Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Dictionnaire érotique moderne
Author: Delvau, Alfred
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Dictionnaire érotique moderne" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



generously made available by the Bibliothèque nationale
de France (BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



Note de transcription:

Les erreurs clairement introduites par le typographe ont été corrigées.
Il y a une note plus détaillée à la fin de ce livre.



    DICTIONNAIRE
    ÉROTIQUE

    Édition imprimée exclusivement pour les membres de la
    _Biblio-Aphrodiphile Société_, et non mis dans le commerce.



[Illustration: frontispice]



    DICTIONNAIRE ÉROTIQUE
    MODERNE

    PAR

    UN PROFESSEUR DE LANGUE VERTE

    (Alfred Delvau)

    _Nouvelle édition, revue, corrigée
    considérablement augmentée par l’auteur
    et enrichie de nombreuses citation_

    [Illustration]

    BALE
    IMPRIMERIE DE KARL SCHMIDT



[Illustration]

AUX ESPRITS LIBRES


_Quand nous sommes entre nous, en petit comité, nous n’avons pas
besoin de nous gêner; aussi arrive-t-il souvent, comme dit Gresset
dans son_ Vert-Vert, _que les_ f., _les_ b. _voltigent sur notre bec.
Quand quelqu’un nous ennuie, nous lui disons_: Tu m’entrouducutes,
va te faire foutre. _Quand nous voulons dire qu’un individu
témoignait le désir de se comporter avec une femme de la manière la
plus satisfaisante pour elle, au lieu de faire toute cette longue
périphrase, nous disons_: Il bandait comme un carme. _Quand nous
voulons exprimer tout le contraire, nous disons que c’est_ un vit
mollet, un bande-à-l’aise. _Un homme qui a du courage est_ un homme qui
a des couilles au cul, _etc._

_Pour un étranger, tout cela est de l’hébreu. Il faut un dictionnaire
pour comprendre les mots en usage; mais ne comptez pas sur celui de
l’Académie, 6me et dernière édition; MM. les académiciens n’ont pas
assez de couille pour avouer de pareils termes. Il faut quelques hommes
d’esprit supérieur qui se dévouent._

_Pour la langue française, nous avions déjà le dictionnaire intitulé:_
Erotica verba _de M. de L’Aulnaye; ce dictionnaire se trouve à la
suite de l’édition de Rabelais publiée par Desoer en 1820. Il est
certainement très utile, mais il ne donne pas beaucoup d’expressions
contenues dans d’autres auteurs contemporains de Rabelais ou plus
modernes que lui. M. Auguste Scheler, l’érudit distingué, le savant
bibliothécaire du roi des Belges, crut devoir, pour ce motif, refaire
à nouveau ce dictionnaire, et il publia en 1861, sous le pseudonyme
de Louis De Landes, son_ Glossaire érotique de la langue française
(_Bruxelles, pet. in-8o de XII 396 p._).—_Notre excellent et spirituel
ami Alfred Delvau voulut aussi refaire à nouveau ce travail; car
lui, il avait eu le courage de descendre dans les bas-fonds sociaux,
dans les bordels, dans les bastringues, dans les halles. Là, il
avait recueilli nombre d’expressions pittoresques inconnues à ses
devanciers. Il publia la première édition de son Dictionnaire en 1864.
Tirée à petit nombre, elle fut promptement enlevée. Elle donna lieu à
de nombreuses contrefaçons et à de fort mauvaises imitations. Delvau
cependant avait préparé une seconde édition de son œuvre, plus châtiée
et plus complète que la première, lorsque la mort nous l’enleva, en
1867. Nous recueillîmes ses épaves avec soin, et nous en faisons faire
aujourd’hui, à petit nombre, une impression soignée pour les esprits
libres et éclairés._

_Delvau n’a pas eu le temps de faire une nouvelle préface pour sa
nouvelle édition; nous allons, en conséquence, reproduire simplement
la judicieuse_ Introduction _de sa première édition. Nous la ferons
suivre du remarquable_ Avant-propos _placé par M. Auguste Scheler à la
tête de son_ Glossaire érotique. _Enfin, nous ajouterons, rivalisant
avec les deux précédentes, la préface placée par Moncrif à la tête
du_ Recueil du Cosmopolite; _c’est l’une des plus spirituelles pièces
de cet ingénieux écrivain, et en même temps une des plus rares et qui
a rapport au sujet dont nous nous occupons: la petite révolte de la
liberté de l’esprit contre les préjugés plus encore que contre les
conventions sociales_.


_Un mot encore, et nous terminons. Dans la nouvelle édition, on
remarquera que l’auteur s’est réellement borné cette fois au langage
moderne et qu’il n’est pas remonté plus haut que Marot et Rabelais._

_Il a négligé beaucoup de fantaisies niaises, prétentieuses et
inusitées de quelques auteurs modernes, comme Nerciat, Rétif, la_ Tour
du Bordel, _ou d’argots de voleurs, de chiffonniers, etc.; par exemple,
les mots_ inir (_de Nerciat_) hubir (_de la Tour_), pante, sinve (_qui
se trouvent dans le dictionnaire d’argot de Larchey_), _etc._

_Enfin, il a supprimé quelques mots qui se retrouvent dans les
dictionnaires français usuels:_ libidineux, lascif, impudicités,
tendron, autel de la volupté, calice, _etc. C’était superflu à
répéter._



INTRODUCTION

(1re édition du _Dictionnaire érotique_.)


_Aucun écrivain, jusqu’à ce jour, ne s’est senti assez franc du collier
ni assez ferme des rognons pour entreprendre la publication d’un_
Dictionnaire érotique _complet; publication jugée nécessaire cependant
par tout le monde, par les gourmets aussi bien que par les goinfres,
par les lettrés aussi bien que par les simples curieux_.


_Ce que nous avons sur la matière est bien peu de chose: le_ Glossarium
eroticum linguæ latinæ _de Pierrugues, le_ Dictionnaire françois
contenant les mots et les choses _de Richelet, le_ Dictionnaire d’amour
_de Dreux du Radier, celui de Sylvain Maréchal, celui de Girard de
Propiac, et enfin le_ Glossaire érotique de la langue française _de
M.***_ (_dit Louis De Landes_). _En apprenant, il y a trois ans, la
publication de ce dernier ouvrage, j’allais renoncer à continuer
le mien, que je supposais dès lors inutile; une rapide lecture me
détrompa: le_ Glossaire érotique _de M.*** n’est autre chose que les_
Erotica verba _du 3e volume de Rabelais, édition Desoer,—avec cette
différence que les_ Erotica verba _tiennent dans une trentaine de
pages et que M.*** les a délayés dans un fort volume in-12. Mais les
expressions modernes, mais les mots pittoresques, nés d’hier, qui
servent d’étiquettes aux choses de la coucherie, de l’amour et de
la polissonnerie, qui a eu la patience de les colliger et le courage
de les nomenclaturer? Personne. La littérature contemporaine compte
assurément nombre d’excellents esprits très dignes de mener à heureuse
fin une œuvre de l’importance et de la nature de celle-ci: il n’en est
pas un seul qui ait osé emboucher le clairon de l’émancipation, pas un
qui soit parvenu à se démailloter, à se débarrasser de ses langes et de
ses lisières. Ce sont en effet de si grands seigneurs que les préjugés!
de si grandes dames, les conventions! Songez donc: appeler les choses
par leur nom,—la grosse affaire!_

_Pour moi, qui n’ai pas la vaine superstition du langage, et qui, au
contraire, possède au suprême degré la haine, presque le dégoût de la
feuille de vigne que les hypocrites placent sur leurs discours—comme
les vieilles femmes un couvercle sur leur pot de chambre,—j’aborde
résolûment le taureau par les cornes, et j’essaie de faire, à mes
risques et périls, ce que personne jusqu’ici n’a eu le courage de
tenter. Car il est bien entendu que je compte pour rien le prétendu_
Glossaire érotique de la langue française _de M.***, à qui une pudeur
inexplicable a fait prendre la précaution—inutile—de s’abriter derrière
un pseudonyme_.

_Ce qui m’a guidé dans cette intéressante besogne, à laquelle j’ai
consacré de nombreuses veilles et pour laquelle je ne demande aucune
récompense,—m’en étant déjà décerné une à moi-même,—ce n’a pas été de
donner satisfaction aux curiosités malsaines des libertins, vieux ou
jeunes, qui se jettent sur les livres obscènes comme les mouches sur
des rayons de miel: j’ai trop le respect de moi-même pour descendre
à une aussi puérile infamie, quelque haut prix qu’elle rapporte à
son auteur. Le métier de masturbateur intellectuel peut avoir des
avantages précieux pour les gens qui croient, avec Vespasien, que
l’argent ne pue point; mais comme je ne me sens pas le moins du monde
porté à l’exercer, je ne l’exerce pas. Mes visées sont plus hautes et
mes habitudes d’esprit moins malpropres. J’ai le style gaillard, mais
l’intelligence chaste._

_La langue française étant, de l’avis de Voltaire, «une gueuse fière
à qui il faut faire l’aumône malgré elle,» j’ai voulu essayer de
glisser dans la poche de son Dictionnaire légal, si pauvre, la plupart
des expressions du Dictionnaire interlope, si riche, que je publie
aujourd’hui, malgré ses imperfections involontaires et ses omissions
inévitables. Je me suis fait le saint Vincent de Paul des nombreux mots
orphelins qui grouillent dans le ruisseau, des nombreuses expressions
vagabondes qui se morfondent depuis si longtemps à la porte du
Dictionnaire de l’Académie, et je leur ai construit, à mes frais, un
petit hospice en attendant qu’on songe à les admettre dans le grand._

_Ce qui se parle doit s’écrire, et tout doit se parler—même devant
les jeunes filles. Les mots ne sont pas ordes, ce sont les pensées
qui sont sales. La lecture de l’Arêtin et la vue des priapées du Musée
secret de Naples sont moins corruptrices que beaucoup de romans que je
pourrais citer, et je serais même disposé à absoudre le marquis de Sade
(assuré que je suis de la parfaite innocuité de sa_ Justine_) si ce
misérable avait écrit en meilleur français: les livres dangereux sont
les livres mal faits. Le libre langage de nos pères, qui effarouche
tant de ridicules pudeurs, vaut cent fois mieux que notre phraséologie
bégueule—et en même temps embrenée d’équivoques obscènes—dont ils se
seraient si justement crevés de rire. Langue châtrée, peuple castrat.
Où sont nos couilles du temps jadis? Qu’a-t-on fait du français
médullaire, si substantiel et si savoureux, de Mathurin Régnier,
d’Agrippa d’Aubigné, d’Amyot, de Rabelais, de Montaigne, de Brantôme,
et de tant d’autres écrivains qui besognaient fort et dru? On l’a
remplacé par le petit français d’un tas de petits écrivassiers, les
uns membres—émasculés—de l’Académie, les autres dignes de le devenir.
Et voilà pourquoi notre langue est muette, d’éloquente qu’elle était
autrefois!_

_C’est à ne s’y pas reconnaître dans cette tour de Babel moderne, où
l’on est arrivé, par le bégueulisme, à la confusion du langage. Jamais
on n’a aussi mal écrit, ni aussi mal parlé. L’hôtel de Rambouillet,
qu’on pouvait croire exproprié et démoli pour cause de clarté publique,
existe avec plus de locataires que du temps de la_ Guirlande de
Julie; _il y en a depuis le sous-sol jusqu’aux combles, maîtres et
domestiques mêlés, Houssaye sur Lamartine, Musset sur Murger, Mérimée
sur Aubryet, Janin sur Sainte-Beuve. Ces_ Précieuses _mâles—du moins
du sexe masculin, car mâles emporte avec soi une idée de vigueur que
je ne veux pas attacher au nom de ces péronnelles en culottes,—ces
Précieuses, à l’exemple de leurs aînées en jupons, fessées à tour de
bras par Molière, ont frappé de proscription tous les mots virils de
notre langue, toutes les expressions bien bâties, qui avaient jadis
droit au respect général et qui en sont réduites aujourd’hui à faire le
trottoir, comme de vulgaires prostituées._

_Ah! que cette horreur du mot propre est bête, dangereuse—et
inutile! Qu’est indécent et saugrenu cet amour de la périphrase et
du sous-entendu qui joue dans la conversation le rôle d’énigme dont
tout le monde finit toujours par trouver la clef! «Vilains hypocrites!
s’écrie Denis Diderot avec une indignation sincère; foutez comme
des ânes débâtés, mais permettez-moi de dire foutre. Je vous passe
l’action, passez-moi le mot. Vous prononcez hardiment_ tuer, voler,
trahir, _et l’autre, vous ne l’oseriez qu’entre les dents!... Il est
bon que les expressions les moins usitées, les moins écrites, les
mieux tues, soient les mieux sues et les plus généralement connues.
Aussi, cela est: aussi, le mot_ futuo _n’est-il pas moins familier que
le mot_ pain; _nul âge ne l’ignore, nul idiome n’en est privé; il a
mille synonymes dans toutes les langues, il s’imprime en chacune sans
être exprimé... et le sexe qui le fait le plus, a usage de le taire le
plus.»_

_Que répondraient à cela nos Précieuses—si on les consultait? Que
Diderot était un écrivain ordurier, qui aimait les vilains mots comme
certaines gens aiment les mauvaises odeurs, et qu’aujourd’hui on le
condamnerait à deux ou trois années de prison pour «outrage à la morale
publique et aux bonnes mœurs,»—sans compter deux ou trois autres années
pour «outrage à la religion catholique.»_

_J’y consens—pour un instant. Mais Michel de Montaigne? Oserez-vous,
pécores, dire de ce gentilhomme périgourdin ce que vous avez niaisement
reproché au fils de l’ouvrier coutelier de Langres? Montaigne a écrit
la même chose, pourtant, et tout aussi clairement: «Qu’a fait l’action
génitale aux hommes, si naturelle, si nécessaire et si juste, pour
n’en oser parler sans vergongne, et pour l’exclure des propos sérieux
et règlez? Nous prononçons hardiment_ tuer, desrobber, trahir; _et
cela, nous n’oserions qu’entre les dents. Est-ce à dire que moins
nous en exhalons en paroles, d’autant nous avons loy d’en grossir la
pensée? Car il est bon que les mots qui sont le moins en usage, moins
escripts, et mieulx teus, soient les mieux sceus et plus generalement
cogneus...»_

    Vous les appelez des ordures
    Tous ces mots qui, ruisseaux de miel,
    Coulent avec de doux murmures
    Des lèvres en quête du ciel!

    Vous vous signez lorsqu’on raconte
    Ce que signifie _Être heureux!_
    Vous vous cachez le front de honte
    D’avoir joui comme des dieux!

    Vous rougissez de vos ivresses
    Lorsque vous êtes dégrisés,
    Et vous reniez vos maîtresses
    Lorsque repus de leurs baisers!

    Quel mal trouvez-vous donc à dire
    Ce qu’à faire vous trouvez bon?
    Pourquoi crime un charmant délire?
    Comment _caca_ votre _bonbon_?

    Ah! libertins de sacristie
    Dont le cœur à la bouche ment,
    Pourquoi recrachez-vous l’hostie
    Gobée à deux si goulûment?

_Ce_ cant _que nous reprochons si maladroitement aux Anglais, nous
l’avons au même degré qu’eux; nous rougissons pudiquement, jeunes
vierges à barbe, des grossièretés de notre Rabelais, comme ils
rougissent, ces pucelles à favoris rouges, de leur Shakespeare. Et
plus nous allons, et plus notre cant s’aggrave—avec nos vices. Je me
rappelle encore l’émotion générale qui accueillit, il y a deux ans,
le chapitre des_ Misérables _de Victor Hugo où s’étale superbement
la réponse énergique de Cambronne à Waterloo. C’était un scandale à
nul autre pareil. On ne voulait pas croire à tant d’audace, et, le
nez même sur la page où cette shockinerie se trouve déposée, avec des
commentaires aggravants tout autour, on se refusait encore à y croire.
Des cris de paon étaient poussés dans les salons et dans les cafés à
propos de cette incongruité littéraire. Les académiciens se cachaient
la face et se couvraient de cendres. Arsène Houssaye mettait un crêpe à
sa houlette de berger en chambre. Madame Louise Colet prenait le voile.
Champfleury allumait des lampions sur sa fenêtre, au grand ébahissement
des habitants de Montmartre—qui se croyaient déjà au 15 août..._

_Victor Hugo avait écrit_ MERDE!

_Sans doute. Après? et pourquoi toutes ces clameurs de pies en délire?
Que prouve cette sainte—et ridicule—indignation? Rien, sinon que depuis
Boileau les lecteurs français veulent être respectés quoiqu’ils ne se
respectent pas eux-mêmes. Rien, sinon que la chasteté de notre langage
témoigne surabondamment du libertinage de nos mœurs. Rien, sinon que
nous ne trouvons les mots ordes et puants que parce que nos actions
sont malsaines et nidoreuses. Rien, sinon que notre âme est un fumier
sur lequel poussent les fleurs—de rhétorique. Rien, sinon qu’au lieu
de laisser aux femmes le bégueulisme des paroles, nous l’affichons
comme la feuille de vigne de l’impudicité, faisant ainsi semblant
d’ignorer que jamais la pureté de l’âme humaine n’a été entamée par
les familiarités les plus stercoréennes du langage humain. Il ne nous
manquait que cette hypocrisie-là pour être complets!_

_Les questions morales que cela soulève sont de la plus haute
importance, et j’aurais grande joie à les examiner ici avec détails,
afin de vider une bonne fois sur la tête d’un public béotien le panier
de mes colères et de mes ironies. Mais, par malheur, la place me
manque, mon cadre me force à me borner: à peine me reste-t-il quelques
lignes._

_J’abrège donc, ne voulant d’ailleurs prouver rien autre que mon
droit à réunir en corps de livre une cohue d’expressions pittoresques
auxquelles le Dictionnaire de l’Académie fera faire éternellement le
pied de grue, sans daigner même entrebâiller un de ses feuillets pour
en laisser entrer quelques-unes chez lui. «Toutes les langues roulent
de l’or,» a dit Joubert,—et l’argot d’un peuple entier est une langue,
spécialement l’argot érotique; s’il vit en marge du Dictionnaire
officiel, comme les gens qui le parlent vivent en marge de la société
officielle, il n’en finira pas moins, à un moment donné, par se
confondre comme eux dans la circulation générale._

_Au reste, peu me chaut! C’est déterminément que j’ai composé le
recueil pornographique que je publie aujourd’hui, sans arrière-pensée
mauvaise; non pour tenter mes contemporains du gaillard péché de
luxure,—comme le diable de Papefiguière les nobles nonnains de
Pettesec,—mais à titre seul de documents pour l’histoire de la langue
et celle des mœurs au XIXe siècle, et avec cette conviction, solidement
ancrée dans ma conscience, que s’il n’est utile à personne, à personne
non plus il ne sera nuisible. Les lecteurs vraiment chastes ne s’en
sentiront pas corrompus; les lecteurs corrompus n’en deviendront pas
plus libertins._

_Je n’aurai jamais à me couper le poignet par remords de l’avoir
écrit._



AVANT-PROPOS

(du Glossaire érotique)


_Il faut avoir un certain courage pour faire un livre comme
celui-ci; car, tout d’abord, la plupart des personnes qui l’ouvriront
s’empresseront de le rejeter comme un tissu d’obscénités, qu’un homme
qui se respecte n’aurait jamais dû mettre au jour. Pour beaucoup de
gens, sans doute, la première impression sera telle; mais pour ceux
qui voudront un peu réfléchir, ils reconnaîtront bientôt qu’il y a un
but utile dans cette publication; qui n’est faite ni pour les jeunes
filles, ni pour les écoliers._

_Pendant plusieurs siècles, on n’attacha aucune idée malhonnête à une
multitude de mots et d’expressions qui sont actuellement bannis de la
bonne compagnie, et les hommes les plus graves les employaient sans que
personne y trouvât à redire. Peu à peu, on a trouvé que certains mots
devaient être bannis de la langue, et on les a remplacés par d’autres,
ou bien par des périphrases qui expriment, il est vrai, la même idée,
mais en bannissant le scandale. C’est sans doute une singulière manière
de voir que de regarder un mot comme obscène, et non pas ce qu’il veut
dire; car il semblerait raisonnable de ne blâmer dans un écrit que
les pensées qui y sont reproduites, et de ne taxer qu’elles seules
d’immoralité, sans s’attacher aux mots, qui ne sont que le moyen de
rendre les idées palpables. Mais, enfin, la coutume est ainsi établie,
et il faut s’y soumettre, sous peine d’être honni. Un auteur qui ne se
conformerait pas à cet usage ne serait pas lu, et, de plus, il irait
faire un tour en police correctionnelle. Aussi n’avons-nous point le
projet de vouloir réformer le monde et de changer sa manière de voir
sur un sujet qui a été traité par Bayle beaucoup mieux que nous ne le
pourrions faire._

_La manière actuelle d’écrire ne doit cependant pas faire proscrire
la littérature du XIIe au XVIIe siècle, et empêcher de lire des
écrivains distingués, qui n’ont commis d’autres fautes que d’employer
dans leurs écrits des mots dont on se servait dans toutes les classes
de la société. Tous les dictionnaires ayant soin de bannir de leurs
colonnes les mots réprouvés, il arrive que bon nombre d’expressions
employées autrefois deviennent inintelligibles pour les lecteurs,
qui ne les entendent pas dans la conversation. Cet inconvénient se
fait surtout sentir pour les étrangers, car les nationaux ont parfois
occasion de les entendre employés par le peuple. Il semble donc que la
publication d’un glossaire érotique doit être accueillie favorablement
par tous ceux qui veulent lire notre ancienne littérature, et qui sont
désireux de bien comprendre les écrivains qui n’ont eu d’autre tort
que d’appeler un chat un chat, et qui, sous des obscénités apparentes,
ont souvent caché des leçons de morale et de philosophie, que les
persécutions religieuses les empêchaient de publier ouvertement._

_C’est donc à la partie sérieuse des gens lettrés que nous nous
adressons, notre unique but étant de rendre plus familière la lecture
d’écrivains d’un grand mérite. Certains d’entre eux, il est vrai, ont
été publiés avec un glossaire spécial; mais, en général, il est fort
incomplet, surtout en ce qui regarde les termes érotiques. Et puis ces
explications manquent presque toujours dans les anciennes éditions, qui
sont actuellement fort recherchées._

_Dans cet ouvrage, tous les mots sont imprimés en entier, aucune
lettre n’étant remplacée par des points; car cette coutume semble
s’éloigner tout à fait du but qu’elle se propose. Que veut-on, en
effet? Que l’attention ne se fixe pas sur des mots qu’on regarde
comme déshonnêtes. Et, de bonne foi, est-il meilleur moyen de l’y
fixer que de ne pas imprimer le mot tout entier, puisqu’alors on est
forcé de faire des efforts d’imagination pour retrouver ce qui a été
omis, tandis que s’il en était autrement on n’y ferait que fort peu
d’attention, l’examen ne se portant que sur la pensée exprimée dans la
phrase qu’on lit. On croirait vraiment que ce moyen a été inventé par
quelque libertin._

_Quant à l’orthographe, nous avons suivi en général celle qui est
adoptée actuellement, celle des temps anciens étant si variable, même
dans le même auteur, que nous n’aurions su laquelle choisir. Seulement,
nous avons indiqué toutes les manières diverses d’orthographier le même
mot, en renvoyant pour les explications et les citations à celui qui
est écrit à la moderne._

    L’AUTEUR



PRÉFACE

(du Recueil du Cosmopolite)


_Il semble que la philosophie ne fasse qu’à regret (pour ainsi dire)
des progrès dans l’esprit de l’homme; si elle gagne à quelques égards
aujourd’hui, elle perd si considérablement par d’autres côtés, que la
compensation n’est pas égale. Les connaissances physiques prennent, il
est vrai, de jour en jour, un essor plus rapide, mais combien l’esprit
de morale n’a-t-il pas dégénéré?_

_Tandis que nos philosophes s’occupent de cette attraction qui
entretient le jeu des différentes parties de l’univers, l’impression
conséquente que doivent leur faire les mots les plus estimables de
notre langue leur échappe, ou se métamorphose dans leur imagination,
et ces mêmes mots ne présentent presque plus, pour la plupart, le vrai
sens auquel ils avoient été attachés._

_Faut-il chercher d’autre cause de la différence des mœurs de ce
siècle-ci à celles des siècles passés? Sans doute, la naïveté avec
laquelle nos pères s’énonçoient, et qu’on a depuis si injustement
qualifiée du nom de langage libre, étoit la base et le garant de la
pureté de leurs mœurs._

_Leur façon de vivre étoit aussi simple que leur langage; parmi eux,
_oui_ vouloit dire effectivement _oui_, et _non_ exprimoit exactement
_non_. Point de ces subterfuges qui sont autant de ressources pour la
mauvaise foi, et d’écueils de la solidité de l’esprit._

_La malignité des termes équivoques, d’autant plus dangereuse qu’elle
fait les délices des petits esprits, et par conséquent du plus grand
nombre, n’étoit point encore connue._

_Quelle contrainte ces fausses idées qu’on attache aujourd’hui à un
grand nombre de manières de s’exprimer, n’apportent-elles pas dans la
société? Il faut en exposer ici quelques exemples._

_Qu’une femme à qui vous parlerez d’un voyage agréable et curieux que
vous aurez fait, vous dise: Je meurs d’envie de le faire, les sots
éclatent de rire, et les fausses prudes rougissent._

_Céliante se donne la torture pour mettre son gant trop étroit pour sa
main; vous n’oseriez jamais lui dire: Madame, voulez-vous que je vous
le mette? ni même: que je vous l’ôte? parce que notre esprit corrompu
va plus loin que les termes propres ne signifient, et qu’il suppose
que, pour l’ôter, il faut l’avoir mis, et qu’il soit dedans._

_Si vous vous servez de ces termes simples, vous passez pour un sot, ou
du moins pour un mauvais plaisant._

_A peine est-il permis de dire que la Marne se décharge dans la Seine,
ou qu’un fusil est chargé._

_Nos dévots, même de la première classe, avoient voulu faire passer
cette réformation prétendue de style jusque dans la manière de faire
des enfants à sa femme, et trouvant une idée trop libertine, et une
façon trop peu décente de se mettre dessus à nu, ils avoient imaginé
de faire un trou chacun à leur chemise, pour opérer, disoient-ils, plus
modestement et plus convenablement le grand œuvre de la propagation du
genre humain._

_Je laisse à juger si ceux qui en agissent ainsi n’ont pas
l’imagination plus déréglée que ceux qui tout uniment se mettent
dessus, dans la simple nudité que la sage nature nous a donnée._

_Avec quelque pureté d’intention que vous employiez les mots d’enfiler,
remuer, branler, large, étroit, se retirer et cent autres, ils
réveillent à présent des idées licencieuses. Personne n’ignore le rire
scandaleux qu’ont excité, dans les derniers temps, ces quatre vers du
grand Corneille:_

    Dis-moi donc, lorsqu’Othon s’est offert à Camille,
    A-t-il paru contraint? A-t-elle été facile?
    Son hommage auprès d’elle, a-t-il eu plein effet?
    Comment l’a-t-elle pris? Et comment l’a-t-il fait?

_La saine raison, lorsqu’elle conduisoit les hommes, ne leur avoit
point appris à faire une distinction imaginaire d’une expression
supposée gratuitement malhonnête, avec une autre qui ne blesse point la
pudeur._

_On prononce le mot crime sans remords, comme celui de vertu sans
édification; on croit avec justice n’être point garant des idées
opposées que l’un et l’autre présentent. Par quel égarement va-t-on
déshonorer d’autres termes, qui ont le même droit d’être au rang de
ceux qui composent la langue? Pourquoi les exclure de la conversation
et des ouvrages littéraires, où souvent ils seraient si naturellement
amenés?_

[Illustration]



[Illustration]

    DICTIONNAIRE EROTIQUE

    PAR

    UN PROFESSEUR DE LANGUE VERTE



A


ABANDONNER (S’). Se livrer complétement à un homme, lui ouvrir bras et
cuisses, lui laisser faire tout ce que lui conseillent son amour et sa
lubricité.

    _Ce n’est pas le droit naturel
    A fille de s’abandonner._

      _(Farces et Moralités.)_

    Si ma femme, impatiente de ma langueur, à autrui se abandonne.

      RABELAIS.

    _Lise, qui partout s’abandonne,
    Ne fait qu’en flatter son mari._

      THÉOPHILE.

ABATTEUR DE BOIS. Fouteur,—son outil étant considéré comme une cognée,
et la nature de la femme, à cause de son poil, comme une forêt.

    Il n’étoit pas grand abatteur de bois, aussi étoit-il toujours
    cocu.

      TALLEMANT DES RÉAUX.

    Les beaux abatteurs de bois sont, comme les rois et les poëtes,
    des _raræ aves_.

      Baron WODEL.

    Ce Jacques était un grand abatteur de bois remuant.

      (_Moyen de parvenir._)

    Il lui présenta cent mille choses que ces abatteurs de femmes
    savent tout courant et par cœur.

      (_Les Cent Nouvelles nouvelles._)

    _Je me connais en gens;
    Vous êtes, je le vois, grand abatteur de quilles._

      RÉGNIER.

ABBAYE DE CLUNIS (L’). Le cul,—de _clunis_, fesse, croupe,—une abbaye
qui ne chômera jamais faute de moines.

ABBAYE DE S’OFFRE À TOUS. Bordel, dont les victimes cloîtrées s’offrent
volontiers à tout venant qui tient à communiquer avec elles sur l’autel
de leur dieu des jardins.

ABBESSE. Grosse dame qui tient un pensionnat de petites dames à qui on
n’enseigne que les œuvres d’Ovide et de Gentil-Bernard: autrement dit
Maîtresse de bordel,—le bordel étant une sorte de maison conventuelle
habitée par d’aimables nonnains vouées, toutes au dieu de Lampsaque.

    _Lorsque tu vas rentrer, ton abbesse en courroux
    Te recevra bien mal et te foutra des coups._

      LOUIS PROTAT.

ABEILARD. Nom qu’on donne à tout homme qui se trouve dans le cas de cet
abbé, dont il est question dans les _Contes d’Eutrapel_, lequel en ses
jeunes ans «avoit perdu ses deux témoins instrumentaires.»

ABEILARDISER. Rendre un homme impuissant en le châtrant, comme fit le
chanoine Fulbert à l’amant d’Héloïse.

    _D’un colonel vous courtisez la femme;
    Surpris, il vous abeilardisera._

      POMMEREUL.

ABOUCHER (S’). Avoir trouvé chaussure à son pied, et mettre son pied—à
moelle—dedans.

    _On veut chercher
    A s’aboucher._

      COLLÉ.

ABOULER DE LA BRAISE. Payer une fille, lui donner le salaire du plaisir
qu’elle va vous donner—avec la vérole ou la chaude-pisse.

    Ça me semble tout drôle d’avoir à abouler d’la braise au lieu
    d’en recevoir.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

    _—Ange! murmurai-je, plein d’aise
    Comme un amoureux innocent.
    —Il faut abouler de la braise,
    Me dit-elle en me repoussant._

      A. DELVAU.

ABRICOT DE LA JARDINIÈRE (L’). La nature de la femme,—qu’elle soit
jardinière ou princesse.

ABRICOT FENDU. La nature de la femme, qui ressemble, en effet, à
ce fruit,—ce qui permet de supposer, vu l’absence de toutes preuves
contraires, que le Paradis terrestre était un immense abricotier.

ABUSER D’UNE FEMME. En jouir charnellement, soit de gré, soit de
force,—mais le plus souvent de gré, les femmes se plaisant à être ainsi
abusées.

    Vous êtes un infâme, vous avez lâchement abusé de moi pendant
    mon sommeil...—Vous m’en voulez donc?...—Oui, parce qu’il fallait
    attendre que je fusse réveillée.

      Baron WODEL.

ACADÉMIE D’AMOUR. Lieu où on va pour jouer au jeu de Vénus—et de
Mercure: en bon français, Bordel.—Le mot se trouve dans le _Francion_
de Ch. Sorel et dans les _Aventures burlesques_ de Dassoucy.

    Allons-nous à l’Académie, ce soir?—Non, je ne suis pas en queue.

      J. LE VALLOIS.

ACCIDENT. Manque d’haleine dans le discours amoureux; hasard
malencontreux qui fait tomber (_accidere, ad cadere_) le membre viril
au moment même où il devrait relever le plus orgueilleusement sa tête
chauve.

    _La malheureuse Hortense
    Vient de perdre, à Paphos,
    Un procès d’importance
    Qu’on jugeait à huis-clos;
    Son avocat, dit-elle,
    Resta court en plaidant:
    Voilà ce qui s’appelle
      Un accident._

      COLLÉ.

ACCIDENT FÉMININ. Avoir ses règles. Événement _prévu_ qui arrive juste
quand une femme, ayant un ou plusieurs bons coups à tirer, donnerait
tout pour qu’il y eût retard.

    Nul autre que Pinange ne m’avait enfilée; peu de jours avant de
    le rendre heureux, j’avais eu mon accident féminin; il était donc
    bien avéré que ce qui allait se développer dans mes flancs était
    son paternel ouvrage.

      A. DE NERCIAT.

ACHETER UNE CONDUITE. Se ranger après avoir été très dérangée par les
michés; épouser un seul homme après avoir été mariée au genre humain.

    Les filles qui ont fait des économies en suant le plus possible
    du con, peuvent seules s’acheter une conduite; il y a des
    messieurs qui ne sont pas plus délicats que Vespasien et qui,
    comme cet empereur, prétendent que l’argent n’a pas d’odeur.

      A. FRANÇOIS.

ACCOINTANCES (avoir des). Commercer charnellement avec un homme
lorsqu’on est femme, avec une femme lorsqu’on est homme.

    Je supposai qu’elle avait eu des accointances avec le baron ou
    avec son laquais.

      A. LIREUX.

    _De quelque valet l’accointance
    Serait-ce bien votre désir?_

      THÉOPHILE.

    _C’est qu’à l’ombre du crucifix,
    Souvent faites filles ou fils,
    En accointant les belles-mères._

      G. COQUILLART.

    Il faut que quelqu’un se soit accointé que notre ménage a ainsi
    renforcé.

      (_Les Cent Nouvelles nouvelles._)

ACCOLADE. Baiser qui engendre l’envie de baiser,—à ce point que le même
mot sert aux deux actions, la chaste et la libertine.

    _Une catin s’offrant à l’accolade,
    A quarante ans il dit son introït._

      PIRON.

ACCOLER. Faire l’acte vénérien,—dont le début est presque toujours une
accolade mutuelle.

    _Quand le jeune et charmant champion
    Accola la charmante Armide,
    Notre morpion se hâta
    De gagner la forêt humide
    Qui devant lui se présenta._

      B. DE MAURICE.

    C’était un adieu que lui disaient toutes les femmes, filles et
    garces qu’il avait accolées.

      (_Moyen de parvenir._)

ACCOMMODER UNE FEMME. La baiser convenablement de manière qu’elle ne
réclame pas—à moins qu’elle ne soit trop gourmande.

    Mon drôle met pied à terre, descend la demoiselle, et l’accommode
    de toutes pièces.

      D’OUVILLE.

ACCOMPLIR SON DÉSIR. Faire l’acte copulatif, qui est et sera
l’éternelle _desiderium_ de l’humanité—mâle et femelle.

    Il disait à ses gens de la tenir par les bras, tandis que Robin
    accompliroit son désir.

      CH. SOREL.

ACCORDER SA FLÛTE. Se préparer à l’acte vénérien; bander,—la pine
de l’homme étant l’instrument dont les femmes connaissent le mieux
l’embouchure et dont elles jouent le plus savamment, soit avec la
langue, soit avec les doigts, soit avec le cul.

    Allons, mon bel ami, accordez votre jolie petite flûte.

      DURAND.

    _Mais Jeannot plus se délectait
    D’accorder sa flûte avec elle._

      THÉOPHILE.

ACCORDER SES FAVEURS. Se dit d’une femme qui ouvre son cœur, ses bras
et ses cuisses à un homme pour qu’il use et abuse de cette ouverture.

    Ne sera-ce qu’une déclaration de sentiment? Faudra-t-il lui
    accorder les faveurs?

      LA POPELINIÈRE.

ACCOUPLEMENT (L’). L’acte copulatif, qui accouple souvent un jeune
homme avec une vieille femme, un vieillard avec une jeune fille, un
libertin avec une presque pucelle, une bête avec un homme d’esprit.

    _A tout prix je voulus la renvoyer chez elle;
    Mais elle résista,—ce fut mon châtiment,
    Et jusqu’au rayon bleu de l’aurore nouvelle,
    J’ai dû subir l’horreur de notre accouplement._

      HENRI MURGER.

ACCOUPLER (S’). Faire l’œuvre de chair, qui consiste dans une
conjonction de deux créatures de sexes différents.

    Il en est de certains hommes comme des animaux; ils n’aiment
    pas, ils s’accouplent aux femmes, qui pour eux ne sont que des
    femelles.

      Baron WODEL.

ACCROC AU MARIAGE (Faire un). Faire son mari cocu; donner une rivale à
sa femme.

    _Mais quand tu s’ras dans ton ménage,
    Faut pas pour ça t’ priver d’amant,
    Car les accrocs faits au mariage,
            C’est du nanan._

      E. DEBRAUX.

ACCROCHE-CŒURS. Petites mèches de cheveux que les femmes se collent sur
les tempes, afin de se rendre plus séduisantes aux yeux des hommes et
d’accrocher ainsi le cœur qu’ils portent à gauche—dans leur pantalon.

    _Sur nos nombreux admirateurs
    Dirigeons nos accroche-cœurs._

      LOUIS FESTEAU.

ACCROCHER. Faire l’acte vénérien—pendant lequel l’homme est accroché à
la femme avec son épingle, qui la pique agréablement pendant quelques
minutes.

    Et elle rit quand on parle d’accrocher.

      (_Moyen de parvenir._)

    Deux minutes encore, et je l’accrochais sans vergogne sur la
    mousse.

      EM. DURAND.

ACHEVER UN HOMME. Le sucer, ou le branler, ou le faire piner tellement,
dans la même soirée, qu’il tombe épuisé sur le flanc comme un
lapin.—Les anciens avaient le même verbe; ils disaient, soit: _peragere
viros_; soit: _exhaurire crebro concubitu_.

    Tu l’as éreinté, ton homme; encore un coup, et tu l’achèveras.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

ACTE. Coup tiré avec une femme,—par allusion sans doute à la chemise
qu’on lève et qu’on abaisse, comme le rideau d’un théâtre, avant et
après chaque acte. Plus il y a d’actes, plus le vaudeville amuse la
femme—qui se garde bien de siffler.

    Quand nous en arriverons à l’acte, je te prouverai, carogne, que
    les petits en ont plus gros que les grands.

      EM. DURAND.

ACTÉONISER. Tromper son mari.

    Une marchande qui dès le lendemain de ses noces a actéonisé son
    mari.

      (_Les Caquets de l’accouchée._)

ACTEUR (L’). L’homme qui joue le rôle d’amoureux dans la comédie à deux
personnages dont l’auteur a désiré garder l’anonyme, et qui porte pour
titre: _La Fouterie_.

    Lui, un acteur! dit la dame, qui savait à quoi s’en tenir sur le
    jeu secret du sire. C’est un cabotin vulgaire, plutôt, qui s’est
    usé en jouant avec des drôlesses.

      LÉON SERMET.

    _A peine fut cette scène achevée,
    Que l’autre acteur par sa prompte arrivée,
    Jeta la dame en quelque étonnement._

      LA FONTAINE.

ACTION (L’). Le jeu de la pine et du con,—qui est l’action par
excellence.

    Arrivons tout de suite à l’action, veux-tu?

      LA POPELINIÈRE.

    _Et puis l’action ordinaire
    Est si sale après la façon._

      THÉOPHILE.

ACTION FRÉQUENTE (L’). La fouterie, qui est la chose que l’on fait le
plus souvent quand on est jeune, vigoureux et bien membré.

    Il concède indulgence plénière à tous les religieux de l’ordre
    de nature, de corps véreux que la débilité de l’âge ou l’action
    fréquente causera.

      MILILOT.

ACTION HONTEUSE (L’). La fouterie, dont rougissent le plus en public
les gens qui la font le plus sans vergogne en particulier.

    L’œil pour regarder l’action honteuse avec une chaleur vive et
    représenter à la personne aimée l’image du plaisir de son âme...

      MILILOT.

ADMINISTRER UNE DOUCHE—Faire pleuvoir le sperme dans le cul brûlant de
la femme,—cette adorable folle dont nous sommes tous fous.

    _Le dieu des jardins en ce lieu
    Une heureuse douche administre._

      _(Le Cabinet satyrique.)_

    Je lui administrai une douche qui l’inonda et lui fit crier comme
    à Panurge: Je _naye_, je _naye_, je _naye_!

      Baron WODEL.

ADROITE EN AMOUR (Être). Se dit d’une femme ou d’une fille qui connaît
sur le bout du doigt et de la langue l’art de faire jouir les hommes.

        _Adroite en amour,
      Elle y sait plus d’un tour.
        C’est une aisance!
        Une indécence!
    L’on croit voir une femme de cour!_

      COLLÉ.

AFFAIRE. L’acte vénérien, le membre viril de l’homme, ou le con de la
femme.

    Le grand cordelier ayant achevé son affaire.

      (_Moyen de parvenir._)

    _Macette, on ne voit point en l’amoureuse affaire
    Femme qui vous surpasse en traits d’agilité._

      (_Cabinet satyrique._)

    _Pense que peut en cela faire
    Qui se plaît à l’affaire._

      JODELLE.

    Elle disait qu’il n’y avait si grand plaisir en cette affaire que
    quand elle était à demi forcée et abattue.

      BRANTÔME.

    _Dites-vous que l’amour parfait
    Consiste en l’amoureuse affaire._

      THÉOPHILE.

    _Le jeune homme puceau l’appelle son affaire._

      PROTAT.

    _Mon cher ami, j’ai l’habitude
    De me couvrir, en me baignant,
    D’un sac qui me cache et me serre
    Des pieds jusques à l’estomac...
    —Parbleu! c’est prudent, dit Voltaire,
    Et votre affaire est dans le sac._

      C. FOURNIER.

    Que voulez-vous que je vous donne pour me permettre d’arracher un
    poil de votre affaire?

      D’OUVILLE.

AFFAIRE AVEC QUOI L’HOMME PISSE (L’). La pine,—un mot que n’osent pas
avoir à la bouche les femmes qui ont le plus au cul la chose qu’il
représente.

    N’en as-tu pas vu quelqu’un qui pissât, et cette affaire avec
    quoi il pisse?

      MILILOT.

AFFAIRE DE CŒUR. Coucherie,—_cœur_ étant mis là pour _cunnus_.

    Vous êtes en affaire? me cria-t-il à travers la porte, pendant
    que j’accolais ma drôlesse et la suppéditais avec énergie.—Oui,
    répondis-je en précipitant mes coups, je suis en affaire... de
    cœur.

      J. LE VALLOIS.

AFFAIRES (Avoir ses). Avoir ses menstrues, qui sont toute une affaire,
en effet.

    _Ce n’est pas le jour des affaires
    Qu’il paraît le plus affairé._

      EUGÈNE VACHETTE.

AFFILER LE BANDAGE. Bander,—_arrigere_.

    Ainsi que des amants temporels pigeonnaient la mignotise d’amour,
    affilant le bandage.

      (_Moyen de parvenir._)

AFFRIANDER UN HOMME. Le tenter du gaillard péché de luxure en lui
montrant un mollet bien tourné, une gorge bien ferme, des fesses bien
blanches, etc.

    Serais-je étonnée de te voir un caprice pour ces princesses-là
    (des fesses)? Va, va, mon cher, elles en ont affriandé bien
    d’autres.

      A. DE NERCIAT.

AFFRONT (Faire un). Débander juste au moment où il faut bander le plus
roide,—seule impertinence que les femmes ne pardonnent pas.

    _Tournez en ridicule
    Ceux qui n’avancent pas
    Plus d’un pas,
    Ou qui font
    Un affront
    Au second._

      COLLÉ.

AGACER LE SOUS-PRÉFET. Se masturber.—L’expression est tout à fait
moderne, et fréquemment employée, quoique d’une étymologie difficile.

AGENT. Celui qui agit: le doigt, le vit ou le fouteur. Ce mot s’emploie
aussi pour les sodomites; le nom d’agent appartient à celui qui encule
par opposition au mot _patient_, donné à celui qui se fait enculer.

    Mais en un mot, si Monrose, agent de plein gré, ne devint pas
    patient avec autant de résignation que le père, c’est que...

      (_Félicia._)

AGIR. Faire l’acte vénérien,—celui qui exige la plus grande dépense
d’activité: _Res, non verba!_

    Les poètes chantent la femme, les goujats la baisent; les uns
    agissent pendant que les autres pensent: les goujats sont plus
    heureux que les poètes.

      Baron WODEL.

AGNÈS.—Jeune fille embarrassée de son pucelage; fausse ingénue qui
affecte de croire que les enfants se font par l’oreille, bien que son
petit cousin lui ait appris par quel autre endroit ils s’improvisent.

    Je n’aime pas ces Agnès-là, je leur préfère des garces
    franchement déclarées.

      LIREUX.

AGRÉMENTS NATURELS. Le membre viril.

    Il arrive de province ce matin, et la fatigue du voyage fait un
    peu de tort à ses agréments naturels.

      (_Les Aphrodites._)

AIDE-MARI. Amant,—qui aide en effet l’époux dans sa besogne conjugale,
mais à son insu, bien entendu.

    Il est assez égal que les enfants qu’elle pourra donner à son
    époux soient de lui ou du plus fécond des aide-mari qu’elle
    favorise.

      A. DE NERCIAT.

AIGRETTE CONJUGALE. Au figuré: ornement de tête de MM. les cocus; les
cornes que leur font porter mesdames leurs épouses.

    X... a couché avec madame Z...? Encore un fleuron à ajouter à
    l’aigrette conjugale de son mari.

      (_Diable au corps._)

AIGUILLE. Le membre viril, avec lequel on _pique_ les femmes,—qui en
enflent pendant neuf mois.

    _Mariette est femme très honnête,
    Et si ce n’est un jour de fête,
    Elle a toujours l’aiguille en main._

      THÉOPHILE.

    Un vieil homme est comme une vieille horloge, plus elle va avant,
    plus l’aiguille se raccourcit.

      TABARIN.

AIGUILLON. Le membre viril, avec lequel on pique les femmes pour les
réveiller quand elles sont endormies.

    _Et profitant d’un moment de faiblesse,
    Il lui glissa son fringant aiguillon._

      PIRON.

AIGUILLONNER. Travailler du bout de la langue sur un vit, ou sur un
clitoris.

    ... Dès lors, il a le nez sur la céleste mappemonde, et sa langue
    amoureuse aiguillonne le brûlant bijou.

      (_Aphrodites._)

AIMANT. Ce qui attire l’homme à la femme, et _vice versa_.

    Quand mes baisers passionnés lui coupent la parole, quand mes
    téméraires mains et le reste ont mis le feu partout... nos
    aimants se joignent, s’attirent, s’unifient... L’univers est
    oublié!...

      MONROSE.

AIMER. Synonyme élégant et pudique de _foutre_. Quand un homme dit
à une femme: «Je vous aime,» il veut lui dire et elle comprend
parfaitement qu’il lui dit: «Je bande comme un carme, j’ai un
litre de sperme dans les couilles, et je brûle de l’envie de te le
décharger dans le con.» Il n’y a que les poètes, les impuissants et
les mélancoliques qui aient osé jusqu’ici donner à ce verbe éminemment
actif un sens passif—et ridicule.

          _... La fille entretenue
    Dit: Aimons!!!..._

      PROTAT.

AIMER ÇA. Avoir un goût fort vif pour les choses de la fouterie et pour
la fouterie elle-même.

    _Monsieur, tout ce qu’il vous plaira.
            J’aime assez ça,
            J’aime bien ça._

      COLLÉ.

AIMER LA FEMME. Avoir le tempérament amoureux, aimer à aimer—quelque
femme que ce soit.

    Que voulez-vous, mon père? j’aime la femme et je le lui prouve le
    plus souvent que je peux.

      J. DU BOYS.

AIMER LA MARÉE. Aimer à gamahucher une femme, se dit par allusion à
l’odeur _sui generis_ qu’exhale son vagin.—L’expression date seulement
du XVIIIe siècle, et elle vient de l’académicien Saint-Aulaire, le même
qui avait fait sur la duchesse du Maine le fameux quatrain où il est
déjà question de Téthys. Il serait dommage de priver la postérité de ce
second quatrain, qui méritait de devenir aussi fameux que le premier:

    _De l’écume des mers, dit-on,
    Naquit la belle Cythérée:
    C’est depuis ce temps que le con
    Sent toujours un peu la marée._

AIMER LE COTILLON. Aimer la femme—surtout quand elle est déshabillée.

    Vous aimez trop le cotillon, mon cher, il vous en cuira.

      E. DURAND.

AIMER LE GOUDRON. Aimer à enculer, soit les femmes, soit les hommes,—ce
qui embrène la queue.

    _Pour Jupiter, façon vraiment divine,
    Le con lui pue, il aime le goudron._

      (_Chanson anonyme moderne._)

AIMER L’HOMME. Avoir du goût pour la pine, s’en servir le plus souvent
possible; jouer franchement des fesses lorsqu’on est sous l’homme.

    Les femmes qui aiment l’homme sont assez rares, aujourd’hui que
    les femmes aiment si volontiers la femme et que les tribades ont
    remplacé les jouisseuses.

      A. FRANÇOIS.

AIMEUSE. Petite dame—galante,—qui fait profession d’aimer.—Synonymes:
putain, lorette, cocotte, grue, catin, vache, etc., etc.

    _Les Juifs avaient leurs Madeleines;
    Les fils d’Homère leurs Phrynés.
    Délaçons pour tous les baleines
    De nos corsets capitonnés.
    Rousses, blondes, brunes ou noires,
    Sous tous les poils, sous tous les teints...,
    Qu’il pourrait raconter d’histoires,
    Le cercle de nos yeux éteints!
        Folâtres ou rêveuses,
              Nous charmons;
        Nous sommes les aimeuses:
                Aimons!_

      EUG. IMBERT.

AIR COCHON (Avoir un). Avoir un visage provoquant, qui appelle l’homme,
qui le convie à manquer de respect à la femme qui a ce visage; avoir
les yeux égrillards, la bouche voluptueuse, etc.

    Je vous ai un petit air cochon comme tout.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

AJUSTER UNE FEMME. La baiser,—ce qui est ajuster le membre viril dans
son vagin avec la raideur d’une flèche lancée d’une main sûre.

ALCIBIADISER. Agir en pédéraste passif, se laisser enculer—comme
Alcibiade par Socrate.

ALLER À CYTHÈRE. Ce que les délicats appellent _Ad summam voluptatem
pervenire_, et les voyous, _Aller au bonheur_,—le seul voyage que l’on
ne puisse faire seul, et que l’on fait toujours à cheval sur une belle
jument.

    _J’aime, dit Ros’, quand on m’mène à Cythère,
    Qu’on se promèn’ pendant plusieurs instants;
            Dès qu’on r’ssort, ça n’ m’amuse guère._

      DIDA.

ALLER À DAME. Baiser; coucher avec une femme.—Cette expression,
empruntée au jeu de dames, a été inventée par un _pion_ de
l’institution Sainte-Barbe.

ALLER À LA VISITE. Se dit des filles publiques qui, au jour fixé par
les règlements de police, doivent se rendre au Dispensaire pour subir
un examen de santé de la part de médecins _ad hoc_, qui les renvoient
si elles sont saines et les retiennent si elles sont malades.

    _C’est demain, ô mes sœurs, le jour de la visite._

      ALBERT GLATIGNY.

ALLER À PINADA.—Faire l’acte vénérien,—à _dada_—sur une _pine_.

ALLER AU BEURRE. Baiser une femme, dont le con ne tarde pas à devenir
ainsi une baratte.

    Zut! je veux aller au persil pour aller au beurre, moi, na!

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

ALLER AU BONHEUR. Jouir en baisant, parvenir à la félicité
suprême.—Cette expression, une des plus justes de la langue érotique
moderne, est précisément celle qui se lisait comme enseigne sur les
bordels de Pompéï: _Hic habitat felicitas_.

    Tu as donc envie d’aller au bonheur, mon petit homme!

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

ALLER AU CAFÉ. Gamahucher une femme. On dit aussi: _prendre sa
demi-tasse_ au café des Deux-Colonnes.

ALLER AU GRATIN. Baiser une femme publique,—à l’œil,—ce qui est une
gourmandise pour certains _travailleurs_. Allusion au gratin que laisse
un mets au fond de la casserole et qui trouve toujours un amateur—quand
_tout le monde_ est servi.

ALLER AU PERSIL. Se dit des femmes autorisées qui se promènent le soir
dans les rues, sur les trottoirs, et qui ne cessent de se promener que
lorsqu’un galant homme, un peu gris, les prie de se reposer—pour tirer
un coup avec lui, dans une chambre de bordel ou dans un arrière-cabinet
de marchand de vins.—_Voy._ ALLER AU BEURRE.

ALLER AU VICE. Aller au bordel.

ALLER CHEZ LE VOISIN. Enculer une femme; se tromper, volontairement ou
involontairement, d’endroit.

    Tiens... me voilà... Pas comme ça, donc! Tu va chez le voisin...
    Laisse-moi te conduire.

      H. MONNIER.

ALLER D’ATTAQUE (Y). Baiser avec énergie, sur l’herbe ou sur une
chaise, sous le ciel du lit ou sous le ciel de Dieu, sans se préoccuper
des passants et des enfants.

    La limace... là, bien blanche, avec ses creux et ses montagnes,
    ça m’met sens sus d’sous... Allons-y d’attaque!

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

ALLER DE SON BEURRE. Jouir copieusement, lorsqu’on est sous l’homme,
sans craindre la vérole et les enfants, et décharger deux ou trois fois
sans qu’il ait déconné.

    Tu m’as fait crânement jouir, cochon! Voilà la première fois que
    j’y vas de mon beurre aussi franchement.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

ALLER DE SON VOYAGE. Les filles de bordel emploient cette expression
pour dire qu’elles ont joui avec un miché: «J’y ai été de mon voyage.»

ALLER DU CUL. Se trémousser dans la jouissance vénérienne, ou dans
l’attente de cette jouissance, qui est toujours précédée d’une foule de
friandises fort agréables.

    Il se trémoussa vers moi en se baissant, et moi vers lui en me
    haussant; les culs nous allaient à tous deux comme s’il eût eu
    déjà le vit au con.

      MILILOT.

ALLER ET RETOUR (Donner ou faire l’). Tirer deux coups avec une femme,
sans déconner.

    C’est un pauvre homme, dit-elle; il ne peut pas même faire
    l’aller et retour sans être sur les dents.

      A. FRANÇOIS.

ALLER L’AMBLE. Faire l’acte vénérien, soit parce que dans cette besogne
l’homme imite l’allure des chevaux qui vont l’amble, entre le trot
et le pas, entre fort et doucement, soit parce que pour aller l’amble
amoureux il faut être deux—_ambo_.

ALLER SE FAIRE COUPER LES CHEVEUX. Aller au bordel.—L’expression
date de l’établissement des bains de mer de Trouville, fréquentés
par la meilleure société parisienne. Trouville est pour ainsi dire
un faubourg du Havre, mais un faubourg sans bordels. Les messieurs
sans dames qui ont des besoins de cœur s’échappent, vont au Havre et
reviennent l’oreille basse, la queue entre les jambes, comme honteux de
leurs mauvais coups.—D’où venez-vous? leur demandent les dames.—J’ai
été me faire couper les cheveux, répond chaque coupable.—Les dames
trouvaient—trouvillaient, dirait Commerson;—qu’ils allaient bien
souvent se faire arranger—la chevelure.

ALLER TROP VITE À L’OFFRANDE ET FAIRE CHOIR LE CURÉ. Décharger au
moment où l’on va baiser une femme que l’on a désirée trop longtemps,
et débander immédiatement.

ALLONGER (S’). Bander,—dans l’argot des maquignons.

ALLUMELLE. Membre viril.

    _Plusieurs n’aimassent tout autant
    Pour chatouiller leur allumelle
    Le réservoir d’une pucelle._

      (_Heures de Paphos._)

ALLUMER (S’). Être en érection, soit devant une femme, soit devant une
photographie obscène.

    Il ne s’allume pas!... Je ne s’rais pourtant pas fâchée qu’i m’
    baise, car il a un rude membre.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

ALLUMER LA CHANDELLE. Mettre un homme en état de baiser, par des
attouchements habiles aux environs de son braquemard et sur son
braquemard lui-même.

ALLUMER LE FLAMBEAU D’AMOUR. Copuler.

    _J’ m’approch’ crân’ment et j’ lui propose
    D’allumer le flambeau d’ l’amour;
    Cédant au désir qui m’allèche.
    De mon feu n’ jaillit qu’un’ flammèche._

      F. DE CALONNE.

ALLUMER UN HOMME. Se dit des femmes légères—comme chausson—qui, par
leurs regards incendiaires, provoquent les hommes à la fouterie.

    Elle! elle n’allumerait pas même un homme en amadou.

      LEMERCIER.

ALLUMETTE. Le membre viril, avec lequel on met le feu à tant de jeunes
imaginations.

    N’approche pas de moi ton allumette: tu me brûlerais, et je n’y
    suis pas disposée.

      Baron WODEL.

    _Modeste appelle une allumette
    Ce que lui montre son amant._

      E. T. SIMON.

AMANT. Nom que l’on donne, non pas à l’homme qui aime une femme, mais à
celui qui la fout.

    _Un vieux monsieur millionnaire,
    Remplaçant le prince Charmant
    Rêvé par toute pensionnaire,
    De Manette eût été l’amant._

      ALFRED DELVAU.

AMANT DE CŒUR. Greluchon, maquereau, homme qui, s’il ne se fait pas
entretenir par une femme galante, consent cependant à la baiser quand
il sait parfaitement qu’elle est baisée par d’autres que lui: c’est,
pour ainsi dire, un domestique qui monte le cheval de son maître.—Il
y a cette différence entre l’_amant_ simple et l’_amant_ dit _de cœur_
que le premier est un fouteur qui souvent se ruine pour sa maîtresse,
et que le second est un fouteur pour lequel sa maîtresse se ruine
quelquefois—quand il la fout bien. Aussi devrait-on appeler ce dernier
l’_amant de cul_, le cœur n’ayant absolument rien à voir là-dedans.

AMARRIS. Vieux mot hors d’usage signifiant matrice, employé dans un
sens obscène pour désigner la nature de la femme.

    _Et madame qui perd l’attente
    Du bien que donnent les maris,
    Soupire de son amarris._

      J. GREVIN.

        _C’est ma maîtresse
    Qui a mal à son amatrix._

      (_Ancien Théâtre français._)

AMÂTINER (S’). Se prostituer à tous les hommes, comme une chienne
chaude à tous les mâtins.

AMI. Synonyme décent d’amant, qui est lui-même synonyme de fouteur.

    Les autres qui auront plus de hâte et prendront des amis par
    avance pour en essayer...

      MILILOT.

AMITIÉ. Dans tout vocabulaire érotique, _amitié_ est le synonyme
d’_amour_.—C’est tout un petit drame intime et bourgeois, qui se joue
à trois personnages: la femme, le mari et l’amant. S’il en survient
un quatrième, c’est l’_ami_ de l’_amant_, qui, presque toujours, est à
l’amant...

    _... Ce que l’amant est au mari._

      GAVARNI.

AMOUR. Sentiment de création moderne. Les anciens ne connaissaient
que la fouterie,—ce que Théophile Gautier, un poète, a si fort à tort
appelé un «sentiment ridicule accompagné de mouvements malpropres,»—et
il était donné à notre génération, épuisée par tant de masturbations
intellectuelles, d’inventer cette sinistre plaisanterie qui
dépeuplerait promptement la terre, si les Auvergnats n’étaient pas là.

    _L’amour est une affection
    Qui, par les yeux, dans le cœur entre,
    Et par forme de fluxion
    S’écoule par le bas du ventre._

      RÉGNIER.

    AMOUR, substantif des deux genres: échange de deux fantaisies;
    privilége pour toutes les folies que l’on peut faire; pour
    toutes les sottises que l’on peut dire.—On a de l’_amour_ pour
    les fleurs, pour les oiseaux, pour la danse, pour son amant,
    quelquefois même pour son mari: jadis on languissait, on brûlait,
    on mourait d’_amour_; aujourd’hui, on en parle, on en jase, on
    _le fait_, et le plus souvent on l’achète.

      E. JOUY.

    _De son vit couturé de chancreuses ornières,
    Pénétrer, chancelant, au fond d’un con baveux.
    Mettre en contact puant les canaux urinaires,
    De scrofules pourris, nous créer des neveux.
    De spermes combinés faire un hideux fromage;
    Au fond de la cuvette, humide carrefour,
    En atomes gluants voir le foutre qui nage...
                    Voilà l’amour!_

      PAUL SAUNIÈRE.

AMOUREUSE ENTREPRISE (L’). L’acte vénérien.

AMOUREUX DES ONZE MILLE VIERGES. Jeune homme timide qui toutes
les nuits couche, en imagination, avec toutes les femmes qu’il
a rencontrées dans la journée, et, en réalité, avec la veuve
Poignet,—qu’il a toujours sous la main.

    Je n’ai jamais sérieusement aimé qu’une femme, la mienne; et
    cependant, comme tous les jeunes gens, j’ai été amoureux des onze
    mille vierges.

      A. FRANÇOIS.

AMOUREUX LARCIN. La petite oie de la fouterie, la monnaie de la
jouissance,—baisers dérobés, fesses pincées, etc.

    _Dans ses amoureux larcins,
    Le papelard se rengorge;
    Quand sa main flân’ sur ma gorge,
    Il dit qu’il ador’ les saints._

      JULES POINCLOUD.

AMOUREUX TRANSI. Baiseur plus chaud en paroles qu’en action, et qu’à
cause de cela les femmes tiennent en maigre estime.

    Il arrive de là que ceux qui aiment le plus, comme ces amoureux
    transis, sont ceux qui chevauchent le moins.

      MILILOT.

AMOUR PHYSIQUE (L’). Le seul amour, le véritable amour, celui des
gens bien portants d’esprit et de corps,—enfin celui que prisent
sérieusement toutes les femmes, même celles qui lisent le plus de
romans.

    _En style énergique
    Mon amour physique
        S’explique._

      COLLÉ.

AMOUR PLATONIQUE. L’amour ridicule par excellence, l’amour des poètes,
des gens qui ont plus de cervelle que de queue, et qui aiment la femme
à distance respectueuse parce que leurs moyens ne leur permettent pas
de l’aimer plus près.

          _Je fais grand cas
    De l’amour pur et platonique,
        Mais je n’en use pas._

      COLLÉ.

AMOUR SOCRATIQUE. La pédérastie, que Socrate pratiquait si volontiers à
l’endroit—je veux dire à l’envers d’Alcibiade.

AMUSER UN HOMME. Le faire jouir par tous les moyens connus et inconnus.

    _Dans mon bordel il vient souvent beaucoup de vieux,
    Ce sont ceux-là, d’ailleurs, qui nous payent le mieux:
    Sais-tu par quels moyens, petite, on les amuse,
    Et de quelle façon à leur égard on use?_

      LOUIS PROTAT.

AMUSER (S’). Se branler.

AMUSETTE (Faire l’). Se peloter mutuellement en attendant le moment
de baiser, ou après avoir baisé; plus spécialement, se branler avec
l’extrémité d’un membre viril, quand on est femme.

    Lorsque nous avions couru quelques postes et que j’avais quelque
    peine à remonter sur ma bête, elle, qui n’était ni fatiguée ni
    rassasiée, s’emparait avec autorité de ma lavette et faisait
    l’amusette.

      A. FRANÇOIS.

ANANDRYNE. Femme qui n’aime pas les hommes, ou au moins leur préfère
les femmes pour se livrer au libertinage et à la fouterie. Sapho était
anandryne; elle avait un long clitoris et s’en servait comme un homme
de son vit avec les femmes. Horace appelait Sapho _mascula_, femme
mâle, femme hommesse, comme le dit Mirabeau dans son _Erotika Biblion_.
Les Vestales à Rome, les Gymnopédistes à Sparte, instituées par
Lycurgue, étaient anandrynes.

ANCHOIS. La verge d’un petit garçon, et même la queue d’un homme
lorsqu’elle a des dimensions trop grêles,—par allusion à la gracilité
de ce poisson.

    Approche ton anchois, ton mignon... là... bien... tu y es... Le
    sens-tu frétiller?

      LÉON SERMET.

ANDOUILLE. Le membre viril, dont les femmes sont si friandes,—elles qui
aiment tant les cochonneries!

    _De tout le gibier, Fanchon,
    N’aime rien que le cochon:
    Surtout devant une andouille,
    Qu’aux carmes l’on choisira,
    Elle s’agenouille, nouille,
    Elle s’agenouillera._

      COLLÉ.

ANDOUILLE DES CARMES (L’). Le membre viril.

ANDRINS. Culistes, hommes qui ne font aucun cas des charmes féminins et
ne fêtent que des Ganymèdes.

    Les andrins sont les jacobins de la galanterie; les janicoles en
    sont les monarchiens démocrates, et les francs sectateurs du beau
    sexe sont les royalistes de Cythère.

      (_Diable au corps._)

ANDROGYNE. Pédéraste, qui réunit en lui les deux sexes puisqu’il sert
de maîtresse aux hommes et d’amant aux femmes,—comme ce grand libertin
de Jules-César, qui était le mari de toutes les femmes et la femme de
tous les maris.

ANDROGYNE (Faire l’). Baiser une femme, ce qui est proprement réunir
les deux sexes en un seul.

ANGLAIS. Noble étranger, fils de la perfide Albion ou de la rêveuse
Allemagne, qui consent à protéger de ses guinées une femme faible—de
vertu—pendant toute la durée de son séjour à Paris.

    Amélie ne te recevra pas, Polyte: elle est avec son Anglais.

      WATRIPON.

ANGLAIS (Avoir ses). Avoir ses menstrues, à cause de la couleur rouge
de cet écoulement, qui est aussi la couleur de l’uniforme anglais.

    _Puis de son corps couvrant ma mère,
    Dans le sang des Anglais baigné,
    Que de coups a tirés mon père
    Dans la montagne où je suis né._

      (_Chanson anonyme moderne._)

ANGLAIS ONT DÉBARQUÉ (Les). Les menstrues ont fait leur apparition.

    Il n’y a pas moyen ce soir, mon chéri: les Anglais ont débarqué.

      LYNOL.

ANGORA. Petit nom d’amitié que les filles donnent à leur con, à cause
de son épaisse fourrure.

    Flatte mon angora, cher ange, baise-le de tes lèvres: nous allons
    jouir.

      J. LE VALLOIS.

ANNEAU D’HANS CARVEL (L’). Le con de la femme—dans lequel tout honnête
homme doit mettre le doigt quand il n’y peut plus mettre la pine.

    Une femme aimable est un anneau qui circule dans la société, et
    que chacun peut mettre à son doigt.

      SOPHIE ARNOULD.

    _Chantons l’anneau du mariage,
    Bijou charmant, bijou béni;
    C’est un meuble utile au ménage,
    Par lui seul un couple est uni.
    Avant quinze ans, jeune fillette
    Veut que l’on pense à son trousseau,
    Et qu’on lui mette, mette, mette,
    Mette le doigt dans cet anneau._

      BÉRANGER.

ANUS (L’). Le trou du cul.

    _Déferle ton entrecuisse,
              Que j’ contemple
              Le saint temple
              De Vénus,
              Et ton anus._

      G. DE LA LANDELLE.

APHRODISIAQUES. Remèdes propres à tonifier, à roidir—momentanément—le
membre qui a cessé d’être viril, par suite de maladies ou d’excès
vénériens. Les stimulants les plus généralement employés sont les
truffes, le musc, le phosphore, le safran et les cantharides.

    _Puis, ce sont encor des parfums
    Aphrodisiaques en diable._

      ALFRED DELVAU.

APOTHICAIRE. Pédéraste, ou sodomite; homme qui se trompe volontairement
de côté quand il est au lit avec une femme et qui l’encule au lieu de
la baiser.

    _Jean, ce frotteur invaincu,
    Au soir, dans une taverne,
    Frottait Lise à la moderne,
    C’est-à-dire par le cul.
    Elle, qui veut qu’on l’enfile,
    Selon sa nécessité,
    Disait d’un cœur irrité
    Qu’un clystère est inutile
    A qui crève de santé._

      (_Le Cabinet satyrique._)

APÔTRE DE L’ANUS. Pédéraste, ou seulement sodomite,—homme qui se plaît
à envoyer (ἀποστελλω) son sperme dans le vagin breneux d’un autre
homme, de préférence au vagin naturel de la femme.

    _Ah! dans toute la chrétienté,
    Il faut que la société
      Envoie des missionnaires,
    De saints apôtres de l’anus,
    Qui, tirant les vits des ornières,
    Prêchent l’Évangile des culs._

      COLLÉ.

APPAS. Les beautés d’une femme qui excitent le désir de l’homme,—mais
principalement ses tétons.

    _Ah! Marton, malgré tes appas,
    Non, non, je n’y survivrai pas._

      BÉRANGER.

APPÉTIT (Avoir.) Se sentir des démangeaisons amoureuses, être en
disposition de baiser.

    Te sens-tu en appétit ce soir?—Un appétit énorme!—Alors, allons à
    la _Patte de chat_.

      LEMERCIER.

APPLIQUER LA PEAU D’UN GARÇON (S’). S’introduire le membre viril dans
le vagin.

    C’est un grand soulagement d’être aimée, et je trouve, pour
    moi, que je m’en trouve mieux de la moitié depuis que je me suis
    appliqué la peau d’un garçon dessus.

      MILILOT.

APPLIQUER UN HOMME SUR L’ESTOMAC (S’). Se laisser enfiler comme une
perle par lui, la perle sur le dos, et l’homme sur la perle.

    Et fût-il coiffeur ou laquais, d’aussi huppées que vous se
    l’appliqueront sur l’estomac sans lui demander ses preuves.

      A. DE NERCIAT.

APPRIVOISER UNE FILLE. La dépuceler,—ce qui la rend naturellement moins
sauvage.

    _Malgré les grands parents, malgré les fortes grilles,
    Mon cher, je connais l’art d’apprivoiser les filles._

      LÉON SERMET.

APRÈS LA PANSE, VIENT LA DANSE. Vieux proverbe: Après la mangeaille, la
fouterie.

    _Pour se mettre en humeur, il faut emplir la panse;
    Sans Cérès et Bacchus, Vénus est sans pouvoir;
    Un ventre bien guédé est plus prompt au devoir:
    Après la panse, aussi, ce dit-on, vient la danse._

      (_Proverbes d’amour._)

ARAIGNÉE. Faire patte d’araignée. Action de prendre les couilles et le
vit de l’homme de manière à chatouiller le tout à la fois en allant de
la tête du vit au périnée et au trou du cul, de haut en bas, à droite
et à gauche et retour, en y joignant des coups de langue au filet
du vit décalotté, le tout jusqu’à jouissance complète.—_Voir_ PATTE
D’ARAIGNÉE.

ARBALÈTE. Le membre viril, probablement par jeu de mots, parce qu’on
bande,—à moins qu’on ne dise bander que parce qu’on appelle la pine une
arbalète destinée à blesser la femme au ventre.

    Bandez votre arbalète, mon doux ami, et visez-moi dans le noir.

      E. DURAND.

ARDILLON. Le membre viril, soit parce qu’il pique, soit parce qu’il
brûle.

    Au lieu de sentir lever son ardillon, il se sentait plus froid
    qu’à l’ordinaire.

      D’OUVILLE.

    Je sens ton ardillon... Ah! je le sens... Chien! chien! tu me
    brûles...

      Baron WODEL.

ARGUMENT. Pousser un argument naturel et irrésistible; c’est-à-dire une
déclaration d’amour, sous la forme d’un bon vit—dans un bon con, qui ne
trouve rien à redire à cela.

    _Sans brusquer une fillette,
    Moi j’attends patiemment
    Qu’elle soit bien en goguette
    Pour pousser mon argument._

      E. C. PITON.

ARISTOFFE (L’). Maladie honteuse, dans l’argot des filles et de leurs
souteneurs.—Le mot viendrait-il de l’italien _arista_, épine? ou du
grec ἄρίστος, la meilleure—des maladies—ou la maladie des _aristos_?

    J’en ai eu quatorze depuis celle-là, et de toutes couleurs, car
    quoi qu’en disent les malins, les aristoffes se suivent et ne se
    ressemblent pas.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

ARME DE L’HOMME (L’). Son outil à génération, avec lequel il blesse
souvent les femmes,—heureuses d’être ainsi blessées.

    _A ces mots me relevant,
    Plus dispos qu’auparavant,
    Je me saisis de mon arme._

      (_La France galante._)

    Elle me rappelait le tambour de ma compagnie à astiquer et
    fourbir ainsi mon arme.

      LEMERCIER.

ARRACHER SON COPEAU. C’est le _to leacher_ des Anglais, qu’il ne
faudrait pas croire spécial aux menuisiers,—parce qu’il n’y a pas que
les menuisiers qui sachent se servir du rabot que la nature a placé au
ventre de tous les hommes.

ARRACHER SON PAVÉ. Faire l’acte vénérien,—à cause de l’effort que cela
exige sans doute.

    Oui, c’est ainsi toutes les fois que j’arrache mon pavé avec une
    demoiselle.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

ARRANGÉE (Être). Être baisée.

    _Ah! monsieur, je suis saccagée!
    Vous n’en viendrez jamais à bout!
    La comtesse était arrangée,
    Et criait encor d’un ton doux:
              Arrangez-vous._

      COLLÉ.

ARRANGER UNE FEMME, OU UN HOMME. La bien baiser, ou le bien branler.

    Tu dois bien arranger une femme, hein?

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

    _Qu’il soit vioc ou non,
    Arrange-le tout d’ même._

      DUMOULIN.

ARRIÈRE-BOUTIQUE. Le cul, qui est situé sur le derrière, et dans lequel
le membre aime à se réfugier quand il est resté quelque temps dans la
boutique, qui est sur le devant.

    A l’instant cette demoiselle, ouvrant son arrière-boutique,
    laissa aller un vent.

      D’OUVILLE.

ARRIVER À SES FINS. Finir par baiser une femme pour laquelle on
bandait,—ce qui est la fin de tout roman d’amour.

    Là! tu en es arrivé à tes fins, petit cochon!

      WATRIPON.

ARROSER. Éjaculer dans la nature de la femme—un charmant petit jardin
dont nous sommes les heureux jardiniers. Pluie ou sperme, quand cela
tombe à propos, cela féconde.

    Pourquoi ne voudraient-elles pas être arrosées?

      CYRANO DE BERGERAC.

ARROSER LE BOUTON. Décharger son sperme dans le vagin d’une femme, sur
le bouton de son clitoris.

    _Son directeur, dit-on,
    Craignant qu’on lui ravisse
    Sa Rose, sa Clarisse,
    Lui arros’ le bouton._

      JOACHIM DUFLOT.

ARTHUR. Nom poli qu’on donne à l’amant de cœur d’une femme galante.
C’est le _chevalier à la mode_ de Dancourt.

    Toute lorette, inévitablement, a son Arthur, comme toute fille
    publique son maquereau, comme toute pomme pourrie son ver.

      Baron WODEL.

ARTICLE (Faire l’). Se dit des maquerelles plantées le soir sur le
seuil des bordels, qui essaient d’y faire entrer les passants en
leur dépeignant rapidement, avec des couleurs un peu fortes mais
saisissantes, les beautés diverses et les talents particuliers de leurs
pensionnaires.

    Tu resteras sur le seuil du bazar et tu feras l’article pour nos
    demoiselles.

      LEMERCIER.

ARTICLE (Être fort sur l’). Être toujours prêt à foutre,—porté sur sa
pine comme un gourmand l’est sur sa bouche.

    _Et sur l’article, ah! que j’étais solide;
    Dis-moi, Marton, dis-moi, t’en souviens-tu?_

      (_Chanson anonyme moderne._)

    La marquise est froide sur l’article.

      LOUVET.

ARTILLERIE DE CUPIDON OU DE VÉNUS. Les parfums, les aphrodisiaques en
général—et surtout en particulier.

ASPERGE. Le membre viril—dont les femmes sont si friandes, et
qu’elles sucent volontiers, avec la sauce blanche qui les accommode
ordinairement.

ASPERGÈS. Le membre viril avec lequel, en effet, nous aspergeons de
foutre le con des femmes.—On dit mieux: _Goupillon_.

    _C’est bien dit; car, comme j’estime,
    L’aspergès d’un moine sans doute
    Est si bon, qu’il n’en jette goutte
    Qu’elle ne soit bénie deux fois._

      (_Ancien Théâtre français._)

ASSAILLIR UNE FEMME. La baiser; monter, la queue en main, à l’assaut de
son vagin.

    _Jean, cette nuit, comme m’a dit ma mère,
    Doit m’assaillir._

      GAUTIER-GARGUILLE.

    Après que ce premier assaut fut donné, la belle recouvra la
    parole.

      CH. SOREL.

    _Mais Trichet du premier assaut
    Se contenta. Chétive était la dose
    Au gré d’Alix._

      VADÉ.

ASSEOIR SUR LE BOUCHON (S’). S’asseoir sur une pine, de façon à être
baisée, soit en grenouille par devant, soit en levrette par derrière.

    Viens t’asseoir sur le bouchon, garce, et si tu ne jouis pas,
    c’est que tu ne le voudras pas.

      V. CAILLAUD.

ASTICOT. Le membre viril, qui grouille dans la nature de la femme comme
un ver blanc dans la viande.

    Tu écorches mon asticot, salope!

      LEMERCIER.

ASTIQUER. Faire l’amour,—dans l’argot des filles et des maquereaux,
l’_astic_ pour eux étant une épée, et l’épée piquant.

ASTIQUER (S’). Se masturber, soit seul, soit à deux.

    _Deux gendarmes, un beau dimanche,
    S’astiquaient le long d’un sentier;
    L’un branlait une pine blanche
    Et l’autre un vit de cordelier._

      (_Parnasse satyrique XIXe siècle._)

ASTIQUER LA BAGUETTE. Branler un homme,—le ventre de la femme servant
de tambour à cette baguette-là, que nous savons tous manier aussi bien
que les tapins de profession.

    Celle-ci, d’un tambour astiquait la baguette.

      LOUIS PROTAT.

ATELIER. La nature de la femme,—où se fabrique l’Humanité.

    Quand on entre à l’atelier, il faut avoir son outil en bon état
    afin de besogner convenablement, et toi, tu ne bandes seulement
    pas!

      A. MANVOY.

        _Quoi, c’est là tout le stratagème?
    Dit un valet, voyant le drôle à l’atelier._

      PIRON.

ATTRAPER QUELQUE CHOSE. Gagner la chaude-pisse ou la vérole dans un
coït malsain, avec une coureuse ou avec une honnête femme.

    Que ces drôlesses-là sont souvent de bons greniers à
    chaudes-pisses! ce qu’on appelle de véritables attrape-michés.

      Comte DE CAYLUS.

    Si j’attrape quéque chose, au moins j’ l’aurai pas volé.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

AUMÔNE AMOUREUSE. L’acte vénérien,—la femme étant censée donner et
l’homme recevoir, quoique, en réalité, l’un donne autant que l’autre.

    Belle dame, faites-moi l’aumône amoureuse, je vous en supplie, je
    bande trop!—J’en suis fâchée, mon cher, mais j’ai mes pauvres.

      SEIGNEURGENS.

AUTEL. La nature de la femme, où nous venons, prêtres fervents,
officier chaque jour, culotte bas et pine en main.

    _Et dévotement sur l’autel,
    Je pose mes lèvres tremblantes:
    De ma langue, en flammes ardentes,
    S’élancent..._

      A. FRANÇOIS.

    _A l’autel de la volupté
    Soudain s’approche une inconnue
    Du morpion silencieux._

      B. DE MAURICE.

    Si tous les autels de Venus étaient aussi dégoûtants.

      (_Les Maris à la mode._)

AUTEL DE PLUME (L’). Le lit, sur lequel l’homme et la femme officient
avec une ferveur dont le Dieu—de Lampsaque—doit être content.

    _Avez-vous pu l’en croire à son serment?
    Ceux que l’on fait sur un autel de plume
    Sont aussitôt emportés par le vent._

      COLLÉ.

AUVERGNATE. Qui appartient au troisième sexe—puisqu’elle n’est pas
homme et ne veut pas être femme.

    Consommateurs des deux sexes, hommes et femmes, pas d’Auvergnats,
    tout au plus quelques Auvergnates très élégantes, _fleurs du mal_
    qui se respirent entre elles.

      ALFRED DELVAU.

AVALER LA PILULE. Avaler le sperme qui s’échappe du membre de l’homme
que l’on suce.

AVALER LE POISSON SANS SAUCE. Être baisée par un homme qui ne décharge
point, ou que l’on empêche de décharger.

    _Ah! combien l’apparence est fausse!
    Au chaponneau point de cresson,
    Et mon amphitryon sans sauce
    Me fit avaler le poisson._

      MARCILLAC.

AVALER LES ENFANTS DES AUTRES. Gamahucher (V. ce mot) une femme qui
vient d’être baisée par un autre homme et qui n’a pas eu le temps de se
laver.

    Au lavabo, tout de suite! je ne tiens pas à avaler les enfants
    des autres.

      J. LE VALLOIS.

AVANCES. Privautés que laisse prendre à un homme, et que parfois même
prend, avec lui, la femme à qui le cul démange.

    J’ai un caprice, il ne sait le deviner; je le lui explique aux
    trois quarts; il ne comprend rien, et mon butor me quitte après
    mes avances humiliantes.

      A. DE NERCIAT.

    _Un monsieur qu’était dans l’aisance,
    Désirant lui faire quelqu’avance,
    S’approch’ d’elle une bourse en main._

      PERCHELOT.

AVANTAGES. Gorge plantureuse, poitrine à la mode de Caen.

    C’est trop petit ici: la société y sera comme les avantages de
    madame dans son corset.

      AUGUSTE VILLEMOT.

AVANT-SCÈNE. La gorge des femmes, parce qu’elle avance plus que
le reste du corps en dehors de la perpendiculaire, et que c’est la
première chose que l’on remarque.

    Ce ne sont pas les avant-scène qui lui manquent, mâtin!

      BARTHET.

AVEC (L’). La nature de la femme, avec laquelle (_cum_, _con_) l’homme
jouit quand il a répudié la veuve Poignet.

    Allons, cher ange, montre-moi ton avec, je te montrerai le mien
    et nous les marierons ensemble.

      A. FRANÇOIS.

AVENTURES (Avoir eu des). Avoir eu des amants si l’on est femme, ou des
maîtresses si l’on est homme.

    Cette femme avait eu déjà bien des aventures.

      CHAMPFLEURY.

    _Il vint, et les tendres ébats
    Agitant draps et couverture,
    Le psautier descendant plus bas,
    Se trouve au fort de l’aventure._

      PIRON.

AVENTURIÈRE. Gil-Blas femelle, fille ou femme qui a eu une
_foultritude_ d’aventures amoureuses—ou plutôt galantes.

AVITAILLÉ. Mot grossier hors d’usage signifiant un homme pourvu de
membre viril.

    Duvigny était bien avitaillé et grand abasteur de bois.

      TALLEMANT DES RÉAUX.

AVOIR. Avoir eu, foutre ou avoir foutu avec une femme ou une fille que
l’on désirait.

    Eh bien! ma mie, tu vois comme je t’aime, je laisse ma prébende
    pour t’avoir.

      (_Moyen de parvenir._)

    Fais donc que j’aie cette fille, et je te rendrai riche.

      P. DE LARIVEY.

AVOIR À SA BONNE. Avoir de l’amour pour...

        _Surtout, p’tit cochon,
        N’ fais pas l’ paillasson:
    Je sais qu’ t’as Clarisse à la bonne;
        Mais dis-lui d’ ma part
        Qu’ell’ craign’ le pétard..._

      A. DUMOULIN.

AVOIR COMMERCE. Faire l’acte vénérien.

    _Jean, tu m’accusais l’autre jour
    D’avoir dit à certaine dame
    Qu’Anne, avant que d’être ta femme,
    Avait eu commerce d’amour._

      LA MONNOYE.

    A-t-elle eu commerce avec le chevalier de Lorraine? qu’on la
    brûle.

      (_La France galante._)

AVOIR COMPAGNIE D’HOMME. Faire l’amour avec un homme.

    _A moins enfin qu’elle n’ait à souhait
                Compagnie d’homme._

      LA FONTAINE.

AVOIR DE L’AGRÉMENT. Jouir avec une femme, soit en la baisant, soit en
se faisant branler par elle.

    Tu vas avoir de l’agrément, mon chéri, je t’en réponds!

