Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 0059, 13 Avril 1844
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0059, 13 Avril 1844" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'ILLUSTRATION,
JOURNAL UNIVERSEL.

Ab. pour Paris.--3 mois, 8 fr.--6 mois, 16 fr.--Un an, 30 fr.
Prix de chaque Nº, 75 c.--La collection mensuelle br., 3 fr. 75.

Ab. pour les Dép.--3 mois, 9 fr.--6 mois, 17 fr.--Un an, 32 fr.
pour l'Étranger.      --  10        --    20       --    40 fr.

N° 59. Vol. III.--SAMEDI 13 AVRIL 1844.
Bureaux, rue de Seine, 33.



SOMMAIRE.

Albert Thorwaldsen--1770-1844. _Portrait de Thorwaldsen. Bas-Reliefs du
Jour et de la Nuit_.--Petits Poèmes du Nord. _L'Orage; la
Mort_.--Algérie. Expédition de Biskarah. _Carte de Constantine à
Biskarah; les ducs d'Aumale et de Montpensier chargeant les Arabes: Vue
de Mehounech_.--Courrier de Paris. _Accident arrivé au ballon de M.
Kirsch_.--La Frégate à vapeur le Princeton. Gravure.--Histoire de la
Semaine.--Salon de 1844. (4e article.) _Abdication de Napoléon_, par M.
Janet-Lange; _Vision de Saint Jean, par Bonnegrâce; Passage du Rummel
par une Caravane d'Arabes, par M. T. Frère; Vue prise de Tripoli, par M.
Marilhat; la rue Hourbarych, au Caire, par M. Chaenton_.--Le Dernier des
Commis Voyageurs. Roman par M. *** Chap III. Le double
Mystère.--Mont-de-Piété de Paris.--Arithmétique pittoresque. _Dix-neuf
Gravures par Cham._--Bulletin bibliographique.--Modes de Longchamp.
_Cinq Gravures._--Rébus.



Albert Thorwaldsen.

1770-1844.

[Illustration: A. Thorwaldsen sculpteur danois, décédé le 25 mars 1844.]

En 1770, un pauvre sculpteur islandais, nommé Golskalk Thorwaldsen, vint
avec sa jeune épouse, la fille d'un ecclésiastique, chercher fortune à
Copenhague. Pendant la traversée, sa femme lui donna un fils qu'on
appela Albert ou Bertel, et qui devait rendre un jour son nom immortel.

Le premier jouet du jeune Thorwaldsen fut un ciseau. A peine eut-il la
force de tenir cet instrument, qu'il aida son père à sculpter des têtes
ou des statues de bois pour les navires danois. Les heureuses
dispositions dont il se montrait doué frappèrent ses parents, qui, ne
pouvant lui donner des maîtres particuliers, l'envoyèrent à l'école
gratuite des arts de Copenhague. D'abord il ne se distingua pas de ses
autres condisciples; mais bientôt son génie naturel se développa, et, en
1787, il remporta la médaille d'argent. A cette époque, il n'avait
d'autre ambition que d'embrasser la profession de son père, et de
sculpter des figures allégoriques ou des ornement pour les navires; mais
la Providence lui réservait de plus hautes destinées. Le peintre
d'histoire Abildgaard s'attacha à lui, et lui donna des leçons
particulières dont il ne tarda pas à profiter. En 1789, il remporta un
second prix, et deux années plus tard, sa composition de _Héliodore
chassé du temple_ lui valut la médaille d'or et le patronage d'un
ministre, le comte Reventlow; enfin, en 1793, il remporta le grand prix
de Rome, c'est-à-dire il obtint une pension d'environ 1,200 fr.,
garantie pendant trois années de séjour dans la métropole du monde
chrétien.

[Illustration: Le Jour, bas-relief par Thorwaldsen.]

[Illustration: La Nuit, bas-relief par Thorwaldsen.]

Toutefois, avant de partir pour Rome, le jeune lauréat passa encore deux
années dans sa patrie, occupé d'études sérieuses. Il ne s'embarqua que
le 20 mai 1796, à bord d'une frégate danoise. Le voyage fut long et
pénible: la frégate relâcha dans un grand nombre de ports, et n'arriva à
la hauteur de Rome qu'au mois de mars de l'année suivante. Dès qu'il fut
installé à Rome, Thorwaldsen se mit au travail; mais plus il faisait de
progrès dans son art, plus il désespérait de s'élever jamais au degré de
perfection qu'avaient atteint les grands maîtres dont il étudiait, les
chefs-d'oeuvre. Comparait-il ses ouvrages à ceux qu'il admirait avec
tant d'enthousiasme tout autour de lui, il reconnaissait si bien son
infériorité, qu'il prenait un marteau et brisait de ses propres mains
les productions trop faibles de sa jeunesse. Vainement ses amis lui
prodiguaient des éloges et des encouragements mérités, il ne les
écoutait pas, et, mécontent de lui-même, il jonchait le sol de son
atelier de statues indignement mutilées.

Trois années se passèrent ainsi. Le temps était venu où sa pension ne
devait plus lui être payée. Pauvre, inconnu, trop modeste pour tirer
parti de son talent, Albert Thorwaldsen s'était décidé à retourner dans
sa patrie. A quoi tient parfois la destinée d'un grand homme? Il allait
partir, en 1805, quand il fit la rencontre d'un riche Anglais qui savait
aimer et protéger les arts. M. Hope, visitant un jour son atelier, fut
frappé de la beauté d'une statue de Jason que le jeune sculpteur danois
venait d'achever en terre; il lui en demanda immédiatement une semblable
en marbre, et il la lui paya si généreusement, que Thorwaldsen, voyant
son existence assurée pour longtemps, renonça à son projet, et se fixa
définitivement il Rome.

A dater de cette époque, sa fortune s'accrut chaque année avec sa
réputation; il devint en peu de temps l'émule de Canova; les riches
connaisseurs de l'Europe se disputèrent ses statues, et surtout ses
bas-reliefs; tous les étrangers de distinction qui venaient à Rome
s'empressaient d'aller visiter son atelier à la _Casa Buti_ sur la
_Piazza Barberini_. Sa galerie particulière passait à juste titre pour
l'une des collections privées les plus intéressantes qu'il y eût à Rome:
outre un certain nombre de ses sculptures, il y avait réuni un choix
remarquable de tableaux des artistes modernes en renom qui avaient
habité Rome pendant son séjour. Sa bonté et sa modestie égalaient son
mérite. On raconte de lui une foule d'actions généreuses et
désintéressées. Le dernier roi de Prusse, pour ne citer qu'un exemple,
lui avait fait demander une statue: «Sire, lui répondit Thorwaldsen, il
y a en ce moment à Rome un de vos fidèles sujets qui serait plus capable
de moi de s'acquitter, à votre satisfaction, de la tâche dont vous
daignez m'honorer. Permettez-moi de le recommander à votre royale
protection.» Ce rival que Thorwaldsen recommandait si noblement au roi
de Prusse était Rodolphe Schadow, dont un voit aujourd'hui la tombe à
l'église d'_Andréa delle Fratte_ à Rome. Il se trouvait alors dans une
position gênée. Il fit pour son souverain un de ses plus charmants
chefs-d'oeuvre, sa _Fileuse_.

La plupart des tableaux dont se composait sa galerie particulière,
Thorwaldsen les avait achetés ou commandés à de jeunes artistes qui,
ainsi que lui, devaient acquérir plus tard de la fortune et de la
gloire, mais qui alors végétaient, encore dans la misère et dans
l'obscurité; il en devait d'autres à l'amitié d'anciens condisciples
devenus déjà célèbres comme lui. On y remarquait des toiles ravissantes
signées Overbeck, Cornélius, W. Schadow, Koch, Carstens, Welter, Meier,
Kraft, Sanguinetti, etc... Aucun autre artiste aussi distingué n'eut un
pareil nombre d'amis! Quel plus bel éloge pouvons-nous faire de son
caractère?

En 1819, la ville de Lucerne commanda à Thorwaldsen un monument qu'elle
avait résolu d'élever à la mémoire des soldats suisses morts aux
Tuileries le 10 août 1792.--Ce monument, dont il composa le modèle, fut
exécuté depuis par un jeune artiste de Constance nommé Ahorn. Tous les
étrangers qui visitent la Suisse vont l'admirer. Un lion de grandeur
colossale (il a neuf mètres de long et six mètres de haut), percé d'une
lance, expire en couvrant de son corps un bouclier fleurdelisé qu'il ne
peut plus défendre, et qu'il soutient avec les griffes. Il est sculpté
en bas-relief dans une grotte peu profonde creusée, elle, dans un pan de
rocher absolument vertical, que couronnent des plantes grimpantes, et du
haut duquel se précipite un filet d'eau au milieu d'un bassin disposé
tout exprès pour le recevoir. Au-dessus du lion sont gravés les noms des
soldats et des officiers morts le 10 août, et à quelques pas de la
grotte s'élève une petite chapelle avec cette inscription:

HELVETIORUM FIDEI AC VIRTUTI.

INVICTIS PAX.

Thorwaldsen s'était rendu à Lucerne, pour voir l'emplacement réservé à
ce monument. Il saisit avec joie cette occasion d'aller revoir son pays
natal. Pendant le court séjour qu'il fit à Copenhague, Frédéric VI, le
roi régnant, s'occupait de faire reconstruire l'église Notre-Dame, _vor
Frue Kirke_, presque entièrement détruite par le bombardement de 1807.
Il commanda à son illustre sujet les statues du Sauveur, de saint,
Jean-Baptiste et des douze apôtres.--Thorwaldsen revint bientôt à Rome,
où il travailla sans relâche à la composition et à l'exécution de ces
chefs-d'oeuvre. «J'ai visité, au palais Barberini, dit M. Valéry,
l'atelier de Thorwaldsen, qui, à Rome, semble avoir succédé à Canova
dans l'opinion européenne, et dont le talent pur, sévère, poétique, lui
est en quelque point supérieur, particulièrement dans les
bas-reliefs.--Ses treize statues colossales du Christ et des apôtres
sont une noble composition; le Christ, surtout, figure originale,
empreinte du génie simple et sublime de l'Évangile, a la majesté sans
terreur du Jupiter Olympien. Ces statues, destinées à la cathédrale de
Copenhague, montrent l'embarras qu'éprouve le protestantisme de la
nudité de son culte, et la pompe nouvelle qu'il cherche aujourd'hui à
lui donner. Thorwaldsen, malgré ses vingt années de séjour à Rome, est
resté complètement homme du Nord, et son âpre aspect, qui n'ôte rien à
sa politesse et à sa bienveillance, forme un vrai contraste avec ses
ouvrages, imités, inspirés de l'art grec, et les physionomies italiennes
qui peuplent son atelier.» Nous n'avons pas eu le bonheur de voir le
grand sculpteur danois; mais quelques-uns de nos amis, plus heureux que
nous, nous ont affirmé que l'aspect de Thorwaldsen n'avait rien d'âpre,
comme dit M. Valéry.--Sa belle tête, plus noble encore que ses plus
sublimes créations, rayonnait, de haut l'éclat du génie, et respirait en
même temps une affectueuse bonté. Ses longs cheveux blancs, retombant en
boucles soyeuses sur ses épaules, lui donnaient, dans les dernières
années de sa vie, l'air d'un barde inspiré; ses yeux bleus, qui
semblaient toujours éclairés par le feu de son âme tendre et exaltée,
avaient une douceur d'expression incomparable. «Rien qu'à le voir, dit
un critique anglais, on ne pouvait s'empêcher de l'aimer.»

Thorwaldsen ne revint définitivement dans sa patrie qu'en 1858, après
quarante-deux années d'absence. Il rentra en triomphateur dans cette
ville à laquelle il rapportait ses plus beaux chefs-d'oeuvre, et qu'il
ne devait jamais quitter. Le jour de son arrivée fut un jour de fête
nationale; une foule immense se porta à sa rencontre et salua son retour
des plus vives acclamations. Les poètes composèrent des vers en son
honneur. Le roi Christian VIII, qui l'avait connu à Rome et qui s'était
lié avec lui d'une étroite amitié, le nomma conseiller de conférence et
directeur de l'Académie des beaux-arts de Copenhague.

Le 25 mars dernier, Thorwaldsen se rendit, selon son habitude, au
théâtre. Avant que le spectacle fût commencé, il tomba à la renverse sur
son fauteuil. On l'emporta aussitôt dans sa maison; mais tous les
secours furent inutiles. Quelques minutes après il rendit le dernier
soupir, sans avoir essayé de proférer une parole, sans avoir poussé la
plus légère plainte. Il achevait, sa soixante-quatorzième année. Le jour
même de sa mort il avait travaillé à un buste de Luther et à une statue
d'Hercule, qu'il devait terminer bientôt pour le palais de
Christianburg.--Le samedi 30 mars, sa dépouille mortelle a été ensevelie
dans l'église de Holm. Toute la population de Copenhague assistait aux
funérailles de ce grand artiste, qui avait eu le bonheur rare de réunir
les qualités du coeur à celles de l'esprit.

Thorwaldsen laisse un nom qui ne périra jamais. Il nous serait
difficile, on le conçoit, de porter dès aujourd'hui un jugement sur ses
oeuvres, disséminées dans presque toutes les capitales de l'Europe; à
peine même si nous pourrions en donner une liste complète. La postérité
ratifiera, nous n'en doutons pas, la haute opinion que ses contemporains
ont toujours eue de son talent. Il restera, si ce n'est le premier, du
moins le second des sculpteurs de la première moitié du dix-neuvième
siècle; car on l'a souvent comparé à Canova, et la majorité des
connaisseurs a toujours persisté à placer Thorwaldsen au-dessus de son
illustre rival.--On l'a dit avec raison, «dans les plus beaux
chefs-d'oeuvre de Canova, un goût pur et exercé trouve des défauts à
corriger; les plus faibles ouvrages de Thorwaldsen offrent des beautés
qui enchantent.» Canova l'emporte peut-être dans les statues; mais dans
les bas-reliefs, Thorwaldsen se montre inimitable.

Le Danemark, l'Italie et l'Angleterre possèdent actuellement les
principaux chefs-d'oeuvre de Thorwaldsen. La villa Sommariva du lac Como
s'honore encore de montrer aux étrangers le _Triomphe, d'Alexandre_,
commandé jadis par Napoléon pour le palais Quirinal; les bas-reliefs si
connus du _Jour_ et de la _Nuit_, et dont l'_Illustration_ donne une
reproduction exacte, sont devenus la propriété de lord Lucan; M. Hope a
toujours conservé le _Jason_, et depuis il a acheté la _Psyché et le
Génie et l'Art_; au duc de Bedford appartient le bas-relief de _Psyché;
Hébè_ décore la galerie de lord Ashburton; _Ganimède_ est le principal
ornement de celle de lord Egerton.--A Rome nous retrouvons, à la
chapelle Clémentine, le tombeau de Pie VII; au Panthéon d'Agrippa, le
_Cénotaphe du cardinal Consalvi_; dans le palais pontifical, les stucs
d'un lambris représentant _Alexandre à Babylone.--Le palais de
l'archevêque, à Ravenne, renferme, dans l'_appartemento nobile_, un
_Saint Apollinaire_. Enfin, en 1830, le Campo Santo de Pise s'est encore
embelli du _Tombeau_ de l'illustre chirurgien André Vacca, élevé par
souscription.--Si Lucerne a son Lion, Varsovie a le _Monument de
Poniatowski_; mais c'est à Copenhague qu'il faut aller pour admirer, au
Musée, une collection complète de statues et de bas-reliefs, et à
l'église Notre Dame, _le Christ et les treize apôtres_ dont nous avons
déjà parlé; _Saint Jean prêchant dans le désert; les Quatre Prophètes;
le Christ portant sa Croix_. Alors même que toutes ses autres
compositions seraient détruites, ces divers chefs-d'oeuvre, réunis dans
le même lieu, suffiraient pour assurer à Thorwaldsen l'immortalité dont
il est digne.



Petits Poèmes du Nord.

(V. t. II, p. 43; t. III, p. 71.)

LE PREMIER ORAGE.

C'était aux premiers jours du monde, alors que la terre n'avait point
encore lassé la miséricorde du Tout-Puissant, sa surface n'etait point
encore déchirée par des convulsions vengeresses, les montagnes ne
s'étaient point encore soulevées de son sein, et on n'y voyait pas,
comme aujourd'hui, le chaos redevenu maître sur des espaces qui lui
avaient été arrachés; mais le globe de la terre, récemment bombée des
mains de Jéhovah, était jeune et beau: ses courbes s'arrondissaient
égales, et une magnifique végétation, cette première végétation créée,
s'épanouissait sur ses contours harmonieux.

Alors il n'y avait que des plaines vastes et qui présentaient à l'homme
un horizon toujours uniforme et sublime; Dieu était comme empreint dans
cette oeuvre... Mais depuis ces temps son esprit s'en est bien retiré et
la terre a bien souffert. Jusque-là le ciel environnait le globe dans un
fluide d'azur, et des nuages ne s'étaient point échappés des eaux pour
l'obscurcir de leurs vapeurs blanches; mais, si jeune encore, la terre
avait péché par l'homme, et de jour en jour s'affaiblissaient les
faveurs du ciel et arrivaient à leur place les misères, et ce vint le
tour du premier orage.

Alors naquirent les vents: on les entendait rouler dans les plaines,
mugir dans les bois; les flots déchirés s'entr'ouvrirent et laissèrent
emporter les vapeurs; les nuages montèrent, grandirent, se réunirent, et
le soleil disparut pour la première fois sous ce bouclier de plomb où
s'amortissaient ses rayons les plus subtils, bientôt des gouttes de
pluie rares et larges se détachèrent des nuages, puis plus pressées,
puis continuelles et se ruant en dardant sur la terre comme des lames
d'eau que la tempête dirigeait à son gré avec fureur; l'orage était dans
sa force, mais on n'avait point encore vu l'éclair et entendu le
retentissement de la foudre.

Au milieu de cette plaine sans autres bornes que le ciel, un homme court
éperdu, la tête basse; ses cheveux glacés par l'eau reluisent et se
hérissent parfois de douleur; mais on dirait qu'il n'ose gémir. Il
marche, il court, mais où? Où trouver un abri contre la tempête? les
forêts paraissent au loin bleuâtres, et il aurait atteint la mort avant
elles. Une toison le couvre à peine et ne le garantit pas; infortune!...
Mais qu'y a-t-il sur cette laine humide? une tache, une tache que toutes
les eaux de l'orage ne pourraient point effacer, car c'est du sang...
Voyez aussi sur son front ce signe mystérieux.

C'est Caïn c'est le sang d'un frère, c'est le signe du fratricide...
C'est Caïn! le voilà tel qu'il s'est fait par son crime, tel que Dieu
l'a stigmatisé dans sa colère; car il a voulu que l'homme ne pût être le
vengeur de l'homme, et qu'un sauf-conduit sacré garantit sur la terre le
meurtrier du meurtre. Mais qui le sauvera de lui-même? qui essuiera ce
sang toujours humide? qui écartera le cadavre d'Abel que son remords
traîne incessamment devant lui? qui calmera ce coeur où rugissent des
orages plus terribles que ceux qui bouleversent les éléments sur sa
tête?... Personne et rien!

Et cependant les orages du ciel fondent aussi sur lui: des nappes d'eau
tombent lourdes comme du plomb glacé sur sa tête découverte, ses jambes
s'enfoncent dans la terre humide. Cette vaine dépouille d'une brebis ne
suffit plus pour le sauver de cette tempête inattendue: le vent s'y
glisse, la soulève, et la pluie furieuse fouette sa poitrine tiède; et
point d'abri! partout le ciel et la plaine.--O supplice! Caïn tombe
accablé; il se couche à terre, il rugit de douleur, et sa lèvre violette
ne peut laisser échapper le blasphème qui s'y balance.

Tout à coup, au milieu du sifflement de la tempête, il entend une voix
qui lui crie: «Lève-toi et marche.» Il se redresse alors, et, soulevant
sa paupière, il dit d'une voix mourante: «Est-ce vous, Seigneur?» mais
le vent mugit et ne répond pas.... «Mourir!» s'écrie-t-il, et il
retombait anéanti... Mais en ce moment lui apparut la cime brumeuse d'un
arbre qu'il n'avait point encore vu; un espoir le ranime: c'est là qu'il
espère reposer sa tête; sa douleur même lui donne de nouvelles forces.
Il s'avance vers cet arbre qui s'élevait comme une pyramide noire:
c'était un cèdre dont l'aspect était singulier, ses branches semblaient
déchirées et brûlées, et quelques-unes, d'une couleur rouge, portaient
un feuillage desséché.

