Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 2504, 21 février 1891
Author: Various, L'Illustration-
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 2504, 21 février 1891" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'ILLUSTRATION
Prix du Numéro: 75 centimes.

SAMEDI 21 FÉVRIER 1891
49e Année.--Nº 2504.

L'IMPÉRATRICE FRÉDÉRIC
Photographie Vianelli.



[Illustration: COURRIER DE PARIS]

SAVEZ-VOUS qu'à ne lire que les journaux, on ne se croirait pas
facilement en l'an de fin de siècle 1891?--Il n'est question dans toutes
les feuilles que de noms d'un autre âge et de discussions d'une autre
époque: Talleyrand, Marat, Robespierre et le coup d'État de Thermidor,
sans compter le décret de Moscou.

Talleyrand domine, du reste. Je n'ouvre pas une revue sans y trouver des
extraits de ses _Mémoires_, pas une gazette sans y rencontrer des
anecdotes ou des jugements sur sa vie. Tous les bons vieux mots qui ont
couru les _anas_ reparaissent et pullulent: _La parole a été donnée à
l'homme pour déguiser sa pensée.--Méfiez-vous du premier mouvement,
c'est le bon_, etc., etc.

Quelques-unes de ces formules sont authentiques, les autres sont
controuvées, mais tout fait nombre. On peut dire que le moment présent
appartient à M. de Talleyrand.

Je crois bien cependant que ses _Mémoires_ n'obtiendront pas le succès
de curiosité qu'on attend, ou plutôt je prévois que cette curiosité sera
quelque peu déçue. On nous a trop révélé de gens et de menus faits
relatifs à Talleyrand. Il est trop connu. On l'a vu de tous les côtés,
dans toutes les poses, assis, debout, couché, en habit de cérémonie et
en déshabillé de robe de chambre. Les _Mémoires_ viennent trop tard. Il
a mis trop de coquetterie à reculer son caquetage posthume. La postérité
lui dira, comme au foyer de l'Opéra:

--On te connaît, beau masque!

Je me rappelle de Talleyrand un croquis inoubliable signé Lamartine. Le
poète nous montre le diplomate causant sur un canapé, à Londres, je
crois, et disant avec une admirable impertinence et un dédain suprême de
l'opinion:

--On m'a accusé d'avoir commis des crimes! Fi donc! j'ai à peine commis
des fautes!

Mais, qu'on le connaisse peu ou prou, qu'on le reconnaisse ou qu'on le
méconnaisse, il n'est pas décent depuis quelque temps de n'avoir pas
d'opinion sur M. de Talleyrand. Il est à la mode. Son nom est sur le
tapis de toutes les conversations. Révérence parler, c'est comme Marat.

Qui eût pu croire que Marat serait bientôt à l'ordre du jour? Tout le
monde ignorait, et le gouvernement avec tout le monde, que la statue de
Marat figurât en plein air sur une pelouse du parc de Montsouris. On va
moins volontiers à Montsouris qu'au bois de Boulogne, et la statue de
Marat, par le sculpteur Baffier, pouvait demeurer longtemps ignorée. Je
ne sais quel sénateur s'est avisé de la signaler à qui de droit, et
quelques jours après on a emporté, de Montsouris au dépôt des marbres, à
Auteuil, la statue de celui dont le poète Paul Verlaine, grand-maître
des décadents, a dit en un vers célèbre:

        Jean-Paul Marat, l'ami du peuple, était très doux...

Là-dessus, réclamations, protestations. Ceux qui ont déboulonné la
Colonne accusent le préfet d'avoir déboulonné Marat, et l'impriment. On
verse autant d'encre et on parle autant d'interpellation pour ce Marat
que pour _Thermidor_. Notre temps se passe en des polémiques
rétrospectives, et les plaisants répètent les verselets d'Edmond Texier,
sortant de la représentation de _Charlotte Corday_:

        Marat assassiné! Quel malheur pour la France!
        Pour un bain qu'il a pris il n'a pas eu de chance!

Je ne sais qui proposait d'offrir ce Marat de Baffier à l'empereur
d'Allemagne, puisque maintenant le jeune souverain se tient si fort au
courant de notre mouvement artistique.

--Drôle de situation faite à l'art français, disait l'autre jour M. A.
B., le sultan interdit nos pièces, et l'empereur d'Allemagne les
recueille!

Cet empereur, actif et piqué de je ne sais quelle tarentule, est bien
étonnant. Meissonier meurt! il tient à ce qu'on sache qu'il s'associe au
deuil du pays qui perd ce grand peintre. Il lit tous nos livres,
parcourt tous nos journaux, se tient au courant de tout. C'est un peu
étonnant et c'est assez effrayant. On conte, dans nos salons, que
naguère un de nos généraux, M. de Boisdeffre, envoyé par le gouvernement
français pour assister aux manoeuvres de l'armée allemande en vint à
causer avec l'empereur Guillaume d'Annibal et de ses campagnes, de Zama,
de Capoue, etc., questions historiques encore plus épuisées que les bons
mots de M. de Talleyrand. Eh bien, après des mois passés sur cet
entretien, le général de Boisdeffre vient de recevoir du jeune empereur
une lettre autographe de huit pages où le souverain discute, en
historien, en archéologue militaire, si je puis dire, les mouvements
stratégiques d'Annibal. Cette lettre fait beaucoup parler.

--Après tout, disait un vieux bonapartiste, Napoléon III correspondait
bien, à propos de César, avec les savants allemands!

Oui, mais il y avait du rêveur chez Napoléon III. Chez le jeune
souverain il y a de l'agilité pratique. Il est de son temps. Mais,
peut-être aussi, préoccupé de sa gloire, a-t-il médité cette parole de
Louis XIV: «Tous les conquérants ont plus avancé par leur nom que par
leur épée.» Je le souhaiterais, pour la paix du monde.

Nous voici bien sérieux, du reste. Mais à qui la faute? Je vous dis que
l'heure présente appartient aux polémiques rétrospectives et on ne peut
toujours parler des modes nouvelles ou des refrains d'Yvette Guilbert,
cette _grande Diane des faubourgs_ comme vient de l'appeler M. Jules
Lemaître, qui dit encore d'elle: «C'est une Demay qui aurait passé par
le _Chat noir_.»

Une Demay! Il n'y a peut-être à Paris que M. Jules Lemaître et M. Ernest
Renan pour se souvenir de Mlle Demay, si célèbre à son heure. Elles vont
si vite, les réputations!

                                                 *
                                                * *

Mais voici, pour Paris un nouveau joujou, une nouvelle célébrité. Et
c'est un cosaque.

Qui a vu le cosaque?

--Cherchez le cosaque!

Ce cosaque est le cosaque Atchinoff, celui qui se réfugia, sous le
drapeau russe, à Sagallo, et que M. René Goblet fit bombarder par
l'amiral Olry.

Les Russes ne furent pas très satisfaits de l'aventure. J'en causais
alors avec un personnage important de l'ambassade du tzar à Paris. Il
fit une légère grimace, quoique diplomate.

--Le personnage, me dit-il, n'est pas des plus intéressants, mais, en
somme, c'est du sang russe qui a coulé.

Et c'est ce personnage dont on me parlait là qui est le point de mire de
la curiosité parisienne.

Tout d'abord une note cursive, mise dans les journaux, a appris que le
cosaque Atchinoff ou Achinoff allait arriver à Paris, et figurerait dans
une soirée chez Mme Adam.

Aussitôt, la plupart des directeurs de journaux ont pressé le bouton de
leur sonnerie électrique, et chacun d'eux a appelé son reporter en chef.

--Reporter en chef, mon ami, vous savez la nouvelle?

--Non, mais je la devine!

--Le cosaque Achinoff est à Paris!

--Je le traque déjà.

--Pensez-vous le découvrir bientôt?

--J'aurais découvert Jack l'Éventreur, si j'étais superintendant de la
police de Londres!

--Bien, mon fidèle. Alors, en route!

--En route!

Et tous les reporters en chef de donner aussitôt la chasse au cosaque
Achinoff. Où est-il? Où se cache-t-il? Comment vit-il? Comment est-il?
C'est un bombardement de questions. C'est, sous une autre forme, Sagallo
qui recommence.

On est resté pendant plusieurs jours sans savoir l'adresse du cosaque.
Enfin, un reporter, plus déluré que les autres, a découvert, dépisté,
levé son Achinoff. Et nous avons appris alors que le cosaque était
grand, solide, carré des épaules, barbu et chevelu, très roux, une sorte
de Christ slave, mais un Christ à la carrure herculéenne. Seulement--ô
déception!--il n'entend ni ne comprend un mot de français. O écroulement
de tous les espoirs des reporters! Comment interviewer un homme qui ne
peut point répondre? Une interview par gestes?

--Quelle émotion avez-vous éprouvée lorsque l'on a bombardé Sagallo?

Mais allez donc expliquer la question par une pantomime! Les meilleurs
acteurs du cercle funambulesque n'y réussiraient pas!

Les entrevues avec le cosaque Achinoff seront donc toutes platoniques, à
moins qu'on ne se munisse d'un interprète. Mais l'ataman des cosaques
libres, comme on l'appelle, ce qui lui donne un faux air d'un Antoine
d'un théâtre politique libre, l'ataman vaut par sa propre personnalité.
On le regarde, on ne l'interroge pas. Quoique silencieux, il pique la
curiosité. Et nécessairement on le fête. On l'accueille, on le célèbre
de confiance. Achinoff! Un cosaque! Le cosaque libre. C'est un ami.

Je ne sais pas pourquoi, mais il me semble qu'à la fin, les Russes
doivent un peu sourire--silencieusement--dans leurs barbes fauves de
cette exaltation que nous affichons assez bruyamment depuis des années.
M. de Vogue raconte dans son dernier livre, _Spectacles contemporains_,
que lorsque le général Loris Mélikoff fut en quelque sorte nommé
dictateur par le tzar Alexandre, un de nos ministres demanda assez
naïvement à notre ambassadeur:

--Savez-vous si le général Loris Mélikoff est français?

On lui répondit tout naturellement:

--Le général Mélikoff est Russe.

Et il n'y a pas d'autre réponse plus simple ni plus juste.

Nul plus que moi n'aime les Russes, ne comprend le charme, la grandeur,
la séduction robuste, ne devine le rôle futur, l'influence décisive, de
cette race. Le Slave est fait pour aimer le Gaulois. Mais il est russe,
le Russe, et il a bien raison d'être russe, comme nous avons cent fois
raison d'être français. Il semble banal de dire cela, mais affirmer que
deux et deux font quatre, c'est dire aussi une banalité.

Donc, si la curiosité qui s'attache au cosaque Achinoff me paraît toute
naturelle et facilement explicable, les hommages qu'on lui adresse me
semblent tomber dans le paradoxe. On s'emballa comme on dit, sans savoir
pourquoi. On ne le connaît pas, cet ataman libre, on l'accepte, on le
subit. Après tout, qu'il soit ce qu'il voudra, la sympathie dont on
entoure sa rousse chevelure et ses yeux bleus est une preuve nouvelle de
l'affection sincère, bien qu'un peu voyante, que nous portons à la
nation russe. Il suffit qu'on soit russe aujourd'hui en France pour
qu'on soit aimé, salué, acclamé!

--Quel dommage, me disait hier un vieil amputé de Sébastopol, que les
Cosaques m'aient emporté un bras! Avec quel plaisir je tendrais à
Achinoff mes deux mains!

Et notez que dans cette exclamation, peut-être ironique, il y a toute
une philosophie de la gloire et de la bêtise de la guerre.

Mais soyons justes, en tout ceci la curiosité domine. Achinoff est
l'actualité du moment. Jack l'Éventreur viendrait à Paris qu'il serait
aussi, et plus que personne, la bête curieuse. Une bête fauve, par
exemple. En voilà un qui met la police et les reporters sur les dents!
il lui échappe, il s'en moque avec une audace fantastique. Il en est, ce
Jack l'Éventreur, à son dixième cadavre.

        Quand nous serons à vingt nous ferons une croix.

Et toujours la même précision dans le meurtre, toujours le même _faire_,
la même sorte de signature sinistre.

--Non, monsieur le procureur, répondait un meurtrier, devant un cadavre
à la morgue, ce n'est pas moi qui ai fait ça. _C'est pas de mes coups!_

Ils ont leurs coups, ces assassins, et comme leur marque originale. Les
limiers de la sûreté ne s'y trompent pas. «C'est un tel», disent-ils, en
regardant une blessure. Jack l'Éventreur doit être, est certainement un
maniaque de meurtre systématisant l'assassinat, prenant comme un atroce
brevet de spécialité, s'acharnant aux femmes avec une sorte de fureur
froide, implacable, vengeresse, est effrayant cet exemplaire d'homme
moderne, et le docteur Lombroso trouverait certainement dans ses traits,
dans son cerveau, le caractère l'homme primitif, absolument sauvage. Ce
doit être une stupeur dans Londres et la police y devient tout à fait
béjaune.

--Ah! la police! disait M. de Talleyrand, toujours lui! la police!... Ce
qu'on peut lui demander de plus simple et de plus rassurant, c'est de
pas arrêter trop d'honnêtes gens!...

J'oublie de vous parler de l'actualité du moment: du carême. Mais si le
carnaval est mort, le carême l'est bien davantage. Bals, dîners,
concerts, soupers, théâtres de société--l'_Ami des femmes_ promis chez
Mme Aubernon,--fêtes et réunions, musique et pâtés de foies gras: c'est
le carême parisien. Ce n'est pas celui de Massillon.

Heureusement, dirait Yvette Guilbert.

Rastignac.



LA SOCIÉTÉ PARISIENNE

LA COLONIE ESPAGNOLE.

Puisqu'il est question, dans les cercles diplomatiques, du prochain
départ de la reine Isabelle pour la Bavière, où elle irait, dit-on,
assister aux couches de l'infante Paz, parlons un peu des Espagnols de
Paris.

Ce n'est pas d'aujourd'hui que les rapports entre l'aristocratie
espagnole et celle de France sont fréquents et suivis. Depuis le temps
où Louis XIV, après avoir pris pour femme une infante d'Espagne, plaça
son petit-fils sur le trône de Charles-Quint, les relations entre les
deux sociétés devinrent incessantes, les liens nombreux; la _grandesse
conférée_, à plusieurs reprises, à des membres de la noblesse française,
contribua à les resserrer et, en dépit des nuages passagers amoncelés
par la politique, les circonstances, la sympathie de race et de
caractère, amenèrent fréquemment, presque sans interruption, à Paris,
une foule de personnages marquants d'au-delà des Pyrénées.

Mais c'est surtout à partir de 1840 et de l'abdication de la reine
Christine, qui vint se fixer parmi nous, que la colonie espagnole acquit
une importance et un relief qui se sont maintenus à travers les
événements, et qui lui ont valu la place brillante qu'elle occupe encore
aujourd'hui dans le monde élégant de notre grande cité.

Nous avons eu, après la reine Christine, S. M. la reine Isabelle et le
roi Dom François, à qui la révolution de 1868 avait fermé les portes de
leurs États, et qui résident encore au milieu de nous. Nous avons eu le
roi Alphonse XII, qui a grandi sur notre sol. Nous avons eu aussi Dom
Carlos, qui longtemps a figuré au premier rang du Tout-Paris
aristocratique et fashionable, et que des considérations d'ordre
diplomatique ont obligé à s'éloigner. Nous avons eu, sous le second
empire, la comtesse de Montijo, mère de l'impératrice Eugénie, la
duchesse d'Albe, sa soeur, le marquis et la marquise de Bedmar, la
duchesse de Malakoff, le duc d'Ossuna, le marquis d'Alcanicès, duc de
Sesto, qui a épousé la duchesse de Morny après la mort de son premier
mari, et tout un groupe étincelant de grandes dames et de fringants
cavaliers de la famille ou de l'intimité de la souveraine.

Enfin, à l'heure présente, nous possédons une cour _in partibus_, deux
infantes, bon nombre de femmes des plus séduisantes et des plus
distinguées et quantité d'individualités masculines très en vue, dont le
centre de réunion se trouve à l'hôtel de Castille et que le _high life_
parisien apprécie tout particulièrement.

C'est qu'il n'y a rien de plus aimable, de plus sociable, de plus gai et
de plus élégamment correct tout à la fois, qu'un véritable hidalgo. J'ai
toujours entendu parler de la «morgue espagnole», et j'avoue que je n'en
ai jamais trouvé trace chez aucun des Espagnols de bonne compagnie qu'il
m'a été donné de rencontrer.

Je dois dire, au contraire, que je les ai toujours vus simples,
accueillants, liants, bons camarades, un peu exubérants peut-être, et
d'une exquise courtoisie.

Ce qu'ils ont, en général, c'est une certaine hauteur dans le port, dans
la démarche, dans le maintien; une fierté native dans les allures, qui
est loin de nuire à leur charme, et un je ne sais quoi de chevaleresque,
d'aventureux, de romanesque dans les sentiments, qui n'est pas le
moindre de leurs attraits. Demandez plutôt aux Parisiennes.

Avec cela de la verve, de la sève, de l'entrain, de la finesse, de
l'esprit très souvent et de l'originalité toujours. Il n'est pas jusqu'à
leur accent qui ne leur donne du piquant et de la saveur. J'en ai connu
plusieurs qui, par la tournure de leurs idées, l'ingéniosité de leurs
aperçus et la façon humoristique et unique qu'ils avaient de raconter
les choses les plus ordinaires, étaient littéralement désopilants.