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

AVOIR DES BONTÉS. Employé dans un sens obscène pour accorder ses
faveurs à un homme.

    Tu as eu des bontés pour lui, ça prouve ton bon cœur.

      VOISENON.

    Une femme sensible se décide difficilement à laisser pendre un
    homme pour qui elle a eu des bontés.

      PIGAULT-LEBRUN.

    Ayez des bontés pour moi, et mademoiselle Hortense est mariée.

      H. DE BALZAC.

AVOIR DES SENS. Être ardent en amour; jouir sous l’homme quand on est
femme, jouir avec la femme lorsqu’on est homme.

    _Et d’ailleurs, Marotte a des sens
              Récompensants
              Les insolents
          Qui montrent des talents._

      COLLÉ.

AVOIR DU CHIEN. Se dit d’une femme qui a des grâces provoquantes, qui
ne baise pas comme la première venue.

    Il faut être sincère, même avec des drôlesses de cette espèce:
    Julia a du chien, beaucoup de chien.

      LYNOL.

AVOIR DU MAL. Baiser beaucoup,—dans l’argot des filles de bordel.

    Ce qu’ nous avons d’ bon ici, c’est d’êt’ ben nourries. Si on a
    du mal, on n’ meurt pas d’ faim, comme dans des maisons où j’ai
    été.

      HENRY MONNIER.

AVOIR ENCORE (L’). Sous entendu: _Son pucelage_.

    Ça me rappellera... le temps où je l’avais encore.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

AVOIR EU QUELQUE CHOSE AVEC UNE FEMME. Avoir couché avec elle, une ou
plusieurs fois; avoir été son amant.

    Tu me feras peut-être accroire que tu n’as rien eu avec
    Henriette?

      GAVARNI.

AVOIR LA COURTE HALEINE. Être petit baiseur, se contenter de tirer un
coup ou deux et dormir après.

    _Vous avez la courte haleine;
    Parler d’amour une fois,
    C’est me donner la migraine._

      COLLÉ.

AVOIR LA MAIN OCCUPÉE. Se branler d’une main en lisant de l’autre un
roman libertin; ou pincer le cul à sa voisine en trinquant avec son
voisin.

        _Souvent entre deux draps
        Rêvant à ses appas,
    Et d’une voix entrecoupée,
    Je me dis, la main occupée,
        Ah! comme on tirait
        Chez ell’ du vin clairet!_

      E. DE PRADEL.

AVOIR LA QUEUE VERTE. Être frais et dispos pour le combat amoureux,
être vaillant au lit.

AVOIR LA VACHE ET LE VEAU. Épouser une fille enceinte des œuvres d’un
autre.

AVOIR L’EAU À LA BOUCHE. Avoir appétit de femme lorsqu’on est un homme,
ou d’homme lorsqu’on est femme, soit en voyant baiser les autres, soit
en lisant des livres de fouterie.

AVOIR LES TALONS COURTS. Se laisser volontiers renverser sur le dos par
un homme; bander facilement pour les porte-queue.

    Elle a les talons si courts, qu’il ne faut la pousser guère fort
    pour la faire cheoir.

      (_Les Caquets de l’accouchée._)

AVOIR LE VENTRE PLEIN. Être enceinte.

    Je crois, ma chère, que j’ai le ventre plein: cet imbécile
    d’Hippolyte n’aura pas mouché la chandelle.

      E. JULLIEN.

AVOIR MAL AUX CUISSES. Façon chaste de dire qu’on a beaucoup besogné
avec sa voisine, ou avec toute autre femme, car c’est surtout à cet
endroit du corps que se fait sentir la fatigue vénérienne.—On dit
aussi, dans le même sens: _avoir les cuisses coupées_, ou encore,
_avoir les jambes brisées_.

AVOIR PERDU SA FLEUR. Se dit d’une jeune fille qui a eu un _fruit_.

AVOIR QUELQUE CHOSE AVEC UNE FEMME OU AVEC UN HOMME. Être son amant ou
sa maîtresse; ou s’être donné rendez-vous pour coucher ensemble.

AVOIR QUELQU’UN. Avoir un entreteneur, un miché, quand on est fille;
avoir une maîtresse, être le maquereau d’une fille, quand on est
homme—sans préjugés.

    J’ai pas d’amant... veux-tu me l’êt’?...—Non.—T’as
    quéqu’un!...—Oui?...—N’en parlons plus.

      HENRY MONNIER.

    Voilà ce qu’une femme qui se sent poursuivie devrait se dire
    à elle-même, à tous les moments du jour: Un tel me suit, il me
    cherche, je le trouve partout; donc il veut m’avoir et me mettre
    sur sa liste.

      LA POPELINIÈRE.

    _Une duchesse à l’œil noir
    L’an passé voulut m’avoir._

      BÉRANGER.

AVOIR RÔTI LE BALAI. Avoir eu de nombreux amants, savoir ce que la
pine en vaut l’aune, avoir fait une vie de chienne,—par allusion aux
sorcières qui chevauchaient le balai pour aller au sabbat et qui le
rôtissaient à la chaleur de leur cul.

    C’est une fille qui a rôti le balai.

      LEMERCIER.

AVOIR SEPT POUCES MOINS LA TÊTE (En). Posséder un membre d’une longueur
plus qu’estimable, et bien fait pour plaire aux femmes,—le sexe le plus
goulu.

            _.... La belle Urinette
        Au corps content, mais pas de peu,
    Car il lui faut sept pouces, moins la tête,
            Pour qu’elle ait un beau jeu._

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

AVOIR SON PLAISIR. Employé dans un sens obscène pour faire l’acte
vénérien:

    _Et sachez bien que je mourusse
      Si mon plaisir de lui n’eusse_

      (_Anciens Fabliaux._)

    _Mais Marguerite eut de moi son plaisir._

      MAROY.

    Polyxène, sans être vue de personne, tira le prêtre en sa maison
    pour en avoir son plaisir.

      P. DE LARIVEY.

AVOIR TOUJOURS L’ANNEAU OU LA BAGUE AU DOIGT. Passer sa vie à branler
les femmes, le con étant pris pour un anneau—depuis celui de la femme
d’Hans Carvel.

AVOIR UN ARLEQUIN DANS LA SOUPENTE. C’est-à-dire, dans le ventre. Être
enceinte d’on ne sait qui,—de plusieurs amants,—de toutes les couleurs.

AVOIR UN BON DOIGTÉ. Savoir peloter habilement les couilles d’un homme;
faire à merveille la _patte d’araignée_.

AVOIR UN CHEVEU. Avoir un caprice pour une femme, ou pour un homme.

    Elle a un cheveu pour lui.

      CHARLES MONSELET.

AVOIR UNE CRANE GIBERNE. Se dit d’une femme qui a de belles fesses, une
Parisienne callipyge,—naturellement ou artificiellement.

    Elle a une crâne giberne, ton adorée, faut lui rendre justice:
    tout est-il à elle, dis?

      CHARLES MONSELET.

AVOIR UN FRUIT. Se dit d’une jeune fille qui s’est laissé séduire et
qui a lieu de s’en repentir—neuf mois après.

AVOIR UN POLICHINELLE DANS LE TIROIR. Se dit d’une femme enceinte.

AVOIR VU LE LOUP. Se dit d’une fille qui n’est plus vierge, qui connaît
depuis plus ou moins de temps les mystères du pantalon de l’homme—d’où
elle a vu sortir, la tête en feu, le poil hérissé, son braquemard
enragé.

    Toujours est-il que le loup, qui rôdait par là depuis quelque
    temps, sous la blouse bleue et le pantalon de velours épinglé
    d’un grand gars de notre village, sortit sournoisement du bois
    des châtaigniers, se montra tout à coup à l’ombre de la haie
    d’aubépines, et—qu’elle vit le loup.

      ALFRED DELVAU.

AZE (L’) TE FOUTE. Vieux dicton qui signifie: Va te faire foutre—par un
âne.

    _Ainsi les dieux ont esleu
    Tels oiseaux qui leur ont pleu.
    Priape, qui ne voit goutte,
    Haussant son rouge museau,
    A taston, pour son oiseau
    Print un aze qui vous foute._

      MOTIN.

    _Lors, dit Catin: N’entends-tu pas?
    Quoi? répond l’autre.—L’aze, écoute...
    —Si l’aze pète: dit Colas,
    Parsanguié! que l’aze te foute!_

      PIRON.



B


BABINES (Les). Les grandes lèvres de la nature de la femme.

    Les deux babines un peu retroussées et colorées d’un rouge
    attrayant qui passe un peu au dehors entre les cuisses.

      MILILOT.

BADIGEONNER UNE FEMME. La baiser,—en employant le blaireau et la
peinture à la colle que l’on sait.

    Je veux qu’on me paye, moi! je veux qu’on me badigeonne, moi! et
    que l’on me donne des gants.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

BADINAGE (que l’on peut prononcer à l’allemande: _patinage_.) Ce n’est
pas autre chose que la préface de la fouterie elle-même:

    Cessez ce badinage, Henri, ou je sonne pour appeler mes gens, et
    vous faire jeter à la porte.

      PONSON.

    Rions, plaisantons, badinons, mais n’allons pas plus loin.

      HENRI MONNIER.

    On fut obligé de la marier plus tôt qu’on ne pensait, parce qu’en
    badinant avec son accordé, elle devint grosse.

      TALLEMANT DES RÉAUX.

    _Nanon surtout, et c’était grand dommage,
    N’avait encor tâté du badinage._

      GRÉCOURT.

    _Il se servit de l’heure du berger,
    Et commençait l’amoureux badinage._

      LA FONTAINE.

    _De notre amoureux badinage
    Ne gardez pas le témoignage,
    Vous me feriez trop de jaloux._

      PARNY.

BAGASSE. Vieux mot pour désigner une putain:

    ...La plus grande bagasse de la ville.

      BRANTÔME.

    O Dieu! que l’homme est malheureux qui épouse de telles chiennes
    et bagasses.

      TOURNEBU.

BAGATELLE (La). Le plaisir vénérien, la plus sérieuse des occupations
de l’espèce humaine.—L’expression appartient à l’argot des filles qui,
elles, n’attachent aucune importance à l’amour.

    _Si j’effleure, dit-elle,
    L’asphalte du trottoir,
    C’est pour la bagatelle:
    Entrez dans mon boudoir._

      A. MONTÉMONT.

BAGUE. On se sert quelquefois de ce mot pour désigner les parties
naturelles de la femme.

    _Il s’en alla chercher une place éloignée
    Pour enfiler la bague et rembourrer le bas
    De celle qu’il avait choisie pour ses ébats._

      THÉOPHILE.

    _Carvel, j’ai pitié de ton cas.
    Tiens cette bague et ne la lâches;
    Car tandis qu’au doigt tu l’auras,
    Ce que tu crains point ne sera._

      LA FONTAINE.

    ... Du chevalier s’est accusée, qui, comme l’autre, l’avait bien
    baguée.

      (_Les Cent Nouvelles nouvelles._)

BAGUETTE. Le membre viril, avec lequel on mène les femmes qui ne sont
pas sages en frappant sur leur ventre comme sur un tambour.

    _Dans un coin ell’ tient les baguettes
    Des deux tambours du régiment_

      BÉRANGER.

BAHUT. La nature de la femme, dans laquelle l’homme serre—pour un
instant—sa pine, comme chose précieuse.

    _Dans son bahut je flottais bien au large._

      (_Chanson anonyme moderne._)

BAHUTER LA PINE (Se). Masturber, ou bander fortement.

    _Car nos coursiers, par l’odeur excités,
    Au grand galop se bahutaient la pine
    Et tour à tour inondaient les pavés._

      ANONYME.

BAISER. Verbe excessivement actif, que l’humanité passe son temps à
conjuguer depuis le premier jour du monde, et qu’Adam et Ève savaient
dans tous ses modes avant les conseils libertins du serpent. C’est le
_to leacher_ des Anglais, le _far l’atto venereo_ des Italiens et le
_basiare_ des latins.—Quant à son étymologie, elle est d’une clarté
éblouissante même pour un aveugle. Agnès la devinerait. _Baiser_,
verbe, vient de _Baiser_, substantif, car la conjonction d’en haut
précède toujours la conjonction d’en bas, et il est impossible à une
femme dont les petites lèvres ont été touchées par une bouche, de ne
pas laisser toucher ses grandes lèvres par une pine. De ceci vient
cela, dirait Hugo.

                  _...Et l’homme marié
    Baise tout simplement, quand il peut, sa moitié._

      PROTAT.

            _...Le galant, en effet,
    Crut que par là baiserait la commère._

      LA FONTAINE.

    _Parbleu, qu’un autre la baise.
    J’aime mieux baiser mes sœurs._

      COLLÉ.

    _Chaud de boisson, certain docteur en droit,
    Voulant un jour baiser sa chambrière,
    Fourbit très bien d’abord le bon endroit._

      PIRON.

BAISER À BLANC. Se branler,—ce qui est une façon de baiser sans femme,
quand on est homme, sans homme quand on est femme.

BAISER À LA FLORENTINE. Se dit de deux amants qui, en se donnant l’un
à l’autre des baisers sur la bouche, se lancent tour à tour de petits
coups de langue, pour s’émoustiller mutuellement et jouir en avancement
d’hoirie.

BAISER À LA PAPA. Bourgeoisement, patriarcalement, comme M. Joseph
Prudhomme baise madame Prudhomme, elle sur le dos, et lui sur elle.

BAISER À L’ŒIL. Ne rien payer pour jouir d’une femme galante, comme
font les greluchons.

    _Quand on est jeune on doit baiser à l’œil;
    A soixante ans la chose est chère et rare;
    Aux pauvres vieux l’amour devient avare._

      (_Chanson d’étudiants._)

BAISER À VIT SEC. Ne pas décharger dans la matrice de la femme, qui, à
cause des enfants ou seulement par goût particulier, préfère manger le
poisson sans la sauce.

    _Ainsi, femme qui dit que le vit sec est bon
    Voudrait ôter la sauce et le sel au jambon,
    Ce qu’il est de plus doux en toute la nature
    Et qui donne la vie à toute créature._

      MILILOT.

BAISER EN ÉPICIER. Faire l’amour purement et simplement, comme un
devoir, comme une presque corvée,—et non pas en levrette, non pas à la
paresseuse, non pas de cette façon ou de cette autre, inventée par les
savants et surtout par les savantes, mais à la mode patriarcale: la
femme dessous et l’homme dessus.

    _Quel moyen puis-je employer
    Pour plaire à mon Antoinette?
    Je la baise en épicier...
    Le bougre lui fait minette._

      GUSTAVE NADAUD.

BAISER EN PIGEON. Faire une langue, comme fut baisée—d’abord—la Vierge
Marie.

    Elle me baisa en pigeonne, la langue en bouche.

      BRANTÔME.

BAISER OU FOUTRE À COUILLONS RABATTUS, OU COMME UN DIEU. Avec
énergie, sans songer au mari que l’on cocufie ni aux enfants que l’on
procrée,—comme tous les hommes voudraient bien pouvoir foutre, et comme
toutes les femmes voudraient bien être foutues.

    Et maintenant, gonzesse, que je t’ai foutue à couillons rabattus,
    comme tu n’es pas foutue d’être foutue jamais de ta garce de
    vie.....

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

    _Les hommes, lorsqu’ils ont foutu
    A double couillon rabattu,
    Se lavent dans une terrine._

      DUMOULIN-DARCY.

    Madame Durut, sentant les approches du suprême bonheur, se livre
    au transport, et s’agitant à l’avenant, s’écrie: Foutre! c’est
    trop de plaisir! il fout comme un Dieu!

      A. DE NERCIAT.

BAISER OU FOUTRE À LA DRAGONNE OU EN MAÇON. Jouir d’une femme
immédiatement, monter sur elle brutalement, sans préliminaires d’aucune
sorte, ni caresses, ni langues, ni pelotage.

BAISER OU FOUTRE À LA PARESSEUSE. Se placer derrière une femme que l’on
veut baiser, couché sur le côté comme elle, entrecroiser mutuellement
les cuisses, insinuer doucement l’outil dans le trou qui l’attend, et
besogner sans effort.

    _Celui dont la pine est mollasse, filandreuse,
    Et lente à décharger, fout à la paresseuse._

      LOUIS PROTAT.

BAISER OU FOUTRE EN AISSELLE. Tirer un coup dans le pli formé par le
dessous du bras et de l’épaule.

    _En aisselle, en tétons, le Turc met son braqmard._

      LOUIS PROTAT.

BAISER OU FOUTRE EN CYGNE. Baiser une femme à la façon de Jupiter Léda,
à genoux et ses jambes sur les épaules.

BAISER OU FOUTRE EN LEVRETTE. Baiser une femme _in more_—du prince de
_Canino_.

    _En levrette est encore un moyen fort joli
    Quand on a sous son ventre un cul ferme et poli._

      LOUIS PROTAT.

BAISER OU FOUTRE EN TÉTONS. Décharger dans cette petite vallée formée
par les deux tétons et qu’on peut rendre aussi étroite qu’on veut en
les rapprochant avec les mains.

BAISER SUR LE POUCE. Tirer un coup précipitamment, là où l’on se
trouve, sur une chaise, sur un meuble, sur une botte de paille, etc.

    Je t’ai baisée sur le pouce, ça ne compte pas: nous
    recommencerons sur le lit, quand ton mari sera à son bureau.

      SEIGNEURGENS.

BAISEUR, BAISEUSE. Synonyme presque décent de _Fouteur_, _fouteuse_.

    _Je ne suis rien qu’un ivrogne,
    Quoiqu’on m’estime baiseur._

      (_Parnasse des Muses._)

    _Point d’éloges incomplets,
    S’écriera cette brunette,
    A moins de douze couplets,
    Au diable une chansonnette!
    Quoi! douze, ou rien? dit un sot.
    Oui, c’est l’humeur de Margot
    Nous t’en promettons treize:
    Viens, Margot, viens qu’on te baise._

      BÉRANGER.

BALADEUSE. Fille de mauvaise vie,—par allusion à la boutique roulante
des marchandes des quatre saisons.

    Elle t’a trahi sans te trahir. C’est une baladeuse, et voilà
    tout.

      GÉRARD DE NERVAL.

BALANCE DE BOUCHER. Fille publique,—parce qu’elle pèse toutes sortes
de viandes, des quéquettes de jouvenceaux, des courtes de maçons, des
pines d’Auvergnats et des vits de maquereaux.

BALANCER LE CHINOIS (Se). Jouer avec son membre pour jouir, le faire
dodeliner de la tête, comme un poussah, jusqu’à ce que, l’érection
arrivant, il se tienne roide comme la justice et pleure silencieusement
toutes les larmes de son œil unique.

BALANCER SA LARGUE. Se débarrasser de sa maîtresse,—dans l’argot des
filles et des maquereaux.

BALANCER UNE FEMME. La renvoyer comme Abraham Agar, soit parce qu’elle
devient gênante, soit parce qu’elle est trop libertine.

    Elle m’a traité de mufle.—Alors, il faut la balancer.

      CHARLES MONSELET.

BALANCER UN HOMME. Le quitter, soit parce qu’il ne vous donne pas assez
d’argent, soit parce qu’il vous ennuie.

    _Toujours d’avance exigeras
    Qu’il fasse tinter son argent;
    Sinon tu le balanceras...
    On ne vit pas de l’air du temps_

      (_Parnasse satyrique._)

BALANÇOIRES. Simagrées que fait une fille qui ne veut pas être baisée,
mais qui veut bien être payée; promesses de jouissances qu’elle fait au
miché racolé par elle.

    _Car je connais ces balançoires,
              Je suis roublard,
    Et j’ pourrais écrir’ les mémoires
              Du lupanar._

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

BALAYER SES ENFANTS. Enlever avec un balai ou avec un torchon les
gouttes de sperme qu’on a laissées tomber sur le parquet en se branlant
ou en baisant une femme sur une chaise.

BALCON (Faire le). Moyen ingénieux employé par les filles pour faire
savoir à leurs abonnés qu’elles sont visibles:—il leur suffit de mettre
au balcon une chaise sur laquelle sera déposée une chemise ou une jupe
commencée... puis de retirer le tout quand le client est entré.

    Je vous dis que vous faites la fenêtre; on vous a vue au
    _balcon_.

    —Ah! M. le commissaire, comme on vous a trompé: je ne vais jamais
    à ce _bal là_.

      J. CH.

BALLES. Les testicules, à cause de leur forme: c’est avec eux qu’on
fusille les femmes—à bout portant.

BALLON (Avoir du). Se dit d’une femme qui a des fesses énormes,
naturelles ou artificielles, comme en ont aujourd’hui, grâce à la
crinoline, les Parisiennes, élégantes Vénus hottentotes.

BALLOCHES. Les testicules.—Ce mot vient, soit du verbe

_ballocher_—qui, en argot, veut dire _tripoter_—soit du fruit du
Bélocier, qui portait autrefois le même nom, ou à peu près le même
nom, et qui présente en effet une certaine analogie avec la forme des
couilles.

    Un médisant dit que l’abbé auquel elle vouloit boire,—qui,
    à la vérité, avait en ses jeunes ans perdu ses deux témoins
    instrumentaires... en descendant d’un bellocier, c’est un prunier
    sauvage,—s’appelait monsieur de _Non Sunt_.

      (_Contes d’Eutrapel._)

BALLOTTES (Les). Les testicules, petites balles avec lesquelles les
femmes aiment à jouer et à jouir; quelquefois les tétons des femmes ou
le maniement de cul, tétons, etc.

    Elle lui met la main sur les ballottes qu’il a au-dessous de cet
    engin et les soulève mignardement en les passant et repassant
    doucement entre les doigts.

      MILILOT.

    Les deux tétons, jolies ballottes du plaisir.

      (_Moyen de parvenir._)

    Ils virent en leur présence ballotter leurs femmes sans y pouvoir
    apporter aucun remède.

      (_Les Caquets de l’accouchée._)

BANDER. Être en érection, avoir envie de baiser une femme lorsqu’on
est homme, ou un homme lorsqu’on est pédéraste. C’est l’_arrigere_
(relever, hausser, dresser) des Latins.

    _Qu’on le passe aux verges,
    Dit Vénus à part;
    Qu’il soit de ma bande
    Banni sans retour:
    Jamais il ne bande._

      (_Les Archers de l’Amour._)

    Y bande encore... est-y gentil!

      HENRY MONNIER.

    _Tout vis-à-vis,
    Je rends des vits
    Toujours bandants._

      COLLÉ.

—On a étendu la signification de ce mot, purement vénérienne, et on
s’en sert maintenant au propre et au figuré: au propre, comme il vient
d’être dit; au figuré, pour indiquer la violente envie qu’on a d’une
chose.

Ainsi Mirabeau, voulant peindre la pusillanimité du duc d’Orléans,
qui voulait et n’osait pas être criminel, dit: «Ce d’Orléans est un
Jean-Foutre qui toujours bande le crime et n’ose le décharger. _Ignavum
equidem fateor qui continuo erigit scelus et nunquam ejaculari ausus
est.»_

BANDER (Faire). Provoquer l’érection de l’homme par des discours
libertins ou par des attouchements autour des parties sexuelles.

    _L’air est plein d’odeurs spermatiques
    Qui font bander les plus usés,
    Et font sortir de leurs boutiques
    Les bourgeois les plus empesés._

      (_Parnasse satyrique._)

BANDE-À-L’AISE. Homme qui n’est que médiocrement porté par son
tempérament vers les choses de la fouterie, et qui bande plus
volontiers avec son cerveau qu’avec son membre—comme la plupart des
écrivains.

        _Qu’on me baise,
      Mon con, Nicaise,
    Se présente à toi...;
        Viens, bande-à-l’aise,
      Vite, mets-le-moi._

      PIRON.

    _Monsieur dit des bons mots souvent,
    Mais monsieur bande rarement;
    Monsieur a de l’esprit: j’en suis
        Bien aise, bien aise,
    Mais comme la peste, je fuis
        Un bande-à-l’aise!_

      COLLÉ.

BANDER COMME UN CARME. Bander très fort, comme savaient bander jadis
les carmes, chaux ou déchaux,—chauds surtout,—grâce à la continence
qu’ils étaient forcés d’observer.

BANDER DE LA GORGE. Se dit d’une femme dont les seins se durcissent et
se dressent sous l’impression du désir ou du plaisir.

BANDER SON ARC. Bander,—le membre viril étant pris pour flèche et la
nature de la femme pour cible.

    _Alors, bandant mon arc sous un autre balcon,
    Je ne daignerai plus, vers le but de ton con,
            Lancer la flèche de ma pine._

      EMMANUEL DES ESSARTS.

BANDOCHER. Avoir des velléités d’érection; n’être pas en train; bander
faiblement, difficilement.

    ... Elle recréait son impotente lubricité en lui chatouillant le
    scrotum et les testicules, ce qui le faisait bandocher.

      (_Anti-Justine_, p. 123.)

BAQUET. La nature de la femme dans laquelle l’homme décharge ses
ordures liquides:

    ... Dans le baquet desquelles il eût volontiers lavé son vit.

      (_Contes de la reine de Navarre._)

BARATTER. Baiser une femme, parce que, dans l’action amoureuse, la pine
de l’homme, en allant et en venant dans le con de la femme, où il a
déjà déchargé, a l’air de battre du lait dans une baratte et de faire
du beurre. Ce n’est pas du beurre qu’il fait, en barattant ainsi, c’est
du fromage.

BARBE DE LA FEMME (La). Les poils de sa motte,—qu’elle se garde bien de
couper et encore moins d’épiler, à l’exemple des femmes d’Orient:

    _Sur ta laine annelée et fine
    Que l’art toujours voulut raser;
    O douce barbe féminine!
    Reçois mon vers comme un baiser._

      TH. GAUTIER.

BARBEAU. Souteneur de filles; membre de la grande famille des
maquereaux—qui n’a rien de commun, que le nom, avec la grande famille
des scombéroïdes.

    _Pègr’ et barbeaux, aboulez au Sauvage,
    Et sans traquer livrez-vous au plaisir;
    On aurait tort de vouloir être sage,
    Puisqu’après tout, on sait qu’il faut roidir._

      A. DUMOULIN.

BARBILLON. Souteneur de filles; homme qui vend sa protection aux
putains.—Du moment qu’il a été convenu qu’on appellerait ces drôles-là
_maquereaux_, comme le maquereau est un poisson, on les a appelés aussi
d’autres noms de poissons: on les a même appelés _poissons_ purement et
simplement.

    _Quoi! pour aller danser, ma chère,
    Tu abandonnes le persil,
    Et de ton barbillon de père,
    Tu ne conserves aucun souci._

      A. DUMOULIN.

BARDACHE. Pédéraste actif ou passif, au choix—des autres.

    C’est là un cul de châtré ou de bardache, si jamais il y en a eu.

      LA POPELINIÈRE.

    _Le capitan était bardache.
    Godefroy, seigneur de Bouillon,
    L’encula dans une patache._

      B. DE MAURICE.

BAS (Le). La nature de la femme, à cause de sa situation.

    Gargamelle commença à se porter mal du bas.

      RABELAIS.

    Elle s’accointa de l’un des clercs, lequel par aventure lui
    mettait l’intelligence de ces mots en la tête par le bas.

      BONAVENTURE DESPERRIERS.

BASSIN. La nature de la femme, dans laquelle le membre viril nage trop
souvent.

    J’eusse voulu toujours fouiller dans votre bassin.

      TABARIN.

BATAILLE. Sous-entendu _amoureuse_. L’acte vénérien, d’où nous sortons
lassés, mais non rassasiés; vaincus faute de munitions, mais non
dégoûtés.—On dit aussi: _Jouer à la bataille_.

    La lance au poing il lui présente la bataille.

      (_Les Cent Nouvelles nouvelles._)

    _Lors s’écrie en riant: Je vois en ce réduit
                        Un lit,
            Qui servira toute la nuit
            De champ à sanglante bataille._

      LA FONTAINE.

BATAILLE DE JÉSUITES, CINQ CONTRE UN (Faire la). Se masturber, les
jésuites ayant inventé le plaisir solitaire—après Onan.

BÂTER L’ÂNE. Faire l’acte vénérien.—L’expression date probablement du
conte de La Fontaine, le _Bât_,—imité de Béroalde de Verville.

BÂTI. Membré convenablement: se dit en parlant d’un homme qui a tout ce
qu’il faut pour faire jouir une femme.

    _La résistance est nulle, ou très légère;
    Tu vois pourtant comme je suis bâti._

      PARNY.

BÂTON. Le membre viril, à cause de ses fréquentes érections qui lui
donnent la dureté du bois—dont on fait les cocus. Les femmes s’appuient
si fort dessus qu’elles finissent par le casser.

    _Vous connaissez, j’en suis certaine,
    Derrière un petit bois touffu,
    Dans le département de l’Aisne,
    Le village de Confoutu.
    Par suite d’un ancien usage
    Qui remonte au premier humain,
    Tout homme y fait pèlerinage,
    La gourde et le bâton en main._

      EUGÈNE VACHETTE.

BÂTON (Faire). Bander.

    Le temps... où la première guenon venue qui me mettait la main
    dessus me f’sait faire bâton pendant quinze jours.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

    _J’crois ben qu’ la seul’ médecine
    Qui pourrait m’ guérir tout d’ bon
    Et m’empêcher d’fair’ bâton,
    Ce s’rait d’ fair’ sombrer ma pine,
    Capitain’, dans un pied d’ con._

      G. DE LA LANDELLE.

BÂTON À UN BOUT. Le membre viril,—le seul bâton qui n’ait qu’un bout,
en effet.

    C’est le bâton à un bout qui me pend entre les jambes.

      RABELAIS.

BÂTON DE SUCRE DE POMME (Le). Le membre viril,—à cause de sa forme,
de sa longueur et du goût sucré qu’il a en fondant de plaisir dans la
bouche de la femme qui le suce.

    _Fillettes, qui mourez d’ennui
    Et languissez dans la retraite,
    Pour mieux dormir toute la nuit,
    Il faut employer ma recette:
    Si vous désirez un amant,
    Si tout bas votre cœur le nomme,
    A vos maux il faut un calmant...
    Prenez bien vite, mon enfant,
    Un bâton de sucre de pomme._

      DUMOULIN-DARCY.

BÂTON PASTORAL. Le membre viril,—avec lequel nous conduisons des
troupeaux de femmes au bonheur.

    Le simple maniement volontaire d’une main blanche et délicate qui
    se promène autour de leur bâton pastoral, est suffisant pour leur
    expliquer tous les mouvements du cœur de leur dame.

      MILILOT.

    Il lui montre son bâton pastoral tout rougeâtre et enflé.

      NOEL DU FAIL.

BATTRE LE BEURRE. Introduire son engin dans un vagin un peu gras et l’y
agiter avec énergie comme dans une baratte.

    _D’un moule à merde il fait un moule à pine
    Et bat le beurre au milieu d’un étron._

      (_Parnasse satyrique XIXe siècle._)

BATTRE SA FLÈME. Courir le guilledou, aller dans les quartiers où la
femme donne le plus.

    Eh bien! puisque je suis en train de battre ma flème, je vais
    connaître cette maison.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

BATTRE SON QUART. Se dit des filles de bordel, qui descendent à tour de
rôle, pendant un quart d’heure ou une demi-heure, sur le trottoir, où
elles raccrochent les passants.

    Dorante, en se promenant devant la maison au grand numéro, croise
    Sylvia, qui bat son quart.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

BATTRE UN BAN AU MICHÉ. Le préparer à la jouissance suprême par des
attouchements habiles et souvent répétés.

    _Je sais attacher un ruban
    Selon la grosseur d’une pine;
    Au miché je sais battre un ban,
    Je sais tortiller de l’échine._

      (_Parnasse satyrique._)

BAUDE (La). La vérole,—dans l’argot des voleurs, qui se rapproche
plus qu’on ne croit du vieux langage, puisqu’on trouve dans
Eutrapel: «Je cuidai avoir le _baut_, c’est-à-dire avoir gagné le mal
padouan.»—_Baude_ ne serait-il pas une syncope de _ribaude_?

BAUDRUCHE. Pellicule de boyau de mouton, que l’on neutralise pour en
faire des _choses_ très utiles:—des capotes anglaises.

      V. MILLAN.

BAUME DE VIE (_ou de vit_). La semence de l’homme,—que donne le _vit_
et qui donne la _vie_.

    C’était pour me procurer mille morts délicieuses, qu’il ménageait
    avec art ce baume précieux qui donne la vie.

      (_Félicia._)

BAZAR. Bordel,—qui est en effet un endroit où l’on expose la femme
comme marchandise.

    Je suis la patronne de ce bazar, la mère de dix-huit petites
    dames.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

BEAU CORPS (Elle a un). Se dit de toute femme laide de visage, quand
on veut s’excuser d’avoir couché avec elle une fois ou d’y coucher tous
les jours.

BEAUTÉ VÉNALE. Femme qui fait métier et marchandise de ce qu’elle
devrait donner pour rien,—l’homme, après tout, ne faisant pas payer les
services de sa pine, qui valent bien ceux du con.

    _O vous, vénales beautés
    A l’humeur aventurière,
    Vainement vous présentez
    Le devant ou le derrière
          A l’abbé
        La Bédollière,
            L’abbé
      Qui sera flambé._

      EMILE DE LA BÉDOLLIÈRE.

BEAUTÉS OCCIDENTALES. Les fesses d’une femme, dont les tétons sont les
beautés orientales.

BEAUTÉS POSTÉRIEURES. Les fesses.

    Le grand camarade, tourmenté de ses désirs, se mettait
    préalablement au fait des beautés postérieures de la soubrette...
    et cherchait à s’établir en levrette, mais de petits coups de cul
    le dénichaient comme sans dessein.

      (_Mon noviciat._)

BÉBÉ. Nom d’amitié que les filles donnent depuis quelques années aux
hommes avec qui elles baisent,—maquereaux ou michés.

    Théodore, c’est mon bébé; M. Martin, c’est mon monsieur.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

    _Un mot dont on nous favorise,
    Mot aux nourrices dérobé,
    C’est, aurait-on la barbe grise:
    —Comment ça va? Bonjour, bébé._

      FR. DE COURCY.

BÉCOT (Donner un). Baiser la tête d’un vit comme on baise le bec d’une
clarinette. Cette aimable action ne faisant aucun bruit, on peut aller
longtemps: d’abord _moderato_, puis _allegretto_, _vivace_..... chaque
pause vaut un soupir.

    _Et quand je lui donne un bécot,
        Comme il lève la tête,
              Jacquot!_

      AL. DALÈS.

BÉCOTTER. Donner des bécots.

            _Petit bossu
            Noir et tortu,
          Qui me bécottes
        Et fripes mes cottes;
    Petit bossu, noir et tortu,
    De me baiser, finiras-tu?_

      BÉRANGER.

BÉGUIN (Avoir un). Avoir envie de coucher avec un homme lorsqu’on est
femme, avec une femme lorsqu’on est homme.

    Ah! je ne sais pas quand il se passera, mais j’ai un fier béguin
    pour toi, va!

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

BELINER. Faire l’acte vénérien, l’acte bestial par
excellence,—_belluinus_.

BELLE EN CUISSES. Galanterie que les gens du peuple adressent
volontiers à une femme—dont ils n’ont pas encore relevé la robe.

    J’ prendrais bien quéque chose, moi... Et toi, la belle en
    cuisses?

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

BELLE ENFANT. Nom que l’on donne à une jolie fille, tant qu’elle est en
âge de faire _l’enfant_, ou de faire _un enfant_.

        _Ma belle enfant!_

    Cette expression se trouve dans tous les drames possibles et
    impossibles, depuis la _Pie voleuse_, jusqu’à la _Grâce de
    Dieu_, etc., etc. Dans cette dernière pièce, elle s’adresse à
    mademoiselle Clarisse Miroy, qui a 46 ans et est grosse comme
    mademoiselle Georges:—_La belle enfant!_

BELLE SOUS LE LINGE (Être). Ne rien perdre de ses séductions en se
mettant nue devant un homme qui vous a trouvée belle habillée.

    Il y avait à côté de son nom: bonne créature, assez belle sous le
    linge, mais gauche et sans mouvement.

      LA POPELINIÈRE.

BELUTER. Faire l’acte copulatif, pendant lequel on remue
beaucoup,—_volutare_.

BÉNIR DES PIEDS. Se dit des spasmes amoureux, pendant lesquels l’homme
et la femme gigotent des jambes, comme s’ils voulaient envoyer leur
bénédiction _urbi et orbi_.

BÉNITIER. La nature de la femme, que nous emplissons de sperme
bénit—par elle.

    _Je crois bien que notre gros vicaire
    Aura mis le doigt au bénitier._

      BÉRANGER.

            _... Aussi, ma foi,
       Laissez-moi mettre un doigt
    Au bénitier de ma belle Lise._

      EMM. DELORME.

BÉQUILLE DU PÈRE BARNABA (La). Le membre viril de tous les hommes, sur
lequel s’appuient si volontiers toutes les femmes. Expression employée
dès l’époque de la régence dans de nombreuses chansons.

    _J’ai perdu ma béquille,
    S’écriait Barnaba;
    Quelle est l’honnête fille
    Qui la rapportera?_

      COLLÉ.

    _Marc une béquille avoit
    Faite en fourche, et de manière
    Qu’à la fois elle trouvoit
    L’œillet et la boutonnière._

      GRÉCOURT.

BERLINGOT. Le membre viril.

BESACE. Tétons flasques et pendants, comme une besace dont les toiles
se touchent; ou bien le ventre d’une fille enceinte.

      _Finalement, v’là Boniface
      Qui s’ présente et veut m’épouser:
      Comme il faut qu’ chacun port’ sa b’sace,
      Je m’ promets bien d’ l’utiliser.
    Un mal de cœur, suit’ d’un’ scène amoureuse,
    Rendit bientôt ma position chanceuse..._

      PH. VIONET.

BESOGNE. L’acte vénérien, que nous accomplissons sans douleur—mais non
sans fatigue. C’est ce que Fourier appelle le _travail attrayant_.

    Quand ils ont bien travaillé et qu’ils sont saouls de la besogne.

      TABARIN.

    _De le faire cent coups, voire à beau cul levé,
    Avec votre Brillant, qui besogne en crevé._

      TROTTEREL.

        _La belle en train de bien apprendre,
      Serrait Lucas, qui, las de besogner,
    Par un air abattu lui fit assez comprendre
        Qu’on ne peut toujours enseigner._

      VIDA.

BESTIALITÉ. Crime honteux que l’on commet avec une bête.

    «Rien ne fut plus commun au moyen-âge que ce crime que l’on
    punissait de mort quand il était patent et confirmé par le
    tribunal.—Les registres du Parlement sont remplis de ces
    malheureux qu’on brûlait avec leur chien, avec leur chèvre,
    avec leur vache, avec leur pourceau, avec leur oie!—On aurait
    volontiers pardonné à la bête plutôt qu’à l’homme; mais on
    la tuait de peur qu’elle ne vint à engendrer un monstrueux
    assemblage de la bête et de l’homme.»

      PIERRE DUFOUR.

    La lutte s’engage, les coups se portent, la bête devient l’égale
    de l’homme, Sainte est embestialisée... ensinginée.

      ALFRED DE MUSSET. (_Gamiani._)

BÊTE (La). La femme,—après l’homme.

    _Le plus sot animal, à mon avis, c’est l’homme._

      BOILEAU.

        _Si je veux croire les railleurs,
      Elle a fort peu de cheveux à la tête;
    Les sujets qu’on en dit ne sont pas des meilleurs;
    Ce n’est pas bien l’endroit par où j’ai vu la bête,
    Mais elle en a beaucoup ailleurs
    Où elle est souvent arrosée
    Par la plus douce des liqueurs._

      (_Le Zombi du grand Pérou._)

    _Ciel! poursuit-il, quand est-ce qu’on
    Pourra désabuser le monde
    De foutre ces bêtes à con
    Des animaux le plus immonde._

      COLLÉ.

BÊTE À DEUX DOS (Faire la). Faire l’acte vénérien, pendant lequel les
deux fouteurs, collés ensemble par le ventre, ont l’air de n’avoir que
des dos.—L’expression a de l’usage. Coquillart s’en est servi, Rabelais
après lui, et, après Rabelais, Shakespeare—dans la première scène
d’_Othello_:

    Your daughter and the Moor are now making _the beast with two
    backs_...

On s’en sert toujours avec avantage dans la conversation.

BÊTISES (Dire des). Tenir des propos gaillards, qui font rougir—et
godiller—les dames.

BÊTISES (Faire des). Patiner une femme, peloter un homme; baiser;
sodomiser.

    Sois bien sage et bien raisonnable, mais pas trop cochon; si nous
    voulons, nous ferons des bêtises.

      H. MONNIER.

    _Lors le prélat, relevant son étole,
    Après m’avoir caressé le menton,
    M’ fit des bêtis’s au pied du Capitole:
    J’ai, mes amis, toujours été cochon._

      (_Parnasse satyrique._)

BIBI. Jouvenceau, mignon qui sert aux plaisirs libertins des
vieillards—le _giton_ du Satyricon, le _Ganymède_ de Jupiter,
l’_officiosus_ des bains publics, à Rome;—ou mignon de dame.

BIBITE. Le membre viril—quand il n’est plus ou quand il n’est pas
encore assez viril.

    _Ta pine n’est plus qu’une humble bibite
    Indigne d’entrer dans mon entonnoir._

      ANONYME.

              ... _Il est appelé...
    La bibite au petit par la bonne d’enfant._

      LOUIS PROTAT.

BICHETTE. Le membre viril,—ou plutôt, pour lui restituer son véritable
sexe, la pine.—Cette expression, maintenant répandue à Paris,
appartient à Nadar, à qui l’on prête des conversations intimes avec
Mlle Bichette. Un couplet d’Alexandre Pothey la consacre:

    _Avis aux dam’s! qu’on se le dise!
    Nadar a l’ sac, et pour de bon!
    Le Monstre Vert, Frisette, Élise,
    Jusqu’à l’antique Pavillon,
    Pour célébrer ce jour de fête,
    S’en vont fair’ la cour à Bichette!
    D’être avalée elle a le trac!
              Nadar a l’ sac!_

BICHON. Jeune homme qui sert aux plaisirs d’un homme mûr. C’est le
giton moderne.—C’est aussi l’amant de cœur, le petit chien complaisant
des femmes qui aiment à se faire _bichonner_, c’est-à-dire, lécher le
cul.

BIDAULT. Vieux mot hors d’usage employé dans un sens obscène pour
désigner:

1º Le membre viril.

    Celle-là vouloit bien avoir de vous autre chose que le bidault.

      P. DE LARIVEY.

2º La nature de la femme.

    _Si j’avois vu votre bidault,
    Je serois guéri, ce me semble,
    Mais pour voir un peu s’il ressemble
    A celui de ma ménagère._

      (_Farces et Moralités._)

BIDET. 1º Cuvette de forme ovale, ordinairement enchâssée dans un
tabouret de même forme, au-dessus de laquelle la femme se place à
califourchon pour se laver—après le coït.—Ce meuble indispensable,
essentiel, était connu des Romains, qui se lavaient _post rem veneream,
et quasi religiose_. Sa forme était à peu près la même qu’aujourd’hui.

    _Des coups de Pincecul, quelques coups de bidet,
    Enlèveront bientôt, et la trace, et l’effet._

      LOUIS PROTAT.

    _Femme prudente se sauve,
    A dada sur son bidet._

      A. JACQUEMART.

2º Le membre viril, dada que les femmes enfourchent pour aller au
bonheur.

    _Il est d’une vigueur que rien ne peut abattre
            Que ce drôle était bien mon fait!
    Trois fois sans débrider il poussa son bidet._

      (_Les Plaisirs du cloître._)

      _A dada, à dada,
    A dada sur mon bidet._

      JACQUEMART.

    _Il la jeta d’abord sur sa couchette,
    Lui présenta son pétulant bidet._

      (_Le Cosmopolite._)

    _Chaque père en voyant cette jeune fillette,
    Sent son bidet tout prêt à rompre sa gourmette._

      PIRON.

BIEN SERVIR UN HOMME. Le faire bien jouir par des mouvements de croupe
habiles et par toutes les fioritures amoureuses connues des femmes
savantes.

    _Les dames de nos bourgeois,
    Et j’en eus vingt dans un mois,
    M’auraient mieux servi cent fois._

      BÉRANGER.

BIGARREAU ROUGE (Le). Le gland, lorsqu’il n’est plus recouvert par la
peau du prépuce et qu’il montre aux regards des jeunes filles sa tête
chauve, source de volupté pour elles.

    A force de se bander comme je dis, il y a une peau vers le haut
    qui se retire contre le ventre et découvre une tête qui est faite
    comme un gros bigarreau rouge.

      MILILOT.

BIJOU. La nature de la femme, pour l’homme; le membre viril, pour la
femme,—deux choses précieuses.

    _Qu’il soit pauvre, avare ou brutal,
    Un père au moins donne à sa fille
    Pour en jouir, soit bien, soit mal,
    Un petit bijou de famille._

      E. DEBRAUX.

        _Non, je l’avoue; aussi je te rends grâce,
    Lui dit-il, en tirant un vigoureux bijou._

      VADÉ.

    _Répondez-moi, tendres amis des dames,
    Si vous me manquiez du plus beau des bijoux,
    Par quels moyens, hélas! leur plairiez-vous?_

      E. T. SIMON.

BIJOU ARTIFICIEL. Phallus de cuir,—_vulgo_ godemiché.

    _J’ai des bijoux artificiels
        D’une forte structure
    Qui, dans les cons superficiels
        Remplacent la nature._

      (_Chansons anonymes modernes._)

    _Certain bijou, qui d’un sexe chéri
    Offre l’image et le trait favori,
    Sert de Zoé la langueur amoureuse._

      PARNY.

BISCOTTER UNE FEMME. La baiser, acte pendant lequel on se remue
fortement,—de l’italien _scuotere_, étymologie tirée par les poils.

    Il aimait mieux dépuceler cent filles que biscotter une veuve.

      RABELAIS.

    _Lucrèce fait bien de la sotte
    Et ne veut pas qu’on la biscotte._

      THÉOPHILE.

    C’est celui à qui l’on biscotte la femme.

      NOEL DU FAIL.

BISSAC. La nature de la femme, qu’elle tend si fréquemment à l’homme,
pour qu’il l’emplisse—de sperme.

    _Le texte dit que foullando,
    En foulant et fesant zic, zac,
    Le galant se trouve au bissac._

      (_Ancien Théâtre français._)

      _Après cinq ou six bons mots
    Fait entrer Genfrey au bissac._

      (_Farces et Moralités._)

BISTOQUER. Vieux mot hors d’usage, signifiant se servir du bistoquet,
espèce de queue de billard, employé dans un sens obscène pour faire
l’acte vénérien.

    _Notre mignon lui répondit
    Que deux fois l’avait bistoquée._

      (_Recueil de poésies françaises._)

    _Mais au moins, dites-moi, l’a-t-il point bistoquée?_

      P. DE LARIVEY.

BISTOQUETTE. La pine.

    _Savez-vous, bons citadins,
    Ce que le dieu des jardins
    A bien plus gros que la tête?
            Turlurette,
        C’est la bistoquette._

      LOUIS FESTEAU.

BLAGUES À TABAC. Se dit des tétons qui ne se tiennent pas assez.

    _Ceux qui disent que les tétons
    Flottent au vent comme des vagues,
    Suzanne, sont des polissons:
    On voit bien que ce sont des blagues._

      ANONYME.

BLANCHISSEUSE DE TUYAUX DE PIPE. Fille ou femme galante qui, d’une
_pipe_ en terre rouge, fait en un tour de cul ou de main une _pipe_ en
écume.

BLONDE. Maîtresse,—quelle que soit la couleur de ses cheveux ou de son
poil.

        _Puissé-je...
    Cramper dans le cul
        De ma blonde!_

      EMILE DEBRAUX.

BLONDIN. Séducteur, quelle que soit la couleur de ses cheveux.

          _L’autr’ jour, en rentrant chez moi,
          J’ trouv’ la clé dans la serrure...
    J’entre et j’ vois ma femm’ près d’un grand blondin,
    Tout autre aurait pris la mouche soudain..._

      J. E. AUBRY.

    _De certain blondin la binette
    Me faisait mazurker le cœur._

      S. TOSTAIN.

BLOUSE. La nature de la femme, qui, au jeu de billard amoureux, reçoit
les deux billes de l’homme—avec la queue.

    _Que je voudrais avoir aussitôt un écu,
    Voire deux, voire trois, dans ma pauvre fouillouse,
    Comme on a mis de coups dedans votre belouse._

      TROTTEREL.

BOBOSSE. Entreteneur, miché sérieux.

    _Mais parlez-moi d’ ces vieux bobosses
    Qui sans façon vous font présent
    D’une guimbarde et de deux rosses:
            C’est du nanan._

      ÉMILE DEBRAUX.

BOC, BOCAN, BOUCAN ou BOCARD. Bordel,—dans l’argot militaire ou
populaire.—Voir aussi BOXON et BOUSIN.

    _Le meilleur bocan du Marais
    Devient presque une solitude._

      CYRANO DE BERGERAC.

    _Chez la grosse Cateau, vas-tu donc au bocan?_

      LA FONTAINE.

BOIRE AU GOULOT. Sucer un homme.

    _Mais, grossier comme un matelot,
    Par le rustre je fus forcée
    De boire à même le goulot._

      MARCILLAC.

BOIRE DANS LE MÊME VERRE. Baiser à plusieurs la même femme,—qui
heureusement a le soin de se rincer après que chacun de ses amants a
bu.

BOIRE SEUL. Se masturber, ce qui est jouir en égoïste, sans trinquer
avec un vagin.

    V’là que j’bande... Ah! n’ craignez rien... J’ n’ai jamais eu c’
    défaut-là... Un Français ne... boit... jamais seul...

      TISSERAND.

BOIRE UN COUP. Gamahucher une femme après l’avoir baisée, pour se
préparer au second coup. La femme ne s’étant pas lavée, on est obligé
d’ingurgiter le résultat de la première émission. Ce qui est _rentrer
dans son bien_... avec intérêts. Voici à ce sujet une anecdote qui
explique la chose:

    M. Z., couché avec une actrice de la Comédie-Française,
    Mademoiselle X, avait déjà, courant la poste, fait une course...
    féconde. La fantaisie lui vint de gamahucher. Il invita donc
    la dame à passer au lavabo. Celle-ci, craignant le froid, ou ne
    tenant au sacrifice que pour plaire au sacrificateur, ne daigna
    pas se déranger, et, parodiant un vieux proverbe, elle s’écria en
    riant:

    «Ah! bah!... quand le _coup_ est _tiré_, il faut _le boire_!»

BOÎTE. Sous-entendu: à jouissance, ou bien encore, boîte à pines. Fille
publique.

BONDON. Employé dans un sens obscène pour désigner le membre viril.

    A peine sont-elles aussi grandes qu’un tonneau qu’elles veulent
    avoir le bondon.

      TABARIN.

    _C’est mon tonneau, j’en porte le bondon._

      VOLTAIRE.

BONHEUR. ALLER AU BONHEUR. Employé dans un sens obscène pour désigner
l’acte vénérien.

    Il ne répondit aux reproches qu’on lui faisait qu’en achevant son
    bonheur.

      DIDEROT.

BONNEAU. Homme serviable qui se charge—moyennant finance—d’aplanir les
difficultés que pourraient éprouver à se rencontrer une femme mariée et
son amant. Son obligeance va même jusqu’à procurer des amants à celles
et des maîtresses à ceux qui en désirent.

BONNE ENFANT (Être). C’est, pour une putain, se prêter à tous les
caprices libertins de l’homme qu’elle a raccroché.

    _Déboutonn’-toi, tu verras comme
    J’ s’rai bonne enfant: j’ t’amus’rai bien._

      HENRY MONNIER.

BONNES FORTUNES. Coups qu’un homme tire avec le sexe: autant de femmes,
autant de bonnes fortunes.

    Une jeune fille dira sans rougir, d’un jeune homme:—Il a eu tant
    de bonnes fortunes.—Mais elle se croirait déshonorée si elle
    disait de lui:—Il a foutu tant de femmes. Et pourtant, c’est
    exactement la même chose.

      A. FRANÇOIS.

    _Chacun rencontre sa chacune,
    Nul ne fut sans bonne fortune._

      VOITURE.

BONNET ou BONNET À POIL. La nature de la femme, que l’homme place sur
la tête de son priape à la grande satisfaction de celui-ci. Il y a des
bonnets pour toutes les têtes et des têtes pour tous les bonnets.

    _Ma Lisa, ma Lisa, tiens bien ton bonnet._

      E. DEBRAUX.

    _Tu vas me dire, je le gage,
    Que la chaleur de ton bonnet
    Fera transpirer son... visage_

      GUILLEMÉ.

    _Un bonnet à poil, je te jure,
    Aujourd’hui ferait son bonheur;
    Pour faire admirer sa tournure,
    Coiffe mon petit voltigeur._

      GUILLEMÉ.

      _Mon ourson ne servit plus guère;
      Car, comm’ disait notre aumônier:
          J’ connais c’ pays qu’on prône,
          Novi, Florence, Ancône;
        Mais l’Italien, peu guerrier,
    Rarement coiffe—un bonnet d’ guernadier._

      HENRI SIMON.

BONTÉS. Coups tirés avec un homme. Expression chaste, sens obscène.

    Vous êtes un ingrat: je regrette d’avoir eu des bontés pour vous,
    et de vous avoir ainsi donné le droit de me mépriser.

      J. DU BOYS.

BORDEL. Couvent de femmes qui ont fait vœu de lubricité. C’est le
_ganea_ (γάνος, joie) des Anciens, ordinairement situé loin de la
ville, et la _Borde_ (petite maison) des Modernes, située aussi dans la
campagne, loin des regards indiscrets.

    L’on envoie sa conscience au bordel, et l’on tient sa contenance
    en règle.

      P. CHARRON.

    _Misérable Philis, veux-tu vivre toujours
    Un pied dans le bordel, l’autre dans la taverne?_

      MAYNARD.

              _Cependant vengeons-nous
    Sur la grosse Cateau, qui tient bordel infâme._

      LA FONTAINE.

BORDEL AMBULANT. Fiacre, dont les stores baissés permettent aux
amoureux, qui l’ont pris à l’heure pour aller plus doucement, de faire
leurs petites affaires de cul.

BORDELIER ou BORDELIÈRE. Homme ou femme qui hante les bordels.

BOSSOIRS (Les). Les tétons, par allusion aux deux grosses pièces de
bois qui servent à suspendre et à hisser les ancres d’un navire et
qui font saillie au-dessus de l’éperon, à l’avant.—D’où cette facétie
libertine: «Les bossoirs (beaux soirs) font les belles nuits.»

    _Rembarque-moi ces bossoirs,
    Quoi qu’ tu fais d’ ces morceaux d’ tripe?_

      (_Parnasse satyrique._)

BOTTE FLORENTINE. Enculage d’un homme ou d’une femme,—par allusion
aux habitudes pédérastiques, vraies ou supposées, des habitants de
Florence, une façon de Sodome.

    Peut-être aussi le plus bizarre de tous les goûts pour une
    femme... fait-il qu’elle ne prend aucune précaution contre la
    botte florentine qui pourrait la menacer.

      (_Les Aphrodites._)

BOUCHE D’EN BAS (La). La nature de la femme,—si éloquente dans son
langage muet.

    D’autres femmes y a-t-il, qui ont la bouche de là si pâle, qu’on
    dirait qu’elles y ont la fièvre.

      BRANTÔME.

    _Pour récompenser mon mérite,
    Arrachant les dents bien à point,
    Permettez que je vous visite
    Votre bouche qui n’en a point._

      (_Cabinet satyrique._)

BOUCHE IMPURE (La). Le trou du cul,—qui parle plus souvent qu’on ne
voudrait, et dont le langage n’est en odeur de sainteté qu’auprès des
pédérastes.

    Déjà le comte, dans un moment de délire assaisonné des
    exclamations les plus passionnées, est allé jusqu’à déposer un
    baiser fixe et mouillant sur cette bouche impure de laquelle, en
    pareil cas, il serait disgracieux d’obtenir un soupir.

      ANDRÉA DE NERCIAT.

BOUCHÈRE EN CHAMBRE. Fille ou femme galante, qui pèse la
viande—masculine—avec la main.

BOUCHERIE. Bordel, où abondent les gros morceaux de viande,—humaine.

    Je vais connaître cette maison et savoir quelle viande il y a à
    son étal, à cette boucherie-là.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

BOUCHER LA SERRURE. Mastiquer le vagin de la femme à force de décharger
dedans, et le rendre impropre à la fécondation.

BOUCHER UN TROU, UNE BRÈCHE, UNE FENTE. Introduire le membre viril dans
le vagin d’une femme, sous prétexte d’en mastiquer les fissures.

    _Plus loin, j’ trouvons madam’ vot’ mère
    Sous not’ aumônier Goupillon;
    J’ dis: Vous bouchez un’ brèch’, not’ père,
    Par où pass’rait un bataillon._

      BÉRANGER.

BOUCHON. Le membre viril, que la nature a destiné à fermer
hermétiquement le goulot de la femme.

BOUDER. Joli mot, sotte chose, a dit Commerson.—Laisser voir, par
l’expression de son visage, qu’on a de l’humeur ou du ressentiment
contre quelqu’un.

    _On ne saurait bouder longtemps
    Quand on boude contre son ventre._

      (_Improvisateur français._)

    Tu sais que ta ci-devant femme, quant à ce qui est d’ça (foutre),
    n’aime à bouder ni contre son ventre, ni contre son bas-ventre.

      SOPHIE ARNOULD.

BOUDIN ou BOUDIN BLANC. Le membre viril,—dont toutes les femmes
voudraient bien avoir dix aunes dans le corps.

    Qu’est-ce que vous voulez faire du boudin de mon mari.
    N’avez-vous pas assez du vôtre?

      D’OUVILLE.

    Il se retourna vers moi et me fit voir comme un bout de boudin
    blanc qui était assez long, dont je m’émerveillai que je n’en
    avais point de pareil.

      MILILOT.

BOUDINER. Baiser.—Se dit aussi d’une femme qui se sert d’un boudin, au
lieu d’un membre viril, pour se faire jouir.

BOUDOIR. L’endroit réservé, discret, mystérieux, parfumé, où toute
femme qui sait vivre reçoit l’homme dont elle veut être aimée—à
couillons rabattus.

    Eh bien, Montade, n’est-il pas joli, mon boudoir!—Il le sera
    davantage quand nous l’aurons appelé par son vrai nom, foutoir.

      LA POPELINIÈRE.

BOUGEOIR (Le), ou la BOUGIE. Le membre viril—qu’on allume lorsqu’on va
se coucher avec les femmes.

    _J’ai beau te presser le bouton,
    De mon travail, le croirait-on?
        Tu restes spectatrice.
    Pour le coiffer d’un éteignoir,
    As-tu jamais pris mon bougeoir?
          Hé! zon, zon, zon,
          Prends-le moi, Suzon,
        Il faut que ça finisse._

      H. SIMON.

BOUGRE. Pédéraste,—en souvenir des hérétiques albigeois et bulgares
qui, en leur qualité d’ennemis, étaient chargés d’une foule d’iniquités
et de turpitudes par le peuple, alors ignorant—comme aujourd’hui.

    _Des soins divers, mais superflus,
    De Fiévés occupent la vie:
    Comme bougre il tache les culs,
    Comme écrivain il les essuie._

      ANONYME.

BOUGRERIE. Péché contre nature que commettent, non seulement les
pédérastes, mais même quelquefois les honnêtes gens avec les femmes.

    _Un peu de bougrerie
      Est dans la vie
    Quelquefois de saison._

      COLLÉ.

BOUGRESSE. Gourgandine, femme qui aime l’homme.

BOUILLON CHAUD. Sperme, au moment de son introduction dans le vagin de
la femme.

BOUILLON POINTU. Lavement spermatique; enculage.

    Dieu! qu’est-ce que je sens?—L’apothicaire poussant sa pointe:
    c’est le bouillon pointu.

      (Parodie de _Zaïre_.)

BOULETTES. Les testicules,—qu’on ne jette pas aux chiens, mais sur
lesquels se jettent ces chiennes enragées d’amour qu’on appelle les
femmes.

    Ceux-là que tu voulais dire qui ne déchargent point, sont les
    châtrés, à qui on a coupé les deux boulettes et qui ne sont bons
    à rien qu’à bander quelquefois.

      MILILOT.

BOURDON. Le membre viril,—sur lequel s’appuie si volontiers la femme
qui va en pèlerinage à Cythère.

    _La croix et le bourdon en main._

      B. DE MAURICE.

    Extasiée, fendue par l’énorme grosseur du vigoureux bourdon de
    mon dévirgineur, les cuisses ensanglantées, je restai quelque
    temps accablée par la fatigue et le plaisir.

      (_Mémoires de miss Fanny._)

BOURRIQUER. Baiser une femme comme l’âne saillit sa femelle, avec la
même impétuosité et la même absence de précautions—et de délicatesse.

    _... Aux champs, le paysan bourrique._

      LOUIS PROTAT.

BOURSAVIT. La nature de la femme, qui est en effet une bourse à
vits—ou, pour parler plus pudiquement, une bourse à glands.

    Elle avait corps féminin jusqu’aux boursavits.

      RABELAIS.

BOURSES. Les testicules, qui contiennent la véritable fortune de
l’homme—que peut cependant lui enlever cette banqueroute amoureuse
qu’on appelle la vérole.

              _... Un banquier, un agent
    De change, un financier, disent qu’ils ont des bourses._

      LOUIS PROTAT.

BOUSIN, BOUSINGOT. Bordel, petit bordel. D’où, par extension: _Faire du
bousin_, pour: Faire du bruit,—les bordels n’étant pas précisément des
Paraclets.

    _Un soir, dans la rue aux Fèves,
        Près d’un bousingot,
    Un’ putain me suc’ les lèvres,
        M’ fait l’offr’ du dodo._

      SCHANNE.

BOUT. Le membre viril, qui ressemble à un bout de quelque chose—de bien
agréable pour la femme.

    _Le pauvre monsieur Cabout,
            Dont le bout
      Est toujours petit et mou._

      TALLEMANT DES RÉAUX.

BOUTE-FEU, BOUTE-JOIE. Le membre viril, parce qu’il met à feu et à
flamme l’amadou féminin.

    Cependant, je ne laissais pas de redouter l’instant où mon
    nouvel enfileur m’incrusterait son formidable boute-joie, mais je
    m’armai de courage.

      (_Mon noviciat._)

BOUTIQUE. Employé dans un sens obscène pour désigner la nature de la
femme.

    Oh! ma mie, venez ici, et fermez la boutique, c’est aujourd’hui
    fête.

      (_Moyen de parvenir._)

    _J’avais pourtant encor bonne pratique,
    Et pour cela ne fermai la boutique._

      J. DU BELLAY.

    _Bien souvent à telle pratique
    Les femmes ouvrent leur boutique._

      (_Variétés historiques et littéraires._)

    Vertu de ma vie! c’était une belle boutique.

      TABARIN.

BOUTON. L’extrémité de chaque téton, qui est d’une sensibilité telle,
qu’en le pressant un peu des lèvres ou des doigts on en fait sortir un
flot de jouissance.

    _Ce beau sein sur ma bouche,
            Qu’il est pur!
    Ce bouton que je touche,
            Qu’il est dur!_

      GUSTAVE NADAUD.

BOUTON. L’extrémité du clitoris, qu’il suffit de toucher de la langue,
du doigt ou de la pine pour ouvrir à la femme la porte des félicités
divines.—Voir aussi SONNER LE BOUTON.

    Laisse mon bouton... mon tit bouton...

      HENRY MONNIER.

    _Tout s’ouvre: le bouton des roses,
    Et celui des femmes aussi._

      (_Parnasse satyrique._)

BOUTONNIÈRE. La nature de la femme, en opposition à l’anus, que MM. les
pédérastes appellent l’œillet.

BOXON. Bordel, probablement parce que, comme on y va gris, on s’y
boxe souvent,—et non comme l’avance Francisque Michel, sans preuves à
l’appui, parce qu’il y avait autrefois, à la porte de ces maisons-là,
comme à la porte des cabarets, un rameau de buis (en lat. _buxus_).

    _Y dit qu’ dans tous les boxons
    On le r’çoit en paillasson._

      DUMOULIN.

BOXONNER. Aller de bordel en bordel; fréquenter les filles publiques.
Se dit aussi pour: Baiser.

    _Du dieu Vulcain quand l’épouse mignonne,
    Va boxonner loin de son vieux sournois._

      (_Parnasse satyrique._)

BOXONNEUR. Coureur de bordels.

BOYAU. Le membre viril, qui semble sortir du ventre—et qui y rentre
quelquefois, au grand déplaisir de la femme.

            _Lorsque je bande,
            Je me demande
    Si j’ai dans le boyau pinal
    Tous les sabres de l’arsenal._

      (_Chanson moderne._)

    _Adieu! et jamais plus ne t’advienne entreprendre
    De faire le vaillant, toi qui ne saurais tendre.
    Adieu! contente-toi, et ne pouvant dresser,
    Que le boyau ridé te serve pour pisser._

      REMY BELLEAU.

BRAGUETTE. Le membre viril,—par corruption de _brayette_, fente de la
culotte par laquelle maître Jean Frappart met le nez à la fenêtre quand
il a trop chaud ou qu’il a envie d’éternuer.

    _De l’image de la braguette
    Qui entre, corps, oreille et teste
    Au précieux ventre des dames._

      (_Ancien Théâtre français._)

    _L’insecte prend le bon moment:
    Il mord si dru, qu’à sa braguette
    Le Saint-Père porte la main,
    Et, sur son auguste roupette,
    Du morpion bénit l’hymen._

      B. DE MAURICE.

BRAISE, BRAISER, ABOULER DE LA BRAISE, de l’argent, dans le langage des
filles, parce que ce métal brille comme charbon allumé—surtout lorsque
c’est de l’or,—et que c’est avec cela qu’on les _chauffe_.

BRANDON et BRANDILLOIRES. Le membre viril, et les testicules, qui
brandillent si voluptueusement sous une main de femme.

    Levant mes jupes, il me fit voir un superbe brandon..., qu’il fit
    agir avec toute l’impétuosité qu’un long jeûne de mer pouvait lui
    fournir.

      (_Mémoires de miss Fanny._)

BRANDOUILLER. Branler doucettement quelqu’un ou quelqu’une, pour le—ou
la—faire bander et l’exciter à jouir.

    _Qui n’invoque point le secours
    D’une main qui vous le brandouille._

      (_Satan et Eve_, 47.)

    _Le roi disait à la reine Victoire:
                Si tu voulais,
    Une heure ou deux, me brandouiller l’histoire,
                Je banderais..._

    _Plus d’une fois, une main sous ta cotte,
    Tandis que l’autre écartait ton fichu,
    Je caressais et brandouillais ta motte...
    Dis-moi, Marton, dis-moi, t’en souviens-tu?_

      (_Chansons anonymes modernes._)

BRANLER. Employer la masturbation pour faire jouir les hommes quand on
est femme, ou les femmes quand on est homme.

    Prends-le donc, petite coquine... Là... à poignée!... Branle!
    branle! pour le remettre en train.

      LA POPELINIÈRE.

              _... ... J’ai vu rarement
    Une putain sachant branler parfaitement._

      LOUIS PROTAT.

    _Un jour que madame dormait,
    Monsieur branlait sa chambrière._

      (_Cabinet satyrique._)

BRANLER (Se). Se servir de la main entière quand on est homme, et
seulement du doigt médium quand on est femme, pour arriver à jouir sans
collaboration.

    _On n’est jamais si bien branlé que par soi-même._

      GÉRARD DE NERVAL.

    _Maintenant je suis réduite, farouche,
    A me branler, moi! Que je te maudis!_

      (_Parnasse satyrique._)

BRANLER DU CUL, ou BRANLER LA CROUPIÈRE. Remuer des fesses, de façon à
faire jouir l’homme qui vous a payée pour cela.

    _Philis veut avoir un écu
    Pour branler une heure du cu_

      THÉOPHILE.

    _Cette jeune espicière
    Que vous cognoissez bien
    Pour branler la croupière
    A gagné tout son bien._

      (_Chansons folastres._)

BRANLEUR, ou BRANLEUSE. Paillard ou femme qui n’est pas assez belle ou
qui n’est plus assez jeune pour être baisée, ou qui redoute de l’être à
cause des enfants, et qui fait son métier de branler les hommes.

    _... On ne devient pas, il faut naître branleuse_

      LOUIS PROTAT.

BRANLOTTE. Action de branler ou de se faire branler.

    Colle-toi sur moi; faisons-nous une bonne branlotte.

      LA POPELINIÈRE.

BRANLOTTER LE PRÉPUCE. Oter et remettre le petit chapeau de chair qui
le protége et le rend si tendre au moindre contact.

    _Te souvient-il de ta sœur Luce
    Qui me branlottait le prépuce?_

      (_Parnasse satyrique._)

BRAQUEMARD. Le membre viril,—par allusion à l’épée courte et large dont
on se servait au moyen-âge: c’est avec le braquemard, en effet, qu’on
blesse les femmes au ventre.

    De tant de braquemarts enroidis qui habitent par les brayettes
    claustrales.

      RABELAIS.

    Mettant la main sous les draps, et trouvant son braquemard.

      (_Moyen de parvenir._)

    _Il est nommé. . . . . . . . . . .
    Jacques par le farceur, braqmard par l’étudiant._

      LOUIS PROTAT.

BRAQUEMARDER. Baiser une femme avec énergie et conviction.

BRAS. Le membre viril, qui nous sert à prendre les femmes par
le—sentiment.—On dit aussi un bras d’enfant pour donner une idée de la
longueur et de la grosseur de l’objet.

BRASIER. La nature de la femme, où règne une chaleur à faire fondre les
pines les plus solides.

    Tant plus mon mari me brûle en mon brasier.

      BRANTÔME.

BRÈCHE. La nature de la femme, par laquelle l’homme entre dans le
paradis.

    Et passant la main à la brèche.

      (_Moyen de parvenir._)

    _Madame, n’entendez plus rien,
    Laissez donner à votre brèche._

      THÉOPHILE.

BRICOLER UNE FEMME. La baiser, lui mettre la bricole masculine dans le
vagin.

    Se trouvant en lieu d’assignation où cinq ou six se trouvaient
    pour la bricoler.

      (_Moyen de parvenir._)

    _Et du tout pour avoir bricolé
    Avec une jeune guenon._

      (_Recueil de poésies françaises._)

    _Lorsque l’on est las de Catin,
        On embrasse Nicole,
    Qu’on abandonne le matin
        Pour Suzon, qu’on bricole._

      COLLÉ.

BRIGADIER DE L’AMOUR (Le). Le doigt médium,—à cause de l’assistance
qu’il prête aux amants dans les jeux libertins, puisque c’est avec lui
qu’on branle une femme.

    _Quand amour perd de sa flamme,
    Ce doigt la réveille en vous;
    Lorsque aussi près d’une dame
    Le dieu cueille un beau laurier
    Ce doigt est son brigadier._

      (_Chansons anonymes modernes._)

BRIMBALLER. Vieux mot hors d’usage signifiant _sonner les cloches_,
employé dans un sens obscène pour faire l’acte vénérien.

    Seulement il ne voyoit sa femme brimballant.

      RABELAIS.

    _Et que sur le tombeau, où je reposerai,
    Neuf fois par neuf matins il brimballe des filles,
    Et de neuf coups de cul son vit je bénirai._

      THÉOPHILE.

BRIMBORIONS (Les). Les testicules,—qui ont l’air de pendre à la queue
de l’homme comme les pompons à la tête d’un mulet.

    _Peux-tu, me dire aussi tous les différents noms
    Que l’on donne parfois aux deux brimborions
    Qui sont pendus après?..._

      LOUIS PROTAT.

BROQUE, ou BROQUETTE. Le membre viril—avant qu’il soit
viril.—Monstrelet parle d’une statue d’enfant (le modèle de
_Mannekenpis_) qui «par sa broquette donnait eau rose.»

    Allons, mon petit ami, sors ta broquette pour que je la baise.

      J. LE VALLOIS.

    _Lorsque d’Adam en paradis
    Ève soulevait la breloque,
    Qu’importait à son clitoris
    Un nœud, une pine... une broque!_

      PAUL SAUNIÈRE.

    _Ici-bas, voilà notre état:
    A coup de cul il faut qu’on broque.
    Le plus pauvre sur son grabat
    Se démène à grands coups de broque;
    Rois, juges, soldats valeureux,
    Musulmans, païens, chacun broque;
    Et le Saint-Esprit amoureux
    Nous a faits chrétiens par la broque._

      PAUL SAUNIÈRE.

                        _... L’avenir m’inquiète...
    De Pincecul, hélas! l’exécrable broquette
    Peut n’être pas..._

      LOUIS PROTAT.

BRÛLER, ou BRÛLER UN CIERGE. Être très amoureux. Tirer un coup avec une
femme,—qui se charge de vous faire couler.

    _Vénus, à ta charmante loi
    Mon cœur n’est point rebelle:
    Je me sens presque malgré moi
    Brûler pour chaque belle._

      ARMAND GOUFFÉ.

BUISSON (Le). Les poils qui ornent le mont de Vénus et qui défendent
souvent l’entrée du vagin, quand ils sont mal peignés et mal lavés.

    _C’est là-d’ssus qu’ la vieill’ femm’ se r’jette:
    Son buisson est large et touffu;
    N’eût-on plus d’ cheveux sur la teste,
    Il faut avoir du poil au cul._

      AUGUSTE LEFRANC.

BURETTE (Petite). Le membre viril, qui contient l’huile essentielle de
l’amour, cette «bonne eau» (de vit) dont parle Brantôme en ses _Dames
galantes_, et «qui est si douce sans sucre.»

    _Va... ferme! que rien ne t’arrête...
    Fais-moi cadeau d’ ta p’tit’ burette_

      H. MONNIER.

    J’y vas d’ma burette tous les matins et tous les soirs.

      LEMERCIER.

BUT D’AMOUR, ou BUT DU DÉSIR, ou BUT MIGNON DE FOUTERIE (Le). La nature
de la femme, à laquelle tendent tous les membres suffisamment virils.

    Et lorsqu’il vit le but d’amour.

      (_Moyen de parvenir._)

    _Et quand ma main approche
    Du but de mon désir,
    J’attrape une taloche
    Qui fait toujours plaisir._

      COLLÉ.

    Et qu’en cela presque paraissait le but mignon de ficherie.

      (_Moyen de parvenir._)



C


ÇA (_cela_). _Ça_, c’est le vit; _ça_, c’est le con;—_ça_, c’est
tous les agréments de la fouterie qu’on n’ose nommer, parce qu’ils
s’appellent comme _ça_.—_Faire ça_, ou _cela_, c’est faire l’amour.
Faire _ci et ça_, c’est faire _ça_... et autre chose.

        _Quand je suis sur_ ça,
    _Mon plaisir ne se peut comprendre,
        Et, ma foi, sans_ ça,
    _Que pourrais-je faire de_ ça?
        _J’aime assez m’y reprendre,
    Pour arriver encore à_ ça.
        _Afin de mieux m’étendre
        Sur ce beau sujet-là,
          Ah! que j’aime_ ça!
    _Ce mot me plaît à la folie;
          Il semble déjà
    Que je suis à même de_ ça.

      (_Gaudriole de 1834._)

CABINET. La nature de la femme, où l’homme fait ses nécessités
amoureuses,—ce qui donne à ce cabinet une odeur _sui generis_ fort
agréable, quoique un peu violente.

    Le jardinier voyant et trouvant le cabinet aussi avantageusement
    ouvert, y logea petit à petit son ferrement.

      NOEL DU FAIL.

CADRAN. La nature de la femme, à laquelle le membre viril sert
d’aiguille pour marquer les heures minutules du bonheur.

    _Conduis vite l’aiguille au milieu du cadran._

      (_Théâtre italien._)

CAFÉ DES DEUX COLONNES. Prendre son café aux deux colonnes,
c’est-à-dire gamahucher une femme. Le con sert le café au lait; les
deux jambes sont là, pour _la forme_, et ne servent que d’enseigne:
_aux Deux Colonnes_.

CAGE. La nature de la femme,—dans laquelle se trémousse si agréablement
le petit oiseau à longue queue que les savants appellent _penis_ et les
ignorants, _pine_.

    _Des autres perroquets il diffère pourtant,
    Car eux fuient la cage, et lui, il l’aime tant,
    Qu’il n’y est jamais mis qu’il n’en pleure de joie._

      (_Cabinet satyrique._)

    _Elle le prit de sa main blanche,
    Et puis dans sa cage le mit_

      REGNARD.

    _Lisette avait dans un endroit
        Une cage secrète:
    Lucas l’entr’ouvrit, et tout droit
        D’abord l’oiseau s’y jette._

      COLLÉ.

CALCUL. Plaisir vénérien.

    Les deux amants étoient au plus fort de leur calcul.

      P. DE LARIVEY.

            _Je sais quelqu’un
    Qui rend encor le calcul
                  Nul._

      COLLÉ.

CALFEUTRER UNE FEMME. Boucher son trou avec une pine.

    Le garçon de boutique calfeutra aussi bien mon bas, que maître
    juré qui soit du métier de culetis.

      (_Variétés historiques et littéraires._)

CALLIBISTRI. Le membre viril, ou la nature de la femme.

    Montrant mon callibistri à tout le monde, qui n’était pas petit
    sans doute.

      RABELAIS.

    Je crois que les callibistris des femmes de ce pays sont à
    meilleur marché que les pierres.

      RABELAIS.

CAMELOTTES, le MONDE CAMELOTTE. Celui des femmes galantes d’une
catégorie très infime. Les fleuves ne peuvent pas remonter à leur
source; les mots y remontent volontiers, au contraire; par exemple
celui-ci. Il est de création moderne, quant au sens nouveau qu’on lui
a donné sans songer à l’étymologie: or, _camelotte_ vient de _camelus_,
qui veut dire _chameau_.

CAMPAGNES. Les aventures amoureuses d’une femme: autant d’amants,
autant de campagnes—sous de simples soldats comme sous tel ou tel
général, militaires ou bourgeois.—Le mot est pris quelquefois dans le
sens de: Années consacrées au service de l’homme, à propos duquel il y
a tant d’enrôlements volontaires.

    Madame Durut: «J’ai pourtant, comme tu sais, mes petits
    trente-six ans bien comptés, dont, grâce à Dieu, vingt
    campagnes.»

      ANDRÉA DE NERCIAT.

CANAL. Le membre viril, qui est en effet le canal du bonheur—pour les
femmes. Quel dommage qu’on soit forcé de le faire draguer si souvent
par les chirurgiens!

    _Par le_ canal _de son amant
    Le bien lui arrive en dormant._

      COLLÉ.

CANICHON. Con poilu et frisé comme un caniche.

    _Est-il bien méchant, ma tante,
          Vot’ p’tiot canichon?
    Non, que m’ répond ma parente,
          C’est un vrai bichon.
    N’ sens-tu pas sa bouch’ qu’est close?
          Entre ton doigt d’dans...
    —Tiens, que j’ dis, la drôl’ de chose,
          Vot’ quien n’a point d’ dents._

      LÉON CHARLY.

CANTHARIDE. Insecte qui, réduit en poudre, est un aphrodisiaque
énergique et dangereux qu’emploient les gens épuisés par les excès
vénériens pour en recommencer d’autres.

    _La cantharide est, à Cythère,
    En usage comme à Paris;
    Son effet est très salutaire,
    Surtout pour nous autres maris.
    Ce bonbon me change en Alcide!
    J’étais si faible auparavant...
    En avant de la cantharide!
    Oui, la cantharide en avant!_

      J. DU BOYS.

CAPOTE. Autrement dit, _redingote anglaise_. Préservatif en baudruche
ou en caoutchouc historié, dont on habille le membre viril, toutes les
fois qu’on le conduit au bonheur,—ce qui ne le préserve pas du tout de
la chaude-pisse ou de la vérole, d’après l’opinion du docteur Ricord,
autorité compétente en cette matière, qui a dit: «La capote est une
cuirasse contre le plaisir et une toile d’araignée contre la vérole.»
Les frères Millan, gros et petits, sont seuls intéressés à soutenir le
contraire.

    _Il fuyait me laissant une capote au cul._

      LOUIS PROTAT.

    _Les capotes mélancoliques
    Qui pendent chez le gros Millan,
    S’enflent d’elles-mêmes, lubriques,
    Et déchargent en se gonflant._

      (_Parnasse satyrique._)

CAPRICE. Amant ou maîtresse.

    Mon dernier caprice m’a cassé trois dents.

      GAVARNI.

CARABINE. Femme qui fréquente les élèves en médecine et se fait
carabiner par eux.

    ... _Son petit air mutin
    Plaît fort au quartier Latin.
    C’est Flora, la carabine,
    Dont la mine si lutine,
    Promet à chacun son tour
        Un beau jour d’amour._

      J. CHOUX.

CARABINER UNE FEMME. La baiser à la gendarme, la flûte entre les jambes.

    Et tandis que vous jouerez gros jeu avec la princesse, ne
    pourrai-je point carabiner avec la soubrette?

      (_Théâtre italien._)

CARACOLER. Baiser, ce qui est proprement faire des caracoles sur le
ventre d’une femme.

CARAMBOLER. Faire l’acte vénérien, parce que l’homme se sert de sa
queue pour jouer au billard amoureux, pour y faire des effets de queue,
pour mettre ses billes dans la blouse de la femme.

CARCAN À CRINOLINE. Nom que les voyous donnent aux drôlesses du
quartier Breda, qui font de l’embarras avec leurs crinolines à vaste
envergure sous lesquelles il y a souvent des maigreurs désastreuses.

    C’est pas un de ces carcans à crinoline.

      CHARLES MONSELET.

CARDINALES (Les). Les menstrues, qui teignent en rouge la chemise des
femmes.—On disait même autrefois: «Le cardinal est logé à la motte»,
pour signifier: «Cette femme a ses menstrues.»

    _La jeune fille un peu pâle et tout éplorée,
    A son amant chéri fit cet aveu fatal
    Qu’elle avait pour neuf mois perdu son cardinal._

      (_Tour du Bordel._)

CARESSER UN HOMME. Le peloter, lui passer une main adroite dans le
pantalon pour réveiller le membre qui y dort sur ses deux coussins, et
le faire ainsi gaudiller.—Caresser une femme, la baiser,—ce qui est,
pour elle, la caresse par excellence.

    _Chloé, d’où vient cette rigueur?
    Hier tu reçus mes caresses,
    J’accours aujourd’hui plein d’ardeur
    Et tu repousses mes tendresses._

      E. T. SIMON.

    _Afin, se disoit-il, que nous puissions, nous autres,
    Leurs femmes caresser, ainsi qu’ils font les nôtres._

      RÉGNIER.

    _J’avois un mari si habile,
    Qu’il me caressoit tous les jours._

      (_Parnasse satyrique._)

    La jeune demoiselle qui avait été si bien caressée, s’imaginait
    que cela devait durer toutes les nuits de la même façon.

      D’OUVILLE.

    Il les repoussa de la porte, la referma, et retourna caresser la
    belle.

      TALLEMANT DES RÉAUX.

    _Si vous vouliez madame caresser,
    Un peu plus loin vous pouviez aller rire._

      LA FONTAINE.

                _Que de caresses
                Que de tendresses,
    Pour réchauffer vos cœurs, vieux députés!_

      GUSTAVE NADAUD.

CARILLONNER. Baiser une femme, en frappant les parois de sa cloche avec
le battant priapesque.

    Et il carillonne à double carillon de couillons.

      RABELAIS.

    N’est-ce pas un sujet de rire, lorsqu’on est sur le point de
    carillonner à ma paroisse.

      D’OUVILLE.

CAROTTE. Le membre viril,—par allusion à sa forme et à sa couleur.

    Pourquoi la retires-tu, ta petite carotte? Je ne voulais pas te
    la manger.

      E. JULLIEN.

CARTE (Avoir sa, ou Être en). Être inscrite comme fille exerçant le
métier de putain, sur le registre _ad hoc_ ouvert à la préfecture de
police.

                  ... _Dès demain
    Je ferai demander ta carte à la police,
    Et tu pourras alors commencer ton service._

      LOUIS PROTAT.

CARTES TRANSPARENTES. Cartes à jouer qui, au premier abord, ressemblent
à d’innocentes cartes, mais qui, lorsqu’on les regarde avec attention,
entre le soleil et les yeux, sont autant de _compulsamenti_ à fouterie.

    Elle fait défiler devant ses yeux une foule de cartes
    transparentes, qui sont autant des outrages au bon goût qu’aux
    bonnes mœurs.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

CAS. Le membre viril aussi bien que la nature de la femme.

    _Un capucin, malade de luxure,
    Montroit son cas, de virus infecté..._

      PIRON.

    _Je croyois que Marthe dût être
    Bien parfaite en tout ce qu’elle a;
    Mais, à ce que je puis connoître,
    Je me trompe bien à cela,
    Car, bien parfaite, elle n’est pas
    Toujours en besogne à son cas._

      BERTHELOT.

