussi longtemps qu'elle le
pourra, pour relever et exciter son public extérieur. Je doute que
cela lui soit bon, et nous en souffrirons, je pense, plus d'ennui et
de fatigue que de mal[2].» L'attaque, en effet, fut aussi acharnée
que le prévoyait le ministre. L'adresse à la Chambre des députés
occupa dix-sept séances, ce qui ne s'était pas encore vu, et aussitôt
après, comme si rien n'était fait, la bataille reprit à propos de
la réforme parlementaire et des crédits supplémentaires. Ce ne fut
pas tout: dans les derniers jours de la session, à l'époque où
d'ordinaire le sentiment dominant est l'impatience d'en finir, M.
Thiers, qui avait pris à coeur son rôle de chef de l'opposition
et qui s'était prodigué à la tribune[3], rouvrit, à l'occasion du
budget, un débat de politique générale qui dura plusieurs jours.

[Note 2: Lettres particulières au comte de Flahault, ambassadeur à
Vienne. (_Documents inédits._)]

[Note 3: M. Thiers ne prononça pas moins de neuf discours pendant la
session de 1846. En 1845, il n'en avait prononcé que trois; en 1844,
six; en 1842, sept. En 1843, il n'avait pas paru à la tribune. En
1847, il ne devait parler qu'une fois.]

Dans ces diverses discussions, les affaires étrangères n'occupèrent
pas la place prépondérante que l'opposition était habituée, depuis
plusieurs années, à leur donner. C'est que toutes les questions de
ce genre, qui naguère passionnaient l'opinion, semblaient réglées
et finies. Vainement, lors de l'adresse, prétendit-on raviver la
querelle sur le droit de visite, en soutenant que la convention du 29
mai 1845 était une mystification; cette tentative n'eut aucun succès,
et les propositions faites dans ce sens furent repoussées, ou durent
être abandonnées. À défaut des questions anciennes, force fut d'en
imaginer de nouvelles qu'on alla chercher bien loin, jusqu'au Texas
et à la Plata.

Pour échapper aux difficultés qu'il avait depuis quelque temps avec
le Mexique, le Texas, jusque-là indépendant, venait de s'annexer
aux États-Unis. Le cabinet français n'avait pas prétendu s'opposer
à cette annexion, mais, de concert avec le cabinet britannique,
il l'avait déconseillée au gouvernement texien. Il estimait que
l'existence de ce petit État importait à l'équilibre du nouveau
monde et prévenait les chocs entre les deux races espagnole et
anglo-saxonne. Si mesurée qu'elle eût été, notre intervention avait
causé à Washington une humeur dont la trace se retrouva dans le
message du président: celui-ci déclara «ne pouvoir permettre, en
silence, qu'aucune action européenne s'exerçât sur le continent du
nord de l'Amérique». L'opposition en France fit grand bruit de ce
mécontentement; elle reprocha à M. Guizot d'avoir, par docilité
envers ses alliés d'outre-Manche, compromis une amitié qui était dans
les traditions de notre politique; la France, ajoutait-on, n'a pas
les mêmes raisons que l'Angleterre de jalouser les agrandissements
des États-Unis.

Ce fut à une critique analogue que donna lieu l'affaire de la Plata.
Déjà une première fois, en 1838, les mauvais traitements infligés
à nos nationaux par le dictateur de la Confédération argentine, le
farouche Rosas, nous avaient amenés à intervenir dans ses démêlés
avec l'État de Montevideo et à procéder au blocus des deux rives de
la Plata. Malgré la vigueur de nos marins, leur action avait été peu
efficace. Aussi, en 1840, le gouvernement français avait-il été fort
aise de se dégager tant bien que mal de cette entreprise lointaine,
coûteuse, difficile, en concluant avec Rosas une convention qui
semblait assurer à peu près la protection de nos nationaux et
l'indépendance de Montevideo. Dans les années suivantes, il avait
résisté à toute tentation d'une intervention nouvelle, malgré les
griefs trop réels que continuait à lui fournir Rosas. Cependant,
en 1845, l'Angleterre, gênée dans son trafic par la continuation
de la guerre entre les riverains de la Plata, voulut y mettre
fin en imposant sa médiation armée, et demanda à la France de se
joindre à elle. M. Guizot y consentit, au fond fort à contre-coeur.
L'opposition l'attaqua à ce sujet; ses critiques, il est vrai,
étaient peu concordantes, les uns se plaignant que la France agît,
les autres, dont était M. Thiers, se plaignant qu'elle n'agît pas
seule et avec plus de vigueur; mais tous s'accordaient à montrer
dans la dépendance où le ministère du 29 octobre était à l'égard de
l'Angleterre, la cause de la faute commise.

Sans doute, au Texas comme sur la Plata, le gouvernement français
eût mieux fait de s'abstenir. Son action ne s'expliquait guère que
par le désir d'être agréable au cabinet de Londres. Mais, si l'on
veut bien se rappeler qu'au même moment il obtenait de ce cabinet
l'abandon du droit de visite, on jugera peut-être qu'en payant de
ce léger prix une si importante concession, il ne faisait pas un
mauvais marché. D'ailleurs, dans l'une et l'autre affaire il veillait
à ne pas se laisser entraîner: en ce qui concernait le Texas, il
n'avait rien fait et entendait ne rien faire qui pût le mettre en
conflit avec les États-Unis; sur la Plata, la communauté d'action
avec l'Angleterre, si elle ne rendait pas l'entreprise plus agréable
et plus efficace, en diminuait du moins le risque. Rien donc n'était
sérieusement compromis. Le public en avait l'instinct. Aussi, malgré
les efforts de l'opposition et particulièrement de M. Thiers pour
grossir ces incidents, la Chambre refusa-t-elle de s'en émouvoir, et
repoussa-t-elle à de fortes majorités toutes les motions de blâme
présentées à ce sujet.


III

Sentant qu'elle n'avait rien à gagner aux discussions de politique
étrangère, l'opposition se rejeta sur les questions intérieures et y
porta son principal effort. De ce côté, pourtant, les circonstances
ne lui fournissaient pas de plus sérieux sujets d'attaques. Point
de réformes à poursuivre dont le pays eût vraiment souci; aucun
acte arbitraire à dénoncer. À défaut de réalités, on trouva un mot,
mot méchant, meurtrier, que, jusqu'à la révolution de Février, on
devait répéter en grossissant de plus en plus la voix, le mot de
«corruption». Ne pouvant alléguer que les libertés publiques fussent
violées, on prétendit qu'elles étaient faussées; que le pouvoir, en
exploitant les appétits privés des électeurs d'abord, des députés
ensuite, détruisait l'indépendance et la sincérité de leurs votes, de
telle sorte que le gouvernement représentatif, intact en apparence,
n'était plus qu'un leurre. Sans doute cette accusation de corruption
n'était pas nouvelle; il était d'usage que les oppositions y
eussent recours, dès que les ministères duraient trop longtemps à
leur gré. Ainsi avait-il été fait, sous la Restauration, contre M.
de Villèle; après 1830, contre le ministère du 11 octobre et tout
particulièrement contre M. Thiers; enfin contre M. Molé, lors de la
coalition. Mais il semblait, en 1846, qu'on criât plus fort. Ce grief
fut le sujet principal de la plupart des débats, depuis l'adresse
jusqu'au budget.

Parmi les opposants, tous ne traitaient pas la question de même. Les
enfants perdus se lançaient dans les personnalités, se plaisaient
aux anecdotes, dénonçaient des scandales le plus souvent controuvés
ou dénaturés. Puis survenait quelque généralisateur, M. Odilon
Barrot par exemple, qui, sans s'inquiéter des rectifications de
fait, croyant sincèrement à toute parole d'opposition, s'épanchait
en indignations généreuses. M. Thiers, qui avait été lui-même
au pouvoir, savait trop à quoi s'en tenir sur la valeur de ces
reproches, pour le prendre sur un ton aussi dramatique; mais il n'en
frappait pas moins fort. «Les gouvernements libres, disait-il, ont
aussi leurs misères. Il faut flatter en bas, il faut s'acquérir les
voix des membres des assemblées délibérantes, flatter leur vanité,
flatter leurs intérêts, les leurs, ceux de leurs familles; et
quand on a conquis leurs voix, il faut souvent aussi conquérir les
voix de ceux qui les nomment; il faut descendre dans ce travail
de brigues déplorables, de façon que la liberté, qui a pour but
d'étendre la participation aux affaires publiques, n'étend souvent
que la corruption, comme ces poisons qui, communiqués à la masse
du sang, portent la mort partout où ce liquide bienfaisant est
destiné à porter la vie.» L'orateur se défendait de «dénigrer son
temps et son pays». «Je sais bien, continuait-il, que notre temps
manque d'élévation, mais il a plus d'honnêteté privée que ceux
qui l'ont précédé;... nos mains sont plus pures.» Toutefois, il
s'élevait contre ceux qui se résignaient trop facilement au mal, et
il s'écriait, en visant les ministres actuels: «Il y a des gens qui
croient qu'on ne peut gouverner que par la satisfaction des intérêts
privés, qui regardent cela comme nécessaire, qui disent que la
corruption est un mal inévitable, que dès lors ce n'est presque pas
un mal, que c'est même un bien, si l'on peut le faire servir à la
cause à laquelle on est attaché; que tout le monde en ferait autant,
et que ceux qui blâment voudraient être ou corrupteurs ou corrompus
eux-mêmes;... et ces hommes, je les vois, après avoir ainsi souri au
mal, se sourire à eux-mêmes, tant ils se trouvent profonds de penser
de la sorte.»

C'était le plus souvent M. Duchâtel qui répondait au nom du
ministère. Précis, imperturbable, sans étalage d'indignation
oratoire, usant plutôt d'une sorte de bonhomie narquoise, il ne se
lassait pas de démentir ou de rectifier les faits et les chiffres,
et mettait parfois les rieurs de son côté, en montrant que les
députés de l'opposition n'étaient pas les moins âpres à solliciter
les faveurs administratives, ni les moins prompts à s'en faire valoir
auprès de leurs électeurs. Quant à M. Guizot, il évitait le plus
possible de discuter ces misères. Était-il contraint de le faire, il
usait surtout de dédain, et, délaissant les détails, tâchait d'élever
le débat à d'éloquentes généralités. «Comment supposer, s'écriait-il,
qu'avec les moyens dont le gouvernement dispose, avec ces moyens si
petits, si subalternes, il vienne à bout de dompter, d'annuler de
grandes institutions libres? Et cela, en présence d'une opposition
qui, à l'en croire, possède seule l'intelligence des intérêts
généraux du pays, l'intelligence des idées élevées, des sentiments
généreux, qui a le monopole de tous les grands ressorts moraux qui
peuvent agir sur le pays!» Puis il ajoutait: «Croyez-moi; relevez,
tant que vous en trouverez l'occasion, les faits de corruption qui
vous paraîtront illégitimes, dangereux pour nos libertés... Mais
n'attribuez pas à quelques abus isolés ces grands résultats dont vous
cherchez la cause. Voici la vraie cause: après la lutte qui dure
depuis longtemps, entre vous et nous, sur la politique qui convient à
la France, lutté qui se passe sous le grand soleil du pays, au milieu
de toutes les libertés du pays, le pays a donné et donne raison au
gouvernement et tort à l'opposition. Voilà la vraie, la grande cause
de ce qui se passe. Toutes les autres sont misérables et ne valent
pas la peine qu'on en parle.»

Entre le ministère et ses accusateurs, où était la vérité? Nul
doute tout d'abord sur la grossière exagération des griefs. C'est
un républicain, M. Lanfrey, qui a écrit, plusieurs années après la
chute de la monarchie de Juillet: «Il est impossible aujourd'hui,
à l'historien comme au moraliste, de se mettre en très grands
frais d'indignation au sujet des faits de corruption reprochés au
ministère de MM. Guizot et Duchâtel.» Et M. Lanfrey attribuait le
retentissement qu'avaient eu ces faits à la «candeur relative de
cette époque[4]». Notons en outre l'impropriété vraiment calomnieuse
du mot employé par l'opposition. Corruption implique une idée
de vénalité, de prévarication. Rien de pareil n'existait; M. de
Montalembert et M. de Tocqueville, qui étaient cependant alors au
nombre des censeurs les plus sévères, le proclamaient hautement. Mais
si, laissant de côté ce gros mot de «corruption», on parle seulement
de ce que M. Guizot lui-même appelait l'«abus des influences», de
l'envahissement et de la prédominance des préoccupations électorales
ou parlementaires dans l'administration, dans la distribution des
faveurs dont le pouvoir dispose, force est alors de reconnaître que,
pour être exagérées, les accusations n'en avaient pas moins une part
de vérité. Parmi les histoires de députés qu'on prétendait avoir été
raffermis ou gagnés par une promesse de place, toutes n'étaient pas
de pure invention. Les amis du gouvernement, dans leurs épanchements
intimes, ne niaient pas le mal et en gémissaient[5]. Placé, par les
élections de 1842, en face d'une majorité incertaine, vivant au
milieu d'un monde politique où trop souvent l'affaiblissement des
croyances et l'absence de sentiments chevaleresques, d'illusions
généreuses, ne laissaient plus guère subsister que le sens de
l'intérêt personnel, le ministère n'avait pas cru pouvoir se soutenir
sans faire appel à cet intérêt. Comme toujours en pareil cas, il
tâchait de rassurer sa conscience par l'utilité du but à atteindre.
À vrai dire, ce mal était moins celui d'un ministère que celui de
la société elle-même. Pour le guérir, il eût fallu changer non les
gouvernants, mais les moeurs, rehausser l'âme de la nation, et
surtout en extirper le scepticisme politique, moral, religieux, fruit
de tant de révolutions. Or c'était une oeuvre à laquelle l'opposition
ne paraissait certes pas plus propre que le cabinet du 29 octobre.

[Note 4: _Revue nationale_, t. XV, p. 31.]

[Note 5: Voir, par exemple, le _Journal inédit de M. de Viel-Castel_.]

Toutefois, pour un homme tel que M. Guizot, cette excuse de n'avoir
pas fait pis que n'eussent fait ses adversaires à sa place ne paraît
pas suffisante. N'était-il pas de ceux dont on pouvait attendre
qu'ils fissent mieux que les autres? La répugnance, le mépris qu'il
éprouvait évidemment pour certains procédés ne devaient-ils pas
l'empêcher non seulement d'y recourir, mais d'y laisser recourir à
côté ou au-dessous de lui? Son austérité propre était incontestable.
Il y avait déjà longtemps qu'il «s'était promis, une fois pour
toutes, de ne jamais tenir compte, dans sa vie publique, d'aucune
considération d'intérêt privé[6]». «Je ne fais cas et n'ai envie que
de deux choses, écrivait-il à M. Bresson en 1846: de mon vivant, ma
force politique; après moi, l'honneur de mon nom[7].» Seulement, se
contentant trop facilement d'être personnellement intact, il s'était
peu à peu habitué à considérer ce qui lui paraissait être les défauts
inévitables de son temps et de son pays avec une sorte de résignation
hautaine, au sujet de laquelle il se plaisait à philosopher. «En
toutes choses, écrivait-il un jour à M. de Barante, c'est le grand
effort de la vie que de se soumettre à l'imperfection sans en prendre
son parti, et de garder au fond toute son ambition en acceptant toute
sa misère. Si je m'estime un peu, c'est par là. J'ai appris à me
contenter de peu, sans cesser de prétendre à tout[8].»

[Note 6: Lettre du 19 juillet 1835. (_Lettres de M. Guizot à sa
famille et à ses amis_, p. 145.)]

[Note 7: _Mémoires de M. Guizot_, t. VI, p. 78.]

[Note 8: _Documents inédits._]

La mesure avec laquelle l'histoire s'efforce après coup de faire
le partage entre les torts du gouvernement et les injustices de
l'opposition, il ne fallait pas, sur le moment, l'attendre du public.
Celui-ci était, par le fait même du régime censitaire, plus disposé
à écouter l'accusation que la défense: la foule, facilement jalouse
du «pays légal» dont elle n'était pas, écoutait volontiers ceux qui
le lui présentaient comme une oligarchie bourgeoise n'usant de son
pouvoir que pour satisfaire ses appétits. «Ainsi, a écrit depuis M.
de Tocqueville, presque toute la nation fut amenée à croire que le
système représentatif n'était autre chose qu'une machine politique
propre à faire dominer certains intérêts particuliers et à faire
arriver toutes les places dans les mains d'un certain nombre de
familles; opinion très fausse, même alors, mais qui a plus favorisé
que tout le reste l'établissement d'un nouveau gouvernement[9].»
C'était là en effet un état d'esprit fort dangereux. Il tendait à
bien autre chose qu'à un changement de ministère, et devait être pour
beaucoup dans la chute de la monarchie, dans cette révolution de
février 1848 qu'on a prétendu qualifier de «révolution du mépris».

[Note 9: Lettre du 27 juillet 1853.]


IV

On eût dit vraiment que, dans cette session de 1846, un mauvais
génie poussait l'opposition dynastique à choisir de préférence les
armes qui pouvaient faire le plus de mal à la royauté. Non contente
de dénoncer la politique du gouvernement comme corruptrice, elle
s'efforça d'en faire remonter la responsabilité au Roi lui-même,
en reprenant avec plus d'âpreté que jamais la campagne contre le
«pouvoir personnel». M. Thiers ne fut pas le moins animé à porter la
lutte sur ce terrain scabreux, qui lui était d'ailleurs familier:
il y avait déjà mis le pied, en 1839, lors de la coalition, avec
M. Guizot pour complice; en 1843, plus accidentellement, à propos
de l'algarade faite par Louis-Philippe à M. de Salvandy[10]. Cette
fois, l'attaque était bien froidement et mûrement préméditée. Lors
du traité d'alliance signé, le 25 décembre 1845, entre M. Thiers et
M. Odilon Barrot, il avait été expressément stipulé qu'un article
serait ajouté au projet de réforme parlementaire, en vue d'exclure
de la Chambre «toute personne recevant, à un titre quelconque, un
traitement de la liste civile». Était-ce pour le plaisir d'écarter
du Palais-Bourbon quelques officiers de service aux Tuileries? Non;
on visait plus haut, et l'on ne s'en cachait pas. «Cet amendement,
disait le _Siècle_, permettra d'apprécier, avec une liberté devenue
nécessaire, l'influence exercée par la couronne sur les délibérations
du pouvoir législatif.»

[Note 10: Cf. plus haut, t. V, ch. IV, § V.]

M. Thiers avait promis de soutenir lui-même cette proposition.
Il tint parole, le 17 mars 1846. «Le gouvernement représentatif
dans toute sa vérité», ainsi formula-t-il sa revendication; et il
ajoutait malicieusement: «M. Guizot me comprend; c'est un langage
que nous avons parlé ensemble.» Il continua en ces termes: «Sous
la Restauration, pourquoi me suis-je si hardiment décidé pour le
duc d'Orléans contre Charles X? C'était sous l'empire d'une idée.
J'avais écrit, en 1829, ce mot devenu célèbre: «Le Roi règne et
ne gouverne pas.» Est-ce que vous croyez que ce que j'ai écrit
en 1829, je ne le pense pas en 1846? Non, je le pense encore, je
le penserai toujours.» Puis, répondant à ceux qui, pour écarter
cette maxime, arguaient de l'état particulier de la France: «Si
cela était, messieurs, si le vrai gouvernement représentatif était
impossible en France, ah! il fallait nous le dire en juillet 1830;
il fallait nous dire, ce jour-là, que nous allions risquer, par une
protestation qui engageait nos têtes, nos vies pour une illusion...
Si le gouvernement représentatif dans toute sa réalité n'est
pas possible en France, oubliez-vous qu'il eût mieux valu alors ne
pas faire une révolution? Quoi! nous ne pourrions avoir que les
formes extérieures du gouvernement représentatif! Mais pour cette
fiction, pour ce mensonge, la Restauration valait bien mieux; elle
avait des avantages de situation incontestables au dedans, comme au
dehors.» De là l'importance que l'orateur attachait à la disposition
qui devait exclure de la Chambre les aides de camp du Roi: elle
lui paraissait «un pas dans cette carrière au bout de laquelle il
voyait en perspective la vérité du gouvernement représentatif». «On
nous dit souvent, ajouta-t-il en terminant, que cela viendra, mais
que cela viendra tard. Eh bien, soit! Je me rappelle, en ce moment,
le noble langage d'un écrivain allemand qui, faisant allusion aux
opinions destinées à triompher tard, a dit ces belles paroles que je
vous demande la permission de citer: _Je placerai mon vaisseau sur
le promontoire le plus élevé du rivage, et j'attendrai que la mer
soit assez haute pour le faire flotter_. Il est vrai qu'en soutenant
cette opinion, je place mon vaisseau bien haut; mais je ne crois pas
l'avoir placé dans une position inaccessible.»

Écouté par tous avec une attention émue, applaudi avec passion
par la gauche, exalté par une grande partie de la presse, répandu
dans le pays à cent mille exemplaires, ce discours eut un immense
retentissement. Ce fut pour l'opposition, particulièrement pour ses
journaux, comme un signal de soutenir la même thèse et de porter
partout l'attaque contre les prétendus empiétements de la couronne.
Les républicains, on le comprend, ne furent pas les derniers à se
joindre à une campagne qui servait si directement leur cause. M.
Thiers ne parut pas troublé de ce bruit, au contraire. Il écrivait
à un de ses correspondants d'Angleterre, dont j'aurai occasion de
reparler, M. Panizzi: «Je sais que vous avez approuvé mon dernier
discours _ad Philippum_. Celui-ci a été fort mécontent, ce dont
je me soucie peu, car je ne veux ni le flatter, ni le blesser. Je
vais à mon but, qui est la vérité, et ne regarde ni à droite ni à
gauche[11].»

[Note 11: Lettre du 26 mars 1846. (_The Life of sir Anthony Panizzi_,
par Louis FAGAN.)]

Que fallait-il penser du danger dénoncé par M. Thiers? Sans doute
l'action du Roi était réelle, visible, tangible. Très laborieux
malgré son grand âge, suivant de près toutes les affaires, y donnant
même une partie de ses nuits[12], ayant acquis pleine conscience de
son habileté et de son expérience, fier d'avoir fait prévaloir la
fixité de son système politique à travers tant d'accidents et en
présence d'un esprit public si incertain et si mobile, convaincu
que les choses iraient très mal s'il cessait d'y mettre la main,
ayant, depuis la mort du duc d'Orléans, le sentiment plus profond
encore que sur lui seul reposait l'avenir de la nouvelle monarchie,
Louis-Philippe était moins que jamais d'humeur à accepter la
maxime: Le Roi règne et ne gouverne pas. Mais n'avons-nous pas eu
déjà occasion de montrer que cette maxime, inventée pour jeter bas
Charles X, n'était pas conforme aux vraies traditions du gouvernement
représentatif, et qu'elle était encore plus contraire aux besoins
particuliers de la société française? Si le Roi cherchait à amener
ses ministres et, par eux, la Chambre à ses idées, il ne violentait
pas leur liberté et n'avait pas la prétention de gouverner contre
la majorité. Nul prince n'était plus scrupuleusement résolu à ne
pas sortir des règles constitutionnelles. Son seul tort était de
manifester parfois son action avec quelque intempérance, de se donner
des airs d'ingérence un peu tatillonne, de prépotence effarouchante,
de ne pas comprendre qu'il est parfois plus habile à un roi de
paraître indifférent et de demeurer silencieux. Déjà plusieurs
fois, j'ai dû noter cette petite faiblesse, que l'âge et un peu
d'infatuation venant du succès rendaient maintenant plus sensible.
Elle ne justifiait pas l'accusation de «pouvoir personnel», mais elle
la facilitait.

[Note 12: Louis-Philippe écrivait au maréchal Soult, le 7 octobre
1846: «Le temps ne suffit plus aux exigences de ma position, et
surtout au travail des papiers, qui prend sur mes nuits d'une manière
qui m'extermine.» Plusieurs de ses lettres sont datées de minuit ou
une heure du matin. (_Documents inédits._)]

M. Guizot avait d'abord laissé à M. Duchâtel, qui s'en était
habilement acquitté, la tâche de répondre à M. Thiers. Le
retentissement prolongé de ce débat, et les polémiques qui en furent
la suite, l'obligèrent à intervenir à son tour et à apporter, sur
ces graves questions, ce qu'il croyait la doctrine vraie. Il le fit,
le 28 mai 1846, dans le débat de politique générale soulevé par M.
Thiers à l'occasion du budget. Il commença par relever sévèrement
certaines paroles du premier discours de son contradicteur. «Il
se trouve, dit-il, parmi les amis de la monarchie de 1830, parmi
les hommes qui ont contribué à la fonder et qui veulent réellement
la maintenir, il se trouve des hommes qui, lorsqu'une chose ne
leur convient pas, se croient le droit de lui dire: Que ne nous
disiez-vous cela en 1830? Il est grave de s'entendre dire ces
paroles. Ce n'est pas la première fois que je les ai entendues. Je
les ai entendu prononcer, en 1831, par l'honorable général de La
Fayette, à propos du programme de l'Hôtel de ville qu'on disait
violé. Il disait aussi: «Que ne nous disiez-vous cela en 1830?»
J'eus l'honneur de répondre alors qu'à coup sûr personne n'avait la
fatuité de croire qu'il eût disposé de la France et de la couronne
et l'eût donnée au prince qui la portait. Ça été la bonne fortune
de la France de trouver dans son sein, en 1830, le prince qui
porte la couronne. C'est la France elle-même qui s'est donnée à
lui; personne n'en a disposé, personne n'a pu faire qu'il en fût
autrement. Je repousse pour mon compte, aujourd'hui comme en 1831,
ces bouffées d'un orgueil frivole.» Ceci dit, non sans avoir fait
crier l'opposition, M. Guizot aborda la question de fond, et n'hésita
pas à exposer des doctrines nettement monarchiques, qu'il eût sans
doute été plus gêné de professer publiquement au lendemain de 1830;
mais, depuis lors, bien des changements s'étaient opérés. «Je suis
décidé, déclara-t-il, à trouver bon que la couronne déploie pour le
pays tout ce qu'elle possède de sagesse, de fermeté et de dévouement...
Je me regarde, à titre de conseiller de la couronne, comme
chargé d'établir et de maintenir l'accord entre les grands pouvoirs
publics, mais non d'assurer la prépondérance de tel ou tel de ces
pouvoirs sur les autres... Pour cela, qu'y a-t-il à faire? Il faut
traiter avec tous ces grands pouvoirs; il faut les prendre pour ce
qu'ils sont en effet, pour des êtres libres, intelligents, qui ont
leur situation, leurs idées, leurs sentiments, leur volonté;... il
faut s'entendre avec la couronne comme avec les Chambres,... et
amener ces transactions desquelles naît l'unité du gouvernement.
Voilà, le gouvernement représentatif. On parle d'indépendance. Je
fais grand cas de l'indépendance; je suis convaincu qu'il en faut
porter beaucoup dans les conseils qu'on donne à la couronne et dans
les résolutions qu'on prend vis-à-vis d'elle; il faut l'avoir,
l'indépendance; mais l'afficher, jamais! Je suis assez vieux pour
avoir vécu sous bien des pouvoirs. J'ai vécu à côté de plusieurs
d'entre eux, sans contact avec eux; j'en ai servi d'autres; je
suis sûr qu'il n'y en a aucun qui m'ait jamais trouvé servile
ou complaisant... Mais, je l'avoue, j'ai soif de déférence ou
de respect envers les pouvoirs qui gouvernent mon pays. Et s'il
m'arrivait, ce qui m'est arrivé, de me trouver en dissidence avec
eux, bien loin de le laisser voir, je m'efforcerais de le cacher...
Voici encore, dans cette grave question, un point sur lequel
je crois que nous différons. C'est ma conviction que le devoir
d'un conseiller de la couronne est constamment de faire remonter
le bien à la couronne elle-même; elle ne répond jamais du mal; la
responsabilité ministérielle la couvre... Il y a eu, de tous temps,
des ministres de la couronne qui se sont appliqués à l'effacer, à
s'interposer entre elle et le pays, pour se grandir eux-mêmes et eux
seuls. Ce n'est pas mon goût, ni mon devoir. Je crois, au contraire,
qu'il faut s'effacer au profit de la couronne et pour laisser aller à
elle la reconnaissance publique. C'est à cela que je mets ma dignité
et ma fierté, et je trouve les autres fiertés un peu vulgaires et
subalternes.»

M. Thiers riposta avec une vivacité souvent amère. Sa doctrine
tendait toujours à cette conclusion qu'un roi annulé était le
corollaire nécessaire d'un roi inviolable. Plus les ministres avaient
la réalité du pouvoir, plus, à son avis, on possédait le vrai
gouvernement représentatif. «Ce qu'il faut, disait-il, ce sont des
ministres qui ne se contentent pas seulement du rôle d'intermédiaires
des pouvoirs... De tels ministres peuvent être des commis éloquents;
ce ne sont pas des ministres à grande responsabilité. Cette
transparence dont on se plaint, ce n'est pas avec du talent seulement
qu'on la fait cesser, c'est avec du caractère.» Puis, passant
par-dessus la tête de M. Guizot, pour faire la leçon et poser ses
conditions au Roi lui-même, il terminait ainsi: «Hier, M. le ministre
des affaires étrangères montrait une grande confiance dans la durée
du ministère. Si cependant, malgré cette confiance, le ministère
actuel n'était pas éternel, si ses successeurs ne l'étaient pas non
plus, et qu'enfin il n'y eût plus d'autre ressource que celle des
ministres impossibles, et qu'on me fît l'honneur de jeter les yeux
sur mon impossibilité, je le déclare, dans ce cas, avec le profond
dévouement que j'ai pour la royauté et avec le profond respect dont
je ne me suis jamais écarté envers elle, je lui dirais: «Je suis
prêt, si mes efforts peuvent vous être utiles, à vous servir, mais
en gouvernant d'après ma propre pensée; si ma pensée est d'accord
avec celle de Votre Majesté, j'en serai très heureux; mais, si elle
en diffère, je persisterai à gouverner suivant ma propre pensée.»
C'est peut-être là, messieurs, un grand orgueil, un orgueil frivole,
si vous le voulez, mais c'est un orgueil désintéressé; et j'avoue
que j'aime mieux, pour ma part, cet orgueil désintéressé, quoiqu'il
puisse être accusé d'être frivole, qu'une ambition qui s'abaisse pour
avoir, non point le pouvoir, mais l'apparence du pouvoir.»

Une réplique de M. Guizot vint clore ce débat, le plus brillant et
le plus considérable qui eût jamais été engagé sur cette question.
«Le trône, dit-il en résumant ses idées, n'est pas seulement un
fauteuil fermé pour que personne ne puisse s'y asseoir. Une personne
intelligente et libre, qui a ses idées, ses sentiments, ses désirs,
ses volontés, comme tous les êtres réels et vivants, siège dans ce
fauteuil... Vous disiez qu'il faut qu'un ministre, pour être un
ministre constitutionnel, soit tout-puissant du côté de la couronne.
On n'exige pas la toute-puissance du côté des Chambres; on reconnaît
que là il y a indispensable nécessité de discuter, de transiger, de
se faire accepter. Mais on veut que, du côté de la couronne, la même
nécessité n'existe pas... Eh bien, tout cela est faux, complètement
faux. Et si cela était vrai, sachez bien qu'il n'y aurait jamais eu,
dans cette Angleterre dont vous parlez, un ministre qui eût couvert
la couronne; car il n'y en a pas eu un seul, même sous des rois très
faibles, très médiocres, qui n'ait souvent et grandement compté avec
eux.»

La Chambre donna pleinement raison à M. Guizot, par 229 voix contre
147. Ainsi se confirmait un phénomène déjà noté: plus M. Thiers se
portait vers la gauche, faisant siens les griefs et les thèses de
l'opposition avancée, plus les conservateurs effarouchés se serraient
autour du cabinet. Pendant cette session de 1846, le ministère avait
constamment obtenu, sur les questions politiques, des majorités de
60 à 80 voix. Si l'on se rappelle que depuis 1842, à chaque session,
il avait failli être renversé, et que naguère encore, en 1845, il
ne l'avait emporté que de huit voix dans le débat sur l'affaire
Pritchard, on reconnaîtra que le progrès était considérable.
M. Guizot avait de tout temps attaché une importance capitale,
peut-être même par trop exclusive, à la constitution d'une majorité.
Ne devait-il pas dès lors triompher d'un résultat qui, après de
si pénibles efforts, de si inquiétantes vicissitudes, pouvait
paraître un succès définitif et complet? Aussi n'est-on pas étonné
de l'entendre, dans son grand discours du 28 mai, «se féliciter que
la majorité ait enfin acquis une unité, une organisation qui lui
manquaient», proclamer que, «depuis cinq ans, il avait consacré tous
ses efforts à amener ce résultat», et montrer là «comme l'ancre
principale de salut dans les épreuves auxquelles le pays pouvait être
encore appelé». Peu auparavant, s'inspirant de la pensée du ministre,
le _Journal des Débats_ disait: «Nous avons vu enfin arriver le
jour que nous appelions de tous nos voeux, celui où il n'y aurait
plus dans la Chambre que deux grands partis... Depuis trente ans,
c'est la première fois peut-être qu'il y a une vraie majorité dans
nos Chambres. Jamais, dans les années précédentes, nous n'avions vu
l'opposition renoncer à l'espoir d'entamer la majorité; pour le coup,
elle y renonce... De cette époque, datera la fin de la politique
d'intrigue.»


V

La fixité de la majorité donnait à la machine politique une apparence
de stabilité telle qu'on n'en avait pas encore connu depuis 1830.
L'ordre matériel régnait partout. Pas plus de menace d'émeute dans
la rue que de menace de crise dans le Parlement. L'insurrection
avait fait son dernier effort, le 12 mai 1839. Les sociétés
secrètes désorganisées, découragées, ne comptant qu'un petit nombre
d'adhérents infimes, végétaient sous l'oeil de la police, qui s'était
adroitement introduite jusque dans leurs plus secrets conseils.
Depuis Darmès en 1840, près de six années s'étaient écoulées sans
qu'on eût attenté à la vie de Louis-Philippe; on croyait en avoir
fini avec cette horrible manie du régicide qui avait sévi pendant les
dix premières années du règne.

Le 16 août 1846, le Roi, alors en villégiature à Fontainebleau,
rentrait en char à bancs, avec la Reine et plusieurs de ses enfants,
d'une promenade dans la forêt, quand deux coups de feu furent tirés
sur lui, à quelques pas, du haut d'un mur qui longeait la route; la
bourre de l'un des coups tomba dans la voiture, mais personne ne
fut atteint. L'assassin, aussitôt arrêté, était un nommé Lecomte,
ancien garde des bois de la couronne, récemment congédié pour faute
grave dans son service. Il passait pour un très habile tireur. «Je me
suis trop pressé», dit-il seulement quand on s'empara de lui. «Rien
n'indique, écrivait quelques jours après M. Guizot à M. Rossi, aucune
ramification ni complot. Ce qui n'empêche que ce ne soit une sottise
de dire, comme le font les badauds pour se rassurer, qu'il n'y a là
rien de politique. Quoi de plus politique que cette contagion, cette
_mal'aria_ qui fait que l'humeur d'un garde mécontent de sa pension
se tourne en régicide[13]!»

[Note 13: _Documents inédits._]

Pendant qu'on instruisait le procès de ce vulgaire assassin, un
incident imprévu appela l'attention sur un condamné de nom plus
retentissant. On se rappelle que, le 6 octobre 1840, à la suite de la
piteuse échauffourée de Boulogne, la cour des pairs avait condamné
le prince Louis Bonaparte à l'emprisonnement perpétuel. Il subissait
sa peine au château de Ham, où avaient été enfermés naguère M. de
Polignac et ses collègues. Sa captivité n'était pas bien rigoureuse:
on le laissait recevoir ses amis, écrire dans les journaux, publier
des livres. Il en profitait pour lier des relations et entretenir
des correspondances avec les opposants de nuances diverses,
depuis M. Odilon Barrot jusqu'à M. Louis Blanc, pour collaborer à
plusieurs feuilles républicaines de province, notamment au _Progrès
du Pas-de-Calais_, pour souscrire à la fondation d'un journal
fouriériste, et pour publier, sur l'_Extinction du paupérisme_, une
brochure à tendance socialiste. À gauche, on paraissait assez flatté
d'une pareille recrue. «Louis Bonaparte n'est plus un prétendant,
disait un journal radical; c'est un citoyen, un membre de notre
parti, un soldat de notre drapeau.» Malgré tout le mouvement qu'il
se donnait, le prisonnier de Ham ne parvenait pas à attirer sur lui
l'attention du pays; en dehors de quelques fidèles et des démocrates
qui se laissaient courtiser par lui, il était à peu près complètement
oublié. Au commencement de 1846, alléguant la maladie de son père,
l'ex-roi Louis, alors à Florence, il demanda à sortir de sa prison,
fût-ce temporairement. Cette requête fut vivement appuyée auprès
des ministres et du Roi par plusieurs députés, entre autres par
M. Odilon Barrot et M. Dupin. Le gouvernement était disposé à y
faire bon accueil et même à accorder une libération définitive,
si toutefois le prisonnier donnait, sous une forme à trouver, une
garantie de sa sagesse à venir. Le prince refusa de faire plus que
quelque déclaration vague de reconnaissance et préféra tenter la
chance d'une évasion. Le 25 mai 1846, il saisit l'occasion que lui
offraient des travaux de réparation accomplis dans le château pour
s'échapper, déguisé en ouvrier, avec une planche sur l'épaule. Trois
jours après, il était en Angleterre. Cette évasion, machinée comme un
épisode de roman, intéressa un instant la curiosité du public, mais
sans troubler sa sécurité, ni faire prendre davantage au sérieux un
personnage en qui l'on ne voyait alors que l'aventurier de Strasbourg
et de Boulogne. Dans une lettre adressée à M. de Sainte-Aulaire,
ambassadeur à Londres, le prince assura le gouvernement français de
«ses intentions pacifiques», se défendit de vouloir «renouveler des
tentatives qui avaient été si désastreuses», et affirma que «sa seule
idée avait été de revoir son vieux père». Deux mois plus tard, le 27
juillet, le roi Louis mourut à Livourne: le prince Louis-Napoléon
n'était pas auprès de lui; il avait écrit à son père que le
gouvernement anglais lui refusait des passeports pour se rendre en
Italie.


VI

La bonne situation parlementaire du cabinet, la tranquillité du pays,
l'absence de tout grave embarras au dedans et au dehors semblaient
des conditions favorables pour procéder aux élections générales. Le
6 juillet 1846 fut publiée l'ordonnance de dissolution, convoquant
les électeurs pour le 1er août. Aussitôt les comités réunis de la
gauche et du centre gauche confirmèrent la fusion des deux groupes
en publiant un manifeste unique. Dans ce manifeste, ils tendaient
ouvertement la main aux républicains et aux légitimistes, à tous
ceux qui voulaient renverser ce qu'on appelait alors «un système
corrupteur et antinational». «La question pour chaque électeur,
disaient-ils, n'est pas de choisir celui qu'il préfère, mais bien,
en nommant un homme indépendant, à quelque nuance de l'opposition
qu'il appartienne, d'empêcher le succès du candidat ministériel.»
Les républicains, qui ne pouvaient que gagner à cette coalition,
s'y prêtèrent volontiers: ils en profitèrent pour s'assurer une
part prépondérante dans le «comité central des électeurs de la
Seine», qui non seulement dirigeait les élections de Paris, mais,
par ses communications aux journaux, exerçait son influence dans
toute la France. Les légitimistes, au contraire, ne répondirent
qu'incomplètement à l'appel qui leur était adressé; beaucoup
d'entre eux préférèrent faire campagne avec le parti catholique:
celui-ci, par une tactique imitée de la ligue de M. Cobden, se tenait
absolument en dehors des questions débattues entre M. Thiers et M.
Guizot, et promettait appui au candidat quelconque qui serait «le
plus offrant et dernier enchérisseur en fait de liberté religieuse».

M. Thiers apporta, dans cette campagne électorale, la même ardeur
impatiente avec laquelle il venait de conduire la bataille
parlementaire. Ses amis, étaient même obligés de le retenir. Il
avait préparé une lettre à ses électeurs où il parlait de la couronne
avec une extrême amertume. «On me trouve fort prononcé, fort actif
dans l'opposition, y disait-il. Serait-ce par hasard afin d'avoir le
pouvoir plus tôt?... Cette conduite éloigne du pouvoir, si bien qu'on
vous appelle ministre impossible. Peu m'importe. Je ne tiens à être
ni possible ni prochain... Certes je savais bien que demander la
réalité rigoureuse du gouvernement représentatif, qui tend à diminuer
l'influence de la royauté irresponsable au profit des ministres
responsables, je savais bien que c'était davantage encore me ranger
dans la classe des ministres impossibles. Je n'ai pas hésité: non
pas que j'eusse le goût puéril, que certaines gens me prêtent, de me
poser, moi simple citoyen, en face de la majesté royale... Mais je
suis convaincu que la monarchie ne sera admise par les générations
présentes et futures que lorsque des ministres vraiment responsables
exerceront véritablement le pouvoir, et, profondément convaincu de
cette vérité, j'ai eu l'orgueil de défendre ma conviction, même à
mes dépens. Cet orgueil, je l'ai eu, je l'aurai toujours dans toute
son étendue. Le pouvoir, je l'ai possédé, et, dans cette transition
inévitable de la monarchie représentative fausse à la monarchie
représentative vraie, transition toujours plus ou moins longue, je
sais ce que vaut le pouvoir. Être ministre entre une royauté qui ne
vous souhaite pas et une Chambre que cinquante ans de révolutions
et de guerres ont profondément troublée, que beaucoup d'intérêts
dominent, être ministre à ces conditions ne me séduit guère.» Cette
lettre fut imprimée, mais ne fut pas envoyée: MM. Duvergier de
Hauranne, de Rémusat, de Maleville, qui n'étaient pourtant pas des
timides, firent comprendre à M. Thiers le tort qu'il se ferait par un
tel langage.

Le gouvernement, de son côté, arrivait bien préparé à la bataille
dont il avait lui-même choisi l'heure. La tâche principale incombait
au ministre de l'intérieur, M. Duchâtel, qui n'épargna pas sa peine
et déploya une rare habileté. Un de ses amis, témoin quotidien de ses
efforts, M. Vitet, a écrit à ce sujet: «Je puis dire que, pendant
trois mois, il ne cessa de suivre du regard, d'aider, de stimuler, de
réveiller, parfois aussi de tempérer plus de quatre cents candidats
dont il savait par coeur, grâce aux ressources de sa mémoire, toutes
les situations personnelles, et que sans cesse, avec un à-propos
qui les frappait d'étonnement, il éclairait sur leurs oublis, leurs
négligences, leurs imprudences. Ce n'était pas seulement le sentiment
du devoir, c'était un certain plaisir de déjouer les trames de tant
d'habiles adversaires de toute provenance et de toute couleur, qui
lui donnait cette sorte de fièvre de surveillance et d'exhortation.»
Dans une circulaire à ses préfets, M. Duchâtel avait publiquement
revendiqué pour l'administration le droit d'exercer une «franche et
loyale influence», mais en même temps il en avait fixé les limites.
«L'indépendance des consciences, disait-il, doit être scrupuleusement
respectée; les intérêts publics, les droits légitimes ne doivent
jamais être sacrifiés à des calculs électoraux... Fidélité sévère
aux règles de justice dans l'expédition des affaires, respect
de la liberté et de la moralité des votes, mais action ferme et
persévérante sur les esprits, tels sont les principes qui, en matière
d'élections, doivent présider aux rapports de l'administration
avec les citoyens.» Ce langage était sensé et correct. Lors de la
vérification des pouvoirs, l'opposition prétendit que la conduite
du ministre n'avait pas été conforme à sa circulaire, mais elle
n'apporta rien de sérieux à l'appui de ses allégations. Sur ce point
d'ailleurs, on peut s'en fier à la parole du témoin déjà cité:
«J'ai vu de près les élections, a dit M. Vitet; j'en puis parler en
conscience. Je sais quelle scrupuleuse observation de la loi, quel
respect des droits de tous y présidèrent du côté du pouvoir, et je
tiens, pour ma part, qu'on n'en trouverait guère d'aussi sincères,
d'aussi vraiment exemptes de sérieux abus, soit chez nous depuis
1814, soit même dans les pays les plus libres du monde, l'Angleterre,
par exemple, ou les États-Unis.»

La polémique, menée grand train par les journaux des deux bords, ne
fit guère que ressasser les questions déjà traitées à la tribune.
Il apparut bientôt que la malheureuse affaire Pritchard, si vieille
qu'elle fût, était encore la meilleure carte du jeu de l'opposition.
Les candidats ministériels étaient marqués dans les feuilles adverses
de cette simple lettre: P; cela voulait dire _Pritchardiste_. Or,
à voir l'embarras qu'en éprouvaient ces candidats, il fallait bien
croire que la sottise publique était encore dupe des déclamations
prodiguées par la gauche en cette matière. La presse conservatrice
avait, il est vrai, pour riposter, une arme plus efficace encore,
c'était l'évocation de 1840. Le _Journal des Débats_ ne manquait pas
de rappeler que la victoire de l'opposition serait la rentrée de M.
Thiers au pouvoir, la reprise de la «politique du 1er mars». «La
France, demandait-il, est-elle lasse de la prospérité dont elle jouit
au dedans, de la paix dont elle jouit au dehors? Six années ont été
nécessaires pour réparer les fautes de 1840. Deux jours d'élection
peuvent anéantir le travail de six ans... Avant six mois, cette
prospérité corruptrice et cette paix déshonorante auront fait place
à une crise intérieure et à une crise européenne... Les deux hommes
sont connus; les deux politiques aussi... Rappelez-vous dans quel
état était la France au 29 octobre 1840; voyez dans quel état elle
est aujourd'hui, et choisissez!»

Toutefois, ce qui frappe le plus, ce n'est pas l'effet produit par
telle ou telle polémique; c'est au contraire le peu de retentissement
qu'avait en réalité ce bruit de presse. Le fond du pays demeurait
tranquille, inerte. Rarement on avait vu, pendant une période
électorale, si peu d'émotion, on pourrait presque dire une pareille
indifférence. Que cachait et présageait cette indifférence?
L'opposition affectait d'y voir le signe que l'opinion se
désintéressait du sort du cabinet: elle se croyait certaine du succès
et le disait très haut. «Je n'ai jamais vu si complète assurance», a
écrit M. Vitet. Du côté ministériel, la confiance était moindre. On
se souvenait de la déception de 1842. N'était-il pas à craindre que
l'affaire Pritchard ne fît, en 1846, le mal qu'avait fait, quatre
ans auparavant, le droit de visite? Le duc de Broglie écrivait à
son fils, le 16 juillet: «Jamais élections ne se seront accomplies
au milieu d'une prospérité et d'un calme plus complets. Ce que cela
donnera, tout le monde l'ignore parfaitement. Le gouvernement, à
mesure que le jour fatal approche, semble plus inquiet, quoique ses
nouvelles soient excellentes[14].» M. Duchâtel mandait à M. Guizot,
le 18 juillet: «Plusieurs points de l'horizon se rembrunissent
depuis quelques jours. J'espère que cela s'éclaircira. D'après les
apparences actuelles, je m'attends à une bataille d'Eylau, où il y
aura beaucoup de morts de part et d'autre, où le champ de bataille
nous restera, mais en nous laissant encore une rude campagne à
soutenir. Si les nôtres, comme je l'espère, se battent bien, je serai
content; je désire d'abord la victoire, et puis, en second lieu, le
combat[15].»

[Note 14: _Documents inédits._]

[Note 15: _Mémoires de M. Guizot_, t. VIII, p. 30.]

Telle était la situation quand, le 29 juillet, trois jours avant
les élections, au moment où le Roi saluait la foule du balcon des
Tuileries, deux coups de pistolet furent tirés à une assez grande
distance par un homme caché derrière une statue. Cet homme, appelé
Henri, était un ancien fabricant d'objets en acier, exaspéré par
des malheurs de fortune et de famille. L'instruction révéla par la
suite, dans ce crime, plutôt le désespoir d'un naufragé de la vie
que la haine d'un révolutionnaire, moins un régicide qu'une sorte de
suicide: dans les conditions où il avait été tiré, le coup était à
peu près inoffensif. Au premier moment, toutefois, on ne se rendit
pas compte de ces circonstances, qui devaient faire écarter la peine
de mort par la cour des pairs: ce nouvel attentat, qui suivait de
si près celui de Lecomte, parut la preuve d'un sinistre parti pris
et causa partout un sentiment d'inquiétude et d'indignation, dont
la presse ministérielle se hâta de tirer parti pour raviver le zèle
des conservateurs et discréditer l'opposition. Quant aux journaux
de gauche, ils furent réduits à insinuer que les coups de pistolet
étaient une manoeuvre de la police.

Vint le jour du scrutin. Les élections de Paris donnèrent l'avantage
à l'opposition: sur quatorze mille suffrages, elle en réunissait
plus de neuf mille; sur quatorze députés, elle en avait onze; le
deuxième arrondissement, le plus riche de la ville, était enlevé aux
conservateurs, qui le possédaient depuis 1830; M. Jacques Lefebvre y
était remplacé par M. Berger. Les journaux de gauche triomphèrent,
mais ce ne fut pas pour longtemps. Dès le lendemain, les nouvelles
de province firent savoir que les ministériels y avaient remporté
des succès dont l'étendue surprenait les vainqueurs eux-mêmes. «Le
résultat, écrivit aussitôt M. Duchâtel, dépasse les espérances que
nous étions en droit de concevoir.» L'opposition perdait vingt-cinq
à trente sièges, et le gouvernement pouvait compter sur une majorité
d'une centaine de voix. On en eut la confirmation, dans la session
qui s'ouvrit, dès le 19 août, pour la constitution de la nouvelle
Chambre; M. Sauzet fut élu président par 223 voix, contre 98 données
à M. Odilon Barrot.

Après les années laborieuses qu'il venait de passer, le ministère
ressentit comme une joie étonnée de se voir en possession d'une
si grande majorité. M. Guizot déclarait à ses amis «qu'aucun
événement politique ne lui avait causé une satisfaction égale à
celle qu'il éprouvait de ce triomphe de la bonne et saine politique
sur les mauvaises passions[16]». Le duc de Broglie écrivait à
son fils: «Jamais victoire ne fut plus complète... Depuis les
_trois cents_ de M. de Villèle, aucun ministère ne s'était trouvé
à pareille fête[17].» À la satisfaction du triomphe se mêlait
cependant quelque préoccupation. Ce dont on s'inquiétait, c'était
moins de l'irritation des vaincus que des exigences possibles des
vainqueurs, d'autant que, parmi ces derniers, il y avait un assez
grand nombre de députés nouveaux. «Il faut demander à Dieu, disait
M. Doudan, que les conservateurs, se sentant nombreux, ne soient
pas pris de la démangeaison de se mettre en petits paquets, ayant
chacun ses fantaisies à satisfaire. Tout cela n'est que l'embarras
des richesses, qui est peut-être préférable aux embarras de la
pauvreté[18].» Quant à M. Duchâtel, c'était d'un autre côté, du
côté de la couronne, qu'il pressentait des exigences gênantes. «La
situation est très bonne, écrivait-il à M. Guizot; mais elle impose
des devoirs nouveaux et des difficultés au moins aussi grandes que
les anciennes. Le Roi m'écrit une grande lettre de quatre pages
pour me recommander de montrer de la confiance dans l'avenir. Je
suis pour la confiance qui assure et prépare l'avenir, non pas
pour celle qui le gaspille et le compromet. En face des passions
hostiles que nous avons à combattre, il faudrait très peu de fautes
pour changer la situation, jeter le pays de l'autre côté. Il ne
faut pas laisser s'accréditer l'idée que tout est possible. Nous
avons résisté d'un côté; nous aurons probablement à résister de
l'autre. Je sais que vous pensez là-dessus comme moi; aussi je
ne vous en dis pas plus long. Après avoir assuré le triomphe du
parti conservateur, il y va de notre honneur de ne pas devenir les
instruments de sa défaite[19].» Si heureux que fût M. Guizot de sa
victoire, si optimiste qu'il fût par nature, il ne se dissimulait
pas non plus le danger qui résultait du succès même. «L'avenir n'en
sera pas moins difficile ni moins laborieux, écrivait-il à M. Rossi.
On sera plus exigeant avec nous et plus complaisant pour soi-même.
On nous demandera plus et l'on nous aidera moins. Je me prédis bien
des embarras, et je m'y prépare. Après tout, ceux-là valent mieux
que d'autres[20].» Et puis le ministre se rendait compte qu'avec une
telle majorité il ne lui suffirait plus de durer, qu'il lui faudrait
entreprendre quelque chose. Depuis longtemps, il cherchait, sans
avoir encore pu la trouver, l'occasion de quelque grande initiative.
Serait-il plus heureux désormais? En tout cas, il paraissait décidé à
s'y appliquer. «L'ordre et la paix une fois bien assurés, disait-il
dans son discours de remerciement aux électeurs de Lisieux, la
politique conservatrice, en veillant toujours assidûment à leur
maintien, pourra, devra se livrer aussi à d'autres soins, à d'autres
oeuvres. Un gouvernement bien assis a deux grands devoirs. Il doit,
avant tout, faire face aux affaires quotidiennes de la société,
aux incidents qui surviennent dans sa vie... Ce devoir rempli, le
gouvernement doit aussi s'appliquer à développer dans la société
tous les germes de prospérité, de perfectionnement, de grandeur...
C'est là, sans nul doute, pour la politique conservatrice, un
devoir impérieux, sacré, et c'est là aussi, soyez-en sûrs, un but
que cette politique seule peut atteindre. Toutes les politiques vous
promettront le progrès; la politique conservatrice seule vous le
donnera, comme seule elle a pu réussir à vous donner l'ordre et la
paix.» Cette parole, aussitôt mise en relief par les amis et par les
adversaires, eut un grand retentissement. Le public l'accepta comme
une solennelle promesse.

[Note 16: _Journal inédit du baron de Viel-Castel._]

[Note 17: _Documents inédits._]

[Note 18: X. DOUDAN, _Mélanges et Lettres_, t. II, p. 87.]

[Note 19: _Mémoires de M. Guizot_, t. VIII, p. 32.]

[Note 20: _Documents inédits._]



CHAPITRE II

LES INTÉRÊTS MATÉRIELS.

     I. Développement de la prospérité. Les chemins de fer. La
     spéculation et l'agiotage.--II. Timidité économique du
     gouvernement. Il fait ajourner la réforme postale. Ses
     idées sur le libre échange.--III. Les finances en 1846.
     L'équilibre du budget ordinaire. Le budget extraordinaire.--IV.
     L'administration locale. Le comte de Rambuteau.--V. Le
     matérialisme de la bourgeoisie. Elle succombe à la tentation du
     veau d'or. Elle devient indifférente à la politique. Dangers
     de cet état d'esprit.--VI. L'opposition accuse le gouvernement
     d'avoir favorisé ce matérialisme. M. de Tocqueville. Son
     origine, ses visées et ses déceptions. Amertume de ses critiques
     sur l'état social et politique.--VII. Le mal s'étend à la
     littérature. La «littérature industrielle». Cependant l'état des
     lettres est encore fort honorable à la fin de la monarchie de
     Juillet. Le roman-feuilleton. Ce qui s'y mêle de mercantilisme
     et de spéculation. Alexandre Dumas. Le procès Beauvallon. Romans
     socialistes publiés dans les journaux conservateurs. Eugène Süe.
     Les _Mystères de Paris_ dans le _Journal des Débats_. Autres
     romans publiés par le _Constitutionnel_. Aveuglement de la
     bourgeoisie, faisant fête à ces romans.


I

La tranquillité dont le pays jouissait au dedans et la paix qui
régnait au dehors aidaient singulièrement à la prospérité matérielle.
On eût pu noter alors, d'après les statistiques officielles ou
privées, bien des signes de cette prospérité. Le mouvement du
commerce, tel qu'il ressortait des tableaux de douane, avait beaucoup
plus que doublé depuis 1830. Même progression dans les revenus des
canaux, les produits des voitures publiques, le nombre des lettres
distribuées par la poste. La consommation de la houille, criterium de
l'activité industrielle, avait triplé. Les économistes estimaient
que la fortune immobilière était doublée. En 1845, le cours de la
rente 5 0/0 atteignait 122 fr. 85; celui du 4 1/2 0/0, 116 fr. 25;
celui du 4 0/0, 110 fr. 50; celui du 3 0/0, 86 fr. 40. Le paysan et
l'ouvrier étaient mieux logés, mieux vêtus, mieux nourris; dans les
campagnes, on prenait l'habitude nouvelle des bas, des souliers, du
vin, de la viande, du pain blanc. Les salaires avaient à peu près
doublé en quinze ans.

Le gouvernement avait secondé ce progrès, par l'impulsion donnée
aux travaux publics, routes, chemins vicinaux, ports, canaux, etc.
Il s'était surtout occupé des chemins de fer, la grande affaire du
moment. On sait comment, après de longs tâtonnements, la loi de 1842
avait fixé le mode d'établissement des voies ferrées[21]. Depuis
lors, on avait beaucoup fait et entrepris plus encore. En mai 1843
eut lieu l'inauguration solennelle des deux premières grandes lignes,
celle de Paris à Rouen et celle de Paris à Orléans. L'impression
fut considérable sur le public. Henri Heine écrivait, au moment
même, de Paris: «L'ouverture de ces lignes cause ici une commotion
que chacun partage, à moins de se trouver par hasard placé sur un
escabeau d'isolement social... Nous sentons que notre existence
est entraînée ou plutôt lancée dans de nouveaux orbites, que nous
allons au-devant d'une nouvelle vie... De pareils tressaillements
doivent avoir agité nos pères, alors que l'Amérique fut découverte,
que l'invention de la poudre à canon s'annonça par les premiers
coups de feu, que l'imprimerie répandit par le monde les premières
épreuves de la parole divine... Une nouvelle ère commence dans
l'histoire universelle[22].» L'inauguration, qui frappait à ce
point les imaginations, n'eut pas moins d'action sur les capitaux.
Ceux-ci, en France, s'étaient montrés jusqu'alors, en matière de
chemins de fer, craintifs, embarrassés, défiants. Les quelques
compagnies qui s'étaient hasardées au début n'avaient généralement
pas été heureuses. C'était même leur impuissance constatée qui
avait conduit le législateur de 1842 à mettre à la charge de l'État
les acquisitions de terrains, les terrassements, les ouvrages
d'art, les stations, et à ne demander aux compagnies que la pose
de la voie, la fourniture du matériel et l'exploitation. En 1843,
à la vue des chemins de fer devenus une réalité, l'initiative
particulière se réveilla, s'enhardit; des sociétés surgirent,
s'offrant à entreprendre elles-mêmes non seulement l'exploitation,
mais la construction des lignes. La loi de 1842 avait prévu cette
éventualité; sur l'insistance de M. Duvergier de Hauranne, il y avait
été stipulé que les lignes non immédiatement exécutées «pourraient
être concédées à l'industrie privée en vertu de lois spéciales». En
1844, 1845 et 1846, cette clause fut appliquée à plusieurs lignes
importantes, à celles du Nord, de Paris à Lyon, de Lyon à Avignon,
d'Avignon à Marseille, de Bordeaux à Cette.

[Note 21: Voir plus haut, t. V, ch. I, § X.]

[Note 22: Lettre du 5 mai 1843. (_Lutèce_, p. 326.)]

Le mouvement était bon, mais il devint tout de suite excessif. À
trop de méfiance succédait trop d'illusion. Après avoir été timide,
on se montrait téméraire. Ce fut comme un débordement de compagnies
nouvelles qui se disputaient les concessions, rivalisaient de
promesses dans leurs prospectus, recherchaient, pour en décorer
leurs conseils, les ducs et les princes, les notabilités politiques
et administratives, ou même les généraux et les amiraux. Bouche
béante, le public était prêt à mordre à tous les hameçons. Excité
par le spectacle de quelques fortunes rapides, chacun croyait
voir là un trésor et se précipitait pour mettre la main dessus. À
quelles étranges sollicitations certains fondateurs de sociétés
n'étaient-ils pas en butte[23]! À peine émises ou même avant de
l'être, les actions étaient l'objet d'une spéculation effrénée
qui tenait les convoitises en haleine. C'était la préoccupation
dominante, universelle. Non seulement à la Bourse, mais à la Chambre,
dans les journaux, dans les salons, on ne parlait presque pas d'autre
chose. La concurrence que se faisaient ces nombreuses sociétés dans
la poursuite des concessions les poussait à offrir des conditions
extrêmement onéreuses pour elles. Les pouvoirs publics croyaient
faire une bonne affaire en les acceptant; ils ne se rendaient pas
compte que les embarras des concessionnaires imprudents finiraient
toujours par retomber sur l'État. C'était notamment sur la durée
des concessions que portaient les rabais; quelques compagnies se
contentaient de vingt-quatre ans; on offrait ces rabais à peu près
à l'aveugle, sans étude préalable sérieuse. Parfois, du reste, on
s'inquiétait moins du chemin de fer à établir que de la prime à
réaliser par la plus-value des actions. Certaines sociétés sans base
réelle se fondaient, non pour vivre, mais pour vendre leur mort à des
concurrents plus solides. Ce n'était même plus de la spéculation,
c'était du pur agiotage, avec les désordres et les scandales qui
en sont la suite, brusques alternatives de hausse et de baisse,
engouements et paniques, fortunes faites et défaites en un instant.
Le marché public était livré à des coups de main dont les naïfs et
les faibles étaient généralement les victimes.

[Note 23: Dans la lettre dont nous avons déjà cité un passage, Henri
Heine disait: «La maison Rothschild, qui a soumissionné la concession
du chemin de fer du Nord et qui l'obtiendra selon toute probabilité,
ne constitue pas une véritable société, et chaque participation à son
entreprise, que cette maison accorde à un individu quelconque, est
une faveur, ou plutôt, pour m'exprimer en termes tout à fait précis,
c'est un cadeau d'argent dont M. de Rothschild gratifie ses amis.
Les actions éventuelles ou, comme elles sont nommées, les promesses
de la maison Rothschild se cotent déjà à plusieurs cents francs
au-dessus du pair, en sorte que celui qui demande au baron James de
Rothschild de pareilles actions au pair mendie, dans la véritable
acception du mot. Mais tout le monde mendie à présent chez lui; il
y pleut des lettres où l'on demande la charité, et, comme les mieux
huppés se mettent en avant avec leur digne exemple, ce n'est plus une
honte de mendier. M. de Rothschild est donc le héros du jour...»
(_Lutèce_, p. 330.) M. Duvergier de Hauranne écrivait peu après: «Si
M. de Rothschild a gardé toutes les lettres qui lui furent adressées
lors de l'adjudication du chemin de fer du Nord, non seulement par
des députés et des fonctionnaires publics, mais par des femmes haut
placées dans le monde, il doit avoir un recueil d'autographes tout à
fait précieux. Jamais ministre du Roi ne fut sollicité, courtisé à
ce point. On eût dit les beaux jours de la rue Quincampoix revenus.»
(_Notes inédites._)]

Un moment le mal prit une telle étendue qu'on se demanda si le
législateur ne devait pas intervenir pour le réprimer. La difficulté
était de ne pas entraver les sociétés sérieuses, sous prétexte
d'empêcher les sociétés suspectes. En 1844, M. Crémieux fit voter
à l'improviste, par la Chambre des députés, un amendement portant
«qu'aucun membre des deux Chambres ne pourrait être adjudicataire
ni administrateur dans les compagnies auxquelles des concessions
seraient accordées». Mais la Chambre des pairs estima qu'exclure
ainsi des compagnies en formation les personnages considérables
et influents du pays n'était pas un moyen de fortifier cet esprit
d'association qu'on regrettait de voir si faible en France: aussi
n'admit-elle pas l'amendement[24]. L'année suivante, au début de
la session de 1845, une proposition plus réfléchie fut faite, à
la Chambre des pairs elle-même, par le comte Daru, pour supprimer
certains abus de l'agiotage: cette fois encore, la haute assemblée
craignit qu'on n'étouffât du même coup d'utiles initiatives, et le
projet, bien qu'appuyé par le ministère, fut repoussé. La session
ne se termina pas cependant sans que le gouvernement fît voter
quelques dispositions destinées à limiter une liberté qui tournait
en licence: elles furent insérées dans la loi du 15 juillet 1845,
relative à la concession du chemin de fer du Nord. Dans l'exposé
des motifs, le ministre avait ainsi caractérisé le désordre qu'il
entendait réprimer: «Une sorte de vertige s'est emparé d'une partie
de la société. Les chemins de fer, qui ont été si longtemps l'objet
du dédain des capitalistes, semblent devenus aujourd'hui une mine
inépuisable de richesses. De l'excès du découragement on est passé
à l'excès de l'engouement; on se précipite, on se presse dans les
bureaux ouverts pour recevoir les listes de souscription, et l'on
pourrait se croire revenu au temps de ce système fameux qui a tourné
tant de têtes et ruiné tant de familles.»

[Note 24: M. Molé, alors président du conseil d'administration de
la société formée pour le chemin de fer de l'Est, se crut visé par
le vote de la Chambre des députés et en fut fort blessé. «Je leur
jetterai au nez tous les chemins de fer passés, présents et futurs»,
mandait-il à M. de Barante. Et celui-ci écrivait, de son côté, à
l'un de ses parents: «Mathieu (M. Molé) m'écrit qu'il traitera
l'amendement Crémieux selon son mérite et dira quels sentiments
l'ont inspiré, mais qu'en conclusion il laissera là tous les chemins
de fer. C'est précisément ce que veulent ces démocrates, qui vont
poursuivant les capitaux, la propriété, le bénéfice commercial
et industriel, comme ils ont poursuivi toutes les supériorités
sociales.» Et il ajoutait, dans une autre lettre: «Voir gagner de
l'argent à autrui est un sensible chagrin pour tout bon député.»
(_Documents inédits._)]

Le législateur faisait son devoir en cherchant à remédier aux excès
de l'agiotage; mais son action n'était pas et ne pouvait pas être
bien efficace. D'ailleurs, quand on voit qu'au même moment la même
cause produisait en Angleterre les mêmes désordres, on se demande
si ce n'était pas la conséquence à peu près inévitable d'une
révolution économique dont la nouveauté et la grandeur étaient bien
faites pour troubler à la fois les intérêts et les cerveaux. En
décembre 1845, à l'une des phases les plus aiguës de cette crise, le
_Journal des Débats_ rappelait, non sans quelque raison, à ceux qui
se lamentaient, que, du moment où l'on avait voulu l'exécution des
chemins de fer par l'industrie privée, il fallait s'attendre à la
spéculation; que, sans elle, les concessions n'eussent pas abouti;
que, d'autre part, la spéculation, en s'excitant elle-même, avait
grande chance de dégénérer en agiotage. «Il y a eu de l'agiotage,
ajoutait-il, parce qu'il y en aura toujours, quand il y aura de
grands profits en perspective, enveloppés dans un nuage de mystère.»
Le _Journal des Débats_ voulait bien plaindre les victimes, mais il
se consolait en constatant que les chemins de fer se faisaient. Et
en effet, à considérer aujourd'hui les choses de loin, les accidents
passagers s'effacent, et ce qui domine, c'est l'effort, parfois
inexpérimenté, pas toujours bien pondéré, mais, en fin de compte,
efficace et puissant, qui donna alors à la grande oeuvre des chemins
de fer français une impulsion décisive. En 1844 et 1845 furent
concédées presque toutes les lignes principales de notre réseau, tel
qu'il est aujourd'hui constitué. En 1846 eut lieu l'inauguration du
premier de nos chemins internationaux, celui de Paris à la frontière
belge. Le nombre de kilomètres exploités, qui était de 598 en 1842,
s'élevait à 1,320 en 1846.


II

En matière économique, le gouvernement, qui avait les vertus et
les défauts de la bourgeoisie, était plus prudent que novateur;
il évitait les aventures téméraires où d'autres ont compromis les
intérêts du pays, mais parfois il était un peu lent à entreprendre
certaines transformations fécondes. Cette timidité se manifesta,
par exemple, dans la question postale. En 1839, l'administration
anglaise, renversant hardiment toutes les idées reçues, avait
substitué, pour le transport des lettres, une taxe unique et fort
abaissée aux tarifs élevés et variables suivant les zones; elle avait
compté, non sans raison, sur le développement des correspondances,
pour retrouver les recettes qu'elle paraissait sacrifier. Une
proposition faite, au cours de la session de 1845, en vue
d'introduire cette réforme en France, parut trouver quelque faveur à
la Chambre des députés; mais le ministre des finances la combattit si
vivement qu'au vote d'ensemble elle réunit seulement 170 voix contre
170, et que, par suite, elle fut déclarée rejetée. Le tarif variable
devait subsister jusqu'en 1850.

Était-ce également la timidité ou bien une sage prévoyance qui
retenait le ministère sur la pente du libre échange? La Restauration
avait été hautement protectionniste. Le gouvernement de Juillet,
qui, à l'origine, s'inspirait quelque peu des idées nouvelles émises
sur ce sujet par l'école du _Globe_, eût été disposé à suivre une
politique moins restrictive. Mais, chaque fois qu'il avait tenté
de faire un pas en avant, il s'était heurté aux intérêts des
manufacturiers qui, sous le régime du suffrage restreint, possédaient
une grande influence. Ce fait s'était produit plusieurs fois depuis
l'avènement du ministère du 29 octobre 1840. C'est ainsi que M.
Guizot avait dû renoncer à conclure avec l'Angleterre un traité de
commerce vers lequel il était porté par des raisons, il est vrai,
plus politiques qu'économiques. C'est ainsi également qu'il avait
été contraint d'abandonner le projet d'une union douanière avec la
Belgique[25]. À défaut de cette union, il avait conclu, en 1842,
une convention spéciale d'une durée de quatre années, assurant à
la Belgique un traitement de faveur pour ses fils et tissus de
chanvre: en compensation, nos tissus de soie, nos sels et nos vins
bénéficiaient de quelques abaissements de droits. Même ainsi limitée,
cette convention fut fort critiquée, d'autant que le cabinet de
Bruxelles s'était hâté d'accorder à l'Allemagne les mêmes tarifs. En
mars 1845, M. Guizot dut promettre à la Chambre de ne pas renouveler
la convention, si des concessions réelles ne nous étaient faites.
Il entama donc, peu après, des négociations qui aboutirent, le 13
décembre 1845, à un nouveau traité; il y obtenait certains avantages,
ou du moins l'abandon de certaines mesures hostiles: c'était peu
de chose; mais il nous importait politiquement que la Belgique ne
fût pas tentée de rechercher le patronage d'une autre puissance.
Très attaqué à la Chambre, en avril 1846, habilement défendu par le
cabinet, le traité fut approuvé.

[Note 25: Voir t. V, ch. III, § II.]

Cette discussion fut pour M. Guizot l'occasion d'exposer, d'une façon
générale, la politique commerciale du gouvernement. L'attention
publique était alors fort éveillée sur ces questions. Un livre de
M. Frédéric Bastiat, _Cobden et la Ligue_, venait de révéler aux
Français, qui jusque-là ne s'en doutaient guère, la révolution
économique accomplie outre-Manche sous les auspices de sir
Robert Peel. Les libre-échangistes de France y avaient trouvé un
encouragement à s'organiser et à tenter, eux aussi, une «agitation»;
par contre-coup, les protectionnistes, se sentant menacés, s'étaient
mis sur la défensive. Les circonstances donnaient donc une importance
particulière à la parole du ministre. Celui-ci rendit largement
hommage à l'initiative de sir Robert Peel, mais il montra en quoi
l'état de l'Angleterre différait du nôtre, comment elle avait dû
remédier à un mal social qui n'existait pas chez nous, et comment
elle avait pu, sans péril, exposer son industrie déjà puissante à une
concurrence qui eût été dangereuse pour notre industrie plus jeune.
Après avoir déclaré sa volonté de «maintenir le système protecteur»,
le ministre ajoutait aussitôt: «Nous entendons le modifier,
l'élargir, l'assouplir, à mesure que des besoins nouveaux et des
possibilités nouvelles se manifestent. Non seulement nous entendons
le faire, mais nous l'avons toujours fait. Combien de prohibitions
ont été supprimées depuis 1830! Combien de tarifs ont été
abaissés!... Nous sommes dans la même voie que l'Angleterre, nous y
sommes plus lentement, et par de bonnes raisons, mais nous y sommes.»
Et quelques jours plus tard, toujours à propos du même traité, le
ministre disait à la Chambre des pairs: «La science s'est aperçue
que les intérêts de ceux qui consomment n'étaient pas suffisamment
consultés, que la part accordée à ceux qui produisent était trop
grande: alors elle n'a plus parlé que des intérêts des consommateurs,
et elle a demandé la liberté illimitée du commerce. Les gouvernements
ne peuvent suivre la science dans cette voie; ils ne sont pas des
écoles philosophiques; ils ne sont pas chargés de poursuivre le
triomphe d'une certaine idée, d'un certain intérêt; ils ont tous les
intérêts, tous les droits, tous les faits entre les mains; ils sont
obligés de les consulter tous;... c'est leur condition, condition
très difficile. Celle de la science est infiniment plus commode...
Il y a ici une question d'intérêt public, une de ces questions
d'État dont les gouvernements doivent tenir grand compte. Je ne veux
pas dire qu'il ne faut pas faire à la liberté commerciale une plus
large part que celle qu'elle a obtenue jusque-là... Le but, c'est
l'extension des relations des peuples; mais la première condition,
c'est de ne pas porter une perturbation brusque, soudaine, dans
l'ordre des faits relatifs à la création et à la distribution des
richesses.»

Au mois d'août de cette même année 1846, M. Cobden vint à Paris,
en missionnaire du _free trade_. Fêté par les économistes, il
voulut gagner à ses idées les autorités politiques. Louis-Philippe
le reçut très bien, lui parla abondamment de beaucoup de sujets
divers, mais, sur la question du libre-échange, ne lui répondit que
par des généralités[26]. M. Cobden n'eut pas plus de succès auprès
des ministres, toujours résolus à ne s'avancer que lentement et
prudemment. Le plus «économiste» d'entre eux, M. Duchâtel, écrivait
à M. Guizot, le 1er octobre 1846: «Il ne faut pas trop nous lancer
dans les modifications du régime commercial. Notre rôle n'est pas
d'alarmer et de troubler les intérêts... Je suis d'avis de faire
quelque chose, mais avec une grande prudence et en annonçant très
haut que l'on maintient la protection[27].» Le Roi s'exprimait de
même dans ses conversations: il se déclarait partisan en principe
de la liberté commerciale, admirait ses progrès en Angleterre,
mais estimait que la question était parvenue, de l'autre côté du
détroit, à un degré de maturité qu'elle n'avait pas encore atteint en
France; il reconnaissait qu'on devait marcher vers la réalisation du
principe, mais peu à peu, en ménageant les intérêts engagés, intérêts
des manufacturiers et des ouvriers. «Soyons donc, concluait-il,
pilotes prudents sur cette mer pleine d'écueils, et louvoyons le
long des côtes, sans perdre de vue l'entrée du port, empressés d'y
aborder chaque fois que nous pourrons le faire sans mettre en péril
ces intérêts qui sont aussi ceux de la France[28].» Force était bien
d'ailleurs de compter avec les résistances des protectionnistes,
toujours fort influents dans les Chambres. Jusqu'à la dernière heure
de la monarchie, ils tâchèrent d'empêcher tout changement. En 1847,
le ministère, fidèle à son système de progrès graduel, proposa de
supprimer dix-sept prohibitions et de diminuer les droits sur un
grand nombre d'articles; la commission de la Chambre se montra
défavorable à cette réforme; renvoyé à la session suivante, le projet
ne put être discuté avant la révolution de Février.

[Note 26: JOHN MORLEY, _The Life of Richard Cobden_, t. I, p. 420 et
suiv.]

[Note 27: _Mémoires de M. Guizot_, t. VIII, p. 30.]

[Note 28: _Rien! Dix-huit années de gouvernement parlementaire_, par
le comte de MONTALIVET.]


III

On n'a pas oublié les phases diverses par lesquelles avaient
passé les finances de la France depuis 1830; la crise menaçante,
conséquence de la révolution de Juillet: la prospérité laborieusement
et honorablement reconquise par dix années d'ordre, de paix et de
sagesse; les événements de 1840 venant de nouveau tout compromettre,
presque aussi funestes à ce point de vue que ceux de 1830; puis,
au moment même où, par suite de ces événements, le Trésor était
obéré par tant de dépenses militaires, l'obligation de faire face
immédiatement aux charges non moins énormes de la création du réseau
ferré[29]. De là les difficultés budgétaires en face desquelles le
cabinet du 29 octobre s'était trouvé. En 1846, après plus de cinq
années d'efforts, il se flattait d'en être sorti, et il proclamait,
dans le discours royal lu à l'ouverture de la session, «la situation
satisfaisante de nos finances». Était-il fondé à tenir ce langage?

[Note 29: Voir t. III, ch. V, § V; t. IV, ch. V, § XII; t. V, ch. I,
§ X.]

1840 avait inauguré le régime des déficits. Même en laissant de côté
le budget extraordinaire, les dépenses ordinaires dépassaient les
recettes ordinaires de 138 millions en 1840, de 165 millions en 1841,
de 65 millions en 1842, de 38 millions en 1843. La cause principale
des déficits était l'augmentation subite du budget du ministère de
la guerre: ce budget, qui n'était que de 214 millions en 1829 et
de 241 millions en 1839, s'était élevé en 1840 à 367 millions, en
1841 à 385, en 1842 à 325, en 1843 à 310, en 1844 à 297, en 1845 à
302, en 1846 à 331; ces chiffres s'expliquent parce que, d'une part,
l'effectif normal de l'armée avait été porté de 248,000 hommes à
339,000, et que, d'autre part, la vigoureuse impulsion donnée par
le maréchal Bugeaud à la guerre algérienne en avait à peu près
doublé les frais. Progression analogue dans le budget de la marine,
qui était passé de 72 millions en 1829 et 79 millions en 1839, à 99
millions en 1840, 124 en 1841, 130 en 1842, 116 en 1843, 117 en 1844,
114 en 1845, 130 en 1846. Ajoutons que la dotation des ministères
civils s'était aussi accrue, quoique dans une moindre proportion,
soit à cause des améliorations apportées dans les services, soit par
le seul effet de cette loi de la cherté croissante de toutes choses.

Comment rétablir l'équilibre du budget ordinaire? Des impôts
nouveaux, le ministère n'en voulait pas proposer, fidèle en cela
à la tradition du gouvernement de Juillet. Des économies vraiment
considérables, il n'y fallait pas songer; l'état militaire, une fois
mis sur un certain pied, ne pouvait plus être réduit, et, quant à
l'Algérie, rien n'eût été plus fâcheux, même au point de vue des
finances, que de revenir aux demi-mesures. On eût pu, sans doute,
diminuer notablement les charges en convertissant successivement en
3 0/0 les divers types de rentes au-dessus du pair; le service de la
dette publique aurait été ainsi allégé d'une quarantaine de millions.
Souvent il avait été question de cette mesure; mais le Roi s'y était
obstinément opposé, ne jugeant ni équitable ni politique d'imposer ce
sacrifice aux rentiers. Il ne restait donc qu'un moyen de rétablir
l'équilibre, c'était une politique sage, pacifique, qui développât
la prospérité publique et par là accrût le revenu des contributions
indirectes. Ainsi fit le gouvernement. Ces contributions, qui avaient
donné 687 millions en 1840, en produisirent 719 en 1841, 754 en
1842, 768 en 1843, 791 en 1844, 808 en 1845, 827 en 1846, soit, en
sept ans, une augmentation de 140 millions. Grâce à ces recettes, le
budget ordinaire finit par retrouver son équilibre: celui de 1844
n'avait plus qu'un déficit insignifiant de 181,000 francs; celui de
1845 se solda par un boni de 4,335,332 francs.

Rétablir l'équilibre du budget ordinaire, c'était bien; ce n'était
pas assez. Le budget extraordinaire n'était pas le moindre embarras
de nos finances. Il avait commencé à prendre quelque importance
en 1838, avec le développement donné aux travaux publics et avec
les premiers efforts faits pour les chemins de fer. Il comprit 37
millions de dépenses en 1838; 55 en 1839, 65 en 1840, 62 en 1841.
À partir de 1842, ces chiffres se trouvèrent subitement grossis,
parce qu'aux dépenses des chemins de fer, on ajouta les crédits
plus considérables encore ouverts pour certains travaux militaires
ou maritimes, fortifications, ports de guerre, accroissement de la
flotte: ainsi arriva-t-on, en 1842, à un total de 118 millions; en
1843, de 135; en 1844, de 128; en 1845, de 162; en 1846, de 168. Dans
un budget régulier, à toute dépense autorisée il faut une ressource
correspondante. Le système adopté en 1837 avait été de faire face aux
dépenses extraordinaires avec les réserves de l'amortissement. On
sait en quoi consistaient ces réserves: en vertu des règles posées
pour l'amortissement, chaque année, une certaine quantité de rentes
3 0/0 était rachetée; mais on n'eût pu faire de même pour les rentes
5 0/0, 4 et demi 0/0, 4 0/0, qui étaient au-dessus du pair, sans
imposer au Trésor une perte considérable; la dotation et les rentes
rachetées appartenant à chacun de ces fonds n'étaient donc plus
employées en achats nouveaux et constituaient un fonds provisoirement
disponible auquel on donna le nom de «réserves de l'amortissement».
Ce furent ces réserves, environ 75 à 80 millions par an, que la loi
du 17 mai 1837 affecta aux travaux publics extraordinaires. Une telle
mesure se justifiait: du moment où l'on ne pouvait plus appliquer ces
fonds à l'extinction des dettes anciennes, n'était-il pas naturel de
les employer à prévenir des dettes nouvelles?

Tout alla bien en 1838, en 1839, tant que les budgets ordinaires
furent en équilibre et que les dépenses extraordinaires ne
dépassèrent pas les réserves. Mais quand la crise de 1840 amena le
déficit et qu'au même moment le chiffre des dépenses extraordinaires
fut considérablement grossi, la combinaison se trouva entièrement
dérangée. Les réserves de l'amortissement durent être détournées
de l'affectation que leur avait donnée la loi de 1837 et furent
employées à couvrir les déficits. Pendant plusieurs années, elles
n'y suffirent même pas et laissèrent un découvert qui absorbait
d'avance les réserves des années futures. À la fin de 1845, ces
réserves paraissaient ainsi engagées jusqu'au milieu de 1846: encore,
en faisant une telle prévision, mettait-on les choses au mieux et
supposait-on que l'équilibre qui venait d'être rétabli dans le budget
ordinaire ne serait plus détruit.

À défaut des réserves de l'amortissement, force avait été de trouver
d'autres ressources pour faire face aux dépenses extraordinaires. Ce
fut alors qu'intervinrent la loi du 25 juin 1841, relative aux grands
travaux militaires et civils[30], et la loi du 11 juin 1842, qui
établit le réseau des chemins de fer[31]. La première autorisait le
gouvernement à emprunter 450 millions applicables aux grands travaux:
par suite, deux emprunts furent effectués en rentes 3 0/0; l'un, en
octobre 1841, de 150 millions, au cours de 78 fr. 52 c. 1/2; l'autre,
en décembre 1844, de 200 millions, au cours de 84 fr. 75; ce dernier
cours, le plus élevé qu'on eût obtenu dans un emprunt depuis 1830,
témoignait du relèvement du crédit; pour les 100 millions restants,
on ne jugea pas nécessaire de s'adresser au public; on se contenta,
en 1845, de consolider jusqu'à concurrence de cette somme les fonds
de la caisse d'épargne. Quant à la seconde de ces lois, celle de
1842 sur les chemins de fer, on sait qu'elle n'assurait aucune
recette comme contre-partie de l'énorme dépense qu'elle autorisait;
tout devait être à la charge de la dette flottante jusqu'à ce que
l'extinction des découverts permît d'appliquer à cette dépense les
réserves de l'amortissement, ou, si cette ressource manquait, jusqu'à
ce qu'il fût fait un nouvel emprunt. Suivant l'expression de M.
Dumon, la dette flottante était comme «un prêteur intermédiaire entre
une dépense anticipée et une recette retardée». Le crédit ouvert
dans ces conditions n'avait été tout d'abord, en 1842, que de 126
millions; mais, chaque année, de nouveaux crédits s'y ajoutaient,
et il fut bientôt visible que le chiffre total de l'opération,
évalué dans le début à 475 millions, dépasserait 650 millions. Une
fois engagé dans cette voie, on ne s'y arrêta pas. Le procédé qui
consistait à imputer des dépenses sur la dette flottante était
dangereux, mais il était commode, et l'on fut amené à l'appliquer
à d'autres dépenses qui ne trouvaient pas place dans le budget
ordinaire et dont quelques-unes n'avaient pas l'excuse d'être, comme
celles des chemins de fer, des dépenses essentiellement productives.
Tel fut notamment le crédit de 93 millions voté en 1846 pour le
développement de la flotte: c'était la Chambre elle-même, émue par
certaines révélations sur l'état de notre marine, notamment par la
fameuse note du prince de Joinville, qui avait poussé le ministère à
proposer cette dépense. Au 1er janvier 1846, la dette flottante, bien
qu'allégée par les récents emprunts, s'élevait à 428 millions, et
l'on prévoyait qu'elle grossirait encore dans les années suivantes.

[Note 30: Voir t. IV, ch. V, § XII.]

[Note 31: Voir t. V, ch. I, § X.]

Sans doute chacune de ces dépenses extraordinaires se justifiait par
d'excellentes raisons. Eût-il été possible de retarder les chemins de
fer, ou de ralentir la conquête algérienne? Eût-il été patriotique de
se refuser à renforcer notre état militaire? Le malheur était qu'on
dût faire tout à la fois. De cette concomitance tout accidentelle
venait l'embarras de nos finances. Le gouvernement se flattait du
moins que l'embarras ne serait que passager, et s'il chargeait si
lourdement la dette flottante, il n'était pas sans prévoir les
moyens de la dégager. Il comptait pour cela sur les remboursements
à effectuer par les compagnies de chemins de fer, remboursements
s'élevant à plus de deux cents millions, et sur les réserves de
l'amortissement qu'il espérait bientôt retrouver disponibles.
Toutefois ce n'était pas avant plusieurs années que la dette
flottante pourrait être ainsi complètement déchargée du poids qu'on
avait momentanément rejeté sur elle. La commission des finances, dans
le rapport fait en 1846 sur le budget de 1847, calculait que cette
libération totale ne serait accomplie qu'en 1857. Et encore était-ce
à la condition qu'il n'y aurait d'ici là aucune crise extérieure
ou intérieure, que les budgets ordinaires ne présenteraient plus de
découverts et qu'on n'entreprendrait pas de nouveaux travaux. Qui
pouvait répondre que toutes ces conditions seraient remplies? Le
ministère se flattait cependant de n'avoir pas dépassé les forces
de la France, et quand c'était M. Thiers, le ministre de 1840,
qui lui reprochait d'avoir été téméraire, M. Guizot se croyait
fondé a répondre: «La paix aussi a ses grandes entreprises, la
paix a aussi ses témérités; mais les témérités de la paix ont cet
avantage qu'elles sont fécondes, qu'elles valent au pays des biens
immenses qui vont toujours se développant. Les témérités d'une
autre politique, d'un autre système, sont au contraire stériles et
vont s'aggravant tous les jours. Voilà la différence. Nous avons la
confiance qu'avec le maintien de la bonne politique, de la politique
pacifique et conservatrice, les témérités de la paix seront heureuses
et fructueuses, et que le pays surmontera, c'est-à-dire portera le
fardeau dont il s'est volontairement chargé, au-devant duquel il est
allé lui-même à cause des biens qu'il en espère[32].»

[Note 32: Discours du 28 mai 1846.]


IV

Les mesures législatives et les actes du pouvoir central ne sont
pas les seuls moyens par lesquels un gouvernement travaille à la
prospérité d'un pays. Il y contribue aussi par l'administration
locale. Après 1830, le personnel préfectoral, improvisé sous le
coup de la révolution, avait laissé parfois à désirer. Peu à peu il
s'était épuré, et l'on peut dire que dans les dernières années de
la monarchie il était devenu excellent[33]; il avait la capacité,
l'expérience et la considération; il avait surtout la stabilité,
conséquence naturelle de la durée du cabinet. Presque tous les
préfets étaient anciens dans la carrière et restaient longtemps
au même poste. Quelques-uns paraissaient avoir formé avec leur
département une sorte de mariage indissoluble, témoin M. Lorois et M.
Lucien Arnauld, qui, nommés, l'un à Vannes en 1830, l'autre à Nancy
en 1832, devaient y demeurer jusqu'à la révolution de Février. De
cette sorte de permanence et d'inamovibilité préfectorale, il était
d'autres exemples: le plus considérable fut celui de M. de Rambuteau,
préfet de la Seine de 1833 à 1848. Déjà le comte de Chabrol avait
occupé l'Hôtel de ville pendant toute la Restauration.

[Note 33: Citons, parmi les préfets de cette époque: MM. de la Coste,
Bocher, de Champlouis, Tourangin, Darcy, de Saint-Marsault, Sers,
Roulleaux-Dugage, Pellenc, Chaper, de Villeneuve, Brun, Bonnet,
Mallac, Desmousseaux de Givré, Meinadier, Azevedo, Vaïsse, Jayr,
Monicault, Morisot, Saladin, Lorois, etc., etc.]

Le comte de Rambuteau est l'une des figures intéressantes du règne.
Dans sa jeunesse, il avait appris le monde auprès de son charmant
beau-père le comte Louis de Narbonne, et l'administration à l'école
de l'Empereur, qui l'avait distingué et nommé préfet du Simplon.
De cette double éducation il avait gardé des qualités rarement
unies, à la fois homme de bureau et de salon, laborieux et enjoué,
sachant les affaires et connaissant les hommes. Le premier, il se
trouva à Paris en face d'un conseil municipal élu, où l'opposition
avait une large place et dont le président fut bientôt l'un
des personnages importants du parti radical, M. Arago. Par son
adresse, par sa patience, par un esprit de conciliation qui parfois
effarouchait un peu les ministres, le préfet parvint à bien vivre
avec le conseil, le détournant de la politique vers les affaires,
et l'amenant à s'associer à toutes les cérémonies monarchiques,
réceptions de la famille royale à l'Hôtel de ville, baptême du comte
de Paris, funérailles du duc d'Orléans. De grands travaux furent
faits pour assainir et embellir la capitale. «Je dois procurer aux
Parisiens de l'eau, de l'air et de l'ombre», avait-il dit dans une
de ses premières harangues au Roi. Les gigantesques et coûteuses
transformations opérées depuis ne doivent pas faire oublier ces
années d'activité réglée et féconde, où l'administration municipale
renouvela entièrement la voirie par le pavage en chaussée et la
création des trottoirs, nivela les boulevards, élargit ou perça
un grand nombre de rues, refit les quais, établit l'éclairage au
gaz, agrandit l'Hôtel de ville, termina la Bourse et la Madeleine,
construisit l'église Saint-Vincent de Paul, commença Sainte-Clotilde,
éleva le nombre des écoles de 58 à 209, améliora les hôpitaux et
les prisons, développa le service des eaux de façon à porter la
part de chaque habitant de 70 litres à 108; et tout cela, sans
embarrasser les finances, sans grever l'avenir, bien plus, en
laissant entrevoir, pour 1851, l'extinction complète de la dette
municipale. Sous ce régime, le commerce et l'industrie parisienne
progressèrent rapidement: les déclarations d'exportation à la
douane, qui étaient de 60 millions en 1832, montèrent à 171 en
1846. M. de Rambuteau payait de sa personne, non seulement par la
direction donnée aux grandes affaires, mais par les relations qu'il
avait avec ses administrés; son cabinet était ouvert à tous; chaque
matin, il parcourait les quartiers populaires, causant volontiers
avec les ouvriers, auprès desquels son activité, sa bonhomie, son
abord gracieux et facile lui valaient une sorte de popularité. Fort
bien vu du Roi et de Madame Adélaïde, on l'interrogeait souvent,
aux Tuileries, sur les sentiments de Paris. En 1848, lors de la
dévastation de l'Hôtel de ville, les vainqueurs respectèrent son
portrait, et le portant sur le lit du préfet: «Dors, papa Rambuteau,
dirent-ils; tu as mérité de te reposer.»


V

En somme, malgré les excès de la spéculation, malgré certaines
timidités de la politique commerciale et certaines témérités de la
politique financière, l'activité économique du pays était en plein
développement. Telle était même cette activité, qu'on en venait à
se demander si elle ne tenait pas une place trop grande dans les
préoccupations du public, et si l'idéal national n'en était pas un
peu abaissé. Beaucoup s'en plaignaient alors et y montraient le
vice propre de la classe moyenne, devenue omnipotente depuis 1830.
On prétendait que le règne de cette classe aboutissait à rétablir
une nouvelle féodalité, la «féodalité financière», ou, pour parler
comme Proudhon, à remplacer l'aristocratie par la «bancocratie». Il
semblait, du reste, qu'on fût bienvenu, dans ce temps, à mal parler
de la bourgeoisie. C'était désormais contre elle que s'exerçait la
satire, que s'acharnait la caricature; c'était d'elle que l'on se
moquait sous les traits de Prudhomme ou de Paturot. Sa prépondérance
avait éveillé la jalousie. La noblesse, qu'elle traitait en vaincue,
et le peuple, qu'elle traitait en suspect, étaient également
empressés à la trouver en faute, et tous deux s'accordaient à lui
reprocher un matérialisme dont ils se flattaient de n'être pas
atteints au même degré.

Que doit-on penser de ce reproche? Depuis qu'elle était maîtresse,
la bourgeoisie avait fait preuve de sérieuses qualités; elle s'était
montrée sensée, instruite, laborieuse, honnête. Mais elle avait deux
causes de faiblesse: l'une était sa rupture avec l'aristocratie
de naissance, que l'aristocratie d'argent ne suppléait pas;
l'autre était la part insuffisante faite, dans sa vie morale, au
christianisme, que ne pouvait pas non plus remplacer la philosophie
éclectique, alors officiellement investie du gouvernement des âmes,
mais incapable de répondre à toutes leurs questions, de satisfaire
à tous leurs besoins. Par cette double séparation, la bourgeoisie
s'était privée de certains éléments sympathiques, généreux,
chevaleresques, héroïques, qui eussent fait heureusement contrepoids
à ce qu'elle pouvait avoir, par ses origines, par ses habitudes, d'un
peu égoïste et terre à terre. C'étaient ces côtés faibles que M.
Guizot avait en vue quand, au lendemain de 1848, dans une lettre à
M. Lenormant, il définissait ainsi le parti conservateur avec lequel
il avait été obligé de gouverner: «Trop étroit de base, trop petit
de taille, trop froid ou trop faible de coeur; voulant sincèrement
l'ordre dans la liberté, et n'acceptant ni les principes de l'ordre,
ni les conséquences de la liberté; plein de petites jalousies et de
craintes; étranger aux grands désirs et aux grandes espérances, les
repoussant même comme un trouble ou un péril pour son repos.» Et
il ajoutait: «J'en dirais trop, si je disais tout.» Un homme avait
senti plus vivement encore les défauts de la classe portée au pouvoir
par la révolution de 1830, c'était le prince sur la tête duquel
paraissait reposer l'avenir de cette révolution, le duc d'Orléans.
Ses lettres intimes, récemment publiées, nous révèlent avec quelle
sévérité il se laissait aller à parler de cette bourgeoisie,
de la façon dont elle avait été «amollie» par le succès, de ce
«mouvement politique qui ne parlait pas à l'imagination», de ces
«idées mesquines et étroites qui avaient seules accès dans la tête
des députés», de ces hommes «qui ne voyaient dans la France qu'une
ferme ou une maison de commerce»; parfois même, l'expression de son
«dégoût» avait une amertume et une véhémence dont l'exagération
surprend, et où il faut voir moins un jugement réfléchi et mesuré que
la généreuse impatience d'une âme jeune, ardente, froissée dans ses
plus nobles instincts[34].

[Note 34: _Lettres du duc d'Orléans_, publiées par ses fils, p. 148,
149, 171, 222, 265, 297.]

On conçoit l'effet que dut produire, dans une société ainsi malade,
l'esprit de spéculation surexcité par la création des chemins de
fer. Placée en face de ce qu'on pouvait appeler la grande tentation
du veau d'or, la classe moyenne se trouva mal armée pour y résister:
elle y succomba. «Le vent est à la conquête des richesses, écrivait
M. Léon Faucher en 1845; nous faisons des chemins de fer; nous sommes
dans une veine miraculeuse de prospérité... On ne pense plus qu'à
s'enrichir, et l'on ne mesure plus les événements qu'au thermomètre
de la Bourse[35].» Cette fièvre d'argent eut tout de suite une
conséquence digne de remarque dans un pays où, depuis 1815, la
politique avait tenu tant de place: elle en fit perdre le goût au
public. «L'esprit politique est mort pour plusieurs années, disait
M. Faucher... Il n'y a plus d'opinion en laquelle on ait foi[36].»
Mettra-t-on ce témoignage en doute, comme émanant d'un opposant?
Voici M. Rossi qui, dès le mois de décembre 1842, s'exprimait en ces
termes dans la _Revue des Deux Mondes_: «Le public ne s'occupe que de
ses spéculations, de ses affaires. Il n'a pas de goût en ce moment
pour la politique; il s'en défie; il craint d'en être dérangé. Il a
eu ainsi des engouements successifs: sous l'Empire, les bulletins
de la grande armée; sous la Restauration, la Charte, la liberté;
tout le reste lui paraissait secondaire. Aujourd'hui, c'est la
richesse. Les hommes aux passions généreuses doivent s'y faire.» M.
de Barante, d'un esprit si mesuré et si sagace, écrivait, vers la
même date, à l'un de ses parents: «La politique est morte pour le
moment. Je ne me souviens pas d'avoir vu un pareil assoupissement
des opinions. Les intérêts privés ont aboli l'intérêt public, ou,
pour parler plus exactement, personne ne l'envisage que sous cet
aspect[37].» Il ajoutait, en 1843, dans une lettre à M. Guizot:
«L'oubli des opinions politiques est complet; il se confond avec une
insouciance croissante de tout intérêt public; ni conviction, ni
affection, ni même approbation explicite; on jouit de ce bien-être;
on y tient assurément beaucoup, mais sans songer à lui assurer un
lendemain[38].» Et encore, en 1845: «Rien qui diffère des années
précédentes... Un oubli plus complet encore des opinions; point
d'esprit public; aucune montre d'attachement aux institutions ni
aux personnes[39].» Ce phénomène ne frappait pas seulement les
hommes d'État; M. Sainte-Beuve notait, le 5 novembre 1844, que «la
politique était de plus en plus morte en France[40]». De cette sorte
d'inertie, le gouvernement essayait parfois de donner une explication
rassurante: «C'est, disait M. Guizot, que le pays est tranquille sur
les principes, sur les intérêts moraux qui lui sont si chers. Il est
tranquille, parce qu'il sait que le gouvernement ne les menace pas;
et, tranquille sur sa grande existence morale, il fait paisiblement
ses affaires quotidiennes[41].» Qu'il y eût une part de vérité dans
cette explication, je le veux bien. Toutefois, elle ne suffisait
pas, et il n'était pas besoin d'y regarder de bien près pour se
rendre compte que le pays n'était pas seulement tranquille; il était
indifférent et distrait.

[Note 35: Lettres du 18 août et du 9 décembre 1845. (Léon FAUCHER,
_Biographie et Correspondance_, t. I, p. 163 et 168.)]

[Note 36: Lettres du 9 décembre 1845 et du 4 février 1846. (_Ibid._,
p. 168 et 171.)]

[Note 37: Lettre du 17 octobre 1842. (_Documents inédits._)]

[Note 38: Lettre du 28 août 1843. (_Documents inédits._)]

[Note 39: Lettre du 5 septembre 1845. (_Documents inédits._)]

[Note 40: _Chroniques parisiennes_, p. 277.]

[Note 41: Discours du 28 mai 1846.]

Un fait avait aidé à cette indifférence politique: c'est que le
régime parlementaire ne s'était pas relevé du discrédit dont l'avait
frappé la coalition de 1839. On n'avait plus sans doute à se plaindre
de crises pareilles à celles qui s'étaient succédé de 1836 à 1840;
le ministère avait acquis une stabilité jusqu'alors inconnue; la
majorité semblait constituée. Mais, en dépit du talent des orateurs,
le public ne pouvait pas s'intéresser beaucoup à des luttes où ne
lui paraissaient être en jeu que des ambitions personnelles; il
ne se sentait plus en communion avec les Chambres, comme sous la
Restauration et dans les premières années de la monarchie de Juillet,
alors que les grands problèmes portés à la tribune,--«royalisme»
ou «libéralisme», «résistance» ou «mouvement»,--étaient ceux mêmes
que le pays débattait avec ardeur ou angoisse. Aussi, vers 1846,
était-on assez bienvenu, dans certains milieux, à mal parler du
«parlementarisme», à le déclarer une «machine usée». Les démocrates
ne se montraient pas les moins vifs, témoin une brochure de M.
Henri Martin qui fit à ce moment quelque bruit. Il n'était pas
jusqu'au monde doctrinaire d'où l'on ne vît s'élever des doutes. M.
Doudan, dont on n'ignore pas, il est vrai, le scepticisme un peu
fantasque, se demandait si «la soupe constitutionnelle était une
bonne soupe». «Nous avons cru pendant vingt ans, disait-il, que
le bouillon était nourrissant, trop nourrissant, et, en regardant
de près les chiens qu'on engraissait de cette gélatine, on a pu
voir qu'ils maigrissaient à vue d'oeil[42].» C'était à toutes les
libertés que risquait de s'étendre l'indifférence du public. «La
réaction contre les idées libérales est grande en ce moment, notait
un observateur; on croit avoir suffisamment réfuté le système le plus
généreux, le plus sensé, le plus équitable, lorsqu'on l'a qualifié
dédaigneusement de théorie[43].» Tel paraissait être notamment l'état
d'esprit des jeunes députés, qui venaient d'entrer en assez grand
nombre dans la Chambre, en 1846, et qui se piquaient d'y représenter
les générations nouvelles: il fallait entendre de quel ton ils
parlaient des «illusions libérales» de leurs devanciers[44]. Peu de
temps auparavant, M. Molé écrivait à M. de Barante: «Nous sommes à
une de ces époques où l'esprit humain, doutant de lui-même, ne sait
plus que penser de ce qu'il avait condamné et de ce dont il s'était
enorgueilli[45].» M. de Rémusat, tout en se raidissant pour son
compte contre une telle désillusion, constatait qu'elle avait gagné
beaucoup d'esprits[46].

[Note 42: Lettre du 27 septembre 1844. (X. DOUDAN, _Mélanges et
Lettres_, t. II, p. 39.)]

[Note 43: _Journal inédit de M. de Viel-Castel._]

[Note 44: _Ibid._]

[Note 45: Lettre du 18 août 1844. (_Documents inédits._)]

[Note 46: Article sur M. Jouffroy, _Revue des Deux Mondes_ du 3 août
1844.]

Cet affaiblissement de la vie politique, cette préoccupation
excessive de l'intérêt individuel étaient, pour la nation, une
diminution de sa dignité morale. Était-ce une sécurité pour le
gouvernement? Quelques-uns s'en flattaient. Une opinion ainsi
distraite leur paraissait moins gênante. Et puis ils croyaient
trouver dans les intérêts surexcités une force pour le pouvoir qui
travaillait à les satisfaire, fondement plus solide, disait-on,
que des sentiments, de leur nature, toujours un peu capricieux.
Les journées de février 1848 devaient cruellement détruire cette
illusion. «Le matérialisme en politique, a-t-on écrit très justement
à propos de la monarchie de Juillet[47], produit les mêmes effets
qu'en morale; il ne saurait inspirer le sacrifice, ni par conséquent
la fidélité... On dira peut-être que ces intérêts bien entendus, en
faisant sentir au bourgeois le besoin de la stabilité, suppléeront
aux principes et l'attacheront solidement à son parti: il n'en est
rien. Loin de lui conseiller la fermeté, ses intérêts le porteront
à être toujours de l'avis du plus fort. De là ce type fatal, sorti
de nos révolutions, l'homme d'ordre, comme on l'appelle, prêt à tout
subir, même ce qu'il déteste. L'intérêt ne saurait rien fonder, car,
ayant horreur des grandes choses et des dévouements héroïques, il
amène un état de faiblesse et de corruption où une minorité décidée
suffit à renverser le pouvoir établi.» Ces réflexions étaient
inspirées, après coup, à M. Renan par la leçon des faits. Dès 1840,
devançant les événements avec une sagacité prophétique, Henri Heine
annonçait qu'au jour des tempêtes «la bourgeoisie se tiendrait coi
et ferait défaut au Roi, en lui laissant à lui-même tout le soin de
se tirer d'affaire». Et il continuait ainsi: «La bourgeoisie fera
peut-être encore bien moins de résistance que n'en fit, dans un cas
pareil, l'ancienne aristocratie; même dans sa faiblesse la plus
pitoyable, dans son énervement par l'immoralité, dans sa dégénération
par la courtisanerie, l'ancienne noblesse resta encore animée d'un
certain point d'honneur inconnu à notre bourgeoisie, qui est devenue
florissante par l'industrie, mais qui périra également par elle. On
prophétise un autre Dix août à cette bourgeoisie, mais je doute que
les chevaliers industriels du trône de Juillet se montrent aussi
héroïques que les marquis poudrés de l'ancien régime qui, en habit
de soie et avec leurs minces épées de parade, s'opposèrent au peuple
envahissant les Tuileries[48].»

[Note 47: M. RENAN, dans la _Revue des Deux Mondes_ du 1er juillet
1859, p. 201.]

[Note 48: _Lutèce_, p. 150.]


VI

La prédominance des intérêts matériels était le mal de la société
elle-même. L'opposition, fidèle à sa tactique, tâcha d'y faire
voir la faute, le crime du ministère, qu'elle accusa d'avoir
machiavéliquement travaillé à la perversion de l'âme nationale. À
entendre les orateurs et les journaux de la gauche, le gouvernement
avait poussé le pays aux pieds du veau d'or, pour le détourner de
la politique; il avait sciemment provoqué et favorisé l'agiotage
en matière de chemins de fer[49]. Ce sont là de ces calomnies de
parti dont l'exagération même trahit l'injustice et que l'histoire
peut négliger. Mais des bancs de l'opposition s'élevaient parfois
des critiques qui méritent de n'être pas confondues avec ces
vulgaires déclamations. Tels étaient les discours, ou plutôt les
dissertations, où, presque chaque année, M. de Tocqueville, laissant
de côté les faits particuliers de la politique courante, dogmatisait
gravement et mélancoliquement sur l'altération des moeurs publiques,
et prophétisait les malheurs qui en résulteraient. Il semblait
s'être fait une spécialité de ce rôle de Cassandre auprès de la
bourgeoisie régnante. Son inspiration était élevée; toutefois il
s'y mêlait quelque chose d'un peu chagrin qui le portait à voir
souvent la situation trop en noir. Et puis, même chez ce haut et
droit esprit, l'opposant faisait tort au moraliste politique. Sa
critique, généralement fondée quand elle s'adressait à la société
et poursuivait la réforme des moeurs, se rapetissait quand elle
concluait à un changement de cabinet. Dans ses paroles il y avait
donc beaucoup à prendre, et aussi quelque chose à laisser; l'orateur
méritait grand crédit, et cependant était, par certains côtés, un
peu suspect: réunion de qualités et de défauts, d'autorité et de
faiblesse, dont on se rendra mieux compte si l'on considère de plus
près cette figure. On l'a déjà aperçue plusieurs fois au cours de
ce récit, mais sans avoir encore eu l'occasion de s'y arrêter.
Le moment est venu d'en tenter l'esquisse, fallût-il suspendre
quelques instants nos observations sur les moeurs de l'époque. M.
de Tocqueville est de ceux dont les traits particuliers intéressent
l'histoire générale.

[Note 49: Le _Siècle_ du 11 novembre 1845 montrait, dans cet
agiotage, «le symptôme de la contagion morale que le pouvoir
s'efforçait d'inoculer à la France, avec une persévérance
systématique». M. Thiers, dans la circulaire qu'il avait rédigée pour
les élections de 1846 et que ses amis le détournèrent de publier,
s'exprimait ainsi: «Est-il vrai qu'on a livré aux compagnies plutôt
qu'à l'État l'exploitation des grands travaux publics pour engager le
pays entier dans une masse de spéculations telles que tout le monde
fût intéressé à la politique existante, et que chacun vît dans chaque
affaire politique, non pas l'intérêt de la France, mais l'intérêt
de sa fortune privée qu'une variation dans les cours pouvait
compromettre? Quelqu'un oserait-il le nier?... C'est le coeur du pays
qu'on tend à abaisser.» Et, après avoir donné des preuves de cet
abaissement, M. Thiers flétrissait de nouveau le gouvernement, «qui,
sous prétexte que tout est fini au dedans et au dehors, veut faire
tout oublier au pays, le dehors comme le dedans, en le jetant dans
des spéculations qui l'absorbent, l'enchaînent et le paralysent».]

Alexis de Tocqueville n'avait pas encore trente ans, quand il devint
tout d'un coup célèbre, en 1835, par son livre _De la démocratie
en Amérique_. Jamais publication de ce genre n'avait eu un succès
si considérable, si soudain, si peu préparé. La veille, personne
ne connaissait ce jeune homme qui, après avoir débuté, sous la
Restauration, dans la magistrature, était parti pour l'Amérique
au lendemain des journées de Juillet et, une fois de retour,
avait travaillé silencieusement sur ses notes de voyage, sans
occuper de lui le public. Le lendemain, son nom était dans toutes
les bouches; son libraire, naguère froid et défiant, lui disait,
joyeux et stupéfait: «Ah ça, mais il paraît que vous avez fait
un chef-d'oeuvre[50]!» et chacun répétait l'oracle rendu par M.
Royer-Collard: «Depuis Montesquieu, il n'a rien été fait de pareil.»
L'auteur n'était pas le moins surpris du bruit que faisait son
oeuvre[51]. S'intéressait-on tellement à l'Amérique? Non, c'est
qu'en réalité il s'agissait de la France[52]. Ce livre rappelait à
une nation, qui s'en était laissé distraire par les incidents de
chaque jour, le redoutable problème qui pesait sur elle, celui de la
démocratie; il lui donnait conscience du mouvement qui l'emportait
vers un nouvel ordre politique et social; il lui faisait comprendre
la nécessité de se préparer à cette évolution. L'auteur n'était ni
un partisan ni un adversaire de la démocratie. C'était un observateur
indépendant, sans parti pris pour ou contre, frappé également de la
force et du péril de cette démocratie, jugeant impossible de lui
barrer le chemin et nécessaire de la guider, saluant son avènement
sans s'abaisser devant elle. Ajoutons que le mystère de cet avenir
l'attirait et l'effrayait à la fois; de là cet accent d'angoisse qui
perçait à travers la gravité d'ordinaire un peu froide de son style.

[Note 50: _Oeuvres et correspondance inédites de M. de Tocqueville_,
t. II. p. 27 et 28.]

[Note 51: «Je suis fort étonné de ce qui m'arrive, mandait-il à un
de ses amis le 15 février 1835, et tout étourdi des louanges qui
bourdonnent à mes oreilles. Il y a une femme de la cour de Napoléon
que l'Empereur s'imagina un jour de faire duchesse. Le soir, entrant
dans un grand salon et s'entendant annoncer par son nouveau titre,
elle oublia qu'il s'agissait d'elle, et se mit de côté pour laisser
passer la dame dont on venait de prononcer le nom. Je t'assure qu'il
m'arrive quelque chose d'analogue. Je me demande si c'est bien de moi
qu'on parle.»]

[Note 52: M. de Tocqueville écrivait à M. de Kergorlay: «Quoique
j'aie très rarement parlé de la France dans ce livre, je n'en ai pas
écrit une page sans penser à elle et sans l'avoir, pour ainsi dire,
sous les yeux... À mon avis, ce continuel retour que je faisais,
sans le dire, vers la France, a été une des premières causes du
succès du livre.»]

Dans les années qui suivirent, M. de Tocqueville recueillit les
profits de sa célébrité. En 1838, il fut nommé membre de l'Académie
des sciences morales; en 1841, après la publication de la seconde
partie de son livre, l'Académie française lui ouvrit ses portes.
Candidat à la députation dès 1837, il fut élu en 1839. Il arrivait à
la Chambre avec le désir évident d'y rester en dehors et au-dessus
des partis. «Tous les partis existants me répugnent», disait-il[53].
Bien que fils d'un préfet de la Restauration et ayant vu avec regret
la révolution de 1830, il ne frayait pas politiquement avec les
légitimistes; il s'était rallié tristement, mais sans hésiter, à
la monarchie nouvelle, plus préoccupé de certains principes et de
certaines libertés que de la forme du gouvernement. Très libéral,
l'esprit plus ouvert que la masse des conservateurs sur les besoins
et les droits de la démocratie, il se piquait cependant d'être
un «libéral d'une espèce nouvelle», se défendait de ressembler
«à la plupart des démocrates de nos jours» et déclarait que
«personne n'avait une haine plus profonde que lui pour l'esprit
révolutionnaire[54]». D'autre part, pour rien au monde il n'eût
voulu être qualifié de ministériel; lors de sa première candidature,
M. Molé, président du conseil à cette époque, ayant fait mine de
le recommander, il avait repoussé cet appui, comme si sa dignité
personnelle en eût dû être atteinte; le ministre, piqué, répondit
par une leçon à l'adresse de cette indépendance si chatouilleuse:
«Serez-vous plus libre d'engagements, lui demanda-t-il, si vous
arrivez par les légitimistes, les républicains, ou une nuance
quelconque de la gauche, que par le juste milieu? Il faut choisir:
l'isolement n'est pas l'indépendance, et l'on dépend plus ou moins
de ceux qui vous ont élu[55].» L'événement devait justifier cet
avertissement: au bout de peu de temps, M. de Tocqueville n'était
plus guère qu'un membre de la gauche, un lieutenant de l'armée de M.
Odilon Barrot, s'y sentant mal à l'aise, valant mieux et ayant des
pensées plus hautes que les hommes auxquels il était mêlé, cherchant
parfois à s'en distinguer, mais ne croyant pas pouvoir s'en séparer.
Il se trouvait faire tout autre chose que ce qu'il avait rêvé.

[Note 53: Lettre du 1er novembre 1841.]

[Note 54: Lettres du 24 juillet et du 5 octobre 1836.]

[Note 55: Lettre de M. de Tocqueville à M. Molé, du 12 septembre
1837, et réponse de M. Molé, du 14 septembre.]

Ce ne fut pas sa seule déception. L'importance de son rôle
parlementaire était loin d'être en rapport avec l'éclat de ses débuts
de publiciste; à la Chambre, il demeurait au second rang, considéré,
mais sans grande action. Sa parole élégante, élevée, nourrie, avait
quelque chose d'un peu tendu, laborieux et terne. Il manquait de
mouvement et de chaleur. Ce n'est pourtant pas que, chez lui, l'âme
fût froide: personne n'avait la sensibilité plus affinée, la pensée
plus fervente; mais la flamme qui brûlait au fond de son être le
consumait sans jaillir au dehors, ou du moins n'était visible que de
près. Devant un auditoire nombreux et banal, une sorte de méfiance
de lui-même et des autres l'empêchait de se donner pleine carrière.
Les moyens physiques de l'orateur lui faisaient d'ailleurs défaut;
sa voix faible ne portait pas; toute sa personne était d'une grande
distinction, mais un peu grêle; une émotion l'épuisait. Il souffrit
d'autant plus de cet insuccès relatif, qu'il avait eu des visées
plus hautes. N'ayant encore que vingt-deux ans, il écrivait à l'un
de ses confidents, au sujet de certains déboires de sa carrière de
magistrat: «Il y a chez moi un besoin de primer qui tourmentera
cruellement ma vie.» Son âme était un mélange délicat et fort
compliqué d'ambition et de désintéressement, d'orgueil et de
modestie, de fierté et de timidité, de hardiesse et d'anxiété[56].
Sa mauvaise santé ne contribuait pas peu à cet état d'âme. À
vingt-quatre ans, il écrivait déjà: «Je suis effrayé de la place que
mes maux physiques tiennent dans mon imagination, du dégoût qu'ils
me donnent souvent pour toute espèce d'avenir.» Dix ans plus tard,
en 1839, il gémissait encore sur «ce malaise perpétuel du corps et
de l'esprit». En 1842, il écrivait: «La santé est le boulet que je
traîne après moi.»

[Note 56: «Je suis habituellement sombre et troublé, écrivait M. de
Tocqueville à l'un de ses intimes, le 25 octobre 1842. J'attribue ce
fatigant et stérile état de l'âme tantôt à une cause, tantôt à une
autre. Mais je crois qu'au fond il ne tient qu'à une seule, qui est
profonde et permanente, le mécontentement de moi-même. Tu sais qu'il
y a deux espèces d'orgueils très distincts, ou plutôt le même orgueil
a deux physionomies, une triste et une gaie. Il y a un orgueil qui
se repaît avec délices des avantages dont il jouit ou croit jouir.
Cela s'appelle, je pense, de la présomption. Puisque Dieu voulait
m'envoyer le vice de l'orgueil à forte dose, il aurait bien dû
au moins m'envoyer celui qui appartient à cette première espèce.
Mais l'orgueil que je possède est d'une nature toute contraire. Il
est toujours inquiet et mécontent, non pas envieux pourtant, mais
mélancolique et noir. Il me montre à chaque instant les facultés
qui me manquent et me désespère à l'idée de leur absence. Le fait
est que si j'ai quelques qualités, elles ne sont pas du nombre de
celles qui peuvent satisfaire pleinement dans la carrière que je suis...»
Deux ans plus tard, le 3 avril 1844, il écrivait encore: «J'ai
toujours trop de cette irritabilité maladive qui me porte à souffrir
impatiemment les obstacles qui embarrassent toujours le chemin de
chaque homme dans ce monde.» Tout jeune, dans une lettre du 22 avril
1832, il avouait déjà un fond de spleen.]

Tout ce qui vient d'être dit de M. de Tocqueville, de ses origines
et de ses visées, de ses qualités et de ses faiblesses, explique
qu'il fût plus préparé qu'un autre à s'apercevoir, à souffrir, à
s'irriter des misères trop réelles de la politique à laquelle il se
mêlait, et particulièrement de ce qu'il pouvait y avoir d'un peu
court, étroit, abaissé, dans les idées et la conduite de la classe
alors dominante. D'ailleurs, sa sensibilité, si éveillée pour ce qui
le touchait personnellement, l'était peut-être plus encore pour ce
qui intéressait ses convictions et son patriotisme. Nul ne témoigna
un souci plus sincère et plus douloureux de la chose publique.
Les défauts de l'état politique et social l'attristaient et le
troublaient à l'égal d'un chagrin de famille. À la différence de tant
d'hommes d'État qui, dans la distraction des affaires et des luttes
quotidiennes, oublient les dangers profonds et lointains, on eût dit
que ses regards étaient constamment fixés sur ces dangers; il était
assombri par cette contemplation et comme obsédé par la pensée de
la décadence. Ainsi, au quatrième et au cinquième siècle, certains
Romains avaient-ils, plus que d'autres de leurs contemporains,
l'impression poignante de la ruine du passé et des menaces de
l'avenir. À la fin de sa vie, M. de Tocqueville disait de la «grande
et profonde tristesse» qui était au fond de son âme: «C'est la
tristesse que me donne la vue de mon temps et de mon pays.»

Aussi, parcourez la correspondance de M. de Tocqueville, depuis le
jour où il est entré à la Chambre. Ce n'est qu'un gémissement et
un cri d'angoisse. Il déplore «la mobile petitesse, le désordre
perpétuel et sans grandeur du monde politique», la «platitude
générale qui va partout croissant»; il se dit «las du petit
pot-au-feu démocratique et bourgeois»; il gémit de vivre au milieu
de «ce labyrinthe de misérables et vilaines passions», de «cette
fourmilière d'intérêts microscopiques qui s'agitent en tous sens,
qu'on ne peut classer et qui n'aboutissent pas à de grandes opinions
communes». Le «côté de l'humanité» que lui «découvre la politique»
lui paraît «triste»; il trouve «que rien n'y est ni parfaitement
pur, ni parfaitement désintéressé, que rien n'y est véritablement
généreux, que rien n'y sent l'élan libre du coeur,... que rien n'y
est jeune, en un mot, même les plus jeunes». Il regrette le temps où,
comme sous la Restauration, «les sentiments étaient plus hauts, les
idées, la société plus grandes»; où «il était possible de se proposer
un but, et surtout un but haut placé», tandis que désormais «la vie
publique manque d'objet». Il voudrait voir s'élever «le vent des
véritables passions politiques, des passions grandes, désintéressées,
fécondes, qui sont l'âme des seuls partis qu'il comprenne». Il ne
peut s'empêcher de «porter envie» à La Moricière qui se bat en
Afrique. «Les petites passions molles et improductives que je vois
fourmiller autour de moi, écrit-il, me pousseraient dans l'armée si
j'étais plus jeune, ou chez les Trappistes si j'étais plus dévot;
mais, n'étant ni l'un ni l'autre, je me résigne et j'attends pour
voir s'il n'apparaîtra pas enfin, sur l'horizon politique, quelque
chose, en homme ou en événement, de plus grand que ce que nous
voyons[57].»

