Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Chacune son Rêve
Author: Lesueur, Daniel
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Chacune son Rêve" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



Note sur la transcription: Les erreurs clairement introduites par le
typographe ont été corrigées. L'orthographe d'origine a été conservée
et n'a pas été harmonisée.



_Il a été tiré de cet ouvrage 10 exemplaires sur papier de Hollande,
numérotés de 1 à 10._



CHACUNE SON RÊVE



OEuvres de Daniel LESUEUR


ÉDITION ELZÉVIRIENNE (Lemerre, édit.)

 POÉSIES.--_Visions divines._--_Visions antiques._--_Sonnets
   philosophiques._--_Sursum corda!_ 1 vol. avec portrait.      6 fr. »

 LORD BYRON. (Traduction.) Tome 1er: _Heures d'oisiveté._
   _Childe Harold._ 1 vol. avec portrait.                       6 fr. »

 Tome II: _Le Giaour._--_La Fiancée d'Abydos._--_Le
   Corsaire._--_Lara_, etc. 1 vol.                              6 fr. »

 Tome III: _Le Siège de Corinthe._--_Parisina._--_Manfred._--_Le
   Prisonnier de Chillon._--_Mazeppa_, etc. 1 vol.              6 fr. »


ÉDITION IN-18 JÉSUS (Lemerre, édit.)

 MARCELLE. 1 vol.                                               3 fr. 50

 UN MYSTÉRIEUX AMOUR. 1 vol.                                    3 fr. 50

 AMOUR D'AUJOURD'HUI. 1 vol.                                    3 fr. 50

 NÉVROSÉE. 1 vol.                                               3 fr. 50

 UNE VIE TRAGIQUE. 1 vol.                                       3 fr. 50

 PASSION SLAVE. 1 vol.                                          3 fr. 50

 JUSTICE DE FEMME. 1 vol.                                       3 fr. 50

 HAINE D'AMOUR. 1 vol.                                          3 fr. 50

 A FORCE D'AIMER. 1 vol.                                        3 fr. 50

 INVINCIBLE CHARME. 1 vol.                                      3 fr. 50

 LÈVRES CLOSES. 1 vol.                                          3 fr. 50

 COMÉDIENNE. 1 vol.                                             3 fr. 50

 AU DELA DE L'AMOUR. 1 vol.                                     3 fr. 50

 L'HONNEUR D'UNE FEMME. 1 vol.                                  3 fr. 50

 FIANCÉE D'OUTRE-MER. 1 vol.                                    3 fr. 50

 LE COEUR CHEMINE. 1 vol.                                       3 fr. 50

 LA FORCE DU PASSÉ. 1 vol.                                      3 fr. 50

 _Lointaine Revanche._--L'OR SANGLANT. 1 vol.                   3 fr. 50

     --        --       LA FLEUR DE JOIE. 1 vol.                3 fr. 50

 _Mortel secret._--LYS ROYAL. 1 vol.                            3 fr. 50

    --     --      LE MEURTRE D'UNE AME. 1 vol.                 3 fr. 50

 _Le Masque d'Amour._--LE MARQUIS DE VALCOR. 1 vol.             3 fr. 50

      --       --      MADAME DE FERNEUSE. 1 vol.               3 fr. 50

 _Calvaire de Femme._--LE FILS DE L'AMANT. 1 vol.               3 fr. 50

     --         --     MADAME L'AMBASSADRICE. 1 vol.            3 fr. 50


 L'ÉVOLUTION FÉMININE. 1 vol. (Lemerre, édit.)                  1 fr. 50


 NIETZSCHÉENNE (roman). Plon-Nourrit et Cie                     3 fr. 50

 LE DROIT A LA FORCE (roman). Plon-Nourrit et Cie               3 fr. 50

 _Du Sang dans les Ténèbres._--FLAVIANA, PRINCESSE.
   Plon-Nourrit et Cie                                          3 fr. 50



    DANIEL LESUEUR

    DU SANG DANS LES TÉNÈBRES

    Chacune son Rêve

    [Illustration]

    PARIS

    LIBRAIRIE PLON

    PLON-NOURRIT ET CIE, IMPRIMEURS-ÉDITEURS

    8, RUE GARANCIÈRE--6e

    _Tous droits réservés_



Droits de reproduction et de traduction réservés pour tous pays.

Copyright 1910 by Plon-Nourrit et Cie.



CHACUNE SON RÊVE



I

MANUSCRIT DE FRANCINE

    Novembre 1905.


_Je vais écrire ces choses. Je ne puis pas faire autrement. Le secret
professionnel m'interdit de les révéler à qui que ce soit au monde.
Mais ce que j'ai vu, ce que j'ai entendu, ce que j'ai accompli, la
responsabilité que j'assume,--tout cela compose un fardeau trop lourd
pour ma conscience, pour mon cœur._

_Je ne suis qu'une jeune fille, isolée, désarmée, intimidée devant
la vie, malgré le titre de docteur en médecine que je viens de
conquérir._

_Oh! oui... intimidée devant la vie. Combien je la trouve
impénétrable, déconcertante, quand je la vois s'entr'ouvrir sur des
abîmes de passion, de mystère, de douleur,--peut-être de scélératesse
et de crime, comme ce qui m'en est apparu, pour s'effacer aussitôt et
à jamais devant moi. Combien elle me sera difficile à vivre, avec
la charge redoutable que j'ai assumée!_

_Il y a quelques jours à peine, j'étais encore presque insouciante,
malgré la gravité de mon destin. Ma situation d'orpheline, ma
pauvreté, mes études ardues, sans distractions, sans loisirs, sans
joie, n'avaient abattu en moi ni le courage, ni l'espérance. Je
touchais au but. Ce titre de docteur, à vingt-quatre ans, comme j'en
étais fière!... Avec ma volonté forte, dont j'éprouvais la vigueur,
ainsi qu'un champion qui fait plier et vibrer la lame de son fleuret
avant l'assaut, je ne doutais pas de l'avenir, je ne doutais pas du
succès, je ne doutais pas du bonheur._

_Mais aujourd'hui!..._

_Quoi! si vite... En quelques jours... Que dis-je?... en quelques
heures... tout s'est assombri, transformé. Quel drame ai-je traversé?
Qu'ai-je fait? Mon cœur se crispe. Une angoisse l'étreint._

_Alors, moi qui me sens faible, pour la première fois, à cause du
poids écrasant tombé soudain sur mes épaules,--moi qui n'ai personne
pour m'aider à le porter, ni mère, ni amie, ni confidente, ni fiancé,
moi qui, d'ailleurs, ne voudrais en faire partager le péril à nul
être au monde, je prends, cette nuit, dans le silence, un feuillet
blanc, que je place sous ma lampe, et qui recevra la tragique
confidence._

_Aussi bien, ne faut-il pas que tous les détails, jusqu'aux plus
insignifiants, subsistent quelque part, impérissables? Ma mémoire
peut faiblir... Et si je disparaissais brusquement!... Fixons
ici une trace de cette aventure, qui, autrement, finirait par
m'apparaître inconsistante et invraisemblable comme un rêve. Je me le
dois à moi-même. Et je le dois aussi à ce petit infortuné, qui, plus
tard, ne possédera pas de trésor plus précieux que mon témoignage._

_Ce document, je lui trouverai bien une cachette assez sûre pour
qu'on ne l'y découvre point, moi vivante, assez accessible pour qu'il
n'y reste pas scellé à jamais, si je meurs sans avoir pu en disposer._

       *       *       *       *       *

_Il y a quelques soirs, je me trouvais ici, dans cette chambre,--ma
chambre d'enfant, de fillette, d'étudiante,--la chère petite chambre
de mes vacances, à Claire-Source._

_Claire-Source!... le joli nom. Il représente jusqu'à ce jour,--et
peut-être pour toujours,--la seule gaieté de mon existence. C'est la
maisonnette campagnarde de ma tante Stéphanie,--excellente vieille
fille, créature du bon Dieu, à qui je dois les petites douceurs, les
petites gâteries, la petite illusion d'un foyer, d'une famille, dont,
sans elle, j'eusse été absolument dénuée._

_Donc, je passais une quinzaine ici, prenant quelque repos après la
soutenance de ma thèse._

_Mercredi dernier (il y aura huit jours demain), j'avais déjà
souhaité le bonsoir à ma tante, et je m'apprêtais à me coucher de
bonne heure, pour lire au lit un ouvrage qui m'intéressait, lorsque
la sonnette de la grille tinta. Surprise, je sortis sur le palier,
où je rencontrai notre jeune servante, les yeux élargis d'effarement._

_--«Qu'est-ce que ça peut être, mademoiselle Francine? Je n'ose pas
descendre. J'ai peur!..._

_--En voilà une froussarde! Eh bien, venez avec moi. Il faut voir...
C'est sans doute pour quelqu'un de malade. On sait que je suis
médecin.»_

_Je prononçai le mot avec l'enfantillage d'un peu d'orgueil.
Cependant, je n'avais pas attendu mon doctorat pour donner mes soins
à tout ce petit monde villageois. Jusqu'alors mes clients rustiques
avaient respecté le repos de mes nuits. Il est vrai que leur santé à
toute épreuve ne m'eût pas fait une carrière bien occupée, ni surtout
bien fructueuse, eussé-je eu l'idée, qui ne me vint jamais, de leur
réclamer des honoraires._

_Nous descendîmes donc, Estelle et moi. Le bougeoir de jardin
tremblait aux mains de la poltronne._

_Devant notre modeste grille de bois, une auto était arrêtée: une
grande limousine, dont les phares étendaient un éventail d'éclatante
lumière, dont les vernis, les nickels miroitaient en dépit des
demi-ténèbres. Une voiture de grand luxe, à ce qu'il me sembla._

_Un homme en était descendu pour sonner. Un autre--le
chauffeur--demeurait sur le siège. Enfin, dans l'intérieur (je m'en
rendis compte presque aussitôt), se tenait une religieuse._

_--«Mademoiselle Francine?... que l'on nomme dans le pays le docteur
Francine?» me demanda l'homme avec déférence._

_Visage banal, rasé, tenue bourgeoise,--avec ce je ne sais
quoi qui décèle quand même les attitudes du service. Il me fit
l'effet d'un intendant, d'un majordome. Un peu d'accent altérait
la correction parfaite de ses paroles. Mais un accent à peine
appréciable,--provincial peut-être plutôt qu'étranger._

_--«C'est moi. Mais,»--me hâtai-je d'ajouter,--«je n'exerce pas
ici, sauf auprès des indigents. Voulez-vous l'adresse d'un de mes
confrères, à Parmain, à Beaumont?_

_--Mademoiselle, c'est pour une jeune femme en couches, près d'ici.
Elle souffre atrocement. Elle ne veut qu'une femme auprès d'elle...
Une question d'humanité. Si vous jugiez qu'une autre intervention est
nécessaire, il serait toujours temps..._

_--Mais je ne suis pas sage-femme.»_

_La religieuse, sans quitter l'auto, s'approcha de la portière._

_--«Docteur,» commença-t-elle... (Et, faut-il l'avouer? cette façon
de m'interpeller me flatta, me disposa favorablement. A quoi tiennent
nos décisions?) «Docteur... par la sainte charité chrétienne, ne
refusez pas. Il s'agit surtout d'influence morale... Je m'y connais
un peu, je ne crois pas à un cas compliqué... Mais la pauvre créature
est à bout de forces... Elle ne veut qu'une femme... D'ailleurs,
la bonté, la solidarité féminines, voilà ce qu'il nous faut... La
situation est délicate...»_

_Elle baissa encore la voix pour m'insinuer la dernière phrase._

_Cette religieuse... (Je ne reconnaissais pas du tout son ordre,
ne voyant qu'un vague paquet noir, et une étroite cornette blanche,
épinglée d'un voile également noir, dont l'ombre me dérobait
presque tout à fait son visage.) Cette religieuse, à l'intonation
papelarde, ne parvenait pas à m'émouvoir. Elle ne sentait pas ce
qu'elle disait, elle récitait une leçon. Mais quoi!... Ces femmes,
qui côtoient tant de misères, ne peuvent les partager toutes.
Celle-ci--garde-malade--était peut-être engourdie, hébétée de
veilles. Ce qu'elle proférait, machinalement, n'en était pas moins
la vérité. Une malheureuse se tordait dans les douleurs les plus
atroces qui soient, compliquées de je ne sais quelles souffrances
morales,--souffrances trop faciles à deviner des maternités
clandestines, tragiques. Elle criait après la sympathie d'une autre
femme... Non pas après les soins vulgaires d'une professionnelle de
village, mais après la fraternité compréhensive d'une âme proche
de la sienne. La pitié parla en moi. Puis, d'autres sentiments
aussi. Ne sommes-nous pas des êtres trop complexes pour qu'aucune
de nos impulsions soit simple? Nous attribuons toujours au ressort
le plus honorable le déclanchement de notre volonté. Que de causes
obscures dont nous nous plaisons à ignorer l'influence! Mais, comme
je veux ici tout dire, je dois reconnaître qu'une sorte d'attraction
romanesque s'ajouta, pour me décider, à l'entrain généreux. La mise
en scène nocturne, l'élégance de la voiture, le roman qui me serait
divulgué, le choix qu'on faisait de moi, la confiance qu'on me
témoignait, même ce qu'il y avait d'un peu hasardeux à partir ainsi
dans les ténèbres, vers le mystère,--tout eut sa part dans la légère
exaltation où s'échauffa définitivement mon zèle secourable._

_--«Soit!... Un instant... Estelle, cherchez-moi vite mon manteau de
voyage, ma trousse, et une écharpe pour jeter sur ma tête.»_

_Lorsqu'elle revint avec ces objets, je lui enjoignis de prévenir ma
tante._

_--«Allons-nous loin?» demandai-je._

_--«Trois quarts d'heure d'ici. Que Mademoiselle ne se préoccupe de
rien. L'auto sera à ses ordres pour le retour._

_--Vous entendez, Estelle, dites bien à ma tante qu'elle ne s'inquiète
pas.»_

_Enveloppée dans mon grand manteau, l'écharpe de gaze posée sur mes
cheveux, je montai dans la voiture._

_Comment!... l'individu que j'avais pris pour un intendant m'y
suivait!... Cela ne me plut guère. Qu'il fût venu à l'intérieur
de la limousine avec l'infirmière, soit. Mais maintenant que nous
étions deux femmes (mon inconscient seul ajoutait:--«dont madame le
docteur Francine»), il aurait pu s'asseoir à côté du chauffeur. La
température même ne lui aurait pas rendu trop pénible ce devoir de
respect. Car la nuit de novembre était tiède._

_J'abaissai la vitre à côté de moi. Un air moite, humide, mais sans
pluie, me caressa le visage._

_Je voulus demander quelques renseignements sur l'état de la personne
à qui je portais mes soins, mais songeant que j'aurais tout le
temps, je laissai ma pensée s'évader au dehors, dans l'enchantement
triste de la nuit._

_Une vague clarté tombait du ciel sur de grands espaces obscurs. Comme
nous filions à toute vitesse vers Persan, c'était, de part et d'autre
de la route, la morne étendue des champs de betteraves, cultivées
pour les raffineries. Bientôt commença la petite cité ouvrière.
Quelle muette résignation, dans les ténèbres pâles, de toutes ces
humbles maisonnettes pareilles, avec leur unique porte, leur unique
fenêtre, leur échelle de poules montant à l'unique étage, dans le
carré de leur jardinet! Quel silence!... quel lourd sommeil!...
L'auto jetait sur chaque pauvre façade close le regard brutal de
ses phares. Et mon cœur se serrait,--comme à l'hôpital, quand le
chef de service, découvrant devant nous quelque tare humaine, sur un
pauvre corps de misère, y projette sa science et nous instruit, sans
se soucier des pudeurs et des épouvantes que brutalise l'impitoyable
clarté._

_Nous passâmes l'Oise sur le pont de Beaumont. La côte fut montée,
la petite ville traversée en un éclair. Encore une route à travers
champs. Puis nous pénétrâmes dans la forêt de Carnelle._

_Un imperceptible frisson me traversa. Ici, la vraie obscurité, la
vraie solitude, le sourd abîme où nul cri ne serait entendu. Et j'y
étais seule, avec des gens que je ne connaissais pas._

_La présence de la religieuse me rassurait. Je me tournai vers elle
pour lui poser enfin les questions nécessaires._

_L'intérieur de l'auto n'étant pas éclairé, je distinguais très
vaguement les physionomies de mes compagnons de route. Et je les
avais si peu, si mal vues, dans une si hésitante perplexité, que je
ne les imaginais pas davantage._

_--«Ma sœur,» commençai-je à voix basse, «voudriez-vous me donner
quelques indications sur la personne auprès de qui vous me conduisez?
Elle est jeune, m'avez-vous dit, très jeune?_

_--Vous en jugerez._

_--Vous ne savez pas son âge!... Est-elle primipare?» (Mais,
interprétant aussitôt le terme scientifique): «Est-ce son premier
enfant?»_

_L'infirmière ne répondit pas. Elle s'agita un peu. Et il me sembla,
au mouvement de sa jambe contre la mienne, qu'elle avançait le pied
pour chercher celui de l'homme placé en face de nous sur un des
strapontins. Comme s'il eût attendu le signal, cet individu prit la
parole:_

_--«Mademoiselle,» me dit-il,--toujours avec le même ton déférent--«ne
vous alarmez pas. Madame la religieuse ici présente vous jurera,
comme je vous le jure moi-même, que vous n'avez rien à craindre.»_

_Cet exorde ne laissa pas que de m'impressionner fort désagréablement.
Mais j'étais en pleine forêt nocturne, dans une auto qui faisait du
quatre-vingts à l'heure. Inutile, par conséquent, de bouger ou de
crier. Je ne fis ni l'un ni l'autre._

_Ce fut la religieuse qui continua. Sa voix onctueuse me parut plus
inquiétante._

_--«Vous comprendrez, docteur. Vous ne nous en voudrez pas. La
naissance à laquelle vous allez aider doit être entourée du plus
profond mystère. Des malheurs effroyables seraient le résultat d'une
indiscrétion, même la moindre. Vous nous permettrez donc, avant notre
sortie de cette forêt, de vous bander les yeux._

_--Jamais!... Comment!...» m'écriai-je, révoltée. «Et le secret
professionnel?... J'y suis astreinte sur l'honneur. Ose-t-on supposer
que j'y faillirais?_

_--Certes, non... mais enfin..._

_--L'intérêt même m'y oblige, voyons...» ajoutai-je. «Un médecin qui
ne s'y tiendrait pas scrupuleusement ruinerait sa carrière.»_

_Vains arguments. Mes compagnons ne m'écoutaient pas, plaçant un
ou deux mots d'aquiescement vague pour mieux saisir l'opportunité
de leur action. Encore une fois, je crus surprendre un échange
de gestes, comme un signal. Aussitôt une étoffe opaque s'enroula
autour de ma tête, me couvrant le visage, si étroitement que je crus
suffoquer._

_Quelle terreur!... Ces gens voulaient m'étouffer. J'allais mourir...
Mais non. L'un d'eux dit à l'autre:_

_--«Je tiens bien. Tu peux dégager la bouche.»_

_Ce tutoiement me frappa. Surtout, lorsque, avec une respiration plus
libre, me revint la faculté d'observer, alors que le son de cette
phrase persistait dans mon oreille._

_C'était la religieuse qui avait parlé. Du moins, j'en eus
l'impression, bien que la voix, moins contenue, eut pris tout à coup
une rudesse masculine. La main qui me tenait le bras de son côté
possédait une vigueur plutôt singulière pour une femme. Depuis cet
instant, je suis demeurée persuadée que la soi-disant porteuse de
cornette était un homme. Cependant je n'en eus pas d'autre preuve.
Après tout, il existe d'assez robustes paysannes, qu'elles aient ou
non droit à l'habit monastique, pour avoir rempli cette méchante
mission avec une semblable énergie._

_L'individu assis sur le strapontin me serrait l'autre bras dans
un étau non moins solide. En même temps, il tordait et maintenait
l'étoffe dont j'étais aveuglée. Pour avoir plus de force, et mieux
prévenir tout mouvement de ma part, il se penchait sur moi jusqu'à
me toucher de sa poitrine, tandis que ses genoux captaient rudement
les miens. La fureur et l'écœurement de ce contact m'affolaient. Ces
violences physiques sur ma personne me faisaient bouillir le sang.
Mais que dire?... que faire?... Ils étaient les plus forts. Et, dans
l'angoisse de ces intolérables minutes, je n'avais qu'un espoir:
c'est qu'ils ne m'eussent pas menti. La fin de cette horrible course
serait-elle vraiment ce qu'ils m'avaient annoncé? Plût au ciel!...
Aveuglée, oppressée, impuissante, éperdue, je me sentais rouler dans
un abîme d'effroi. Et ce n'était pas la mort que je craignais le
plus._

_Combien de temps cela dura-t-il? A quelle distance de la forêt de
Carnelle s'arrêta l'auto? Dans quelle direction avait-elle roulé, à
cette allure vertigineuse,--unique indice qu'il me fût possible de
percevoir? Je l'ignore. Je l'ignorerai probablement toujours. A quoi
servirait de risquer même une appréciation? La voiture eût viré pour
retourner d'où nous venions, que je ne m'en serais pas aperçue. Quant
à la durée, nous ne l'estimons qu'à la mesure de nos sensations. Ce
qui me sembla d'interminables heures n'était peut-être que de rapides
minutes._

_Lorsque l'auto eut stoppé, les bras qui me maintenaient ne
desserrèrent pas leur étreinte. Au contraire, il me parut que
d'autres arrivaient à l'aide pour m'entourer, me traîner ou me
porter. Car, bien qu'on m'eût d'abord posé les pieds à terre, je ne
crois pas m'en être servie ensuite, pour gravir les perrons et les
étages dont je dus faire, plus ou moins volontairement, l'ascension._

_Lorsqu'on m'enleva l'espèce de casque d'étoffe sous lequel je ne
différenciais même pas la lumière de l'obscurité, je demeurai un
instant éblouie._

_La terreur ayant fini par l'emporter chez moi sur l'indignation, mon
premier mouvement ne fut pas pour protester contre le traitement
subi. J'essayai de constater où je me trouvais et ce qui m'y
attendait. L'intervalle que mirent mes yeux meurtris et clignotants
à recouvrer la netteté de leur vision, suffit pour que ceux que
j'appellerai mes ravisseurs s'esquivassent. Ni l'homme que j'avais
pris pour un intendant, ni la religieuse--fausse ou vraie--ne se
trouvaient dans la chambre dont mon regard faisait le tour._

_Cette chambre, largement éclairée à l'électricité, vaste et haute,
voûtée dans le style gothique, avec des arcs-doubleaux, avait
trois fenêtres, closes de volets intérieurs, et deux portes,
fermées,--peut-être à clef. Elle me fit un effet contradictoire,
d'opulence et de délabrement. Par ses proportions, par son décor
architectural, elle décelait une demeure plutôt somptueuse, un
château sans doute. Mais est-ce qu'une armée pillarde avait passé par
là? Les rideaux, les tapis, les tableaux, le mobilier manquaient. Les
murs étaient nus._

_Je consigne tout de suite une réflexion dont je ne m'avisai que plus
tard: c'est qu'on avait dû démeubler cette pièce lorsqu'il devint
indispensable d'y introduire un docteur,--pour que cet étranger n'en
gardât aucun souvenir distinct et caractéristique. A moins que ce ne
fût une précaution d'hygiène, pour établir autour de l'accouchée un
milieu aseptique,--ainsi que j'en jugeai au premier abord._

_Il y avait, naturellement, les objets essentiels. Avant tout, le
lit. Un lit quelconque, en bois sombre, assez large et sans aucune
draperie. Puis, une grande table, couverte d'objets de toilette ou de
pharmacie, et des chaises fort ordinaires._

_Du lit s'échappait une plainte faible et continue, sans qu'on pût
discerner le pauvre être qui gémissait ainsi. Cette plainte exhalait
tant de souffrance découragée, qu'elle me perça le cœur._

_A côté du lit, en face de moi, une femme se tenait debout._

_Si rapides qu'eussent été ces constatations, elles venaient après
une autre qui frappait aussi désagréablement mes sens que ma pensée.
Une odeur de chloroforme saturait l'atmosphère. Moi qui venais de
suffoquer à demi sous mon bandeau, je ne pus supporter l'asphyxiante
impression. En même temps, je m'en alarmai comme médecin._

_--«De l'air... Il faut de l'air, ici,» m'écriai-je._

_La personne qui se trouvait près du lit ayant fait une espèce de
geste vague,--plutôt négatif,--je me dirigeai résolument vers une
des fenêtres, pour l'ouvrir moi-même. Les volets pleins qui s'y
appliquaient à l'intérieur résistèrent à tous mes efforts. Il en fut
de même aux deux autres croisées. Munis d'une fermeture hermétique,
ils ne bougèrent pas plus que le mur même. Cette constatation
m'incita à tâter les serrures des portes. Les portes étaient closes
aussi solidement que les volets._

_L'inquiétante impression ramena ma main, meurtrie par la lutte, vers
une petite sacoche suspendue à ma ceinture, où j'avais eu soin de
placer, ce soir-là, comme toujours pour mes sorties nocturnes, un
revolver,--d'ailleurs minuscule et peu redoutable, un revolver-bijou.
Je possédais toujours la sacoche, mais on en avait enlevé le
revolver,--fort adroitement, je dois le dire, je ne m'en étais pas
aperçue. Une exclamation indignée m'échappa._

_--«Où suis-je?» m'écriai-je, presque avec fureur, en revenant vers la
femme immobile. «Quel est ce guet-apens?_

_--Chut!...» fit-elle, posant un doigt sur ses lèvres, et me désignant
la forme torturée qui se convulsait sous les couvertures._

_Étrange chose... Extraordinaire instant._

_La femme... (une créature assez jeune, insignifiante, la
silhouette enveloppée d'une blouse d'infirmière)... son expression
soumise et irresponsable, son geste de compassion profonde, sa
mimique instinctive, mais vraiment sublime, qui semblait dire:
«Qu'importe!... Voici de la douleur, et le reste n'est rien...» Ceci
me bouleversa, me transforma, me fit tout oublier. Une voix secrète
me suggéra: «Tu es médecin... agis... soulage.» Le lieu où j'étais,
ce que j'y pouvais craindre, la violence qui m'avait été faite,--tout
disparut, la peur aussi bien que la colère, la curiosité comme la
volonté d'observation. Il ne me resta que l'exaltation du devoir
professionnel et la pitié._

_Je me penchai vers le lit--sans même arrêter longtemps mes regards
sur cette femme, qui n'avait pas encore prononcé un mot, et dont la
seule attitude venait de m'impressionner jusqu'à changer mon état
d'âme. En écartant le drap, je compris pourquoi je n'avais pas encore
pu distinguer qui s'y trouvait._

_La personne qui gisait là portait une sorte de serre-tête, comme ceux
qui cachent le front et les cheveux des nonnes, sous la cornette.
Ce linge blanc sur l'oreiller blanc, et qu'un système compliqué de
rubans fixait à une robe de nuit à grande collerette pierrot où
s'engloutissaient le menton et les oreilles, ne formait qu'une seule
masse d'où émergeait bien peu de visage. Et ce peu de visage n'était
guère moins blanc que le reste. La seule couleur différente--je ne le
sus pas tout de suite--était celle des prunelles. Elles me parurent,
quand je les vis, très sombres, d'un brun velouté, peut-être
noires. Pour le moment, les paupières les recouvraient. Ces paupières
abaissaient sur les joues une frange de cils tellement courte et
régulière qu'elle devait avoir été rognée avec des ciseaux, pour que
l'expression des yeux devînt ainsi méconnaissable. Dans le même but,
assurément, les sourcils avaient été rasés. Bien que la complexion
fût d'une brune, je ne pouvais préjuger de la nuance des cheveux,--du
moins de la nuance qu'adoptait cette jeune femme pour sa chevelure,
étant données les fantaisies de coloration et de décoloration que
l'art capillaire facilite._

_Comment la reconnaître jamais?_

_Ce masque blêmi, sans expression, sans parure, dénué de sourcils,
presque de cils, étroitement encadré de ces blancheurs de linceul,
qui sait?... Dans l'éclat de la santé, de la vie, de la joie,
avec la grâce d'une coiffure seyante, c'était peut-être une image
de séduction. Des cœurs passionnés l'évoquaient peut-être en se
consumant de désir._

_Hélas!..._

_Les traits me parurent délicats, réguliers. La distinction se
marquait au galbe allongé de l'ovale, à je ne sais quoi de fin et
de fier, qui subsistait malgré cet affreux appareil, et malgré les
crispations de souffrance. Elle se décela également à l'élégance des
attaches et des mains, lorsque je poursuivis l'examen de ce pauvre
corps labouré par de terribles douleurs. Mais la disproportion des
jambes et des pieds me frappa. Les muscles des jambes surtout, bien
que d'un dessin remarquablement pur, ne se rapportaient pas, par
leur développement et leur fermeté, à la gracilité fluette des bras.
On aurait dit qu'une gymnastique spéciale avait exercé les unes sans
jamais faire travailler les autres. Mais la nature offre souvent,
sinon toujours, cette espèce d'inachèvement ou de désharmonie, qui
force les sculpteurs à faire poser plusieurs modèles pour obtenir un
type complet de perfection plastique._

_Un fait certain, c'est que j'avais sous les yeux une très jeune
créature._

_L'état qu'elle présentait à un examen médical fût resté
incompréhensible si l'odeur du chloroforme répandue dans la chambre
ne l'eût expliqué. L'influence de cet anesthésique, administré à une
dose déraisonnable, imprudente--sinon criminelle--suffisait à la
rendre inconsciente et à paralyser presque entièrement le travail de
la maternité,--du moins le travail volontaire, celui où l'organisme
se détermine sous l'éperon de la douleur._

_Inconsciente, elle l'était. Mais non insensible. Sa chair torturée
gémissait,--plaintif gémissement qui déchirait le cœur. Et, sans
doute, à cette lamentation physique, se mêlait le cri d'une détresse
obscure... Mais le cerveau ne discernait plus, ne répartissait plus
la part cruelle des fibres saignantes, et l'autre part,--plus cruelle
peut-être, de l'âme angoissée._

_--«Qu'a-t-on fait!...» murmurai-je. «Sans l'intervention du
chloroforme, tout se fût passé normalement. Tandis qu'à présent le
pire est à craindre. Qui a osé appliquer ce stupéfiant avec une
prodigalité si coupable?»_

_Je levai les yeux vers l'infirmière. Non pour une réponse positive à
ma question, mais pour un éclaircissement quelconque, dont je pusse
tirer parti._

_Elle me considérait avec anxiété, sans répondre. Et comme je lui
dis encore quelques mots, renforcés par toute l'autorité dont
j'étais capable, en appelant à sa conscience pour me venir en
aide, elle finit par proférer des sons qui me furent totalement
incompréhensibles. Elle parlait une langue sans aucun rapport
avec celles que j'avais jamais entendues. Je ne rencontrai aucune
syllabe familière dans ce que me dit cette femme. Pourtant elle
parut ensuite comprendre certains ordres que je lui donnai, certains
noms d'objets que je la priai de me passer, lorsqu'elle s'appliqua,
sous ma direction, à joindre aux miens ses efforts pour sauver la
malheureuse jeune mère et son enfant. Jouait-elle un rôle imposé?
Était-ce réellement une étrangère assez fraîchement débarquée de son
pays pour ne pas connaître un seul mot de français? Que sais-je? Pour
moi, dans le drame, elle n'était qu'une comparse très inférieure. La
chance voulut qu'elle eût une sensibilité compatissante, beaucoup
de bonne volonté, des gestes précis et agiles. Grâce à cette triple
disposition, elle coopéra très efficacement à l'œuvre de salut que
je m'efforçai d'accomplir, et dont, à certaines minutes, j'eus lieu
de désespérer._

_Combien dura cette œuvre? Pendant combien d'heures cette inconnue
et moi disputâmes-nous à la mort l'autre inconnue,--presque cadavre
par la rigidité effrayante,--et appelâmes-nous désespérément à la
vie l'infortuné petit être, qui faillit avoir pour tombeau le sein
glacé où toute palpitation s'éteignait? Je ne sus pas quand la nuit
fit place au jour. Si l'aube grise de novembre filtra par quelque
interstice des volets, je ne m'en aperçus pas. L'électricité nous
éclairait abondamment._

_Par bonheur, rien ne me manqua de tout ce qui pouvait être nécessaire
aux soins spéciaux que je prodiguai. Ma trousse était complète. Et,
pour ce qu'elle ne fournissait pas, je le trouvai là, sur cette
table, où s'étalait tout un appareil d'infirmerie. La garde me
préparait tout, en personne d'expérience. C'était elle, probablement,
qui s'était munie de si prévoyante façon._

_Nous n'en pouvions plus, ni elle, ni moi, lorsque l'enfant vint au
monde. J'évaluai plus tard, à peu près, la durée de notre effort,
de notre veille, de notre jeûne, et je ne m'étonnai plus de notre
excessive fatigue. Nous n'avions rien pris que du café très fort,
bien qu'une religieuse (une véritable, cette fois, ou celle de la
voiture?... je n'y fis pas attention) fût venue à deux reprises nous
apporter un plateau chargé d'aliments._

_Enfin, nous entendîmes crier, respirer, ce bébé, que j'accueillis
dans le monde avec une pitié infinie._

_C'était donc moi qui lui offrais le premier sourire de tendresse!...
Moi, si éloignée de son destin, amenée de force en cette chambre où
il naissait,--moi qui ne savais rien de lui, sinon qu'il entrait dans
la vie sous de bien lugubres auspices._

_Sa mère n'avait pas conscience qu'il fût là. Les yeux clos,
peut-être pour toujours, elle ignorait l'orgueil et la joie de
posséder un fils. L'appellerait-elle jamais de ce nom?... Si la mort
ne l'en privait pas,--comme cela paraissait probable (la malheureuse
n'avait plus que le souffle!...)--quelque fatalité terrible lui
arracherait ce trésor._

_Quel dommage! Il était si beau, ce nouveau-né! Robuste, solide, bien
constitué, le petit gaillard ne demandait qu'à vivre. Un peu noir de
suffocation à la première minute, il eut vite fait de mettre en jeu
ses poumons--ce qui nous valut quelques bons cris bien perçants, et
ce qui éclaircit aussitôt son mignon visage._

_Je mis un baiser sur ce petit front._

_--«Pauvre enfant!» murmurai-je. «Au moins quelqu'un t'aura souhaité
la bienvenue. Et tu n'auras pas tout à fait été dépourvu de caresses
à ton premier jour._

_--Ainsi, c'est un garçon,» dit une voix d'homme._

_Je tressaillis de saisissement._

_Depuis que l'infirmière, après avoir lavé l'enfant, me l'avait mis
dans les bras pour s'occuper de la mère, je m'étais assise, accablée.
La réaction s'opérait en moi, après tant d'émotions et d'efforts.
Peut-être une demi-torpeur m'engourdissait-elle. Certainement,
quelque chose m'avait échappé. Je ne saurais affirmer maintenant
rien de net sur l'entrée de cet homme. Ma compagne lui avait-elle
envoyé un message, un signal? S'était-elle absentée pour le prévenir?
Les cris de l'enfant l'avaient-ils attiré? Comment n'avais-je pas
entendu, ni vu, qu'une porte s'ouvrait? Autant de questions
insolubles, et, d'ailleurs, sans intérêt._

_Mais quel sursaut lorsque cette voix mâle me frappa! Je levai les
yeux._

_Un personnage de très haute taille, de forte carrure, s'approchait,
se penchait curieusement. Son désir de voir était si manifeste, que,
d'un geste machinal, je soulevai vers lui le nouveau-né. Du moins,
mes mains firent ce geste. Ma pensée n'y prit point part. Elle se
tendait toute, et mes yeux aussi, dans une application intense, pour
observer l'homme et pour garder de lui quelque trait._

_Un masque lui couvrait le visage, emprunté sans doute à un
accoutrement d'automobiliste. Les yeux disparaissaient derrière le
miroitement des verres, et une espèce de bavolet tombait plus bas que
le menton. Je ne puis donc signaler que sa taille presque colossale.
Sa tenue était quelconque. Un costume de sortie, non pas un négligé
d'intérieur. Il parlait le français avec pureté, sans accent.
J'étudiai ses mains,--soignées, sans physionomie caractéristique, et
dépourvues de bagues._

_--«Vous êtes le père?» demandai-je._

_Sans avoir eu l'air d'entendre la question, il me parla:_

_--«Grâce à vous,» dit-il, «cette femme et cet enfant sont sauvés..._

_--L'enfant,» soulignai-je._

_--«L'enfant seulement?» questionna-t-il avec un accent d'inquiétude._

_--«Je le crains. On a commis un vrai crime en employant le
chloroforme comme on l'a fait. Cette pauvre jeune femme...»_

_Il se détourna, fit un pas vers le lit, puis engagea un colloque avec
l'infirmière, dans la langue de celle-ci. Au bout d'un moment, il
revint à moi, et, sans plus me parler de l'accouchée, il reprit:_

_--«On va vous reconduire, mademoiselle, avec les mêmes précautions
qu'on a prises pour vous amener. Je m'excuse de ce qu'elles ont de
désagréable pour vous, mais... impossible autrement._

_--Je ne veux pas qu'on me touche!» m'écriai-je avec véhémence. «Je me
banderai les yeux. Qu'on s'en assure! Mais, au nom du ciel, si vous
êtes le maître ici, empêchez que des valets offensent une femme si
indignement.»_

_Pendant que je débitais ceci d'une haleine, l'homme, sans s'émouvoir,
sortit un portefeuille de sa jaquette, l'ouvrit, en tira une liasse
de billets de banque:_

_--«Mademoiselle... permettez-moi... Ce n'est qu'une juste
rémunération..._

_--Non, monsieur._

_--Cependant..._

_--Non, monsieur._

_--Mais... des honoraires..._

_--Ce ne sont pas des honoraires. C'est le prix d'une complicité. Je
ne sais laquelle. L'ignorant... je n'accepte pas._

_--Vous avez donné vos soins à Madame._

_--Comme je les lui aurais donnés au bord d'une route, dans une salle
d'hôpital... Non, monsieur, gardez votre argent... Comme vous
gardez votre masque.»_

_Il se mit à rire... Un rire qui me fit un peu peur._

_Du lit vint un long soupir. Puis des mots balbutiés... des mots
d'hallucination sans doute... Je ne les saisis pas._

_--«Prenez garde,» repris-je. «Le moindre bruit l'agite. Et si la
fièvre s'en mêle...»_

_Il baissa la voix._

_--«Il faut pourtant que vous m'écoutiez, mademoiselle. Je ne puis
vous parler ailleurs. Vous ne sortirez d'ici que comme vous y êtes
entrée._

_--Qu'avez-vous à me dire?_

_--Ceci: je suis le maître de mon secret, et je n'entends pas qu'on
s'en mêle. Une indiscrétion vous coûterait cher._

_--Je suis mieux tenue que par vos menaces, monsieur. Par mon honneur
professionnel._

_--Si vous aimez quelqu'un au monde, ne lui parlez jamais de ce que
vous avez vu ici._

_--Je n'ai rien vu... qu'un enfantement pénible, et singulièrement
compromis par une application intempestive de chloroforme._

_--Silence!...»_

_Je me tus. Lui aussi._

_J'avais remis le nouveau-né à la garde. Elle l'habillait,
l'emmaillotait avec de grandes précautions. L'homme jeta un coup
d'œil de son côté, puis reprit, non sans hésitation, et tellement
bas que je l'entendis à peine:_

_--«Cet enfant... Il doit disparaître.»_

_Comme pour arrêter mon mouvement de révolte, il me saisit le poignet._

_--«On ne lui fera aucun mal. Je ne pourrais en souffrir la pensée.
Mais on l'abandonnera. Voulez-vous le remettre à l'Assistance?_

_--Moi!_

_--Je vous connais, mademoiselle. C'est à bon escient que je vous ai
choisie. Si vous l'emportez, je serai tranquille pour son existence.
Autrement, ce sera le hasard du grand chemin, le seuil d'une
église... la borne. Il m'en coûterait._

_--Quelle infamie!_

_--Ne jugez donc pas ce que vous ignorez._

_--Je n'ignore pas que vous êtes un père infâme._

_--C'est là que vous jugez à faux, précisément.»_

_Un éclair me traversa l'esprit. Cet homme pouvait être le mari sans
être le père. Il se vengeait. Atroce vengeance!_

_--«Vous volez un enfant à sa mère. Peut-on commettre un crime plus
abominable!_

_--J'ai fait venir un médecin, non un confesseur,» ricana-t-il. «Oui
ou non, emportez-vous ce petit? ou bien l'exposera-t-on?...»_

_Je regardai le feu de bois, qui n'avait cessé de brûler dans la
cheminée. Au dehors, c'était novembre... Un frisson courut dans mes
veines._

_--«J'emporte l'enfant,» déclarai-je._

_--«Pour le remettre à l'Assistance?_

_--Qu'en puis-je faire d'autre, hélas? Je suis une jeune fille... et
sans fortune._

_--C'est bien sur cela que j'ai compté. Cependant, voulez-vous me
jurer?..._

_--Je le jure._

_--Sur toutes vos chances de bonheur en ce monde._

_--Sur toutes mes chances de bonheur! Ce n'est pas un fameux serment._

_--Alors... sur votre vie._

_--Oh! sur ma vie aussi... tant que vous voudrez. Donnez-moi ce pauvre
être, et que je parte d'ici! Grands dieux!... que je parte d'ici!...»_

_Une lassitude, un dégoût, une horreur sans nom. J'avais le sentiment
d'être, non la victime, mais la complice, d'une machination odieuse.
Et pourtant... Que pouvais-je?_

_Avant de s'éloigner, l'inconnu essaya encore de me faire accepter les
billets de banque. Je les repoussai avec plus d'écœurement que la
première fois._

_A peine avait-il quitté la chambre, que des gens s'y précipitèrent.
Je fus saisie. Un voile m'enveloppa la tête. Mais je me débattis si
violemment, et avec un tel cri, qu'une espèce de désarroi rompit
l'effort de mes agresseurs. J'en profitai pour m'élancer vers
l'infirmière et pour lui enlever l'enfant._

_--«Qu'on le laisse, au moins,» criai-je, «recevoir un baiser de sa
mère!»_

_Ceux qui étaient là comprirent-ils? Eurent-ils pitié? Je ne sais.
Mais ils m'accordèrent le temps de porter le petit être contre les
lèvres de celle qui l'avait si tragiquement mis au monde._

_La malheureuse eut alors,--chose extraordinaire,--comme un éclair
de conscience. Peut-être le cri que j'avais jeté,--sans en modérer
l'accent, cette fois,--venait-il de l'arracher à l'anéantissement de
sa faiblesse et à la torpeur du stupéfiant, dont l'action n'était
pas encore dissipée. Je rencontrai ses yeux ouverts,--un lucide,
un poignant regard. Deux larges prunelles d'ombre. L'absence de
sourcils, et presque de cils, les rendaient effarées, hagardes. Elle
les fixa d'abord sur moi, puis sur son fils. Que discerna-t-elle?
Quelle suprême anxiété réveilla sa pauvre âme? Un balbutiement
s'échappa de sa bouche, lorsque j'en détachai la petite tête de son
enfant. Penchée sur elle, j'entendis très distinctement ce nom répété
à deux ou trois reprises:_

_--«Serge... Serge...»_

_Puis, plus clairement encore:_

_--«Mon Serge adoré!...»_

_Ce fut tout. Car les assistants, s'apercevant qu'elle parlait, se
doutant, à mon attitude, que j'épiais avec ardeur les paroles qui lui
échappaient, mirent à cette scène la fin la plus brutale. Étouffée,
aveuglée, entraînée, je ne pressentis même pas ce qu'était devenu
l'enfant. Mon impression fut qu'on me l'enlevait pour tout de bon. La
crainte que j'eusse recueilli la clef de cette énigme changeait sans
doute à mon égard les dispositions prises._

_Un regret m'effleura le cœur. Et tandis qu'on m'installait,--sous
bonne garde et solidement tenue,--dans une voiture (sans doute l'auto
du premier voyage), je n'avais qu'une sensation: le froid soudain
sur ma poitrine à la place vide du petit corps tiède que j'y avais
pressé._

_--«Oh!» me disais-je, avec un chagrin qui me surprenait moi-même,
«que va-t-on faire de cet innocent, puisqu'on renonce à me le
confier?»_

_Le retour fut pareil à la dernière partie de l'aller. Je ne pus ni
bouger, ni rien voir. Toutefois, je perçus, sous mon bandeau, qu'il
faisait jour._

_«La nuit a été longue. C'est le matin,» pensais-je._

_Cette clarté--très vague pour moi--au lieu de s'aviver, diminua.
L'entrée de la forêt, sans doute, ou la gêne de ces étoffes
enroulées, dont ma vision s'offusquait. Aucune lueur ne revint. Au
contraire, les ténèbres s'épaissirent. J'en fus troublée. Je ne
concevais pas ce que je devais constater tout à l'heure: le jour
avait passé. Le crépuscule, puis la nuit, lui succédaient._

_Encore une fois, il me fut impossible, même approximativement,
d'évaluer la distance parcourue._

_Le moment vint où l'auto s'arrêta._

_On m'en sortit, paralysée, engourdie d'avoir été maintenue longtemps
immobile. On me fit asseoir. Et j'attendais qu'enfin on dégageât ma
tête, lorsque j'entendis le roulement de l'auto qui repartait à toute
vitesse. Aussi rapidement qu'il me fut possible j'arrachai l'étoffe
qui m'aveuglait. J'y parvins, non sans peine. Il me fallut plus de
temps encore pour me reconnaître, pour identifier le lieu où l'on
m'avait amenée._

_La nuit était profonde, l'heure devait être avancée. Un grand
silence régnait sur la campagne. Le bruit même de l'auto ne me
parvenait plus. Personne autour de moi._

_D'abord, j'avais cru être assise sur un banc. Puis mes yeux,
s'habituant à l'obscurité, distinguèrent autour de moi des masses
blanchâtres. Je me rappelai avoir remarqué, non loin de notre maison,
des blocs de pierre, matériaux de construction, dont la disposition
s'évoqua devant ces formes identiques. Mais n'était-ce pas près d'un
terrain déjà enclos d'une grille?_

_Je me retournai. Voici la pâleur régulière du mur... les raies noires
des barreaux... Alors je me trouvais à deux pas de Claire-Source!_

_Avant de me lever, je tâtai de la main près de moi, car j'avais cru
me rendre compte qu'on y déposait ma trousse. Mes doigts en palpèrent
le cuir... Puis... qu'était-ce? Un paquet assez gros, plus moelleux.
Une petite plainte faible, sourde... Mon oreille se tendit. Mes mains
tremblantes s'avancèrent... Étrange émotion... Je ne respirai plus...
Si l'enfant n'avait pas été là, j'eusse éprouvé une déception atroce._

_Mais il y était. Je serrai contre mon cœur cette vague chose
emmaillotée, ce petit être, plus seul au monde que je n'étais seule
dans la grande nuit, dans le grand silence, formidable, solennel._

_Un souffle passa sur nous. Les branches nues des bois craquèrent..._

_Comment dire l'exaltation, la mélancolie d'une telle minute?... Une
révélation terrible des profondeurs perverses de la vie venait de
bouleverser ma jeunesse. Mon corps brisé de fatigue n'était pas
moins endolori que mon âme. La nuit de novembre, sinistre, sans
lune, que j'affrontais seule pour la première fois, me sembla pleine
d'épouvante. Ivre de tristesse, j'appuyai davantage sur mon cœur
l'enfant... l'enfant rejeté, inconnu. Le regard de sa mère, le seul
regard lucide de cette infortunée, le seul regard qu'elle poserait
jamais sur son fils, me perça de nouveau. Mes sanglots éclatèrent. Je
crois encore les entendre s'élever, sans écho, dans la dure nuit._

_--«Petit enfant... petit enfant...» murmurai-je. «Je t'aimerai,
moi!... Je t'aimerai. Ils me tueront s'ils veulent... Je ne
t'abandonnerai pas.»_



II

VERS LA MORT


C'est en terminant cette première partie des confidences de
Francine, que Raymond Delchaume fit arrêter l'auto en pleine forêt
de l'Isle-Adam. Le décor s'harmonisait avec la poignante lecture. Le
soir d'octobre enténébrait les espaces peuplés d'arbres. Déjà, sous
les futaies, le crépuscule devenait de la nuit. Au-dessus de la large
route, un peu de clarté pleuvait encore du ciel gris perle. A cette
clarté défaillante, Raymond, dans la voiture découverte, s'était
arraché les yeux pour lire, pour lire encore...

Maintenant, il savait.

Qu'importait le reste? Il le connaissait, le dénouement effroyable.
Il avait reçu dans ses bras sa femme, sa toute jeune femme,--trois
ans, mon Dieu!... après cette sinistre aventure,--lorsqu'elle
rentra au nid de leur amour, éperdue, ensanglantée, mourante... Oh!
l'agonie presque muette... Les lèvres qui n'osaient parler,--dans
la crainte (il le comprenait maintenant) de l'exposer au même sort.
Et les yeux... ces pauvres yeux, avec leur prière désespérée.
Quelle torture, le mystère de cette fin atroce! Enfin le voici donc
dévoilé!...

Ce qui montait du cœur de Raymond, ce qu'il devait à cette morte
innocente, à cette martyre, c'était le cri de délivrance, de
justification. Sa poitrine en éclatait. Comment ne l'eût-il pas
jeté à l'univers, ce cri, à la Nature, à la forêt recueillie, aux
premières étoiles... Voilà pourquoi il sauta sur le chemin, renvoyant
la voiture, lui faisant prendre de l'avance, haletant du désir
d'être seul. Et voilà pourquoi, lorsque se fut éteint le roulement
de la machine, lorsque la lueur des phares se fut dissoute dans les
ténèbres, le jeune homme tomba sur les genoux, et cria, fou d'une
joie plus déchirante que la douleur:

--«Francine!... ma Francine, à moi... toute à moi... Ce n'est pas ton
enfant!... ce n'est pas ton enfant!... ce n'est pas ton enfant!...»

«Ah!» soupirait-il ensuite,--balbutiant, parlant à mots décousus,
à voix haute, comme un insensé, tandis qu'il marchait sur la
route pâle, entre les profondeurs baignées de ténèbres,--«ah! ma
Francine... ah! bien-aimée... du moins je n'ai pas douté de toi,
de la beauté de ton âme... Tu sais... tu sais... j'ai été jusqu'à
l'aimer, cet enfant... je l'ai fait mien... Et pourtant l'idée que tu
t'étais donnée à un autre!... l'idée surtout... oui... cela, c'était
pire... me rongeait... l'idée que tu ne m'avais pas avoué ton erreur,
ou ton malheur... que tu t'étais défiée de mon amour... Francine...
où que tu sois, dans l'abîme de la mort, dans l'abîme des choses
éternelles... il est impossible que tu ne saches pas... que tu ne
le sentes pas, cet amour, qui, de toi, acceptait tout, même ce qui
l'eût tué s'il n'avait été plus fort que la jalousie, plus fort que
l'orgueil... Eh bien, oui... je suis heureux, je suis heureux d'avoir
traversé cette épreuve... de connaître seulement après des mois de
souffrance la vérité qui te justifie. Cette vérité... elle ne me rend
pas ta mémoire plus sacrée, plus chère... Et cependant... si... oh!
si... douce adorée!... Et elle me délivre!... Elle me délivre!...
Elle me délivre!...»

Ainsi pensait, parlait le jeune docteur, dans l'égarement, le
désordre, d'une révélation qui bouleversait tout en lui.

Raymond parcourut sans s'en apercevoir les trois kilomètres de route
avant la sortie de la forêt. Dans la même inconscience, il passait à
côté de l'automobile qu'il avait louée pour le ramener à Paris. Mais
le chauffeur guettait ce fantaisiste client.

--«Monsieur!... monsieur!... me voilà! Je suis là.

--Hein?... Qu'est-ce...? Que me voulez-vous?... Ah! c'est vrai...»

Et, sautant dans la voiture:

--«Eh bien, allez... marchons.»

La course rapide, dans l'air vif, le restituait à son rêve. Toutefois,
une ordonnance, une logique, des déductions s'esquissèrent dans ce
net esprit.

Et, d'abord, quelle attitude devait-il adopter? Quelles résolutions
prendre?

Le message posthume de Francine,--découvert le matin même, par un si
prodigieux hasard, entre les feuillets de l'ancien livre de prix,
dans la petite maison de Claire-Source, lui parvenait dans un moment
critique.

Eh quoi!... ce manuscrit mille fois précieux, il était en partie la
cause d'une nouvelle fatalité. N'était-ce pas l'affolement de l'avoir
trouvé,--enfin!--qui, distrayant Raymond de sa vigilance, avait
permis le rapt de l'enfant? L'enfant... Toute l'attention ardente
de Delchaume se concentra soudain sur lui. Que serait-il désormais,
ce petit François?--le petit Serge de nounou Favier--Serge...
naturellement... Le dernier mot... presque le seul mot, de sa mère.
La raison apparaissait pour laquelle Francine, sa marraine, l'avait
baptisé ainsi.

Mais il n'était plus question de Serge, né de père et mère inconnus.
Raymond, dans son incomparable amour, dans son immense pitié pour la
morte, avait fait sien cet enfant qu'il supposait celui de Francine.
Reconnu par lui, François Delchaume était légalement son fils. Et on
le lui avait pris! Qui? Nul doute. L'auteur de l'enlèvement ne s'en
cachait pas. Cette carte de visite, la carte du prince Boris Omiroff,
signait le crime.

Boris Omiroff...

Comme, tout à l'heure, l'image de l'enfant, voilà celle de
l'insultant ennemi qui s'évoquait... Raymond fixa mentalement sa
vision étonnée sur ce visage. Quel changement encore! La perspective
se transformait. Tout se déplaçait: les êtres, les sentiments, les
rapports. Cette physionomie du Russe, la face agressive, la haute
silhouette, la brutale beauté, il pouvait donc maintenant contempler
cela sans l'atroce évocation... sans que surgisse à côté, comme une
vapeur qui se condenserait, qui, peu à peu, prendrait une figure de
femme...--supplice sans nom!--celle de Francine, et qui, malgré tout
l'effort de sa volonté, glisserait, caressante... caressée... entre
les bras... Ah! cela... c'était fini. Jamais plus!... jamais plus!...
Raymond en purifiait sa pensée... Ce prince abominable... elle ne lui
avait pas appartenu... «Pardon, Francine, pardon!»

Le haïssait-il moins?

Non. Sa haine évoluait, ne diminuait pas. A cette image, une autre
se substituait,--d'horreur moindre--mais tout aussi détestable
d'audace, de cruauté. L'homme, au pied du lit de l'accouchée, cet
homme de haute taille, despote arrogant,--c'était bien lui! Combien
reconnaissable sous le masque! Raymond le voyait, dans la chambre
inconnue, la chambre saccagée par son ordre, avec une victime
agonisante, tandis qu'il offrait de l'argent à son autre victime, à
celle dont il avait dévasté la vie, en attendant que, plus tard, il
la fasse assassiner, à la douce Francine--qui se révoltait devant
l'odieux salaire,--pauvre enfant!

«Il expiera... Le châtiment l'atteindra. Et maintenant,» pensait
Delchaume, «je le tiens suspendu sur sa tête, ce châtiment. Ce que
je connais de la dernière nuit de ma malheureuse femme, joint à ces
révélations écrites... l'enlèvement de l'enfant... que de preuves!
A peine, à cette chaîne si bien reconstituée, manque-t-il quelques
chaînons... Le témoignage de Tatiane Kachintzeff... un jet de
lumière!...»

Tatiane... A ce nom le jeune homme tressaillit douloureusement.
Pauvre fille! en prison, au secret, compromise dans l'affaire des
explosifs, inculpée de complicité dans le complot contre la vie
d'Omiroff, précisément... Pourrait-il la faire citer? La croirait-on?
N'aggraverait-il pas sa situation, à elle, sans profit pour
l'œuvre de justice qu'il entreprenait? Tatiane... Il s'attarda au
souvenir de l'étudiante. Il reconstitua mot à mot ce qu'elle lui
avait appris. Avec quelles réticences, quel trouble effrayé, elle
insinuait ce dont Boris était capable! On eût dit qu'elle gardait des
secrets terrifiants... Savait-elle quelque chose de cette naissance
mystérieuse?... Dévoilerait-elle la personnalité de la mère?...
Avait-elle été mêlée?... Cette jeune femme près du lit, si c'était
elle...

Le raisonnement intervint, chez Raymond, pour retenir l'imagination
emportée. Ses conjectures faisaient fausse route. Non, Tatiane
ignorait tout de ce drame-là. Autrement, elle n'aurait pas pris le
change. Elle n'aurait pas cru, elle aussi, que Francine Delchaume
était la maîtresse du prince, et la mère...

Dans cette folie, dans ce désordre, dans cette fièvre, Delchaume
s'avisa qu'il atteignait Paris. L'arrêt de l'auto, à la grille,
devant l'octroi, interrompit sa méditation effrénée, lui rendit le
sens du réel.

«Ah!» pensa-t-il, se rappelant soudain pourquoi il revenait ainsi
à toute vitesse, «je vais voir dans quelques heures le chef de la
Sûreté. Tout... je lui dirai tout. Puisque ce misérable Omiroff m'a
refusé la satisfaction d'un duel, je le livrerai à la justice comme
le malfaiteur qu'il est...»

Était-ce aussi simple?... La secousse d'un revirement fit osciller sa
résolution:

«Mais alors?... Il faudra reconnaître que l'enfant est à lui... qu'il
avait le droit de me l'enlever... Cet enfant que ma Francine a sauvé,
que j'ai fait mien... Mon petit François... Petit François!...»

--«A quelle adresse faut-il vous conduire, monsieur?» demanda le
chauffeur.

Raymond hésita une seconde. A dix heures seulement, il avait
rendez-vous avec le chef de la Sûreté. Il n'en était guère plus
de six et demie. L'intention de tout à l'heure, en quittant
Claire-Source, persistait au fond de lui: se rendre avant tout
chez Flaviana. Comme ce serait doux d'apporter son cœur brûlant,
tourmenté, à cette amie délicieuse!... Il crut la voir, l'entendre...
Noble créature... En ce moment, elle s'apprêtait à partir pour le
National-Lyrique. Paradoxe... une telle femme, étoile de la danse...
Et cependant, non. Son art, la poésie qu'elle y mettait, c'était
encore si bien elle!

«Je ne puis pas lui dire toute la vérité. Même si j'étais déterminé
à la mettre au courant, le temps me manquerait. Que sait-elle? Si
peu de chose, puisqu'elle me croit le père de François. Elle adore
cet enfant... Ce serait mal à moi de lui apporter brièvement,
brutalement, à l'heure où elle doit monter en scène, la nouvelle de
sa disparition... Quel chagrin elle en éprouvera!...»

Ces réflexions, rapides, s'ébauchèrent dans la pensée tumultueuse
de Delchaume, tandis que le chauffeur attendait son ordre. Le jeune
docteur prononça presque tout haut:

--«D'ailleurs, j'ai mieux à faire...»

Puis, devant la mine interloquée de son conducteur, que lui révélait
la lumière d'un bec de gaz, il jeta sa propre adresse:

--«Rue du Général-Foy.»

Rentré chez lui, Delchaume, après un coup d'œil sur la liste des
clients venus à sa consultation, et qu'avait reçus son remplaçant,
refusa de dîner, s'enferma dans son cabinet de travail.

C'était l'ancien cabinet de Francine.

En ce ménage de deux docteurs, avant que la mort ne l'eût brisé,
la jeune femme gardait, pour la réception de sa clientèle--surtout
féminine,--la pièce la plus élégante, la mieux exposée. Au lendemain
de son veuvage, le mari au désespoir--amant plus que mari, et en
deuil d'un bonheur si court!--ne voulut pas dépayser sa douleur,
ses souvenirs. Il garda l'appartement de la rue du Général-Foy,--le
cher appartement installé avec tant de soins, tant de goût, témoin
de tant de joie, de tant d'espoirs! Et il prit, comme sanctuaire
de son labeur, le cabinet de Francine, où il sentait flotter
plus constamment, plus près de lui, l'âme vaillante et tendre de
l'adorable compagne perdue.

Ce soir, lorsqu'il y rentra, il plaça sur son bureau, dans la clarté
de la lampe électrique, le livre qu'il rapportait de Claire-Source.
Avant de le rouvrir, pour y trouver la suite des confidences
tragiques, interrompues par la tombée de la nuit, il contempla encore
l'extérieur de l'humble volume. Sur la couverture, à teinte jadis
vive, aujourd'hui fanée, aux dorures éteintes, il relut le titre:

LA GUIRLANDE DES MARGUERITES

Il lui sembla entendre la pauvre voix mourante balbutier ces mots
étranges:

«Mon secret... dans la guirlande des marguerites, à Claire-Source.»

Qui donc ne s'y serait trompé comme lui? Dire qu'il avait fouillé la
corbeille des fleurs vivantes, alors que ces tristes fleurs mortes se
fermaient sur le frémissant mystère, parmi les autres livres, dans la
petite bibliothèque, au fond de l'ancienne chambre de jeune fille, où
flottait un si nostalgique parfum!...

La reliure soulevée montrait, collé à la feuille de garde, un
bulletin à vignette, mentionnant le prix d'excellence accordé à
l'élève Francine. Ensuite commençaient les biographies, illustrées
par les traditionnels portraits, des Marguerites,--reines, princesses
ou artistes,--célèbres dans l'histoire. Mais des feuillets avaient
été coupés et remplacés par une sorte de cahier d'une épaisseur
équivalente,--le manuscrit.

Raymond passa rapidement sur ce qu'il avait lu,--dévoré
plutôt,--deviné presque, sous la nuit envahissante qui lui disputait
les mots. Le récit s'arrêtait d'ailleurs peu après le passage où
il avait dû fermer le livre, et à la suite duquel il avait bondi
hors de l'auto, pour être seul, pour tomber à genoux, pour exhaler
son transport dans la solitude. La fin de ce récit narrait, en
quelques mots, une coïncidence qui détermina, facilita, la résolution
prise par Francine de faire elle-même élever l'enfant. Une pauvre
brave femme du village de Champagne,--pays de Claire-Source,--la
garde-barrière, venait de perdre un bébé de quelques jours, qu'elle
commençait d'allaiter. Lui mettre au sein le petit nouveau venu,
c'était doublement une bonne action. On la sauvait, et l'on assurait
à l'enfant une tendresse exclusive, maternelle. Francine mentionnait
la circonstance et ajoutait:


_La nourrice s'appelle Mme Favier. Elle est femme du garde-barrière,
à la halte de Champagne. Je vais faire un testament en sa faveur, du
peu que je possède, et que j'augmenterai en exerçant la médecine, à
la condition qu'elle continue à servir de mère à l'enfant, au cas où
je viendrais à mourir. Je connais assez cette excellente créature
pour souhaiter cela au petit abandonné, s'il me perd._

_Je me rends bien compte que, par une telle mesure, je confirmerai le
soupçon qui, déjà, doit naître autour de moi, que je suis la mère.
Qu'importe!_

_J'ai dit à tous que j'avais trouvé ce pauvre ange sur le chemin,
contre notre grille, et je l'ai fait inscrire à la mairie de
Champagne sous le nom de Serge. Comme il lui fallait un nom de
famille, j'ai cherché sur le calendrier, où, juste à côté de Serge,
on voit saint Bruno. Mon filleul sera donc Serge Bruno._

_Je l'ai tenu sur les fonts baptismaux avec l'honnête Favier, son
parrain. Par délicatesse, le brave homme m'a dit:_

_--«Puisqu'il vous appellera «marraine», docteur Francine, je ne lui
permettrai pas de m'appeler «parrain». Ça serait trop familier avec
vous, pas convenable. Il trouvera bien lui-même...»_

_Sur quoi, sa femme l'interrompit en souriant:_

_--«Bah! c'est pas demain qu'il va parler, ce pauvre petit cœur.»_

_Me voilà donc en possession d'un enfant, dont j'accepte la charge,
et dont on m'attribuera plus tard,--sinon tout de suite,--la
maternité. Je ne m'en trouble pas autrement. J'en éprouve une
espèce de joie, peut-être même un peu de fierté. Nul n'a le droit
de me demander compte de mes actes. Ma bonne tante Stéphanie, elle,
sait à quoi s'en tenir. Elle m'a vue dans ma chambre la veille
et le lendemain de l'aventure,--de cette aventure qui a duré une
trentaine d'heures.--Tout ignorante de la vie qu'elle soit, et
bien qu'ayant coiffé sainte Catherine depuis longtemps, elle sait
qu'on ne recueille pas les bébés dans les choux, et que je ne
puis avoir mis celui-là au monde. Sa certitude me suffit. Quant à
mon futur époux,--si jamais je me marie, ce dont je n'ai aucune
hâte..._

       *       *       *       *       *

Les yeux de Raymond se voilèrent. Il repassa les dates... fit un
bref calcul... Quatre ans!... Il y avait de cela quatre ans,--moins
un mois, puisqu'on était en octobre. Non, elle ne le connaissait
pas encore. Mais lui... Il l'avait déjà vue. Déjà il rêvait d'elle.
Doucement... sans espoir défini, sans résolution prise. Il l'avait
rencontrée à des cours, dans les hôpitaux, parmi la suite attentive
de quelque maître fameux. De quelle séduction grave, profonde, elle
lui avait ravi le cœur! Il ne s'en douta pas tout d'abord. Quatre
ans... C'est l'année suivante qu'ils se connurent davantage, et que
naquit leur grand amour.

Le jeune homme reprit sa lecture.


_Quant à mon futur époux_, écrivait alors Francine, _du moment que je
serai sa femme, c'est qu'il aura foi en moi, c'est que nous aurons
réciproquement éprouvé notre loyauté. Que je lui révèle l'histoire de
Serge, ou qu'il la découvre lorsque je ne serai plus, par ce document
que j'établis aujourd'hui, il me croira. J'agirai avec lui suivant ma
conscience, et suivant les événements._

_Avant que j'aie à m'expliquer auprès d'un mari, Serge aura peut-être
retrouvé sa mère. Un remords peut venir au criminel. Il sait où me
trouver. Peut-être fera-t-il rechercher son fils. Peut-être un de
ces hasards qui rendent l'existence plus romanesque que le plus
romanesque feuilleton, me mettra-t-il sur la trace de sa victime, de
cette jeune créature que j'ai vue tant souffrir, et qui souffrira
plus encore si elle vit... si elle sait..._

_Je crois avoir tout enregistré ici,--tout, jusqu'au moindre détail.
Ces feuillets sont le seul patrimoine de mon pauvre petit Serge.
Réussiront-ils à lui restituer un nom, une famille, une mère?...
C'est le secret de l'avenir et du destin._

_«Si jamais tu les lis, petit Serge, et que je ne sois plus là, pense
tendrement à celle qui t'a pris dans ses bras, au milieu de la
campagne désolée, par la dure nuit de novembre,--ta première nuit
en ce monde,--et qui a juré de t'aimer, de réparer pour toi, en la
faible mesure de sa tendresse, la fatalité de ta naissance._


Delchaume eut un sanglot en achevant cette page.--«O Serge...»
murmura-t-il... «Je le lui rendrai, à mon petit François, ce nom qui
est si bien le sien, ce nom que sa mère a balbutié, que mon admirable
Francine lui a donné. C'est ma jalousie qui souffrait de ce nom. Je
me figurais...»