Quant aux femmes, indépendamment de leur beauté plastique, qui est
proverbiale, et, je me permettrai de dire, dans bien des cas, légèrement
surfaite, elles sont, pour la plupart, la séduction personnifiée. Même
imparfaitement jolies, elles ont quelque chose d'indéfinissable et de
suggestif dans le regard, de familier et de naturel dans l'abord, de
félin et de naïvement coquet dans les manières, d'ardent et de passionné
dans la physionomie, qui attire et captive à première vue. Ce sont là
des dons, pour ainsi dire innés, qui leur sont communs presque à toutes,
quels que soient leur âge et leurs avantages physiques, et qui frappent
chez la reine Isabelle,--aussi Espagnole de caractère que de
coeur,--quand on a eu l'honneur de l'approcher.

                                              *
                                             * *

Qui ne connaît Isabelle II? Qui ne l'a aperçue tout au moins dans les
Champs-Elysées ou dans l'avenue du Bois de Boulogne, en coupé ou en
calèche aux couleurs espagnoles, rendant avec infiniment de bonne grâce
les saluts qu'on lui adresse?

Tout le monde sait qu'elle a le type Bourbonien très accentué, un très
grand air, que ne dépare pas un embonpoint caractérisé, une expression
de franchise et de bienveillance très apparente. Mais ce que l'on
connaît moins, c'est son excessive amabilité, dépouillée de tout apprêt,
sa profonde sympathie pour la France et sa reconnaissance pour
l'hospitalité quelle y a reçue, son attachement et son dévouement pour
ceux qui l'entourent et, par-dessus tout, son inépuisable bonté. En
veut-on un exemple entre mille?

Un jour, elle apprend qu'un sectaire des plus dangereux qui, après avoir
attenté à sa vie dans les circonstances que l'on connaît, s'est réfugié
à Paris, est dans la plus profonde misère et implore la charité:

--Qu'on lui envoie de suite cinq cents francs, dit-elle sans hésiter.

--Mais Votre Majesté sait, réplique le chambellan, que cet homme est un
assassin; que c'est lui qui...

--Qu'est-ce que cela fait? répond-elle en souriant, tu es ridicule avec
tes rancunes et tes idées de représailles. Ce n'est pas moi, Isabelle,
que ce malheureux a voulu tuer, c'est le parti que je représente.
Allons! pas de mauvaise humeur et ne tarde pas à faire ce que je t'ai
dit...

En ce moment, la reine Isabelle ne reçoit qu'en petit comité, sans aucun
apparat, et, bien que le palais de Castille, situé, comme on sait,
avenue Kléber, se prête merveilleusement aux fêtes et à la
représentation, les réceptions se bornent présentement à des dîners
intimes triés sur le volet, qui sont très recherchés et très enviés.

Des deux infantes, soeurs du roi dom François et belles-soeurs, par
conséquent, de la reine Isabelle, l'une, l'infante Pepa, a épousé feu M.
Guell y Rente, sénateur très connu et très aimé du monde parisien,
légendaire par ses boutades originales et ses saillies à
l'emporte-pièce; l'autre, l'Infante Isabelle, réputée pour son esprit, a
épousé le comte Gurowski, mort, comme M. Guell, depuis plusieurs années.

La maison officielle de la reine se compose de la duchesse de Hijar,
grande maîtresse, et du marquis de Villasegura.

Fille du comte de la Puebla, veuve du duc de Hijar, marquis d'Almenara,
comte de Rivadeo, dont la grandesse de première classe remonte à une
époque très reculée, la duchesse est une très grande dame, sous tous les
rapports, et, ce qui ne gâte rien, elle est remplie de tact et
d'amabilité.

Quant au marquis de Villasegura, ancien officier de marine, il
n'appartient pas à l'aristocratie de naissance et il a reçu son titre
actuel au moment où il a été choisi par la reine pour être placé à la
tête de sa maison; ce qui ne l'empêche nullement d'être un homme
parfaitement distingué, s'acquittant à merveille de ses délicates
fonctions.

A citer encore, dans l'entourage habituel de la reine Isabelle, la
marquise de San Carlos, qui, sans titre officiel, a souvent fait auprès
de Sa Majesté le service de la duchesse de Hijar, pendant l'absence de
cette dernière.

Mme de San Carlos est une très belle personne, douce, bienveillante,
aimable et particulièrement intelligente. Moitié Havanaise et moitié
Espagnole, elle a écrit un livre des plus intéressants: _Les Américains
chez eux_, qui a eu du succès et dont la presse anglaise, encore plus
que la française, s'est énormément occupée.

Que dire de l'ambassadeur, qui n'a pas eu le temps, jusqu'ici, de se
faire connaître de la société parisienne? Issu d'une famille opulente de
Saint-Sébastien, dont le nom patronymique est la Sala, il a fait de
brillantes études de droit et s'est enrôlé dans les rangs du parti
conservateur, auquel il est toujours resté fidèle. C'est un esprit
éclairé, une nature loyale, un personnage sympathique, d'une grande
sûreté de relations, universellement aimé et estimé.

Il a épousé Mlle Brunetti, dont la mère était une Camerassa, cousine du
duc d'Ossuna. Or, à la mort de celui-ci, son unique descendant, ayant
hérité d'une trentaine de titres, ne voulut, en présence des droits
phénoménaux qu'il aurait eu à payer, en garder que quatre et il céda les
autres à ses parents. C'est ainsi que Mme de la Sala devint duchesse de
Mandas et, selon la coutume espagnole, transmit le titre à son mari.

C'est aussi de cette façon que la soeur de Mme de Mandas, Mme de Haber,
très répandue et très goûtée, devint duchesse de Monteagudo. L'armorial
espagnol est un labyrinthe dans lequel il n'est point aisé de trouver sa
route et de se débrouiller.

                                             *
                                            * *

En dehors de la cour et de l'ambassade, la grande dame la plus en
évidence de la colonie espagnole de Paris est, sans contredit, la
maréchale Serrano, duchesse de la Torre.

Cette femme célèbre, tant par son rang--elle a été régente du royaume
avant l'arrivée du roi Amédée--que par sa grande beauté, est d'origine
havanaise. Elle a des yeux superbes, un teint éclatant, une tournure
charmante, des toilettes incomparables et un goût irréprochable.
Prodigieuse de conservation et de jeunesse, les années ont glissé sur
elle sans l'atteindre et, quoique elle ait deux filles mariées, la
princesse Kotchoubey et la comtesse Santovenia, elle paraît à peine dans
la maturité de l'âge.

On raconte qu'elle est sur le point d'entrer en possession d'une immense
fortune provenant d'un trésor récemment découvert en Angleterre dans une
terre de famille.

Vient ensuite la duchesse de Valencia, née Tascher de la Pagerie et
veuve du fameux Narvaès, l'affabilité, la grâce et la distinction mêmes.

Puis, le marquis de Valcarlos, fils de M. Guell y Rente et de l'infante
Pepa, attaché militaire à Paris et la marquise, née Alberti.

Puis, M. de Banuelos, diplomate de mérite, nommé tout dernièrement
ambassadeur à Berlin, beau-frère du comte de Sartiges et dont les deux
ravissantes filles, amies intimes de la duchesse de Luynes, ont brillé
d'un vif éclat dans les salons parisiens.

Enfin Mme de Guadalmina, une beauté très à la mode; le marquis de Casa
Riera, richissime et galant gentilhomme, très empressé auprès des dames,
et dont la loge à l'Opéra, bien connue des abonnés, est toujours remplie
des femmes les plus jolies, les plus élégantes et les plus qualifiées de
Paris; le comte de Sanafé, ancien ministre plénipotentiaire, autrefois
attaché à la personne de la reine et Parisien pur-sang; le duc de Fernan
Nunez, ancien ambassadeur et membre assidu du Jockey-Club; M. Calderon,
un des plus vaillants généraux de Dom Carlos et un homme du monde
accompli, très choyé dans le _high life_; M. Muriel, M. Fernandez de
Cuellar et bien d'autres... L'espace me manque pour les nommer tous.

Je ne crois pas, toutefois, que l'immigration espagnole chez nous soit
en veine de suivre une progression ascendante. Il me semble, au
contraire, que, depuis une vingtaine d'années, non seulement elle est
stationnaire, mais qu'elle aurait plutôt une tendance à diminuer.
J'avoue que je le regrette, car c'est là un élément dont la disparition
se ferait vivement sentir et qui produirait un grand vide dans les
hautes sphères de la société. Espérons qu'il ne viendra pas de sitôt à
nous manquer.

Tom.



Mlle MARIE WISNOWSKA

Il semble qu'une fatalité inéluctable poursuive les belles femmes slaves
aux yeux profonds, à l'âme passionnée, qu'un penchant irrésistible
entraîne vers le théâtre. Qui ne se rappelle cette jolie comédienne qui
parut un instant au Théâtre-Français, Feyghine, et qui, quelques mois
après, soit qu'elle n'eût pas réussi à son gré, soit qu'un chagrin
violent se fût emparé d'elle, se suicidait dans son bain?

Il n'est pas possible de ne pas penser à elle, lorsqu'on voit le
portrait, que nous reproduisons, de Mlle Marie Wisnowska, cette autre
victime de l'amour, qui est morte dernièrement, à Varsovie, assassinée
par son amant, le prince Barteniew, officier dans l'armée russe... Elle
aussi, en sa qualité d'artiste dramatique du théâtre de Varsovie, et
d'artiste aimée, elle était entourée d'hommages pour son talent et sa
beauté... Quelle pensée intime, quelle angoisse la poussa à la
résolution fatale qu'elle prit un jour? Peut-être n'y faut-il voir
qu'une manifestation isolée de cette âme russe, si mystérieuse, si
étrange? Quoi qu'il en soit, Marie Wisnowska convint avec celui quelle
aimait que tous deux mourraient ensemble... Il la tua, et, quand il
l'eût vue morte, il n'eut pas le courage de se tuer à son tour...

Nous ne devons pas laisser partir, laisser oublier, sans une parole de
sympathie, cette charmante femme qui était une grande comédienne, et qui
n'avait eu qu'un réel désir en sa vie, un rêve unique, celui de devenir
une actrice de Paris. Elle avait étudié notre langue avec soin, et elle
était parvenue à la connaître parfaitement. Malheureusement elle avait
gardé, comme Feyghine, un accent assez fort. Un ami la présenta à M.
Édouard Pailleron, qui s'intéressa beaucoup à elle, et lui prêta le
secours de sa haute expérience. Il nous a dit lui-même qu'il avait
reconnu bientôt en elle un tempérament d'artiste exceptionnel. Mais,
malgré tous ses efforts, elle n'arriva pas à vaincre son accent
originel, et, découragée, elle retourna en Pologne...

Adolphe Aderer.

[Illustration: Mlle MARIE WISNOWSKA]



L'ATAMAN ACHINOFF

Nicolas Ivanovitch, _ataman_ (ou chef, des cosaques libres), plus connu
sous l'appellation du cosaque Achinoff, est en ce moment à Paris. Le but
de son voyage n'est pas très défini: ses amis disent qu'il vient pour
«rétablir la vérité» sur l'affaire du bombardement de Sagallo, qui eut
lieu il y a tantôt deux ans dans les circonstance que l'on se rappelle.
Et l'on doit, pour ce qui concerne Achinoff, s'en rapporter à ses amis
et répondants devant la société française. Achinoff, en effet, ignore
absolument notre langue.

C'est un grand et fort gaillard, à la puissante carrure: par un
contraste qui n'est point très rare dans les races slaves, sa vigoureuse
constitution s'allie à une réelle délicatesse de formes dans les
extrémités et les attaches. Il est né en 1856. Tout jeune il fait, dans
les steppes du Terek, l'apprentissage de la vie. En 1883, il fonda dans
le Caucase, on Abkhanie, une colons de 800 cosaques libres: des démêlés
avec l'administration russe lui firent concevoir le projet de tenter une
manière d'expédition au sud de l'Égypte, en Abyssinie, dans un pays où,
lui disaient de vieux tcherkesses qui avaient voyagé, habitaient des
chrétiens. C'est ainsi qu'en 1885, Achinoff va en reconnaissance à
Massaoua et s'abouche avec les potentats dé la région. En juin 1886, les
cosaques libres élisent Achinoff ataman. Il a désormais une autorité
particulière pour demander à Pétersbourg un appui moral et matériel en
vue de son projet d'expédition religieuse et militaire en Abyssinie. Des
pourparlers, des échanges d'ambassade auprès du Négus, occupent ensuite
le temps d'Achinoff. Enfin il part, et c'est alors que se produit
l'incident de Sagallo.

Mme Juliette Adam, directrice de la _Nouvelle Revue_ qui soutient si
vaillamment la cause de l'alliance franco-russe, et qui veut écarter de
toutes les mémoires le souvenir de la malheureuse affaire de Sagallo, a
donné, cette semaine, une grande soirée en l'honneur de l'ataman
Achinoff.

M.


[Illustration: LE CONTRE-AMIRAL PALLU DE LA BARRIÈRE.--Phot. Chalot.]


[Illustration: L'ATAMAN ACHINOFF.]


[Illustration: Le yacht à vapeur «Midjet», disparu en mer dans la
traversée de l'Atlantique.]


[Illustration: La statue de Marat, du sculpteur Baffier, enlevée
dernièrement du parc de Montsouris. D'après la photographie de M.
Panne lier.]



[Illustration: Le palais fédéral, à Berne.]

LES PARLEMENTS ÉTRANGERS

SUISSE

La Confédération suisse est formée par l'union des peuples des 22
cantons de la Suisse, savoir: Appenzell (les deux Rhodes), Argovie, Bâle
(ville et campagne), Berne, Fribourg, Saint-Gall, Genève, Glaris,
Grisons, Lucerne, Neuchâtel, Schaffhouse, Schwyz, Soleure, Tessin,
Thurgovie, Unterwalden (haut et bas), Uri, Valais, Vaud, Zug et Zurich.

En 1291, trois cantons seuls faisaient partie de la ligue fédérale; il y
eut ensuite, en 1353, la Confédération des huit cantons, puis, en 1513,
la Confédération des treize cantons, et enfin, après l'acte de médiation
imposé à la Suisse par Bonaparte, le 19 février 1803, six cantons
nouveaux firent partie de la ligue. Après la chute de Napoléon, l'acte
de médiation fit place au pacte fédéral, qui s'étendit à trois nouveaux
cantons, en tout vingt-deux cantons.

Au pacte fédéral succéda la Constitution du 12 septembre 1848, dont les
bases étaient empruntées au système fédératif des États-Unis de
l'Amérique du Nord, et qui fonctionna pendant une quinzaine d'années
sans qu'on songeât à la réviser. En 1869, l'Assemblée fédérative
commença la discussion d'un projet conçu dans un esprit très
centralisateur. Cette discussion continua pendant le cours des sessions
de 1871 et 1872, et aboutit, le 5 mai 1872, au vote d'une nouvelle
Constitution qui, soumise à l'acceptation des citoyens suisses et des
cantons, fut rejetée, le 29 mai, par la majorité des uns et des autres.

Les Chambres, qui jugeaient une révision absolument nécessaire,
rouvrirent la discussion en 1873 et 1874; une nouvelle Constitution fut
votée le 31 mars 1874 par l'Assemblée fédérale, et soumise le 29 mai
suivant au vote populaire. Elle fut acceptée par 340,199 voix contre
198,013.

La Constitution du 29 mai 1874 n'a reçu depuis lors qu'une seule
modification. Son article 65 abolissait la peine de mort; à la suite de
crimes nombreux commis dans l'ouest de la Suisse, un courant d'opinion
se forma contre cette disposition constitutionnelle, qui fut abrogée par
la votation populaire, le 18 mai 1879.

Le pouvoir législatif est partagé entre l'Assemblée fédérale et le
peuple. L'Assemblée fédérale a le droit d'initiative en toute matière.
Elle est composée de deux chambres: le Conseil national, dont les
membres sont élus par le suffrage universel dans toute la confédération;
le Conseil des États, dont les membres sont députés par les cantons,
soit par l'intermédiaire du parlement cantonal, soit directement par les
électeurs cantonaux.

Le peuple suisse a aussi le droit d'initiative, savoir directement et
sous certaines conditions en matière constitutionnelle; par voie de
correspondance avec l'Assemblée fédérale et par l'intermédiaire des
autorités cantonales en toute matière. Il doit nécessairement approuver
toute modification à la constitution. Enfin, il a le droit, mais sous
certaines conditions, de demander le référendum sur les lois et décrets,
ayant un caractère d'intérêt général, votés par l'Assemblée fédérale,
lesquels, dans ce cas, doivent être soumis à son approbation.

Le pouvoir exécutif appartient au conseil fédéral élu par l'Assemblée
fédérale: l'un des membres du conseil, spécialement élu par l'Assemblée,
porte le titre de président de la confédération.

Un tribunal fédéral, dont les membres sont élus par l'Assemblée
fédérale, est chargé de statuer dans certains cas particuliers prévus
par la constitution.

                                              *
                                             * *

Le conseil des États se compose de 44 députés des cantons: chaque canton
nomme deux députés quel que soit le nombre de ses habitants; dans les
cantons partagés, chaque demi-canton en élit un.

Les députés au Conseil des États sont indemnisés par les cantons qu'ils
représentent. Le Conseil vérifie le pouvoir de ses membres, et nomme
dans son sein, à la majorité absolue, un président, un vice-président et
deux scrutateurs.

Le Conseil national est élu par le peuple sur la base d'un député par
20,000 habitants. Les circonscriptions électorales sont fixées par la
loi fédérale. Chaque canton est divisé en un ou plusieurs collèges; mais
chaque canton ou demi-canton nomme au moins un député, quelle que soit
sa population. Actuellement le Conseil national compte 147 députés. Ils
sont élus pour trois ans, et le renouvellement intégral a lieu le
dernier dimanche d'octobre de la période triennale. Le président du
Conseil national doit être changé après chaque session ordinaire.