[Note 57: Lettres d'octobre 1839, des 14 juillet et 9 août 1840, du
24 août et d'octobre 1842, du 5 septembre 1843.]

C'est de ces sentiments que M. de Tocqueville s'inspirait dans les
dissertations de morale politique qu'il portait à la tribune. On
a dès lors le secret de ce qu'elles pouvaient avoir d'excessif.
Néanmoins, si la note en était trop continuellement inquiète et
attristée, si surtout le ministère y était peu justement rendu
responsable de ce qui était le vice et le malheur du temps, par
moments la clairvoyance de l'orateur avait quelque chose de vraiment
prophétique. Tel, entre plusieurs, ce discours du 18 janvier 1842,
où, après avoir dépeint le mal des esprits et avoir montré comment
chacun «ne considérait la vie politique que comme une chose qui lui
était étrangère, dont le soin ne le regardait point, concentré qu'il
était dans la contemplation de son intérêt individuel et personnel»,
M. de Tocqueville s'écriait: «Savez-vous, messieurs, ce que cela
veut dire? Cela veut dire qu'il y a, en France, quelque chose en
péril, quelque chose,--que MM. les ministres me permettent de le
dire,--qui est plus grand que le ministère, qui est plus grand que la
Chambre elle-même, c'est le système représentatif. Oui, messieurs,
il faut que quelqu'un le dise enfin, et que le pays qui nous écoute
l'entende, oui, parmi nous, en ce moment, le système représentatif
est en péril. La nation, qui en voit les inconvénients, n'en sent
pas suffisamment les avantages... Ce qui est en péril encore,
messieurs, c'est la liberté! Sans doute, quand nous avons l'entier
usage, et quelquefois, je le confesse, l'abus de la liberté, il peut
paraître puéril de dire que la liberté est en péril. Il est vrai
que ces périls ne sont pas immédiats. Mais à moi, messieurs, qui
suis le serviteur dévoué de mon pays, mais qui ne serai jamais son
valet, qu'il me soit permis de lui dire que c'est en agissant de
cette manière que, dans tous les siècles, les peuples ont perdu leur
liberté. Assurément je ne vois personne qui soit de taille à devenir
notre maître; mais c'est en marchant dans cette voie que les nations
se préparent un maître. Je ne sais où il est et de quel côté il doit
venir; mais il viendra tôt ou tard, si nous suivons longtemps la même
route.» L'événement ne devait malheureusement pas tarder à justifier
ces sombres pronostics.


VII

Ainsi, à l'époque où la partie semblait gagnée pour la monarchie
constitutionnelle, où les institutions parlementaires fonctionnaient
enfin sans crise, les observateurs croyaient discerner, dans les
moeurs publiques, et jusque dans l'âme de la nation, les symptômes
d'une maladie qui mettait en péril l'avenir même de la liberté. Ceux
qui, il y a vingt ou trente ans, s'étaient mis en route avec une si
joyeuse et si superbe confiance, apparaissaient, maintenant qu'on
pouvait les croire arrivés, tristes, inquiets de leur oeuvre et
doutant de leurs idées. Cette sorte de désillusion ne se manifestait
pas seulement dans l'ordre politique. Même phénomène dans l'ordre
littéraire. Des critiques, d'origines et d'âges divers, s'accordaient
pour dénoncer, là aussi, ce qu'ils appelaient une «déroute» et
un «avortement[58]». Telles étaient la vivacité et l'amertume de
quelques-unes de ces plaintes, qu'on se demande si ceux qui les
laissaient échapper avaient gardé tout leur sang-froid, et s'ils ne
cédaient pas à l'irritation d'une déception d'autant plus difficile
à supporter que leur espérance avait été plus orgueilleuse. Ce
n'est pas à dire que tout fût sans fondement dans ces plaintes.
Il est dans la nature des choses que la littérature se ressente
des désordres sociaux et politiques du pays. Ainsi avons-nous
déjà eu occasion, au début de cette histoire, d'étudier quel effet
avaient eu l'ébranlement et l'excitation de 1830 sur les idées et
sur le talent des écrivains, effet si profond et si prolongé que
nous avons dû en suivre les traces jusqu'à la veille de 1848[59].
S'étonnera-t-on maintenant d'apercevoir, dans les lettres de la fin
du règne, le contre-coup de cet autre désordre, né, après plusieurs
années d'un gouvernement régulier, non plus de l'excès du mouvement,
mais plutôt de l'excès du repos et du bien-être, je veux parler de
cette fièvre de convoitise et de spéculation qui avait remplacé la
fièvre révolutionnaire, de cette prédominance croissante des intérêts
matériels qui tendait à abaisser l'idéal national? Un critique
entre tous s'était alors donné pour tâche de noter ce contre-coup:
c'était M. Sainte-Beuve. Il avait même donné un nom au mal qui
en était résulté; il l'appelait la «littérature industrielle» et
s'appliquait à en définir les caractères. À l'entendre, chez beaucoup
d'auteurs «une cupidité égoïste» avait remplacé les «idées morales
et politiques» qui étaient, sous la Restauration, le mobile des
écrivains et servaient comme «d'enseignes» à leurs livres; le «champ
des oeuvres d'imagination» était «envahi, exploité, par une bande
nombreuse, presque organisée, avec cette seule devise inscrite au
drapeau: _Vivre en écrivant_»; et le critique ajoutait: «La moralité
littéraire de la presse en général a baissé d'un cran. Si l'on
peignait au complet le détail de ces moeurs, on ne le croirait pas.
M. de Balzac a rassemblé dernièrement beaucoup de ces vilenies dans
un roman qui a pour titre: _Un grand homme de province_, mais en les
enveloppant de son fantastique ordinaire: comme dernier trait qu'il a
omis, toutes ces révélations curieuses ne l'ont pas brouillé avec les
gens en question, dès que leurs intérêts sont redevenus communs[60].»

[Note 58: J'ai déjà cité ces plaintes. (Voir plus haut, livre I, ch.
X, § IX.)]

[Note 59: Voir le chapitre X du livre Ier, sur _la Révolution de 1830
et la littérature_.]

[Note 60: _De la littérature industrielle_ (_Revue des Deux Mondes_
du 1er septembre 1839).]

Quel désordre avait donc en vue M. Sainte-Beuve en rédigeant ce
réquisitoire si véhément? L'état de la littérature à la fin de
la monarchie de Juillet ne paraît pas, dans son aspect général,
justifier une note si sombre. Sans entrer dans des détails spéciaux
qui ne seraient pas d'une histoire politique, ni rappeler ce que
j'ai déjà dit des principaux écrivains du temps, ne suffit-il
pas, pour avoir une impression fort différente de celle de M.
Sainte-Beuve, de jeter un coup d'oeil sommaire et d'ensemble sur ce
que ces écrivains sont devenus de 1841 à 1848, ou même seulement
de donner l'énumération des oeuvres qu'ils ont alors publiées?
Chateaubriand est toujours là comme un témoin, un souvenir vivant
de la glorieuse jeunesse du siècle, lui-même, il est vrai, vieilli,
chagrin, ne publiant qu'une _Vie de Rancé_, peu digne de lui, et
gâtant ses Mémoires à force de les corriger. Dans la poésie,--à
défaut de Lamartine absorbé par la politique, à défaut de Victor
Hugo qui, devenu pair de France par la grâce du roi des Français,
commence à jalouser le rôle parlementaire de Lamartine, et dont la
muse lyrique s'est tue depuis _les Rayons et les Ombres_ (1840), à
défaut de Vigny qui s'enferme dans un silence ennuyé et dédaigneux,
à défaut de Musset qui, tout jeune, semble déjà épuisé et ne publie
plus guère que des proverbes en prose,--des poètes de second rang,
Brizeux, Théophile Gautier, sont en plein épanouissement; Laprade
commence à se faire connaître avec _Psyché_ (1841) et ses _Odes et
Poèmes_ (1844). Au théâtre, l'échec des _Burgraves_ (1843) marque
la faillite définitive de ce drame romantique qui affichait naguère
de si fastueuses prétentions; mais, au même moment, l'étonnant
succès de la _Lucrèce_ de Ponsard (1843) donne l'illusion que la
tragédie classique va renaître, rajeunie, adaptée au temps nouveau,
et, l'année suivante, le brillant début du tout jeune auteur de
la _Ciguë_, Émile Augier, est pour la comédie une promesse qui,
celle-là, ne sera pas trompée. Dans le roman, les délicats peuvent se
délecter avec _Colomba_ et _Carmen_ de Mérimée (1840-1845), _la Mare
au Diable_ de George Sand (1846), _Mlle de la Seiglière_ de Jules
Sandeau (1844). Dans l'ordre des travaux historiques,--si M. Guizot,
absorbé par les soins du gouvernement, n'a pu rien publier depuis son
_Washington_ (1840), si M. Michelet est devenu la proie d'une sorte
de folie furieuse, démagogique et antichrétienne,--M. Thiers emploie
les loisirs que lui laisse l'opposition à poursuivre sa grande
_Histoire du Consulat et de l'Empire_, M. Augustin Thierry publie
l'un de ses chefs-d'oeuvre, les _Récits mérovingiens_ (1840-1842),
M. Mignet écrit sa belle _Introduction aux négociations relatives à
la succession d'Espagne_ (1842) et son livre sur _Antonio Perez et
Philippe II_ (1845). Dans la critique littéraire, à la place de M.
Villemain, lui aussi pris par la politique, M. Sainte-Beuve est en
pleine activité de production, M. Saint-Marc-Girardin fait paraître
l'un de ses meilleurs ouvrages, le _Cours de littérature dramatique_
(1843), M. Nisard commence son _Histoire de la littérature française_
(1844). Dans la critique d'art, M. Vitet donne ses exquises
notices sur Lesueur (1843) et sur la cathédrale de Noyon (1845).
M. Cousin, toujours en mouvement, remanie ses anciennes oeuvres
philosophiques, et en même temps, avec son livre sur _Jacqueline
Pascal_ (1845), commence à exploiter une veine nouvelle qu'il saura
rendre singulièrement féconde. M. de Rémusat publie sa savante
étude sur _Abélard_ (1845). L'éloquence politique n'a jamais jeté
un plus magnifique éclat: MM. Guizot, Thiers, Berryer, de Lamartine
sont à l'apogée de leur talent; M. de Montalembert va y atteindre;
et combien en passons-nous sous silence, qui n'apparaissent alors
qu'au second rang, et qui, à d'autres époques moins riches, eussent
été au premier? Dans la chaire chrétienne, on entend tour à tour
le Père Lacordaire et le Père de Ravignan. Pour la musique, il y
a comme un temps d'arrêt: le théâtre de l'Opéra, par exemple, ne
revoit plus les brillantes années du commencement du règne, quand
le _Guillaume Tell_ de Rossini était encore dans sa fraîcheur de
nouveauté, que Meyerbeer faisait représenter _Robert le Diable_
(1831) et les _Huguenots_ (1836), qu'Halévy donnait la _Juive_
(1835); mais les arts du dessin sont en plein épanouissement: pour ne
citer que les noms les plus en vue, c'est la belle époque d'Ingres,
d'Horace Vernet, de Paul Delaroche, d'Ary Scheffer, de Delacroix, de
Decamps, parmi les peintres; de David d'Angers, de Pradier, parmi
les sculpteurs; d'Henriquel Dupont parmi les graveurs. En somme,
lettres et arts offrent un ensemble fort honorable. S'il n'y a là
rien d'égal à la magnifique efflorescence littéraire et artistique
de la Restauration, si l'on y cherche vainement trace des espérances
immenses, indéfinies, auxquelles, avant 1830, s'abandonnaient tous
les jeunes esprits, du moins on y trouve encore de beaux restes
qui nous semblent aujourd'hui mériter plutôt notre envie que notre
dédain. Et surtout on n'y rencontre aucun des caractères de cette
«littérature industrielle» si vivement flétrie par le critique.

M. Sainte-Beuve n'était pas cependant homme à parler sans raison.
Où donc était le mal dénoncé par lui? Qu'avait-il en vue? Il avait
en vue un genre de publications qui venait d'être imaginé et qui
fit alors tant de bruit, accapara tellement la curiosité générale
que, pendant quelques années, il sembla n'y avoir plus d'autre
littérature: c'était le roman-feuilleton. On se ferait aujourd'hui
difficilement une idée du succès qu'il obtint tout de suite et
conserva jusqu'en 1848. Ce succès extraordinaire, anormal, vraiment
monstrueux, était le signe du temps et l'une des manifestations
du mal social dont j'ai déjà noté d'autres symptômes. Il explique
l'émotion de M. Sainte-Beuve[61]. Il explique aussi pourquoi
l'écrivain politique doit s'arrêter à cet épisode passager de notre
histoire littéraire, plus longuement que ne l'eussent certes demandé
l'importance du genre et la valeur des oeuvres.

[Note 61: À en croire certaines gens, le secret de cette émotion
de M. Sainte-Beuve n'était qu'une rivalité de boutique. Il aurait
été, en cette circonstance, l'organe de la _Revue des Deux Mondes_,
dépitée de la concurrence que lui faisaient les journaux depuis
qu'ils publiaient des romans et prétendaient accaparer les auteurs en
vogue. (A. KARR, _les Guêpes_, novembre 1844.) C'est possible. Mais
pour n'être pas entièrement désintéressée, la plainte du critique
doit-elle être jugée mal fondée?]

Pour trouver l'origine du roman-feuilleton, il faut remonter à
la révolution que M. Émile de Girardin accomplit dans la presse
périodique, le jour où il en agrandit le format, en abaissa le prix,
et où il transforma en spéculation financière ce qui avait été
jusqu'alors oeuvre de doctrine[62]. Le nouveau journal ne pouvait
vivre avec la clientèle restreinte attachée autrefois à chaque
feuille, en raison des idées politiques qu'elle représentait: il
lui fallait attirer la foule de toute opinion ou même sans opinion,
pénétrer là où l'on n'avait pas encore l'habitude de lire les
journaux. Dans ce dessein, on développa la rédaction dite littéraire,
qui devint bientôt plus importante, plus coûteuse, plus décisive
pour le succès que la rédaction politique, et l'on imagina de donner
en feuilleton d'abord de courtes nouvelles, puis, peu à peu, des
romans plus longs. Nul moyen ne parut meilleur pour prendre en masse
les abonnés, et certains _impresarii_ firent ainsi, paraît-il,
d'étonnants coups de filet. Grisés même par les premiers résultats
de cette innovation, ils rêvèrent de publier sous cette forme tous
les ouvrages piquant la curiosité; le feuilleton devait remplacer
le livre, et les libraires effrayés se lamentaient déjà d'être
supplantés et ruinés. On se vantait de rendre ainsi un service
aux lettres, en augmentant le nombre des lecteurs: l'effet fut au
contraire d'abaisser, de pervertir toute une partie de la littérature
d'imagination qui dut s'adapter à ce genre nouveau. Pour piquer la
curiosité d'une foule banale, ne lisant que superficiellement, à la
hâte et par petites coupures, les qualités délicates et distinguées
n'étaient pas de mise; mieux valaient l'habileté vulgaire, les
couleurs voyantes, les grossières péripéties. L'art fit place au
procédé. On s'aperçut même bientôt que l'immoralité était l'appât le
plus efficace, et ce fut comme une enchère d'impudeur entre ceux qui
se disputaient le public[63].

[Note 62: Voir plus haut, livre II, ch. XII, § V.]

[Note 63: M. Sainte-Beuve voyait là le fait caractéristique du
roman-feuilleton, et il montrait avec dégoût cette «plaie ignoble et
livide qui chaque matin s'étendait». (_Revue des Deux Mondes_ du 1er
juillet 1843.)]

En tout cela ce qui dominait, c'était la question d'argent. Pour les
entrepreneurs de cette presse nouvelle,--les Girardin, les Véron et
leurs imitateurs,--le talent, la renommée et au besoin le scandale
devenaient matière à spéculation. Ils se disputaient à prix d'or les
auteurs à succès, et, après les avoir achetés, les exploitaient à
grand fracas de réclames mercantiles d'où la dignité des lettres
ne sortait pas indemne. Les plus audacieux tentaient même des
accaparements que le code pénal n'avait pas songé à prévoir; ils
prétendaient acheter d'un coup tout ce qu'il y avait d'écrivains
sur le marché. Ainsi, le 1er décembre 1844, la _Presse_, doublant
son format sans augmenter son prix, annonça avec une bruyante mise
en scène qu'elle avait acquis le droit de publier les _Mémoires_
de M. de Chateaubriand, les _Girondins_ et les _Confidences_ de M.
de Lamartine, tous les autres ouvrages que composeraient ces deux
écrivains, tout ce que feraient MM. Alexandre Dumas, Méry, Saintine,
sans compter beaucoup d'oeuvres de Balzac, Gozlan, Sandeau, Théophile
Gautier. «Tout cela est triste et honteux pour les lettres», écrivait
alors M. Sainte-Beuve[64]. M. Thiers, indigné, disait que «s'il
n'était lié par des traités, il briserait sa plume de dégoût et de
honte de voir la littérature tombée si bas[65]». Ému du scandale
produit, M. de Chateaubriand protesta contre un marché qui avait été
conclu à son insu par les cessionnaires de ses Mémoires. D'autres
difficultés surgirent dans l'exécution des traités. En somme, ce
coup d'accaparement échoua, comme il arrive presque toujours aux
spéculations de ce genre. Mais le seul fait qu'il eût été tenté ne
montrait-il pas quelles moeurs menaçaient de s'introduire dans le
monde littéraire?

[Note 64: _Chroniques parisiennes_, p. 290.]

[Note 65: _Ibid._]

D'ailleurs, pour quelques écrivains qui répugnaient à ces moeurs,
d'autres s'y résignaient ou même s'y précipitaient avec une sorte
d'emportement. Ils étaient les premiers à traiter leurs oeuvres comme
une marchandise, à battre monnaie avec leur renommée et leur talent.
C'est encore M. Sainte-Beuve qui nous les dépeint n'ayant plus aucun
souci de la postérité et de la gloire, ne songeant qu'au lucre
présent, les uns passant des «marchés à tant la ligne» et usant alors
de petites habiletés ou de pures supercheries typographiques pour
faire beaucoup de «lignes» avec peu d'idées; d'autres s'engageant, à
forfait et sous peine d'un énorme dédit, à fournir telle quantité
de ces lignes dans un délai déterminé, condamnés par suite à une
improvisation hâtive que leur cerveau épuisé ne pouvait toujours
mener à terme. Et il rappelait comment, à ce métier, beaucoup d'entre
eux se trouvaient «user en quatre ou cinq ans une réputation qui
avait eu des airs de gloire, et avec elle un talent qui finissait
presque par se confondre avec une certaine pétulance physique».
Au récit des prix fabuleux qu'on disait avoir été obtenus par tel
auteur, les convoitises des autres étaient surexcitées, et chacun
rêvait de millions. Chez Balzac, ce rêve tourna presque à la folie.
Ce fut lui qui proposa un jour que l'État achetât, afin de les
faire tomber dans le domaine public, les oeuvres des «dix ou douze
maréchaux de France littéraires», c'est-à-dire, pour parler son
langage, de ceux «qui offraient à l'exploitation une certaine surface
commerciale». Il se mettait naturellement du nombre et paraissait
s'évaluer pour sa part à deux millions[66].

[Note 66: Lettre de M. de Balzac, publiée dans la _Presse_ du 18 août
1839.]

Avec Alexandre Dumas, le mal prit une forme moins triste. On
ne serait pas bien venu d'ailleurs à prendre, à l'égard de ce
merveilleux amuseur, des airs de moraliste grondeur ou de pédagogue
littéraire. Il fut vraiment le roi du roman-feuilleton. Les journaux
se disputaient ses oeuvres. L'une d'elles procurait au _Siècle_ cinq
mille abonnés, en moins de trois semaines. Pendant la publication des
_Trois Mousquetaires_, la France entière était comme suspendue au
récit des aventures de d'Artagnan et de ses compagnons. Toutefois,
force est bien de constater que si ce genre fournissait emploi
aux qualités étonnantes de verve, d'invention, de belle humeur,
de fécondité, qui mettaient Dumas hors de pair, il développait
aussi ses défauts naturels, le sans-façon de l'improvisation et
surtout un mercantilisme besogneux par trop dépourvu de vergogne
et de scrupules. Pour mettre la main sur un argent qu'à la vérité
il laissait aussitôt couler entre ses doigts avec une insouciante
générosité, il entreprenait des romans partout à la fois, souvent
était réduit à les bâcler, et néanmoins s'engageait à en faire plus
encore, par des marchés fantastiques qu'il ne s'inquiétait guère
ensuite d'exécuter. En 1845, le _Constitutionnel_ et la _Presse_,
c'est-à-dire M. Véron et M. de Girardin, signaient avec lui un
traité par lequel, moyennant un salaire annuel de 63,000 francs,
le romancier leur réservait exclusivement, pendant cinq ans, sa
production calculée à dix-huit volumes par an, soit quatre-vingt-dix
volumes pour cinq ans; des annonces firent aussitôt part au public
de cet important événement. Mais, quand il s'agit de donner ce qu'il
avait promis, Dumas en usa avec ses cotraitants un peu à la façon de
don Juan bernant M. Dimanche. Les deux journaux finirent par perdre
patience et lui intentèrent un procès[67]. Rien ne caractérise mieux
les nouvelles moeurs littéraires que la façon dont l'écrivain se
défendit devant le tribunal. Il n'a nullement le sentiment qu'il
se diminue, il croit au contraire étourdir les juges et éblouir le
public en faisant le total fantastique des «lignes» qu'il est parvenu
à écrire dans un court espace de temps, ou, pour employer le mot
dont il se sert avec une sorte d'inconscience, de la «marchandise»
qu'il a fournie. Il s'enorgueillit d'avoir mené de front, au jour
le jour, cinq romans dans cinq journaux différents, raconte «qu'il
avait toujours prêts trois chevaux et trois domestiques pour porter
la copie», et met au défi les quarante académiciens de produire à eux
tous, dans le même délai, un nombre de volumes égal à celui qu'il se
flatte de conduire à terme: «Ils feraient banqueroute», s'écrie-t-il
fièrement. Les juges, convaincus sans doute par un tel langage
qu'il s'agissait d'une «marchandise» comme une autre, condamnèrent
Alexandre Dumas à fournir aux deux journaux un volume dans les six
semaines, et ensuite un volume de mois en mois, sous peine de cent
francs de dommages et intérêts par jour de retard.

[Note 67: Janvier-février 1847.]

Vers la même époque, un autre procès d'un caractère tout différent
et qui eut un grand retentissement, le procès Beauvallon, fit
entrevoir sous un jour plus fâcheux encore certains dessous du monde
où l'on fabriquait et exploitait le roman-feuilleton. Cette fois,
il ne s'agissait plus d'un incident de comédie, mais d'un drame; il
y avait eu mort d'homme. À la suite d'un souper de fort mauvais ton
où s'étaient trouvés réunis des journalistes, des gens de lettres et
des femmes de théâtre, M. de Beauvallon, rédacteur au _Globe_, avait
provoqué et tué en duel M. Dujarrier, associé de M. de Girardin et
directeur des feuilletons de la _Presse_. Plusieurs circonstances de
cette affaire avaient paru suspectes: l'insignifiance de la cause
apparente du duel, le parti pris du provocateur, sa supériorité
notoire aux armes; Beauvallon, disait-on, avait essayé à l'avance
les pistolets. Poursuivi pour assassinat devant la cour d'assises de
Rouen, il fut acquitté par le jury[68]. L'essai préalable des armes
n'en fut pas moins judiciairement établi plus tard[69]. Durant ce
procès, on vit défiler, à la barre des témoins, tout le personnel
de la bohème de presse, pêle-mêle de gens d'affaires et de gens
de lettres, d'aventuriers et de filles galantes[70], uniquement
occupés à poser devant le public, affectant des airs régence, mais
laissant surtout l'impression de moeurs fort vilaines, rendues plus
vilaines encore par cette histoire de meurtre: répugnant mélange de
tripotages, de débauches et de guets-apens. Au milieu de ce monde,
on regrette de voir apparaître encore ce grand enfant d'Alexandre
Dumas, tout entier au plaisir d'ébaubir le badaud qui était venu
l'entendre déposer, donnant gravement des consultations sur les
«affaires d'honneur», et distribuant avec solennité des brevets de
«gentilshommes» à des comparses indignes de lui[71].

[Note 68: Mars 1846. L'affaire se trouva portée devant la cour
d'assises de Rouen, parce que la chambre des mises en accusation de
la cour de Paris avait d'abord rendu un arrêt de non-lieu qui fut
réformé par la cour de cassation.]

[Note 69: En effet, de nouvelles preuves ayant été découvertes,
l'un des témoins de Beauvallon, le pseudo-vicomte d'Ecquevilley,
qui, devant la cour d'assises, avait affirmé sous serment que
les pistolets n'avaient pas été essayés, fut poursuivi pour faux
témoignage et condamné à dix ans de réclusion (août 1847). Au cours
de ce dernier procès, Beauvallon demanda à être entendu comme témoin
et confirma la dénégation d'Ecquevilley; arrêté à l'audience,
poursuivi également pour faux témoignage, il fut condamné à huit ans
de réclusion (octobre 1847).]

[Note 70: Parmi ces dernières était la maîtresse de Dujarrier, Lola
Montès, danseuse sifflée, mais déjà fameuse pour avoir cravaché un
gendarme à Berlin. On la retrouvera peu après à Munich, jouant les
Pompadour auprès du roi Louis, exaltée par la presse libérale pour
avoir fait la guerre aux Jésuites, mais à la fin obligée de fuir
devant les émeutes provoquées par son outrecuidance.]

[Note 71: Ce fut en cette circonstance qu'interrogé par le président
sur ses noms, âge et profession, il répondit: «Alexandre Dumas,
marquis Davy de la Pailleterie, quarante-deux ans, je dirais auteur
dramatique, si je n'étais dans la patrie de Corneille.» À quoi le
président répliqua: «Il y a des degrés.»]

Les feuilles de gauche firent grand bruit du procès Beauvallon,
et, arguant de ce que les deux journaux mêlés à cette affaire, le
_Globe_ et la _Presse_, défendaient la politique ministérielle,
elles prétendirent y montrer la corruption du gouvernement et de la
classe sur laquelle il s'appuyait. La réponse eût été facile: bien
des journaux opposants n'étaient pas plus intacts, et par exemple
M. Véron, directeur du _Constitutionnel_, dévoué à M. Thiers, ne
passait pas pour être plus timoré que M. de Girardin, qui, en ce
moment, soutenait M. Guizot. En vérité, le mal n'était pas celui de
telle ou telle opinion; toutes en étaient atteintes. Cependant force
est bien de reconnaître que les journaux conservateurs n'étaient
pas ceux que la littérature industrielle avait le moins envahis.
On les voyait accepter tel feuilleton qui leur paraissait une
bonne amorce à clientèle, sans s'inquiéter si la thèse qui y était
soutenue n'allait pas à l'encontre de leurs principes. Mme Sand, qui
faisait alors des romans socialistes, a raconté elle-même plus tard
comment elle trouvait asile, pour les plus osés de ces romans, dans
la presse ministérielle, notamment dans l'_Époque_, qui se piquait
de dépasser tous les autres en ardeur réactionnaire, et comment on
affichait sur les murs, en gros caractères: «Lisez l'_Époque_; lisez
le _Péché de M. Antoine_.» Le grave _Journal des Débats_, l'organe
de la cour, du cabinet et de la partie sage, riche et cultivée de la
bourgeoisie, n'avait pas plus de scrupules. Dès 1837, il publiait
plusieurs parties des _Mémoires du diable_, par Frédéric Soulié,
oeuvre immense, étrange, par certains côtés puissante, mais fort
malsaine, où l'auteur, violentant son propre talent qui naturellement
eut été plutôt délicat, s'appliquait, pour forcer l'attention d'un
public blasé, à renchérir sur tout ce que la littérature avait
jusqu'alors risqué de monstruosités morales[72]. Le scandale fut plus
grand encore quand, quelques années après, en 1842 et 1843, ce même
_Journal des Débats_ publia les _Mystères de Paris_.

[Note 72: M. Soulié a lui-même indiqué le caractère de son oeuvre
et les raisons qui la lui avaient fait écrire, dans une préface où
nous lisons: «Ô jeunes gens, ne venez pas à Paris, si l'ambition
d'une sainte gloire vous dévore. Quand vous aurez demandé au peuple
une oreille attentive pour celui qui parle bien et honnêtement, vous
le verrez suspendu aux récits grossiers d'un trivial écrivain, aux
récits effrayants d'une gazette criminelle; vous verrez le public
crier à votre muse: «Va-t'en ou amuse-moi. Il me faut des astringents
et des moxas pour ranimer mes sensations éteintes. As-tu des incestes
furibonds ou des adultères monstrueux, d'effrayantes bacchanales de
crimes ou des passions impossibles à me raconter? Alors parle, je
t'écouterai une heure, le temps durant lequel je sentirai ta plume
âcre et envenimée courir sur ma sensibilité calleuse et gangrenée;
sinon tais-toi; va mourir dans la misère et l'obscurité.» La misère
et l'obscurité, vous n'en voudriez pas! Et alors, que ferez-vous,
jeunes gens? Vous prendrez une plume, une feuille de papier, vous
écrirez en tête: _Mémoires du diable_, et vous direz au siècle:
«Ah! vous voulez de cruelles choses pour vous en réjouir; soit,
monseigneur, voici un coin de votre histoire.»]

L'écrivain qui, par ce roman, allait enlever à Alexandre Dumas la
royauté du feuilleton, Eugène Süe, était alors âgé de trente-huit
ans. Fils d'un riche médecin, son enfance et sa jeunesse avaient
été celles d'un mauvais sujet. Son père, qui ne savait que faire de
lui, finit par l'embarquer sur un navire de l'État, avec le titre,
obtenu on ne sait trop comment, de chirurgien de la marine. Rentré en
France après trois ans de navigation, il se mit à écrire. Chez lui,
ni forte culture, ni souci sérieux de l'art; une improvisation à la
diable; mais, pour exploiter le fonds de souvenirs recueilli dans sa
vie aventureuse, de l'imagination, de l'invention, le don du récit,
du coloris, du drame, beaucoup d'entrain, de gaieté, de cette gaieté
gouailleuse et insolente qui fleurit sur le pavé de Paris. Il débuta,
de 1831 à 1833, par des romans maritimes qui eurent un certain succès
et le firent appeler le «Cooper français». Cette veine épuisée, il
publia des romans mondains, aristocratiques, où il flattait les
préventions et les dédains des légitimistes, mais qui étaient en
même temps imprégnés de sensualisme et de pessimisme byronien. À
cette époque, il posait pour l'homme de qualité, faisait peindre des
armoiries sur ses voitures, fréquentait chez la duchesse de Rauzan,
poussait jusqu'au ridicule la recherche et la vanité du dandysme.
Avide et prodigue d'argent, s'entourant d'un luxe fou, assoiffé de
plaisirs, vicieux jusqu'à la moelle, il exerçait par cela même sur
certaines natures féminines un étrange attrait, et ne comptait plus,
assurait-on, ses bonnes fortunes parmi ces mondaines dont l'une
pouvait lui écrire: «Le même instinct de dépravation nous rassemble.»
Quelques années de cette vie le conduisirent à la ruine, ruine
matérielle et intellectuelle; son esprit et sa bourse paraissaient
également vidés. «Je suis fini, disait-il à un de ses amis, je suis
fini. Je ne trouve plus rien; je ne trouverai plus rien[73].»

[Note 73: Sur ces débuts, voir la première partie des _Souvenirs_ de
M. LEGOUVÉ, p. 338 et suiv.]

Eugène Süe était, depuis quelque temps, dans cette détresse, quand un
éditeur, plaçant sous ses yeux une publication anglaise illustrée,
intitulée _les Mystères de Londres_, lui suggéra de chercher dans
les bas-fonds de notre capitale le sujet d'un travail analogue.
Heureux d'être mis sur la piste d'un filon nouveau, il commença,
un peu à l'aventure et sans trop savoir où il irait, à écrire les
_Mystères de Paris_. Les premiers chapitres, communiqués, aussitôt
que faits, à quelques amis, furent jugés de nature à piquer fortement
la curiosité du public, et il n'en fallut pas plus pour que le
_Journal des Débats_ s'empressât d'acquérir ce roman et de lui
ouvrir son feuilleton. L'auteur ne crut pas devoir se gêner avec
ceux qui se montraient d'accueil si facile. Au contraire, on eût
dit qu'il prenait un plaisir de gamin à voir jusqu'où il pourrait
mener les honnêtes abonnés de la feuille ministérielle. Il se
mit à les promener par les ruelles infâmes, les arrêta dans les
bouges, les assit aux tapis francs, en société de prostituées et
de forçats, leur parla argot, ne leur procurant d'autre diversion
à ces vilaines odeurs que l'âcre parfum des scènes lubriques. Le
scandale menaçait-il d'être trop fort, il s'affublait du «petit
manteau bleu» et affectait de ne pénétrer dans les mauvais lieux que
pour remplir une mission humanitaire. Il n'avait pas pensé tout
d'abord à ce déguisement; l'idée ne lui en était venue qu'au cours
de la publication; seulement elle lui parut bonne, et ce fut avec le
plus grand sérieux que le roué, naguère si infatué d'aristocratie,
se mit à courtiser la misère, à pontifier en démocrate philanthrope
et à faire, au nom du peuple souffrant, le procès des riches. Les
socialistes saluèrent avec une émotion reconnaissante l'arrivée de
cette recrue; Mme Sand et Béranger lui donnèrent l'accolade. Quant
aux lecteurs et surtout aux lectrices du _Journal des Débats_,
qu'en disaient-ils? Ailleurs, sans doute, la fréquentation d'une
si mauvaise compagnie les eût effarouchés; mais ils y étaient
introduits par leur journal, dont la vieille «respectabilité» faisait
taire leurs scrupules. Leur palais s'habitua et prit goût à cette
nourriture épicée et fermentée. Éprouvaient-ils, à certains moments,
quelques nausées, la curiosité malsaine l'emportait. Du reste, pour
être superficielle, grossière, peu fouillée et peu finie, l'oeuvre
n'en était pas moins fortement et habilement charpentée, pleine de
mouvement et de vie, singulièrement empoignante.

En somme, dans le monde même qui eût dû leur être le plus sévère,
le succès des _Mystères de Paris_ fut immense. Et il se maintint
pendant toute la publication, qui dura plus d'une année. Dans les
salons et aussi dans les antichambres, c'était le sujet principal
des conversations. Combien de femmes pour qui la grosse affaire, à
leur réveil, était de savoir ce qu'allaient devenir la «Goualeuse»
ou le «Chourineur»! Le numéro se louait jusqu'à dix sous, pour le
temps de lire le feuilleton. Celui-ci manquait-il un jour, c'était
un émoi général, et l'auteur devait écrire une lettre pour rassurer
le public sur sa santé. Son masque de philanthrope faisait des dupes
jusque dans le monde judiciaire, où des avocats généraux le citaient
comme une autorité. On racontait qu'il avait reçu plus de onze cents
lettres, écrites par des correspondants de tous genres, depuis des
fonctionnaires qui lui soumettaient leurs idées jusqu'à des jeunes
filles qui lui offraient leur coeur. Étrange aveuglement de cette
bourgeoisie qui ne paraissait pas se douter que l'oeuvre applaudie
par elle la battait en brèche! L'exemple, d'ailleurs, était donné de
haut. Un matin, M. Duchâtel entrait précipitamment dans le cabinet
de ses attachés, avec un air qui semblait annoncer un gros événement
politique: «Eh bien, dit-il, vous savez! la Louve est morte[74]!»
La Louve était une des héroïnes des _Mystères de Paris_. Un autre
ministre, le maréchal Soult, se mettait en colère quand le feuilleton
manquait; Eugène Süe, ayant été mis en prison pour négligence
obstinée dans son service de garde national, menaçait de ne pas
donner de «copie» tant qu'il serait sous les verrous; le maréchal se
hâta de lui faire ouvrir les portes.

[Note 74: E. LEGOUVÉ, _Soixante ans de souvenirs_, 1re partie, p.
337.]

Vainement quelques délicats protestaient-ils. M. Sainte-Beuve ne
trouvait pas d'écho, lorsqu'il signalait, dans la _Revue suisse_, la
honteuse sottise de cet engouement, et qu'il écrivait: «L'inspiration
essentielle des _Mystères de Paris_, c'est un fond de crapule:
l'odeur en circule partout, même quand l'auteur la masque dans de
prétendus parfums. Et, chose honteuse, ce qui a fait le principal
attrait, si étrange, de ce livre impur, ç'a été cette odeur même
de crapule déguisée en parfums[75].» Un député de l'opposition, M.
Chapuys-Montlaville, s'indignait-il à la tribune[76] que «le journal,
défenseur habituel du ministère, promenât, depuis un an, ses lecteurs
dans les égouts de la vie parisienne», le _Journal des Débats_
pouvait se borner à répondre, le lendemain, que «de telles attaques
n'avaient rien de sérieux». Vers le même temps, une commission de
la Chambre des députés, visitant la prison de la Roquette avec le
procureur général, M. Hébert, appela fortement son attention sur un
chapitre récemment publié des _Mystères de Paris_, où l'honnêteté
publique lui paraissait manifestement outragée. M. Hébert promit
d'examiner la question; quelques jours après, il fit savoir qu'il
avait consulté les membres du parquet, et que ceux-ci étaient
d'avis de ne pas intenter de poursuites, parce que certainement on
n'obtiendrait du jury aucune condamnation[77].

[Note 75: _Chroniques parisiennes_, p. 169.]

[Note 76: Séance du 14 juin 1843.]

[Note 77: Ce fait fut rapporté à la tribune par M.
Chapuys-Montlaville, quand, le 6 avril 1847, il développa une
proposition tendant à exempter du timbre les journaux qui ne
publiaient ni romans-feuilletons ni annonces. Cette proposition fut
prise en considération, mais n'aboutit pas.]

Tandis que les bourgeois s'amusaient de ce roman, les prolétaires
ne le lisaient pas moins avidement dans les éditions à bon marché
qui furent aussitôt répandues; ils y trouvaient une jouissance
singulièrement excitante et sortaient de cette lecture plus
impatients de leurs misères, plus envieux du bonheur des autres, plus
convaincus de la corruption égoïste des riches, plus irrités contre
la société, mais non certes plus éclairés sur les remèdes à apporter
à leurs maux. Ils croyaient naïvement avoir trouvé un vengeur et un
sauveur dans l'homme de lettres qui, à bout de sujets, avait pris
celui-là par hasard. Des ouvriers se réunissaient pour écrire à
Eugène Süe une lettre où ils lui attribuaient une mission évangélique
et le comparaient à Jésus-Christ. Parfois la popularité du romancier
se manifestait par des signes étranges, témoin le jour où, rentrant
chez lui, il trouva un pauvre diable pendu dans son antichambre, avec
ce billet dans la main: «Je me tue par désespoir; il m'a semblé que
la mort me serait moins dure, si je mourais sous le toit de celui qui
nous aime et nous défend[78].»

[Note 78: E. LEGOUVÉ, _Soixante ans de souvenirs_, 1re partie, p.
378.]

Avec le succès, M. Eugène Süe avait retrouvé la fortune et repris sa
vie de luxe fastueux et sensuel. Il n'était pas homme à interrompre
l'exploitation d'une veine aussi fructueuse. À peine les _Mystères de
Paris_ furent-ils terminés qu'il se mit à écrire le _Juif errant_,
oeuvre conçue dans la même note, moins amusante, mais plus malsaine
encore, et où l'auteur courtisait les passions irréligieuses en même
temps que les convoitises antisociales. Entre les journaux, ce fut à
qui obtiendrait ce nouveau roman. Le _Journal des Débats_ fut battu,
dans cette sorte d'enchères, par le _Constitutionnel_, qui offrit
cent mille francs. Eugène Süe se trouvait là toujours en face d'un
public bourgeois; seulement c'était la bourgeoisie de M. Thiers, au
lieu d'être celle de M. Guizot. Cette acquisition, si audacieusement
enlevée à prix d'or, fut le début du docteur Véron qui venait
d'acheter le _Constitutionnel_, fort déchu de son ancienne prospérité
et réduit à 3,000 abonnés; de ce coup, il le fit remonter à 13,000
et bientôt à 25,000. M. Ballanche écrivait à M. Ampère, le 26
novembre 1844: «J'ai eu hier l'occasion de voir M. Paulin, éditeur;
il m'a raconté les détails du succès scandaleusement européen du
_Juif errant_. Toute la terre le dévore: il voyage plus rapidement
que le choléra. Les éditions illustrées se multiplient sur tous les
points du globe... Afin de vous donner une idée de la férocité de
la contagion, je vous dirai que l'honnête Mme Tastu est aussi sous
le charme de la reine Bacchanale.» M. Véron n'avait cherché à faire
qu'une spéculation; elle réussissait; il ne voyait donc pas qu'on pût
y trouver à redire. Il a écrit à ce propos, dans ses Mémoires: «Le
désir de redonner de la popularité au _Constitutionnel_ par l'éclat
d'un grand nom ne me rendit exigeant ni sur le sujet ni sur le but
moral de l'ouvrage. J'apportai certainement, dans cette affaire,
autant d'imprévoyance que de légèreté. Que ceux qui n'ont jamais
commis de faute dans la vie me jettent la pierre!» Le scrupule,
on le voit, est bien léger; en tout cas, il ne s'est présenté que
tard à l'esprit du directeur du _Constitutionnel_. Sur le moment,
celui-ci ne songea qu'à faire succéder au _Juif errant_ un autre
roman du même auteur, les _Sept Péchés capitaux_. Enfin, en 1847, il
accueillit dans son journal les _Parents pauvres_ de Balzac, oeuvre
bien autrement forte que les volumineuses improvisations d'Eugène
Süe, mais encore plus délétère; on s'imaginait, dans ce temps-là,
que la recherche de la laideur et de la turpitude morale ne pouvait
descendre plus bas. Ce fut le dernier grand succès, j'allais dire le
dernier grand scandale du roman-feuilleton.

En tout ceci, le plus difficile à comprendre est la complicité du
public. On a vu, au lendemain de la révolution de 1830, le trouble
de la nation avoir son contre-coup dans les oeuvres des écrivains.
À la fin de la monarchie de Juillet, c'est au milieu d'une nation
rassise, rangée, calme, manquant peut-être des vertus héroïques, mais
pratiquant les vertus communes, que surgit une littérature déréglée
et, dans un certain sens, vraiment révolutionnaire. La société, en
d'autres temps, par exemple aux siècles de chevalerie, a aimé les
romans qui l'embellissaient, l'idéalisaient; voici maintenant qu'elle
fait fête à des romans qui l'enlaidissent, et qu'elle s'amuse à se
contempler sous un odieux travestissement. Si elle n'a pas tous les
vices qu'on prétend lui imputer, on ne saurait nier qu'un tel goût
ne soit le signe d'une imagination malade. Est-ce un des restes de
la révolution de 1830? En tout cas, c'est bien le prodrome de celle
de 1848. Ne devine-t-on pas, en effet, quelque analogie, quelque
lien entre l'état d'esprit de la bourgeoisie, prenant plaisir à
voir couvrir de boue une société qui au fond lui est chère et dont
elle ne peut s'empêcher d'être solidaire, et l'état d'esprit de la
garde nationale du 24 février 1848, protégeant l'émeute dont elle
doit redouter le succès et aidant, sans le savoir, au renversement
de la monarchie qu'au fond elle a intérêt à maintenir? Dans les
deux circonstances, même genre d'aveuglement[79]. La lumière ne
s'est faite qu'après coup sur les dangers du roman-feuilleton. En
1850, l'Assemblée législative a voté des mesures fiscales destinées
à entraver ce genre de publications. Représailles un peu puériles
et en tout cas tardives. En même temps, le 5 avril de cette année
1850, dans une élection particulièrement retentissante, le parti
démagogique et socialiste remportait à Paris une victoire qui causait
un effroi général, faisait baisser la Bourse de deux francs et
déterminait les pouvoirs publics à modifier le suffrage universel:
l'élu était l'auteur des _Mystères de Paris_ et du _Juif errant_;
c'était à ces romans, naguère tant applaudis par les lecteurs du
_Journal des Débats_ et du _Constitutionnel_, qu'il devait la
popularité dont la manifestation causait, quelques années après, à
ces mêmes lecteurs une telle épouvante.

[Note 79: M. Saint-Marc-Girardin a écrit à ce propos: «Si la France
a laissé faire le mal en 1848, cela a pu venir en partie de la
démoralisation du goût public. Comme on avait approuvé l'orgie dans
les romans, on s'est trouvé faible, pendant quelque temps, contre
ceux qui voulaient faire une orgie dans la société.» (_Cours de
littérature dramatique_, t. I, p. 374.)]



CHAPITRE III

LE SOCIALISME.

     I. Le mal des masses populaires. Les socialistes dérivés du
     saint-simonisme. Pierre Leroux. Sa vie, son système et son
     action.--II. Buchez. Son origine et sa doctrine. Prétention
     d'unir le catholicisme et la révolution. L'_Atelier_.
     Dissolution de l'école buchézienne.--III. Fourier. Le
     phalanstère et l'attraction passionnelle. La liberté amoureuse.
     Fantaisies cosmogoniques. Fourier à peu près inconnu avant
     1830. Développement du fouriérisme lors de la dissolution de
     la secte saint-simonienne. Ce qu'il devient après la mort de
     Fourier. Son influence mauvaise.--IV. Buonarotti. Par lui le
     «babouvisme» pénètre, après 1830, dans les sociétés secrètes.
     Fermentation communiste à partir de 1840.--V. Cabet. Le _Voyage
     en Icarie_. Propagande icarienne.--VI. Louis Blanc. Son enfance
     et sa jeunesse. Ses débuts dans la presse républicaine. Sa
     brochure sur l'_Organisation du travail_. Critique du système.
     Succès de Louis Blanc auprès des ouvriers.--VII. Proudhon. Son
     origine. Son isolement farouche. Son état d'esprit en écrivant
     son premier Mémoire contre la propriété. «La propriété, c'est
     le vol!» Argumentation du Mémoire. L'effet produit. Second et
     troisième Mémoire. Proudhon et le gouvernement. Le _Système
     des contradictions économiques_. Impuissance de Proudhon à
     faire autre chose que démolir. Son action avant 1848.--VIII.
     Le socialisme devenu révolutionnaire. Attitude des radicaux
     et de la gauche en face du socialisme. Le gouvernement et les
     conservateurs savent-ils se défendre contre ce danger? Les
     économistes. Il eût fallu la religion pour redresser et pacifier
     les esprits du peuple. La bourgeoisie trop oublieuse de ses
     devoirs envers l'ouvrier. La société, jusqu'en 1848, ne croit
     pas au péril.


I

Pour connaître les parties faibles, les côtés dangereux de cette
société en apparence si prospère et si régulière, suffit-il d'avoir
indiqué certains défauts de la classe alors régnante? Non. Au-dessous
de la bourgeoisie étaient des masses profondes qui, pour ne pas jouer
de rôle dans le drame parlementaire, pour être en dehors du «pays
légal», n'en avaient pas moins, à raison de leur seul nombre, une
importance chaque jour accrue par le développement de l'industrie,
par les progrès de l'instruction, par la diffusion de la presse.
Les politiques étaient trop souvent tentés de ne pas s'inquiéter
de ce qui se passait dans l'esprit de ceux qui ne votaient pas.
Périlleuse négligence que l'historien, éclairé par les événements
postérieurs, serait encore plus inexcusable d'imiter. Il lui faut
donc quitter la scène brillante, mais restreinte, où semblait alors
se concentrer toute la vie de la nation, s'éloigner du Parlement,
des salons, de la Bourse, des cercles littéraires, pour descendre
dans les ateliers, les cabarets, les carrefours, chercher ce qu'on
y dit, ce qu'on y pense, ce qu'on y désire. Point n'est besoin d'un
long examen pour reconnaître qu'à l'époque où nous sommes arrivés,
cette foule populaire, au moins celle des grandes villes, était
travaillée par un mal mystérieux, redoutable, qui, à l'insu des
autres classes inattentives et distraites, la pénétrait de plus en
plus profondément. Sous une forme différente et appropriée au milieu
où il sévissait, ce mal n'était pas sans analogie avec celui-là
même que je viens de signaler dans la bourgeoisie: c'était encore
la même conception toute matérialiste de la vie substituée aux
croyances idéalistes, la convoitise égoïste remplaçant la tradition
chrétienne du sacrifice et de la résignation, la négation ou l'oubli
de l'autre monde rendant plus âpre et plus impatiente la recherche
de la jouissance ici-bas. Seulement cet état d'esprit, qui dans les
classes élevées avait déjà beaucoup de conséquences fâcheuses, en
avait de pires encore dans les parties souffrantes de la nation,
dans celles qui étaient moins à même de se procurer le bien-être
dont la soif s'allumait en elles. Ne se trouvaient-elles pas ainsi
conduites naturellement à vouloir, à préparer la transformation, le
bouleversement de l'état social? Tel était en effet le rêve fiévreux
qui possédait alors l'imagination de la classe ouvrière. Pour cette
nouvelle maladie, on venait d'imaginer un nom nouveau que, vers 1846,
la bourgeoisie commençait à prononcer avec inquiétude, bien qu'il
n'eût pas encore le retentissement effrayant que les événements de
1848 devaient lui donner,--le nom de _socialisme_.

Dans les dernières années de la monarchie de Juillet, le socialisme
revêtait des formes variées, se partageait en écoles et en sectes
diverses. C'est seulement en considérant séparément chacune d'elles,
en esquissant l'une après l'autre les figures de leurs fondateurs,
en résumant leurs doctrines, que l'on pourra se faire une idée de ce
mouvement si complexe.

À l'entrée de cette galerie parfois fort étrange, nous rencontrons
d'abord plusieurs inventeurs de systèmes qui relevaient plus ou moins
directement du saint-simonisme. On se rappelle, en effet, que le
saint-simonisme avait prétendu changer non seulement la religion,
mais la société[80]. C'était lui qui, usant le premier d'une formule
trop répétée depuis, avait dénoncé le régime actuel du travail comme
«l'exploitation de l'homme par l'homme». Il imputait les inégalités
et les souffrances aux vices du mécanisme social, et attribuait au
gouvernement le pouvoir de les faire disparaître par un remaniement
de ce mécanisme. Dans ce dessein, il proposait de détruire ou de
mutiler la famille et la propriété; donnait à l'État le droit de
disposer des individus, de leurs idées, de leurs biens, de prononcer
sur leurs aptitudes et leurs vocations, de répartir entre eux les
instruments et les fruits du travail, ainsi que les revenus du
capital, pour aboutir, non, il est vrai, à une égalité absolue,
mais à une hiérarchie où chacun serait classé suivant sa capacité
et rétribué selon ses oeuvres. Et surtout il se montrait vraiment
le devancier de toutes les écoles socialistes, en remplaçant le
renoncement chrétien et l'attente des compensations futures par la
recherche exclusive, impatiente, du bien-être immédiat. Non content
d'avoir prêché cette société nouvelle, il avait tenté de l'organiser.
Sans doute, la banqueroute ne s'était pas fait attendre, «banqueroute
d'hommes et d'argent», comme écrivait un disciple désabusé. Mais,
en se dissolvant et en se dispersant, la secte avait en quelque
sorte répandu partout les germes des idées fausses dont elle était
infestée; de là, dans les années qui suivirent, une éclosion de faux
prophètes dont beaucoup sortaient des rangs du saint-simonisme et
qui, presque tous, s'inspiraient plus ou moins de ses doctrines.

[Note 80: Voir, au tome I, le chapitre sur le SAINT-SIMONISME.]

Tel fut d'abord Pierre Leroux. Tout en lui,--son aspect robuste et
massif, je ne sais quoi d'un peu grossier dans sa structure, et
jusqu'à cette épaisse chevelure dont la caricature devait plus tard
s'amuser,--trahissait une origine populaire. Né en 1797, élevé, en
qualité de boursier, dans les collèges de l'État, il s'était fait
admettre à l'École polytechnique. Mais la mort de son père, survenue
à ce moment, et l'obligation où il fut de subvenir immédiatement
aux besoins de sa mère et de ses trois frères et soeurs, ne lui
permirent pas d'y entrer. Réduit à chercher un gagne-pain, il finit,
après plusieurs mécomptes qui ne le disposèrent pas à l'indulgence
pour l'organisation sociale, par se placer comme correcteur dans
une imprimerie. En même temps, il continuait à étudier pour son
compte, absorbant, avec une avidité un peu gloutonne et sans
beaucoup les digérer, une immense quantité de connaissances
historiques, scientifiques, philosophiques. En 1824, l'imprimerie où
il travaillait s'étant trouvée à vendre, il la fit acheter par un
de ses amis et s'en servit pour fonder, de concert avec son ancien
camarade Dubois, le _Globe_, dont on sait la brillante carrière.
Il écrivit dans ce recueil, tout en faisant le métier de prote.
Après 1830, resté presque seul au _Globe_, tandis que les autres
rédacteurs s'élevaient à des positions plus ou moins considérables
dans l'administration ou dans la politique, il ressentit quelque
amertume de cette sorte d'abandon et en fut encore plus porté à
condamner l'état social. Cette disposition d'esprit le jeta dans le
saint-simonisme, dont il fut l'un des dignitaires; le _Globe_ devint
l'organe de la secte. Mais, par certains côtés naïfs, honnêtes et
un peu tristes de sa nature, il ne put s'accommoder de la direction
voluptueuse donnée par Enfantin à son Église, et s'en sépara l'un
des premiers. Il se fit alors prophète à son tour et tenta de fonder
une doctrine nouvelle, celle des «humanitaires». Le _Globe_ étant
mort entre ses mains, il continua, pendant toute la monarchie de
Juillet, à exposer sa doctrine dans divers livres[81], dans la
_Revue encyclopédique_, dans l'_Encyclopédie nouvelle_, à laquelle
collaborait un autre ancien saint-simonien, Jean Reynaud, dans la
_Revue indépendante_ et dans la _Revue sociale_.

[Note 81: _De l'égalité_ (1838). _Réfutation de l'éclectisme_ (1839).
_Malthus et les économistes._ _De l'humanité_ (1840).]

Cette doctrine formait tout un système de philosophie mélangé de
panthéisme, de mysticisme et de sensualisme. On nous dispensera
de l'exposer. L'oeuvre serait d'ailleurs malaisée. Si l'esprit de
Pierre Leroux ne manquait ni de puissance ni de profondeur, sa pensée
était obscure et la forme plus obscure encore. À force de creuser
les idées, il s'y enfouissait. Notons cependant sa théorie de la vie
future, où l'on retrouve la répugnance accoutumée des socialistes à
placer le paradis hors de la terre: il repousse le matérialisme, qui
ne voit rien au delà du tombeau; mais, s'il nous fait revivre après
notre mort, ce n'est pas dans un autre monde, c'est dans l'humanité,
par une suite indéfinie de métempsycoses; le bonheur existera pour
nous dans le perfectionnement constant de cette humanité.

Pierre Leroux n'était pas un pur spéculatif; il ne philosophait
que pour trouver la formule d'une société nouvelle. Des trois
termes de la devise révolutionnaire, liberté, égalité, fraternité,
c'est l'égalité qui est, suivant lui, le but auquel doit aboutir
le mouvement social. «Nous sommes entre deux mondes, écrit-il,
entre un monde d'inégalité qui finit et un monde d'égalité qui
commence.» Il estime que, jusqu'à présent, l'égalité n'a existé que
d'une façon illusoire; le capital du bourgeois y fait obstacle,
autant qu'autrefois le privilège du seigneur féodal. Et c'est,
pour le philosophe subitement transformé en tribun, l'occasion de
déclamations véhémentes contre le capital, contre la rente, contre
l'exploitation des prolétaires par les propriétaires. Quant au
remède, il croit le trouver dans une association toute particulière
qu'il appelle la triade. L'homme, dit-il, est sensation, sentiment,
connaissance. À cette division de l'être humain répond la division
de la société humaine, qui se compose des savants ou hommes de la
connaissance, des artistes ou hommes du sentiment, et des industriels
ou hommes de la sensation. Supposez qu'un savant, un artiste et
un industriel s'associent et opèrent de concert, leurs opérations
s'accompliront dans les meilleures conditions possibles, parce qu'ils
se compléteront les uns les autres. Telle est la triade dont Pierre
Leroux fait l'élément primitif de la société, à ce point que, pour
lui, l'individu isolé ne compte pas. On n'est quelqu'un ou quelque
chose qu'à la condition d'être trois. Une réunion de triades forme
un atelier; une réunion d'ateliers, une commune; une réunion de
communes, un État. À travers les tergiversations et les obscurités de
notre auteur, il apparaît bien que son État sera le seul possesseur
du capital et le seul directeur du travail: c'est ainsi qu'après une
grande dépense de philosophie il aboutit à la conclusion banale des
plus vulgaires théories socialistes.

Pierre Leroux ne parvint pas à fonder une véritable secte ni à remuer
les foules; toutefois il ne laissa pas que d'exercer une certaine
influence sur le mouvement des idées, en groupant autour de lui des
adhérents parmi lesquels étaient des esprits de valeur; de ce nombre
fut Mme Sand[82], qui sous cette inspiration écrivit, de 1840 à
1848, plusieurs romans ouvertement socialistes[83]. Ce théoricien
abstrait et confus avait, dans l'apostolat intime, quelque chose de
convaincu, de chaleureux, parfois même de candide et de tendre, qui
n'était pas sans action sur les intelligences et sur les coeurs;
ajoutez-y la sympathie provoquée par son courage au travail, par
son désintéressement et par sa pauvreté stoïque. Il ne devait pas
cependant réussir dans les assemblées parlementaires, où le jeta
l'explosion socialiste de 1848; ses discours, aussi inintelligibles
qu'interminables, lui valurent une sorte de renom ridicule, en
même temps que le voisinage des Montagnards, au milieu desquels il
siégeait et avec lesquels il paraissait se confondre, lui faisait
perdre quelque chose de son caractère pacifique et philosophique. Il
eut cette dernière disgrâce de mourir en 1871, pendant la Commune,
et de recevoir de ceux qui s'étaient alors emparés de Paris le
compromettant hommage d'obsèques solennelles.

[Note 82: Béranger, qui aimait Pierre Leroux, écrivait de lui, le
20 janvier 1840: «Il faut que vous sachiez que notre métaphysicien
s'est fait un entourage de femmes à la tête desquelles sont mesdames
Sand et Marliani, et que c'est dans des salons dorés, à la clarté
des lustres, qu'il expose ses principes religieux et ses bottes
crottées. Tout cet entourage lui porte à la tête, et je trouve que sa
philosophie s'en ressent beaucoup.»]

[Note 83: À cette époque, Proudhon écrivait: «George Sand est tout à
fait entré dans nos idées.» (_Correspondance de Proudhon_, t. II, p.
160.)]


II

Buchez, comme Pierre Leroux, sortait du saint-simonisme. Né en
1796, d'une famille pauvre, il s'était élevé, par son travail et
son énergie, à une carrière libérale. D'opinions fort avancées, il
fut, dans les premières années de la Restauration, avec Flottard
et Bazard, l'un des fondateurs de la «Charbonnerie» française, se
mêla à toutes les conspirations, et fut poursuivi pour participation
au complot de Belfort. Sa nature droite se dégoûta bientôt de
ces sanglantes violences, et, en 1826, il devint l'un des chefs
de l'école saint-simonienne. N'y ayant pas trouvé satisfaction
pour ses idées morales, il s'en éloigna peu avant 1830. Au cours
des recherches philosophiques auxquelles il se livrait avec une
honnête sincérité, une évolution graduelle s'était accomplie dans
son âme: matérialiste quand il conspirait, théiste pendant sa
phase saint-simonienne, il avait fini par se prendre d'admiration
pour l'Évangile et le Christ, sans cesser cependant d'être
révolutionnaire, et s'était formé tout un système sous cette
double et contradictoire inspiration. Après les événements de
Juillet, à l'heure de la grande propagande d'Enfantin et de ses
disciples, il voulut opposer chaire à chaire, et ouvrit chez lui,
rue de Chabannais, des conférences publiques qui lui attirèrent des
disciples fervents. Cette prédication orale ne lui suffit pas: en
1831, il fonda un recueil périodique, _l'Européen_, dont l'existence
fut assez précaire et intermittente, les abonnés peu nombreux,
mais dont les articles furent remarqués[84]. Il entreprit en même
temps, avec un de ses disciples, M. Roux-Lavergne, une _Histoire
parlementaire de la Révolution_, dont les quarante volumes furent
terminés en 1839: compilation énorme où l'on trouve les débats des
Chambres, les délibérations du club des Jacobins et de nombreuses
reproductions de la presse révolutionnaire; en tête de presque tous
les volumes sont des préfaces dans lesquelles le chef d'école expose
ses doctrines religieuses, sociales et politiques. Enfin, en 1839, il
publia trois gros volumes sous ce titre: _Essai d'un traité complet
de philosophie, au point de vue du catholicisme et du progrès_.
Buchez n'a rien de l'écrivain: sa pensée, déjà par elle-même assez
obscure et confuse, est encore épaissie, embrouillée et alourdie par
la forme dont il la revêt. L'étrange mélange qu'il fait d'aspirations
mystiques et de réminiscences jacobines n'est pas de nature à rendre
l'impression plus nette. Toutefois, si indigestes que soient ses
écrits, ils contiennent des idées qui ont agi sur une partie de ses
contemporains.

[Note 84: _L'Européen_, interrompu à la fin de 1832, fut repris
en 1835 et continué, sans grande régularité, jusqu'en 1838. Il
se distribuait à 500 exemplaires, mais ne comptait guère que 100
abonnés.]

Venu de la révolution et attiré par le catholicisme, Buchez s'efforce
de les unir. L'une et l'autre lui paraissent se résumer dans les
mêmes principes: fraternité et égalité. Si l'égalité est le but
auquel doit aboutir la société, tout doit venir de la fraternité.
Cette fraternité n'est pas un instinct plus ou moins vague, c'est
un devoir précis, fondé sur la révélation divine. Les rapports des
hommes entre eux et l'organisation du pouvoir reposent sur cette
double parole du Christ: _Aimez votre prochain comme vous-même_,
et: _Que le premier parmi vous soit votre serviteur_. Ce n'est pas
seulement dans la région des idées spéculatives, c'est aussi dans
celle des faits historiques que Buchez prétend unir la révolution
et le catholicisme. Depuis Clovis jusqu'à 1789, en passant par les
croisades et la Ligue, il croit retrouver partout un effort de
la France pour remplir sa mission divine, qui est de propager la
fraternité dans le monde entier. La révolution surtout lui paraît
avoir ce caractère; tout en reprochant aux révolutionnaires d'avoir,
par moments, sacrifié la fraternité populaire à l'individualisme
bourgeois et d'avoir méconnu la vérité religieuse, il pousse plus
loin que personne l'apologie des crimes de 1792 et de 1793. Il est
vrai que la justification appliquée par lui à la Terreur s'étend
à l'Inquisition, que la Saint-Barthélemy est louée par les mêmes
raisons que les massacres de Septembre, et que la faction des Seize,
sous la Ligue, est exaltée au même titre que le Comité de salut
public. Dans ces divers événements, l'auteur voit l'application
d'un principe qu'il affirme être commun au catholicisme et à la
révolution, la «souveraineté du peuple». C'est même par là que le
catholicisme se distingue, à ses yeux, du protestantisme, fondé sur
l'individualisme, sur la «souveraineté du moi». «Cette souveraineté
du peuple, dit-il, ne signifie autre chose que la souveraineté du but
d'activité commune qui fait une nation.» L'individu peut se tromper
sur son but d'activité; l'universalité du peuple ne se trompera
pas. Toutefois Buchez réserve au pouvoir le «principe initiateur»,
de sorte que la souveraineté du peuple, déjà confondue avec la
souveraineté du but, finit par aboutir à la souveraineté de ceux qui
ont conscience de ce but: tels ont été, par exemple, les jacobins
pendant la Révolution. Quant à ceux qui se mettent en contradiction
avec ce but, ou qui se montrent seulement incrédules, ils peuvent
être traités en ennemis. «L'intérêt du but social justifie tout.»
Pour le moment, cependant, Buchez ne songe pas à user de la force:
c'est par la persuasion qu'il veut établir le règne de la fraternité.
Son moyen pratique est l'association, mais l'association libre
et volontaire. Il commence par s'adresser aux ouvriers et les
engage à mettre en commun leurs outils, leur argent, leur travail,
et à se constituer un capital inaliénable auquel ils ajouteront,
chaque année, le sixième de leurs bénéfices; tous les salaires des
associés seront égaux, calculés uniquement sur la durée du travail;
le gérant, nommé par les ouvriers, ne doit être, suivant la parole
du Christ, que le serviteur de tous; la fortune sociale fera face
aux éventualités du chômage et de la maladie. Donc plus de misère,
plus d'inégalité, plus de conflits entre le travail et le capital.
Buchez se flatte que, par la contagion de l'exemple, ces associations
s'étendront à l'industrie entière, puis à l'agriculture. Quand tous
les individus accompliront ainsi le devoir de la fraternité, l'État
s'organisera sur ce modèle; César, lui aussi, deviendra le serviteur
de tous, et la France pourra enfin remplir sa mission dans le monde.

Tout cela formait un ensemble étrange et singulièrement mêlé. Est-il
besoin d'en marquer les points faibles ou vicieux? Qui ne voit,
par exemple, quelle large part de chimère il y avait dans ce rêve
d'associations fraternelles et égalitaires, embrassant tous les
travaux industriels et agricoles? Est-il rien de plus outrageant
pour la conscience que cette apologie des crimes révolutionnaires?
rien de plus contraire à la liberté que cette «souveraineté du but
social»? Sur ces deux derniers points, Louis Blanc et les autres
historiens ou théoriciens du néo-jacobinisme ne feront guère que
copier l'auteur de l'_Histoire parlementaire_. Enfin, rien de plus
faux que cette prétendue communauté de principes entre la révolution
et l'Évangile. Pour l'établir, Buchez était obligé de se faire une
religion à lui[85]; il ne se contentait pas sans doute d'une sorte
de philosophie chrétienne, et professait un catholicisme positif
fondé sur le dogme révélé; mais ce catholicisme était singulièrement
déformé et incomplet; il y était beaucoup question de l'amour des
hommes, peu de l'amour de Dieu, nullement de l'autorité de l'Église
ou de la participation aux sacrements; celui que l'on proposait à
l'adoration était moins l'Homme-Dieu qu'une sorte de Christ social,
personnel à la vérité, vivant, mais mal défini.

[Note 85: Buchez avait inspiré à un jeune artiste de ses élèves un
dessin du _Christ prêchant la fraternité au monde_, dans lequel il
prétendait résumer sa doctrine. Le Christ est porté sur un globe où
est écrit le mot FRANCE; il foule aux pieds le serpent de l'égoïsme
et tient à la main une banderole où on lit FRATERNITÉ. Deux anges,
coiffés du bonnet phrygien, l'accompagnent, et sur leurs auréoles
brillent les noms de LIBERTÉ, ÉGALITÉ. La Liberté tire un glaive;
l'Égalité porte un livre ouvert, avec ce texte: _Aimez votre prochain
comme vous-même et Dieu par-dessus tout. Que le premier parmi vous
soit votre serviteur._ Détail significatif: sur la gravure, oeuvre
d'un autre buchézien, on a effacé ces mots: _et Dieu par-dessus
tout_. (_Vie du Révérend Père Besson_, par E. CARTIER, t. I, ch. II.)]

Néanmoins, cette doctrine toute spiritualiste, imprégnée de moralité
et de charité chrétiennes, proclamant les devoirs du peuple avant
de revendiquer ses droits, lui parlant de dévouement au lieu
de jouissance, était bien supérieure à celle des autres écoles
socialistes. Plusieurs de ses adeptes étaient des âmes généreuses
et pures; tel catholique, qui se trouvait les approcher, revenait
surpris, touché, édifié même de leurs sentiments[86]. Ils se
recrutèrent, au début, dans la jeunesse bourgeoise, notamment parmi
les artistes et les médecins. Mais cela ne suffisait pas à Buchez,
qui désirait surtout gagner des ouvriers. Il y réussit et provoqua la
fondation d'un certain nombre de petites associations coopératives.
Enfin, en septembre 1840, sous la même inspiration, parut le premier
numéro de l'_Atelier, organe des intérêts moraux et matériels des
ouvriers_; ce recueil devait durer jusqu'en 1850.

[Note 86: M. Ozanam raconte, dans une lettre écrite de Lyon, le 26
août 1839, au Père Lacordaire, qu'un catholique influent de cette
ville, jusqu'alors légitimiste, avait été mis en rapport, durant un
voyage à Paris, avec les amis de Buchez. «Il admira la pureté de leur
religion, ajoute Ozanam, conçut un véritable enthousiasme pour leurs
personnes, et, de retour ici, il propagea ses nouveaux sentiments, et
voici qu'une douzaine de nos plus dévoués absolutistes sont abonnés
au _National_.» (_Lettres d'Ozanam_, t. I, p. 303.)]

L'_Atelier_ se distinguait des autres publications démocratiques
en ce qu'il était fondé, soutenu et rédigé exclusivement par de
véritables ouvriers «vivant de leur travail personnel[87]»; ce
fut le premier journal où ces ouvriers traitèrent eux-mêmes les
questions qui les intéressaient. À ce point de vue, il mérite de
fixer un moment l'attention de l'histoire. L'_Atelier_ se disait
socialiste, mais en protestant que son socialisme n'était hostile
ni à la religion, ni à la nationalité, ni à la famille, ni même à
la propriété, bien que sur ce dernier point il fût moins absolu;
il n'hésitait pas à combattre les fouriéristes, les communistes,
les icariens, les socialistes autoritaires, et substituait à leurs
orgueilleuses et périlleuses chimères la propagande plus modeste des
associations coopératives selon la formule de Buchez. Politiquement,
il faisait campagne avec l'extrême gauche, demandait le suffrage
universel, attaquait la bourgeoisie et tous ceux qu'il appelait
les privilégiés, faisait l'apologie de la Terreur, à commencer par
le meurtre de Louis XVI; toutefois, il avouait honnêtement les
faiblesses et les vices du parti radical, détournait les ouvriers
de tout désordre, de toute conspiration, de toute affiliation aux
sociétés secrètes. L'un des caractères les plus remarquables de ce
journal était le souci que les ouvriers rédacteurs avaient de la
moralisation de leurs frères, la gravité émue avec laquelle ils leur
prêchaient le devoir, la fraternité, le sacrifice; ils dénonçaient,
avec une pudeur indignée, tout ce qui, dans les journaux, dans les
livres, au théâtre, pouvait corrompre le peuple. Cette morale dont
ils étaient si préoccupés, ils ne lui reconnaissaient, comme leur
maître, d'autre fondement que le christianisme, et, sans respect
humain, malgré les étonnements, les sourires ou les réclamations
d'une partie de leurs lecteurs, ils proclamaient «la nécessité de
ranimer dans le peuple l'antique foi de ses pères». «Si les laïques,
et particulièrement les démocrates, disaient-ils encore, voulaient
se donner la peine d'examiner sans prévention, d'étudier, de suivre
le mouvement des idées, ils comprendraient bientôt la grandeur
du dogme chrétien; ils verraient la puissance qu'il peut donner
même à des intelligences aussi peu cultivées que les nôtres; ils
verraient que là est la vérité invincible, et ils s'y attacheraient,
parce qu'ils comprendraient qu'il n'y a d'unité possible que par
un lien spirituel, que par la reconnaissance d'un principe commun,
obligatoire pour tous.» Le dogme ne leur suffisait pas; ils
professaient qu'on ne pouvait se passer d'une Église, d'un «pouvoir
spirituel indépendant», d'un «corps spécialement chargé de conserver
le principe moral et de l'enseigner d'une manière uniforme». Ce
n'était pas sans doute que les idées régnantes dans l'Église
catholique leur convinssent toutes. Ils reprochaient au clergé de ne
s'être pas fait révolutionnaire. «Jusqu'à présent, déclaraient-ils,
nous ne sommes ralliés qu'au principe de l'institution catholique;
mais aux personnes, nous ne nous y rallierons que lorsqu'elles nous
sembleront dignes de la haute mission d'enseigner le christianisme.»
En attendant, ils recommandaient aux démocrates d'éclairer le clergé,
de le rassurer, de l'attirer, au lieu de le traiter en ennemi ou
en suspect. La Révolution, disaient-ils, n'a qu'à «se proclamer
chrétienne, à ne vouloir que ce que le christianisme commande»; alors
le clergé sera bien obligé de s'unir à elle.

[Note 87: Le premier numéro de l'_Atelier_ contenait la note
suivante: «L'_Atelier_ est fondé par des ouvriers, en nombre
illimité, qui en font les frais. Pour être reçu fondateur, il faut
vivre de son travail personnel, être présenté par deux des premiers
fondateurs, qui se portent garants de la moralité de l'ouvrier
convié à notre oeuvre. Les hommes de lettres ne sont admis que comme
correspondants. Les fondateurs choisissent, chaque trimestre, ceux
qui doivent faire partie du comité de rédaction.»]

Telles étaient les idées développées avec autant de sincérité que
de persévérance par les rédacteurs de l'_Atelier_. Les ouvriers de
ce petit groupe se distinguaient de la plupart de leurs camarades
par leur tenue morale, intellectuelle et même extérieure. Un jour,
celui d'entre eux qui représentait le journal eut à comparaître en
justice: les témoignages contemporains portent trace de l'étonnement
qu'on éprouva à entendre un ouvrier parler à ses juges avec tant de
modération, de décence, de bon goût, de respect pour tout ce qui
devait être respecté. L'_Atelier_ ne fut pas sans action religieuse
sur les ouvriers de Paris: il ne les ramena pas à la foi complète,
qu'il ne possédait pas pour son compte; mais il inspira à une partie
d'entre eux une certaine sympathie pour le catholicisme, les habitua
à le regarder comme un allié possible, et non plus comme un ennemi
fatal. On put se rendre compte du changement produit, le jour où
le peuple redevint une fois de plus le maître de Paris. Si ce même
peuple, qui avait brisé la croix en 1830, lui a porté les armes en
1848; si les prêtres, outragés et menacés dans les rues après les
journées de Juillet, y ont trouvé, après celles de Février, une
pleine sécurité et même souvent des hommages, on le dut en partie à
l'influence de Buchez et de ses disciples.

Toutefois, en dépit de ses côtés honorables et bienfaisants, l'école
buchézienne n'était pas viable. Elle avait pu jeter une flamme,
donner un élan, mais pour peu de temps. Elle portait en elle-même
des germes de contradiction et de décomposition qui ne devaient pas
tarder à se développer. La plupart des associations ouvrières fondées
sous son inspiration, après avoir prospéré pendant les premiers mois
ou les premières années de ferveur, succombèrent à des difficultés
nées dans leur propre sein: la variété des besoins et des capacités
y rendait intolérable l'égalité des salaires; on ne trouvait plus de
directeurs qui consentissent à être, par désintéressement fraternel,
les «serviteurs de tous»; enfin, l'impatience et l'imprévoyance des
associés refusaient de laisser le sixième des bénéfices dans la
caisse sociale. À cette faillite économique s'ajouta une faillite
doctrinale. Les adhérents reconnurent à l'épreuve, ceux-ci plus tôt,
ceux-là plus tard, l'impossibilité d'unir les principes opposés
de la révolution et du catholicisme. Force était de choisir. Ils
se divisèrent. Les uns, avec M. Corbon, s'enfoncèrent dans la
révolution, en répudiant comme une illusion toutes les aspirations
chrétiennes. Les autres, au contraire, se sentirent poussés a devenir
pleinement catholiques, quelques-uns à se faire prêtres ou même
moines: tel fut M. Roux-Lavergne, l'un des principaux collaborateurs
du maître, qui devint chanoine de Rennes; tels furent surtout
quatre jeunes hommes admirables, d'une âme singulièrement pure et
généreuse, Réquédat, Piel, Besson, Olivaint; les trois premiers
répondirent à l'appel de Lacordaire et moururent, à la fleur de
l'âge, sous l'habit de Saint-Dominique[88]; le quatrième, attiré
vers la Compagnie de Jésus, devait, après une sainte vie, succomber
martyr de sa foi pendant la Commune[89]. Ce n'est certes pas un
médiocre honneur pour une école que d'avoir séduit un moment de
pareils hommes. Quant à l'honnête, mais inconséquent Buchez, ceux
de ses disciples qui étaient devenus catholiques furent longtemps
réduits à dire tristement de lui: «Il est pour nous le portier de
l'Église, lui seul n'entre pas.» Il devait cependant être récompensé
de sa droiture; sur son lit de mort, il vit un prêtre et finit en
chrétien[90].

[Note 88: _Vie du Révérend Père Besson_, par M. CARTIER, et _Vie du
Père Lacordaire_, par M. FOISSET.]

[Note 89: _Pierre Olivaint_, par le Père Charles CLAIR.]

[Note 90: Buchez mourut à Rodez, en 1865, dans une chambre d'hôtel.
Ce fut un de ses anciens collègues de l'Assemblée constituante qui,
l'ayant su malade, vint le voir et l'amena à recevoir un prêtre.]


III

Les écoles fort différentes de Pierre Leroux et de Buchez ne sont
pas les seules qui soient nées du démembrement du saint-simonisme.
On peut rattacher à la même origine, au moins dans une certaine
mesure, une secte beaucoup plus importante, la secte fouriériste.
Non sans doute que Fourier, qui avait exposé complètement son
système dès 1808, ait emprunté ses doctrines à Saint-Simon, dont les
premiers plans de réorganisation, encore bien incertains et vaporeux,
datent de 1817; mais, comme on le verra tout à l'heure, ce que le
fouriérisme devait recevoir du saint-simonisme, c'était l'élan de
propagande et le personnel même de ses apôtres.

Né en 1772, à Besançon, d'une famille de commerçants modestes,
Fourier paraît avoir eu la première impression du mal social à cinq
ans, un jour où il fut puni pour avoir dit la vérité à un client que
son père cherchait à abuser. Empêché, faute de naissance, d'entrer,
comme il l'eût désiré, à l'école des officiers du génie, il fut
réduit à embrasser la carrière commerciale, qui lui déplaisait. Il
venait de s'établir épicier à Lyon, en 1793, quand, dans la révolte
de la ville contre la Convention, son magasin fut pillé et lui-même
obligé de faire le coup de feu contre les troupes républicaines.
Arrêté après la prise de la ville, il n'échappa qu'avec peine à la
mort et fut incorporé, comme simple soldat, dans un régiment de
cavalerie. Il fit ainsi quelques campagnes, puis, rendu à son premier
métier, il se trouva, en 1799, commis d'un négociant marseillais qui
l'employa à des spéculations peu délicates. Toutes ces souffrances
morales ou matérielles, venues soit des habitudes frauduleuses du
commerce, soit de l'inégalité des classes, soit du désordre public,
l'amenèrent à cette conclusion que la civilisation avait fait fausse
route: ce n'était pas la nature humaine, c'était la société qu'il
déclarait mauvaise. Peut-être, en d'autres temps, se fût-il contenté
de gémir sur ce mal, sans se croire en état d'y remédier. Mais il
avait été témoin de tant de changements pendant la Révolution; tout
était tellement déraciné, bouleversé; il avait vu pousser à ce point
la prétention de tout refaire à nouveau, qu'aucune transformation
ne l'intimidait ni ne lui semblait impossible. Non cependant qu'il
entendît avoir rien de commun avec les révolutionnaires: il les
détestait et les dédaignait, il leur en voulait aussi bien pour
les épreuves qu'il avait personnellement subies sous leur règne
qu'à cause de leur esprit de négation et d'anarchie; jamais il ne
s'indignait plus vivement que quand on paraissait le confondre
avec les agitateurs du parti républicain. Ce fut en 1803, par un
article publié dans un recueil lyonnais, qu'il fit, pour la première
fois, entrevoir quelques-unes de ses idées. En 1808, il les exposa
d'ensemble, dans son livre sur la _Théorie des quatre mouvements_,
et les compléta, en 1822 et 1829, par deux autres ouvrages sur
l'_Association domestique et agricole_ et sur le _Nouveau monde
industriel_. Tout en édictant les lois et en traçant le plan de la
société future, il vivait médiocrement des emplois subalternes qu'il
tenait dans diverses maisons de commerce, à Lyon d'abord, à Paris
ensuite.

Dans l'oeuvre de Fourier, rien du vague de Saint-Simon. Jamais la
chimère n'a été traitée avec une précision si mathématique. Comme
le feront après lui presque tous les socialistes, il croit trouver
dans l'association le remède aux maux résultant de la concurrence,
du salariat et de la misère. Son association doit unir non seulement
les capitaux, mais les ménages, les familles, et, pour cette raison,
il l'appelle «association domestique». Jusqu'à présent, le monde
était sous le régime de l'«ordre morcelé», chaque famille ayant
son ménage, chaque commerçant sa boutique, chaque industriel son
atelier, chaque cultivateur son champ. À l'«ordre morcelé», Fourier
propose de substituer l'«ordre combiné». Soient trois cents familles
ayant actuellement trois cents ménages différents; il s'agit de les
réunir en un seul ménage, en un seul atelier; au lieu de trois cents
champs, on aura un seul domaine exploité en commun. Le réformateur
fait alors un tableau merveilleux des économies qui seraient ainsi
réalisées. «On est ébahi, écrit-il, quand on évalue le bénéfice
colossal qui résulterait de ces grandes associations.» Fourier,
à la différence des communistes, respecte le capital et ne rêve
pas l'égalité absolue; il divise le revenu en trois parts: quatre
douzièmes au capital, trois douzièmes au talent, cinq douzièmes au
travail. Chacune de ces associations, composée de dix-huit cents
membres, vivant sur un seul domaine d'une lieue carrée, logée dans un
édifice commun magnifiquement installé, constitue un «phalanstère».
Le phalanstère se subdivise en «phalanges», puis en «séries», enfin
en «groupes», chaque «groupe» se composant de sept ou neuf individus.
Tous les rapprochements se font librement; tous les dignitaires sont
élus; nulle coercition, nul régime autoritaire.

Mais comment faire que, dans une association si nombreuse, la vie
commune soit agréable ou même seulement tolérable? Comment maintenir
le bon ordre et l'harmonie dans cette caserne sans officiers et sans
discipline, dans ce couvent sans supérieurs et sans règle? Comment
obtenir que chaque associé accomplisse spontanément la part de
travail nécessaire au profit commun? Pour y parvenir, Fourier, ne se
contentant plus de refaire la société, entreprend de refaire l'ordre
moral, de créer, pour ainsi dire, un homme nouveau. Telle est, en
effet, la portée de cette thèse de l'«attraction passionnelle» par
laquelle il prétend résoudre ou plutôt supprimer le redoutable
problème de l'existence du mal sur la terre. L'homme doit avoir,
dit-il, un moyen d'être heureux sur cette terre; autrement, Dieu
ne serait ni bon ni sage. Le tout est de découvrir ce moyen: c'est
ce que les «civilisés» n'ont pas encore su faire. Se fondant sur
cette unité du plan divin qu'il appelle l'«économie de ressorts»,
le fondateur du phalanstère estime que la loi de l'attraction,
découverte par Newton dans le monde physique, doit régir aussi
le monde moral. Mais quelle attraction? Fourier, imbu des idées
sensualistes du siècle dernier, ne voit dans l'homme que l'être
sensible, entraîné à agir par les passions. L'attraction doit donc
être passionnelle. Jusqu'alors on nous enseignait à contenir nos
passions, et l'on nous avertissait que la raison nous était donnée
pour cet usage. Erreur, dit notre étrange moraliste; c'est se faire
une idée absurde de Dieu que de supposer qu'il a créé un homme
composé de deux ressorts contradictoires. D'ailleurs, en fait, la
raison est toujours la plus faible, même chez ceux qui ont charge
de prêcher la vertu. Les passions seules viennent de Dieu. Le
devoir et la morale, le mérite et le démérite sont une invention de
l'homme dont il faut se débarrasser au plus vite. Chaque individu
n'a qu'à suivre ses passions; il trouvera ainsi son plaisir, en
même temps qu'il concourra au plan divin. Ne craignez pas qu'il en
résulte quelque désordre; car il est posé en axiome fondamental que
«les attractions sont proportionnelles aux destinées». Si l'on a
pu avoir jusqu'ici mauvaise opinion des passions sans frein, c'est
qu'elles ne se mouvaient pas dans le milieu qui leur convenait.
Elles trouveront ce milieu avec le phalanstère. Dangereuses dans une
réunion restreinte, elles peuvent se développer sans heurt dans une
association nombreuse; leur variété et leur mobilité permettent alors
à chacune de se satisfaire, en même temps que la gradation infinie
des nuances intermédiaires facilite tous les rapprochements, toutes
les libres formations des «groupes» et des «séries». À ce propos,
Fourier se livre à une analyse de ces passions, tantôt subtilement
ingénieuse, tantôt absurdement arbitraire, les classant, les
étiquetant, les numérotant et décrivant leur mécanisme[91].

[Note 91: Fourier attache une importance capitale aux passions
qu'il appelle _mécanisantes_: la _cabaliste_, ou esprit de rivalité
et d'intrigue; la _papillonne_, ou besoin de changement, et la
_composite_, ou désir d'unir les passions des sens à celles de l'âme.
Ces trois passions ont mission de régler le mécanisme des neuf autres
passions _sensuelles_ ou _affectueuses_ et d'établir entre elles ce
rythme et cet équilibre qu'on nomme la sagesse. Pour les esprits qui
s'intéressent aux choses philosophiques, cette partie du système de
Fourier est assez curieuse; mais nous ne pourrions y pénétrer plus
avant sans sortir du cadre de cette histoire politique.]

Par l'effet d'une autre loi que le novateur se vante d'avoir
également découverte, chacun, en cherchant à satisfaire sa passion,
se trouvera accomplir l'oeuvre utile au bien commun. Le travail
ne sera plus imposé ni pénible; il se confondra avec la libre
recherche du plaisir, et sera si attrayant qu'on verra s'y livrer
ceux qui s'y dérobent aujourd'hui, les oisifs, les enfants, et
même les «scissionnaires», nom courtoisement donné aux voleurs,
aux vagabonds, aux mendiants de profession. Chaque passion devient
dès lors une source d'activité bienfaisante. Fourier prend, par
exemple, la gourmandise, qu'il regarde comme particulièrement féconde
et qu'il déclare être la mère de toute industrie: il prétend que,
pour satisfaire sa passion, le gourmand trouvera plaisir à faire la
cuisine, plus encore à cultiver le sol. Psychologie discutable, soit
dit en passant: on peut aimer à manger des fruits ou des légumes
délicats, sans être porté à se donner la peine de les apprêter et
surtout de les faire pousser. Y aura-t-il des goûts pour toutes
les occupations et dans la proportion convenable? Fourier répond
imperturbablement par son théorème des «attractions proportionnelles
aux destinées». L'homme doit trouver, dans sa nature même, quelque
chose qui l'attire vers tout ce qu'il est appelé à faire; autrement,
la logique divine serait en défaut. Cette loi s'appliquera même pour
les travaux immondes: se fondant sur le goût de malpropreté qu'il
a remarqué chez beaucoup d'enfants, l'organisateur du phalanstère
se flatte de leur faire accomplir par plaisir les besognes les
plus répugnantes, et il les fait opérer, vêtus de gaze aux tendres
couleurs et couronnés de roses; c'est la théorie des «petites
hordes», qui obtint, à son apparition, un certain succès de rire.

Les «petites hordes» sont surtout absurdes. Voici qui devient
odieux. En lâchant la bride à toutes les passions, Fourier ne fait
pas d'exception pour l'amour, ou plutôt pour la volupté charnelle.
Il n'interdit pas, sans doute, le mariage permanent à ceux qui ont
le goût du «familisme», mais il ne l'approuve ni ne l'encourage. La
famille lui paraît être le plus imparfait des groupes, par cette
raison, entre autres, qu'on ne peut changer de père et d'enfants,
tandis qu'on peut changer d'amants, d'amis ou d'associés. Il préfère
donc de beaucoup la liberté amoureuse, la promiscuité des sexes,
qui sera le régime ordinaire du phalanstère. Il aime à s'étendre
sur ce sujet. Tout est prévu, classé, dénommé avec un sang-froid
d'impudeur, une sorte d'inconscience lubrique dont j'aurais quelque
embarras à apporter ici des spécimens. Ne vous inquiétez pas de ce
que deviendront les petits enfants: Fourier n'a jamais vu en eux
que des objets malpropres et incommodes, et il les laisse sous la
surveillance des bonnes, dans les «séristères». D'ailleurs, il compte
sur la stérilité, qui est la conséquence ordinaire de la débauche,
et voit même là un frein bienfaisant au développement excessif de la
population. Quant au bonheur des individus, le cynique réformateur
déclare, d'un ton pénétré, que les plaisirs d'une Laïs, d'une Ninon
ou d'un duc de Richelieu ne peuvent en donner l'idée, et il évoque
les souvenirs du Parc-aux-Cerfs, auquel il s'étonne qu'on ait trouvé
à redire.

Fourier estime qu'il suffira d'une «épreuve locale» de son système
pour que l'attrait entraîne le reste des hommes et pour qu'au bout
de deux ou trois ans toutes les populations du globe se soient
organisées d'elles-mêmes en six cent mille phalanstères. Alors
plus de patrie; le novateur goûte aussi peu le patriotisme que
le familisme. Les phalanstères se rapprocheront librement pour
constituer des centres provinciaux, des royaumes, des empires, puis
une métropole universelle qui sera construite sur le Bosphore. Les
titres de souveraineté s'échelonneront, depuis l'_unarque_, qui
commande à une phalange, jusqu'à l'_omniarque_, qui est l'empereur du
globe, en passant par le _duarque_, qui commande à quatre phalanges,
le _triarque_ à douze, le _tétrarque_ à quarante-huit. Commander est
du reste un mot impropre; tous les dignitaires sont élus, et chaque
membre du phalanstère n'est tenu d'obéir qu'à ses propres passions.
Quand cette organisation fonctionnera partout, le monde sera arrivé
à l'état d'_harmonie_. Les cinq mille ans qui se sont écoulés depuis
le commencement de la terre et pendant lesquels l'humanité a passé
successivement par les phases édénique, sauvage, patriarcale, barbare
et civilisée, ont été une période de malheurs et d'épreuves; vient
ensuite une période de prospérité qui durera soixante-dix mille ans,
et à laquelle succédera une dernière période de calamités, longue de
cinq mille ans.

Fourier ne ressent pas plus d'embarras à disposer du monde physique
que du monde moral et social. Il nous annonce gravement qu'au
jour où l'harmonie régnera par la vertu du phalanstère et de
l'attraction passionnelle, la nature se mettra à l'unisson des
progrès de l'humanité. La terre, qui n'a produit jusqu'à présent que
deux créations, sur dix-huit qu'elle doit successivement opérer,
redeviendra féconde: cette planète est en effet un être qui a deux
âmes, deux sexes, et qui procrée par la conjonction de son fluide
boréal et austral. Alors la mer se dessalera et deviendra une
boisson agréable, pareille à la limonade. Les orangers fleuriront
en Laponie, et les tropiques jouiront d'un climat tempéré. Des
«antibaleines» traîneront nos vaisseaux, et des «antilions» nous
transporteront avec une telle rapidité que, partis de Calais le
matin, nous déjeunerons à Paris, dînerons à Lyon et souperons à
Marseille. Mercure, ayant appris l'alphabet et les conjugaisons,
établira une espèce de télégraphe pour nous transmettre, en vingt
ou trente heures, des nouvelles de nos antipodes. Six lunes jeunes
et brillantes remplaceront la lune, morte de fièvre putride, qui
nous jette aujourd'hui quelques rayons décolorés. L'homme aura sept
pieds, vivra cent quarante-quatre ans, dont cent vingt ans d'exercice
actif en amour. Le genre humain sera porté au grand complet de trois
milliards, et il y aura habituellement sur le globe trente-sept
millions de poètes égaux à Homère, trente-sept millions de géomètres
égaux à Newton, et ainsi de tous les talents.

Contraste étrange! À le regarder par certains côtés, Fourier paraît
un esprit d'une réelle puissance, bien supérieur, en tout cas,
aux autres faiseurs de systèmes sociaux[92]; cependant, à chaque
page de ses oeuvres, on est choqué par quelque absurdité, par
quelque extravagance qui semble d'un fou. Il était personnellement
d'une probité délicate, désintéressé, simple, naïf, menait une
vie tranquille, sans désordre ou tout au moins sans scandale[93];
cependant nulle doctrine n'est plus immorale que la sienne; jamais
glorification et organisation plus éhontée de la débauche ne sont
sorties d'un cerveau humain. Qu'est-ce que ces nombreuses marques de
folie et cette large tache d'impureté, sinon le châtiment ordinaire
de l'orgueil humain quand il prétend refaire l'oeuvre de Dieu?

[Note 92: Certains de ses contemporains, même en dehors de ses
disciples, exagéraient même singulièrement cette puissance; Béranger
écrivait, le 25 mars 1837: «Fourier est bien certainement un génie
prodigieux, quoique incomplet.»]

[Note 93: Fourier n'avait rien cependant d'un ascète. D'après
certains renseignements, il aurait même eu un certain goût du vin et
des habitudes peu chastes; peut-être est-ce pour cela qu'il faisait,
dans le phalanstère, la part si large à la gourmandise et à la
liberté amoureuse. (Cf. un article publié par M. Auguste DUCOIN, dans
le _Correspondant_ du 25 janvier 1851, sous ce titre: _Particularités
inconnues sur quelques personnages des dix-huitième et dix-neuvième
siècles_.)]

Lorsqu'ils parurent,--en 1808, 1822 et 1829,--les livres de Fourier
n'eurent aucun retentissement. Les journaux ne firent même pas au
novateur l'honneur de le réfuter. Ce fut à peine si, plusieurs années
après sa première publication, il put compter deux disciples, d'abord
M. Muiron, chef de division à la préfecture de Besançon, ensuite
M. Victor Considérant, élève distingué de l'École polytechnique.
Triste de cet insuccès, il était réduit à vivre humblement et même
pauvrement[94]. Il n'eût pu publier ses livres en 1822 et en 1829,
si M. Muiron et quelques autres amis n'en avaient fait les frais.
Mais sa foi n'était pas ébranlée. Il suivait son idée, insensible et
comme étranger à tout le reste. Convaincu qu'un seul essai suffirait
à convertir le monde, il annonça qu'il attendrait, tous les jours, à
midi, l'homme riche qui voudrait lui confier un million afin de faire
les frais du premier phalanstère. Pendant dix ans, il ne manqua pas
un seul jour de rentrer chez lui, à l'heure indiquée, pour recevoir
ce visiteur attendu qui ne vint jamais.

[Note 94: «Que de fois, écrivait plus tard Heine, j'ai vu Fourier,
dans sa redingote grise et râpée, marcher rapidement le long des
piliers du Palais-Royal, les deux poches de son habit pesamment
chargées, de façon que de l'une s'avançait le goulot d'une bouteille
et de l'autre un long pain! Un de mes amis, qui me le montra la
première fois, me fit remarquer l'indigence de cet homme, réduit à
chercher lui-même sa boisson chez le marchand de vin et son pain chez
le boulanger.» (_Lutèce_, p. 377.)]

La révolution de Juillet ne changea d'abord rien à la situation de
Fourier. Le silence et l'ombre, dont il semblait ne pouvoir sortir,
contrastaient avec le bruit et l'éclat qui se faisaient autour
des saint-simoniens. Il assistait à la parade de ces derniers, en
spectateur ironique, dédaigneux et probablement aussi un peu jaloux.
«On ne conçoit pas, écrivait-il à M. Muiron, comment ces histrions
sacerdotaux peuvent se former une si nombreuse clientèle.» Et encore:
«Vous voulez que j'imite leur ton, leurs capucinades sentimentales.
C'est le ton des charlatans. Jamais je ne pourrai donner dans cette
jonglerie.» Ce fut cependant de ce côté que vint le coup de vent qui,
après plus de vingt ans d'attente, enfla pour la première fois ses
voiles. Lors du démembrement de l'école saint-simonienne, deux de
ses membres importants, M. J. Lechevalier et M. A. Transon, rebutés
par les doctrines d'Enfantin, mais non désabusés des chimères,
passèrent au fouriérisme et lui apportèrent une ardeur de propagande
que personne n'avait encore déployée à son service. M. Lechevalier
commença des leçons publiques, tandis que M. Transon publiait, dans
la _Revue encyclopédique_ de Pierre Leroux et de Jean Reynaud, un
résumé de la thèse phalanstérienne. Encouragés par ces accessions,
les fouriéristes de la veille se mirent aussi en mouvement. Le
maître lui-même fit des conférences à Paris; Considérant ouvrit
un cours à Metz; de nombreuses publications furent lancées dans
le public. Jamais tant de bruit ne s'était fait autour de cette
doctrine. Quelques mois après, en 1832, l'école se sentit assez
fortement constituée pour se donner un organe périodique qui s'appela
_le Phalanstère_ ou _la Réforme industrielle_. Bientôt même, grâce
au concours de M. Baudet-Dulary, député, un essai de colonisation
phalanstérienne fut tenté à Condé-sur-Hesgres, près de Rambouillet;
il échoua complètement. Quoique les adeptes expliquassent cet échec
par l'insuffisance des moyens, l'effet en fut fâcheux, et le crédit
du fouriérisme s'en trouva singulièrement ébranlé. D'ailleurs, la
lumière projetée sur les livres du chef de la secte avait pour
résultat de mettre en relief les immoralités et les extravagances
qui y pullulaient: les premières soulevaient un cri de réprobation,
les secondes un éclat de rire, plus redoutable encore. Vainement les
phalanstériens s'emportaient-ils contre ceux qui se scandalisaient
ou s'égayaient, vainement accablaient-ils les journaux de leurs
explications justificatives: le mouvement des adhésions s'arrêta;
plusieurs fidèles même s'éloignèrent, entre autres MM. Lechevalier et
Transon; ce dernier, d'une âme ardente, généreuse, compatissante aux
malheureux, devait trouver bientôt après, dans le catholicisme, la
vérité qu'il avait longtemps cherchée avec droiture auprès des faux
prophètes. Force fut, en 1834, d'interrompre la publication de la
_Réforme industrielle_.

Fourier, toutefois, tenait bon: ne fléchissant ni sous le sarcasme,
ni sous l'indignation, il anathématisait ce monde imbécile et
aveugle, exprimait son mépris pour ces «petits Français» incapables
de comprendre la vérité, flétrissait ses adversaires qu'il
classait sous vingt-huit catégories, et continuait à demander
imperturbablement le million dont il avait besoin pour fonder
son premier phalanstère. Traité toujours par ses disciples de
«révélateur», de «démiourgos du monde sociétaire», d'«architecte du
bonheur sur la terre», il morigénait ceux d'entre eux qui, par peur
du rire ou du scandale, voulaient faire quelques sacrifices au sens
commun ou au sens moral. «Je ne ferai pas de basses concessions»,
leur disait-il. Faut-il croire que la constance du maître rendit du
coeur aux disciples? Toujours est-il qu'en 1836 il se produisit comme
une reprise de la propagande fouriériste. La _Réforme industrielle_
reparut sous le titre de la _Phalange_; c'était Considérant qui
la dirigeait. Fourier ne put lui donner que quelques articles. Il
mourut, le 9 octobre 1837, à l'âge de soixante-cinq ans, entouré
de ses adeptes qui firent graver sur sa tombe ses deux maximes:
_Les attractions sont proportionnelles aux destinées_.--_La série
distribue les harmonies_.

Cette mort ne mit pas fin au fouriérisme, qui, débarrassé de
son bizarre fondateur, prit au contraire plus de développement
et s'organisa en une sorte de corporation sous la direction
de Considérant. Ce dernier, qui avait beaucoup plus de talent
d'exposition que Fourier, alla, de ville en ville, faire des
prédications de «phanérogamie» et d' «harmonie passionnelle». Des
hommes, dont quelques-uns ne manquaient pas de valeur, MM. Cantagrel,
Vidal, Toussenel, Laverdant, etc., concouraient à cet apostolat.
Grâce à la munificence d'un Anglais, la _Phalange_ put paraître trois
fois par semaine; bientôt même, l'école eut son journal quotidien,
la _Démocratie pacifique_. Sans abandonner l'ensemble de la doctrine
du maître, ses disciples en laissaient prudemment dans l'ombre les
parties les plus choquantes, pour s'attacher surtout à la thèse
économique; ils ne parlaient plus, du reste, d'une transformation
rapide et universelle, mais seulement d'un travail d'amélioration
successive. Fidèles, en cela, à l'esprit du fondateur de l'école, ils
prirent, surtout au début, grand soin de ne pas se confondre avec le
parti révolutionnaire, et se piquèrent d'être des «pacifiques», comme
le disait le titre même de leur journal. Aussi étaient-ils mal vus
des démocrates militants, qui leur reprochaient de «louvoyer dans
les eaux du monde officiel». Sur beaucoup de questions courantes,
ils parlaient comme les conservateurs. La vérité est qu'ils ne se
rattachaient à aucun parti. Ils affichaient un grand dédain de la
«comédie parlementaire» et se vantaient «d'avoir tué la politique».
Pour eux, il n'y avait qu'une question, la question sociale:
«L'organisation du travail, disaient-ils, la grande idée soulevée au
commencement du siècle par Fourier, emporte dans son tourbillon non
seulement ceux qui l'acceptent, mais encore ceux qui s'efforcent de
lutter contre elle.» Avec le temps, toutefois, ils tendirent à se
rapprocher de l'extrême gauche, sans se confondre avec elle, et, vers
la fin de la monarchie de Juillet, on les retrouvait presque toujours
faisant campagne contre M. Guizot.

En somme, après être resté pendant de longues années absolument
ignoré et impuissant, le fouriérisme finissait par prendre une place
relativement importante dans le mouvement intellectuel de ce temps.
Ses thèses étaient sans doute trop abstraites et trop compliquées
pour être comprises et goûtées des masses; la plupart de ses
adeptes étaient des bourgeois, des esprits d'une certaine culture;
quelques-uns, d'anciens élèves de l'École polytechnique. Mais si
ceux-là étaient peu nombreux qui acceptaient et professaient toute la
doctrine, on en retrouvait comme un reflet dans beaucoup d'esprits
dévoyés. Il n'était pas jusqu'à la littérature sur laquelle elle
ne fît sentir son action. Déjà l'on a eu occasion de signaler le
concours donné au socialisme par certains romanciers; concours très
efficace, car le roman pénétrait là où l'on se fût ennuyé d'un livre
abstrait; il arrivait à la raison par l'imagination, ce qui est, chez
beaucoup, le chemin le plus facile et le plus prompt; il donnait aux
chimères une apparence de vie. Parmi ces romanciers socialistes,
nul ne fut plus lu et n'exerça plus d'action qu'Eugène Süe. L'homme
et son oeuvre nous sont déjà connus[95]. Pour le moment, je veux
seulement noter que l'un de ses grands romans-feuilletons de cette
époque, les _Sept Péchés capitaux_, publié dans le _Constitutionnel_,
était la détestable mise en scène des pires théories de Fourier sur
la légitimité des passions. Politiquement, le fouriérisme a exercé
aussi une certaine influence, et cette influence a été mauvaise.
Bien que non populaire, il a contribué à développer dans le peuple
cette idée fausse et dangereuse que toute souffrance et tout mal
viennent de l'organisation défectueuse de la société, et qu'ils
disparaîtraient avec un simple changement de cette organisation.
En outre, si peu intelligibles que les subtilités de l'attraction
passionnelle fussent pour des natures grossières, celles-ci n'étaient
que trop disposées à en retenir ces assertions simples, que le devoir
n'existe pas, que toute passion est légitime et que la vie se résume
dans la recherche du plaisir. En tout cela, le fouriérisme faisait
oeuvre de décomposition sociale et morale, frayait la voie aux
révolutionnaires, dont il prétendait se distinguer, et assumait sa
part de responsabilité dans leurs méfaits.

[Note 95: Voir plus haut, p. 73 et suiv.]


IV

En étudiant le fouriérisme, le saint-simonisme et les autres écoles
prétendues pacifiques qui en dérivaient, nous avons retrouvé l'une
des origines du socialisme révolutionnaire. Cette origine n'est pas
la seule. Il en est une autre qui, pour être moins apparente, peut
cependant être reconnue: pour cela, il faut remonter jusqu'à Gracchus
Babeuf, qui prêchait hautement, sous le Directoire, l'abolition
de la propriété et le partage de toutes les terres, de toutes les
richesses. Cette filiation a échappé à la plupart des contemporains;
mais aujourd'hui l'on a la preuve que, des «égaux» de 1796 aux
socialistes de la fin de la monarchie de Juillet, la tradition s'est
continuée sans interruption. Un homme s'est trouvé, en effet, pour
la recevoir des mains de Babeuf, la garder avec une sorte de piété
sauvage et la transmettre aux générations nouvelles: c'est Buonarotti.

Né à Pise, en 1761, d'une famille qui prétendait descendre de
Michel-Ange, Philippe Buonarotti s'était jeté avec passion dans la
révolution française. Il prit part à la conspiration des «Égaux»,
fut condamné avec Babeuf et jeté en prison pendant que ce dernier
était exécuté. Sous la Restauration, on le retrouve à Bruxelles et
à Genève, fort engagé dans la Charbonnerie, servant de lien entre
les ventes françaises et les ventes italiennes. Il était resté
fidèle à la sinistre mémoire de son premier chef, et publia, en
1828, une _Histoire de la conspiration de Babeuf_, à laquelle il
joignit un exposé des doctrines communistes de ce personnage. Rentré
à Paris après 1830, il fit paraître une nouvelle édition de son
livre. Presque ignoré de la bourgeoisie régnante, pauvre, vivant de
quelques leçons de musique, recueilli, vers la fin de sa vie, par le
marquis Voyer d'Argenson, qui, avec Charles Teste, frère du futur
et trop fameux ministre, fut son plus dévoué partisan, il tenait,
dans le parti révolutionnaire, le rôle d'une sorte de patriarche du
fanatisme démagogique, souvent consulté et exerçant son action non
seulement en France, mais à l'étranger; la «jeune Italie» et Mazzini
relevaient de lui. À sa mort, survenue en 1837, M. Trélat publia
une notice enthousiaste: «La vie de Buonarotti, disait-il, s'est
prolongée soixante-dix-sept ans, sans qu'on y ait découvert aucune
tache[96].» Un peu plus tard, au cours de son _Histoire de dix ans_,
M. Louis Blanc faisait un éloge non moins ému de l'ancien complice de
Babeuf, le comparait «aux sages de l'ancienne Grèce» et proclamait
que ses opinions étaient «d'origine céleste»; puis il le montrait,
«du fond de son obscurité, gouvernant de généreux esprits, faisant
mouvoir des ressorts cachés, entretenant avec la démocratie du
dehors des relations assidues, et tenant les rênes de la propagande,
qu'il fallût soit accélérer le mouvement, soit le ralentir[97]». Les
honneurs rendus par les initiés à la mémoire du vieux conspirateur
communiste se sont prolongés jusqu'à nos jours; en 1869, M. Ranc a
donné une nouvelle édition de l'_Histoire de la conspiration de
Babeuf_; dans sa préface, il insiste sur l'influence considérable de
Buonarotti: «C'est grâce aux babouvistes, dit-il, que, pendant le
premier Empire et la Restauration, la tradition révolutionnaire n'a
pas été un seul instant interrompue, et que, dès les premiers jours
de 1830, le parti républicain s'est trouvé reconstitué[98].»

[Note 96: Cette brochure, imprimée à Épinal, parut en juin 1838.]

[Note 97: _Histoire de dix ans_, t. IV, p. 183, 184.]

[Note 98: _Gracchus Babeuf et la conjuration des Égaux_, par
BUONAROTTI, préface par RANC, 1869.--Dans cette préface, M. Ranc
présente la conjuration de Babeuf comme le dernier effort tenté par
les républicains pour enrayer la contre-révolution; il admire le
plan du comité insurrectionnel de 1796 et les mesures qu'il avait
préparées pour «désarmer la bourgeoisie».]

Buonarotti usa naturellement de son autorité sur le parti
démocratique, pour y propager ses idées communistes. Son livre, à
peu près le seul de ce genre qui existât dans les premières années
de la monarchie de Juillet, se lisait dans les ateliers, et les
ouvriers s'y infectaient de «babouvisme». C'est évidemment sous son
influence que, peu après 1830, les idées socialistes ont pénétré dans
les sociétés secrètes et y ont pris, d'année en année, une place
plus large. On les a vues apparaître, dès la fin de 1833, chez les
sectionnaires des _Droits de l'homme_, qui pourtant étaient surtout
des agitateurs politiques et des doctrinaires républicains[99]. Elles
furent plus visibles encore dans la société des _Familles_ et dans
celle des _Saisons_, sous l'inspiration de Blanqui et de Barbès[100];
le journal _l'Homme libre_, qui fut, en 1838, l'organe clandestin de
la seconde de ces associations, était absolument babouviste. En même
temps, des journaux révolutionnaires, comme le _Bon Sens_, rédigé
par MM. Cauchois-Lemaire, Rodde et Louis Blanc, ouvraient une porte
plus ou moins large aux élucubrations antisociales. Certaines petites
feuilles, l'_Égalité_ et l'_Intelligence_, ne renfermaient pas autre
chose.

[Note 99: Voy. notamment, en octobre 1833, la «Déclaration» de la
Société des droits de l'homme. (Cf. plus haut, t. II, ch. X, § I.)]

[Note 100: Cf. plus haut, t. III, ch. I, § V, et ch. V, § V.]

Ce fut surtout après l'émeute avortée du 12 mai, vers la fin de 1839
et en 1840, que se produisit, dans les bas-fonds révolutionnaires,
une sorte de fermentation communiste. Les sectes se multiplièrent:
_égalitaires_, _communistes_, _révolutionnaires_, _fraternitaires_,
_communitaires_, _communautistes_, _unitaires_, etc. Comme on
redoutait que cette variété ne nuisît à la puissance de l'action,
un certain nombre de meneurs se réunirent à Londres, en novembre
1839, pour arrêter un programme commun[101]. On avait choisi une
ville étrangère, par crainte de la police parisienne. Un rapport fut
rédigé «sur les moyens à prendre pour mettre la France dans une voie
révolutionnaire, le lendemain d'une insurrection victorieuse». Le
premier acte devait être la constitution d'un triumvirat dictatorial
nommé, non par la majorité du peuple, «qui pourrait se tromper»,
mais par les «auteurs de l'insurrection». Ce triumvirat décrétera,
entre autres mesures, la suspension de l'exportation des grains,
le maximum sur les denrées alimentaires et le droit de tout homme
à l'existence. Le gouvernement «se fera, au profit de la nation,
premier manufacturier, directeur suprême de toutes les industries»;
il aura des magasins pour vendre ses produits et créera des ateliers
nationaux. Les enfants, à partir de cinq ans, seront enlevés à leurs
parents et livrés au gouvernement, pour que celui-ci «leur inculque
les bons principes». Tout auteur d'un livre ou d'un article de
journal tendant à rétablir l'ancien ordre de choses sera condamné
comme contre-révolutionnaire. Quant aux dépenses publiques, on y
fera face par les moyens suivants: émission de papier-monnaie;
séquestration des biens appartenant aux familles des individus qui
ont participé aux actes gouvernementaux depuis 1793; capitalisation
de l'impôt dans certains cas; abolition de l'hérédité des fortunes en
ligne collatérale; attribution à l'État de la quotité disponible dans
les héritages en ligne directe. Ce rapport, dont je ne fais connaître
qu'incomplètement les odieuses extravagances, fut imprimé à Londres
et distribué aux délégués, qui s'ajournèrent au mois de septembre
1840 pour prendre une décision. Ils se retrouvèrent en effet réunis
à cette date et, après délibération, adoptèrent à l'unanimité les
conclusions du rapport.

[Note 101: Les renseignements qui suivent sont empruntés au curieux
livre de M. Maxime DU CAMP sur l'_Attentat Fieschi_, p. 276 et suiv.]

Tout en s'organisant ainsi dans l'ombre, les communistes
s'enhardissaient à faire des manifestations publiques; tel fut, le
1er juillet 1840, le banquet de Belleville, dont il a été parlé[102].
Des publications de toutes sortes[103], de petits journaux, peu
connus du monde bourgeois, mais ayant accès dans les ateliers,
notamment la _Fraternité_, fondée en 1845, répandaient leurs
doctrines et surtout leurs haines dans les centres industriels.
De nombreux ouvriers s'improvisaient apôtres du communisme auprès
de leurs camarades. «Je connais personnellement à Lyon et dans la
banlieue, écrivait Proudhon en 1844, plus de deux cents de ces
apôtres qui tous font la mission en travaillant... Tout cela,
vous pouvez m'en croire, aboutira à quelque chose, et le mouvement
n'est pas près de se ralentir; il y a progrès, et progrès effrayant
au contraire.[104]» Ces prédicateurs trouvaient facilement des
auditeurs. «La propagande du communisme, observait alors Henri
Heine, possède un langage que chaque peuple comprend: les éléments
de cette langue universelle sont aussi simples que la faim, l'envie,
la mort. Cela s'apprend facilement[105].» Par moments, les passions
ainsi surchauffées dans les bas-fonds sociaux faisaient explosion au
dehors. Tel avait été, à la fin de 1841, l'attentat de Quénisset,
oeuvre de la secte des _Égalitaires_[106]. Plusieurs années après,
un procès criminel révélait l'existence d'une autre secte, fondée
en juillet 1846, celle des _Communistes matérialistes_: ceux-ci,
ouvriers de leur état, avaient décidé de détruire le gouvernement
et la société, non par l'insurrection ouverte, mais en se servant
des moyens nouveaux fournis par la physique et la chimie; pour se
procurer l'argent nécessaire, ils étaient convenus de recourir au
vol, estimant que le vol commis en vue de l'affranchissement de
l'humanité était licite. Ce fut à l'occasion d'un de ces vols qu'ils
furent poursuivis et condamnés[107]. Quelques rares observateurs
jetaient les yeux, de temps à autre, sur ce travail souterrain et
en étaient épouvantés: de ce nombre était Henri Heine, qui revenait
souvent sur ce sujet, dans ses lettres à la _Gazette d'Augsbourg_. Il
ne se lassait pas de signaler «cet antagoniste de l'ordre existant,
qui garde son terrible incognito et qui réside, comme un prétendant
nécessiteux, dans les sous-sols de la société officielle»; puis il
ajoutait: «Communisme est le nom secret de cet adversaire formidable
qui oppose le règne des prolétaires, dans toutes ses conséquences, au
règne actuel de la bourgeoisie. Ce sera un épouvantable duel. Comment
se terminera-t-il? C'est ce que savent les dieux et déesses dont la
main pétrit l'avenir. Pour notre part, nous savons seulement que le
communisme, bien qu'il soit peu discuté à présent et qu'il traîne son
existence souffreteuse dans des mansardes cachées, sur sa couche de
paille misérable, est pourtant le sombre héros à qui il est réservé
un rôle énorme, quoique passager, dans la tragédie moderne, et qui
n'attend que la réplique pour entrer en scène[108].»

[Note 102: Voir plus haut, t. IV, ch. II, § IX.]

[Note 103: Tels furent par exemple le _Code de la communauté_,
par M. DESAMY, les écrits divers de M. J.-J. May, rédacteur de
l'_Humanitaire_, de M. Pillot, ancien collaborateur de l'abbé Châtel,
de M. Constant, prêtre apostat, etc.]

[Note 104: _Correspondance de Proudhon_, t. II, p. 136.]

[Note 105: _Lutèce_, p. 211.]

[Note 106: Voir plus haut, t. V, ch. I, § II et III.]

[Note 107: Juillet 1847.]

[Note 108: _Lutèce_, p. 258. Cf. aussi p. 209, 211, 366, 367.]


V

L'agitation communiste dont nous venons de parler était à peu près
anonyme. Les publications, assez nombreuses à partir de 1839, dans
lesquelles des écrivains déclassés ou même de simples ouvriers
traçaient le plan d'une société idéale où tout serait partagé sous
la surveillance de l'État, demeuraient ignorées en dehors d'un petit
cercle; elles témoignaient de la fermentation des esprits plutôt
qu'elles n'exerçaient elles-mêmes une action étendue. Il est un
livre cependant qui, sans être plus éloquent ni plus original que les
autres, s'est trouvé avoir trop de retentissement, et a contribué
trop efficacement à populariser le communisme, pour qu'on ne fasse
pas à l'oeuvre et à son auteur une place à part: nous voulons parler
du _Voyage en Icarie_, publié en 1840 par M. Cabet.

À cette date, Étienne Cabet était âgé de cinquante-deux ans; figure
ronde et béate, expression vulgaire avec affectation de sensibilité
philanthropique; faux bonhomme, rusé, égoïste, et qui, avant de
prendre, par calcul, ce masque paterne, avait été l'un des violents
du parti révolutionnaire. Fils d'un tonnelier de Dijon, il fit
ses études comme boursier, puis, devenu avocat, il joua, sous la
Restauration, un rôle actif dans les sociétés secrètes. Ce lui fut
un titre suffisant, en août 1830, pour que M. Dupont de l'Eure
l'envoyât d'emblée procureur général à Bastia; mais l'exagération
de ses opinions le fit révoquer par le ministère Périer; il en
garda une amère rancune au gouvernement de Juillet. Nommé député
par les électeurs de la Côte-d'Or, il siégea à l'extrême gauche,
fonda le journal _le Populaire_ et publia divers pamphlets contre la
monarchie. Ses excès de plume lui attirèrent plusieurs poursuites et,
en 1834, une condamnation à deux ans de prison. Il se réfugia alors
en Angleterre, où il resta jusqu'en 1839. Ce fut là, en lisant Thomas
Morus et en causant avec Owen, qu'il résolut de se faire socialiste,
communiste même, et qu'il composa son _Voyage en Icarie_. Il en avait
terminé le manuscrit dès le commencement de 1838; mais, rendu prudent
par ses premières mésaventures judiciaires, il consulta ses amis,
entre autres Lamennais, pour savoir si un tel livre ne l'exposerait
pas à des poursuites. Il en retarda la publication jusqu'en janvier
1840, et encore, à cette époque, le fit-il paraître d'abord sans
bruit et sous le pseudonyme de Dufruit. Ce ne fut qu'aux éditions
suivantes qu'il osa le signer de son nom.

Le _Voyage en Icarie_ est une sorte de roman, ce qui permet à
l'auteur d'en prendre à son aise avec les réalités et lui rend
faciles les affirmations les plus arbitraires. Voici la fable:
Un jeune Anglais, lord Carisdall, se rend, en décembre 1835, dans
l'Icarie, où la société est organisée selon les idées de Cabet, et
où, par suite, tout le monde est aussi heureux que vertueux. Les
honneurs de ce pays sont faits au voyageur par un jeune homme dont le
grand-père, un ancien duc, avait été le compagnon du charretier Icar,
fondateur de l'Icarie; le père de ce même jeune homme, autrefois
magistrat éminent, est serrurier de son état, et sa soeur, après
avoir reçu la plus brillante éducation, exerce la profession de
couturière. N'est-ce pas un coup de maître, pour gagner le coeur des
ouvriers, que de débuter ainsi en ramenant à leur niveau et en mêlant
à leurs rangs les aristocrates de la naissance et de l'éducation? En
Icarie, les biens sont communs; l'État possède tout le capital social
et en répartit les revenus entre les membres de la société, non plus
même suivant la capacité, comme le voulaient les saint-simoniens,
mais suivant les besoins de chacun; il loge, habille, nourrit tous
les citoyens; la table est même fort recherchée, ce qui ne devait pas
être la moins efficace des séductions à l'adresse des affamés[109].
Chacun travaille, mais, comme dans le phalanstère, le travail est
attrayant et, grâce à des machines merveilleuses, ne dure que cinq ou
six heures par jour. N'objectez pas que l'absence d'intérêt personnel
produira, comme toujours, la paresse. L'auteur affirme que nul ne se
refusera à travailler, du moment où l'oisiveté sera, en Icarie, aussi
infâme qu'ailleurs le vol. Tout est réglé par l'autorité, le lever,
le coucher, le travail, les repas, le silence, les conversations,
les chants, les récréations. Personne qui ne reçoive sa tâche, aussi
bien le savant et l'artiste que les manoeuvres. On ne peut écrire de
livres nouveaux qu'avec la permission ou plutôt sur la commande du
gouvernement; quant à ceux des livres anciens que le pouvoir juge
dangereux, ils sont brûlés. Ni juges, ni avocats, ni gendarmes, dans
cette société d'où, paraît-il, les mauvaises passions de l'homme ont
été extirpées en même temps que la propriété. Si, par impossible,
un crime était commis, l'auteur en serait enfermé dans une maison
de santé, car ce ne pourrait être qu'un fou. Il semblerait que ce
communisme dût aboutir à la promiscuité des sexes; Cabet conserve
cependant la famille, et nous affirme même qu'en Icarie elle sera
garantie contre toute impureté, contre toute faiblesse. Cette sorte
d'inconséquence venait-elle d'un scrupule de pudeur? N'était-elle
pas plutôt un calcul de prudence? En effet, à ceux de ses disciples
qui, plus logiques, concluaient à la communauté des femmes, le
maître se bornait à répondre qu'ils s'exposeraient ainsi à être
poursuivis comme les saint-simoniens, et que c'était déjà bien assez
de s'attaquer à la propriété, sans se mettre, au même moment, sur les
bras les défenseurs de la famille. Il semblait donc arrêté surtout
par une considération d'opportunité.