Il frissonna, se frappa la poitrine. Pourtant, il n'avait à s'accuser
que de sa propre torture. Pas un sentiment vil ne souilla en lui la
mémoire de Francine, même quand il subissait la douleur de croire
qu'un autre l'avait rendue mère.

Le manuscrit de la morte ne se terminait pas avec cette sorte d'acte
de naissance, rédigé sur-le-champ, dans la netteté, la vivacité du
souvenir. Des notes suivaient, rapides, décousues, jetées au fur et à
mesure des puériles péripéties qui marquent la première croissance.
Une sorte de très bref journal, tenu par scrupule vis-à-vis de
l'inconnu qui pourrait un jour se targuer d'un droit à savoir: la
mère de l'enfant... le mari de Francine... l'enfant lui-même...

Avant d'en prendre connaissance, Delchaume se reporta aux premières
lignes, à cette espèce d'épigraphe où figurait son nom, et que sa
femme ajouta peu de jours après leur mariage. La date l'indiquait.

Maintenant il en comprendrait sans doute la portée.


_Raymond adoré, ce livre contient mon secret. S'il tombe entre tes
mains de mon vivant, ou après ma mort, sans que j'aie pu t'en parler,
ne me blâme pas._

_Je suis ta femme, ta femme si heureuse!... Une telle douceur
m'alanguit l'âme, que je n'ai pas la force, en ce moment,
d'interroger ma conscience, de me demander si mon devoir est de te
faire cette révélation ou d'attendre encore._

_Ah! laisse... Je veux goûter pleinement la sérénité divine de ces
jours, qui seront tout mon paradis. Il me semble que l'ombre du drame
traversé, cette ombre qui, par instant, repasse sur mon chemin et
me fait frissonner, glacerait l'insouciance de notre joie. N'ayant
rien commis de mal, j'ai tout le temps de t'appeler au partage d'une
responsabilité, peut-être d'un péril. J'entends encore une voix
cruelle qui me dit:--«Si vous aimez quelqu'un au monde, ne lui parlez
jamais de ce que vous avez vu ici.»_

_Raymond tant aimé, quand cette voix retentit dans mon souvenir, et
que je pense à toi, je deviens lâche._

_Hélas!... je l'entends gronder autour de moi, l'affreuse menace.
Quelque chose plane sur ma tête... Un œil méchant me suit...
Je désarmerai peut-être cette puissance invisible en me cachant
encore de toi. Il m'en coûte. Mais si, dans ta téméraire fierté
masculine, tu allais braver le mystère, montrer que tu sais, me
suggérer une autre attitude... Qu'en résulterait-il pour toi?... Et
n'exposerions-nous pas un petit être sans défense?_

_Ah! pardon, mon Raymond, pardon... Laisse-moi épuiser ma part de
bonheur. Je ne sais pourquoi... J'ai peur d'en laisser échapper
une parcelle. Un pressentiment m'avertit que je n'en jouirai pas
longtemps!..._


Un pressentiment!... C'était autre chose encore. C'était pire.
Les dernières pages du manuscrit expliquèrent mieux au jeune veuf
pourquoi Francine ne rompit point le silence. Dans quelle angoisse
la chère créature de bonté, de douceur, qu'il adorait avec tant
de passion, vécut les derniers jours de sa courte vie! Près de
lui, alors même qu'il l'entourait de ses bras, le cauchemar la
poursuivait. Et elle avait le courage de se taire!... Elle pouvait
lui dissimuler tant d'horrible effroi! Elle pouvait lui sourire avec
tant de calme! Héroïque petite martyre!...

Le malheureux rencontra des notes telles que celles-ci:


15 novembre.--_Ai-je rêvé?... Mon sang se glace, lorsque j'essaie
de ressusciter cette rapide impression d'hier soir. Et pourtant je
doute... Non, ceci ne m'est pas arrivé. Une préoccupation trop vive,
la surexcitation d'un spectacle émotionnant, où je trouvais des
analogies avec la naissance de Serge, m'ont troublée, hallucinée..._

_Du moins, je vais consigner ici ce que j'ai cru entendre._

_Nous sortions des fauteuils d'orchestre, Raymond et moi, et nous
nous trouvions dans le couloir du rez-de-chaussée, au Vaudeville.
Mon mari se sépara de moi un instant pour prendre notre vestiaire.
Afin de ne pas être trop bousculée par la foule, qui s'écoulait, je
me rangeai contre la paroi, du côté du théâtre. La porte d'une loge,
restée entr'ouverte, céda un peu derrière moi. Je m'y enfonçai à
demi. Tout à coup, un chuchotement rapide, mais très distinct, entra
nettement dans mon oreille:_

_--«Il faudra choisir entre votre mari et votre filleul. C'était
trop de garder l'enfant. Du moins, vous deviez rester seule avec le
secret.»_

_Si je ne me retournai pas tout de suite, c'est que le sens des
paroles ne pénétra pas instantanément jusqu'à mon cerveau. Il
me fallut tout entendre pour que mon saisissement devînt de la
compréhension. Quand je cherchai du regard autour de moi, il était
trop tard. Aucune des personnes entre lesquelles j'étais pressée
du côté du couloir ne pouvait avoir prononcé de telles phrases.
L'intérieur de la loge, vers lequel je me penchai, me sembla vide.
Cependant quelqu'un pouvait encore y être caché, dans le noir. Car
l'orchestre, au delà, venait de s'éteindre._

_Mon cœur se mit à battre affreusement. Cette voix, avec ses
inflexions, son accent, restait en moi. Elle s'élevait, grossissait,
réveillait d'étranges échos. Et soudain, je la reconnus!... C'était
la voix de la religieuse... de cette religieuse que je soupçonnai
d'être un homme déguisé, et qui me tint si rudement les bras dans la
voiture, durant la nuit du mystère._

20 novembre.--_Qu'a-t-on voulu dire?... Que, mariée, je ne suis plus
maîtresse du secret, que je le livrerai à l'autre moi-même... celui à
qui je voudrai dire tout?..._

_Comment l'a-t-on su? C'est vrai... Oui, je me proposais de tout
apprendre à Raymond. N'était-ce pas mon devoir? Mais quel est-il, mon
devoir?... Je ne sais plus maintenant. J'ai peur. La voix de cette
sinistre religieuse... Cette voix qui se faisait molle, étouffée,
dans la voiture... et qui est entrée ainsi en moi, l'autre soir, avec
un son faux et ouaté... Ce fut comme un souffle... terrifiant!..._

22 novembre.--_«Choisir... entre mon mari et mon filleul...»
Qu'est-ce que cela peut signifier?..._

23 novembre.--_ILS m'ont épiée, suivie?... Je suis liée à ces
malfaiteurs!... Je me croyais oubliée d'eux, avec l'enfant. Quelle
folie!... Ces gens qui ont eu la résolution, l'audace, l'habileté, de
faire ce qu'ils ont fait... qui ont tout préparé, prévu,--sans une
erreur,--naturellement ils devaient veiller sur leur œuvre, ne point
la laisser au hasard, entre les mains d'une jeune fille._

_Quels intérêts puissants doivent être en jeu!..._

_Ai-je commis un crime en épousant Raymond sans le prévenir? Puissé-je
l'expier seule, et qu'il n'en souffre pas, mon Dieu!..._

8 décembre.--_Une lettre anonyme, à présent, et qui m'est parvenue de
quelle façon!_

_Je prenais le train pour aller voir Serge, à
Saint-Rémy-lès-Chevreuse... Seule dans mon compartiment, déjà en
route, je dépliai un journal pour lire... Un papier tomba de ce
journal..._

_C'est affolant!_

_Je l'avais emporté de la maison... pris à Raymond, tout ouvert, et
replié par moi-même, ce journal. Mais, un instant, je le laissai sur
la banquette du fiacre, lorsque je m'arrêtai pour acheter des jouets
à Serge, en allant à la gare. Est-ce là qu'on a glissé le papier?_

_La voici, cette lettre anonyme._


Ici, intercalé dans le manuscrit de Francine, un carré de papier
écolier, sur lequel, en lettres d'imprimerie, se lisait:


_«L'avertissement du Vaudeville ne vous a pas suffi._

_«Précisons._

_«Voici trois ans qu'on patiente, qu'on vous épargne, vous et
l'enfant, malgré votre imprudence, le manque audacieux à votre parole
donnée. Car vous aviez juré de confier le marmot à l'Assistance.
Maintenant vous avez mis un amoureux dans l'affaire. Ça dépasse les
bornes._

_«Choisissez donc: ou vous quitterez la France avec votre cher
époux, sans plus vous soucier du petit; ou l'on trouvera un moyen
de vous soustraire le moutard,--de le soustraire peut-être un peu
radicalement, faites-y attention!_

_«Deux conseils, en attendant mieux: Si vous n'avez rien dit à
votre mari, persistez dans ce silence. Cela vaudra mieux pour sa
santé. Puis cessez de vous occuper de l'enfant. N'allez plus chez sa
nourrice. Vous risqueriez gros à négliger le présent avis.»_

_Et c'était signé, dans les mêmes caractères impersonnels:_

_«Le chauffeur de l'auto qui vous a promenée dans la forêt de
Carnelle.»_


Aucun commentaire immédiat de Francine Delchaume ne suivait ces
lignes. Elle resta jusqu'au vingt-cinq décembre sans rien ajouter.

Puis une nouvelle note:


Jour de Noël.--_Nous voici à Claire-Source, Raymond et moi. Notre
première fête de Noël!... L'hiver est brillant de neige et de soleil
rose, dans cette admirable campagne._

_Hélas!..._

_Tout à l'heure, tandis que nous marchions par le chemin, serrés l'un
contre l'autre, le bien-aimé m'a dit:_

_--«Tu as froid?_

_--Non, mon amour._

_--Tu viens de frissonner... de trembler..._

_--Peut-être un coup de vent plus vif...»_

_Le vent... je ne le sentais guère avec ce cher bras autour de moi.
Mais je venais de reconnaître la grille, le mur bas, devant lesquels,
une nuit de novembre, j'ai promis à Serge, en sanglotant de pitié,
de sollicitude, que je serais une mère pour lui._

_«L'innocent!... Je lui ai voué une tendresse presque maternelle.
C'est un adorable petit être. Et je me serais attachée à lui, même
eût-il été moins attendrissant, moins captivant. Je mourrais plutôt
que de trahir son petit cœur tendre, confiant, qui m'aime. Et je
mourrais aussi plutôt que d'exposer Raymond à quelque péril._

_Mais, s'agit-il seulement de ma mort?... Ah! si je ne craignais que
pour moi, comme je serais forte!..._

1er janvier.--_Encore à Claire-Source. Douce journée d'oubli,
d'amour..._

_Verrai-je ici, dans cette chère maisonnette, avec mon Raymond, un
autre 1er janvier?..._


Des notes moins significatives suivaient.

Francine continuait à rendre visite, de temps à autre, régulièrement,
à son filleul, comme si nulle menace n'eut tendu à l'en empêcher.
Le petit garçon était toujours avec ses parents nourriciers, le
brave couple Favier, transplanté à Saint-Rémy-lès-Chevreuse, là où
Delchaume le découvrirait plus tard. Le docteur Francine Delchaume,
avec sa clientèle, avec la nécessité de se cacher de son mari,
n'accomplissait pas très souvent le voyage,--guère plus de deux fois
par mois. Au retour, elle enregistrait toujours quelque détail, sur
sa visite, sur la santé de l'enfant.

_Je recommande aux Favier la plus grande vigilance, écrivait-elle. Je
tremble qu'on n'essaie d'enlever le petit trésor._

Et Raymond se souvint de la prudente méfiance montrée par la
nourrice, lorsqu'il était allé chez elle, après la mort de sa femme.
Rien qui décelât la présence d'un bébé. Et quelle circonspection dans
les paroles! Et le truc de son homme qui dormait, qu'on ne devait pas
réveiller. Brave créature!

Les notes que Francine jetait sur le papier, elle les apportait à
Claire-Source, pour les joindre aux autres dans la GUIRLANDE DES
MARGUERITES, lorsque les deux époux venaient se reposer dans leur
retraite campagnarde.

Rien d'anormal ou d'inquiétant ne marqua les deux premiers mois
de l'année. La vaillante jeune femme ne s'appesantissait pas sur
ses craintes. Mais un mot, parfois, témoignait des transes dont
s'empoisonnait le bonheur que Raymond croyait lui assurer si radieux.


14 mars.--_Comment écrire cela? Est-ce du souvenir? de l'observation
inconsciente? Ou la divination de ma terreur? Quel frisson!..._

_Aujourd'hui, sur la route, en sortant de la gare, à Saint-Rémy... une
auto. Deux hommes... L'un, penché dans le capot ouvert, arrangeait,
réparait quelque chose. A peine l'ai-je vu. L'autre... Ah! ma plume
se refuse... On n'exprime pas cela..._

_L'autre, je l'aperçus de dos. Il demandait un renseignement,--son
chemin sans doute,--à une paysanne debout sur le seuil d'une masure.
Je l'aperçus de dos... et, dans un coup de foudre_... je sus que
c'était lui!... _Lui, le père, le père de Serge. L'homme au visage
couvert d'un masque, qui était venu dans la chambre de l'accouchée.
Je sus que c'était lui! Mais pourquoi? Cette taille haute, massive
dans le lourd vêtement d'automobile, le port de tête... le geste
peut-être... Comment, comment ai-je été sur-le-champ certaine?..._

_Je crus tomber... Un froid mortel me paralysa. Mes jambes ne me
portaient plus._

_Cet homme... dans ce village... à deux cents mètres de la maison où
je fais élever son fils!..._

_Est-il possible d'endurer une pareille émotion, et de n'en rien
faire paraître?... de marcher quand même, en contraignant ses jambes
flageolantes?... d'être une passante qui s'en va, le regard distrait,
sur la route?..._

_Car j'accomplis cet effort... J'y parvins. Je continuai d'avancer.
Quelle minute!... Je sentais sur moi, dans mon dos, les yeux de
l'homme. Maintenant, j'étais plus sûre encore. J'avais entendu sa
voix, répondant à la paysanne. A la voix, je reconnaîtrais n'importe
qui, après des années..._

_Lui... me voyait-il? me reconnaissait-il? Comment en douter? Une
Parisienne, relativement élégante, sur ce chemin, dans ce village, à
une époque de l'année où les Parisiennes se montrent rarement à la
campagne. Même de façon inconsciente, machinale, il dut jeter un
coup d'œil... Et alors... Ah! si j'avais pensé à lui, tout de suite,
comment n'eût-il pas pensé à moi? Peut-être seulement s'était-il
posté là pour m'épier._

_Une angoisse d'autant plus intolérable qu'elle ne se précisait pas
en une crainte définie, me transformait en un pauvre automate, près
de se disloquer, de s'effondrer à terre. J'appréhendais à la fois le
coup matériel, immédiat, qui me briserait la nuque, et la douleur de
ne plus retrouver l'enfant. Un instinct me détourna du sentier qui
conduisait chez la nourrice. J'en pris un autre, dans une direction
opposée. Celui-là grimpait la colline. Mon cœur palpitant crut s'y
briser. Car je montais vite, comme on s'enfuit. Je rencontrai le
mur d'un parc,--un parc immense, dont je ne côtoyai qu'une partie.
Des bois parurent. Je m'y enfonçai. Je respirai. Nul ne m'avait
poursuivie. La solitude me rassura, me calma._

_J'attendis assez longtemps. Puis je redescendis au village. D'abord
lentement, pour prolonger le délai nécessaire, puis d'un pas plus
accéléré. A la fin, je courais, haletante. Je me précipitai chez la
nourrice._

_Rien n'était changé. Le cher petit Serge m'accueillit par des cris de
joie et des caresses. Les Favier n'avaient vu personne._

28 mars.--_Suis-je à bout de forces? Je ne puis plus endurer cette
anxiété vague, cette peur qui n'a pas de forme, qui n'a pas de nom.
Puis ma conscience se trouble. Je ne vois plus assez distinctement
mon devoir._

_Comme le clair et ferme jugement de Raymond me serait nécessaire!
Quel soulagement de déposer dans ses mains viriles, sur son âme si
résolue, la moitié de mon lourd fardeau! Ah! vingt fois par jour,
les mots me viennent aux lèvres: «Un souci me torture. Apprends-le.
Aide-moi.» Mais aussitôt, je le croirais exposé aux représailles de
ces puissances mauvaises que je sens aux aguets._

_Puis, malgré toute sa bonté, il n'a pas le cœur tendre d'une femme.
Il n'a pas, comme moi, vu naître Serge dans l'abandon et le malheur.
Il ne l'a pas vu grandir, il ne l'a pas aimé trois ans... Il ne
comprendra pas... S'il exigeait que je rejetasse l'enfant hors de
notre vie, que je ne le visse plus... J'en perdrais le sourire et
le sommeil... Mon petit Serge!... Petit fantôme qui me hanterait
toujours, avec le cri «marraine!» de sa voix câline, avec le reproche
de ses beaux yeux._

_Attendons encore._

_Si l'ennemi constate que mon mariage n'a rien changé, que le secret
demeure intact, il désarmera peut-être._

8 avril.--Claire-Source.

_Il y a deux jours, je revenais de Saint-Rémy, assez tard, comme la
nuit tombait. Lorsque je remontai de la station souterraine et sortis
sur le trottoir de la rue Gay-Lussac, à l'angle du carrefour Médicis,
je fus éblouie par la splendeur du ciel au-dessus du Luxembourg.
Une féerie, un incendie, contre lequel se dessinait le noir fusain
des arbres, à qui l'aigre printemps n'a pas encore donné beaucoup de
feuilles._

_Je traversai la place, les yeux vers les nuages éblouissants,
indescriptibles, crevés par de longues déchirures d'un bleu vif.
Je ne voyais rien d'autre, et faillis me faire écraser. Puis, je
m'en allai lentement le long de la grille du jardin, fermé, obscur,
désert, sur lequel pleuvait tant d'or, tant de rose, toute la
farouche magnificence du jour mourant._

_Inexplicable nostalgie..._

_En face, les globes électriques, aux terrasses combles des cafés,
allumaient des clartés vertes, des phosphorescences, que l'atmosphère
empourprée rendait falotes, blafardes. L'incertitude de la vie me
poignait le cœur._

_A ce moment, quelqu'un, tout à coup, me parla, un homme, à mon côté.
Il me dit rudement:_

_--«Pourquoi n'avez-vous pas déjà quitté la France, ou, du moins,
Paris? Vous cherchez donc le malheur?»_

_Je me tournai, effarée. Mes yeux, troublés de lueurs dansantes,
distinguèrent mal, dans l'endroit sombre, un visage maigre, barbu,
sur lequel descendait le bord rabattu d'un chapeau mou. L'être
semblait vulgaire et louche. Il reprit:_

_--«Le monde est assez grand. Vaudrait mieux aller faire fortune
ailleurs que de rester dans le grabuge ici. On vous a dit de craindre
pour votre mari ou l'enfant. Ça ne vous touche pas? Craignez donc
pour vous-même.»_

_Je voulais parler, interroger. Une force me retenait: le sentiment
de l'inutilité de tout. Et aussi l'écœurement. Répugnant
personnage... un larbin ou un espion. Je n'en tirerais que des
menaces. Pourtant une impulsion délia mes lèvres. Il venait de nommer
mon mari... De Raymond surtout l'on prenait ombrage. S'il m'était
possible de les persuader... Alors, soudain, je déclarai à cet homme,
dont j'ignorais tout, dont la voix même, cette fois, n'éveillait pas
mon souvenir:_

_--«Mon mari! mais il ne sait rien... Il ne saura jamais rien, si on
l'exige._

_--Tant mieux pour lui!» ricana mon interlocuteur. Et il ajouta,
ignoblement: «Mais on en a assez!... D'une manière ou de l'autre,
faut que ça finisse!...»_

_Ayant jeté ces mots avec une brutalité insolente, l'homme s'éloigna._

_L'impression odieuse me laissa pleine de dégoût, de révolte indignée.
La grossièreté du mandataire comprima en moi toute velléité de
m'élancer après lui, pour le retenir, le questionner, le braver ou le
supplier. Avec un autre, je ne sais ce que m'eût suggéré l'émotion
dont je frémissais. Pour celui-là, je regrettai même ensuite d'avoir
trahi devant lui ma pire inquiétude. Cet être nocturne et larveux,
bien que je l'eusse à peine vu, me sembla si vil, qu'il ne m
effraya même pas. Jamais je n'ai eu moins peur que depuis qu'il osa
m'aborder. Ma fierté souffre en songeant à l'espèce de protestation,
de concession, d'engagement, qui m'a échappé... J'ai mis en cause
mon mari, mon cher et noble Raymond, auprès de ce misérable..._

_Ah! descendre à des contacts de valets, d'escarpes..._

_Non, non. Je m'expliquerai. Il faut que je m'explique. Pourquoi ai-je
fui follement, sur la route du village, quand j'ai reconnu le maître
de cette fatale aventure? Celui-là, du moins, si criminel qu'il
puisse être, doit savoir parler à une femme sans qu'elle ressente
comme une diminution, une salissure. A celui-là, je m'adresserai. Je
le rencontrerai bien de nouveau. Ce n'est pas pour une fois ni par
hasard qu'il est allé dans la vallée de Chevreuse. Que je le trouve
seulement sur mon chemin. J'irai droit à lui. Il est le père... Il
ne peut vouloir du mal à son enfant. S'il est sûr qu'on ne songe pas
à pénétrer, à exploiter son secret, à redresser ses torts, il ne
s'opposera pas à ce que ma tendresse enveloppe son pauvre petit... Et
il sera sûr... Je trouverai des mots pour le convaincre._

_Mon Dieu! Puissé-je le rencontrer bientôt!..._

_J'ai hâte de retourner à Saint-Rémy._

       *       *       *       *       *

Le manuscrit de Francine s'arrêtait là.

Raymond, haletant de cette lecture, mais toute son énergie contractée
pour rester lucide et résolu, retourna la page pour regarder encore
la date. «8 avril.» Le dernier jour où ils vinrent à Claire-Source!

Francine, lorsqu'elle eut tracé cette ultime confidence, replaça dans
sa petite bibliothèque de jeune fille le volume qu'elle ne devait
plus toucher.

Huit avril... Claire-Source... Elle avait cueilli les premières
violettes. Comme ils avaient encore été heureux ce jour-là!...

Deux semaines plus tard, un soir où, plein d'inquiétude, il
l'attendait, trouvant qu'elle tardait beaucoup, dans leur cher nid
parisien, rue du Général-Foy, où leurs deux couverts brillaient sous
la lampe, elle était revenue... pour mourir.

Ah! Dieu... lorsqu'il se pencha sur la rampe de l'escalier...

Toujours, il verrait cela... La lumière gaie, les stucs brillants,
la moquette claire avec ses baguettes de cuivre... Et, dans le décor
paisible, cette jeune forme si chère, lugubrement pliée sur la
rampe... arrêtée, ne pouvant plus...

Le cœur du jeune homme crevait... C'était cela, la mort. Cette forme
brisée, dans l'escalier lumineux, muet. Un attendrissement plus
atroce que devant la bouche entr'ouverte par le dernier souffle,
devant la tête pâle aux cheveux sombres, sur la blancheur de
l'oreiller.

Oh! quand il sortit sur le palier pour la revoir plus tôt...

Cette forme traînante sur les marches... Cette forme fléchissante
contre la rampe de l'escalier!...



III

AU FOND DU LABYRINTHE


Rue Saint-Florentin, devant un ancien hôtel de fermier général,
modernisé, et, pour le moment, tout brillant de lumières, tout
vibrant de rumeurs, une file de voitures s'accroît à chaque minute.
Minuit s'approche. La soirée va finir. Chauffeurs et cochers viennent
chercher leurs maîtres. Et les fiacres maraudeurs s'arrêtent pour
enlever le client qui n'a pas son équipage.

C'est le soir de musique du professeur Perrelot, le chirurgien
célèbre. Un de ces concerts exquis où l'on rencontre l'élite
mondaine, scientifique, académique et artistique, de Paris.

L'illustre vieillard n'oublie les laideurs des chairs qu'il taille
et ses incroyables fatigues, que dans le paradis des sons, parmi
les rêves d'un Wagner ou d'un Beethoven, sur ce domaine exploré par
quelques esprits de flamme, amorce d'un pont qui, de la terre, serait
jeté vers l'infini prodigieux.

Le professeur Perrelot, passionné de musique, organise avec amour
ses séances de quinzaine. Il combine les programmes, choisit les
interprètes, se réjouit comme un enfant de certaines exécutions
musicales dont il a eu l'idée, qu'on n'entendra que chez lui.

Et, plus d'une fois, il est le seul de la fête qui n'en puisse
goûter le raffiné plaisir. Une opération urgente le retient, une
consultation sous quelque baldaquin à couronne fermée l'appelle hors
de France, à moins que ce ne soit une mansarde où l'on souffre qui le
garde,--et cela arrive plus souvent qu'il ne le dit.

En ce cas, Mme Perrelot, sous ses beaux cheveux blancs, et sa
fille, la jeune comtesse de Gromaille, une brune à voix de
contralto magnifique, font les honneurs. Et l'on tâche de ne pas
trop s'apercevoir que manque le principal attrait, la présence
électrisante sans laquelle il semble que les musiciens eux-mêmes ont
moins de talent, la silhouette mince et vive, le masque pétillant
d'esprit, la parole animée, enthousiaste, du maître de la maison.

Ce soir, il était là.

Chose extraordinaire, il avait savouré depuis le commencement le
régal harmonieux, qui touchait à sa fin. On ne l'avait dérangé que
pour un seul coup de téléphone. Mais, sur le nom du correspondant,
il voulut recevoir la communication lui-même. Et, depuis ce coup de
téléphone, il demeurait soucieux.

Maintenant, sa fille, debout sur la petite scène, en avant des
musiciens qui devaient l'accompagner, se préparait à chanter,--ou
plutôt à gémir,--la déchirante lamentation de l'Orphée de Glück:

    «J'ai perdu mon Eurydice...»

Un domestique, à pas glissants, se faufila entre les habits noirs,
autour des rangs de chaises, où rayonnaient les coiffures charmantes,
les épaules nues, les toilettes et les joyaux des femmes. Il parvint
jusqu'à son maître,--qui se tenait toujours à proximité d'une
porte,--lui dit quelques mots, tout bas. Perrelot se leva, et,
souple, sans un geste, sans s'excuser, passa devant quelques groupes,
en traversa d'autres, sortit.

Nul ne broncha. On n'eut pas l'air de le voir. On s'écarta sans lui
adresser la parole. C'était la consigne.

Dans la galerie d'entrée, le chirurgien demanda au valet:

--«Où l'avez-vous fait entrer?

--Au premier, dans le petit cabinet de Monsieur.»

Le professeur souleva une portière, rencontra l'escalier, monta.

Il possédait, au rez-de-chaussée, un grand cabinet d'apparat, qu'on
ouvrait les soirs de réception. Les invités y pouvaient admirer
une précieuse vitrine où il conservait près de lui, mêlées à son
travail, les pièces rarissimes de sa collection de porcelaines de
Chine, qui était célèbre. Mais il y avait, à l'étage au-dessus, tout
à côté de sa chambre à coucher, un autre cabinet, plus retiré, plus
austère. C'est ce que le domestique avait appelé le «petit cabinet de
Monsieur».

Il y pénétra les deux mains tendues.

--«Mon cher enfant, qu'y a-t-il? Votre voix, dans le téléphone, m'a
presque effrayé, tout à l'heure.»

Puis, ayant mieux regardé son visiteur, il ajouta:

--«Mon pauvre Delchaume! c'est donc grave?

--Très grave,» répondit le jeune homme.

Sans détourner les yeux pleins de souci qu'il venait de plonger si
ardemment dans ceux de son maître, il se laissa tomber sur le siège
que celui-ci lui désignait. Alors seulement, mais d'un ton qui
marquait l'effort pour attacher quelque importance au détail dont il
s'avisait, Raymond observa:

--«C'est votre soirée de musique?... Je ne songeais pas...»

Le vieillard, d'un geste, arrêta ses excuses. Il s'agissait bien de
musique!... Glück lui-même, et le frémissant contralto de sa fille,
dont s'exaltaient, en bas, tant de cœurs, ne suffiraient plus à le
distraire de son inquiétude. Le visage maigre, si pâle, les yeux
brûlants et creusés, qu'il avait devant lui, fascinaient sa pitié,
son amitié presque paternelle.

--«Eh bien, mon ami, qu'est-ce qui vous arrive? Moi qui vous
croyais... je ne dis pas consolé... mais absorbé par vos travaux,
enthousiasmé, un peu enivré même... Car enfin... ce n'est pas un
simple succès de presse... Tout notre monde médical est d'accord...
Vos abcès artificiels, qui ont si bien réussi pour la tuberculose...
ne serait-ce pas la guérison, si ardemment cherchée, du cancer?... Je
voulais, tous ces jours-ci, en causer avec vous. Je suis bien aise...»

Essayait-il d'une diversion? Ou, réellement, s'emballait-il au seul
énoncé d'une hypothèse suggérée à sa passion de guérisseur par les
sensationnelles expériences du jeune médecin? Quoi qu'il en fût, son
étonnement était sincère de lire le découragement, la tristesse,
sur la physionomie d'un des triomphateurs scientifiques du jour,
d'un homme qui goûtait l'ivresse de la victoire et d'une soudaine
célébrité.

--«Mon cher maître, laissons mes recherches. A tout autre moment, je
serais heureux de vous demander vos avis, si précieux...

--C'est peut-être moi qui réclamerais les vôtres.

--Savez-vous que, ce soir même, j'avais un rendez-vous avec le chef
de la Sûreté?»

Un tressaillement, presque imperceptible, redressa le buste et
altéra, fugace, les traits de Perrelot. Sa sérénité, si forte,
assurée par un universel respect et par la conscience d'un
demi-siècle d'activité glorieuse, généreuse, irréprochable, sembla se
ternir, comme d'une ombre.

Raymond, qui sentit, plutôt qu'il n'observa, ce trouble subtil,--car
il en connaissait la cause, ajouta vivement:

--«C'est moi qui souhaitais d'avoir recours à lui.

--A quel sujet?

--L'enfant... mon petit François... que j'ai reconnu... vous savez,
cher maître?...»

Le chirurgien acquiesça.

--«On me l'a volé.

--Volé?

--Ce matin... à la campagne... On l'a enlevé de chez moi, presque
sous mes yeux.

--Vous aviez des gens qui le gardaient?

--Ses parents nourriciers, oui.

--Sûrs?

--Insoupçonnables.

--Voilà une fatalité!...»

Le vieillard jeta cette exclamation, en l'accompagnant d'un coup
d'œil aigu. Puis, il rêva une minute, comme s'il observait en
lui-même des répercussions singulières éveillées par cette nouvelle.

--«Et, naturellement, vous vouliez mettre en mouvement la haute
police?

--Ce fut mon intention immédiate. Je demandai tout de suite une
audience au chef de la Sûreté.

--Vous l'avez eue?

--Je n'y suis pas allé. Maintenant je devrais y être. J'ai prétexté
l'appel subit d'un client au plus mal. J'ai fait remettre... Avant,
j'ai voulu vous voir.

--Moi!...»

Les paupières de Delchaume battirent comme si cette syllabe l'eût
meurtri physiquement. Les deux hommes se regardèrent. Il y eut un
silence.

Et, tout à coup, un bruit sourd et scandé remplit la pièce. D'en
dessous montaient les applaudissements. On acclamait la jeune
comtesse de Gromaille, dont la voix bouleversante arrachait aux
retraites des âmes les douleurs et les désirs les mieux ensevelis.

--«Ah! mon pauvre enfant,» soupira le grand chirurgien, «j'ai peur
que nous n'ayons eu tort...

--C'est moi qui ai eu tort,» s'écria précipitamment Delchaume. «Et je
sais aujourd'hui à quel point. Votre bonté a cédé à mon égarement.
Mais quel mari, quel amant, fou de douleur, n'eût agi de même?
Cette femme adorée, qui me revenait, expirant d'une mystérieuse
blessure,--qui me révélait, pour la première fois, en un mot
balbutié, indistinct, l'existence d'un enfant... J'ai cru... Vous
avez cru comme moi...

--Nous nous sommes rendus à l'évidence,» interrompit doucement
Perrelot. «Pour ma part, je ne pouvais m'y résoudre... Francine ne me
paraissait pas être la femme qui accepte le nom d'un loyal garçon en
lui cachant une maternité irrégulière... Cependant...

--Elle n'était pas cette femme-là, en effet,» affirma passionnément
le veuf.

--«Plus victime que coupable... C'est ce que nous avons supposé. Vous
avez agi avec la plus noble magnanimité, Delchaume...

--Et vous!

--Je n'étais pas le mari. Mais quel problème pour ma conscience!...
Ne pas dénoncer l'assassinat... laisser croire à une mort
naturelle... Vous ne songiez, je le comprends, qu'à sauvegarder
l'honneur de cette infortunée... Éviter à ce pauvre jeune corps la
profanation de l'autopsie, les curiosités abominables de la foule,
les descriptions de journaux, à cette chère mémoire, le scandale, la
honte... Quels accents vous avez trouvés pour me convaincre!...»

Perrelot hocha la tête. Le doute qui s'élevait en lui hésitait à
s'exprimer. Toutefois, les lèvres loyales ne purent le sceller plus
longtemps.

--«Je me suis souvent demandé depuis... Hélas! mon pauvre
Delchaume... Je devine trop bien. Ce scandale, que nous avons
écarté de la mère, il va éclater autour de l'enfant... Et qu'en
adviendra-t-il?»

L'autorité, qui haussait ce front de maître sous la neige des cheveux
encore drus, qui étincelait dans le regard, sembla fléchir. Pour la
première fois de sa vie, cet homme, qui pouvait regarder l'univers
en face et lui dire: «Je n'ai fait que du bien», connut, à un faible
degré, mais combien intolérable pour lui, l'anxiété du jugement des
autres.

L'être de sensibilité, de délicatesse, qui se savait la cause d'un
tel malaise, en souffrit plus que lui-même.

--«Mon cher maître, je suis venu implorer votre pardon, me placer
sous votre volonté, sous votre main, surtout sous la direction de
votre conscience.»

Perrelot dit, avec une nuance de sécheresse:

--«Voyons...

--Ce que vous pressentez est plus qu'exact. La réalité dépasse toute
prévision. Je viens de découvrir, aujourd'hui même, l'innocence
absolue de Francine. «Victime plus que coupable,» disiez-vous
généreusement. Rectifiez: «Victime, et non coupable.» On l'a
assassinée à cause d'un secret, non par représailles amoureuses.
L'enfant n'était pas le sien.

--Que dites-vous!...

--Ce dont je suis sûr. Ce dont je vous donnerai les preuves.

--Inutile. Ma pensée y correspond. Rappelez-vous mes paroles devant
sa forme pure: «C'est presque le corps d'une jeune fille.» Seulement,
par quels chemins êtes-vous arrivé?...

--Sa confession, que j'ai trouvée enfin. A peine reçue docteur, elle
fut amenée, les yeux bandés, en automobile, auprès d'une jeune femme,
qu'elle délivra. On la fit reconduire de nuit, et elle se retrouva
seule, en pleine campagne, avec le nouveau-né dans les bras.

--A-t-elle soupçonné qui était la mère?

--Non.

--Et le père?

---Je le connais.»

Perrelot bondit. Raymond, qui ne cherchait pas des effets, mais
allait droit au but, déclara aussitôt:

--«C'est le prince Boris Omiroff.

--Boris Omiroff!...» répéta le maître, avec une stupeur horrifiée.
«Boris Omiroff!... Mais il est ici, en bas, parmi mes invités.

--Non!» cria Delchaume, se dressant.

Le ressort de fureur qui le jeta hors de son siège agit avec une si
brusque violence, que le professeur Perrelot, comme s'il eût craint
des voies de fait immédiates, se leva à son tour, et crispa ses
doigts précis et solides d'opérateur sur le bras du jeune homme.

--«Pardon!» fit Delchaume. «Ç'a été plus fort que moi.»

Et il se rassit.

--«C'est d'ailleurs la première fois qu'il vient chez nous,» observa
le chirurgien. «Des amis ont demandé à ma femme une invitation pour
lui. Vous savez... la maison d'un opérateur un peu connu... c'est un
terrain neutre et international. J'ai coupé quelque chose à peu près
dans toutes les grandes familles de l'Europe.

--Mais... sa blessure? Je ne le croyais pas remis.

--Il porte encore le bras en écharpe.

--Vous savez qu'il s'est fait arranger de la sorte pour ne pas se
battre avec moi?»

Le vieux maître éleva les sourcils. Raymond perçut l'ironie presque
invisible.

--«Oh! je ne me donne pas pour un adversaire capable de faire se
dérober le bretteur qu'est ce Russe. Non. C'est pour mieux m'outrager
de son mépris qu'il me refuse réparation. Et, comme, tout de même,
on aurait pu trouver ça étrange, il s'est offert un beau duel, pour
démontrer à la galerie qu'un Omiroff ne peut être soupçonné d'avoir
peur.

--En effet,» réfléchit Perrelot... «On m'avait raconté... Ne
l'aviez-vous pas provoqué au Pré Catelan, à la représentation de
gala?...

--Oui.

--Mais pourquoi le provoquer?

--Je le croyais l'amant pour lequel était morte Francine.

--Oh!

--Il n'est que son assassin.»

L'illustre praticien considéra son jeune ami longuement,
silencieusement. Demeurait-il figé de surprise? Ou bien son
expérience de la comédie tragique qu'est la vie, des complications
des êtres et des complications des circonstances, le laissait-elle
sans étonnement? Au bout d'un instant, il proféra:

--«Son assassin, dites-vous? Et aussi le père de l'enfant?

--Et aussi le père de l'enfant.

--C'est lui qui l'a fait enlever?

--Oui, c'est lui.

--Mais alors?..

--Oh! je sais ce que vous allez m'objecter, mon cher maître: au
nom de quel droit empêcherai-je un père de reprendre son fils?...
D'abord, j'ai la loi pour moi. J'ai reconnu l'enfant. Lui, l'a renié,
abandonné.

--Mais... si vous l'avez reconnu, Delchaume, c'est vous qui le lui
avez pris.

--Oh! mon cher maître... Écoutez... Je vous en prie... Laissons les
mots... laissons même les conventions que les hommes appellent des
lois...

--Hé!... Hé!...

--Patience!... je vous en conjure!... Vous ne comprenez plus ma
tendresse pour l'enfant?...

--Ma foi, non! S'il n'est pas le fils de Francine... S'il appartient
à l'homme qui, suivant vous, a tué votre femme...

--Je tâcherai de vous expliquer tout à l'heure... Maintenant, il me
faut vous dire ce que je suis venu vous demander.»

Le célèbre professeur avança un visage attentif, darda un regard
divinateur--le visage, le regard, qu'il inclinait vers les chairs
souffrantes, où il allait enfoncer son bistouri.

--«Mon cher maître, ce matin, mon premier mouvement a été de prévenir
le chef de la Sûreté. Mais, ce soir, après avoir lu les révélations
de Francine, j'ai pressenti un drame plus compliqué, plus obscur,
que tout ce que nous imaginions. Comment, si je m'adresse à la haute
police, ne pas l'éclairer entièrement?... La crainte de vous voir
mis en cause m'a troublé. Le médecin des morts rejettera sur votre
présence la discrétion qu'il a eue de ne pas examiner ma pauvre
femme. Il ne faut pas que votre personnalité apparaisse, surtout par
ma faute, dans une attitude équivoque, illégale... Et cependant,
puisque l'honneur de Francine est intact, rien ne m'empêche plus,
sinon ce trop juste scrupule envers vous, de faire poursuivre son
assassin. Je viens vous demander comment vous envisagez cette
situation terrible.»

Sans hésiter, Perrelot riposta:

--«Voulez-vous qu'avant tout nous écartions les considérations qui
me concernent? Jamais la vérité ne m'a fait peur, Delchaume. Je me
suis dérobé à elle une seule fois, sur vos instances. Mon Dieu!
ce que vous me demandiez était si naturel, presque si juste!...
Toutefois, vous le reconnaissez à présent, nous avons eu tort. Eh
bien, laissons cela. Que ce tort devienne manifeste, public, me
cause des désagréments plus ou moins graves, ceci est secondaire.
Vous entendez... N'en parlons même plus. Encore une fois, la vérité
ne me fait pas peur. La satisfaction de revenir à elle compense
les difficultés du chemin que j'ai à faire pour cela. Nommez-moi,
invoquez-moi, citez-moi, je vous y autorise, je vous le demande...

--Noble cœur... admirable maître...

--Laissons... laissons!... Maintenant, regardons un peu les choses
en face. Un enfant a disparu. Vous allez dire au chef de la Sûreté:
«Cherchez-le-moi.»

--Oui. Et j'ajouterai: l'auteur du rapt est aussi l'auteur d'un
assassinat. Je vais déposer contre lui une double plainte au Parquet.

--Je vous en supplie, Delchaume, ne séparons pas les questions.
L'enfant, d'abord, l'enfant... Quels arguments donnerez-vous à un
procureur de la République pour vous faire rendre un enfant que vous
avez reconnu parce que vous le croyiez le fils de votre femme, mais
qui ne l'est pas, et qui a été repris, de votre propre aveu, par son
véritable père?

--Son père se gardera bien de se donner pour tel. D'ailleurs, le
pourrait-il, s'il le voulait? En cas d'adultère, non? Et, pour moi,
c'est un roman de l'adultère qui a coûté la vie à ma pauvre Francine.

--Vous imaginez qu'on inculpe aussi aisément un prince Omiroff?»

Le vieux maître avait dit cela doucement, d'un air où quelque âpreté
se mitigeait d'une profonde tristesse. Et, tout aussitôt, il décela
le motif de cette tristesse.

--«Quel malheur!... Un garçon comme vous, parti pour de tels
triomphes scientifiques, pour de telles victoires sur les misères
de l'humanité! Par quelle meute de passions, de chagrins voraces,
laisserez-vous dévorer la moelle de votre cerveau, de vos nerfs, de
votre génie!

--Ah! oui, j'en serai dévoré,» cria impétueusement Delchaume, «si,
comme vous me le faites entendre, je dois invoquer une justice
volontairement sourde, une police qui saura se faire aveugle.
Un prince Omiroff!... Eh quoi!... même votre grand cœur loyal,
à qui j'en appelle, s'effare devant le prestige d'un tel rang,
l'inviolabilité de ce prince étranger! Si je vous avouais tout...
Si je vous disais que j'ai rêvé d'un moyen plus expéditif, que j'ai
presque manié la bombe destinée à cet homme, l'engin fatal qui, l'été
dernier, déchiqueta ou livra ses inventeurs!

--Vous, malheureux!...»

Le chirurgien s'était levé. D'un élan instinctif, il courait aux
portes, tournait les clefs, rabattait plus hermétiquement les
tentures. Il entr'ouvrit même un instant pour explorer des yeux le
palier de l'étage. Mais il ne vit personne. Une rumeur de voix, de
rires, d'adieux monta. Les roulements des voitures qui partaient
prolongeaient dans les murs des vibrations atténuées. Nul ne songeait
à épier ces deux hommes, qu'on supposait absorbés par la discussion
de quelque cas médical déconcertant.

Perrelot revint vers son jeune confrère. Il murmura:

--«L'affaire de la Petite-Barrerie?...»

Raymond, presque solennellement, inclina la tête.

--«Comment étiez-vous dans cette horrible aventure?

--La principale accusée, Tatiane Kachintzeff, cette fille de
vingt ans,--ah! si intéressante!... elle a vu,--vous m'entendez,
maître,--elle a vu Boris Omiroff rejoindre ma femme dans un wagon,
la suivre à Paris, la faire monter dans une auto, le soir où
Francine revint chez moi blessée à mort. L'auto était une voiture
particulière... Le chauffeur avait le type d'un moujick...»

Le visage de Perrelot se durcissait, se fermait. Il dit presque
rudement:

--«Ainsi, vous déposerez une plainte contre ce prince russe, dont le
père occupa les plus hautes fonctions, dont le frère fut un des héros
de la guerre d'Orient... Et vous citerez comme témoin une malheureuse
nihiliste, convaincue d'avoir joué une part active dans un complot
qui avait pour but d'assassiner ce prince... Mais vous allez à un
abîme, mon pauvre ami!...»

Il ajouta, devant le silence de Raymond:

--«Et vous n'en avez pas le droit! Vous n'avez pas le droit de
fausser la valeur scientifique, sociale, que vous êtes.

--Je veux venger ma pauvre Francine... Ah! son récit!... ce qu'elle a
souffert!...

--Sera-ce la venger?

--Je veux sauver l'enfant. Dieu sait quels risques il court!...»

Encore une fois, le génial guérisseur prit l'expression dont
s'aiguisait sa physionomie au moment d'un diagnostic difficile, pour
demander à Delchaume:

--«Dites-moi, en vous interrogeant à fond, en descendant jusqu'au
dernier ressort de votre sentiment le plus secret, ce qui vous
attache à cet enfant.»

Le jeune homme regarda Perrelot, d'abord avec un peu de surprise,
puis avec une concentration profonde, et enfin, avec trouble. Son
vieux maître le vit rougir légèrement, détourner les yeux.

--«Delchaume...

--Je... je réfléchis.

--Une réflexion vient de vous frapper déjà. Pourquoi ne me la
dites-vous pas?

--Parce qu'elle constate en moi un état d'âme trop récent...

--C'est celui-là qu'il importe de connaître.

--Mais, dès le début, tout inclinait ma tendresse vers ce petit
être... Ma pitié pour lui, mon désir d'exécuter le vœu de Francine,
sa propre grâce, à cet innocent... Il est adorable... Son isolement
dans la vie... le nom que je lui ai donné, et qui l'a fait mien...
Aujourd'hui, je me sens pris, lié... Je n'aimerais pas davantage mon
propre fils...

--J'admets... oui. Maintenant voyons, mon ami, ce dernier motif dont
vous hésitiez à convenir avec vous-même.

--Ah! diagnostiqueur infaillible!» s'écria Raymond, qui ne put
s'empêcher de sourire. «Oui... j'hésite,--non pas à en convenir avec
moi-même, mais avec vous. Car c'est trop long à expliquer. Et, sans
explication, cela vous paraîtra si étrange...

--Racontez... sans explication.

--Eh bien, une autre personne que moi souffrira cruellement si je ne
retrouve pas mon fils adoptif.

--Une autre personne?... une femme?

--Une femme... oui.

--Une femme...» répéta encore le vieillard pensivement.

Il sembla peser en lui-même l'importance, les conséquences, de cette
nouvelle donnée, puis, tandis que son masque aigu et spirituel
s'éclairait d'une lueur de malice, il reprit:

--«Allons... Tout cela est moins désastreux que je ne le craignais.
Vous ne serez pas une force perdue.

--Je crois, mon cher maître, que vous vous lancez dans des hypothèses
inexactes.

--Mais non. Du moment qu'une femme est auprès de vous, une femme
qui se montre maternelle à l'enfant que vous élevez, une femme à
qui vous redoutez de faire de la peine... vous n'êtes plus l'isolé,
en proie à une sombre folie de vengeance que je découvrais en vous
tout à l'heure. Delchaume, vous n'avez plus besoin de moi,--sauf,
n'est-ce pas? pour ce que vous m'avez demandé d'abord. Mais c'est un
point élucidé: n'ayez aucun scrupule quant à mon rôle au lit de mort
de votre pauvre Francine. Je reviens entièrement à la vérité, très
volontiers, très haut, quoi qu'il en puisse advenir.»

Le grand chirurgien prononça ces mots du ton d'un homme qui conclut
une conversation. Toutefois, au moment de se lever, il se ravisa sur
un geste, suppliant de Delchaume.

--«Comment, mon cher maître!» s'écria celui-ci,«vous imaginez que
j'irai chercher des conseils auprès d'une femme si vous ne me donnez
pas les vôtres!

--C'est pourtant ce que vous auriez de mieux à faire.

--De l'ironie!... Je ne la mérite pas.

--Aucune ironie. Je vous vois avec joie dans la norme, dans la santé.
Tout à l'heure, je vous croyais malade....

--Comment?

--Mais oui. Quelque tendresse que vous ayez eue pour votre exquise
Francine, quelque déchirement dont saigne votre cœur à la pensée de
ce qu'elle a souffert, injustement... vous ne seriez pas un homme de
vingt-huit ans, valide et sain, si vous n'acceptiez pas le bienfait
d'un regard de femme, d'une sollicitude de femme, si vous vous
hypnotisiez devant une tombe, devant un mystère sanglant... Alors,
du moment que vous vous portez bien, qu'avez-vous affaire du vieux
guérisseur que je suis?... Allez la trouver, elle... C'est elle qui
mettra au point vos chimères lugubres....

--Vous ne la connaissez pas.

--Mais si.

--Son influence peut être mauvaise.

--Mais non.

--C'est trop fort!

--Ne m'avez-vous pas dit qu'elle aime votre petit enfant?

--Savez-vous, mon cher maître, pourquoi elle l'aime?»

Un franc sourire détendit la gravité du vieillard. Ses yeux adoucis
raillaient affectueusement Delchaume.

--«Non...non! Ce n'est pas à cause de moi,» protesta celui-ci.

Perrelot se tut, sans changer d'expression.

--«Elle aime l'enfant parce qu'il est le vivant portrait du mari
qu'elle a perdu.

--Comment cela se peut-il?

--Cela se peut parce qu'elle est veuve du prince Dimitri Omiroff,
frère du prince Boris.

--Une princesse Omiroff!...

--Oh! princesse... Dimitri, pour l'avoir épousée, se vit retirer
son titre, confisquer ses biens. Elle n'a jamais voulu s'entendre
nommer princesse. Et maintenant elle travaille pour vivre. Elle n'a
de ressource que son art. C'est Flaviana, la danseuse, l'étoile du
National-Lyrique.

--Flaviana!...»

Douceur presque attendrie de l'exclamation. Point besoin d'avoir sa
loge au National-Lyrique comme le célèbre professeur. Quel Parisien
prononcerait ce nom sans une prédilection charmée, un peu de fierté,
parce que la délicieuse artiste lui appartient, à ce Paris qu'elle
enchante, beaucoup de respect, parce que nulle calomnie, nulle
médisance n'a jamais eu prise sur la dignité de cette jeune vie.

Flaviana... Devant le vieux maître, l'apparition s'évoqua...
La créature ailée, dans l'envolement des jupes de tarlatane,
l'éblouissante légèreté, le style incomparable, qui fait de sa danse
un poème si personnel, un poème chaste. Et le long visage encadré des
bouclettes brunes... Et le sourire... ce sourire qu'on n'oublie plus.

--«Ah! on me l'avait dit... (mais on dit tant de choses!...) que
Flaviana avait été la femme, ou la maîtresse, de Dimitri Omiroff.

--Sa femme.

--Il est mort en Mandchourie, n'est-ce pas?

--Oui, après une conduite si héroïque que le tsar lui a restitué
faveur, titres, biens...

--Alors... elle est princesse?... Et riche... Flaviana?

--Non. Il n'a pas fait de testament. A-t-il su seulement qu'il était
réintégré? Quelles sont leurs lois?... J'ignore... Flaviana danse
pour vivre, ne revendique rien.

--Il n'y eut pas d'enfant?

--Il y en eut un, qui vint au monde prématurément et ne vécut pas.
Ce fut une catastrophe causée par la brutale nouvelle de la mort du
mari, du héros... là-bas.

--Je comprends qu'elle ait reporté sa tendresse sur ce petit neveu...

--Elle ignore que Boris est le père.

--Pourquoi?

--Jusqu'à ce matin, je croyais à une faute de ma pauvre Francine. Je
n'avais pas à la révéler.

--Et ce soir?

--Ce soir, mon maître vénéré, je suis venu vous demander de me guider
dans ce labyrinthe.

--J'imagine que vous allez tout dire à Flaviana.

--Ne sera-ce pas aggraver son chagrin?

--Son chagrin?... à cause de l'enfant?...

--Oui... elle le regrettera d'autant plus qu'elle connaîtra les liens
qui l'attachent à lui... Et elle sera terrifiée de le savoir aux
mains de Boris. Elle déteste et redoute son beau-frère.

--Vous lui devez cependant la vérité.

--Cette vérité vous appartenait. Puis-je la divulguer sans risquer de
faire apparaître au jour votre dévouement pour moi?... ce dévouement
qui vous entraîna...

--Nous avons tranché cette question.

--Enfin,... mêler une femme à cette histoire de sang... l'initier à
ma résolution de vengeance...

--C'est à cela qu'il faut l'initier. Une femme, Delchaume, et une
femme comme celle-là... c'est notre meilleur guide, à nous autres
hommes. Avec quelle confiance je vous envoie vers elle! Comme je me
sens rassuré sur votre compte! Voyez-vous, mon ami... j'ai dépecé,
taillé, fouillé bien des chairs, vivantes ou mortes. Je ne crois pas
qu'une parcelle de notre admirable et misérable machine humaine garde
pour moi un prestige ou un secret. Cependant, chaque fois que, dans
ma longue carrière, en procédant à une autopsie, j'ai effleuré de mon
scalpel cette petite chose merveilleuse qu'est un cœur de femme,
j'ai incliné toute ma science devant ce tabernacle de l'insondable,
de l'inconnaissable. Dans cette petite chose, Delchaume, quand elle
palpite, il y a les vibrations de l'infini. Là, se répercute ce que
nous pouvons connaître de plus profond du grand mystère de la vie.
Allez voir Flaviana, Delchaume, allez prendre conseil de votre amie.
C'est elle qui a les secrets du sort et de votre destin, non pas le
vieux logicien, le vieux raisonneur que je suis.»



IV

DANS LES COULISSES


La répétition en costumes venait de finir au National-Lyrique. Les
auteurs, le directeur, quelques amis, demeuraient dans la salle, pour
vérifier et faire recommencer des effets d'éclairage.

--«Les fonds sont trop bleuâtres de lune quand le fantôme de
la fiancée paraît,» dit quelqu'un. «Il ne se détache pas assez
nettement. Tout d'abord, on croit que c'est une vapeur qui s'élève.»

Tous fondaient grand espoir sur ce _Ballet des Elfes_. Une surprise
pour le public. Le compositeur, inconnu la veille, serait célèbre
le lendemain. Sa musique, originale, prenante, d'une formule très
neuve, très personnelle, trouvait la mélodie sans y sacrifier ni la
pensée, ni l'enchaînement logique, ni le style. Cette mélodie ne
tombait jamais dans les redites vulgaires des flons-flons italiens,
pas plus qu'elle ne s'astreignait à la lourdeur piétinante du
_leit-motiv_ allemand. D'inspiration très française, l'œuvre était
d'une spontanéité, d'une fraîcheur ravissantes. Et quel sujet
essentiellement musical! C'était les _Elfes_ de Leconte de Lisle,
dont une imagination ingénieuse avait fait deux actes de ballet.

    Couronnés de thym et de marjolaine,
    Les Elfes joyeux dansent sur la plaine.

Le premier acte montrait les fiançailles du chevalier, la jalousie
de la reine des Elfes, et tous les moyens de séduction inventés par
elle pour conquérir celui qu'elle aimait. Le second acte déroulait la
chevauchée nocturne, la traversée de la plaine féerique, la dernière
tentative de la reine des Elfes, et enfin la rencontre du chevalier
avec le fantôme de sa fiancée:

    «O mon chevalier, la tombe éternelle
    Sera notre lit de noce, dit-elle.
    Je suis morte, hélas!...» La voyant ainsi,
    Lui-même, d'horreur, tombe mort aussi.»

Flaviana incarnait la reine des Elfes.

Comme la répétition s'achevait, les auteurs montèrent sur le plateau
pour lui exprimer leur reconnaissance, leur admiration.

Le jeune compositeur suffoquait, bouleversé de joie. Cette danseuse
à l'âme si profondément artiste, avait interprété son rêve en y
ajoutant une grâce divine. Il venait d'en avoir la révélation
complète, et il en tremblait d'émotion. Lorsqu'il fut près d'elle,
il voulut parler, ne le put pas, éclata en sanglots, tandis qu'il
baisait la main de l'étoile.

--«Merci,» dit Flaviana, avec son émouvant sourire. «On ne m'a
jamais fait un si grand compliment.»

Au fond de la scène, de petits rires étouffés fusèrent d'un groupe
tout mousseux de courtes jupes de tulle, tout frétillant de jambes et
de bras minces.

--«Il va lui donner son rhume de cerveau, s'il lui éternue comme ça
sur la main.

--V'là ce que c'est que de se mettre compositeur avant d'être sorti
de nourrice.

--Il a du talent, tu sais, le type.

--C'est pas une raison pour pleurer.

--Allons, le premier quadrille!... un peu de place, n'est-ce pas?
Puisque c'est fini, qu'est-ce que vous attendez?» cria le régisseur,
qui, aussitôt, donna deux coups de sifflet.

Un hurlement partit:

--«Amenez la deuxième herse!... Plus bas encore... Plus bas!... La
lumière... tout!»

Le danseur qui jouait le chevalier s'approcha des fillettes. Sous
le rayon d'un projecteur, son armure d'argent éblouissait. On avait
voulu donner le rôle à une femme. Mais le travesti déplaisait au
compositeur. «J'ai compris cela en drame,» dit-il, «je ne veux pas
des équivoques de music-hall.» L'interprète exultait. C'était un
jeune garçon, svelte, très doué, que les lauriers d'Illinski, le
Vestris russe, empêchaient de dormir.

--«Mademoiselle Bertile, permettez-moi de vous offrir une grenadine
chez la mère Martin? ou ce que vous voudrez?... Vous devez avoir
soif,» demanda-t-il, avec plus de respect qu'il n'est d'usage dans ce
petit monde.

Il s'adressait à une danseuse du premier quadrille, une grande
fillette de quinze à seize ans, de la figure la plus intéressante.
Plus attachante que jolie, elle paraissait d'une fragilité de
fleur rare, poussée trop vite. Ses traits, presque trop fins,
peu maquillés, semblaient mangés, pour ainsi dire, par deux yeux
immenses, où il y avait beaucoup de mélancolie, sinon de tristesse.

--«Merci, non,» répondit-elle avec douceur. «Vous êtes bien gentil,
Claudio, mais j'aime mieux pas.

--Vrai?... Oh! je vous en prie!...» insista le jeune homme,
désappointé.

--«Tu perds ton temps, mon pauvre Claudio,» dit une coryphée en
riant. «Tu ferais mieux d'accompagner Chichette chez la mère Martin.
Elle a une ardoise de vingt-huit sous, et ne sait comment la payer.
C'est qu'elle ne plaisante pas, la mère Martin. Tout à l'heure, elle
lui a refusé crédit, à Chichette, pour des pastilles de menthe.

--Chichette me rase,» déclara Claudio.

--«Faudrait que tu aies de la barbe pour ça, morveux!» cria une voix
pointue qu'on reconnut pour celle de Chichette.

S'esclaffant, bavardant, se disputant, les danseuses s'en allaient
par les coulisses. Les unes montaient dans leur loge, les plus
petites, dans ce qu'on appelait irrévérencieusement leurs «bains à
quat'sous». Un certain nombre prenaient le couloir qui mène chez la
mère Martin.

Derrière son comptoir, la bonne femme s'affairait à verser les sirops
et à débiter les bonbons que réclamaient tous ces petits museaux de
chattes.

--«Avez-vous trois sous, mademoiselle Chichette?» demandait-elle, la
main sur le bouchon du sirop d'orgeat. «Je ne vous sers pas avant de
les voir. Je n'exige pas toute votre ardoise, mais je ne veux pas
qu'elle s'augmente. D'abord votre mère m'a défendu de vous faire
crédit.»

La petite jeta autour d'elle un regard navré. De voir les autres
boire, cela augmentait sa soif. Et elle adorait le sirop d'orgeat.

Mais le chevalier arrivait, dans son armure d'argent.

--«Écoute, Chichette,» fit-il, en tirant la gosseline à l'écart, «je
nettoie ton ardoise si tu me dis quelque chose.

--Oh! veine... Quoi donc? Tout ce que vous voulez, m'sieu Claudio.

--Bertile?... Tu la connais?... A-t-elle quelqu'un?

--Bon! Vous v'là pincé, m'sieu Claudio. Et, jaloux par-dessus le
marché. Ah! mince...

--Pas d'appréciation. Sais-tu quelque chose?

--Je sais que si j'avais eu sa chance, je serais déjà dans mes
meubles, au lieu de recevoir des affronts pour trois sous. Sale mère
Martin, va!

--Quelle chance a-t-elle donc eue, Bertile?

--Un type qui en est fou... Dame! plus tout jeune... Mais pas
repoussant... au contraire... tout à fait bath... Et galetteux!... La
marâtre à Bertile, mame Pageant, la fruitière de la rue du Rocher,
voulait arranger la chose. Elle a fait monter la môme dans l'auto du
type, le jour d'une promenade en forêt... Ça en a fait un raffût!...

--Comment ça?

--Ben, Bertile, d'abord, a sauté de l'auto. Elle s'est foulé ou cassé
quelque chose... Vous savez bien?... Elle est restée un mois sans
venir:

--Non, je ne sais pas. Je ne suis pas souvent des mêmes répétitions.

--Oh!... et puis...» continua la petite en s'étranglant de rire,
«c'est le père Pageant qui en a fait une histoire!... Il a tapé sur
sa femme!... Ah! mes enfants, ce que j'aurais voulu être là!... Parce
que c'est sa seconde femme, celle-là... C'est pas la mère à Bertile.

--Alors Bertile est malheureuse, chez elle.

--Ne la plaignez pas. Elle n'y est plus. Quand je vous dis
qu'elle a toutes les chances. Sa petite mère du corps de ballet,
Flaviana,--excusez du peu!--l'a prise... oui, dans son bel
appartement du boulevard de Courcelles. Vous comprenez pourquoi
elle s'en fichait de vos générosités chez la mère Martin. Elle nous
dédaigne tous. Mademoiselle se voit déjà étoile.

--Je ne crois pas que Bertile soit méprisante,» murmura le pauvre
chevalier, qui rougit sous la visière d'or de son casque d'argent.

--«Oh!» fit Chichette, «qu'elle le soit ou non!... pour ce que ça
vous servira!... Allons, venez nettoyer mon ardoise, mon petit
Claudio. Je vous en ai donné pour vingt-huit sous, il me semble.»

Et elle courut vers le modeste buffet, sur ses légers chaussons
roses, dans l'envolement de la jupe mousseuse, criant de sa voix
pointue:

--«Mon orgeat, mère Martin!... Donnez vite!... V'là Rothschild qui
s'amène!»

A la même minute, celle qui était l'objet de ces propos, descendait
vers le proscenium, où sa «petite mère», suivant la forme d'adoption
du National-Lyrique, s'attardait à causer avec le maître de ballet.
Bertile s'approcha de l'étoile, et, sans l'interrompre, se tint à
côté d'elle avec un petit air volontairement effacé, discret.

--«Tu m'attends, mignonne?» dit Flaviana en se tournant. «Reste...
J'ai fini. Nous remonterons ensemble.»

Elle lui parlait avec une tendresse de sœur aînée. Bien que cette
maternité pour rire des coulisses fût devenue presque effective
depuis que l'étoile avait pris chez elle sa petite camarade, les dix
ans à peine qui séparaient leurs âges respectifs ne suffisaient pas
à mettre entre leurs deux cœurs si tendres la distance du respect.
Bertile avait dit:

--«Puisque je vais vivre avec vous, je ne puis vous appeler «petite
mère». Au théâtre on sait ce que cela veut dire. Et encore... Au
National-Lyrique seulement. Car j'ignore si, ailleurs, les premiers
sujets s'intéressent aux pauvres gosselines des petites classes,
comme chez nous. Mais dans la vie, dans la rue, dans le monde, ce
serait offensant pour votre jeunesse qu'une grande fille comme moi
vous appelle sa mère...

--Mais tu ne me flattes pas!... Tu supposes donc qu'on s'y
tromperait?» se récriait plaisamment Flaviana.

Un éloquent regard de la fillette vers le beau visage, presque
virginal encore, de sa jeune protectrice, aurait suffisamment
protesté, si la protestation eût été nécessaire.

--«Tu m'appelleras Flaviana... Et je veux que tu me tutoies, ma
chérie,» avait décrété la gracieuse créature. «Ainsi tu sentiras
moins qu'il te manque une famille.»

Quoi d'étonnant si, tandis que l'étoile s'attardait à fixer encore
quelques points délicats avec le maître de ballet, la petite danseuse
du premier quadrille l'attendait comme l'ombre attend le soleil,
attachant sur elle des yeux profonds,--mais pas encore assez profonds
pour la tendresse admirative dont ils débordaient.

Autour de ces deux silhouettes légères (la reine des Elfes et
l'un de ses immatériels sujets), les jeux de lumière continuaient
à se croiser, à s'exaspérer ou à se fondre, sur la scène. Sans
s'occuper des personnes restées sur le plateau, le groupe des
importants personnages--groupe confus et noir dans l'obscurité
de l'orchestre,--poursuivait ses expériences. De temps à autre un
commandement jaillissait des ténèbres:

--«Voilez la lune, que diable! Un nuage passe sur la lune. Arrêtez
les feux follets!... arrêtez les feux follets. Qui m'a fichu?...
C'est pas des feux follets, voyons! c'est des escarbilles de
locomotive!...»

A deux ou trois reprises, le pittoresque de telles indications excita
la curiosité de Bertile. Elle regardait alors autour d'elle, mais
se rendait mal compte, car les rayons électriques l'éblouissaient.
De la scène, on ne pouvait juger les surprises de l'éclairage.
Mais voici ce qui se produisit: soudain, comme l'alternance des
projections illuminait, puis plongeait dans l'ombre, tour à tour,
certaines parties du décor, la jeune fille tressaillit. Elle venait
d'apercevoir, non loin d'elle, s'allongeant des coulisses sur la
scène, une ombre que la bizarrerie des feux rendait gigantesque,
grimaçante, fantastique. C'était le profil d'une tête et de la moitié
d'un corps d'homme. Aussitôt l'obscurité revenue l'effaça. Fût-ce
une ressemblance, un ressouvenir odieux? Fût-ce l'impression rapide,
pénible, comme d'un cauchemar?... Un frisson glaça Bertile. Malgré sa
peur, ses yeux élargis restaient fixés sur ce point redevenu sombre,
où se dessinait maintenant à peine la haute découpure indistincte
d'un portant. Puis, tout à coup, la lumière y ressauta, d'un jet
brusque. Apparition de terreur!... L'homme était là... L'homme dont
le désir acharné ligotait sa jeune vie, dont elle sentait toujours
la poursuite haletante derrière elle, comme la proie effarée perçoit
le souffle du fauve. Il s'avançait hors des coulisses, la regardant,
marchant de son côté.