Et comme Caïn s'avançait haletant vers cet arbre, l'arbre paraissait
toujours s'éloigner. «Illusion horrible! s'écrie le malheureux, tu ne me
tromperas plus, et je veux mourir ici.» A ces mots l'arbre parut marcher
de lui-même avec rapidité, et Caïn, relevant la tête, le vit immense à
ses côtés. Ses branches inférieures s'étendaient en un large cercle sur
le sol, et dans cette enceinte l'humidité avait disparu; l'herbe y
semblait flétrie, et un sable brûlé sillonnait par intervalles cet asile
où ne voulait point pénétrer l'orage de Dieu.

Caïn reconnut le prodige; il hésita et puis il s'écria: «Qu'importe! le
Tout-Puissant est las peut-être de ma misère.» En achevant ces paroles,
il se précipité dans le cercle qu'abritait le cèdre; mais là un malaise
indéfinissable vint le saisir. Des vapeurs fétides l'étouffèrent, il ne
put respirer; il étendit les bras et voulut sortir de cette atmosphère,
mais il ne le put; il sentit ses pieds arrêtés. Dans cette agonie, il se
mit à gémir, et il pleura des larmes de sang. A ses gémissements
répondit un cri de joie qui sortit du feuillage. Ce bruit le fit
tressaillir d'horreur et il y porta les yeux.

Mais il ne put les en détourner, car des yeux de feu rencontrèrent les
siens et les enchaînèrent sous un charme invincible Tout l'enfer était
dans la flamme de ce regard. Caïn voulut s'y soustraire; vains efforts.
Il fallait voir ces yeux, et il reconnut avec horreur qu'ils
étincelaient sur la tête d'un énorme serpent; il vit les anneaux du
monstre se dérouler et quitter l'arbre qu'ils enlaçaient, mais les
regards ne le quittaient pas. Il entendit le corps frissonner en rampant
sur le sable, le serpent s'approcher de lui, et il sentait ses pieds
rattachés à la terre, qui te maîtrisaient comme une statue immobile.

Cependant le reptile infernal le touchait: il siffle et monte autour de
son corps. Caïn sentit glisser sur sa peau une peau visqueuse et
froide; chaque instant lui révélait les progrès du monstre: ses
ossements craquèrent sous les anneaux qui se doublaient sur sa poitrine,
ils le pressaient et se replièrent deux fois autour de son cou; et,
parvenu à dominer cette tête humaine, le serpent satanique éleva
fièrement la sienne et poussa un funèbre sifflement. A ce signal, les
cieux s'ouvrirent; leur sein flamboyait d'éclairs, la foudre limita et
tout disparut.

Ainsi mourut Caïn, ainsi fut lancé le premier tonnerre de Jéhovah.


LA MORT.

Une pluie froide ruisselai! aux vitres de ma fenêtre, mais j'étais
auprès de mon feu, et, pendant que la nature attristée souffrait des
caprices de l'hiver, moi je souriais à Marguerite; et tous deux, pressés
autour d'une petite table et dans notre chambre chaude, nous faisions un
délicieux dîner, plus d'une fois interrompu par des sourires, des
libations, des baisers et des tendres propos.

Mais voilà qu'un importun, sortant de je ne sais où, apparaît tout à
coup au milieu de cette fête; il venait la troubler, et personne n'était
mieux fait que lui pour cela, car c'était la mort. Oui, mes amis, la
mort avec son crâne emmanché au bout de ses vertèbres, avec ses côtes
d'ivoire et suit double ulna qui s'enfonce si agréablement dans les os
tremblotants de ses pieds.

Seulement, pour enjoliver la chose, elle avait jeté sur son squelette un
manteau merveilleusement drapé et qui n'était pas sans transparence;
elle se soutenait de ce qu'on appelle son bras, sur une longue faux
rouillée. Le spectacle, mes amis, était nouveau et n'était point sans
charme; il me fit rire; mais Marguerite, effrayée, pousse un cri et
pâlit. Il est certain que la mort est la seule femme laide qui déplaise
aux autres femmes.

Elle me fit la révérence et me dit: «Me voici;» et son salut fit craquer
tous ses ossements. «Bonjour, belle inconnue, lui dis-je, soyez, la
malvenue. Vous auriez dû au moins secouer la lourde patte de lion qui
sert de marteau à ma porte d'entrée. A tout prendre, vous eûtes raison,
car j'aurais bien pu ne pas vous ouvrir. Vous avez bien fait, ma belle
sorcière, de me surprendre ainsi; mais que faut-il pour votre service?

--Tu es gai, me dit-elle; tant pis pour ton âme, car celui qui plaisante
devant moi est maudit et rit de son dernier rire, il n'y aura pour lui,
dans l'autre monde, que des pleurs et des grincements de dents. Mais tu
peux bien te douter de ce qui m'amène ici: ce n'est pas la Marguerite
que je viens chercher, quoiqu'elle soit jeune et que j'aime prendre les
jeunes filles dans mes bras; mais c'est toi; tes jours sont mûrs, sois
prêt à mourir.

--Voilà qui se comprend, madame, et c'est la s'expliquer; mais je ne
suis guère prêt, malgré votre invitation si pressante. Ainsi revenez
tantôt.--Malheureux! me cria-t-elle, c'en est trop..» Et elle allait me
frapper... mais je lui dis: «Un instant encore; avant ce grand voyage,
laisse-moi boire le coup de l'étrier;» et je remplis mon verre d'un
frais chambertin. «A votre santé, madame, à votre... Mais, parbleu,
j'allais faire une grande sottise, impertinent que j'étais.»

Alors je me levai. «Il ne sera point dit que j'aurai bu seul en si bonne
compagnie; il faut, madame, que vous me rendiez raison. Il nous faut
trinquer ensemble.» Dans un moment d'impatience, le pâle squelette
frappa horriblement sa faux contre le parquet, qui fut brise, et la
maison s'ébranla. Cependant j'avais rempli un autre verre, «Voilà bien
du tapage, ajoutai-je, pour une politesse.--Eh bien! dit-elle, j'y
consens, et je bois à tes tortures éternelles dans les flammes de
l'enfer.»

En même temps elle buvait mon chambertin tout d'un trait en buveur
altéré. Ses deux mâchoires s'écartèrent, et j'entendis la liqueur qui
descendait dans ses os avec un bruit semblable à celui du ruisseau qui
tombe rapidement de cascade en cascade et se brise sur un lit de
cailloux. Elle parut satisfaite de cette action étrange; et, comme si
elle voulait sourire, elle me dit avec un épouvantable tremblement de
crâne: «Es-tu content maintenant?

--Oh! non, belle dame, pas encore; vous êtes si gracieuse dans vos
fastes qu'il ne faut pas s'arrêter en si beau chemin; mais ne craignez
pas quelque souhait comme le votre; je suis ici maître de maison et je
prétends en avoir la galanterie. A vous donc, séduisante voyageuse; je
bois à votre belle santé, sans oublier la peste, votre soeur.--A la
bonne heure, dit-elle; à la santé de ma soeur la peste!» Elle choqua son
verre contre le mien, et sa bouche énorme engloutit le vin avec un
nouveau bruit.

Ces deux libations si inaccoutumées avaient produit sur elle l'effet le
plus étrange: il y avait plus de souplesse dans ces os sans cartilages.
On eût dit que quelque chose d'animé circulait dans son crâne et autour
de ses ossements desséchés, et il y avait comme une lumière obscure qui
brillait par intervalles dans les cavités moins profondes de ses yeux.
«J'ai encore la du champagne, ma jolie convive, lui dis-je.--Voyons ton
champagne.» Et dès que je l'eus versé, elle le but sans m'attendre.

Elle fit un grand bruit, qui était un rire sans doute, mais qui
ressemblait à celui d'un mur qui s'écroule, et elle s'écria: «Oh! qu'il
est bon ce vin de Champagne.--Vous trouvez, madame? mais vous deviez
m'attendre, nous avons d'autres santés à porter.--Je suis prête, parle,
parle, et remplis encore ce long verre.--Le voilà plein, mais moins de
promptitude. Allons, voluptueuse camarade; à vos meilleurs amis; à la
santé des médecins.»

Elle avala tout d'un trait la liqueur pétillante, et jetant son verre,
elle pressa ses doigts contre ses vertèbres, et poussant un hurlement de
rire, «Ah! méchant, dit-elle, tu fais des égratignures, mais elles sont
trop vieilles et moins bonnes que ton vin. Donne-moi, donne-moi la
bouteille» Elle la prit et but le reste avec avidité et elle la jeta
loin d'elle. C'en était déjà trop sans doute; un esprit brûlant animait
ce squelette glacé, et, dans son ivresse, elle se mit à danser avec
d'affreuses contorsions qu'elle accompagnait de ses chansons.

SA CHANSON

      O la douce boisson que cette liqueur enflammée! Jamais, depuis le
      jour où la vie, ma soeur jumelle, est née avec moi, je n'avais
      connu de semblable jouissance.

      Ces gouttes ont humecte mes os et les ont fait tressaillir; elles
      s'y sont insinuées, il m'a semblé qu'une moelle chaude les
      remplissait et les traversait.

      C'en est fait, je ne veux plus emmener avec moi les buveurs,
      mais je me présenterai chez eux, je m'assiérai à leurs tables et
      leur dirai: Amis, versez.

      Que si l'on trouve que je remplis mal ma place, eh bien! qu'on me
      destitue et je me fais cabaretière, et j'aurai la plus belle
      enseigne et le meilleur vin.

      Alors les hommes et les jeunes filles n'auront plus peur de la
      mort, ils viendront chez moi danser devant ma porte, je me mêlerai
      à leurs rondes et à leurs éclats de rire.

      Je n'emploierai plus mon cheval blanc qu'à m'amener des tonneaux
      de vin et je ferai fondre ma faux; j'en ferai une coupe de fer où
      pétillera l'air.

      On ne mourra plus, car il n'y aura plus de mort; ou bien, si je
      suis remplacé, je dirai à mon successeur, quand il viendra: Mon
      ami, bois de ce vin et ris avec moi.

      Holà! holà!! mais qu'arrive-t-il donc? ma tête se trouble, et je
      vois des milliers d'étincelles et des hommes qui circulent et
      pétillent dans les airs. J'en suis couverte.

      Ah! ah! voilà que la terre tremble sous mes pas. Nous allons tous
      périr, et moi aussi. Ah! ah! cela est jovial. C'en est fait, la
      terre s'ouvre; je suis morte.

Elle tomba à ces mots et elle était étendue à terre comme un homme ivre;
mais il sortait de son crâne comme un râlement, et ses côtes d'ivoire
semblaient se soulever comme s'il y avait en dessous un coeur avec ses
battements; ses doigts amollis ne se contractaient plus autour de sa
faux, qui était tombée avec un bruit retentissant à quelques pas d'elle.
Je dis à Marguerite: «Profitons, mon amie, de ce moment et détruisons la
faux de la mort» Et tous deux nous allions la prendre et la jeter dans
les flammes, lorsque le plafond s'ouvrit, et deux couples d'anges aux
figures pâles et recouverts de robes longues comme des linceuls,
s'abaissèrent auprès de nous. Ils étaient silencieux, et leurs yeux
étaient sans rayons et sans vie. Il y en eut deux qui prirent la faux de
nos mains; les deux autres, relevant le squelette endormi de la mort, le
soutinrent dans leurs bras, et tous quatre, chargé de ces dépouilles,
s'envolèrent et disparurent. Cette apparition était douloureuse. Nous
regardions, Marguerite et moi, avec tristesse, et nos yeux se disaient
que la mort n'était que le ministre terrible des volontés du Seigneur.



Algérie.

EXPÉDITION DE BISKARAH.

La prise de Constantine 13 octobre 1837, qui fui précédée et suivie à
courte distance de l'occupation par les troupes françaises d'une grande
partie du littoral Est de l'ancienne régence d'Alger, avait rendu à une
indépendance presque complète les peuplades qui habitent ces portions de
la province voisines du Saharah, et désignées par les Arabes sous les
noms de Djerid, de Zab ou de Ziban. A côté des chefs qui avaient été
investis de l'autorité sur ces peuplades par le dernier bey de
Constantine, El-Hadj-Ahmed, se produisirent presque immédiatement, lors
de sa chute, d'autres chefs revendiquant le pouvoir, soit en leur propre
nom, s'ils se croyaient capables de l'exercer, soit au nom du
gouvernement français, dont ils recherchaient déjà l'appui, soit enfin
au nom d'Abd-el-Kader, dont les progrès récents dans la province de
Titteri devaient encourager et faciliter les efforts des musulmans
insoumis de la province de Constantine.

C'est ainsi que parurent successivement dans la région du sud,
Ferhat-ben-Saïd, El Berkani, Ben-Azouz et Ben-Amar, tous prenant le
titre de khalifahs, ou lieutenants d'Abd-el-Kader, et aspirant à
diriger, de ce côté, le mouvement à la fois publique et religieux dont
l'émir essayait de se constituer le chef par toute l'Algérie. Dans la
province de Constantine, comme dans celles d'Oran et de Titteri, la
politique d'Abd-el-Kader consista surtout à reconnaître et à s'attacher,
par des titres émanés de lui, les chefs qui avaient su se créer un
pouvoir et des partisans, et qui lui paraissaient les plus propres à
répondre, à ses vues personnelles d'ambition et d'envahissement. Grâce
aux rivalités de familles provoquées par Ahmed-Bey, entretenues par
Abd-el Kader, l'oasis du Ziban a été, depuis 1837. livre à la guerre
civile et à l'anarchie.

A cette époque, le gouvernement de cette contrée était partagé, ou, pour
mieux dire, occupé tour à tour par deux familles représentées, l'une par
Ferhat-ben-Saïd, l'autre par Bou-Aziz-ben-Ganah. Après l'occupation de
Constantine, Ferhat, qui avait, à plusieurs reprises, sollicité la
protection des gouverneurs français d'Alger, se trouva naturellement en
possession du titre et des fonctions de cheik-el-Arab. Instruit plus
tard que Ferhat avait été faire, devant Aïm-Madhi, acte d'obéissance
entre les mains d'Abd-el-Kader, M. le maréchal Vallée le remplaça, au
mois de janvier 1839, par son compétiteur Bou-Aziz-ben-Ganah.

Le titre de cheik-el-Arab était, sous la domination turque, et est
encore aujourd'hui le nom donné au chef du Saharah.

Ce chef avait droit au cafetan en drap d'or et aux honneurs de la
musique du beylik. Avant la prise d'Alger, il devait 20,000 boudjoux (le
boudjou vaut 1 fr. 80 c.) pour droit d'investiture. L'autorité du
cheik-el-Arab s'étendait, au nord, depuis les montagnes d'Aourès et de
Belezmah, qui séparent le Saharah, vaste plaine sans plantation des
terres cultivées, appelées _Toll,_ collines, mouvements de terrain,
jusqu'au pays de Msilah; au sud, jusqu'au pays de Souf, à la limite du
grand Désert; de l'est à l'ouest, depuis Tuggurt, qui marquait la limite
du Haled-el-Djerid, pays des dattes de Tunis, jusqu'au territoire de la
ville d'Agonath. Cet immense territoire, à lui seul presque aussi grand
que la province tout entière, est habité par deux populations bien
distincte: les Arabes nomades Nedjona, pasteurs nomades, qui passent
l'hiver dans le Saharah, et viennent chaque année, au printemps, vendre
des dattes et acheter des grains dans le Tell, et les habitants des
petites villes groupées dans les oasis, qui ne quittent jamais le
Saharah.

Biskarah que les Arabe» prononcent Biskrah est la capitale de ces
petites villes; elle compte de deux mille huit cents à trois mille
habitants, qui, du temps d'Ahmed-Bey, obéissaient à un kaïd. Il y avait
alors à Biskarah une garnison de cent hommes: le territoire sur lequel
s'exerçait l'autorité du kaid portait le nom de Zab pays à oasis, où
croissent les palmiers à dattes. On y trouve quarante villes rangées en
cercle, à peu de distance l'une de l'autre, Biskarah occupant la partie
la plus orientale de ce cercle. Le Zab de Tuggurt contient quatorze
petites villes moins peuplées que celles du Zab de Biskarah. Le pays de
Souf se divise en sept grandes tribus.

Le cheik-el-Arab commandait onze tribus nomades, et en outre Biskarah et
son Zab. Sidi Okbah, El Feoth, qui étaient seuls soumis à une
administration régulière. Tuggurt et son Zab, les Ouled Soulah, le pays
de Souf et El-Kangah, qu'il gouvernait comme il pouvait.

Les anciens avaient donné une idée assez juste du Saharah, en le
comparant à une peau de tigre. C'est, en effet, une région couverte de
vastes espaces d'une couleur fauve, parsemée d'une foule de points noirs
qui se groupent par larges taches, et zébrée de quelques raies grises.
Les espaces fauves sont des sables; les points noirs, des villages; les
taches, des oasis; les raies, des montagnes. Çà et là apparaissent aussi
des plaques presque blanches; ce sont des lacs de sel. De longues et
sinueuses lignes qui viennent y aboutir sont les cours d'eau, ou, pour
parler plus exactement, les lignes de fond. Les sables sont tapissés
d'une végétation naine, où règnent le pistachier et le lotus, et les
villages noyés dans de grosses touffes d'arbres fruitiers. Tel est
l'aspect général du Saharah. Au delà d'une certaine limite, les points
et les taches cessent brusquement, et il ne reste plus dans le fond
qu'une nuance fauve presque uniforme; c'est le Désert.

Les villes du Saharah, formées par la réunion de quelques chaumières,
sont, pour la plupart, d'un aspect misérable; elles n'ont de remarquable
que les jardins dont elles sont entourées. Les habitants fabriquent des
haiks espèce de tuniques, et autres étoffes de laine, des paniers et des
nattes avec les feuille» de palmier. Les jardins sont tous très-bien
arrosés, et n'existent qu'à cette condition; cultivés avec intelligence,
ils produisent toutes sortes de fruits et de légumes. A l'extrémité
occidentale du Zab de Biskarah, se trouve Doussen, où notre
cheik-el-Arab Ben-Ganah a battu Ben-Azouz, lieutenant d'Abd-el-Kader, au
mois de mars 1840. Sidi-Okbah est une ville ancienne et célèbre; elle
renferme le tombeau de Sidi-Okbah, qui fut le premier conquérant de
l'Afrique dans le premier siècle de l'hégire, sous le khalifah d'Osman.

Depuis son installation, notre cheik-el-Arab a eu constamment à
combattre l'influence des khalifahs d'Abd-el-Kader. Au mois de juin
1841, un nouveau succès, remporté par Ben-Ganah contre Ferhat-ben-Saïd,
lui ouvrit l'entrée de Biskarah; mais il ne put s'y maintenir. Les
habitants, qui s'étaient montré d'abord disposés à reconnaître la
souveraineté de la France, s'étant vu imposer par Ben Ganah, et à son
profit personnel, une contribution de 40,000 fr., se soulevèrent et le
contraignirent d'abandonner leur ville et leur territoire. Vers le mois
de novembre 1841, la mort de Ferhat-ben-Saïd, tué dans un engagement
contre une partie d'Arabes hostiles, vint délivrer Ben-Ganah d'un rival
dangereux. Cependant à Biskarah, et dans les tribus qui environnent
cette ville, les khalifahs nommés successivement par Abd-el-Kader,
Ben-Amar et Mohammed-Séghir, ont, jusqu'à ces derniers temps, soutenu la
lutte entre les partisans de Ben-Ganah, sans qu'aucun succès décisif
soit venu faire prévaloir d'une manière définitive les intérêts de l'un
des compétiteurs, qui, tour à tour, occupent la ville et l'abandonnent
selon les occurrences. Aussi notre cheik-el-Arab, réduit à ses propres
forces, a-t-il sans cesse demandé l'appui d'un corps auxiliaire de
troupes françaises, seul capable, selon lui, de maintenir et de
consolider son autorité dans ces parages lointains.

Un tel état de choses entraînait des conséquences désastreuses pour le
pays, particulièrement pour la ville de Biskarah, et compromettait
d'ailleurs notre domination générale. Laisser là si longtemps flotter à
côté du nôtre le drapeau d'Abd-el-Kader, c'était, aux yeux des peuples,
un signe de faiblesse et comme une menace permanente contre la sécurité
de la province de Constantine. Les transactions commerciales, si
nécessaires à un peuple qui ne produit que des objets de luxe, étaient
interrompues sur la plupart des points; une barrière presque
infranchissable séparait le Tell du Saharah, et des collisions
continuelles ensanglantaient les tribus et les villes. La présence des
Français à Biskarah pouvait seule mettre un terme à ces agitations,
asseoir solidement l'autorité du cheik-el-Arab, en même temps que la
domination française, organiser le Ziban, rétablir les relations de
commerce entre le Saharah et le Tell, enfin régulariser la perception de
l'impôt, ce gage réel de la soumission des populations indigènes. Tels
ont été le motif et le but de l'expédition dirigée contre Biskarah.