[Note 109: «Tu vois donc, mon pauvre ami, écrit un Icarien, que le
gouvernement fait ici bien autre chose que notre monarchie; tandis
que la royauté fait tant de bruit pour un bon roi qui voulait que
chaque paysan pût mettre la _poule au pot le dimanche_, la république
donne ici, sans rien dire, à tous et tous les jours, tout ce qui ne
se voit ailleurs que sur la table des aristocrates et des rois.»]

Cabet se défend de vouloir imposer son régime par la violence. En
attendant que les peuples séduits aient fait du monde une vaste
Icarie, il veut bien indiquer les mesures transitoires par lesquelles
on peut s'acheminer vers cette transformation: suppression de
l'armée; prélèvement de cinq cents millions sur le budget pour
entretenir des ateliers nationaux et payer le logement des pauvres;
fixation par l'État du salaire des ouvriers et du prix des objets de
consommation, impôt progressif sur la richesse et le superflu.

Le système icarien ne tient aucun compte des conditions de la nature
humaine ni des plus simples exigences du bon sens; il n'est du reste
pas plus agréable pour une imagination délicate que satisfaisant
pour une raison droite; mais la nullité, la platitude, l'absurdité,
le ridicule même ne sont pas des motifs d'insuccès auprès du
vulgaire. Dans l'oeuvre de Cabet, tout était combiné, avec une
certaine adresse subalterne, pour caresser et séduire la convoitise,
l'amour-propre, la jalousie des pauvres gens. Cette vision de
vie facile et plantureuse, présentée comme une réalité vivante,
touchait ceux qui peinaient, mieux que n'eussent pu le faire les
raisonnements les plus rigoureux ou les plus ingénieuses inventions.
Ajoutez un certain ton de sensibilité dont la naïveté populaire était
facilement dupe. Aussi le succès fut-il considérable. Le législateur
de l'Icarie devint, dans une partie du monde ouvrier, l'objet d'une
sorte de dévotion attendrie; traité de _père_ par ses adeptes, il
recevait des députations d'hommes et de femmes venant lui apporter
d'immenses bouquets. Ce rôle d'idole plaisait à son égoïsme et à
son orgueil. Ignorant tout ce qui n'était pas lui, il souriait avec
une bienveillance dédaigneuse, quand quelqu'un lui parlait d'autre
chose que de ses ouvrages. On ne saurait d'ailleurs lui refuser une
certaine habileté d'organisation et de propagande. D'une fécondité
égale à sa médiocrité, il multipliait les brochures, toutes roulant
sur les doctrines icariennes, promettant le même bonheur et la même
égalité; c'était généralement un dialogue où son partisan, maître
Pierre, confondait maître Jacques, son adversaire, le tout avec
accompagnement de lettres dans lesquelles des correspondants inconnus
ou supposés témoignaient de leur admiration et de leur vénération
pour le réformateur. Il avait trouvé moyen de se créer une armée de
courtiers fanatiques qui s'en allaient placer ses brochures dans
les ateliers de Paris et de province, au profit de ses idées et
de sa bourse. Ainsi se formèrent des centres «icariens» à Lyon, à
Toulouse, à Marseille, à Limoges, à Mulhouse, à Saint-Quentin et
dans d'autres villes industrielles. Si bien qu'au lendemain de la
révolution de 1848, Cabet est apparu comme une des puissances avec
lesquelles le gouvernement provisoire était obligé de compter. Quelle
plus saisissante preuve de son crédit que la douloureuse odyssée de
ces centaines d'ouvriers et d'ouvrières qui sont partis alors, sur
la foi de sa parole, pour les solitudes du Texas, afin d'y chercher
cette Icarie dont le mirage avait séduit et allumé leurs grossières
imaginations! Qui peut même affirmer que ces malheureux seront
désabusés, quand, après le plus lamentable des avortements, ils
reviendront décimés, déguenillés et décharnés?


VI

Ce fut en 1840, quelques mois après la publication du _Voyage en
Icarie_, que Louis Blanc fit paraître sa brochure sur l'_Organisation
du travail_: il n'avait pas encore trente ans. Il était né en 1811,
à Madrid, où son père remplissait les fonctions d'inspecteur des
finances du roi Joseph; sa mère était une Pozzo di Borgo, d'une
distinction rare et d'une vive piété; son grand-père maternel,
royaliste ardent, avait été guillotiné pendant la Terreur. La chute
de Napoléon priva le père de Louis Blanc de sa place et laissa sa
famille dans la gêne. Toutefois, en souvenir de l'aïeul, Louis XVIII
accorda une pension à l'ancien fonctionnaire impérial et des bourses
de collège à ses deux fils. Ceux-ci, ayant terminé leurs études et
perdu leur mère, étaient en route pour chercher fortune à Paris,
quand éclata la révolution de 1830[110]. Cet événement les priva de
la pension faite à leur père: ce n'était plus seulement la gêne,
c'était la misère, d'autant que, sous ce coup, M. Blanc, déjà malade
et assombri, vit sa raison s'égarer. Voilà donc Louis, à dix-neuf
ans, cherchant péniblement un gagne-pain, en compagnie de son frère
cadet. Tour à tour copiste, clerc d'avoué, répétiteur, frappant à
des portes qui ne s'ouvraient pas toujours, non seulement il était
entravé dans son ambition, mais n'avait pas chaque soir de quoi
manger: dénuement que le contraste lui faisait ressentir plus encore,
quand, invité par un parent riche, et dissimulant sa pauvreté, il se
retrouvait, pour quelques heures, dans ce monde élégant où le sort
l'avait fait naître[111]. Que d'amertumes s'amassèrent alors dans
cette âme, énergique sans doute, tenace, mais orgueilleuse, haineuse,
jalouse! Que de serments d'Annibal contre la société à laquelle le
jeune homme s'en prenait de ses privations et de ses humiliations!
Lui-même a dit plus tard, en 1848, dans une de ses conférences du
Luxembourg: «Si je n'ai pas été ouvrier comme Albert et comme vous,
j'ai subi de votre existence tout ce qu'elle peut contenir de plus
amer. Moi aussi, j'ai été pauvre, j'ai vécu à la sueur de mon front;
dès mes premiers pas dans le monde, j'ai porté le fardeau d'un ordre
social inique, et c'est alors que, devant Dieu, devant ma conscience,
j'ai pris l'engagement, si je cessais un jour d'être malheureux, de
ne jamais oublier ce qui a fait le malheur d'un si grand nombre de
mes frères.»

[Note 110: Voir, sur ces premières années de M. Louis Blanc, le
brillant discours prononcé par M. Pailleron, lors de sa réception à
l'Académie française. Le spirituel académicien remplaçait M. Charles
Blanc.]

[Note 111: On a raconté comment, à bout de ressources, Louis Blanc
s'était décidé à réclamer l'appui du général Pozzo di Borgo, parent
de sa mère. L'accueil fut plein de politesse. Le général interrogea
le jeune homme sur son avenir, promit son appui, puis, quand il
estima que l'entretien s'était suffisamment prolongé, il sonna
et donna à demi-voix un ordre à son valet de chambre. Celui-ci,
au bout de peu d'instants, rentra, tenant à la main une bourse
convenablement garnie. Louis Blanc, déjà assez mal à l'aise de sa
démarche, fut fort irrité du procédé, repoussa la bourse avec colère
et quitta brusquement le général. Cette version est du moins celle
qui circulait dans le monde démocratique. (STERN, _Histoire de la
révolution de 1848_, t. II, p. 42, 43.)]

Aux souffrances de la pauvreté s'ajoutait, pour le jeune Louis Blanc,
la mortification, peut-être plus douloureuse encore, de sa petite
taille; il avait un aspect si enfantin que, même plus tard, tous ceux
qui le voyaient pour la première fois lui donnaient douze ou treize
ans[112] et le traitaient en conséquence, les hommes ne le prenant
pas au sérieux et les femmes riant de ses velléités galantes. En
quête d'une place, il fut conduit, un matin, par M. Flaugergues, chez
le duc Decazes, grand référendaire de la Chambre des pairs; celui-ci
était assis sur son lit, lisant un journal. M. Flaugergues, après les
formalités d'usage, recommanda son protégé au duc, qui, se tournant
vers Louis Blanc, le frappa légèrement sur la joue: «Eh bien,
dit-il, nous verrons ce qu'on peut faire pour ce petit garçon.» «Je
sortis et ne le revis plus», racontait, longtemps après, Louis Blanc
encore tout mortifié de cette scène; et il ajoutait, en savourant
sa vengeance: «Étrange moquerie du destin! Le 1er mars 1848, il
était donné à ce petit garçon de coucher dans le lit où il avait vu
le duc assis, plusieurs années auparavant, et que le duc venait de
quitter[113].»

[Note 112: Henri Heine écrivait, le 6 novembre 1840: «M. Louis Blanc
est un homme encore jeune, de trente ans tout au plus, quoique,
d'après son extérieur, il semble un petit garçon de treize ans. En
effet, sa taille on ne peut plus minime, sa petite figure fraîche et
imberbe, ainsi que sa voix claire et fluette qui paraît n'être pas
encore formée, lui donnent l'air d'un gentil petit garçon échappé
à peine de la troisième classe d'un collège, et portant encore
l'habit de sa première communion.» (_Lutèce_, p. 138.) À la même
époque, M. Nettement, se trouvant chez M. Laffitte, à une réunion
de journalistes de l'opposition, et voyant un jeune garçon à côté
du maître de la maison, s'étonnait que celui-ci eût gardé auprès de
lui son petit-fils, pour lui faire prendre une leçon de politique.
Ce jeune garçon était M. Louis Blanc, déjà important dans la presse
républicaine. (_Histoire de la littérature pendant la monarchie de
Juillet_, t. II, p. 475.)]

[Note 113: _Histoire de la révolution de 1848_, par M. Louis BLANC,
t. I, ch. VIII.]

Bientôt, cependant, l'horizon s'éclaircit devant Louis Blanc. Il
trouva une place de précepteur chez un fabricant d'Arras, et fit
ses débuts de journaliste dans la feuille radicale de cette ville.
Revenu à Paris en 1834, il collabora au _Bon Sens_, au _National_, au
_Monde_, se fit remarquer par Carrel, se lia avec Godefroy Cavaignac,
et acquit assez d'importance pour devenir, le 1er janvier 1837,--il
n'avait alors que vingt-cinq ans,--rédacteur en chef du _Bon Sens_;
puis, ce journal ayant disparu en 1838, il fonda et diriga la _Revue
du progrès_, dans laquelle écrivirent Félix Pyat, Étienne Arago, E.
Duclerc, Dupont l'avocat, Godefroy Cavaignac, Dornès, Mazzini, etc...
Aussi Henri Heine pouvait-il dire de lui, en 1840, qu'il était
«une des notabilités du parti républicain», et il ajoutait: «Je lui
crois un grand avenir, et il jouera un rôle, ne fût-ce qu'un rôle
éphémère; il est fait pour être le grand homme des petits, qui sont
à même d'en porter un pareil avec facilité sur leurs épaules[114].»
Son talent était déjà ce qu'on l'a connu depuis, plus d'un rhéteur
que d'un homme politique. La phrase était bien faite, soignée,
d'allure noble et solennelle, non sans élégance, ni même parfois
sans une certaine éloquence sentimentale qui rappelait le dernier
siècle, mais un peu monotone, manquant de relief, d'imprévu et de
jeunesse. Il tenait beaucoup de Rousseau pour la forme et le fond.
Fort occupé et fort soigneux de son succès, attentif à flatter le
peuple et à se faire en même temps, auprès des délicats, le renom
d'un lettré, habile surtout à se ménager des appuis dans les journaux
démocratiques de toute nuance, il savait, au besoin, se faire modeste
et doucereux, tout en demeurant au fond très dédaigneux et très
personnel[115].

[Note 114: _Lutèce_, p. 140.]

[Note 115: C'est encore Henri Heine qui écrivait, en 1840: «Ce tribun
imberbe donne cependant à sa réputation de grand patriote, à sa
popularité, les mêmes petits soins que ses rivaux donnent à leurs
moustaches; il la soigne on ne peut plus, il la frotte, la tond, la
frise, la dresse et la redresse, et il courtise le moindre bambin de
journaliste qui peut faire insérer dans une feuille quelques lignes
de réclame en sa faveur.» (_Lutèce_, p. 141.)]

En entrant dans la presse, Louis Blanc s'était engagé dans le parti
républicain extrême, se posant en radical, en jacobin, nullement
libéral et faisant ses dévotions à Robespierre. Mais, bien qu'il
parût alors principalement préoccupé de poursuivre une révolution
politique, il se distinguait de la plupart des hommes à côté desquels
il écrivait, par un accent et un tour d'idées socialistes. Avec le
temps, ce caractère devint de plus en plus marqué, et fut tout à fait
dominant dans les articles de la _Revue du progrès_. Il n'était pas
jusqu'à l'_Histoire de dix ans_, parue en 1840, où ne se trahît le
parti pris de changer la société: sans doute, ce pamphlet historique
était avant tout une machine de guerre contre la monarchie de
Juillet; mais derrière cette monarchie l'écrivain poursuivait, avec
une singulière âpreté de haine et de dénigrement, la bourgeoisie,
envisagée comme la personnification des idées économiques régnantes,
de la concurrence, du laisser-faire, du crédit individuel, de la
féodalité financière, de l'«individualisme», de toutes ces «doctrines
sans entrailles» qui ne songent qu'«à augmenter la masse des biens,
sans tenir compte de leur répartition», qui «éloignent l'intervention
de tout pouvoir tutélaire dans l'industrie», qui «protègent le fort
et laissent l'existence du faible à la merci du hasard[116]».

[Note 116: _Passim_ dans l'introduction de l'_Histoire de dix ans_.]

Ce fut surtout par sa brochure sur l'_Organisation du travail_,
publiée en septembre 1840[117], que Louis Blanc prit rang parmi
les théoriciens du socialisme. L'auteur débutait par poser vivement
cette question: «Le pauvre est-il un membre ou un ennemi de la
société? Qu'on réponde. Il trouve, tout autour de lui, le sol occupé.
Peut-il semer la terre pour son propre compte? Non, parce que le
droit de premier occupant est devenu droit de propriété. Peut-il
cueillir les fruits que la main de Dieu fait mûrir sur le passage
des hommes? Non, parce que, de même que le sol, les fruits ont été
appropriés.» Louis Blanc poursuivait ses interrogations; il montrait
le pauvre ne pouvant pas même tendre la main ou s'endormir sur le
pavé des rues, parce qu'il y a des lois contre la mendicité ou le
vagabondage; puis il ajoutait: «Que fera donc ce malheureux? Il vous
dira: «--J'ai des bras, j'ai une intelligence... Tenez, prenez tout
cela, et en échange, donnez-moi un peu de pain.» C'est ce que font
et disent aujourd'hui les prolétaires. Mais, ici même, vous pouvez
répondre au pauvre: «--Je n'ai pas de travail à vous donner.» Que
voulez-vous qu'il fasse alors? Vous voyez bien qu'il ne lui reste
plus que deux partis à prendre: se tuer ou vous tuer.» L'auteur
concluait que l'État devait «assurer du travail au pauvre»; non
que cette conclusion lui parût satisfaire pleinement aux exigences
de la «justice»; il faudrait davantage pour établir véritablement
«le règne de la fraternité»; mais du moins, ce travail une fois
assuré, «la révolte ne serait plus rendue nécessaire». Ce résultat,
si modeste qu'il fût, Louis Blanc constatait qu'il n'était pas
atteint. Pourquoi? À cause de la concurrence; là est, selon lui,
tout le mal, le vice capital de l'organisation sociale. La liberté
du travail n'est qu'un mensonge: elle aboutit à une guerre sauvage,
non seulement entre le capital et le travail, mais entre le travail
et le travail, entre le capital et le capital; elle amène, par
suite, la baisse continue des salaires, l'écrasement des faibles,
l'asservissement des pauvres et la constitution d'une féodalité
industrielle. Suivait un tableau tragique des misères du prolétariat
ouvrier, des vices et des crimes qui en sont la conséquence, de la
famille dissoute, de l'enfance atrophiée et pervertie, etc. Que tout
fût imaginaire dans ce tableau, nul ne pourrait l'affirmer; mais
l'auteur exagérait violemment le désordre, envenimait et exaspérait
perfidement les souffrances; et puis, n'était-il pas arbitraire
d'imputer à la seule concurrence un mal qui avait beaucoup d'autres
causes économiques et surtout morales?

[Note 117: On a souvent imprimé que cette brochure avait été publiée
en 1839. C'est une erreur. La première ébauche du travail parut
sous forme d'article, dans la livraison d'août 1840 de la _Revue du
progrès_. Ce furent les grèves survenues au commencement de septembre
qui donnèrent à Louis Blanc l'idée de transformer cet article de
revue en une brochure de propagande.]

Où Louis Blanc cherchait-il le remède? Tout d'abord, resté factieux
en devenant utopiste, il combattait ceux qui, comme les fouriéristes
et les saint-simoniens, se bornaient à rêver le changement de la
société sans vouloir bouleverser le gouvernement. Pour lui, si
la révolution sociale est le but final, la révolution politique
est le moyen nécessaire. L'émancipation du prolétariat lui paraît
d'ailleurs une oeuvre trop compliquée pour s'accomplir par des
efforts individuels. Il y faut appliquer «la toute-puissance de
l'État». Donc les prolétaires doivent commencer par s'emparer du
pouvoir. «Prenez-le pour instrument, leur dit-il, sous peine de le
rencontrer comme obstacle.» Cet État, dont Louis Blanc ne craint
pas de développer sans mesure l'autorité et l'intervention, sera
«le régulateur suprême de la production»; à lui de prévenir les
crises qui naissent de la libre concurrence. Comment, d'après quels
principes, sur quelles données? L'auteur néglige de l'indiquer.
L'État doit être en outre le «banquier des pauvres» et leur «fournir
les instruments de travail». Sur ce point, Louis Blanc veut bien
préciser son système. Le gouvernement fera un grand emprunt dont le
produit servira à créer des «ateliers sociaux» affectés aux diverses
branches de l'industrie. Les statuts de ces ateliers, rédigés par
les pouvoirs publics, auront force de loi. Les salaires y seront
égaux, par cette raison qu'ils doivent être réglés non d'après la
capacité ou les oeuvres, mais d'après les besoins. Il paraît que
le vieux mobile de l'intérêt personnel sera heureusement remplacé,
chez l'ouvrier émancipé, par le sentiment de l'honneur collectif,
et par une disposition, présumée permanente, à la fraternité et au
dévouement. La hiérarchie des fonctions, dans l'intérieur de chaque
atelier, sera constituée par le gouvernement, la première année;
par l'élection, les années suivantes. Les hommes ainsi appelés à
remplir l'office des patrons, des ingénieurs, des chefs d'usines et
de comptoirs, ceux qui devront apporter la science, l'expérience, la
direction, l'esprit d'initiative ou de prévoyance, si essentiels au
succès de l'entreprise industrielle, n'auront pas un salaire plus
considérable que le moindre ouvrier; ils n'auront non plus aucune
responsabilité. Quant aux capitalistes, ils sont autorisés, invités
même à apporter leur argent; on leur servira un intérêt garanti
par l'État, qui prend ainsi à sa charge tous les risques de la
gestion; mais ils ne toucheront rien des bénéfices. Ces bénéfices
seront divisés en trois parts: l'une, répartie également entre
tous les membres de l'atelier; l'autre, destinée à l'entretien des
vieillards, des malades, et à l'allègement des crises industrielles;
la troisième, consacrée à fournir des instruments de travail à ceux
qui voudraient faire partie de l'association, de telle sorte que
celle-ci pourra s'étendre indéfiniment, même au delà des possibilités
de la consommation. Chaque membre aura le droit de disposer de son
salaire, mais l'auteur compte bien que l'association des travaux
conduira à «l'association des besoins et des plaisirs», c'est-à-dire
au communisme complet, qui est en effet le dernier mot du système.
Il compte aussi que les ateliers nationaux feront une concurrence
mortelle à l'industrie privée, ainsi réduite, avant peu, à capituler
aux mains de l'État; au besoin, on s'arrangerait pour qu'il en fût
ainsi: c'est ce que Louis Blanc appelle «se servir de la concurrence
pour tuer la concurrence». Révolution complète qu'il nous affirme
devoir s'accomplir facilement, rapidement et pacifiquement. Ce ne
sera du reste qu'une transition, et il nous laisse entrevoir, dans
les brumes de l'horizon, un règne plus complet de la «fraternité».

Cette périlleuse et absurde chimère ne supporte pas un moment
l'examen. Un tel régime, en admettant qu'il y eût moyen de
l'établir, serait la ruine de notre industrie, qui ne pourrait
soutenir la concurrence avec l'industrie étrangère, et ne garderait
même plus un seul entrepreneur capable, un seul ouvrier laborieux;
il serait la ruine de l'État, devenu le banquier de toutes ces
entreprises condamnées à la faillite; il serait la ruine de la
liberté, qui n'aurait plus aucune place en face de cet État
omnipotent, omnifaisant et omnipayant; il serait enfin la ruine
de la dignité humaine, disparaissant sous le niveau et dans la
confusion de ce communisme égalitaire. Rien d'original dans ces
erreurs économiques et morales; on pourrait indiquer celle qui est
empruntée au saint-simonisme, celle qui vient de Fourier, celle qui a
été ramassée dans les écrits de Cabet ou de Buonarotti. Encore Louis
Blanc a-t-il, par rapport à ses devanciers, notamment à Saint-Simon
et à Fourier, l'infériorité de ne pas nous offrir un système complet,
ayant une réponse telle quelle à toutes les questions de l'âme
humaine. Il ne voit dans la société que le travail industriel, dans
le travail industriel que le problème de la concurrence, et, pour
guérir les abus de cette concurrence, il n'a pas d'autre remède que
de la supprimer. Ce n'est donc plus l'oeuvre complexe et longuement
méditée d'un esprit philosophique, mais l'improvisation d'un
journaliste qui, cherchant un moyen d'agitation et de popularité, a
rassemblé à la hâte quelques idées fausses, prises de-ci et de-là. Il
n'y a de nouveau et appartenant vraiment à Louis Blanc que la forme
éloquente donnée à ces idées, et le ferment redoutable de passion
révolutionnaire qui y est introduit.

Le succès fut considérable, plus considérable que celui de toutes les
autres publications socialistes. Plusieurs éditions se succédèrent.
Ces mots: «organisation du travail», qui n'étaient pas d'ailleurs de
l'invention de Louis Blanc et que M. Arago avait déjà portés à la
tribune de la Chambre, le 16 mai 1840[118], devinrent la formule des
revendications du prolétariat. La faiblesse scientifique du système
facilitait sa diffusion; ce remède si sommaire, dont quelques
pages suffisaient à donner la recette, cette vue si restreinte et
si superficielle de tant de graves problèmes étaient, beaucoup plus
que la complication touffue de Fourier ou la profondeur abstraite
de Pierre Leroux, à la portée des lecteurs populaires. Seule
l'imagination sensible de «papa Cabet» pouvait leur plaire autant;
encore Louis Blanc, parce qu'il tendait à la constitution d'une secte
moins étroite, moins délimitée que celle de l'Icarie, trouvait-il
un public plus étendu. Le beau langage du rhéteur, loin d'éveiller
la méfiance des ouvriers, semblait les flatter d'autant plus qu'il
était moins conforme à leur tour habituel d'esprit et à leur façon de
s'exprimer. Et surtout, avec quelle âpre jouissance les mécontents
et les malheureux se répétaient ces déclamations passionnées, où
ils trouvaient à la fois la vengeance et l'exaspération de leurs
souffrances! Nul écrivain ne contribua davantage à rendre la
démocratie laborieuse impatiente de son sort, à lui souffler la
haine de la société personnifiée dans la bourgeoisie; nul surtout
ne travailla plus efficacement à lui faire croire qu'un changement
de législation et de gouvernement pouvait faire disparaître tous
ses maux, et qu'il lui suffirait de mettre la main sur le pouvoir
pour effectuer ce changement, de rendre quelques décrets pour en
recueillir aussitôt l'immense bénéfice. Pendant un temps, Louis Blanc
n'a eu qu'à jouir de la popularité ainsi conquise, et c'est grâce à
celle-ci qu'il a pu s'imposer, le 24 février 1848, comme membre du
gouvernement provisoire. Mais, par un châtiment mérité, il s'est vu
aussitôt sommé d'apporter au prolétariat la réalisation de l'immense
et trompeuse espérance par laquelle il avait avivé ses convoitises.
On sait à quelle lamentable banqueroute le parlement ouvrier du
Luxembourg a promptement abouti, et comment, pour faire diversion
aux embarras et aux humiliations de cette banqueroute, l'auteur de
l'_Organisation du travail_ s'est jeté et perdu dans les émeutes
démagogiques.

[Note 118: Voir plus haut, t. IV, ch. II, § IX.]


VII

Il est un homme qu'on ne peut omettre dans la galerie des socialistes
de ce temps, et qu'il serait cependant malaisé de rattacher à
quelqu'une des écoles déjà étudiées; c'est Proudhon. Pour connaître
son oeuvre, il faut, avant tout, le connaître lui-même: il s'agit ici
bien plus de l'analyse d'un tempérament que de celle d'un système, de
l'histoire d'une passion que de celle d'une doctrine. Né à Besançon,
en 1809, d'un ouvrier et d'une fille de campagne servante pour les
gros ouvrages, employé, dans son enfance, à garder les vaches ou
à faire le métier de garçon de cave, Pierre-Joseph Proudhon avait
obtenu, par l'entremise de quelques personnes charitables, d'être
admis au collège en qualité d'externe non payant. Ce fut donc encore
un boursier, comme Pierre Leroux, comme Cabet, comme Louis Blanc.
Écolier ardent et opiniâtre au travail, mais sans cesse entravé et
humilié par sa misère, venant au collège en sabots et sans chapeau,
puni maintes fois pour avoir «oublié» des livres qu'il n'avait pas le
moyen d'acheter, ne trouvant pas de quoi dîner chez ses parents, au
retour d'une distribution de prix où il avait remporté les premières
couronnes, il se montrait déjà sombre, farouche, irritable[119].
Un jour que, suivant son instinct d'âpre curiosité, il avait, dans
la bibliothèque de la ville, demandé à la fois un grand nombre
d'ouvrages, le bibliothécaire, savant fort obligeant qui devait
être un de ses protecteurs, s'approcha de lui et lui demanda en
souriant: «Mais, mon petit ami, qu'est-ce que vous voulez faire de
tous ces livres?» L'enfant leva la tête, toisa l'interrogateur et,
pour toute réponse, lui jeta brusquement un: «Qu'est-ce que cela
vous fait[120]?» L'obligation de gagner sa vie ne lui permit pas
de terminer complètement ses études. Successivement correcteur,
typographe, prote, il acquit, en 1836, une petite imprimerie dans
laquelle il fit de mauvaises affaires. En 1838, il brigua et obtint
de l'Académie de Besançon la _pension Suard_; cette pension de 1,500
francs était accordée, pour trois ans, au jeune homme sans fortune
qui montrait d'heureuses dispositions dans les lettres, les sciences,
le droit ou la médecine.

[Note 119: Il écrivait lui-même, peu après, à l'Académie de Besançon:
«Je poursuivis mes humanités, à travers les misères de ma famille
et tous les dégoûts dont peut être abreuvé un jeune homme sensible
et _du plus irritable amour-propre_.» (_Correspondance de P.-J.
Proudhon_, t. I, p. 26.)]

[Note 120: _P.-J. Proudhon_, par M. SAINTE-BEUVE.]

C'était, pour ce fils d'ouvrier, une occasion de s'ouvrir une
carrière bourgeoise, d'autant mieux que l'honnête Académie paraissait
prendre au sérieux et exercer avec sollicitude le patronage qu'elle
avait assumé à son égard. Elle lui avait désigné, à Paris, pour
correspondant et protecteur, un de ses membres qui faisait aussi
partie de l'Académie française, M. Droz. Proudhon, bien que peu porté
à la reconnaissance, a dû plusieurs fois rendre témoignage des bontés
qu'avait eues pour lui ce moraliste aimable et bienveillant[121].
D'autres personnages considérables, M. Jouffroy, M. Cuvier, lui
faisaient également favorable accueil. Mais, chagrin, défiant,
misanthrope, il repoussait ces avances et restait dans son coin[122].
Était-ce modestie? C'était plutôt orgueil du plébéien qui a peur
de ne pas faire assez bonne figure dans un salon[123]. Le rôle de
protégé lui paraissait humiliant. Et puis n'attendez pas de lui la
patience de suivre la filière, de prendre la queue des candidats;
mieux valait, à son avis, tenter, à un moment donné, de sortir des
rangs et de brusquer la renommée. Enfin, sans avoir encore toutes les
opinions qu'il affichera bientôt, il se proclamait déjà républicain,
égalitaire, il avait répudié toutes les croyances chrétiennes de son
enfance et surtout possédait, au moins en germe, toutes les haines,
toutes les amertumes qui feront plus tard explosion dans ses divers
écrits. En recevant sa pension, il s'était fait le serment de ne pas
abandonner ses frères du prolétariat, de ne pas se laisser attirer
dans la hiérarchie sociale, mais, bien au contraire, de demeurer hors
de cette hiérarchie pour la combattre[124]. «Je pourrais, écrivait-il
le 17 décembre 1838, choisir d'autres voies de me pousser et de me
faufiler; je ne le veux pas. Je refuse d'aller aux soirées de M.
Droz, de voir M. Nodier, M. Baguet, M. Jouffroy, etc., et je n'y
mettrai pas le pied... Ma nomination par l'Académie n'a pas effacé
mes souvenirs, et ce que j'ai haï, je le haïrai toujours. Je ne
suis pas ici pour devenir un savant, un littérateur homme du monde;
j'ai des projets tout différents. De la célébrité, j'en acquerrai,
j'espère; mais ce sera aux frais de ma tranquillité et de l'amour des
gens.» Et, l'année suivante, le 15 octobre 1839, il ajoutait: «Je
n'attends rien de personne; je rentrerai dans ma boutique, l'année
prochaine, armé, contre la civilisation, jusqu'aux dents, et je
vais commencer, dès maintenant, une guerre qui ne finira qu'avec ma
vie[125].» Le bon M. Droz ne comprenait pas grand'chose à la manière
d'être d'un si incommode pupille, et ne savait comment l'apprivoiser.

[Note 121: _Correspondance de P.-J. Proudhon_, t. I, p. 73, 218.]

[Note 122: _Ibid._, p. 84, 188, 256.]

[Note 123: Il écrivait, quelques années auparavant: «J'éprouve encore
cette sotte honte d'un berger que l'on veut faire entrer dans un
salon. Je crains, comme des bêtes effrayantes, les visages que je
n'ai jamais vus; je recule toujours à voir les gens même qui peuvent
m'être utiles et me vouloir du bien; je n'ai de présence d'esprit et
d'aplomb que lorsque je me vois seul et que c'est ma plume qui parle.
Mérite fort commun, mais que voulez-vous? je sais que je ne brille ni
par les dehors, ni par l'élocution; j'aime mieux n'être vu ni connu
de personne.» (_Ibid._, t. I, p. 10.)]

[Note 124: _Correspondance_, t. I, p. 59, 60.]

[Note 125: _Ibid._, p. 76 et 154.]

Si Proudhon se refuse à prendre rang dans la vieille société, ce
n'est pas pour s'enrôler dans quelqu'un des partis révolutionnaires.
Dès le premier jour, il se vante de «n'appartenir à aucune
opinion[126]», et il gardera cette attitude jusqu'au bout. Il se dit
républicain, mais proclame son mépris et son aversion pour toutes
les coteries qui prennent cette étiquette; leur conduite lui paraît
«stupide», leur programme absurde[127]. Il sera bientôt en état de
guerre continuelle, implacable, avec les hommes du _National_, et
ne se sentira jamais plus heureux que quand, par quelque «attaque
effroyable», il les aura fait «pleurer et grincer des dents[128]»;
il traite fort mal ceux qu'il appelle les «séides de Robespierre»
et les «dévots à Marat[129]». Il n'est pas davantage disposé à
s'affilier à l'une des sectes socialistes. «Je ne suis, écrit-il le
29 mai 1840, ni saint-simonien, ni fouriériste, ni babouviste, ni
d'aucune entreprise ou congrégation réformiste.» Un autre jour, après
avoir parlé de tous les prédicateurs d'évangiles nouveaux: «Je n'ai
pas envie, ajoute-t-il, d'augmenter le nombre de ces fous[130].»
Individualiste à outrance, il ne pardonne pas aux communistes de
détruire la personnalité et la dignité humaines[131]. Et surtout, il
se révolte contre les impuretés de la réhabilitation de la chair, de
l'amour libre et autres divagations érotiques[132]. S'il est donc
révolutionnaire et socialiste, c'est à sa manière, qui n'est celle
de personne autre; il n'éprouve le besoin de se ranger sous aucun
drapeau, et la conspiration qu'il se dispose à poursuivre est, comme
il le dit lui-même, une «conspiration solitaire[133]».

[Note 126: _Ibid._, p. 142.]

[Note 127: «La conduite du parti républicain, écrit Proudhon, le
15 novembre 1840, a été, comme toujours, stupide depuis deux ou
trois mois.» Ou bien encore: «Les radicaux sont annihilés par leur
ineptie et leur incapacité.» (_Correspondance_, t. I, p. 254, 313.)
Il n'a pas assez du sarcasmes pour le «dada réformiste» ou pour les
velléités belliqueuses de la gauche.]

[Note 128: _Ibid._, t. I, p. 333; t. II, p. 6.]

[Note 129: _Ibid._, p. 13, et _Confessions d'un révolutionnaire_,
§ I.--Pas un homme important de l'extrême gauche qu'il ne déteste.
«Je souscrirais volontiers pour une couronne civique, écrivait-il,
à celui qui nous délivrerait de Lamennais, de Cormenin et d'A.
Marrast.» (_Correspondance_, t. I, p. 255.) Lamennais surtout lui
est antipathique. «Quoi qu'un dise de cet homme, écrit-il, je
répondrai toujours que je n'aime pas les apostats. Il pouvait changer
d'opinion, mais il ne devait jamais faire la guerre à ses confrères
dans le sacerdoce ni au christianisme.» (_Ibid._, t. I, p. 333.) Et
plus tard: «Le plus grand bonheur qui pourrait arriver au peuple
français, ce serait que cent députés de l'opposition fussent jetés
à la Seine, avec une meule au cou; ils valent cent fois moins que
les conservateurs, car ils ont, de plus que ceux-ci, l'hypocrisie.»
(_Ibid._, t. II, p. 277.) Des journalistes de gauche, il ne pense pas
plus de bien: «Ils ne comprendront jamais de moi autre chose, dit-il,
sinon que je les hais et les méprise.»]

[Note 130: Proudhon écrira, un jour, de Fourier, que son système est
«le dernier rêve de la crapule en délire»; de Pierre Leroux, dont
cependant il avait paru un moment se rapprocher, que «la sottise le
dispute à la méchanceté dans ses élucubrations»; de Louis Blanc,
qu'il est «le plus ignorant, le plus vain, le plus vide, le plus
impudent, le plus nauséabond des rhéteurs». Cabet ne sera pas mieux
traité.]

[Note 131: Dans la théorie communiste, les hommes lui paraissent
«attachés comme des huîtres, côte à côte, sans activité ni sentiment,
sur le rocher de la fraternité».]

[Note 132: Quand il lui faudra discuter cette partie de la doctrine
socialiste, il se plaindra d'être «obligé de remuer ce fumier», et
il s'écriera: «Loin de moi, communistes! Votre présence m'est une
puanteur, et votre vue me dégoûte.»]

[Note 133: Plus il va, plus il semble trouver une sorte d'âpre
jouissance à se voir seul en guerre contre tous: «J'aurai raison
contre tout le monde, écrit-il, ou je succomberai à la peine... Le
nombre des adversaires vous épouvante; il m'anime, au contraire. Car
je crois que, dans la carrière antireligieuse, antipropriétaire,
antimonarchique, où je suis entré, s'il y avait une seule opinion
avec laquelle je ne fusse pas en désaccord, je ne serais plus
d'accord avec moi-même.» (_Correspondance_, t. II, p. 241.)]

Proudhon ne voulut pas se dévoiler tout d'un coup. En 1839, il publia
un _Discours sur la célébration du dimanche_, sujet mis au concours
par l'Académie de Besançon. Un peu d'attention suffit sans doute
pour y découvrir en germe presque toutes les idées du socialisme
égalitaire qui seront développées dans ses ouvrages ultérieurs;
mais il tâchait de les couvrir du nom de Moïse, et les entourait
d'amplifications inoffensives ou même presque édifiantes. La menace
existait, seulement elle était dissimulée; et s'adressant au lecteur
qu'il supposait intrigué par le mystère, l'auteur s'écriait:
«Infortuné, comment me comprendriez-vous si vous ne me devinez pas?»
Le public ne chercha ni à comprendre ni à deviner. Le _Discours_
passa inaperçu, et personne ne s'arrêta à déchiffrer l'énigme qu'il
pouvait contenir. L'Académie de Besançon seule s'en occupa; bien
qu'un peu effarouchée, elle accorda une médaille à son pensionnaire,
et se borna à faire quelques réserves par l'organe de son rapporteur,
l'abbé Doney, qui devait être plus tard évêque de Montauban.

Proudhon fut étonné et quelque peu mortifié de n'avoir pas fait
scandale[134]; il en conclut à la nécessité de frapper plus fort,
et se mit à rédiger son _Mémoire sur la propriété_. Dans quel état
d'esprit? On en peut juger par sa correspondance: «Je suis épuisé,
découragé, consterné, écrivait-il le 12 février 1840. J'ai été
pauvre l'année dernière, je suis, celle-ci, indigent[135]..... Je
suis comme un lion; si un homme avait le malheur de me nuire, je le
plaindrais de tomber sous ma main... Mon travail sur la propriété
est commencé... L'ironie et la colère s'y feront trop sentir. C'est
un mal irrémédiable. Quand le lion a faim, il rugit... Malheur à la
propriété! malédiction!... Il est vrai que, sur certains passages
de mes lettres, on doit trembler pour ma tête. Hé! Dieu de mon âme,
c'est que je m'apprête à faire trembler les autres... Il faut que
je tue, dans un duel à outrance, l'inégalité et la propriété. Ou je
m'aveugle, ou elle ne se relèvera jamais du coup qui lui sera bientôt
porté[136].» Le dernier trait est naïf; il trahit cet orgueil qui
était le fond de l'âme de Proudhon et peut-être l'explication de
beaucoup de ses actes. L'auteur était persuadé, en effet, que son
livre serait «l'événement le plus remarquable de 1840». Un autre
jour, il écrivait: «Je fais un ouvrage diabolique qui m'effraye
moi-même»; et il terminait ainsi sa lettre: «Priez Dieu pour moi.»
Le plus souvent, ce qui dominait en lui, c'était une sorte de joie
sauvage, à la pensée de la consternation qu'il allait jeter dans les
esprits: «Mon ouvrage est fini, et j'avoue que j'en suis content.
Je ne puis y penser sans un frémissement de terreur. Quand je songe
à l'effet qu'il produirait infailliblement, publié par un Arago,
j'éprouve les mêmes palpitations qu'un Fieschi, à la veille de faire
partir une machine infernale[137].»

[Note 134: Il s'était attendu, en effet, à produire une vive émotion:
«Quand on saura dans le public, écrivait-il le 1er juin 1839, que je
suis l'auteur de ce Discours, ce sera un beau tapage. Je puis dire
que je viens de passer le Rubicon.» (_Ibid._, t. I, p. 129.)]

[Note 135: Ces embarras pécuniaires venaient surtout de l'imprimerie
dont Proudhon ne pouvait ni se débarrasser ni tirer profit. Tel était
son dénuement que, voulant aller voir un de ses amis à Besançon,
il fit à pied la route de Paris à cette ville. Il priait ses
correspondants de ne lui écrire que par occasion, parce qu'il n'avait
pas le moyen de payer les ports de lettre.]

[Note 136: Cette idée revenait sous toutes les formes, dans sa
correspondance: «Je ne connais rien dans la science, écrivait-il
encore, dont la découverte ait jamais produit un effet pareil à celui
que la lecture de mon ouvrage est capable de produire. Je ne dis pas:
qu'il soit compris; je dis seulement: qu'il soit lu, et c'en est fait
de la vieille société.»]

[Note 137: _Correspondance_, t. I, p. 166, 182, 183, 189, 191, 212,
213, 216.]

Le Mémoire parut en juin 1840: c'était un volume de deux cent
cinquante pages. Dès les premières lignes, à cette question:
«Qu'est-ce que la propriété?» Proudhon répondait: «La propriété,
c'est le vol.» Le défi, la recherche du scandale étaient manifestes:
sorte de rubrique de charlatan, pour faire retourner les passants
auxquels l'auteur en voulait de n'avoir pas été émus par les
hardiesses plus enveloppées du _Discours sur le dimanche_. «Il
fallait, a-t-il dit plus tard pour expliquer sa conduite, étonner
l'ennemi par l'audace des propositions... Un parti ne se fût
point prêté à cette tactique; elle exigeait une individualité
résolue, excentrique même, une âme trempée pour la protestation
et la négation. Orgueil ou vertige, je crus que mon tour était
venu[138].» Toute sa vie, il devait, comme un nouveau cynique, se
plaire à stupéfier le badaud, plus encore, à l'épouvanter. Lui
représentait-on que ce n'était pas le moyen de gagner les gens, et
que l'on prenait plus de mouches avec une cuillerée de miel qu'avec
cent tonneaux de vinaigre? «Il ne s'agit pas de prendre des mouches,
répondait-il: il s'agit de les tuer[139].» Parfois, il semblait tirer
vanité de sa violence. «La propriété, c'est le vol! écrivait-il,
il ne se dit pas, en mille ans, un mot comme celui-là. Je n'ai
d'autre bien sur la terre que cette définition de la propriété,
mais je la tiens plus précieuse que les millions de Rothschild.»
Infatuation d'autant plus étrange qu'en réalité la formule n'était
pas de lui, et qu'il l'avait empruntée à Brissot de Warville[140]. À
d'autres moments, il s'excusait presque d'avoir crié si fort. «Cela
sert avec les sots, disait-il; les sages aperçoivent le motif et
pardonnent à l'auteur[141].» Et il ajoutait plus tard, en 1849, dans
le _Représentant du peuple_, toujours à propos de la même phrase:
«Cela se dit une fois; cela ne se répète pas. Laissons cette machine
de guerre, bonne pour l'insurrection, mais qui ne peut plus servir
aujourd'hui qu'à contrister les pauvres gens.»

[Note 138: _Confession d'un révolutionnaire._]

[Note 139: _Correspondance_, t. I, p. 251.]

[Note 140: Brissot avait écrit, en effet, dans ses _Recherches
philosophiques sur le droit de propriété et le vol_: «La propriété
exclusive est un vol dans la nature. Le voleur, dans l'état naturel,
c'est le riche.»]

[Note 141: _Correspondance_, t. I, p. 308.]

Après cet exorde tapageur, l'auteur du Mémoire tâche de détruire les
divers fondements sur lesquels les philosophes, les économistes ou
les jurisconsultes font reposer la propriété; il la déclare une idée
contradictoire, une institution malfaisante, et surtout lui reproche
d'être en opposition avec la «justice». Pour lui, la «justice» est
l'égalité, l'égalité absolue, l'égalité des conditions, des fortunes,
des salaires. C'est à tort que le saint-simonisme et le fouriérisme
ont dit: «À chacun selon sa capacité.» Toute part réclamée au nom
du talent n'est qu'une «rapine exercée sur le produit du travail».
L'auteur regarde d'ailleurs le talent comme une difformité qui tendra
à disparaître avec l'égalité des conditions, et il nous offre la
perspective terne et morne d'une société où toutes les intelligences
seront nivelées comme les salaires. Il supprime la concurrence: la
valeur de chaque objet ne varie plus selon l'offre et la demande;
elle est tarifée d'après un criterium absolu et immuable, qui est
la durée du travail nécessaire pour le produire; aucun compte n'est
tenu du talent dépensé, ni de la difficulté vaincue; c'est l'Académie
des sciences qui sera chargée de faire cette tarification. Tout cela
ressemble fort aux rêveries des communistes; et cependant Proudhon se
défend d'aboutir à la communauté, qu'il répudie au nom de la liberté
et de la dignité humaines. Ajoutons qu'entre temps l'auteur conclut
de la négation de la propriété à celle de l'autorité et se proclame
«an-archiste». Quant à Dieu, l'heure de sa condamnation n'a pas
encore sonné; bien au contraire, le Mémoire se termine par une sorte
de prière adressée au «Dieu de liberté et d'égalité».

«Démolir», Proudhon s'y entend, et le mot même lui est familier.
Mais, cela fait, il ne semble guère s'inquiéter de reconstruire.
À peine, dans les dernières pages de son Mémoire, esquisse-t-il
vaguement une théorie de la «possession» par laquelle il se
flatte de remplacer la propriété, sans tomber dans la communauté.
Cette possession paraît être la propriété individuelle, moins
ce que l'auteur appelle l'«usure», c'est-à-dire moins la rente,
le fermage; elle ne dure qu'à condition d'être effective; elle
est transmissible par succession, sous cette réserve que nul ne
doit cumuler deux héritages. Avec cette possession individuelle,
aliénable, transmissible, que deviendra l'égalité absolue des
conditions présentée par l'auteur comme la conséquence et même comme
la raison de l'abolition de la propriété? S'il y a conflit entre les
deux principes, quel pouvoir prononcera dans une société où l'on
a proclamé l'«anarchie»? Nous pourrions multiplier à l'infini ces
questions. Proudhon n'a essayé de répondre à aucune. En réalité,
après avoir accumulé les plus audacieuses négations, il n'apporte
pas une seule affirmation sérieuse. Lui-même avait le sentiment
de son impuissance et cherchait à s'en excuser. Raillant fort
dédaigneusement la présomption des faiseurs de système, fouriéristes
ou autres, il disait, à la fin de son Mémoire: «Quant à la science
de la société, je déclare que je n'en connais rien de plus que le
principe (il entendait par là le principe d'égalité absolue), et
je ne sache pas que personne aujourd'hui puisse se flatter d'avoir
pénétré plus avant.» Mais il n'admettait pas qu'on l'engageât à
suspendre la démolition, jusqu'au jour où il serait en mesure de
tracer le plan du nouvel édifice: «J'ai prouvé le droit du pauvre,
disait-il; j'ai montré l'usurpation du riche; je demande justice;
l'exécution de l'arrêt ne me regarde pas. Si, pour prolonger de
quelques années une jouissance illégitime, on alléguait qu'il ne
suffit pas de démontrer l'égalité, qu'il faut encore l'organiser,
qu'il faut l'établir sans déchirements, je serais en droit de
répondre: «Le soin de l'opprimé passe avant les embarras des
ministres...; le mal connu doit être condamné et détruit...; on ne
temporise pas avec la restitution.»

La rapide analyse qui vient d'être faite de cet écrit ne saurait
donner l'idée de sa forme: tout un appareil de métaphysique,
d'économie politique, de jurisprudence, d'algèbre même, et en même
temps toutes les brusqueries, les familiarités, les amertumes, les
invectives, les personnalités de la polémique la plus emportée.
L'auteur lui-même définissait ainsi ce qu'il appelait «le genre
_Mémoire_»: «Moitié science, moitié pamphlet, noble, gai, triste
ou sublime... La science pure est trop sèche; les journaux trop
par fragments; les longs traités trop pédants. C'est Beaumarchais,
c'est Pascal qui sont mes maîtres[142].» Dans le double personnage
que cherchait ainsi à jouer Proudhon, le pamphlétaire était bien
supérieur au savant. Celui-ci se montrait lourd, obscur, ennuyeux,
pénible à suivre; celui-là, bien que dépourvu de grâce, de souplesse
et de variété, bien que manquant souvent le but par excès de tension
et de véhémence, était cependant alerte, rapide, vigoureux; il avait
le tour vif et brusque, un entrain endiablé, une langue ferme,
saine, précise; il excellait surtout dans le corps à corps, plus
puissant à assommer un homme qu'à discuter une idée. Et quand, par
hasard, il avait la chance de n'être plus dans le faux, quand il
s'attaquait aux sottises ou aux vilenies de quelque socialiste rival,
il avait des saillies de bon sens, et même des révoltes d'honnêteté,
d'une saisissante vigueur. Malgré ces bons côtés, l'ensemble était
sans agrément, indigeste et peu lisible. Aussi le public n'en
connaissait-il réellement que quelques pages ou, pour mieux dire,
quelques phrases. Ce qui faisait le plus défaut à Proudhon, c'était
le coeur: pas d'autre émotion que celle de la colère. Quand il
voulait être pathétique, imiter Jean-Jacques ou Lamennais, il tombait
dans la mauvaise rhétorique. Il se piquait pourtant de ne pas faire
oeuvre de littérature, de n'être pas «gent de lettres[143]». Vaine
prétention! Quoique fort différent de Louis Blanc, il était aussi un
rhéteur, ou, si l'on aime mieux, un sophiste, ce qui n'est qu'une
autre variété de la même espèce.

[Note 142: _Correspondance_, t. I, p. 333, 334.]

[Note 143: «Je n'ai pas le loisir de travailler mon style, je suis
trop pauvre et trop mal dans mes affaires, pour m'amuser à être gent
de lettres.»--«Je me soucie de style et de littérature comme de cela.
Quand je parle au public, je tâche que mon expression soit bien
nette, bien carrée, bien mordante: je n'ai pas d'autre poétique.»
(_Ibid._, t. I, p. 182; t. II, p. 242.)]

Le _Mémoire sur la propriété_ ne fit pas tout d'abord le bruit que
son auteur en attendait. Inconnu, vivant dans l'ombre et l'isolement,
Proudhon eût eu besoin, plus que tout autre, d'être signalé au
public par la presse; il n'avait rien fait pour se ménager son
concours. Sauf la _Revue du progrès_ de Louis Blanc, pas un journal
ne parla de son livre. Au bout de quelques mois, cependant, les cinq
cents exemplaires de la première édition se trouvaient placés, et il
était question d'en faire une nouvelle. À l'Académie de Besançon,
le Mémoire causa d'autant plus d'émotion qu'il avait été dédié à
cette compagnie, avec une lettre-préface quelque peu ironique;
certains académiciens ne demandaient pas moins que la déchéance du
pensionnaire; après de longues délibérations, pendant lesquelles
ce dernier se montra tour à tour humble et menaçant, l'Académie,
toujours bonne personne, écarta les mesures de rigueur. Ce ne fut pas
le seul corps savant dont Proudhon eut alors à se louer. Il avait
fait hommage de son livre à l'Académie des sciences morales; M.
Blanqui, l'économiste, se chargea du rapport: tout en réfutant les
doctrines émises, il traita l'auteur en homme de science et, par là
même, le couvrit aux yeux du ministre de la justice, qui était, en ce
moment, sollicité de déférer aux tribunaux l'ennemi de la propriété.

Cette indulgence, loin de désarmer Proudhon, l'enhardissait. «Je
n'ai pas commencé pour reculer», écrivait-il[144]. Aussi le voit-on
faire paraître, coup sur coup, en avril 1841 et en janvier 1842,
deux nouveaux Mémoires, le premier de forme relativement modérée,
le second plus violent que jamais[145]. Il y revient sur les mêmes
thèses, sans addition ni atténuation. Tout en visant surtout la
propriété, il maltraite avec rudesse, chemin faisant, Lamennais,
Considérant et le _National_. Le dernier de ces pamphlets lui valut
une poursuite devant la cour d'assises de Besançon, ce qui ne laissa
pas que de lui faire, un moment, assez peur; mais il s'en tira avec
la finesse d'un paysan franc-comtois: à l'audience, il débita,
d'un ton bonhomme et tranquille, une exposition si volontairement
obscure de sa doctrine, que les braves jurés, n'y comprenant rien,
se persuadèrent avoir devant eux un savant, non un conspirateur,
et qu'ils l'acquittèrent. Le seul résultat du procès fut de mettre
l'auteur un peu mieux en vue, ce qui lui était d'autant plus utile
que les journaux, même ceux d'extrême gauche, continuaient à faire le
silence autour de ses oeuvres. «Je vais mon chemin sans leur secours,
disait-il, ce qui prouve quelque chose.» Il ajoutait, un autre jour:
«Inconnu à la presse et aux confréries littéraires et politiques,
je perce peu à peu; mes brochures se vendent, et mon libraire ne
paraît point mécontent[146].» Toutefois, le résultat était encore peu
brillant. Proudhon écrivait, en effet, toujours à la même époque: «Je
puis dire, en toute vérité, que je n'ai pas un partisan, au moins
déclaré; le peuple ne peut suivre de si longues et si abstraites
inductions.» «Du côté du peuple, lit-on dans une autre lettre, je
suis vu avec plus de défiance que de sympathie; les petits journaux
d'ateliers me montrent assez de mauvais vouloir; les communistes me
regardent comme une espèce d'aristocrate.» Et un peu plus tard: «Je
n'ai encore personne. Personne! Je suis délaissé. J'espère que dans
un an le public se décidera; mais combien les écrivains sont lâches
et égoïstes[147]!»

[Note 144: _Correspondance_, t. I, p. 324.]

[Note 145: Le premier était intitulé: _Lettre à M. Blanqui_; le
second: _Avertissement aux propriétaires, ou Lettre à M. Considérant,
rédacteur de la_ Phalange, _sur une défense de la propriété_.]

[Note 146: Il écrivait encore: «J'ai la chance de réunir tout le
monde contre mes publications, ce qui produit une conspiration de
silence à mon égard. Mes publications ont l'air d'être clandestines,
et cependant elles s'insinuent partout et déjà portent leur fruit.»]

[Note 147: _Correspondance_, t. I, p. 332, 338, 339, 350, et t. II,
p. 18.]

Proudhon commençait-il à se fatiguer et à s'inquiéter de cet
isolement? En 1842 et 1843, nous le voyons solliciter un petit emploi
à la mairie de Besançon; en même temps, il envoyait ses écrits à
M. Duchâtel, ministre de l'intérieur, et lui expliquait longuement
«comment on pourrait tourner, au profit du pouvoir, les théories
les plus radicales»; «peut-être, écrivait-il à un de ses amis, ne
seras-tu pas étonné si je te dis que, dans deux ans, je serai tout
entier, avec armes et bagages, dans le gouvernement[148].» Quelques
personnes en ont conclu qu'il y avait eu alors, chez ce révolté, une
sorte de détente, une velléité de désarmement: pure illusion. Sans
doute, il n'attachait que peu d'importance aux formes politiques,
et si la monarchie eût consenti à être l'instrument de ses idées,
il n'aurait eu aucun scrupule à s'allier avec elle; mais il ne
pouvait sérieusement espérer son concours. Ce qu'il cherchait donc,
en 1842 et 1843, c'était seulement une sorte d'abri d'où il pût
continuer, avec plus de sécurité et sans risque d'un nouveau procès,
sa guerre contre la société. Il rêvait, comme il le disait lui-même,
«l'avantage d'être à la fois le réformiste le plus avancé de l'époque
et le protégé du pouvoir[149]». C'est que, malgré son tempérament
batailleur et son audace de plume, il n'avait nullement le goût du
martyre: il en avait même le mépris[150]. De plus, au bénéfice d'être
ainsi le protégé du gouvernement, il comptait joindre le plaisir
de le tromper; or, rien ne l'amusait tant que de duper ceux qui se
fiaient à lui. Voyez avec quel rire sournois il raconte, à cette
même époque, le tour qu'il est en train de jouer à un magistrat
qui, voulant faire un livre de droit criminel pour se pousser à
la députation, l'a choisi comme secrétaire et collaborateur! Il
nous dépeint ce magistrat comme un «brave homme», «honnête», de
courte vue, «voltairien», «libéral», mais «propriétaire comme un
diable», «se piquant d'aristocratie», traitant les radicaux et les
socialistes de «charlatans» et d'«escrocs», et «ne voulant rien
dire qui pût compromettre sa toge et contrarier ses opinions». Le
perfide secrétaire profite de la confiance qu'on lui témoigne pour
glisser, dans le travail qui lui est commandé, ses propres thèses
plus ou moins dissimulées, se réservant, une fois le livre paru,
loué, récompensé peut-être, de mettre en lumière ces passages et de
sommer l'auteur nominal d'en accepter les conséquences. Comme il se
gaudit par avance de ce scandale «d'un juge de Paris convaincu d'être
antipropriétaire et égalitaire»! Comme il se promet de le pousser
à bout sans pitié! «Ou mon homme criera: Vive l'égalité! À bas la
propriété! dit-il, ou je le change en bourrique[151].» Le livre
n'ayant pas été publié, cet honnête complot avorta; mais il révélait
bien l'instinct de ruse subalterne qu'avait gardé ce fils de paysan.
C'était évidemment un tour du même genre que Proudhon méditait de
jouer au gouvernement, dans le cas où celui-ci eût accepté ses
avances[152]. Au fond, les sentiments de l'ennemi de la propriété
étaient toujours les mêmes; ils se trahissent à chaque page de sa
correspondance: «Je déguise ma colère par prudence pure et nécessité,
écrit-il le 3 avril 1842;... mais, oh! millions de tonnerres de
diable, je vous jure que tout ce qui est différé n'est pas perdu.» Et
peu après: «Je suis plus convaincu que jamais qu'il n'y a pas place
pour moi dans le monde, et je me regarde comme en état d'insurrection
perpétuelle contre l'ordre de choses[153].» Non qu'il rêve d'un coup
de force, d'une émeute; il les répudie même[154]; mais il poursuit
sans relâche ce qu'il appelle «l'inversion de la société[155]».

[Note 148: _Ibid._, t. II, p. 6, 10.]

[Note 149: _Correspondance_, t. II, p. 70.--Peu auparavant, il
expliquait ainsi sa démarche auprès de M. Duchâtel: «Le pouvoir
est encore plus bête que méchant, et j'ai résolu d'avoir désormais
quelque homme puissant parmi mes défenseurs.» (_Ibid._, t. I, p.
314.)]

[Note 150: «Il y a un homme que je déteste à l'égal du bourreau,
disait-il, c'est le martyr.» Il blâmait Lamennais aimant mieux
aller en prison que demander sa grâce. «Galilée, à genoux devant
le tribunal de l'Inquisition, écrivait-il, et reniant l'hérésie du
mouvement de la terre pour recouvrer sa liberté, me paraît cent fois
plus grand que Lamennais... Je respecte les mannequins, je salue les
épouvantails. Je suis en monarchie, je crierai: Vive le Roi! plutôt
que de me faire tuer.»]

[Note 151: _Correspondance_, t. I, p. 297, 305, 311, 312, 313, 319,
320, 330, 331.]

[Note 152: Quelqu'un, en tout cas, l'avait deviné: c'était le maire
de Besançon, qui expliquait ainsi pourquoi il ne voulait pas donner à
Proudhon la place qu'il demandait dans les bureaux de la mairie: «Je
crains qu'il ne fasse de nous, comme des académiciens, des _niais_ ou
des _instruments_.» (_Ibid._, t. II, p. 80.)]

[Note 153: _Ibid._, t. II, p. 28 et 93.]

[Note 154: _Ibid._, p. 199, 200.]

[Note 155: _Ibid._, p. 259.]

Jusqu'à présent ce n'est toujours qu'une oeuvre de démolisseur que
nous avons vu faire à Proudhon. S'y est-il donc renfermé jusqu'en
1848? Il sentait cependant qu'on avait le droit de lui demander
son plan de reconstruction. Le livre sur la _Création de l'ordre
dans l'humanité_, en 1843; fut un premier effort pour répondre à
cette attente, effort très ambitieux et très malheureux; ce livre,
présenté comme une révélation prodigieuse, fut peu lu, encore
moins compris, et l'auteur lui-même dut avouer, après coup, qu'il
«était au-dessous du médiocre[156]». Il tenta un nouvel effort,
en 1846, en publiant le _Système des contradictions économiques,
ou Philosophie de la misère_. Cet ouvrage en deux volumes, avec
cette épigraphe orgueilleuse: _Destruam et ædificabo_, fit un peu
plus de bruit que le précédent, ne fût-ce qu'à cause des injures
qui y étaient dites à la Providence; c'est là qu'après une page
de blasphèmes sans précédents peut-être dans notre littérature,
Proudhon s'écriait: «Dieu, c'est sottise et lâcheté; Dieu, c'est
hypocrisie et mensonge; Dieu, c'est tyrannie et misère; Dieu,
c'est le mal!» Sous couleur d'appliquer la dialectique hégélienne
dont les mystères venaient de lui être révélés[157], il ne faisait
qu'opposer, entre-choquer, ruiner toutes les idées, soutenant le
pour et le contre, tantôt montrant, dans l'économie politique, une
routine condamnée par les faits, la consécration de la misère et du
vol, tantôt faisant des chimères et des immoralités socialistes la
critique la plus vengeresse, semblant d'ailleurs éprouver une sorte
de joie maligne à démolir chacune des thèses par l'autre. Les rares
lecteurs qui avaient le courage de le suivre dans ces enchevêtrements
d'«antinomies» sortaient de là tout étourdis d'avoir été ainsi
balancés, tournés et retournés; ils ne savaient plus que penser
soit d'eux-mêmes, soit de l'auteur, et se demandaient si celui-ci
ne s'était pas livré à un pur jeu d'ergotage. Selon la phraséologie
allemande par laquelle il obscurcissait encore sa pensée, Proudhon
venait de poser la «thèse» et l'«antithèse». Restait à en déduire la
«synthèse», où se trouverait la vérité tant attendue. Mais on eût
cherché vainement cette synthèse dans le livre; elle était renvoyée
à un ouvrage ultérieur, que l'auteur se bornait à annoncer sous ce
titre: _Solution du problème social_. C'est qu'il ne possédait pas
cette solution; comme il le disait lui-même, il la «cherchait».

[Note 156: _Confession d'un révolutionnaire_, § XI.]

[Note 157: Il avait été initié par M. Grün, sorte de missionnaire
hégélien venu à Paris, en 1844, pour se mettre en rapport avec les
socialistes. Dans le récit qu'il a écrit de son voyage, M. Grün parle
avec un grand dédain de Cabet, de Considérant, de Louis Blanc; il
réserve toute son admiration pour Proudhon.]

Cette recherche durait encore, quand éclata la révolution de 1848;
Proudhon en fut tout d'abord «abasourdi»--c'est son propre mot--et
même quelque peu désappointé. Dans le rôle nouveau que cet événement
lui faisait, se montra-t-il plus apte à formuler un système qui
ne fût pas une pure négation? Non: il aboutit seulement à ces
théories du «crédit gratuit» et de la «banque du peuple», dont M.
Bastiat et M. Thiers firent une si prompte justice. Exaspéré de
son insuccès, Proudhon se jeta alors plus avant que jamais dans
les violences démagogiques, jouant, avec une sorte de vertige et
de frénésie, ce qu'il appelait «son infernale partie», jouissant
de l'influence malfaisante qu'il avait enfin acquise sur le peuple
révolutionnaire, et s'enorgueillissant peut-être plus encore d'être
devenu l'épouvantail de la bourgeoisie.

Mais revenons au Proudhon d'avant 1848, le seul qui doive nous
occuper ici. Il est maintenant manifeste que le sophiste pamphlétaire
s'était lancé sans savoir où il allait; que, du premier jour au
dernier, il avait marché à l'aventure, brisant tout sur son passage,
sans autre inspiration, comme il l'avouait lui-même, que son «immense
colère», beaucoup plus excentrique que vraiment original, nullement
créateur. On comprend dès lors qu'il n'ait pas groupé de parti autour
de lui. À peine, vers la fin de la monarchie de Juillet, voyait-il
quelques amis nouveaux. MM. Darimon, Langlois, Chaudey, Mathey,
Massol, remplacer les anciens qui s'étaient éloignés. En réalité,
il demeurait toujours un isolé, en guerre avec toutes les factions,
avec toutes les sectes. Il écrivait, le 26 mars 1847: «La répulsion
que j'inspire est générale, depuis les communistes, républicains et
radicaux, jusqu'aux conservateurs et aux jésuites, les jésuites de
l'Université y compris.» Dans la masse ouvrière elle-même, bien qu'il
commençât à être plus connu, il était loin d'avoir alors le renom et
la popularité de Louis Blanc ou de Cabet. Un rapport de police disait
de lui, en 1846: «Ses doctrines sont très dangereuses; il y a, au
bout, des coups de fusil; heureusement ce n'est pas lu.» Très peu de
gens, en effet, lisaient d'un bout à l'autre les écrits de Proudhon.
Seulement, de leurs profondeurs obscures jaillissaient, comme
éclairées d'une lueur sinistre, certaines phrases qui frappaient tous
les yeux. On eût compté les ateliers où avaient pénétré les _Mémoires
sur la propriété_ et le _Système des contradictions économiques_;
mais il n'était pas un recoin des faubourgs où n'eussent été entendus
les cris: La propriété, c'est le vol! et: Dieu, c'est le mal! Ainsi
isolées de tout développement, ces formules n'apportaient pas aux
ouvriers une doctrine économique ou philosophique; elles leur
faisaient l'effet d'une sorte de tocsin, d'appel à la révolte, au
pillage des riches, au massacre des prêtres. Ceux mêmes qui n'en
concluaient pas à la violence immédiate y désapprenaient ce qui
pouvait leur rester encore des vieux respects. «Je n'ai pas la bosse
de la vénération, écrivait un jour Proudhon, et si je forme un voeu,
c'est de l'écraser sur le front de tous les mortels[158].» Il n'y
réussit que trop bien. D'autres avaient déjà enseigné au peuple à
détester la société et à nier la Providence; Proudhon lui apprit à
leur montrer le poing et à leur cracher au visage.

[Note 158: _Correspondance_, t. II, p. 239.]


VIII

La revue de l'armée socialiste est enfin terminée. Nous connaissons
maintenant tous les sophistes qui, dans les dernières années de
la monarchie de Juillet, travaillaient à pervertir l'esprit du
peuple et à exciter ses passions; nous savons d'où ils venaient
et où ils allaient. Rarement un tel effort avait été fait pour
renverser la société. Sans doute, il y avait eu de tout temps des
utopistes rêvant je ne sais quel remède aux maux qui résultent de
l'inégale distribution des richesses. Mais ces rêveurs n'étaient
pas des perturbateurs; ces fantaisies n'avaient rien d'agressif.
Le saint-simonisme lui-même, bien qu'il ait servi en quelque sorte
de transition entre la chimère inoffensive des Salente d'autrefois
et la réalité destructive du socialisme contemporain, bien qu'il
contînt en germe presque toutes les erreurs et les convoitises des
sectes plus récentes, était demeuré cependant un mouvement pacifique,
étranger aux partis politiques. Tel fut aussi le caractère des
fouriéristes à leurs débuts et de quelques autres des théoriciens
dont il vient d'être parlé. Mais à partir de 1840, notamment avec
Louis Blanc, avec Proudhon, avec la plupart des communistes, nous
sommes en présence d'un phénomène tout nouveau. On dirait que la
barrière qui avait séparé jusqu'alors le monde des réformes sociales
de celui des agitations politiques s'est abaissée. Le rêveur passe
tribun; la secte se transforme en faction; la thèse d'école tend à
devenir un mot d'ordre d'insurrection; l'utopie fait alliance avec
les passions démagogiques, poursuit, par la violence révolutionnaire,
la réalisation immédiate de ses plans, et trouve, dans l'immense
prolétariat industriel né, à cette époque même, de la transformation
économique, des souffrances pour entretenir, aviver les appétits et
les haines, des demi-instructions pour se prendre aux sophismes,
des forces pour mettre en oeuvre les desseins de renversement. Il
y a là une menace d'une particulière gravité. Qu'on ne se rassure
pas en relevant les divergences de doctrine qui existent entre ces
diverses écoles; incapables de s'entendre pour une affirmation
commune, elles s'accordent dans une négation; elles s'attaquent aux
mêmes institutions, et surtout remuent les mêmes colères, exaspèrent
les mêmes douleurs, allument les mêmes convoitises. Leur action
destructive a plus d'unité que leurs théories.

En même temps que les socialistes devenaient révolutionnaires, les
radicaux, par une évolution correspondante, se rapprochaient du
socialisme, dont le concours leur paraissait utile pour leur oeuvre
d'opposition subversive. Dès 1840, l'exemple de ce rapprochement
avait été donné, non sans éclat, par M. Arago, réclamant à
la tribune une «nouvelle organisation du travail». Plusieurs,
sans doute, dans le parti républicain, répugnaient à suivre cet
exemple. Au _National_, on soutenait volontiers qu'avant de parler
de révolution sociale il fallait d'abord faire la révolution
politique. Mais à côté et un peu au delà du _National_, la _Réforme_,
fondée en 1843, sous les auspices de M. Ledru-Rollin, était loin
d'avoir les mêmes répugnances. Parmi les membres de son comité
elle comptait M. Louis Blanc, acceptait de ses mains un programme
entièrement conforme aux idées de cet écrivain, et lançait, en
1845, dans les ateliers de Paris, une pétition rédigée sous la même
inspiration. Il est d'ailleurs à remarquer que certains radicaux
qui reculaient ou hésitaient devant les conclusions doctrinales du
socialisme s'associaient, par calcul de tactique ou par entraînement
déclamatoire, à ses excitations et à ses provocations. Tel était
le cas de Lamennais. Interrogé en 1838 par Cabet, il avait répondu
n'avoir pas encore d'idées arrêtées sur ce que devrait être
l'«organisation du travail[159]», et plus tard, en 1847, dans une
lettre adressée au _National_, tout en applaudissant aux «tentatives»
des écoles communistes, il déclarait «ne pas approuver les moyens
qu'elles proposaient», notamment la façon dont elles supprimaient la
propriété individuelle. Mais cela ne l'empêchait pas de maudire avec
elles la société actuelle et de la déclarer sataniquement organisée
par les riches contre les pauvres. Sa rhétorique, si étrangement
mélangée de colère et de pitié, se plaisait à peindre la misère et
la servitude du prolétaire; il avait déjà commencé dans les _Paroles
d'un croyant_; il continua dans une série de pamphlets de plus en
plus véhéments: «Peuple, peuple, s'écriait-il, réveille-toi enfin!
Esclaves, levez-vous, rompez vos fers... Voudriez-vous qu'un jour,
meurtris par les fers que vous leur aurez légués, vos enfants disent:
«Nos pères ont été plus lâches que les esclaves romains; parmi eux,
il ne s'est pas rencontré un Spartacus[160]!» Par une inconséquence
singulière, l'auteur se défendait de vouloir la violence, et
s'interrompait par moments pour prêcher la justice à ceux dont il
venait d'irriter longuement les convoitises et les ressentiments.
Naturellement, ses excitations enflammées étaient mieux entendues que
ses conseils de sagesse. «J'ai vu des ouvriers, écrivait Proudhon,
qui, après la lecture du dernier ouvrage de Lamennais, demandaient
des fusils et voulaient marcher à l'instant[161].»

[Note 159: «Questions immenses, disait-il, et qui pour moi sont loin
d'être résolues.»]

[Note 160: C'est à chaque page qu'on trouve, dans les écrits de
Lamennais, ces exclamations incendiaires. Voyez, par exemple, ce
fragment d'une brochure intitulée _le Pays et le gouvernement_: «Ô
peuple, dis-moi, qu'es-tu? Ce que tu es! si j'ouvre la Charte, j'y
lis une solennelle déclaration de ta souveraineté: cela fut écrit
après ta victoire. Si je regarde les faits, je vois qu'il n'est
point, qu'il ne fut jamais de servitude égale à la tienne... Paria
dans l'ordre politique, tu n'es, en dehors de cet ordre, qu'une
machine à travail. Aux champs, tes maîtres te disent: «Laboure,
moissonne pour nous.» Tu sais ce qu'on te dit ailleurs, tu sais
ce qui te revient de tes fatigues, de tes veilles, de tes sueurs.
Refoulé de toutes parts dans l'indigence et l'ignorance, décimé par
les maladies qu'engendrent le froid, la faim, l'air infect des bouges
où tu te retires après le labeur des jours et d'une partie de la
nuit, réclames-tu quelque soulagement, on te sabre, on te fusille,
ou, comme le boeuf à l'abattoir, tu tombes sous le gourdin des
assommeurs payés et patentés.»]

[Note 161: _Correspondance de Proudhon_, t. I, p. 169.]

Si du radicalisme nous remontons aux régions plus tempérées de
l'opposition dynastique, nous n'y trouvons plus d'accointances
avec le socialisme. Quand la gauche était obligée de s'expliquer,
elle répudiait les faux prophètes; mais elle s'en occupait peu.
N'attendez pas de sa part une réprobation continue, une lutte active:
ses efforts sont tendus d'un autre côté, contre le gouvernement.
Les socialistes profitaient même parfois de sa tendance accoutumée
à prendre sous sa protection tous les révoltés, même ceux qui lui
étaient au fond les plus antipathiques. Et puis c'était aussi chez
elle un parti pris de nier le péril social, par crainte que les
intérêts effrayés ne se rejetassent du côté des conservateurs.
Ajoutons enfin que, par le tour donné dans les dernières années à ses
polémiques, par ses déclamations contre la corruption de la classe
régnante, par sa façon de présenter l'organisation politique comme
l'exploitation du pays par une sorte d'oligarchie bourgeoise, elle
fournissait inconsciemment des armes aux socialistes.

Le gouvernement et les conservateurs voyaient-ils mieux le danger
et savaient-ils le combattre? Il ne s'agissait pas uniquement de
réprimer les désordres matériels, d'intenter quelques procès de
presse, de dissoudre quelques associations, de prendre quelques
précautions de police. La politique qui eût borné là sa tâche eût été
singulièrement courte et étroite. Il fallait faire plus que punir la
manifestation extérieure du mal, il fallait guérir le mal lui-même.

Il y avait tout d'abord, au fond du socialisme, des idées fausses:
s'occupait-on de les redresser? Il semblait que cette tâche incombât
particulièrement aux économistes, école nouvelle, d'origine plus ou
moins britannique, active, remuante, déjà importante et aspirant
à l'être plus encore. À elle de faire justice des chimères et des
sophismes, au nom du bon sens, des lois naturelles, des faits
nécessaires. Or si l'on ouvre le _Dictionnaire d'économie politique_
au mot «Socialisme», et si l'on consulte la bibliographie des
ouvrages publiés _pour_ et _contre_, pendant la monarchie de Juillet,
on trouvera une longue liste d'ouvrages _pour_, et à peu près rien
_contre_; il a fallu l'explosion de 1848 pour que les économistes
s'aperçussent qu'il y avait une société à défendre. À peine doit-on
faire exception pour M. Louis Reybaud, qui publia, de 1840 à 1843,
deux volumes intitulés: _Études sur les réformateurs modernes_[162];
encore l'auteur avait-il moins pour objet de redresser les idées
populaires que d'intéresser la curiosité bourgeoise, en la mettant
au courant d'un mouvement qu'elle ignorait. M. Reybaud était le
premier à reconnaître qu'on n'avait pas réfuté les socialistes.
«La société, disait-il, ne leur a répondu que par l'indifférence.
Pour les réduire au silence, il eût fallu peu d'efforts. La société
n'a pas daigné prendre cette peine; elle était trop haut, eux trop
bas... À quoi bon se charger d'une justice qui se faisait toute
seule?... Le socialisme avoué est fini ou bien près de finir[163].»
Les économistes ne firent donc à peu près rien, à cette époque
du moins, pour contre-balancer, dans l'esprit du peuple, tant de
détestables enseignements. D'ailleurs, si même ils s'en fussent
occupés, auraient-ils eu, avec leurs allures un peu froides et
sèches, avec leur thèse, parfois impitoyable, du laisser faire et du
laisser passer, ce qui convenait, sinon pour mettre en lumière des
erreurs de doctrine, du moins pour aller au coeur des misérables,
pour satisfaire des aspirations fondées sur le besoin, pour désarmer
des passions alimentées par la souffrance?

[Note 162: Quelques-unes de ces études avaient paru dans la _Revue
des Deux Mondes_, de 1835 à 1840.]

[Note 163: _Revue des Deux Mondes_, 1er mars 1843.]

À vrai dire, ce qu'il eût fallu, c'était moins de réfuter tel ou tel
sophisme, que de remédier à la déviation morale et intellectuelle qui
avait permis à ces sophismes de trouver crédit dans tant d'esprits.
Le gouvernement pensait probablement avoir commencé cette oeuvre, en
s'attaquant à l'ignorance et en développant l'instruction primaire.
Il semble bien, en effet, qu'en pareille matière le concours des
maîtres d'école puisse être fort utile, à une condition cependant,
c'est que ces derniers ne deviennent pas, par une sorte de trahison,
les complices de l'ennemi. Il faut croire que, malgré ses honnêtes
efforts, le gouvernement de Juillet ne s'était pas suffisamment
prémuni contre cette trahison, car il devait suffire, au lendemain
de la révolution de Février, d'une criminelle incitation du pouvoir,
devenu momentanément révolutionnaire, pour transformer une bonne
partie des instituteurs publics en apôtres officiels du socialisme.
L'école ne suffisait donc pas, et elle pouvait même devenir un danger
de plus. Avec elle et au-dessus d'elle, il fallait le concours de
l'Église. Le socialisme était avant tout la contradiction des idées
chrétiennes qui avaient été, depuis tant de siècles, le fondement
de la vie morale et sociale. Un de ses docteurs le définissait:
un effort «pour matérialiser et immédiatiser le paradis spirituel
des chrétiens», et un autre résumait ainsi l'état d'esprit de ses
adeptes: «Ils ne croient pas et ils veulent jouir.» Aussi, dans le
peuple, les progrès du socialisme allaient de front avec ceux de
l'impiété, et d'une impiété si radicale que Proudhon lui-même,
malgré la joie sauvage qu'il en ressentait, ne laissait pas que d'en
être épouvanté[164]. Le remède ne pouvait être que dans le retour à
la religion: seule, elle pouvait vraiment redresser les esprits et
pacifier les coeurs des prolétaires; seule, elle pouvait donner à ces
derniers les explications et les espérances qui leur rendaient la
vie intelligible et supportable. Parmi les hommes du gouvernement,
il en était plusieurs qui paraissaient comprendre cette vérité,
et nul, par exemple, ne l'avait exprimée plus éloquemment que M.
Guizot[165]. C'était évidemment pour s'y conformer que le législateur
avait maintenu l'enseignement du catéchisme dans l'instruction
primaire. Toutefois, le christianisme, malgré le terrain regagné
depuis 1830, occupait encore une trop faible place dans les idées
et dans la vie de la classe dirigeante, pour qu'on pût attendre
de celle-ci une sorte d'apostolat religieux: son exemple agissait
le plus souvent en sens contraire. Et puis, par une malheureuse
coïncidence, le gouvernement se trouvait, depuis 1841, à propos de
la liberté d'enseignement, en lutte avec les influences catholiques;
au lieu d'encourager leur action bienfaisante, il était amené à
prendre des précautions contre leurs prétendus empiétements, aussi
préoccupé de marchander au clergé et aux congrégations leur part dans
l'éducation de quelques enfants, qu'il eût dû l'être de leur confier
l'éducation de cet autre grand enfant qu'on appelle le peuple.
Aucune autre doctrine, aucune autre force morale n'occupait ni ne
pouvait occuper, dans la bourgeoisie, la place que le christianisme
y avait malheureusement perdue. Ce n'était pas la moindre cause
de faiblesse de cette bourgeoisie en face du socialisme. Henri
Heine lui-même, tout incrédule qu'il était, en avait le sentiment
plus ou moins net: il insistait sur «l'avantage incalculable qui
ressortait, pour le communisme, de la circonstance que l'ennemi
qu'il combattait ne possédait, malgré toute sa puissance, aucun
appui moral en lui-même». Et il ajoutait: «La société actuelle ne
se défend que par une plate nécessité, sans confiance en son droit,
même sans estime pour elle-même, absolument comme cette ancienne
société dont l'échafaudage vermoulu s'écroula lorsque vint le fils du
charpentier[166].»

[Note 164: _Correspondance de Proudhon_, t, II, p. 134 à 137, et p.
169.]

[Note 165: V. notamment les articles publiés par M. Guizot, dans la
_Revue française_ de février, juillet et octobre 1838.]

[Note 166: Lettre du 25 juin 1843 (_Lutèce_, p. 380).]

Au fond du socialisme, il n'y avait pas seulement une perversion
des esprits et des coeurs, il y avait aussi, ne l'oublions pas, une
souffrance, souffrance réelle et profonde. Vainement le progrès
économique avait-il augmenté d'une façon générale le bien-être du
peuple: vainement celui-ci était-il mieux logé, mieux vêtu, mieux
nourri, mieux soigné dans ses maladies; en même temps, par une de
ces lois mystérieuses qui déroutent et humilient la raison humaine,
le premier résultat de ce développement industriel dont notre siècle
s'enorgueillissait, semblait être l'apparition d'un mal nouveau,
d'une forme spéciale de paupérisme qu'on appelait précisément le
paupérisme industriel: misère matérielle et morale, parfois plus
hideuse que tout ce qu'on avait vu à des époques réputées moins
prospères, et surtout rendue plus insupportable par le voisinage
et le contraste de la richesse que ces misérables contribuaient à
créer. Pour avoir raison du socialisme, il n'eût donc pas suffi
de prouver qu'il avait tort; il fallait supprimer ou soulager les
souffrances qui étaient après tout sa principale raison d'être.
Il serait fort injuste de dire, comme on l'a fait parfois, que la
monarchie de Juillet ne s'est pas occupée des ouvriers. Sans mise
en scène tapageuse, elle a fait beaucoup pour eux: développement
des caisses d'épargne, des conseils de prud'hommes, de l'assistance
publique, des brevets d'invention, des écoles, projets sur les
caisses de retraite et sur les monts-de-piété, etc., etc.; et certes
mieux vaut un gouvernement qui s'applique à résoudre modestement la
question sociale sans la poser, que celui qui la pose bruyamment sans
la résoudre. Toutefois, si peu de cas qu'on fasse du charlatanisme,
n'est-on pas tenté de regretter que le gouvernement d'alors
n'ait pas fait un peu plus montre de l'intérêt qu'il portait aux
travailleurs? Ceux-ci, en le voyant presque toujours absorbé,
au moins en apparence, par des questions qui ne les touchaient
aucunement, étaient plus disposés à écouter le sophiste qui affectait
au contraire d'être exclusivement occupé de leur cause. D'ailleurs,
il faut bien l'avouer, une partie de la bourgeoisie oubliait trop ses
devoirs envers l'ouvrier. Je l'ai déjà dit, cette bourgeoisie, malgré
ses qualités réelles, manquait un peu d'élévation d'esprit et de
chaleur de coeur; elle ne savait pas assez regarder en haut et aimer
en bas. Et puis, dans ses rangs, combien d'individus, étourdis et
comme grisés par l'étonnant progrès économique qui naissait de leurs
efforts et dont ils tiraient d'immenses bénéfices, en proie à une
sorte de fièvre de gain, de spéculation et de jouissance, irritaient
le prolétariat par leur égoïste indifférence, en même temps que leurs
exemples lui enseignaient toutes les convoitises matérialistes! De
là, le cri de révolte et d'envie qui semblait parfois répondre, d'en
bas, au culte du veau d'or qui régnait en haut. Là encore, n'est-ce
pas la religion qui eût pu apporter le vrai remède au mal social,
en rapprenant à cette société bourgeoise la leçon trop oubliée du
renoncement pour soi et de la charité envers les autres? Dès 1837,
Ozanam, considérant d'un côté le camp des pauvres, de l'autre le camp
des riches, «dans l'un l'égoïsme qui veut tout retenir, dans l'autre
l'égoïsme qui voudrait s'emparer de tout», demandait «qu'au nom de la
charité, les chrétiens s'interposassent entre les deux camps, qu'ils
allassent, transfuges bienfaisants, de l'un à l'autre, obtenant des
riches beaucoup d'aumônes, des pauvres beaucoup de résignation»;
qu'ils se fissent «médiateurs» entre «un paupérisme furieux et
désespéré» et «une aristocratie financière dont les entrailles
s'étaient endurcies»; et alors, dans le rêve généreux de sa jeunesse,
il voyait «cette charité paralysant, étouffant l'égoïsme des deux
partis, diminuant chaque jour les antipathies; les deux camps se
levant, jetant leurs armes de colère et marchant à la rencontre
l'un de l'autre, non pour se combattre, mais pour se confondre,
s'embrasser et ne plus faire qu'une bergerie sous un seul pasteur,
_unum ovile, unus pastor_[167]». Mais, hélas! bien petit était le
nombre de ceux qui pensaient et surtout agissaient comme Ozanam!

En somme, force est de reconnaître que la société se défendait mal
contre ses adversaires. Heureux encore quand elle ne se faisait pas
leur alliée, en prêtant la publicité de ses journaux et l'autorité de
ses applaudissements à des écrits qui, comme les romans d'Eugène Süe,
étaient l'une des plus redoutables machines de guerre du socialisme.
À vrai dire, dans la bourgeoisie, on ne croyait pas au danger. Le
travail, parce qu'il se faisait sous terre, échappait aux regards
distraits. Le suffrage restreint avait cette conséquence qu'il ne
laissait de place à aucune manifestation électorale ou parlementaire
des idées qui fermentaient dans les masses ouvrières. «Tout le
monde, a écrit depuis un homme mêlé à la politique de ce temps, M.
Saint-Marc Girardin, se laissait prendre aux apparences décevantes
du gouvernement représentatif, apparences d'autant plus décevantes
que, comme elles ont leurs agitations de tribune et leurs troubles
d'assemblée, l'inquiétude que causent ces troubles et ces agitations
fait croire qu'il n'y a pas à craindre de dangers plus grands et
plus sérieux... Les fossés qu'il fallait chaque jour éviter sur la
route nous cachaient, chose étrange, le précipice qui nous attendait...
La vie animée du gouvernement représentatif nous distrayait
et nous trompait. Nous nous occupions de nos malaises, et nous
négligions notre maladie.» De temps à autre, cependant, le désordre,
d'ordinaire caché, se faisait jour au dehors; il se produisait
comme des crevasses qui laissaient entrevoir la flamme du volcan et
par lesquelles s'échappait même quelque jet de lave incandescente;
ainsi fut-il, par exemple, à la fin de 1841, lors des révélations
qu'avait amenées l'instruction de l'attentat de Quénisset contre le
duc d'Aumale. Le monde politique prêtait un moment l'oreille; il
poussait un cri de terreur; le _Journal des Débats_ déclarait que la
question n'était plus de savoir comment serait résolu tel problème
parlementaire, mais bien «s'il y aurait ou non un ordre social».
Seulement, l'alarme ne durait pas: au bout de quelques jours, on ne
songeait plus qu'il pût y avoir un autre danger que les manoeuvres
de M. Thiers ou les déclamations de M. Odilon Barrot. Le préfet de
police, dont c'était la mission particulière de regarder à ce qui se
passait dans les bas-fonds sociaux, signalait parfois au ministre de
l'intérieur l'activité croissante de la propagande socialiste. «Là
est la véritable plaie de l'époque, disait-il en terminant l'un de
ses rapports, et l'on doit reconnaître que, chaque année, elle fait
de nouveaux progrès. Un pareil état de choses me paraît de nature
à éveiller la haute sollicitude du gouvernement[168].» Le ministre
probablement n'eût pas demandé mieux que de prendre en considération
cet avertissement; mais, au même moment, il en était détourné par
quelque incident de presse ou de tribune, par quelque préoccupation
électorale. On devait arriver ainsi jusqu'à la chute de la monarchie,
sans avoir jamais sérieusement pensé au danger du socialisme. Rien,
du reste, ne donne mieux l'idée de cette étonnante sécurité, de
cette inattention obstinée, de ce prodigieux aveuglement, que la
stupeur épouvantée de la bourgeoisie, quand, le 24 février 1848,
le socialisme, surgissant tout armé des barricades, vint exiger sa
place, à l'Hôtel de ville, parmi les maîtres de la France.

[Note 167: Lettres du 9 mars 1837 et du 12 juillet 1840.]

[Note 168: Rapport du 19 janvier 1847, publié par la _Revue
rétrospective_.]



CHAPITRE IV

M. GUIZOT ET LORD ABERDEEN.

     I. L'entente cordiale en Espagne. Réaction favorable à
     l'influence française. La candidature du comte de Trapani
     à la main d'Isabelle se heurte à de graves difficultés. La
     candidature du prince de Cobourg n'est pas abandonnée. M.
     Bresson, inquiet, interroge son gouvernement. Le duc de
     Montpensier est proposé pour l'Infante. Déclarations faites à
     ce sujet dans l'entrevue d'Eu, en septembre 1845. On continue à
     s'agiter en faveur de Cobourg. Le cabinet français instruit M.
     Bresson et avertit le cabinet de Londres qu'il reprendrait sa
     liberté si le mariage Cobourg devenait imminent. Intrigue nouée
     entre la reine Christine et Bulwer, au printemps de 1846, pour
     conclure ce mariage à l'insu de la France. Lord Aberdeen la fait
     échouer en la révélant à notre ambassadeur. Le ministre anglais
     fait au duc de Sotomayor une réponse qui semble inspirée par
     un sentiment différent. Impression que ces incidents laissent
     au gouvernement français.--II. L'Orient après 1840. L'Égypte.
     La question du Liban. Efforts peu efficaces de la diplomatie
     française.--III. La Grèce. Fâcheux débuts du nouveau royaume. M.
     Guizot propose à l'Angleterre de substituer, en Grèce, l'accord
     à l'antagonisme. L'entente cordiale à Athènes. Colettis au
     pouvoir. Opposition que lui fait la diplomatie anglaise. Succès
     de Colettis. La légation de France le soutient et l'emporte sur
     la légation britannique. Inconvénients de ce retour à l'ancien
     antagonisme.--IV. L'entente cordiale se maintient surtout par
     l'amitié personnelle de M. Guizot et de lord Aberdeen. Leur
     correspondance. Première démission du cabinet tory. Émoi causé
     en France à la pensée que Palmerston va reprendre la direction
     du _Foreign office_. M. Thiers, au contraire, qui a partie liée
     avec lui, s'en réjouit. Le ministère whig ne peut se former à
     cause des objections faites contre Palmerston. Voyage de ce
     dernier en France. Chute définitive du ministère Peel et rentrée
     de Palmerston.


I

Les affaires étrangères n'avaient pas tenu, dans les grands débats
politiques de la session de 1846, la même place que les années
précédentes. Il n'en faut pas conclure que le gouvernement français
n'avait plus de problème extérieur à résoudre ou du moins à
surveiller. Au dehors comme au dedans, les ministres n'ont jamais de
telles vacances. À défaut des accidents imprévus et extraordinaires
qui avaient naguère mis en question la paix du monde et l'existence
du cabinet, restaient les difficultés permanentes que notre
diplomatie ne pouvait perdre de vue, alors même qu'aucun fait public
n'attirait sur elles l'attention de la foule. En 1846, les plus
graves de ces difficultés avaient pour siège l'Espagne et l'Orient,
où, depuis si longtemps, se heurtaient les influences rivales de la
France et de l'Angleterre.

Des affaires d'Espagne, qui depuis la mort de Ferdinand VII avaient
causé tant d'embarras à notre gouvernement, il a été déjà question
plusieurs fois[169]. Il convient d'en reprendre le récit au moment
où nous l'avions interrompu, c'est-à-dire dans la seconde moitié
de 1843, alors que le cabinet de Londres, éclairé par la chute
d'Espartero, consentait enfin à s'entendre avec celui de Paris
et à substituer, dans la Péninsule, l'action commune au vieil
antagonisme; c'était, on le sait, la première manifestation de
«l'entente cordiale». Cette nouvelle politique ne parut pas tout
d'abord avoir des effets défavorables à la France. Au contraire,
notre influence reprit peu à peu, à Madrid, le terrain qu'elle avait
perdu pendant la régence d'Espartero. À travers mille intrigues de
cour ou de parlement, dans lesquelles tous les partis mêlaient--comme
cela ne se voyait qu'en Espagne--les procédés de révolution et ceux
d'ancien régime, le pouvoir ministériel passa successivement des
radicaux avancés, clients de l'Angleterre, à des radicaux de plus
en plus modérés, et finit par arriver, en mai 1844, aux mains du
général Narvaez et des autres chefs de l'ancien parti français.
Dès le mois de février précédent, la reine mère Christine, qui,
pendant son exil, vivait à Paris, dans l'intimité des Tuileries,
avait été solennellement rappelée et avait repris, sous le nom de
sa fille, l'exercice du pouvoir royal. Les élections, faites à la
fin de 1844, donnèrent une majorité conservatrice, et le premier
acte de la Chambre nouvelle fut de réformer la constitution dans un
sens monarchique. La réaction était donc complète. Le gouvernement
français ne pouvait la voir avec déplaisir, et il était disposé à
la seconder. Toutefois il était bien résolu à ne pas retomber dans
l'ornière de l'ancienne rivalité. M. Guizot avait proclamé cette
volonté à la tribune de la Chambre des députés, dès le 21 janvier
1844, et surtout il s'appliqua à en bien pénétrer l'ambassadeur de
France à Madrid, qui, depuis novembre 1843, se trouvait être le comte
Bresson, jusqu'alors accrédité près la cour de Berlin. Ce n'était
pas, en effet, entre les ministres dirigeants à Paris et à Londres
que l'entente cordiale avait le plus de peine à s'établir; c'était
au loin, entre les agents diplomatiques des deux puissances. Les
ministres, voyant par position les choses de haut et d'ensemble,
pouvaient prendre leur parti de tel sacrifice local qu'ils savaient
être compensé par les avantages généraux du système. Les agents,
placés au milieu d'un théâtre circonscrit, étaient portés à y borner
leur vue; autour d'eux, tout--hommes et choses, traditions du passé
et tentations de l'heure présente--les poussait à l'antagonisme.
Pour y échapper, il leur fallait remonter la pente naturelle de leur
fonction. M. Guizot connaissait notre nouvel ambassadeur à Madrid
pour un esprit ardent, prompt à la lutte, mais aussi fort capable
de comprendre une grande politique et de s'y dévouer; il le pressa
de «n'épouser aucune querelle, aucune coterie, aucun nom propre»,
de prêcher à tous, particulièrement à nos amis, la concorde, la
modération, et le détourna d'opposer un parti français à un parti
anglais[170]. Pour ce qui dépendait de lui, loin d'appuyer sur les
échecs infligés en Espagne à l'influence britannique, il cherchait à
les atténuer: ainsi retarda-t-il la rentrée de la reine Christine,
jusqu'à ce que le cabinet de Londres en eût reconnu la nécessité.

[Note 169: Voir plus haut, livre II, ch. XIV, § V; livre III, ch. II,
§§ IV et VI; ch. III, § III, et ch. VI, § I; livre V, §§ VII, VIII et
IX.]

[Note 170: J'ai eu sous les yeux la correspondance officielle et
confidentielle du ministre et de l'ambassadeur, correspondance fort
importante, dont j'aurai souvent occasion de me servir. M. Guizot,
d'ailleurs, en a cité de nombreux extraits dans ses _Mémoires_.]

En dépit de ces ménagements, le tour pris par les événements au delà
des Pyrénées était désagréable au gouvernement anglais, d'autant que
lord Palmerston ne manquait pas d'y montrer le fruit de la politique
suivie par ses successeurs. Lord Aberdeen en était parfois un peu
triste, mais il n'en persistait pas moins à répudier «cette politique
d'antagonisme qui, disait-il, avait beaucoup nui à l'Espagne, sans
beaucoup servir à l'Angleterre», et il proclamait que «seule, la
coopération des deux puissances occidentales pouvait assurer la
prospérité de la Péninsule». Tel fut le sens des instructions que,
lui aussi, il envoya à son représentant près la cour de Madrid.
Celui-ci avait été changé en même temps que l'ambassadeur de France;
malheureusement, en cette circonstance, on n'avait fait qu'à demi
les choses: si M. Aston avait été rappelé pour avoir été trop engagé
dans l'ancienne rivalité, il avait été remplacé par sir Henri Bulwer,
homme d'esprit, naguère premier secrétaire de l'ambassade anglaise à
Paris, mais, au fond, de la clientèle de lord Palmerston et, comme
tel, mal préparé à se faire l'instrument d'une politique d'union.
Aussi les rapports furent-ils tout de suite assez tendus entre le
nouveau ministre d'Angleterre et le comte Bresson, qui, de son côté,
n'était d'humeur à permettre ni qu'on lui manquât dans les petites
choses, ni qu'on l'entravât dans les grandes.

Les mauvais procédés de l'agent anglais n'ébranlèrent pas la volonté
conciliante de M. Guizot; il n'en prêcha pas moins la patience à son
ambassadeur. «Soyez, lui écrivait-il, toujours bien avec Bulwer et
pour lui; rendez-lui de bons offices. Ne fermez point l'oeil sur ses
petites menées, et tenez-moi toujours au courant; mais qu'il n'en
paraisse rien dans vos rapports avec lui, dans votre langage sur lui.
Vous avez vu le bon, le très beau langage de lord Aberdeen. C'est là
l'essentiel. Prenez cela pour le symptôme assuré et le vrai diapason
des intentions et des rapports des deux gouvernements. Que Bulwer,
comblé de vos bons procédés, de vos bons offices, ne puisse, s'il
fait des fautes et subit des échecs, s'en prendre qu'à lui-même.
L'entente cordiale n'est pas, je le sais, un fait de facile
exécution sur tous les points et tous les jours. C'est pourtant le
fait essentiel à la situation générale, et je m'en rapporte à vous
pour le maintenir au-dessus des difficultés locales qui pèsent sur
vous[171].»

[Note 171: Lettre du 17 février 1844.]

Dès l'établissement de l'entente cordiale en Espagne, M. Guizot
avait déclaré que «la plus grave des questions auxquelles elle
devait s'appliquer était sans contredit celle du mariage futur de
la reine Isabelle[172]». On se rappelle quelle était sur ce point
notre politique nettement proclamée: nous consentions à l'exclusion
des princes français, mais nous exigions un Bourbon, et, par
cette raison, nous avions absolument repoussé la candidature du
prince de Cobourg[173]. On n'a pas oublié non plus comment, dans
l'entrevue d'Eu, le gouvernement anglais, sans adhérer formellement
et en principe à notre prétention, avait paru s'engager en fait à
la soutenir, ou tout au moins à ne pas la contrarier[174]. Notre
candidat était alors le comte de Trapani, second frère du roi de
Naples, et également frère de la reine Christine. Ce n'était pas que
notre cabinet eût aucune préférence absolue pour ce prince. S'il
l'avait désigné, c'est qu'à ce moment, il lui paraissait le seul
Bourbon possible. Les neveux de Ferdinand VII,--le duc de Cadix
et le duc de Séville,--se trouvaient écartés à cause de la haine
passionnée que leur mère doña Carlotta témoignait à sa soeur la reine
Christine. La mort de Carlotta, en janvier 1844, ayant paru atténuer
cet obstacle, M. Guizot se hâta de déclarer que «la combinaison
napolitaine n'était pas pour nous une combinaison exclusive», et que,
par exemple, nous ne ferions pas d'objection au duc de Cadix. Cette
ouverture n'eut alors aucune suite; ce prince n'était pas _persona
grata_ auprès d'Isabelle et de sa mère. Celle-ci disait à Narvaez, au
mois de mars 1844, en arrivant en Espagne: «Je suis décidée pour mon
frère Trapani.»

[Note 172: Dépêche déjà citée du 10 août 1843.]

[Note 173: Plus haut, t. V, ch. III, § VIII.]

[Note 174: _Ibid._, § IX.]

Il ne fallut pas longtemps, cependant, pour s'apercevoir que
cette dernière candidature se heurtait à de grosses difficultés.
La principale n'était pas l'opposition de M. de Metternich, qui
poursuivait «son idée» d'un mariage d'Isabelle avec le fils de don
Carlos[175], et qui redoutait, au point de vue de sa politique
italienne, de voir «Naples entrer dans l'orbite de la France[176]»;
ce n'étaient pas non plus l'inertie maladroite et les hésitations
soupçonneuses du roi des Deux-Siciles, qui craignait d'être la dupe
de Louis-Philippe, et qui s'imaginait que ce prince n'avait pas
renoncé sincèrement à prendre la main d'Isabelle pour un de ses
fils. Le véritable obstacle était en Espagne. Au fond, personne
n'y voulait de Trapani: les radicaux, parce que c'était notre
candidat; les modérés, parce qu'ils désiraient un «grand mariage» qui
affermît leur monarchie constitutionnelle et lui assurât «un point
d'appui au dehors»; ce point d'appui, ils l'eussent trouvé dans le
mariage français, qu'en dépit de nos refus ils tentaient toujours
de remettre sur le tapis; ils ne le trouvaient pas dans un prince
d'un État secondaire, à peine âgé de seize ans, non encore sorti
du collège de Jésuites où il portait la soutane, et ayant d'autant
moins de prestige aux yeux des Espagnols que ceux-ci avaient gardé,
du temps où ils dominaient dans l'Italie méridionale, l'habitude de
mépriser les Napolitains. La reine Christine, tout en feignant, par
déférence pour le gouvernement français, de poursuivre le mariage
Trapani, le faisait sans désir sérieux de réussir, au contraire avec
l'arrière-pensée de retarder toute conclusion et avec l'espoir de
nous arracher, un jour ou l'autre, un prince français. M. Bresson
sentait son habileté et son énergie impuissantes à vaincre ces
résistances. Chaque fois qu'il croyait toucher au but, survenait un
incident qui l'en éloignait.

[Note 175: Plus haut, t. V, ch. III, § VIII.]

[Note 176: Lettre du prince de Metternich au comte Apponyi, 15 juin
1845. (_Mémoires de Metternich_, t. VII, p. 95.)]

Pendant ce temps, la candidature du prince de Cobourg, bien que
rentrée dans l'ombre, n'était pas abandonnée: elle paraissait
même trouver faveur, en Espagne, chez certains membres du parti
modéré, offusqués du cercle étroit dans lequel nous prétendions les
renfermer. L'un d'eux, le duc de Sotomayor, ministre à Londres,
disait très haut: «Si le roi Louis-Philippe ne nous donne pas un de
ses fils, nous prendrons de la main des Anglais un Cobourg, parce
qu'il nous faut à tout prix l'appui d'une grande puissance[177].»
Bien plus, on pouvait se demander si ce sentiment n'était pas celui
de la reine Christine. Un jour, M. Bresson lui racontait plaisamment
qu'à une insinuation de l'envoyé anglais sur le mariage Cobourg il
avait répondu: «Quand lord Ponsonby, il y a treize ans, a essayé
de pousser au trône de Belgique le duc de Leuchtenberg, j'ai fait
élire en quarante-huit heures le duc de Nemours; je puis assurer
qu'il ne m'en faut ici que vingt-quatre pour faire proclamer le duc
d'Aumale.» Loin d'être choquée de cette assurance, la Reine mère
répliqua sur le même ton: «Il ne vous faudrait pas tant de temps,
et si je savais que ce fût le moyen d'arriver à mon but, moi aussi
je pousserais le Cobourg[178].» Ce «mariage anglais» dont elle
nous menaçait en riant, elle y pensait à part elle beaucoup plus
sérieusement: c'était la ressource qu'elle se réservait au cas où le
mariage français deviendrait décidément impossible. Dès la fin de
1843, étant encore à Paris et recevant sir Henri Bulwer qui allait
prendre possession de son poste à Madrid, elle lui avait témoigné
tout le prix qu'elle attachait au bon vouloir de l'Angleterre, et lui
avait fait connaître son intention de soutenir le prince de Cobourg,
si, comme elle le craignait, elle ne pouvait obtenir un des fils
de Louis-Philippe[179]. Une fois revenue en Espagne, l'astucieuse
princesse, en qui l'on croyait voir parfois une nouvelle Catherine de
Médicis, continua à tenir le même langage en causant avec certains
adversaires de l'influence française, et ses propos revinrent plus
d'une fois aux oreilles de notre ambassadeur.

[Note 177: Lettre du comte Bresson à M. Guizot, du 28 septembre 1844.]

[Note 178: Lettres de M. Bresson à M. Guizot, 8 janvier et 31 mars
1844.]

[Note 179: M. Guizot dit avoir su depuis ce fait avec certitude.
(_Mémoires_, t. VIII, p. 220.)]

Tout cela n'était pas fait pour donner à M. Bresson grand espoir
dans le succès du candidat napolitain; avec son esprit vif et un peu
impatient, il se voyait déjà acculé à cette alternative: ou consentir
au mariage français, ou laisser faire le mariage Cobourg. Il ne
craignait pas les difficultés, à la condition de connaître nettement
son but. Il se décida donc, en septembre 1844, à demander hardiment
à M. Guizot ce qu'il comptait faire au cas où la question serait
ainsi circonscrite. «Je vous en prie, lui écrivait-il, répondez-moi
aussi nettement que je vais vous dire ma façon de penser. Je regarde
un prince français comme une glorieuse, et déplorable extrémité, un
prince allemand comme le coup le plus pénétrant, le plus sensible
à l'honneur de la France et à l'orgueil, à l'existence peut-être
de notre dynastie. Entre un prince français et un prince allemand,
réduit, adossé à ces termes, je n'hésiterais pas un moment: je ferais
choisir un prince français. Ici, cher ministre, mes antécédents me
donnent le droit de soumettre respectueusement au Roi et à vous
quelques observations personnelles. En 1831, quand la question
s'est posée, en Belgique, entre le duc de Leuchtenberg et le duc
de Nemours, je me suis trouvé dans une position identique. Je ne
rappellerai pas à Sa Majesté cette conversation que je suis venu
chercher à toute bride de Bruxelles... J'ai pris sur moi une immense
responsabilité: j'ai fait élire M. le duc de Nemours, et je n'hésite
pas à reconnaître que je l'ai fait sans l'assentiment du Roi et de
son ministre[180]. C'était très grave pour ma carrière, pour ma
réputation même; j'ai touché à ma ruine... Mon cher ministre, je
ne pourrais repasser par ce chemin, ni courir de pareils risques;
je ne serais plus, aux yeux de tous, qu'un brûlot de duperie ou de
tromperie... Expliquons-nous donc secrètement entre nous, mais sans
détour. Sur quoi puis-je compter?... Si la combinaison napolitaine
échoue, si, après avoir tenté, je l'atteste sur l'honneur, tous les
efforts pour la faire triompher, je me trouve forcément amené, pour
épargner à notre roi et à notre pays une blessure profonde, à faire
proclamer un prince français pour époux de la Reine, accepterez-vous
ce choix, et en assurerez-vous à tout prix l'accomplissement?»

[Note 180: Sur les faits auxquels fait allusion M. Bresson, voir la
seconde édition de mon tome I, livre I, ch. V, § I.]

Cette interrogation si précise ne blessa pas M. Guizot; bien au
contraire, elle lui plut, et il témoigna en termes généraux à son
ambassadeur une confiance qui était un encouragement. Toutefois il
évita de répondre directement à la question posée. Placé en face de
l'hypothèse imaginée par M. Bresson, il eût senti et agi comme lui,
et il était bien aise de le voir dans ces dispositions; mais, ne
croyant pas cette extrémité aussi fatale ni surtout aussi proche, il
ne voulait rien faire qui pût porter un agent résolu, prompt, ardent,
à précipiter les événements. Comme il l'a dit, «certaines choses sont
si difficiles à faire à propos et dans la juste mesure, qu'il ne faut
jamais les dire aux autres, et à peine à soi-même, tant qu'on n'est
pas absolument appelé à les faire». Pour le moment, quand les modérés
gouvernaient à Madrid et lord Aberdeen à Londres, notre ministre se
croyait garanti, sinon contre les embarras, les entraves, les délais,
du moins contre toute surprise déloyale; il voulait donc, de son
côté, épuiser toutes les chances de résoudre la question sans porter
atteinte à l'entente cordiale.

La demande de M. Bresson ne fut pourtant pas entièrement sans
résultat. Le gouvernement français, préoccupé des répugnances qu'on
lui signalait en Espagne contre le mariage napolitain, donna à
entendre qu'il ne répugnerait pas à le fortifier par une union du
plus jeune fils du Roi, le duc de Montpensier, avec la soeur cadette
de la reine Isabelle, l'infante doña Luisa Fernanda. Ce fut le 26
novembre 1844 que M. Guizot parla pour la première fois de ce projet
à M. Bresson; il l'avisa en même temps que ce second mariage ne
pourrait avoir lieu que «quand la Reine serait mariée et aurait un
enfant», c'est-à-dire quand l'Infante ne serait plus l'héritière
présomptive de la couronne. Par cette réserve faite spontanément,
avant toute communication du cabinet anglais, notre gouvernement
marquait que ce second mariage n'était pas pour lui un moyen détourné
de revenir sur ses déclarations antérieures et de mettre un fils
de France sur le trône d'Espagne. Ne donnait-il pas du reste, à
cette même époque, une autre preuve de sa loyauté en mariant à une
princesse napolitaine le duc d'Aumale, dont, à Madrid, on avait tant
désiré faire l'époux d'Isabelle[181]? L'ouverture relative au duc de
Montpensier fut reçue avec joie par la cour espagnole. Ce n'était
pas tout ce que cette cour eût voulu; mais elle se félicitait de ce
demi-résultat. Narvaez, qui était encore à la tête du ministère,
entra dans le nouveau projet avec son impétuosité accoutumée,
non sans essayer, il est vrai, d'obtenir plus encore: «Pourquoi,
disait-il à M. Bresson, ne pas nous donner le prince pour la Reine?»
Au moins aurait-il désiré conclure sur-le-champ un compromis secret
pour le mariage de l'Infante: M. Bresson eut quelque peine à se
dérober à ses instances et à ajourner tout engagement formel.
Quant à la reine Christine, aussitôt que son ministre lui parla de
la proposition du gouvernement français: «Pour l'amour de Dieu,
s'écria-t-elle, ne laisse pas échapper ce prince!»

[Note 181: Ce mariage fut célébré le 25 novembre 1844.]

Le gouvernement britannique fut quelque temps sans connaître cette
éventualité d'un mariage du duc de Montpensier avec l'Infante.
Quand il en fut informé, dans l'été de 1845, il ne cacha pas
son déplaisir et son inquiétude[182]. Aussi, lors de la seconde
visite de la reine Victoria à Eu, au mois de septembre de la même
année, Louis-Philippe et M. Guizot jugèrent-ils à propos d'aller
au-devant des soupçons qu'ils devinaient, et de prendre l'initiative
d'explications rassurantes. Ce qui fut dit, il importe d'autant plus
de le savoir avec précision, que les Anglais devaient reprocher
plus tard à notre gouvernement d'avoir manqué aux engagements pris
en cette circonstance. Le Roi commença par déclarer à la Reine et
à son ministre que le duc de Montpensier n'épouserait l'Infante
que lorsque Isabelle serait mariée et aurait un enfant; après ces
assurances qui ne lui coûtaient pas, car elles étaient la répétition
des instructions spontanément données à M. Bresson dès novembre 1844,
il ajouta: «Mais il faut un peu de réciprocité dans cette affaire,
et, si je vous donne vos sécurités, il est juste qu'en retour vous
me donniez les miennes. Or les miennes sont que vous ferez ce que
vous pourrez pour tâcher que ce soit parmi les descendants de
Philippe V que la Reine choisisse son époux, et que la candidature
du prince Léopold de Saxe-Cobourg soit écartée.--Soit, répondit
lord Aberdeen, nous pensons comme vous que le mieux serait que la
Reine prît son époux parmi les descendants de Philippe V. Nous ne
pouvons pas nous mettre en avant sur cette question, mais nous vous
laisserons faire; nous nous bornerons à vous suivre et, dans tous les
cas, à ne rien faire contre vous. Quant à la candidature du prince
Léopold de Saxe-Cobourg, vous pouvez être tranquille sur ce point:
je réponds qu'elle ne sera ni avouée ni appuyée par l'Angleterre, et
qu'elle ne vous gênera pas[183].» Tout ceci fut dit non pas une fois,
mais plusieurs fois, pendant le court séjour de la reine Victoria
à Eu, et le langage tenu par M. Guizot fut absolument conforme à
celui du Roi. Ainsi rien de plus net: les assurances données par
le gouvernement français au sujet du mariage du duc de Montpensier
étaient formelles, mais conditionnelles; du jour où le cabinet
anglais manquerait à ce que nous attendions de lui et que son langage
nous faisait espérer, nous reprendrions notre liberté. De notre part,
une telle attitude n'était pas nouvelle; notre gouvernement avait
souvent insisté--notamment lors de la première entrevue d'Eu--sur le
caractère synallagmatique des engagements qu'il prenait[184].

[Note 182: BULWER, _The life of Palmerston_, t. III, p. 183.]

[Note 183: Rapprochez ce langage de celui qu'avait tenu lord Aberdeen
lors de la première visite à Eu. (Voir plus haut, t. V, p. 197 à
199.)]

[Note 184: J'ai suivi principalement le récit que Louis-Philippe
a donné lui-même de ces conversations, un an plus tard, dans une
lettre adressée le 14 septembre 1846 à la reine des Belges et publiée
après la révolution de Février dans la _Revue rétrospective_. Les
circonstances dans lesquelles a été écrit ce récit permettent de le
considérer comme exact. C'était au moment où, accusé de déloyauté
par les Anglais, le Roi cherchait à se justifier. La lettre était en
réalité destinée à la reine Victoria. Il est évident que, surtout
pour ce qui regardait cette entrevue d'Eu, où la Reine avait été
présente, la première préoccupation du Roi dut être d'éviter des
inexactitudes de fait dont le seul résultat eût été d'ôter tout
crédit à son apologie.--Le témoignage de M. Guizot (_Mémoires_, t.
VIII, p. 226, 227) est absolument conforme à celui du Roi.--Rien,
dans les documents de source anglaise, qui puisse sérieusement
infirmer ce double témoignage. On y trouve seulement l'indice que
lord Aberdeen, tout en nous donnant les assurances rapportées plus
haut, renouvela la réserve, faite par lui, dès le début, du droit
appartenant à l'Espagne de choisir en toute indépendance l'époux
de sa reine. Encore le ministre anglais paraît-il, d'après son
propre témoignage, avoir été surtout préoccupé de ne rien dire qui
pût troubler un accord dont il était fort heureux.--Les _Mémoires_
récemment publiés d'Ernest II, duc de Saxe-Cobourg-Gotha, renferment,
sur le sujet qui nous occupe, quelques renseignements utiles. On y
voit que ce prince, chef de la maison de Cobourg, cousin germain du
candidat à la main d'Isabelle et frère du mari de la reine Victoria,
ayant ainsi toutes les raisons et tous les moyens de s'informer,
se plaignait avec amertume que, dans leur désir d'être agréables à
Louis-Philippe, le royal ménage anglais et lord Aberdeen se fussent
trop engagés, à Eu, en faveur du mariage Bourbon, et eussent sacrifié
le mariage Cobourg; il ajoutait que le gouvernement britannique
était ainsi «beaucoup plus lié qu'il ne voulait se l'avouer», et
qu'il avait perdu toute liberté de mouvement. On trouve aussi, dans
ces _Mémoires_, une lettre que le prince Albert écrivit, le 26
mai 1846, au duc Ernest, et dans laquelle il reconnaissait que le
gouvernement anglais «s'était engagé envers la France, dans le cas
où le Roi tiendrait sa parole de ne mettre en avant aucun de ses
fils, à employer toute son influence pour amener un mariage Bourbon».
(_Aus meinem Leben und aus meiner Zeit_, von ERNST II, herzog von
Sachsen-Coburg-Gotha. Berlin, 1887, 1er vol., p. 160 et 167.)]

L'Espagne à peu près satisfaite et l'Angleterre rassurée, le cabinet
français ne pouvait-il pas enfin se croire près du but? Non; dans
les derniers mois de 1845 et au commencement de 1846, il lui revint
que les Cobourg se donnaient plus de mouvement que jamais: plusieurs
d'entre eux, dont le prince Léopold, l'aspirant à la main d'Isabelle,
s'étaient réunis à la cour de Lisbonne qui leur servait en quelque
sorte de base d'opération; il était même question d'un voyage de
Léopold en Espagne; on ajoutait que le roi des Belges, et, ce qui
était plus grave encore, que le prince Albert et la reine Victoria
s'intéressaient au succès de ces démarches[185]: c'était du moins
ce qu'un diplomate portugais, revenant d'un voyage à Cobourg et à
Londres, assurait à sir Henri Bulwer[186]. Ce dernier n'avait pas
besoin d'être poussé dans ce sens. Dès l'origine, il avait jugé
«monstrueuse» notre prétention d'imposer un Bourbon comme mari de
la Reine, et avait regretté que son gouvernement ne la combattît pas
ouvertement; aussi tâchait-il d'y faire obstacle sous main, appuyait,
dans ses conversations, sur l'impopularité du comte de Trapani,
aidait aux ajournements, s'appliquait, comme le disait alors M.
Guizot, «à jeter du trouble dans les esprits, à entr'ouvrir pêle-mêle
toutes les portes, à ménager toutes les chances», notamment celle
du mariage Cobourg; en réalité, il avait fait de ce mariage son but
secret; il se disait que s'il parvenait à l'accomplir, on ne lui
saurait pas mauvais gré à Windsor d'avoir méconnu les instructions
du _Foreign office_[187]. N'y avait-il pas, d'ailleurs, dans ces
instructions, à côté des recommandations de marcher d'accord avec
la France, la réserve du droit que l'Espagne avait de choisir
librement l'époux de la Reine? Bulwer affectait de ne voir que cette
réserve, et son jeu était de susciter, à Madrid, une résistance, en
apparence spontanée, aux vues de la France, se flattant qu'en raison
de ses déclarations le gouvernement britannique se considérerait
comme tenu de respecter et de faire respecter cette manifestation
de l'indépendance espagnole. Lord Aberdeen, qui eût réprouvé sans
aucun doute une telle interprétation de ses instructions, était,
tout le premier, trompé par son agent, et il nous affirmait, de la
meilleure foi du monde, que celui-ci «ne faisait rien pour favoriser
le mariage Cobourg[188]». Lui-même, d'ailleurs, gêné par ce qu'il
savait des préférences secrètes de sa cour, n'était pas toujours
aussi net et aussi ferme qu'on l'eût désiré. À M. Guizot, qui lui
demandait de «ne laisser au prince de Cobourg aucune possibilité de
se présenter sous les couleurs de l'Angleterre», et qui insistait
pour qu'il «frappât ainsi d'impuissance tous les barbouillages
subalternes de Madrid[189]», il fit d'abord une réponse un peu
embarrassée; il protesta qu'il «voulait, comme nous, un prince de
Bourbon sur le trône d'Espagne», qu'il «le pensait et le disait»,
mais qu'il n'avait «aucune action directe sur les princes de
Cobourg», et que «la Reine restait libre d'en choisir un s'il lui
plaisait». Néanmoins, pressé par nous et aussi par sa conscience,
il se décida à parler nettement au prince Albert. Eut-il quelque
difficulté à le convaincre? En tout cas, au sortir de cet entretien,
il dit à notre représentant, M. de Jarnac: «Tout est maintenant
réglé comme vous le souhaitez; vous pouvez désormais tenir pour
certain qu'il n'y a, à Windsor, aucune prétention, aucune vue sur
la main de la reine d'Espagne pour le prince Léopold, et que notre
cour, comme notre cabinet, déconseillera toute pensée semblable...
Je puis vous répondre, sur ma parole de _gentleman_, que vous
n'avez rien à craindre de ce côté[190].» Et il ajoutait, un peu plus
tard: «Après ce qui s'est passé entre le prince Albert et moi, il
est impossible qu'il entre dans une intrigue; il n'oserait plus me
regarder en face[191].» La bonne foi de lord Aberdeen est hors de
toute contestation; on ne saurait douter non plus de celle du prince
Albert; cependant l'intrigue Cobourg allait toujours son train, et
M. Guizot se croyait fondé à écrire, le 10 décembre 1845, au comte
Bresson: «Plus j'y regarde, plus je demeure convaincu qu'il y a, en
Espagne et autour de l'Espagne, un travail actif et incessant pour
amener le mariage d'un prince de Cobourg soit avec la Reine, soit
avec l'Infante. Le gouvernement anglais ne travaille pas positivement
à ce mariage, mais il ne travaille pas non plus efficacement à
l'empêcher; il ne dit pas à toute combinaison qui ferait arriver un
prince de Cobourg au trône d'Espagne, un _non_ péremptoire, comme
nous le disons, nous, pour un prince français.»