Une épouvante insurmontable s'empara de Bertile. La nerveuse fillette
ne songea même pas qu'elle était protégée, que, sur le plateau, dans
la salle, il y avait des gens qui ne ressemblaient pas à sa misérable
belle-mère, et devant qui nul n'oserait manquer de respect à une
enfant. L'effroi et la répulsion la convulsèrent. Elle se serra
contre Flaviana, avec un cri si désespéré que l'énorme cavité du
théâtre en vibra tragiquement.

--«Lui!... sauvez-moi!... Je suis perdue!... Je meurs!...»

Et la pauvre petite danseuse se jeta dans les bras de sa grande amie,
où, bientôt, elle s'alourdit, sans connaissance.

Il y eut un moment de désarroi. Les projecteurs s'affolaient,
fouillaient de leurs pinceaux lumineux le fond de la scène, laissant
dans l'ombre ce qu'il importait de voir. Le directeur, les auteurs,
bondissaient de l'orchestre, grimpaient le petit escalier reliant la
scène à la salle.

--«Que se passe-t-il? Qu'est-ce qu'il y a?... Quelle est cette petite
qui se trouve mal?»

Régisseurs, machinistes, électriciens, tout le personnel se
précipitait. Une foule envahit le plateau. Jamais on n'aurait cru
qu'un tel nombre de gens pût fourmiller si vite, de tous les coins de
l'immense théâtre, béant de vide une minute avant. Nul, d'ailleurs,
n'y comprenait goutte. Pas même Flaviana, qui n'avait rien remarqué,
rien vu.

--«Je suppose,» avança-t-elle, «que c'est un effet de fatigue
nerveuse. L'enfant est délicate. Souffrante récemment, elle a
peut-être repris trop tôt son travail. Et elle se donnait avec tant
de cœur aux répétitions! Ce _Ballet des Elfes_ nous emballe toutes,»
ajouta la gracieuse femme avec un sourire vers les auteurs.

Cependant la mère Martin, appelée en hâte, accourait aussi rapidement
que le permettait sa corpulence. Elle examina Bertile,--qu'on venait
d'étendre sur un praticable, représentant un talus de mousse dans la
forêt magique.

--«Cette gosse-là a eu les sangs tournés,» déclara la matrone, avec
une autorité devant laquelle tout le corps de ballet avait coutume de
s'incliner.

Elle mit des sels sous le nez de la jeune fille, et d'un peu d'ouate,
mouillée au goulot d'un flacon, lui frotta les tempes. Une odeur de
mauvaise eau de Cologne se répandit.

--«Bertile Pageant...» fit le directeur, hochant la tête. «Elle est
douée, cette mâtine-là. Elle a de l'avenir... Pourquoi tourne-t-elle
de l'œil comme ça? Elle n'a pas fait la bêtise, au moins?

--Elle!...» s'exclama la mère Martin avant que Flaviana pût répondre.
«Pas de danger!... C'est sage comme l'agneau du bon Dieu... Mais je
vous dis qu'on y a tourné les sangs.»

L'étoile intervint:

--«Elle n'est pas heureuse chez elle. Le père s'est remarié. La
belle-mère n'est pas tendre. Pour le moment, je l'ai prise avec moi.

--Ça vous ressemble, ça, ma chère,» opina le directeur.

--«Les jeux de lumière lui auront donné une sorte d'hallucination.
C'est une petite nature très impressionnable.

--On serait impressionné à moins,» grommela la mère Martin, qui,
maintenant, détachait la ceinture étroite autour de cette taille à
prendre dans les dix doigts. «Là... ma belle... Ça va mieux?... On va
la monter dans la loge à sa «petite mère».

--Vous avez l'air de savoir quelque chose, madame?» questionna
l'auteur du livret, qui ne connaissait pas la mère Martin, ni
son commerce de douceurs près du petit foyer de la danse, ni sa
popularité parmi toute cette crédule et friande jeunesse.

--«Je sais seulement que j'ai aperçu dans un couloir cette chouette
de mauvais augure, la fruitière de la rue du Rocher, sa marâtre,
quoi! Elle m'avait l'air de faire signe à quelqu'un. Dieu sait si
elle n'amenait pas jusqu'ici quelque vieux singe, dont le museau
effraie cette pauvre petite. Pisqu'al'ne veut pas, Bertile!... Faut
avoir du vice pour la forcer. Que ces demoiselles cherchent une
position... pas moi qui les en blâmerai... Mais c'est guère tout de
même le rôle d'une mère...»

L'édifiante réflexion ne trouva pas d'écho. Le bavardage de la
mère Martin venait de mettre en fuite les gros bonnets. Et le menu
fretin se hâtait de les imiter en courant aux postes de travail.
L'évanouissement d'une danseuse, au National-Lyrique, n'était pas une
de ces circonstances dont l'imprévu et la rareté pussent émouvoir. Si
l'accident avait retenu un moment l'attention de ces messieurs, c'est
qu'il concernait Bertile, la meilleure danseuse du premier quadrille,
une fillette dont la douceur et l'excellente tenue plaisaient à tous,
en qui, surtout, on respectait la protégée de Flaviana.

Cependant, à la faveur de l'émotion générale, du brouhaha, des allées
et venues, l'auteur du désordre s'était éclipsé. En toute hâte, il
rejoignit, vers la porte des artistes, la femme de Victor Pageant,
que la mère Martin avait parfaitement reconnue tout à l'heure dans un
couloir.

--«Sortons,» dit ce personnage, d'un air fort contrarié. «D'ailleurs,
vous avez la somme dont nous étions convenus. Bonsoir! Je n'ai pas
envie qu'on me voie avec vous.

--Mais... s'écria la mégère, abasourdie.

--«Il n'y a pas de «mais». J'y renonce... J'aurais tout donné à cette
enfant-là. Ah! elle ne sait pas ce qu'elle perd... Cependant, il y a
des bornes...

--Qu'a-t-elle donc fait?...

--Elle a crié comme si je venais pour l'assassiner. Elle a ameuté
tout le théâtre.

--La pécore!... Elle me le paiera.

--«Allons, n'y pensons plus!» s'écria brusquement le riche amateur de
fruits verts.

Une rage saisit la marâtre. Des mots injurieux sortirent de sa bouche
à l'adresse de sa belle-fille.

--«Elle me le paiera!...» répétait-elle. «Et plus cher qu'elle ne
suppose!»

La silhouette cossue de son complice s'éloignait déjà. Mais le triste
personnage avait entendu. Il revint sur ses pas.

--«Écoutez, madame,» dit-il. «Je ne suis pas très fier de ce que
nous avons fait ensemble. Pourtant, avec la certitude de réussir,
je recommencerais. Oui, j'enlèverais Bertile... Et de force... Je
commettrais des lâchetés... Je serais capable de tout. Mais pas
pour la faire souffrir. Ma seule excuse, c'est que je voudrais la
gâter comme jamais homme n'a gâté une enfant chérie, une maîtresse
adorée... Il n'y a pas moyen. J'en fais mon deuil. C'est pour moi un
déboire amer,--plus amer que je ne puis le dire. Mais je ne veux pas,
vous entendez, je ne veux pas, que vous tourmentiez cette innocente à
cause de moi.

--Elle est la ruine de sa famille!» gémit la femme de l'ex-hercule.
«Songez, monsieur!... J'ai deux pauvres petits enfants... C'est
abominable à elle de ne pas m'aider à les élever, après tous les
sacrifices que j'ai faits pour qu'elle devienne _artisse_!

--Bon, bon!...» grommela le vieux Parisien, que ces simagrées ne
touchaient guère, mais qu'attendrissait la pensée de la jeune fille.
«Si vous me promettez de laisser la petite tranquille, je veux bien
faire quelque chose pour vous.»

Il tirait son portefeuille de sa poche. Dieu sait s'il avait
répété ce geste depuis qu'il était entré dans les différents plans
de campagne pour réduire la résistance de Bertile. Cette fois
l'impulsion racheta un peu les antérieures vilenies.

--«Tenez,» dit-il à la mégère, «ça, c'est en échange de votre
promesse que vous n'adresserez pas un reproche à Bertile, et surtout
que vous ne vous permettrez envers elle aucune dureté, aucune
violence. Et vous savez, j'aurai l'œil... Si vous vous conduisez
gentiment avec elle, je le saurai. Et il y aura quelque chose de
plus.»

Mme Pageant fondait en protestations, en gratitude.

--«Monsieur pense!.. C'était une façon de parler!... Je suis vive
comme ça, puis, la main tournée, je n'y songe plus. Cette enfant...
J'ai pour elle un cœur de mère... Mais Monsieur est trop bon...
Monsieur verra... Ne désespérons pas qu'elle entende raison, la
mignonne...»

Une pâteuse coulée de miel gluait maintenant hors de cette bouche
mauvaise. La fruitière ne s'engageait guère en manifestant les
meilleures intentions à l'égard de Bertile, puisque la fillette,
à l'abri chez Flaviana, lui échappait. Aussi déversait-elle sa
papelarde éloquence, en s'attachant aux pas du séducteur déçu, qui
n'avait plus qu'une hâte: se débarrasser d'elle. Il avait sauté dans
son auto, était loin, qu'elle parlait encore.

Ce soir-là, quand Victor Pageant rentra, éreinté d'avoir frotté des
parquets toute la journée, il surprit son épouse dans une singulière
position. La fruitière ayant, non sans imprudence, confié la garde de
la boutique à ses deux garnements, Totor et Titine, venait de monter
à leur logement, pour serrer son trésor dans une cachette, qu'elle
changeait souvent pour plus de sécurité. Aujourd'hui, elle avait eu
l'idée de glisser l'enveloppe qui contenait les billets bleus entre
les tringles de leur lit de fer et le sommier. Pour y réussir, elle
s'était étalée tout de son long par terre.

Pageant, lorsqu'il réintégra le domicile, aperçut de la lumière au
ras du sol, puis une jupe de femme, qu'il aurait crue tombée sur la
descente de lit, s'il n'en avait vu sortir deux chevilles vêtues
de bas aubergine et deux pieds s'agitant dans des chaussons de
Strasbourg.

Mais aussitôt, plus rien! Sa femme, l'entendant rentrer, venait
de souffler le bout de bougie, posé à même le plancher, et qui
l'éclairait dans sa tâche.

--«C'est toi, la maman?» demandait l'ex-hercule, non sans timidité,
car ce mystère l'impressionnait. «C'est toi?...» répéta-t-il. «Les
petits m'ont dit que tu venais de monter.»

Un gémissement sortit de dessous le lit. Mme Pageant improvisait
une tactique. Simuler l'évanouissement, c'était une explication, un
alibi, et en même temps une excuse pour attendre qu'on l'aidât, car,
sans lumière, elle ne pouvait se redresser qu'en risquant de se fêler
le crâne contre le châlit.

--«Mon Dieu?... Tu es malade?...» dit la voix tremblante du bon
Pageant. Et, soudain, la position où il avait entrevu sa femme,
aggravée par l'effet de l'obscurité et de la lugubre plainte, lui
suggéra une affreuse pensée:

--«L'aurait-on assassinée?...» balbutia-t-il.

--«Quelle gourde!... Aide-moi donc à sortir de là!...» cria sa
colérique moitié, dont la patience était vite à bout, et qui, ayant
assujetti l'enveloppe, ne craignait plus rien que la suffocation.

Éperdu, tâtonnant, le pauvre homme ne trouvait pas d'allumettes. Il
dut descendre à la boutique, et ne remonta qu'avec Totor et Titine
sur ses talons.

--«Bon Dieu, qu'est-ce que tu as eu?» questionna-t-il en dégageant
sa femme, qui se releva, la figure couleur de brique, les cheveux
poussiéreux et dépeignés.

--«Ce que j'ai eu?... Parbleu... une syncope,» s'écria-t-elle. «Dans
cette misère de maison, je ne mange pas pour le travail que je donne.
Quand je t'ai servi, et les gosses, vous ne vous inquiétez guère s'il
reste quelque chose dans le plat pour moi.

--Pauvre poule! C'est du quinquina qu'il te faut. Je t'en achèterai,»
déclara Pageant.

--«Et avec quoi?» demanda-t-elle du ton le plus aigre.

Mais alors éclata le coup de théâtre. Cette fûtée de Titine, ayant
aperçu le bout de bougie sous le lit, poussa sournoisement son frère,
et, le lui montrant:

--«Tiens!.... une camoufle.

--Qu'est-ce qu'elle fait là?...» grogna Totor, qui se mit à quatre
pattes pour la ramasser.

Entré d'un côté sous le lit, le polisson jugea à propos de ressortir
de l'autre, parcourant sur les genoux et les mains ce tunnel où
le balai ne passait pas souvent. Comme il arrive aux enfants, qui
découvrent immédiatement ce qu'ils ne doivent pas voir, celui-ci ne
manqua pas de remarquer, sous le sommier, l'enveloppe, qui, insérée à
tâtons, se repliait et dépassait le châssis de fer. Il surgit entre
ses parents avec un cri digne d'un guerrier sioux, et secoua si bien
sa trouvaille que des billets bleus s'en échappèrent.

Pageant, paralysé de stupeur, les regarda voltiger et s'abattre.
Il n'en croyait pas ses yeux. Mais sa femme, jetant une clameur
inhumaine, fonça sur leur héritier, et lui administra une telle
volée de gifles, que l'ancien hercule recouvra l'usage de ses sens
pour lui arracher l'enfant des mains.

--«Tu es folle!... Tu veux donc l'assommer?»

Le père expulsa les mioches, ferma la porte, à travers laquelle se
ruèrent les hurlements acharnés de Totor. Mais les époux n'y prirent
pas garde.

--«Dis-moi,» fit Pageant, qui étreignit le bras de sa femme.
«Qu'est-ce que cet argent-là?... C'est comme ça que tu t'évanouis
de privations!... Malheureuse!... Si tu as recommencé tes infamies
contre Bertile, je te tuerai!»

Le mari soumis et bonasse disparaissait. Elle reconnut le redoutable
gaillard de la forêt de l'Isle-Adam, le père indigné, outré, sous
la poigne de qui elle avait cru sentir se disperser ses os. A la
seconde exécution de ce genre, elle y resterait, sûr. La peur fit
s'entrechoquer ses mâchoires.

--«Je te jure... Pageant... je te jure!...

--Où est Bertile?

--Chez Flaviana.

--Y est-elle?... Est-ce vrai?... Nom de D...!

--Tu peux y aller voir...

--C'est ce que je vais faire.»

Il desserra un peu l'étau.

--«Si je ne l'y trouve pas!...»

Le frisson de la mort passa sur la chair noiraude. Peu s'en était
fallu qu'il ne l'y trouvât pas.

--«Cette saleté d'argent... d'où ça vient?» reprit le frotteur des
parquets ministériels.

--«C'est pas à moi. C'est un dépôt.

--Tu mens!

--Qu'est-ce que ça te fiche, puisqu'on n'y touche pas, à ta Berthe! A
preuve, c'est qu'il y a renoncé, le type... Je t'en fais serment sur
la tête de mes enfants... Et ceux-là, je ne jurerais pas un mensonge
sur eux. J'aurais trop peur de leur faire tort... Je les aime... tu
ne m'ôteras pas ça.

--Il a renoncé à Bertile... Ah! il a bien fait, le bandit... Je
l'aurais crevé!... Mais je ne te lâche pas que tu ne m'aies dit d'où
vient la galette... Tu la cachais... c'est qu'elle ne sent pas bon.

--Oh! je ne l'ai pas volée.

--J'espère bien!

--Lâche-moi!...

--Réponds.

--Tu me paieras ça, Pageant!

--Bah! tu ne seras jamais plus rosse pour moi que tu ne l'es
maintenant. Tu m'as privé de ma fille... Tu l'as forcée à quitter la
maison. Tu ne peux pas me faire pire.

--Butor!

--D'où viennent ces billets de banque?

--Ah! zut... Tu me les laisseras?

--Ça dépend.

--Eh ben, c'est le type qui en tient pour Bertile. Mais... oh! là...
brutal!... Pas pour ce que tu crois.

--Comment?...

--Pour qu'on la dorlote... qu'on y fasse la vie douce... Un brave
homme, au fond...

--Un brave homme!... Le misérable!... Tu vas lui renvoyer son ignoble
argent.»

La fruitière voulait sauver tous les billets grâce à la destination
du dernier. Malgré ce subterfuge, l'honnête Pageant se révoltait.
S'il avait regardé de près les fafiots bleus, il aurait reconnu,
soigneusement recollés, ceux qu'il avait cru anéantir près du Gros
Chêne.

De nouveau, ils allaient subir un sort auquel un si précieux papier
n'est guère exposé. Mais leur propriétaire les défendit comme une
lionne. Pageant craignit de «faire un malheur» s'il déchaînait toute
sa colère et toute sa force. Il abandonna donc la lutte. D'autant
que mal rassuré par les protestations de sa femme, il avait hâte de
courir chez Flaviana, pour constater, de ses yeux, que sa chérie
était toujours là, en sécurité, sous la protection de l'adorable
étoile.

De la rue du Rocher au boulevard de Courcelles, le père anxieux ne
fit qu'un bond. La porte de l'appartement lui fut ouverte par la
femme de confiance, la grosse Mélanie.

--«Ah!» s'écria-t-elle, «vous savez donc? Mademoiselle Bertile ne
voulait pas qu'on vous dise... Mais, rassurez-vous, papa Pageant,
tout va aussi bien que possible.

--Y a donc eu quelque chose?

--Rien... rien... moins que rien,» dit la bonne créature vivement,
car elle voyait trembler les épaules solides, et les yeux naïfs
se remplir de larmes, sous la broussaille grise des sourcils.
«D'ailleurs,» ajouta-t-elle, «vous allez la voir. Madame Flaviana est
déjà partie pour son théâtre. Mais, comme il ne fallait pas songer
que Mademoiselle Bertile y aille ce soir...

--Mon Dieu!... elle est donc souffrante?...» soupira le pauvre homme.

Dans la jolie chambre que Flaviana avait fait aménager pour sa
pupille,--puisque l'installation était maintenant définitive,--entre
les draps fins, la tête sur l'oreiller brodé, la petite danseuse
reposait.

En apercevant ce visiteur, dont la tenue jurait pourtant avec
la délicatesse du décor, et qui jamais n'avait pénétré ici que
soigneusement endimanché, la fillette eut un grand cri de joie:

--«Père!... mon papa chéri!...»

Les bras minces sortirent des couvertures, s'enlacèrent au cou
rugueux, chiffonnèrent un peu plus le col défraîchi, désempesé,
mirent plus de travers la cravate en corde. Les joues fines, les
lèvres de rose pâle, s'appuyèrent au dur hérissement de la barbe
de trois jours, s'enfoncèrent contre l'épaule, dans le veston qui
sentait la sueur et l'encaustique.

--«Papa chéri!... papa chéri!...

--Mon petit Berthon!... Eh ben, quoi?... Au dodo? Tu ne danses donc
pas ce soir?

--Heureusement, non... Je ne suis pas du spectacle... Mais j'ai
tellement peur de ne pas danser dans _les Elfes_!... Un ballet
merveilleux... Si tu savais!...

--Pourquoi ne danserais-tu pas, petite fée?

--Je suis déjà condamnée à manquer la répétition de demain.

--T'es donc malade?

--Un peu patraque... On me soigne trop bien.

--Comment ça t'a-t-il pris?

--Tout à l'heure, en scène... Figure-toi, je suis trop bête... Mais
assieds-toi donc, mon petit père.

--Je suis bien comme ça.

--Mais non... Tu es là, qui te penches... Tu as bien cinq minutes?

--Oh! une heure si tu veux.

--Veine!... Tu vas dîner avec moi, près de mon lit.

--Ça, c'est pas possible.

--Et la raison?...»

Le pauvre homme se redressa, se dandina, tournant son vieux feutre
roussi, l'air confus.

--«Voyons... papa...

--Tu ne voudrais pas, minette. Qu'est-ce que dirait madame Flaviana?

--Ce qu'elle dirait!...» Les grands yeux de Bertile s'élargirent
encore... Quelque chose de radieux, d'attendri, de triomphant, fit
rayonner les larges prunelles.--«Ce qu'elle dirait! Tu ne la connais
pas. Tu n'imagines pas sa bonté... Flaviana!... Mais elle sera plus
heureuse, plus fière, de savoir que tu t'es assis là, parce que tu es
un brave homme, parce que tu donneras une joie à ta petite... que de
recevoir les godelureaux huppés, titrés, qui viennent lui faire la
cour, qui l'assomment de leurs compliments... Papa, assieds-toi là.
Je suis sûre de faire plaisir à Flaviana... J'en suis sûre!...

--Mais j'ai mon costume de travail... J'ai frotté au ministère... Ce
petit fauteuil de soie...

--Assieds-toi, mon vieux frotteur de papa... Ta fifille sait ce
qu'elle fait...»

En même temps, elle appuyait par deux fois son index grêle sur la
sonnerie électrique.

--«Mélanie, ma bonne Mélanie... venez un peu. Papa dîne avec moi.
Portez-lui la petite table... N'est-ce pas, Madame n'y trouvera rien
à redire?

--A redire?... Savez-vous ce qu'elle ruminait tout à l'heure: «De
voir un peu son papa, ça lui ferait du bien, à cette petite. Mais je
crains d'inquiéter monsieur Pageant en le faisant appeler.»

La grosse personne donna des indications à une jeune camériste
alerte, qui dressa le couvert, prépara la dînette.

--«Alors?» chuchota Bertile, avec un sourire espiègle, «tu as donc la
permission de dix heures. On ne te grondera pas, à la maison?

--Ne parle pas de ta belle-mère,» fit l'ancien hercule en serrant le
poing. «J'ai failli lui régler son compte tout à l'heure.

--Fais pas ça, papa. Elle t'aime à sa manière, et les petits aussi.
N'y a que moi qui étais dans le chemin.

--C'était à cause de toi, justement.

--Comment, puisque je ne suis plus là?...

--Elle ne t'a pas joué quelque tour? Elle ne t'a pas tendu quelque
piège?»

La petite danseuse eut un mouvement involontaire. L'horrible
impression de cet après-midi, c'était donc vrai? Le vilain homme
avait osé la relancer jusque sur la scène. Une combinaison de la
fruitière, qui avait dû l'amener. Et tout le monde croyait à une
hallucination. Elle-même avait fini par y croire.

Son père, occupé à savourer une cuisse de poulet (il croquait jusqu'à
l'os... Depuis combien de mois n'en avait-il pas mangé?), négligeait
d'observer la fillette. Il accepta donc sa réponse:

--«Mais non, papa. Ne la soupçonne pas à tort. Tu es bien tranquille,
n'est-ce pas? quand tu lui cèdes. Après tout, elle fait marcher la
maison.

--A condition que j'aille aux Halles, le matin, et que je frotte
ensuite toute la journée.

--Elle est bonne mère pour Titine et Totor.

--Oh! elle les gâte trop, ou elle les roue de coups.

--Enfin elle les aime bien.

--Je ne le nie pas.

--Eh bien, mon pauvre papa, tu as besoin de la maman de tes deux
petits. Patiente... Ne fais pas un enfer de ton intérieur à cause de
moi. Ta femme m'a considérée comme une étrangère dont on peut tirer
parti sans scrupule. C'est dans la nature, ça. Faut pas te buter...
Tu as d'autres enfants...

--Une étrangère... On ne vend pas une étrangère. C'est la traite des
blanches.

--Chut!... chut!...» fit Bertile, qui avança gentiment sa main
fluette pour fermer la bouche de son père. Et la fillette ajouta
rêveusement:

--«Qui sait? Elle pensait peut-être faire mon bonheur. Il y en a
tant, au premier quadrille, qui appelleraient ça une bonne aubaine.»

Le brave Pageant hocha la tête. Le fin repas qu'il venait d'expédier
le disposait à l'indulgence. Sa colère tombée, il n'aurait jamais
l'énergie de braver sa querelleuse épouse, et il savait gré à sa
fille de lui prêcher la ligne de conduite où il se rallierait
fatalement, par bonhomie, habitude, faiblesse.

--«Mais enfin,» demanda-t-il, «pourquoi es-tu couchée? Quel est ton
mal? Je te vois maigre, pâlotte...

--Bah!» dit-elle, «ce n'est rien.»

Un observateur plus avisé que l'humble frotteur eût remarqué
l'accablement si peu naturel qui renversait sur l'oreiller cette
jolie tête de quinze ans, le ton las, désenchanté, des quatre mots
que soupirèrent les lèvres puériles.

--«Rien... mais quoi?» insista le père. «On n'est pas au lit, à ton
âge, quand on a rien. As-tu vu un docteur?

--Non,» fit-elle avec un vif redressement du buste, «ce n'est pas
la peine. Il ne faudrait pas le déranger pour si peu, le docteur
Delchaume.

--Ah! il ne regarde pas au dérangement, celui-là,» déclara Pageant.
«Voilà un médecin qui a du cœur pour les pauvres gens... A venir des
trois fois par jour chez des clients dont il ne veut pas accepter un
rouge liard.

--Comment le sais-tu?» demanda Bertile.

Son mince visage devenait lumineux. Du rose flambait aux pommettes.
Les yeux brillaient dans leur large cerne d'ombre. Sur le drap, les
petites mains frémissantes entrelaçaient nerveusement leurs doigts.

--«C'est donc depuis que tu es partie?» fit le père. «Oui... Et je ne
t'ai pas raconté? Ta petite sœur... Titine... Elle nous en a fichu
un trac!... On aurait cru qu'elle nous passait entre les mains.

--Oh! Comment?...

--Une nuit, elle s'est mise à étouffer, à râler... Son corps raide
comme du bois... Les yeux hors de la tête.

--Quelle horreur!...

--J'ai couru chercher le docteur Delchaume. Le seul que je
connaissais. Et puis, il avait été si gentil au moment de la
scarlatine.

--Il est venu?... comme ça?... dans la nuit?

--Tout de suite.

--Qu'il est bon!...» murmura Bertile, retombant sur son oreiller, le
regard en haut, les mains jointes, en extase.

--«Tu peux le dire... Il a sauvé la gosse.

--Qu'est-ce qu'elle avait?

--De l'asthme _enfantine_, qu'il a dit.»

Il y eut une minute de silence. Le père Pageant considérait le visage
exalté, l'expression absente de sa fille. Elle ne paraissait frappée
que d'une chose dans la maladie de la cadette: l'intervention du
docteur Delchaume. Tout à coup, elle dit:

--«Papa, tu ne trouves pas injuste qu'un homme comme ça puisse être
malheureux?

--Dis donc, petite,» fit-il bonassement, «en serais-tu amoureuse, par
hasard, de ton docteur Delchaume?»

La fillette tressaillit et se redressa, comme secouée d'un choc
galvanique.

--«Oh! papa... c'est méchant ce que tu dis là!..

--Histoire de rigoler un peu.

--Faut pas.

--C't'idée! Il est gentil garçon... Un peu vieux pour une gamine
comme toi...

--Vieux!... Il n'a pas trente ans.»

Le père eut encore un regard de malice. Alors la petite danseuse
parla très vite, tandis qu'une flamme de fièvre la transfigurait d'un
éclat soudain.

--«Ne continue pas, père... Tu me ferais du chagrin. Tu vois bien
que le docteur Delchaume est en grand deuil. Il ne se console pas
d'avoir perdu sa femme... Et s'il devait se consoler...

--Allons!...

--Ce ne serait pas moi...

--Et qui?

--Oh! la seule capable de guérir un cœur comme le sien... La
meilleure... la plus belle... Tu ne devines pas?... voyons! Flaviana!»

L'enfant, ce nom jeté, retomba en arrière, reprit son visage
lointain, son visage _d'au-delà_, et murmura doucement, comme pour
elle-même, avec un accent intraduisible, dont l'âme simple du père se
troubla:

--«J'ai bien compris, va... J'ai bien vu comme il la regarde quand il
croit qu'on ne fait pas attention.»

Ces mots furent prononcés sans amertume, sans blâme, tendrement...
Toutefois il en émanait quelque chose de triste dont le pauvre père
sentit l'étreinte. Il ne sut que dire, ni trouver la plaisanterie qui
secouerait son malaise.

Comme il demeurait gauchement silencieux, tandis que Bertile,
emportée par un rêve, semblait oublier sa présence, une porte
s'ouvrit. Celui dont ils venaient de parler entra.

--«Eh quoi?» s'écria Raymond, en marchant vers le lit. «Ça ne va pas,
mignonne. Qu'est-ce que nous avons?» Puis, reconnaissant l'honnête
frotteur:--«Bonjour, père Pageant. On est venu tenir compagnie à sa
fillette. Elle doit vous en raconter, hein! notre future étoile.»

Ce ton enjoué, c'était un de ses devoirs professionnels. «Le père
doit être inquiet, puisqu'il est accouru,» pensait-il. «Commençons
par dissiper cela.»

La petite malade ne lui fournit guère d'éclaircissements. Elle avait
eu une syncope après la répétition. Le jeu des lumières l'avait
éblouie. Au retour, Flaviana voulait qu'elle se couchât. Elle ne
savait pas que le docteur fût prévenu.

--«Votre «petite mère» m'a envoyé un mot pour me prier de passer,»
dit Delchaume. «Cette «petite mère-là» a plus de sollicitude peureuse
qu'une vraie maman. Car je ne vois pas... Tiens!» ajouta-t-il, en
lui prenant le poignet pour consulter le pouls, «qu'est-ce que ces
menottes glacées? Avez-vous des frissons?»

«Ses mains étaient brûlantes avant qu'il entrât,» se dit Pageant.
«Allons, ça y est... la voilà toquée de son séduisant docteur. Et à
ce point!... Bon sang!... Pourvu que ça ne soit pas du chagrin pour
elle.»

L'idée le traversa, en éclair: «Si ma gredine de femme avait eu
raison? Les filles des pauvres gens, ça leur coûte bien cher d'être
sages!...» Mais son cœur de brave homme repoussa la suggestion: «Ça
lui coûtera ce que ça lui coûtera... Et à moi aussi. J'aime mieux
tout, que de la voir mal tourner.»

Cependant, lorsque Delchaume l'arrêta dans la chambre voisine pour
lui dire que «c'était assez sérieux», le pauvre ouvrier eut un
tragique sanglot.

--«Courage, mon brave homme, rien n'est désespéré.

--Sauvez-la, monsieur le docteur.

--C'est son âge qui la sauvera. Pensez donc... La jeunesse même...
Elle n'a pas seize ans.

--Mais sa maladie... Qu'est-ce que c'est?

--De la névrose... de l'anémie... La tuberculose la guette. Nous
n'en sommes pas là. Seulement, il faut veiller. Cette enfant doit se
suralimenter, et elle ne mange plus. Elle devrait être gaie, courir
au soleil... Son métier la fatigue trop. Il ne faut plus qu'elle
danse...

--Bon Dieu de bon Dieu, qu'allons-nous devenir?

--C'est affaire à madame Flaviana et à moi, ça, papa Pageant. Ne
vous inquiétez pas. Elle a une amie... je devrais dire... une
providence... De mon côté...

--Oh! vous l'avez déjà installée là-bas, à Claire-Source, dans votre
maison de campagne.

--Elle y retournera.

--Bien,» fit sans élan le pauvre père qui pétrissait son chapeau dans
ses mains. «Seulement...

--Seulement... quoi?

--Rien.

--Vous avez une idée qui vous tourmente, Pageant.

--Non, m'sieu le docteur.

--Si.

--Oh! ben, c'est bête... Je me dis comme ça: madame Flaviana est
bien bonne, vous aussi, vous êtes bon. Et, tout de même, je me
demande... Est-ce que je ne devrais pas reprendre Bertile?

--Dans la fruiterie de la rue du Rocher?... Pour que votre femme, qui
la déteste, recommence les vilenies dont cette petite ne se remet
pas?... Voyons, Pageant!...

--Ah! m'sieu le docteur,» murmura ce pauvre homme simple, avec des
larmes plein les yeux, «y a des choses douces qui font mourir aussi
bien que les choses cruelles...»

Delchaume le regarda, sans comprendre, mais devinant qu'une pensée
délicate se dissimulait sous la phrase, dont la seule forme
pathétique l'émut. Il adressa encore à l'humble ouvrier quelques
paroles réconfortantes, puis, comme se rappelant tout à coup un
détail important, il revint en arrière et rouvrit la porte de Bertile.

--«Pardon, mignonne,» dit-il, «j'ai oublié... Voulez-vous demander
à madame Flaviana de me fixer elle-même le moment de ma prochaine
visite. Je souhaiterais qu'elle fût là, pour lui parler de vous, de
votre santé. Mais je voudrais qu'elle ne fût pas pressée, car j'ai à
l'entretenir d'un autre sujet... peut-être longuement.»

Victor Pageant, resté dans l'autre pièce, entendit la voix de sa
fille:

--«Je ferai votre commission, docteur.

--Vous direz bien à madame Flaviana que j'ai à lui communiquer des
choses graves, n'est-ce pas, mon enfant?»

La douce voix reprit:

--«Je le lui dirai, soyez tranquille, docteur... Des choses graves...
Oui, je le lui dirai.»

Un désir presque irrésistible saisit Pageant, de rentrer dans la
chambre, de courir au lit de sa petite, de mettre ses gros bras
d'ancien hercule autour de la frêle créature, comme pour la défendre
de quelque mal. Il l'embrasserait encore. Oh! comme il avait envie
de l'embrasser, mieux que tout à l'heure, avec une tendresse moins
maladroite. Il n'osa pas. Le docteur partait. La femme de chambre
leur montrait le chemin.

Pageant descendit, prit congé du jeune médecin, qui montait en
voiture, et s'en alla, le dos voûté, sous la nuit, sans pensée
distincte, le cœur vide, et pourtant si lourd!...



V

EN COUR D'ASSISES


--«Tatiane Kachintzeff, levez-vous!»

L'injonction retentit, brève et dure. Ce fut une surprise dans
le public. Le président, connu pour son extrême courtoisie,
adoptait généralement des formules plus enveloppées, un ton plus
doux, lorsqu'il s'adressait à des femmes, fût-ce à des accusées.
Mais on s'étonna moins lorsque se dressa, contre le fond sombre
des boiseries, entre les uniformes des municipaux, la silhouette
singulière, dont on eût douté si elle était d'un garçon ou d'une
jeune fille.

La voilà donc, cette étrangère sur qui tant de légendes avaient couru.

Les regards qui, de cette salle des assises, bondée pour le
sensationnel procès, convergeaient sur elle, purent discerner, sous
l'apparence androgyne, toute la flamme tendre d'un cœur féminin,
lorsque Tatiane, avant de se soumettre à l'interrogatoire, chercha
d'abord les yeux de son fiancé.

Assis deux places plus loin, sur le même banc, Pierre Marowsky la
contemplait avec la naïve adoration d'un croyant pour son idole.
Séparés par les longs mois de la prison préventive, ils se trouvaient
enfin rapprochés. La béatitude de se voir les soulevait--c'était
évident--au-dessus de toutes préoccupations.

--«Votre nom?» demanda le président.

--«Tatiane Fédorovna Kachintzeff.

--Votre âge?

--Vingt-deux ans.

--Où êtes-vous née?

--A Pétersbourg.

--Votre père y était professeur?

--Et écrivain.

--C'est vrai. Mieux eût valu pour lui qu'il se contentât de ses
leçons.

--Aucun être libre ne partagera votre avis, monsieur le président.»

Un frisson courut. Quelle fierté dans cette réponse! Et la figure
même de l'accusée en rayonna. Sa face, un peu kalmouck, mais
d'un teint éblouissant, portée sur un cou élevé, blanc et frais,
découvert, autour duquel tombait la masse courte et lourde des
cheveux blonds, son front pur sous le toquet de fausse loutre, ses
yeux légèrement bridés, mais d'une clarté surprenante, tout changea
d'aspect, prit une beauté inattendue.

Sans s'offusquer de la riposte, le président reprit:

--«Tout le monde est libre de composer des écrits séditieux. Mais on
le paie cher, la plupart du temps. Votre père, Fédor Kachintzeff,
fut arrêté, condamné, déporté en Sibérie.

--Gloire à lui, monsieur le président.

--Nous ne chicanerons pas votre piété filiale,» dit ironiquement le
magistrat.

Changeant alors de ton, et avec une nuance d'égards, il ajouta:

--«Elle s'est traduite, d'ailleurs, autrement qu'en paroles. Vous
êtes allée rejoindre votre père, en exil, au bagne. Vous aviez
quatorze ans à peine. Vous avez effectué presque entièrement à pied
ce terrible voyage...»

Un murmure, favorable à l'accusée, monta, presque imperceptible. Le
président s'arrêta, promena sur la foule des assistants un regard
sévère.

--«Je comprends,» s'écria-t-il, «qu'un mouvement de sympathie
échappe, surtout à la partie féminine de l'auditoire, pour l'enfant,
pour la fille dévouée, qu'était alors Tatiane Kachintzeff. Cependant,
je veux qu'on le sache, je suis résolu à ne tolérer aucune
manifestation.»

Un silence--glacial ou pénétré?...--accueillit cette déclaration,
prononcée du ton le plus énergique. Poursuivant l'interrogatoire, le
président reprit:

--«Vous trouvâtes votre père à l'hôpital, très malade?

--Non, pas malade... mourant.

--Mais... il mourait d'une maladie, je suppose.

--Non.

--D'un accident?

--Non.

--Et de quoi donc?...»

Point de réponse. Une figure de pierre, où flamboyaient des yeux
pleins d'horreur.

--«Allons, Tatiane Kachintzeff, dites tout haut ce que vous prétendez
insinuer, ce que vous avez cru peut-être.»

Même mutisme. Même immobilité impressionnante.

--«L'accusée, messieurs les jurés,» reprit le président, «est
victime d'une erreur. Mais, sans doute, l'est-elle de bonne foi.
Il ne vous est pas interdit de lui en tenir compte. On lui a
persuadé, là-bas, au bagne,--son père lui-même, en exigeant d'elle
un serment de vengeance,--que Fédor Kachintzeff succombait à de
mauvais traitements, à des brutalités, coïncidant avec la présence
du gouverneur général, le prince Wladimir-Serge Omiroff, aujourd'hui
décédé.»

Une voix s'éleva, celle du défenseur de Tatiane Kachintzeff:

--«Je vous demanderai respectueusement de préciser, monsieur le
président. Veuillez expliquer au jury que Fédor Kachintzeff, cet
écrivain, cet intellectuel, descendant d'une famille aristocratique,
avait été soumis à un châtiment corporel,--contre les règlements
mêmes,--au plus déshonorant, au plus barbare des supplices: il avait
été f...»

Un cri affreux, déchirant... Tatiane, jetant le buste et les bras
en avant de la cloison de bois, saisissait à l'épaule son avocat,
arrêtait ce qu'il allait dire par une mimique violente et désespérée.

Le public s'émut. Des gens se levèrent, pour voir ce qui arrivait.
Les stagiaires, entre eux, chuchotaient:

--«Son père a été fouetté, par l'ordre du vieux prince Omiroff.

--Cela se fait donc encore?

--Pourquoi a-t-elle crié?

--Elle devient folle quand on évoque ce souvenir.

--Kachintzeff étant un condamné politique, et d'origine noble, on ne
devait pas...

--Alors?...

--Un caprice tyrannique, abominable... Le malheureux n'avait pas
salué le gouverneur général Omiroff.»

La voix du président tout à coup s'éleva:

--«Il résulte des rapports des médecins, comme de l'autopsie, que le
détenu Kachintzeff était d'une constitution robuste, très capable de
supporter la peine infligée,--et qu'on ne saurait voir dans cette
peine la cause de sa mort.»

L'avocat de Tatiane riposta aussitôt:

--«L'autopsie montre-t-elle qu'un homme a succombé au désespoir, à la
honte?»

LE PRÉSIDENT.--«Je ne puis, maître, vous laisser avancer davantage
sur ce terrain. Nous ne faisons pas le procès d'un directeur de
bagne sibérien, pas plus que celui du feu prince Omiroff. Le jury n'a
pas à s'occuper de ces choses, qui ne le concernent pas. Il nous dira
si, oui ou non, Tatiane Kachintzeff a pris part à un complot et à la
fabrication d'engins destinés à faire périr le prince Boris Omiroff,
fils de l'ancien gouverneur général de la province d'Irkoutsk.»

LE DÉFENSEUR.--«Mais vous-même, monsieur le président, déclariez que
le jury devait être éclairé sur les faits qui auraient pu susciter
chez la fille de Kachintzeff une idée de vengeance?»

LE PRÉSIDENT.--«Non pas les faits, dont nous ne saurions préjuger
ici, mais l'impression, fausse ou exacte, que l'accusée en a reçue.
On a pu facilement troubler, égarer, cette âme de quatorze ans.
Cela n'excuserait pas son crime, mais en indiquerait la genèse.
Nous allons, du reste, savoir par elle-même... Tatiane Kachintzeff,
levez-vous.»

La jeune Russe, retombée assise, comme en faiblesse, après son
terrible mouvement d'angoisse, écarta la main dont elle se cachait le
visage, et se dressa.

LE PRÉSIDENT.--«Votre père, avant de rendre le dernier soupir, vous
imposa, à vous, presque enfant, une mission de vengeance?»

TATIANE.--«Non, monsieur le président.»

LE PRÉSIDENT.--«Il vous a dicté une formule de serment?»

TATIANE.--«Non.»

LE PRÉSIDENT.--«Cependant, il a accusé?»

TATIANE.--«Personne.»

LE PRÉSIDENT.--«Il s'est plaint?»

TATIANE.--«Non.»

LE PRÉSIDENT.--«Que vous a-t-il donc dit de lui-même... de ses
souffrances... du mal dont il se sentait mourir?...»

TATIANE.--«Rien.»

La fierté farouche de ce «Rien»! Un silence tomba. La suite de
l'interrogatoire se fit attendre.

Tous les regards se fixaient sur cette tache pâle qui était le visage
de Tatiane, et qui se détachait là-bas, parmi toutes ces choses
sombres, embues par l'atmosphère de cendre dont le triste jour de
novembre emplissait cette salle des assises.

Les trois autres accusés intéressaient moins. Même la brune Katerine
Risslaya, dont pourtant la réputation de beauté s'était établie par
les portraits publiés dans les journaux. Son type sémite--profil
busqué, larges yeux de jais--venait bien en photographie. Mais
l'auditoire éprouvait une déception à la découvrir fanée, sans
jeunesse, bien qu'elle n'eût pas trente ans, et tellement dépourvue
d'expression qu'avec son teint jaunâtre, sans nuances, on eût
dit une figure de cire. Des deux hommes, le fiancé de Tatiane,
Pierre Marowsky, retenait seul quelque attention. C'était un grand
gaillard superbe, un vrai Russe, blond et barbu, dont le visage
eût été aussi beau que son corps athlétique, bien proportionné,
si une double cicatrice ne l'eût un peu défiguré, couturant la
joue droite, déformant le sourcil gauche, sous lequel l'œil ne
regardait pas clairement, et, peut-être, ne voyait plus. A côté de
lui, son camarade, blond aussi, mais très différent, faisait penser,
avec ses traits plutôt celtiques, sa grosse moustache fauve, à un
Vercingétorix halluciné. Dans le masque légendaire du héros arverne,
deux yeux pleins de candeur et de rêve, des yeux très clairs,
toujours perdus vers d'invisibles au-delà, luisaient en contraste,
comme des fleurs tendres et mouillées sur la face d'un roc.

Cependant l'interrogatoire de Mlle Kachintzeff se poursuivait. Ou
plutôt le président continuait à poser des questions qui, pour la
plupart, restaient sans réponse. La jeune fille se refusait à donner
aucune explication sur la soirée tragique de la Petite-Barrerie.

--«Vous étiez venue là,» demandait le président, «pour assister à des
expériences d'explosifs, et peut-être pour apprendre le maniement des
engins meurtriers?

--J'étais là pour obéir à un mot d'ordre que vous ne connaîtrez
jamais. On a pu saisir quelques-uns d'entre nous. Mais notre idée...
elle reste insaisissable.

--Ce sont des phrases. Voyons le fait. Il est facile à reconstituer.
On a retrouvé, fort évidentes, sur les parois éboulées de l'espèce
de grotte sablonneuse, les traces d'une première explosion. Et
vos complices en organisaient une seconde, lorsqu'une cause restée
indéterminée,--peut-être un bruit quelconque annonçant l'arrivée de
la police, qui vous cernait, qui allait vous prendre au piège,--une
brusque inquiétude,--un faux mouvement--déterminèrent l'éclatement de
la seconde bombe. Ses inventeurs n'eurent pas le temps de fuir. L'un,
ce vieillard, que vous surnommiez le «martyr», Michel Gorlianoff,
périt instantanément... L'autre n'eut qu'une main estropiée.
Celui-là, Yvan Toulénine, devrait être sur ce banc, avec vous...

--Oh! non... plutôt en face, entre les jurés et l'avocat général.»

Une stupeur. Qui avait parlé?... Ce n'était pas la voix pure, le
léger accent de Tatiane. Un son rauque, des consonnes dures...
Pourtant cela venait du banc des accusés.

Déconcerté un instant, le président se reprit vite.

--«Katerine Risslaya, levez-vous.»

L'étrange fille aux yeux de jais, aux cheveux bleus de juive
d'Orient, étira sa silhouette misérable. La mise de pauvresse, la
maigreur, l'air d'indifférence douloureuse, firent pitié.

--«Katerine Risslaya, vous aggraverez singulièrement votre cas par
des outrages au jury et à la magistrature. Je devrais même sévir
immédiatement.»

La sauvage créature interrompit:

--«Je n'ai pas outragé le jury, ni les magistrats.

--Vous les mettez au rang de votre complice contumace, de Toulénine.

--C'est Toulénine que je voulais outrager.»

Des rires fusèrent, mal contenus, irrésistibles. Du côté même de la
Cour, on vit voltiger des sourires. La naïveté évidente, l'attitude,
l'intonation, tout fut d'un comique énorme. Katerine expliqua:

--«Je voulais dire seulement que sa place est avec ceux qui nous
accusent. Les juges le savent bien que c'est un traître, que c'est
lui qui nous a livrés.» Elle se tourna vers ses compagnons, dont les
yeux indignés se fixaient sur elle.--«Je ne pouvais pas vous le dire,
à vous autres, puisque je ne vous ai pas revus. Mais le «martyr»
avait raison. Il nous avait averties, Tatiane, tu te rappelles?...
Et moi, j'ai eu la preuve. Le soir où l'on nous a arrêtés, j'ai
surpris...

--Taisez-vous, Katerine Risslaya! Et asseyez-vous!...» tonna le
président.

Elle demeurait debout, les lèvres entr'ouvertes, hésitante, ahurie.
Mais son avocat lui dit quelque chose à voix basse, et elle retomba
sur son banc.

Maintenant les accusés échangeaient furtivement de singuliers
regards. Dans l'auditoire aussi, les yeux se cherchaient, troublés
d'inquiétude. Ce Toulénine, un révolutionnaire célèbre qui, à
plusieurs reprises, emprisonné dans son pays, stupéfia le monde par
ses évasions audacieuses, ne pouvait-il pas s'être échappé une fois
de plus? Le public l'avait admis sans hésiter au lendemain du coup
de filet dans les bois de la Petite-Barrerie. Mais des semaines,
des mois, s'écoulèrent. Des doutes, des racontars, vagues d'abord,
puis plus précis, flottèrent, prirent corps, venus on ne savait
d'où. Quelques journaux d'opinions très avancées entreprirent une
campagne. Ils se faisaient fort d'établir que le Toulénine de la
Petite-Barrerie n'était pas le fameux agitateur. Celui-ci serait mort
ou végéterait dans quelque forteresse. Et la police aurait laissé
croire qu'il s'était échappé, pour revêtir de son prestige un agent
provocateur, envoyé sous son nom parmi les réfugiés de Paris. C'est
ce faux Toulénine qui aurait organisé les expériences d'explosifs,
et prévenu la Sûreté Générale du lieu choisi pour y procéder. Quoi
d'étonnant si, dès le lendemain des arrestations, cet homme, le vrai
chef de la bande, avait disparu sans qu'on expliquât très clairement
dans quelles circonstances il avait pu s'échapper. La déclaration de
cette Katerine Risslaya, la brusquerie énervée du président lorsqu'il
lui imposa silence,--il n'en fallait pas plus pour éveiller l'esprit
frondeur, les soupçons malins d'un public d'assises.

Un des principaux éléments de ce public, la foule des avocats,
professionnellement opposée à la magistrature, se tient prête à
fourbir toute arme qui entamera l'accusation. Les profanes, mondains,
artistes, gens de plume, et les femmes, qui se pressent aux audiences
des procès retentissants, y apportent le sentimentalisme à la mode,
la sceptique indulgence, qui aboutit maintenant, dans nos mœurs,
à l'antipathie pour toute répression. Quand il s'agit d'un crime
qualifié de politique, et qu'on voit au banc des accusés une héroïne
de vingt ans, mystérieuse, d'une séduction âcre, tragique, comme
cette laide et attachante Tatiane Kachintzeff, il est impossible
qu'une atmosphère sympathique à la défense ne se crée pas dans la
salle. Tout de suite, dès que fut mentionnée la trahison possible
jetant là ces quatre malheureux, l'auditoire fut dans le même état
d'âme que si cette trahison avait été prouvée. Chaque détail dont se
renforçait l'hypothèse fut souligné par de significatifs murmures.
Tel ce fait que les matières explosives trouvées chez Pierre Marowsky
lui avaient été fournies par Toulénine,--ce que le jeune Russe ne
dit pas, mais ce que fit établir son défenseur. Les correspondances
compromettantes saisies chez les inculpés étaient plus ou moins
dirigées, provoquées, ou même signées, par Toulénine. Les lettres
écrites de sa main engageaient toujours à fond leurs destinataires.

Chose bizarre!... plus on essayait de déterminer l'œuvre de ces
quatre pauvres conspirateurs, plus elle échappait, pour laisser
l'accusation en présence d'une seule action prépondérante,
directrice, celle du seul accusé qui ne fût pas là: Toulénine. Et
chose plus bizarre encore: il semblait que ceci apparaissait aux
accusés, peu à peu, en même temps qu'aux jurés et au public, et
qu'ils en fussent, à la longue, cruellement éblouis, comme d'une
vérité dont ils eussent éprouvé plus d'horreur et d'épouvante que de
soulagement, bien qu'elle leur gagnât,--ils devaient le sentir--la
sympathie apitoyée des auditeurs.

La Risslaya seule prenait des airs entendus, doublait ses réponses
de commentaires dont la netteté ingénue et cynique réjouissait une
assistance de raffinés. Cette candeur de barbare provoquait le rire
des Parisiens. Un moment vint, toutefois, où cette fille sauvage,
née sous quelque tente des nomades de la steppe, parla sans soulever
l'hilarité. Ce fut lorsque le président lui demanda quelles raisons
elle avait eues d'entrer dans le complot.

--«On vous a dit,» fit-elle (suivant fidèlement la tactique de
Tatiane) «qu'il n'y avait pas de complot.

--Enfin, vous étiez, le soir du 28 juin, dans les bois de la
Petite-Barrerie, avec vos co-accusés ici présents?

--J'y étais avec Tatiane.

--Eh bien, vous aviez un but, une idée? Vous saviez pourquoi vous
deviez vous y rencontrer avec vos amis?

--Je n'ai qu'une amie.

--Qui cela?

--Tatiane Kachintzeff.

--C'est entendu. Eh bien, qu'est-ce que vous alliez faire, avec
Tatiane Kachintzeff, dans la carrière de sable de la Petite-Barrerie?

--J'y allais parce qu'elle y allait. Ce qu'on y ferait, ça m'était
bien égal. Elle m'avait dit: «Viens.» D'ailleurs, la route est
longue, de la station du chemin de fer jusque-là. Elle n'avait pas
dîné. Je pensais que j'arriverais à la faire un peu manger, en
marchant. J'avais pris quelque chose qu'elle aime: du pain avec des
figues sèches.»

Il y eut un petit mouvement dans l'auditoire. Quelle attention en ce
moment! quel silence!

La Risslaya se tourna, étonnée de ne plus entendre rire. On vit
maintenant que, hors de sa misère, elle aurait été belle. Une douceur
veloutée fondait le scintillement de ses yeux. Sa bouche fléchissait
de tendresse quand elle nommait Tatiane, sa voix même changeait.

L'étudiante, sans la regarder, baissait la tête, avec un effort de
rigidité. Mais ceux qui l'observaient virent trembler sa lèvre.

LE PRÉSIDENT.--«Enfin, elle vous parlait, elle vous expliquait sa
démarche?»

KATERINE RISSLAYA.--«Elle se taisait. Mais quand nous avons rencontré
le vieux Michel, vous savez bien, «le martyr», et qu'il nous a dit:
«Ne montez pas dans le bois, Toulénine trahit, vous êtes perdues!...»

LE PRÉSIDENT.--«Michel Gorlianoff vous a dit cela?»

KATERINE.--«Oui.»

LE PRÉSIDENT.--«A quel moment?»

KATERINE.--«Comme nous nous engagions dans le sentier qui monte à la
carrière de sable.»

LE PRÉSIDENT.--«Que fit mademoiselle Kachintzeff?»

KATERINE.--«Elle ne l'a pas cru. Elle l'a traité comme si lui-même
était le traître. Mais elle s'est tournée vers moi, et elle m'a dit:
«Si tu crains quelque chose, si tu as peur le moins du monde, ne me
suis pas.»

LE PRÉSIDENT.--«Et vous?»

KATERINE.--«Je l'ai suivie.»

Un frémissement, une houle légère d'émotion. La Risslaya ne faisait
plus rire. Un avocat se pencha vers son voisin:

--«Elle a bien dit ça, cette gitane. Regardez... Elle est presque
belle...»

Le président reprenait:

--«Croyiez-vous au danger?

--Il y en a toujours dans des histoires comme ça.

--Et vous n'alliez là, de gaieté de cœur, que par amitié? Mais vous
aviez assisté à des réunions, vous aviez entendu parler ceux qui vous
associaient à leurs tristes machinations. Qu'est-ce qu'ils voulaient,
eux?

--Vous ne pensez pas que je vais vous le dire!...»

Ici, l'on rit un peu. Puis, aussitôt, un silence plus absolu, car le
président posait la question:

--«Pourquoi êtes-vous ainsi dévouée à Tatiane Kachintzeff?

--Parce qu'elle m'a sauvée... oui, elle m'a sauvé la vie. Mais elle a
fait plus...»

La pauvre fille hésita, cherchant des mots. Quelque chose illuminait
son visage ravagé, gonflait son cœur. Elle voulait parler. Mais dans
l'impuissance d'exprimer tout ce qui resplendissait en elle, ses
lèvres se fermèrent, et des pleurs ruisselèrent de ses yeux sauvages.

--«Parlez,» insista le président, qui s'adoucit.

Tatiane baissait maintenant la tête, à ce point que, derrière la
balustrade de bois, on ne distinguait plus que sa main, sur laquelle
son front s'appuyait.

--«Eh bien, voilà...» proféra sourdement Katerine... «J'étais
arrivée à Paris pour suivre quelqu'un, qui m'avait connue dans un
café chantant, à Odessa... Mais il m'a quittée... Ce que je suis
devenue...» Sa voix sombra. Un frémissement visible agita ses
épaules.--«Une nuit, du côté de Montrouge, j'allais être assommée
par un bandit qui prétendait avoir des droits sur moi, des droits
comme on n'en a pas sur un chien qui vous sert,--non, mais comme le
chasseur sur le gibier qu'il traque... A mes cris, deux passants
accoururent: Tatiane et son fiancé, Pierre Marowsky. L'apache et ses
amis leur tombèrent dessus. Ils se battirent, là... dans ce faubourg
de Paris... Une bataille corps à corps, sanglante, telle que je n'en
vis jamais de pire, dans les nuits de là-bas, le long des sentiers
de la steppe, où les loups attendent qu'il en reste un par terre
quand la caravane s'en ira. Ils m'ont conquise, ils m'ont emportée.
Tatiane marquait le chemin avec du sang, car elle avait reçu un coup
de couteau. Depuis, elle m'a gardée, elle m'a nourrie, elle qui
n'a pas sa suffisance. Mais elle a fait mieux... Cette jeune fille
si pure!--Ah! on ne comprend pas cela, ici, qu'elle vive librement
comme un garçon, et qu'elle aime, et soit aimée... et qu'elle reste
pourtant comme une petite vierge dans la chambre de sa mère...--Cette
savante... qui a des brevets et des diplômes... Elle m'a traitée dès
la première minute comme si j'étais son égale, sa sœur.»

La Risslaya, ayant prononcé ce mot, crut avoir tout dit. Mais aucune
question du président ne suivit immédiatement. Le silence de la vaste
salle semblait écouter encore. Elle ajouta donc, et ce fut très
simple:

--«Voilà pourquoi je n'existe plus que pour servir Tatiane
Kachintzeff.»

Il y eut des applaudissements, que continrent mal les objurgations de
l'huissier audiencier.

Le président devenait soucieux. Pierre Marowsky, de même que sa
fiancée, se renfermait dans un mutisme presque absolu. Quant au
Vercingétorix visionnaire, qu'on appelait Wladimir, sans que jamais
nul ne lui eût connu un nom de famille, il se lança dans des
divagations humanitaires, plus invraisemblablement chimériques que
toutes les élucubrations de ce genre. Il fallut y couper court.

Maintenant s'évoquaient les accusés qui ne pouvaient pas répondre.
L'un en fuite... ce Toulénine, dont le rôle apparaissait si obscur.
Et l'autre... celui dont le corps avait été déchiqueté par la
bombe, le soir d'orage, le soir sinistre, dans les carrières de
la Petite-Barrerie. Celui-là, Michel Gorlianoff, «le martyr», qui
saurait jamais de quelle façon exacte il reçut la mort?... Lui qui,
si près du rendez-vous, prévenait Tatiane d'une trahison probable de
Toulénine... Voulut-il supprimer le faux frère, délivrer ses amis de
ce péril vivant? Fût-ce lui qui détermina l'éclatement de l'engin,
sacrifiant sa vie au salut commun? Fût-ce Toulénine, deviné par lui,
qui le foudroya en échappant. Nul ne pouvait le dire. Pas même les
complices de ces hommes, puisque, à la minute tragique, les quatre
autres se tenaient à distance, attendant la déflagration, et pensant
ne voir s'éparpiller et couler que du sable,--non du sang. Le long
interrogatoire des inculpés laissait le mystère intact. Même il en
épaissit les ombres.

Y verrait-on plus clair à la seconde audience, qui comportait
l'audition des témoins?

Le principal d'entre eux, le prince Boris Omiroff, ne vint pas.
L'accusation l'avait cité, en sachant fort bien qu'on n'amènerait pas
facilement à la barre ce magnifique étranger. D'ailleurs, il n'avait
rien à dire, prétendait ignorer tout de la tentative d'assassinat
dirigée contre lui. Cependant, jusqu'à la dernière minute, le public
espéra voir et entendre ce personnage, un de ceux dont les moindres
gestes surexcitent la curiosité parisienne. Sa réputation de beau
Slave, de duelliste intrépide et heureux, de viveur aux fastueuses
traditions, de prodigue aux revenus inépuisables, sa désinvolture
à porter dédaigneusement sur sa seule tête les haines politiques
accumulées par toute sa race, même les légendes inspirées par son
orgueil brutal, faisaient de lui un des acteurs en vedette sur les
tréteaux du monde. Ce fut un déboire lorsque le président de la
Cour d'assises lut l'attestation des médecins, certifiant qu'une
complication survenue durant la convalescence d'une grave blessure
reçue en duel, empêchait le prince d'apporter un témoignage oral.

Une certaine compensation s'offrit à cet auditoire, dont les visages
se tendaient d'une avidité féroce, dont les narines humaient l'odeur
du scandale et du crime, comme elles auraient humé, dans la baraque
de Bidel, la puanteur des fauves. Ici, dans ce prétoire, entre
les majestueuses architectures, en face de la plus haute justice
élaborée par la conscience humaine, aussi bien que dans l'infecte
enceinte de toile, sur les banquettes de bois blanc, devant les cages
suintantes d'ordure, ces hommes raffinés, ces femmes élégantes,
guettaient également la minute où l'un de leurs semblables serait
broyé, moralement ou matériellement. Les os craqueraient, les chairs
saigneraient, ou bien, sur le déchirement des cœurs, les faces
pâliraient, tressaillantes... C'était cela qu'il fallait voir.

A défaut de ce dompteur célèbre, Boris Omiroff, on vit s'avancer à la
barre quelqu'un qui ne manqua pas d'intéresser. C'était lord Frédéric
Hawksbury.

Dans la galerie des figures bien parisiennes, ce seigneur anglais
tenait une place qui, depuis son duel avec Omiroff, le rapprochait de
celui-ci. En effet, la blessure dont il fallut bien parler, c'était
Hawksbury qui l'avait infligée à l'invincible bretteur. Et dans
quelles conditions!... Lui-même, touché grièvement au premier feu,
mais ne laissant pas deviner qu'il fût atteint, et tirant d'une main
qui ne trembla pas, pendant que son autre main cachait, à son flanc,
la trouée de la balle.

On chuchotait son nom, et toutes les particularités que ce nom
rappelait, tandis qu'avec son flegme britannique, lord Hawksbury
traversait une partie de la salle.

--«C'est ce richissime Anglais qui a fait jeter des bouquets de
fleurs lumineuses à Flaviana, le soir du gala, au Pré-Catelan.

--Flaviana... oui. Il en est fou.

--On assure qu'il veut l'épouser.

--Que non.

--Pourquoi?

--Elle accepterait, voyons!

--Pas sûr.

--Est-ce à cause d'elle qu'il s'est battu avec Omiroff?»

L'interlocutrice, qui n'en savait rien, dit vivement:

--«Chut!... il parle. N'entendez-vous pas?

--Ce sont les questions d'identité.

--Justement... Je voudrais savoir son âge.»

Frédéric de Hawksbury déclara qu'il avait trente-six ans. Sur quoi,
la dame qui voulait savoir fit une moue. Si vieux!... Elle avait dix
ans de plus, mais s'imaginait paraître à peine la trentaine et se
rajeunir par ce dédain.

L'Anglais prêta serment.

--«Dites ce que vous savez,» fit le président.

--«Ce que je sais?...» répéta Hawksbury, merveilleusement à son aise
et calme. Un accent, qui n'allait pas jusqu'au ridicule, s'accordait
avec sa voix, avec sa physionomie glabre et régulière d'Anglo-Saxon,
ajoutait à son exotisme si caractéristique.

--«Oui,» reprit le président. «C'est vous, lord Hawksbury, qui avez
demandé d'être entendu comme témoin. Et vous l'avez demandé si tard
que l'instruction était close.

--Il fallait la rouvrir,» observa Hawksbury. «Le juge m'aurait
entendu... voilà. L'instruction était rouverte.»

Le rire, éteint depuis la Risslaya, se réveilla faiblement.

LE PRÉSIDENT.--«Pourquoi n'avez-vous pas souhaité de parler plus tôt?

--Parce que je n'avais pas reçu la lettre de ma cousine.»

On rit plus haut. Frédéric se tourna, à demi, dédaigneux:

--«Les auditoires français ont le rire facile. Ma cousine, monsieur
le président, est lady Maud Carington. Elle voyage... assez loin.
Je ne veux pas dire loin par la distance... Rien n'est loin sur un
pauvre petit globe comme la terre. Mais les communications ne vont
pas vite. Elle allait au Japon, par les Indes anglaises, la région
himalayenne, le Thibet, la Chine.

--Votre cousine est intéressée au procès actuel?» demanda le
président, non sans quelque scepticisme.

--«Ma cousine était fiancée au prince Omiroff, monsieur le président.»

Un mouvement se produisit, même sur les sièges de la Cour.

LE PRÉSIDENT.--«Vous dites «était», monsieur. Ne l'est-elle plus?

--Elle l'était à Paris, au mois de mai. Je ne sais si elle l'est, en
Chine, au mois de novembre. Ce n'est pas mon affaire.»

L'hilarité, cette fois, fut plus discrète. L'observation ironique de
l'Anglais sur les auditoires de France cinglait encore.

LE PRÉSIDENT.--«Cette jeune fille... vous l'appelez... pardon?...»

LORD HAWKSBURY.--«Lady Maud Carington.»

LE PRÉSIDENT.--«Lady Maud Carington connaissait-elle quelques-unes
des menaces qu'on adressait au prince? Car il en recevait... la
plupart anonymes.»

LORD HAWKSBURY.--«Pour les menaces... j'ignore. Mais, lady Maud
connaissait personnellement mademoiselle Tatiane Kachintzeff.»

LE PRÉSIDENT.--«Comment?»

LORD HAWKSBURY.--«Mademoiselle Kachintzeff lui donnait des leçons de
russe.

--Ah! ah!...» s'écria le président, non sans un accent de triomphe.
«Ainsi l'accusée avait trouvé ce moyen de s'introduire parmi les plus
proches relations de celui dont elle méditait la mort. La perfidie se
glissait là, près d'une jeune fille, d'une fiancée!...»

Sous le regard foudroyant du magistrat, l'étudiante russe eut un
geste de dénégation.

LE PRÉSIDENT.--«Allons donc! Taxerez-vous de fausseté la déposition
de lord Hawksbury?

--Pardon!» s'écria le témoin, «ce n'est pas contre ma déposition que
mademoiselle Tatiane proteste. C'est contre votre interprétation,
monsieur le président.

--Expliquez-vous,» prononça le magistrat, un peu décontenancé par le
ton glacial de l'Anglais et le sourire de l'assistance.

LORD HAWKSBURY.--«Lorsque mademoiselle Kachintzeff accepta de donner
des leçons à ma cousine, c'était tout simplement pour gagner sa vie,
et, sans doute, celle de son amie, mademoiselle Risslaya. Elle
ignorait que lady Maud fût la fiancée du prince Omiroff...»

LE PRÉSIDENT.--«Qui vous le garantit?»

LORD HAWKSBURY.--«Le jour où elle l'apprit, par hasard, elle se
retira, cessa de voir mes parentes.»

LE PRÉSIDENT.--«Vos parentes?»

LORD HAWKSBURY.--«Oui, lady Maud et sa mère, la duchesse de
Carington.»

LE PRÉSIDENT.--«Mais que dit-elle à son élève?»

LORD HAWKSBURY.--«Qu'elle la plaignait profondément.»

LE PRÉSIDENT.--«Singulière pitié, d'une malheureuse pour une jeune
fille des plus comblées. Pitié plutôt insolente.»