    Qui a froid aux pieds, la roupie au nez, et le cas mol, s’il
    demande à le faire, est un fol.

      (_Moyen de parvenir._)

    _Mon cas, fier de mainte conquête,
    En Espagnol portoit la tête._

      RÉGNIER.

    Il avoit sa femme couchée près de lui, et qui lui tenoit son cas
    à pleine main.

      BRANTÔME.

    _Les tetons mignons de la belle,
    Et son petit cas, qui tant vaut._

      MAROT.

    Le cas d’une fille est fait de chair de ciron, il démange
    toujours; et celui des femmes est de terre de marais, on y
    enfonce jusqu’au ventre.

      BRANTÔME.

    La servante avait la réputation d’avoir le plus grand cas qui fût
    dans le pays.

      D’OUVILLE.

CASCADEUSE. Drôlesse du quartier Breda, qui se joue de l’amour et des
amoureux.

    Ne t’y fie pas: c’est une cascadeuse.

      CHARLES MONSELET.

CASQUER. Donner de l’argent à une femme galante quand on est miché,
à un maquereau quand on est femme galante. Casquer, c’est tendre son
casque; tendre son casque, c’est tendre la main: la fille d’amour tend
la main, et l’homme qui bande y met le salaire exigé, pour avoir le
droit d’y mettre sa queue.

    En ai-je t’y reçu de l’argent des menesses!... Oui, elles ont
    casqué, et dru!...

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

CASSE-NOISETTE. Habile contraction du sphincter du vagin qui retient
prisonnier le membre viril qui s’est engagé, la tête la première,
dans ces mystérieuses Thermopyles, et le force ainsi à combattre
vaillamment—et à jouir.

    L’art du casse-noisette remonte à la plus haute antiquité;
    quelques femmes modernes le pratiquent encore avec succès, avec
    moins de succès cependant que les Chinoises, qui sont conformées
    de façon à faire gaudiller le Chinois le plus écourté du Céleste
    Empire.

      A. FRANÇOIS.

    _Je possède l’art du casse-noisette,
    Qui ferait jouir un nœud de granit._

      ANONYME.

CASSER LE LIT. Baiser avec énergie, à tout casser, le sommier élastique
et le cul de la femme—plus élastique encore.

    _Sur le lit que j’ai payé
    Je ne sais ce qui se passe:
    A peine l’ai-je essayé,
    Que le bougre me le casse._

      GUSTAVE NADAUD.

CASSER UN ŒUF. Employé dans un sens obscène pour faire l’acte vénérien.

    Je ne vous ferai point de mal, je veux casser un œuf, qui est
    près de durcir dans votre ventre.

      (_Moyen de parvenir._)

CASTRAT. Se dit, non pas seulement des hommes qui ont perdu leurs
testicules naturellement, mais encore de ceux qui ne bandent plus à
force d’avoir bandé dans le cours de leur vie.

    _Dans ton théâtre, où règnent les castrats._

      JOACHIM DUFLOT.

    _Es-tu pédéraste ou castrat, voyons?
    Un pareil état m’excite et m’offense:
    Descends de mon lit, ou bien rouscaillons._

      ANONYME.

CATAU, ou CATHOS, ou CATIN. Fille ou femme légère—comme chausson.—Nom
de femme qui est devenu celui de toutes les femmes—galantes.

    _Je vous chanterai, dans mes hexamètres,
    Superbe catin dont je suis l’amant_

      (_Parnasse satyrique._)

    _Une catin, sans frapper à la porte,
    Des cordeliers jusqu’en la cour entra._

      MAROT.

    _Parmi les cataux du bon ton,
    Plus d’une, de haute lignée,
    A force d’être patinée
    Est flasque comme du coton._

      EMILE DEBRAUX.

    Retiens cette leçon, Philippine: quelque catin que soit une
    femme, il faut qu’elle sache se faire respecter, jusqu’à ce qu’il
    lui plaise de lever sa jupe.—Je pense de même...

      ANDRÉA DE NERCIAT.

          _... En tout, tant que vous êtes,
    Non, vous ne valez pas, ô mes femmes honnêtes,
          Un amour de catin._

      ALFRED DE MUSSET.

    _Des catins du grand monde
    J’ai tâté la vertu._

      ÉMILE DEBRAUX.

CATZE. Mot à la fois flamand et italien (_cazzo_), signifiant le membre
viril.

    _A ton catze prends la carrière,
    Pour t’enfoncer en la barrière
    De mon chose._

      THÉOPHILE.

CAUSER. Faire l’amour. C’est par antiphrase, sans doute, puisqu’on ne
parle guère lorsqu’on baise: on a trop à faire pour cela.

    Asseyons-nous sur ce canapé, mon ami, et... causons.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

    Il dit à Baron que, quoiqu’il fatiguât beaucoup à la comédie, il
    aimerait mieux être obligé d’y danser tous les jours, que d’être
    seulement une heure à causer avec la maréchale.

      (_La France galante._)

CAUSEUSE. Femme chaude du cul.

    Il n’en fut pas de même du Basque, qui trouvait que la maréchale
    était une causeuse inexorable.

      (_La France galante._)

CÉDER À UN HOMME. Se laisser baiser par lui,—c’est-à-dire par son
membre, qui sait mieux accoler que la bouche.

    _Victime d’une ruse indigne,
    La trop confiante Léda
    Croyait ne caresser qu’un cygne,
    Quand à Jupin elle céda._

      JULES RUEL.

CECI, ou CELA. Le membre viril—avec quoi on fait cela aux dames,—ou
bien la nature de la femme.

    _Parbleu, dit-il, prenez ceci,
    Il est d’assez bonne mesure._

      GRÉCOURT.

    Si vous mettez la main au devant d’une fillette, elle la
    repoussera bien vite et dira: Laissez cela.

      (_Moyen de parvenir._)

        _... Il est nommé Pine par la lorette;
    Un Chose, ou bien Cela, par une femme honnête._

      LOUIS PROTAT.

CENTRE. La nature de la femme, qui est en effet l’ombilic du monde;
tout part de là, et tout y est ramené.—On dit aussi, mais c’est une
superfétation: _Centre de délices_.

    D’un seul coup, Rose rejeta la couverture; il ne s’attendait pas
    à nous voir totalement nues, et nos mains placées au centre de la
    volupté.

      (_Rideau levé._)

    Celle des deux qui triomphait par ses gestes et sa débauche,
    voyait tout à coup sa rivale éperdue fondre sur elle, la
    culbuter, la couvrir de baisers, la manger de caresses, la
    dévorer jusqu’au centre le plus secret des plaisirs, se plaçant
    toujours de manière à recevoir les mêmes attaques.

      (_Gamiani._)

CÉRÉMONIE. L’acte le plus important de la vie, celui qui se fait avec
le plus de pompe—quand on a affaire à une bonne suceuse.

    J’en connais qui sont adonnées à la cérémonie—Qu’entends-tu
    par la cérémonie? interrompit-elle—C’est, Madame, repris-je, de
    donner le fouet ou de le recevoir.

      (_Mœurs du temps_, I, 159.)

    _Que bonne part de la cérémonie
    Ne fût déjà par le prêtre accomplie._

      LA FONTAINE.

CERNER LES YEUX (Se). Se masturber,—ce qui _culotte_ furieusement les
yeux, en effet.

    Voilà que j’bande... Ah! n’craignez rien, j’n’ai jamais eu
    c’défaut-là... Et puis... ça cerne les yeux.

      TISSERAND.

CERTAIN BOBO. La vérole, qui est un mal certain. Piron l’appelait un
_petit mal gaillard_.

    _Un jeune élève d’Esculape
    Me guérit de certain bobo...
    Un beau jour, il me dit: Ma chère,
    En moi, vos yeux ont excité
    Certain feu. Je le laissai faire,
    Pour m’assurer de ma santé._

      (_Gaudriole de 1834._)

CERVELAS. Nom que donnent au vit la plupart des cuisinières; aussi bien
que: _boudin_, _saucisson_, _andouille_, _bout de viande_, etc., selon
la forme, la longueur ou la grosseur de l’objet, qui est un produit de
la _cochonnerie_.

    _Oui, mon cher, à vot’ cervelas
      On a fait un’ rud’ brèche...
    Vous n’ me l’mettrez pas, Nicolas:
      Je n’aim’ que la viand’ fraîche._

      J. E. AUBRY.

CESSER DE L’ÊTRE. Ne plus être pucelle.

    Je le suis encore, m’a-t-elle dit en riant, je voudrais cesser de
    l’être par un joli homme comme toi.

      RÉTIF DE LA BRETONNE.

CHAHUTEUSE. Coureuse de bals publics, qui danse volontiers la chahut au
lit.

CHAIR. Le membre viril, que les femmes ne craignent pas de consommer
même en Carême,—parce que ce jeûne-là serait de tous le plus pénible et
le plus impossible.—D’où l’expression biblique d’_œuvre de chair_.

    _Bon, bon! sur ce ton-là, la petite friande,
    Il lui faut la chair vive après toute autre viande._

      J. DE SCHÉLANDRE.

CHALEUR (Être en). Avoir envie d’homme lorsqu’on est femme, de femme
lorsqu’on est homme,—et de chienne lorsqu’on est chien.

    _De sa fécondité la cause
    S’explique en y réfléchissant!...
    Il est clair pour l’observateur
    Qu’il doit toujours être en chaleur._

      LOUIS PROTAT.

CHALUMEAU. Le roseau percé d’un trou avec lequel l’homme joue les airs
variés de la polissonnerie dans le vagin de la femme.

    _Mais son doux chalumeau
    M’ayant d’amour éprise,
    Ce n’est rien de nouveau
    Si je fis la sottise._

      (_La Comédie des chansons._)

CHAMBRER. Sécurité que l’on prend en renfermant dans sa chambre l’homme
ou la femme qu’on destine à ses plaisirs amoureux, dans la crainte
qu’ils ne portent à d’autres une partie du tribut que l’on se réserve.

    Ailleurs, la comtesse, avec moins d’égards pour son estomac,
    chambre le joli Fessange.

      (_Les Aphrodites._)

    _Sachez, dit-il, que je chambre
    Certaine femme de chambre._

      GRÉCOURT.

CHAMEAU. Fille de mauvaises mœurs, nommée ainsi par antiphrase sans
doute, le chameau étant l’emblème de la sobriété et de la docilité, et
la gourgandine, l’emblème de l’indiscipline et de la gourmandise.

    _L’autre dit que sa gorge a l’air d’un mou de veau,
    Et toutes sont d’accord que ce n’est qu’un chameau._

      LOUIS PROTAT.

        _Suivre la folie
    Au sein des plaisirs et des ris,
        Oui, voilà la vie
        Des chameaux chéris
          A Paris._

      JUSTIN CABASSOL.

CHAMP. La nature de la femme, que Dieu a condamné l’homme à labourer et
à ensemencer, ce à quoi il ne manque pas.

    _Si pour cueillir tu veux donques semer,
    Trouve autre champ, et du mien te retire._

      MAROT.

    De manière que mon champ ne demeurât point en friche.

      CH. SOREL.

CHAMP DE BATAILLE. Le lit, sur lequel se tirent tant de coups et, tout
au contraire de l’autre, se fabriquent tant de créatures humaines.—On
employait autrefois ce mot pour: la nature de la femme.—L’expression
moderne est plus exacte.

    Il fallut abandonner le champ de bataille et céder Haria.

      DIDEROT.

    Quoiqu’il me parût fort dur de quitter le champ de bataille avant
    d’avoir remporté la victoire, il fallut m’y décider pourtant.

      LOUVET.

CHAMPIGNON (Le). Le membre viril,—à cause de sa forme, qui rappelle
celle des cryptogames dont les femmes sont si friandes, surtout quand
ce sont des champignons de _couche_.

    _Si son champignon
    Ressemble à son piton.
        Quel champignon,
          Gnon, gnon,
        Qu’il a, Gandon,
          Don, don!_

      ALEXANDRE POTHEY.

CHAMPIGNON. Végétation charnue et maligne qui vient sur le membre viril
par suite d’un contact suspect.

    _Elle n’eut jamais chaude-pisse,
    Ni vérole, ni champignon._

      H. RAISSON.

CHANCRE. Petit ulcère cancéreux qui se déclare ordinairement sur le
membre viril à la suite d’un contact malsain et qui, s’il n’est pas
soigné, finit par infecter l’économie.

    _Jamais du moins on ne m’a vu
    Foutre des chaudes-pisses;
    Pleins de chancres et de morpions._

      (_Parnasse satyrique._)

CHANDELIER. La nature de la femme, dans laquelle brûle la chandelle de
l’homme.

CHANDELLE. Le membre viril, qui fond—et coule trop souvent—au feu du
vagin de la femme.

    Voici maître curé qui vient pour allumer sa chandelle, ou pour
    mieux dire l’éteindre.

      (_Les Cent Nouvelles nouvelles._)

    _De femmes qui montrent leurs seins,
    Leurs tétins, leurs poitrines froides,
    On doit présumer que tels saincts
    Ne demandent que chandelles roides._

      G. COQUILLART.

CHANTER L’INTROÏT. Introduire son membre dans le vagin d’une femme,—ce
qui est le commencement (_introitus_) de la jouissance.

    _Une catin s’offrant à l’accolade,
    A quarante ans, il dit son introït._

      PIRON.

CHAPEAU. La nature de la femme, dont se coiffe si volontiers la tête du
membre viril.

    _Que ta main s’est piqué les doigts
    Au chapeau de la mariée._

      BÉRANGER.

CHAPEAU DE GOUDRON (Avoir un). Enculer un homme ou une femme,—ce qui
couvre le membre viril d’un brai de vilaine couleur et de plus vilaine
odeur.

    _Dans l’ trou d’ ton cul faut que j’ m’affalle;
    Tach’ de ravaler ton étron,
    Pour que je n’ sorte pas d’ la cale
    Avec un chapeau de goudron._

      ALPHONSE KARR.

CHAPELLE. Le con—que l’homme ne voit pas sans ployer les genoux.

    Il tâcha de faire entrer son idole dans ma chapelle; à quoi je
    l’aidai en écartant les cuisses et en avançant le croupion autant
    qu’il me fut possible.

      (_Mémoires de miss Fanny._)

    _Tous les passants dedans cette chapelle
    Voulaient dévots apporter leur chandelle._

      (_La Chapelle d’amour._)

        _Le compagnon lui plut si fort,
    Qu’elle voulut en orner sa chapelle._

      PIRON.

CHAPON (Au figuré): Homme châtré ou impuissant.

    En termes de cuisine, l’on appelle chapon le croûton de pain
    frotté d’ail qui aromatise la salade.

    Un de nos confrères, célèbre par sa continence... forcée, dînait
    dimanche à la campagne.

    —Aimez-vous le chapon? lui demande la maîtresse de la maison.

    —Oh! non, je ne peux pas le sentir.

    —Parbleu! fit un convive, ça lui rappelle Boileau.

      EMILE BLONDET.

    _Pour ma part, moi j’en réponds,
    Bienheureux sont les chapons._

      BÉRANGER.

CHAPONNER UN HOMME. Le châtrer, lui couper les testicules,—comme le bon
chanoine Fulbert fit au libertin Abeilard.

    Je te chaponnerai, puis je t’arracherai les couilles rasibus.

      LOUIS PROTAT.

CHARADES. Jeu de société qui, comme tous les jeux innocents, ne
contribue pas peu à l’instruction des jeunes filles.

    On jouait aux charades chez la princesse M...—Une jeune dame
    proposa celle-ci:

    «Mon _premier_ est un instrument de plaisir.
    Mon _second_ sert dans les jeux de hasard,
    Et mon _tout_ est le nom d’un grand homme.»

    —Je le tiens! s’écria madame A... Et elle articula, presque
    timidement, ces deux syllabes: _Con-dé_.

    —C’est assez compris, dit l’auteur; mais il y a quelque chose de
    trop grand et quelque chose de trop petit.

    Une dernière dame hasarda: _Lamotte-Piquet_.

    —Il y a du bon, mais ce n’est pas encore cela. Voyons... personne
    ne dit plus mot?... Eh bien! le nom de mon homme, c’est...
    _Vagin-jeton_.

    La princesse en rit encore!


    Voici une anecdote qui concerne cette aimable femme:

    On lui avait recommandé un jeune auteur d’avenir. Celui-ci se
    présente au jour qu’elle avait fixé pour le recevoir.

    —Ah! c’est vous, dit-elle, Monsieur... Monsieur _Lévy_, je
    crois?...

    —Madame, je me nomme _Lépine_.

    —Oh! mon Dieu, reprend la princesse, c’est la même chose. Il
    me semblait bien aussi qu’il y avait un _vit_ ou une _pine_ au
    bout de votre _Lé_.—Asseyez-vous donc, je vous prie, et quand je
    connaîtrai _votre affaire_, je verrai ce que je puis pour vous.

      (_Historique._)

CHARMES. Les tétons, les fesses, etc., de la femme—qui charment en
effet nos yeux et notre imagination.

    Avec beaucoup de _charmes_, c’est-à-dire de beauté, on peut
    manquer de _charme_: on peut de même avoir beaucoup de _charme_
    avec très peu de beauté. Réunir _le_ et _les_, c’est la
    perfection à son comble.

      A. DE NERCIAT.

    _Et laisse voir ses charmes, dont la vue
    Est pour l’amant la dernière faveur._

      PARNY.

    _... Y vendre au poids de l’or toutes les voluptés,
    Et des charmes, souvent, qu’on n’a pas achetés._

      LOUIS PROTAT.

CHARNIÈRE. Le périnée,—c’est-à-dire, l’endroit qui sépare le con du
trou du cul.

    _Elle s’en est tant foutu,
    Qu’ell’ s’est rompu la charnière...
    Si bien que du con au cul,
    Ça n’fait plus qu’une gouttière:
    Bon, bon, de la Bretonnière._

      (_Vieille chanson._)

CHAT. Nom que les femmes donnent à la divine cicatrice qu’elles ont
au bas du ventre,—à cause de son épaisse fourrure, et aussi parfois
à cause des griffes avec lesquelles elle déchire la pine des honnêtes
gens qui s’y frottent.

    _Elle aime tous les rats,
    Et voudrait, la Lesbienne,
    Qu’à sa langue de chienne
    Elles livrent leurs chats._

      JOACHIM DUFLOT.

CHÂTRER. Rendre un homme inhabile à la génération, en lui coupant les
testicules.

    _Beau con, dont la beauté tient mon âme ravie,
    Qui les plus vieux châtrés pourrait faire dresser._

      THÉOPHILE.

CHAUD COMME BRAISE (Être). Se dit d’un homme qui bande toujours, pour
qui toutes les femmes sont égales devant sa pine.

    _Dans les gardes-françaises
    J’avais un amoureux,
    Fringant, chaud comme braise,
    Jeune, beau, vigoureux._

      J.-J. VADÉ.

    _Je suis étroit, chaud comme braise,
    Mon pucelage vaut le tien._

      (_Parnasse satyrique._)

CHAUD DE LA PINCE. Homme ardent aux plaisirs vénériens; bon fouteur.

    _C’était un chaud de la pince
    Qui peuplait dans chaqu’ province
    L’hospice d’s enfants trouvés._

      LOUIS FESTEAU.

CHAUDE-LANCE. Le faux-nez de la chaude-pisse.

    _Le soldat de Lobau,
    Dit-on, n’eut pas de chance,
    Car une chaude-lance
    Lui corda le boyau._

      JOACHIM DUFLOT.

CHAUDE-PISSE. Écoulement vénérien du canal de l’urètre,—une des épines
de cette rose qu’on appelle la femme.

            _... Sais-tu d’abord quel nom
    Donner à l’instrument par où le mâle pisse
    Et par lequel aussi lui vient la chaude-pisse?_

      LOUIS PROTAT.

CHAUDRON. La nature de la femme,—vase que la pine de l’homme se charge
de fourbir et de laver.

    Son mari n’était d’aventure assez roide fourbisseur d’un chaudron
    tel que le sien.

      (_Le Synode nocturne des tribades._)

CHAUFFER UNE FEMME, CHAUFFEUR. Homme qui bande pour une femme et qui
la serre de près, comme l’épervier la colombe, pour épier le moment
favorable où il pourra fondre dessus, la pine en avant.

    Loquemans, c’est l’officier, le chauffeur de la petite.

      H. MONNIER.

CHAUSSER UNE FEMME. Être le mâle qui lui convient, avoir le membre qui
s’adapte le mieux à son con.

    Je veux dire que tu es un crâne fouteur, que tu me chausses comme
    jamais, en effet, je n’ai été chaussée.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

CHAUSSON. Fille de la dernière catégorie, qui chausse tout le monde et
se fait chausser par tout le monde.

    Joséphine! elle a chaussé le cothurne à la salle de la
    Tour-d’Auvergne, chez Ricourt...—C’est pour cela que je l’appelle
    _chausson_... qu’elle est.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

CHEMIN DU PARADIS. La nature de la femme,—où l’on ne peut aller qu’un à
un, le bâton de chair à la main.

CHEMINÉE. La nature de la femme, que l’homme se charge de ramoner
souvent avec sa pine,—de peur d’incendie, car elle flambe toujours.

    _Ramonnez-moy ma cheminée,
    Ramonnez-la-moy hault et bas;
    Une dame, la matinée,
    Ramonnez-moy ma cheminée,
    Disoit, de chaleur forcenée:
    Mon amy, prenons nos esbas,
    Ramonnez-moy ma cheminée,
    Ramonnez-la-moy hault et bas._

      (_Fleur de poésie._)

CHEMINER AUTREMENT QUE DES PIEDS. Faire l’acte vénérien, dans lequel,
en effet, on fait beaucoup marcher la pine,—cette troisième jambe qui
se fatigue si vite.

    _Lycaste pourrait bien l’avoir fait cheminer
    Autrement que des pieds; ce sexe est si fragile
    Que, prenant bien son temps, vertement on l’enfile._

      TROTTEREL.

CHEVALIER DE LA ROSETTE. Pédéraste actif ou passif.

CHEVAUCHER. Monter sur une femme comme sur une cavale pleine d’ardeur,
et la conduire au bonheur à grands coups de cet éperon que nous avons
tous au bas du ventre.

    Il m’a dit que, lorsqu’il me pouvait tirer à l’écart, il était
    si animé à me chevaucher sur-le-champ, qu’il ne pouvait plus
    commander à son vit roide.

      MILILOT.

    Vous me promîtes que quand vous seriez mariée, je vous
    chevaucherois.

      (_Les Cent Nouvelles nouvelles._)

    _Carmes chevauchent nos voisines,
    Mais cela ne m’est que du meins._

      F. VILLON.

    _Un médecin, toi sachant,
    Va ta femme chevauchant._

      TABOUROT, S. DES ACCORDS.

    _Les dévotes beautés qui vont baissant les yeux,
    Sont celles plus souvent qui chevauchent le mieux._

      PIRON.

CHEVAUCHER À L’ANTIQUE. Enculer une femme ou un homme,—ce qui est, en
somme, la plus logique manière de monter à cheval.

    _Jaquet, ignorant la pratique
    D’Hippocrate et de Gallien,
    Chevauchait un jour à l’antique
    Margot, que chacun connaît bien._

      THÉOPHILE.

CHEVAUCHEUR. Baiseur, homme monté sur une femme—qui galope vers la
jouissance.

    _Et rien alors n’est plus gai pour le chevaucheur
    Que de voir, dans un cadre ondoyant de blancheur,
    Le joyeux va-et-vient de l’énorme derrière._

      EMMANUEL DES ESSARTS.

CHEVILLE OUVRIÈRE ou CHEVILLE D’ADAM. Le membre viril avec lequel on
bouche le trou de toutes les Èves que l’on rencontre.

        _Que je voudrais bien être
        Femme d’un menuisier,
    Ils ne font rien que cheviller._

      GAUTIER-GARGUILLE.

CHIBRE. Un des mille noms du dieu de Lampsaque.—Le mot nous vient des
marins, qui appellent le nez _guibre_, surtout lorsqu’il est un peu
fort. D’où le proverbe: gros nez, gros—chibre.

    _J’y vois le brutal vent du Nord
    Qui son énorme chibre agite
    Pour enfiler dame Amphitrite._

      P. J.

    _Tu me disais alors que pour pouvoir te plaire,
    Une femme devait vous dire et savoir faire
    Toutes les saletés et toutes les horreurs;
    Que cela ranimait le chibre des fouteurs._

      LOUIS PROTAT.

CHIEN (Avoir du). Se dit en parlant d’une femme qui s’attife d’une
façon provocante, qui porte incontinent—à l’incontinence.

CHIENNER. Se livrer, avec une femme, à toutes sortes de polissonneries
cyniques, _caninæ nuptiæ_.

CHIFFE. Se dit d’un membre viril trop mou,—qui n’est plus ou qui n’est
pas encore assez viril.

    Ah! vous n’êtes pas un homme, vous êtes une chiffe!

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

CHIFFRE. Le prix d’un coucher avec une courtisane, ou avec une putain.

        A Mabille:

    LA DAME.—Finissez donc, monsieur! vous chiffonnez mon
    mouchoir!.....

    LE MONSIEUR.—Madame, c’est pour voir votre chiffre.

    LA DAME.—Mon _chiffre_, c’est cent francs.

      (_Nain jaune._)

CHINOIS. Le vit, toujours chauve—par la tête—et pour qui le con est le
_céleste empire_.

    On dit: se polir, ou se balancer le Chinois, pour se branler.

CHOSE (Le). Pseudonyme pudibond de la pine ou du con.

    Après, il me fait empoigner son chose, qu’il a roide, et
    quelquefois me prend à force de corps et me fait rouler sur lui.

      MILILOT.

    Mais votre chose est tout petit, comme l’on dit, que si vous
    l’apportez en quelque lieu, à peine si l’on se perçoit qu’il y
    est.

      (_Les Cent Nouvelles nouvelles._)

    _Quand je l’eus lavé une pose,
    Soudain je vis dresser son chose._

      (_Farces et Moralités._)

    _Serait-il vrai, bouche de rose,
    Ce que m’a dit un imprudent:
    Que vous vous passez moins de chose
    Qu’un Espagnol de cure-dent?_

      THÉOPHILE.

    _O! ouy, ma foi, elle a un chose
    Qui ne bouge de la maison,
    Ainsi que fait celuy Lison,
    Ainsi fatelu et douillet._

      (_Ancien Théâtre français._)

      _Ton chose, me dis-tu,
    A si petite ouverture,
    Qu’un vit moindre qu’un fétu
    Y serait à la torture._

      (_Cabinet satyrique._)

CHOUART. Ancien mot hors d’usage employé dans un sens obscène pour
désigner le membre viril.

    Voici maître Jean Chouart qui demande logis.

      RABELAIS.

    Il tira son chouart vif et glorieux.

      (_Moyen de parvenir._)

    _Le sculpteur à la main savante,
    Par un chef-d’œuvre de son art,
    A surtout formé Jean Chouart._

      PIRON.

CIERGE. Le membre viril—qui brûle et se fond sur l’autel de la femme.
_Fondre_ est mis là, souvent, pour _couler_.

    Mais cela seulement fut suffisant pour l’en dégoûter, disant
    qu’elle avait vu la mèche qui était si déliée, qu’il n’y avait
    guère d’apparence que le cierge fût bien gros.

      D’OUVILLE.

    La femme, quelque putain qu’elle soit est la sainte à qui l’on
    doit le plus de cierges.

      LEMERCIER.

CIGARETTE. Le membre viril—que les femmes savent si bien rouler dans
leurs mains et porter à leur bouche par le gros bout.

    _Vous, luronnes, qui des dragons
        Porteriez l’épaulette,
    De cigares bien gros, bien longs,
        Avez-vous fait emplette?
    S’ils sont trop mous ou mal tournés,
        Prenez ma cigarette,
                Prenez,
        Prenez ma cigarette._

      J. LAGARDE.

CLAPIER. Grand con où peuvent se loger lapin et _la pine_.

    Je les ai furetés tous deux, ces clapiers-là, j’en connais peu
    d’aussi logeables.

      A. DE NERCIAT.

    _Mais au clapier de qui les bords
    Sont couverts de nouvelle mousse._

      (_Cabinet satyrique._)

CLÉ. Le membre viril—qui, sous le prétexte fripon d’ouvrir la serrure
féminine, la bouche en jetant des saletés dedans.

CLIQUETER UNE FEMME. La baiser, faire aller dans son vagin le membre
viril comme un cliquet de moulin,—avec moins de bruit cependant.

    Jamais fille de laboureur ne fut mieux cliquetée.

      SOREL.

CLITORIS. Le gland de la femme, qui, dans le prurit vénérien, bande
comme le membre de l’homme; d’où, chez les Grecs, l’expression de
κλὶτοριάζειν, pour _clitoridem attractare_, genre de masturbation
spéciale aux femmes.

      _... Mon clitoris, par tous étant fêté,
    Aurait pu faire au tien beaucoup de concurrence._

      LOUIS PROTAT.

CLITORISER (Se). Se branler entre femmes; se chatouiller le clitoris,
seule ou à deux, réciproquement.

    La nature le veut: c’est le seul moyen d’être sage au couvent,
    puisqu’on ne peut l’être sans se clitoriser ou se manuéliser.

      MERCIER DE COMPIÈGNE.

    Quelle vision! grand Dieu!... Ma mère sur le dos, les cuisses
    repliées vers sa poitrine et les jambes en l’air, d’une main
    tenant un livre et de l’autre... se chatouillant le clitoris avec
    la plus belle vivacité.

      (_Mon noviciat._)

CLOU. Le membre viril, avec lequel on fixe la femme sur le dos.

COCARDE. Blanche ou rouge... affaire d’opinion. C’est le foutre qu’on
lance, ou le sang que l’on fait répandre, au con d’une pucelle.

    _Heureux qui mettra la cocarde
    Au bonnet de Mimi-Pinson._

      ALFRED DE MUSSET.

COCHON (Être). Savoir bien besogner de l’outil que la nature a eu
l’obligeance de placer au bas du ventre de l’homme; baiser fort et
longtemps.

    _Ce n’est pas cela, mon cher, qui m’amuse
    Sois moins poète et beaucoup plus cochon._

      (_Parnasse satyrique._)

COCHON (Être). Se dit aussi des choses obscènes, des discours qui
provoquent l’érection,—des cochonneries en un mot.

    _Antoine, c’est un joli nom,
              Un peu cochon._

      ALEXANDRE POTHEY.

COCHONNE (Être). Connaître une foule de petits secrets pour arriver à
faire bander les pines les plus réfractaires et jouir les hommes les
plus indifférents.

COCHONNERIES. Exercices amoureux: gamahuchage, branlage, suçage,
postillon, feuille de rose, patte d’araignée,—en un mot, tout ce
qu’ignorent les femmes honnêtes et que savent si bien les femmes
galantes.—Le libertinage a emprunté beaucoup de termes à la charcuterie
(V. _langue fourrée_, _boudin_, _andouille_, _saucisse_, _vessie_,
etc.), et cela se comprend de reste, χοιρος signifiant à la fois
_cochon_ et _con_.

COCHONNERIES (Dire des). Avoir un langage de «haulte gresse,» appeler
les choses par leur nom, dire _pine_ au lieu de _machin_, _foutre_ au
lieu d’_aimer_, enfin raconter des prouesses concubitales.

COCODÈS. Imbécile élégant, ou singeant l’élégance, qui fréquente plus
volontiers avec les filles entretenues qu’avec les femmes honnêtes.

    Ce n’est pas un homme, c’est un cocodès.

      AURÉLIEN SCHOLL.

COCODÈTE ou DANDYE. Femme du monde qui imite la cocotte—dans sa mise—et
quelquefois la surpasse par l’excentricité.

COCOTTE. Fille de mœurs excessivement légères, qui se fait grimper par
l’homme aussi souvent que la poule par le coq.

    _Cocotte_, terme enfantin pour désigner une poule;—petit carré
    de papier plié de manière à présenter une ressemblance éloignée
    avec une poule.—Terme d’amitié donné à une petite fille: _ma
    cocotte_;—et quelquefois à une grande dame dans un sens un peu
    libre.

      LITTRÉ.

COCOTIER. Homme qui a la chaude-pisse, que les maquereaux et les
ouvriers appellent _la cocotte_.

    L’ai-je eue assez de fois, la cocotte! l’ai-je eue!... à ce point
    qu’on m’appelait le roi des cocotiers.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

COCOTTERIE. Monde galant,—côté des cocottes. Ce mot fait pendant au
mot: _Bicherie_.

    «V. Sardou engageait amicalement une dame à surveiller les
    toilettes de la jeune fille de la _Famille Benoiton_, plus
    excentriques qu’il ne convient à une honnête bourgeoise.

    —Bast! elle est si jeune et si innocente, ce n’est pas même de la
    coquetterie.

    —Non, répliqua Sardou, mais c’est presque de la cocotterie.»

      (_Figaro_, nº 1123)

COCU. Mari trompé par sa femme, comme Ménélas, comme Sganarelle et
Dandin, comme vous et moi,—comme des millions d’autres.

    _Tous les hommes le sont...
                               —Excepté Couillardin..._
    . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
    _Qu’appelle-t-on cocu? L’homme de qui la femme
    Livre non-seulement le corps, mais aussi l’âme,
    Partage le plaisir d’un amant chaleureux,
    Le couvre avec bonheur de baisers amoureux,
    Fait l’étroite pour lui, même quand elle est large,
    Et, manœuvrant du cul, jouit quand il décharge._

      L. PROTAT. (_Serrefesse._)

    _Un grant tas de bonnes commères
    Savent bien trouver les manières
    De faire leurs maris cocus._

      F. VILLON.

    _Apprenez qu’à Paris, ce n’est pas comme à Rome;
    Le cocu qui s’afflige y passe pour un sot,
    Et le cocu qui rit pour un fort honnête homme._

      LA FONTAINE.

    _Ce damoiseau, parlant par révérence,
    Me fait cocu, madame, avec toute licence._

      MOLIÈRE.

    _Je vais prier pour les cocus,
    Les catins et les philosophes._

      BÉRANGER.

COCUAGE. État du cocu, de l’homme dont la femme baise avec un autre.

    Cocuage est naturellement des apanages du mariage.

      RABELAIS.

    _Quel est l’époux exempt de cocuage?
    Il n’en est point, ou très-peu, je le gage._

      LA FONTAINE.

    Dans tous les temps et dans tous les pays du monde, le cocuage
    rapporte quelque chose.

      PIGAULT-LEBRUN.

COCU EN HERBE (Être). Avoir la mine d’un honnête homme prédestiné à
être un jour cocufié, s’il ne l’est pas déjà d’avance.

CŒUR. La nature de la femme,—un muscle creux comme l’autre.—Le mot est
de Boufflers et du XVIIIme siècle, où la sentimentalité était inconnue,
et où il était tout simple, alors, que les femmes eussent le cœur—où
les poules ont l’œuf.

    _Dans ce cœur tendre, aussitôt ce satyre
    Enfonce, enfonce un long... sujet de pleurs._

      BÉRANGER.

    Dès que cet enfant n’est pas de vous, ma belle nymphe, et qu’avec
    un cœur neuf, vous m’apportez en mariage des beautés immaculées,
    pourquoi rougirais-je?

      A. DE NERCIAT.

    _Un jour cet amant divin,
    Qui mettait l’amour au vin,
    Sur le revers d’une tonne
    Perça le cœur d’Érigone._

      COLLÉ.

COGNÉE. Le membre viril, avec lequel on fait du bois pour les maris.—On
l’a employée aussi pour la nature de la femme.

    _Ma cognée aujourd’hui fait d’étranges effets,
    Quand elle abat du bois, elle en fait venir d’autre._

      (_Cabinet satyrique._)

    _Afin que l’un dedans l’autre s’emmanche,
    Prends que sois manche, et tu seras coignée._

      RABELAIS.

COGNER UNE FEMME. La baiser à grands coups de queue sur le ventre,
comme les boucs se cognent entre eux.

    Une courtisane de Venise avait envie d’être cognée tout son saoul
    par deux Français de bonne mine.

      TALLEMANT DES RÉAUX.

COIFFER UN HOMME. Le tromper en faveur d’un autre, moins jeune et plus
laid, mais autre,—d’où la coiffure de cornes que l’on connaît.

    _Moyennant quoi le mari fut coiffé._

      PIRON.

    Cinq minutes plus tard, le duc de Popoli était coiffé de la façon
    de tout un régiment de hussards.

      PIGAULT-LEBRUN.

    _Mariez-vous, et, par votre compagne,
    Heureux coiffeur, ne soyez pas coiffé._

      ÉMILE DE LA BÉDOLLIÈRE.

COÏT. L’acte vénérien.

    «Union charnelle des deux sexes. C’est la volupté qui mène à la
    génération. (En langage familier, on dit BAISER (_voir ce mot._)
    Quand la femme s’est placée dans le lit conjugal, elle se met
    sur le dos et écarte les cuisses. Le mari la couvre alors de son
    corps et, aidé par la main de sa femme, introduit l’instrument
    de plaisir dans l’asile qui lui est destiné. Elle referme alors
    légèrement les cuisses, et enlace son mari de ses jambes. Il
    colle sa bouche sur la sienne, et commence avec les reins ce
    mouvement de va-et-vient qui produit le plaisir mutuel. La femme
    n’a plus alors qu’à se laisser aller à la volupté, et à répondre
    aux baisers qu’elle reçoit. Tantôt, nonchalante et paresseuse,
    elle laisse agir l’homme, sans faire d’autre mouvement que
    celui de deux bouches qui s’unissent; tantôt adoptant le rôle
    actif, elle fait onduler ses reins, en enfonçant dans le con,
    à chaque va-et-vient, la vigoureuse queue qu’elle tient entre
    ses cuisses. Ses lèvres roses pressent avidement celles de son
    époux. Sa langue s’enlace à la sienne; ses seins tout rouges de
    baisers aplatissent leur courbe gracieuse sur sa poitrine, tant
    ses bras le serrent avec force. Son petit pied le talonne comme
    pour l’aiguillonner. De temps en temps elle se pâme en poussant
    de petits cris de plaisir; ses reins souples interrompent leurs
    voluptueuses ondulations, et elle demeure quelques instants
    immobile, savourant les coups précipités du vit furieux, et les
    jets de la liqueur de feu dont il inonde le temple de l’Amour.

    «C’est ainsi que se produit le coït, la volupté la plus naturelle
    à l’espèce humaine, et qui est pour elle non-seulement un besoin,
    mais un devoir imposé par la Providence divine...

    «Ne vous livrez pas au coït, ni à toute autre volupté après avoir
    mangé: attendez que la digestion soit faite.»

      COMTESSE DE N***.

      (_Vade-mecum des femmes mariées._)

    _Ces jours à jamais effacés,
                J’y pense;
    Où sont nos coïts insensés,
                Passés?_

      (_Parnasse satyrique._)

COLLE. Le sperme, liquide visqueux qui sert de ciment romain pour
édifier des mariages—souvent peu édifiants.

    _Con qui va distillant une moiteuse colle._

      (_Cabinet satyrique._)

    _Mais c’ machin s’change en lavette,
    Grâce au pouvoir d’ la vertu,
    Et j’ m’en tire quitte et nette
    Avec un peu d’ colle au cul._

      (_Parnasse satyrique du_ XIXe _siècle._)

COLLER (Se). S’unir charnellement, au moyen de la «moiteuse colle» que
vous savez.—Cette expression, qui s’applique spécialement aux chiens,
lesquels, après le coït, se trouvent soudés mutuellement, cul à cul, à
la grande joie des polissons et au grand scandale des bégueules, cette
expression est passée dans le langage courant moderne pour désigner
l’union illicite d’un homme et d’une femme. Que de gens croyaient ne
s’être rencontrés que pour se quitter, qui sont restés collés toute
leur vie!

COLLER UNE DOUCE (Se). Se masturber,—ce qui est une bien douce chose
tout de même.

    _...J’ai beau tous les jours me coller une douce,
    Dans mes rêves ton con m’agace et me poursuit._

      LOUIS PROTAT.

COLOMBE DE VÉNUS (La). La motte de la femme, le duvet qui couronne son
os pubis.

    _Des déesses et des mortelles,
    Quand ils font voir les charmes nus,
    Les sculpteurs grecs plument les ailes
    De la colombe de Vénus._

      THÉOPHILE GAUTIER.

COLONNE. Le membre viril, que nous sommes bien plus fiers de regarder
ou de montrer à une femme que d’être Français.

COMBAT AMOUREUX. L’acte copulatif, qui est une lutte courtoise où
personne n’est blessé,—quoiqu’on échange de nombreux coups.

    _Même, pour l’attirer au combat amoureux,
    L’allait injuriant, l’appelant rustre, gueux._

      MILILOT.

    Nous continuâmes deux ou trois fois, en sorte que les yeux nous
    pétillaient d’ardeur et ne respiraient que le combat naturel.

      MILILOT.

    _Fut de bon poil, ardente et belle
    Et propre à l’amoureux combat._

      LA FONTAINE.

          _Sa rivale, tout au contraire,
          A dans les combats amoureux
          Les mouvements si paresseux,
    Qu’au sein du plaisir même Eglé vous désespère._

      MÉRARD SAINT-JUST.

    _J’aime dedans un bois à trouver d’aventure
    Dessus une bergère un berger culetant,
    Qui l’attaque si bien et l’escarmouche tant,
    Qu’ils meurent à la fin au combat de nature._

      THÉOPHILE.

    _Je viens des bords de la Garonne
        Prostituer ma personne
      A ton lubrique combat._

      (_Cabinet satyrique._)

    Bien volontiers ma femme viendra au combat vénérien.

      RABELAIS.

    _J’ai si bien combattu, serré flanc contre flanc,
    Qu’il ne m’en est resté une goutte de sang._

      RÉGNIER.

    _Je suis un bon soldat d’amour
        Qui ne fais poinct retraitte;
    Je sçay combattre nuict et jour
        Au champ de la brayette._

      (_Chansons folastres._)

COMBLER LES VŒUX D’UN HOMME. Lui ouvrir ses cuisses quand on est femme,
afin qu’il introduise son engin dans le vôtre.

    _Sophie, à ce moment fatal,
    Comble les vœux de mon rival._

      BÉRANGER.

COMMENCER UN ROMAN PAR LA QUEUE. Baiser d’abord la femme pour laquelle
on bande et, après, lui faire la cour comme si on ne l’avait pas encore
possédée.

COMMERCE AMOUREUX. L’acte vénérien, qui, plus que jamais, est
aujourd’hui un commerce—mais un peu équivoque, puisque la femme vend ce
que la nature lui a donné pour être donné.

COMMUNIER SOUS LES DEUX ESPÈCES. Se dit d’une femme qui se laisse à la
fois foutre et enculer par les hommes.

COMPAGNON. Le membre viril, qui naît avec l’homme et meurt avec lui.

    _Mignonne, jour et nuit je suis importuné
    D’un petit compagnon qui quand et moi fut né._

      THÉOPHILE.

    _Le compagnon, étant de taille énorme,
        Foula comme il faut le castor._

      PIRON.

COMPLAISANCES POUR UN HOMME (Avoir des). Faire la libertine avec lui;
le mettre en état de faire une excursion à Cythère.

    _Et pour prix de mes complaisances,
    La vérole tu m’as foutu._

      ALPHONSE KARR.

COMPLIMENT. L’acte copulatif.

    _Nous avons un grand homme,
    Arrivé depuis peu
            Dans ce lieu,
    Qui fait, quand on l’en somme,
    Six compliments par jour
            A l’amour._

      COLLÉ.

    _En amour, dans ma jeunesse,
    J’eus des succès étonnants;
    Je fis à mainte Lucrèce
    D’innombrables compliments._

      ÉMILE DEBRAUX.

CON (Le). Le petit vase dans lequel l’homme verse en pluie fine
et pénétrante une partie du produit de sa nourriture,—à sa grande
satisfaction et à celle du petit vase.—Les anciens connaissaient ce
mot: χοιρος disaient les Grecs; _cunnus_, disaient les Latins: _cweus_,
disaient les Celtes, qui disaient aussi _cona_ et _quena_, (d’où les
Anglais ont appelé leur reine _queen_); _kona_, disaient les Goths;
_koulma_, disent les Arabes; _emacuéma_, disent les Basques; _pota_,
disent les Italiens, etc., etc.

    Donne, que je te frotte le con. Il est étroit que c’est un
    charme.

      LA POPELINIÈRE.

    _Le con met tous les vits en rut;
    Le con du bonheur est la voie;
    Dans le con git toute la joie;
    Mais hors le con, point de salut._

      PIRON.

    _Il faut donc, pour ce vit, un grand con vermoulu,
    Un con démesuré, qui dévore, goulu,
    La tête et les couillons pour les mettre en curée,
    Un con toujours puant, comme vieille marée._

      RÉMY BELLEAU.

    La matrice d’une femme est du nombre des choses insatiables dont
    parle l’Écriture, et je ne sais s’il y a quelque chose au monde
    à quoi on puisse comparer son avidité:—car, ni l’enfer, ni le
    feu, ni la terre ne sont si dévorants que le sont les parties
    naturelles d’une femme lascive.

      VENETTE.

    C’était une jolie grêlée faite au tour, ayant un con tellement
    insatiable, que je fus obligé de lui mettre la bride sur le cou
    et de la laisser foutre avec qui elle voudrait...

      (_Anti-Justine._)

CON. Métaphoriquement, Imbécile. Les vers suivants commentent cette
acception particulière et impertinente:

    _Qu’ ça soit étroit, qu’ ça soit large,
    Qu’ ça soit gris, noir, blanc ou blond,
    Qu’ ça bande ou bien qu’ ça décharge,
    Rien n’a l’air bêt’ comme un con._

CON BAVEUX. Qui a des flueurs ou quelque chose de pis.

CON BIEN BOISÉ. Dont la motte est abondamment fournie de laine.

    _Mon con est boisé comme l’est Meudon,
    Afin de cacher l’autel du mystère
    Où l’on officie en toute saison._

      (_Parnasse satyrique._)

CONCLUSION. La fouterie même, qui est en effet la conclusion naturelle
de toutes les caresses que se font mutuellement des amants bien
épris,—ou simplement des gens qui ont envie de tirer un coup.

    Apprends donc qu’il y a cent mille délices en amour qui précèdent
    la conclusion.

      MILILOT.

    _Un homme de votre condition,
    Le prendre sur un aussi mauvais ton:
    Vous allez droit à la conclusion!_

      COLLÉ.

CONCON. Mot nouveau sur celui de _bonbon_, dit Collé, son inventeur. On
se flatte qu’il passera en faveur de sa douceur et de son indécence.

            _Mon vit mignon!
    Tu n’y perdras rien, mon garçon;
    Je te donnerai du concon
                Bien bon!_

CONCUBINE. Femme qui, sans être mariée, a commerce de chair avec un
homme, qui quelquefois est marié, lui.

    Monsieur H**, disait un jeune homme au savant professeur que nous
    venons de perdre, j’ai eu l’honneur de me présenter chez vous,
    et je n’y ai rencontré que votre bonne...—Ce n’est pas ma bonne,
    monsieur, interrompit le père H** d’un air terrible. Ce n’est pas
    ma bonne, c’est ma concubine!...

      J. LE VALLOIS.

CONCUBINER. Vivre maritalement avec quelqu’un.

    L’abbé de La Rivière, le favori de Gaston d’Orléans, entretenait
    ouvertement une demoiselle Legendre; il la gardait auprès de lui
    dans son château de Petit-Bourg et concubinait avec elle, sans
    seulement songer à sauver les apparences. «Elle est à cette heure
    comme sa ménagère», écrivait Tallemant vers 1660.

      (_Hist. de la prostitution._)

CONCUPISCENCE. Le fond d’inclination naturelle qui nous fait désirer,
hommes, de baiser toutes les femmes, femmes, d’être foutues par tous
les hommes.

    Le mariage était un nom d’honneur et de dignité, et non de
    folâtre et lascive concupiscence.

      MONTAIGNE.

    _L’âpre stérilité de votre jouissance
    Altère votre soif et raidit votre peau,
    Et le vent furibond de la concupiscence
    Fait claquer votre chair ainsi qu’un vieux drapeau._

      CHARLES BAUDELAIRE.

CON FAISANDÉ. Qui a reçu tant d’assauts, ou qui a eu tant de maladies,
qu’il porte en lui une odeur dont s’accommodent seuls les gens qui ne
sont pas dégoûtés.—On le dit aussi comme synonyme de _vieille fille_.

CONFESSER. Employé dans un sens obscène pour faire l’acte vénérien.

    _Ci gist le cordelier Midieux,
    Dont nos dames fondent en larmes,
    Parce qu’il les confessait mieux
    Qu’augustins, jacobins et carmes._

      CL. MAROT.

    _On vient pour voir le père Urbain.
    Il confesse encor sa dévote._

      (_Épigrammes._)

CONFITURES. Le sperme, dont sont très friandes les femmes.—Brantôme
parle quelque part, dans ses _Dames galantes_, d’un «amour bien lascif,
composé de confitures spermatiques.»

CONFRÈRE DE LA LUNE. Cocu,—par allusion aux cornes de la blonde Séléné.

CONFLIT. Bataille amoureuse, combat corps à corps et nu à nu.

    _Écrivant les beautés du lit
    Où se fit l’amoureux conflit._

      THÉOPHILE.

CON GLAIREUX. Gras, soit naturellement, soit par suite de maladies,
soit par malpropreté.

    _Hideux amas de tripes molles
    Où d’ennui bâille un con glaireux._

      (_Parnasse satyrique._)

CON GRAS. Mal nettoyé, encore enduit de beurre masculin, ou
naturellement adipeux,—de sorte que le membre qui s’y introduit est
tout étonné d’y faire flic-flac.

    _On ne se lave bien qu’au bordel! Des ingrats
    Peuvent seuls à ton con préférer un con gras._

      ALBERT GLATIGNY.

CONIFÈRE. Jeune fille ou jeune femme,—de _cunnus_, con, et _fero_, je
porte.

    Quand on se promène le soir dans la rue Saint-Denis, on voit
    trotter sur les pavés un tas de jolis petits conifères.

      A. FRANÇOIS.

CONIN. Jeune con, con impubère, con qui n’est pas encore dans la
circulation, n’ayant pas encore été frappé par le balancier de l’homme.

    Vous avez là le conin le plus joli du monde.

      LA POPELINIÈRE.

    _Ton conin, pauvre oiseau sans plume,
    M’ouvre un bec encor mal fendu._

      AUGUSTE LEFRANC.

CONISTE. Homme qui préfère le con au cul,—élevé qu’il a été à l’École
normale de Paris au lieu de l’avoir été à l’École anormale de Rome.

            _Si j’aime beaucoup mon vit, c’est que
            L’estime fonde cet amour.
            Voici le quatrième évêque
            Qu’il refuse en un même jour;
    Il est coniste, et vous pouvez m’en croire,
            Plus qu’un père de l’Oratoire._

      COLLÉ.

CONJONCTION. L’union naturelle de deux êtres d’un sexe différent.

    Qui est-ce qui a le plus de plaisir, de l’homme ou de la femme,
    dans la conjonction naturelle?

      MILILOT.

    Il prononça la validité du mariage, et renvoya les époux se
    conjoindre dans la maison paternelle.

      DIDEROT.

CONJUNGO. Le mariage, dans l’argot du populaire qui voit dans ce mot
une équivoque réjouissante (_jungo_, je joins, _con_, le con), au lieu
d’y voir la première phrase du prêtre qui lie deux époux pour la vie.

    _La fruitièr’ dit, r’luquant ma mine:
    Comment t’ trouv’s-tu du conjungo?_

      TOSTAIN.

CONNAISSANCE. Maîtresse, concubine.

    Ah! vous avez une connaissance, monsieur!

      DE LEUVEN.

CONNAÎTRE LES POSTURES. Avoir appris dans l’Arêtin, ou au bordel,
les divers mouvements et positions du corps les plus propres à
l’accomplissement de l’acte vénérien; être très versée dans l’art de
faire jouir les hommes.

CONNAÎTRE SON AFFAIRE. Se dit d’une femme rompue au métier d’amour
et connaissant, par conséquent, tous les moyens à employer pour faire
jouir les hommes.

    Elle est belle, ma Joséphine!... et elle connaît son affaire...

      TISSERAND.

CONNAÎTRE UN VIEUX. Servir de maîtresse à un vieux libertin, essayer de
tous les moyens connus pour le faire godiller.

    J’ me mets à connaît’ un vieux, encore un autr’, un troisième, et
    pis, et pis...

      H. MONNIER.

CONNAÎTRE UNE FEMME. La baiser, qu’on la connaisse ou non.

    Le bonhomme se vantait tout haut de n’avoir jamais connu que sa
    femme.

      TALLEMANT DES RÉAUX.

CONNASSE. Jeune fille sans expérience de l’amour, malhabile aux jeux de
l’alcôve.—S’emploie aussi pour désigner un con de mauvaise mine, ou un
grand con, ou un con de vieille femme. Quelques auteurs désignent, par
le mot _connasse_, une femme honnête. Les femmes inscrites comme filles
publiques à la police désignent souvent aussi par le nom de connasse
les filles qui font habituellement la vie et qui craignent de se faire
inscrire.

    _... A l’une sa connasse
    Qui tombe par lambeaux..._

      LOUIS PROTAT.

    Mais on sent aussi qu’un connichon aussi jeune ne pouvait
    admettre un vit qui ne décalottait pas encore, il me fallait une
    connasse.

      (_Anti-Justine_, p. 3.)

CONNEAU. Diminutif de con.

          _O toi...
          Dont le frais conneau
          Sera toujours beau,
    Il faut, pour que le charme abonde,
          Contenter l’miché._

      DUMOULIN.

CONNICHON. Petit con où l’homme a de la peine à enfoncer sa «vivifique
cheville.»

CONNIL. Petit con; ou, par extension: Jeune pucelle.—V. _Chasser aux
connils_.

CONQUÊTES. Coups tirés, femmes baisées, hommes cocufiés.

    O ma chère Victoire, quelles conquêtes vous avez faites dans
    votre putain de vie.

      J. LE VALLOIS.

            _Adieu, conquêtes,
            Joyeuses fêtes,
    Où le champagne au lansquenet s’unit._

      GUSTAVE NADAUD.

CONSERVER SA FLEUR. Garder son pucelage.

    _Pour conserver c’te fleur qui d’vient si rare,
          Ma Lisa, tiens bien ton bonnet._

      E. DEBRAUX.

CONSOMMER LE SACRIFICE. Faire l’acte copulatif depuis A jusqu’à Z,
depuis le premier baiser qui joint les lèvres d’en haut, jusqu’au
dernier spasme qui distend les lèvres d’en bas.

    _... Dès que le sacrifice
    Est consommé, l’on se tourne le dos._

      LOUIS PROTAT.

CONSOMMER SON KABYLE. Pédéraster un indigène,—dans l’argot des
troupiers d’Afrique.

    _Quand il consommait son Kabyle,
    On entendait sous le gourbi,
    Au milieu de la nuit tranquille,
    Le succube pousser ce cri..._

      ALEXANDRE POTHEY.

CONTENTER UN HOMME. Le bien branler s’il aime cela, ou bien jouer des
reins sous lui afin de le faire jouir.

    Voici le recueil des principales choses que vous devez savoir
    pour contenter vos maris quand vous en aurez.

      MILILOT.

    _Malgré son air renfrogné,
    En tout point je le contente;
    S’il me laisse un’ petit’ rente,
    Ça s’ra d’ l’argent bien gagné!_

      JULES POINCLOUD.

CONTER À UNE FEMME (En). Faire l’amour avec elle,—l’amour, ce conte
des Mille et une Nuits, improvisé par tout homme galant en l’honneur de
toute femme galante.

CONTRE-TEMPS. Fiasco amoureux.

    _A l’amant vieux et blême
    Que tourmente Vénus,
    Qui dit encor qu’il aime
    Et ne le prouve plus,
    Tu promets assistance
    Contre les contre-temps._

      COLLÉ.

CONVERSATION CRIMINELLE. Celle qui a souvent lieu entre un homme et
une femme mariée à un autre homme.—Cette aimable conversation se tient
ordinairement ventre contre ventre, avec des baisers et des soupirs à
la clef.

COPULER. Employé dans un sens obscène pour faire l’acte vénérien.

    Pour me copuler amoureusement

      (_Moyen de parvenir._)

COQUARDEAU. Galantin, nigaud, bavard.—Gavarni a cru inventer _Monsieur
Coquardeau_: il se trouvait déjà dans Rabelais.

COQUILLE. La nature de la femme—dans laquelle l’homme aime à faire
entrer son petit limaçon, qui y bave tout à son aise. _Con, cha?_
demanderait un Auvergnat.

    Et Laurette, à qui la coquille démangeait beaucoup, s’y accorda
    facilement.

      CH. SOREL.

COQUINE. Femme ou fille qui aime l’homme—ou qui fait semblant de
l’aimer pour avoir son argent.

    _Avec son piston qui fascine
    La fille honnête et la coquine,
    On assur’ qu’il possède encor
    Le talent de donner du cor._

      JULES POINCLOUD.

    Nous sommes liés, le baron et moi, par nos coquines.

      H. DE BALZAC.

CORBILLON. Employé dans un sens obscène pour désigner la nature de la
femme.

    _Là, près de la jeune Thémire
    A l’œil vif, au teint vermillon,
    Qui rougit, et qui n’ose dire
    Ce qu’il faut dans son corbillon._

      E. DEBRAUX.

CORDE SENSIBLE (La). C’est, chez l’homme, son membre, chez la femme,
son clitoris: on n’y touche jamais en vain.

    Il n’est de femmes froides que pour les hommes qui ne sont pas
    chauds et qui ne savent pas toucher leur corde sensible.

      LÉON SERMET.

CORNARD. Cocu, porteur de cornes.

    _Ça fait toujours plaisir, lorsque l’on est cornard,
    D’avoir des compagnons d’infortune..._

      LOUIS PROTAT.

CORNES. Attributs invisibles du cocu.

    _C’est bien le meilleur petit homme
    Que Vulcain ait dans sa séquelle:
    Il rit des cornes qu’on lui met;
    Lui-même il vous fait voir la belle._

      THÉOPHILE.

CORNICHON. Le membre viril, avec lequel les femmes aiment à accommoder
leur viande.

CORRIDOR D’AMOUR. La nature de la femme, que l’on enfile volontiers
lorsqu’on veut aller au Paradis.

    Alors elle mit un genou en terre pour considérer plus
    attentivement la blancheur et le contour du ventre de Zaïrette,
    la rondeur de ses cuisses et surtout l’ouverture et l’entrée du
    corridor d’amour.

      LA POPELINIÈRE.

COTILLON (Le). La femme en général—et surtout en particulier—qui
vous fouette le sang et vous allume l’imagination avec ses façons
provocantes de retrousser ses cottes et de remuer sa crinoline.

COUCHER (Avoir un). Être retenue par un miché pour baiser avec lui
toute la nuit,—dans l’argot des bordels.

    Mélie? Elle a un coucher, mon petit, faudra repasser demain.

      H. MONNIER.

COUCHER AVEC UNE FEMME. En jouir;—par extension: Tirer un coup—même sur
toute autre chose qu’un lit.

    _C’est signe que tu ne couchas
    Jamais encore avec elle._

      CL. MAROT.

    _Un ange la prend dans ses bras,
    Et la couche sur l’autre rive._

      PARNY.

    Monsieur sait mieux que moi, me dit-il, que coucher avec une
    fille, ce n’est que faire ce qui lui plaît: de là à lui faire
    faire ce que nous voulons, il y a souvent bien loin.

      DE LACLOS.

    Que veut-il donc? Coucher avec une jolie femme et en passer sa
    fantaisie.

      LA POPELINIÈRE.

    _Si j’ cède à tes beaux discours,
    C’est parc’ que tu m’ cass’ la tête,
    Car avec un’ fille honnête
    On n’ couch’ pas avant huit jours._

      (_Chanson anonyme moderne._)

COUCOU. Oiseau jaune, de la race des cocus, aussi féconde que celle des
mirmidons.

            _Les coucous sont gras,
            Mais on n’en tue guère;
            Les coucous sont gras,
            Mais on n’en tue pas.
    La crainte qu’on a de manger son père,
    Son cousin germain, son oncle ou son frère,
            Fait qu’on n’en tue guère,
            Fait qu’on n’en tue pas._

      (_Vieille chanson._)

COUENNE. Le membre viril,—une cochonnerie.

COUILLES. Testicules de l’homme.

    _De la pointe du vit le poinct,
    Et vit li met jusqu’à la couille._

      (_Anciens Fabliaux._)

    Mais si ma couille pissait telle urine, la voudriez-vous bien
    sucer?

      RABELAIS.

    On ne fait non plus cas des pauvres que de couilles; on les
    laisse à la porte, jamais n’entrent.

      (_Moyen de parvenir._)

COUILLONS. Les testicules.

    _O vit! bande toujours, et vous, couillons propices,
                Distillez votre jus,
    Pour fixer à jamais les rapides délices
                De mes sens éperdus._

      (_Parnasse satyrique._)

    _Voyez la grande trahison
    Des ingrats couillons que je porte:
    Lorsque leur maître est en prison,
    Les ingrats dansent à la porte._

      (_Cabinet satyrique._)

    _Mes couillons, quand mon vit se dresse,
    Gros comme un membre de mulet,
    Plaisent aux doigts de ma maîtresse
    Plus que deux grains de chapelet._

      THÉOPHILE.

COULER. Avoir une coulante, une gonorrhée gagnée au service de la
femme, parce qu’en effet le membre viril, à l’instar du suif qui coule
d’une chandelle, filtre alors une chaude-pisse dans la culotte.

    _Ma pine encore vierge
            Coula,
    Ni plus ni moins qu’un cierge.
            Voilà._

      EUGÈNE VACHETTE.

COUP. L’acte vénérien, qui est, en effet, un choc—agréable pour celle
qui le reçoit comme pour celui qui le donne.

    _L’autre jour un amant disait
    A sa maîtresse à basse voix,
    Que chaque coup qu’il lui faisait
    Lui coûtait deux écus ou trois._

      CL. MAROT.

    _Tu voudrais avoir pour un coup
    Dix écus; Jeanne, c’est beaucoup._

      ÉT. TABOUROT.

    _Pour l’avoir fait deux coups en moins de demi-heure,
    C’est assez travailler pour un homme de cour._

      (_Cabinet satyrique._)

    Il faut toujours se faire payer avant le coup.

      TABARIN.

    L’homme philosophal que cherche, sans le trouver, la femme, est
    celui qui ferait réellement les cent coups.

      J. LE VALLOIS.

COUP DE CANIF DANS LE CONTRAT (Donner un). Tromper son mari au profit
d’un amant, sa femme au profit d’une maîtresse.

    Et puis ces messieurs, comme ils se gênent pour donner des coups
    de canif dans le contrat! La _Gazette des Tribunaux_ est pleine
    de leurs noirceurs; aussi nous sommes trop bonnes.

      L. FESTEAU.

COUP DE CROUPE. Coup de cul que donne la femme dans l’acte copulatif.

    Elle a un coup de croupe des plus distingués.

      LA POPELINIÈRE.

COUP DE CUL. Jeu des reins dans lequel excellent les femmes, ce qui
nous procure du plaisir et à elles des rentes—quand elles ne sont pas
trop prodigues et qu’elles n’ont pas de maquereaux.

    _Pourtant, si j’en crois mes propres rivales,
    Je réveillerais le plus mort des morts
    D’un coup de ce cul qu’ici tu ravales
    Sans en éprouver le moindre remords._

      ANONYME.

    _Ta fortun’ n’est pas faite:
    Allons donc, y pens’-tu?
    Encore un coup d’ cul,
            Jeannette,
    Encore un coup d’ cul._

      E. DEBRAUX.

COUP DU MACARON. Tour de force facile à figurer, mais impossible
de mener à bonne fin.—L’homme est couché sur le dos, le bracquemart
en l’air. La femme s’asseoit dessus et s’introduit dans le vagin ce
pivot de chair. Alors, s’aidant des pieds et des mains, elle tâche de
tourner et de figurer l’aiguille du jeu de macarons. L’inventeur de
ce divertissement m’assure «_qu’à tous les coups l’on gagne_.»—Je me
permets d’en douter..... et vous?...

    _Sur l’assise d’une pine
    Pivotant comme un toton,
    Aimes-tu mieux en gamine
    Tirer l’coup du macaron?_...

      PAUL SAUNIÈRE.

COUP DU MATIN (Le). Celui qui se tire forcément lorsqu’on se réveille,
parce qu’à ce moment on bande toujours, soit qu’on ait dormi sur le
dos, soit qu’on ait envie de pisser, et que toute pine qui bande a le
devoir de décharger.

    _Pour le coup du matin j’ai de l’aversion,
    Et je ne m’y soumets qu’avec répulsion._

      LOUIS PROTAT.

COUP DU MILIEU (Le). Celui qui se tire vers le milieu de la nuit, après
un léger repos, nécessité par la fatigue des coups précédents, et avant
le repos définitif qui précédera le _coup du matin_.

    _Et l’on ne voit pas une belle
    Refuser le coup du milieu._

      ARMAND GOUFFÉ.

COUPER LA MÈCHE (Se). S’émasculer volontairement,—pour ne plus prendre
feu auprès des femmes.

    _Puisque aimer offense Dieu,
    Qu’un sûr moyen nous empêche:
    Dès qu’on redoute le feu,
    Que ne coupe-t-on la mèche?_

      ALTAROCHE.

COUP QUI PORTE. Coup chargé de sperme prolifique, dont le résultat
naturel est un enfant.

    Pour neuf mois que l’on passe en délices et plaisirs, on
    n’engrosse qu’une seule fois, et... tous les coups ne portent
    pas.

      MILILOT.

COURAILLER. Baiser en ville, et fréquemment, brunes ou blondes, rousses
ou cendrées, bourgeoises et lorettes, servantes et maîtresses.

    Vous l’auriez empêché de courailler.

      H. DE BALZAC.

COUREUR. Libertin,—parce qu’il court après toutes les femmes, comme un
chien après toutes les chiennes.

COUREUSE. Femme libertine qui court volontiers après les porte-queue,
soit parce qu’elle y trouve son plaisir, soit parce qu’elle y trouve
son intérêt.

    Une fille inconnue, qui fait le métier de coureuse.

      MOLIÈRE.

COURIR. Baiser en ville et chez soi; changer volontiers de maîtresses
quand on est homme, d’amants lorsqu’on est femme.

    Monsieur n’est pas heureux quand il court.

      H. MONNIER.

    J’aimerois mieux que tous les laquais de la cour courussent
    sur le ventre de ma femme, que d’être astreint à ne point faire
    l’amour.

      (_Les Caquets de l’accouchée._)

COURIR LA GUEUSE. Hanter les bordels et les bals publics, où l’on peut
_faire_ une femme nouvelle tous les jours.

    _Mais j’oublierai cette folle amoureuse,
        Tra la la, la la la la la,
    Et dès ce soir, je vais courir la gueuse!
        Tiens, voilà Carjat!..._

      ALEXANDRE POTHEY.

COURIR LE GUILLEDOU. Faire le libertin; rechercher les grisettes, les
femmes faciles, pour coucher avec elles. Se dit aussi pour: Faire le
métier de gueuse.

    _J’aurais pu, comme une autre, être vile, être infâme!
    Courir le guilledou jusqu’au Coromandel!
    Mais jamais je ne fusse entrée en un bordel!_

      ALBERT GLATIGNY.

COURIR UNE POSTE, DES POSTES. Tirer un coup, des coups, autant qu’on
le peut quand on est bon cavalier et qu’on ne se laisse pas désarçonner
par le premier coup de cul de sa jument.

COURSE. Coup tiré avec une femme, que l’on fait ainsi voyager à cheval
sur un bâton, comme sorcière allant au sabbat.

    _Argant, de ses nombreuses courses
    Tout fatigué, s’échappe enfin.
    Hélas! il emporte à ses bourses
    L’amante qui supplie en vain._

      B. DE MAURICE.

COURTE. Le membre viril—qui s’allonge si volontiers sous la douce
pression d’une bouche ou d’une main de femme.—On emploie ordinairement
ce mot en mauvaise part, pour désigner une pine d’une longueur médiocre
et qu’on ne suppose pas, sur ses apparences, propre à faire jouir les
femmes. Qu’importe qu’elle soit courte—pourvu qu’elle soit bonne!

    _Le jeune homme puceau l’appelle son affaire,
    L’ouvrier son outil, la grosse cuisinière
    Une courte..._

      LOUIS PROTAT.

                _En avant! courtons,
                Enfonçons les cons;
    A grands coups de cul, de pine et de roustons,
              Faisons cramper les garces._

      (_Parodie de la Parisienne._)

COURTISANE. Professeur femelle de philosophie horizontale.

    _Aussi, j’aime tes courtisanes
    Et tes nymphes, ô Titien,
    Roi des tons chauds et diaphanes,
    Soleil du ciel vénitien._

      TH. GAUTIER.

    _Les petites paysannes
    Qu’on patine au coin d’un mur,
    Ont, plus que les courtisanes,
    Fesse ferme et téton dur._

      DE LA FIZELIÈRE.

COURTISER UNE FEMME. Chercher tous les moyens de se servir de sa courte
avec elle et même s’en servir.

    _Mais pour que ce coureur de belles
    Puisse, en dix heures seulement,
    Courtiser cinquante pucelles...
    Ah! qu’il faut de tempérament._

      L. FESTEAU.

COUSIN. L’homme qui baise une femme, qu’il lui soit ou non parent.

COUSINE. Pédéraste passif; variété de _Tante_,—les enculés portant
presque tous des noms de femme, tels que ceux de: la _Reine
d’Angleterre_, la _Grise_, la _Marseillaise_, la _Fille à la perruque_,
la _Léontine_, la _Nantaise_, la _Folle_, la _Fille à la mode_, la
_Pipée_, la _Bouchère_, etc.

COUSINE DE VENDANGE. Femme que l’on baise sur la table de certains
cabarets borgnes, moyennant bouteille et quelque monnaie.

    M. de L’Aulne se fit égratigner à la place de sa cousine de
    vendange.

      Comte DE CAYLUS.

COUVENT. Bordel, où s’enferment volontairement les vierges folles.

COUVREUR, COUVRIR UNE FEMME. Homme qui baise, parce qu’en baisant il
couvre de son ventre, en guise de toit, cette délicieuse habitation
qu’on appelle le con de la femme, et que, sous prétexte d’empêcher la
pluie d’y tomber, il inonde, lui, de son sperme.

    Plus vous couvrirez une femme, plus il pleuvra.

      TABARIN.

    _Faut voir comm’ leux femm’s sont couvertes._

      ROUGEMONT.

CRACHER À LA PORTE. Décharger sur la motte d’une femme au lieu de le
faire dans son vagin;—ce qui s’appelle: _tricher au jeu_.

    _Ne fout que quand son vit lui crache
    Pour tout soulaz dedans la main._

      THÉOPHILE.

CRACHER DANS LES BROUSSAILLES. Éjaculer, non dans le vagin, mais sur
les poils de la motte.

CRAMPE D’AMOUR. L’érection.—Voir aussi _Tirer sa crampe_.

    _Le grivois à l’aspect des lieux qu’il envisage,
    Où nichent mille attraits qu’il lorgne tour à tour,
        Se sent atteint d’une crampe d’amour._

      VADÉ.

CRAMPER. Baiser,—parce que dans la jouissance qu’amène la conjonction
de deux créatures d’un sexe différent, il y a un spasme, une crampe.

    _Puissé-je,
    ... Cramper dans le cul
        De ma blonde._

      E. DEBRAUX.

CRAMPEUSE. Synonyme de _jouisseuse_.—Fille publique qui
crampe—c’est-à-dire qui jouit aussi bien avec un miché qu’avec un
amant.

CRAPAUDINE. Expression tirée du langage culinaire. Les pigeons à la
crapaudine ont les pattes rentrées en dedans. De même, la femme étendue
sur le dos et recevant le vit dans son con, afin de mieux le faire
glisser jusqu’au fond du vagin, lève ses deux jambes en l’air, les
replie sur l’homme, les appuie sur son dos et l’attire à elle autant
qu’elle peut. Il voudrait s’en défendre, ce serait inutile, il faut que
sa pine pénètre jusqu’à la matrice, qui vient d’elle-même se présenter
à ses coups. Plus les coups sont forts, plus ils plaisent à la femme
jeune et bien portante. Bien des couchettes ont été cassées avec ce
jeu-là; aussi, maintenant, on les fait en fer.

    _Marie se colle à mon ventre
    Et pour que tout mon vit entre
    Jusques au fin fond de l’antre
    Enflammé par Cupidon,
    Elle fait la crapaudine.
    Vraiment, cette libertine,
    Si je n’étais qu’une pine
    M’engloutirait dans son con._

      J. CHOUX.

CRÉATURE. Nom que, dans leur mépris—qui ressemble beaucoup à de
l’envie,—les femmes honnêtes donnent à celles dont le métier est de ne
l’être pas.

    Mon mari a eu l’infamie de faire venir cette créature dans ma
    maison.

      GAVARNI.

CREUSET. La nature de la femme.

    _Ma femme tempeste
    Dans son cabinet:
    Je luy mets mon reste
    Dedans son creuset._

      (_Chansons folastres._)

CREVER L’ŒIL. Introduire le membre viril dans le vagin d’une femme, ou
dans le cul d’un homme.

    Un jeune homme qui tenait la lance en arrêt pour te crever l’œil.

      D’ABLANCOURT.

CREVETTE. Lorette.—Mot de création tout à fait récente.

    Le petit crevé une fois affirmé, il a fallu lui trouver sa
    femelle, et à sa femelle donner un nom; une dérivation toute
    naturelle a conduit au nom de crevette.

      NESTOR ROQUEPLAN.

CRISTALLINE. Maladie vénérienne de l’anus,—ce que les satiriques latins
appellent _crista_, ou _marisca_. Ce sont des espèces de caroncules, de
crêtes, que font pousser là les habitudes sodomiques.—C’est à tort que
M. Louis Protat a, dans sa parodie de _Lucrece_, dit:

    _Mais là, de tous les maux que redoutent une pine:
    Chancres, crêtes de coq, vérole, cristalline..._

La pine la donne, mais ne la reçoit pas,—comme une noble et charitable
dame qu’elle est.

CROQUER. Employé dans un sens obscène pour faire l’acte vénérien.

    _Par où le drôle en put croquer,
    Il en croqua._

      LA FONTAINE.

             _Tout
    Est de votre goût,
      Vous croquez tout._

      COLLÉ.

CROQUER UNE FEMME. La baiser, ce qui est une friandise exquise.

    C’est que la plupart sont des goulus, qui ne veulent des femmes
    que pour eux: ils ont beau faire, on en croquera toujours
    quelques-unes à leur barbe.

      (_Théâtre italien._)

CROUPE (La). Les reins, dont la femme joue si merveilleusement à notre
bénéfice.

    La torsion lascive de sa croupe.

      H. DE BALZAC.

    _Une gorge bien ferme et des fesses bien blanches,
    Une croupe soignée, un beau cul et des hanches._

      LOUIS PROTAT.

    _J’aime à voir onduler vos croupes dans le soir,
    Monstres dont on voudrait être les Hippolytes._

      PAUL MAHALIN.

CROUPION. Nom qu’on donne aux fesses.

    _Quel superbe croupion elle a, cette drôlesse!_

      J. LE VALLOIS.

CUEILLIR LA FRAISE, LA NOISETTE, LA FLEUR, UN BOUTON DE ROSE SUR LE
NOMBRIL. Tirer un coup.

    _Ah! qu’il fait donc bon_ (bis)
      _Cueillir la fraise,
    Au bois de Bagneux,
      Quand on est deux._

      (_Le Bijou perdu._)

    Mais souffre que je puisse cueillir le fruit, dès si longtemps
    promis à ma pure et sainte fidélité.

      P. DE LARIVEY.

    Je craignais qu’elle ne laissât cueillir la belle fleur de son
    pucelage sans en tirer profit.

      CH. SOREL.

        _Par ma fine, je suis perdue,
        Disait Babet à son seigneur,
    Qui par méprise, en lui cueillant sa fleur,
            La greffa d’un beau fruit._

      VADÉ.

    _Vous abusez, car Meung, docteur très sage,
    Nous a décrit que pour cueillir la rose
    Riche amoureux a toujours l’avantage._

      F. VILLON.

CUEILLIR UNE FEMME. Prendre un pucelage,—les femmes étant des fleurs,
au dire des poètes qui les mettent dans leur herbier au lieu de les
foutre dans leur lit.

    _... Je te vois pâlir,
    Lui dis-je, et de plus tressaillir,
    Quand je suis prêt à te cueillir._

      COLLÉ.

CUL (Le). Les fesses, l’anus et les parties génitales tout ensemble.

    Que ton petit cul est rond et potelé! Qu’il est bien fait!...

      LA POPELINIÈRE.

    _Un cul dur comme un marbre et plus blanc que l’ivoire._

      LOUIS PROTAT.

    _Vous assurez, belle farouche,
    Que l’amour ne peut vous brûler:
    Si votre cul pouvait parler,
    Il démentirait votre bouche._

      COLLÉ.

            _Et nous autres,
            Pauvres apôtres,
            Pauvres moines...
    Ne foutons que des culs crottés...
                Eleïson!_

      (_Romance populaire._)

    _Louyson a le cul crotté
    Tout ainsi qu’un veau garotté
    Que l’on traîne parmy la rue..._

      M. DE MONTGAILLARD.

          _Gai, gai, l’on est chez nous
              Toujours en fête
          Et cul par-dessus tête;
          Gai, gai, l’on est chez nous,
    Toujours en fête et sens dessus dessous._

      BÉRANGER.

            _Cul, cul pour la vertu!
    Je suis putain, je veux faire mes farces;
            Cul, cul, pour la vertu!
    Je suis putain, je veux montrer mon cul!_

      (_Vieux refrain._)

    _Dieu fit le con, ogive énorme,
            Pour les chrétiens,
    Et le cul, plein cintre difforme,
            Pour les païens..._

      (_Parnasse satyrique._)

    _Ah! je n’y tiens plus!... le cul me démange...
    Qu’on m’aille chercher l’Auvergnat du coin,
    Car je veux sentir le vit de cet ange
    Enfoncer mon con comme avec un coin._

      (_Parnasse satyrique._)

CULBUTER UNE FEMME. En jouir,—parce que, pour en arriver là, il faut la
renverser sur le dos.

    Mademoiselle, aimez-vous bien à être culbutée?

      SOREL.

CULETER. Faire l’acte copulatif, qui exige de part et d’autre un fort
remuement de cul.

    _Elle en entretenait de tous prix et tous âges,
    Même leur apprenait cent divers culetages._

      THÉOPHILE.

    _Depuis grosse garce devint,
    Et lors culetait plus que vingt._

      CL. MAROT.

    _Ci-gist qui est une grand’perte,
    En culetis la plus experte
    Qu’on sut jamais trouver en France._

      CL. MAROT.

CULISTE. Homme qui préfère le cul au con,—élevé, sans doute, à l’école
anormale des RR. PP. Jésuites.

    _Il n’est à présent que des sots
        Qui se disent conistes;
    Les philosophes, les héros
        Ont tous été culistes._

      COLLÉ. (_Recueil du Cosmopolite._)

CULOT DE FROMAGE (Le). Ce qui reste au fond des vagins qu’on n’a pas
le soin de les bien récurer lorsqu’ils ont servi à faire la cuisine de
l’homme.

    _Malgré l’culot de fromage
    Qu’on est sûr d’y rencontrer,
    Ma gueul’ ne f’ra pas naufrage
    Si mon nez n’ vient à sombrer._

      (_Parnasse satyrique._)

CULTE DE SAPHO (Le). _Lesbicus amor._ L’amour d’une femme pour une
autre femme, à l’exemple de celui dont était possédée l’amante méprisée
de Phaon.

    _L’Opéra dit tout haut
    Que St....., la prima-donne,
    Avec fureur s’adonne
    Au culte de Sapho._

      JOACHIM DUFLOT.

CUL TERREUX. Paysanne, qui ignore l’usage de la cuvette, et qui a
autant de crasse au vagin qu’aux mains.

CUVETTE. Vase qui joue un grand rôle dans la vie des filles d’amour;
elles y touchent aussi souvent qu’aux pines de leurs contemporains. Un
homme est monté; pendant qu’il redescend, la cuvette se remplit d’eau,
avec quelques gouttes de vinaigre de Rully, et la main travaille à
déterger l’intérieur de la petite caverne dans laquelle il vient de
faire ses nécessités spermatiques. Si Paris pouvait se taire, de six
heures du soir à minuit, on entendrait un bruit formidable de cuvettes,
jouant toutes le même air, une sorte de _ranz des vaches_ plein de
mélancolie, car il paraît que cela n’est pas amusant de se laver ainsi
trente fois par soirée.

CYCLOPE. L’outil qui n’a qu’un œil, ou plutôt l’ouvrier qui forge les
enfants:—Le vit.

    _Chez la Constant, Berthe aux merveilleux charmes,
        Beau travail et fermes appas,
    De mon Cyclope a fait couler les larmes
            Bien souvent, hélas!..._

      P. SAUNIÈRE.



D


DAIM. Le monsieur qui paie les filles pour être trompé par elles avec
leurs amants de cœur; le mâle naturel de la _biche_.

    Des daims! J’ôte jamais mes frusques, moi.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

DAME AUX CAMÉLIAS. Femme entretenue, qui joue quelquefois à la ville
le rôle de _Marguerite Gautier_ (Marie Duplessis) avec un coiffeur de
son quartier, qu’elle aime ou fait semblant d’aimer, dans un accès de
vertu—heureusement très court.

    Quand la lorette arrive à la prospérité, elle change de nom et
    s’appelle _Dame aux Camélias_.

      EDMOND TEXIER.

DAMES (Ces). On appelle ainsi un groupe de femmes, célibataires ou non,
qui vivent, travaillent ou se divertissent ensemble:

    _Ces dames_ du corps de ballet, _ces dames_ du théâtre, _ces
    dames_ les étudiantes, _ces dames_ du Casino, de Mabille, etc.,
    etc.—En famille, le fils sortant avec sa mère et ses sœurs dit:
    Je vais au théâtre avec _ces dames_.—Dans les ateliers de femmes,
    chez les couturières, les modistes, les lingères, etc., on dit
    _mesdemoiselles_... _ces demoiselles_.—Au bordel, on dit: «Toutes
    _ces dames_ au salon!»—_Être dame_ est le rêve que caresse toute
    jeune fille sage qui désire sa liberté.

DANSE (La) À PLAT, LA BASSE DANSE, LA DANSE DU LOUP. L’acte vénérien,
pendant lequel les deux acteurs se trémoussent en cadence, coups de
cul de ci, coups de queue de là,—ce qui les échauffe bien plus que
n’importe quelle varsoviana.

    _L’époux remonte, et Guillot recommence.
    Pour cette fois, le mari vit la danse
    Sans se fâcher._

      LA FONTAINE.

    Il lui enseigna la danse du loup, la queue entre les jambes.

      (_Moyen de parvenir._)

    Je crois que tu ne te ferais point prier de danser le branle de
    un dedans et deux dehors.

      TOURNEBU.

    La danse est pour les jeunes filles ce qu’est la classe pour les
    adolescents, une école protectrice de la sagesse, un préservatif
    des passions naissantes. Le célèbre Locke recommande expressément
    d’enseigner aux enfants à danser dès qu’ils sont en état de
    l’apprendre. La danse porte en soi une qualité éminemment
    réfrigérante, et, sur tout le globe, les tempêtes du cœur
    attendent, pour éclater, le repos des jambes.

      LEMONTEY.

    A quinze ans, la danse est un plaisir, à vingt-cinq ans un
    prétexte, à quarante ans une fatigue.

      AD. RICARD.

DARD. Le membre viril—avec lequel on pique les femmes, qui aiment
toutes à être ainsi piquées.

    _... Il devient dard avec le pioupiou._

      LOUIS PROTAT.

    _Ce brutal, ce Maure arrogant,
    Dans son amoureuse-tempête,
    S’élance au cul, le dard en main._

      B. DE MAURICE.

DÉBALLAGE. Le déshabillé des femmes. Telle qui, sur le boulevard, avec
sa crinoline et les tromperies ouatées de son corsage, a un aspect très
appétissant, n’a plus, une fois nue, que des séductions de manche à
balai.

    Faut voir ça au déballage... y a p’t-être plus d’ réjouissance
    que d’ viande là-dessous.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

DÉBANDER. Sentir son membre devenir mou, de dur qu’il était auparavant,
soit parce qu’on a tiré un coup et qu’on est fatigué, soit parce qu’on
ne se sent pas inspiré.

    Tu ne me serres pas le vit comme tantôt... je sens que je
    débande.

      LA POPELINIÈRE.

DÉBAUCHER UNE FILLE. Lui prendre son pucelage et lui donner le goût de
la pine—qu’elle ne perdra plus désormais qu’en perdant le goût du pain.

