Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Les grandes chroniques de France (5/6) - selon que elles sont conservées en l'Eglise de Saint-Denis en France
Author: Paris, Paulin
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Les grandes chroniques de France (5/6) - selon que elles sont conservées en l'Eglise de Saint-Denis en France" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



LES

GRANDES CHRONIQUES

DE FRANCE,

SELON QUE ELLES SONT CONSERVÉES EN L'ÉGLISE DE SAINT-DENIS EN FRANCE.


PUBLIÉES PAR M. PAULIN PARIS,

De l'Académie royale des Inscriptions et Belles-Lettres.


TOME CINQUIÈME.



PARIS. TECHENER, LIBRAIRE, 12, PLACE DU LOUVRE.

1837.



CI COMENCE L'ISTOIRE AU ROY PHELIPPE, FILS MONSEIGNEUR SAINT LOYS.


I.

ANNÉE 1270

_Coment le roy de Secile frère saint Loys vint en l'ost des crestiens._

[1]Nous avons du bon roy Loys, de louenge digne, exposé au mieux que
nous poons les fais et la grant bonté qui estoit en luy, si comme il
trespassa de cest siècle au chastel de Carthage. Si est nostre propos
de exposer les fais Phelippe son fils qui estoit digne de honneur et
de louenge. Jasoit ce qu'il ne fust pas lettré, estoit-il doux et
débonnaire envers les prélas de saincte églyse, et vers tous ceux qui
convoitent le service Nostre-Seigneur. Et si comme son père estoit
en Aufrique devant la cité de Tunes, à grant ost de nobles hommes et
puissans qui grant propos avoient de bien faire, et la foy nostre Sire
essaucier par les bonnes exemples qu'il véoient en luy, avint qu'il
trespassa, et que le royaume vint à monseigneur Phelippe son fils à
gouverner, en l'an de l'Incarnacion mil deux cens soixante et dix.

[Note 1: La vie de Philippe III est presque entièrement due à Guillaume
de Nangis, qui la composa en latin et sans doute en rançois, comme il
avoit fait son histoire générale. Mais il arrive souvent que le texte
françois modifie le texte latin, et que l'auteur ne reproduit pas
exactement la même idée. (Voy. _Duchesne_, tom. V, p. 516.
_Gesta Philippi tertii_.)]

La nouvelle ala parmi l'ost que le roy estoit mort, si en fu moult
troublé le peuple. Mais il n'en faisoit mie moult grant semblant en
appert, que ceux de Tunes ne s'apperceussent de cel dommage qui leur
estoit avenu. Si comme il estoient en tel point, il apperceurent la
navie au roy de Secile qui venoit najant à force de gent par mer: si
commanda[2], quant on devroit prenre terre, que on sonnast trompes,
buisines et araines, si que son frère le saint roy et les barons
fussent lies et esbaudis de sa venue.

[Note 2: _Commanda_. Le roi de Sicile commanda.]

Si comme le roy de Secile prenoit son port, si se merveilla moult
pourquoy les gens de l'ost estoient si mat et si pesans, et qu'il ne
luy firent belle chière; car en l'heure que il issy de sa navie, son
frère mist hors l'esperit à Dieu. Et il demanda à aucuns que ce povoit
estre? et il luy fu dit que son frère le roy de France se mouroit,
et que il se hastast tost, et que on ne cuidoit point qu'il le peust
trouver en vie. Quant le roy de Secile oï la nouvelle, si se pourpensa
et averti que sé il faisoit semblant de douleur et de tristesse, que la
compaignie de l'ost s'en pourroit trop forment esmaier et espoventer
et chéoir en désespérance; et sé les Sarrasins s'en appercevoient,
il leur donroit matière d'assaillir. Pour ceste chose il fit la
meilleure chière et la plus lie à ceux qu'il encontra; et si vint aussi
liement en l'ost comme sé il venist à une noce, et se hasta moult de
venir à son frère, si le trouva tout chaut, car son esperit estoit
tout maintenant issu. Tout maintenant que il vit son frère deffiné,
il se mist à genoux et recommanda l'ame de son frère, en depriant
Nostre-Seigneur que il eust l'ame de luy; et luy coururent les larmes
des yeux.

Adonc si se pourpensa que c'est nature de femme de plorer, si se dreça
et regarda entour luy tout aussi fermement comme sé il ne luy en fust
à riens. Lors après, commanda que le corps fust apresté et conroié et
oingt de précieux oingnemens: ceux à qui il fu commandé le mistrent
et appareillèrent si comme l'en devoit faire. Quant il fu oingt et
appareillié, le roy Charles demanda les entrailles à monseigneur
Phelippe son nepveu; si les fist porter comme sainctes reliques en
Secile, et les fist mettre en une abbaye de l'ordre de Saint-Benoist
assez près de Palerme[3], qui est nommée Mont royal. Les ossemens
furent mis en un écrin moult bien embasmé, en riches draps de soie,
avec grant foison d'espices souef flerans, et furent gardés bien et
chièrement, tant qu'il furent aportés à Saint-Denys en France, là où
le bon roy avoit esleu sa sépulture, avec les anciens roys de France
qui y reposent. Et donna moult de biaux joiaux au temps qu'il vivoit à
l'églyse Saint-Denys, si comme couronne d'or et riches aournemens et
précieux, et conferma tous les privilèges que ses devanciers avoient
donnés à la devant dicte églyse.

[Note 3: _Palerme_. Je ne sais comment Ducange (_Observations sur
Joinville_) a pu dire que Nangis auroit dû écrire _Salerne_, près de
laquelle étoit Montréal. La vérité c'est que Montréal est en Sicile,
près de Palerme.]


II.

_Coment Guy de Baussoy fu pris des Sarrasins_.

Tantost que le service du bon roy fu dit et célébré, le roy de
Secile fist tendre ses trefs par devers la mer, loing de l'ost de
France par l'espace d'une petit liue, et avoit bien quatre milles
entre l'ost de rance et la cité de Tunes. Si estoient les Sarrasins
coustumiers chascun pour de venir paleter en l'ost, et lançoient et
traioient sajettes et avelos. Les François qui gardoient l'avant garde
et deffendoient l'ost, que les Sarrasins ne se férissent en l'ost
soubdainement, occioient assez de Sarrasins quant il les povoient
de près encontrer, si comme il couroient de çà ou de là; aucunes
fois de costé, aucunes fois evdant, aucunes fois en trespassant; et
estoient les François moult lies quant il povoient joindre à eux.
Aussi faisoient les Sarrasins: quant il povoient encontrer trois ou
quatre ou dix ou douze, dessevrés de la compaignie des autres, il les
occioient; mais sé il en véissent cent ou deux cens qui venissent à
eux, maintenant il tournassent en fuie.

La manière des Sarrasins est telle qu'il ne font fors que les gens
esmouvoir en jectant et en lançant javelos; et quant il voient que
les gens sont tous près de combatre, il tournent en fuie. Une journée
avint que les Sarrasins approchièrent bien près des crestiens, et
leur jettèrent, souvent et menu, dars et javelos, et en navrèrent
aucuns. Pour ceste chose s'esmurent aucuns nobles chevaliers, si comme
Guy de Baussoy[4] et Hue son frère, et aucuns bons combateurs, et se
férirent ès Sarrasins, et Sarrasins saillirent sus d'un agait où il
estoient muciés; si enclostrent Guy de Baussoy et Hue son frère. Mais
il firent avant moult grant occision de Sarrasins et grant mortalité:
si ne porent estre rescous, car quant la noise fu encommenciée et
ceux de l'ost le sorent, si coururent aux armes pour eux aidier et
issirent hors et passèrent les fossés qui estoient entr'eux et les
Sarrasins. Soubdainement un vent se leva grant et horible avec grans
estourbeillons qui le sablon et la poudre leva contremont en l'air,
et féri les François parmi les ieux et les avugloit tous, si que il
ne savoient chemin tenir. Quant les Sarrasins virent le vent estre
contraire, si prisrent paeles et autres instrumens, et le sablon
levèrent contremont pour mieux avugler les François et empeschier; si
que à celle journée il ne porent riens faire, mais retournèrent dolens
et courrouciés, pour ce qu'il ne porent rescourre Hue de Baussoy et ses
compaingnons.

[Note 4: _Guy de Baussoy._ «Guido de Bauceio.» Ces chevaliers étoient
provençaux ou aragonnois. Le pape Martin IV, dans une de ses lettres,
cite Hugues de Baucey, ou Baucel, comme l'un des principaux barons du
roi d'Aragon. (Voy. _Duchesne_, t. V, p. 878.)]


III.

_Coment le roy de Secile issi à bataille contre Sarrasins et en occist
trois mille sans ceux qui furent noiés._

Autre fois avint, environ l'eure de prime, que Sarrasins s'armèrent et
vindrent bien près des tentes aux François; et commencièrent à traire
et à lancier en courant à mont et à val, de costé et de travers, selon
leur usage, pour esmouvoir à combatre. Et estoient si grant nombre
que à paine les povoit-on nombrer; et il couvrirent toute la terre de
toutes pars, et s'espandirent partout, ainsi comme s'il voulsissent
tout prendre et acouveter[5]; et sonnèrent timbres et tabours, et
demenèrent grant noise et grant ton: par tels tons et par tels noises
cuidièrent espoventer les François.

[Note 5: _Acouveter._ Couvrir. Nous avons gardé dans un sens analogue,
_couver_.]

Quant les François virent leur contenance, si coururent sus aux armes,
désirans de joindre à eux et de combatre, et issirent des tentes, et
s'espandirent parmi le plain champ. Quant Sarrasins virent tant de
belle gent venir contre eux si bien armés et si bien atournés, si se
doubtèrent à combatre à gent de si grant vertu, et tournèrent en fuie
sans cop férir.

Le roy de Secile qui loing estoit logié d'eux, issi hors de ses
heberges, et avec luy les nobles combateurs de sa compaignie, et les
suivi de loing en costoiant. Quant il fu près d'eux, si fist semblant
de fouir en alant au devant, ainsi comme s'il ne les osast attendre,
et fouy bien par l'espace d'un mille; et les autres le commencièrent à
enchacier à coite[6] d'esperon. Quant le roy ot foui, si fist signe de
retourner à ses hommes, et ceux qui bien l'entendirent si retournèrent
et enclostrent les Sarrasins, et se férirent en eux ainsi comme le
loup entre les brebis, les glaives entre les poings et les espées
et les coustiaux d'acier. Si en tuèrent tant que la trace en estoit
grant parmi le champ, et sembloit que ce feussent moutons qui géussent
mors emmi le champ; et crioient et muioient en leur languaige moult
horriblement.

[Note 6: _Coite._ Pointe.]

A ce poindre furent occis trois mille Sarrasins par nombre, sans ceux
qui saillirent en la mer et se noièrent: les autres qui s'en fouirent
tresbuchièrent ès fosses qu'ils avoient faictes au sablon et couvertes,
pour faire tresbuchier les crestiens, qu'il ne porent eschiver; né ne
leur en souvenoit, pour la grant paour qu'il avoient de mourir, et le
sablon et le sanc qui les féroit parmi les ieux leur tolloit à veoir le
chemin qu'il devoient aler. Ainsi se vengièrent les crestiens de leur
ennemis par le sens et par la cautelle au roy de Secile.


IV.

_Du chastel de fust que le roy fist faire pour les Sarrasins affamer
dedens la marine._

Les Sarrasins de Tunes avoient fichiés leur tentes et leur paveillons
droit à l'encontre des heberges des François, et estoient loing l'un
de l'autre par l'espace de quatre milles. Si estoient les Sarrasins
par devers Tunes, si avoit entre la cité et les Sarrasins rigort[7]
de mer et iaue de mer courant qui s'en aloit en traversant par devers
les montagnes. Né ne povoient venir à Tunes sans passer outre à navie,
car le fleuve y estoit large et parfont pour ce que l'iaue de la mer
chéoit dedens. Et quanqu'il failloit et estoit nécessaire en l'ost
des Sarrasins venoit parmi ce fleuve de la cité de Tunes, si que les
Sarrasins n'avoient point de souffraite de viandes né de nulle chose.

[Note 7: _Rigord._ Golfe.]

Les François s'assemblèrent ensemble et prisrent conseil cornent il
pourroient empeschier le passage par où viande venoit aux Sarrasins,
ou du tout tollir; si que les Sarrasins, sé il povoient, ne peussent
illec demourer né tenir siège. Si assemblèrent grant foison de bois et
de merrien; quant il fu assemblé, si fu devisé que on feroit un chastel
grant et large, si que il peust estre dedens sergens d'armes preux et
hardis qui bien viguereusement lançaissent et tréissent et jectassent
sus les javelos aux Sarrasins, si que il les peussent despecier et
tollir la viande qui leur venoit de Tunes. Et sur le rivage de la mer,
par dehors, estoient arbalestriers et autres sergens pour deffendre le
chastel, et avoient galies toutes prestes pour entrer plus avant en la
mer toutes fois que mestier en seroit.

Quant il orent ainsi ordenné leur besoigne, le roy Phelippe manda
son charpentier qui moult se savoit entremettre de telle besoigne,
et luy commanda qu'il féist un chastel hastivement; et celluy fist
son commandement, et apresta galies bien armées et moult bien
appareilliées, et y fist entrer grant foison de sergens preux et
hardis, avec moult grant foison de avirons, et coururent parmi la mer
contre leur ennemis, et pristrent tous les vaissiaux qui portoient la
viande aux Sarrasins, et aucuns en tresbuchoient et plungeoient en la
mer. Le chastel[8] eust esté fait et acompli en pou de temps sé il ne
fussent accordés ensemble.

[Note 8: _Le chastel_ de fust ou de bois.]


V.

_Du roy de Tunes, coment il vint contre François._

Si comme le roy de Tunes estoit en tel point, il manda secours et aide
aux autres Sarrasins; si assembla roy et admiraux et autres princes qui
luy vindrent en secours. Quant il ot ainsi assemblé tant de Sarrasins
comme il pot avoir, si se conseilla en quelle manière et coment il
pourroit les François destruire, ou chacier hors de son pays. Si luy fu
conseillié qu'il alast sur eux à bataille rangiée, si les espoventeroit
né n'oseroient demourer quant il verroient sa puissance. Si se levèrent
bien matin et s'armèrent de toutes armes selon leur usage et leur
guise; et amenèrent avec eux tout leur povoir et toute leur force, à
pié et à cheval, à bataille rengiée.

Et quant il approchièrent, il commencièrent à glatir et usler à haute
voix, et à menacier François en leur langaige, et sonner trompes et
buisines et autres divers instrumens; et s'eslargirent parmi le champ,
pour ce que les François cuidassent qu'il fussent sans nombre et si
grant foison que il ne peussent à eux durer; et faisoient trop malement
grant semblant qu'il voulsissent bataille.

Quant ceux qui gardoient l'ost virent celle gent venir, si
commencièrent à crier parmi l'ost: _Aux armes! pour la force de Tunes
qui vient sur nous._ Tantost coururent aux armes François et les autres
nacions qui avec eux estoient, et vestirent leur haubers, et lacièrent
leur ventailles, et montèrent à cheval les lances ès poings, les escus
à leur cols, et prisrent leur enseignes de diverses couleurs. Le roy
de France se arma, le roy de Secile, le roy de Navarre, et les ducs et
les contes et les autres barons de l'ost; et issirent de leur heberges
bien et hardiement, et se rengièrent parmi le champ et ordenèrent leur
batailles si comme il devoient aler. Ne doubtoient riens fors que
Sarrasins ne s'en fouissent sans coup férir et sans lancier en aucune
manière, et mistrent les arbalestriers au devant et les gens de pié, et
ordenèrent après qui seroit premier, et qui second et qui tiers, selonc
ce qu'il leur sembloit bon et prouffitable à aler contre leur ennemis.

Et pour ce que les Sarrasins ne venissent de costé ou d'autre part, aux
heberges et aux tentes, il laissièrent le conte d'Alençon, frère le roy
de France, avec toute sa gent et le maistre de l'Ospital. L'oriflambe
saint Denys fu contremont dreciée, dont sorent bien certainement
François que c'estoit certain signe de combatre à leur ennemis, s'il ne
fuioient.

Quant les Sarrasins virent l'ost des crestiens si noblement armé et
si richement, si en furent moult esbahis, et orent si grant paour que
il s'enfuirent à leur tentes et à leur paveillons au plus tost que il
porent, né ne furent oncques si hardis qu'il osassent illec demourer,
ains s'en passèrent oultre, jusques à la cité de Tunes de tels en y
ot[9]. Et quant les François virent ce, si firent crier en l'ost, de
par le roy de France, que nul ne fust si osé qui tendist la main au
gaaing, jusques à tant qu'il sauroit la couvine des Sarrasins et leur
estat, et qu'il eust souverainne victoire; car aucunes fois avoient
esté déceus les crestiens; quant il couroient à gaaing, leur ennemis
les espioient tant qu'il estoient troussés, puis leur couroient sus et
les occioient à leur volenté.

[Note 9: _De tels en y ot_. Il y en eut même qui retournèrent jusqu'à
Tunis.]

Le roy de France et les barons passèrent tout oultre parmi les tentes
aux Sarrasins, et les chacièrent tant qu'il les embatirent tous ès
montaignes. Le roy de France et les autres barons virent les montaignes
hautes et périlleuses, si ne vouldrent plus aler avant pour les
armes pesans et pour le travail des chevaux, et pour aucuns aguais
qui povoient estre ès repostailles des montaignes; si se mistrent au
retour, et s'en vindrent parmi les tentes aux Sarrasins, et fu commandé
que quiconques vouldroit aler au gaaing, qu'il y alast tantost: les
gens à pié et les autres assaillirent les paveillons et les tentes;
et prisrent quanqu'il trouvèrent dedens, boeufs, moutons, pain et
farine, et moult d'autres choses prouffitables.

Et aussi trouvèrent des Sarrasins malades et enfermes qui ne povoient
fouir ainsi comme faisoient les autres; si les tuèrent et puis
boutèrent le feu dedens les paveillons; si ardirent quanqu'il estoit
dedens demouré, et néis[10] les Sarrasins qu'il avoient tués furent
tous ars. Les Sarrasins qui s'en estoient fouis virent le feu en leur
paveillons, si furent moult embrasés de courroux et de ire, meismement
pour ce qu'il savoient bien que leur amis estoient tous ars et destruis
et afolés. Quant les crestiens orent tout ars et destruit, si s'en
retournèrent droit à leur heberges rengiés et serrés, dolens de ce
qu'il n'avoient eu point de bataille.

[Note 10: _Néis_. Même.]


VI.

_Des diverses maladies qui avindrent en l'ost des crestiens._

Grand pestilence de moult grans maladies commença parmi l'ost
des crestiens. Les uns avoient dissintère, les autres agües et
continues fièvres, les autres estoient enflés, les autres moururent
soubdainement, et les autres qui eschapoient estoient si langoureux
qu'il ne se povoient ressourdre[11] né aidier. De ceste pestilence se
douloient moult les Sarrasins aussi comme les crestiens ou plus, et
gisoient comme pourceaux tous pasmés et tous mors en leur heberges; et
les autres mouroient de mort soubdainnement pour la grant corruption de
l'air.

[Note 11: _Ressourdre_. Relever.]

Quant le roy[12] vit courre ceste pestilence parmi son ost, il se
départi de son ost, et puis se muça ensoubs terrines pour eschiver
celle grant pestilence qu'il ne perdist la vie. Les anciens Sarrasins
qui estoient esprouvés en esperience, disoient que l'air estoit
corrompu des charoignes des chevaulx et des gens mors qui gisoient sur
la marine, tous corrompus et tous puans. Ainsi comme le roy de Tunes
vit celle pestilence et celle grant mortalité de sa gent, et avec ce
que crestiens en avoient occis une grant partie, si ne sut que faire
né que dire né coment il pourroit durer contre si grant gent. Si se
conseilla à sa gent, meismement à ceux qu'il cuidoit estre plus sages,
et leur requist et demanda qu'il pourroit faire, né coment il se
pourroit délivrer des François qui luy avoient son païs gasté, et sa
gent occise? si luy fu conseillié qu'il mandast au roy de France que
volentiers pacefieroit à luy en aucune manière souffisamment, ou par
trièves ou autrement.

[Note 12: _Le roy_. Le roi de Tunis.--_Ensoubs terrines_. Cavernes.]

Adonc prist le roy de Tunes message, et luy commanda qu'ils alast au
roy de France et luy dist que volentiers s'accorderoient à luy et aux
autres. Le message s'en tourna et vint en l'ost et monstra signe qu'il
estoit messager: si luy fu envoié un messager qui bien savoit parler
arabic. Si luy demanda le message à qui il estoit, et il luy dist qu'il
estoit messager le roy de Tunes, et luy dist tout son message et qu'il
queroit. Le message le mena à la court le roy, et fist entendant au roy
et aux autres barons qu'il voulloit dire.

Le roy de France regarda qu'il ne pooit pas faire grant prouffit
de demourer en ce païs, pour ce meismement que les Sarrasins ne le
voulloient attendre à bataille, et ne finoient de glatir, d'abaier
ainsi comme chiens, et ne faisoient que travaillier sa gent, et puis
s'en fuioient contremont les montaignes. De rechief il regarda que
s'il prenoit la cité de Tunes par force, que il convendroit que il
y laissast de ses barons et de son peuple grant partie, et que tuit
cil qui demourroient seroient en peril, car il seroient avironnés de
toute pars de leur ennemis, et que son ost en seroit moult amenuisié;
meismement que son propos estoit d'aler oultre en Surie, et de combatre
aux Sarrasins que il y trouveroit, et delivrer la des ennemis de la
foy crestienne. Si fu accordé de tout le plus des barons que la cité
feust destruicte, et tous les Sarrasins occis que l'en pourroit trouver
partout le païs.

A ce ne s'accorda point le roy de Secile né le roy de Navarre né assés
d'autres barons, pour la grant foison des besans d'or qu'il en devoient
avoir, si comme le menu peuple murmuroit, et[13] que le roy de Secile
ne s'accordoit pas à la paix fors pour ce que il eust son treu que la
ville de Tunes luy devoit, et luy avoit detenu à paier de moult long
temps. Ainsi disoit le menu peuple qui ne savoit mie coment on devoit
esploitier de telle besoigne.

[Note 13: _Et que_. C'est-à-dire: Et ce menu peuple ajoutoit que, etc.]


VII.

_De la paix du roy de France et du roy de Tunes et des trièves._

Moult fu le roy de France en grant pensée en quelle manière il
s'accorderoit au roy de Tunes: si luy fu conseillié qu'il préist les
trièves en manière de paix. Si fu en telle manière accordé que le
roy de Tunes rendroit et délivreroit tous les despens que le roy de
France et ses barons avoient fait en la voie, en fin or pur, et que les
trièves seroient tenues fermement, sans point entrelaissier jusques à
dix ans. Avec tout ce, il fu accordé que tous les marchéans qui par
mer passeroient, s'il arrivoient au port de Tunes, ou sé le vent les y
aportoit, ou s'il trépassoient environ son païs, que il trespasseroient
franchement sans riens paier; car avant ce, les marchéans estoient en
si grant servitute qu'il leur convenoit paier la disième partie de
quanqu'il avoient au port de Tunes. Avec ce, il fu devisé et accordé
que le roy de Tunes rendroit le treu au roy de Secile si comme ses
devanciers avoient fait et rendu chascun an, sans faillir.

En la cité de Tunes avoit moult grant foison de crestiens, et avoient
leur églyses toutes prestes et édifiées où s'assembloient pour faire le
service de Nostre-Seigneur; si comme frères de l'ordre saint Dominique
et autres, assés aussi comme marchéans et pélerins et trespassans, si
comme gens s'espandent parmi le monde. Tantost comme le roy de Tunes
sot la venue au roy de France, il les fist tous prendre et mectre en
prisons diverses et villaines: et promist le roy de Tunes que tantost
il seroient délivrés, et demourroient au païs franchement sans nulle
servitude de nulle riens. Les convenances susdictes furent octroiées,
escriptes, jurées et affermées, d'une part et d'autre, au miex que l'en
pot et que l'en sot, et délivra le roy de Tunes grant masse de fin or
en paiant de la somme qui estoit octroiée.

Adonc fu paix criée parmi l'ost, et commandé que nul ne féist mal aux
Sarrasins sur la vie perdre. Quant la paix fu asseurée, aucuns des
Sarrasins, riches hommes, vindrent veoir la contenance des François
et des autres crestiens, et se merveillèrent moult des nobles hommes
armés et du grant atour qu'il avoient, et des richesses qui estoient
en l'ost: si se humilièrent moult, et offrirent leur services et leur
viandes et autres choses, sé mestier en avoient en l'ost. Puis que paix
fu faicte, le roy de France et ses barons ne vouldrent plus demourer,
si prisrent conseil quelle part il iroient: si regardèrent que il
ne povoient point bien accomplir leur pelerinage en manière que ce
fust prouffit; meismement que leur gent estoient trop faibles et tous
langoureux des maladies qu'il avoient eues devant Tunes; et si estoit
le légat mort qui les devoit adrecier et mener en la Saincte Terre.
Et espéciaument que le roy avoit eu mandement par certains messages,
de par monseigneur Simon de Neele, garde du roiaume de France, et de
par messire Mathieu, abbé de Saint-Denis en France, que il se hastast
de revenir en sa terre. Et quant il seroit resvertué et reconforté et
revenu en santé, si pourroit son veu et son pelerinage accomplir et
retourner en la Saincte Terre.


VIII.

_Coment François se partirent de Tunes et entrèrent en mer, et de la
grant tempeste où il périt tant de gens et tant de nefs._

Quant il orent prins conseil ensemble si fu commandé que la navie fust
aprestée et que on y portast tout le harnois et tout ce que mestier
leur avoit. Dont se mistrent les maistres notonniers à leur nefs qui
estoient sur le port de Cartage, là où la royne de France estoit à tout
grant foison de nobles dames. Si appareillèrent grand foison de nefs
de mas et de gouvernaulx, et se désancrèrent. Le roy Phelippe, et le
roy Thibaut de Navarre, et messire Alfons conte de Poitiers, et messire
Pierre conte d'Alencon, et messire Robert conte d'Artois, l'évesque de
Lengres et pluseurs autres nobles hommes entrèrent en mer; si orent bon
vent et ne leur fu de rien contraire.

Lors commencièrent les mariniers à sigler et à nagier à grant force
d'aviron. Tant alèrent par haute mer qu'il arrivèrent au port de
Trappes[14] paisiblement et sans nul contraire de mer né d'autre chose.
Quant il furent arrivés, il issirent hors des nefs, et entrèrent en
la cité de Trappes; là se reposèrent et attendirent autres navies qui
estoient demourées au port de Cartage: qui ne fu pas heureuse chose
de demourer[15], car quant il furent en haute mer, Neptunus, un des
maistres d'enfer, fu enflé et plain d'orgueil et de desdaing de ce
qu'il avoient tant séjourné qu'il n'avoient eu pieça aucune tempeste et
aucun encombrement: en mer esmut et hasta tous les espris de tempeste,
et leur commanda qu'il se boutassent ès nefs, et que il les feissent
hurter si forment comme il pourroient. Tantost le vent se féri ès
ondes de mer, et les commencièrent à debouter si fort qu'il sembloit
que ce feussent montaignes qui voulsissent monter au ciel. Le temps
commença à noircir et obscurcir. Les notonniers virent bien que il
avoient tempeste, si coururent aux gouvernaulx et aux avirons; et puis
se commencièrent à deffendre des vens et de la tempeste au mielx qu'il
porent; chose qu'il feissent ne leur pot riens valoir né aidier, que
les mauvais espris se boutèrent en manière des tourbillons en leurs
nefs, si firent du pis qu'il porent en leur venue.

[Note 14: _Trappes_. «Portui Traparum primæ civitatis Siciliæ
appulerunt.» C'est _Trapani_.]

[Note 15: _Qui ne fu pas heureuse chose de demourer_. C'est-à-dire:
Retard funeste pour ceux qui étoient partis les derniers de Carthage,
comme pour ceux qui les attendoient dans la rade de _Trapani_. Tout ce
récit de la tempête est plus intéressant dans le françois que dans le
latin (Voy. Duchesne, t. V, p. 522.)]

Il rompirent les mas et les cordes, et les avirons et les gouvernaulx
firent voler par petites pièces en la mer; les nefs demenoient quelle
part qu'il vouloient: aucunes fois les faisoient si hault monter qu'il
sembloit qu'il voulsissent monter aux nues, et puis les descendoient
si aval qu'il sembloit qu'il deussent descendre en abisme: et en ce
descendre, la mer entroit en leur nefs en pluseurs lieux, et puisoient
de toutes pars, et puis les faisoient courre si roidement que les
quartiers et les pièces s'en alloient aval l'iaue; les gens qui dedens
estoient périlloient et noioient, et deprioient à Nostre-Seigneur qu'il
eust merci de leur ames.

Atant ne se tint pas Neptunus, ains envoia une partie de sa mesnie au
port de Trappes, si rompirent les cordes et les desancrèrent, et les
firent saillir parmi la mer, ainsi comme s'il jouassent à la pelote;
puis les faisoient retourner et hurter si roidement l'un à l'autre,
qu'il en faisoient les pièces voler, ou il les desrompoient toutes.
Une nef y estoit entre les autres qui Porte-Joie estoit nommée, grant
et merveilleuse et fort; les cordes en furent rompues et desancrées,
si commença à courre parmi la mer ainsi comme sé ce feust une beste
enragiée qui courust sus aux autres. Ainsi couroit-elle sur les nefs,
et les boutoit de si grant ravine qu'elle les faisoit fondre et
plungier en la mer, et couroit de costé et de travers, amont et aval,
ainsi comme sé diables l'eussent en conduit.

Celle nef Porte-Joie avoit esté faicte pour le corps le roy de France
especiaument. Aucunes autres nefs qui venoient de Tunes estoient
assez près du port de Trappes, et vouloient arriver et prendre fons,
quant la tempeste les surprinst et les mena, aussi roidement comme sé
ce feust foudre qui descendist du ciel, au port de Tunes droit dont
elles estoient parties. Ceux qui dedens estoient se doubtèrent moult
des Sarrasins de Tunes, mais le roy leur commanda qu'il préissent
port seurement tant que la tempeste feust passée, et que on leur
habandonnast viandes et autres choses dont il se vouldroient aidier.

En celle tempeste furent mortes environ quatre mille personnes, et
furent quassées et rompues dix et huit grans nefs, sans les petites,
plaines de chevaulx et de richesces, et d'autres grans garnisons[16]
sans nombre.

[Note 16: _Garnisons_. Fournitures.]


IX.

_De Edouart fils au roy d'Angleterre._

_Incidence_.--Edouart fils au roy d'Angleterre vint au siège de Tunes
plus tart que nul des autres, et estoit jà paix faicte quant il vint.
Si ne voult point retourner au roiaume d'Angleterre devant qu'il eust
esté en la terre de Surie, et que il son veu eust accompli sé il peust.
Si s'en passa oultre en la Saincte Terre, et emmena avec luy aucuns
chevaliers de France qui bien voulloient souffrir paine pour l'amour de
Nostre-Seigneur. Si arriva devant le port d'Acre, car à autre port ne
pooit-il seurement arriver, pour ce que le port de Jherusalem et toute
la terre de Surie estoit surprinse et encombrée des Sarrasins, fors
aucuns chastiaux qui estoient de l'Ospital et du Temple qui estoient
sur la rive de la mer, en telle manière et si fors qu'il ne doubtoient
point l'assaut des Sarrasins, meismement pour les bons combatteurs qui
estoient dedens.

Si y avoit autres chastiaux plus avant en la terre, où crestiens
tournoient à garant, quant il ne povoient plus endurer l'assaut des
Sarrasins; né n'avoit mais en toute Surie que deux cités où crestiens
peussent demourer, la cité d'Acre et la cité de Tir. Le soudan de
Babiloine avoit tout conquis par la force des Sarrasins. Tir est
une bonne cité et deffensable, et est assise au parfont de la mer,
avironnée de toutes pars, et est, avec tout ce, de haulx murs fermée,
avec grant foison de grosses tours et de petites; né ne doubte assaut
de nulle pierre né mangonnel, né nul autre encombrement, mais que ceux
de dedens aient assez viande pour eux soutenir; né ne pourroit en nulle
manière estre prinse, sé ce n'estoit en trahison.

Quand Edouart fu arrivé, ceux d'Acre alèrent encontre et le receurent
moult honnourablement. Ilec séjourna et demoura près d'un an, et
deffendi la ville des Sarrasins, tant comme il y fu, avec l'aide de
ceux de la ville, de l'Ospital et du Temple, bien et suffisamment,
selon son estat: car il ne féit oncques chose de grant renom né de
quoy on doie faire mencion, que il ne povoit, à si pou de gent comme
il avoit, issir hors des murs à bataille contre les Sarrasins, né le
soudan contre ceux d'Egipte[17].

[Note 17: Cette dernière phrase rend mal le texte latin: «Cum tam pauca
licet probata militia, contra sodanum Babyloniæ, Syriæ et Egypti ac
totius Orientis dominum, extra muros in acie confligere non valeret.»
(Gesta Phil. III, p. 523.)]

Si comme il sejournoit à Acre, si vint à luy un hasassis, et dist que
il voulloit parler à luy secrètement: si luy fu mené en sa chambre.
Sitost comme le hasassis fu entré en sa chambre si sacha un coustel
envenimmé au plus couvertement qu'il pot, et cuida ferir Edouart droit
au cuer; mais Edouart l'apperceut venir à luy, si se traist arrières et
fouy au coup au plus tost qu'il pot; toutes fois fu-il navré au costé.
Sa gent qui environ luy estoient prisrent le hasassis et lui tollirent
le coustel, et le battirent et le trainèrent parmi les cheveux
contremont le planchier en la sale; si le mistrent en prison villaine
et obscure; puis retournèrent à leur seigneur, et demandèrent de quelle
mort on feroit mourir le hasassis. Si fu accordé qu'il seroit trainé
et puis pendu, mais que on lui demandast qui l'avoit là envoié; et il
respondi, «Le viel de la Montaigne son seigneur et son maistre.»

De celle plaie fu Edouart malade longuement, et respassa et guari
à grant painne. Ainsi comme il estoit en tel point, nouvelles luy
vindrent que le roy Henry d'Angleterre, son père, estoit trépassé
de ce siècle, et que les barons d'Angleterre le mandoient pour
estre couronné. Il fist appareiller sa navie et entra en mer, et
vint en Secile, où il fu moult honnouré et receu du roy Charles
honnourablement, et luy donna grans dons, et luy fist grans courtoisies.