Les députés au conseil national reçoivent une indemnité de présence de
20 francs par jour, plus les indemnités de voyage (0 fr. 20 par
kilomètre).

Les deux Chambres légifèrent sur les lois de toute nature qui relèvent
de la souveraineté fédérale, sans empiéter sur le domaine réservé aux
cantons. Chaque canton a ses lois particulières, sa constitution, etc.

Elles procèdent à l'élection du pouvoir exécutif et du pouvoir
judiciaire pour le tribunal fédéral, mais non pas pour les tribunaux
cantonaux. Elles ratifient les alliances et les traités faits avec
l'étranger, décident du droit de guerre et statuent sur les conséquences
qui en résultent. Elles veillent à la garantie des constitutions
cantonales et exercent une haute surveillance sur les cantons pour faire
respecter les prescriptions fédérales.

Elles votent le budget fédéral.

Elles prononcent sur les recours des citoyens contre les décisions
cantonales, les conflits de compétence, le droit de grâce et d'amnistie.

Les deux Chambres exercent non seulement le pouvoir législatif, mais
aussi le pouvoir constituant, puisqu'elles peuvent procéder à la
révision de la Constitution fédérale, sous réserve du vote populaire.

Chaque Chambre délibère séparément, sauf pour les élections du conseil
fédéral et du tribunal fédéral, pour les recours en grâce et les
conflits de compétence. Elles forment alors l'Assemblée fédérale.
Jusqu'en 1874, les deux Chambres exerçaient le pouvoir législatif d'une
manière absolue; mais la constitution nouvelle a introduit le
_Référendum._

Trente mille citoyens peuvent demander qu'une loi soit soumise à la
votation populaire. La constitution fixe à quatre-vingt-dix jours à
partir de la publication de la loi ou de l'arrêté le délai pendant
lequel le référendum peut être demandé. Si ce sont les citoyens qui le
demandent, ils doivent apposer personnellement leur signature sur des
listes, et le droit de vote des signataires doit être attesté par
l'autorité communale du lieu où ils exercent leurs droits politiques. Si
le nombre de 30,000 signatures est atteint, ou si 8 cantons la
réclament, la votation populaire a lieu au plus tôt quatre semaines
après la publication et la distribution de la loi.

                                              *
                                             * *

Le conseil fédéral, composé de sept membres, est nommé pour trois ans
après chaque renouvellement du conseil national. On ne peut prendre plus
d'un membre dans le même canton. Ils sont rééligibles; ils ne peuvent
remplir d'autres fonctions, ou avoir une profession quelconque.

Le président de la confédération est pris dans le sein du conseil
fédéral; il est nommé pour un an par l'Assemblée fédérale, et n'est pas
immédiatement rééligible. Le président est l'égal de ses collègues et
n'a que la charge de les présider et de répartir la besogne entre les
divers départements.

Le président touche 13,500 francs, et les autres membres en touchent
12,000.

Il y a sept départements: la politique, dont le chef était en 1890 M.
Numa Droz, de Neuchâtel; l'intérieur, qui a à sa tête M. Schenk, de
Berne; la justice et police avec M. Ruchonnet, de Vaud; les affaires
militaires, avec M. Hammer de Soleure: l'industrie et l'agriculture, M.
Deucher, de Thurgovie; les postes et chemins de fer, M. Welti,
d'Argovie, président de la confédération. Les conseillers se
répartissent les départements ministériels.

Quant au tribunal fédéral, il est composé de neuf membres nommés pour
six ans par l'assemblée fédérale qui désigne aussi le président et le
vice-président. C'est une sorte de cour de cassation. Chaque membre
reçoit un traitement de 10,000 francs; le président touche 11,000
francs.

L'Assemblée générale élit également, mais pour trois ans seulement, un
chancelier fédéral chargé du secrétariat de l'assemblée fédérale et du
conseil fédéral.

Comme, en Suisse, trois langues officielles sont admises, le français,
l'allemand et l'italien, les rapports lus aux Chambres le sont dans les
deux premières langues par deux rapporteurs appartenant à la Suisse
française et allemande. Il n'y a pas de rapporteur italien, les huit
députés du Tessin parlant tous allemand ou français.

Le Conseil national est nommé par le suffrage universel. Est électeur
tout citoyen suisse ayant vingt ans accomplis.

Les élections sont directes; elles ont lieu dans les 49 collèges ou
arrondissements fédéraux, au scrutin de liste ou au scrutin individuel,
suivant le nombre des députés à élire. Le vote a lieu par écrit au
scrutin secret. La majorité absolue des électeurs votants est nécessaire
pour être élu: les bulletins blancs ne sont point comptés.

Sont éligibles tous citoyens suisses laïques et ayant droit de voter.

Quant au Conseil des États, les 44 députés qui le composent sont nommés
par les cantons, le mode d'élection, la durée du mandat, le taux
d'indemnité étant réglés, d'une façon tout à fait indépendante, par
chaque canton. Les uns élisent leurs députés par l'intermédiaire de leur
parlement cantonal; dans d'autres, les députés sont directement élus par
le peuple, soit par mains levées (dans les landsgemeinden ou assemblées
populaires), soit au scrutin. La durée du mandat varie entre un et trois
ans.

Au Conseil national les radicaux sont en majorité; il y a ensuite
quelques conservateurs protestants et catholiques, puis deux ou trois
socialistes. En somme, tous les députés sont républicains; mais, tandis
qu'au Conseil des États la majorité conservatrice est de 4 à 5 voix, au
conseil national la majorité radicale est d'environ 50 voix.

Parmi les hommes remarquables qui ont marqué dans ces derniers temps au
Conseil fédéral, il faut citer M. Charles Schenk, de Berne. Né en 1823,
ancien pasteur, il a été président de la confédération en 1865, 1871,
1874, 1878, etc. Il appartient au parti radical et s'est occupé de la
question de l'instruction publique. Il est l'auteur de la loi sur le
paupérisme dans l'ancienne partie du canton de Berne. C'est un homme
aimable.

M. Numa Droz (Neufchâtel) a été également président de la confédération
à plusieurs reprises, la première fois en 1881, la dernière en 1888.
Quoiqu'il soit encore jeune, sa vie a été bien remplie. Il se voua
d'abord à l'horlogerie, en occupant ses loisirs à l'étude. Il devint
instituteur, puis, après avoir rempli des fonctions communales, entra au
grand conseil, puis au conseil d'État de Neuchâtel; il passa de là au
conseil national et fut enfin élu conseiller fédéral. Il appartient au
parti radical. C'est un homme très simple et très sympathique, un
travailleur infatigable, en même temps qu'un orateur distingué. C'est
lui qui a présidé le congrès pour la protection de la propriété
littéraire et artistique. C'est encore lui qui, dans l'affaire
Wohlgemuth, répondit à M. de Bismarck avec tant de dignité et de
fermeté.

M. Louis Ruchonnet (Vaud) était le président de la Confédération suisse
pour 1890. Il l'avait déjà été en 1883. Comme M. Numa Droz, avant d'être
envoyé au conseil national puis au conseil fédéral, il avait rempli
plusieurs fonctions cantonales. C'est un jurisconsulte éminent et un
orateur de grand talent. Il s'est beaucoup occupé de la loi fédérale sur
les poursuites pour dettes et les faillites, loi votée par le peuple
suisse, le 23 novembre 1889. Il appartient également au parti radical.

M. Bernard Hammer (Soleure) est conservateur. Il a aujourd'hui
soixante-six ans, et fut ministre de la Confédération à Berlin. Il était
très compétent en matières financières, et se montrait toujours d'un
caractère aimable. Depuis le 1er janvier 1891 il a été remplacé par un
radical, M. V. Frei, de Bâle-Campagne, ancien ministre de la
Confédération à Washington.

M. Émile Welti est un homme énergique et passionné; on le compare
souvent à M. de Bismarck. Il a été président de la Confédération en
1869, et, depuis, s'est beaucoup occupé de la question des chemins de
fer, dans laquelle il a d'ailleurs échoué.

                                               *
                                              * *

Au Conseil des États, un homme surtout méritait de fixer l'attention:
c'est le docteur Albert Gobat (Berne), avocat. Il s'est beaucoup occupé
de la question du latin et a fini par faire triompher ses idées, ou du
moins une partie de ses idées, en faisant réduire le nombre des années
consacrées à l'étude des langues mortes dans les gymnases bernois. C'est
un travailleur et un énergique, mais il a le ton très tranchant. Aux
dernières élections, M. Gobat a passé du Conseil des États au Conseil
national.

                                              *
                                             * *

Le Conseil national compte un grand nombre de membres distingués et des
orateurs de mérite, il y a beaucoup d'avocats et, parmi ces derniers, M.
Rodolphe Brunner (Berne), radical; M. Edouard Marti, directeur du chemin
de fer J. B. G., et qui, d'une façon très habile, a mené à bonne fin
cette entreprise; M. Pierre Jolissaint est aussi un des directeurs du
chemin de fer Jura-Berne; M. Ruffy (Vaud), chef du parti radical
vaudois; M. Fower (Zurich), avocat d'un très grand talent; M. Robert
Comtesse, (Neuchâtel), conseiller d'État neuchâtelois, s'occupe
principalement de questions sociales.

Parmi les radicaux il faut citer encore le colonel Edouard Muller,
président de la ville de Berne, s'occupant surtout des questions
militaires; M. Joseph Stockmar, conseiller d'État bernois, esprit très
caustique et très mordant; M. Favon, publiciste et orateur émérite,
ancien président du Conseil national, et l'un des chefs du parti radical
genevois.

Parmi les conservateurs on remarque M. Decurtins, socialiste-catholique;
M. Ador, président du conseil d'État genevois, financier très capable.

Parmi les ultramontains mentionnons M. Pedrazzini, le chef du
catholicisme tessinois, esprit vif et jésuitique; il ne fait plus partie
du conseil national depuis 1890; M. Python, conseiller d'État
fribourgeois, et créateur de l'université catholique.

M. Curti, rédacteur en chef de la Zurcher-Post, est aussi le chef du
parti socialiste au conseil national et de plus excellent orateur.

Enfin M. Yoos (Schaffhouse) est inclassable; c'est un original, un
interrupteur; on l'a appelé l'_homme-motion_, et en effet il n'y a guère
de séance où il ne dépose les motions les plus fantaisistes. D'ailleurs
il ne réussit jamais à rallier ses collègues à ses vues.

Les deux Chambres suisses siègent à Berne dans des grands bâtiments sans
caractères aucun. On dirait que les architectes se sont dit qu'en
présence de l'incomparable nature qui entoure la capitale de la
Confédération, il était inutile d'orner des vestibules et de peindre des
hémicycles. Et, de fait, ils ont eu raison; il n'y a pas de statues, pas
de fresques, qui puissent lutter avec la vue de la Jungfrau et les
députés suisses n'ont qu'à se mettre à la fenêtre pour voir les
immortelles beautés qui leur font facilement comprendre l'insanité des
luttes politiques et l'inanité des discours.

P. Artout.



NOTES ET IMPRESSIONS

J'ai entendu bien des discours; j'en ai entendu quelques-uns qui ont
changé mon opinion, jamais un seul qui ait changé mon vote.

Disraeli.

                                              *
                                             * *

Je n'ai pas besoin du concours de mes amis lorsque j'ai raison; j'en ai
besoin lorsque j'ai tort.

Casimir Périer.

                                              *
                                             * *

Dieu a fait deux dons à l'homme: l'espérance et l'ignorance. L'ignorance
est le meilleur des deux.

Victor Hugo.

                                              *
                                             * *

Le bonheur a cela de bon qu'il fait aimer davantage ceux que l'on aimait
déjà avant d'être heureux.

Alex. Dumas fils.

                                              *
                                             * *

Il n'est pas de douleurs inutiles, car toutes font équilibre à des
joies.

Gustave Droz.

                                              *
                                             * *

On pardonne au bonheur furtif, et l'on se montre sans pitié pour toute
douleur sincère qui n'est pas de la catégorie des douleurs permises.

Th. Bentzon.

                                              *
                                             * *

Lorsque l'incrédulité devient une foi, elle est moins raisonnable qu'une
religion.

De Goncourt.

                                              *
                                             * *

La nécessité est une rude école qui n'accorde pas beaucoup de temps à
ses élèves.

Adrien Chabot.

                                              *
                                             * *

C'est étonnant, ce qu'on laisse d'amis dans l'escalier, quand on monte
du premier au cinquième.

Georges Duruy.

                                              *
                                             * *

La faiblesse d'autrui augmente notre confiance en nous-mêmes.

Quatrelles.

                                              *
                                             * *

On se fait à bon marché un renom d'originalité auprès des sots, en
prenant le contre-pied de l'opinion commune ou même du sens commun.

                                              *
                                             * *

J'aime à lire un bon livre sans commentaire et à voir un beau pays sans
cicérone.

G.-M. Valtour.



[Illustration: La hutte, vue du coté des étangs.]

[Illustration: La rentrée des appelants.]

LA CHASSE A LA HUTTE

La chasse aux canards est un des sports qui passionnent le plus ses
adeptes, malgré les bronchites et les rhumatismes qui en sont trop
souvent la suite. L'un des moyens adoptés pour cette chasse est le genre
d'affût connu sous le nom de hutte.

La hutte, ainsi que son nom l'indique, est un abri plus ou moins vaste,
plus ou moins confortable, dans lequel les chasseurs attendent
patiemment l'arrivée du gibier.

Il en est de tous les modèles, depuis le modeste gourbi en planches et
branchages jusqu'au pavillon de chasse en maçonnerie; mais le point
important consiste à dissimuler la butte sous des masques de roseaux, de
mousse, de terre, de manière à cacher toute apparence de la main de
l'homme aux canards, animaux très méfiants et que la nature a pourvus
d'une grande acuité des sens visuel et olfactif.

Notre première gravure représente une installation de ce genre existant
dans les étangs de Moret (Seine-et-Marne), étangs qui sont la propriété
de M. Thirion, et l'un des endroits les plus giboyeux des environs de
Paris.

A première vue, l'on ne distinguera guère, dans ce dessin, que de l'eau
et des glaçons au premier plan, des roseaux au second et enfin quelques
habitations au loin. Avec un peu d'attention, l'on verra cependant
quelques petite trouées dans les roseaux situés à gauche du grand saule:
ce sont les meurtrières de la hutte qui est dissimulée derrière; c'est
par ces embrasures que passeront les fusils à l'aide desquels on
mitraillera tout à l'heure les malheureux canards sauvages attirés par
la solitude apparente du lieu et la vue de leurs congénères domestiques,
traîtreusement disposés là en guise d'appeaux et retenus «à l'ancre» par
un caillou attaché à une ficelle dont l'autre extrémité est liée à leur
patte.

Sous une voûte de roseaux aperçue à la droite de la gravure se trouve
remisé un bateau plat, dont on peut voir l'avant, et qui sert à aller
ramasser les victimes. Cette voûte se prolonge d'une vingtaine de mètres
en terre ferme par une sorte de couloir qui s'infléchit sur la gauche,
de manière à aboutir à la porte de la hutte, comme l'indique notre
deuxième gravure dans laquelle on voit l'autre face de la cabane. A
droite, se trouve la cage dans laquelle on rentre le soir les canards
appelants, lorsqu'ils ont terminé leur besogne d'agents provocateurs
inconscients. Ces malheureuses bêtes ont d'ailleurs besoin d'être
sorties de temps en temps de l'eau: car, si étrange que la chose puisse
paraître, il arrive quelquefois qu'un canard maintenu sur l'eau sans
avoir la complète liberté de ses mouvements finit par s'imbiber;
c'est-à-dire que l'eau pénètre le matelas de plumes qui protège sa
poitrine contre le contact immédiat de l'eau et l'animal est exposé à
tous les inconvénients du froid. On s'aperçoit du reste du danger en
voyant que le canard n'a plus la même assiette sur l'eau; il enfonce de
beaucoup au-dessous de sa «flottaison» habituelle; il est alors grand
temps de le remettre à terre où on le voit s'empresser de lisser avec
son bec toutes les plumes de son ventre pour les débarrasser de l'eau
qui s'y est introduite et dont le contact semble lui être
particulièrement désagréable. Le fait est que voir un canard succomber
au froid est un spectacle rare!

La hache que l'on voit sur la gauche sert à briser la glace qui se forme
autour du bateau dont nous avons parlé.

Notre troisième gravure représente ce bateau dans sa «remise»; ce genre
d'embarcation n'a rien de remarquable en lui-même et rappelle de tout
point ceux qu'on désigne sous le nom de _toue_ dans les rébus. Il n'est
pas mené à l'aviron, mais simplement poussé de fond à l'aide d'une
longue perche terminée en forme de pelle à son extrémité, afin de ne pas
trop enfoncer dans les fonds vaseux de l'étang.

[Illustration: La remise du chasse-canards.]

La hutte, dont notre quatrième gravure nous représente l'intérieur, ne
peut mieux se comparer, comme forme, qu'à la cabine d'un de nos chalands
de Seine. Sa hauteur ne permet pas de s'y tenir debout sans fléchir la
taille ni baisser la tête. Les chasseurs s'y tiennent assis sur des
bancs rangés en abord. Rien ne leur défend d'ailleurs de tromper les
ennuis de l'attente, souvent longue, en se livrant aux douceurs de la
pipe et d'une partie de piquet, les pieds sur une chaufferette, et leur
chien auprès d'eux, attendant l'ordre d'aller chercher dans les roseaux
une pièce démontée qu'il serait trop difficile d'aller poursuivre avec
le bachot.