La division de Constantine vient de terminer avec succès la première
partie de ses opérations; elle a parcouru toutes les oasis connues sous
le nom de Ziban dans les premières plaines du désert, chassé le khalifah
qui y gouvernait au nom d'Abd-el-Kader et dispersé ses soldats
réguliers.

Dès le 8 février, les troupes ont commencé à se mettre en mouvement. Un
poste de ravitaillement fut établi à Bathnah, à 112 kilomètres sud de
Constantine, à moitié chemin environ de Biskarah. Bathnah, où l'on
trouve de l'eau, du bois et de l'herbe, est situé près des ruines
immenses de Lambasa, au milieu des montagnes. C'est l'entrée d'une
longue et large vallée inclinée du nord au sud, qui, séparant les djebel
(monts) Aourès du djebel Mestaouah, conduit du Tell dans le Saharah. De
grands approvisionnements y furent réunis, et un hôpital militaire
installé pour recevoir les blessés et les malades. Le 23 février, la
colonne expéditionnaire, commandée par M. le duc d'Aumale, et forte de
2, 100 baïonnettes, de 600 chevaux, de 4 pièces de montagne et de 2 de
campagne, était réunie à Bathnah. Les tribus des environs, d'abord fort
tranquille, avaient été agitées par les intrigues d'Ahmed-Bey, dans la
unit du 19 au 20, des coups de fusil furent tirés sur les avant-postes.
En même temps 5 à 600 cavaliers des Ouled Solthan et des
Laglular-el-Halfamma occupaient le défilé du Kantana et empêchaient les
chameaux, que le cheik-el-Arab avait requis dans le désert pour les
transports, de rendre à Radmah. Le 21, quatre compagnies d'élite et 200
chevaux sortirent du camp. Cette petite troupe, guidée par le
cheik-el-Arab, marcha toute la nuit; au jour, elle rencontra le
rassemblement d'ennemis, le défit et lui tua 15 hommes; la route était
libre. Le 25, tous les moyens de transport étant rassemblés, la colonne
se mit en route pour Biskarah, avec un mois de vivres, en laissant à
Bathnah un bataillon du 31e, 50 chevaux, 2 pièces de montagne et 10
fusils de rempart. L'infanterie était commandée par M. Vidal de Lauzun,
du 2e de ligne; la cavalerie par M. le colonel Noël, du 3e de chasseurs
d'Afrique; M. le général Lechêne dirigeait les services de l'artillerie.

Arrivée le 20 à M'Zab-el-Msaï, la colonne, après avoir enlevé quelques
milliers de têtes de bétail aux Laghdar, réfugiés dans une haute
montagne réputée inaccessible, le djebel Metlili, parvint, le 29, à
El-Kantara (le pont), le premier village du Désert. C'est une oasis de
dattiers située au pied de rochers escarpés, à la sortie d'un défilé
fort étroit que traversait une voie romaine, aujourd'hui impraticable.
Un beau pont romain, très-bien conservé, donne son nom au village.

Les habitants acquittèrent sans difficulté leurs contributions
annuelles.

Le 4 mars, la colonne entra sans coup férir à Biskarah,
Mohammed-el-Séghir, marabout de Sidi-Okbah, le dernier khalifah
d'Abd-el-Kader, qui occupait la Kasbah de Biskarah avec un bataillon de
500 hommes, avait quitté la ville depuis cinq jours avec ses troupes
régulières et s'était réfugié dans l'Aourès, sans réussir à emmener la
population. Le soir même, les députations de toutes les petites villes
des Ziban et de toutes les tribus nomades, sans exception, étaient dans
notre camp, demandant l'_aman_ (le pardon) et la protection de la
France.

Le corps expéditionnaire est resté dix jours dans les Ziban; les troupes
étaient disséminées sur tout le pays. Quatre officiers versés dans la
connaissance des moeurs et de la langue arabes, MM. le commandant
Thomas, les capitaines de Neveu, Desvaux et Fornier, visitèrent tous les
villages, interrogèrent partout les djemââ (assemblées des notables), et
recueillirent des renseignements politiques et statistiques qui
permirent à M. le duc d'Aumale de constituer l'autorité, et de frapper
une première contribution en argent et en nature (dattes, grains,
moutons et chevaux). Les contributions perçues représentent une valeur
d'environ 150,000 fr.

Les choses ont été réglées de manière à laisser au cheik-el-Arab un
pouvoir que ses services semblent mériter, mais de manière aussi à
permettre au commandant supérieur d'exercer sur ses actes une
surveillance continuelle, et à donner aux populations les garanties
qu'elles réclament. Ainsi, les droits de chaque fonctionnaire ont été
fixés publiquement.

L'impôt sera unique, proportionnel à la richesse, et déterminé, chaque
année, par une lettre du commandant de la province à chaque tribu ou
village; la perception en est confiée au cheik-el-Arab. L'exercice de la
justice a été également réglé. Enfin, des ordres ont été donnés pour que
les voyages des nomades dans le Tell se fissent à époque fixe, par des
routes déterminées, et avec autant d'ordre que possible. Les gens
turbulents seront amenés à Constantine comme otages. Une compagnie de
tirailleurs indigènes de trois cents hommes occupera la Kasbah de
Biskarah, sous les ordres d'un officier français, et en soutenant
l'autorité du cheik-el-Arab, représentera la France dans cette contrée
lointaine. Un goum de cinquante cavaliers d'élite, fourni par les tribus
d'origine noble et exemptes d'impôt, complète l'organisation militaire
du pays.

[Illustration: Carte à vol d'oiseau de l'expédition de Biskarah.]

[Illustration: Les ducs d'Aumale et de Montpensier chargeant les Arabes
à l'attaque de Mehounech.]

Cette mission toute pacifique ainsi remplie, il restait à atteindre le
khalifah d'Abd-el-Kader, et à détruire ses forces déjà affaiblies par la
désertion. En s'enfonçant dans la montagne, Mohammed-el-Séghir avait
laissé une partie de ses richesses à Mehounech, à 32 kilomètres nord-est
de Biskarah. Le groupe de montagnes connu sous le nom de djebel Aourès
se termine, vers le sud, par des rochers escarpés à peu près
inabordables. C'est au pied de cette chaîne qu'est située l'oasis de
Mehounech. L'Oued-el-Abiadh (la rivière Blanche), sortant d'une gorge
étroite et entièrement impraticable, arrose une petite vallée remplie de
palmiers, de jardins bien cultivés et de maisons en pierre. Cette vallée
est enfermée au nord par le djebel Ammar-Kaddou (le mont à la
Joue-Rouge), qui dépend du groupe de l'Aourès, et qui n'est accessible
que par un seul sentier très-difficile; sur ses flancs déboisés et à pic
se trouvent trois petits forts solidement construits, et un village
retranché, dont la position était réputée inexpugnable, et qui sert de
dépôt, non-seulement aux habitants de l'oasis, mais à beaucoup de gens
de l'Aourès et du Saharah.

Occupé une première fois le 12 mars par un détachement sous les ordres
du commandant Tramblay, du 3e de chasseurs, le village de Mehounech,
dont les habitants étaient allés chercher le khalifah d'Abd-el-Kader
pour les défendre, et où 2 à 3,000 Kabyles s'étaient réunis en armes, a
été de nouveau attaqué et emporté le 13, ainsi que les forts qui le
protégeaient, après une vive et longue résistance, et une lutte corps à
corps. Les Kabyles ont fait pleuvoir sur les assaillants une grêle de
balles et roulé sur eux des quartiers de rochers. Le duc de Montpensier,
qui paraissait pour la première fois à l'armée, dirigea, pendant toute
la journée, le feu de l'artillerie, et le soir, en chargeant avec
plusieurs officiers à la tête de l'infanterie, il fut légèrement blessé;
une balle lui déchira la paupière supérieure de l'oeil gauche. Le
village et les forts furent détruits et incendiés le lendemain, ainsi
que les immenses magasins qu'ils renfermaient.

Le camp de Bathnah, quelques jours avant, avait été vigoureusement
attaqué, à deux reprises, le 10 et le 12 mars. Cette double attaque fut
heureusement repoussée, et les Arabes laisseront 31 cadavres sur le
terrain. La colonne principale est revenue le 21 mars à Bathnah, d'où
elle s'est remise en route pour continuer le cours de ses opérations.

Les sciences géographique et archéologique ont eu leur part dans cette
expédition. M. le capitaine d'état-major de Neveu, chargé des travaux
géodésiques, a levé avec soin tout le pays parcouru, et M. le capitaine
d'artillerie de Lamarre a recueilli des documents précieux sur les
restes des établissements romains et surtout sur le Medrashen, signalé
par Bruce comme le tombeau de Syphax et des autres rois de Numidie.

Quelques détails, puisés à des sources officielles, donneront une idée
exacte de l'importance commerciale du Désert.

Les contributions que le Saharah payait annuellement au bey Ahmed ont
été évaluées à 200,000 francs, sans compter les prélèvements faits pour
le pacha et pour ses favoris, en dattes, étoffes de laine, couvertures,
bernous, haïks, etc.

[Illustration: Algérie.--Vue de Mehounech d'après un dessin original.]

Les rapports de Constantine avec le Désert sont les plus anciens, les
mieux établis, et ceux qui se maintiendront sans doute le plus
longtemps. Biskarah, située à sept ou huit jours de marche de
Constantine, y envoyait chaque année, au printemps, une caravane de 200
à 300 chameaux chargés de dattes, de tabac en feuilles, d'objets de
teinture, de bernous, de henné, de plumes d'autruche, de gomme, de
tapis; elle en tirait des armes, des grains et des tissus. L'ensemble de
ce commerce s'élevait à 200,000 francs par an. Les habitants de
Constantine n'envoyaient jamais de caravane à Biskarah; mais, lors du
départ de la colonne chargée du recouvrement de l'impôt, les soldats
emportaient quelques objets de l'industrie de Constantine, pour faire
des échanges contre des produits du pays. Ces expéditions avaient lieu à
l'époque de la récolte des dattes, et la colonne était de retour à la
fin de l'hiver. Le même commerce d'échange des mêmes produits avait lieu
entre Constantine el Tuggurt, qui est à douze journées de Biskarah, et
par conséquent à dix-huit ou vingt de Constantine. Tuggurt payait tribut
au bey de Constantine entre les mains un cheik-el-Arab. En 1819 et 1820,
le bey se rendit en personne à Tuggurt, qu'il frappa d'une contribution
de 500,000 boudjoux.



Courrier de Paris

Longchamp s'est passé sans éclat et sans bruit; on ne parle ni de modes
nouvelles, ni d'attelages merveilleux, ni de rivalités audacieuses, ni
de luttes à outrance entre le luxe, la vanité et la coquetterie;
décidément le jour de Longchamp est un jour comme un autre pour les
Champs-Elysées, avec un peu plus de foule, un peu plus de poussière et
un peu plus de fiacres que de coutume; sans doute il y a encore
d'honnêtes curieux qui se parent dès le matin, et descendent de leur
faubourg, femme et enfants sous le bras, pour aller et venir de la place
Louis XV à la barrière de l'Étoile jusqu'à extinction de chaleur
naturelle; sans doute les étrangers et les provinciaux, s'il y a encore
des provinciaux, sortent en toute hâte de leur hôtel garni et vont
chercher Longchamp, sur le bruit de son ancienne réputation et de ses
splendeurs passées; sans doute quelques commis marchands font des essais
d'habits neufs, et quelques grisettes de mauvais goût s'enrubannent et
s'étalent; mais Longchamp n'en a pas moins perdu son goût pour les
tentatives singulières et les excentricités; il ne crée plus rien, il
n'invente plus rien, il n'ose rien. Le Longchamp d'aujourd'hui se
promène avec sa robe et son habit du mois dernier; il trotte sur ses
chevaux ordinaires et roule dans son équipage de l'an passé; ne lui
demandez ni une forme de chapeau inusitée, ni une coupe d'habit
inconnue, ni la révélation d'une cravate, ni la découverte d'une étoffe
superlative: il viendrait plutôt en robe de chambre et en pantoufles;
Longchamp n'a plus d'imagination ni audace; il vit ses trois jours par
un reste d'habitude et fait son temps; mais pendant ses trois journées,
autrefois si fécondes en médisances, en petits scandales, en rencontres
singulières, Longchamp ne fournit pas au chroniqueur d'aujourd'hui la
plus mince épigramme, l'originalité la plus simple, le scandale le plus
innocent.--Pendant le Longchamp de 1844, on a vu une des plus jolies
danseuses de l'Opéra se promener, modestement dans une citadine, au
cheval étique et à l'automédon râpé. Du temps du vieux Longchamp, la
belle eût fait voler la poussière, sous le pied rapide de ses quatre
alezans, laquais devant, laquais derrière, attirant tous les regards et
éclipsant les plus élégantes, les plus titrées et les plus belles. Le
Longchamp actuel est beaucoup plus honnête, plus retenu, plus modeste;
mais n'est-il pas un peu ennuyeux?

[Illustration: Accident arrivé au Ballon de M. Kirsch, dans le pré de
Montréal.]

--Les églises ont été visitées, pendant la semaine sainte, par une foule
empressée et fidèle; est-ce conviction? est-ce curiosité? L'une et
l'autre sans doute; il y a des âmes pieuses, Dieu merci, qui obéissent
sincèrement au devoir du chrétien dans ces jours de recueillement et de
prières; il y a aussi les âmes douteuses et les âmes légères qui se
laissent aller au courant et vont où va le flot qui passe; les uns
regardent d'un air préoccupé et distrait les images suspendues aux
voûtes des temples et se promènent çà et là sur les dalles de marbre
comme des ombres incertaines; les autres écoutent attentivement la voix
du prêtre et du prédicateur, dans une attitude méditative et recueillie;
je doute cependant que les plus indifférents et les plus sceptiques
puissent se défendre d'une émotion intérieure et secrète en pénétrant
sous les voûtes sonores des églises, par les jours éclatants qui
illuminent Paris depuis plus d'une semaine; l'or et le marbre
étincellent, l'encens fume, la prière retentit, l'orgue l'accompagne
pieusement; le soleil, flamme divine, brille à travers les vitraux et
inonde le temple de lumière; les petits enfants, les vieillards et les
femmes passent tenant à la main le rameau de buis bénit; c'est un
spectacle à la fois magnifique et pénétrant qui élève le coeur et lui
montre un refuge, surtout si, en descendant les marches du temple, vous
rencontrez un cercueil couronné de fleurs d'oranger et recouvert d'un
linceul virginal, pareil à celui que je heurtai l'autre jour en sortant
de Notre-Dame; c'était la jeune fille, l'unique trésor d'un illustre
magistrat qui venait, pâle et immobile, s'offrir aux prières des morts;
les visages étaient consternés, les pleurs roulaient en abondance: «Tant
de jeunesse et de beauté! disait-on de toutes parts... âme innocente et
pure, âme délivrée, retourne dans le sein de Dieu!»

--Pâques oblige les théâtres à faire leur clôture; mais cet usage pieux
a subi, comme tant d'autres, des changements considérables, et s'est
modifié avec l'esprit du temps; autrefois, sous la vieille monarchie,
les théâtres chômaient pendant la quinzaine de Pâques tout entière; la
restauration imita l'ancien régime le plus qu'elle put, et ne demanda
cependant aux spectacles mondains que huit jours d'abstinence; la
révolution de Juillet est d'une philosophie moins scrupuleuse. Les trois
théâtres royaux sont seuls obligés à une clôture de trois jours; les
autres théâtres, qu'on appelle les petits théâtres, ont pleine licence
jusqu'au vendredi saint inclusivement; et même dans les premières
ardeurs publiques de Juillet 1830, le vendredi saint ne fut pas excepté.
Le vaudeville fredonnait et la danse gambadait ce jour là comme
d'habitude. Cette année, la pénitence a été observée par tous les
spectacles indistinctement; voudrait-on revenir peu à peu à la huitaine
religieuse et monarchique?

Dans l'ancien régime, la rentrée du Théâtre-Français se célébrait avec
solennité; un des acteurs en crédit adressait officiellement une
allocution au parterre, avec tous les respects en usage; il y était
question du passé et surtout de l'avenir. Si le passé avait péché,
l'avenir promettait monts et merveilles. Lekain, Larive, Saint-Prix,
Talma, ont pratiqué les derniers cette allocution des vacances de
Pâques. Aujourd'hui, les choses s'arrangent plus bourgeoisement et avec
moins de cérémonie, la Comédie-Française ne harangue plus le parterre;
et la meilleure raison qu'on puisse donner, après celle des usages
abolis, c'est qu'il n'y a véritablement plus de parterre; j'appelle
parterre, en effet, cette réunion de juges éclairés et assidus qui
siégeait non-seulement au parterre proprement dit, mais à l'orchestre,
mais dans les loges: tribunal qui avait l'oeil incessamment ouvert sur
les acteurs, et ne leur passait pas la plus légère peccadille; cour
suprême et savante, qui s'était familiarisée, par une longue étude et
une longue pratique, avec tous les secrets de l'art et de la poésie
théâtrale; docteurs ès lettres dramatiques, qui possédaient la science
de Racine, de Corneille, de Beaumarchais, de Regnard, de Lesage et de
Molière, comme un bon conseiller de cour royale ou de cassation tient sa
jurisprudence sur le bout du doigt. Or, à l'heure qu'il est, il n'y a
plus de parterre, c'est-à-dire il n'y a plus de juges; ce sont pour
ainsi dire des passants qui viennent au théâtre comme dans une
hôtellerie, pour y loger la nuit, et en sortent le lendemain matin sans
seulement se rappeler ce qu'ils y ont vu, pas même l'enseigne de
l'hôtel, pas même le nom de l'hôtelier.--Toute habitude, toute intimité
est abolie entre les acteurs et le public; le parterre de la veille
n'est plus le parterre du lendemain; l'un n'impose plus à l'autre, et
celui-ci n'a plus le respect de celui-là; aussi tout va à la diable; les
acteurs, faute de surveillants rigides, s'abandonnent à toutes les
mauvaises habitudes des écoliers émancipés; le public, à son tour, ne se
donne plus la peine de comprendre quelque chose aux oeuvres qu'il
considère, non plus comme un objet d'étude et de plaisir élevé, mais
comme une façon de passer, tant bien que mal, une heure ou deux. Puisque
le public et les comédiens s'en vont, dégénèrent de compagnie, et ne se
connaissent plus, que voulez-vous, bon Dieu, que ces gens-là aient à se
dire à Pâques, et sur quoi reposerait la harangue? Ils se taisent donc à
Pâques comme à la Trinité.

--Les journaux racontent la mésaventure d'un aéronaute appelé Kirsch;
cet honnête monsieur avait placardé dans tout Paris des affiches
monstres, selon l'usage antique et solennel; c'était, pour lundi dernier
que la merveilleuse ascension était annoncée; le lieu était bien choisi.
M. Kirsch avait planté sa tente au parc de Monceaux; le ciel par sa
splendeur éclatante semblait vouloir se faire le compère de M. Kirsch et
le tenter par l'appât d'un voyage dans l'air calme et transparent,
mollement coloré de soleil et d'azur. Quant aux curieux, ils étaient en
nombre: papas, mamans, petites filles, petits bons hommes, cuisinières,
tambours-majors, commis de toute espèce, grisettes, gardes nationaux,
sergents de ville et bonnes d'enfants, il y avait des places à dix sous,
à vingt et à quarante; prenez vos billets!

La foule avide et, empressée attend, la bouche béante et les yeux
ouverts à deux battants, que l'intrépide M. Kirsch escalade les cieux et
détrône Jupiter, ou tout au moins aille donner une poignée de main à
Junon; mais M. Kirsch n'ira pas si loin. Le ballon en effet s'élève à
quelques pieds de terre, rencontre un arbre, se heurte contre ses
branches, s'y accroche, se déchire, s'entr'ouvre et crève; M. Kirsch ne
soupera pas ce soir dans l'Olympe! La clameur qui s'élève aussitôt n'est
pas difficile à deviner. La foule est inhumaine, elle ne pardonne pas la
défaite, surtout quand elle y entre pour 50 centimes; on crie donc de
toutes parts haro sur M. Kirsch! et dans un temps un peu plus cannibale,
on eût vraisemblablement mis l'aéronaute en pièces. Casser les chaises,
disperser en lambeaux les débris du ballon infortuné, en faire un
auto-da-fé et danser autour de la flamme une ronde diabolique, tels sont
les passe-temps des temps civilisés; M. Kirsch n'y a pas laissé sa peau,
mais sa recette, que le public a réclamée et reprise sans pitié. Or, le
public a fait tout juste ce que honnêtement et chrétiennement il ne
devait pas faire. Dans quelle occasion a-t-on surtout besoin du garder
la recette, si ce n'est quand on vient de crever son ballon? je vous le
demande à vous tous, amoureux, rois, ministres, philosophes, poètes,
coureurs de fortune et de renommée, qui lancez en l'air des ballons de
toute espèce, ballons de gloire, ballons de génie, ballons de savoir,
ballons de bonheur, ballons d'amour, combien s'arrêtent, comme le ballon
de M. Kirsch, au premier buisson de chemin et jettent au vent vos rêves
évanouis!... Et la foule arrive, qui vous rit au nez au lieu de vous
consoler, et fouille dans vos poches pour y chercher et y voler votre
dernier espoir: «Honni soit le maladroit aéronaute!» _Vae victis_, mon
pauvre M. Kirsch; c'est la morale de ce bas monde.