D'ilec se parti et s'en vint en Gascoigne qu'il tenoit adonc en fief
du roy de France, et séjourna grant pièce de temps avec Gascon de
Biart[18], noble homme et de grant puissance. Puis se mist au chemin,
et s'en vint en France, et fu honnouré de pluseurs barons et haus
hommes. Dont se mist au chemin et s'en vint au port de Wissent, et
passa oultre en son païs. Nostre propos n'est point de descrire les
fais des roys d'Angleterre, nous nous en tairons à tant, sé ce ne sont
incidences.

[Note 18: _Gascon de Biart_. «Cum Gascone de Biardo, terræ illius viro
nobili et potente, altercationem aliquantulum habuit. Sed rege Franciæ
Philippo mediante, compromisso lis corum ad tempus sopita quievit.»
(Gesta Phil. III.) Il s'agit ici de Gaston de Moncade, vicomte
de Béarn.]


X.

_De la mort au roy Thibaut de Navarre._

Si comme le roy Phelippe séjournoit en la cité de Trappes, et l'ost se
reposoit pour la grant tempeste qu'il avoit eue en mer, le roy Thibaut
de Navarre acoucha malade au lit de la mort; après ce que la maladie le
prist, il ne demoura gaires qu'il mourut. De sa mort fu moult esbrechié
et amenuisié l'ost de France; si en furent les barons et les autres
courouciés et dolens, car c'estoit le greigneur membre de l'ost et le
plus puissant homme après le roy de France; et estoit sage homme et
donnoit bon conseil, et si estoit large et abandonné de donner à ceux
qui en avoient mestier, et especiaument il n'oublioit point les povres.
Quant l'ame luy fu partie du corps et il fu mort, il fu commandé que
les entrailles fussent mises hors, et qu'il fust cuit et conroié de
bonnes espices et de flairans; les entrailles furent mises en une
églyse en la ville de Trappes, et le corps fu embasmé et envelopé et
mis en un escrin bien et gentement, et fu gardé et aporté avec le corps
saint Loys jusques en France. Si fu enterré moult honnourablement au
chastel de Provins, au moustier des frères meneurs.

La royne Marie sa femme prist si grant douleur en son cuer de la mort
son mari, et de la mort le roy saint Loys son père et de ses autres
amis, que elle ne vesqui que un pou de temps, né n'ot oncques puis joie
en son cuer. Si, comme elle estoit assez près de Marseille, la maladie
la prist dont elle mourut; si commanda que elle fust enterrée à Provins
de lès son seigneur: le royaume de Navarre et la conté de Champaigne
vindrent à monseigneur Henry, frère du roy Thibaut.


XI.

_Coment le roy de France et son ost se partirent de Trappes, et coment
sa femme la royne mourut._

Le roy de France séjourna à Trappes tant que son ost fu refreschi et
reposé: puis il commanda que son ost fust arrouté, et que il se missent
droit au chemin vers Palerme, et que le harnois et les autres choses
fussent conduites par mer après l'ost. Il n'a d'une cité jusques à
l'autre que deux journées; tantost se mistrent au chemin, et firent
tant qu'il vindrent à Palerme. La cité de Palerme est le maistre siège
de toute la terre de Secile et la maistre cité; et si dient aucuns que
Messines doit estre le maistre chief, pour ce que Messines est plus
riche et plus plaine de marchéandise et de gent: ilec séjourna le roy
quinze jours entiers.

Après ce, il fu commandé que l'ost s'avançast et se mist au chemin
droit à Messines; si entrèrent au far et passèrent tout oultre à navie;
puis entrèrent en la terre de Calabre et passèrent tout oultre sans
séjourner. Puis entrèrent en la terre de Puille et cheminèrent tant
qu'il vindrent en une cité qui a non Martrenue[19]. Si advint que
madame Ysabel, femme le roy Phelippe, passoit le fleuve qui estoit
dessoubs la cité sans navie, si la hurta le cheval sur quoy elle
séoit si forment que elle chéy et tresbucha à terre, si se desroia et
desrompi toute, et si estoit enceinte et toute plaine d'enfant. Quant
elle fu dresciée, elle fu portée à une autre cité qui a nom Cousance,
et de douleur et angoisse que elle ot elle ala de vie à trespassement;
dont le roy fu moult dolent et moult couroucié, et tous les barons de
France et tous les autres en furent troublés: l'en fist célébrer son
service en grant dévocion.

[Note 19: _Martrenue_. Aujourd'hui _Martorano_. «Dum quemdam fluvium
subtus Matrenensem urbem Calabriæ pertransisset absque navigio.» (Gesta
Philippi III, p. 524.)]

Après le service, s'acheminèrent et entrèrent en la terre de Labour,
et puis en celle d'Espaigne[20], et errèrent tant qu'il vindrent à
Romme. Illec séjourna un pou de temps, et requistrent les apostres
et les sains. D'ilec s'en alèrent droit à Viterbe, là où la court
estoit. Mais il n'y avoit point d'apostole, et estoient les cardinaux
en grant descort pour faire apostole. Pour ceste chose, il furent
enclos et enserrés en une sale, et leur dist-l'en bien que jamais
n'istroient jusques à tant qu'il eussent fait nouvel pape. Le roy
Phelippe leur pria et admonesta pour Dieu et pour leur ames qu'il
fissent honnestement tel pasteur qui fust proffitable à saincte églyse
gouverner, et baisa chascun en la bouche en remembrance de paix et
franchise, et que il ne missent en oubli l'admonestement que il leur
avoit dit.

[Note 20: _D'Espaigne_. Bévue de copiste. Il falloit Campaigne.
(_Campanie_.)]


XII.

_Coment Guy de Montfort occist Henry le fils au roy d'Alemaigne pour ce
qu'il avoit occis son père._

Avant que le roy de France venist à Viterbe né que il fust en la
ville entré, Henry le fils au roy d'Alemaigne vint en la cité. Guy de
Montfort sot bien sa venue, si se hasta moult de savoir son repaire
et où il estoit. En moult grant pensée estoit coment il le pourroit
occire. La cause pour quoy ce estoit fu pour ce que Simon de Montfort
conte de Lincestre, père de celluy Guy, fu occis en bataille par le
conseil de celluy Henry. Tant fu espié de jour et de nuit que Guy le
trouva en l'églyse Saint-Laurent assez près de son hostel; si le cuida
chacier hors du moustier, si ne pot pour la presse de la gent.

Quant il vit qu'il ne le pourroit avoir, si le féri d'un coustel parmi
le corps, si que il chéy à terre du grant coup que il luy donna, puis
le traina hors du moustier. Henry luy cria merci jointes mains qu'il
ne l'occist mie! et il repondi: «Tu n'eus point pitié de mon père et
de mes frères.» Si le féri de rechief du coustel qu'il tenoit, trois
fois ou quatre, tant qu'il le laissa tout mort. Oncques la gent Henry
ne furent si osés qu'il s'osassent mouvoir, pour la mesnie Guy qui près
estoient pour eux occire maintenant.

Quant ce fu fait, Guy monta et sa compaignie qui tous estoient près
de luy recevoir; si s'en ala tout droit au conte Raoul de Toscanne;
car il avoit sa fille espousée, et devoit tenir toute sa terre après
son décès. L'en aporta nouvelles au roy de France de la mort Henry
d'Alemaingne et coment il avoit esté occis, si en eut despit et
desdaing de ce que Guy avoit fait si villain fait et si villain meurtre
en la présence de sa venue, et commanda que s'il venoit à sa court que
il fust pris et retenu. Puis en souffri Guy grant pénitence, car il en
fu enchartré en un fort chastel et y demoura tant que l'apostole luy
fist grace et miséricorde.


XIII.

_Coment le roy passa Lombardie._

Ne demoura guaires que le roy de France se parti de Viterbe, luy et sa
gent, et passèrent le mont de Flascon[21], et entrèrent en Toscanne;
et tant errèrent que il vindrent à Orbevire[22] et montèrent le mont
de Bergue, et passèrent la cité de Florence, et entrèrent ès plains de
Lombardie et vindrent droit à Bouloingne la crasse. Illec se reposèrent
une journée et l'endemain bien matin s'en partirent et s'en vindrent
tout droit à Cremonne. Là trouvèrent les bourgois de la ville si
orgueilleux et si vilains que il ne vouldrent pas livrer hostel aux
chambellans le roy, pour son propre corps hebergier, ains convint que
le roy fust hebergié aux Frères meneurs. Si leur fu dit et conté des
sages hommes, qui bien savoient le povoir de France, que trop avoient
fait grant folie, et que grans maux leur en pourroient venir. Si se
repentirent tantost, et vindrent les maistres et les échevins de la
ville au roy Phelippe, et luy prièrent que il ne s'esmeust né ne se
courouçast, et que volentiers feroient ce qu'il luy plairoit et que
tous les biens de la ville estoient en son commandement. Le roy fist
semblant que riens ne luy en fust et que il ne luy en chaloit. Au matin
s'arroutèrent les François et se ordennèrent à aler vers la cité de
Milan. Mais avant que le roy fust hors de la seigneurie de Cremonne,
les bourgois de la ville de Milan luy vindrent à l'encontre, et le
receurent moult honnorablement tant comme il porent, et le conduirent
à grant joie et à grant honneur jusques au palais. Et luy descendu
et reposé, il aprestèrent douze destriers, les plus biaux qu'il
porent trouver, et les firent tous couvrir de soie, et les firent
tous conduire au palais, et les présentèrent tous au roy de par les
seigneurs de la ville, et luy prièrent moult qu'il voulsist estre leur
seigneur, et que il receust la cité en sa garde et en sa deffense.
Le roy les mercia moult de l'onneur qu'il luy portoient et de la
courtoisie que il luy présentoient à faire; mais des deniers et des
autres choses se fist-il excuser et n'en voult nuls prendre.

[Note 21: _Le mont de Flascon_. Montefiascone.]

[Note 22: _Orbevire_. C'est _Orviète_. Le latin dit: «Urbeveteri,
Montebargue et Florentia urbibus peragratis.» (Vita Phil. III,
p. 525.)]

L'endemain se parti le roy de Milan avec grant convoy des greigneurs de
la ville. Si n'ot pas alé moult avant que le marchis de Montferrant luy
vint à rencontre qui à grant joie et à grant honneur le receut; et luy
offri, luy et ses biens, d'estre tous près à faire son commandement.
Tant chemina le roy et sa gent, que il vint à Vergiaus[23]. Illec
séjourna trois jours, et puis se mist au chemin et entra en Savoie,
et vint à une cité qui est nommée Susanne[24] qui est assez près des
montaignes. Illec demoura trois jours entiers pour prendre repos luy et
sa gent et les chevaux, pour estre plus viguereux et plus fors à passer
les montaignes.

[Note 23: _Vergiaus_. Verceil.]

[Note 24: _Suzanne_. Suze. «Suzam civitatem antiquam in Alpibus.»
L'ancienne _Séguse_.]

Après ce, il entrèrent ès montaignes et passèrent les mons de Gieu[25]
à grant paine et à grant labour, et puis s'arroutèrent et entrèrent ès
vaux de Morienne. Si tournèrent droit pour aler à Lion sur le Rosne et
chevauchièrent tant que il vindrent à la cité de Macon en Bourgoigne,
et passèrent tout oultre et tant que il vindrent à Clugny en l'abbaye,
où le roy fu moult honnorablement receu.

[Note 25: _Mons de Gieu_. _Montjeu_, _Montjou_, ou _Monsjovis_. Ce sont
les monts Cenis. _Montes Cinisii_.]

D'illec se partirent et issirent de la terre de Bourgoigne et entrèrent
en Champaigne et vindrent droit à Troies. Si passèrent toute Champaigne
et errèrent tant qu'il entrèrent en la terre et en la seigneurie de
Paris.


XIV.

_De la sépulture le saint roy Loys et de la mort son frère le conte de
Poitiers, et de Jehan Tristan, et de Pierre le chambellent, et de ma
dame Ysabel, la femme le roy Phelippe._

Quant le roy fu revenu à Paris que il désiroit moult à veoir, il fu
lors commandé que l'en aournast les corps qui avoient été aportés de
lointaines terres. Quant il furent près et aournés, le bon roy Phelippe
prist son père et le conduist droit à Nostre-Dame de Paris, avec les
autres qui estoient mors en la voie de Tunes. Si leur chanta les
vigiles hautement et bien, et avoit grant foison de luminaire environ
les bières embrasé, à grant compaignie de noble gent qui toute la nuit
veillèrent jusques au jour. L'endemain au matin, le roy Phelippe prist
son père et le troussa sus ses espaules, et se mist à la voie tout à
pié pour aler droit à Saint-Denis. Avec luy furent grant plenté de
nobles hommes de France. Toutes les religions de Paris issirent hors
bien et ordennéement à grans processions, disans le service des mors,
en priant pour l'ame du bon roy qui tant les amoit.

Archevesques, évesques et abbés furent revestus; les mitres ès testes,
les croces ès poings alèrent après, en bonne dévocion, disans leur
prières et leur oroisons. Tant alèrent pas avant autre que il vindrent
à Saint-Denis. Mais avant qu'il venissent en la ville, le couvent leur
vint à rencontre, et furent tous les moines revestus de chappes de
cuer, chascun un cierge ardant en sa main, et receurent humblement le
corps monseigneur saint Loys. Si comme l'en vouloit entrer au moustier,
les portes furent closes contre leur venue. La cause si fu pour ce que
l'archevesque de Sens et l'évesque de Paris estoient revestus de leur
garnemens pour le corps du saint roy recevoir et de ses compaignons;
mais les moines de Saint-Denys ne le porent souffrir; pource qu'il
voulsissent user de leur franchise, et avoir juridicion sur l'église
ainsi comme il ont sur les autres de leur diocèse. Car les moines de
Saint-Denys sont exemps, né ne feroient pour l'archevesque riens, né
pour l'évesque, s'il ne leur plaisoit et sé ce n'estoit à leur gré.

Le roy fu devant la porte, son père sur ses espaules, et les barons et
les prélas qui en l'églyse entrer ne povoient. Doncques il fu commandé
à l'archevesque et à l'évesque qu'il s'alassent desvestir, et que il ne
fissent nul empeschement à si haute besoigne.

Quant il s'en furent alés, portes furent ouvertes, et le roy entra ens,
et les barons et les prélas si commencièrent à chanter bien hautement
le service des feus[26], bien et dignement; et puis enterrèrent les
sainctes reliques et les ossemens du saint roy Loys d'encoste son
père le roy Loys, assez près de son aïeul le roy Phelippe qui tant fu
puissant en armes; et puis y mistrent une tombe d'or et d'argent, et de
noble faicture. Les ossemens Pierre le chambellenc furent enterrés aux
piés saint Loys, en telle manière et ainsi coment il gisoit à ses piés
quant il estoit en vie. Ma dame Ysabel fu enterrée d'autre part assez
près du bon roy, et messire Jehan Tristan, conte de Nevers, d'encoste
luy.

[Note 26: _Feus_. Des morts, des _défunts_. Si je ne me trompe, cette
expression _feu_ ne répond pas à celle de _fuit_, mais à celle de
_functus_.]

Le trespassement au conte de Poitiers devons nous bien raconter et
mettre en mémoire. Car comme le bon conte revenoit de Tunes avec le roy
Phelippe son nepveu, avint que il acoucha malade, avec luy sa femme et
toute sa mesnie, si qu'il n'en demoura nul de qui il se peust aidier,
en un chastel qui est nommé le Cornet[27], à l'issue de Toscane. Tant
se hasta la maladie que il pensa que il li convenoit partir de ce
siècle, et fist et ordenna son testament comme bon crestien, et ordenna
sa sépulture à Sainct-Denis en France, avec son père et ses autres
amis, et donna bonne rente pour célébrer son aniversaire chascun an. Sa
gent et sa mesnie le portèrent à Saint-Denys et l'enterrèrent de lès
son frère.

[Note 27: _Le Cornet_. Corneto.]

La contesse sa femme qui trop pou vesqui après la mort son seigneur,
fu portée à une abbaye de nonnains où elle avoit esleu sa sépulture;
et l'abbaye siet à quatre milles de Meleun sur Saine et est appellée
Jarcy[28]: la conté de Thoulouse et la conté de Poitiers descendirent
et vinrent au roy de France, pour ce qu'il n'avoient nul hoir de leur
corps.

[Note 28: _Jarcy_ ou _Jercy_. «Ad quamdam abbatiam monialium, cui nom
en est _Garciacum_, quam in pago Meledunensi propè abbatiam Esderæ ipsa
fundaverat ...» (Gesta Phil. III, p. 526.)]


XV.

ANNÉE 1271

_Coment le roy Phelippe fils saint Loys fu couronné à Rains._

L'an de grace mil deux cens soixante et onze, droit à l'Assompcion
Nostre-Dame, Phelippe roy de France vint à Rains et fu couronné par
l'évesque de Soissons, car il n'y avoit point d'archevesque à Rains,
ains estoit le siège vacant. Si fu la feste moult grant, et y furent
les barons du royaume de France, et grant foison de prélas et plusieurs
autres. Les roys de France ont acoustumé, dès le temps Charlemaine,
le grant roy de France et empereur des Romains, de faire porter
Joieuse[29] devant eux, le jour de leur couronnement, en l'honneur et
la puissance du roy Charlemaine qui tant de terres conquist et tant
Sarrasins mata. Si la doit baillier le roy au plus loial et au plus
preud'homme du royaume et de tous ses barons, et à celuy qui plus aime
l'honneur et le prouffit du royaume et de la couronne, qui la porte
devant luy, quant il va à son couronnement.

[Note 29: C'est comme on sait le nom de l'épée de Charlemagne.]

Le roy Phelippe si regarda environ luy bien et appertement tous ses
barons, si la tendi à Robert conte d'Artois; et cil la prist et porta
devant luy moult liement celle journée. Celle espée qui a nom Joieuse,
et la couronne et le sceptre royal, et les autres aournemens sont
gardés au trésor Saint-Denis moult chièrement, et bien sont tenus les
moines d'envoier-les au couronnement, en quelque lieu que il soit.
Quant la feste fu passée les bavons et les haus hommes se départirent,
et ala chascun en sa contrée: le roy se départi et ala droit en
Vermendois visiter le pays et soy esbatre.

Ainsi comme il estoit illec, le conte d'Artois luy pria qu'il venist
deporter soy en son pays, et qu'il venist veoir la cité d'Arras; le roy
luy octroia volentiers. Les bourgois qui sorent la venue commencièrent
à faire grant feste, et parèrent la ville et mistrent hors le vair
et le gris, et moult d'autres grans richesces, et receurent le roy à
grant léesce, et à si grant joie comme il porent plus; né il n'est nul
homme qui peust dire que oncquesmais eust veu plus belle feste né plus
grant. Le conte d'Artois manda les dames et les damoiselles du pays,
pour faire tresces[30] et caroles avec les femmes aux bourgois qui
s'estudioient de dancier et d'espinguier, et se demenoient en toutes
manières à leur povoir, qui deust plaire au roy[31]. Quant le roy ot
ainsi esté honnouré, si luy prist talent de retourner en France.

[Note 30: _Tresces_. Danses, rondes.]

[Note 31: Le latin dit: «Mandavit comes omnes dominas et domicellas
illius patriæ, ut cum uxoribus burgensium urbis choreas ducentes, et
lætitiæ et exultationi intendentes, totam lætificarent civitatem.»]


XVI.

_De la contenance le roy Phelippe et de sa manière._

Après ce que le roy fu retourné en France, et il fu entré au siège son
père, si commença à estudier en bonnes moeurs et en bonnes oeuvres.
L'en treuve en escripture que la félonnie du père fait tresbuchier
ce dessus dessoubs[32] la maison au fils; et quant le père est sans
félonnie, l'ame de son fils est plus seure et plus ferme. Ceste
grant grace fist quant il mist Phelippe son fils en son siège et en
son throsne; si comme il fu dit à David: _Si custodierint filii tui
testamentum meum et testimonia mea hec que docebo eos, et filii eorum
usque in seculum sedebunt super sedem tuam._

[Note 32: _Ce dessus dessous_. Nous disons aujourd'hui par corruption:
_Sens dessus dessous_.]

C'est-à-dire: _Sé tes enfans gardent mon commandement et font ce que
je leur commande à faire, toute leur ligniée sera sage, et sera en ton
siège et en ton trone._ Ainsi fist le roy Phelippe, il n'oublia point
ce que son père luy commanda quant il fu en sa dernière volenté, et que
il usast du conseil des sages et des preud'hommes. Il usa du conseil
maistre Macy abbé de Saint-Denys qui estoit homme religieux et aourné
de fleur de sapience, et luy bailla toutes les causes et les besoignes
de son royaume, comme et en la manière que son père le faisoit.

Puis que sa femme fu deviée, il ne voult estre sans pénitence; car il
vestoit la haire et le haubert dessus pour ce qu'il peust mieux sa char
estraindre et chastier; avec tout ce qu'il jeunoit et faisoit grant
abstinence de viandes; et tout ce faisoit-il qu'il ne fust souillé des
vices de humaine nature. Et toute ceste vie maintint-il toute sa vie
jusques à la mort, pourquoy l'en pourroit dire qu'il menoit mieux vie
de moine que de chevalier. Il estoit plain de belles parolles et bien
emparlé; si estoit entre ses barons sage et attrempé, sans nul beuban
et sans nul orgueil: par les bonnes vertus qui en luy resplendissoient
tint-il son royaume en paix tous les jours de sa vie[33].

[Note 33: Le texte du msc. nº 8396-2 est moins favorable à ce prince:
«Cil roy Phelippe amoit moult le déduit de chacier en bois et mout i
aloit volentiers. Et fu grant pièce mout enfantibles, en sa jonesce. Et
s'en tenoient la gent dou royaume mal apaiée, et sachiés que li gentil
homme li savoient mout mauvais gré de ce qu'il ne les apeloit plus en
sa compaignie.»]


XVII.

ANNÉE 1272

_Coment le conte de Fois se revela contre le roy de France._

Il avint au tiers an du règne le roy Phelippe que ès parties devers
Thoulouse, entre le conte d'Armignac et Girart, un vaillant chevalier,
chastellain d'un chastel qui est nommé Casebonne[34], mut contens et
haine. Si s'entredeffioient et assailloient souvent l'un l'autre. Si
avint que le conte d'Armignac vint tout armé devant le chastel à toute
sa compaingnie, et commença Girart à menacier et à laidir de parolles.
Quant Girart vit ce, si ne fu point lie de ce que il le venoit laidir
et ramposner si près de son chastel. Si issi hors à tant de gent comme
il pot avoir, et se férit entre ses ennemis fort et hardiement, et
encontra tout premièrement le frère[35] au conte, si le féri d'une
lance si grant cop qu'il luy perça tout oultre le haubert, et luy
trencha tout le foie et le cuer, et chéy à terre tout mort.

[Note 34: _Casebonne_. Casaubon.]

[Note 35: _Le frère_. Nommé _Arnaud_.]

Après, il courut sus à luy et aux siens et chaplèrent grant pièce
les uns sur les autres; à la parfin, il tint le conte si court que
il convint par force qu'il s'enfouist: et Girart s'en retourna en
son chastel. Après ce, ne demoura gaires que le conte d'Armignac fu
entalenté de vengier sa honte et la mort de son frère: si manda tous
les plus puissans et les plus nobles hommes de son lignage, entre
lesquiels le conte de Fois fu l'un des meilleurs et des plus riches,
si prindrent conseil ensemble qu'il iroient tresbuchier le chastel de
Casabonne, ei destruiroient Girart et toute sa mesnie.

A Girart fu dit et conté la grant gent qui venoient sus luy et
devoient venir, et que le conte de Fois estoit venu en l'aide le conte
d'Armignac. Si vit bien qu'il ne pourroit durer contre si grant gent,
si se transmua et se mist en la garde et en la deffense du roy de
France, et de ses seneschaux et de ses baillifs qui représentoient la
personne du roy de France, qui gardoient et deffendoient le pays; et se
soubmist du tout à eux, et que il congneussent du fait et de la cause,
et en voulloit estre jugié par eux. Si s'en vint demourer en un chastel
qui estoit au roy de France, et y fist venir sa femme et ses enfans et
tous ses biens, et cuidoit bien qu'il n'osassent le chastel assaillir
pour la doubte au roy de France. Mais le conte de Fois et sa suite ne
laissièrent oncques, pour la gent le roy, à venir vers le chastel. Il
assaillirent de toutes pars et tresbuchièrent les murs et abatirent les
portes, et entrèrent ens, et occistrent assez de la gent le roy et de
la gent Girart; et commencièrent à querre Girart à mont et aval, mais
Girart s'enfouy repostement, si que il ne le porent ocire.

Ne demoura gaires que les nouvelles en vindrent en France au roy: quant
il oï ce, le cuer si luy angroissa, et conçut moult grant indignacion
de ce fait, et meismement de son règne. Si assembla ses barons et manda
son ost si grant que il deust toute terre faire frémir. Le roy et sa
gent furent assemblés à Thoulouse, et fu commandé que l'en entrast en
la terre au conte de Fois et que l'en despoillast et gastast tout.
Ainsi fu fait comme il fu commandé, et alèrent tant qu'il vindrent aux
montaignes, si les montèrent et vindrent tout en haut et vindrent près
du chastel de Fois, si tendirent leur tentes et leur paveillons tout
environ.

Le conte de Fois et avec luy sa femme et toute sa mesnie estoient tout
asseur avec grant foison d'Albigois, si comme il leur estoit advis,
et cuidoient que le chastel ne deust estre pris en nulle manière, et
que bien se tenist contre tous. Le roy et sa gent regardoient qu'il ne
se povoient pas tant approchier du chastel si comme il voudroient; si
s'esmut le roy qui estoit de grant courage, et jura que jamais ne s'en
partiroit jusques à tant qu'il eust le chastel tresbuchié et mis par
terre ou que il luy seroit rendu. Si se conseilla coment il en pourroit
exploitier. Si luy fu loé qu'il mandast ouvriers qui trébuchassent la
roche et que il féissent la voie large, si que sa gent peussent aler à
pié et à cheval.

Si commencièrent les ouvriers à trenchier la roche et à faire la voie
grant et large, si que la gent à pied et à cheval y porent passer.
Quant le conte de Fois vit ce que le roy estoit si ferme en son propos,
il se conseilla qu'il pourroit faire et coment il pourroit eschiver ce
péril. Si luy fu conseillié qu'il s'accordast au roy hastivement: il
prist messages et les envoia au roy, et luy pria et supplia qu'il luy
pardonnast son mautalent, et que il mettroit luy et tous ses biens en
sa mercy pour en faire sa volenté.

Le roy oï ses messages et luy mandast qu'il venist à luy en telle
manière comme il avoit mandé. Tantost le conte vint devant le roy et
s'agenouilla et luy requist mercy, et le roy luy dist que il luy feroit
plus de bien que il n'avoit desservi. Tantost fu pris et lié et mené à
Biauquesne[36], et demoura là un an tout entier. Le roy prist toute sa
terre en sa main, sa femme et tous ses enfans; puis retourna en France.
Quant un an fu accompli, le conte fu mis hors de prison et servit à
court les autres nobles hommes, et ot la grace du roy tant que il le
fist chevalier et luy donna armes, et l'envoia aux tournoiemens pour
aprendre le fait des armes[37]. Après toutes ces choses, le roy rendi
au conte de Fois toute sa terre franchement et quitement, et luy donna
congié de retourner en son païs.

[Note 36: _Biauquesne_. Sans-doute Beaucaire. Le latin dit: _Bellum
quercum_.]

[Note 37: Le latin offre ici dans le sens quelque différence:
«Tantam gratiam apud regem obtinuit ut ipsum novum militem faceret,
et magistros ac custodes in armis traderet ad tyrocinia exercenda.»
On peut être surpris de voir le comte de Foix, après avoir fait ses
preuves d'homme de guerre, venir apprendre à Paris l'art de soutenir
une joute. Peut-être faut-il attribuer cette ignorance à l'effet des
ordonnances de saint Louis contre les tournois.]


XVIII.

_De Raoul d'Aussoy qui fu couronné à roy d'Alemaigne._

L'an de grace mil deux cens soixante et douze, Raoul d'Aussoy[38] fu
couronné à roy d'Alemaingne. Henry le roy de Navarre espousa la suer
le conte d'Artois, de laquelle il engendra madame Jehanne qui puis
fu royne de France. Le conte d'Alençon espousa la fille au conte de
Blois. En celle année meisme vint l'apostole Grégoire à Lyon sur le
Rosne, droit environ caresme et fist un concile général où il ot moult
grant assemblée de prélas et de barons. Le roy de France vint à Lyon
et visita l'apostole et le salua moult courtoisement et lui fist grant
honneur comme à son père espirituel, et parlèrent ensemble d'aucunes
besoignes qui appartenoient au royaume de France.

[Note 38: _Raoul d'Aussoy_ ou _d'Alsace_. C'est Rodolphe de Hapsbourg,
déjà reconnu plus haut dans la vie de saint Louis, ch. 100.]

Quant il orent ordonné des besoignes du royaume et des choses
prouffitables, l'apostole luy donna sa bénéiçon, et luy pria moult que
il gouvernast si son royaume que ce feust au prouffit et au sauvement
de s'ame. Le roy prist congié et s'en retourna en France pour ce que
l'apostole vouloit illec séjourner et tenoit concile général. Le roy
Phelippe luy laissa grant foison de chevaliers et de sergens d'armes,
pour garder l'apostole et ses cardinaulx et tous ceux de la court, que
nul encombrement ne leur feust fait; et commanda le roy que l'apostole
eust trois fors chasteaulx et deffensables qui feussent en son
commandement, qui sont des appartenances et de la seigneurie du royaume
de France, assis assez près de Lyon, pour son propre corps garder et
deffendre, sé mestier feust[39].

[Note 39: Ce don de trois châteaux fait au pape n'est pas mentionné
dans le latin.]

Le concile général commença dès les kalendes de may et dura jusques à
la Magdaleine. En ce concile général ot fait moult de bonnes besoignes
et prouffitables. L'en ordenna premièrement et establi que l'apostole
fust esleu des cardinaulx et en pou de temps, ou que l'en les méist
en prison fermée, et que l'en leur donnast pou viandes jusques à tant
qu'ils se feussent accordés.

Après ce, il fu accordé que la dixième partie des biens de saincte
eglyse feussent donnés et octroiés jusques à six ans pour soustenir et
deffendre la terre d'Oultre-mer. En ce meisme concile furent quassées
aucunes religions qui vivoient d'aumosnes; (si comme les frères des
Sacs et les frères des Prés et pluseurs autres), et les bigames[40]
furent cassés et mis hors de tous privilèges de clerc, et furent
abandonnés à laie justice ainsi comme laie gent. En la fin du concile
vindrent les messages des Griex[41] courtoisement et bien noblement, et
distrent et promistrent qu'il estoient de la court de saincte églyse et
confessèrent le Père, le Fils et le Sainct Esperit, et chantèrent en
plein concile, à haulte voix: _credo in Deum_.

[Note 40: _Les bigames_. Ceux qui après avoir eu deux femmes se
rendoient religieux. «A celuy concille furent cil qui avoient espousé
fames veves, ou qui se marioient par deux fois, condampnés à estre
bigames.» (Texte du msc. 8396-2.)--Pour les frères des _Sacs_, voy.
plus haut, Vie de saint Louis, chap. 80.]

[Note 41: _Des Griex_. Le latin ajoute: _Et Tartarorum_, p. 528.]

Le nombre des archevesques et des évesques qui en ce concile furent
assemblés fu estimé à cinq cens, et des abbés croces portant jusques à
soixante, et d'autres prélas jusques à mil.


XIX.

ANNÉE 1274

_De la royne Marie, femme le roy Phelippe, et de la mort le roy Henry
de Navarre._

Le roy Phelippe ot conseil de soy marier et de prendre femme. Si luy fu
parlé de pluseurs femmes de haulte lingniée et de hault parage. Entre
les autres dames luy vindrent nouvelles de damoiselle Marie, fille au
duc de Breban, pour ce qu'elle estoit belle et sage et plaine de bonne
meurs. Si fu accordé que le roy la préist à femme, si la manda par ses
messages. Quant le duc Jehan oï la nouvelle, si fu moult lie et reçut
les messages tant honnourablement come il pot, et luy envoia sa fille
aournée de joiaulx et de riche atour, si comme il appartenoit à telle
dame. Le roy espousa la dame et la cueilli en grant amour. Pierre de
la Broce, maistre chambellenc du roy, moult enflé et desdaigneux de ce
que le roy amoit tant sa femme, ot trop grant envie[42], et luy fu avis
qu'il ne seroit plus si privé de luy comme il estoit devant, et que la
grant haultesce où il estoit monté pourrait bien abaissier.

[Note 42: Les _Gesta_ ajoutent ici: _Ut aliqui adfirmabant._]

Si pourpensa de jour en jour coment il pourroit apeticier l'amour qui
estoit entre le roy et la royne; né ne regardoit point le lieu dont
il estoit venu né le bas estat où il avoit esté; car, quant il vint
à la court le roy Loys, il estoit un povre cirurgien et estoit né de
Touraine[43]: si monta tant en hault que le roy Phelippe en fist son
chambellanc, et que il ne fesoit riens fors par son conseil; né les
barons né les prélas ne faisoient riens à court sé ne li faisoient
grans présens et grans dons.

[Note 43: Plusieurs actes contemporains prouvent que Pierre de la
Brosse étoit d'une naissance plus relevée qu'on ne le supposoit après
sa mort. Voyez les pièces justificatives de la _Complainte de Pierre de
la Brosse_, publiée par M. Jubinal.]

Ceste chose desplut moult aux barons, et orent grant indignacion de
ce que il avoit si grant puissance devers le roy, et faisoit si sa
volenté; né ne demandoit riens au roy, tant feust grand chose, qui de
riens lui feust esconduit. Il requist au roy que maistre Pierre de
Bavay, cousin sa femme, feust évesque de Baieux, et tantost le roy
voult et commanda qu'il feust évesque; le chapitre de Baieux ne l'osa
contredire pour la doubtance du roy. Le roy maria ses fils et ses
filles là où il voult demander et commander, et tout à sa volenté.