De temps en temps, l'on jette un regard à travers les petits judas
ménagés au fond de la hutte et prenant vue sur l'étang. Enfin, une bande
paraît au loin, dans le ciel gris; les appelants, à sa vue, se mettent à
pousser force _couan-couan_, et, souvent, la bande continue sans vouloir
rien voir ni entendre; mais, d'autres fois, elle infléchit son vol,
décrit deux ou trois cercles, et, brusquement, se laisse tomber dans
l'eau à plus ou moins bonne portée. Quand les canards sont à longue
distance, on attend qu'ils se rapprochent; mais, trop souvent, ils
restent à narguer les chasseurs, criant et s'ébrouant sous leurs yeux
pendant de longues minutes, pour s'envoler tout à coup, sans qu'il soit
possible de les saluer d'un seul coup de fusil.

[Illustration: Intérieur de la hutte.]

Mais il arrive heureusement aussi que les canards arrivent à bonne
portée; alors, retenant leur respiration, les chasseurs les mettent en
joue et, au signal donné à mi-voix, font feu tous ensemble;
généralement, on exécute une salve du second coup, au moment où les
canards s'envolent, offrant ainsi une cible plus large et plus
vulnérable. Dans de bonnes conditions, chaque coup doit faire plusieurs
victimes.

On sort alors de la hutte et l'on saute dans le bateau plat pour
ramasser les morts et les blessés; ces derniers sont quelquefois fort
difficiles à prendre, car ils nagent et plongent encore très bien, se
dérobant ainsi à la main qui croit les tenir. Il arrive même qu'emporté
par son ardeur, le chasseur fait un faux pas, et c'est lui qui prend un
bain à son tour. Mais ce sont menus incidents dont il est de bon goût de
rire, encore qu'il n'y ait rien là de bien risible. C'est dans cette
occasion qu'un bon chien, allant franchement à l'eau, rend de grands
services. Le meilleur pour cette chasse est encore un terre-neuve dressé
à rapporter.

On se livre à la chasse à la hutte dans la journée, depuis l'aube
jusqu'au crépuscule, et il faut véritablement une vocation bien
accentuée pour rester ainsi confiné tout le jour dans un étroit espace.

Notre dernière gravure est, en quelque sorte, le pendant de la première,
en donnant l'aspect général de l'installation vue de l'autre côté,
c'est-à-dire du côté de terre. On en retrouvera facilement les éléments
en repérant sur le grand saule du milieu.

                                             *
                                            * *

Cette année, par les froids rigoureux que nous avons subis, les étangs
de Moret ont été plus particulièrement visités par les canards sauvages
et le nombre des pièces abattues s'est élevé à plusieurs centaines.

[Illustration: Entrée de la hutte.]



TRAVAIL D'HIVER

FANTAISIE MILITAIRE PAR SHARP, DESSINS DE JOB

[Illustration.]

Dans une ample chemise de papier bulle à deux faveurs vertes
coquettement nouées, le travail d'hiver du capitaine d'habillement
Bourgeron portait le double titre suivant, tracé en large ronde de la
main habile d'un scribe:

1° _Des inconvénients du port de la barbe, au point de vue de l'usure
prématurée des écussons de capote._

2° _Des inconvénients du mode d'attache de la jugulaire réglementaire au
point de vue de la strangulation possible de l'homme s'élançant à
l'assaut de la position, par un grand vent._

Et ce n'était point, messieurs, le classique _brouta_ bâclé par un
sous-lieutenant pour s'affranchir de la corvée et reprendre la fête;
compilation gauche des revues militaires à la mode et des cours de
l'École de guerre. Non pas! C'était l'oeuvre bien personnelle de
Bourgeron lui-même, lentement mûrie dans l'atmosphère favorable du
magasin d'habillement embaumée de pirètre, parmi les casiers de draps,
de capotes, de képis emboîtés en couronnes, de bidons, de gibernes, de
cartouchières, etc.

[Illustration.]

Le style avait cette fermeté dégagée de toutes parenthèses qui
caractérise les oeuvres de conviction. Jugez-en par ces passages:

«Que l'on entre donc franchement dans la voie des réformes utiles et que
l'on place un écusson à 0m04 au-dessus du milieu de la martingale de
capote et deux autres écussons sur les deux plastrons du vêtement, à
0m06 au-dessus de la ceinture.

«Mais pourquoi, me direz-vous, deux écussons par devant?--Parce que l'on
boutonne à droite pendant la première quinzaine et à gauche pendant la
seconde.»

Et il répondait ainsi d'avance à toutes les objections par des arguments
irréfutables.

Enfin, l'inventeur couronnait son exposé de réformes en baptisant sa
découverte d'une appellation logique agrémentée d'adverbes latins, ce
qui lui conférait un caractère à la fois scientifique et littéraire:
c'était le _triple ante-post-écusson du capitaine Bourgeron_, dont il
offrait généreusement la conception à son pays.

Au ministre maintenant de comprendre qu'une distinction honorifique
serait la faible récompense de ses services et de son désintéressement
de soldat!

Sur la question de la jugulaire, Bourgeron n'était pas moins
catégorique:

«La jugulaire réglementaire, disait-il, de trop faible largeur, peut
stranguler l'homme lorsque, par un grand vent contraire, il s'élance à
l'assaut de la position ennemie. D'autre part, elle exerce une tension
excessive sur le _bourdaloue_ au grand détriment de la coiffure et par
suite au grand dam des deniers de l'État.

«Il conviendrait de remplacer cette jugulaire par une large jarretière
tricolore élastique qui, en dehors du besoin, s'enroulerait en macaron
au sommet de la coiffure et concourrait ainsi à la rendre plus belle,
plus imposante.»

Quelques semaines avant l'inspection, le colonel mit au rapport une note
ainsi conçue:

«Le colonel est heureux d'adresser au capitaine d'habillement ses
félicitations pour son remarquable travail d'inspection. Ce travail est
déposé à la bibliothèque du régiment et messieurs les officiers sont
invités à le lire attentivement.

«Dans sa double invention, la _jugulaire-jarretière-macaron_ et le
_triple-ante-post-écusson_, le capitaine Bourgeron ne se contente pas
d'envisager le seul point de vue de l'habillement; il étudie, en outre,
la question du combat et prouve ainsi qu'il joint aux modestes et
sérieuses qualités d'officier de bureau le coup d'oeil de l'officier de
guerre.»

Bourgeron, acclamé à la pension, dut offrir «le champagne». Bourgeron
était bien, bien heureux!...

[Illustration.]

Le général inspecteur Tardemol débarqua un matin à l'hôtel du _Soleil
d'Or_ accompagné de son aide-de-camp, le capitaine Modeste Des
Aiguilles, fraîchement sorti de l'École de guerre. Ce couple formait le
contraste le plus curieux, réunissant les deux extrêmes du vieux jeu, de
la légendaire culotte de peau, d'une part, et du triple extrait de
science militaire moderne de l'autre.

Le général Tardemol, ventru, congestionné, de bonne humeur après ses
repas, aimait à passer à cheval, au pas, devant de belles troupes bien
cirées, luisantes au soleil. Il aimait à parcourir paternellement le
casernement et les cuisines, goûtant la soupe franchement, non pas d'un
bout de lèvre dédaigneux, mais à pleine cuillerée. En revanche, il ne
s'attardait pas volontiers aux registres de mobilisation; et pas
davantage ne poussait-il des colles astucieuses sur les conséquences
tactiques de la nouvelle poudre sans fumée.

Des Aiguilles, au contraire, avait le front chauve et l'oeil myope du
stratège fin de siècle. Son long corps sec était un beau modèle
d'entraînement ou l'abdomen formait un creux, tandis que les cuisses se
perdaient dans une large culotte Saumur qui semblait positivement vide.
C'était un de ces sujets que se disputent les états-majors, auxquels on
peut, à brûle-pourpoint, entre la poire et le fromage, poser des
questions comme celle-ci:

--Combien de mètres de _bickford_ y a-t-il dans le coffret d'arrière du
deuxième caisson à dynamite d'un parc du Génie d'Armée?

Et Des Aiguilles eût répondu tout de suite:

--Douze mètres cinquante!

L'Inspection commença tout doucement, au train-train bon enfant de la
méthode Tardemol. Vers le troisième jour, après déjeuner, le général,
tout en retirant ses bottes pour faire un peu de sieste, dit
familièrement à son aide de camp:

--Tenez, Des Aiguilles, voyez donc ces travaux «d'hiver.» Votre affaire,
ça! officier savant, travailleur?--mettez quelques notes, hein?

En une nuit, une seule, Des Aiguilles absorba le mémoire de Bourgeron
d'abord; puis, le ballot imposant des élucubrations similaires de tous
les officiers du 201e de ligne. Et le lendemain, toutes ces oeuvres
retournaient chez le colonel raturées sans pitié à l'encre rouge,
annotées, critiquées, dépiotées, réduites à rien.

«Le général a le regret de ne pouvoir soumettre au ministre la double
invention du capitaine Bourgeron qui présente plusieurs graves
inconvénients.

«1° La _jugulaire-jarretière-macaron_ servirait de point de mire à
l'ennemi par ses couleurs éclatantes et exercerait sur la tête de
l'homme une pression dangereuse, surtout pendant les grandes chaleurs.

«2° Le chef serait obligé de baisser les yeux pour apercevoir les
_Triple-ante-post-écussons_ et prendrait ainsi une attitude
anti-réglementaire et peu martiale.

«3° Le _Triple-ante-post-écusson du rein_ serait masqué à la vue du chef
par le talon droit dans la position du tireur à genou.

«4° Enfin, aucun des _Triple-ante-post-écussons_ de l'homme ne pourrait
être aperçu lorsqu'il se présenterait de flanc.»

Bourgeron souffrait!...

[Illustration.]

Pourtant, le dernier jour d'inspection arriva, avec le dîner de clôture
traditionnel. Bourgeron était au nombre des invités, en sa qualité de
chef de service.

Entre le général et ses hôtes une aimable cordialité s'établit dès le
potage, favorisée par les crus généreux et le menu fort alléchant du
_Soleil d'or_, vieille hôtellerie fameuse dans la région pour ses
traditions gargantuesques. Le général parla de son jeune temps, de ses
campagnes, de ses amours enlevées à la baïonnette... toute une
bousculade de souvenirs où se mêlaient les cadavres des guérillas
mexicaines avec les neiges de Sébastopol et les yeux de jais des
Milanaises en délire, s'offrant aux culottes rouges dans une pluie de
fleurs...

Chacun parla d'ailleurs à son tour, car le père Tardemol savait recevoir
et diriger l'attention sur tous les convives successivement, comme il
convient, proportionnellement au grade.

Seul, Bourgeron restait sombre, abîmé dans son idée fixe.

On passa prendre le café dans un salon annexe. Des groupes se formèrent.
Le colonel et le général causaient un peu à l'écart, adossés à la
cheminée. Tardemol hochait la tête pendant que le colonel, à voix basse,
avec une vivacité corrigée de respect, exposait sans doute des mécomptes
d'avancement.

Le colonel s'éloigna un instant pour déposer sa tasse à café sur un
guéridon; et ce fut à ce moment précis, l'espace de quelques secondes à
peine, que Bourgeron ruina son avenir et celui de son colonel.

D'un pas chancelant, il s'approche du général, et d'une voix rendue
rauque par l'émotion:

--Mon général, quoi qu'il en soit, j'estime que le
_triple-ante-post-écusson_ et la _jugulaire-jarretière-macaron_ sont des
réformes qui s'imposent!...

Le général fit un soubresaut comme un homme brusquement arraché au
sommeil et lança un tel regard de surprise au malheureux capitaine, que
celui-ci, rouge de honte, se retira sans ajouter une parole.

Cependant le colonel se rapprochait souriant.

--Dites-moi, colonel, quel est cet officier là-bas?

--C'est le capitaine Bourgeron, mon général, le capitaine d'habillement.

--Ah! Et... vous êtes content de cet officier?

--Très content, mon général.

--Oui. Il n'a pas... de fâcheuses habitudes?

[Illustration.]

--Nullement, mon général; c'est un officier de moeurs parfaites et tout
dévoué à son métier.

--Bien. Je vous remercie, colonel.

On se sépara sur des saluts réglementaires.

Dans les rues désertes et silencieuses, le bruit des sabres se fit
entendre un moment, et les pâles réverbères allumèrent dans l'ombre les
ors des uniformes.

Des Aiguilles assistait familièrement d'habitude au petit coucher de son
patron, tout en causant service:

--Je m'étais trompé, mon cher Des Aiguilles, sur le compte de ce
colonel. Je l'avais trop bien jugé. Il a au nombre de ses officiers un
capitaine qui s'enivre, et il ne s'en doute même pas. Ce capitaine est
venu tout à l'heure me dire des paroles incohérentes, où il était
question d'_ante-Christ_, de _triple-poste_, que sais-je?

--Ah! parfaitement, mon général. L'idée n'était pas mauvaise assurément;
mais j'ai signalé de grosses lacunes, et...

--Hein! quoi?... Vous me paraissez fatigué aussi, capitaine. Allons,
bonne nuit.

Le général s'endormit en se promettant de dire le lendemain à son
aide-de-camp de commander dorénavant les vins un peu moins largement.

Bourgeron et son colonel sont encore dans l'armée. Ils attendent tous
deux leur retraite. Le colonel ne passera pas général, car il a dans ses
notes: «Ne connaît pas ses officiers.»

Bourgeron ne sera jamais décoré, car ses notes contiennent cette
appréciation: «_Se livre à la boisson et s'enivre jusques à la table de
ses supérieurs!_»

Sharp.

[Illustration.]



[Illustration: EN RUSSIE.--Une cuisine en plein air à Moscou.]



LES FÊTES DE L'HIVER A PARIS.--Préparatifs d'une soirée de «têtes».

[Illustration: HISTOIRE DE LA SEMAINE.]

La semaine parlementaire.--La Chambre poursuit l'examen des diverses
lois présentées, soit par le gouvernement, soit par les députés, dans
l'intérêt de la classe ouvrière.

Parmi ces lois figurait celle qui concerne les caisses de retraite, de
secours et de prévoyance, fondées au profit des employés et ouvriers. On
sait qu'en diverses circonstances les sommes qui ont été versées dans ce
but ont été englobées, à la suite de déconfitures, dans l'actif de la
faillite, en sorte que les intéressés étaient fréquemment frustrés dans
les espérances d'avenir qu'ils avaient pu légitimement concevoir. La loi
actuelle, que la Chambre a adoptée, confère aux caisses ouvrières, en
cas de déconfiture des sociétés industrielles, des maisons de commerce
ou des usines, le caractère de créancier privilégié.

Est venue ensuite la discussion d'une loi très importante, celle qui
concerne la compétence des juges de paix. Cette loi, déposée par M.
Labussière, cherche à répondre au voeu si souvent formulé: la justice
expéditive et à bon marché. L'auteur pense que ce voeu peut être en
partie réalisé si l'on attribue à la justice de paix la connaissance
d'un grand nombre d'affaires qui sont, dans l'état actuel de la
législation, de la compétence des tribunaux d'arrondissement. Cette loi,
qui forme tout un ensemble, ne vise pas seulement la compétence des
juges de paix, elle règle les conditions de nomination, le traitement de
ces magistrats et l'organisation des tribunaux où ils siègent.

Entre temps, M. Francis Laur a tenté de lancer une nouvelle
interpellation. Celle-ci avait pour but de demander au ministre de la
justice «les mesures qu'il comptait prendre pour empêcher les
escroqueries commises au moyen de prospectus promettant des bénéfices
invraisemblables.» Il s'agissait, en l'espèce, du banquier Berneau, dit
Macé, lequel s'est enfui laissant un passif qu'on évalue à une vingtaine
de millions. Macé avait réuni des capitaux dont on peut calculer
l'importance d'après le déficit qu'il laisse derrière lui, et cela en
promettant à ses clients 120% de bénéfice. Mais le plus curieux, c'est
qu'il a réussi pendant plusieurs années à faire face à ses engagements,
et qu'en partant il a laissé soit dans son coffre-fort, soit dans les
caisses du Crédit Lyonnais, en bon argent liquide ou en excellentes
valeurs, une somme supérieure à un million et demi de francs, en la
mettant à la disposition de ses créanciers.

Les élections du 15 février.--Deux élections sénatoriales ont eu lieu
dimanche dernier.

Dans l'Indre, M. Benazet, député bonapartiste, a été élu par 312 voix
contre 296 à M. Brunet, maire d'Issoudun, républicain.

Dans l'Isère, M. Durand-Savoyat, républicain modéré, a été élu par 666
voix contre 518 à M. Bovier-Lapierre, républicain radical.

Les élections municipales qui ont eu lieu dans trois quartiers de Paris,
Montparnasse, la Goutte-d'Or et Pont-de-Flandre, n'ont pas donné de
résultats, aucun des candidats n'ayant obtenu la majorité absolue des
voix.

La statue de Marat.--Après la question Robespierre, nous avons failli
avoir la question Marat. Nous ne pensions pas tomber si juste, quand
nous disions que les personnages de la Révolution semblaient appelés à
jouer un rôle actif dans notre politique moderne.

Dans son interpellation sur la question municipale, M. Fresneau avait
affirmé qu'il existait au parc de Montsouris une statue représentant
Marat, en sorte que l'ancien pourvoyeur de la guillotine était honoré à
l'égal des hommes qui ont rendu les plus grands services au pays. Le
fait a été reconnu exact: il s'agit d'un buste exécuté par le sculpteur
Baffier, buste qui n'est pas sans mérite, et qui fut acheté par la ville
en 1883, sur un vote du Conseil municipal, puis utilisé en 1886 pour
l'ornementation du parc de Montsouris.

Mais c'est à peine si on a eu le temps de constater la présence dans
cette promenade publique d'un monument inconnu de la plupart des
Parisiens et jusque de l'administration elle-même: car, à la suite de la
révélation faite par M. Fresneau, le buste a été enlevé et transporté
dans un des magasins de la Ville, à Auteuil.