[Note 185: Déjà, à l'origine de la candidature du prince de Cobourg,
nous avions entrevu l'action du prince Albert. (V. plus haut, t. V,
p. 181 et 182.)]

[Note 186: BULWER, _The life of Palmerston_, t. III, p. 189.]

[Note 187: Voy. ce que sir Henri Bulwer dit lui-même de ses
sentiments et de ses desseins, _The life of Palmerston_, t. III, p.
188 à 190.]

[Note 188: Lettre de M. de Sainte-Aulaire à M. Guizot, du 21 mai
1846.]

[Note 189: Lettre de M. Guizot à M. de Jarnac, du 7 novembre 1845.]

Dans cette situation, notre gouvernement jugea nécessaires deux
démarches, l'une à Madrid, l'autre à Londres: la première pour bien
armer son représentant en Espagne, la seconde pour bien avertir le
cabinet anglais. J'ai dit tout à l'heure qu'interrogé par M. Bresson,
en septembre 1844, sur certaines hypothèses extrêmes, M. Guizot
avait alors évité de répondre[192]; à la fin de 1845, il crut le
moment venu de s'expliquer sans ambages: «Nous ne pouvons, écrivit-il
le 10 décembre à notre ambassadeur, jouer un rôle de dupes. Nous
continuerons à suivre loyalement notre politique, c'est-à-dire à
écarter toute combinaison qui pourrait rallumer le conflit entre
la France et l'Angleterre à propos de l'Espagne. Mais si nous nous
apercevions que, de l'autre côté, on n'est pas aussi net et aussi
décidé que nous; si, par exemple, soit par l'inertie du gouvernement
anglais, soit par le fait de ses amis en Espagne et autour de
l'Espagne, un mariage se préparait, pour la Reine ou pour l'Infante,
qui mît en péril notre principe,--les descendants de Philippe
V,--et si cette combinaison avait, auprès du gouvernement espagnol,
des chances de succès, aussitôt nous nous mettrions en avant sans
réserve, et nous demanderions simplement et hautement la préférence
pour M. le duc de Montpensier.» Toutefois, le ministre recommandait
à M. Bresson, dont il redoutait toujours un peu l'ardeur, «de ne
faire usage de cette arme qu'en cas de nécessité». «Maintenez notre
politique jusqu'au bout, lui disait-il, aussi longtemps qu'on ne nous
la rendra pas impossible.»

[Note 190: Lettres diverses de M. de Jarnac à M. Guizot, au
commencement de novembre 1845.]

[Note 191: Lettre de M. de Sainte-Aulaire à M. Guizot, du 5 mars
1846.--Ce propos a été d'ailleurs rappelé, en termes presque
identiques, par lord Aberdeen lui-même, dans la lettre qu'il a écrite
à M. Guizot le 14 septembre 1846.]

[Note 192: Voir plus haut, p. 160.]

Si le gouvernement français ne voulait pas «être dupe», il tenait
aussi à ne tromper personne; de là, sa seconde démarche. M. Guizot
rédigea, le 27 février 1846, un _memorandum_ destiné à faire bien
connaître à Londres les résolutions qu'il pourrait être amené à
prendre. Il y rappelait d'abord les difficultés que rencontrait le
mariage Bourbon, la «neutralité froide» et l'«inertie» du cabinet
britannique, le travail fait pour le mariage Cobourg; puis il
déclarait que «si le mariage soit de la Reine, soit de l'Infante,
avec le prince Léopold ou avec tout autre prince étranger aux
descendants de Philippe V, devenait probable et imminent, nous
serions affranchis de tout engagement et libres d'agir immédiatement
pour parer le coup, en demandant la main soit de la Reine, soit
de l'Infante pour M. le duc de Montpensier»; il souhaitait de «ne
pas en venir à cette extrémité», mais ne voyait «qu'un moyen de
la prévenir», c'était que «le cabinet anglais s'unît à nous pour
remettre à flot l'un des descendants de Philippe V». «Nous nous
faisons un devoir de loyauté, disait-il en terminant, de prévenir
le cabinet anglais que, sans cela, nous pourrions nous trouver
obligés d'agir comme je viens de l'indiquer.» Communiqué aussitôt à
lord Aberdeen, cet important document ne provoqua de sa part aucune
contradiction ni observation.

Notre position était ainsi nettement prise, mais le danger n'était
pas supprimé. Bien au contraire, il allait devenir plus menaçant
que jamais. En avril 1846, trois personnages qui pouvaient, à des
degrés divers, parler au nom de la reine Christine,--d'abord son
secrétaire privé, M. Donoso Cortès, ensuite l'ancien garde du corps
devenu son mari sous le nom de duc de Rianzarès, enfin M. Isturiz
qui venait de remplacer le général Narvaez à la tête du ministère
espagnol,--s'abouchèrent mystérieusement, l'un après l'autre, avec
sir Henri Bulwer; ils lui annoncèrent que la Reine mère, lasse de la
prépotence française, était disposée à marier sa fille au prince de
Cobourg, seulement qu'elle désirait savoir si, en s'exposant ainsi
aux ressentiments de la France, elle pourrait compter sur l'appui
de l'Angleterre. Une telle démarche devrait étonner de la part
de Christine, naguère si étroitement liée, en apparence, à notre
politique. Mais ce n'était pas la première fois qu'on la voyait
pencher vers les Cobourg, soit par dépit de n'avoir pas obtenu un
prince français, soit dans l'espoir de nous l'arracher; avec cette
princesse, on ne savait jamais ce qui était réalité ou feinte.
D'après les aveux faits plus tard par M. Isturiz lui-même au comte
Bresson[193], l'intrigue avait été mise en train par le banquier
Salamanca; ce manieur d'argent, riche, peu scrupuleux, fort engagé
dans le parti radical et anglais, avait trouvé moyen de gagner le duc
de Rianzarès et, par lui, était arrivé jusqu'à la reine Christine.

[Note 193: Lettre inédite du comte Bresson à M. Guizot, du 21
novembre 1846.]

Sir Henri Bulwer n'avait nulle envie de décourager les ouvertures qui
lui étaient faites et que, sous main, il avait probablement contribué
à provoquer. Mais, officiellement, que pouvait-il y répondre?
Lui-même nous a exposé en ces termes son embarras: «Le gouvernement
britannique ne reconnaissait pas la prétention de la France d'imposer
un mari à la Reine: cela impliquait qu'il soutiendrait l'Espagne
si elle faisait un choix indépendant; toutefois, cela ne le disait
pas clairement, et je savais que lord Aberdeen n'aurait pas aimé me
le voir dire. D'autre part, donner à entendre au gouvernement de
Madrid qu'il n'avait qu'à se soumettre, m'exposait également à un
blâme. L'affaire était encore compliquée par le fait que le choix
de la reine Christine se portait sur le prince de Cobourg: si un
tel choix était chose indifférente aux yeux du peuple et du cabinet
anglais, il ne l'était pas pour la famille royale d'Angleterre[194].»
Bulwer ne nous dit pas bien explicitement comment il se tira de ces
difficultés; mais l'un de ses interlocuteurs, M. Isturiz, a été moins
discret, et voici, d'après son témoignage, la réponse que lui fit
le ministre d'Angleterre[195]: «Il faut que cette affaire ait l'air
d'être entièrement espagnole. La reine Victoria la verra avec la plus
grande joie; mais vous n'ignorez pas que, chez nous, les désirs de la
Reine ne font pas loi pour le cabinet. Lord Aberdeen ne voudra pas,
par l'adoption ostensible de ce candidat, compromettre ses rapports
avec la France, s'exposer peut-être à une rupture; nous devons donc
paraître le moins possible; mais aussitôt que vous vous serez mis
d'accord avec la maison de Cobourg, faites venir le prince Léopold le
plus secrètement et le plus promptement que vous pourrez; mariez-le
avec la Reine, et, le fait accompli, chacun se résignera[196].»
On ne saurait d'ailleurs garder aucun doute sur le caractère
encourageant de la réponse du ministre d'Angleterre, quand on voit
que la Reine mère se décida aussitôt à écrire une lettre au duc
régnant de Saxe-Cobourg[197], alors en visite à la cour de Lisbonne,
et que Bulwer se chargea de faire parvenir cette lettre, en ayant
soin de se cacher de la diplomatie française et même des ministres
espagnols, autres que M. Isturiz. Comme l'écrivait, quelques semaines
plus tard, le prince Albert, jamais la reine Christine ne se fût
hasardée à faire une pareille démarche, si le représentant de
l'Angleterre ne s'y fût associé[198].

[Note 194: BULWER, _The life of Palmerston_, t. III, p. 188.]

[Note 195: Lettre inédite, déjà citée, de M. Bresson à M. Guizot, du
21 novembre 1846.]

[Note 196: Un tel langage concorde parfaitement avec ce qu'on sait
des sentiments de Bulwer. Lui-même, d'ailleurs, reconnaît avoir
dit que le roi des Français ne pourrait s'opposer d'une façon
persistante à un mariage aussi raisonnable si les Cobourg et la Reine
s'y décidaient avec l'approbation des Cortès. «L'obstination d'une
partie, ajoutait-il, ferait céder l'obstination de l'autre.» (_The
life of Palmerston_, t. III, p. 190.)]

[Note 197: Ce prince était Ernest II, qui avait succédé, en 1844, à
son père Ernest Ier. Voir, sur la famille de Cobourg, plus haut, t.
V, p. 181, note 1.]

[Note 198: Lettre du prince Albert au duc de Saxe-Cobourg, en date
du 26 mai 1846. (_Aus meinem Leben und aus meiner Zeit_, von ERNST
II, herzog von Sachsen-Coburg-Gotha, 1er vol., p. 167.)--On voit
maintenant ce qu'il faut penser des historiens anglais qui, comme
sir Théodore Martin, le biographe officiel du prince Albert, nous
montrent, en cette circonstance, sir Henri Bulwer ne sortant pas de
la réserve ordonnée par ses instructions, et se bornant à faire la
commission qui lui était demandée, «sans se mêler de la lettre de la
reine Christine, autrement que pour la transmettre».]

Dans sa lettre[199], la Reine mère ne cachait pas qu'elle s'adressait
en réalité à la reine Victoria, et que le duc de Saxe-Cobourg n'était
qu'un intermédiaire. Elle exposait d'abord comment les difficultés
d'un mariage Bourbon la ramenaient au prince Léopold, «auquel,
disait-elle, le roi des Belges sait que j'ai toujours pensé». Elle
ajoutait: «J'ai entendu dire que S. M. la reine d'Angleterre est
animée, comme moi-même, de sentiments d'amitié sincère envers la
France, et qu'ainsi Sa Majesté a été prête à approuver et même
à appuyer une combinaison qui, sans être fatale aux intérêts
anglais, était de préférence auprès (_sic_) de S. M. le roi des
Français; mais j'ai toujours entendu dire aussi que S. M. la reine
d'Angleterre soutenait, comme moi-même, l'indépendance de l'Espagne
dans cette affaire espagnole avant tout, et je désirerais savoir,
avec une franchise égale à celle qu'on doit trouver dans cette
lettre, si, dans le cas où ma fille choisirait le prince Léopold de
Saxe-Cobourg, ce choix serait agréable à sa famille, et si la reine
d'Angleterre soutiendrait alors, comme on m'a assuré qu'elle l'a
soutenu jusqu'ici, le principe d'indépendance dont j'ai parlé, et
nous aiderait ensuite à mitiger d'injustes ressentiments, s'il y en
avait, ce que je ne puis croire. Dans la position actuelle de cette
affaire, je trouve que cette démarche est mieux faite comme demande
particulière entre les deux cours et les deux familles qu'entre
deux cabinets, ce qui livrerait peut-être prématurément cette
question au public.» Aussitôt la lettre parvenue à Lisbonne, dans
les premiers jours de mai 1846, le duc de Saxe-Cobourg s'empressa
d'en accuser réception: tout en assurant la reine Christine de «sa
profonde gratitude», il se borna à adhérer d'une façon générale à
ses voeux. Si désireux en effet qu'il fût de ce mariage, il n'osait
s'avancer davantage sans l'aveu des véritables chefs politiques
de sa maison,--son oncle le roi des Belges et son frère le prince
Albert,--auxquels il envoya aussitôt la lettre de la Reine[200].

[Note 199: Longtemps les historiens ont connu l'existence et le sens
général de la lettre de la reine Christine, sans en avoir le texte.
Ce texte vient d'être publié en français dans les Mémoires du duc de
Saxe-Cobourg. (_Aus meinem Leben_, etc., t. I, p. 163.)]

[Note 200: _Aus meinem Leben_, etc., t. I, p. 164 et suiv.]

Sir Henri Bulwer, qui avait agi en se cachant de son ministre,
n'avait pu, une fois la chose faite, la lui laisser plus longtemps
ignorer. Il s'attendait bien que lord Aberdeen serait vivement
contrarié, mais il croyait--lui-même l'a raconté plus tard--que cette
contrariété se manifesterait seulement par une dépêche confidentielle
rétablissant aux yeux du cabinet de Madrid la neutralité de la
politique anglaise, vaine protestation qui n'empêcherait pas
l'affaire, une fois lancée, de suivre son cours souterrain à l'insu
du gouvernement français. C'était compter sans la loyauté du
secrétaire d'État. Celui-ci, d'autant plus embarrassé et irrité
qu'il venait de se porter fort auprès de nous de la correction
d'attitude de Bulwer, résolut d'arrêter net cette intrigue et d'en
dégager sa responsabilité: dans ce dessein, il fit part lui-même à
notre ambassadeur à Londres de tout ce qu'il venait d'apprendre,
qualifia de «condamnable» la conduite de son agent, déclara en être
«très mécontent», et se dit «prêt à faire ce qu'à Paris on jugerait
convenable pour constater qu'il n'y était pour rien[201]».

[Note 201: Lettre de M. de Sainte-Aulaire à M. Guizot, du 21 mai
1846.]

À cette communication, grands furent l'émoi et la surprise du
gouvernement français, qui, malgré ses méfiances, ne s'était jamais
douté du risque qu'il avait couru. Il se garda d'ébruiter l'incident,
qui demeura, sur le moment, absolument ignoré du public[202]; mais,
dans le secret des conversations diplomatiques, il ne dissimula pas
la vivacité de ses impressions. Autant il savait gré à lord Aberdeen
de sa conduite, autant il se montra blessé de celle de la cour de
Madrid et de sir Henri Bulwer. Louis-Philippe ne ménagea pas la reine
Christine, en dépit de l'aplomb avec lequel elle «nia avoir fait
aucune ouverture à la maison de Cobourg[203]». M. Bresson secoua
rudement les ministres espagnols et les effraya sur les conséquences
d'une rupture avec la France. Quant à Bulwer, ayant reçu de son
ministre une remontrance sévère, il offrit sa démission, qui du
reste ne fut pas acceptée. Tous ces conspirateurs, ainsi surpris, au
milieu de leurs machinations ténébreuses, par le rayon de lumière
qu'avait soudainement projeté de Londres l'honnête main de lord
Aberdeen, embarrassés et meurtris des débris de la mine éclatée sous
leurs pieds pendant qu'ils la creusaient, faisaient vraiment assez
piteuse figure. Le moins penaud n'était pas le chef de la légation
britannique, qui se trouvait avoir livré ses complices espagnols
aux ressentiments du cabinet de Paris, et qui avait fait ainsi,
disait-il, «plutôt le métier d'un espion français que celui d'un
ministre d'Angleterre[204]».

[Note 202: L'opposition française se doutait si peu de ce qui s'était
passé, que M. Thiers, traitant à la tribune, le 28 mai 1846, des
affaires de la Péninsule, reprochait à la reine Christine de chercher
à imposer le comte de Trapani à l'Espagne, qui n'en voulait pas.]

[Note 203: Lettre de M. Bresson à M. Guizot, du 25 mai 1846.]

[Note 204: BULWER, _The life of Palmerston_, t. III, p. 192.]

La démarche de lord Aberdeen brouillait absolument le jeu des
Cobourg. Ce qu'eût été, sans cela, la réponse du prince Albert à
la communication que son frère lui avait faite de la lettre de
la reine Christine, on ne saurait le dire: mais écrite après que
tout était divulgué au gouvernement français, cette réponse fut
nécessairement défavorable. Le prince Albert, toutefois, ne put
cacher combien un refus lui coûtait. Dans une lettre datée du 26
mai 1846, il exposait d'abord à son frère comment le gouvernement
anglais, tout en s'engageant à appuyer le mariage Bourbon, avait
réservé l'indépendance de l'Espagne, et comment il en résultait
que, si celle-ci voulait résolument un autre mariage, l'Angleterre
devrait y consentir. On était, à l'entendre, sur le point d'en venir
là, quand Bulwer avait tout dérangé. «Sa conduite, ajoutait-il,
nous donne l'apparence d'un manque de parole, d'une intrigue, d'une
perfidie, et fournit à la France une juste raison de plainte. Nous
nous sommes donc vus forcés de nous laver les mains de ce qui était
fait et de prouver que nous y étions tout à fait étrangers. Il est
naturel qu'on ne nous croie pas.» Ce n'était pas que le prince Albert
renonçât absolument à voir son parent sur le trône d'Espagne; non,
cette idée lui tenait toujours à coeur; seulement, convaincu qu'elle
n'était désormais réalisable qu'avec l'assentiment de la France,
il se bornait à laisser voir qu'il ne désespérait pas d'obtenir
cet assentiment, le jour où la résistance de l'Espagne aurait
rendu décidément impossibles tous les candidats de la maison de
Bourbon[205].

[Note 205: Lettre du prince Albert au duc de Saxe-Cobourg, en date du
26 mai 1846. (_Aus meinem Leben und aus meiner Zeit_, von ERNST II,
herzog von Sachsen-Coburg-Gotha, vol. I, p. 167.)]

Lord Aberdeen ne pouvait ignorer ces sentiments du prince Albert.
Eut-il l'intention, sinon de les servir, du moins de les ménager,
quand, au lendemain même du jour où il venait de nous donner une
preuve si manifeste de son loyal désir d'accord, il adressa, le 22
juin 1846, au duc de Sotomayor, ministre d'Espagne à Londres, une
dépêche qui semblait écrite sous une inspiration toute différente et
qui devait plus tard fournir un argument à lord Palmerston? Voici à
quel propos cette dépêche fut rédigée. Sous le coup de la révélation
qui lui avait été faite, le gouvernement français avait traité assez
rudement le cabinet de Madrid. Celui-ci, voyant ou feignant de voir
dans notre langage une menace à son indépendance, saisit ce prétexte
pour demander au cabinet de Londres, d'abord si l'Espagne encourrait
le déplaisir de l'Angleterre au cas où elle jugerait nécessaire de
choisir le mari de la Reine en dehors des Bourbons, ensuite si, dans
cette hypothèse, l'Angleterre verrait avec indifférence la France
attenter à la liberté de l'Espagne. À la façon dont la question
était posée, on devine la main de M. Bulwer. Il fallait quelque
complaisance pour se prêter à ce rôle de donneur de consultation.
Lord Aberdeen eut cette complaisance. Dans sa réponse, adressée
au duc de Sotomayor, il commença par rappeler, d'une part, qu'il
n'avait reconnu à aucune puissance le droit d'imposer à la Reine
comme mari «un membre de quelque famille que ce soit»; d'autre part,
que le choix d'un Bourbon lui avait paru raisonnable et désirable.
Il ajouta qu'au cas où l'Espagne se croirait obligée de donner à la
Reine un autre mari, l'Angleterre n'en éprouverait aucun déplaisir;
il se refusait à admettre qu'à raison de ce fait la France portât
atteinte à l'indépendance de l'Espagne; mais, si elle le faisait,
le gouvernement de Madrid pourrait compter sur la sympathie
de l'Angleterre et de l'Europe entière[206]. Lord Aberdeen se
repentait-il donc d'avoir gêné les partisans du mariage Cobourg, et
voulait-il leur rendre le terrain qu'il leur avait fait perdre? Je ne
le pense pas. Dans les deux cas, il croyait conformer sa conduite à
ses déclarations antérieures. En effet, comme j'ai eu plusieurs fois
occasion de le noter, en même temps qu'il avait promis de seconder
en fait ou tout au moins de ne pas contrarier le mariage Bourbon,
il avait réservé en droit l'indépendance de l'Espagne. M. Guizot
n'eût pas eu de peine à lui montrer dès lors comment, en certains
cas, pouvaient sortir de cette double déclaration des démarches
contradictoires. Mais il avait été si heureux d'obtenir la promesse
de fait, qu'il n'avait pas voulu regarder de trop près à la réserve
de droit; de part et d'autre, chaque fois qu'on s'était entretenu
de ce sujet délicat, on avait mieux aimé laisser un peu d'équivoque
que de risquer un désaccord en s'expliquant plus nettement. C'était
en exécution de la promesse de fait que lord Aberdeen avait déjoué,
en mai, l'intrigue de Bulwer; ce fut par application de la réserve
de droit qu'il écrivit, en juin, la dépêche au duc de Sotomayor. Le
premier acte était beaucoup plus important que le second, celui-ci
n'étant qu'une consultation purement théorique, tandis que celui-là
avait des conséquences effectives et immédiates; il n'en résultait
pas moins, dans la politique anglaise, une sorte d'ambiguïté qui
n'était pas faite pour nous rassurer.

[Note 206: _Parliamentary Papers._]

Si j'ai raconté avec quelque détail le coup tenté et manqué, au
printemps de 1846, pour enlever à notre insu le mariage de la Reine
avec le prince de Cobourg, c'est que cet incident devait avoir une
influence décisive sur le dénouement de l'affaire des «mariages
espagnols». L'état d'esprit où il laissa le gouvernement français a
été pour beaucoup dans la résolution que celui-ci a prise quelques
mois plus tard. Non seulement M. Bresson, mais aussi M. Guizot
sortirent de là plus disposés encore au soupçon, plus faciles à
s'alarmer, plus convaincus que, pour n'être pas joués par leurs
concurrents, ils devraient probablement les devancer par une prompte
initiative. Édifiés sur ce dont on était capable à Madrid, aussi
bien à la cour qu'à la légation anglaise, ils savaient bien que le
dépit de la manoeuvre déjouée et la mortification des reproches subis
n'avaient corrigé personne; au contraire, plus les meneurs portaient
actuellement la tête basse, plus ils devaient être impatients de
prendre leur revanche. Et puis, bien que notre cabinet ne connût pas
la lettre écrite par le prince Albert à son frère, divers symptômes
avaient pu lui faire soupçonner quelque arrière-pensée chez la
reine Victoria et chez son époux. Au milieu de tant de raisons de
s'inquiéter, une seule garantie lui restait, garantie dont, en dépit
de la réponse à M. de Sotomayor, il venait d'éprouver l'efficacité:
c'était la droiture personnelle de lord Aberdeen, son sincère désir
de maintenir l'entente cordiale.


II

En Orient, comme en Espagne, il existait une rivalité traditionnelle
entre la France et l'Angleterre. La guerre avait même failli en
sortir: on se rappelle la crise de 1840, à laquelle avait mis
fin la convention des détroits, signée le 13 juillet 1841[207].
Depuis lors, que s'était-il passé dans ces régions? Sur la question
d'Égypte, si bruyante de 1833 à 1841, le silence s'était fait. Sans
doute le cabinet britannique regardait toujours de ce côté avec une
attention ombrageuse; quand le Czar, pendant son voyage à Londres,
en 1844, causa des affaires d'Orient avec sir Robert Peel, celui-ci
ne sortit des généralités vagues que pour déclarer sa volonté de «ne
pas laisser s'établir, sur le Nil, un gouvernement trop fort, qui
pût fermer la route du commerce et refuser le passage à la malle
des Indes[208]». Mais l'Angleterre croyait être garantie contre
tout péril de ce genre, depuis que Méhémet-Ali avait été forcé
d'abandonner ses conquêtes en Asie. Le cabinet de Paris n'avait pas
non plus de raison de remettre cette question sur le tapis. Il était
trop heureux de voir que l'autorité du pacha, réduite à l'Égypte,
gagnait en solidité ce qu'elle avait perdu en étendue[209], et de
constater, contrairement à toutes les prédictions des journaux, que
la France gardait son crédit à Alexandrie, que ses conseils y étaient
réclamés et écoutés, que son commerce y était en progrès, que ses
religieux, chaque jour plus nombreux, y répandaient sa langue et son
influence. M. Guizot pouvait dire à la tribune, le 21 janvier 1843:
«Nos rapports avec l'Égypte sont les meilleurs qui aient jamais été.»

[Note 207: Voir au tome IV.]

[Note 208: Ce propos a été rapporté par le baron de Stockmar, qui le
tenait de sir Robert Peel lui-même.]

[Note 209: Méhémet-Ali disait lui-même, en 1846, à M. de Bourqueney,
ambassadeur de France à Constantinople: «Les Anglais se disent
aujourd'hui mes amis; le fait est qu'en me débarrassant de ces sales
affaires de Syrie, ils m'ont rendu service.» (_La Grèce du roi Othon.
Correspondance de M. Thouvenel avec sa famille et ses amis_; p. 72.)]

La France n'était pas sortie partout en Orient aussi indemne de
la crise de 1840. Sur un autre point, en effet, cette crise avait
contribué à faire naître une question difficile, douloureuse, qui
devait longtemps embarrasser et attrister notre diplomatie: c'est
ce qu'on a appelé la question du Liban. Quelques explications
rétrospectives sont nécessaires pour la faire comprendre. On sait
que la partie de la Syrie nommée la Montagne est habitée par deux
races distinctes, rivales, ennemies: l'une, la plus nombreuse,
les Maronites, chrétiens aborigènes redevenus catholiques pendant
les croisades, depuis lors amis et clients de la France; l'autre,
les Druses, ni chrétiens ni musulmans, moins nombreux, mais plus
belliqueux et plus sauvages, que, depuis quelque temps, l'Angleterre
paraissait chercher à s'attacher. Par un privilège traditionnel
dont notre nation, protectrice séculaire des chrétiens d'Orient,
surveillait le maintien, la Montagne avait joui, jusqu'à la prise
de possession de la Syrie par Méhémet-Ali, d'une sorte d'autonomie;
petite république patriarcale et militaire, féodale et élective,
elle avait à sa tête un chef unique, sujet sans doute de la Porte,
lui payant tribut, mais chrétien et choisi, depuis plus de cent
ans, dans la puissante famille des Chéabs. La conquête égyptienne
porta une grave atteinte à cette organisation. Sans révoquer l'émir
Beschir, chef chrétien de la Montagne, le pacha supprima les libertés
de cette région et y établit, avec une extrême rigueur, son
autorité directe. De là des mécontentements que les agents anglais
s'empressèrent d'exploiter. Le gouvernement français, au contraire,
en appuyant Méhémet-Ali, semblait lui avoir sacrifié ses anciens
protégés. Sur ce point, comme sur plusieurs autres, notre engouement
pour le pacha nous faisait perdre de vue nos traditions et nos
intérêts. Lors des mesures d'exécution prises contre Méhémet-Ali,
après le traité du 15 juillet 1840, l'émir Beschir passa aux Anglais,
aussitôt qu'il pressentit leur victoire, sans cependant se sauver
ainsi lui-même. En effet, la Porte, à peine rentrée en possession
de la Syrie, profita des circonstances pour abolir les privilèges
de la Montagne et substituer un pacha ottoman au chef chrétien.
L'arbitraire et l'anarchie, telles furent aussitôt les conséquences
de l'administration turque. Dès 1841, les Maronites, indignement
maltraités, poussèrent un cri de détresse et implorèrent le secours
de l'Europe.

La France ne pouvait refuser de prêter l'oreille à cette plainte,
sans déserter son vieux rôle, sans répudier un patronage dont le
maintien importait grandement à son honneur et à son influence.
Toutefois, dès qu'elle voulut agir, elle se sentit gênée et affaiblie
par l'attitude même qu'elle venait de prendre dans le conflit du
sultan et du pacha. Après avoir laissé son client, Méhémet-Ali,
supprimer les privilèges des Maronites, avait-elle le même titre
qu'autrefois pour réclamer en leur nom? Pouvait-elle se flatter de
retrouver son ancien crédit auprès du divan, qui lui gardait rancune
de sa politique égyptienne et qui se flattait de pouvoir au besoin
lui opposer les puissances signataires du traité du 15 juillet 1840?
Et puis, du moment où les Turcs mettaient en discussion notre droit
de protection sur les chrétiens d'Orient, n'étaient-ils pas quelque
peu fondés à faire observer que la situation respective de la France,
de l'Europe et de l'Empire ottoman avait bien changé depuis l'époque
où ce droit s'était établi? Sous l'ancien régime, nous étions les
alliés du sultan, ne lui suscitant aucun embarras, ne lui inspirant
aucune inquiétude; depuis un demi-siècle, au contraire, la Porte,
non sans en garder ressentiment, nous avait vus successivement
faire l'expédition d'Égypte, délivrer la Grèce, conquérir l'Algérie,
émanciper à demi Tunis et soutenir Méhémet-Ali. Autrefois, nous
étions le seul État chrétien en rapports intimes avec la cour
de Constantinople; maintenant, les autres puissances, notamment
l'Angleterre et la Russie, y avaient des intérêts considérables et
y exerçaient une influence généralement rivale de la nôtre. Comme
l'a écrit M. Guizot, nous avions cessé d'être aussi nécessaires à la
Porte et nous lui étions devenus suspects.

Vers la fin de 1841, comprenant que, dans une telle situation, ses
représentations isolées n'auraient pas grande chance d'être écoutées
par la Turquie, le cabinet de Paris proposa aux grandes puissances
d'agir de concert. L'Autriche se montra bien disposée, quoique un
peu molle. L'Angleterre, où l'on ne faisait pas encore profession de
l'entente cordiale, fut plus hésitante, partagée entre son habitude
de protéger les Druses et l'indignation que les traitements infligés
aux Maronites ne pouvaient manquer d'inspirer à l'esprit droit de
lord Aberdeen. Quant à la Russie, nous ne pouvions compter sur son
concours que si, en nous le refusant, elle s'exposait à se trouver
isolée. Notre gouvernement s'aperçut vite qu'avec une Europe aussi
peu unie, on ne parviendrait pas à imposer à la Porte la restauration
intégrale des anciens privilèges du Liban et le rétablissement du
chef chrétien unique. Faute de mieux et tout en déclarant ne pas
voir là une satisfaction définitive, il se rallia à un expédient
transactionnel imaginé par M. de Metternich et appuyé par le cabinet
britannique. Il s'agissait d'obtenir de la Porte qu'elle dédoublât
l'administration du Liban; les Druses devaient avoir à leur tête un
magistrat de leur race; de même pour les Maronites. Le gouvernement
ottoman, après avoir essayé d'éluder cette demande, finit par
déclarer, d'assez mauvaise grâce, le 7 décembre 1842, qu'il se
conformerait au voeu des puissances.

La mesure, qui n'eût jamais pu être bien efficace, ne fut même pas
sérieusement et sincèrement exécutée. Les pachas turcs conservèrent
la réalité du pouvoir et s'appliquèrent à prolonger un état
d'anarchie qui leur paraissait servir la prépotence ottomane, en
affaiblissant les deux races rivales. Les choses en vinrent à ce
point que, dans les premiers mois de 1845, une véritable guerre
civile éclata entre les Maronites et les Druses; ces derniers,
appuyés plus ou moins ouvertement par les Turcs, eurent généralement
le dessus et se livrèrent aux plus atroces excès.

Le gouvernement français n'avait pas attendu ces lamentables
événements, pour se convaincre que la réforme nominale obtenue
en 1842 n'avait remédié à rien. Éclairé par l'expérience, pressé
par les orateurs qui, dans les deux Chambres, se faisaient les
avocats des Maronites, notamment par M. de Montalembert, M.
Guizot s'était bientôt décidé à modifier sa première attitude et
à réclamer le retour à l'ancien état de choses, le rétablissement
d'une administration unique et chrétienne. S'en étant ouvert aux
autres puissances, il trouva assez bon accueil auprès de M. de
Metternich. Mais, même après l'établissement de l'entente cordiale,
il ne parvint pas à amener à cette idée le cabinet de Londres.
Lord Aberdeen se disait très sincèrement désolé de l'anarchie du
Liban, prêt à s'associer à nous pour y mettre un terme; seulement,
il contestait l'efficacité du moyen que nous proposions. Incapable
personnellement d'encourager ou d'excuser les Druses, il était trop
souvent mal éclairé sur leur conduite, par ses agents en Syrie;
ceux-ci, obstinés dans les vieilles rivalités, ne voyaient, dans ces
féroces montagnards, que des protégés de l'Angleterre à soutenir
quand même contre les protégés de la France; le consul britannique à
Beyrouth put même être accusé d'avoir été l'instigateur ou tout au
moins le complice de ceux qui, en 1845, prirent les armes contre les
Maronites. Dans ces conditions, notre demande d'une administration
unique n'avait pas chance de réussir à Constantinople. Aussi, tout en
la maintenant, notre gouvernement ne négligea-t-il pas de présenter
des réclamations moins radicales, pour lesquelles il fut appuyé par
l'Autriche et même, dans une certaine mesure, par l'Angleterre.
Ces efforts ne furent pas absolument infructueux. En 1845 et dans
les années qui suivirent, diverses réformes, plus sérieusement
accomplies que celle de 1842, apportèrent des améliorations réelles,
bien qu'encore incomplètes, à la situation des Maronites. La
diplomatie du gouvernement de Juillet ne put obtenir davantage.


III

Les difficultés qui entravaient notre diplomatie dans la question du
Liban devaient lui faire chercher, sur cette vaste scène de l'Orient,
un autre point où elle pût agir plus efficacement. Y avait-il chance
de le trouver dans le jeune royaume de Grèce? On sait comment, à la
fin de la Restauration, la France, l'Angleterre et la Russie étaient
intervenues dans la création de cet État; elles avaient ainsi acquis
le droit et contracté l'obligation de surveiller et de seconder ses
débuts. Ceux-ci n'avaient pas été heureux. Plusieurs siècles de
servitude, suivis de plusieurs années d'insurrection, ne sont pas une
bonne école pour les moeurs publiques. Aussitôt les Turcs chassés, le
pays avait été en proie à une anarchie sanglante et ruineuse. Pour
y remédier, les trois puissances protectrices cherchèrent un roi;
elles eurent de la peine à le trouver; Léopold, le futur souverain
de la Belgique, un moment choisi en 1830, se déroba. Force fut de se
rabattre, en 1832, sur un prince encore mineur, Othon, second fils du
roi de Bavière. La France, l'Angleterre et la Russie lui accordèrent,
comme dot, la garantie collective d'un emprunt de soixante millions.
Les Bavarois qui, dans les premières années, administrèrent sous
le nom du jeune roi, le firent avec une main d'une lourdeur toute
germanique, irritant l'amour-propre national, sans satisfaire les
intérêts ni même maintenir l'ordre matériel et la paix intérieure.
En 1837, quand Othon commença à gouverner lui-même avec le concours
de ministres indigènes, les choses n'en marchèrent pas mieux; esprit
honnête, mais court, obstiné et hésitant, tenant à son pouvoir
absolu sans en rien faire, le Roi n'était ni aimé de ses sujets,
ni considéré par les diplomates étrangers. Le désordre financier
était extrême, au grand déplaisir des États garants de l'emprunt.
Pour comble de malheur, les dissensions intestines--la plus
dangereuse peut-être des maladies dont souffrait la Grèce--étaient
encore aggravées par la rivalité des trois puissances tutrices. Si
celles-ci, à l'origine, avaient agi en commun pour faire reconnaître
l'indépendance hellénique, ce n'était pas qu'il y eût entre elles,
sur cette question, un réel accord de vues; c'était au contraire par
méfiance réciproque, pour se surveiller et se contenir mutuellement;
chacune avait craint que l'autre ne voulût exploiter ce mouvement
à son profit exclusif. Le nouvel État créé, cette méfiance
persista. Les factions grecques l'exploitèrent, et bientôt elles se
distinguèrent en parti français, parti russe, parti anglais; chaque
chef de légation, devenu patron d'un parti, épousait ses prétentions,
s'associait à ses cabales et mettait son amour-propre à le faire
triompher sur les autres.

Jusqu'en 1841, la prépondérance à Athènes avait été surtout
disputée entre la Russie et l'Angleterre. La France avait été trop
occupée chez elle, ou, quand elle avait eu le loisir de songer à
un rôle en Orient, sa pensée s'était dirigée de préférence vers
l'Égypte. Ce fut seulement après le déboire éprouvé de ce côté
que M. Guizot manifesta, par une dépêche adressée le 11 mars 1841
aux autres cabinets, le dessein de «reporter sur la Grèce une
attention» qui, ajoutait-il, avait été jusque-là «distraite par
des questions plus urgentes[210]». Et pour commencer, il envoya
en mission extraordinaire et temporaire à Athènes M. Piscatory,
homme de ressources et de résolution, esprit élevé et ardent,
ayant une situation politique importante en France et jouissant en
Grèce d'une grande popularité personnelle pour avoir jadis, dans
la guerre de l'Indépendance, fait le coup de feu à côté des plus
vaillants palikares. Son arrivée amena naturellement les Grecs à
reporter leurs regards vers la France. Aussi bien savaient-ils que
là étaient leurs amis les plus sincères; à Londres, on ne s'était
résigné que d'assez mauvaise grâce à la création d'un État qui
démembrait l'Empire ottoman; à Saint-Pétersbourg, si l'on voulait
bien d'une Grèce vassale du Czar, on jalousait une Grèce trop forte
et trop indépendante; à Paris seulement, on avait applaudi sans
arrière-pensée à la résurrection d'un peuple ayant un passé si
glorieux, et on lui souhaitait sincèrement de grandes destinées.
Le dessein de M. Guizot n'était pas de rentrer, à Athènes, dans la
vieille politique d'antagonisme, dont au même moment il essayait de
sortir à Madrid. Partant de cette double idée que notre premier,
notre unique intérêt en Grèce était la durée et la prospérité du
nouvel État, ensuite que l'un des principaux obstacles à cette
durée et à cette prospérité était le conflit d'influence entre les
puissances protectrices, il désirait y substituer le concert. Dès
la fin de 1841, il s'en expliqua très nettement avec lord Aberdeen.
«Il est bien nécessaire, écrivait-il, que nous fassions cesser, sur
les lieux mêmes, ces jalousies aveugles, ces rivalités puériles, ces
luttes sur les petites choses, tout ce tracas d'en bas qui dénature
et paralyse la bonne politique d'en haut[211].» Le secrétaire d'État
britannique accueillit bien ces ouvertures et envoya des instructions
dans le même sens à sir Edmond Lyons. Celui-ci, qui, depuis 1832,
représentait l'Angleterre à Athènes, était un ancien capitaine de
vaisseau, homme du monde aimable, gai, naturel, mais diplomate
impérieux, soupçonneux, cassant, grossissant sans mesure tous les
incidents secondaires, prêt à partir en guerre pour les moindres
difficultés, tout imbu de l'esprit de lord Palmerston qui le tenait
en grande faveur; nul n'avait été plus passionnément engagé dans
toutes les querelles d'influence en Grèce. Un tel agent pouvait-il
devenir l'instrument d'une politique d'entente? En tout cas, pour
l'y contraindre, il eût fallu porter à ces affaires une attention
plus soutenue et plus énergique que ne le faisait à cette époque lord
Aberdeen. M. Guizot lui-même, absorbé par d'autres questions, ne
donna pas, pour le moment, grande suite à l'initiative qu'il avait
prise en 1841. L'année 1842 et le commencement de 1843 s'écoulèrent
donc sans que l'état des choses à Athènes fût sérieusement modifié.

[Note 210: Cette dépêche est citée intégralement dans les Pièces
justificatives des _Mémoires de M. Guizot_. C'est à ces Mémoires,
et aussi à l'ouvrage de M. d'Haussonville sur l'_Histoire de la
politique extérieure de 1830 à 1848_, que sont empruntés les
documents qui seront cités dans la suite de cet exposé, sans
indication de source spéciale.]

[Note 211: Lettre à M. de Sainte-Aulaire, en date du 8 octobre 1841.]

Ce fut vers le milieu de 1843, à l'époque où l'entente cordiale
tendait à devenir la règle générale des rapports entre l'Angleterre
et la France, que la question grecque fut remise sur le tapis et
prit assez d'importance pour que M. Guizot l'appelât, quelques
mois plus tard, à la tribune, «la grande affaire de l'Orient». Dès
juin 1843, M. Piscatory fut renvoyé à Athènes, non plus en mission
temporaire, mais avec la qualité de ministre de France. Il lui était
recommandé «de beaucoup faire et même sacrifier, pour maintenir le
concert avec ses collègues», spécialement avec sir Edmond Lyons.
«C'est, ajoutait M. Guizot, le seul moyen d'action efficace.....
Je ne sais pas jusqu'où nous mènerons ce concert; mais il faut le
mener aussi loin que nous le pourrons; par le concert et pendant sa
durée, nous nous fortifierons pour le moment où il nous manquera.»
En même temps, notre ministre saisissait l'occasion d'un débat à la
Chambre des pairs, le 21 juillet 1843, pour proclamer solennellement
la politique d'entente qu'il prétendait inaugurer en Grèce. À peine
arrivé à Athènes, M. Piscatory s'appliqua loyalement à exécuter ses
instructions. «Je me fais petit, écrivait-il à M. Guizot; j'ai même
un peu brusqué mes amis. Je fais ici un métier bien contraire à ma
nature; je me contrarie sur tout, et je fais d'énormes sacrifices à
mes collègues, qui n'en font aucun..... Ne croyez pas que je sois las
du mauvais quart d'heure qu'en toutes choses il faut savoir passer;
j'enrage souvent, mais je sais vouloir, et je voudrai jusqu'au bout.»

Des événements allaient s'accomplir qui rendaient le concert des
puissances plus nécessaire encore à la Grèce. Le 15 septembre 1843,
un soulèvement populaire arracha au roi Othon la promesse d'une
constitution libérale et la convocation d'une assemblée nationale
chargée de la rédiger. À la différence du cabinet de Londres,
celui de Paris n'avait pas désiré cette révolution: le système
parlementaire lui paraissait d'une application bien difficile avec
une nation si divisée et si inexpérimentée, une royauté si neuve
et si impopulaire; à son avis, il eût mieux valu s'en tenir à des
réformes administratives. Mais, le fait accompli, il se montra tout
disposé à s'unir à l'Angleterre pour seconder la mise en train
du nouveau régime. De Londres et de Paris, on envoya donc les
mêmes instructions. Tandis que M. Guizot écrivait à M. Piscatory:
«Persistez à subordonner les intérêts de rivalité à l'intérêt
d'entente, la petite politique à la grande», lord Aberdeen mandait à
sir Edmond Lyons: «Je vois avec regret que vous avez une tendance à
maintenir l'ancienne distinction des partis... Gardez-vous bien de
mettre en avant Maurocordato, ou tout autre, comme le représentant
de la politique et des vues anglaises. Je suis sûr que le ministre
de France recevra les mêmes instructions quant à Colettis et à ceux
qui se prétendraient les soutiens des intérêts français... Ce serait
une grande pitié, quand les gouvernements sont entièrement d'accord,
que quelque jalousie locale ou les prétentions personnelles de nos
amis vinssent aggraver nos difficultés.» Ces recommandations ne
furent pas sans effet. M. Piscatory marcha résolument dans la voie
qui lui était prescrite, étonnant parfois nos amis du parti français,
mais finissant par obtenir du plus grand nombre qu'ils suivissent
nos conseils d'union. Sir Edmond Lyons lui-même, frappé d'un tel
exemple et pressé par son chef, avait meilleure attitude que dans le
passé. L'union si patente de la France et de l'Angleterre, jointe
à l'abstention de la Russie, qui boudait la constitution, amena à
Athènes, sinon la paix, du moins une sorte de suspension d'armes
entre les partis; elle permit de passer sans accident le périlleux
défilé de la réunion de l'assemblée nationale et de la confection
de la constitution. Heureux résultat que M. Guizot célébrait à la
tribune de la Chambre des députés, le 21 janvier 1844, et dont, avec
raison, il faisait honneur à l'entente cordiale.

Le gouvernement français eut bientôt occasion de prouver la loyauté
avec laquelle il était résolu à pratiquer cette entente. Le premier
cabinet formé à Athènes, en avril 1844, après le vote de la
constitution, eut à sa tête le chef du parti anglais, Maurocordato;
M. Piscatory le soutint ouvertement. Pour le coup, sir Edmond Lyons
parut comprendre la vertu de l'entente cordiale; il n'avait pas
assez d'éloges pour M. Piscatory. Quant à lord Aberdeen, il était
tout heureux; à ceux qui, autour de lui et jusque dans le sein du
cabinet, doutaient des avantages de sa politique et objectaient que
son premier effet avait été, en Espagne, le triomphe de l'influence
française, il montrait, en Grèce, le parti anglais au pouvoir.
«Voilà, leur disait-il, à quoi sert l'entente[212]!»

[Note 212: Lettres de M. de Sainte-Aulaire à M. Guizot, du 2 et du 3
mai 1844.]

Cette lune de miel ne devait malheureusement pas durer. Maurocordato
s'appuyait sur une base trop étroite. Le parti anglais, composé
d'hommes relativement éclairés et ouverts aux idées européennes,
n'était guère qu'un état-major sans soldats. La masse de la nation
allait bien plus volontiers soit au parti religieux patronné par la
Russie, soit surtout au parti populaire, guerrier et patriote, qui se
recommandait de la France. Si le cabinet avait avec lui les habits,
il avait contre lui les fustanelles, de beaucoup les plus nombreuses.
On s'en aperçut aux élections générales auxquelles il fallut procéder
en juillet 1844. Elles furent un désastre pour Maurocordato, qui
dut céder la place à un ministère réunissant Colettis, le chef du
parti français, et Metaxa, le chef du parti russe. Cette association
n'impliquait pas un partage égal d'influence; la prépondérance
appartenait à Colettis.

Notre diplomatie n'avait rien fait, ni pour renverser Maurocordato,
à qui elle avait toujours prêté appui, ni pour pousser en avant
Colettis, qu'elle avait au contraire tâché de contenir; tout était
arrivé par le mouvement naturel de l'opinion en Grèce. L'événement
accompli, M. Guizot n'eut qu'une préoccupation, atténuer le
déplaisir et la mortification qu'en devait ressentir l'Angleterre.
Il faisait écrire à notre chargé d'affaires à Londres: «Ne laissez
pas croire que nous acceptions le moins du monde comme un succès
nôtre, c'est-à-dire français, la chute de Maurocordato[213].» Tout
en reconnaissant la nécessité d'aider Colettis, il voulait qu'on
ménageât le plus possible les hommes du parti anglais et qu'on ne
fournît aucun grief au cabinet de Londres. «Je crains, écrivait-il
à M. Piscatory, que nous ne retombions dans ce qui a, si longtemps
et sous tant de formes diverses, perdu les affaires grecques,
la division et la lutte des partis intérieurs et des influences
extérieures. Donnez, Colettis et vous, un démenti à ce passé. Je
vous y aiderai de tout mon pouvoir.» Et encore: «Dites-vous souvent
que, quelque intérêt que nous ayons à Athènes, ce n'est pas là
que sont les plus grandes affaires de la France.» En même temps,
il s'adressait directement à lord Aberdeen, et tâchait par de
loyales explications, par des assurances répétées, de dissiper ses
préventions et de calmer ses inquiétudes.

[Note 213: Lettre de M. Désages à M. de Jarnac, en date du 27
septembre 1844. (_Documents inédits._)]

C'était au tour de l'Angleterre de se conduire comme nous l'avions
fait pendant que ses clients étaient au pouvoir, de sacrifier ses
préférences de personne et de parti à la nécessité supérieure de
l'entente. Sir Edmond Lyons prit aussitôt une attitude absolument
contraire: tout entier à son dépit, il ne se donna même pas la peine
de le voiler, se brouilla ouvertement avec M. Piscatory, et commença
une guerre acharnée contre Colettis. Chez lord Aberdeen lui-même, il
semblait que la droiture habituelle d'esprit fût un peu altérée par
le désappointement que lui avait causé la chute de Maurocordato. M.
Guizot s'en rendait compte, et, dès le premier jour, il écrivait à M.
Piscatory: «Quand on attaquait lord Aberdeen sur l'entente cordiale,
quand on lui demandait quelle part de succès il y avait, la Grèce
était sa réponse, sa réponse non seulement à ses adversaires, mais
aussi à ceux de ses collègues qui hésitaient quelquefois dans sa
politique... Il a perdu cette réponse. Il est aujourd'hui, en Grèce,
dans la même situation qu'en Espagne; à Athènes, comme à Madrid,
il expie les fautes, il paye les dettes de lord Palmerston et de
ses agents. C'est un lourd fardeau; il en a de l'inquiétude et de
l'humeur.» Nos protestations, bien que non absolument inefficaces,
ne suffirent pas à dissiper cette humeur. Lord Aberdeen ne pouvait
se défaire de cette idée que la présence de Colettis au ministère
était un danger, et que M. Piscatory n'avait pas été étranger au
renversement de Maurocordato. C'était, du reste, la conviction
générale en Angleterre. Un député whig, M. Cochrane, ayant dit, en
pleine Chambre des communes, que la conduite de M. Piscatory avait
été «honteuse et dégradante», sir Robert Peel se bornait à répondre:
«Quant à la conduite de M. Piscatory, la Chambre m'excusera si je
n'en dis rien; je ne pense pas qu'il soit dans les convenances que
j'exprime publiquement mon opinion sur un agent étranger.» Tout ce
que M. Guizot put obtenir de lord Aberdeen fut la recommandation
faite à sir Edmond Lyons, qui n'en tint pas compte, de se montrer
poli avec M. Piscatory, «de ne prendre part à aucune menée contre
M. Colettis, et de ne tenter aucun effort pour faire prévaloir
l'influence anglaise[214]».

[Note 214: Instructions du 11 novembre 1844.]

L'espoir de lord Aberdeen était que Colettis échouerait comme
Maurocordato. Le problème ne paraissait-il pas insoluble? Dans un
pays où n'existait même pas la notion d'un état social régulier[215],
il fallait fonder un gouvernement, créer une administration, et même
faire fonctionner le régime parlementaire. Un événement, survenu
au milieu de 1845, rendit la situation plus difficile encore:
Metaxa s'étant brouillé avec Colettis, celui-ci resta seul maître
du pouvoir, ayant contre lui la coalition des deux partis russe et
anglais, sans autre point d'appui que son propre parti, nombreux à
la vérité, mais ignorant et turbulent. Et lui-même, qu'était-il? Un
ancien conspirateur, un ancien chef de palikares. Oui, mais depuis
la guerre de l'Indépendance il avait séjourné, pendant plus de sept
années, à Paris, comme ministre de Grèce; là, au spectacle des choses
d'Occident, dans le commerce intime d'hommes tels que M. Guizot et
le duc de Broglie, cet esprit naturellement sagace et supérieur
s'était initié à la civilisation, jusque-là tout à fait ignorée de
lui; sans dépouiller entièrement son premier tempérament, ni faire
disparaître toute sa barbarie d'origine, en en conservant ce qui le
maintenait en communion avec ses compatriotes, il avait peu à peu
acquis plusieurs des qualités de l'homme d'État. Aussi, une fois au
pouvoir, étonna-t-il tout le monde par son sens du gouvernement,
son esprit de mesure, son sang-froid, son aplomb, son adresse,
sa fécondité de ressources. Il domina ses adversaires et, ce qui
était peut-être plus malaisé, contint ses partisans. Non sans doute
qu'il eût du premier coup transformé en sujets soumis, en citoyens
corrects, des hommes dont plusieurs semblaient plutôt préparés
au métier de brigands; trop souvent il ne pouvait les satisfaire
qu'aux dépens de l'impartialité et de la régularité administratives.
Finances, justice, armée, police, rien n'était encore bien organisé;
certaines notions de moralité demeuraient fort obscurcies. C'était le
legs du passé, la conséquence d'habitudes anciennes qu'on ne pouvait
corriger en quelques mois. «On n'a jamais fait du pain blanc avec de
la farine noire», disait philosophiquement Colettis. Et cependant,
malgré tout, il y avait un réel progrès: le jeune royaume jouissait
d'une tranquillité relative, d'un commencement de prospérité qu'il
n'avait pas connus jusqu'alors et qui, pour le moment, paraissaient
lui suffire. Le premier ministre se montrait l'homme d'une transition
nécessaire entre l'anarchie barbare où la Grèce n'eût pu demeurer
plus longtemps sans périr, et le gouvernement régulier, moderne,
occidental, pour lequel elle n'était pas mûre.

[Note 215: M. Thouvenel, alors secrétaire d'ambassade à Athènes,
écrivait le 20 décembre 1845: «Rien ici n'est solide, si ce n'est
un instinct de désordre, de rapine, historiquement très explicable,
mais fort embarrassant pour former un État.» (_La Grèce du roi Othon,
correspondance de M. Thouvenel avec sa famille et ses amis_, p. 8.)]

Ce succès réel gagna à Colettis la sympathie de tous les témoins
impartiaux, même des envoyés des cours allemandes qui avaient d'abord
partagé les méfiances de la légation anglaise[216]. Mais il exaspéra
sir Edmond Lyons, qui n'en devint que plus obstiné et plus acharné
dans son hostilité. «C'est un fou furieux», écrivait-on d'Athènes,
le 20 décembre 1845[217]. Notre légation ne pouvait laisser sans
défense Colettis ainsi attaqué; force était de venir à son secours.
M. Piscatory n'était pas homme à déserter une telle tâche. À son
tempérament ardent, vaillant, énergique, la lutte coûtait moins
qu'une attitude de réserve et d'observation. Nul n'était plus homme
d'action et de commandement. Il prit donc sans hésitation, et même
probablement avec quelque plaisir, le rôle auquel l'obligeaient les
provocations de sir Edmond Lyons. Il se fit ouvertement le patron
du ministre que la légation anglaise prétendait renverser, le chef
du parti qui se disait «français», ne s'effarouchant pas de ce
que ce parti avait encore d'un peu sauvage, tâchant seulement de
le discipliner. «Nous nous sommes placés au milieu des palikares,
écrivait l'un des jeunes membres de la légation française, M.
Thouvenel; nos amis ne nous font pas toujours honneur, mais ils
sont les plus forts[218].» Il fut en effet bientôt visible, comme
le disait encore M. Thouvenel, que «M. Lyons était battu à plate
couture par M. Piscatory[219]». Le parti anglais ne comptait plus que
douze voix à la Chambre. Jamais notre influence n'avait été aussi
prépondérante à Athènes: c'était manifestement le ministre de France
qui gouvernait la Grèce.

[Note 216: Voir notamment un Mémoire rédigé en avril 1846 par
l'envoyé d'Autriche, le comte Prokesh. (HAUSSONVILLE, _Histoire de la
politique extérieure du gouvernement français_, 1830-1848, p. 107.)]

[Note 217: _La Grèce du roi Othon, correspondance de M. Thouvenel_,
p. 11.]

[Note 218: _Ibid._--M. Thouvenel ajoutait, quelques jours plus tard:
«Nous sommes ici, il ne faut pas nous le dissimuler, les amis de la
canaille; mais cette canaille, après tout, est la masse du pays,
et c'est là que, pour être forts, nous avons dû poser notre camp.»
(_Ibid._, p. 13.)]

[Note 219: _Ibid._, p. 113.]

Y avait-il lieu de se féliciter sans réserve d'un pareil résultat?
Ne fallait-il pas reconnaître, au contraire, qu'une telle situation
était anormale, et qu'elle pouvait avoir de fâcheuses conséquences
pour la Grèce comme pour la France? La Grèce n'avait chance de
s'affermir et de se développer, de surmonter ses difficultés
intérieures et extérieures, qu'avec l'appui de toutes les puissances
protectrices, et elle était certainement trop faible pour supporter,
sans en beaucoup souffrir, la rivalité diplomatique dont elle était
l'objet et le théâtre. D'ailleurs, si la maladresse de sir Edmond
Lyons et l'habileté de M. Piscatory donnaient momentanément le
dessous au parti anglais, l'Angleterre avait en Orient une situation
trop forte pour qu'il fût indifférent à un petit État d'encourir
son hostilité ou seulement sa bouderie. Quant à la France, hors la
satisfaction d'amour-propre de primer sur une scène bien étroite
et d'infliger un échec mérité à qui lui cherchait une méchante
querelle, de quel grand intérêt politique était pour elle cette
lointaine victoire? Quel profit trouvait-elle à dominer la Grèce,
quel honneur à paraître solidaire et responsable d'un gouvernement
après tout fort imparfait? Pouvait-elle se flatter de jouer un grand
rôle dans le Levant, au moyen de cet État encore mal assis auquel
on devait souhaiter, avant tout, une prudente immobilité, et dont
les ambitions n'eussent pu d'ailleurs se satisfaire qu'au préjudice
de notre politique traditionnelle sur le Bosphore? Tout cela, sans
doute, n'était pas une raison de se désintéresser absolument de ce
qui se passait en Grèce; mais c'était une raison de ne s'y engager
qu'avec mesure. Sur place, dans la chaleur de la lutte, cette mesure
était difficile à garder, surtout pour M. Piscatory. Il ne savait
pas faire petitement et n'était pas l'homme des rôles effacés ou
médiocres. C'était affaire à ceux qui l'employaient de lui choisir
des postes à sa taille. M. Thouvenel écrivait finement, d'Athènes, le
20 décembre 1845: «Ici, comme à Madrid, il est à désirer qu'on tienne
le jeu, mais sans y trop mettre; le gain ne vaut pas les émotions
de la partie.» Puis il ajoutait tout bas, en parlant de son chef de
légation: «Je crois qu'il a trop mis au jeu[220].»

[Note 220: _La Grèce du roi Othon, correspondance de M. Thouvenel_,
p. 9 et 11.]

À Paris, on savait gré sans doute à M. Piscatory et à Colettis de
leur habileté et de leur succès: on ne songeait ni à les désavouer,
ni à leur conseiller une capitulation. Mais on ne se voyait pas sans
chagrin entraîné dans une politique si différente de celle qu'on
avait rêvée et qu'un moment on avait cru tenir. M. Désages écrivait
à M. Thouvenel, le 20 mai 1846: «Oui, c'est un grand mal que nous
ayons à prendre si complètement, si ouvertement à notre compte la
défense et la protection du cabinet d'Athènes. C'est mauvais pour
la Grèce et pour nous, car la pression contre ce cabinet s'accroît
indubitablement de l'influence déclarée, patente, que nous donne
sur lui le besoin qu'il a de notre appui. À cela, je ne vois, pour
le présent du moins, aucun remède. Le seul palliatif est dans la
continuation de notre bonne entente avec les légations et les cours
allemandes[221].» Quant à M. Guizot, il avait trop vivement désiré
l'accord, il était trop pénétré de ses avantages supérieurs, pour ne
pas regretter le conflit, même quand il y avait l'avantage. Il ne se
lassait pas de faire appel à lord Aberdeen pour rétablir cet accord.
Il profitait de la seconde entrevue d'Eu, en septembre 1845, pour
dire au ministre anglais «tout ce qu'il pensait» de la conduite de
sir Edmond Lyons. Peu auparavant, M. de Metternich, pressé par nous,
avait aussi «fait une charge à fond» sur le secrétaire d'État. Tout
cela à peu près sans aucun résultat. «Je crois, écrivait M. Guizot
en novembre 1845, lord Aberdeen bien près d'être convaincu que Lyons
juge mal les affaires de Grèce et conduit mal celles de l'Angleterre
en Grèce; mais, mais, mais... je m'attends à la prolongation de
cette grosse difficulté.» Si désireux qu'il fût de mettre fin au
désaccord, notre ministre en prenait virilement son parti, du moment
où la politique britannique le rendait inévitable. «Il faut vivre
avec ce mal-là, écrivait-il à M. Piscatory; nous ne sommes pas en
train d'en mourir. Je regrette le fait, mais je m'y résigne.» C'est
qu'au fond, là comme en Espagne, il se sentait garanti contre de
trop fâcheuses conséquences, par la présence de lord Aberdeen au
_Foreign office_. S'il désespérait d'obtenir qu'il réprimât son
agent, il savait n'avoir à craindre de sa part aucune démarche
offensive qui pût faire dégénérer la querelle des deux légations en
un conflit des deux gouvernements. L'entente cordiale, pour n'avoir
pas produit dans les affaires de Grèce ce qu'on en attendait, n'y
était donc pas absolument inefficace: elle localisait le dissentiment
et l'empêchait d'avoir un contre-coup sur un plus vaste théâtre.

[Note 221: _La Grèce du roi Othon, correspondance de M. Thouvenel_,
p. 73.]


IV

On le voit, sur quelques-uns des points où l'on tâchait de
l'appliquer, l'entente cordiale n'allait pas sans difficultés.
Nouvelle preuve de cette vérité souvent constatée que, pour être
quelquefois raisonnable et utile, l'alliance anglaise est rarement
commode et agréable, surtout quand elle se trouve être, comme sous
la monarchie de Juillet, l'alliance nécessaire. Toutefois, là même
où cette entente était d'une exécution pénible et imparfaite, il
ne semblait pas que, du côté de la France, on pût se plaindre des
résultats obtenus. En Grèce comme en Espagne, si le cabinet de
Londres ne nous donnait pas le concours que nous eussions désiré, du
moins il nous laissait à peu près le champ libre, et, dans ces deux
pays où naguère l'influence anglaise dominait, l'influence française
avait maintenant le dessus. N'était-ce pas à croire que M. de
Metternich devinait juste quand, tout au début de l'entente cordiale,
le 12 octobre 1843, il avait fait cette sorte de prophétie: «Dans
une rencontre avec Louis-Philippe et M. Guizot, lord Aberdeen tirera
toujours la courte paille[222].» Cette impression persista à Vienne,
et, au commencement de 1846, l'ambassadeur d'Autriche à Londres
mandait à son gouvernement que «lord Aberdeen était complètement
dominé par l'ascendant de M. Guizot[223]». C'était naturellement sous
ce jour qu'en Angleterre l'opposition whig s'appliquait à présenter
les choses. Le journal de lord Palmerston, le _Morning Chronicle_,
disait en janvier 1845: «M. Guizot a tellement fasciné lord Aberdeen
qu'il n'est rien que celui-ci puisse lui refuser. M. Guizot a abaissé
notre influence en Espagne, en Grèce, en Belgique; il s'est moqué de
nous au Maroc, nous a insultés à Taïti, abandonnés au Texas, a usurpé
nos droits au Brésil... Tout serait préférable au compérage entre M.
Guizot et lord Aberdeen, compérage dans lequel ce dernier joue son
rôle sempiternel d'aimable dupe et sacrifie à la paix à tout prix les
plus chers intérêts et la véritable dignité de son pays.» Plus tard,
après la chute du ministère tory, un homme d'État whig, plus modéré
que lord Palmerston, lord Clarendon, s'expliquant dans l'intimité
sur le reproche fait ainsi à lord Aberdeen, le déclarait fondé;
il attribuait à son «laisser faire» le «succès des intrigues de
Louis-Philippe». «Les agents anglais, ajoutait-il, n'importe où ils
étaient, avaient été rendus dépendants des agents français, au point
qu'ils n'osaient se plaindre d'aucun mauvais procédé de ces derniers,
sachant que ce serait s'exposer à une réprimande et courir le risque
d'être humiliés dans l'exercice public de leur fonction[224].»

[Note 222: J'ai déjà eu occasion de citer ce propos. (_Mémoires de
Metternich_, t. VI, p. 690.)]

[Note 223: Lettre du comte de Flahault à M. Guizot, du 6 février
1846. (_Documents inédits._)]

[Note 224: _The Greville Memoirs, second part_, vol. III, p. 16.]

Ce qui est en tout cas certain, c'est que l'entente cordiale se
maintenait principalement par les rapports personnels d'amitié,
d'estime, de confiance, établis depuis la première entrevue d'Eu, en
1843, entre M. Guizot et lord Aberdeen. Ils avaient pris peu à peu
l'habitude de s'écrire directement dans les circonstances délicates,
cherchant ainsi à donner à leurs communications le caractère d'un
tête-à-tête. Il suffit de se rappeler quelles étaient les qualités de
M. Guizot, l'autorité et la hauteur de son esprit, pour être assuré
qu'un pareil tête-à-tête ne devait pas tourner à son désavantage.
Jusqu'où allait cette loyale et confiante intimité, on en peut juger
par ce que nous connaissons de la correspondance des deux ministres.
Un jour, par exemple, M. Guizot, apprenant que lord Aberdeen était
un peu troublé par les rapports de quelqu'un de ses diplomates, d'un
Bulwer ou d'un Lyons, lui écrivait: «Ce que nous avons, je crois,
de mieux à faire l'un et l'autre, c'est de mettre en quarantaine
sévère tous les rapports, bruits, plaintes, commérages, qui peuvent
nous revenir sur les menées secrètes ou les querelles de ménage de
nos agents; pour deux raisons: la première, c'est que la plupart de
ces commérages sont faux; la seconde, c'est que, même quand ils ont
quelque chose de vrai, ils méritent rarement qu'on y fasse attention.
L'expérience m'a convaincu, à mon grand regret, mais enfin elle
m'a convaincu que nous ne pouvions encore prétendre à trouver ou à
faire soudainement passer dans nos agents la même harmonie, la même
sérénité de sentiments et de conduite qui existe entre vous et moi.
Il y a, chez nos agents dispersés dans le monde, de grands restes de
cette vieille rivalité inintelligente, de cette jalousie aveugle et
tracassière qui a longtemps dominé la politique de nos deux pays.
Les petites passions personnelles viennent s'y joindre et aggravent
le mal. Il faut lutter, lutter sans cesse et partout contre ce
mal, mais en sachant bien qu'il y a là quelque chose d'inévitable
et à quoi, dans une certaine mesure, nous devons nous résigner.
Nous nous troublerions tristement l'esprit, nous nous consumerions
en vains efforts, si nous prétendions prévenir ou réparer toutes
les atteintes, tous les mécomptes que peut recevoir çà et là notre
bonne entente. Si ces atteintes sont graves, si elles compromettent
réellement notre politique et notre situation réciproque, portons-y
sur-le-champ remède, d'abord en nous disant tout, absolument tout,
pour parvenir à nous mettre d'accord, vous et moi, ensuite en
imposant nettement à nos agents notre commune volonté. Mais, sauf
de telles occasions, laissons passer, sans nous en inquiéter, bien
des difficultés, des tracasseries, des humeurs, des mésintelligences
locales qui deviendraient importantes si nous leur permettions de
monter jusqu'à nous, et qui mourront dans les lieux mêmes où elles
sont nées, si nous les condamnons à n'en pas sortir[225].»

[Note 225: Lettre du 3 décembre 1844, citée par M. Guizot dans son
étude sur Robert Peel.]

Pour pratiquer cette amitié avec M. Guizot, lord Aberdeen ne devait
pas seulement fermer l'oreille à ses subordonnés, il devait aussi
faire entendre raison à ses collègues, et non aux moindres d'entre
eux. Déjà plus d'une fois j'ai eu l'occasion de noter la tendance
de l'illustre chef du cabinet britannique, sir Robert Peel, à
prendre ombrage de ce qui se faisait ou se disait chez nous. Dans
l'automne de 1845, sous l'empire de ces méfiances, heureusement
passagères, il parut se produire un désaccord entre lui et le chef
du _Foreign office_; celui-ci tint bon et offrit sa démission; Peel
n'insista pas; seulement, comme il demeurait persuadé qu'en dépit des
intentions pacifiques de Louis-Philippe et de son ministre, la guerre
ne pourrait être longtemps évitée, il commença à s'occuper de la
défense des côtes méridionales, signalées, depuis plusieurs années,
par le duc de Wellington, comme le point faible de l'Angleterre[226].
Vers le même temps, M. Guizot, toujours attentif à ne laisser naître
aucun soupçon chez lord Aberdeen, s'expliqua à coeur ouvert avec
lui, au sujet des projets belliqueux qu'on prêtait à la France. «Je
n'ai nul droit, lui écrivait-il le 2 octobre 1845, de m'étonner des
suppositions et des appréhensions qu'excitent chez vous ce qu'on
appelle nos préparatifs et nos armements maritimes, car j'en suis
également assailli. Il n'est bruit, en France, que des armements et
des préparatifs de l'Angleterre.» Puis, après avoir montré, avec
force faits et chiffres, que, «considérés dans leur ensemble», les
travaux effectués en France «ne pouvaient avoir qu'une influence et
des résultats pacifiques», il ajoutait: «Je suis convaincu qu'il
en est de même chez vous, et je le dirai dans l'occasion. Dites-le
également pour nous. Repoussons, démentons nettement, de part et
d'autre, les mensonges intéressés de l'esprit de parti et les erreurs
puériles de la badauderie. La politique que nous pratiquons n'a
rien qui ne puisse être dit tout haut. Plus nous la montrerons à
découvert, plus elle sera, dans nos deux pays, forte et rassurante,
et plus aussi nous nous sentirons à l'aise et sûrs de notre fait en
la pratiquant[227].»

[Note 226: _The life of lord John Russell_, par Spencer WALPOLE, vol.
II, p. 13.]

[Note 227: _Lettres de M. Guizot à sa famille et à ses amis_, p. 230
à 236.]

Curieux et noble spectacle, bien rare dans l'histoire politique,
que celui de l'amitié de ces deux hommes d'État, devenue, entre des
peuples que divisaient tant de préventions anciennes ou récentes, en
face de questions difficiles, au milieu même de crises périlleuses,
la garantie de la paix du monde. Seulement on voit tout de suite en
quoi cette garantie était fragile et précaire. Qu'en resterait-il,
si l'un des deux amis venait à quitter le pouvoir? Or, vers le
milieu de 1845, le cabinet tory, qui gouvernait depuis 1841 et
qui avait accompli à l'intérieur de grandes choses, donnait des
signes d'affaiblissement. Quelques-uns de ses membres hésitaient
à suivre plus loin leur chef dans ses réformes économiques. Ces
difficultés devinrent telles que, le 6 décembre de cette même année
1845, sir Robert Peel dut porter à la Reine sa démission et celle
de ses collègues. Lord John Russell fut chargé de former une autre
administration. «Je suis bien triste! écrivit aussitôt M. Guizot à
lord Aberdeen. Nous faisions de la si honnête et si grande politique!
Et nous la faisions si amicalement! Qu'y a-t-il de plus rare, dans
la vie publique, qu'un peu de sincérité et de vraie amitié? C'était
très bon pour nos deux pays, et très doux pour nous-mêmes. Je ne
puis, je ne veux pas croire que ce soit réellement fini[228].» La
nouvelle causa d'autant plus d'émoi en France, qu'on annonçait la
rentrée de lord Palmerston au _Foreign office_. D'après le témoignage
d'un Anglais, alors de passage à Paris et fort mêlé à la haute
société politique des deux côtés du détroit, M. Reeve[229], le
roi Louis-Philippe manifestait contre Palmerston une «répugnance
invincible», et parlait de lui comme de «l'ennemi de sa maison»;
M. Guizot, plus réservé, déclarait «qu'il serait exactement pour
Palmerston ce qu'il avait été pour Aberdeen», mais il ajoutait: «Vous
ne vous faites pas l'idée de l'effet produit par ce nom-là sur ce
pays et sur mon parti. Je sors d'un dîner avec la grosse banque:
tous étaient dans la consternation; on est venu vers moi, me prendre
la main en me disant: «Mais, monsieur le ministre, que ferez-vous
de cet homme-là? Dans six mois, nous serons en lutte ouverte avec
l'Angleterre. Il vous fera des difficultés partout, en Espagne, en
Orient, à Taïti. C'est terrible.» M. de Rothschild disait au même M.
Reeve: «Lord Palmerston est un ami de notre maison; il dîne chez nous
à Francfort; mais il a l'inconvénient de faire baisser les fonds de
toute l'Europe, sans nous avertir.»

[Note 228: 13 décembre 1845. (_Ibid._, p. 237.)]

[Note 229: M. Reeve rendit compte de ses impressions à M. Greville,
dans deux lettres en date des 20 et 22 décembre 1845. (_The Greville
Memoirs, second part_, t. II, p. 345 à 347.)]

Il était cependant, en France, un homme qui, loin de s'effrayer de
la rentrée de lord Palmerston, s'en réjouissait: chose étonnante,
c'était celui qu'on eût pu croire le moins disposé à oublier le
traité du 15 juillet 1840, celui qui, ministre, avait paru vouloir
la guerre pour se venger de ce traité, celui qui, dans les années
suivantes, avait reproché à son successeur d'avoir, à l'égard des
offenses du gouvernement britannique, la mémoire trop courte et le
pardon trop facile: on a nommé M. Thiers. Depuis quelques années,
à la vue de l'intimité établie entre M. Guizot et lord Aberdeen,
l'idée lui était venue que son intérêt serait de lier partie avec
lord Palmerston. Il s'était persuadé que le meilleur moyen de
revenir lui-même au pouvoir était que l'opposition anglaise y revînt
d'abord; dans ce cas, se disait-il, Louis-Philippe, par crainte de
compromettre la bonne intelligence avec l'Angleterre, se déciderait
à abandonner les amis des tories et à les remplacer par les amis
des whigs. Dès la fin de 1844, au lendemain de l'affaire Pritchard,
au moment où Palmerston poussait le plus ouvertement à l'hostilité
contre la France, M. Thiers lui faisait des avances que l'adversaire
de lord Aberdeen accueillait bien, ne trouvant, à son point de vue,
qu'avantage à aider l'ennemi de M. Guizot[230]. On vit alors le
_Constitutionnel_ et le _Morning Chronicle_, jusque-là si ardents
à invectiver leurs patrons respectifs, échanger des coquetteries
dont le _Journal des Débats_ faisait ressortir l'étrange et suspecte
nouveauté. Peu après, le 28 janvier 1845, M. Greville notait sur
son journal: «Le plus curieux incident de la politique française
est la _flirtation_ commencée entre Thiers et Palmerston. Le fait
est de notoriété à Paris, et l'on s'en amuse... Quelques lettres
courtoises ont été échangées entre ces hommes d'État, autrefois
rivaux[231].» Sous l'empire de ces sentiments, l'ancien ministre du
1er mars entreprit, au mois d'octobre 1845, une courte excursion en
Angleterre. Il y fut reçu avec un empressement curieux; on goûta
fort son esprit et sa belle humeur, bien qu'il parût parfois un peu
superficiel[232]. Soucieux de corriger les impressions produites
outre-Manche par sa conduite en 1840 et par le langage qu'il avait
tenu depuis cette époque, il protesta que son retour au pouvoir, loin
d'altérer les relations des deux pays, les améliorerait; il ajouta
que si, naguère, ces relations avaient failli plusieurs fois être
compromises, la faute en était aux maladresses de M. Guizot[233]:
occasion, pour lui, de s'exprimer sur son rival avec une amertume
qui ne parut pas toujours de bon goût à ses interlocuteurs[234].
Il eut soin de voir les hommes de tous les partis; néanmoins ce fut
particulièrement avec les whigs qu'il s'attacha à nouer des liens
étroits, d'autant que plus d'un indice lui faisait alors pressentir
leur prochaine rentrée au ministère. Quelques jours après, M. de
Barante écrivait: «M. Thiers revient de Londres avec toute l'amitié
de lord Palmerston; il a aussi son entente cordiale[235].»

[Note 230: M. Léon Faucher écrivait à M. Duvergier de Hauranne, le
30 novembre 1844: «Vous savez que les nuages se dissipent entre M.
Thiers et les whigs. J'y ai, pour ma part, un peu travaillé, et je
crois qu'il faut se féliciter, mais tout bas, de voir arriver le
succès.» (L. FAUCHER, _Biographie et Correspondance_, t. I, p. 159.)]

[Note 231: L'éditeur du _Journal de M. Greville_, M. Reeve, confirme
ce rapprochement avec ses renseignements personnels, et il ajoute:
«C'était le résultat de leur commune haine contre M. Guizot.» (_The
Greville Memoirs, second part_, vol. II, p. 267.)]

[Note 232: Lord Clarendon écrivait à Panizzi, le 12 octobre 1845:
«Thiers passe littéralement comme un éclair; s'il veut apprendre
quelque chose sur ce pays-ci, il ne doit pas venir ici pour une
seule semaine, bien que cette façon d'agir soit en harmonie avec
son système habituel. Vous rappelez-vous son fameux billet à
Ellice, alors secrétaire de la trésorerie: «Mon cher Ellice, je
veux connaître à fond le système financier de l'Angleterre: quand
pourrez-vous me donner cinq minutes?» (_The Life of sir Anthony
Panizzi_, par Louis FAGAN.)]

[Note 233: _Journal inédit de M. de Viel-Castel._]

[Note 234: On lit dans le Journal de Greville: «Aberdeen trouva M.
Thiers très agréable, mais pas si bien (_fair_) pour Guizot que
Guizot pour lui. Guizot parlait toujours en bons termes de lui,
tandis que Thiers parlait très mal de Guizot. En effet, Thiers
s'exprime sur Guizot avec le plus grand mépris, dit qu'il est grand
à la tribune, mais qu'il n'est ni un homme d'État, ni un homme
d'affaires.» (_The Greville Memoirs, second part_, vol. II, p. 298.)]

[Note 235: Lettre du 29 octobre 1845. (_Documents inédits._)]

On comprend dès lors pourquoi, deux mois plus tard, M. Thiers
accueillit avec tant de satisfaction la nouvelle de la dissolution
du cabinet Peel. Sa seule crainte était que «ses amis» de Londres ne
fussent trop timides. De Paris, il les excitait. «Enfin, écrivait-il
le 16 décembre 1845 à l'un de leurs confidents, vous voilà prêts
à manger les tories; je fais des voeux pour qu'il en soit ainsi...
Cependant j'ai peur que vos amis manquent de résolution.
S'ils laissent passer cette occasion de prendre le pouvoir, je ne
sais quand ils pourront le reprendre... Dussent-ils échouer au
parlement, à leur place, je le tenterais, sauf à porter la question
devant les électeurs... M. Guizot est au désespoir de la chute
des tories[236].» En même temps, sur son propre terrain, M. Thiers
s'apprêtait, sans perdre un instant, à profiter de ce qui lui
paraissait un coup de fortune: il expliquait aux meneurs de la gauche
et du centre gauche comment l'avènement des whigs devait avoir son
contre-coup en France et forcer le Roi à se séparer de M. Guizot; la
disgrâce de ce dernier lui paraissait même assez proche pour qu'il
réglât d'avance avec M. O. Barrot, par une sorte de traité signé,
la façon dont ils partageraient le pouvoir et l'usage qu'ils en
feraient[237].

[Note 236: Lettre à M. Panizzi. (_The Life of sir Anthony Panizzi_,
par L. FAGAN.)]

[Note 237: _Notes inédites de M. Duvergier de Hauranne._--J'ai déjà
eu occasion de mentionner ce traité. (Cf. plus haut, ch. I, § I.)]

Tandis que M. Thiers s'agitait ainsi à Paris, les événements, à
Londres, trompaient ses espérances. Dans ses efforts pour former un
ministère, lord John Russell rencontrait beaucoup de difficultés,
et, fait curieux, la principale venait de l'inquiétude causée, en
Angleterre même, par la rentrée de lord Palmerston au _Foreign
office_; on craignait que les bons rapports avec le cabinet de Paris
n'en fussent gravement altérés. Cette objection, indiquée avec
réserve par la Reine, fut formulée d'une façon plus absolue par lord
Grey, qui refusa d'entrer dans le nouveau cabinet si l'on ne mettait
pas le ministre suspect d'hostilité contre la France à un autre
poste, par exemple au département des colonies. Palmerston, blessé,
répondit ne pouvoir accepter que les affaires étrangères. Lord John
Russell eût été disposé à lui donner raison[238], mais il ne crut pas
pouvoir se passer de lord Grey. Force lui fut donc, le 20 décembre
1845, de résigner le mandat que lui avait confié la Reine. Celle-ci
se retourna alors vers sir Robert Peel, qui consentit à retirer sa
démission[239]. À ce revirement imprévu, le désappointement de M.
Thiers fut grand[240]. M. Guizot, au contraire, se hâta d'écrire à
lord Aberdeen: «Je suis aussi joyeux que j'étais triste. Je ne veux
pas me refuser le plaisir de vous le dire..... Nous continuerons ce
que nous faisons avec un degré de plus de satisfaction et d'amitié,
si je ne me trompe. Votre lettre m'a été au coeur, où vous n'avez nul
besoin d'aller, car vous y êtes bien établi[241].»

[Note 238: Lord John Russell écrivait en effet à lord Minto: «Je
défendrai Palmerston, qui est si injustement accusé de désirer la
guerre, et qui s'est conduit toujours si galamment et si bien.» Ne
se rappelait-il donc pas combien il avait été mécontent, après la
signature du traité du 15 juillet 1840, des procédés de Palmerston
envers la France? Ce que j'ai indiqué (V. plus haut, t. IV, p. 292
à 296) de l'opposition, du reste fort impuissante, faite alors par
Russell à Palmerston, se trouve confirmé et complété dans la Vie,
récemment publiée, du premier de ces hommes d'État. (_The Life of
lord J. Russell_, par Spencer WALPOLE, t. I, p. 347 à 363.)]

[Note 239: Sur cette crise, voyez _The Greville Memoirs, second
part_, vol. II, p. 322, 330, 331; et _The Life of lord J. Russell_,
t. I, p. 416.]

[Note 240: Un ami de M. Thiers, M. Léon Faucher, écrivait à une de
ses amies d'Angleterre: «Le retour de sir Robert Peel a raffermi M.
Guizot. Il ne peut plus être renversé que par les élections.» (Léon
FAUCHER, _Biographie et Correspondance_, t. I, p. 171.)]

[Note 241: _Lettres de M. Guizot à sa famille et à ses amis_, p. 239.]

Mais pour combien de temps le ministère tory reprenait-il le
pouvoir? Rien n'indiquait que la maladie dont il souffrait, fût
guérie. Une nouvelle crise paraissait même si inévitable et si
proche, que lord Palmerston, qui la pressentait, voulut se prémunir
contre le risque d'être, dans ce cas, de nouveau jugé un ministre
impossible. Le meilleur moyen lui parut être de se faire donner, par
la France elle-même, une sorte d'_exequatur_. En avril 1846, on le
vit arriver à Paris, l'air aimable, le sourire aux lèvres, la main
tendue, déclarant très haut «qu'il était autant que personne ami de
la paix, de la France, partisan de l'entente cordiale et bien décidé
à la continuer s'il revenait au pouvoir». C'était le pendant du
voyage fait, quelques mois auparavant, par M. Thiers, à Londres. On
fut agréablement surpris de trouver ce «terrible homme» si adouci,
et l'amour-propre national fut flatté d'une démarche qui avait une
apparence d'amende honorable. Invité et festoyé dans plusieurs
salons politiques, présenté aux Tuileries, Palmerston fut bien reçu
en tous lieux, avec une politesse réservée par le Roi et M. Guizot,
avec beaucoup d'empressement par l'opposition, notamment par M.
Thiers, qui, huit heures durant, lui fit parcourir et lui démontra
les fortifications de Paris. Cet empressement des adversaires du
cabinet, joint à la curiosité des badauds, parut faire au visiteur
un succès dont la dignité nationale ne laissait pas que de souffrir
un peu. Le public finit par sentir ce défaut de mesure et par se
demander pourquoi l'on faisait fête à un tel homme. Mais avant que
cette réaction eût eu le temps de se dessiner, Palmerston était déjà
rembarqué, emportant sans doute l'idée, comme l'écrivait alors M.
Guizot à lord Aberdeen[242], «que les Français étaient bien légers,
bien prompts à passer d'une impression à l'autre, et qu'il n'y avait
pas grand inconvénient à leur donner des moments d'humeur, puisqu'il
était si aisé de les en faire revenir». Vainement notre ministre
affirmait-il que, «sous ces impressions mobiles et superficielles,
le fond des choses subsistait», et ajoutait-il «que si ce voyage
changeait, en Angleterre, la situation du voyageur, ce serait un
effet très exagéré et fondé sur l'apparence plutôt que sur la réalité
des choses»; on conclut, outre-Manche, de tout ce qui venait de se
passer, que nous ne tenions plus rigueur à l'auteur du traité du 15
juillet 1840, et que désormais on pouvait sans scrupule lui laisser
prendre place dans un ministère.

[Note 242: Lettre du 28 avril 1846.]

Deux mois à peine s'étaient écoulés depuis ce voyage que, le 25 juin
1846, le ministère tory, mis en minorité à la Chambre des communes,
donnait de nouveau une démission, cette fois définitive. Lord John
Russell ne rencontra plus aucune objection à la rentrée de lord
Palmerston au _Foreign office_, et son cabinet fut promptement
constitué. En France, les journaux de M. Thiers saluèrent avec une
joie triomphante une révolution ministérielle dont ils faisaient
prévoir le contre-coup de ce côté-ci de la Manche. M. Guizot fut
réduit à écrire tristement ses regrets au _dear_ lord Aberdeen et
à sir Robert Peel. Ce dernier avait pu, sous le coup de certains
accidents, témoigner parfois de quelque impatience ombrageuse à
l'égard du gouvernement français; mais, au fond, son grand et droit
esprit avait compris et accepté la politique de bon accord pratiquée
à côté de lui par lord Aberdeen. On le vit bien dans la lettre par
laquelle il répondit aux condoléances du ministre français. «Grâce à
une confiance réciproque, lui écrivait-il, grâce à une égale foi dans
l'accord de nos vues et la pureté de nos intentions, grâce aussi (je
puis le dire sans arrogance depuis que j'ai reçu votre affectueuse
lettre) à une estime mutuelle et à des égards personnels, nous avons
réussi à élever l'esprit et le ton de nos deux nations; nous les
avons accoutumées à porter leurs regards au-dessus de misérables
jalousies et de rivalités obstinées... Sans cette confiance et cette
estime mutuelles, combien de pitoyables difficultés auraient grossi,
au point de devenir de redoutables querelles nationales!» Hélas!
de tout autres sentiments allaient inspirer désormais la politique
anglaise. L'entente cordiale était finie.



CHAPITRE V

LES MARIAGES ESPAGNOLS.

(Juillet-octobre 1846.)

     I. Dispositions hostiles de Palmerston, particulièrement en
     Espagne. M. Guizot donne comme instructions à M. Bresson de
     marier le duc de Cadix à la Reine et le duc de Montpensier
     a l'Infante. M. Bresson croit pouvoir promettre à la reine
     Christine la simultanéité des deux mariages. Mécontentement
     de Louis-Philippe qui veut désavouer son ambassadeur.--II.
     Palmerston nous communique ses instructions du 19 juillet, où
     il nomme Cobourg en première ligne parmi les candidats à la
     main d'Isabelle. À Paris, on voit dans ce langage l'abandon
     de la politique d'entente. M. Guizot ne consent pas encore la
     simultanéité, mais il détourne le Roi de désavouer M. Bresson.
     Ses avertissements au gouvernement anglais.--III. Lettres
     confidentielles que Palmerston adresse à Bulwer pour compléter
     ses instructions. Ce qu'il nous cache et ce qu'il nous montre.
     Il est dès lors manifeste que Palmerston a rompu l'entente et
     que la France est libérée de ses engagements.--IV. La reine
     Christine, inquiète de l'appui donné par le ministre anglais
     aux progressistes, nous revient; seulement elle exige la
     simultanéité. Le Roi se résigne à laisser faire M. Bresson.
     Répugnances de la reine Isabelle pour le duc de Cadix. L'accord
     sur les deux mariages est enfin conclu à Madrid.--V. Irritation
     de Palmerston. Il est appuyé par lord John Russell. Lord
     Aberdeen donne tort à M. Guizot. La reine Victoria est très
     blessée. Lettre justificative de Louis-Philippe et réponse de
     la reine d'Angleterre. L'opinion anglaise prend parti pour
     Palmerston.--VI. Attitude de l'opposition française. M. Thiers
     la décide à attaquer les mariages.--VII. Palmerston veut
     empêcher l'accomplissement du mariage du duc de Montpensier.
     Efforts de Bulwer et de son ministre pour soulever une
     opposition en Espagne et intimider le cabinet de Madrid. Tous
     ces efforts échouent.--VIII. Palmerston cherche à effrayer
     et à faire reculer le gouvernement français. Celui-ci ne se
     laisse pas troubler et ne modifie rien à ses résolutions.--IX.
     Palmerston demande aux autres puissances de protester avec
     l'Angleterre. M. Guizot s'occupe de contrecarrer cette démarche.
     M. de Metternich refuse de rien faire. La Prusse et la Russie
     l'imitent. Célébration des deux mariages.


I

La rentrée de lord Palmerston au _Foreign office_, en juillet 1846,
était un fait gros de conséquences[243]. Il y arrivait avec des
desseins et un état d'esprit qui ne ressemblaient en rien à ceux de
son prédécesseur. Dans ses propos des premiers jours, alors même
que, pour dissiper les méfiances dont il se sentait l'objet, il
déclarait vouloir continuer l'entente cordiale, il ne pouvait cacher
son peu de foi dans cette entente. «Ces gens-là, disait-il à lord
Aberdeen en parlant des Français, sont essentiellement envahisseurs,
agressifs, provocants; en toute affaire, ils veulent se faire une
bonne part aux dépens des autres; comment bien vivre avec eux à
de telles conditions[244]?» Ayant reproché, depuis cinq ans, au
ministère tory d'avoir été «dupe» de Louis-Philippe et de M. Guizot,
d'avoir laissé partout «subordonner» la politique britannique à la
politique française, il entendait que son avènement renversât les
rôles. Sur chaque théâtre, il lui semblait que l'Angleterre avait une
revanche à prendre. Dans sa pensée, le souci permanent, dominant de
la diplomatie britannique devait être de faire partout échec à notre
ambition, de déjouer partout nos perfidies. C'était particulièrement
dans ce qui regardait l'Espagne que le nouveau secrétaire d'État
apportait ces dispositions méfiantes, jalouses et batailleuses. Lord
Aberdeen s'en était aperçu, pendant les entretiens qu'il avait eus
avec lui pour le mettre au courant de l'état des affaires, et, bien
qu'avec discrétion, il avait laissé voir à notre ambassadeur quelque
chose de son impression[245]. Certes, il y avait là, étant donné
l'état de la Péninsule, de quoi inquiéter le Roi et M. Guizot. On
était au lendemain de l'intrigue manquée de Christine et de Bulwer
pour enlever secrètement le mariage de la Reine avec le prince
de Cobourg[246]: si le chef de la légation britannique avait tant
osé sous l'administration de lord Aberdeen, que ne pouvait-on pas
attendre de lui avec un ministre dont le seul avènement devait lui
paraître une invitation à ne plus rien ménager? Le gouvernement
français n'était-il pas fondé à craindre quelque méchante surprise,
comme eût été un mariage Cobourg machiné à la façon du traité du 15
juillet 1840?

[Note 243: Les documents diplomatiques qui seront cités dans le
cours de ce chapitre et du chapitre suivant, sans indication de
source spéciale, sont tirés des recueils de pièces distribués par
les gouvernements français, anglais et espagnol, à leurs parlements
respectifs, des _Mémoires de M. Guizot_, de la _Revue rétrospective_,
enfin de nombreux _Documents inédits_ dont de bienveillantes
communications m'ont permis de prendre connaissance, notamment des
correspondances du comte Bresson, ambassadeur à Madrid, du comte de
Flahault, ambassadeur à Vienne, et du marquis de Dalmatie, ministre à
Berlin.]

[Note 244: Lettre de M. de Sainte-Aulaire à M. Guizot, du 7 juin
1846.]

[Note 245: Lettre du même au même, du 2 juillet 1846.]

[Note 246: Sur la situation de l'Espagne avant l'avènement de lord
Palmerston, voir plus haut le § I du chapitre précédent.]

Sans perdre un jour, dès le 5 juillet 1846, M. Guizot avertit son
ambassadeur à Madrid de l'hostilité probable du nouveau secrétaire
d'État. «Je m'y attends, lui écrivait-il, et je me conduirai en
conséquence. Ce ne sera pas moi qui livrerai l'Espagne à lord
Palmerston.» Il fallait avant tout détourner d'une nouvelle collusion
avec les Anglais la reine Christine, dont un passé très récent ne
nous donnait que trop raison de nous méfier. M. Guizot vit tout de
suite l'argument que lui fournissait la présence au _Foreign office_
de l'ancien protecteur d'Espartero. «Vous en tirerez à coup sûr grand
parti, mandait-il à M. Bresson, pour agir sur la reine Christine et
sur son mari. Ils auront beau faire, ils n'auront jamais dans lord
Palmerston qu'un ennemi, car il ne sera jamais que le patron du
parti progressiste, c'est-à-dire de leurs ennemis.» De plus, pour
s'alléger en vue de la campagne à faire, notre gouvernement n'hésita
pas à jeter par-dessus bord la candidature Trapani, décidément trop
impopulaire en Espagne, et il se rabattit sur l'un des deux fils
de l'infant François de Paule, le duc de Cadix, auquel, depuis
quelque temps, la reine Christine paraissait avoir, de plus ou
moins bonne grâce, «entr'ouvert la porte». Le frère de ce prince,
Enrique, duc de Séville, se trouvait hors de cause; il s'était fait
ouvertement l'homme des radicaux, et le scandale de certaines de ses
démarches l'avait fait exiler d'Espagne. «Le duc de Cadix pour la
Reine et le duc de Montpensier pour l'Infante», c'est ainsi que M.
Guizot résumait son programme. «Poussez décidément au duc de Cadix,
écrivait-il encore à son ambassadeur, et placez le duc de Montpensier
à côté de lui.»

À Madrid, la situation du comte Bresson était difficile. La
reine Christine paraissait plus mobile, plus insaisissable, plus
mystérieuse, plus inquiétante que jamais. Le lendemain du jour où
l'on pouvait croire qu'elle ne voyait pas de trop mauvais oeil le
duc de Cadix, elle semblait revenir à Trapani; puis, au même moment,
avec les amis de l'Angleterre, elle affectait de regretter Cobourg.
Ses confidents, Rianzarès et Isturiz, faisaient même des ouvertures
plus ou moins expresses au sujet de ce dernier prince, comme si,
encouragés par le changement du ministère britannique, ils voulaient
renouer l'intrigue que lord Aberdeen avait fait échouer trois mois
auparavant[247]. Quant à notre nouveau candidat, le duc de Cadix,
il n'avait, ni par son origine, ni par sa personne, un prestige qui
pût nous aider. La jeune reine Isabelle ne cachait pas le peu de
goût qu'il lui inspirait. Nos adversaires tenaient sur ce prince des
propos fort méprisants, ne reculant même pas, pour le déclarer un
candidat inadmissible, devant les assertions physiologiques les plus
étranges[248]. Ajoutez, dans la presse anglaise et chez ceux qui lui
faisaient écho à Madrid, une recrudescence d'invectives injurieuses
contre Louis-Philippe, qui, disait-on, prétendait dicter ses
volontés à l'Espagne[249]. La seule bonne carte de notre jeu était
que le nom du duc de Montpensier se trouvât accolé à celui du duc
de Cadix. Le premier rehaussait le second. M. Guizot le comprenait
bien, quand, tout en recommandant à son ambassadeur de «pousser au
duc de Cadix», il ajoutait: «Placez le duc de Montpensier à côté de
lui.» Toutefois le sens de ces mots ne devait pas être forcé: si le
ministre entendait par là que, dans les pourparlers, on réunît les
deux projets de mariage et que l'un aidât à faire passer l'autre, il
ne revenait pas sur l'engagement pris envers l'Angleterre d'attendre,
pour célébrer le mariage de l'Infante, que la Reine ait eu un enfant.

[Note 247: Ce fait ressort des dépêches et des lettres de Bulwer à
lord Palmerston. (_Parliamentary Papers_, et _The Life of lord John
Russell_, par Spencer WALPOLE, t. II, p. 3.) Il est aussi affirmé
dans une lettre écrite, en novembre 1846, par M. Panizzi à M. Thiers,
sous l'inspiration et d'après les renseignements de lord Palmerston.
(_The Life of sir Anthony Panizzi_, par Louis FAGAN.)]

[Note 248: Lettre inédite du comte Bresson à M. Guizot, du 12 juillet
1846.]

[Note 249: Louis-Philippe écrivait à ce propos au roi des Belges: «Je
suis tellement froissé de ce débordement d'injustice et d'absurdité,
que je préfère ne plus rien dire et n'opposer que le dédain à ces
crédulités volontaires.»]

M. Bresson vit ou feignit de voir dans la lettre du ministre plus
que celui-ci n'avait voulu y mettre. Préoccupé surtout des obstacles
qu'il rencontrait à Madrid et de la lutte qu'il devait soutenir
contre sir Henri Bulwer, estimant que les intrigues récemment
dévoilées de ce dernier et les menaces résultant de l'avènement de
lord Palmerston suffisaient à nous délier vis-à-vis de l'Angleterre,
convaincu d'autre part qu'on n'obtiendrait jamais de la reine
Christine l'abandon réel de Cobourg et l'acceptation sincère de Cadix
si l'on ne lui faisait quelque concession sur le mariage Montpensier,
il crut pouvoir lui annoncer cette concession. Il lui dit donc, le
11 juillet, en lui demandant le «secret», que «le Roi, tenant compte
des embarras de la Reine et voulant lui donner un nouveau témoignage
de sa sollicitude et de son amitié, était disposé à consentir que,
dans toute combinaison Bourbon, M. le duc de Montpensier prît place à
côté du mariage de la Reine, c'est-à-dire que les deux mariages, si
l'un devait faciliter l'autre, se célébrassent ou fussent du moins
déclarés simultanément». La reine Christine accueillit «avec joie»
cette communication. En en rendant compte aussitôt à son ministre, M.
Bresson reconnaissait que «cette grande, importante, indispensable
concession n'était pas aussi formellement exprimée» dans la lettre de
M. Guizot, en date du 5 juillet; mais il invoquait les «commentaires
et développements» que lui avaient envoyés en même temps M. Désages,
directeur au ministère des affaires étrangères, et le jeune duc de
Glucksberg, premier secrétaire à l'ambassade de Madrid, alors à
Paris[250]. De plus, pour prémunir le ministre contre la tentation
d'un désaveu, l'ambassadeur le félicitait chaleureusement de la
décision qu'il lui attribuait: «Grâces vous soient rendues, lui
écrivait-il. J'en suis certain, en sondant votre coeur, vous y
trouvez le contentement d'avoir pris cette résolution!... Dégagé,
affranchi, vous l'êtes mille fois par les procédés des agents
anglais. Je ne prétends pas diminuer vos regrets de la retraite de
lord Aberdeen; mais permettez-moi de vous faire remarquer qu'il n'a
jamais empêché le mal, qu'il s'est borné à vous en avertir quand il
était fait[251].»

[Note 250: Le duc de Glucksberg, qui devait être plus tard duc
Decazes, avait écrit à M. Bresson, le 5 juillet: «Pour sa part, M.
Guizot ne faiblira pas sur le Cobourg. Il n'est pas sans inquiétude
sur le mécontentement qu'on pourra éprouver en Angleterre, en
nous voyant faire immédiatement le mariage Montpensier; mais, se
considérant comme dégagé vis-à-vis d'elle, il est résolu à le
braver.»]

[Note 251: Lettre de M. Bresson à M. Guizot, du 12 juillet 1846.]

Tel était bien le comte Bresson, homme de décision et d'initiative,
ne craignant pas les responsabilités, mais d'une hardiesse prompte
qui risquait parfois d'être un peu compromettante. Sa démarche déplut
au gouvernement français; celui-ci croyait sans doute aux mauvais
desseins de lord Palmerston, mais, jusqu'à ce que ces desseins se
fussent manifestés, il voulait demeurer fidèle à l'accord. Le Roi
surtout protesta avec une vivacité et une émotion dont nous avons
une preuve absolument irrécusable: ce sont les lettres mêmes qu'il
écrivit alors à M. Guizot, retenu au Val Richer par les soins de
son élection; rien ne montre mieux avec quelle loyauté scrupuleuse
et presque timide Louis-Philippe voulait tenir la parole donnée à
l'Angleterre. Ces lettres tout intimes n'eussent peut-être jamais vu
le jour, si les émeutiers de février 1848 ne s'en étaient emparés
en saccageant les Tuileries et l'hôtel du ministère des affaires
étrangères, et si elles n'avaient été, par suite, publiées dans
la _Revue rétrospective_. Ce n'est pas la seule fois où cette
publication s'est trouvée servir la réputation du prince dont on
s'imaginait dévoiler les ténébreuses et perfides machinations[252].

[Note 252: Louis-Philippe, parlant, à la fin de 1849, du mal que
lui avait fait le «mensonge imprimé», disait «qu'il y avait en
revanche un livre auquel il devait un beau cierge, c'était la
_Revue rétrospective_». (_Abdication du roi Louis-Philippe racontée
par lui-même et recueillie par M. Édouard Lemoine_, p. 69.)--Lord
Clarendon, qui avait été collègue de lord Palmerston et l'un des plus
animés contre notre politique espagnole, vint voir Louis-Philippe
à Claremont après la publication de la _Revue rétrospective_, et
lui tint ce langage: «Sire, vous voyez devant vous un de ceux qui
éprouvent le besoin de vous faire amende honorable. Je n'ai jamais
cessé d'admirer votre politique, mais, hier encore, vous n'étiez
à mes yeux que le plus habile des rois; aujourd'hui, je reconnais
sincèrement que vous n'avez jamais cessé d'être en même temps le
plus habile et le plus loyal.» Cet incident est rapporté par M.
Croker, dans un article écrit pour une revue anglaise, d'après les
renseignements mêmes du Roi. Cet article fut traduit et reproduit
dans la _Revue britannique_ d'octobre 1850.]

La première de ces lettres est du 20 juillet: le Roi venait
d'apprendre que son ambassadeur avait consenti en son nom «la
simultanéité des deux mariages»: il ne pouvait comprendre comment
avait pu être faite une démarche aussi «diamétralement contraire à
sa volonté», et il ajoutait: «Un désaveu formel est indispensable.
Comment le faire est la seule question à examiner; mais je n'ai
jamais trompé personne, et je ne commencerai pas aujourd'hui à
laisser tromper qui que ce soit sous mon nom.» La chose lui tenait
tellement à coeur qu'il y revint dans une nouvelle lettre, le soir du
même jour: «Le duc de Montpensier concourt _très vivement_ à tout ce
que je vous ai écrit ce matin. Il faut effacer, annuler formellement
tout ce que Bresson a dit en sus de ce que j'avais autorisé. Il faut
que les reines sachent qu'il était interdit à Bresson de dire ce
qu'il a dit, et que la simultanéité est inadmissible. Il nous a fait
là une rude campagne; il est nécessaire qu'elle soit _biffée_, et
le plus tôt possible. Je ne resterai pas sous le coup d'avoir fait
contracter en mon nom un engagement que je ne peux ni ne veux tenir,
et que j'avais formellement interdit. Voyez comment vous pouvez
arranger ce désaveu. J'attends votre réponse avec impatience.»

Entre un ambassadeur qui s'était avancé trop vite et un souverain
qui voulait reculer avec une sorte d'emportement, M. Guizot était
dans un grand embarras. Il n'approuvait pas entièrement ce qui avait
été fait, mais il craignait qu'un brusque désaveu ne ruinât notre
cause à Madrid[253]. Il s'efforça donc, tout en contenant M. Bresson,
d'apaiser Louis-Philippe. «J'avais déjà écrit à Bresson, mandait-il
au Roi le 22 juillet; je lui ai récrit. Je lui ai envoyé les propres
paroles du Roi. Il fera la retraite nécessaire. Certainement il est
allé trop loin et fort au delà de mes instructions; mais je ne crois
pas qu'il soit allé aussi loin que le Roi le suppose. Il n'a jamais
pu entendre ni dire que le mariage de Mgr le duc de Montpensier
serait conclu, célébré, ou même définitivement arrêté, en même temps
que celui de la Reine.» Ces explications ne satisfirent pas le Roi.
Dans une lettre en date du 24 juillet, il insista plus que jamais
pour un désaveu immédiat, formel, qui «fût remis par écrit» à la
reine Christine, et il pressa son ministère de le rédiger.

[Note 253: M. Guizot se rendait bien compte de l'effet qu'un désaveu
produirait sur M. Bresson. Celui-ci, en effet, à la première nouvelle
qui lui en arriva, écrivit à M. Guizot, le 26 juillet: «Ce serait
tout renverser, tout livrer à nos adversaires, et je ne me chargerais
pas de suivre une négociation aussi délicate dans de pareilles
conditions.»]

Les choses en étaient là, quand une démarche de lord Palmerston
lui-même vint donner raison aux soupçons de M. Bresson et fournir de
quoi lever les scrupules de Louis-Philippe.


II

Dès le premier jour, M. Guizot avait pressé lord Palmerston de dire
s'il voulait ou non continuer, dans la Péninsule, la politique de
concert pratiquée par son prédécesseur. N'ayant pu obtenir de lui que
des réponses vagues, dilatoires, équivoques, et voulant le mettre
au pied du mur, il adressa à Londres, le 20 juillet, une dépêche
qui proposait nettement une action commune en faveur des deux fils
de François de Paule. Il n'indiquait entre eux aucune préférence
et laissait aux Espagnols le soin de choisir. À la vérité, il
comptait que, réduite à prendre l'un ou l'autre, la reine Christine
prendrait le duc de Cadix; car, si elle avait peu de goût pour lui,
elle détestait bien plus son frère, le duc de Séville, à cause de
ses liens avec le parti radical; mais, pour cette même raison, lord
Palmerston voyait de bon oeil ce dernier prince, et le ministre
français avait pensé que sa proposition serait mieux accueillie au
_Foreign office_, si les deux frères y étaient mis sur le même pied.

Le jour où la dépêche de M. Guizot partait de Paris, lord Palmerston
communiquait à notre chargé d'affaires à Londres les instructions
qu'il venait d'adresser à sir Henri Bulwer. Elles avaient été
expédiées la veille, c'est-à-dire le 19 juillet. Cette communication
n'avait donc pas pour but de demander notre avis, ni de chercher avec
nous un terrain d'accord. Tout, d'ailleurs, forme et fond, semblait
y marquer l'intention de mettre fin à l'entente et d'inaugurer une
politique séparée. Loin de rappeler le concert jusque-là établi
entre les deux gouvernements, on n'y prononçait même pas le nom
de la France. Deux questions y étaient traitées: le mariage de la
Reine et l'état intérieur de l'Espagne. Sur le premier point, lord
Palmerston paraissait ignorer absolument notre désir de voir choisir
un Bourbon et l'engagement pris par lord Aberdeen de seconder ou tout
au moins de ne pas contrarier ce désir; par contre, il insistait sur
ce que «le choix d'un mari pour la Reine était une question dans
laquelle les gouvernements des autres pays n'avaient aucun titre
à intervenir»; puis, énumérant les candidats qui avaient chance
d'être agréés, il nommait en première ligne Léopold de Saxe-Cobourg,
et ensuite les deux fils de François de Paule; il ajoutait qu'il
les trouvait tous les trois également convenables et ne faisait
d'objection à aucun d'eux. Sur le second point, les instructions
n'étaient qu'un long et passionné réquisitoire contre le gouvernement
des _moderados_; s'appropriant tous les griefs des progressistes,
Palmerston accusait ce gouvernement d'être «violent», «arbitraire»,
«tyrannique», et il recommandait à son agent de ne pas laisser
ignorer cette façon de voir du cabinet britannique.

L'effet de cette communication fut grand à Paris. M. Guizot y vit
tout de suite,--et personne ne s'en étonnera,--la confirmation
des soupçons que lui avait fait concevoir l'avènement de lord
Palmerston: il fut particulièrement frappé de la façon dont ce
dernier parlait du prince de Cobourg; il en conclut que le _veto_
opposé par lord Aberdeen aux menées de Bulwer était levé, et que
la tentative interrompue deux mois auparavant allait être reprise.
«J'en suis plus fâché que surpris,--écrivit M. Guizot au Roi, le 24
juillet, en lui faisant part de cette nouvelle;--j'ai toujours cru
que lord Palmerston rentrerait bientôt dans sa vieille ornière.»
Et Louis-Philippe lui répondait aussitôt: «La lecture des pièces
que j'ai reçues de vous me laisse sous l'empire des plus pénibles
impressions, non pas que je m'attendisse à mieux de lord Palmerston,
mais parce que j'espérais qu'il ne se serait pas mis si promptement
à découvert.» Il ajoutait le lendemain: «Lord Cowley est venu hier
au soir, et j'ai eu avec lui une conversation très longue et très
vive sur les instructions communiquées par lord Palmerston. Il a
généreusement essayé de les défendre, en disant que tout cela n'était
que pour maintenir ses dires précédents, _that these instructions
would not be acted upon!... certainly not... que Bulwer s'en
garderait bien!..._ Je lui ai demandé la permission de n'en rien
croire, et lui ai dit que les conséquences de ceci m'alarmaient au
plus haut degré.»

Du moment où le gouvernement français voyait, dans les instructions
de lord Palmerston, une dénonciation du pacte d'entente, il était
fondé à se considérer comme libéré de ses engagements: dès lors plus
aucune raison de désavouer M. Bresson ni de refuser les concessions
exigées par la reine Christine. M. Guizot, cependant, ne parut pas
tout de suite résolu à aller jusqu'au bout de son droit; on eût dit
que, par esprit de paix, par fidélité quand même à l'entente brisée,
il hésitât à rendre coup pour coup. Bien que moins opposé à la
«simultanéité» des deux mariages, il ne l'accorda pas expressément.
Le 24 juillet, aussitôt après avoir reçu la communication de lord
Palmerston, il écrivit à M. Bresson: «Le Cobourg n'est pas si
abandonné qu'on veut le dire.... La reine Christine et M. Isturiz
poursuivent-ils l'intrigue Cobourg sous le voile de leur retour
apparent au duc de Cadix? Si cela est, raison de plus pour nous de
poursuivre Cadix et Montpensier. Vous pouvez, je pense, lier toujours
ces deux noms, sans engagement formel de simultanéité dans la
conclusion définitive.» Le Roi n'alla même pas jusque-là et se refusa
d'abord à user, dans une mesure quelconque, de la liberté que lord
Palmerston lui rendait: «Tout ceci, mandait-il, le 25 juillet, à son
ministre, doit nous presser encore plus de faire parvenir à la reine
Christine le désaveu de la simultanéité. Plus nous avons de mauvaise
foi à craindre, plus il importe que les cartes que nous avons en
main soient nettes, et qu'on ne puisse pas nous accuser d'avoir deux
langages.» Et il ajoutait en _post-scriptum_: «Je vous conjure de
ne pas accoler, dans vos lettres à Bresson, _Cadix et Montpensier_;
cette accolade sent trop la simultanéité.»

Cette fois, M. Guizot trouva que son souverain, par un scrupule
exagéré envers l'Angleterre, risquait de perdre la partie en Espagne.
«Je suis tout à fait d'avis, lui écrivit-il le 25 juillet, que le
Roi ne doit point s'engager à la simultanéité des deux mariages...
Mais je prie en même temps le Roi de réfléchir combien la
situation est, en ce moment, délicate, tendue, critique. Il va se
faire évidemment un grand effort pour le Cobourg; notre parade
contre ce coup, c'est _Cadix et Montpensier_. N'affaiblissons pas
trop cette parade, au moment même où nous avons besoin de nous en
servir.» Le même jour, M. Guizot revint sur ce sujet et le traita
plus fortement encore: «Voilà, écrivait-il au Roi, le Cobourg avoué,
accepté par l'Angleterre. Il ne viendra plus de Londres, contre sa
candidature, aucune objection, aucune réserve. Si l'Espagne en veut,
l'Angleterre est prête. La reine Christine est-elle du complot? Pas
tout à fait peut-être; probablement un peu. En tout cas, il nous
importe infiniment de ne lui fournir aucun prétexte pour y entrer.
Nous désirons le duc de Cadix pour la Reine, et nous offrons Mgr
le duc de Montpensier pour l'Infante. Cadix ne sera, à coup sûr,
accepté qu'avec Montpensier pour pendant. Dans cette corrélation
inévitable des deux mariages, que doit, que peut vouloir le Roi? Deux
choses, ce me semble: l'une, que le mariage de la reine Isabelle
avec un Bourbon, avec le duc de Cadix, soit bien assuré, bien
conclu; l'autre, que toute liberté reste au Roi d'examiner à fond la
situation de l'Infante, de bien discuter les conditions et articles
de son mariage avec Mgr le duc de Montpensier, avant de le conclure...
Pour cela, que faut-il? Que Bresson, dès que la question se
posera clairement, dès qu'il se verra pressé par le Cobourg, aille
droit à la reine Christine et au cabinet espagnol, déclare notre
opposition au Cobourg, en fasse entrevoir les conséquences possibles,
et demande que la main de la reine Isabelle soit donnée au duc de
Cadix, en déclarant en même temps que le désir du Roi est d'obtenir
la main de l'Infante pour Mgr le duc de Montpensier, et que, dès que
le premier mariage sera conclu, il est prêt à discuter et arrêter,
selon les instructions qu'il aura reçues du Roi, les articles du
second.» Après avoir fait observer que la reine Christine aurait
ainsi, en ce qui concernait le second mariage, «une certitude morale
suffisante pour qu'elle pût se décider immédiatement au premier»,
M. Guizot continua en ces termes: «Si, au contraire, Bresson allait
aujourd'hui, avant le moment de la crise, sans être pressé par la
nécessité, uniquement pour retirer des paroles qu'il a dites sans
qu'il en reste cependant aucune trace textuelle bien précise, s'il
allait, dis-je, déclarer à la reine Christine qu'elle doit faire le
mariage Cadix sans compter sur le mariage Montpensier, je craindrais
infiniment que la reine Christine ne se saisît de cet incident pour
se rejeter dans le mariage Cobourg... Je n'ai pas besoin d'appeler
l'attention du Roi sur les conséquences d'une telle solution...
Nous nous trouverions aussitôt placés, et vis-à-vis de l'Espagne,
et vis-à-vis de l'Angleterre, dans une situation qui altérerait
profondément nos relations; altération sur laquelle je me sentirais
peut-être obligé moi-même d'insister plus qu'il ne conviendrait au
Roi.» M. Guizot terminait en disant que si le Roi ne partageait pas
son avis, il se rendrait aussitôt à Paris et convoquerait le conseil
des ministres. Ces fortes raisons et les graves avertissements de la
fin ne pouvaient pas ne pas faire impression sur Louis-Philippe. Il
en fut ébranlé, et, sans consentir encore à rien qui s'écartât des
accords conclus à Eu, il n'insista plus autant pour un désaveu formel
de son ambassadeur.

En même temps que M. Guizot s'occupait ainsi, entre le Roi et M.
Bresson, à régler la conduite nouvelle que nous imposait, à Madrid,
l'attitude de lord Palmerston, il avait soin de faire connaître, à
Londres, l'interprétation que le gouvernement français donnait aux
instructions anglaises du 19 juillet et les graves conséquences qu'il
pourrait être amené à en tirer. Ce fut l'objet d'une dépêche adressée
à M. de Jarnac, le 30 juillet. Il y exposait d'abord comment, dans la
question du mariage, l'accord avait été conclu avec lord Aberdeen,
sinon sur tous les principes, du moins en fait sur la conduite
à suivre. «Il a été dit et entendu, ajoutait-il, que les deux
gouvernements s'emploieraient à Madrid pour que le choix de la Reine
se portât sur l'un des descendants de Philippe V. Lorsque quelque
autre candidat, en particulier le prince de Cobourg, a été mis en
avant, lord Aberdeen a travaillé, loyalement travaillé à l'écarter.»
Dès lors «l'approbation égale, donnée par lord Palmerston à trois
candidats parmi lesquels le prince de Cobourg était placé le premier,
était une profonde altération, un abandon complet du langage et de
l'attitude de son prédécesseur... Quand le Roi a exclu lui-même
ses fils de toute prétention à la main de la reine d'Espagne, il a
dû compter, il a compté en effet, et il a eu le droit de compter
sur une certaine mesure de réciprocité. S'il en était autrement, je
ne dis pas que le Roi changerait sa politique; mais, à coup sûr,
il recouvrerait toute sa liberté. Il n'aurait plus à tenir compte
que des intérêts de la France et de l'honneur de sa couronne.» Plus
loin, après avoir rappelé qu'il avait témoigné naguère de son désir
de continuer l'entente en proposant l'action commune en faveur des
fils de François de Paule, notre ministre terminait ainsi: «Mais il
peut y avoir pour la France, en Espagne, une politique isolée; et
si l'initiative de la politique isolée était prise à Londres, il
faudrait bien qu'à Paris j'en adoptasse aussi la pratique.» Lord
Palmerston était donc prévenu: s'il ne revenait pas franchement et
immédiatement à la politique de concert, il devait s'attendre à nous
voir user de la liberté d'action qui nous serait ainsi rendue.


III

On a beaucoup dit, en Angleterre, que le gouvernement français avait
pris trop facilement l'alarme, que lord Palmerston, en nommant
le prince de Cobourg dans les instructions du 19 juillet, avait
seulement constaté un fait, et qu'il ne songeait pas à modifier la
politique de lord Aberdeen. Quand même cela serait vrai, il n'en
resterait pas moins que notre gouvernement croyait sincèrement le
contraire, et que tout l'autorisait à le croire; il faudrait donc
tout au moins reconnaître que sa bonne foi,--cette bonne foi qui a
été plus tard si injurieusement contestée outre-Manche,--sortait de
là intacte. Mais il y a mieux: Palmerston ne s'était pas contenté
d'envoyer à Bulwer ses instructions officielles; il lui avait
adressé plusieurs lettres confidentielles pour les commenter et les
compléter: là, s'adressant, avec une sorte d'abandon familier, à un
agent qui était pour lui un ami et que, de plus, il savait être aussi
animé que lui contre la France, il ne craignait pas de lui dévoiler
ce qu'il voulait tenir caché au cabinet de Paris, parfois même à ses
propres collègues et à sa cour. Ces lettres, longtemps secrètes,
nous les connaissons maintenant; et, détail piquant, c'est Bulwer
lui-même qui les a publiées[254]. Or il en résulte que les soupçons
de Louis-Philippe et de son ministre, loin d'être mal fondés, étaient
plutôt au-dessous de la réalité.

[Note 254: Voir _The Life of Palmerston_, t. III, p. 218 à 238.]

La première lettre est datée du 19 juillet, c'est-à-dire du même
jour que les instructions: lord Palmerston y déclare qu'il a indiqué
seulement pour la forme et par égard pour la France le duc de Cadix
parmi les candidats en ligne pour la main de la Reine; il le regarde
comme _disqualified_ pour cause de nullité morale et même physique.
En réalité, il n'admet que deux candidats, Léopold de Cobourg et
Enrique, duc de Séville. Entre les deux, il ne se prononce pas pour
le moment; mais il estime que celui des deux qui n'épousera pas la
Reine devra épouser l'Infante. D'un mariage de cette dernière avec le
duc de Montpensier, il déclare ne vouloir à aucun prix. Bien entendu,
il ne s'imagine pas continuer ainsi l'entente cordiale; il est le
premier à reconnaître que sa politique est la contradiction de celle
de M. Guizot.

Les lettres suivantes, qui sont des 3, 16, 22 et 25 août, révèlent
une légère modification dans les idées de lord Palmerston: il n'y
tient plus la balance aussi égale entre les deux candidats; la
meilleure combinaison lui paraît être de marier la Reine à Enrique et
l'Infante à Cobourg. Pour mettre ainsi Enrique en première ligne, il
avait diverses raisons qui se dégagent de sa correspondance. C'était
d'abord son peu de sympathie pour les Cobourg. Il ne pouvait ignorer
que les chefs politiques de cette maison, le roi des Belges et même
le prince Albert, le voyaient avec inquiétude au pouvoir[255]. Et
surtout il ne trouvait pas les Cobourg assez nettement antifrançais;
il craignait qu'ils ne lâchassent pied aussitôt qu'ils verraient le
conflit s'aggraver. Ces gens-là, disait-il dédaigneusement, «n'ont
pas les nerfs assez solides pour braver Louis-Philippe». À ce moment
même, un incident se produisit dont il dut avoir connaissance et qui
était fait pour le confirmer dans sa manière de voir: au commencement
d'août, le roi des Belges et le prince Albert se réunirent avec la
reine Victoria, dans une sorte de conseil de famille, pour délibérer
sur la réponse que le duc de Saxe-Cobourg devait depuis trois mois
à la reine Christine[256]; sans renoncer à tout espoir de marier
leur jeune parent avec Isabelle, ils furent d'avis que ce mariage
était impossible, tant que la France s'y opposerait, et qu'il n'y
aurait moyen d'y revenir que le jour où Louis-Philippe, convaincu,
par la résistance de l'Espagne elle-même, de l'impossibilité de
faire accepter un Bourbon, se résignerait à lever son _veto_[257];
un projet de lettre dans ce sens fut rédigé et envoyé au duc de
Saxe-Cobourg, avec invitation de l'adopter «mot pour mot», ce qui fut
fait[258]. D'Enrique, à en juger du moins par ses récentes frasques
révolutionnaires, Palmerston ne croyait pas avoir à redouter ces
timidités et ces ménagements envers la France. Et puis ce prince
était le candidat favori d'Olozaga et des autres réfugiés, qui
se flattaient de gouverner sous son nom; or le ministre anglais
s'obstinait à ne voir les choses de la Péninsule que par les yeux de
ces réfugiés.