Henry, conte de Champaigne et roy de Navarre, mourut celle année
meisme. Sa femme demoura veuve et ot une fille de luy qui avoit nom
Jehanne, et estoit si petite que elle gisoit au bercueil. Quant elle
oï la mort de son seigneur, si se hasta moult de porter son enfant en
France pour la doubtance de ceux de Navarre, qu'il ne luy en féissent
ennuy ou aucun contraire. Le roy Phelippe receut l'enfant doulcement et
volentiers, et le fist nourrir à sa court avec ses gens et ses enfans,
tant que elle feust en aage que il la peust donner à aucun hault homme
à marier.

Pour ceste chose faire et accomplir au prouffit de l'enfant, le roy
envoia maistre Huitasse de Biaumarchais en Navarre, et si luy commanda
qu'il receust en son nom et comme tuteur et garde de l'enfant, les
hommages des barons de Navarre. Monseigneur Huitasse se hasta moult de
faire son commandement, et vint au plus tost qu'il pot en la contrée
de Navarre, et monstra le commandement le roy de France aux barons et
aux bourgois du païs; et s'arresta tout premièrement en la cité de
Pampelune et fist illec sa garnison des François et de sa gent[44];
et s'en ala par chasteaulx et par cités en faisant le prouffit et
l'honneur du roy au mielx qu'il pot et qu'il sot, en recevant les
hommages et les sermens des barons du païs.

[Note 44: _Sa garnison des François et de sa gent._ «Pertransiensque
usquè ad Pampilionem regni illius regiam civitatem, garnisionem suam et
gentes suas Francigenas tutiori loco quò potuit, sagaciter introduxit.»
(Gesta Phil. III.)]


XX.

_Du couronnement la royne Marie._

Prélas et barons du royaume de France et d'Alemaigne[45] s'assemblèrent
et vindrent à Paris, et de pluseurs autres nacions, pour ce que la
royne Marie devoit estre couronnée. Si fu l'assemblée moult grant et
moult belle de haulx princes, de haulx hommes et de moult grans barons.
L'archevesque de Rains chanta la grant messe; après ce que il l'ot
chantée, il mist la couronne sur le chief la royne Marie, et la sacra
et benéy ainsi comme il ont acoustumé en France, et fu droitement le
jour de la feste saint Jehan-Baptiste, l'an de grace mil deux cens
soixante et quinze.

[Note 45: Par _Allemagne_ il faut entendre ici sans doute le Brabant
et le Hainaut, qu'on désignoit également sous le nom général de _Pays
Thiois_.]

La feste fu moult noble et moult belle, si que à paines le pourroit nul
raconter. Les chevaliers estoient vestus de dras de diverses couleurs.
Une fois estoient en vair et l'autre en gris, en vert ou en escarlate,
et en pluseurs autres nobles couleurs; les fermaus d'or ès poitrines,
et sus les espaules de grosses pierres précieuses, si comme esmeraudes,
saphirs, jacintes, pelles, rubis et pluseurs autres pierres précieuses
de pluseurs autres manières. Si avoient aniaux d'or ès dois aournés de
riches diamans et de riches topazes, et estoient leur chefs[46] aournés
de riches treçoirs et de riches guimples toutes tissues à fin or et
couvertes de pelles et autres pierres.

[Note 46: _Et estoient leur chiefs._ Le msc. nº 6, Sup. fr., porte:
«_Et estoient leurs atournés de riches guimpes._» Il faudroit, je
crois, partout: _Et estoient leur femmes_, etc.--_Pelles_. Perles.]

Les bourgois de Paris firent feste moult grant et moult sollempnel,
et encourtinèrent la ville de riches dras de diverses couleurs et de
pailes et de cendaux. Les dames et les pucelles s'esbaudissoient en
chantant diverses chançons et diverses motés. Quant la feste fu passée,
l'arcevesque de Sens vint devant le légat Simon, prestre et cardinal de
l'églyse de Saincte-Cécile, et dist au légat, en complaingnant, que il
luy féist droit de l'arcevesque de Rains qui luy faisoit tort de ce que
il avoit couronnée la royne Marie de France en sa diocèse, et que à luy
n'appartenoit riens de ce faire, sé ce n'estoit en sa province, en la
cité de Rains; et monstra l'arcevesque de Sens une épistre, qui piece
a fu accomplie et confermée par Yvon évesque de Chartres, en laquelle
il estoit contenu que l'arcevesque de Rains ne se doit entremestre du
couronnement au roy de France de nulle riens hors de sa province. Si
fu respondu de par le roy de France à l'arcevesque que à tort et sans
raison s'en plaingnoit, car la chapelle le roy qui est à Paris où la
royne fu couronnée, est exempte et n'est de riens en sa juridiccion.


XXI.

ANNÉE 1275

_De la mort Ferrant d'Espaigne._

Celle année meisme mourut Ferrant, l'ainsné fils au roy de Castelle.
Ce Ferrant avoit espousée Blanche, la fille au roy Loys, en celle
fourme et en celle manière que sé Blanche avoit hoirs du fils au roy
d'Espaigne, que le royaume venroit, après la mort du père et de l'aiol,
aux enfans de ladite Blanche entièrement. Quant Ferrant fu mort,
Blanche sa femme demoura veufve à tout deux enfans que elle ot de luy,
Ferrant et Alphonse, qui devoient par droit après la mort de leur aiol,
avoir le royaume d'Espaigne, si comme il avoit esté en convent entre
le sainct roy Loys et le roy de Castelle. Pour ce furent ces choses
affermées et octroiées des deux roys et des barons d'Espaigne; car le
roy saint Loys avoit aucun droit au royaume d'Espaigne de par madame
Blanche sa mère qui fu fille du roy de Castelle qui jadis fu.

De toutes les convenances que le roy de Castelle avoit jurées à tenir
il n'en fu rien, ains manda les barons de son royaume et leur pria
qu'il féissent hommage à Sanse son fils, et qu'il estoit enferme de son
corps et paralitique, et que il ne povoit plus le royaume maintenir.

En celle manière desherita les enfans de son premier fils, né à Blanche
leur mère il ne donna né rente né douaire né nulle autre chose dont
elle péust vivre. La bonne dame demoura toute esbahie et toute esgarée
entre les Espaignols qui guaires ne l'avoient chière.

Le roy de France sot bien le povre estat où sa suer estoit, et comment
ses nepveus estoient desherités: si en fu moult durement dolent et
couroucié. Si se conseilla coment et en quelle manière il pourroit
avoir sa suer, né oster de la chetiveté où elle estoit. Si envoia au
roy d'Espaigne messire Jehan d'Acre bouteillier de France, et luy manda
que il gardast bien que le douaire de Blanche sa suer ne feust par luy
né par autre troublé et empeschié, et que le droit que ses nepveux
avoient au royaume de Castelle leur feust gardé; et sé il ne voulloit
ce faire, au moins qu'il luy envoiast sa suer et ses deux enfans,
et qu'il leur livrast sauf conduit jusques à tant qu'ils feussent
retournés en France.

Au roy d'Espaigne vindrent les messages et luy racontèrent mot à mot
ce que leur seigneur leur avoit commandé. Mais il refusa tout, et dist
qu'il n'en feroit riens, et fu enflé et couroucié de ce que le roy de
France luy avoit mandé. Les évesques qui apperceurent la tricherie
du roy, lui requisrent que puisque autre chose n'en voulloit faire,
qu'il en laissast aller Blanche et ses deux enfans au roy de France
son frère. Il qui fu courroucié et enflé d'aucunes paroles qu'il luy
avoient dites, respondi tout estrousséement[47] que il l'emmenassent
quelle part qu'il voudroient, et qu'il n'en faisoit force[48].

[Note 47: _Estrousséement_, ou _A estrous_. Violemment.]

[Note 48: _Il n'en faisoit force_. Il n'y mettoit pas d'obstacle.]

Quant il orent ainsi estrivé par paroles de ramposnes, les messages
s'en partirent et se mistrent au chemin et emmenèrent Blanche. Les
messages se doubtèrent moult que le roy ne leur féist aucun agait et
aucun encombrement; si se hastèrent de chevauchier et d'aler par jour
et par nuit, tant qu'il vindrent à un pas qu'il ne povoient eschiver,
et passèrent tout oultre sans nul péril: car les espies au roy
d'Espaigne ne se sorent tant haster qu'il leur peussent venir au devant.

Ainsi eschapèrent des mains à leur ennemis, sans perte et sans dommage.
Aucuns des barons d'Espaigne virent que le roy leur seigneur aloit
contre son serement de ce qu'il avoit en convenant au roy de France, si
ne vouldrent faire hommage à Sanse son fils qui jà estoit en possession
du royaume d'Espaigne: entre lesquels Jehan Monge[49] en fu l'un. Pour
la raison de ce, le roy d'Espaigne luy tolli toute sa terre; et cil
s'en vint en France au roy Phelippe, et lui dist qu'il estoit prest
et appareillié d'aler contre le roy d'Espaigne et de luy grever tant
comme il pourroit, comme cil qui estoit parjure et qui avoit faussé son
serement.

[Note 49: _Monge_. «Joannes Nunnii miles strenuissimus.» (Gesta reg.
Philippi III, pag. 531.) _Nunnius_, c'est le _Nunès_ espagnol.]

Le roy Phelippe qui bien sot la vérité, le reçut moult honnourablement,
et luy dist qu'il ne s'esmaiast point, et luy donna grans dons
et luy fist admenistrer une grant somme d'argent pour faire ses
despens. Jasoit ce que le roy fu moult esmeu d'aler contre le royaume
d'Espaigne, ne voult il pas assembler son ost jusques à tant qu'il
feust conseillié aux prélas et aux barons de son royaume et que il eust
autres messages envoiés au roy d'Espaigne, pour savoir s'il feust hors
de son mauvais propos.

_Incidence_.--Robert conte d'Artois ala visiter le roy de Secile,
Charles son oncle, et demoura avec luy une pièce de temps en Puille
et en Calabre; tant que il luy prist talent de retourner en France. A
Rome vint pour visiter les apostres; sa femme qu'il ot avec luy amenée,
acoucha malade et mourut, et fu enterrée en l'églyse Sainct-Pierre
l'apostre. Le conte Robert fu moult dolent de sa femme, car elle estoit
plaine de grant bonté et sage et de grant parage. Deux enfans en
demoura au conte; Phelippe et Robert, et une fille qui puis fu femme
Ancelin de Bourgoigne[50].

[Note 50: _Ancelin de Bourgoigne_. «Othelinus comes Burgundiæ.» (Id.)
_Othon_ ou _Othelin_.]

Ainsois que le conte d'Artois fust retourné en son pays, le roy
Phelippe donna sa seur qui fu[51] femme au roy Henry de Navarre, à
Aimont, frère le roy Edouart d'Angleterre, par le conseil la royne
Marguerite sa mère. Quant le conte d'Artois le sot, si luy desplut
moult et en fu forment couroucié, car il pensoit bien que le roy
d'Angleterre n'avoit nulle amour au roy de France.

[Note 51: _Sa seur qui fu._ La soeur du comte, qui alors étoit veuve
de Henry roi de Navarre, Jehanne d'Artois.]

En ce contemple, Amaury, clerc, fils le conte Simon de Montfort qui
avoit été occis si comme nous avons dit dessus[52], menoit par mer une
sienne seur qu'il avoit, au conte de Gales, pour ce que le conte de
Gales la devoit prendre à femme. Si comme il estoient en haute mer, les
espies au roy d'Angleterre luy vindrent au devant, et les emmenèrent
pris et liés devant le roy; le dit Edouart le fist mettre en prison, et
luy tint longuement. Quant Léolin, le prince de Gales le sot, si en fu
moult dolent; si manda au roy d'Angleterre que il luy rendist sa femme,
et s'il ne vouloit ce faire, il seroit son ennemi et son contraire en
toutes manières.

[Note 52: Voy. _Vie de saint Louis_, _chap._ 89.]

Le roy d'Angleterre luy manda qu'il venist à luy ainsi comme son homme,
et il auroit conseil qu'il en devoit faire. Léolin ne voult de riens
obéir à son commandement, ains assembla sa gent et garni ses chastiaux
et ses marches et meismement une montaigne fort et deffensable, garnie
de chastiaux et de forteresces que on appelloit Senandonne[53].

[Note 53: _Senandonne_. «Snowdon, qui servoit ordinairement d'asile aux
Gallois, quand ils étoient poursuivis par les Anglois.» (Rapin Thoyras,
ad ann. 1277.)]

Au roy Edouart fu conté et dit coment il se garnissoit, et coment il
occioit tous les Anglois qui venoient en sa terre. Il assembla son ost
et se féri en Gales et en chaça Léolin jusques au Senandonne, et gasta
et ardi tout le pays. Plus avant ne pot aler pour la montaigne qui
estoit enclose de mareschières et de palus tout environ, et pour la
montaigne qui estoit fort et aspre.

Ilec demoura et assist la montaigne tout environ, et les Galois se
deffendirent bien et asprement, et se férirent par maintes fois ès
Anglois et en tuèrent assez, et emmenèrent par maintes fois la proie
au roy d'Angleterre. A la parfin les tint le roy si court que Léolin
vint à mercy; mais ce ne fu point sans grant perte de sa gent pour
l'yver qui estoit fort et plain de pluie et de vent. Si fu accordé que
Léolin auroit sa femme et que ses hoirs qui estoient de luy ne seroient
seigneurs de Gales ainsi comme leur devanciers avoient esté, et que
Léolin seroit sans plus tenu pour prince tant comme il vivroit. En
telle manière rendit à Léolin sa femme et l'espousa en sa présence; et
puis rendi Amaury, pour ce qu'il estoit clerc, aux prélas d'Angleterre
et leur commanda le roy qu'il fust bien gardé, et que sé il issoit hors
sans congié, que il les puniroit et en souffreroient paine. Mais il fu
puis délivré par le commandement l'apostole et vint en France demourer.


XXII.

ANNÉE 1276

_De la mort Loys, le premier fils le roy Phelippe._

L'an de grace mil deux cens soixante seize, avint que Loys le premier
fils le roy Phelippe mouru et fu empoisonné, ainsi comme aucuns dient.
Le roy en fu en souspeçon, et ceste souspeçon mist en son cuer Pierre
de la Broce, son maistre chambellenc: car il maintenoit et disoit en
derrenier que ce avoit fait la royne, et que elle feroit, sé elle
povoit, mourir les autres, pour ce que le royaume peust venir aux
enfans qui estoient de son corps. La court de France en fu toute esmeue
et en murmuroient pluseurs[54], tant que le roy de France le sot. Quant
le roy oï telles parolles, si fu moult pensis qui povoit avoir fait
telles traïsons; et se pensa moult en quelle manière né coment il le
pourroit savoir. Si luy fu dit et conté que à Nivelle avoit une beguine
qui estoit devine, et qui disoit nouvelles des choses passées et à
venir, et se contenoit comme saincte femme et de bonne vie[55].

[Note 54: C'est-à-dire que l'on soupçonnoit généralement la reine.
C'étoit à tort, sans doute; mais Pierre de la Brosse n'avoit peut-être
fait que prêter l'oreille à des bruits dont on ne crut bien reconnoître
la fausseté, il faut le dire, qu'après la déclaration d'une vieille
sorcière.]

[Note 55: «Erant tunc duo pseudoprophetæ in Franciâ, Vicedominus
Laudunensis ecclesiæ, et quidam sarabita pessimus; quædam beguina
Nivellensis tertia pseudoprophetissa. Qui nulla religione approbati,
Deo mentiti, etc., etc.» (Gesta Ph. III, pag. 532.)]

Et aussi avoit à Laon un homme qui estoit devin et vidame de l'églyse
de Laon, qui par art de nigromance savoit moult de choses secrètes; et
plus avant vers Alemaigne estoit un convers qui Sarrasin avoit esté,
qui grant maistre et sage se faisoit de teles besoignes, et disoit
moult de choses qui sont à avenir. «Par Dieu», dist le roy, «aucun
trouvera-l'en qui nous dira nouvelles de ce fait.» Si appella son clerc
qui bien estoit privé et homme secret, et luy pria qu'il alast vers
Laon et à Nivelle pour savoir lequel de ces deux prophètes estoit le
plus sage, et qui mieux et plus certainement diroit la vérité de ce que
l'en li demanderoit.

Le clerc ala à Laon et à Nivelle, et enquist et demanda, au plus
sagement qu'il pot, lequel estoit tenu au plus sage de telle besoigne.
Si trouva que la beguine estoit mieux creue que les autres de ce que
elle disoit. Au roy de France s'en retourna et conta tout ce qu'il
avoit trouvé. Le roy manda l'abbé de Saint-Denys qui estoit nommé Macy,
car il se fioit moult en luy, et Pierre évesque de Baieux, qui estoit
cousin Pierre de la Broce de par sa femme; et puis leur commanda qu'il
alassent à celle beguine; et que il enquerissent bien et diligemment
de celle besoigne de son fils. Au chemin se mistrent et vindrent à
Nivelle: si comme il furent descendus, l'évesque s'en parti de la
compaignie à l'abbé et fist semblant qu'il voulloit dire son service:
si s'en ala à celle dame et luy fist pluseurs demandes de l'enfant le
roy qui avoit esté empoisonné, et luy pria moult qu'elle n'en dist
riens à l'abbé de Saint-Denys en France qui avec luy estoit envoié.

L'abbé vint après et luy demanda de l'enfant, coment il estoit alé. Et
elle respondi: «J'ai parlé à l'évesque vostre compaignon, et luy ay
bien dit la vérité de quanqu'il m'a demandé, né plus né autre chose ne
m'en demandés, car nulle riens ne vous en diroie.»

Quant l'abbé oï telles parolles, il en fu moult couroucié et si pensa
qu'il y avoit traïson. Lors s'en retournèrent là où le roy estoit: et
le roy parla premièrement à l'abbé et luy demanda qu'il avoit trouvé
de celle femme, et que elle avoit dit? et il respondi que l'évesque y
estoit premièrement alé que luy, et que, quant il y ala après, elle
ne luy voult aucune chose dire. Le roy manda tantost l'évesque et luy
demanda que il avoit fait, et coment celle femme avoit parlé à luy?
L'évesque respondi: «Certes, monseigneur, ce qu'elle m'a dit est en
confession, si que pour nulle riens ne le vous oseroie desclorre né
dire.»

Quant le roy oï telles parolles, si fu irié et plain de mautalent, et
luy dist: «Par mon chief, Dant évesque, je ne vous avoie point envoié
pour la confesser; et par Dieu qui me fist, j'en sauray la vérité,
né atant ne le layray pas.» Le roy manda Thibaut évesque de Dol en
Bretaigne, et frère Arnoul de Huisemalle, chevalier de l'ordre du
Temple, et leur commanda qu'il alassent à celle devine hastivement,
et que il parlassent ensemble à elle. Lors se hastèrent moult les
messagiers et vindrent à la beguine; et luy distrent qu'il estoient
messagiers au roy de France et que, pour Dieu, elle leur dist vérité de
quanqu'il luy demanderoient.

Pluseurs demandes firent auxquelles elle respondi; quant vint à la fin,
elle leur dist: «Dictes au roy de France monseigneur, que il ne croie
pas mauvaises paroles sus sa femme, car elle est bonne envers li et
loial envers tous les siens, et de bon cuer entièrement.» Les messages
s'en vindrent au roy de France leur seigneur, et luy racontèrent toutes
les paroles que elle leur avoit dit, bien et loiaument et toute la pure
vérité. Dont pensa le roy qu'il avoit aucuns en sa court et en son
service qui ne luy estoient né bons né loiaux; sagement se contint et
fist semblant à sa chière et à sa contenance qu'il ne luy en fust riens.


XXIII.

_De la muete que le roy fist pour aler à Sauveterre._

Le roy Phelippe ne mist pas en oubli la félonnie et la desloyauté que
le roy Alfons d'Espaigne avoit fait à sa suer: si luy envoia messages
et luy manda qu'il luy envoiast ses nepveux, et que il assenast douaire
souffisant à sa suer; et sé il ne vouloit ce faire, il luy mandoit bien
qu'il courroit sur sa terre et que il en prendroit vengeance.

Les messages vindrent au roy d'Espaigne, et luy requirent, de par leur
seigneur, qu'il envoiast les enfans au roy de France leur oncle et que
il tint les convenances que il leur avoit juré et promis. Quant le roy
ot oï les messages, il respondi paroles d'orgueil et de beuban, et dist
qu'il ne feroit riens de quanques le roy de France li mandoit. Les
messages le deffièrent et luy distrent bien qu'il en verroit sa terre
gastée et arse. Lors se mistrent au chemin et raportèrent nouvelles au
roy de ce qu'il avoient trouvé.

Le roy manda tantost tous les haulx hommes de son royaume, et il
vindrent de toutes pars; néis[56] pluseurs barons d'Alemaigne y
vindrent pour la grant amour qu'il avoient au roy de France: si comme
le conte de Bar, le duc de Breban, le conte de Julliers, le conte de
Lussembourc et pluseurs autres. Quant le roy ot apresté sa besoigne,
il vint à son patron, monseigneur saint Denys, et prist congié à luy,
et demanda l'oriflambe: l'abbé luy mist en la main, et luy dist que
Nostre-Seigneur luy donnast force et victoire d'abaissier l'orgueil de
ses ennemis. Tantost s'arrouta l'ost et passa tout oultre parmi Poitou
et parmi Gascoigne.

[Note 56: _Néis_. Même.]

Quant il vindrent à l'entrée de Gascoigne, là s'arrestèrent pour
ordener de leur besoigne. Si comme il estoient ilec, les messages au
roy d'Espaigne vindrent au roy, mais il fu avant huit jours passés
qu'il peussent parler à luy. Quant il vindrent devant le roy si
commencièrent à parler grossement, ainsi comme en maintenant menaces;
et luy distrent qu'il ne fust si hardi qu'il entrast en Espaigne. Pour
chose qu'il déissent, le roy ne s'esmut né leur dit paroles villaine
né honteuse; ainsois leur dist qu'il pensoit à aler en Navarre et de
passer oultre sé il povoit. Les messages le deffièrent de par le roy
d'Espaigne leur seigneur; puis s'en retournèrent en leur pays. Tant
ala l'ost avant qu'il vint à une ville que on appelle Sauveterre en la
terre Gascon de Biart[57], assez près d'Espaigne.

[Note 57: _Gascon de Biart_. Gaston de Béarn.--[_Sauveterre_], sur les
frontières de la Basse-Navarre et du Béarn.]

Là s'assemblèrent toute la gent au roy de France de toutes pars; si
furent si grant multitude qu'il n'estoit nul qui les peust nombrer.
Viande commença à apeticier et à faillir en l'ost, né ne porent
avoir chevance pour les chevaux, car il furent mal pourveus avant
qu'il venissent au port, né que il peussent passer les montaignes.
Si attendirent et séjournèrent; et endementiers, yver commença à
approchier, les vens à haucier et les froidures à venir plaines de
pluie, de nois[58] et de gelée. Si comme l'ost estoit en tel point,
aucuns traiteurs s'approchièrent devers le roy et luy firent entendant
qu'il seroit bon de retourner, et qu'il donnast congié à sa gent
jusques au printemps, et que ses garnisons fussent plus sagement
ordonnées, pourveues et atirées. Moult fu grant dommage et grant perte
quant l'ost n'ala oultre, car il eussent prise toute Espaigne à leur
volenté.

[Note 58: _Nois_. Neiges.]


XXIV.

_De Robert d'Artois qui fu envoié en Navarre de par le roy de France._

Pou avant que le roy meust pour aler en Sauveterre, nouvelles vindrent
que Huitasse de Biaumarchais estoit assis au chastiau de Pampelune des
barons de Navarre, pour ce que Huitasse qui la terre gardoit de par
le roy de France les voulloit corrigier d'aucunes mauvaises coustumes
qu'il maintenoient au pays. Si envoia hastivement Robert, conte
d'Artois et Imbert de Biaujeu[59], et leur commanda qu'il secourussent
hastivement son chevalier et sa gent, qui de par luy y estoient alés,
et que il préissent en leur aide ceux de Thoulouse et de Carcassonne et
de Pierregort, et qu'il appelassent en leur aide Gascon de Biart et le
conte de Foy.

[Note 59: _Imbert de Biaujeu_. «Franciæ conestabularium.» (Gesta Ph.
III, pag. 534.)]

Le conte d'Artois se hasta moult et mena avec luy vingt mille hommes,
que à pié que à cheval. Tant alèrent qu'il vindrent à un chastel
qui est nommé Molans[60] et s'arrestèrent ilec tant qu'il fussent
conseilliés coment né par quel voie il pourroient entrer en Navarre.
Endementiers qu'il estoient en tel point, un prince de Navarre qui
estoit nommé Sanse[61] s'apperceut et avisa qu'il avoit mespris de
ce qu'il avoit esté contre le roy de France; si ne voult plus estre
contraire à la gent le roy né faire nul encombrement. Garse Morans[62]
si fu couroucié de ce qu'il s'estoit ainsi tourné devers le roy de
France, si le fist espier afin qu'il le peust trouver en tel point
qu'il le peust occire. Si avint que Pierre Sanse estoit couchié en son
lit: tant fist cherchier qu'il le trouva et l'occist et les chevaliers
qui estoient de sa mesnie. Quant sa femme et ses enfans sorent sa
mort, si mandèrent à monseigneur Huitasse que il luy aideroient en
toutes manières, mais il leur promist que il leur aideroit à vengier la
mort de Pierre Sanse. Ainsi comme il estoient en tel brigue et en tel
descort, le conte d'Artois se tenoit près des pors[63] à grant foison
de gent à pié et à cheval; et ala tant qu'il laissa les pors, et s'en
vint par les mons de Pirène et passa tout oultre par la terre d'Arragon
et entra au royaume de Navarre luy et tout son ost. Tant chevaucha et
ala avant qu'il vint devant la cité de Pampelune, droitement la veille
de Nostre-Dame en septembre, et assiégea la ville environ à tout son
ost.

[Note 60: _Molans_. Versus finem terræ Gasconis de Biardo, in castello
ipsius quod _Mollans_ nuncupatur.» (_Id., id._) Ce doit être _Mauléon_.]

[Note 61: _Sanse_. «Petrus Sances.»]

[Note 62: _Garse Morans_ ... «Garsium Morani, regis Franciæ
adversariorum principem et capitaneum ...» (_Id., id_.)]

[Note 63: _Des Pors_. C'est-à-dire près des chemins par
lesquels on pénétroit dans les Pyrénées. De là, la ville de
_Saint-Jean-Pied-de-Port_.]

Garse Morans qui avoit occis Pierre Sanse estoit en la cité, maistre et
capitaine de tous: avec luy estoient pluseurs barons de Navarre qui par
pluseurs fois avoient assailli messire Huitasse; et messire Huitasse
leur donnoit souvent grans assaus et les faisoit moult souvent reculer.
Quant le conte d'Artois vit qu'il ne voulloient issir hors né venir
en bataille contre luy, si fist ses engins drecier, et si fist jecter
pierres et mangonniaux qui abatoient devant eux quanqu'il trouvoient,
maisons, sales et palais. Si orent ceux de dedens grant paour, si
qu'il ne sorent que faire né que devenir, né n'avoient nulle espérance
de sauveté sé ce n'estoit par fuite: et vindrent à Garse Morant, si
luy demandèrent qu'il pourroient faire, et il leur dist qu'il ne se
esbahissent de riens et que le matin il chasceroit les François du
siège.

Quant ce vint à l'anuitier, il fist grans caroles et grans
tresches[64], et chanter à haute voix, pour donner cuer à ses bourgois
qui moult forment s'espoventoient: si disoit et maintenoit qu'il avoit
trop grant désir de combatre à ses ennemis. Si comme vint entour
mienuit, que la nuit fu bien obscure et le peuple fu acoisié, Garse
Morsant et Golsant et les autres plus nobles de Navarre issirent de
Pampelune le plus seriement qu'il porent et tournèrent en fuie.

[Note 64: _Tresches_. Rondes, sarabandes.]

Garse n'osa demourer en Navarre pour le lignage de Pierre Sanse, ains
s'en fouy tant comme il pot au roy de Castelle qui le reçut et prist à
garantir contre ses ennemis. Le peuple de Pampelune fu moult troublé et
les bourgois esbahis quant il sorent que ceux qui les devoient garantir
s'en estoient fouys; les nouvelles en vindrent au conte d'Artois qu'il
s'en estoient ainsi alés, si en fu moult courroucié, car il avoit
enpensé qu'il les présenteroit au roy de France.

Les eschevins de Pampelune mandèrent an conte d'Artois que moult
volentiers s'accorderoient à luy. Quant le conte oï ce, si envoia le
connestable de son ost à Pampelune. Si comme il parloient ensemble,
en quelle fourme il feroient paix et en quelle manière, la piétaille
coururent aux armes et aux murs et aux deffenses de la cité, pour ce
que l'en parloit de paix; si entrèrent ens malgré leur capitaines,
qui les encontredirent tant comme il porent; si robèrent et prisrent
quanqu'il porent trouver, et occirent hommes et femmes, ainsi comme
se ce feussent Sarrasins. Et prenoient à force les veufves femmes et
les pucelles et se couchièrent avec elles, et puis les despoillèrent
et tollirent quanqu'il avoient; et n'espargnièrent né églyse né
moustier, ains s'en vindrent à la tombe du roy Henry qui gisoit en
l'églyse Nostre-Dame, et cuidèrent qu'elle fust d'or et d'argent, si
la despecièrent toute et esrachièrent par pièces et par morceaux. Le
conte d'Artois fist crier à ban, par tout l'ost et en la cité, qu'il se
tenissent en paix et se souffrissent de mal faire, ou il les puniroit
des corps. Adoncques se restraindrent et tindrent de mal faire, pour
la doubtance qu'il avoient du conte d'Artois qui forment les menaçoit.
Le conte d'Artois rasseura les bourgois et les prist en sa garde et
en sa deffense, et leur rendi tant comme il pot de ce qui leur avoit
esté tollu. Quant la cité fu prise, le conte d'Artois la fist garnir
de sa gent, et les fist entrer ès forteresces pour deffendre et garder
la cité de leur ennemis. D'ilec se parti et ala partout le royaume de
Navarre et prist tout en sa main, né ne fu nul qui li osast contredire
né qui contre luy peust durer.


XXV.

_Coment le conte et Artois ala parler au roy d'Espaigne._

Quant Pampelune et toute la terre de Navarre fu en la main du conte
d'Artois, nouvelles en vindrent au roy d'Espaigne; si se doubta moult
de luy et de son royaume. Si manda au conte d'Artois, comme à son chier
cousin, salut et bonne amour, et luy manda que volentiers parleroit
à luy et le verroit. Le conte d'Artois reçut les messages moult
courtoisement et les fist demourer avecques luy tant qu'il se fust
conseillié. Tantost prist un message, et envoia au roy de France ce que
le roy d'Espaigne luy requeroit[65], et que riens ne vouldroit faire
sans son congié.

[Note 65: _Ce que le roy_, etc. C'est-à-dire: Pour lui donner avis de
l'invitation que lui faisoit le roi d'Espagne et pour le prévenir qu'il
attendroit sa permission pour s'y rendre.]

Le roy de France luy manda que bien luy plaisoit que il y alast, comme
cil qu'il tenoit pour bon et pour loial, et que moult se fioit en luy.
Quant le conte d'Artois ot congié, si se mist au chemin et ala au roy
d'Espaigne qui le reçut moult liement et à grant feste; et parlèrent
ensemble de moult de choses. Et moult luy pria le roy qu'il fist la
paix de luy et du roy de France. Le conte respondi que volentiers le
feroit. Ainsi comme il estoient ensemble, vint un message qui aporta
tout l'estat et tout le secré et tout le pensé du roy de France. Quant
le roy ot oï le message, si dist au conte d'Artois: «Biau cousin, je
ne suy point sans amis à la court de France, et ainsi me devriez-vous
obéir et aidier, par raison de lignage; j'ay tels amis qui bien me
savent mander tout son couvine, et qu'il veut faire et qu'il a en
pensé.»

Ainsi furent ensemble ne scay quans jours le roy et le conte, et se
déduisoient ensemble et se esbatoient; tant que le conte demanda congié
et le roy luy donna volentiers. Et puis le convoia et fist honneur et
courtoisie, tant comme il pot. Le conte d'Artois s'en vint tout droit
en Navarre, et pensa moult en ce que le roy d'Espaigne savoit l'estat
et le secré du roy de France; si chéy en souspeçon que ce venist de
Pierre de la Broce. Lors se conseilla à ses amis sé ce estoit bon qu'il
s'en alast en France où il demourast; si luy fu loé que il pourroit
seurement laissier la terre à garder aux chevaliers de Pierre Sanse
et à messire Huitasse de Biaumarchais, et aller en France s'il luy
plaisoit. Le conte prist les seremens des chevaliers de Pierre Sanse,
et leur pria moult de garder la terre en telle manière qu'il y eussent
honneur. A tant se départi et chevaucha tant qu'il vint en France; et
dist et raconta au roy Phelippe tout ce qu'il avoit oï et veu du roy
d'Espaigne. Le roy pensa bien que ce venoit d'aucuns de ses privés qui
estoient en son service. Pour ceste chose fu-il moult en doubtance à
quels gens né à quels personnes il se pourroit conseillier né dire son
secret.

_Incidence_.--Assez tost après, vindrent en France les messages du
royaume de Tharse, et denoncièrent au roy Phelippe de par le roy de
Tharse, leur seigneur, que sé il vouloit aler Oultre mer sur Sarrasins,
que volentiers luy aideroit en toutes les manières qu'il pourroit, et
de gent et de conseil et de toutes autres choses dont il le pourroit
aidier. Ces messages qui vindrent de Tharse n'estoient mie Tartarins,
ains estoient Georgiens. Les Georgiens sont près voisins aux Tartarins,
et sont en leur subjection et en leur commandement, et croient en
Nostre-Seigneur Jhésucrist. Il vindrent à Saint-Denys en France
célébrer la Pasque par le commandement le roy, comme bons crestiens et
parfais, selonc ce qu'il monstroient et le faisoient assavoir.