Interrogé à ce sujet par le ministre de l'intérieur, le préfet de la
Seine a répondu qu'un monument ne pouvait être conservé sur une voie
publique qu'en vertu d'un décret présidentiel. Dans l'espèce, ce décret
n'ayant jamais été ni sollicité ni rendu, on a dû, pour rentrer dans la
légalité, enlever la statue.

Cet incident n'a pas donné lieu à un débat parlementaire, comme on
l'avait cru d'abord, mais le Conseil municipal reprend ses séances lundi
prochain, et il serait bien extraordinaire qu'il ne soulevât pas la
question Marat, afin de donner une nouvelle consécration à la théorie du
«bloc», qui a si bien réussi à M. Clémenceau.

Italie: la déclaration du nouveau ministère.--Comme nous l'avions prévu,
et comme il était facile de le prévoir, la déclaration que M. di Rudini
a lue au parlement indique, sinon un changement de politique à l'égard
de la France, du moins une modification sensible dans la manière dont
cette politique s'affirmera à l'avenir dans les relations du
gouvernement italien avec le nôtre. C'est beaucoup, car les procédés de
l'ancien président du conseil étaient faits souvent pour exaspérer
ceux-là même, qui, dans notre pays, étaient le mieux disposés à vivre en
bons termes avec nos voisins. Sur ce point spécial, celui qui nous
intéresse par-dessus tout, le langage de M. di Rudini a été plus net
encore qu'on ne l'espérait. La déclaration ministérielle affirme la
politique de paix qui est dans les voeux de toutes les nations et
ajoute: «C'est autour de cette idée de désir et de besoin de paix, que
se sont réunies les puissances voulant se procurer une sécurité absolue
et à l'Europe une tranquillité durable. Nous maintiendrons à nos
alliances une fidélité solide et pure. Nous montrerons à tous, par notre
conduite, que nous n'avons pas d'intentions agressives. Des doutes, des
soupçons et des défiances ayant été soulevés à tort sur nos rapports
avec la France, nous nous efforcerons d'éliminer toute fausse
interprétation. Nous sommes convaincus que nous inspirerons, par une
conduite mesurée, une sereine confiance que nous croyons mériter.»

Ainsi donc, le maintien de la triple alliance est nettement affirmé,
mais en même temps le nouveau président du Conseil italien déclare
catégoriquement qu'il s'appliquera à faire disparaître les malentendus
qui ont failli compromettre à plusieurs reprises nos rapports avec
l'Italie, malentendus que son prédécesseur semblait prendre à tâche
d'entretenir. C'est tout ce que la France peut raisonnablement demander,
et si le nouveau ministère se conforme à ce programme, nous pouvons
compter sur une amélioration sensible des relations entre les deux pays.

L'Italie, d'ailleurs, n'a qu'à y gagner. De l'aveu même du ministère,
elle traverse une crise économique aiguë et elle ressent, plus que toute
autre puissance, ce besoin de paix dont parle M. di Rudini.

Irlande: la question Parnell.--Le sort en est jeté; l'accord que l'on
croyait encore possible le semaine dernière entre les représentants de
la cause irlandaise est définitivement rompu. Les longues négociations
qui ont eu lieu à Boulogne entre Parnell et ses amis O'Brien et Dillon
ont abouti à un échec complet. Que s'est-il passé? On ne le sait pas
exactement, car le secret absolu a été gardé par les intéressés et on ne
connaît les pourparlers que par les résultats, qui sont tristes pour les
amis de l'Irlande.

M. Parnell, dans une lettre publique qu'il a adressée à M. O'Brien,
déclare «que tous les efforts faits pour arriver à un règlement
pacifique des malheureuses dissensions du parti ont avorté», et ajoute:
«Je ne puis abdiquer, sans danger pour la cause, les responsabilités qui
m'ont été imposées et que j'ai acceptées, du fait de notre peuple et de
notre race».

D'autre part, M. Dillon a signé un manifeste dans lequel il dit: «Nous
sommes forcés, à notre grand regret, de déclarer que, ayant fait de
notre mieux pour la paix, nous n'avons pas atteint le but que nous
poursuivions. Et cette misérable lutte en Irlande va donc se poursuivre!

Sur ce, Parnell s'est rendu en Irlande où il va mettre en oeuvre ses
puissantes facultés et son activité infatigable pour reconquérir la
popularité dont il jouissait, avant ces fâcheux incidents.

Quant à Dillon et O'Brien, donnant encore une preuve de leur
patriotisme, prêt à toutes les abnégations, ils se sont embarqués
bravement pour Folkestone, après avoir lancé leur manifeste, et là ils
ont été arrêtés, en vertu de la condamnation à l'emprisonnement
prononcée contre eux l'année dernière.

Allemagne: l'empereur artiste.--Depuis que Guillaume II est monté sur le
trône, il a causé au monde plus d'une surprise. On s'attendait à ne
trouver en lui qu'un chef d'armée, impatient de faire parade de ses
connaissances militaires, une sorte de caporal couronné, prêt à se
lancer sans réflexion dans toutes les aventures: on a vu au contraire
que s'il ne négligeait rien pour maintenir la puissance que son empire a
acquise par les armes, il n'entendait rester en rien étranger aux
travaux de la civilisation et de la paix. Tour à tour diplomate,
organisateur, socialiste, pédagogue même, il apporte dans toutes les
choses qui concernent l'administration de l'État le concours de son
action propre et l'appui de ses vues personnelles.

Nous ne le connaissions pas comme amateur passionné des arts: il vient
de se révéler comme tel. Certes, on savait déjà qu'il avait une certaine
habileté à manier le pinceau, et qu'il avait produit quelques tableaux
d'un certain mérite, représentant des sujets maritimes ou militaires.
Mais, jusqu'ici, ces manifestations artistiques étaient demeurées tout
intimes; celle à laquelle il vient de se livrer en s'associant
publiquement au deuil que cause à la France la perte de Meissonier
obtient et mérite plus de retentissement. L'empereur d'Allemagne a tenu
à faire transmettre à l'Institut, par voie diplomatique, l'expression
des regrets que lui a causés la mort «d'un homme qui fut une des grandes
gloires de la France et du monde entier.»

Il y a là un hommage dont la sincérité est faite pour nous flatter dans
notre orgueil national, venant d'un ennemi qui pour la première fois
s'adresse directement à nous, et cela pour s'incliner devant une de nos
gloires. Mais n'y a-t-il pas aussi une leçon dans ce fait que l'empereur
d'Allemagne proclame implicitement que l'art n'a pas de frontières en
célébrant l'auteur de la bataille d'Iéna, alors qu'en France on hésite à
livrer franchement l'oeuvre de Wagner au jugement du public?

N'est-ce pas dire aussi que les artistes français recevront le meilleur
accueil s'ils répondent à l'invitation qui leur a été faite de prendre
part à l'Exposition des Beaux-Arts qui se prépare à Berlin?

Dans ce cas, il y aurait double habileté, et l'empereur diplomate irait
à l'égal de l'empereur artiste, étonnant de plus en plus l'Europe, peu
préparée, par ce qu'elle croyait savoir de lui, à le suivre dans ces
transformations successives.

Au Dahomey.--D'après les nouvelles que le _Temps_ a reçues de la côte du
Dahomey, par le steamer _Gallia_, de la Compagnie Cyprien Fabre, le père
Dorgère s'est rendu à Abomey pour aller rendre visite au roi Behanzin,
avant de s'embarquer pour la France, ou il doit venir prendre un repos
bien gagné. Cette visite était, en quelque sorte, obligatoire, car elle
était destinée à remplacer celle que notre administrateur, M. Ballot,
devait faire lui-même au roi.

Les Dahoméens ont, paraît-il, une attitude très correcte vis-à-vis des
autorité françaises, mais ils ne se comportent pas de la même façon avec
les Français établis dans le pays, auxquels ils cherchent à nuire de
toutes manières. Dernièrement ils ont demandé à tous les comptoirs de la
côte d'envoyer un représentant pour assister aux sacrifices humains
d'Abomey. Behanzin a fait torturer et décapiter les trente chefs qui
s'étaient fait battre par nos troupes et il prétendait obliger nos
nationaux à sanctionner par leur présence cette exécution.

Ajoutons que les Dahoméens continuent à recevoir des armes
perfectionnées. Il leur a été expédié de Logos 7,000 fusils à tir
rapide, dont 800 remingtons.

Les pirates du Tonkin.--Le dernier courrier d'Extrême-Orient a rapporté
du Tonkin des nouvelles qui, sans être aussi inquiétantes qu'on l'a cru
d'abord, montrent cependant que les autorités militaires doivent se
tenir toujours en éveil.

On a signalé la concentration de bandes nombreuses au nord-ouest de
Hong-Hoa, dans la vallée du Song-Ma, sous la diction du doc Ngu, le chef
rebelle qui nous a infligé déjà tant de pertes.

Dans le Yen-Té, nous avons du envoyer une colonne de 600 hommes, avec du
canon, devant Hun-Thuong, où se sont réfugiées les grosses bandes de la
région. L'attaque n'a pas réussi et l'on a dû se retirer avec 33 hommes
mis hors de combat, parmi lesquels le lieutenant Blaise, un officier des
plus distingués, sur lequel on fondait les plus grandes espérances. On
prépare une colonne bien plus forte pour faire l'investissement régulier
de la position.

Enfin l'expédition dirigée par le général Godin contre les bandes du
Tin-Dao a été reprise dans les derniers jours de décembre. On se
trouvait là en face de véritables rebelles obéissant à un mot d'ordre,
et leur résistance a été telle que, depuis Ba-Dinh, on n'en avait pas
rencontré de pareille.

Ces nouvelles ont causé une certaine émotion et donné lieu à un retour
offensif de la part de ceux qui n'ont cessé de combattre la politique
coloniale suivie par notre gouvernement dans ces derniers années.



Nécrologie.--Le docteur Clech, député et conseiller général du
Finistère.

Le général Sherman, qui s'est illustre dans la guerre de sécession.

Le baron de Loeventhal, qui fut longtemps attaché militaire à
l'ambassade austro-hongroise à Paris.

M. Audoy, trésorier-général de Tarn-et-Garonne.

M. le capitaine de frégate Garnault, fils du vice-amiral Garnault.

Le contre-amiral Pallu de la Barrière.

Le commandant Lebleu, ancien maire de Dunkerque.

Le baron Théodore Pichon, ancien ministre plénipotentiaire.

M. Antoine Richard, célébré agronome ancien représentant du peuple.

M. Adolphe Wenger, ingénieur.

M. Pierre Petroz, critique d'art.

M. Alfred Labbé, grand industriel de Meurthe-et-Moselle.

Le peintre Jongkind.



LES LIVRES NOUVEAUX

_Violette_, misère et splendeur d'une comédienne, par Charles Joliet. 1
vol. in-12. 3 fr. 50 (Calmann Lévy).--Ce n'est pas à proprement parler
un roman, c'est une histoire, le récit d'une vie, mais cette vie est
bien la plus romanesque que l'on puisse imaginer. De plus, cette
histoire est vraie, c'est celle d'une comédienne qui eut son heure de
grande célébrité, à l'époque où tout Paris courut au Gymnase applaudir
Froufrou. C'est, pourquoi ne pas le dire? _Froufrou_ elle-même,
autrement dit Aimée Desclée. Ceux qui l'ont vue alors en ont gardé le
souvenir comme d'une grande artiste qui ne fit que traverser la scène,
comme d'une étoile admirable qui incendia un moment l'horizon, puis
soudain s'éteignit. Mais, avant d'être Froufrou, Violette avait passé
par de dures épreuves, elle avait subi bien des misères, disons tout:
elle s'était brûlée à bien des flammes. Son biographe, ou son romancier,
nous initie à toutes ces douleurs qui nous révèlent une sorte de dona
Juana dont le coeur est tout amour, mais ne rencontre celui quelle doit
aimer que pour mourir de son abandon. C'était un tempérament d'artiste,
une vive intelligence que le coeur dominait au point que, lui frappé,
l'artiste n'avait plus qu'à mourir. Mais c'est aller un peu loin que de
l'exalter comme une sainte. Une grande artiste, cela suffit. Aux anciens
admirateurs de Desclée, nous recommandons _Violette_, elle leur rendra
le parfum de leurs souvenirs. Aux autres, elle fera connaître un type de
comédienne qui s'est incarnée, chose rare, dans une de ses créations.

L. P.


_Le curé d'Anchelles_, par Georges de Peyrebrune. 1 vol. in-18, 3 fr. 50.
(Dentu, édit.).--Qui dira ce que peut contenir d'humain l'amour mystique
d'un prêtre pour sa pénitente? Il est pourtant absolument pur et chaste
celui du jeune curé d'Anchelles pour la belle Jane Degmont. Ce qu'il a
voulu, c'est la ramener dans les voies de Dieu, elle qui se tenait
droite et inflexible sous la main bénissante du prêtre. Et il y est
parvenu. Pour combien sa jeunesse et sa beauté sont-elles entrées dans
cette conversion? c'est ce que la fière convertie ne sait pas elle-même,
ne s'avouera jamais. L'amour est aussi chaste chez elle que chez lui.
Mais, comme les mauvaises langues ont parlé, l'évêque envoie le jeune
prêtre en mission, et la jeune fille accepte la main du capitaine de
Noves. Les années s'écoulent. Un enfant est né du mariage de Jane. Il a
vingt ans quand la guerre éclate et il part. Le curé d'Anchelles,
presque un vieillard maintenant, prend la place de l'aumônier du
régiment de Pierre de Noves et se fait tuer, à Coulmiers, en couvrant de
son corps le fils de sa sainte amie. On ne lira pas ce livre de passion
intense sans une émotion intense aussi. L'âme et le coeur y sont pris,
mais non les sens, l'auteur a su rester chaste tout en étant très
passionné. Psyché triomphe de l'Amour.

L. P.


_Le drame d'Oberammergau_, par Mme Léonie de Bazelaine 1 in-12, 3 fr. 50
(Le Thielleux, 10, rue Cassette).--On se souvient que l'année dernière
durant quatre mois d'été, de mai à septembre, les habitants d'une petite
bourgade perdue dans les montagnes de Bavière, donnèrent au monde un peu
surpris le spectacle d'un drame évoqué du moyen-âge, ni plus ni moins
qu'un mystère, le drame de la Passion. On s'y rendit de toutes parts, et
les étrangers affluèrent dans la montagne. L'un logeait chez Caïphe, et
l'autre chez Pilate; tel autre chez Jésus-Christ lui-même. Car les
acteurs étaient tous gens du village, ce qui ne les empêcha pas de jouer
fort bien leur rôle, ayant, à défaut de science scénique, la conviction
et la foi. Maintenant, comment se fait-il que l'on représente, en l'an
de peu de grâce 1890, des mystères à Oberammergau? C'est, parait-il,
l'accomplissement d'un voeu fait en 1633 (!) par les habitants pour
conjurer la peste, et depuis cette époque, tous les dix ans, se joue
dans le petit bourg des montagnes le drame de la Passion. Les obstacles
ne manquent guère aux représentations; elles attirent plus ou moins de
monde, ont plus ou moins de succès. Celles de 1890 ont eu la bonne
fortune d'attirer l'attention de la presse. Aussi marqueront-elles dans
les annales d'Oberammergau, et c'est une heureuse idée qu'a eue Mme de
Bazelaine d'en fixer, dans un petit livre, le souvenir très intéressant.


L'_Art gothique_, par M. Louis Gonse, 1 vol. gr. in-4° de 488 p. orné de
284 gravures dans le texte et de 28 planches hors texte, eaux-fortes et
pl. en couleurs. Prix, rel. artist. 100 fr. (Librairies-Imprimeries
réunies).--Et d'abord, qu'est-ce que l'art gothique? Il est clair que
les Goths, qui s'éteignent au sixième siècle de notre ère, ne sont pour
rien dans l'éclosion d'un art apparu six cents ans plus tard: l'art
gothique est l'art qui prit naissance dans l'île de France, autour de
Paris, au commencement du douzième siècle, et qui poursuivit son
développement jusqu'à la fin du quinzième; l'Art gothique, c'est l'art
français. Voilà longtemps que les travaux des Viollet-Le-Duc, des Vitet,
des Mérimée, des Quicherat, ont prouvé jusqu'à l'évidence cette vérité
que la critique d'Outre-Manche et d'Outre-Rhin ne conteste plus; mais,
depuis trop longtemps aussi, ces faits acquis à la gloire de notre pays
et que tout Français devrait avoir à coeur de connaître sont demeurés
enfermés dans le domaine de la science, et l'on rencontre encore nombre
de personnes chez lesquelles ce mot de gothique évoque la poétique
fiction des hautes forêts de la Germanie donnant naissance aux nefs
élancées de nos cathédrales. Le travail de M. L. Gonse, par l'éclat de
sa publication, par la clarté de son exposé et l'attrait de ses
gravures, aura pour résultat de faire sortir ces vérités du cercle
restreint de l'archéologie pour les répandre dans ce public nombreux
d'amateurs et de gens du monde qui se laissent volontiers instruire,
pourvu que la science se présente sous des dehors aimables. Si donc ce
n'est pas à l'archéologie que le magnifique in-quarto de M. L. Gonse
fournit une assise nouvelle, c'est à l'art national, à l'art français,
en quoi le mérite n'est pas moindre, car il ne suffit pas de trouver la
vérité, il faut la faire connaître, et ce sont les ouvrages de ce genre
qui font fonction de la répandre, sinon de la vulgariser.