[Note 255: Louis-Philippe écrivait à M. Guizot, le 25 juillet 1846:
«Le roi Léopold est en excellente disposition et désire vivement
la chute de lord Palmerston, dont il craint que nous ne soyons
dupes. _No fear of that!_ Je le mettrai au fait, et, avec les
excellentes dispositions de la reine Victoria, je crois qu'il fera
bonne besogne.» (_Revue rétrospective._)--Voir aussi, dans la _Vie
du Prince consort_, par sir Théodore MARTIN, un _memorandum_ du 18
juillet 1846, dans lequel le prince Albert, examinant l'état des
affaires d'Espagne, montrait les avantages de la politique de lord
Aberdeen et les dangers résultant de l'avènement de lord Palmerston,
particulièrement de ses liens avec les progressistes. (_Le Prince
Albert_, extraits de l'ouvrage de sir Th. MARTIN, par A. CRAVEN, t.
I, p. 195.)--L'auteur de la _Vie de lord John Russell_, M. Spencer
WALPOLE (t. II, p. 8), constate la méfiance du prince Albert et de la
reine Victoria à l'égard de lord Palmerston.]

[Note 256: V. plus haut, p. 167 et suiv., ce qui a été dit de la
démarche de la reine Christine.]

[Note 257: C'était à peu près l'avis qu'exprimait déjà le prince
Albert, le 26 mai 1846, dans une lettre adressée au duc de
Saxe-Cobourg. (V. plus haut.)]

[Note 258: _Aus meinem Leben und aus meiner Zeit_, von ERNST II,
herzog von Sachsen-Coburg-Gotha, t. I, p. 169 à 171.]

Toutefois, ne l'oublions pas, si à Londres on avait fini par
préférer, pour Isabelle, don Enrique, qui en sa qualité de Bourbon
n'était pas contraire à notre principe, on n'y abandonnait pas pour
cela le candidat dont l'exclusion était à nos yeux la première
condition de l'entente. Dans ce dernier état de la pensée de lord
Palmerston, le prince de Cobourg demeurait encore partie essentielle
de la combinaison. L'Infante lui était réservée, et Bulwer avait
ordre de travailler à la lui faire obtenir. Or, nous avions toujours
déclaré qu'un prince étranger a la maison de Bourbon n'était pas
plus admissible pour l'Infante que pour la Reine, et c'était l'une
des hypothèses pour lesquelles nous avions expressément réservé la
reprise de notre liberté[259]. Le secrétaire d'État ne renonçait même
pas à toute idée de marier Cobourg à la Reine; il le présentait en
seconde ligne, pour le cas où Enrique ne serait pas admis: c'était,
à ses yeux, la combinaison subsidiaire, celle qu'il indiquait à son
agent comme étant _the next best arrangement_. Ne croyez pas qu'il
éprouvât le moindre scrupule à mettre ainsi l'influence anglaise au
service de la candidature Cobourg. Non, il s'appliquait,--ce qui
était du reste superflu,--à rassurer sur ce sujet la conscience de
Bulwer; il lui affirmait n'avoir rien trouvé dans les actes de lord
Aberdeen qui impliquât engagement de ne pas pousser à un tel mariage,
qu'il s'agît de la Reine ou de l'Infante. «Nous nous regardons,
disait-il, comme libres de recommander au gouvernement espagnol le
candidat que nous jugeons le meilleur, que ce soit un Cobourg ou un
autre.»

[Note 259: En rendant compte des conversations d'Eu, en septembre
1845, M. Guizot dit «qu'il avait été entendu et reconnu par lord
Aberdeen qu'aucun prince étranger à la maison de Bourbon ne serait
soutenu par le gouvernement anglais comme prétendant à la main de
la Reine _ou de l'Infante_». Et il ajoute: «Notre sécurité à cet
égard était évidemment la condition de notre renonciation à toute
prétention pour les fils du Roi.» De même, dans le _memorandum_ du 27
février 1846, notre gouvernement avait indiqué qu'il se regarderait
comme libre de tout engagement, si le gouvernement anglais poussait
au mariage du prince de Cobourg soit avec la Reine, _soit avec
l'Infante_.]

Enfin, ce que lord Palmerston voulait dans tous les cas, quel que
fût le mari de la Reine, ce qui lui tenait le plus à coeur, ce
qu'il recommandait, dans chacune de ses lettres à Bulwer, avec
une insistance passionnée, comme l'objet «le plus important» de
la politique britannique, c'était d'empêcher l'union du duc de
Montpensier avec l'infante. Il exposait longuement à son agent
que cette union serait la mainmise de la France sur la Péninsule,
mainmise que l'Angleterre avait jugée déjà dangereuse au siècle
dernier, et qui le serait bien plus depuis la conquête de l'Algérie.
C'est en Espagne même qu'il prétendait faire naître des obstacles
au mariage. Et, dans ce dessein, il n'hésitait pas à recourir aux
menaces: «Je vous prie, mandait-il à Bulwer, d'avertir Christine,
Rianzarès et Isturiz que nous considérerions un tel mariage comme
une mesure d'hostilité contingente contre l'Angleterre de la part de
l'Espagne et de la part de la France, et que nous serions obligés
de modifier en conséquence nos rapports avec ces deux pays.» Lord
Palmerston mettait ainsi lui-même à néant l'arrangement conclu entre
M. Guizot et lord Aberdeen, dans la seconde entrevue d'Eu: quand
Louis-Philippe avait consenti à reculer le mariage de son fils avec
l'Infante jusqu'à ce que la Reine ait eu des enfants, il avait cru
évidemment obtenir à ce prix que le gouvernement britannique adhérât
à ce mariage, ou au moins qu'il n'y fît pas opposition[260].

[Note 260: Le roi Louis-Philippe écrivait à la reine des Belges,
le 14 septembre 1846: «En adhérant à la garantie que lord Aberdeen
prenait contre la stérilité de la Reine, je devais considérer comme
entendu qu'il n'y aurait plus d'objections de la part de l'Angleterre
à ce que mon fils épousât l'Infante.»]

Toutes ces menées, qui nous sont ainsi révélées par le témoignage
irrécusable de lord Palmerston lui-même, M. Guizot les soupçonnait,
mais sans en avoir, sur le moment même, une connaissance aussi
précise et aussi complète. C'était en effet l'un des signes, et non
le moins caractéristique, des mauvais desseins du ministre anglais,
que le soin avec lequel il cherchait à empêcher notre diplomatie d'y
voir clair. Tout était calculé pour cela, aussi bien ce qu'il lui
cachait que ce qu'il lui laissait voir. Ce qu'il lui cachait, c'était
le travail fait en faveur du prince de Cobourg et contre le duc de
Montpensier. Ce qu'il lui laissait voir, c'était la candidature de
don Enrique. Non seulement, aussitôt qu'il fut décidé à appuyer cette
candidature, lord Palmerston en parla à notre chargé d'affaires à
Londres; mais, le 27 août, répondant, très tardivement, il est vrai,
à la proposition d'action commune que M. Guizot lui avait adressée le
20 juillet, il fit demander officiellement au gouvernement français
de s'unir à lui pour soutenir Enrique, «le seul prince espagnol,
disait-il, qui fût propre par ses qualités personnelles à être le
mari de la Reine»; à quoi notre ministre se borna à répliquer, le
30 août, qu'il ne se croyait pas le droit de pousser si loin la
_dictation_, et qu'il laissait à l'Espagne le soin de choisir entre
les descendants de Philippe V. Si lord Palmerston faisait ainsi la
lumière sur cette partie de son plan, n'était-ce pas dans l'espoir
de faire, par là même, l'ombre plus épaisse sur l'autre partie?
Il se flattait probablement, en se montrant occupé d'Enrique, de
nous faire croire qu'il était revenu à notre principe du mariage
Bourbon, et qu'il n'y avait plus de Cobourg dans l'affaire. C'était
un effort pour rendormir notre vigilance, qu'il se repentait d'avoir
maladroitement inquiétée par la communication des instructions du 19
juillet. Mais la clairvoyance trop justement ombrageuse du cabinet
de Paris ne fut pas mise en défaut par ces habiletés. Le 8 août,
transmettant au Roi les rapports qui lui arrivaient de Londres et
qui lui annonçaient l'abandon de la candidature Cobourg, M. Guizot
ajoutait: «Cela ne me rassure qu'à moitié. On renonce peut-être à
la Reine pour le Cobourg, mais dans la pensée de vouloir pour lui
l'Infante[261].» Notre ministre, on le voit, devinait juste.

D'ailleurs, quelle que soit l'idée plus ou moins précise que
le gouvernement français ait pu se faire alors des manoeuvres
du gouvernement anglais, il n'y a plus pour l'histoire aucune
obscurité. Il est manifeste et incontestable que lord Palmerston
n'avait qu'un but en Espagne: faire échec à notre politique, et
qu'à l'entente cordiale existant sous lord Aberdeen il substituait
la lutte à outrance. Dès lors, la conclusion s'imposait: quand même
Louis-Philippe et M. Guizot n'eussent pas stipulé d'avance pour
ce cas, comme ils l'avaient fait tant de fois, la reprise de leur
liberté, la justice et le simple bon sens suffisaient à la leur
rendre; avec qui leur faisait la guerre, ils ne pouvaient être tenus
aux engagements consentis en vue et sous la condition d'avoir la
paix[262].

[Note 261: _Revue rétrospective._]

[Note 262: Les historiens anglais eux-mêmes, si longtemps acharnés
à contester la bonne foi du gouvernement français, commencent à
changer de ton. Ainsi l'auteur de la Vie récemment publiée de lord
John Russell, M. Spencer Walpole, reconnaît que Louis-Philippe, en
voyant le nom de Cobourg dans les instructions du 19 juillet, était
fondé à croire que les Anglais manquaient à leurs engagements,
et qu'il était par suite libéré des siens. Il ajoute: «L'excuse
habituelle, invoquée par lord Palmerston, est qu'en nommant le prince
Léopold, il constatait un fait, sans énoncer une politique. L'excuse
est inadmissible pour qui a comparé la correspondance privée de
Palmerston avec ses dépêches publiques.»--Il dit encore plus loin:
«Lord Palmerston et Bulwer travaillaient à faire le mariage dont
Louis-Philippe ne voulait pas, et complotaient contre le mariage
qu'il désirait.» (_The Life of lord John Russell_, t. II, p. 2 et
3.)]


IV

Dans sa campagne espagnole, lord Palmerston montrait plus de passion
que d'habileté. En se portant champion des radicaux et en prétendant
imposer don Enrique comme mari de la Reine, il inquiétait et irritait
tous ceux qui dirigeaient alors les affaires de la Péninsule. Rien
ne pouvait contribuer davantage à nous ramener la reine Christine
et le cabinet de Madrid. M. Guizot le comprit. Aussitôt qu'il eut
reçu communication des instructions anglaises du 19 juillet et
du réquisitoire qui y était formulé contre le gouvernement des
«moderados», il en fit part à M. Bresson et eut soin d'ajouter: «Le
parti modéré, la reine Christine ne peuvent se méprendre sur le sens
et la portée politique de la dépêche de lord Palmerston..... C'est
bien le langage du patron des progressistes, d'Espartero, Olozaga,
Mendizabal, etc. Faites en sorte que cette situation soit bien
comprise.»

Sir Henri Bulwer, qui, sur place, se rendait compte de l'énorme
maladresse commise par son ministre[263], le pressa de laisser là
Enrique et de pousser à sa place le prince de Cobourg; il se portait
fort de faire agréer ce dernier comme époux de la Reine, avec la
condition que l'Infante ne serait pas mariée à un prince français.
Lord Palmerston ne voulut rien entendre; une sorte de routine aveugle
ne lui permettait pas de concevoir la politique britannique en
Espagne autrement que liée étroitement à la cause progressiste.
Bulwer, mis en demeure d'obéir à ses instructions, dut s'exécuter.
L'effet fut ce qu'il craignait. «Vos ministres sont-ils fous? lui dit
M. Isturiz, chef du cabinet de Madrid. Ils désirent l'indépendance
de l'Espagne; nous aussi, et nous sommes au pouvoir. Or, au lieu de
s'unir à nous, ils disent en réalité que la première condition d'une
alliance avec eux est que nous capitulions devant ceux qui nous font
opposition. En supposant que je fusse disposé à ce sacrifice, en
serait-il ainsi de la cour, de mes amis politiques, des chefs actuels
de l'armée?» Aussi Bulwer écrivit-il à lord Palmerston, le 14 août:
«Je regrette d'être obligé de dire que toutes les peines que j'ai
prises pour disposer la cour et le président du conseil en faveur
d'un mariage de don Enrique avec la Reine, ont été absolument sans
effet[264].»

[Note 263: Sur les sentiments et les démarches de Bulwer, voir _The
Life of Palmerston_, par BULWER, t. III, p. 193 et suiv., et _The
Life of lord John Russell_, par Spencer WALPOLE, t. II, p. 3.]

[Note 264: Plus tard, après son échec, lord Palmerston regrettera
de n'avoir pas suivi les conseils de Bulwer. «C'est vous qui aviez
raison, lui écrira-t-il le 12 septembre 1846; nous aurions dû tout de
suite et hardiment adopter Cobourg et le faire triompher en bravant
la France.» (_The Life of Palmerston_, par BULWER, t. III, p. 246.)]

Cet état d'esprit de la cour d'Espagne n'échappait pas à M. Bresson,
qui manda, le 8 août, à M. Guizot: «M. Mon (l'un des ministres) m'a
raconté qu'hier soir la Reine mère lui avait dit avec une anxiété
remarquable: «Engage donc Bresson à s'entendre avec moi, pour faire
les deux mariages le plus tôt possible. Les Anglais et la révolution
nous menacent.» Et notre ambassadeur ajoutait le lendemain: «Ou il
ne faut plus croire à rien sur cette terre, ou la reine Christine,
par peur, par calcul ou par affection, nous est entièrement revenue.
Je la quitte à l'instant... Elle se rallie franchement à la pensée
du mariage de la jeune reine avec le duc de Cadix. Elle y prépare,
elle y dispose, elle y rend favorable l'esprit de sa fille.....
Je vous laisse à penser si je l'ai encouragée dans cette voie.»
Seulement Christine mettait à son concours une condition, c'était
la simultanéité des deux mariages, de la Reine avec Cadix et de
l'Infante avec Montpensier. Cela lui paraissait nécessaire pour
«fortifier, relever l'un des mariages par l'autre», pour «contenir
les opposants par l'éclat du rang de notre prince et par la crainte
de la France qui venait derrière lui».

En face de cette exigence, M. Bresson ne laissa pas que d'être
embarrassé. D'une part, il venait d'être réprimandé et menacé de
désaveu pour avoir offert la simultanéité; d'autre part, il était
convaincu que cette concession était légitime et nécessaire.
Dans cette difficulté, il n'osa pas dire tout de suite oui; mais
il se garda de dire non[265], et, se retournant du côté de son
gouvernement, il insista fortement sur la nécessité de céder, et de
céder sans retard, avant que les partis eussent eu l'éveil et se
fussent jetés au travers des négociations pour faire tout échouer.
«Pour moi, écrivait-il à M. Guizot, pour moi qui viens de relire
attentivement vos lettres des 10 décembre 1845, 28 février et 17 mars
1846, qui en ai pesé chaque mot, non seulement je vous considère
comme dégagé, par les premières démarches du cabinet anglais actuel,
des ménagements et obligations auxquels vous pouviez vous croire
tenu envers celui de sir Robert Peel, mais je me considère moi-même
comme placé dans les conditions prévues par ces lettres, et comme
appelé, d'un moment à l'autre, à faire usage des pouvoirs qu'elles me
confèrent, pouvoirs délicats, pouvoirs d'une grande importance dont
je sens toute la gravité et auxquels je ne dois avoir recours qu'en
homme prudent à la fois et ne craignant pas la responsabilité. C'est
ainsi que j'agirai: comptez-y[266].»

[Note 265: «Je n'ai point élevé d'objections, écrivait M. Bresson
le 9 août 1846; j'ai seulement fait observer qu'il y avait des
conditions préliminaires indispensables à régler.»]

[Note 266: Lettres du 9 et du 16 août 1846.]

Si désireux que le gouvernement français se fût montré jusqu'alors
d'éviter la simultanéité des deux mariages, il ne pouvait pas ne pas
être frappé de ce que lui disait M. Bresson. Pour échapper au péril
que lui faisaient courir les intrigues anglaises, il avait besoin
du concours de la reine Christine; s'il refusait à cette dernière
tout ce qu'elle exigeait, ne s'exposait-il pas à ce qu'elle liât
partie avec nos adversaires, comme elle en avait déjà eu plusieurs
fois la velléité? Il recevait d'ailleurs avis que Bulwer poursuivait
ses menées plus activement que jamais, et que M. Isturiz avait avec
lui des entretiens assez suspects. On ajoutait que le parti radical
espagnol, encouragé par le patronage de lord Palmerston, s'agitait
d'une façon menaçante, et qu'il n'était pas prudent de lui laisser
le loisir d'organiser quelque mauvais coup. Dans ces conditions, M.
Guizot jugea qu'on ne pouvait pas refuser plus longtemps à M. Bresson
ce qu'il déclarait être si nécessaire. Le Roi fut plus difficile
à convaincre: malgré tout, il eût désiré s'en tenir toujours aux
déclarations d'Eu. La reine Amélie l'encourageait dans sa résistance.
Ce fut à contre-coeur et après de longues délibérations avec M.
Guizot que Louis-Philippe finit par se rendre à ses instances et
se résigna à laisser faire M. Bresson. Celui-ci fut alors informé
que son gouvernement s'en rapportait à lui pour l'usage à faire,
dans la circonstance particulière, des pouvoirs généraux qui lui
avaient été antérieurement conférés[267]; M. Guizot lui donnait
l'assurance «qu'en tout cas il serait fermement soutenu». Toutefois,
recommandation lui fut faite de stipuler expressément que la
discussion des accords préliminaires précéderait la déclaration et la
célébration du mariage du duc de Montpensier: c'était, dans la pensée
du cabinet de Paris, un dernier moyen qu'il se réservait d'empêcher
une simultanéité tout à fait complète. En dépit de cette restriction,
notre ambassadeur avait enfin la liberté qu'il sollicitait depuis si
longtemps. Il n'était pas homme à hésiter devant l'initiative dont on
lui laissait la responsabilité. Il promit donc à la reine Christine
d'associer les deux mariages.

[Note 267: Sur ce qu'étaient ces pouvoirs, se rappeler notamment la
lettre de M. Guizot, en date du 10 décembre 1845. (V. plus haut, p.
166.)]

Contenter cette princesse, c'était beaucoup; ce n'était pas tout.
Restait une dernière difficulté assez embarrassante, qui était
la répugnance manifestée par la jeune reine pour le mari que la
politique lui destinait; elle enviait la part de sa soeur cadette et
«son beau Montpensier» qu'elle eût voulu prendre pour elle-même; par
comparaison, le duc de Cadix lui paraissait faire médiocre figure, et
elle ne se privait pas de parler de lui en termes peu flatteurs[268].
Dans les lettres qu'il écrivait à M. Guizot, M. Bresson faisait
connaître cet état d'esprit de la Reine; il montrait aussi le fiancé
gauche, timide, se défiant de lui-même et des autres, et par moments
éprouvant plus d'éloignement que d'attrait pour sa fiancée; la Reine
mère et Rianzarès trop souvent insaisissables; le président du
conseil toujours sur le point de nous trahir; la légation anglaise
multipliant les intrigues. «Pesez ces difficultés, ajoutait-il, et
demandez-vous si aucune habileté humaine peut en triompher. À Dieu, à
la Vierge, au hasard, faites honneur du succès à qui vous voudrez, si
nous l'obtenons; car, pour moi, tout en ayant l'oeil partout attentif
et n'épargnant ni soins, ni peines, ni démarches, je reconnais que
cette combinaison d'individualités et de circonstances est au-dessus
des forces et de l'entendement de notre pauvre organisme[269].»

[Note 268: Correspondance de l'envoyé sarde à Madrid. (HILLEBRAND,
_Geschichte Frankreichs_, 1830-1843, t. II, p. 631.)]

[Note 269: Lettre inédite du 22 août 1846.]

En traçant ce tableau un peu assombri, M. Bresson, oubliait qu'il
avait en main, dans ce jeu si embrouillé, une carte qui devait lui
faire gagner la partie: c'était le concours qu'en dépit de son
humeur mobile et fantasque, la reine Christine était décidée à nous
donner, depuis qu'elle avait reçu satisfaction en ce qui touchait
la simultanéité. Elle agit sur sa fille et fit agir par l'Infante.
Cette pression de famille ne fut pas sans effet. Dans la soirée du
27 août, après une scène de larmes avec le duc de Rianzarès, la
jeune reine entra chez sa mère, se jeta dans ses bras et dit _oui_.
Les ministres, aussitôt avisés de cette décision, y acquiescèrent
unanimement. La Reine leur annonça en même temps qu'elle donnait
sa soeur en mariage au duc de Montpensier. L'un des ministres vint
aussitôt réveiller M. Bresson,--il était deux heures du matin,--pour
lui annoncer la grande nouvelle.

Le lendemain, quand il fallut rédiger l'accord relatif au mariage du
duc de Montpensier, la reine Christine demanda que la simultanéité
y fût établie d'une façon absolue. M. Bresson, lié par ses
instructions, s'y refusa, déclarant qu'il annulerait plutôt tout
ce qui venait d'être fait. Devant cette menace, la Reine céda, et
l'on inséra dans l'accord les stipulations suivantes: «La discussion
des capitulations matrimoniales, des articles du contrat et des
questions d'intérêt qui s'y rattachent est réservée; lorsque les
actes définitifs auront été dûment réglés et approuvés par les hautes
parties contractantes, la forme et l'époque de la déclaration de
ce mariage et sa célébration seront déterminées de manière à les
associer, _autant que faire se pourra_, à la déclaration et à la
célébration du mariage de Sa Majesté Catholique avec S. A. R. le
duc de Cadix.» Toujours sous l'empire de la même préoccupation, M.
Bresson obtint, non sans livrer une autre bataille, que le décret
de convocation des Cortès n'annonçât au public que le mariage de la
Reine, sans parler de celui de l'Infante. Pendant ce temps, à Paris,
M. Guizot, faisant part à lord Normanby de ce qui venait d'être
décidé à Madrid, et interrogé par lui sur le point de savoir si les
deux mariages se feraient au même moment, répondait très sincèrement:
«Non, pas au même moment.» Ainsi, jusqu'à la fin, notre gouvernement
espérait éviter une simultanéité tout à fait complète des deux
mariages.

Il fut aussitôt visible que cette dernière résistance de la
diplomatie française produisait un très fâcheux effet à Madrid: elle
blessait nos amis, fournissait une arme à ceux qui rêvaient de crise
ministérielle ou même d'insurrection, et risquait de remettre tout en
question. «C'est seulement par la vertu du fait accompli, disaient
les ministres espagnols, qu'on en imposera à l'esprit de faction», et
ils demandaient avec instance que les deux mariages fussent célébrés
ensemble, le 10 octobre. Ces raisons, transmises aussitôt et appuyées
avec force par M. Bresson, triomphèrent de ce qui restait encore de
répugnance dans l'esprit de Louis-Philippe. Le consentement, qu'il
avait fallu lui arracher, en quelque sorte, morceau par morceau,
était enfin complet, et, le 4 septembre, M. Guizot écrivit par le
télégraphe à son ambassadeur: «Le Roi approuve que le mariage de Mgr
le duc de Montpensier avec l'Infante soit célébré le même jour que
celui de la Reine avec Mgr le duc de Cadix. Vous pouvez rendre public
le fait que vous avez signé, avec M. Isturiz, un engagement pour le
mariage de l'Infante avec le duc de Montpensier.» Le même jour, le
_Journal des Débats_ annonçait le double mariage.


V

À la nouvelle de la décision prise à Madrid, grande fut la colère de
lord Palmerston. Quelle mortification de débuter dans son nouveau
ministère par un pareil échec! Il la sentait d'autant plus que, tout
occupé des menées souterraines par lesquelles il espérait nous ruiner
en Espagne, il ne s'était pas rendu compte du travail qui s'y faisait
contre lui. Oubliant volontairement qu'il avait lui-même rompu
l'accord et commencé la guerre, il prit l'attitude d'un homme surpris
par un acte d'hostilité au moment où il ne songeait qu'à vivre en
paix. «Je ne vous parlerai plus d'entente cordiale, répondit-il à la
première communication de notre chargé d'affaires, parce que ce qu'on
nous annonce nous prouve trop clairement qu'on ne veut plus, à Paris,
ni de cordialité ni d'entente[270].» Dans le trouble de son dépit, il
donnait à ce simple incident matrimonial des proportions étranges,
y dénonçant «l'acte le plus patent d'ambition et d'agrandissement
politique que l'Europe eût vu depuis l'Empire[271]». Il ajoutait: «Si
le gouvernement français persiste à adopter le système d'ambition
sans scrupule qui guida la politique étrangère sous Louis XIV et
Napoléon, il n'y a pas de bon vouloir et de sentiments d'amitié de la
part de l'Angleterre qui puissent être assez forts pour empêcher les
relations entre l'Angleterre et la France de redevenir ce qu'elles
étaient pendant les règnes de Napoléon et de Louis XIV[272].» Il
ne se borna pas à ces exagérations. Avec ce goût des récriminations
blessantes qui était dans sa nature, il se montra tout de suite
résolu à porter la discussion sur un terrain particulièrement
dangereux dans les controverses internationales, celui de la bonne
foi; et, pour comble, ce n'était pas seulement le cabinet français
qu'il s'apprêtait à accuser de déloyauté, c'était Louis-Philippe
lui-même. Se rencontrant avec l'un des collègues de M. Guizot, M.
Dumon, alors en Angleterre, il lui disait: «Voilà la première fois
qu'un roi de France n'a pas tenu sa parole[273].» Puis, tout fier de
cette inconvenance, il s'empressait de la raconter à lord Normanby
et à sir Henri Bulwer, et ne leur exprimait qu'un regret, celui
«d'avoir été ainsi trop complimenteur pour les prédécesseurs de
Louis-Philippe[274]». «Nous sommes indignés, écrivait-il encore à
Bulwer, de la mauvaise foi, de l'ambition sans scrupule, des basses
intrigues du gouvernement français[275].»

[Note 270: Lettre de lord Palmerston à M. de Jarnac, du 6 septembre
1846. (BULWER, _The life of Palmerston_, t. III, p. 239.)]

[Note 271: Lettres de M. de Jarnac à M. Guizot, des 9, 11 et 12
septembre 1846.]

[Note 272: Lettre de lord Palmerston à Bulwer, du 16 septembre 1846.
(BULWER, t. III, p. 247.)]

[Note 273: _The Greville Memoirs, second part_, t. II, p. 423.]

[Note 274: BULWER, t. III, p. 248 et 252.]

[Note 275: _Ibid._, p. 248.]

Il fallait s'attendre à cette irritation de lord Palmerston: nul
moyen de l'éviter ni de l'apaiser. Mais y avait-il chance de
la limiter, d'empêcher que cette irritation ne trouvât d'écho
outre-Manche, que l'Angleterre n'épousât les griefs et les
ressentiments de son ministre? À l'avance, M. Guizot avait caressé
quelque espérance de ce genre. Dès le 5 juillet 1846, au moment où
se formait le ministère whig, il écrivait à M. Bresson: «J'ai, avec
lord Palmerston, cet avantage que, s'il survenait entre nous et
Londres quelque refroidissement, quelque embarras, ce serait à lui,
non à moi, qu'en France, en Angleterre, partout, on en imputerait
la faute.» Aussi à peine se vit-il, par suite de l'annonce des deux
mariages, aux prises avec le secrétaire d'État, qu'il fit effort
pour l'isoler dans son propre pays et jusque dans son cabinet.
Il risqua même, pour obtenir ce dernier résultat, une démarche
qu'on ne peut s'empêcher de trouver un peu inconsidérée: ce fut
une lettre adressée, le 15 septembre, à M. de Jarnac, pour être
communiquée au premier ministre, lord John Russell, et où l'éloge de
celui-ci se mêlait à une plainte très vive sur la conduite suivie
par lord Palmerston[276]. Telle était la confiance de M. Guizot
que, quelques jours après, il écrivait à M. de Flahault: «J'ai
de très bonnes nouvelles de lord John Russell; n'en parlez pas,
mais tenez pour certain que le bruit suscité par lord Palmerston
n'ira pas loin[277].» Cette illusion dura peu. Le premier soin de
lord Russell fut de mettre la lettre de M. Guizot sous les yeux de
celui-là même dont elle contenait la critique; puis il écrivit à M.
de Jarnac, sur un ton assez raide, que le chef du _Foreign office_
avait toute sa confiance, qu'il avait agi avec modération, et que
c'était au contraire le gouvernement français qui avait prouvé,
par sa conduite, le peu de prix qu'il attachait à l'amitié de
l'Angleterre[278]. Lord John dépassait ainsi son vrai sentiment; il
n'était pas aussi assuré que son collègue fût sans tort. Lui-même n'a
point caché plus tard combien il regrettait de ne s'être pas opposé
à l'envoi de ces instructions du 19 juillet 1846, où il avait été si
malencontreusement parlé du prince de Cobourg, et il a raconté par
suite de quel incident il n'était pas intervenu: ces instructions lui
avaient été communiquées un dimanche, au moment où il partait pour
le service divin, et, dans sa hâte, il ne les avait parcourues que
superficiellement. «Si je n'étais pas allé à l'église, ajoutait-il,
j'y aurais fait plus d'attention[279]!» Mais, tout en blâmant au
fond son collègue, lord Russell se faisait un point d'honneur de le
couvrir, dès qu'il le voyait accusé par un gouvernement étranger. Et
puis lord Palmerston, qui s'était gardé de faire connaître aux autres
ministres ses instructions secrètes à Bulwer, leur avait présenté
notre consentement au double mariage comme un acte d'hostilité
gratuite, mieux encore, comme le dénouement d'une intrigue ourdie
de vieille date par Louis-Philippe, comme une fourberie longuement
préméditée[280]. Ces accusations semblaient avoir trouvé créance
chez ses collègues; lord Clarendon disait à M. Dumon «qu'il n'y
avait qu'un sentiment dans le cabinet anglais» sur la conduite de la
France[281], et l'un des personnages les plus considérables du parti
whig, lord Lansdowne, déclarait que «tout le monde reconnaissait la
nécessité de changer de conduite envers Louis-Philippe[282]».

[Note 276: _The Greville Memoirs, second part_, t. III, p. 10.]

[Note 277: Lettre inédite du 20 septembre 1846.]

[Note 278: Spencer WALPOLE, _The life of lord John Russell_, t. II,
p. 2.]

[Note 279: _Ibid._, p. 5.]

[Note 280: _The Greville Memoirs, second part_, t. II, p. 418 à 421.]

[Note 281: BULWER, _The life of Palmerston_, t. III, p. 241.]

[Note 282: _Le Prince Albert_, extraits de l'ouvrage de sir Th.
MARTIN, par A. CRAVEN, t. I, p. 208.]

Si M. Guizot ne parvenait pas à détacher de lord Palmerston ceux qui
lui étaient liés par la communauté de parti et de responsabilité,
il pouvait sans doute espérer une appréciation plus favorable de la
part des adversaires du ministère whig, et particulièrement de son
ami lord Aberdeen, dont il avait tant de fois éprouvé l'esprit droit
et conciliant. Il lui avait écrit, dès le 7 septembre, toutes les
raisons qu'il avait eues de considérer comme annulés les engagements
pris à Eu. Lord Aberdeen lui répondit amicalement et tristement, le
14 septembre, qu'il ne trouvait pas ces raisons suffisantes. Ignorant
les secrètes menées de son successeur, il se refusait à croire que
celui-ci eût voulu s'écarter de la politique d'entente suivie avant
lui. «Je suis satisfait, ajoutait-il, de savoir que vous ne voudriez
jamais avoir fait un acte pour lequel vous ne vous sentiriez pas
pleinement justifié; mais, je l'avoue, mon cher monsieur Guizot, il
m'est impossible de découvrir des motifs plausibles pour le choix
qui a eu lieu[283].» Quelques jours après, lord Aberdeen écrivait au
prince Albert: «Je me soucie fort peu du mariage en lui-même, mais je
sens vivement la violation de l'engagement pris, et je suis encore à
me demander si Guizot a pu se sentir tranquille envers sa conscience,
à la suite de la conduite qu'il a tenue[284].» Avec le temps, il
est vrai, la sévérité de ce jugement s'adoucit un peu; lord Aberdeen
finit par se déclarer convaincu de la bonne foi du ministre français,
de la sincérité des soupçons qui avaient déterminé sa conduite, et il
affirma que si lui, Aberdeen, était resté au pouvoir, rien de pareil
ne fût arrivé[285]. Sur ce dernier point, il était absolument dans le
vrai.

[Note 283: _Revue rétrospective._]

[Note 284: _Le Prince Albert_, extraits de l'ouvrage de sir Th.
MARTIN, par A. CRAVEN, t. I, p. 208.]

[Note 285: _The Greville Memoirs, second part_, t. II, p. 430; t.
III, p. 53.]

L'une des principales préoccupations de Louis-Philippe devait être
de savoir comment l'événement serait pris par la reine Victoria.
On sait sur quel pied d'intimité familière les relations des deux
cours s'étaient établies depuis la première entrevue d'Eu, en 1843:
visites annuelles qui, des deux parts, étaient toujours trouvées
trop rares et trop courtes; correspondance fréquente, affectueuse,
on peut même dire tendre[286], et que la Reine avait continuée
après la rentrée de Palmerston au _Foreign office_, sans paraître
supposer que ce fait pût altérer une telle intimité[287]. Mais on
sait aussi quel intérêt l'épouse du prince Albert portait à ce qui
touchait les Cobourg; on n'a pas oublié non plus qu'elle avait été
personnellement partie dans les arrangements relatifs aux mariages
espagnols, et qu'elle-même avait reçu à Eu, en 1845, de la bouche de
Louis-Philippe, l'engagement de ne pas célébrer le mariage du duc de
Montpensier avant que la Reine eût eu des enfants. Depuis lors, elle
en était restée à cet engagement, et rien ne l'avait préparée à le
voir rompre. Elle se piquait, pour son compte, d'être demeurée fidèle
à l'entente, et de cette fidélité elle venait même de donner une
preuve qui ne lui avait pas peu coûté: je veux parler de ce conseil
de famille tenu entre elle, le prince Albert et le roi des Belges,
où il avait été décidé de détourner Léopold de Cobourg de ses visées
matrimoniales, tant que le roi des Français y ferait une aussi
formelle opposition[288]. Quant aux menées hostiles par lesquelles,
pendant ce temps, lord Palmerston avait obligé le gouvernement
français à reprendre sa liberté, la Reine paraissait n'en rien
savoir. D'une part, le coupable s'était gardé de l'en informer; de
l'autre, elle n'avait reçu directement de Louis-Philippe, au sujet de
ces menées et des conséquences que notre gouvernement pourrait être
conduit à en tirer, aucun avertissement préalable, analogue à ceux
que M. Guizot faisait alors parvenir à Palmerston lui-même. Si le Roi
n'avait ainsi rien dit, ce n'était pas par un calcul machiavélique
et pour entretenir la Reine dans une trompeuse sécurité; c'était
que, jusqu'à la veille de la décision finale, il s'était refusé à
se servir de la liberté qui lui était rendue et avait compté se
renfermer quand même dans les termes des engagements d'Eu. Mais, pour
être ainsi explicable, ce silence n'en eut pas moins, sur le moment,
un effet fâcheux. La Reine en fut plus portée, quand lui arriva, tout
à fait à l'improviste, la nouvelle des deux mariages, à se croire
la victime d'une surprise déloyale. Il n'y eut pas alors jusqu'à
l'intimité de ses rapports avec Louis-Philippe qui ne contribuât à
lui faire sentir davantage l'offense, en y mêlant cette impression,
particulièrement douloureuse pour une femme jeune en face d'un
vieillard, de l'amitié trahie, de la confiance trompée. Ajoutez-y,
sans aucun doute, quoiqu'on en parlât moins haut, le dépit de voir
écarter définitivement ce mariage Cobourg que la Reine n'osait
faire contre nous, mais auquel elle avait toujours espéré nous voir
acculés par les circonstances. Ce dépit était particulièrement vif
chez le prince Albert[289]. Livrée à elle seule, Victoria, qui,
malgré ses griefs, gardait un fond d'affection pour notre famille
royale[290], n'eût probablement pas refusé d'écouter les explications
de Louis-Philippe et eût saisi volontiers quelque occasion de le
traiter en ami. Ce fut son mari qui l'en détourna, avec le concours
de leur conseiller, l'Allemand Stockmar, toujours fort ardent à nous
desservir[291]. Sous ces influences, la Reine répudia promptement
toutes les velléités de réconciliation qui avaient pu lui traverser
l'esprit et ne fut plus qu'à son ressentiment. «Rien n'égale
l'indignation de la Reine contre la conduite du Roi, notait bientôt
après M. Greville sur son journal; elle en a parlé à Clarendon dans
les termes les moins mesurés[292].» Le duc de Broglie écrivait à son
fils: «C'est la Reine qui échauffe son ministère[293].»

[Note 286: Voir plusieurs lettres publiées dans la _Revue
rétrospective_.]

[Note 287: Louis-Philippe écrivait au roi des Belges, le 25 juillet
1846: «J'ai reçu de Victoria les lettres les plus aimables, les plus
rassurantes, sur le maintien de notre précieuse entente cordiale.
Sa jeunesse et sa droiture le croient; elle ne peut douter des
assertions qu'on lui donne. Ma vieillesse, sans être moins droite,
n'a pas la même confiance, et de là l'incertitude que j'ai dû lui
faire entrevoir sur ma visite du mois d'octobre, qu'elle veut bien
désirer avec un affectueux empressement.»]

[Note 288: Voir plus haut, p. 217, 218.]

[Note 289: Le langage de ce prince était des plus amers; il écrivait
à un de ses parents d'Allemagne, le 17 septembre 1846: «Rien de plus
perfide que la politique suivie par la cour française. On nous a
dupés, et maintenant on triomphe. Mesquin triomphe d'avoir dupé un
ami, et le seul qu'on a, et au moment même où il fait un sacrifice à
l'amitié. Car les pauvres reines ont, jusqu'à la dernière heure, été
attachées à Léopold, et cet attachement, elles ne l'ont abandonné que
quand Bulwer leur a déclaré que nous ne pouvions pas y consentir...»
(_Aus meinem Leben und aus meiner Zeit_, von ERNST II, herzog von
Sachsen-Coburg-Gotha, t. I, p. 174.)]

[Note 290: Ce fond d'affection reparaîtra en 1848, après la
révolution de Février. La Reine écrira au baron Stockmar, le 6 mars
1848: «Vous connaissez ma tendresse pour la famille royale; vous
savez comme je désirais de nouveau être dans de meilleures relations
avec eux..., et vous disiez que le temps seul pourrait amener ce
résultat... Que j'étais loin de prévoir comment il se ferait que
nous nous reverrions en effet tous de la façon la plus amicale, que
la duchesse de Montpensier, au sujet de laquelle nous nous disputions
depuis plus d'un an, arriverait ici en fugitive!...» Et le 22 avril:
«Ces pauvres exilés à Claremont! Leur vie, leur avenir vous brisent
le coeur.» (_Le Prince Albert_, extraits de l'ouvrage de sir Théodore
MARTIN, par A. CRAVEN, t. I, p. 256 et 257.)]

[Note 291: Le baron Stockmar a écrit, quelques semaines plus tard,
le 10 novembre 1846: «Au commencement, la Reine était tout entière
aux idées de pardon et de réconciliation; le prince, au contraire,
ressentait le coup comme il convient à un homme; il voyait une chose
injuste au fond, une offense nationale dans la forme et pour lui
un procédé blessant, car il pouvait se dire qu'ayant sacrifié à
de hauts intérêts politiques sa bienveillance pour son cousin, il
n'avait reçu en échange qu'une marque d'ingratitude sous la forme la
plus dédaigneuse.» (_Mémoires de Stockmar._)--Écrivant à la Reine,
Stockmar lui dénonçait la conduite de Louis-Philippe «comme un trait
de politique égoïste et inique, du scandale duquel la réputation
du Roi ne se remettrait jamais». (_Le Prince Albert_, extraits de
l'ouvrage de sir Théodore MARTIN, par A. CRAVEN, t. I, p. 208.)]

[Note 292: _The Greville Memoirs, second part_, t. II, p. 424.]

[Note 293: _Documents inédits._]

Louis-Philippe ne fut pas longtemps à s'apercevoir qu'il ne pouvait
pas compter sur l'amitié de la reine d'Angleterre, pour contenir
ses ministres. Il avait cru moins provoquer les controverses en lui
faisant annoncer le mariage du duc de Montpensier, par la reine
Marie-Amélie, comme un simple «événement de famille», intéressant
uniquement «le bonheur de son fils chéri»; la lettre, datée du 8
septembre, était écrite sur le ton d'amicale familiarité en usage
entre Eu et Windsor, et l'on s'y informait, au nom du Roi, si «les
pêches», récemment envoyées, étaient «arrivées à bon port». Dans ce
tour plus ou moins heureux, mais pris évidemment à bonne intention,
l'entourage de Victoria s'appliqua à lui faire voir une aggravation
d'offense. Elle répondit, le 10 septembre, d'une façon fort sèche,
rappelant à sa correspondante tous les faits que celle-ci avait
volontairement laissés de côté, «ce qui s'était passé à Eu» entre les
deux souverains, le refus fait par la famille royale d'Angleterre
«d'arranger» le mariage Cobourg, refus qui n'avait pas eu d'autre
cause que le désir d'être agréable au Roi; puis elle ajoutait: «Vous
pourrez donc aisément comprendre que l'annonce soudaine de ce double
mariage ne peut nous causer que de la surprise et un bien vif regret.
Je vous demande pardon, Madame, de vous parler politique dans ce
moment, mais j'aime à pouvoir me dire que j'ai toujours été sincère
avec vous[294].»

[Note 294: _Le Prince Albert_, extraits de l'ouvrage de sir Th.
MARTIN, par A. CRAVEN, t. I, p. 201 à 203.]

«Je doute que ma réponse leur plaise beaucoup», disait Victoria à
lord Clarendon, après avoir écrit cette lettre[295]. Louis-Philippe,
en effet, en ressentit un vrai chagrin. Il voulut tenter un effort
pour obtenir une appréciation plus juste. Dans ce dessein, il
écrivit, le 14 septembre, à sa fille, la reine des Belges, une
très longue lettre justificative, en réalité destinée à la reine
d'Angleterre. «J'y ai consacré, mandait-il à sa fille, d'arrache-pied
et sans regret, trois nuits jusqu'à quatre heures du matin, malgré
les cris de la Reine, de ma soeur et de toute la famille, qui
prétendaient que je me tuais... Je me serais soumis volontiers à
encore plus de fatigue, s'il l'avait fallu, pour achever ce travail,
tant a été profonde la peine que j'ai ressentie de la lettre de la
reine Victoria, et de l'injuste préjugé dont je l'ai vue animée dans
cette affaire.» La lettre débutait ainsi: «La Reine vient de recevoir
une réponse de la reine Victoria à la lettre que tu sais qu'elle
lui avait écrite, et cette réponse m'a fait une vive peine. Je suis
porté à croire que notre bonne petite reine a eu presque autant de
chagrin à écrire cette lettre que moi à la lire. Mais enfin elle ne
voit maintenant les choses que par la lunette de lord Palmerston, et
cette lunette les fausse et les dénature trop souvent. C'est tout
simple; la grande différence entre la lunette de lord Aberdeen et
celle de lord Palmerston provient de la différence de leur nature:
lord Aberdeen aimait à être bien avec ses amis; lord Palmerston, je
le crains, aime à se quereller avec eux.» Louis-Philippe reprenait
ensuite, dès l'origine, l'histoire des mariages; il montrait comment
il avait été amené bien malgré lui, par la politique de lord
Palmerston, à «dévier des conventions premières», et exprimait son
regret qu'on n'eût pu éviter ce qui avait été, pour les uns, «un
grand et inutile désappointement», pour lui, «un des plus pénibles
chagrins qu'il eût éprouvés, et Dieu savait qu'il n'en avait pas
manqué pendant sa longue vie». Il terminait ainsi: «Actuellement,
c'est à la reine Victoria et à ses ministres qu'il appartient de
peser les conséquences du parti qu'ils vont prendre et de la marche
qu'ils suivront. De notre côté, ce double mariage n'opérera dans la
nôtre d'autres changements que ceux auxquels nous serions contraints
par la nouvelle ligne que le gouvernement anglais jugerait à propos
d'adopter... Nous ne voyons aucun intérêt, aucun motif, ni pour
l'Angleterre, ni pour nous, à ce que notre entente cordiale soit
brisée, et nous en voyons d'immenses à la bien garder et à la
maintenir. C'est là mon voeu, c'est celui de mon gouvernement. Celui
que je te prie d'exprimer de ma part à la reine Victoria et au prince
Albert, c'est qu'ils me conservent dans leur coeur cette amitié et
confiance auxquelles il m'a toujours été si doux de répondre par la
plus sincère réciprocité et que j'ai la conscience de n'avoir jamais
cessé de mériter de leur part[296].»

[Note 295: _The Greville Memoirs, second part_, t. II, p. 424.]

[Note 296: _Revue rétrospective._]

La reine Victoria répondit, le 27 septembre, en s'adressant également
à la reine des Belges. Dans sa lettre, qui était évidemment l'oeuvre
du prince Albert[297], elle réfutait longuement et durement toute
l'argumentation du Roi, sans se montrer touchée de ses protestations.
Une seule citation donnera l'idée du point de vue où elle se plaçait:
elle déclarait que «ses sentiments de justice ne se prêteraient
jamais à reconnaître que lord Palmerston se fût écarté de l'entente
cordiale établie entre le gouvernement français et lord Aberdeen».
Elle concluait en ces termes: «J'ai donc tout bien considéré par
moi-même et en voyant de mes propres yeux, et il m'est impossible de
reconnaître que le Roi fût dégagé de sa parole. Rien au monde de plus
pénible n'eût pu m'arriver que ce triste désaccord, et parce qu'il
a un caractère si personnel, et parce qu'il m'impose le devoir de
m'opposer au mariage d'un prince auquel je porte, ainsi qu'à toute
sa famille, une amitié aussi vive[298].» Lord Palmerston, qui eut
aussitôt connaissance de cette lettre, en fut naturellement ravi.
«J'en approuve tous les mots», écrivait-il à Bulwer[299]. Il eût
voulu crier sur les toits une si heureuse nouvelle: aussi son journal
annonça-t-il bien haut que la souveraine partageait l'indignation
générale contre la conduite du gouvernement français; «elle comprend,
ajoutait-il, que la confiance, si naturellement produite par le
fréquent échange de courtoisies royales, a été grandement abusée».
Louis-Philippe ne crut pas que sa dignité lui permît d'insister
davantage. Il cessa donc toute correspondance, même indirecte, avec
la reine Victoria, attendant du temps la justice à laquelle il
croyait avoir droit.

[Note 297: C'est ce qu'insinue lord Palmerston dans une lettre à
Bulwer. (BULWER, _The life of Palmerston_, t. III, p. 252.)]

[Note 298: _Le Prince Albert_, extraits de l'ouvrage de sir Th.
MARTIN, par A. CRAVEN, t. I, p. 203 à 206.]

[Note 299: BULWER, _The life of Palmerston_, t. III, p. 252.]

Quand les choses étaient aussi mal prises à la cour et dans les
hautes régions politiques, il ne fallait pas s'attendre qu'elles
le fussent bien dans la nation anglaise elle-même. Au premier
moment, cependant, on avait pu croire que celle-ci se montrerait
assez indifférente. Lord Clarendon lui-même le constatait et s'en
plaignait[300]. Dans un article que nos feuilles ministérielles
s'empressèrent de reproduire, le _Times_ déclara tranquillement, le 3
septembre, que «les intérêts britanniques n'étaient pas sérieusement
engagés dans cette affaire». Mais sous l'effet des remontrances et
des excitations du _Morning Chronicle_, organe personnel de lord
Palmerston, le ton des journaux anglais changea bientôt. Tous,
le _Times_ en tête, se mirent à déclarer que l'Angleterre serait
«amoindrie» par ce mariage; ils accusèrent le gouvernement français
de déloyauté et le dénoncèrent comme ayant «commis, avec une
intention résolue et méditée, un grand outrage international». La
polémique descendit plus bas encore: pas d'ignominie que ces journaux
n'imaginèrent. Ils affirmèrent que Louis-Philippe, de connivence
avec Christine, avait fait constater médicalement la stérilité de la
reine Isabelle, et que le mariage du duc de Montpensier était une
spéculation faite sur cette stérilité. Le _Times_ raconta aussi, sans
sourciller, que le consentement de la jeune reine avait été extorqué
par M. Bresson, au milieu d'une orgie nocturne[301], et, partant
de là, il s'écriait: «Quel intrus se glisse hors du palais à sept
heures du matin, si tôt s'il s'agit d'affaires, si tard s'il s'agit
de fêtes? Quelles orgies ont eu lieu dans le palais des deux vierges
royales que l'honneur chevaleresque de l'Espagne doit protéger?
À Paris, il y a des hommes qui tirent le nom distinctif de leur
industrie spéciale, de l'air dégagé avec lequel on les voit sortir
de grand matin d'une maison où ils ont passé la nuit à cueillir les
fleurs qui l'embellissent. Cet homme est un Français. Appartient-il
à cette catégorie? Le chevalier d'industrie qui en impose à la
simplicité des Espagnols n'est rien moins que l'agent accrédité et
investi de toute la confiance d'un grand roi. Il emporte une Infante
dans son sac...» Et le _Times_ ajoutait, en prenant personnellement
Louis-Philippe à partie: «Quiconque choisit pour son heure l'heure
de minuit, entre par la porte dérobée et marche armé d'une
lanterne sourde et d'un levier, doit à coup sûr avoir conscience
de l'improbité de sa conduite. Louis-Philippe est l'homme qui a le
moins su sauver les apparences, s'il n'a pas commis un crime contre
l'Europe.» La polémique continua sur ce ton. Mis à un tel régime
d'excitation, le public anglais finit par s'échauffer: lui aussi se
persuada que son pays venait d'être la victime de la perfidie et de
l'ambition de la France.

[Note 300: BULWER, _The life of Palmerston_, t. III, p. 241.]

[Note 301: Il n'est pas besoin de démentir cette infamie. On se
rappelle que M. Bresson n'était même pas au palais royal le soir où
le consentement de la Reine fut obtenu. (V. plus haut, p. 226.) Dans
sa correspondance confidentielle avec M. Guizot, M. Bresson se montre
fort ému et fort indigné de ces «abominables calomnies». (Lettre
inédite du 29 septembre 1846.)]

Il fut donc promptement manifeste que l'Angleterre tout entière, de
la souveraine au peuple, prenait à son compte la querelle de lord
Palmerston. C'était, pour notre gouvernement, une grosse déception
et un accident malheureux. Avait-il fait tout ce qu'il fallait
pour le prévenir? Préoccupé de réussir dans la contre-mine qu'il
opposait à la mine creusée par la diplomatie anglaise, n'avait-il
pas trop perdu de vue l'effet que devait produire une explosion à
laquelle nul n'était préparé? Si le mystère et la surprise avaient
leurs avantages, ils avaient aussi leurs dangers. Des précautions
étaient à prendre pour qu'outre-Manche, dans le public, chez les
hommes politiques, à la cour surtout, personne ne pût, au moment
décisif, se tromper sur les responsabilités, ni mettre en doute notre
loyauté. Ces précautions étaient sans doute malaisées à concilier
avec les exigences d'une lutte que lord Palmerston nous obligeait à
faire souterraine: je ne nie pas la délicatesse du problème, mais je
constate que notre gouvernement ne l'avait pas résolu, et qu'il ne
paraissait même pas avoir tenté de le résoudre. C'est peut-être la
principale, l'unique faute commise par le gouvernement français: elle
devait avoir de fâcheuses conséquences.


VI

Dans cette affaire des mariages, notre gouvernement avait donc contre
lui toute l'Angleterre: avait-il du moins avec lui toute la France?
De ce côté-ci de la Manche, comme de l'autre, les divers partis
s'unissaient-ils pour faire front contre l'étranger? À première vue,
il n'était pas de question où M. Guizot pût se croire plus à l'abri
des critiques de la gauche. En effet, depuis plusieurs années, le
grand grief des opposants, celui qui récemment encore, lors des
élections générales de 1846, fournissait matière à toutes leurs
déclamations, était la prétendue pusillanimité qui empêchait le
gouvernement français de tenir tête à l'Angleterre. Cette défaillance
si souvent dénoncée à l'occasion du droit de visite, de l'indemnité
Pritchard et du traité avec le Maroc, les journaux de gauche avaient
toujours paru s'attendre qu'elle se reproduirait en Espagne, dans
les négociations relatives au mariage de la Reine et de sa soeur.
Tout récemment encore, au mois d'août, un article du _Times_ leur
avait fourni occasion de manifester leur dédaigneuse défiance. Cet
article, contenant une sortie virulente et comminatoire contre notre
prétention d'imposer un mari à la reine Isabelle, semblait conclure à
remettre sur les rangs le prince de Cobourg. Presque toute la presse
de Londres y fit écho, ce qui ne laissa pas que de causer quelque
émoi à Paris. Le _Journal des Débats_ se borna à relever l'attaque,
sans y répondre à fond; son souci évident était de ne pas faire
descendre sur la place publique une discussion qui lui paraissait
être du domaine des chancelleries. Aussitôt tous les journaux de
gauche et de centre gauche, interprétant cette réserve de la feuille
ministérielle comme un manque de courage, dénoncèrent la «reculade»,
la «nouvelle génuflexion» que M. Guizot s'apprêtait à faire «devant
les exigences de lord Palmerston». «Voilà, s'écriaient-ils, l'ère
des humiliations rouverte du côté de l'Espagne[302]!» Telle était la
vivacité de leur émotion, qu'elle durait encore, alors qu'à leur insu
tout était déjà décidé, à Madrid, dans un sens absolument opposé.
C'est le 28 août que les deux mariages furent convenus entre la cour
d'Espagne et M. Bresson: le 31, le _National_ continuait à s'indigner
à la pensée que M. Guizot n'oserait pas «persister dans la politique
formulée si nettement par lui, quatre ans auparavant», et qu'il
«sacrifierait les intérêts séculaires de notre pays». Le 3 septembre,
en même temps que le _Journal des Débats_ annonçait les mariages,
le _Constitutionnel_, qui les ignorait encore, faisait une peinture
méprisante de cette diplomatie française, maladroite, peureuse,
en train d'abandonner à Madrid tout ce qu'elle avait exigé, et il
ajoutait ironiquement que le duc de Montpensier, exclu d'Espagne par
lord Palmerston, allait être réduit à chercher femme en Allemagne.

[Note 302: Voir notamment le _Siècle_ des 9, 10, 13, 18 août, le
_Constitutionnel_ du 13 août, le _National_ des 14 et 16 août, etc.]

En voyant leurs injurieuses prévisions si complètement démenties
par l'événement, quelle pouvait être l'attitude de ces journaux?
Qu'ils reconnussent leur tort et fissent amende honorable, c'eût
été leur demander une vertu peu en usage dans les luttes de partis.
Mais ne devait-on pas s'attendre qu'au moins ils ne blâmassent pas
le gouvernement pour avoir fait le contraire de ce qu'à l'avance
ils venaient de flétrir comme une lâcheté? Au premier moment, sous
le coup de la surprise, ils parurent surtout fort embarrassés.
Reconnaissant que le choix du duc de Cadix était bon, ils insinuèrent
qu'il avait été fait malgré M. Guizot et contre lui; ne pouvant pas
nier que le mariage du duc de Montpensier serait un succès pour la
politique française, ils affectèrent d'en mettre en doute la réalité.
Mais de telles contre-vérités ne pouvaient longtemps se soutenir,
et ces journaux se voyaient acculés à confesser que le ministère
venait de montrer précisément la hardiesse dont on l'avait proclamé
incapable. Plusieurs faisaient déjà, de plus ou moins bonne grâce,
cet aveu qu'ils sentaient d'ailleurs répondre au sentiment général,
même à celui de leurs partisans, quand M. Thiers intervint pour
empêcher ce qu'il regardait comme une grosse faute de tactique.
À ceux de ses amis ou de ses alliés qui se laissaient aller à se
réjouir du succès remporté par la politique française et de l'échec
infligé à la politique anglaise, le chef du centre gauche représenta
vivement qu'ils faisaient fausse route, que le ministre leur donnait
barre sur lui, et qu'ils seraient des niais de ne pas en profiter.
Il leur montra, dans les difficultés créées par l'irritation de lord
Palmerston, une occasion à saisir pour jeter bas M. Guizot. Le jeu de
l'opposition lui paraissait devoir être d'alarmer les intérêts et les
imaginations sur les dangers du conflit, de telle sorte que le Roi
et l'opinion, effrayés, se décidassent à changer de ministère pour
retrouver leur sécurité. Sans doute, c'était le contre-pied de ce que
l'opposition avait dit jusqu'alors; mais il n'y avait pas là de quoi
embarrasser un esprit aussi souple et aussi leste. Sans doute encore,
le patriotisme eût dû lui faire un scrupule de seconder un ministre
étranger qui cherchait à diminuer, à humilier la France; mais nous
avons vu que, depuis assez longtemps déjà, l'ancien président du
conseil du 1er mars avait jugé de son intérêt parlementaire de lier
partie avec l'ancien auteur du traité du 15 juillet 1840[303].

[Note 303: Sur les premiers symptômes de cette alliance de M. Thiers
et de lord Palmerston, voir plus haut, p. 197 et suiv.]

Non content d'agir par ses conversations particulières, M. Thiers
se servit du _Constitutionnel_ pour donner publiquement le signal
et développer le thème de cette nouvelle opposition. Dès le milieu
de septembre, ce journal se mit à exalter l'alliance anglaise et à
déplorer de la voir rompue par le «coup de tête», par la «dangereuse
étourderie» des mariages espagnols. Cette rupture, il l'imputait
au gouvernement français, l'accusant, sur la foi des feuilles
étrangères, d'intrigue, de déloyauté, de brutalité dictatoriale,
vantant par contre la «modération» de lord Palmerston. Il s'efforçait
de grossir ce conflit, et recueillait avec une telle complaisance
toutes les menaces venues du dehors, qu'il paraissait en désirer la
réalisation. Et pour quel avantage, demandait-il, s'était-on ainsi
exposé? Il n'en découvrait pas d'autre que la riche dot de l'Infante;
et il montrait ce gouvernement, naguère si pusillanime quand les
grands intérêts du pays étaient en jeu, devenu téméraire dès qu'il
s'agissait de satisfaire une cupidité dynastique. À cette situation
il ne voyait que deux issues possibles: ou une lutte aboutissant
tôt ou tard à la guerre, ou, ce qui lui paraissait plus probable,
étant donné le tempérament des hommes au pouvoir, quelque nouveau
sacrifice de l'honneur national en vue de racheter les bonnes grâces
de l'Angleterre.

On put se demander un moment si la thèse du _Constitutionnel_
prévaudrait dans la presse d'opposition. Le _Siècle_, qui passait
pour l'organe de M. Odilon Barrot, se montrait réfractaire: non qu'il
fût disposé à louer le cabinet; il s'appliquait à réduire autant
que possible la portée du succès obtenu; mais enfin, il se refusait
à y voir un sujet de blâme et à faire le jeu de lord Palmerston.
Très contrarié de cette note discordante, M. Thiers échangea, à ce
sujet, avec quelques-uns de ses amis qui avaient d'abord encouragé
le _Siècle_, une correspondance assez aigre qui faillit amener
une rupture. Mais le _Siècle_ n'eut pas d'imitateurs. Au bout de
quelques jours, presque toutes les feuilles de gauche et de centre
gauche avaient emboîté le pas derrière le _Constitutionnel_, et
méritaient que le _Journal des Débats_ les qualifiât d'«organes
français du cabinet britannique». M. Thiers était arrivé à ses
fins. De Londres, lord Palmerston, agréablement surpris d'un tel
concours, envoyait à ces journaux ses remerciements; le _Morning
Chronicle_ vantait la haute moralité d'une telle alliance, et le
_Times_ louait, probablement non sans un peu d'ironie méprisante, le
«désintéressement inattendu» de l'opposition française.


VII

Bien que le choix du duc de Cadix comme époux de la Reine déplût fort
à lord Palmerston, celui-ci s'y résignait faute de trouver aucun
prétexte plausible pour s'y opposer. C'était contre le mariage du duc
de Montpensier avec l'Infante qu'il était résolu à concentrer tous
ses efforts. Sans doute ce mariage était convenu entre les parties,
annoncé pour une date très prochaine; mais, tant qu'il n'était pas
accompli, on pouvait encore chercher à l'empêcher, ou tout au moins
à le retarder. Le ministre anglais décida d'y employer les quelques
semaines qui devaient s'écouler avant qu'on pût procéder à la
célébration. Il se flattait de suppléer à la brièveté du délai par
l'activité et l'énergie de son action.

Ce fut d'abord en Espagne que les obstacles lui parurent les plus
faciles à faire naître. Son ressentiment avait là, dans sir Henri
Bulwer, un instrument dont il pouvait tout attendre. À la première
nouvelle de l'arrangement conclu pour les mariages, Bulwer n'avait
pas caché son intention de ne garder aucun ménagement. «Je vous
déclare solennellement, disait-il à M. Donozo Cortès, que nous
regardons le mariage de l'Infante comme un acte d'hostilité, et
que mon gouvernement n'épargnera rien pour amener en Espagne un
bouleversement complet[304].» Coup sur coup, le 31 août, le 5 et le
8 septembre, il adressa à M. Isturiz des notes où il dénonçait, dans
ce mariage, «l'un des plus graves événements qui pussent survenir en
Europe», déclarait que son accomplissement altérerait les relations
de l'Angleterre avec l'Espagne, et reprochait au gouvernement de
Madrid de faire «de son droit d'indépendance un usage contraire à
l'indépendance réelle du pays». Loin d'envelopper ses démarches du
secret diplomatique, il avait soin que les journaux en parlassent,
et dans des termes faits pour inquiéter le public sur les résolutions
ultérieures du cabinet de Londres. Aux vaisseaux anglais en station
devant Cadix ou Gibraltar, il envoyait ouvertement des courriers qui
paraissaient leur porter des ordres de blocus ou d'hostilité. En
même temps, comme pour réaliser sa menace de «bouleversement», il
excitait, en Espagne, les partis hostiles, apportant dans ce rôle
d'agitateur une passion qui faisait dire de lui au comte Bresson: «Ce
n'est plus le ministre d'une grande cour, c'est un artisan d'émeutes
et de conspirations[305].» Sous cette impulsion, les progressistes
se mirent aussitôt à publier des protestations ou à faire signer des
pétitions contre le mariage du duc de Montpensier. La violence de
leurs journaux semblait un préliminaire de guerre civile. Parmi les
arguments de cette polémique il en est un qui mérite d'être noté, à
cause de l'importance diplomatique qu'on devait chercher plus tard à
lui donner: c'est celui que, dès le 3 septembre, la presse radicale
de Madrid prétendit tirer du traité d'Utrecht, qui avait mis fin à la
guerre de la succession d'Espagne, et des renonciations réciproques
faites alors, d'une part, par Philippe V et ses descendants au trône
de France, de l'autre, par les princes français et leurs descendants
au trône d'Espagne. On soutenait qu'en vertu de ces actes, l'héritier
possible de l'un des trônes ne pouvait épouser l'héritière possible
de l'autre, et qu'en tout cas les enfants issus d'une telle union
seraient déchus, des deux côtés, de leurs droits successoraux.

[Note 304: Ce propos est rapporté par M. Bresson, qui le tenait de M.
Donozo Cortès.]

[Note 305: Lettre inédite de M. Bresson à M. Guizot, du 29 septembre
1846.]

On croit toujours facilement ce que l'on désire. L'agitation
factice provoquée en Espagne par les menées de Bulwer parut à
Londres un puissant mouvement national contre lequel ne pourraient
prévaloir des intrigues de cour. Vers le 8 septembre, les journaux
anglais annonçaient déjà que «le mariage de l'Infante avec le duc
de Montpensier n'aurait jamais lieu, et cela pour des raisons
espagnoles»; ils prédisaient, au cas où l'on voudrait l'imposer,
une «guerre civile longue et sanglante». «La brusque tentative de
M. Bresson, ajoutaient-ils, vient d'allumer en Espagne un incendie
qui ravagera tout le pays, depuis Saint-Sébastien jusqu'à Gibraltar,
et du Portugal à la Méditerranée.» C'était le sentiment, et l'on
peut dire l'espoir de lord Palmerston. Il adressait à Bulwer
ses encouragements: «J'approuve tout ce que vous avez fait, lui
mandait-il le 16 septembre, et je vous dis, comme lord Anglesea aux
Irlandais: _Agitez, agitez, agitez_.» S'il lui recommandait de ne
pas se compromettre ouvertement dans quelque projet d'insurrection,
il l'invitait à «ne pas dissuader» ceux qui voudraient en tenter
une à leurs risques et périls. C'était même de toutes mains qu'il
se montrait prêt à accepter la révolution qui l'eût vengé; il
recommandait à Bulwer de ne pas perdre de vue le concours qu'on
pouvait tirer des carlistes, ou bien il caressait l'espoir de quelque
_pronunciamento_ fait par ce général Narvaez qu'il avait tant de
fois dénoncé comme un oppresseur, mais qu'il supposait être en ce
moment un mécontent[306]. Ce qu'il écrivait secrètement à son agent,
ses journaux le proclamaient tout haut, multipliant sans vergogne
les appels à ces alliés si nouveaux pour eux[307]. «Si Narvaez,
disait le _Times_, veut fournir aux sentiments de l'Espagne les
moyens de se formuler, il pourra conquérir un plus noble titre que
ceux de Blücher ou de Bolivar.» Lord Palmerston ne se contentait
pas d'aider ainsi Bulwer à «bouleverser» la Péninsule; il l'aidait
également à intimider le cabinet de Madrid. Pour confirmer et
fortifier les démarches comminatoires que, de son chef et sans
attendre d'instructions, le ministre d'Angleterre avait déjà faites,
il lui envoyait, le 14 septembre, une note qui devait être remise au
cabinet de Madrid et qui le fut, en effet, le 22. Dans ce document
il était fait, au nom du gouvernement britannique, de «très fortes
remontrances» et une «protestation formelle» contre un mariage
qui «mettait en péril l'indépendance de l'Espagne» et, par suite,
«affectait sérieusement l'équilibre européen». On y exprimait, en
terminant, l'espoir de voir abandonner un projet dont la réalisation
exercerait «la plus fâcheuse influence sur les relations des deux
couronnes anglaise et espagnole». Ajoutons que, dès le 19 septembre,
les journaux de Madrid, en rapport avec la légation britannique,
révélaient au public la démarche que Bulwer avait reçu l'ordre de
faire, s'efforçaient d'y montrer un événement gros de conséquences,
et affirmaient que Louis-Philippe n'oserait pas passer outre.

[Note 306: BULWER, _The life of Palmerston_, t. III, p. 247 à 257.]

[Note 307: Voir entre autres le _Morning Chronicle_ du 19 septembre
1846, et le _Times_ du 24.]

Mais pendant qu'à Londres, sur la foi des premières nouvelles, on
s'attendait à voir l'Espagne elle-même empêcher le mariage, les
événements prenaient dans la Péninsule une direction toute contraire.
Le bruit que les progressistes étaient parvenus un moment à soulever
tombait au bout de peu de temps, sans avoir trouvé d'écho dans le
pays. Les pétitions ne recueillaient qu'un nombre insignifiant
de signatures. La nation demeurait calme, ou, si elle paraissait
disposée à s'émouvoir, c'était de l'injure faite à son indépendance
par l'impérieuse invasion de la diplomatie anglaise dans ses affaires
intérieures. Nulle tentative de guerre civile, nulle démonstration
populaire, et même, dans les Cortès réunies le 14 septembre, nul
symptôme d'une opposition parlementaire sérieuse: le 18 et le 19, le
Sénat et le Congrès adoptèrent, l'un à l'unanimité, l'autre à 159
voix contre une, des adresses de félicitation à la Reine sur les
deux mariages. Le désappointement fut grand à Londres. Les journaux
de lord Palmerston se mirent à invectiver l'«apathie» de l'Espagne.
«Nous devions compter sur les Espagnols eux-mêmes, écrivait le
_Times_, mais l'Espagne a oublié sa force, quoiqu'elle n'ait pas
désappris sa jalousie.» De tels emportements n'aboutissaient qu'à
blesser davantage la fierté castillane, et le gouvernement de Madrid
en était fortifié dans sa résistance. Le 29 septembre, M. Isturiz
répondit, sur un ton très digne et très ferme, à la note anglaise.
«Le gouvernement britannique, dit-il, qui se montre si jaloux de
l'indépendance de l'Espagne, ne trouvera pas mauvais que l'Espagne
agisse dans la limite des lois internationales, c'est-à-dire
sans nuire aux intérêts des autres gouvernements, comme c'est le
cas relativement à l'affaire en question, à propos de laquelle
l'Angleterre ne peut mettre en avant aucune violation des traités; il
ne trouvera pas mauvais, dis-je, que l'Espagne repousse énergiquement
une protestation qui tend à restreindre son indépendance, et qu'elle
proteste à son tour contre la protestation que révèle cet acte.»
Bulwer en était réduit à constater, dans une nouvelle communication
faite le 3 octobre à M. Isturiz, le complet insuccès de ses
démarches. «Je sais, disait-il avec un dépit non dissimulé, que
les faits ne tarderont pas à mettre fin à la discussion; mais, en
terminant, je ne puis m'empêcher d'exprimer la conviction qu'en dépit
de la grande habileté avec laquelle cette affaire a été conduite par
Votre Excellence, et du peu de talent que j'y ai apporté, les juges
impartiaux remarqueront que ç'a été le lot du ministre anglais de
défendre les vrais intérêts et l'indépendance de l'Espagne contre
Votre Excellence, à qui, en qualité de ministre de Sa Majesté
Catholique, leur défense aurait été plus convenablement confiée.»


VIII

À mesure que s'affaiblissait l'espoir, un moment caressé, de voir le
mariage empêché par la seule résistance de l'Espagne, lord Palmerston
jugeait nécessaire de se découvrir davantage et de chercher à peser
directement sur le gouvernement français. Ainsi fut-il amené à
adresser, le 22 septembre, à lord Normanby, qui venait de remplacer
lord Cowley à l'ambassade de Paris, non une «note» formelle, comme
il avait fait avec le gouvernement de Madrid, mais une dépêche dont
lecture devait être donnée et copie laissée à M. Guizot. Ce document
fort étendu commençait par une longue récrimination sur le passé.
Les faits y étaient présentés de telle sorte que le gouvernement
français paraissait avoir profité de la loyauté confiante du
gouvernement britannique pour le tromper par toute une suite de
machinations. Lord Palmerston n'admettait pas que la mention faite
du prince de Cobourg dans ses instructions du 19 juillet nous eût
libérés de nos engagements; il déclarait n'avoir jamais patronné
qu'un candidat, don Enrique, et se défendait d'avoir fait pour le
prince de Cobourg rien qui justifiât les soupçons du cabinet de
Paris, soupçons dont il mettait en doute jusqu'à la sincérité.
Cette intrépidité d'affirmations nous paraît étrange, à nous qui
connaissons aujourd'hui les instructions confidentielles envoyées
à Bulwer. Lord Palmerston ne se faisait pas scrupule de nier ce
qu'il savait être encore secret. Seulement, comme s'il prévoyait
que, d'un moment à l'autre, la fausseté de ses négations pouvait
éclater, il soutenait, en abusant manifestement de ce qu'il y avait
eu d'un peu vague et équivoque dans certaines déclarations de lord
Aberdeen, que le gouvernement anglais s'était toujours considéré
comme parfaitement libre d'appuyer la candidature du prince de
Cobourg. Ainsi aboutissait-il à cette conclusion qu'il aurait eu
le droit de travailler contre nous, tout en étant garanti par nos
promesses contre les moindres représailles de notre part. Après cette
querelle rétrospective, il en venait aux conclusions présentes, qui
consistaient en «des représentations et une protestation formelles»
contre le mariage du duc de Montpensier. Partant de l'idée qu'une
telle «combinaison tendait à lier la politique de l'Espagne et de la
France d'une manière qui serait dangereuse pour d'autres États», il
la dénonçait comme «incompatible avec le respect dû au maintien de
l'équilibre européen», comme «altérant nécessairement les rapports
entre la France et l'Angleterre», et comme «pouvant compromettre
gravement la paix européenne». Il ne s'en tint pas là: il n'hésita
pas à emprunter à la presse progressiste de Madrid l'argument tiré
du traité d'Utrecht et des renonciations faites à cette époque,
déclarant, par cette raison, le mariage de l'Infante avec un prince
français «contraire à la constitution espagnole» et, en tout cas,
les enfants à naître de cette union exclus de la succession à
la couronne d'Espagne[308]. Sans doute il eût suffi d'un peu de
réflexion et d'un simple coup d'oeil sur les précédents, pour se
rendre compte qu'on donnait ainsi au traité une portée à laquelle
personne n'avait jamais songé. Pourvu qu'on assurât la séparation
des deux couronnes, principe dominant du traité d'Utrecht, rien
n'autorisait à étendre indéfiniment les exclusions et les déchéances.
En fait, depuis 1713, de nombreux mariages avaient été contractés
entre les Bourbons de France et ceux d'Espagne. L'Angleterre ni aucun
autre signataire du traité n'avait protesté contre ces mariages,
et les enfants qui en étaient nés n'avaient pas été privés de
leurs droits;--fort heureusement, car, autrement, on n'aurait plus
trouvé, dans les deux pays, un seul prince qui ne fût pas exclu du
trône, chacun d'eux ayant dans ses veines, par suite des mariages
antérieurs, un peu du sang de l'autre branche. Mais c'était le
propre de lord Palmerston, quand il se trouvait engagé dans une
polémique, de faire arme de tout, et de ne pas beaucoup regarder à
la valeur des arguments qu'il employait. Après avoir appuyé de ces
raisons diverses ses «représentations» et sa «protestation» contre
le mariage du duc de Montpensier, le secrétaire d'État terminait
en «exprimant l'espoir fervent que ce projet ne serait pas mis à
exécution». Quelques jours plus tard, le 27 septembre, la reine
Victoria finissait par un voeu semblable la lettre qu'elle écrivait
à la reine des Belges, en réponse à celle de Louis-Philippe[309].
«Ma seule consolation, disait-elle, est que ce projet, ne pouvant
se réaliser sans produire de graves complications et sans exposer
cette famille chérie (il s'agissait de la famille royale de France) à
beaucoup de dangers, elle reculera encore devant l'exécution.» Enfin,
lord Palmerston ayant envoyé, le 28, à Bulwer l'ordre de remettre au
cabinet de Madrid une seconde protestation entièrement fondée sur le
traité d'Utrecht, il la communiquait aussitôt à M. Guizot, comme
pour renouveler et fortifier la mise en demeure déjà contenue dans la
dépêche du 22 septembre.

[Note 308: Le ministre avait été, du reste, devancé dans cette voie
par Bulwer, qui, de son chef, avait invoqué le traité d'Utrecht dans
une note à M. Isturiz, en date du 8 septembre.]

[Note 309: Voir plus haut, p. 237.]

À Londres, on se flattait que ces démarches répétées et pressantes,
appuyées par le langage menaçant de la presse anglaise et par
le langage à dessein alarmiste d'une grande partie de la presse
française, feraient impression sur le cabinet de Paris et
particulièrement sur Louis-Philippe, dont on connaissait l'amour
pour la paix. Le _Times_ et le _Morning Chronicle_ croyaient pouvoir
annoncer la reculade de notre gouvernement. Quant à lord Palmerston,
convaincu que le roi des Français allait lui offrir de retarder le
mariage de son fils jusqu'à ce que la Reine eût des enfants, il
examinait, dans ses lettres à Bulwer, l'accueil qu'il convenait de
faire à une telle proposition; il se montrait disposé à repousser
toute combinaison qui ferait une part quelconque, même conditionnelle
et lointaine, au duc de Montpensier, et prétendait nous imposer
l'exclusion absolue de ce prince[310].

[Note 310: BULWER, _The Life of Palmerston_, t. III, p. 248 à 252.
Voir aussi _le Prince Albert_, extraits de l'ouvrage de sir Théodore
MARTIN, par A. CRAVEN, t. I, p. 207.]

L'attente de lord Palmerston fut complètement trompée. Le
gouvernement français ne parut pas intimidé. Le _Journal des Débats_,
tout en se gardant de riposter sur le même ton aux violences de la
presse britannique, les signalait avec une tristesse dédaigneuse et
affectait de les prendre pour une boutade sans grande conséquence.
Quand vint la protestation du 22 septembre, la feuille ministérielle
ne s'en montra pas plus troublée. «Nous croyons devoir répéter,
disait-elle le 28 septembre, malgré tous les bruits contraires
qu'on pourrait répandre, que les deux mariages se feront à l'époque
désignée, et nous persistons à penser et à dire que les dissentiments
auxquels cette résolution a pu donner lieu, quelque regrettables
qu'ils soient, ne sont point de nature à compromettre les relations
pacifiques des trois gouvernements.» Elle ajoutait, le 3 octobre:
«La France, tout en appréciant à sa juste valeur un dissentiment
qu'elle voit avec un très grand regret, n'en continuera pas moins
à exercer un droit légitime.» Ces déclarations étaient confirmées
avec éclat par le départ du duc de Montpensier, qui se mettait en
route pour l'Espagne, le 28 septembre, avant même que M. Guizot eût
répondu à la communication anglaise du 22. On en fut fort dépité à
Londres. «L'Angleterre, disait le _Times_ du 2 octobre, a protesté
avec fermeté et modération, et l'unique réponse a été le départ de
Montpensier. Si nous avions voulu imposer à Louis-Philippe son chef
de cuisine, nous n'eussions pas été traités avec un silence plus
dédaigneux.» Le _Morning Chronicle_ n'était pas moins amer. Ce fut
seulement le 5 octobre que M. Guizot adressa à Londres une dépêche en
réponse à celle de lord Palmerston: après y avoir longuement réfuté
tous les arguments employés par le ministre anglais, il concluait en
ces termes: «Le gouvernement du Roi ne trouve aux représentations
qui lui sont adressées aucun fondement grave et légitime; il ne
saurait donc les admettre, ni les prendre pour règle de sa conduite.»
Louis-Philippe lui-même, qui ne s'était exposé qu'à contre-coeur
au conflit et à qui lord Palmerston s'était flatté de faire peur,
n'eut aucune tentation de reculer; il ne prenait pas très au sérieux
les menaces anglaises: «Je crois pouvoir affirmer, écrivait-il le 7
octobre au maréchal Soult, qu'il n'y a pas de canon dans tout ceci,
et je dirai même qu'il ne peut pas y en avoir[311].» Il ajoutait,
quelques jours plus tard: «La France n'a qu'à faire le hérisson et à
se recroqueviller: personne n'osera l'attaquer, et le danger passera
tout seul[312].»

[Note 311: _Documents inédits._]

[Note 312: Cité dans une dépêche de M. d'Arnim, ministre de Prusse à
Paris. (HILLEBRAND, _Geschichte Frankreichs_, 1830-1848, t. II, p.
647.)]


IX

Lord Palmerston n'avait donc pas mieux réussi en France qu'en
Espagne. Mais là ne s'était pas borné son effort. C'était dans
l'Europe entière qu'il voulait susciter des obstacles au mariage
du duc de Montpensier. Sa prétention était de mettre les puissances
continentales dans son jeu, de refaire la vieille coalition, de
recommencer 1840. Dès le premier jour, dans ses conversations avec
les ambassadeurs accrédités à Londres, comme dans les dépêches
adressés à ses propres ambassadeurs à Vienne, à Berlin et à
Saint-Pétersbourg, il tâcha de faire partager aux trois cours de
l'Est son «indignation» contre la conduite déloyale du cabinet de
Paris, leur représenta que le mariage du duc de Montpensier avait,
par ses conséquences possibles, une «importance européenne», et leur
demanda formellement de «protester» avec lui contre ce mariage[313].
Ce fut surtout quand il se décida à invoquer le traité d'Utrecht
qu'il crut avoir chance d'obtenir le concours des puissances.
N'était-ce pas leur offrir un terrain où elles devaient se plaire,
que celui des vieux traités sur lesquels était fondé l'équilibre
européen? Il apporta donc plus d'ardeur encore à les presser de
s'unir à l'Angleterre pour proclamer qu'en vertu de ces traités,
les enfants à naître du mariage éventuel du duc de Montpensier avec
l'Infante seraient exclus de la succession au trône d'Espagne[314].
Vers la fin de septembre, les feuilles progressistes de Madrid et les
journaux de gauche de Paris, tous plus ou moins dans la confidence
du ministre anglais, annonçaient qu'il était assuré du concours de
l'Europe.

[Note 313: Voir, entre autres, une lettre du 23 septembre 1846, dans
laquelle M. de Flahault rend compte à M. Guizot d'une dépêche de
l'ambassadeur d'Autriche à Londres, du 12 septembre. Voir aussi les
_Mémoires du prince de Metternich_, t. VII, p. 272.]

[Note 314: _Mémoires du prince de Metternich_, t. VII, p. 277.]

M. Guizot n'était pas, à ce sujet, sans quelque préoccupation.
Il n'ignorait point que M. de Metternich lui en voulait beaucoup
de n'être pas entré dans son «idée» d'un mariage entre le fils
de don Carlos et Isabelle. Il savait aussi qu'à Berlin et à
Saint-Pétersbourg on était, d'une façon générale, fort mal disposé
pour la France de Juillet. Il s'occupa donc aussitôt à contrecarrer
les démarches de la diplomatie britannique. En même temps que par des
entretiens fréquents il agissait sur les ambassadeurs accrédités
à Paris, il munissait ses propres agents au dehors de tout ce qui
pouvait leur servir à réfuter les accusations anglaises[315].
N'hésitant pas à élargir la question, il rappelait que «ses principes
et ses actes aboutissaient tous au maintien du _statu quo_ et du
système conservatif»; il déclarait «qu'il n'abandonnerait jamais
cette ligne, et que les puissances pouvaient compter sur lui en
Italie, en Suisse, et au besoin en Allemagne»; il présentait, au
contraire, la politique de lord Palmerston comme menaçante pour les
intérêts conservateurs en Europe, et il pressait les puissances
de «se joindre à la France pour faire face à ce danger[316]». De
tels arguments étaient de nature à faire impression, d'autant que,
sur divers théâtres, se produisaient alors des événements fort
inquiétants pour les hommes d'État de la vieille Europe: en Italie,
l'avènement de Pie IX venait de donner le signal d'un mouvement
réformateur et national dont on ne pouvait calculer la portée; en
Suisse, la guerre civile paraissait imminente entre les radicaux,
qui rêvaient de faire de ce petit pays la forteresse centrale de la
révolution en Europe, et les cantons conservateurs, menacés dans leur
indépendance[317].

[Note 315: Correspondance inédite de M. Guizot et de M. de Flahault,
ambassadeur de France à Vienne.]

[Note 316: Dépêches d'Arnim, ministre de Prusse à Paris, en date
des 13 et 14 octobre 1846. (HILLEBRAND, _Geschichte Frankreichs_,
1830-1848, t. II, p. 645.)]

[Note 317: J'aurai l'occasion plus tard de revenir avec détail sur
les événements de Suisse et d'Italie.]

Étant donnés l'éloignement de la Russie et l'état alors un peu
subalterne de la politique prussienne, la clef de la situation se
trouvait à Vienne. Le premier sentiment de M. de Metternich fut une
certaine satisfaction d'amour-propre de se voir ainsi sollicité
et courtisé par les deux puissances occidentales. La ruine de
l'«entente cordiale» convenait à sa diplomatie et le flattait dans
sa vanité de prophète: n'avait-il pas prédit que cette entente ne
durerait pas, et qu'elle se briserait à l'occasion de l'Espagne?
Toutefois, entre la France et l'Angleterre un refroidissement lui
suffisait; il ne voulait pas d'un conflit violent qui eût dérangé sa
politique, principalement fondée sur le maintien du _statu quo_. Les
protestations impérieuses auxquelles on lui demandait de s'associer
contre un événement déjà annoncé et sur le point de s'accomplir, lui
paraissaient vaines, si elles n'étaient périlleuses et ne servaient
de préface à la guerre[318]; en tout cela il reconnaissait une
politique légère, brouillonne, agitée, téméraire, qui répugnait à ses
habitudes d'esprit. D'ailleurs, le souvenir qu'il avait gardé de 1840
le laissait en défiance à l'endroit de lord Palmerston et lui ôtait
toute envie de se mettre de nouveau à sa remorque. Au contraire, en
dépit de ses préventions d'origine contre la monarchie de Juillet, il
ne pouvait nier la sagesse dont le cabinet de Paris faisait preuve
depuis plusieurs années; il désirait vivement le maintien de M.
Guizot, et avait de l'habileté du roi Louis-Philippe une idée que les
récents événements d'Espagne contribuaient encore à fortifier[319].
Il n'en conclut pas à se mettre tout de suite avec nous, à nous
donner ouvertement raison. Trouvant là une occasion de prendre, à
l'égard des deux puissances qui se disputaient son approbation,
l'attitude prêcheuse, pontifiante, dogmatisante qui était dans
ses goûts, il leur tint un langage qui peut se résumer ainsi: «La
cause de votre querelle, c'est que, malgré nos remontrances et nos
avertissements, vous vous êtes écartés en Espagne des règles de la
légitimité. Si vous n'aviez pas admis la succession féminine, la
difficulté du mariage ne se serait pas produite. Nous ne pouvons
quitter le terrain supérieur et solide où nous avons pris position
dès le premier jour, pour descendre sur celui où vous vous débattez
si péniblement et pour prendre parti entre vous. C'est comme si un
luthérien avait un différend religieux avec un calviniste et venait
demander à un catholique de prononcer entre eux; le catholique
n'aurait pas autre chose à leur dire, si ce n'est: Vous avez tort
tous les deux. Si, un jour, nous jugions à propos de protester, ce
serait non contre les droits des enfants à naître de l'Infante, mais
contre ceux de l'Infante elle-même et, avant tout, contre ceux de
la Reine. Pour le moment, nous ne voyons pas de raison de sortir de
notre réserve. Nous demeurons spectateurs de la confusion où vous
avez amené les affaires de la Péninsule, attendant le moment où vous
serez obligés, pour en sortir, de revenir aux principes dont nous
avons la garde[320].» Cette conclusion était tout ce que voulait
M. Guizot, et la satisfaction qu'il en éprouvait le faisait passer
facilement par-dessus la leçon dont on prétendait l'accompagner.
C'était, au contraire, un échec complet pour lord Palmerston.
Entre les deux ministres, il y avait en effet cette différence que
l'anglais demandait aux puissances d'agir, tandis que le français se
bornait à leur demander de ne rien faire, ce qu'on avait toujours
plus de chance d'obtenir d'elles.

[Note 318: «Il n'y a rien de plus grave pour un gouvernement,
déclarait M. de Metternich, que de dire: Je proteste. Derrière une
protestation, il faut toujours avoir un canon chargé.» (Lettre de M.
de Flahault à M. Guizot, du 5 octobre 1846, _Documents inédits_.)]

[Note 319: M. de Metternich écrivait, après avoir lu les pièces
communiquées par le gouvernement français: «Ce qui ressort avec
évidence de ces pièces, c'est une grande habileté dans la manière de
procéder du roi des Français.» (_Mémoires de Metternich_, t. VII, p.
279.)]

[Note 320: Lettres de M. de Flahault rendant compte à M. Guizot de
ses conversations avec M. de Metternich, en date des 23 septembre,
5, 10 et 16 octobre 1846. (_Documents inédits._) Voir aussi les
dépêches de M. de Metternich à ses agents à Berlin, en date des 6 et
10 octobre 1846. (_Mémoires de Metternich_, t. VII, p. 272 à 281.)]

M. de Metternich ne se borna pas à prendre cette attitude; il
travailla à ce qu'elle fût aussi celle de la Prusse et de la Russie.
Il attachait, en effet, une importance capitale à ce que les trois
cours continuassent à marcher du même pas dans cette affaire. Le
cabinet de Berlin était malveillant pour la France; mais il n'avait
ni le goût ni l'habitude des initiatives promptes et personnelles.
Un peu ahuri des premières communications du gouvernement anglais,
effarouché d'être tant pressé, il déclara ne pouvoir répondre tout
de suite et se tourna vers l'Autriche. «Que pensez-vous des mariages
espagnols? demanda à M. de Metternich le comte d'Arnim, ambassadeur
de Prusse à Vienne.--Je n'en pense rien, absolument rien, répondit
le chancelier; et, de chez vous, vous en écrit-on?--On ne m'exprime
aucune opinion; mais on tient beaucoup à connaître la vôtre.--Eh
bien, vous pouvez dire que nous n'en avons qu'une, c'est que nous ne
nous en mêlerons pas[321].» Et quelques jours plus tard, le prince
de Metternich précisait et développait sa pensée dans de longues
dépêches à ses agents à Berlin. «Ma conviction, concluait-il, est que
les trois cours ne sauraient mieux faire que de demeurer fermes dans
une attitude d'attente raisonnée... Échanger le rôle de spectateur
contre celui d'acteur est un procédé qui mérite toujours une mûre
réflexion, et la prétention de connaître à fond une pièce, avant de
se charger d'un rôle, me semble une prétention très modérée[322].» Ce
conseil fut goûté, et, pour l'instant du moins, le cabinet prussien
parut plus disposé à imiter l'inertie expectante de l'Autriche qu'à
s'associer aux demandes précipitées de lord Palmerston. Il en fut de
même à Saint-Pétersbourg[323].

[Note 321: Lettre de M. de Flahault à M. Guizot, du 26 septembre
1846. (_Documents inédits._)]

[Note 322: Dépêches des 6 et 10 octobre 1846. (_Mémoires de
Metternich_, t. VII, p. 272 à 281.)]

[Note 323: Lettre de M. de Flahault à M. Guizot, du 21 octobre 1846.
(_Documents inédits._)]

Vainement donc le chef du _Foreign office_ portait-il ses efforts,
avec une activité infatigable, sur tous les points à la fois,
vainement s'absorbait-il dans cette oeuvre au point de négliger ses
plaisirs les plus chers[324]; nulle part il ne parvenait à susciter
d'obstacles sérieux au mariage de l'Infante. Cependant, les jours
s'écoulaient, et le moment était venu où ce mariage allait passer au
rang des faits accomplis. Le duc de Montpensier, entré en Espagne,
avec le duc d'Aumale, le 2 octobre 1846, fit, le 6, son entrée
solennelle à Madrid. On avait répandu à l'avance toutes sortes de
bruits inquiétants; on avait annoncé des manifestations hostiles
et même des attentats. Rien de pareil ne se produisit. Sur tout le
trajet, pas un cri ennemi; au contraire, un empressement respectueux,
sympathique, de toute la population, qui voyait dans le jeune prince
une solution et une espérance. Le 10 octobre au soir, le mariage
de la Reine d'abord, puis celui de l'Infante, furent célébrés dans
l'intérieur du palais, et le lendemain, suivant l'usage espagnol,
la cérémonie se répéta en grande pompe dans l'église Notre-Dame
d'Atocha, devant une foule immense qui témoignait s'associer à cette
fête.

[Note 324: «J'ai été complètement submergé par la besogne,
écrivait-il à lord Normanby le 27 septembre, et bien que ce soit
septembre, je n'ai pu aller qu'une fois à la chasse aux perdrix.»
(BULWER, _The Life of Palmerston_, t. III, p. 251.)]



CHAPITRE VI

LES SUITES DES MARIAGES ESPAGNOLS.

(Octobre 1846-avril 1847.)

     I. M. Guizot est fier, mais un peu ému de son succès. Lord
     Palmerston cherche à se venger. Ses récriminations contre le
     gouvernement français. Ses menées en Espagne. Ses efforts pour
     attirer à lui les trois puissances continentales. Il échoue
     auprès de l'Autriche et de la Russie. Attitude plus incertaine
     de la Prusse.--II. Les trois cours de l'Est profitent de la
     division de la France et de l'Angleterre pour incorporer
     Cracovie à l'Autriche. Émotion très vive en France. Lord
     Palmerston repousse notre proposition d'une action commune.
     Protestations séparées des cabinets de Londres et de Paris. Les
     trois cours peuvent ne pas s'en inquiéter. En quoi l'Autriche
     n'avait pas compris son véritable intérêt.--III. M. Thiers se
     concerte avec lord Palmerston. Sa correspondance avec Panizzi
     et ses rapports avec lord Normanby. M. Greville vient à Paris
     pour préparer un rapprochement entre l'Angleterre et la France.
     M. Thiers, dans ses conversations avec M. Greville et ses
     lettres à Panizzi, excite le cabinet britannique à pousser
     la lutte à outrance.--IV. Ouverture de la session française.
     Discussion à la Chambre des pairs. Le duc de Broglie et M.
     Guizot.--V. Langage conciliant au parlement britannique. M.
     Thiers s'en plaint. La publication des documents diplomatiques
     anglais rallume la bataille.--VI. L'adresse à la Chambre
     des députés. Hésitation de M. Thiers à engager le combat.
     Son discours. Réponse de M. Guizot. Forte majorité pour le
     ministère. Impression produite par ce vote en France et en
     Angleterre.--VII. Querelle de lord Normanby et de M. Guizot.
     Lord Normanby est soutenu par lord Palmerston. Incident du bal.
     Lord Normanby, blâmé même en Angleterre, est obligé de faire
     des avances pour une réconciliation. Cette réconciliation a
     lieu par l'entremise du comte Apponyi. Dépit de l'ambassadeur
     anglais.--VIII. Nouveaux efforts de lord Palmerston pour obtenir
     quelque démarche des trois puissances continentales. Malgré les
     efforts de lord Ponsonby, M. de Metternich refuse de se laisser
     entraîner. La Prusse est plus incertaine, mais, intimidée par
     notre ferme langage et retenue par l'Autriche, elle ne se
     sépare pas de cette dernière. La Russie est en coquetterie
     avec la France.--IX. Conclusion: comment convient-il de juger
     aujourd'hui la politique des mariages espagnols?


I

La célébration du mariage de la reine Isabelle avec le duc de Cadix
et de celui de l'Infante avec le duc de Montpensier avait consommé
la victoire de la politique française à Madrid. M. Guizot en était
à la fois fier et un peu ému. «Soyez sûre que j'ai fait une grande
et belle chose, écrivait-il à une de ses amies. J'aurais autant aimé
n'avoir pas à la faire, car elle ne sera point gratuite. Mais il
n'y avait pas moyen; il fallait choisir entre un grand succès ou un
grand échec, entre la défaite et le prix de la victoire. Je n'ai pas
hésité. L'événement s'est accompli admirablement, comme un programme
de fête, sans que tout le bruit, toutes les attaques, toutes les
menaces, toutes les menées du dehors aient réussi à le déranger dans
un détail ou à le retarder d'un jour... Je reste avec un lourd
fardeau sur les épaules, mais en bonne position pour le porter...
Nous continuerons de grandir en Europe, de grandir sans nous
remuer, et personne ne touchera à nous. Je n'ai jamais eu plus de
confiance... Lord Palmerston a compté sur quatre choses: 1º que nous
reculerions; 2º qu'il y aurait une forte opposition dans les Cortès;
3º qu'il y aurait des insurrections; 4º qu'il aurait l'adhésion des
cours du continent. Quatre mécomptes. Le dernier lui est très amer.
En 1840, pour la misérable question d'Égypte, l'Angleterre a eu la
victoire en Europe. En 1846, sur la grande question d'Espagne, elle
est battue et elle est seule. Ce n'est pas seulement parce que nous
avons bien joué cette partie-ci; c'est le fruit de six ans de bonne
politique: elle nous fait pardonner notre succès, même par les cours
qui ne nous aiment pas[325].»

[Note 325: _Lettres de M. Guizot à sa famille et à ses amis_, p. 244.]

La bataille gagnée, M. Guizot ne demandait qu'à déposer les armes.
Il était prêt à faire tout le possible pour dissiper les ombrages
de l'Angleterre et atténuer son dépit. Ce fut ainsi que, dès les
premiers jours de novembre, le duc de Montpensier et sa jeune
femme étaient de retour en France, où ils devaient avoir leur
établissement; on voulait montrer par là que, conformément aux
assurances données par notre diplomatie, «c'était la France qui
gagnait une princesse, et non l'Espagne qui gagnait un prince[326]».
Le gouvernement français se fût prêté avec empressement à toute
autre démarche pouvant consoler l'amour-propre britannique sans
compromettre notre dignité. Le Roi laissait même voir sous ce
rapport des dispositions si conciliantes qu'on eût été plutôt obligé
de le retenir[327]. Mais tant que lord Palmerston était le maître
à Londres, il ne pouvait être question de rapprochement. Toute
l'activité que cet homme d'État avait dépensée naguère, sans succès,
pour empêcher le mariage, il l'employait désormais à chercher une
vengeance.

[Note 326: Dépêche de lord Normanby à lord Palmerston, du 1er
septembre 1846.--Voir aussi lettre de Palmerston à Bulwer, du 16
septembre. (BULWER, _The Life of Palmerston_, t. III, p. 249.)]

[Note 327: Voir notamment certaines ouvertures faites par des
personnages qu'on pouvait supposer être plus ou moins autorisés par
Louis-Philippe. (_The Greville Memoirs, second part_, t. II, p. 425,
430, 431, et t. III, p. 5.)]

C'est à cet esprit de vengeance qu'il obéissait en poursuivant sur
un ton de plus en plus âpre, dans les dépêches destinées à être
communiquées à M. Guizot, ses récriminations rétrospectives sur la
conduite du gouvernement français. Plus l'argument était blessant,
plus il semblait lui plaire. Vainement, à Paris, désirait-on mettre
fin à cette dispute[328], Palmerston revenait sans cesse à la
charge, forçant ainsi le ministre français à lui répondre[329].
Il ne se contentait pas de prendre M. Guizot à partie; il mettait
personnellement en cause Louis-Philippe[330]. Celui-ci en était fort
blessé. Peu importait à lord Palmerston. «Je n'ai pas l'ambition,
écrivait-il à lord Normanby, d'être le bien-aimé d'aucun souverain
français, et je ne crains pas une désaffection fondée sur la
conviction que je suis un bon Anglais, que je pénètre et ferai mon
possible pour traverser tous les projets des pouvoirs hostiles
aux intérêts de mon pays[331].» Une révolution ne lui paraissait
pas un châtiment trop sévère pour l'échec fait à sa politique.
«Louis-Philippe, disait-il, devrait bien voir que le mariage espagnol
peut lui coûter son trône[332].» Ces violences et ces menaces
n'étaient pas seulement l'effet d'un ressentiment qui ne pouvait se
contenir: elles avaient aussi leur part de calcul. Par ce moyen,
Palmerston se flattait d'effrayer le Roi et de l'amener à sacrifier
son ministère. Il savait d'ailleurs pouvoir compter sur le concours
de notre presse opposante qui, toujours fidèle à le servir, affectait
de s'alarmer grandement de l'irritation de l'Angleterre et répétait
chaque jour que tout apaisement serait impossible tant que M. Guizot
resterait au pouvoir.

[Note 328: «Je demande à Dieu, écrivait M. Désages à M. de Jarnac, de
mettre le signet à cette polémique où nous reconnaissons tous qu'il
y a inconvénient même à avoir trop raison et à trop le démontrer.»
(Lettre inédite du 5 novembre 1846.)]

[Note 329: Dépêches de lord Palmerston, en date du 31 octobre 1846;
de M. Guizot, en date du 29 novembre 1846; de Palmerston, en date du
8 janvier 1847; de M. Guizot, en date du 22 janvier.]

[Note 330: Que ne pouvait-on pas attendre de l'homme d'État qui
écrivait à Bulwer, le 15 octobre 1846, que Louis-Philippe était un
«_pick-pocket_ découvert»? (BULWER, _The Life of Palmerston_, t.
III, p. 260.)--Le _Times_, vers la même époque, accusait le roi des
Français d'avoir «filouté à l'Espagne l'Infante et son héritage».]

[Note 331: Lettre du 7 décembre 1846. (BULWER, t. III, p. 276.)]

[Note 332: _Leaves from the diary of Henry Greville_, p. 174.]

C'était encore le désir de se venger de la France qui dictait
la conduite de lord Palmerston en Espagne. Tandis que notre
gouvernement, préoccupé de ne fournir aucun prétexte aux accusations
de prépotence et d'ingérence, évitait toute immixtion dans les
affaires intérieures de la Péninsule et, pour mieux marquer sa
réserve, faisait prendre un congé à son ambassadeur, lord Palmerston
travaillait plus ardemment et plus ouvertement que jamais à rétablir
à Madrid l'influence anglaise et à évincer l'influence française;
seulement il avait quelque peu modifié sa tactique; convaincu par
ses premiers échecs de l'impossibilité d'enlever la place d'assaut,
il s'était décidé à entreprendre pour ainsi dire un siège régulier.
«Je suis, comme vous, écrivait-il à Bulwer le 15 octobre, tout à fait
d'avis que notre politique doit maintenant tendre à former un parti
anglais en Espagne. Cela aurait dû être toujours notre politique, et
si le dernier cabinet avait seulement maintenu le parti anglais que
nous lui avions légué, toutes ces intrigues françaises n'auraient
jamais réussi. C'est maintenant à nous de réparer cette faute; et si
Isabelle a des enfants, nous pouvons encore venir à bout d'arracher
l'Espagne à l'étreinte du _constrictor_ français.» On verra plus
tard à quel triste et honteux état ces menées devaient conduire la
Péninsule. Pour le moment, Palmerston en était à tâtonner, prêt à
mettre la main dans les intrigues de tous les partis[333], se remuant
pour faire rentrer à Madrid Espartero et Olozaga, témoignant le désir
de mettre dans son jeu le mari de la Reine, ce François d'Assise
que naguère il traitait avec tant de mépris, et essayant de lier
partie avec le fils de don Carlos, le comte de Montemolin, auquel il
découvrait toutes sortes de qualités et qu'il voulait marier à une
soeur du Roi. Ce dernier projet se rattachait à tout un plan conçu en
vue de rétablir la loi salique en Espagne. La première conséquence de
ce rétablissement aurait dû être de déposséder Isabelle au profit de
don Carlos: mais Palmerston croyait pouvoir prendre du principe ce
qui servait ses rancunes, et laisser le reste de côté. D'après son
système, la succession à la couronne devait être réglée dans l'ordre
suivant: d'abord les enfants mâles d'Isabelle; à leur défaut, ceux
que François d'Assise aurait d'un autre mariage; puis ceux d'Enrique
son frère; enfin ceux de Montemolin[334]. Cette façon de créer un
ordre d'hérédité absolument arbitraire, sans autre raison d'être que
d'exclure les descendants de l'Infante, ne pouvait pas supporter
un moment la discussion, et, outre-Manche, les esprits sensés se
refusaient à le prendre au sérieux[335]; mais, sous l'empire de sa
passion, le secrétaire d'État avait perdu le sens de ce qui était
possible et de ce qui ne l'était pas.

[Note 333: Voir les lettres que Palmerston écrivait à Bulwer, les
15 octobre, 15, 19 et 26 novembre 1846. (BULWER, _The Life of
Palmerston_, t. III, p. 259 à 263.)]

[Note 334: _Ibid._, p. 263.]

[Note 335: _The Greville Memoirs, second part_, t. III, p. 14.]

En même temps qu'il continuait ses disputes avec le cabinet de
Paris et ses intrigues en Espagne, lord Palmerston s'efforçait
toujours de renouer en Europe une sorte de coalition contre la
France. Ce qu'il demandait maintenant aux puissances, ce n'était
plus de protester contre le mariage du duc de Montpensier et de
l'Infante, puisque le fait était accompli; c'était de déclarer,
toujours par application du traité d'Utrecht, les enfants à naître
de ce mariage inhabiles à succéder au trône d'Espagne. Pourquoi une
telle déclaration coûterait-elle beaucoup à des cours qui, n'ayant
jamais admis l'hérédité féminine, ne reconnaissaient aucun droit à
l'Infante? Ne jugeraient-elles pas de leur intérêt de faire ainsi
une première brèche à l'ordre de succession établi par le testament
de Ferdinand VII, et ne verraient-elles pas là un acheminement vers
le rétablissement de l'hérédité masculine? Lord Palmerston se remit
donc en campagne, avec plus d'ardeur que jamais, à Vienne, à Berlin,
à Saint-Pétersbourg.

À Vienne, pour être assuré d'être servi tout à fait selon ses goûts,
le ministre anglais remplaça l'ambassadeur en fonction, sir Robert
Gordon, qui, en sa qualité de frère de lord Aberdeen, était suspect
de modération, par lord Ponsonby, qui en 1840, à Constantinople,
avait fait ses preuves contre la France. À peine arrivé à son poste,
vers le milieu d'octobre 1846, le nouvel ambassadeur n'épargna ni
caresses ni promesses pour gagner M. de Metternich, prêt à tout
lui livrer comme prix du concours qu'il sollicitait. Le chancelier
fut-il sérieusement ébranlé, ou bien jugea-t-il habile de nous faire
croire qu'il l'était? Toujours est-il qu'à cette époque, dans ses
conversations avec M. de Flahault, il se mit à parler de la nouvelle
demande de l'Angleterre comme étant moins déraisonnable que la
première, et fit la remarque que cette puissance, sans être encore
revenue aux vrais principes, tendait par là à s'en rapprocher. Notre
ambassadeur se hâta de signaler à Paris un langage qui lui paraissait
un peu inquiétant. M. Guizot lui répondit, le 14 novembre: «Je vous
invite à user de tous vos moyens pour déjouer le travail anglais...
Je ne demande au prince de Metternich que de rester neutre dans le
différend, de persévérer dans l'attitude qu'il a déjà prise... Je
ne lui demande rien, tandis que l'Angleterre veut l'entraîner à sa
suite. Il saura distinguer, je l'espère, le ministre conservateur et
le ministre brouillon. Il se rappellera que le concours de la France,
son bon vouloir, sa bonne conduite sont nécessaires en Suisse, en
Italie, partout où les vrais intérêts de l'Autriche, de l'Europe,
où les vrais intérêts de la paix du monde sont ou peuvent être en
question. Il me retrouvera partout, toujours, sur cette ligne de
conservation, de politique ferme et tranquille, qui me donne, je
crois, quelques droits à la confiance des cabinets... Vous êtes
appelé à agir sur un terrain qui devient aujourd'hui très important...
Ne perdez pas un moment. Faites-vous redire, faites écrire ici ce
que le prince de Metternich vous a déjà dit formellement, qu'il n'a
pas à se mêler de l'affaire d'Espagne: neutre et inerte, c'est tout
ce qu'il me faut.» Un tel langage était de nature à faire impression
sur le cabinet de Vienne. D'ailleurs, si parfois il ne déplaisait pas
à M. de Metternich de nous inquiéter quelque peu pour nous obliger à
le solliciter, il n'avait au fond nulle envie de faire le jeu de lord
Palmerston, dont il se méfiait, contre M. Guizot, qu'il prisait très
haut. Aussi, en fin de compte, lord Ponsonby ne parvint pas à faire
sortir le gouvernement autrichien du terrain où il s'était placé dès
le début. Le chancelier déclara, une fois de plus, qu'il n'avait pas
à prendre parti entre deux puissances qui se trouvaient en conflit
précisément parce que l'une et l'autre s'étaient écartées des vrais
principes[336].

[Note 336: Lettre inédite de M. Guizot au comte de Flahault, du 9
novembre 1846.]

Lord Palmerston n'eut pas plus de succès à Saint-Pétersbourg.
Vainement y fit-il parvenir des protestations d'amitié, opposa-t-il
la confiance que lui inspirait la loyauté moscovite à la défiance
qu'il ressentait pour la perfidie française[337], le gouvernement du
Czar ne se départit pas de sa neutralité expectante. Le langage que
le chancelier russe, M. de Nesselrode, tenait sur ce sujet à notre
chargé d'affaires, parut à M. Guizot «très bon, plein de sens, de
mesure, et, bien que réservé, plutôt approbatif pour le gouvernement
français[338]». À toutes les propositions successivement apportées
par lord Bloomsfield, ministre d'Angleterre à Saint-Pétersbourg, M.
de Nesselrode se borna à répondre «qu'une protestation contre la
succession de M. le duc de Montpensier et de ses descendants à la
couronne d'Espagne ne ferait qu'affaiblir la position prise par les
trois cours dans la question espagnole; que le gouvernement russe
était décidé à marcher d'accord avec ceux de Vienne et de Berlin;
que ce parti était même tellement arrêté, qu'il ne répondrait plus
désormais aux propositions qui lui seraient faites qu'après s'en être
entendu avec ces gouvernements[339]».

[Note 337: Correspondance inédite entre M. Guizot et le comte de
Flahault, pendant les mois d'octobre et de novembre 1846.--Voir aussi
_Mémoires de M. de Metternich_, t. VII, p. 278 à 280.]

[Note 338: Voir, comme spécimen de ces caresses, la lettre que lord
Palmerston adressera, quelques semaines plus tard, à son représentant
à Saint-Pétersbourg. (BULWER, _The Life of Palmerston_, t. III, p.
278.)]

[Note 339: Cette réponse, communiquée par M. de Metternich à M. de
Flahault, fut aussitôt transmise par ce dernier à M. Guizot. (Lettre
inédite du 22 novembre 1846.)]

C'était de la Prusse que lord Palmerston espérait le plus. L'opinion
anglaise regardait volontiers cette nation comme l'alliée naturelle
de la Grande-Bretagne. La reine Victoria avait, depuis son mariage,
une partie de son coeur au delà du Rhin. «Pour Palmerston, écrivait
un peu plus tard le duc de Broglie, la Prusse est la seule puissance
vraiment amie; il déteste l'Autriche et la France, se méfie de la
Russie et méprise tout le reste[340].» Sir Robert Peel lui-même
disait au baron de Bunsen: «Au fond, la politique de l'Angleterre
sera toujours allemande et non française[341].» Il semblait qu'on
dût compter sur des sentiments réciproques à Berlin. Vers le milieu
d'octobre, en effet, la diplomatie britannique put croire qu'elle
allait obtenir de ce côté ce qu'on lui refusait à Vienne et à
Saint-Pétersbourg. Le ministre des affaires étrangères de Prusse,
M. de Canitz, consentit à exprimer, d'une façon plus ou moins
explicite, l'avis que les descendants de l'Infante ne pourraient
pas succéder au trône d'Espagne. Seulement, il eut bien soin de
marquer que son gouvernement, non signataire du traité d'Utrecht,
n'entendait s'engager à rien par cette réponse; il ne croyait pas
pouvoir refuser au cabinet de Londres la consultation théorique
que celui-ci lui avait demandée, mais il ne voulait pas s'associer
à sa protestation et faire une déclaration à l'encontre du cabinet
de Paris. Attitude ambiguë dont M. Guizot put dire: «Ce n'est pas
assez pour l'Angleterre, et c'est trop pour nous.» Du reste, cette
réponse donnée, M. de Canitz parut beaucoup plus occupé de l'atténuer
que de l'accentuer, et il en revint bientôt à se modeler sur M. de
Metternich, à déclarer comme lui que, n'ayant pas reconnu Isabelle,
il n'avait pas à discuter les droits de sa soeur[342].

[Note 340: Lettre inédite du 2 août 1847.]

[Note 341: HILLEBRAND, _Geschichte Frankreichs_, 1830-1848, t. II, p.
584.]

[Note 342: Correspondance inédite du marquis de Dalmatie, ministre de
France à Berlin, et de M. Guizot.--Voir aussi HILLEBRAND, _Geschichte
Frankreichs_, 1830-1848, t. II, p. 645 à 651.]

D'où venait ce que cette conduite avait d'incertain et d'un peu
contradictoire? C'est qu'il y avait alors, dans les sphères
dirigeantes de la Prusse, comme un double courant. L'un, qui
datait de 1815, était l'esprit de la Sainte-Alliance: haine de la
révolution, goût de l'immobilité, union étroite avec l'Autriche
et habitude de prendre le mot d'ordre auprès de M. de Metternich.
L'autre, qui venait de Frédéric II et devait aboutir à M. de
Bismarck, tendait à l'unité germanique sous l'hégémonie prussienne.
Si la première de ces politiques était celle des ministres et
des bureaux de la chancellerie, la seconde avait pour elle des
personnages considérables, en faveur auprès du Roi, notamment son
ami de jeunesse, le baron de Bunsen, ministre de Prusse à Londres,
tout à fait entré dans le jeu de lord Palmerston, et le comte Henri
d'Arnim, ministre à Paris, dont M. de Metternich nous signalait
souvent l'hostilité contre la France. Ces diplomates voyaient dans
la rupture de l'«entente cordiale» et dans les avances du cabinet de
Londres l'occasion pour la Prusse de former avec l'Angleterre, contre
la France et l'Autriche, l'alliance protestante et libérale. Admis
à écrire directement à leur souverain, ils le conjuraient, avec une
ardeur mêlée d'angoisse, de ne pas faillir à une telle tâche.

Ces deux courants de la politique prussienne se rencontraient,
se mêlaient, se heurtaient dans l'esprit singulièrement complexe
et embrouillé de Frédéric-Guillaume IV. On connaît ce prince[343]
tout ensemble chimérique et pusillanime; imagination ambitieuse et
conscience timide; plein de projets et toujours hésitant; unissant le
goût du changement et le culte de la tradition; rêvant de réformes
et maudissant le libéralisme; détestant dans la France un peuple
révolutionnaire et impie, aimant dans l'Angleterre «la grande
puissance évangélique», mais se méfiant de l'oeuvre perturbatrice
que lord Palmerston voulait entreprendre en Suisse, en Italie, et
sentant le prix du concours que M. Guizot pouvait donner sur ces
divers théâtres à la cause de l'ordre; gardant vivante au fond de son
coeur la passion allemande de 1813, ayant toutes les convoitises de
sa race, et cependant ne se décidant pas, en fait, à rompre avec ses
habitudes de déférence envers l'Autriche. Tel il se montra, en 1846,
dans la situation nouvelle créée par le différend des deux cours
occidentales. Par moments, il paraissait acquis aux grands projets de
Bunsen et d'Arnim, et sur le point de se mettre en mouvement. Mais,
l'instant d'après, à l'idée de se trouver séparé de l'Autriche et de
la Russie, il prenait peur et se hâtait de revenir sur le terrain
où s'étaient établies ces puissances[344]. Notre diplomatie était
quelquefois un peu déroutée par ces démarches contradictoires. «Je
ne comprends rien à la Prusse, écrivait peu après M. Désages. Ce que
je vois de plus clair, c'est que Berlin ne sait pas bien ce qu'il
veut, est tiraillé dans tous les sens, et va comme un navire sans
gouvernail[345].» Après tout, ce n'était pas à la France de s'en
plaindre: cette incertitude de direction empêchait qu'il ne vînt de
ce côté rien de bien dangereux pour elle. Notre gouvernement avait,
du reste, discerné l'influence que M. de Metternich continuait à
exercer sur Frédéric-Guillaume, et, tant que le premier ne passait
pas à l'ennemi, il se sentait rassuré sur le second. Le marquis de
Dalmatie, ministre de France près la cour de Prusse, pouvait écrire
à M. Guizot: «La grande garantie de la sagesse de Berlin, c'est
Vienne[346].»

[Note 343: Voir plus haut, t. IV, p. 311, et t. V, p. 47.]

[Note 344: Sur ce double courant et sur cette incertitude de la
politique prussienne, cf. HILLEBRAND, _Geschichte Frankreichs_, t.
II, p. 645 à 651. Il faut voir avec quelle amertume cet historien
reproche à Frédéric-Guillaume IV d'avoir manqué en cette circonstance
à la mission des Hohenzollern et d'avoir ainsi fait la partie trop
facile au gouvernement français.]

[Note 345: Lettre inédite à M. de Jarnac, en date du 11 février 1847.]

[Note 346: Lettre inédite du 26 octobre 1846.]


II

En faisant avec une précipitation si passionnée les puissances
absolutistes juges de la querelle qu'il cherchait à la France, lord
Palmerston leur avait fourni l'occasion d'un rôle tout nouveau pour
elles. Il eût été bien extraordinaire qu'elles se contentassent
d'être des arbitres absolument désintéressés. Après avoir été si
souvent entravées dans leurs desseins réactionnaires par l'union des
deux États constitutionnels, ne devaient-elles pas être tentées de
profiter des divisions de ces États et du besoin que chacun d'eux
avait de les ménager? Ce résultat était à prévoir et ne se fit pas
attendre. Vers le milieu de novembre 1846, au moment même où les
cabinets de Londres et de Paris étaient le plus occupés à se disputer
les bonnes grâces des trois cours de l'Est, la nouvelle éclata tout
à coup que ces cours, supprimant le dernier reste d'une Pologne
indépendante, venaient d'incorporer la république de Cracovie à
l'empire d'Autriche.

Pour comprendre les faits, il convient de les reprendre d'un peu
plus haut. Au commencement de 1846, une tentative d'insurrection,
très imprudemment suscitée par la fraction démocratique de
l'émigration, s'était produite dans les provinces polonaises de la
Prusse et de l'Autriche. Les gouvernements en eurent facilement
raison. En Galicie, la répression se fit dans des conditions toutes
particulières. Les nobles, propriétaires du sol, étaient à la tête
des insurgés. Contre eux se levèrent les paysans, véritables
serfs qui, sous couleur de fidélité à «l'Empereur», poursuivirent
une sorte de vengeance sociale, promenant par toute la province
le pillage et le massacre. Dans quelle mesure le gouvernement
autrichien avait-il excité ou toléré ces atrocités? De terribles
accusations furent portées contre lui à la tribune française,
notamment par M. de Montalembert, qui ne craignit pas de parler de
«2 septembre monarchique» et de «jacquerie officielle». Peut-être
le polonisme du noble comte le disposait-il à trop de sévérité.
Cependant, à considérer les choses de sang-froid, la complicité
de l'administration locale paraît impossible à nier. Quant au
gouvernement central, s'il n'avait pas sciemment provoqué, il avait
vu du moins avec indulgence et même avec complaisance ce que M. de
Metternich affectait d'appeler, dans ses dépêches, la «justice du
peuple[347]».

[Note 347: _Mémoires de M. de Metternich_, t. VII, p. 169, 170, 198.]

La république de Cracovie s'étant trouvée compromise dans le
mouvement insurrectionnel, les cours d'Autriche, de Prusse et de
Russie s'empressèrent de faire occuper militairement ce petit
territoire dont l'indépendance et la souveraineté étaient stipulées
dans les traités de 1815. Une occupation de ce genre avait déjà
eu lieu en 1836[348], et, malgré nos protestations, elle s'était
prolongée jusqu'en 1841. En la recommençant à la fin de février
1846, les trois cours repétèrent à notre gouvernement, qui en prit
acte, les assurances déjà données en 1836 et 1838; elles affirmèrent
qu'il s'agissait, non d'une mesure politique, mais d'une opération
purement militaire, commandée par la nécessité et devant cesser avec
elle[349]. En dépit de ces déclarations, des bruits inquiétants pour
l'indépendance de Cracovie persistaient à circuler. On disait--et
malheureusement on ne se trompait pas--que la suppression de
cette république était chose décidée dans les conseils des trois
puissances. Interrogé à ce sujet, le 2 juillet 1846, dans la Chambre
des pairs, M. Guizot établit que «l'existence neutre et indépendante
de la république de Cracovie était consacrée par l'acte du Congrès
de Vienne», et que «les puissances signataires avaient le droit de
regarder et d'intervenir dans tous les changements qui pourraient
être apportés à cette république». Il rappela que ce droit avait
été maintenu en 1836 et en 1838 par ses prédécesseurs, et qu'il
venait de l'être encore par lui-même en 1846. «Il m'a été fait,
ajouta-t-il, les mêmes réponses qui furent faites alors: la nécessité
d'une occupation temporaire, le respect des principes posés dans les
traités. Je ne puis penser, en effet, personne ne peut penser que le
maintien fidèle des traités et de tous les droits qu'ils consacrent
ne soit pas partout, à l'orient comme à l'occident de l'Europe, à
Vienne comme à Paris, le fondement de toute politique régulière et
conservatrice.» Quelques semaines après, le 17 août, dans la Chambre
des communes, lord Palmerston rappela plus rudement encore aux trois
puissances de l'Est que «si le traité de Vienne cessait d'être
respecté sur la Vistule, il pourrait être également invalidé sur
le Rhin et sur le Pô». Un langage si ferme, tenu en même temps aux
deux tribunes, était de nature à faire hésiter les trois cours, qui
ajournèrent l'exécution de leur dessein et attendirent une occasion
favorable.

[Note 348: Voir plus haut, t. III, ch. II, § II.]