DÉCALOTTER. Découvrir le prépuce qui recouvre le gland du phallus,
soit en bandant trop fort, soit en jouant avec, pour examiner son état
sanitaire.—J’aime cette habitude de politesse du membre viril, ôtant
respectueusement sa calotte devant la femme—quelle qu’elle soit. Il est
vrai qu’en l’ôtant ainsi sans précaution, il s’expose à s’enrhumer—et à
couler: mais il a été poli, mais il a été galant, l’honneur est sauf.

    _Un vit, sur la place Vendôme,
    Gamahuché par l’aquilon,
    Décalotte son large dôme
    Ayant pour gland... Napoléon!_

      (_Parnasse satyrique._)

DÉCHARGE. Éjaculation.

    Il faut que la femme, dans le point de la décharge, si elle veut
    que le coup porte, tienne les fesses serrées l’une contre l’autre
    et ne se remue en façon quelconque que tout ne soit fait et
    achevé!

      MILILOT.

    _L’éclair brille, Jupiter tonne,
    Son vit n’en est point démonté;
    Contre le ciel sa tête altière
    Au bout d’une courte carrière,
    Décharge avec tranquillité._

      PIRON.

    Ah! tu ne t’en iras pas que je n’aie déchargé.

      LA POPELINIÈRE.

    _Les capotes mélancoliques
    Qui pendent chez le gros Millan,
    S’enflent d’elles-mêmes, lubriques,
    Et déchargent en se gonflant._

      (_Parnasse satyrique._)

DÉCONNER. Sortir du con de la femme, soit parce qu’on a fini, soit
parce qu’elle remue trop les fesses. Il y a des gens qui peuvent, comme
l’Ascylte de Pétrone, rester deux jours sur une femme. Heureux Ascylte!
Plus heureuse femme!

    Ah! me voilà déconné!

      LA POPELINIÈRE.

    _Le vit alors, bien convaincu
    Qu’on ne peut voir un con vaincu,
        Renonce à la victoire:
    Il déconne et s’adresse au cu._

      (_Chanson anonyme moderne._)

    _Avec cet outil-là, je puis, sans me gêner,
    Fournir mes douze coups, dont six sans déconner._

      PIRON.

DÉCOUCHER. Aller passer la nuit au bordel quand on est homme, hors du
bordel quand on est fille.

    Excusez-moi, mais, fidèle à mes devoirs de mari, je n’ai jamais
    découché et ne découcherai jamais.

      LIREUX.

DÉCROTTER UNE FEMME. La brosser vigoureusement avec son vit, de
façon à lui désobstruer le con, si par hasard il était embarrassé et
embroussaillé de restants de sperme ou de sang menstruel.

    _Il me répond: Ne te fâche, Babeau,
    Avant partir tu seras décrottée._

      (_Recueil de poésies françaises._)

DÉDALE. La nature de la femme, où le membre viril s’égare souvent,
lorsqu’elle est trop large ou qu’il est trop petit,—bien qu’il ait la
main d’Ariane pour le conduire au bonheur.

    _Ce beau dédale qu’il contemple
    Avec des yeux étincelants,
    Fait naître et couler dans ses sens
    Une ardeur qui n’a point d’exemple._

      GRÉCOURT.

DÉDUIT. L’acte amoureux,—du verbe latin _deducere_, tirer, faire
sortir, c’est-à-dire, en vieux français, se divertir en tirant—un coup.

      _Qu’il ne manquait ou de jour, ou de nuit,
    Sous prétexte de voir son ingrate maîtresse,
        De faire naître avec adresse
      Un rendez-vous pour l’amoureux déduit._

      LA FONTAINE.

    _L’homme noir, friand du déduit,
    De dire: l’aventure est bonne._

      GRÉCOURT.

            _Il est minuit,
        C’est l’instant du mystère,
    Il nous invite à l’amoureux déduit._

      ÉMILE DEBRAUX.

DÉFLORER UNE FILLE. Lui enlever son pucelage,—une rose diablement
épineuse.

    _Si fut-il admiré pour masle très-puissant
    D’en avoir une nuit défloré demi-cent._

      J. DE SCHÉLANDRE.

DÉGELER SON MEMBRE. L’introduire à moitié roide dans le vagin d’une
femme dont la chaleur le force à grossir et à brûler lui-même.

    _Un jour d’hiver Collas tout éperdu
    Vint à Catin présenter sa requête
    Pour dégeler son chose morfondu._

      CL. MAROT.

DEMI-CASTOR. Femme de moyenne vertu.

    Deux de ces filles qu’on appelle dans le monde demi-castors,
    se trouvèrent, par hasard, assises près de moi l’autre jour au
    jardin des Tuileries.

      (_Correspondance secrète._)

DEMI-VERTU. Femme qui n’est pas encore fille.

    _Et ces d’mi-vertus à panache,
    Tendres à cent écus par mois._

      E. DEBRAUX.

DEMOISELLE. Fille, dirait le portier de Prud’homme—qui est encore
garçon,—parce qu’elle n’est pas mariée.—Se dit aussi pour _pucelle_.

    _Par hasard la trouvant d’moiselle,
    A son pèr’ je d’mandai la belle._

      E. DEBRAUX.

DEMOISELLE DES TUILERIES. Vieille fille en quête d’un mari.

    La demoiselle des Tuileries appartient aux Tuileries à titre
    de meuble, comme la statue de Méléagre ou comme celle de
    Spartacus.—Elle avoue vingt-cinq ans et en a trente bien sonnés.
    Elle est arrivée à cette époque fatale de la vie où l’on dit:
    Voilà une femme qui a dû être fort bien. De trente à trente-cinq
    ans, elle dissimule la tristesse qui la gagne, elle s’efforce de
    sourire. Quand elle voit passer à sa portée un bel enfant avec
    des cheveux blonds, elle l’attire à elle, l’embrasse tendrement
    et pousse un profond soupir qui veut dire: J’aurais été si bonne
    mère!—Les trente-cinq ans arrivent: oh! alors, c’est l’énergie
    du désespoir, c’est la rage, une fureur. _La demoiselle des
    Tuileries_ s’accroche à tout; elle est prête à tout; elle
    épousera, si on le veut, avec un égal empressement, un jeune
    homme de dix-huit ans qui veut s’émanciper, ou un vieillard
    qui cherche une garde-malade...—A quarante ans, le rôle de la
    demoiselle des Tuileries est fini; elle prend le mariage en
    horreur, elle est vieille fille et restera vieille fille...

      E. GLORIEUX.

DEMOISELLE DU PONT-NEUF. Fille ou femme sur le ventre de qui tout le
monde passe, a passé, ou passera.

DÉNICHEUR DE FAUVETTES. Libertin, dont l’unique occupation est de
faire la chasse aux connins, de dénicher les pucelages pour son propre
compte.

DÉPENSER SES CÔTELETTES. Tirer un coup, parce que le sperme est le
résultat de la nourriture absorbée.—Cette expression a été employée
pour la première fois dans une nouvelle à la main du _Figaro_, dont le
parquet a ri—sans la poursuivre comme outrage à la morale publique. Une
dame avait un amant pauvre, qu’elle invitait souvent à dîner avec elle,
afin de lui confectionner un sperme de bonne qualité et de le forcer à
bander en temps utile. Un jour elle s’aperçut qu’il la trompait pour
une autre femme; elle s’en plaignit amèrement à une de ses amies, en
disant: «Il va dépenser ailleurs les côtelettes qu’il mange chez moi!»

DÉPUCELER UNE FILLE. La débarrasser, à coups de pine, du fardeau de
sa virginité; briser la cloison de l’hymen pour entrer dans son divin
retrait,—où déjà, peut-être, est entré l’indiscret médium.

    Il trouve son écolière sur le lit, qui l’attendoit, dont il jouit
    à son souhait, et la dépucelle.

      MILILOT.

    Il vaut mieux dépuceler une garce que d’avoir les restes d’un
    roi.

      BRANTÔME.

    _Çà donc, mon cœur et ma rebelle,
    Çà mon âme, çà mes amours,
    Qu’à ce coup je vous dépucelle._

      (_Cabinet satyrique._)

    La nouvelle mariée fit pourtant si bien qu’elle dépucela son
    mari.

      TALLEMANT DES RÉAUX.

DÉPUCELEUR DE NOURRICES. Fat qui joue au don Juan, qui prétend avoir
mis à mal une infinité de pauvres innocentes, et qui n’a jamais baisé
que des gourgandines.

DERNIÈRE FAVEUR (La). Ainsi appelait-on, au XVIIIe siècle, la
complaisance qu’une femme avait de prêter son derrière à un homme après
lui avoir prêté son devant. Cela résulte clairement de ce passage des
_Tableaux des mœurs du temps_, de La Popelinière:

    —Comment donc, comtesse, vous ne lui avez pas encore accordé la
    dernière faveur?—Non certes, je m’y suis toujours opposée.—Cela
    vous tourmentera et lui aussi, ma petite reine; il faut bien que
    vous fassiez comme les autres. Les hommes sont intraitables avec
    nous jusqu’à ce qu’ils en soient venus là.

      (_Dialogue XVII._)

Aujourd’hui, la _Dernière faveur_, dans le langage de la galanterie
décente, c’est la coucherie pure et simple—et c’est déjà bien joli.

DERRIÈRE (Le). Le cul, soit de la femme, soit de l’homme.

    _Et pour peu que, d’un air tendre,
    On dirige un doigt savant,
    On les voit se laisser prendre
    Le derrière et le devant._

      CHARLES MONSELET.

    _Phœbus, au bout de sa carrière,
    Put les apercevoir tous deux,
    Le brigadier dans le derrière
    Agitant son membre nerveux._

      (_Parnasse satyrique._)

          _Pour offrir
    Son devant aux madames,
    Son derrièr’ ferme et doux
          Aux époux._

      (_Chanson anonyme moderne._)

DÉSARÇONNÉ (Être). Ne plus bander, pour avoir trop bandé;—femme, faire
déconner son fouteur.

    L’étudiant qui n’est pas encore désarçonné.

      HENRI MONNIER.

    Je désarçonnai mon cavalier, qui n’avait pas encore fini sa
    course.

      (_Meursius._)

DESCENDRE. Aller faire la rue, dans l’argot des filles de bordel,
qui descendent le plus souvent qu’elles peuvent, afin d’être montées
d’autant.

    Va t’ êt’ onze heures, j’ descends pus... Nous allons nous
    coucher, dis, veux-tu?

      HENRI MONNIER.

DESGRIEUX. Maquereau, amant de cœur d’une femme galante.—Tout le monde
a lu le roman de l’abbé Prévost d’Exiles, intitulé _Manon Lescaut_,
et, l’ayant lu, sait que dans ce roman—qui a l’air d’être une histoire
arrivée—le chevalier Desgrieux joue le rôle de maquereau, et même un
peu d’escroc.

DESSUS DU PANIER DES AMOURS (Le). Le pucelage des jeunes filles, auquel
personne n’a encore touché du bout de la queue.

    Ces messieurs du faubourg ont le dessus du panier des amours, et,
    comme ils ont l’appétit et les dents de la jeunesse, ils mordent
    aux grappes lorsqu’elles ont précisément toute leur fraîcheur,
    toute leur saveur, tout leur parfum.

      A. DELVAU.

DESSERRER LES GENOUX. Consentir à se laisser baiser. Ouvrir les cuisses
pour recevoir un homme, de même qu’on ouvre la bouche et desserre les
dents pour recevoir un vit.

    _Un cordelier d’une riche encolure,
              Large de quarrure,
              Fier de son pouvoir,
            Prodigue du mouchoir,
    Au coin d’un bois rencontra sœur Julie,
              Lui dit: Je vous prie,
              Çà, dépêchez-vous,
            Desserrez les genoux._

      HAGUENIER.

DEUX ADJOINTS (Les). Les testicules, qui accompagnent partout le membre
viril,—le maire naturel de Confoutu.

    _Ses deux adjoints lui font escorte;
    Mais, par un caprice nouveau,
    Tous les deux restent à la porte:
    Il entre seul à son... bureau._

      EUGÈNE VACHETTE.

DEUX BIBELOTS (Les). Les testicules, avec lesquels les femmes se
plaisent à jouer.

    Donne-moi tes deux bibelots, mon chéri, que je les pelote.

      JEAN DU BOYS.

DEUX OREILLES. Les deux couilles.

      _Tu ronfles, tu sommeilles;
      Tu mérit’rais, dans c’ cas,
      Puisque tu n’ t’en sers pas,
    Que j’ te coup’ les deux oreilles...
      Adrien, c’ n’est pas bien, etc._

      (_Anonyme moderne._)

DEUX SŒURS (Les). Les deux fesses, inséparables.

DEUX TROUS (Les). L’anus et le con.

    _Le trou du cul, le trou du con,
    Sont deux trous qui me semblent farces:
    Par l’un, on jouit d’un garçon
    Et par l’autre on jouit des garces.
    Tous les deux me sont défendus;
    Mais puisqu’il faut que je me perde...
    Je préfère le trou du cul,
    Malgré mon dégoût pour la merde._

      BING.

DEVANT (Le). Les parties sexuelles de l’homme et de la femme.

    _Le p’tit gueux, près des femmes,
    Bientôt s’ mit à courir,
            Pour offrir
    Son devant aux madames._

      (_Chanson anonyme moderne._)

    On pourra désormais avoir confiance en moi, car on dit
    communément qu’il faut se défier du devant d’une femme, du
    derrière d’une mule, et d’un moine de tous les côtés.

      (_Le Moine sécularisé._)

    Ah! mon Dieu, quelle injustice que l’honneur d’un homme dépende
    du devant d’une femme!

      CH. SOREL.

DÉVIRGINER. Oter la virginité.

    Ceux-ci ne trouvèrent pas d’autres moyens que de les dévirginer
    eux-mêmes avant qu’elles pussent tenter personne.

      PIGAULT-LEBRUN.

    Oui, tout semblait m’annoncer qu’enfin j’allais être, et même
    très agréablement, dévirginée.

      (_Mon noviciat._)

    Extasiée, fendue par l’énorme grosseur du vigoureux bourdon
    de mon dévirgineur,... je restai quelque temps accablée par la
    fatigue et le plaisir.

      (_Mémoires de miss Fanny._)

DEVOIR (Le). La fouterie, qui est en effet le premier des devoirs, le
plus sacré, celui auquel on manque le moins tant qu’on est jeune et
qu’on sait jouer des reins.

    Allons! rentre chez toi, père de famille! et fais ton devoir près
    de ta femme, cela dût-il te valoir un enfant!

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

    _Puis quand on vint au naturel devoir,
    Ah! dit Catin, le grand dégel s’approche.
        Vrai, dit-il, car il va pleuvoir._

      CL. MAROT.

DILIGENCE (La) DE LYON. C’est une des _postures_ (voir ce mot)
les plus curieuses et les plus rares. Nombre de grands amateurs de
Vénus sont morts sans la connaître; c’est que, pour l’exécuter, il
faut trouver une femme qui réunisse deux qualités rares: l’ardeur,
d’abord. Nombre de femmes feignent d’être ardentes pour plaire à
l’homme qu’elles veulent séduire, mais ne sont au fond que de simples
_patients_ et non des _agents_, et ici il faut que la femme soit agent
et que l’homme soit patient. Ensuite, il faut qu’elle ne soit pas
neutralisée par une sotte pudeur, résultat de la tyrannie des hommes
exercée continuellement jusqu’ici sur les femmes. Quand une femme
donc est ardente et libre, elle prend un homme qui lui plaise sous
tous les rapports; elle le met nu comme un ver, l’étend sur un lit
en lui mettant des coussins sous la tête et sous les reins, et toute
nue elle-même, elle se met à cheval à cru sur lui, s’embrochant sur
le pivot naturel, c’est-à-dire sur son vit. Alors, elle fait comme
le postillon sur un des chevaux des anciennes diligences de Lyon.
S’appuyant un peu sur les épaules de son amant, elle s’avance en
chevauchant et le vit se relève près du ventre de l’homme. Elle recule
et le vit se renfonce dans son con jusqu’à la garde. Elle s’anime;
elle va de plus fort en plus fort, comme si la diligence parcourait
un chemin raboteux. Ses yeux s’égarent, ses cheveux se dénouent.
Elle jouit, elle jouit, mais elle va toujours; elle va jusqu’à ce
qu’elle soit tout à fait exténuée de décharge spermatique; car il
faut remarquer que l’homme, étendu sur ses coussins, ne pouvant pas
bouger, bande de plus en plus, jusqu’à la fin, mais ne décharge pas. La
femme tombe alors comme morte dans les bras de son amant, lequel, tout
enflammé, finit de son côté comme il peut.

    «Je serai bien aimable, je me mettrai toute nue, dit-elle
    insidieusement.—Passe ton chemin, répond le fidèle époux, ayant
    encore présente à la pensée l’image des charmes de sa jeune
    moitié.—Je te ferai le grand jeu!—Non—Feuille de rose!—Non.—Le
    tire-bouchon américain?—Connu... tu m’ennuies.—Eh bien, tiens, tu
    me plais, viens, tu ne payeras pas et nous ferons la diligence de
    Lyon...»

      (_Fantaisiste_, I, 177.)

DISPENSAIRE. Endroit spécial, à la préfecture de police, où sont
obligées de se rendre une fois par semaine les filles en carte,
afin d’y subir de la part des médecins qui s’y trouvent, une visite
minutieuse de santé.

DIVERTIR (Se). Baiser ferme et dru, ce qui est encore le moins trompeur
de tous les plaisirs humains.

    Il s’en allait, contre son gré, voir quelque fille pour se
    divertir, et, étant là, s’efforçait si fort sur elle qu’il en
    était allégé.

      MILILOT.

    _Et cherche un ami jeune et beau,
    Par qui tu sois mieux divertie._

      MAYNARD.

    _Au lit, le divertissement
    Qui se donne entre deux courtines,
    Tient un peu trop du sacrement._

      CHAPELLE.

DOCTEUR (Le). Le vit,—qui sert en même temps de remède.

    _Vieilles, jeunes, laides, belles,
      Toutes aiment le docteur,
      Et toutes lui sont fidèles...
      Toutes? non, c’est une erreur:
      On dit qu’il en est entre elles,
      Dans la crainte d’un malheur,
      Qui se passent du docteur._

DOIGT. Le membre viril, que nous insinuons si volontiers dans le dé de
la femme.

    _Et moy d’un seul petit coup
    J’ay gagné la chaude-pisse,
    Et du doigt de quoy je pisse
    On m’en a coupé le bout._

      (_Chansons folastres._)

    _Il cherche le temps et le lieu
    Pour mettre le doigt du milieu
    Dans la bague de ta nature._

      THÉOPHILE.

    _Sans y réfléchir j’enfonçai
    Ce pauvre doigt jusqu’à la garde._

      E. DEBRAUX.

    _Ma seringue, sans nul obstacle,
    Peut seule opérer un miracle:
    Pour guérir radicalement,
    Prenez un doigt de lavement._

      J. CABASSOL.

    _Ce passe-temps partout d’usage
    Favorise plus d’un amant:
    La fillette innocente et sage,
    Par là s’engage très souvent.
    L’amour qui toujours nous partage
    A soin que tout soit débrouillé,
    Il dissipe plus d’un nuage
    En conduisant le doigt mouillé._

      (_La Goguette du bon vieux temps._)

DOIGT DE COUR. Le médium de la main droite, qui sert à branler les
femmes.

      _Savez-vous pourquoi nos belles
      Sont si froides en amour?
    Ces dames se font entre elles,
    Par un ingénieux retour,
    Ce qu’on nomme un doigt de cour._

      DE CHAMPCENETZ.

DONDON. Femme facile, qui se laisse prendre le cul par le premier venu,
et, au besoin, se laisse baiser par lui.

    _Toinette, fraîche dondon,
    Chantait ainsi son martyre._

      JULES POINCLOUD.

DON D’AMOUR. Employé dans un sens obscène pour désigner l’acte vénérien.

    _Oui, mais aussi nous gagnons quelque chose,
    Dit la jeune Ève, et son souris propose
    Le don d’amour._

      PARNY.

    _Je ne fais que requérir,
          Sans acquérir,
    Le don d’amoureuse liesse._

      CL. MAROT.

    _Conclusion, que Renaud sur la place
    Obtint le don d’amoureuse merci._

      LA FONTAINE.

DONNER DANS L’ŒIL À UN HOMME OU À UNE FEMME. Donner envie à un homme de
coucher avec une femme, ou à une femme de coucher avec un homme.

    Il m’a dit que votre chienne de mine lui avait donné dans l’œil.

      LA POPELINIÈRE.

DONNER DU BON TEMPS (Se). Passer sa jeunesse à baiser les filles, quand
on est homme, et à se faire baiser par les hommes, quand on est fille.
C’est le _Aimons! aimons!_ de M. Alphonse de Lamartine.

    Où qu’est l’ mal après tout? On béquille, on s’amuse, on s’donne
    du bon temps, on oublie sa misère: c’est toujours ça d’ gagné.

      HENRY MONNIER.

        _Not’ vivandière
        S’en donna tant,
    Qu’il survint un enfant._

      E. DEBRAUX.

    _Se donner à crédit pendant qu’on est si belle,
    Et pendant qu’on pourrait amasser des trésors,
    Ma fille, proprement c’est là ce qu’on appelle
                Faire folie de son corps._

      MONTREUIL.

DONNER DU CONTENTEMENT AUX HOMMES. Savoir les faire jouir comme il
faut, par des moyens que réprouve la morale et qu’autorise le bonheur.

    Il dit qu’il me veut rendre une des plus habiles qui soient
    capables de donner du contentement aux hommes.

      MILILOT.

DONNER DU MAL. Communiquer la maladie vénérienne par le coït.

    Elle est belle, ma Joséphine... et elle connaît son affaire!...
    Mais, pas d’ bêtises, ô mon père! elle vous donnerait du mal...

      TISSERAND.

DONNER DU MAL (Se). Dans l’argot des filles publiques, c’est raccrocher
fréquemment sur le trottoir, c’est monter souvent avec de nouveaux
michés.

          _Mais, va, c’est égal,
        Je m’ donnerai du mal,
    Je veux c’ soir, bravant Saint-Lazare.
          Labourer l’ persil._

      DUMOULIN.

DONNER DU PLAISIR. Faire jouir un homme à coups de cul, ou une femme à
coups de queue.

    _Il faut de tous ces dons savoir bien se servir,
    Savoir les employer à donner du plaisir
    A ceux qui dans nos bras cherchent la jouissance._

      LOUIS PROTAT.

DONNER LA SAUCE. Donner la vérole.

    _«..... Présent le plus funeste
    Que puisse faire aux vits la colère céleste.»_

DONNER L’ASSAUT. Baiser une femme, monter sur elle et entrer par la
brèche que vous savez.

    _Dames, dansez, et que l’on se déporte,
    Si m’en croyez, d’écouter à la porte,
    S’il donnera l’assaut sur le minuit._

      CL. MAROT.

DONNER L’AUBAINE. Baiser une femme, qui s’en _trémousse_ beaucoup—de
joie.

    _Aussi la dernière du bout,
    Se pâmant, cria: Le roi fout!
            Et chanta: Bon!
          Le roi Salomon
        M’en a donné l’aubaine!_

      COLLÉ.

DONNER LE PICOTIN. Baiser une femme—qui mourrait d’inanition sans cette
ration d’amour quotidien.

    Un dimanche matin, il cuidait lui donner le picotin.

      (_Moyen de parvenir._)

DONNER LE PLAISIR À UNE FEMME. Besogner du membre dans son vagin.

    Témoin son père, qui a donné le plaisir à Marguerite, la servante
    que vous avez chassée.

      MILILOT.

DONNER SA ROSE. Offrir son pucelage sur l’autel du dieu Priape.

    _Ma fille, avant d’ céder ta rose,
    Retiens bien ce précepte-là._

      E. DEBRAUX.

DONNER UN BRANLE. Faire l’acte vénérien.

    _Mais quand quelqu’un lui donne un branle,
    En l’absence de son cocu,
    Vous diriez, comme elle se branle,
    Qu’elle a des épines au cu._

      THÉOPHILE.

DONNER OU RECEVOIR UN CLYSTÈRE. Faire l’acte vénérien,—par allusion
à la forme de la seringue que l’on introduit dans le cul. Aussi
trouve-t-on dans les vieux auteurs, et notamment dans Rabelais,
cette expression: _Clystère barbarin_ dans le sens d’_enculement_. La
seringue disparaît de jour en jour devant le _clyso-pompe_ et autres
_irrigateurs_: dans cinquante ans, nos petits-neveux ne sauront plus ce
que c’est que de _donner_ ou _recevoir un clystère_—barbarin ou non.

DONNER UN COUP DE CUL. Se remuer sous l’homme, de façon à le faire
jouir lorsque cela tarde trop.

    _En baisant, à propos donner un coup de cul._

      LOUIS PROTAT.

DONZELLE. Fille ou femme légère—comme chausson.

    Tu veilleras à ce que la donzelle n’essaye pas de nous faire voir
    le tour.

      X. DE MONTÉPIN.

DOS VERT OU DOS D’AZUR. Maquereau, souteneur de filles,—parce que le
scombre dont on a emprunté le nom pour flétrir ces sortes de gens a
le dos d’un beau bleu métallique, changeant en vert irisé, et rayé de
noir.

    _Écoute-moi, dos vert de ces putains sans nombre,
    Ombre du grand Thomas qui de Priape est l’ombre._

      DUMOULIN.

    Je ne suis pas un miché, je suis un dos d’azur.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

DOUCE AFFAIRE. L’affaire de cœur, c’est-à-dire du cul, douce à faire,
en effet, bien que ses suites soient quelquefois amères.—Se donner, ou
se coller une _douce_: se masturber.

    _Le portrait ravissant, l’image enchanteresse
    Qu’en tout temps je me fais de ton con, de ta fesse,
    De ta motte, des poils, blonds ou noirs, mais soyeux,
    Qui viennent mollement frisotter autour d’eux,
    A mon organe cause une telle secousse,
    Que j’ai beau tous les jours me coller une douce,
    Dans mes rêves ton con m’agace et me poursuit,
    Et me fait dans mes draps décharger chaque nuit...
    Cette agitation me fatigue et me pèse:
    Aussi, sans plus tarder, faut-il que je te baise._

      LOUIS PROTAT. (_Serrefesse._)

DRESSER. Venir en érection.

    _Enfin tant que nous sommes,
    Combien de membres d’hommes
    Nous avons fait dresser._

      (_Cabinet satyrique._)

DRÔLESSE. Fille ou femme de mœurs plus que légères—qui souvent n’est
pas drôle du tout, à moins qu’on ne considère comme drôleries les
chansons ordurières qu’elle chante au dessert.

    Mais tout n’est pas rose et billets de mille francs dans
    l’existence phosphorescente, fulgurante, abracadabrante de ces
    adorables drôlesses, qui portent leurs vingt ans sans le moindre
    corset.

      A. DELVAU.

DULCINÉE. Maîtresse; femme entretenue; fille publique.

    Ma dulcinée est-elle venue?

      AUGUSTE RICARD.

DUO SANS MUSIQUE. L’acte vénérien, qu’on accomplit à deux sans faire
aucun bruit, sans sonner un seul mot, en se consentant de soupirer.



E


EAU-DE-VIE. Le sperme. Equivoque facile à comprendre.

    _Il égoutta toute son eau-de-vie,
    Puis se voulut restaurer de coulis._

      CL. MAROT.

    _Il lui faut de l’eau-de-vie
    Pour la guérir, ce dit-on._

      (_La Comédie des Chansons._)

    _Je crois qu’elle avait envie
    D’avoir de mon eau-de-vie._

      GAUTIER-GARGUILLE.

EAU DES CARMES. Le sperme.

    _En dépit de mes larmes,
    Négligeant mes appas,
    Tu vends de l’eau des Carmes...
    Mais... ne m’en offre pas!_

      LOUIS PROTAT.

ÉBATS. Employé dans un sens obscène pour désigner l’acte vénérien.

    _Pour ses ébats il eut trois cents maîtresses,
    Je n’en ai qu’une, hélas! je ne l’ai plus._

      VOLTAIRE.

    _Les filles sommeillaient encore,
    Nul indice de leurs ébats._

      PARNY.

    _C’est sur mon lit que s’ébat la friponne._

      GRÉCOURT.

ÉBAUDIR (S’). Employé dans un sens obscène pour faire l’acte vénérien.

    Je me veux ébaudir avec cette petite barbouillée.

      (_La Comédie des Proverbes._)

    _Le preux Chandos à peine avait la joie
    De s’ébaudir sur sa nouvelle proie._

      VOLTAIRE.

    _C’est bon... je laisse une grosse heure entière
    Mes deux paillards à l’aise s’ébaudir._

      GRÉCOURT.

ÉCOUTILLE (L’). La nature de la femme—dans l’argot des marins d’eau de
mer et d’eau douce.

    _Allons, la garce, haut la quille!
    Mon vit est crânement drissé;
    Ouvre-moi ta large écoutille.
    Embarque-moi: je suis pressé._

      ALPHONSE KARR.

ÉCRASER DES TOMATES. Avoir ses menstrues, dont la couleur est cousine
germaine de celle de la _pomme d’amour_.

    —Eh bien, va coucher avec Mélie...—Peux pas: elle écrase des
    tomates, depuis deux jours, que ça en est dégoûtant.

      SEIGNEURGENS.

ÉCUELLE. Employé dans un sens obscène pour désigner la nature de la
femme.

    Les femmes sont comme gueux, elles ne font que tendre leur
    écuelle.

      BRANTÔME.

ÉCUME DU PLAISIR (L’). Le sperme.

    _Le feu du plaisir s’allume;
    Du bonheur l’ardente écume
    Dans ton manoir qui la hume
    A gros bouillons rejaillit._

      (_Chanson anonyme moderne._)

EFFETS DE CUL (Faire des). Remuer habilement les fesses en marchant
devant les hommes, pour les allumer et s’en faire suivre.

EFFETS DE PANTALON (Faire des). Arranger avantageusement son _paquet_
dans l’entre-jambe, à droite ou à gauche, de façon qu’il fasse saillie
sur la perpendiculaire naturelle du corps et crève les yeux des femmes.

EFFEUILLER. Masturber en parlant de la femme.

    _Un joli doigt, qu’assouplit le désir,
    En l’effeuillant y cherche le plaisir._

      PARNY.

EFFEUILLER LA COURONNE VIRGINALE. Prendre le pucelage de sa femme, la
nuit des noces.

    Et Pignouflard, demain, effeuille sa couronne virginale...

      ALBERT GLATIGNY.

ÉJACULER. Décharger son sperme, soit en baisant, soit en se masturbant.

    Il y en a qu’on ne saurait faire taire et qui, quand ils
    éjaculent, en même temps ne peuvent s’empêcher de crier.

      MILILOT.

ÉLIXIR... DE LONG’VIT. Le sperme, aimable essence qui ferait
ressusciter... une morte.

    _Possédant une recette,
    Je fis prendre à la fillette
    Six fois de mon élixir.
    —Ah! Dieu! que je suis contente,
    S’écriait la patiente:
    Encore, ou je vais mourir!_

      (_Gaudriole_, 1834.)

ELLE EST COUVERTE D’ARDOISE. Sous-entendu: _Les crapauds ne montent pas
dessus_. Se dit d’une femme trop belle ou trop bégueule pour qu’il n’y
ait pas folie à vouloir la _grimper_ comme une simple drôlesse.

ÉMANCIPER (S’). Aller avec une femme beaucoup plus loin que la
bienséance ne le permet, mais beaucoup moins loin pourtant que ne
le voudrait la femme—qui a, sur le bonheur, des idées diamétralement
opposées à celles de la morale.

    Lors, s’émancipant tout d’un coup, il me troussa la chemise tout
    autour et me découvrit le ventre et les fesses, se plaisant à les
    patiner.

      MILILOT.

EMBROCHER UNE FEMME. La baiser, se servir du membre viril comme d’une
broche pour l’exposer au feu qui moult arde.

    _Une dame allant dans son coche
    Aux champs avecque son amant,
    Hors du faubourg il vous l’embroche._

      (_Cabinet satyrique._)

    _Mais quand ce vient à l’embrocher,
    Son outil ne peut se dresser._

      (_Recueil de poésies françaises._)

    _Et de si près il s’approcha,
    Qu’amoureusement l’embrocha._

      THÉOPHILE.

ÉMILE. Nom donné aux pédérastes que précédemment l’on appelait _Tantes_
(V. ce mot). Les _Émiles_ étaient en société, à Paris, en 1864. Leurs
statuts ont été imprimés. La police, avertie de ces réunions, y fit
une descente et fit fermer un établissement de marchand de vins de la
Barrière de l’École, où ils se réunissaient. De hauts fonctionnaires
furent compromis. Une chanson fut faite à cette occasion. Les patients
s’habillaient en femme pour recevoir leur Émile.—Un dessinateur avait
consenti à reproduire les poses lubriques de toutes ces scènes de
sodomie.

    Extrait d’une lettre du baron de Heeckeren, sénateur, saisie:
    «... Je ne pourrai venir à la réunion qu’à minuit, réservez-moi
    Dupanloup...»

    —Duc de Mouchy. Jeune attaché d’ambassade, très connu pour
    ses goûts non-conformistes..., comme patient... S’habille
    ordinairement en femme.—Général d’Herbillon (Émile), général de
    division et sénateur.

    Étaient encore acteurs dans la pièce:—Duc de Valmy, secrétaire
    d’ambassade.—Davilliers (J.-P.-E.), chef du deuxième bureau,
    première division, ministère de la guerre. Lieutenant
    d’état-major. Proxénète et mignon. On faisait des cancans sur lui
    dans son bureau; indigné de bruits qui ternissaient son honneur,
    il fut s’en plaindre à son protecteur, le général Castelnau, chef
    de sa division au ministère. Le général, qui ne voulait pas que
    son protégé eût la réputation d’une putain, lui promit de faire
    cesser les bruits qui couraient. Il pria le préfet de police de
    faire une enquête; pour toute réponse, le préfet lui montra une
    photographie représentant son protégé dans l’exercice de ses
    fonctions.

    Plusieurs dénonciations étaient arrivées à la préfecture de
    police; la plus drôle est celle d’un propriétaire qui, voyant
    arriver une masse de soldats dans la maison folichonne, et
    apprenant qu’on y avait apporté des uniformes de préfets, de
    sénateurs, d’évêques, crut à un complot et en écrivit à la
    préfecture.

      (_La Sultane Rozréa_, p. 21.)

EMMANCHER. Baiser.—la nature de la femme étant la manche où s’introduit
le plus volontiers le petit bras, ou si l’on veut, le _manche_ de
l’homme.

    Un bon garçon du village, très bien emmanché.

      (_Moyen de parvenir._)

    N’est-il pas temps que je vous emmanche?

      B. DESPERRIERS.

EMPÊCHER. Employé dans un sens obscène pour faire l’acte vénérien.

    _Et tandis que je suis avec l’un empêchée,
    L’autre attend sans mot dire, et s’endort bien souvent._

      LA FONTAINE.

EMPOIGNER PAR LE MANCHE. Se dit de l’action par laquelle une femme
énamourée s’empare avec autorité du membre de l’homme qui est avec
elle, et se l’introduit avec empressement dans le vagin.

    Je l’empoignai par le manche et le menai au pied du lit, où je
    me couchai à la renverse, l’attirant dessus moi: je m’enconnai
    moi-même son vit dans mon con jusques aux gardes.

      MILILOT.

EMPRUNTER UN PAIN SUR LA FOURNÉE. Baiser une fille avant de l’avoir
épousée.

    Bien souvent, ils empruntent un pain sur la fournée.

      (_Les Caquets de l’accouchée._)

EN AVOIR DANS LE VENTRE. Être enceinte.

ENCHANTERESSE. Fille galante qui fait oublier à l’homme ses devoirs en
le promenant de jouissance en jouissance, en lui vidant la cervelle en
même temps que les couilles et la bourse.

    Il voulut nous faire voir les enchanteresses du lieu.

      CHAPELLE.

ENCONNER. Introduire le membre viril dans la nature de la femme.

    Il va écouter tout doucement à la porte s’il n’y a personne, et,
    cela fait, il me fait signe du doigt que je ne bouge, et puis il
    s’en vient à moi et m’enconne brusquement par-dessous les fesses.

      MILILOT.

      _En voyant si belle fête,
      Remue de cul et de tête,
    Pour tâcher de désarçonner
    Celui qui la veut enconner._

      THÉOPHILE.

    _Faites grand bruit, vivez au large;
    Quand j’enconne et que je décharge,
    Ai-je moins de plaisir que vous?_

      PIRON.

    J’avais encore bien de l’ouvrage avec huit sœurs, dont six, ou du
    moins cinq, étaient souverainement enconnables.

      (_Anti-Justine._)

ENCORNER. Vieux mot signifiant tromper un mari.

    _La Louison dedans Paris
    A plus encorné de maris
    Que Sedan n’a fait d’arquebuses._

      (_Cabinet satyrique._)

ENCULÉ. Pédéraste passif, homme qui sert de maîtresse à un autre homme.

    _Un enculé lira les noms de tes victimes._

      DUMOULIN.

    _As-tu donc fréquenté Sodome
    Ou Rome, bougre d’enculé!
    Que tu parles de prendre un homme
    Et, comme nous, d’être enfilé?_

      (_Parnasse satyrique._)

ENCULER. Introduire son membre dans le cul d’une femme, lorsqu’on est
sodomite,—ou d’un homme, lorsqu’on est pédéraste.

    _... Tu venais un soir de m’enculer,_

dit Pinolie à Pincecul, dans _Serrefesse_, parodie de _Lucrèce_.

    _Que les chiens sont heureux!
    Dans leur humeur badine,
    Ils se sucent la pine,
    Ils s’enculent entre eux:
    Que les chiens sont heureux!_

      (_Parnasse satyrique._)

    _Godefroy, seigneur de Bouillon,
    L’encula dans une patache
    Qu’il rencontra d’occasion._

      B. DE MAURICE.

ENCULER UNE FEMME. La baiser par derrière au lieu de la foutre par
devant, se servir du moule à merde au lieu d’employer le moule à
enfants.

    _Le Russe gamahuche et l’Italien encule._

      L. PROTAT.

ENCULEUR. Sodomite ou pédéraste, selon que sa pine s’adresse à un cul
féminin ou à un cul masculin, ce qui, en somme, est toujours la même
chose—et la même merde.

    _C’était comme un immense et splendide bazar
    Dans lequel enculeurs, enculés, maquerelles,
    Maquereaux et putains, tous grouillaient pêle-mêle._

      L. PROTAT.

EN DÉCOUDRE AVEC UNE FEMME. La baiser à couillons rabattus; se fendre
avec elle d’une demi-douzaine de coups, bonne mesure.

    Il était seul pour lors; la chanoinesse avec laquelle il en avait
    décousu la veille n’était qu’une promeneuse aspirante, mais non
    encore aphrodite.

      (_Les Aphrodites._)

ENDOSSEUR. Homme qui, ne craignant pas d’épouser une femme enceinte, se
fait volontiers le gérant responsable, l’endosseur des œuvres d’autrui.

    A l’égard de mademoiselle Raucoux, dont, Madame, vous avez bien
    voulu me proposer le mariage, au défaut de mademoiselle Dubois,
    c’est encore un effet bien neuf, qui doit nécessairement entrer
    dans le commerce et dont je ne me soucie pas d’être le premier
    tireur, ni même l’endosseur. Quand il aura circulé, nous verrons
    à qui il restera.

      (_Lettre de l’acteur D’Auberval à la comtesse Dubarry_, 30
        avril 1773.)

ENFILER UNE FEMME—comme une perle, avec un bout de pine au lieu d’un
bout de fil.

    Voudrais-tu m’enfiler, mon petit homme?

      HENRY MONNIER.

    _Si vous ne voulez pas vous laisser enfiler,
    Par mon chien aussitôt je vous fais enculer._

      L. PROTAT.

    _Leste et gai, j’enfile, j’enfile, j’enfile._

      BÉRANGER.

                _C’est votre bonne fille
    Qu’un infâme paillard honteusement enfile._

      TROTTEREL.

    Je ne m’étonne plus s’il l’a si bien enfilée, puisqu’elle est la
    perle des filles.

      (_La Comédie des Proverbes._)

    _Votre beauté sans seconde
    Vous fait de tous appeler
    La perle unique du monde;
    Il faut donc vous enfiler._

      COLLÉ.

ENFONCEUR DE PORTES OUVERTES. Homme qui se vante d’avoir pris le
pucelage d’une foule de femmes—violées trois ou quatre cents fois par
d’autres que par lui.

ENFOURNER. Introduire son membre dans le vagin d’une femme,—véritable
four à la chaleur duquel il ne tarde pas à se fondre.

    Il résolut d’aller dans la maison pour enfourner la femme.

      D’OUVILLE.

    _Et prends garde après
    Comme on les enfourne._

      COLLÉ.

ENGAINER. Baiser, la nature de la femme servant de gaîne au couteau de
l’homme.

    Si elle n’ouvre pas bien les cuisses, il est impossible qu’il la
    puisse bien engaîner.

      MILILOT.

    _Puis Martin juche et lourdement engaîne._

      CL. MAROT.

    De sorte que quand il voulut engaîner.

      (_Moyen de parvenir._)

    _La belle crie, il pousse, à la fin il engaîne._

      PIRON.

ENGIN. Le membre viril—qui est en effet l’instrument le plus ingénieux,
le plus inventif (_ingenium_) qui soit au monde.

    Premièrement, il faut que tu saches que cet engin avec quoi les
    garçons pissent s’appelle un vit.

      MILILOT.

    _O con! la nuit à peine a fini sa carrière
    Où dix fois mon engin te donna le bonheur;
    Pourtant, tu veux encor que d’une tête altière
                  Il brave ta fureur._

      (_Parnasse satyrique._)

ENGROSSER. Devenir enceinte par suite d’un coup tiré avec un homme de
sperme prolifique.—Faire un enfant à une femme.

    Il arriva à cette folle femme de se faire engrosser à un autre
    qu’à son mari.

      BRANTÔME.

    Mais un plus grand malheur m’a-t-il jamais pu advenir: engrosser
    une fille du premier coup!

      P. DE LARIVEY.

    Quelques-uns ayant engrossé des filles sont contraints de les
    épouser.

      CH. SOREL.

ENTENDRE LE JEU, ENTENDRE CELA. Savoir faire l’amour.

    J’entends cela peut-être mieux qu’elle.

      LA POPELINIÈRE.

    Il arrive bien souvent que le premier soir qu’une jeune pucelle
    couche avec un garçon qui entend le jeu dont elle est entièrement
    ignorante...

      MILILOT.

EN TENIR. Bander pour une femme et avoir envie de la baiser; être
amoureuse d’un homme et chercher toutes les occasions de se faire
baiser par lui.

    Elle en tient pour toi, décidément, cette drôlesse.

      CUBLIZE.

ENTIER. Un homme pourvu de testicules.

    _J’ai tout ce qu’exige saint Pierre,
    Oui, de Cythère vieux routier,
            Je suis entier._

      BÉRANGER.

ENTONNOIR. La nature de la femme, par laquelle on introduit le liquide
précieux qui la féconde.

    _Ta pine n’est plus qu’une humble bibite
    Indigne d’entrer dans mon entonnoir._

      ANONYME.

ENTRE-DEUX (L’). Le con, situé _entre deux_ cuisses.

    _Colinette en son entre-deux
    Sentit un gros chose nerveux
    Qui lui farfouillait le derrière._

      (_Cabinet satyrique._)

    _Et dans son entredeux cache une bourbe molle,
    Qui, trempée en sueur, servirait bien de colle._

      THÉOPHILE.

ENTRÉE DES ARTISTES. Le cul, par allusion à la porte par laquelle
entrent les acteurs et qui est ordinairement derrière la façade du
théâtre et à l’opposite de celle par laquelle entre le public.

ENTRÉE EN DANSE, EN JOUTE, EN LICE, EN JOUISSANCE (L’). Entrer, par la
porte des plaisirs, en possession de sa femme ou de sa maîtresse, avec
circonstances, dépendances et tous les agréments y attachés.

    _L’abbesse aussi voulut entrer en danse._

      LA FONTAINE.

    Jusqu’à entrer en jouste dix ou douze fois par une nuit.

      BRANTÔME.

    Il tardait à notre Jobelin d’entrer en lice.

      D’OUVILLE.

    _Il suffirait que tous deux tour à tour,
    Sans dire mot, ils entrassent en lice._

      LA FONTAINE.

    _Mais timidité retenait
    Le céladon encor novice;
    Beaux discours sans entrer en lice._

      GRÉCOURT.

ENTRE-FESSON (L’) ou L’ENTRE-FESSIER. La petite vallée que forment les
deux fesses.

    _Puis met la merde en peloton
    Au milieu de l’entre-fesson._

      PATRAT.

    _L’entre-fessier d’un gros chanoine,
    Les couilles du grand saint Antoine
    Et de Cléopâtre le con._

      (_Vieille chanson._)

ENTRE-FRÉTILLER (S’). Se rouler l’un et l’autre, l’homme et la femme,
dans l’ardeur amoureuse, entre-croisant les cuisses, entrechoquant les
ventres, échangeant des langues et provoquant des spasmes réciproques.

    Voilà où se terminent tant de soupirs, tant de plaintes et tant
    de désirs, qui est de s’entre-frétiller.

      MILILOT.

ENTREMETTEUR. Pseudonyme décent de _maquereau_.

ENTREMETTEUSE. Pseudonyme décent de _maquerelle_.

ENTREPRISE. L’acte vénérien.

    _Quelle commodité, trop aimable marquise,
            Pour une amoureuse entreprise._

      SÉNECÉ.

ENTRER JUSQU’AUX GARDES. Faire pénétrer son vit dans un con jusqu’aux
couillons, qui restent les confidents, les gardes et les témoins de ce
coup fourré... bien _fourré_.

    ... Revenons à ton luxurieux embrocheur. Abusa-t-il de ta
    complaisance? Se piqua-t-il d’entrer là jusqu’à la garde, sans
    égard pour ton enfance délicate?

ENTRETENEUR. Le Jupiter de toute Danaé de la rue Bréda.

    Tu pourrais, avec la Leroux, avoir à la fois quatre entreteneurs
    plus amoureux de toi.

      LA POPELINIÈRE.

ENTRETENIR UNE FEMME. Se charger de son existence, à la condition
qu’elle se chargera de votre jouissance, et que vous aurez le droit de
coucher avec elle—quand cela lui plaira.

    _Ils entretienn’ des gonzesses
    Qui loge’ à la Patt’ de chat._

      GUICHARDET.

ENTROUDUCUTER (ou S’). Enculer, ou s’enculer mutuellement, entre
pédérastes.

    _Que vont devenir nos talents,
        Notre motte dodue,
    Puisque l’ nombre de nos chalands
        Chaque jour diminue?
          A se chatouiller,
          S’entrouducuter
        Chacun ici s’exerce...
          De ce maudit Coin
          Vite, foutons l’ camp:
        Au diable le commerce._

      (_Sultane Rozréa_, p. 22.)

EN VENIR AUX MAINS. Peloter une femme et se faire patiner par elle.

    L’un dévorait une salade aux harengs, et l’autre s’entretenait
    avec la servante au cuir jaune, Fusia Caninia... Il lui dit
    quelques gracieusetés, et tous deux en venaient aux mains.

      HENRI HEINE.

ENVOYER SON ENFANT À LA BLANCHISSEUSE. Au moment où l’homme va jouir,
lui retirer prestement son engin du trou où il se délecte, et le forcer
à répandre son sperme dans les draps.

ÉPLUCHER DES LENTILLES. Branler une femme avec les cinq doigts de la
main droite.

    _Tribade avec le cotillon,
    Je sais éplucher des lentilles;
    Je sais faire le postillon
    Aux garçons comme aux jeunes filles._

      (_Parnasse satyrique._)

ÉPONGE. Femme. Épouse ou maîtresse qui vous éponge, en manœuvrant du
cul, le trop plein de vos couilles.

ÉPONGE (Mettre une). Moyen qui donne aux amants la liberté de se livrer
à tous les transports et au feu du plaisir, sans crainte de faire des
enfants.

    J’engageai donc ta bonne, depuis le jour où tu nous a découverts,
    à se munir, avant nos embrassements, d’une éponge fine, avec un
    cordon de soie délicat qui la traverse en entier et qui sert
    à la retirer. On imbibe cette éponge dans de l’eau mélangée
    de quelques gouttes d’eau-de-vie; on l’introduit exactement à
    l’entrée de la matrice, afin de la boucher, et quand bien même
    les esprits subtils de la semence passeraient par les pores de
    l’éponge, la liqueur étrangère qui s’y trouve, mêlée avec eux, en
    détruit la puissance et la nature. On sait que l’air même suffit
    pour la rendre sans vertu. Dès lors, il est impossible que l’on
    fasse des enfants.

      MIRABEAU.

ÉPOQUES (Avoir son ou ses). Avoir ses menstrues.

ÉPOUX, ÉPOUSE. Amant, maîtresse.

    Les femmes elles-mêmes appellent leurs amants: mon époux.

      LÉO LESPÈS.

    _Et comme aisément on s’y blouse,
    Si, quelquefois, vous entendiez
    Ces mots: mon époux, mon épouse,
    Traduisez net: Non mariés._

      FR. DE COURCY.

    Épousez-moi, épousez-moi tout de suite; je le veux, je l’ordonne.

      SOUVET.

    Bathilde fut très étonnée d’être épousée tout à fait.

      PIGAULT-LEBRUN.

ÉPUISER SES MUNITIONS. Baiser avec excès, dépenser tout son sperme au
profit d’une seule femme, et n’en plus avoir pour les autres.

    Pourquoi commettre cette imprudence de contenter ma femme, quand
    Urinette m’attendait?... Cela s’appelle épuiser ses munitions.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

ÉPUISER UN HOMME. Lui vider ses réservoirs à sperme par des branlages
répétés, ou par des suçages réitérés, ou par des coups trop fréquemment
tirés avec lui.

    _Elle épuise, elle tue, et n’en est que plus belle._

      ALFRED DE MUSSET.

                  _Mais on sait
                  Qu’en secret
    Elle épuisait un nerveux récollet._

      COLLÉ.

ÉRECTION. État satisfaisant du membre viril,—du verbe latin _arrigere_,
dresser, relever.

    _Sa main douce, blanche et petite,
    Avec un art extrême excite
              L’érection._

      H. RAISSON.

ESCRIME. Combat amoureux; fouterie.

      _Depuis que’q’ temps j’ai l’estime
        D’un sapeur-pompier,
    Qui m’ donn’ des leçons d’escrime
        En particulier._

      CH. COLMANCE.

    _Percez-moi de tierce et de quarte;
    Songez que c’est pour notre bien,
            Fendez-vous bien,
    Et tâchez que votre coup parte
    Dans le même instant que le mien._

      CH. LEPAGE.

ESPÈCE. Coureuse, libertine; terme de mépris des grandes dames à
l’égard des petites dames.

    Si vous connaissez des espèces pareilles, Madame, je suis votre
    servante.

      LA POPELINIÈRE.

    _Une dame de cour,
    S’en étant emparée,
    Fit languir plus d’un jour
    La bourgeoise sevrée,
    Disant: C’est bien, ma fille,
    Pour ces espèces-là
    Qu’est faite la béquille
    Du père Barnaba._

      COLLÉ.

ESSAYER UN LIT. Tirer un coup dessus.

    _Sur le lit que j’ai payé
    Je ne sais ce qui se passe:
    A peine l’ai-je essayé,
    Que le bougre me le casse._

      GUSTAVE NADAUD.

ESSAYER UNE FEMME. Coucher plusieurs fois avec elle pour s’assurer
qu’elle baise bien, qu’elle aime vraiment l’homme.

    _Viens donc m’essayer prompt’ment,
    Et si tu m’trouv’s dign’ d’êtr’ ta femme,
    Nous f’rons mettr’ dessus notr’ flamme
    Pour quèqu’ sous d’ Saint-Sacrement._

      (_Parnasse satyrique._)

ESSUYER LES SPERMES. Baiser une femme qui a été baisée déjà plusieurs
fois dans la journée ou dans la soirée, et n’a pas eu le temps de nouer
sa ceinture entre l’amant d’un franc et celui de cent sous.

    Il est des spermes qu’on n’essuie pas.

      BATAILLE.

ESTOMAC (Avoir de l’). C’est-à-dire de la poitrine, avec de gros
tétons.—On dit, en plaisantant, d’une femme qui a de gros tétons,
qu’elle est _poitrinaire_.

            _Le parrain, vieux païen,
            Lorgnant la double loupe,
            De Suzon qui boit bien,
            Remplit souvent la coupe;
    Et le vaurien, touche en servant la soupe,
    D’un doigt fripon, l’estomac de Suzon._

      CH. COLMANCE.

ÉTALON. Beau fouteur, homme de qui les femmes,—même les plus
bêtes—aiment les _saillies_.

            _Dans nos haras en Turquie,
                Femme un peu jolie
          Veut au gré de son envie,
              Se voir bien servie,
    L’être par onze ou douze étalons
    Grands, gros, gras, beaux, blancs, noirs ou blonds._

      COLLÉ.

    J’ai un étalon d’ordinaire, et encore d’autres amoureux.

      P. DE LARIVEY.

ÉTEIGNOIR. La nature de la femme, où vient en effet s’éteindre, en
fondant, la chandelle de l’homme.

    _La chandelle était trop petite,
    Ou l’éteignoir était trop grand._

      ÉMILE DEBRAUX.

    Nous allâmes rire chez moi de cette tragi-comédie et éteindre
    dans nos voluptueux ébats, les feux dont ce spectacle lascif
    venait de nous embraser.

      (_Félicia._)

    Il avait éteint sa chandelle par deux fois.

      NOEL DU FAIL.

ÉTENDARD D’AMOUR (L’). Le membre viril, qui conduit les femmes à la
victoire et au bonheur.

    _Parfois, chez le polisson,
    D’amour l’étendard se hausse._

      JULES POINCLOUD.

ÉTENDRE SUR LE DOS (S’). Se mettre en posture pour recevoir l’assaut de
l’homme.

    Elle s’étend de nouveau sur le dos et il se met en devoir de la
    baiser.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

ÊTRE (Y). Sous-entendu: _entré dans le con d’une femme_.

    J’entre aisément à cette fois-ci.—Vous y êtes assurément—Oui,
    parbleu! tout y est.

      LA POPELINIÈRE.

ÊTRE ALLUMÉ. Avoir envie de baiser.

    Aussi remarque-t-on de même le monarque allumé la suivre à pas
    précipités.

      LA POPELINIÈRE.

ÊTRE À POIL. Être nue devant l’homme, ou nu devant la femme.

    Je n’ bande jamais bien d’vant une gonzesse qu’est tout à poil.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

ÊTRE AVEC UNE FEMME. Être son amant; vivre en concubinage avec elle.

    Être avec un Anglais, c’était pour les femmes une fortune.

      AUGUSTE VILLEMOT.

ÊTRE BIEN AIMABLE. Phrase polie qui signifie: _être bien cochonne_, et
qu’emploient volontiers les filles de la rue pour engager les passants
à entrer dans le bordel où elles exercent et à y dépenser leur blanc.

    Dites donc, bel homme, voulez-vous monter chez moi? J’suis ben
    aimable; v’nez, vous en serez pas fâché.

      HENRY MONNIER.

ÊTRE BIEN EMMANCHÉ. Avoir un membre de conséquence, capable de
contenter les femmes les plus difficiles.

ÊTRE BIEN NÉ. Avoir un nez gros ou long, ce qui est de bon
augure,—selon les dames,—qui s’en rapportent au dicton: Gros nez, gros
vit.

ÊTRE DE LA HAUTE. Appartenir au dessus du panier de la galanterie, être
dame aux camélias et non simple gourgandine, se faire payer cinq cents
francs et non cent sous.

    Il y a lorette et lorette: Mademoiselle de Saint-Pharamond était
    de la haute.

      PAUL FÉVAL.

ÊTRE DE LA MANCHETTE. Préférer le cul au con.—L’ordre de la manchette a
précédé celui de la rosette... affaire de mode.

    _Et mille gens m’ont dit qu’il n’aimait pas le con;
    Au contraire, on m’a dit qu’il est de la manchette,
    Et que faisant semblant de le mettre en levrette,
    Le drôle en vous parlant toujours du grand chemin,
    Comme s’il se trompait, enfilait le voisin._

      BUSSY-RABUTIN.

ÊTRE DE LA NATURE DES POIREAUX, LA TÊTE BLANCHE ET LA QUEUE VERTE. Se
dit d’un vieillard qui bande encore pour le beau sexe et n’a de neige
que sur la tête.

ÊTRE ÉCHAUDÉ. Gagner la vérole ou la chaude-pisse.

ÊTRE EN ÉTAT, ÊTRE FERME. Être en érection; avoir ce qu’il faut, dans
son pantalon, pour contenter une femme exigeante.

    Je veux voir si vous êtes en état... Oui, vous êtes en état,
    cochon!... Il est plus fort que tout à l’heure... et dur! on
    dirait du fer!

      H. MONNIER.

    _Soyez ferme, ne pliez plus,
    Conservez toujours le dessus,
        Évitez la paresse...
                  —Eh bien?
        Et surtout la mollesse;
            Vous m’entendez bien._

      DOMIER.

ÊTRE EN QUEUE. Être en disposition de jouer de la queue avec avantage.

    Il y a des jours où l’on est plus en queue que d’autres, où l’on
    baiserait volontiers toutes les femmes, si elles n’avaient à
    elles toutes, qu’un con.

      A. FRANÇOIS.

ÊTRE ENRHUMÉ DE LA QUEUE. Avoir une chaude-pisse, un écoulement
gonorrhéique.

ÊTRE EN RUT. Avoir des démangeaisons de baiser, qu’on soit femme ou
homme; avoir une ardeur furibonde:

    ... Cinq ans mit tout le peuple en rut!

dit Auguste Barbier dans sa rude langue, à propos de la révolution de
1789.

ÊTRE HEUREUX. Jouir en baisant ou en se masturbant, au moment où le
sperme part sous l’action du frottement.

    Tu vas te soulager, mon chéri, je te le promets; le roi
    Louis-Philippe n’aura jamais été aussi heureux que tu vas l’être.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

    _La douleur qu’il éprouve est quelquefois bien grande;
    Mais il ne se plaint pas: il est heureux... il bande!_

      LOUIS PROTAT.

ÊTRE INSCRITE. Avoir sa carte de prostituée, délivrée par la préfecture
de police.

    J’avais un enfant, un garçon; il est mort... J’crois ben,
    j’nourrissais: l’idée de m’savoir inscrite, ça m’avait tourné mon
    lait.

      HENRY MONNIER.

ÊTRE LE PLUS HEUREUX DES HOMMES. _Ad summum voluptatem pervenire._

ÊTRE NEUF ou NEUVE ou NOVICE. Ne rien connaître de la rocambole de
l’amour. N’avoir pas encore servi sur la femme ou sous l’homme; avoir
son pucelage—ou l’avoir perdu depuis peu!

    Il est fort neuf, à la vérité, peu au fait du service des bains,
    j’ose cependant me flatter qu’il contenterait madame.

      (_Les Aphrodites._)

ÊTRE ou N’ÊTRE PAS EN TRAIN DE FAIRE QUELQUE CHOSE. Avoir ou n’avoir
pas envie de baiser; se sentir ou ne pas se sentir en queue.

    Dis donc, chéri, pisq’ t’es t’en train de rien faire, moi non
    plus, si nous tâchions d’ pioncer un peu?

      HENRY MONNIER.

ÉTRENNE (Avoir ou n’en pas avoir l’). Avoir le pucelage d’une fille ou
d’un garçon,—par devant,—par derrière, ou des deux côtés.

    _J’ai ri de bon cœur,—d’un garçon d’honneur
          A la figure éveillée.
    Au premier signal—on ouvre le bal
            Sans trouver la mariée.
    Notre égrillard—d’un air gaillard—l’amène;
    L’époux prétend—danser et prend—sa reine.
    Va, dit le malin—au mari bénin,
            Tu n’en auras pas l’étrenne._

      ELISA FLEURY.

ÉTRENNER. Faire un miché; raccrocher un homme dans la rue.

    Voilà mon tour de bitume arrivé... Il faut qu’on m’étrenne!

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

ÊTRE PRÊT. Bander suffisamment pour faire le voyage à Cythère.

    A quoi bon, puisque tu n’es pas prêt!—Oh! tes caresses vont me
    ranimer!

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

ÊTRE VAINQUEUR. Faire l’acte vénérien.

    _Lise d’un œil mourant et tendre
    De Colin invite l’ardeur,
    Et sans songer à se défendre,
    Souffre qu’il soit trois fois vainqueur._

      VADÉ.

ÉTUI. La nature de la femme,—dans laquelle l’homme fourre sa grosse
aiguille.

    Elle ne voulut oncques que le marié le mît en son étui.

      B. DESPERRIERS.

—Se dit aussi du membre viril, à cause de sa forme:

    _Vous qui, pour charmer vos ennuis,
        Empoignez... des aiguilles,
    Venez, je fournis des étuis
        Qui vont à tout’s les filles..._

      (_Chanson anonyme moderne._)

EUNUQUE. Homme à qui l’on a enlevé les attributs de la virilité, pour
qu’il puisse garder impunément un sérail. Mais tous les eunuques ne
sont pas gardiens de harems.

EXCÈS. Abus des plaisirs.

    Les excès...—Je n’en connais point, Madame: on n’a jamais assez
    de plaisir.—Je ne suis pas de cet avis. On peut en avoir trop et
    perdre par là le charme du désir, plus précieux que le plaisir
    lui-même.

      A. DE NERCIAT. (_Le Diable au corps._)

EXERCER UNE FILLE. La baiser, pour lui apprendre le métier de fouteuse.

EXERCICE. Employé dans un sens obscène pour désigner l’acte vénérien.

    La dame avait fait provision pour l’exercice du cas.

      (_Moyen de parvenir._)

    _Trois femmes un jour disputaient
    Quels, en l’amoureux exercice,
    Les meilleurs instruments étaient
    Pour savourer plus de délice._

      (_Cabinet satyrique._)

    _Nous avons passé tout le jour
    Dans cet exercice d’amour._

      GRÉCOURT.

    Nous employâmes plusieurs heures dans ce doux exercice.

      LOUVET.

    Elle se trouva un peu gênée dans sa marche, mais elle l’attribua
    aux exercices un peu répétés de la nuit.

      PIGAULT-LEBRUN.

EXHIBER SES PIÈCES. Présenter son membre à la putain que l’on veut
baiser et qui, elle, veut auparavant s’assurer que l’engin qui va
besogner est sain et propre au service.

    Exhibe tes pièces, mon petit chat.

      J. LE VALLOIS.

EXPÉDIER. Faire jouir rapidement, en quelques coups de cul.

    _Les beaux pères n’expédiaient
    Que les fringantes et les belles._

      LA FONTAINE.

EXPLOITS. Non ceux de Mars, dont nous ne nous occupons pas, mais ceux
de l’amour.—C’est le nombre de fois que l’on a obtenu dans la même nuit
ou journée les faveurs d’une femme.

    _Mais six exploits mirent bas le gendarme._

      PIRON.

    L’on courut voir avec une lumière, s’il ne lui était point
    arrivé quelque malheur, et on le trouva tombé sur le carme qui
    exploitait la nourrice au pied d’un escalier.

      (_Le Compère Mathieu._)

    _Tant bien exploite autour de la donzelle
    Qu’il en naquit une fille si belle._

      LA FONTAINE.

    _Un cordelier exploitait gente nonne,
    Qui paraissait du cas se soucier._

      GRÉCOURT.

    _Et s’exploitant de grand courage,
    Ah! que je fais là de cocus!_

      PIRON.



F


FAÇON À UNE FEMME (Faire une). La baiser, la remuer du tranchant de la
pine, comme le laboureur remue la terre du tranchant de sa charrue—pour
la rendre féconde.

    _Oui, je connais ça: c’est madame
    Qui prend son p’tit air polisson:
    Elle a besoin, la chère femme,
    D’une façon de ma façon._

      JEAN DU BOYS.

FAÇONNER UNE FEMME. La baiser, lui faire une ou plusieurs façons, selon
que l’on est bon ou mauvais laboureur.

      _Quand dans mes bras
    Je tiens une nonne,
      Je la façonne
      Mieux que personne._

      COLLÉ.

FAIRE (Le). Faire l’amour,—façon bégueule de parler d’une chose toute
naturelle.

    Le faire, ma mie, c’est décharger.

      HENRY MONNIER.

    _Sexe charmant à qui l’on fait
    Ce qu’il est si joli de faire,
    Je voudrais vous avoir au fait
    Pour vous montrer mon savoir-faire;
    Car avec vous quand on le fait,
    On a tant de plaisir à faire,
    Qu’on voudrait ne pas l’avoir fait
    Pour pouvoir encor vous le faire._

      (_Parnasse satyrique._)

FAIRE ÇA ou CELA. Faire l’acte vénérien,—le péché dont on n’ose pas
prononcer le nom et auquel on fait sans cesse allusion. _Cela_, c’est
l’_amour_.

    _Que moyennant vingt écus à la rose
    Je fis cela, que chacun bien suppose._

      F. VILLON.

    _Veux-tu donc me faire cela?
    Promptement me coucherai là._

      THÉOPHILE.

    _Je crois bien qu’ils firent cela,
    Puisque les amours qui les virent
    Me dirent que le lit branla._

      GRÉCOURT.

    C’est que les grandes dames font ça par poids et mesures, et que,
    nous autres, c’est cul par-dessus tête.

      LA POPELINIÈRE.

    _Tout le monde à peu près, putain et femme honnête,
    Ministre ou chiffonnier, marquise ou bien grisette,
    Dit: faire ça..._

      LOUIS PROTAT.

    Ah! maman, maman, que c’est bon!... Comme tu fais bien ça, mon
    chéri.

      HENRY MONNIER.

    Ça n’t’empêchera pas de me faire ça, n’est-ce pas?—Aux p’tits
    oignons, mon infante!

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

FAIRE COMPTER LES SOLIVES À UNE FEMME. La renverser sur le dos et la
baiser vivement,—acte pendant lequel, tout en jouissant, elle regarde
au plafond et non ailleurs.

FAIRE CHOU BLANC. Rater une femme.

FAIRE DÉGRAISSER (Se). Faire l’acte vénérien. Les bons coqs sont
maigres, en effet.

FAIRE DE L’ŒIL. Provoquer un passant, par un coup d’œil, à monter tirer
un coup de cul.

    _Aussi, je le dis sans orgueil,
    Le beau sexe me fait de l’œil._

      JULES MOINEAUX.

FAIRE DESCENDRE LE POLONAIS. Expression usitée dans les bordels,
lorsque les hôtes momentanés, les michés, font trop de vacarme: au lieu
de menacer les perturbateurs d’aller chercher la garde, on les menace
de _faire descendre le Polonais_—qui n’est autre, souvent, qu’un pauvre
diable sans feu ni lieu recueilli par charité et logé dans les combles
de la maison,—et les perturbateurs se taisent, effrayés par cette
mystérieuse menace, par cette épée de Damoclès.

FAIRE DES MANIÈRES, DES SIMAGRÉES. Hésiter à prendre le cœur—et le
membre—d’un homme; refuser son bonheur.

    Ça fait des manières, et ça a dansé dans les chœurs.

      GAVARNI.

    Et comme elle se vantait d’être pucelle, elle croyait devoir
    encore faire quelques petites simagrées avant que de se rendre.

      BOURSAULT.

FAIRE DURER LE PLAISIR. Branler savamment un homme, et, au moment où
l’on devine, à ses yeux tournés et à ses spasmes, que le sperme monte
dans la colonne et qu’il va se jeter par-dessus le parapet, poser
le doigt sur l’ouverture et ne le laisser s’échapper que par petits
filets.

FAIRE EN LEVRETTE (Le). Baiser une femme par derrière, cul contre
ventre au lieu de ventre contre ventre, à la façon des chiens et non à
la façon des bons chrétiens.—Voir aussi FOUTRE EN LEVRETTE.

    Des baisers il vint aux attouchements et des attouchements à me
    mettre le vit au con, et me le fit encore une fois en lévrier, le
    con derrière.

      MILILOT.

    _Pour ne pas voir sa défaite,
    Et se cacher au vainqueur,
    Elle voulut qu’en levrette
    Je lui fisse cet honneur._

      COLLÉ.

    _J’ai, lui dit-il, avec un tendre objet
    Depuis longtemps une intrigue secrète;
    Ce n’est là tout;_ item _je suis sujet...
    —A quoi? voyons.—A le faire en levrette._

      PIRON.

FAIRE LA CARPE. S’évanouir sous l’homme, dans l’excès de la jouissance
qu’il procure au moment de l’introït. Voir _faire l’œil de carpe_.

FAIRE L’AMOUR. Accomplir le plus impérieux des devoirs et le plus sacré
des besoins physiques et intellectuels.

    Ferons-nous l’amour, cette nuit ?

      CH. SOREL.

    Si tu veux, nous allons faire l’amour... c’est meilleur... Ote
    ton pantalon.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

    _Il faut s’aimer toujours
    Et ne s’épouser guère;
    Il faut faire l’amour
    Sans curé ni notaire._

      COLLÉ.

FAIRE LA RETAPE. Aller se promener sur les boulevards, pour y
raccrocher des hommes et les amener baiser au bordel.

FAIRE LA VIE. Mener une vie débauchée, coucher tous les jours avec un
nouvel amant lorsqu’on est femme, avec une nouvelle maîtresse lorsqu’on
est homme.

FAIRE LE BOULEVARD. Se promener sur le boulevard des Italiens, ou sur
le boulevard Montmartre, à l’heure où les hommes abondent, pour en
raccrocher un ou plusieurs.—Se dit des lorettes, dans l’intervalle d’un
entreteneur à l’autre.

FAIRE LE CHAPEAU DU COMMISSAIRE. Faire jouir un homme en lui suçant la
pine et, en même temps, en lui pelotant doucement les couilles.

    Tu me f’ras l’chapeau du commissaire?

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

    _En même temps elle peut faire
    Aussi chapeau du commissaire.
    Ce doux jeu qu’inventa l’amour
    Est aussi simple que bonjour!
    Tant que sa petite menotte
    Avec adresse vous pelote,
    Sa bouche vous suce le dard
    Pour en obtenir le nectar..._

      MARC-CONSTANTIN.

FAIRE LE CAS. Se masturber.

    _Lorsque j’y pense, et même encore ici,
    Je fais le cas.—Pardieu, lui dit le moine,
    Je le crois bien, car je le fais aussi._

      PIRON.

FAIRE LE CON COCU. Enculer une femme—ou un homme.

    _Il déconne et s’adresse au cul,
    Puis, zeste!... il fait le con cocu,
      En bravant merde et foire._

      (_Parnasse satyrique._)

FAIRE LE DESSUS. Se placer dessus dans le duo amoureux, avec la femme
dessous. Quelquefois, c’est la femme qui fait le dessus et l’homme le
dessous. Voir la _Diligence de Lyon_.

    _Mais cette fille trop pensante
    Qu’amour d’innover consumait,
    Prit le dessus, tant elle aimait
    La philosophie agissante._

      BÉRANGER.

FAIRE L’HOMME.

    _Parfois la femme aussi veut faire l’homme;
        C’est un plaisir que l’on renomme!
        Elle monte à cheval sur vous
        Pour tirer ses deux ou trois coups.
        Sa motte agit sur votre ventre;
        Plus elle pousse, mieux ça rentre;
        Et son foutre mouillant les draps,
        Elle se pâme entre vos bras._

      MARC-CONSTANTIN.

FAIRE LE MÉTIER. Sous-entendu _de putain_.

    Qu’ils sont jolis tes tétons! qu’ils sont ronds et fermes! je
    vois bien qu’il n’y a pas longtemps que tu fais le métier.

      LA POPELINIÈRE.

FAIRE LE SERRURIER. Frotter longtemps son membre contre les parois du
vagin d’une femme sans parvenir à éjaculer. Voir _limer_.

FAIRE LE SAUT. Se dit d’une femme que l’insistance passionnée d’un
homme oblige à se laisser baiser par lui.

    _De ces brebis à peine la première
    A fait le saut, qu’il suit une autre sœur._

      LA FONTAINE.

FAIRE LE TROTTOIR. Se promener, décolletée, dans les rues, à la nuit
tombante, en remuant habilement les fesses, pour allumer les hommes et
les engager à venir au bordel voisin.

    Mon cher, j’descends dans la rue; a y était qui f’sait
    l’trottoir.

      HENRY MONNIER.

    _Commèr’ vaut compère:
    Il fait le mouchoir,
    Elle le trottoir._

      (_Chanson anonyme moderne._)

FAIRE L’ŒIL DE CARPE. Jouer de la prunelle d’un air langoureux, pour
allumer, soit les hommes quand on est femme, soit les femmes quand on
est homme.

    _Un petit coup d’épée à porter en écharpe,
    De quoi traîner la jambe et faire l’œil de carpe._

      E. AUGIER.

FAIRE METTRE (Se le). Sous-entendu: le membre viril dans le vagin ou
dans le cul.

    _Le Florentin lui dit:
    Ne m’en fais pas reproche,
    Car dans une bamboche
    Tu te l’ fais mettre aussi._

      JOACHIM DUFLOT.

FAIRE MINON-MINETTE. Branler une femme avec la langue.

    —Comment, ma mie, ça s’appelle quand on branle avec sa
    langue?—Faire minon-minette.

      HENRY MONNIER.

    _Elle vous fait minette
    Et puis avale tout._

      JOACHIM DUFLOT.

FAIRE MOUILLER LA FESSE (Se). Se faire baiser,—parce que dans l’averse
de sperme qui tombe tout à coup sur elle, la femme n’a pas le temps
d’ouvrir son parapluie et de préserver son ventre et ses fesses de
l’inondation.

    _Par un député ce mac
    A fait repasser sa nièce,
    Qui s’est fait mouiller la fesse
    Pour un bureau de tabac._

      DUMOULIN.

FAIRE PAN PAN. Baiser une femme, imiter avec la queue dans le vagin le
bruit sourd du marteau de cordonnier frappant pour l’assouplir sur un
morceau de cuir.

      _Si du paon dépend
    Mon plaisir, c’est qu’un paon,
    Cet animal pimpant,
      A Vénus fit pan pan!_

      J. DU BOYS.

FAIRE PLAISIR. Faire jouir, soit en branlant, soit en baisant une
personne.

    Ah! petite bougresse! que tu me fais de plaisir!... Ahi! ahi! je
    décharge! je décharge!...

      LA POPELINIÈRE.

    _C’est un homme qui trop s’ingère
    A faire plaisir aux femmes._

      (_Farces et moralités._)

    _S’ils font plaisir à nos commères,
    Ils aiment ainsi les maris._

      F. VILLON.

FAIRE POSTILLON. Introduire son doigt dans le cul d’un homme, lorsqu’il
vous baise, afin de le faire jouir plus vite.

    _Avec mon nez, bien qu’il soit long,
    Je ne puis me fair’ postillon.
    Et voilà ce qui me chagrine:
    Avant ma mort j’aurais voulu
    Foutre mon nez dans l’ trou d’ mon cul._

      DUMOULIN.

—Rendre le même service à la femme, lorsqu’elle fait le dessus et vous
le dessous, dans le duo vénérien.

    _L’homme, de sa main droite, ou lui fait postillon,
    Ou la glisse en dessous et lui branle le con._

      L. PROTAT.

FAIRE PRIER (Se). Se dit d’une femme qui refuse, ou fait semblant de
refuser l’offre qu’un homme lui fait de son membre,—ce qui est refuser
son bonheur.

    _Dans le siècle où les dames
    Ne se font pas prier,
    Avoir toutes les femmes
    Afin de varier._

      COLLÉ.

FAIRE RAMASSER (Se). Se faire arrêter par les agents de police pour
avoir excité les passants à la débauche, après onze heures du soir.

    Si ben qu’eune nuit, c’était hors barrière, on m’ramasse... De
    là, au dépôt... Quand j’ai sorti, j’étais putain...

      HENRY MONNIER.

FAIRE RELÂCHE. Se refuser à toute conjonction, par maladie mensuelle
ou par fantaisie pure,—ce qui est assez rare, qui a bu voulant toujours
boire.

    _Il faut que tous les mois l’artiste se repose...
    Une affiche à la porte, affiche de couleur,
    Sur laquelle, en travers, une bande s’attache,
    Avertit le public qu’ici l’on fait relâche._

      AUG. ROUSSEL.

FAIRE REMPLIR (Se). Se faire faire un enfant.

    _L’un me remplit, l’autre me bourre...
    Que puis-je désirer de plus?_

      MARCILLAC.

FAIRE RIVER SON CLOU. Employé dans un sens obscène pour faire l’acte
vénérien.

    _La petite savequière,
    Qui demeure en ce carquié,
    Va faire river son clou
    Tous les dimanches à Saint-Cloud._

      (_La Comédie des Chansons._)

FAIRE SA MERDE. Faire des façons, des cérémonies—en parlant d’une femme
qui ne veut pas être baisée.

    _Mais tu ne l’aimes pas. Avec moi tu veux faire
    Ta merde, voilà tout....._

      LOUIS PROTAT.

FAIRE SA POIRE. Faire des façons,—en parlant d’une femme qui hésite à
se laisser baiser.

FAIRE SA SOPHIE. Se dit de toute femme qui fait la _sage_ quand il ne
le faut pas.

    A quoi ça m’aurait avancé de faire ma Sophie?

      CHARLES MONSELET.

FAIRE SA TOILETTE. Se laver après le coït, le cul lorsqu’on est femme,
la queue quand on est homme, pour éviter les dangers qui résulteraient
infailliblement d’une accumulation de sperme—et par amour de propreté,
lorsqu’on s’est habitué dès l’enfance à être propre.

    N’entre pas, mon chéri; attends que j’aie fini ma toilette.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

FAIRE SAUTER LE BOUCHON. Branler un homme, ou baiser avec lui,—ce qui,
naturellement, provoque l’éjaculation du sperme.

    Il se sent déjà des velléités pour cette friponne de Célestine,
    dont il est voisin, et qui joue avec lui de la prunelle à faire
    sauter le bouchon.

      A. DE NERCIAT.

    _Vous êtes gai comme un sermon,
    L’abbé, le diable vous conseille;
    Faites sauter votre bouchon
            Sans ma bouteille._

      H. CANTEL.

FAIRE SES PETITES AFFAIRES. Employé dans un sens obscène pour faire
l’acte vénérien.

    Ils se firent allumer du feu dans une chambre où ils firent leurs
    petites affaires.

      TALLEMANT DES RÉAUX.

FAIRE SOIXANTE-NEUF. Gamahucher une femme pendant qu’elle vous suce
la pine,—ce qui ne peut se faire qu’en intervertissant mutuellement la
position ordinaire au coït, c’est-à-dire en faisant d’un 6 un 9 et d’un
9 un 6: 69.

    _Soixante-neuf et son vit se redresse!
    Soixante-neuf ferait bander un mort!_

      (_Chanson anonyme moderne._)

FAIRE SON DEVOIR. Employé dans un sens obscène pour faire l’acte
vénérien.

    _Et si l’époux avait fait son devoir._

      CL. MAROT.

    Il y vint tout apprêté en chemise pour faire son devoir.

      BRANTÔME.

    Quand le mari fut couché et qu’il eut fait son devoir.

      TALLEMANT DES RÉAUX.

FAIRE SON ÉTROITE. Faire la dégoûtée, en parlant d’une femme à qui un
homme propose de la baiser.

                _... Homme de qui la femme...
    Fait l’étroite avec lui, même lorsqu’elle est large._

      L. PROTAT.

FAIRE SON JOSEPH. Résister aux avances d’une femme, comme le fils aîné
de Jacob à madame Putiphar.

FAIRE SON PALAIS-ROYAL. Se promener dans les galeries du Palais-Royal
pour y raccrocher des hommes,—ce qui avait lieu surtout lorsque le
Palais-Royal était un immense bordel où se donnaient rendez-vous, pour
jouir, les membres virils des cinq parties du monde.

    De tous les points de Paris, une fille de joie accourait faire
    son Palais-Royal.

      H. DE BALZAC.

FAIRE TÊTE-BÊCHE. Se placer mutuellement de façon que la pine de
l’homme soit à la hauteur de la bouche de la femme qui la suce, et que
le con de la femme soit à la hauteur de la langue de l’homme qui s’y
introduit. De même, naturellement, entre tribades qui veulent jouir
ensemble.

            _A leurs côtés j’entends
            Des cris intermittents;
            Géraudon et Tautin
    Font tête-bêche un repas clandestin._

      J. DUFLOT.

    _Mais, parfois, quand il trouve une motte bien fraîche,
    Ce qu’il aime avant tout, c’est faire tête-bêche._

      L. PROTAT.

FAIRE TOUT. Ce qu’une fille qui raccroche un homme dans la rue lui
promet de faire quand ils seront seuls dans une chambre du bordel; cela
consiste à se mettre nue, à le branler, à le sucer, etc., etc.

    J’te collerai cent sous... Mais tu m’f’ras tout!

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

FAIRE TRÊVE DU CUL. S’arrêter dans l’acte vénérien.

    _Pourquoi fais-tu, dit la garce affolée,
    Trêve du cul?_

      RÉGNIER.

    _La garce après maintes secousses,
    Lui dit: Faisons trêve du cu._

      THÉOPHILE.

FAIRE UNE CAVALCADE. La femme sur le dos et le vit dans le con,
l’homme, au lieu de rester entre les cuisses de la dame, les serre
l’une contre l’autre afin de jouir davantage et passe ses genoux
par-dessus elle, comme s’il allait à cheval.

    Ça fait des manières, un porte-maillot comme ça!... et qui en a
    vu, des cavalcades!

      GAVARNI.

FAIRE UNE CONQUÊTE. Débaucher une femme, une fille; l’emmener coucher.

FAIRE UNE FAUSSE COUCHE. Éjaculer en dormant, soit parce qu’on est
couché sur le dos et que cette position vous met toujours en érection,
soit parce qu’on a un songe libertin dans lequel on croit foutre
réellement une femme.

    _... Je bandais, et si fort, sur ma couche étendue,
    Que j’en fis une fausse..._

      LOUIS PROTAT.

FAIRE UNE FEMME. Distinguer parmi la foule, au bal ou au théâtre, une
femme quelconque, qui vous porte à la peau, et l’emmener coucher.

    En attendant, il a fait une femme superbe, dit un autre en voyant
    Rodolphe s’enfuir avec la danseuse.

      HENRY MURGER.

—On dit aussi dans le même sens: _Lever une femme_.

FAIRE UNE FIN. Se marier.—Après avoir bien vécu, bien fait la noce,
devenir épicier, maître de bordel et... cocu, comme X, Y et Z, que tout
le monde connaît.—Ces dames font également une fin.

      _Quoique l’état ne manque pas
                D’appas,
    Foi de Margot, si ça ne reprend pas,
              Je m’expatrie,
          Ou bien je me marie;
              Il faut enfin
          Que je fasse une fin._

      F. SERÉ.

FAIRE UNE GROSSE DÉPENSE. Faire de suite un grand nombre de fois l’acte
vénérien.

    Le duc de Saux avait fait la nuit une grosse dépense avec Louise
    d’Arquien, fameuse courtisane.

      (_La France galante._)

FAIRE UNE PINCE AU BONNET DE GRENADIER. Se dit des femmes qui,
lorsqu’on les baise, se placent de façon à rendre l’introduction du
membre moins facile et à faire supposer—aux imbéciles—qu’elles sont
étroites.

      _V’là pourtant qu’un jeune vélite,
      Malgré sa taille tout’ petite,
      Un soir voulut en essayer.
          A ses désirs je m’ prête,
          Mais je n’ perds pas la tête:
      Pour qu’il n’y entr’ pas tout entier,
    Je fis un’ pince—au bonnet d’ guernadier._

      HENRI SIMON.

FAIRE UN HOMME. Jeter son hameçon dans une foule masculine, au Casino
ou ailleurs, et le retirer avec un goujon au bout.

    Les lorettes ne vont pas dans les réunions publiques pour autre
    chose que pour faire des hommes.

      SEIGNEURGENS.

FAIRE VENIR L’EAU À LA BOUCHE. Donner soif de fouterie à une vierge ou
à un puceau, en faisant devant eux un tableau éloquent des béatitudes
amoureuses.

    Elle lui sait si bien représenter les douceurs de l’amour, avec
    des instructions et des naïvetés si plaisantes, qu’elle lui en
    fait venir l’eau à la bouche.

      MILILOT.

FAIRE VENIR LE FOUTRE À LA BOUCHE. Mettre une femme ou un homme en
appétit d’amour, en patinant l’une ou en polissonnant avec l’autre.

    T’es bien monté... mâtin! Ça vous fait venir le foutre à la
    bouche.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

FAIRE VIT QUI DURE. Être avare de son sperme, ne le dépenser qu’à bon
escient, avec sa propre femme ou avec celles des autres, mais sans
furie, sans extravagance, en homme qui tient à jouir jusqu’aux confins
extrêmes de l’âge mûr.