Dans la _Bibliothèque des dames_ (Librairie des Bibliophiles), les _Deux
Perles_, la charmante nouvelle de Mme Paul Lacroix, qui parut pour la
première fois, en 1854, dans le _Pays_, sous le nom du Bibliophile
Jacob. Le Bibliophile n'entendait pas en faire tort longtemps à l'auteur
véritable, et c'est avec une préface de Paul Lacroix qu'elle fut éditée
par la suite. Une ravissante eau-forte de Lalauze accompagne cette
édition.



[Illustration: NOS GRAVURES]

L'IMPÉRATRICE FRÉDÉRIC

L'impératrice Frédéric, dont le voyage en France excite une certaine
émotion, est déjà venue plusieurs fois à Paris, depuis les événements de
1870. Ses visites n'ont jamais eu de but politique. Elle ne venait que
pour parcourir les ateliers de nos peintres en renom. On pourrait citer
plus d'un qui a reçu une dame, vêtue de noir, parlant le français avec
un fort accent anglais, et qui n'a su que plus tard que la visiteuse
était l'impératrice Frédéric.

La mère de Guillaume II est, à l'heure qu'il est, âgée de 51 ans; il lui
reste de son origine--elle est fille de la reine Victoria--un air très
anglais qu'on n'a pas été sans lui reprocher jadis en Allemagne. C'est
une femme d'une intelligence absolument supérieure, qui s'occupa
beaucoup de politique avant l'avènement de son fils et avant le règne de
quelques jours de son mari, mais qui emploie maintenant toute son
activité aux arts, qu'elle a toujours beaucoup aimés.

Elle peint avec un talent dépassant de beaucoup celui de peintre amateur
et elle a une véritable compréhension pour tout ce qui touche de loin ou
de près à l'art. On la dit très ambitieuse, on ferait mieux de dire
qu'elle l'a été. Mais la mort de son mari l'empereur Frédéric, qu'elle a
soigné pendant une longue maladie avec un extraordinaire et touchant
dévouement, lui enlève tout espoir de jouer un rôle dans l'histoire de
l'Allemagne.

La princesse Marguerite qui l'accompagne est née en 1872 à Postdam.
L'empereur Guillaume II a, pour la plus jeune de ses soeurs, une très
grande affection. Elle est simple et sans fierté. On dit que son frère
songe à lui faire épouser le czarewitch.

Et quand on verra passer dans nos musées une dame vêtue de noir suivie
d'une jeune fille très simple, on ne croira pas que ces deux
promeneuses, qui ont pour signe particulier d'être indifférentes et de
ressembler à tout le monde, sont l'une veuve et l'autre fille d'empereur.


LE CONTRE-AMIRAL PALLU DE LA BARRIÈRE

Le contre-amiral Pallu de la Barrière, qui vient de mourir à Lorient où
il s'était retiré depuis sa mise à la retraite, était un marin de grand
mérite et un littérateur distingué. On sait que le cumul n'est point
rare dans le corps si remarquable qui est représenté à l'Académie
française par l'amiral Jurien de la Gravière.

Né à Saintes en 1828. M. Pallu de la Barrière était enseigne de vaisseau
en 1850, lieutenant de vaisseau en 1868. Il était capitaine de frégate
au moment de la guerre, il servit à terre avec le grade de général de
brigade au titre auxiliaire et commanda la réserve de l'armée de l'Est.
Ce n'était point sa première campagne, car on l'avait déjà vu en Crimée,
en Chine et en Cochinchine, vaillant et intrépide au feu. Lorsque notre
malheureuse armée de l'Est dut, après la marche offensive et victorieuse
des ennemis, opérer sa retraite en Suisse, Pallu de la Barrière couvrit
les opérations avec le petit corps qu'il commandait et, en se dirigeant
vers le Sud, échappa à la nécessité de déposer les armes. Le combat de
la Cluse, qui restera comme un de ses titres de gloire, fut une
sanglante rencontre d'infanterie qui coûta aux deux partis la vie d'une
quarantaine d'officiers et d'un millier d'hommes.

A la paix, le général de brigade Pallu de la Barrière redevint capitaine
de frégate: il fut nommé capitaine de vaisseau en 1873. Sept ans après,
il était élevé à la dignité de commandeur de la Légion d'honneur, et
cette étape si honorable l'aida à attendre, le grade de contre-amiral
qui lui lut décerne en 1887, peu avant sa retraite; entre temps, en
1883, il avait été envoyé en Nouvelle-Calédonie comme gouverneur.

Le contre-amiral Pallu de la Barrière a publié sous le pseudonyme de
Constantin d'intéressantes études de la vie maritime ou des récits des
expéditions auxquelles il a pris part; citons: _Six mois à Eupatoria_
(1857); _les Gens de mer_ (1860); _Relations de l'expédition de Chine_
en 1860 et de l'_Expédition de Cochinchine_ en 1861. Il a collaboré à la
_Revue des Deux-Mondes_.

Dans ses dernières années, le contre-amiral souffrait d'une maladie de
coeur, sa santé était délicate: en Cochinchine, il avait été assez
gravement blessé de deux coups de lance à l'attaque de Ki-Kioa à la
suite de laquelle Saigon fut bloqué en 1861. C'est à cette occasion
qu'il avait été nommé chevalier de la Légion d'honneur.


LA DISPARITION DU «MIDJET»

Le jeudi 1 juillet 1889, à 4 heures du soir, mouillait devant
l'Exposition universelle un petit yacht peint en blanc, portant pavillon
américain. C'était le _Neversink_, qui, parti de Boston le 22 mai, était
arrivé au Havre le 28 juin, ayant accompli la traversée de l'Atlantique
en un mois et six jours.

Le _Neversink_ était construit sur le principe des bateaux de sauvetage
du capitaine Norton dont voici le dispositif:

Dans ce système, le lest est complètement supprimé, il est remplacé par
des réservoirs à eau qui existent dans la double coque, et qui
s'emplissent automatiquement en quelques secondes, aussitôt la mise à la
mer, avec laquelle ils communiquent par deux ouvertures de petites
dimensions, situées de caque côté de la quille. Il se forme de la sorte
un _water-ballast_ réparti dans toute la longueur du bateau. L'air,
comprimé dans la partie supérieure par l'introduction de l'eau dans les
réservoirs, fait obstacle au déplacement de cette dernière, aide à la
stabilité du bateau, et l'empêche de chavirer.

Par une amélioration nouvelle, M. Morton a imaginé de faire communiquer
la partie supérieure des réservoirs par un tuyautage spécial avec des
pompes foulantes, pouvant y emmagasiner l'air à la pression de plusieurs
atmosphères. De cette façon, par le simple réglage d'un robinet, on peut
chasser ou laisser pénétrer l'eau en quantité voulue dans un seul, ou
les deux réservoirs à la fois, de manière à lester ou délester plus ou
moins l'un des côtés du bâtiment suivant les besoins et augmenter ou
diminuer ainsi sa flottabilité.

C'est ce dernier système ainsi amélioré que M. Morton a appliqué sur un
yacht à vapeur cette fois, le _Midjet_, avec lequel il se proposait de
recommencer la même traversée de l'Atlantique qui lui a si bien réussi
une première fois.

Annoncé comme parti de New-London (États-Unis) le 24 novembre de l'année
dernière, le Midjet n'a plus été signalé nulle part et on est sans
nouvelles de lui.

Tout laisse craindre qu'il ne se soit perdu corps et biens au cours des
coups de vents si nombreux et si terribles qui ont marqué les derniers
mois de 1890.

Voici les principales caractéristiques du _Midjet_: longueur 17 m.70 sur
3,65 de large; tirant d'eau, 1 m. 85 à pleine charge avec 8 tonneaux de
charbon à bord.

La machine de 30 chevaux lui donnait une vitesse de 8 milles marins
anglais à l'heure, soit: 12 kilomètres 872 avec une consommation d'une
demi-tonne de charbon par 21 heures.

Le _Midjet_ était très fortement voilé. Il y avait à bord l'inventeur,
sa femme et sa nièce, et sept hommes d'équipage.

C'est la quatrième fois que les Américains font la dangereuse expérience
de la traversée de l'Atlantique dans de semblables coquilles de noix.

En 1867, c'était un bateau de sauvetage, le _Red-White-and-blue_, qui
avait un gréement de navire en miniature, et dont la traversée par ses
moyens seuls a été mise en doute.

En 1878, c'était le Nautilus, petit bateau monté par deux hommes
seulement et gréé d'une voile latine.

Enfin, en 1889, c'était le _Neversink_.


LA STATUE DE MARAT

La statue de Marat avait été placée par M. l'ingénieur Barthet, en 1886,
au bas de la grande pelouse du parc de Montsouris, en face même de la
porte d'entrée. Elle était donc en évidence, et il faut que les
Parisiens s'égarent bien rarement dans ces lointains parages pour que la
révélation de son existence ait provoqué un si universel étonnement.
L'oeuvre du sculpteur Baffier ne pouvait, en effet, manquer d'attirer
l'attention du visiteur éclairé, ou simplement curieux de choses d'art.
Mais les hôtes qui peuplent ce délicieux coin de Montsouris se recrutent
parmi les ramiers et les moineaux, et on sait en quel dédain superbe les
oiseaux tiennent les plus belles créations de l'homme. Marat nous
restait inconnu. Après quatre ans, M. le sénateur Fresneau, conduit sans
doute là bas par le hasard, l'a découvert, et aussitôt a porté sa
trouvaille à la tribune du Sénat. D'une obscurité profonde. Marat passe
ainsi en pleine lumière. Il ne méritait, certes, ni cet excès d'honneur
ni cette indignité. Le monument de Montsouris n'a rien de commun avec
les marbres ou les bronzes qui décorent nos jardins et nos squares.
L'oeuvre n'est point gracieuse et produit une impression de tristesse
qui s'harmonisait mal avec le milieu. Ce pauvre corps à moitié nu,
maigre, ratatiné, sur l'épaule duquel venait quelquefois se poser un
rossignol, pour jeter aux échos ses notes argentines, au milieu de ce
décor de verdure et de fleurs que tracent avec tant de goût, en vrais
artistes, nos maîtres jardiniers, offrait une douloureuse antithèse.
Marat est représenté occupé à écrire, étendu dans sa baignoire que
l'artiste n'a dû qu'indiquer. Il tient l'écritoire sur ses genoux que
recouvre un drap négligemment jeté. Le haut du corps et les pieds sont
nus; la tête est entourée du fameux foulard qu'il ne quittait jamais,
même pour assister aux séances de la Convention. Le visage est pensif et
tourmenté. Les veilles, les privations, un cerveau en ébullition, le
caractère jaloux et irritable à l'excès que l'histoire prête à «l'ami du
peuple», l'ont ridé, flétri. L'artiste a voulu traduire par cette
laideur physique la souffrance humaine, et il a réussi. Disons en toute
sincérité que c'est une oeuvre de haute conscience artistique, qui
légitime et l'achat qui en fut fait par la ville, et la récompense--une
médaille de troisième classe--qu'elle valut à son auteur, à peine âgé de
trente-deux ans, au Salon de 1883.

M. Baffier n'exposa, cette année-là, que la maquette en plâtre, dent le
socle portait cette curieuse inscription extraite de l'oraison funèbre
de Guireau, en 1793. «Il fallait le voir, traqué de réduit en réduit,
souvent dans les lieux humides où il n'avait pas de quoi se coucher.
Rongé par la misère la plus affreuse, il couvrait son corps d'une simple
couverture, et sa tête d'un mouchoir, hélas! presque toujours trempé de
vinaigre: une écritoire dans la main, quelques chiffons de papier sur
son genou, c'était sa table!»

Au Salon de 1885, l'oeuvre reparut en bronze, et fut alors acquise au
prix de 5,000 francs par la Ville qui en orna le parc de Montsouris. Le
bruit qui, la semaine dernière, a été fait autour de cette statue, a
décidé M. Alphand à la reléguer au dépôt des marbres d'Auteuil.


UNE CUISINE EN PLEIN AIR A MOSCOU

Au moment où de nombreux artistes, industriels et commerçants, se
prépaient à envoyer à l'exposition française de Moscou leurs oeuvres et
leurs produits, et où beaucoup de nos compatriotes se proposent d'aller
visiter l'ancienne capitale russe, il nous semble intéressant d'initier
ceux de nos lecteurs qui n'accompliront pas ce lointain voyage à
quelques-unes des particularités de la vie moscovite.

Notre collaborateur, M. de Haenen, qui, d'un long séjour en Russie, nous
rapporte une série de croquis et de dessins pris sur nature, nous
servira de _cicérone_ dans cette excursion.

Voici aujourd'hui _Une cuisine en plein air à Moscou_. La neige tombe en
flocons serrés. Néanmoins, les cochers, les Tartares, les juifs, les
marchands de harengs, et tous les malheureux qui sont sans asile,
semblent ne pas s'en préoccuper. Au milieu de la rue, on a placé un
samovar gigantesque où se confectionne le thé. Quelques tables, çà et
là, ont été disposées. Moyennant une ration de soupe aux choux aigres,
deux ou trois jeunes vagabonds se sont improvisés garçons de café, et
ils vont de groupe en groupe, portant aux uns une tasse de thé, aux
autres un bol de ce potage, assez mauvais d'ailleurs, qu'on nomme en
russe _tchi_. Cette scène est excessivement pittoresque. La seule chose
qui puisse, par analogie, en donner une idée, ce sont nos marchandes des
quatre-saisons dans les rues de Paris. En effet, comme à Paris, toute
cette population encombre la chaussée. Elle ne peut y stationner que
durant certaines heures, ici le matin, là l'après-midi, et presque
toujours à proximité d'un marché.

Mais ce qui lui donne son caractère bien oriental, ce sont les costumes
bizarres tous ces pauvres diables. On reconnaîtra surtout dans le dessin
les Tartares qui vendent des foulards et des cravates, et les juifs, qui
sont le plus souvent des marchands de chaussures. Ces derniers, qu'on
discerne aisément à leur casquette plate, ne sont pas la moindre
curiosité de la capitale moscovite. Il faut voir avec quelle inlassable
patience ils poursuivent dans la rue le promeneur qui s'est hasardé dans
ce quartier: tout en marchant derrière lui, ils déprécient les
chaussures qu'il a aux pieds, ils lui prouvent qu'il doit s'en procurer
d'autres. Précisément, ils ont, à la main, une paire de bottes ou de
souliers fourrés qui conviendront à merveille au noble étranger. Il est
rare que celui-ci ne se laisse pas convaincre.


LES PRÉPARATIFS D'UNE SOIRÉE DE TÊTES

Il y a quatre ans à peu près que s'est répandue dans le monde parisien
la mode des dîners et des soirées _à têtes_. C'est une sorte de
réduction de bal masqué. Hommes et femmes gardent le costume habituel de
soirée. La tête seule est grimée et rendue méconnaissable. Cette
combinaison produit les effets les plus humoristiques et les plus
amusants. Dans le milieu artistique où cette mode prit naissance, on se
fit surtout, au début, des têtes d'hommes politiques, et, chaque invité
se travestissant à sa guise, le hasard amenait les rapprochements les
plus piquants. On voyait, par exemple, dans un dîner présidé par M.
Carnot. MM. Constans, de Broglie et le général Boulanger, assis côte à
côte. Puis, la liste des hommes célèbres ayant été vite épuisée, des
fantaisistes se jetèrent dans l'excentricité. L'on se fit nickeler,
dorer la tête et les mains; peindre une moitié de la figure en blanc et
l'autre en noir, nègre d'un côté, pierrot de l'autre. Puis sont venues
les têtes professionnelles, cocher, militaire, gardien de la paix, garde
municipal, avec coiffures distinctives. Des familles entières combinent
leurs effets par exemple, elles représentent un baptême villageois, le
bébé, la nourrice, le capitaine des sapeurs-pompiers, le maire, etc. Une
tête de mariée blonde, vaporeuse, estompée par le voile nuageux sous
lequel tremblote la fleur d'oranger, produit aussi un effet assez
piquant posée sur les épaules d'un robuste gaillard en habit noir.

Pendant l'année de l'Exposition, plusieurs arrangements de têtes
féminines rappelèrent les motifs décoratifs du Champ-de-Mars. Les
élégantes Parisiennes empruntaient aux Japonaises leur teint de pain
d'épice et posaient sur leurs têtes des réductions de tour Eiffel et du
dôme central, éclairés à l'intérieur par de petite lampes électriques.

Cette année la vogue est aux têtes d'animaux, chats et chattes, tigres
et tigresses. L'aide d'un coiffeur est généralement nécessaire.

Les deux personnages que représentent notre gravure, étant d'avis que
l'on n'est jamais si bien servi que par soi-même, ont dédaigné les bons
offices de tout artiste capillaire. La scène se passe dans un atelier de
peintre mondain. Le maître de la maison, en culotte, en bas de soie
noire, avant de passer son habit, _fait la tête_ de son ami, déjà en
tenue de soirée complète. Le patient, installé dans un fauteuil, garde
une parfaite immobilité. Sa figure enduite de blanc gras préalablement
et garnie d'un bec d'oiseau qui remplace le nez, le pinceau du peintre
achève la transformation. Déjà, l'un des yeux est entouré de cercles
concentrique noirs et blancs; sur les cheveux hérissés est posée la
crête de coq. Un seul côté de la figure garde encore apparence humaine
rappelant les personnages des métamorphoses d'Ovide dans la minute de
transition.

Louis d'Hurcourt.



[Illustration.]