[Note 349: Dépêches de M. de Metternich à M. d'Apponyi, du 20 février
1846; de M. Guizot à M. de Flahault, du 23 mars 1846; de M. de
Flahault à M. Guizot, du 1er avril 1846, et de M. Humann à M. Guizot,
du 3 avril 1846.]

Cette occasion, il leur parut que la dispute provoquée par les
mariages espagnols la faisait naître. Les représentants de
l'Autriche, de la Russie et de la Prusse, réunis en conférence à
Vienne, eurent promptement pris leur décision. Un mémoire de M. de
Metternich, en date du 6 novembre 1846, fut aussitôt communiqué aux
gouvernements de France et d'Angleterre; il exposait comment les
trois cours, se fondant sur ce que la république de Cracovie était
depuis longtemps en «état de conspiration permanente» contre ses
voisins, avaient résolu d'«annuler» les dispositions des traités
de 1815 relatives à cette république, et de «rétablir l'ordre de
possession antérieur à 1809», c'est-à-dire de réincorporer Cracovie
à l'Autriche, moyennant quelques cessions de territoires peu
importantes faites à la Prusse et à la Russie. Pour se justifier
d'avoir pris seules cette décision sans le concours des autres
États signataires du traité de Vienne, les trois cours prétendaient
que la création de la république de Cracovie en 1815 était leur
oeuvre, et que la convention passée entre elles à ce sujet avait
été seulement «présentée pour enregistrement au Congrès de Vienne».
De cet enregistrement, elles voulaient bien faire découler, pour
elles-mêmes, un devoir de convenance d'avertir les autres États
de la décision prise, mais non, pour ces États, un droit d'y
intervenir. Aussi avaient-elles soin de leur notifier que c'était «la
communication d'un fait irrévocablement fixé par des nécessités de la
nature la plus absolue».

En éclatant subitement à Paris, le 19 novembre, la nouvelle de
l'incorporation de Cracovie y causa une très vive émotion. Sans doute
la disparition de cette minuscule république était peu de chose dans
l'ordre des faits positifs; l'équilibre de l'Europe et la situation
de notre pays ne s'en trouvaient pas sérieusement affectés. Mais
c'était beaucoup dans l'ordre des sentiments. La France, alors en
sécurité pour elle-même, pouvait se permettre le luxe des sympathies
lointaines, et, parmi ces sympathies, nulle n'était plus ardente,
plus générale que celle pour la Pologne. Ce dernier coup frappé sur
une malheureuse nation, cette sorte d'épilogue des scandaleux et
désastreux partages de la fin du siècle précédent éveillèrent donc,
dans tous les coeurs, une douleur et une irritation très sincères. On
put s'en rendre compte au langage des journaux de tous les partis.
Si réservé qu'il fût par tempérament et par situation, le _Journal
des Débats_ s'exprima avec une véhémence inaccoutumée et invoqua
les déclarations faites à la tribune, le 2 juillet 1846, par M.
Guizot, pour y trouver une garantie que «le droit ne serait pas
abandonné». Les radicaux de la _Réforme_ et du _National_ adressèrent
«à la démocratie européenne» un manifeste où ils maudissaient en
style lamennaisien les rois bourreaux. Le _Siècle_, organe de la
gauche dynastique, reprenant les déclamations de 1831, proclama
que les traités de 1815 n'existaient plus; «la France ne peut que
s'en réjouir», disait-il, et il mettait en demeure le gouvernement
d'agir en conséquence. Quant au _Constitutionnel_, sous la direction
de M. Thiers, il vit surtout, dans cet événement, le parti qu'on
en pouvait tirer pour battre en brèche le ministère et ranimer
contre les mariages espagnols une opposition qui, précisément à
cette époque, vers la fin d'octobre et au commencement de novembre,
menaçait de s'éteindre. «Nous avions cessé, disait-il le 20
novembre, de prendre part à la triste polémique qui se poursuit
au sujet de la rupture de l'entente cordiale. Nous espérions que
les événements ne justifieraient pas aussitôt, aussi cruellement,
nos prévisions... Jamais notre gouvernement n'a été plus rudement
châtié d'avoir rompu sans motif ses alliances véritables et
aspiré, sous le nom de conservateur, à prendre rang parmi les
cabinets ennemis de la révolution.» Il montrait, dans ce qui venait
d'arriver, «l'humiliation la plus sanglante qui nous eût encore été
infligée». Ce même journal ajoutait, le lendemain: «Nos ministres
sont placés, en Europe, entre deux hostilités (celle des trois cours
et celle de l'Angleterre), sans savoir au juste laquelle des deux
ils parviendront à fléchir et à quel prix ils feront cesser leur
isolement... À droite, à gauche, la défiance ou l'éloignement...
Voilà où la grande habileté de nos hommes d'État a mené les affaires
de la France!» De plus, toutes nos feuilles de gauche, sur la foi
des journaux de lord Palmerston, insinuaient que Louis-Philippe
était au fond le complice des trois cours, qu'il avait été averti
d'avance de leur dessein, et qu'il leur avait promis secrètement son
acquiescement.

La perspicacité des ennemis du cabinet français n'était pas en
défaut, quand ils croyaient ce dernier fort embarrassé de l'incident
de Cracovie. Étant donnée la direction imprimée à sa politique
par suite des mariages espagnols, il ne pouvait lui arriver un
contretemps plus déplaisant. «Cracovie est une détestable affaire»,
disait M. Guizot[350]. Il se tourna tout de suite vers Londres, et
fit demander à lord Palmerston «quelle conduite il se proposait de
tenir dans cette circonstance, et s'il était disposé à s'entendre
avec nous[351]». Notre ministre avait-il beaucoup d'espoir d'une
réponse favorable? En tout cas, il lui plaisait de prendre
cette initiative. «Bonne occasion de rapprochement, si on veut,
écrivait-il; témoignage éclatant de notre bonne disposition, à nous,
si, à Londres, l'humeur prévaut[352].» Le _Journal des Débats_ appuya
la démarche de notre diplomatie par un appel chaleureux à l'opinion
anglaise. «Il n'y a, disait-il, que deux causes en ce monde: celle
de la force, dont les trois cours du Nord viennent de se déclarer
les organes, et celle du droit, qui n'a de représentants capables
de se faire craindre que l'Angleterre et la France réunies!» Lord
Palmerston fut heureux de nous voir nous adresser à lui, non parce
qu'il trouvait là un moyen de rétablir l'entente au moins sur un
point, mais au contraire parce que c'était une occasion pour lui
de nous faire sentir son mauvais vouloir[353]. Il répondit que ses
représentations aux trois cours étaient déjà préparées et approuvées,
qu'elles allaient partir, et que lord Normanby serait chargé
ultérieurement d'en remettre une copie au cabinet français. Comme
l'observait M. Guizot, «on communiquait au lieu de se concerter,
et l'on communiquait après au lieu d'avant[354]». Lord Palmerston
s'empressa en effet d'envoyer, le 23 novembre, aux trois cours,
une protestation séparée. À vrai dire, ce n'était même pas une
protestation: pour ménager davantage les puissances, il feignait
d'ignorer que l'annexion de Cracovie fût déjà un fait accompli; il
supposait que ce n'était encore qu'un projet, et, alors, montrant
en quoi l'exécution de cette mesure serait contraire aux traités
de Vienne, il exprimait l'espoir qu'on y renoncerait. Le ministre
anglais fit en même temps connaître au public, par le _Morning
Chronicle_, qu'il avait dû repousser l'idée d'une protestation
commune avec la France, parce que celle-ci, ayant violé le traité
d'Utrecht, ne pouvait être admise à se plaindre de la violation du
traité de Vienne. Naturellement nos journaux opposants soulignèrent
ce refus; ils prirent plaisir à montrer M. Guizot faisant à
l'Angleterre des avances que celle-ci repoussait avec mépris, et
attirant ainsi à notre pays «le plus grand affront, disait le
_National_, qui lui eût jamais été infligé».

[Note 350: Lettre inédite à M. de Flahault, en date du 25 novembre
1846.]

[Note 351: Dépêche à M. de Jarnac, du 19 novembre 1846.]

[Note 352: Lettre inédite à M. de Flahault, en date du 25 novembre
1846.]

[Note 353: _The Greville Memoirs, second part_, t. II, p. 430.]

[Note 354: Lettre précitée à M. de Flahault.]

Y aurait-il eu chance de faire reculer les trois cours, si
l'Angleterre et la France avaient agi de concert? C'était fort
douteux, car, ni à Londres, ni à Paris, on n'eût voulu risquer une
guerre pour un pareil sujet[355]. Mais, en tout cas, avec l'attitude
prise par Palmerston, M. Guizot n'avait plus aucun espoir de rien
faire d'efficace pour la Pologne. Il devait dès lors n'avoir qu'un
souci: calculer son langage de façon à donner quelque satisfaction
à l'opinion française, sans cependant s'aliéner les trois cours et
les rejeter du côté de l'Angleterre. La dépêche qu'il adressa, le
3 décembre, à ses ambassadeurs près les cours de Vienne, de Berlin
et de Saint-Pétersbourg, fut rédigée sous l'empire de cette double
préoccupation. Après avoir réfuté les arguments invoqués à l'appui de
l'annexion, notre ministre concluait en ces termes: «Le gouvernement
du Roi ne fait donc qu'user d'un droit évident, et en même temps il
accomplit un devoir impérieux, en protestant solennellement contre la
suppression de la république de Cracovie, acte positivement contraire
à la lettre comme au sens du traité de Vienne du 9 juin 1815. Après
les longues et redoutables agitations qui ont si profondément ébranlé
l'Europe, c'est par le respect des traités et de tous les droits
qu'ils consacrent, que l'ordre européen s'est fondé et se maintient.
Aucune puissance ne peut s'en affranchir, sans en affranchir en
même temps les autres. La France n'a point oublié quels douloureux
sacrifices lui ont imposés les traités de 1815; elle pourrait se
réjouir d'un acte qui l'autoriserait, par une juste réciprocité, à
ne consulter désormais que le calcul prévoyant de ses intérêts, et
c'est elle qui rappelle à l'observation fidèle de ces traités les
puissances qui en ont recueilli les principaux avantages!»

[Note 355: Lord Palmerston écrivait, à l'un de ses confidents, le 19
novembre 1846: «La vérité est que, même en bons termes, la France et
l'Angleterre n'auraient eu aucun moyen d'action sur ce point; elles
n'auraient pu prévenir la chose que par une menace de guerre, et les
trois puissances savaient bien que nous n'y aurions pas recouru pour
Cracovie.» (BULWER, _The Life of Palmerston_, t. III, p. 270.)]

Beau langage sans doute, plus digne et plus ferme que celui de la
dépêche de lord Palmerston: mais chacun sentait que derrière ces mots
il n'y avait aucune intention d'agir. «C'est tout ce qu'on pouvait
dire, écrivait de Rome un de nos jeunes diplomates, du moment où l'on
ne voulait rien dire; il y a même des hardiesses au conditionnel;
le conditionnel est une bien belle invention[356].» Le gouvernement
français s'appliqua d'ailleurs à faire bien comprendre à Vienne
qu'il parlait surtout pour l'opinion de Paris. D'avance, afin de
préparer le gouvernement autrichien, M. Guizot avait écrit à M. de
Flahault: «Notre public est très animé; faites en sorte qu'on nous
sache gré de notre modération, en ne s'étonnant pas de notre franche
et ferme protestation quand elle vous arrivera[357].» La dépêche
une fois envoyée, notre ministre donnait cette assurance au comte
Apponyi: «Si le prince de Metternich persiste dans l'attitude qu'il
a prise dans la question espagnole, je l'appuierai dans l'affaire de
Cracovie, autant que ma position me le permet[358].» Le Roi ne tenait
pas un autre langage: «Le chancelier doit bien sentir, disait-il à
l'ambassadeur d'Autriche, qu'on ne pouvait faire moins. Après tout,
ce ne sont que des paroles qui ne font de mal à personne. Informez
le prince que j'ai parlé aux orateurs de la Chambre qui pourraient
être tentés de traiter des affaires de Cracovie. Je m'engage à les
styler[359].» De son côté, à Vienne, lord Ponsonby, loin d'appuyer
les représentations de son ministre, n'hésitait pas, pour se rendre
agréable à M. de Metternich, à «donner la Pologne à tous les
diables[360]». Quant à lord Palmerston, il se faisait honneur auprès
des cabinets allemands du refus qu'il avait opposé à notre offre
d'action commune[361].

[Note 356: Lettre inédite du prince Albert de Broglie, alors premier
secrétaire à l'ambassade de Rome.]

[Note 357: Lettre inédite du 25 novembre 1846.]

[Note 358: Dépêche de M. d'Arnim, ministre de Prusse, en date du 22
décembre 1846. (HILLEBRAND, _Geschichte Frankreichs_, 1830-1848, t.
II, p. 644.)]

[Note 359: Dépêche de M. de Brignole, ministre de Sardaigne, en date
des 5 et 26 décembre 1846. (_Ibid._)]

[Note 360: Lettre inédite de M. de Flahault à M. Guizot, du 22
janvier 1847.]

[Note 361: Lettre inédite du marquis de Dalmatie à M. Guizot, du 23
décembre 1846.]

De protestations ainsi faites et ainsi commentées, les cabinets de
Vienne, de Berlin et de Saint-Pétersbourg n'avaient pas à s'émouvoir.
Après avoir écouté la lecture de la dépêche de M. Guizot, M. de
Metternich voulut bien déclarer à M. de Flahault «qu'il sentait tous
les embarras que cette affaire devait causer au ministre français,
et que c'était le seul regret qu'elle lui inspirât[362]». Il ajouta
qu'il était «très content» de cette dépêche et loua fort «le talent
remarquable» avec lequel elle était rédigée[363]. Il se borna à une
réplique de forme, dans laquelle il constata le désaccord sans en
paraître surpris ni choqué, et maintint le droit des puissances sans
pousser plus loin la controverse[364].

[Note 362: Lettre inédite de M. de Flahault à M. Guizot, du 13
décembre 1846.]

[Note 363: Dépêche de M. de Brignole, du 12 décembre 1846.
(HILLEBRAND, _Geschichte Frankreichs_, 1830-1848, t. II, p. 644.)]

[Note 364: Dépêche du 4 janvier 1847, et lettre confidentielle du
même jour. (_Mémoires de M. de Metternich_, t. VII, p. 359 à 363.)]

Les trois cours avaient donc habilement choisi leur moment, et
elles se félicitaient du succès de leur entreprise. Elles avaient
supprimé, à côté de leurs frontières, un foyer d'agitation gênant,
sinon dangereux, et surtout, par la prompte vigueur de leur action,
par la visible impuissance des États libéraux, elles croyaient avoir
rendu à la politique réactionnaire, en Europe, un prestige que
cette politique n'avait plus depuis quelque temps. «La suppression
de l'État de Cracovie, disait M. de Metternich dans une sorte de
mémoire rédigé à la fin de 1846, a fourni au parti ennemi de l'ordre
la preuve palpable que les trois monarques ne s'étaient pas encore
résignés à mettre bas les armes devant la révolution victorieuse.
Celle-ci a dû se sentir compromise par ce fait. Dans plus d'un
pays, ses adeptes ont jugé convenable d'ajourner à de meilleurs
temps l'exécution de leurs projets subversifs.» Le chancelier se
persuadait qu'il en était ainsi en Suisse et en Italie: il montrait
les agitateurs de ces pays désabusés de l'espoir qu'ils avaient
fondé sur la France, et convaincus désormais que Louis-Philippe,
désireux de «se ménager le bon vouloir des puissances du Nord», ne
contrarierait pas l'action de ces puissances[365]. Les événements
devaient prouver qu'il y avait là beaucoup d'illusion. La révolution
n'était pas aussi intimidée qu'on l'imaginait à Vienne. En réalité,
le chancelier avait plus satisfait son amour-propre du moment qu'il
n'avait servi d'une façon durable sa politique. Par un certain côté
même, n'avait-il pas nui à cette politique? Pour résister à la
poussée révolutionnaire qui le menaçait sur tant de points, il avait
grand besoin du concours de la France. M. Guizot était précisément en
train de se rapprocher de lui. Seulement, il y éprouvait une grande
difficulté venant des préventions, peu raisonnables, mais très vives,
du public français contre une alliance d'apparence illibérale. Tout
dans l'affaire de Cracovie,--le sans-gêne provocant avec lequel
avaient agi les trois cours, comme l'embarras trop manifeste que la
France avait éprouvé à les contredire,--était fait pour accroître,
exaspérer ces préventions, leur fournir des arguments plausibles, et
par suite entraver, retarder l'évolution tentée par notre diplomatie.
Le _Journal des Débats_ lui-même n'était-il pas amené à protester,
le 7 décembre, que «la France ne serait jamais réduite à chercher
ses alliés parmi les ennemis de la liberté et les oppresseurs de
la Pologne»? M. Guizot signalait aux cabinets allemands, sans les
convaincre, il est vrai, cette conséquence de leur conduite. «Que
veut-on surtout à Vienne? avait-il écrit dès le premier moment à M.
de Flahault; réprimer les passions révolutionnaires. Par ce qu'on
vient de faire à Cracovie, on les excite violemment et on énerve
entre nos mains les moyens de les combattre... Je ne puis apprécier
d'ici les avantages locaux, autrichiens, qu'on se promet de cette
mesure. Mais, à coup sûr, les inconvénients généraux, européens, sont
immenses.» Il disait encore, un peu plus tard, dans une lettre au
ministre de France à Berlin: «On a fait ainsi, chez nous et partout,
beaucoup de mal à la bonne politique, à la politique d'ordre, de
conservation... Je la maintiendrai toujours; mais on nous condamne,
pour la maintenir, à de rudes combats, et l'on donne ici aux passions
révolutionnaires des armes plus fortes, si je ne me trompe, que
celles qu'on leur enlève à Cracovie[366].»

[Note 365: _Mémoires de M. de Metternich_, t. VII, p. 298 à 303.]

[Note 366: Lettres inédites du 25 novembre et du 5 décembre 1846.]


III

En dépit de ce que les journaux avaient pu découvrir ou deviner,
le public n'était jusqu'alors que fort imparfaitement informé des
difficultés élevées entre le cabinet de Paris et celui de Londres.
L'heure approchait où, par la rentrée des Chambres françaises et
anglaises, cette querelle diplomatique allait passer du demi-secret
des chancelleries au plein jour de la tribune, et où les deux
gouvernements, pour se justifier auprès de leurs Parlements
respectifs, seraient amenés à vider leurs portefeuilles et à publier
leurs dépêches. Il y avait là de quoi piquer la curiosité et aussi
éveiller quelque préoccupation. «Ce sera un moment solennel, disait
le _Journal des Débats_, le 29 décembre 1846, que celui où les
deux Parlements s'ouvriront presque à la fois... Deux tribunes
vont se trouver en présence. C'est entre deux gouvernements, entre
deux peuples, entre deux tribunes étrangères l'une à l'autre, que
la discussion va se trouver établie. Sera-t-elle compatible, cette
discussion, avec le maintien de la paix extérieure?»

Ces préoccupations étaient d'autant plus fondées que l'opposition
française, tout entière à son animosité contre le ministère, ne
paraissait voir dans les débats qui allaient s'ouvrir qu'une occasion
d'augmenter encore les difficultés de la situation; elle se flattait
de rendre ces difficultés telles que M. Guizot y succomberait. M.
Thiers, entre autres, n'avait pas d'autre pensée. Sa passion le
conduisit même à des démarches dont on aurait peine à admettre la
réalité, si l'on n'en avait la preuve malheureusement incontestable.
Nous avons vu déjà cet homme d'État, à la première nouvelle des
mariages, chercher à lier partie avec lord Palmerston[367]. Depuis
lors, loin de trouver dans la guerre de plus en plus ouverte que ce
dernier faisait, non pas seulement à M. Guizot, mais à la France,
une raison de chasser, comme une tentation de trahison, l'idée
d'une telle alliance, il s'y arrêtait, il s'y enfonçait davantage.
Tous ses efforts tendaient, sans qu'il parût en éprouver le moindre
scrupule, à rendre plus intime et plus complet le concert entre lui
et le ministre britannique. C'est ce qui ressort de lettres et de
conversations qui étaient destinées à demeurer secrètes, mais qui ont
été récemment mises au jour.

[Note 367: Voir plus haut, p. 242. Cf. aussi p. 197.]

Parmi les Italiens réfugiés alors en Angleterre, était un certain
Panizzi, dont nous avons déjà rencontré le nom, ancien _carbonaro_
de Modène, devenu professeur à l'Université de Londres, en commerce
épistolaire avec toutes sortes de personnages en Europe, et entré
fort avant dans l'intimité des chefs du parti whig[368]. M. Thiers
l'avait beaucoup vu, lors de son excursion outre-Manche, en octobre
1845; c'est par lui qu'il avait été conduit chez lord Palmerston;
depuis, il était resté en correspondance avec lui, le trouvant un
intermédiaire commode pour des communications que la prudence ou la
pudeur ne permettaient pas d'avouer trop ouvertement. Aussi fut-ce
à M. Panizzi qu'il s'adressa, dès le 26 octobre 1846, quand il
voulut se concerter avec le ministre anglais pour réfuter la version
française sur les mariages. «Voyez lord Palmerston, puisque vous êtes
lié avec lui, lui écrivait-il; dites-lui de vous communiquer à vous
et pour moi la vérité pure... Je désire avoir un historique complet
et vrai de toute l'affaire... Comment les tories prennent-ils la
question? En font-ils une affaire de parti contre les whigs, ou bien
une affaire de pays commune à tous? Enfin, quel est l'avenir de
votre politique intérieure?... Pour moi, je fais des voeux en faveur
des whigs; je suis révolutionnaire (dans le bon sens du mot) et je
souhaite en tout pays le succès de mes analogues. Adieu et mille
amitiés. Je vous prie de m'écrire pas moins que vingt pages sur tout
cela.» Lord Palmerston, trop heureux de voir un Français tendre les
mains pour recevoir de lui les armes avec lesquelles il frapperait
son propre gouvernement, mit aussitôt M. Panizzi à même d'écrire à M.
Thiers une très longue lettre, où toute l'histoire des mariages était
racontée au point de vue anglais, et où la conduite de la France
était naturellement présentée comme perfide et déloyale[369]. Ce fut
avec ces renseignements que M. Thiers put, avant toute publication de
documents officiels, diriger la polémique de ses journaux.

[Note 368: M. Panizzi devait mourir sénateur du royaume d'Italie.]

[Note 369: Louis FAGAN, _The Life of sir Anthony Panizzi_.]

Les relations du ministre britannique et du chef de l'opposition
française devinrent de plus en plus fréquentes et étroites à mesure
qu'on approchait de l'ouverture de la session. M. Panizzi n'était pas
le seul intermédiaire. Lord Palmerston, en même temps qu'il enlevait
l'ambassade de Vienne à sir Robert Gordon pour la confier à lord
Ponsonby, avait remplacé, à Paris, lord Cowley par lord Normanby.
Celui-ci n'était guère préparé à occuper un tel poste: n'ayant joué
jusqu'alors qu'un rôle parlementaire, il y avait acquis l'habitude
d'argumenter plus que l'art de négocier, et ne possédait à aucun
degré le sens de la mesure diplomatique. À peine les événements
d'Espagne eurent-ils mis quelque froid entre les deux cabinets, que
le nouvel ambassadeur, ne voyant là qu'une querelle à soutenir, s'y
jeta à corps perdu et se trouva bientôt avec M. Guizot dans des
termes tels que leurs rapports en furent singulièrement entravés. Il
en était venu à se considérer comme accrédité auprès de l'opposition
plutôt qu'auprès du gouvernement. Dominé par M. Thiers qu'il voyait
souvent, il crut, sur sa parole, à la possibilité de faire tomber
le cabinet et mit tout son enjeu sur cette carte. Il ne se gênait
pas pour dire dans son salon que la bonne entente entre l'Angleterre
et la France ne serait pas rétablie tant que M. Guizot demeurerait
au pouvoir. Son hôtel était comme l'arsenal où les adversaires
du cabinet allaient chercher leurs munitions[370]. En dépit des
scrupules qu'éveillait à Londres une conduite aussi insolite, lord
Palmerston n'hésitait pas à l'encourager, et lui-même indiquait les
communications qu'il convenait de faire au chef de l'opposition
française[371].

[Note 370: Sur cette conduite de lord Normanby, voir _passim_, _The
Greville Memoirs, second part_, t. III. Cf. notamment p. 10, 19 et
34.]

[Note 371: M. Greville raconte, à la date du 30 décembre 1846,
que lord Clarendon lui avait fait part, comme d'une chose toute
naturelle, de «l'intention où était Palmerston de fournir des
informations à Thiers pour en user contre Guizot». M. Greville
lui fit de fortes représentations sur ce qu'un tel procédé avait
d'impolitique et d'immoral. Clarendon lui répondit en tachant de
le tranquilliser et en lui promettant qu'on userait de beaucoup de
précautions. «Cela ne me tranquillisa pas, ajoute Greville, et mon
sentiment était prophétique. Que de torts on se fit ainsi!» (_The
Greville Memoirs, second part_, t. III, p. 13.)]

M. Thiers était tout en train de cette alliance et s'apprêtait à
aborder ainsi les débats de la session, quand, dans les derniers
jours de 1846 et les premiers de 1847, divers indices lui firent
craindre que la politique à laquelle il s'associait n'eût perdu
de son crédit en Angleterre. Là, sans doute, tout le monde, au
moment des mariages, avait donné tort au gouvernement français;
mais, depuis lors, tout le monde n'avait pas donné raison à lord
Palmerston; plusieurs trouvaient qu'il poussait la querelle avec trop
de passion, et que cette passion, toujours compromettante, était
souvent maladroite et inefficace; on ne pouvait s'empêcher de noter
qu'il avait prétendu soulever l'Espagne, entraîner l'Europe, faire
reculer Louis-Philippe, et que, sur tous les points, il avait échoué.
Ces sentiments ne se faisaient pas seulement jour dans les propos
plus ou moins contenus des adversaires du cabinet, par exemple de
lord Aberdeen, du duc de Wellington, de lord Cowley[372]. Au sein
même du ministère, lord Lansdowne, lord Grey, M. Wood désiraient
une attitude plus conciliante; ils se plaignaient du sans-gêne avec
lequel le chef du _Foreign office_ entreprenait les démarches les
plus graves à l'insu ou même contre le sentiment des autres membres
du gouvernement, et ils sommaient le chef du cabinet, lord John
Russell, qui n'avait pas été traité avec plus d'égard, de le tenir
davantage en bride[373]. D'ailleurs, si les autres ministres ne
parvenaient pas toujours à empêcher les frasques de leur collègue, du
moins ils lui opposaient, pour ce qui dépendait d'eux, une certaine
résistance d'inertie; ainsi faisaient-ils obstinément la sourde
oreille, quand lord Palmerston, appuyé sur ce point par lord John
Russell, les pressait d'organiser la défense des côtes anglaises en
vue d'une guerre avec la France[374]. La reine Victoria, elle aussi,
éprouvait sur cette direction donnée à la diplomatie britannique des
inquiétudes qu'entretenait le roi des Belges; celui-ci, sans doute,
était trop Cobourg pour n'avoir pas été, au premier moment, fort
dépité de la conclusion des mariages[375]; mais, depuis lors, il
avait bien compris que la rupture de l'entente était le fait de lord
Palmerston, et surtout il s'alarmait du trouble que l'acharnement
querelleur de ce dernier menaçait de jeter dans la politique
européenne[376]. Enfin, dans le public anglais, il y avait également,
par l'effet de la lassitude, une sorte d'apaisement; le _Times_,
naguère si violent, s'en faisait l'interprète dans des articles
remarqués où il critiquait les procédés du _Foreign office_.

[Note 372: _The Greville Memoirs, second part_, _passim_. Voir
notamment t. II, p. 426, et t. III, p. 19, 52, 55.]

[Note 373: _Journal inédit de M. de Viel-Castel_; _Correspondance
inédite de M. Désages avec M. de Jarnac_; _The Greville Memoirs,
second part_, _passim_, notamment t. II, p. 424; Spencer WALPOLE,
_The Life of lord John Russell_, t. II, p. 4 et 5.]

[Note 374: Cf. BULWER, _The Life of lord Palmerston_, t. III, p. 325
et suiv., et Spencer WALPOLE, _The Life of lord John Russell_, t. II,
p. 14 et suiv.]

[Note 375: On écrivait de Paris à M. Thouvenel: «Le roi des Belges
était si mécontent des mariages espagnols qu'il a quitté Saint-Cloud
la veille de l'arrivée du duc de Montpensier et de sa femme.» (_La
Grèce du roi Othon: Correspondance de M. Thouvenel avec sa famille et
ses amis_, p. 94.)]

[Note 376: Voir la lettre écrite, le 13 novembre 1846, au duc de
Saxe-Cobourg par le roi Léopold. (_Aus meinem Leben und aus meiner
Zeit_, von ERNST II, herzog von Sachsen-Coburg-Gotha, t. I, p. 175.)]

De France, on n'était pas sans apercevoir plus ou moins nettement
la détente qui se produisait dans une partie de l'opinion anglaise.
Madame de Lieven, qui avait conservé beaucoup de relations à Londres
et qui, plusieurs fois depuis les mariages, avait essayé, sans
succès, de s'en servir pour amener une réconciliation[377], crut
le moment venu, en décembre 1846, de tenter un nouvel effort: elle
décida un de ses amis d'outre-Manche, M. Charles Greville, à faire
un voyage à Paris. Bien que n'occupant aucun poste actif,--il avait
seulement le titre de secrétaire du conseil privé,--M. Greville était
fort répandu dans la haute société anglaise et se trouvait par suite
bien placé pour remplir certains rôles d'intermédiaire officieux.
Sans mission précise de qui que ce fût, son dessein, en venant en
France, était de voir s'il pouvait, par ses démarches personnelles,
préparer les voies à quelque rapprochement. Avant de s'embarquer,
il s'était mis en rapport avec plusieurs des collègues de lord
Palmerston; les uns, comme lord John Russell, n'avaient voulu lui
donner aucun encouragement; d'autres avaient laissé voir des vues
plus conciliantes: lord Clarendon, entre autres, l'avait chargé
de dire à M. Guizot que s'il se montrait modéré dans les Chambres
françaises, on ferait de même à Londres. Arrivé à Paris, le 5 janvier
1847, M. Greville vit tout de suite plusieurs hommes politiques. Il
trouva M. Guizot assez blessé des procédés de lord Palmerston et de
lord Normanby, convaincu de son bon droit, décidé à l'établir devant
le Parlement, mais très disposé à user de beaucoup de ménagements
et ne demandant pas mieux que de revenir à l'entente cordiale. M.
Duchâtel témoigna de sentiments analogues[378].

[Note 377: _The Greville Memoirs, second part_, t. II, p, 425.]

[Note 378: _Ibid._, t. III, p. 12, 13, 14, 26, 34.]

M. Thiers considérait avec grand déplaisir les démarches de M.
Greville. Dans la longue conversation qu'il eut avec lui, le 10
janvier, il mit une singulière passion à développer tous les
arguments qui devaient détourner l'Angleterre d'un rapprochement
et l'exciter, au contraire, à pousser vivement la querelle[379].
À l'entendre, sur le terrain où se rencontraient les deux
gouvernements, il ne pouvait y avoir qu'une lutte à outrance, car
il s'agissait de savoir lequel des deux avait trompé l'autre. Il
assurait que M. Guizot, une fois vaincu dans cette lutte, tomberait,
sinon par la Chambre, du moins par le Roi. «Vous ne devez pas
croire, ajoutait M. Thiers, ce que vous entendez dire de la force
du gouvernement. Ne vous fiez pas à tout ce que vous raconte Mme de
Lieven; c'est une bavarde, une menteuse et une sotte. Le Roi s'est
fait l'illusion que le gouvernement whig ne tiendrait pas; mais quand
il verra que c'est une erreur, il aura peur, et, si vous continuez
de refuser la réconciliation, il se débarrassera de Guizot...
Savez-vous ce que c'est que le Roi? le mot est grossier, mais vous
le comprendrez: eh bien! c'est un poltron!» Et comme M. Greville se
récriait, disant qu'en Angleterre on tenait Louis-Philippe pour un
homme de coeur, qu'il avait donné souvent des preuves de son courage,
M. Thiers reprit: «Non, non, je vous dis qu'il est poltron, et, quand
il se trouvera définitivement mal avec vous, il aura peur; alors il
suscitera des embarras à M. Guizot; il y a quarante ou cinquante
députés--je les connais--qui tourneront contre lui, et de cette
manière il tombera... Vous pouvez être sûr que ce que je vous dis
est la vérité, d'autant plus que ce n'est pas moi qui lui succéderai,
c'est Molé. Cependant, je vous parle franchement et je vous avoue que
je serais enchanté de la chute de Guizot, d'abord parce que je le
déteste, et ensuite parce que l'alliance anglaise est impossible avec
lui; c'est un traître et un menteur qui s'est conduit indignement
envers moi... Le Roi ne m'enverra chercher que quand il sera en
danger. Il ne peut endurer quiconque ne consent pas à être son jouet.
Quant à moi, je ne prendrai le ministère qu'à condition d'y être le
maître, et j'en viendrai à bout.»

[Note 379: C'est M. Greville qui a noté, au moment même, sur son
journal, tout ce que lui avait dit M. Thiers. (_The Greville
Memoirs, second part_, t. III, p. 28 et suiv.)]

M. Thiers ne se contenta pas de tenir ce langage à M. Greville.
Se méfiant des sentiments modérés de son interlocuteur, il voulut
faire arriver, par une voie plus sûre, au gouvernement anglais et
particulièrement à lord Palmerston ses incitations à pousser la
lutte à outrance. Le 12 janvier, c'est-à-dire deux jours après
la conversation qui vient d'être rapportée, il écrivit à M.
Panizzi[380]: «Je trouve la conduite de M. Guizot fort claire: il a
manqué de bonne foi, il a menti... Mais ce qui est clair pour moi ne
peut le devenir pour le public qu'à grands renforts de preuves. Il
faut qu'on connaisse les dépêches de lord Normanby, dans lesquelles
les mensonges de M. Guizot sont, à ce qu'on dit, mis au jour de
la manière la plus frappante... Les agents de M. Guizot disent,
ici et à Londres, que ni le pays ni le Roi n'abandonneront jamais
M. Guizot. C'est une absurdité débitée par des gens à gages...
Le pays éclairé a le sentiment que la politique actuelle est sans
coeur et sans lumière. Quant au Roi, il abandonnera M. Guizot plus
difficilement qu'un autre, car M. Guizot s'est complètement donné à
lui et soutient son _gouvernement personnel_ avec le dévouement d'un
homme qui n'a plus d'autre rôle possible. Mais quand le Roi croira
la question aussi grave qu'elle l'est, il abandonnera M. Guizot. Le
Roi est un empirique en politique... Il ne croit pas à la solidité
des whigs; il croit que, l'un de ces jours, naîtra une question qui
emportera celle des mariages, et qu'il aura acquis une infante sans
perdre M. Guizot. Le jour où il croira les choses plus stables qu'on
ne les lui peint de Londres, et où il craindra sérieusement pour ses
rapports avec l'Angleterre, il abandonnera M. Guizot. Il ne tient à
personne. Il a eu plus de goût pour moi que pour personne... Mais,
dès que j'ai contrarié ses penchants de prince illégitime voulant se
faire légitime par des platitudes, il m'a quitté sans un regret. M.
Guizot, au fond, ne lui inspire confiance que sous un rapport: c'est
une effronterie à mentir devant les Chambres qui n'a pas été égalée
dans le gouvernement représentatif, effronterie appuyée d'un langage
monotone, mais très beau. Comme intelligence et discernement, le Roi
pense de M. Guizot ce qu'il faut en penser. Quand il croira les whigs
solides et la résistance sérieuse, il se décidera à un changement de
personnes, soyez-en certain. Mais il faut bien mettre en évidence les
faits et la mauvaise foi de M. Guizot.»

[Note 380: Cette lettre et celles qui seront citées à la suite sont
toujours tirées de l'ouvrage de M. FAGAN, _The Life of sir Anthony
Panizzi_.]

Lord Palmerston, de son côté, n'était pas moins préoccupé des
démarches de M. Greville, et, avant même d'avoir reçu la lettre qui
vient d'être citée, il faisait écrire, le 14 janvier, par M. Panizzi
à M. Thiers: «Avez-vous vu M. Greville?... J'apprends, par le _Times_
du 12, qu'on le suppose chargé d'une négociation non officielle
pour renouveler l'entente cordiale... Écrivez-moi ce que vous
pensez de cela... Tout ceci m'intéresse beaucoup... Rappelez-vous
de n'envoyer votre réponse que sous couverte directement à lord
Normanby.» Dans cette même lettre, on communiquait à M. Thiers de
nouvelles dépêches, et on le pressait, par contre, de faire tout de
suite connaître, afin d'en informer «ses amis» de Londres, «la marche
qu'il comptait suivre» dans les débats qui allaient s'ouvrir.

Le 17 janvier, nouvelle lettre de M. Thiers à M. Panizzi. Résumant
tous les faits, il déclarait donner entièrement raison à lord
Palmerston, envoyait à celui-ci des conseils sur la manière la plus
habile de présenter les événements, et revenait toujours sur cette
idée que «si le Roi croyait les choses stables en Angleterre et la
question sérieuse, il abandonnerait M. Guizot». Ce dernier n'était
pas le seul contre lequel M. Thiers se donnait, dans cette lettre,
le plaisir d'épancher son ressentiment. Irrité de ce qu'à ce moment
même un certain nombre de députés de la gauche et du centre gauche,
guidés par M. Billault et M. Dufaure, manifestaient l'intention
de se séparer de lui dans la question des mariages espagnols, il
s'exprimait ainsi sur cette dissidence: «Il y a, dans tous les
partis, mais surtout en France, des seconds qui veulent être les
premiers. Je suis fort, moi, avec Odilon Barrot; à nous deux, nous
décidons la conduite de l'opposition. MM. Billault et Dufaure,
deux avocats fort médiocres, le premier fort intrigant, le second
morose et insociable, fort mécontents de ne pas être les chefs,
ayant le désir de se rendre prochainement possibles au ministère,
ont profité de l'occasion pour faire une scission. L'alliance avec
l'Angleterre n'est malheureusement pas populaire... Notez que ces
deux messieurs, vulgaires et ignorants comme des avocats de province,
n'ayant jamais regardé une carte, sachant à peine où coulent le Rhin
et le Danube, seraient fort embarrassés de dire en quoi l'alliance
anglaise est bonne ou mauvaise. Mais ils font de la politique comme
au barreau on fait de l'argumentation; ils prennent une thèse ou
une autre, suivant le besoin de la plaidoirie qu'on leur paye, et
puis ils partent de là, et parlent, parlent... Ils ont, de plus,
trouvé un avantage dans la thèse actuellement adoptée par eux, c'est
de faire leur cour aux Tuileries, et de se rendre agréables à celui
qui fait et défait les ministres.» M. Thiers terminait sa lettre par
cette phrase, qui n'était pas la moins étrange: «Vous n'imaginez
pas ce que débitent ici tous les ministériels. Ils prétendent que
je suis en correspondance avec lord Palmerston, à qui je n'ai
jamais écrit de ma vie et qui ne m'a jamais écrit non plus.» Est-il
besoin de rappeler que ce même homme d'État inaugurait, trois mois
auparavant, sa correspondance avec M. Panizzi en lui écrivant:
«Voyez lord Palmerston, puisque vous êtes lié avec lui, dites-lui
de vous communiquer à vous et pour moi la vérité pure.» Du reste,
les alliés anglais de M. Thiers ne se croyaient pas tenus à plus de
sincérité. Un peu plus tard, lord Normanby adressait à son ministre
une dépêche pour nier qu'il eût des communications avec l'opposition
française, et lord Palmerston, qui savait à quoi s'en tenir sur
cette dénégation, se disait bien aise de l'avoir en main pour la
mettre sous les yeux de la Reine, au cas où celle-ci aurait reçu des
Tuileries quelque rapport sur la conduite de son ambassadeur[381].

[Note 381: Lettre de Palmerston à lord Normanby, du 17 février 1847.
(BULWER, _The Life of Palmerston_, t. III, p. 286.)]


IV

Pendant que M. Thiers excitait ainsi le gouvernement anglais à
mener vivement l'attaque contre le gouvernement français, la
session s'ouvrait à Paris, le 11 janvier 1847. Le discours du trône
s'exprima avec une réserve évidemment destinée à ménager l'opinion
d'outre-Manche. «Mes relations avec toutes les puissances étrangères,
disait le Roi, me donnent la ferme confiance que la paix du monde
est assurée.» Il annonçait le mariage du duc de Montpensier comme un
heureux événement de famille, se bornait à y montrer «un gage des
bonnes et intimes relations qui subsistaient depuis si longtemps
entre la France et l'Espagne», et ne faisait aucune allusion aux
difficultés soulevées par la diplomatie britannique. Aussitôt après,
le ministre déposa sur le bureau des Chambres les dépêches relatives
aux affaires espagnoles: ces dépêches remontaient jusqu'en 1842.

La discussion de l'adresse à la Chambre des pairs, qui précéda,
suivant l'usage, celle de la Chambre des députés, commença
le 18 janvier. Non seulement le ministère n'y rencontra pas
de contradicteur sérieux, mais il y fut secondé par un allié
considérable, le duc de Broglie. Le noble pair semblait avoir pris
l'habitude, depuis quelque temps, de se porter publiquement caution
de la politique étrangère du cabinet: il l'avait fait, en 1845,
dans l'affaire du Maroc; en 1846, dans celle du droit de visite; il
recommençait, en 1847, pour les mariages espagnols. Sa discussion
fut nerveuse, serrée; il ne se perdit pas dans les détails, et
s'attacha, avec une sorte de netteté hautaine, aux idées principales
et aux faits décisifs. Tout d'abord, rappelant les souvenirs du passé
et les événements du jour, il mit en lumière l'intérêt supérieur
engagé dans cette question de mariage, et insista sur le danger que
la France avait couru de voir l'Espagne passer, comme le Portugal,
sous l'influence de l'Angleterre. Or, disait-il, «point de milieu:
telle est géographiquement la position de l'Espagne, que, pour être
comptée au dehors comme elle doit l'être,... il faut de toute
nécessité, ou qu'elle soit l'amie naturelle, l'alliée habituelle
de la France, comme elle l'a été sous les princes de la maison de
Bourbon, ou qu'elle soit l'ennemie naturelle et la rivale de la
France, comme elle l'était sous Charles-Quint et sous Philippe
II, ou bien enfin qu'elle soit l'amie naturelle et l'alliée de
tous les ennemis, de tous les rivaux de la France, comme sous les
trois derniers rois de la maison d'Autriche. Cela est écrit dans
l'histoire; cela est écrit sur la carte.» Après avoir signalé le
danger, le duc de Broglie montra que la conduite du gouvernement
était justifiée par la nécessité d'y parer. Il réfuta, en passant,
les principaux arguments de lord Palmerston, notamment celui qui
était tiré du traité d'Utrecht, puis termina par une leçon donnée
à l'esprit public français. «Il n'y a rien de si rare au monde,
dit-il, que d'être de son avis; il n'y a rien de si difficile que
de vouloir ce que l'on veut. J'appelle vouloir ce que l'on veut,
vouloir la chose que l'on veut avec toutes ses conséquences, avec
toutes ses conditions bonnes ou mauvaises, agréables ou fâcheuses...
Tout le monde convient que l'intimité, l'entente cordiale, la bonne
intelligence avec l'Angleterre est une chose excellente;... tout
le monde convient que, pour maintenir une chose aussi bonne, aussi
excellente, il faut faire tous les sacrifices qui ne compromettent
aucun de nos intérêts essentiels. Voilà ce que tout le monde dit et
pense sincèrement. On le veut en théorie; mais vient l'occasion,
comme elle est venue il y a deux ans, de faire pour le maintien de la
bonne intelligence avec l'Angleterre, je ne dirai pas un sacrifice,
mais seulement un acte de justice, à l'instant combien de gens
s'écrient que nous sommes à la remorque de l'Angleterre, que nous
sommes les satellites de l'Angleterre, que nous sommes les esclaves
de l'Angleterre! On crie: À bas les ministres de l'étranger! On crie:
À bas les députés Pritchard! (_Rires d'approbation._) Puis vient le
revers de la médaille; vient une occasion où le gouvernement français
se trouve appelé à défendre un de nos intérêts essentiels, un
intérêt vital, la sécurité de nos frontières, notre indépendance en
Europe. Il prend des mesures pour protéger cet intérêt; il ne le peut
sans mécontenter un peu le gouvernement anglais. Eh bien! ces mêmes
gens lèvent les mains et les yeux au ciel: on a sacrifié l'alliance
anglaise à des intérêts de famille; l'alliance est rompue, nous
sommes isolés, tout est perdu; il n'y a plus qu'à s'envelopper la
tête dans son manteau. (_Même mouvement._) C'est là ce qui s'appelle
n'être pas de son avis, ne vouloir pas ce qu'on veut... Sachons
envisager de sang-froid une situation qui n'a rien d'extraordinaire
ni d'imprévu. Nous sommes isolés, dit-on. Mais l'isolement, c'est
la situation naturelle de toutes les puissances en temps de paix
générale... On dit que l'isolement peut entraîner certains dangers.
Je ne dis pas non; mais qu'y faire? Les choses sont ce qu'elles sont.
Ne faisons rien pour aggraver une pareille situation, ne faisons
rien pour la prolonger. Nous n'avons aucun tort dans le passé; n'en
ayons aucun dans l'avenir. Ne donnons au gouvernement anglais aucun
sujet de mécontentement légitime... Mais en même temps ne lui
donnons pas lieu de croire que nous regrettons d'avoir exercé nos
droits, d'avoir défendu notre cause et soutenu nos intérêts. Il y
va de notre honneur, il y va de notre avenir. (_Très vives marques
d'assentiment._) Tous tant que nous sommes, gouvernement ou public,
législateurs, écrivains, publicistes, au nom du ciel, s'il est
possible, faisons trêve, sur un point seulement et pendant quelque
temps, à nos querelles de personnes et à nos discussions intérieures.
(_Très bien! très bien!_) Ne donnons pas le droit de dire de nous que
nous sommes un peuple de grands enfants, passant à chaque instant
d'un extrême à l'autre, incapables de vouloir aujourd'hui ce que nous
voulions hier; un peuple d'enfants hargneux, n'ayant d'autre souci
que de dire blanc quand on leur dit noir, et oui quand on leur dit
non.» (_Marques prolongées d'approbation._)

Malgré le succès de ce discours, M. Guizot ne se crut pas dispensé de
prendre la parole, non à l'adresse de la haute assemblée, d'ores et
déjà convaincue, mais à l'adresse du public. La tranquillité même
de ce débat, l'absence d'opposition lui paraissaient une occasion
de faire avec plus de liberté et de sérénité d'esprit un exposé
complet de l'affaire, de présenter, d'expliquer les documents qui
venaient d'être déposés sur le bureau des Chambres. Il n'était pas
indifférent, pour un tel exposé, de prendre les devants sur ceux qui,
à Londres ou à Paris, auraient intérêt à montrer les choses sous un
autre jour. Dès le début de son discours, M. Guizot marqua que son
dessein était, non de réfuter des critiques qui ne s'étaient pas
produites au Luxembourg, mais de faire un «récit simple et complet
des faits», estimant que de ce récit il ressortirait, pour «la
Chambre, pour le pays, pour l'Angleterre et pour l'Europe», que «le
gouvernement français n'avait manqué ni de loyauté ni de prudence».
Reprenant alors les faits depuis 1842, il apporta à la tribune comme
un long chapitre d'histoire diplomatique, admirablement ordonné, avec
nombreuses pièces à l'appui. Tout en se donnant pour but principal de
prouver à la France qu'elle devait être satisfaite, il se préoccupa
aussi de ménager l'amour-propre de l'Angleterre; il voulait en cela
corriger l'effet produit par la parole un peu incisive du duc de
Broglie[382]. Parvenu au terme de son exposé, M. Guizot se demanda
quel était, par suite de ces événements, l'état de nos rapports avec
l'Espagne, l'Europe et l'Angleterre. Il rappela qu'en Espagne, malgré
toutes les provocations, les mariages, «librement discutés», avaient
été «accomplis avec une parfaite tranquillité». Il montra qu'en
Europe «aucune des puissances n'avait voulu adhérer aux protestations
du gouvernement anglais». En Angleterre, il reconnut «qu'il y avait
un mécontentement réel, et que nos relations en étaient, dans une
certaine mesure, affectées»; mais il ajouta: «Messieurs, si nous
faisons deux choses, que pour son compte le gouvernement du Roi
est parfaitement décidé à faire, si, d'une part, nous ne changeons
point notre politique générale, politique loyale et amicale envers
l'Angleterre, si nous continuons à vivre, à vouloir vivre en bonne
intelligence avec le gouvernement anglais, et si, d'autre part, nous
nous montrons bien décidés à soutenir convenablement ce que nous
avons fait, à nous abstenir de toute avance, de toute concession
(_approbation_), si nous tenons à la fois cette double conduite
d'une amitié générale envers l'Angleterre et son gouvernement, et
d'une fermeté bien tranquille dans la position que nous avons prise,
tenez pour certain que le mécontentement anglais s'éteindra. Il
s'éteindra devant la gravité des intérêts supérieurs qui viendront
et qui viennent déjà peser sur les deux pays, et qui sont aussi
bien comptés, compris et sentis à Londres qu'à Paris. (_Nouvelle
approbation._) La nation anglaise et son gouvernement ont, l'un
et l'autre, deux grandes qualités: la justice les frappe, et la
nécessité aussi! (_On rit._) C'est un pays moral et qui respecte les
droits; c'est un pays sensé et qui accepte les faits irrévocables.
Présentez-vous sous ce double aspect: fermes dans votre droit, fermes
dans le fait accompli, et tenez pour certain que les bonnes relations
se rétabliront entre les deux gouvernements.» (_Marques très vives
d'approbation._)

[Note 382: On fut en effet assez froissé, à Londres, du langage
du duc de Broglie. M. Greville, alors à Paris, et qui désirait un
rapprochement, écrivait sur son journal, le 21 janvier: «Ce discours
n'est ni juste, ni vrai, ni sage. Si l'orateur avait eu le désir
d'envenimer l'affaire, ce que je ne crois pas, il n'aurait pas pu
parler autrement.» (_The Greville Memoirs, second part_, t. III,
p. 36.) M. Désages, informé de l'impression produite outre-Manche,
répondait, le 1er février, à M. de Jarnac: «Ce discours est incisif,
hautain peut-être, mais le raisonnement est puissant, serré, sans
bonne réplique possible.» (_Documents inédits._)]

L'effet fut considérable. Pour sa première apparition à la tribune,
la politique des mariages espagnols y faisait bonne figure. «On
s'accorde à dire, notait sur le moment un observateur exact et
clairvoyant, que la discussion qui vient de se terminer à la Chambre
des pairs est une des plus belles qui aient eu lieu dans cette
Chambre... Dès ce moment, la position de M. Guizot est très forte
et très brillante[383].» Le gouvernement ne pouvait cependant se
faire l'illusion que tout fût ainsi fini. Il savait bien qu'au
Palais-Bourbon les choses n'iraient pas aussi facilement. C'est là
que l'attendaient ses adversaires.

[Note 383: _Journal inédit du baron de Viel-Castel_, à la date du 23
janvier 1847.]


V

Avant même que la Chambre des pairs eût fini de discuter son adresse,
la session s'ouvrait, à Londres, le 19 janvier 1847. La reine
d'Angleterre garda, dans son discours, la même réserve que le roi des
Français; elle se borna à dire que «le mariage de l'Infante avait
donné lieu à une correspondance entre son gouvernement et ceux de
France et d'Espagne». Il avait été d'abord question de mentionner le
«dissentiment» survenu; on y avait renoncé. L'intention conciliante
était évidente. Elle se manifesta plus nettement encore dans la
discussion de l'adresse, qui, suivant l'usage, eut lieu le soir
même dans les deux Chambres. Presque tous ceux qui prirent part au
débat,--lords ou _commoners_, whigs ou tories, et même des membres
du cabinet, comme le marquis de Lansdowne,--s'appliquèrent à parler
de la France en très bons termes, et exprimèrent le désir de voir
rétablir l'entente cordiale. Lord Palmerston, bien que attaqué par
certains orateurs comme l'auteur du refroidissement survenu, répondit
à peine; on eût dit qu'il ne se sentait pas dans un milieu favorable.
Lord John Russell fut à peu près seul à le défendre, par point
d'honneur plus encore que par conviction. Il semblait que la réaction
pacifique se fît sentir aussi dans le langage des journaux: le
_Times_ conseillait aux Chambres d'éviter toute discussion publique
sur l'affaire des mariages, recommandait au cabinet de ne pas pousser
plus loin ses controverses diplomatiques, et donnait à entendre
que l'opinion ne s'associait pas aux rancunes querelleuses de lord
Palmerston.

En France, le gouvernement fut charmé et surpris d'une modération qui
dépassait son attente, et qui contrastait singulièrement avec le ton
des précédentes polémiques. Tout en étant fort disposé à répondre
à ces avances, il ne pouvait dissimuler un sourire de triomphe.
«Avez-vous lu les journaux anglais? demandait M. Guizot à M. Molé.
Eh bien! vous voyez qu'on recule[384].» M. Désages écrivait, le 21
janvier, à M. de Jarnac: «Le _royal speech_ est tout ce que nous
pouvions souhaiter de mieux.» Et, quelques jours après, voulant
rendre compte à notre ambassadeur à Vienne de ce qui s'était passé
à Londres, il lui mandait: «Vous avez pu juger jusqu'à quel point
lord Palmerston est surveillé, contenu, et combien peu le sentiment
public est en définitive porté à lui laisser la bride sur le col.
Je ne prétends pas dire que tous ceux qui le surveillent, le
contiennent et se mettent en travers de ses passions vindicatives,
sont nécessairement de notre avis en tous points sur la question
des mariages; mais j'affirme que tous veulent mettre un signet à
cette affaire et n'entendent pas que, pour une éventualité presque
chimérique, encore moins pour gratifier l'orgueil d'un homme, on
prolonge cet état équivoque des relations des deux pays[385].»

[Note 384: _The Greville Memoirs, second part_, t. III, p. 39.]

[Note 385: _Documents inédits._]

Par contre, grands furent le désappointement et le désarroi des
députés de l'opposition qui avaient cru trouver dans l'irritation
et les menaces de l'Angleterre un moyen de renverser M. Guizot. M.
Greville, qui, étant encore à Paris, avait occasion d'observer de
près ces députés, les comparait à des gens qui «sentent la terre
leur manquer sous les pieds». Il était assailli de leurs plaintes
et de leurs récriminations. «Nous ne pouvons rien dire pour vous
dans la Chambre, lui déclarait M. Cousin, quand vous ne paraissez
pas disposés à rien dire pour vous-mêmes.» M. Duvergier de Hauranne
ne lui tenait pas un autre langage. M. de Beaumont lui demandait
ironiquement s'il était vrai que les Anglais «eussent mis bas les
armes». Tout porté qu'il fût personnellement vers la conciliation,
M. Greville était embarrassé de la situation fausse où se mettait le
gouvernement britannique, en faisant ainsi faux bond à ses alliés
de France et en opérant cette retraite silencieuse après une si
bruyante entrée en campagne. Naturellement M. Thiers n'était pas
celui qui se plaignait le moins haut. «Il est maussade comme un ours,
notait encore M. Greville; il sait que son alliance avec l'ambassade
anglaise ne lui a fait aucun bien, et il se rend compte maintenant
qu'il ne pourra probablement pas s'en servir pour faire du mal à
quelque autre[386].» Toutefois, le chef de l'opposition française ne
voulut pas abandonner la partie sans faire un nouvel appel à lord
Palmerston. Prenant donc un ton dégagé qui voilait mal l'amertume de
son dépit, et qui d'ailleurs était habilement calculé pour piquer au
jeu le ministre anglais, il écrivit à M. Panizzi, le 24 janvier[387]:
«Les discours de votre tribune ont produit ici un effet singulier.
Le sentiment de tout le monde, c'est que tout est fini: on va
jusqu'à dire que vous n'aurez pas de discussion, à votre tribune,
sur l'affaire des mariages. Je vous prie de me dire ce qu'il en est,
et de me le dire par le retour du courrier. Nous passerions pour des
boutefeux, et, ce qui est pire, nous le serions, si, la querelle
s'apaisant, nous venions la ranimer... Je reprochais surtout à nos
ministres d'avoir rompu l'alliance avec les whigs, pour la misérable
affaire des mariages. Si cette sotte affaire ne nous a pas brouillés,
ce dont je m'applaudis fort, notre grief est sans valeur, et il
serait ridicule d'attaquer M. Guizot pour une telle chose... Pour
moi qui trouvais la situation difficile, vu la tournure des choses,
je serai charmé d'être dispensé de me mêler à cette discussion.»

[Note 386: _The Greville Memoirs, second part_, t. III, p. 39, 40.]

[Note 387: Dans le livre de M. Fagan (_The Life of sir Anthony
Panizzi_), la lettre est datée seulement de _Dimanche_ 1847. La date
que nous indiquons ne peut faire aucun doute.]

M. Thiers pouvait se rassurer; lord Palmerston n'avait aucune envie
de désarmer. Si la pression de l'opinion et les exigences de ses
collègues l'avaient contraint de laisser passer, sans y contredire,
les manifestations conciliantes de l'ouverture de la session, il
comptait bien prendre avant peu sa revanche sur les pacifiques. Ce ne
fut pas long. Pour rallumer la bataille, il suffit de la publication
des documents diplomatiques déposés par lui, quelques jours après,
sur le bureau des deux Chambres. Les dépêches ainsi livrées à la
polémique des journaux contenaient toutes les récriminations dont
on avait jugé sage de s'abstenir à la tribune du Parlement. Dans
le choix de ces dépêches, lord Palmerston avait eu soin de ne pas
omettre les plus irritantes, celles qui mettaient le plus directement
en cause la loyauté du gouvernement français; de ce nombre étaient
deux dépêches de lord Normanby, datées du 1er et du 25 septembre,
autour desquelles il se fit aussitôt grand bruit. Dans la première,
l'ambassadeur racontait que M. Guizot venait de lui annoncer que les
deux mariages «ne se feraient pas en même temps»; j'ai déjà mentionné
cette réponse, faite de bonne foi, à un moment où notre gouvernement
croyait encore pouvoir échapper à la complète simultanéité[388].
La seconde dépêche rendait compte d'un entretien postérieur dans
lequel M. Guizot parlait des deux mariages comme devant être célébrés
ensemble; elle ajoutait que le ministre, interpellé par l'ambassadeur
sur la contradiction existant entre ses deux déclarations, avait eu
une attitude assez piteuse, essayant d'abord de nier sa première
réponse, ensuite de l'expliquer par ce fait que, dans la cérémonie,
la Reine devait être en effet mariée la première. On verra plus tard
le démenti donné par M. Guizot à cette dépêche qui, contrairement
à tous les usages, n'avait pas été préalablement communiquée au
ministre dont elle prétendait rapporter les paroles.

[Note 388: Voir plus haut, p. 227.]

La publication du _Blue book_, et tout particulièrement des deux
dépêches de lord Normanby, fut, pour les journaux de lord Palmerston,
et immédiatement après pour ceux de M. Thiers, une occasion de
reprendre avec une passion ravivée l'accusation de déloyauté déjà
portée contre le gouvernement français. Notre opposition, naguère
déconcertée et sur le point de battre en retraite, retrouva
ardeur et confiance. Il fallait voir avec quel geste de confusion
indignée le _Constitutionnel_ affectait de se voiler la face à la
vue d'un ministre français pris en flagrant délit de fourberie;
nos feuilles de gauche proclamaient que, du commencement à la fin
de cette affaire, M. Guizot avait toujours «rusé», «menti», et on
le traitait couramment de Scapin et de Bilboquet; la conclusion
était que, pour dégager l'honneur de la France et rétablir les bons
rapports avec l'Angleterre, il fallait, sans une minute de retard,
changer de ministère. Comme toujours, c'était M. Thiers qui menait
l'attaque; chez lui, plus aucune trace du découragement qui avait
inspiré sa dernière lettre à M. Panizzi. Rencontrant M. Greville
à l'ambassade anglaise, qui devenait de plus en plus le quartier
général de l'opposition, il lui parla sur un ton singulièrement
animé. «Il me reprocha, raconte M. Greville, d'ajouter foi à tout
ce que me disait Mme de Lieven, déclarant que j'étais _une éponge
trempée dans le liquide de Mme de Lieven_[389], et essaya, de son
mieux, de me persuader que Guizot était faible, que sa majorité ne
valait pas un fétu, et que le Roi pouvait et devait se débarrasser
de lui aussitôt qu'il se trouverait lui-même dans une sorte de
danger.--Conseillez à Palmerston, ajouta-t-il, de dire beaucoup de
bien de la France et beaucoup de mal de M. Guizot.--Je répondis que
je lui donnerais la moitié de l'avis, et pas l'autre.» M. Greville
sortit de cet entretien, complètement édifié sur les sentiments de
son interlocuteur. «Il ne pense, disait-il, qu'à faire du mal, à
satisfaire sa propre passion et ses ressentiments[390].» M. Thiers
écrivait de son côté à M. Panizzi: «Je ne sais ce que M. Greville
est venu faire ici, mais il a fini par m'être très suspect. Je l'ai
un peu raillé le jour de son départ, et il en est très piqué. Il a
passé sa vie chez Mme de Lieven, chez M. Guizot, et il tenait ici le
langage d'un pur _Guizotin_... Je crois franchement qu'il n'est pas
bien sûr et qu'il avait quelque commission particulière, je ne sais
pour qui, mais qui n'irait pas dans le sens de vieux révolutionnaires
comme vous et moi[391].»

[Note 389: M. Thiers, dans une lettre à M. Panizzi, rapportait ainsi
lui-même son propos: «Mon cher monsieur Greville, vous êtes une
éponge trempée dans le liquide Lieven, et, quand on vous presse, il
n'en sort que ce liquide. Prenez garde, ce n'est que du liquide de
vieille femme.»]

[Note 390: _The Greville Memoirs, second part_, t. III, p. 48, 49.]

[Note 391: Lettre du 7 février 1847. (_The Life of sir Anthony
Panizzi_, par Louis FAGAN.)]

Naturellement M. Guizot ne pouvait voir avec indifférence la reprise
d'attaques et d'injures dont la distribution du _Blue book_ avait
donné le signal. Il fut particulièrement blessé de la publication
des deux dépêches de lord Normanby. Ainsi était effacée dans son
esprit l'impression favorable qu'avaient produite les premiers
débats du Parlement anglais. S'étant, lui aussi, rencontré avec M.
Greville, il ne lui dissimula pas que toute conciliation était rendue
impossible par les procédés de lord Normanby et par les sentiments
de lord Palmerston; il ne contestait pas les bonnes dispositions de
quelques autres membres du cabinet whig, mais elles lui paraissaient
de peu d'importance tant que ne changeraient pas celles du ministre
qui dirigeait en maître la diplomatie britannique[392]. M. Greville
n'avait pas grand'chose à répondre. Force lui était de s'avouer
que la pacification rêvée par lui était plus éloignée que jamais.
Il quitta Paris, dans les derniers jours de janvier, triste et
découragé. «Ainsi finit ma _mission_, notait-il sur son journal au
moment de se rembarquer, et il me reste seulement à faire le rapport
le plus véridique de l'état des affaires en France, à ceux à qui
il importe le plus de le connaître; mais alors il leur sera très
difficile d'adopter un parti décisif et satisfaisant[393].»

[Note 392: _The Greville Memoirs, second part_, t. III, p. 46.]

[Note 393: _Ibid._, p. 49.]


VI

La discussion de l'adresse à la Chambre des députés s'ouvrit le 1er
février 1847 et dura jusqu'au 12. Une escarmouche sur l'affaire de
Cracovie, une bataille sur les mariages espagnols, telles furent
les parties saillantes de cette discussion. Au sujet de Cracovie,
le discours du trône s'était borné à dire avec une sobriété voulue:
«Un événement inattendu a altéré l'état de choses fondé en Europe
par le dernier traité de Vienne. La république de Cracovie, État
indépendant et neutre, a été incorporée à l'empire d'Autriche. J'ai
protesté contre cette infraction aux traités.» Le projet d'adresse,
un peu moins bref, ajoutait, en s'inspirant d'une idée indiquée dans
la note que M. Guizot avait naguère adressée aux trois cours[394]:
«La France veut sincèrement le respect de l'indépendance des États
et le maintien des engagements dont aucune puissance ne peut
s'affranchir sans en affranchir les autres»; il félicitait en outre
le gouvernement d'avoir «répondu à la juste émotion de la conscience
publique, en protestant contre cette violation des traités, nouvelle
atteinte à l'antique nationalité polonaise». Ce fut M. Odilon Barrot
qui parla au nom de l'opposition. Que voulait-il au juste? Il serait
malaisé de préciser à quoi concluaient ses phrases contre les traités
de 1815 et en faveur des nationalités. M. Guizot, dans sa réponse,
fut au contraire très net. «Le gouvernement du Roi, dit-il, a vu dans
la destruction de la république de Cracovie un fait contraire au
droit européen; il a protesté contre le fait, qu'il a qualifié selon
sa pensée. Il en a pris acte afin que, dans l'avenir, s'il y avait
lieu, la France pût en tenir le compte que lui conseilleraient ses
intérêts légitimes et bien entendus... Mais, en même temps qu'il
protestait, le gouvernement du Roi n'a pas considéré l'événement de
Cracovie comme un cas de guerre. Et là où le gouvernement du Roi ne
voit pas un cas de guerre, il ne tient pas le langage, il ne fait
pas le bruit, il ne prend pas l'attitude de la guerre; il trouve
qu'il n'y aurait à cela ni dignité, ni sûreté. Savez-vous quel est
le vrai secret de la politique? C'est la mesure; c'est de faire à
chaque chose sa juste part, à chaque événement sa vraie place, de
ne pas grossir les faits outre mesure, pour grossir d'abord sa voix
et ensuite ses actes au delà du juste et du vrai... Voici encore
pourquoi, indépendamment de cette décisive raison que je viens
d'indiquer, voici pourquoi nous avons agi comme nous l'avons fait.
Nous n'avons pas cru que le moment où nous protestions contre une
infraction aux traités fût le moment de proclamer le mépris des
traités; nous n'avons pus cru qu'il nous convînt, qu'il convînt à la
moralité de la France, à la moralité de son gouvernement, de dire,
à l'instant où il s'élevait contre une infraction aux traités: Nous
ne reconnaissons plus de traités.» Le ministre montrait à la Chambre
que toute autre conduite eût amené «de nouveau, en Europe, l'union
de quatre puissances contre une». «Le jour, ajoutait-il, où nous
croirions que la dignité et l'intérêt du pays le commandent, nous
ne reculerions pas plus que d'autres devant une telle situation;
mais nous sommes convaincus que l'événement de Cracovie n'était pas
un motif suffisant pour laisser une telle situation se former en
Europe.» La Chambre applaudit à ce langage aussi ferme que sensé, et
la gauche n'osa même pas proposer d'amendement.

[Note 394: Voir plus haut, p. 275.]

Sur les mariages espagnols, l'opposition, naguère si passionnée
dans la presse, se montra tout d'abord assez hésitante; on eût
dit qu'elle éprouvait quelque embarras à répéter à la tribune ce
qu'elle avait écrit dans les journaux. Quand, dans la séance du 2
février, la discussion s'ouvrit sur le paragraphe relatif à cette
affaire, M. Crémieux se trouva à peu près seul à attaquer les
mariages. Les hommes considérables, M. Thiers notamment, se turent.
Il n'appartenait pas à M. Guizot d'engager lui-même un combat auquel
l'opposition se dérobait, d'autant qu'il avait dit le nécessaire
dans la discussion de la Chambre des pairs[395]. Il se borna donc à
quelques mots dans lesquels, rappelant la modération, la réserve,
la bienveillance pour la France qui venaient de se manifester au
Parlement anglais, il se montrait désireux de s'associer à cet
esprit de conciliation; sans doute, ajoutait-il, s'il y avait été
obligé, il se serait défendu; mais, sa politique n'ayant pas été
sérieusement attaquée, il croyait répondre aux sentiments exprimés à
Londres, en s'abstenant pour le moment de toute discussion. Sur cette
déclaration, le paragraphe fut voté sans difficulté. La Chambre se
trouva ensuite en présence d'un paragraphe additionnel, proposé par
MM. Billault et Dufaure: c'était la manifestation du nouveau tiers
parti qui prétendait faire la leçon à la fois à M. Thiers et à M.
Guizot, se séparait du premier en approuvant les mariages, mais ne
témoignait pas confiance dans la fermeté du second. Cet amendement,
soutenu par ses deux auteurs et par M. de Tocqueville, repoussé avec
un laconisme dédaigneux, d'un côté par M. Guizot, de l'autre par M.
Odilon Barrot, ne réunit au vote que 28 voix sur 270. Un échec si
complet fit sourire la galerie. «Ils ont voulu faire de l'équilibre,
disait le _Journal des Débats_, être de l'opposition et de la
majorité, garder un pied sur la rive droite et un pied sur la rive
gauche, ce qui est une attitude très difficile quand on n'est pas le
colosse de Rhodes.»

[Note 395: Le jour même où s'ouvraient les débats de l'adresse, le
1er février, M. Dégages écrivait à M. de Jarnac: «M. Guizot parlera
le moins possible; il ne parlera que pour se défendre s'il est
attaqué. Chacun se demande ce que fera M. Thiers. Je crois volontiers
qu'il ne le sait pas bien encore lui-même.» (_Documents inédits._)]

Le gouvernement s'était-il donc débarrassé à si peu de frais de
l'opposition contre les mariages espagnols? C'eût été trop beau. En
sortant de cette séance du 2 février, M. Thiers avait conscience
de n'y avoir pas fait brillante figure. Vainement ses journaux
prétendaient-ils, le lendemain matin, que M. Guizot avait «demandé
grâce» et «imploré le silence»; le public ne s'y laissait pas
prendre: il voyait bien qui avait reculé devant le débat, et un
observateur pouvait noter sur son journal intime: «L'opposition est
en pleine déroute; en gardant le silence, elle avoue implicitement
l'imprudence et l'impopularité de la politique qu'elle a suivie par
rapport aux mariages espagnols; jamais, depuis 1830, elle n'avait
paru à ce point déconcertée et anéantie[396].» M. Thiers crut donc
nécessaire de tenter quelque chose, dans la séance du 3 février,
afin d'atténuer cette impression. Il prit la parole pour déclarer
que, s'il s'était abstenu jusqu'alors, c'était que le ministre des
affaires étrangères lui avait paru désirer le silence dans l'intérêt
du pays; mais ne voulant, disait-il, laisser aucune équivoque sur la
question de savoir à qui incombait la responsabilité de ce silence,
il demandait au gouvernement de dire nettement s'il acceptait ou
refusait la discussion. M. Guizot répondit aussitôt que le ministère
ne refusait pas la discussion; tant qu'il ne s'était pas vu attaqué
sérieusement, il avait cru qu'il y aurait avantage à imiter la
réserve du Parlement anglais; si aujourd'hui l'on voulait recommencer
le débat, il l'accepterait; mais ce n'était pas à lui à prendre
l'initiative; il ne pouvait avoir qu'à se défendre. Sur ce, M, Thiers
annonça qu'il parlerait, et rendez-vous fut pris pour le lendemain.

[Note 396: _Journal inédit du baron de Viel-Castel._]

M. Thiers n'apporta pas, à la tribune, la contradiction absolue,
l'attaque à fond, la réprobation véhémente et indignée qu'eussent pu
faire prévoir la polémique de ses journaux et ce que nous savons de
ses sentiments intimes. Évidemment, il était contenu par l'état de
l'esprit public. Quand il en vint à préciser les points où il eût
voulu une politique différente de celle qui avait été suivie, on
fut surpris de voir que ces points n'étaient, en somme, ni les plus
nombreux ni les plus considérables, et que souvent la dissidence se
réduisait à peu de chose. Il commença par reconnaître qu'il avait
été bon de marier la Reine avec don François d'Assise et d'écarter
le prince de Cobourg. Sa critique porta uniquement sur le mariage
du duc de Montpensier; il ne contestait pas que ce mariage fût
«désirable» sous plusieurs rapports, mais, selon lui, on s'était,
sans nécessité, trop pressé de l'accomplir, et cette précipitation
avait fait manquer à ce qui était dû à l'Angleterre. Pour établir
cette thèse, il exposa les faits à sa façon, niant que le ministère
whig eût été moins fidèle que le ministère tory aux engagements pris
à Eu, affirmant même que le premier avait fait plus encore que le
second pour empêcher le mariage Cobourg. Il appuya aussi sur les
révélations faites par les deux dépêches de lord Normanby du 1er et
du 25 septembre 1840, et sur les déclarations contradictoires que M.
Guizot aurait faites à ces deux dates. Et pourquoi, demandait-il,
tous ces mauvais procédés dont la conséquence avait été la rupture
de l'alliance anglaise? Pour faire un mariage qui ne valait certes
pas d'être payé si cher. L'orateur estimait qu'en attachant tant
d'importance à cette question matrimoniale, le gouvernement avait
commis une sorte d'anachronisme: aujourd'hui, ce n'était plus par
un lien de parenté royale que la politique française pouvait agir
efficacement en Espagne, c'était par le lien d'une révolution
commune. Parlant à ce propos du rôle de la France en Europe, M.
Thiers revendiquait pour son pays l'honneur de protéger partout la
liberté en péril, les nationalités menacées. Pour une telle oeuvre,
l'alliance anglaise lui était utile. En rompant cette alliance au
moment où le pouvoir passait aux mains des whigs, dont l'esprit
libéral déplaisait aux puissances absolutistes, notre gouvernement
avait révélé ses penchants réactionnaires. Ce qu'il nous en coûtait,
on l'avait vu tout de suite dans l'affaire de Cracovie. Mais Cracovie
n'était qu'un point dans l'espace. M. Thiers montrait alors, dans
un brillant tableau, l'Italie qui se réveillait à la parole de Pie
IX, la Suisse en état de guerre civile, l'Allemagne en fermentation
constitutionnelle; il indiquait de quel appui serait, sur tous ces
théâtres, pour la cause de la liberté, l'union de la France et de
l'Angleterre. «Méconnaissez, s'écriait-il, l'événement de Cracovie;
Cracovie était bien petite, quoiqu'elle ait la grandeur du droit;
méconnaissez l'événement de Cracovie; mais avez-vous donc méconnu
l'état du monde?»

M. Guizot prit la parole, le lendemain, 5 février: «Y a-t-il eu
nécessité de faire ce qu'on a fait et au moment où on l'a fait? Y
a-t-il eu loyauté dans la manière dont on l'a fait?» Telle était
la double question qui lui paraissait posée par le débat. Il y
répondait oui sans hésiter, et il entreprit de justifier sa réponse
en recommençant, avec nombreuses pièces à l'appui, l'histoire des
négociations auxquelles avait donné lieu l'affaire des mariages.
Cela fait,--et ce fut de beaucoup la partie la plus étendue de son
discours,--il aborda ce qu'il appelait «la question des conséquences
de l'acte, la question de la situation politique que l'acte nous
avait faite». Il ne contestait pas «la gravité de cette situation»,
mais ne voulait pas qu'on l'exagérât. En tout cas, il estimait que le
moyen le plus sûr d'écarter tous les dangers était que la politique
française restât «conservatrice, pacifique, dévouée à l'ordre
européen». Ainsi obtiendrait-on que les puissances persistassent
à refuser leur adhésion aux protestations de l'Angleterre. Arrivé
au terme de sa longue démonstration, M. Guizot concluait, la tête
haute et sur un ton de fierté victorieuse: «L'affaire des mariages
espagnols est la première grande chose que nous ayons faite seuls,
complètement seuls, en Europe, depuis 1830. L'Europe spectatrice,
l'Europe impartiale en a porté ce jugement. Soyez sûrs que cet
événement nous a affermis en Espagne et grandis en Europe.» Et,
dominant les murmures de l'opposition, il faisait honneur de ce
succès à la politique d'ordre et de conservation. «Nous maintenons,
s'écriait-il, que cette politique a grandi, fortifié, honoré la
France en Europe, qu'elle lui a donné plus de poids, plus de crédit;
et nous maintenons que si cette politique n'avait pas été suivie,
vous n'auriez pas été en état de résoudre vous-mêmes, en Espagne, la
question qui s'est présentée, et qu'elle aurait été résolue contre
vous au lieu de l'être pour vous.»

M. Guizot descendit de la tribune au milieu des acclamations de
la majorité. Celle-ci ne lui savait pas seulement gré d'avoir
vigoureusement réfuté les opposants; c'était aussi pour elle une
satisfaction nouvelle, en face de ceux qui l'avaient si souvent
accusée de platitude envers le cabinet de Londres, de voir la fermeté
avec laquelle son chef faisait tête à lord Palmerston[397]. M. Guizot,
en effet, sans oublier que sa voix portait jusqu'en Angleterre,
avait dit hardiment, sur les procédés de la diplomatie britannique,
tout ce qui lui avait paru nécessaire à sa propre justification.
Quelques-uns même de ses auditeurs, peu braves de leur naturel,
n'avaient pas été parfois sans trembler, en le voyant se mouvoir avec
cette allure résolue, sur un terrain si périlleux; mais on pouvait se
fier à l'habileté de l'orateur: admirablement maître de sa pensée et
de sa parole, il avait mesuré d'avance jusqu'où il pouvait aller, et
n'avait pas dépassé la limite qu'il s'était fixée. Le vote à mains
levées donna une grande majorité au ministère. L'opposition, se
sentant battue, n'avait pas osé demander le scrutin. Quelques jours
après, l'ensemble de l'adresse fut voté par 248 voix contre 84. Le
ministère ne s'était pas encore vu à la tête d'une majorité aussi
nombreuse et aussi décidée.

[Note 397: «La majorité, écrivait le duc de Broglie à son fils, est
contente de manger un peu de l'Anglais, pourvu qu'on n'en mange que
ce qu'on en peut digérer.» (_Documents inédits._)]

L'opposition, qui sentait toute l'étendue de son échec, maugréait
plus ou moins contre M. Thiers, auquel elle reprochait d'avoir voulu
engager le combat sur un terrain aussi défavorable que celui des
mariages espagnols. Le désappointement ne devait pas être moins vif
à l'ambassade anglaise et au _Foreign office_. On y avait cru que la
discussion entraînerait la chute du ministère; or, il se trouvait au
contraire qu'elle avait tout à fait tourné à son avantage. M. Guizot
se plaisait à mettre en lumière la déception de ses adversaires.
«Voici, écrivait-il à ses agents près les cours de Vienne et de
Berlin, l'erreur du cabinet anglais depuis six mois. Il a compté sur
l'intimidation du Roi, des Chambres, du public. Il a espéré d'abord
que le mariage Montpensier ne se ferait pas; puis, le mariage fait,
qu'on ferait des concessions sur les choses, que la duchesse de
Montpensier renoncerait à ses droits; puis qu'à défaut de concessions
sur les choses, on en ferait sur les personnes, que M. Guizot serait
sacrifié. De Paris, on a successivement écrit et promis tout cela à
Londres. Cabinet anglais et opposition française ont l'un et l'autre
mis tout leur jeu sur cette carte de l'intimidation à tous les degrés
et sous toutes les formes. Ils se sont trompés[398].»

[Note 398: Lettres à M. de Flahault, en date du 24 février 1847, et
au marquis de Dalmatie, en date du 4 mars. (_Documents inédits._)]

M. Thiers, craignant évidemment que lord Palmerston ne fût ainsi
découragé de l'alliance contractée avec lui, s'empressa d'écrire
à M. Panizzi; il lui affirma, en dépit des votes émis; que
«l'immense majorité de la Chambre des députés déplorait la conduite
de M. Guizot», qu'elle lui «reprochait son imprudente morgue et
l'aveuglement avec lequel il s'était jeté dans le débat», et surtout
il tâcha toujours de faire croire au gouvernement anglais qu'en
poussant vigoureusement son attaque, il déterminerait Louis-Philippe
à abandonner son ministre. «Le Roi, écrivait-il, est devenu fort
douteux pour M. Guizot... Je suis certain de ce que je vous dis
ici. Des confidences très sûrement informées ne m'ont laissé aucun
doute à cet égard. Avant-hier, j'ai pu me convaincre d'un changement
notable, par mes propres yeux. J'étais invité au spectacle de la cour
avec sept ou huit cents personnes, par conséquent sans faveur aucune;
mais j'ai reçu un accueil qu'on ne m'avait pas fait depuis bien des
années, et c'est toujours ainsi quand on commence à s'ébranler[399].»
Toutefois, lord Palmerston se lassait de prendre au sérieux ces
assurances toujours démenties par l'événement. Il se rendait compte
que le ministère était beaucoup plus solide que M. Thiers ne le
disait. «Je crois M. Guizot aussi fort que jamais», écrivait-il peu
après à lord Normanby[400]. À partir de cette époque, sans aucunement
désarmer à l'égard du gouvernement français, il se montra beaucoup
moins occupé de lier partie avec notre opposition. D'ailleurs, s'il
eût trouvé un certain plaisir de vengeance à jeter par terre un
ministre qui l'avait mortifié, et si, par ce motif, il avait associé
volontiers ses ressentiments à ceux de M. Thiers, il ne consentait
nullement à regarder l'avènement de ce dernier comme une satisfaction
qui dût effacer ses griefs, dissiper ses méfiances et mettre fin au
conflit: en réalité ce n'était pas à tel ministre, mais à la France
qu'il en voulait. «Je ne vois vraiment pas, écrivait-il encore à
lord Normanby, ce que nous gagnerions à un changement de cabinet
en France. Nous pourrions avoir quelqu'un avec qui il serait plus
agréable de traiter, à la parole duquel nous croirions davantage;
mais le successeur, quel qu'il fût, serait dans son coeur aussi
hostile à l'Angleterre; peut-être même jugerait-il plus nécessaire
d'être raide, pour qu'on ne le crût pas moins disposé que M. Guizot à
nous braver,--nous devrions plutôt dire à nous tromper,--dans ce qui
regarde le mariage espagnol[401].»

[Note 399: _The Life of sir Anthony Panizzi_, par Louis FAGAN.]

[Note 400: BULWER, _The Life of Palmerston_, t. III, p. 299.]

[Note 401: BULWER, _The Life of Palmerston_, t. III, p. 299.]


VII

J'ai déjà eu plusieurs fois occasion de noter les relations
compromettantes de lord Normanby avec l'opposition française. Pendant
son voyage à Paris, au mois de janvier 1847, M. Greville avait
essayé, sans succès, de lui faire comprendre l'incorrection et le
danger de sa conduite[402]. «Je laisse l'ambassade dans une situation
pénible et fâcheuse, écrivait-il tristement en se remettant en route
pour l'Angleterre. Normanby semble ne pas se soucier si l'on voit son
intimité avec Thiers, et il n'en a d'aucune sorte avec Guizot...
Thiers, ayant saisi Normanby dans ses griffes, ne le laissera pas
aller aisément, et le ressentiment de Guizot ne sera guère apaisé;
aussi ne vois-je aucune chance que de bons rapports puissent jamais
être rétablis entre eux[403].» Il n'y avait pas là seulement, comme
s'en plaignait M. Greville, un obstacle aux conversations cordiales
qui eussent amené une détente; mais, dans une telle situation,
le moindre incident pouvait dégénérer en un conflit aigu entre
l'ambassadeur et le ministre. Cet incident naquit de la discussion de
l'adresse.

[Note 402: _The Greville Memoirs, second part_, t. III, p. 45 et 47.]

[Note 403: _Ibid._, p. 49.]

On se rappelle comment lord Palmerston avait publié dans son _Blue
book_ deux dépêches de lord Normanby, rapportant deux conversations
de M. Guizot, du 1er et du 25 septembre: dans l'une de ces dépêches,
le ministre présentait le mariage de la Reine et celui de l'Infante
comme ne devant pas se faire «en même temps»; dans l'autre, il
avouait leur simultanéité, et, interpellé sur la déclaration
contraire faite par lui précédemment, il s'en montrait fort
embarrassé, essayait d'abord de la nier, puis prétendait l'expliquer
en disant qu'en effet, dans la cérémonie, la Reine serait mariée
la première. On n'a pas oublié non plus les accusations portées
à ce propos, à Londres comme à Paris, contre M. Guizot. Celui-ci
crut devoir y répondre dans son grand discours du 5 février. Il ne
contesta aucunement avoir annoncé, le 1er septembre, à lord Normanby,
que les mariages ne se feraient pas en même temps. «J'étais bien
en droit de le dire, ajoutait-il;... car non seulement il n'était
pas du tout décidé que les deux mariages se feraient simultanément;
mais nous nous opposions encore, à ce moment, à la simultanéité.»
Le ministre raconta ensuite comment, quelques jours plus tard, le
4 septembre, le gouvernement français avait été amené, par les
exigences de l'Espagne, à consentir cette simultanéité. «Je n'en ai
pas averti l'ambassadeur d'Angleterre, continua M. Guizot, c'est
vrai; je n'ai pas cru devoir l'avertir. J'aurais manqué aux plus
simples conseils de la prudence, si, en présence d'une opposition
qu'il m'avait déjà déclarée, j'avais été l'avertir moi-même du moment
où il fallait qu'il agît contre nous.» Quant à la conversation que
lui attribuait la dépêche du 25 septembre, M. Guizot fit d'abord
observer qu'en recevant un ambassadeur et en répondant à ses
questions, il n'entendait pas subir une sorte d'interrogatoire;
qu'il ne devait lui dire que la vérité, mais qu'il s'expliquait
seulement dans la mesure qui convenait à l'intérêt de son pays et
de sa politique. Il rappela ensuite que tout compte rendu fait
par un agent étranger d'une semblable conversation n'avait un
caractère d'authenticité et d'irréfragabilité que s'il était soumis
préalablement à celui dont on rapportait les paroles; que lord
Normanby en avait usé ainsi pour l'entretien du 1er septembre; que,
pour celui du 25 septembre, au contraire, cette communication n'avait
pas été faite. Le ministre se croyait donc le droit de contester que
son langage eût été exactement reproduit. «J'ose dire, déclarait-il,
que si M. l'ambassadeur d'Angleterre m'avait fait l'honneur de me
communiquer sa dépêche du 25 septembre, comme il m'avait communiqué
celle du 1er, j'aurais parlé autrement et peut-être mieux qu'il ne
m'a fait parler.» Fallait-il s'attendre qu'après avoir démenti un
compte rendu inexact, M. Guizot en apportât un exact? Non, il ne s'y
croyait pas tenu, et il préférait laisser une certaine obscurité sur
une conversation dans laquelle, dès l'origine, il n'avait évidemment
pas voulu ou pu être net. «Un seul mot, dit-il, sur le fond même de
la dépêche. Le 25 septembre, Messieurs, toute la situation était
changée: M. l'ambassadeur d'Angleterre m'apportait la protestation
de son gouvernement contre le mariage de M. le duc de Montpensier.
Cette protestation annonçait que le gouvernement anglais ferait tout
ce qui dépendrait de lui pour empêcher ce mariage. Je recevais en
même temps de Madrid des nouvelles tout à fait dans le même sens. Un
grand effort intérieur et extérieur était fait contre le mariage,
pour l'empêcher. Je me suis senti, le mot n'a rien de blessant pour
personne, je me suis senti, après avoir reçu cette protestation, en
face d'un adversaire, et je me suis conduit en conséquence, ne disant
rien qui ne fût rigoureusement vrai, mais ne me croyant pas obligé à
rien dire qui nuisît à ma cause ni à mon pays.»

Lord Normanby n'était pas d'humeur à prendre en patience la leçon qui
venait de lui être donnée. Il y vit une offense publique à relever
immédiatement, et, dès le lendemain, 6 février, il adressa à lord
Palmerston une dépêche rédigée _ab irato_, dans laquelle il disait:
«Je répète, une fois pour toutes, et dans les termes les plus forts
dont le langage soit susceptible, que le récit donné par moi est
la traduction fidèle et littérale de chaque phrase et de chaque
explication dont M. Guizot s'est servi dans la conversation que
nous avons eue ensemble.» Lord Palmerston était trop au courant des
usages diplomatiques pour ne pas savoir que lord Normanby s'était
mis dans son tort en ne communiquant pas préalablement sa dépêche à
M. Guizot, et que celui-ci était dans son droit en contestant, non
la sincérité, mais l'exactitude du compte rendu[404]; il aurait donc
dû calmer son agent. Mais empêcher une mauvaise querelle de naître,
ce n'était ni dans les habitudes, ni surtout dans la disposition
actuelle de lord Palmerston; il aima bien mieux s'y jeter lui-même,
sans se demander ni ce qu'elle valait, ni où elle le conduirait, ni
comment il pourrait en sortir. Il répondit à lord Normanby, le 11
février: «Milord, votre dépêche du 6 courant m'est parvenue, et,
en réponse à cette communication, j'ai à assurer Votre Excellence
que le gouvernement de Sa Majesté a la plus parfaite confiance dans
l'exactitude de vos rapports, et que rien de ce qui a été dit à la
Chambre des députés, le 5 courant, ne peut en aucune façon ébranler
la conviction du gouvernement de Sa Majesté que le récit, renfermé
dans votre dépêche du 25 septembre dernier, de ce qui s'est passé
dans la conversation entre vous et M. Guizot, est entièrement,
rigoureusement conforme à la vérité.» Le jour même, avant que l'encre
en fût séchée, il déposait cette réponse avec un extrait de la
dépêche de lord Normanby, sur le bureau du Parlement[405].

[Note 404: C'est ce que reconnaît formellement Bulwer, tout hostile
qu'il soit à la France, dans cette affaire des mariages; il ne doute
pas que ce ne soit au fond le sentiment de lord Palmerston. (BULWER,
_The Life of Palmerston_, t. III, p. 283.)]

[Note 405: Lord Palmerston écrivit à lord Normanby qu'il avait
déposé seulement un extrait de sa dépêche (c'est l'extrait que nous
citons plus haut), parce que certains passages étaient d'un ton trop
batailleur (_too pugnacious_) pour l'état de l'opinion anglaise.
(BULWER, t. III, p. 283.) On peut juger, par ce que Palmerston a
conservé, de ce que devaient être les passages qu'il s'est cru obligé
de retrancher.]

Quelques heures après, tous les journaux publiaient les deux pièces.
C'était précisément ce qu'avait voulu lord Palmerston. Il trouvait
plaisir à dire tout haut qu'il tenait M. Guizot pour un menteur. «Le
résultat, disait le _Morning Chronicle_, organe du _Foreign office_,
est qu'à la face des deux nations, M. Guizot est regardé dans
l'opinion publique comme un imposteur convaincu d'imposture. C'est
une position qui n'est pas nouvelle pour lui et qu'il peut supporter
avec une philosophique indifférence; mais certes il n'est personne en
Angleterre, ayant la prétention d'être un _gentleman_, qui se décidât
à la subir, et, s'il le faisait, il serait certainement frappé d'une
déconsidération universelle.» Suivant leur habitude, les journaux de
M. Thiers firent écho à ceux de lord Palmerston. Le _Constitutionnel_
ne fut pas moins ardent que le _Morning Chronicle_ à accuser M.
Guizot «d'avoir abusé, par de misérables équivoques, la loyauté de
l'ambassadeur anglais»; il proclama que l'honneur de la France était
intéressé à désavouer un ministre «menteur», et surtout il s'appliqua
à grossir, à envenimer l'incident, toujours dans l'espoir d'en faire
sortir une crise ministérielle; soulignant ce qui pouvait irriter
de part et d'autre les amours-propres, il disait à lord Normanby:
«Voyez comme M. Guizot s'est moqué de vous», et à M. Guizot: «Ne vous
apercevez-vous pas que lord Normanby et lord Palmerston vous donnent
un injurieux démenti?»

La prétention de lord Normanby était que satisfaction publique lui
fût donnée par M. Guizot, du haut de la tribune[406]. Le _Morning
Chronicle_ invitait ironiquement le ministre français «à rassembler
tout son courage moral» pour faire cette sorte d'amende honorable.
Par cette exigence, on se flattait, ou d'imposer à M. Guizot la
plus mortifiante des humiliations, ou d'obliger Louis-Philippe à
se séparer de lui. Notre ministre, fort ennuyé de cette querelle
qui venait compliquer inutilement une situation déjà si difficile,
eût saisi volontiers toute occasion d'y mettre fin honorablement,
et, si on le lui eût demandé avec politesse, il n'eût certainement
pas refusé de déclarer qu'en contestant l'exactitude du compte
rendu, il n'avait nullement entendu mettre en doute la bonne foi
de l'ambassadeur[407]. Mais à une mise en demeure offensante et
tapageuse, il estimait que sa dignité ne lui permettait pas de
répondre. Il garda donc un silence froid. Même attitude dans la
presse ministérielle. Le _Journal des Débats_, sans discuter avec les
feuilles palmerstoniennes, se borna à signaler leurs emportements
et à dénoncer le concours scandaleux que leur donnaient le
_Constitutionnel_ et ses pareils.

[Note 406: M. Désages écrivait à M. de Jarnac, le 15 février
1847: «Normanby, appuyé par lord Palmerston, prétend exiger une
satisfaction à la tribune française, M. Guizot se faisant interpeller
par un compère.» (_Documents inédits._)]

[Note 407: C'est encore M. Désages qui mandait à M. de Jarnac, le 11
février 1847: «Tout cela est regrettable, car il y a bien assez de la
difficulté au fond, sans qu'il soit besoin qu'elle se complique de
questions personnelles... Un autre que lord Normanby, après avoir
lu son _Moniteur_, aurait écrit quelques mots au ministre, qui lui
aurait répondu par un certificat de loyauté, tout en maintenant qu'il
y avait inexactitude dans la dépêche non communiquée, et tout eût été
dit.» (_Documents inédits._)]

Le chef du _Foreign office_ ne tarda pas à s'apercevoir qu'il n'y
aurait pas moyen de triompher de cette résistance passive de M.
Guizot; il commençait d'ailleurs,--nous l'avons déjà vu,--à se rendre
compte que le ministère français était plus solide que M. Thiers
ne le faisait croire à lord Normanby. Il invita donc ce dernier à
changer de tactique. «Vous avez dit officiellement, lui écrivit-il
le 17 février, que l'insinuation de Guizot n'était pas vraie; nous
avons fait savoir à toute l'Europe que nous vous croyions et que
nous ne le croyions pas. Que nous faut-il de plus?... Cela, nous
avions le pouvoir de le faire. Mais nous n'avons pas le pouvoir de
forcer M. Guizot à des excuses. C'est pourquoi il vaut mieux ne
pas nous exposer, en les demandant, à être obligés de nous retirer
avec un refus. Il n'y a pas de raison pour que vous et lui ne
continuiez pas à faire les affaires ensemble comme par le passé,
et la meilleure ligne à suivre pour vous, c'est de déclarer que la
publication des dernières dépêches et les sentiments unanimes du
Parlement sur ce sujet vous laissent en bonne situation, et que ni
votre gouvernement ni le Parlement ne demandent que leur opinion
soit confirmée par aucun aveu de Guizot[408].» En même temps, lord
Palmerston informait, à plusieurs reprises, M. de Sainte-Aulaire,
notre ambassadeur à Londres, qu'il donnait pleinement raison à lord
Normanby; que celui-ci serait maintenu à son poste; que si on lui
rendait impossible de traiter les affaires et si on l'obligeait
ainsi à quitter Paris, il ne serait pas remplacé; que l'ambassade
serait alors gérée par un chargé d'affaires, et que les rapports
diplomatiques seraient mis sur le même pied que ceux de la France et
de la Russie. Il faisait en sorte que cette dernière éventualité ne
fût pas ignorée de Louis-Philippe[409].

[Note 408: BULWER, _The Life of Palmerston_, t. III, p. 287, 288.]

[Note 409: BULWER, t. III, p. 292, 293, 294.]

Une telle situation ne pouvait se prolonger sans péril. À Londres
même, les esprits les plus posés estimaient qu'en cet état, «la
moindre difficulté pouvait produire une explosion et amener la
guerre[410]». Comment sortir de là? Il n'y avait pas à compter sur
la sagesse de lord Normanby; mais restaient les chances que devait
nous donner sa maladresse passionnée. Elles ne nous firent pas
défaut. Lady Normanby avait annoncé l'intention de donner un bal le
19 février; dans les bureaux de l'ambassade, on copia, sans y faire
attention, les listes des précédentes réceptions, et l'on adressa par
suite une invitation à M. Guizot. Quand lord Normanby s'en aperçut,
il craignit que cette démarche ne fût regardée comme une sorte
d'avance conciliante à laquelle il n'eût pas voulu se prêter, et il
fit informer M. Guizot que l'invitation lui avait été envoyée par
méprise, ou, comme il disait, «par le _mépris_ de son secrétaire». Ce
ne fut pas tout: sous prétexte de rectifier les récits de certains
journaux, l'ambassadeur fit insérer dans le _Galignani's Messenger_
une note ainsi conçue: «La vérité semble être qu'une invitation
avait été envoyée par erreur à M. Guizot, et que celui-ci en a été
informé; mais il est également vrai, croyons-nous, que M. Guizot en
a été instruit d'une manière indirecte et sans aucune circonstance
pouvant lui donner sujet de s'offenser.» Le scandale fut grand. Le
jour du bal, aucun membre de la cour, du ministère ou de la majorité
des Chambres ne parut à l'ambassade. Par contre, les députés de
l'opposition se donnèrent le mot d'ordre d'y aller, pour témoigner
en faveur de leur allié; on y vit aussi un certain nombre de
légitimistes auxquels lord Normanby, effrayé du vide qui menaçait de
se faire dans ses salons, avait envoyé des invitations à la dernière
heure. Le même soir, il y eut réception au ministère des affaires
étrangères: l'affluence y fut énorme.

[Note 410: _The Greville Memoirs, second part_, t. III, p. 60.]

Aux yeux de tous les juges désintéressés, l'ambassadeur d'Angleterre,
par ce dernier incident, avait mis décidément les torts de son côté.
«Sa position est insoutenable en France», écrivait de loin M. de
Metternich[411]. M. Désages, naguère un peu inquiet du conflit où
se trouvait engagé son ministre, mandait, plus rassuré, à M. de
Jarnac: «En définitive, lord Normanby est aujourd'hui, je crois,
plus embarrassé qu'embarrassant[412].» Les Anglais n'étaient pas
les derniers à se rendre compte de la situation mauvaise où s'était
mis leur ambassadeur. Dès l'origine, beaucoup d'entre eux avaient
vu avec déplaisir cette querelle personnelle venant compliquer un
différend politique dont on commençait à être las[413]. Ce sentiment
devint plus vif encore après la sotte histoire du bal. M. Greville
constatait, le 23 février, que l'impression de dégoût et d'inquiétude
était générale, sauf peut-être chez lord Palmerston. «Rien n'est plus
déplorable que l'état de l'affaire, ajoutait-il, et Normanby semble
entièrement inconscient de la pauvre figure qu'il fait[414].» Le
_Times_ exprimait le mécontentement du public.

[Note 411: Lettre à Apponyi, du 25 février 1847. (_Mémoires de M. de
Metternich_, t. VII, p. 328.)]

[Note 412: Lettre du 18 février 1847. (_Documents inédits._)]

[Note 413: _The Greville Memoirs, second part_, t. III, p. 55, 56,
57.]

[Note 414: _Ibid._, p. 60, 61.]

Émus de ce mouvement d'opinion, plusieurs des membres du cabinet
britannique commencèrent à sortir un peu de l'inertie qui d'ordinaire
leur faisait laisser le champ libre à lord Palmerston; ils se
préoccupèrent de contenir leur collègue et de mettre au plus vite fin
à la querelle. Mais, pendant qu'ils s'agitaient et tâtonnaient dans
ce dessein, le chef du _Foreign office_, sans les consulter, sans
même avertir son premier ministre, lord John Russell, qui pourtant
dînait chez lui le jour même, fit auprès de M. de Sainte-Aulaire une
démarche violente qui aggravait singulièrement le conflit et qui
dépassait ce que lui-même, quelques jours auparavant, regardait comme
possible; il déclara à l'ambassadeur de France que «si lord Normanby
ne recevait pas une réparation immédiate et satisfaisante, les
relations diplomatiques entre les deux pays seraient interrompues».
Lord Clarendon, informé de ce fait par quelqu'un qui venait de voir
M. de Sainte-Aulaire, alla aussitôt trouver lord John Russell: «Que
diriez-vous, lui demanda-t-il, si Palmerston avisait Sainte-Aulaire
qu'à moins d'une réparation offerte à Normanby, toute relation entre
la France et l'Angleterre cesserait?--Oh! non, dit lord John, il
ne ferait pas cela. Je ne pense pas qu'une telle affaire soit à
craindre.--Mais il l'a fait, dit Clarendon, la communication a eu
lieu, et la seule question est de savoir si Sainte-Aulaire en a ou
n'en a pas averti son gouvernement.» Cette fois, lord John Russell,
en dépit de la confiance qu'il affectait de témoigner à Palmerston,
s'alarma. Sans prendre le temps d'avertir ce dernier, il écrivit
instantanément à M. de Sainte Aulaire, et lui demanda de ne pas
transmettre à son gouvernement la communication qui lui avait été
faite. Cet avis arriva à temps; la dépêche n'était pas encore partie.
Lord John Russell vit ensuite lord Palmerston; lui parla-t-il avec
plus de fermeté qu'à l'ordinaire? ou bien le trouva-t-il plus docile
et plus humble, par conscience de ses torts? toujours est-il que le
chef du _Foreign office_, sans paraître se formaliser d'avoir vu sa
communication contremandée en dehors de lui, se soumit, au moins
pour le moment, sauf à reprendre sa politique querelleuse plus tard,
lorsqu'il serait moins surveillé et contenu[415].

[Note 415: Ce curieux incident est raconté en détail par M. Greville,
qui y fut mêlé d'assez près. «_The Greville Memoirs, second part_,
t. III, p. 61 à 64.»--Voir aussi Spencer WALPOLE, _The Life of lord
John Russell_, t. II, p. 7 et 8.--M. Greville note ce qu'il y eut
d'assez peu fier dans cette évolution de Palmerston. «Celui-ci,
dit-il, est surpris, déjoué au moment où, de sa propre autorité, à
l'insu de ses collègues, il faisait cette démarche grave et violente:
il devrait être mortifié, et jusqu'à un certain point il pourrait se
croire déshonoré. Voir sa communication contremandée à son insu par
le premier ministre est une sorte d'affront que tout homme d'honneur
ressentirait. Mais il est trop dans son tort pour le ressentir, et
il se soumet.» M. Greville n'est pas moins sévère pour la faiblesse
du premier ministre, intervenant dans ce cas particulier, mais ne
sachant pas établir son autorité d'une façon permanente.]

Cette nouvelle manière d'être de lord Palmerston se manifesta dans
une lettre qu'il écrivit, le 23 février, à lord Normanby. «Nous
sommes très anxieux, lui mandait-il, d'apprendre que les différends
entre vous et Guizot ont été arrangés d'une façon ou d'une autre...
Le public ici commence à s'inquiéter de ces affaires. Il ne
comprend pas bien l'importance qu'ont à Paris des choses qui n'en
auraient pas autant ici; et il craint que des différends personnels
n'aient une influence fâcheuse sur les différends nationaux qui les
ont produits. Vous savez combien ici le public est sensitif sur
tout sujet qu'il suppose conduire à la guerre... Un arrangement
est donc très souhaitable, et plus que vous ne pouvez vous en
apercevoir à Paris.» Le ministre rappelait à son agent que, dans un
conflit entre un premier ministre et un ambassadeur, ce dernier est
toujours le plus faible. Il ne lui cachait pas d'ailleurs que tout
le monde lui donnait tort dans l'affaire du bal, et que du moment où
l'invitation avait été envoyée, même par erreur, elle n'aurait pas
dû être retirée. «Le seul point, disait-il en terminant, sur lequel
quelque chose comme une réparation soit nécessaire, est ce que Guizot
a dit à la Chambre. À vous parler vrai, cela n'a pas été regardé
ici comme aussi offensant qu'on semble l'avoir considéré à Paris.
Sainte-Aulaire dit que Guizot lui assure n'avoir eu aucune intention
de contester votre véracité. Le meilleur arrangement eût été qu'il
donnât cette assurance à la tribune, en réponse à une question posée
par quelque député. Mais probablement le temps est passé où cela
aurait pu se faire. Ne pourrait-il pas vous le dire en présence
du Roi intervenant comme pacificateur? Il ne déplairait peut-être
pas au Roi de jouer ce rôle. Ou bien Guizot pourrait-il dire cela
au Roi, qui vous le répéterait? Ou bien pourrait-il faire cette
déclaration à Apponyi, avec mission de vous la rapporter? Tous ces
moyens seraient, je pense, possibles. Mais il est très désirable que
l'affaire soit arrangée[416].»

[Note 416: BULWER, _The Life of Palmerston_, t. III, p. 294 à 296.]

Une telle lettre, si peu en harmonie avec ce qui lui avait été écrit
jusqu'alors du _Foreign office_, était faite pour surprendre et
désappointer lord Normanby. En tout cas, il dut se dire que du moment
où lord Palmerston lui-même voyait ainsi les choses, il n'avait plus
qu'à s'exécuter. Il se résigna donc, fort tristement et la tête
basse, à aller trouver le comte Apponyi, l'informa qu'il était prêt
à prendre envers le ministre français l'initiative d'une démarche de
conciliation et le pria de s'interposer. M. Guizot, de son côté, ne
demandait qu'à mettre fin à cette querelle personnelle; il accueillit
bien ces ouvertures, insistant seulement pour qu'il fût bien établi
que lord Normanby faisait les premiers pas. Suivant un programme
convenu à l'avance, l'ambassadeur d'Angleterre chargea le comte
Apponyi d'exprimer à M. Guizot ses regrets, au sujet de l'invitation
retirée; en réponse, M. Guizot déclara au même intermédiaire n'avoir
point eu l'intention, dans son discours à la Chambre, d'inculper la
bonne foi et la véracité de l'ambassadeur; puis, le 27 février, tous
deux se rencontrèrent chez le comte Apponyi et se serrèrent la main.
«Messieurs, leur dit l'ambassadeur d'Autriche, je suis charmé de vous
voir réunis chez moi, et je vous remercie de la confiance dont vous
m'avez honoré l'un et l'autre.» M. Guizot, se tournant vers lord
Normanby, lui tint ce langage: «Mylord, après ce que M. l'ambassadeur
d'Autriche m'a fait l'honneur de me dire de votre part et ce que je
lui ai répondu, ce qui conviendra le mieux, je pense, à vous comme
à moi, c'est que nous n'en parlions plus.--Certainement», répondit
l'ambassadeur. Ils s'assirent, causèrent du froid, du vent d'est, des
travaux des Chambres, de l'Irlande, des emprunts, du maïs, des pommes
de terre. Au bout de dix minutes, M. Guizot se retira[417]. Une note
sommaire fit connaître au public les conditions du rapprochement. Peu
de jours après, lord Normanby vint entretenir M. Guizot de l'affaire
de la Plata, et le ministre dîna à l'ambassade. Les relations étaient
rétablies, du moins en apparence.

[Note 417: Tous ces détails sont rapportés par M. Guizot dans une
lettre particulière du 4 mars 1847, adressée au marquis de Dalmatie,
ministre à Berlin. (_Documents inédits._)]

À Paris, les amis de M. Guizot trouvèrent, non sans raison, que
l'affaire s'était terminée à son avantage[418]. À Londres, on ne
put s'empêcher de remarquer combien la conclusion était différente
des prétentions premières de lord Normanby. «Celui-ci, écrivait
lord Howden, a été comme le mois de mars, arrivant comme un lion et
s'en allant comme un agneau.» M. Greville déclarait que «la fin de
cette triste querelle avait répondu au commencement, et que rien
n'était plus misérable que la réconciliation[419]». Lord Normanby
avait conscience de la figure un peu piteuse qu'il faisait; aussi
les lettres qu'il écrivait à Londres étaient-elles pleines de
récriminations contre son gouvernement qui ne l'avait pas soutenu,
contre ses amis «plus que candides», qui s'étaient effarouchés de sa
conduite[420]. Lord Palmerston tâcha de le consoler. «Je ne suis pas
surpris, lui mandait-il, que vous soyez ennuyé de la _candeur_ de
nos amis communs; mais c'est un mal inséparable de la vie publique...
La tendance des meilleurs amis est toujours de penser qu'on a
trop fait quand il s'élève des difficultés par suite de ce qui a
été fait, ou, au contraire, qu'on a trop peu tenté quand il s'élève
des difficultés par suite de ce qui a été omis... C'est toutefois
le devoir de ceux qui ont charge de diriger un service, de soutenir
leurs collaborateurs au milieu des difficultés auxquelles ils peuvent
être exposés. Et soyez assuré que je ferai toujours ainsi. C'est
pour moi la condition _sine qua non_ de la coopération qu'on peut
attendre d'hommes d'honneur[421].» Lord Normanby pardonna-t-il à
ceux de ses amis qui l'avaient abandonné? En tout cas, il ne devait
jamais pardonner à M. Guizot l'avantage que celui-ci avait eu sur lui
en cette affaire. Jusqu'à la révolution de Février, il restera, plus
que jamais, en connivence active avec notre opposition, et telle sera
sa conduite que les Anglais pourront l'accuser d'avoir contribué au
renversement de la monarchie de Juillet[422].

[Note 418: _Journal inédit de M. de Viel-Castel._]

[Note 419: _The Greville Memoirs, second part_, t. III, p. 66.]

[Note 420: _Ibid._, p. 66 à 68.--M. Greville note avec stupéfaction
que Normanby, dans ses lettres, se défendait d'avoir été en
communication avec l'opposition française, et notamment avec M.
Thiers. «C'est réellement incroyable, ajoutait M. Greville, qu'il
puisse s'abuser jusqu'à ce point et qu'il s'imagine tromper les
autres.»]

[Note 421: Lettre du 5 mars 1847. (BULWER, _The Life of Palmerston_,
t. III, p. 297, 298.)]

[Note 422: C'est ce que dit l'éditeur des Mémoires de Greville, M.
Reeve (_The Greville Memoirs, second part_, t. III, p. 72, note de
l'éditeur).]


VIII

Si occupé que fût lord Palmerston de ce qui se passait en France, et
de la campagne qu'il y menait avec le concours de notre opposition,
il ne perdait pas de vue le reste de l'Europe et ne cessait pas
d'agir auprès des autres puissances. On sait quels efforts il avait
faits, dès le début du conflit, pour mettre dans son jeu l'Autriche,
la Prusse et la Russie. Il les avait d'abord invitées, en septembre
1846, à protester avec lui contre le mariage annoncé et non encore
célébré de l'Infante; le fait accompli, il les avait pressées,
en octobre et novembre, de déclarer, dans un protocole signé à
quatre, que les enfants à naître de cette union seraient déchus de
leurs droits successoraux, à la couronne d'Espagne; chaque fois il
avait échoué. Non découragé par ce double insuccès, il revint à la
charge en janvier 1847. Sa prétention, toujours la même au fond, se
faisait plus modeste dans la forme. Il demandait que chacune des
trois cours lui donnât séparément son avis sur les droits éventuels
des descendants de l'Infante. Cet avis, il l'avait déjà obtenu,
à peu près tel qu'il le désirait, du gouvernement de Berlin, en
octobre 1846. Ne pouvait-on décider les cabinets de Vienne et de
Saint-Pétersbourg à en faire autant? Sans doute, cette demande était
assez anormale; il n'est guère dans l'usage des chancelleries de
se prononcer ainsi, par voie de consultation doctrinale, sur des
hypothèses qui ne se réaliseront peut-être pas. Mais, à entendre
le ministre anglais, cette mesure préventive n'avait pas pour but
de commencer la bataille avant l'heure; elle devait, au contraire,
assurer le maintien de la paix; le gouvernement français, averti
à l'avance des dangers auxquels l'exposerait telle éventualité,
s'arrangerait pour qu'elle ne se réalisât pas. Lord Palmerston
donnait, en outre, à entendre, pour amadouer les trois cours,
qu'elles serviraient par là les intérêts du comte de Montemolin, et
il se répandait en éloges de ce prince, déclarant que, «s'il l'avait
connu plus tôt, il se serait conduit autrement[423]».

[Note 423: Lettres diverses, adressées à M. Guizot, en janvier 1847,
par le comte de Flahault, ambassadeur à Vienne, et par le marquis de
Dalmatie, ministre à Berlin. (_Documents inédits._)]

Comme j'ai déjà eu l'occasion de le faire remarquer, la clef de la
situation était à Vienne. Lord Ponsonby s'y démenait avec un zèle
passionné. En toutes circonstances, il trahissait son animosité
contre la France et ne prenait même pas la peine de la cacher à
notre ambassadeur, le comte de Flahault, bien qu'il fût avec lui en
bons rapports personnels. Ce dernier écrivait à M. Guizot, le 22
janvier 1847: «Ponsonby me disait l'autre jour que le discours de
la Reine contiendrait un paragraphe fort sévère sur les mariages
espagnols[424], que la guerre était très probable; que, du reste,
lors même que cette difficulté ne se fût pas élevée, il s'en
serait présenté d'autres qui auraient eu les mêmes conséquences;
que la France et l'Angleterre étaient comme deux belles dames
qui se rencontrent dans un salon; elles se font la révérence, se
disent des politesses, mais sont toujours prêtes, à la première
occasion, à se prendre aux cheveux (_pull on another's cap_)[425].»
En même temps, pour gagner les bonnes grâces de M. de Metternich,
lord Ponsonby affectait d'entrer dans toutes ses idées, même les
plus rétrogrades[426]. Le chancelier, visiblement flatté d'être
ainsi courtisé, trouvait toutes sortes de qualités à l'ambassadeur
d'Angleterre[427].

[Note 424: On sait que le discours de la Reine fut tout différent de
ce qu'annonçait lord Ponsonby.]

[Note 425: _Documents inédits._]

[Note 426: Lettre de M. de Flahault à M. Guizot, du 22 janvier
1847.--M. Greville notait sur son journal: «Ponsonby fait tout ce
qu'il peut à Vienne et y tient le langage le plus despotique.» (_The
Greville Memoirs, second part_, t. III, p. 64.)]

[Note 427: M. de Metternich décernait à lord Ponsonby l'éloge qu'il
réservait à ses meilleurs amis; il l'appelait un «brave homme».
(Lettre de M. de Flahault à M. Guizot, en date du 21 janvier 1847.
_Documents inédits._)]

Le gouvernement français, informé du mouvement que se donnait
la diplomatie anglaise à Vienne, ne laissait pas que d'en être
préoccupé[428]. De son côté, il n'était pas inactif. Il chargeait
M. Giraud, légiste et historien distingué, de faire, sur le _Traité
d'Utrecht_, un livre qui était la réfutation savante de la thèse
anglaise: ce livre, traduit aussitôt en allemand, fut envoyé aux
diverses chancelleries. Et surtout il ne se lassait pas, dans ses
lettres à M. de Flahault, de développer les idées qu'il lui avait
indiquées dès le début et qu'il savait être de nature à faire le plus
d'impression sur M. de Metternich. «La France, lui écrivait-il, a
besoin que l'Espagne soit pacifiée, monarchique et conservatrice. La
France veut être tranquille de ce côté. À cette condition seulement,
elle peut employer sur d'autres points son influence pour le maintien
des mêmes principes. L'Autriche, surtout, a besoin que la France
continue à soutenir la politique de conservation. Elle a besoin du
concours, de l'action morale de la France, en Italie, en Suisse.
Ressusciter à notre porte, en Espagne, l'état révolutionnaire, c'est
ôter à la France non seulement tout moyen, mais peut-être toute envie
de persévérer ailleurs dans cette politique. Si le désordre renaît
en Espagne, il peut naître en Italie. Est-ce l'Angleterre qui y
portera remède? N'est-ce pas la France, la France seule, qui le peut
et le veut aujourd'hui? Le prince de Metternich mettra-t-il en jeu
le repos de l'Europe, pour servir la rancune de lord Palmerston?» M.
Guizot ajoutait, dans une autre lettre, quelques semaines plus tard:
«Lord Palmerston est voué à la politique remuante et révolutionnaire.
C'est son caractère: c'est aussi sa situation. Partout ou à peu près
partout, il prend l'esprit d'opposition et de révolution pour point
d'appui et pour levier. M. de Metternich sait, à coup sûr, aussi
bien que moi, à quel point, en Portugal, en Espagne, en Grèce, lord
Palmerston est déjà engagé dans ce sens-là. Nous, au contraire, nous
sommes de plus en plus conduits, par nos intérêts intérieurs et
extérieurs bien entendus, à nous appuyer sur l'esprit d'ordre, de
gouvernement régulier et de conservation[429].»

[Note 428: M. de Flahault rapportait à M. Guizot des conversations de
M. de Metternich, qui ne semblaient pas toujours rassurantes. (Lettre
du 21 janvier 1847. _Documents inédits._) Notre diplomatie se rendait
compte d'ailleurs des raisons qui pouvaient porter le chancelier à
prêter l'oreille aux ouvertures de l'Angleterre. Un peu plus tard, M.
de Flahault résumait ainsi ces raisons: «Il ne faut pas oublier que
l'Angleterre est une ancienne amie que la politique autrichienne est
disposée à suivre, et que la négation des droits de Mme la duchesse
de Montpensier se trouve dans le principe qui règle la conduite de la
cour de Vienne, et qu'elle pourrait tendre au rétablissement de la
Pragmatique de Philippe V et à celui de la branche masculine dans la
personne du comte de Montemolin, si la reine Isabelle vient à décéder
sans enfants. Tout cela est fort tentant.» (Lettre à M. Guizot, du 9
mars 1847. _Documents inédits._)]

[Note 429: Lettres du 1er et du 24 février 1847. (_Documents
inédits._)]

En présence des événements chaque jour plus graves de Suisse et
d'Italie, de semblables considérations paraissaient décisives à M.
de Metternich. Aussi, tout en témoignant beaucoup d'amitié à lord
Ponsonby, le chancelier ne se laissait-il pas ébranler par ses
instances, ni attirer hors du terrain où il avait pris possession
dès le début. Le 19 janvier 1847, lord Palmerston lui avait demandé,
dans une note officielle, «de vouloir bien s'expliquer sur la
valeur qu'il reconnaissait aux traités de 1713, 1715 et 1725 et
à leurs annexes, et de vouloir bien déclarer si, en vertu de ces
différents actes et en conséquence de son mariage avec le duc de
Montpensier, l'Infante et ses descendants n'avaient pas perdu leurs
droits à la succession de la couronne d'Espagne». M. de Metternich
répondit, le 23 janvier, également par une note. Il commençait par
y établir «que l'attitude prise par la Cour impériale prouvait
qu'elle reconnaissait la validité de tous les actes cités dans la
note anglaise et particulièrement de celui qui en est le complément
et le moyen d'exécution, la Pragmatique de Philippe V, établissant,
en Espagne, la succession masculine; que, sans l'abolition de cette
Pragmatique, le mariage de l'Infante avec M. le duc de Montpensier
eût été un événement sans importance; que, quant aux enfants nés de
ce mariage, ils ne pourraient élever de prétentions à la couronne
qu'en vertu du droit paternel ou maternel; que le droit paternel ne
saurait exister, le chef de la branche d'Orléans y ayant renoncé pour
lui et ses descendants; que le droit maternel ne saurait exister
aux yeux des puissances qui n'avaient pas reconnu le testament
de Ferdinand VII, maintenaient la validité de la Pragmatique de
Philippe V et ne reconnaissaient pas par conséquent les droits de
l'Infante[430]». Cette réponse n'était pas pour satisfaire lord
Palmerston; il ne pouvait s'armer contre nous d'un avis qui tendait à
contester le droit de la reine Isabelle elle-même. Ce qu'il lui eût
fallu, ce n'était pas une déclaration d'incapacité générale fondée
sur l'exclusion de toute succession féminine, mais une déclaration
d'incapacité spéciale fondée, sur le mariage de l'Infante avec le
duc de Montpensier. Sur le moment, le gouvernement français ne
connut ni la note de lord Palmerston, ni la réponse du cabinet de
Vienne. Mais, dans la seconde moitié de février, M. de Metternich,
voulant nous donner «une marque de sa confiance» et un gage de ses
bonnes dispositions, se décida à nous communiquer, «sous le sceau du
secret», les notes échangées; il eut soin de faire ressortir que, par
sa réponse, il avait refusé de se placer sur le terrain où l'appelait
lord Palmerston, qu'il avait «pris position _à côté_ de la question
irritante», et il se dit résolu à «maintenir cette attitude[431]».
Notre gouvernement n'en demandait pas davantage.

[Note 430: J'ai trouvé ce résumé de la note anglaise et de la note
autrichienne dans une lettre particulière de M. de Flahault à M.
Guizot, en date du 19 février 1847. M. de Flahault tenait ces
renseignements de M. de Metternich. (_Documents inédits._)]

[Note 431: Lettre de M. de Flahault à M. Guizot, du 19 février
1847. (_Documents inédits._) Voir aussi deux dépêches de M. de
Metternich au comte Apponyi, du 25 février 1847. (_Mémoires de M. de
Metternich_, t. VII, p. 383 à 388.)]