LORD HAWKSBURY.--«Permettez, monsieur le président. La pitié ne va
pas nécessairement de l'opulence à la misère. Elle va du caractère
fort, qui se sent au-dessus de l'épreuve, au cœur fragile, que le
malheur menace.»

LE PRÉSIDENT.--«Le malheur, en l'espèce, était d'épouser le prince
Omiroff. Une preuve nouvelle de la haine que l'accusée porte au
prince.»

LORD HAWKSBURY.--«Ou de l'intérêt qu'elle porte à ma cousine.»

LE PRÉSIDENT.--«Messieurs les jurés apprécieront. Est-ce tout ce que
vous aviez à nous communiquer, monsieur?»

LORD HAWKSBURY.--«Pardon. J'ai à vous communiquer la lettre de ma
cousine.»

En vertu de son pouvoir discrétionnaire, le président ordonna que
cette lettre serait versée aux débats, et qu'on allait en donner
immédiatement lecture au jury. Comme elle était écrite en anglais, on
introduisit un traducteur juré, tandis que le membre de la Chambre
des Pairs allait s'asseoir à côté du précédent témoin.

Lady Maud Carington avait appris, au fond de l'Extrême-Orient,
plus de deux mois après l'événement, le drame sanglant de la
Petite-Barrerie et l'arrestation de son ancienne maîtresse de
russe. Elle envoyait à son cousin une sorte d'attestation, qu'il
eût à produire devant qui de droit, exprimant la profonde estime et
l'attachement véritable voués par elle à l'étudiante.

«_J'ai rarement rencontré_», écrivait-elle, «_une personne d'âme si
parfaitement droite et haute. Je ne préjuge pas de ce qu'elle a pu
faire, mais je jurerais que les motifs en sont respectables. Vous
qui le savez comme moi, Freddy, je vous prie d'aller le déclarer aux
juges._»

A la fin de cette lecture, lord Hawksbury fut rappelé à la barre.

LE PRÉSIDENT.--«Votre cousine dit que vous connaissez l'accusée.
Est-ce exact?»

LORD HAWKSBURY.--«J'ai rencontré plusieurs fois mademoiselle Tatiane
au château de Beauplan, où demeuraient ces dames, et je savais
que la duchesse de Carington et sa fille en étaient positivement
enthousiasmées.»

LE PRÉSIDENT.--«Vous partagiez leur enthousiasme?»

LORD HAWKSBURY.--«J'ai beaucoup de déférente considération pour
mademoiselle Kachintzeff.»

LE PRÉSIDENT.--«Ainsi, dans une famille comme la vôtre, appartenant
à la plus ancienne noblesse, conservatrice par tradition, cette
anarchiste russe ne vous apparaissait pas comme une dangereuse
révolutionnaire? Sans doute cachait-elle bien ses idées.»

LORD HAWKSBURY.--«Elle ne les cachait pas. L'absolue franchise de
mademoiselle Tatiane était une des raisons de notre estime.»

LE PRÉSIDENT.--«Lady Maud, en écrivant sa lettre, ne savait pas
que l'assassinat de son fiancé fût l'objet du complot de la
Petite-Barrerie.»

LORD HAWKSBURY.--«Je ne pourrais vous le dire.»

LE PRÉSIDENT.--«Sans doute eût-elle modifié le tour chaleureux de son
certificat.»

LORD HAWKSBURY.--«Pour l'honneur de lady Maud, je veux croire que
non. Elle décrit ce qu'elle a pensé de mademoiselle Tatiane pendant
les leçons de russe. C'est un fait psychologique. Rien d'ultérieur ne
lui permettrait de le défigurer.»

LE PRÉSIDENT.--«Je vous remercie, milord Hawksbury.»

Quel contraste entre le témoin qui s'éloignait de la barre et
la personne que, maintenant, l'huissier audiencier y appelait.
L'Anglais,--haute stature sèche et fine, tête modelée par des siècles
de race, allure altière, élégance de tenue: redingote, pantalon
foncé, haut-de-forme étincelant, grosse cravate de soie piquée d'une
perle,--croisa une femme du peuple, vêtue d'un deuil vulgaire, et
dont la face boucanée, mâchurée de rides, révélait des années de rude
travail, dans une atmosphère aux alternatives violentes.

--«Votre nom?» demanda le président.

R.--«Jouin... la veuve Jouin.»

LE PRÉSIDENT.--«Il n'y a pas longtemps que vous êtes veuve?»

R.--«Six mois, monsieur.»

LE PRÉSIDENT.--«Votre mari était le patron d'un atelier pour
l'émeulage des limes?»

R.--«Oui.»

LE PRÉSIDENT.--«Qui dirige cet atelier aujourd'hui?»

R.--«Moi.»

LE PRÉSIDENT.--«Votre âge?»

R.--«Quarante ans.»

LE PRÉSIDENT.--«Vous jurez de dire la vérité? Vous n'êtes ni parente
ni alliée des accusés? Vous n'avez pas été à leur service, ni eux au
vôtre?»

R.--«Mais... monsieur le président...»

LE PRÉSIDENT.--«Quoi?»

LA FEMME JOUIN.--«Pierre Marowsky... Il travaillait chez nous.»

LE PRÉSIDENT.--«Ça ne s'appelle pas «être au service». Prêtez
serment. Levez la main droite... madame... la main droite. Otez votre
gant.»

La pauvre femme tira son gant de filoselle noire.

LE PRÉSIDENT.--«Votre mari... «le père Jouin», comme on l'appelait à
la Chapelle, est mort d'un accident?»

R.--«Oui.»

LE PRÉSIDENT.--«Quel accident?»

R.--«Il a été tué par l'explosion de sa meule.»

LE PRÉSIDENT.--«Vous avez des enfants, n'est-ce pas?»

R.--«J'avais deux fils.»

LE PRÉSIDENT.--«Vous en avez perdu un?»

R.--«J'ai perdu les deux.»

LE PRÉSIDENT.--«Ah! d'après le dossier, il me semblait...»

R.--«J'ai appris la mort de l'aîné la semaine dernière.»

LE PRÉSIDENT.--«Mais il n'avait que dix-sept ans?»

R.--«Oui. Il était allé s'embaucher en province, rapport à la mort de
son père. Ça y faisait mal, à c't'enfant, parce qu'il avait répondu
au patron: «Moi, travailler sur une meule fêlée, jamais!» Alors le
père Jouin s'y était mis à sa place, et c'est comme ça que le malheur
est arrivé à l'un plutôt qu'à l'autre. Alors, Prosper, le gamin,
est parti pour la Somme, où nous avons des parents. Il est entré à
l'usine de Gamache, et...»

Elle eut un geste, que le président interpréta:

LE PRÉSIDENT.--«Un accident, lui aussi?»

R.--«Oui, six mois après le père, jour pour jour. Sa meule a explosé,
l'a coupé en deux.»

La femme n'eut pas de larmes. Sa voix ne trembla guère. Mais ceux qui
l'entendirent n'oublieront pas.

LE PRÉSIDENT.--«Et... votre autre fils?...»

R.--«Le cadet?... C'est le printemps dernier. Il avait douze ans, pas
de raison... Il faisait l'espiègle, dans l'atelier... Une courroie
l'a pris... C'est pas long, monsieur le président.»

Encore une fois, dans la salle où les hommes jugent, proportionnent
les responsabilités et les peines, un silence écrasant tomba. La
petite silhouette noire, à la barre des témoins, se faisait plus
petite, semblait vouloir rentrer sous terre. Gênée d'avoir dû
révéler l'atrocité de son sort, la veuve Jouin se recroquevillait,
prenait une humble attitude, comme pour s'excuser, devant la
pompeuse assistance, d'avoir tant de formidable grandeur, de porter
une couronne tellement imposante et ensanglantée. Ses épaules se
voûtaient un peu dans la «confection» de drap noir, et, sous la
capote de crêpe achetée chez une mercière de faubourg, on voyait
s'incliner son cou, maigre, brunâtre, cordé comme un filin, sur
lequel erraient de petites mèches prématurément grisonnantes.

Après quelques mots, qui voulurent être pitoyables, mais qui parurent
piteux--la vision d'horreur ayant été trop forte,--le président
poursuivit son interrogatoire:

--«Les ouvriers, chez vous, madame Jouin... quelles sont leurs
idées?... ont-ils un mauvais esprit?»

Des rumeurs s'élevèrent. La salle bourdonna comme une cloche, après
le choc du marteau. Le président, ainsi avisé de sa maladresse,
s'irrita.

--«Brigadier,» cria-t-il au chef des municipaux, «faites entrer
vos hommes, qui sont là, dehors. Et si quelqu'un manifeste, qu'on
l'emmène.» Puis, revenant au témoin:--«Saviez-vous que Pierre
Marowsky fût un anarchiste, un partisan de l'action directe?»

La veuve répondit:

--«Je ne sais pas ce que c'est que l'action directe. Pierre Marowsky
est Russe. Mais nous sommes obligés d'embaucher souvent des
étrangers. Les Français ne veulent plus être émeuleurs de limes.
C'est trop dur.»

LE PRÉSIDENT.--«Faisait-il de la propagande nihiliste?»

R.--«Il faisait son travail, monsieur. Et c'est quelque chose, le
«travail dans les bottes», comme nous disons. On ne s'entend pas,
d'abord. Quelle propagande ferait-on? Les meules crient plus fort que
les hommes.»

LE PRÉSIDENT.--«Mais dehors?... au cabaret?...»

R.--«Les émeuleurs ne vont pas au cabaret, monsieur le président.
Celui qui aurait bu une fois, ne boirait pas deux. La meule y
mettrait bon ordre.»

LE PRÉSIDENT.--«C'est donc un métier de héros que le vôtre?»

Le ton, que l'on crut ironique, provoqua des murmures. Mais,
aussitôt, ils s'apaisèrent. Car, tranquille, la femme répondait:

--«Comme beaucoup de métiers dangereux, monsieur le président.»

LE PRÉSIDENT.--«Qu'avez-vous donc à dire de Pierre Marowsky?»

R.--«C'était un ouvrier modèle. Toujours le premier au poste, le
dernier à partir. Comme il est d'une force extraordinaire, on
comptait sur lui dans tous les mauvais cas. Le jour où mon pauvre
mari est mort, Pierre Marowsky a risqué sa vie pour nous autres. Il
s'agissait d'arrêter le noyau disloqué de la meule, qui tournait à sa
vitesse d'enfer et allait sauter d'une minute à l'autre. Pierre s'est
avancé tout auprès, ce que personne n'osait, pour débrayer, comme on
fait chez nous, à la pièce de bois.»

Un crépitement de bravos.

--«Je vais faire évacuer la salle!» clama le président. «Encore une
question, madame. Cette blessure, dont Marowsky porte une double
cicatrice à la figure, l'a-t-il reçue chez vous, dans l'exercice de
son métier?»

La directrice de l'atelier d'émeulage hésita. Son regard inquiet,
embarrassé, chercha celui du fiancé de Tatiane, ne le rencontra pas.

LE PRÉSIDENT.--«Vous êtes ici, madame, pour dire la vérité.»

R.--«Mais il a dû la dire, lui, à l'instruction.»

LE PRÉSIDENT.--«Il a refusé de répondre sur ce point. Allons, je vois
que vous savez quelque chose... Parlez. Vous avez juré de dire toute
la vérité.»

R.--«Cette blessure, monsieur le président, on la lui a faite dans
son pays.»

LE PRÉSIDENT.--«Qui cela... on?... le savez-vous?»

R.--«Des réfugiés en ont parlé devant moi.»

LE PRÉSIDENT.--«Alors?...»

R.--«Pierre Marowsky se trouvait en prison, pour ses opinions. Dans
cette prison, c'était défendu de mettre la tête à la fenêtre. Il a
voulu voir...»

LE PRÉSIDENT.--«Quoi?»

R.--«Un chef, un officier, qui passait.»

LE PRÉSIDENT.--«Eh bien?»

R.--«Ce chef a donné l'ordre à la sentinelle de tirer...»

Un «oh!» de révolte remua la salle, comme une houle. Sans y faire
attention, cette fois, le président demanda:

--«Vous a-t-on dit le nom de l'officier?»

R.--«C'était un prince... Comment, déjà?... Un de ces noms de là-bas,
en off... Obiroff... Amiroff... Ah! et Boris... J'y suis maintenant:
Boris Omiroff.

--Merci, madame. Vous pouvez vous retirer,» dit le président.

       *       *       *       *       *

Le surlendemain, après le réquisitoire et les plaidoiries, le jury
s'enferma dans sa salle de délibérations, où il resta plus de deux
heures. Il en revint pour déclarer non coupables Tatiane Kachintzeff,
Katerine Risslaya et Wladimir, l'illuminé. Des applaudissements
retentirent. Mais ils se changèrent en murmures quand le chef du
jury proclama la culpabilité de Pierre Marowsky, complice dans la
fabrication des bombes et la préparation d'un assassinat. Avec
indifférence, on écouta la même phrase appliquée à Toulénine,
l'absent. Chacun d'eux--Toulénine par contumace--fut condamné à cinq
ans de réclusion.

Et les belles dames, en sortant, tiraient du petit sac d'or ou de
perles un minuscule mouchoir. Car le dernier spectacle était celui
de Tatiane prenant dans ses deux mains les mains de son fiancé,
et, échangeant avec lui un regard que les tendres spectatrices
imaginaient ruisselant de larmes, faute d'en pouvoir discerner la
flamme héroïque, la merveilleuse énergie.



VI

LA MÈRE


--«Allons... ma Flaviana... dis... ç'a été triomphal, cette
répétition générale des _Elfes_?»

Les petites mains amaigries de Bertile tremblaient lorsque la
fillette prononça cette phrase. Ah! comme elle-même ressemblait à un
elfe, à une ombre légère, la mignonne danseuse du premier quadrille!
Étendue sur la chaise longue, dans sa jolie chambre, en face du parc
Monceau, boulevard de Courcelles, Bertile, toute mince, diaphane et
pâle, semblait se dissoudre dans les mousselines de son peignoir et
le linon des souples coussins.

Flaviana, la regardant, retenait des larmes. La pauvre petite! Elle
s'était tant réjouie de danser dans les _Elfes_!... Et voici que la
répétition générale avait eu lieu--un gros succès,--sans que l'enfant
prît la tête de son premier quadrille, où déjà on la regardait comme
une petite étoile,--une étoile de cinq ou sixième grandeur. Hier
soir, pendant les heures d'émotion, d'emballement, de joie, de peur
et d'ivresse, Bertile, si passionnée pour son art, était là, toute
seule, dans ce lit. Combien amèrement elle avait dû y pleurer! Ce
matin, elle essayait de crâner, de sourire, pour ne pas affliger sa
petite mère d'adoption. Mais celle-ci détourna les yeux, ne voulant
pas voir les doigts effilés s'agiter si douloureusement autour d'un
ruban qu'ils nouaient et dénouaient, énervés, fébriles, tandis que la
jeune malade s'appliquait à feindre l'insouciance.

--«Triomphal... c'est beaucoup dire,» corrigea la célèbre danseuse.
«Mais le public,--ce public délicat de répétition générale--a très
chaleureusement accueilli l'œuvre.

--Et ses interprètes,» appuya Bertile avec une tendre malice.

--«Et ses interprètes,» acquiesça l'étoile, souriante.

--«Allons, ma grande, ma sublime Flaviana, dis-moi donc qu'on t'a
acclamée. Ah! dis-le... Raconte... La salle debout, enthousiasmée,
criant ton nom parmi les applaudissements, les bravos!... Et les
rappels... dis!... les rappels... Quand tu reviens, avec ta grâce,
ton sourire, ton air inimitable de gratitude, de modestie... de
fierté... que le théâtre croule... que tous les cœurs t'adorent...
Ah! pourquoi me prives-tu de cela, ma Flaviana?... Ta gloire...
l'amour que tu inspires, n'est-ce pas cela qui me console de tout!...»

Bouleversante consolation, qui fit éclater en sanglots la pauvre
petite danseuse. L'émoi fut trop poignant. Toute sa jeune vie
défaillante, menacée, et la désespérance infinie de son cœur, ne
résistèrent pas à ce tableau d'une destinée qui, naguère encore,
était son rêve.

--«Ah! Flaviana... Flaviana!... Tu vas croire que je pleure par
égoïsme, que je ne suis pas sincère... que je ne préfère pas ton
bonheur, ton succès, à la joie de vivre, à l'espoir d'être moi-même
heureuse.

--Mais tu vivras!... Mais tu seras heureuse, toi aussi!... Mais je
sais bien comment tu m'aimes!... Chérie... chérie... calme-toi!...»
chuchotait la tendre femme, pressant contre elle le buste gracile,
dont elle sentait toute la fine ossature, posant ses lèvres sur le
front moite, sur la joue fiévreuse, imprégnée du sel des larmes.

La fillette se serra contre elle, goûta la douceur d'être câlinée,
rassurée, puis, séchant ses yeux avec un petit mouchoir en tapon,
elle essaya de sourire, pour demander:

--«Raconte, Flaviana, raconte... Tu as eu beaucoup de fleurs?

--Ma loge en était pleine.

--Et, comme d'habitude, je parie, tu en as fait porter chez la pauvre
Sylvanie, qui est si triste de ne plus arriver à cacher son âge, et
qui attend avec désespoir d'être remerciée d'un jour à l'autre.

--Naturellement.

--Bonne Flaviana! Mais tu enlèves les cartes. Elle ne s'étonne pas, à
la fin, de ces hommages anonymes? Elle ne se doute pas?...

--J'ai peur que si. Ou bien on l'a blaguée. Tu ne sais pas ce qu'elle
a imaginé, cette fois?

--Quoi donc?...

--D'épingler tout de suite à une des corbeilles la carte de visite
d'un des abonnés les plus chics. Et de qui?... devine...

--Oh! dis-moi!...

--Du prince Omiroff.

--Ça c'est drôle!...» cria Bertile, en riant cette fois du vrai rire
éclatant et joyeux de son âge. «Mais où l'avait-elle prise, cette
carte!

--Ce n'est pas un objet rare dans les coulisses du National-Lyrique.
Elle aura chipé ça quelque part, d'avance, avec préméditation.»

Les deux danseuses s'égayèrent sans méchanceté de cette supercherie.
Puis, Bertile, tout à coup songeuse, murmura:

--«Le prince Omiroff... Ah! comme je voudrais savoir...

--Quoi donc?

--Si ce qu'on prétend est vrai.

--Ce qu'on prétend?... à propos de lui?...

--A propos de lui... et... de toi.»

Flaviana reprit la fillette dans ses bras, l'appuya de nouveau contre
son épaule.

--«Écoute...» chuchota l'étoile à l'oreille de sa petite amie, bien
bas, les lèvres dans les cheveux fous...--«Je vais te le dire, ce que
tu veux savoir. J'ai confiance en toi... Tu es ma sœur maintenant...
Tu garderas mon secret?...

--Je te le jure.

--Eh bien, Boris Omiroff ne m'a jamais aimée, comme on l'affirme
au hasard. C'est son frère Dimitri, qui m'a aimée. Je n'étais pas
beaucoup plus âgée que tu ne l'es aujourd'hui. Il m'a épousée.

--Épousée!..

--Certes.

--Tu es princesse Omiroff?...

--Non. Car mon mari a cessé d'être prince pour me faire sienne. Notre
union fut cause de sa disgrâce. Il perdit son titre, ses biens.
Hélas! il ne les a recouvrés que pour mourir.

--Comment cela?

--Nous n'étions pas mariés depuis un an, lorsque la guerre contre le
Japon éclata. Dimitri voulut partir. Il prit du service comme simple
soldat. Mais sa conduite fut tellement admirable, il tenta une si
audacieuse diversion pour dégager Port-Arthur, ce fut si héroïque,
si étonnant, que le tsar lui rendit sa faveur, lui restitua titre,
fortune, tout... Peut-être n'eut-il pas le temps de savoir qu'il
rentrait en grâce. Presque aussitôt il fut tué.

--Oh!... Et toi, toi... Flaviana?

--Moi?... J'avais quitté le théâtre pour vivre un songe de bonheur
tel qu'il n'en existe pas de pareil sur terre... Le songe fut court.
Je me retrouvai seule au monde, méprisée par la famille de mon mari,
qui ne voulait pas me connaître. Je repris ma carrière de danseuse.

--Tu y es étoile. Ça vaut une couronne princière. Mais pourquoi le
secret que tu gardes? N'as-tu pas été mariée? Tu as le droit...

--Je n'ai pas le droit de faire monter une princesse Omiroff sur les
planches. D'abord... je ne fus jamais princesse. A quoi bon parler
d'un mariage qui ne me laisse pas même un nom?...

--Cependant, si ton mari a repris son titre avant de mourir?... Et sa
fortune, dis... Ça devait être énorme, la fortune d'un prince russe?

--Chut!... Tais-toi... Je ne sais... J'ignore les lois de son pays.
J'ai eu l'amour de cet être adorable... Et son estime, puisqu'il
m'éleva jusqu'à lui... C'est assez pour que je garde cette fierté de
cœur, cette pureté de vie, que les Parisiens ne comprennent pas.»

Bertile étreignit plus tendrement sa grande amie.

--«Oh!» soupira-t-elle, «comme tu dois être heureuse!

--Je l'ai été.

--Mais tu as eu cela, ce sort merveilleux,» insista l'enfant qui ne
concevait rien sinon l'éblouissement de l'aventure.

--«Je l'ai payé si cher!

--Est-ce que le prince Boris,--ton beau-frère en somme,--est méchant
pour toi?

--Ni méchant ni bon. Il m'ignore. Quand il me rencontre, dans les
coulisses, il me salue comme il saluerait une autre femme, qu'il
connaîtrait de vue, tout au plus. Il a eu un bon mouvement pour moi,
autrefois... Mais cela n'a pas duré.

--Quel bon mouvement?

--Il m'a témoigné une véritable sollicitude après le départ de
son frère pour la Mandchourie... Mais les circonstances étaient
spéciales...»

Flaviana hésita, s'interrompit. Bertile attendait. L'étoile coupa
court:

--«Ne parlons plus de tout cela, veux-tu?»

Un instant de silence. Les deux charmantes créatures rêvaient,
blotties l'une contre l'autre. Elles rêvaient de l'amour, de leur
jeunesse brève, de la vie qui vous surprend et qui passe... Chacune
croyait entendre trembler le cœur de l'autre. A la fin, Bertile
proféra, très bas:

--«Quand on a aimé autant que tu as aimé le prince Dimitri, est-ce
qu'on peut guérir, oublier?...»

Une flamme ardente brûla les joues de Flaviana, monta jusqu'à son
front. Elle se détacha, comme blessée.

--«Pourquoi me poses-tu cette question?»

Bertile retomba en arrière, sur ses coussins. Ses yeux se
mouillèrent. Elle dit seulement:

--«Pour savoir.»

Flaviana la regarda, aussi pâle maintenant que la petite malade.

--«Quand on a souffert,» murmura-t-elle, «il n'y a qu'un sentiment où
le cœur puisse encore se prendre: la pitié.»

Sur les paupières humides de Bertile, lentement le voile des
paupières s'abaissa. On eût dit que l'énigmatique réponse lui
suffisait. Mais son mince visage aux yeux clos exprima soudain une
douleur au-dessus de son âge. Une crispation désolée fit fléchir la
bouche, dont les commissures tressaillaient. Flaviana, interdite,
anxieuse, se pencha. Et elle entendit alors ces mots s'échapper, avec
une intonation un peu amère, des lèvres ingénues:

--«Moi... si je perdais un tel amour... je sens que j'en mourrais.

--Bertile... Quelle enfant impressionnable!... Ce que je t'ai dit
t'a trop émue... Voyons, petite folle... Sais-tu ce que c'est
qu'aimer?... Parle-t-on ainsi de mourir?» grondait tendrement
Flaviana,--elle-même troublée par l'accent, par l'expression, par
l'air véritablement de mourante où, tout à coup, s'aggravaient les
mots, la voix, l'aspect de la jeune fille.

Mais à la porte, on frappa. La femme de chambre venait annoncer le
docteur Delchaume.

Le nom résonna étrangement. Flaviana et Bertile craignirent de
se regarder. Pourtant elles se regardèrent, malgré elles. Alors,
précipitamment, comme pour rompre un malaise, la petite malade s'écria

--«Ce n'est pas pour moi qu'il vient ce matin. Il avait demandé
ton heure, pour causer avec toi... D'ailleurs, je suis guérie. Pas
besoin...

--Mieux vaut qu'il te voie d'abord, ma chérie.

--Non, non!...»

Bertile se défendit avec une obstination si frémissante, que Flaviana
céda:

--«Eh bien, soit. Mais je vais lui dire que notre Bertile n'est pas
sage, qu'elle est bien fiévreuse ce matin.»

En effet, ce furent ses premières paroles à leur ami, dans le petit
salon.

--«Cette pauvre enfant a-t-elle eu quelque chose qui l'ait énervée?»
demanda le jeune docteur.

Une ombre rose passa sur le délicat visage, au teint mat, de la
célèbre danseuse.

--«Je crains qu'elle ne commence à prendre peur, à regretter...

--Quoi?» demanda Raymond.

--«Le bonheur, qu'elle n'aura pas connu... la vie.

--Pauvre fillette!...» soupira le jeune homme.

--«Vraiment?... Nous ne la sauverons pas?...»

A cette question balbutiée, Raymond ne répondit que par un geste
de découragement vague. Ses yeux, pleins d'un souci brûlant,
s'attachaient à ceux de Flaviana. Le cœur de cet homme débordait de
tout autre chose que de préoccupations professionnelles. Même l'état
de sa gentille malade, préférée à cause de celle qui la protégeait,
ne s'imposait pas à sa pensée. Pour lui, en ce moment, il ne
s'agissait guère de Bertile.

--«Voilà plusieurs jours que vous cherchez à me parler, Raymond,
sans que nous ayons pu...

--Oui... Vous aviez votre travail, vos répétitions, vous dansiez le
soir. Et moi... en dehors des obligations de ma clientèle, j'ai eu ce
procès, que j'ai voulu suivre...

Quel procès?...

--Les anarchistes russes... le drame de la Petite-Barrerie...

--Ces misérables vous intéressaient?

--Ne dites pas «ces misérables», Flaviana. Il y a des dessous
terribles à cette aventure. Ah! qu'il est difficile de juger! Tatiane
Kachintzeff et son fiancé Pierre Marowsky... je les ai vus de près...
Ce sont des êtres d'abnégation, de pureté, d'héroïsme... Enfin...
laissons. L'une est acquittée, l'autre en prison. Le dernier mot
n'est pas dit. Une sentence humaine... est-ce que cela résout quelque
chose? Flaviana... moi aussi, j'ai été un juge. Moi aussi, j'ai pesé
dans la balance. Et... je me suis trompé.»

Le beau regard de velours sombre interrogea Raymond, avec gravité,
avec étonnement,--avec quelque chose de plus: une souriante
confiance, qui doutait de le trouver jamais dans l'erreur.

--«Flaviana...» poursuivit-il.

Mais la jeune femme l'interrompit:

--«Voulez-vous me faire un immense plaisir, mon cher ami?

--En doutez-vous?

--Eh bien, ne m'appelez pas Flaviana,--mon nom de théâtre.
Appelez-moi Flavienne. C'est mon vrai nom, à moi. C'est celui que
maman me donnait. Vous serez le seul. Personne ne m'appelle plus
ainsi.

--Chère Flavienne...» murmura Delchaume.

Troublée par ce qu'elle lut dans les yeux du jeune homme, la
fière artiste détourna les siens, tandis qu'ardemment il lui
disait:--«Merci!»

--«Maintenant,» reprit-il, après une minute d'un de ces silences
auxquels nulle parole n'équivaut, «je dois avant tout vous demander
pardon, Flavienne. J'ai manqué de sincérité avec vous. Cependant, je
croyais être dans le vrai. Car, le vrai, c'est l'honneur, c'est le
devoir. L'honneur et le devoir nous ferment quelquefois la bouche sur
la vérité même... Du moins, je l'ai pensé...

--Moi aussi,» déclara la pensive créature avec simplicité. «N'ai-je
pas mon secret, que je ne profane pas?»

Il s'inclina. Sur le front gracieux, entre les boucles brunes, il
voyait, lui, la couronne princière, dont la merveilleuse femme
était digne, et qu'elle aurait dû porter. En même temps, une pointe
aiguë lui piqua le cœur. Ce secret, n'était-ce pas aussi un secret
d'amour, sur lequel l'âme veuve se serait à jamais refermée?

--«Flavienne... Vous qui aimez mon petit François, l'aimeriez-vous
encore s'il n'était pas mon fils?

--Pas votre fils!...»

Étrange cri!... La danseuse se dressait, dans une espèce d'égarement.

--«Pas votre fils!...» répéta-t-elle d'une voix plus sourde. «Le fils
de votre femme?...»

Delchaume secoua la tête.

Flaviana, debout, se pencha,--car il restait assis,--crispa les
doigts sur ses épaules, enfonça dans ses yeux des yeux presque
hagards.

--«Raymond... Il n'est pas... il n'est pas non plus le fils de votre
femme?...

--Je l'ai cru sien... J'ai adopté, reconnu l'enfant que j'imaginais
être celui de Francine... Mentir, c'était lui sauver l'honneur, à
elle... Ma Francine!... Et elle était innocente... vous entendez!...
pure!... Elle, un enfant... jamais!... Les preuves sont entre mes
mains. J'ai mesuré l'immensité de mon amour... Pourtant je ne puis
me pardonner de l'avoir supposée coupable, elle!... Vous comprenez
maintenant que, même à vous, Flavienne... je ne pouvais pas dire...»

Il s'arrêta. Son émotion ne l'empêcha pas de constater celle de
la jeune femme, de s'en étonner. Pourquoi tremblait-elle ainsi,
des pieds à la tête? D'où venait cette suffocation qui la faisait
haleter, ce rire convulsif, à la fois douloureux et ravi, cette
fixité des prunelles, où brillait une étincelle de folie. Une
inquiétude contracta le cœur de Delchaume. Inquiétude qui devint de
l'angoisse, lorsque la danseuse s'écria:

--«Ni le vôtre... ni celui de votre femme... Cet enfant... cet
enfant, qui est le portrait de mon Dimitri... Ah! je le pressentais
bien. C'est le mien... c'est mon fils!... Raymond... Voyez-vous...
pourquoi je l'aimais tant!... Je vous dis qu'il est à moi!»

Le jeune docteur se leva, prit les mains qui battaient l'air,
considéra doucement les beaux traits où passait le désordre de la
démence.

--«Flavienne... revenez à vous... Amie chérie, je ne reconnais pas
votre calme, la dignité si ferme de votre âme... Faites un effort...
Là... Ne parlez plus... Attendez.»

Elle ferma les yeux, se recueillit. Cet effort sur soi, que lui
demandait Raymond, elle sembla le faire à grand'peine.

Lui, qui ne concevait pas la nature d'un tel bouleversement, suivait
avec une sollicitude passionnée le retour de l'équilibre sur cette
physionomie qu'ennoblissait d'habitude une si tranquille fierté.
Il tenait toujours les mains de Flaviana. Elle était d'une pâleur
extrême. Ses yeux restaient clos. Raymond tremblait autant qu'elle.
Tout à coup, sous les cils abaissées, deux larmes surgirent.
Un sourire extasié détendit les lèvres. Puis, les prunelles se
découvrirent, scintillantes de ravissement.

--«Ami, n'ayez pas peur. Ma raison n'est pas atteinte. Mais un
espoir... affolant, oui... en effet... s'impose à moi, me transporte.
Plus qu'un espoir, une certitude. Je ne puis m'en défendre. Et je
frissonne en même temps d'épouvante à l'idée que je pourrais me
tromper. Cependant, regardez... j'ai repris mon sang-froid.

--Quel est donc cet espoir, Flavienne?

--L'enfant que vous élevez serait le mien.»

Delchaume se taisait, repris d'anxiété. Elle continua, délicieuse
d'orgueil:

--«... Le petit prince Serge Omiroff.

--Serge!...» cria Delchaume.

Ce fut à lui de déraisonner un instant. Il leva les bras, tourna sur
lui-même, se frappa le front, revint à Flaviana:

--«Voyons... voyons... je ne divague pas?... Une pareille chose...
Quel prodige!... Mais c'est à douter de soi, de ses sens!... Vous
avez bien dit: «Serge?»

--Serge... oui... Serge!

--Pourquoi?... Quel est ce nom?

--C'est celui de tous les Omiroff. Je le donnais à mon mari, dans
l'intimité, car il s'appelait Serge-Dimitri, et je préférais...

--«Le nom le plus cher pour celle qui l'a mis au monde,» murmura
Raymond, qui se rappela l'explication de la nourrice.

--«Que dites-vous?

--Mon enfant adoptif a été baptisé, enregistré à la mairie, avec le
prénom de Serge. C'est moi qui, dans l'acte où je le reconnaissais,
ai ajouté celui de François...

--O mon Dieu!...» soupira la jeune femme.

La joie de cette évidence l'écrasa. Elle tomba sur un siège. Raymond
s'agenouilla tout auprès. Hors d'eux-mêmes, ils ne pouvaient
articuler une phrase suivie. Leurs mains s'étreignaient. Ils se
cramponnaient l'un à l'autre, comme précipités dans l'espace par un
cataclysme. Un vertige faisait tourbillonner leurs pensées. Leurs
poitrines haletaient dans l'atmosphère du miracle.

--«Raymond, c'est mon enfant... Il n'est pas mort à sa naissance,
comme on me l'a fait croire. Ah! j'en ai toujours eu le soupçon.

--Qui donc aurait commis ce crime?

--Le prince Boris.

--Encore lui!

--Je comprends maintenant... je comprends ses soins hypocrites en
l'absence de son frère.

--Il était près de vous?

--Lui-même, non. Et encore, je ne sais. J'ai été si atrocement
malade! Il me semble l'avoir vu, près de mon lit... comme dans une
hallucination...»

Raymond suggéra:

--«Au fond d'un château, à la campagne... dans une vaste chambre
gothique, nue et démeublée, où vous agonisiez sous le chloroforme?...

--Comment... comment savez-vous?...

--Il avait mis des gens à lui autour de votre lit de douleur... Une
garde... qui ne parlait pas français.

--C'est cela!... c'est vrai!... Une femme de l'Ukraine, dont
les Russes eux-mêmes ne comprenaient pas le dialecte. Celle-là,
d'ailleurs, elle a été bonne pour moi.

--Et Francine?... ma Francine... qu'on amena près de vous, les yeux
bandés... Vous étiez mourante... Vous souvenez-vous?...»

Flaviana songea un instant. Non... elle ne revoyait pas une autre
femme lui donnant des soins.

--«C'est Francine,--jeune fille alors,--qui a sauvé votre enfant.

--On m'a juré qu'il n'avait pas vécu. Boris, plus tard, m'a déclaré
qu'il avait fait transporter le petit corps dans leur cimetière, sur
leurs domaines, en Russie, et qu'on l'avait enterré sous le nom de
Serge Dimitriévitch, prince Omiroff.

--Il lui reconnaissait donc son titre?...

--Pourquoi pas?... Ce n'est pas cela qui gênait Boris,--ce n'est pas,
comme vous pourriez le croire, que le fils d'une danseuse entrât dans
sa maison. Mais il convoitait l'héritage, la part du fils aîné.

--Je croyais,» objecta Raymond, «qu'en Russie le droit d'aînesse
n'existait pas.

--Non, pas régulièrement. Mais souvent il s'établit par la volonté
paternelle. Et, chez les Omiroff, il y a plus que la volonté
d'un père. Il y a la tradition. Ou même, je crois, une clause de
l'investiture faite par Ivan le Terrible. Le merveilleux château
historique des Omiroff, en Ukraine, les terres qui l'entourent, toute
une province, au bord du Dniéper, sont indivis, et appartiennent
à l'aîné, tandis que les cadets sont dédommagés par de l'argent.
Le tsar ayant confisqué à Dimitri cette sorte de majorat, ne
l'attribuait pas pour cela à Boris. Mais mon mari, une fois réintégré
dans ses biens, les choses reprenaient leur cours. Lui mort, son
frère héritait,--s'il ne laissait pas d'enfant. Pensez, quel
héritage!... surtout pour un viveur fastueux comme Boris, qui a déjà
semé dans toutes les villes de plaisir du monde, les millions dont se
composait sa part.

--Il savait donc, avant que vous eussiez mis votre fils au monde, que
le prince Dimitri avait péri en Orient?

--S'il l'a su! C'est lui qui est venu me l'annoncer, un jour, dans
la retraite où je m'enfermais, et il m'a percé de cette nouvelle,
brutalement, comme d'un coup de poignard. Ce qu'il espérait de
cet affreux procédé s'est produit. Je suis tombé raide, à demi
morte. Il en a profité pour me faire soigner... à sa manière. Ses
gens m'ont transportée dans cette maison de campagne dont je n'ai
guère vu que ma chambre lugubre, vide... Mon fils est né avant
terme,--mort à ce qu'on m'affirma,--viable, comme je l'ai supposé
parfois, en me refusant à le croire, pour ne pas l'imaginer souffrant
d'un pire destin. Dieu!... Et il vit, mon petit Serge!... Et si
mignon!... si doux!... si beau!... Oh! Raymond, le premier jour...
à Claire-Source... quand il m'apportait son petit mouchoir, en me
disant de ne pas pleurer!...»

Le mot finit dans un sanglot, tandis que les yeux et la bouche
riaient. Jamais Delchaume n'eût imaginé un telle vibration de
tendresse. Certes, il connaissait le cœur admirable de Flaviana.
Mais il n'avait pas vu la mère en elle. Et il devrait lui révéler la
disparition de l'enfant!... Horrible chose!... Quel acharnement du
sort!... La faire souffrir, elle... Flaviana...--Flavienne, comme il
l'appelait avec transport--la faire tomber d'une telle félicité dans
une telle angoisse!... N'était-ce pas la pire épreuve, même après
tout ce qu'il avait subi? Il essaya de la préparer d'abord.

--«Réfléchissez, Flavienne. Nous sommes en pleine hypothèse...
Des analogies extraordinaires peuvent nous tromper... Une idée me
trouble. Comment un homme, tel que Boris, capable, je le crois, de
tous les crimes,--et surtout de ce crime odieux: enlever un enfant
à sa mère,--ne fût-il pas allé jusqu'au bout, n'eût-il pas fait
mourir le petit être qui naissait à la traverse de son ambition? Je
vous parle ainsi, mon amie très chère... c'est que je frémis... Une
désillusion... ne serait-ce pas affreux?

--Ah!» s'écria la danseuse avec exaltation, «mon cœur me confirme
tout, comme il m'a tout appris! Rappelez-vous... mon émotion... Quand
j'ai serré votre François dans mes bras, j'ai senti que c'était mon
petit Serge, à moi.

--Je le crois,» avoua Delchaume. «Je crois que vous trouverez la
confirmation de votre certitude dans le récit de ma malheureuse
femme. Savez-vous qu'elle a payé de sa vie celle de votre enfant?»

Égoïsme de l'amour maternel: Flaviana dut accomplir un effort pour
s'intéresser à la jeune femme inconnue. Un seul désir maintenant la
dominait, grandissait en elle, fermait son âme à tout raisonnement,
à toute pitié, à toute curiosité rétrospective, et même à toute
velléité de vengeance: revoir son fils, le presser contre son cœur,
prendre possession de ce petit être.

--«Ah! Raymond, partons... partons tout de suite! Conduisez-moi vers
lui!...»

Comme il ne répondait pas, terrifié, Flaviana eut un soudain
élan. Elle courut à un petit bureau, ouvrit un tiroir, rapporta
la miniature qu'elle avait déjà montrée à Delchaume. Un rire de
triomphe, d'extase, la transfigurait. Cette créature, déjà si belle
dans la mélancolie, s'embellissait encore dans la joie. Moins
déesse, elle apparaissait plus femme, plus jeune surtout. Une
grâce rayonnante, une fraîcheur merveilleuse, jaillissaient de son
cœur, imprégnaient ses regards, ses gestes, sa voix. Raymond la
contemplait, enivré et désespéré, tandis qu'elle baisait follement le
petit portrait.

--«Cette ressemblance!... Mais la voilà, la meilleure preuve!... Son
père... à son âge... Ne dirait-on pas le même être? Mon Dimitri!...
Mon petit Serge!... Raymond!... Est-il un bonheur pareil au mien?...

--Flavienne...» prononça tristement le jeune homme.

Elle le regarda, saisie par l'intonation. Il avait les yeux pleins de
larmes.

--«Quoi donc?» demanda-t-elle, effrayée.

--«Ce bonheur, il n'est pas le vôtre encore. Il faudra patienter,
l'attendre... le conquérir.

--Comment cela?

--L'enfant n'est plus avec moi.

--Mais...» balbutia-t-elle en pâlissant, «il est à Claire-Source,
avec ses parents nourriciers?»

Delchaume secoua la tête.

--«Mon Dieu!...»

Quel gémissement!... Où était la joie de tout à l'heure? Les mots
d'extase défaillaient... Et la malheureuse Flaviana ne retrouvait
pas immédiatement les formules de l'angoisse... Elle demeurait
muette, les mains jointes. Son charmant visage reprenait l'expression
taciturne, fermée, avec quelque chose de brusquement éteint, comme
sous la tombée d'un voile de cendre.

Il fallut pourtant que la terrible douleur, dont l'appréhension
seule la suffoquait, entrât, déchirante, jusqu'au fond de son cœur
pantelant. Le trésor qu'elle retrouvait lui était enlevé. Son
précieux petit Serge était entre les mains de Boris. Cette fois
l'homme redoutable ne se laisserait ni attendrir, ni surprendre, ni
jouer.

S'il hésita naguère à faire mourir son neveu,--pitié, crainte,
calcul, que savait-on?--il ne s'arrêterait pas aujourd'hui à des
scrupules du même genre. Quels remords n'avait-il pas dû éprouver de
sa magnanimité! Quelle fureur contre cette infime doctoresse, chargée
de jeter l'enfant à l'anonymat de l'Assistance publique, et qui, sous
toutes les menaces de la vie sociale, de l'opinion, des représailles
ténébreuses, protégea, sauvegarda le petit abandonné. Celle-là, il
l'avait supprimée, par un assassinat. Comment garder l'illusion
qu'il reculerait devant un crime bien plus facile, et qui, cette
fois, serait définitif? Ne possédait-il pas des exécuteurs de toutes
ses volontés, même les plus scélérates, des instruments dévoués,
muets, qu'il gardait sous sa main, dans l'ombre, sous prétexte qu'il
fallait une police personnelle à ce haut personnage, menacé par les
anarchistes.

«Qui sait,» pensa Delchaume--mais il n'osa le dire à Flaviana--«si ce
faux Toulénine, cet abominable traître, démasqué dans l'affaire de
la Petite-Barrerie, n'est pas un bandit à ses ordres, le ravisseur
même de l'enfant?... Que coûterait-il à un pareil misérable de tuer
un innocent de quatre ans et de faire disparaître à jamais le petit
corps léger?»

Le jeune docteur frissonna. Mais, au moment même où la probabilité le
consternait, Flaviana se redressait, soulevée par une inspiration.
Longtemps elle était restée le visage plongé dans ses mains, sans
paroles, sans larmes. L'énergique artiste n'appartenait pas à la
catégorie des femmes qui récriminent et qui pleurent. Sa dure
profession, exigeant une perpétuelle discipline, un perpétuel
entraînement du corps, et la maîtrise constante de la physionomie,
armait l'âme également chez celle-ci, qui dansait avec une si noble
passion, un véritable feu sacré.

--«Mon ami,» dit-elle, «si mon fils vit encore demain, je ferai en
sorte qu'il nous soit rendu.

--Est-ce possible?...

--Oui,» affirma-t-elle avec résolution.

--«Par quel moyen?

--Par celui-ci...»(elle regarda Delchaume au fond des yeux et proféra
lentement): «Montrer au prince Boris Omiroff un extrait de l'acte
de naissance de Serge-François, de père et mère inconnus, en marge
duquel se trouve la reconnaissance de paternité signée «Raymond
Delchaume». Cette reconnaissance ne peut être attaquée que par le
père véritable ou par la mère. Le père est mort. La mère...»

Elle se tut. Ses yeux ne se détournaient pas de ceux de Raymond, qui
la contemplait lui-même fixement. Le cœur du jeune homme battait à
grands coups. Une sourde émotion l'envahissait, qu'il n'analysait pas
encore. Il n'osait parler, à peine penser.

Flaviana reprit:

--«Serge-François Delchaume, fils du docteur Delchaume, ne portera
pas ombrage à Boris, prince Omiroff, ne l'empêchera pas de recueillir
l'héritage de Dimitri, son aîné.

--Alors,» hasarda Raymond, «vous renonceriez pour votre fils?...

--Ah! qu'on me le rende vivant!...» cria la mère avec passion.

--«Mais il serait à moi,» sourit Delchaume, «pas à vous.»

A ce mot, leurs yeux se mêlèrent encore, si tendrement, si
profondément, avec une telle confiance, et se mouillèrent de telles
larmes, que nulle explication ne fut nécessaire.

--«Il sera notre trésor, à tous deux,» murmura Flaviana. «A quel prix
vous me l'avez racheté, Raymond! Il portera votre nom plus fièrement
que celui de prince Omiroff. Et son père, j'en suis certaine,
m'approuverait.»

Un sanglot, un soupir de surhumaine émotion contre les petites mains
où il posait ses lèvres, fut toute la réponse de Delchaume. Pourtant
sa raison masculine veillait, même dans cette minute d'ivresse
sentimentale. Il émit une objection:

--«Quelle garantie donnerez-vous à Boris? Comment prouver à cet
homme, auquel échappe toute vraie grandeur d'âme, qu'une fois
l'enfant entre vos mains, vous ne poursuivrez pas une reconstitution
de son état civil?»

La jeune femme sembla perplexe.

--«Oui. Vous arriveriez à prouver que vous êtes la mère, que vous
avez donné le jour à cet enfant en état de légitime mariage, vous
attaqueriez ma reconnaissance de paternité... Vous pensez bien que
je ne résisterai pas. Or, ceci, vous êtes toujours libre de le faire.»

Flaviana courba la tête. Puis, presque aussitôt, elle la redressa
d'un mouvement fier. Les boucles sombres frémirent autour de son
front.

--«Nous verrons bien,» dit-elle. «Aujourd'hui même, j'irai trouver
Boris. J'ouvrirai la lutte. Si bien armé qu'il soit, cet homme n'a
pas la même force qu'une mère qui veut sauver son enfant.»



VII

LE VIEUX-MOUTIER


Devant le lourd hôtel de l'avenue de Messine, un coupé s'arrêta.
Modeste voiture de remise, louée au mois, qui n'attira l'attention de
personne.

Pourtant un marmiton,--douze ans peut-être, le nez en trompette,
tourné à flairer constamment les bonnes choses en équilibre sur le
crâne tondu--s'arrêta lorsqu'il vit descendre une longue, souple,
silhouette de femme. Vêtue de noir, elle paraissait drapée dans les
étoffes mouvantes, aux plis nobles. Sous son grand chapeau, son teint
mat avait une pâleur chaude de camélia. La splendeur veloutée de
ses yeux sombres se posa sur le regard hardi du gavroche à la veste
blanche.

--«Bonjour, madame Flaviana,» dit-il, sans hésiter.

Quel gamin de Paris, flânant aux vitrines des papetiers, n'avait
ardemment rêvé devant le portrait de la célèbre danseuse?

Elle eut un faible sourire,--triste, mais si indulgent, si
doux!--et, traversant le large trottoir, elle pénétra sous la voûte.

La porte cochère était ouverte. Des copeaux d'emballage, des brins
de paille, collaient, sur les dalles, aux traces noires et huileuses
d'une auto. Le véhicule coupable de ces maculatures stationnait
encore dans la cour, tout éclaboussé par la boue de ce jour d'hiver.
Preuve d'une course assez intempestive, car il n'était guère plus
d'une heure de l'après-midi.

Le concierge s'avança,--mais sans livrée ni casquette galonnée d'or.
De sa loge partaient de gros rires.

Un air d'émancipation, de débandade, flottait dans cette maison, où,
d'habitude, régnait une tenue soulignée d'arrogance.

--«Je voudrais,» dit la visiteuse, «parler au prince Omiroff.»

Le concierge roula de gros yeux stupéfaits, pendant que des têtes
glabres çà et là surgissaient, insolemment curieuses.

--«Le prince Omiroff?... Impossible! Son Excellence est partie tout à
l'heure.

--Déjà sorti!...» fut l'exclamation incrédule.

--«Pas sorti... parti,» accentua le portier. «Parti en voyage.

--Oh! est-ce bien certain?... Si par hasard... Je vous assure... Il
serait là pour moi.»

Elle voulut glisser une pièce d'or. L'homme recula.

--«Madame, c'est la vérité. Son Excellence a quitté Paris.

--Pour longtemps?» demanda la jeune femme, essayant d'affermir sa
voix.

--«Nous ne savons pas,» répliqua le cerbère,--non avec l'humilité
de l'ignorance, mais avec l'ironie contenue de celui qui ne veut
pas parler.--«Madame n'aura qu'à lire les journaux de ce matin. Son
Excellence a fait passer une note.»

Flaviana, le cœur défaillant, sortit, fit quelques pas, très
lentement, vers sa voiture.

Où aller? quelle décision prendre? L'idée de rentrer chez elle sans
accomplir immédiatement une démarche pour retrouver son enfant, lui
sembla odieuse, intolérable. Mais, en dehors d'une entrevue avec
Omiroff, tout serait vain. Et maintenant quand verrait-elle Omiroff?
Où était-il? Pouvait-elle courir après lui?... prendre un train?...
le rejoindre?...

Un journal... Elle allait acheter un journal, pour lire cette note
dont lui avait parlé le portier.

La danseuse, d'un coup d'œil, explora l'avenue. Où se trouvait le
kiosque le plus proche? Elle en aperçut un à l'angle du boulevard
Haussmann. Mais, comme elle se dirigeait de ce côté, sans même
remonter en voiture, elle eut la surprise de voir accourir un jeune
garçon qui, précisément, quittait ce kiosque, et brandissait le
_Petit Parisien_, en le lui montrant, comme s'il venait de l'acheter
à son intention.

Déjà elle avait remarqué sa physionomie bizarre, sous la voûte de
l'hôtel Omiroff. L'adolescent l'y avait suivie, la regardant avec
des yeux de braise. Peut-être allait-il la saluer par son nom,
comme le petit pâtissier. Mais il s'était tu, intimidé sans doute
par le portier rébarbatif. Lui aussi semblait avoir quelque chose à
faire dans la princière maison. Puis, se ravisant, il en ressortait
aussitôt. Habituée aux hommages naïfs des gamins de Paris, l'étoile
attendait celui-ci, qui, prévenant son désir, s'était élancé pour lui
quérir un journal. Pourtant elle s'étonnait du type sauvage: maigre
figure aux traits basanés, busqués, larges prunelles de jais, svelte
et souple corps de chat, leste à la course, mais gauche de gestes
comme d'un très jeune homme poussé trop vite. La mise était médiocre:
veston et pantalon disparates, usagés,--feutre mou, un peu roussi,
et, autour du cou, une large cravate écarlate, masquant peut-être
un linge douteux. Mais en quelle stupéfaction se changea le vague
étonnement de Flaviana, lorsque ce garçon, lui offrant le _Petit
Parisien_, chuchota:

--«La note est en avance. Le départ du prince a été simulé.»

Un cri de la danseuse:

--«Il est encore à Paris?

--Non... mais pas loin.

--Vous pouvez me dire où je le trouverais?...

--Je le crois, madame. Vraiment... je le crois.»

Gravité, sincérité des grands yeux noirs. Flaviana n'hésita pas, ne
discuta pas. N'eût-elle pas bravé tous les hasards, tous les risques
pour la plus faible chance?...

--«Allons,» s'écria-t-elle, «menez-moi. Je me fie à vous. Quant à
votre récompense, vous la fixerez vous-même, si vous dites vrai.

--Madame, il faudrait une auto... rapide... puissante.

--Qu'à cela ne tienne. Je sais où en prendre une. Montez d'abord avec
moi, dans mon coupé.»

A son cocher, elle jeta l'adresse d'un garage. L'homme toucha son
cheval et se dirigea vers l'Étoile, sans s'inquiéter du compagnon
admis par sa maîtresse à l'honneur de s'asseoir à côté d'elle dans la
voiture.

«Encore un pauvre,» pensa-t-il, «qui lui raconte qu'il a sa mère à la
mort et six petits frères et sœurs crevant la faim. Nous allons de
nouveau nous promener dans des quartiers impossibles.»

La philosophique résignation du brave serviteur fut troublée quand
«Madame» s'étant assuré la location d'une imbattable quatre-vingts
chevaux, conduite par un chauffeur de premier ordre, lui donna congé
pour le reste de la journée. Il se sentit humilié dans sa personne et
dans celle de sa jument Eurydice. Quatre-vingts chevaux!... Qu'est-ce
que ça voulait dire? C'était insulter à de braves bêtes comme la
sienne que de donner leur nom à ces sacrés outils.

Hochant la tête, maussade, il écouta les instructions de «la
patronne».

--«Retournez à la maison. Dites qu'on ne m'attende pas, même pour
dîner. Je ne danse pas ce soir. Et je ne sais pas quand je rentrerai.
Que mademoiselle Bertile n'ait aucune inquiétude. Ah!... et puis...
Si le docteur Delchaume vient, Mélanie le préviendra, n'est-ce pas?
que je lui téléphonerai aussitôt mon retour.»

La voilà, maintenant, l'étoile admirée, adorée de tout Paris, avec
son étrange compagnon, dans cette auto qui gagne la campagne, qui
file à toute vitesse.

Flaviana considère le jeune garçon. Plus elle le regarde, plus elle
lui trouve l'air d'un bohémien. Gêné, il dit:

--«Si vous voulez, madame, je monterai sur le siège, à côté du
chauffeur.

--Vous auriez froid, peu vêtu comme vous l'êtes.

--Bah! je ne suis pas frileux.»

Flaviana crut entendre: «Je ne suis pas frileuse.» Mais elle ne s'y
arrêta pas. Le jeune garçon pouvait s'être trompé de genre. Son
accent décelait un étranger. Et, en effet, tout de suite, il ajouta:

--«Dans mon pays, j'ai vu d'autres hivers qu'ici.

--D'où êtes-vous donc?

--De la Petite-Russie, près de Kasatine.

--Votre nom?

--Alexis Berditcheff.»

Il avait hésité une seconde, puis jeté très vite ce nom de
Berditcheff. C'est celui d'un bourg voisin de Kasatine, précisément.
Mais Flaviana ignorait ce point géographique.

--«Vous me connaissez?» demanda la danseuse.

--«Non, madame.»

De surprise, elle leva ses fins sourcils. Son image est plus
populaire que celle des chefs d'État.

--«Alors, pourquoi m'avez-vous abordée?

--Il m'a semblé que vous éprouviez un vrai désespoir de ne pas
rencontrer Omiroff.

--En effet.

--J'ai pensé: «Voilà une dame qui, pour un caprice, courrait au bout
du monde.»

--Un caprice...» soupira la jeune femme.

--«Je me suis dit,» poursuivait Alexis, «que, riche et impatiente
comme vous en aviez l'air, vous pourriez partir en auto, avec moi
pour guide. C'est arrivé, vous voyez.

--Vous vouliez donc partir?

--Oui.

--Pour rejoindre le prince?

--Oui. Et moi, je ne pouvais pas louer une auto.

--Qu'avez-vous affaire avec un personnage comme le prince Omiroff?»

Le ton de Flaviana devenait défiant, sévère. Le garçon à figure de
gitane, sourit:

--«N'ayez pas peur, madame. Je ne suis pas un apache, vrai! Je n'ai
pas de mauvaise intention. En deux mots, je puis vous dire...

--Allez! dites...

--Je suis dans la misère, à Paris. Je n'ai pas réussi à ce que je
voulais y faire. Voilà que j'apprends le prochain départ du prince
Boris pour la Russie. Il est bon pour ses compatriotes... Il me
rapatrierait peut-être avec les gens de son service. Ce matin, on m'a
fait voir sur le _Petit Parisien_...

--La note communiquée à la presse... J'oubliais... Laissez-moi la
lire,» interrompit Flaviana.

Elle reprit, au creux du coussin, le journal qu'elle y avait glissé,
et auquel elle ne pensait plus, distraite par son singulier cicerone.
Tout de suite, elle découvrit, en tête des échos:

   «Le plus parisien des princes russes nous quitte aujourd'hui,
   et pour assez longtemps. Le Nord-Express l'emportera vers sa
   patrie. Mais il ne s'attardera pas dans son légendaire château
   de l'Ukraine. Il reprendra bientôt le transsibérien qui, a
   toute vapeur, le conduira vers l'Amour. Or, il ne s'agit pas
   seulement, paraît-il, du fleuve de ce nom. Non loin de ses
   rives, le prince rencontrera sans doute celle qu'il va chercher
   au fond de l'Asie pour la revoir plus tôt, et pour la recevoir
   ensuite magnifiquement dans ses domaines,--la fiancée errante,
   qui revient du Japon par Vladivostock,--voyageuse de race,
   puisque fille d'Albion.

   «Une idylle moins banale, on le voit, que la classique rencontre
   à l'Opéra-Comique ou dans les galeries du Petit Palais.

   «Mais, chut!... Rien d'officiel. La discrétion s'impose.» #/

Furtivement, coulant sous ses cils charbonneux son fulgurant
œil noir, le jeune Russe épiait l'effet de cette lecture sur la
délicieuse femme aux côtés de laquelle il se trouvait assis.

«Une amoureuse délaissée,» pensait-il. «Elle soupçonne... Boris la
plaque. Quand elle aura vu ça imprimé en toutes lettres... nous
allons entendre de la musique. Et ce portier qui lui déclare que la
note est de son maître!... Pas d'illusion possible.»

Donc, il observait Flaviana. Mais sans effronterie. La flamme sauvage
de ses yeux ne trahissait nulle velléité offensante. Et son corps
mince d'éphèbe, que n'étoffait guère l'indigence du costume, se
rencoignait dans l'angle de l'auto, pour ne pas effleurer la créature
précieuse que le hasard mettait si proche.

Sa psychologie fut déçue lorsqu'il vit le visage de celle-ci
s'éclairer à mesure qu'elle parcourait les lignes de l'entrefilet.
Flaviana replia le journal et resta pensive. Elle songeait à la
fiancée de Boris, à cette grande et jolie Anglaise, si fière, si
décidée, de qui elle avait reçu la visite.

«Ah! celle-là, sûrement, est loyale. Je l'aurai pour alliée. Mais
comme elle est loin, mon Dieu! Que ce sera long!... D'ailleurs,
pense-t-elle encore devenir princesse Omiroff?... Son départ,
n'était-ce pas une rupture? L'adroite indiscrétion dans les journaux,
n'est-ce pas pour lui forcer la main?»

Le magnétique regard de son compagnon ramena Flaviana au sentiment
de la minute extraordinaire qu'elle vivait. Elle regarda les vitres,
opaques de buée. Sa main nerveuse en fit descendre une. L'air vif et
humide entra.

--«Où sommes-nous?

--Je l'ignore,» dit Alexis. «Mais le chauffeur connaît le chemin. Il
faut qu'il arrive à Mériel.

--Quelle distance?

--Moins d'une heure, à cette allure. Nous devons être à plus de la
moitié.»

La route filait entre des vergers. C'était la vallée de Montmorency,
qu'avril fait blanche de fleurs et juillet vermeille de cerises. En
ce jour de décembre, elle était brune de rameaux nus, de terre nue,
parmi des vapeurs grises, et bornée par un horizon violet. Au ciel,
de gros nuages lourds se déchiraient sur un fond d'argent criblé
d'or. On eût dit des sacs éventrés, d'où croulaient des lingots.

Dans le recueillement mélancolique de la saison, la sirène de
l'auto jetait son cri lugubre, prolongé. La folie de sa course ne
troublait pas la paix des choses. A la traversée des villages, elle
ralentissait un peu. Un chien aboyait. Une vitre s'allumait sous une
fusée de soleil oblique et rouge. Les paysannes, aux gestes lents,
tournaient à peine la tête. Puis, pendant des kilomètres, c'était
le chapelet des villas de Parisiens, avec les façades closes, les
jardinets morts, et l'exotisme saugrenu des kiosques chinois ou
hindous, éternisant là leur tristesse d'exposition universelle.

Alexis Berditcheff donnait les derniers détails de son histoire,
fausse ou vraie. Certains de ces détails firent palpiter violemment
le cœur de Flaviana. Serait-elle véritablement sur le chemin qui
la conduirait vers son fils?... L'inconnu racontait qu'étant venu
rôder sur les quais de la gare, avant le départ du Nord-Express, il
avait eu la surprise de reconnaître un camarade de son frère aîné
dans le premier valet de chambre du prince, en train d'organiser le
wagon-salon destiné à son maître. L'homme, mis en confiance par ce
qu'Alexis lui rappelait de leur enfance voisine sur les bords du
Dniéper, s'ouvrit presque aussitôt à lui:

--«Tu peux me rendre service, Alexis,» dit-il. «Mais agis
discrètement, car tu me ferais perdre ma place. Si tu te montres
malin, je réponds de t'obtenir une position chez le prince. Une
aubaine pour toi, puisque tu cherches du travail.

--«J'acceptai, comme bien vous pensez, madame,» continua le jeune
garçon. «Alors il m'expliqua que le prince ne prenait pas le train.
Lui seul, premier valet de chambre, partait, et devait l'attendre
à Liége avec le bagage personnel. Omiroff, profitant de ce que
tout le monde, et même sa maison, le croyait en route, courrait à
un rendez-vous dans une maison de campagne voisine de Paris. On ne
m'a pas dit «un rendez-vous d'amour», madame, ajouta le narrateur,
croyant discerner l'émoi de la jalousie sur le visage troublé de
Flaviana.

--Serait-ce?...» balbutia-t-elle inconsciemment. Et elle pensait:
«Une démarche tellement secrète!... S'agirait-il de l'enfant qu'il
a enlevé... Oh!... mais, c'est probable... mon Dieu!» Tout haut, la
danseuse s'écria:--«Et vous savez, vous, où s'est rendu le prince?
C'est là que vous me conduisez?... Nous y allons?...

--Je l'espère.

--Vous n'en êtes pas sûr?...

--Madame, ai-je eu tort?...

--Non... non!... Sur la moindre probabilité je serais partie...
Ah!...»

Son regard, tendu en avant, dévorait l'espace. Elle n'écoutait
plus que distraitement l'explication, d'ailleurs embrouillée, du
Petit-Russien. Le valet de chambre du prince, informé au dernier
moment, et à la gare même, qu'il devait se mettre en voyage sans son
maître, n'aurait pas été fâché de faire prévenir un autre domestique,
resté à l'avenue de Messine, et avec lequel il était particulièrement
lié. La chose était d'importance pour les deux compères. Alexis
s'était chargé de la commission.

Cet imbroglio d'antichambre ne parvenait même pas au cerveau, plein
de pensées frémissantes, de Flaviana. Sous l'influence de son
obsédante anxiété, elle demanda:

--«Mais, cette campagne?... Qu'en savait-on?... Vous a-t-on dit?...
Et qu'y venez-vous faire?»

Alexis n'hésitait pas dans ses réponses. Peu lui importait qu'elles
fussent absolument vraisemblables, qu'elles coïncidassent. L'auto
l'emportait où il voulait. Si proche du but, il ne s'inquiétait plus
d'un faux pas.

La campagne?... Rien de plus simple. Le fameux valet de chambre,
si confiant avec lui, en avait surpris le numéro de téléphone, son
maître lui ayant fait demander la communication, ce matin: le 18, à
Mériel. Ensuite, avec Alexis, ils avaient cherché dans un annuaire.
Ça s'appelle le Vieux-Moutier.--«Et voyez pourquoi je supposais
que ça ne doit pas être un rendez-vous d'amour... Paraîtrait que
le prince a dit--mon ami l'a entendu:--«Vous en répondez sur votre
tête... Pas de brutalités... Si je le trouve seulement mal en train,
ou maigri...» Enfin, on aurait cru qu'il parlait d'un prisonnier, ou
d'un cheval de course...

--D'un enfant!...» murmura Flaviana, comme malgré elle.

Et tout son corps trembla, dans la frénésie de son espérance.

--«D'un enfant... peut-être... en effet,» fit le jeune Russe,
comme éclairé par cette idée. Et, dans la précipitation de ce
qui surgissait en lui, il posa cette question,--insensée, n'eût
été sa logique secrète:--«Un enfant... de quel âge?...» Puis,
aussitôt:--«Vous seriez la mère?... Ce serait vous!...»

Dans l'auto galopante, il y eut une minute de silence,--un silence
humain, poignant, qui passait, emporté à une vitesse folle, à travers
le profond silence de la nature.

On atteignait au but de la course. La voiture venait d'escalader,
presque sans ralentir, la côte rude au-dessus de Mériel. Maintenant
elle semblait courir vers le vide. Car, au delà du plateau dénudé,
la route s'abaissait brusquement, comme coupée par un précipice. En
face, des moutonnements de forêts, une colline haute, dont la ligne
avait de la grandeur. A gauche, des lointains immenses, fondus dans
des brumes froides, sur lesquels un soleil rouge, net et rond comme
une énorme hostie, roulait, ensanglanté, mystérieux, hostile.

Les yeux élargis de Flaviana ne voyaient pas cette désolation du
paysage. Ils s'attachaient éperdument au visage de son compagnon. Ils
y virent poindre une espèce d'attendrissement, de pitié. Les noires
prunelles bohémiennes s'adoucirent. La voix chuchota:

--«N'ayez pas peur... Oh! je crois comprendre... Ce n'est donc pas
l'amour qui vous fait courir vers cet homme?

--L'amour de lui?... Non.

--Vous le haïssez?»

Flaviana n'osa répondre. A qui se livrait-elle? Dans quel piège
s'était-elle jetée? Mais l'autre reprit:

--«Bon... Vous le haïssez. Alors je puis tout vous dire... Vous êtes
une mère... Mais, moi, je suis une femme. Voilà mon secret... N'ayez
donc pas peur de moi.

--Une femme!...»

Flaviana parcourut d'un coup d'œil la silhouette gracile. L'espèce
d'étonnement physique l'empêcha de trouver un mot. Puis elle n'eut
plus le temps de parler. La créature aux yeux sauvages venait de
siffler le chauffeur, et la voiture s'arrêtait.

--«Quoi!... Où sommes-nous?

--Tout près du Vieux-Moutier, madame. Aussi permettez-moi de monter
sur le siège, à côté du mécanicien. J'aurai l'air de son aide, de
quelqu'un à votre service. Nul ne me remarquera. C'est mieux pour
vous.

--On vous connaît donc?

--On ne me reconnaîtra pas. Mais, à vos côtés, dans votre voiture, le
pauvre garçon que je parais éveillerait trop de curiosité--trop pour
vous, trop pour moi.