--Pendant que M. Kirsch crevait comme une outre, mademoiselle Plessis
hasardait son ballon dans le _Misanthrope_. Il va sans dire que
mademoiselle Plessis s'attaque à Célimène. Que faire, en effet, de cette
beauté, de ces vingt ans, de ces yeux miroitants, de ce sourire, de
toute cette jeunesse, si on ne l'emploie pas à troubler les coeurs et à
faire pirouetter les petits marquis? Mademoiselle Plessis a donc fait la
coquette; mademoiselle Plessis possède, il est vrai, une bonne partie
des armes nécessaires à Célimène, les yeux, le sourire, la beauté et les
vingt ans que nous avons dit; mais elle n'a pas l'arsenal tout entier,
ou plutôt il lui manque encore cette fine habileté, cette souplesse
perfide et cette grâce traîtresse de la Célimène de Molière;
mademoiselle Plessis, en un mot, n'est pas suffisamment scélérate, et a
un fond de bonne fille dont Célimène ne s'accommode guère. Mais les
Célimène se forment si vite! Il ne s'agit que de commencer, et vous
verrez que, le premier pas fait, mademoiselle Plessis ira loin. Son
ballon, toutefois, n'a pas échoué à la recherche de Célimène, comme
celui de là-haut; il a vogué, au contraire, assez gracieusement, à une
élévation moyenne; en attendant qu'il aille aux nues, mademoiselle
Plessis est bien capable de l'y pousser et de l'y suivre.

La mésaventure de _Caligula_ n'a pas découragé M. Alexandre Dumas.
L'infatigable fabricant est aux prises, à l'heure où je vous parle, avec
une tragédie en cinq actes. On ne dit pas encore le titre; mais l'oeuvre
sera terminée avant un mois, et représentée probablement après les
vacances.

M. Alexandre Dumas a bien des chutes à faire oublier. On affirme qu'il
est lui-même frappé de ses récentes disgrâces, et sent la nécessité de
faire pénitence et de se racheter. Nous le souhaitons de bon coeur; rien
n'est plus affligeant que le spectacle d'un talent en ruines. Que M.
Alexandre Dumas relève et rebâtisse l'édifice de sa réputation lézardée,
nous ne demandons pas mieux, et au besoin nous apporterons la pierre et
le ciment.

--Carlotta Grisi est revenue de Londres triomphante et couronnée de
guinées et de bank-notes.--M. Vatel vient d'envoyer à Lablache une
tabatière de 3,000 fr., comme témoignage de reconnaissance pour les bons
et loyaux services de l'illustre artiste; un empereur n'aurait pas mieux
fait: M. Vatel n'est cependant que le directeur du théâtre italien; ce
don magnifique annonce que la direction du théâtre italien a du bon
tabac dans sa tabatière.--Liszt, à peine de retour d'Allemagne, prépare
un concert échevelé; et le Cirque-Olympique, voyant les feuilles poindre
et les arbres verdir, monte à cheval, quitte sa salle enfumée du
boulevard du Temple, et va caracoler aux Champs-Elysées; le
Cirque-Olympique est le meilleur des almanachs; dès qu'il plante sa
tente à l'ombre des arbres, et remet _Murât et Napoléon_ en magasin,
dites: le printemps est venu... il est venu en effet, et que Dieu en
soit béni; respirons l'air embaumé, mes chères belles, et roulons-nous
sur la verdure.



La Frégate à vapeur le Princeton.

[Illustration.]

L'_Illustration_ a rendu compte, dans son numéro du 23 mars, de
l'horrible catastrophe arrivée sur le Potomac, près de la ville de
Washington, et qui a coûté la vie à plusieurs des hommes les plus
éminents des États-Unis.

Nous donnons aujourd'hui la reproduction d'un plan du Princeton, publié
par _le Weekly Dispatch_, et qui indique la position du canon dont
l'explosion a causé de si affreux ravages, celle des spectateurs et
celle des victimes de ce terrible accident.

Cet énorme canon en fer qu'on voit à bâbord, sur l'avant du navire, et
qui tourne sur lui-même, constitue, au propre et au figuré, une
révolution dans l'art de la guerre, une des inventions les plus
meurtrières des temps modernes.

On se souvient que, dans la dernière guerre entre les États-Unis et
l'Angleterre, les Américains eurent sur la marine britannique un
avantage marqué qui étonna l'Europe et dont ils sont encore fiers
aujourd'hui. Ils le durent en très-grande partie à l'emploi du canon à
pivot, qui, se ployant sur le pont extérieur de toutes sortes de
bâtiments et pouvant se pointer avec facilité dans toutes les
directions, permet de mettre à profit toute occasion de prendre en long
les vaisseaux ennemis et de les désemparer de leur mâture. Cette
tactique réussit au delà de toute espérance et assura la victoire à la
flotte américaine.

C'est ce procédé que le capitaine Stockton a perfectionné en l'adaptant
à un nouveau plan; et il en faisait la première application à un
bâtiment à vapeur, lors de l'expérience qui a eu de si funestes
résultats.

On voit, par la différence des proportions de ce canon avec celles des
autres pièces qui forment l'armement du Princeton, quelle en est
l'importance dans ce nouveau système d'artillerie maritime. La ligne
brisée qu'on remarque sur la partie postérieure de la pièce indique la
portion détachée par l'explosion et qui, en fracassant le bordage du
bâtiment, a frappé tant de victimes.

Le journal américain a fait un rapprochement assez singulier: «Presque
toutes les inventions extraordinaires et destructives ont été, dit-il,
fatales à leurs auteurs ou patrons dès les premières expériences qui en
ont été faites. Ainsi Guillotin, qui a inventé l'instrument de supplice
qui porte son nom, a fini ses jours par la guillotine. M. Huskinson,
membre du ministère anglais, a été tué par accident, lors de
l'inauguration du premier chemin de fer de la Grande-Bretagne. Le
capitaine Robert, qui, le premier, a traversé l'Atlantique sur un
bâtiment à vapeur, se trouvait à bord du steamer le _Président_ lorsque
celui-ci fut, selon toute apparence, englouti par le même Océan. Enfin,
il s'en est failli de bien peu que le capitaine Stockton ne pérît
victime de son canon destructeur.»



Histoire de la Semaine.

La Chambre, comme les administrations, comme les établissements publics,
comme les théâtres, comme la presse quotidienne, comme tout enfin,
excepté l'_Illustration_, a pris des vacances. Nous n'avons donc cette
semaine qu'un petit nombre d'actes législatifs à enregistrer; les
journaux se sont même plus occupés du débat qui a terminé les travaux de
la semaine dernière, et dont nous avons donné le résultat au moment même
de notre tirage, que de ceux qui ont suivi la reprise des séances. En
effet, si la proposition de M. Chapuys de Montlaville n'avait trait qu'à
une des questions relatives à la constitution financière de la presse,
elle fournissait l'occasion de les traiter toutes. Dans cette polémique
il s'est émis peu d'idées nouvelles. Des journaux auxquels les annonces
ne viennent point, parce que leur publicité est restreinte, ont demande
que l'impôt sur le timbre fût remplacé par un impôt sur les annonces;
bien qu'émise dans un intérêt particulier, cette idée devra, comme
toutes celles qui se sont produites, être examinée avec soin par la
commission que la Chambre va constituer. Comme il est bon qu'elle
connaisse toutes les considérations qui, dans le principe, ont fait
établir l'impôt du timbre dont on lui demande la suppression, nous
croyons devoir mettre sous ses yeux le passage suivant du _Dictionnaire
des gens du monde_ (par Slicotti, 1770, t. V, p. 505), où il fut
demandé, pour la première fois que nous sachions, et à titre de remède à
l'abus du papier blanc: «L'État peut tirer parti des journaux, des
journalistes, qui se disputent aujourd'hui l'honneur d'enseigner la
France enseignante. Une centaine de pages fondues et étendues dans
plusieurs volumes produisent à tels journalistes un revenu de 12,000
livres par année, c'est-à-dire beaucoup plus que ce que trois années du
meilleur et du plus fort travail en ce genre aient produit au célèbre
Bayle. Or, ces écrivains, qui se disent si bons citoyens, consentiront
sans doute avec plaisir à ne tirer de leur ouvrage que 9,000 livres de
net (sans compter le tour du bâton), les trois autres mille livres
avertissant au profit de l'État. Il est d'équité d'asseoir cette
contribution de manière qu'elle soit proportionnée au débit de chaque
journal. Or, quelle voie plus proportionnelle que l'établissement d'une
formule ou papier timbré pour tous les journaux, formule qui
embrasserait de droit les mémoires d'académies, les compositions qui
concourent annuellement pour les prix fondés dans la plupart du ces
sociétés; et, par extension, les premières éditions des pièces de
théâtre, les romans et toutes les productions romanesques? Il
résulterait de cet établissement un avantage certain pour les lecteurs
et pour les acheteurs, par l'attention qu'auraient les écrivains diffus
à ménager le papier. Si quelque caustique opposait à cette partie, de
notre projet le mot de Gilles Ménage sur les journaux, nous lui
répondrions par celui de Vespasien: _Atqui è lotio est_.»

Lundi dernier la Chambre a délibéré en séance publique sur la prise en
considération de la proposition de MM. Saint-Marc Girardin, de
Sainte-Aulaire, d'Haussonville, de Gasparin, Ribonet et de Sahime,
relative aux comblions d'admission et d'avancement à établir pour les
fonctions publiques. Quoiqu'une pareille motion soit une critique
évidente de certaines nominations et même de l'ensemble des nominations
auxquelles le népotisme et la faveur entraînent la haute administration
au détriment des services de l'État, la proposition comptait tant de
pères, et de pères conservateurs, qu'il soit difficile de la traiter en
enfant perdu. Après quelques développements présentés par M. Saint-Marc
Girardin, qui n'a pas eu de peine à établir combien cet arbitraire
déconsidère le pouvoir, M. le ministre des affaires étrangères est venu
déclarer qu'il ne s'opposait point à la prise en considération d'une
proposition sérieuse et sincère, qui n'était pas portée par un autre
esprit et ne se proposait pas un autre but que le but et l'esprit
qu'elle annonçait ouvertement. C'était la critique des propositions que
le ministère avait précédemment combattues, quelquefois sans succès, et
une grande partie de la chambre n'a pas paru comprendre que la
proposition de M. de Saint-Priest, par exemple, relative à la réforme
postale et que M. le ministre des finances a si énergiquement et si
vainement repoussée, recélât une intention secrète et un but caché. Il a
paru plus vraisemblable qu'on combattait pas cette proposition nouvelle,
parce qu'on n'avait nulle chance de le faire avec succès, et que, pour
lui comme pour celle de MM. Gustave de Beaumont, Leyd et Lacrosse, sur
la corruption électorale, on préférait s'en remettre aux difficultés qui
pourraient lui être suscitées plus lard. La proposition a donc été prise
en considération à la presque unanimité des votants.

La Chambre a eu ensuite à nommer des commissaires pour l'examen des
projets de loi de chemin de fer dont nous avons précédemment mentionné
la présentation. Un député, l'honorable M. Havin, dans le désir honnête
que l'intérêt général prévalût dans la formation des commissions pour
les intérêts de localité, et dans l'espoir naturel qu'un scrutin de
rassemblée entière amènerait plus sûrement ce résultat que des scrutins
fractionnés de bureaux, a demandé que la Chambre usât de la faculté que
lui donne son règlement, et qu'elle n'avait jamais exercée jusque-là, de
nommer les commissaires directement et par un scrutin de liste. Havin,
dans sa probité, n'a pas prévu qu'un résultat tout avisé à son but
sortirait du mode de procéder qu'il avait entamé. C'est cependant ce qui
est arrivé. Des organes de la masse, dans toutes les nuances de
l'opinion, s'accordent à ce que des coalitions d'intérêts particuliers
sont parvenues, au préjudice de l'intérêt général, à faire triompher, au
scrutin, leurs candidats.

La France vient encore d'avoir à exiger en Syrie une réclamation
nouvelle pour des traitements odieux commis envers des chrétiens, et
pour une attaque armée dirigée contre l'habitation de notre agent
consulaire à Latakié. Voici le résumé des faits rapportés par l'_Écho
d'Orient_: Un prêtre grec ayant été excommunié par son évêque pour avoir
béni un mariage sans autorisation, avait embrassé l'islamisme par
vengeance. Cette action transporta de joie la populace musulmane, qui
promena en triomphe le renégat dans les rues de Latakié. Cela se passait
le dimanche 25 février, au moment où les Européens, qui s'étaient rendus
à la chapelle, y assistaient à la célébration de la messe. La populace,
passant près du monument, fit entendre des hurlements et assaillit à
coups de pierres les fidèles qui s'y trouvaient. Ceux-ci, s'avançaient à
la porte, dispersèrent une troupe d'enfants qui les injuriaient et
continuaient à lancer des pierres, dont furent blessées quelques femmes.
Ces enfants ne tardèrent pas à retourner devant l'église; mais cette
fois ils étaient suivis d'une foule compacte au milieu de laquelle on
remarquait des Albanais et des musulmans les plus fanatiques de la
ville. A la vue de cet attroupement menaçant, les Européens fermèrent la
porte du couvent, contre laquelle les furieux tirèrent des coups de
pistolet et de fusil. Après avoir vainement tenté de la briser, ceux-ci
pénétrèrent par escalade dans l'enceinte du jardin; Européens, hommes et
femmes, épouvantés de l'audace et de la rage de la populace, s'étaient
déjà réfugiés dans autre jardin contigu à celui du couvent, et
appartenant à la maison consulaire de France, croyant ainsi, sous notre
drapeau, se mettre à l'abri de l'insulte et de l'assassinat. Mais la
maison du vice-consul ne fut pas respectée, et l'un des siens, qui se
mit en devoir de la défendre, reçut une balle dans la poitrine. Le
consul de France à Beyrouth a demandé la punition des coupables à notre
ministre à Constantinople, M. de Bourqueney. Le divan n'a point opposé
difficultés; seulement il voulait que, comme dans une circonstance
récente, la réparation eût lieu à Beyrouth et non au lieu où l'insulte
avait eté commise, bien que, lors de l'affaire de Jérusalem, il ait été
dit à la tribune et dans les journaux, par certains organes du
gouvernement, que procéder autrement eût été contraire à toutes les
règles diplomatiques, comme cette affirmation avait entraîné peu de
convictions, cette fois-ci on a préféré, dussent les précédents
diplomatiques en souffrir, donner satisfaction à l'opinion publique et
aussi, disons-le, à la logique. C'est à Latakié que M. de Bourqueney a
voulu que fût donnée la satisfaction et c'est à Latakié que la
réparation aura lieu.--Notre paquebot du Levant a apporté également la
note officielle suivante remise pour le reiss-effendi, Rafaat-Pacha,
entre les mains des premiers interprètes des ministres de France et
d'Angleterre: «Sa Hautesse le sultan est dans l'irrévocable résolution
de maintenir les relations amicales, et de resserrer les liens de
parfaite sympathie qui l'unissent aux grandes puissances. La Sublime
Porte s'engage à empêcher, par des moyens effectifs, qu'à l'avenir aucun
chrétien abjurant l'islamisme ne soit mis à mort.» C'est la réponse aux
pressantes et énergiques protestations que les ambassadeurs français et
anglais ont fait entendre contre de récentes et atroces exécution. Ils
tendront la main, nous n'en doutons pas, à ce que la peine de mort ne
soit pas remplacée par une détention perpétuelle, substitution qui est,
dit-on, dans la pensée de la Porte, pensée que les termes de sa note ne
contrediraient pas.

Des dépêches de Haïti sont parvenues au gouvernement; elles ont été
apportées par le lieutenant de vaisseau Heine, aide de camp de
l'amiral Dupetit-Thouars. On s'attend à voir la chambre des députés,
comme vient de le faire la chambre des pairs, demander la production de
ces documents, qui doivent être de nature à éclairer complètement une
question que le ministère a cru pouvoir trancher, on sait comment, tout
en se déclarant sans renseignements.

Le peuple haïtien, chez lequel l'amour du travail n'égale pas une
passion inquiète pour la liberté, après avoir installé son nouveau
gouvernement, et avoir reçu, le 4 du mois de janvier dernier, le serment
de son nouveau président, le général Hérard, est déjà en proie à des
divisions sanglantes. Pour les uns, l'adhésion du gouvernement aux
principes de la constitution n'est pas franche; pour les autres, la
constitution est mauvaise, et le gouvernement en poursuit trop
énergiquement l'exécution. Enfin, l'irritation des noirs contre les
mulâtres est venue s'ajouter encore à ces causes de division, et une
collision meurtrière a eu lieu à Lleveia, ville située à quelque
distance de Saint-Marc, entre les autorités civiles et les autorités
militaires. Un général et six fonctionnaires publics ont été tués. A
Saint-Marc également, la ville a été, pendant les journées des 25, 26 et
27 février, mise au pillage par l'armée, qui était en pleine
insurrection. Une grande partie des habitants, les mulâtres surtout,
suivant en cela le conseil du président, s'étaient réfugiés au
Port-au-Prince.

En Espagne, où les bruits d'amnistie ne se sont pas confirmés, où le
règne du régime exceptionnel n'a pas cessé, le gouvernement paraît
attendre beaucoup de force et de sécurité de la formation d'un corps de
gendarmerie à pied et à cheval divisé, comme chez nous, en légions, en
compagnies et en brigades. Si les _mulerès_, qui ont montré comment ils
entendaient la liberté, arrivaient à prouver qu'ils entendent mieux
l'administration, ce serait du moins quelque chose. Mais nous craignons
bien que tout leur savoir-faire se borne à créer des gendarmes, des
marquis et des grands d'Espagne. Nous avons déjà dit que M. Munoz avait
été l'objet de cette dernière faveur; depuis lors, le ministre des
finances, M. Carasco; le ministre de la guerre, M. Mazaredo, dont on se
rappelle la dépêche sur le bon effet d'_un peu de sang_ versé à propos;
le président du conseil, M. Gonzalès Bravo, qui naguère a donné à la
reine Christine, dans le _Guirigay_, qu'il rédigeait, des épithètes peu
politiques; enfin, M. de Pena Florida, auteur de l'idée d'une
gendarmerie, ont été nommés, le premier, comte; le second,
lieutenant-général; les deux derniers, grande-croix de l'ordre de
Charles III. Que l'Espagne soit donc enfin satisfaite!--Le Maroc aggrave
chaque jour ses torts envers cette puissance. Une felouque sortie du
port d'Algésiras, et que les trois hommes qui la montaient avaient
dirigée vers la côte barbaresque pour y pécher, s'étant approchée du
rivage très-inoffensivement, ainsi que doit porter à le penser le peu
d'importance de ce petit bâtiment, essuya un coup de feu, tiré du cap de
Negret, qui tua un des marins. C'est un nouveau grief à ajouter à tous
ceux que le gouvernement de Madrid a déjà contre l'empereur.

En Portugal, l'insurrection occupe toujours la place d'Almeida. La reine
en fait pousser très mollement le siège, soit qu'elle ait peu de
confiance dans ses troupes, soit qu'elle voie dans cet état de choses un
prétexte pour prolonger la position exceptionnelle où le pays est placé.
Un nouvel ajournement des cortès vient encore d'être prononcé.