Lord Ponsonby, cependant, n'abandonnait pas la partie. Sa fiévreuse
activité tenait sans cesse en éveil la diplomatie française, et
celle-ci se demandait parfois s'il ne parviendrait pas à faire
tomber M. de Metternich dans quelque piège. Un jour, par exemple,
vers la fin de février, il vint dire au chancelier: «Auriez-vous
objection à répondre par oui ou par non à la question suivante?»
Et alors, tirant de sa poche un petit papier, il commença à lire:
«Voulez-vous concourir à la déclaration...» Ici, le prince l'arrêta
et lui demanda: «Qu'entendez-vous par _déclaration_? Est-ce une
déclaration faite en commun ou que chacun fera de son côté?»--«Vous
avez raison, répliqua Ponsonby; effaçons _déclaration_ et mettons
_opinion_. Partagez-vous l'opinion que les descendants du duc de
Montpensier et de l'Infante n'ont pas de droits à hériter de la
couronne d'Espagne?»--«Oui», répondit le chancelier[432]. On voit
tout de suite quelle avait été la manoeuvre de l'ambassadeur,
en demandant qu'il fût répondu par oui ou par non. Si M. de
Metternich eût motivé son _oui_, on eût vu qu'il était fondé non
sur la prétendue incapacité que la diplomatie britannique faisait
résulter du mariage avec le duc de Montpensier, mais sur l'exclusion
générale de toute succession féminine; c'est ce qui avait été dit
expressément dans la note du 23 janvier. Le _oui_ non motivé prêtait
à l'équivoque. Quand M. de Metternich raconta cette conversation à
M. de Flahault, celui-ci signala, non sans émotion, le parti que la
diplomatie anglaise pouvait en tirer. Le chancelier le rassura; il
protesta, à plusieurs reprises, qu'il ne se laisserait pas jouer,
que son _oui_ ne changeait rien à l'attitude prise par lui dans la
note du 23 janvier, que, si le cabinet de Londres voulait en abuser,
il lui opposerait un démenti et renouvellerait ses déclarations
antérieures[433]. Ces assurances finirent par dissiper entièrement
les inquiétudes, un moment assez vives, de M. de Flahault. «Je
crois, écrivit-il, le 5 mars, à M. Guizot, le prince de Metternich
aujourd'hui décidé à ne pas sortir de l'attitude qu'il a prise dans
la question espagnole; mais j'ai eu quelques moments d'anxiété.» Et
dans une autre lettre, en date du 9 mars, après avoir rappelé les
rédactions plus «astucieuses» les unes que les autres, présentées
par lord Ponsonby, pour écarter la duchesse de Montpensier et ses
enfants, il ajoutait: «Il faut en convenir, il m'a fait passer par de
rudes moments[434].»

[Note 432: Lettre de M. de Flahault à M. Guizot, du 24 février 1847.
(_Documents inédits._)]

[Note 433: Lettres de M. de Flahault à M. Guizot, en date du 24
février et du 18 mars 1847. (_Documents inédits._)]

[Note 434: _Documents inédits._]

Lord Palmerston fut-il averti des dispositions de M. de Metternich?
Toujours est-il qu'il ne chercha pas à exploiter le _oui_ obtenu par
son ambassadeur. Bien au contraire, il envoya à ce dernier une lettre
où il constatait que décidément le cabinet de Vienne ne voulait
pas se réunir au gouvernement anglais dans l'affaire du mariage;
«s'il en est ainsi, ajoutait-il, non sans dépit, il faudra bien
s'en passer[435]». Quelques jours auparavant, il écrivait à lord
Normanby: «Nous devons, je suppose, regarder Metternich comme étant
passé maintenant tout à fait du côté de la France[436].» De son côté,
M. de Metternich était décidé à ne plus accepter de conversations
sur ce sujet. Il écrivait à ce propos, le 19 avril 1847, au comte
Apponyi: «Je sais tirer une ligne entre les questions qui, pour
nous, sont tranchées et celles qui ne le sont pas. Lord Palmerston
voudrait nous engager dans une discussion dont nous ne voulons pas.
Nous avons clairement défini et énoncé notre attitude, et nous
entendons n'y rien changer. Lord Palmerston a dit à lord Ponsonby
_qu'avec le cabinet autrichien il n'y a rien à faire; qu'il fallait
donc s'en passer_. La question ainsi posée, ce n'est pas à nous qu'il
appartiendrait d'y revenir[437].»

[Note 435: Lettre de M. de Flahault à M. Guizot, du 4 avril 1847.
(_Documents inédits._)]

[Note 436: Lettre du 26 mars 1847. (BULWER, _The Life of Palmerston_,
t. III, p. 302.)]

[Note 437: _Mémoires de M. de Metternich_, t. VII, p. 394, 395.]

La diplomatie britannique était-elle plus heureuse à Berlin? Là,
sans doute, on continuait à être mal disposé pour la monarchie de
Juillet; le ministre des affaires étrangères, M. de Canitz, dans ses
conversations, tenait, sur la question espagnole, un langage qui,
trop souvent, était de nature à ne pas nous satisfaire; de Londres
et de Paris, MM. de Bunsen et d'Arnim pressaient plus vivement que
jamais leur gouvernement de s'unir à l'Angleterre[438]; les journaux
prussiens étaient fort aigres sur la France; mais, pas plus qu'en
octobre et en novembre, Frédéric-Guillaume IV ne se décidait à
prendre nettement parti. Il eût évidemment moins hésité à marcher
avec l'Angleterre, si l'Autriche se fût déterminée à le suivre dans
cette voie: il essaya de l'entraîner. Le 6 mars 1847, le baron de
Canitz adressa à Vienne une longue communication où il exprimait, au
nom de son maître, le désir non seulement qu'il y eût une entente
parfaite entre les deux cours allemandes, mais que cette entente fût
rendue plus manifeste aux yeux de toute l'Europe; puis, examinant,
à ce point de vue, la conduite à suivre par ces deux cours envers
les autres puissances, il se montrait partial pour l'Angleterre et
peu favorable à la France. M. de Metternich, dans sa réponse, se
proclama non moins désireux de maintenir l'accord de l'Autriche et de
la Prusse: seulement, jetant à son tour un regard sur les positions
prises par les deux puissances occidentales, il marqua sa préférence
pour la France qui lui paraissait actuellement moins engagée dans
la politique révolutionnaire: «Elle soutient, dit-il en résumé, les
principes conservateurs en Suisse, en Italie, en Espagne, et, sur ces
points, c'est avec elle que les trois puissances de l'Est peuvent
s'entendre; l'Angleterre, au contraire, cherche à y faire prévaloir
le radicalisme le plus avancé[439].»

[Note 438: M. de Metternich écrivait au comte Apponyi, le 25 février
1847: «Le mouvement que se donne le baron d'Arnim pour aider à
envenimer la situation est digne de son esprit et de son caractère.»
(_Mémoires_, t. VII, p. 327.) Causant avec M. de Flahault, M. de
Metternich traitait Bunsen d'«âme damnée de lord Palmerston». (Lettre
de M. de Flahault à M. Guizot, du 18 mars 1847. _Documents inédits._)]

[Note 439: M. de Flahault avait été informé par M. de Metternich de
l'existence de ces deux dépêches. (Lettre de M. de Flahault à M.
Guizot, du 18 mars 1847. _Documents inédits._)]

Avant même d'être informé par M. de Metternich de cette tentative du
cabinet prussien, M. Guizot, impatienté de l'hostilité sourde qui
se perpétuait à Berlin, s'était décidé à y parler plus haut et plus
ferme qu'il n'avait fait jusqu'alors. Il adressa, le 8 mars 1847,
au marquis de Dalmatie, une lettre où il appréciait sévèrement la
conduite de la Prusse et expliquait comment cette conduite obligeait
la France à se montrer «réservée et même un peu froide». «Grâce à
Dieu, disait-il, nous avons, dans notre politique extérieure, les
mains assez fortes et assez libres pour ne nous montrer bienveillants
que là où nous rencontrons de la bienveillance.» Il engageait notre
représentant à faire lire cette lettre à M. de Canitz et même au
roi Frédéric-Guillaume[440]. Le ministre prussien, intimidé par ce
langage, répondit par une apologie, en forme d'excuse, de sa conduite
passée, et par des protestations empressées de bon vouloir pour
l'avenir: il affirmait n'avoir pris aucun engagement envers lord
Palmerston et être absolument libre de reconnaître demain la duchesse
de Montpensier si elle était appelée au trône. «Non, ajouta-t-il,
nous ne faisons pas de la politique anglaise. Nous avons donné à
Londres notre avis pur et simple, parce qu'on nous le demandait;
mais, quand on nous a demandé une protestation, nous avons refusé...
Loin d'être malveillants pour la France, notre politique est
d'être avec elle en termes de bonne harmonie et d'amitié.» Et il
faisait valoir qu'en ce moment même, dans les affaires de Grèce, il
refusait de marcher avec l'Angleterre[441]. Cette humble réponse
n'était pas pour disposer notre gouvernement à tenir grand compte
du cabinet prussien. «Preuve de plus, écrivait M. Guizot, qu'il
convient de parler ferme à Berlin et même un peu haut, et que cette
attitude y fait plus d'effet que la douceur[442].» En tout cas, il
était désormais certain que Frédéric-Guillaume, retenu par l'Autriche
et intimidé par la France, n'oserait pas prendre ouvertement parti
pour l'Angleterre. Aussi, M. de Metternich, dans cette dépêche déjà
citée, du 19 avril, où il déclarait, pour son compte, ne plus vouloir
entendre parler des propositions de lord Palmerston sur les affaires
espagnoles, ajoutait: «J'ai la conviction que ce sentiment prédomine
aujourd'hui également, à Berlin, sur un moment d'entraînement dont il
faut regarder M. de Bunsen comme ayant été le point de départ et la
cheville ouvrière[443].»

[Note 440: Lettre de M. Guizot au marquis de Dalmatie, en date du 8
mars 1847. (_Documents inédits._)]

[Note 441: Lettre du marquis de Dalmatie à M. Guizot, en date du 19
mars 1847. (_Documents inédits._)]

[Note 442: Lettre de M. Guizot au marquis de Dalmatie, en date du 31
mars 1847. (_Documents inédits._)]

[Note 443: _Mémoires de M. de Metternich_, t. VII, p. 395.]

Quant à la Russie, le cabinet français pouvait être plus tranquille
encore: elle persistait, en dépit des instances de lord Palmerston,
dans son attitude de réserve, attentive à régler sa conduite d'après
celle de l'Autriche. Bien plus, on eût dit qu'elle cherchait
alors à nous être agréable. Au commencement de 1847, par suite de
circonstances qui seront exposées ailleurs, une crise financière et
monétaire assez aiguë sévissait à Paris, et la Banque de France avait
vu sa réserve métallique baisser dans des proportions alarmantes. On
cherchait, sans les trouver toujours, les moyens de remédier à cette
baisse, quand, le 17 mars, l'empereur de Russie fit spontanément
offrir à la Banque, par l'intermédiaire du ministre des affaires
étrangères, d'acheter, au cours moyen de la Bourse du 11 mars, soit à
115 fr. 75, des inscriptions de rente 5 pour 100 pour un capital de
50 millions payables en numéraire. La proposition fut acceptée avec
empressement. Tenue secrète jusqu'au dernier moment, la convention
fit grand bruit quand elle fut connue. L'effet matériel et moral
fut considérable et contribua beaucoup à améliorer la situation
financière de la place de Paris. Sans doute, en agissant ainsi, le
Czar faisait une bonne affaire; il devait bénéficier de la hausse
qu'il contribuait à produire, et de plus la Russie était assurée de
retrouver prochainement, par ses exportations de grains, le numéraire
qu'elle versait à notre Banque. Mais cette opération n'en rendait
pas moins un service signalé à la France, et témoignait d'une grande
confiance dans son crédit. Or, quelque temps auparavant, l'empereur
Nicolas se fût systématiquement refusé à lui rendre ce service
et à lui montrer cette confiance. Il semblait qu'il y eût là une
disposition nouvelle. Les autres cours en furent très surprises.
M. de Metternich ne voulut pas tout d'abord y croire[444]. C'était
surtout pour les cabinets anglais et prussien que cet incident
renfermait une leçon. Notre gouvernement ne manqua pas de la mettre
en lumière. M. Guizot écrivait à ce propos, le 20 mars, au marquis
de Dalmatie: «Il y a de la coquetterie dans l'air, en Europe, et
nous avons quelque droit de dire qu'on en fait envers nous plus que
nous n'en faisons nous-mêmes... Il est bon qu'on voie, à Berlin et
à Londres spécialement, que nous n'avons pas besoin de nous remuer
ni de parler beaucoup, pour qu'on ait envie, ailleurs, d'être bien
avec nous et pour qu'on nous le montre[445].» Quelques jours après,
M. Désages, dans une lettre à M. de Jarnac, notre chargé d'affaires
à Londres, donnait à entendre que si lord Palmerston continuait à
creuser l'abîme entre la France et l'Angleterre, cela pourrait bien
nous amener à nous rapprocher de la Russie; il indiquait que celle-ci
nous faisait, depuis quelque temps, certaines avances. «On compte
trop autour de nous, ajoutait-il, sur la puissance et la durée des
antipathies dans les régions supérieures. Ce qui était absolument
vrai, sous ce rapport, il y a quinze, ou dix, ou même encore cinq
ans, est déjà moins vrai, moins pratiquement vrai aujourd'hui, si
je puis ainsi parler. Le temps marche et modifie plus ou moins
toutes choses en marchant. Dites-moi si l'Europe est aujourd'hui
ce qu'elle était hier. Bien habile, à coup sûr, serait celui qui
pourrait dire ce qu'elle serait demain[446].» Quoi qu'il en fût des
perspectives que faisait entrevoir M. Désages, il était du moins
tout à fait acquis qu'à Saint-Pétersbourg, comme à Vienne et même à
Berlin, on refusait à lord Palmerston le concours qu'il demandait.
La campagne diplomatique que celui-ci venait de poursuivre, avec
tant d'obstination, pour réunir de nouveau l'Europe contre la France
isolée, cette campagne avait définitivement échoué: il n'en devait
plus être question.

[Note 444: Lettre de M. de Flahault à M. Guizot, avril 1847.
(_Documents inédits._)]

[Note 445: _Documents inédits._]

[Note 446: _Ibid._]


IX

L'affaire des mariages espagnols n'a été pour lord Palmerston qu'une
suite de déceptions et de mortifications. Au début, en prenant le
pouvoir, il veut réagir contre les prétendues défaillances de lord
Aberdeen et cherche, par des menées souterraines, à faire prévaloir
à Madrid une solution contraire à la nôtre; au bout de quelques
semaines, il est surpris par la nouvelle de l'accord conclu entre
la France et la cour d'Espagne. Ce premier échec subi, il se flatte
de provoquer assez de troubles, de produire assez d'intimidation,
de susciter assez de difficultés pour empêcher ou tout au moins
retarder le mariage de l'Infante; mais les deux mariages sont
célébrés tranquillement au jour fixé. Dès lors, il aspire à se
venger, d'une part, en obligeant Louis-Philippe et le parlement
français à sacrifier M. Guizot; d'autre part, en décidant les autres
puissances à s'unir à lui contre la France; toujours même insuccès.
Ni Louis-Philippe ni le parlement français ne se laissent effrayer ou
égarer; des débats qui s'engagent, M. Guizot sort plus fort qu'il n'a
jamais été; sa majorité est nombreuse, compacte, pleine d'entrain,
fière de la figure que fait son chef. Quant aux autres puissances,
elles refusent avec persistance de s'associer à la politique
britannique, et témoignent de la confiance que leur inspire le
cabinet de Paris, du désir qu'elles ont de s'entendre avec lui; c'est
le ministre anglais qui leur devient suspect et l'Angleterre qui
est menacée de se trouver isolée. L'impression générale du moment,
au dedans et au dehors, aussi bien chez ceux qui s'en félicitent
que chez ceux qui s'en attristent, est donc que, dans cette grande
partie, lord Palmerston a tout le temps mal joué et qu'il a perdu;
que M. Guizot, au contraire, a bien joué et qu'il a gagné. La France
paraissait avoir pris, contre l'Angleterre, sa revanche de 1840. À
considérer les choses du point de vue de l'histoire, cette impression
se confirme-t-elle? Quel jugement convient-il de porter aujourd'hui
sur la politique suivie par Louis-Philippe et M. Guizot, dans
l'affaire des mariages espagnols?

D'abord, il est une première question qui peut être considérée comme
résolue, celle de la loyauté. L'accusation de tromperie préméditée et
ambitieuse, portée contre le gouvernement du Roi, ne tient pas debout
devant les faits tels qu'ils sont maintenant connus. Il ne peut plus
être nié que les promesses faites à Eu, relativement à l'époque du
mariage de l'Infante, nous obligeaient seulement dans la mesure où
le cabinet de Londres resterait lui-même fidèle aux engagements qui
étaient la contre-partie des nôtres; que cet accord synallagmatique,
maintenu pendant le ministère de lord Aberdeen, a été rompu par lord
Palmerston aussitôt son avènement, et que notre liberté nous a été
ainsi rendue; il est manifeste également que, loin d'avoir désiré
reprendre cette liberté, nous nous en sommes servis à contre-coeur, à
la dernière extrémité, quand l'Espagne nous y a contraints et quand
nous n'avons plus vu d'autre moyen d'empêcher le succès des menées
britanniques. Notre droit était donc incontestable. Il est seulement
à regretter qu'en en faisant usage, le gouvernement français n'ait
pas mieux prévenu la méprise qui a fait douter sincèrement de sa
bonne foi, à beaucoup d'esprits en Angleterre, particulièrement à la
reine Victoria. Cela ne met plus en cause sa loyauté, mais cela peut,
dans une certaine mesure, mettre en doute son habileté.

Cette habileté, du reste, a été contestée d'une façon beaucoup plus
générale. À entendre les critiques, toute notre politique, en cette
affaire, aurait reposé sur une grosse erreur; en attachant autant
d'importance à la question de savoir qui épouserait la reine Isabelle
et sa soeur, le gouvernement français aurait méconnu deux grands
changements survenus depuis le dix-huitième siècle: il aurait oublié,
d'abord, que l'Espagne affaiblie était désormais incapable de jouer
un rôle en Europe et d'être pour nous une alliée vraiment secourable;
ensuite, qu'avec le développement et la prépondérance du sentiment
national dans les États modernes, les parentés royales ne pouvaient
plus avoir la même influence qu'autrefois sur la direction de la
politique. Ne semble-t-il pas, en effet, que les événements aient
donné presque aussitôt une leçon,--leçon d'une ironie tragique,--à
ceux qui croyaient d'un intérêt si capital d'unir par un nouveau
mariage les Bourbons d'Espagne et ceux de France? Dix-huit mois
après la célébration de ce mariage, les Bourbons n'étaient plus sur
le trône de France, et ils n'y sont pas encore remontés. Au bout de
quelques années, ils étaient aussi chassés de Madrid; ils y sont
revenus depuis, mais, par un étrange hasard, leur restauration s'est
trouvée aboutir à la régence d'une archiduchesse d'Autriche. On ne
reproche pas seulement aux mariages espagnols d'avoir été sans profit
pour la France, on leur reproche d'avoir eu des suites fâcheuses; on
soutient qu'ils ont faussé, bouleversé notre politique extérieure,
en brisant l'entente cordiale avec l'Angleterre, en nous exposant
à l'animosité implacable de lord Palmerston, en nous mettant à la
discrétion des cours continentales, et cela à un moment où l'Europe
allait se trouver aux prises avec les problèmes les plus difficiles
et les plus dangereux. Bien plus, en voyant la catastrophe de Février
suivre de si près les mariages, on prétend établir entre les deux
faits quelque chose comme une relation d'effet à cause; il a été,
pendant quelque temps, de langage courant outre-Manche, de montrer
dans la chute de Louis-Philippe la conséquence fatale et le châtiment
mérité de sa conduite en Espagne[447].

[Note 447: Le baron de Stockmar, le conseiller de la reine Victoria
et du prince Albert, a développé cette thèse dans ses _Mémoires_.]

Que faut-il penser de ces critiques? Il est possible que, par
fidélité à certaines traditions et sous l'empire de certains
souvenirs, le gouvernement français se soit un peu exagéré l'avantage
qu'il y avait pour lui à ce que le mari de la Reine et celui de
sa soeur fussent choisis dans telle famille. M. Guizot lui-même
a avoué plus tard, à ce sujet, «qu'il s'était surpris parfois en
flagrant délit d'anachronisme, et mettant à certaines choses, soit
pour les désirer, soit pour les craindre, une importance qu'elles
n'avaient plus[448]». Toutefois, ce serait une grosse erreur de ne
voir dans la conduite suivie alors par le gouvernement français
que cette préoccupation matrimoniale. Au fond de sa politique,
il y avait une idée beaucoup plus large, qui, celle-là, était
conforme aux intérêts permanents du pays et que n'avaient nullement
affaiblie les transformations survenues depuis la guerre de la
succession d'Autriche et le Pacte de famille: c'était l'idée que
l'Espagne devait, pour notre sécurité européenne, être notre alliée
et un peu notre cliente, que surtout elle ne pouvait, sans péril
pour nous, être soumise à l'influence de nos ennemis ou de nos
rivaux. Or, n'était-il pas évident que lord Palmerston prétendait
éloigner l'Espagne de la France et la faire passer dans l'orbite
de l'Angleterre? Par l'effet des circonstances, la question
matrimoniale se trouvait être celle où devait se décider ce conflit
d'influences. La France n'eût pu y avoir le dessous, sans que sa
situation dans la Péninsule et même en Europe ne fût atteinte. Ainsi
arrive-t-il souvent, dans la politique extérieure, que certaines
affaires prennent une importance en quelque sorte symbolique,
supérieure à leur importance intrinsèque et réelle. Ajoutons que
l'attention des chancelleries et du public avait été trop appelée
sur les négociations préalables pour que l'amour-propre national ne
fût pas vivement intéressé à leur issue. Qu'on se demande quel cri
se fût élevé en France, si notre gouvernement, moins vigilant et
moins hardi, eût laissé les desseins de lord Palmerston s'accomplir
à Madrid. Sans doute, habitués que nous sommes maintenant à des
luttes où l'existence même de la nation est en jeu, nous comprenons
difficilement l'intérêt qu'on a pu attacher autrefois à des questions
où il ne s'agissait que d'une mesure d'influence. Mais après tout, la
comparaison, si on voulait l'établir, ne serait pas à l'avantage de
l'époque actuelle; nous n'avons sujet ni de nous féliciter ni de nous
enorgueillir du changement qui s'est fait. Tout ce qui vient d'être
dit ne répond-il pas aussi à ceux qui arguent de ce que la révolution
de Février aurait diminué ou annulé après coup les avantages attendus
des mariages espagnols? Bien que Louis-Philippe ne fût plus sur le
trône, il n'importait pas moins à la France de ne pas rencontrer à
Madrid une influence hostile. D'ailleurs, fût-il prouvé que, sur
ce point, comme sur tant d'autres, la catastrophe de 1848 avait
stérilisé la politique suivie jusqu'alors par la monarchie, le mérite
de cette politique n'en saurait être diminué, et ses entreprises n'en
devraient pas moins être jugées en elles-mêmes, indépendamment de
l'accident brutal et inopiné qui est venu les interrompre.

[Note 448: M. GUIZOT, _Robert Peel_, p. 308.]

Le gouvernement n'avait donc pas eu tort de croire qu'il était de
l'intérêt de la France de ne pas se laisser battre à Madrid par
lord Palmerston. Est-il vrai maintenant que la victoire de notre
diplomatie ait eu pour le pays des conséquences plus fâcheuses encore
que n'aurait eu sa défaite? Parmi ces prétendues conséquences, il en
est une qui peut tout d'abord être écartée sans grande discussion.
Que veulent dire les Anglais, quand ils affirment que Louis-Philippe
est tombé pour avoir fait les mariages espagnols? Veulent-ils dire
que, pour se venger d'un mécompte diplomatique, ils ont eux-mêmes
poussé et aidé les partis révolutionnaires à jeter bas la monarchie
de Juillet? S'il en était ainsi, on ne comprendrait pas qu'ils s'en
vantassent. Quant à un autre lien entre les deux événements, on ne
voit pas quel il pourrait être, à moins que le seul fait de s'être
mis en travers des desseins de l'Angleterre ne soit un de ces crimes
que la Providence se charge de châtier sans retard et qui attirent
la foudre sur la tête des rois. En somme, les écrivains anglais
ont abusé d'un simple rapprochement chronologique. Par contre,
je ne conteste pas que les mariages espagnols aient gravement
changé les conditions de notre politique extérieure. Ils ont amené
une rupture avec l'Angleterre, et une rupture plus profonde que
notre gouvernement ne s'y attendait. Cela sans doute est fâcheux.
Mais ajoutons tout de suite que si la diplomatie britannique fût
arrivée à ses fins, la France, humiliée, irritée, aurait elle-même
provoqué cette rupture; la situation eût été semblable, sauf que
nous aurions eu en plus la mortification d'un échec. En réalité, du
jour où lord Palmerston était revenu au pouvoir, l'entente cordiale
était condamnée à mort. À défaut de ce conflit, il s'en fût élevé
un autre. Si regrettable donc que l'on juge le refroidissement
survenu entre les deux puissances occidentales, il faut y voir un
accident que notre gouvernement n'eût probablement pas pu éviter et
dont les mariages espagnols ont été l'occasion plutôt que la cause.
D'ailleurs, sans méconnaître les inconvénients de ce refroidissement,
il convient de ne pas les exagérer. La France n'était plus réduite
à cette alternative qui avait été si longtemps pour elle la
conséquence de 1830, ou maintenir à tout prix l'alliance anglaise,
ou se trouver seule contre quatre. Les puissances continentales,
l'Autriche surtout, avaient pris confiance en nous et sentaient le
besoin de notre concours. Nous avions retrouvé le libre choix de nos
alliances. Séparés de l'Angleterre, nous ne manquions pas d'amis qui
s'offraient à nous, prêts à nous payer le prix de notre concours,
peut-être même à nous le payer plus cher que ne l'auraient fait nos
voisins d'outre-Manche. C'était pour nous le point de départ d'une
politique nouvelle. Que cette politique dût avoir ses difficultés et
ses dangers, je ne le nie pas; quelle politique en eût été exempte,
en face des questions soulevées en 1847? En tout cas, elle avait sa
grandeur et pouvait avoir ses profits. On la verra se développer,
incomplètement, il est vrai, car elle devait être brusquement et
malheureusement interrompue par la révolution de Février. Mais, dès
aujourd'hui, on peut affirmer, ce me semble, que si les mariages
espagnols ont changé le rôle de la France en Europe, ils ne l'ont pas
diminué.



CHAPITRE VII

LES DERNIÈRES ANNÉES DU GOUVERNEMENT DU MARÉCHAL BUGEAUD EN ALGÉRIE.

(1844-1847.)

     I. Grande situation du maréchal Bugeaud après la bataille
     d'Isly. Ovations qui lui sont faites en France.--II.
     L'insurrection de Bou-Maza. Le colonel Pélissier fait enfumer
     des Arabes. Incursions d'Abd el-Kader dans le Sud. Expédition
     en Kabylie.--III. Idées de Bugeaud sur le gouvernement civil
     de la colonie. Pour lui, «l'armée est tout». Ordonnance du
     15 avril 1845 sur l'administration de l'Algérie.--IV. Le
     problème de la colonisation. La crise de 1839. La colonisation
     administrative. Villages créés autour d'Alger.--V. La Trappe
     de Staouëli. Bugeaud et les Jésuites. Les premiers évêques
     d'Alger.--VI. Bugeaud et la colonisation militaire. Ce système
     est très critiqué. Le maréchal cherche, sans succès, à entraîner
     le gouvernement.--VII. Bugeaud, mécontent, parle de donner sa
     démission. Son voyage en France et son entrevue avec le maréchal
     Soult.--VIII. L'insurrection éclate en septembre 1845. Massacre
     de Sidi-Brahim. Capitulation d'Aïn-Temouchent. Bugeaud revient
     aussitôt en Algérie. Sa lettre au préfet de la Dordogne.--IX.
     Nombreuses colonnes mises en mouvement pour guetter et
     poursuivre Abd el-Kader. L'émir, insaisissable, fait une
     incursion dans l'Ouarensenis. Son irruption sur le bas Isser. La
     Métidja est en péril. Sang-froid de Bugeaud. Abd el-Kader battu
     par le général Gentil et rejeté dans le Sud.--X. Le maréchal
     fait poursuivre l'émir dans le désert. Il eût désiré porter la
     guerre sur le territoire marocain, mais le gouvernement l'en
     empêche. Massacre des prisonniers français dans la deïra. Abd
     el-Kader, à bout de forces, est réduit, après sept mois de
     campagne, à rentrer au Maroc.--XI. Bugeaud supporte impatiemment
     les critiques qui lui viennent de France. Discussion à la
     Chambre, en juin 1845. Le maréchal parle de nouveau de donner
     sa démission.--XII. Le gouvernement promet à Bugeaud de
     proposer un essai de colonisation militaire. Délivrance des
     prisonniers français survivants. Soumission de Bou-Maza.--XIII.
     Efforts infructueux de Bugeaud pour convertir l'opinion à la
     colonisation militaire. Voyage de M. de Tocqueville et de
     quelques députés en Algérie. La Moricière propose, sur la
     colonisation, un système opposé à celui du maréchal.--XIV.
     Projet déposé par le gouvernement pour un essai de colonisation
     militaire. Il y est fait mauvais accueil. Bugeaud, qui s'en
     aperçoit, conduit une dernière expédition en Kabylie et donne
     sa démission. Son départ d'Alger. Le gouvernement accepte la
     démission du maréchal et retire le projet de colonisation
     militaire.


I

La victoire d'Isly (14 août 1844) avait encore grandi la situation
du maréchal Bugeaud[449]. Tandis que le Roi lui conférait le titre
de duc, les témoignages spontanés de la gratitude et de l'admiration
nationales lui venaient de toutes parts. «Jamais, écrivait-il à un
de ses amis, ivresse de la victoire n'a été plus prolongée que la
mienne: il y a bien quarante jours que j'emploie le tiers de mon
temps à répondre ou à faire répondre aux lettres de félicitations
qui m'arrivent[450].» Le 21 septembre 1844, quelques jours après
la rentrée du gouverneur à Alger, les chefs des tribus arabes du
voisinage vinrent, en grand appareil et accompagnés d'une brillante
escorte, rendre solennellement hommage au vainqueur des Marocains.
Le maréchal leur adressa la parole d'un ton d'autorité paternelle
et ordonna qu'on leur racontât les détails du combat. À la fantasia
d'usage succéda un banquet; il prenait fin quand un des agas se leva:
«Arrêtez, s'écria-t-il, messeigneurs et frères. Nous sommes tous ici
membres d'une seule famille. Les Français sont chrétiens, les Arabes
de l'Algérie sont musulmans, mais Dieu est pour tous. Il nous a donné
pour sultan le roi des Français. Notre religion nous ordonne de lui
obéir, puisque le Seigneur a voulu que son bras fût plus fort que
le nôtre. Nous avons juré de le servir fidèlement et de l'honorer
comme notre sultan; je vous propose donc une prière au Très-Haut, que
vous répéterez tous avec moi.» On eut alors ce spectacle vraiment
extraordinaire des chefs arabes prenant l'attitude de la prière
pour demander à Dieu de «donner toujours la victoire au sultan des
Français et de punir ses ennemis».

[Note 449: Sur la première partie du gouvernement du maréchal
Bugeaud, voir les chapitres V et VI du livre V.]

[Note 450: Lettre à M. Gardère, du 17 octobre 1844. (_Le Maréchal
Bugeaud_, par le comte D'IDEVILLE, t. II, p. 550.)]

Tout paraissant être ainsi à la paix, le maréchal Bugeaud jugea
qu'il pouvait s'absenter pendant quelques mois. Il s'embarqua le 16
novembre 1844, laissant le commandement par intérim au général de
La Moricière. D'autres ovations l'attendaient en France. À peine
descendu de la frégate qui l'avait amené, il fut invité par les
commerçants de Marseille à un grand banquet dans la salle du théâtre;
suivant son habitude, il ne se fit pas prier pour prendre la parole.
«La conquête de l'Algérie par les armes est achevée, dit-il; la paix
est partout; depuis les frontières de Tunis jusqu'à celles du Maroc,
tout est soumis, à part quelques tribus kabyles. Partout règne la
sécurité la plus entière. Un progrès immense se fait sentir. Les
revenus de la colonie, qui n'étaient, en 1840, que de 4 millions,
s'élèvent aujourd'hui à 20 millions... La population européenne, qui
n'était, en 1840, que de 25,000 âmes, est maintenant de 75,000...
En vous parlant ainsi, je ne suis pas suspect, car, vous le savez,
dans l'origine, je n'étais pas partisan de la colonie.» L'exemple
de Marseille fut suivi par plusieurs autres villes. Le dernier
banquet, et non le moins retentissant, fut celui que le commerce de
Paris donna, le 18 mars 1845, dans le palais de la Bourse, et auquel
prirent part quatre cent cinquante convives, dont les quatre fils du
Roi. Le maréchal jouissait de sa gloire et, en même temps, tâchait de
la faire servir au triomphe de ses idées. Ainsi prononçait-il, dans
la discussion de l'adresse, le 24 janvier 1845, un grand discours où
il disait hautement, avec une sorte de brusquerie humoristique, sans
s'inquiéter de heurter les préventions régnantes, tout ce qui lui
tenait le plus à coeur sur les choses algériennes,--glorification
des services rendus par l'armée et nécessité de ne pas la réduire,
réfutation des scrupules philanthropiques qui s'effarouchaient des
razzias, justification des expéditions partielles qu'il fallait
entreprendre de temps à autre, défense du régime militaire contre les
partisans du régime civil, exposé des avantages de la colonisation
par les vieux soldats. Écouté avec une curiosité attentive, le
maréchal ne fut pas contredit: le prestige de sa victoire en
imposait; mais il n'eût pas fallu en conclure que l'auditoire était
convaincu.

Pendant ce temps, l'Algérie, sous l'habile administration du général
de La Moricière, demeurait tranquille. Les quelques explosions
de fanatisme musulman, qui se produisaient de temps à autre, ne
paraissaient être que des accidents isolés. Le Maroc, encore sous
le coup de sa défaite, subissait le traité de délimitation que lui
imposait le général de La Rue, envoyé spécialement de Paris pour
suivre cette négociation. À peine arrivé en Afrique, cet officier
constatait l'effet considérable produit par les derniers succès
de nos armes; il écrivait à M. Guizot, le 22 février 1845: «Notre
situation vis-à-vis de nos tribus et des Marocains est bonne. Ils
reconnaissent notre supériorité et la puissance de nos forces
militaires. L'expulsion d'Abd el-Kader de l'Algérie, l'invincible
sultan du Maroc battu, son armée dispersée, ont frappé l'imagination
des Arabes; ils disent que Dieu est décidément pour nous, puisque
nous sommes les plus forts. Cette impression est déjà répandue
même dans les tribus les plus éloignées, à ce point qu'un marabout
vénéré du désert disait hier: «Je ne veux ni pouvoirs ni richesses;
j'ai assez de tout cela. Ce que je voudrais, ce qui ajouterait à
l'illustration de ma famille, ce serait de recevoir une lettre du
grand sultan de France, à qui Dieu donne la victoire[451].»

[Note 451: _Mémoires de M. Guizot_, t. VII, p. 180 à 182.]

Le gouverneur général rentra à Alger, dans les derniers jours de
mars 1845. L'état dans lequel il trouva la colonie ne pouvait que
confirmer l'impression agréable que lui laissaient les ovations dont
il avait été l'objet, pendant son séjour en France. Aussi l'ordre du
jour qu'il adressa, en débarquant, «aux citoyens et aux soldats de
l'Algérie», respirait-il le plus complet optimisme. «J'ai vu, dit-il,
avec une vive satisfaction, qu'en mon absence, aucune affaire n'avait
périclité. Les progrès en tout genre ont continué... Aucun fait
militaire de quelque importance n'a signalé cette période de quatre
mois... Vous apprendrez avec bonheur que notre noble entreprise n'a
pas moins de succès en France qu'en Afrique. La presque universalité
des citoyens et des hommes politiques y ont foi... Notre cause est
gagnée dans l'opinion.»


II

Le maréchal Bugeaud, cependant, ne pouvait se flatter que la période
des luttes armées fût définitivement close. À peine était-il de
retour en Afrique que, vers le milieu d'avril 1845, une insurrection
éclatait dans le Dahra, massif montagneux s'étendant du Chélif à la
mer, à l'ouest d'Alger. L'instigateur en était un jeune homme de
vingt ans, inconnu jusqu'alors, venu du Maroc avec une réputation
de saint et que les Arabes surnommaient Bou-Maza, l'homme à la
chèvre. Il se donnait comme le chérif envoyé de Dieu pour chasser
les chrétiens, le «maître de l'heure» annoncé par les prophéties. Le
meurtre de deux caïds dévoués aux Français et des surprises tentées
contre quelques troupes isolées marquèrent son entrée en campagne.
Vainement le colonel de Saint-Arnaud, qui commandait en cette région,
lui infligea-t-il des échecs, la révolte ne fut pas étouffée. Bien
au contraire, à la fin d'avril, elle avait gagné l'Ouarensenis, au
sud du Chélif. Les Arabes, enhardis, venaient même insulter les murs
d'Orléansville. Le gouverneur général se décida alors à intervenir,
et, dans les premiers jours de mai, il se porta, avec une forte
colonne, dans l'Ouarensenis; le duc de Montpensier l'accompagnait.
Son expédition se borna à des marches pénibles, contrariées par le
mauvais temps; l'ennemi se dérobait. Bou-Maza avait préféré porter
tous ses efforts contre le colonel de Saint-Arnaud, qui continuait
à agir dans le Dahra, avec une colonne moins nombreuse. Le chérif
n'y gagna rien: il fut battu à plusieurs reprises, vit détruire ses
meilleurs soldats et perdit ses drapeaux. Il finit par disparaître,
sans qu'on eût pu mettre la main sur lui. «Nous venons, écrivait
Saint-Arnaud, de chasser Bou-Maza du pays,--jusqu'à ce qu'il
revienne.»

En présence d'ennemis si difficiles à atteindre, le gouverneur
général estima qu'il ne lui restait qu'un moyen d'action efficace:
c'était de frapper très durement les tribus qui avaient pris part
à la révolte, de détruire leurs récoltes, de couper leurs arbres
fruitiers, d'enlever leur bétail et leurs chevaux, et surtout de les
contraindre ainsi à livrer leurs fusils. Ce désarmement était chose
nouvelle; jusqu'à présent, on n'avait pas cru possible de l'imposer
à des populations aussi guerrières. Le colonel de Saint-Arnaud fut
le premier à l'exécuter. «Je ruine si bien le pays des Beni-Hidja,
écrivait-il dès le 4 mai, que je les force à demander grâce, et,
ce qui ne s'est jamais vu, je les oblige à rendre leurs fusils...
Les vieux officiers d'Afrique ont peine à croire à la remise des
fusils, même en les voyant couchés devant ma tente.» Encouragé par ce
succès, le maréchal voulut, une fois Bou-Maza en fuite, généraliser
le désarmement; il chargea les colonels de Saint-Arnaud, Pélissier
et Ladmirault de l'opérer sur les deux rives du Chélif. Plus de
sept mille fusils propres au service furent ainsi recueillis. Ordre
fut donné de les employer, en les dénaturant le moins possible, aux
constructions de l'arsenal d'Alger et des divers établissements
militaires: on devait en faire des rampes d'escalier, des grilles,
des balcons. «Ils serviront ainsi, écrivait le maréchal, de monument
pour constater le désarmement. Les commandants militaires qui
succéderont à ceux d'aujourd'hui y trouveront la preuve permanente
de la possibilité de cette mesure qui, selon nous, doit être
rigoureusement appliquée à toute tribu qui se révoltera[452].»

[Note 452: _Moniteur algérien_ du 25 juillet 1845.]

Ce désarmement fut marqué, le 19 juin, par un incident tragique. Une
partie des Ouled-Rhia, contre lesquels agissait le colonel Pélissier,
s'étaient réfugiés dans des grottes profondes. Mis en demeure de se
soumettre et de livrer leurs armes, avec promesse qu'à ce prix leurs
personnes et leurs propriétés seraient respectées, ils répondirent
par des coups de fusil. Impossible de les prendre de force ni de les
réduire par la famine; ils avaient des vivres et de l'eau. Le colonel
menaça alors de les «chauffer», c'est-à-dire d'allumer de grands feux
à l'entrée des cavernes; ce moyen avait été déjà employé, l'année
précédente, dans une circonstance analogue, par le colonel Cavaignac,
et il avait contraint les Arabes à capituler. La menace, renouvelée à
plusieurs reprises, fut sans effet: les Arabes continuaient à tirer
sur tous ceux qui se montraient. De délai en délai, la nuit arriva.
Des fascines furent amoncelées et allumées. Vers une heure du matin,
le colonel, estimant en avoir fait assez pour vaincre la résistance,
fit éteindre le feu et envoya reconnaître l'ouverture des grottes. La
fumée en sortait si épaisse et si âcre qu'il fut d'abord impossible
d'y pénétrer. Bientôt, on vit sortir de là quelques malheureux à
demi brûlés et asphyxiés. Quand on put enfin pénétrer, on reconnut
avec stupeur que la flamme, attirée par un fort courant d'air, avait
produit un ravage dépassant toutes les prévisions: plus de cinq
cents cadavres d'hommes, de femmes, d'enfants, gisaient au fond des
cavernes; cent cinquante Arabes environ purent seuls être sauvés. «Ce
sont là, écrivait le colonel Pélissier à la fin de son rapport, ce
sont là de ces opérations que l'on entreprend quand on y est forcé,
mais que l'on prie Dieu de n'avoir à recommencer jamais.»

Aussitôt connu en France, cet événement y souleva une douloureuse
émotion que les journaux opposants exploitèrent violemment. Le prince
de la Moskowa porta la question à la tribune de la Chambre des pairs,
dans la séance du 11 juillet. Le maréchal Soult, intimidé par le
tapage de la presse, ne sut pas parler en homme de gouvernement et
en chef d'armée: il fit une réponse embarrassée, blâmant le colonel
Pélissier, sans cependant satisfaire ceux qui l'attaquaient. Le
maréchal Bugeaud n'eut pas de ces timidités; couvrant hardiment
son subordonné, il fit publier, le 15 juillet, dans le _Moniteur
algérien_, un article qui le justifiait, et adressa, le 18, la
lettre suivante au ministre de la guerre: «Je regrette, Monsieur
le maréchal, que vous ayez cru devoir blâmer, sans correctif
aucun, la conduite de M. le colonel Pélissier. Je prends sur moi
la responsabilité de son acte. Si le gouvernement juge qu'il y a
justice à faire, c'est sur moi qu'elle doit être faite. J'avais
ordonné au colonel Pélissier, avant de nous séparer à Orléansville,
d'employer ce moyen à la dernière extrémité. Et, en effet, il ne
s'en est servi qu'après avoir épuisé toutes les ressources de la
conciliation. C'est à bon droit que je puis appeler déplorables,
bien que le principe en soit louable, les interpellations de la
séance du 11; elles produiront sur l'armée un bien pénible effet,
qui ne peut que s'aggraver par les déclamations furibondes de la
presse. Avant d'administrer, de civiliser, de coloniser, il faut que
les populations aient accepté notre loi. Mille exemples ont prouvé
qu'elles ne l'acceptent que par la force, et celle-ci même est
impuissante si elle n'atteint pas les personnes et les intérêts. Par
une rigoureuse philanthropie, on éterniserait la guerre d'Afrique en
même temps que l'esprit de révolte, et alors on n'atteindrait même
pas le but de philanthropie.»

La révolte suscitée par Bou-Maza était la plus importante, non la
seule. D'autres furent tentées sur divers points, notamment sur les
confins des provinces d'Alger et de Constantine; mais nos troupes les
réprimèrent promptement.

Cette agitation n'échappait pas à Abd el-Kader, qui était toujours
établi, avec sa deïra, sur le territoire marocain, à peu de distance
de la frontière française. On se rappelle que, par le traité de
Tanger, l'empereur du Maroc s'était obligé à mettre notre ennemi
hors la loi. Avait-il jamais eu la volonté sérieuse de le faire? En
tout cas, on ne fut pas long à s'apercevoir qu'il n'en aurait pas
le pouvoir. Aux premières injonctions qu'il avait fait adresser à
l'émir, celui-ci ne s'était montré nullement disposé à obéir. «Les
tribus de la frontière, écrivait alors le général de La Moricière,
celles au milieu desquelles est établie la deïra d'Abd el-Kader,
ont été si bien prêchées et fanatisées par lui, qu'elles sont
aujourd'hui plutôt à lui qu'à Mouley-Abd-er-Raman; et comme ces
tribus sont nombreuses et puissantes, qu'elles occupent un pays fort
difficile et en général fort mal soumis, je crois que l'Empereur,
alors même qu'il en aurait la ferme intention, serait fort embarrassé
pour employer des mesures coercitives contre la base d'opérations
que l'émir s'est créée dans ses États[453].» C'était bien, en
effet, une base d'opérations: argent, vivres, soldats, tout était
fourni à Abd el-Kader par les populations au milieu desquelles il
vivait. Pendant tout l'hiver, sous son influence, une fermentation
sourde avait régné sur la frontière. Au printemps, quand il apprit
l'insurrection de Bou-Maza, il crut possible d'oser davantage. À
la tête d'une troupe de cavaliers, il pénétra sur le territoire
algérien, dans cette région du Sud oranais, sorte de désert de
sable parsemé d'oasis, où nos colonnes avaient pénétré, mais où
nous n'avions pas d'établissements fixes. Passant subitement d'un
point à un autre, il rattacha à sa cause une partie des tribus, très
imparfaitement soumises, et maltraita celles qui nous demeuraient
fidèles. La prodigieuse rapidité de ses déplacements défiait toutes
les poursuites. Nos commandants se bornaient à veiller sur les
confins des grands plateaux, là où avait été créée une ligne de
postes; tous leurs efforts tendaient à empêcher l'émir de franchir
cette ligne et de pénétrer dans le Tell. Ils n'étaient rien moins
que sûrs d'y parvenir. «Je m'attends, d'un jour à l'autre, écrivait
alors le maréchal Bugeaud au général de La Moricière, à apprendre
qu'Abd el-Kader s'est montré sur l'un ou sur l'autre point du Tell,
ce que ni vous, ni moi, ni personne ne pouvons empêcher, quoique nous
soyons vingt fois plus forts qu'il ne faut pour le battre[454].» Les
mois de mai et de juin se passèrent ainsi sur le qui-vive. Enfin,
dans les derniers jours de juin, on apprit que l'émir était rentré
sur le territoire marocain, sans avoir pu ou voulu pénétrer plus au
nord. Bien que n'ayant pas eu de grands résultats apparents, cette
incursion lui rendit un peu de son prestige et de son influence. Sa
deïra devenait chaque jour plus nombreuse et plus prospère; elle ne
comptait pas moins de deux mille tentes. On évaluait à trente ou
quarante mille les émigrés algériens qu'il attirait au Maroc[455].
Il y avait là, pour l'avenir, une menace qui n'échappait pas au
maréchal Bugeaud. «Abd el-Kader prépare un retour, c'est évident,
écrivait-il, et le Maroc le laisse faire. Il y a là un danger
permanent[456].»

[Note 453: Lettre au général Bourjolly, citée par M. C. Rousset. (_La
Conquête de l'Algérie_, t. II, p. 29.)]

[Note 454: Lettre du 22 mai 1845. (_Ibid._, p. 27.)]

[Note 455: C'est le chiffre donné par le maréchal Bugeaud, dans une
lettre à la duchesse d'Isly, en date du 8 août 1845. (D'IDEVILLE, t.
III, p. 32.)]

[Note 456: Même lettre.]

Tout en regardant, avec cette attention anxieuse, le nuage qui
grossissait sur la frontière de l'Ouest, le maréchal Bugeaud ne
perdait pas de vue les autres parties de l'Algérie. Ainsi fut-il
conduit, en juillet, à clore ses opérations militaires par une
expédition contre la Kabylie, où les émissaires d'Abd el-Kader
étaient parvenus à fomenter quelque agitation. Il songeait depuis
longtemps à agir de ce côté, et avait même projeté une expédition
beaucoup plus considérable que celle à laquelle il dut se borner.
Le massif montagneux de la grande Kabylie, d'accès difficile,
habité par une population nombreuse, énergique, très jalouse de son
indépendance, était la seule partie de l'ancienne régence qui ne nous
fût pas soumise; il formait, au milieu de nos possessions, entre la
province d'Alger et celle de Constantine, une sorte d'enclave longue
de quatre-vingts lieues et large de trente. Il est vrai que les
habitants de ces montagnes, si redoutables à qui venait les chercher,
n'étaient pas, de leur nature, agressifs; ils ne sortaient pas
volontiers de chez eux, et ne menaçaient pas notre domination dans
le reste de l'Algérie. Aussi, dans les cercles où notre entreprise
africaine était déjà jugée bien lourde, disait-on couramment: «Ces
gens-là ne nous attaquent pas; laissons-les tranquilles; nous avons
assez à faire ailleurs.» Telle était l'opinion qui prévalait dans
le monde parlementaire, et dont, chaque année, les commissions des
crédits se faisaient l'écho dans leurs rapports. Le maréchal Bugeaud
n'acceptait nullement cette façon de voir; elle lui paraissait un
vieux reste du détestable système de l'occupation restreinte, et
il comptait bien, un jour ou l'autre, éteindre ce dernier foyer de
l'indépendance algérienne. Dans les premières années, toutefois,
il s'était borné à quelques expéditions passagères, pour châtier
telles ou telles tribus, mordant plus ou moins avant dans les bords
du massif, mais ne pénétrant pas au coeur du pays, et surtout ne
s'y établissant pas. À la fin de 1844, Abd el-Kader chassé et le
Maroc vaincu, le moment lui parut venu de tenter davantage. Dans sa
pensée, la soumission de la Kabylie devait être la grande entreprise
de l'année suivante. Ce fut, sans doute, afin d'y habituer les
esprits qu'il toucha ce sujet dans son discours du 24 janvier 1845,
à la Chambre des députés; après y avoir rappelé l'impossibilité
de faire une «conquête à demi», et comment la «force des choses»
nous avait peu à peu amenés à «prendre tout le pays», il ajoutait:
«Nous serons donc contraints de prendre la Kabylie, non pas que
les populations soient inquiétantes, envahisseuses, hostiles; non,
elles défendent vigoureusement leur indépendance, quand on va chez
elles; elles n'attaquent pas. Mais ce territoire insoumis, au milieu
de l'Algérie obéissante, est d'un mauvais exemple pour les tribus
qui payent l'impôt et voient auprès d'elles des voisins qui ne le
payent pas. C'est un témoin vivant de notre impuissance, de notre
respect pour les gens forts, et cela diminue notre force morale.
C'est un refuge pour les mécontents de nos possessions; c'est là
qu'un lieutenant d'Abd el-Kader, Ben-Salem, s'est retiré et maintient
encore le drapeau de son maître; il pourrait sortir de là, quelque
jour, un gros embarras.» Et il concluait en répétant: «Nous serons
obligés de prendre la Kabylie un jour ou l'autre.» Sans contredire
sur le moment l'orateur, la Chambre ne se laissa pas convaincre; elle
demeurait manifestement opposée à toute opération importante contre
la Kabylie. Le ministère ne crut pas dès lors possible d'entrer dans
les vues du maréchal, et celui-ci quitta la France, en mars 1845,
sans avoir obtenu les renforts qui lui eussent été nécessaires pour
une telle entreprise. «J'ai renoncé à la grande expédition contre
les montagnes de Bougie, écrivait-il d'Alger, le 10 avril, à un de
ses amis. Le gouvernement s'en souciait peu, et ne voulait pas en
prendre la responsabilité; le public et les Chambres blâmaient. Pour
agir avec une entière prudence, il eût fallu des renforts qu'on ne
voulait pas me donner[457].» Et il ajoutait, non sans amertume, le
lendemain, dans une autre lettre: «Rassurez tous les grands généraux
et tous les grands politiques, je ne mordrai, cette année, que dans
un petit morceau du grand pâté du Djurdjura[458].» On le voit,
si le gouverneur était empêché de diriger contre la Kabylie une
attaque décisive, il ne renonçait pas entièrement à s'y montrer en
armes. Ce fut cette expédition limitée qui, retardée quelque temps
par les troubles du Duhra et du Sud oranais, s'accomplit enfin au
mois de juillet 1845. La chaleur ne permit pas de pousser loin les
opérations. Quelques tribus furent obligées de demander l'aman; mais,
au fond, rien ne fut changé à l'état de la Kabylie; elle demeurait
toujours indépendante. La grande conquête, rêvée par le maréchal,
restait toujours à faire.

[Note 457: D'IDEVILLE, _Le Maréchal Bugeaud_, t. III, p. 4.]

[Note 458: _Documents inédits._]


III

À la fin de juillet 1845, les opérations militaires étaient
terminées, et la tranquillité semblait partout rétablie. L'alerte
avait été trop courte et trop localisée pour inquiéter beaucoup
l'opinion et y effacer l'impression de confiance produite par nos
succès de 1844. Mais plus on était disposé à croire l'Algérie
soumise, plus on se préoccupait d'y voir résoudre tous les problèmes
que soulevaient l'administration et la colonisation du territoire.
On était impatient d'«utiliser» la conquête, de trouver quelque
compensation aux lourds sacrifices faits jusqu'alors, par plusieurs à
contre-coeur, sacrifices qui, depuis 1840, ne montaient pas à moins
de cent millions par an. Le maréchal Bugeaud était souvent accusé de
négliger cette partie de sa tâche et de se donner trop exclusivement
à l'oeuvre guerrière. Sensible à ce reproche, il entreprit plusieurs
fois d'y répondre publiquement. «Quelques personnes, disait-il, le 4
septembre 1845, aux notables d'Alger, auraient voulu que je restasse
habituellement au siège du gouvernement; on a été jusqu'à compter les
jours que j'ai été en expédition, et l'on m'a fait un reproche de
ce qu'ils dépassaient le temps de mon séjour à Alger. Eh bien, moi,
Messieurs, je m'en fais un titre d'honneur. Je persiste à croire de
toutes mes forces que je servais mieux les intérêts civils que si je
m'étais laissé absorber par les détails minutieux de l'administration...
Il fallait, avant tout, vous donner la sécurité. C'était le
premier de tous les besoins, la source de tous les progrès, et nous
ne pouvions la conserver qu'en portant la guerre jusqu'aux limites du
pays.»

Le gouverneur prétendait d'ailleurs que, tout en dirigeant
cette guerre, il avait beaucoup fait pour l'organisation de la
colonie. Sur cette organisation, aussi bien que sur les choses
militaires, il paraissait avoir des idées personnelles arrêtées;
suivant son habitude, il les professait très haut, d'autant plus
haut qu'elles étaient plus contredites, et il travaillait avec
ardeur à les appliquer. Déjà nous avons vu ce qu'il avait fait
pour le gouvernement des indigènes, en développant et en réglant
l'institution fort utile des bureaux arabes[459]. Il avait
certainement moins fait pour la population civile. La goûtant peu,
ce qui se comprend quand on sait ce qu'elle valait alors, il n'était
pas pressé de la voir grossir. Toutefois, les Européens débarquaient,
chaque jour plus nombreux, en Algérie, et dès lors se posait cette
question: À quel régime les soumettre? Le maréchal avait une réponse
très simple. «L'armée est tout en Afrique, disait-il; comme elle
est tout, il n'y a de possible que le pouvoir militaire[460].»
Aucune tâche, selon lui, à laquelle l'armée ne pût suffire: les
soldats exécuteraient les travaux publics et prêteraient la main,
en cas de nécessité, aux travaux privés; les officiers serviraient
d'administrateurs et de magistrats; le commandant en chef exercerait
une sorte de dictature paternelle, usant, pour le bien de tous, du
personnel et du matériel dont il disposait en maître, trouvant dans
son omnipotence les moyens de résoudre promptement et facilement tous
les problèmes. À l'appui de sa thèse, le maréchal rappelait tout ce
que l'armée avait fait jusqu'alors pour les colons; comment elle
avait ouvert les routes, desséché les marais, irrigué les plaines,
exploité les carrières, donné l'impulsion à toutes les exploitations,
aidé le colon pauvre à transporter ses matériaux, à bâtir sa maison,
à défricher son terrain. Il opposait la simplicité et l'économie de
ce régime aux lentes et coûteuses complications d'une administration
civile. Ne pouvait-il pas aussi arguer, en faveur du personnel
militaire, d'une certaine supériorité morale? Tandis que l'élite de
l'armée demandait à servir en Afrique, l'administration civile n'y
envoyait alors le plus souvent que son rebut[461]. Que les immigrants
eussent des répugnances contre ce qu'ils appelaient le «régime du
sabre», le maréchal Bugeaud ne parvenait pas à le comprendre. Il
était convaincu que tout ce qui n'était pas hargneux ou brouillon
devait être satisfait de vivre sous une autorité si protectrice et
si bienfaisante. «Les populations, disait-il à la Chambre, dans son
grand discours du 24 janvier 1845, ne craignent pas autant qu'on veut
bien le dire le régime du sabre, et les choses qui les préoccupent le
plus, ce ne sont pas les garanties civiles, les libertés municipales,
mais bien la sécurité. La certitude de conserver sa tête, celles de
sa femme et de ses enfants, les récoltes qu'on a semées, passe avant
les théories libérales[462]. Je pourrais comparer les habitants qui
vivent sous le régime civil de la côte à des enfants mal élevés, et
ceux qui sont dans l'intérieur, sous le régime militaire, à des
enfants bien élevés. Les premiers crient, pleurent, se fâchent pour
la moindre contrariété. Les seconds obéissent sans mot dire.» En
cet endroit du discours, le _Moniteur_ constate l'«hilarité» de la
Chambre. Cette verve humoristique amusait en effet les auditeurs,
mais ne les convertissait pas. Bien au contraire, en heurtant ainsi
de front les préventions, l'orateur les fortifiait plus tôt. C'était
souvent l'effet des boutades un peu intempérantes auxquelles Bugeaud
se laissait aller dans la chaleur de la contradiction. Il était
tellement plein de ses idées qu'il ne se rendait pas compte du tort
que leur faisait une exposition trop franche et trop crue.

[Note 459: Voir plus haut, t. V, chap. V, § XV.]

[Note 460: _L'Algérie: Du moyen de conserver et d'utiliser cette
conquête_ (1842).]

[Note 461: Le ministre de la guerre était obligé de reconnaître,
à la tribune, le 8 juin 1846, que trente et un employés de
l'administration civile en Algérie venaient d'être traduits devant
des conseils d'enquête comme suspects de malversations, que seize
avaient été révoqués et neuf traduits devant les tribunaux.]

[Note 462: Le maréchal revenait souvent sur cette idée. Peu après, il
disait dans une de ses nombreuses brochures: «La première de toutes
les libertés, en Afrique, c'est la sécurité, c'est l'assurance de
conserver sa tête... On peut bien sacrifier à de tels avantages
quelques-unes de ses autres libertés; et, disons-le franchement, les
masses feront sans difficulté ce sacrifice, dont elles comprendront
l'importance parce que leur esprit droit et simple n'est pas troublé
par des théories contraires. Les théoriciens demanderont pour elles,
à grands cris, des libertés dont elles ne se préoccupent pas.»]

Si peu de goût qu'il eût pour les fonctionnaires n'appartenant
pas à l'armée, le maréchal était cependant obligé de leur faire
une certaine part. Dès l'origine de l'occupation algérienne, le
gouvernement central avait institué, dans ces conditions et sous
des noms qui changèrent souvent, une administration civile, à côté
du commandement supérieur des forces militaires; c'était, dans sa
pensée, à la fois une garantie pour les colons et un moyen d'empêcher
le gouverneur général de devenir trop puissant. On avait même
tenté, un moment, d'établir à Alger une sorte de dualisme, d'après
lequel le chef de l'administration civile, à peu près indépendant
du gouverneur, eût relevé directement des ministres. Mais une telle
organisation n'était pas viable: des conflits se produisirent, à la
suite desquels l'administration civile fut de nouveau subordonnée au
commandement militaire, qui se trouva plus omnipotent que jamais. Le
rôle du gouvernement central était ainsi singulièrement effacé. Le
maréchal Valée, notamment, s'était soustrait presque complètement
à sa suprématie et à son contrôle. Le maréchal Soult, rentré au
ministère de la guerre, le 29 octobre 1840, voulut profiter du
remplacement du maréchal Valée par le général Bugeaud, pour rétablir
son autorité; mais le caractère du nouveau gouverneur ne se prêtait
guère à un rôle de subordonné: de là des heurts continuels. Par
l'effet de cette rivalité, le ministre se trouvait intéressé au
développement de l'administration civile. Tant que la guerre avait
été flagrante en Algérie, il n'avait pu être sérieusement question
de diminuer les pouvoirs du commandement militaire; mais, à la fin
de 1844 et au commencement de 1845, la conquête paraissant finie, on
jugea le moment venu de tenter quelque réforme dans ce sens. Pendant
son séjour en France, le gouverneur général apprit, non sans une
vive irritation, que, dans les bureaux du ministère de la guerre,
on avait préparé une ordonnance réorganisant toute l'administration
algérienne; elle créait notamment un directeur général des affaires
civiles, personnage considérable qui devait centraliser tous les
services et avoir la présidence du conseil d'administration avec
la signature quand le gouverneur serait en expédition. Le maréchal
Bugeaud se démena pour faire écarter ce projet et crut, un moment,
y avoir réussi: «Il paraît, écrivait-il, le 2 janvier 1845, à un
de ses amis, qu'on voulait, au ministère de la guerre, enlever
l'ordonnance sur l'Algérie sans consulter ni le cabinet ni moi...
On était convaincu, en vraies _mouches du coche_, que l'Algérie
ne pouvait vivre sans l'application de cette oeuvre si longuement
élaborée par lesdites _mouches_. À force de s'en occuper, on s'était
persuadé qu'il y avait urgence extrême, lorsqu'il n'y a pas même
utilité... Mais l'éveil a été donné à temps. Je sais que plusieurs
ministres doivent demander que ce travail de Pénélope soit revu au
conseil d'État. C'est un moyen dilatoire qui pourra bien devenir une
fin de non-recevoir[463].» Le projet ne fut pas abandonné, comme
s'en flattait le maréchal; il fut seulement atténué. Publiée le
15 avril 1845, la nouvelle ordonnance, «portant réorganisation de
l'administration générale et des provinces en Algérie», était une
transaction assez boiteuse entre les résistances du gouverneur et le
désir du ministre de développer les attributions du pouvoir civil.
Elle distinguait trois sortes de territoires: _civils_, _mixtes_
et _arabes_. Les _territoires civils_ sont «ceux sur lesquels il
existe une population civile européenne assez nombreuse pour que
tous les services publics y soient ou puissent y être complètement
organisés»; l'administration y est civile. Les _territoires mixtes_
sont «ceux sur lesquels la population civile européenne, encore peu
nombreuse, ne comporte pas une complète organisation des services
publics»; les autorités militaires y remplissent les fonctions
administratives, civiles et judiciaires. Quant aux territoires
arabes, ils sont administrés militairement, et les Européens n'y
sont admis qu'en vertu d'autorisations spéciales et personnelles.
Tout en laissant au gouverneur général des pouvoirs considérables et
prépondérants, l'ordonnance les précisait et les réglementait, avec
l'intention évidente de les limiter. À côté de lui, elle instituait
un conseil supérieur et un conseil du contentieux. Elle créait aussi
un directeur général des affaires civiles, comme le premier projet;
seulement, elle le subordonnait au gouverneur et ne lui donnait pas
le pouvoir de le remplacer en cas d'absence. En somme, le pur régime
militaire était maintenu dans les territoires mixtes et arabes, de
beaucoup les plus étendus. Quant à l'administration organisée dans
les territoires civils, elle était assez mal conçue, et le déplaisir
avec lequel le gouverneur général l'avait vu établir n'était pas fait
pour en faciliter le fonctionnement. Aussi les résultats devaient-ils
en être fort médiocres. Complication, tiraillement et impuissance,
tel était le triple caractère de cette organisation.

[Note 463: D'IDEVILLE, t. II, p. 568.]


IV

Quand on reprochait au maréchal Bugeaud de ne pas faire assez pour la
colonisation, il montrait quelle avait été, sous son gouvernement, la
progression rapide de l'immigration européenne. La population civile
de l'Algérie, qui n'était que de 25,000 âmes en 1840, s'élevait
à 96,000 en 1845. Ces chiffres semblaient une réponse décisive.
Cependant, quand on les analysait, ils n'étaient pas aussi concluants
qu'ils en avaient l'air. Presque toute cette population s'était
fixée dans les villes: la plus grande partie à Alger, devenu un
centre important d'affaires et même de spéculations assez suspectes;
une autre partie dans les villes de la côte ou de l'intérieur.
C'était chose curieuse de voir, partout où s'installaient nos
troupes, arriver aussitôt à leur suite une bande de _mercanti_, des
cabaretiers surtout, quelques ouvriers d'état, des manoeuvres, des
maraîchers, en un mot, tous ceux qui espéraient vivre de l'armée;
parmi eux, un assez grand nombre d'étrangers, notamment des Maltais
ou des Espagnols. Des villes absolument nouvelles, comme Orléansville
ou Ténès, se trouvèrent ainsi peuplées, en quelques mois,
d'habitants, à la vérité, fort mélangés: première alluvion, souvent
un peu boueuse, qui forme comme le sous-sol de toutes les colonies à
leur début. De ce côté, il n'y avait qu'à laisser faire: nul besoin
d'activer artificiellement l'immigration. Mais était-ce tout ce qu'il
fallait à l'Algérie? L'instinct public s'était promptement rendu
compte que ce dont la colonie avait le plus besoin, ce n'était pas
de trafiquants, ni même d'ouvriers d'état; nous ne pouvions utiliser
notre conquête qu'en y implantant des agriculteurs.

D'ordinaire, quand une nation entreprend une colonie de peuplement
agricole, elle le fait dans un pays où, ne rencontrant devant elle
qu'une population clairsemée, inférieure, aisément refoulable,
elle est assurée de trouver beaucoup de terres, sinon vacantes, du
moins d'une appropriation facile; tels, par exemple, le Canada et
l'Australie. Rien de pareil en Algérie. Les Arabes détenaient le sol,
et ils étaient trop nombreux, trop énergiques, pour qu'on songeât à
les supprimer ou à les déposséder; trop fiers, trop orgueilleux, trop
dressés au mépris des autres races, pour que les Européens pussent
leur en imposer par le prestige d'une civilisation supérieure. À
défaut de terres à occuper, en trouvait-on à acheter? Pour la plus
grande partie du sol, la propriété collective des tribus empêchait
les achats individuels; quant aux domaines assez rares appartenant à
des particuliers, l'incertitude des titres de propriété était faite
pour décourager tout acquéreur tant soit peu soucieux d'avoir une
possession stable et sûre. Au cas où l'on parviendrait à surmonter
ces obstacles, les terres du moins seraient-elles d'une exploitation
facile et rapidement avantageuse? L'Algérie, autrefois l'un des
greniers de Rome, avait été, depuis, stérilisée par l'occupation
arabe. Nous ne pouvions lui rendre quelque chose de son ancienne
fécondité qu'au prix d'un défrichement pénible dont il ne fallait
pas espérer recueillir les bénéfices avant plusieurs années. Si l'on
ajoute que le paysan français, par l'effet de notre organisation
sociale et économique, était moins que tout autre disposé à
émigrer, on se rendra compte que jamais colonisation ne s'était
présentée dans des conditions aussi difficiles. On ne comprendrait
même pas qu'elle eût été entreprise, si l'on ne se rappelait ce
qu'il y avait eu d'accidentel, d'imprévu dans l'origine de cette
conquête. Seul le point d'honneur, et non l'espérance d'un profit
agricole ou commercial, avait déterminé la France d'abord à aller
en Afrique, ensuite à y rester. Tout avait été peu à peu imposé par
les circonstances; rien n'avait été le résultat d'un plan prémédité.
C'était, la conquête faite, et faite, en quelque sorte, malgré
soi, qu'il avait fallu chercher les moyens de l'utiliser. Est-il
surprenant qu'on ait tâtonné et qu'on ait commencé par faire plus
d'une école?

Dans les premières années de l'occupation, le gouvernement, qui ne
savait même pas bien alors s'il garderait l'Algérie, ou du moins
ce qu'il en garderait, ne s'était pas sérieusement préoccupé d'y
installer des colons. Malgré tout, il s'était produit un certain
courant d'immigration auquel la pacification apparente, suite du
traité de la Tafna, avait imprimé quelque activité. Des colons, venus
la plupart spontanément, s'étaient établis à peu de distance d'Alger,
dans la Métidja, sur des terres qu'ils avaient acquises de Maures
qui, malheureusement, n'en étaient pas toujours bien régulièrement
propriétaires. Ce sont ces exploitations, dont quelques-unes
étaient devenues promptement assez florissantes, qu'Abd el-Kader
dévasta en 1839, quand il rouvrit soudainement les hostilités et
pénétra jusqu'aux portes d'Alger, sans que le maréchal Valée pût
l'arrêter. Dans cette année néfaste, les colons, mal protégés, ne
virent pas seulement détruire leurs fermes; leur confiance aussi fut
détruite. Les fermes auraient pu être facilement reconstruites, et
quelques-unes le furent en effet; la confiance était beaucoup plus
difficile à rétablir.

Au début du gouvernement du général Bugeaud, il n'y eut place
que pour la guerre. Mais à peine nos troupes eurent-elles un peu
refoulé Abd el-Kader et élargi le cercle des territoires soumis,
que la question de colonisation se trouva de nouveau posée. Il ne
semblait plus désormais qu'on pût attendre quelque chose d'efficace
de l'initiative privée, découragée par l'échec de sa précédente
tentative. C'était d'ailleurs l'idée alors régnante dans tous
les pouvoirs publics,--civils ou militaires, métropolitains ou
coloniaux,--qu'étant données les conditions de l'Algérie et les
moeurs du cultivateur français, l'immigration agricole serait
nulle et impuissante, si l'État ne lui tendait la main et ne se
chargeait de lever lui-même une bonne partie des difficultés. De
là le système de colonisation exclusivement administrative qui
prévalut. L'État déterminait les zones où les Européens pouvaient
s'installer sans embarras pour lui, sans péril pour eux, et les
points où il convenait de créer des villages. Il se procurait aussi
les terres qui pouvaient être livrées aux particuliers et qu'il
leur garantissait être à l'abri de toute revendication; il en
avait d'ailleurs une certaine quantité immédiatement disponible;
c'étaient celles de l'ancien domaine beylical dont il était devenu
propriétaire par l'effet de la conquête. Au lieu d'appeler pour
ces terres des acheteurs qu'il croyait introuvables ou dont il se
défiait, il les offrait en concessions gratuites, et souvent même
promettait en outre une certaine aide pour l'installation et la mise
en train de l'exploitation. Par contre, il se réservait de choisir
ceux qu'il admettrait, et leur imposait, pour assurer la mise en
valeur des terrains, des conditions fort compliquées. Jusqu'à ce que
ces conditions fussent accomplies, les concessionnaires n'étaient
que des détenteurs à titre provisoire et précaire, placés sous la
surveillance incessante et en quelque sorte sous la tutelle de
l'administration, tutelle aussi gênante à subir que lourde à exercer.

Ainsi furent créés, de 1842 à 1845, principalement aux environs
d'Alger, dans le massif du Sahel et dans la plaine de la Métidja, une
trentaine de villages. À la fin de 1844, on comptait 1,765 familles
concessionnaires, dont 133 avaient rempli les conditions imposées
et reçu leurs titres définitifs; les dépenses effectuées par ces
133 familles étaient évaluées à 1,020,940 francs. Environ 100,000
hectares avaient été distribués; la plupart, il est vrai, étaient
encore en friche. Chaque année, le nombre des demandes de concessions
augmentait: il dépassait 2,000 en 1845. Jamais on n'avait fait
autant, ni procédé si méthodiquement pour la colonisation rurale.
Mais, s'il y avait un progrès notable par rapport à ce qui avait
précédé, le résultat, en soi, était encore bien maigre. Qu'était-ce
que cette poignée de cultivateurs ou prétendus tels, comparés aux
90,000 Européens déjà établis, à cette même époque, dans Alger et
dans les autres villes de la colonie? Qu'était-ce, surtout, que
les quelques milliers d'hectares cultivés, par rapport à l'immense
territoire qu'il s'agissait de mettre en valeur? Au moins, le
peu qu'on avait fait était-il bien fait? Arrivés plein d'espoir,
d'illusion, les colons s'étaient aussitôt trouvés aux prises avec
les difficultés d'un défrichement singulièrement pénible, coûteux et
malsain. Le Sahel, notamment, où avaient été installés la plupart
des concessionnaires, était alors une lande sauvage, aride, désolée,
couverte de ces terribles palmiers nains dont l'extraction était
faite pour user tous les outils et lasser tous les courages; il
avait été laissé tout à fait inculte par les Arabes, peu soucieux du
voisinage des Turcs d'Alger. L'emplacement des nouveaux villages,
fixé par des considérations purement stratégiques, n'assurait trop
souvent au colon ni eau potable pour sauvegarder sa santé, ni routes
pour aller vendre les produits de son exploitation. Le sol de la
Métidja, plus facile et plus fertile que celui du Sahel, n'était
pas moins meurtrier quand on le remuait pour la première fois.
Combien de villages où périrent, en peu d'années, plusieurs couches
de colons! Boufarik, par exemple, aujourd'hui l'un des points les
plus sains et les plus charmants de cette plaine, était alors un
foyer de miasmes si pestilentiels qu'une sorte d'épouvante avait fini
par s'attacher à son nom. Pour surmonter tant d'obstacles, il eût
fallu chez les immigrants beaucoup d'énergie morale et de ressources
matérielles. Or, c'est précisément ce qui manquait au personnel
qu'attirait la gratuité des concessions et que ne rebutait pas la
tutelle administrative. Ce personnel était généralement pauvre,
maladroit, de nature un peu mendiante et geignante, attendant tout
de l'administration dont il se savait le pupille, s'en prenant à
elle de chacune de ses déceptions, prompt à se dégoûter d'une terre
qu'il n'avait pas payée de ses deniers, sur laquelle il n'exerçait
pas les droits et pour laquelle il n'éprouvait pas les sentiments du
propriétaire. En somme, la plupart des villages, sauf quelques-uns
par hasard mieux placés que les autres, avaient peu réussi, certains
d'entre eux offraient même un spectacle lamentable. L'abbé Landmann
écrivait, après les avoir visités, à la fin de 1844: «Je n'ai
trouvé presque partout que découragement et misère profonde[464].»
Les commissions des crédits à la Chambre des députés, volontiers
maussades pour tout ce qui regardait l'Algérie, constataient ces
échecs et s'en faisaient un grief.

[Note 464: _Mémoire sur la colonisation de l'Algérie_ (1845).]


V

Au milieu de tant d'entreprises de colonisation avortées ou tout au
moins incertaines, un fait se détache, qui est, au contraire, un
succès: c'est la fondation de la Trappe de Staouëli, renouvelant,
en plein dix-neuvième siècle, les merveilles des grands couvents
défricheurs du commencement du moyen âge[465]. L'idée première en
était venue à M. de Corcelle, en 1841, au retour d'un voyage en
Afrique, dont j'ai déjà eu occasion de parler, et qui avait été
l'origine de sa liaison avec le général Bugeaud[466]. Il avait
rapporté de ce voyage la conviction que la colonie ne pouvait
réussir qu'en devenant chrétienne et agricole. N'était-ce pas
répondre directement à ce double besoin que d'y établir des moines
qui se trouvaient être en même temps des cultivateurs? Voisin des
Trappistes, dans le département de l'Orne, M. de Corcelle les
avait vus à l'oeuvre et savait ce dont ils étaient capables. Il
exposa son projet dans un mémoire adressé au gouvernement; après y
avoir montré combien il importait de rendre l'Algérie catholique,
pour qu'elle demeurât française, il ajoutait: «Sous ce rapport,
l'introduction d'une congrégation religieuse dans les cultures de
l'Algérie serait assurément très salutaire. Les Trappistes, par
exemple, apporteraient là une expérience agricole fort précieuse
et surtout des exemples de sainteté de nature à émouvoir vivement
l'imagination des indigènes...» Si nouvelle qu'une pareille idée
fût pour le maréchal Soult, il la prit tout de suite à coeur. À tel
de ses collègues qui s'effarouchait de voir le gouvernement protéger
des congréganistes: «Ce ne sont pas des congréganistes, répondait-il,
que j'envoie à Alger, ce sont des colons de la meilleure espèce, des
colons qui ne parlent pas, mais qui agissent.» L'adhésion du ministre
de la guerre ne suffisait pas; il fallait aussi celle du gouverneur
général de l'Algérie. M. de Corcelle lui écrivit à ce sujet. «Essayez
mes Trappistes, lui disait-il; je vous supplie d'introduire cette
goutte de sainteté dans la caverne africaine.» Le général Bugeaud,
alors très engoué d'un projet de colonisation au moyen de soldats
mariés, projet sur lequel j'aurai à revenir, ne fut pas d'abord sans
prévention contre les «célibataires» qu'on lui proposait; toutefois,
il se rendit vite et promit son concours.

[Note 465: Pour tout ce qui a trait à cette fondation, je me suis
servi principalement de la _Vie de dom François Régis_, par l'abbé
BERSANGE.]

[Note 466: Voir plus haut, t. V, p. 350.]

Ainsi approuvée par les deux chefs supérieurs, à Paris et à Alger,
il semblait que la fondation ne dût plus rencontrer d'obstacles
administratifs. Mais il fallut compter avec l'indifférence
nonchalante ou même avec la malveillance tracassière des bureaux
et des sous-ordres; il fallut compter aussi avec la timidité d'un
gouvernement qui hésitait à braver les préjugés alors ravivés
contre les congrégations par les controverses sur la liberté de
l'enseignement. Le maréchal Soult lui-même, tout en persistant à
protester de sa bonne volonté personnelle, expliquait aux Trappistes
qu'il craignait, en se montrant trop favorable, «d'ameuter contre eux
les aboyeurs de la Chambre». De là des difficultés qui retardèrent
pendant longtemps la solution et firent même parfois douter qu'on pût
jamais aboutir. Cependant, le zèle de M. de Corcelle et de quelques
autres personnes qui s'intéressaient à son projet finit par obtenir
du ministre de la guerre l'ordre exprès de «terminer cette affaire,
tout obstacle cessant», et l'acte de concession fut signé le 18
juillet 1843.

Les religieux se mirent aussitôt à l'oeuvre. Les débuts furent très
durs. Staouëli était situé dans le Sahel, et l'on sait combien le
défrichement y était pénible et meurtrier. Tous les moines furent
frappés par la fièvre, sur ce champ de bataille qu'aucun d'eux ne
songea à déserter. Avant l'expiration de la première année, dix
étaient morts, dont sept en trois mois. En même temps, l'argent
manquait: pour une cause ou pour une autre, des subventions promises
soit par le gouvernement, soit par des couvents de France, firent
défaut. Plusieurs fois, on put croire qu'il faudrait interrompre les
travaux.

La jeune Trappe avait heureusement à sa tête l'homme le mieux fait
pour triompher de ces obstacles. C'était dom François Régis, nature
vaillante entre toutes, l'un de ces capitaines qui savent obtenir
de leurs soldats des prodiges d'héroïsme. Aux plus rudes moments,
quand tous les religieux et lui-même étaient brisés par la maladie,
il donnait l'exemple d'une énergie invincible: «Allons, mon frère,
disait-il à chacun de ses compagnons, un peu de coeur! C'est pour le
bon Dieu!» Si mal que les choses parussent aller, si anxieux qu'il
fût lui-même au fond, il n'admettait pas qu'on se laissât gagner
par la tristesse; il voulait qu'on «mangeât joyeusement le pain de
chaque jour». Ce n'était pas un de ces moines dont la vue se borne
aux murs de leur couvent. Bien que très vertueux et très avancé dans
la vie intérieure, il savait regarder au dehors et s'y créer des
appuis. Au premier besoin, botté et éperonné, il montait à cheval
et galopait jusqu'à Alger, ou même, dans les grands périls, il
n'hésitait pas à traverser la mer et à parcourir la France. Caractère
indépendant et fier, très franc et parfois presque brusque d'allure,
il était cependant un solliciteur incomparable; il avait le don
d'aplanir les difficultés, de gagner les bonnes grâces, de vaincre
les résistances. Tous ceux auxquels il avait ainsi affaire, depuis
les employés de bureau et les simples soldats jusqu'aux généraux et
aux ministres, étaient surpris et charmés de trouver dans ce moine
austère une parole vive, prompte aux saillies d'un accent toujours
généreux, une droiture ouverte, une belle humeur affable, une sorte
de familiarité cordiale qui laissait cependant intacts le caractère
et la dignité du religieux. Les militaires surtout étaient absolument
conquis.

Au premier rang des amis que s'était ainsi faits l'abbé de Staouëli,
il convient de nommer le maréchal Bugeaud. Rien ne subsistait
plus de ses préventions premières. «Quand vous aurez de grosses
difficultés, avait-il dit à dom François Régis, venez me trouver.»
L'abbé ne manquait pas de le faire. Qu'il fallût écarter quelque
obstacle administratif ou triompher des hésitations d'un évêque, il
trouvait toujours le gouverneur général prêt à lui venir en aide.
Mêmes sentiments chez les autres chefs militaires, par exemple chez
le général de La Moricière, plusieurs fois gouverneur par intérim.
Le duc d'Aumale témoigna aussi sa sympathie au religieux et eut
même occasion de lui donner un conseil dont la précoce maturité
le frappa vivement: c'était en novembre 1843, à un moment où tout
semblait se réunir pour faire échouer l'entreprise. Dom François
Régis avait laissé voir au duc quelque velléité de transporter au
moins partiellement ses efforts sur un terrain plus favorable.
«Sera-ce au religieux de la Trappe, répondit le jeune prince, alors
seulement âgé de vingt-deux ans, qu'il faudra prêcher la patience
et la persévérance? Vous datez d'hier, et vous voulez déjà avoir
réussi. C'est trop tôt vous décourager... Soyez ici constants,
comme vous l'êtes ailleurs; soyez-le plus qu'ailleurs, et vous
réussirez.» Ces amis de haut rang n'étaient pas les seuls que se fût
acquis le vaillant et aimable abbé; il en compta beaucoup d'autres,
plus humbles, mais non moins dévoués ni moins efficaces, parmi les
officiers de divers grades qui se trouvaient, par leurs fonctions, en
rapport avec la Trappe[467].

[Note 467: Citons entre autres le colonel Marengo, fort mêlé alors
aux entreprises de colonisation. On racontait ainsi l'origine
de son nom; le Premier consul, l'ayant remarqué à Marengo, où
il était simple soldat, l'avait fait sortir des rangs: «Comment
t'appelles-tu?--Mon général, c'est à peine si j'ose vous le dire, je
m'appelle Capon.--Tu te nommeras désormais Marengo», avait répondu
Bonaparte. Le colonel Marengo demanda aux Trappistes, auxquels il
avait montré tant de dévouement, d'être enterré dans leur cimetière.]

Ainsi secondée, la courageuse persévérance des Trappistes finit
par surmonter les obstacles devant lesquels succombaient, autour
d'eux, tant d'immigrants européens. En 1845, deux ans après leur
installation, la meurtrière bataille qu'ils livraient au sol, bien
que non complètement terminée[468], pouvait être considérée comme
d'ores et déjà gagnée. Les résultats acquis étaient considérables:
les bâtiments essentiels étaient construits, l'exploitation en
train, et une grande étendue de terrain mise en culture. Cette
transformation faisait l'étonnement des visiteurs, chaque jour plus
nombreux. Staouëli devenait l'une des principales curiosités de
l'Algérie. Le maréchal Bugeaud voulut en juger par lui-même. Le 14
août 1845, il arriva à l'improviste au monastère, visita tout en
détail, mêla quelques conseils à beaucoup d'éloges et s'en retourna
le soir, plein d'admiration pour un travail si fécond et pour une
si héroïque austérité. Peu de jours après, le _Moniteur algérien_
racontait la visite du maréchal et faisait connaître sa satisfaction.
Dans le succès des Trappistes, il y avait plus que le résultat
matériel; il y avait, pour les autres colons, un exemple instructif
et consolant, un voisinage bienfaisant, et surtout la prédication
chrétienne qui agit le plus, celle de la vertu en action. Les Arabes
n'étaient pas les derniers à en être frappés et à témoigner de leur
respect pour les nouveaux «marabouts». La «goutte de sainteté»,
demandée par M. de Corcelle, commençait à faire sentir son effet.

[Note 468: Par exemple, dans l'hiver 1846-1847, onze religieux
succombèrent en quelques mois.]

Le maréchal Bugeaud n'était pas homme à s'en effaroucher: bien au
contraire. Il comprenait de quel secours pouvait être pour son oeuvre
l'action catholique. D'autres religieux que les Trappistes eurent
aussi à se louer de lui. Les Jésuites avaient été des premiers à
suivre notre armée à Alger. L'un d'eux, le P. Brumauld, fonda, aux
portes de la ville, un orphelinat dont le gouvernement prisait très
haut les services et qu'il subventionnait. Le maréchal, cependant,
n'avait pas été, à l'origine, sans partager un peu les préjugés
alors régnant contre la Compagnie de Jésus. Un jour qu'il la
traitait assez mal en paroles, devant ses aides de camp, l'un d'eux
l'interrompit: «Nous vous avons pourtant entendu dire beaucoup de
bien du P. Brumauld.--Ah! mais, oui.--Eh bien! le P. Brumauld est
un Jésuite.--Un Jésuite, le P. Brumauld?--Assurément.» Déconcerté,
le maréchal garda un moment le silence, puis s'écria: «Fût-il le
diable, il fait le bien.» C'était un des traits de son caractère,
de ne pas fermer les yeux à la vérité. Aussi, peu après, irrité
de voir le _Journal des Débats_ s'associer à la violente campagne
alors ouverte contre les Jésuites, il lui adressa d'Alger, le 24
juin 1843, la lettre suivante: «J'ai été peiné de l'article sur les
Jésuites que j'ai lu dans votre numéro du 13 juin. Vous savez bien
que je ne suis ni Jésuite ni bigot; mais je suis humain et j'aime à
faire jouir tous mes concitoyens, quels qu'ils soient, de la somme de
liberté dont je veux jouir moi-même. Je ne puis vraiment m'expliquer
la terreur qu'inspirent les Jésuites à certains membres de nos
assemblées... Quant à moi, qui cherche, par tous les moyens, à mener
à bonne fin la mission difficile que mon pays m'a confiée, comment
prendrais-je ombrage des Jésuites, qui, jusqu'ici, ont donné de si
grandes preuves de charité et de dévouement aux pauvres émigrants
qui viennent en Algérie, croyant y trouver une terre promise, et
qui n'y rencontrent, tout d'abord, que déceptions, maladies et
souvent la mort? Eh bien! oui, ce sont les Soeurs de Saint-Joseph
et les Jésuites qui m'ont puissamment aidé à secourir ces affreuses
misères que l'administration, avec toutes les ressources dont elle
dispose, est complètement insuffisante à soulager. Les Soeurs de
Charité ont soigné les malades qui ne trouvaient plus de place dans
les hôpitaux et se sont chargées des orphelines. Les Jésuites ont
adopté les orphelins. Le P. Brumauld, leur supérieur, a acquis,
moyennant 120,000 francs, une vaste maison de campagne entourée
de 150 hectares de terre cultivable, et là, il a recueilli plus
de 130 orphelins européens qui, sous la direction de différents
professeurs, apprennent les métiers de laboureur, jardinier,
charpentier, menuisier, maçon. Il sortira de là des hommes utiles à
la colonisation, au lieu de vagabonds dangereux qu'ils eussent été.
Sans doute, les Jésuites apprendront à leurs orphelins à aimer Dieu.
Est-ce un si grand mal? Tous mes soldats, à de rares exceptions près,
croient en Dieu, et je vous affirme qu'ils ne s'en battent pas avec
moins de courage... Pour moi, gouverneur de l'Algérie, je demande
à conserver _mes_ Jésuites, parce que, je vous le répète, ils ne me
portent nullement ombrage et qu'ils concourent efficacement au succès
de ma mission. Que ceux qui veulent les chasser nous offrent donc les
moyens de remplacer les soins gratuits et la charité de ces terribles
fils de Loyola. Mais je les connais; ils déclameront et ne feront
rien que grever le budget colonial, sur lequel ils commenceront par
prélever leurs bons traitements, tandis que les Jésuites ne nous ont
rien demandé que la tolérance[469].» Six ans plus tard, au moment
de la mort du maréchal Bugeaud, le P. Brumauld l'appellera «son
plus grand bienfaiteur, son père, le grand-père bien-aimé de ses
orphelins[470]».

[Note 469: D'IDEVILLE, _Le maréchal Bugeaud_, t. III, p. 310.]

[Note 470: _Ibid._, p. 311.]

Cette attitude du maréchal contrastait heureusement avec
l'indifférence que, dans les premières années de l'occupation, les
autorités algériennes avaient témoignée pour les choses religieuses.
C'est qu'en effet, sous ce rapport, la situation s'était améliorée.
La part du culte catholique, dans le budget de la colonie,
originairement de 9,000 francs, atteignait maintenant 150,000 francs.
Grâce à la création de l'évêché d'Alger en 1838, la vie chrétienne,
nulle jusqu'alors, s'était développée. Au lieu des rares prêtres et
des trois ou quatre chapelles misérables que Mgr Dupuch avait trouvés
en Algérie, quand il avait pris possession de son siège épiscopal, on
comptait, en 1845, dans le nouveau diocèse, 91 prêtres, 60 églises
ou chapelles, un séminaire, plusieurs établissements hospitaliers
ou scolaires fondés par des congrégations, des associations de
piété et de charité. Toutefois, celui qui mesurait l'étendue des
besoins était plus frappé encore de ce qui manquait. Cent cinquante
mille francs pour le culte catholique, sur un budget total de cent
trente millions, n'était-ce pas une proportion misérable, dans un
pays où tout était à créer? Que de lieux où les immigrants et les
soldats étaient absolument sans secours religieux! Dans la plupart
des villages qu'elle avait établis, l'administration ne s'était pas
inquiétée de bâtir une église. Les visiteurs recueillaient, à ce
propos, de la bouche des colons, plus d'une plainte. «Point d'église,
point d'école! disait l'un d'eux; nous sommes comme des animaux. Si
nous avions une chapelle, une clochette, on pourrait se rappeler
comment on a été élevé[471].» L'administration ne se bornait pas à
ne pas faire; par routine tracassière et ombrageuse, elle gênait
la libre initiative du clergé. Malheureusement, le premier évêque,
Mgr Dupuch, n'avait pas autant d'esprit de conduite que de zèle, de
prudence que de générosité. Sa charité téméraire et imprévoyante le
fit tomber dans des embarras pénibles et compromettants. Aux prises
avec quatre cent mille francs de dettes qu'il ne pouvait payer, il se
vit réduit à donner sa démission, vers la fin de 1845. Il ne le fit
pas sans élever la voix contre le gouvernement, auquel il reprochait
de ne l'avoir pas soutenu et même de l'avoir entravé. Son successeur,
Mgr Pavy, eut son zèle avec plus de sagesse. Le maréchal Bugeaud le
prit tout de suite fort en gré. «Tenez, monseigneur, lui dit-il un
jour brusquement, si vous n'étiez évêque, je vous voudrais soldat!
Près de moi, sur un champ de bataille, quel bon général vous feriez!»
L'évêque allait-il visiter, dans une de ses tournées pastorales,
quelques-uns des villages créés par l'administration, le gouverneur
se hâtait de l'en remercier. «C'est ainsi, lui écrivait-il, que
l'on console et que l'on encourage les exilés de la patrie, en leur
montrant des sentiments paternels, en même temps qu'on leur offre
les secours de la religion[472].» À Paris également, il était, dans
le gouvernement, des esprits assez clairvoyants et élevés pour
comprendre combien la religion était nécessaire en Algérie, et
pour se rendre compte que, sous ce rapport, il y avait beaucoup à
réparer. «Cette année, pour la première fois, écrivait M. Guizot à M.
Rossi, le 8 mars 1846, je vais prendre à mon compte cette question
de l'Algérie, si grande et si lourde. J'attache à l'établissement
religieux beaucoup d'importance; je crois qu'il en acquerra beaucoup,
et cela me plaît personnellement de ressusciter le christianisme en
Afrique[473].»

[Note 471: Récit de M. de Bussière. (_Revue des Deux Mondes_ du 1er
novembre 1853, p. 497.)--Le général de La Moricière demandait aux
colons du Sig pourquoi leur village ne grandissait pas: «Ce qui nous
manque, lui répondit une bonne femme, c'est de ne pas entendre le son
des cloches.» (_Le général de La Moricière_, par M. KELLER, t. II, p.
30.)]

[Note 472: D'IDEVILLE, t. III, p. 308 et 309.]

[Note 473: _Documents inédits._]


VI

Staouëli montrait ce qu'avec beaucoup d'énergie et de persévérance on
pouvait faire du sol algérien. L'enseignement venait fort à propos,
en présence du découragement que tant d'autres insuccès devaient
produire. Toutefois, les conditions de cette entreprise monacale
étaient trop exceptionnelles pour qu'on y trouvât la solution,
jusqu'alors vainement cherchée, du problème de la colonisation
algérienne. Où était donc cette solution? Le maréchal Bugeaud croyait
le savoir. Il avait un système à lui qu'il jugeait le seul capable
de lever toutes les difficultés et dont il attendait des merveilles.
Convaincu que les échecs subis venaient de ce qu'on avait eu affaire
à des colons civils, «cohue désordonnée, sans force d'ensemble,
parce qu'elle était sans discipline», il voulait faire appel à la
«colonisation militaire»: application nouvelle du principe posé par
lui que «l'armée était tout en Algérie». À l'entendre, on pouvait
trouver facilement, chaque année, parmi les soldats devant encore
trois ans de service, un grand nombre d'hommes disposés à s'établir
en Afrique. Un congé leur serait accordé pour aller chercher
femme en France. L'État leur fournirait le sol, les matériaux,
les instruments, le bétail. Dans chaque village, tout devait être
possédé en commun jusqu'à l'expiration des trois ans. Embrigadés,
commandés, soumis à la discipline militaire, les hommes continuaient,
pendant ces trois ans, à faire partie de l'armée: il n'y avait de
changé que leur mode de service. Dans les saisons où la culture ne
les occuperait pas, ils seraient employés aux travaux publics. En
cas de guerre, ils se trouveraient tout organisés et encadrés pour
faire face au péril. À l'expiration des trois ans, on procéderait
à la liquidation de la communauté: l'État se ferait rembourser de
ses avances; le surplus serait divisé en autant de lots que de
copartageants, et les lots tirés au sort. Le maréchal estimait qu'en
quelques années on établirait ainsi un grand nombre de familles,
composées d'éléments énergiques et disciplinés, dont la présence
assurerait la soumission de la colonie en même temps que la culture
du sol, et permettrait de réduire de moitié l'armée d'occupation. Par
là donc, il prétendait résoudre, à la fois, le problème agricole et
le problème militaire.

Il y avait longtemps que le maréchal Bugeaud rêvait de ce mode de
colonisation. Avant de commander à Alger, en 1838, il avait fait
paraître une brochure intitulée: _De l'établissement de légions
de colons militaires dans les possessions françaises du nord de
l'Afrique, suivi d'un projet d'ordonnance adressé au gouvernement
et aux Chambres_. Une fois gouverneur général, il ne manqua pas
une occasion de revenir sur sa thèse favorite. Discours à la
Chambre, mémoires au ministre, toasts dans les banquets, brochures,
articles de journaux, correspondance avec les personnages influents,
tout était employé par lui pour tâcher de gagner à ses idées le
gouvernement et l'opinion. Dans l'ardeur de sa conviction, il ne
craignait pas de proposer tout de suite une opération gigantesque,
l'établissement, chaque année, de dix mille soldats colons, soit,
en dix ans, de cent mille familles. Il n'évaluait pas la dépense
à moins de 350 millions et reconnaissait même bientôt qu'elle
pourrait s'élever au double. Il faisait entrevoir, à la vérité,
comme compensation à cette charge, une réduction prochaine de
l'armée d'Afrique, soit une économie annuelle de 40 millions. Quant
à la colonisation civile, il se défendait de vouloir la supprimer
entièrement, et lui laissait, sur la côte, une bande de terrain large
de douze à quinze lieues: c'était au delà, dans l'intérieur des
terres, qu'il entendait placer ses villages de soldats.

En attendant une mesure générale que seuls les pouvoirs publics
avaient qualité pour décréter, le maréchal, de sa propre autorité,
avait fait un très petit essai de son système. En 1842 et 1843,
il avait fondé trois villages militaires, deux dans le Sahel, un
dans la Métidja. Sur sa demande, le maire de Toulon s'était occupé
de trouver des femmes pour les soldats colons, et ceux-ci étaient
allés en France se marier, comme ils eussent accompli toute autre
corvée commandée: la chose prêta à rire, et il ne paraît pas qu'une
fois la dot mangée, les époux aient fait bien bon ménage. Ce ne
fut pas le seul déboire du maréchal. Au bout de peu de temps, les
colons, absolument dégoûtés du travail en commun et de la propriété
collective, le supplièrent de les «désassocier[474]». En 1845, sur
les trois villages, deux étaient aussi misérables que les villages
civils voisins: c'étaient ceux du Sahel; seul, celui qui était dans
la Métidja devait à l'avantage de sa situation d'être assez prospère.

[Note 474: Plus tard, en 1849, le maréchal Bugeaud a raconté lui-même
plaisamment l'essai malheureux qu'il avait fait de la propriété
collective, et il s'en est servi comme d'un argument contre les
socialistes et les communistes.]

Rien donc, dans ces premiers résultats, qui pût détruire les
préventions existant contre le système du maréchal Bugeaud. On
faisait remarquer que des mariages accomplis comme une manoeuvre de
champ de Mars n'étaient pas une façon bien sérieuse de constituer
les familles, condition première de toute bonne colonisation. On
demandait ce que deviendrait la sujétion disciplinaire sur laquelle
le maréchal fondait tout son système, lorsque, au bout de trois ans,
les soldats seraient libérés et redeviendraient des citoyens comme
les autres. Enfin, on insistait sur l'énormité des frais, et la
franchise peu adroite avec laquelle le maréchal avait tout de suite
parlé d'une dépense de plus de 300 millions, donnait beau jeu à ses
adversaires. Ce n'était pas la Chambre qui se montrait le moins
hostile. Les commissions des crédits se prononcèrent à plusieurs
reprises dans leurs rapports contre toute opération de ce genre[475].
Quant au cabinet, il répugnait visiblement à s'engager dans cette
voie. Le maréchal Soult ne cachait pas qu'il y était opposé. M.
Guizot, d'ordinaire le principal soutien du maréchal Bugeaud dans
les conseils du gouvernement, ne croyait pas pouvoir proposer à ses
collègues plus qu'un essai limité et peu coûteux; encore n'était-il
pas sûr de l'obtenir et le demandait-il moins par goût pour la
colonisation militaire que par égard pour son promoteur.

[Note 475: Voir notamment le rapport de M. Vatout, du 13 mai 1843, et
celui de M. Magne, du 16 mai 1845.]

Le gouverneur général n'était pas homme à reculer devant des
oppositions, si nombreuses qu'elles fussent. Il se montrait, au
contraire, chaque jour plus confiant dans son idée. Le ministère
se refusant ou hésitant à se mettre en mouvement, il tenta de
l'entraîner, en prenant audacieusement les devants. Le 9 août 1845,
il adressa cette circulaire à tous les généraux sous ses ordres:
«Général, j'ai lieu de regarder comme très prochain le moment où
nous serons autorisés à entreprendre un peu en grand les essais de
colonisation militaire. Les conditions sont détaillées ci-après.
Invitez MM. les chefs de corps à les faire connaître à leurs
subordonnés et à vous adresser, aussitôt qu'il se pourra, l'état des
officiers, sous-officiers et soldats qui désirent faire partie des
colonies militaires.» Suivait une série d'articles organisant d'une
façon complète ces colonies, absolument comme si le principe en avait
été adopté et qu'il s'agît seulement de l'appliquer. Aussitôt cette
circulaire connue à Paris, l'émotion fut grande dans le cabinet,
dans les Chambres, dans le public. «Pacha révolté», s'écria la
_Presse_. M. Guizot, bien qu'habitué aux incartades du maréchal, ne
put s'empêcher de trouver celle-ci un peu forte. Il fit insérer dans
le _Journal des Débats_ une note officieuse qui, avec des précautions
de langage, remettait à son rang le gouverneur trop indépendant
et lui rappelait «qu'il y avait à Paris un gouvernement et des
Chambres». En même temps, il lui écrivit une lettre de reproches
affectueux. «Peut-être avez-vous cru, lui disait-il, lier d'avance et
compromettre sans retour le gouvernement dans cette entreprise ainsi
étalée tout entière dès les premiers pas. C'est une erreur, mon cher
maréchal.» Et il lui montrait que le seul résultat de son initiative
était «d'embarrasser grandement ses plus favorables amis», ceux qui,
à ce moment, travaillaient et avaient si grand'peine à faire accepter
l'idée d'un essai partiel. Le maréchal sentit qu'il était allé trop
loin; il fit publier par le _Moniteur algérien_ un article destiné à
atténuer la circulaire. Dans sa réponse à M. Guizot, il s'excusa tant
bien que mal. «Cette circulaire, lui écrivait-il, ne devait avoir
aucune publicité... Je dois dire aussi que les termes en étaient
trop positifs; j'aurais dû mettre partout les verbes au conditionnel;
au lieu de dire: _Les colons recevront, etc._, j'aurais du dire: _Si
le gouvernement adoptait mes vues, les colons recevraient, etc._
Changez le temps du verbe, et vous ne verrez plus qu'une chose
simple, une investigation statistique qui est dans les usages du
commandement et destinée à éclairer le gouvernement lui-même[476].»

[Note 476: _Mémoires de M. Guizot_, t. VII, p. 194 à 198.]


VII

Si les oppositions que rencontrait le maréchal Bugeaud ne
l'ébranlaient pas dans sa conviction, elles le fatiguaient,
l'irritaient. Il y voyait volontiers une sorte d'ingratitude. Plus
que jamais, d'ailleurs, il se croyait en butte à une malveillance
systématique de la part du maréchal Soult et des bureaux du ministère
de la guerre. Il accusait notamment ces bureaux d'inspirer et de
subventionner le journal _l'Algérie_, qui, de Paris, lui faisait
une guerre acharnée, et dont les attaques trouvaient souvent écho
dans les autres feuilles de la capitale[477]. Ces piqûres de presse
mettaient parfois hors de lui le peu patient gouverneur. Ainsi en
était-il, par exemple, quand _l'Algérie_, par un calcul plein de
malice, exaltait ses lieutenants, La Moricière, Bedeau et surtout le
duc d'Aumale.

[Note 477: L'_Algérie_, fondée à Paris, en 1843, pour être hors de la
portée du gouverneur général, paraissait six fois par mois, les jours
qui correspondaient aux départs des courriers d'Algérie.]

Non sans doute que le maréchal ne fût le premier à proclamer les
hautes qualités du vainqueur de la Smala. En 1843, il lui aurait
fait confier, malgré sa jeunesse, l'intérim du gouvernement général,
si le Roi, sur la demande même de son fils, ne se fût opposé à
une élévation trop rapide[478]. Bien souvent depuis, dans ses
conversations comme dans ses lettres, il s'était plu à saluer
dans le duc d'Aumale son futur successeur[479]. Mais n'est-ce pas
quelquefois à l'endroit de leurs héritiers que les vieillards se
montrent le plus ombrageux? Ce fut principalement à l'occasion du
commandement que le prince venait d'exercer, pendant quelque temps,
dans la province de Constantine, que l'_Algérie_ essaya de l'opposer
au gouverneur. Il ne faut pas oublier que cette province se trouvait
dans une situation à part. Ayant échappé à l'action d'Abd el-Kader,
elle était passée, sans interruption, de la domination des Turcs à
celle de la France, et les Arabes, habitués à obéir, nous avaient
acceptés sans trop de peine. Il en était résulté, presque dès le
lendemain de la prise de Constantine, une pacification relative qui
contrastait avec la guerre acharnée dont les deux autres provinces
étaient le théâtre. L'armée n'y avait guère que des courses de police
à faire: aussi, sur cent mille hommes de troupes qui, depuis 1840,
étaient en Algérie, quatorze à dix-huit mille suffisaient pour la
province de Constantine. Il est vrai que, sur plus d'un point de
cette région, nous n'exercions qu'une sorte de souveraineté, parfois
même un peu nominale. Absorbé par sa lutte contre Abd el-Kader, le
maréchal Bugeaud ne regardait guère à ce qui se passait dans l'est
de la colonie, et les généraux qui y commandaient étaient à peu près
livrés à eux-mêmes. Par une heureuse fortune, deux d'entre eux, le
duc d'Aumale et son successeur, le général Bedeau, se révélèrent des
administrateurs éminents. L'_Algérie_ n'avait pas tort quand elle
faisait d'eux un très grand éloge. Mais où elle devenait injuste,
c'est quand elle donnait à entendre que le maréchal Bugeaud aurait pu
obtenir la même pacification dans les provinces d'Alger et d'Oran,
s'il avait su gouverner et administrer, au lieu de ne savoir que
batailler. Si peu fondée qu'elle fût, cette insinuation n'était pas
sans rencontrer quelque crédit dans l'opinion, qui connaissait mal
les faits, et dans la Chambre, toujours impatiente de mettre un
terme aux sacrifices d'hommes et d'argent qu'on lui demandait pour
l'Algérie.

[Note 478: Voir entre autres une lettre du Roi au duc d'Aumale, en
date du 2 juin 1843, publiée par la _Revue rétrospective_.]

[Note 479: Le maréchal écrivait, le 23 octobre 1843, à M. Blanqui:
«Je désire qu'un prince me remplace ici... Le duc d'Aumale est
et sera chaque jour davantage un homme capable.» (_Mémoires de M.
Guizot_, t. VII, p. 236.) Vers ce même temps, il s'exprimait ainsi
dans une conversation de bivouac: «Je place très haut les talents
militaires et administratifs de mes trois lieutenants: Changarnier,
La Moricière et Bedeau. Eh bien, si j'avais à faire le choix de
mon successeur au gouvernement de l'Algérie, je n'hésiterais pas à
désigner Mgr le duc d'Aumale, dans lequel se trouvent réunies les
qualités qui constituent le chef d'armée et l'administrateur. Il a
la décision prompte, le courage entraînant, le corps infatigable et
l'amour du travail, le tout dirigé par une haute intelligence et un
ferme bon sens. Joignez à cela le prestige dont l'entoure, aux yeux
de tous et des Arabes surtout, son titre de fils du sultan de France,
et vous aurez en lui le gouverneur qui fera de l'Algérie un royaume
prospère.» (_Trente-deux ans à travers l'Islam_, par Léon ROCHES, t.
II, p. 438.) L'année suivante, le maréchal exprimait de nouveau la
même idée, dans une lettre à M. Guizot. (_Mémoires de M. Guizot_, t.
VII, p. 237.)]

Le maréchal ne pouvait soupçonner le duc d'Aumale ni le général
Bedeau d'être pour quelque chose dans ces comparaisons; mais elles
ne lui en étaient pas moins fort déplaisantes. Il en était même
venu, sur ce sujet, à un état de susceptibilité qui lui faisait
voir des adversaires jusque chez ses plus sûrs amis. Vers la fin de
la session de 1845, M. de Corcelle ayant, dans un de ses discours,
loué l'administration du duc d'Aumale et mis en relief le bon état
de la province de Constantine, Bugeaud se crut visé et lui envoya
aussitôt ce que l'honorable député appelait plaisamment, dans sa
réponse, un «bouquet de mitraille». Le maréchal laissait voir, avec
une sorte de naïveté, où il se sentait blessé. «Je ne suis pas
jaloux, je vous le jure, écrivait-il, des éloges qu'on donne à mes
lieutenants; je suis heureux de voir louer un prince que j'aime;...
mais je ne puis admettre que ce qu'ils ont fait de louable se
soit opéré sans ma participation... S. A. R. le duc d'Aumale n'a
pas pris une seule mesure administrative sans m'avoir préalablement
consulté... Il n'a rien changé au fond des choses... Il n'a fait
qu'adopter des mesures d'ordre, de surveillance, de régularité; il
me les a soumises, et je les ai approuvées.» Le maréchal déclarait
que «tout cela le décourageait», qu'il ne «se sentait plus la force
de se donner tant de peine, tant de soucis, pour être ainsi jugé».
«Je ne suis pas du tout éloigné, ajoutait-il, de remettre aux mains
des _hommes nouveaux_ que vante l'_Algérie_ et que moi-même j'estime
certainement à leur valeur qui est très réelle, le soin des destinées
de notre conquête.» Et dans une autre lettre: «Vous me dites que je
ne sais pas souffrir la contrariété, parce que je suis entouré d'amis
qui m'approuvent toujours... Il n'y a pas d'homme en France qui
soit plus contrarié que moi.» Puis, revenant sur le «parallèle fort
blessant» dont il se plaignait: «Comment, demandait-il, pouviez-vous
croire que je m'entendrais dire de sang-froid que je ne suis pas le
gouverneur de l'Algérie, que j'administre très mal la portion du pays
qui est sous ma main, pendant que mes lieutenants font très bien sans
ma participation[480]?»

[Note 480: Lettres du maréchal Bugeaud à M. de Corcelle, en date du
12 juin et du 8 juillet 1845. (_Documents inédits._)]

M. de Corcelle n'eut pas de peine à se justifier, et il ne le fit pas
sans dire quelques utiles vérités à son illustre, mais trop ombrageux
ami. «Vous avez, lui écrivait-il, à vous méfier beaucoup de vos
premiers mouvements, lorsque vous rencontrez certaines oppositions
à vos vues, quoique ensuite vous soyez on ne peut plus accessible,
modéré et tolérant. Cette promptitude dans l'attaque ou la défense
n'est tout à fait bonne que devant l'ennemi. C'est dans ce sens que
je vous reprochais les rapides entraînements qui sont la conséquence
d'une humeur très vive, et peut-être d'un grand pouvoir justifié par
de si beaux succès. Si vous revenez vite d'une prévention, comme
vous sabrez tout d'abord les malencontreux opposants, avant de vous
rendre compte de leur pensée! Tenez, mon cher maréchal, je maintiens
que si par esprit d'opposition on entend une certaine vivacité de
prévention, l'ardeur du combat, un peu de raideur au service d'une
théorie ou d'une opinion toute faite, vous êtes, dans ces premiers
transports dont vous savez heureusement revenir, bien plus de
l'opposition que je n'en suis. Vous avez de si glorieuses qualités
que je ne crains pas de vous être moins attaché en vous découvrant
des défauts, et notamment celui d'être prompt à l'exagération et
à l'offense dans le feu des discussions. Je suis convaincu que,
dans vos relations avec l'administration de la guerre, ce sont des
diableries de ce genre qui vous ont causé des embarras. Les mauvais
tours dont vous avez à vous plaindre vous viennent en grande partie
de votre humeur d'opposition et aussi de votre goût pour la polémique
écrite; car, bien que vous soyez un grand homme d'action, je vous
considère comme un très superbe opposant et très habile journaliste.
Vous n'aimez pourtant ni l'opposition ni les journaux. Toute votre
vie, vous serez journaliste contre les journaux; mais, comme vous
serez mieux que cela, il n'y aura pas grand mal[481].» Le maréchal
avait l'âme assez haute et assez droite pour goûter cette franchise
affectueuse. Il mit donc de côté tout ressentiment contre son
ami, mais il n'en demeura pas moins convaincu qu'il était entouré
d'ennemis, et, comme il le disait, qu'une «grosse intrigue d'envieux
et d'ambitieux» se servait du journal _l'Algérie_ et des bureaux
de la guerre pour le «démolir[482]». «J'ai été déclaré incapable
de continuer l'oeuvre, écrivait-il à M. de Corcelle. Mon temps est
fini. On convient que je suis assez bon soldat; mais on dit que je
n'entends rien en administration...; que, d'ailleurs, comme il
n'est plus nécessaire de faire la guerre, on n'a plus besoin de mon
unique talent. On va fermer le temple de Janus. Mais les Arabes se
chargeront de l'ouvrir, et mes grands hommes apprendront bientôt
qu'on ne reste pas en paix à volonté[483].»

[Note 481: Lettre du 17 septembre 1845. (_Documents inédits._)]

[Note 482: Expressions dont le maréchal se servait dans une lettre
écrite à M. Guizot, le 18 août 1845. (_Mémoires de M. Guizot_, t.
VII, p. 124.)]

[Note 483: Lettre du 28 septembre 1845. (_Documents inédits._)]

Sous le coup de ce découragement et de cette amertume, le maréchal
avait songé, un moment, à donner sa démission. Vers la fin de juin
1845, il avait adressé au gouvernement une lettre dans laquelle il
demandait formellement à être rappelé[484]. Quant aux motifs de sa
détermination, il les exposait ainsi à M. Guizot: «J'ai la conviction
que M. le maréchal Soult a l'intention de me dégoûter de ma situation
pour me la faire abandonner. Cette pensée résulte d'une foule de
petits faits et d'un ensemble qui prouve qu'il n'a aucun égard pour
mes idées, pour mes propositions. Vous avez vu le cas qu'il a fait de
l'engagement, pris devant le conseil, de demander 500,000 francs pour
un essai de colonisation militaire; c'est la même chose de tout, ou
à peu près. Il suffit que je propose une chose pour qu'on fasse le
contraire, et le plus mince sujet de ses bureaux a plus d'influence
que moi sur l'administration et la colonisation de l'Algérie. Dans
tous les temps, les succès des généraux ont augmenté leur crédit;
le mien a baissé dans la proportion du progrès des affaires de
l'Algérie. Je ne puis être l'artisan de la démolition de ce que je
puis, sans vanité, appeler mon ouvrage. Je ne puis assister au triste
spectacle de la marche dans laquelle on s'engage au pas accéléré.
Extension intempestive, ridicule, insensée, de toutes les choses
civiles; amputation successive de l'armée et des travaux publics,
pour couvrir les folles dépenses d'un personnel qui suffirait à une
population dix fois plus forte, voilà le système. Je suis fatigué
de lutter sans succès contre tant d'idées fausses, contre des
bureaux inspirés par le journal _l'Algérie_. Je veux reprendre mon
indépendance, pour exposer mes propres idées au gouvernement et au
pays. Le patriotisme me le commande, puisque j'ai la conviction qu'on
mène mal la plus grosse affaire de la France[485].»

[Note 484: _Ibid._]

[Note 485: Lettre du 30 juin 1845. (_Mémoires de M. Guizot_, t. VII,
p. 122, 183 et 184.)]

Le gouvernement s'apercevait, une fois de plus, que le maréchal
Bugeaud était un agent peu commode. Mais il n'oubliait pas que,
quand, on a la fortune d'être servi par de tels hommes, il faut bien
leur passer quelques bizarreries de caractère. C'est le propre de ces
natures faites pour agir, de savoir mal obéir. M. Guizot rappelait
justement à ce propos que Napoléon disait un jour: «Croit-on que
ce soit une chose toute simple de gouverner un Soult ou un Ney?»
Loin donc de profiter de l'occasion qui lui était offerte de se
débarrasser de Bugeaud, le conseil des ministres décida de le
retenir. Le maréchal Soult lui-même l'informa, en termes excellents
et fort amicaux, du désir qu'avaient le Roi et le cabinet tout entier
de le voir conserver ses fonctions[486]. Touché de cette démarche,
le gouverneur n'insista pas sur sa démission. À ce même moment,
d'ailleurs, il se faisait prendre en faute avec sa circulaire du 9
août 1845 sur la colonisation militaire, et la conscience de son tort
le rendait plus conciliant. Il sollicita seulement un congé, pour
venir conférer avec le ministre de la guerre et se rendre compte
s'il pouvait se mettre d'accord avec lui. «J'irai droit mon chemin,
écrivait-il à M. Guizot, le 18 août 1845, tant que je serai soutenu
par le gouvernement du Roi. Je serai dédommagé des déclamations des
méchants par l'assentiment général de l'armée et de la population
de l'Algérie. Le 6 ou 7 septembre, je serai près de M. le maréchal
Soult. Je traiterai avec lui de quelques-unes des principales
questions. Si nous pouvons nous entendre, comme j'en ai l'espoir
d'après les bonnes dispositions qu'il me montre depuis quelque
temps, je me remettrai de nouveau à la plus rude galère à laquelle
ait jamais été condamné un simple mortel[487].» À la même époque,
il disait au colonel de Saint-Arnaud: «Si l'on ne me comprend pas,
si l'on ne veut pas me comprendre, je ne reviendrai pas. Si tout
s'arrange, comme je le crois, je serai de retour à Alger dans les
premiers jours de novembre[488].»

[Note 486: Tous ces faits sont rapportés par le maréchal lui-même,
dans une lettre qu'il écrivit ultérieurement à M. de Corcelle, le 28
septembre 1845. (_Documents inédits._)]

[Note 487: _Mémoires de M. Guizot_, t. VII, p. 124.]

[Note 488: _Lettres du maréchal de Saint-Arnaud._]

Le gouverneur s'embarqua pour la France le 4 septembre 1845, et se
rendit tout droit à Soultberg, résidence du ministre de la guerre
dans le Tarn. L'entrevue se passa beaucoup mieux qu'on ne pouvait s'y
attendre. Le maréchal Bugeaud s'était appliqué, comme il l'écrivait
lui-même à M. Guizot, «à y mettre du moelleux et de la déférence». De
son côté, le maréchal Soult, trop fatigué pour ne pas désirer éviter
un conflit avec un contradicteur si considérable et d'ordinaire si
véhément, chercha à être aimable. Bugeaud se bornait, pour le moment,
à demander une chose qu'il n'y avait aucune raison de lui refuser:
c'était la constitution d'une commission de pairs, de députés et
d'autres personnages compétents, qui serait envoyée en Afrique et
y rechercherait, de concert avec le gouverneur, la solution des
problèmes intéressant l'avenir de l'Algérie, notamment du problème
de la colonisation. Le maréchal Bugeaud sortit de cette conférence
«très satisfait[489]». «Pendant les deux jours que nous avons
discuté sur les affaires d'Afrique, mandait-il peu après à M. Guizot,
je n'ai trouvé, chez le ministre de la guerre, que d'excellents
sentiments pour moi et de très bonnes dispositions pour les affaires
en général[490].»

[Note 489: Ce sont les expressions dont le maréchal Bugeaud se
servait dans la lettre écrite à M. de Corcelle, le 28 septembre 1845.
(_Documents inédits._)]

[Note 490: Lettre du 28 septembre 1845. (_Mémoires de M. Guizot_, t.
VII, p. 198.)]

Le gouverneur se faisait illusion: après avoir vu longtemps les
choses trop en laid, il les voyait maintenant trop en beau. Elles
n'étaient pas à ce point éclaircies et pacifiées entre le ministre
de la guerre et lui. Au fond, ils étaient toujours en désaccord sur
la question principale, celle de la colonisation militaire, et l'on
devait s'attendre qu'à l'heure de préciser davantage les résolutions
à prendre, ce désaccord se manifestât de nouveau. Mais avant que rien
de ce genre eût pu se produire, survinrent d'Afrique de tragiques
nouvelles qui reléguèrent aussitôt au second plan tous les problèmes
sur lesquels on discutait depuis quelque temps. Il s'agissait bien de
se quereller sur un mode de colonisation! C'était la soumission même
de l'Algérie qui paraissait remise en question.


VIII

Quand le maréchal Bugeaud s'était embarqué pour la France, le 4
septembre 1845, tout semblait tranquille en Algérie. Il n'était
pas parti depuis quelques jours, que divers symptômes d'agitation
se manifestaient avec une simultanéité inquiétante. Bou-Maza
reparaissait dans le Dahra, et telle était la vigueur de ses premiers
coups, que nos troupes se trouvaient tout d'abord réduites à la
défensive. Ailleurs surgissaient d'autres fauteurs de révoltes, qui,
eux aussi, se paraient du surnom, devenu populaire, de Bou-Maza. Sur
notre frontière de l'Ouest, des troubles, visiblement suscités par
Abd el-Kader, obligeaient le général Cavaignac, qui commandait dans
Tlemcen, à se mettre en campagne, et, dès ses premiers pas, il était
étonné de la résistance qu'il rencontrait. On ne savait pas encore
quelle importance il fallait attacher à tous ces incidents, quand
se répandit une nouvelle bien autrement grave et douloureuse: une
colonne française venait d'être surprise et détruite par Abd el-Kader.