    _Puis sentant l’ bouillon monter
    Et voulant fair’ vit qui dure,
    Je me retrouve en posture,
    Un’ chandelle où vous savez._

      (_Parnasse satyrique._)

FAIRE VOIR LA FEUILLE À L’ENVERS. Baiser une femme dans les bois, parce
qu’étant sur le dos et levant les yeux au ciel elle ne peut apercevoir
que le dessous des feuilles d’arbre.

    _Bientôt, par un doux badinage,
    Il la jette sur le gazon.
    —Ne fais pas, dit-il, la sauvage,
    Jouis de la belle saison...
    Ne faut-il pas, dans le bel âge,
    Voir un peu la feuille à l’envers?_

      RÉTIF DE LA BRETONNE.

FAIRE VOIR LA LUNE. Montrer son cul.

    _Parlez-moi d’une planète
    Qu’on examine à l’œil nu.
    Chaque soir, me dit ma brune,
    Si tu veux être discret,
    Je te ferai voir la lune
    A dada sur mon bidet._

      A. JACQUEMART.

FAIRE ZAGUE, ZAGUE. Branler un homme.

    Comtesse, empoigne-le par le milieu... Là! là!... à merveille!
    Promène ta main d’un bout à l’autre, et serre-le-moi fort, de
    peur qu’il n’échappe... Fais zague, zague... Ah!...

      LA POPELINIÈRE.

FAIRE ZIZI, PANPAN. Faire l’acte vénérien—si plein d’onomatopées.

    _Près d’Ève, Satan déguisé,
    Avec deux mots fit sa conquête;
    En les prononçant, le rusé
    Brandillait la queue et la tête.
    Voici les deux mots du serpent:
            Zizi, panpan._

      LOUIS FESTEAU.

FAIT (Le). L’acte vénérien.

        _Un mari goguelu
    Trouva sa femme sur le fait._

      G. COQUILLART.

    _Cela ne plut pas au valet,
    Qui, les ayant pris sur le fait,
    Vendiqua son bien de couchette._

      LA FONTAINE.

FARAUD. Amant de cœur, maquereau.

    _Monsieur, il faut vous déclarer
    Que c’est une femme effrontée
    Qui fit assassiner son homme
    Par son faraud..._

dit l’auteur de la chanson sur le supplice de la Lescombat.

FARCEUSE. Gourgandine, femme dont le métier est de faire des farces
aux hommes, c’est-à-dire de prendre leur argent et leur queue, et de se
foutre d’eux après en avoir été foutue.

FARCY (La). Nom d’une maîtresse de bordel très connue à Paris, et qui
n’a dans son troupeau que de très belles putains.

    _Je vous aime ainsi, divine salope
    La Farcy n’a pas de telles Vénus._

      ANONYME.

FARFADET. Nom qu’on donnait au XVIIIe siècle à une variété de
maquereaux; témoin ce passage du _Colporteur_ de Chevrier: «Croirait-on
que quand ce _guerluchon_ ne suffit pas, il est dupé lui-même par une
troisième espèce appelée _farfadet_?» Voir _Milord Pot-au-feu_.

FARFOUILLER UNE FEMME. La baiser, ou quelquefois la peloter seulement.

    Il était las de baiser, manier, fouiller et farfouiller.

      MILILOT.

    Comme celle qui disait que Claude lui avait farfouillé dans son
    cul de devant.

      (_Moyen de parvenir._)

FAUX PAS (Faire un). Badiner imprudemment avec un homme, et, au moment
où l’on y pense le moins, glisser et tomber, le vagin entr’ouvert, sur
sa pine en arrêt.

    _Je fuis... ciel! j’ai fait un faux pas!
        Ah! le juif en profite!
    Comment me dérober des bras
        De ce chien de lévite?
    L’abbé, de grâce! holà! holà!
        La chose est monstrueuse!
    Ah! malgré moi, que sens-je là?
        Je suis vertueuse!_

      COLLÉ.

FAVEURS D’UNE FEMME (Obtenir les). Être reçu à cuisses ouvertes par
elle.

    Après cela, on peut bien juger que la dame ne fut pas longtemps
    sans donner ses dernières faveurs au cavalier.

      BUSSY-RABUTIN.

    _Ah! bien, dit-il, n’est-ce donc qu’avec moi
    Que vous avez la fureur d’être sage?
    Et vos faveurs seront le seul partage
    De l’étourdi qui ravit votre foi?_

      VOLTAIRE.

    _Apprenez qu’en amour, bien souvent le divorce
              Naît de la dernière faveur._

      GRÉCOURT.

    _Me faudra-t-il, pour complaire à l’usage,
    Du seul devoir attendre les faveurs,
    Qui de l’amour doivent être le gage._

      PARNY.

          _Céphise est lubrique à la rage
          Et favorise chaque nuit
    Gnaton, en qui le sexe est à moitié détruit._

      BRUZEN DE LA MARTINIÈRE.

    _Judith me fait horreur;
    Je renonce à l’honneur
    D’obtenir ses faveurs._

      FÉLIX BOVIE.

FAVORI. Amant, greluchon; maquereau, le mâle de toute sultane favorite.

    _Et les maris, de même
    Qu’ messieurs les favoris,
            Y sont pris._

      COLLÉ.

FÉMINISER. Oter la virginité.

    _Allons, Priape, allons, il faut enfin
    Féminiser ces onze mille vierges,
    Pour qui Cologne a brûlé tant de cierges._

      PARNY.

FEMME CHASTE. Le merle blanc du sexe féminin. _Casta, quia nemo
rogavit_, parbleu!

FEMME CHAUDE. Femme ayant les foies chauds, femme qui aime l’homme et
jouit avec lui, quel qu’il soit, goujat ou roi, homme de peine ou de
lettres, pourvu qu’il soit bon fouteur.—Femme qui bande et voudrait
être baisée. Cela se dit, à propos du sexe auquel nous devons le
jour—et la vérole,—comme à propos des chiennes, auxquelles nous devons
des puces, avec cette différence, cependant,—toute en faveur de la race
canine,—que les chiennes, une fois qu’elles ne sont plus en chaleur,
ne se laissent plus grimper par les mâles, et que les femmes se font
baiser en toute saison.

FEMME ÉTROITE. Femme dont le vagin a l’étroitesse convenable et
désirable pour retenir prisonnier le membre viril qui s’y est aventuré,
jusqu’à ce qu’il s’avoue vaincu.

    _Le lit est imprégné de cette sueur moite
    Qui fait toujours trouver large la plus étroite._

      L. PROTAT.

FEMME FACILE. Femme qui accueille volontiers les propositions
libertines des hommes.

FEMME FROIDE. Qui, en apparence, n’éprouve pas de plaisir dans la
conjonction amoureuse et fait jouir les hommes sans paraître jouir
elle-même.

    Mais comme elle est naturellement froide, apparemment que le
    jeune seigneur n’y trouva pas son compte, car Mme Copen ne le
    revit plus.

      LA POPELINIÈRE.

FEMME GALANTE. Femme dont le métier est de faire jouir les hommes—qui
en ont les moyens.

FEMME HONNÊTE. Femme mariée,—selon toutes les femmes mariées.

    _La femme honnête la plus folle,
    Aujourd’hui, le fait est certain,
    N’a plus que six fois la vérole,
    Je ne veux plus être catin._

      E. DEBRAUX.

      _Es-tu lass’ d’amourette?
      Enfin, dis-moi, veux-tu,
      Pour dev’nir femme honnête,
      Épouser un cocu?
    Encore un coup d’cu, Jeannette!_

      E. DEBRAUX.

FEMME INCONSÉQUENTE. Façon polie de dire qu’elle est putain.

    Lorsque, dans le monde, une jeune dame n’a pas très bien su
    étendre le voile par lequel une femme honnête couvre sa conduite,
    là où nos aïeux auraient rudement tout expliqué par un seul mot,
    vous, comme une foule de belles dames à réticences, vous vous
    contentez de dire:—Ah! oui, elle est fort aimable, mais...—Mais
    quoi?—Mais elle est souvent bien inconséquente.

      H. DE BALZAC.

FEMME LABORIEUSE. Femme qui ne refuse jamais de conduire un miché au
bonheur.

    Ah! monsieur, me dit cet homme avec des larmes d’admiration dans
    la voix, à quelque heure de la nuit qu’on frappe, si nous sommes
    couchés, elle se lève sans rechigner, va ouvrir au monsieur,
    reste avec lui le temps qu’il faut et remonte se coucher
    jusqu’à ce qu’un nouveau coup de sonnette la fasse relever et
    redescendre: c’est une femme bien laborieuse!

      A. FRANÇOIS.

FEMME LARGE. Femme dont le vagin est d’une laxité à faire croire
au membre imprudent qui s’y aventure qu’il entre dans une motte de
beurre.—Voir _Femme étroite_.

FEMME LASCIVE. Qui possède, dans ses regards, dans ses gestes, dans ses
mouvements, dans ses paroles, l’art d’allumer les désirs des hommes.—On
dit aussi, mais moins fréquemment, _Homme lascif_, parce que la
lasciveté est l’apanage spécial de la femme.

    Si ces jeunes gens s’offrent à vous, ne les refusez pas: ils sont
    si beaux, si vifs et si lascifs.

      LA POPELINIÈRE.

FEMME LÉGÈRE COMME CHAUSSON. Extrêmement putain.—L’expression, très
spirituelle et décente, a été employée pour la première fois par M.
Aurélien Scholl dans un de ses échos du _Figaro_.

FEMME LUBRIQUE. Savante en l’art d’aimer—et de faire jouir les hommes.

    Voici ce qu’il y avait: Minois de fantaisie; joli corps, créature
    lubrique.

      LA POPELINIÈRE.

FEMMELETTE. Femme chétive, douillette, délicate, qui a des goûts
futiles, etc...!

    _Que le bout du médium fait tomber en faiblesse,
            Qu’un vit fait passer au carmin..._

    Elle ne jouait que l’ombre, le trictrac et les échecs, parce
    qu’ils sont savants et sérieux; tous les autres (jeux) étaient
    au-dessous d’elle, et ne pouvaient amuser que des femmelettes...

      A. DE NERCIAT.

FEMME SAGE. Femme honnête, selon toutes les femmes mariées—qui sont
plus ou moins sages.

    _Il était une dame
    Fraîche, ayant des couleurs
          Et des mœurs;
    Elle était sage-femme
    Et femme sage autant
        Qu’à présent
    On l’est, Dieu merci!..._

      SCRIBE.

FENDASSE. La nature de la femme—à soldats.

    _Le plus vieux trou, la plus sale fendasse,
    Rien n’échappait à son vit furieux._

      (_Parnasse satyrique._)

FENTE. La nature de la femme, destinée à être fendue.

    Rien ne fut soustrait à mes regards... Lucette, couchée sur lui,
    les fesses en l’air, les jambes écartées, me laissait apercevoir
    toute l’ouverture de sa fente, entre deux petites éminences
    grasses et rebondies.

      MIRABEAU.

    _Toutes filles, en cas pareil,
    Désireraient à leur réveil
    Qu’un tel que moi leur fît de rente
    Un bon vit pour boucher leur fente._

      (_Cabinet satyrique._)

    _Et puis après il se vante
    D’avoir bouché votre fente._

      GAUTIER-GARGUILLE.

        _Pontgibaut se vante
        D’avoir vu la fente
    De la comtesse d’Alaïs._

      TALLEMANT DES RÉAUX.

FERME DE ROGNONS (Être). Être solide au combat amoureux; faire durer
longtemps l’affaire, comme l’Ascylte du _Satyricon_, dont le membre
était si bien bâti.

FESSES (Les). Les deux hémisphères qui jouent un si grand rôle dans la
comédie à deux personnages intitulée: _La Fouterie_. Ce sont les tétons
du derrière, comme les tétons sont les fesses du devant.

    Et puis me tournant par derrière, il contemplait tantôt mes
    épaules, tantôt mes deux fesses.

      MILILOT.

    _Langues de chatte et langues de serpent,
    Dans un monceau de tétons et de fesses,
    Vont se croiser, et derrière, et devant._

      JOACHIM DUFLOT.

FESSIER (Le). Le cul, qui porte des fesses comme le pommier des pommes.

    Tu es si fraîche que tu as sans doute le corps fort beau, et
    surtout le fessier.

      LA POPELINIÈRE.

    _Dans le sapin je plongeai mon regard
    Et j’aperçus un fessier magnifique
    Qu’il me semblait avoir vu quelque part._

      ANONYME.

FESTOYER. Faire l’acte vénérien.

    Il s’efforçait de trouver manière de la festoyer, comme il avait
    fait avant que monseigneur fût son mari.

      (_Les Cent Nouvelles nouvelles._)

    _Il ajoutait que, même à la sourdine,
    Plus d’un damné festoyait Proserpine._

      VOLTAIRE.

    _Un cordelier faisait l’œuvre de chair,
    Et s’ébattait, en festoyant sa mie._

      PIRON.

FÊTE (la), FÊTER. Faire l’acte vénérien.

    _Elle n’eut dit ces mots entre ses dents
    Que le galant recommence la fête._

      LA FONTAINE.

        _Je fêtai son milieu,
          Nom de Dieu!
    Trois fois avant qu’ je n’ sorte._

      F. DE CALONNE.

FÊTER LA SAINT-PRIAPE. Faire l’acte vénérien, qui est faire une œuvre
pie.

    _Or, un jour que Sa Sainteté
    Solennisait la Saint-Priape._

      B. DE MAURICE.

FÉTU. Le membre viril.

    _De son fétu neuf pouces sont l’aunage._

      PIRON.

FEU AU CUL (Avoir le). Être ardent aux exercices vénériens.

    C’est plus d’un coup par heure; il avait donc le feu au cul!

      MILILOT.

FEU DE PAILLE. Fouterie de pauvre ou de poète, qui commence en flambant
de façon à faire espérer vingt coups, et qui s’éteint net après le
premier.

FIASCO. Insuccès amoureux.—_Faire fiasco._ Ne pas pouvoir bander au
moment où il le faut.

FIGNARD. Le cul (_inusité_).

    _Il écouta la vieille et lui laissa tout dire,
    Pencha son front rêveur; puis, avec un sourire,
            Lui foutit sa botte au fignard._

      DUMOULIN.

FIGUE. La nature de la femme, qui est de la nature de ce fruit, un peu
plissée, un peu molle,—et savoureuse comme lui.—Les Italiens ne jurent
que par là: _Per la fica!_ disent-ils.

    _De ton figuier mange le fruit,
    Et ne va pas durant la nuit
    Du voisin grignotter la figue._

      PARNY.

FILLE. Mot injurieux pour désigner une femme qui fait métier et
marchandise de l’amour.

    Le mot fille signifie, _ad libitum_, ce qu’il y a de plus pur,
    ce qu’il y a de plus doux, ce qu’il y a de plus bas, ce qu’il y
    a de plus vil dans le sexe féminin.—Il est sage et timide comme
    une fille.—Il aime tendrement sa fille.—En quittant l’auberge,
    il a donné quelque chose à la fille.—Il a eu l’imprudence de se
    montrer au spectacle avec une fille.

      E. JOUY.

    _Prenez les intérêts des filles de Cypris,
    Et ne permettez pas qu’on en fasse mépris._

      (_La France galante._)

    Le ramage des filles est cent fois préférable à l’argot des
    boursiers.

      A. DELVAU.

        _Nos ingénues à sentiments,
                En fait d’amants,
                Ruin’nt plus d’jeun’s gens
    En quinze jours, qu’une fille en douze ans._

      E. DEBRAUX.

FILLE À PARTIES. «Prostituée en carte ou isolée, mais avec plus de
formes. Si elle se fait suivre par sa tournure élégante ou par un
coup d’œil furtif, on la voit suivant son chemin, les yeux baissés, le
maintien modeste: rien ne décèle sa vie déréglée. Elle s’arrête à la
porte d’une maison ordinairement de belle apparence; là, elle attend
son monsieur, elle s’explique ouvertement avec lui; et, s’il entre dans
ses vues, il est introduit dans un appartement élégant ou même riche,
où l’on ne rencontre ordinairement que la dame de la maison.»

      BÉRAUD.

FILLE D’AMOUR. Fille de bordel, qui fait de l’amour un métier et de son
cul une marchandise.

    _J’apprends qu’tu veux, monsieur d’Belleyme,
    Numéroter les fill’s d’amour._

      BÉRANGER.

FILLE DE JOIE. Femme qui exerce un triste métier, celui qui consiste à
être à la disposition du premier venu.

    _D’une fille de joie
    Il fut enfin la proie._

      THÉOPHILE.

    Le major l’avait fait mener au refuge où on enferme les filles de
    joie.

      D’OUVILLE.

    _Soupant, couchant chez des filles de joie._

      VOLTAIRE.

    _Mais ce refrain banal rarement apitoie,
    Hormis l’adolescent, qui ne peut croire au mal
    Et cherche encor l’amour dans la fille de joie,
    Ignorant que la rouille a rongé le métal._

      HENRY MURGER.

FILLE DE MARBRE, FILLE DE PLÂTRE. Fille galante, dont le cœur est plus
dur que les tétons.

    C’est à Paris que les filles de marbre apprennent péniblement le
    métier qui les fait riches en une heure.

      JULES JANIN.

FILLE PUBLIQUE. Femme qui livre son corps au premier passant venu,
moyennant un salaire qui varie suivant les quartiers dans lesquels elle
exerce.

    La première ordonnance concernait les filles publiques et
    imposait à ces malheureuses des heures de sortie et d’autres
    mesures que la décence publique réclamait depuis longtemps.

      H. RAISSON.

    _Renonçant pour toujours à la fille publique,
    Vous seule auriez eu part aux faveurs de mon vit._

      LOUIS PROTAT.

FILLE SOUMISE. Fille ou femme à laquelle la préfecture de police impose
une carte, dans l’intérêt de la santé publique—que compromettent tant
les coureuses insoumises.

FLAGEOLET. Le membre viril, dont les femmes savent si bien jouer et
jouir, et dont elles se gardent bien de boucher _la patte_ d’où sort
cette précieuse musique qui leur chatouille si agréablement le vagin.

    _Elle n’est pas musicienne,
    Mais elle est foll’ du flageolet
    Et veut que chaqu’ jour de la s’maine
    Je fredonne au moins un couplet._

      E. DEBRAUX.

    _Je voudrais, ma belle brunette,
    Voyant votre sein rondelet,
    Jouer dessus de l’épinette
    Et au-dessous du flageolet._

      THÉOPHILE.

    _Si tu veux danser, dispose
    Du flageolet que voilà._

      COLLÉ.

FLEUR. Pucelage,—que la femme est censée donner à son époux la première
nuit des noces.

    _Qu’au dernier cri de douleur,
    Je suis maître de la fleur
    Qui pour moi seul est éclose,
            Je suppose,
            Je suppose,
        Irma, je suppose._

      L. FESTEAU.

    _Cessez donc de pleurer un sort digne d’envie,
    Et ne regrettez plus la plus belle des fleurs;
    Si ne la garder pas, c’est faire une folie,
    On goûte en la perdant mille et mille douceurs._

      BUSSY-RABUTIN.

    Te laisser vierge, c’est te faire sentir de la façon la plus
    cruelle que ta fleur ne vaut pas la peine qu’on se donnerait pour
    la cueillir.

      LOUVET.

            _Il est bon de garder sa fleur,
    Mais pour l’avoir perdue, il ne faut pas se pendre._

      LA FONTAINE.

    Cette fleur, qui avait été réservée pour le beau prince de
    Massa-Carrera, me fut ravie par le capitaine corsaire.

      VOLTAIRE.

    _Pour eux ne brille cette fleur,
    Qu’amour, diligent moissonneur,
    Sait recueillir avant la fête
    Que le tardif hymen s’apprête._

      PIRON.

FLEUR D’ORANGER. Fleurs blanches qu’une fille porte sur la tête le
jour de son mariage, pour dire à tout le monde: Je n’ai pas encore été
baisée; j’ai toujours gardé ma fleur et mon fruit... défendu.—Laissons
passer et disons avec Commerson:

    Le bouquet de fleurs d’oranger est le cynisme de la vertu.

FLEURETTES. Petites fleurs du langage amoureux, douceurs que les
galants débitent aux jeunes personnes qui y prêtent volontiers
l’oreille,—faute de prêter autre chose à quelque chose de mieux. On dit
aussi: _Conter fleurettes_, pour: parler d’amour.

    Je ne cessais de me retracer mon gentil Belval, allant au fait,
    et commençant par où les autres me semblaient ne devoir finir
    d’un siècle. Aussi, leurs fleurettes n’étaient-elles honorées
    d’aucune attention.

      FÉLICIA.

    _Des abbés coquets sont venus;
        Ils m’offraient pour me plaire
    Des fleurettes au lieu d’écus,
    Je les envoyai faire... vois-tu..._

      GALLET.

FLEUR DU MAL. Tribade—qui se fait respirer par une autre femme,
qu’elle respire à son tour.—L’expression date de 1856, époque de la
publication du livre de poésies de M. Charles Baudelaire, dans lequel
les gougnottes sont chantées sur le mode ionien.

FLEURONS DE VÉNUS. Accidents vénériens qui forment sur le front du
malade une sorte d’auréole.

    _Les fleurons de Vénus te servent d’auréole;
    Comme un vase trop plein tu répands la vérole
          Sur tout un peuple frémissant._

      DUMOULIN.

FLEURS BLANCHES. Nom que, par corruption, on donne à un écoulement
blanchâtre particulier aux femmes blondes, lymphatiques, chlorotiques,
mal nourries,—parisiennes, en un mot. _Mulierum vulvæ fluores,
stillationes morbosæ_, d’où, conséquemment, on devrait dire: _flueurs
blanches_, du verbe latin _fluere_, couler.

    _La marquise a bien des appas,
    Ses traits sont vifs, ses grâces franches,
    Et les fleurs naissent sous ses pas;
    Mais, hélas! ce sont des fleurs blanches._

      Comte de MAUREPAS.

FOLICHON, FOLICHONNE, FOLICHONNEUSE, FOLICHONNETTE, FOLICHONNER,
FOLICHONNADES, FOLICHONNERIES. Rieurs, bons vivants, folâtreries,
gaillardises.

    _Mariette était si folichonne.
    Qu’elle embrassait les cuisiniers._

      MARTIAL O...

    Je fus épris comme un toqué d’une aimable folichonnette.

      J. KELM.

    _Une folichonneuse,
    Cancane et me plaît mieux._

      J.-E. AUBRY.

    _Folichons et folichonnettes,
    Rigolons et folichonnons._

      F. VERGERON.

    M. M..., pour avoir lu des livres entachés de folichonnerie,
    copiera cent versets de la Bible.

      CH. JOLIET.

FONDEMENT (Le). Les parties sexuelles, dont le fondement n’est
cependant qu’une partie.

    _Craignez, craignez fort la vérole!
    Il faut garder son fondement
    Propre, avec tout son fourniment,
    Pour suivre les cours de l’école._

      A. WATRIPON.

FONTAINE. La nature de la femme, où s’abreuve l’humanité—altérée de
jouissance.

            _Le vin est inventé pour vous:
            Il fait rejaillir la fontaine
    Qu’on voit tout le long, le long de la bedaine._

      (_Chanson anonyme moderne._)

    Nous fûmes aussitôt tous les trois près d’elle lui faire les
    caresses qu’elle montrait désirer; à peine avions-nous posé
    nos mains sur ses fesses, qu’après deux ou trois mouvements de
    reins, nous l’aperçûmes tourner de l’œil, et nous vîmes couler la
    fontaine du plaisir.

      MIRABEAU.

—On le dit aussi d’une femme qui a des flueurs ou un écoulement
vénérien. De là le surnom d’une célèbre habituée de bals, Clara
Fontaine:

    _Coule, coule toujours,
    Fontaine des amours._

      G. NADAUD.

FORCER LA BARRICADE. Déchirer la membrane de l’hymen d’une vierge en la
dépucelant, la baïonnette en avant.

    Il poussa et m’entr’ouvrit avec plus de facilité que devant, et
    fit tant à la fin, se remuant de cul et de tête, qu’il força la
    barricade.

      MILILOT.

FORCER UNE FEMME. La baiser malgré elle.

    Je vous ai forcée, je vous ai violée; mais je n’ai pu faire
    autrement, et je vous en demande pardon.

      LA POPELINIÈRE.

FORÊT HUMIDE (La). La motte de la femme, qu’arrosent si fréquemment la
sueur, l’urine, les menstrues, le sperme, les ablutions, etc.

    _Notre morpion se hâta
    De gagner la forêt humide
    Qui devant lui se présenta._

      B. DE MAURICE.

FORNICATEUR. Homme qui se plaît à commettre le doux péché de
fornication.

    _Grand gesticulateur,
    Hardi fornicateur,
    Et dont l’incontinence
      S’attaque à l’honneur
          De ma sœur._

      COLLÉ.

    _Un jeune capucin,
    Qui fornique et qui prie,
    Allait passer sa vie
    Dans un couvent lointain._

      J. CABASSOL.

    Notre grand’maman Ève elle-même n’a-t-elle pas commencé à mettre
    la fornication en honneur?

      PIGAULT-LEBRUN.

    _Puis la virant, preste sur la croupière,
    Se huche. Hélas! quel taon vous a piqué?
    Serrant le cul, s’écria la commère;
    Par là jamais nous n’avons forniqué._

      PIRON.

FOUAILLER UNE FEMME. La baiser, se servir avec elle du fouet qui cingle
si bien.

    Elles savent donc qu’il y a des moines qui fouaillent.

      (_Moyen de parvenir._)

La fille de taverne, dit Auguste Barbier,

            ... _N’a d’amour chaud et libertin
    Que pour l’homme hardi qui la bat et la fouaille
            Depuis le soir jusqu’au matin._

FOUAILLEUR. Coureur de filles, bordelier.—«Un T de plus dans ce mot, et
on a son étymologie,» dit l’auteur des _Excentricités du langage_, M.
Lorédan Larchey.

FOUETTER UN HOMME, afin d’amener l’érection de son membre.

    _Si son vit impuissant n’a pas encor bandé...
    On saisit le bouquet de verges à deux mains.
    On fustige le vieux sur la chute des reins:
    La douleur qu’il éprouve est quelquefois bien grande,
    Mais il ne se plaint pas, il est heureux... il bande!_

      LOUIS PROTAT.

FOULER. Faire l’acte vénérien.

    _Ne foulez point son mausolée,
    La pauvre fut assez foulée
    Durant le temps qu’elle a vécu._

      (_Cabinet satyrique._)

FOUR. Employé dans un sens obscène pour désigner la nature de la femme.

    Avec sa pâte qui fut levée aussitôt que le four fut chaud.

      (_Moyen de parvenir._)

    _S’il vous plaist nous prester vos fours,
    Nous sommes à vostre service._

    _Il est défendu par nos loix
    De travailler dans un four large._

      (_La Fleur des chansons amoureuses._)

FOURBIR UNE FEMME. La baiser, frotter de la queue les parois de son
vagin pour les dérouiller,—ce qui la rend non-seulement _polie_, mais
très contente.

    Comme s’il fallait que je lui donnasse du salaire pour avoir
    fourbi cette gaupe.

      CH. SOREL.

    _Puis vous fourbit l’agréable femelle
    Qui l’occupait._

      GRÉCOURT.

FOURGONNER UNE FEMME. La baiser, en introduisant dans son petit foyer
la pine en guise de _poker_.

FOURNIR SA CARRIÈRE. Achever de jouir en baisant.

    Tu aurais été ravie en extase en voyant seulement comme il se
    tourmentait sur moi dans le temps que nous achevions de fournir
    notre carrière.

      MILILOT.

FOURRAGER. Patiner une femme; essayer d’introduire son membre dans son
aimable hiatus.

    Eh bien! eh bien! où vas-tu comme ça?... Qu’est-ce que tu
    fourrages là-dedans?

      HENRY MONNIER.

FOURRER (Le). Introduire le membre viril dans la nature de la femme.

    Je me le figure toujours tel que s’il me le fourrait dedans le
    con avec force et qu’il eût de la peine à entrer.

      MILILOT.

FOUTERIE. Action de foutre une femme, ou d’être foutue par un homme,—du
verbe _futuo_, qui a la même signification.

    Ceux-là qui sont bien fournis d’instruments à fouterie et qui
    sont propres à donner un plaisir partout.

      MILILOT.

    _Tu brûlais pour moi d’un amour immense
    Dans des vers fort beaux—que je n’ai pas lus;
    Notre fouterie à peine commence,
    Et déjà, mon cher, tu ne bandes plus!_

      ANONYME.

FOUTERIE DE PAUVRE. Pauvre fouterie; mauvais coup.

FOUTEUR. Homme qui satisfait les femmes, au lit ou en fiacre, à pied ou
à cheval.

    _Veuve de son fouteur, la gloire,
    La nuit, dans son con souverain,
    Enfonce—tirage illusoire!—
    Ce grand godemichet d’airain!_

      (_Parnasse satyrique._)

    _Et mandons à tous nos fouteurs,
    Fussent-ils un peu plus à l’aise,
    De prendre au con seul leurs ébats._

      COLLÉ.

    Je veux dire que tu es un crâne fouteur, que tu me chausses comme
    jamais en effet je n’ai été chaussée.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

FOUTEUSE. Femme qui aime à être baisée, ou qui met son art à bien faire
jouir les hommes qui la baisent.

    Tu es une belle fouteuse, ma mie.

      LA POPELINIÈRE.

    _Car on peut devenir une bonne fouteuse,
    Mais on ne devient pas, il faut naître branleuse._

      L. PROTAT.

    _Homme goulu, femme fouteuse
    Ne désirent rien de petit._

      THÉOPHILE.

FOUTIMASSER. Baiser dans un grand con, avec un vit trop petit, ou ne
pas assez bander: en somme, ne faire rien qui vaille.

    _Ton vit plus froid que glace
        Reste molasse,
        Il foutimasse;
    Quel bougre d’engin!_

      PIRON.

    _Un ribaud, quelquefois, trop plein de son objet,
    Fatigue, échauffe en vain un aimable sujet;
    Sans cesse auprès de lui, le paillard foutimasse
    Et sur ses nudités sa main passe et repasse._

      (_L’Art priapique._)

    _Loin ces foutimaceurs qui gastent le métier...
    Ne foutimacez plus les oreilles des dames._

      (_Paroles grasses de Caresme-prenant._)

FOUTOIR. Nom que les libertins donnent au boudoir, lieu où il ne s’agit
pas de _bouder_, en effet, mais bien de _foutre_.—(V. _Boudoir_.)

FOUTRE (Le). Le sperme de l’homme et de la femme, la semence que
celui-ci jette, à couillons rabattus, dans le champ de celle-là où
poussent, au bout de neuf mois, des enfants mâles ou femelles.

    Ensuite de cela, il me monte dessus, et en me faisant entrer son
    gros vit bandé au con, il me chevauche jusqu’à ce que son foutre
    me coule au fond de la matrice.

      MILILOT.

    _Ah! la belle heure, quand j’y pense!
    On mettrait une flotte à flot
    Avec le foutre qu’on dépense
    Tant que résonne son grelot._

      (_Parnasse satyrique._)

FOUTRE. Interjection témoignant le mépris que l’on fait d’une chose.

    _Foutre des neuf garces du Pinde,
    Foutre de l’amant de Daphné..._

      PIRON.

FOUTRE. Le mot le plus énergique du langage érotique. Il signifie:

    Jouir!—dépenser son sperme, n’importe de quelle façon,—en
    foutant.

    Il y a fouteurs et fouteurs, comme il y a fagots et cotterets.
    Ainsi:

    On fout à couillons rabattus, comme un Dieu, comme un roi, comme
    un prince,—ou comme un âne débâté.

    On fout comme un daim, comme un épicier, comme un maçon, comme un
    pigeon.

    On fout en main, en bouche, en aisselle, en con, en cul, en
    tétons, en cuisses.

    On fout à la paresseuse, en levrette, à la florentine, à culs
    nus, à la dragonne, en cygne, etc.

    On fout sa maîtresse, sa tante, sa cousine, sa femme, sa
    belle-sœur, sa belle-mère, sa bonne, sa portière, sa voisine,
    et—quelquefois son voisin.

    _Le roi fout la reine—ou son page,
    Le vieillard fout sa bonne—un peu,
    Et le pauvre fout—ce qu’il peut._

      ANONYME.

    _Mon Alix en fait tant de cas,
    Qu’elle me promet des ducats,
    Beaucoup plus que je ne souhaite,
    Si dix fois la nuit je la fous._

      COLLÉ.

Foutre, comme verbe passif, signifie être perdu.

    _Philis, tout est foutu, je meurs de la vérole,
    Elle exerce sur moi sa dernière rigueur._

      THÉOPHILE.

Foutre, comme verbe réfléchi, signifie se moquer.

    _Eh bien! dit-elle, quitte ou double,
    Va toujours ton train, je m’en fous._

      COLLÉ.

    _Quoique plus gueux qu’un rat d’église,
    Pourvu que mes couillons soient chauds,
    Et que le poil de mon cul frise,
    Je me fous du reste en repos._

      PIRON.

FOUTRE À COUILLONS RABATTUS. Avec énergie, comme toutes les femmes
voudraient être foutues,—même, et surtout, celles qui ont le plus l’air
de cracher sur le jus divin.

    _Les hommes, lorsqu’ils ont foutu
    A double couillon rabattu,
    Se lavent dans une terrine._

      DUMOULIN.

FOUTRE À LA PARESSEUSE. Baiser une femme le plus commodément possible;
quelquefois, l’homme se met derrière la femme, laquelle replie un peu
ses cuisses en avant. Plus généralement, ils se placent en face l’un
de l’autre et la femme lève la cuisse et passe la jambe sur la hanche
de son fouteur; les deux amants se trouvent alors collés l’un à l’autre
depuis la poitrine jusqu’aux parties sexuelles, la pine dans le vagin:
on pousse sans effort, et on jouit sans s’en apercevoir, en s’endormant
même, si l’on est trop fatigué des coups précédemment tirés.

    _Celui dont la pine est mollasse, filandreuse
    Et lente à décharger, fout à la paresseuse._

      L. PROTAT.

FOUTRE COMME UN ÂNE DÉBÂTÉ. Baiser avec énergie, sans se soucier
d’autre chose que de bien jouir,—à la façon du héros de Lucius.

    Vilains hypocrites... foutez comme des ânes débâtés; mais
    permettez-moi de dire _foutre_.

      DIDEROT.

FOUTRE EN AISSELLE. Décharger sous l’aisselle d’une femme au lieu de
lui décharger dans le con: c’est aussi agréable pour l’homme—et moins
dangereux pour la femme.

    _Celui-ci fout en cul, celui-là en aisselle..._

      LOUIS PROTAT.

    _A cet instant de la querelle,
    Un vit, qui bandait dur et fort,
    S’avisa de foutre en aisselle;
    Cet argument les mit d’accord._

      (_Dialogue du con et du cul._)

FOUTRE EN ARTILLEUR. Vous faites coucher la demoiselle sur le bord
du lit, et debout devant elle, vous prenez ses jambes de chaque main,
les écartez et les placez sur vos épaules, comme des leviers servant
à manœuvrer une pièce de canon sur un affût. Vous fourrez votre
écouvillon dans la gueule béante de son canon; il y entrera tout
entier, et même un peu les testicules.

FOUTRE EN CON. Baiser bourgeoisement, comme baisaient Adam et Ève, les
ignorants, bouche contre bouche et ventre contre ventre.

    _Le con est fort bonne personne,
    Je ne dis pas qu’on l’abandonne;
              Eh! non, non, non!
              Foutons en con!_

      COLLÉ.

FOUTRE EN CUISSES. Décharger entre les cuisses d’une femme qui ne tient
pas à faire d’enfant, mais qui tient à faire plaisir à un homme.

    _On fout en con, en cul, en cuisses._

      (_Parnasse satyrique._)

FOUTRE EN CUL. Sodomiser.

    _Mais le cul n’est-il pas bonhomme?
    Eh quoi! ne le fout-on qu’à Rome?
    Foutons en cul, foutons en con!
        Un peu de bougrerie
            Est dans la vie
        Quelquefois de saison._

      COLLÉ.

FOUTRE EN ESPALIER. Posture usitée seulement chez les écoliers ou chez
les gens de service qui se rencontrent dans des endroits sans meubles
et veulent foutre cependant à la hâte et tant bien que mal en appuyant
la femme contre un mur. Un brave évêque vit un jour son valet de
chambre baiser une fille en espalier: «Imbécile, lui dit-il, tu ménages
les matelas. Eh bien! c’est à ce beau métier que j’ai gagné la goutte.»

FOUTRE EN LEVRETTE. Jouir d’une femme en se plaçant derrière elle,
_more canino_, posture des plus estimées de la foutronomie, et l’une
des plus agréables pour le fouteur. Soit à genoux, soit appuyée sur une
fenêtre ou sur une table, soit couchée à plat ventre sur le lit ou sur
le gazon, la femme vous présente ses fesses, vous pénétrez dans son con
sans perdre un seul centimètre; vous vous y trouvez très serré et vous
lui donnez quelques bons coups de cul. Malheureusement, cela vous fait
jouir tout de suite, et l’opération ne dure pas assez longtemps au gré
de la dame.

    _En levrette est encore un moyen fort joli
    Quand on a sous son ventre un cul ferme et poli;
    C’est pour faire un enfant une bonne recette
    Qui fut, dit-on, donnée à Marie-Antoinette._

      LOUIS PROTAT.

    _Elle a l’étrange goût
    Qu’on la foute en levrette._

      J. DUFLOT.

FOUTRE EN MAIN. Se faire branler.

    _Tout est fantaisie ou caprices
    Chez le bizarre genre humain:
    On fout en con, en cul, en cuisses,
    Au besoin même dans la main._

      (_Dialogue du con et du cul._)

FOUTRE EN TÉTONS. Décharger sur la gorge d’une femme qui, au préalable,
a ramené ses deux tétons vers le milieu de sa poitrine, de manière à
presser, aussi doucement qu’avec les lèvres de son con, la pine qu’elle
a mission de faire jouir. Cette façon d’aller au bonheur, comme toutes
les autres artificielles, n’a de charmes que pour celui qui fout et non
pour celle qui est foutue.

    _Celui-ci fout en cul, celui-là en aisselle,
    Un troisième en tétons..._

      LOUIS PROTAT.

FOUTRE PAR L’OREILLE. Faire répandre à quelqu’un les _pleurs du
désir_, soit en lui lisant, soit en lui récitant des vers lubriques.
L’expression est du poète Maynard.

    _Gardez-vous de lire ces vers:
    Ils foutent les gens par l’oreille._

      (_Les Priapées._)

FOUTUE (Être bien ou mal). Bonheur, ou malheur.

    Non, tu n’es que foutue, et tu l’es bien.

      LA POPELINIÈRE.

    _Je l’y donne un croc-en-jambe,
    All’ tombe sur son cu,
    Puis ell’ devint si tendre
    Qu’ ça fut autant d’ foutu._

      CABASSOL.

FRAISE. Le bout des tétons d’une femme, à cause de sa couleur.

FRESSURE. Le siége des désirs amoureux, la nature de la femme.

    _De ma fressure
    Dame Luxure
    Jà s’emparait._

      LA FONTAINE.

FRICARELLE (La). Le _Lesbicus amor_, qui tend de plus en plus à faire
des ravages parmi les Parisiennes.

    _Je te verrai...
    Poursuivant les Saphos à l’œil cave, au teint noir,
    Ivre de fricarelle, et ne pouvant avoir
              L’attouchement d’une tribade._

      EMM. DES ESSARTS.

FRINGUER, FRINGASSER UNE FEMME. La baiser.

    _Volontiers je vous fringasse,
    Madame, si j’osasse.
    Fringue, valet, hardiment;
    Mon mary est à Rouen._

      (_Chansons folastres._)

    _Car s’il a prêté son levain,
    On fringue votre chambrière._

      (_Farces et moralités._)

    _Quand Polidor fringua la dame putassière,
    De qui le nom fameux s’appelle Sarprisi._

      THÉOPHILE.

FROMAGE. Sperme de l’homme ou de la femme; caséum produit par les
parties basses, ayant l’aspect du caséum produit par les parties
hautes. D’où, à propos d’une fille qui s’est laissé dépuceler,
l’expression proverbiale: _laisser aller son chat au fromage_.

FROTTER LE LARD (Se). Faire l’acte copulatif, qui consiste en effet
dans le frottement des chairs de ces deux cochons qui s’appellent deux
amants.

    _Toutes les fois qu’on t’a frottée,
    Tu ne me l’es pas venu dire._

      (_Ancien Théâtre français._)

    _Jean, ce frotteur invaincu,
    Un soir dans une taverne
    Frottait Lise à la moderne,
    C’est-à-dire par le cu._

      (_Cabinet satyrique._)

    Joyeusement se frottant leur lard.

      RABELAIS.

    Quand tu voudras, je frotterai ma coine contre ton lard.

      (_La Comédie des Proverbes._)

FUREUR D’AMOUR. La voluptueuse démence que ressentent mutuellement un
homme et une femme dans l’accouplement.

    Autrement il faudrait dire: _ce qui n’a point de nom_, _un membre
    viril_, _le membre génital_, et autres telles expressions sottes
    et longues, que la fureur d’amour ne donne point le temps de
    prononcer.

      MILILOT.

FUREUR UTÉRINE.

    Outre le terme de _nymphomanie_ que nous adoptons pour exprimer
    cette maladie, on lui donne encore différentes dénominations.
    Moschio, médecin grec, l’appelle _satyriasis_, d’autres
    _métromanie_, d’autres _érotomanie_, qui signifie _manie
    d’amour_; mais tous ces noms étant arbitraires, nous nous en
    tiendrons à celui de _nymphomanie_, toutes les fois qu’il sera
    question de la fureur utérine.

      DR DE BIENVILLE.

Voir _Nymphomanie_.

FUSEAU. Le vit, qui pour celles qui ont de l’_haleine_ sert à _enfiler_.

    _Le fuseau dont filait Hercule,
            Noir et tortu..._

      PIRON.

    _Prends ce fuseau, ma tendre amie.
    —Il est si gros, quelle folie!
    A peine tient-il dans mes doigts;
    Mon lin va se rompre vingt fois,
    Ah! mon Dieu, que dira ma mère!
        Elle est si sévère!
    Finissez donc, mon cher Lucas,
    De grâce, ne m’enfilez pas!_

      F. DAUPHIN.



G


GABAHOTER. Gamahucher une femme.

    _Et s’il ne me suffit pas de gabahoter,
    Je greluchonne alors aussi, sans hésiter._

      L. PROTAT.

GALANT. Amant—d’une galanterie douteuse, souvent.

    _Elle a quatre galants,
    Et de la préférence
    Les flatte en même temps._

      COLLÉ.

GALANTERIE. Maladie vénérienne.

    Sur la fin de la quatrième année, je m’aperçus que la supérieure
    m’avait communiqué ce qu’on appelle une galanterie.

      DU LAURENS.

    _Je suis un malheureux qui ne mérite pas
    De posséder si tôt de si charmants appas.
    Je suis dans un état..._

                          _—Achevez, je vous prie:
    Auriez-vous attrapé quelque galanterie?_

      LEGRAND.

GALIPOTER LE FONDEMENT. Besogner dans le derrière au lieu de besogner
dans le devant, faire acte de bougre au lieu de faire acte d’honnête
homme.

    _Maint’nant que j’ t’ai, sacré’ vessie,
    Galipoté le fondement,
    J’ te préviens qu’ j’ai z’une avarie
    Qui me rong’ tout le tour du gland._

      A. KARR.

GAMAHUCHÉ (Être). Se dit de l’un comme de l’autre sexe, la langue étant
à la disposition de tous les deux.

    _Un vit, sur la place Vendôme,
    Gamahuché par l’aquilon._

      (_Parnasse satyrique._)

GAMAHUCHER LE CANAL. Sucer un homme, aspirer la moelle qui coule dans
son canal de l’urètre.

    _Si, comme la race canine,
    Nous pouvions, sans gêne et sans mal,
    Nous gamahucher le canal._

      DUMOULIN.

GAMAHUCHER UNE FEMME. La faire jouir en jouant de la langue dans son
con, au lieu d’y jouer de la pine. Un métier de chien!

    _Celle-là, sur son lit nonchalamment couchée,
    Par un vieux Cupidon était gamahuchée._

      L. PROTAT.

GAMIN (Faire le). Quand une femme a bien fait la patte d’araignée,
collé un joli bécot sur le bout du vit d’un homme, quand, enfin,
elle a usé de toutes les _gamineries_ capables de le faire bander,
elle n’a plus qu’à s’enfourcher sur le glorieux priape façonné par
elle,—pour elle.—Alors: Hue! dada!... notre _gamin_ allant au trot,
puis au galop: patatrot, patatrot!—comme s’il sautait sur les genoux
de son grand-père,—se bourre le vagin à sa fantaisie, jusqu’à ce que
plaisir s’ensuivant, le cavalier tombe épuisé sur sa monture.—C’est du
nanan!—Voir le _Tire-bouchon américain_.

GANDIN. Imbécile bien mis qui paie les filles pour qu’elles se moquent
de lui avec leurs amants de cœur.

    Il reste une consolation aux gandins qui grappillent dans les
    vignes amoureuses après ces maraudeurs de la première heure,
    c’est de se dire:

    _Qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse!_

      A. DELVAU.

    _Nous soupions au sortir au bal. Quelques gandins,
    Portant des favoris découpés en jardins,
    Faisaient assaut d’esprit avec des femmes rousses._

      TH. DE BANVILLE.

GANTS. Ce qu’on donne aux femmes galantes comme supplément au prix
convenu pour les baiser, qu’elles vous demandent avant de vous ouvrir
leurs cuisses et qu’il est prudent de ne leur donner qu’après avoir
joui—si elles vous ont fait jouir. Ce sont nos anciennes _épingles_,
la _drinkgeld_ des Flamands, le _paraguantes_ des Espagnols et la
_buona mancia_ des Italiens—à propos de laquelle on pourrait dire, avec
Rabelais, que ces sortes de femmes aiment mieux la manche que le bras.

    _Leurs vêtements sont élégants,
    Mais toujours quelque chose y cloche:
    Dans leur bourse elles ont leurs gants,
    Et leur corset est dans leur poche._

      A. DELVAU.

Employé dans un sens obscène pour désigner la virginité.

    Elle fit toutes les grimaces que ses parents lui avaient dit de
    faire, pour lui faire croire qu’il en avait eu les gants.

      (_La France galante._)

    _Mainte fille a perdu ses gants._

      LA FONTAINE.

    Je puis donc m’attendre, dit Potiron, que si j’épouse cette
    demoiselle, je n’en aurai pas les gants.

      VOISENON.

GANYMÈDE. Ce que l’on nommait anciennement un giton et que les
Parisiens appellent une _tante_.

GARCE. Mot qui, dans le vieux langage, a signifié fille pucelle, et
qui, dans le langage moderne, signifie—tout le contraire.

    _Car il n’affiert à garces diffamées,
    User des droits de vierges bien famées._

      CL. MAROT.

    _Allons, la garce, haut la quille!
    Mon vit est crânement drissé._

      A. KARR.

GARDE NATIONALE (Être de la). Avoir des habitudes pédérastiques.

    Il s’approche, je crois qu’il en veut à ma montre que je
    m’empresse de préserver; il s’approche davantage, avance
    sournoisement la main vers l’objet chéri des dames: je vis qu’il
    était de la garde nationale, et alors...

      J. LE VALLOIS.

GARS À POIL. Homme qui a des couilles au cul et passe pour un rude
jouteur.

    ... Mon aîné?... c’est un gars à poil, et qui vous a une vraie
    pine de famille. Il foutra votre femme, vos deux filles, et vous
    enculera par-dessus le marché, histoire de dire qu’il a mis un
    pied chez vous.

      (_Les Deux Beaux-Pères._)

GAUPE. Fille légère—comme chausson.

GAZON DE LA FEMME. Les poils de sa motte.

    _Nature t’a fourni un corsage bien fait,
    Mais un con refrogné, dont l’ouverture ronde
    Assise est platement et sans aucun gazon._

      THÉOPHILE.

    _Mais nos peintres, tondant leurs toiles
    Comme des marbres de Paros,
    Fauchent sur les beaux corps sans voiles
    Le gazon où s’assied Eros._

      TH. GAUTIER.

GENDARME. Concubine ou femme légitime qui, toujours pendue au bras de
son _homme_, ou sur ses talons, le suit partout—et quand même.

GÉNITEUR. Homme qui ne peut baiser une femme sans lui faire un
enfant,—_genitor_.

GÉNITOIRES. Les couilles, qui contiennent la liqueur de la génération.

    Mes doigts, légèrement promenés sur les fesses, les cuisses
    et les génitoires de l’Adonis, paraissaient lui faire grand
    plaisir.—Oh! oui, comme cela, chatouille, mon petit ange,
    chatouille-les bien!...

      A. DE NERCIAT.

    Et le montrait, voyant tout chacun ses génitoires.

      (_Les Cent Nouvelles nouvelles._)

    _Un roi dans les grecques histoires,
    Sachant des siens la trahison,
    Voulut, pour en tirer raison,
    Qu’on leur coupât les génitoires._

      (_Cabinet satyrique._)

GENTILLE (Être bien). Bien arranger un homme, le faire jouir à gogo.

    Joli garçon, viens avec moi, tu ne t’en repentiras pas... je
    serai bien gentille...

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

GENTILLE AU DODO (Être bien). Promesse que vous fait une fille en vous
raccrochant; cela consiste à vous faire jouir comme jamais vous n’avez
joui avec aucune femme, soit en vous suçant, soit en vous branlant,
soit en se laissant enculer par vous, soit en vous faisant postillon
pendant que vous la foutez,—et tout cela pour arriver à vous faire
tirer un pauvre petit coup de deux liards qui ne vous remue pas autant
que le premier baiser de votre première bonne amie.

GIBERNE. Le fessier d’une femme, qui est, si on le veut, une boîte à
cartouches. Allusion à la place ordinaire de la giberne.

    Elle a une crâne giberne, ton adorée, faut lui rendre justice.
    Tout est-il à elle, dis?

      CHARLES MONSELET.

GIBIER D’AMOUR. Jolie fille que l’on chasse—pour mieux la tenir et la
posséder.

    _Vrai gibier d’amour, Colette,
    Par moi fut prise au collet._

      VAUBERTRAND.

GIBIER DE BORDEL. Petite drôlesse qui fréquente avec les polissons de
son âge, en attendant que les vieux polissons fréquentent avec elle,—ce
qui la conduira fatalement au bordel.

GIBIER DE SAINT-LAZARE. Fille publique, qui mérite toujours, peu ou
prou, d’aller passer quelques jours ou quelques mois dans cette prison.

GIGOLETTE. Drôlesse de quinze à seize ans qui débute dans la vie en
même temps que dans le vice et qui est du bois—pourri—dont on fait les
putains.

    La gigolette est une adolescente, une muliéricule... qui tient le
    milieu entre la grisette et la gandine,—moitié ouvrière et moitié
    fille.

      A. DELVAU.

GIGOLO. Le mâle de la gigolette—comme le pierrot est celui de
pierrette, comme le maquereau celui de la maquerelle.

    Le gigolo est un adolescent, un petit homme... qui tient le
    milieu entre Chérubin et don Juan,—moitié nigaud et moitié
    greluchon.

      A. DELVAU.

GIGOTS SANS MANCHE. Les cuisses et les fesses d’une femme, qui n’ont de
manche que le vit que l’on peut y mettre.

    _De Montrouge un noir habitant
    Repoussant la jeune Glycère
    Qui veut le conduire à Cythère,
    Lui dit:—A Sodome on m’attend.
    Vous avez la peau fine et blanche;
    Mais un certain défaut vous nuit:
    Apprenez qu’un gigot sans manche
    A notre four n’a jamais cuit._

      BLONDEL.

GIGOTTER. Remuer, saccader, osciller et jouer des reins; danser la
gigue sur les reins, ayant un homme entre les cuisses.—Dans un autre
cas, on dit gigotter, pour manger du gigot. D’où cette facétie:

    J’aime le lapin; ma femme préfère le gigot. Or, quand nous dînons
    dehors, chacun son goût: je prends mon plat de chat, mon lapin,
    et elle son gigot.—Quand je _lapine_, ma femme _gigotte_.

GIMBLETTE (Faire la). Se donner mutuellement des douceurs, entre
pensionnaires:—se masturber.—Dans le tableau de Frago, c’est une jeune
fille qui se fait lécher le con par un chien qu’elle attire avec une
gimblette (petite pâtisserie appelée ainsi).

GITON. Fils d’Hermès et d’Aphrodite, d’après M. de Chompré—qui avait lu
le _Satyricon_ de Pétrone; nom du jeune homme qui est devenu celui de
tous les jeunes hommes—du même sexe que celui qui servait aux plaisirs
d’Ascylte et d’Encolpe.

    _Pour dérouter mon amant
        Du goût qui l’attache,
    De son giton prudemment
    Je prends quelquefois la tâche,
    Quoiqu’il soit bien dur au con
    Qu’on foute son compagnon
      Jusque sous sa moustache!_

      COLLÉ.

GLAIRE. Sperme qui sort du membre viril, et qui ressemble, en effet, à
une spermosité crachée par le trou de la pine.—On dit aussi: _Pousser
son glaire_, pour introduire son membre dans la nature de la femme.

GLAND. La partie supérieure du membre viril,—ainsi nommée à cause de
son exacte ressemblance avec le fruit du chêne et du hêtre. On prend
souvent cette partie du membre pour le membre lui-même.

    _Comme le gland d’un vieux qui baise
    Flotte son téton ravagé._

      ANONYME.

GLOBES (Les). Les tétons, sur lesquels les lèvres voyagent sans se
lasser;—quelquefois les fesses ou les testicules.

    _Et sa gorge charmante, au lieu d’être enfermée
    Dans un affreux corset qui l’aurait déformée,
    Montrant à découvert ses deux globes polis,
    Se tenait d’elle-même et sans faire aucuns plis._

      L. PROTAT.

    _Lequel montrait deux globes faits au tour,
    Qu’on aurait pris pour ceux du tendre Amour._

      VOLTAIRE.

    _Deux petits globes au dessous,
    Pour fortifier le mystère,
    Donnent le contrepoids aux coups,
    Et rendent le jeu moins austère._

      (_Cabinet satyrique._)

GOBER LE MERLAN. Sucer un homme jusqu’à l’éjaculation inclusivement,
et boire le sperme qui sort de son membre frémissant,—par allusion au
merlan roulé dans la farine et à sa forme allongée.

GOBER UN HOMME. Avoir envie de coucher avec lui.

    Mon cher Arthur, Emma te gobe.

      A. FRANÇOIS.

GODEMICHET. Phallus de cuir ou de velours avec ou sans ressorts, que
les femmes libertines ou pusillanimes substituent au véritable phallus
de chair et d’os que la prévoyante nature nous a soudé à tous au bas
du ventre pour nous reproduire, et surtout pour jouir.—Ce mot vient
du latin: _Gaude mihi_, fais-moi plaisir. Cet engin, aussi singulier
qu’ingénieux,—le rival sérieux de l’homme, dont la vigueur est
malheureusement limitée,—cet engin est en usage depuis que le monde
est monde, c’est-à-dire livré à la corruption. Les dames romaines
s’en servaient bien avant les dames françaises, comme l’indique le
_Satyricon_, où l’on voit le pauvre Encolpe-Polyænos étrangement
arrangé par Œnethée, la vieille prêtresse.—Une autre preuve, c’est le
passage suivant de l’_Escole des Filles_, où Suzanne la délurée dit à
Fanchon, à peine déniaisée par son ami Robinet:

    J’ai leu dans un livre l’histoire d’une fille de roy, qui se
    servoit d’une plaisante invention, au défaut du véritable masle.
    Elle avoit une statue d’homme de bronze, peinte en couleur de
    chair et fournie d’un puissant engin d’une matière moins dure
    que le reste. Cest engin estoit droit et creux, il avoit la
    teste rouge et un petit trou par le bout, avec deux pendants en
    forme de couillons, le tout imité au naturel. Et quand la fille
    avoit l’imagination eschauffée de la présence de ce corps, elle
    s’approchoit de cest engin, qu’elle se fourroit dedans le con,
    elle empoignoit les fesses de cette statue et les trémoussoit
    vers elle; et quand ce venoit à descharger elle tournoit un
    certain ressort qui luy sortoit derrière les fesses, et la statue
    jettoit incontinent par l’engin une certaine liqueur chaude et
    espaisse, blanche comme bouillie, dans le con de la fille, dont
    elle estoit arrosée et satisfaite pour le coup.

Les anciens écrivains gaillards avaient donc raison d’écrire
_gaudemichi_—qui se rapproche plus, étymologiquement, de _gaude mihi_
que _godemichet_.

    L’une se trouva saisie et accommodée d’un gros godemichet entre
    les jambes, si gentiment attaché avec de petites bandelettes
    autour du corps, qu’il semblait un membre naturel.

      BRANTÔME.

    _Il ne reste plus rien du bien de mon partage
    Qu’un seul godemichi, c’est tout mon héritage._

      THÉOPHILE.

    _Et feignant de prier en fermant son volet,
    Pour un godemichet quitte son chapelet._

      PIRON.

GODICHE (Être ou n’être pas). Se laisser ou ne pas se laisser
facilement duper par les femmes, ces éternelles monteuses de coups.

    Ça me rappellera... le temps où j’étais si godiche avec le sexe,
    où les femmes m’allumaient si facilement.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

GODILLER ou GAUDILLER. Jouir en baisant.—Cette expression a passé du
dictionnaire des matelots dans celui des Parisiens, gens amphibies,
moitié canotiers et moitié l’autre chose. _Godiller_, pour un homme de
mer, c’est se servir d’un aviron appelé _godille_ ou _goudille_, qui,
placé dans une entaille arrondie sur l’arrière d’une embarcation, lui
sert à la diriger.

    _Puissé-je, en passant l’onde
    Du fleuve au roi cornu,
    Godiller ferme et dru,
    Et cramper dans le cul
        De ma blonde._

      E. DEBRAUX.

GODILLER (Faire). Faire jouir une femme ou un homme.—Éprouver un accès
de priapisme; bander.

    Je veux qu’on me paie pour me faire godiller, moi!

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

GOGOTTE. Le membre viril, lorsqu’il manque de virilité; vit d’enfant.

    _Tirez parti de ces tristes gogottes,
    Vous en viendrez à pisser dans vos bottes._

      (_Chanson d’étudiants._)

GONFLER (Faire) SON ANDOUILLE. Se masturber.

            _Ça m’trifouille,
            Ça m’gargouille,
    Ça fait gonfler mon andouille._

      L. L.

GONZESSE. Fille ou femme de mœurs beaucoup trop légères; fille publique
même.

    Allumer tous les soirs la chandelle de l’hyménée en faveur d’un
    tas de gonzesses...

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

    _Ils entretienn’nt des gonzesses
    Qui loge’ à la Patt’ de Chat._

      GUICHARDET.

GORGE (Avoir de la). Posséder de plantureux tétons,—la seule richesse
dont les femmes soient fières: c’est comme si elles avaient pignon sur
rue.

    Dis donc, a-t-elle autant de gorge que moi, ta madame?

      H. MONNIER.

    Je suis sûre qu’elle ne se tient pas comme la mienne, sa gorge.

      H. MONNIER.

    _A voir sa gorge toute nue,
    Son corps tout du long étendu,
    L’on jugeait qu’elle avait perdu
    Sa pudeur et sa retenue._

      GRÉCOURT.

    _Ma gorge se tient mieux qu’un militaire,
    Mon con est boisé comme l’est Meudon,
    Afin de cacher l’autel du mystère
    Où l’on officie en toute saison._

      ANONYME.

GOTHON. Abréviation de _Margoton_, qui signifie fille de mauvaise vie.

GOUAPEUSE. Petite drôlesse qui préfère la rue à l’atelier, le
vagabondage au travail, et qui s’amuse avec les quéquettes des
polissons de son âge en attendant l’occasion d’amuser les pines des
messieurs plus âgés.

GOUFFRE SECRET. Grand et vieux con.—Engouffrez-vous, messieurs, voilà
l’ plaisir!

    Ces femmes aident autant qu’elles peuvent à la méprise par
    les toilettes préparatoires: ... elles compriment leurs
    tétons mollasses et pendants, elles réparent par des lotions
    astringentes les hiatus trop énormes de leurs gouffres secrets.

      (_Anecd. sur la comtesse Du Barry._)

GOUGNOTTE. «Fille ou femme qui abuse des personnes de son sexe», dit
M. Francisque Michel—qui, par pudeur, manque de clarté; la gougnotte
est une fille qui ne jouit qu’avec les filles, qu’elle gamahuche ou
qui la branlent; une gougnotte préfère Sapho à Phaon, le clitoris de sa
voisine à la pine de son voisin.

GOUINE. Nom qu’on donne à toute fille ou femme de mœurs trop légères,
et que le Pornographe fait venir de l’anglais _queen_, reine—de
l’immoralité; mais qui vient plutôt de Nelly Gwinn, célèbre actrice
anglaise qui avait commencé par être bouquetière, et qui, d’amant en
amant, est devenue la maîtresse favorite de Charles II.

GOUJON. Le membre viril,—qui frétille dans le con de la femme comme
poisson dans l’eau.

          _Mais surtout prenez ce goujon,
          Et mettez-le dans la fontaine
    Qu’on voit tout le long, le long de la bedaine._

      (_Chanson anonyme moderne._)

GOUPILLON (Le). Le membre viril—avec lequel on asperge de sperme les
femmes, heureuses d’être ainsi aspergées.

    _En priant pour la sainte Vierge,
    Vous prîtes votre goupillon,
    Et le tenant droit comme un cierge,
    Il semblait que le cotillon
    Vous donnât certain aiguillon._

      (_Parnasse satyrique._)

GOURDES (Les). Les testicules, dans lesquels il y a une provision du
cordial qui réchauffe les femmes malades de langueur.

    _Le troupier: mes roustons; le cocher: mes roupettes;
    Le marchand de coco: des gourdes; les grisettes:
    Des machines..._

      LOUIS PROTAT.

GOURGANDINE. Fille ou femme qui se laisse baiser par le premier homme
venu, militaire ou _pékin_, gros ou petit, riche ou pauvre, qui lui
offre un dîner, une robe, ou seulement un verre de _jaune_.

    Toujours il a eu le même public mâle et femelle, les mêmes
    faubouriens et les mêmes faubouriennes, les mêmes voyous et les
    mêmes petites gourgandines.

      A. DELVAU.

GOURGANDINER. Hanter les mauvais lieux et les drôlesses qui les
habitent.

GOURMANDE. Femme trop portée sur la queue, et difficile à satisfaire à
cause de cela.

GOÛTER LES PLAISIRS, LES ÉBATS, LES JOIES, etc. Baiser, ce qui est la
félicité suprême.

    _Mais qu’importe, si l’on goûte
    Le doux plaisir de la chair?
    Qu’importe, pourvu qu’on foute?
    Cela vous paraît-il clair?_

      COLLÉ.

    _Eh bien! mon petit cœur, eh bien! ma mignonnette,
    Ne voulez-vous pas bien vous marier un jour
    Pour goûter les ébats du petit dieu d’amour._

      TROTTEREL.

    Quand elle eut commencé à goûter un peu les joies de ce monde,
    elle sentit que son mari ne la faisait que mettre en appétit.

      BONAVENTURE DESPERRIERS.

GOÛT PARTICULIER. La pédérastie ou le gougnottisme, selon le sexe;
ainsi nommé parce que c’est un goût presque général chez les filles
galantes de Paris.

    _Ne croyez pas que je contracte
    Ce goût, déjà trop répandu;
    C’est bon pour amuser l’entr’acte
    Quand le grand acteur est rendu._

      BÉRANGER.

GOÛT POUR QUELQU’UN (Avoir du). Avoir envie de coucher avec telle
femme plutôt qu’avec telle autre lorsqu’on est homme, ou avec tel homme
plutôt qu’avec tel autre lorsqu’on est femme.

    Elle en tombera à la renverse si elle a autant de goût pour moi
    que vous le dites.

      LA POPELINIÈRE.

    _Dit-on à présent: Je vous aime?
    Non, l’on dit: j’ai du goût pour vous._

      COLLÉ.

GOÛTS CONTRE NATURE (Avoir des). Être pédéraste, si l’on est homme,—ou
gougnotte, si l’on est femme.

    On ne le lui met plus!... On le lui a donc déjà mis! L’homme que
    j’ai honoré de mes faveurs aurait donc des goûts contre nature?

      JEAN DU BOYS.

GOÛTS LUBRIQUES (Avoir des). Être très corrompu en amour.

    _On l’accusa d’avoir des goûts lubriques,
    Dont le récit fait dresser les cheveux;
    De dédaigner les amours platoniques
    Et de boucher des trous incestueux._

      CH. BOYLE.

GOUTTE. Employé dans un sens obscène pour désigner le sperme.

    _Elle sucerait bien la goutte
    De quelque gros vit rabouté,
    Mais je veux qu’un goujat la foute
    Avec un concombre pelé._

      THÉOPHILE.

GOUTTE MILITAIRE. Sécrétion gonorrhéique qui vient chaque matin au
bout du membre viril qui a été à la guerre amoureuse et qui y a été
blessé—sans daigner se guérir.

GRAISSER LE VAGIN (Se). Se faire baiser, s’oindre le con de sperme.

    _C’était ma femme au retour d’un voyage,
    Et qui devait n’arriver que demain;
    Elle venait consoler mon veuvage,
    Et pour cela se graissait le vagin._

      ANONYME.

GRAISSER SA PUNAISE. Baiser sa maîtresse.

    Je lui en veux: il a graissé ma punaise.

      A. POTHEY.

GRANDES LÈVRES. Orifice du vagin de la femme; tentacules s’emparant de
tout priape qui vient regarder à l’entrée et ne le rendant à la liberté
qu’après en avoir exprimé toute la moelle.

GRANDE CONFRÉRIE. Celle des cocus, qui est, en effet, la plus nombreuse.

    _Quand Joseph épousa Marie,
    Le grand-prêtre lui dit: Mon vieux,
    Te voilà de la confrérie
    Des époux et des... bienheureux!
    Que près du lit de ta poulette
    Vienne un ange avec un moineau...
    Et qu’il lui mette, mette, mette,
    Mette le doigt dans cet anneau._

      BÉRANGER.

GRAND JEU (Le). Toutes les polissonneries qui sont la ressource des
filles savantes pour faire jouir les débauchés usés.

    J’veux que mes cinq sens soient satisfaits: c’est c’que j’appelle
    le grand jeu, moi! Le toucher? tu m’as branlé. L’odorat? tu m’as
    fait une langue à l’absinthe. La vue? j’ai contemplé ces ordures,
    et toi. Il ne me manque plus que les satisfactions de l’ouïe et
    du goût.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

GRANGE (la). Le con.

    _Un jour ma Jeannette
    Me dit: Robinet
    Ma grange est bien nette,
    Mets-y ton boquet._

      (_Chansons folastres._)

GRATTE-CUL. Femme qui n’est plus bonne au service amoureux.

    _Dans c’ siècle-ci, plus d’un mauvais sujet
    Change en gratt’-cul la rose la plus belle._

      E. DEBRAUX.

GRATTER DANS LA MAIN. Déclaration muette. Sorte de pantomime, qui se
joue discrètement dans le monde des filles.—Qu’un homme désire une
femme ou... _vice-versa_, il lui suffit, profitant de la poignée de
main d’adieu, de gratter légèrement du médium la paume de la main qu’il
presse. Si la réponse a lieu de la même manière, l’affaire est dans le
sac,—demande et réponse affranchie.

GRATTER SON DEVANT. Se masturber.

    Si j’eusse pensé que ma fille eût été si vite en besogne, je lui
    eusse laissé gratter son devant jusqu’à l’âge de vingt-quatre
    ans.

      (_Les Caquets de l’accouchée._)

GRAVELURES. Obscénités dites ou chantées, comme il s’en dit et
chante—principalement dans les réunions bourgeoises, chez les gens
honnêtes, devant les grands parents et les petites filles.

    _Si j’ n’ons point d’gravelures,
    C’n’est point, sur notre honneur,
            Par pudeur._

      COLLÉ.

GRAVONNER. Patiner les testicules de l’homme pendant qu’il baise.

    Afin que la femme pût lui toucher, mettre la main dessus,
    gravonner pendant le temps de la conjonction.

      MILILOT.

GREFFER UN TENDRON. Prendre une jeune fille pour un arbre, la grimper
et lui faire un enfant.

    _Lorsque la charmille pousse,
    D’une main légère et douce
    Je lui donne une façon;
    Souvent je plante et je sème,
    Mais, mon plaisir est extrême,
    Lorsque je greffe un tendron._

      (_Vieille chanson anonyme._)

GRELUCHON. Homme qui tient le milieu entre l’amant de cœur et le
monsieur, entre celui qui paie et celui qui est payé.

GRELUCHONNER. Synonyme de _Paillassonner_. Appliqué à un homme,
signifierait: faire le greluchon.—Ce verbe s’applique plus logiquement
à une femme galante, qui, lorsqu’elle ne travaille pas avec le miché
sérieux, s’amuse avec un ami: elle greluchonne.

GRIGOU. Signifiait autrefois: lépreux, vieux grec.—Aujourd’hui, ce
mot veut dire: époux vieux, laid, avare et jaloux:—Othello et Bertholo
réunis.

      _Il était une femme,
      Femme d’un vieux grigou,
    Toujours fermant porte et verrou.
      Quand il allait en ville,
      Pour plus de sûreté,
      Il emportait la clé._

      (_Vieille chanson anonyme._)

GRIMPER. Baiser une femme, monter sur la cavale qui doit conduire au
bonheur.

    _Neptune au fond des eaux y grimpe
    Nymphes, sirènes et tritons._

      PIRON.

    Tu t’es laissé grimper avant que... j’t’aie donné tes gants.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

    _Les uns vont au bordel. Les autres
    Grimpent les femmes des voisins,
    Et, de Priape heureux apôtres,
    Vendangent leurs divins raisins._

      (_Parnasse satyrique._)

GRIVOIS. Libertin en paroles ou en actions; peloteur et, conséquemment,
fouteur.

    Mon grivois ne voit pas plus tôt un cotillon mettre un pied dans
    sa chambre que, s’élançant par la ligne droite et franchissant la
    table, il me joint, me saisit avant que j’aie le temps d’ouvrir
    la bouche.

      A. DE NERCIAT.

GROS LOT (Avoir, donner ou gagner le). Avoir, donner la vérole,—le plus
gros lot qu’on puisse gagner à la loterie de l’amour.

GROS NUMÉRO. Bordel.

GRUE. Fille entretenue, parce que les filles de cette espèce sont
souvent plus bêtes que belles—ce qui fait qu’on ne s’explique pas les
folies que les gandins font pour elles.

    Dans certains théâtres, on voit de jeunes aspirantes qui se
    font des yeux jusqu’aux oreilles et des veines d’azur du corset
    jusqu’aux tempes; ce ne sont pas des femmes, ce sont des pastels;
    cette première catégorie de grues s’appelle les _maquillées_.

      JOACHIM DUFLOT.

GUENILLES (Les). Les testicules de l’homme, que dédaignent les
femmes—qui ne peuvent plus s’en servir.

GUENIPPE. Femme de mauvaise vie; guenon.

    _Mais présentement que l’on grippe,
    Et Lise, et toute autre guenippe._

      (_La France galante._)

    _Sus donc, gentilles guenippes,
    Prenez vos plus belles nippes,
    Sans vos attiffets laisser...
    Et vous faites enchâsser._

      LE SR DE SYGOGNES.

GUENON. Femme de mauvaise vie, qui se trousse et écarte les jambes au
profit du premier orang-outang venu.

    Le temps où les femmes m’allumaient si facilement que la première
    guenon venue qui me mettait la main dessus me f’sait faire bâton
    pendant quinze jours.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

GUENUCHE. Variété de guenon.

    _Elle est sèche comme une cruche,
    Mal faite comme une guenuche,
    Éloquente comme un Gascon, etc._

      (_Cabinet satyrique._)

GUEUSE. Femme de mœurs beaucoup trop légères, qui n’est pas la femelle
du gueux,—au contraire.

    _Quand d’un air tout de franchise
    Une gueuse m’aborda._

      PIRON.

GUIGNER LES VITS. Porter souvent ses regards à l’endroit du pantalon
où se trahit le mieux le sexe de l’homme et par lequel on sait ainsi ce
qu’il pense—des femmes présentes.

    _J’ai des cheveux roux comme des carottes,
    Des yeux de faunesse, émerillonnés,
    Qui guignent les vits au fond des culottes
    Et des pantalons les mieux boutonnés._

      ANONYME.

GUIGNES. Les testicules—à cause de leur forme.

    Ma cousine... empoigne-le bien fort... Tu sais si bien frotter,
    frotte-moi de l’autre main mes guignes.

      LA POPELINIÈRE.

GUIGUI. Le membre viril.

    Ah! petit coquin! tu t’en vas... tu me quittes... ta pauvre
    guigui n’a ni force ni vertu.

      LA POPELINIÈRE.

GUIGUITTE. Priape enfant.

GUILLEDOU. Vieux mot hors d’usage signifiant un mauvais lieu.

    _Je suis bien fait, car j’ai des cornes,
    Puisque tu cours le guilledou._

      LA FONTAINE.

    _Car Pallas, bien que la déesse
    Du bons sens et de la sagesse,
    Courait partout le guilledou._

      CHAPELLE.



H


HABITAVIT (L’). Le pantalon, dans lequel habite le vit.

HARPONNER UNE FEMME. La baiser militairement, sans s’arrêter aux
bagatelles de la porte, pelotage, langues fourrées, branlage du bouton,
etc.,—comme fait un pandour qui viole une béguine.—On dit aussi: _Se
harponner_.

    Ma gorge, par exemple, tu n’as pas eu le loisir d’y faire
    attention: nous venons de nous harponner si brusquement.

      A. DE NERCIAT.

HAUTE-BICHERIE (La). Les plus élégantes et les plus coureuses
Parisiennes, reines d’un jour—et surtout d’une nuit—qui ne font que
paraître et disparaître sur le boulevard, leur champ de bataille.

    Ce salon—qui n’est pas autre chose qu’un marché—est hanté par la
    Haute-Bicherie parisienne: musardines, précatelanières, biches,
    lorettes, filles de marbre et autres gourgandines élégantes qui
    viennent là exactement comme nous allons à la Bourse, pour y
    faire leurs petites affaires.

      A. DELVAU.

HERCULE (Un). Fouteur capable d’accomplir les douze travaux... ou même
un peu moins, ce qui n’est déjà pas mal.

    Tu possèdes un hercule, ma chère Tullie; que les autres hommes
    lui ressemblent peu!

      (_Meursius français._)

HÉRISSON. La nature de la femme,—à cause des broussailles qui en
obstruent l’entrée et auxquelles s’égratigne quelquefois le membre
viril.

HEURE DU BERGER (L’). Le moment où l’homme baise la femme pour laquelle
il bandait depuis plus ou moins de temps.

    _Lorsque le temps que l’amour donne
    N’est pas employé prudemment,
    Ce dieu pardonne rarement:
    Amant, l’heure du berger sonne,
      Mais ne sonne qu’un moment._

      COLLÉ.

HIATUS (L’). La nature de la femme—qui, en effet, bâille toujours. Il
peut se faire que les hiatus ne soient point tolérés dans les vers;
mais, dans les draps, ils sont très estimés.

HIRONDELLE. Jeune fille encore pucelle, qui annonce le printemps de
l’amour comme l’aronde le printemps de l’année.

HISTOIRE. Le membre viril—que la femme se plaît à étudier avec son
ventre;—quelquefois le con.

    Allons, pas tant de façons: montre-moi ton histoire.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

    _Madame, lui dit-il, je ne peins que l’histoire.
    —Eh! quoi, mon cher Monsieur, n’est-ce donc que cela?
    Peignez toujours... le reste, un autre le peindra._

      ARM. SÉVILLE.

HOMME À FEMMES. Grand fouteur, après lequel courent toutes les femmes
et qui court lui-même après toutes.

    _Un homme aimable, un homme à femmes,
    S’il veut être l’homme du jour,
    S’il veut avoir toutes nos dames,
    Ne doit jamais avoir d’amour._

      COLLÉ.

HOMME ARDENT, FEMME ARDENTE. Homme amoureux, femme amoureuse, aimant à
baiser. C’est l’_ardens_ d’Ovide.

HOMME À RESSORTS. Godemichet, qui rend mieux que l’homme sous la
volonté de la femme qui veut jouir et qui le trouve toujours prêt.

          _Vos mirliflors
    Vaudraient-ils cet homme à ressorts?_

      COLLÉ.

HORREURS (Chanter des). Chanter des couplets gaillards, à double
sens, pleins d’équivoques obscènes, comme se plaisent à en chanter les
bourgeois lorsqu’ils sont en famille.

    S’il a chanté! j’crois ben... Des horreurs, ma vieille, qu’il a
    chantées.

      HENRY MONNIER.

HORREURS (Dire des). Être libre en paroles; tenir des discours
d’une grande lubricité,—pour pousser à l’accomplissement de
l’acte vénérien.—Faire des horreurs. Se porter à des voies de fait
agréables envers les femmes, leur prendre le cul, les tétons et le
reste.—_Horreurs_ est une antiphrase comme _Euménides_,—mais dans le
sens contraire.

    _Qu’une femme devait et dire et savoir faire
    Toutes les saletés et toutes les horreurs;
    Que cela ranimait le chibre des fouteurs._

      LOUIS PROTAT.

HOURIS. Le pavé du Paradis de Mahomet,—sur lequel les vrais croyants
espèrent se rouler éternellement un jour ou l’autre.

    _Des houris, toujours belles,
    Qu’on satisfera bien,
    Et qui, toujours pucelles,
    N’arrêteront sur rien._

      COLLÉ.

HUILE. Le sperme, qui est l’huile essentielle de l’amour.

    _Qu’après d’une douce huile je graisse le dedans,
    Lorsque je la tiendrai sur le dos étendue._

      THÉOPHILE.

HUÎTRE. Le con qui sent la marée, s’ouvre et se referme sur le doigt du
pêcheur; sa morsure, quoique douce, est parfois venimeuse.

    _D’une huître qui te plaira fort,
    Je vais te montrer les coquilles._

      E. DEBRAUX.

HUMIDE RADICAL (L’). Le sperme.—L’expression a été employée pour la
première fois par Casanova de Seingalt.

    Elle ne voulait pas, disait-elle, que, répétant tous les jours et
    à tous moments d’épuisantes tribaderies, j’émoussasse l’aiguillon
    de la volupté et tarisse ce précieux humide radical si nécessaire
    à ma croissance.

      A. DE NERCIAT.



I


IDÉES (Avoir, donner des). Avoir, donner des envies de baiser.

    _Ces formes en tout sens trop longtemps regardées,
    Dans son crâne embrasé font germer des idées._

      LOUIS PROTAT.

IGNOMINIE. Employé dans un sens obscène pour désigner la nature de la
femme.

    _Et vous cachez en vain, belle Marie,
    Ce que vos saints nomment l’ignominie._

      PARNY.

IL EST MIDI. Se dit d’un homme qui bande violemment, dont l’aiguille
est tout à fait en l’air.—_Il est six heures et demie_ se dit d’un
homme qui ne peut plus bander et dont le membre, flasque, incline
piteusement vers la terre.

IMPUISSANCE. Impossibilité où se trouve un homme de bander, soit par
suite de maladies, soit pour s’être trop masturbé dans sa jeunesse,
soit par un vice de conformation quelconque. C’est ce qui arrive à
Encolpe (dans le _Satyricon_) lorsque, étendu sur l’herbe, dans les
bras de l’aimable libertine Circé, et au moment où il lui entr’ouvre
les cuisses pour introduire son braquemard, d’ordinaire plus gaillard,
il est trahi par une faiblesse subite et trompe l’attente de la belle
courtisane à qui le cul démange d’impatience. Un auteur moderne, qui
s’est probablement rappelé ce passage de Pétrone, fait dire, à un poète
qui ne bande pas, par une fille qui bande fort:

    _Est-ce du mépris ou de l’impuissance?
    Es-tu pédéraste ou castrat, voyons?
    Un pareil état m’excite et m’offense:
    Descends de mon lit, ou bien rouscaillons!_

IMPUISSANT (Être). Ne pas ou ne plus pouvoir bander en l’honneur du
sexe auquel nous devons la suprême jouissance—et la plus horrible
maladie.

            _Fi de l’amour banal
            Que l’homme ivre ou brutal
            Nous donne en grimaçant,
    Quand, par hasard, il n’est pas impuissant!_

      JOACHIM DUFLOT.

IMPURE. A la fin du XVIIIe siècle, on donnait ce nom aux filles
entretenues qui aimaient à se pavaner en public. Le mot est encore dans
la circulation.

    _C’est une impure
    Presque aussi sûre
      Que ces belles
      Demoiselles
          Là!_

      COLLÉ.

INDÉCENCES (Dire ou faire des). Tenir des propos gaillards, avoir la
parole leste et même ordurière.—Baiser avec des raffinements ignorés
des simples mortels, en levrette, à la paresseuse, en cuisses, en
tétons, etc.

INFANTE. Maîtresse, femme aimée,—les infantes, filles puînées des rois
d’Espagne et de Portugal, étant supposées belles.

    _Qu’en dites-vous, amies, qu’en dites-vous, infantes,
    Dont les trous sadinets vivent bien de leurs rentes?_

      (_Recueil de poésies françaises._)

    Aux petits oignons, mon infante!

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

INSTRUITE (Être bien). Connaître à fond les divers moyens de faire
jouir les hommes et de se foutre d’eux—tout en se laissant foutre par
eux.

    Je connais sur tout cela des femmes bien instruites.

      LA POPELINIÈRE.

    _Elle de se coucher, et lui de vous l’instruire._

      VADÉ.

    Un jour elle trompa la vigilance de ses gouvernantes, et nous
    nous instruisîmes.

      DIDEROT.

INSTRUMENT. Le membre viril, ou la nature de la femme.

    _Jamais pire homme je ne vis
    Et je crains bien votre instrument._

      (_Ancien Théâtre français._)

    _Là soudain sans attendre plus
    Je lui happe son instrument,
    Et je lui lave doucement._

      (_Farces et moralités._)

    Et ci a l’instrument grand et gros, de la longueur du bras.

      (_Les Cent Nouvelles nouvelles._)

    _Touche du moins, mignonne frétillarde,
    Sur l’instrument le plus doux en amour._

      THÉOPHILE.

    Il lui dit qu’il savait jouer d’un autre instrument qui ravissait
    bien davantage.

      CH. SOREL.

    _Et puis pensez que l’instrument
    Il faudra bien que l’on me prête._

      (_Farces et moralités._)

    _D’une on dit qu’elle ayme Hutin,
    Et a l’instrument compassé
    Comme un houseau de biscaïen,
    Quand a le ventre deslacé._

      G. COQUILLART.

    Monsieur l’official condamna la pauvre fille à prêter son beau et
    joli instrument à son mari.

      BONAVENTURE DESPERRIERS.

INTERROGER LE PANTALON D’UN HOMME. Porter les yeux sur son paquet, pour
savoir ce qu’il pense, s’il est en état de baiser ou non.

    Urinette, qui a interrogé son pantalon: A quoi bon, puisque tu
    n’es pas prêt?

      LEMERCIER DE NEUVILLE.



J


JACQUELINE. Nom de femme qui est devenu celui de toutes les
femmes—devenues filles.

    Le banquier Kocke, chez qui toi et ta jacqueline vous passez les
    beaux jours de l’été.

      CAMILLE DESMOULINS.

JACQUES OU JACQUOT. Le membre viril.

    _Il est hercule ou peu s’en faut,
        Il faut que tout lui cède;
    Il sait démontrer comme il faut
        L’amoureux intermède;
    Quand il se prépare à l’assaut
        Faut voir comme il est raide,
                Jacquot,
        Faut voir comme il est raide!_

      AL. DALÈS.

      _... Il est nommé pine par la lorette;
    Un chose, ou bien cela, par une femme honnête;
    Jacques par le farceur..._

      L. PROTAT.

JAMBE. La pine, qu’on appelle aussi la troisième jambe.

    Ah! Monsieur, que vous avez une belle jambe!—Laquelle donc,
    Madame?... répliquait Arnal, en donnant à entendre qu’il ne
    s’agissait ni de la droite, ni de la gauche.

JAMBONS. Les cuisses d’une femme.

    _Elle a le cœur si bon, qu’en mille occasions,
    Pour avoir une andouille, elle offre deux jambons._

      LEGRAND.

JARDIN. La nature de la femme, que l’homme est chargé d’entretenir, de
sarcler, de bêcher, de ratisser, et de planter—d’enfants.

    Au demeurant, il n’y a homme qui mieux dresse et accoutre un
    jardin que moi.

      NOEL DU FAIL.