Presque aucun des journaux de Paris ne reçoit de feuilles étrangères.
Les nouvelles du dehors sont transmises à la plupart d'entre eux, et de
quelque couleur qu'ils soient, par un seul et même bureau de
correspondance établi à Paris, qui alimente la presse ministérielle
comme la presse de l'opposition. On comprend que quand le bureau de
correspondance fait une nouvelle, aucun journal n'est à même de rompre
le silence; comme aussi quand il commet une erreur, elle est aussitôt
reproduite à des milliers d'exemplaires. On a vu, il y a quelques jours,
les journaux annoncer la nomination du président des États-Unis de
l'Amérique du Nord, et proclamer M. Van Buren. C'était évidemment une de
ces mystifications que fait admettre le premier jour de ce mois. Mais il
n'y a qu'un 1er avril dans l'année, et ces facéties, ces erreurs, ou des
erreurs et des facéties semblables, se reproduisent souvent à des dates
qui n'ont pas le même privilège. Peut-être cela ne demande-t-il pas
moins l'attention des journaux que celle des lecteurs.--Du reste, une
nouvelle moins controuvée nous est venue de New-York. Lors de la
discussion de l'adresse, M. Guizot déclarait qu'il n'y avait pas à
espérer que le tarif américain pût être révisé cette année. Cette
conjecture a été démentie. La chambre des représentants vient d'être
saisie d'un projet de tarif par lequel, pour nous occuper seulement de
ce qui intéresse, le plus la France, les vins et les soieries seraient
mieux traités qu'ils ne le sont aujourd'hui. Cette proposition, qui
réunira une grande majorité à la chambre des représentants, rencontrera
beaucoup plus d'opposition au sénat. Mais quand on voit M. Clay, auteur
principal du tarif adopté en 1812, pousser activement aujoud'hi à sa
modification, on peut espérer que le calcul qui porte ce candidat de la
présidence à changer de rôle, indique une conversion semblable chez
plusieurs autres hommes politiques.

Le parlement d'Angleterre s'est ajourné au 15. Jusque là le ministère
doit rassembler ses forces contre l'amendement de lord Ashley et la
motion de lord Palmerston.--On a publié le tableau du revenu de la
Grande-Bretagne pendant l'année financière commençant le 5 avril 1843 et
finissant le 5 avril 1844. Ce total est de 1,250,924,425 francs. Il
s'est manifesté une légère amélioration sur les douanes et sur l'accise,
c'est-à-dire l'impôt de consommation; mais c'est l'_income tax_, cette
ressources temps de guerre, qui a comblé le déficit. Elle a produit
133,922,165 francs; c'est un impôt de 3 centimes par franc seulement qui
ne porte que sur les revenus de 3,750 francs et au-dessus. La somme des
revenus dépassant ce minimum fort honnête est donc de 1 milliards et
demi. C'est une richesse énorme, mais une richesse aux mains d'un trop
petit nombre de personnes, et qui cause la détresse d'une masse de
peuple considérable.

O'Connell a repris son oeuvre en Irlande en modifiant son rôle comme
nous l'avons indiqué. Dans une dernière séance de l'association qu'il a
présidée, il a dit, en parlant avec chaleur de l'accueil qu'il a reçu en
Angleterre: «Je croyais l'oligarchie toute-puissante, et j'ai trouvé un
peuple parfaitement disposé pour l'Irlande et imbu des plus saines idées
de justice; aussi prend-je, dès à présent, l'engagement de ne jamais
prononcer une parole qui puisse blesser le peuple anglais. C'est un
grand, c'est un beau peuple, et, si je ne suis pas mis en prison, j'irai
visiter les districts les plus populeux de l'Angleterre, et vous
rapporterai des nouvelles aussi bonnes que celles d'aujourd'hui.» Ce
voyage projeté pourrait bien n'être pas exécuté, car il s'accrédite que
la sentence, malgré l'appel, sera immédiatement exécutée.

Un jury arbitral avait été constitué d'accord entre M. Grandin, député
d'Elbeuf, et M. Charles Laffitte, deux fois élu par le Collège de
Louviers, et qui deux fois a vu son élection annulée par la Chambre,
pour prononcer sur les dires contradictoires de ces deux messieurs. Ce
jury vient de rendre et de publier son opinion, de laquelle il nous
paraît difficile en la pressant bien, d'extraire autre chose sinon que
M. Grandin n'a pas tout à fait tort, et que M Laffitte n'a pas tout à
fait raison.

Nous voudrions pouvoir détourner les yeux d'un événement affreux dont le
département de la Loire vient d'être le théâtre, et qui a jeté la
désolation et le désespoir dans ces laborieuses contrées. A la suite
d'une agitation d'ouvriers mineurs, dans laquelle l'autorité judiciaire
avait reconnu tous les caractères d'une coalition, dix-sept d'entre eux
avaient été mis état d'arrestation. Le vendredi 5, ces prisonniers
partirent de Rive-de-Gier pour être dirigés sur la maison d'arrêt de
Saint-Étienne. Nous ignorons par quel motif leur translation ne fut
point opérée par la voie du chemin de fer, si rapide et si sûre, et
pourquoi le préfet du département et le procureur général de Lyon
préférèrent la voie de terre, malgré toutes ses lenteurs et tous ses
dangers. Une escorte de 80 fantassins, commandés par un capitaine, de 25
chasseurs à cheval et de 11 gendarmes fut formée pour accompagner le
convoi. Une compagnie d'infanterie l'accompagna à distance. A quatre
kilomètres de Rive-de-Gier, au hameau de la Grand-Croix, un
rassemblement lança des pierres contre l'escorte, et des enfants se
précipitèrent à la tête des chevaux. Quelles furent alors les nécessités
de situation de la troupe; nous l'ignorons; l'enquête nous le fera
connaître, elle nous dira si l'extrémité bien cruelle à laquelle on a
cru devoir recourir était absolument inévitable. En attendant, nous
avons la douleur d'avoir à dire que cinq hommes du peuple sont restés
sur le terrain, atteints de coups de feu à la gravité desquels un
d'entre eux, qui se trouvait là en curieux, a déjà succombé. Le convoi a
poursuivi sa route, et les prisonniers ont été écroués à leur
destination.

A Commentry, dans l'Allier, un éboulement considérable, produit par une
violente explosion qui se manifesta dans les galeries des mines, laissa
pénétrer le gaz dans une des galeries occupées et bientôt la flamme se
répandit avec une rapidité prodigieuse. Cinq ouvriers furent ensevelis;
et l'on n'a retiré que des cadavres. Par suite de l'explosion, le feu
s'est communiqué au charbon, qui brûle sur une vaste étendue et projeté
des flammes qui s'élevaient à une grande hauteur. On s'est rendu en
foule de Montluçon et des environs pour contempler ce spectacle de
désolation. L'ingénieur des mines est arrivé en toute hâte sur les lieux
du sinistre, et n'a trouvé d'autre moyeu que de noyer la mine. Il faudra
bien du temps et du travail pour réparer le dommage, qui est évalué à
une somme considérable.

On écrit de la Nouvelle-Orléans, le 2 mars, que l'on venait d'y recevoir
la nouvelle que la veille au matin, entre deux et trois heures, deux
steamers s'étaient rencontrés et entre-choqués sur le Old-River,
au-dessous d'Atchafalaya, et que l'un d'eux, le _Buckeye_, a été
englouti en moins de cinq minutes. Tous les passagers, au nombre de plus
de 300, noirs et blancs, étaient couchés au moment du choc; 60 à 80 ont
péri.

La chambre des députés et l'armée ont rendus les derniers devoirs à M.
le général de la Bourdonnaye. La chambre des pairs a perdu M. le marquis
de Lusignan;--la chambre des lords, en Angleterre, lord Abinger,
premier baron de l'échiquier, qui s'était fait une grandi réputation au
barreau avant son élévation aux dignités, et alors qu'il portait le nom
de Scarlett. Enfin le prince Démétrius Galuzin, général de cavalerie
russe, gouverneur général de Moscou, auquel l'empereur avait permis
depuis un an, pour le rétablissement de sa santé, de résider à Paris,
vient d'y mourir.



Salon de 1844.

Quatrième article.--Voir t. III, p. 33, 71 et 84.

Jusqu'ici, nous avons eu peu de critique à faire: nous avons été heureux
dans nos premières promenades au Salon. Il y aurait conscience d'être
sévère par plaisir, ce qui ressemblerait fort à de l'injustice. Nous
continuons aujourd'hui notre compte rendu approbateur.

Il y a des faits historiques dont la simple narration suffit pour
émouvoir les âmes nobles et sensibles. _L'Abdication de Napoléon à
Fontainebleau_ est au nombre de ces faits. Nos vieux militaires pleurent
encore à ce souvenir, et quelle sera leur douleur en s'arrêtant
s'arrêtant devant le tableau de M. Janet-Lange! Nous allons vous faire
connaître le moment choisi par le peintre; et, ayant le dessin sous les
yeux, vous jugerez vous-même s'il a bien rendu cette désolante scène;
«Napoléon pend la plume, et se reconnaissant vaincu, moins par ses
ennemis que par la grande défection qui l'entoure, il rédige lui-même la
seconde formule de l'abdication qu'on attend: Les puissances alliées
ayant proclamé que l'empereur était le seul obstacle au rétablissement
de la paix en Europe, l'empereur, fidèle à son serment, déclare qu'il
renonce pour lui et ses enfants aux trônes de France et d'Italie, et
qu'il n'est aucun sacrifice, même celui de la vie, qu'il ne soit prêt à
faire aux intérêts de la France.» Telle est la teneur de l'acte
d'abdication, reproduit dans le _Manuscrit_ de 1814. M. Janet-Lange
n'est pas resté, selon nous, au-dessous de son sujet: et s'il avait mis
plus de noblesse sur la figure de l'illustre personnage présent à
l'abdication, son tableau serait à peu près irréprochable. Comme
couleur, nous félicitons sincèrement M. Janet-Lange; il y a progrès sur
ses oeuvres précédentes.

Au-dessous de l'immense _Fédération_, de M. Couder, les groupes se
forment chaque jour. Qu'y a-t-il donc à voir? Approchons: un tableau de
M. Papety! Où est _le Rêve, de bonheur_ exposé par lui l'année dernière?
Est-ce le même peintre à qui tout le monde accordait le beau nom de
poète, qui nous présente aujourd'hui _la Tentation de saint Hilarion?_
M. Papety a-t-il agi sérieusement, ou bien a-t-il voulu tout simplement
exposer, afin qu'on n'oublie pas qu'il sait peindre? Cette dernière
conjecture est la bonne, nous le croyons. Lorsque M. Adolphe Brune
peignit sa belle _Tentation de saint Antoine_, la sévérité de
l'exécution fit aisément passer sur le cynisme du sujet. Ici, la même
chose n'a pas lieu: la femme qui tente saint Hilarion n'est qu'une femme
demi-nue; quant à saint Hilarion, il a peur, il est épouvanté, il est
comme terrassé: ce n'est pas une sainte horreur pour le vice qu'il
éprouve. Malgré tout le talent qu'il y a dans le tableau de M. Papety,
allons plus loin; à cause de ce talent même, nous adjurons le peintre de
se contenter de cette seule excursion dans un genre qui est à l'art ce
que _la Pucelle_ de Voltaire est à la poésie. Nous l'attendons avec
confiance à une oeuvre plus digne de lui; alors, nous lui prouverons
bien que notre sévérité présente est dans son intérêt.

M. Champmartin a pris depuis longtemps le titre de peintre religieux.
Qui a vu un de ses tableaux les a vus tous par avance, ou à peu près.
Les tons rosés et violets y dominent; les groupes sont resserrés, et à
peine quelques figures se détachent-elles d'une manière précise.
«Laissez venir à moi les petits enfants» a tous les défauts comme aussi
tout le mérite qui ont fait la réputation de M. Champmartin. Ce tableau
est à la fois trop brillant et trop dur d'aspect. Nous regardons, nous
voudrions nous intéresser à la foule des enfants qui s'approchent du
Seigneur, mais l'ensemble est si peu harmonieux, que l'oeil ne peut
demeurer fixé sur rien. Deux ou trois têtes d'enfants sont charmantes,
et celle du Christ n'a pas de vulgarité. Le Portrait de M. Gillibrand
rappelle les beaux jours de M. Champmartin, lorsque Barthélémy écrivait
dans Némésis:

[Illustration: Abdication de Napoléon à Fontainebleau, le 14 avril 1814,
par M. Janet-Lange.]

        Un pair! c'est un mortel coiffé de plumes blanches,
        Largement ondulé d'un pallium sans manches,
        Tel qu'au grand Muséum l'exposa Champmartin, etc.

Le portrait de M. Gillibrand vaut donc celui de M. le duc de Fitz-James,
auquel le poète faisait allusion.

_La Vision de saint Jean_, par M. Bonnegrâce, est d'un véritable style
biblique; la composition en est large et digne du sujet. M. Bonnegrâce a
parfaitement traduit avec le pinceau ce verset de l'Apocalypse: «La
ville était toute brillante de la clarté de Dieu, et la lumière qui
l'éclairait était semblable à une pierre de jaspe transparente comme du
cristal.» Un peu moins d'incertitude dans le dessin, un peu plus
d'harmonie dans la couleur, rendraient cette tuile tout à fait
remarquable. M. de Bonnegrâce arrivera, sans aucun doute, à une belle
réputation.

La figure du Christ n'a pas de vulgarité, disions-nous, en parlant de
«_Laissez venir à moi tes petits enfants._» Le contraire est applicable
au Christ peint par M. Millier, dans son _Entrée de Jésus-Christ à
Jérusalem_, tableau qui, pris en son entier, ne ressemble pas aux autres
tableaux religieux. M. Muller a fait preuve d'originalité. La
composition est remarquable, mais bizarre dans certaines parties. Un
brouillard se répand sur tous les personnages, et les empêche d'être vus
complètement; quelques groupes sont bien posés, notamment celui des gens
qui soulèvent une porte. La foule, à gauche, manque de relief. Le
paysage est habilement composé. Au total, _l'Entrée de Jésus-Christ à
Jérusalem_ est un des bons tableaux de M. Muller.

[Illustration: La Vision de saint Jean, par V. Bonnegrâce.]

Si l'on veut prendre une idée exacte des danses espagnoles en pleine
campagne, on regardera avec attention _une Danse, souvenir d'Espagne_,
par M. Charles Porion, qui expose pour la première fois, et à qui son
début fait honneur. Figures et paysages méritent nos éloges; la couleur
du tableau de M. Porion nous porte à croire qu'il sera coloriste en même
temps que dessinateur.--Dans un tout autre genre, M. Alphonse Teytaud
continue ses succès passés. Les Pèlerins d'Emmaüs, que messieurs de
l'administration du Musée ont fort mal placés, ont, malgré ce
désavantage, attiré nos regards. Ce paysage composé atteste, de la part
du peintre, une imagination vive et puissante. Si nous étions plus sûrs
de nous,--nos yeux pourraient bien nous avoir trompés, tant _les
Pèlerins_ sont placés haut,--nous conseillerions à M. Teytaud de
travailler encore sur les premiers plans, pour les rendre aussi beaux
que les fonds.--Les paysages de MM. Balourier, Toudouze et Rouyer
promettent pour l'avenir.--M. Joseph Thierry a exposé un fort beau
paysage, où les campagnes effondrées par la pluie, le ciel éclatant d'un
côté, sombre de l'autre, sont peints avec une entente remarquable. Par
les détails, on reconnaît dans M. Joseph Thierry le décorateur; ils
visent à l'effet.

MM. Morel-Fatio et Louis Meyer se sont réunis pour peindre _une Scène de
la visite de la reine Victoria au roi Louis-Philippe_. Le roi de France
se rend dans un canot à bord du yacht anglais. Ce tableau est surtout
remarquable par son exactitude historique, et nous permet cependant de
donner à M. Morel-Fatio un conseil qui s'adresse à tous deux; ils
doivent se garder des tons pâles dans les ciels, et des tons bleus dans
les flots de l'Océan.

Quatre tableaux de M. Morel-Fatio sont en progrès sur ceux de l'année
dernière. _Les régates du Havre_ ont du succès et attirent les regards
des visiteurs. _Jean Bart montant la Palme de dix-huit canons, et
s'emparant d'un vaisseau hollandais de soixante canons, et la Prise à
l'abordage du transport anglais, les Deux Jumeaux par l'heureuse
Tonton_, sont des oeuvres de valeur travaillées avec conscience et
habileté. Quant aux _Pécheurs normands_, ils ont inspiré à M.
Morel-Fatio un petit tableau frais et gracieux.

_Le Combat du brick français l'Abeille, commandé par M. Mackau_, etc.,
est, sans contredit, le plus beau tableau exposé par M. Meyer. L'effet
de matin est poétiquement rendu, et l'on s'intéresse vivement à ce fait
d'armes si glorieux de notre ministre actuel de la marine. _Le Sauvetage
du brick le Phénix_ manque un peu de vigueur, tout en étant
dramatiquement composé. C'est à la couleur qu'il faut s'en prendre. Deux
autres petites toiles de M. Meyer sont agréables.

Restons en mer, puisque nous y sommes: s'il vous arrive d'aller aux
bains de Trouville, vous rencontrerez sans aucun doute M. Mozin
naviguant dans sa barque; il cabote, il va de Trouville au Havre, du
Havre à Honfleur. Ce sont ses parages, et rarement il s'aventure plus
loin. Suivons-le. Le _Gué de Diouville_ plaît par le sujet même,
gracieusement traité. La _Vue d'Honfleur_, à notre avis, est un des bons
tableaux de l'Exposition: il serait parfait, si les maisons de la ville
avaient un peu plus d'éloignement, ce qui rendrait la mer plus vaste;
les accessoires sont peints de main de maître. Enfin, _Paris_ est un
joli panorama, plein de lumière et de couleur.

Chaque année, MM. Guillemin et Fortin se disputent, ou plutôt se
partagent, comme dit Figaro, la palme du genre. Le premier a traduit sur
la toile ces vers de M. William Ténint:

        Les Bleus sont là! la ferme est cernée, et des pas
        Résonnent sur le sol!... Le salut, c'est la Bible!
        Plus d'armes! à genoux! la lutte est impossible!
        Un chrétien se défend, mais ne se venge pas! etc.

_Dieu et le Roi_ est une composition plus importante que toutes celles
échappées jusqu'à présent au pinceau de M. Guillemin. Le type breton
apparaît dans ce tableau, qui est un épisode des guerres de la Vendée.
_Le vieux Matelot_ est une scène touchante que le peintre a rendue avec
beaucoup d'expression. Toutefois, _la Consultation_ l'emporte sur les
autres tableaux de M. Guillemin. De la vérité, de l'expression, de la
distinction dans les figures, voilà ce que nous y avons remarqué, et ce
qui a fait le succès de cette petite toile.

Pour M. Fortin, il s'applique de préférence aux scènes d'intérieur, et
la Bretagne est sa contrée privilégiée, _Une Proposition_ (paysans de
Quimper) est peinte avec un naturel exquis; les accessoires sont
ravissants, et si les têtes des personnages avaient plus de finesse, ce
serait un délicieux tableau. Sous ce titre, _Douleur_, M. Fortin a rendu
une scène poignante: un paysan breton veille près du lit de mort de sa
femme. Comme exécution, tout le monde préférera _Douleur_ à une
_Proposition._

Sans être taxé d'admiration outrée, on peut avancer que M. Marilhat a
les honneurs de l'exposition, et que son envoi est jugé magnifique par
tout le monde. Quelle étendue de pays s'offre à nos regards! Continuons
nos recherches sans abandonner le célèbre paysagiste; suivons-le, en
partant de l'Auvergne, jusque sur les bords du Nil et dans la Syrie. Un
admirable panorama se déroulera devant nos yeux: _Une Vue prise en
Auvergne_ et _les Souvenirs des environs de Thiers_, présentent deux
effets différents qui rappellent, sous plusieurs rapports, les
chefs-d'oeuvre de Ruysdael; dans le premier tableau, l'orage avec ses
fureurs; dans le second, une paisible journée d'automne. _Le Souvenir
des bords du Nil_ a toutes les merveilleuses beautés que l'on remarque
ordinairement dans les paysages de M. Marilhat, la forme, la couleur, la
lumière. Un _Village près de Rosette_ a moins de charme peut-être, soit
que l'inspiration ait failli au peintre, soit que la nature ait ici plus
de monotonie. Le paysage est d'un vert bien foncé sur le premier plan;
une atmosphère brumeuse le couvre en entier; en revanche, les palmiers
sont peints avec habileté, et l'aspect général du village ravit les
yeux. _Les Arabes syriens en voyage_ sont un véritable chef-d'oeuvre
dans le genre. Comme on s'intéresse à la petite caravane, et comme on
voudrait s'attacher aux pas de ces indolents Arabes, commodément assis
sur leurs chameaux, emmenant avec eux leurs familles et leurs meubles.
_Une ville d'Égypte au crépuscule_ semble avoir été daguerréotypée, tant
il y a de vérité et d'exactitude dans le mirage; et cependant, tout
l'effet de ce paysage a de l'harmonie. N'est-ce pas bien là le silence
suprême du crépuscule? L'horizon a de l'immensité dans cette petite
toile, et l'esprit peut rêver à son aise devant cette magnifique
représentation de la nature. Le _Café sur une route de Syrie_ se fait
remarquer surtout par la lumière et par l'agrément des détails; ce
tableau est d'un bel effet. Enfin, la _Vue Prise à Tripoli_ couronne
l'oeuvre de M. Marilhat, pour qui le Salon de cette année est un
triomphe, et dont nous n'avons pu parler, dans la sincérité de notre
âme, qu'avec un point d'admiration au bout de chacune de nos phrases.