Quant il oient séjourné en France tant comme il leur plut, si s'en
repairèrent et retournèrent, et alèrent en Angleterre et distrent au
roy d'Angleterre ce meisme que il avoient dit au roy de France. L'an de
grace mil deux cens soixante dix et sept, l'apostole Johan, qui devant
estoit nommé Pierre L'Espaingnol[66], se vantoit assez souvent quant il
estoit avec ses plus privés qu'il devoit vivre longuement, et que bien
le savoit, selon la science de géométrie et d'astronomie; mais il ala
tout autrement que il ne disoit. Car si comme il séjournoit à Viterbe,
il fist faire une chambre d'encoste le palais. Si comme il ala veoir la
besoigne coment elle se faisoit, une solive tresbucha de haut et chéy
sur luy, et le debrisa et quassa tant qu'il mourut dedens les six jours
de celle froissure: si fu enterré en l'église Saint-Laurens, en la cité
meisme.

[Note 66: _Pierre L'Espaignol_. «Joannes XX natione Hispanus.» (Gesta
Ph. III, pag. 536.) Pierre d'Espagne étoit grand médecin.]


XXVI.

ANNÉE 1277

_Coment Pierre de la Broce fu pris et pendu._

En ce temps meisme advint que un message qui portoit unes lettres
acoucha malade à une abbaye. Si le sousprit le mal que il vit bien
que il luy convenoit mourir. Si appela ceux de l'abbaye, et leur fist
promettre et jurer que il ne bailleroient les lettres à nulle personne
vivant né à nul homme fors à la propre personne du roy de France. Quant
le messagier fu mort, un moine de laiens prist les lettres par le
congié de son prieur, et les porta tout droit au roy de France à Meleun
sur Saine où il estoit.

Le roy reçut le moine liement et luy fist bonne chière, puis entra en
une chambre pour estre plus privéement, et appela aucuns de ses privés,
et fist ouvrir la boiste, et aussi regarder de quel séel elle estoit
séellée. Si trouva-l'en que c'estoit le séel Pierre de la Broce. Si
ouvri-on les lectres, mais ce qui dedens estoit escript ne voult-on
point descripre né faire assavoir[67]. Moult se merveillèrent ceux qui
les lectres virent de ce qui estoit dedens. Tantost le roy se parti de
Meleun et s'en vint à Paris, et séjourna ilec trois jours. D'ilec se
parti et ala au bois de Vincennes. Là fu mandé Pierre de la Broce, et
pris et mené en prison; après il fu mené à Yanville[68], et fu mis en
la maistre tour.

[Note 67: _Ne voult-on point faire assavoir_. «Et adhuc est ignoratum.»
(Gesta Ph. III.)]

[Note 68: _Yanville_. Janville, dans le Beauvaisis.]

Nouvelles vindrent à l'évesque de Baieux que Pierre de la Broce son
cousin estoit en prison. Si s'en ala au plus tost qu'il pot à la court
de Romme, et se mist en la garde de l'apostole. Ne demoura guaires
que Pierre de la Broce fu mené à Paris. Si furent mandés pluseurs des
barons de France pour oïr le jugement Pierre de la Broce, et pourquoy
c'estoit et comment il avoit desservi mort.

Quant les barons furent assemblés, Pierre fu tantost délivré au bourrel
de Paris qui pent les larrons, à un bien matin, ains souleil levant. Si
le convoièrent au gibet les ducs de Bourgoigne et de Breban et le conte
d'Artois, et pluseurs autres barons et hommes nobles. Le commun peuple
de Paris s'esmut de toutes pars, et coururent hommes et femmes après;
car il ne povoient croire que homme de si hault estat fust devalé au
bas. Le bourrel luy mist la corde entour le col, et luy demanda s'il
voulloit riens dire, et il dit que nennil. Tantost le bourrel osta
l'eschielle, et le laissa aler entre les larrons.

Nul ne se doit fier en hautesce mondainne né en son grant estat. Car
la roe de fortune qui ne se tient en un point né en un estat l'aura
tantost dévalé et mis au bas. Tous ceux que Pierre de la Broce avoit
mis à court né de riens avanciés furent boutés hors du service, né nul
n'en demoura que l'en péust savoir[69].

[Note 69: Le chroniqueur de Saint-Denis, dans toute l'histoire de
Pierre de la Brosse, a omis celles des réflexions de Nangis qui
pouvoient rendre problématique le crime de cet infortuné favori. «Cujus
mortis causa apud vulgus _incognita_, magnam cunctis qui audierunt
admirationem et murmurationis materiam ministravit.» Ce qu'il y eut de
mieux prouvé dans toute l'affaire, ce fut la haine vouée par tous les
grands à Pierre de la Broce. Les révélations de la béguine de Nivelle,
les propos du comte d'Artois, les mystérieuses dépêches apportées par
un moine dont on ne cite pas même l'abbaye, tout avoit été mis en usage
auprès du plus crédule des rois, tandis que Marie de Brabant faisoit
aisément tourner contre le favori le crédit que lui donnoit l'amour de
son époux. Cependant, tous nos historiens modernes ont, à qui mieux
mieux, déversé l'injure sur le malheureux Pierre de la Brosse. Il faut
pourtant en excepter M. Daunou, _Histoire littéraire_, t. XIX, pag. 407
et 408, et M. Achille Jubinal, éditeur d'un recueil curieux de pièces
de vers faites à l'occasion de cette illustre disgrâce. C'est pourtant
une réhabilitation possible que celle du ministre de Philippe-le-Hardi:
indépendamment de l'auteur des _Gesta_, nous avons le témoignage d'un
contemporain bien plus illustre, de Dante lui-même qui se trouvoit à
Paris peu d'années après l'événement. Dante a placé Pierre de la Brosse
dans son Purgatoire parmi les négligens: voici la précieuse mention
qu'il lui a consacrée:

  Vidi............. l'anima divisa
  Dal corpo suo per astie et per inveggia,
  (Come dicea,) non per colpa commisa;
  Pier della Broccia dico, e qui proveggia
  Mentr'è di qua la donna di Brabante,
  Si che però non sia di peggior greggia.

«Je vis l'ame qui fu séparée du corps par ressentiment et par envie,
ainsi qu'on le disoit. Je parle de Pierre de la Brosse; et puisse la
dame de Brabant, pendant qu'elle vît encore, pourvoir à ne pas être un
jour rejetée dans une plus coupable troupe.»

Ce tercet du Dante suffit pour faire pencher la balance en faveur de la
Brosse.]


XXVII.

ANNÉE 1278

_Du soudan de Babiloine._

Bondodar, le soudan de Babiloine, avoit destruit la cité d'Antioche,
puis se tourna devers les chrestiens, et leur fist assez de maulx et
de grief. En ce temps meisme que Pierre de la Broce fu destruit, les
Tartarins furent moult courouciés de ce que Bondodar menoit si grant
maistrie en la terre d'Oultre-mer, si assaillirent Turquie et luy
mandèrent bataille. Le soudan assembla tant de gent comme il pot avoir,
et vint contre eulx en bataille; les Tartarins leur coururent sus et
en detrenchièrent et occistrent une grant partie; le soudan meisme fu
navré à mort, et se fit porter à Damas: ilec mourut des plaies qu'il ot
eues. Son fils fu élu à soudan après la mort de son père: mais il ne le
tint mie longuement en paix, car pluseurs admiraulx firent conspiration
contre luy, et le assistrent en un chastel que l'en nomme le Crac qui
siet assez près de Babiloine: tant crut et moulteplia le descort entre
eux que l'une partie occist l'autre.


XXVIII.

_De la voie que le roy de France fist au Mont de Marchant._

Le roy Phelippe assembla grant partie de ses barons et s'en ala en
Gascoigne à une ville qui est nommée le Mont de Marchant[70]. D'autre
part vint le roy d'Espaigne avec des plus nobles hommes de son païs et
commencièrent à parler de l'injure et du descort que le roy d'Espaigne
faisoit à ma dame Blanche et à ses enfans. Le roy d'Espaigne estoit
à séjour à Bayonne, si comme messages aloient et venoient d'une part
et d'autre. Si comme les deux roys estoient ainsi comme à accort, les
messages vindrent et apportèrent commandement de l'apostole que les
deux roys féissent paix et s'accordassent ensemble bonnement sus paine
d'escommeniement, si que ce fust au prouffit et à louange de saincte
églyse.

[Note 70: _Mont de Marchant_. Mont-de-Marsan.]

Quant le roy de France oï tels paroles, si ne voult qu'il en fust
parlé, ains se départi tantost du Mont de Marchant, et s'en ala tantost
à Thoulouse. Si luy vint le roy d'Arragon, luy et grant compaignie de
nobles hommes, pour l'y faire révérance et honneur. Le roy le receut
moult liement et luy donna grans dons, et luy fist grant courtoisie.
Quant le roy d'Arragon ot esté avec le roy de France tant comme il luy
plut, si prist congié et s'en retourna en sa terre, et trouva sa femme
qui avoit nom Constance, fille de Mainfroy le dampné et rescommenié: si
luy dit[71] coment et en quel manière il porroit avoir le royaume de
Secile. Et le roy Pierre luy demanda sé elle avoit oï nulle nouvelle
certaine de Palerme et Messines? et celle luy respondi que si il les
voulloit aidier que il le recevroient à seigneur et à roy, et seroient
de tout leur povoir contre le roy Charles, né jamais né le tendroient à
seigneur.

[Note 71: _Si luy dit_. Alors Constance lui dit.]


XXIX.

ANNÉE 1280

_Incident du fleuve de Saine._

Selon le temps de grace mil deux cens quatre vins, le fleuve de Saine
issy hors de son chanel et espandi par tout le païs. Et vint à si
grant ravine à Paris, qu'elle rompi la maistre arche de Grand pont et
quassa et froissa des aultres jusques à six, et rompi de Petit pont la
greigneur partie, et enclost Paris de toutes pars, si que nul ne pooit
aler né venir fors que par navie.

L'an de grace mil deux cens quatre ving et un, monseigneur de Mont
Pincien[72] en Brie, prestre et cardinal de Saincte-Cecile, fu sacré à
apostole, et fu appellé Martin.

[Note 72: _Mont Pincien_. «Montpincem» vel «Monspicii.» Variantes:
_Mont-payen_. Il s'agit ici de Martin IV (Simon de _Brie_, de
_Montpencien_, ou de _Montpilloy_, en Champagne).]


XXX.

_Coment ceulx de Secile se retournèrent contre le roy Charles._

Celle année meisme, Pierre roy d'Arragon fu moult entalenté[73] des
malices sa femme, et la crut de quanque elle disoit. Elle affermoit
certainement et faisoit entendant à son baron qu'elle estoit hoir du
royaume de Secile, et le tenoit pour trop failly, pour ce qu'il ne
s'offroit à eux pour estre leur seigneur, comme ceux qui le requeroient
chascun jour.

[Note 73: _Entalenté_. Excité, animé, aiguillonné par.]

Quant le roy ot oï et sceu et escouté teles paroles, si envoia deux
chevaliers pour veoir la contenance et la manière du pays; et furent
moult bien receus et honnourés des plus haulx hommes de la contrée, et
promistrent et jurèrent que il recevroient le roy comme leur seigneur.
Quant les messages orent fournie leur besoigne, si s'en retournèrent
et emmenèrent avec eux des plus haulx hommes et des plus renommés de
Secile, pour mieux affermer et enteriner la besoigne. Si tost comme la
chose fu affermée et asseurée d'une part et d'autre, ceux de Palerme
et de Messines et des autres bonnes villes, signèrent[74] les huis des
François par nuit; et quant ce vint au point du jour, qu'il porent
environ eux veoir, si occirent tous ceux qu'il porent trouver, né n'en
furent espargniés né vieulx né jeunes, que tous ne feussent mis à
l'espée, néis les femmes enceintes des François furent toutes occises,
que nulle n'en demoura.

[Note 74: _Signèrent_. Marquèrent.]

Aucuns en y avoit qui, par grant félonnie, les aouvroient par les
costés, et en sachoient les jeunes créatures et les jectoient contre
les parois et en faisoient hors issir les entrailles. Le roy[75]
appareilla sa navie et tant de gent comme il pot avoir pour aidier au
roy de Secile, contre le roy Charles, sé mestier en feust; si envoia
endementiers à l'apostole qu'il luy féist secours et aide, et que il
luy octroiast les dismes de saincte églyse en son royaume; que son
propos estoit d'aler oultre-mer sur les Sarrasins.

[Note 75: _Le roy_. Pierre d'Aragon.]

L'apostole qui jà se doubtoit de luy né ne savoit s'il disoit voir ou
non, luy respondi que moult volontiers luy aideroit des biens de la
crestienté et de saincte églyse, mais que il commençast la besoigne, et
que il peust appercevoir la fin où il tendoit.


XXXI.

ANNÉE 1282

_De la venue au roy d'Arragon en Secile._

Quant Pierre d'Arragon ot oï et veu la volenté l'apostole, il entra en
mer, et furent les voiles dreciées. Les vens ne luy furent de riens
contraires, si s'en vint tout droit au port de Thunes devers les
destrois des montaignes. Si trouva ilec moult grant foison de Sarrasins
qui vouldrent deffendre le port, car il cuidoient qu'il voulsissent
prendre port à terre, si combatirent à luy: en ce poindre il perdi
trois mille hommes par nombre.

Ilec demoura et actendi ne say quans jours, et manda ceux de Messines
et de Palerme qu'ils ne se doubtassent de riens du roy Charles, car
il avoit bien si grant gent et si grant force qu'il estoit certain
d'avoir la victoire et la seigneurie. Si comme ces choses estoient en
tel point, nouvelles vindrent au roy de Secile que tous les François
avoient esté occis qui estoient en Secile, et que toute Secile estoit
tournée contre luy, et que le roy d'Arragon estoit en possession du
royaume de Secile. Il manda tantost toutes ces choses à l'apostole
Martin, et à son nepveu le roy de France. L'apostole ala tantost à
Orbetine[76] et assembla tout le peuple du païs et leur admonesta et
dist que nul fust contre le roy Charles né de riens son contraire, car
le royaume tenoit-il et devoit tenir de l'églyse de Romme, et que en
l'aide de ceux de Secile né en leur commandement ne fussent en riens
obéissans en nulle manière; et ce commandoit-il et voulloit que ce
fust, sus paine de sentence d'escommeniement.

[Note 76: _Orbetine_. «Urbem veterem.» C'est Orviete.]

Quant il ot ainsi sermoné et amonesté le peuple, si envoia un de
ses cardinaulx en la contrée, maistre Girart de Parme, évesque de
Saincte-Sabine, pour ce qu'il rappellast ceux du royaume de Secile à
paix et à concorde envers le roy Charles. Si comme ce cardinal vint
vers le rivage de la mer, ceux de Messines et de Palerme luy vindrent
au devant à l'encontre, pour ce qu'il ne vouldrent en nule manière
qu'il passast oultre; et luy distrent que le roy d'Arragon estoit
tourné et entré en Secile, et avoit tous le païs tourné à luy pour la
raison de sa femme qui déust estre droit hoir du royaume.

Le cardinal vit bien que ceux de Secile tenoient le roy d'Arragon pour
leur seigneur, et que nulle paix né nulle amour ne trouveroit à eux; si
s'en retourna et raconta à l'apostole coment les choses estoient alées:
et avec tout ce, la plus grant partie de la Calabre s'estoit à eux
accordée.


XXXII.

_Coment Messines fu assise du roy Charles._

Si comme ces choses estoient en ce point, le roy Charles envoia son
fils, prince de Salerne, pour avoir secours et aide contre ses ennemis.
Avec ce, il assembla tant de gent et tels comme il pot avoir, si passa
le far de Messines. Les bourgois de la ville furent sousprins et
esbahis de sa venue, né n'estoient point garnis d'armes né d'autres
choses deffensables. Si fu bien dit et raconté au roy et à sa gent
qu'il pourroit de legier prendre la ville, mais le roy ot pitié de
destruire si noble cité, si envoia à ceux de dedens messagiers, et leur
fist dire qu'il leur seroit assez débonnaire et leur pardonnerait de
legier son mautalent. Les bourgois requistrent et demandèrent espace
tant qu'il eussent parlé ensemble; le roy leur octroia volentiers.

Endementiers, il se garnirent d'armes et mandèrent secours par toute la
terre de Secile, tant qu'il furent garnis; et quant il furent garnis,
si ne vouldrent faire chose que le roy leur requist. Le roy avoit
mauvaisement retenu ce proverbe que on dit en France: «Qui ne fait
quant il puet ne fait mie quant il vuelt.»

Le roy commanda que la cité fust assaillie, mais nulle riens n'y porent
mesfaire, tant que le roy ot conseil du conte de l'Aceurre[77] qui puis
fu prouvé pour traitre comme il apparut puis le décès du roy Charles,
qu'il s'en retournast en Calabre. Lors se traïst le roy arrières, et
se mist ès plains Saint-Martin, que ceux de Puille né de Calabre ne
se retournassent contre luy; et ilec attendist tant que son fils fust
retourné de querre le secours de France. Et fist despecier toutes les
nefs qui estoient sur le rivage du Far, garnies d'armes et d'autres
biens pour secourre la terre d'Oultre-mer; que il ne venissent par
aucune aventure ès mains de ses ennemis.

[Note 77: _De l'Aceurre_ ou d'_Acerres_. «Comitis Acerrarum.»]

Quant le roy Charles ot laissié le siège de Messines, le roy d'Arragon
plain de orgueil et de beuban se fist couronner du royaume de Secile en
despit de luy, et luy manda par ses lettres que il ne feust si hardi
sur sa vie perdre que plus y demeurast. Les nouvelles en vindrent à
l'apostole, si se conseilla à ses cardinaulx que il pourroit faire
du roy d'Arragon qui tant estoit contraire à saincte églyse: et si
l'escommenia et condempna du royaume d'Arragon, et le donna à Charles
conte de Valois, fils au roy Phelippe de France, et en fist lettres
sceellées de tous les sceaulx des cardinaulx de Rome.


XXXIII.

_Du poisson semblable au lyon._

Il avint, au mois de février en l'an de grace mil deux cens
quatre-vingt et un, que un poisson fu pris en la mer qui avoit
semblance de lyon. Il fu aporté devant l'apostole à Orbetine, et
disoient les mariniers quant il fu pris qu'il jectoit merveilleusement
horribles et espoventables cris.

En ce meisme temps il fu si grant descort, à Paris, entre les nations
des Anglois et des Picars escoliers, que l'en cuidoit bien que l'estude
se deust du tout départir de Paris; et furent mis en prison au
chastelet de Paris, pour la doubtance qu'il ne s'entre océissent.

Le soudan de Babiloine se combati aux Sarrasins, si fu occis de sa
gent jusques à cinquante mil, et le chacièrent huit journées dedens sa
terre. Le soudan rassembla sa gent et tout son povoir, et se combati
de rechief aux Tartarins. Tant se combatirent que les Tartarins furent
vaincus, et perdirent de leur gens environ trente mille.

En celle saison et en ce temps commença saint Loys à faire miracles au
royaume de France.


XXXIV.

ANNÉE 1283

_Du secours qui vint de France au roy Charles._

Pierre conte d'Alençon, frère du roy de France, et Robert conte
d'Artois, le duc de Bourgoigne[78], le conte de Dampmartin[79], le
conte de Bouloigne, le seigneur de Montmorency[80] et moult d'autres
nobles hommes, avec grant foison de gens de pié, vindrent en icel temps
meisme pour secourre le roy Charles de Secile; et passèrent tout oultre
parmi Lombardie à bannières desploiées, sans nul encombrement. Tant
chevauchièrent qu'il vindrent ès plaines de Saint-Martin où le roy
estoit.

[Note 78: «Othelinus.»]

[Note 79: «Johannes.»]

[Note 80: «Mathæus. (Gesta Ph. III, p. 541.)]

Le roy fu moult lie de leur venue: si s'appareilla tantost et ordonna
ses batailles rengiées, et passa tout oultre parmi Calabre jusques
à la Gatonne[81], et se mist en grant paine de trouver ses ennemis.
Ses adversaires qui bien savoient sa venue, né s'osèrent combatre
né approchier d'eux, ains fuioient dès que il les véoient venir aux
chastiaux et aux forteresces. Les autres qui estoient en leur navies,
si se boutoient en leur galies et puis tournoient en fuie. Le roy
d'Arragon qui bien savoit le pouvoir du roy Charles et la hardiesce des
François, se pourpensa par quel barat né coment il le pourroit conchier
né décevoir; car il n'avoit talent d'aler contre luy à bataille. Si luy
manda que s'il estoit si osé né si hardi, que volentiers se combatroit
à luy corps à corps; et que il prist cent chevaliers des plus hardis
qu'il pourroit trouver qui se combatroient contre cent des plus esleus
de son royaume, et que ce fust le premier jour de juing, ès landes de
Bordeaux, et que celui qui seroit vaincu jamais n'eust point d'honneur,
né ne portast couronne. Quant le roy de Secile oï ce, si en fu moult
lie et respondi tantost que bien le vouloit.

[Note 81: _A la Gatonne._ «Usque Alagatonne et alibi equitabat.»]

Les convenances furent jurées et promises de chascune partie. Tantost,
le roy Charles manda toute l'affaire au roy de France, et luy manda
qu'il fist faire cent armeures de fer, les plus belles et les
meilleures que l'en pourroit trouver né soubtillier. L'apostole Martin
qui bien sot la besoigne n'en fu point lie, car il se doubta moult et
pensa que le roy d'Arragon ne le faisoit fors par boisdie[82].

[Note 82: _Boisdie_. Simulation. Variante: _Loberie_.(Msc. 9650.)]


XXXV.

_Coment le roy Charles vint à Bordiaux contre le roy d'Arragon._

Quant le roy de France ot entendu ce que son oncle luy mandoit, si
se merveilla moult coment le roy d'Arragon osoit emprendre si grant
besoigne contre le roy Charles, né contre les nobles combateurs qui
tant de biaux fais de chevalerie avoient fais. Si fist tantost aprester
ce qu'il luy avoit mandé, et se garni de chevaux et d'armes, et fist
assavoir à sa baronnie la besoigne si comme elle aloit. Et si leur
manda qu'il fussent avec luy à l'encontre de son oncle, au jour nommé
qui estoit assigné aux deux parties.

Le roy Charles bailla en garde sa terre au prince de Salerne son fils,
et au conte d'Alençon et au conte d'Artois; si s'en vint droit à Rome.
L'apostole Martin le blasma moult forment de celle besoigne qu'il avoit
ainsi emprise, et les cardinaux luy monstrèrent qu'il povoit bien la
chose laissier ester. Quant l'apostole vit qu'il n'en laisseroit riens
à faire, si luy bailla Jehan Colet[83] prestre et cardinal de saincte
églyse et de saincte Cecile, et luy donna plain povoir d'escommenier
et de condempner le roy d'Arragon, sé il ne faisoit satisfacion des
injures que il faisoit à saincte églyse.

[Note 83: _Colet_. Ou _Chollet_.]

L'an de grace mil deux cens quatre-vings et trois vint le roy Charles
ès landes de Bordiaux, au lieu et en la place qui avoit esté accordée
et jurée des deux parties. En la présence du roy de France et de ses
barons se offri et présenta par devant le seneschal de Gascoigne qui
tenoit la court contre le roy d'Arragon. Mais le roy d'Arragon ne vint
né ne contremanda né ne s'excusa de riens, fors que tant que, la nuit
de devant, il estoit venu au séneschal repostement, né n'avoit avec luy
que deux chevaliers et luy dist qu'il venoit acquiter son serement, et
qu'il n'oseroit plus demourer pour la doubtance du roy de France; né
plus n'en fist, ains s'en parti tantost.

Le roy Charles et ses barons attendirent celle journée sa venue, et
toute la nuit et toute la sepmaine. Quant le roy de France vit ce, si
en fu moult courroucié, si commanda à Jehan Nougne qui des parties
d'Espaigne estoit venu, ainsi comme nous avons devant dit, qu'il
entrast en Arragon et qu'il prist chevaliers et sergens tant comme
il vouldroit. Celluy Jehan Nougne s'en ala en Navarre et se féri au
royaume d'Arragon, et ardi et prist et roba tout avant luy; hommes
et femmes s'en fuirent devant luy, et laissièrent leur biens et leur
maisons, car garde ne se donnoient de telle venue.

Tant ala avant, luy et sa gent, qu'il trouvèrent une tour bien garnie
de biens, si se férirent ens et robèrent quanqu'il trouvèrent,
qu'il n'y laissièrent riens: puis boutèrent le feu dedens et la
tresbuchièrent à terre. Bien est la vérité que sé il fussent alés plus
avant, il eussent tout pris le royaume d'Arragon, car le roy Pierre ne
s'en donnoit garde né n'estoit de riens pourvéu.


XXXVI.

_De Gui de Montfort._

Ainsi comme en tour celle saison, Guy de Montfort, fils le conte de
Lincestre, fu mis hors de prison où il avoit esté longuement pour Henry
d'Alemaigne que il avoit occis au moustier saint Laurent à Viterbe;
et luy commanda l'apostole que il alast contre Guy de Freutemont[84]
qui voulloit oster et fortraire aucunes églyses qui appartenoient à
l'églyse de Rome. Guy de Montfort s'appareilla et vint contre Guy de
Freutemont. Quant Guy de Freutemont sot sa venue, si se doubta moult,
pour la grant paour qui estoit en luy; si luy rendi toute la terre qui
appartenoit à l'églyse de Rome, et se soubmist et mist du tout à faire
sa volenté et de l'églyse, et de son commandement; et par ceste manière
conquist Guy de Montfort toute la terre qui appartenoit à l'églyse
de Rome, fors une cité qui est nommée Urbaine[85]. Le conte Guy de
Montfort assist la cité. Si comme il tenoit le siège, nouvelles luy
vindrent que le père sa femme estoit mort, si se parti du siège et vint
contre le conte de Saint-Flore qui sa terre troubloit et empeschoit
comme il povoit.

[Note 84: _Freutemont_. »De Monte Feltri.»]

[Note 85: _Urbaine_. »Urbinati civitas.» C'est _Urbin_.]

En icelluy meisme temps, Pierre conte d'Alençon qui estoit en Puille
pour garder la terre trespassa de cest siècle, et reçut mort; et fu
enterré en une abbaye de moines blans que le roy Charles y avoit fondée
qui est nommée Mont Roial. Les os et le cuer furent aportés aux frères
meneurs à Paris, et mis en sépulture. Madame Jehanne contesse de Blois
sa femme demoura vefve, plaine de saincte vie et de grant bonté. Le roy
de France tint celle année parlement à Paris des barons de France pour
ce que il sceussent que le royaume d'Arragon estoit donné à Charles son
fils, de par la court de Rome. Monseigneur Collet, cardinal, prescha
de la croix pour aler sur le roy d'Arragon, si comme homme dampné et
escommenié que il estoit.


XXXVII.

_Coment le prince de Salerne fu pris._

Puis que le roy Phelippe fu croisié pour aler en Arragon, le roy
Charles prist congié et luy dist qu'il estoit temps de retourner à son
fils et aux barons qui l'attendoient, et le roy luy donna volentiers
et de gré: si se mist au chemin, et vint en Provence. Ilec prist
messages et leur bailla lettres ès quelles il estoit contenu qu'il
mandoit salus à son fils Charles, et luy mandoit que pour riens du
monde especiaument, il ne se combatist à ses ennemis en mer; et qu'il
avoit grant nombre de galies au port de Marseille qui toutes estoient
appareilliés de venir prochainement à luy. Ainsi comme les messages
s'en alèrent hastivement par mer, les espies de Secile leur vindrent
à l'encontre, si les pristrent et trouvèrent toute la priveté et le
secret du roy Charles, et qu'il vouloit faire et coment. Dont se
hastèrent moult huit galies d'armes et de gent, si vindrent bien près
de Naples; et commencièrent à crier et à menacier, pour savoir sé il
peussent à ce esmouvoir les François qu'il venissent à eux combatre.

Les François et le prince qui ilec estoit demouré, pour ce que le
conte d'Artois estoit alé en Calabre pour certaine cause, si fu moult
esmeu de leur cri et de la noise qu'il demenoient; si prist trop grant
hardiesce en luy et entra avec les François combateurs en mer. Mais il
ne se sorent ainsi aidier de bataille comme s'il feussent à terre, si
furent tantost pris et menés à Messines, et moult bien emprisonnés et
gardés de nuit et de jour. La nouvelle en vint à Constance, la femme
au roy d'Arragon, qui demouroit à Salerne avec ses enfans Jaques et
Mainfroy: si les fist mener bien tost près de Naples et dire à ceux qui
menoient le prince par mer: «Rendez nous la suer ma dame Constance que
vous tenez, ou nous couperons de maintenant la teste au prince». Adonc
en y ot un qui prist une hache, et mist la teste au prince sur le bort
de sa nef ainsi comme s'il luy voulsist couper: la femme au prince qui
trop grant paour ot que on ne coupast la teste à son baron, si leur
manda que volentiers la leur rendroit, mais pour Dieu que son seigneur
ne receust mort. Si la leur rendi et délivra.

Au quart jour après que le conte fu pris, vint le roy Charles à Naples;
et trouva que la greigneur partie de ceux de Naples s'estoient jà
tournée contre luy, et avoient les François boutés hors de la cité. Il
sot toute leur mauvaistié, si les chastia moult horriblement, car il
les fist pendre et trainer et mourir de divers tourmens: puis se parti
d'ilec et s'en vint en Calabre, là où son nepveu estoit, le bon conte
d'Artois; et convoita moult coment il peust passer le Far pour asseoir
Messines. Mais il ne luy fu point loé, pour les vens qui estoient
commenciés, et si estoient grans et horribles, et aussi pour l'yver. Si
fist venir ses nefs au port de Brandis que elles ne fussent prises de
ses ennemis. Ne demoura guaires que une maladie le prist dont il mourut
l'an de grace mil deux cens quatre vings et quatre; et fu le corps
appareillié et enterré en la cité de Naples, en la maistre églyse.

Nouvelles en vindrent à l'apostole Martin qui en fu moult dolent, pour
la grant loiaulté et valeur qui estoient en luy. Si se revesti et
célébra son service. Quant la chose fu ainsi avenue, l'en fist tuteur
et deffenseur le conte d'Artois de tout le royaume de Secile. Après,
tant comme il fu au pays, les ennemis ne furent oncques si osés qu'il
y méissent pié né n'osèrent oncques venir à bataille contre luy; et
dist-on communément que s'il ne fust au pays demouré, que toute Puille
et toute Calabre se fust tournée.

En celle année meisme, le premier fils au roy Phelippe qui ot à nom
Phelippe, espousa madame Jehanne, fille au roy de Navarre et conte de
Champaigne.


XXXVIII.

ANNÉE 1284

_De la mort l'apostole Martin: après luy fu esleu pape Honnoré._

L'an de grace mil deux cens quatre vings et cinq, le jour de
l'Annonciation Nostre-Dame, qui fu le jour de Pasques, l'apostole
Martin chanta la messe. Si comme il ot chanté, une trop grief maladie
le prist, si vit bien qu'il luy convenoit mourir: ses phisiciens le
vindrent veoir, si congnurent moult obscurement et moult troublement
la cause de la maladie et affermèrent et distrent que nul signe
de mort ne apparoit en luy; et il mourut le mercredi ensuivant,
environ la quatrième heure de la nuit. Il apparu bien que nostre sire
l'ama, car pluseurs malades et enfermes qui le requeroient de bon
coeur, garissoient de leur maladies. Après luy fu fait pape messire
Jeroime[86] de l'ordre des Frères meneurs, si fu appelle Honnoré. Moult
volentiers et moult doucement admenistra, et envoia au conte d'Artois
et à sa suite des biens de l'églyse, pour parfaire et pour garder la
besoigne qu'il avoient emprise.

[Note 86: _Jeroime_. Ou plutôt _Jacques_ Savelli. C'est son successeur,
Nicolas IV, qui se nommoit Jérôme d'Ascoli.]


XXXIX.

ANNÉE 1285

_Coment le roy Phelippe de France assembla grant ost pour aler au
royaume d'Arragon._

Assez tost après, en l'an de grace mil deux cens quatre vings et
six[87], Phelippe le roy de France assembla environ la Penthecouste à
Thoulouse si grant multitude de gent que c'estoit merveille à veoir;
pour ce qu'il vouloit entrer en Arragon qui avoit été donné à Charles
son fils et octroié. S'entente estoit d'avoir tantost besoignié au
royaume d'Arragon, et puis de passer tout oultre au royaume d'Espaigne,
pour la grant injure que le roy Alphons, roy d'Espaigne, luy avoit
faicte de Blanche sa suer. Avec le roy ala messire Jehan Colet[88],
cardinal de Rome, et toute la noble chevalerie de France. Si fu l'ost
moult bien garnie par devers la mer de galies et de vitailles et de
toutes autres choses qui mestier leur avoient. Le roy laissa la royne
Marie sa femme à Carcassonne avec grant foison de nobles dames qui
aloient avec leur barons; si s'en ala à Narbonne, illec atendi tant
que toute sa gent fust assemblée. Si fu commandé que tous ississent de
Narbonne et alassent tous armés à bannières desploiées tous prests de
combatre. Si entrèrent premièrement en la terre au roy de Maillorgues
le frère Pierre le roy d'Arragon, qui se tenoit à la partie au roy de
France et saincte églyse.

[Note 87: Il falloit: 1285. Le latin dit seulement: «Anno posteriùs
annotato.»]

[Note 88: _Colet_. Cholet.]

Si tost qu'il sot sa venue, si s'en vint contre le roy au plus
honnourablement qu'il pot, et envoia ses deux nepveus en la ville de
Perpignan, et leur fist feste et honneur. Au roy d'Arragon vindrent
messages en Secile où il estoit, et luy dénoncièrent que le roy de
France venoit en son royaume d'Arragon à si grant gent que nul ne les
povoit nombrer né esmer; si dist à Constance qu'elle gardast bien
le prince de Salerne et sa terre, et il iroit deffendre son royaume
contre le roy de France. Il se mist en mer, si ot bon vent; si entra
en sa terre, et garni les entrées par devers ses adversaires au mieux
qu'il pot. Quant Constance fu demourée, si se mist en moult grant
paine de garder la terre et le pays et de savoir la volenté et le
couvine de ceux de Secile; si s'apparçut bien que ceux de Secile se
réconciliassent volentiers à leur seigneur; lors se pourpensa qu'il
estoient plains de faulseté et qu'il n'estoient point estables; si
fist metre le prince en une galie et l'envoia en Arragon où il fu
estroictement gardé une pièce de temps.


XL.