--Soit!... Comme vous voudrez.»

Avec un intérêt qui suspendait toute pensée, Flaviana regarda ce
svelte corps androgyne, aux mouvements vifs et souples de fauve,
qui filait, s'effaçait, puis se retrouvait sur le siège de l'auto,
redressé, correct, comme d'un inférieur qui sait se tenir à sa place.

Presque aussitôt, dans la route en pente rapide, juste à l'entrée
sombre de la forêt, une ouverture parut à gauche, et une grille
monumentale se dressa. Au delà, serpentait une allée carrossable,
entre une immense pelouse semée de groupes d'arbres et un talus
boisé. Malgré l'hiver, on avait l'impression d'une propriété
soigneusement entretenue. Contre la grille, s'appuyait une
maisonnette de concierge.

Flaviana descendit de voiture et s'avança pour sonner. Mais, tout à
coup, son cœur battit avec une telle violence qu'elle en demeura
haletante, suffoquée. Que faire devant ce qu'elle croyait apercevoir?
Un geste faux pouvait tout perdre.

Dans le parc, au tournant d'un massif, une automobile déboucha,
s'avançant vers la grille--une forte limousine, de haut luxe,
conduite par un mécanicien empaqueté de fourrures, d'un
passe-montagne et d'un masque à lunettes, comme pour un long voyage.
A côté de lui, bras croisés, un valet de pied, emmitouflé également.
Ce n'est pas l'aspect de cet équipage qui bouleversait Flaviana.
Mais, à l'intérieur, tandis que la voiture tournait, prise en écharpe
par un rayon rouge du tragique soleil de décembre, la danseuse avait
distingué nettement, comme en une vision, un enfant blond, que
tenait debout contre elle, en le caressant, une femme au costume
d'Arlésienne.

Ce fut un éclair, une image fantasmagorique, où flambait, allumée
de pourpre, la chevelure dorée de l'enfant. Puis l'auto vira, se
trouva venir de face, dans la terne atmosphère. Et Flaviana ne
la distinguait plus qu'en masse obscure, éblouis qu'étaient ses
yeux du bref rayonnement, et l'âme également sillonnée de clartés
fulgurantes.

«Mon petit... mon petit à moi!...» balbutiait son cœur.

Car,--la certitude l'aveuglait,--cet enfant était celui qu'on avait
enlevé à Delchaume.

Immobile, devant la grille, Flaviana n'osait même plus tirer
le bouton du timbre. Saisie par une espèce de fascination,
d'enchantement terrible, elle tremblait de tout dissiper par une
imprudence. Et nul projet, nul raisonnement, nulle impulsion de
ruse ou de hardiesse, ne se dessinait dans son cerveau affolé.
Involontairement, elle se tourna, comme pour chercher un secours
moral, une inspiration, vers l'étrange guide qui l'avait amenée là.

Le soi-disant Alexis n'avait pas quitté le siège de la voiture, qui
stationnait à quelques mètres. Cette femme,--puisque c'en était
une,--ne percevait pas son trouble. Ses noirs yeux sauvages,--plus
sauvages et plus noirs,--se fixaient avec intensité vers le parc,
sans doute vers l'auto, qui s'approchait sans hâte. La haine qui
en jaillissait impressionna la danseuse, même à une telle minute.
Pourtant, elle n'eut pas l'idée que cette haine menaçât l'enfant.

De la maison de garde sortit une jeune fille qui, ayant vu venir la
limousine, dans la direction du dehors, se disposait à ouvrir la
grille. Mais le mécanicien lui fit un signe, et, aussitôt, stoppa.

La superbe auto se trouvait maintenant à une cinquantaine de mètres.
Son conducteur, en descendant, comme il le fit, pour venir à pied
jusqu'à l'entrée, démasqua l'intérieur. Seulement, le miroitement de
la glace, l'ombre du talus, empêchaient Flaviana de bien distinguer
la tête blonde, dont elle voyait bouger,--avec quel frémissant
délice!--la claire chevelure.

Une voix la fit revenir à elle-même.

A travers la grille, sans toucher la poignée de la serrure, le
mécanicien au visage invisible, dont on apercevait seulement la barbe
brune, assez longue, lui demanda ce qu'elle voulait:

--«Visiter le Vieux-Moutier,» répondit la danseuse.

--«A cette saison? Et à cette heure?» fit l'autre, soupçonneux.

--«Vous en venez bien,» riposta la jeune femme, avec une vive
présence d'esprit. «Et vous ne me direz pas que vous y demeurez,
puisque c'est une ruine, tout à fait inhabitable, d'après les guides.
N'est-ce pas, mademoiselle?»

La jeune fille de la loge, ainsi interpellée, et qui restait là,
curieusement, s'esquiva sans répondre.

--«Il faut une permission de la mairie de Mériel,» objecta l'homme.

--«Êtes-vous le propriétaire, monsieur? ou le gérant?

--Qu'est-ce que cela peut vous faire, madame?

--Je vous aurais donné mon nom, et, si vous avez l'autorité de lever
une consigne...

--Vous donnerez votre nom à la mairie. Il faut une autorisation
signée du maire.

--Qu'à cela ne tienne! Alexis!» appela-t-elle.

Le jeune garçon bondit du siège.

--«Retournez avec l'auto jusqu'à Mériel. Vous demanderez une carte à
la mairie, pour visiter. Une carte à mon nom: mademoiselle Flaviana,
du National-Lyrique. Moi, j'attendrai ici.

--Vous êtes la danseuse-étoile?» demanda le sévère gardien du
Vieux-Moutier.

Elle ne s'en cacha pas. Sa physionomie trop connue lui interdisait
l'incognito. Et d'ailleurs, qu'y gagnerait-elle? Toutefois son beau
et célèbre visage n'était pas si populaire que cet individu ne
l'ignorât--à moins qu'il ne crût bon de feindre.

--«Montrez-moi,» dit-il, «quelque chose, une carte, une enveloppe de
lettre, qui me prouve que vous êtes bien la personne que vous dites,
et vous n'aurez pas besoin d'autre autorisation.»

Docile à tout--pourvu qu'on lui ouvrît cette grille, mon Dieu!...--la
jeune femme tira au hasard, de son petit sac, quelques papiers.
Quoi?... Elle ne savait... Ah! tiens, une carte postale, une
facture... Et, justement--ça tombait bien--son coupe-file... Voilà.
L'homme les saisit. Et, au lieu de les parcourir d'un coup d'œil,
il les examina minutieusement. Peut-être se donnait-il le temps de
prendre un parti.

Le cœur de Flaviana, ses yeux, tout son être se tendait vers la
grande limousine arrêtée--si près... et si loin!... Que devint-elle
lorsque la portière s'ouvrit, et qu'elle vit descendre la femme et
l'enfant?

C'était bien le fils adoptif de Delchaume, le petit François, si
souvent serré contre son sein tandis qu'elle l'appelait tout bas son
petit Serge, sans croire elle-même à cette révélation prodigieuse de
son instinct maternel.

Oh! se tenir là, tranquille et froide, ne pas crier vers lui, qui
accourrait, qui la reconnaîtrait. Comment en conserver la force? Mais
quoi! Il y avait cette grille fermée, ces gens à l'intérieur... deux
hommes... Un autre peut-être dans la maison de garde. De son côté...
qui?... Elle seule. L'autre femme... y pouvait-elle compter? Le
chauffeur de louage... un mercenaire, un inconnu.

Rapidement, elle calculait. Oh! si elle avait pu risquer une lutte
de vive force!... En attendant, elle demeurait impassible, suivant
de ses larges doux yeux sombres les ébats du petit être, que cette
Arlésienne--elle avait l'air d'une brave femme, d'une bonne nourrice
tendre--faisait un peu courir dans l'allée pour lui épargner l'ennui
de l'attente.

Tous deux d'ailleurs s'éloignaient, disparaissaient maintenant
derrière l'auto.

Un contact effleura le bras de Flaviana. Tressaillante, elle
mit quelques secondes à se rendre compte. La femme travestie,
le soi-disant Petit-Russien aux yeux de braise, lui désignait
furtivement,--avec quelle face livide, quel regard meurtrier!--celui
qui, de l'autre côté de la grille, prolongeait la lecture d'un banal
document d'identité présenté par Flaviana.

Évidemment, il se perdait dans des réflexions profondes, ce
chauffeur hermétique. Tout à fait absorbé, tenant le papier de la
main droite, il appuyait machinalement l'autre à la grille. Cette
main gauche, passant entre deux barreaux, se crispait nerveusement
sur une arabesque de fer. Et c'était sur cette main que se fixaient
à présent, avec une intensité terrible, les noirs yeux de gitane.
Telle était l'expression de la maigre face brune, que Flaviana, comme
fascinée, ne vit plus que cela: ce visage contracté d'adolescent,--de
femme,--et cette main, que regardaient ainsi les tragiques yeux
noirs. Un gant de peau de renne, couleur d'amadou, la couvrait. Et
soudain, une horreur confuse glaça Flaviana, car elle crut voir
l'index de peau s'aplatir, se casser mollement, comme s'il n'eût pas
contenu un doigt vivant, de chair et d'os.

Au même instant, quelque chose brilla, une lame de canif. La danseuse
retint à peine un cri. Sa compagne de route, avec une dextérité, une
rapidité inouïes, tranchait net le bout de ce doigt. Il y eut un
imperceptible grincement du fil de l'acier sur le fer de la grille.
L'homme qui lisait n'avait pas bougé. Il n'avait rien perçu, rien
senti. L'index de son gant était vide.

Lorsqu'il tourna la tête et leva les yeux, il ne crut pas que la
visiteuse, ni le jeune homme qu'il prenait pour un domestique,
eussent fait le moindre mouvement. Tous deux très proches de lui, ils
le touchaient presque entre les barreaux. Mais quoi d'étonnant à ce
qu'ils eussent l'allure empressée? Le jour baisserait bientôt, et si
cette visite du Vieux-Moutier n'était pas un prétexte...

--«Voici votre papier, madame. Vous allez pouvoir entrer. Mais...
sans votre voiture, n'est-ce pas?

--Est-ce que la ruine est loin?» balbutia la danseuse, qui, déjà,
faisait en pensée les quelques bonds follement agiles qui lui
permettraient de saisir son enfant.

--«Non, madame... Au bout de cette avenue, on tourne un peu à droite,
et, tout de suite, on la voit. La jeune fille du gardien vous
accompagnera, pour vous ouvrir les salles.»

Il appela.

--«Olga!»

La jeune personne reparut.

--«Madame va visiter. Ouvre-lui.»

Sur cet ordre, donné très haut, le chauffeur ajouta plus bas quelques
mots dans une langue étrangère. Puis, il tourna sur ses talons,
avec l'esquisse d'un salut, et se dirigea vers sa voiture. En
l'apercevant, qui revenait, l'Arlésienne saisit l'enfant, remonta
vite dans la limousine avec lui. Une indicible détresse s'empara
alors de Flaviana. La fille du garde rentrait dans la maisonnette.

--«Mademoiselle!... mademoiselle!...» implora une voix sans timbre,
une voix qui faisait mal.

--«Pardon, madame,» dit l'autre, revenant avec une serviable hâte.

--«Ouvrez-moi. On vous a dit de m'ouvrir.

--Mais oui... madame.»

Et elle retournait.

--«Où donc allez-vous?

--Chercher les clefs. Mon père a les clefs, là, dans notre loge. Oh!
ce ne sera pas long.»

Tout en disant: «Ce ne sera pas long», l'astucieuse péronnelle
restait là, ne bougeait plus, s'autorisait des questions de la dame
pour s'attarder. Éperdue, Flaviana tira de son petit sac sa bourse
en or. Toute prudence lui échappait. Et cependant, elle sentait
maintenant que sa mystérieuse compagne la retenait, l'avertissait,
par petites secousses, de son vêtement.

--«Cette bourse, ma mignonne, vous l'aurez. Mais ouvrez... ouvrez!

--Je ne peux pas, madame...» Et la fillette écartait ses deux mains
vides.--«Il me faut les clefs. Et encore, peut-être serai-je obligée
d'attendre mon père. C'est si dur, cette grille! Mais je vais
essayer.»

Elle disparut dans la maisonnette.

Là-bas, la grande limousine, ayant retrouvé son conducteur, se
mettait en mouvement. Mais non pour continuer vers la sortie. Elle
recula, grimpa presque sur le talus pour prendre du champ, accomplit
un court et savant virage, puis s'élança vers la profondeur du parc.

Flaviana, comme une folle, s'accrocha aux barreaux de la grille, fit
le geste vain de les secouer. L'angoisse fut trop forte. Elle cria:

--«Serge!... mon fils!... François!... C'est moi, petit François!...
Au secours!... Personne ne vient donc à mon aide!...»

Une voix dit à son oreille:

--«Laissez-moi... Laissez-moi faire!... Taisez-vous, au nom du ciel!
Contenez-vous!... J'ai compris ce qu'il a dit en russe... Écoutez...
vite... vite!... écoutez.»

Éperdue, égarée, Flaviana, de ses beaux yeux pleins de prière,
regarda l'étrange créature, cette femme qui lui semblait malgré tout
le jeune garçon dont elle avait si bien l'apparence.

--«Voilà,» reprit celle-ci. «Je connais cet homme. C'est bien à lui
qu'Omiroff téléphonait, comme je m'en suis doutée. Le prince doit
être ici. Entrez, puisque vous pensez obtenir quelque chose de lui.
Vous avez chance de le découvrir, de le rencontrer. Moi, je reste...
Et je parlerai au misérable dont j'ai coupé le gant tout à l'heure...
Vous avez vu?...

--Où lui parlerez-vous?

--Ici même. Il va revenir. Il a ordonné de laisser la grille ouverte,
après vous avoir fait attendre, pour qu'il puisse sortir à toute
vitesse.

--Alors vous ne l'arrêterez pas.

--«Je l'arrêterai,» déclara l'inconnue avec une force impressionnante.

--«Mais l'enfant... mon enfant... s'il l'emmène?...»

La femme pâlit plus encore, s'écarta, trembla. Puis se ressaisissant:

--«Tant mieux pour lui, en ce cas! murmura-t-elle. Et, après une
brève hésitation:--«Il n'y a pas d'autre tactique possible. Tenez,
madame, voici qu'on vous ouvre la grille... à moitié, pour que votre
auto n'entre pas. Je sais maintenant qui vous êtes, madame Flaviana.
Moi, je m'appelle Katerine Risslaya. Si vous ne me retrouvez pas ici
tout à l'heure, ne doutez pas de la pauvre fille que je suis. Je vous
le jure... ils expieront leurs crimes... Et ils vous rendront votre
enfant.»



VIII

PRISE AU PIÈGE


Lorsque Flaviana, que suivait la fille du portier, se fut avancée
assez loin dans l'avenue descendant aux ruines, un homme sortit à son
tour de la loge. Il vint ouvrir le second battant de la grille. Et
alors il se planta, sifflotant, au beau milieu, avec un air rogue,
comme un chien de garde, prêt à se jeter sur qui entrerait. Son
regard plein de méfiance alla du mécanicien de louage, qui dormait
sur son siège, au jeune homme que la visiteuse avait laissé là, à
l'attendre. Pour celui-ci, le regard se fit particulièrement hargneux.

--«Eh bien, mon petit père,» lui dit Katerine en russe,--et elle
ricana,--«on dirait que ma figure ne te revient pas.»

Le gaillard faillit tomber à la renverse.

--«Comment?... vous parlez... vous savez le russe, mon garçon?

--Je sais bien d'autres choses,» riposta-t-elle,--toujours avec son
mauvais rire,--«Mais ça n'est pas pour ta barbe, petit père. C'est
pour celui qui va revenir par ici, et qui sera content de les
connaître.

--Tu feras bien de ne pas te mettre sur son chemin, car il sera
pressé.

--Il trouvera le temps de m'écouter, je t'en réponds.

--Tu as du toupet, gamin.»

Le portier réfléchit un instant, puis demanda:

--«Si tu avais à lui parler, pourquoi ne l'as-tu pas fait tout à
l'heure?

--Apparemment parce que ça ne m'a pas convenu.

--Était-ce à cause de la dame? Ça n'est pas une Russe, ta patronne,
hein?

--Si on te le demande, tu diras que tu n'en sais rien,» fit Katerine,
qui possédait un répertoire abondant de ces facéties parisiennes.

Qui l'eût observée avec plus de perspicacité que ce gardien obtus,
enfermé dans ses rigoureuses consignes, se fût effrayé du contraste
entre la physionomie tendue, blêmie d'audace, de résolution, et
l'aisance vulgaire des propos.

Lorsque Katerine vit reparaître, lancée à une vive allure, la
limousine conduite par le chauffeur à la main estropiée, elle fouilla
rapidement dans une poche intérieure de son veston, et en retira à
demi un objet long, en forme de tube.

Mais, comme la voiture devenait plus distincte, tout à coup, à
travers les glaces, un reflet doré brilla... les touffes d'une
chevelure mousseuse, bouclant sous le béret d'un garçonnet.

--«Ah!» soupira Katerine, «l'enfant est encore là...»

Avec regret, elle renfonça l'objet mystérieux, et elle courut se
poster en travers de la sortie, d'où le concierge, lui saisissant le
bras, essaya vainement de l'écarter.

Pour ne pas écraser ces individus en lutte, force fut au chauffeur de
ralentir. Alors, à pleins poumons, Katerine lui cria:

--«Flatcheff, rappelle-toi les réunions avec Ivan Toulénine, chez
Pierre Marowsky. Je viens te sauver. Il faut que tu m'entendes.»

Si ces paroles émurent l'homme à qui elles s'adressaient, rien ne
s'en put deviner. Son visage restait invisible derrière le masque
formé par la mentonnière de la casquette, les lunettes, le voile.
Cependant il arrêta complètement sa machine, et se pencha, d'un âpre
mouvement, vers ce jeune homme qui l'interpellait.

Celui-ci s'avança, tout proche, retira le chapeau de feutre, dont
le bord mou, rabattu, cachait en partie son visage, et secoua des
boucles noires, qui, libérées, tombèrent, moites et luisantes, sur
son front. La bouche rouge esquissa un sourire, tandis que les
prunelles dures, pareilles à des éclats d'anthracite, luisaient
impénétrablement.

--«Katerine!...» murmura l'homme.

--«Oui, Katerine,» dit-elle. «Je viens te rejoindre. N'es-tu pas
toujours mon chef, mon maître?... Pourquoi ne m'as-tu pas dit?... Je
t'aurais aidé, au lieu de ces fous furieux. C'est à toi, à toi que
j'étais... Pas à leur imbécile de cause.»

L'homme invisible ne bougea pas d'abord. A travers leurs petites
vitres, ses yeux indiscernables étudiaient la figure ardente.

C'était vraisemblable, la basse adoration de cette créature sauvage,
à l'ignominieuse jeunesse, l'attraction servile vers lui, qui avait
dominé, conduit, maté, joué les autres! Avec quelle face de passion
avide elle l'écoutait autrefois! Mais aussi, ce pouvait être un piège.

Le crépuscule tombait sur le parc, sur les bois, sur la campagne
profonde. Au sud-ouest, une crevasse sanglante marquait la place de
l'horizon où s'était englouti le sinistre soleil. Tout se taisait.
Le portier, prudemment, s'était éclipsé, dans sa loge. Au fond de la
voiture, l'enfant dormait sur les genoux de l'Arlésienne.

--«Doutes-tu de moi, maître?» chuchota Katerine Risslaya. «Tiens,
regarde. Voici l'engin qu'ils ont fabriqué pour te mettre en pièces.
Je devais le lancer contre toi. C'est ton modèle. Tu le reconnais.
Va, prends-le. Sers-t'en pour me massacrer. Je te bénirai encore. Et
je mourrai heureuse. Car je t'aurai averti, préservé d'eux...»

Flatcheff se tourna vers le domestique, assis à côté de lui sur
le siège, et qui n'avait pas décroisé les bras, pas prononcé un
mot,--impassible comme s'il n'entendait pas le russe, que parlaient
les deux interlocuteurs. Cependant, il le comprenait. Car ce fut
dans cette langue que le faux Ivan Toulénine, l'espion d'Omiroff, le
traître de la Petite-Barrerie, lui commanda:

--«Rentre dans la voiture, Sémène. Mais laisse ta peau d'ours à
celle-ci, qui gèlerait dans son mince habit d'homme, au train dont
nous irons.»

Tandis que l'échange se faisait, Flatcheff avait saisi l'étui
meurtrier, que lui tendait Katerine. Ses doigts experts sentirent
osciller le contrepoids qui, maintenant toujours l'engin dans le
même sens, empêchait le mélange explosible de se produire. Sans
ajouter une réflexion, il plaça l'objet contre sa poitrine, dans une
pochette intérieure, avec le sang-froid de l'habitude. Car c'était
un vieux cheval de retour. Et, s'il avait pu se vendre très cher au
pire ennemi de ses anciens alliés, son expérience, ses aventures, son
audace, ses condamnations même, lui valaient cette abominable fortune.

A peine Katerine installée à côté de lui, il lança son auto à une
vitesse folle.

--«Où allons-nous?» demanda-t-elle.

Il ne répondit pas.

Cependant, comme on traversait un pont, au-dessus d'une rivière que
Katerine supposa être l'Oise, le conducteur ralentit un peu, et lança
dans l'eau, de toute sa force, pour le faire tomber au large, loin de
tout être vivant et de toute œuvre humaine, l'engin dont il avait
hâte de se débarrasser.

Bientôt après, on rentra dans les bois. La nuit de décembre s'y
amassait. Mais elle n'était pas tellement close, qu'on ne vît encore,
de temps à autre, au fond d'une allée, ou parmi le lacis triste des
arbres, les éclaboussures rouges, persistantes, du couchant. Elles
s'obstinaient, comme le sang versé, que rien ne lave.

La bruyante voiture, en s'arrêtant tout à coup, fit apparaître la
réalité lugubre. Ce fut comme si des flots de ténèbres et de silence
se refermaient sur elle.

Flatcheff descendit et fit descendre Katerine. Puis il appela l'homme
qui s'assoupissait, à l'intérieur tiède et capitonné de la voiture.

--«Sémène, arrive!»

L'autre obéit. Un gaillard au rude visage, d'une taille gigantesque,
véritable hercule.

--«Qu'allez-vous me faire?» demanda Katerine.

Et elle commença de trembler.

--«Ne crains rien, si tu as dit vrai,» proféra Flatcheff. «Mais si je
trouve sur toi la moindre chose en contradiction avec ton histoire,
nous aurons un compte à régler, ma petite. Fouille-la,» ordonna-t-il
à Sémène. «Et vas-y avec précaution, au cas où elle garde un joujou
comme celui de tout à l'heure.»

Dans l'auto, des cris d'enfant s'élevèrent. Le petit François,
réveillé en sursaut, s'effarait. De son rêve, où il revoyait sa
nounou Favier, son papa Raymond, tous les visages de tendresse, il
surgissait de nouveau brusquement dans l'étrangeté des choses et des
êtres. En ce moment, la nuit compliquait tout. Son petit cœur creva.

--«Nounou!... nounou!... Papa!... Je veux ma nounou!...»
sanglotait-il.

--«C'est moi ta nounou, mon chérubin,» chuchotait câlinement
l'Arlésienne.

--«Ça n'est pas vrai!... Tu es vilaine!... Ça n'est pas vrai!...»
criait le bambin, la frappant de ses poings minuscules.

Les petits êtres ont de ces révoltes, qui déconcertent devant des
forces tellement disproportionnées aux leurs. Ils ne connaissent ni
la prudence, ni la résignation. Et il en est ainsi des jeunes animaux
comme des jeunes enfants. Craintifs de tout, ils ne le sont pas de
la violence humaine. Sans doute, parce qu'à part de monstrueuses
exceptions, elle ne saurait s'exercer contre eux. De cela, ils ont
une singulière conscience.

François, dans son cœur de quatre ans, percevait autour de lui
l'imposture, et il en suffoquait. Bien traité, gâté, choyé même,--car
sa grâce était irrésistible,--il avait peu souffert,--après les
premières heures de désolation et d'épouvante,--parce qu'on lui
disait: «Tu reverras nounou Favier. Papa viendra te chercher demain.»
Mais peu à peu on lui tenait un autre langage. On affirmait:
«Les autres t'ont menti.»--«C'est moi ta nounou,» prétendait
l'Arlésienne. Et Flatcheff le bandit avait l'audace de déclarer à
cet innocent:--«Ton papa Delchaume t'avait volé. Il n'est pas ton
papa. Tu ne dois plus l'aimer. Je suis chargé de te conduire à tes
vrais parents.» Une indignation au-dessus de son âge soulevait alors
cette petite âme, qui ne pouvait l'exprimer. Et c'est avec la même
suffocation de fureur qu'il refusait de répondre au nom de Pierre,
qu'on prétendait lui donner.

--«Je m'appelle Serge-François. Je ne m'appelle pas Pierre,»
protestait-il.

Sa fierté, sa résistance, son énergie puérile, divertissaient ses
ravisseurs, en les attendrissant malgré eux. Au Vieux-Moutier, où ils
le cachèrent pendant quelques jours, Boris Omiroff ne put le voir,
l'entendre, sans une espèce d'émotion. Le prince ne résista pas à
la curiosité qu'il avait de cet enfant, son neveu, le fils de son
frère. Il voulut la satisfaire avant de partir pour la Russie. Et,
comme il avait d'ailleurs besoin de se concerter avec Flatcheff sur
les mesures à prendre, il combina cette expédition en auto jusqu'à
Mériel, pendant que tout le monde,--et même les gens de sa maison,
avenue de Messine,--le croyait dans son wagon-salon, emporté par
le Nord-Express. Au Vieux-Moutier, dont il s'était rendu acquéreur
plusieurs années auparavant, des chambres habitables, aménagées dans
une partie de l'ancien couvent, qu'on ne visitait pas, l'attendaient
toujours, avec un personnel restreint, mais dévoué, aveuglément
fidèle, tenu par l'argent comme par la crainte, et sans cesse à
ses ordres. Depuis l'affaire de la Petite-Barrerie, c'est là que
Flatcheff se tenait, dans une prudente retraite.

Chose plus facile qu'on ne croit: maintenir certains mystères.
Pour tout le pays, le Vieux-Moutier était un but de promenade, qui
attirait les touristes. On délivrait des permissions de le visiter
à la mairie de Mériel. Un certain va-et-vient n'étonnait donc
personne, non plus que la rigueur des consignes. La rapidité des
autos permettait aux gens enfermés là de s'approvisionner au loin. La
sauvagerie du site, sa difficulté d'accès, son éloignement, à l'orée
de la forêt, s'opposaient à tout voisinage immédiat. Nul fournisseur,
nul habitant du pays, nul visiteur, n'avait jamais pénétré dans
l'appartement secret, dont les fenêtres dominaient un débris de
cloître, qui, surplombant le vide, les masquait d'en bas, tandis que
la porte intérieure, dissimulée entre deux demi-colonnes, ouvrait
dans une galerie obscure où rien ne fixait l'attention.

Là, Boris Omiroff avait caché le fils de son frère Dimitri. Seul avec
l'enfant, il l'examina, l'étudia, le questionna. Son sang courut
plus orgueilleusement dans ses veines à constater la marque de sa
race, dans la beauté, l'intelligence, la précoce dignité du petit
être. Mais la fugace émotion fut vite noyée de haine. N'était-ce pas
là l'enfant d'une ballerine, l'étranger, l'ennemi? Ce bébé inconnu,
adversaire fragile, pourrait un jour,--qui sait?--se dresser contre
lui, et prétendre à l'expulser, lui, Boris Omiroff, du patrimoine
héréditaire. La merveille de l'Ukraine, la demeure fabuleuse où ses
ancêtres avaient reçu les tsars comme des égaux, s'évoqua, déroula
le serpentement sans fin de ses remparts, la masse énorme de ses
donjons, de ses tours, la légèreté aérienne de sa chapelle au sommet
de la colline, sa ceinture de forêts, et cette nappe d'argent que le
Dniéper étend à ses pieds, par les longues nuits du Nord, sous la
lune immobile.

Boris repoussa brutalement l'enfant, et appela Flatcheff.

--«Rends-le à cette femme d'Arles dont tu réponds,» ordonna-t-il.
«Puis reviens m'expliquer encore ton projet. Et tâche qu'il me
convienne.»

Le projet de Flatcheff convint à Boris.

L'Arlésienne, naguère venue en service à Paris, séduite par un
réfugié russe, un certain Fédor Kourgane, s'était mariée avec cet
homme, et l'avait attiré dans son pays. Là, tous deux crevaient de
faim, après avoir essayé divers métiers. D'ailleurs, mal vus et
méprisés, victimes de préjugés locaux, ils ne rêvaient que d'émigrer.
On leur fournirait les fonds nécessaires à leur passage en Amérique,
plus une somme qui serait pour eux une petite fortune. Et ils
emmèneraient avec eux l'enfant. On n'en entendrait plus parler.

--«Tu connais ces gens-là, Flatcheff?» demanda le prince.

--«Parfaitement. J'ai toujours eu l'œil sur Kourgane, à cause de
vous, Excellence.

--Était-il des complots contre moi?

--D'aucun complot. C'est un homme tranquille, trop content d'avoir
échappé aux suites d'une première affaire, où on l'avait entraîné.
Chat échaudé, il craint l'eau, même froide.

--Quel est son métier?

--Il essaie de vendre de fausses vieilleries, près des Arènes. Mais
on débine tous les trucs maintenant. Le commerce ne marche guère.

--Et la femme? Qu'est-ce que c'est?

--Mauricette?... Une bonne créature. Elle adore les mioches. Le petit
ne sera pas malheureux avec elle.

--En effet, elle a plutôt une figure plaisante. Et l'enfant semble
déjà habitué à elle. C'est toi qui l'as fait venir? Depuis quand
est-elle ici?

--Dès le lendemain de l'enlèvement du gosse. Il me fallait une
femme. Le petit clampin criait jour et nuit. La fille du garde m'a
bien aidé. Mais le citoyen n'était pas commode. Et Votre Excellence
m'avait interdit les grands moyens.

--Tu m'as obéi, au moins? Tu ne l'as pas rudoyé, ce pauvre moutard?

--Oh! ma foi non.»

Boris fixa des yeux sévères sur le cruel et sournois visage. Puis il
reprit légèrement:

--«Bast! tout ça en fera un homme. Il n'aura pas cette éducation de
poule mouillée qu'on donne aux marmots français.»

Et, rêveur, il ajouta:

--«Plus tard... Si je n'ai pas de fils... On pourra voir.

--Comment!» cria Flatcheff stupéfait. «Votre Haute Noblesse aurait
l'idée?...

--Tu n'as pas remarqué?...» reprit le prince, du même ton songeur.
«C'est tout le portrait de mon frère Dimitri.

--Oh! Excellence... Alors, les Kourgane?...

--Défends-leur de quitter Arles tout de suite.

--Quelle imprudence!

--Assez, Flatcheff. Écoute-moi. Tu vas conduire là-bas la femme et
l'enfant. En auto. Ne prends pas le train. Je te donne Sémène pour
ton service. A Arles, tu verras comment vivent ces gens, ce qu'ils
désirent. Tu m'en aviseras avant de rien décider. Je vais réfléchir.
L'Europe est assez grande pour qu'on trouve un endroit perdu où l'on
puisse les installer, les surveiller...

--Mais Votre Haute Noblesse avait résolu...

--De me débarrasser absolument de ce petit. Eh bien... Je ne sais
plus. J'y penserai... Il ressemble trop à mon frère.

--Vous le haïssiez, votre frère Dimitri. Vous avez été si content de
sa disgrâce... de sa...

--Tais-toi, vieux bandit, ou je t'écrase!...» avait crié le prince,
dans une de ces soudaines fureurs, qui montaient en lui surtout aux
minutes où il n'était pas d'accord avec lui-même.

Et comme il s'irritait de se sentir démonté, troublé, il donna à
Flatcheff un ordre de départ immédiat.

--«Que je ne te voie plus, ni le mioche, ni cette Arlésienne! Moi,
je pars, en auto également, pour rejoindre à Cologne mon personnel
et mes bagages. De là, par le Nord-Express... à Pétersbourg. Que je
trouve un télégramme de toi, n'est-ce pas? Pour la suite... attends
mes ordres. Ne bouge pas d'Arles. Je... je t'y enverrai peut-être
d'autres instructions.»

Il hésita. Puis, rapidement, très bas:

--«Tu as sans doute raison pour le petit. Mais, diable, un enfant!...
Ah! j'aurais dû avoir plus de résolution au moment de sa naissance,
quand il n'était qu'une larve informe, sans véritable existence.»

Flatcheff eut une toux brève. Les regards des deux hommes se
croisèrent, puis se détournèrent aussitôt.

C'est moins d'une demi-heure après cette conversation que Flatcheff,
précipitant son départ, avait rencontré Flaviana à la grille. Comme
le parc ne possède pas d'autre sortie possible pour une auto, à cause
des accidents de terrain, des hauteurs, des déclivités abruptes,
c'est à cette même grille que Flatcheff revint, après avoir donné le
change à sa visiteuse.

L'apparition de Katerine, tout d'abord, le terrifia. Comme tous les
êtres capables de trahison, cet homme était lâche. En outre, quelle
stupeur! Avec ses maquillages savants, la transformation complète de
sa physionomie, sa retraite au Vieux-Moutier, la légende de sa fuite
à l'étranger établie par la police, la protection dont l'entouraient
les agents russes aux ordres d'Omiroff, comment imaginer qu'à peine
sortie de prison, une de ses victimes se dresserait en face de
lui?... Accablante minute. Katerine eut tout le loisir de jeter la
bombe, là, dans l'avant de l'auto, aux pieds mêmes du conducteur.
Avec quelle joie forcenée elle eût accompli l'acte! Peu lui
importait sa vie, à elle. Ainsi, elle sauvait Tatiane, à qui le
sort attribuerait peut-être le dangereux rôle, l'œuvre de justice,
l'anéantissement de l'abominable agent provocateur. Oui, elle sauvait
Tatiane. Et elle la vengeait. Elle vengeait la fiancée de Pierre
Marowski, séparée pour cinq ans,--peut-être pour toujours: leur vie
était si hasardeuse!--de celui qu'elle aimait. Quelle tentation!...
Mais elle avait aperçu l'enfant dans la voiture. Elle n'avait pas
voulu lancer l'horrible engin. Et alors une autre idée lui était
venue. Elle ne se souciait guère de la cause, ni du martyr déchiqueté
à la Petite-Barrerie, ni de l'exemple, terrifiant pour les traîtres,
que devrait être le châtiment du faux Toulénine. Tatiane... Il n'y
avait que Tatiane. C'est pour elle que Katerine avait trouvé en soi
de telles ressources d'adresse et d'audace. Pour elle que, sous des
vêtements d'homme, qui la rendaient à la fois méconnaissable et
plus alerte, la sauvage fille avait rôdé, épié, guetté,--souple,
cauteleuse, comme une maigre louve des steppes.

Ce matin, à la gare du Nord, elle avait eu cette chance de
reconnaître dans le valet de chambre du prince, un garçon de son
pays, et elle l'avait conquis tout de suite en se faisant passer
pour le jeune frère d'un ancien camarade à lui, en rappelant ces
choses d'enfance, de village natal, auxquelles nul cœur ne résiste.
Katerine, grâce au coup de téléphone, à l'indication de l'annuaire,
identifia cette retraite campagnarde, qui devait être la maison
mystérieuse du prince. Là, sûrement, se terrait le Judas de la
Petite-Barrerie, Toulénine-Flatcheff, le sinistre factotum d'Omiroff.
Mais comment se rendre là-bas? Comment y arriver à temps? Car, sans
doute, le maître et le misérable valet repartiraient ensemble pour la
Russie. Katerine, désespérée, ne possédait même pas sur elle de quoi
prendre le train. A tout hasard, elle courut à l'hôtel de l'avenue
de Messine. Du moins, elle pénétrerait dans cette demeure, elle s'y
assurerait ses entrées en se liant avec l'ami du valet de chambre,
auquel celui-ci l'adressait. Sur le seuil, elle avait rencontré
Flaviana.

Et voici pourquoi, quelques heures plus tard, entre les futaies
pleines de nuit, sur la route forestière entrevue dans le cercle
lumineux des phares, à côté de l'auto, où gémissait et s'encolérait
une voix enfantine, Katerine, en face de Flatcheff et de Sémène, crut
sa dernière heure venue.

On la fouilla consciencieusement. Les deux gaillards à qui elle avait
affaire ne se souciaient guère d'épargner sa délicatesse féminine.
A vrai dire, ils ne s'occupèrent pas plus de ce détail que si elle
avait été le garçon dont elle portait le costume. D'ailleurs, ce
n'était pas cela non plus qui pouvait contrister ou effaroucher la
pauvre fille. Hasardeuse créature, elle en avait vu bien d'autres.
Rester vivante. Ne pas livrer les secrets de Tatiane. Atteindre
le terrible but dont elle s'hypnotisait. Voilà ce qui tendait et
enflammait l'âme primitive, dans ce corps précocement usé, que
maniait la hardiesse indifférente d'un chenapan et d'un larbin.

Quand Flatcheff se fut bien assuré que les vêtements masculins de
Katerine Risslaya ne cachaient aucun explosif, aucune arme, aucun
papier inquiétant, qu'elle s'était vraiment livrée à lui sans
possibilité de lui nuire, ou même de se défendre, sa prudence accepta
ce dont tout d'abord sa vanité s'accommodait. Cette fille était
demeurée entièrement sous sa puissance. Il l'avait fanatisée. Elle
revenait à lui, aussitôt libre. Et, pour lui plaire, elle trahissait.
Quoi de plus acceptable pour un être pareil? La vilenie des autres
semblait de toute évidence à sa propre vilenie. Et, suivant sa
logique, une Katerine Risslaya, ramassée dans la boue par Tatiane,
devait se retourner tôt ou tard contre sa bienfaitrice. Il eut un
rire de joie affreuse, dont se troubla le sommeil des beaux arbres
fiers, aux branches desquels se fixaient une à une, brodées par une
fée mystérieuse, les petites étoiles du givre.

--«Eh bien, Katinka, tu es une fameuse luronne. Bravo, ma fille. Tu
n'y perdras rien. On ne manque pas de braise au service d'Omiroff.
Excepté ici, où elle ne chauffe guère...»

Et il rit plus fort, de son à peu près sur le mot «braise», qu'il
venait de prononcer en français.

--«On gèle,» ajouta-t-il. «Mais grimpe tout de même sur le siège, à
côté de moi. Car j'ai encore à te parler. Tout à l'heure, Sémène te
cédera la place à l'intérieur.»

Lorsque, de nouveau, la voiture dévora la route, Flatcheff soumit
Katerine à un interrogatoire, sur la façon dont elle l'avait
retrouvé, sur ce qu'elle connaissait de Flaviana, et quelle était
l'idée de cette femme en se présentant au Vieux-Moutier.

--«Si c'est une ancienne bonne amie de Son Excellence, qui venait
pour l'embêter, elle se sera cassé le nez,» observa-t-il. «Il
faudrait être plus maligne qu'elle n'en avait l'air pour découvrir
notre petit père Boris Wladimirovitch dans son monastère. Quand ce
diable-là se fait ermite... ah! ah...»

Flatcheff riait encore. Décidément, il était très gai.

«Tu ne le seras pas longtemps, misérable!» pensait la sombre fille,
assise à son côté sous la même lourde et chaude peau d'ours.

Elle s'étonnait qu'il ne parlât pas de Flaviana comme de la mère
du petit garçon, qui, maintenant couché sur la banquette, dans
les vêtements de laine et de fourrure, dormait, derrière eux, du
profond sommeil de l'enfance. Mais le suppôt du prince, au moment
de la naissance secrète, confiné à son rôle de valet complice, ne
possédait pas encore l'autorité du faux Toulénine. On ne lui confia
que ce qu'il devait savoir pour ses diverses missions, dont l'une fut
d'aller enlever la jeune doctoresse. Lorsque, plus tard, le prince
lui avoua qu'il s'agissait de son neveu, Boris ne revint pas sur
la personnalité de la mère. «Une cabotine,» dit-il simplement. Car
l'orgueilleux grand seigneur gardait à son immonde acolyte tout le
mépris indispensable, ne s'ouvrant à lui que suivant l'occasion, par
nécessité ou par caprice.

Pendant des heures, l'auto dévora les chemins, crevant le noir sans
fin des campagnes taciturnes, traversant à un galop de foudre,
avec des clameurs de bête furieuse, les villages ensommeillés.
Puis, on stoppa dans une ville, plus muette et vide qu'un décor de
rêve, devant un hôtel dont Katerine, sous une lanterne, discerna
l'enseigne: _Hôtel du Chevreuil_, avec la forme vague d'un
quadrupède, qui s'effaçait sur la tôle délavée. Un souper était
servi, des chambres prêtes.

Quand les voyageurs se séparèrent pour dormir, Flatcheff dit à
Katerine:

--«Ma fille, tu vas partager la chambre de Mauricette et du petit.
Comprends-moi bien. J'ai cru tes boniments. Toutefois la prudence
et mes consignes m'ordonnent d'agir comme si je me méfiais. Donc, je
suis responsable de ce que tu feras, et je te garde. Ça doit te faire
plaisir. Mais tant que tu seras sous ma coupe, tu ne communiqueras
avec personne. Si l'on te surprend écrivant un mot, glissant un
papier, faisant un signal, on m'avertit, et je te casse la tête.»

Pour achever ce discours, Flatcheff enleva son espèce de
passe-montagne, ses lunettes, avec le demi-voile où elles
s'incrustaient. D'un geste qui fit horreur à Katerine, il arracha
même sa barbe.

La malheureuse fille contint un cri de répulsion. Elle reconnaissait
le visage infâme,--le faux Toulénine qui leur prêchait la guerre
sociale, la propagande meurtrière, l'audace héroïque.--Elle le
voyait face à face, l'apôtre qui trouvait des accents enflammés pour
soulever leurs âmes, dans la mansarde de Pierre Marowsky, et qui
n'était que ce reptile hideux, ce scorpion rampant, gonflé de venin:
un agent provocateur.

L'homme eut son ignoble rire:

--«Comment me préfères-tu, la belle? En Toulénine ou en
Flatcheff?--Au fait, c'est vrai: tu es amoureuse de moi. C'est
enivrant... Et je te ferais bien les honneurs de mon beau
physique,--avec ou sans barbe,--je te recevrais volontiers dans
l'intimité, Katinka de mon cœur... Seulement, pas cette nuit. Pour
quelque temps encore, j'aime mieux avoir, auprès de toi, les yeux
ouverts que fermés. C'est donc Mauricette qui aura le privilège de
voir émerger de cette défroque de mâle ta gracieuse forme féminine,
et de dormir en ta compagnie.»

Il reprit un sérieux terrible pour ajouter, sortant de sa poche un
revolver:

--«Et, je te le répète... Je saurai tout... Si quelque chose ne me
paraît pas clair, tu pourras faire tes paquets pour l'autre monde.
Rappelle-toi que, pour Bibi» (il se désigna d'un air de fatuité
canaille), «c'est tout bénéfice d'exterminer de la bonne petite
vermine comme toi. Le patron m'en saurait gré, la police itou. Je ne
risquerais pas un cheveu. Tiens-toi donc pour avertie.»

Ce fut tellement sinistre, cet avertissement, reçu sous le canon
braqué du revolver, dans le corridor du louche hôtel provincial, où
l'humidité sentait le moisi, où l'on devinait des mouchards embusqués
derrière les portes, que Katerine, malgré son fatalisme et sa
résolution, frissonna.

La vue du bel enfant, au sommeil paisible, près de qui elle passerait
la nuit, fut alors d'une telle douceur pour la malheureuse, que les
larmes lui en vinrent aux yeux, à elle qui, depuis si longtemps,
n'avait pleuré.

Comme elle les contenait, d'un battement de paupières, elle rencontra
le regard de Mauricette, l'Arlésienne. La gêne anxieuse de ce regard
l'étonna. Elle dit brusquement:

--«Vous savez bien que je suis une femme, comme vous, malgré ces
frusques. Vous ne pouvez pas avoir peur de moi, puisque vous êtes
chargée de m'espionner.

--Oh! vous espionner...

--Enfin...

--Ça n'est pas mon métier. Kourgane, mon mari, m'a recommandé
d'obéir... J'obéis. Sans ça... Mais il y a une chose qui m'occupe...

--Laquelle?

--L'enfant qui est là... ce petit amour... Vous ne pensez pas, dites,
qu'on veuille lui faire du mal?

--Quoi!» s'écria Katerine amèrement. «C'est vous qui me
questionnez!... Et l'on m'a mise sous votre surveillance, comme si
l'on se défiait de moi.»

Elle équivoquait prudemment. Mauricette Kourgane mit un doigt sur ses
lèvres.

--«Quoi que nous disions,» fit-elle, «je crois sage de parler très
bas. Je n'aime pas beaucoup ce qui se passe. Et l'on nous offre trop
d'argent pour que ce soit de la fameuse besogne. Mais c'est l'affaire
de mon homme, de Fédor. Tout ce que je sais, c'est qu'on m'a mis ce
chérubin dans les bras, et qu'il faudra me couper en morceaux avant
que de lui faire du mal.

--Pour ça, je serai avec vous, de tout mon cœur,» s'écria Katerine.

Les deux femmes se sourirent. Leur défiance mutuelle tombait un peu.
Pourtant, ni l'une ni l'autre n'osa se livrer. Et elles n'en dirent
pas davantage. Seulement, avant de se coucher, elles se penchèrent
ensemble vers le petit Serge-François.

L'Arlésienne avait mis l'enfant dans son lit, à elle,--un de ces
vastes lits de province, où elle s'étendrait à côté de lui sans
même le réveiller. Il dormait, le visage tout rose dans ses cheveux
blonds, un petit bras rejeté au-dessus de sa tête, avec la menotte à
demi ouverte. Ses longues paupières mettaient, sur les joues un peu
ardentes, l'ombre large de leurs cils. Entre les mignonnes lèvres,
d'une merveilleuse fraîcheur, les dents laiteuses brillaient.

Sous la contemplation des deux femmes, il eut un léger soupir,
s'agita, nerveux, puis retomba dans sa paix émouvante.

--«Mignon!...» dit l'une.

--«Petit trésor!...» fit l'autre.

Même écho de maternité, vibrant sous la ronde poitrine de la paysanne
arlésienne comme dans le maigre sein flétri de la vagabonde des
steppes et des bouges. Lien qui les unit toutes. Partout, toujours,
devant tout enfant, les femmes sont mères. Ces deux-là, parce qu'il
y avait un petit être abandonné, se sentirent en alliance secrète.
Elles se souhaitèrent le bonsoir presque avec amitié.

Le lendemain, ce fut de nouveau la course en auto, folle,
abasourdissante, ne laissant même pas dans les cerveaux engourdis le
ressort nécessaire à la réflexion. Toute la journée, on longea le
Rhône. Dans l'intimité de la voiture, en la préoccupation commune de
distraire l'enfant, quand il ne sommeillait pas, la vague sympathie
ébauchée la veille au soir s'affirma entre Mauricette et Katerine.
L'Arlésienne disait:

--«Vous êtes donc Russe, comme mon homme?» Et elle ajoutait, la voix
niaise:--«C'est-y aussi dangereux pour les femmes d'être Russe...
Parce que, lui... il en a, du micmac et de l'embêtement!...»

«Si elle n'est pas tout à fait ignorante et naïve, elle est très
forte. Ne nous livrons pas,» pensait Katerine.

Aussi, lorsque Mauricette, berçant le bébé sur ses genoux, soupira:

--«Pauvre ange!... Est-ce beau?... Dire qu'il a peut-être une
maman... ce chérubin-là!...»

L'autre, bien que remuée par l'accent sincère, se garda bien de
raconter comment elle avait surpris ce qu'elle croyait être un secret
redoutable pour Flaviana.

Malgré l'intention manifestée par Flatcheff de coucher la nuit même à
Arles, dût-on y arriver très tard, une panne les força d'y renoncer.
A plus de deux heures du matin, ils se trouvèrent en face d'Avignon,
rompus, épuisés, et le courage leur manqua pour aller plus loin.

Cette fois, point de gîte retenu, prêt à les recevoir, point
d'hôtelier complaisant. Ayant traversé le Rhône sur le pont
suspendu, et pénétré en ville par la porte de l'Oulle, tout de suite
ils se trouvèrent place Crillon. Là, devant la façade cossue, les
lanternes allumées toute la nuit, la porte cochère accueillante d'un
hôtel, ils ne pensèrent plus à rien qu'à la joie de quitter leur
trépidante voiture, et d'étendre leurs membres crispés sur des lits
immobiles, entre des murs silencieux.

Dans le va-et-vient que causa leur arrivée, le domestique Sémène
se trouva seul, un instant, avec Katerine Risslaya,--du moins seul
Russe, car c'était dans la cour, où le garçon de remise l'aidait à
ranger l'auto, tandis que sa compatriote revenait chercher quelques
effets de l'enfant, oubliés dans la voiture.

Rapidement, le grand valet de pied sussura en petit-russien à
l'oreille de Katerine:

--«N'oubliez pas de mettre vos chaussures à la porte, ce soir.
Et demain, quand vous serez bien seule, regardez sous la semelle
intérieure...»

Vivement elle leva les yeux. Mais déjà l'impassible valet s'était
détourné, et prenait des mains du garçon un seau d'eau, dans lequel
il trempait la longue brosse pour nettoyer les roues de la voiture.

Katerine Risslaya ne s'endormit pas.

Le matin, elle fut debout avant les autres. Aussitôt, elle ouvrit
la porte, sur le couloir. Les chaussures n'avaient pas encore
été remises en place. Lorsque enfin elle eut les siennes, elle
ne se trouvait pas seule, et ne réussit pas à l'être un instant
jusqu'au départ. Il lui fallut donc remonter dans l'auto sans avoir
l'explication des singulières paroles. Elle chercha les yeux du
moujick, et ne les rencontra pas.

«Une épreuve...» se dit-elle. «Un piège que me tend Flatcheff. Ne
nous y laissons pas prendre.»

Malgré tout, par instants, ses orteils, nerveux, s'agitaient dans ses
souliers, et elle appuyait fortement le pied par terre. Qui sait?...
Là, peut-être, gisait un secret qui changerait la face des choses.

Ce fut seulement à Arles, chez les Kourgane, qu'elle put satisfaire
son anxieuse curiosité.

Dans la rue du Refuge, près des Arènes, ils habitaient une petite
maison, avec un bout de jardin,--ou plutôt un enclos poussiéreux,
tout encombré de vieilles pierres, de statues mutilées, de débris
de chapiteaux, dont Fédor faisait commerce. Au rez-de-chaussée du
logis, une salle en désordre, vrai capharnaüm, offrait aux clients,
sous prétexte d'antiquités, des vaisselles ébréchées, des japoneries
de bazar, des bibelots Louis-Philippe, des dentelles et des soieries
fanées, revendues par des caméristes de cocottes, et surtout de la
pacotille allemande, boîtes, tabatières et pendules à musique, dont
le mauvais goût et la bizarrerie s'imposaient à quelques flâneurs
ignares comme étant «de l'époque», sans que jamais ils songeassent à
demander: «Laquelle?»

L'unique étage se trouva suffisant pour loger les nouveau-venus.
D'ailleurs, Flatcheff ne réclamait qu'un minimum d'espace, pour mieux
exercer sa surveillance.

Katerine se sentait, sous le regard de cet homme, telle qu'une
hirondelle sous l'œil d'un épervier.

«Tant pis!» se disait-elle. «Me voilà donc liée à lui jusqu'à la
minute favorable où il me sera possible de le tuer. Je ne pourrais
pas servir Tatiane autrement, ni révéler à Flaviana ce qu'ils
vont faire de son fils, car je serais prise, et peut-être lynchée
sur-le-champ par ces gens-là. Mais si je lui avais jeté la bombe,
et qu'elle m'eût démolie en même temps, comme c'était probable, le
résultat aurait été le même. Du moins, j'aurai épargné cet amour de
petit mioche. Pauvre môme!... Il est si beau qu'on ne voudra jamais
lui faire du mal.»

C'est en quoi Katerine se trompait. Mais elle n'y songeait pas en ce
moment, où, tremblante d'émotion et de stupeur, elle retirait de sa
chaussure un papier adroitement glissé par Sémène sous la doublure de
la semelle, légèrement décollée. Elle lut:

   «_Pierre Marowsky s'est évadé. Il sait où vous êtes. Vous le
   verrez bientôt._»

L'ivresse et la frayeur bouleversèrent également Katerine. La pensée
de Flatcheff surprenant ce papier l'affola tellement que, sans
réfléchir, elle le déchira, le mâcha, l'avala. Ensuite elle frémit à
l'idée:

«C'est lui qui me donne cette fausse nouvelle. Il attend... pour voir
si je la lui apporte.»

Quelle alternative!... quel doute!... Et la réflexion même lui était
interdite. Impossible de s'attarder. Son geôlier était aux aguets.
Mais un éclair l'illumina. Depuis ce matin... Oui, depuis ce matin,
où le papier avait été mis là, jusqu'à maintenant... Flatcheff... Il
aurait dû la considérer plus curieusement, s'étonner qu'elle n'eût
pas lu encore, lui en faciliter l'occasion.

Un sourd espoir, tellement prodigieux qu'elle s'efforçait de le
refouler, de ne pas trop l'entendre, s'insinuait... Pierre Marowsky
en liberté... Tatiane heureuse... Et ces deux êtres, pour qui
elle était prête à mourir, reliés à elle, sachant tout d'elle,
mystérieusement. Mais alors?... Sémène serait d'accord avec eux? Qui
donc était-il, en réalité, ce domestique muet, qui paraissait, sous
les ordres de Flatcheff, un si modeste comparse?



IX

L'ALLÉE DES TOMBEAUX


Ce soir-là,--un soir d'hiver, mais que le climat de Provence faisait
doux comme plus d'un soir de l'été parisien, trois hommes fumaient,
causant à voix basse, dans le jardinet des Kourgane.

C'était Flatcheff, en compagnie du marchand d'antiquités et de Sémène.

Assis sur des pierres, ou sur le sol, contre un grand débris de
portique, ils échangeaient des propos qui semblaient les effrayer
eux-mêmes. Car les mots s'égrenaient, difficilement, en monosyllabes,
chacun des interlocuteurs attendant qu'un autre s'expliquât. Dans
l'ombre très noire de la maison et du portique,--d'autant plus
noire qu'alentour tout était bleu de lune,--on ne distinguait que
les étincelles rougeâtres, intermittentes, d'une cigarette et de
deux pipes. Autour des trois nocturnes causeurs, c'étaient des
gestes estropiés de statues, des bras dressés, des torses érigeant
leurs épaules sans tête, des jambes lancées dans une course que ne
ralentissaient plus le fardeau du corps, des colonnettes, des stèles,
des feuilles d'acanthe. Marbres soi-disant antiques, et qui, sous la
lune, prenaient la blancheur savonneuse du carrare fraîchement tiré
de sa montagne. L'encrassement artificiel ne résistait pas à cette
neigeuse clarté. Heureusement, ce n'était pas l'heure d'en faire
accroire aux Anglais de passage. On s'occupait à une autre besogne
chez Fédor Kourgane.

Le marchand demandait, de cette voix involontairement étouffée que
prennent les gens qui ont peur de ce qu'ils disent:

--«Tu es sûr, Flatcheff?

--Absolument sûr.

--Ma femme m'avait dit...

--Tu vas écouter les femmes, maintenant!...

--Paraît qu'il avait l'air de s'y intéresser.

--Quand on a une épine dans le pied, je te réponds qu'on s'y
intéresse.

--Pas comme ça.

--Ai-je ses ordres, ou non?

--Il te l'a dit, positivement?

--Positivement?...» répéta Flatcheff, qui ricana. «On voit bien,
Kourgane, que tu n'as jamais été dans la confidence d'un barine.
Avec les seigneurs, c'est en les devinant qu'on se fait bien
venir, surtout pour des histoires de ce genre. Mais, tout empoté
que tu sois, tu aurais compris, si tu avais entendu le prince
crier:--«Allez!... partez... emmenez le petit et son Arlésienne de
malheur... Que je ne les voie plus!...»

Dans l'ombre les voix se turent. Les blanches statues mutilées
semblèrent frémir. Mais c'était une vapeur qui passait sur la lune.
Il y eut aussi comme un froissement imperceptible, dans le coin le
plus ténébreux, en arrière du portique. Un seul des trois hommes
l'entendit, ou du moins s'en inquiéta. Ce fut Sémène, le valet
silencieux.

Il se leva nonchalamment, fit deux pas comme pour se dégourdir,
puis un troisième pour cogner sa pipe contre l'angle d'une pierre,
et la vider de sa cendre. Ce troisième pas l'amenait à l'extrémité
du portique,--un bout de mur plein, avec des colonnes engagées.
Vivement il regarda derrière. D'abord il ne distingua que du noir.
Mais aussitôt se dessina une face pâle, où luisait un regard
affolé. Une autre pâleur maintenant: deux mains qui se levaient,
qui se joignaient en un élan de prière. Sémène, toujours muet, vint
reprendre sa place.

Flatcheff déclarait, après un blasphème:

--«Ah! il sera bien content quand la chose sera faite. Et moi
donc!... Pensez-vous que j'aie la vocation de devenir bonne d'enfant?
Cependant, je ne ferai plus autre chose que de veiller sur ce damné
moucheron tant qu'il existera. Moi qui veux rentrer en Russie, et
jouir enfin du fruit de mes peines. J'ai assez trimé... J'ai assez
risqué ma peau. La preuve c'est que je ne la rapporte pas tout
entière...»

Hors de l'ombre, dans le rayon de la lune, une main s'étendit, à
laquelle manquaient le pouce et deux phalanges de l'index. Chair
amoindrie entre les marbres brisés. Seule mutilation historique,
authentique. Un Anglais en eût certainement réclamé le moulage.

Le colloque dura encore un moment. Flatcheff expliquait son projet...
Et quelle facilité, quelle sécurité! Aucune trace... rien.

--«Justement, toi, Kourgane, tu es outillé... Tu as des instruments,
des leviers, des cordes. C'est ton affaire, soulever des blocs de ce
genre.

--Eh bien, et ces bras-là,» observa Sémène en se tapant les biceps.
«On peut se passer d'outils avec ça.»

Kourgane objecta:

--«Mais ma femme, Mauricette?... Comment lui enlever son moutard?
Elle en raffole déjà. Comment empêcher qu'elle nous suive?

--Bah! c'est la moindre des choses. N'a-t-elle pas confiance en
Katerine? C'est Katerine qui trouvera le prétexte. Elle nous amènera
le petit, au bon endroit, au bon moment.

--On peut compter sur Katerine?...

--Je la tiens,» proféra Flatcheff, avec un sifflement qui soulignait
étrangement ces trois mots.

Un frisson, un soupir glissèrent contre la pierre du portique. Sémène
toussa brusquement, et s'écria:

--«Voilà le vent qui se lève.»

Et il ajouta très haut, comme s'il donnait un ordre, lui, le pauvre
être de servitude:

--«Allons! il faut rentrer.

--Qu'est-ce qui te prend? Tu as peur de t'enrhumer?» firent les
autres, en se tordant de rire.

Cette nuit-là, Katerine, tout comme Flatcheff, qui jouait au maître,
mit ses chaussures dehors, pour que le domestique les brossât. Chez
les Kourgane, elle aidait Mauricette au ménage. Car elle avait repris
des vêtements de femme,--les uns prêtés par son hôtesse, les autres
parcimonieusement payés par son tyran. Elle nettoyait ses chaussures
avec celles de l'autre femme et de l'enfant. Mais, ce soir, elle
risqua la tentative de les mettre à sa porte. Et l'anxiété du
résultat fut telle que, dans la maison endormie, elle se leva, sans
allumer de lumière, et s'en alla tâter le plancher du couloir, au
profond des ténèbres, pour savoir si l'on avait emporté ses souliers.

Elle ne les trouva plus. Sémène avait dû les prendre avec ceux de
Flatcheff.

Sémène... Qu'était-ce que cet homme?... Nul doute qu'il ne l'eût vue,
tout à l'heure, qu'il ne l'eût surprise aux aguets, l'oreille tendue
à la conversation terrible. Un instant, elle s'était crue perdue.
Il allait parler, révéler sa présence, son espionnage. Flatcheff la
tuerait sur-le-champ. Ah! qu'il la tuât du coup, sainte Vierge! qu'il
ne la réservât pas pour une lente vie de tortures!... Mais, tandis
que la rude créature, malgré son énergie, défaillait d'effroi, elle
entendit les sinistres causeurs poursuivre leur conciliabule, sur
le même ton, sans que rien les interrompît. Sémène se taisait...
d'une complicité tacite avec elle. Était-ce possible? Et alors...
L'avertissement serait vrai?...

Le matin suivant, Katerine, en inspectant ses chaussures, vit, du
premier coup d'œil, que la semelle intérieure avait été soulevée.
Quel émoi! quelle palpitation du cœur! Un minuscule papier apparut,
où se distinguaient de fins caractères russes.


«_Consentez à tout. N'ayez crainte. Celui qui paraît commander obéit
à son destin_.»


Un désappointement étreignit Katerine. Cet ordre: «_Consentez à
tout_,» la troublait. Consentir à quoi? Même à l'effroyable crime
entrevu: l'assassinat d'un enfant? Que lui dirait-on d'autre pour
s'assurer qu'elle n'entraverait rien? Pas un mot sur Pierre Marowsky,
cette fois. S'il était libre, s'il s'entendait avec Sémène, pourquoi
n'accourait-il pas? Et cette phrase: «_Celui qui paraît commander
obéit à son destin_,» que signifiait-elle? Elle semblait viser
Flatcheff. Mais ce pouvait être aussi bien quelque ironique formule
de résignation.

Katerine fit disparaître ce papier comme le précédent. Mais ses
dents, qui le déchirèrent, n'y trouvèrent pas la même violente saveur
d'espérance.

Vers la fin de l'après-midi, comme le jour déclinait,--dans un
ciel pur, d'un bleu qui pâlissait sans perdre sa transparence de
cristal,--Flatcheff dit à Katerine:

--«Viens te promener un peu avec moi. J'ai à te parler.»

Étonnée, vaguement inquiète aussi, elle quitta, côte à côte avec lui,
la maison des Kourgane.

--«Écoute,» lui dit-il. (Il parlait le dialecte petit-russien, et
par conséquent ne se préoccupait guère des passants, d'ailleurs bien
rares.) «Le moment est venu de montrer que tu m'es dévouée.

--Tant mieux!» fit-elle, tandis que la flamme de ses yeux noirs se
baissait vers le pavé.

--«Observe bien le chemin que nous suivons,» reprit Flatcheff, «tu le
referas ce soir. C'est pourquoi je t'emmène à la brune, pour que les
choses aient le même aspect. La lune luira. Tu verras donc presque
plus clair que maintenant. Nous n'allons pas loin. Fais attention.
Il ne faut, quand tu reviendras seule, ni te tromper, ni questionner
personne.»

Afin de laisser librement s'exercer sa faculté d'observation, l'homme
ne lui parla plus.

Ils tournèrent les Arènes, suivirent un dédale de petites rues, puis
se trouvèrent sur une large avenue. Quelques feuilles persistaient
encore sur les micocouliers, plantés en double rang, le long de
chaque trottoir. A travers les branches, vers le couchant, le ciel
paraissait en or. La lente vie méridionale arrêtait sa nonchalance
sur les bancs poussiéreux, dans le soir tiède. Des gamins, jouant au
bouchon, regardèrent avec stupeur les deux Russes, qui traversaient
en ligne droite, sans se soucier de les interrompre. Des indigènes
eussent fait le détour, si encore ils ne se fussent attardés à juger
les coups.

Au delà de l'avenue des Alyscamps, une espèce de sentier, tout de
suite, les conduisit dans un endroit sauvage. Des eucalyptus, avec
leur feuillage métallique et sombre, faisaient brusquement la nuit.
Les pieds butaient sur un terrain inégal. A gauche, Katerine vit
s'ouvrir en contre-bas une espèce d'esplanade herbue, et briller
l'eau d'un réservoir. Puis la pente s'accentua. Par une barrière
ouverte, on franchit la voie du chemin de fer. Quelques pas encore...

Katerine s'arrêta, exhalant une exclamation,--saisie par l'étrangeté
de la perspective,--un peu terrifiée, mais surtout bouleversée, au
fond de son âme sauvage, par une involontaire admiration. Émouvante
poésie, capable de l'arracher à elle-même, dans une telle heure! Des
arbres, des pierres sépulcrales, une église en ruines... Une longue
avenue, baignée par un glauque crépuscule, tandis, qu'au fond, sur
l'or du couchant, à travers les branches nues et noires, pleuvaient
les roses des parterres mystiques, des roses de sang et de feu.

Jamais, jamais plus, l'allée triste et magnifique, l'Allée des
Tombeaux, suprême vestige des Alyscamps d'Arles, n'arrachera aux
lèvres des hommes ce cri, dont la surprise de leurs cœurs saluait sa
funèbre beauté. Les énormes peupliers centenaires, qui, même en ce
jour de décembre, amaigris, défeuillés, formaient encore une double
muraille, si majestueuse, au-dessus des sarcophages alignés,--ces
peupliers, semblables à des ifs géants, tels qu'on en voit dans
les sublimes jardins de la Villa d'Este, près de Tivoli, et dans
les jardins Giusti, à Vérone, ont été coupés durant l'automne de
1909. Non pas entièrement, mais à la moitié de leur hauteur. Leurs
cimes aiguës, tombées pour toujours, ont brisé dans leur chute
l'enchantement. Qu'est devenu ce lieu incomparable, aujourd'hui
dépourvu de leur élan, de leur frisson, de leur ombre, de leur
enivrante nostalgie?

Devant les yeux de la fille des steppes, ils se dressaient encore,
tandis qu'à leurs pieds se pressait la foule des sarcophages énormes.
Au bout de la mélancolique avenue, l'église Saint-Honorat, sa tour
romane, ses cintres à jour, ses arceaux croulants, découpaient, ruine
précieuse comme un bijou, leurs formes charmantes, sur un ciel d'une
flamboyante douceur.

--«Où sommes-nous? Est-ce un cimetière?...» balbutia Katerine.

Émue, recueillie, sa voix n'exprimait plus la crainte, mais
l'extase qu'il y aurait à mourir là. Par une réminiscence qu'elle
ne s'expliquait pas, les horizons sans bornes du Dniéper, les soirs
déchirants où le soleil mourait dans les brumes de pourpre, au
lointain des solitudes, lui oppressaient l'âme, comme dans sa petite
enfance. Les années infâmes de sa vie s'effacèrent, dans l'absolution
de l'émoi surhumain. Un sanglot creva sur ses lèvres.

--«Viens,» dit Flatcheff, qui lui saisit le poignet.