ANIE

Roman nouveau, par HECTOR MALOT

Illustrations d'ÉMILE BAYARD


I

Au balcon d'une maison du boulevard Bonne-Nouvelle, en hautes et larges
lettres dorées, on lit: _Office Cosmopolitain des inventeurs_; et sur
deux écussons en cuivre appliqués contre la porte qui, au premier étage
de cette maison, donne entrée dans les bureaux, cette enseigne se trouve
répétée avec l'énumération des affaires que traite l'office: «_Obtention
et vente de brevets d'invention en France et à l'étranger; attaque et
défense des brevets en tous pays; recherches d'antériorités; dessins
industriels; le Cosmopolitain, journal hebdomadaire illustré; M.
Chaberton, directeur._»

Qu'on tourne le bouton de cette porte, ainsi qu'une inscription invite à
le faire, et l'on est dans une vaste pièce partagée par cages grillées,
que divise un couloir central conduisant au cabinet du directeur; un
tapis en caoutchouc (B. S. G. D. G.) va d'un bout à l'autre de ce
couloir, et par son amincissement dit, sans qu'il soit besoin d'autres
indications, que nombreux sont ceux qui, happés par les engrenages du
brevet d'invention, engagés dans ses laminoirs passent et repassent par
ce chemin de douleurs, sans pouvoir s'en échapper, et reviennent là
chaque jour jusqu'à ce qu'ils soient hachés, broyés, réduits en pâte, et
qu'on ait exprimé d'eux, au moyen de traitements perfectionnés, tout, ce
qui a une valeur quelconque, argent ou idée. Tant qu'il lui reste un
souffle la victime crie, se débat, lutte, et aux guichets des cages
derrière lesquels les employés se tiennent impassibles, ce sont des
explications, des supplications ou des reproches qui n'en finissent pas;
puis l'épuisement arrive; mais celle qui disparaît est remplacée par une
autre qui subit les mêmes épreuves avec les mêmes plaintes, les mêmes
souffrances, la même fin, et celle-là par d'autres encore. En général
les clients du matin n'appartiennent pas à la même catégorie que ceux du
milieu de la journée ou du soir.

A la première heure, souvent avant que Barnabé, le garçon de bureau, ait
ouvert la porte et fait le ménage, arrivent les fiévreux, les inquiets,
ceux que l'engrenage a déjà saisis et ne lâchera plus; de la période des
grandes espérances ils sont entrés dans celle des difficultés et des
procès; ils apportent des renseignements décisifs pour leur affaire qui
dure depuis des mois, des années, et va faire un grand pas ce jour-là;
ou bien c'est une nouvelle provision pour laquelle ils sont en retard et
qu'ils ont pu enfin se procurer à ce moment même par un dernier
sacrifice; et, en attendant l'arrivée des employés ou du directeur, ils
content leurs douleurs et leurs angoisses à Barnabé qui les enveloppe de
flots de poussière soulevés par son balai.

Puis, après ceux-là, c'est l'heure de ceux qui, pour la première fois,
tournent le bouton de l'office; vaguement ils savent que les brevets ou
les marques de fabrique doivent protéger leur invention, ou assurer
ainsi la propriété de ses produits; et ils viennent pour qu'on éclaire
leur ignorance. Que faut-il faire? Ils ont toutes les confiances, toutes
les audaces, portés qu'ils sont sur les ailes de la fortune ou de la
gloire. Ne sont-ils pas sûrs de révolutionner le monde avec leur
invention qui va les enrichir, en même temps qu'elle enrichira tous ceux
qui y toucheront? Et les millions roulent, s'entassent, montent,
éblouissants, vertigineux.

--S'il faut prendre un brevet en Angleterre? dit M. Chaberton répondant
à leurs questions; non seulement en Angleterre, mais aussi en Italie, en
Espagne, en Allemagne, en Europe, en Asie, en Amérique, partout où la
législation protectrice des brevets a pénétré. Sans doute la dépense
peut être gênante alors surtout qu'on s'est épuisé dans de coûteux
essais; mais ce n'est pas quand on touche au succès qu'on va le laisser
échapper.

Et, sortant de son cabinet, M. Chaberton amène lui-même dans ses bureaux
ce nouveau client pour le confier à celui des employés qui guidera ses
pas dans la voie de la prise et de l'exploitation.

--Voyez M. Barincq! Voyez M. Spring! Voyez M. Jugu.

Et le client admis dans la cage de celui à qui on le confie s'intéresse,
ravi, à voir M. Barincq, le dessinateur de l'office, traduire sur le
papier les idées plus ou moins vagues qu'il lui explique ou M. Spring
préparer devant lui les pièces si importantes des patentes anglaises:
car, dans l'_Office cosmopolitain_, on opère sous l'oeil du client;
c'est même là une des spécialités de la maison, grâce à M. Spring qui
écrit avec une égale facilité le français, l'anglais, l'allemand,
l'italien, l'espagnol, ayant roulé par tous les pays avant de venir
échouer boulevard Bonne-Nouvelle; et aussi grâce à M. Barincq qui sait
en quelques coups de crayon bâtir un rapide croquis.

Après une journée bien remplie qui n'avait guère permis aux employés de
respirer, les bureaux commençaient à se vider; il était six heures
vingt-cinq minutes, et les clients qui tenaient à voir M. Chaberton
lui-même savaient par expérience que, quand la demie sonnerait, il
sortirait de son cabinet, sans qu'aucune considération pût le retenir
une minute de plus, ayant à prendre au passage l'omnibus du chemin de
fer, pour s'en aller à Champigny, où, hiver comme été, il habite une
vaste propriété dans laquelle s'engloutit le plus gros de ses bénéfices.

Bien que la besogne du jour fût partout achevée, et que Barnabé fût déjà
revenu de la poste ou il avait été porter le courrier, les employés,
derrière leurs grillages, paraissaient tous appliqués au travail: le
patron allait passer en jetant de chaque côté des regards circulaires,
il ne fallait pas qu'il pût s'imaginer qu'on ne ferait rien après son
départ.

Quand le coup de la demie frappa, il ouvrit la porte de son cabinet, et
apparut coiffé d'un chapeau rond, portant sur le bras un pardessus dont
la boutonnière était décorée d'une rosette multicolore, sa canne à la
main; un client misérablement vêtu le suivait et le suppliait.

--Barnabé, guettez l'omnibus, dit M. Chaberton.

Posté dans l'embrasure d'une fenêtre, le garçon de bureau ne quittait
pas des yeux la chaussée, qu'il découvrait au loin jusqu'à la descente
du boulevard Montmartre, son regard passant librement à travers les
branches des marronniers et des paulownias qui commençaient à peine à
bourgeonner.

Cependant le client, sans lâcher M. Chaberton, manoeuvrait de façon à
lui barrer le passage.

--Tâchez donc, disait-il, de m'obtenir cinq mille francs de MM.
Strifler; ils gagnent plus de cinq cent mille francs par an avec mes
brevets: ils peuvent bien faire cela pour celui qui les leur a vendus.

--Ils répondent qu'ils ont fait plus qu'ils ne devaient,

--Ce n'est pas à vous qu'ils peuvent dire cela; vous qui avez vu comme
ils m'ont saigné à blanc; qu'ils m'abandonnent ces cinq mille francs, et
je renonce à toute autre réclamation; c'est plus d'un million que je
sacrifie.

--Monsieur Barincq, interrompit le directeur, où en est votre bois pour
le journal?

--J'avance, monsieur.

--Il faut qu'il soit fini ce soir.

--Je ne partirai pas sans qu'il soit terminé.

--Avec ces cinq mille francs, continuait le client, j'achève mon
appareil calorimétrique, qui sera certainement la plus importante de mes
inventions; son influence sur les progrès de notre artillerie peut être
considérable: ce n'est pas seulement un intérêt égoïste qui est en jeu,
le mien, que vous m'avez toujours vu prêt de sacrifier, c'est aussi un
intérêt patriotique.

--Vous vous ferez sauter, mon pauvre monsieur Ruffin, avec vos
expériences sur les pressions des explosifs en vases clos.

C'est bien de cela que j'ai souci!

--L'omnibus! cria le garçon de bureau.

M. Chaberton se dirigea vivement vers la porte, accompagné de son
client, et le silence s'établit dans les bureaux, comme si les employés
attendaient un retour possible, quelque invraisemblable qu'il fût.

--Emballé, le patron! cria Barnabé resté à la fenêtre.

Mais tout à coup il poussa un cri de surprise.

--Qu'est-ce qu'il y a?

--Le vieux Ruffin monte avec lui pour le raser jusqu'à la gare.

Alors, instantanément, au silence succéda un brouhaha de voix et un
tapage de pas, que dominait le chant du coq, poussé à plein gosier par
l'employé chargé de la correspondance.

--Taisez-vous donc, monsieur Belmanières, dit le caissier en venant sur
le seuil de la pièce qu'il occupait, seul, on ne s'entend pas.

--Tant mieux pour vous.

--Parce que? demanda le caissier qui était un personnage grave, mais
simple et bon enfant.

--Parce que, mon cher monsieur Morisette, si vous dites des bêtises,
comme cela vous arrive quelquefois, ou ne se fichera pas de vous.

Morisette resta un moment interloqué, se demandant évidemment s'il
convenait de se fâcher et cherchant une réplique.

--Ah! que vous êtes vraiment le bien nommé, dit-il enfin après un temps
assez long de réflexion.

C'était précisément parce qu'il s'appelait Belmanières que l'employé de
la correspondance affectait l'insolence avec ses camarades, cherchant en
toute occasion et sans motif à les blesser, afin qu'ils n'eussent pas la
pensée de faire allusion à son nom, dont le ridicule ne lui laissait pas
une minute de sécurité; un autre que lui fût peut-être arrivé à ce
résultat avec de la douceur et de l'adresse, mais, étant naturellement
grincheux, malveillant et brutal, il n'avait trouvé comme moyen de se
protéger que la grossièreté; la réplique du caissier l'exaspéra d'autant
plus qu'elle fut saluée par un éclat de rire général auquel Spring seul
ne prit pas part.

Mais l'amitié ou la bienveillance n'était pour rien dans cette
abstention et si Spring ne riait pas comme ses camarades de la réponse
de Morisette, et surtout de la mine furieuse de Belmanières, c'est qu'il
était absorbé dans une besogne dont rien ne pouvait le distraire. A
peine le patron avait-il été emballé dans l'omnibus, comme disait
Barnabé, que Spring, ouvrant vivement un tiroir de son bureau, en avait
tiré tout un attirail de cuisine: une lampe à alcool, un petit plat en
fer battu, une fiole d'huile, du sel, du poivre, une côtelette de porc
frais enveloppée dans du papier et un morceau de pain; la lampe allumée,
il avait posé dessus son plat après avoir versé dedans un peu d'huile,
et maintenant il attendait qu'elle fût chaude pour y tremper sa
côtelette; que lui importait ce qui se disait et se faisait autour de
lui, il était tout à son dîner.

Ce fut sur lui que Belmanières voulut passer sa colère.

--Encore les malpropretés anglaises qui commencent, dit-il en venant
appuyer son front contre le grillage de Spring.

--Ce n'était pas des _malproprefais_, dit celui-ci froidement avec son
accent anglais.

--Pour le nez à _vo_, répondit Belmanières en imitant un instant cet
accent, mais pour le nez à _moa_; et je dis qu'il est insupportable que
le mardi et le vendredi vous nous infectiez de votre sale cuisine.

--Vous savez bien que le mardi et le vendredi je ne peux pas rentrer
dîner chez moi, puisque je travaille le soir dans ce quartier.

--Vous ne pouvez pas dîner comme tout le monde au restaurant?

--_No_.

L'énergie de cette réplique contrastait avec l'apparente insignifiance
de la question de Belmanières, et elle expliquait tout un côté des
habitudes mystérieuses de Spring, obsédé par une manie qui lui faisait
croire que la police russe voulait l'empoisonner. Pourquoi? Pourquoi la
police russe poursuivait-elle un sujet anglais? Personne n'en savait
rien. Rares étaient ceux à qui il avait fait des confidences sur ce
sujet, et jamais elles n'avaient été jusqu'à expliquer les causes de la
persécution dont il était victime; mais enfin cette persécution,
évidente pour lui, l'obligeait à toutes sortes de précautions. C'était
pour lui échapper qu'il avait successivement fui tous les pays qu'il
avait habités: Odessa, Gènes, Malaga, San-Francisco, Rotterdam,
Melbourne, Le Caire, et que maintenant à Paris il déménageait tous les
mois pour dépister les mouchards, passant de Montrouge à Charonne, des
Ternes à la Maison-Blanche. Et celait aussi parce qu'il se sentait
enveloppé par cette surveillance qu'il ne mangeait que les aliments
qu'il avait lui-même préparés, convaincu que, s'il entrait dans un
restaurant, un agent acharné à sa poursuite trouverait moyen de jeter
dans son assiette ou dans son verre une goutte de ces poisons terribles
dont les gouvernements ont le secret.

--Savez-vous seulement pourquoi vous ne pouvez pas dîner au restaurant?
demanda Belmanières pour exaspérer Spring.

--Je sais ce que je sais.

--Alors, vous savez que vous êtes toqué.

--Laissez-moi tranquille, je ne vous parle pas.

Une voix sortit de la cage située près de la porte, celle de Barincq:

--M. Spring a raison, chacun ses idées.

--Ne perdez donc pas votre temps à faire le Don Quichotte gascon; vous
n'aurez pas fini votre bois et vous arriverez en retard à votre soirée.

Abandonnant la cage de Spring, Belmanières vint se camper au milieu du
passage:

--Dites donc, messieurs, vous savez que c'est aujourd'hui que M. Barincq
donne à danser dans les salons de la rue de l'Abreuvoir? Une soirée
dansante rue de l'Abreuvoir, à Montmartre, dans les salons de M.
Barincq, autrefois inventeur de son métier, présentement dessinateur de
l'office Chaberton, en voilà encore une idée cocasse: «M. et Mme Barincq
de Saint-Christeau prient M.... de leur faire l'honneur de venir passer
la soirée chez eux le mardi 4 avril à 9 heures. On dansera.» Non, vous
savez, ce que c'est drôle! c'est à se rouler.

--Roulez-vous, dit le caissier, nous serons tous bien aises de voir ça;
ne vous gênez pas.

--Barnabé, balayez donc une place pour que M. Belmanières puisse se
rouler.

--Pourquoi ne nous avez-vous pas invités? demanda Belmanières sans
répondre directement.

--On ne pouvait pas vous inviter, vous? répondit l'employé au
contentieux qui jusque-là n'avait rien dit, occupé qu'il était à cirer
ses souliers.

--Parce que, monsieur Jugu?

--Parce que pour aller dans le monde il faut certaines manières.

Exaspéré, Belmanières se demanda manifestement s'il devait assommer
Jugu; seulement la réplique qu'il fallait pour cela ne lui vint pas à
l'esprit; après un moment d'attente il se dirigea vers la porte avec
l'intention de sortir, mais, rageur comme il l'était, il ne pouvait pas
abandonner ainsi la partie, on l'accuserait de lâcheté, on se moquerait
de lui lorsqu'il ne serait plus là; il revint donc sur ses pas:

--Certainement j'aurais été déplacé dans les salons de M. et Mme Barincq
de Saint-Christeau, dit-il en prenant un ton railleur; mais il n'en eut
pas été de même de M. Jugu; et assurément quand Barnabé, qui va ce soir
faire fonction d'introducteur des ambassadeurs, aurait annoncé de sa
belle voix enrouée: «M. Jugu», il y aurait eu sensation dans les salons,
comme il convient pour l'entrée d'un gentleman aussi pourri de chic,
aussi pschut; sans compter que ce haut personnage pouvait faire un mari
pour Mlle de Saint-Christeau.

--Monsieur, dit Barincq d'une voix de commandement, je vous défends de
mêler ma fille à vos sornettes.

--Vous n'avez rien à me défendre ni à m'ordonner, et le ton que vous
prenez n'est pas ici à sa place. Peut-être était-il admissible quand
vous étiez M. de Saint-Christeau, mais maintenant que vous avez perdu
votre noblesse avec votre fortune pour devenir simplement le père
Barincq, employé de l'office Chaberton ni plus ni moins que moi, il est
ridicule avec un camarade qui est votre égal. Quant à votre fille, j'ai
le droit de parler d'elle, de la juger, de la critiquer, même de me
ficher d'elle...

--Monsieur!

--Oui, mon bonhomme, de me ficher d'elle, de la blaguer... puisqu'elle
est une artiste. Quand par suite de malheurs, ils sont connus ici vos
malheurs, on laisse sa fille fréquenter l'atelier Julian, et exposer au
Salon des petites machines pas méchantes du tout, pour lesquelles on
mendie une récompense de tous les côtés, on n'a pas de ces fiertés-là.

--Taisez-vous; je vous dis de vous taire.

L'accent aurait dû avertir Belmanières qu'il serait sage de ne pas
continuer; mais, avec le rôle de provocateur qu'il prenait à chaque
instant, obéir à cette injonction eût été reculer et abdiquer;
d'ailleurs une querelle ne lui faisait pas peur, au contraire.

--Non, je ne me tairai pas, dit-il; non, non.

--Vous nous ennuyez, cria Morisette.

--Raison de plus pour que je continue, il est 6 heures 52 minutes; vous
en avez encore pour huit minutes, puisqu'il n'y en a pas un seul de vous
assez résolu pour déguerpir avant que 7 heures n'aient sonné. C'est
Anie, n'est-ce pas, qu'elle se nomme votre fille, M. Barincq?

Barincq ne répondit pas.

--En voilà un drôle de nom. Vous vous êtes donc imaginé, quand vous le
lui avez donné, que c'est commode un nom qui commence par Anie? Anie,
quoi? Anisette? Alors ce serait un qualificatif de son caractère. Ou
bien Anicroche, qui serait celui de son mariage.

--Il y a encore autre chose qui commence par Ani, interrompit un employé
qui n'avait encore rien dit.

--Quoi donc?

--Il y a animal qui est votre nom à vous.

--Monsieur Ladvenu, vous êtes un grossier personnage.

--Vraiment?