_Coment la cité de Gennes fu destruicte._

Tant ala l'ost de France qu'il vindrent à Perpignan; si se conseilla le
roy par quelle part il entreroit mieux en Arragon. Si luy fu conseillé
que son ost alast droit à Gennes[89] l'orgueilleuse, pour ce que elle
se tenoit à Pierre d'Arragon, et elle estoit et elle devoit estre
au roy de Maillorgues, et que l'en tournast celle part. Celle terre
est assise en la terre de Roussillon et en la contrée. Quant le roy
de France sot que le roy d'Arragon avoit ainsi tollu et soustrait à
son frère celle terre, si commanda que l'on alast celle part. Ceux
de Gennes virent bien et aperceurent que l'ost venoit vers eux, si
se traistent aux portes et coururent aux murs et aux deffenses, et
monstrèrent qu'il la vouloient tenir et deffendre. Tantost que le
roy fu venu, il fist faire commandement que l'en alast à l'assaut;
ceux de dedens se deffendirent bien et viguereusement, si que riens
n'y perdirent celle journée; mais l'endemain par matin les François
coururent à l'assaut. Quant ceux de la ville virent ce, si requistrent
et demandèrent au roy qu'il leur donnast repis jusques à trois jours,
tant qu'il eussent parlé ensemble, et qu'il fussent tous d'un accort:
et puis si livreroient la ville au roy et à son commandement. Le roy
leur octroia volontiers. Endementres que les trièves duroient et qu'ils
ne furent point assaillis, il se mistrent au plus haut de la ville et
mistrent le feu sur une tour, si que le roy d'Arragon le peust veoir
qui n'estoit pas moult loing d'ilec; car il avoient espérance qu'il
les venroit secourir. Quant le roy apperceut leur barat, si commanda
tantost que on alast à l'assaut; le légat sermonna et prescha aux
François, et prist tous leur péchiés sur luy qu'il avoient oncques
fais un toute leur vie, mais que il alassent sus les ennemis de la
crestienté, bien et hardiement, et que il n'y espargnassent riens,
comme ceux qui estoient escommeniés et dampnés de la foy crestienne.

[Note 89: _Gennes_. «Urbem Januam cognominatam.» Je crois qu'il
faudroit lire ici _Elne_. C'est aussi l'avis de M. de Marca.]

Quant les François oïrent ce, si crièrent à l'assaut à pié et à cheval,
et jettèrent et lancièrent à ceux de dedens. Tant approchièrent des
murs qu'il y furent: si drecièrent les eschicles contre mont, et
hurtèrent aux murs tant qu'il en firent tresbuchier une grant pièce et
un grant quartier. Il brisièrent les portes et abatirent les murs en
pluseurs lieux, si se boutèrent ens de toutes pars, et si commencièrent
à crier: _A mort!_ et à occire hommes et femmes sans espargnier.

Quant le peuple de la cité se vit ainsi surpris, si commencièrent à
courre vers la maistre tour ou églyse, où il cuidèrent avoir garant:
mais riens ne leur valut, car les portes furent tantost brisiées. Si
se férirent en eux les François et n'y espargnièrent hommes né femmes,
né viel né jeune, que tout ne missent à mort fors que un tout seul
escuier qui estoit nommé le bastart de Roussillon, qui monta haut sus
le clocher du moustier. Avec luy avoit ne scay quans compaignons qui
se deffendoient merveilleusement bien et asprement. Tantost commanda
le roy que il fust espargnié sé il se vouloit rendre. Tantost il se
rendi et pria que l'en luy sauvast la vie. En celle manière fu la cité
destruicte, et le peuple afolé et mort. Bien estoient ceux de Gennes
deceus et engigniés qui s'estoient apuyés à l'aart de seu[90] qui faut
au besoing, et s'estoient en riens fiés au roy d'Arragon.

[Note 90: _A l'aart de seu_. A la branche de jonc. «Stultus et
insipiens populus qui se super baculum arundineum conquassandum, citò
Petrum de Aragonniâ innitebat.» (Gesta Ph. III, p. 545.)]


XLI.

_Coment François passèrent les mons de Pirène._

Sitost comme la cité de Gennes fu destruicte, le roy et son ost se
mistrent tautost à la voie pour aler vers les mons de Pirène. Adonc se
conseillèrent les barons là où il pourroient plus légièrement passer
les montaignes et à moins de péril: car les montaignes estoient si
hautes qu'il sembloit qu'elles se tenissent au ciel; né au pas de
l'Écluse ne pouvoient-il riens faire né passer, qui estoit le droit
chemin qui peust entrer ens. Mais les Arragonnois avoient mis au devant
tonniaux tous plains de sablon et de gravelle et de pierres grosses,
si que en nulle manière les gens n'y povoient passer fors en péril de
mort. Et avec tout ce, ceux d'Arragon avoient toutes leur tentes et
leur paveillons tendus sus les montaignes, dont il povoient appertement
veoir l'ost des François: et moult bien cuidèrent que les François
déussent passer par ce pas de l'Ecluse qui tant est périlleux.

Si comme il estoient en grant pensée qu'il feroient, le devant dit
bastart dist qu'il savoit bien un passage un pou loing de l'Ecluse par
où tout l'ost pourroit seulement passer sans nul péril. Le roy le sot:
si fist faire semblant à sa gent qu'il voulsissent passer par le pas,
si que ceux d'Arragon qui estoient sus les montaignes les peussent
véoir: le roy prist avec luy de ses chevaliers et de ses gens d'armes,
et se mist au chemin avecques le bastart de Roussillon, et vindrent au
lieu que le bastart avoit nommé; si n'estoit l'ost que par une mille
loing.

Le bastart ala devant et le roy après, par une voie si estrange, plaine
d'espines et de ronces, qu'il sembloit que oncques homme n'y eust alé.
Tant alèrent à grant paine et à grans travaux qu'il vindrent par dessus
les montaignes, et par ilec firent passer tout l'ost sans nul dommage,
que ce sembloit bien que ce fust impossible. Ceux d'Arragon qui le
pas de l'Ecluse gardoient, regardèrent par devers les montaignes, si
apperceurent l'ost de France qui jà estoit au dessus, si furent tous
esbahis et orent si grant paour que il tournèrent en fuie né n'en
porent riens porter, tant se hastèrent. Les François vindrent à leur
paveillons et prindrent quanqu'il trouvèrent, et puis tendirent leur
tentes et leur paveillons au plus haut des montaignes, mais de boire et
de mengier orent il assez pou. Si se tindrent illec trois jours et se
reposèrent pour le grant travail qu'il avoient eu. Si comme il orent
passé ce pas et il se furent reposés, le roy commanda que on alast
droit à une ville que l'en nomme Pierre Late. Il approchièrent de la
ville; ceux qui bien les virent fermèrent les portes et firent semblant
que il voient grant volenté d'eux tenir contre les François.

Tantost fu la ville assise et tendirent leur tentes le soir. L'endemain
fu accordé qu'il assaillissent, pour ce que l'en disoit que le roy
d'Arragon estoit en la ville. Quant ceux de Pierre Late virent la grant
puissance, si leur fu avis qu'il ne se pourroient tenir né deffendre:
si attendirent tant que l'ost des François fu acoisié, si s'en issirent
par devers les courtils environ mie nuit, et boutèrent le feu en la
ville, pour ce qu'il vouloient que les biens qui demouroient en la
ville si fussent perdus et ars et que les François n'en peussent avoir
prouffit né aucun amendement.

Les François virent le feu de leur tentes, si s'armèrent dès maintenant
et vindrent courant là où le feu estoit. Si ne trouvèrent qui de riens
leur fust à l'encontre: si prisdrent la ville et la mistrent en la
seigneurie et en la puissance du roy de France. Endementres qu'il se
contenoient ainsi, le roy de Navarre, le premier fils au roy de France,
assailli bien et asprement une ville qui a nom Figuières, et la tint si
court qu'il vindrent à sa mercy, et il les envoia à son père le roy de
France pour en faire sa volenté.


XLII.

_Coment le roy de France assist Gironne._

Quant Pierre Late fu prise et Figuières, si fu commandé que on
chevauchast droit à une ville qui estoit nommée Gironne. L'ost
s'arrouta et errèrent tant que il vindrent à un petit fleuve. Si ne
porent passer pour ce qu'il estoit creu des iaues qui descendoient des
montaignes. Si s'arrestèrent ilec et demourèrent trois jours. Quant
il fu descreu et apeticié, si approchièrent tant comme il porent de
la cité de Gironne. Quant ceux de la cité virent les François, si
boutèrent le feu ès forbours et ardirent tout; pour ce le firent que
la cité fust plus fort et mieux deffensable contre ses ennemis. Les
François s'approchièrent de la cité et tendirent tentes et paveillons,
et avironnèrent la ville de toutes pars. Par maintes fois assaillirent
la ville et souvent, et si n'y fourfirent oncques la montance d'un
festu, car la ville estoit trop merveilleusement fort, et la gent
qui dedens estoient se deffendoient trop merveilleusement bien. Le
chevetaine de tous ceux estoit nommé Raimon Rogier[91] qui estoit
chevalier au conte de Fois. Cil deffendoit la ville si bien que tous
les François le tenoient à bon chevalier et à vaillant.

[Note 91: Les scribes ont fait ici une lacune qui rend les phrases
suivantes inexplicables. Il falloit: «Le chevetaine estoit nommé Raimon
de Cerdonne (ou Cardonne), qui estoit chevalier au conte de Foix et
parent au chevalier du roi Raimon Rogier, etc.» Ainsi lit-on dans les
_Gesta Ph. III, p._ 546.]

Le conte de Fois et Raimon Rogier aloient souvent parler en la cité
à Raimon de Cerdonne, et faisoient semblant qu'il y aloient pour le
prouffit le roy: mais ce ne pot-on savoir certainement, ains disoit le
commun de l'ost qu'il y aloient pour le prouffit de la ville. Le roy
de France vit bien que tous les assaus que l'en faisoit ne povoient de
riens empirier la ville, si fist aprester un engin si subtil et si bon
que il peust abatre les murs de la cité.

Quant l'engin fu fait, ceux de la ville espièrent tant qu'il fu nuit,
et issirent de la cité et vindrent à l'engin et boutèrent le feu
dedens. Quant l'engin fu embrasé, il jectèrent dedens le maistre qui
l'avoit fait, pour ce qu'il ne vouloient mie qu'il en fist jamais un
autre tel. Quant le roy oï ce, il en fu si très couroucié qu'il jura
que jamais ne laisseroit le siège jusques à tant qu'il eust prinse la
ville. Si comme il estoit devant la cité, laquelle il cuida affamer,
son ost commença à empirier, et à soustenir labour de chaut et de
pueur des charoignes parmi les champs mortes, et les mousches qui
les mordoient toutes plainnes de venin: si commencèrent à mourir en
l'ost et hommes et enfans, et femmes et chevaulx; et l'air y devint si
corrompu que à paine y demouroit nul homme sain.

Pierre d'Arragon estoit en aguait repostement coment et en qu'elle
manière il porroit grever ceux qui aportoient le sommage[92] en l'ost.
Si advenoit souvent qu'il en venoit sans conduit, et tantost il les
prenoient et les metoient à mort et emportoient le sommage. Le port
de Rose estoit à trois milles de l'ost, là avoit le roy sa navie qui
administroit l'ost de quanque il falloit pour vivre.

[Note 92: _Le sommage_. Les provisions.]


XLIII.

_De la mort Pierre d'Arragon la veille de l'assomption Nostre-Dame._

Pierre le roy d'Arragon estoit en moult grant aguait par quelle manière
et coment il peust soustraire et oster la vitaille qui venoit du port
de Rose au roy de France. Si avint un jour qu'il assembla sa gent à pié
et à cheval; et furent bien trois cens à cheval et deux mille à pié,
et s'en vint celle part où il cuidoit mieulx trouver le sommage. Et se
tint ilec repostement tant que il peust trouver ou attendre ce que il
queroit. Une espie apperceut bien tout son affaire et son contenement,
et s'en vint hastivement au connestable de France qui avoit à nom Raoul
d'Eu, et à Jehan de Harecourt qui estoit mareschal de l'ost, et leur
dist la place et le lieu où il estoit en aguait.

Quant il orent ce oï, si prisrent avec eux le conte de la Marche et
bien jusques à cinq cens hommes armés de fer, et vindrent là où le
roy d'Arragon estoit en aguait. Quant il furent près, si congnurent
bien que le roy d'Arragon avoit trop greigneur nombre de gent que il
n'estoient; et avec tout ce il ne cuidoient point né ne savoient que
le roy d'Arragon fust en la compaignie. Si ne sorent que faire ou de
combatre ou de laissier. Quant Mahieu de Roye chevalier preux et sage
leur dist: «Seigneur, véez-la nos ennemis que nous avons trouvés, et il
est veille de l'assumption Nostre-Dame, la doulce vierge pucelle Marie
qui à la journée d'huy nous aidera; prenez bon cuer en vous, car il
sont escommeniés et dessevrés de la compaignie de saincte églyse; il ne
nous convient point aler Oultre-mer pour sauver nos ames, car cy les
poons-nous sauver.»

Adonc s'accordèrent tous à ce qu'il disoit, et coururent sus à leur
ennemis moult fièrement. Si commença la besoigne fort et aspre, et
s'entredonnèrent moult de grans colées. Le fais de la bataille chéy sur
les Arragonnois, il tournèrent en fuye; mais les François les tindrent
court et les enchacierent de près: si en navrèrent moult, et en demoura
au champ jusques à cent de mors, sans ceux qui furent navrés en fuiant.
Le roy Pierre fu navré à mort né ne pot estre prins né retenu; car
luy-meisme coupa les resnes de son cheval et se mist à la fuie. Ne
demoura guaires qu'il mourut de la plaie qui luy fu faite. Les François
se partirent du champ et s'en vindrent à leur tentes et gardèrent
combien il leur failloit de leur gent; si trouvèrent qu'il n'en y avoit
occis que deux tant seulement.

De ce furent-il moult lies et contèrent au roy la manière et coment il
avoient ouvré, et quelle manière de gent il avoient trouvé. Le roy en
fu moult merveilleusement lie, et mercia la doulce dame de l'onneur et
de la victoire que Nostre-Seigneur luy avoit donnée à luy et à sa gent;
encore eust-il esté plus lie sé il eust sceu que le roy Pierre eust
esté navré à mort.


XLIV.

ANNÉE 1285

_Coment Gironne fu rendue._

Si comme le siège estoit devant Gironne, viande commença à apeticier à
ceux de la cité. Le conte de Fois et Ramon Rogier savoient bien tout
leur couvine et coment il leur estoit, et que il ne se povoient plus
tenir né durer. Si s'en vindrent au roy et luy distrent que, s'il
luy plaisoit, que on parlast à ceux de la cité et aux chevetains,
savoir mon sé il se vouldroient rendre né venir à mercy. Le roy leur
octroia par le conseil de ses barons: si s'en alèrent en la cité et
entrèrent ens et contèrent leur raison et qu'il queroient. Quant il
orent parlé ensemble, le conte de Fois et Raimon Rogier vindrent au
roy et luy distrent de par ceux de la cité qu'il leur donnast trièves
jusques à tant qu'il eussent mandé au roy d'Arragon s'il les vendroit
secourre né deffendre; et sé il ne leur vouloit aidier ou ne povoit,
il luy rendroient volontiers la cité, et se mettroient de tout en
son commandement. Le roy leur donna trièves moult volontiers, et il
envoièrent tantost au roy d'Arragon qu'il les venist secourre et
aidier, ou il les convenoit rendre la cité, né ne la povoient plus
tenir contre le roy de France, car il n'avoient de quoy vivre né de
quoy il feussent soustenus. Les messages trouvèrent que le roy Pierre
estoit mort et pluseurs autres de ses nobles hommes; si en furent moult
esbahis et moult courouciés: arrière s'en retournèrent et contèrent
à Raimon de Cerdonne et à autres pluseurs barons, coment le roy leur
seigneur estoit mort, et de la bataille qu'il avoit faicte contre les
François, et avoit perdu tous les meilleurs chevaliers qu'il eust
jusques à cent.

Quant ceux de la cité sorent ces nouvelles, si mandèrent au roy que
volentiers se rendroient sauves leur vies, mais que ce fust en telle
manière qu'il emportassent tous leur biens seulement et tous les
harnois et toutes leur choses. Le roy qui pas ne savoit la povreté de
la vitaille qu'il avoient, s'i accorda par le conseil au conte de Fois
et Raimon Rogier.

Tantost comme la paix fu faicte et ordennée, les François entrèrent ens
et regardèrent à mont et à val coment il leur estoit: si ne trouvèrent
point vitaille laiens dont il peussent vivre trois mois. Par ce peut-on
veoir appartement que le roy de France fu deceu et trahy, dont le conte
de Fois et Raimon Rogier furent très faulx et très mauvais; car il
savoient bien tout l'estat de la cité et coment il leur estoit.


XLV.

ANNÉE 1286

_Du trépassement le roy Phelippe de France et de sa sépulture._

Après ce que la cité fu rendue, le roy commanda que elle fust garnie
et enforciée de gent d'armes et de vitaille, car il avoit en propos de
soi yverner ès parties de Thoulouse. Cecy fu loé au roy d'aucuns qui
guaires n'amoient son profit; et que il donnast congié à la greigneur
partie de sa navie qui estoit au port de Rose. Si comme pluseurs des
galies se furent parties, la gent et ceux d'environ coururent sus à
celles qui leur estoient demourées, et prisrent armes et quanqu'il y
avoit dedens, et firent grant bataille et fort contre les autres. Si
occistrent grant foison de François, et prisrent à force l'amirant
des galies, qui estoit nommé Enguerran de Baiole, noble chevalier
et vaillant; et Aubert de Longueval fu occis, chevalier esprové en
armes qui se mist trop avant sus les Arragonnois; car il se fioit ès
autres chevaliers qui assés près de luy estoient; mais le seigneur de
Harecourt qui estoit mareschal de l'ost le laissa occire pour ce qu'il
le haioit.

Quant la gent le roy virent et apperceurent qu'il ne pourroient pas
ilec longuement demourer, si rachatèrent Enguerran une somme d'argent,
et puis boutèrent le feu ès garnisons, et embrasèrent toute la ville de
Rose. Si comme il estoient au chemin et si comme il s'en aloient, si
grant ravine de pluie les prist que à paines se povoient-il soustenir
né à pié né à cheval; n'en leur paveillons ne povoient-il demourer,
tant estoient grevés. Le roy fu moult dolent et moult courroucié de ce
qu'il avoit pou ou noient fait en Arragon; car il luy estoit bien advis
qu'il deust avoir pris tout Arragon et toute Espaigne, à ce qu'il avoit
tant de bonne chevalerie et si avoit grant peuple mené avec luy: si fu
moult pensis dont ce povoit venir, ou par aventure, par mauvais conseil
ou par fortune.

Ainsi qu'il estoit en telle pensée, si chéy en une fièvre, si qu'il
ne pot chevauchier; et convint qu'il fust porté en une litière. La
fièvre crut et mouteplia si que pour l'air qui tant estoit desatrempés
et plain de pluie, il luy engregea, et puis devint plus fort malade.
Tant alèrent et chevauchièrent qu'il vindrent au pas de l'Ecluse qui
est avironnée toute de montaignes qui sont nommées les mons de Pirène.
Haut au dessus des montaignes estoient les Arragonnois qui estoient en
aguait coment il pourroient grever les François: quant aucun pou se
esloingnoient de l'ost ou dix ou douze, tantost leur couroient sus et
les occioient et ravissoient tout quanqu'il povoient tollir ou trouver.

A grant douleur et à grant paine vindrent jusques à Perpignan; ilec
s'arrestèrent pour reposer. Le roy Phelippe fu moult forment malade et
enferme, si ne voult point tant attendre qu'il perdist son sens et son
avis, si fist son testament comme bon chrestien et ordenna: après il
receut en grant devocion le sacrement de saincte églyse. Tantost comme
il ot eu toutes ses droictures, il rendi la vie et s'acquita du treu de
nature qui est une commune debte à toute créature. Les barons de France
furent moult dolens et moult courouciés de sa mort, car de jour en jour
courage et volenté luy mouteplioit de bien faire et grever ses ennemis.
Nul ne pourroit penser la douleur que la royne sa femme ot au cuer, né
les plains né les larmes que elle rendi; tant mena grant dueil et si
longuement que à paine pot avoir remède de sa vie.

Le roy fu conroié si comme il affiert à tel prince: les entrailles
furent enterrées en la maistre églyse de Narbonne; les ossemens en
furent apportes à Saint-Denis en France et furent mis en sépulture
d'encoste son père, le saint roy Loys. Mais ainsois qu'il fussent mis
en sépulture, grant discencion et grant descort s'esmut entre les
moines de Saint-Denis et les frères Prescheurs de Paris; la cause
fu pour ce que le roy Phelippe, le fils du bon roy, avoit donné et
octroié, ainsi comme despourveuement, à un frère de l'ordre des
Prescheurs le cuer son père pour ce que il fust mis au moustier des
frères Prescheurs de Paris.

Les moines de Saint-Denis le vouloient avoir, et disoient que puisqu'il
avoit esleu sa sépulture en l'églyse de Saint-Denis, son cuer ne devoit
point reposer ailleurs né gésir. Mais le jeune roy ne voult point estre
desdit à son commencement, si commanda qu'il fust baillié et délivré
aux frères Prescheurs de Paris.

[93]Pour ceste chose furent meues à Paris pluseurs questions entre
les maistres en théologies: assavoir mon sé le roy povoit donner et
octroier le cuer de son père propre sans la dispensacion de son évesque
souverain. Et après ce, les ossemens furent enterrés à Saint-Denis en
France delez son père, le saint roy Loys, joignant sa femme Ysabeau
d'Arragon royne de France. Lesquels Phelippe et Ysabeau sont maintenant
eslevés de terre par deus piés ou environ, en belle tombe de marbre
bis, en biaux ymages d'alebastre, richement et merveilleusement ouvrés
de très noble et gentil oeuvre. Lesquels aucuns venans à l'églyse de
Saint-Denis en France peuvent veoir ainsi gentement mis à la destre
partie du moustier en une huche, delès saint Loys. Duquel cuer au roy
Phelippe il fu après déterminé par pluseurs maistres en théologie que
le roy né les moines ne le pourroient donner sans la dispensation du
pape.

[Note 93: Les détails suivans ne se retrouvent plus dans les _Gesta
Philippi tertii_ qui s'arrêtent avec le précédent alinéa.]

Et lors après, Phelippe, successeur de son père, fu couronné à Rains,
entre luy et la royne Jehanne sa femme, en roy de France, le jour de la
Tiphaine. Icelluy roi Phelippe qui mourut en Arragon ot deux femmes,
dont la première fu la royne Ysabel, fille le roy d'Arragon, dont il ot
trois enfans: Loys qui mourut en son enfance, Phelippe-le-Bel qui régna
après luy, et Charles conte de Valois. Iceste royne Ysabel mourut au
retourner de Tunes, et furent ses os enterrés en l'églyse monseigneur
saint Denis en France, si comme je vous ay dit devant; l'autre royne
que ce roy Phelippe ot après fu la royne Marie, fille le duc de Breban.

Duquel roy demourèrent à la royne trois enfans: Loys le conte de la
cité d'Evreux, Marguerite la royne d'Angleterre, et madame Blanche
qui fu mariée au duc d'Austeriche qui fu fils au roy Aubert[94]
d'Alemaigne. Quinze ans régna icelluy roy Phelippe et fu enterré en
l'églyse monseigneur saint Denis en France, delès son père le roy saint
Loys, en la manière que je vous ay dit dessus.

[Note 94: _Aubert_. Albert.]


_Cy fenist l'istoire du roy Phelippe, fils saint Loys._



CI COMENCE L'HISTOIRE DU ROY PHELIPPE-LE-BEL.


_Coment Edouart, fils au roy d'Angleterre, fist hommage au roy de
France._

[95]Après le roy Phelippe qui fu fils monseigneur saint Loys, régna en
France Phelippe le biau son fils, et régna vingt-huit ans, et comença
à régner en l'an de l'Incarnacion Nostre-Seigneur Jesu-crist mil deux
cens quatre vings et six. Et en ceste année, Alphons, fils du roy
d'Arragon, comença à régner au royaume d'Arragon après la mort son
père; et Jaques son frère avec Constance sa mère occupa la terre de
Secile, contre l'inibition et le comandement de l'églyse de Rome. En
ce temps ensement, pape Honnoré la sentence que son devancier avoit
prononciée contre Pierre d'Arragon et Alphons son fils, et Jaques
et Constance leur mère, en icelle fermeté et en tel enditement[96]
confirma. En ce meisme an, Edouart, fils au roy d'Angleterre, fist
hommage au roy de France de la duchié d'Acqutaine et de toutes
autres qu'il avoit au royaume de France, et que de ce roy y tenoit
et possédoit; et puis celuy Edouart s'en viut à Bourdiaux la maistre
cité de Gascoigne, et y tint un grant parlement: au quel lieu il reçut
pluseurs messages d'Arragon, Secile et Espaigne, et fu souspeçonné
qu'il ne pourchaçassent aucune traïson envers le roy Phelippe de France
de son royaume; mais toute voies procura icelluy Edouart la délivrance
du prince de Salerne son cousin qui estoit pris des Seciliens, envers
Alfons, le roy d'Arragon, qui tenoit icelluy en sa prison. Et en cest
an ensement, au mois de septembre, trespassa de ce siècle l'abbé Mahy
de Saint-Denis en France, et principal conseillier du royaume de
France. Lequel abbé Mahy, le moustier de Saint-Denis, de moult de temps
devant passé comencié de merveillable et coutable oeuvre, à par un
pou de la moitoienne partie jusques au derenier consumma; et parfist
s'abbaie laquelle en moult de choses et en édifices avoit trouvée
ainsi comme degastée de nouviaux murs et de maisons et de salles; et
de belle et noble oeuvre rappareilla, et la rendi en son temps ainsi
amendée et enrichie, de moult bonnes rentes l'acrut et esleva: par
l'endoctrinement duquel et meismement de sa religion les moines embeus
et entechiés, furent pluseurs après ce establis et fais abbés en divers
moustiers. (Après lequel fu abbé de Saint-Denis monseigneur Regnaut
Giffart de la nascion de Paris.)

[Note 95: Une partie de cette vie de Philippe-le-Bel semble traduite de
la _Chronique universelle_ de Nangis. J'indiquerai par des parenthèses
ou par des notes les additions et les points originaux. Voyez le latin
de Nangis dans le _Spicilège_ d'Achery, in-fº, tome III, p. 47. Le
texte françois est bien moins naturel que celui qui précède, et je ne
puis me persuader qu'il soit également l'ouvrage de Nangis. Il accuse
un écrivain qui connoissoit mal le génie de l'idiome vulgaire et qui,
nourri dans les cloîtres, vouloit lui donner les _formes_ de la langue
latine, dont il ne connoissoit pas très bien le _fond_.]

[Note 96: En _icelle fermeté_ ... «Eâdem firmitate et edicto simili
confirmavit.»]


II.

_Coment le roy de Chipre fu couronné._

En l'an de grace après ensuivant, mil deux cens quatre-vings et sept,
à Acre la cité de Surie, le roy de Chipre[97] se fist, au préjudice du
roy de Secile, couronner en roy de Jhérusalem. Et pour ce que icelle
chose les Templiers et les frères de l'Ospital l'avoient souffert,
leur choses et leur biens qu'il avoient par Puille et par la terre du
royaume de Secile furent pris en la main le roy[98].

[Note 97: _Le roy de Chipre_. Henry, frère du dernier roi, Jean.]

[Note 98: _En la main le roy_. Celui de Naples. Pour comprendre le
mécontentement du roy, il faut consulter, à la date de 1278, la
_Chronique universelle_ de Nangis, qu'alors ne suivoit pas notre
_Chronique de Saint-Denis_. «Filia principis Antiochiæ Maria dicta, de
Jerusalem in Franciâ exulans, jus regni Jerusalem quod sibi competebat
Carolo regi Siciliæ contulit, eo pacto quod quamdiû ipsa viveret, ipse
eidem annuatim quatuor millia librarum Turonensium, super proventus
reddituum comitatûs sui Andegaviæ assignaret.» (Achery, _Spicilege_, t.
III, p. 44.)]


III.

_De la bataille de Lembourc._

[99]En celuy an, quant messire Henry de Lucembourc fu mort, il luy
demoura trois fils, des quiex l'ainsné estoit conte de Lucembourg, et
avoit à femme la fille monseigneur Jehan d'Avesnes, de laquelle il ot
le très noble empereur Henry conte de Lucembourc. Et les autres deux
frères, par l'enortement de leur deux soeurs, la contesse de Flandres
et la contesse de Hainaut, se traistrent à leur oncle le conte de
Guerle[100], et luy requistrent que, pour Dieu, il leur voulsist aidier
encontre le duc Jehan de Breban, qui par force leur tolloit la conté
de Lembourc[101], et ne leur en vouloit faire nulle raison. Tantost le
conte de Guerle, qui à cuer prist ceste chose, manda tous ses parens
et amis, et assembla si très grant ost que ce fu merveille à veoir; et
estoit s'entencion de destruire la duchié de Breban; car l'en tenoit le
conte de Guerle pour un des plus riches hommes d'Alemaigne. Quant le
duc de Breban sot que si grant gent venoient sur lui, tantost assembla
tant de gent comme il pot avoir, et se traist vers Lembourc en une
ville que on nomme Ouronne[102]. Quant le conte Guy de Flandres vit les
grans assemblées des deux parties, si parla à sa femme et à la contesse
de Hainaut, lesquelles soustenoient de corps et d'avoir leur frères,
et eust moult volentiers traictié de la paix, car moult faisoient leur
frères par leur conseil. Et les contesses respondirent au conte: «Sire,
pour Dieu, ne vous en mellés, encore n'est-il mie temps de parler de la
paix, né encore ne sont pas fèves meures»; et le conte n'en parla plus.
Si approchièrent les deux osts qui haioient l'un l'autre de mortel
haine. Quant les batailles furent rengiées les unes contre les autres,
le conte de Guerle commanda à ses banières qu'il alassent avant, et le
duc de Breban si fist les siennes aler avant; ilec comença la bataille
fort et crueuse et dura grant pièce, mais à un poindre que le conte de
Lucembourc fist, fu abatu de son cheval et illec fu tué. Combien que le
conte de Guerle eust plus de gens assés que le duc de Breban n'avoit,
ainsi comme Dieu le voult se tourna la desconfiture sur luy, et furent
les trois fils de Lucembourc mors en la bataille, et pluseurs autres
chevaliers; et y fu pris l'archevesque de Couloigne. Et quant le conte
de Guerle vit la desconfiture, si tourna en fuie; mais Guy de Saint-Pol
vit qu'il s'enfuioit et le suivi luy douziesme de compaignons, et le
prist en fuiant et l'amena en prison au duc. Quant le duc ot eue celle
victoire et conquis Lembourc par bataille, tantost fist escarteler les
armes de Lembourc aux siennes et laissa son cri de _Louvain_ et cria
_Lembourc à celuy qui l'a conquis_. Quant le conte Guy de Flandres oï
les nouvelles, tantost vint à la contesse qui riens n'en savoit, et
ele luy dit: «Sire, avez-vous oï nulles nouvelles?» Le conte respondi:
«Certes, dame, oïl, mauvaises; l es fèves sont meures, car vos frères
sont mors.» Tantost s'en courut la contesse en sa chambre, faisant
le plus grant deuil du monde. Mais les amis qui virent la guerre mal
séant, firent traictier de la paix, et après ce long traictié fu la
pais accordée et faicte par telle manière: Que Henry, le fils au conte
de Lucembourc qui avoit es té mort en la bataille, prendroit à femme
la fille au duc de Breban. Et en ot le dit Henry un fils et une fille;
et fu le fils appelé Jehan et ot à femme la roine de Behaigne[103],
et la fille fu mariée au roy Charles de France. Et le conte de Guerle
et l'arcevesque de Couloigne se rançonnèrent[104] de grant avoir
et partant furent délivrés. Cette bataille fu faicte à Ouronne en
Breban, l'an de l'incarnation mil deux cens quatre vingt et sept selon
aucunes croniques, et, selon les autres, mil deux cens quatre vingt et
huit[105].

[Note 99: Ce troisième chapitre ne se trouve pas dans la _Chronique
universelle_ de Nangis; il justifie le récit des _Chroniques de
Flandres_.]

[Note 100: _Guerle_. Gueldres. En latin _Gelria_.]

[Note 101: _Lembourc_. Et non pas _Luxembourg_, comme ont mis sottement
les éditions gothiques. C'est la première fois que je relève leurs
bévues, et certainement je pouvois en retrouver l'occasion à chaque
page. J'ai tenté de faire mieux, et si plus tard quelques hommes
studieux profitent de mes veilles, ils me rendront la justice que je
n'obtiens pas encore.]

[Note 102: _Ouronne_. Ce doit être _Wering_ sur le Rhin, entre
_Cologne_ et _Dusseldorf_.]

[Note 103: _Behaigne_. Bohême.]

[Note 104: _Se rançonnèrent_. Se rachetèrent.]

[Note 105: Vely, qui n'a connu d'autre récit de la bataille que celui
de Villani, a fait ici autant d'erreurs que de phrases.]

En ce meisme an, les Gréjois se départirent de la subjection du pape
et de toute la court de Rome, et firent un pape nouvel et cardinals
nouviaux. En ce meisme an, en la cité de Triple, fu veue d'un abbé[106]
de Cistiaux et de deux moines avec luy une vision merveilleuse de la
main d'un escrivant sus le corporal, là où le moine avoit devant soy
le corps Jhésuchrist consacré; et estoit escript de la dicte main
sus le corporal une pronostication de pluseurs choses à venir moult
merveilleuse et forment obscure.

[Note 106: _D'un abbé_. Par un abbé.]


IV.

ANNÉE 1289

_Coment le prince de Salerne fu délivré de prison._

Après, en l'an de grace ensuivant mil deux cens quatre vingt et huit,
Charles le prince de Salerne, environ la Purification à la benoicte
vierge Marie, mère Nostre-Seigneur, fu délivré de la prison au roy
d'Arragon, en telle manière qu'il li rendroit une grande somme de
pécune, et la paix de ses Arragonnois envers l'églyse de Rome et le
roy de France à son povoir procureroit; laquelle chose s'il ne povoit
procurer dedens trois ans, si comme il en fu contraint à jurer,
retourneroit arrières en prison jusques à tant que il eust ces choses
accomplies. Si fu pourforcié à baillier hostages, c'est assavoir trois
de ses fils et quarante nobles hommes qui pour luy demourèrent.