Elle se laissa faire, souhaitant qu'il eût résolu de la tuer là. Mais
il la conduisait dans un chemin pire que celui de la mort.

Bientôt tous deux marchèrent parmi l'immobile armée des sépulcres.
La multitude, l'énormité de ces cuves de pierre stupéfiaient la
jeune femme. Un grand nombre étaient béantes et vides. D'autres
s'écrasaient sous leur couvercle massif. Quelques-unes s'élevaient
sur un piédestal. Et il y en avait d'orgueilleuses, enfermées entre
des grilles, isolées dans une chapelle encore debout.

Pas un être vivant, sauf les deux Russes. Les Alyscamps sont un des
lieux les plus solitaires du monde. Quand un voyageur n'y promène
pas sa rapide curiosité, personne ne s'y aventure. Les Arlésiens,
qui laissèrent saccager leur nécropole fameuse par le tracé de
la voie ferrée, par la construction d'une usine à gaz, et,--tout
récemment,--par ce sacrilège, la décapitation des peupliers, les
Arlésiens, qui firent commerce des sculptures funèbres, qui vendirent
aux antiquaires les reliques de leur passé, évitent la désolation de
cette avenue, où ils ne rencontrent que des remords et le fantôme
gémissant de la Beauté.

--«Regarde bien où tu es, maintenant,» ordonna Flatcheff, arrêtant
soudain sa compagne. «Tu as des points de repère... Tiens, ce caveau,
avec sa flèche gothique, au bord même de l'avenue. Il sera très
distinct, ce soir. La lune l'éclairera en plein, tandis qu'ici, en
face, nous serons dans l'ombre. D'ailleurs, dès que je t'apercevrai,
je sifflerai... comme cela.»

Il émit une modulation perçante. Des chauves-souris s'effarèrent. Un
faible écho répondit.

Docilement, Katerine examinait les objets d'alentour, pour se
rappeler. En cet endroit plus écarté, la ruine et la solitude
devenaient le hideux abandon. Des détritus de l'usine à gaz,
amoncelés contre une barrière vermoulue, s'épandaient jusqu'auprès
des pierres sacrées. Des odeurs méphitiques flottaient. Dans le soir
vert, on distinguait l'effroyable laideur des dégagements et des
dégorgements de l'usine. Le mirliton gigantesque de sa cheminée,
crachant une fumée aux volutes lourdes, opaques, infectes, narguait
par sa hauteur l'élégance fuselée des nobles arbres. Il semblait
perversement leur envoyer ses immondices, que les ondulations de
l'air portaient vers eux. Fâcheux symbole.

Katerine, suffoquée par l'âcre odeur, s'appuya contre un sarcophage.
Ce mouvement lui fit remarquer de surprenants détails. Le couvercle
de ce sarcophage,--formidable masse de pierre,--bâillait comme
celui d'une boîte qu'on entr'ouvre. Deux rondins de bois, placés
verticalement, entre son rebord et le rebord de la cuve, le
maintenaient ainsi soulevé. Autour de ces rondins, de fortes cordes
étaient enroulées et liées. Leur libre extrémité pendait en dehors.
Et cette disposition semblait faite pour qu'en tirant vigoureusement
et simultanément les cordes, les rondins arrachés laissassent
retomber le poids écrasant du couvercle. Des outils, un cric, des
leviers, rangés tout près, attestaient un travail récent. Enfin, un
sac, gonflé d'une poudre blanche, qui parut à Katerine du plâtre, se
dissimulait mal parmi des éboulis tout proches.

--«Quel est donc l'ouvrage qu'on fait là?» demanda-t-elle,
frissonnante d'un pressentiment sinistre.

--«Tu le verras cette nuit,» prononça Flatcheff.

Et il eut un sourire abominable.

--«Cette nuit?

--Oui, puisque tu viendras. Tu nous rejoindras ici,--pas avant une
heure du matin, à cause de ces imbéciles d'Anglais, qui choisissent
toujours le clair de lune pour visiter les Alyscamps. Mais, à partir
de minuit,--quand les douze coups ont sonné pour les amateurs de
spiritisme et d'apparitions,--plus personne. Tu nous trouveras, moi,
Kourgane et Sémène.

--Pour quoi faire?

--Tu le verras... je te dis... Ah! tu nous amèneras l'enfant.

--L'enfant?» répéta Katerine, défaillante.

--«Oui. Toi seule le peux. Tu demanderas à Mauricette de le coucher
dans ta chambre. J'ai suggéré le changement au petit. Ça l'amusera.
Il aime que tu l'endormes avec les chants de la steppe. Tu lui
promettras une histoire de loups. Rien n'est plus facile. Mauricette
a confiance en toi.

--Mais il criera, il appellera...» balbutia Katerine.

--«Tu l'emporteras tout endormi. S'il est trop lourd, tu le mettras
ensuite à terre. Mais jusqu'au tournant des Arènes... un poussin de
quatre ans--tu es assez forte.

--Mon Dieu!» s'écria la malheureuse fille, dont les yeux
s'élargissaient d'épouvante. «Vous voulez le tuer!...

--Qu'est-ce que ça peut te faire, à toi?» riposta Flatcheff.

--«Un enfant!...

--Il ne souffrira pas. Un tour de pouce,»--fit-il, en avançant le
seul qu'il eût encore,--un horrible pouce, à la première phalange
trop longue, et spatulée,--«puis, houp! là dedans, avec ce sac de
chaux versé dessus, et le couvercle retombé... Il faudra mille ans
pour retrouver sa trace.»

Le misérable désignait la monstrueuse cuve de pierre, avec sa cavité
bâillante. L'imagination horrifiée de Katerine y vit glisser le petit
corps... De la chaux... Il avait pensé à cela, l'infernal scélérat, à
cette substance insinuante, corrosive, qui, du beau petit être ferait
une poussière informe, desséchée, sans même ce reste de vie,--vie
effroyable,--qui s'appelle la décomposition. Rien n'émanerait, pas
une odeur. Le couvercle hermétique cacherait, pour des siècles
peut-être, en effet, le secret d'un tel crime. D'ailleurs, parmi
tous ces sépulcres, comme celui-là était bien choisi, hors des
ferveurs artistiques, éloigné de l'avenue à la grâce funèbre, dans le
voisinage odieux et empesté de l'usine!

Serait-ce possible? Les beaux Alyscamps voileraient-ils une pareille
chose? Aucune âme indignée ne jaillirait-elle d'un de ces milliers de
sépulcres, pour empêcher l'œuvre d'abomination?

--«Tu sais, Katerine,» reprit l'homme,--ou plutôt celui qui avait une
face d'homme,--«il te faut choisir. Ou tu nous amèneras l'enfant...
ou c'est toi que nous irons chercher pour te faire finir la nuit de
ce côté. Et tu la trouveras plutôt longue à finir, je t'en réponds.»

La chair de la malheureuse se hérissa. Tant de cruauté luisait sur
ce visage, qu'elle devina une passion de tortionnaire, la préférence
qu'il aurait à la trouver rebelle, pour assouvir sa fantaisie d'un
supplice. L'innocent... on n'oserait pas le martyriser, tout de même.
Puis, c'est trop fragile... ça meurt trop vite.

Pour mieux la persuader, Flatcheff lui démontra qu'elle se perdrait
sans sauver le petit. Après tout... quoi!... Ils n'avaient qu'à le
prendre. Mauricette ferait un peu de musique... Et puis?... Quand
elle serait fatiguée de se lamenter, il faudrait bien qu'elle se
tînt tranquille. Elle ne livrerait pas son homme, pour un mioche
qu'elle ne connaissait pas quinze jours avant, et qui ne lui était de
rien.

--«Seulement, n'est-ce pas? si nous pouvons éviter qu'elle s'en
mêle...» conclut le bandit. «Parce que, tant qu'elle croira pouvoir
l'empêcher, elle risquera peut-être une folie. Après... faudra bien
qu'elle se résigne.»

       *       *       *       *       *

De neuf heures à minuit, ce soir-là, Katerine, debout à sa fenêtre,
regarda monter la lune au-dessus des Arènes. Pétrifiée, elle ne
sentait pas la fatigue d'être immobile. Son corps, son âme, engourdis
d'une même stupeur, la laissaient indifférente à tout, sinon à la
lente ascension de ce disque implacable, qui mettait dans le ciel
des transparences d'argent, et se reflétait en scintillante pâleur
parmi les découpures d'encre des arcades gigantesques. Quand elle
serait là-haut, la lune fatidique, juste au-dessus de la tour
carrée dont le moyen âge a surchargé le colosse romain, il faudrait
bien que Katerine prît un parti. Jusque-là, elle ne penserait pas,
elle ne prévoirait pas, elle ne songerait pas. Elle s'abîmerait
dans l'horreur des choses. Elle ne serait qu'une palpitation de
souffrance, à cette fenêtre perdue, dans la splendeur de la nuit,
devant ces murailles séculaires, entre lesquelles des malheureux,
sous la dent des bêtes ou le fer des gladiateurs, avaient hurlé leur
agonie.

Quel silence!... mon Dieu!... quel silence!

Les trois hommes étaient partis,--les trois complices. Ils s'étaient
éloignés bruyamment, gaiement, sous prétexte d'une partie de cartes
au cabaret. Mais ils n'avaient quitté la maison qu'après avoir vu les
deux femmes se disputer, en jouant, le privilège de garder leur petit
pensionnaire. Katerine le réclamait. Mauricette ne voulait pas le
céder. L'enfant riait d'abord. Puis, tout à coup, fondait en larmes.

--«C'est moi que tu veux, mon bijou?» demandait Mauricette.

Il secouait sa tête aux boucles dorées.

--«C'est moi?» s'écriait Katerine.

Et le pauvre petit, dans une explosion de sanglots:

--«Non, non!... c'est nounou... et pépé Fa, et papa Raymond...
Papa!... papa!...

--Tu le verras ce soir, ton papa, si tu vas dormir gentiment dans
la chambre de Katerine,» prononça Flatcheff, adoucissant sa voix en
câlinerie.

La Risslaya regarda cet homme. Elle avait vu des bêtes fauves. Étant
toute petite, une nuit, à travers la steppe, elle se trouvait dans
le traîneau de ses parents, poursuivi par une bande de loups. Leurs
yeux luisants... leur souffle... Elle en garderait éternellement
l'épouvante... Mais c'étaient des bêtes carnassières, qui suivaient
franchement leur instinct. Celui-là!... celui-là!... Il supportait,
levés vers lui, les beaux yeux du petit garçon,--ces yeux bleus
le jour et noirs à la lumière, mais toujours rayonnants d'une même
candeur. Maintenant, une joie émouvante les emplissait.

--«Je verrai papa?...

--Puisque je te le dis.

--On me réveillera, alors?... Tu me dis de dormir.

--On te réveillera.

--Oh! Katine... Katine, emmène-moi faire dodo... Ne chante pas, ne me
dis pas un conte. Je veux dormir tout de suite... tout de suite...
pour voir plus tôt papa.»

       *       *       *       *       *

La lune parvint au-dessus de la tour,--de la sinistre tour--énorme
cube d'ombre dominant la ruine argentée.

Katerine se tourna. Elle regarda le petit lit. Aucune lumière n'était
allumée dans la chambre. Mais, dans la nuit si claire, elle distingua
parfaitement la tête bouclée sur l'oreiller, le visage délicieux,--un
de ces visages d'enfants dont les peintres ont fait ceux des anges
sans en exagérer la grâce. Elle s'approcha, se pencha. Le petit
ouvrit des yeux éblouis de rêve, dit: «papa...» puis referma les
paupières aussitôt, retomba dans le sommeil.

Katerine le baisa doucement, très doucement, sur le front, et sortit.

Par les rues silencieuses de la petite ville, elle s'en alla. Des
Arènes aux Alyscamps, le trajet n'est pas long. La jeune Russe
marchait avec lenteur. Parfois elle s'arrêtait, en hésitant.
Irait-elle?... L'idée de fuir la hantait. Mais comment fuir? Où se
réfugier? La malheureuse fille ne possédait pas un centime. Mendier
son pain jusqu'à Paris, où elle retrouverait Tatiane... cela ne lui
faisait pas peur. Encore fallait-il s'éloigner assez vite, par des
chemins assez sûrs, pour n'être pas rattrapée par son persécuteur.
Rien n'était moins aisé, dans ce lieu totalement inconnu, surtout
avec un tel homme.

«Mieux vaut,» pensa Katerine, «risquer le tout pour le tout.»

Sa main, crispée sur sa ceinture, y palpa le manche d'un couteau de
cuisine, un couteau pointu, dérobé chez les Kourgane. Son plan était
arrêté. Elle dirait aux trois hommes que l'enfant s'était réveillé,
qu'il avait crié, et que Mauricette s'était opposée par force à ce
qu'elle l'emmenât. On la laisserait bien aller jusqu'au bout de la
phrase avant de la malmener. L'excuse était si vraisemblable. Cela
lui donnerait le temps de prendre son couteau bien en main et de
viser la poitrine de Flatcheff,--où elle l'enfoncerait jusqu'au
manche. Après... les autres feraient d'elle ce qu'ils voudraient.
Elle aurait accompli sa mission. Et, qui sait? Peut-être ainsi
sauverait-elle l'innocent? Sémène et Kourgane, délivrés du joug
odieux, n'auraient pas le cœur de tuer le petit ange. Plus rien ne
les y inciterait.

Décidément, c'était cela qu'il fallait faire. De l'énergie, elle
n'en manquait pas. De l'adresse, de l'agilité,--une agilité de chat
sauvage,--comment ne pas compter sur ces dons-là? Elle sentait se
détendre le rapide ressort de ses muscles. Et, rendue allègre par sa
résolution, elle bondissait maintenant d'un pas élastique, parmi les
alternatives d'ombre et de lune. Sans peine, avec son instinct de
nature, elle retrouva le chemin.

La clarté, bleuâtre, étincelante par places, mourait à d'autres en
des ténèbres tragiques. L'Allée des Tombeaux offrait cette magie que
ne lui prêteront plus les resplendissants clairs de lune, puisque les
rayons de rêve feront apparaître plus distincts, plus lamentables,
les moignons d'arbres--tout ce qui reste de ses sublimes peupliers.
Lieu d'une beauté incomparable, que n'émouvait pas l'abomination
humaine, l'horrible mystère mêlé à son mystère de grâce. Les
Alyscamps, au clair de lune, c'était vraiment ces Champs-Élysées
immortels, dont ils portent le nom,--un séjour de l'au-delà, un asile
surhumain.

Katerine, se glissant entre les sarcophages, aperçut bientôt le
caveau gothique, désigné par Flatcheff comme point de rendez-vous. Du
côté éclairé de l'allée, il s'érigeait dans une blancheur de lune.

La forme noire de Katerine l'atteignait à peine que vibra la strideur
modulée du signal de Flatcheff. La misérable créature s'arrêta,
pénétrée, malgré tout son courage, d'un effroi sans nom. Angoisse
qu'elle n'avait pas prévue, et qui la paralysait. C'en était fait.
Elle était bien perdue. Ces hommes, dans l'ombre... elle ne les
voyait pas. Eux, déjà, savaient qu'elle venait seule, qu'elle
n'amenait pas l'enfant. Marcher de leur côté, c'était aller vers
le coup mortel, inattendu, invisible... Elle voulut leur crier la
phrase préméditée. Mais comment élever la voix, au sein de la nuit
redoutable, dans ce champ de sépulcres? Suffoquant d'épouvante, elle
envia ceux qui habitèrent ces cuves profondes, sous l'étouffement
des couvercles de granit. Et la folle invocation lui revint, monta
éperdument de son cœur: «Aucune âme indignée ne surgira-t-elle de
ces milliers de tombes pour anéantir le bandit, pour en délivrer la
terre?»

Hallucinée, elle crut à l'illusion du prodige. Du sarcophage le plus
proche se levait l'ombre vengeresse. Dieu!... Eh quoi?... quelle
ressemblance!... Ce spectre prenait des traits humains... Ah! elle
divaguait, en effet... N'imaginait-elle pas reconnaître Pierre
Marowsky?

Un cri,--un horrible cri,--un rugissement de fauve, jaillit de
l'obscurité.

Aussitôt, ce fut une réalité merveilleuse. Tout fut clair, simple,
déterminé d'avance. N'était-ce pas ce qui devait arriver?... La
déviation brusque du sort effaçait le possible de tout à l'heure.
Dans l'irruption de la délivrance, Katerine oublia qu'elle fut une
minute la créature d'indicible misère, vers qui nulle aide ne se
tendrait dans l'horreur irrévocable. Pierre Marowsky, bondissant hors
de sa cachette, avait déjà rejoint ceux qui l'attendaient: Kourgane
et Sémène. Dès que les deux hommes l'eurent vu se dresser,--averti
par le signal que Flatcheff pourtant ne lui destinait pas--ils
avaient abattu sur le traître leurs quatre mains rudes, et ils
l'immobilisaient. C'est alors qu'il jeta la clameur furieuse, dont le
choc ouvrit à la vérité l'âme incrédule de Katerine.

Celle-ci le considérait de tout près, maintenu qu'il était par les
deux autres. Elle vit, sur cette face de scélérat, la terreur sans
espoir dont elle-même se convulsait quelques minutes auparavant.
Terreur qui n'était rien encore, avant que l'agent provocateur eût
discerné la silhouette, puis le visage, de Marowsky. Lorsqu'il
se fut rendu compte, le lâche n'essaya même pas de faire bonne
contenance. Il serait tombé à genoux, sans la vigueur des bras qui
le retenaient. Des balbutiements de petit garçon qu'on va châtier,
des supplications, des explications imbéciles, se pressèrent sur ses
lèvres:

--«Mon bon Marowsky! Mais tu ne sais pas, sans doute... J'allais te
faire délivrer... Ce n'est pas en ennemi que tu viens, au moins...
Ah! que tu aurais tort... Écoute... Mais, d'abord, reconnais-moi...
Reconnais ce Toulénine, ton chef... ton vieil ami...»

Ses mains prisonnières, par une saccade brusque, parvinrent à saisir
sa fausse barbe, qu'il arracha. Ignoble geste... Ils distinguèrent,
alors, sous la lune, tout ce qu'une face humaine peut dévoiler
d'abjection. La lividité tressaillante de ses traits, ses yeux de
démence, sa bouche tordue de mensonge et de vile humilité inspiraient
trop de dégoût pour laisser naître la compassion.

Marowsky le contempla une seconde, puis, sans lui répondre, dit aux
deux autres:

--«Attachons-le d'abord. Ensuite, vous lui parlerez.»

Ils le ligotèrent avec une des cordes fixées aux rondins qui
soutenaient le couvercle du sarcophage et qu'ils en détachèrent. Ils
le ficelèrent ainsi, debout contre un arbre. Puis ils lui passèrent
autour du cou un nœud coulant fait avec la seconde corde. Ils
en fixèrent l'extrémité à une branche qu'ils abaissèrent, et que
Marowsky, avec cette force qui arrêtait des meules, retint à la
hauteur de sa poitrine. Flatcheff constata que lorsque son ennemi
lâcherait cette branche, elle remonterait comme un ressort qui se
détend, entraînant la corde, et qu'il serait étranglé. Il perçut même
ce dialogue, qui devait lui enlever toute espèce de doute, s'il lui
en restait:

--«Dis donc, Pierre,» observa Sémène, «as-tu mesuré la secousse? Si
elle est trop forte, cela pourrait détacher la tête... Nous aurions
du sang. Il n'en faut pas.»

Marowsky ne répondit que par un signe. Alors Sémène se tourna vers
Flatcheff:

--«Je suis,» dit-il, «Sloutvine, un élève du professeur Kachintzeff,
le père de Tatiane. J'étais du complot à la suite duquel, lui,
innocent, il fut envoyé en Sibérie. Je sais que tu l'avais dénoncé.
Voici quatre ans que je me suis fait domestique, que j'ai servi
patiemment, pour obtenir des références, pour arriver dans une maison
comme celle d'Omiroff. Depuis l'affaire de la Petite-Barrerie, je
n'ai pas cessé d'être en rapport avec Pierre et Tatiane. Nous t'avons
condamné à mort. Nous allons t'exécuter.»

Kourgane, à son tour, s'approcha.

--«Flatcheff, j'étais de bonne foi quand j'ai pris la résolution
de vivre tranquille, en France, et d'abandonner la cause
révolutionnaire. Jusqu'à hier même, je refusais à Sémène d'agir
contre toi, malgré tes crimes,--malgré l'abomination de la
Petite-Barrerie. Mais tu as voulu tuer un enfant... Ça, c'était trop.
Je suis avec ceux qui t'ont condamné à mort. Nous allons t'exécuter.»

La face de Flatcheff penchait vers sa poitrine. Immobile dans ses
liens, il paraissait déjà mort,--mort de peur. Pourtant il souleva
sa tête ballottante. Ses yeux égarés cherchèrent quelqu'un. Ils
aperçurent, contre un sarcophage blanc, une robe noire de femme.

--«Katerine!...» soupira le damné. «Katerine... dis-leur quelque
chose... Aie pitié... Ah!...»

La robe noire glissa dans le reflet lunaire, s'enfonça, fondit dans
l'obscurité. La sauvage Risslaya même ne pouvait endurer la scène
affreuse. Elle s'enfuit entre l'alignement des sépulcres. Mais elle
murmura résolument:

--«Ils font bien.»

Elle s'éloignait à temps. Marowsky lâcha la branche. On eût dit d'un
bras implacable. Le peuplier des Alyscamps accomplit le geste qui tue.

(Est-ce donc cette œuvre-là que ses frères expient avec lui,
décapités de leurs cimes, dépoétisés, séchant sous l'opprobre?)

Le rite fut exécuté d'un élan net, formidable. La tête ne se détacha
pas comme l'avait craint Sémène. Mais le corps tressauta dans ses
liens, et le coup sec brisa la nuque.

Vivement, Pierre et ses compagnons détachèrent le mort, le glissèrent
à l'intérieur du sarcophage, vidèrent par-dessus lui le sac de chaux,
qui, dans l'humidité des tissus, deviendrait de la chaux vive,
consumerait la triste dépouille. Puis, rattachant les cordes aux
rondins, ils s'y attelèrent,--Sémène et Kourgane d'un côté, le seul
Marowsky de l'autre. Un signal, un effort... Les morceaux de bois
sautèrent ensemble. Le monolithe énorme retomba d'un seul coup.

Bruit lugubre, qui retentit dans toute l'Allée des Tombeaux, et que
répercutèrent les ruines. Bruit qui s'éteignit peu à peu, sauf dans
le cœur de ces trois hommes, marchant, silencieux, sous la lune. Les
profondeurs de leurs âmes en tremblèrent longtemps encore, pendant
que la paix--une paix infinie,--redescendait sur les beaux Alyscamps.

Un peu de poussière humaine dans un sépulcre... Était-ce là de quoi
troubler ce Jardin de la Mort? La lune, entre les branches nues,
glissait,--comme elle glissa aux hivers des siècles... de tant de
siècles! Et il n'y eut qu'un secret de plus, parmi les innombrables
secrets que chuchotent aux parois des tombes ceux qu'on y couche,
éperdus de souvenirs et désespérés de ne plus vivre.



X

LA RENCONTRE DU PASSÉ


Lorsque Flaviana, à la grille du Vieux-Moutier, s'était décidée à
suivre la fille du garde, elle avait d'abord marché sans prendre
conscience de ce qui l'entourait. Le décor, entrant dans ses yeux,
n'allait pas jusqu'à son âme. Ce parc, dont l'hiver agrandissait les
perspectives, ressemblait à tous les parcs. Peu lui importaient les
détours des allées, ni la façon dont les arbres se groupaient sur
les pelouses. Revoir l'enfant,--hélas! elle ne l'espérait guère.
La volonté de le lui soustraire était apparue trop déterminée.
Mais, du moins, rencontrer Omiroff, afin de le convaincre par les
arguments, les engagements qu'elle apportait, c'est vers quoi se
tendait son regard comme sa pensée. Le reste n'existait pas. Aussi
ne saisissait-elle aucune des explications que lui donnait sa
conductrice relativement à l'historique du monastère et des jardins.
Toutefois, au moment où celle-ci lui dit:

--«Regardez, madame, d'ici vous commencez à découvrir l'abbaye.»

Flaviana, dont les yeux se levaient machinalement, s'arrêta net,
jetant une exclamation étouffée.

--«C'est beau, n'est-ce pas?» observa la jeune fille.

La visiteuse ne répondit rien, se remit en marche, tournant la tête
de côté et d'autre, examinant le paysage que, tout à l'heure, elle ne
regardait pas. Son attention, si brusquement éveillée, avait quelque
chose d'halluciné, de troublant.

Celle que Flatcheff avait appelée Olga, étonnée par l'allure bizarre
de la dame, essaya de la faire parler, en répétant:

--«Vous trouvez cela beau, n'est-ce pas?

--J'ai vu... j'ai déjà vu...» balbutiait Flaviana,--moins pour
répondre que pour s'affirmer la réalité d'une incroyable sensation.
«Oui... j'ai certainement vu cette allée de sapins, cet étang...
Et, là-bas, cette arche coupée en deux, cette muraille couverte de
lierre...»

Soudain, elle interrogea la jeune fille:

--«C'est bien une abbaye en ruines? Ce n'est pas une maison
d'habitation?

--C'est l'abbaye... le Vieux-Moutier... Oui, madame.

--On ne l'habite pas?» insista la danseuse.

--«Oh! non, madame. Comment voulez-vous?... De grandes salles
ouvertes à tous les vents... Vous allez voir...»

Elles entrèrent.

Effectivement, l'ancienne demeure de l'Ordre des Feuillants ne
semblait pas un logis très hospitalier, surtout en ce glacial
après-midi de décembre. Flaviana parcourut, au rez-de-chaussée, la
salle du chapitre et le réfectoire, dont les colonnes, à chapiteaux
de feuillage, se trouvent aujourd'hui enterrées d'un mètre au-dessus
de la base. La terre inégale, pénétrée d'humidité, lui glaçait les
pieds, sans qu'elle y prit garde, à travers ses fines chaussures. Le
crépuscule amoncelait des ombres entre les ogives. Et, dans ce lieu
lugubre, la jeune femme, découragée, n'essaya même plus de renouer
ses souvenirs.

Vivement, elle s'engagea dans l'escalier de pierre, tournant en vis
dans la tourelle octogonale.

En haut, la vue saisissante la dérouta davantage. L'ancien dortoir
s'ouvrait devant elle, immense, malgré sa division en deux travées,
que séparent d'admirables colonnes. Mais l'effet impressionnant
venait de la double rangée de baies énormes formant autant de vides
par où le rouge soir entrait, et dans lesquels se découpaient des
tableaux du parc hivernal: groupes d'arbres aux grands gestes nus
et tragiques,--profondes allées au sol feutré de rouille, aux
lointains de gaze violette,--miroirs d'eau où mourait une lumière
d'opale, nappes glauques de ciel parmi l'éboulis des nuages... Quels
nuages!... Lourds, cuivrés, sulfureux, livides, où fleurissait tout
à coup la plus éblouissante touffe de neige, tandis qu'ailleurs leur
flanc d'un noir bleuâtre se liserait de feu. Tout cela entrait
dans la salle aux arceaux gothiques, par les vastes ouvertures qui
ajouraient la muraille. Les reflets du soir chargeaient d'une teinte
verte, surnaturelle, l'atmosphère enclose dans l'antique dortoir.

Flaviana se sentit écrasée de mystère. Un infini de désolation noyait
sa pauvre angoisse. Qu'espérait-elle, dans la formidable détresse
d'une telle heure, d'un tel lieu? Anéantie, ivre des suggestions
désespérantes de ce féroce crépuscule, elle sortit, se tenant
aux murs. Mais un cri jaillit de ses lèvres, tandis qu'elle se
redressait, galvanisée.

--«Petite!...» jeta-t-elle à la fille du garde.

Et comme celle-ci se retournait:

--«Petite malheureuse!... Pourquoi m'avez-vous menti?... On habite
ici... Où sont-ils, ceux qui demeurent dans cette ruine?... Où est la
grande chambre voûtée?... Vous savez, la chambre... Ah! cette fois,
j'en suis sûre... C'est bien ici qu'ils m'ont apportée... Si j'avais
su pour quelle agonie!...»

La jeune Olga, terrifiée, l'implorait:

--«Je vous en supplie... je vous en supplie, madame... Parlez plus
bas!...

--Ah! vous craignez qu'on ne m'entende.

--Non, mais... c'est l'abbaye... On dit que les moines reviennent...
Il ne faut pas leur manquer.

--Vous êtes bien rusée, mon enfant... Sont-ce les revenants,
dites-moi, qui se tiennent au chaud?... Tenez, là... tout près, de
l'autre côté de ce mur.»

Violemment, avec la force irrésistible de ses nerfs, Flaviana
saisissait le poignet de la jeune fille, lui appliquait la main
contre la paroi. La pierre était chaude. Un dégagement de cheminée
passait sans doute dans l'épaisseur de la muraille. Ou peut-être la
cheminée même s'y creusait. De bonnes bûches crépitaient là, tout
contre.

Quel était l'hôte qui s'égayait à leur flamme?

--«Le prince Omiroff... Montre-moi comment aller à lui. Je te
donnerai ce que tu voudras, ma mignonne... Parle... voyons... Aie
pitié d'une mère... On ne saura pas que c'est toi. Ne pourrais-je
deviner?... trouver?...»

Au nom d'Omiroff, la fille du garde s'était convulsée de frayeur.
Elle protestait: «Non... non!» éperdue, avec des sanglots dans la
voix. Rien à tirer d'une épouvante aussi sincère. Flaviana le comprit.

--«Eh bien!» s'écria-t-elle, «j'irai seule. Il y a des issues, des
portes...»

Elle s'élancait...

Une grosse voix monta. De rudes accents, que répercutaient les échos
des salles, des couloirs.

--«Père!...» appela la jeune fille.

Et, courant vers l'escalier, elle répondit en russe, avec animation.

Une lueur s'éleva dans la tourelle. L'homme gravissait les marches,
apportant une lanterne.

--«Ben, quoi?» fit-il,--adoptant cette fois le français, qu'il
parlait d'ailleurs aisément.--«On ne visite pas si tard. Faudrait
voir tout de même à vous en retourner, madame, sauf votre respect.»

Ce gros homme, avec une face couperosée par l'alcool, sous une
tignasse fauve plantée jusqu'aux sourcils, n'était pas d'un aspect
rassurant. Mais la fièvre d'un désir plus fort que la peur emportait
Flaviana.

--«Mon brave homme... voilà tout ce que j'ai d'argent sur moi...
Voilà mes bagues, ma bourse en or... Allez seulement dire mon nom
au prince... Que je lui parle cinq minutes... Il ne peut me refuser
cela!...

--Quel prince?...» fit le garde, prenant soudain l'air hébété.

--«Madame croit qu'on habite ici, parce que ce mur est chaud,»
expliqua sa fille, qui eut un rire sournois.

--«Et tu n'as pas montré à Madame?...» dit l'autre avec une fausse
bonhomie.

Surprise, Olga ne répliqua rien.

--«Venez, madame... C'est vrai qu'il y a l'ancienne chambre du
prieur... On y fait du feu par les temps d'humidité, pour que tout ne
tombe pas de moisissure. Si vous voulez la voir... Oh! elle n'a rien
d'intéressant. Voilà pourquoi on ne fatigue pas les personnes à y
aller. C'est pas d'un accès facile.»

Tout en bavardant, de sa voix grasse et rauque, à laquelle il
affectait de donner des inflexions gracieuses, l'homme s'engageait
dans un couloir.

--«Mais, nous tournons le dos,» objecta Flaviana.

--«Parbleu... Il faut monter, puis redescendre. Pas de communication
de ce côté... Y a toute une aile qui manque... Je vous dis... Pas
facile... Vous allez voir... Mais, n'est-ce pas?... quand il s'agit
de contenter le monde...»

La danseuse le suivit. On la jouait. Elle n'en doutait plus. Mais
comment faire? Le couloir cessa. Ou plutôt il continuait à ciel
ouvert. Ce n'était plus qu'une marge de pierre, surplombant le vide.
Un reste de jour éclairait encore suffisamment ce hasardeux chemin.

--«Voilà... Ça vous tente toujours?... Vous voulez continuer?»
demanda le garde, narquois.

--«Oui,» dit Flaviana.

Son pied de danseuse, son pied sûr et léger ne trébucherait pas.

Cependant elle faillit s'abattre, non de vertige, mais d'un convulsif
émoi. A travers le parc, maintenant brumeux, ténébreux, elle voyait
fuir des phares rapides,--deux étoiles mouvantes, soudain éclipsées,
puis reparues. Omiroff partait. Demain il serait hors de France,
il filerait vers Pétersbourg, vers l'Asie, chaque jour plus loin,
emportant son secret... tout l'espoir...

Peu s'en fallut que Flaviana ne bondît--une hauteur de douze
mètres!--Elle se voyait courant après la voiture, par les raccourcis
des pelouses, la rattrapant... N'avait-elle pas des ailes, qui
la soulevaient à son gré? Sa miraculeuse légèreté lui sembla sans
bornes. Mais la folle impulsion ne se traduisit pas en acte. La jeune
femme se raidit, cramponnée à une saillie de la muraille. Encore deux
pas, et elle fut à l'abri.

Machinalement, elle continuait à marcher derrière son guide. Une
morne désespérance la glaçait. On pouvait ouvrir devant elle les
appartements secrets du Vieux-Moutier... Elle savait bien qu'elle n'y
trouverait personne.

On lui fit monter des marches, on lui en fit descendre d'autres--pour
l'égarer, gagner du temps. Elle allait, d'un pas somnambulique, la
pensée déjà détachée de ce lieu, combinant des plans, des projets,
enfiévrée par l'énergie des résolutions nouvelles. Mais une porte fut
poussée. Un tressaillement profond secoua Flaviana. Des ondes froides
parcoururent sa chair.

--«La chambre du prieur,» fit la voix vulgaire à son oreille. «Vous
voyez bien... Elle n'a rien de curieux. Le feu, dans la cheminée...
c'est rapport à l'humidité, à la moisissure. Faut bien sécher tout ça
de temps en temps.»

C'était là!... Entre ces murs, son fils était né... Voilà ce décor,
qui ne s'évoquait en elle qu'avec un frisson. Combien lugubre
jadis à ses yeux, dans la palpitation des ailes de la mort. Cette
voûte, ces fenêtres barricadées, cadenassées, aveuglées de volets
intérieurs. Cette haute cheminée, où dansaient les flammes dont la
clarté réveillait ses souvenirs. Elle avait vu ces jeux d'ombre et de
lumière sur ces mêmes sculptures, à travers les heures somnolentes
où elle se croyait déjà hors de la vie. Surtout elle reconnaissait la
terrible figure de pierre, le dragon grinçant, en relief sur cette
espèce de console, qu'on appelle en architecture un corbeau, et qui
reçoit la retombée de l'arc doubleau de la voûte. Ah! comme elle
s'était fixée en sa mémoire, la sinistre figure! Étrange conception
du moyen âge, allégorie de monstre, figurant la laideur du péché. Il
en existait deux dans cette salle, et, en regard, deux têtes d'ange.
Et c'était la face la plus diabolique, la plus grimaçante que, par
hasard, Flaviana devait contempler, en face de son lit.

Elle le chercha du regard, ce lit, où elle avait tant souffert. Il
n'était plus là. Quelques sièges, une table, traînaient dans la
vaste pièce, sans la meubler. Mais un indice restait d'une récente
présence. Un encrier sur la table, une bougie éteinte, dont l'odeur
fumeuse flottait encore, des papiers épars, une plume, attestaient
qu'on venait d'écrire là. Avant que le garde eût prévu son mouvement,
la visiteuse s'élança, saisit la plume, en fit glisser la pointe sur
son gant clair. Une raie se dessina. L'encre était encore fraîche.

--«C'est sans doute la plume du prieur?» s'écria la jeune femme
ironiquement. «Une plume de fer à l'époque des plumes d'oie, et
une encre que les siècles n'ont pas séchée!... Le saint patron de
l'abbaye fait donc des miracles?»

L'homme eut un rire de malice brutale.

--«Vous pouvez rire. Vous n'essayez plus de me donner le change.
Votre tâche est remplie. Vous m'avez occupée pour laisser le temps
à votre maître de s'éloigner. Et l'enfant aussi est loin, n'est-ce
pas?... Maintenant, laissez-moi sortir. J'ai hâte d'être dehors...
Tenez, voici pour votre peine. Délivrez-moi le plus tôt possible.»

Elle tendit au garde une pièce d'or. Sa voix, son geste, indiquaient
une résignation accablée.

D'un pas lassé, presque lourd, cette créature aérienne parcourait à
présent les corridors dallés, descendait les escaliers, aux marches
usées par les sandales et l'ourlet des robes de bure. Cette fois,
son guide la conduisit par le chemin le plus direct, sans lui faire
repasser le dangereux balcon. Ils furent vite en bas.

Alors, sans plus s'occuper du gardien ni de sa fille, laquelle,
d'ailleurs, s'était éclipsée, Flaviana s'achemina, par l'allée
carrossable, vers la grille. Mais, à plusieurs reprises, elle se
tourna pour regarder ces murs qu'elle avait cru ne jamais retrouver,
ne jamais revoir. Une pâleur flottait, plus le jour, pas encore la
nuit. L'édifice ruineux y formait une masse de ténèbres. Quelques
lignes distinctes, un faîtage, une galerie de colonnettes, un
clocheton, se découpaient. En revanche, l'épaisseur du lierre mettait
un noir plus noir sur tout un pan de façade. L'âme fascinée de
Flaviana y revenait avec son regard.

Comme la souffrance nous attache à certains coins du monde où elle
nous a visités! D'avoir vécu là les premières heures de son amour
brisé, de sa maternité frustrée, d'y avoir enduré les affres des
tortures physiques, et la sensation plus horrible d'un anéantissement
mortel, la funeste torpeur du chloroforme, Flaviana sentait un lien
l'attacher à ces pierres et retenir des lambeaux de son cœur, tandis
qu'elle s'en allait par les tristes allées du parc. Elle aurait voulu
s'arrêter en ce lieu, méditer, pleurer, fouiller dans sa douleur
éteinte, dans sa douleur présente... Pourquoi?... Peut-être pour
assouvir le plus profond besoin de nous autres vivants, qui est de
sentir la vie, d'interroger les muets témoins qui nous ont vus la
vivre dans sa plus frémissante intensité. Attirée pourtant par la
hâte d'agir, de courir à la poursuite de son enfant, Flaviana, dans
ce soir d'hiver, regrettait de ne pouvoir s'attarder au Vieux-Moutier.

Étrange lieu... Étrange soir... Étrange regret...

Cette femme était la belle danseuse, dont le sourire, demain soir,
flotterait sur une salle d'Opéra pleine jusqu'au cintre, tout
électrisée de sa grâce, parmi la fantasmagorie des lumières... Et
elle s'en allait, dans la nuit, parmi les souffles de terre et de
tombe, avec une âme tout éperdue d'espace, de ténèbres, de souvenirs
et de fatalité.

Les heures que nous vivons dans le secret de nous-mêmes participent
de l'éternité plus que les autres. Il y a des moments terrestres,
et il y a des moments universels. La tristesse et la solitude
élargissaient l'existence de la frêle étoile de théâtre jusqu'à
l'incommensurable songe des étoiles du firmament.

En arrivant à la grille du parc, Flaviana fut ressaisie par
l'immédiate réalité. Sur le siège de son auto de louage, le chauffeur
dormait. Elle eut quelque peine à l'éveiller, et, lorsqu'il eut
les yeux ouverts, à le tirer de son ahurissement. Il roulait des
prunelles effarées, ne se reconnaissant pas, ne se rappelant pas où
il était.

--«Ah! oui, madame... Bien... C'est vous qui m'avez pris au garage de
la Grande-Armée. Mais, nom d'un chien! qu'il fait noir. Ah! ça, la
nuit est donc tombée tout d'un coup.

--Je vous ai fait attendre longtemps,» dit bénévolement la voyageuse.

--«Ah! pardieu, non. Il n'y a pas cinq minutes que je me suis mis à
pioncer comme ça.

--Où est la jeune femme... non, je veux dire... le jeune homme, que
j'ai laissé avec vous?...

--Le jeune homme?... Quel jeune homme?...»

Ce ne fut pas chose aisée de débrouiller ce cerveau tout appesanti
de sommeil, et qui, peut-être, mijotait encore dans quelques vapeurs
d'alcool condensées par l'air froid. Enfin, une vague réminiscence en
sortit.

--«Le jeune homme qui avait des yeux en coup de pistolet?... Oui...
Ben, il est monté sur le siège avec un camarade... le siège d'une
auto, une chouette guimbarde, partie en balade il n'y a qu'un
instant.»

Flaviana essaya de savoir s'il s'agissait de la première auto, celle
qui emportait l'enfant,--ou de la seconde, dans laquelle Omiroff
était parti (car elle les imaginait distinctes, et en cela elle ne se
trompait pas). Mais c'en était trop pour les facultés d'observation
du somnolent chauffeur. Flaviana remonta donc en voiture, non sans la
crainte d'accrocher en route quelque charrette de paysan dépourvue de
lanternes, avec un conducteur capable de s'endormir peut-être la main
au volant.

Toutefois, elle voulut se persuader que la disparition de cette
femme bizarre, cette Katerine Risslaya (le nom lui restait nettement
dans la mémoire), devait lui laisser une espérance. Qui sait?...
Qu'elle fût avec l'enfant, pour le protéger, avec le prince, pour
lui arracher quelque concession, pour le menacer de secrètes
représailles, son rôle ne pouvait manquer d'être efficace.

«Ne doutez pas de moi, si vous ne me retrouvez plus ici,» avait-elle
dit.

Une indéniable sincérité émanait de cette créature, que Flaviana
cherchait vainement à définir.

«Comme j'ai bien fait de lui laisser voir que je suis la mère!...
Oui, c'est providentiel... Une femme... elle compatira... Mon
petit!... mon petit!... Oh! si seulement elle peut m'apprendre ce
qu'ils en ont fait, où ils l'ont emporté!...»

Dans le cœur de la brillante ballerine, l'image de la fille
hasardeuse, à figure de bohémienne, vêtue en jeune voyou, persistait,
douce et chère comme celle d'une amie. Elle la revoyait à son côté,
l'implorait, lui parlait. Dans l'ombre de la voiture, elle se surprit
les mains jointes, disant tout haut:

--«Ramène-le-moi!... Ramène-le-moi, pauvre inconnue!... De quelle
tendresse je t'entourerai!... Ah!... que ne ferai-je pas!...»

Lorsqu'on dut s'arrêter à l'octroi de Paris, le chauffeur, qui
paraissait maintenant tout à fait réveillé, et guilleret de rentrer
dans la lumière, dans l'animation de la capitale, vint se planter à
la portière.

--«Où faut-il conduire Madame?»

Cette question interloqua Flaviana comme si elle n'y avait pas songé.
Mais les idées indistinctes roulant dans sa tête pendant la durée du
trajet allaient déterminer sa résolution. Elle n'hésita pas longtemps.

Le chauffeur, devant son silence, proposa:

--«Au garage, avenue de la Grande-Armée, où Madame m'a pris?...

--Non,» dit-elle. «Place Vendôme, à l'hôtel du Danube.»

Sa pensée secrète avait répondu pour elle. Un étonnement lui resta du
son de sa voix, des paroles prononcées. Puis, autour de l'impulsion
agissante, les raisonnements vinrent se grouper:

«Je sais qu'il est à Paris. Les fleurs qu'il fait toujours porter
dans ma loge étaient hier soir plus délicates, d'un arrangement
plus personnel. Il a dû les choisir lui-même. Puis, son fauteuil,
à l'orchestre, est resté vide. Durant son absence, un ami l'occupe
toujours. Sûrement, il se trouvait dans la salle, mais réfugié au
fond de quelque baignoire, comme il lui arrive souvent.»

Depuis son duel avec le prince Omiroff, Frederick de Hawksbury
témoignait à l'égard de Flaviana, sinon moins de ferveur, du moins
plus de discrétion--une discrétion que la jeune femme elle-même
jugeait exagérée. Elle éprouvait pour ce galant homme, qui l'avait
servie si chevaleresquement, une affection faite surtout de
reconnaissance et d'estime, mais où se mêlait un peu de cette grâce
tendre qui, même en dehors de l'amour, fleurit l'amitié entre un
jeune homme et une jeune femme. Elle eût souhaité qu'il le sentît et
qu'il s'en contentât. Il le sentait trop. Et, loin de s'en contenter,
il en souffrait. Lord Hawksbury affrontait naguère la froideur et les
rebuffades de celle qu'il adorait, sans désespérer de la conquérir.
Mais il ne pouvait maintenant supporter de la voir déployer pour lui
un charme si suave, presque câlin, de rencontrer ce regard si doux
dont elle interrogeait ses yeux, comme pour lui dire: «Pauvre ami,
je vous aime bien. Voyons... ne voulez-vous pas guérir? Nous serions
de si bons camarades!» Ah! cela était plus loin de l'amour que
l'indifférence! Et quelle image cruellement décevante, du bonheur que
cette divine créature pouvait donner!

Il venait donc maintenant la voir danser, sans être aperçu par elle.
Il ne fréquentait plus les coulisses du National-Lyrique. Approcher
Flaviana devenait pour lui une épreuve d'autant plus redoutable
que l'étoile, peinée d'une telle sauvagerie, manifestait davantage
ses sentiments délicieux, essayant de le mettre en confiance, de
l'apprivoiser.

Elle ne le comprenait pas. Les femmes comprennent difficilement
qu'on les fuie parce qu'on les aime. C'est l'effet d'un amour très
haut, d'un amour rare, et l'expérience qu'elles en font n'est pas
fréquente. Si subtil que fût le cœur de Flaviana, il restait
féminin, et, par conséquent, impitoyable pour certaines souffrances
masculines. Autrement, aurait-elle osé la démarche qu'elle tentait?
Même sa passion maternelle eût été troublée d'un remords. Mais
comment ne pas abuser de la puissance? Et quelle puissance détient
une femme qui se sent aimée?

Les conjectures de Flaviana se montrèrent exactes. Hawksbury était à
Paris. Et la complicité du hasard voulut qu'il se trouvât justement
chez lui quand l'étoile vint le demander à l'hôtel du Danube. Il la
reçut, malgré toutes les résolutions de sagesse. La surprise d'une
telle visite brisa son courage, l'émut à trembler. D'ailleurs, il se
dit: «Pour qu'elle vienne, c'est qu'elle a besoin de moi, comme lors
du duel...» Or, il pouvait résister à tout, sauf à la tentation de se
dévouer pour la chère idole.

Dans le salon de son appartement d'hôtel, que, malgré l'arrangement,
les bibelots, il ne sauvait pas de la banalité, l'Anglais eut
presque un sursaut d'étonnement devant sa visiteuse. Les fatigues
de l'après-midi, les longues heures à se dévorer dans l'auto, les
affres du Vieux-Moutier, l'énervement, le froid de l'âme, le froid
du corps, dévastaient la délicate physionomie de Flaviana. Son long
visage, étiré, fondait, s'effaçait, brûlé par la flamme noire des
yeux agrandis, mangé par le cerne de bistre élargi autour de leurs
paupières. Ces yeux ombreux, profondément enchâssés, semblaient
se creuser encore sous la retombée des bouclettes brunes, que le
poids du chapeau et les souffles humides du parc avaient rabattues
jusqu'aux sourcils. La danseuse était si pâle que ses lèvres
mêmes,--toujours fraîches et souvent avivées par le bâton de rouge,
semblaient décolorées. La clarté du plafonnier électrique, tombant
durement de haut, soulignait ce que son visage, tragiquement beau à
cette minute, avait d'éprouvé, de défait.

--«Flaviana!...» murmura lord Hawksbury.

Dans le trouble où le jetait cette apparition, cette physionomie
éperdue, il ne sut que proférer son nom. Mais il se fût jeté à ses
pieds, il eût offert tout ce qu'il était, tout ce qu'il possédait,
tout ce qu'il pouvait, qu'il n'eût pas mieux exprimé la folie de son
inquiétude et la folie de son dévouement.

L'impassibilité, la morgue anglo-saxonne, glissaient, dévoilaient
l'expression même de son âme, comme fût tombé un masque mal attaché.

--«Flaviana!...»

Elle lui dit,--haletante, un peu confuse, mais emportée par la fougue
intérieure d'une femme qui veut plier à son espoir les circonstances
et qui n'admet pas d'objections:

--«Lord Hawksbury, vous vous rappelez la démarche que votre cousine,
lady Maud Carington, a faite auprès de moi, au commencement de l'été
dernier?

--Comment l'aurais-je oubliée?» demanda Frederick.

Son regard eut tant de signification et un si mélancolique reproche,
qu'un peu de rose aviva la pâleur de Flaviana. Ce jour-là, en effet,
il accompagnait sa cousine. Et n'avait-il pas montré à quel point il
aimait la danseuse, puisqu'il l'avait suppliée de porter son nom,
de devenir une des plus grandes dames de la hautaine aristocratie
anglaise, sa femme, la comtesse de Hawksbury.

--«Lady Maud,» reprit l'étoile, «me demandait d'abandonner mon art,
de cesser de danser, d'accepter, pour vivre, une pension que son
mari et elle-même me feraient quand elle serait princesse Omiroff.
De mon consentement dépendait celui de sa mère à son mariage. Car la
duchesse de Carington ne supporte pas l'idée que sa fille ait une
ballerine pour belle-sœur. Et je serais sa belle-sœur, la veuve du
prince Dimitri Omiroff.»

L'Anglais inclina la tête, laissa tomber un seul mot:

--«Exact.

--Eh bien,» s'écria Flaviana, «je consens à tout maintenant... à tout
ce que peuvent souhaiter de moi Boris et sa fiancée.

--Sa fiancée...» répéta Hawksbury avec un geste dubitatif.

--«Ne l'est-elle pas? Ne le sera-t-elle pas officiellement dès qu'on
connaîtra ma soumission? Le prince n'est-il pas parti pour aller
jusqu'en Asie au-devant d'elle, comme l'annoncent les journaux?

--C'est possible...

--Alors?...

--Je ne sais...» dit Frederick. «Mais je crois que ma cousine Maud a
aimé un Boris Omiroff suivant son cœur et son imagination... Pas le
vrai, pas celui qui existe.

--On ennoblit toujours ce qu'on aime.

--Oui... Mais quand la différence est trop grande... un jour ou
l'autre... on s'aperçoit...

--Comment lady Maud se serait-elle aperçue?... De si loin! N'est-elle
pas depuis plusieurs mois en Extrême-Orient? L'image emportée n'a pu
que grandir dans un cœur comme le sien.

--Cela se peut. Pourtant la déposition qu'elle m'a prié de faire, à
ce procès des nihilistes...»

Flaviana l'interrompit.

--«Mais Boris, lui, l'aime toujours... Il en est fou. Il traverse
tout l'ancien continent pour la revoir plus tôt.

--Traverser un continent...» soupira Hawksbury, d'un ton qui
signifiait: «S'il ne s'agissait que de cela pour obtenir l'amour que
je souhaite!...»

--«Enfin,» reprit fiévreusement la danseuse, «il est parti. Il part
aujourd'hui. Je connais son itinéraire. Il voyage en auto jusqu'à
Cologne, où il prendra le Nord-Express.

--Pardon,» rectifia l'Anglais. «Il a pris le Nord-Express aujourd'hui
même.»

Et, comme pour offrir la preuve de son assertion, il étendit la main
vers une table où traînait un journal.

--«Non, non,» fit-elle. «Je sais mieux... Je suis fixée. Boris
Omiroff, à l'heure actuelle, est en auto, filant à toute vitesse vers
la Belgique. Le premier train qu'il puisse prendre est celui qui
partira de Paris, demain, à une heure. Quelqu'un qui monterait dans
ce train, serait sûr de le rattraper, ou même d'être en avance sur
lui.»

Les claires prunelles de Hawksbury,--prunelles d'une froideur aiguë
quand l'amour n'y mettait pas sa trouble ardeur, s'enfoncèrent
jusqu'à l'âme de Flaviana. Leur perçante interrogation la bouleversa.
Elle joignit les mains.

--«Vous me devinez, Hawksbury. Pourquoi me regardez-vous si durement?»

Les paupières de Frederick battirent. Son expression changea.

--«Vous regarder durement... vous!» s'exclama-t-il d'une voix
sourde. Et ses yeux maintenant se veloutaient d'un attendrissement
passionné.--«Non,» reprit-il. «Mais vous me faites peur. Jamais je
ne vous ai sentie plus loin de moi. Quelque chose de si fort est
en vous!... Et qui doit être si étranger à mon existence, à mes
sentiments!...»

Elle garda le silence. Cependant,--malgré «ce quelque chose de si
fort», perçu par l'intuition de l'amour malheureux, la jeune femme
put se dégager assez d'elle-même pour avoir pitié de lui. Il avouait
sa peur comme un enfant, cet homme tellement bardé de fierté,
d'impassibilité héréditaires. Toutefois, devant l'irrévocable des
lèvres muettes, des yeux détournés, il retrouva la maîtrise de soi.

--«Vous dites que je vous devine, princesse Omiroff. Je devine
ceci: vous désirez que, demain, je prenne le Nord-Express pour
rejoindre mon futur cousin par alliance, le prince Boris, et que je
lui transmette vos résolutions, dont l'effet sera de faciliter son
mariage.

--Faciliter!... Et même le rendre possible, ce mariage auquel il
tient avec toute la fougue de sa nature. Oui, lord Hawksbury, j'ai
passé la journée à chercher le prince... Je ne l'ai pas rencontré.
Maintenant, il est parti. Et la négociation que j'avais à lui
proposer n'est pas de celles qu'on peut traiter par correspondance,
ni confier à des tiers. Vous, vous seul... Ah! si vous consentiez à
vous en charger!... Malgré votre duel avec Boris, je sais que vous
n'êtes pas ennemis. Vous vous considérez mutuellement avec cette
courtoisie qui est la parure des gentilshommes.... la coquetterie de
leur honneur, si j'ose dire.

--Madame, vous avez prononcé le mot «négociation». C'est donc un
échange que vous offrez à Boris?

--Un échange, oui.

--Que lui demandez-vous donc en retour de vos concessions?

--Mon fils.

--Votre fils!»

Lord Hawksbury, pétrifié, attendait l'explication.

--«Oui, mon fils,» répéta Flaviana. «L'enfant de son frère Dimitri,
qu'il a cru faire disparaître, pour hériter de mon mari. Il héritera.
Je consens à tout. Voilà ce qu'il faut qu'il sache. Voilà ce que
je voulais lui crier. La fortune, le nom même... qu'il garde tout!
L'état civil de mon petit Serge est constitué tout à fait en dehors
de la famille Omiroff. Je n'y changerai rien. Je ne veux que mon
enfant... vous entendez, Hawksbury... Mais il faut que Boris sache
au plus tôt dans quel état d'âme je suis. Et qu'il y croie, surtout,
qu'il y croie! Vous pouvez faire cela, mon ami... Vous seul... Vous
vous porterez garant de ma sincérité. Et cela vaudra mieux que tous
mes serments, à moi. Suivez-le, rattrapez-le, convainquez-le. Mais,
si vous avez la moindre pitié pour moi, hâtez-vous!... Qui sait où
l'on a emporté mon enfant... ce qu'il adviendra de lui!...

--Pardon,» dit lord Hawksbury.

Il gardait son apparence flegmatique. Il n'y faisait peut-être pas
effort,--d'abord parce que telle était sa plus intime nature, la
forme même de son inconscient, puis parce qu'il voulait savoir. Toute
son application tendue à démêler l'énigme, refrénait ses sentiments.

--«Pardon,» répéta-t-il. «Mais ce Boris Omiroff est donc un misérable?

--Qu'importe!... Si ses deux mains me tendaient mon enfant, je
baiserais ses deux mains,» déclara Flaviana.

--«Quand vous l'a-t-il pris?

--Quand je l'ai mis au monde. Je suis restée assez longtemps entre la
vie et la mort, sans aucune connaissance de ce qui se passait autour
de moi. On me fit croire que le cher petit être n'avait pas vécu.»

Hawksbury resta muet. L'horreur du crime consternait sa pensée.

--«Vous êtes sûre de cela, madame?» questionna-t-il. «Et vous êtes
sûre que votre enfant vit?

--Je l'ai vu tout à l'heure.

--Vous l'avez vu!...

--Oui... oui... je l'ai vu. C'est le portrait de son père... Ah! si
vous saviez!...»

Le beau visage meurtri s'illuminait. Flaviana frémissait toute. Ses
bras s'entr'ouvraient, prêts à saisir son trésor. Un émoi radieux la
transfigura.

«Que demanderai-je encore du cœur de cette femme?» pensa Frederick
avec une admiration amère. «Combien l'amour d'un homme doit y peser
peu au prix de l'amour pour son enfant!»

Mais elle poursuivit:

--«Toutes les preuves, je vous les donnerai. Seulement le récit
serait trop long. J'ai reconstitué les circonstances une à une. Pour
le moment il faut me croire... Me croyez-vous? Consentez-vous à me
venir en aide?»

Il ébaucha un mouvement. Elle l'arrêta.

--«Avant de répondre, sachez tout, lord Hawksbury. Je vous dois la
vérité. C'est une amie que vous aiderez, une amie résolue à n'être
jamais autre chose pour vous. Je ne serai pas votre femme, Frédéric.
Et peut-être même... oui, peut-être deviendrai-je la femme d'un
autre.»

Elle rougit légèrement. Puis elle apparut de nouveau très pâle, plus
pâle que lui. Tous deux se considérèrent en silence. Flaviana levait
des yeux pleins de douleur et de douceur, des yeux qui demandaient
pardon. Ceux de l'Anglais furent d'abord impénétrables. Puis ils
s'emplirent d'une tristesse immense. Et, tout à coup, il y passa
comme le sourire d'une ironie mêlée d'attendrissement.

--«Une vraie Française!» prononça-t-il. «Dans le cœur d'une femme
française, l'amour maternel est un maître qui subordonne tout à lui.
Vous êtes mère, Flaviana, je ne le savais pas. L'homme que vous
épouserez vous devra sans doute à votre enfant. Est-ce que je me
trompe?

--Vous ne vous trompez pas, mon ami.

--Que n'ai-je rencontré ce petit-là sur ma route!» soupira Hawksbury,
avec une grâce sentimentale qu'on n'eût guère attendue de lui. «Je
lui aurais dit volontiers: «_My little fellow, give me only the
second best place in your mother's beautiful heart, and I shall be
too happy._[1]»

  [1] «Mon petit homme, donne-moi seulement la seconde meilleure
  place dans l'admirable cœur de ta mère, et je serai trop
  heureux.»

Ce fut d'une si imprévue délicatesse, l'évocation du petit être, d'un
charme si émouvant pour Flaviana, qu'elle pleura.

Lord Hawksbury répéta encore, en la regardant comme s'il la voyait
sous un aspect tout nouveau:

--«Ainsi, vous êtes mère... vous êtes mère...»

Ce fait, dont il avait peine à se convaincre, semblait transformer
ses sentiments. L'amour n'était pas moindre. La résignation devenait
plus acceptable. S'il perdait la femme, il ne perdait pas en elle
cette âme de passion merveilleuse, qu'il croyait entrevoir, et qu'il
ne pouvait sans frénésie se représenter versant son ivresse divine à
un autre homme.

Le flegmatique Anglo-Saxon, sous ses dehors de glace, s'était
incendié l'imagination à désirer en la danseuse la créature de
volupté, d'orgueil, de mystère, que l'art substituait à la femme. Le
regard qu'en scène elle fixait avec un si brûlant appel sur des yeux
invisibles, le sourire qu'elle offrait éperdument à quelque idéal
baiser, c'était cela qu'il voulait d'elle. Maintenant il découvrait
que, non seulement il ne posséderait pas ce regard, ce sourire, mais
que nul ne les posséderait jamais. En Flaviana, l'amante que Dimitri
avait emportée dans un rêve sans égal, loin du théâtre, loin du
monde, loin de la vie, ne ressusciterait pas.

--«Vous êtes mère... vous êtes mère...» murmurait celui qui rêva, lui
aussi, un rêve pareil, de surhumaine extase.

Et le sens profond de ces trois mots coulait en lui comme une onde
désillusionnante, mais apaisante. Désormais, alors même qu'il la
verrait bondir, ailée, énigmatique, étourdissante, avec une fièvre
enivrée sur sa pâleur splendide, il reconnaîtrait le signe de
douleur, le geste des bras ouverts, le cri du sein gonflé, cette mère
appelant son petit, cette fière créature prête à baiser les mains
d'un Omiroff s'il lui apportait son enfant.

--«Madame,» dit Hawksbury, «vous avez bien fait de venir à moi. Je
serai tellement heureux de vous servir!

--Même après ce que je vous ai confié?

--Je vous suis reconnaissant de votre franchise.

--Vous l'aurez tout entière. Je vous nommerai...

--Ne nommez personne.

--Cependant...»

Elle rougit plus ardemment que s'il l'avait pressée d'achever.

--«Pensez-vous que je n'aie pas deviné déjà, Flaviana?

--Comment?

--Sans doute. Raymond Delchaume est l'homme de votre destinée. Il
sera le père adoptif de votre enfant. Les circonstances... je les
ignore. Est-ce qu'elles importent? Je vous ai dit un jour que vous
aimiez cet homme. J'ai été férocement jaloux de lui. Je voudrais
encore être à sa place. Et pourtant...»

Il hocha la tête, et se tut.

--«Vous avez un très noble cœur, Frédéric de Hawksbury. Il n'y a pas
d'homme aussi généreux que vous.»

L'Anglais, maintenant, allait et venait dans le salon. Brusquement,
il s'écria, d'un ton tout à fait changé:

--«Oui... je veux bien partir demain pour la Russie, courir après
Omiroff, le rattraper... en route ou là-bas. Voyager m'est facile...
je suis libre. Donner une leçon à ce gaillard-là... je ne demande pas
mieux. Je l'ai déjà fait, je suis prêt à recommencer. Mais, diable!
n'exigez pas que je travaille à faciliter son mariage avec ma cousine
Maud.

--Si elle l'aime...» hasarda Flaviana.

--«Elle ne l'aimerait pas, connaissant le bandit qu'il est. Votre
révélation...

--L'orgueil et l'ambition poussent à des crimes les êtres effrénés
tels que lui. Mais, s'il me rend mon fils, il aura tout effacé.
Tranquille héritier des Omiroff, il sera le grand seigneur un peu
autoritaire, un peu emporté, voilà tout, tel que beaucoup de sa race.
Son alliance peut flatter la fierté d'une femme, même de la fille du
duc de Carington. Il est fou d'elle, il ne la rendra pas malheureuse.
Comment saurait-elle?... Pourquoi?...»

Hawksbury eut un âpre sourire. Et son refrain de tout à l'heure
revint à mi-voix, non cette fois sans un secret reproche:

--«Comme vous êtes mère!...» Et il expliqua: «Vous, si souverainement
bonne, vous décréteriez le malheur d'une fille charmante, pour
retrouver votre enfant. Je tâcherai qu'on vous le rende. Mais pas à
ce prix.»

Sa voix s'affirma, d'une gravité singulière. Il dit encore:

--«Vous ne savez pas ce que c'est que lady Maud Carington. Si je ne
vous avais pas rencontrée, j'aurais cru impossible à une femme de
surpasser tant de noblesse dans la grâce, et surtout tant de loyauté.»

Il se tut, rêveur. Et, telle fut sa profonde distraction, pendant une
minute, qu'il ne vit pas Flaviana s'approcher de lui à le toucher.
Mais il sentit sur son bras le contact d'une main légère, tandis
qu'affectueusement des mots glissaient à son oreille:

--«Puisse-t-elle vous consoler!... Non, ce n'est pas pour Omiroff que
doit fleurir un tel amour.»



XI

LE PRIX DE LA VIE


--«Comment!» s'écria Flaviana, entrant précipitamment, dès son
retour, dans la chambre de Bertile, «tu n'as pas vu le docteur
Delchaume?»

Un cri de joie, d'une joie aiguë jusqu'à la souffrance, aussitôt
noyé dans un sanglot, lui répondit. L'étoile s'agenouilla près de la
chaise longue, où Bertile cédait à une crise nerveuse.

--«Oh! j'ai été si inquiète!... O ma Flaviana, ma petite mère, ma
sœur, ma chérie!... Toi, toi!... Enfin!... tu es donc là... Et il ne
t'est rien arrivé de mal!...» balbutiait la petite entre le rire et
les larmes.

--«Mais je t'avais fait prévenir... pauvre mignonne! Tu ne devais pas
m'attendre, même pour dîner. Est-ce que le cocher n'a pas rapporté
exactement?...

--Si... Tout cela, il l'a dit à Mélanie, à qui je l'ai fait répéter
plus de vingt fois. Mais que veux-tu?... J'avais peur... Ça ne se
commande pas. Songe... il était moins d'une heure, et maintenant il
vient d'en sonner huit. Ah! vous n'êtes plus libre, ma belle étoile.
Vous vous êtes donné une petite fille tyrannique, exigeante...»

Elle glissait son bras, si fluet, autour du cou de la danseuse.
Sa petite figure, réduite à rien,--le nez pincé, la peau du front
tendue et ivoirine, laissant transparaître la fine structure osseuse
du crâne, les yeux fondus de fièvre,--exprimaient la plus tendre
adoration. Beau sentiment exalté, par lequel cette âme pure, fragile,
prête à se dissoudre, comme un flocon de nuée printanière au souffle
de l'éternel espace, aurait communié un instant avec le grand secret
frissonnant de la vie.

Mais aussitôt, Bertile prit plus sérieusement conscience de l'égoïsme
dont elle s'accusait:

--«Flaviana chérie! tu dois être morte de fatigue... Et moi qui te
retiens là!... Va... va vite... change-toi... mange quelque chose.
Après, tu reviendras... Tu me raconteras de ta journée ce que j'en
peux savoir.

--Tu peux tout savoir, mon petit ange... Les choses se sont
précipitées... je n'ai pas eu le temps... Mais je te dirai... Chère
petite!...»

Flaviana s'attardait, remontant les coussins sous le buste gracile,
écartant les cheveux alourdis autour des tempes moites.

Comme elle s'était attachée à cette petite fille!... Quelle
mélancolie, l'impuissance à la retenir dans ce monde! Énigme des
existences éphémères,--de la fleur qui va s'ouvrir et que le pied
foule, de l'oiselet qui tombe du nid dans la rosée glaciale, de
l'enfant qui a deviné l'amour, et dont les yeux éblouis se ferment
sous la pierre d'une tombe. «Serge... mon fils!...» soupira ce cœur
de femme, effaré par le destin. Et, comme tout, à cette minute, la
contractait d'appréhension, elle reprit tout haut:

--«Je ne comprends pas... non... je ne comprends pas que Raymond ne
soit pas venu.