    _Quand, se ruant tout en courroux,
    Le fleuve aux ondes spermatiques,
    D’Armide inondait le jardin._

      B. DE MAURICE.

JEAN, JEANNOT, JANIN. Expressions désignant un mari trompé.

    _Chez nous le mâle est Jean, la femelle Catin,
          C’est l’usage de la famille._

      DAILLANT DE LA TOUCHE.

    Il est Janin sans qu’il le sache.

      CH. SOREL.

    _Janot est le vrai nom d’un sot._

      (_Ancien Théâtre français._)

JEAN CHOUART. Le membre viril: appelé le _pénil_ selon Lignac, la
_braguette_ selon Rabelais, Marot et autres poètes anciens; la _verge_,
dans l’idiôme des nourrices et des parleurs timbrés; le _bracquemart_
dans Robbé, Rousseau et Grécourt; _Jean Chouart_ dans d’autres, etc.,
etc.

JEANNETON. Synonyme de Goton. Fille de la petite vertu, servante ou
grisette, qui se laisse prendre volontiers le cu par les rouliers ou
par les étudiants.

    _Partout on vous rencontre avec des Jeannetons._

      V. HUGO. (_Ruy-Blas_)

JETER LE MOUCHOIR. Choisir une fille, au bordel ou au bal, et l’emmener
coucher avec soi; ou, si l’on est femme, faire comprendre à un homme
qu’on bande pour lui et qu’on voudrait bien _se le payer_.

    _Jetez vous-même le mouchoir,
    Ou bien au sort il faudra voir
            Dans le dortoir,
        Qui pourra vous échoir._

      COLLÉ.

JEU (Le). Celui que presque tous les hommes et presque toutes les
femmes savent jouer et aiment à jouer—quoique souvent il ne vaille pas
la chandelle qu’on use en son honneur par les deux bouts.

    _J’en jurerais, Colette apprit un jeu
    Qui, comme on sait, lasse plus qu’il n’ennuie._

      LA FONTAINE.

        _Il était une fillette
            Coincte et joliette
    Qui voulait savoir le jeu d’amour._

      (_Farces et moralités._)

    _Vous et monsieur, qui, dans le même endroit,
    Jouiez tous deux au doux jeu d’amourette._

      LA FONTAINE.

    Le jeu te plaît, petite? Alors, nous allons recommencer.

      A. FRANÇOIS.

              _Adieu, conquêtes,
              Joyeuses fêtes,
    Où le champagne au lansquenet s’unit;
              Belles soirées,
              Nuits adorées,
    Qu’un jeu commence et qu’un autre finit._

      GUSTAVE NADAUD.

JEU RENOUVELÉ DES GRECS. La pédérastie, qui était le vice de Socrate;
ou le gougnottisme, qui était le vice de Sapho.

    _Socrate et Sapho la Lesbienne
    Ont eu des goûts assez suspects:
    Tous les jours en France on ramène
    Leurs jeux renouvelés des Grecs._

      COLLÉ.

JEUX INNOCENTS. Ainsi nommés par antiphrase sans doute, puisque ce sont
les jeux les plus libertins que l’on connaisse, le jeune homme pinçant
le cul à la jeune fille, ou la jeune fille faisant une langue avec le
jeune homme, devant les grands parents assemblés—qui n’y voient que du
feu.

    _Pour ces jeux innocents, source de tant de fièvres,
              Qui troublent les jeunes sens,
    Un monsieur a baisé, devant les grands parents,
    Tout en baisant la joue, un peu le coin des lèvres.
    On a rougi cent fois..._

      A. KARR.

JOUER AU TROU-MADAME. Faire la chosette.

    Il est très dangereux de jouer au trou-madame avec elle.

      TABARIN.

JOUER AUX QUILLES. Faire l’acte vénérien.

    La tienne joue bien aux quilles.

      BRANTÔME.

    _Que l’un sur l’autre ils tombèrent
    En jouant au beau jeu de quilles._

      (_Recueil de poésies françaises._)

    _Bon compagnon et beau joueur de quilles._

      LA FONTAINE.

JOUER DES MAINS. Peloter les tétons et le cul d’une femme—qui ne hait
pas ce jeu, même lorsqu’elle en a le plus l’air offensé.

    Je me souviens... qu’il hasarda sur cela des manières et des tons
    de polissonneries, qu’il s’exposait déjà à jouer des mains.

      LA POPELINIÈRE.

JOUER DES REINS. Faire l’acte vénérien.

    L’étudiant jouant avec vigueur des reins...

      H. MONNIER.

JOUER DU CROUPION, OU DU CUL. Jouer des fesses, faire l’acte vénérien.

    Et en même temps, lui, de jouer du croupion.

      (_Les Aphrodites._)

    _Ne jouez plus du cul, ma tante,
    Ni moi aux dez, je le promets._

      AGRIPPA D’AUBIGNÉ.

    _Le vieux Jaquet dans une étable,
    Voyant Lise jouer du cu
    Avec un valet à gros rable,
    En va faire plainte au cocu._

      THÉOPHILE.

JOUER DU MIRLITON. Baiser une femme.

    _En jouant du mirlitir,
    En jouant du mirliton._

      (_Refrain d’une chanson récente._)

JOUER DU NAPOLÉON. Faire sonner son gousset en passant devant une femme
que l’on suppose aimer cette musique-là.

JOUER DU SERRE-CROUPIÈRE. Faire l’acte vénérien.

JOUEUSE DE FLÛTE. Fille ou femme entretenue, qui joue de la flûte avec
les queues de ses contemporains.

    Lorettes, cocottes et autres aimables joueuses de flûte,
    corruptrices de la jeunesse.

      CH. COLIGNY.

JOUIR. Arriver au _summum_ du plaisir par l’éjaculation spermatique.
_Jouir d’une femme_, la faire jouir.

    _As-tu de l’abbesse
    A la fin joui?_

      COLLÉ.

    _Dans peu de temps d’ici, vous verrez un paillard
    Qui viendra pour jouir de son beau corps gaillard._

      TROTTEREL.

    _Entre ses bras l’heureux Adam la presse,
    Brûle, jouit, et dans sa folle ivresse
    Il répétait: Perdre ainsi c’est gagner._

      PARNY.

    Ah! comme je jouis, mon Dieu! comme je... jouis!... Ça me va dans
    la plante des cheveux.

      H. MONNIER.

    _Il est une heure dans l’année
    Où tout ce qui vit veut jouir,
    Où la vierge et la graminée
    Ressentent le même désir._

      A. D.

    _Je possède l’art du casse-noisette
    Qui ferait jouir un nœud de granit._

      (_Parnasse satyrique._)

    _Mais, pour faire jouir, j’ai d’ailleurs un moyen
    Qui jusques à ce jour m’a réussi très bien._

      L. PROTAT.

    Tellement que s’ils voient passer quelqu’une dont ils aient déjà
    joui, ils ne disent pas simplement: J’ai baisé une telle, mais
    bien: J’ai foutu une telle, je l’ai chevauchée.

      MILILOT.

    Pas sans moi! pas sans moi!... Ensemble!... joui... jouissons...
    ensemble... bien ensemble!...

      H. MONNIER.

JOUISSANCE. L’acte vénérien, et ce qu’on y éprouve, qui n’a pas son
analogue dans les autres plaisirs humains.

          _Et regardant la jouissance
    Comme un pas dangereux qu’il nous faut éviter._

      GRÉCOURT.

    _Soudain par leur vive jeunesse
    Vers la jouissance emportés,
    Tous deux des molles voluptés
    Boivent la coupe enchanteresse._

      PARNY.

    _... Il faut de tous ces dons savoir bien se servir,
    Savoir les employer à donner du plaisir
    A ceux qui dans nos bras cherchent la jouissance._

      L. PROTAT.

JOUISSEUSE. Femme qui aime l’homme et qui, au lit, y va bon jeu, bon
argent, donnant autant de coups de cul qu’elle reçoit de coups de
queue.

    Ce n’est pas une bégueule, c’est une vraie jouisseuse.

      LEMERCIER.

JOUJOU. Celui de l’homme est son vit.

    _Vive ce beau joujou
            Bijou
        Que la tendresse
              Dresse..._

Celui de la femme est son con.

    _Ah! permets que je pose
        Le petit bout
    De ma langue amoureuse
    Qui serait bien heureuse
        Dans ton joujou._

      MARC-CONSTANTIN.

    Quand je n’aurais pas su d’avance que mon orifice était fait pour
    être pénétré, la nature et notre position m’auraient à l’instant
    révélé que nos deux joujoux étaient faits l’un pour l’autre.

      (_Mon noviciat._)

JOYAU. Signifie:

1º Le membre viril.

    Vous ne vous enfuyez de ce joyau qu’on vous fait voir, que parce
    qu’aussi bien il est trop loin de vous.

      CH. SOREL.

    Je jouissais d’autant plus délicieusement, que j’avais longtemps
    langui après la possession du joyau qui était tout entier dans
    mon étui.

      (_Mémoires de miss Fanny._)

2º La nature de la femme.

    Ce tablier couvre leur joyau, dont les Hottentots sont idolâtres.

      VOLTAIRE.

    _Voyez fille qui dans un songe
    Se fait un mari d’un amant;
    En dormant, la main qu’elle allonge
    Cherche du doigt le sacrement;
    Mais faute de mieux, la pauvrette
    Glisse le sien dans le joyau._

      BÉRANGER.

3º La virginité.

    _Pour demander à ce peuple méchant
    Le beau joyau, que vous estimez tant._

      VOLTAIRE.

    Madame Brown me gardait toujours jusqu’à l’arrivée d’un seigneur
    avec qui elle devait trafiquer de ce joyau frivole qu’on prise
    tant et que j’aurais donné pour rien au premier crocheteur qui
    aurait voulu m’en débarrasser.

      (_Mémoires de miss Fanny._)

JUS DE COUILLON. Le sperme, le _nec plus ultra_ des jus.

    _Vous qui, du haut de ce balcon,
        Riez de ma misère,
    S’il pleuvait du jus de couillon,
    On vous verrait sous la gouttière._

      PIRON.

Lorsque Molière fait dire à Elmire:

    _Aucun jus, en ce jour, ne saurait me charmer..._

il a la même idée que Piron, seulement: il l’exprime d’une façon plus
honnête.



L


LABOUREUR (Le). Le membre viril, qui est chargé de défricher les vagins
vierges avec le soc de sa petite charrue, et de féconder les vagins
stériles en déchargeant dedans.

    _Combien pourtant que bien faible me semble
    Pour labourer à deux terres ensemble._

      CL. MAROT.

    Quoi faisant, j’appliquerai dorénavant mes dix mille écus à une
    terre que je labourerai tout seul.

      (_La France galante._)

    Les autres enflaient en longueur par le manche que l’on nomme le
    laboureur de nature.

      RABELAIS.

    Un demi-pied de la ressemblance du laboureur de nature.

      TABARIN.

LÂCHER. Quitter une femme dont on est l’amant, ou un homme dont on est
la maîtresse.

    Après? Milie veut te lâcher.

      CH. MONSELET.

—On dit aussi, dans le même sens: _lâcher d’un cran_.

LAISSER ALLER SON CHAT AU FROMAGE. Se laisser foutre par un homme.

    _Dites-moy, et ne mentez point,
    Vous êtes-vous laissée aller?_

      (_Farces et Moralités._)

    La fille a laissé aller le chat au fromage si souvent que l’on
    s’est aperçu qu’il fallait rélargir sa robe.

      (_Variétés hist. et littér._)

LAISSER FAIRE (Se). Consentir, quand on est femme et un peu amoureuse,
à ce qu’un homme qui bande raide vous trousse, vous écarte les cuisses
et vous baise.

    _Qui ne voulant perdre son temps,
    Et craignant de mourir pucelle,
    Se le laissa faire à dix ans._

      COLLÉ.

    Après, elle lui laissa tout faire.

      TALLEMANT DES RÉAUX.

    Chevaucher simplement une femme qui se laisse faire et que la
    honte ou la froideur empêchent de passer outre dans la recherche
    du plaisir, c’est une satisfaction commune.

      MILILOT.

LANCE (La). Le membre viril, avec lequel on blesse agréablement les
femmes, qui, toutes, adorent les lanciers. Une belle arme, la lance! De
beaux hommes, les lanciers!

    Il dit qu’il était aussi bien fourni de lance que la femme de
    cul.

      BONAVENTURE DESPERRIERS.

    Et m’ayant montré sa lance, qui était droite, il me prit à force
    de corps et me coucha à la renverse sur le lit.

      MILILOT.

LANGUES (Faire une ou des). Introduire plus ou moins profondément
sa langue dans la bouche d’une femme lorsqu’on est homme, d’un homme
lorsqu’on est femme, ce qui donne un avant-goût du plaisir que l’on va
goûter tout à l’heure en foutant. On dit aussi: _faire langue fourrée_.

    Il lui fait une langue prolongée.

      H. MONNIER.

    _Puis, lorsqu’on a dormi, l’haleine est si mauvaise,
    Que, pour faire une langue, on n’est pas à son aise._

      LOUIS PROTAT.

LANGUE EXERCÉE. Qui possède à fond la science du gamahuchage, soit pour
femmes soit pour hommes.

    _Dis à Sophie, à la langue exercée,
    De démontrer sur Édile Reynier
    Comment on fait l’amour au gynécée
    Et sur quel rhythme il le faut pratiquer._

      J. DUFLOT.

LANLA LANDERIRETTE. Refrain de couplets qui sert à gazer les gros mots.
Il représente tantôt le vit, tantôt le con, etc., etc.

      _Auprès de sa jeune épouse,
      Un mari peu complaisant
      Dans une fureur jalouse
      S’écria: Rien n’est plus grand
    Que ton lanla landerirette
    Que ton lanla landerira._

      _A ce reproche, la femme
      De ce mari peu galant
      Répondit: Vilain infâme,
      Que n’en puis-je dire autant
    De ton lanla landerirette,
    De ton lanla landerira!_

      ANONYME.

LANTERNE. La nature de la femme, dans laquelle l’homme met sa
chandelle—sans la moucher.

    _Margot s’endormit sur un lit
    Une nuit toute découverte,
    Robin, sans dire mot, saillit,
    Il trouva sa lanterne ouverte._

      (_Cabinet satyrique._)

LARCINS. Petits vols amoureux, commis lestement et adroitement: ravir
des baisers à une fille, lui prendre les tétons, le cul, les cuisses,
etc., etc., sont des larcins qui sont répréhensibles,—selon l’humeur et
le tempérament de la victime.

    _L’autre jour, au fond d’un jardin,
    Il vous aperçut endormie:
    Il vous fit plus d’un doux larcin...
    Vous étiez donc bien assoupie?...
    Si vous dormez comme cela,
    Dites votre_ mea culpa.

      (_Vieille chanson anonyme._)

LARD. Le membre viril,—que grignottent si volontiers ces charmantes
souris qu’ont appelle les femmes. Voyez: _Couenne_, _chair_, _viande_.

    _Gentils galants de rond bonnet,
    Aimant le sexe féminin,
    Gardez si l’atelier est net
    Avant de larder le connin._

      (_Ancien Théâtre français._)

LARGUE. Femme, maîtresse, dans l’argot des voleurs, des voyous et des
bohèmes.

    Toi non plus, tu ne m’as pas l’air d’une largue ordinaire.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

    Les largues nous pompent le nœud.

      DUMOULIN-DARCY.

LASCIVETÉ. Prédisposition à l’amour; art des courtisanes pour exciter
les désirs des hommes.

    Si la présence de l’empereur seul ne suffit pas pour les exciter,
    elles puisent dans leur lasciveté même un aimant mutuel.

      LA POPELINIÈRE.

    _Cette lasciveté de formes se reflète
    Dans son ajustement bizarre et singulier._

      A. GLATIGNY.

LATRINE. Femme galante usée et sale, et qui continue à baiser, parce
qu’il y a des gens qui ne sont pas difficiles.

    _Pourtant on fout cette latrine!
    Ne vaudrait-il pas mieux cent fois
    Moucher la morve de sa pine
    Dans le mouchoir de ses cinq doigts?_

      A. DE MUSSET.

LAVABO. Cuvette spécialement destinée aux soins de propreté, qu’exige
la fréquente dépense de sperme.

    _Tu m’as ému, Scapin... Ton discours est fort beau...
    Je t’amène ma fille: achète un lavabo._

      A. GLATIGNY.

LAVER (Se). Faire les ablutions de prudence autant que de propreté,
après le coït—qui a naturellement pollué les parties sexuelles.—C’est
la grande affaire des putains, qui dépensent en un soir plus d’eau
que les ivrognes n’en boivent dans toute leur vie. C’était aussi la
grande affaire des Romains _post rem veneream_: ils se lavaient presque
religieusement, _quasi religiose_. Martial en témoigne assez.—Pourquoi
les femmes honnêtes n’imitent-elles pas les filles publiques, et les
bourgeois les Romains?

    _Les hommes, lorsqu’ils ont foutu
    A double couillon rabattu,
    Se lavent dans une terrine._

      DUMOULIN-DARCY.

    _Pourtant il leur manque, en somme
    (Ce qui vaut bien un écu),
    De savoir sucer un homme
    Et de se laver le cul._

      DE LA FIZELIÈRE.

LAVETTE. Le membre viril—peu viril.

    _Mais c’machin s’change en lavette,
    Grâce au pouvoir d’ la vertu,
    Et j’ m’en tire quitte et nette
    Avec un peu d’ colle au cul._

      (_Parnasse satyrique._)

LE et quelquefois aussi LA. (Sous-entendu _vit_ ou _pine_.)

    Le voilà qui se durcit vraiment... qui se roidit... Attends,
    que je me renverse tout à fait pour que nous le fassions entrer
    quelque part.

      LA POPELINIÈRE.

    Il dit qu’il voulait qu’on le lui coupât, s’il ne faisait son
    devoir.

      (_La France galante._)

LÈCHE-CUL. Petit chien havanais, king’s Charles, épagneul, ou de
n’importe quelle autre race, qu’affectionnent volontiers les filles
pour en être gamahuchées.—Voir _Gimblette_.

LESBIENNE. Femme qui préfère Sapho à Phaon, le clitoris à la pine;
Parisienne qui semble née à Lesbos, «terre des nuits chaudes et
langoureuses.»

    _Elle aime tous les rats,
    Et voudrait, la Lesbienne,
    Qu’à sa langue de chienne
    Elles livrent leurs chats._

      J. DUFLOT.

LEVER LE CROUPION ou LE CUL. Se remuer sous l’homme, dans l’acte
copulatif.

    C’est plaisir de la voir lever le croupion à chaque coup de
    queue.

      SEIGNEURGENS.

    Elle levait toujours le cul de peur d’user les draps.

      TABARIN.

    _Blaise hausse la bouteille,
    Et Margot lève le cul._

      COLLÉ.

    _Je n’aime point ces demoiselles
    Qui lèvent par trop le devant._

      COLLÉ.

LEVER À JEUN (Se). Se lever sans avoir fait l’acte copulatif, même une
pauvre petite fois.

    _Souvent je me levais à jeun
        D’avec ce sacrilége;
        Et jamais le défunt
            N’en fit qu’un:
        Le bel époux de neige!_

      COLLÉ.

LEVER LE SIÉGE. Débander après avoir bandé devant une femme qui fait
trop de façons pour se laisser baiser.

    Une trop longue défense a souvent fait lever le siége d’une place
    qui voulait se rendre: il arrive des accidents.

      COLLÉ.

LEVER UNE FEMME, ou seulement LEVER. Dire des galanteries à une femme,
au bal ou dans la rue, et l’emmener coucher avec soi pour en faire.

    J’irai ce soir à Bullier, si je ne lève rien...

      LYNOL.

LEVER UN HOMME. S’arranger de façon, lorsqu’on est femme, à attirer,
dans un bal ou sur le boulevard, par ses œillades ou ses effets de
croupe, l’attention et les désirs d’un homme qui, ainsi allumé, suit,
monte, paie et baise.

    Ces filles ne vont au Casino que pour lever des hommes ou se
    faire lever par eux.

      A. FRANÇOIS.

    Tiens! Xavier qui vient d’être levé par Henriette.

      MONSELET.

On dit aussi dans le même sens: _Faire un homme_.

LIBERTIN. Homme qui prend volontiers des libertés avec les femmes,—des
libertés et le cul.

    _Chez ce libertin cagot
    Qu’ j’ai tant d’ mal à satisfaire._

      JULES POINCLOUD.

LIBERTINAGE. Talent particulier, science particulière pour faire jouir
les femmes quand on est homme, et les hommes quand on est femme.

    Sais-tu que tu es d’un libertinage affreux, et que je ne veux
    point, moi, suivre ton exemple?

      LA POPELINIÈRE.

LIBERTINE. Femme qui connaît à merveille les secrets du métier d’amour.

    _J’ai vu, jeunes Français, ignobles libertines,
            Vos mères, belles d’impudeur,
    Aux baisers du Cosaque étaler leurs poitrines
            Et s’enivrer de son odeur._

      AUG. BARBIER.

LIMACE. Membre viril—qui n’est pas viril; par exemple, celui des
vieillards, qui ne sait plus relever fièrement la tête au premier appel
d’une femme, et aspire honteusement à la tombe, comme le nez du père
Aubry.

    _Bien qu’en toi sa limace ait été dégorgée,
    Pour toi je bande encore..._

      LOUIS PROTAT.

LIMER. Rester longtemps sur une femme sans arriver à l’éjaculation.

    L’étudiant limant encore, pour l’acquit de sa conscience, car il
    ne bande plus aussi raide.

      H. MONNIER.

      _Mais sans folle ivresse,
        Il ne fait rien
    Qu’il ne lime sans cesse._

      COLLÉ.

LIQUEUR. Le sperme, qu’on pourrait mettre en bouteille sous le nom de
_Crème de cocus_, car c’est avec cela qu’on les fait.

    En moins de six coups de cul, je me vis arrosée largement de la
    liqueur amoureuse.

      MILILOT.

    _Jà trente ans limitent mon âge
    Sans avoir goûté la liqueur
    Dont le petit archer vainqueur
    Charme des filles la tristesse._

      TABARIN.

    _L’autre jour, épanchant cette liqueur divine,
    Dont nos plaisirs et nous, tirons notre origine._

      GRÉCOURT.

    _Le paillard darde au fond sa bénigne liqueur._

      PIRON.

LIQUEUR SÉMINALE. Le sperme, qui est la semence fécondante par
excellence, «liqueur blanche et épaisse comme bouillie, que les amants
rendent tous deux l’un dans l’autre, avec un délice qui ne se peut
exprimer.»

LIVRER (Se). Ouvrir son cœur, ses cuisses, son cul—et par conséquent le
paradis—à un homme.

    Elle est réduite aujourd’hui à se livrer au petit Dupré.

      (_La France galante._)

    _Je hais cette Laïs qui trop facilement
    Se livre aux premiers mots d’un galant qui la presse._

      E. T. SIMON.

    Elle a donc fait le serment de ne se livrer, selon la nature,
    qu’à des nobles.

      A. DE NERCIAT.

LIVRES LIBRES, OBSCÈNES, ORDURIERS, MALSAINS. Ouvrages où l’on parle
sans vergogne, comme dans celui-ci, des parties naturelles des deux
sexes et de leurs fonctions; de cons, de vits, de culs, de fouterie,
de gamahucherie, etc. Ils sont abominés par les personnes honnêtes qui
ne foutent que dans l’obscurité la plus complète et en faisant passer
leur vit par un trou de la chemise de leur dame, et qui enseignent à la
jeunesse que les enfants se trouvent naturellement sous des feuilles de
chou.

    Un livre incendiaire a rallumé tous les feux que mon austérité
    commençait d’assoupir.

      (_Mon noviciat._)

LONG COMME UN JOUR SANS PINE. Phrase _ad usum prostibuli_, parce que
dans un bordel, où l’amour est la seule occupation des femmes, la
journée paraît longue lorsqu’il ne vient pas de michés.

LONG NEZ, LONGUE PINE. Proverbe français qui ment—comme tous les
proverbes. S’il ne mentait pas, il faudrait mettre l’acteur Hyacinthe
dans une niche et l’adorer.

LORETTE. Femme entretenue par Monseigneur Tout-le-Monde, et qui habite
volontiers dans les environs de l’église de Notre-Dame-de-Lorette,—d’où
son nom, qui lui a été donné par Nestor Roqueplan.

              _Je suis coquette,
              Je suis lorette,
    Reine du jour, reine sans feu ni lieu!
              Eh bien! j’espère
              Quitter la terre
    En mon hôtel... peut-être en l’Hôtel-Dieu._

      G. NADAUD.

LOUP (Connaître le). De vue seulement. Avoir été baisée dans une forêt
quelconque, ou sur le bord d’un bois..... de lit.

          _Ignorant le masculin,
          La novice, humble nonnette,
          Dessine à l’enfant divin
          Certaine fente coquette.
    Or, la sœur Marton qui connut le loup,
    Dit: Vous vous trompez, mais du tout au tout,
          A Jésus, faut une quéquette._

      AL. FLAN.

LOUPEUSE. Gourgandine chaude comme une louve, et aimant à courir après
les hommes.

LOUVE. Femme débauchée et hystérique.

    Par la mort Dieu, vous dites vrai; saint Antoine arde la louve.

      (_Les Cent Nouvelles nouvelles._)

    _Car à toute heure on vous trouve
    Faisant la chatte ou la louve,
    En public ou à l’écart._

      (_Cabinet satyrique._)

    En outre tu es un adultère qui as souillé mon lit avec cette
    louve.

      CH. SOREL.

LUBRICITÉ. Ardeur amoureuse, paillardise.

    _Son œil blanchit et s’illumine,
    Et son flanc plein de volupté
    Surpasse en ardeur Messaline
    Et l’antique lubricité._

      A. BARBIER.

    Toutes se font une joie d’enfant de se voir mettre leurs fesses
    à nud, d’en montrer la blancheur et le contour, et de recevoir
    dessus de fines atteintes de verges de myrte, de la part d’une
    main flatteuse et légère, parce que ce badinage les aiguillonne
    et qu’il sert, en effet, à irriter la lubricité.

      LA POPELINIÈRE.

LUCRÈCE (Faire la). Faire la chaste, comme l’épouse de Collatin, devant
tous les Sextus généralement quelconques,—et finir par ouvrir ses
cuisses comme elle devant l’impertinent engin du fils de Tarquin le
Superbe.

    Le plaisir de se venger d’une femme qui avait fait la Lucrèce.

      SAINT-EVREMONT.

    _Mais malgré son air virginal,
        Sachez que la bougresse
    A mon vit donna certain mal
        Qui lui fit faire l’S...
        Ah! il m’en souviendra,
                Larira,
    D’avoir aimé une Lucrèce._

      ANONYME.

LUPANAR. Bordel. Mot solide... bâti par les Romains; on s’en sert
encore.

    _J’ai rêvé que j’étais au fond d’un lupanar;
    C’était comme un immense et splendide bazar
    Dans lequel enculeurs, enculés, maquerelle,
    Maquereaux et putains se ruaient pêle-mêle._

      LOUIS PROTAT.

            _Je suis roublard
    Et j’ pourrais écrir’ les mémoires
            Du lupanar._

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

LUXURE. Un des sept péchés capitaux, dont le libertinage humain a fait
un péché véniel—ou plutôt _vénériel_, dirait Commerson.

    Ne parlons plus des pompes et des fêtes du plus grand des
    empereurs: réfléchissons combien il est plus grand dans ses
    luxures.

      LA POPELINIÈRE.



M


MAC. Abréviation de _maquereau_.

    Ça me f’ra p’t’être rigoler un brin, de changer d’rôle, et de mac
    devenir miché.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

    _Après tout, ce n’est pas si bête
    D’avoir fait quatre cents binettes
    D’homm’s de lettr’s, de peintr’s et de mac?_

      A. POTHEY.

MACA. Maquerelle, entremetteuse, femme vieillie dans le vice.

MACHIN ou MACHINE. La nature de la femme, le membre viril,—dans le
langage des gens pudibonds qui n’osent pas appeler les choses par leur
nom.

    Que mettras-tu dans mon con, en m’enfilant?—Mon machin.

      H. MONNIER.

    _Fiez-vous à ma cuisine,
    Célibataires blasés,
    Pour remonter la machine,
    Et flatter vos goûts usés._

      L. FESTEAU.

    _Secrets appas, embonpoint et peau fine,
    Fermes tétons et semblables ressorts,
    Eurent bientôt fait jouer la machine._

      LA FONTAINE.

    _Mais finis donc, imbécile,
    Sacré nom de Dieu d’gredin!
    Si tu n’me laiss’s pas tranquille,
    J’ vas pisser sur ton machin._

      (_Parnasse satyrique._)

MACROTIN. Apprenti maquereau; voyou qui se fait la main avec les
petites gourgandines dont il vide les poches sans le moindre scrupule,
en attendant qu’il puisse exercer sur une plus grande échelle, avec de
plus grandes filles.

    _Oui, c’est un métier commode
    Et qui devient à la mode:
          Mac, macrotin...
      Vive le macrotin!_

      L. DE NEUVILLE.

MADAME. Nom que les filles d’un bordel donnent à leur abbesse, pour
laquelle elles ont le respect qu’elles n’auront jamais pour la vertu.

    Ce sont nos petits bénéfices, à nous, pauvres filles... Madame
    nous prend tout et ne nous laisse rien.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

MADAME MANICON. Surnom que le populaire donne volontiers aux
sages-femmes,—on devine pourquoi.

MAGASIN DE BLANC. Bordel—où l’on dépose en effet des quantités
considérables de sperme.

MAIN EXPERTE (Avoir la). Savoir bien branler les hommes, chose
difficile, en effet, et pour laquelle toute femme galante doit faire
un apprentissage fort long et très minutieux,—_manutieux_, dirait
Commerson.

    _J’ai les deux mains expertes,
    Entrez dans mon boudoir._

      A. MONTÉMONT.

MAIN LÉGÈRE (Avoir la). Se dit d’une femme versée dans l’art de la
volupté, qui branle un homme avec une telle dextérité qu’il jouit sans
savoir à quoi attribuer sa jouissance, à une bouche ou à une main.

MAISON À GROS NUMÉRO. C’est le _Lupanar_ des anciens et le Bordel des
modernes. Sur le premier étaient peintes les armes parlantes du dieu de
Lampsaque—une pine gigantesque et ses deux agréments. Sur le second est
peint un énorme numéro qui engage les passants libertins à y entrer.

    _C’est l’infecte maison où l’effroi se promène,
    L’auberge dont l’enseigne est un gros numéro._

      A. GLATIGNY.

MAISON À PARTIES ou DE PASSE. Maison particulière, d’apparence honnête,
où les filles libres viennent tirer leurs coups avec les michés
qu’elles ont levés en route.

MAISON DE TOLÉRANCE. Bordel, que non-seulement la préfecture de police
tolère, mais encore qu’elle autorise pour la satisfaction des besoins
du public célibataire—et surtout marié.

MAÎTRE-AUTEL. Le mont de Vénus, universel objet d’adoration de la part
des fidèles qui y voient resplendir leur Dieu—ou plutôt leur déesse.

    Elle est belle, ma Joséphine! elle a un chouette maître-autel!...
    un riche tabernacle!...

      TISSERAND.

MAÎTRESSE. Fille ou femme dont on est le maître,—quand on n’en est pas
l’esclave battu, cocu et content; épouse illégitime à laquelle on est
plus fidèle qu’à l’épouse légitime, et qui se moque de vous tout autant
que celle-ci; la femelle du marlou.

    Le _maître_ de quelques-unes, c’est leur mari, espérons-le, pour
    l’honneur de la morale; le _maître_ d’un plus grand nombre, c’est
    leur caprice; le _maître_ de toutes, c’est leur luxe... Quant à
    l’amant, il n’en saurait être question ici... D’ailleurs, quand
    une femme a un amant, elle est sa _maîtresse_: ce n’est donc pas
    lui qui en est le _maître_.

      H. DE PÈNE.

    _Pour la femme, soyez bon!
    Prouvez-lui votre tendresse!
    C’est ce bougre de Léon
    Qu’est l’amant de ma maîtresse._

      G. NADAUD.

    Et moi, nom d’un... quoi que j’ possède?... Un pantalon, qu’ le
    commissaire m’a déjà fait dire qu’on voyait c’ que j’ portais;
    des gilets, j’en manque, j’en ai jamais évu avec toi: des bottes
    qui r’niflent, quand j’ marche pas sus ses tiges... Et j’ai une
    maîtresse!

      H. MONNIER.

MALADIE (La). C’est celle qui n’a pas besoin de nom—quoiqu’elle en ait
un—pour être sue de ceux qui lisent les affiches des Charles-Albert,
des Giraudeau de Saint-Gervais, des Ollivier, et autres Fontanaroses
modernes. C’est celle que Pline appelait _morbus sonticus_, et Celse
_major morbus_!

    _Le soir, ils vont voir des gueuses
    Qu’ils baisent dessus leurs lits.
    Pour leurs femm’s (les malheureuses!)
    Ils y donn’nt la maladie._

      GUICHARDET.

MÂLE (Le). L’homme.

    _Je préfère en amour une certaine pose:
    Le mâle, sur le dos, sous la femme est placé._

      L. PROTAT.

MAMELLES. Les tétons.

    _O contours veloutés, mamelles féminines!_

      CANTEL.

    Hélas! qui pourrait voir sans rougir des femmes et des jeunes
    filles entièrement découvertes, étaler sans honte, jusque dans
    la maison du Seigneur, leurs mamelles toutes nues... Dans le
    principe du moins, ces mondaines ont commencé par échancrer le
    bord et le dehors de leurs habits. Puis, cette échancrure a gagné
    jusqu’à la chemise, que dis-je? jusqu’à la chair toute nue. A
    la fin, elles ont tellement rongé et échancré le derrière et le
    devant de leurs habits, que les épaules et les tétons en sont
    demeurés tout-à-fait nus.

      (_Discours sur la nudité des mamelles._)

MANCHE (Le). Le vit, que la femme empoigne quand elle désire en être
cognée.

    Je l’empoignai par le manche et le menai au pied du lit, où je
    me couchai à la renverse, l’attirant dessus moi: je m’enconnai
    moi-même son vit dans mon con jusques aux gardes.

      MILILOT.

    _Mais, belles, sachez qu’un beau manche
    Réchauffe aussi bien qu’un manchon._

      THÉOPHILE.

MANCHON DE LA FEMME. Les poils qui constituent sa motte, assez fournie
pour tenir lieu de manchon.

    _Et la tribune de Florence
    Au cant choqué montre Vénus
    Baignant avec indifférence
    Dans son manchon ses doigts menus._

      TH. GAUTIER.

    _Je n’ prêt’ pas mon manchon
            Mignon,
    Je n’ prêt’ pas mon manchon._

      LAUJON.

MANGER L’ANGUILLE SANS LA SAUCE. Retirer vivement la pine d’un homme
au moment où il va décharger, afin de n’avoir pas d’enfant de lui,—la
sauce de cette anguille étant fort agréable, mais aussi pleine
d’inconvénients.

    _Prenez donc des précautions!
    Sans la sauce mangez l’anguille!
    Beau moyen si bien éprouvé:
    J’en suis pour un enfant trouvé._

      BÉRANGER.

MANGEUR DE BLANC. Souteneur de filles, maquereau qui vit du—sperme
dépensé par les autres hommes, avec de l’argent, au profit de sa
maîtresse, etc.

    _Mangeons du blanc! mangeons du blanc!
    Ça vaut mieux que manger du flan!
    Mangeons du blanc jusqu’à l’aurore,
    Et que Phœbus nous trouve encore
            Mangeant du blanc!_

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

    Je voulais tâter du métier de miché, mais je vois que celui de
    mangeur de blanc est encore le meilleur.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

MANGER DE LA CHAIR CRUE. Faire l’acte vénérien.

    Si elles savaient ce que c’était de manger de la chair crue la
    nuit.

      MARGUERITE DE NAVARRE.

MANGER LE FRUIT D’UNE FEMME. Gamahucher une femme, enceinte peut-être.

    Prends garde!... Tu vas manger mon fruit.

      JEAN DU BOYS.

    Jean, rentrant chez lui, à l’improviste, trouve Pierre, son
    voisin, la tête entre les cuisses de sa femme, et bien en train
    de la gamahucher.—Fouchtra! s’écrie-t-il, cha m’étonne plus, chi
    je n’ai pas d’enfants; j’en fais tous les jours, et Pierre me les
    mange!

MANIER. Peloter une femme—ou un homme.

    Mais, Monsieur, vous baisez mes fesses à tout moment; vous me
    maniez partout!

      LA POPELINIÈRE.

    On ne peut donc sans scandale manier un peu les breloques du
    monde?—Sacrebleu! quelles breloques! c’est bien aussi la montre,
    ma foi.

      A. DE NERCIAT. (_Les Aphrodites._)

    Ma bonne, disait Rosette, il veut toujours me faire manier sa
    sottise et prendre la mienne.

      LA POPELINIÈRE.

    _C’est des marlous, n’y prends pas garde;
    Viens, que j’ te magne ton outil._

      H. MONNIER.

MANIÈRE. Se dit du faire particulier aux femmes galantes qui, souvent,
ont autant de manières que les plus illustres artistes,—première
manière, seconde manière, etc.

    _Changer de sesque, c’est fort mal
    Quand on n’est plus dans l’ carnaval;
    P’t-être aussi qu’ vous changez d’ manière
    Et qu’aux femmes vous voulez plaire;
    Ce s’rait deux bons goûts à la fois.
    J’ vous crois fait’ pour en avoir trois._

      BÉRANGER.

MANŒUVRER DU CUL. Remuer des fesses quand on est sous l’homme, soit
pour l’aider à décharger, soit parce que la jouissance arrache à la
femme d’involontaires et lascives torsions de croupe.

    _Fait l’étroite pour lui, même quand elle est large,
    Et manœuvrant du cul, jouit quand il décharge._

      L. PROTAT.

MANQUER À SES DEVOIRS. Faire son mari cocu—ce qui est le seul devoir
auquel les femmes ne manquent jamais.

    Si vous aviez un peu de vertu dans l’âme, vous sentiriez aussi ce
    qu’il en coûte à une femme bien née pour manquer à ses devoirs et
    faire un pas comme celui-ci.

      LA POPELINIÈRE.

MANQUER DE RESPECT À UNE FEMME. La violer—de son propre consentement,
mais à fond de train, pour se faire pardonner l’irrévérence de cette
action.

    A l’encontre d’un talon rouge qui avait manqué de respect
    à une intendante, mais qui n’a pu achever de lui en manquer
    entièrement.

      COLLÉ.

MANQUER DE VOIX. Chanter un air à une femme, avec la queue, et s’en
tenir là, volontairement ou involontairement. Baiser mollement.

    _Quand des voix qu’il me dut
    Vint l’éclat dont il brille,
    Avec moi que de fois
    Il a manqué de voix._

      BÉRANGER.

MANUÉLISER (Se). Se masturber.

    C’est le seul moyen d’être sage au couvent, puisqu’on ne peut
    l’être sans se clitoriser ou se manuéliser.

      MERCIER DE COMPIÈGNE.

    _Du bon Guillot le vit se raidissait,
    Et le poignait si fort concupiscence,
    Que dans un coin se manuélisait._

      PIRON.

MAQUEREAU. Défenseur de beautés faciles qui le payent; entremetteur.

    _Le roi fit choix du conseiller Bonneau,
    Confident sûr et très bon Tourangeau.
    Il eut l’emploi, qui certes n’est pas mince,
    Et qu’à la cour où tout se peint en beau,
    Nous appelons être l’ami du prince,
    Mais qu’à la ville, et surtout en province,
    Les gens grossiers ont nommé maquereau._

      VOLTAIRE. (_La Pucelle._)

MAQUERELLE. Grosse dame qui se charge de procurer de l’ouvrage aux
petites dames, et qui pousse parfois la complaisance jusqu’à les aller
chercher dans leur famille.

    Le troisième privilége des châtrés, c’est qu’ils sont fort
    renommés en leur fidélité en fait de maquerellage.

      (_Variétés hist. et littér._)

    _Tenant par acte misérable
    Le maquerellage honorable._

      (_Cabinet satyrique._)

    _Tant qu’elle conta sa querelle
    A une vieille maquerelle._

      MATHEOLUS.

    _Et puis dites que les moustiers
    Ne servent point aux amoureux,
    Bonne maquerelle pour eux
    Est ombre de dévotion._

      CL. MAROT.

    Aussi n’épargne-t-il pas les mères qui sont maquerelles de leurs
    propres filles.

      H. ESTIENNE.

    Car l’honneur d’une femme souffre beaucoup quand elle est vue
    avec une maquerelle.

      P. DE LARIVEY.

MAQUIGNON. Un monsieur qui fait la traite des blanches,—le _mango_
antique.

MAQUILLAGE. Tricherie féminine qui consiste à dissimuler, à l’aide de
pâtes, de cosmétiques et d’onguents, les ravages que le temps apporte
au visage le plus frais.

    Celle-ci, une fois entrée, relève la mèche de la lampe posée sur
    la cheminée, mais pas trop cependant, afin de ne pas trahir son
    maquillage.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

Et ce qui prouve que ce n’est pas là une mode nouvelle, c’est que je
trouve dans un poète du XIIIe siècle, Gaultier de Coinsy, les vers
suivants:

    _Telle se fait moult regarder
    Par s’en blanchir, par s’en farder,
    Que plus est laide et plus est blesme
    Que peschiez mortelx en caresme._

MARCHANDISE. La nature de l’homme et celle de la femme, qui, toutes
deux, mais la dernière surtout, sont un objet de commerce.

    _J’ouvre boutique, et faite plus savante,
    Vous mets si bien ma marchandise en vente,
    Subitement affinant les plus fins,
    Qu’en peu de temps fameuse je devins._

      J. DU BELLAY.

    _Je veux une Phillis entre l’haut et le bas,
    Qui ne fasse pas trop valoir sa marchandise._

      BUSSY-RABUTIN.

    Voyons, montre-moi ta marchandise, mon petit couillon chéri.

      J. LE VALLOIS.

MARCHEUSE. Femme qui a été fille et qui, ne l’étant plus, est chargée
de conduire dans les chemins du vice celles qui le sont encore. «Ses
fonctions sont d’appeler les passants à voix basse, de les engager à
monter dans le bordel où, d’après ses annonces banales, ils doivent
trouver un choix exquis de jeunes personnes. Dans la maison de
tolérance de première ligne, il y a ordinairement plusieurs marcheuses
dont l’emploi principal est de promener les filles d’amour sur les
boulevards et dans les passages.»

MARGOT, MARGOTON. Nom de femme qui est devenu celui de toutes les
femmes—devenues filles.

    _Priape dérogea, Vénus fit la Catin.
    Cette contagion infecta les provinces,
    Du clerc et du bourgeois passa jusques aux princes.
    La plus mauvaise garce eut ses adulateurs,
    Et jusqu’à la Margot, tout trouva des fouteurs._

      (_L’Art priapique._)

    _Villon sut le premier dans ces siècles grossiers
    Débrouiller l’art confus de nos vieux romanciers,
    Redonner le mouchoir aux filles de bon ton,
    Et laisser la province enfiler Margoton._

      (_L’Art priapique._)

    Nous le tenons: nous savons où demeure sa margot.

      EUGÈNE SUE.

    _J’ai peu d’estime pour l’argot;
    Mais au besoin, je le tolère.
    Si je rencontre une margot,
    Je la regarde sans colère._

      PHIL. DAURIAC.

MARIAGE. Collage légitime de l’homme et de la femme, qui a le vit pour
trait d’union, plus les enfants qui peuvent résulter dudit collage.
Selon Balzac:

    Le mariage est une association de mauvaise humeur, pendant le
    jour, et de mauvaise odeur pendant la nuit.

MARI MALHEUREUX. Mari, peut-être cossu,—mais à coup sûr, cocu—sans
cédille.

MARLOU. Variété de maquereau, d’homme sans préjugés, qui non-seulement
consent à recevoir de l’argent des filles galantes, mais encore en
exige d’elles le poing sur la gorge et le pied dans le cul.

    La plus sublime de ces positions, c’est celle du marlou.

      FRÉDÉRIC SOULIÉ.

    C’est des marlous, n’y prends pas garde.

      H. MONNIER.

MARMITE. Putain,—la femelle naturelle du maquereau, à qui elle fournit
de quoi manger, boire et rigoler avec ou sans elle.

    Tu es un crâne fouteur... et... si tu y consens, ce n’est pas toi
    qui me donneras de la braise, c’est moi qui serai ta marmite.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

MARMOTTE. Le con,—qui ne dort jamais.—Allusion au poil d’une motte bien
garnie.

    Un soir, ma sœur me dit: Si nous étions dans le même lit, tu
    pourrais faire entrer ta petite broquette qui est toujours raide
    dans la bouche de ma petite marmotte que tu aimes tant à sucer.

      (_Anti-Justine._)

MARQUE DE LA VAISSELLE. Le membre viril,—avec lequel nous poinçonnons à
notre chiffre le vagin des femmes, qui cependant n’a pas besoin de cela
pour être trouvé de bon aloi et pour circuler de main en main.

MARRONS. Les testicules.

    ... Tire de sa poche une longue ficelle, lui lie les deux marrons
    que vous savez.

      (_Nouvelles de Grazzini._)

    _Dam’ Putiphar, sans médire,
    Les aimait, je crois, assez;
    Pourtant Joseph, on doit l’ dire,
    N’avait qu’ des marrons glacés.
          Marrons, marrons,
        Bien pleins et bien ronds,
        Tout l’ monde en voudra,
        Ils brûl’nt, ces gros-là!_

      ALPHONSE.

MASTURBATION. Pseudonyme honnête de Branlage.

    _Qu’enfin, tous les soldats sans reproduction,
    N’aient plus qu’un seul recours: la masturbation._

      FERNAND DESNOYERS.

MASTURBER (Se). Se livrer à l’onanisme, aux plaisirs solitaires.

    _De mes cinq doigts je fais une pucelle:
    Masturbons-nous, c’est le plaisir des dieux._

      (_Chanson anonyme moderne._)

MATOU. Le mâle de la femme, cette chatte amoureuse.

    Allons, mon gros matou, grimpe-moi d’autor et d’achar!

      DE NEUVILLE.

MAUVAIS LIEU. Endroit où l’on pelote les femmes, même où on les baise;
bordel.

    _Pour amener sa Lucrèce
    A souffrir ce petit jeu,
    Le bonhomme sans finesse,
    Met la scène en mauvais lieu._

      COLLÉ.

MEILLEURE CHOSE DU MONDE (La). La fouterie, qui est le plaisir des
dieux et des déesses, des hommes et des femmes,—l’_excelsior_ de toutes
les jouissances connues.

    Comment, si c’est quelque chose de bon! C’est la meilleure chose
    du monde!

      MILILOT.

MEMBRE (Le). Sous-entendu _viril_. Le grand outil générateur, que nous
faisons travailler comme un cheval et que les femmes adorent comme un
dieu.

    Jouis-tu, cochon? Ah! le beau membre!

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

    _On voit, sous les feuilles de vignes
    Que leur impose la pudeur,
    S’agiter de gros membres dignes
    D’admiration—ou d’horreur._

      ANONYME.

Monseigneur le _vit_, ou madame la _pine_. Outre ces deux noms, ce
noble personnage, qui veut chaque jour être fêté, possède plus de
prénoms qu’il n’en faudrait pour refaire le calendrier... républicain.
Je cite les principaux:

    L’acteur, l’affaire, les agréments naturels, l’aiguille,
    l’aiguillon, l’aiguillette, l’andouille, l’arbalète, l’ardillon,
    l’aspergès, l’asticot, la baguette, le balancier, le bâton
    à un bout, le bâton de sucre de pomme, le bâton pastoral, le
    battant de cloche, la béquille du père Barnaba, le berlingot, la
    bibite, le bidet, le bijou, le bistouri, la bite, le bogue, le
    bonhomme, le bouchon, le boudin blanc, le bougeoir, la bougie,
    le bout de viande, le boute-feu, le boute-joie, la boutique,
    le boyau, la braguette, le bracquemard, le bras, la briche, la
    broche, la broque, la burette, le canon à pisser, la carotte,
    le cas, le carafon d’orgeat, le cavesson, cela, ce qu’on
    porte, la chair, le chalumeau, le champignon, la chandelle, la
    chanterelle, la charrue, la chenille, la cheville d’Adam, la
    cheville ouvrière, le chibre, le chiffe, le Chinois, le chose,
    le cierge, la cigarette, la clé, le clou, la cognée, le cognoir,
    le coin, la colonne, le compagnon fidèle, la corde sensible, le
    cordon de saint François, le cornichon, la couenne, la courte,
    le criquet, le dard, le dardillon, le degré de longitude, le
    devant, le doigt du milieu, le doigt qui n’a pas d’ongle, dom
    ou frère Frappart, le dressoir, le drôle, l’écouvillon, l’engin,
    l’épée, l’étendard d’amour, le fils, le flacon d’eau-de-vie, le
    flageolet, la flèche, la flûte à un trou, le fourrier de nature,
    la gogotte, la grosse corde, le goujon, le goupillon, la guigui,
    la guiguitte, la haire, le hanneton, l’herbe qui croît dans la
    main, l’histoire, le honteux, Jacques, la jambe, Jean Jeudi,
    Jean Chouart, le laboureur de nature, la lance, la lancette, le
    lard, la lavette, la limace, le machin, le Mahomet, le manche du
    gigot, la marchandise, le mirliton, le mistigouri, le moineau, le
    morceau, la navette, le nerf, le nœud, l’obélisque, le onzième
    doigt, l’os à moelle, l’outil, l’ouvrier de nature, le paf,
    le panais, le pénis, le pendiloche, le perroquet, la petite
    flûte, le petit frère, le petit voltigeur, la pierre à casser
    les œufs, la pierre de touche, le pieu, le pignon, le pis, la
    pissottière, le poinçon, la pointe, le poireau, la potence, le
    poupignon, Priape, la quéquette, la queue, le robinet de l’âme,
    Rubis-Cabochon, la sangsue, saint Agathon, saint Pierre, le
    salsifis, la sentinelle, la seringue, le sifflet, le sous-préfet,
    le sucre d’orge, le trépignoir, la triquebille, la troisième
    jambe, le tube, la verge, la viande crue, etc. etc.

MENESSE. Femelle de l’homme en général—et, en particulier, de l’homme
sans préjugés qu’on appelle maquereau.

    En ai-je t’y reçu, de l’argent des menesses! Oh! là là!...

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

MENIN. Fouteur,—garçon d’honneur qui doit partager vos jeux—et vos
joies, Mesdames.—Ce mot vient de l’espagnol _menino_, jeune page.

    La petite comtesse, à côté du prélat, lui serrait de temps en
    temps la main par-dessous la nappe, pour lui faire comprendre
    combien elle le préférait pour menin à son peu naturel ami.

      (_Le Diable au corps._)

MENSONGE COTONNEUX. Tétons d’ouate que les femmes maigres substituent
aux tétons de chair qu’elles n’ont pas.

    Il dévoilera les mensonges cotonneux de madame.

      THÉOPHILE GAUTIER.

MENTULE. Mot purement latin (_mentula_) signifiant le membre viril.

    En tirant sa mentule en l’air, les compissa.

      RABELAIS.

    On voyait une tourbe de filles qui semblait tirer à qui mieux
    mieux une mentule grosse et longue à proportion.

      (_Le Synode nocturne des tribades._)

    _Je n’eusse, hélas! enduré tant de maux
    Comme j’ai fuit, qui or comme animaux
    Rongent le frein de ma triste mentule._

      (_Cabinet satyrique._)

MÈRE ABBESSE. Maîtresse d’un couvent de s’_offre-à-tous_:—Maquerelle.

        _Sortez vite et rentrez souvent,
                Le jour baisse,
            Servez votre abbesse;
        Mes filles, malgré pluie ou vent,
    En avant, pour l’honneur du couvent._

      BÉRANGER.

MÈRE D’ACTRICE. Vieille femme que louent les jeunes femmes de théâtre
pour éloigner d’elles les galants—qui ne sont pas assez riches.

MESSALINE (Valérie). Impératrice romaine, deuxième femme de Claude.
Célèbre par son impudicité et ses étonnantes débauches: la plus fameuse
putain de son temps. Après avoir souillé la couche impériale, en y
recevant des amants de toutes les conditions, elle osa, du vivant de
son époux, épouser publiquement Silius, jeune homme qu’elle aimait
éperdûment. Claude, à cette nouvelle, la fit mettre à mort avec tous
ses complices, l’an 48 de J.-C. Juvénal, dans ses _Satires_, s’exprime
ainsi, au sujet de cette grande impure:

    _Quand de Claude assoupi la nuit ferme les yeux,
    D’un obscur vêtement sa femme enveloppée,
    Seule, avec une esclave, et dans l’ombre échappée,
    Préfère à ce palais tout plein de ses aïeux,
    Des plus viles Phrynés le repaire odieux.
    Pour y mieux avilir le nom qu’elle profane,
    Elle emprunte à dessein un nom de courtisane:
    Son nom est Lisisca; ces exécrables murs,
    La lampe suspendue à ces dômes obscurs,
    Des plus affreux plaisirs la trace encor récente,
    Rien ne peut réprimer l’ardeur qui la tourmente.
    Un lit dur et grossier charme plus ses regards
    Que l’oreiller de pourpre où dorment les Césars.
    Tous ceux que dans cet antre appelle la nuit sombre,
    Du regard les invite et n’en craint pas le nombre.
    Son sein nu, haletant, qu’attache un réseau d’or,
    Les défie, en triomphe, et les défie encor.
    C’est là que, dévouée à d’infâmes caresses,
    Des muletiers de Rome épuisant les tendresses,
    Noble Britannicus, sur un lit effronté,
    Elle étale à leurs yeux les flancs qui t’ont porté.
    L’aurore enfin paraît, et sa mine adultère
    Des faveurs de la nuit réclame le salaire.
    Elle quitte à regret cet immonde parvis.
    Ses sens sont fatigués et non pas assouvis.
    Elle rentre au palais, hideuse, échevelée,
    Elle rentre, et l’odeur autour d’elle exhalée
    Va, sous le dais sacré du lit des empereurs,
    Révéler de la nuit les lubriques fureurs._

      MESSIRE LUC. Le cul,—par anagramme. (Voir aussi _noc_ et
        _tiv_.)

MÉTIER (Le). L’acte vénérien.

    _Cousin, c’est pardieu la plus belle
    Et qui entend mieux le métier,
    Que femme qui soit au quartier._

      J. GREVIN.

    _Le métier d’amour en effet
    Est une assez plaisante affaire;
    Ce métier-là plus on le fait,
    Et moins on est propre à le faire._

      DACEILLY.

    _Et dans cet amoureux métier,
    De maître il devient écolier._

      PARNY.

METTRE (Le). Introduire son membre dans la nature d’une femme.

    Réveille-toi, petite gueuse; je veux te le mettre encore une fois
    au moins.

      LA POPELINIÈRE.

    _Notre héros se forma vite...
    Le mit-il, ou le lui mit-on?
          N’y eut pas d’affront._

      AL. POTHEY.

    _Adam voulut le mettre:
    Ève le sentit mettre._

            _Viens, bande-à-l’aise,
            Vite, mets-le-moi._

      COLLÉ.

METTRE AU FAIT (Se). Se déniaiser, s’habituer à l’homme en jouant des
reins avec lui.

    Tu as bien tort; si tu ne te mets pas au fait, ton mari te
    prendra pour une bête.

      LA POPELINIÈRE.

METTRE DANS LES FESSES (Se le faire). Se faire enfiler.

    _L’ dimanche, au sortir de la messe,
    Elles dis’t toutes, mais en vain:
    Nicolas, mets-moi dans la fesse
    C’ qu’est dans ton pantalon d’ nankin._

      DARCIER.

METTRE EN ŒUVRE. Faire l’acte vénérien.

    Elle manda secrètement le fils d’un cordonnier, son voisin, et le
    fit venir en l’étable des chevaux de son père, et le mit en œuvre
    comme les autres.

      (_Les Cent Nouvelles nouvelles._)

    Et à la vérité, on en met de bien pires en œuvre.

      (T. des ACCORDS.)

    Et en disant cela, il la mit en œuvre.

      D’OUVILLE.

METTRE EN APPÉTIT. Exciter l’ardeur vénérienne.

    Chevaucher trois ou quatre coups ne fait que mettre en appétit;
    il faut continuer tant qu’il y en a, pour nous donner du
    passe-temps.

      MILILOT.

    Il n’est rien qu’une femme trouve plus mauvais que quand l’homme
    la met en appétit, sans la contenter.

      BONAVENTURE DESPERRIERS.

METTRE LE FOUTRE À LA BOUCHE DE QUELQU’UN. L’exciter à la fouterie
par des discours libertins, par des images obscènes, ou par des
attouchements polissons.

    _Ingrat! tu m’as mis le foutre à la bouche!
    J’allais presque entrer dans le paradis!_

      (_Parnasse satyrique._)

METTRE SOUS LE LINGE (Se). Se glisser entre deux draps pour y faire
l’amour.

    Je n’ai pas été plutôt arrivé qu’elle m’a sauté au cou avec
    ardeur, et que, s’apercevant que je bandais, et raide, elle s’est
    mise immédiatement sous le linge, où nous avons joué des reins
    avec enthousiasme.

      J. LE VALLOIS.

METTRE SUR LE DOS (Se). Se placer pour être baisée,—afin de faire avec
un homme la bête à deux dos.

    _Sur le dos nonchalamment
    Vous recevez votre amant;
    Pas le moindre mouvement,
          Autant, ma foi,
    Sentir sa femme auprès de soi._

      BÉRANGER.

METTRE UNE FEMME À MAL. La baiser,—ce dont elle se trouve ordinairement
très bien.

    Il avait mis à mal toutes les femmes qu’il avait entreprises.

      RICHELET.

METTRE UNE FEMME DANS LA CIRCULATION. La forcer—après l’avoir frappée
à son effigie—à avoir tout le monde pour amant. Séduire une jeune
fille, lui faire un enfant, et l’abandonner, c’est la jeter dans la
circulation.

METTRE UN HOMME EN ÉTAT. Le préparer, par un pelotage savant, à
l’accomplissement de son devoir d’homme.

    _C’est dans ce moment-là, pour le mettre en état
    Et pouvoir arriver à quelque résultat,
    Qu’il faut de son métier connaître les roueries
    Et n’être pas novice en polissonneries._

      LOUIS PROTAT.

MICHÉ. Homme galant forcé d’acheter ce que les femmes galantes donnent
pour rien à leurs amants de cœur.

    Allumer tous les soirs la chandelle de l’hyménée en faveur d’un
    tas de gonzesses et d’autant de michés.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

    _Surtout selon l’argent donné par le miché._

      LOUIS PROTAT.

MICHÉ DE CARTON. Honnête homme qui achète de l’amour en marchandant, ce
qui le fait mépriser des amoureuses.

    Les Valaques ont près des femmes une grande réputation de
    mauvaise foi... Aussi elles les évitent et les ont placés au
    premier rang des michés de carton.

      VERMOREL.

MICHÉ SÉRIEUX. Homme qui ne regarde pas à la dépense avec la femme qui
l’a _levé_ à Mabille ou sur le boulevard, et dont il devient souvent le
Monsieur.

    Fichtre! C’est un miché sérieux!

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

MIGNON. Jeune pédéraste... passif.—Apollon à belles fesses.—L’histoire
faisant mention des pages de Henri III, qui étaient non-seulement ses
favoris, mais encore ses mignons, ne laisse pas de doute sur l’emploi
qu’ils avaient auprès de leur maître.

    Ce qu’il est le plus naturel de faire à la femme est précisément
    ce dont elle se soucie le moins;... tantôt elle veut qu’on la
    traite comme un mignon... tantôt, etc.

      A. DE NERCIAT.

        _Petit fils, petit mignon,
    Mâle ou femelle, je sais ton nom._

      BÉRANGER.

    _Et j’abandonne au vicaire de Dieu
    Ses trois clés d’or, ses fulminantes bulles,
    Son Vatican, son cardinal neveu,
    Ses beaux mignons, ses nièces et ses mules._

      PARNY.

MIGNONNE. Nom que l’on donnait au XVIIe siècle, à l’époque de leur
apparition, à toutes les femmes entretenues.

    Les riches seigneurs et les financiers ne se faisaient pas
    faute d’entretenir plusieurs mignonnes à la fois dans différents
    quartiers de la ville, ou même de les réunir ensemble comme dans
    un sérail.

      P. DUFOUR.

    _Il me faut donc chercher quelque jeune mignonne,
    Que, pour fille de chambre, en gaussant je lui donne._

      J. DE SCHÉLANDRE.

MIJAURÉE. Fille ou femme qui, devant l’homme, affiche des prétentions
par des manières affectées et ridicules qui nous font... pisser.—Oh!
la! la!

    _Ne va pas avec moi faire la mijaurée._

      REGNARD.

    _Fi des coquettes maniérées!
    Fi des bégueules du grand ton!
    Je préfère à ces mijaurées
    Ma Jeannette, ma Jeanneton._

      BÉRANGER.

MILIEU. Le con, par devant;—le cul, par derrière.—_Il n’y a pas de
milieu_, nom de Dieu!

    _Ce n’était que l’enjeu, nom de Dieu!
            Pour luron de ma sorte.
    Je fêtai son milieu! nom de Dieu!
    Trois fois avant que j’ sorte, nom de Dieu!
    J’ fous l’ quatrième à la porte, nom de Dieu!...
            J’ fous l’ quatrième à la porte._

      F. DE CALONNE.

    _Le doux milieu demandait à sa dame,
    Pour y trouver un repos bienheureux._

      (_Cabinet satyrique._)

    _Et la pauvrette s’est donnée
    D’un vit par le milieu du corps._

      COLLÉ.

MILORD. L’entreteneur—anglais ou toulousain—d’une femme galante.

    Le notaire est son milord.

      H. DE BALZAC.

    _J’allons fair’ sauter les sacoches
    De ce bon mossieu, son milord._

      L. FESTEAU.

    Une demoiselle entretenue ne se contente pas de son seul
    entreteneur appelé ordinairement _Mylord Pot-au-feu_. Elle a un
    amant en titre, qui ne paye que les chiffons; un _Guerluchon_,
    c’est un amant qu’elle paye; un _Farfadet_, c’est un complaisant;
    et un _Qu’importe_ est une personne qui vient de temps en temps,
    qui est sans conséquence, et paye au besoin les petites dettes
    criardes.

      (_Correspondance d’Eulalie_, I, 132.)

MINETTE. Gamahuchage de la femme par l’homme, et quelquefois de l’homme
par la femme,—au moyen de la langue, qui a l’air de laper le sperme
comme les chats lapent le lait.

    Allons, ma fille, une minette, pour que je bande.

      J. LE VALLOIS.

    Le bougre lui fait minette.

      GUSTAVE NADAUD.

    _Elle a l’étrange goût
    Qu’on la foute en levrette.
    Elle vous fait minette
    Et puis avale tout._

      JOACHIM DUFLOT.

    Et maintenant, mon agneau... fais-moi une minette distinguée,
    digne du coup que nous allons tirer ensemble.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

MINON MINETTE. (Faire). Se gamahucher mutuellement, homme et femme;
faire tête-bêche.

MINOTAURISER UN HOMME. Le faire cocu,—allusion aux cornes du Minotaure
de l’île de Crète.

    Quand une femme est inconséquente, le mari doit être, selon moi,
    minotaurisé.

      H. DE BALZAC.

MIRLITON. Un des nombreux synonymes des mots: vit, pine et con,—très
usité dans les chansons et les poésies légères.

    _Je ne connais sur la terre
    Que deux séduisants objets:
    Ce vin qui remplit mon verre
    Et d’un tendron jeune et frais,
        L’étroit mirliton, etc._

    _Le cynique Diogène
    Blâmait toujours le plaisir,
    Et lui-même, dans Athènes,
    Il empoignait pour jouir
        Son vieux mirliton, etc._

      J. CABASSOL.

    _Vos mirlitons, Mesdames, à présent,
    Sont grands trois fois plus qu’ils ne devraient être._

      GRÉCOURT.

    _Mais où placer un Amphion
    Qui n’a qu’un petit mirliton?_

      (_Chanson anonyme moderne._)

MIROIR À PUTAINS. Beau garçon, souvent trop beau pour rien faire, dont
toutes les filles raffolent et qu’elles payent l’une après l’autre—et
même quelquefois ensemble.

MIROIR AUX ALOUETTES. Pièce d’or que l’on fait briller dans un bal et
sur laquelle les drôlesses tombent toutes rôties—par le désir.

MOINEAU. Le membre viril—que les femmes, ces charmants oiseleurs,
prennent si facilement à la glu de leur con.

    Ouvre... ouvre tes cuisses, prends mon moineau, mets-le en cage.

      LA POPELINIÈRE.

MOINEAU DE LESBIE (Le). Le membre viril—qui est le moineau affectionné
de toutes les femmes, excepté des Lesbiennes.

MOITIÉ. Épouse légitime, avec qui l’on ne fait qu’un, grâce au _nœud_
qui sert de trait d’union.

    _Péters, dis-moi, par amitié,
    Pourquoi que l’usage réclame
    Qu’à Paris on nomme moitié
    Ce qu’au village on nomme femme
    —C’est que Paris est un pays
    Où se prodiguent tant les dames,
    Que là, les trois quarts des maris
    N’ont que la moitié de leurs femmes._

      (_Ancien Vaudeville—des Variétés._)

MONICHE (La) ou MONIQUE. La motte,—avec toutes ses circonstances et
dépendances.

    _Lorsque Vénus vint au monde,
    Elle avait la motte blonde,
    Les tétons bien relevés
    Et les poils du cul frisés.
    En voyant cette moniche,
    Le grand Jupin s’écria:
    Heureux celui qui se niche
    Dans un con comm’ celui-là._

      ANONYME.

    Après cela, c’est son tour de fêter toutes ces petites moniches.

      (_Aphrodites._)

MONSIEUR (Le). L’homme bienveillant qui honore de sa protection quelque
jeune femme sans feu ni lieu, l’habille, la met dans ses meubles et
oublie régulièrement un louis ou deux sur sa cheminée. C’est le miché
cristallisé.

    On ne peut pas parler à mademoiselle. Et le monsieur..... n’y est
    pas?

      GAVARNI.

MONT DE VÉNUS. La petite éminence placée à l’entrée du con de la femme,
qu’on appelle vulgairement la _motte_.

    _Car il faut des oublis antiques
    Et des pudeurs d’un temps châtré
    Venger dans des strophes plastiques,
    Grande Vénus, ton mont sacré!_

      TH. GAUTIER.

MONTÉ (Être bien ou mal). Avoir un membre viril d’une belle longueur,
ou d’une exiguïté fâcheuse.

    Elle en fut quitte pour faire élection des plus gros montés qui
    se pouvaient trouver.

      BRANTÔME.

    C’est que t’as l’air d’en avoir pour deux... T’es bien monté...
    mâtin.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

MONTER. Avoir un miché, et aller dans une chambre quelconque du bordel
tirer un coup avec lui.

    Rester ici au lieu d’aller au salon avec toutes ces dames...;
    toujours descendre et ne jamais monter.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

MONTER LA TÊTE À UN HOMME. Le faire bander par des polissonneries en
paroles ou en actions.

    _Mais rien ne monte la tête,
    Non, rien n’est plus polisson
    Qu’une langue toujours prête
    A vous lécher le bouton._

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

MONTER LE BOURRICHON (Se). Se monter la tête, ou plutôt l’imagination
à propos d’une femme avec qui l’on désire coucher ou d’un homme que
l’on se rêve pour amant. Se dit spécialement des filles qui ont des
_toquades_ pour tel ou tel homme, coiffeur ou poète, peintre ou goujat,
qui a un grand talent ou un gros _paquet_.

    _Conserve tes vers pour une autre Muse
    Qui se montera mieux le bourrichon._

      (_Parnasse satyrique._)

MONTER LE COUP (Se). Être crédule, s’imaginer que toutes les femmes
sont vertueuses, ou que l’on peut les baiser sans les payer.

    _Si tu crois que je suis novice,
          Tu t’ mont’s le coup._

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

MONTER LE COUP AUX HOMMES. Leur promettre mille jouissances par des
provocations de toilette, de regards, de paroles, d’attouchements—et se
contenter de les faire jouir prosaïquement.

    Et cette crinoline!... En voilà encore une invention qui nous
    aide à monter le coup aux hommes.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

MONTER UNE FEMME. La baiser,—ce qui est une façon cavalière de
s’exprimer.—La femme est une _monture_.

    _Pute ne tient conte
    Qui sur son cul monte,
    Toz li sont igual._

      (_Anciens Fabliaux._)

    _Le vin si fort le surmonta
    Que sur ses deux filles monta._

      (_Recueil de poésies françaises._)

    Disant qu’il ne voulait laisser si aisément une si belle monture,
    qu’il avait si curieusement élevée, que premièrement il n’eût
    monté dessus, et su ce qu’elle saurait faire à l’avenir.

      BRANTÔME.

    _Vous serez le premier qui monterez sur elle,
    J’en jure par ma foi, c’est une demoiselle._

      THÉOPHILE.

    Mais ça était un pauvre monteur que ce monsieur le Dauphin.

      TALLEMANT DES RÉAUX.

    _Mais quand je fis de ma bourse ouverture,
    Je ne vis onc plus paisible monture._

      CL. MAROT.

    _Or, allons donc, et je m’assure
    Que vous trouverez la monture
    Aussi gaillarde et bien en point._

      J. GREVIN.

    Il n’y a si vieille monture, si elle a le désir d’aller et
    veuille être piquée, qui ne trouve quelque chevaucheur malotru.

      BRANTÔME.

    _De qui les femmes aux courtisans
    Servent bien souvent de montures._

      (_Recueil de poésies françaises._)

    _Notre rustre n’eut pas sur sa monture douce
                  Fait trois voyages seulement,
                  Qu’il sentit du soulagement._

      LA FONTAINE.

    _Un aumônier n’est pas si difficile;
    Il va piquant sa monture indocile,
    Sans s’informer si le jeune tendron
    Sous son empire a du plaisir ou non._

      VOLTAIRE.

    Monsieur, je vous entends bien; vous voulez monter sur moi.

      NOEL DU FAIL.

MONTRER SON DEGRÉ DE LONGITUDE. Sortir du pantalon son membre viril—de
plus ou moins de _longitude_—et s’en servir pour mesurer la distance
qu’il y a entre les deux méridiens, le méridien femme et le méridien
homme, à la grande satisfaction de tous les deux.

    _Je vis après ce polisson
        En si fière attitude
    Qu’il m’enflamme en me montrant son
        Degré de longitude._

      COLLÉ.

MONTRER SA BOUTIQUE. Exhiber ses pièces sexuelles: montrer son cul à un
homme ou son membre à une femme.

    En tombant, elle a montré toute sa boutique.

      D’HAUTEL.

MORCEAU (Beau ou vilain). Belle ou vilaine fille.

    Nous allons voir si l’état d’ miché vaut l’ mien, et si je s’ra
    assez chançard pour tomber sur un bon morceau...

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

MORCEAU D’UN HOMME (Le). Son membre viril—dont la femme est si friande.

    _Et quelle qu’en soit la longueur,
    Aucun morceau ne lui fait peur._

      (_Chanson anonyme moderne._)

MORPION. Pou de corps, parasite de l’homme et de la femme, qui
s’attache spécialement aux parties sexuelles—d’où il est difficile
de le déloger, à moins d’employer l’onguent mercuriel ou l’essence de
citron.

    _Cent mille poux de forte taille
    Sur la motte ont livré bataille
    A nombre égal de morpions
    Portant écus et morions._

      TH. GAUTIER.

MORSURES. Marques rosées que les gens qui baisent se font mutuellement
dans les spasmes de la jouissance.

    _Je suis, mon cher savant, si docte aux voluptés,
    Lorsque j’étouffe un homme en mes bras veloutés,
    Ou lorsque j’abandonne aux morsures mon buste._

      CH. BAUDELAIRE.

MORT-DANS-LE-DOS. Homme froid, mou, indolent, insensible et sans
énergie;—incapable de bander,—dans l’argot du peuple, qui n’aime pas
les lymphatiques.—Synonyme de _Pisse-froid_.

MORUE. Femme de mauvaise vie, qu’on pourrait appeler—si l’ichthyologie
ne s’y opposait pas formellement—la femelle du _maquereau_.

    Vous voyez, Françoise, ce panier de fraises qu’on vous fait
    trois francs; j’en offre un franc, moi, et la marchande
    m’appelle...—Oui, madame, elle vous appelle... morue!

      GAVARNI.

MOTS INCONNUS. La kyrielle de cris d’ardeur, de mots étouffés, mourants
et sans suite que l’on prononce dans le paroxysme de la jouissance,
tels que:

    ... Tout à toi!... à moi!... arrête... là!... ah!... plus vite...
    va donc!... ah! je sens... je fonds... arrête... je jouis!...
    oh!...

    _Qu’elle est superbe en son désordre,
    Quand elle tombe les seins nus,
    Qu’on la voit, béante, se tordre
    Dans un baiser de rage, et mordre
    En criant des mots inconnus._

      A. DE MUSSET.

MOTTE. Le Mont-Sacré, la petite éminence osseuse qui couronne la
nature de la femme, et qui est quelquefois glabre, mais le plus souvent
pubescente, c’est-à-dire, couverte de poils.

    Et quand il trouve la chemise, il la lève et m’appuie la main sur
    la motte, qu’il pince et frise quelque temps avec les doigts.

      MILILOT.

    _Le mécréant se reculotte
    Et regagne ses bataillons;
    L’un va pleurer sur une motte,
    Et l’autre hélas! sur des couillons._

      B. DE MAURICE.

    _Ces petits cons à grosse motte,
    Sur qui le poil encor ne glotte,
    Sont bien de plus friands boucons._

      (_Cabinet satyrique._)

    _Mais toutes ces beautés, mon Aline, crois-moi,
    Cèdent à la beauté de ta motte vermeille._

      THÉOPHILE.

MOUCHER (et Se). Bander, baiser ou se branler—afin de décharger.

    Le vieux maréchal de Villeroi ayant été envoyé à Lyon, en 1717,
    pour apaiser une sédition, ce ne furent pendant son séjour que
    réjouissances et fêtes continuelles. Une grande dame de Paris,
    ayant appris que les Lyonnaises s’empressaient fort d’écrire au
    maréchal, écrivit à l’une d’elles: «Mandez-moi donc à qui M. le
    maréchal a jeté le mouchoir.» La vieille madame de Breault, qui
    habitait Lyon, et qui avait été autrefois des amies de Villeroi,
    vit cette lettre et dit à celle qui la lui montrait: «Ecrivez
    à votre amie qu’il y a longtemps que le maréchal ne se mouche
    plus.»

      P. LAROUSSE.

MOUCHER LA CHANDELLE. Retirer son membre du vagin de la femme, au
moment de l’éjaculation, afin que le suif qui en coule ne le brûle pas,
et surtout n’y dépose pas de la semence d’enfants.

    _Comment, disait-il,
    D’un mari, ma belle,
    Malgré la chandelle
    Tromper l’œil subtil?
    —Mouchez, disait-elle._

      VICTOR MABILLE.

MOU DE VEAU. Gorge flasque, tombante.

    _L’autre dit que sa gorge était un mou de veau._

      L. PROTAT.

MOUDRE. Faire l’acte vénérien.

    Et moulait au moulin de la dame toujours très-bien, sans y faire
    couler l’eau.

      BRANTÔME.

    Et en jouant et passant le temps ensemble commencèrent à moudre
    fort et ferme.

      P. DE LARIVEY.

MOUILLER. Faire l’acte vénérien,—au bout duquel les deux acteurs se
sentent réciproquement inondés de sperme.

    _La nature entière se pâme
    Sous un baiser mystérieux,
    Et se mouille comme une femme,
    Sous le vit du plus beau des dieux._

      (_Parnasse satyrique._)

MOUILLER SES DRAPS. Avoir des pollutions nocturnes; jouir comme Ixion,
d’une nuée qui a le con d’une femme ou la pine d’un homme.

    _Il n’est que toi, V***, ma toute belle,
    Qui seule, hélas! te chatouillant le sein,
    Fais chaque nuit des rêves de pucelle,
    Et sans plaisir mouilles ton traversin._

      J. DUFLOT.

MOUILLER UNE FEMME. Décharger à son profit la provision de sperme que
l’on a dans les couilles.

    Va... va... va... petit homme... Ah! cela vient... Tu me
    mouilles... Ah!...

      H. MONNIER.

MOULE À MERDE. Le cul,—d’où la merde sort en effet moulée en corde à
puits.

    _D’un moule à merde il fait un moule à pine
    Et bat le beurre au milieu d’un étron._

      (_Chanson anonyme moderne._)

MOULIN À MERDE. Se dit d’une vilaine bouche,—comme de la plus mignonne
et la plus rose.

    Si vous croyez baiser une belle petite bouche, avec des dents
    bien blanches, vous baisez un moulin à merde; tous les mets les
    plus délicats: les biscuits, les pâtés, les tourtes, les farcis,
    les jambons, les perdrix, les faisans, le tout n’est que pour
    faire de la merde mâchée.

      (_Lettre de la duchesse d’Orléans à l’Electrice de Hanovre._)

MOURIR. Arriver, par l’excès de la jouissance vénérienne, à un état de
béatitude—ou plutôt d’hébètement—qui vous enlève aux choses de la terre
et vous transporte dans le monde inconnu où l’on ne pense plus, où l’on
ne parle plus, où l’on ne remue plus, où l’on nage dans une atmosphère
spermatisée.

    _Vous me voyez, tendre fougère,
    Avec mon berger chaque jour
    Mourir dans les bras de l’Amour._

      (_Épigrammes._)

    _Laisse Roger baiser ta gorge ronde
    Et Louis se mourir dans tes bras._

      J. DUFLOT.

MUNITIONS D’AMOUR. Le fard, les pommades, etc. pour les femmes, et,
pour les hommes, de bons vits bien bandants.

    _Il part: après un mois d’absence,
    Il revient avec cent amis,
    Jeunes, discrets et bien munis._

      PARNY.

MUSARDINE. Drôlesse qui hante les Concerts-Musard, où le miché donne
plus qu’ailleurs.

    On dit une musardine, comme jadis on disait une lorette.

      ALBÉRIC SECOND.

MYSTÈRES. Se dit de toutes les choses de l’amour qui, devant être
tenues secrètes, ne sont révélées que par les initiés, aux soupirants
après l’initiation de ces choses.

    Avec quels transports il me remerciait de l’avoir initié dans de
    si agréables mystères.

      (_Mémoires de miss Fanny._)

    _Tout va bien mieux, comme m’ont assuré
    Ceux que l’on tient savants en ce mystère._

      LA FONTAINE.

            _Quand sur le déclin du mystère
    Le galant transporté du plaisir qu’il ressent._

      GRÉCOURT.

        _Vous demeurez sans voix, sans mouvement,
    Loin de me seconder dans l’amoureux mystère._

      PIRON.



N


NANAN. L’acte vénérien et la jouissance qui en est le résultat,—la plus
exquise des friandises, la plus savoureuse de toutes les jouissances.

    _Mais avec ceux que la victoire
    A trahis, fais-le gratuit’ment;
    Rendr’ service aux fils de la gloire,
          C’est du nanan._

      E. DEBRAUX.

NATURE DE LA FEMME (La). Messire le Con, qui, comme son seigneur et
maître le vit, ne manque pas de prénoms. Ainsi:

    L’abricot fendu, l’affaire, l’angora, l’anneau d’Hans Carvel,
    l’atelier, l’autel de Vénus, l’avec, la bague, le baquet, le bas,
    les basses marches, le bassin, le bénitier, le bijou, le bissac,
    la blouse, le bonnet à poil, le bonnet de grenadier, la bouche
    d’en bas, la bourse à vit, la boutique, le brasier, la brèche,
    le cabinet, le cadran, la cage, le calendrier, le calibistri,
    le calibre, le cas, la cave, la caverne, ça, le Céleste-Empire,
    le centre, le champ, le chandelier, le chapeau, le chat, le
    chaudron, le chemin du paradis, la cheminée, le chose, la cité
    d’amour, le clapier, le cœur, la coiffe, le combien, le concon,
    le connin, la connasse, le conneau, le cornichon, le conil,
    la coquille, le corridor d’amour, la crevasse, le dédale, le
    devant, la divine ouverture, l’écoutille, l’écrevisse, l’empire
    du Milieu, l’entonnoir, l’entremise, l’entre-deux, l’entre-sol,
    l’éteignoir, l’éternelle cicatrice, l’étoffe à faire la pauvreté,
    l’étui, la fendasse, la fente, la figue, le formulaire, le fruit
    d’amour, le golfe, la guérite, le harnois, le hérisson, l’hiatus
    divin, l’histoire, le jardin d’amour, la lampe amoureuse, la
    lampe merveilleuse, la lanterne, la latrine (un vieux con), le
    machin, le maljoint, la marchandise, messire Noc, le mirliton,
    le mortier, le moule à pine, le moulin-à-eau, la moniche, le
    noir, l’objet, les Pays-Bas, le petit lapin, _Quoniam bonus_,
    le réduit, le salon du plaisir, le Sénégal, la serrure, le
    tabernacle, le temple de Cypris, la tirelire, le trou chéri, le
    trou de service, le trou madame, le trou mignon, le trou par où
    la femme pisse, le trou velu, le vagin, etc., etc.

    La risée des femmes fut grande, quand ils virent la femme à
    Landrin lui montrer sa nature.

      P. DE LARIVEY.

    _Et je crois que votre nature
    Est si étroite à l’embouchure,
    Qu’on n’y pourrait mettre deux doigts._

      THÉOPHILE.

    Passant les doigts entre les poils qui sont dessus la motte,
    laquelle il empoigna aussi, faisant par ce moyen entr’ouvrir la
    fente de ma nature.

      MILILOT.

    _Mais le monstre, avec joie inspectant ma nature,
    Semblait chercher comment et de quelle façon
    J’allais être foutue; en cul, con ou téton
    Qu’il regardait déjà comme étant sa pâture._

      LOUIS PROTAT.

NATURE DE L’HOMME (La). La pine—qui est le pendant de la nature de la
femme.

    _Aux petits des oiseaux, Dieu
    Donne, dit-on, la pâture:
    Sa bonté devrait un peu
    S’étendre sur ma nature._

      ALTAROCHE.

NAVETTE. Le membre viril, que les femmes font aller et venir entre
leurs doigts, et qui sert à filer la trame de la vie humaine.

    _D’un vieux je tenais la navette,
    La sonde en main et la cuvette._

      (_Chanson._)

N’AVOIR NI CUL NI TÉTONS, comme la poupée de Jeanneton. Se dit
d’une femme maigre, qui n’a ni gorge ni fesses,—l’envers de la Vénus
Callipyge.

NÉ COIFFÉ (Etre). C’est-à-dire: être né pour être cocu, comme tant
d’autres, ou pour avoir tous les bonheurs.

    Il a une chance de cocu.

      (_Vieux dicton._)

    _De ma vive et juste colère
    Pour avoir ainsi triomphé,
    Il faut, en vérité, ma chère,
    Que votre époux soit né coiffé._

      ÉT. JOURDAN.

NÉNETS. Tétons.—dans l’argot des enfants et des filles.

    Tiens, vois mes nénets, comme ils sont engraissés.

      H. MONNIER.

    Petite maman s’est fait des nénets avec du coton.

      GAVARNI.

N’ÊTRE PAS DE MARBRE, ou DE PIERRE. Se dit pour s’excuser de bander
devant une belle fille—qui, au contraire, souhaiterait que l’homme fût
toujours de marbre ou de pierre.

    _Lindor n’était pas de pierre,
    Il s’enflamma tout à coup
    Il aida la peur beaucoup!
    Quel coup! ah! quel coup! quel coup!
    Quel heureux coup de tonnerre!_

      COLLÉ.

NERF. Le membre viril, qui est en effet tout nerf dans l’ardeur
vénérienne.

    Il me troussa incontinent et, sans parler, me renversa là sur le
    lit, me le fit là sur-le-champ et me fit tâter son gros nerf, qui
    était extrêmement dur.

      MILILOT.

NEZ. Le vit;—que l’on juge d’après le nez: plus il est fort, mieux il
se fait sentir.

            _Ah! quel né! (bis)
    Tout l’ monde en est étonné._

      GUINARD.

    _Belles, jamais ne prenez
    Ceux qui n’ont pas un grand nez._

      COLLÉ.

«Grand nez, grand vit,» dit un vieux proverbe.

    _Œil étincelant,
    Doigt vif et galant,
    Nez de bon augure
    Et bonne figure._

      DAUPHIN.

NOC. Le con, par anagramme.

    _Vous nous dites, belle farouche,
    Que l’amour ne peut vous troubler.
    Si votre_ noc _savait parler,
    Il démentirait votre bouche._

      GOMBAULD.

NOCE (Faire la). Passer son temps à baiser quand on est homme, à se
faire baiser quand on est femme.