--Il y a aussi animosité, dit Morisette, qui est le qualificatif de
votre nature; ne pouvez-vous pas laisser vos camarades tranquilles, sans
les provoquer ainsi à tout bout de champs? c'est insupportable d'avoir à
subir tous les soirs vos insolences, que vous trouvez peut-être
spirituelles, mais qui pour nous, je vous le dis au nom de tous, sont
stupides.

Précisément parce que tout le monde était contre lui, Belmanières voulut
faire tête:

--Il y a aussi animation, continua-t-il en poursuivant son idée avec
l'obstination de ceux qui ne veulent jamais reconnaître qu'ils sont dans
une mauvaise voie; et c'est pour cela que je regrette de n'avoir pas été
invité rue de l'Abreuvoir, j'aurais été curieux de voir une jeune
personne qui se coiffe d'un béret bleu quand elle va à son atelier, ce
qui indique tout de suite du goût et de la simplicité, manoeuvrer ce
soir pour pêcher un mari...

Brusquement la porte de Barincq s'ouvrit, et, avant que Belmanières,
revenu de sa surprise, eût pu se mettre sur la défensive, il reçut en
pleine figure un furieux coup de poing qui le jeta dans la cage de Jugu.

--Je vous avais dit de vous taire, s'écria Barincq.

Tous les employés sortirent précipitamment dans le passage, et, avant
que Belmanières ne se fût relevé, se placèrent entre Barincq et lui.

Mais cette intervention ne paraissait pas bien utile, Belmanières
n'ayant évidemment pas plus envie de rendre la correction qu'il avait
reçue que Barincq de continuer celle qu'il avait commencée.

--C'est une lâcheté! hurlait Belmanières; entre collègues! entre
collègues! sans prévenir!

Et du bras, mais à distance, il menaçait ce collègue, en se dressant et
en renversant sa tête en arrière: évidemment il eut pu être redoutable
pour son adversaire, et, trapu comme il l'était, carré des épaules,
solidement assis sur de fortes jambes, âgé d'une trentaine d'années
seulement, il eût eu le dessus dans une lutte avec un homme de tournure
plus leste que vigoureuse; mais cette lutte il ne voulait certainement
pas l'engager.

--Vous n'avez que ce que vous méritez, dit Morisette, M. Barincq vous
avait prévenu.

Spring seul n'avait pas bougé; quand il eut avalé le morceau qu'il était
en train de manger, il sortit à son tour de son bureau, vint à Barincq,
et, lui prenant la main, il la secoua fortement:

--_All right_, dit-il.

Aussitôt les autres employés suivirent cet exemple et vinrent serrer la
main de Barincq.

--N'était vos cheveux gris, disait Belmanières de plus en plus exaspéré,
je vous assommerais.

--Ne dites donc pas de ces choses-là, répondit Morisette, on sait bien
que vous n'avez envie d'assommer personne.

--Insulter, oui, dit Ladvenu, assommer, non.

--Vous êtes des lâches, vociféra Belmanières, de vous mettre tous contre
moi.

--Dix manants contre un gentilhomme, dit Jugu en riant.

--Allons, gentilhomme, rapière au vent, cria Ladvenu.

Belmanières roulait des yeux furibonds, allant de l'un à l'autre,
cherchant une injure qui fût une vengeance; à la fin, n'en trouvant pas
d'assez forte, il ouvrit la porte avec fracas:

--Nous nous reverrons, s'écria-t-il en les menaçant du poing.

--Espérons-le, oh! mon Dieu.

--Quel chagrin ce serait de perdre un collègue aimable comme vous!

--Tous nos respects.

Tous ces mots tombèrent sur lui drus comme grêle avant qu'il eut fermé
la porte.

--Messieurs, je vous demande pardon, dit Barincq, quand Belmanières fut
parti.

--C'est nous qui vous félicitons.

--En entendant parler ainsi de ma fille, je n'ai pas été maître de moi;
m'attaquant dans ma tendresse paternelle, il devait savoir qu'il me
blessait cruellement.

--Il le savait, soyez-en sûr, dit Jugu.

--Seulement je suppose, dit Spring la bouche pleine, qu'il n'avait pas
cru que vous iriez jusqu'au coup de poing.

--Et voilà pourquoi nous ne pouvons que vous approuver de l'avoir donné,
dit Morisette, à qui ses fonctions et son âge conféraient une sorte
d'autorité; espérons que la leçon lui profitera.

--Si vous comptez là-dessus, vous êtes naïf, dit Ladvenu; le personnage
appartient à cette catégorie dont on rencontre des types dans tous les
bureaux, et qui n'ont d'autre plaisir que d'embêter leurs camarades;
celui-là nous a embêtés et nous embêtera tant que nous n'aurons pas, à
tour de rôle, usé avec lui du procédé de M. Barincq.

--Moi, je n'approuve pas le coup de poing, dit Jugu.

--Elle est bien bonne.

--Je parle en me mettant à la place de M. Barincq.

--J'aurais cru que c'était en vous mettant à celle de Belmanières.

--Expliquez-vous, philosophe.

--Ça agite la main, et cela ne va pas aider M. Barincq pour finir son
bois.

Le premier coup de 7 heures qui sonna au cartel interrompit ces propos;
avant que le dernier eût frappé, tous les employés, même Spring, étaient
sortis, et il ne restait plus dans les bureaux que Barincq, qui s'était
remis au travail, pendant que Barnabé allumait un bec de gaz et achevait
son ménage à la hâte, pressé, lui aussi, de partir.

Il fut bientôt prêt.

--Vous n'avez plus besoin de moi, monsieur Barincq?

--Non allez-vous-en, et dînez-vite; si vous arrivez à la maison avant
moi, vous expliquerez à Mme Barincq ce qui m'a retenu, et lui direz
qu'en tous cas je rentrerai avant 8 heures et demie.

--N'allez pas vous mettre en retard, au moins.

--Il n'y a pas de danger que je fasse ce chagrin à ma fille.


II

Il croyait avoir du travail pour trois quarts d'heure, en moins d'une
demi-heure il eut achevé son dessin, et quitta les bureaux à 7 heures et
demie.

Comme avec les jarrets qu'il devait à son sang basque il pouvait faire
en vingt minutes la course du boulevard Bonne-Nouvelle au sommet de
Montmartre, il ne serait pas trop en retard. Par le boulevard
Poissonnière, le faubourg Montmartre, il fila vite, ne ralentit point le
pas pour monter la rue des Martyrs, et escalada en jeune homme les
escaliers qui grimpent le long des pentes raides de la butte.

C'est tout au haut que se trouve la rue de l'Abreuvoir, qui, entre des
murs soutenant le sol mouvant de jardins plantés d'arbustes, descend par
un tracé sinueux sur le versant de Saint-Denis. Le quartier est assez
désert, assez sauvage pour qu'on se croie à cent lieues de Paris.
Cependant la grande ville est là, au-dessous, à quelques pas, tout
autour au loin, et quand on ne l'aperçoit pas par des échappées de vues
qu'ouvre tout à coup entre les maisons une rue faisant office de
télescope, on entend son mugissement humain, sourd et profond comme
celui de la mer, et dans ses fumées, de quelque côté que les apporte le
vent, on sent passer son souffle et son odeur.

Dans un de ces jardins s'élève un long corps de bâtiment divisé en une
vingtaine de logements, puis tout autour sur ses pentes accidentées
quelques maisonnettes d'une simplicité d'architecture qui n'a de
comparable que celles qu'on voit dans les boîtes de jouets de bois pour
les enfants: un cube allongé percé de trois fenêtres au rez-de-chaussée,
un premier étage, un toit en tuiles, et c'est tout. Des bosquets de
lilas les séparent les unes des autres en laissant entre elles quelques
plates-bandes, et un chemin recouvert de berceaux de vigne les dessert
suivant les mouvements du terrain; chacune a son jardinet; toutes
jouissent d'un merveilleux panorama,--leur seul agrément; celui qui
détermine des gens aux jarrets solides et aux poumons vigoureux à gravir
chaque jour cette colline, sur laquelle ils sont plus isolés de Paris
que s'ils habitaient Rouen ou Orléans.

Une de ces maisonnettes était celle de la famille Barincq, mais les
charmes de la vue n'étaient pour rien dans le choix que leur avaient
imposé les duretés de la vie. Ruinés, expropriés, ils se trouvaient sans
ressources, lorsqu'un ami que leur misère n'avait pas éloigné d'eux
avait offert la gérance de cette propriété à Barincq, avec le logement
dans l'une de ces maisonnettes pour tout traitement; et telle était leur
détresse qu'ils avaient accepté; au moins c'était un toit sur la tête;
et, avec quelques meubles sauvés du naufrage, ils s'étaient installés
là, en attendant, pour quelques semaines, quelques mois. Semaines et
mois s'étaient changés en années, et depuis plus de quinze ans ils
habitaient la rue de l'Abreuvoir, sans savoir maintenant s'ils la
quitteraient jamais.

Et cependant, à mesure que le temps s'écoulait, les inconvénients de cet
isolement se faisaient sentir chaque jour plus durement, sinon pour le
père qu'une longue course n'effrayait pas, au moins pour la fille. Quand
elle n'était qu'une enfant, peu importait qu'ils fussent isolés de
Paris; elle avait les jardins pour courir et pour jouer, travailler à la
terre, bêcher, ratisser, faire de l'exercice en plein air, avec un
horizon sans bornes devant elle qui lui ouvrait les yeux et l'esprit,
tandis que sa mère la surveillait en rêvant un avenir de justes
compensations que la fortune ne pouvait pas ne pas leur accorder. Le
soir, son père, revenu du bureau, la faisait travailler, et comme il
savait tout, les lettres, les sciences, le dessin, la musique, elle
n'avait pas besoin d'autres maîtres; son éducation se poursuivait sans
qu'elle connût les tristesses et les dégoûts de la pension ou du
couvent.

[Illustration.]

Mais il était arrivé un moment où les leçons paternelles ne suffisaient
plus; il fallait se préparer à gagner sa vie, et que ce qui avait été
jusque-là agrément devînt métier. Elle était entrée dans l'atelier, et
chaque jour, par quelque temps qu'il fît, pluie, neige, verglas, elle
avait dû descendre des hauteurs de Montmartre, par les chemins glissants
ou boueux, jusqu'au passage des Panoramas. Longue était la course, plus
dure encore. Son père la conduisait d'une main, la couvrant de son
parapluie ou la soutenant dans les escaliers, de l'autre portant le
petit panier dans lequel était enveloppé le déjeuner qu'elle mangerait à
l'atelier: deux oeufs dûrs, ou bien une tranche de viande froide, un
morceau de fromage. Mais le soir, retenu bien souvent à son bureau, il
ne pouvait pas toujours la ramener; alors elle revenait seule.

Quel souci et quelle inquiétude pour un père et une mère élevés avec des
idées bourgeoises, de savoir leur fille toute seule dans les rues de
Paris; et une jolie fille encore, qui tirait les regards des passants
autant par la séduction de ses vingt ans que par l'originalité de la
tenue qu'elle avait adoptée, sans que ni l'un ni l'autre eussent
l'énergie de la lui interdire: une jupe un peu courte retenue par une
ceinture bleue qui, le noeud fait, retombait le long de ses plis, une
veste courte ouvrant sur un gilet, et pour coiffure un béret, ce béret
que Belmanières lui avait reproché.

Sans doute, ce costume qui s'écartait des banalités de la mode était
bien original pour la rue, alors surtout que celle qui le portait ne
pouvait passer nulle part inaperçue; mais comment le lui défendre! La
mère était fière de la voir ainsi habillée et trouvait qu'aucune fille
n'était comparable à la sienne: le père, ému. N'était-ce pas, en effet,
à quelques modifications près, pour le féminiser, le costume du pays
natal? quand il la regardait à quelques pas devant lui, svelte et
dégagée, marcher avec la souplesse et la légèreté qui sont un trait de
la race, son coeur s'emplissait de joie, et il ne pouvait pas la gronder
parce qu'elle était fidèle à son origine: il avait voulu qu'elle
s'appelât Anie qui était depuis des siècles le nom des filles aînées
dans sa famille maternelle, et à Paris Anie était une sorte de panache
tout comme le béret bleu.

Ce n'était pas seulement cette course du matin et du soir qui rendait la
rue de l'Abreuvoir difficile à habiter, c'était aussi l'isolement dans
lequel elle plaçait la mère et la fille pour tout ce qui était relations
et invitations. Comment rentrer le soir sur ces hauteurs au pied
desquels s'arrêtent les omnibus! Comment demander aux gens de vous y
rendre les visites qu'on leur a faites!

Pendant les premières années qui avaient suivi leur ruine, Mme Barincq
ne pensait ni aux relations, ni aux invitations; écrasée par cette
ruine, elle restait enfermée dans sa maisonnette, désespérée et
farouche, sans sortir, sans vouloir voir personne, trouvant même une
sorte de consolation dans son isolement: pourquoi se montrer misérable
quand on ne devait pas l'être toujours? Mais avec le temps ces
dispositions avaient changé: l'ennui avait pesé sur elle, la honte
s'était allégée, l'espérance en des jours meilleurs s'était évanouie.
D'ailleurs Anie grandissait, et il fallait penser à elle, à son avenir,
c'est-à-dire à son mariage.

Si le père acceptait que sa fille dût travailler pour vivre et par un
métier sinon par le talent s'assurer l'indépendance et la dignité de la
vie, il n'en était pas de même chez la mère. Pour elle c'était le mari
qui devait travailler, non la femme, et lui seul qui devait gagner la
vie de la famille. Il fallait un mari pour sa fille. Comment en trouver
un rue de l'Abreuvoir, où ils étaient aussi perdus que s'ils eussent été
dans une île déserte au milieu de l'Océan? Certainement Anie était assez
jolie, assez charmante, assez intelligente pour faire sensation partout
où elle se montrerait; mais encore fallait-il qu'on eût des occasions de
la montrer.

Elle les avait cherchées, et, comme après quinze ans d'interruption il
était impossible de reprendre ses relations d'autrefois dans le monde
dont elle avait fait partie, elle s'était contentée de celles que le
hasard et surtout une volonté constamment appliquée à la poursuite de
son but pouvaient lui procurer. Après ce long engourdissement elle avait
du jour au lendemain secoué son apathie, et dès lors n'avait plus eu
qu'un souci: s'ouvrir des maisons qu'elles qu'elles fussent où sa fille
pourrait se produire, et amener chez elles des gens parmi lesquels il y
aurait chance de mettre la main sur un mari pour Anie. Comme elle ne
demandait à ceux chez qui elle allait ni fortune ni position, rien qu'un
salon ou une apparence de salon dans lequel on dansât, elle avait assez
facilement réussi dans la première partie de sa tâche: mais la seconde,
celle qui consistait à faire escalader les hauteurs de Montmartre à des
gens qui n'avaient pas de voitures et qui pour la plupart même n'usaient
des fiacres qu'avec une certaine réserve, avait été plus dure.

Cependant elle était arrivée à ses fins en se contentant de deux soirées
par an, fixées à une époque où l'on avait chance de ne pas rester en
détresse sur les pentes de Montmartre, c'est-à-dire en avril et en mai,
quand les nuits sont plus clémentes, les rues praticables, et alors que
le jardin fleuri de la maisonnette donnait à celle-ci un agrément qui
rachetait sa pauvreté. L'année précédente quelques personnes, de
l'espèce de celles qui ne connaissent pas d'obstacles quand au bout
elles doivent trouver une distraction, avaient risqué l'escalade: aussi
espérait-elle bien que cette année, pour sa première soirée, ses invités
seraient plus nombreux encore, et que parmi eux se rencontrerait, sans
doute, un mari pour Anie.


III

Sous le ciel d'un bleu sombre les trois fenêtres du rez-de-chaussée
jetaient des lueurs violentes qui se perdaient au milieu des lilas et le
long de l'allée dans l'air tranquille du soir, des lanternes de papier
suspendues aux branches illuminaient le chemin depuis la loge du
concierge jusqu'à la maison, éclairant de leur lumière orangée les
fleurs printanières qui commençaient à s'ouvrir dans les plates-bandes.

Pendant de longues années on était entré directement dans la salle à
manger par une porte vitrée s'ouvrant sur le jardin, mais quand Mme
Barincq avait organisé ses soirées, il lui avait fallu un vestibule
qu'elle avait trouvé dans la cuisine, devenue un _hall_, comme elle
voulait qu'on dit en insistant sur la prononciation hole. Et, pour que
cette transformation fût complète, le hall avait été meublé d'ustensiles
plus décoratifs peut-être qu'utiles, mais qui lui donnaient un
caractère: dans la haute cheminée remplaçant l'ancien fourneau un grand
coquemar à biberon avec des armoiries quelconques sur son couvercle; et
aux murs des panoplies d'armes de théâtre ou d'objets bizarres que les
grands magasins vendent aux amateurs atteints du mal d'exotisme.

Quand Barincq entra dans le hall dont la porte était grande ouverte, un
feu de fagots venait d'être allumé sous le coquemar; peut-être
n'était-il pas très indispensable par le temps doux qu'il faisait, mais
il était hospitalier.

Au bruit de ses pas, sa fille parut:

--Comme tu es en retard, dit-elle en venant au devant de lui, tu n'as
pas eu d'accident?

--J'ai été retenu par M. Chaberton, répondit-il en l'embrassant
tendrement.

--Retenu! dit Mme Barincq survenant, un jour comme aujourd'hui!

Il expliqua par quoi il avait été retenu.

--Je ne te fais pas de reproches, mais il me semble que tu devais
expliquer à M. Chaberton que tu ne pouvais pas rester; ce n'est pas
assez de nous avoir laissé ruiner par lui: maintenant, comme un mouton,
tu supportes qu'il t'exploite misérablement.

(_A suivre_)

Hector Malot.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 2504, 21 février 1891" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home