En cel an meisme[107], une cité d'Oultre-mer qui est appelée Triple
fu prise du soudan de Babiloine et destruite, où il y ot moult de
crestiens occis et les autres furent achétivés. De laquelle prise la
cité d'Acre et ceux dedens furent moult espoventés. Si requistrent lors
trève de deux ans du soudan, et les orent par son octroi.

[Note 107: Le 26 avril 1289. (Voy. M. Michaud, _Hist. des Croisades_,
t. V. p. 157.)]

En ice meisme an, environ l'ascension Nostre-Seigneur, l'en fist
assembler une grant multitude de galies pour guerroier les Sicles de
la cité de Néapole[108]; et y ot un chevalier de Puille appelé Regnaut
de Avelle, lequel chevalier, par le conseil et commandement du conte
d'Artois, entra en mer ès dites galies avec grant quantité de gent
d'armes, et fist siége devant Cathinense[109], une cité de Secile, et
la prist et la garni de ses gens, et puis fist retourner ses galies à
Néapole, qui estoient voides, afin que pluseurs gens d'armes qui à luy
devoient venir trouvassent vaissiaux plus près: car il avoit pou de
gent tant pour metre en garnison que pour combatre; si atendoit aide.
Mais endementiers qu'il attendoit son aide, les Sicliens asségièrent
ledit chevalier en la cité où il estoit. Adonc se comença le chevalier
à deffendre viguereusement; mais en la fin, il fu si asprement mené
qu'il se rendi, sauve sa vie et tous ses biens. Si venoit en son aide
le conte de Bregne[110], Guy de Montfort, Phelippe fils au conte de
Flandres et pluseurs autres batailleurs du royaume de France. Les
quiex furent rencontrés des Sicliens en mer, et se combatirent: mais
les François furent desconfis et furent pris de Rogier de Laure[111],
lequel estoit amirant des Sicliens, et les fist metre en diverses
prisons. Mais tost après il furent rachetés tous, excepté Guy de
Montfort que l'on ne voult délivrer pour nul pris; et disoit-on que
cestoit à la prière le roy d'Angleterre qui avoit ledit Guy de Montfort
en haine, et morut prisonnier.

[Note 108: On voit que Nangis n'a pu mettre en pareil françois la
phrase suivante de sa chronique latine: «Multis undecumque galeis,
circâ Ascensionem Domini apud Neapolim, ad expugnandum Siculos,
congregatis Apuliæ, etc.» (Spicileg. t. III, p. 48.)]

[Note 109: _Cathinense_. «Cathinensem civitatem.» C'est Catane.]

[Note 110: _Bregne_. «De Bregna.» C'est _Brienne_.]

[Note 111: _De Laure_. «De Laurea.» C'est le fameux amiral ou Amirante
sicilien que nos historiens françois appellent _Doria_, mais que les
Italiens écrivent mieux de _Lauri_.]

(En ce meisme an morut Ranulphe, évesque de Paris, et puis après li fu
Adeulphe, lequel morut dedens un an.)


V.

_Coment les chrestiens rompirent les trives aux Sarrasins._

Après, en l'an de grace mil cinc cens quatre vingt et neuf, mil deux
cens soudoiers, en secours de la Terre Saincte, du pape Nicolas furent
envoiés en Acre; les quels tantost, contre la volenté de ceux du Temple
armés, avec belle compagnie de chevaliers issirent d'Acre et rompirent
les trives du soudan ottroiées; et puis coururent vers les manoirs et
les chastiaux des Sarrasins, et, sans miséricorde, les Sarrasins de
chascun sexe, et uns et autres qu'ils trouvèrent, occistrent, qui se
cuidoient reposer seulement et paisiblement sus les trives baillées
entre eux et les crestiens. Et en icel an, Charles prince de Salerne,
délivré de la prison au roy d'Arragon, vint à Rome; et, ilec le jour de
Penthecoste, fu couronné en roy de Secile du pape Nicolas, et fu absous
du serement qu'il avoit fait au roy des Arragonois.

En icel an aussi, Jacques l'occupeur de Secile, avec grant ost entrant
en la terre de Calabre, assist la cité de Jayette[112], contre lequel
le roy Charles courut hastivement et délivra ceux qui estoient
asségiés: car, comme il s'appareillassent d'une part et d'autre pour
batillier, si vint un chevalier de par le roy d'Angleterre qui procura
trives entre eux deux, jusques à deux ans.

[Note 112: _Jayette_. Gaëte.]

Et, après, en ce meisme an, le soudan de Babiloine[113] quant il cognut
et sot ce que les crestiens avoient fait vers Acre à ses serjans, si
fu moult dolent et manda maintenant à ceux d'Acre que s'il ne lu y
rendoient ceux qui avoient détruit et occis de sa gent, que dedens
l'an leur cité ameneroit à ruine, et trébucheroit autressi comme il
avoit fait Triple; laquelle chose il ne voudrent faire, et pour ce, il
coururent en l'ire et au courrous merveilleusement du soudan.

[Note 113: _Le soudan de Babiloine_. Kalaoun.]

En icel an ensement, Loys l'aisné fils le roy Phelippe de France, et de
Jehanne sa femme, roy ne de Navarre, fu né en la quarte none d'octobre.


VI.

ANNÉE 1290

_Coment Acre fu detruite par le soudan de Babiloine._

Après, en l'an de grace ensuivant mil deux cens quatre vingt et dix,
au temps d'iceluy roy de France, en l'an de son règne quatriesme,
avint ce qui s'en suit ci après: Quant le terme fu approchié que le
soudan de Babiloine avoit menacé ceux d'Acre à guerroier, si s'en
issi hors de Babiloine pour aler à Acre, et se hasta moult avec grant
multitude infinie de gent mescréant. Mais comme il fu jà en une voie,
il fu contraint d'une grant maladie, et chéi malade au lit de la
mort; et lors pour ce n'oublia pas la besoigne qu'il avoit emprise,
ainsois envoia vers Acre sept admirals des quiex chacun de eux avoit
dessous luy quatre mille hommes à cheval et vingt mille hommes à pié
bien armés: lesquiex environ mi-mars vinrent à Acre et l'assaillirent
et travaillèrent de moult divers assaus, jusques à l'autre moitié de
l'autre mois ensuivant: mais rien digne de mémoire n'i firent; et lors
endementiers, comme le soudan regardast et aperçut la mort venir à luy
prochaine, si appella tous ses amis et tous les admirals de son ost,
et fist souslever son fils[114], qui ilec estoit présent, en son lieu,
prince, soudan et gouverneur principal de toute sa gent; et, ce fait,
assez tost après morut. Adonc le nouviau soudan quant il ot son père
mis en terre, dès maintenant avec un merveilleux et innombrable ost
esmut sa voie vers Acre et aprocha une lieue près de la cité, et ilec
fist tendre et fichier ses tentes, et ses instrumens fist apareillier
entour la cité et assaillir les crestiens qui dedens estoient, du
quart jour de may par dix jours, continuelment envoiant et gettant
dedens la cité grosses pierres, à perrières et à engins, dont il leur
firent grand dommage, et lessièrent avoir à ceux de la cité moult
petit de repos, pour laquelle chose il furent durement espoventés.
Et lors firent transporter en Chipre par la navie les trésors de la
cité, avec les merceries et les sainctes reliques, les viels hommes et
les vielles femmes et les petis enfans, et tous ceux qui à bataillier
n'avoient mestier. Et moult en y ot, quant il apperçurent qu'il y avoit
discorde et contens entre ceux de la cité, si s'en départirent tant à
pié comme à cheval, avec tous leur biens que avec eux emportèrent; et
ainsi ne demoura en la cité d'Acre que douze mille hommes ou environ,
desquels il en y avoit cinq cens à cheval et le demourant à pié nobles
batailleurs. Adonques au quinziesme jour du mois de may, les maistres
des Sarrasins donnèrent à grant empointe un si très grant assaut à
ceux qui gardoient les murs et les deffenses de la cité, que, par un
pou, la garde au roy de Chipre ottroiant, sé la nuit très oscure ne
fust venüe, et une empointe d'aucune deffense d'autre part ne les eust
secourus, certainement les adversaires fussent entrés en la cité. Adonc
en celle nuit, le roy de Chipre bailla sa garde à deffendre au menistre
de la chevalerie des Tyois[115]; et, si comme il disoit qu'il devoit
revnir l'endemain au matin prochain avec tous les siens, à par un pou
avec trois mille d'autres s'en fui par mer laidement et vilainement.
Et lors à l'endemain, les Sarrasins venant de toutes pars pour la cité
assaillir, quant il virent pou de deffendeurs de la garde au roy de
Chipre qui aux creniaux né aux deffenses fussent, si s'atournèrent ilec
de toutes pars pour la cité assaillir, et emplirent les fossés tout
entour de bois et d'autres choses, et percièrent tantost les murs.
Adonc entrèrent communément en la cité, et dechacièrent et boutèrent
les crestiens par un pou jusques au milieu de la cité; mais ainsois
ot fait de çà et de là grant abatéis et occision de leur gent, et
furent déboutés et chaciés hors de la cité en la vesprée d'iceluy
jour, par le mareschal et le menistre de la chevalerie de l'Ospital;
et ensement le firent le jour ensuivant ainsi. Et adecertes, au tiers
jour ensuivant, les Sarrasins revenans de toutes pars entrèrent à
l'assaut en la cité par la porte Saint-Anthoine, et aux Templiers et
aux Ospitaliers se combatirent viguereusement, et les craventèrent de
tous poins et occistrent le peuple. Et ainsi les desloiaux mescréans
pristent la cité et la trébuchièrent et destruirent, avec les murs et
les tours et les maisons et les églyses jusques aux fondemens tout ce
dessus dessous; dont ce fu très grant domage. Et lors les patriarches
et les menistres de l'Ospital qui navrés estoient à mort fouirent au
repaire avec pluseurs autres, et périrent en la mer. Et ainsi Acre la
cité qui estoit le secours et l'aide de crestienté en ycelles parties
d'Oultre-mer, par nos péchiés ce requérant, fu destruite des ennemis
de la foy; car il ne fu de tous les crestiens qui à ses angoisses
secouréust[116], dont ce fu duel et pitié.

[Note 114: _Son fils_. Khalli.]

[Note 115: _Des Tyois_. C'est-à-dire: Au chef de la milice des
chevaliers Teutoniques. «Teutonicorum militiæ ministro.»]

[Note 116: _Qui à ses angoisses secoureust_. «Non fuit qui ejus
succurreret angustiæ, ex omnibus christianis.»]

Et en icest an ensement, Charles le conte de Valois, frère le roy
Phelippe, à Charles le roy de Secile quita le droit qu'il avoit ès
royaumes d'Arragon et de Valence; et lors espousa une des filles à
ce roy Charles, au chastel de Corbueil, au jour de l'endemain de
l'Assompcion à la benoite vierge Marie que l'en dist la mi-aoust: pour
lequel mariage faire et ensement le quitement des deux royaumes fait du
conte Charles, donna iceluy roy de Secile à iceluy Charles les contés
d'Anjou et du Maine à perpétuité tenir.

[117]En ice meisme an, en la kalande de juignet, il ot un juif à Paris
en la paroisse de Saint-Jehan en Grève[118], lequel fit tant par devers
une femme crestienne que elle li aporta le corps de Jhésucrist en une
oeste[119] sacrée, laquelle elle avoit reçue en la sepmaine peneuse en
la avommichant, et la bailla au juif. Quant le juif l'ot par devers
soy, si mist ladite oeste en plaine chaudière de yaue chaude, le jour
du vendredi aouré; et quant ladite oeste fu en l'yaue boullant, il la
commença à poindre de son coutel, et lors devint l'yaue aussi comme
toute vermeille. Et après ce, il osta ladite oeste de la chaudière,
et la commença à batre d'une verge: laquelle chose fu toute prouvée
contre le juif par l'évesque Symon Matiffait. Si avint que du conseil
et de l'assentement des preudeshommes qui à Paris estoient régens en
théologie et en décret, ledit juif fu condamné à mourir et fu ars
devant tout le peuple; et estoit appellé Le bon juif, et sa femme avoit
à non Bellatine, laquelle avoit une fille à l'aage de douze ans ou
environ que ledit évesque Simon fist baptisier; et la fist demourer
avec les Filles-Dieu à Paris.

[Note 117: Cet alinéa n'est pas dans le texte latin de Guillaume de
Nangis.]

[Note 118: Il demeuroit dans la rue _des Jardins_, nommée depuis _des
Billettes_.]

[Note 119: _Oeste_. Hostie.]


VII.

ANNÉE 1291

_Coment pape Nicholas envoia ses messages aux prélas et aux barons de
France, et de leur responses._

En l'an de grace en suivant mil deux cens quatre vingt et onze, pape
Nicolas, quant il ot sceu et cogneu la destruction d'Acre la cité
d'Oultre-mer, si se conseilla par ses lettres apparans[120] aux prélas
du royaume de France qu'il li démonstrassent quelle chose seroit
mieux profitable et nécessaire au recours et au recouvrement de la
Saincte Terre; et les depria humblement que à ce esmeussent le roy de
France, les barons et les chevaliers et eux meismes, et nomméement le
menu peuple, pour la Saincte Terre recouvrer. Auxquiex commandemens
et prières les arcevesques et les prélas très doucement octroians,
chascun maistre[121] par sa diocèse, les évesques, les abbés, les
prieurs et les sages clers assembla; et lors quant leur concile fu
ainsi assemblé et célébré, si mandèrent au pape ce qu'il avoient fait,
et conseillèrent en ceste manière: c'est à savoir qu'il convendroit
premièrement, les princes et les barons de toute crestienté ensemble
comméus[122] à paix et à concorde rappeler; et meismement rapaisier les
Grieux, les Seciliens et les Arragonois; et ainsi dès maintenant ce
fait, sé le souverain l'ottroioit ou jugeoit estre chose nécessaire, la
croix de son auctorité par tout l'empire de crestienté seroit preschiée
et à prendre admonestée.

[Note 120: _Apparans_. Patentes.]

[Note 121: _Maistre_. «Metropolitanus.»]

[Note 122: _Comméus_. Excités. «Commotos.»]

En icest an, les gens de Valentianes en Haynant, se rebellèrent contre
leur conte, pour ce qu'il s'efforçoit de les grever sans cause; et se
tindrent grant pièce contre li, et boutèrent les gens dudit conte hors
de leur ville; et en firent protecteur et advoué Guillaume le fils au
conte de Flandres.

Et en ce meisme an, puis que Jehanne, contesse de Blois et d'Alençon
fust morte, ses cousins, c'est à savoir Hue de Saint-Pol et ses frères
et messire Gauthier de Chastillon, partirent ensemble l'héritage de la
dite dame; et depuis, le dit Hue conte de Saint-Pol laissa à Guy son
frère la dite conté de Saint-Pol, et fu fait le dit messire Hue conte
de Blois.

En ce meisme tems le pape Nicolas mouru, et fu l'églyse de Rome vacant
par deux ans et plus de pasteur.

Et en cest an meisme Raoul de Sacony[123], roy d'Alemaigue, moru, et fu
après luy roy d'Alemaigue Adolphe[124].

[Note 123: _Raoul de Sacony_. Rodolphe de Hapsbourg.]

[Note 124: _Adolphe_. C'est Adolphe de Nassau. Ce dernier alinéa n'est
pas dans Nangis.]


VIII.

ANNÉE 1292

_Coment la gent au roy d'Angleterre entrèrent soudainement au païs de
Normendie et ailleurs._

Après, en l'an de grace ensuivant mil deux cent quatre vingt et douze,
Edouart, le roy d'Angleterre, de malice et de fraude que il avant et
de grant pièce avoit conceu, si comme aucuns disoient, fist un grant
appareil, en feignant que il vouloit aler hastivement en la Terre
saincte, et là endroit profiter[125]; et par ses hommes de Baionne,
une cité de Gascoigne, et autres pluseurs de son royaume, à nefs et à
galies, à appareil batailleur en grant multitude, fist les subgiés du
roy Phelippe de France de la terre de Normendie et des autres lieux,
par mer et par terre félonneusement assaillir et traitreusement envaïr,
en occiant moult de eux, et en prenant moult grant foison et detenant
pluseurs de leur nefs et fraignant et despeçant, et les maistres
des galies, avecques leur biens et leur merceries, en Angleterre
menèrent et transportèrent. Et ensement les devant dis hommes du roy
d'Angleterre envaïrent traitreusement et faussement une ville du
royaume de France que on appelle la Rochelle, et y firent pluseurs
assaus, en occiant aucuns de la ville: et en icelle ville firent
pluseurs dommages. Laquelle chose comme elle venist en la connoissance
au roy de France, si manda au roy d'Angleterre et aux tenans son
lieu en Gascoigne, que certain nombre des devant dis maufaiteurs
hommes qui ainsi avoient sa gent occis et mehaigniés, envoiast à
Pierregort[126] en sa prison, pour faire de eux ce que raison diroit
et justice requeroit. Auquel mandement le roy d'Angleterre et sa gent
furent négligens d'obéir, et par contumace et en despit le refusèrent;
pour laquelle chose le roy de France fist par son connestable Raoul,
seigneur de Neele, en sa main toute Gascoigne saisir, ainsi comme
appartenant au fié de son royaume; et fist semondre Edouart le roy
d'Angleterre à venir en son parlement. Et en icest an ensement, comme
Jehan le conte de Hainaut delez la confinité de sa terre, les gens
et les sougiés du roy de France et les églyses en sa garde establies
molestast et grevast, né ne les voulsist aux prières né au commendement
du roy amender, Charles de Valois, frère au roy Phelippe de France,
assembla à Saint-Quentin, un chastel de Vermandois, grant ost contre le
conte, par le commendement du roy Phelippe: lequel Charles, comme il
déust de bataille assaillir, Jehan le conte de Hainaut la puissance du
roy de France doubtant, vint sans armes dévotement à Charles; et s'en
vint à Paris avec luy au roy, et tout ce qu'il avoit meffait envers luy
et envers ses soujets, à tout son bon plaisir luy amenda et à sa plaine
volenté.

[Note 125: _Profiter_. Aller, se diriger. «Celeriter proficisci.»]

[Note 126: _Pierregort_. Périgueux.]

Et en ce meisme an, en la cité de Roen en Normendie, pour les exactions
que on appelle male toulte desquelles le peuple estoit moult[127]
durement grevé, contre les maistres de l'eschiquier ministres le
roy de France le menu peuple s'esmut et s'esleva; et dès maintenant
les cueilleurs de celle pécune batirent et les deniers par places
espandirent, et au chastel de la cité les menistres et les maistres
assistrent. Mais après ce, par le maire (ou baillif), et les plus
riches hommes de la ville, furent apaisiés et se retraistrent; et lors
en y ot pluseurs de pendus et moult par diverses prisons du royaume de
France furent emprisonnés.

[Note 127: _Male toulte._ «Malam toltam» De là le respectable nom de
maletôte.]


IX.

ANNÉE 1293

_De la bataille du conte d'Armignac et du conte de Fois._

En l'an de grace mil deux cens et quatre vingt et treize, le conte
d'Armignac contre le conte Raymont Bernart de Fois, lequel il avoit
appellé de traïson à Gisors, environ la Penthecoste, devant Phelippe le
roy de France et les barons, fu contraint à combattre encontre le dit
conte de Fois en champ, seul à seul. Mais aux prières du conte Robert
d'Artois, la besoigne et le descort d'iceux le roy de France prist sur
luy, et de la bataille qu'il avoient jà commenciée les fist retraire.

Et adecertes en cest an, Edouart le roy d'Angleterre pluseurs fois
et solempnellement à la court le roy de France fu semons, pour les
injures et malefaçons les quelles ses hommes avoient faites aux hommes
du royaume de France et de Normendie et d'ailleurs; venir n'i voult,
ainsois au commandement le roy de France despit et contredit. Mais
pour ce que à fausse conscience et à conseil plain de fraude peust
l'iniquité qu'il avoit commenciée parfaire, dist-l'en qu'il manda au
roy de France que il luy quittoit quelconque chose qu'il tenoit de
luy en fié né poursivoit; car il cuidoit et espéroit ce et plus par
force d'armes acquerre et ce, sans hommage de quiconque, dès ore mès
tenir. Et en cest an ensement, au mois de juignet, Noion, une cité de
France, fu toute arse et embrasée fors les abbaïes de Sainct-Eloi et
de Sainct-Barthélemi. Et aussi en icest an meisme, Henri d'Espaigne,
lequel le roy de Secile avoit tenu en prison par l'espace de vint-six
ans, s'en ala à son neveu Sancion[128] le roy d'Espaigne. Et en ice
meismes an, Guillaume l'évesque d'Aucuerre moru, auquel succéda en
la dite éveschié Pierre évesque d'Orliens, et renonça à l'éveschié
d'Orliens: et fu mis en sa place Frédéric le fils au duc de Lorraine,
qui en discorde avoit esté esleu évesque d'Aucuerre, après la promocion
du devant dit Pierre.

[Note 128: _Sancion_. Sanche, roi de Castille.]


X.

ANNÉE 1294

_Coment le roy Edouart s'esmut, et coment le conte d'Acerre[129] fu
destruit pour ses mesfais._

[Note 129: _D'Acerre_. Nangis le nomme «Comes Acerrarum in Apuliâ.» La
ville d'Acerres ou l'Acerres est en effet dans la Pouille. (Voyez déjà
plus haut, vie de Philippe III, § 35.)]

Après, en l'an de grace mil deux cens quatre vingt quatorze, Edouart
le roy d'Angleterre contre le roy Phelippe de France apertement et
puissamment s'esmut, et envoya en Gascoigne, par navie, moult très
grant foison de sa gent les quiex l'île de Ré vers La Rochelle en
Poitou, qui de la part le roy de France se tenoit, destruirent toute,
et occirent la gent et l'embrasèrent et brulèrent par feu. Et puis
d'ilec vers Bourdiaus nagièrent[130] les Anglois, et le chastiau
de Blaives et trois villes ou chastiaus sus la mer occupèrent et
prisrent, et les gens du roy de France qui les gardoient deschacièrent
et gettèrent vilainement, en occiant aucuns par la tricherie des
Gascons. Et comme après il venissent à Bourdiaus, né ilec pour Raoul,
le seigneur de Neelle, connestable de France qui dedens estoit,
ne péussent aucune chose attempter né faire, lors vers la cité de
Baionne retournèrent leur navie, laquelle, par la traïson de ceux qui
estoient ens la cité, reçurent dès maintenant abandon, et assaillirent
longuement les François qui en la forteresse du chastel estoient; et à
la fin après ce d'ilec les enchacièrent.

[Note 130: _Nagièrent_. Naviguèrent.]

Et en icelui an aussi, le conte d'Acerre en Puille, lequel Charles, le
roy de Secile, avoit establi garde de sa conté de Prouvence, fu trouvé
et esprouvé très pesme[131] sodomite et traitre de son seigneur; et fu
pris par le commandement du roy, et fu de son derrière[132] jusques à
la bouche en une broche de fer ardant transfichié, et après fu ars.
Adonques en icel tourment regéhi coment Charles le roy de Secile, père
d'icelui Charles, il avoit retrait par traïson de la cité de Messines
qu'il avoit assegiée; et coment, après Charles prince de Salerne
son fils, s'estoit laissié prendre[133]; et coment il destourna les
Seciliens qui icelui prince pris vouloient restablir en honneur royal,
et les Arragonois aussi de leur terre chacier les desloa.

[Note 131: _Pesme_. Très-mauvais. «Pessimus.»]

[Note 132: _Derrière_. Les éditions gothiques ont substitué _dos_.
Nangis dit: «A posterioribus.» (Spicileg., t. III, p. 50.) Deux lignes
plus bas, au lieu de _En icel tourment regehi_, elles portent: «En
celle gehine recongneut.» Et les faiseurs de Glossaires d'enregistrer,
sur cette autorité, le substantif _gehine_ pour _gehenne_!]

[Note 133: _S'estoit laissié prendre_. Et comment il s'étoit laissé
prendre avec le prince de Salerne, pour mieux nuire à ce dernier. Ce
crime est peu probable.]


XI.

_Coment le conte de Flandres s'alia au roy d'Angleterre._

En cest an ensement, Gui le conte de Flandres, occultement ct
céléement, contre son seigneur le roy de France au roy d'Angleterre
alié, vint avec sa fille à Paris; laquelle il vouloit envoier en
Angleterre pour espouser au roy d'Angleterre Edouart. Lors par le
commandement le roy Phelippe roy de France, avec icelle furent détenus
en garde, mais icelle fille après ce demoura avec les enfans le roy,
pour estre enseigniée et nourrie avec eux; et le conte assez tost après
fu délivré.


XII.

_Coment Charles de Valois ala en Gascoigne._

Et ensement en cest an, Charles de Valois, frère Phelippe le roy de
France, en Gascoigne, à moult grant ost, fu de par son frère destiné
et envoié. Rions[134], un chastel très fort, lequel les Anglois par la
traïson des Gascoins détenoient, clost lors par siège, et avec sa gent
viguereusement et appertement assega. Et adecertes ilec estoient Jehan
de Saint-Jehan[135] et Jehan de Bretaigne et moult d'autres de par le
roy d'Angleterre nobles batailleurs.

[Note 134: _Rions_. Les manuscrits de la Chronique françoise de Nangis
portent _la Riole_ et _Riel_. Mais ce doit être, d'après le latin
_Rionsium_, la petite ville de _Rions_, entre Bordeaux et La Réole.]

[Note 135: Jean de Saint-Jean, lieutenant des Anglois en Gascogne.]

[136]Et en cest an, Jehan duc de Brebant, qui semons avoit esté aux
noces de une des filles au roy d'Angleterre laquelle Henry conte de
Bar prenoit à femme, en joustant contre un chevalier qui estoit nommé
Bourgondes fu féru d'un cop de lance à la mort, et mourust dedens six
jours en un chastel qui est appelle Bar en Lorraine.

[Note 136: Cet alinéa n'est pas traduit de Nangis.]

Et en icel an meisme, depuis que l'église de Rome ot vaqué de pasteur
par l'espace de deux ans, de trois mois et de deux jours, il y ot
un pape qui fu appelle Célestin. Ycelui Célestin fu de la nascion
de Puille et fu moine et père d'une petite religion[137] laquelle
par luy avoit esté instituée et estoit appelée Saint-Benoist ès
montaignes[138]; et là menoit moult apre vie d'ermite. Iceluy Célestin
estoit appellé frère Pierre de avant qu'il fust esleu à pape, et estoit
homme de grand humilité et de grande renommée et de piteuse et saincte
conversation. Si avint en ce temps que les cardinals qui moult estoient
obstinés en l'élection d'un pape, si comme il sembloit, en une journée
se fussent assemblés en consistoire, non pas pour le eslire, car en
traitant de l'élection oncques n'avoit esté faite dudit frère Pierre
mencion; si avint que d'aventure un cardinal en plain consistoire
commença à raconter de la saincte vie et de la renommée dudit frère
Pierre; et adoncques, par divine inspiration, si comme l'en croit,
tous les cardinals, à un seul veu et à une voix, avec grant effusion
de larmes se consentirent audit frère Pierre, et fu esleu en pape, et
avoit bien largement soissante-neuf ans d'aage. Mais encore estoit-il
sain et haitié et assez fort; il n'estoit pas grant clerc, mais il
estoit de très grant discrécion. Icestuy pape ordena douze cardinals,
outre le nombre qui y estoit; et la décrétale que son prédécesseur
avoit fait sus l'eslection du pape, laquelle estoit demourée en
suspense, il la confirma et voult que elle fust tenue et gardée.

[Note 137: _Religion_. Maison religieuse.]

[Note 138: Ces religieux, du nom adoptif de leur fondateur, prirent le
nom de _Célestins_.]

Item environ l'advent Nostre-Seigneur, ledit pape en plain consistoire,
devant tous, renonça à tout office et bénéfice de papalité. Après
lequel fu Boniface le huitième, né de Champaigne[139], lequel fu le
cent quatre-vingt et dix-septième pape. Or avint que le dit Célestin
qui pape avoit esté s'en vouloit retourner au lieu dont il estoit venu,
et le pape Boniface son successeur ne le voult pas souffrir: mais le
fist honnestement et à très grande diligence en honneste lieu estre
gardé.

[Note 139: _Champaigne_. Campanie.]

Et en ce meisme an, Raoul de Grantville, de l'ordre des Prescheurs,
lequel, par le commandement du pape Célestin déposé, avoit esté à Paris
consacré en patriarche de Jhérusalem quant il vint à Rome fu de par le
pape Boniface dégradé.

En iceluy an mourut le roy d'Alemaigne. Si s'assemblèrent les esliseurs
à Coulogne, et s'accordèrent, tous et eslirent un vaillant homme, mais
il n'estoit mie moult riche, et fu appellé Adoulphe[140]. Tantost comme
il fu coroné à Ais, si fist assembler les barons d'Alemaigne et leur
monstra que le roy de France avoit grant partie de l'empire par devers
luy, laquelle chose il ne pooit soufrir pour le serrement qu'il avoit à
l'empire fait. Et tantost eslurent deux chevaliers, et leur baillèrent
des lettres au roy, et les envoièrent par devers le roy de France à
Corbuel. Ilec luy présentèrent les lettres de par le roy d'Alemaigne,
lesquelles estoient sus ceste forme:

«Adoulphe, par la grace de Dieu, roy des Romains tous dis
accroissans[141], à très grant prince et puissant seigneur Phelippon
roy de France. Comme, par vous, les possessions, les droitures,
les juridictions et les traites des terres de nostre empire, par
empeeschement noient convenable, sont détenus par moult de temps, et
follement sont fortraites, si comme il apert clerement en divers lieux;
nous signifions à vous par ces présentes lettres, que nous ordennerons
à aler contre vous avec toute nostre puissance, en poursuivement de si
grant injure que nous ne poons souffrir. Donné à Nurenberge la seconde
kalende de novembre, l'an de l'Incarnacion mil deux cent quatre-vingt
et quatorze.»

[Note 140: C'est ici la répétition de la mention de l'élection
d'Adolphe de Nassau.--Le latin de Nangis dit seulement, au lieu du
long récit qui va suivre: «Romanorum rex Adulphus, regi Angliæ Eduardo
pecuniâ contra regem Franciæ confederatus, fecit regem Franciæ ex parte
suâ, post octavas Nativitatis Dominicæ diffidere; sed auxiliariis sibi
deficientibus, nequivit perficere quod optabat.» (Spicileg, t. III, p.
50.)]

[Note 141: _Tous accroissant_. «Semper Augustus.»]

Quand le roy de France ot receus ses lettres, si manda son conseil par
grant délibéracion, et leur bailla la réponse de leur lettres. Tantost
les chevaliers se départirent de court et vindrent à leur seigneur,
et luy baillèrent la lettre de réponse. Il brisa le seel de la lettre
qui moult estoit grande; et quant elle fu ouverte, il n'y trouva riens
escript, fors _Troup Alemant_. Et ceste réponse fu donnée par le conte
Robert d'Artois, avec le grant conseil du roy. Si avint que le roy
d'Angleterre qui guerre avoit au roy de France envoia par devant ledit
Adoulphe, roy des Romains, en luy requérant que, pour une somme de
deniers, il se voulsist aler avec luy contre le roy de France. Lequel
Adoulphe luy ottroia, car il avoit bien en mémoire la response des
lettres qu'il avoit envoiées au roy de France, comme dessus est devisé.
Si envoia deffier le roy de France de par luy[142]; mais quant il cuida
assembler grant quantité de gens d'armes pour accomplir ce qu'emprins
avoit, pluseurs luy défaillirent qui ne vouloient pas estre avec le
roy d'Angleterre. (Si ne pot parfaire ce qu'il avoit empris en son
entencion. Mais, après une pièce de temps, se fist la pais entre le
roy de France et ledit Adoulphe, par ceste manière que ledit Adoulphe
auroit à femme la soeur au roy de France; et par tant fu la paix
confermée).

[Note 142: Le récit de nos chroniques contredit celui des historiens
modernes, qui présentent les premières lettres de l'empereur comme un
effet du traité honteux fait par lui avec le roi d'Angleterre.--Au
reste, je dois à l'obligeance de M. Michelet, chef de la section
historique aux archives du royaume, la preuve que notre chroniqueur a
suivi un bruit populaire mal fondé, en citant le mot encore aujourd'hui
célèbre de Philippe-le-Bel. L'original de la véritable réponse de ce
prince est conservé dans le Trésor des Chartes. (J. 6.0, nº 14.)
«Philippus d. g. Fr. rex, magnifico principl A. regi Alemanniæ. Nuper
vestras, ut primâ facie apparebat, patentes recepimus litteras, in
hæc verba: Adolphus, etc. (comme plus haut.) Quare mittimus ad vos,
religiosos viros dilectos nostros fratres Simonem de ordine hospitalis
... ac Galcherum de ordine militiæ Templi de Remis domorum preceptores,
ad sciendum si à vobis tales litteras processerunt. Quæ si de vestrâ
conscientiâ emanarint, nisi de contrario nos certificaveritis, cum eâ
carum tenore diffidationis materia colligatur, vobis intimamus quod
tanquam diffidati à vobis deinceps erga vos proponimus nos habere.
Datum Parisiis, die Mercurii, antè mediam qundragesimam, anno Domini
Mº CCº nonagesimo quarto. (1295.)» _Scel en cire blanche pendant sur
simple queue._]


XIII.

ANNÉE 1295

_Coment Charles le frère au roy de France fist pendre pluseurs Gascoins
devant le chastel de Rions, et coment il l'assist._

L'an de grace ensuivant mil deux cent quatre-vins et quinze, Raoul, le
seigneur de Neelle, connestable de France,--qui de Bourdiaux, en l'aide
de Charles le frère le roy de France Phelippe, à Rions venoit par une
ville des Anglois garnie que l'en appelloit Podency, à laquielle il
avoit tenu le siège par huit jours,--fist convenance aux Anglois qui
avec les Gascons la deffendoient, que s'en iroient seurement, leur vies
sauves. Et lors, ce fait, si la reçut le jour des grans Pasques, dont
laissa aler les Anglois, et amena les Gascons par nombre soixante, à
Rions à messire Charles; lesquiels celuy Charles, au quinziesme jour
après Pasques, fist tous en gibet, devant les portes de Rions, pendre
et encrouer au vent. Et quant ceux du chastel virent ce et cognurent
ce, et sorent que à Podency les Anglois eussent trahi, lors envers la
gent du roy d'Angleterre, qui dedens le chastel estoient avec eux,
s'esmurent à grant despit et desdaing. Pour laquielle chose Jehan de
Saint-Jehan et Jehan de Bretaigne, comme la nuit fu venue, en leur nefs
fuians par mer s'en eschapèrent. Mais il furent ensuivis des Gascons,
et pluseurs des Anglois ainsois qu'il entrassent ès nés furent occis.