--C'est sans doute qu'il me trouve guérie,» supposa Bertile, qui, à
cette appellation intime de «Raymond» venait de fermer nerveusement
les yeux. Et, détournant la tête, elle se rejeta en arrière sur
l'oreiller.

Ce n'était pas le moment d'expliquer à la fillette quels intérêts
différents de sa santé resserraient le lien entre Delchaume et
Flaviana, donnaient le même but à leurs pensées, la même palpitation
à leurs cœurs.

Dans la salle à manger, où la danseuse s'assit pour un semblant de
repas, rôdait une solitude accablante. Pourquoi n'était-il pas là,
celui qui, assumant la paternité de son fils, lui apparaissait, par
une étrange et délicieuse confusion de sentiments, un peu le père, en
effet, de leur commun trésor? L'absence de Raymond Delchaume après le
sacrifice, le dévouement révélés par Frédéric de Hawksbury, semblait
plus intolérable à Flaviana. L'angoisse lui crispait la gorge, au
point qu'elle renonçait même à boire la tasse de thé qu'elle s'était
fait servir. Mais, soudain, la sonnerie électrique vibra.

Flaviana se dressa, fit trois pas, perçut une voix d'enfant, et,
affolée, se jeta dans l'antichambre.

Mélanie venait d'ouvrir. Deux bambins étaient là. Hélas!... ni l'un
ni l'autre ne ressemblait au sien. Mais, reconnaissant la femme qui
les accompagnait, la danseuse eut un grand cri:

--«Nounou Favier!...

--Oui... moi, madame... Mais monsieur le docteur ne voulait pas...
On devait préparer Madame pour ne pas qu'en me voyant... une fausse
joie...

--Ah! vous ne le ramenez donc pas!...»

La paysanne secoua la tête, fondit en pleurs.

--«Allons... allons...» dit la voix, découragée mais si douce, de
Flaviana. «Ne pleurez pas, ma pauvre nounou. Entrez un peu ici,
tenez, dans la salle à manger. Vous veniez de la part du docteur.
Qu'avez-vous à me dire?... Et qu'est-ce que ces deux petits?...

--Tu ne me reconnais pas, madame?» clama un moutard décidé. «Moi
je te reconnais bien. C'est toi qu'as emmené ma sœur Berthe. Même
qu'elle a de la veine de demeurer avec toi, dans un si chouette local.

--Où qu'y a des bonnes choses à manger, vrai!» flûta la gamine, se
haussant sur la pointe des pieds, tandis que ses deux menottes sales
s'agrippaient à la table, par-dessus la nappe blanche.

--«Donnez-leur les muffins, Mélanie,» commanda la maîtresse de
maison. Et, se tournant à nouveau vers la nourrice:--«Ce sont les
petits Pageant, les enfants de la fruitière... Mais qu'est-ce que
vous en faites, ma pauvre nounou?»

Clémence Favier, un doigt sur ses lèvres, désigna les gosses. Ils
n'entendraient rien, d'ailleurs, ayant déjà la bouche pleine, et les
yeux fixés sur des friandises inconnues, qu'on allait peut-être leur
donner.

--«Leur mère est au plus mal. Le docteur m'a fait venir pour que
j'emmène les enfants à Claire-Source.» (Un soupir.) «Ah! ça me
changera de mon chérubin! Mais ce qu'elle a, c'est très contagieux.
Une angine infectieuse... Alors, monsieur le docteur s'excuse auprès
de Madame...

--Comment!... c'est pour cette mauvaise femme?...

--Monsieur le docteur ne la quitte pas. Et il n'a même pas pu écrire
une vraie lettre. Il a griffonné ça, en me chargeant d'expliquer à
Madame...»

La danseuse saisit le papier,--un feuillet réglé à doubles lignes, en
page d'écriture, sans doute arraché à un cahier de Totor, et en haut
duquel s'étalait, en belle cursive moulée, un exercice sur la lettre
f:

_Le fifre fanfaron finit fou fieffé._

Sous cet exergue incohérent, quelques lignes au crayon jaillissaient
du plus profond de la profonde vie tumultueuse:

    «_Flavienne bien-aimée_,

«_Tout mon cœur avec vous, avec l'enfant chéri, avec_ NOTRE _enfant.
Mais dussé-je vous perdre l'un et l'autre, je ne puis quitter mon
poste. Comprenez-moi... Je suis à cette heure le commandant sur la
passerelle, l'aiguilleur qui, pour sauver un train bondé d'existences
humaines, le dirige sur la voie où joue son enfant._

«_Je me débats contre un mal infectieux, abominable, avec ma nouvelle
méthode, encore tâtonnante. Si je guéris un cas si grave, ce sont des
milliers de gens, dans l'avenir, arrachés à la mort... Et je ne puis
aller, fût-ce une minute, près de vous, de Bertile si faible... Je
risquerais de vous porter la terrible contagion._

«_Mon Dieu!... Et où en êtes-vous? La police agit-elle? Si vous avez
la moindre nouvelle, envoyez-la moi. Et que votre génie maternel vous
soit en aide!..._»

    «RAYMOND.»

A mesure que ces lignes pénétraient l'esprit de Flaviana, le noble
visage de la jeune femme s'animait d'une flamme enthousiaste. Raymond
lui demandait de la comprendre. Oui, elle le comprenait. Et plus
encore: cet être qu'elle avait besoin d'admirer, de qui, un instant
avant, elle doutait presque,--et avec quelle douleur!--lui était
restitué, dans toute la magnifique énergie de son intelligence, de
son caractère, de sa généreuse humanité. Elle ne l'eût pas souhaité
plus grand.

--«Alors vous emmenez ces deux petits à Claire-Source?... dès ce
soir?...» demanda-t-elle à Clémence Favier.

Claire-Source... quelle ingénieuse bonté encore d'y recueillir ces
deux pauvres mioches!

--«Nous prenons le train de neuf heures, madame. Nous n'avons que le
temps.»

Elle les expédia, avec l'ordre à Mélanie d'empaqueter, en hâte, tout
ce que les armoires contenaient de pâtisseries, fruits confits,
marrons glacés, et de descendre cette cargaison dans le fiacre qui
les attendait. Puis, appelant la seconde femme de chambre:

--«Vite... une robe, un manteau, une écharpe...

--Madame va ressortir?...

--Oui.

--Madame ne danse pas ce soir.

--Non... C'est-à-dire... Je ne devais pas... mais on vient de
m'appeler d'urgence... L'affiche a été changée au dernier moment.

--Oh! Madame qui est si fatiguée!... Madame n'a pas mangé...

--Ça ne fait rien, ça ne fait rien... Vite!...»

Un bond jusqu'à la chambre de Bertile.

--«Ma chérie, nous devons renoncer à notre bonne causerie pour ce
soir... Figure-toi... Une indisposition d'Ermellina. On donne le
_Ballet des Elfes_. Je n'ai que le temps de courir...»

Elle s'enfuit, sans trop regarder le doux petit visage, où chaque
ombre de mélancolie accentuait une ombre plus mystérieuse, plus
solennelle, descendue récemment sur le front puéril, sur les joues
minces, dans les yeux lointains, et qui ne s'en allait plus. Dur de
mentir à cette chère petite âme. Toutefois il le fallait bien.

Rue du Rocher, Flaviana trouva les volets clos à la fruiterie. Mais
elle savait le chemin du logement. Par le couloir sordide, elle
gagna la cour,--ou plutôt le fond de puits, écrasé par l'immense
mur aveugle de la maison neuve. De fades odeurs flottaient dans
l'humidité froide. Un papillon de gaz tremblotait au fond, faisant
palpiter des ombres sinistres dans la cage moisie de l'escalier.

Flaviana monta un étage.

Elle trouva la porte ouverte, sur le palier aux carreaux déteints.
Une voisine venait d'entrer, portant un bol de soupe chaude à Victor
Pageant, qui ne voulait pas descendre chez le marchand de vins. Cette
voisine s'effaça devant la belle visiteuse. C'était une brave femme
quelconque, qui pénétrait, sans crainte, dans ce logis où sévissait
un mal contagieux. Elle accomplissait simplement sa cordiale action,
sans se croire héroïque le moins du monde, comme font les pauvres
gens, toujours prêts à s'entr'aider. «Les microbes!...» Elle haussait
les épaules. «Ah! ben, si ça devait empêcher de donner un coup de
main à quelqu'un dans la peine!... Y en a toujours eu, des microbes,
avant que les savants _ils s'en soyent_ doutés. On n'en mourait ni
plus ni moins... On était même plus solide. _Alors?_...

--«Père Pageant, v'là du beau monde, pour voir vot' dame,» chuchota
cette obligeante personne, qui revint vers l'intérieur. Car son
obligeance s'alliait fort bien avec un brin de curiosité.

Flaviana, sans s'arrêter aux exclamations du bonhomme, marcha droit à
la chambre de la malade.

La fenêtre ouverte, un feu clair de bois dans la cheminée, y
assainissaient presque l'atmosphère. On avait enlevé les vieux
meubles, encrassés, vermoulus, tiré le lit au milieu, accroché
des rideaux en percale blanche. Une infirmière, dans sa blouse de
toile, qui se tenait là, devait avoir fait ce miracle de transformer
le taudis en une chambre nette de maison de santé. Il avait bien
fallu,--devant l'obstination de Pageant et de sa femme, qui eussent
préféré mourir tout de suite, que de laisser transporter l'un deux à
l'hôpital. Une forme haute se dressa, plus haute semblait-il, dans la
longue blouse de toile bise. Et il y eut un cri sourd.

--«Flavienne!... ne restez pas! je vous en supplie... A quoi peut
servir cette folle imprudence?

--A vous persuader que désormais votre danger sera aussi le mien,
Raymond.»

Un regard seulement répondit. Quel regard!... Mais le jeune docteur
dit encore, d'une voix étouffée, frémissante d'émotion:

--«Maintenant que j'en suis sûr... Maintenant que vous m'avez donné
cette force divine... retirez-vous, chère... chère...»

Il n'osait achever.

--«Non, mon ami. Je pense comme la pauvre voisine qui vient
d'apporter le souper de Pageant: un microbe là où il faut agir, c'est
une balle là où il faut se battre. Un soldat ne doit pas y penser.

--Qu'avez-vous donc à faire ici, ma vaillante aimée?

--Quelque chose, sûrement... Et je vais le savoir.»

Flaviana, sur l'oreiller du lit, voyait se soulever des épaules
osseuses revêtues d'une camisole, et une tête qu'elle eut peine à
reconnaître. La figure de Célestine Pageant, brûlée de fièvre, était
d'une rougeur intense. Sa maigre chevelure, d'un noir huileux, où
couraient des fils gris, ramenée en arrière et réunie en une natte
peu opulente, dégageait les tempes, où d'habitude voltigeaient
quelques frisettes, quand ne s'y fixait pas à demeure l'escargot
recroquevillé des bigoudis. Son cou tendineux sortait du col de
linge, et montrait à la base, au-dessus de la clavicule, une sorte
d'emplâtre formé de cette toile percée de jours qu'on applique sur
les plaies suppurantes. La malheureuse femme s'efforça de parler,
mais aucun son ne sortit de sa gorge, entre ses lèvres desséchées et
violâtres. Elle porta une main à son gosier, puis secoua la tête avec
souffrance et fureur.

--«Courage!... cela ira mieux bientôt. Nous sommes tous là pour vous
soigner,» dit Flaviana de sa tendre voix musicale, et en lui prenant
la main.

Raymond, désespéré de voir la bouche fraîche de la charmante créature
s'incliner vers l'haleine mortelle, ne put se retenir d'écarter
doucement Flaviana.

--«Nous allons procéder à un nettoyage du larynx, avec Mademoiselle,»
dit-il, faisant signe à l'infirmière. «Voulez-vous attendre un peu,
ici, à côté? Ensuite notre malade pourra certainement vous dire
quelques mots. N'est-ce pas,» ajouta-t-il gaiement, «n'est-ce pas,
madame Pageant, vous serez contente de dire «merci» à cette belle et
bonne étoile, qui vous apporte un rayon réconfortant?»

La fruitière fit un signe, qui était certainement de terreur pour
ce cruel raclage de sa gorge auquel on la soumettait fréquemment.
Toutefois, une lueur inattendue brilla dans sa prunelle, opaque et
illisible comme un grumeau de cirage.

Flaviana voulut aider à l'opération, mais elle vit tant de détresse
sur la physionomie de Delchaume, qu'avec son tact toujours inquiet
d'exagérer, elle passa docilement dans la chambre voisine. Là, elle
trouva l'ancien hercule effondré dans un coin.

--«Le docteur Delchaume la sauvera, mon brave Pageant.

--Dieu le veuille, madame Flaviana! Car, voyez-vous... on a beau
vivre comme chien et chat... quand on pense que la maman de ses deux
mioches va s'en aller dans le trou noir, on ne peut pas supporter
c't'idée-là. Est-ce drôle!... quand ce diable de satané moment
arrive, les torts n'existent plus. On ne se rappelle que les bons
moments. On a été heureux, nous deux Célestine, au commencement,
comme tout le monde. Au fond, c'était une brave femme, dure à la
besogne, et qui n'aurait pas fait tort d'un sou à personne. Son vice,
ç'a été sa terrible jalousie de ma pauvre petite Berthe. Mais j'étais
pas toujours un agneau, moi non plus. Ah! puis elle souffre, que ça
me retourne les sangs...»

Il parlait la tête penchée, les mains pendantes entre ses genoux. Les
phrases lui coulaient du cœur comme malgré lui.

--«C'est vrai...» dit rêveusement Flaviana. «Vous avez raison,
Pageant. Il nous faut pardonner, parce que la mort, elle, ne pardonne
pas. Il y avait toujours quelque chose de beau, qu'on n'a pas assez
vu, et qu'on regrette, dans les yeux de ceux qu'elle emmène...--ces
yeux qui restent en nous, avec toujours un peu de reproche...»

Pageant eut l'air d'hésiter, puis il finit par dire:

--«Ça la tourmente aussi, vous savez, c't'abcès que le docteur lui a
fait venir au cou.

--Ça la tourmente... Vous voulez dire qu'elle s'en inquiète?...

--Oui... Et puis ça tire, ça brûle, donc!

--C'est pour son bien.

--Oh! les nouveaux systèmes...» grommela le frotteur.

--«C'était aussi un nouveau système, la vaccine, quand on l'a
inventée, Pageant.

--Pas la même chose... La vaccine, elle, empêche la maladie de venir.

--Mais quand la maladie est venue, Pageant, que l'ennemi est dans la
place, il faut faire appel à toutes les forces capables de sauver
l'organisme.

--Je vous demande pardon, madame Flaviana,» fit le brave homme.
«J'suis p'têtre qu'un ignorant...--j'en suis même un pour sûr,--mais
je ne comprends pas. Un abcès, ça ne donne pas des forces... Ça en
ôte.»

Flaviana eut recours à une comparaison.

--«Lorsqu'un pays est attaqué, dites-moi, qu'est-ce qu'on fait?
On mobilise tous les corps d'armée, on amène les troupes en grand
nombre vers la frontière ouverte. Eh bien, quand un organisme vivant
est attaqué, les choses se passent de même. La nature bat le rappel
dans tout cet organisme, et concentre sur un point, en face des
envahisseurs, qui sont les microbes, les vaillants soldats, qu'on
appelle, d'un nom un peu barbare, les phagocytes. Seulement, il peut
arriver que les microbes soient très redoutables, et le corps dont
ils font l'assaut, très débile. Alors la science essaie d'un moyen:
elle mobilise la réserve, elle suscite l'ardeur, l'enthousiasme,
des phagocytes paresseux, des phagocytes antimilitaristes. Et, pour
cela, elle crée l'abcès artificiel, qui attire près du point menacé
des renforts de défenseurs. Je vous dis cela très en gros, mon bon
Pageant, car je ne suis guère plus savante que vous...

--Oh! madame...

--Mais non. Seulement vous pouvez avoir confiance dans le docteur
Delchaume. Il remet en usage une chose, d'ailleurs inoffensive en
soi, l'ancien cautère, dont on a tant ri, qu'on ne croyait plus bon
qu'à mettre,--en proverbe,--sur une jambe de bois. Il en a obtenu des
miracles dans les maladies infectieuses.

--Et alors, vous croyez?...

--Qu'il va en faire un de plus?... J'en suis certaine.»

L'infirmière parut à la porte qui séparait les deux pièces. Sur un
signe, Flaviana et Pageant la rejoignirent.

La malade, soulevée sur ses oreillers, le visage moins enflammé
de fièvre, la respiration presque libre, les regardait. Quand son
mari fut proche, elle lui tendit la main, avec un air d'abattement
et d'humilité. Puis son regard vira, et, successivement, se posa
sur les visages autour d'elle. Ce pauvre homme, qu'elle avait tant
tourmenté, cette rayonnante artiste, pour qui elle devait être moins
que rien, ce docteur déjà célèbre, et jusqu'à cette infirmière,
dont elle n'aurait même pas pu dire le nom, tous ces êtres n'avaient
qu'une pensée, à cette minute: sauver sa misérable existence. Et,
pour accomplir cela, ils suspendaient tout, ils s'arrachaient à la
domination ardente de leurs sentiments, de leurs soucis, de leurs
joies,--bien plus, ils risquaient d'attraper l'abominable contagion,
ils exposaient leur vie. Et tous les quatre lui souriaient du même
sourire encourageant, attendri, fraternel.

Pourquoi?

Une perception confuse de ce qu'elle n'avait jamais connu, jamais
éprouvé, les beaux mouvements désintéressés de l'âme humaine, pénétra
en elle à travers l'étonnement, à travers la peur et l'espoir, à
travers sa mortelle faiblesse et son éperdu désir de vivre. Des
larmes vinrent à ses yeux, mirent une clarté céleste et tremblante
sur les opaques prunelles en grumeaux de cirage. Quelque chose de
splendide se refléta dans cette double goutte d'eau, suspendue entre
les paupières fripées. Les mains se joignirent. Les mains rugueuses,
dont nul savonnage n'arrivait à blanchir les mille petites rides
noires,--les mains sèches, terreur de Titine et de Totor. Un son
pénible sortit, raclant la gorge douloureuse:

--«C'est donc vrai qu'on ne va pas me laisser mourir?...» Et, sur
leur affectueuse protestation:--«Je ne vaux pas cher, pourtant. On ne
me déteste donc pas, vous tous?... A quoi est-ce que je sers dans ce
monde?

--Vous êtes mère,» dit Flaviana. «Vous élevez vos chers petits pour
être des braves gens.

--Je n'aime qu'eux deux. J'ai fait du mal...»

On l'interrompit.

--«Vous allez faire un grand bien,» dit doucement Delchaume.

--«Moi!...» (Un éclair de redressement.)--«Du bien?... un grand
bien?... de quelle façon?...»

Delchaume se pencha vers elle, lui parla avec une bonté, une
autorité cordiale, dont Flaviana eut la surprise. Elle ne l'avait
jamais vu dans son rôle de guérisseur moral auprès des êtres à l'âme
disgraciée, infirme. Toujours, devant elle et devant Bertile, Raymond
s'était montré l'homme à la pensée agile, à l'esprit vigoureux,
dédaigneux des petitesses, des détails, et dont le cœur blessé
gardait une incrédulité au bonheur. Ici, voici qu'il devenait, pour
l'œuvre efficace, celui qui se simplifie, s'incline, s'oublie, qui
se clarifie, pour ainsi dire. Sa voix même prenait une glissante
douceur, s'insinuait comme un baume, suggestionnait, persuadait. Et
son beau profil, ciselé contre la lumière d'une lampe, s'imprégnait
de mâle et secourable grâce. A ce moment-là, Flaviana sentit qu'elle
l'aimait.

--«Vous ne savez pas,» disait-il à Célestine Pageant,--non sans la
gaieté puérile nécessaire aux malades comme aux enfants.--«Vous ne
savez pas... C'est moi qui vous devrai beaucoup de reconnaissance
d'avoir guéri. Car votre guérison ne fait plus de doute. Vous avez
été une malade docile. Vous m'avez laissé faire. Et, grâce à vous,
s'affirme le succès éclatant d'une méthode nouvelle, contre toute une
catégorie de terribles maladies infectieuses. Parce que vous aurez
guéri, des milliers de gens guériront. D'abord, on leur racontera
votre miracle, à vous... Un vrai miracle... oui. On vous a tirée de
loin. Le brave papa Pageant vous le dira. Ça donnera aux désespérés
la confiance, la foi en la vie, sans laquelle le plus savant docteur
ne peut rien. Les médecins aussi auront la foi. Ils oseront faire ce
qu'il faut. Alors... comprenez-vous maintenant? Voyez-vous tout le
bien que vous aurez fait?

--Ça sera vous, docteur,» dit rauquement la malade.

Mais ses yeux rayonnaient. Un sourire qu'on ne lui connaissait pas
la transfigura. Elle se sentait nécessaire--plus que nécessaire,
précieuse. Son corps peu attrayant, et l'âme revêche qu'il abritait,
prenaient soudain une dignité dont elle était salutairement émue.
Sa vie infime de mégère querelleuse importait donc?... Ça n'était
pas des mômeries, des grimaces, cette sollicitude de tous, contre
laquelle son mauvais esprit s'insurgeait tout à l'heure. Elle murmura:

--«Y a de bonnes gens, tout de même.»

Puis, ne sachant comment marquer la transformation qui s'opérait en
elle, tout à coup, elle trouva ceci. S'adressant à Flaviana, elle
dit, avec un tremblement qui n'était pas celui de la fièvre:

--«Madame, comment va notre pauvre petite Berthe?... J'ai pensé à
elle quand j'ai cru mourir, l'autre nuit... J'ai du regret...» Une
suffocation l'arrêta, et elle reprit dans un souffle:--«Voudrez-vous
bien... dites... lui demander qu'elle me pardonne?...»

Gentiment, avec d'apaisantes paroles, on la fit taire.

--«Laissons... Il faut qu'elle repose,» commanda le médecin.

La lumière fut baissée. L'infirmière demeura. Mais, dans la pièce
voisine, Pageant ayant vu que le docteur retenait leur visiteuse pour
lui parler à mi-voix, s'éclipsa, par discrétion. Le brave frotteur
balbutia quelques mots:--«Une commission chez le pharmacien...»

Alors ce fut là, dans cette humble salle à manger d'ouvriers, à la
clarté médiocre d'une lampe à pétrole coiffée de son abat-jour en
papier, que la splendide danseuse, l'étoile admirée de l'Europe, la
fée légère des pays de mirage, celle à qui les souverains baisaient
le bout des doigts, mit sa main dans la main du maître de son cœur,
sans s'inquiéter si celle-ci ne gardait pas la menace de la mort,
qu'elle venait de combattre.

Mais la révélation de leur tendresse immense fut voilée de
mélancolie,--non pas à cause de l'heure, ni du décor, ni des
mortelles embûches. Ce qui était en eux ignore l'anxiété des veilles
lugubres, la misère des choses, et ne croit qu'aux espoirs sans fin.
S'ils parlèrent avec tristesse du plus merveilleux bonheur qui soit
au monde, ce fut à cause de l'enfant,--de LEUR enfant--de ce petit
être, à la fois un petit prince Serge et un petit François Delchaume,
et surtout si fortement, si miraculeusement, l'enfant de leur amour,
bien qu'il ne fût pas né de leur amour. Le retrouveraient-ils? Toute
perspective enchantée leur était interdite tant que cette inquiétude,
plus morne qu'un deuil, habiterait leur cœur.

Flaviana raconta l'aventure de sa journée. Que de commentaires, de
raisonnements, de résolutions, de plans de campagne! Lorsque, enfin,
la jeune femme sortit, laissant son ami à sa lutte contre le mal
infectieux dont il ne se croyait pas définitivement vainqueur, la
nuit s'avançait.

Dans la petite cour moisie, Flaviana crut voir glisser une ombre plus
noire que les ténèbres, et elle eut un sursaut de frayeur. Mais,
aussitôt, elle devina.

--«Mon pauvre Pageant, vous attendiez, là!... Mais il fait glacial!...

--Oh! j'étais trop heureux, madame!... Je vais maintenant vous
chercher une voiture. Il y en a toujours, à côté, à la gare. Et, si
vous permettez, je monterai à côté du cocher, pour être sûr qu'il ne
vous arrive rien.»

Dans l'appartement de l'étoile, la bonne Mélanie veillait.

--«Ne m'approchez pas,» dit prudemment sa maîtresse. «Je viens de
chez une malade. Vite... un bain... du linge. Et tout ce que j'ai sur
moi... à l'étuve!... Vous tirerez parti pour vous de ce qu'on n'aura
pas trop abîmé.

--Quel dommage! Madame sait qu'elle porte sa robe d'intérieur toute
neuve... si jolie... un vrai souffle!... il n'en reviendra rien.

--Ah! Mélanie, que c'est peu de chose! Mademoiselle ne s'est pas
réveillée?... Voyez donc.»

La grosse personne s'en alla sur la pointe des pieds, qui ne
ressemblait guère aux pointes de la Reine des Elfes, mais qu'on
n'entendait pourtant guère sur les tapis épais. Elle revint bientôt
à la salle de bains, où Flaviana disparaissait jusqu'aux épaules,
dans une eau qu'un produit antiseptique parfumé rendait d'une opacité
laiteuse. Même, par surcroît de précaution, la danseuse y dénouait sa
chevelure noire, assez courte, mais épaisse et naturellement bouclée.

--«Mademoiselle Bertile doit dormir à poings fermés. Rien ne bouge
dans sa chambre, et il n'y a pas un fil de lumière sous la porte.

--Tant mieux.

--Mademoiselle m'a dit de prévenir Madame qu'elle lui a laissé un
mot, à cause d'un coup de téléphone qu'elle a reçu.»

La figure brune, dans l'eau opaline, entre les nerveuses mèches qui
se tordaient dans l'humidité, comme des sarments au feu, s'étonna.

--«Un coup de téléphone... Tiens!... A quelle heure?

--Il n'était pas neuf heures. Madame venait de partir.

--Qu'est-ce que c'était?

--Je ne sais pas,» dit la femme de charge.

Et sa face de lune bienveillante se renfrogna un peu. Curieuse à
proportion de son dévouement, Mélanie ne concevait pas que ses jeunes
maîtresses eussent à lui cacher quelque chose. Elle ajouta froidement:

--«Mademoiselle ne m'a rien dit. Le téléphone était resté près d'elle
depuis ce matin, parce qu'elle avait attendu toute la journée une
communication de Madame.

--Et elle m'a laissé un mot?

--Oui... sous enveloppe,» souligna la brave femme qui se fût si
volontiers chargée d'une commission verbale.

--«Allez me le chercher.»

Le chiffon de papier, vite ouvert, vite lu, produisit sur Flaviana un
effet galvanique.

--«Mélanie, mon peignoir!...» s'écria-t-elle, dressant hors de l'eau,
derrière le rempart de linge aussitôt tendu, son corps effilé, noble
de lignes, lisse et chaudement pâle comme un marbre grec.

A peine vêtue, par-dessus sa chemise, d'un neigeux vêtement
d'intérieur, linon et dentelles, les pieds nus dans ses pantoufles de
satin blanc, (car Flaviana, chez elle ou dehors, ne portait que du
noir ou du blanc), la danseuse s'élança chez Bertile.

Derrière elle, Mélanie repêcha, sur le lac irisé que contenait la
baignoire, le billet qui y flottait, à demi submergé, comme un radeau
en détresse. Il contenait si peu de mots, qu'un œil, même moins
aiguisé, les eût saisis sans le faire exprès:

    «_Flaviana chérie_,

 «_Je ne dors vas. Viens, à quelque heure que tu rentres._

    «_Ta sœurette Bertile, qui t'adore._»

«Je ne dors pas. Elle dit cela, mais le sommeil aura été le plus
fort,» pensait l'étoile. Aussi fût-ce avec une silencieuse douceur
qu'elle poussa la porte de la chambre. Du dedans, l'électricité
jaillit. Une voix faible et frémissante s'écria:

--«Ah! enfin!... enfin!... Viens vite, chérie!... Si tu savais!...

--Quoi donc?... Mais quoi donc? Qu'est-ce qui t'agite ainsi, petite
mignonne?...» demandait l'aînée, presque avec effroi.

Tendrement, elle se prêtait à l'étreinte affolée des bras si frêles,
tandis que la tête blonde s'abattait contre elle, en un geste à la
fois câlin et désespéré.

--«Flaviana... Est-ce vrai que tu as un enfant?...»

Ce fut au tour de la jeune femme de trembler d'émotion. Et toutes
deux se serraient l'une contre l'autre, éperdument.

--«C'est vrai. Je voulais te le dire ce soir même.

--Tu es inquiète de lui?

--Dieu!...»

L'anxiété du cri bouleversa Bertile, qui jeta, tout d'une haleine:

--«Rassure-toi... On veille sur lui. Des amis le suivent.

--Des amis?... Lesquels?... Mais que sais-tu?... Comment?... Oh! ma
petite Bertile!... ma petite Bertile!...»

La fillette raconta. On avait téléphoné.

--«Mais qui?...

--Un inconnu... un homme. Il n'a pas voulu se nommer. Mais il m'a
assuré que tu le reconnaîtrais, que tu le croirais... à certains
signes.

--Alors... voyons... dis! Dis vite, dis tout... exactement... comme
tu as entendu.

--Le timbre du téléphone a résonné. J'ai pensé que c'était toi...
ou... le docteur. Je me sentais si seule. J'attendais... je ne sais
quoi... Pardon...»

Un petit sanglot, vite retenu... Une caresse de Flaviana,--une
caresse un peu distraite peut-être, toute l'âme de la mère tendue
vers l'autre... vers l'absent, dont elle allait entendre parler.

Or, voici ce que Bertile lui répéta: Le mystérieux correspondant,
d'abord, avait demandé Flaviana. Puis, apprenant l'impossibilité de
lui parler, il avait dit:

--«Qui que vous soyez, écoutez et transmettez-lui mon message. Une
jeune fille, avec la douce voix que vous avez, ne peut lui vouloir
du mal. D'ailleurs, je n'ai pas le choix. Je téléphone d'une petite
ville de la vallée du Rhône, où je passe la nuit avec mes compagnons,
et avec l'enfant vers qui Flaviana tendait tout à l'heure, à travers
la grille du Vieux-Moutier, des bras qui ne pouvaient être que ceux
d'une mère. Elle ne me connaît pas, mais je l'ai reconnue, moi. Car
je ne suis qu'en apparence un valet de pied, tel que j'en avais
l'air, sur le siège de l'auto, à côté de l'homme redoutable. A
travers la nuit, par une ruse que je ne pourrai sans doute renouveler
de si tôt, je jette une parole rassurante à celle qui fut la femme
de Dimitri Omiroff. Je réponds de son fils. Et Katerine est avec moi
pour le protéger. Encore un mot: que notre silence ne l'effraie pas,
même s'il dure. La plus grande imprudence serait de lui ramener tout
de suite l'enfant.»

Bertile ajouta:

--«C'est à peu près, mot pour mot, ce que j'ai pu saisir. La voix
s'est tue brusquement, comme suspendue par une impérieuse prudence.
Il n'y a qu'une chose... importante sans doute... que je ne retrouve
pas... Le nom de famille de cette Katerine. Je ne l'avais pas
distingué nettement.

--N'était-ce pas Risslaya?... Katerine Risslaya?

--Il me semble... Mais... chérie... tu es si pâle! Parle-moi. Que
penses-tu?...

--Je pense, ma Bertile, que c'est trop beau. J'ai peur de croire.
Et cependant... Katerine m'a dit de ne pas douter d'elle si je ne
la retrouvais plus. Elle a dû partir avec cette voiture, avec ces
gens... trouver un stratagème. Et il y avait, sur le siège, un autre
homme...»

Parlant à mi-voix, comme à elle-même, rapprochant les indices,
supputant les chances, Flaviana n'osait s'avouer trop de confiance,
tandis qu'en secret son cœur palpitait d'un irrésistible espoir.

La main fluette de Bertile se posa sur la sienne, si timidement, si
tendrement, que, malgré la préoccupation unique, intense, la mère
s'oublia dans un profond élan vers cette douce petite.

--«Chère mignonne, tu as le droit de tout savoir. Je n'ai pas
de secret pour toi. Mais dans quel tourbillon la vie m'a prise!
Demain... Ou plutôt: ce matin, dans quelques heures, quand tu te
réveilleras, je te dirai...

--Pourquoi pas tout de suite?

--Tu es trop fatiguée. Tu as déjà veillé pour m'attendre...

--Dormiras-tu, toi, Flaviana?... Ah! tu n'oses pas l'affirmer.
Eh bien, moi non plus. Restons ensemble. Et dis-moi tout, de ta
tristesse... et de ton bonheur.»

Flaviana raconta tout.

Quand elle eut terminé, quand elle se pencha pour donner un baiser
à Bertile, qui promettait, secouée par mille émotions, d'essayer
toutefois de dormir, Flaviana entendit à son oreille un chuchotement.

--«Mon étoile chérie,» murmurait la petite danseuse, «je partirai
donc tranquille. Tes deux amours vaudront mieux que ma pauvre
tendresse. Et je n'en suis pas jalouse!... Seulement... dis... tu ne
m'oublieras pas!...»



XII

PLUS RAPIDE QUE LE RAPIDE


--«_Why, t'is not awfully jolly... What do you think?_[2]»

  [2] «Vraiment, ce n'est pas d'une gaieté folle... Qu'en
  pensez-vous?»

Lord Hawksbury s'exprimait dans sa langue maternelle, la sachant
familière à Boris Omiroff.

Ce qui n'était pas «d'une gaieté folle»--ou, traduction littérale:
«pas terriblement joyeux»--c'était le paysage fuyant de part et
d'autre du wagon-salon réservé au prince.

Le rapide transsibérien, ayant dépassé Omsk, filait à une vitesse
vertigineuse, suivant une ligne qu'on eût dit le diamètre d'une
circonférence d'eau congelée. Tellement unie était la plaine immense,
sous son tapis de neige, que les légers accidents de terrain
semblaient à peine de petites vagues figées. Tristesse plus poignante
que la tristesse du désert, car la lumière, qui joue sur l'or des
sables, qui l'anime de reflets et de mirages, ne resplendissait
pas sous la lourde coupole grise de ce ciel boréal. Bien qu'on
approchât de midi, rien ne laissait deviner la présence du soleil
derrière cette voûte immobile de plomb et d'étain, où roulaient,
comme prisonnières, des vapeurs fumeuses et rouillées. Tristesse plus
oppressante que celle de la mer, car les flots vivent, dans leur
perpétuel mouvement. Ici, les voyageurs du transsibérien pouvaient
se croire les visionnaires effarés d'une planète morte. Certains
paysages lunaires doivent ressembler à ces steppes hibernales.

Et Frederick de Hawksbury répéta qu'il ne trouvait pas ce spectacle
«terriblement joyeux».

--«Vous êtes difficile, mon cher adversaire,» dit Omiroff. «Moi,
j'estime l'existence admirable. Elle me rapproche à toute minute
d'une fiancée que j'adore. Et mes idées ne seraient pas plus
souriantes si ce train où nous sommes traversait une vallée fleurie,
sous un soleil radieux. D'où vous vient cette humeur morose?
N'avez-vous pas pris tout à l'heure, comme je l'ai fait, une bonne
douche glacée. Rien ne vous dispose aussi allégrement, et l'on ne se
doute plus qu'il fait vingt-cinq degrés de froid dehors.»

Hawksbury, enfoncé dans un moelleux fauteuil tournant, les jambes
allongées, les coudes calés aux deux bras du meuble, et les bouts
des doigts juxtaposés suivant son habitude, considéra le prince, qui
allait et venait, fumant une cigarette.

Depuis qu'il avait rejoint le Russe, pour obéir à Flaviana, il
étudiait le personnage. Et, de plus en plus, sous les dehors du
grand seigneur fantasque, intrépide, aventureux, joyeux vivant, bon
garçon, en apparence ouvert à la généreuse civilisation moderne, il
retrouvait le barbare, le féodal, l'être d'égoïsme, de tyrannie,
de brutalité, dont le type subsiste héréditairement là où il est
conservé, préservé, maintenu par le régime autoritaire.

Pourquoi l'homme évoluerait-il quand le milieu, demeurant immuable,
ne l'y contraint pas? Cette contrainte, qui ne se produit point en
Russie par une évolution normale, a peu de chances de s'établir par
le terrorisme révolutionnaire. La violence, généralement, appelle
la violence. L'action suscite la réaction. Cependant c'est pour
faire franchir au moyen âge, attardé dans l'âme slave, les étapes
le séparant du vingtième siècle, que les intellectuels opprimés
précipitent les temps à coups de bombes.

Quels abîmes creusent entre les hommes les siècles qu'ils ne vivent
pas tous également vite!... Être des sauvages ensemble, c'est un
élément de bonheur, plus certain que d'être les sociétés millénaires,
où se coudoient des individus de tous les cycles historiques, où des
âmes ténébreuses de l'âge de pierre, des âmes nomades des époques
pastorales, des âmes crédules des temps mystiques, des âmes de
guerriers, d'esclaves, de chevaliers, de moines, de courtisans,
de démagogues, doivent s'enfermer dans le plus récent idéal, créé
d'après la plus récente formule d'une avant-garde de l'esprit humain.

Il y avait certainement trois à quatre cents ans de distance entre le
membre de la Chambre des Pairs et le boyard de la Petite-Russie. Tous
deux se tenaient dans un élégant salon, qu'emportait à près de cent
kilomètres à l'heure une machine lancée par le dernier miracle de la
science sur deux lignes d'acier allant de Moscou à Vladivostock. Mais
ce prodige moderne, en égalisant leurs gestes, leur façon de vivre,
n'égalisait ni leurs conceptions ni leurs sentiments. Toutefois,
ils se marquaient l'un à l'autre la plus parfaite courtoisie. Leur
duel, n'ayant été provoqué par aucune offense grave, ne pouvait les
brouiller, bien que Boris se plaignît encore plaisamment de souffrir
de l'épaule. Et leur destinée semblait être de devenir cousins par
alliance, Boris devant épouser lady Maud.

--«Puisque vous allez au-devant d'elle, je vous accompagne,» avait
proposé Hawksbury, après avoir accepté l'hospitalité du prince dans
le formidable château des Omiroff, en Petite-Russie.

Ce fut dit, ce fut fait, comme si le voyage de dix jours jusqu'à
Irkoutsk n'eût été qu'une randonnée en traîneau sur les domaines du
prince.

Frédéric se disait: «Peut-être obtiendrai-je enfin ce qu'espère
Flaviana.» Car il s'était heurté au mutisme de Boris, à une
résolution de ne rien reconnaître, de ne rien comprendre. Il s'y
heurtait toujours. Mais une autre pensée occupait l'Anglais,
grandissait chaque jour, plus dominatrice, dans son esprit: «Je dois
dessiller les yeux de ma cousine. A moins qu'elle ne soit folle, elle
ne persistera pas à épouser un tel homme, un être sans scrupules,
sans véritable honneur.»

D'après les dépêches échangées, les voyageurs rencontreraient
à Irkoutsk la duchesse de Carington et sa fille. Trois jours
de voyage les séparaient encore de cette ville. A mesure qu'on
s'en rapprochait, la délicieuse figure de Maud s'évoquait plus
souvent, avec une réalité plus vivante, dans la pensée de lord
Hawksbury. A l'imaginer telle qu'elle était, délicate, fière,
farouchement virginale, très affinée de principes, et, malgré tout,
si indépendante, et d'une telle générosité d'esprit et de cœur,
Hawksbury trouvait de plus en plus intolérable l'idée de son mariage
avec Boris.

A se préoccuper de Maud, fiancée, de Flaviana, mère, d'étranges
interpositions de sentiments se produisaient chez Frederick. Pour
laquelle des deux, maintenant, éprouvait-il une anxiété plus
troublante? Quel genre d'émotion le secouait soudain lorsque
la brune figure, gravement passionnée, s'effaçait par instants
derrière la splendeur dorée de l'auréole blonde, lorsque le sourire
hautain, capricieux, puéril, mais si captivant, de l'enfant gâtée,
se substituait au sourire lent, profond, magiquement triste, de la
divine danseuse? L'Anglais, devant l'énigmatique Fée des Elfes,
songeait en soupirant qu'il possédait la clef de l'énigme, et il
la voyait pressant dans ses bras un petit enfant. Rivaliser?...
Impossible!... Et d'ailleurs nul aiguillon de feu ne lui en suggérait
plus la frénétique envie. Mais la petite bouche railleuse et mutine
de Maud le faisait songer aux baisers qu'y mettrait Boris. Et
alors la piqûre d'une singulière jalousie lui perçait les moelles,
éperonnait son aversion pour le Russe jusqu'à la haine, jusqu'à la
rage. Quand celui-ci eut énoncé sa profession de foi joyeuse dans la
vie,--ou plutôt dans les voluptés de la vie,--lord Hawksbury lui dit
à brûle-pourpoint:

--«Je ne conçois pas qu'un être de jouissance et d'insouciance tel
que vous ne saisisse pas l'occasion de se débarrasser à jamais d'une
obsession pénible, d'une menace constante, persiste à traîner jusque
dans sa vie d'homme marié le poids d'une action abominable, et bien
plus dangereuse qu'abominable.»

A cette attaque directe, Omiroff ne montra ni colère, ni surprise. Il
eut plutôt le mouvement de quelqu'un à l'oreille de qui résonne tout
à coup un signal qu'il attendait. Suspendant sa marche en va-et-vient
à travers le wagon-salon, il se planta, l'air un peu ironique, devant
son interlocuteur.

--«Tiens!» s'écria-t-il, «vous ne m'aviez plus reparlé de ça depuis
Moscou.

--Vous refusiez de m'écouter.

--Je n'aurais pas eu cette impolitesse.

--Vous ne me répondiez pas. Cela revient au même.

--Je vous demande pardon.

--Auriez-vous réfléchi, prince?

--J'ai réfléchi à ceci: c'est que, malgré ce qu'il y a de peu aimable
pour moi dans vos suppositions, l'estime que j'ai pour vous, pour le
cousin germain de ma future femme, doit m'engager à en tenir compte.

--Cela veut dire?...

--Qu'au lieu de m'enfermer dans un silence dédaigneux, je vous
donnerai une explication... loyale.

--Loyale?

--En doutez-vous, Hawksbury?» dit Boris, sans mauvaise humeur. Et il
ajouta d'un ton léger:--«Vous ne voulez pas que nous nous servions
encore mutuellement de cible? Ce serait ridicule, mon cher.

--Voyons votre explication.

--Écoutez... si nous buvions d'abord une coupe de champagne,»
proposa le prince, appuyant un doigt sur la sonnerie électrique. «Le
perpétuel reflet de cette plaine de neige finit par me barbouiller le
cœur.

--Du champagne à onze heures du matin, et à jeun!» s'écria l'Anglais.

--«Préférez-vous un cocktail. J'ai avec moi un garçon qui les compose
à miracle.

--Vous avez donc tout avec vous?... Vous n'avez pourtant pas emporté
votre château de l'Ukraine dans ce diable de train?

--Quelle plaisanterie! Mais non, au contraire, jamais je n'ai
voyagé moins confortablement. Seulement, pour les cocktails... Vous
savez, ce domestique, Sémène, qui m'a rejoint à Moscou?... il a une
recette!... Vous m'en direz des nouvelles.

--Va pour le cocktail,» dit Frederick, dont l'idée n'était que
d'entendre au plus tôt ce que Boris avait promis de lui révéler.

Justement, ce fut Sémène qui répondit au coup de sonnette du
maître,--le Sémène qu'Omiroff avait donné pour second à Flatcheff,
le Sémène qui glissait des avertissements dans les chaussures de
Katerine Risslaya, le Sémène qui avait joué un rôle dans l'Allée des
Tombeaux.

Après plusieurs télégrammes adressés au prince comme émanant de
son effroyable serviteur, de celui qui dormait sous le couvercle à
jamais retombé du sarcophage, l'homme était venu lui-même. Il avait
calculé le temps, pour ne rejoindre le prince, ni durant le séjour
en Ukraine, ni dans le palais de la Perspective Newsky. Survenant à
Moscou, au passage du voyageur, il était certain de se faire emmener.
Sa prévision se réalisa. Voilà pourquoi sa taille athlétique, dans la
livrée un peu voyante, apparut en se courbant à l'étroite porte du
couloir.

--«Tiens! pourquoi toi?» demanda sévèrement son maître, qui attendait
le premier valet de chambre, et n'admettait pas une interversion de
service.

--«Votre Excellence nous excusera,» répondit Sémène avec l'humilité
de rigueur. «Mais la sonnerie fonctionne mal. Il doit y avoir un
mélange des fils. Et alors... au tableau...

--Qu'est-ce que tu me chantes?... Allons, déguerpis. Va préparer un
cocktail, et envoie-le avec une bouteille de champagne... Mais que ce
soit Vassili qui l'apporte. Tu n'as rien à faire ici.»

Un instant après, Vassili, plein d'importance et de dignité,
présentait le plateau d'argent, sur lequel brillait tout un attirail
de verres, de brocs en cristal, de liqueurs, de chalumeaux de paille
et de glace pilée. L'ayant posé sur une table, il se préparait
à servir, quand le prince le congédia d'un geste. Mais aussitôt
celui-ci se ravisa:

--«Dis donc, Vassili, qu'est-ce que cette histoire de sonnerie
détraquée?

--La vérité, Excellence. Il y a quelque chose de dérangé.»

Le front de Boris se contracta.

--«Ah! je n'aime pas beaucoup cela. Dans un train où circulent tant
de gens, je veux être chez moi, avec mon personnel, pouvoir appeler
qui m'est nécessaire.»

Hawksbury l'observait. Il vit passer sur ce visage audacieux l'ombre
de la terreur secrète, profonde. Boris Omiroff pouvait l'étourdir,
sa terreur, il pouvait la dominer, car il était brave. Il pouvait
même l'oublier, à certains moments,--mais il ne pouvait pas faire
qu'elle ne vécût au fond de lui, qu'elle ne l'accompagnât partout. Il
se savait guetté comme une proie,--peut-être pas plus farouchement,
mais pour le moins autant, qu'un certain nombre de hauts personnages
officiels, ayant vécu, comme lui, dans la frénésie de l'autorité sans
bornes et du bon plaisir, avec le lourd héritage de la sauvagerie de
leurs pères. Serait-ce lui... serait-ce un autre... qui paierait le
premier acompte de la dette rouge, qui restituerait avec son sang un
peu des flots de sang versés, qui servirait d'exemple? Parfois, un
brutal frisson le secouait, malgré qu'il en eût, dans le sursaut de
la pensée soudaine. Cela venait d'arriver. Il avait pâli.

--«Et je parie,» cria-t-il avec une fureur grondante, «que pas un de
vous n'est fichu de me réparer cette sonnerie.

--Pardon, Excellence.

--Et qui cela?... Toi, peut-être?...»

Puis, comme Vassili secouait la tête, Boris hurla:

--«Tu ne vas pas m'amener un ouvrier quelconque! Personne ne doit
pénétrer dans mon wagon, tu le sais bien.

--Sans doute, Excellence.

--Les portes sont toujours fermées à clef?... Tu y veilles?... Et il
n'y a pas de soufflet de communication entre ma voiture et le reste
du train?

--Tout cela est en règle, suivant vos ordres, Excellence.

--Alors?...» demanda le maître, un peu radouci.

--«Si Votre Excellence veut bien se rappeler... Sémène... Il est très
fort pour toutes ces machines d'électricité. C'est lui qui réparait
les plombs sautés, les petits accidents de ce genre, à Paris.

--Comment veux-tu que je le sache?

--Votre Excellence permet-elle qu'il s'en occupe?

--Oui... Et le plus tôt possible... Tu m'entends?... Tout de suite.»

Omiroff, à cette minute--et il s'en rendait compte, d'où cette
exaspération--subissait une étrange déroute de ses nerfs.
Pourquoi?... Que sentait-il donc autour de lui? Rencontrant le regard
de lord Hawksbury, il rougit comme on rougit à douze ans.

--«Pardonnez-moi, mon cher,» reprit-il en anglais. «J'oubliais que
je vous ai promis deux mots d'explication.» Et alors, se retournant
vers le valet de chambre:--«Dans dix minutes... Vassili... le temps
de boire ceci tranquillement... tu enverras Sémène pour réparer cette
sonnerie.»

Puis il se versa et avala d'un trait une grande rasade d'extra-dry.

Du bout d'un chalumeau, Frédéric huma quelques gouttes du cocktail.

--«Comment le trouvez-vous?... Fameux, hein?...» demanda le Russe,
qui vida aussitôt sa seconde coupe.

Le sang qui, tout à l'heure, colorait son visage, y revint, s'y
fixa. La superbe figure s'altéra de brutalité. Les mâchoires se
contractèrent, le maxillaire inférieur férocement projeté en avant.
Les yeux, d'un bleu doré, se brouillèrent de fibrilles pourpres. Un
sourd juron échappa au prince.

Lord Hawksbury se représenta sa belle cousine, cette Maud, douce et
fraîche comme une neige d'avril sur les branches roses des pommiers
en fleur. Une telle grâce d'âme et de corps!... Et la révélation
pour elle--la première révélation--du véritable tempérament de cet
homme!...

Omiroff achevait la bouteille de champagne.

--«Dieu! que j'avais soif!» dit-il, la bouche pâteuse, à demi ivre.
Et, sans transition:--«Donc, voilà, Hawksbury... Voilà pourquoi vous
ne devez pas,--non ce n'est pas digne de vous,--donner dans ces
histoires de femme et d'enfant perdu... La pauvre Flaviana est folle.
Elle est restée un peu fêlée depuis les événements... fâcheux pour
elle, j'en conviens... La mort de mon frère... Leur fils mis au monde
avant terme, dans la douleur de ce foudroyant veuvage. Aujourd'hui,
savez-vous ce qui en est?... Son enfant n'existe plus. Vous entendez
bien... Je vais vous en faire le serment--le serment le plus sacré
pour nous autres Russes... Je vous jure que l'enfant est mort... Je
vous le jure par notre tsar, notre pape, notre père!»

Hawksbury frémit. L'accent de Boris eût porté la conviction même chez
un homme d'une psychologie moins avertie. Celui-ci ne douta pas. Un
prince Omiroff peut tout faire, sauf se parjurer par le nom de son
souverain.

Au même instant, Sémène paraissait,--les dix minutes étant
écoulées,--avec cette exactitude qui ne discute pas les ordres. Comme
il entrait, le prince répéta,--et ce fut étrange,--avec un regard
vers ce domestique, un regard comme de connivence:

--«Certes, je puis le jurer sur mon honneur, l'enfant dont il s'agit,
est mort.»

Hawksbury vit distinctement l'homme en livrée tressaillir. Il
eut le choc de ses yeux, levés sur lui, dans un effarement, une
interrogation anxieuse, puis détournés aussitôt.

«C'est ce garçon-là,» pensa l'Anglais, «qui a dû lui apporter la
nouvelle, en le rejoignant à Moscou. Le meurtrier peut-être... Et
cependant... ses yeux...»

La physionomie de ce Sémène frappait Frédérick. Il eut voulu le
revoir en face. Mais l'homme tournait le dos, disposait les outils,
puis un paquet de fils électriques.

Une autre intuition troubla Hawksbury.

«Ne serait-ce pas depuis mon intervention, et à cause d'elle, que cet
abominable Omiroff s'est décidé à supprimer le pauvre petit être? Il
aura trouvé que trop de gens sont dans le secret. Ah! malheureuse
Flaviana!...»

Exacte prescience. L'ordre qui décidait Flatcheff à agir, transmis
dans un langage conventionnel, était parti de l'Ukraine, tandis que
le prince traitait Frederick en hôte pour lequel on ne saurait avoir
trop d'égards, dans cette demeure de légende qu'il possédait au bord
du Dniéper. Et Sémène lui avait apporté la nouvelle de la disparition
éternelle de son neveu, enfermé dans le sarcophage, endormi sans
souffrir, assurait-il, au moyen d'une dose énorme de chloroforme.
Suivant le récit de l'étudiant transformé en valet de chambre,
Flatcheff ne resterait dans le Midi de la France que le temps
nécessaire pour assurer, moyennant la forte somme, le départ des
époux Kourgane. Il les faisait embarquer à Marseille, à destination
de quelque pays de soleil, où ils allaient finir leurs jours.

Maître de lui-même, comme en toute circonstance, le comte de
Hawksbury venait de se lever, impassible, afin de quitter le salon où
Sémène se préparait à réparer la sonnerie.

«Je ne poursuivrai mon chemin côte à côte avec ce diable de Russe
(_this devil of a Russian_)», se disait-il, «que pour empêcher ma
cousine de l'épouser.»

Plein de mélancolie et de dégoût, il considéra le grand corps du
prince, vautré sur un divan. A la portée de Boris était une seconde
bouteille de champagne, que celui-ci avait entamée sans même se
servir d'une coupe. A cause des secousses du train, ou parce que le
liquide coulait ainsi plus agréablement dans son gosier, Boris le
buvait maintenant à la régalade. Était-ce son humiliante frayeur,
presque avouée, des nihilistes?... Était-ce l'évocation de sa
petite victime, qui portait Boris à la distraction étourdissante de
l'extra-dry?... Le fait est qu'il semblait glisser avec plaisir au
vertige de l'ivresse.

--«Où allez-vous, Hawksbury? On est bien, ici. Ce garçon va avoir
fini tout de suite. N'est-ce pas, Sémène?

--Je n'en ai que pour quelques minutes, Votre Excellence.

--Vous voyez, Hawksbury. Ah! moi, je n'abandonnerai pas ce divan pour
un empire,» ajouta Boris, de la voix somnolente d'un homme que gagne
un invincible sommeil. Il murmura encore:--«Ne manquez pas... pour
déjeuner. Vous savez, à une heure, pas avant.»

Hawksbury hésita. Il ne pouvait, avant que le train s'arrêtât,
quitter le wagon du Russe, puisque la communication n'existait
pas entre cette voiture et les autres. Or, en dehors du salon,
il n'y avait que la cabine à coucher du prince, son cabinet de
toilette et les compartiments du service. Mais l'Anglais préféra
s'éloigner de cet homme, se promener dans le couloir, contempler
sans l'accompagnement de ses ronflements, la désolation des steppes
sibériennes.

Au dehors, c'était toujours le même tapis morne de la neige, la même
étendue, le même aspect de planète maudite, sous le même ciel lourd
et livide.

Comme il passait devant la porte vitrée du salon, Frédéric jetant
machinalement un coup d'œil à l'intérieur, vit Sémène qui soulevait
le tapis presque au pied du divan où reposait son maître.

«Tiens! quel drôle d'endroit pour faire passer le fil d'une sonnerie.»

Pensée fugace... Observation presque inconsciente. D'autres sujets
absorbaient trop le raisonnement de l'Anglais pour que son attention
pût s'arrêter à un détail. Toutefois il s'étonna tout à fait en
trouvant, à un autre retour, le volet intérieur fermé. Prenant la
poignée de la serrure, il fit le mouvement d'ouvrir, pour rentrer
dans ce salon, où le prince l'avait prié de se considérer comme chez
lui. La porte résista. On avait dû pousser le verrou. Interloqué,
presque offensé, de se voir relégué ainsi dans le couloir, il
réfléchit que Boris, somnolent et à moitié ivre, ne l'apercevant
plus, pouvait le croire retourné dans son propre compartiment. Les
wagons, durant la marche, ne communiquaient pas, il est vrai, mais un
cerveau chaviré n'y regardait point de si près.

--«_What a beast!_ (Quelle brute!)» grommela Frederick. Et, tout
seul, il ne se défendit pas de sourire. «Je rentrerai quand son
domestique ouvrira pour s'en aller. Mais c'est la dernière fois que
je serai son hôte. Puisque l'enfant de Flaviana n'est plus,--et il
faut bien en croire le serment de ce sauvage superstitieux,--je n'ai
rien à faire avec cet homme, qui a trois ou quatre siècles de moins
que moi. Il est contemporain de son effrayant château-fort, sur le
Dniéper...»

Hawksbury alluma un cigare et monologua en lui-même devant
l'implacable blancheur sibérienne,--blancheur à peine trouée de temps
à autre par un petit amas noir, d'où montait un peu de fumée, comme
une haleine, et qui était un village.

Cela passait en éclair le long du train frénétique. Là aussi, il
y avait des êtres si loin de lui, si loin! Est-ce que le progrès
ne ferait qu'espacer les hommes, les échelonner à des distances
infiniment plus grandes au moral que n'étaient matériellement celles
des routes de la terre quand la vapeur ne les dévorait pas?

Sa rêverie absorbait Frederick. Puis tout à coup:

--«C'est drôle... ce domestique n'en finit pas...»

Une colère soudaine envahit l'Anglais. Il avait envie de s'étendre,
lui aussi, sur un divan. Eh bien, si ce n'était pas dans le salon du
Russe, ce serait sur son lit. Pourquoi se gêner? Il allait bien voir.

Impérieusement, Hawksbury ouvrit le compartiment où couchait Boris.
La porte, cette fois, céda tout de suite.

--«Parfait, je vais en prendre à mon aise.»

Le lit, durant la journée, représentait une large et moelleuse
banquette. D'un coup d'œil Frederick embrassa ce nid capitonné, où
il allait s'offrir une confortable revanche. Mais il tressaillit.
Une ombre passait devant la fenêtre, en face de lui,--une forme agile
et rapide, qui s'en allait, à contresens de la marche du train.

L'effet physique de surprise passé, le voyageur ne s'étonna pas
autrement. «Mais c'est égal,» pensa-t-il, «à une vitesse pareille, je
n'aurais pas cru semblable exercice possible,--même à des employés
que l'accoutumance enhardit.»

Deux minutes après, étalé de tout son long, le comte Hawksbury
coupait, lui aussi, par un somme, la longueur de la matinée. Il ne
devait luncher qu'à une heure, et sa montre ne marquait pas encore
midi.

A ce moment même, dans le dernier compartiment du wagon de seconde
classe qui suivait immédiatement la voiture du prince Omiroff, deux
voyageurs, un jeune homme et une jeune femme, se trouvaient seuls.

La jeune femme était blonde, avec des cheveux épais, taillés courts
sur la nuque, une figure laide, ardente, où la palpitation d'une vie
forte et nombreuse comme la vie d'une foule, mettait une fascination
supérieure à la beauté. L'homme,--un géant,--portait une expression,
au contraire, placide, concentrée, dans de grands membres aux gestes
rares, comme sur un visage défiguré par un œil mort et par une
cicatrice.

--«Pierre,» dit la jeune femme, «nous approchons du fleuve. Là-bas,
il y a une traînée de brouillard qui marque le cours de l'Obi.»

Ses lèvres se crispèrent après cette remarque si simple. Et il y eut
un éclair dans ses yeux d'eau phosphorescente.

--«Ma Tatiane...» murmura seulement son compagnon, en glissant un
bras autour d'elle.

Mais Tatiane Kachintzeff, dardant ses larges prunelles, avec une
espèce d'avidité pleine d'horreur, sur le lugubre paysage, parla
comme en songe, sans s'appuyer sur son fiancé.

--«Oui... le voilà, le fleuve... le fleuve maudit... C'est là, sur
ses bords, que mon père, cet être de science et de pensée, allait
draguer du sable, une lourde chaîne aux chevilles... D'ici, on
pourrait presque apercevoir--j'ai étudié la carte--les murs de son
bagne... Ces murs entre lesquels il subit, par l'ordre d'un Omiroff,
le hideux supplice... Oh! l'imaginer... Mais chaque fois que j'y
pense, la folie me prend... Otez-moi cette image... Et c'est là...
c'est là!...»

Elle se dressa, véritablement égarée, les mains tendues vers
l'espace blême, vers des amas obscurs qui, là-bas, pouvaient être
des fabriques, ou des casernes, des faubourgs de ville, vers de
vagues miroitements de lac ou de fleuve, elle cria, la voix déchirée,
déchirante:

--«Père!... Père!...»

Marowsky la saisit alors d'une étreinte si frémissante de pitié,
qu'elle en prit conscience. Elle se tourna violemment. Puis, raidie,
tragique:

--«Et toi, mon Pierre... Et toi, avec ta face balafrée, ton œil
perdu, ne portes-tu pas la griffe de proie enfoncée dans ta chair?
N'est-ce pas Boris Omiroff qui a commandé de tirer, à ce soldat,
parce que tu osais avancer la tête entre les barreaux de ta prison?...

--Je le sais... Tatiane... Je le sais. Qu'as-tu? Ne sommes-nous pas
ici pour la justice?

--Elle tarde bien, la justice! Pierre, je ne voudrais pas faiblir.
Pour que j'ose l'acte terrible, il faut que ce soit ici, tout de
suite, en face de ce lieu qui a vu le martyre de mon père...

--Qu'importe!» dit doucement Marowsky. «Ce que nous faisons, nous ne
le faisons pas pour nous, mais pour nos frères... pour l'exemple...
pour l'avenir.»

Soudain, ils sursautèrent. Puis, d'un bond, Marowsky fut à la
portière, l'ouvrit...

Un homme s'élança, tomba plutôt qu'il ne s'assit... Mais aussitôt
se releva, et, haletant, ne pouvant encore prononcer un mot, arrêta
le bras du fiancé de Tatiane, qui allait refermer la portière. Un
signe de tête... Pierre aperçut, comprit. Son geste, en claquant le
lourd battant, eût rompu le fil qu'apportait le nouveau venu--un
fil enveloppé d'une gaine de soie verte, tel qu'il y en a dans les
appartements pour les transmissions électriques de sonnerie ou de
lumière. Marowsky rabattit donc d'abord le carreau et, prenant
l'extrémité de ce fil, le fit passer par l'ouverture, du dehors en
dedans, avant de clore la portière.

--«Ah! Sloutvine,» dit alors Tatiane. «Vous voilà donc!... Trois
jours!... Nous vous attendons depuis trois jours!... Mais vous venez
à l'heure qu'il faut,» ajouta-t-elle, la main tendue vers le mystère
du pays de neige et de silence.

Sloutvine,--le Sémène encore vêtu de la livrée des Omiroff,--passa la
main sur son front.

--«C'était dur, le long du train?...» demanda Pierre.

Un haussement d'épaules. Mais pas un mot. Il n'y avait qu'à regarder
ce visage blême, maculé de suie, cette bouche encore convulsive, ces
mains aux ongles saignants. Oui, cela avait été dur, à la vitesse
infernale du rapide, surtout pour passer d'un wagon à l'autre. Mais
c'était fait. La respiration normale revenait aux poumons suffocants
de Sloutvine. Il prit des mains de Marowsky le fil électrique. Les
deux parties en étaient isolées. Sloutvine les démaillota, sortit
de sa poche un commutateur,--une de ces vulgaires poires, munies
d'un bouton sur lequel on appuie pour établir le courant. Vivement
il lia sur les deux petites bornes les tronçons du fil, et revissa
l'enveloppe de bois.

Alors, sans une parole, il tendit l'objet à Tatiane.

Quel recul!... quelle pâleur!...

Elle ferma les yeux, puis, les rouvrant, elle enfonça leur flamme
limpide jusqu'à l'âme de Sloutvine.

--«Seul?» demandèrent ses lèvres blanches et tremblantes.

--«Oui.

--Vous me le jurez?

--Je le jure. J'ai enfermé l'Anglais dans le couloir. Il ne peut être
atteint.

--Le train?... Les autres?... Sloutvine... il est encore temps...
Aucun innocent ne souffrira?

--Aucun... Faisons vite.

--Donne...» pria son fiancé, qui craignait de la voir défaillir
d'horreur.

Elle leva sur lui le fanatisme et l'amour de tout son être,
scintillant sous les paupières un peu obliques.

--«Non... pour toi... Pour mon père... Pour tous nos martyrs...»

Elle pressa le bouton électrique.

Minute immobile... Leurs cœurs mouraient dans leurs poitrines...
Rien ne les avertit... Était-elle accomplie, l'œuvre terrible?...
Comment croire que tout était résolu par ce faible geste d'un doigt
de femme?...

Les saccades régulières du train, frappant le silence formidable de
leurs âmes, y roulaient en tonnerre, parmi des échos d'épouvantement.

Mais, soudain...--ne se trompaient-ils pas?...--la course effrénée
du rapide semblait se ralentir. Leurs regards osèrent se chercher,
s'interroger... Oui... voilà... c'en était fait... On avait dû tirer
une sonnette d'alarme. Mais quelle main?... La sienne, à lui?...
Vivait-il encore?...

Nulle parole ne leur vint aux lèvres. Qu'importait maintenant? Ils
avaient agi suivant leur conscience,--cette conscience collective
qu'ils partageaient avec des milliers de leurs frères,--connus et
inconnus. Ils laissaient le reste, et leur propre sort, au mystérieux
vouloir de la fatalité.

Sloutvine, pourtant, par une sorte de mécanisme où ses propres
sentiments n'avaient guère de part--car la peur, le souci de sa
sécurité s'effaçaient dans la solennité de ce qu'il appelait sa
mission, dans le sombre enthousiasme d'une telle heure--accomplit
hâtivement ce que ses amis et lui-même avaient décidé d'avance.

D'abord, il coupa le fil électrique au bord de la portière, en lança
le bout avec le commutateur aussi loin qu'il put, hors de la voie,
tandis que la longue partie libre, déroulée par lui le long du train
en venant de la voiture d'Omiroff, tombait, traînait, se tordait
entre les roues, qui, bientôt, la morcelèrent.

En même temps--et tout fut fait plus vivement qu'on ne saurait le
dire--Pierre Marowsky prenait, dans le filet du compartiment, un
paquet qu'il jetait sur la banquette: des vêtements, vite sortis
par leurs mains fiévreuses,--vêtements grossiers, salis, de paysan
sibérien, un casaquin de peau de mouton, une culotte de drap, des
bottes, un bonnet de fourrure râpé. Sloutvine eut instantanément
changé sa livrée contre ce costume, dont la vraisemblance devint
frappante lorsqu'il eut enfoui son crâne tondu sous une longue
perruque aux mèches grasses, et caché ses joues glabres dans les
frisures d'une barbe d'aspect non moins répugnant.

Pendant qu'il s'habillait, Tatiane et Pierre soulevaient un des longs
coussins de la banquette, et le montraient décousu d'avance sur un
des côtés et à demi vidé de sa garniture intérieure. Dans ce vide,
ils enfouirent la livrée dont venait de se dépouiller leur ami. Puis
ils refermèrent l'ouverture à grands points cachés sous le galon.

Si promptement qu'ils eussent agi, l'arrêt du train aurait dû les
surprendre avant leurs précautions achevées. Mais l'illusion de leur
angoisse les avait trompés. Le rapide ne stoppait pas. Après un
simple ralentissement sur une courbe de la voie, il reprenait son
élan de vertige.

--«Comment!... Qu'est-ce que cela signifie?» murmura Tatiane.

--«Raté!...» s'écria Marowsky.

--«Non,» dit Sloutvine.