Les sujets arabes sont devenus à la mode, et, depuis notre conquête
d'Alger, la majeure partie de nos peintres a voulu visiter l'Afrique ou
l'Orient. De là une foule de tableaux à mosquées, de razzias, de
fontaines orientales. Qu’allons-nous devenir, s'il nous faut indiquer
avec quelques détails les progrès de cette nouvelle invasion d'Arabes?

Pour sa part, M. Théodore Frère a exposé deux tableaux africains: _Une
Caravane d'Arabes traversant le Rummel à gué_ (environs de Constantine),
et la _Rivière de Safsafh_ (environs de Philippeville). Donc, nous nous
promenons dans nos possessions, grâce à M. Théodore Frère. Le premier
tableau, que l'_Illustration_ reproduit, a un mouvement remarquable et
une vérité de tons peu commune; le second plaît par la disposition des
plans, bien que les lignes manquent un peu de largeur.

[Illustration: Environs de Constantine.--Une Caravane d'Arabes
traversant le Rummel à gué, par M. Théodore Frère.]

[Illustration: Vue prise à Tripoli, en Syrie, par M. Marilhat.]

[Illustration: La rue Hourbarych, au Caire, par M. Chacaton.]

M. Théodore Frère possède un talent qui grandira certainement avec le
temps, pourvu qu'il ne se laisse pas aller à l'exagération, pourvu que
son amour de la nature vraie ne le jette pas dans la peinture sèche et
aride. Cet écueil évité, nous osons le rassurer sur l'avenir. Son
_Portrait d'homme_ en pied est-il ressemblant? Nous l'ignorons, mais
nous savons qu'il est bien peint.

M. Philippoteaux a rendu aussi une visite aux Arabes. Le _Combat de
l'Oued-Ver_, livré le 27 avril 1840 par le duc d'Aumale à la tête des
chasseurs d'Afrique, lui a donné occasion de peindre un bon tableau.

_L'Avant-poste arabe_ a de la couleur; _le Rapt_ est ingénieux; _la
Razzia_ n'est pas moins bien composée que _le Combat de l'Oued-Ver_,
dans des proportions moindres. M. Philippoteaux a compris que les
campagnes,--ciels et terrains,--de ses tableaux devaient être chaudes et
colorées; c'est bien en Afrique que se passent les diverses scènes qu'il
nous représente. Si vous vous arrêtez devant _le Retour de Sédanais
après la bataille de Douzy_, vous comprendrez qu'il a lieu dans le Nord.
Le dernier tableau, exécuté dans les données connues du talent de M.
Philippoteaux, montre combien il a fait du progrès.

Néanmoins nous préférons les toiles arabes de M. Chacaton, car ce jeune
peintre a fait des progrès rapides. _Le Souvenir de la villa Borghèse, à
Rome_, pêche par un éclat trop conventionnel, et heureusement pour le
peintre, deux autres tableaux font vite oublier ce pastiche: ce sont la
_Rue Hourbarych, au Caire_, et _Une Fontaine arabe_. Le premier,
avantageusement placé dans le salon carré, est très-joli de composition,
outre le mérite de reproduction qu'on y remarque. Au milieu se trouve un
groupe de cavaliers posés d'une façon ravissante; ce tableau, sous le
rapport de la couleur, est le meilleur que M. Chacaton ait exposé cette
année. _Une Fontaine arabe_ fait briller son habileté ordinaire, mais la
composition en est un peu confuse, et nous avons eu besoin de recourir
au livret. «Une caravane, avant d'entrer dans le désert, vient faire
boire ses chameaux et remplir ses outres.» L'explication donnée avec la
plume par M. de Chacaton aide beaucoup à qui veut comprendre la scène
rendue par son pinceau. Ce tableau plaît singulièrement par la
disposition des groupes pris à part.

Force nous est de renoncer à entretenir les lecteurs de l'_Illustration_
des marines envoyées par M. Gudin, non à cause de leur peu de valeur
artistique, mais à cause de leur nombre. Le livret se charge d'expliquer
tout au long les sujets choisis par M. Gudin; quatre pages et demie sont
spécialement affectées à leur nomenclature raisonnée. Une page commente
_le tableau de la Mort de saint Louis_: une demi-page commente _la Vue
de la Chapelle de Saint-Louis_; une page relate la _Fondation de la
colonie de Saint-Christophe et de la Martinique_; une page et demie fait
savoir comment _Lasalle découvre la Louisiane_; reste une demi page pour
_l'Incendie du quartier de Péra, à Constantinople_, et pour _l'Équipage
du Saint-Pierre sauvé par un brick hollandais_: total, cinq pages et
demie. Nous renvoyons le lecteur au livret, en lui recommandant de
regarder avec attention _l'Incendie de Péra_, placé dans le salon carré.

Pour exercer le droit de critique vis-à-vis de M. Gudin, il faut se
résumer. Son talent, multiple et fécond, est arrivé à une hauteur peu
commune, mais il ne grandit plus, et quelques toiles signées du nom de
M. Gudin donnent prise à la sévérité.



Le dernier des Commis Voyageurs.

(Voir t. III, p. 70 et 86.)

III.

LE DOUBLE MYSTÈRE.

Au bruit qui se faisait à la porte de l'appartement, Jenny et Marguerite
venaient d'accourir; et cette scène, qui jusque-là s'était passée dans
l'ombre, se trouva inopinément éclairée. Impossible de rendre le
mouvement de surprise qui éclata à la fois chez les divers personnages
qui y jouaient un rôle. Jenny ne put contenir un cri étouffé; Marguerite
sentit la lampe qu'elle tenait vaciller dans sa main, elles deux hommes
en présence poussèrent une exclamation simultanée:

«Édouard!

--Le père Potard!»

Si chacun des acteurs ne se fût pas trouvé placé sous le coup de ses
propres émotions, il eût été impossible de ne pas remarquer le trouble
de la jeune fille et la pâleur soudaine qui se répandit sur son visage.
La mort, en la touchant, ne l'eût pas marquée d'une empreinte, plus
profonde. Heureusement l'effet de la surprise troubla le sang-froid
ordinaire du père Potard, et Jenny put se remettre de cette secousse
avant que des soupçons se fussent éveillés autour d'elle, ce qui lui
restait d'altération dans les traits fut facilement imputé à la frayeur,
et la jeune fille put se retirer dans sa chambre, le coeur plus
tranquille, pendant que le troubadour et l'homme qu'il avait si rudement
colleté échangeaient des explications sur leur singulière rencontre.

«Parbleu! s'écria Potard, voilà une aventure. C'est donc vous, Édouard
Beaupertuis! Ma foi, oui, c'est vous!»

Le jeune homme avait eu le temps de composer son maintien, et il
répondit d'une voix assez calme:

«Moi-même, monsieur; et il me semble que vous auriez pu avoir plus
d'égards pour les parements de mon habit, ajouta-t-il en lui montrant
ses vêtements fort endommagés par la lutte.

--J'en suis désolé, mon cher; mais dans ce moment-là je vous aurais mis
en charpie. Savez-vous pour qui je vous prenais?

--Non, ma foi!

--Pour un voleur, pour un infâme voleur!

--Monsieur!...

--Ne vous fâchez pas! C'est un malentendu qui peut arriver au plus
honnête homme. N'empêche que j'aurais eu tout à l'heure un plaisir
infini à vous massacrer. J'étais monté en diable!

--Je m'en suis aperçu, monsieur.

--Que voulez-vous! la nuit, on tape où l'on peut. Vous êtes heureux de
vous en tirer à aussi bon compte; j'avais soif de sang humain, j'aurais
bu dans votre crâne. Le ciel ne l'a pas permis... Mais oublions cela,
jeune Beaupertuis; venez dans la salle à manger pour vous remettre. Le
combat, est fini; il ne reste plus qu'à panser les blessures.
Marguerite, une fiole et deux verres.»

Les paroles avaient été échangées avec rapidité, et c'est à peine si
Édouard Beaupertuis avait pu placer quelques monosyllabes. Il avait
compris que tous les droits étaient du côté de Potard, en sa qualité de
maître du logis. Évidemment surpris par les incidents qui venaient de se
passer, on voyait qu'il se tenait sur ses gardes et luttait contre un
embarras intérieur. Il suivit machinalement le troubadour, s'assit avec
lui à une table, et accepta un verre de bière. L'entretien eût langui si
Potard n'avait eu soin de le relever.

«A présent que vous vous êtes un peu remonté le moral, dit-il,
expliquez-moi donc, jeune Beaupertuis, ce que vous faisiez tout à
l'heure sur le palier de cet appartement. Je suis curieux de
l'apprendre.»

Édouard était préparé à cette question, et cependant il ne put se
défendre d'un peu d'hésitation avant que d'y répondre. Il se décida
enfin, et prenant un ton plus familier;

«Mais il me semble, père Potard, répliqua-t-il, que vous deviez vous
attendre à ma visite.

--Tiens, c'est moi que vous veniez voir, Beaupertuis?

--Et qui serait-ce?

--Vous comptiez me trouver ici?

--Sans doute, père Potard.

--Voilà qui est étrange, poursuivit le troubadour en devenant plus
soucieux; oui, jeune homme, ceci est étrange. A neuf heures du soir,
sans vous tromper de porte. Diable! vous avez la main heureuse.

--Vous m'y aviez engagé, père Potard; souvenez-vous donc de ce que vous
me dîtes sur les Terreaux avant de nous séparer: place Saint-Nizier,
maison du boulanger, au troisième; ne manquez pas de me venir voir. Eh
bien! me voici!

--Vous voici au sixième, jeune Beaupertuis, et dans ma maison où il n'y
a point de boulanger. Je vous avais donné une fausse adresse, farceur.
Le père Potard n'est visible qu'au dehors; chez lui, jamais.»

Édouard comprit qu'il s'était enferré, et qu'il lui serait plus
difficile de sortir de ce mauvais pas qu'il ne l'avait d'abord cru. Il
balbutia quelques excuses; mais le troubadour l'interrompit et lui dit
avec un air sérieux:

«Jeune homme, pas de mauvaises défaites! On ne fait point aller le père
Potard comme le dernier des conscrits. Voyons, de la franchise. On vous
a suivi ce soir dans votre campagne du haut en bas de l'escalier, voici
près de deux heures que j'ai l'oeil sur vous. Je vous ai vu dans
l'allée, au premier, au second, et ainsi de suite, jusqu'au sixième
étage; je vous ai aperçu dans la chambre en face: j'ai suivi tout votre
manège, et ce n'est pas à moi que vous en donnerez à garder. Je suis
indiscret peut-être, mais j'ai mes raisons pour cela. Expliquez-vous
avec sincérité.»

La situation de Beaupertuis devenait de plus en plus embarrassante; mais
cet embarras même sembla lui rendre sa présence d'esprit. La vieille
Marguerite venait d'entrer dans la pièce où se trouvaient les deux
interlocuteurs; par un signe, le jeune homme fit comprendre au
troubadour qu'il ne pouvait, devant un tiers, entrer dans de plus amples
confidences; puis, quand la servante, après avoir achevé son service, se
fut retirée, il se leva, ferma la porte avec une espèce de solennité,
et, de retour à sa place, il ajouta gravement et à demi-voix:

«Père Potard, je vous crois un honnête homme.

--Je m'en flatte, Beaupertuis.

--Eh bien! sous le sceau du secret, je vais vous confier un mystère de
ma vie. Jurez-moi que ce que je vous dirai mourra dans votre oreille.

--Je vous le jure, jeune homme. Muet comme une tombe, vous pouvez y
compter. Allez, j'en ai gardé d'autres.

--Sachez donc, père Potard, que je poursuis une aventure avec une grande
dame de la ville, avec une comtesse de la place Bellecour, tout ce qu'il
y a de plus empanaché.

--Vous en êtes bien capable, répliqua le troubadour en souriant de ce
début; bien capable, et elle aussi. Cela me rappelle une certaine
marquise d'Arcis-sur-Aube, qui remonte pour moi à 1817 ...»

Les souvenirs anacréontiques abondaient dans la vie du troubadour, et
toutes les fois qu'on le mettait sur ce terrain, il sentait renaître ses
passions d'autrefois, et s'imaginait devoir reverdir les myrtes de sa
jeunesse. Édouard Beaupertuis ne pouvait choisir une diversion plus
heureuse aux soupçons vagues dont il était l'objet. Aussi reprit-il
toute son assurance.

«Vous le savez, père Potard, ajouta-t-il, l'amour vit de mystère; et,
pour cacher cette intrigue à tous les yeux, il a fallu s'entourer de
grandes précautions.

--A qui le dites-vous, jeune homme! C'est comme moi à Bar-sur-Seine,
pour la femme d'un pharmacien. Dans une cave, mon cher, dans une cave!
au milieu des drogues infectes de l'époux et sans le moindre luminaire!
On a bien raison de dire que la passion est aveugle. Achevez votre
récit; c'est plein d'intérêt.

--Il a donc fallu choisir en ville un lieu de rendez-vous, père Potard,
un quartier sûr, populeux, une maison à double entrée. C'est ici que le
hasard m'a conduit, sous votre propre toit; c'est dans cette chambre où
vous m'avez aperçu...

--Je vous comprends! Épargnez-moi le reste! Vous êtes un heureux coquin,
jeune Beaupertuis; mais pourquoi ne pas me dire cela tout de suite?

--Père Potard, un galant homme ne fait de semblables aveux qu'à la
dernière extrémité.

--Vous avez raison, Beaupertuis: c'est comme moi à Châlons-sur-Marne;
une aventure des plus burlesques avec l'épouse d'un notaire. Un jour il
y a alerte, surprise; je m'évade et me donne de l'air; mais le pan de
mon habit reste pris dans une porte. Que faire? Il s'agit de sacrifier
un frac neuf ou une pauvre femme. Je n'hésite pas une seconde; j'immole
le frac sur l'autel de ses charmes, et quitte la Champagne avec une
basque de moins. Voilà ce qui s'appelle agir en chevalier français. Il
paraît que nous sommes de la même école.»

Le père Potard était de nouveau lancé, et il n'y avait plus d'effort à
faire pour lui donner le change. De la femme du notaire il passa à la
femme d'un passementier, raconta ses amours d'auberge es ses amours du
grand monde, composa une suite d'aventures dont il était le héros, et où
il jouait le rôle d'un Amadis et d'un Galaor; le tout entrecoupé de
quelques refrains, comme ceux-ci, par exemple:

        Lisette seule a le droit de sourire
        Quand je lui dis: Je suis indépendant.

Ou bien:

        Allons, ma belle,
        Paie à ton tour
        D'un peu d'amour
        Le troubadour.

«Beaupertuis, ajouta-t-il, vous êtes jeune, prêtez l'oreille à votre
ancien. Moi aussi j'ai été jeune, très-jeune; personne n'a été plus
jeune que moi. La vie sans amour est une pipe sans feu. En voyage, il
faut des femmes comme il faut des relais; autrement l'existence est un
vrai désert de Saharah. Encore dans le désert trouve-t-on des caravanes
de chameaux. Règle générale, le voyageur digne de ce nom se ménage un
caprice, par arrondissement; c'est le moins qu'il puisse, faire pour le
sentiment et sa dignité d'homme.»

Potard eût parlé longtemps ainsi sans être interrompu dans ses
excursions sur les domaines de la galanterie; Beaupertuis ne l'écoutait
que machinalement et s'abandonnait à ses popres réflexions. Pour peu
qu'on ait suivi ce récit avec quelque soin, on aura pu s'assurer de deux
choses: la première, c'est qu'Édouard était un habitué de cette maison:
la seconde, c'est qu'il ne s'attendait pas à y trouver le père Potard.
De stratagème en stratagème, il était parvenu à donner à ce dernier une
explication satisfaisante; mais il lui restait à éclaircir l'autre
partie du mystère. A quel titre le troubadour se trouvait il là, entre
ces deux femmes? Était-ce comme maître un comme commensal? Quels droits
avait-il sur cette jeune fille? Ces idées se pressaient dans l'esprit
d'Édouard, et un doute pénible venait s'y mêler. Sous l'empire de cette
préoccupation, il essaya de renverser les rôles, et de mettre son ancien
sur la sellette.

«Père Potard, lui dit-il, vous êtes en fonds pour les vieux péchés; ce
n'est pas d'aujourd'hui que votre réputation est faite; vous avez jonché
la France de victimes, on sait cela.

--Merci, Beaupertuis, vous rendez justice à vos maîtres; c'est d'un bon
naturel. La jeunesse est si présomptueuse à présent!

--Il me semble pourtant, troubadour, que de tous vos exploits, vous
oubliez le plus beau. Sur les grandes routes, on peut ne pas se montrer
toujours délicat; mais ici, corbleu! vous roulez, sur du choisi. Je vous
en fais mon compliment, c'est la fleur des pois.»

Ces paroles, prononcées avec une légèreté qui cachait mal un profond
dépit, opérèrent un changement à vue dans la physionomie du voyageur.
D'épanouie qu'elle était, elle devint tout à coup sombre et inquiète.

«Pour l'amour de Dieu, jeune homme, ne parlons pas de ça. Plaisantez
Potard pour tout ce qui dépasse le seuil de cette porte, c'est bien; il
s'y prêtera, il fera chorus. Potard au dehors sera toujours Potard,
Potard le noceur, le balochard, le joyeux compère, toujours prêt à
chanter la mère Godichon en troubadour qu'il est. Oui, à mort,
Beaupertuis, jusqu'à extinction de chaleur naturelle et d'_ut_ de
poitrine! Mais ici, ajouta-t-il avec un accent plein d'amertume, ici
rien, s'il vous plaît; rien sur cette maison, rien sur ce que vous avez
pu y voir. Le hasard vous y a fait entrer; oubliez tout, je vous en
conjure.

--Une si jolie fille, ce sera difficile, père Potard.

--Cessez ce langage, jeune homme, reprit le voyageur en prenant la main
d'Édouard et la serrant avec vivacité; cessez ce langage, ou nous nous
fâcherons. Vous avez un mystère dans votre vie; moi, j'en ai un aussi
qu'un seul homme au monde devra un jour connaître, et cet homme, ce
n'est pas vous. Écoutez, voulez-vous que nous restions en de bons
termes? ajouta-t-il d'un ton suppliant.

--Mais sans doute, père Potard, répondit le jeune homme, touché malgré
lui.

--Eh bien! jurez-moi de rayer cette soirée de votre mémoire, de ne m'en
plus parler, de n'en parler à personne au monde.

--Comme vous êtes solennel!

--Le jurez-vous?

--Mon Dieu, très-volontiers.

--Merci, jeune Beaupertuis, vous êtes un galant homme; mais il me faut
encore une promesse.

--Laquelle? Vous êtes exigeant aujourd'hui.

--C'est que vous ne chercherez plus à remettre le pied ici. Restons
chacun sur nos terres, et point d'excursions, s'il vous plaît. Vos
grandes dames en seraient trop jalouses.»

Après avoir prononcé ces mois, Potard se leva pour faire comprendre à
Édouard que la séance était terminée, il prit lui-même une lampe et
accompagna le jeune homme jusqu'à la porte de la maison, où ils
échangèrent un adieu en apparence cordial. Cependant, au moment de se
séparer, l'un et l'autre trahirent leur pensée par quelques paroles qui
moururent sur leurs lèvres.

«Un mystère! Eh bien! je le saurai malgré toi, vieux satyre, se dit
Beaupertuis.

--Ce jeune homme en a trop vu! Il faudra changer de logement,» se dit le
prudent Potard.

Quand le troubadour fut remonté, il voulut s'assurer si Jenny était
remise de ses frayeurs. La jeune fille n'avait pas quitté sa chambre, et
Marguerite venait de s'y asseoir à ses côtés avec son rouet. Potard les
trouva toutes les deux fort tranquilles; la physionomie de Jenny avait
même quelque chose de plus gai et de plus épanoui que de coutume.

«Eh bien! dit le voyageur en déposant sa lampe sur une chiffonnière,
voilà une soirée fertile en événements. Il l'a tout de même échappé
belle, ce jeune homme; un coup de pouce de plus et je l'étranglais.
J'étais si monté!

--Ce n'est donc pas un voleur? répondit Jenny en retenant avec peine un
sourire.

--Au contraire, c'est un très-galant homme, le fils d'un de nos
fabricants de châles; premier crédit; fameux papier!

--Le fils d'un fabricant! s'écria la jeune fille en relevant la tête. En
êtes-vous bien sûr, bon ami?