Adonc, au vendredi ensuivant, les François appercevans en celle nuit
avoir eu discorde et contens au chastel, et que pou estoient aux
deffenses, assaillirent le chastel apertement et dès maintenant y
entrèrent, et occirent moult des Gascons, et si soubmistrent la ville
et le chastel et toute la seigneurie en la seigneurie au roy de France.

Après ce, Charles, conte de Valois, après la prise du chastel de Rions,
assist la ville de Saint-Sever, et l'assailli tout le tems d'esté par
divers assaus, et fist tant que par force il la fist venir abandon.
Mais après ce, quant il s'en fu retourné en France, la gent de la
ville tricheresse reprenant l'esperit de rebellement, de la féauté et
seigneurie de France rassaillirent[143].

[Note 143: _Rassaillirent_. Mauvaise traduction du latin de Nangis:
«Gens villæ à fidelitate regi Franciæ pollicitâ, resilivit.»]

Et en ce tems, Sancion, le roy de Castelle, mourut. Du quiel deux
enfans petis d'aage qu'il avoit engendré de une nonain[144] qu'il
avoit joint à luy par mariage, Henri son oncle du quiel nous avons dit
dessus, qui estoit eschapé de la prison au roy de Secile, garda et
deffendi comme tuteur.

[Note 144: _Une nonain_. Je crois qu'avec le latin notre chroniqueur a
pris le nom propre de la reine Marie de _Molina_, pour l'indication de
sa profession de religieuse. «Pueros de _quâdam sanctimoniali_ feminâ.»]


XIV.

_De la navie au roy de France qui s'esmut pour aler en Angleterre._

En celluy an meisme, la navie au roy de France à Douvre un port
d'Angleterre appliquant, tout ce qui estoit hors des murs ravi. Et
comme iceluy grant navie peust de legier toute Angleterre prendre et
occuper, si fu desvée à aler oultre, de l'autorité Mahi de Momorenci
et de Jehan de Harcourt, mareschaux de cette navie, et furent deboutés
à eux retourner sans rien faire. Et adecertes, en cest an, la royne
Marguerite, femme monseigneur saint Loys, mourut à Paris; et en
l'église Saint-Denis, devant son seigneur, fu honnorablement enterrée.
Et icelle royne Marguerite, ainsois que elle mourust, establi et fonda
à Paris, devant St-Marcel, une abbaïe de Seurs meneurs[145], où elle
très honnorablement vesqui[146]. Et en cest an ensement Alfons le roy
d'Arragon mourut; et lors Jaques l'occupeur de Secile, son frère,
se transporta en Arragon et reçut la hautesce de la dignité royale:
lequel, quant il ot fait pais au roy de Secile Charles, si espousa une
de ses filles, et les ostages que Alfons son frère, le roy nouvellement
mort, avoit receu du roy de Secile, délivra; et l'autre son frère
Frederic occupa Secile après luy.

[Note 145: Les cordelières.]

[Note 146: M. Geraud, dans son _Paris sous Philippe-le-Bel_, a eu
tort de contester tous ces faits, qui sont également rapportés par le
continuateur de Nangis.]


XV.

ANNÉE 1296

_Coment le roy d'Escoce fu pris et amené au roy d'Angleterre. Et parle
après de pluseurs incidences._

Après, en l'an de grace ensuivant mil deux cent quatre-vingt et seize,
les Escos au roy de France aliés envahirent le royaume d'Angleterre et
dégastèrent; et ainsi comme il s'en revenoient d'iceluy envaïssement,
Jehan leur roy, traï d'aucuns, fu pris et au roy d'Angleterre envoié.

Et en icest an ensement, Alfons et Ferrant fils Blanche fille du saint
roy Loys de France, et de Ferrant l'ainsné fils au roy de Castelle, de
long-temps mort, qui du droit de la dignité royale et de excellence
à eux donné par Alfons leur aïeul, estoient du tout en tout privés
et degetés, et pour ce en France estoient comme essiliés; quant il
entendirent du roy leur oncle qui mort estoit, si prisrent leur
erre[147] et requistrent et envaïrent Espaigne; et firent convenances
à Jaques le roy d'Arragon. Et lors par l'aide de luy et de son frère
Pierre, et ensement du fils Jehan le petit[148] d'Espaigne, le royaume
de Legions[149] premièrement envaïrent, et à eux du tout en tout le
soumistrent; lequel Alfons l'ainsné à Jehan son oncle, qui en s'aide
estoit venu par mer, ottroia et donna à tenir de luy en fié. Pour ce
fait, il attrait merveilleusement les cuers de sa gent à luy.

[Note 147: _Erre_. Course. Variante du msc. 9650: _Cuer_.]

[Note 148: _Le petit_. Erreur de Nangis. «_Johanni minimi_.» C'est le
Juan Nunes dont il a déjà été parlé.]

[Note 149: _Legions_. Léon.]

En ce meisme an mourut pape Célestin qui déposé s'estoit par avant
de la papalité; et en icel an Pierre et Jaques dits de la Colompne,
cardinals, afermoient la déposition du pape Célestin avoir esté
indeuement faite; et que la promocion de Boniface estoit injuste et
irraysonnable: et par ce maintenoient la cour de Rome estre en erreur.
Quant le pape Boniface sot ce, si les priva de tout honneur et office
de cardinalté et de tous bénéfices de saincte églyse.

En ce meisme an, Florent le duc de Hollande, et assez tost après son
fils, furent d'un chevalier traiteusement tués. Laquelle mort Jean
conte de Haynaut voult vengier par droit d'affinité et de lignage, et
fist tant qu'il conquist à soy Frise et Hollande.

Et en iceluy meisme an, la cité de Pamers fut séparée de l'éveschié de
Thoulouse, et en y ot propre évesque en la dite cité par l'autorité du
pape Boniface.


XVI.

_De la baillie du centième et du cinquantième._

En icest an ensement, fut une exaction que l'en appelle maletoulte, par
le royaume de France, premièrement seulement des marcheans; de rechief
le centième et le cinquantième de tous les biens de chascun, tant de
clers comme de lais, pour cause de la guerre en ice temps décourant
entre le roy Phelippe de France et le roy d'Angleterre, fu commenciée.
Pour laquelle chose, pape Boniface fist un décret par sentence que sé
les roys et les barons de toute crestienté, dès lors en avant, des
prélas ou des abbés ou du clergié, sans le conseil de l'églyse de
Rome, telles exactions prenoient, ou les évesques, abbés ou clergié
telles choses leur donnoient, la sentence et excommeniement par ice
fait encourroient; de laquelle, fors au péril de la mort, ne pourroient
de nul estre absols fors que du pape de Rome ou de son commandement
espécial.


XVII.

_De la prise Jehan de Saint-Jehan et de pluseurs autres._

En icest an ensement, Emons, le frère au roy d'Angleterre qui estoit
envoyé en Gascoigne contre la gent au roy de France, mourut à Bayonne.
Après la mort duquel endementiers que les villes et les chastiaux,
les gens au roy d'Angleterre tenans sa partie appareilloient à garnir
de vitaille, Robert conte d'Artois qui un pou devant avoit esté
envoyé du roy de France, estoit là venu. Quant il entendi ce par ses
espieurs, il empescha incontinent et isnellement les Gascons et gens
du roy d'Angleterre. Car comme il fussent sept cents hommes à cheval
et cinq mille à pié, le gentil conte avec sa gent qu'il amenoit
fors batailleurs, si fort envaï l'ost des ennemis que les Gascons
s'enfuirent; et les enchaça, et des greigneurs d'Angleterre à mort
accraventa bien cent ou environ; et ilec fu pris Jehan de Saint-Jehan,
et Guillaume le jeune de Mortemer avec autres nobles d'Angleterre; et
furent envoiés ainsi comme chaitis en France. Adont le conte de Lincole
et Jehan de Bretaigne furent chaciés de la bataille, et là laissièrent
et perdirent toute leur garnison avec leur appareil de bataille que
il menoient; et pour certain sé la nuit ne feust si tost venue et les
bois n'eussent esté si près, nul de ceste multitude de gent n'en fust
eschapé. Adont ne fu dès lors en avant qui envers le conte d'Artois où
les François osassent en bataille aler né venir.


XVIII.

_Du renoncement Robert fils au conte de Flandres à l'omage le roy de
France._

En cest an ensement, Gui le conte de Flandres, par Robert son fils
déceu si comme l'en dit, appareilla appertement à soi mouvoir et
eslever contre son seigneur le roy de France Phelippe, et luy manda par
ses patentes lettres à Paris que nulle chose il ne tenoit de luy en
fié, né en autre quelconque chose ou manière il ne se réputoit à luy
estre sougiet.

Et en cest an ensement, au moys de décembre, en la veille Saint-Thomas
apostre, avint aussi à Paris que le fleuve de Seine s'escrut en tele
manière que de nul aage né remembrance de home ne treuve l'en en
escript si grant croissance né ravine d'iaue à Paris avoir ondoié: car
toute la cité fu si de toutes pars raemplie, ençainte et avironnée, que
de nulle part en la ville sans navie l'en ne pooit entrer, né par un
pou par toutes les rues ne pooit aucun aler sans aide de batiaux. Et
lors pour la pesanteur de l'yaue et la grant ravine du fleuve, les deux
pons de pierre, et avec ce les moulins qui dessus estoient fondés et
fais, et le Chastellet de Petit pont, de tout en tout trébuchièrent et
chéirent; et lors il convint par huit jours des viandes de hors aporter
ès nefs et ès batiaux, pour secourre à ceux de la cité de Paris.


XIX.

ANNÉE 1297

_Coment Alfons d'Espaigne rendi tout pour délivrer son oncle de la
prison._

En l'an de grace après ensuivant mil cent et quatre-vingt et dix-sept,
Alfons et Ferrant frères, et neveus le saint roy Loys, viguereusement
et forment envaïssans Espaigne embatirent paour à tous les ennemis
de leur renom et de leur advènement; auxquiels vint lors leur oncle
messire Jehan qui escrut et enforça moult et eux et leur gent: car par
iceluy reçurent abandon villes et chastiaux pluseurs; lequel messire
Jehan, comme follement après alast sur les anemis, il fu pris: et
Alfons le sien neveu noble et gentil ne le pot autrement ravoir sé
toutes les choses qu'il avoit conquises ne rendist et restablist. Et
lors, par la grant libéralité et franchise de son cuer trait et demené,
pour iceluy rendi tout, estimant greigneurs estre les richesses d'amis
que de avoir des choses de ce monde muable copie né habondance[150].
Lequel Jehan, le vice d'ingratitude encourant, s'en vint droit à
ses ennemis et le royaume de Légions qu'il avoit pris du don de son
nepveu rendi aux anemis d'iceluy Alfons. Adonques Alfons, quant il ot
toutes ces choses perdues, par son grant courage seurmontoit toutes
choses adverses, ramenant à mémoire le très haut lignage des rois de
France dont il estoit descendu. Comme il n'eust ville né chastel où
il trouvast refuge, lors, contre l'opinion des siens qui conseil luy
avoient donné de retourner en France ou en Arragon, aux chams devant
un chastel se mist et arresta, et fist tendre ses trés et fichier
ses tentes; mieux voulant, pour droit et pour justice et son droit
requerant, mourir que retourner sans honneur et sans victoire. Duquel
Alfons le seigneur du chastel apercevant la sagesce, luy et sa gent,
par sa pitié, introduit et mena en son chastel, par l'aide duquel
Alfons après ce fist moult de dommages à ses anemis. Et endementiers
qu'il estrivoit à ses anemis et moult forment les guerroioit, Ferrant
son frère s'en vint en France requerre aide; et d'ilec ala à la cour de
Rome pour aide et secours aussi querre, mais d'une part et d'autre pou
de profit en raporta.

[Note 150: Rien de plus mauvais que cette traduction du continuateur
de Nangis. Il faut entendre ici: «Estimant plus grandes les richesses
d'amis que l'abondance des choses de ce monde.» Cette pensée étoit
alors une espèce de proverbe; on la reconnoît dans les beaux vers de
_Garin le Loherain:_

  N'est pas richesse et de vair et de gris,
  Mais est richesse de parens et d'amis:
  Li cuers d'un home vaut tout l'or d'un païs.]


XX.

_Coment le conte de Bar entra en Champaigne à armes._

En icest an, Henri conte de Bar qui avoit la fille au roy Edouart
d'Angleterre espousée, avec grant multitude de gent armée en la terre
de Champaigne, qui appartenoit par droit héritage à tenir à Jehanne
royne de France, comme anemi entra et occist moult d'hommes, et
meismement une ville embrasa et ardi. Auquel fol efforcement réprimer
et retargier fu envoié par Phelippe roy de France Gauchier de Cressi,
seigneur de Chatillon, qui avoit en sa compaignie les Champenois; et
par force et par feu, la terre au conte de Bar dégasta; et ainsi le
fist retourner pour sa terre garder.


XXI.

_Coment le roy Phelippe assist Lille en Flandres._

Et en icest an meisme, Phelippe le Bel roy de France, contre Gui le
conte de Flandres qui de sa féauté estoit départi, assembla à Compiègne
moult grant ost. Et ilec en la feste de Penthecoste Loys son frère
conte de la cité d'Evreux, et l'autre Loys ainsné fils Robert conte
de Clermont, avec six vings autres, fist nouviaux chevaliers. Et ce
fait, d'ilec s'en ala en Flandres, et maugré les ennemis entra en la
terre appertement et viguereusement, et assist Lille, en la vigile
monseigneur saint Jehan l'apostre. Et lors fu détruite une abbaïe de
nonnains que l'en appelloit Marquete[151]. Et environ Lille jusques
à quatre lieues, François par fer et par feu tout dégastèrent. Et
lors Gui conte de Saint-Paul, et Raoul seigneur de Neelle connestable
de France, et Guy son frère mareschal, avec grant foison d'autres,
esloignèrent l'ost environ quatre lieues sur le fleuve[152] de la
ville de Commines, et se combatirent à leur ennemis, et de eux cinq
cens en vainquirent et plus, et pluseurs en occistrent, et leur tentes
retindrent, et pristrent pluseurs soudoiers du royaume d'Alemagne
chevaliers et escuiers de grant renom, lesquiels avec eux amenèrent au
roy de France présentement.

[Note 151: _Marquete_ ou _Marque_, entre Bouvines et Mons en Puelle.]

[Note 152: _Le fleuve._ La Lys.]


XXII.

_Coment Robert conte d'Artois se combati à Furnes contre les Flamans._

En ce meisme temps, pape Boniface canonisa à Sienne la vieille[153]
le saint roy Loys de France. Et en icest an ensement, comme le roy
Phelippe-le-Biau fust devant Lille, Robert noble conte d'Artois laissa
Gascoigne à nobles et loyaux hommes du royaume de France, et lors vers
St-Omer, sa terre propre, se reçut et revint, et appella avec luy son
fils Phelippe avec grant plenté de chevaliers et nobles hommes. Lequel
conte Robert envahi Flandres de celle part. Contre lequel Guy conte
de Flandres envoia tant à cheval comme à pié grant multitude de gens
d'armes, et de costé la ville de Furnes se combatirent contre le conte
d'Artois. Lors ilec, les batailles ordenées de une part et d'autre fu
moult la bataille aspre et merveilleuse. Mais les Flamans, combien
que il fussent six cents à cheval, et seize mille à pié, de la gent
au conte d'Artois furent tous occis; car le gentil conte noblement se
prouva, si que moult, tant chevaliers comme escuiers, avec Guillaume de
Juillers, et Henri conte d'Aubemont furent pris. Lesquiels, conroiés
à Paris en charetes, et ailleurs par diverses prisons envoiés, à
la loenge et à la victoire de noble homme monsieur Robert conte
d'Artois, chevalier esmeré[154], avoient mis devant leur visage, la
banière et l'enseigne au bon conte. Et lors le conte d'Artois prist
la ville de Furnes l'endemain; et après ce, occupa Cassel avec toute
la vallée. Adonc endementiers ceux de Lille qui moult estoient grevés
et traveilliés de divers assaus de la gent au roy de France, comme
il véissent souventes fois leur murs rompre et quasser à pierres; né
Robert, l'ainsné fils au conte de Flandres qui avec eux estoit au
chastiau, n'osast contre les François issir à batailles, si firent
lors convenances au roy de France que de leur biens né de leur vies
ne fussent privés, né ne fussent sousmis né malmenés né maumis; et
sousmistrent eux et leur biens au roy de France. Mais Robert, qui pou
de chevaliers avoit, issi de la ville et à Bruges où son père estoit
tout oiseux se reçut. Adecertes, le roy d'Angleterre Edouart qui estoit
venu avec le conte de Flandres, fu déceu, si comme aucuns dient; car
pour certain il luy avoit mandé qu'il tenoit pris le conte Robert
d'Artois et Charles de Valois, le frère au roy de France; lesquiels il
devoit tenir à Bruges en prison, si comme il disoit, ou pour ce que
plus sauvement peust estre cru. Iceluy roy d'Angleterre estoit là venu
pour aidier le conte de Flandres en sa guerre. Et lors quant le roy de
France oï les nouvelles de l'advènement au roy d'Angleterre, si garni
Lille de sa gent et s'esmut pour aler vers le chastel de Courtray,
lequel dès maintenant il prist abandon: et d'ilec après se hasta pour
aler Bruges asseoir. Et endementiers, Edouart roy d'Angleterre et Gui
le conte de Flandres laissièrent Bruges, et avec leur gent alèrent à
Gant pour la forteresse du lieu, où il furent receus; de laquelle chose
ceux de Bruges furent espoventés, et au roy humbles et dévos coururent,
et eux et leur ville en sa puissance sousmistrent. En laquelle ville
le roy de France fist un pou son ost prendre récréation, et puis
prist isnelement son erre pour aler vers Gant. Mais si comme il s'en
alast ainsi à une petite vilete, luy vindrent messages de par le roy
d'Angleterre requerans trièves, auquel, pour cause de yver prochain, et
pour l'amour du roy de Secile, qui pour ce venoit en France, à paines,
jusques à deux ans, à luy et au conte de Flandres octroia trièves: et
lors, ce fait, environ la feste de Toussains, le noble roy de France
Phelippe-le-Biau retourna en France.

[Note 153: _Sienne la vieille_. C'est la leçon du nº 218; les autres
portent: _A sa vie_, et le latin: «Apud urbem veterem.» Orvieto.]

[Note 154: _Esmeré_. Eprouvé.]


XXIII.

_Coment le pape Boniface envoia au roy de France la régale._

Et en icest an ensement, quant les prélas du royaume de France furent
à Paris assemblés, si leur monstra le roy Phelippe lettres contenant
coment pape Boniface à luy et à son premier hoir, successeur au
royaume de France, avoit ottroié à prendre et à lever les dismes des
églyses, toutes fois que leur conscience les jugeroit et créroit
estre nécessaire, ou le vouldroient faire; et derechief comme iceluy
pape, en l'aide de ses despens qu'il avoit fait en sa guerre, toutes
les rentes lui concédoit de l'églyse que l'on appelle régale, les
escheoites et les obventions d'un an des prouvendes, des prévostés,
des archidyaconés, des doiennés, des bénéfices, des églyses, et de
quelconques dignités ecclésiastiques par tout le royaume de France,
la guerre durant et vacant, excepté les éveschiés, les moustiers
et les abbaïes. Après, en icest an ensement, pape Boniface aucunes
constitucions nouvelles, lesquelles avec courage diligent et avecques
grand cure, pour l'estat et pour le profist de l'universelle églyse
avoit fait compiler et ordener par sages gens en droit canon et en
droit civil, au mois de may le tiers jour, en plein consistoire et
devant tous qui présens estoient, à lire bailla: et lors quant ces
constitucions furent parleues souventes fois par grant diligence, des
cardinals approuvées, fist son décret iceluy pape, et ordenna que au
cinquiesme livre des Décrétales (si comme au tems présent le povez
encore véoir), ces constitutions fussent ajoustées.

Et en icest an meisme, les deux devant dis cardinals de la Columne,
déposés par le pape Boniface se transportèrent en une cité de
Tuscie[155], laquelle est appelée Nepesie, contre les quiex pape
Boniface fist croiserie et envoia un grant ost de ceux de Italie,
et escomenia les deux devant dis de la Columne et les réputa et les
condampna comme scismatiques. Et en ice meisme an, en la vieille
cité[156] sainct Loys jadis roy de France fu par le pape Boniface
canonizé. En icest an meisme, Aubert duc d'Austrie en bataille tua
Adolphe le roy d'Alemaigne, et fu roy d'Alemaigne après luy, et régna
douze ans ou environ.

[Note 155: _Tuscie_. Toscane.--_Nepesie_. Nepi.]

[Note 156: _La vieille cité_. C'est-à-dire en _Orvieto_. «Apud _Urbem
veterem_.»--Répétition.]


XXIV.

ANNÉE 1298

_Coment pape Boniface voult que ceux qui se confessoient aux frères
Prescheurs se reconfessassent à leur curés._

En l'an de grace ensuivant mil deux cens quatre vingt et dix-huit,
le privilège donné aux frères Meneurs et aux frères Prescheurs de
confessions oïr, de pape Boniface fu rapellé, et fist son décret
iceluy pape que celui qui se confesseroit à ces frères, se confessast
derechief et regehist ces meismes péchiés à son propre prestre et curé.


XXV.

_Coment sainct Loys fu levé de terre._

En icest an ensement ci devant nommé, sainct Loys, jadis glorieux roy
de France, qui en l'an devant prochain avoit esté escript au catologue
des Saincts et canonisié avec très grant liesce et exaltacion du roy de
France Phelippe-le-Biau et des princes et prélas de tout le royaume,
avec grant multitude de peuple à Sainct-Denis en France assemblés,
l'endemain de sainct Barthélemi l'apostre, de terre fu eslevé, passé
vingt-huit ans que au royaume de Tunes dessous Cartage s'endormi en
sa derrenière fin en Nostre-Seigneur. Lequel sainct roy, glorieux
confesseur de Nostre-Seigneur, de come grant mérite il fu et eust esté
envers Dieu, les miracles pleinement fais le démonstrèrent; et toutes
voies plus espéciaument après l'exaltacion de son corps eslevé de
terre, en diverses parties du monde est démonstré. Car si grant grace
de curacion de malades s'escrut que n'estoit nul qui de luy requerre
cust fiance et loyaument santé et aide luy requist, que, sans demeure,
ne se aperceust de la requeste qu'il avoit faite.


XXVI.

_De la mort Phelippe fils Robert le conte d'Artois._

En icest an ensement, moru Phelippe, le fils au noble conte Robert
d'Artois qui plus de fils n'avoit; et en l'églyse des frères Prescheurs
à Paris fu enterré et enseveli. Et icelui, de sa femme Blanche fille
de Jehan duc de Bretaigne, laissa deux fils et deux filles: une en fu
mariée après à Loys conte de la cité d'Evreux, frère le roy de France;
et l'autre fille prist à mari Gasce[157] fils Raymon Bernart conte de
Fois. Et aussi en icest an, Robert conte d'Artois prist la tierce femme
à mariage, la fille Jehan conte de Hainaut.

[Note 157: _Gasce_. Ou plutôt _Gaston_. «Gasto.»]

Et en cest an ensement, en la fête sainct Andri apostre, avint en une
cité d'Italie en laquelle le pape demeuroit pour le temps, laquelle est
appelée Reate[158], si grant et si horrible mouvement de terre que l'en
cuidoit que les murs de la ville et les maisons deussent chéoir; et
s'en fuioient les gens de la cité aux champs.

[Note 158: _Reate_. «Reata.» Sans doute _Rieti_.]

Et en ce meisme an, Raoul le fils aisné au roy d'Alemaigne Aubert,
prist à femme madame Blanche seur au roy de France Phelippe de par son
père.


XXVII.

ANNÉE 1299

_Coment le fils au roy de Secile envoia en Secile, et de la prise au
prince de Tarente._

Après, en l'an de grace ensuivant mil deux cens quatre vingt et
dix-neuf, le duc de Calabre Robert, fils Charles le roy de Secile,
à galies et à gens armés et appareillés, en Secile entra; et ilec
occupant plusieurs chastiaux, les gens estant en iceux maintenant
introduisit et mist à sa volonté. Duquel la beneurée haultesce comme
son frère, Phelippe prince de Tarente, attendist, endementiers que
icelui le suivoit sans conseil, avec toute sa gent, en mer, des
Seciliens fu pris.


XXVIII.

_De la paix entre le roy Phelippe de France et Edouart d'Angleterre._

En icest an ensement, entre le roy Phelippe et le roy Edouart
d'Angleterre par aucunes condicions fu pais faite; et lors icelui roi
d'Angleterre Marguerite seur au roy de France à Cantorbie espousa: de
laquelle il engendra un fils qui ot nom Thomas.


XXIX.

_Coment le roy des Tartarins fu crestienné._

En icest an ensement, le roy des Tartarins Cassahan qui grant
Champ[159] estoit appellé, merveilleusement et par miracle, si comme
l'en dit, à la foi crestienne avec grant multitude de sa gent fu
converti par la fille le roy d'Arménie qui estoit crestienne, qu'il
avoit espousée. Lors avint que un innombrable ost et merveilleux
assembla contre les Sarrasins, et ot son mareschal de tout son ost le
roy d'Arménie crestien; et premièrement vers Halappe se combati à eux,
et après à Camel, et non pas sans grant occision et abatéis de sa gent,
et en rapporta victoire. Et puis quant il ot son ost rappareillié et
rassemblé et ses forces reprises, il ensuivi les Sarrasins jusques à
Damas où le soudan avoit cueilli et amené grant ost: et lors icelui
roy des Tartarins ot ilec encontre le soudan et ses Sarrasins moult
merveilleuse bataille et aspre; cent mille des Sarrasins et moult plus
furent détrenchiés et occis, et le soudan chacié de la bataille, avec
pou de sa gent en Babiloine se receut. Et ainsi les Sarrasins furent
par la volenté de Dieu du règne de Surie gettés, et icelle Sainte
Terre fu sousmise en la main des Tartarins et en leur subjection. Et à
Pasques ensuivant, si comme l'en dit, en Jérusalem le service de Dieu
les crestiens avec exaltacion de grant joie célébrèrent.

[Note 159: _Grant Champ_. Grant Kan. «Magnus canis.» Le bruit de la
conversion de Casan étoit généralement répandu, et il faut avouer que
son ardeur pour les intérêts du christianisme justifioit parfaitement
cette opinion. (Voy. _Hayton_, histoire de l'Orient, et M. _Michaud_,
Histoire des croisades, tom. V, p. 207 et suiv.)]


XXX.

_Du parlement le roy de France et de Aubert roy d'Alemaigne._

En celui an, Aubert le roy des Romains et Phelippe-le-Biau roy de
France, environ l'Avent Nostre-Seigneur, à Valcoulour assemblés avec
les nobles de l'un et de l'autre royaume, aliances constituèrent;
ilec, otroiant le roy Aubert et les barons et les prélas du royaume
d'Alemaigne, fu dit avoir esté ottroié que le royaume de France qui
seulement jusques au fleuve de Muese en icelles parties s'estent, des
ore en avant jusques au Rin esloignast les termes de sa puissance. Et
ilec ensement, à Henri conte de Bar furent ottroiées trèves du roy de
France jusques à un an seulement.


XXXI.

_Coment Charles conte de Valois prist Douay et Béthune, et desconfit
Robert fils du conte de Flandres._

En icest an ensement, quant le terme des trèves fu passé qui estoit
entre le roy de France et le conte de Flandres, Charles conte de Valois
fu envoié de par son frère le roy de France Phelippe en Flandres, après
la Nativité Nostre-Seigneur, à tout grant ost des François: et tost
comme là endroit fust venu, il reçut Douay et Béthune abandon. Et après
vers Bruges à toute sa gent, assés près de Dam un port de mer, contre
Robert fils au conte de Flandres ot aspre et cruelle bataille; et comme
d'une part et d'autre pluseurs fussent navrés, toutes voies les Flamens
fuirent de bataille, et à Gant tantost se reçurent.

Et en ice tems, Ferri l'évesque d'Orliens fu occis d'un chevalier,
duquel il avoit la fille corrompue, si comme l'en disoit, laquelle
estoit par avant vierge. Auquel succéda maistre Bertaut de
Sainct-Denis, docteur en théologie, renommé entre tous en son tems,
lequel estoit par avant arcédiacre de Reins.


XXXII.

_Coment le conte de Flandres et ses deux fils se rendirent._

Après, en l'an de grace ensuivant mil trois cens, Charles de Valois,
frère le roy Phelippe de France, quant il ot pris le Dam, un port de
Flandres, et comme il ordenast à asseoir Gant, Gui le conte de Flandres
lors apercevant son orgueil, à celuy Charles avec ses deux fils,
Robert et Guillaume, s'en vint humblement, et le remenant de sa terre
rendi en la main de Charles conte de Valois, par aucunes convenances
entregettées. Lesquiex, amenés à Paris au roy de France, requistrent
pardon de leurs meffais et miséricorde; et il la receurent très
piteusement: mais jusques au tems d'avoir miséracion et pardon furent
mis par divers lieux en prison sous gardes.


XXXIII.

_Du grant pardon de Rome._

Et adecertes en cest an, pape Boniface fist indulgence et pardon
général, et ottroia plénière indulgence de tous les péchiés à tous
vrais repentans et confés, venans, par l'espace de ce présent an et par
chascun an centiesme à venir, ès églyses des benois apostres sainct
Père et sainct Pol à la cité de Rome, par veu de pélerinage, humblement
et dévotement.


XXXIV.

_Coment le duc d'Osteriche prist Blanche, la seur au roy de France, et
de l'absolucion Rogier de Lor._

En icest an ensement, Raoul duc d'Osteriche, fils Aubert roy
des Romains, espousa à Paris Blanche la seur au roy de France
Phelippe-le-Biau. Et aussi en icest an, Rogier de Lor qui de piéça pour
les Seciliens, envers le roy de Secile et ses gens avoit guerroié, fu
maintenant absout du pape, et fu fait amirant de la navie au roy de
Secile; et lors vingt galies des Seciliens en mer assailli et débati,
et cinq cens de eux et plus occist.


XXXV.

_Coment Charles de Valois prist à femme l'empereris._

En icest an ensement, Charles de Valois, quant sa première femme
fu morte, prist, après, la seconde, c'est à savoir Katherine fille
Phelippe fils Baudoin, jadis empereur de Grèce, essillié et débouté; à
laquelle Katerine atouchoit le droit de l'empire de Constantinoble.


XXXVI.

ANNÉE 1300

_Coment les Sarrasins de Lucere furent occis._

Adecertes en icest an, les Sarrasins de Lucere[160] une cité de Puille,
qui ilec du tems de l'empereur de Rome Fédéric assemblés, sous le treu
des roys de Secile vivoient selon leur lois, de Charles roy de Secile
furent livrés à mort ceux qui crestiens ne vouldrent devenir.

[Note 160: _Lucere_. «Luceriæ civitatis Appuliæ.» Aujourd'hui _Lucera_.]


XXXVII.

_Coment le soudan de Babiloine sousmit à luy toute la Saincte Terre._

Et aussi en icest an, le Soudan de Babiloine, quant il ot repris son
pooir et rassemblée sa gent, les Sarrasins, les Crestiens et les
Hermines[161] du royaume de Jhérusalem et de Surie enchaça par force,
et la terre sousmist en sa seigneurie[162].

[Note 161: _Hermines_. Arméniens.]

[Note 162: Ici s'arrête la chronique de Guillaume de Nangis dont les
continuations sont anonymes. Nous indiquerons, par des parenthèses ou
par autant de notes, les passages de notre texte qu'on ne retrouve pas
dans ces continuations latines publiées par Achery, _Spicilege_, tome
III, in-folio, page 54 et suivantes.--Ainsi, la fin de ce chapitre
semble appartenir en propre au chroniqueur françois de Saint-Denis;
et l'on pourroit assez bien démontrer combien on avoit peu l'habitude
de consulter ce fameux travail en rappelant que la légende du Juif de
Magdebourg a dérouté l'attention si multiple de M. Francisque Michel,
quand dans son introduction aux ballades d'_Hugues de Lincoln_ il
entreprit de citer toutes les histoires analogues, racontées par les
écrivains du moyen-âge.]

En icelui an meisme, le jour du vendredi aouré, les Juis de la province
de Madaburges firent tant par dons et par promesses par devers une
nourrice, que elle leur livra un petit enfant de l'aage de deux ans
et demi ou environ, à faire leur volenté; et estoit le dit enfant
fils d'un chevalier puissant homme. Quant les Juis orent le petit
enfant receu de la dite nourrice pour en faire leur volenté, si le
crucifièrent et le firent mourir. Quant le père sot la mort de son
enfant, si fu moult courroucié et fist semondre tous ses amis, pour
vengier la mort de son fils: dont il avint que le dit chevalier sot
que les Juis estoient assemblés: si s'en ala par nuit où il estoient
à toute sa compaignie, et fist garder que nul n'en eschapast de tous
ceux qui estoient assembles, et tantost fist mettre le feu en toutes
les maisons là où il estoient assemblés, et ilec furent ars trois cens
Juis ou environ, et aucuns Crestiens avec eux, les quiex il tenoient
prisonniers en leur maisons pour debtes. Si avint que le prince de
celle région sot que l'en avoit ainsi ars les Juis et aucuns Crestiens,
si en fu courroucié, et condamna le dit chevalier père du dit enfant et
tous ceux qui participans avoient esté de la mort des Juis, par certain
tems à estre essilliés et povres et vivre d'aumosnes.


XXXVIII.

ANNÉE 1301

_Coment Charles de Valois ala à Rome._

Après, en l'an de grace ensuivant mil trois cens et un, le frère le
roy de France Loys, conte de la cité de Evreux, la fille Phelippe fils
au noble conte d'Artois qui Marguerite avoit non espousa. Et en icest
an ensement, Charles conte de Valois avec moult de nobles, environ la
Penthecoste, se parti de France et vint à Rome, ordenant[163] après
de l'empire de Constantinoble guerroier, qui à sa femme appartenoit,
sé le pape l'ottroioit. Lequel conte Charles du pape Boniface et des
cardinaux avec très grant honneur et révérence fu reçu, vicaire et
deffendeur de l'églyse fu establi; et par tout l'an les adversaires de
l'églyse de Rome en Touscane guerroia.