    Faut s’dire eune chose, il en est des prêtres comme des gens
    qui s’ marient: l’homme n’est tranquille, dans un ménage, que
    d’autant qu’il a fait la noce; donc, un prêtre qui l’a faite ne
    la fait plus.

      H. MONNIER.

NOCEUSE. Fille qui a jeté son bonnet par-dessus les moulins de
Montmartre et qui l’a remplacé par un bouchon de paille signifiant
clairement, même pour les aveugles, qu’elle est à vendre—et pas du tout
à louer.

    _Ce sont là nos dignes femelles!
    O mes frères! ce sont nos sœurs,
    Et l’on nous méprise autant qu’elles:
    Aux noceuses vont les noceurs!_

      (_Parnasse satyrique._)

NŒUD (Le). La pine et les couilles qui, réunies, forment un nœud assez
solide... pour nouer la femme à l’homme.

    L’homme qui a beaucoup baisé de femmes et qui pour faire une fin,
    se marie, appelle cela: former d’autres liens.

    La femme, également logique, dit: former un nouveau nœud.

    Ce mot est employé fréquemment par les voyous qui disent: _mon
    nœud_! plus facilement qu’ils ne disaient: du flan!

    _La femme n’est pas au monde pour lire!
    Le nœud d’un goujat vaut celui d’un roi._

      (_Parnasse satyrique._)

NOIR (Le). La nature de la femme, où, en effet, il fait noir comme dans
un four—et aussi chaud.

    Le procureur, qui avait la braguette bandée, ne laissa pas de
    donner dans le noir.

      BONAVENTURE DESPERRIERS.

    Bref, je veux qu’elle ait tant de beautés que le galant soit déjà
    perdu d’aise et de transport avant que d’être arrivé jusqu’au
    noir.

      MILILOT.

NOMS D’OISEAUX. Petits noms que donnent ces dames à leurs messieurs,
selon le degré d’amitié, d’estime ou d’amour qu’elles ont pour eux:

    Mon _ange_, mon _chien_, mon _chat_, mon _chou_, mon _loulou_,
    ma _biche_, mon _bichon_, mon _lapin_, mon _cochon_, etc. On peut
    ajouter devant: mon grand, mon gros, mon petit, selon le physique
    de l’animal privilégié; et à la suite le mot _chéri_: mon gros
    chien chéri, gros bibi chéri, etc.—J’en passe et... des plus
    bêtes.

NON-CONFORMISTE. Pédéraste, ce qui est le schisme en amour.

NOUER L’AIGUILLETTE. Empêcher un mari ou un amant de consommer
l’agréable sacrifice, non pas en lui jetant un sort, comme on le
croyait autrefois, mais en épuisant complètement son stock de foutre,
de sorte qu’on peut le laisser courir un peu dans la ville sans crainte
d’infidélité.

    Il avait peut-être l’aiguillette nouée.

      (_Moyen de parvenir._)

    Lequel ayant eu l’aiguillette nouée la première nuit de ses
    noces.

      BRANTÔME.

    _Ami lecteur, vous avez quelquefois
    Ouï conter qu’on nouait l’aiguillette._

      VOLTAIRE.

NOVATEURS DES PLAISIRS. Noms tirés de l’oubli, ou supposés par l’auteur
de l’_Art priapique_.

    _Ah! qu’ils faisaient l’amour platement autrefois,
    Ces chevaliers errants, ces paladins courtois!
    Filant à leurs beautés une tendresse pure,
    Ils pensaient que les foutre était leur faire injure,
    Pinus sut le premier, dans ces siècles grossiers,
    Cocufier plusieurs de ces preux chevaliers.
    Tribadinus après fit fleurir l’encuissade;
    Loyola fut, dit-on, père de l’enculade;
    Vaginus renchérit par-dessus ces ribauds
    Et créa pour jouir des moyens tout nouveaux;
    Gamahu, qui suivit, eut une autre méthode:
    Il devint, par sa langue, un ribaud à la mode
    Et longtemps, près du sexe, eut un heureux destin.
    Mais les imitateurs de ce sale mâtin,
    Accablés de mépris par un goût si grotesque,
    Abjurèrent bientôt leur méthode tudesque.
    Ce paillard ordurier, trébuché de si haut,
    Rendit plus retenus Chancrin et Poulinot.
    Enfin Priapus vint et, le premier en France,
    Corrigeant l’art de foutre, en bannit la licence;
    D’un vit mis en sa place enseigna le pouvoir,
    Et réduisit la couille aux règles du devoir._

      (_L’Art priapique._)

NOVICE. Le garçon ou la fille qui, destinés par la nature à la vie
amoureuse, n’ont pas encore prononcé leurs vœux aux pieds d’une femme
l’un, dans les bras d’un homme l’autre, et, par conséquent, sont un peu
neufs (_novus_, _novi_) pour les choses de la fouterie.

    _La donzelle encore novice,
    Ne sut comment prendre l’objet
    Que, par un surcroît d’artifice,
    Le drôle au ventre lui mettait._

      BÉRANGER.

NUMÉROTÉE (Être). Être inscrite, avoir son nom et son numéro sur les
registres de la préfecture.—Être fille publique.

        _Du beau quartier, plus d’un’ bell’ dame
        Qui pour un cach’mire ouvr’ ses draps,
        Épous’ d’ultras, nièc’ de prélats,
    Tout ça travaille et n’ se numérot’ pas._

      E. DEBRAUX.

NYMPHE. Déesse qui consent à sortir de son nuage pour entrer dans le
lit d’un homme qui la paie pour cela.

    Il avait pris je ne sais quelle habitude vituperosa avec une
    nymphe de la rue des Gravilliers.

      TALLEMANT DES RÉAUX.

    _Une nymphe, jeune et gentille,
    Par un matin déménageait._

      GRÉCOURT.

    Nous entrâmes dans la salle où se trouvaient renfermées beaucoup
    de nymphes.

      LOUVET.

    _Chez nos nymphes gentilles,
    Aller négocier;
    Avoir toutes les filles,
    Quand on est financier..._

      COLLÉ.

NYMPHES (Les). Les petites lèvres de la matrice.—_Nymphomanes_,
tribades. Femmes qui s’aiment et se le prouvent, entre cuisses—et
nymphes.

    Que faire de mes deux recluses, que j’ai laissées la bouche
    béante et attendant les promesses de l’amour? Les voilà
    nymphomanes et tribades: elles vont se dessécher et périr avant
    le temps comme une fleur qui soupire après la rosée.

      MERCIER DE COMPIÈGNE.



O


OBÉLISQUE. Le membre viril.

    Où q’tu vas?—J’ monte chez Mélanie, pour mettre mon obélisque en
    pension.

On dit aussi: _L’Obélisque de l’Uxor_, c’est-à-dire de l’épouse, quand
son mari le dresse devant elle.

OBJET. La maîtresse, la femme que l’on baise—ou bien l’amant.

    _Oui, Lindor, je suis à toi
      Cher objet de ma flamme,
    Je veux vivre sous ta loi._

      LE BARBIER.

        _Ce n’est qu’au Lion d’or
    Que le plaisir charme la vie:
          Sans bruit, sans effort,
    On y brave les coups du sort;
          Sitôt que l’archet
    Vient exhaler son harmonie,
          A trois sous l’ cachet
    On peut fair’ danser son objet._

      COGNIARD frères.

    Nous irons au bal ce soir et tu me montreras ton objet.

      A. VITU.

OBSCÈNE. Impudique, indécent, ordurier.

    _L’autre emmène un jeune homme imberbe, aux traits rougis,
    Puis injurie, avec une obscène posture,
    Le stupide garçon qui sert en ce logis._

      A. GLATIGNY.

OBSTACLE. Employé dans un sens obscène pour désigner la virginité.

    _Du vin que l’on buvait alors,
    La vertu tenait du miracle,
    Puisque Loth, sans beaucoup d’efforts,
    Sut triompher d’un double obstacle._

      PARNY.

OBTENIR TOUT D’UNE FEMME. Coucher avec elle,—les parties, en ce cas,
étant le tout.

    Il y a une dame de considération dans le monde qui veut faire
    châtier un jeune homme, pour l’avoir méprisée après avoir tout
    obtenu d’elle.

      LA POPELINIÈRE.

ŒILLADE AMÉRICAINE. Coup d’œil égrillard, que lance une femme à l’homme
qu’elle veut allumer, et qui promet ordinairement plus de beurre que de
pain.

    L’œillade américaine est grosse de promesses: elle promet l’or
    du Pérou, elle promet un cœur non moins vierge que les forêts
    vierges de l’Amérique, elle promet une ardeur amoureuse de
    soixante degrés Réaumur.

      EDOUARD LEMOINE.

ŒUVRE. L’acte vénérien.

    _Qu’autant de fois que la fillette
    Commettrait l’œuvre de la chair._

      (_Cabinet satyrique._)

    _Or, les œuvres de mariage
    Étant un bien, comme savez._

      LA FONTAINE.

    _Ces mécréants, au grand œuvre attachés,
    N’écoutaient rien, sur leurs nonnains juchés._

      VOLTAIRE.

ONANISME. La masturbation—qui était, comme on sait, le vice d’Onan.

            _Judas, dit l’Écriture Sainte,
            De sa postérité jaloux,
            A Thamar, qu’il veut voir enceinte,
            Donne ses trois fils pour époux.
            Her s’épuise, Sela s’échine;
            Homme impuissant et sans pitié,
            Onan, auprès de sa moitié,
            Chaque nuit se branle la pine.
    Il est certains ribauds dont les pines glacées
    Par un coup de poignet veulent être excitées,
    On voit devant un con leur verge se baisser,
    Et sous leur propre main aussitôt se dresser._
    . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
    _Pour vous justifier, n’offrez pas à mes yeux
    De l’impudique Onan l’exemple vicieux..._

      (_L’Art priapique._)

ORAISON JACULATOIRE (Faire l’). Darder son aiguillon et lancer son
sperme dans le con d’une femme, pendant qu’elle fait sa prière—sur le
dos.

    _Maman, vois-les donc tous deux.
    Avec quelle ardeur ils prient!
    Regarde comme ils s’écrient:
    Mon amour!.. je vois... les cieux!
    —Ils font, la chose est notoire,
    Comme un acte méritoire,
    L’oraison jaculatoire
    Qu’en mon temps j’ai faite aussi._

      LÉGER.

ORDINAIRE BOURGEOIS (L’). Le nombre de coups, ordinairement très
restreint, qu’un bourgeois tire avec sa femme,—la régularité de la vie
empêche les extravagances du vit.

    _Il ne cessa de dire:
    L’ordinaire bourgeois
          Est de trois:
    Jugez quel pauvre sire!_

      COLLÉ.

ORDINAIRES. Les menstrues des femmes, qui devraient venir ordinairement
tous les mois.

    _Le con, en entendant cela,
        Se mit tant en colère
    Que cela vous lui supprima
        D’abord ses ordinaires._

      (_Parnasse satyrique._)

ORDURES. Obscénités dites ou faites comme se plaisent à en dire ou en
faire les honnêtes gens—qui sont ordinairement plus impudiques que les
libertins.

    _Les femm’ n’aim’ pas les ordures,
    Ni les couplets de chansons
              Polissons._

      COLLÉ.

    _Il fait nuit. Mots confus, romances ordurières,
    Se croisent sous le toit du logis ténébreux._

      A. GLATIGNY.

ÔTER LE PETIT CHAPEAU. Décalotter un homme en le branlant.—L’expression
est moderne et imagée. Je ne saurais résister à la démangeaison
que j’ai de citer l’anecdote qui y a trait. Un vieux monsieur croit
apprendre à une ingénue la manœuvre de la masturbation.—«Ote le petit
chapeau, lui dit-il; remets le petit chapeau; ôte le petit chapeau;
remets, etc.» Après le Capitole et la roche Tarpéienne, l’ingénue
s’écrie: «Il fallait donc me dire tout de suite de vous branler!»

OURCINE (L’). Hôpital spécial pour les écloppées et les blessées de
Cythère. C’est le _Midi_ des femmes.

OURSER. Faire l’acte vénérien. Ce n’est pas du dernier galant, mais
c’est fréquemment employé—par les goujats.

    _A la Courtille, où le beau sexe abonde,
    J’étais allé dans l’intention d’ourser._

      DUMOULIN.

    _Monter chez une fille en lui disant: Oursons!
    Est une expression commune, saugrenue,
    Propre aux palefreniers..._

      L. PROTAT.

OURSON. La toison qui protége la nature de la femme, et qui est souvent
hérissée comme un petit ours blanc ou noir.

    _Thomas est un monsieur sans gêne:
    Malgré mon r’fus, il va son train;
    Dans mon ourson couleur d’ébène,
    Sans façon il glisse la main._

      LAUJON.

OUTIL. Le membre viril—avec lequel on travaille les femmes.

    _Le jeune homme puceau l’appelle son affaire,
    L’ouvrier son outil..._

      L. PROTAT.

    _Les dieux après nous avoir fait
    Les outils de la fouterie,
    Seraient dignes de moquerie,
    S’ils nous en défendaient l’effet._

      MOTIN.

    _C’est fait, hélas! du pauvre outil.
    Mon Dieu, il était si gentil,
    Et si gentiment encresté!_

      (_Ancien Théâtre français._)

    _Lise couchée au retour de l’église,
    Disait à Jean: Mon dieu, le bel outil!_

      GRÉCOURT.

    _Un jour Robin vint Margot empoigner,
    En lui montrant l’outil de son ouvrage._

      CL. MAROT.

OUVERTURE DIVINE (L’). La nature de la femme, dont la complète
occlusion amènerait la fin du monde.

    _Ah! divine ouverture!
    Ravissante nature!
        Qu’il est petit!..._

      MARC-CONSTANTIN.

OUVRAGE. La besogne de la fille,—le temps qu’elle consacre, moyennant
finance, aux plaisirs de l’homme.

    J’te laisse ta nuit, j’ vas m’ coucher, travaille...—Du froid qui
    fait? Merci! j’ voudrais t’y voir, tu rirais... Pus souvent que
    j’ vas en avoir, à l’heure qu’il est, d’ l’ouvrage!

      H. MONNIER.

OUVRIER DE NATURE (L’). Le membre viril, qui ne boude jamais devant une
besogne amoureuse, dimanches et fêtes, à minuit comme à midi.

    _Je suis pour te faire court
    Bon ouvrier scieur de planche
    Qui travaille, nuict et jour,
    D’un outil qui point ne tranche._

      (_Chansons folastres._)

    Ombragée au-dessous du nombril d’un poil large et épais, du
    milieu duquel on voit sortir un bel ouvrier de nature, fort
    bandé, qui à bon droit mérite d’être appelé membre.

      MILILOT.

    Quand La Ferté eut cuvé son vin, elle voulut le lendemain matin
    le faire retourner à l’ouvrage.

      (_La France galante._)

OUVRIR SES DRAPS. Ouvrir ses cuisses, se faire baiser.

    _Qui faites tant les resserrées,
    Quand on veut ouvrir vos genoux._

      TABARIN.

    _Du beau quartier plus d’un’ bell’ dame
    Qui pour un cach’mire ouvr’ ses draps._

      E. DEBRAUX.

OVALE. Le con, qui en effet a cette forme,—si l’on y met un peu de
bonne volonté.

    Entre deux colonnes d’un albâtre lisse et arrondies, est situé
    cet ovale charmant, protégé par une petite éminence et une jolie
    motte.

      (_Veillées du couvent._)

    _Dès qu’il passa par un certain ovale,
    A l’instant même à sa mère on cria:
    Soyez tranquille, allez, c’est bien un mâle:
            Dieu! quelle tête il a!_

      E. DEBRAUX.

    La grande Jeanne de l’échiquier d’Alençon l’appelait son ovale.

      NOEL DU FAIL.



P


PAILLARD. Libertin, homme qui aime la femme, et qui s’amuse avec
elle, non comme un bourgeois qui obéit aux commandements de Dieu et
à l’habitude, mais comme un gourmet qui se plaît à manger l’amour à
toutes les sauces.

    _Vente, gresle, gelle, j’ai mon pain cuit;
    Je suis paillard, la paillarde me duit._

      F. VILLON.

    Le paillard! il y prenait donc bien du plaisir!

      MILILOT.

    _Le paillard, friand de donzelles,
    S’était fait un vaste sérail._

      J. CABASSOL.

PAILLARDE. Femme qui ne voit dans les hommes, quels qu’ils soient, ni
des amants, ni des maris, mais des pines, et qui s’en sert avec une
gloutonnerie à s’en donner des indigestions.

    _Tant que le bon ton durera,
    Les honnêtes femmes paillardes
    S’en tiendront aux soldats aux gardes._

      COLLÉ.

PAILLARDER. Baiser une femme, ou seulement la peloter.

    Il fut surpris paillardant derrière le grand autel.

      H. ESTIENNE.

    Elle ne faisoit tout le jour que paillarder avec lui.

      BRANTÔME.

PAILLARDISE. Libertinage, lubricité.

    En fait de paillardise, nous l’entendons au suprême, et les dames
    du monde ne sont que des bêtes auprès de nous.

      LA POPELINIÈRE.

PAILLASSE. Fille de la dernière catégorie,—la digne femelle du
paillasson.

    _En avant, la femm’ du sergent,
    Balancez, la femm’ du fourrier,
    Demi-tour, la femm’ du tambour,
        Restez là, paillasse à soldat..._

      (_La Leçon de danse,—chant guerrier._)

    _Eh! titi! oh! eh! là-bas,
    Tiens! est-c’ que tu déménages?
    —Pourquoi qu’ tu tiens ce langage?
    —C’est qu’ t’as ta paillass’ sous l’ bras.
    —Eh! non, mon vieux, c’est ma femme..._

      (_Chanson populaire._)

PAILLASSON. Homme trop porté sur son membre; libertin à qui la qualité
importe peu, pourvu qu’il ait la quantité.

    _J’ pine à l’œil et j’ m’en fais gloire,
    C’est mon goût d’êtr’ paillasson._

      (_Chanson anonyme moderne._)

PAILLASSONNER. Courir les gueuses.

PAIN QUOTIDIEN (Le). L’acte vénérien, qu’un mari et une femme, ou
plutôt un amant et une maîtresse accomplissent volontiers chaque jour,
matin et soir, sans y manquer,—de peur de laisser mourir leur amour
d’inanition.

    Le mari et la femme, cela est bon, vois-tu, mais il n’est pas
    encore si bon que les autres, à cause qu’il est plus ordinaire et
    que c’est leur pain quotidien.

      MILILOT.

    _La plus aimable des comtesses,
    Ne refuse pas votre bien;
    Tous les jours quatre politesses
    Seront votre pain quotidien._

      COLLÉ.

PÂMER (Se). S’évanouir agréablement en jouissant, soit lorsqu’on se
branle, soit lorsqu’on est femme et qu’on sent besogner vigoureusement
le mâle.

    _La nature entière se pâme
    Sous le vit du plus beau des dieux._

      ANONYME.

PAPILLON DE L’AMOUR. Vulgo, morpion. Petit insecte qui, voyageant de
vit en con et de couille en cul, se cramponne à l’un ou à l’autre, dans
un but de colonisation.

    _Ma maîtresse, l’autre jour,
    Se grattait, fallait voir comme...
    Ainsi que se gratte un homme,
    Je me grattais à mon tour.
    Or, Suzon me déculotte,
    Je la trousse sans détour:
    Nous étions pleins, vit et motte,
    De papillons de l’amour._

      HIP. CHATELIN.

PAQUET. Ornement naturel de la culotte de l’homme, qui monte si fort
la tête aux femmes; ornement postiche, parce qu’exagéré, de la culotte
des danseurs espagnols, nécessaire pour donner de la verve à leurs
danseuses.

    T’as un beau paquet, mon chéri!

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

    _Sur cet insolent paquet,
    Je lâche un vigoureux pet._

      (_Parnasse satyrique._)

PARADIS DE MAHOMET (Le). Le seul auquel les vrais croyants doivent
croire, parce qu’il est «pavé de pucelages,» au lieu d’être pavé de
bonnes intentions, comme l’autre.

PARALYSIE DE LA QUEUE. Impuissance; insensibilité du membre viril—qui a
été trop sensible.

PARLER. Faire l’acte vénérien.

    Il parla à la belle cordonnière dessous sa robe à part.

      (_Les Cent Nouvelles nouvelles._)

    _Parlez toujours, voyez combien
    Je me plais à votre entretien._

      COLLÉ.

PARLER GRAS. Tenir des propos gaillards; appeler les choses par leur
véritable nom, et non par les ridicules périphrases dont les habille la
pudeur de mauvais aloi des bourgeois et des bégueules.

PARTIE. Le membre viril.

    _Elle l’atteint par l’énorme partie
    Dont cet Anglais profana le couvent._

      VOLTAIRE.

    _Et je suis mort en la partie
    Qui fait la garce et le cocu._

      MAYNARD.

    De sorte que l’on pouvait voir sans difficulté ses parties.

      CH. SOREL.

    On ne doit pas dire les parties honteuses, car on ferait tort à
    la nature, qui n’a rien fait de honteux.

      (_Moyen de parvenir._)

    Le marquis, de plus en plus étonné, et se reboutonnant pour ne
    pas laisser voir ses parties, vraiment honteuses en ce moment...

      JEAN DU BOYS.

PASCAL. Le vit. Pascal, comme Jacques, Thomas, Jacquot... ou etc.,
etc., etc.

          _.... Il ne m’importe guère
    Que Pascal soit devant, ou Pascal soit derrière._

      SCARRON. (_Don Japhet d’Arménie._)

    _Moi, je suis impartial
    Entre Florence et Cythère,
    Pourvu qu’on loge Pascal,
    Le reste n’importe guère._

      COLLÉ.

PASSADE (Faire une). Tirer un coup en passant.

    Si tu veux passer la nuit, mon chéri, ce sera vingt francs; si ce
    n’est qu’une passade, c’est dix francs: décide-toi.

      A. FRANÇOIS.

    _Pour s’amuser qu’Apollon l’entreprenne:
    D’une passade elle vaut bien la peine._

      PARNY.

    _Je n’ai, camarades,
    Jamais que des passades;
    Mais je les aime mieux
    Que des amours trop vieux._

      COLLÉ.

PASSE. Passade intéressée, côté des dames. _Faire une passe._ Amener un
homme galant dans une maison qui reçoit aussi les filles—galantes.

PASSER D’HOMMES (Se). Jouir sans la collaboration de l’homme, avec le
doigt ou le godemichet.—Se passer de femmes, se masturber.

    Comment peuvent-elles donc faire pour se passer d’hommes, quand
    l’envie leur en prend et les surmonte si fort que, le con étant
    tout en chaleur, il n’y a aucune allégeance, de quelque façon que
    vous le frottiez.

      MILILOT.

PASSER LA NUIT. Coucher au bordel.

    Combien qui faut t’ rend’, mon bibi?—Garde tout, j’ passe la
    nuit.

      H. MONNIER.

PASSER PAR LES MAINS D’UN HOMME OU D’UNE FEMME. Coucher ensemble.

    Est-ce qu’ils ne font pas tous des listes vraies ou fausses des
    femmes qui leur ont passé par les mains?

      LA POPELINIÈRE.

    _L’Opéra n’eut jamais de danseuse ou d’actrice
            Qui ne lui passât par les mains._

      SÉNECÉ.

    Toute la jeunesse de la cour lui passa par les mains.

      (_La France galante._)

PASSER SA FANTAISIE ou SON ENVIE. Faire l’acte vénérien.

    Et après en avoir très bien passé ma fantaisie.

      BRANTÔME.

    Car le roi n’eut pas plus tôt passé sa fantaisie avec la
    princesse de Monaco, qu’il pardonna à monsieur de Lauzun.

      (_La France galante._)

    Et pour votre présidente, ce ne sera pas apparemment en restant à
    dix lieues d’elle que vous vous en passerez la fantaisie.

      DE LACLOS.

    _Car sans cesser, ou sur banc, ou sur lit,
    Elle voulut en passer son envie._

      CL. MAROT.

    _Voilà; quand je suis amoureux,
    J’en passe incontinent l’envie._

      J. GREVIN.

    Si vous aimez ce garçon, eh bien! ne pourriez-vous en passer
    votre envie?

      TALLEMANT DES RÉAUX.

PATINER. Badiner—d’une façon indécente.

    S’approchant des comédiennes, il leur prit les mains sans leur
    consentement et voulant un peu patiner.

      SCARRON.

    Car les provinciaux se démènent fort et sont grands patineurs.

      SCARRON.

    Ah! doucement, je n’aime point les patineurs.

      MOLIÈRE.

    _Mais quand Bacchus vient m’attabler
    Près de fille au gentil corsage,
    Je me plais à gesticuler:
    J’aime beaucoup le patinage._

      L. FESTEAU.

    _Parfois il lui suffit de voir, de patiner,
    De poser sur la motte une brûlante lèvre:
    Il satisfait ainsi son amoureuse fièvre._

      L. PROTAT.

    _Les petites paysannes
    Qu’on patine au coin d’un mur,
    Ont, plus que les courtisanes,
    Fesse ferme et téton dur._

      DE LA FIZELIÈRE.

    Tandis qu’elle lui fait cela, elle le baise, coulant sa main sur
    son engin, qu’elle prend dans la braguette, et, quand elle l’a
    patiné quelque temps, elle le fait devenir dur comme un bâton.

      MILILOT.

    Quand ils ont tout mis dans la nôtre, ils se délectent encore, en
    faisant, à nous sentir la main qui leur patine par derrière les
    ballottes.

      MILILOT.

    _Parmi les catins du bon ton,
    Plus d’une, de haute lignée,
    A force d’être patinée
    Est flasque comme du coton._

      E. DEBRAUX.

PATTE D’ARAIGNÉE (Faire la). Passer doucement et habilement les
quatre doigts et le pouce sur le membre d’un homme, et ses tenants et
aboutissants, afin de provoquer une érection qui ne viendrait pas sans
cette précaution.

    _J’avais beau patiner sa couille renfrognée,
    Lui faire avec cinq doigts la patte d’araignée,
    Sa pine, peu sensible à mes soins superflus,
    Demeurait flasque et molle et ne rebandait plus._

      LOUIS PROTAT.

PATTE DE CHAT (La). Bordel fameux, situé sur le boulevard Courcelles,
où presque toute la présente génération aura passé.

    _Ils entretienn’nt des gonzesses
    Qui log’t à la Patt’ de chat._

      GUICHARDET.

PAUVRETÉ D’UN HOMME (La). Son membre, qui est une richesse pour
lui—quand il est maquereau.

    Il montra toute sa pauvreté.

      (_Moyen de parvenir._)

    N’avez-vous pas honte de montrer ainsi votre pauvreté?

      CERVANTES.

PAYS-BAS (Les). La nature de la femme et les parties circonvoisines.

    _Ce ne sont point ses draperies,
    Son tabac ni ses broderies
            Dont on fait cas;
    Mais chemise fine et de Frise
    Donne goût pour la marchandise
            Des Pays-Bas._

      COLLÉ.

PAYSE. Qualité que se donnent devant leurs maîtres les bonnes et les
cuisinières, pour avoir le loisir de causer de—et de piner avec—son
pays, qui est ordinairement un troupier français.

        _Mais, ne t’ai-je pas dit, Chauvin,
        Que je n’ puis plus boire de vin?
    Combien de fois faut-il que je te l’ dise:
    Je m’ai pas assez méfié d’ la payse...
        Pas assez méfié d’ la payse._

      ALLARD.

PÉCHER. Faire l’acte copulatif,—qui est bien le plus agréable des sept
péchés capitaux.

    _Si le cœur vous en dit, et si votre âme goûte
              Les appas d’un si doux péché,
                  Achetez un galant._

      DE BENSERADE.

    _Combien de fois s’est commis le péché?
    Trois fois sans plus, répond le camarade._

      GRÉCOURT.

        _... Ma fille et ce jeune homme
    Sont dans cet âge où, n’en déplaise à Rome,
    Il faut pécher, si l’on veut être heureux._

      COMTE DE CHEVIGNÉ.

PÉCHERESSE. Gourgandine, femme qui veut être juste et qui, en
conséquence, pèche sept fois par jour, en collaboration avec les
hommes.

    Il ne veut pas affirmer, ni que ce fût une pécheresse, ni qu’elle
    fût femme de bien.

      SARRAZIN.

PELOTER LES COUILLES D’UN HOMME. Lui passer une main vive et légère—un
souffle!—sur les testicules, afin de provoquer l’érection de son membre
et par conséquent la jouissance.

    _La femme, d’une main lui pelote la couille;
    L’autre, dans mille endroits en tous sens le chatouille._

      LOUIS PROTAT.

PÉNIL (du latin _penicillus_, dérive de _penis_). Selon Lignac, c’est
le membre viril.—Selon d’autres savants, c’est la partie antérieure de
l’os qui environne les parties naturelles, et où pousse le poil, qui
est l’indice de la puberté.—Le pénil s’appelle aussi _Mont de Vénus_.

PÉNILLIÈRE. Poil qui couvre la nature de la femme.

    _Moi, grands dieux! oublier ton joli cripsimen,
    Sa brune pénillière et ton dur abdomen,
        Ton ostium et ces fessons d’albâtre!_

      (_T. du Bordel._)

    _Et puis se redressant un peu,
    Rouge comme un tison de feu,
    L’enfonça dans sa pénillière._

      (_Cabinet satyrique._)

    _Et sans cacher sa pénillière
    Fut des fillettes chambrière._

      (_Recueil de poésies françaises._)

PERDRE SON INNOCENCE. C’est-à-dire son pucelage.—bien après sa
chasteté.—Baiser ou être baisée pour la première fois, au sortir du
collége ou du couvent où l’on a fait ses études pour cela.

    _Enfin, ma pauvre âme aux abois
    N’opposa que faible défense,
    Et je perdis mon innocence
        Dans l’épaisseur du bois._

      A. PÉCATIER.

PERROQUET. Le membre viril, qui répète toujours la même chose—sans
parvenir à ennuyer les femmes.

    _Elle m’a prêté sa cage
    Pour loger mon perroquet._

      GAUTIER-GARGUILLE.

PERSILLER. Se promener, le soir, quand on est putain libre, sur le
trottoir des rues et des boulevards où l’on est assurée de rencontrer
des hommes qui bandent ou à qui l’on promet de les faire bander.

    _Pour persiller l’ jour dans la pépinière,
    De vingt penauds, j’ lui paye un p’tit panier._

    Elles explorent le boulevard, persillent dans les squares.

      LYNOL.

PETIT CADEAU. Les _deux sous du garçon_ des filles,—avec cette
différence que les garçons les attendent, et qu’elles les demandent
avant de commencer les exercices, car après, l’homme, un peu fatigué,
redemanderait plutôt son argent que de redonner la moindre chose.

    Dis donc, joli garçon, si tu veux que je sois bien gentille, il
    faut me faire ton petit cadeau... tu sais, le cadeau qu’on fait
    toujours aux petites dames.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

    _Je compris qu’un petit cadeau
        N’était qu’une vétille;
    Bref, je tombe dans le panneau,
        Puis, de fil en aiguille,
    Ell’ montre tout son petit jeu:
        Qu’abat la quille à Mayeux...
            Qu’abat_ (bis) _la quille?_

      ALEX. MARIE.

PETIT CENTRE (Le). Par devant, le con;—le cul par derrière.

    _Elle est sourde ainsi comme un sourd
    A ceux qui lui parlent d’amour;
    Mais, touchez-lui son petit centre,
    Cela s’endure doucement,
    Et pour écouter son amant,
    Elle a l’oreille au bas du ventre._

      (_Cabinet satyrique._)

PETIT CHIEN, GROSSE QUEUE. Façon de parler proverbiale pour dire que
les hommes de petite taille ont presque toujours un fort membre, comme
contraste à l’Hercule ancien, qui n’avait qu’une quéquette.

PETIT CON, GRAND VERRE.

    _Heureux qui, méprisant les grandeurs de la terre,
    Fout dans un petit con et boit dans un grand verre,
    Vide l’un, remplit l’autre, et passe avec gaîté
    Du cul de la bouteille au con de la beauté._

      BOUFFLERS.

PETITE DAME. Fille ou femme souvent grande, ou tout au moins de taille
ordinaire, qui ne se trouve pas dans le cas de la fille de Jephté,
pleurant de n’avoir pu perdre sa virginité.

    Je suis la patronne de ce bazar, la mère de dix-huit petites
    dames auxquelles il te sera défendu de toucher, par exemple.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

PETITE FLÛTE (La). Le membre viril, dont savent jouer les Tulou
femelles connues sous le nom de suceuses.

PETITE MAISON. Bordel particulier qu’avaient, au siècle dernier, aux
portes de Paris, les grands seigneurs et les gros financiers: personne
n’y baisait qu’eux, et ils y baisaient le plus de filles qu’ils
pouvaient.

    _Mener des femmes de nom
    A sa petite maison,
    Voilà les belles manières._

      COLLÉ.

PETITE OIE (La). Le travail—attrayant—qui précède le coït; pelotage des
couilles de l’homme par la femme, gamahuchage de la femme par l’homme,
etc., etc. La petite oie est moins indigeste—pour la pine—que la grande
oie: il y a des gens qui s’en contentent—de peur de vérole.

    Or, n’est-il pas certain que l’homme qui triche et ceux qui,
    comme nous, jouissent des plaisirs de la petite oie, ne font rien
    de plus que ces moines, que ces religieuses, que tout ce qui vit
    dans le célibat? Ceux-ci conservent dans leurs reins, en pure
    perte, une semence que les premiers répandent en pure perte.

      (_Thérèse philosophe._)

    Elle avait déjà laissé prendre la petite oie à un homme qui la
    cajolait.

      TALLEMANT DES RÉAUX.

    Et il fut maître de ce que nous appelons en France la petite oie.

      (_La France galante._)

    _La petite oie, enfin ce qu’on appelle
    En bon français les préludes d’amour._

      LA FONTAINE.

    _Je ne vis pas dessous la soie
    Jambes, cuisses et la petite oie._

      THÉOPHILE.

PETIT FRÈRE (Le). Le membre viril—pour qui toutes les femmes sont des
sœurs (en Jésus-Christ) avec lesquelles on est heureux de commettre des
incestes.

    _Chez la marié, au matin,
        Une prudente mère
    Lui doit du plus heureux destin
        Confier le mystère.
    La mariée, en soupirant,
        Attend le petit frère.
                Vraiment,
        Attend le petit frère._

      DUCRAY-DUMINIL.

PETIT JEUNE HOMME. Le membre viril.

    _Quand de tes bras le monsieur se dégomme,
    Avec pudeur, avec honnêteté,
    Fais la toilette à son petit jeune homme:
    Il faut avoir de l’amabilité._

      L. FESTEAU.

PETIT LAPIN. La nature de la femme, à laquelle nous faisons une chasse
passionnée, armés du fusil à deux ou trois coups fabriqué par le
Devismes céleste.

    _Le p’tit lapin d’ ma femme!_

dit le refrain d’une chanson indécente moderne autorisée par la
préfecture de police.

PETIT PIED, PETIT CON. Proverbe qui forme pendant avec cet autre: _Long
nez, longue pine._

    _Regarde au nez et tu verras combien
    Grand est celui qui aux femmes fait bien.
    Regarde au pied pour au rebours connaître
    Quel le vaisseau d’une femme doit être._

      (_Moyen de parvenir._)

PETIT TROU (Le). La nature de la femme.

    Vilaine! tu prétends faire entrer cela dans ton petit trou? Je
    t’en défie.

      LA POPELINIÈRE.

    _O petit trou, trou mignard, trou velu,
    D’un poil follet mollement crespelu,
    Qui, à ton gré, domptes les plus rebelles._

      (_Cabinet satyrique._)

PETIT VASE. Le con.

        _Bien connaissez, ami lecteur,
        Une espèce de coquillage,
    Conque de mer qu’on nomme un pucelage!
        Hé bien, de ce vase enchanteur
        Tels sont les bords qui de la rose,
        Ou plutôt du plus fin corail
        Ont la couleur..._

      PLANCHER-VALCOUR.

PETIT VOLTIGEUR (Le). Le membre viril, qui, par ses évolutions habiles
et réitérées, fait la joie du corps dans lequel il sert comme engagé
volontaire.

    _Dieux! qu’il sera beau sous les armes,
    Quand l’Amour, ce dieu protecteur,
    Mouillera, pour doubler ses charmes,
    Le front du petit voltigeur._

      GUILLEMÉ.

PETITS CONS. Synonymes: l’anneau, le bijou, le petit centre, le conin,
le conichon, l’hiatus divin, le petit lapin, la pissette, le trou
chéri, etc., etc.

Voici le POUR:

    _Dans un petit con de jeunesse,
    Qui n’entend ruse ni finesse,
    Jamais je ne vais que le pas.
    Je n’ai à faire aucun partage,
    Je laboure tout l’héritage,
    Encor ne me suffit-il pas._
    . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
    _Ces petits cons à grosse motte
    Sur qui le poil encor ne flotte,
    Sont bien de plus friands boucons;
    Le monde s’en irait grand erre
    Si j’étais tout seul sur la terre
    Et qu’il n’y eût que des grands cons._

      Le SR DE SYGOGNES.

Le CONTRE:

    _Les cons si estroits de closture
    Mettent un vit à la torture
    Et le laissent sans mouvement;
    J’aimerais mieux branler la pique
    Que de foutre en paralytique:
    Le plaisir gît au remûment._
    . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
    _Foutre des cons de ces pucelles,
    Serrés comme des escarcelles,
    Où le vit n’est en liberté;
    J’ai dans le con de ma voisine
    Ma chambre, antichambre et cuisine,
    Logis d’hiver, logis d’été._

      MOTIN.

PETITS VITS. Synonymes: l’asticot, la bibite, le fifre, la guiguitte,
la quéquette, le salsifis, etc., etc.

    _Ces petits vits desquels l’enflure
    A peine garnit l’ouverture
    Des cons, voire des plus petits,
    Sont haïs de nous autres, filles,
    Et les estimons inhabiles
    A chatouiller nos appétits._

    _Ces petits vits à la douzaine
    Ne rendent la nature pleine
    Et ne donnent jusques au bout;
    Il semble que l’on nous farfouille
    Ou d’un fétu, ou d’une douille:
    Il faut égalité partout._
    . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
    _Ils sont vagabonds par la place,
    Sans marquer ni chemin ni trace:
    Les murs n’approchent nullement,
    Le plancher sur leur chef se hausse,
    C’est une volupté sans sauce:
    Le plaisir vient du frottement._
    . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

      Le SR DE SYGOGNES.

PICOTIN D’AVOINE. Ration de sperme que l’homme marié donne plus ou
moins fréquemment à sa femme, afin qu’elle n’aille pas se plaindre à
ses voisines—et surtout se faire consoler par ses voisins.

    _Soudain que la gouge on emmanche,
    Lui rebailler le picotin,
    Si l’instrument ne se démanche._

      G. COQUILLART.

PIÈCE DU MILIEU. La nature de la femme, à laquelle l’homme se plaît à
substituer son morceau.

    _Le dieu d’amour se pourrait peindre
    Tout aussi grand qu’un autre dieu,
    N’était qu’il lui suffit d’atteindre
    Jusqu’à la pièce du milieu._

      RÉGNIER.

    Elle sautait dans le lit sans craindre de montrer ses pièces.

      D’OUVILLE.

PIED DE CON (Un). Un con qui aurait la capacité d’engloutir un vit de
douze pouces.

    _J’ crois ben qu’ la seul’ médecine
    Qui pourrait m’ guérir tout d’ bon
    Et m’empêcher d’ fair’ bâton,
    Ce s’rait d’ fair’ sombrer ma pine,
    Capitain’, dans un pied d’ con._

      G. DE LA LANDELLE.

PIED DE VIT (Un). Un membre de douze pouces. On vous en
souhaite.—_Va-t’en voir s’ils viennent!_

    _—Alors, dit Cloris tout allègre,
    Un pied de mouton au vinaigre
    Est bon selon mon appétit.
    Mais Charlotte ces mots rehausse:
    —J’aime mieux un bon pied de vit;
    Il n’y faut point chercher de sauce._

      (_Épigramme sur les appétits de quelques dames._)

    _Sans bruit, accourez à moi;
    Avec un bon pied-de-roi
    Vous serez tôt secourue._

      (_Variétés hist. et littér._)

PIEU (Le). Le membre viril—qu’on enfonce dans ce terrain mouvant qu’on
appelle le vagin de la femme.

    _Jamais mon pieu ne ballotte,
    Et sitôt qu’ je l’ pouss’ d’un bord,
    Crac! il se dress’ comme un r’ssort._

      G. DE LA LANDELLE.

PIGEON. Jeune homme innocent, ou vieillard crédule, dont les filles se
moquent volontiers, prenant son argent et ne lui laissant pas prendre
leur cul, et le renvoyant, plumé à vif, au colombier paternel ou
conjugal.

    _Près de là je vois un pigeon
    Qui se tenait droit comme un jonc,
    Le nez au vent et l’âme en peine.
    Il regardait d’un air vainqueur
    Ma nymphe qu’avait mal au cœur:
    Pour un cœur vierge, quelle aubaine!_

      ANT. WATRIPON.

    _J’ lui dis: Ma fille, allons, n’ fais pas d’ manières.
    Et j’ la conduis moi-même au pigeonnier._

      (_Chanson nouvelle._)

    _J’ai ma colombe.
    —Moi, je tiens mon pigeon._

      (_Les Bohémiens de Paris._)

PINCER LE CUL. Aimer à prendre à belles mains les fesses d’une
femme,—où d’un homme quand on est pédéraste.

    Il lui pince amoureusement le cul.

      H. MONNIER.

    _Godefroy, la nuit, après boire,
    Pinça le cul, sournoisement,
    A Renaud encor presque imberbe._

      B. DE MAURICE.

PINE. L’outil masculin, l’engin avec lequel l’humanité pine et se
perpétue. On n’ose pas prononcer le mot, mais on adore la chose, et il
n’est pas de rêve de jeune fille qui ne soit agréablement troublé par
ce dieu qui n’a pas encore trouvé d’athée. _Pine_ vient, soit du grec
πηνη, corde, soit du latin _penis_, queue, soit du français _pénil_.

    L’autre la nommait sa pine.

      RABELAIS.

    En notre troupe il y avait un prêtre breton qui avait la pine si
    offensée.

      (_Moyen de parvenir._)

    _Ton valet a mal à la pine,
    Ton anus est en désarroi,
    Fort aisément je m’imagine
    Ce qu’il a pu faire avec toi._

      (_Épigrammes._)

    Elle me dit qu’elle était fort étonnée qu’à mon âge je ne fusse
    pas plus instruite que cela sur le pinage, et que si je voulais
    être discrète, elle m’instruirait parfaitement.

      (_Anaïs._)

    Pour lors, un bracquemart du plus fort calibre la finit et la
    venge cinq ou six fois de l’insuffisante pinette qui vient de
    l’émoustiller.

      (_Les Aphrodites._)

    Attends que je défasse tout cela: nous verrons la pine après.

      LA POPELINIÈRE.

    _... Piner est le mot des maçons._

      L. PROTAT.

    _Dieu......
    Pour les sétons et les cautères
            Il fit les pois,
    Et pour les pines solitaires
            Il fit les doigts._

      (_Parnasse satyrique._)

PIQUE. Le membre viril.

    Laquelle passa et repassa par les piques de neuf amoureux.

      BRANTÔME.

    _Lors la lascive imprudemment applique
    Son savoir grec pour redresser ma pique._

      (_Cabinet satyrique._)

    _Mais voyez ce brave cynique,
    Qu’un bougre a mis au rang des chiens,
    Se branler gravement la pique
    A la barbe des Athéniens._

      PIRON.

    De vieilles bigornes qui n’épargnent ni or ni argent pour se
    faire piquer.

      MOLIÈRE.

    Il piquait ses pages au lieu de piquer ses chevaux.

      AGRIPPA D’AUBIGNÉ.

    _En jouant au piquet,
    Ma Philis me disait:
    Je me sens tout en feu
    De me voir si beau jeu;
    Mais que me sert, hélas!
    Que j’écarte si bien,
    Si, dans ce que je porte,
    Il n’entre jamais rien._

      (_Goguette du bon vieux temps._)

PIROUETTE SUR LE NOMBRIL (Faire une). Faire l’acte vénérien.

    _Quand j’ rencontre un’ gourgande,
    J’ brave encor le péril,
    Et j’ lui fais faire, si j’ bande,
    La pirouett’ sur l’ nombril._

      (_Chanson d’étudiants._)

Cette expression, très ancienne, serait plus juste, si elle donnait à
penser que la femme fait le dessus. Exemple:

    Jusqu’à ce que Vénus passe sur le disque du soleil, ou que la
    sultane Moscha fasse une pirouette sur le nombril de Sa Hautesse:
    ce qui revient au même.

      DU LAURENS. (_Compère Mathieu._)

PISSER DES OS. Accoucher, mettre au monde une pauvre petite créature
qui s’en repentira un jour.

    _Ils lui feront enfler la panse,
    Et, comme à moi, pisser des os._

      (_Cabinet satyrique._)

PISSER DROIT. Bander roide et dru.

    _Bande ta pine et débande ta lyre:
    L’important, au lit, est de pisser droit._

      (_Parnasse satyrique._)

PISSE-FROID. Bande-à-l’aise.

    Où diable Valère a-t-il raccroché ce pisse-froid-là?

      Comte DE CAYLUS.

PISSEUSE. La femme.

    _De la chatouillarde amourette,
    Soudain en la quête on se jette,
    Tant qu’on revienne tout tari
    Par ces pisseuses de Paris._

      JODELLE.

    _A chaqu’ pisseus’ qu’il rencontrait,
    Le petit bandit répétait..._

      (_Chanson anonyme moderne._)

PISTOLET. Le vit.

    _Une fille de village
    M’a prins en affection;
    Je luy donnay mon pistolet
    Qu’elle a mis comme relique
    Dans le tronc de sa boutique._

      (_Chansons folastres._)

PLAISIR (Avoir du). Jouir, en faisant l’_atto venereo_,—le seul acte
qui cause un vrai plaisir.

    _Un jeune gars s’accusait d’avoir pris
    Le grand plaisir, à qui tout autre cède._

      GRÉCOURT.

    Je dois au grand sénéchal les prémices de mes plaisirs.

      DIDEROT.

    _Mais du plaisir avant cette aventure,
    Léda connut le trait doux et fatal._

      PARNY.

    _Quelle est ma surprise aujourd’hui!
    Dans ce nain je trouve un hercule.
    Faut-il qu’il soit si ridicule
    D’avoir du plaisir avec lui?_

      (_Chanson anonyme moderne._)

    _Epoux, dans les bras de vos dames,
    Vous goûtez les plaisirs des dieux._

      CHANU.

PLANTER DES CORNES. Introduire son membre dans le vagin d’une femme
mariée à un autre homme,—ce qui fait pousser des cornes à celui-ci et
quelquefois un enfant à celle-là.

PLANTER UN HOMME. Baiser une femme.

    Que fais-tu donc là? demandait un passant à Diogène, qui, en sa
    qualité de cynique, n’avait pas craint de trousser une fille en
    plein Agora et était en train de besogner avec elle.—Tu le vois,
    je plante un homme, répondit-il.

      A. FRANÇOIS.

PLEURER. Décharger.

    _Maman, j’ai plus d’une fois
    Trouvé ma couche trempée:
    Mon cœur était aux abois:
    Je fus bientôt détrompée.
    Je fis cesser mes alarmes:
    Ces pleurs qui mouillaient mon lit,
    Ces pleurs n’étaient pas des larmes...
    Mon petit doigt me l’a dit._

      V. COMBES.

PLEURER SES PÉCHÉS. Avoir la chaude-pisse.

    _Las! si ce membre eut l’arrogance
    De fouiller trop les lieux sacrés,
    Qu’on lui pardonne son offense,
    Car il pleure assez ses péchez._

      RÉGNIER.

PLOMB. La vérole—avec laquelle on blesse, et quelquefois on tue la
personne à qui on la communique.

    _Le plus marlou peut attraper le plomb._

      DUMOULIN.

PLOMBER. Se dit de l’odeur particulière que porte avec soi la femme
qui ne se lave pas, ou qui échauffe trop son vagin seule ou en
collaboration avec les hommes.

            _Nom d’un’ trombe!
            Comm’ ça plombe
    Dans ta vieille catacombe!_

      (_Parnasse satyrique._)

PLUMER DES PIGEONS. Ruiner des hommes assez fous pour payer l’amour
de certaines femmes plus qu’il ne vaut; ou seulement leur arracher
quelques billets de mille francs ou quelques louis.

    _Oiseaux plumés qu’a dispersés l’orage,
    Ils vont chercher un monde plus parfait.
    Mon épicier devient un personnage,
    Arthur n’est rien, Oscar est sous-préfet._

      GUSTAVE NADAUD.

POIGNARD. Le membre viril.

    _Mais Robin, las de la servir,
    Craignant une nouvelle plainte,
    Lui dit: Hâte-toi de mourir,
    Car mon poignard n’a plus de pointe._

      RÉGNIER.

    _Lève sa cotte, et puis lui donne
    D’un poignard à travers le corps._

      LA FONTAINE.

    _Heureuse la nymphe légère,
    Qui trompant sa jalouse mère,
    Peut saisir un poignard si doux._

      GRÉCOURT.

POIL BLOND OU NOIR (Avoir le). Avoir le pénis garni de poils blonds ou
noirs.

    _Et jusques au nombril retroussant son peignoir,
    Leur montra qu’étant blonde elle avait le poil noir._

      L. PROTAT.

POINT. Employé dans un sens obscène pour désigner:

1º L’acte vénérien.

    _Venons au point, au point qu’on n’ose dire._

      CL. MAROT.

    _Ce pitaud doit valoir pour le point souhaité
            Bachelier et docteur ensemble._

      LA FONTAINE.

2º Le clitoris.

    _Le traître alors touche d’un doigt perfide
    Le point précis où naît la volupté;
    Ce point secret, délicat et timide
    Dont le doux nom des Grecs est emprunté._

      PARNY.

POISON. Fille ou femme de mauvaise vie, qui empoisonne quelquefois
l’eau-de-vie, quelquefois le musc,—et souvent l’homme.

    Ce n’est pas une femme, c’est une poison.

      A. VITU.

POISSON. Maquereau, souteneur de filles.

    _Camille Fontallard, des poissons le monarque._

      DUMOULIN.

    Le perruquier jeune et actif est lui-même un poisson. Depuis un
    siècle, on l’appelle merlan; mais quelquefois, souvent même, il
    cumule,—et ces dames ont des merlans—maquereaux.

POITRINE (Avoir de la). Avoir des tétons accusés.

    Ces belles filles qui ont de la poitrine et rien dessous!

      A. DELVAU.

    _Elle a dix-huit ans et pas de poitrine;
    Sa robe est très close et monte au menton;
    Rien n’en a gonflé la chaste lustrine:
    Elle est droite ainsi qu’on rêve un bâton._

      A. GLATIGNY.

POIVRER UN HOMME. Lui donner la vérole.

        _Toi, louve, toi, guenon, qui m’as si bien poivré,
    Que je ne crois jamais en être délivré._

      SAINT-AMAND.

    _Va, poivrière de Saint-Côme,
    Je me fiche de ton Jérôme._

      VADÉ.

POLICHINELLE. Le vit,—par allusion à Karaguez, le polichinelle turc,
qui est tout en nœud. (V. ce mot.)

    _Papa, mon époux abuse
    De ce titre solennel:
    Croirais-tu qu’il me refuse
    Jusqu’à son polichinel?_

      ÉM. VANDERBUCK.

_Avoir le polichinelle dans le tiroir._ Être enceinte.

POLIR LE CHINOIS (Se). Se branler le vit. Boileau, qui n’aimait pas les
femmes nous a dit:

    Polissez-le sans cesse et le repolissez.

    _Le noir cocu que la chair aiguillonne,
    Tranquillement se polit le chinois._

      (_Chanson anonyme moderne._)

On dit aussi: _Se balancer le chinois_.

POLISSON, POLISSONNE. Libertin, libertine.

    _Tâche que ta chanson soit leste et polissonne._

      L. PROTAT.

    _Aujourd’hui, Sophie est, je crois,
    Aussi polissonne que toi._

      BÉRANGER.

    _Le vieux, plus que le jeune, aime à polissonner._

      L. PROTAT.

    Il ne se passera guère entre nous que des polissonneries.

      LA POPELINIÈRE.

    _Pour être admise ici, sais-tu bien, ma chérie,
    Qu’il faut être très forte en polissonnerie?_

      L. PROTAT.

    Au lieu d’aller au salon avec toutes ces dames, à qui on dit et
    fait des masses de polissonneries...

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

POLITESSE (Faire une). Décaloter son prépuce en bandant devant une
femme, et le lui introduire dans le vagin, pour lui prouver tout son
respect—et la faire jouir par la même occasion.

    _J’ m’offre à lui faire un’ politesse:
    Ell’ m’ répond oui modestement._

      (_Chanson anonyme moderne._)

    _Il a voulu de quelque politesse
    Payer au moins les soins de son hôtesse._

      VOLTAIRE.

    _Tous les jours quatre politesses
    Seront le pain quotidien._

      COLLÉ.

POLLUER LE DARD (Se). Se masturber.

    _Notre cocher, sans vergogne et sans fard,
    Sur ses coursiers laissait frotter les rênes
    Et des deux mains se polluait le dard._

      ANONYME.

POMMES. Les tétons.

    _Il montre aux regards de l’amour
    Abricot mignon qui s’entr’ouvre,
    Et plus haut deux pommes d’amour._

      FÉLIX.

    _Un beau bouquet de roses et de lis
    Est au milieu de deux pommes d’albâtre._

      VOLTAIRE.

    _Quand tu frippais mes jupons,
    Poussé par trent’-six rogommes,
    N’ t’ai-j’ pas fait trouver des pommes
    Où tu n’ cherchais qu’ des chiffons?_

      (_Parnasse satyrique._)

POMPER LE DARD. Sucer un homme.

    _L’Espagnol amoureux se fait pomper le dard._

      L. PROTAT.

POMPER LE GLAND. Sucer l’extrémité du membre viril pour y amener le
sperme.

    _Et rien qu’en lui pompant l’extrémité du gland,
    Fait jaillir de son tronc un foutre ruisselant._

      L. PROTAT.

POMPER LE NŒUD. Sucer un homme pour le mettre en érection et le faire
jouir.

    _Les largues nous pompent le nœud.
    Mais nous, nous le pomperions mieux,
    Si, comme la race canine,
    Nous pouvions, sans gêne et sans mal,
    Nous gamahucher le canal._

      DUMOULIN-DARCY.

PONT-NEUF. Fille de joie sur le ventre de laquelle tout le monde passe.

    _Il nous appela des grivoises,
    Des ponts-neufs, des fines matoises,
    De ces filles, et cætera,
    Qui pour cinq sols feraient cela._

      JACQUES MOREAU.

PONT DU COIL (Le) et _le coil du pont_. Jeu innocent qui consiste à
faire dire plusieurs fois de suite à une jeune fille cette phrase;
ce qui l’amène à dire en se trompant: _Le poil du con, le con du
poil_,—par anagramme.

        _Mon père a fait bâtir maison
    Sur le pont du coil, sur le coil du pont;
        Les charpentiers du roi la font
    Sur le pont du coil, sur le coil du pont.
        Ah! le joli petit pont
    Que le pont du coil, que le coil du pont!_

Il y a aussi cet autre dicton: _Six petites pipes fines dans un sac_,
qui, répété avec volubilité, produit: _six petites pines_, etc.

PORT DE CYTHÈRE. Le con, lieu charmant, appelé plus poétiquement
l’île de Cythère, est situé entre les cuisses de la femme. Il reçoit
cordialement MM. les vits et abrite volontiers quels qu’ils soient, les
produits de leurs vaisseaux—spermatiques.

    Dix fois Trufaldin a touché au port, sans pouvoir y entrer.

      PIGAULT-LEBRUN.

PORT D’ARME (Être au). Être en érection.

PORTER À DROITE. Avoir l’habitude de placer son _paquet_ à droite de
l’entre-jambes dans le pantalon—au lieu de le placer à gauche, comme
presque tout le monde. On prétend qu’il n’y a que les pédérastes qui
portent à droite.—Il y a des pédérastes et beaucoup d’honnêtes gens
pour lesquels cette façon de porter est plus commode.

PORTER À GAUCHE. Avoir l’habitude de placer son membre sur le côté
gauche du pantalon,—habitude normale, prétendent les tailleurs et
les femmes, les deux classes d’humains qui s’occupent le plus de la
position du paquet.

        ..... _A ce paquet aux dimensions fortes
    Qu’on voit dans ta culotte et qu’à gauche tu portes._

      LOUIS PROTAT.

PORTER UNE BOTTE À UNE FEMME. Tirer un coup avec elle,—terme de
l’escrime amoureuse.

    _Mais, d’ quequ’ côté qu’on vous porte une botte,
    Mam’zelle, ôtez donc, ôtez vot’ culotte:
        Mam’zelle, ôtez donc vot’ culotte._

      BÉRANGER.

PORTÉ SUR LA MINETTE (Être). Aimer à gamahucher les femmes, à se faire
le chien de ces chattes.

    _Ce derrière n’est pas l’idéal que rêva
    Mon gendre, lequel est porté sur la minette._

      A. GLATIGNY.

POSER. Faire valoir habilement, aux yeux des femmes, les avantages
qu’on possède dans son pantalon, par exemple en se cambrant et en se
présentant de profil.

POSSÉDER UNE FEMME. En jouir, tirer un ou plusieurs coups avec elle—qui
appartient en effet à l’homme durant tout le temps qu’il la tient sous
lui, fichée au lit par son clou spermatique.

    Je l’ai possédée, j’ai pris les dernières faveurs.

      MILILOT.

POSTE. L’acte vénérien.

    Il lui dit que s’il était couché avec elle, il entreprendrait de
    faire six postes la nuit.

      BRANTÔME.

    _Quoi qu’il en soit avant que d’être au bout,
    Gaillardement six postes se sont faites._

      LA FONTAINE.

POSTÈRE. Le postérieur, le cul.

    _L’abbesse lui dit chastement,
        En couvrant son postère:
    Par un trou fait dans mon drap blanc,
        Mettez-moi ce clystère._

      COLLÉ.

POSTILLON (Faire). Introduire le doigt, ordinairement l’index, dans
le derrière d’une femme ou d’un homme, pendant l’acte vénérien, pour
doubler la jouissance.

    Je te branlerai, je te sucerai, je te ferai postillon... tu
    jouiras!

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

    _L’homme, de sa main droite, ou lui fait postillon,
    Ou la glisse en dessous et lui branle le con._

      L. PROTAT.

POSTURES. Attitudes, positions et mouvements divers du corps les plus
propres au jeu de l’amour.—Les _Postures de l’Arêtin_, suite de 16
sujets érotiques, dessinés par Jules Romain, gravés par Marc-Antoine
Raimondi, et accompagnés de Sonnets par l’Arêtin, sont perdues depuis
longtemps par suite de la persécution acharnée qui leur a été faite.
On en retrouve cependant un souvenir dans le petit volume intitulé
l’_Arêtin français_. Ces postures, fruits de l’imagination extravagante
d’un artiste qui ne veut rien faire de _commun_, c’est-à-dire, de
naturel, sont non-seulement peu usitées, mais peu agréables, quand
elles ne sont pas même irréalisables. On a essayé de faire quelques
autres manuels érotiques de ce genre: l’_Art de foutre en 40 manières_,
etc.; mais dans ces petits livres, les figures ont rarement rapport au
titre, et le texte est d’une niaiserie qui passe la permission. En un
mot, ces sortes de manuels ont toujours été jusqu’ici des attrapes. Les
diverses postures généralement pratiquées sont les suivantes:

_En levrette_, ce qui s’exécute tantôt sur un lit, tantôt la femme
appuyée à un meuble, à une fenêtre, etc.

_Levrette paresseuse_, quand les deux amants sont couchés sur le côté,
l’homme derrière la femme. Dans cette position, la femme remuant peu,
peut fatiguer successivement un grand nombre d’hommes.

_Tire-bouchon-américain._ La femme assise sur l’homme assis lui-même
sur une chaise, et le regardant; pour peu qu’un homme bande bien, la
femme décharge deux ou trois fois et se satisfait entièrement.

_La Diligence de Lyon_, même position que la précédente, mais exécutée
sur un lit ou sur un divan.

_La Bête à deux dos_, l’homme et la femme couchés en vis-à-vis l’un de
l’autre, ce qu’on appelle encore _danser à plat_, _baiser à la papa_,
_ourser_ (les gens grossiers), la _position naturelle_ (M. Prudhomme,
les épiciers et tous les maris honnêtes). Voir aussi la _crapaudine_,
modification agréable de cette posture.

    Il n’y a rien de si plaisant à considérer qu’un beau corps en la
    personne aimée, la structure de ses membres, ses postures et ses
    dispositions lascives.

      MILILOT.

    _Car dans la même posture,
    Dès le lendemain matin,
    J’ai surpris ma créature
    Avec un bénédictin._

      COLLÉ.

POT-AU-FEU. Les fesses d’une femme, quand elles sont d’un embonpoint
agréable,—comme celles de la Vénus Callipyge...

    _Mais tournez-vous donc un peu...
    Quel superbe pot-au-feu!
    C’est d’ la fière marchandise,
          Mam’zelle Lise!_

      F. DE CALONNE.

POT DE CHAMBRE ou POT DE NUIT. La femme, parce que c’est ordinairement
la nuit que l’on vide dans son con le liquide spermatique que l’on a
fabriqué dans la journée.

    _La femme n’est pour moi, d’ailleurs, qu’un pot de chambre
    Où j’aime à décharger la liqueur de mon membre._

      LOUIS PROTAT.

POULAIN. Tumeur vénérienne qui vient dans les aines, et qu’on appelle
ainsi probablement par antiphrase—puisqu’elle vous empêche de marcher.

    _Des deux côtés du con tu nourris deux poulains,
    Et de pus malfaisants tous tes vaisseaux sont pleins._

      (_Un troupier au clou._)

POUPÉE. Femme galante avec le cul de laquelle il est permis à tout le
monde de jouer, comme Néron avec celui de Poppée.

    Je m’en fus rue Saint-Honoré pour y trouver ma poupée. Je lui
    dis: Ma petite femme...

      VIDAL.

POUSSE-MOU. Variété de Bande-à-l’aise.

    _Retire-toi d’ici, laisse-moi, pousse-mol!
    Que le diable t’emporte et te casse le col!_

      GRANDVAL fils.

POUSSER. Introduire profondément son outil dans le ventre d’une femme
et besogner comme il faut.

    _Celui-là poussait en ami._

      RÉGNIER.

    Oh! va... va!... mais va donc!... Pousse, tit homme... pousse!...
    mais pousse donc!

      H. MONNIER.

    Ah! chien... chien!... que tu me fais mal!... Ah! mes fesses...
    mes pauvres fesses... Tu pousses si fort que tu me crèves... ah!

      LA POPELINIÈRE.

POUSSER L’AVENTURE À BOUT. Après avoir peloté une femme, la baiser
d’autour et d’achar, à bride abattue.

    De ce moment, il est décidé que le comte peut pousser à bout
    l’aventure.

      A. DE NERCIAT.

POUSSER LE CUL POUR AVOIR LA POINTE. Proverbe en usage chez les
couturières, et qui signifierait coudre, s’il ne voulait pas dire:
Jouer des reins pour avoir au cul la pointe d’une aiguille de
viande,—soit un bon gros vit.

POUSSER SA POINTE. Baiser une femme, la piquer de son fleuret
démoucheté.

          _Vien,
          Chien,
    Foutu vaurien,
      Cess’ ta plainte
    Et pouss’ ta pointe._

      (_Parnasse satyrique._)

PRÉCEPTEUR D’AMOUR. Femme déjà mûre qui se charge d’initier un
jouvenceau ou une jouvencelle aux mystères de la Bonne Déesse, en
baisant avec l’un et en branlant l’autre,—ce que le code pénal appelle
excitation de mineurs à la débauche.

    Non-seulement elle a soigné l’enfant de celui-ci, mais elle s’est
    faite son précepteur d’amour.

      A. DE NERCIAT.

PRÉCURSEUR (Le). Le médium, qui est le saint Jean-Baptiste de la
jouissance, dont le vit est le Christ.

    _Il emploie avant cela,
            Là, là, là,
    Le précurseur que voilà!
      Ce doigt, toujours honnête,
      Qui prépare tout ça,
            Va, va, va,
    Avant que l’on entre là!_

      COLLÉ.

PRÉDESTINÉ. Synonyme de cocu.

    C’est un prédestiné,—il l’est, il devait l’être:—c’était écrit.

PRÉLIMINAIRES DE L’AMOUR (Les). Toutes les menues friandises qui
mettent les amants en appétit de foutre: baisers, langues, patinage
mutuel, branlage, suçage, etc.,—le meilleur de l’amour, enfin, en ce
que cela dure aussi longtemps que le veulent les raffinés.

    _Quand vous me promîtes, un jour,
        D’abjurer vos séminaires,
    Je vous accordai de l’amour
        Tous les préliminaires.
    Vous auriez eu tout le surplus,
        Sans cette robe affreuse._

      COLLÉ.

PRÉLUDES. Amusements libertins qu’on se permet en amour avant le
suprême amusement: jouer avant de jouir.

    C’est un habile musicien que son amant: il entend à merveille
    les préludes et les exécute d’une manière brillante, au grand
    contentement de Sylvie.

      A. FRANÇOIS.

PRÉMICES. Le pucelage d’un garçon ou d’une fille,—ce que les poètes
appellent dans leur précieux langage:

    _Les premiers fruits de la nubilité._

    Quand il a eu seize ans, elle lui a ravi ses désirables prémices.

      (_Les Aphrodites._)

PRENDRE DES PRÉCAUTIONS. Se retirer précipitamment de la femme que
l’on baise, au moment où l’on va décharger, afin de ne pas lui faire
d’enfants.

    _Vivez donc de privations!
    Prenez donc des précautions!_

      BÉRANGER.

PRENDRE DU FRUIT. Croquer la pomme, c’est-à-dire: se laisser baiser,
devenir enceinte pour accoucher,—peut-être d’un melon.

    _Avec Lycas, l’autre jour,
        La jeune innocente
    A cueilli des fleurs d’amour;
        Mais trop imprudente,
    Elle tremble d’avoir pris
    Parmi les fleurs quelques fruits._

      (_Goguette du bon vieux temps._)

PRENDRE LE CUL D’UNE FEMME. Lui pincer les fesses; lui introduire le
doigt entre les fesses; et par-dessous ses vêtements, soit dans le con,
soit dans le cul.

    _Femme rit quand on lui propose
    De lui prendre un instant le cul._

      (_Chanson anonyme moderne._)

PRENDRE LE DÉDUIT. Faire l’acte vénérien.

    Elle se jeta à son col, et le mena dans sa chambre, où il prit le
    déduit avec elle.

      D’OUVILLE.

    _M’a dit que vous veniez sitôt qu’il fera nuit
    Coucher avecques elle, et prendre le déduit._

      TROTTEREL.

    Il estimait que rire et prendre le déduit avec sa femme en temps
    sec lui était contraire.

      B. DESPERRIERS.

PRENDRE SES ÉBATS. Faire l’acte vénérien.

    _Cette putain ne manque pas,
    Car la nuit prenant ses ébats
    Avecque lui dedans sa couche._

      THÉOPHILE.

    _Quand, dans nos amoureux combats,
    Nous aurons pris nos ébats,
    Nous dormirons au bruit des eaux._

      (_La Comédie des chansons._)

    Ayant assez de loisir pour prendre leurs ébats ensemble à une
    autre heure.

      CH. SOREL.

    _C’est de cette façon que Blaise et Péronnelle
    Prirent ensemble leurs ébats._

      LA FONTAINE.

    _Blaise le magister, le marguillier Lucas
            M’ont juré sur leur conscience,
    Que quand tu voulais prendre avec eux tes ébats,
            Tu les payais toujours d’avance._

      F. BERTRAND.

PRENDRE SON PLAISIR. Faire l’acte vénérien.

    _Qui, pour la voir et fraîche et belle,
    A pris son plaisir avec elle
            Trois ans entiers._

      J. GREVIN.

    Lui, se voyant libre, ne manqua point à prendre son plaisir.

      D’OUVILLE.

    Mais pourtant, petit cœur, quand vous m’eussiez laissé prendre un
    peu mon plaisir.

      TROTTEREL.

    Elle était dans les bras de Chastel avec qui elle avait pris son
    plaisir au son du luth.

      CH. SOREL.

PRENDRE UN HOMME AU SAUTE-DESSUS. Arrêter un pédéraste, quand on est
pédéraste soi-même, et de plus _chanteur_ (V. ce mot), au moment où il
se déboutonne et s’apprête à socratiser, ou à alcibiadiser, selon qu’il
est actif ou passif.

    Après avoir provoqué à la débauche celui qui a eu le malheur de
    les aborder, ils changent tout à coup de ton, le prennent, comme
    ils disent, au _saute-dessus_, et se donnant pour des agents de
    l’autorité, le menacent d’une arrestation...

      A. TARDIEU.

PRÊTRESSE DE LESBOS. Femme aimant les personnes de son sexe.

    _Vous m’entendez, prêtresses de Lesbos,
    Vous de Sapho disciples renaissantes._

      PARNY.

PRÊTRESSE DE VÉNUS. Nom que M. Prudhomme donne à la fille publique qui
l’arrange, lorsqu’il s’est dérangé.

    _Elle rougit: chose que ne font guère
    Celles qui sont prêtresses de Vénus._

      LA FONTAINE.

PREUVE D’AMOUR. Érection solide et durable du membre viril devant une
femme, qui est toujours beaucoup plus sensible à ces preuves d’amour-là
qu’à celles des amoureux transis.

    Je m’en souviens encore comme si j’y étais, dit incontinent le
    bijou de Thélis: neuf preuves d’amour en quatre heures.

      DIDEROT.

    _Qu’on nous dise qu’un’ veuve fait cas
    Des preuves d’amour les plus fortes,
    Et sans nombre et de toutes sortes,
      Cela ne me surprend pas._

      COLLÉ.

    Et puis des preuves de mon amitié, si vous voulez, parce que vous
    êtes bien gentil.

      LOUVET.

PRIAPE. Le dieu fait homme, qui n’a pas encore trouvé d’athées et à qui
le beau sexe—les tribades exceptées—se plaît à faire ses dévotions soir
et matin, et même dans la journée et dans la nuit.

    _Un priape, à travers le feuillage d’un arbre,
    Ouvrait en souriant ses prunelles de marbre;
    Et la vierge, le sein gonflé d’un doux émoi,
    S’approche, rougissante et la joue enflammée,
    Entoure de ses bras la statue, et, pâmée,
    S’écrie: Oh! je meurs! Vénus, pardonne-moi!_

      H. CANTEL.

    Je m’élevais sur mes jambes, secouant frénétiquement mon glorieux
    priape.

      A. DE MUSSET (_Gamiani._)

PRIÈRE. L’acte vénérien.

    _Tout propre à faire la prière,
    Qu’on trouve ès heures de Cythère._

      PIRON.

Voici, extraite de l’_Anti-Justine_, la prière à la Vierge Marie; c’est
la page la plus originale du volume de Rétif:

    Sainte et jolie Vierge Marie, que Panthère branlait, gamahuchait,
    entétonnait dans le lit du cornard le bon Joseph, duquel
    cocufiage provint le doux Jésus, ce bon fouteur de la putain
    publique la belle Madeleine, marquise de Béthanie, dont le
    vagabond Jésus était en outre le souteneur, autrement dit le
    maquereau, lequel, au grand regret de la sainte garce, enculait
    encore saint Jean, son giton; sainte et jolie Marie, vierge comme
    moi, nous vous remercions de cette heureuse journée de fouterie;
    faites-nous la grâce, par les mérites de votre fils, de nous
    avoir un pareil dimanche prochain. Et vous, sainte Madeleine,
    que foutait l’abbé Jésus, ainsi que Jean l’enculé, obtenez-moi
    la grâce de foutre autant que vous, soit en con, soit en cul,
    quinze ou vingt fois par jour sans être épuisée. Vous foutiez
    avec des pharisiens, avec Hérode et même Ponce-Pilate, pour
    avoir de quoi nourrir le gourgandin Jésus, votre greluchon, et
    les vagabonds qui lui servaient de chouans; obtenez-moi de votre
    maquereau Jésus, qui, étant Dieu, a sans doute quelque pouvoir,
    d’avoir sous peu ce riche entreteneur qui est un jour descendu
    de carrosse, bandant à mon intention, comme je revenais de chez
    mon amie madame Congrêlé, à cette fin qu’au moyen de l’argent
    que je gagnerai avec mon con, mon cul, mes tétons et ma langue
    dardée, je puisse soulager mon digne père dans sa vieillesse,
    non-seulement en foutant avec lui pour lui donner du plaisir,
    mais en me laissant vendre comme la pieuse fille d’Eresichton le
    fanatique, ou la pieuse Ocyroë, fille du centaure Chyron, qui,
    toutes deux, devinrent cavales, c’est-à-dire montures d’hommes
    et putains. Modèle d’homme et de maquereau, doux Jésus, fouteur
    acharné, greluchon complaisant de la brillante et exemplaire
    putain Madeleine, qui était si amoureuse de votre vit divin et de
    vos sacrées couilles, maintenez, par votre puissance, mon conin
    toujours étroit et satiné, mes tétons toujours fermes, ma peau,
    mon cul, mes fesses, mes bras, mes mains, mon cou, mes épaules
    toujours blancs; les vits de mes amants, celui de mon père y
    compris, toujours roides, leurs couilles toujours pleines: car
    vous teniez en cela du saint roi David, si fort selon le cœur de
    Dieu, puisqu’il était le premier fouteur de son temps. Faites,
    ô Jésus, que mes hauts talons, qui me prêtent tant de grâce
    et font bander tant de monde, ne me donnent jamais de cors aux
    pieds, mais que ces pieds tentatifs et toujours foutatifs restent
    longtemps comme ils sont. _Amen!_

PROMISCUITÉ. Mélange confus, communauté entre fouteurs et fouteuses.

        _Jetons l’innocence à la borne;
        Mettons la pudeur au rebut.
        Des époux trompés le tricorne
        A cessé d’être un attribut.
              Les sexes s’effacent,
    Malgré les mœurs, les lois et les Platons;
    L’honneur n’est plus où nos maris le placent...
                Promiscuitons!_

      L. FESTEAU.

PROTECTEUR. Monsieur bien mis qui consent à mettre une fille dans
ses meubles et à oublier tous les mois, dans le tiroir de l’un d’eux,
quelques billets de banque destinés à l’entretien de cette fille—et de
son amant de cœur.

    Ces belles drôlesses... qui viennent de la rive droite de la
    Seine, du pays où les protecteurs fleurissent.

      A. DELVAU.

PROUESSE. L’acte vénérien.

    _Surtout, quelque ardeur qui vous presse,
    Ne faites point trop de prouesse._

      VOITURE.

PROVERBES ÉROTIQUES. En voici seulement quelques-uns des plus connus:

    Le cas d’une fille est fait de chair de ciron, il démange
    toujours.

      BRANTÔME.

    Le cas d’une femme est de terre de marais, on y enfonce jusqu’au
    ventre.

      BRANTÔME.

    Un con bien ménagé, à Paris surtout, vaut mieux que deux
    métairies.

      (_Moyen de parvenir._)

    _Ja cul de putain
    Au soir ne au matin
    Ne sera sans merde._

      (_Anciens Fabliaux._)

    Une femme ira plus pour un coup de vit qu’un âne pour dix coups
    de bâton.

      (_Moyen de parvenir._)

    Les femmes sont anges à l’église, diables en la maison, singes au
    lit.

      (_Moyen de parvenir._)

    Toute belle femme s’étant essayée au jeu d’amour ne le désapprend
    jamais.

      BRANTÔME.

    _Par commun proverbe on dit,
    Qu’on connaît femme à la cornette
    S’elle aime d’amour le déduet._

      G. COQUILLART.

    Plus vous couvrirez une femme, plus il y pleuvra.

      TABARIN.

    _Femme qui fait ses cuisses voir,
    Et se montre en sale posture,
    A tout homme fait à savoir
    Que son con demande pâture._

      THÉOPHILE.

    _La femme a semence de cornes._

      LEROUX DE LINCY.

    _Quand femme dit souvent hélas,
    Elle demande ailleurs soulas._

      LEROUX DE LINCY.

    Le four est toujours chaud, mais la pâte n’est pas toujours
    levée.

      (_Moyen de parvenir._)

    Il vaut mieux dépuceler une garce que d’avoir les restes d’un
    roi.

      BRANTÔME.

    Froides mains, chaudes amours.

      LEROUX DE LINCY.

    _Mais, belles, sachez qu’un beau manche
    Réchauffe aussi bien qu’un manchon._

      THÉOPHILE.

    L’oisiveté est mère de paillardise.

      (_Le Synode nocturne des tribades._)

    _L’amour est le chemin du cœur
    Et le cœur l’est du reste._

      Mademoiselle DE SCUDÉRY.

          _Et quand on a le cœur
    De femme honnête, on a bientôt le reste._

      VOLTAIRE.

PROVOQUER LES PASSANTS. Les inviter à monter tirer un coup.

    _Une jeune lorette
    A minois séduisant,
    D’une œillade discrète
    Provoquait le passant._

      A. MONTÉMONT.

PRUNES DE MONSIEUR. Les testicules, dont les femmes sont si friandes, à
cause de l’excellente eau de noyau qui en sort.

    _Si malgré les vœux de madame,
    Les prunes de monsieur m’ont plu,
    On doit excuser une femme
    Que tenta le fruit défendu._

      MARCILLAC.

PRUSSIEN (Un). Un cul.

On dit: _Cheminer à la prussienne_, pour foutre en cul.

    _Le général Kléber
    A la barrièr’ d’Enfer
    Rencontra z’un Prussien
    Qui lui montra le sien._

      (_Chanson du quartier Latin._)

PUCEAU. Adolescent qui n’a encore connu que la veuve Poignet.

    _Le jeune homme puceau l’appelle son affaire._

      L. PROTAT.

PUCELAGE. Fardeau pesant dont toute jeune fille qui aspire à devenir
femme se débarrasse volontiers—tout en faisant sa Sophie—en faveur de
la première pine qui passe, la tête haute, le cou tendu.

    Le roi impatient et ne goûtant pas qu’un autre ait un pucelage
    qu’il payait.

      TALLEMANT DES RÉAUX.

    _Heureux cent fois qui trouve un pucelage!
    C’est un grand bien._

      VOLTAIRE.

    _Enfin dans un petit village
    On trouva l’heureux pucelage
    Qui près du roi devait coucher._

      PARNY.

    _Avoir dans un bordel perdu son pucelage._

      A. GLATIGNY.

    _Je me fous de ce météore
    Qui de pucelage a le nom._

      (_Parnasse satyrique._)

PUCELAGE (Avoir son). Façon de parler hyperbolique, qui signifie
seulement: N’avoir pas fait l’œuvre de chair depuis plus ou moins de
temps.

    Tu tombes à pique, mon bonhomme: tu vas avoir mon pucelage, car
    il y a bien trois grands jours que je n’ai cassé une canne.

      A. FRANÇOIS.

PUCELLE. Le _rara avis_ des sociétés modernes, qui couronnent des
rosières pour faire croire qu’il y en a,—comme si le pucelage était une
chose de conserve!

    Mademoiselle Charlotte du Tillet ne fut jamais mariée, mais on
    dit qu’elle n’était plus pucelle pour cela.

      TALLEMANT DES RÉAUX.

    _Veuve de huit galants, il la prit pour pucelle;
            Et dans son erreur par la belle
            Apparemment il fut laissé._

      LA FONTAINE.

    _—Combien dureront nos amours?
    Dit la pucelle, au clair de lune.
    —L’amoureux répond: O ma brune,
            Toujours, toujours!_

      A. PRIVAT D’ANGLEMONT.

PUCELLE DE BELLEVILLE. Fille galante. Cette expression, tirée d’un
roman de Paul de Kock, remplace maintenant celle qu’on employait aux
XVIe et XVIIe siècles: _pucelles de Marolles_.

PUNAISE. Femme de mauvaise vie.—J’aurais cru ce mot moderne dans cette
acception: je l’ai retrouvé dans une épigramme de Sygognes:

    _Lise, cette insigne punaise,
    Me fait montre de ses ducats,
    Et c’est afin que je la baise:
    Mais qu’elle ne l’espère pas._

    Une cocotte arrête une voiture, monte dedans, et dit au cocher
    d’une voix de duchesse: «Cocher, au bois!»—«Au bois de lit,
    punaise!» crie un voyou.

      A. DELVAU.

PUTAIN. Professeur femelle de philosophie horizontale.

    _Il m’est comme aux putains malaisé de me taire._

      RÉGNIER.

    _De toutes ses putains la Lebrun entourée._

      L. PROTAT.

    _J’avais résolu dans l’âme,
    Pour n’être plus libertin,
    De prendre une honnête femme
    Qui ne fût pas trop putain._

      COLLÉ.

    _Les marbres de nos Tuileries,
    Eux-mêmes se sentent atteints
    Par toutes les galanteries
    Que nous débitons aux putains._

      (_Parnasse satyrique._)

    Et tu m’ laisses...—Faut-y pas t’ tenir compagnie? Merci!—Sans
    rien et les manches pareilles? Eh ben, c’est gentil!—Pas l’
    temps.—Me v’là putain pour l’honneur.

      H. MONNIER.

    Auquel les grandes dames et princesses faisant état de putanisme
    étudiaient comme un très-beau livre.

      BRANTÔME.

    _Tu as voulu me pourchasser,
    Mâtine, pour te putasser._

      THÉOPHILE.

    _Toutes estes, serez ou fustes,
    De fait ou de volonté putes._

      JEAN DE MEUNG.

    Car aussi bien que vous j’eusse fait l’amour, et j’eusse été pute
    comme vous.

      BRANTÔME.

    _Pute, où avez-vous tant été?
    Vous venez de vo puterie._

      (_Anciens Fabliaux._)

PUTASSIER. Coureur de bordels; anciennement on disait _putier_.

    _Sy est pour vrai; car je le sais,
    Que ce n’est qu’un vilain putier._

      (_Farces et Moralités._)

PUTINER. Faire la putain, courir après les hommes.

PUTIPHARISER. Imiter la femme de Putiphar—jusqu’au manteau
exclusivement, les Joseph d’aujourd’hui tenant à leurs habits.—Fourrer
la main dans le pantalon d’un jeune garçon encore timide.



Q


QUELQUE CHOSE DE CHAUD. Sec, un vit ou un con; liquide, le foutre
qu’ils font en collaboration.

    _Liz’ que veux-tu qu’on t’apporte,
    Des huîtr’s ou d’ la têt’ de veau?
    —Non, non, ferme-nous la porte,
    J’aim’ mieux quelque chos’ de chaud._

      CH. COLMANCE.

QUELQUE CHOSE DE COURT. Une courte, même quand elle est longue.

    _Tout l’ mond’ connaît bien l’aventure
    Qui m’a fait rire si souvent:
    Un certain paillard par nature,
    D’une nonn’ prit l’habillement
    Et s’en alla droit au couvent.
    Que d’ victimes il aurait faites,
    Si la mère abbess’ le mêm’ jour,
    N’avait pas, grâce à ses lunettes,
    Vu qu’il portait quéqu’ chos’ de court._

      BAPT. LAMÔME.

QUENOUILLE. Le membre viril.

    _Lise y procède, et saute à la quenouille
    Avec laquelle Eve nous a filés._

      GRÉCOURT.

    _Avec une autre quenouille,
      Non, vous ne filerez pas._

      BÉRANGER.

QUÉQUETTE. Priape d’enfant, dans le jargon des bonnes et de _mesdames_
les nourrices. Se dit aussi d’un priape peu viril.

    _Partout on lui fait bon accueil,
    Elle a fait plus d’une conquête...
    Cependant elle n’a qu’un œil,
      Mademoiselle Quéquette._

      STAN. TOSTAIN.

QUEUE. Un des noms du membre viril, fréquemment employé—sans qu’il soit
besoin d’expliquer pourquoi, tant le mot est imagé.

    Mademoiselle, ma queue est assez levée pour votre service.

      D’OUVILLE.

    Je suis comme les poireaux, j’ai la tête blanche et la queue
    verte.

      TALLEMANT DES RÉAUX.

    _Messire Jean, je n’y veux point de queue!
    Vous l’attachez trop bas, messire Jean._

      LA FONTAINE.

    _L’académicien dit: mon vit. Le médecin:
    Ma verge. Le curé: mon membre. Une putain:
    La queue..._

      L. PROTAT.

    _Je viens revoir l’asile où, dans les jours mauvais,
    J’exerçais librement les fiertés de ma queue._

      A. GLATIGNY.

QUEUES (Faire une ou des). Tromper son amant avec un autre homme,
lorsqu’on est femme; trahir sa maîtresse pour une autre femme,
lorsqu’on est homme.