--C'est connue je le dis, ma petite.

--D'un fabricant de châles! ajouta-t-elle, redevenue rêveuse et
inquiète.

--Châles, soieries et nouveautés, reprit Potard; de gros faiseurs qui
ont maison à Londres et aux États-Unis, les Beaupertuis.

--Les Beaupertuis, bon ami; et ce jeune homme est un Beaupertuis?

--Édouard Beaupertuis, ma petite, un charmant enfant que, j'ai connu en
voyage; pauvre chanteur, mais beaucoup de moyens. Mais qu'est-ce que tu
as donc, Jenny? on dirait que tu vas passer. Comme te voilà pâle!

--Ce n'est rien, bon ami; l'émotion de tout à l'heure, l'idée que tel
homme, pouvait être, un voleur...

--Un voleur de coeurs, ma mignonne; c'est son genre d'industrie. Il
paraît que le gaillard s'en acquitte à merveille.

--Vous plaisantez toujours, dit la jeune fille de plus en plus troublée;
un voit que vous fréquentez les mauvais sujets, non ami.

--Allons, voilà que tu me grondes. Eh bien! tu as raison, je ne devrais
pas tenir de ces propos. Que veux-tu, petite? à cinquante ans on ne se
refait pas.

--C'est donc un coureur que votre Beaupertuis? reprit la jeune fille,
qui semblait craindre l'effet de ses scrupules et désirait prolonger
cette confidence.

--Un coureur? pas précisément, Jenny; il paraît au contraire qu'il
entretient une grande passion, une passion volcanique.

--Vraiment!...

--Oui; et c'est pour cela qu'il montait la garde dans l'escalier. Règle
générale, une passion véritable est la compagne des factions infiniment
prolongées.»

A ces mots les deux femmes, par un mouvement spontané, se regardèrent et
jetèrent ensuite les yeux sur Potard, comme si elles eussent craint un
piège. Celui-ci continua de l'air le plus naturel du monde:

«Au fait, l'objet en vaut la peine.

--Mon Dieu, bon ami, dit Jenny avec la mort dans l'âme, comme vous nous
faites soupirer après les choses. Au fond, qui se soucie de votre
Beaupertuis? ajouta-t-elle avec un peu d'emportement.

--Allons, petite, ne te fâche pas; j'ai voulu plaisanter. Les femmes
sont si curieuses! Voici l'affaire en quelques mots: le Beaupertuis a
une intrigue avec une grande dame.

--Une grande dame! s'écria Jenny, frappée au coeur.

--Une dame de Bellecour, poursuivit Potard. Il est entré avec moi dans
les plus grands détails: une dame à panaches, un morceau de choix. Il
faut dire qu'il est très-bien, ce jeune homme!»

La jeune fille ne put pas en entendre davantage; elle était à bout des
efforts qu'elle avait faits pour se vaincre. Son visage se décomposa, un
frisson violent se déclara dans tous ses membres, ses dents se
choquèrent avec une vivacité convulsée et elle tomba étendue sur le
parquet, mourante et sans mouvement. Marguerite courut chercher de l'eau
fraîche, et Potard, en donnant les premiers soins à la malade, dit à
demi-voix:

«Je m'en doutais: il y a quelque chose là-dessous. Pourvu que je suis
arrivé à temps!»

XXX

(La suite à un prochain numéro.)



Mont-de-Piété-de-Paris,

L'administration du Mont-de-Piété de Paris vient de publier le compte
rendu de ses opérations pour l'exercice 1842. Les résultats sont plus
importants encore que ceux de l'année 1841, que nous avons fait
connaître à nos lecteurs dans le numéro de _l'Illustration_ du 29 avril
1843.

Toutes les opérations concernant les prêts sur nantissement sont
accomplies soit directement, au chef-lieu, à la succursale ou dans les
bureaux auxiliaires, soit par l'entremise des commissionnaires. En voici
le tableau sommaire:

[Tableau]

MOYENNE DES OPÉRATIONS DIRECTES.

Engagements.              25 fr.
Renouvellements          50
Dégagements               17

MOYENNE DES OPÉRATIONS PAR COMMISSIONNAIRES.

Dégagements               16 fr.
Renouvellements          24
Dégagements               16

Les engagements effectués en 1842 présentent, sur ceux de l'année
précédente, un accroissement de 73,557 articles et une augmentation en
sommes de 1,863,557 fr. Cependant ces deux chiffres ne sont pas
l'expression d'une progression suivie. En effet, l'année 1841, comparée
à l'année 1840 offrait dans les dépôts un abaissement de 114,025
articles, et, dans les sommes prêtées, de 988,744 fr. Pour assigner un
chiffre à une progression qui est réellement sensible, il faut grouper
les quatre années de 1839 à 1842, et l'on trouve qu'un peut pour
attribuer à chacune, en moyenne, sur 1938, un accroissement de 47,816
articles, représentant la somme de 1,568,473 fr.

La somme totale des engagements en 1842 est la plus élevée qui se soit
encore produite au Mont-de-Piété, elle a dépassé _vingt-cinq millions_.
La moyenne des prêts effectifs, qui était, en 1840 de 15 fr. 21 c., en
1841, de 15 fr. 85 c., a été, en 1842, de 16 fr. 41 c., soit 50 c. de
plus par article.

La moyenne générale des dégagements a été de 16 fr.

Si aux entrées du Mont-de-Piété, soit 1,120,394 articles pour 25,318,134
fr.

Nous ajoutons les sorties, y compris les renouvellements, soit 1,368,296
articles pour 24,037,620 fr.

Nous obtenons, comme mouvement du Mont-de-Piété, 2.788,690 articles pour
49,655,751 fr.

Le Mont-de-Piété prête à partir de trois francs et au-dessus. Le tableau
suivant indique le nombre et la quotité des prêts.

                    PRÊTS CLASSÉS PAR SÉRIES.

                                  Articles           Sommes
        de 3 à 5 fr.          611,700          2,152,852 fr.
        de 6 à 10 fr.        366,909          2,937,380
        de 11 à 20 fr.       171,186          2,684,810
        de 21 à 30 fr.        81,501          2,195,978
        de 31 à 40 fr.        48,785          1,695,396
        de 41 à 50 fr.         37,828          1,766,767
        de 51 à 100 fr.       74,511          5,240,095
        de 101 à 200 fr.     11,849          1,680,233
        de 201 à 500 fr.     11,666          5,264,807
        de 500 à 1,000 fr.      660            485,210
        de 1,001 à 5.000 fr.   143            729,365
        de 5,001 fr. et
                  au-dessus.       26             185,213
                         ____________________________
        total               1,520,394        25,318,134

En 1839, la proportion des engagements effectués directement par le
public était sur la totalité de 9 pour cent seulement; elle s'est
élevée, en 1840 à 12 pour 100; en 1841, à 17 pour cent; en 1842, à 18
pour 100. Cette augmentation est due à la création de deux bureaux
auxiliaires.

Cette amélioration apportée dans le service du Mont-de-Piété est
très-avantageuse pour le public. Quelques explications le feront
comprendre.

Le Mont-de-Piété de Paris, créé en 1777, ne se composait d'abord que de
l'établissement situé rue des Blancs-Manteaux. La plus grande partie des
personnes qui se trouvaient dans la nécessité d'y recourir perdaient, à
raison de leur éloignement, un temps d'autant plus précieux qu'elles
étaient plus pauvres. On autorisa donc l'ouverture de vingt bureaux de
commissionnaires qui devaient, moyennant des droits déterminés, servir
d'intermédiaires entre les emprunteurs et le Mont-de-Piété. Cet état de
choses dura jusqu'à la révolution.

Fermé à cette époque, le Mont-de-Piété fut réorganisé par le décret du
21 messidor an XII et soumis, le 8 thermidor an XIII, à un règlement qui
le régit encore aujourd'hui. Ni le décret, ni le règlement ne parlent
des bureaux des commissionnaires, ils ne font mention que des
succursales à créer. L'intention formelle de la loi était de mettre le
public à même de s'adresser directement au Mont-de-Piété, afin de lui
épargner les frais de commission. L'insuffisance des fonds nécessaires à
l'établissement des succursales obligea cependant l'administration à
recourir aux commissaires; mais cette mesure provisoire ne fut prise
qu'en attendant que des circonstances plus favorables permissent de s'en
passer.

L'esprit de routine, une direction inintelligente, pour ne pas dire
plus, la situation précaire du Mont-de-Piété, des influences étrangères
à la bienfaisance, ont fait longtemps fermer les yeux sur les abus qui
ressortent, pour l'ordre public et pour les emprunteurs, de
l'institution des commissaires. Il a fallu près de quarante ans pour
s'apercevoir, d'une part, que des industriels qui ne sont mus que par le
désir de s'enrichir aux dépens des pauvres, n'offrent, en général, que
peu de garantie, et à la société et aux emprunteurs; que leur extrême
facilité à recevoir des nantissements favorise trop souvent le vol et la
débauche et égare l'imprévoyance; et d'autre part, que les commissions
perçues en vertu d'un droit fixe et relatif à chaque opération, quelle
qu'en soit la durée, et aussi élevé pour un prêt d'un seul jour que pour
un prêt d'une année, sont une charge fort onéreuse pour le publie.

En admettant que tous les Commissionnaires soient d'une probité
parfaite, qu'ils ne se permettent pas de prélever des droits qui ne sont
pas dus, qu'ils ne spéculent pas sur la misère et les mauvaises
passions, qu'ils apportent dans leurs opérations une surveillance
consciencieuse et sévère, il n'en est pas moins évident que les
emprunteurs auraient un grand avantage à ne pas elle obligés de se
servir de leur intermédiaire, qui renchérit considérablement le prêt.

L'administration du Mont-de-Piété l'a compris, un peu tard, il est vrai.
En 1839 et 1840 elle a établi deux bureaux auxiliaires de prêt gratuits
en ce sens qu'ils ne perçoivent pas de droits de commission, mais
seulement le droit général de 9 pour cent par an. Depuis le 1er janvier
1843, le premier mois se paie en entier au taux de 3/4 pour 100. Après
le premier mois, le droit se prélève par quinzaine aux taux de 3/8 pour
100.

Les droit des commissionnaires sont ainsi fixés:

2 pour cent pour enregistrement,
2 pour cent pour renouvellement,
1 pour cent pour dégagement,
I pour cent pour perception de boni.

Les opérations directes économisent ces frais aux emprunteurs. Un
exemple prouvera combien, sous ce rapport, les bureaux auxiliaires sont
utiles.

Soit un prêt de 9 fr. pour quinze jours;

Le Mont-de-Piété prélève                                                5 c.
Le commissionnaire pour engagement et dégagement     30
Total                                                                            35 c.

Sur 35 centimes, le commissionnaire prend donc pour sa part 30 centimes.
Supposons que ce prêt se renouvelle tous les quinze jours, le prêt aura
coûté à l'emprunteur, au bout de l'année:

Pour droits de Mont-de-Piété.                1 fr.   20 c.
Pour droits de commissionnaire.            7       20
Ensemble.                                             8 fr.   40 c.

Or, les 7 fr. 20 c. perçus par le commissionnaire représentent plus de
vingt-cinq kilogrammes de pain.

Bien que l'emprunteur éprouve un véritable préjudice à employer le
commissionnaire, il ne peut cependant s'en passer, attendu que la perte
de temps qui serait la conséquence de son recours direct au
Mont-de-Piété, entraînerait pour lui un dommage encore plus grand en le
privant, s'il est ouvrier, par exemple, du salaire de sa journée.

Avant l'établissement des bureaux auxiliaires, la comparaison des
opérations faites directement par les emprunteurs avec les opérations
faites par l'entremise des commissionnaires, donne les résultats
suivants:

Engagements directs              9 pour 100
Par commissionnaires            91
Renouvellements directs        40 pour 100
Par commissionnaires            60
Dégagements directs             44 pour 100
Par commissionnaires           56

Les deux bureaux auxiliaires ont déjà changé cette proportion. En 1842,
elle est, savoir:

Engagements directs             18 pour 100.
Par commissionnaires            82
Renouvellements directs        44 pour 100.
Par commissionnaires            56
Dégagements directs             52 pour 100.
Par commissionnaires            48

La somme totale perçue par les commissionnaires est, pour Cette dernière
année, de 41,285 fr. 64 c.

La création de bureaux auxiliaires en nombre suffisant fera disparaître
complètement les inconvénients attachés aux bureaux des
commissionnaires. Placés à la portée de tous, ils présenteront les mêmes
facilités d'engagement et de dégagement aux emprunteurs, qui gagneront
en outre les droits du commission.

L'expérience des deux bureaux auxiliaires établis a engagé
l'administration à demander l'ouverture d'un troisième.

Cette mesure se généralisera promptement, nous l'espérons du moins, et
pourra faire jouir de ses avantages tous les quartiers de Paris. C'est
un service que le conseil d'administration du Mont-de-Piété est appelé à
rendre à la population pauvre.

Les ressources du Mont-de-Piété lui permettent d'y consentir les avances
nécessaires. Nous disons les avances, parce que les deux bureaux, loin
d'être à charge à l'administration, ont produit pour 1842 et les deux
premiers mois de 1843 un excédent de recettes de plus de 23.000 francs.

D ailleurs, jamais la situation financière du Mont-de-Piété n'a été
meilleure. Le solde de compte des profits et pertes présente, en
bénéfices à verser dans la caisse des hospices pour l'exercice de 1842,
une somme de 334,152 fr. 11 c.

En approchant cette somme de la moyenne que présentent les bénéfices
d'exploitation pendant les cinq dernières années, de 1837 à 1841
compris, on trouve, sur cette moyenne, une augmentation de 677,109 fr.
17 c.

Voici la récapitulation de ces cinq années:

        1837, bénéfices:        176,766 fr. 63 c.
        1838                        198,712     52
        1839                        195,511     86
        1840                        331,215     58
        1841                        429,979     85
                              ___________________
          Total                  1,335,216 fr. 24 c.

La somme des bénéfices de 1842 montant à     334,152 fr. 41 c.
Et la moyenne des cinq années à                      267,013     24
Il y a en faveur de 1842 un excédent de             67,109 fr. 17 c.

Si aux bénéfices ci-dessus énoncés, soit 334,152 fr. 41 c.

On ajoute la somme payée dans l'année aux hospices pour la
liquidation des bonis de 1837, soit 85,128 fr. 74 c.

On trouvera un chiffre total de 119,881 fr. 15 c. d'excédant de recette
sur la dépense.

Le Mont-de-Piété peut donc faire les avances qu'exige l'établissement
des bureaux auxiliaires. La suppression des bureaux de commission sera
tout à la fois un hommage rendu à la morale et un immense service rendu
aux classes nécessiteuses.



ARITHMÉTIQUE PITTORESQUE, PAR CHAM.

[Illustration: Manière de retenir un Nombre.]

[Illustration: Première Leçon.]

[Illustration: Calcul de tête.]

[Illustration: Unité.]

[Illustration: Une moitié de vin (de 20).]

[Illustration: Centaine.]

[Illustration: Addition.]

[Illustration: Soustraction.]

[Illustration: Multiplication.]

[Illustration: Division.]

[Illustration: Règle d'Alliage.]

[Illustration: Fractions.]

[Illustration: Extraction de la Racine carrée.]

[Illustration: La table de multiplication.]

[Illustration: Règle de Trois.]

[Illustration: Règle d'intérêt.]

[Illustration: Des mesures et l'unité de grandeur.]

[Illustration: Règle de Société.]

[Illustration: Une Puissance carrée.]



Bulletin bibliographique.

_Du pouvoir de l'État sur l'Enseignement_, d'après l'ancien droit public
français; par M. _Troplong_, conseiller à la Cour de cassation, membre
de l'Institut.--Paris, 1844. _Charles Hingray_, 1 vol. in-8. 7 fr. 50.

En retraçant dans ce mémoire, lu à l'Académie des Sciences morales et
politiques, les principes de notre ancienne constitution sur le droit
d'enseigner, M. Troplong n'entend rien préjuger sur la question toute
moderne de la liberté d'enseignement. Il a seulement voulu traiter un
point d'histoire qui a joué un grand rôle dans les écrits des casuistes
et des jurisconsultes d'autrefois, et qui se lie à ses études favorites
sur la marche et les progrès de notre droit public et privé.

Cette déclaration faite, M. Troplong entre immédiatement en matière par
un aperçu des principes et des faits dans le dernier état de l'ancien
droit. Les bornes qui nous sont imposées nous interdisent
malheureusement de le suivre pas à pas dans cette savante et lumineuse
dissertation, depuis les lois romaines jusqu'à nos jours. Le résumé
suivant, emprunté à son dernier chapitre, fera mieux comprendre
d'ailleurs que notre analyse toute l'importance du beau travail dont
l'Académie des Sciences morales et politiques avait écouté avec tant
d'intérêt la longue lecture, et dont la publication a obtenu un si
légitimé succès.

«L'enseignement, dit M. Troplong, est, d'après les principes essentiels
de l'ancien droit public, un droit de la couronne. Il est reconnu et
proclame que l'un des principaux objets du gouvernement est de veiller à
l'éducation de la jeunesse, et que c'est là un des points les plus
importants à la conservation de la monarchie. De là le droit acquis à la
puissance publique, de diriger l'éducation des collèges existant en
dedans ou en dehors des universités, de la maîtriser dans des voies
conformes aux principes du gouvernement. De là cette maxime si souvent
consacrée par les édits et les arrêts, que nulle école, grande ou
petite, ne peut s'établir en France que par le bon plaisir du roi.

Si, dans un temps plus reculé, ce droit est demeuré suspendu et comme
assoupi; si l'Église a été alors en possession de répandre les lumières
et l'enseignement, il n'est résulte de là qu'un déplacement provisoire
et passager du droit d'enseigner, que l'occupation accidentelle d'une
fonction qui ne doit jamais vaquer; mais non pas une prescription de
nature à dépouiller l'État d'une prérogative imprescriptible.

«Bientôt, en effet, l'État reparaît et il revendique l'enseignement
comme sa propriété, comme son droit. L'Église entend ce langage; elle se
soumet; elle accepte la sécularisation des universités comme un fait
social inévitable; elle continue à laisser dans ces écoles respectées la
pépinière de ses jeunes disciples. En même temps, l'instruction publique
prend, sous la main du pouvoir civil, une organisation plus uniforme et
plus régulière. Les universités, relevant immédiatement du gouvernement
central, reçoivent des édits et des arrêts une impulsion réformatrice
plus immédiate, plus constante, plus efficace. Au milieu d'elles s'élève
l'université de Paris, avec le titre de mère de toutes les autres, avec
le droit d'intervenir dans tous les débats qui intéressent
l'enseignement public, avec un patronage qui établit entre les
universités du royaume une communauté d'intérêts, un esprit de corps, un
principe d'unité et de hiérarchie.

«Les universités sont privilégiées pour l'enseignement académique; elles
conservent, sous le gouvernement de la puissance séculière, les
fonctions exclusives et le monopole légal dont elles ont été investies
pendant le règne de la puissance ecclésiastique. Car il est à remarquer
que, dans les phases diverses que le droit d'enseigner a subies depuis
l'empire romain jusqu'à la révolution de 1789, il est invariablement
resté une fonction publique, une délégation du pouvoir dominant, et, par
conséquent, un privilège attaché à certains corps, et, en dernier lieu,
aux universités. L'État et l'Église n'ont pas en deux manières de le
considérer dans l'ancien régime; et la liberté d'enseignement est une
idée moderne dont notre ancienne société n'eut jamais conscience.

«Cependant une compagnie célèbre par sa vocation pour l'enseignement,
ayant apporte en France ses collèges, ses statuts, ses plans nouveaux,
des tentatives sont faites par elle pour partager avec les universités
établies les études académiques; et, sous prétexte d'une, agrégation
impraticable, elle demande à être elle-même une université. Ce n'est pas
la liberté, pour tous qu'elle réclamé; c'est une extension de privilège,
une participation au monopole légal, une communication du pouvoir de
l'État. Bientôt les évêques élèvent la même prétention pour les
séminaires que leur ont donnés le concile de Trente et les ordonnances
de nos rois. Cette tentative était périlleuse pour les universités; il y
allait de leur existence. Tout aurait été université, excepte les
universités mêmes; et le droit de la puissance publique, qu'elles
résumaient et représentaient, si parfaitement et avec tant de fidélité,
courait risque d'être surpris, fausse, renversé. Mais le gouvernement
veillait; les magistrats étaient à leur poste, et la prorogative de la
puissance publique resta dans son intégrité.

«Ce conflit des séminaires et des universités est le dernier auquel nous
fasse assister l'histoire de l'ancien droit public. La solution qui le
termina est l'éclatante démonstration de ce principe, que depuis que
l'État est arrive à une organisation fixe et régulière, l'enseignement a
été, dans notre ancienne constitution, un droit régulier, et, ce qui est
la même chose, une branche de la puissance publique, un élément du
pouvoir social.