Les fiancés le regardèrent. Et ce fut pour eux comme un
appesantissement de cauchemar, le face à face avec le moujik
impossible à reconnaître, avec cet étranger, qui leur parlait de ce
qu'ils n'osaient pas formuler en eux-mêmes.

--«Non,» répéta l'homme aux cheveux sales, à la barbe broussailleuse,
«ce n'est pas raté. Au contraire. Mes calculs sont exacts. Le bruit
n'a pas dû dépasser celui d'un coup de revolver. Ce qui m'étonne,
c'est que l'Anglais, dans le couloir, n'ait pas entendu, et donné
l'alarme.

--Mais,» observa Marowsky--la voix basse, étranglée, «si le train
ne s'arrête pas, tu es perdu. Ton costume... c'était pour te mêler
à des paysans... avoir eu l'air d'accourir... vers... la chose...
l'accident... Un contrôleur peut t'apercevoir maintenant. Que
dirons-nous?...»

Sloutvine s'approcha de la portière, voulut l'ouvrir. Mais Tatiane
s'interposa.

--«C'est de la folie. Vous vous tueriez!

--Je ne veux pas vous compromettre.

--Ah! qu'importe.

--Non... Avec vos passeports si bien établis, vous deux, vous êtes
insoupçonnables... Vous gagnerez Vladivostock, puis l'Amérique... le
pays libre...

--Jusqu'à ce que nous revenions vers les nôtres...

--Soyez heureux,» dit Sloutvine. «Adieu...»

Il se dégageait de leur étreinte, leur assurant qu'il ne sauterait
pas, qu'il se coulerait entre deux wagons, attendrait la prochaine
halte. Mais soudain, leurs voix se turent, leurs gestes mollirent.
Cette fois, le rapide ralentissait pour stopper. Des maisons
parurent, puis des garages de wagons, des amas de charbon, une pompe
pour donner de l'eau à la machine.

Comment?... Un arrêt réglementaire... Leurs yeux lurent sans y
croire: KRASNOYARSK. Nul ne savait donc rien encore?

Un peu avant le quai, Sloutvine sortit, se laissa glisser à terre.

Tatiane et Pierre le virent se faufiler entre les ateliers,
baraquements, machines au repos, dans ce dédale qui obstrue les
abords d'une station de chemin de fer. Si quelque voyageur l'aperçut,
il dut le prendre pour un ouvrier de la voie, ayant sauté sur le
marchepied avant l'entrée en gare, et qui descendait à l'endroit de
son travail.

On s'étonnait, d'ailleurs, dans le rapide, de cet arrêt inattendu, à
Krasnoyarsk. Nul ne se doutait que c'était là une mesure de faveur
pour le prince Omiroff. Ses gens pouvaient de la sorte apporter du
wagon-restaurant ce qu'il leur était trop difficile de préparer dans
leur petite cuisine ambulante de la voiture particulière,--puisque
cette voiture, par excès de précaution chez leur maître, ne
communiquait avec aucune autre.

Le lourd convoi se déroula peu à peu le long du quai, avec des chocs
espacés, des fusées de vapeur, un halètement rauque, le bloquement
des freins. Ce fut une agitation immédiate aux portières, de ceux qui
s'élançaient dehors, et de la nuée de moujiks se précipitant pour
rendre un service, obtenir une aubaine.

Soudain, des coups de sifflets, précipités, stridents, des gens qui
courent, la figure décolorée, les yeux fous. Des soldats paraissent,
les portes des salles d'attente se ferment. Une stupeur se répand.
De pauvres diables, qui se hâtent au hasard, sont appréhendés
brutalement. Il y a des cris sans cause, des silences qui font peur.

Que se passe-t-il?

Autour d'un wagon de luxe, voici des gens de police qui se postent.
Un homme arrive, amené on ne sait par qui. Sur son passage, des voix,
instinctivement basses: «C'est le médecin.»

Maintenant un bruit de verre qui casse. Une vitre fêlée, au wagon de
luxe, achève de se détacher, tombe en dehors, se fracasse. Aussitôt,
vers ce point, un fourmillement. On s'amasse, on se hisse, les têtes
se dressent... Il faut voir à l'intérieur. Mais les stores sont
baissés brusquement. Et il se prononce des mots, dans cette foule,
des mots terribles, auxquels on n'ose pas croire.

Ce fut à cette minute seulement que Hawksbury, étendu sur le
divan-couchette du prince Omiroff, se réveilla. La sensation de
l'arrêt, puis des rumeurs confuses, après avoir modifié ses rêves,
interrompirent tout de bon son sommeil. Avec un étrange sentiment
d'angoisse, il se dressa. Un piétinement s'assourdissait, sur le
tapis du couloir. Un choc heurta sa porte. On se pressait là pour
passer. Tant de monde, dans ce wagon particulier, où le service se
faisait si discrètement? Pourquoi? Il ouvrit.

Un uniforme de policier russe le frôla rudement. Puis une face rogue
surgit contre la sienne. On l'interpella sans qu'il comprît. Même une
main se posa sur son bras. Il eut un sursaut révolté.

Alors, dans le remous de ces corps indécis, par ces gestes qu'on fait
sans savoir, aux instants de fatalité où la pensée est suspendue,
Frederick de Hawksbury se trouva à la porte du salon. Et, ce qui
lui frappa les yeux, sans que son entendement démêlât rien encore
de la scène incohérente, ce fut une vitre cassée sur le débris
restant de laquelle coulait un filet clair de sang. Une évidence de
catastrophe jaillit pour lui de ce détail, peu tragique en lui-même.
Le sang venait d'une main qui s'était coupée à cette vitre dans
la bousculade. Toutefois, l'horreur ambiante s'insinua toute ici
dans l'âme de l'Anglais. Ce fut comme une coulée de glace entre ses
épaules... Les racines de ses cheveux devinrent douloureuses.

--«Vassili!» cria-t-il, en reconnaissant la livrée voyante parmi des
épaules sombres.

Le valet de chambre se tourna. Il avait un visage convulsif et
mouillé de larmes. Tout de suite, ce domestique, dont le dévouement à
son maître était la raison même de vivre, gémit:

--«Milord... Milord!...» d'un tel accent que les autres s'écartèrent.

Et alors voici ce qui apparut à Frederick de Hawksbury.

Boris Omiroff demeurait encore étendu sur le divan, à peu près
dans la position du repos. Mais ce divan, sous son buste, était
saccagé,--le bois disloqué, l'étoffe crevée, les paquets de laine et
de crins soulevés, dispersés, et inondés de sang. Dans ce fouillis,
la belle tête du prince russe se renversait, la face en l'air, le
menton tendu, la bouche ouverte, les yeux révulsés, toute criante,
semblait-il, et de quel effroyable cri!... Pour muette qu'elle fût,
on la _voyait_, cette clameur de foudroyante agonie. Elle perçait
l'âme tremblante des assistants, comme s'ils l'eussent entendue.

D'un geste, Vassili montrait à l'Anglais ce qu'il fallait deviner
plutôt que voir. Car nul encore n'avait osé déranger l'attitude
d'immobilité terrible. Le crâne de Boris, en arrière, devait être à
demi emporté. Car où donc s'achevait ce fort débris de bois garni
d'une ferrure, où se répandait...--horreur!...--une substance
graisseuse et rosâtre.

Dans le cou,--dans le cou solide, arrondi comme un marbre,--une
espèce d'énorme écharde, fichée ainsi qu'une flèche, eût suffi
peut-être à provoquer la mort.

Des réflexions s'échangérent, entre le commissaire de la gare, le
chef de train, les agents. Vassili traduisit pour lord Hawksbury:

--«Ils disent que jamais engin n'a fait une aussi précise besogne.
Avec quelle adresse a-t-on dû jeter cela par la portière, du
dehors!... Impossible avant le ralentissement du train... Et où
étiez-vous, milord? où étiez-vous?...»

Une exclamation.

Cette fois, nul truchement ne fut nécessaire. L'Anglais vit quelqu'un
se relever. Un fil traînait sur le tapis, un fil électrique... Des
mains le saisirent, le suivirent jusqu'à son point d'attache, à la
paroi du wagon, sous le bouton de la sonnerie.

Hawksbury se rappela le domestique qui, tout à l'heure, réparait
cette sonnerie. Devant sa vision intérieure se replaça l'image de cet
homme travaillant à terre, glissant quelque chose sous le tapis, si
près du divan, si près de la tête...

Il releva les yeux... Cette tête...

Ouvrant les lèvres, il allait clamer son soupçon, sa certitude.
Quelque chose l'arrêta. Le regard du serviteur, le regard étrange
dardé vers lui quand Boris avait affirmé la mort de l'enfant. Ce
regard lui revint, plein de choses, poignant... Il se tut.

Mais un autre cria le nom du criminel. Vassili maniait à son tour
le fil électrique, il se frappait le front, puis, avec une mimique
indignée, expliquait au commissaire de la gare. Hawksbury ne saisit
que le mot:

--«Sémène... Sémène...»

Les policiers se mirent en mouvement. Vassili s'offrit à les
conduire. Il allait leur livrer son camarade.

Mais ce fut en vain qu'on chercha le valet de pied... En vain qu'on
cerna la gare, qu'on mit le train en quarantaine... En vain qu'on
attendit et qu'on reçut les ordres télégraphiés de Pétersbourg... En
vain qu'on mobilisa les troupes de la forteresse la plus proche...

L'assassin du prince Boris Omiroff ne se retrouva pas.

Lorsque, enfin, il fallut interrompre les immédiates recherches,
laisser poursuivre vers Vladivostock tous les voyageurs immobilisés
à Krasnoyarsk, ceux-ci, en s'éloignant, purent apercevoir, remisée
sous un hangar devant lequel défila leur train, cette chose, qu'ils
regardèrent en frissonnant: le wagon luxueux du prince Omiroff, avec
ses vernis brillants, ses panneaux armoriés, dont les volets clos
laissaient filtrer de jaunes lueurs--les cierges se consumant dans la
chapelle ardente.

On attendait de faire exécuter à ce sépulcre ambulant la manœuvre
des plaques tournantes, pour l'accrocher au premier train marchant
vers Pétersbourg. Des popes priaient jour et nuit près du corps du
dernier des Omiroff.

Boris reposait là, et sa tête, appuyée sur l'oreiller, avait
été bourrée de ouate jusqu'au bord de l'horrible blessure, afin
qu'elle restât d'aplomb et ne croulât pas, la face levée, dans le
renversement, le cri, l'épouvante, de sa terrifique agonie.



XIII

LES PETITS PIEDS QUI NE DANSERONT PLUS


--«Flaviana chérie, va me chercher papa. Dis-lui de revenir... Il
peut bien pleurer devant moi... Ah!... pourquoi se cacher?... Je
sais...»

La voix de Bertile passait à peine, affaiblie, sifflante, hachée par
une petite toux. Mais, si la fillette parlait avec effort, c'était
dans un sourire. Une sérénité merveilleuse illuminait ses grands yeux
clairs. Le doux regard insistant soulignait sa demande.

Troublée par son dernier mot: «Je sais,» et ne voulant rien en
laisser voir, Flaviana se leva pour lui obéir.

Dans la pièce voisine,--une lingerie, transformée momentanément
en chambre à coucher, par l'installation d'un lit-cage et d'une
commode-toilette,--un homme étouffait ses sanglots contre ses bras,
croisés au dossier de sa chaise. On voyait osciller ses épaules
sous le drap fatigué d'un veston commun. Une tristesse indicible
ballottait ce gros crâne grisonnant, cette tête abandonnée de
pauvre être sans révolte. Pourquoi souffrait-il, celui-là, et si
cruellement!... lui, qui ne savait pas ce que c'était que de faire du
mal?.. Quel mystère! Et quelle pitié!

Flaviana, debout derrière Pageant, n'osait lui parler, par peur de
fondre elle-même en larmes. Mais une porte donnant sur le corridor
s'ouvrit. Delchaume entra. Tout de suite, avec son autorité d'homme
de science, il réveilla l'énergie du malheureux père.

--«Allons, mon ami... courage. Ne donnez pas ce spectacle à votre
enfant.

--Je l'ai quittée exprès,» murmura l'ancien hercule.

--«Mais elle sait bien que c'était pour pleurer,» intervint Flaviana.
«Elle comprend, allez... Quelle petite âme d'ange! Elle était trop
exquise pour ce monde, votre Bertile.»

Pageant regardait la belle artiste. Puis il tourna les yeux vers
Raymond. Tous deux se tenaient côte à côte devant lui. Et, malgré
leur commisération, leur chagrin, dans le mouvement même qui les
penchait ensemble vers sa douleur, il ne put les contempler sans
subir le rayonnement de leur harmonie. Tandis qu'eux-mêmes, en ce
moment, écartaient la pensée de leur amour, cet amour les liait comme
d'une invisible guirlande, les rendait pareils d'expression, de
sentiment, d'attitude. Ce n'étaient plus deux êtres indépendants l'un
de l'autre. C'était un couple.

L'humble ouvrier sentit cela, profondément. Alors il eut un mot d'une
intuition merveilleuse. Sans amertume, comme s'il constatait une
réalité presque consolante, il dit:

--«Ma Bertile s'en va pour vous avoir trop aimés, tous les deux.»

Chacun lui prit une main. Et ils se turent. A ce moment leurs trois
cœurs se parlèrent. Et celui du frotteur de parquets eut un scrupule
de délicatesse infinie, car il craignit d'avoir affligé les autres.

--«C'était son sort,» prononça Pageant. «Comme vous dites, madame
Flaviana, l'enfant était trop bonne pour cette terre.»

«C'était son sort...» Il mit à ces trois mots une intonation qu'on ne
saurait rendre. Résignation, fierté, navrement, et, sans le savoir,
l'immensité du mystère. «C'était son sort...»

Quand ils rentrèrent auprès de Bertile, elle leur sourit, comme
toujours. Un peu de couleur lui revenait au visage. Ses lèvres ne
répétèrent plus ce qui avait tant bouleversé Flaviana, le «je sais»,
dévoilant la conscience de sa fin prochaine. Elle tâcha de jouer la
confiance dans l'avenir, pour donner le change à leur affliction.
Pourtant elle eut une exclamation involontaire:

--«Ah! ma Flaviana, je n'aurais pas voulu partir sans le revoir près
de toi!»

Pageant prit le docteur à part.

--«Elle ne vous reconnaît donc plus?» questionna-t-il avec
angoisse.

--«Bertile ne parlait pas de moi,» répondit Raymond.

Et il évita d'expliquer à ce père près de perdre son enfant, que le
sien, à lui, celui de Flaviana, leur serait bientôt rendu--qu'ils
l'espéraient avec ardeur, avec angoisse, que cet espoir était
l'unique pensée qu'ils lisaient dans les yeux l'un de l'autre, quand
ils croisaient leurs regards, même à côté de la mourante,--pourtant
si chère!

Où était-il? entre quelles mains? leur petit Serge-François... Depuis
la communication téléphonique reçue par Bertile, un autre message
était venu, anonyme aussi, mais écrit cette fois,--ou du moins
composé avec d'impersonnels caractères d'imprimerie. Plus explicite
que l'autre, plus clairement rassurant, il recommandait à Flaviana la
prudence, la patience. «_Tant que le loup n'est pas abattu par les
chasseurs_,» disait l'étrange lettre, «_la brebis doit préférer que
l'on cache son agneau_.»

Phrase qui fulgura tout à coup d'une signification terrible et
radieuse, quand tous les journaux du monde retentirent de la nouvelle:

«EFFROYABLE CRIME ANARCHISTE. LE PRINCE BORIS OMIROFF FOUDROYÉ PAR
UNE BOMBE DANS LE TRANS-SIBÉRIEN-EXPRESS.»

Troublante conjoncture... Se réjouir d'un assassinat... Pourtant
«lorsque le loup est abattu par les chasseurs», qui reprocherait à la
brebis d'appeler son agneau, dans le ravissement de la délivrance,
l'extase de le voir bondir vers elle, en sécurité, à travers la
prairie?

Flaviana et Raymond n'osèrent formuler en des paroles précises ce
qui se levait obscurément dans leurs cœurs, ce qu'ils devinaient
trop bien l'un chez l'autre. Mais, le matin où la brève dépêche
s'inscrivit dans toutes les feuilles, en lettres grasses, sous la
rubrique: «Dernière heure», le premier mouvement de Flaviana fut
d'en rapprocher la missive anonyme. Elle plaça côte à côte, devant
les yeux de Raymond, l'espèce de prédiction: «_Tant que le loup ne
sera pas abattu par les chasseurs_», et la réalisation évidente: «_Le
prince Boris foudroyé par une bombe_.» Ils se regardèrent... Et ce
fut tout.

Depuis ce jour-là,--ce jour-là qui datait maintenant d'une
semaine,--ils attendaient. A travers leur attente; ils écoutaient
venir deux choses: l'une incertaine, l'autre, dont l'approche
sournoise, frôleuse, devenait, hélas! inévitable. Le bonheur et la
douleur s'avançaient ensemble. Mais l'une commençait à presser le
pas, à courir plus vite que l'autre. Et c'est pourquoi Bertile, avec
la prescience de sa petite âme déjà soulevée au-dessus de la vie,
avait dit à Flaviana:

--«Je ne voudrais pas m'en aller sans le revoir auprès de toi.»

       *       *       *       *       *

Un soir, comme la danseuse-étoile partait pour son théâtre, Delchaume
arriva, pour la troisième fois de la journée.

--«Ah!» s'écria Flaviana, «je m'en irai donc avec moins d'anxiété.
Promettez-moi de rester jusqu'à mon retour, mon ami.

--Bertile est plus mal?

--Elle est bien faible. Et je ne sais quel pressentiment me serre le
cœur.

--Son père est près d'elle?

--Comme toujours. Il ne la quitte pas, depuis que je l'ai installé
dans la chambre voisine.

--C'était bien, à vous, de faire cela,» dit Raymond. «Comme vous êtes
bonne, Flavienne!

--Il ne s'agit pas de moi.

--Pas assez, en effet. Vous ne vous ménagez en rien. Comment
pourrez-vous danser, ce soir?

--Comme d'habitude,» répondit-elle en souriant.

Raymond regarda ce sourire, sur les lèvres à l'arc allongé,
frémissant, dans les yeux creusés d'ombre, où il se mélancolisait.
Une palpitation d'amour lui fit trembler le cœur. D'avance, il
entendit sa voix troublée dire le mot dont la clameur emplissait tout
son être. Mais, d'un effort désespéré, il se contint. L'heure n'était
pas venue.

Flaviana se reculait imperceptiblement, très pâle. Puis, tout de
suite, ce fut comme l'évanouissement d'une flamme. Avec un geste de
médecin, de frère, Raymond prit les mains de son amie,--les mains aux
doigts grêles, fuselés, si fins et souples qu'ils se groupaient en
faisceau comme les tiges d'un bouquet. Et, s'inquiétant toujours, à
cause de l'obligation professionnelle:--«Danser?... Avec ce qui vous
préoccupe... Vous qui ne dormez ni ne mangez depuis huit jours... En
aurez-vous seulement la force?...

--Ne craignez rien,» dit l'artiste.

Et alors, elle lui expliqua. Une noblesse émanait d'elle, de son beau
visage mince, de sa haute forme, dont la grâce subsistait, même dans
l'immobilité.

--«La danse, pour moi,» disait-elle, «ce n'est pas un rite de joie,
une pantomime de mon corps en contraste avec l'état de mon âme, une
antithèse dont je puisse souffrir. Je danse comme d'autres chantent.
J'entre dans mon rêve... Je libère les sentiments qui m'oppressent.
Et tous, voyez-vous, Raymond, tous, ils s'évadent de moi, bien
qu'en restant liés à moi. Je les exprime, en dansant, comme si je
les jetais dans le rythme d'un poème. Je m'étonne qu'on ne les
devine pas, qu'on ne les voie pas. Quelquefois je sens ma danse
tellement triste et déchirante qu'il me semble qu'on va me crier:
«Assez!... assez!...» avec des sanglots. Mais personne ne sait. Et
cela vaut mieux. Vous saurez, vous, Raymond. Ne me plaignez pas. Ne
croyez pas que ce soit pour moi pénible, cruel de danser...» Elle
s'arrêta, saisie comme d'un frisson, et reprit plus bas:--«Une chose
m'est dure, là-bas, en scène... oui. De voir toutes ces petites...
Ah! quand elles viennent autour de moi... qu'elles s'approchent,
puis s'éloignent... suivant les figures du ballet... Je cherche
involontairement des yeux celle qui manque... Tous ces petits pieds
agiles... Je pense aux petits pieds qui ne danseront plus...»

La voix de Flaviana s'altéra. D'un geste de la main, la danseuse dit
adieu à Delchaume. Et, précipitamment, elle s'enfuit.

Le jeune médecin resta un peu perplexe. Il n'avait pas eu le temps
d'expliquer à son amie que sa soirée ne lui appartenait point
entièrement. Toutefois, puisqu'elle souhaitait qu'il ne s'éloignât
pas, il ferait ce qu'elle lui avait demandé, bien qu'il ne constatât
guère d'aggravation dans l'état de Bertile.

Raymond décida donc qu'il travaillerait là, dans la salle à manger.
Et il commença par envoyer Pageant réclamer, chez lui, à son valet de
chambre, certains documents qui lui permettraient d'utiliser malgré
tout les heures de la soirée. En attendant, il s'assit près du lit de
la petite malade.

Bertile ouvrit les yeux, le reconnut, sourit, et laissa retomber sa
tête sur l'oreiller.

Avec quelle amertume Delchaume contempla ce visage de quinze ans,
dont les traits, usés comme par une lime, étaient étirés, pincés,
dont les paupières bleuâtres, abaissées comme par des doigts
lourds, exprimaient toute la lassitude de la vie. D'où venait, ici,
l'impuissance de sa science? Il avait sauvé la marâtre, la mégère,
d'une terrible maladie aiguë, et il ne pouvait rien contre la lente
consomption qui détruisait ce corps frêle, où il aurait dû trouver
cependant comme alliées toutes les ressources de la jeunesse.

Sous les couvertures,--légères à cause de la chambre chaude,--son
regard ému suivit le dessin à peine indiqué de la forme enfantine.
Vers l'extrémité du lit, il chercha le relief des orteils pointant
légèrement. Et il sentit dans ses yeux la brume d'une larme, en se
répétant les derniers mots de Flaviana: «Les petits pieds qui ne
danseront plus.»

Presque aussitôt, il tressaillit. Relevant la tête, il venait de
rencontrer deux prunelles à demi-voilées, qui l'observaient.

--«Cela va, ma mignonne?...»

Elle fit comme une tentative pour se soulever.

--«Vous êtes tout seul?

--Oui.

--Papa est sorti?

--Pour moi, pour me rendre service. Il va revenir.

--Raymond, je voudrais vous demander quelque chose.»

C'était la première fois qu'elle l'appelait ainsi par son petit nom.
Pris d'une émotion indéfinissable, il se pencha davantage.

--«Parlez, ma petite Bertile.

--Dites-moi que vous êtes heureux.

--Heureux?...»

Le mot, jailli dans la surprise des lèvres de Delchaume, lui laissa
une brûlure dans la gorge, un remords. «Heureux...» Il n'en avait
plus l'espoir, il ne s'en croyait plus le droit... Et cependant?...
La seule question de cette enfant, la possibilité énoncée, la mise en
présence du bonheur, vers lequel se tendait tout son être, ce fut
comme la brusque tombée de chaînes pesantes, un flot de lumière dans
l'obscurité voulue où il murait son âme. «Heureux!...» Dès la seconde
réflexion, il découvrit en lui-même l'harmonie secrète avec ce mot
dont s'il s'effarait. «Heureux!...» Ah! oui... comme il pouvait
l'être encore!

Humblement, très bas, avec l'émoi d'un mystère, il interrogea Bertile:

--«Pourquoi me posez-vous cette question, mon enfant?

--Parce que,» murmura-t-elle, «je veux vous l'entendre dire...»

La figure mourante s'illumina radieusement, et Raymond perçut à
peine, tant ils lui parurent étranges, les quelques mots que Bertile
prononça encore, dans le plus léger souffle:

--«Vous... heureux... et Flaviana... tous les deux... C'est ma part,
à moi, ma part de la vie... Alors... j'y tiens...»

Elle répéta: «J'y tiens...», avec une expression si émouvante que le
jeune homme en fut étreint jusqu'à une espèce d'angoisse.

Il s'inclina davantage vers la fillette, comme pour déchiffrer, dans
les yeux maintenant élargis, dans les prunelles où scintillait la
petite étoile d'or de la lampe électrique,--dernière petite étoile
des soirs humains, dernière lueur de la chambre douce,--quel secret
la fragile créature avait l'énergie de garder lorsqu'elle en mourait.
Et elle, se trompant peut-être à son geste, leva faiblement les
mains, comme pour attirer plus près encore cette tête, si proche
maintenant de la sienne...

Voulut-elle lui chuchoter quelque chose à l'oreille? Ses lèvres
séchées de fièvre eurent-elles soif d'emporter un baiser que
permettait la chasteté terrible de la mort?... Raymond ne le sut
jamais. Car, à l'instant, un coup rapide contre la porte, et cette
porte ouverte presque aussitôt, interrompirent le dialogue muet,
suprême.

--«Monsieur le docteur... monsieur le docteur...» haletait la grosse
Mélanie.

Les petites mains soulevées retombèrent sur la couverture.

--«Monsieur le docteur...

--Eh bien, quoi donc, ma bonne Mélanie?

--Il y a quelqu'un... Venez, venez vite!...

--Quelqu'un... Mais qui est-ce?»

Delchaume hésitait, ne pouvant admettre qu'il eût rien à faire avec
une personne venue chez Flaviana. La discrétion le retenait. Quant à
Mélanie, pour qu'elle s'expliquât sur son agitation et sur l'intérêt
de la visite, il fallait qu'elle avouât être au courant d'une foule
de choses dont la confidence ne lui avait pas été faite. Mais quel
imbroglio échapperait à la divination de sa curiosité? Comme le grand
naturaliste Cuvier, qui reconstituait, sur un fragment de squelette,
un animal antédiluvien, la grosse femme de charge eût reconstitué
le plus compliqué des romans sur un bout de dialogue surpris, le
moindre indice, un débris de lettre.

--«Venez, monsieur le docteur... Venez!... je vous en supplie!»
répétait-elle.

--«Mon Dieu!...» s'exclama la voix faible de Bertile... «Est-ce donc
lui?... Est-ce notre petit François?...»

La seule supposition fit bondir Raymond hors de la chambre. La grosse
Mélanie, déplaçant plus d'air que jamais, se hâta derrière lui, pour
ne rien perdre de ce qui allait se passer. Ils ne virent pas Bertile,
soulevée tout à coup sur son lit par une force inattendue. Une joie
immense galvanisait la petite. Ses nerfs surexcités oublièrent
l'accablement, l'immense faiblesse. Elle glissa ses pieds à terre.
Un instant, surprise de les voir tellement amincis, avec de si longs
doigts, que les os fins dessinaient jusqu'au cou-de-pied, elle
s'arrêta, et les larmes lui montèrent aux yeux. Elle aussi, à cette
minute, entendit une voix en elle-même:

«Ils ne danseront plus.»

Mais aussitôt un sourire, un détachement très doux:

--«Si l'enfant est là, qu'est-ce que ça fait?»

Vite, elle cacha dans des babouches les petons maigres, secoua la
tête--avec encore de l'espièglerie--pour sécher ses paupières, puis,
étant parvenue à passer un peignoir, elle se dirigea, en s'appuyant
aux meubles, aux murs, du côté de l'appartement où se confondaient
des paroles, des exclamations, et,--crut-elle,--les cris de joie
d'un tout petit.

Dans la salle à manger, où Mélanie conduisit Delchaume, sous la
lumière tamisée de rose de la suspension électrique, le jeune docteur
ne vit tout d'abord que le large dos de Pageant.

Le bonhomme avait posé sur la table un ballot de paperasses--les
documents qu'il était allé chercher rue du Général-Foy. Maintenant
il se baissait, comme pour ramasser quelque chose--sans doute
des feuillets échappés. Telle fut, en un éclair, l'impression de
Delchaume, dont le cœur défaillit de désappointement, tandis qu'à
ses yeux s'offrait, adverse à toute illusion, la carrure ample et
gauche.

Combien, à certaines secondes, la forme de la vie s'imprime en nous,
flamboyante, inoubliable! Jamais Raymond ne devait cesser d'avoir, en
la chair vive du souvenir, l'image aperçue en ouvrant cette porte--ce
pauvre dos d'humilité sous le commun veston grisâtre, la courbe
des épaules inclinées, sa propre crispation à cette vue... puis la
secousse, toujours prête à renaître, de ce qui surgit, de ce qui
suivit...

Pageant se redressa. Il soulevait du sol un fardeau. Et voici...
Merveille!... Au-dessus de son épaule, soudain, quelque chose de
doré, de blond, quelque chose encore... une fraîcheur fleurie, un
visage d'enfant, les lèvres en cerise mouillée, d'où le cri partit
tout de suite:

--«Papa!... papa!... papa Raymond!...»

En enlevant joyeusement, glorieusement, de terre, le petit
Serge-François, Pageant, sans savoir, le dressait de toute sa haute
taille, face à celui qui entrait.

Bonne épaule de brave homme sous le commun veston grisâtre... Elle
eut tout à coup la rondeur propice des nuées qui soutiennent les
angelots dans les Assomptions fameuses. Petit, petit enfant!...
L'enfant qu'a sauvé Francine... L'enfant de Flaviana... Deux fois
aimé, deux fois sacré...

--«Toi, mon petit!... Toi!...»

Raymond étreignait le petit corps, le pressait contre sa poitrine. Et
une folie le prenait. Il allait courir, comme il était, nu-tête, avec
ce garçonnet entre les bras, au National-Lyrique, jusqu'à la loge de
l'étoile, de la mère,--qui sait? jusque sur la scène peut-être, dans
la divagation de sa joie, de la joie qu'il allait donner.

Mais le battement enivré de son cœur se suspendit tout à coup. Il
posa le petit garçon à terre pour aller soutenir ce mince fantôme
blanc dressé dans la baie sombre de la porte.

--«Bertile! Imprudente!...

--Mais non... Laissez... Que je sois heureuse, avec vous, encore une
fois! Petit François, me reconnais-tu?...»

L'enfant s'approcha d'elle, un peu interdit. Le pâle visage, la
longue robe flottante et comme vide, l'impressionnaient.

--«Mon chéri, je suis ton amie Bertile... Rappelle-toi...
Claire-Source... le Gros-Chêne... Viens m'embrasser, mon petit ange.»

Ce fut alors, tandis que la fillette et l'enfant refaisaient
connaissance, entre les grands bras de Pageant, qui avait pris sa
Berthe sur ses genoux, que Delchaume s'occupa d'une autre personne,
à peine entrevue jusqu'ici dans le coin d'ombre où elle se tenait,
et parmi l'émoi du moment. Vers cette personne, Raymond s'avança,
comprenant qu'elle avait amené le petit garçon, et, maintenant,
l'esprit plus libre, se demandant, étonné, qui elle pouvait bien être.

Quand il fut près d'elle, qui se tenait immobile et en silence,
quand il distingua bien ce visage entrevu jadis entre les rideaux
d'andrinople, dans la misérable chambre des étudiantes russes, puis
contemplé plus longuement à la Cour d'assises, lors du procès sur
l'affaire de la Petite-Barrerie, quand il rencontra l'éclair noir des
yeux sauvages, Delchaume n'eut pas d'hésitation:

--«Katerine!...» s'écria-t-il, «Katerine Risslaya!...

--J'ai rempli ma mission,» dit-elle. «Quand le loup a été abattu par
les chasseurs, j'ai ramené à la brebis son agneau.»

Elle se tut. Delchaume esquissa une question. Mais il en avait tant à
poser, que les mots se brouillèrent. Avant qu'il les eût énoncés en
ordre, la Russe reprit:

--«Voudrez-vous répéter ceci à madame Flaviana: Qu'elle se rappelle
la grille du Vieux-Moutier. J'ai tenu ma parole. Demandez-lui de ne
pas m'oublier, de penser quelquefois à ce garçon bizarre qui l'aborda
dans l'avenue de Messine, et à qui elle doit son enfant.

--Ce garçon?... Mais... C'était vous?...

--Oui.

--Ah! de quelle reconnaissance elle vous comblera. Vous allez la
voir... Elle va rentrer. Vous serez témoin de son bonheur.

--Elle ne me trouvera plus ici.

--Vous ne pouvez pas l'attendre?

--Je ne le veux pas. Ce serait dangereux... pour elle... pour moi...
pour...» elle s'arrêta, puis sourdement: «pour d'autres.

--Où pourrait-elle vous voir? vous remercier?

--Nulle part.

--Nous ne vous verrons plus?

--Jamais.

--Voyons... Ce n'est pas possible! Après l'immense service que vous
nous avez rendu...

--Le service... il est encore plus pour nous... oui... pour nous.

--Comment?

--Le bien fait à l'innocent rachète un peu le mal qu'il a fallu faire
aux coupables.»

Delchaume saisit le poignet de la jeune Russe, l'entraîna. Dans le
petit salon voisin, où ils entrèrent, et dont il referma la porte,
une clarté vague régnait, filtrée par le store d'une glace sans
tain. Raymond n'en voulut pas d'autre, ne toucha pas les boutons
électriques. Il referma la porte. Puis, serrant le poignet de
Katerine, qu'il n'avait pas lâché:

--«Comment cela s'est-il fait?... dites?...

--Quoi?...

--Dans le transsibérien?...»

Les mots se formulaient à peine. Tous les deux tremblaient. Dans les
demi-ténèbres, Delchaume ne voyait que le regard sauvage, les yeux
noirs, où s'allumaient de rouges phosphorescences.

--«Ah!...» répéta-t-elle, «le transsibérien...»

L'accent fut si étrange, que Delchaume eut un soupir d'horreur.

--«Il y a donc autre chose?

--Taisez-vous!...» murmura-t-elle.

Il sentit qu'elle tremblait plus fort. Il lui saisit l'autre bras.

--«Parlez, Katerine... J'ai failli être des vôtres...
Rappelez-vous... à la Petite-Barrerie. Vous savez maintenant que ce
n'était pas moi, le traître...»

De la tête aux pieds, elle frémit comme l'arbre sous un coup de hache.

--«Oui... oh! oui... je le sais.

--Alors... Ce que les vôtres ont accompli de fait, je l'ai accompli
d'intention. J'en prends ma part...»

Elle se débattit, convulsive, lui arracha ses mains.

--«Votre part!... Ah! vous ne savez pas de quoi vous parlez...»

Sur la tête du jeune homme, les racines des cheveux furent comme
les pointes d'aiguilles dressées. Sa nuque se glaça, tandis qu'il
écoutait encore la voix de la femme:

--«Vous n'avez pas entendu le cri... le dernier... Vous n'avez pas
fui quand celui qui va mourir vous appelle... Ah! votre nom vous
deviendrait odieux... ne serait plus que l'écho... cet écho-là!...

--Mais,» chuchota-t-il... «vous n'étiez pas là-bas... Vous n'étiez
pas dans ce train...

--J'étais ailleurs... j'étais...»

Elle chancela. Il la retint. Mais Katerine, tout de suite, avec une
reprise farouche d'énergie:

--«Laissez-moi partir... Vous voyez bien qu'il le faut!... Sans
l'enfant, nul ne pourrait dire qu'il m'a vue. Ramener l'enfant à sa
mère... un péril!... J'ai choisi le soir... mille précautions...
Maintenant, de grâce, laissez-moi. Si l'on me prenait, les autres,
sans doute, seraient perdus avec moi.

--C'est vrai!» cria sourdement Raymond.

Il n'y songeait pas, jusque-là. Maintenant, il les entrevit, sous la
fatalité de leur crime, ces êtres dont il avait côtoyé l'existence
terrible, dont les mains résolues à tout avaient serré ses mains
affinées de circonspection et chargées de science. Il avait connu la
tendresse, la pitié de ces cœurs bardés de haine... Un regret le
déchira.

--«Tatiane?...» demanda-t-il, «Tatiane et Pierre, où sont-ils?...

--En sûreté.

--Où irez-vous, Katerine?

--Les rejoindre?...

--Mais que puis-je? que puis-je pour vous?... Que pouvons-nous,
Flaviana et moi?

--Vous souvenir.»

Raymond vit encore l'éclair des yeux noirs. Puis, ce fut comme une
ombre qui fondait dans de l'ombre. Katerine se détournait. Il eut un
geste pour la retenir, tâtonna, ne saisit que le pli d'une tenture...

--Dieu!... Où êtes-vous?... Un mot!...» gémit-il, comme un enfant qui
s'effare dans les ténèbres.

Mais un pas glissait dans l'antichambre. Une porte s'ouvrit sur
la lumière de l'escalier. La silhouette obscure s'y inscrivit une
seconde. Tout s'éteignit dans un bruit de battant retombé, de serrure
claquante.

La tragique fille s'enfonça dans la nuit hasardeuse.



XIV

DEUX ÉPOUSES


--«Mon enfant!... mon enfant à moi... mon petit!...» murmurait
Flaviana, en étreignant son fils contre son cœur.

Assise dans une bergère basse, elle enveloppait de ses deux bras
le corps gracile. Sa joue s'appuyait contre la joue du petit
garçon. Et ses bras n'avaient pas d'enlacements assez souples, son
visage, qu'elle roulait doucement dans les boucles blondes, sur le
cou laiteux, ne s'inscrustait pas encore assez tendrement, pour
satisfaire sa soif de caresses maternelles, sa griserie de possession.

--«Maman...» chuchotait le petit... «J'ai une maman!... Tu es bien
ma maman, à moi, dis? Tu me garderas avec toi?... Les méchants ne
m'emmèneront plus?»

Delchaume regardait cette scène. Et, contrairement à ce qu'elle eût
produit sur Frederick de Hawksbury, elle augmentait son amour.

La tendresse humaine est plus nuancée que les ciels changeants. La
passion du jeune savant français n'était pas de la même essence que
celle du grand seigneur anglais. Les deux flammes n'avaient pas
surgi d'une étincelle semblable, ne s'étaient pas nourries des mêmes
éléments. Ce qui devait faire tomber l'une, alimentait l'ardeur de
l'autre. Frederick avait commencé de guérir, par un sentiment de
distance, d'impossibilité, de désenchantement, lorsqu'il aperçut
la mère dans Flaviana. Près de l'aérienne danseuse, la présence de
l'enfant dissipait le rêve. Raymond, au contraire, ne venait à cette
femme, de si loin dans la vie, que par cet enfant.

Ici même, tandis qu'elle s'éblouissait le cœur à répéter: «Mon
fils!... mon fils...» Delchaume ignorait la jalousie,--sentiment
qui eût torturé Hawksbury. Du bonheur de cette adorable créature il
faisait son propre bonheur. Et c'est ainsi qu'il restait fidèle,
malgré tout, à la mémoire de Francine, qu'il obéissait au vœu
suprême de la sacrifiée.

Or, à cette heure où il touchait au but, ce fut encore l'enfant qui,
dans son ingénuité, trouva le symbole, fit le signe du destin. Car
le petit Serge, se redressant dans les bras de sa mère, et voyant le
visage attendri de Raymond, s'écria tout à coup:

--«Papa!...»

Puis, avec impétuosité:

--«Viens aussi, papa!... viens m'embrasser comme maman.»

Delchaume obéit, s'avança, se pencha. Et alors le petit être, jetant
un bras à son cou, tandis qu'il gardait l'autre au cou de Flaviana,
rapprocha leurs deux têtes.

--«Papa... et maman,» murmura-t-il, avec cette gravité mystérieuse
que prend quelquefois l'enfance. «Papa... et maman...» répéta-t-il,
avec une extase étonnée, un accent indicible.

De quelles profondeurs viennent les voix qui ne savent pas et qui
nous parlent,--les voix d'enfants surtout? Celle-là, si pure,
si douce, mais si pleine de choses, bouleversa les deux qui
l'entendirent. Ils se regardèrent à travers de subites larmes. Ils se
prirent la main. Raymond se mit à genoux.

--«Est-ce possible? Le voudrez-vous, Flavienne?

--Ne le savez-vous pas depuis longtemps que je veux être votre femme,
mon ami?

--La femme d'un médecin, vous... princesse?

--Vous êtes bien le père d'un petit prince,» dit-elle avec
malice,--une grâce, chez elle, tout imprévue.

--«Son père?... en ai-je le droit?... Réfléchissez... Vous-même,
Flavienne, pouvez-vous?...»

Elle l'interrompit. Ayant de nouveau embrassé l'enfant, elle le posa
à terre, puis, revenant à Raymond.

--«Mon cher fiancé,» reprit-elle. (Et que ses veux étaient beaux
quand elle dit cela!) «Mon cher fiancé, écoutez-moi: Serge, à cette
heure, est légalement votre fils, puisque vous l'avez reconnu.
J'ajouterai ma déclaration de reconnaissance à la vôtre. Quand nous
serons mariés, il sera donc notre enfant légitime. Nous l'élèverons
ainsi jusqu'à sa majorité. Et alors... peut-être...--nous avons le
temps de réfléchir, n'est-ce pas?--lui dirons-nous l'histoire de
sa naissance. S'il veut se lancer dans des revendications qui me
répugneraient, libre à lui. Il sera un homme, juge et maître de ses
préférences, de ses actes. Mais puissé-je avoir l'orgueil et la joie
de voir mon fils choisir, de ses deux destins, celui qui l'a fait
votre enfant,--et à quel prix!...

--Mais... son héritage, en Russie?... sa fortune?...

--Son héritage sera séquestré par l'État, car il n'a pas de
collatéraux. Donc, il aura toujours la possibilité d'obtenir
restitution ou compensation. La possibilité... entendons-nous? S'il
prouve qu'il est le fils du prince Dimitri Omiroff, l'enfant qu'on
inscrivit là-bas, sur la pierre tombale de leur caveau de famille.
On ouvrira le petit cercueil. On y trouvera du sable, sans doute, du
sable de France, pris dans le parc du Vieux-Moutier...»

La voix de Flaviana devenait rêveuse. Et la belle tête brune,
soudain, s'agita, comme avec dégoût.

--«Ah! puisse-t-il mépriser des richesses qu'il devrait ramasser
dans la boue et le sang! Puisse-t-il n'accepter de la vérité que le
souvenir de mon noble Dimitri!... Mais,» ajouta la jeune femme,
«regardez-le, notre petit trésor... Est-il assez loin de ces
troublantes alternatives!... Faisons comme lui... Vivons... Nous en
avons conquis le droit.

--Chère Flavienne...» soupira Raymond.

Passionnément il la contemplait, et il ne se détourna pas pour
observer l'enfant, comme elle l'y invitait.

Le petit Serge, accroupi sur le tapis, bâtissait une forteresse avec
des cubes de bois. Quand il jugeait sa muraille assez haute, il la
démolissait avec son poing minuscule, accompagnant chaque coup d'un
sourd: «Boum! boum!...» qui, pour lui, représentait le bruit du canon.

Ni son père adoptif, ni sa mère, ne furent, à ce moment, frappés par
la coïncidence de ce jeu. Instinct de race, qui, déjà, suscitait une
image de guerre et de violence? Simple hasard plutôt, qui faisait
s'amuser le fils du héros de Port-Arthur comme aurait pu s'amuser,
d'ailleurs, le garçonnet du bourgeois le plus pacifique. Raymond ni
Flavienne n'y prêtèrent attention. Lui, se dévorait encore de doutes,
d'inquiétudes, ne pouvant croire que la divine créature lui appartînt
sans regret. Une question lui brûlait le cœur, qu'il n'osait
énoncer. Elle jaillit enfin de ses lèvres.

--«Mais... votre art?...

--La danse?» précisa Flaviana.

--«Oui.

--Quoi donc, mon ami! Avez-vous pensé que celle qui aura l'honneur
de porter votre nom demanderait à monter encore sur les planches?
Personne, Raymond, n'a mis dans la danse ce que j'ai voulu y
mettre d'idéal. Cependant, je sais laisser à leur place les choses
incompatibles. Si, comme danseuse, je n'ai jamais voulu porter le
titre de princesse Omiroff, par respect pour mon mari mort, ce n'est
pas, j'imagine pour promener dans les coulisses votre nom, à vous,
mon cher mari vivant.

--Votre art est si grand, Flavienne! Et mon nom est si modeste.»

Elle lui ferma doucement la bouche du bout de ses doigts fins.

--«Il sera illustre, il commence à l'être, le nom de Raymond
Delchaume.»

De quelle douceur eussent été les jours commençant pour eux, s'ils
n'avaient pas dû se séparer de Bertile.

Elle s'éteignit le matin même de Noël, après la joie du petit arbre
illuminé, qu'on avait dressé dans sa chambre pour Serge. Nulle vision
plus touchante que ce visage de fillette, paré durant les premières
heures de la mort d'un épanouissement mystérieux, l'air plus vivant
que la veille, malgré l'ombre des longs cils clos, reposant contre
l'oreiller, sous sa couronne de tresses blondes. On eût dit la petite
sainte Ursule, telle que l'a peinte, à l'heure la plus attendrie de
son génie, l'émouvant Carpaccio, telle qu'on la voit immortellement
dormir, dans son lit à colonettes, contre le mur d'une salle
recueillie comme un sanctuaire, à l'Académie de Venise.

Petite sainte Ursule endormie de Venise, qui t'a vue reposer, la joue
sur ta main, ne saurait t'oublier. Et toi non plus, petite Bertile,
petite danseuse d'Opéra,--ceux qui ont respiré le parfum de ton âme
trop tendre, et si pure, ne t'oublieront jamais. L'ange qui se glisse
au matin dans la chambre d'Ursule, et qui contemple le spectacle de
la terre le plus digne de lui, le sommeil d'une vierge candide, a dû
venir visiter, au matin de Noël, l'humble petite fille que tu étais.
Peut-être le grand lis qu'il tenait à la main est-il resté là parmi
toutes les fleurs dont on t'a couverte.

Des fleurs... Combien elle en eut, Bertile, qui lui eussent fait
pousser des cris d'admiration, à elle, gosseline parisienne,
cherchant des violettes au mois de juin sur les coteaux de l'Oise.
Mais elle ne les voyait plus.

Elle ne vit pas les lilas grêles, noués d'un ruban de satin blanc
sur lequel on avait écrit à la main le mot: «Pardon!» que vint,
en sanglotant, en s'agenouillant, poser à ses pieds, sa marâtre,
la fruitière de la rue du Rocher. Elle ne vit pas le coussin de
violettes blanches qu'apportèrent, au nom du premier quadrille,
deux de ses compagnes. Elle ne vit pas les couronnes de roses
blanches, les croix de jacinthes blanches, les touffes de boules
de neige, traversées de rubans blancs aux lettres d'argent,
offrandes de la direction du National-Lyrique, du corps de ballet,
des abonnés, du petit personnel. Vit-elle seulement,--ses paupières
s'entr'ouvrirent-elles un instant pour cela,--la rose de Noël que
Serge, amené par Flaviana, vint glisser sous sa main froide? Ou les
œillets blancs si simples, trempés d'une rosée plus précieuse que
des gouttes de diamant, et qui était les larmes de son père? Et ne
tressaillit-elle pas, la petite Bertile, quand, le soir, toutes les
portes fermées, un homme vint enfouir sa tête et resta longtemps
ainsi, la face contre le drap, le cœur gonflé de l'innocent secret
qu'elle n'avait jamais dit? N'eut-elle pas un suprême sourire quand,
sur son front glacé, se posèrent les lèvres de Raymond?

Le corbillard, drapé de blanc, tout neigeux de pétales, et qui
semblait ne porter que des fleurs, tant il en était chargé, tant
était mince et légère la forme de la vie éteinte qu'enchâssait la
masse odorante, s'en alla par les rues assombries de décembre.

Ainsi partit la petite danseuse, avec son rêve, dans le grand mystère.

Et les jours qui n'étaient plus les siens s'écoulèrent pour ceux
qu'elle avait si tendrement aimés.

Flaviana devint la femme de Raymond Delchaume. Flaviana--ou plutôt
Flavienne. Le nom de la belle étoile ne fut plus qu'un souvenir. Mais
on le chuchotait encore avec admiration, quand on rencontrait, le
long de l'avenue du Bois, une grande jeune femme, d'une tournure,
d'une démarche incomparables, en ses toilettes simples, et qui
tenait par la main un petit garçon. Les hommes esquissaient un geste
de regret. «Elle ne sera plus celle qui nous enchante, celle qui
multiplie notre désir, celle qui, même inaccessible, semble toujours
un peu promise à notre vœu passionné.»

Les promeneuses, les mères, se retournaient sur l'enfant. Quel
superbe petit homme, avec sa figure charmante, ses larges yeux, sa
silhouette solide et fière! Les cheveux blonds flottaient sur le col
blanc. La taille se cambrait dans la blouse de velours, encerclée bas
par la ceinture de cuir fauve. Et, des courtes culottes, les jambes
nues sortaient, nerveuses, posant avec fermeté sur le sol les petits
pieds bien en dehors.

Flavienne Delchaume faisait deux parts de sa vie: l'une consacrée à
son fils, l'autre aux œuvres de toutes sortes, où la charité s'allie
à la solidarité, et qui lui permettaient d'aider son mari à soulager
les misères humaines.

Elle se réservait encore des heures, empruntées à son enfant ou à ses
pauvres, pour une mission particulièrement douce. Elle s'occupait des
fillettes qui font leur carrière de la danse. Les petites classes
du National-Lyrique la voyaient souvent revenir. Les jours de ces
visites, la mère Martin pouvait préparer son éponge pour la passer
sur toutes les ardoises. Mais, payer les dettes de friandises de
ces gamines, c'était le moins que l'ex-étoile essayât de faire pour
elles. Plus d'une en sut quelque chose. Plus d'une adolescente, en
tutu et en chaussons roses, qui rêve d'avenir, appuyée à quelque
châssis de toile peinte, en attendant l'entrée en scène, se rappelle,
avec un battement de cœur, le conseil, ou l'appui discret, qui la
sauva juste à point, dans une crise de découragement, de détresse, de
folle inconséquence.

--«La Reine des Elfes veille sur nous,» disent ces petites.

Mais, quand Flavienne Delchaume les entend, elle rectifie:

--«Non, mes mignonnes. Je ne suis plus la Reine des Elfes. Une chère
petite âme me ramène vers vous. C'est Bertile, qui se penche sur ses
sœurs, et qui me demande de les aimer comme je l'aimais. Vous vous
souvenez de Bertile, mes petites?»

       *       *       *       *       *

Un jour de printemps, quelques mois après le mariage de Flavienne,
une visiteuse se fit annoncer dans l'hôtel du docteur Delchaume, rue
de Courcelles.

Non loin de l'ancien appartement de la danseuse, tout près de ce parc
Monceau, où les saisons changeantes avaient reflété leur émouvant
passé, si bien que les teintes des feuillages, les jeux de soleil
et d'ombre, les floraisons successives des corbeilles, ravivaient
en eux les impressions abolies, Raymond et sa femme avaient choisi
cette maison toute neuve pour y installer leur profonde vie à
deux. La célébrité, la fortune, qui venaient au jeune savant, leur
assuraient l'indépendance des contingences mesquines. Lui, sans
le dire, goûtait la satisfaction et l'orgueil de mettre un cadre
d'opulence et d'art autour d'une femme digne de tous les luxes, bien
qu'elle fût supérieure aux préoccupations du luxe. Et, ce qu'il n'eût
jamais avoué, c'était l'ambition secrète de conquérir un tel nom, de
telles richesses, que son enfant adoptif n'eût jamais un regret, même
furtif, même inconscient.

Ambition puérile peut-être, et tout de même pétrie de noblesse,
enfiévrée d'amour. Quelle puissance de travail elle ajoutait à
l'ardeur naturelle d'un esprit de premier ordre! Raymond Delchaume
allait devenir un maître non moins illustre que son modèle et son
ami, le professeur Perrelot.

Ce jour-là,--qui était un jour de consultation--le docteur allait
descendre dans son cabinet, lorsque, devant lui, on vint remettre une
carte à Flavienne.

--«C'est bien pour moi, pas pour Monsieur?» demanda la jeune femme,
étonnée, avant même d'avoir jeté un coup d'œil sur la carte.

Elle recevait si peu, n'ayant encore aucunes relations mondaines. Et
il était si tôt pour une visite féminine. Mais la femme de chambre
affirma:

--«Eugène m'a bien dit... pour Madame.»

Flavienne lut le nom, et le soudain changement de son visage inquiéta
son mari.

--«Faites monter cette dame, ici, à côté, dans la bibliothèque. Je
vais la retrouver à l'instant.

--Mon Dieu, qui est-ce? qu'as-tu? un ennui?...» demanda Raymond dès
qu'ils furent seuls.

Sa voix troublée émut Flavienne.

--«Comme tu es gentil!» dit-elle, ennoblissant d'une tendresse
infinie la mignardise du mot.--«Comme tu as peur, tout de suite, pour
moi, de la moindre peine!

--Je t'aime tant!...»

Lui aussi, tout ce qu'il mit d'indicible dans ces trois mots!... Il
vint à elle.

--«Je t'aime tant!... Et la vie a de si effrayantes surprises!...»

La seule pensée secoua son cœur d'un frisson.

--«Mon amour!... ma Flavienne!... es-tu heureuse? M'aimes-tu?»

Déjà, comme si souvent, tous deux oubliaient la petite circonstance,
cause de l'éblouissement, le souffle imperceptible qui suffisait à
soulever la grande vague de leur amour. Mais elle lui mit la carte
sous les yeux.

   «LADY FREDERICK HAWKSBURY»

--«Comment?» fit-il.

--«Je n'en sais pas plus que toi. Ce doit être sa mère... au comte de
Hawksbury.

--Mais... ce Hawksbury...» demanda Raymond, pâlissant, les sourcils
involontairement contractés, «il t'a fait la cour, n'est-ce pas?

--C'est vrai.

--Il était follement épris de toi?

--Oh! follement...» sourit la divine créature. «Je n'ai jamais
constaté qu'il fût fou. Mais je l'ai trouvé,--tu le sais,--dévoué,
brave, généreux, et ne s'écartant jamais du respect le plus profond.

--Tais-toi... tais-toi!...» fit Raymond d'une voix étouffée.

Son expression de souffrance bouleversa Flavienne.

--«Qu'as-tu, mon cher aimé?

--Rien.

--Mais si... dis?»

Il essaya de rire, la serra éperdument dans ses bras.

--«C'est moi qui suis fou! Cela me fait mal de t'entendre admirer
quelqu'un.

--Je n'admire pas... j'estime.

--C'est trop!... c'est trop!...»

Cette fois, il riait vraiment, se raillant lui-même. Puis, en une
prière passionnée:

--«Ne fais plus ça, ma Flavienne. Que veux-tu?... Pardonne... Tu ne
sais pas ce que c'est que mon amour!...»

Maintenant, il était pâle, avec des yeux de vertige. Et elle, grisée
de son trouble, prit la chère tête entre ses petites mains, et, dans
l'enfantillage éternel de la passion, chuchota ardemment, de tout
près:

--«Oui... sois jaloux, sois jaloux... Je t'adore!»

Un bruit de pas, de portes, les rappela au sang-froid. On venait de
faire entrer la visiteuse dans la bibliothèque.

--«D'ailleurs,» reprit encore Raymond, «il y a quelque chose que je
ne lui ai jamais pardonné, à Hawksbury.

--Quoi donc?

--D'avoir, par son duel avec Omiroff, empêché le mien. La fâcheuse
susceptibilité qu'il eut là, cet Anglais!... Et la plus fâcheuse
adresse, de démolir l'épaule d'un adversaire, que j'aurais, au prix
de ma vie, voulu tenir en face de moi!...»

«S'il savait!» pensa Flavienne.

Et le cœur de la loyale créature se serra. Ne pas pouvoir tout
dire à celui qu'on aime!... Quoi de plus dur pour une femme de son
caractère! Toutefois, avouer qu'elle-même, dans son inquiétude
affolée pour lui, implora l'autre, le supplia d'empêcher le duel,
suscita ce champion, c'était infliger au bien-aimé une humiliation
inguérissable, mettre entre eux quelque chose qui ne s'effacerait
plus.

La vérité absolue dans l'amour, dans le plus grand et le plus
irréprochable amour, est-ce donc une chimère inaccessible à
l'imperfection humaine?

--«Je vais recevoir lady Hawksbury,» dit Flavienne.

--«Et moi, je descends à ma consultation. Mais,»--ajouta-t-il,
sachant qu'il y gagnerait le plus doux sourire--«pas avant d'avoir
passé dans la chambre de Serge. Je ne l'aurai pas tout l'après-midi,
comme toi, notre mignon.»

Lorsque Flavienne poussa la porte de la pièce claire, aux vitrines
blanches, remplies de reliures d'art, qu'ils avaient baptisée «la
bibliothèque», elle ne put contenir un mouvement de stupeur, une
exclamation légère. Devant elle, une haute et mince silhouette, de
suprême élégance, un visage à l'éclat de fleur, sous une auréole
mousseuse et blonde comme des fils de cocons emmêlés. Le tout
surmonté d'un immense chapeau noir à plumes de saphir. Un modèle de
Lawrence ou de Gainsborough.

--«Lady Maud Carington!...» s'écria Mme Delchaume. «Je croyais... on
m'avait dit...»

Son regard déconcerté se reporta sur la carte de visite, qu'elle
tenait encore machinalement à la main.

--«Je ne suis plus lady Maud Carington,» dit la jeune dame. (Et tout
de suite l'oreille de Flavienne reconnut le gazouillis de l'accent.)
«Je suis lady Frederick Hawksbury.

--Comment?... Mais alors... vous avez?...

--J'ai épousé mon cousin.»

Il y eut un silence.

Les deux femmes,--de beauté si diverse, mais toutes deux si
séduisantes!--se considérèrent un instant. Elles semblaient hésiter
entre les impulsions de leurs sentiments véritables et le souci de
la meilleure attitude, sans bien démêler ni l'une ni les autres.
L'Anglaise, mieux préparée puisqu'elle avait cherché la rencontre,
parla la première:

--«Vous pensez, j'en suis sûre, madame, à ce jour où celui qui est
aujourd'hui mon mari a, devant moi, demandé votre main?»

L'ardente ombre rose sur le teint mat de Flaviana fut l'équivalent
d'une réponse.

--«Alors, je lui ai dit,» reprit l'étrangère, «que je le comprenais
bien, et qu'il avait raison d'être fou de vous. Aujourd'hui, je n'ai
pas changé d'avis.

--Madame...» hasarda l'ex-étoile, dont la rougeur s'accentua.

--«C'est parce que j'ai cette haute opinion de vous, que je suis
venue vous tendre la main, à présent que nos destins ont changé. J'ai
voulu vous annoncer moi-même mon mariage.»

Disant cela, elle s'assit sans façon, comme si elle en avait assez
long à dire. Flavienne qui, ne sachant si elle venait en amie,
ne lui avait pas offert un siège, en prit un à son tour. Puis,
impétueusement, elle s'écria:

--«Si vous saviez, madame, comme je suis contente!... Comme je suis
contente pour lord Hawksbury!...

--Moi aussi,» dit la délicieuse Anglaise avec un calme parfait.

--«Vous aussi?... vous êtes contente... Pour lui? ou pour vous?»
demanda gaiement Flavienne.

--«Pour les deux.» Elle se reprit et ajouta:

--«Je peux dire: «Pour les trois.» Car ma mère aussi est satisfaite.
Et ce n'est pas une chose facile, je vous assure, que de satisfaire
la duchesse de Carington.

--C'était à cause d'elle, je me souviens,» risqua Mme Delchaume, «que
vous étiez venue me trouver.

--Ah! vous vous rappelez. Ma mère s'opposait de toute sa force à mon
mariage avec le prince Boris.»

Cette allusion tranquille au drame passé enhardit Flavienne, qui
observa:

--«Vous avez reconnu qu'elle avait raison?

--Je n'ai rien reconnu de ce genre. Elle avait grand tort. Car, si
elle ne s'était pas acharnée ainsi contre Omiroff, je ne me serais
pas tant monté la tête pour lui.»

Flavienne sourit:

--«C'est un point de vue.

--Je crois bien! J'allais le rencontrer à cheval, en cachette, hors
du parc. Oh! je l'ai avoué à Freddy... Tout de même, quelque chose me
disait: «Il faut avoir peur de cet homme-là.» Cette voix intérieure,
aussi, me faisait m'entêter. Une Carington doit braver la peur.

--Cependant vous êtes partie pour le Japon.

--Grâce à qui?» demanda Maud.

--«Je ne sais pas.

--Grâce au docteur Delchaume.

--A mon mari!...

--Naturellement. S'il n'avait pas provoqué Boris, le soir de la fête
au Pré-Catelan, je m'enfuyais à Londres la nuit même, avec le prince,
mon fiancé, et j'étais mariée le lendemain.»

Un peu abasourdie, Flavienne se contenta de la regarder.

--«Vous comprenez,» poursuivit la jeune comtesse de Hawksbury avec
une grâce soudaine, «que nous soyons vos amis. Je suis venue vous le
dire. Seulement, je suis venue vous le dire toute seule. Quand je
jugerai que Frederick est tout à fait guéri de vous, alors je vous le
ramènerai. Pour l'instant, nous ne faisons que traverser Paris.»

La conversation se trouva coupée par une voix d'enfant qui appelait:

--«Maman!... maman!...»

La porte s'ouvrit, mais elle aurait été refermée aussitôt, si Mme
Delchaume ne s'était écriée:

--«Ça ne fait rien, mon chéri. Entre... Viens baiser la main de la
dame.»

Le petit Serge apparut--adorable bambin--et il remplit son gentil
devoir de politesse avec tant d'élégante aisance et de sérieux
comique, que la visiteuse s'exclama:

--«_What a darling!... But he is a love!..._[3]

  [3] «Quel bijou! Mais c'est un amour!»

--Notre fils,» dit Flavienne en l'attirant contre elle, «notre petit
Serge-François Delchaume. Vous direz à lord Hawksbury...»

L'Anglaise ne la laissa pas achever.

--«Dieux!...» s'écria-t-elle, «est-ce l'enfant?...

--C'est lui, mon fils, que votre mari...

--Freddy m'a révélé... Mais alors, vous l'avez retrouvé... Il n'était
donc pas?...»

Elle n'osait prononcer le mot «mort», devant ce beau petit être et
cette mère radieuse.

--«Je l'ai retrouvé... Je l'ai retrouvé, sain et sauf,» répétait
Flavienne, le serrant presque convulsivement, dans le réveil de
l'ancienne angoisse.

--«Oh!» dit l'Anglaise, «quel bonheur!...»

Son clair visage, ses traits menus, peu expressifs, s'imprégnaient
d'une émotion inaccoutumée. Elle se leva.

--«J'ai hâte d'apprendre cela à Frederick. Il en sera si heureux!»

Les deux jeunes femmes furent de nouveau debout, en face l'une de
l'autre.

--«Comme j'ai bien fait de venir!» dit lady Hawksbury.

--«Comme je vous sais gré d'être venue,» dit Flavienne Delchaume.

--«Mais,» ajouta la première, avec une moue puérile, «je vais être
obligée de raconter à Frederick que vous êtes plus belle que jamais,
et qu'il y a trop de danger pour lui à m'accompagner ici. Quel
dommage!

--Quand on est comme vous, on ne craint aucune comparaison,» affirma
sincèrement Flavienne. Puis, avec une souriante malice:--«Une
Carington doit braver la peur.»

Mais les yeux de l'Anglaise s'attachèrent au petit Serge. Elle prit
l'enfant, le souleva dans ses bras.

--«Voilà...» déclara-t-elle. «Je sais quand j'accorderai la
permission à Frederick... Quand il m'aura donné un trésor comme
celui-ci.

--Je vous le souhaite,» s'écria Flavienne, s'emparant
orgueilleusement de son fils. «Être mère... C'est la royauté qui nous
met au-dessus de tout.»


FIN DE:

CHACUNE SON RÊVE

DEUXIÈME ET DERNIÈRE PARTIE DE:

DU SANG DANS LES TÉNÈBRES



TABLE


    I.--Manuscrit de Francine                                   1

    II.--Vers la Mort                                          30

    III.--Au Fond du Labyrinthe                                59

    IV.--Dans les Coulisses                                    82

    V.--En Cour d'assises                                     115

    VI.--La Mère                                              148

    VII.--Le Vieux-Moutier                                    172

    VIII.--Prise au Piège                                     197

    IX.--L'Allée des Tombeaux                                 224

    X.--La Rencontre du Passé                                 249

    XI.--Le Prix de la Vie                                    278

    XII.--Plus rapide que le Rapide                           304

    XIII.--Les petits Pieds qui ne danseront plus             335

    XIV.--Deux Épouses                                        354


PARIS. TYP. PLON-NOURRIT ET Cie, 8, RUE GARANCIÈRE.--14466.



BIBLIOTHÈQUE DE ROMANS

de la Librairie PLON


_DERNIÈRES PUBLICATIONS_

    DES GACHONS (Jacques).--*Le Chemin de sable.
    LICHTENBERGER (André).--*Le Petit Roi.
    MILAN (René).--La Mère et la Maîtresse.
    DELLY (M.).--*Esclave... ou Reine?
    LESUEUR (Daniel).--_Du Sang dans les ténèbres._ Flaviana, Princesse.
    ACKER (Paul).--Le Soldat Bernard.
    MARGUERITTE (Paul).--La Faiblesse humaine.
    BONNAMOUR (G.).--Les Trois Poteaux de Satory.
    LAUMONIER (Daniel).--Sang d'Argonne.
    BOURGET (Paul).--La Dame qui a perdu son peintre.
    AMIOT (Charles-Gustave).--L'Approche du soir.
    SÉVERAC.--Les Voies impénétrables.
    DAUDET (Ernest).--Les Rivaux.
    RESCLAUZE DE BERMON.--Le Lien.
    FOVILLE (Jean de).--Eros.
    POMAIROLS (Ch. de).--*Ascension.
    CONAN DOYLE.--Rodney Stone. Traduit de l'anglais par René LÉCUYER.
    AIGUEPERSE (M.) et DOMBRE (Roger).--*Les Joies du Célibat.
    ROSNY Aîné.--La Vague rouge.
    BRADA.--La Brèche.
    ARNAL (Émilie).--Marthe Brienz.
    LA BRÈTE (Jean de).--*Aimer quand même.
    BORDEAUX (Henry).--La Croisée des chemins.
    RENAUDIN (Paul).--Un Pardon.
    HARDY (Thomas).--La Bien-Aimée. Traduit de l'anglais par
      Eve PAUL-MARGUERITTE.
    NOËL (Alexis).--*Mon Prince charmant.

Prix de chaque volume 3 fr. 50


Les volumes dont le titre est précédé d'un * peuvent être mis entre
toutes les mains.


PARIS. TYPOGRAPHIE PLON-NOURRIT ET Cie, 8, RUE GARANCIÈRE.--14466.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Chacune son Rêve" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home