    Ah! oui, je sais... c’est pour l’autre jour, avec ta madame
    Machin, que vous avez été à Meudon me faire des queues.

      H. MONNIER.

QUILLE. Le membre viril.

    _Ma tante dessus ses vieux ans.
    A voulu gouster de la quille
    Et s’est faict enfler le devant
    D’un petit fils et d’une fille._

      (_Chansons folastres._)

    _Si fussiez allé chaque jour,
    Cependant qu’Alix était fille,
    Planter en son jardin la quille,
    A l’envi chacun eût crié!_

      JODELLE.

    Elles tâchent toujours d’abattre la quille du milieu.

      TABARIN.



R


RACCROCHER. Arrêter un homme sur le trottoir, la nuit, et l’inviter à
monter pour baiser et jouir.

    J’ai été un an à l’hôpital. Une autre que moi, en sortant de là,
    aurait raccroché.

      RÉTIF DE LA BRETONNE.

RAGE DU CUL, ou _Rage amoureuse_. Envie furieuse de jouir par la
fouterie ou par la masturbation.

    _Ombres folles, courez au but de vos désirs:
    Jamais vous ne pourrez assouvir votre rage,
    Et votre châtiment naîtra de vos plaisirs._

      CH. BAUDELAIRE.

    C’est la rage luxurieuse, la lubricité forcenée, la jouissance
    horrible qui reste inachevée.

      A. D. M. (_Gamiani._)

RAGOÛT (Avoir du). Se dit de certaines façons habiles que certaines
femmes ont de se remuer sous l’homme pour le faire godiller plus
amplement qu’avec d’autres.

    _Mais exiger des époux
        Ces petits ragoûts,
    Ces exercices gentils!
        Les connaissent-ils?
    Non; tout dans le sacrement,
      Se fait maussadement
          Et gauchement._

      COLLÉ.

RAIDIR. Bander.

    _Quand, plus raide que la justice,
    Nez en l’air et gros de courroux,
    Il s’élance pour le service,
    On croit qu’il fera les cent coups._

      EUG. VACHETTE.

RAIE DU CUL (La). La rainure des fesses, la petite vallée qui se trouve
entre ces deux montagnes—où tant de membres virils aiment à descendre.

    Pour ne trouver la raie nette de la dame avec qui l’on s’ébat, on
    y gagne bonne vérole.

      BRANTÔME.

    _Trois mignons de la cour se tuèrent jaloux
    Pour le bien prétendu d’une raie publique._

      THÉOPHILE.

RAILLE. Agent de police, redouté des filles qui font le trottoir.

    _Cela nous avertit qu’il flâne en ce quartier
    Un raille dont il faut d’abord se méfier._

      L. PROTAT.

RAMONER UNE FEMME. Faire l’acte vénérien avec elle, passer et repasser
l’outil priapique, le ramon de l’homme, dans sa petite cheminée, non
pour la débarrasser de ses impuretés, mais, en réalité, pour en mettre
de nouvelles.

    _Mes belles, c’est vous que je cherche
    Pour vous montrer une leçon;
    Et croyez-moi, vos cheminées
    Seront promptement ramonées,
    Si vous éprouvez ma façon._

      (_Ballet des Chercheurs de midi à quatorze heures_)

RATER UNE FEMME. Ne pouvoir bander assez raide au moment suprême où la
femme, pâmée et déjà délirante dans l’attente de la félicité promise,
ouvre les cuisses et ferme les yeux.

    Non, mais tout de bon, je vous rate... Vous n’êtes plus qu’une
    comtesse ratée.

      LA POPELINIÈRE.

    _Je rate, hélas! également,
    Le poisson, ma belle et ma muse._

      BÉRANGER.

RATER UNE FEMME. La baiser, en égoïste, et sans la faire jouir.

    _Quand je la baise, ma femme
    S’obstine à ne pas bouger...
    Comment faut-il de cela,
    Punir cette ingratte-là?
            —Rate-la!_

      AUG. GILLES.

RATEUR. Homme qui a plus grands yeux que grosse pine et qui reste
en affront devant la femme qui l’attend, cuisses ouvertes, fesses
frémissantes.

    _Quand il fait le séducteur,
    Sur mon honneur! ça me vexe:
    Car à l’endroit du beau sexe
    Il n’est pas à d’mi rateur._

      JULES POINCLOUD.

RAVIGOTER UN HOMME. Faire tant, des doigts et de la langue, qu’il
parvient à bander.

    _D’un tour de main ell’ ravigote
    Le plus p’tit, le plus maigre jeu._

      E. DEBRAUX.

RECEVOIR L’ASSAUT. Être baisée par un homme—qui monte sur le ventre, la
pine en avant, avec la _furia_ d’un zouave montant sur le Mamelon Vert.

    Dis-lui qu’à la chute du jour, elle s’apprête à recevoir les
    assauts de l’empereur d’Orient.

      LA POPELINIÈRE.

RÉCLAMER SES GANTS. Demander au monsieur qu’on a raccroché sur le
trottoir un supplément au prix convenu pour aller au bonheur.

    _Elle ne sera pas une fille ordinaire,
    Réclamant aux vieillards libidineux ses gants,
    Et tirant tous les jours des coups extravagants._

      A. GLATIGNY.

RECOMMENCER. Tirer un second, puis un troisième, puis un quatrième
coup, selon que la femme en vaut la peine ou que l’homme a du sperme
dans sa bouteille,—l’amour étant, comme on sait, un grand recommenceur.

    La grisette serre avec énergie l’étudiant contre sa poitrine,
    en soupirant et en tressaillant des derniers frissons de la
    jouissance; pour un peu elle recommencerait.

      H. MONNIER.

RÉCURER (Se faire). Prendre des médicaments, mercuriels, ou autres,
pour guérir des véroles gagnées au doux jeu d’amour.

    _Voyez, là-bas, le sémillant Mercure
    Et ses fuseaux qui tricotent gratis,
    Représentant le dieu qui nous récure
    Et la maison Giraudeau père et fils._

      GUSTAVE NADAUD.

REDINGOTE ANGLAISE. Préservatif contre la vérole. (V. _Capote_,
_Ruban_.)

RÉDUIT (Le). La nature de la femme, où le membre viril a tant de
plaisir à se réfugier les jours d’ennui, à s’abriter les jours d’orage.
Réduit, déduit; déduit, réduit.

    _Déjà de sa grandeur les doigts saints et bénis
    Visitaient de l’amour les plus secrets réduits._

      GRÉCOURT.

          _Mais D*** avec sa main,
          Sa lèvre de carmin,
          Sait trouver ton réduit
    Où rarement l’homme impur s’introduit._

      J. DUFLOT.

REFAIRE DE SORGUE (Se). Se remettre d’une nuit d’orgie:—bien dormir, ou
bien déjeuner.

    _Tous dix, au tapis-franc nous étions réunis,
    Chez le père Vit-Dur, ogre de mes amis,
    Zig qui ne mange pas ses pratiques sur l’orgue;
    Nous étions venus là nous refaire de sorgue._

      L. PROTAT. (_Serrefesse._)

RÈGLES (Avoir ses). Avoir ses menstrues—qui viennent très
irrégulièrement à certaines femmes.

    _Pour ces règles que tu débines
    Et traites de déjections,
    Ce sont les sources purpurines
    Des saintes fécondations._

      ANONYME.

RELIQUE. Le membre viril,—on n’a jamais su pourquoi.

    _Du grand saint Nicolas,
          Dans vos draps,
    Prenez donc la relique._

      BÉRANGER.

    _Gage de ses travaux
    Pendait sous sa tunique
    Cette belle relique,
    Chère aux tendrons dévots._

      J. CABASSOL.

REMUER DU CUL OU DU CROUPION. Se trémousser de plaisir sous l’homme.

    Et tandis qu’elles font bien leur devoir de remuer du croupion
    et de pressurer la grappe soigneusement pour faire que le jus en
    sorte...

      MILILOT.

    _Sur son lit d’acajou,
    Cette jeune ingénue
    Fort gentiment remue
    Du cul pour un bijou._

      J. DUFLOT.

    Enfin, à force de frotter et de remuer le cul de part et d’autre,
    il arrive que tous deux viennent à s’échauffer d’aise par une
    petite démangeaison et chatouillement qui leur vient le long des
    conduits.

      MILILOT.

    Elle passa dans un bois avec un jeune compagnon dans l’espérance
    d’y bien remuer les fesses.

      D’OUVILLE.

    Le garçon en avertit la fille et elle le garçon: cela les oblige
    à frotter plus fort et à remuer plus vite les fesses.

      MILILOT.

    Que j’étais jeune, que j’avais les reins souples et que je les
    pouvais remuer.

      P. DE LARIVEY.

    _Tous vos baisers sont contraints;
    Mais remuez donc les reins!
    Que faites-vous de vos mains?_

      BÉRANGER.

RENAUDER. Renoncer à une chose, manifester de la répugnance à la faire.

RENDRE (Se). Consentir à se mettre sur le dos, à ouvrir ses cuisses et
à se laisser baiser par l’homme qui en sollicite depuis plus ou moins
de temps l’honneur—et le plaisir.

    La comtesse nous raconta dans le plus grand détail comme quoi
    elle s’était rendue à Préban, et tout ce qui s’était passé entre
    eux.

RENDRE UN HOMME HEUREUX. Le faire jouir en le branlant, ou en le
suçant, ou en tirant un coup avec lui.

            _Thémire pour me rendre heureux
    Veut que de son flambeau l’Amour seul nous éclaire._

      (_Épigrammes._)

        _Oh! oh! oh! ah! ah! ah!
    Rendez heureux ce monsieur-là,
                La, la._

      BÉRANGER.

RENGAINER SON COMPLIMENT, ou SON OBJET. Remettre son membre dans sa
culotte; ne pas pousser plus loin l’aventure.

              _... J’entends quelqu’un venir.....
    Rengaine ton objet..._

      LOUIS PROTAT.

RENTRER BREDOUILLE. Se dit d’une fille qui, descendue vers quatre
heures du soir sur les boulevards pour y chasser au miché, rentre chez
elle toute seule, sans avoir été suivie.

    _Plus j’y songe et plus je m’embrouille;
    Comment, ils ont vu tes appas,
    Et tu reviens ici bredouille!_

      COLLÉ.

RÉPANDRE SA SEMENCE. Décharger en baisant, ou en se branlant.

    Un proverbe chinois dit qu’il ne faut pas répandre sa semence sur
    la mer; il a raison: c’est sur les filles.

      A. FRANÇOIS.

REPASSER UNE FEMME. La faire jouir en la baisant avec ce fer rouge que
les polissons appellent une pine—qui la roussit quelquefois.

    Et notez que la moindre bagasse peut en dire autant à un grand
    roi ou prince, s’il l’a repassée.

      BRANTÔME.

    _Son vaillant fils, fameux par sa crinière,
    Un beau matin, par vertu singulière,
    Vous repassa tout ce gentil bercail._

      VOLTAIRE.

    _Et me v’là vite en d’voir de la r’passer._

      DUMOULIN.

RESTER COURT. Manquer de souffle au lit; débander au moment même où il
faudrait bander le plus raide.

              _Rester court
    A la neuvième politesse!
            Est-ce à ma cour
    Qu’on vient pour me jouer ce tour?_

      COLLÉ.

RETAPEUSE. Putain.—Femme ou fille qui fait la retape;—qui raccroche.

    _En robes plus ou moins pompeuses,
    Elles vont comme des souris:
    Ce sont les jeunes retapeuses
    Qui font la gloire de Paris._

      A. GLATIGNY.

RETIRÉE DU SERVICE (Être). Ne plus exercer le rude métier de fille
d’amour, soit par suite de maladies, soit par suite de mariage, soit
par suite de vieillesse, soit—comme sainte Marie l’Égyptienne—par honte
de ce métier.

    C’est si agréable, quand on s’est retirée du service.... de
    pouvoir se dire: Ce procureur du roi si féroce, c’était mon petit
    Auguste! Je le menais par le bout du nez, et il trouvait cela
    très doux.

      A. DELVAU.

RETIRER (Se). Sortir du con de la femme qu’on baise quand on craint
d’être surpris, ou de lui faire un enfant;—ou lorsque l’on a fini de
baiser, ce qui n’est plus surprenant.

    _Thémire, feignant le contraire,
    Disait toujours: Ménage-moi;
    J’ai peur de rencontrer... ma mère...
    Ah! cher Colin, retire-toi..._

      G. GARNIER.

    Ah! tu te retires!... Pourquoi ne l’as-tu pas laissée dans moi?
    je ne l’aurais pas mangée, va!

      H. MONNIER.

    _Voulez-vous un ami prudent
        Qui ménage vos craintes;
    Vite, ouvrez-moi vos... sentiments,
    Je sais me retirer à temps._

      (_Chanson anonyme moderne._)

RÉTRÉCIR (Se). Se laver souvent le vagin avec des astringents,
afin d’en rapprocher les parois et de faire croire ainsi—aux
innocents—qu’ils prennent un pucelage.

    _A se rétrécir elle excelle
    Et joint aux airs d’une pucelle
    La plus profonde instruction._

      H. RAISSON.

RETROUSSER (Se). Se retourner. Se tirer de la gêne par tous les moyens
possibles.

        _Une célèbre actrice
        A fillette novice
    Disait, sans croire l’offenser:
        Imite-moi, Charlotte;
    De sagesse on peut se passer:
        Quand on est dans la crotte,
        Il faut se retrousser._

      VANDAEL.

RIBAUD, RIBAUDE. Homme et femme de mauvaise vie; luxurieux et
impudiques.

    _Je suis la grande Gargouillaude,
    Garce du souverain Gagoux,
    Chaude putain, fière ribaude,
    Pleine de vérole et de loups._

      Le Sr DE SYGOGNES.

ROSE. La nature de la femme.

    _Tu n’auras pas ma rose,
    Car tu la flétrirais._

      BÉRANGER.

    _Là sur l’albâtre on voit naître l’ébène,
    Et sous l’ébène une rose s’ouvrir._

      PARNY.

    _Ma fille, avant d’céder ta rose,
    Retiens bien ce précepte-là._

      E. DEBRAUX.

ROSÉE CÉLESTE, DIVINE, etc. Décharge de la liqueur balsamique, que les
gens qui n’attendent rien du ciel appellent tout bonnement:—du foutre.

    Mon amie, reçois encore cette preuve de mon amour. Gamiani,
    excitez-moi, que j’inonde cette jeune fille de la rosée céleste.

      A. DE M.

    Notre adorable conquérant fait des siennes à toute outrance et
    darde la rosée de vie sans le moindre ménagement.

      A. DE NERCIAT.

    Et le détestable Fa-tutto a fait pleuvoir dans mon sein la
    brûlante rosée du crime.

      VOLTAIRE.

ROSETTE. Petite rose de chair qui se trouve à l’entrée de l’anus et
qui en est pour ainsi dire le pucelage, car les pédérastes passifs ne
l’ont plus (d’où les pédérastes actifs sont appelés _chevaliers de la
rosette_).

    _Travaille bien, prends ta lichette,
    La lichette donne du cœur;
    Et s’il le faut, tends ta rosette,
    Cela te portera bonheur._

      A. DUMOULIN.

ROSSIGNOL. Le membre viril.

        _Aussitôt qu’elle eut aperçu
    Le rossignol que tenait Catherine._

      LA FONTAINE.

ROUBLARD. Libertin qui connaît toutes les ruses féminines et qui, des
deux rôles que les hommes jouent avec les filles, celui de miché et
celui de maquereau, celui de jobard et celui d’écornifleur, préférerait
encore le dernier au premier.

    Ça me rappellera, à moi, vieux roublard, le temps où je l’avais
    encore, où j’étais si godiche avec le sexe.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

ROUCHIE. Femme de mauvaise vie.

                      _... Depuis, de Pinolie
    Ma femme, Pincecul a fait une rouchie._

      L. PROTAT.

ROUPETTES. Les testicules,—qui sont les petites roues sur lesquelles
repose le canon chargé de mitraille spermatique.—L’expression est
moderne.

    _Ses roupettes étaient grosses et rebondies,
    Et de poils longs et noirs abondamment fournies._

      L. PROTAT.

    _Sur les roupettes granitiques
      De l’indomptable Sarrazin
      Il pleut..._

      B. DE MAURICE.

ROUSCAILLER. Besogner du membre avec une femme qui en meurt d’envie.

    _Un pareil état m’excite et m’offense:
    Descends de mon lit, ou bien rouscaillons!_

ROUSTONS. Les testicules.—Expression moderne.

    _Votre main, doucement chatouille ses roustons,
    Tandis qu’il vous pelote et vous prend les tétons._

      L. PROTAT.

RUBAN. Préservatif en baudruche ou en caoutchouc dont on habille
le membre viril toutes les fois qu’on le conduit au bonheur.—(V.
_Capote_.)

    _Ne crains rien: ces rubans feront bien ton affaire,_

dit le marchand de capotes à Pincecul, dans la parodie de _Lucrèce_,
par M. Protat, avoué.

    _Je sais attacher un ruban
    Selon la grosseur d’une pine._

      (_Chanson anonyme moderne._)

RUDIMENT DE CYTHÈRE (Le). Les principes de la langue—et des autres
cochonneries.

    _Jeanne, sotte au monastère,
    Sotte au sortir du couvent,
    Plaisait sans savoir comment.
    Le précepteur de son frère
    Lui montre le rudiment
    Que l’on enseigne à Cythère:
    Son esprit s’ouvre à l’instant._

      COLLÉ.

RUFFIAN. Accouplement de _Ruffi_ et d’_Anus_. Mot qui s’est introduit
en France au XIIIe siècle, et n’a été en vogue qu’à la fin du XVe,
quand l’italianisme déborda dans l’idiome gaulois. Ce mot avait alors
différentes significations, telles que: lénon, proxénète, débauché,
habitué de mauvais lieu, etc. Aujourd’hui, il signifie tout bonnement
maquereau.

    _Elle introduit dans ma maison,
    Son rufien, qui sait fort bien
    Faire son profit de mon bien._

      J. GREVIN.

    On l’accusait d’avoir fait quelquefois le ruffian à son maître.

      TALLEMANT DES RÉAUX.

    Je suis ruffian, et m’en vante.

      A. GLATIGNY.

RUSÉE AU JEU (Être). Savoir ce qu’il faut faire pour amuser les hommes
et leur procurer de vives jouissances, comme le casse-noisette, la
patte d’araignée, la feuille de rose, etc.

    Tu me portes la mine d’être un jour bien fine et rusée à ce jeu.

      MILILOT.

RUT. Ardeur vénérienne.

    _Mais Jeanne tout en rut s’approche et me recherche
    D’amour ou d’amitié, duquel qu’il vous plaira._

      RÉGNIER.

    _Le corps en rut, de luxure enivré,
    Entre en jurant comme un désespéré._

      VOLTAIRE.

    _Si son esprit l’eût arrêté,
    Elle eût mis en rut le conclave
    Et fait bander sa sainteté._

      COLLÉ.



S


SAC. Le ventre.—On dit d’une femme enceinte: Elle en a plein son sac.

    La jeune garce en eut plein son sac.

      MARGUERITE DE NAVARRE.

SACRIFICE. Fouterie désintéressée et—toujours intéressante.

    La compagnie qui, pendant notre sacrifice, avait gardé un profond
    silence, me complimenta de l’hommage que mes charmes avaient reçu
    par la double décharge que j’avais subie dans une seule jonction.

      (_Mémoires de miss Fanny._)

    J’étais trop jeune encore pour multiplier les plus doux
    sacrifices.

      PIGAULT-LEBRUN.

SALETÉS (Dire des). Tenir des propos de «haulte gresse» et de
grande salacité, pour provoquer les idées libertines et pousser à la
consommation de la femme par l’homme et de l’homme par la femme.—_Faire
des saletés._ Peloter une femme ou un homme, sucer ou gamahucher,
branler ou faire postillon, etc., etc.,—toutes les choses aimables de
la fouterie.

    _Tu me disais alors que, pour savoir te plaire,
    Une femme devait et dire et savoir faire
    Toutes les saletés et toutes les horreurs._

      L. PROTAT.

SALIÈRES (Avoir des). Se dit des femmes maigres qui n’ont que des trous
où il faudrait des bosses; derrière les clavicules, par exemple.

    _Elle a deux salières et cinq plats_ (sein plat). Vieux dicton
    qui s’emploie pour désigner une femme maigre qui n’a ni cul ni
    tétons.

SALOPE. Femme galante, de haut ou de bas étage.

    _Je vous aime ainsi, divine salope._

      (_Parnasse satyrique._)

SANGLER UNE FEMME. La baiser, la frapper à coups de queue—sans qu’elle
s’en fâche.

    Il demande grâce pour avoir sanglé cette fille.

      SAINT-AMAND.

SATISFAIRE SON GOÛT. Baiser une femme, ou enculer un homme, selon qu’on
est conformiste ou non conformiste en amour.

    _Il aime par-dessus tout
    La volupté roturière;
    Pour satisfaire son goût
    Il faut une couturière._

      ÉM. DE LA BÉDOLLIÈRE.

SATISFAIRE UNE FEMME. La baiser de façon qu’elle ne réclame pas,—à
moins qu’elle ne soit trop gourmande.

    _Des houris toujours belles,
    Qu’on satisfera bien,
    Et qui, toujours pucelles,
    N’arrêteront sur rien._

      COLLÉ.

SATISFAIRE UN HOMME. Le branler, ou se laisser baiser par lui—ce qui,
en effet, le comble de satisfaction.

    _Chez ce libertin cagot
    Qu’ j’ai tant d’ mal à satisfaire,
    Je suis entré’ pour tout faire:
    Aussi j’y fais mon magot._

      J. POINCLOUD.

SATYRIASIS (Le). L’hystérie des hommes, comme l’hystérie est le
satyriasis des femmes, c’est-à-dire que ceux et celles qui en sont
possédés ne font autre chose dans la vie que de baiser ou d’essayer de
baiser.

    Ces abbés poupins et débauchés, ces fléaux de la virginité,
    seront condamnés à un satyriasis éternel.

      A. DULAURENS.

SAUCE D’AMOUR. Le sperme.

    _Il lui faut un gros vit, et lequel soit toujours
    Bien roide et bien fourni de la sauce d’amour._

      THÉOPHILE.

SAUCISSE. Le membre viril.

    _N’est-ce pas user d’artifice
    Pour avoir un plaisir plus cher,
    A Margot d’avoir la saucisse
    Et le vit du fils d’un boucher?_

      THÉOPHILE.

SAUVAGE (Se mettre en). S’habiller _tout nu_, c’est-à-dire: se
déshabiller ou ne pas s’habiller du tout.

_Être_ (ou n’être pas) _sauvage_. Eviter les hommes ou accepter et même
rechercher leurs hommages.

    _Alors, Jupin, prenant l’ parti d’ la dame,
    Dit au Cyclope: Un mot va t’apaiser:
    Si tu n’ veux pas qu’on reconnaiss’ ta femme
        En sauvag’ faut la déguiser._

      ÉM. DEBRAUX.

SAVANTE EN AMOUR (Être). Se dit de toute fille ou femme qui connaît les
préceptes les plus secrets et les secrets les plus précieux de l’art
d’aimer, et qui serait plutôt capable d’en enseigner à un homme que
d’en apprendre de lui.

    Une autre fille de son quartier, plus expérimentée que l’autre et
    qui, pour être un peu moins belle, n’en était pas moins savante
    et spirituelle en amour.

      MILILOT.

SAVOIR DES POSES. Être experte dans l’art d’allumer les désirs
libertins des hommes.

    _Il n’est poses qu’elle ne sache,
    En débauche elle a de Carrache
              L’invention._

      H. RAISSON.

SAVONNER UNE FEMME. La baiser, parce qu’ici le sperme sert de savon,
ce qui fait qu’elles sont plus blanches que les hommes, au dire de
Tabarin.

    Et je lui donnerai une savonnade à laquelle son mari ne l’a pas
    habituée.

      SEIGNEURGENS.

SECOUER LA CARTOUCHE, LE CHINOIS, LA HOULETTE (Se). Se branler la pine.

    _Sans mot dire il se fait secouer la houlette._

      LOUIS PROTAT.

SECOUER UNE FEMME. La baiser gaillardement, l’ébranler dans tous les
sens en la branlant du bout de la queue.

    Je te secouerai bien un peu entre l’huis et la muraille.

      P. DE LARIVEY.

    _Vénus, ribaude paillarde,
    D’une façon plus gaillarde
    Sait bien remuer le cu
    Quand le dieu Mars la secoue._

      THÉOPHILE.

    _Mon cher Adam, mon vieux et triste père,
    Je crois te voir en un recoin d’Eden
    Grossièrement former le genre humain,
    En secouant madame Eve, ma mère._

      GRÉCOURT.

SEMENCE. Liqueur de la génération; le foutre de l’homme et de la femme.

    _Au jeûne où votre con se trouve,
    Vouloir faire une fine épreuve
    Si je suis bélier ou mouton.
    Vous eussiez eu de la semence
    D’un vit dont la grandeur immense
    N’eut jamais de comparaison._

      F. DE MAYNARD.

    Dix-huit jours après qu’elles avaient reçu la semence.

      CH. SOREL.

SENS DESSUS DESSOUS (Être). Beau désordre, agréable à la vue chez une
belle femme. Quand elle est renversée et bouleversée à grands coups
de pine, les cheveux épars, le cul et les tétons en l’air, ses bras
vaincus, jetés comme de vaines armes, on n’a plus qu’à recommencer à
faire le dessus, à moins qu’on ne préfère le dessous,—pour changer.

    _Gai, gai, l’on est chez nous
        Toujours en fête,
      Cul par dessus tête
    Et sens dessus dessous!_

      BÉRANGER.

SENTIMENTAGE. Amour plus platonique que physique, qui exclut
l’infidélité et le plaisir au profit de je ne sais quel idéal
ridicule—bon pour les romans et pour les pensionnats de demoiselles.

    Mais s’il allait souhaiter quelque préférence exclusive, se
    croire offensé de mes inévitables infidélités, perdre de vue que
    je suis aphrodite, et vouloir m’assujettir à son sentimentage?

      A. DE NERCIAT.

SENTIR (Le). Sentir le membre de l’homme entrer profondément dans le
vagin de la femme et y remuer.

          _—J’y suis.
    Le sens-tu, Philis?
    —Oui, Lycas, poursuis;
      Tu te raidis
      Contre l’obstacle._

      COLLÉ.

SÉRAIL. Bordel, où l’on élève à la brochette une foule de beautés de
poils différents pour amuser ce polisson de sultan qui s’appelle le
Public.

SERINGUE. La pine, avec laquelle l’homme donne à la femme un lavement
de sperme—qui est le plus émollient de tous les lavements.

    _Il tire de sa pochette
    Sa seringue et deux pruneaux._

      GAUTIER-GARGUILLE.

SERINGUER. Administrer l’injection balsamique à un con bien
portant,—avec la seringue que vous savez.

    Jusqu’alors, je n’avais ressenti pareille jouissance. Il me
    seringua trois fois de suite de son nectar délicieux; le foutre
    s’en allait à gros bouillons de la tête de son gros vit, il me
    sautait jusqu’au cœur.

      (_Anaïs, ou Dix ans de la vie_, etc.)

SERRER (Le). Faire le casse-noisette, retenir le membre viril comme
dans un étau.

    Sens-tu comme je te le serre?

      H. MONNIER.

SERRURE. La nature de la femme—dont l’homme a la clef dans son pantalon.

    _Quand on fouille à votre serrure
    Avec la clef de la nature._

      Le Sr DE SYGOGNES.

    Comment pensez-vous qu’on puisse garder une serrure, à qui toutes
    sortes de clefs sont propres?

      D’OUVILLE.

SERVICE (Faire le). Se remuer sous l’homme afin de le faire mieux
jouir; ou bien jouer de la main avec son membre au lieu de jouer des
reins avec lui.

    _Quand t’auras fini ton service,
          T’auras cent sous._

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

SERVIR DE SA MAIN (Se). Se masturber, faute de maîtresse, ou par amour
pour la veuve Poignet,—cette veuve que foutent tous les collégiens.

    _La volupté me pénètre soudain.
    Mon trépignoir trépignait dans sa cage:
    Pour l’apaiser, je n’avais que ma main.
    Je m’en servis pour écumer sa bile._

      ANONYME.

SERVITEUR. Amant, homme qui sert une femme à son gré,—à moins qu’elle
ne soit aussi gourmande que Messaline.—S’est dit aussi d’un godemichet,
qui est, en effet, meilleur serviteur de la femme que l’homme.

        _Que l’innocent fabrique,
    Au lieu de son méchant flûteur,
            Un serviteur
    D’un beau moule, et bien élastique._

      COLLÉ.

SIRÈNE. Fille publique qui cherche à attirer l’homme en chantant,—pour
le faire chanter à son tour.

SIROP DE NAVET. Le sperme, par allusion à la forme du navet et à sa
couleur.

    _Sans donner l’ temps qu’ell’ réfléchisse,
    J’ lui r’passe, afin qu’a s’ rafraîchisse,
    D’ la liqueur du nœud conjugal
    Et l’ sirop d’ navet pectoral._

      (_Chanson anonyme moderne._)

SOCRATISER. Préférer les hommes—comme Socrate, le plus sage des hommes,
dit-on, préférait Alcibiade, qui en était le plus beau.

SODOMIE, SODOMISER. Enculer une femme—ou un homme.

    _Sodomise deux coups et deux fois déchargeant,
    Il retire du cul deux fois son vit bandant._

      PIRON.

    _Quoi, disent-elles, si les flammes
    Sodomites brûlent les âmes,
    On ne le fera plus qu’aux garçons._

      COLLÉ.

    Peut-être aurait-il trouvé plus à propos de passer pour cocu que
    pour sodomite.

      TALLEMANT DES RÉAUX.

    _Il la quitte alors pour l’engin
    D’un franciscain que sodomise
    Un prélat..._

      B. DE MAURICE.

    _Tout Africain est sodomite,
    Ainsi l’exige le climat:
              On comprend ça._

      ALEX. POTHEY.

SOIXANTE-NEUF (Faire). C’est faire _tête-bêche_ (V. ce mot), les deux
chiffres (69) le disant éloquemment.

    _Que fait Bacchus quand, accablé d’ivresse,
    Son vit mollit et sur le con s’endort?
    Soixante-neuf... et son vit se redresse,
    Soixante-neuf ferait bander un mort!_

      (_Parnasse satyrique._)

SOLENNISER LA SAINT-PRIAPE. Baiser, le dieu des jardins étant le dieu
de l’amour.

    _Or, un jour que Sa Sainteté
    Solennisait la Saint-Priape
    Sur l’autel de la volupté..._

      B. DE MAURICE.

SOLUTION DE CONTINUITÉ. La nature de la femme, où il y a en effet une
sorte d’interruption de surface.

    _Bref aussitôt qu’il aperçut l’énorme
    Solution de continuité,
    Il demeura si fort épouvanté,
            Qu’il prit la fuite._

      LA FONTAINE.

SONNER LE BOUTON OU LE TOCSIN. Branler une femme ou un homme,—la femme
avec le doigt, l’homme avec la main.

    _Le cochon sonnait le tocsin
    Sur le bouton de son vagin
    Avec son médium sans corne._

      A. WATRIPON.

    _Tout aussitôt sur son lit il la couche,
                Sonne au bouton!
    La reine alors, déchargeant dans sa bouche,
                Dit que c’est bon!_

      (_La Gastibelzade._)

SONNER SON FILS. Se branler.—L’expression, très juste comme image, a
été trouvée par une dame, Mme Octave, actrice du Vaudeville.

On dit encore: _Agacer le sous-préfet_, _Se balancer le Chinois_,
_Crier Vive l’Empereur_, _Se donner une Saragosse_, _Se polir la
colonne_, _Épouser la veuve Poignet_, _Se coller une douce_.

SOTTISES (Faire des). Peloter une femme, quand on est homme; patiner un
homme, quand on est femme; copuler.

    Enfin, finalement, a’ vous été contents?—Oui.—Il n’a pas fait d’
    sottises?—Si tu veux...

      H. MONNIER.

SOULAGER (Se). Dépenser son sperme en baisant une femme, ou en se
masturbant,—ce qui allége d’autant les rognons.

    Pauvre chat! Eh bien, tu vas te soulager, mon chéri, je te le
    promets.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

SOUPE ET LE BŒUF (La) ou _le bouilli_. L’ordinaire conjugal:—les mêmes
_bonjours_, les mêmes _bonsoirs_, les mêmes coups tirés par le même
homme,—avec la même femme.

    Parce qu’enfin, voyez-vous, du nectar et de l’ambroisie, c’est
    toujours la même chose que de l’ambroisie et du nectar. Junon,
    Flore, etc..., tout ça est bel et bon; mais c’est toujours
    la soupe et le bouilli; tandis qu’il y a là-bas, chez le
    papa Desnoyers, des brunettes, et de la piquette qui nous
    ravigoteront.

      ÉMILE DEBRAUX.

SOUS LE LINGE. A nu, sans chemise.

    Je suis pourtant curieuse de voir comme elle est sous le linge.

      LA POPELINIÈRE.

SOUTENEUR. Homme sans préjugés qui, en cas de quelque attaque, doit
servir de défenseur aux putains. En retour, il exige d’elles une
bonne partie de l’argent qu’elles gagnent à la sueur de leur con.—Le
souteneur est le mari modèle. Il est cocu, c’est convenu d’avance
avec sa femme. Mais il ne doit pas songer à la faire _cornette_.
Il doit la monter régulièrement une ou deux fois par semaine; mais
dans l’intervalle, il ne faut pas qu’il s’avise de penser même à une
autre femme, encore moins d’en approcher. Malheureusement, chez les
souteneurs, c’est comme chez les maris: il en est peu de vraiment
honnêtes et sur qui une femme puisse compter sans réserve.

    _J’ suis le roi des souteneurs!
      Je connais la savate!
    Au billard, faut m’ voir, j’épate
      Les vrais amateurs._

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

SOUTENIR LE CHOC. Se dit en parlant d’une femme que l’on baise, et à
qui l’énergie de l’assaut ne fait pas peur.

    Il faudrait surtout avoir soutenu durant toute la nuit un
    entretien très vif avec une nonne charmante.

      LOUVET.

SPERME. Graine d’enfants que l’on sème (σπειρω) dans le ventre de la
femme,—terre souvent féconde, et souvent bréhaigne aussi, selon la
qualité de la semence, ou la vertu du semoir.

    Nul rafraîchissement ne la lui peut ôter si bien qu’un bain chaud
    et trouble de sperme vénérique.

      BRANTÔME.

    _Le sperme n’est pas l’or potable
    Qui vous nourrit au lieu de pain;
    Durant que votre con tient table
    Votre ventre crie à la faim._

      THÉOPHILE.

    _La bonne Alix, curieuse, s’avance,
    Voyant jaillir ce sperme merveilleux._

      PIRON.

    _Et lorsque du plaisir est arrivé le terme,
    Dans ma bouche je sais encor garder le sperme._

      L. PROTAT.

SUCCUBE. Homme qui consent à servir de femme à un autre homme, et qui
fait le dessous pendant qu’il fait le dessus.

    SUCCUBES. On appelle ainsi les patientes dans les combats
    amoureux de femmes à femmes. _Confession de Mademoiselle Sapho_,
    suite du _Cadran des plaisirs de la Cour_, p. 257.

    _Quand il consommait son Kabyle,
    On entendait sous le gourbi
    Au milieu de la nuit tranquille,
    Le succube pousser ce cri..._

      AL. POTHEY.

SUCER. Passer la langue sur le membre viril pour l’amener à érection,
et le faire décharger.

    _Que les chiens sont heureux!
    Ils se sucent la pine,
    Ils s’enculent entre eux!_

      TH. GAUTIER.

        _Je voudrais être chien
        Car du soir au matin
    Je pourrais me sucer la pine._

      DUMOULIN.

    _Cependant, en suçant, il est bon que la main
    Joue autour des roustons un air de clavecin._

      L. PROTAT.

SUCER LE CLITORIS. Gamahucher.

            _Il te faut, à tout prix,
            Sucer des clitoris,
            Et si l’antiquité
    Ne l’eût pas fait, tu l’aurais inventé._

      J. DUFLOT.

SUCER UN HOMME. Lui passer habilement et doucement la langue le long du
membre, autour et dessus, jusqu’à éjaculation complète.

    _Pourtant il leur manque, en somme
    (Ce qui vaut bien un écu),
    De savoir sucer un homme._

      DE LA FIZELIÈRE.

SUCEUSE. Femme qui fait profession de donner aux hommes du plaisir sans
peur. C’est la fellatrice des anciens.—La suceuse rend à l’homme le
service que le gamahucheur rend à la femme, et dans les deux cas, c’est
la langue qui fout.—Il y a à Paris, dans le faubourg Montmartre, une
maîtresse suceuse, appelée la _Pompe funèbre_,—de l’ameublement d’ébène
et de soie noire de son appartement.

SUÇON. Empreinte que laissent les lèvres d’un amant sur le cou, les
joues ou la bouche de sa maîtresse, de façon à l’empêcher, pendant
quelques jours, de se montrer aux regards malins du public, qui connaît
parfaitement ce petit timbre bien accusateur.

SUCRE (pour _suc_, probablement). Le sperme de l’homme, dont les femmes
sont si friandes et dont elles ont souvent plein la bouche.

    _Trouvant mon linceul tout souillé,
    Et mon pauvre vit barbouillé
    De sucre plus blanc que l’albâtre._

      (_Cabinet satyrique._)

    Comment, vous appelez donc cela du sucre, mademoiselle?

      D’OUVILLE.

SUCRE D’ORGE (Le). Le membre viril—que les filles d’Eve, toujours
portées sur leur bouche, aiment tant à sucer.

              _George, George,
    Donne-moi de ton sucre d’orge._

      (_Ancienne chanson._)

SUFFIRE À SOI-MÊME (Se). Faire de la prestidigitation à son profit—et
en l’honneur d’Onan.

        _J’étais dans l’âge où la nature
        Eveille nos sens au plaisir...
    Quand à propos un abbé pâle et blême,
    Trois fois par jour répétant la leçon,
    M’apprit l’ moyen de m’ suffire à moi-même:
    J’ai, mes amis, toujours été cochon._

      (_Parnasse satyrique._)

SUPERLATIVES DÉLICES (Les). Le moment où l’homme et la femme, mêlant
leurs ondes spermatiques, se pâment sous l’excès de jouissance qui en
résulte.

    _Plaisirs inconnus des dieux,
    Superlatives délices!..._

      BÉRANGER.



T


TABERNACLE. La nature de la femme, où l’on serre précieusement le
dieu—des jardins.

    Elle est belle, ma Joséphine! elle a un chouette maître-autel!...
    un rude tabernacle!...

      TISSERAND.

TABLIER DE SAPEUR. Motte bien garnie de poils, noirs, blonds ou rouges,
longs ou frisés... On dit aussi: _Barbe au con_.

    Clara, elle, avait une gorge superbe, des fesses splendides,
    et un adorable petit con, protégé par un formidable tablier de
    sapeur.

      J. LE VALLOIS.

TABLIER LÈVE (Son). Se dit d’une fille qui s’est laissé faire un enfant
et qui ne peut plus dissimuler sa grossesse.

TACHER UNE FEMME. Répandre à son intention—et quelquefois à son
profit—un peu de liqueur séminale, en se branlant devant elle ou en la
baisant en robe.

    _Mais v’là que j’ vous tache, mam’zelle,
    C’est la faute de vot’ bretelle:
    Plus qu’ mon amour elle tenait._

      BÉRANGER.

TAMBOURINER. Jouir d’une femme, en frappant son ventre à coups de cette
baguette qu’on appelle le membre viril.

    _Ma foi, s’il se perd sous ma jupe,
    Nous le ferons tambouriner._

      (_Chanson anonyme moderne._)

TANTE. Homme qui sert de femme aux pédérastes actifs.

    Enfants, on les appelle _mômes_ ou _gosselins_; adolescents, ce
    sont des _cousines_; plus âgés, ce sont des _tantes_.

      MOREAU CHRISTOPHE.

TAPER DANS LE TAS. Étant donné que:—le théâtre représente un atelier de
brocheuses, de modistes ou de couturières. En vrai bandeur, vous faites
votre choix; mais ne voulant pas faire four, vous _tapez_ d’abord la
plus facile, qui a bientôt une confidente que vous _tapez_ aussi. La
deuxième excite la curiosité d’une troisième, d’une quatrième, et...
vous arrivez à réaliser le proverbe:

    Qui en a vu une, les connaît toutes.

TAPER DANS L’ŒIL. Commencer à plaire à quelqu’un—ou à
quelqu’une;—séduire par la grâce, l’esprit, la parole ou le geste.

    _Ma petite poulette,
    Dans la rue Montorgueil,
    Ton p’tit nez en trompette,
    Il m’a tapé dans l’œil.
        Laïtou, etc._

      AL. DALÈS.

TAQUINER LE BOUTON, soit de la gorge, soit du clitoris. Promener
habilement l’index sur l’extrémité du sein ou du clitoris d’une femme
afin de la faire bander et jouir.

    _La gauche, autour du cou bien doucement passée,
    Taquine le bouton de la gorge agacée._

      L. PROTAT.

TAQUINER LE HANNETON. Branlailler un homme, dont le membre ne sait pas
trop ce qu’il veut, à ce point qu’il donnerait de la tête aussi bien
dans un con que dans un cul.

              _... Le Suédois, dit-on,
    Aime qu’on lui taquine un peu le hanneton._

      L. PROTAT.

TÉMOINS À DÉCHARGE. Les deux roustons, qui, lorsque le vit est en
cause, ont de quoi le faire décharger.

    _Suivant les témoins à décharge,
    Le vol doit être récusé.
    —Les imposteurs! répond Glycère,
    N’écoutez pas leurs faux rapports,
    Ils n’ont rien vu, c’est bien sincère,
    Car tous les deux étaient dehors._

      VAUBERTRAND.

    ... L’abbé... avoit en ses jeunes ans perdu ses deux témoins
    instrumentaires... en descendant d’un bellocier: c’est un prunier
    sauvage...

      (_Contes d’Eutrapel._)

    Les dames rirent assez de Castor, qui était resté sans témoins.

      P. DE LARIVEY.

TEMPÉRAMENT. Ardeur amoureuse.

    _Qui sait, hélas! si ton tempérament
    Ne trahit pas ton malheureux amant._

      VOLTAIRE.

    Né avec un tempérament de feu, je connus à peine ce que c’était
    qu’une belle femme que je l’aimai.

      DIDEROT.

    _Pinc’-moi plutôt un d’ ces grands drôles
    Qui crèvent de tempérament,
    Larges des reins et des épaules:
            C’est du nanan._

      E. DEBRAUX.

TEMPLE DE CYPRIS. La nature de la femme, où nous faisons tous nos
dévotions à genoux, de la langue et de la queue.

    _Lors il n’y a tétons ni fesse rebondie,
    Cuisse, ventre, nombril, ni temple cyprien,
    Que je ne baise, ou tâte, ou retâte, ou manie._

TENDRE SA ROSETTE. Se laisser enculer par un homme.

TENIR LA CHANDELLE. Avoir des complaisances honteuses pour un commerce
de galanterie; se faire maquereau.

    _Quand vous venez, à Fabrice dit-elle,
        Me faire tenir la chandelle
    Pour vos plaisirs jusque dans ma maison._

      LA FONTAINE.

    _A son destin j’abandonne la belle,
    Et me voilà; des esprits comme nous
    Ne sont pas faits pour tenir la chandelle._

      PARNY.

    Tu m’as pris pour un imbécile... Comment! moi j’irais tenir la
    chandelle!

      JAIME fils.

TENIR UNE MAISON. Avoir un bordel, qu’on autorise seulement les femmes
à tenir, à leurs risques et périls: seul commerce qui aille bien!

    Tu connais pas Morin, qu’est de la police?... qui vit à Rouen,
    rue Ricardière, cont’ la rue aux Ours, avec eune femme qui tient
    eune maison?

      H. MONNIER.

TESTICULES. Les témoins du duel amoureux. Voir _Témoins à décharge_.

TÉTASSE. Mot grossier signifiant une mamelle pendante.

    _Les tétons deviennent tétasses._

      G. COQUILLART.

    _Cette mère des gueux, cette vieille carcasse
    D’un linge sale et noir resserre sa tétasse._

      THÉOPHILE.

TÊTE-À-TÊTE. Conversation à deux, qui a lieu n’importe où, dans une
chambre, dans un fiacre, sur l’herbe, sur une chaise,—et la plus
éloquente, puisqu’on n’y parle pas, ou qu’on y parle peu, et qu’en
revanche on y agit beaucoup.

    J’eus pourtant malgré tout cela quelque tête-à-tête impromptu
    avec Sa Grandeur. Il est si doux d’escamoter de temps en temps
    quelque chose d’une rivale qui en fait autant.

TÊTE-BÊCHE (Faire). Se placer de façon que la tête de l’homme soit
entre les cuisses de la femme, à la hauteur de son con, qu’il
gamahuche, et que la tête de la femme soit entre les cuisses de
l’homme, à la hauteur de sa pine, qu’elle suce.

    _Mais quand parfois il trouve une motte bien fraîche,
    Ce qu’il aime avant tout, c’est faire tête-bêche._

      L. PROTAT.

TÉTONNIÈRE. Femme amplement pourvue de mamelles.

    Dans le cabaret où ils soupaient servait une grosse tétonnière
    d’Andalousie.

      PIGAULT-LEBRUN.

TÉTONS. La gorge d’une femme.

    _Sur un col blanc, qui fait honte à l’albâtre,
    Sont deux tétons, séparés, faits au tour,
    Allant, venant, arrondis par l’amour._

      VOLTAIRE.

    Donne-moi tes tétons.

      LA POPELINIÈRE.

    _Comme le gland d’un vieux qui baise
    Flotte son téton ravagé._

      (_Parnasse satyrique._)

    _Si son cœur est de roche.
    Ses tétons n’en sont pas._

      J. DUFLOT.

THÉÂTRE DE LA NATURE. Le con, où le vit a ses entrées comme acteur ou
protecteur, en payant soit de son argent, soit de sa bonne mine.

    «Ce théâtre a pour avant-scènes deux colonnes de marbre blanc;
    il ne possède qu’un seul décor, lequel représente un buisson avec
    une fontaine au milieu.

    Le trou du souffleur est par derrière, ainsi que l’orchestre,
    composé d’un seul musicien qui exécute avec son instrument à vent
    une ouverture sur les motifs de: _sentir_ avec ardeur.

    Quand l’acteur principal entre en scène, il a toujours l’aspect
    dur et imposant; il a avec lui deux confidents, deux amis
    inséparables qui l’attendent dans la coulisse. Quand l’acteur
    quitte la scène, il est triste et abattu... il pleure.

    La directrice est libre de donner plusieurs représentations de
    suite, et, pour peu que l’acteur principal la trouve aimable, et
    à son gré, plein de verve et d’éloquence, il rentre en scène avec
    un nouveau transport,—à moins de raisons _majeures_.

    —Tous les mois, le théâtre fait relâche. Il l’annonce par une
    affiche rouge sur laquelle on applique une bande blanche. Pendant
    ce temps, l’acteur est libre de donner des représentations
    en ville, mais, gare à lui!... Souvent il se fatigue, revient
    malade... Alors, la directrice se plaint et l’administration
    _coule_!!!


    NOTA: La directrice accorde quelquefois des entrées de faveur.»

TIRE-BOUCHON AMÉRICAIN. C’est la tocade de toutes les grisettes. Elles
font asseoir l’homme sur une chaise, mettent son bouchon au vent; puis,
s’asseyant à cheval sur lui et s’appuyant sur le dos de la chaise,
elles se font entrer le dit bouchon dans le con tant qu’elles peuvent,
le tirent, se renfoncent dessus, jouissent comme des carpes pâmées, et
s’en donnent ainsi jusqu’à ce qu’elles soient tout à fait échinées.

    Quoique Cornélie soit partie, le plaisir n’est pas parti avec
    elle; monte chez moi, je serai bien aimable, et je te ferai le
    tire-bouchon américain.

      (_Fantaisiste_, I, 179.)

TIRELIRE (Briser sa). Perdre son pucelage,—ce trésor que les mères
veulent forcer les filles à garder pendant seize ou dix-huit ans.

    _Maman, apprenez qu’un voleur
    M’a pris la pièce qu’on admire;
    Mais ce qui me met en fureur,
    C’est qu’en brisant ma tirelire,
    Tout haut chantait le sacripant,
            Zi, zi, pan, pan!_

      L. FESTEAU.

TIRER. Baiser une femme.

    _Et dans un bois, je savais la tirer._

      E. DEBRAUX.

    _Aimes tu mieux en gamine
    Tirer l’ coup du macaron?_

      SAUNIÈRE.

    _Montrez à ma mère
    Tout votre savoir,
    Elle va vous faire
    Tirer dans le noir._

      (_Les Archers de l’amour._)

    _A ce prix-là, dans toute la boutique
    De faire un choix j’eus la permission
    Et je montai pour tirer une chique..._

      (_Chanson anonyme moderne._)

    _Je vais tirer mon coup, ma crampe, ou bien ma chique,
    Dit un futur Gerbier..._

      L. PROTAT.

    _Réclamant aux vieillards libidineux ses gants,
    Et tirant tous les jours des coups extravagants._

      A. GLATIGNY.

    _J’ vois que vous y prenez goût.
    Mais je n’ tir’ jamais qu’un coup._

      F. DE CALONNE.

TIRLIBERLY. Mot forgé pour désigner le membre viril.

    _Et retroussé jusqu’au tirliberly,
    En laisse voir un tout des plus superbes._

      GRÉCOURT.

TIV. Anagramme de _vit_.

    _Polidor, amoureux d’une beauté sauvage,
    Prit en sa main son tiv rouge comme un tison,
    Et dit: Faut-il, hélas! que je meure en servage,
    Ayant dedans ma main la clef de ma prison!_

      GOMBAULD.

TOISON. Les poils qui garnissent l’entrée du con.

    _Pour garder certaine toison,
    On a beau faire sentinelle,
    C’est temps perdu lorsqu’une belle
    Y sent grande démangeaison._

      LA FONTAINE.

    _Au soleil tirant sans vergogne
    Le drap de la blonde qui dort,
    Comme Philippe de Bourgogne
    Vous trouveriez la toison d’or._

      TH. GAUTIER.

    _Va sur Acomat au poil raide,
    Sur Fatime, à la toison d’or._

      B. DE MAURICE.

TOMBER SUR LE DOS. Se faire baiser.

    Tiens! v’là Victoire qui _roule sa bosse_.

    —Pauvre fille! si gentille, si sage... car enfin elle ne sort
    jamais.

    —Parbleu! elle sera tombée dans l’escalier; c’est là qu’elle aura
    attrapé ça.

      (_Souvenirs de carnaval._)

    _Mais aussi qui ne tombe pas
    Au premier mot qu’on lui dise._

      BUSSY-RABUTIN.

    Ce sont filets et piéges pour donner le saut et faire tomber à la
    renverse les femmes et les filles.

      NOEL DU FAIL.

TORDION. Vieux mot signifiant remuement, employé pour exprimer les
mouvements lascifs faits dans l’acte vénérien.

    _Et inventa la bonne dame
    Mille tordions advenants,
    Pour culeter à tous venants._

      CL. MAROT.

    Il semble à ce pauvre homme qu’elle avait appris ces tordions
    d’un autre maître que lui.

      B. DESPERRIERS.

    Elle ne se put en garder de faire un petit mobile tordion de
    remuement non accoutumé de faire aux nouvelles mariées.

      BRANTÔME.

    Elle a pour le moins trente-cinq ans sur la tête, ce qui me fait
    croire qu’elle a oublié tous ces petits tordions et gaillards
    remuements, qui chatouillent la jeunesse.

      P. DE LARIVEY.

TORTILLER DU CUL, ou DES FESSES. Se trémousser sous l’homme.—Hésiter,
faire des manières.—On dit aussi: tortiller de la crinoline,
c’est-à-dire: se déhancher, soit en dansant, soit en marchant pour
allumer les galants.

      _Quand on va boire à l’Ecu
    N’ faut pas tant tortiller du cu._

      VADÉ.

    _Quand tout sommeille aux alentours,
    Hortense, se tortillant d’aise,
    Dit qu’elle veut que je la baise
            Toujours, toujours._

      A. PRIVAT D’ANGLEMONT.

    _Au miché je sais battre un ban;
    Je sais tortiller de l’échine._

      (_Chanson anonyme moderne._)

TOUCHER. Faire l’acte vénérien.

    La belle fille qui voulait être touchée au bas du ventre.

      (_Moyen de parvenir._)

    _Ecoute, mon mignon, contemple
    Du bon Joseph les saints exemples,
    Qui ne toucha sa sainte dame._

      JODELLE.

    _Mais si un amoureux la touche,
    Elle repartira du cu,
    Encore mieux que de la bouche._

      (_Cabinet satyrique._)

    Où le mari, parce qu’il la touchait quelquefois, pensait avoir
    part.

      BRANTÔME.

    _N’ayant touché que vous, je n’en puis rien savoir._

      J. DE SCHÉLANDRE.

    Mais il ne lui touchait que quand la fantaisie lui en prenait.

      TALLEMANT DES RÉAUX.

    _Il ne lui touche point, vit dedans l’abstinence._

      LA FONTAINE.

    _Phébus, au même état où je me suis couchée,
    Me trouve le matin sans que l’on m’ait touchée_

      (_Épigrammes._)

    Elle lui dit que s’il la touche, elle criera.

      CH. SOREL.

            _Femme gentille et sage
    Est un trésor; mais il n’y touche point._

      PARNY.

TOUCHER (Se). Se livrer à la masturbation, à ce plaisir solitaire que
Martial appelle si justement _gaudia fœda_, et dont tant de jeunes gens
sont morts,—sans compter le compositeur Bellini. Les murs de Paris
ont été longtemps couverts de cette légende: _Galimard se touche_.
Serait-ce vrai, Seigneur!

TOUCHER LA GROSSE CORDE. Patiner le membre viril et le faire résonner
sur le ventre.

TOUPET (Avoir du). Avoir la motte bien garnie.

    Ce n’est point là le conin que vous aviez au couvent; il n’y
    avait que du poil follet, du duvet, et je tiens là un toupet. Un
    vrai toupet.

      LA POPELINIÈRE.

TOUPIE. Femme de mauvaise vie, mais de bonne volonté, qu’on fait
tourner comme on veut—en y mettant le prix.

    Misère et corde! c’est déjà des histoires pour des toupies.

      GAVARNI.

TOUR DE BITUME. Promenade des filles sur les boulevards, pour
raccrocher des hommes et les ramener, soit au bordel, si elles sont en
maison, soit dans leur appartement lorsqu’elles sont chez elles.

    Allons! voilà mon tour de bitume arrivé... Au persil! au
    persil!...

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

TOUR DE FESSE. L’acte vénérien.

    _Francine, trop chaude du cu,
    Pour mieux couvrir ses tours de fesse,
    Voulait épouser un cocu._

      THÉOPHILE.

TOURNER DE L’ŒIL, TOURNER LA PRUNELLE. Montrer le blanc des yeux en
jouissant.

    _Tu tournes la prunelle...
    Tu vas jouir... ma belle..._

      MARC-CONSTANTIN.

TRACASSER LES COUILLES D’UN HOMME. Lui faire patte d’araignée, afin de
le faire bander lorsqu’il est réfractaire.

    De l’autre main tracasse-moi les couilles... là... là... tout du
    long.

      LA POPELINIÈRE.

TRAÎNÉE. Fille de mauvaise vie, qui traîne sa jeunesse quand elle est
jeune, sa beauté quand elle en a, dans tous les endroits où vont les
hommes et où elle ne devrait pas aller.

    Elle sera heureuse avec lui... si elle ne fait pas la traînée
    avec lui, par exemple.

      EUG. VACHETTE.

TRAÎNER SON BOULET (ou sa chaîne). Terme populaire qui signifie: avoir
toujours sa femme légitime au bras, sur le dos, ou sous la pine.—Le
mariage étant une chaîne, on en a pour jusqu’à la fin des jours de l’un
ou de l’autre.

TRAITS. Infidélités qu’un homme fait à une femme, ou une femme à un
homme; coups tirés illégalement.

    Son mari lui avait fait tant de traits qu’elle l’avait quitté.

      CHAMPFLEURY.

                  _. . . Devant monsieur le maire
    J’ai solennellement promis de ne pas faire
    De traits à mon époux..._

      L. PROTAT.

TRAVAIL. Prostitution; fouterie intéressée.

    _Au nom de Dieu, dedans le tête-à-tête,
    A ton flâneur donne de l’agrément;
    Dans le travail, rappelle-toi, Jeannette,
    Que t’es pas là pour ton amusement._

      L. FESTEAU.

    Que tu travailles bien aussi!... fort! fort!... ma mignonne, tu
    me ravis!...

      LA POPELINIÈRE.

    _Tu passes toutes tes soirées
    Chez Dautun le marchand de vin:
    Les autres femmes, plus rusées,
    Travaillent du soir au matin._

      DUMOULIN.

                _Epous’s d’ultras,
                Nièc’s de prélats,
    Tout ça travaille et n’ se numérot’ pas._

      BÉRANGER.

    _O femelle divine,
            Crois-moi!
    Fais travailler ma pine
            Sur toi!_

      EUG. VACHETTE.

TRÉMOUSSER (Se). Jouer des fesses et des reins. S’agiter sous
l’homme,—ou sur la femme, selon le plaisir que l’on ressent et que l’on
veut faire partager, afin d’arriver à la jouissance mutuelle.

    _Amusez-vous, trémoussez-vous,
          Amusez-vous, belles;
    Amusez-vous, ne craignez rien,
          Trémoussez-vous bien._

      DÉSAUGIERS.

    _Quoiqu’usé, le vieux Mondor
      Pour Lisette soupire;
    L’âge a rouillé son ressort,
    Mais il se trémousse encor...
              Pour rire._

      PITON.

TRENTE POINTS (Les) qui constituent la beauté des femmes, sont,—je cite
d’après Brantôme:

    Trois choses blanches: la peau, les dents et les mains.
    Trois noires: les yeux, les sourcils et les paupières.
    Trois rouges: les lèvres, les joues et les ongles.
    Trois longues: le corps, les cheveux et les mains.
    Trois courtes: les dents, les oreilles et les pieds.
    Trois larges: la poitrine, le front et l’entre-sourcils.
    Trois étroites: la bouche, la ceinture et le con.
    Trois grosses: le bras, la cuisse et le mollet.
    Trois déliées: les doigts, les cheveux et les lèvres.
    Trois petites: les seins, le nez et la tête.

TRIBADE. Mot grec (τριβος) signifiant une femme qui abuse de son sexe
avec une autre femme.

    Les tribades s’adonnent à d’autres femmes ainsi que les hommes
    mêmes.

      BRANTÔME.

            _Tribades, mes amours,
            Sacrifions toujours
            Dans ce temple où Venus
    Garde pour nous ses trésors inconnus._

      J. DUFLOT.

    Tribadie: amour d’une femme pour une autre, très répandu dans les
    pensionnats de jeunes filles et dans les couvents de femmes.

      Comtesse DE N***.

    _Dans cette Grèce aujourd’hui qu’on renomme
    Que faisiez-vous, vierges du Parthénon?
    Que faisiez-vous, ô vestales de Rome?
    Vous tribadiez en l’honneur d’Apollon._

      J. DUFLOT.

TRICHER. Forcer, par un habile coup de cul, le membre de l’homme à se
retirer au moment où il va décharger son sperme, pour ne pas s’exposer
à faire d’enfants,—ce qui est peut-être prudent, mais, en tout cas,
malhonnête, volant qui triche.

    _Pour nous, femmes sages,
    Hors de nos ménages,
    Il faut jouir peu,
    Ou tricher au jeu.
    Tricher! quelle gêne!
    On conçoit sans peine,
    Quand on est expert,
    Tout ce qu’on y perd._

      BÉRANGER.

TRICOTER DES FESSES. Les remuer vivement dans l’acte vénérien, pour
mieux jouir ou pour mieux faire jouir l’homme.

TRIPIÈRE. Femme ou fille à la gorge mal faite,—ou trop fournie.

    Madame de Bassompierre, qui n’était ni jeune ni belle, et qui
    n’avait pour elle que son embonpoint et ses grands airs, ne
    manquait pas de galants... Le Plessy-Guénégaud s’amusait à payer
    cette grosse tripière comme un tendron, parce qu’elle était de
    qualité.

      P. DUFOUR. (_Hist. de la prostitution._)

TRIPOTER UNE FEMME. Polissonner des mains avec elle, lui prendre le cul
et les tétons.

            _Je tripote,
            Je bahote
    Près de la cambuse aux crottes._

      (_Parnasse satyrique._)

TRIQUEBILLES. Vieux mot employé pour désigner les testicules.

    _Qu’on me coupe les triquebilles!_

      (_Cabinet satyrique._)

TROISIÈME SEXE (Le). Celui auquel appartiennent les pédérastes et les
gougnottes.

    —Je ne mène pas là votre seigneurie, dit-il, car c’est le
    quartier des tantes,—Hao! fit lord Durham, et qu’est-ce?—C’est le
    troisième sexe, milord.

      H. DE BALZAC.

TROMPER D’ENDROIT (Se). Enculer une femme, au lieu de la baiser,—ce qui
peut arriver, la nuit surtout, au plus honnête homme.

    _Comm’ c’est chaud! comm’ c’est étroit!
    Tiens! je m’suis trompé d’endroit!
    J’ai fait un’ fameus’ bêtise,
              Mamzell’ Lise..._

      A. DE CALONNE.

    _Me voyant traité d’la sorte,
    Il dit qu’il s’est trompé d’ porte,
    Et veut m’ fourrer son outil
    Dans un trou qu’ j’ai sous l’ nombril._

      (_Parnasse satyrique._)

TRÔNE DU PLAISIR. La nature de la femme.

    _Si mes vœux près d’Eglé sont toujours superflus,
    Du trône du plaisir si sa main me repousse._

      COLLARDEAU.

TROU. La nature de la femme, ou l’anus.

    Les grands trous leur sont odieux, déplaisants et désagréables.

      (_Variétés hist. et litt._)

    _Nenni, non. Et pourquoi? Pour ce
    Que six écus sauvés m’avez,
    Qui sont aussi bien dans ma bourse
    Que dans le trou que vous savez._

      COLLÉ.

    _Le bout était trop gros, ou le trou trop petit._

      PIRON.

    Il fallut donc recourir aux verges... dont je vis bientôt les
    effets, par la croissance de l’allumelle de mon homme, qui,
    profitant du moment... commença à jouer au trou-madame.

      (_Mémoires de miss Fanny._)

    _Je m’y pris avec tant d’adresse
    Qu’elle me dit, plein’ de tendresse;
    Je t’accord’ le droit marital.
    Puis elle ajouta, pour final:
    Tu sais le côté qui me blesse,
    Ah! ne va pas dans le trou d’ bal!_

      (_Chanson anonyme._)

    _Au séminaire de Montrouge...
    Chacun, en amateur de cul,
    Loin de jouer au trou-madame,
    Jouait toujours au trou du cul._

      (_Chanson anonyme moderne._)

              _... La langue française
    Est encore aujourd’hui si pauvre et si niaise,
    Qu’elle n’a vraiment pas deux termes pour nommer
    Ce petit trou mignon qui sait si bien charmer._

      L. PROTAT.

    Il se couche comme cela sur le ventre de la fille, et lui fourre,
    dans le trou par où elle pisse, ce long engin, avec le plus grand
    plaisir du monde.

      MILILOT.

    _Bernis chanta de Pompadour
    Les trous qu’avait formés l’amour
        Sur sa peau blanche et lisse;
    N’en déplaise à l’auteur galant,
    Moi, j’aurais chanté seulement
            Le joli trou
            Dont je suis fou,
        Le joli trou qui pisse._

      J. CABASSOL.

TROUSSER (Se faire). Se faire baiser.

    _Mais aux champs une fillette
    Se fait volontiers trousser._

      DE LA FIZELIÈRE.

TROUSSER UNE FEMME. La baiser, la femme étant aussi vite baisée que
troussée, ou femme troussée étant considérée comme foutue.

    Quoi! tu te laisses trousser tout de suite?

      LA POPELINIÈRE.

    _Lise, indignée en sentant qu’il la trousse,
    Sans doute alors se livrait aux sanglots._

      BÉRANGER.

TURLUPINER. Agacer, ennuyer, taquiner quelqu’un par paroles:—badiner,
chatouiller, patiner ou peloter quelqu’un (gestes et attouchements
réciproques)—afin de baiser ou d’être baisée.

    _Finissez donc, dame Jacq’line,
    Disait gros Pierre; j’ vas m’ fâcher,
    Où diable allez-vous me nicher?
    J’ n’aim’ pas ainsi qu’on m’ turlupine._

      BLONDEL.

L’auteur a parfaitement l’intention de faire dire au chanteur:

    _J’ n’aim’ pas ainsi qu’on m’ tir’ la pine._

TU VAS ME LE PAYER, AGLAÉ! Expression familière aux filles et à leurs
_hommes_, pour signifier cinquante choses.—C’est l’équivalent de:
_As-tu fini!_ ou de: _Des navets!_



U


ULTRAMONTAIN. Employé pour désigner un homme adonné au péché contre
nature.

    _L’ultramontain, à son culte fidèle,
    La refusait, et même avec dédain._

      PIRON.

USER (En). Faire l’acte vénérien.

    Comme si ce n’était rien que d’enlever en une soirée une jeune
    fille à son amant, et d’en user ainsi tant que l’on veut.

      DE LACLOS.

    _Lorsque Jean veut se reposer,
    S’il me plaît encor d’en user._

      BÉRANGER.

USER DES DOIGTS. Masturber une femme ou un homme.

    _Pour vous en prendre à votre sexe,
    Avez-vous mis l’autre aux abois?
    C’est peu que votre main me vexe,
    Vous usez pour vous de mes doigts._

      BÉRANGER.



V


VACHE. Fille de la dernière catégorie,—par allusion à ses énormes
tétons, sa seule beauté, et aussi à sa nonchalance de ruminante.

    _Comme on connaît les seins, on les honore._

      (_Vieux proverbe._)

    Avoue, Zidore, que ta Fifine est une bonne vache, et une vache à
    lait encore.

      LIREUX.

VAGIN. La nature de la femme, qui sert d’étui (_vagina_) à la grosse
aiguille de l’homme.

    _Le Grec se sauve en Italie;
    Le morpion grimpe au vagin
    D’une fillette assez jolie._

      B. DE MAURICE.

VAISSELLE DE POCHE. L’argent nécessaire en amour—la _braise_ avec
laquelle on chauffe les femmes.

    Il a son charme, le métier de mac, surtout au point d’ vue d’ la
    vaisselle de poche.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

    _A des pouilleux si tu t’accroches,
    Rappelle-toi qu’il t’en cuira
    Car l’amour sans vaissell’ de poches,
            C’est du caca._

      E. DEBRAUX.

VALET DE CŒUR. Le greluchon d’une femme entretenue,—qui serait mieux
appelé _valet de cul_, puisqu’il doit être toujours à la disposition de
sa maîtresse.

VALOIR LE COUP. Être passable.—Expression employée par l’homme, à
l’égard de toute femme qui, n’étant pas belle, a cependant quelque
chose qui plaît:—_Elle vaut le coup_,—c’est-à-dire: elle mérite qu’on
la baise au moins une fois.

VAUTRER (Se). Faire l’acte vénérien.

    _Est-il honnête qu’un parent
    Dessus sa parente se vautre?_

      THÉOPHILE.

VEAU. Gourgandine, fille de la dernière catégorie,—sans doute
par allusion à sa chair fadasse, plus adipeuse que musculée, plus
lymphatique que sanguine, qui ne donne pas le moindre appétit.

    _Un soir, à la barrière,
            Un veau
    Tortillait son derrière
            Bien beau._

      EUG. VACHETTE.

    _O vous, jeunes étudiants,
    De veaux si vous êtes amants,
    Craignez, craignez fort la vérole._

      A. WATRIPON.

VELLÉITÉS (Avoir, ou Se sentir des). Avoir envie de baiser une femme
quand on est homme, ou de se faire piner par un homme quand on est
femme.

    Ma chère amie, mes velléités sont passées: vous voudrez bien
    attendre qu’elles reviennent. Pour l’instant, laissez-moi dormir.

      J. LE VALLOIS.

VENDANGEUSE D’AMOUR. Fille ou femme qui a pour unique occupation
de vendanger l’amour et de tirer de la meule de son pressoir assez
d’argent pour ne pas être obligée de faire autre chose; sa grappe est
sans cesse écrasée à coups de pine, et le jus qui en sort nous grise.

    _Ces femmes.......
    Sont des vendangeuses d’amour.
    Lorsque des vignes de Cythère
    On revient, c’est au petit jour,
    A pas pressé, avec mystère._

      A. DELVAU.

    _Mets à profit sa négligence,
    Et sans alarmes jusqu’au jour,
    Viens vendanger en son absence
    Des fruits de plaisir et d’amour._

      PARNY.

VENDRE SA FLEUR. Se laisser dépuceler par un monsieur qui en a les
moyens.

          _Ces ouvrièr’s au gent minois
                Qu’on voit parfois,
                En tapinois,
    Vendre leur fleur jusqu’à cent fois par mois._

      ÉMILE DEBRAUX.

VENIR AU FAIT, AUX PRISES, ETC. Baiser,—qui est la conclusion naturelle
de toutes les minauderies de la femme et de toutes les cajoleries de
l’homme.

    Mais cependant, quand ce vient au fait, elles éprouvent le
    contraire.

      MILILOT.

    Une jeune beauté s’étant rendue amoureuse d’un jeune homme bien
    fait, lui donna tant de libertés qu’ils en vinrent à l’abordage.

      D’OUVILLE.

    _Qu’avec l’abbesse un jour venant au choc._

      LA FONTAINE.

    _Il parle trop, dit Emilie,
    Et jamais il ne vient au fait._

      DAILLANT DE LA TOUCHE.

    _C’est assez parlementé,
    Il faut en venir aux prises._

      (_La Comédie des chansons._)

    Le valet de là-dedans s’amouracha d’elle et elle de lui, de sorte
    qu’ils en vinrent aux prises.

      D’OUVILLE.

    La belle, quand ce vint aux prises, fit ouf.

      TALLEMANT DES RÉAUX.

    A peine lui donna-t-il le temps de se recoucher pour en venir aux
    prises.

      (_La France galante._)

    _Il la baisa pour en avoir raison,
    Tant et si bien qu’ils en vinrent aux prises._

      LA FONTAINE.

    Oh! monsieur, je vous remercie, nous en venons tous les deux, le
    clerc et moi.

      B. DESPERRIERS.

    Il lui demande si elle est en résolution d’en venir aux prises.

      CH. SOREL.

VÉNUS POPULAIRE (La). La fille de trottoir, qui ne demande que deux
francs pour un voyage à Cythère.

    _Amour, empoisonne mes sens.
    Et toi, Vénus la populaire,
    A toi mon hymne et mon encens._

      A. BARBIER.

    _Ces rustiques Vénus qui font les innocentes._

      ANT. MÉRAY.

    _Faut t’voir valser, comm’ t’es vive et légère;
    Tous les garçons disiont d’ toi dans le pays,
    Qu’ t’es t’un’ vraie nymphe, un’ Vénus potagère.
    J’ n’en bois ni mange et j’ n’en dors point les nuits._

      AD. PORTE.

    Nous avons eu depuis: la _Vénus aux carottes_.

VERGE. Le membre viril,—avec lequel on fouette le ventre des vierges;
_virga_, _virgo_.

    Il souhaitait qu’il pût abattre sa faim en se frottant le
    ventre, tout ainsi qu’en se frottant la verge, il passait sa rage
    d’amour.

      BRANTÔME.

    _L’académicien dit: mon vit. Le médecin:
    Ma verge...._

      L. PROTAT.

VERGER DE CYPRIS. Le pénil, autrement dit la motte de la femme, où «le
fruit d’amour rit aux yeux.»

                _Lors elle lui donna
            Je ne sais quoi qu’elle tira
    Du verger de Cypris, labyrinthe des fées._

      LA FONTAINE.

VÉROLE. Maladie vénérienne, plus commune aujourd’hui que jamais, pour
laquelle il y a à Paris un hôpital spécial, l’hôpital du Midi.

    Cent escoliers ont pris la vérole avant que d’être arrivés à leur
    leçon d’Aristote _la Tempérance_.

      MONTAIGNE.

    _Si j’ suis paumé, j’enquille aux Capucins,
          Ricord guérira ma vérole._

      DUMOULIN.

    _Vingt couches, autant de véroles
    Ont couturé son ventre affreux,
    Hideux amas de tripes molles
    Où d’ennui bâille un trou glaireux._

      ANONYME.

VEUVE POIGNET. La main qui sert à branler,—la première maîtresse des
jeunes gens, comme le médium est le premier amant de toutes les femmes.

    _Pour l’apaiser, je n’avais qu’une main:
    Je m’en servis pour écumer sa bile.
    Veuve Poignet, sans vous, qu’aurais-je fait?
    Mais avec vous, c’était chose facile._

      ANONYME.

VÉZON. Fille publique—dans l’argot des voleurs.

    _Mon père est maquereau, ma mère était vézon.
    Moi j’ai reçu le jour sous les toits d’un boxon._

      LOUIS PROTAT.

VIANDE. Femme publique.

    Je vais connaître cette maison et savoir quelle viande il y a à
    son étal, à cette boucherie-là.

      LEMERCIER DE NEUVILLE.

VIANDE DE L’HOMME (La). Son membre, dont les femmes sont si friandes et
qu’elles mettent si volontiers cuire dans leur four avec son jus.

    _Mais sans un bon morceau de viande,
    Fille a toujours le ventre creux._

      MARCILLAC.

    _Ainsi que l’a dit un grand saint,
    A l’homme s’il faut du bon vin,
    A la femme il faut de la viande._

      A. WATRIPON.

    _Pour moi, je ne suis point friande
    De tout ce gibier que l’on vend,
    Ne m’importe quelle viande
    Pourvu qu’elle soit du devant._

      THÉOPHILE.

    _Tu n’ me l’ mettras pas, Nicolas,
    Je n’aim’ que la viand’ fraîche._

      J.-E. AUBRY.

VICE (Avoir du, montrer du). Avoir l’esprit tourné vers les choses de
la fouterie; avoir pratiqué l’homme quand on est femme, la femme quand
on est homme.

    _Tout jeune, il montra bien du vice,
    Quand, perdu dans une forêt,
    Au lieu du sein de sa nourrice,
    Il se tétait le flageolet._

      AL. POTHEY.

VICIEUX (Être un). Ne songer qu’aux choses de la fouterie.

    Qu’est-ce donc qui vous prend?... Vous êtes donc aussi un
    vicieux?

      TISSERAND.

VIERGE. Fille qui n’est pas encore devenue femme, c’est-à-dire dont
le vagin n’a pas encore été habité par un membre viril,—mais dont
l’imagination a été hantée par mille visions lubriques.

    _Non, je n’appelle pas vierge une jeune fille
    Qui donne des cheveux à son petit cousin,
    Ou qui, chaque matin, se rencontre et babille
    Avec un écolier dans le fond du jardin._

      ALPH. KARR.

    Je veux mourir, si je me souviens d’avoir jamais été vierge!

dit Quartilla à Encolpe,—et beaucoup de femmes pourraient en dire
autant.

VIEUX MONSIEUR (Le). L’homme qui entretient une femme, pour le
distinguer du jeune—ou des jeunes—qu’elle entretient elle même.

    _C’était par un temps pluvieux,
    Nos bell’s n’avaient pas leurs vieux._

      A. WATRIPON.

    _Celle-là, sur un lit nonchalamment couchée,
    Par un vieux cupidon était gamahuchée._

      L. PROTAT.

    _A son âge, on n’a plus d’amour...
    —Oui, mais on a plus d’un caprice.
    Quand mon fils est par trop méchant,
    Tu sais comment je le corrige,
    —Eh! mais c’est ainsi, justement
    Que j’entretiens le sentiment
    De ce vieux monsieur qui m’oblige._

      (_Chanson anonyme moderne._)

    _Toinette, fraîche dondon,
    Chantait ainsi son martyre,
    Pensant à son vieux satyre...
    Tout en plumant un dindon._

      J. POINCLOUD.

VIGNE. Une femme; que l’on peut planter, cultiver, pour y grappiller
tout à son aise, avec les mains—et la queue.

    _Et dans la vigne du seigneur
    Travaillant ainsi qu’on peut croire._

      LA FONTAINE.

VIOLON. Membre viril,—instrument qui fait danser les femmes et les
filles.

    _Je jouais si vivement
            En c’ moment,
    Qu’ fatiguant mon bras,
    J’ai pour ses appas,
    Tant j’ mettais d’action,
    Rompu mon vi_ (ter) _olon._

      LAURENT.

VIT. «La partie qui fait les empereurs et les rois, la garce et le
cocu,» dit le vertueux Pierre Richelet.

En voici la description, d’après l’auteur du _Noviciat d’amour_:

    Ce tube est le chef-d’œuvre de l’architecture divine qui l’a
    formé d’un corps spongieux, élastique, traversé dans tous
    les sens par une ramification de muscles et de vaisseaux
    spermatiques. Il est, à son extrémité supérieure, surmonté
    d’une tête rubiconde, sans yeux, sans nez, n’ayant qu’une petite
    ouverture et deux petites lèvres, couvert d’un prépuce, retenu
    par un frein délicat qui ne gêne point le mouvement d’action
    et de rétroaction: au bas de cet instrument précieux sont deux
    boules ou blocs arrondis, qui sont les réservoirs de la liqueur
    reproductive, qu’aspire et pompe votre partie dans le mouvement
    et le frottement du coït, _id est_, de la conjonction; ces deux
    boules enveloppent deux testicules, d’où elles ont pris leur nom,
    et sont soutenues par le _ralphé_; on les nomme plus généralement
    couilles et couillons.....

      MERCIER DE COMPIÈGNE.

On dit de quelqu’un qui rougit de chaleur, de honte, de colère, ou
pour toute autre cause: Il est rouge comme un vit de noce. (Dicton
populaire.)

    _L’académicien dit: Mon vit._

      L. PROTAT.

    _Ah! je n’y tiens plus! le cul me démange...
    Qu’on m’aille chercher l’Auvergnat du coin...
    Car je veux sentir le vit de cet ange
    Enfoncer mon con—comme avec un coin._

      (_Parnasse satyrique._)

    _Si je quitte le rang de duchesse de Chaulne
    Et le siége pompeux qu’on accorde à ce nom,
        C’est que Giac a le vit long d’une aune,
        Et qu’à mon cul je préfère mon con._

      COLLÉ.

    _De Madeleine ici gisent les os,
    Qui fut des vits si friande en sa vie,
    Qu’après sa mort tout bon faiseur supplie
    Pour l’asperger lui pisser sur le dos._

      B. DESPERRIERS.

    _Quand votre vit, à jamais désossé,
    Comme un chiffon pendra triste et plissé._

      (_Chanson d’étudiants._)

VITICULTURE. Culture des vits. Expression mise en usage par les
jardinières _à-matrices_.—Ces dames, se basant sur ce que horticulture
signifierait: _culture_ des _orties_, ont créé la _viticulture_. Elles
s’y livrent, non-seulement sans crainte, mais encore avec le désir
ardent d’être souvent _piquées_. Que la récolte soit bonne ou mauvaise,
elles s’aident entre elles, et se prêtent volontiers la main—pour
l’amour de l’art.

VOIR. Faire l’acte vénérien.

    _Vous languissez quelquefois
    A la cour plus de trois mois,
    Sans que l’heure se présente,
    Et moi, bienheureux, je vois,
    Quand il me plaît ma servante._

      (_Cabinet satyrique._)

    Vous avez été pour le moins six mois à la voir journellement.

      CH. SOREL.

    _Il dit que si je la vois
    En un mois plus d’une fois,
    Il m’en coûtera la vie._

      SAINT-PAVIN.

    Le dernier homme que voit Fulvia, c’est toujours celui qu’elle
    croit destiné par le ciel à perpétuer sa race.

      DIDEROT.

VOIX (Avoir ou n’avoir pas de). Bien ou mal chanter sa partie dans le
duo de la fouterie.

    _Vous avez la courte-haleine:
    Parler d’amour une fois,
    C’est me donner la migraine!
    Monsieur n’a donc pas de voix?_

      COLLÉ.

    _Avec moi que de fois
    Il a manqué de voix._

      BÉRANGER.

VOLAILLE. Femme plus que légère, et même un peu putain.

                  _... Eh bien, canaille!
    Va donc la retrouver, et que cette volaille
    (C’est mon plus cher désir) cède à ta passion._

      L. PROTAT.

    _Ma danseus’ m’a traité d’ pochard,
        Moi j’ l’ai traité’ d’ volaille._

      J. MOINAUX.

VOLUPTÉ. Jouissance suprême obtenue, soit par la masturbation
personnelle, soit par le coït.

    _Et ce manége-là, plusieurs fois répété,
    Au suprême degré porte la volupté._

      L. PROTAT.

VOUÉ AU BLANC (Être). Vaurien qui ne sera jamais qu’un _mangeur de
blanc_: un maquereau.

VOYAGE À CYTHÈRE (Faire un). Baiser, l’acte copulatif se faisant d’une
ou plusieurs traites, selon la vigueur des deux voyageurs.

    Le marquis, qui croit qu’il s’agit d’un petit voyage à Cythère...

      JEAN DU BOYS.

WAGON. Femme de mauvaise vie,—de _dernière classe_.

Il y a aussi des _wagons de première_, réservés aux gandins riches.



X


X. 23e lettre de l’alphabet.—Sert ordinairement de masque et de
pseudonyme aux dames ou demoiselles X..., lorsque MM. les chroniqueurs
redoutent les procès ou les coups de canne.



Y


YEUX BLANCS (Faire les). Se pâmer sous l’influence de la jouissance
vénéréique.

    La grisette, qui commence à faire ses yeux blancs...

      H. MONNIER.

YEUX DE CARPE (Faire des). Montrer le blanc des yeux, se pâmer dans
l’acte copulatif.



Z


ZÈBRE. (Zef, zeb ou zif). Vit arabe, long, pointu et mince... «_comme
bouriquot_...»

    «_Dit le Turco
        Bono._»

    _Leila, tu le dis faible et ce grand point j’ignore
    Je connais le moyen de rendre un zèbr’ hardi._

      EM. DELORME. (_Chanson arabe._)

ZON (Faire). Foutre.

    _Vous avez l’œil fripon,
    Ma charmante voisine;
    Si vous ne faites zon...
    Vous en avez la mine...
    Et zon zon zon, etc._

      LATTAIGNANT.


FIN



Note de transcription détaillée:

Les accents manquants dans les entrées, écrites en petite majuscules,
ont été ajoutés. La ponctuation manquante dans les attributions a été
ajoutée (parenthèses, guillemets, points).

En plus des corrections des erreurs évidentes introduites par le
typographe, les corrections suivantes ont été apportées:

  p. 7, «ex haurire» corrigé en «exhaurire»;
  p. 9, «plait» corrigé en «plaît» («Qui se plaît à l’affaire»);
  p. 10, «cor» corrigé en «cœur» («cœur étant mis là pour cunnus»);
  p. 30, «bon» corrigé en «bons» («de bons greniers»);
  p. 37 «cheveux» corrigé en «cheveu» («Avoir un cheveu»);
  p. 57, «conservation» corrigé en «conversation»
          («dans la conversation»);
  p. 88, «de» corrigé en «des» («La Comédie des chansons.»);
  p. 101, «Le» corrigé en «Ce» («Ce damoiseau»);
  p. 119, «oublirai» corrigé en «oublierai»
          («Mais j’oublierai cette folle»);
  p. 121, «La Fizelière.» corrigé en «De la Fizelière.»;
  p. 168, «jeux» corrigé en «jeu» («Ce doux jeu»);
  p. 187, «veux» corrigé en «veut» («Et veut que chaqu’ jour»);
  p. 195, «neufs» corrigé en «neuf» («Foutre des neuf»);
  p. 195, «aiselle» corrigé en «aisselle» («en aisselle»);
  p. 205, «Bienne» corrigé en «Bien» («Bien arranger un homme»);
  p. 230, «vos» corrigé en «nos» («A ceux qui dans nos bras»);
  p. 243, «pudibon» corrigé en «pudibonds» («des gens pudibonds»);
  p. 267, «Dhautel» corrigé en «d’Hautel»;
  p. 285, «refuses» corrigé en «refuse» («Ne refuse pas votre bien»);
  p. 344, «Parce» ajouté dans «Parce qu’enfin, voyez-vous,»;
  p. 366, «laissez» corrigé en «laisser» («Se laisser dépuceler»).

Il manque vraisemblablement un mot dans la définition de «Entrée en
danse», en page 154: «...les agréments y [étants] attachés.»

Le livre numérisé utilisé comme source est disponible auprès de Galica:
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k50519s.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Dictionnaire érotique moderne" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home