«Je m'arrête ici, dit M. Troplong en terminant; oubliant les tentatives
impuissantes de la révolution, je m'arrête, dis-je, sur le seuil de
l'empire, qui recueillit les traditions des anciennes universités, pour
construire sur leurs débris une université embrassant son unité
vigoureuse toutes les parties du territoire et tous les degrés de
l'enseignement. Il ne m'appartient pas de rechercher dans cette Académie
si un droit nouveau doit sortir de la charte de 1830 et prendre la place
de celui dont je viens de donner l'exposé, sans m'écarter de l'histoire
et sans que le respect que nous devons avoir ici pour l'entière
indépendance du présent nous empêche d'être juste pour le passé; je me
bornerai à dire, à l'honneur de l'ancien système d'enseignement, que
c'est dans cette université de Paris, fille aînée, mais fille toujours
mineure de nos rois; que c'est aussi dans les autres universités du
royaume, ses rivales en émulation pour les sciences et en dévouement à
la couronne, que se sont préparés pour le service de l'État et pour la
gloire des lettres tant de magistrats illustres, de prélats éminents, de
savants et de génies incomparables, qui ont porté si haut l'éclat et la
réputation du nom français.»

_Voyages autour du Monde et Naufrages célèbres_. Voyages dans l'Amérique
espagnole pendant les guerres de l'indépendance; par le capitaine G.
Lafond (de Lurcy), membre de la Société de géographie. Tome 1er. Un beau
volume in-8 sur jésus, avec gravures.--Paris, 1843. Chez _Pourrat
frères_.

Voici le commencement d'un fort bel ouvrage, en tête duquel M. de
Lamartine, en réponse à la dédicace de l'auteur, a bien voulu mettre ce
gracieux passe-port: «J'aime passionnément les voyages; c'est la
philosophie qui marche. Les vôtres m'ont instruit et charmé. Vous savez
voir, sentir et peindre; comment ne pas vous suivre à travers le monde?»
Qui donc ne voudra, comme M. de Lamartine, être instruit et charmé par
les récits de ce voyageur qui sait si bien voir, sentir et peindre? La
fortune de l'ouvrage est donc assurée; et franchement, tout en faisant
la part de ce qu'il faut mettre sur le compte d'une indulgente
courtoisie de la part du grand écrivain, c'est un livre à la fois
agréable et intéressant que celui du capitaine Lafond, dont nous avons
sous les yeux le premier volume. Nous avions le projet d'en esquisser
nous-mêmes une analyse générale; mais il nous semble que nous ne pouvons
mieux faire que d'emprunter textuellement à son premier chapitre
l'exposition de son sujet et de son plan; nous y trouverons l'avantage
de donner en même temps ainsi un échantillon du style de l'auteur.

«La grande révolution opérée par la découverte de Colomb, et la conquête
du continent américain par une poignée d'aventuriers intrépides, livrés
à eux-mêmes et dépourvus de presque tout appui de leur gouvernement,
sont certainement les deux événements les plus extraordinaires de
l'histoire; ils ont changé la face du monde, et, par une influence plus
directe, ils ont élevé la puissance espagnole à son plus haut degré, et
préparé en même temps sa décadence et sa ruine.

«Jusqu'à la fin du quinzième siècle, l'Espagne, partagée en plusieurs
États indépendants, voyait les grandes ressources qu'elle avait reçues
de la nature épuisées par les divisions intestines et une lutte de sept
cents ans contre l'islamisme. L'union des deux couronnes d'Aragon et de
Castille, par le mariage de Ferdinand et d'Isabelle, forma un faisceau
de ses forces, et dès ce moment l'Espagne prit un essor imposant et
glorieux, dont les annales des peuples offrent peu d'exemples; la
découverte de l'Amérique donna à cet empire une étendue qui surpassa
celle de Rome antique, et des richesses prodigieuses qui servirent de
base à la grandeur et à l'éclat de cette monarchie, et contribuèrent à
en faire la puissance prépondérante de l'Europe. Mais cette extension
immodérée de pouvoir fut le signal de sa décadence. Elle avait prodigué,
sous Charles-Quint, le sang de ses habitants dans des guerres longues et
sanglantes; elle s'affaiblit sous Philippe II par l'expulsion violente
d'un million de sujets industrieux et par l'émigration incessante d'une
autre partie de la population vers l'Amérique. La soif de l'or lui lit
abandonner l'agriculture et les arts industriels, qui le procurent
lentement, pour l'exploitation des mines, bientôt ne produisant plus de
quoi acheter les métaux d'Amérique, elle cessa d'en être enrichie. Alors
se multiplièrent les fautes de l'administra lion coloniale. La métropole
appesantit de plus en plus son joug sur ses colonies, et les força enfin
de recourir aux armes pour s'en affranchir.

«La conquête vit naître un système de propriété qui doit fixer notre
attention La fameuse bulle du pape Alexandre VI, qui traça sur le globe
la ligne de démarcation, et attribua exclusivement à Ferdinand et
Isabelle, et à leurs descendants, toutes les régions découvertes et à
découvrir à l'occident des Açores, fut le titre primordial sur lequel
l'Espagne fonda ses droits. Elle l'expliqua avec l'esprit féodal de
l'époque, qui touchait au moyen âge, et ses souverains se considérèrent
comme ayant un droit absolu, non-seulement sur les terres dont leurs
sujets faisaient la découverte, mais encore sur toutes les populations
indigènes, qui furent parquées et distribuées comme un vil bétail. Ce
fut l'origine des fiefs, ou _encomiendas_, qui furent cependant établis
pour protéger les Indiens contre l'oppression des premiers conquérants,
et ce système odieux, modifié, atténué, se perpétua pendant des siècles»
malgré la volonté de la cour de Madrid, à laquelle l'intérêt des colons
opposa longtemps des obstacles presque insurmontables. Ainsi les
infortunes des Indiens commencèrent avec la complète; mais, quelque
grandes qu'elles fussent, elles diminuèrent pourtant insensiblement
jusqu'au montent où sonna l'heure de l'indépendance; nous examinerons le
sort et les vicissitudes de cette race persécutée, avec tout l'intérêt
que l'on doit au malheur.

«On connaît les faux et inhabiles principes de cette administration qui
privait les colons de toute liberté, même des fonctions municipales si
chères aux Espagnols de l'Europe, et ce système odieux de prohibition et
de monopole qui fermait rigoureusement aux étrangers l'entrée des
colonies pour en assurer l'approvisionnement à la métropole. La
domination du clergé s'étendait comme un vaste réseau sur toute la
surface, de l'Amérique. Malgré les efforts du gouvernement pour mettre
un frein à ses empiétements, il avait fini par faire passer dans ses
mains la majeure partie de la propriété territoriale. «Les couvents dit
l'historien Moore étaient en possession de la presque totalité des
terres des Indiens, qui les abandonnaient avec la plus grande facilité
par des legs testamentaires en l'honneur de quelques saints de
prédilection; et quant aux domaines des villes, on peut assurer que les
deux tiers au moins étaient tombés entre les mains des communautés
religieuses.» Ces criants abus sont incontestables, ces reproches sont
fondés, et cependant il n'est pas moins vrai que les colonies espagnoles
d'Amérique offraient dans leur ensemble le spectacle le plus magnifique
et le plus imposant par leur étendue et leur puissante organisation. On
ne peut voir sans un sentiment d'admiration tant de peuples répandus sur
ce vaste continent, soumis au même sceptre, aux mêmes lois, aux mêmes
usages, et formant comme un grand et puissant empire obéissant à la même
impulsion; la langue espagnole y était parlée sur un espace de plus de
dix-neuf cents lieues, depuis les îles Chiloë jusqu'à l'extrémité de la
Californie.

«Les apologistes de l'Espagne prétendent que malgré les monopoles
exclusifs que cette puissance s'était attribués, sa sollicitude pour ses
colonies se manifestait par la paix profonde dont elles jouissaient, par
la facilité de s'y créer de grandes et rapides fortunes. «L'Amérique
espagnole, disaient-ils, prospérait sous les auspices de la mère patrie,
exempte du froissement et des dévastations des guerres qui déchiraient
les autres nations, développant à l'ombre d'une paix profonde, tous les
genres de bonheur compatibles avec les lumières de ses habitants, et
offrant l'image immense et paisible d'une grande et opulente famille.»
Ce tableau est sans doute séduisant, et peut être vrai jusqu'à un
certain point; mais il avait indubitablement ses ombres Les griefs des
colons devaient être graves, et les abus dont ils se plaignaient réels,
puisqu'ils ont saisi la première occasion favorable pour s'en affranchir
par les armes.

«Quant au clergé, ses richesses, son influence et sa puissance sont des
faits incontestables; mais la conversion et la demi-civilisation de huit
à dix millions d'Indiens ne fut-elle pas son ouvrage? et si sa
domination fut réelle et exorbitante, elle fut du moins douce et
modérée. N'est-ce pas lui qui apprit à ces peuples sauvages, qu'il
allait chercher à travers mille périls au fond des forêts, ce
christianisme qui enseigne l'abnégation de soi-même, l'oubli «des
offenses, l'amour de son semblable et l'immortalité de l'âme? Ne lui
a-t-il pas fait comprendre tout ce qu'il y a de sublime dans cette
religion qui consacre l'égalité, versé un baume salutaire sur les plaies
de l'humanité souffrante, et la soutient au bord de la tombe en lui
montrant le ciel? Toutes les sectes ont plus ou moins de penchant au
prosélytisme: elles ont leurs conquêtes, dont les héros sont les martyrs;
mais si l'on compare les effets de l'introduction du christianisme en
Amérique par le clergé catholique avec les travaux des missionnaires
méthodistes protestants dans les îles de la mer du Sud, on est frappé de
la différence des résultats.

«Le fait le plus saillant qui résulté de ce rapprochement est celui-ci:
M. de Humboldt, dont le nom fait autorité, a constaté que, depuis cent
cinquante ans, la population indigène du Mexique et de la plupart des
autres contrées de l'Amérique espagnole a pris de notables
accroissements, et que sa condition morale et matérielle s'est
sensiblement améliorée; d'un autre côté, il résulte du rapport unanime
des voyageurs, que pendant vingt à vingt-cinq ans d'apostolat, les
missionnaires anglais et américains sont parvenus à anéantir presque
complètement la population de plusieurs Iles de la mer du Sud. Tous
attribuent cette effrayante destruction au passage de la vie primitive
de ces insulaires, vie pleine d'abondance et de gaieté, à une existence
austère et monotone, qui n'a pu cependant arracher de leurs coeurs leurs
vices natifs, et leur a, de plus, donné l'hypocrisie. Les méthodistes
devaient porter leurs dogmes sévères et décolorés sous les glaces du
pôle, et renoncer à les voir fructifier sous des climats ardents. Le
clergé catholique a suivi en Amérique des principes diamétralement
opposés: c'est par sa modération, son indulgence; c'est en s'identifiant
aux faiblesses, aux goûts et aux passions de ses néophytes; c'est par
des fêtes, des pompes religieuses animées, par des jeux analogues au
climat et aux goûts des Indiens, qu'il a assuré son ascendant sur eux,
autant que par son zèle à les protéger et à défendre leurs intérêts. Ce
clergé d'ailleurs, malgré sa puissance, a été le premier à donner le
signal de l'indépendance, sacrifiant ainsi ses richesses et son
existence à l'amour de la patrie; tant il est vrai que ce mot magique de
liberté! produit partout les mêmes résultats: chez les individus comme
chez les nations, on le regarde comme le premier des biens.

«Pendant huit années consécutives de séjour en Amérique, j'ai suivi les
phases diverses de cette révolution, dans laquelle j'ai même joué un
rôle, ayant commandé fort jeune des bâtiments des républiques du
Guayaquil, du Pérou et du Chili. Devenu depuis armateur et négociant,
j'ai été à portée de connaître les chefs des gouvernements et les
généraux des années indépendantes, et à entretenir des rapports plus ou
moins intimes avec eux. Je fus donc témoin des événements de cette
époque, mêlée de grandeur et de crimes, de faits, de choses et d'hommes
prodigieux; où cette terre qui, depuis trois siècles, n'avait point
retenti du bruit des armes, a produit tout à coup des guerriers aux
dévouements sublimes qui couraient combattre et mourir pour la patrie,
et des hommes politiques dont les luttes passionnées pour le triomphe de
la liberté n'étaient peut-être qu'une illusion, mais du moins une
illusion noble et glorieuse, car ils mouraient aussi pour elle.

«Si dans ce long drame on a vu parfois d'ignobles _cabecillos_ se jeter
sur cette révolution comme sur une proie pour se la disputer et se
l'arracher tour à tour, s'ils n'ont aspiré au pouvoir que pour assouvir
leur cupidité, il n'est pas moins vrai que les chefs véritables et les
masses furent pures, et montrèrent un héroïque dévouement à leur patrie.
Bolivar, Sucré, Balcarse et tant d'autres, moururent pauvres après avoir
sacrifié leur fortune à la cause de l'indépendance; O'Higgins,
Rivaduvia, La Hera, Santa-Cruz, sont connus par leur noble
désintéressement et San-Martin, après avoir disposé des mines du Pérou,
n'emporta de Lima que l'étendard de Pizarre, qui lui fut décerné par la
reconnaissance publique. J'exposerai les principaux traits de la vie de
tous ces personnages, ainsi que des généraux Causerat, Valdés,
Espartero, Camba, etc., qui défendirent glorieusement la cause
malheureuse et désespérée de la mère patrie; je parlerai aussi de ces
officiers français qui vinrent prêter à l'Amérique indépendante l'appui
de leur courage et de leur expérience; les amiraux de notre marine, tels
que Poussin, Rosamel, de Moges, La Susse, Casy, etc.; les officiers
supérieur! Bruat, Turpin, Rosamel, Chamluprat et autres, sur lesquels
repose en partie maintenant l'espoir de notre influence maritime
trouveront aussi une place dans cet ouvrage, et de légitimes hommages au
caractère qu'ils déployèrent aux yeux de ces peuples nouveaux qui
avaient pris notre révolution pour modèle, et pour lesquels le nom seul
de Français était un titre de recommandation.

«L'histoire des événements de la guerre de _l'indépendance d'Amérique_ a
été rédigée d'après les documents fournis par plusieurs généraux et
chefs des deux armées: elle formera une série de chapitres d'un grand
intérêt. J'ai été lié avec la plupart des officiers qui, expatriés de la
France par les orages politiques vinrent demander à l'Amérique un asile
au prix de leur sang; je raconterai les fortunes diverses des Brantzea,
Delibe, Vix-Soyer, Raulet, Soulanges, Beauchef, Bouchard, et de tant
d'autres. Je donnerai la relation de mon voyage au Choco, contrée
presque inconnue, aux côtes ouest de la Colombie. Enfin, je consacrerai
quelques pages au commerce, en donnant des notices précises qui pourront
aider nos armateurs dans les opération qu'ils dirigeront vers les
contrées dont les immenses ressources se développent chaque jour au sein
de la paix; je tracerai rapidement aussi une description des rôles et
des vents dominant; désirant ne rien oublier de ce qui pourra guider les
navigateurs dans leurs explorations. Dans un chapitre spécial de chaque
volume, je donnerai une notice sur les ports de l'Amérique Espagnole,
sur les vents et courants qui règnent sur ces côtes, et des notes sur
les marchandises d'importation et d'exportation des divers États de ce
grand continent.»

Cette citation, plus longue qu'elles ne le sont d'ordinaire dans
l'Illustration, nous a semblé porter son excuse dans la manière simple
et pleine de sens avec laquelle y sont exposées les causes de cette
_indépendance de l'Amérique espagnole_, qui est un des grands événements
de notre siècle, et dont l'histoire nous est contée par un témoin
parfaitement _qualifié_ pour cela, comme on dirait de l'autre côté de la
Manche. Ces premières pages du livre du capitaine Lafond renferment
d'ailleurs un véritable prospectus de tout l'ouvrage, mais prospectus
sans forfanterie et sans emphase, ce qui n'est point un vulgaire mérite.

Quant à la division des matières entre les volumes, le premier s'occupe
plus spécialement du Mexique et de la Californie, y compris la grande
question du percement de l'isthme entre les deux Océans; le second nous
entretient de la Colombie et du Pérou; un troisième sera consacré au
Chili et aux Iles Marquises, nous y reviendrons.



Modes de Longchamp

De cette semaine seulement datent les nouveautés du printemps: le beau
temps avait, il est vrai, favorisé la promenade de Longchamp: quelques
toilettes s'y étaient montrées; mais que pouvait-on voir au milieu de ce
pêle-mêle d'équipages, de fiacres, de milords perdus dans la poussière?
Ce n'est vraiment que lorsque les Champs-Elysées sont restés en
possession de leurs promeneurs ordinaires, et que les jolies Parisiennes
se sont reconnues dans leur vrai monde, qu'enfin nous avons pu admirer
toutes les fraîches créations de la semaine de Longchamp.

Voici quelques-unes de ces jolies parures:

[Illustration.]

Cette dame est coiffée d'un chapeau de gros de Naples blanc, sur lequel
sont des raies en agréments de paille, et une plume couchée; sa robe est
en soie caméléon garnie d'effilés. Le petit garçon a une veste turque à
manches demi-longues et un petit loquet grec. Ce costume est charmant
pour un enfant de quatre à huit ans. Il est l'oeuvre de M. Cior fils,
qui sait très-bien babiller les enfants selon leur âge.

[Illustration.]

Cette robe est encore de soie glacée. Les robes changeantes sont si
coquettes! Celle-ci vous paraît bleue; elle vous plaît, vous la suivez
des yeux. Sa couleur bleue disparaît au soleil: c'est une robe lilas,
puis grise, rose, etc.

L'autre, la robe ci-dessus, est faite à revers, elle est
demi-décolletée, elle laisse voir un fichu à très-petit col et à devant
couvert de broderies; son grand volant est bordé et surmonté d'un plissé
de ruban en ruche; le chapeau de paille est garni de rubans cerise et
blanc. Les chapeaux sont d'Alexandrine, les robes de mademoiselle
Duguet.

Le costume de la petite fille se compose, comme toujours, d'une robe
courte et d'un pantalon: la robe est à corsage ouvert en pointe, le
chapeau de paille garni de deux choux de rubans.

[Illustration.]

On fait de très-jolies capotes de paille à fond d'étoffe: elles sont
ornées de rubans nuancés; on y ajoute souvent une grosse fleur comme à
celle-ci.

[Illustration.]

Mais ce qui sied bien, ce qui est élégant, c'est ce chapeau de crêpe,
recouvert en dentelles, dans lesquelles viennent se cacher à moitié de
charmantes et fines fleurs.

[Illustration.]

Les promenades à la campagne rendront la vogue à la douairière; pour la
ville, on préfère dans ce moment une ombrelle un peu plus grande que les
_marquises_, mais dans la même forme. Elles se font en blanc doublé de
rose ou en soie glacée, lilas rose; presque toutes sont bordées d'un
effilé.

Nous le répétons, pour robes, pour chapeaux, pour ombrelles, les nuances
claires sont seules adoptées, par harmonie sans doute avec la verdure et
le beau soleil du printemps.

Les toilettes de ville se distinguent de jour en jour davantage des
toilettes pour la campagne: on s'est lassé d'une trop longue et trop
uniforme simplicité, Paris, la ville de la riche élégance, ne s'exposera
pas plus longtemps à perdre le sceptre de la mode. Ces toilettes
mesquines, ces pauvres chapeaux de paille garnis d'un triste velours
noir, ces trop modestes robes de guingan et de jaconas sont proscrites
aujourd'hui.

Alexandrine, Beaudrant, Maurice Beauvais, sont chargés de combiner les
effets des fleurs, des dentelles, des plumes et des rubans. Le temps de
l'élégance est revenu. La soie nuancée, rayée, brochée, fait presque
toutes nos robes; les plus légers barèges varient seuls ce grand luxe
d'étoffes riches.

Toutes ces toilines écossaises, ces nankins et ces frais coutils, qui
font de gracieuses robes, soit lacées du corsage, soit très-montantes ou
amazone, sont réservés pour toilette de campagne; c'est à peine si le
matin on ose les porter à la ville. A la campagne, c'est tout différent,
cette simplicité est charmante.--La dentelle craint les buissons et les
ronces.--Pourquoi porterait-on des fleurs à côté de celles des parterres
et des jardins?

[Illustration.]



Rébus

EXPLICATION DU DERNIER RÉBUS,

L'homme entouré de peines a la philosophie pour soutien.

[Illustration: Nouveau rébus.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0059, 13 Avril 1844" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home