Voici en quelles circonstances. Le poste de Djemâa-Ghazouat, situé
sur la côte, près du Maroc, était commandé par le lieutenant-colonel
de Montagnac, officier admirable de bravoure et d'énergie, mais
péchant quelquefois par excès de fougue et d'audace. En dépit des
recommandations expresses qui lui avaient été faites de «ne pas
aller livrer des combats au dehors», Montagnac, au premier bruit
des mouvements d'Abd el-Kader, crut devoir se porter au secours
d'une tribu fidèle, menacée par l'émir. Le 21 septembre 1845, il
se mit en route avec 346 fantassins du 8e bataillon des chasseurs
d'Orléans et 62 hussards. Dès le lendemain, il était rejoint par
un messager du général Cavaignac qui rappelait à Tlemcen le 8e
bataillon de chasseurs. Montagnac ne pensa pas être tenu d'obéir
avant d'avoir infligé un échec à l'ennemi, avec lequel il avait
commencé à échanger des coups de fusil. Il poussa donc plus avant.
Le 23, près du marabout de Sidi-Brahim, à un moment où sa troupe
se trouve imprudemment morcelée en trois petits corps, celui qui
marchait en tête tombe dans une sorte d'embuscade, et est enveloppé
par une cavalerie très nombreuse qu'Abd el-Kader dirige lui-même.
Aux premiers coups de feu, Montagnac est mortellement blessé. Nos
soldats se réunissent sur un mamelon, sans autre espoir que de vendre
chèrement leur vie; bientôt les munitions sont épuisées; personne,
néanmoins, ne songe à se rendre. Alors, rapporte l'un des rares
survivants de ce combat, «les Arabes, resserrant le cercle autour
de ce groupe immobile et silencieux, le font tomber sous leur feu,
comme un vieux mur». Au bout de peu de temps, il n'y a plus, du côté
des Français, que des cadavres ou des blessés ne donnant presque
plus signe de vie. À ce moment, le second détachement, mandé dès le
début par Montagnac, accourt sur le lieu du combat; aussitôt accablé
par les vainqueurs, il subit le même sort. Reste l'arrière-garde,
demeurée auprès des bagages et composée de 80 carabiniers sous les
ordres du capitaine Géreaux. Les Arabes fondent sur elle. Géreaux
ne se trouble pas; le marabout de Sidi-Brahim est à sa portée:
il se jette dedans, s'y barricade et résiste aux plus furieuses
attaques. Abd el-Kader lui fait porter une sommation de se rendre,
avec promesse de vie sauve. Le capitaine lit la lettre à ses hommes,
qui n'y répondent que par les cris de: «Vive le Roi!» et hissent sur
le marabout un drapeau fait avec des lambeaux de vêtement. Après
de nouvelles attaques, l'émir fait faire une seconde sommation; il
ordonne, cette fois, qu'elle soit transmise par un des officiers
prisonniers et blessés, l'adjudant-major Dutertre. Celui-ci s'avance
vers le marabout: «Chasseurs, s'écrie-t-il, on va me décapiter
si vous ne posez les armes, et moi, je viens vous dire de mourir
jusqu'au dernier plutôt que de vous rendre.» Sa tête tombe aussitôt.
Le combat reprend plus acharné, interrompu deux fois encore par des
sommations sans résultat. L'émir, lassé de cette résistance qui lui
coûte très cher, prend le parti de s'éloigner avec le gros de son
armée, en laissant seulement les forces nécessaires pour bloquer
étroitement le marabout. Les assiégés n'ont ni vivres ni eau. Ils
passent ainsi trois longs jours, attendant un secours qui aurait
dû venir et qui ne vient pas. Enfin, le 26, aimant mieux tomber en
combattant que de mourir de faim et de soif, ils s'élancent hors
de leur réduit, en emportant leurs blessés. Ce coup de désespoir
semble d'abord leur réussir; ils font une trouée à travers les Arabes
stupéfaits et se dirigent en bon ordre vers Djemâa. Déjà l'on peut
distinguer les murs de la ville, quand, à la vue d'un filet d'eau qui
coule au fond d'un ravin, les hommes, en dépit de leurs officiers,
quittent leurs rangs, se précipitent dans le ravin et se jettent à
plat ventre pour étancher la terrible soif qui les dévore depuis
trois jours. Ce désordre n'échappe pas aux Arabes qui accourent et,
de la hauteur, font pleuvoir les balles sur les malheureux buveurs:
tous succombent. Géreaux cependant a essayé de continuer la retraite
avec les quelques hommes qui ne se sont pas débandés; mais ils ne
sont plus assez nombreux et finissent par être écrasés; le capitaine
tombe, mortellement atteint. Douze soldats seuls parviennent à
rejoindre les cavaliers sortis de Djemâa à leur rencontre: c'est
tout ce qui revient des 425 hommes partis de cette ville, cinq jours
auparavant, avec le colonel de Montagnac[491].

[Note 491: J'ai suivi principalement le beau récit donné de cet
incident par M. le duc d'Aumale, dans son livre: _Zouaves et
chasseurs à pied_.]

Quand on sut à Alger le désastre de Sidi-Brahim, l'émotion y
fut extrême; dans l'imagination du public, l'événement prit les
proportions d'une catastrophe. L'effet en fut encore aggravé par la
série de mauvaises nouvelles qui survinrent coup sur coup, dans les
jours suivants. La plus douloureuse fut celle de la capitulation
d'Aïn-Temouchent: le lieutenant Marin conduisait 200 hommes, la
plupart sortant de l'hôpital, de Tlemcen à Aïn-Temouchent; apercevant
sur sa route des cavaliers qu'il reconnaît pour ceux d'Abd el-Kader,
il perd la tête; sans avoir été même attaqué, il court à l'émir et se
rend à lui avec toute sa troupe[492]. Il n'était pas à craindre sans
doute qu'une défaillance aussi inexplicable trouvât des imitateurs;
mais, succédant, à quarante-huit heures d'intervalle, au désastre de
Sidi-Brahim, elle était bien de nature à exalter les Arabes. Tout
d'ailleurs révélait un soulèvement prémédité et concerté: à Sebdou,
le commandant Billot était attiré dans une embuscade et massacré avec
toute son escorte; le chef du bureau arabe de Tiaret était enlevé
par trahison; des caïds, amis de la France, tombaient assassinés;
plusieurs postes étaient attaqués, des ponts et des magasins brûlés,
des communications interrompues; la majeure partie des tribus de la
subdivision de Tlemcen prenait les armes et rejoignait Abd el-Kader.
«Qui sait ce qui arrivera? écrivait le colonel de Saint-Arnaud, à
la date du 3 octobre. Abd el-Kader peut aussi bien être dans la
Métidja, dans un mois, que fuyant dans le Maroc, sans suite, avant
dix jours... Une seule chose est certaine, c'est que la guerre
sainte a éclaté et a débuté par une catastrophe qui a atterré les
colons et jusqu'aux négociants d'Alger.»

[Note 492: Ce malheureux officier, qui avait donné antérieurement des
preuves de bravoure, fut remis plus tard en liberté par Abd el-Kader.
Traduit devant un conseil de guerre, il fut condamné à mort; mais
cette sentence fut annulée.]

Dès le 28 septembre 1845, le général de La Moricière, gouverneur
par intérim, avertit le maréchal Soult que «la situation était fort
grave». «Vous jugerez sans doute indispensable, ajoutait-il, que
M. le maréchal Bugeaud rentre immédiatement en Algérie.» Le même
jour, il dépêchait directement au maréchal le commandant Rivet,
pour presser son retour. En attendant, il ne demeurait pas inactif.
Jugeant avec raison que le plus grand péril n'était pas à l'intérieur
avec Bou-Maza et ses imitateurs, mais sur la frontière de l'Ouest, où
il fallait tâcher de barrer le chemin à Abd el-Kader, il s'y porta
immédiatement de sa personne. Le 8 octobre, il rejoignait le général
Cavaignac au delà de Tlemcen, attaquait vigoureusement avec lui les
tribus révoltées, les battait, mais sans atteindre l'émir lui-même,
qui, suivant son habitude, s'était dérobé.

Ce fut le 6 octobre que le commandant Rivet arriva à la Durantie, en
Périgord, où était le maréchal Bugeaud, et lui fit part de ce qui
se passait en Algérie. En présence de tels événements, le maréchal
ne songea plus à se retirer ni à marchander les conditions de son
retour. Le péril l'appelait, et aussi l'espérance d'acquérir une
nouvelle gloire dont il se servirait pour faire prévaloir ses idées.
«Je pars dans la nuit du 7 au 8, écrivit-il, le 6, au ministre de la
guerre. J'ai pensé qu'étant encore gouverneur nominal de l'Algérie,
je ne pouvais me dispenser de répondre à l'appel que me font l'armée
et la population, que ce serait manquer à mes devoirs envers le
gouvernement et mon pays.» Il ajoutait, après avoir énuméré avec
précision les renforts dont il avait besoin: «Nous allons, Monsieur
le maréchal, jouer une grande partie qui peut être décisive pour
notre domination, si nous la jouons bien, ou nous préparer de
grandes tribulations et de grands sacrifices, si nous la jouons mal.
L'économie serait ici déplorable.» Il écrivait en même temps à M.
Guizot: «Les circonstances sont très graves; elles demandent de
promptes décisions. Ce n'est pas le cas de vous entretenir de mes
griefs et des demandes sans l'obtention desquelles je ne comptais
pas rentrer en Algérie. Je cours à l'incendie; si j'ai le bonheur de
l'apaiser encore, je renouvellerai mes instances pour faire adopter
des mesures de consolidation de l'avenir. Si je n'y réussis pas, rien
au monde ne pourra m'attacher plus longtemps à ce rocher de Sisyphe.
C'est bien le cas de vous dire aujourd'hui ce que le maréchal de
Villars disait à Louis XIV: Je vais combattre vos ennemis et je vous
laisse au milieu des miens[493].»

[Note 493: _Mémoires de M. Guizot_, t. VII, p. 200 et 201.]

Seulement, comme si le maréchal ne pouvait s'empêcher de mêler à
ses plus généreuses résolutions quelqu'une de ces «diableries» dont
parlait M. de Corcelle, il adressait, à cette même date du 6 octobre,
la lettre suivante au préfet de la Dordogne: «M. le chef d'escadron
Rivet m'apporte d'Alger les nouvelles les plus fâcheuses; l'armée
et la population réclament à grands cris mon retour. J'avais trop à
me plaindre de l'abandon du gouvernement vis-à-vis de mes ennemis
de la presse et d'ailleurs, pour que je ne fusse pas parfaitement
décidé à ne rentrer en Algérie qu'avec la commission que j'ai
demandée et après la promesse de satisfaire à quelques-unes de mes
idées fondamentales; mais les événements sont trop graves pour que
je marchande mon retour au lieu du danger.» Puis, après avoir donné
au préfet quelques détails sur l'insurrection, il finissait ainsi:
«Il est à craindre que ceci ne soit une forte guerre à recommencer.
Hélas! les événements ne donnent que trop raison à l'opposition que
je faisais au système qui étendait sans nécessité l'administration
civile et diminuait l'armée pour couvrir les dépenses de cette
extension. J'ai le coeur navré de douleur de tant de malheurs et
de tant d'aveuglement de la part des gouvernants et de la presse
qui nous gouverne plus qu'on n'ose l'avouer.» Ce ne pouvait être
sérieusement que le maréchal attribuait l'agression d'Abd el-Kader
à la prétendue extension de l'administration civile. Quant au
reproche d'abandon adressé au gouvernement, il venait d'autant plus
mal à propos qu'en ce moment le ministère expédiait d'urgence les
renforts demandés; ces renforts, qui ne comprenaient pas moins de
six régiments d'infanterie et deux de cavalerie, devaient porter
à 107,000 hommes l'armée d'Algérie. Encore n'y aurait-il eu que
demi-mal, si cette injuste récrimination se fût produite à huis clos.
Mais la lettre du maréchal, communiquée étourdiment par le préfet
au rédacteur du _Conservateur de la Dordogne_, fut publiée par ce
journal et, de là, fit le tour de la presse, avec les commentaires
qu'on peut supposer. Fort penaud de cette publication et du bruit
qu'elle faisait, le gouverneur se hâta de déclarer qu'il n'y était
pour rien. «Ma lettre, écrivit-il à M. Guizot, était la communication
confidentielle d'un ami à un ami; elle ne devait avoir aucune
publicité. C'est encore une tuile qui me tombe sur la tête. Je le
déplore surtout parce que la presse opposante ne manquera pas d'en
tirer parti contre le gouvernement.» M. Guizot ne se contenta pas de
cette sorte d'excuse et jugea nécessaire de faire sentir au maréchal
le tort de sa conduite: «Je ne puis accepter, lui répondit-il, votre
reproche que vous n'avez pas été soutenu par le gouvernement. Il
appartient et il sied aux esprits comme le vôtre, mon cher maréchal,
de distinguer les grandes choses des petites, et de ne s'attacher
qu'aux premières. Il n'y a, pour vous, en Afrique, que deux grandes
choses: l'une d'y avoir été envoyé, l'autre d'y avoir été pourvu,
dans l'ensemble et à tout prendre, de tous les moyens d'action
nécessaires. Le cabinet a fait pour vous ces deux choses-là, et il
les a faites contre beaucoup de préventions et à travers beaucoup
de difficultés... Après cela, qu'à tel ou tel moment, sur telle ou
telle question, le gouvernement n'ait pas partagé toutes vos idées,
ni approuvé tous vos actes, rien de plus simple: c'est son droit. Que
vous ayez même rencontré, dans telle ou telle commission, dans tel
ou tel bureau, des erreurs, des injustices, des idées fausses, de
mauvais procédés, des obstacles, cela se peut; cela n'a rien que de
naturel et presque d'inévitable; ce sont là des incidents secondaires
qu'un homme comme vous doit s'appliquer à surmonter, sans s'en
étonner ni s'en irriter, car il s'affaiblit et s'embarrasse lui-même
en leur accordant, dans son âme et dans sa vie, plus de place qu'il
ne leur en appartient réellement.» M. Guizot engageait le maréchal à
faire comme lui, «à laisser dire les journaux» et à compter sur la
tribune pour mettre sa conduite en lumière; «c'est là, ajoutait-il,
que vous devez être défendu, mais grandement et dans les grandes
occasions, non pas en tenant les oreilles toujours ouvertes à ce
petit bruit qui nous assiège, et en essayant, à tout propos et bien
vainement, de le faire taire». Le ministre terminait par des plaintes
sur la publication de la lettre au préfet de la Dordogne. «Cette
lettre, disait-il, m'a affligé pour vous et m'a blessé pour moi...
C'est là un désordre. Vous ne le souffririez pas autour de vous. Et,
croyez-moi, cela ne vaut pas mieux pour vous que pour le pouvoir
auquel vous êtes dévoué[494].»

[Note 494: _Mémoires de M. Guizot_, t. VII, p. 203 à 207.]

Le maréchal n'avait à peu près rien à répondre à ces amicales
réprimandes, ou, du moins, il n'avait qu'une réponse à faire,
c'était de montrer, une fois de plus, que, s'il parlait quelquefois
de travers, cela ne l'empêchait pas de bien agir. Pendant ce temps,
d'ailleurs, il poursuivait rapidement sa route vers l'Afrique,
s'embarquait à Marseille, et arrivait à Alger le 15 octobre 1845. La
population s'était portée en foule au-devant de lui, témoignant par
son attitude, et de l'alarme que lui causaient les événements, et de
la confiance que lui rendait le retour du gouverneur général.


IX

C'était l'une des qualités maîtresses du maréchal Bugeaud--véritable
don de général en chef--de voir, dans une crise, tout de suite
et très nettement ce qu'il y avait à faire. À peine a-t-il pris
terre en Algérie, que son plan est arrêté. Toujours persuadé que le
moyen de dompter Abd el-Kader, c'est de lui enlever l'impôt et le
recrutement[495], il se donne pour tâche principale de lui fermer
l'entrée du Tell, seule partie du territoire où l'émir peut trouver,
avec quelque abondance, de l'argent, des vivres et des soldats. Les
mesures déjà prises par le général de La Moricière ont barré le
passage, à l'ouest, sur la frontière du Maroc. Le gouverneur devine
que, devant cet obstacle, l'ennemi fera un détour par le désert,
et cherchera, au sud, quelque fissure. Dans cette prévision, dont
l'événement devait démontrer la justesse, il décide de former, sur
toute la lisière des hauts plateaux, comme une chaîne continue de
petites colonnes mobiles. Ces colonnes auront charge de guetter
Abd el-Kader, de le repousser, de le poursuivre, de l'atteindre
s'il est possible, de ne pas lui laisser un moment de repos en n'en
prenant pas elles-mêmes, de ne lui permettre de rien organiser nulle
part, et enfin de frapper impitoyablement les tribus qui seraient
tentées de le soutenir. Le gouverneur ne néglige pas non plus les
révoltes intérieures suscitées par les divers Bou-Maza: le soin de
les réprimer sera confié à plusieurs autres colonnes. Cette extrême
dispersion des troupes pouvait paraître, à un certain point de vue,
une cause de faiblesse. La première loi de la guerre n'est-elle pas
de concentrer ses forces, au lieu de les morceler? Bugeaud a expliqué
lui-même, plus tard, à ses soldats, les raisons qui lui faisaient,
en cette circonstance, déroger à la règle ordinaire. «Évacuer une
partie du pays pour se concentrer, leur a-t-il dit, c'eût été laisser
à notre adversaire les ressources de l'impôt et du recrutement,
ainsi que toutes les forces locales. Il aurait bientôt formé une
armée régulière pour appuyer les goums des tribus. C'eût été aussi
renverser le gouvernement des Arabes, si péniblement institué par
nous, et livrer à la vengeance implacable d'un chef irrité tous les
hommes compromis pour notre cause. Comment, plus tard, aurions-nous
pu reconstituer ce gouvernement, si nous avions lâchement abandonné
les chefs qui, presque tous, nous sont restés fidèles? Il fallait
tout conserver[496].»

[Note 495: Voir la conversation que Bugeaud, avant sa nomination au
poste de gouverneur général, avait eue avec le Roi (plus haut, t. V,
p. 267).]

[Note 496: Ordre du jour adressé aux troupes, le 2 mars 1846.]

Le maréchal n'est pas moins prompt à exécuter son plan qu'à le
concevoir. Débarqué le 15 octobre 1845 à Alger, il entre en campagne
dès le 18, et, le 24, il arrive près de Teniet el-Had, sur la limite
du désert. À la fin de novembre, douze colonnes sont en mouvement;
peu après, on en compte dix-huit. Les plus nombreuses, celle par
exemple que commande le gouverneur général, ont moins de trois
mille hommes. À leur tête sont, outre le maréchal, des officiers
vigoureux, ayant l'expérience de la guerre d'Afrique: La Moricière,
Cavaignac, Géry, Korte, Bourjolly, Arbouville, Marey, Saint-Arnaud,
Jusuf, Canrobert, Pélissier, Comman, Camou, Gentil, Bosquet; il faut
y ajouter Bedeau, qui commandait depuis quelque temps à Constantine,
mais que la tranquillité de cette partie de l'Algérie a permis d'en
éloigner momentanément pour l'employer au sud de la province d'Alger.
Quelques-unes de ces colonnes opèrent, dans l'intérieur du cercle,
contre Bou-Maza qu'elles ne parviennent pas du reste à saisir, et
contre ses nombreux homonymes, dont plusieurs sont pris et passés
par les armes[497]. La plupart agissent ou tâchent d'agir contre
Abd el-Kader. Savoir où se trouve l'ennemi est déjà fort difficile;
le joindre, à peu près impossible. L'émir glisse entre les mains de
ceux qui croient l'avoir cerné. D'une mobilité prodigieuse, faisant
cinquante lieues en deux jours, il trouve partout des sympathies,
des renseignements sûrs, des provisions, des chevaux frais. Depuis
les confins de la province de Constantine jusqu'au Maroc, toutes
nos troupes sont ainsi dans une alerte continuelle: ce ne sont que
marches et contremarches à la recherche d'un adversaire invisible,
bien qu'on devine partout sa présence. Il n'était pas dans les
habitudes et dans le tempérament du maréchal de s'en tenir à la
défensive: dès le commencement de décembre, il lance dans le désert
des colonnes légères et rapides. Jusuf, qui commande l'une d'elles
et la mène avec une vitesse endiablée, approche plusieurs fois d'Abd
el-Kader, mais sans l'atteindre. Celui-ci, pendant qu'on court
vainement après lui dans le sud, pointe audacieusement vers le nord,
passe entre les trois ou quatre colonnes qui le guettent, franchit
la lisière du Tell et pénètre dans l'Ouarensenis. Le maréchal se
retourne et tâche de serrer le cercle autour de l'envahisseur. Le
23 décembre, à Temda, Jusuf se heurte enfin aux réguliers d'Abd
el-Kader; mais ceux-ci se dispersent trop vite pour que le combat
soit décisif; l'émir n'en reste pas moins dans l'Ouarensenis, où
il trouve de quoi se refaire. Jusuf, d'ailleurs, est dérouté.
Heureusement, La Moricière, toujours ingénieux à deviner les
mouvements des Arabes, se lance sur la bonne piste, avec des troupes
relativement fraîches. Pas plus que les autres, il ne met la main sur
l'insaisissable adversaire; mais, par l'habileté et la rapidité de
ses manoeuvres, il l'oblige, dans les premiers jours de janvier 1846,
à sortir du Tell et à rentrer dans le désert. Guerre singulière, où
l'on peinait beaucoup, sans avoir presque jamais l'occasion de se
battre. «Il n'y avait pas de bataille à livrer, écrivait le colonel
de Saint-Arnaud, le 24 janvier, puisque l'ennemi fuyait toujours. Il
n'y avait qu'une chose à faire, empêcher l'émir de descendre dans
les plaines, l'user en le réduisant à l'impuissance. Pour cela, il
fallait se montrer partout, lutter d'activité, de persévérance,
d'énergie, courir toujours et souvent frapper dans le vide... Le
maréchal manoeuvre et organise. Le pays est mauvais, on manque de
tout, et on a l'air de ne rien faire. Pour accepter un pareil rôle,
il faut être grand et sûr de soi! Ce rôle aurait compromis des
réputations moins solides. La chose la plus facile à la guerre, c'est
la bataille, pour l'homme de guerre, s'entend. Mais manoeuvrer contre
un ennemi aux abois, qui se rattache à tout, mobile comme un oiseau,
c'est plus difficile, et personne, en ce genre, n'aurait fait autant
que le maréchal[498].

[Note 497: Saint-Arnaud, chef de l'une de ces colonnes, écrivait, le
3 novembre 1845: «Tous ces chérifs paraissent et disparaissent.» Il
ajoutait, le 6 décembre: «Je poursuis à mort les chérifs qui poussent
comme des champignons. C'est un dédale; on ne s'y reconnaît plus.
Depuis l'aîné, Bou-Maza, nous avons Mohammed-bel-Cassem, Bou-Ali,
Ali-Chergui, Si-Larbi, Bel-Bej; enfin je m'y perds. J'ai déjà tué
Ali-Chergui chez les Medjaja; je viens de tuer Bou-Ali chez les
Beni-Derjin.» (_Lettres du maréchal de Saint-Arnaud._)]

[Note 498: _Lettres du maréchal de Saint-Arnaud._]

Après avoir forcé Abd el-Kader à sortir de l'Ouarensenis, La
Moricière mandait à un de ses amis: «Voilà désormais l'émir dans
un pays où il n'y a pas grand'chose à boire ni à manger, où le
bois manque, où le froid est excessif. Je doute qu'il y refasse sa
cavalerie. Je ne l'y suivrai pas... Il ne faut pas lui laisser
toucher terre dans le Tell; mais il n'y a pas grand inconvénient
à le laisser se morfondre dans le désert[499].» La Moricière se
faisait illusion: Abd el-Kader n'était pas homme à se «morfondre»
ainsi. Dès la fin de janvier 1846, on apprenait qu'il avait rassemblé
environ quinze cents cavaliers appartenant aux tribus des hauts
plateaux, et qu'à leur tête il se dirigeait vers l'est. Ne devait-on
pas craindre qu'il ne cherchât de ce côté quelque moyen de rentrer
dans le Tell? Le maréchal Bugeaud, suivant de loin le mouvement de
son adversaire, se transporta rapidement d'Aïn-Toukria à Boghar,
et chargea les colonnes des généraux Bedeau, d'Arbouville et Marey
de garder toutes les entrées du Tell, entre Boghar et la province
de Constantine. Cependant la nouvelle qu'Abd el-Kader se trouvait
maintenant au sud de la province d'Alger, produisait, dans le nord
de cette province, une agitation qui gagnait jusqu'aux tribus de la
Métidja; l'émir avait du reste soin de faire répandre parmi elles le
bruit de sa prochaine arrivée. Il devenait urgent de leur en imposer
par quelque démonstration. Mais comment la faire? Le général de Bar,
qui commandait à Alger, n'avait à peu près aucune force armée sous
la main; toutes les garnisons des villes de la côte avaient été
employées à grossir les colonnes mobiles. Dans ces circonstances,
le maréchal n'hésita pas à télégraphier de Boghar, le 2 février, au
général de Bar, d'armer les condamnés militaires et d'organiser
deux bataillons de la milice, sorte de garde nationale de la ville
d'Alger. La seule annonce de cette mesure effraya la population
civile autant que l'eût fait le mal même contre lequel on se mettait
en garde. Le général de Bar, embarrassé de cette émotion, en référa
au gouverneur, qui lui répondit, le 5 février, en confirmant son
ordre: «La mesure, disait-il, est de nature à prévenir, non à
susciter des alarmes. Il n'y a réellement pas de dangers sérieux,
quant à présent, et nous comptons bien les éloigner pour l'est, comme
nous l'avons fait pour l'ouest; mais une sage prévision a dicté
mon ordre.» Le maréchal prit en outre le parti de se rapprocher
un peu d'Alger, sans cependant perdre de vue les régions du sud;
quelques jours après, il campait devant Médéa. L'un des motifs de
ce mouvement paraît avoir été le désir de ramener ses troupes à la
côte, pour les refaire. Les soldats ne pouvaient supporter longtemps
la vie à laquelle les soumettait l'infatigable gouverneur. Déjà, à
la fin de décembre, celui-ci avait dû, une première fois, laisser
à Orléansville son infanterie exténuée, et avait emmené à la place
celle du colonel de Saint-Arnaud. Le second relais se trouvait
maintenant fourbu comme le premier; les uniformes étaient en loques,
les souliers usés, beaucoup d'hommes malades ou éclopés. La cavalerie
de la colonne commandée par Jusuf paraissait plus misérable encore:
«Les chevaux, raconte un témoin, étaient de vraies lanternes: on
voyait au travers»; à peine en comptait-on deux cents en état, non
certes de charger, mais de marcher.

[Note 499: _Le général de La Moricière_, par KELLER, t. I, p. 418.]

Pendant ce temps, que devenait Abd el-Kader? Se jouant, une fois de
plus, de toutes les colonnes qui le poursuivaient ou le guettaient,
il les tournait par l'est, descendait comme une trombe la vallée du
haut Isser, tendait la main à Ben-Salem, son ancien khalifa dans
ces régions, razziait les tribus fidèles à la France et arrivait
jusque sur le bas Isser, près de la mer, à quelques lieues d'Alger,
sur la lisière de la Métidja vide de troupes et pleine de colons.
Allait-il se jeter sur cette plaine? Sans doute ce ne pourrait
jamais être qu'une incursion aussi passagère qu'audacieuse; il
suffirait que les colonnes agissant dans le sud revinssent vers la
côte, pour contraindre l'envahisseur à une retraite précipitée; mais
elles étaient loin; il leur fallait plusieurs jours pour arriver;
en attendant, l'émir n'aurait-il pas le temps de tout dévaster et
massacrer dans les fermes et les villages européens de la Métidja?
De quel effet ne serait pas, sur l'opinion, en Algérie et en France,
cette répétition des désastres de 1839, venant en quelque sorte
démontrer l'inanité des résultats que le maréchal Bugeaud se vantait
d'avoir obtenus par six années d'efforts et de sacrifices! Quel
découragement pour ceux qui avaient cru en lui! Quel triomphe pour
ses adversaires! Certainement sa gloire ne résisterait pas à un
pareil coup.

La dépêche annonçant cette stupéfiante irruption parvint au
gouverneur pendant qu'il campait sous Médéa. C'était le soir,
et, suivant son habitude, il faisait une partie de whist, sous
sa tente, avec ses deux aides de camp, le commandant Rivet et le
capitaine Trochu. Ceux-ci ont aussitôt l'impression tellement vive
du péril, que, raconte l'un d'eux, leur langue desséchée s'attache
à leur palais et les empêche de parler[500]. Mais le maréchal,
admirablement tranquille et posant un moment ses cartes: «En voilà
une bonne! dit-il; faisons sans tarder tout ce que nous pourrons.» Il
télégraphie d'abord à Alger de réunir les condamnés, les miliciens,
tous les gendarmes de la région, et de les mettre en évidence
sur les hauteurs de la Métidja, pour simuler une préparation de
défense. Il appelle ensuite Jusuf: «Combien avez-vous de chevaux
sur pied? lui demande-t-il.--Deux cents.--Pouvez-vous être demain
dans la Métidja?--Oui, en allant au pas.--Partez tout de suite,
et montrez-vous sur les points les plus en vue.» Le gouverneur
complète ses mesures en annonçant qu'avec le reste de la colonne,
il se mettra en route au point du jour. Se retournant alors vers
ses aides de camp, toujours imperturbable: «Messieurs, reprenons
notre whist.»--«Je recevais là, plus encore qu'à Isly, a écrit plus
tard le général Trochu, une inoubliable leçon d'équilibre dans le
commandement, à l'heure des grands périls.» Le lendemain, la colonne
du maréchal Bugeaud marchait rapidement dans la direction du bas
Isser, en tenant les hauteurs qui bordent la Métidja, quand le
capitaine Trochu, qui cheminait en tête, absorbé par d'assez sombres
prévisions, voit accourir à fond de train un cavalier arabe, agitant
un pli au-dessus de sa tête. «Quelle nouvelle?» s'écrie-t-il tout
anxieux. Le messager lui apprend que l'émir vient d'être surpris dans
une attaque de nuit, et qu'il est en pleine déroute.

[Note 500: C'est à l'obligeante communication de M. le général Trochu
que je dois ces détails, ainsi que ceux qui vont suivre. Ils donnent
parfois aux événements une physionomie un peu différente de celle
que leur ont prêtée d'autres historiens. Mais le témoignage d'un
homme aussi bien placé pour tout voir et aussi bien préparé à tout
comprendre, m'a paru avoir une valeur décisive.]

Que s'était-il passé? Peu auparavant, quelques compagnies
d'infanterie légère étaient arrivées de France à Alger; c'étaient
les seules troupes régulières dont disposait le général de Bar.
Suivant les indications données par le maréchal, lors des premiers
symptômes d'agitation, il les avait envoyées, sous les ordres du
général Gentil, occuper le col des Beni-Aïcha qui commandait à l'est
l'entrée de la Métidja. À la nouvelle des razzias opérées sur le bas
Isser, le général Gentil crut devoir marcher sur les rassemblements
qu'on lui signalait. Sa troupe était peu nombreuse et n'avait pas
encore vu le feu; mais c'était une de ces heures où il faut payer
d'audace; d'ailleurs, il ne croyait pas avoir affaire à Abd el-Kader
en personne. En route, il rallie heureusement un bataillon venant
de Dellys. Dans la nuit du 6 au 7 février 1846, il heurte un peu à
l'aveugle le camp ennemi. Ses jeunes soldats, fort inexpérimentés,
tirent au hasard; dès les premiers coups de feu, les Arabes prennent
la fuite: c'étaient des gens du désert, grands pillards, fort
mal à l'aise d'être si loin de leurs tentes, et n'ayant qu'une
préoccupation, celle d'y rapporter le butin dont ils étaient
gorgés. En quelques instants et sans avoir eu un seul blessé, notre
petite troupe est maîtresse du terrain et y ramasse trois drapeaux,
six cents fusils, les tentes toutes tendues, les chevaux et les
troupeaux enlevés dans les razzias des jours précédents. Le général
Gentil n'était pas le moins étonné d'une si facile victoire; il fut
plus étonné encore quand il sut par les prisonniers qu'Abd el-Kader
était dans le camp et qu'il avait failli y être pris.

L'émir en fuite se jeta dans le Djurdjura et, avec son indomptable
énergie, tâcha de se créer, parmi les Kabyles, un nouveau centre de
résistance. Mais le maréchal Bugeaud, accouru de Médéa et renforcé
des troupes que lui amenait Bedeau, frappa rudement les tribus qui
faisaient mine de soutenir la révolte, et, par un habile mélange de
rigueur et de diplomatie, les détermina à se séparer d'Abd el-Kader.
Celui-ci fut réduit, dans les premiers jours de mars, à reprendre le
chemin du désert.

Ainsi se terminait heureusement pour le gouverneur général ce qu'on
a appelé «la plus grande crise de sa carrière algérienne». Le 24
février 1846, se trouvant près de sa capitale, dont il était sorti
depuis cinq mois, il eut l'idée d'y ramener, pour les reposer un
peu, les soldats avec lesquels il venait de faire une si pénible
campagne. Bien que non annoncé d'avance, ce retour prit un caractère
de triomphe. «Quand le maréchal, raconte le général Trochu, rentra
dans Alger, avec une capote militaire usée jusqu'à la corde, entouré
d'un état-major dont les habits étaient en lambeaux, marchant,
à la tête d'une colonne de soldats bronzés, amaigris, à figures
résolues, et portant fièrement leurs guenilles, l'enthousiasme de
la population fut au comble. Le vieux maréchal en jouit pleinement.
C'est qu'il venait d'apercevoir, de très près, le cheveu auquel la
Providence tient suspendues les grandes renommées et les grandes
carrières, à un âge (soixante-deux ans) où, quand ce cheveu est
rompu, il est difficile de le renouer.» Quelques jours plus tard,
le 2 mars, le gouverneur adressait à l'armée d'Afrique un ordre du
jour où, rappelant à grands traits ce qu'elle avait fait depuis
cinq mois, il la félicitait de ses efforts et de ses succès. «Vous
pouvez aujourd'hui garantir à la France, leur dit-il, que son empire
en Afrique ne sera pas ébranlé par cette grande révolte.» Non
sans doute que le maréchal ne vît plus rien à faire: il montrait
au contraire à ses soldats la nécessité «d'extirper les derniers
vestiges de l'insurrection» et de prendre l'offensive, «en étendant
leurs bras sur tous les points du désert où se formaient les orages
qui étaient venus et viendraient fondre sur eux, s'ils n'allaient
les dissiper». «Votre ardeur, ajoutait-il, ne se ralentira pas au
moment où, de toutes parts, elle est couronnée par le succès... Vous
resterez semblables à vous-mêmes, et la France reconnaissante vous
honorera.»


X

L'insurrection a fait son suprême effort en essayant d'atteindre la
Métidja. Repoussée sur ce point, elle ne fera désormais que décliner.
Les agitateurs secondaires, découragés par l'échec d'Abd el-Kader, ne
sont plus en état de nous opposer une sérieuse résistance. Par leurs
mouvements combinés, Saint-Arnaud, Canrobert et Pélissier expulsent
définitivement Bou-Maza du Dahra et le forcent à s'enfuir dans le
désert. Il suffit au maréchal de se montrer dans l'Ouarensenis pour
le pacifier, et le duc d'Aumale, revenu depuis peu en Algérie pour
prendre sa part de la lutte et du danger, soumet, avec le concours
des généraux Marey et d'Arbouville, la région montagneuse située au
sud-est de la province d'Alger. Le maréchal Bugeaud ne se contente
pas de rétablir ainsi notre autorité dans l'intérieur du Tell; il
ne perd pas de vue Abd el-Kader dans le désert où celui-ci a été
obligé de se retirer. Il le fait pourchasser sans répit par plusieurs
colonnes qui l'atteignent et le maltraitent fort, l'une le 7 mars
1846, l'autre le 13. Dans cette dernière affaire, l'émir ne s'échappe
qu'à grand'peine avec quatorze fidèles. Grâce cependant aux renforts
qui lui viennent de sa deïra, il persiste à tenir la campagne.
Pendant tout le mois d'avril, c'est Jusuf, devenu général, qui court
après lui à bride abattue, tantôt perdant sa piste, tantôt tombant
sur lui à l'improviste, lui tuant quelques hommes et lui arrachant
quelque butin; s'il ne réussit pas à s'emparer de sa personne, du
moins il le réduit à l'existence d'un fugitif, sans cesse traqué,
chaque jour plus dénué, plus affaibli, plus isolé.

Mais dans quel état revenaient, après ces poursuites, nos fantassins
déguenillés et fourbus, nos cavaliers à pied, traînant par la bride
des chevaux hors de service! La Moricière, qui avait assisté à
l'un de ces retours, en était tout ému; il déclarait «n'avoir rien
vu de semblable, ni après la retraite de Constantine, ni après la
désastreuse campagne d'Alger en 1840», et s'inquiétait de l'effet
produit sur les indigènes par un tel spectacle. Ce fut même le
sujet d'un de ces désaccords qui éclataient trop fréquemment entre
le gouverneur général et le commandant de la province d'Oran.
Ce dernier, persuadé qu'en fermant le Tell à Abd el-Kader et en
le privant ainsi de tout moyen de se ravitailler, on finirait
par avoir raison de lui, ne cachait pas son peu de goût pour ces
courses perpétuelles dans le désert qui, selon lui, éreintaient
les soldats sans profit suffisant; ou du moins il n'eût voulu les
voir entreprendre que «sur des renseignements certains, avec des
probabilités d'un succès important». Le maréchal releva vivement ces
critiques. «Les opérations dans le désert, écrivit-il à La Moricière,
nous ont rendu les plus grands services; ce sont elles qui ont ruiné
l'émir, en ne lui laissant qu'une poignée de cavaliers exténués;
elles ont amené la soumission de tout le désert au sud de la province
d'Alger; elles nous ont ramené plusieurs tribus du Tell qui avaient
émigré.» Le maréchal «reconnaissait que le général Jusuf, avec des
qualités militaires très distinguées, n'avait pas tout l'ordre
d'administration et d'organisation qu'on aurait pu désirer», mais
il estimait qu'en somme son action avait été utile. «On ne fait les
choses extraordinaires, à la guerre, ajoutait-il, qu'avec des moyens
extraordinaires, et Napoléon a commis une faute en n'engageant pas
la garde impériale à la fin de la bataille de la Moskova. C'était,
disait-on, afin d'assurer la retraite. Mauvaise raison. Il faut tout
faire pour gagner la bataille d'une manière décisive, quand on a fait
tant que de la livrer. Si on la gagne, on n'a pas besoin de faire
retraite. Si nous chassons et ruinons Abd el-Kader, notre infanterie
et notre cavalerie auront le temps de se remettre. Je ne regrette
donc nullement les travaux qui ont amené le délabrement qui vous
afflige. Jusuf jouait un coup de partie pour la tranquillité de toute
l'Algérie; il voulait avant tout réussir, et je pense sincèrement que
le résultat lui donne raison[501].»

[Note 501: KELLER, _Le général de La Moricière_, t. Ier, p. 421 à
423.--V. aussi C. ROUSSET, _La conquête de l'Algérie_, t. II, p. 91 à
93.]

Quelque confiance que le gouverneur général eût dans les chevauchées
de Jusuf, il sentait qu'il y aurait eu un moyen bien plus sûr et
plus prompt d'avoir raison d'Abd el-Kader; c'eût été de porter la
guerre sur le territoire marocain et d'y poursuivre cette deïra
qui, à l'abri de nos coups et contrairement aux stipulations du
traité de Tanger, servait de base d'opérations à la révolte. Ce
n'était pas la première fois que, devant la mauvaise volonté ou
l'impuissance de l'empereur Abd er-Raman, le maréchal songeait à se
faire justice lui-même en passant la frontière. Mais toujours il
avait été contenu par le gouvernement, qui gardait un souvenir trop
présent des difficultés diplomatiques nées de la guerre du Maroc,
pour vouloir recommencer une pareille aventure[502]. Au point de
vue de la politique générale, rien de plus raisonnable que cette
prudence du gouvernement: n'eût-il pas été fort périlleux de nous
trouver aux prises avec une nouvelle question marocaine, au moment
de la querelle des mariages espagnols? Mais on conçoit que ceux
qui, comme le maréchal Bugeaud, regardaient surtout les choses au
point de vue de la pacification de l'Algérie, fussent tentés de se
montrer moins patients. La grande insurrection de 1845-1846, la vue
de l'émir se relevant chaque fois des coups qu'on lui portait, au
moyen des secours qu'il tirait de sa deïra, n'étaient pas faites pour
rendre cette patience plus facile. Aussi, à cette époque, le maréchal
Bugeaud était-il de plus en plus convaincu de la nécessité d'une
«opération sérieuse» sur le territoire marocain, et de plus en plus
pressé de l'entreprendre[503]. Il s'en ouvrit dans les dépêches qu'il
adressa à Paris: si l'on ne voulait pas l'autoriser formellement à
faire cette «guerre d'invasion défensive», il demandait au moins
qu'on la lui laissât faire, sauf à en rejeter plus tard sur lui
seul la responsabilité. Le gouvernement, effrayé de tels projets,
fit aussitôt connaître à Alger, par écrit et par envoyés spéciaux,
sa ferme volonté de ne rien permettre de pareil. De plus, M. Guizot
profita de l'habitude où il était de correspondre amicalement avec le
maréchal, pour lui expliquer les motifs de cette décision. Dans une
lettre en date du 23 avril 1846, il lui exposa l'avantage qu'avait
pour nous un accord même imparfait et peu efficace avec l'empereur du
Maroc, l'opposition qu'une nouvelle guerre soulèverait en France, les
complications qu'elle ferait naître en Europe, l'anarchie, fâcheuse
pour nos intérêts, qu'elle provoquerait au Maroc, l'impossibilité
où serait notre armée d'atteindre, dans ces régions lointaines
et inconnues, l'émir qu'elle ne parvenait pas à joindre sur le
territoire algérien. Il rappela, en terminant, que, «quand on est en
présence de populations semi-barbares et de gouvernements irréguliers
et impuissants», il faut savoir prendre son parti de certains maux
inévitables. «Il n'y a pas moyen, ajoutait-il, d'établir, avec de
tels gouvernements et avec de tels peuples, même après leur avoir
donné les plus rudes leçons, des relations sûres, des garanties
efficaces; il faut, ou pousser contre eux la guerre à fond, jusqu'à
la conquête et l'incorporation complète, ou se résigner aux embarras,
aux incidents, aux luttes que doit entraîner un tel voisinage, en se
mettant en mesure de les surmonter ou d'en repousser plus loin la
source qu'on ne peut tarir.» Vérité d'expérience fort utile à méditer
pour tous les gouvernements qui font de la politique coloniale. Déjà,
du reste, l'année précédente, lors du débat sur le traité de Tanger,
le duc de Broglie avait développé cette même idée avec sa précision
accoutumée. Devant des raisons si fortes et une volonté si ferme, le
maréchal Bugeaud céda, non sans regret, mais sans hésitation. «Ce que
vous me dites, répondit-il à M. Guizot, le 30 avril, de la conduite
que nous devons tenir envers le Maroc, me paraît d'une grande
justesse, me plaçant à votre point de vue, et c'est là qu'il faut se
placer[504].»

[Note 502: Le Roi, notamment, avait manifesté sur ce point, dès
l'origine, une volonté très arrêtée. «Si on ne met pas un éteignoir
absolu de notre côté, écrivait-il, le 12 novembre 1844, au maréchal
Soult, on nous enfilera dans une nouvelle guerre avec le Maroc. Je
crois qu'il faut _des ordres péremptoires_ de ne laisser passer les
frontières du Maroc par nos troupes, _nulle part et sous quelque
prétexte que ce soit, pas même celui de la poursuite d'Abd el-Kader_.
Nous sommes hors du guêpier, et ne nous y laissons pas entraîner une
seconde fois.» (_Documents inédits._)]

[Note 503: Voir notamment les lettres que le maréchal Bugeaud
écrivait, le 6 avril 1846, au duc d'Aumale et à M. Léon Roches.
(D'IDEVILLE, _Le maréchal Bugeaud_, t. III, p. 97 à 99 et p. 103.)]

[Note 504: _Mémoires de M. Guizot_, t. VII, p. 212 à 223.]

Au moment même où le gouvernement retenait ainsi le maréchal, le
territoire marocain était le théâtre d'un événement atroce qui eût
suffi, et au delà, si des raisons de politique générale ne nous
eussent arrêtés, à justifier notre intervention. Depuis plus de six
mois, la deïra d'Abd el-Kader renfermait deux cent quatre-vingts
prisonniers français; quatre-vingt-quinze, dont cinquante-sept
blessés, étaient les héroïques survivants de Sidi-Brahim; les
autres étaient ceux qui avaient capitulé sans combat sur la route
d'Aïn-Temouchent. Ces prisonniers avaient été d'abord bien traités.
Plusieurs fois Abd el-Kader avait fait, pour leur échange, des
ouvertures toujours repoussées. Le maréchal était convaincu,--et
son opinion était partagée par plusieurs généraux d'Afrique,--que
de telles propositions étaient surtout, dans l'intention de l'émir,
un moyen de faire croire aux Arabes qu'il négociait avec la France
en vue d'une paix prochaine, et de retenir sous son influence, à
l'aide de cet artifice, les tribus qui commençaient à lui échapper.
Bugeaud refusait donc de se laisser prendre à ce qu'il jugeait être
un piège. On n'était pas toutefois, de notre côté, sans travailler
à la libération des captifs; usant d'un procédé qui lui avait
déjà réussi dans une circonstance analogue, notre diplomatie
s'adressait à l'empereur du Maroc: «Vous êtes en paix avec nous,
lui disait-elle; nous ne pouvons donc admettre que des prisonniers
français soient retenus sur votre territoire par Abd el-Kader;
faites-vous-les livrer, et rendez-les-nous.» Mais, pendant que
ces pourparlers se continuaient avec plus ou moins de chance de
succès, la deïra subissait une crise: la mauvaise fortune de son
maître réagissait sur elle; les vivres et l'argent commençaient à
lui manquer; avec la détresse, étaient venus le mécontentement,
la discorde et les désertions; des tribus entières partaient pour
l'intérieur du Maroc; quant à celles qui demeuraient fidèles, il
leur fallait se préparer à un exode, car Abd el-Kader les appelait
dans le sud, auprès de lui. Dans ces conditions, la garde des
prisonniers devenait un embarras. Le 24 avril 1846, aussitôt après
l'arrivée d'un courrier de l'émir, douze des prisonniers, dont six
officiers, furent emmenés hors du camp, sous prétexte d'assister à
une fête; c'étaient ceux dont on espérait une rançon. Les deux cent
soixante-huit autres, à la tombée de la nuit, furent répartis, par
petits groupes, dans les huttes de leurs gardiens. À minuit, au
signal donné par un cri, le massacre commença. Ceux qui ne tombèrent
pas dès les premières fusillades furent brûlés dans les gourbis où
ils se réfugièrent. Un seul s'échappa, blessé, nu; les Marocains le
ramassèrent et le reconduisirent à nos avant-postes, où il arriva le
17 mai; ce fut par lui qu'on eut le récit de l'horrible scène. Cette
nouvelle causa, en France, une douloureuse émotion que les ennemis
du maréchal tâchèrent d'exploiter contre lui; ils l'accusèrent,
dans la presse et à la tribune, d'avoir négligé et même d'avoir
systématiquement écarté ce qui eût pu prévenir ce malheur. Abd
el-Kader était-il l'auteur du massacre? On en voudrait douter, ne
serait-ce qu'à cause de l'attitude chevaleresque qu'il avait prise
en d'autres circonstances[505]. Mais lui-même a avoué plus tard que
tout s'était fait par son ordre, et il n'a trouvé d'autre excuse à
invoquer que l'irritation où l'aurait jeté le refus d'échanger les
prisonniers[506].

[Note 505: En 1843, dans un combat de cavalerie, le trompette
Escoffier, voyant son capitaine démonté et sur le point d'être
capturé, mit pied à terre et lui amena son cheval: «Montez vite,
mon capitaine, lui dit-il, c'est vous et non pas moi qui rallierez
l'escadron.» Le brave trompette fut fait prisonnier. Le maréchal
Bugeaud fit connaître à l'armée, par un ordre du jour, cet acte
héroïque, et le Roi, sans attendre la libération d'Escoffier, le
décora de la Légion d'honneur. Informé de ces faits, Abd el-Kader
traita son prisonnier avec les plus grands égards et lui fit même
remettre solennellement la croix de la Légion d'honneur devant ses
troupes réunies. Escoffier fut échangé l'année suivante.]

[Note 506: Dans une lettre écrite par Abd el-Kader au Roi, en
novembre 1846, nous lisons: «L'accroissement de notre colère a été
tel que nous nous sommes décidé à ordonner le massacre.» Et dans une
lettre au maréchal Soult, de la même date: «La colère a fini par
déborder de notre coeur, et nous avons ordonné que l'on tuât vos
prisonniers.»]

Ce n'était pas par cet acte d'inutile cruauté qu'Abd el-Kader
pouvait relever sa fortune. La chasse qu'on lui donnait dans le
désert continuait toujours. Comme, pour échapper à Jusuf, il s'était
rejeté vers l'ouest, la poursuite était désormais menée par l'un des
lieutenants de La Moricière, le colonel Renault. Elle se prolongea
de la fin de mai au commencement de juillet 1846, avec les fatigues
et les péripéties accoutumées. L'émir, surpris le 1er juin, n'eut
que le temps de sauter sur un cheval pour s'enfuir. Le plus grave
pour lui était que les tribus nomades du désert l'abandonnaient
et venaient nous demander l'aman. Les gens d'Arbâ, auxquels il
réclamait le cheval de soumission, ne lui offrirent qu'un âne. Les
Ouled-Sidi-Cheikh, qu'il appelait aux armes, lui répondirent: «Tu
es comme la mouche qui excite le taureau; quand tu l'as irrité, tu
disparais, et nous recevons les coups.» La deïra, ruinée et réduite
des trois quarts, n'était plus en état de fournir des renforts. Si
fier que fût toujours son coeur, Abd el-Kader était à bout, et, dans
les premiers jours de juillet, abandonnant la partie, il rentra
dans le Maroc par Figuig. Il y avait sept mois que, seul, par son
prestige, son énergie, son audace, sa fécondité de ressources, cet
homme vraiment extraordinaire défiait toutes les poursuites et tenait
en alerte une armée de cent mille hommes, commandée par nos meilleurs
officiers. Pourquoi faut-il que le sang des prisonniers massacrés
ternisse une gloire qui aurait pu être si pure?


XI

Pendant la longue lutte qu'il venait de soutenir, le maréchal
Bugeaud n'avait pas eu seulement affaire aux Arabes. En France,
une bonne partie de l'opinion, travaillée par certains journaux,
s'était montrée assez mal disposée à son égard. Elle s'en était
prise à lui de tout ce qui, dans cette insurrection, l'avait déçue,
alarmée, attristée, ennuyée: de la violence imprévue de l'explosion,
des malheurs du début, de la lenteur et des difficultés de la
répression. Cette guerre, sans faits d'armes, n'avait ni intéressé
son imagination, ni flatté son amour-propre. Tout était matière à
reproches: la dissémination des troupes, leurs fatigues excessives,
le retard et la médiocrité des résultats. Les beaux esprits se
croyaient le droit de plaisanter le maréchal qui courait, avec
cent mille soldats, contre un seul homme, sans pouvoir seulement
l'atteindre; les badauds de Rome ne raillaient-ils pas déjà Metellus
de ce qu'il tardait à s'emparer de Jugurtha?

Tout ce bruit de critiques arrivait aux oreilles de Bugeaud, jusque
dans les régions lointaines où il faisait campagne, et il ne savait
pas le dédaigner. «Je ne m'étonne pas, mandait-il à un de ses amis,
le 22 mars 1846, que vous soyez indigné de toutes les ordures et
sottises qu'on me jette à la tête. Ferait-on pire si j'avais perdu
cent combats et toute l'Algérie? On n'a jamais rien vu, je crois,
de pareil à ce déchaînement sans base aucune, puisque je n'ai pas
éprouvé le plus léger échec, et que j'ai donné, tout au moins,
l'exemple de la plus grande activité et d'une opiniâtre persévérance
à vaincre l'hydre qui m'entourait de ses mille têtes. J'ai la
conscience de n'avoir jamais mieux mérité de la France[507].» Tels
furent même son irritation et son dégoût qu'il en revint à parler
de démission. Il écrivait, en avril, à M. Guizot: «Je sais que vous
voulez me défendre à la tribune, et que vous me défendrez bien; mais
votre éloquence effacera-t-elle le mal qui se fait et se fera tous
les jours? Croyez-vous qu'on puisse rester, à de telles conditions,
au poste pénible et inextricable où je suis? Mon temps est fini, cela
est évident. L'oeuvre étant devenue quelque chose, tout le monde
s'en empare; chacun veut y mettre sa pierre, bien ou mal. Je ne puis
m'opposer à ce torrent, et je ne veux pas le suivre; je m'éloigne
donc de la rive. J'ai déjà fait la lettre par laquelle je prie M. le
ministre de la guerre de soumettre au gouvernement du Roi la demande
que je fais d'un successeur. Je fonde ma demande sur ma santé et
mon âge qui ne me permettent plus de supporter un tel fardeau, et
sur mes affaires de famille; mais, entre nous, je vous le dis, ma
grande raison, c'est que je ne veux pas être l'artisan des idées
fausses qui règnent très généralement sur les grandes questions
d'Afrique. Je ne redoute ni les grands travaux de la guerre, ni ceux
de l'administration; mes soldats et les administrateurs de l'Algérie
le savent très bien; mais je redoute l'opinion publique égarée[508].»
Ce n'était certes pas que le maréchal Bugeaud manquât de foi dans son
oeuvre. Pour ce qui regardait, notamment, la dernière insurrection,
il estimait que l'événement répondait victorieusement à tous les
détracteurs de sa tactique, et, bien que sa campagne ne fût marquée
par aucune action militaire éclatante, il s'en honorait comme d'une
des plus remarquables qu'il eût faites. À un ami qui venait de se
marier, il écrivait, le 31 mai: «Vous êtes, à présent, enfoncé dans
la lune de miel... Cette lune ne reviendra plus pour moi, mais je
suis dans ma lune de gloire; j'ai vaincu les Bédouins de France, en
même temps que ceux d'Afrique. Je crois ceux de France plus près de
reprendre les hostilités que ceux d'Afrique. Ils disent, à présent,
que ce n'était rien, que cela ne valait pas la peine de s'en
occuper, et qu'avec des moyens aussi grands que ceux que j'avais,
j'aurais dû faire bien plus vite et mieux[509].»

[Note 507: _Le maréchal Bugeaud_, par D'IDEVILLE, t. III, p. 100.]

[Note 508: _Mémoires de M. Guizot_, t. VII, p. 223 à 225.]

[Note 509: D'IDEVILLE, t. III, p. 124, 125.]

La discussion qui s'ouvrit à la Chambre des députés, en juin 1846,
sur les crédits relatifs à l'Algérie, fournit aux préventions qui
s'étaient formées, depuis quelque temps, contre le maréchal Bugeaud,
une occasion de se manifester. Sans doute, on ne pouvait plus lui
reprocher de ne pas savoir vaincre Abd el-Kader, puisqu'à cette
époque la révolte était considérée comme domptée; mais la critique
trouvait ailleurs à quoi se prendre. Le signal fut donné par le
rapporteur de la commission, M. Dufaure; tout en rendant hommage
à l'oeuvre militaire du gouverneur, il refusa d'approuver son
oeuvre administrative et colonisatrice, réclama un régime civil,
et exprima le voeu de voir établir un ministère de l'Algérie dont
le gouverneur ne serait plus que l'agent. Au cours du débat, de
nombreux orateurs reproduisirent ou même aggravèrent ces griefs:
entre tous, il faut citer M. de Tocqueville et M. de Lamartine. À
entendre M. de Tocqueville, ce qui manquait à l'Algérie, c'était
un bon gouvernement, ou même seulement un gouvernement; il appuya
sur les tiraillements, les conflits qui s'étaient produits entre
le cabinet et le gouverneur général; il montra le cabinet n'osant
pas rappeler le maréchal, mais le laissant malmener par ses amis,
tandis que, de son côté, le maréchal faisait attaquer le cabinet par
ses journaux; le résultat était que les deux pouvoirs se tenaient
en échec et aboutissaient à l'impuissance. Quant à M. de Lamartine,
dans un discours de proportions gigantesques, il s'attaqua à
tout le système appliqué en Algérie, y dénonçant je ne sais quoi
d'excessif, d'immodéré, et comme «un débordement de guerre, de sang
et de millions». Il se plaignit que le maréchal Bugeaud, au lieu de
remplir le mandat qui lui avait été donné de «fermer cette grande
plaie de l'Algérie», l'eût au contraire «envenimée et élargie». Ce
qu'il préconisait, c'était, en réalité, l'occupation limitée qui
était pourtant depuis longtemps jugée. Il s'éleva aussi contre la
«dictature militaire», à laquelle il imputait tous les maux de la
colonie, et termina par un réquisitoire indigné contre l'inhumanité
de notre guerre africaine, particulièrement contre les razzias.

M. Guizot répondit à ces critiques par un discours considérable.
Après avoir écarté, en quelques mots émus, l'accusation de cruauté
portée contre nos généraux, il examina la conduite suivie en Afrique,
depuis 1840. Tout d'abord, il fit honneur au cabinet d'avoir
résolument engagé sa responsabilité en envoyant le général Bugeaud à
Alger et en lui fournissant tous les moyens d'action dont il avait
besoin. Ce lui fut une occasion de s'expliquer sur les désaccords
survenus entre le ministère et le gouverneur, désaccords auxquels
ce dernier avait parfois donné un éclat si compromettant et dont
l'opposition avait naturellement cherché à se faire une arme. Le
sujet était délicat; M. Guizot se tira de la difficulté avec adresse
et dignité. «C'est le devoir du gouvernement, dit-il, de subordonner
toujours ce qui est secondaire à ce qui est essentiel, et de savoir,
avec ses agents, passer par-dessus des erreurs et des dissidences,
quand il s'agit de conserver au pays de grands et utiles services. En
vérité, lorsque j'entends porter à cette tribune la petite histoire
de nos dissidences et des anecdotes auxquelles elles ont donné lieu,
quand je les entends grossir, quand on s'étonne que nous n'en ayons
pas fait une plus grosse affaire, je m'étonne fort à mon tour. On
oublie donc que cela est arrivé très souvent dans le monde et à des
gouvernements qui se respectaient et savaient se faire respecter?
Quand Louis XIV disait à un officier qui allait rejoindre l'armée
de Turenne: «Dites à M. le maréchal de Turenne que je serais bien
aise d'avoir quelquefois de ses nouvelles», car M. de Turenne ne
voulait pas écrire à M. de Louvois, c'était là, permettez-moi de
le dire, une irrévérence un peu plus grande que celle qu'on a
rappelée à cette tribune. Cependant Louis XIV ne rappelait pas M.
le maréchal de Turenne; il prenait seulement le petit moyen que je
vous indiquais, pour le rappeler à son devoir. Eh bien, nous avons eu
les mêmes raisons et nous avons tenu la même conduite. Nous savons
parfaitement qu'un gouvernement doit se faire respecter des hommes
qu'il emploie; mais quand nous considérons deux choses: l'une,
l'éminence des services; l'autre, la loyauté du caractère; quand
nous avons la certitude que ces deux choses-là existent, nous savons
aussi ne pas tenir compte des petits incidents.» Abordant ensuite
le fond de son sujet, M. Guizot insista principalement sur ce qui
avait été fait, depuis six ans, pour la soumission de l'Algérie: il
avait là beau jeu. Il passa plus rapidement sur l'administration et
la colonisation, sentant probablement le terrain moins favorable.
En ce qui touchait l'administration, il reconnut que le régime
civil était le but, affirma qu'on s'en rapprochait chaque jour
davantage, mais fit observer que, pendant quelque temps encore, le
maintien du gouvernement militaire importait à notre sécurité. Quant
à la colonisation, il déclara que «le gouvernement avait pris le
parti de n'épouser exclusivement aucun mode, mais de les favoriser
tous», et annonça, à ce titre, «certains essais» de colonisation
militaire. À son avis, d'ailleurs, parmi les questions soulevées, il
en était plusieurs qui devaient être examinées, mais qui n'étaient
pas encore mûres; c'était à l'avenir de les résoudre. «Il faut,
disait le ministre en terminant, être à la fois moins impatient et
plus confiant dans l'avenir; il ne faut pas croire que des fautes,
des erreurs, des misères empêchent le succès définitif. C'est la
condition des affaires humaines: elles sont mêlées de bien et de mal,
de fautes et de succès; il faut savoir supporter ces vicissitudes...
Et, au milieu de ce continuel mélange, il ne faut désespérer de rien;
il faut seulement se donner le temps de vaincre les difficultés et
de résoudre les questions; c'est tout ce que le gouvernement du Roi
demande quant à l'Algérie.»

De loin, le maréchal Bugeaud avait suivi ces débats. Il n'avait pu
qu'être reconnaissant de la façon dont M. Guizot l'avait défendu;
mais cela ne suffisait pas à lui faire prendre en patience les
critiques, et il parlait toujours de s'en aller. «J'ai beaucoup à me
louer du cabinet, écrivait-il à M. de Corcelle... Ce n'est donc pas
par humeur et mécontentement que je désire me retirer... Mais je
redoute les faiseurs de systèmes et de projets... Je suis effrayé
de ce qu'exigent du gouverneur les hommes qui, n'ayant jamais fait
que gratter du papier, croient qu'on improvise la colonisation et les
grands travaux publics... On me dit que je n'ai rien fait. Jugeant
bien que je ne puis pas faire mieux que par le passé, je dois fuir
l'avenir... En colonisation, en administration, on ne peut pas
faire rapidement de ces choses éclatantes qui captivent le suffrage
public. C'est l'oeuvre du temps et de la persévérance. Or, l'opinion
ne me donnerait pas de temps, et d'ailleurs, à soixante-deux ans,
on n'en a pas devant soi... N'ayant que très peu d'années devant
moi, je suis bien convaincu qu'en quittant le gouvernement quand les
forces me manqueraient, je m'en irais conspué pour n'avoir pas fait,
de toute l'Algérie, des départements constitués comme ceux de la
France[510].» Quelques semaines plus tard, le 16 juillet 1846, dans
un banquet donné en l'honneur de M. de Salvandy, alors de passage à
Alger, le maréchal répondait assez mélancoliquement aux félicitations
et aux voeux qui lui étaient adressés au nom de la population civile:
«Messieurs, je suis profondément touché de ce que vous venez de me
dire. Après l'estime du gouvernement et de la métropole, la vôtre
m'est certainement la plus chère; mais, quel que soit le dévouement
qu'elle ravive en moi, il ne m'est pas donné, ainsi que vous m'y
invitez, de compléter mon oeuvre. Vous userez encore bien des
gouverneurs avant d'y parvenir...» Deux jours après, il partait en
congé pour la France.

[Note 510: _Documents inédits._]


XII

Si difficile à vivre que leur parût parfois le maréchal Bugeaud,
les ministres désiraient qu'il conservât encore la direction des
affaires algériennes. Ils lui déclarèrent donc, dès son arrivée à
Paris, qu'ils ne voulaient pas entendre parler de sa démission, et
ils ne négligèrent rien pour le calmer et l'amadouer. D'ailleurs, à
la fin de l'année précédente, la composition du cabinet avait subi
un changement qui facilitait l'entente: le maréchal Soult, fatigué
par l'âge, avait abandonné son portefeuille, pour ne conserver que la
présidence du conseil, présidence un peu nominale; il avait eu pour
successeur au ministère de la guerre le général Moline Saint-Yon,
avec lequel le gouverneur était en très bons termes[511]. Le Roi,
auquel Bugeaud était fort attaché, intervint personnellement pour
le presser de garder ses fonctions. «Sire, j'obéis, répondit le
maréchal, mais je supplie Votre Majesté de faire que j'aie quelque
chose de grand, de décisif à exécuter en colonisation.» On sait
ce qu'il entendait par là: c'était une allusion à cette fameuse
colonisation militaire dans laquelle, plus que jamais, il voyait
la solution nécessaire et unique. Sur les conseils de ses amis, il
avait renoncé à l'exécution immédiate et en grand, qui avait tant
effarouché les esprits; il réclamait seulement un essai sérieux. On
lui donna satisfaction: engagement formel fut pris de demander, dès
l'ouverture de la prochaine session, un crédit de trois millions pour
faire cet essai.

[Note 511: «J'ai beaucoup à me louer du nouveau ministre de la
guerre», écrivait le maréchal Bugeaud à M. de Corcelle, le 19 juin
1846. (_Documents inédits._)]

Le maréchal Bugeaud rentra à Alger, en novembre 1846. Il y trouva
la colonie assez tranquille. Abd el-Kader s'était définitivement
retiré en terre marocaine, l'âme toujours indomptable, mais
impuissant[512]. Moins il se sentait en état de reprendre la lutte
armée, plus il tâchait de persuader aux indigènes que la France
traitait avec lui. La présence à son camp des onze prisonniers,
survivants de l'horrible massacre du 24 avril, lui fournit l'occasion
d'ouvrir une sorte de négociation. Il chargea le principal d'entre
ces prisonniers, le lieutenant-colonel Courby de Cognord, d'écrire
aux commandants français de la frontière pour proposer un échange.
Puis, sans attendre que ces premiers pourparlers eussent abouti, il
fit traiter sous main d'une libération moyennant rançon; toute une
comédie fut jouée pour faire croire que la rançon était exigée par
les subalternes à l'insu de l'émir, et que celui-ci relâchait ses
captifs par pure générosité. Le 25 novembre, Courby de Cognord et
ses compagnons furent remis, contre argent, au commandant espagnol
de Mélilla, qui avait servi d'intermédiaire, et de là conduits à
Oran, où leur fut fait un accueil ému. Ils amenaient avec eux un
Arabe, porteur de deux lettres d'Abd el-Kader à Louis-Philippe et au
maréchal Soult. Ces lettres, d'une fierté pompeuse, concluaient à des
propositions de paix: dans l'exposé des faits, l'émir se présentait
comme ayant été contraint à la guerre par nos généraux; un fait
toutefois le gênait visiblement, c'était le massacre des prisonniers:
il reconnaissait l'avoir ordonné, mais disait y avoir été acculé
par les mauvais procédés des commandants français, par leur refus
obstiné de vouloir entendre parler d'échange, par leur injurieuse
prétention de faire intervenir l'empereur du Maroc; il rejetait donc
sur eux seuls la responsabilité du fatal dénouement; il terminait en
se faisant honneur de la générosité avec laquelle il libérait les
survivants. Le maréchal Bugeaud ne permit pas au messager de passer
en France; il le renvoya au Maroc, avec cette réponse verbale:
«Dis à ton maître que, s'il nous avait renvoyé nos prisonniers sans
rançon, je lui en aurais remis trois pour un; mais, puisqu'il a fait
payer la liberté de ceux-ci et a fait égorger les autres, je ne lui
dois rien que de l'indignation pour sa barbarie.» Abd el-Kader, fort
mortifié de cette réponse, protesta contre l'injure qu'on lui faisait
en supposant qu'il «avait rendu les Français pour de l'argent».
«Tu oublies, écrivait-il au maréchal, que les choses du monde sont
changeantes. À cet égard, j'en sais plus que toi. Je suis convaincu
que rien ne peut être durable sur cette terre, depuis la création
d'Adam jusqu'à l'extinction de la race humaine. C'est pourquoi je ne
me réjouis point, je ne m'enorgueillis pas ni ne me fie aucunement
aux effets du destin, si la fortune me sourit, comme aussi je ne
m'afflige point ni ne me désespère, si je suis atteint par des
revers, et cela parce que j'ai la croyance que rien n'est stable sur
la terre... Au reste, les anciens sages ont comparé le destin à la
grossesse d'une femme: le sexe de l'enfant prêt à naître ne peut être
connu avant l'enfantement[513].»

[Note 512: Si Abd el-Kader ne reprenait pas les hostilités, ce
n'était pas la faute de lord Palmerston, dont l'acharnement nous
poursuivait jusque sur cette terre lointaine. À cette époque, lord
Normanby avouait que «son gouvernement croyait de son devoir de
soutenir Abd el-Kader, comme il l'avait toujours fait.» (Dépêche de
M. de Brignole, ambassadeur de Charles-Albert à Paris, en date du 4
novembre 1846. HILLEBRAND, _Geschichte Frankreichs_, 1830-1848, t.
II, p. 692.)]

[Note 513: C. ROUSSET, _La conquête de l'Algérie_, t. II, p. 106 à
121.]

Quand Abd el-Kader se sentait impuissant, qui était de force à lutter
contre nous? Bou-Maza l'essaya cependant. Au commencement de 1847, il
quitte le Maroc, se jette dans le sud de nos possessions, erre d'une
oasis à l'autre, sans parvenir à y susciter un mouvement sérieux,
et finit par pénétrer presque seul dans l'Ouarensenis et le Dahra,
premier théâtre de ses combats; mais ses anciens partisans, bien que
le vénérant toujours, s'écartent de lui. Saint-Arnaud ne lui laisse
pas un moment de répit. «Je fais traquer Bou-Maza comme un chacal»,
écrit-il à son frère, le 10 avril. Trois jours après, il ajoute,
avec un cri de triomphe: «Bou-Maza est entre mes mains... C'est un
beau et fier jeune homme. Nous nous sommes regardés dans le blanc
des yeux.» Le 17, «un peu sorti du tourbillon», le colonel raconte
ainsi comment les choses se sont passées: «Les dernières tentatives
faites par Bou-Maza l'ont dégoûté et désillusionné. Partout, il nous
a trouvés en garde... Enfin, il arrive chez un de ses affidés, le
caïd des Ouled-Djounés, qui, s'il eût été seul, se serait prosterné
devant lui; mais il y trouve quatre de mes mokrazani. Ç'a été le
dernier coup. Il a tout de suite pris sa détermination et a dit:
«Menez-moi à Orléansville, au colonel de Saint-Arnaud lui-même»,
ajoutant que c'était à moi qu'il voulait se rendre, parce que c'était
contre moi qu'il s'était le plus battu. Les autres ont obéi; ils
tremblaient encore devant Bou-Maza, qui a gardé ses armes et ne
les a déposées que chez moi, sur mon ordre. En amenant Bou-Maza,
mes quatre mokrazani étaient effrayés de leur audace. D'un signe,
Bou-Maza les aurait fait fuir. L'influence de cet homme sur les
Arabes est inconcevable. Bou-Maza était las de la guerre et de la vie
aventureuse qu'il menait. Il a compris que son temps était passé, et
qu'il ne pouvait plus soulever des populations fatiguées de lui et
domptées par nous. C'est un événement remarquable[514].» Bou-Maza
fut traité avec égard. Interné à Paris, installé dans un riche
appartement des Champs-Élysées, avec une pension de 15,000 francs,
il fut un moment à la mode parmi les badauds de la capitale. Passé,
en 1854, au service de la Porte, il fut fait, en 1855, colonel dans
l'armée ottomane, et mourut peu après en Turquie.

[Note 514: _Lettres du maréchal de Saint-Arnaud._]

Le découragement qui avait amené la reddition de Bou-Maza n'était
pas un fait isolé. Vers la même époque, au nord-est de la province
d'Alger, Ben-Salem, qui avait été l'un des plus importants khalifats
d'Abd el-Kader, venait, accompagné de plus de cent chefs des régions
voisines du Djurdjura, apporter solennellement sa soumission
au maréchal Bugeaud. En avril et en mai 1847, trois colonnes,
commandées par les généraux Jusuf, Cavaignac et Renault, pénétrèrent
simultanément dans l'extrême sud et y promenèrent le drapeau de la
France, sans avoir presque à tirer un seul coup de fusil.


XIII

Rien donc, dans la situation militaire, qui pût préoccuper le
maréchal Bugeaud et qui l'empêchât de porter toute son attention
et tous ses efforts sur le problème de la colonisation. C'était
en résolvant ce problème qu'il prétendait signaler la fin de son
gouvernement. À vrai dire, en cette matière, il était urgent de faire
mieux qu'on n'avait fait jusqu'alors. L'état des villages créés dans
le Sahel et la Métidja ne s'était pas amélioré depuis un an, bien
au contraire. Les misères, déjà notées, à la fin de 1844, par les
voyageurs, notamment par l'abbé Landmann, étaient encore aggravées.
Beaucoup de colons avaient succombé ou s'étaient découragés. Les
demandes de concession, qui, de 1842 à 1845, étaient allées toujours
en augmentant, commençaient à diminuer. En 1846, les villages ne
recevaient que 689 colons nouveaux, tandis qu'ils en perdaient 715.
Il était manifeste que, sous le coup des déceptions survenues, le
premier élan se ralentissait et menaçait de s'arrêter complètement.
À ce mal, le gouverneur prétendait remédier par la colonisation
militaire.

Sa confiance était plus inébranlable que jamais. «Ma conviction
pour le système à adopter en colonisation, écrivait-il à M. Léon
Roches, est aussi profonde que celle que j'avais sur le système de
guerre à faire aux Arabes. Vous m'avez vu lutter (sur ce dernier
point) contre tout le monde, même contre les ministres, sans jamais
me décourager; j'ai résisté avec acharnement et j'ai triomphé. Je
serais sûr également de triompher dans l'essai d'une colonisation
militaire[515].» Sachant l'opinion peu favorable à ses idées, le
maréchal n'hésita pas, pour tâcher de la convertir, à se faire
publiciste et même journaliste: c'était son habitude. Dans le
courant de la session de 1846, il avait envoyé une brochure aux
membres du Parlement. Il revint à la charge, par un _Mémoire aux
Chambres_, distribué le 1er janvier 1847: il y entrait dans tous les
détails d'application de son système, en exposait les avantages,
répondait aux critiques; c'était un appel pressant, qui respirait, de
la première ligne à la dernière, une forte conviction. En même temps,
il ne perdait pas un instant de vue le ministère: croyait-il deviner
chez lui quelque hésitation à tenir la promesse faite, quelque
velléité d'ajourner le dépôt du projet d'essai, il écrivait aussitôt
au Roi et menaçait de donner sa démission[516].

[Note 515: D'IDEVILLE, _Le maréchal Bugeaud_, t. III, p. 186.]

[Note 516: Lettre à Louis-Philippe, en date du 30 décembre 1846.
(_Mémoires de M. Guizot_, t. VII, p. 225 à 227.)]

Néanmoins, les préventions contre la colonisation militaire
subsistaient toujours aussi vives dans la population civile. En
novembre 1846, quatre députés, MM. de Tocqueville, de Lavergne,
Plichon et Bechamel, débarquaient en Afrique, avec l'intention
d'étudier par eux-mêmes et sur place les questions soulevées. Le
maréchal, s'étant offert à les promener dans la province d'Alger,
leur fit traverser la Métidja, les conduisit jusqu'à Médéa et les
ramena ensuite par Miliana et Orléansville. Il se flattait de leur
faire ainsi saisir sur le vif les avantages pratiques du régime
militaire, et, en tout cas, de leur montrer la sécurité due au succès
de ses armes. Sur ce dernier point, la démonstration fut éclatante;
sur le premier, elle parut moins concluante. Sans doute le maréchal
eut beau jeu à montrer, à chaque pas, tout ce qu'avait fait l'armée;
mais il avait plus de peine à convaincre ses compagnons de route que
cette armée suffirait, dans l'avenir, à résoudre tous les problèmes
de la colonisation, et que la population civile était satisfaite de
vivre sous son autorité. Plus d'un incident vint, au cours du voyage,
contrarier son argumentation. Un jour, par exemple, une délégation
d'habitants de Miliana demandait au gouverneur, en présence des
députés, qu'un commissaire civil fût chargé de l'administration
municipale, et un juge de paix de l'administration de la justice;
le maréchal répondit aux réclamants par un exposé des avantages
d'une administration gratuite et expéditive, d'une justice également
gratuite et fondée sur le bon sens, sinon sur la science juridique;
il leur reprocha leur ingratitude envers les officiers qui se
dévouaient à une tâche pénible et étrangère à leur carrière, sans
avoir rien à y gagner; puis il les congédia avec assez d'humeur.
Cette démarche malencontreuse lui resta sur le coeur, et plus d'une
fois, les jours suivants, il y revint dans ses conversations avec les
députés. «Que veulent-ils? leur disait-il; sont-ils fous? Ils ont
besoin de nous à chaque instant, et les voilà qui veulent se séparer
de nous! Où trouveront-ils, dans l'autorité civile, les ressources et
l'assistance que leur fournit constamment l'autorité militaire?» Et
se tournant vers le colonel de Saint-Arnaud qui venait de rejoindre
la caravane,--car on approchait d'Orléansville, siège de son
commandement: «Voyons, colonel, puisque nous en sommes là, dites-nous
ce que vous avez fait ici pour la population civile.» Saint-Arnaud
se mit alors à vanter la superbe organisation qu'il avait donnée
à la milice, la discipline rigoureuse qu'il y maintenait. «Mais
aussi, ajouta-t-il, à la moindre négligence, je les mets dans le
silo, la tête la première; voilà ce que j'ai fait pour eux.» À cette
conclusion, ce fut un rire général. Le maréchal, toutefois, fit la
grimace, pensant que ce n'était pas le meilleur moyen de convaincre
les députés de l'excellence du régime militaire. Le commandant du
génie vint à son secours, en exposant tout ce qui avait été fait pour
aider les colons: fourniture de matériaux, constructions, transports,
prêts d'argent. «Eh bien! vous le voyez, s'écria alors le gouverneur,
que gagneront-ils à passer de la tutelle paternelle de l'autorité
militaire sous celle de l'autorité civile? Sera-ce l'autorité
civile qui leur prêtera ses bras pour bâtir leurs maisons, ou ses
équipages pour y faire voyager leurs marchandises? Où prendrait-elle
cette abondance et cette variété de ressources que l'organisation
de l'armée lui permet de mettre sans frais à la disposition des
colons? Que les faiseurs de théories qui les excitent à réclamer des
garanties, des institutions civiles, viennent donc ici leur garantir
d'abord la première de toutes les nécessités, celle de pouvoir
subsister et s'établir dans le pays!» Le soir, l'un des compagnons de
M. de Tocqueville, prenant l'air dans une des rues d'Orléansville,
y fut brutalement apostrophé par un sergent qui, sans prétexte,
menaça de «le mettre dedans» s'il ne s'en allait au plus vite. «Je
sais maintenant, disait plaisamment celui auquel était arrivée
cette mésaventure, ce que c'est qu'un territoire _mixte_, c'est un
territoire mêlé de sergents.» M. de Tocqueville quitta le maréchal
à Orléansville et revint étudier seul, de plus près, les villages
administratifs ou militaires créés autour d'Alger; il sortit de cet
examen mieux convaincu encore qu'il fallait chercher ailleurs la
solution du problème de la colonisation algérienne[517].

[Note 517: Voir, sur le voyage des députés, le récit qu'a fait un de
leurs compagnons, M. A. Bussière. (_Revue des Deux Mondes_ du 1er
novembre 1853.)--Le colonel de Saint-Arnaud écrivait à son frère,
le 29 novembre 1846: «Voilà cinq jours que mon esprit, mes jambes
et mes chevaux ne débrident pas. Le corps est moins fatigué que
l'esprit. Mais tenir tête à un maréchal qui aime à parler, à quatre
députés et deux journalistes qui interrogent sans cesse _ab hoc et
ab hac_, c'est trop; je suis rendu... M. de Tocqueville posait pour
l'observation méthodique, profonde, raisonnée...»]

Mal vu par les «civils», le système du maréchal était loin d'être
soutenu par tous les militaires. Sur l'invitation du gouvernement,
le général Bedeau avait préparé un plan de colonisation pour la
province de Constantine. Il proposait «d'essayer tous les systèmes de
colonisation, à l'exception toutefois de celui des pauvres qui lui
paraissait très onéreux». Bornant le rôle de l'État à la fixation de
certaines limites et de certaines conditions protectrices, au don de
la terre, à l'exécution des grands travaux de sécurité, de salubrité
et de viabilité, il comptait principalement sur l'initiative des
individus et des capitaux, et se préoccupait de leur laisser le
plus de liberté possible. Il ne paraissait faire aucune part à la
colonisation militaire.

C'est surtout du côté du général de La Moricière que venait
l'opposition au système du maréchal Bugeaud. La rivalité un peu
jalouse de ces deux hommes de guerre n'était pas un fait nouveau.
Sans doute, dans leurs bons moments, ils comprenaient, l'un et
l'autre, le tort de leurs divisions; alors le maréchal rendait
justice à son brillant lieutenant et le signalait lui-même au
gouvernement comme l'un des hommes les plus capables de le
remplacer[518]; alors aussi La Moricière écrivait à Bugeaud:
«Pour moi, je repousse la situation de rivalité, d'opposition,
dans laquelle on veut me placer par rapport à vous, Monsieur le
maréchal; je la repousse, parce qu'elle répugne à mon caractère; je
la repousse, au nom de la discipline de l'armée que tout homme qui
aime son pays doit respecter[519].» Malheureusement, par l'effet des
situations et aussi des caractères, les heurts étaient fréquents.
Il s'en était produit dès 1842[520]. À partir de 1845, les rapports
furent plus tendus encore. Quand il se voyait vilipendé dans le
journal _l'Algérie_, tandis que le commandant d'Oran y était porté
aux nues, le maréchal soupçonnait aussitôt ce dernier d'inspirer
cette polémique, soupçon qui, il est vrai, ne tenait pas longtemps
devant les protestations de La Moricière. En octobre 1845, lorsqu'il
revenait soudainement en Afrique pour faire face à l'insurrection, il
ne se retenait pas de blâmer tout haut la façon dont le commandant
intérimaire avait conduit les choses, d'attribuer les premiers
échecs à ses fausses mesures, d'insinuer même qu'il avait manqué de
sang-froid dans le péril. Par contre, quelques mois plus tard, La
Moricière ne se gênait pas pour se plaindre que le maréchal surmenât
ses troupes sans profit. Tous ces désaccords étaient connus de
l'armée, sur laquelle ils ne pouvaient avoir qu'un fâcheux effet. Le
colonel de Saint-Arnaud, qui était entièrement du bord du maréchal
et facilement injuste pour le commandant d'Oran, écrivait à son
frère: «Il n'y a pas deux camps dans l'armée d'Afrique, mais il y
a deux hommes: l'un, grand, plein de génie, qui, par sa franchise
et sa brusquerie, se fait quelquefois des ennemis, lui qui n'est
l'ennemi de personne; l'autre, capable, habile, ambitieux, qui
croit au pouvoir de la presse et la ménage, qui pense que le civil
tuera le militaire en Afrique et se met du côté du civil. L'armée
n'est pas divisée pour cela entre le maréchal Bugeaud et le général
La Moricière; seulement, il y a un certain nombre d'officiers qui
espèrent plus du jeune général qui a de l'avenir, que du vieillard
illustre dont la carrière ne peut plus être bien longue[521].»

[Note 518: Dans une lettre du 28 septembre 1845, le maréchal Bugeaud,
qui voulait alors se retirer, annonçait à M. de Corcelle qu'il avait
jugé «de son devoir envers le Roi et le pays d'indiquer les deux
hommes qu'il croyait les plus capables, par leur savoir et leur
expérience, de le remplacer».--«Vous comprenez, ajoutait-il, que
je désignais les généraux Bedeau et de La Moricière.» (_Documents
inédits._)]

[Note 519: _Le général de La Moricière_, par M. KELLER, t. Ier, p.
333.]

[Note 520: Voir plus haut, t. V, p. 306 à 308.]

[Note 521: _Lettres du maréchal de Saint-Arnaud._]

Aussitôt que la question de colonisation commença à occuper les
esprits, La Moricière y prit position à l'antipode de Bugeaud. Dès
1844 et 1845, dans des notes adressées au ministre ou publiées,
il montrait la solution du problème, non dans l'intervention de
l'État et de l'armée, mais dans l'action des capitaux qu'il fallait
attirer et intéresser; il s'en rapportait à la spéculation du soin
de faire venir les colons sur les terres dont elle se serait mise
en possession. Au commencement de 1846, ses idées se précisent. Sur
l'invitation que le gouvernement lui a adressée en même temps qu'au
général Bedeau, il rédige, pendant ses nuits de bivouac, tout un
plan de colonisation de la province d'Oran, qu'il a soin d'envoyer
directement au ministre, par crainte que le gouverneur général ne
l'intercepte. Partant de cette idée que «le bon sens du pays et de
la Chambre a fait justice du projet de colonisation militaire[522]»,
il propose d'appeler les riches capitalistes au moyen de grandes
concessions de terres faites par adjudication; certaines clauses
seraient imposées aux adjudicataires en faveur des petits colons
qui viendraient s'établir sur leurs terres. Il ne met à la charge
de l'État qu'une dépense très limitée, celle de quelques travaux
d'intérêt général; ainsi évalue-t-il à 200,000 francs les déboursés
à faire pour 2,300 familles, et il oppose la modicité de ce chiffre
aux frais colossaux du système du maréchal Bugeaud. Il se préoccupe
aussi d'écarter les formalités compliquées qui trop souvent rebutent
les initiatives particulières. Si le général compte avant tout sur
les capitalistes, il n'exclut pas de plus modestes concessionnaires;
seulement, il insiste pour qu'on ne leur donne pas plus de terres
que leurs ressources ne leur permettent d'en mettre en valeur. En
tout cas, qu'il s'agisse d'attirer les capitaux gros ou petits, il
faut, à son avis, remplacer, dans les territoires ouverts aux colons,
l'arbitraire du régime militaire par les garanties du régime civil;
le but doit être d'assimiler ces territoires à la Corse, moins les
droits électoraux dans les premières années[523]. Quant au gouverneur
général, son rôle serait réduit à celui de commandant de l'armée et
de chef du pays arabe. Était-il alors aussi facile que le supposait
La Moricière, de faire venir les capitaux en Algérie? Quand, par
application de ses idées, on essaya de mettre en adjudication le
territoire de plusieurs nouvelles communes dans la province d'Oran,
à charge, pour les particuliers ou les compagnies qui se rendraient
adjudicataires, de les peupler de familles européennes, le résultat
fut à peu près nul. Il est vrai que les conditions compliquées
imposées aux adjudicataires étaient bien faites pour décourager toute
entreprise. Le général attribua l'insuccès à ces exigences de la
routine administrative et aussi à la mauvaise volonté du gouverneur.

[Note 522: Ainsi s'exprime La Moricière, dans une lettre du 21 mai
1846, lettre destinée, dans sa pensée, à être publiée.]

[Note 523: La Moricière a exposé cette partie de sa thèse dans
une lettre écrite, le 11 avril 1846, au directeur des affaires
algériennes au ministère de la guerre.]

Le souci de faire prévaloir ses idées sur la colonisation et de mieux
contre-balancer la grande autorité du maréchal Bugeaud éveilla chez
La Moricière l'ambition de se faire, lui aussi, nommer député. Une
occasion lui était offerte par les élections générales d'août 1846.
Ses premières tentatives, à Paris et en Maine-et-Loire, ne furent pas
heureuses. Ce fut seulement en octobre que M. de Beaumont, qui avait
été élu par deux collèges, fit élire La Moricière à sa place dans
celui de Saint-Calais. Arrivé à la Chambre sous de tels auspices,
le général, qu'il le voulût ou non, se trouva plus ou moins lié à
la partie de la gauche qui se groupait autour de M. de Tocqueville.
L'opposition d'ailleurs se montra fort empressée à se parer d'une
si brillante renommée. L'une des conséquences fut naturellement
d'accentuer encore l'antagonisme existant entre le gouverneur
général et son lieutenant. Ils apparaissaient au public comme les
représentants de deux politiques contraires, aussi bien en France
qu'en Algérie. Le colonel de Martimprey, fort dévoué à La Moricière,
s'alarmait d'une telle situation: «Je redoute, écrivait-il d'Afrique,
le spectacle d'une lutte entre mon général et le maréchal Bugeaud; il
n'en sortirait rien de bon, ni pour l'un ni pour l'autre, et quelque
vautour ne tarderait pas à se percher sur leurs cadavres.»

Plus le général de La Moricière prenait ainsi position, plus le
maréchal Bugeaud s'en irritait, et il n'était pas homme à garder
son mécontentement pour lui. Il ne se borna pas à malmener, dans
ses conversations, ce qu'il appelait la théorie des «colons en
gants jaunes». Au commencement de 1847, il publia et fit distribuer
aux membres des Chambres une réfutation sévère du système de La
Moricière. À l'entendre, ce système, loin de résoudre la question
coloniale et la question militaire, ne serait, sous ce double
rapport, qu'une cause de ruines. Il s'attacha surtout à montrer que
l'économie dont on faisait si grand bruit n'était qu'apparente.
D'ailleurs, ajoutait-il, la colonisation la plus rapide et la plus
fortement constituée serait, en définitive, quoi qu'elle coûtât, la
plus économique, parce qu'elle seule permettrait de diminuer l'armée.
Il déclarait donc repousser de tout son pouvoir les idées du général;
tout au plus consentirait-il à les essayer localement, afin d'en
démontrer pratiquement l'inefficacité.


XIV

Cependant la session de 1847 s'était ouverte, et, le 27 février, le
ministre de la guerre, fidèle à l'engagement pris envers le maréchal
Bugeaud, déposait à la Chambre une demande de crédit de trois
millions, pour établir en Algérie des «camps agricoles où des terres
seraient concédées à des militaires». L'exposé des motifs commençait
par rappeler les divers modes de colonisation tentés jusqu'alors
en Afrique; tout en se félicitant de ce qui avait été et de ce qui
pourrait encore être obtenu, il indiquait l'utilité de «fonder, sur
les limites des territoires occupés, une colonisation plus forte,
plus défensive que la colonisation libre et civile, une colonisation
armée, véritable avant-garde destinée à se servir du fusil comme de
la bêche, sorte de bouclier pour les établissements placés derrière
elle». Il indiquait que l'armée seule pouvait fournir les éléments
de cette colonisation. Venaient ensuite des détails sur la manière
d'organiser ce corps de soldats appelé à devenir un peuple de colons.

Il fut aussitôt visible que l'opinion faisait mauvais accueil à
l'idée des camps agricoles. À Alger, les colons se réunirent pour
protester et envoyèrent en France des délégués chargés de demander le
rejet de la loi. Le gouvernement, assez embarrassé et peu disposé à
porter seul la responsabilité d'un projet qu'il n'avait présenté que
par égard pour Bugeaud, insista fortement auprès de ce dernier pour
qu'il vînt à Paris et assumât le premier rôle dans la discussion. Le
maréchal ne parut pas pressé de se rendre à cet appel. Malade d'un
gros rhume, mécontent de ce que le ministère ne s'engageait pas plus
à fond, et probablement pressentant l'échec final, il répondit, sur
un ton assez grognon, le 9 mars 1847, à M. Guizot: «Je n'ai rien
vu de plus pâle, de plus timide, de plus incolore que l'exposé des
motifs du ministre de la guerre. On y a mêlé l'historique incomplet
de la colonisation, le système du général de La Moricière, celui
du général Bedeau; enfin le mien arrive comme accessoire... On
lui donne la plus petite portée possible; on l'excuse bien plus
qu'on ne le recommande... Je compte infiniment peu sur la parole
du ministre de la guerre, mais je compte infiniment sur la vôtre...
C'est maintenant l'oeuvre du ministère; vous ne voudrez pas
lui faire éprouver un échec. Pour mon compte, je n'y attache qu'un
intérêt patriotique; mon intérêt personnel s'accommoderait fort
bien de l'insuccès. Je suis déjà un peu vieux pour la rude besogne
d'Afrique.» Il écrivait de nouveau, le 15 mars: «C'est encore de mon
lit de douleur que je vous écris. Je commence à craindre sérieusement
de n'être pas en état de me rendre à Paris avant la fin du mois, et,
dès lors, qu'irais-je y faire? Les partis seront pris; la commission
aura fait son rapport.» Puis, dans un _post-scriptum_, au reçu de la
nouvelle que les députés nommés par les bureaux pour faire partie de
la commission, étaient «très peu favorables» au projet, il ajoutait:
«Le gouvernement, qui est si fort dans tous les bureaux, n'a donc pas
cherché à faire prévaloir les candidats de son choix? Tout ceci est
d'un bien mauvais augure.»

La commission était, en effet, presque unanimement hostile.
Elle choisit pour président M. Dufaure et pour rapporteur M. de
Tocqueville, tous deux connus comme adversaires de la colonisation
militaire. Le gouvernement, qui se jugeait quitte pour avoir présenté
le projet, ne manifestait nullement l'intention d'en faire une
question de cabinet. Tout cela augmenta encore la répugnance du
maréchal à s'engager de sa personne dans un débat qui ne pouvait bien
tourner. Il fit savoir au ministère que, décidément, sa santé ne lui
permettait pas de se rendre à Paris. Bien plus, il ne cacha pas que
sa détermination était prise de se retirer. Toutefois, désireux de
ne partir que sur un succès militaire, il voulut, avant de résigner
effectivement ses fonctions, accomplir une expédition qu'il avait
fort à coeur.

On sait comment, depuis longtemps, Bugeaud songeait à soumettre la
Grande Kabylie, comment aussi il avait toujours été retenu par les
Chambres et par le gouvernement[524]. En 1847, le calme qui régnait
dans nos possessions africaines et l'ascendant que donnait aux
armes françaises la défaite définitive d'Abd el-Kader lui parurent
favorables à une opération décisive. D'ailleurs, à ses yeux, l'appui
fourni à l'émir, l'année précédente, par les tribus du Djurdjura,
condamnait la politique qui laisserait plus longtemps, au coeur de
notre colonie, ce foyer d'indépendance. À la première révélation
de ses projets, les ministres, préoccupés du sentiment connu de la
Chambre, avaient fait des objections. Mais le maréchal insista,
donna des explications rassurantes, et le gouvernement finit par se
résigner à le laisser faire. «En vous voyant si certain du succès,
lui écrivait le ministre de la guerre, je suis porté à y croire comme
vous; j'en accepte donc l'espérance, et je reçois avec satisfaction
l'engagement par lequel vous terminez cette dépêche de ne rien
entreprendre dans ce pays sans être moralement assuré du succès,
de n'y faire stationner les troupes que le temps indispensablement
nécessaire, de n'y créer aucun poste permanent, enfin de ne pas
demander, pour cette expédition, un soldat de plus.» Aussitôt qu'on
eut vent, à la Chambre, de l'entreprise préparée contre la Kabylie,
l'émotion y fut grande. La commission des crédits, présidée par M.
Dufaure, la même qui, à ce moment, examinait et repoussait le projet
de colonisation militaire, prit, le 9 avril 1847, la délibération
suivante, dont ampliation fut signifiée au ministre de la guerre: «La
commission, après en avoir délibéré, convaincue, à la majorité, que
l'expédition militaire dans la Kabylie, annoncée par M. le gouverneur
général, est impolitique, dangereuse et de nature à rendre nécessaire
une augmentation dans l'effectif de l'armée, est d'avis de faire
connaître à M. le ministre de la guerre son sentiment à cet égard.»
De l'avis du conseil, le ministre de la guerre répondit que «le
gouvernement était toujours disposé à tenir grand compte des opinions
émises par les Chambres», mais qu'il devait «maintenir avec soin les
limites établies entre les grands pouvoirs de l'État». Rappelant
qu'en vertu de l'article 12 de la Charte, «les opérations militaires
étaient conduites par le gouvernement du Roi en toute liberté, sous
la garantie de la responsabilité des ministres», il s'étonnait de
voir la commission «prendre une délibération sur une question qui
rentrait exclusivement dans les attributions de la prérogative
royale et notifier cette délibération au gouvernement du Roi». Il
déclarait «ne pouvoir recevoir une communication contraire à notre
droit constitutionnel», et renvoyait à la commission la pièce qu'elle
lui avait adressée. En même temps qu'il défendait avec cette fermeté
ses droits contre les empiétements parlementaires, le gouvernement
fit connaître au maréchal ce qui venait de se passer, et, sans oser
absolument interdire l'expédition, ne cacha pas qu'il la voyait avec
inquiétude et déplaisir. Cette dépêche, datée du 30 avril, parvint à
Bugeaud le 7 mai, au moment où il sortait du palais pour entrer en
campagne. Sans prendre la peine de remonter à son cabinet, il écrivit
au ministre: «Il est bien évident que je dois prendre sur moi toute
la responsabilité de l'oeuvre dans la chaîne du Djurdjura. Il le faut
bien, d'ailleurs, puisqu'elle m'est laissée; mais cela ne m'effraye
pas. Je vous prierai seulement de remarquer qu'on serait bien mal
fondé de me répéter encore que je redoute la presse et l'opinion. Je
monte à cheval pour rejoindre mes troupes[525].»

[Note 524: Voir plus haut, p. 346 à 348.]

[Note 525: Cette réponse est rapportée par M. C. ROUSSET, _La
conquête de l'Algérie_, t. II, p. 136.]

Deux colonnes, l'une de sept mille hommes, commandée par le
maréchal, l'autre de six mille, sous les ordres du général Bedeau,
concouraient à l'expédition. Il ne s'agissait plus, comme on l'avait
fait plusieurs fois, de mordre les bords du massif, mais bien de
le traverser de part en part. Parties, la première de la province
d'Alger, la seconde de la province de Constantine, les deux colonnes
devaient marcher l'une vers l'autre, pour se rencontrer devant
Bougie, ville de la côte que nous occupions depuis longtemps, mais
qui était constamment bloquée par les tribus hostiles des alentours.
La colonne du maréchal, partie de Bordj-Bouira, le 13 mai, livra,
le 16, un rude combat aux Beni-Abbès; rien ne put résister à l'élan
de nos soldats, qui escaladèrent les montagnes les plus abruptes.
Les Beni-Abbès, vaincus et fort maltraités, se soumirent, et leur
exemple fut suivi par les populations voisines. Le 21 mai, le
maréchal rejoignit, à une journée de Bougie, le général Bedeau,
qui, de son côté, n'avait rencontré qu'une faible résistance. Le
lendemain, les deux colonnes firent leur entrée dans Bougie. Le
gouverneur réunit les chefs des tribus soumises, pour leur donner
l'investiture, et leur expliqua quels seraient désormais leurs
devoirs envers nous: payement d'un impôt modéré; obligation de nous
assurer le libre parcours à travers leur territoire; responsabilité
de tous les méfaits commis. Il ajouta qu'il n'avait pas l'intention
d'occuper leur pays d'une façon permanente, mais qu'il reviendrait,
de temps à autre, les visiter en armes, et qu'alors, s'il avait à se
plaindre d'elles, il réglerait leurs comptes. Les chefs acclamèrent
le maréchal et firent toutes les promesses qu'on voulait. La colonne
du gouverneur rentra ensuite dans la province d'Alger. Une partie de
celle du général Bedeau demeura encore pendant quinze jours à Bougie:
aucun incident ne s'étant produit, elle retourna, elle aussi, dans
ses cantonnements.

Le maréchal Bugeaud triomphait d'un succès si facile et qui
paraissait si complet. Il écrivait, le 29 mai 1847, à un de ses amis:
«Je suis rentré, depuis trois jours, de l'expédition de la Grande
Kabylie, qui a fait déclamer nos grands tacticiens de la Chambre
et de la presse... Je me borne à vous dire que les résultats,
qui ont dépassé mes espérances, donnent un éclatant démenti aux
opposants[526].» Ceux-ci, en effet, ne savaient plus trop que dire.
Est-ce donc que, du coup, notre domination était établie en Kabylie?
Non, ceux qui le disaient alors se faisaient illusion. La soumission
obtenue n'était que passagère et nominale. La vraie conquête de cette
région restait à faire, et elle ne devait être menée à fin que dix
ans plus tard, par le maréchal Randon.

[Note 526: D'IDEVILLE, _Le maréchal Bugeaud_, t. III, p. 142.]

En tout cas, sur le moment, le succès apparent faisait au maréchal
Bugeaud la belle fin qu'il cherchait. Rien ne retardait plus son
départ: «J'ai pris la ferme résolution de demander un successeur,
écrivait-il, le 29 mai 1847, dans la lettre dont j'ai déjà cité un
fragment. Sans attendre la décision définitive, je pars, le 5 juin,
pour le Périgord. J'ai exprimé ma détermination avec tant de force,
que l'on renoncera sans doute à la faire changer[527].» On lisait, le
lendemain, 30 mai, dans le _Moniteur algérien_: «En ce moment, depuis
la frontière du Maroc jusqu'à celle de Tunis, depuis la Méditerranée
jusqu'à la mer de sable, l'autorité française règne incontestée sur
toute l'Algérie. Le maréchal duc d'Isly rentre en France. Il a prié
le ministre de la guerre de vouloir bien pourvoir à son remplacement.
La durée de son gouvernement, rempli de faits qui appartiennent à
l'histoire, a duré six ans. Le départ du maréchal gouverneur aura
lieu le 5 juin.» Avant de quitter l'Algérie, le maréchal adressa
trois proclamations à la population civile, à l'armée et à la marine.
«Colons de l'Algérie, disait-il dans la première, jetez un coup
d'oeil sur la proclamation que je vous adressais en février 1841.
Vous verrez que j'ai dépassé de beaucoup le programme que je m'étais
tracé.» Il exposait alors ce qu'il avait fait pour la conquête et
pour la colonisation. Puis, après avoir déclaré que «sa santé et
la situation qui lui était faite par l'opposition qu'éprouvaient
ses idées, ne lui permettaient plus de se charger des destinées de
l'Algérie», il donnait de graves conseils aux colons, blâmant leur
impatience et leurs injustes préventions contre le gouvernement
militaire. «Ces conseils, ajoutait-il, n'ont rien qui doive vous
blesser; ils sont, au contraire, la preuve du vif intérêt que je vous
porte.» Dans la proclamation à l'armée, il rappelait, avec une mâle
fierté, tout ce qu'ils avaient fait ensemble. «Il est des armées,
disait-il, qui ont pu inscrire dans leurs annales des batailles plus
mémorables que les vôtres. Il n'en est aucune qui ait livré autant de
combats et qui ait exécuté autant de travaux!» À la marine, enfin,
il témoignait sa vive reconnaissance pour l'appui qu'elle lui avait
constamment donné. Ayant ainsi fait ses adieux à tous, il s'embarqua,
le 5 juin, sur le navire qui devait l'emmener en France. Une foule
émue et respectueuse assistait à son départ.

[Note 527: D'IDEVILLE, _Le maréchal Bugeaud_, t. III, p. 142.]

La démission du maréchal, devenue publique, enlevait tout intérêt
à la délibération de la Chambre sur le projet relatif à l'essai de
colonisation militaire. Le 2 juin, M. de Tocqueville avait déposé,
au nom de la commission des crédits, un rapport dans lequel, après
avoir discuté les divers plans de colonisation, il concluait au
rejet du crédit demandé pour les camps agricoles. Huit jours après,
le 11 juin, le ministre de la guerre annonça le retrait du projet.
Le gouvernement témoignait ainsi qu'il prenait son parti de la
retraite du maréchal, et qu'il renonçait à le retenir comme il avait
fait jusqu'alors. Plusieurs raisons le déterminaient. D'abord,
l'obstination avec laquelle le gouverneur exigeait la colonisation
militaire, et la prévention invincible de l'opinion et de la Chambre
contre cette colonisation, avaient fait naître une difficulté
vraiment inextricable. En second lieu, le ministère en était venu
probablement à cette conclusion plus ou moins formelle que Bugeaud
avait fait son temps; par l'effet même du succès obtenu, l'action
guerrière où le maréchal excellait et pour laquelle on l'avait pris
et gardé, passait désormais au second plan; au problème militaire
succédait un problème d'organisation coloniale sur lequel il ne
paraissait point avoir des vues aussi sûres. N'était-il pas dans
le rôle du pouvoir de varier ses instruments, suivant les tâches
qu'il convenait d'accomplir? Ajoutons que le Roi et ses ministres
n'étaient pas pris au dépourvu pour le choix du nouveau gouverneur.
Depuis longtemps, conformément au voeu exprimé plusieurs fois par
le maréchal lui-même[528], ils réservaient sa succession au duc
d'Aumale. Jusqu'alors, à cause de la jeunesse du prince et des
services qu'ils attendaient encore de Bugeaud, ils n'avaient rien
fait pour hâter la réalisation de ce projet; au contraire. Mais, en
1847, ils ne voyaient plus de raison de la retarder.

[Note 528: Voir plus haut, p. 371.]

Si le cabinet consentait à se séparer, pour l'avenir, du maréchal
Bugeaud, ce n'était pas qu'il méconnût ses services dans le passé. Le
9 juin 1847, à la tribune de la Chambre des députés, M. Guizot saisit
l'occasion du débat sur les crédits extraordinaires pour célébrer de
nouveau ces services. À considérer aujourd'hui les choses de loin et
de haut, on ne peut que confirmer l'hommage rendu par M. Guizot à
l'illustre maréchal. Quels qu'aient pu être alors les tâtonnements de
la colonisation et les lacunes de l'administration civile, l'oeuvre
accomplie par Bugeaud apparaît singulièrement grande et suffit à sa
gloire. C'est pendant les six années de son gouvernement que les
Arabes ont été vaincus et soumis. Il a fait ce qu'auparavant nul
n'avait pu faire, et si, après lui, plusieurs ont beaucoup fait, nul
n'a fait autant que lui. Son nom demeure le plus éclatant et le plus
considérable de notre histoire algérienne.


FIN DU TOME SIXIÈME.



TABLE DES MATIÈRES

LIVRE VI

L'APOGÉE DU MINISTÈRE CONSERVATEUR.

(De la fin de 1845 au commencement de 1847.)


                                                                Pages.

  CHAPITRE PREMIER.--LES ÉLECTIONS DE 1846 (fin de 1845-août 1846).  1

      I. Bonne situation du ministère à la fin de 1845. M. Thiers
         unit le centre gauche à la gauche. Le _National_ et la
         _Réforme_.                                                  1

     II. L'opposition dans la session de 1846. Débats sur les
         affaires du Texas et de la Plata.                           4

    III. L'opposition crie à la corruption. Défense du ministère.
         Qu'y avait-il de fondé dans ce grief?                       7

     IV. La campagne contre le pouvoir personnel. Débat sur ce
         sujet entre M. Thiers et M. Guizot. La majorité fidèle
         au cabinet.                                                13

      V. Tranquillité générale. Attentat de Lecomte. Évasion de
         Louis Bonaparte.                                           20

     VI. Dissolution de la Chambre. Polémiques électorales.
         Attentat de Henri. Les résultats du scrutin. Ce qu'on en
         pense dans le gouvernement.                                23


  CHAPITRE II.--LES INTÉRÊTS MATÉRIELS.                             31

      I. Développement de la prospérité. Les chemins de fer. La
         spéculation et l'agiotage.                                 31

     II. Timidité économique du gouvernement. Il fait ajourner
         la réforme postale. Ses idées sur le libre échange.        37

    III. Les finances en 1846. L'équilibre du budget ordinaire.
         Le budget extraordinaire.                                  41

     IV. L'administration locale. Le comte de Rambuteau.            46

      V. Le matérialisme de la bourgeoisie. Elle succombe à la
         tentation du veau d'or. Elle devient indifférente à la
         politique. Dangers de cet état d'esprit.                   48

     VI. L'opposition accuse le gouvernement d'avoir favorisé ce
         matérialisme. M. de Tocqueville. Son origine, ses visées
         et ses déceptions. Amertume de ses critiques sur l'état
         social et politique.                                       54

    VII. Le mal s'étend à la littérature. La «littérature
         industrielle». Cependant l'état des lettres est encore
         fort honorable à la fin de la monarchie de Juillet. Le
         roman-feuilleton. Ce qui s'y mêle de mercantilisme et de
         spéculation. Alexandre Dumas. Le procès Beauvallon. Romans
         socialistes publiés dans les journaux conservateurs. Eugène
         Süe. Les _Mystères de Paris_ dans le _Journal des Débats_.
         Autres romans publiés par le _Constitutionnel_. Aveuglement
         de la bourgeoisie, faisant fête à ces romans.              62


  CHAPITRE III.--LE SOCIALISME 80

      I. Le mal des masses populaires. Les socialistes dérivés
         du saint-simonisme. Pierre Leroux. Sa vie, son système
         et son action.                                             80

     II. Buchez. Son origine et sa doctrine. Prétention d'unir le
         catholicisme et la révolution. L'_Atelier_. Dissolution
         de l'école buchézienne.                                    86

    III. Fourier. Le phalanstère et l'attraction passionnelle.
         La liberté amoureuse. Fantaisies cosmogoniques. Fourier
         à peu près inconnu avant 1830. Développement du fouriérisme
         lors de la dissolution de la secte saint-simonienne. Ce
         qu'il devient après la mort de Fourier. Son influence
         mauvaise.                                                  94

     IV. Buonarotti. Par lui le «babouvisme» pénètre, après 1830,
         dans les sociétés secrètes. Fermentation communiste à
         partir de 1840.                                           106

      V. Cabet. Le _Voyage en Icarie_. Propagande icarienne.       111

     VI. Louis Blanc. Son enfance et sa jeunesse. Ses débuts dans
         la presse républicaine. Sa brochure sur l'_Organisation
         du travail_. Critique du système. Succès de Louis Blanc
         auprès des ouvriers.                                      116

    VII. Proudhon. Son origine. Son isolement farouche. Son état
         d'esprit en écrivant son premier Mémoire contre la
         propriété. «La propriété, c'est le vol!» Argumentation
         du Mémoire. L'effet produit. Second et troisième Mémoire,
         Proudhon et le gouvernement. Le _Système des contradictions
         économiques_. Impuissance de Proudhon à faire autre chose
         que démolir. Son action avant 1848.                       125

   VIII. Le socialisme devenu révolutionnaire. Attitude des
         radicaux et de la gauche en face du socialisme. Le
         gouvernement et les conservateurs savent-ils se défendre
         contre ce danger? Les économistes. Il eût fallu la religion
         pour redresser et pacifier les esprits du peuple. La
         bourgeoisie trop oublieuse de ses devoirs envers l'ouvrier.
         La société, jusqu'en 1848, ne croit pas au péril.         141


  CHAPITRE IV.--M. GUIZOT ET LORD ABERDEEN                         152

      I. L'entente cordiale en Espagne. Réaction favorable à
         l'influence française. La candidature du comte de Trapani
         à la main d'Isabelle se heurte à de graves difficultés.
         La candidature du prince de Cobourg n'est pas abandonnée.
         M. Bresson, inquiet, interroge son gouvernement. Le duc
         de Montpensier est proposé pour l'Infante. Déclarations
         faites à ce sujet dans l'entrevue d'Eu, en septembre 1845.
         On continue à s'agiter en faveur de Cobourg. Le cabinet
         français instruit M. Bresson et avertit le cabinet de
         Londres qu'il reprendrait sa liberté si le mariage Cobourg
         devenait imminent. Intrigue nouée entre la reine Christine
         et Bulwer, au printemps de 1846, pour conclure ce mariage
         à l'insu de la France. Lord Aberdeen la fait échouer en
         la révélant à notre ambassadeur. Le ministre anglais fait
         au duc de Sotomayor une réponse qui semble inspirée par
         un sentiment différent. Impression que ces incidents
         laissent au gouvernement français.                        152

     II. L'Orient après 1840. L'Égypte. La question du Liban.
         Efforts peu efficaces de la diplomatie française.         175

    III. La Grèce. Fâcheux débuts du nouveau royaume. M. Guizot
         propose à l'Angleterre de substituer, en Grèce, l'accord
         à l'antagonisme. L'entente cordiale à Athènes. Colettis
         au pouvoir. Opposition que lui fait la diplomatie anglaise.
         Succès de Colettis. La légation de France le soutient et
         l'emporte sur la légation britannique. Inconvénients de
         ce retour à l'ancien antagonisme.                         180

     IV. L'entente cordiale se maintient surtout par l'amitié
         personnelle de M. Guizot et de lord Aberdeen. Leur
         correspondance. Première démission du cabinet tory. Émoi
         causé en France à la pensée que Palmerston va reprendre
         la direction du _Foreign office_. M. Thiers, au contraire,
         qui a partie liée avec lui, s'en réjouit. Le ministère whig
         ne peut se former, à cause des objections faites contre
         Palmerston. Voyage de ce dernier en France. Chute définitive
         du ministère Peel et rentrée de Palmerston.               192


  CHAPITRE V.--LES MARIAGES ESPAGNOLS (juillet-octobre 1846)       203

      I. Dispositions hostiles de Palmerston, particulièrement
         en Espagne. M. Guizot donne comme instructions à M.
         Bresson, de marier le duc de Cadix à la Reine et le duc
         de Montpensier à l'Infante. M. Bresson croit pouvoir
         promettre à la reine Christine la simultanéité des deux
         mariages. Mécontentement de Louis-Philippe, qui veut
         désavouer son ambassadeur.                                203

     II. Palmerston nous communique ses instructions du 19
         juillet, où il nomme Cobourg en première ligne parmi
         les candidats à la main d'Isabelle. À Paris, on voit
         dans ce langage l'abandon de la politique d'entente.
         M. Guizot ne consent pas encore la simultanéité, mais
         il détourne le Roi de désavouer M. Bresson. Ses
         avertissements au gouvernement anglais.                   210

    III. Lettres confidentielles que Palmerston adresse à
         Bulwer pour compléter ses instructions. Ce qu'il nous
         cache et ce qu'il nous montre. Il est dès lors manifeste
         que Palmerston a rompu l'entente et que la France est
         libérée de ses engagements.                               216

     IV. La reine Christine, inquiète de l'appui donné par le
         ministre anglais aux progressistes, nous revient;
         seulement elle exige la simultanéité. Le Roi se résigne
         à laisser faire M. Bresson. Répugnances de la reine
         Isabelle pour le duc de Cadix. L'accord sur les deux
         mariages est enfin conclu à Madrid.                       222

      V. Irritation du Palmerston. Il est appuyé par lord John
         Russell. Lord Aberdeen donne tort à M. Guizot. La reine
         Victoria est très blessée. Lettre justificative de
         Louis-Philippe et réponse de la reine d'Angleterre.
         L'opinion anglaise prend parti pour Palmerston.           228

     VI. Attitude de l'opposition française. M. Thiers la décide
         à attaquer les mariages.                                  240

    VII. Palmerston veut empêcher l'accomplissement du mariage
         du duc de Montpensier. Efforts de Bulwer et de son
         ministre pour soulever une opposition en Espagne et
         intimider le cabinet de Madrid. Tous ces efforts
         échouent.                                                 244

   VIII. Palmerston cherche à effrayer et à faire reculer le
         gouvernement français. Celui-ci ne se laisse pas
         troubler et ne modifie rien à ses résolutions.            248

     IX. Palmerston demande aux autres puissances de protester
         avec l'Angleterre. M. Guizot s'occupe de contrecarrer
         cette démarche. M. de Metternich refuse de s'associer
         aux protestations anglaises. La Prusse et la Russie
         l'imitent. Célébration des deux mariages.                 252


  CHAPITRE VI.--LES SUITES DES MARIAGES ESPAGNOLS
   (octobre 1846-avril 1847)                                       259

      I. M. Guizot est fier, mais un peu ému de son succès. Lord
         Palmerston cherche à se venger. Ses récriminations contre
         le gouvernement français. Ses menées en Espagne. Ses
         efforts pour attirer à lui les trois puissances
         continentales. Il échoue auprès de l'Autriche et de la
         Russie. Attitude plus incertaine de la Prusse.            259

     II. Les trois cours de l'Est profitent de la division
         de la France et de l'Angleterre pour incorporer Cracovie
         à l'Autriche. Émotion très vive en France. Lord Palmerston
         repousse notre proposition d'une action commune.
         Protestations séparées des cabinets de Londres et de Paris.
         Les trois cours peuvent ne pas s'en inquiéter. En quoi
         l'Autriche n'avait pas compris son véritable intérêt.     269

    III. M. Thiers se concerte avec lord Palmerston. Sa
         correspondance avec Panizzi et ses rapports avec lord
         Normanby. M. Greville vient à Paris pour préparer un
         rapprochement entre l'Angleterre et la France. M. Thiers,
         dans ses conversations avec M. Greville et ses lettres à
         Panizzi, excite le cabinet britannique à pousser la lutte
         à outrance.                                               279

     IV. Ouverture de la session française. Discussion à la Chambre
         des pairs. Le duc de Broglie et M. Guizot.                289

      V. Langage conciliant du Parlement britannique. M. Thiers
         s'en plaint. La publication des documents diplomatiques
         anglais rallume la bataille.                              294

     VI. L'adresse à la Chambre des députés. Hésitation de M.
         Thiers à engager le combat. Son discours. Réponse de
         M. Guizot. Forte majorité pour le ministère. Impression
         produite par ce vote, en France et en Angleterre.         299

    VII. Querelle de lord Normanby et de M. Guizot. Lord Normanby
         est soutenu par lord Palmerston. Incident du bal. Lord
         Normanby, blâmé même en Angleterre, est obligé de faire
         des avances pour une réconciliation. Cette réconciliation
         a lieu par l'entremise du comte Apponyi. Dépit de
         l'ambassadeur anglais.                                    308

   VIII. Nouveaux efforts de lord Palmerston pour obtenir quelque
         démarche des trois puissances continentales. Malgré les
         efforts de lord Ponsonby, M. de Metternich refuse de se
         laisser entraîner. La Prusse est plus incertaine, mais,
         intimidée par notre ferme langage et retenue par l'Autriche,
         elle ne se sépare pas de cette dernière. La Russie est en
         coquetterie avec la France.                               320

     IX. Conclusion: comment convient-il de juger aujourd'hui la
         politique des mariages espagnols?                         331


  CHAPITRE VII.--LES DERNIÈRES ANNÉES DU GOUVERNEMENT DU MARÉCHAL
     BUGEAUD EN ALGÉRIE (1844-1847)                                337

      I. Grande situation du maréchal Bugeaud après la bataille
         d'Isly. Ovations qui lui sont faites en France.           337

     II. L'insurrection de Bou-Maza. Le colonel Pélissier fait
         enfumer des Arabes. Incursions d'Abd el-Kader dans le
         Sud. Expédition en Kabylie.                               341

    III. Idées de Bugeaud sur le gouvernement civil de la colonie.
         Pour lui, «l'armée est tout». Ordonnance du 15 avril
         1845 sur l'administration de l'Algérie.                   348

     IV. Le problème de la colonisation. La crise de 1839. La
         colonisation administrative. Villages créés autour
         d'Alger.                                                  353

      V. La Trappe de Staouëli. Bugeaud et les Jésuites. Les
         premiers évêques d'Alger.                                 358

     VI. Bugeaud et la colonisation militaire. Ce système est
         très critiqué. Le maréchal cherche, sans succès, à
         entraîner le gouvernement.                                366

    VII. Bugeaud, mécontent, parle de donner sa démission. Son
         voyage en France et son entrevue avec le maréchal Soult.  371

   VIII. L'insurrection éclate en septembre 1845. Massacre de
         Sidi-Brahim. Capitulation d'Aïn-Temouchent. Bugeaud
         revient aussitôt en Algérie. Sa lettre au préfet de la
         Dordogne.                                                 378

     IX. Nombreuses colonnes mises en mouvement pour guetter et
         poursuivre Abd el-Kader. L'émir, insaisissable, fait
         une incursion dans l'Ouarensenis. Son irruption sur le
         bas Isser. La Métidja est en péril. Sang-froid de Bugeaud.
         Abd el-Kader battu par le général Gentil et rejeté dans
         le Sud.                                                   385

      X. Le maréchal fait poursuivre l'émir dans le désert.
         Il eût désiré porter la guerre sur le territoire
         marocain, mais le gouvernement l'en empêche. Massacre
         des prisonniers français dans la Deïra. Abd el-Kader, à
         bout de forces, est réduit, après sept mois de campagne,
         à rentrer au Maroc.                                       394

     XI. Bugeaud supporte impatiemment les critiques qui lui
         viennent de France. Discussion à la Chambre, en juin 1845.
         Le maréchal parle de nouveau de donner sa démission.      401

    XII. Le gouvernement promet à Bugeaud de proposer un essai
         de colonisation militaire. Délivrance des prisonniers
         français survivants. Soumission de Bou-Maza.              407

   XIII. Efforts infructueux de Bugeaud pour convertir l'opinion
         à la colonisation militaire. Voyage de M. de Tocqueville
         et de quelques députés en Algérie. La Moricière propose,
         sur la colonisation, un système opposé à celui du
         maréchal.                                                 411

    XIV. Projet déposé par le gouvernement pour un essai de
         colonisation militaire. Il y est fait mauvais accueil.
         Bugeaud, qui s'en aperçoit, conduit une dernière expédition
         en Kabylie et donne sa démission. Son départ d'Alger. Le
         gouvernement accepte la démission du maréchal et retire
         le projet de colonisation militaire.                      419


FIN DE LA TABLE DES MATIÈRES.


PARIS. TYPOGRAPHIE DE E. PLON, NOURRIT ET Cie, RUE GARANCIÈRE, 8.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Histoire de la Monarchie de Juillet (Volume 6 / 7)" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home