[Note 163: _Ordonant._ Se préparant à.]


XXXIX.

_Coment le roy de France reçut les hommages de ceux de Flandres._

En icest an aussi, Phelippe-le-Biau le roy de France visita le conte
de Flandres; et de ceux des chastiaux et des villes, et des nobles du
pays reçut les feaultés et les hommages, et puis Jaques de Sainct-Pol,
chevetaine, laissa garde de tout le païs; et ce fait, il s'en retourna
en France. Et en icest an, le conte de Bar Henry, quant il cognut et
sot ce que Phelippe-le-Biau, roy de France, ordenoit pour envoier grant
ost en sa terre degaster, si s'en vint à luy humblement et dévotement,
requérant pardon de ses forfais. (Et luy offri pour l'amende, sé il la
vouloit prendre, que il iroit avec Charles de Valois en son voyage de
Constantinoble, ou ailleurs en la terre d'Oultre-mer à tout deux cens
hommes, à ses despens, par l'espace de deux ans, ou en terme tel comme
la bénigne volenté du roy le rappelleroit.)

Et en icest an vraiment, une comète par pluseurs jours au moys de
septembre au royaume de France fu veüe droit à l'anuitier, dresçant et
estendant sa queue vers Orient.

Et en icest an, le roy d'Angleterre contre les Escos en Escoce pou ou
noient tout le tems d'esté profita; si s'en revint sans riens faire,
inglorieux et sans honneur.


XL.

_Coment l'évesque de Pamiés fu mis en prison._

Et aussi en icest an, le premier évesque de Pamiés[164] qui du roy
de France paroles contumelieuses et plaines de blasme et de diffame
en moult de lieux avoit semé, et pluseurs, si comme l'en disoit,
avoit fait esmouvoir contre sa majesté, pour ce fu appelle à la court
le roy, et jusques à tant que il se fust espurgié, sous le nom de
l'archevesque de Nerbonne, de sa volenté, fu en sa garde détenu[165].
Et jasoit que contre cel évesque les amis du roy de France fussent
griefment esmeus, toutesvoies le roy de sa bénignité ne souffri pas
icelui évesque en aucune chose estre molesté né malmis, sachant et
entendant de grant courage estre injurié en la souveraine poesté et
le souffrir, né en seurquetout le prince estre blescié, aucun estre
blescié, glorieux[166]. Et en icest an ensement, au moys de février,
l'archédiacre de Nerbonne envoié de par le pape Boniface, vint en
France dénonçant de par ice pape au roy de France qu'il rendist
icelui évesque sans delay; et luy monstra les lettres ès quelles le
pape de Rome mandoit au roy de France que il vouloit qu'il sceut
tant ès temporelles choses comme ès spirituelles estre soumis en la
jurisdiction du pape de Rome, et ensement au roy dist, si comme ès
lettres estoit contenu, que des églyses des ore mais en avant né des
provendes vacans en son royaume, jasoit ce qu'il eust la garde de eux,
les usufruits, les profis ou les rentes à luy ne préist né présumast
détenir, et que tout ce gardast le roy aux successeurs des mors; et,
avec tout ce, rappelloit celui souverain pape de Rome toutes les
faveurs, graces et indulgences lesquelles pour l'aide du royaume de
France au roy avoit ottroié, pour la raison de la guerre, en dénéant
luy que aucune collacion de provendes ou de bénéfices ne entreprist
à lui usurper, tenir et poursuir; laquelle chose des ore en avant sé
faisoit, le pape tout ce vain et faux tenoit, et luy et ceux qui à ce
seroient consentans hérites les réputoit. Et lors icelui arcédiacre
devant dit, message du pape Boniface, semont tous les prélas du royaume
de France, avecques aucuns abbés et maistres en théologie et de droit
canon et civil, à venir à Rome ès kalendes de novembre prochain
venant, personelment pour eux devant le pape comparoir. Et en icest
an ensement, au moys de janvier, l'éclipse de la lune du tout en tout
horriblement fu faicte. Et après ce, Phelippe roy de France rendi au
message le pape l'évesque de Pamiés, et leur commenda que hastivement
de son royaume départissent. Et après ce, en la mi-caresme ensuivant,
icelui roy de France Phelippe-le-Biau assembla à Paris tous les barons
chevaliers nobles, tous les prélas, les frères Meneurs, les maistres
et le clergié de tout le royaume de France, auxquels il commanda que
il déissent et demandassent vraiement et privéement aux personnes
ecclésiastiques de qui il tenoient leur temporel ecclésiastique, et aux
barons et chevaliers de qui leur fiés appelloient né disoient à tenir:
car adecertes la magesté royale doubtoit, pour ce que le pape luy avoit
mandé tant des temporels comme des espirituels à luy estre sousmis, que
ne voulsist le pape de Rome dire que le royaume de France fust tenu de
l'églyse de Rome. Et comme tous les prélas et ecclésiastiques déissent
avoir tenu du royaume de France, lors le roy leur en rendi graces, et
promist que son corps et toutes les choses qu'il avoit exposeroit et
mettroit, pour la liberté et franchise du royaume en toute manière
garder. Les barons et les chevaliers, par la bouche du noble conte
d'Artois, après ce respondirent, disans que de toutes leur forces
estoient près et appareilliés pour la couronne de France, encontre tous
adversaires, estriver et deffendre. Et ainsi quant celui concile fu
deslié et finé, fist lors crier la magesté royale que or né argent né
quelconque marchandise du royaume de France ne fussent transportés; et
cil qui contre ce feroit tout perdroit, et toutesvoies à tout le moins,
en grant amende ou en grant paine de corps seroit puni. Et dès lors en
avant fist le roy les issues et les pas et les contrées du royaume de
France très sagement garder.

[Note 164: _Pamiers_. Bernard de Saisset.]

[Note 165: _En sa garde detenu_. «Dùm aliquandiu, sub nomine
Narbonnensis Archiepiscopi fuisset detentus, tandem, de mandato Regis,
papæ restituttur, ac de regno recedore sub debitâ et indictâ sibi
celeritate jubetur.» Le reste de l'alinéa ne se retrouve pas dans le
latin, et prouve que notre moine de Saint-Denis n'avoit pas besoin de
traduire, pour écrire péniblement en françois.]

[Note 166: C'est-à-dire: Sachant et comprenant que c'étoit le fait d'un
grand coeur de souffrir des injures, quand on étoit tout puissant;
et que surtout il étoit glorieux à un prince de ne laisser blesser nul
autre que lui-même.]

Et en icest an ensement, quant les fils de Sancion, le roy d'Espaigne
pieça mors, furent légitimés par le pape Boniface, Ferrant l'aisné
tint le royaume paternel. Mais Alfons et Ferrant neveus au roy Loys de
France de sa fille, debatans vigueureusement leur droit, celui Ferrant
laissièrent petitement régner en repos né paisiblement, mais tous jours
viguereusement contre luy guerroièrent.

En cest an meime resplendissoient en France deux nobles dames veuves:
c'est assavoir Blanche jadis fille monseigneur saint Loys, laquelle
habitoit et demouroit en saincte conversacion à Saint-Marcel près
Paris, ilec vacant au service de Dieu et en oroison: et à Tonnère en
Bourgoigne estoit Marguerite, seconde femme du premier Charles roy de
Secile, en l'hospital des povres, lequel elle avoit fait faire; et là
faisoit service aux povres dudit hospital, et leur administrent partie
de leur nécessaire, en propre personne, très dévotement et en grant
humilité.

Et en ce meisme an, le mardi après Noel devant le point du jour,
pluseurs maisons hautes, fortes et garnies de moult de biens furent ars
et gastées par meschief, en la rue de Saint-Germain-l'Auxerrois[167] à
Paris.

[Note 167: _Saint-Germain_. Le manuscrit 8380 porte: _En la rue de
l'Escole-Saint-Germain._]


XLI.

ANNÉE 1302

_De l'occision de Bruges et de la fuite Jacques de Saint-Pol._

En l'an après ensuivant mil trois cent et deux, Charles conte de
Valois, par le commandement de pape Boniface, de Touscane s'en ala
en Secile, et le chastel de Termes[168] le jour d'un mardi devant
l'Ascension Nostre-Seigneur il reçut abandon, endementiers qu'il
appareilloit à luy faire assaut.

[Note 168: _Termes_. Ce doit être _Taormino_.]

Et en icest an ensement, à Courtray[169] un chastel en Flandres, par
les exactions non deues qu'il appellent maletoute, les gens du pays,
par le gardien de Flandres, Jacques de Saint-Pol chevalier, contre le
commandement du roy et la coustume de ce pays, estoient contrains et
grevés. Et comme ne peust la clameur du peuple souventes fois estre
oïe envers le roy de France, pour le très haut linage du devant dit
Jacques; si en advint que le menu peuple s'esmut pour celle cause
envers les grans et esleva, dont il y ot grant plenté de sanc espandu;
et tant de povres gens comme de riches furent occis les uns des autres.
Desquiels aspretés et mouvemens fais, sé il peust estre fait apaisier,
comme Phelippe-le-Biau roy de France eust destiné et envoié nobles
hommes mil et plus, appareilliés de toutes armes, avec Jacques de
Saint-Pol; et fussent de ceux de Bruges, à grant révérence, dedens la
ville paisiblement introduis; et disoient les Flamens de Bruges eux
vouloir de toutes choses au commandement du roy de France pour bonne
volenté et courage obéir: hélas! en icelle nuit du jour ensuivant que
nos François estoient venus, comme il se reposassent et dormissent
seurement, et ceux qui leur armes avoient ostées, par un pou furent
tous traitreusement occis. Car adecertes, si comme l'en dit, ceux de
Bruges, en ce soir avoient entendu Jacques de Saint-Pol de Flandres
soi avoir vanté que l'endemain il de voit pluseurs de eux faire pendre
au gibet. Pour ceci ainsi comme tous desespérés de très grant paour,
presumèrent et entreprissent à faire telle desloyale felonnie: et
toutes fois s'en eschapa le dit Jacques, par qui celle rage estoit
esmeue, avec pou de compaignie, céléement et occultement, fuiant
hors de la ville. Et lors ainsi ceux de Bruges reprenant l'esprit du
rebellement, la gent d'un port de mer prochain (que l'en appelle Dam) à
eux tantost s'accordèrent, et de maintenant degastèrent et chacièrent
d'avec eux les gens du roy vilainement qui députés estoient et establis
à la garde du port. Et lors après ce fait, les Flamens de Bruges et
aucuns autres Flamens, Guy de Namur fils Guy conte de Flandres qui en
France tenoit prison appellèrent pour venir en leur aide, et icelui
comme deffendeur et seigneur receurent; lequel enforcié de grant
multitude de soudoiers Alemens et Tyois venans à eux, les encouragea à
eux plus fort rebeller; et en toutes les manières qu'il pot les esmut
et atisa et donna conseil à eux esmouvoir.

[Note 169: _A Courtray_. Il semble qu'on devroit lire ici: _A Bruges_,
comme dans la continuation latine de Nangis.]


XLII.

_De la bataille de Courtray._

Adoncques endementiers, comme ceux de Bruges s'appareilloient à
deffendre, querans de toutes pars aides et soudoiers, Robert noble
conte d'Artois fu envoié du roy de France avec moult grant chevalerie
des francs hommes et grant multitude de gent à pié et vint en
Flandres, et entre Bruges et Courtray tendirent paveillons et trés;
(car adecertes il ne pooient passer, pour l'yaue du fleuve près
d'ilec courant, sur laquelle yaue les Flamens avoient rompu un pont.
Et lors endementiers comme les François entendissent à appareillier
le pont) ceux de Bruges, souventes fois à bataille ordenée encontre
courans, à l'euvre, si comme il pooient, destourbans tous les jours,
les François appelloient à bataille; et lors, voulsissent ou non, le
pont après ce rappareillié (à un mercredi, septiesme jour du mois de
juillet), de l'accort de l'une partie et de l'autre, venir à bataille
deussent. Ceux de Bruges, si comme l'en dit, estudians et cuidans
mourir pour la justice, libéralité, et franchise du pays (premièrement
confessèrent leur péchiés humblement et dévotement, le corps de
Nostre-Seigneur Jhésucrist reçurent, portant avec eux ensement aucunes
reliques de sains, et à glaives, à lances, espées bonnes, haches et
goudendars[170], serréement et espessement ordenés vindrent au champ
à pié par un pou tous. Adoncques les chevaliers françois, qui trop
en leur force se fioient, voiant contre eux iceux Flamens du tout
en tout venir, si les orent en despit, si comme (foulons, tisserans
et) hommes ouvrans d'aucuns autres mestiers; et lors les devant dis
François chevaliers contredaignans, leur gent de pié[171] qui devant
eux estoient et aloient, et qui viguereusement les assailloient et
moult bien se contenoient, firent retraire, et ès Flamens pompeusement
et sans ordre s'embatirent. Lesquiels chevaliers gentils François, ceux
de Bruges, à lances agues, forment empaignans et deboutans, gettèrent
et abatirent à terre du tout en tout ceux qui à celle empointe
furent à rencontre. Desquels la ruine tant soudaine voiant le noble
conte d'Artois Robert qui oncques n'avoit acoustumé à fuir, avec la
compaignie des nobles fors et viguereux, ainsi comme lyon rungent[172]
et esragié, se plonga ès Flamens. Mais pour la multitude des lances
que les Flamens espessement et serréement tenoient, ne le pot le
gentil conte Robert tresforer né trespercier. Et lors adecertes ceux
de Bruges, ainsi comme s'il fussent convertis et mués en tigres, nulle
ame n'espargnièrent, né haut né bas ne deportèrent, mais aux lances
agues bien ancorées[173] que l'en appelle bouteshaches et godendars,
les chevaliers des chevaux faisoient trébuchier; et ainsi comme il
chéoient comme brebis, les acraventoient sus la terre. Adonc le bon
conte Robert d'Artois, vaillant et enforcié de toutes gens, jasoit ce
qu'il fust navré de moult de plaies, toutes voies se combati-il forment
et viguereusement[174], (mieux voullant gesir mort avec les nobles
hommes qu'il voioit devant luy mourir que à ce vil et villain peuple
rendre soy vif enchaitivé). Et lors, quant les autres compaignies qui
estoient en l'ost des François, tant à cheval comme à pié, virent ce,
à par un pou deux mille haubers avec le conte de Saint-Pol et le conte
de Bouloigne, et Loys fils Robert de Clermont pristrent la fuite très
laide et très honteuse, laissans le conte d'Artois avec les autres
honnorables et nobles batailleurs, Dieu quel dommage et quel doleur! ès
mains des villains estre détrenchiés mors et acraventiés. Des quiels
la fuie non esperée voians les Flamens adversaires, lors pour ce leur
courages enforciés reculèrent, et ceus qui par un pou vaincus s'en
vouloient fuir, requerans et venans aux tentes des fuians, trestout
ravirent et pristrent. Et adecertes ilec avoit grant copie[175] d'armes
et grant appareil batailleur. Par les quiels les Flamens enrichis et
des corps occis, quant il les orent tous desnués de leur armes et
de leur vestemens, et la bataille du tout en tout vaincue, à grant
joie à Bruges s'en revindrent. Et ainsi à grant doleur tous les corps
desnués, et tant de nobles hommes demourans en la place du champ, comme
il ne fust qui les baillast à sépulture, les corps de eux les bestes
des champs, les chiens et les oysiaux mengièrent; laquelle chose en
dérision et escharnissement et moquerie tourna au roy de France, et à
tout le lignage des mors en reproche perpétuel en tous les jours.) Et
adecertes y gisoient mors et acraventés moult de nobles hommes, dieux
quel dommage! c'est à savoir: le gentil conte d'Artois Robert, et
Godefroy de Breban son cousin avec son fils le seigneur de Virson[176],
Adam le conte de Aubemarle, Jehan fils au conte de Haynaut, Raoul le
seigneur de Neelle connestable de France, et Guy son frère mareschal
de l'ost, Regnaut de Trie chevalier esmeré[177], le chambellanc
de Tancarville, Pierre Flotte chevalier, et Jacques de Saint-Pol
chevalier, monseigneur Jean de Bruillas maistre de arbalestriers, et
jusques au nombre de deux cents et moult d'escuiers vaillans et preux.
Toutes voies au tiers jour après ce fait, à ice lieu vint le gardien
des frères Meneurs d'Arras, et recueilli le corps du très noble conte
d'Artois desnué de vesteures et navré de trente plaies. Lequel gentil
conte icelui gardien en une chapelle prochaine d'ilecques de femmes de
religion nonains, de petit édifiement[178], si comme il pot, quant il
ot le service célébré, mist le corps en sépulture. Et vraiement iceste
instance et démollicion et male aventure à François à venir, icelle
comete qui à la fin du moys de septembre devant passé à l'anuitier
par pluseurs jours fu veue par le royaume de France, et l'éclipse
au mois de janvier faite, si comme dient aucuns, le segnifièrent et
demonstrèrent. Adonques Gui de Namur enhétié[179] de la victoire
des siens et lors son courage embrasé de l'orgueil de occuper toute
Flandres, s'efforça de tendre à greigneurs choses; car après il assist
ceux de Lille: et maintenant par tricherie et fraude, maintenant eux
comme ceux de Tournay, ceux d'Ypre, ceux de Gant, ceux de Douay, et les
autres villes de Flandres abandon venir efforça et ensement atrait;
et lors vers Arras manda à ses coureurs et fourriers à accueillir la
proie. Les quiex comme il s'efforçassent à proier et rober l'abbaïe
du mont Saint-Eloy, par la gent de l'évesque d'Arras furent deboutés
et déchaciés, si que il convint qu'il retournassent pour garder leur
termes.

[Note 170: _Goudendars_. «Cum lanceis adjunctis et exquisiti generis
quod gothendar vulgò appellent.»]

[Note 171: _Leur gent de pié_. L'infanterie françoise toujours chargée
de commencer le combat. C'est à cette retraite qu'il fallut s'en
prendre de la perte de la bataille.]

[Note 172: _Rungent_. Rugissant.]

[Note 173: _Ancorées_. Terminées en forme d'_ancres_, à peu près comme
des hallebardes.]

[Note 174: Tout ce qui suit sur la défection du reste de l'armée
n'est rempli dans la continuation latine de Nangis que par la phrase
suivante: «Cæteris aciebus exercitus nostri in multo majori numero tam
nobilium quam ignobilium turpissimè terga vertentibus, cursuque veloci
fugam arripientibus ...»]

[Note 175: _Copie_. Abondance.]

[Note 176: Ici le texte latin ajoute: _Comite Augi_. Le comte d'Eu.]

[Note 177: _Esmeré_. Éprouvé, et _emerito milite_.]

[Note 178: Le latin met: _Nondum dedicata_.]

[Note 179: _Enhetié_. Réjoui.]


XLIII.

_Des prélas de France qui envoièrent à court de Rome._

En ce meisme temps les prélas du royaume de France qui en l'an devant
prochain estoient appellés et semons de venir à court de Rome, si orent
conseil ensemble et regardèrent qu'il n'i pooient aler, tant pour la
guerre de Flandres comme pour ce que par les maistres du royaume de
France estoit dévée porter or et argent; mais pour ce qu'il ne peussent
estre repris de désobéissance envoièrent pour eux trois évesques qui
denoncièrent pour eux au pape Boniface la cause de leur demourance. Et
à ce pape ensement envoia le roy de France l'évesque d'Aucuerre Pierre,
et luy pria que pour s'amour il regardast de la besoigne pour laquelle
les dis évesques vouloient assembler jusques à un temps miex convenable.


XLIV.

_De l'ost de France qui fu à Arras sans rien faire._

Après ce que le bon conte Robert d'Artois fu mort, Phelippe-le-Biau roy
de France, qui moult en estoit dolent, après la feste de l'Assumpcion
Nostre-Dame, mère de nostre Seigneur, laquelle feste on appelle la
mi-aoust, à la cité d'Arras assembla, pour aler contre les Flamens,
si grant et si merveilleux ost qu'il peust estre nombré jusques à
cent fois mille et quarante fois mille de gens armés chascun selon
son pouvoir. Et comme si très bel et si grant ost eust cuidié de
maintenant et de légier toutes Flandres et les Flamens destruire,
je ne say par quel conseil des quiex, d'ilec jusques à deux lieues
seulement avec grant et merveilleux ost, nostre roy Phelippe fist
tendre ses tentes, et fu veu tout le mois de septembre despendre et
dégaster. Et comme il eust les anemis Flamens assez près de ses ieux
par l'espace de tant de temps, qui leur tentes y avoient fichiées, et
si estoient logiés au plus près, ne laissa oncques à faire à eux un
assaut né aucune ville de ses anemis ne laissa oncques né ne souffri à
assaillir. Mais de maintenant donna congié de départir à icest noble
ost qui légièrement peust sousmettre tout le monde sé il fust noblement
et à droit gouverné, et s'en revint sans riens faire et inglorieux en
France arrière. Laquelle chose fu honte aux chevaliers et les esmut
en pluseurs escharnissemens et meismement les anemis de la gent au
roy de France à moquier eux. Duquel ost le département cognoissans
les Flamens adversaires, de maintenant à eux les villes prochaines et
les garnisons de la conté d'Artois embrasèrent et ardirent en feu;
toutes voies dient aucuns que par la décevance et tricherie Edouart
le roy d'Angleterre qui la partie des Flamens nourissoit, le roy de
France avoit esté déceu, si s'en départi ainsi; car devant avoit
faint ce gourpil[180] par tricherie Angloisienne luy avoir très grant
doleur dedens son cuer, estre malade et enfirme pour ce qu'il avoit
entendu, si comme il disoit, son serourge et ami, le roy de France,
estoit à estre baillié et livré de sa gent meisme ès mains de ses
anemis, s'il avenoit qu'il eust bataille contre eux; laquelle chose
comme il le racontast ainsi comme à conseil à sa femme, comme cil qui
bien savoit que tantost elle le manderoit à son frère: lors icelle
qui cuidoit celle chose estre vrai, tantost le manda à son frère le
roy de France. Et ainsi, pour celle chose, se départi le roy avec
le merveilleux et innombrable ost qu'il avoit assemblé[181]. Mais
toutes voies, ainsois que le roy s'esmeut né départist, il envesti
et saisi le conte de Bourgoigne Othelin de la seigneurie de la conté
d'Artois, pour raison de Maheut sa femme, fille seule du noble conte
d'Artois Robert, occis des Flamens de Bruges: sauf le droit que en ice
requéroient les fils et les enfans Phelippe frère de celle Maheut, qui
par devant estoit mort. Et ensement, le roy de France laissa pluseurs
sergens et chevaliers par divers lieux, bien ordenés et appareillés à
bataille, qui les efforcemens des Flamens et leur décours en la terre
d'Artois constrainsissent et débatissent. Et adecertes iceux, après
ce, souventes fois à leur anemis orent assaut, et moult repristrent et
restraindrent leur efforcemens: tant que en la veille de saint Nicolas
d'yver, de ceux de Bruges huit cens et plus, vers Ayre, en une bataille
en occistrent.

[Note 180: _Gourpil_. Renard.]

[Note 181: Au lieu de toute cette parenthèse, la chronique latine
porte: «malignorum ut creditur consilio circumventus.» (Spicileg., t.
III, p. 55.)]


XLV.

_De l'accort entre le roy de Secile et Fedric l'occupeur de Secile._

Et en ce temps ensement, Charles conte de Valois, frère de Phelippe
roy de France, qui en Secile un chastel qui est appellé Termes avoit
occupé sur les anemis du royaume de Secile, tout le temps d'esté par
la terre de Secile à batailles ordenées çà et là aloit, mais nulle ame
n'encontra qui encontre luy courust pour batailler. Et adecertes les
Seciliens se tenoient ès chastiaux et ès cités, (né ne vouloit Fedric
l'occupeur de Secile, ou par aventure n'estoit tant hardi envers le
conte Charles, lequel estoit né de son sanc, procréé et descendu, tant
faire que il se osast contre lui à bataille issir. Mais à la parfin
furent trièves données, et vint icel Fedric à son parlement souplement
et humblement, les choses qui sont de paix requerant.) Et lors messire
Charles qui, si comme l'en dit, avoit jà oï nouvelles de ses amis
occis en Flandres (et que par un pou avoit perdu tous ses chevaux
par maladie, si ot compassion du royaume de France et de son frère
le roy Phelippe;) adonc, par le conseil de sa gent, entre Fedric et
les Seciliens fist et ordena la pais en telle manière qui s'en suit,
c'est à savoir: cestui Fedric toute l'île de Secile, toute sa vie,
paisiblement et à repos, sans nom royal, tendroit et poursuivroit; et
tout ce qui estoit en Calabre et en la terre de Puille, que luy ou
son frère le roy d'Arragon jadis avoit acquis, tout au roy de Secile
laisseroit; noientmoins que les chaitis, qui de lonc temps ou de petit
estoient en prison, seroient délivrés sans nulle riens donner, et
délaissiées toutes rancunes et injures d'une part et d'autre. Adecertes
avec ces choses, de leur consentement et accort, celui Fedric devoit
prendre à femme la fille au roy de Secile qui avoit nom Alienor. Et
selon leur povoir estoient tenus Charles conte d'Anjou et Robert duc de
Calabre, fils le roy de Secile qui lors y estoit présent avec Charles,
labourer loyaument envers le roy d'Arragon et le conte de Braine, que
le droit du royaume de Sardaigne, ensement le droit au conte de Braine,
ou le droit du royaume de Chypre qui à iceux, si comme l'en dit,
apartenoit, donroient et délaisseraient du tout en tout à Fedric, c'est
assavoir les royaumes dessus nommés ou l'équipollent: cest otroiement
dessus ces choses le pape approuvant. Et sé celle chose ne povoient
faire, si seroient tenus iceux Charles et Robert, selon leur povoir, un
autre royaume à Fedric acquerre, à un d'iceux royaumes dessus nommés
équipollent; et sé ensement ne povoient ces choses acomplir, Charles le
roy de Secile seroit tenu à cent mille onces d'or donner après la mort
de Fedric en amende de sa rente, pour les enfans procréés de sa fille
Aliénor; et ainsi à la parfin la terre de Secile à luy paisiblement
revendroit. Et lors de la pais et les autres choses loyaument garder,
tant les barons de Secile comme Fedric et les maistres du Temple
sur les sains évangiles jurèrent. Et, ainsi ce fait, si les fist
Charles, conte de Valois, par son chapelain assoudre, à qui le pape
avoit commis s'auctorité: et puis, ce fait, icelui Charles, conte de
Valois, repairant de Secile vint à Rome, et au pape et aux cardinaux
raconta tout ce qu'il avoit fait, et s'en retourna en France environ la
purificacion de la benoicte vierge Marie que l'en dist la Chandeleur.
(Mais à celle manière de pais d'entre Charles et Fedric dient aucuns le
pape Boniface avoir donné petit ottroiement né assentement.)


XLVI.

_Du cardinal le Moine qui vint en France en message._

Et adecertes en cest an ensement, les prélas du royaume de France,
delès le mandement en l'an devant passé, aux kalendes de novembre non
comparons né venans, Boniface riens n'ordena de ce qu'il avoit empensé
à faire: et pour ce que à profit venir ne povoient, si comme devant
avoient segnefié et mandé, lors à eux le pape, de Rome Jehan le Moine,
prestre et cardinal de l'églyse de Rome, en France envoia et destina,
qui à Paris au commencement du mois de quaresme vint. Quant le concile
fu assemblé, il orent secret conseil avec eux, et au pape par lettres
closes ce qu'il avoit oï de eux manda; et tant longuement demoura en
France jusques à tant que sur ces choses le pape luy mandast sa volenté
et son plaisir.

Et en cest an ensement, en Gascoigne, ceux de Bourdiaux qui jusques
à maintenant sous le povoir du roy de France paisiblement et à repos
s'estoient tenus, quant il oïrent son repaire de Flandres sans riens
faire, tous ses gens et les François déboutèrent et chacièrent hors de
Bourdiaux, la seigneurie d'icelle cité à eux, par folle présompcion,
usurpans et prenans. Car adecertes il doubtoient, si comme pluseurs
affermoient, que se la paix du roy de France et du roy d'Angleterre
estoit du tout en tout faite, que il de maintenant au povoir du roy
d'Angleterre ne fussent sousmis, et que tantost après il ne leur fist
ainsi comme il avoit fait jadis à la cité de Londres. (Car l'en dit luy
avoir fait pendre les bourgois à leur portes.)


XLVII.

_De la bataille de Saint-Omer._

En cest an ensement, Othelin le conte de Bourgoigne et d'Artois clost
son derrenier jour. Et en cest an ensement, en Flandres, le jeudi
absolu, quinze mille Flamens par la gent au roy de France furent occis
en bataille[182]: et quant les autres compaignies virent ce, qui, un
pou devant, la terre Jehan conte de Hainaut, laquelle il tenoit du
roy de France en fié, dégastoient et un sien chastel très fort que on
appelle Bouchain avoient jà acraventé, si donnèrent trièves à ceux de
Hainaut et s'en retournèrent pour leur termes deffendre.

[Note 182: «Apud Sanctum-Audomarum.»]


XLVIII.

ANNÉE 1303

_Des messages aux Tartarins._

Après, en l'an ensuivant mil trois cens et trois, en la sepmaine de
Pasques, vindrent à Paris au roy de France les messages aux Tartarins,
disans que sé le roy de France et les barons du peuple crestien leur
gens en aide de la Sainte Terre envoioient, le seigneur de eux, le
sire de Tartarie, aux Sarrasins à toutes ses forces se combatroit, et
seroient fait tant luy comme son peuple de bonne volenté crestiens.


XLIX.

_De la bataille de Lille et de l'accusement le pape de Rome._

En cest an ensement, à Lille un chastel en Flandres, le jour d'un
jeudi après les octaves de Pasques, deux cens hommes de cheval armés
et trois cens hommes de pié des Flamens, furent tant occis comme pris
de ceux de Tournay et de Fourquent de Melle[183] mareschal au roy de
France. Et en cest an ensement, Phelippe-le-Bel qui longuement avoit
tenue et occupée la terre de Gascoigne, au roy d'Angleterre Edouart
la restabli, et fu réformée amiablement la paix, de la quelle pour
icelle terre s'estoient desjoins. Et en ce temps, les barons et les
prélas du royaume de France, par le commandement du roy, à Paris au
concile se assemblèrent, et ilec fu traitié devant tous: c'est assavoir
d'aucuns agravemens du royaume et du roy et des prélas que à eux, si
comme l'opinion de moult de gens estoit veu affirmer, le pape de Rome
en prochain entendoit faire[184]. Et fu ensement icelui pape d'aucuns
chevaliers devant les prélas et la royale majesté de moult de crimes
blasmé, diffamé et accusé: c'est assavoir de hérésie, de symonie et
d'omicide, et de moult d'autres vilains mesfais droitement sur luy mis
et tous vrais, si comme aucuns disoient. Et pour ce que à pape et à
prélas hérites[185] selon ce que l'en trouve ès sains canons, ne doit
pas estre paiée obédience, fu ilec du commun conseil de tous appellé
jusques à tant que le pape de ces crimes et de ces cas que l'en luy
avoit mis sus s'espurgast, et qu'il en fust de tout en tout purgié. Et
ainsi à la parfin, ce parlement deslié, l'abbé de Cistiaux seul à eux
non assentant avec indignacion et desdaing de moult tant du roy comme
des prélas, s'en revint à son propre lieu[186]. Et lors le cardinal de
Rome Jehan le Moine qui un pou devant ce avoit esté envoié en France,
et lors en pélerinage estoit allé à Saint-Martin-de-Tours, quant il oï
nouvelles du pape, au plus tost qu'il pot issir du royaume de France
s'en issi. Et en cest an ensement, Robert fils le conte de Bouloigne et
d'Auvergne, Blanche la fille Robert de Clermont fils du saint roy de
France Loys, espousa.

[Note 183: _Fourquent de Melle_. «Fulcando de Mala.» Variantes: _du
Melle_, _seneschal_ (mss. 8298, et 218 sup. fr.), Fourquault de Neelle
(msc. 9650).]

[Note 184: C'est-à-dire: De beaucoup d'injures graves que le pape, si
comme on voyoit beaucoup de gens l'affirmer, se proposoit de leur faire
prochainement.]

[Note 185: _Herites_. Hérétiques.]

[Note 186: On ne peut douter, d'après le texte latin de Nangis, abrégé
peut-être avec réflexion par le chroniqueur de Saint-Denis, que cette
décision d'une violence inouie et toujours excusée bien qu'inexcusable,
n'ait été prise dans une assemblée générale et représentative de
la nation. M. Sismondi ne voit rien ici de commun avec les _Etats
généraux_, et, suivant lui, ce qui prouve évidemment que les _Etats
généraux_ n'ont pas une origine aussi ancienne, c'est que nul historien
contemporain n'a fait la remarque d'une innovation qui pourtant auroit
dû sembler de la plus haute importance. Ce raisonnement tendroit
plutôt à démontrer que les Etats généraux sont de plus ancienne
date; mais écoutons, en tout cas, Nangis: «_In publico parlamento_
Parisius, _Prælatis_, _Baronibus_, capitulis, conventibus, collegiis,
_communitatibus_ et universitatibus _villarum regni sui_, necnon
magistris in theologiâ et professoribus juris utriusque _aliisque
sapientibus_ et _gravibus personis_ diversarum partium ac regnorum
præsentibus, importunis denonciatorum clamoribus atque frequentibus
pulsatus instantiis, rex ad concilium generale ... appellavit,
appellationesque suas, die nativitatis beati Johannis Baptistæ, in
horto palatii, Parisius, coram omni clero et populo palâm et publicè
legi fecit.» Etc., etc.

Est-ce clair? et sinon qu'on ne trouve pas ici la mention de
l'_éligibilité_ sous condition de 500 francs d'impôts, ne
reconnaîtrons-nous pas une chambre représentative dans ces assemblées
dont se servit le roi Philippe-le Bel, une fois pour _excommunier_ le
pape, les autres fois pour fonder la dette _consolidée_ de la nation
envers la couronne? On me permettra d'opposer encore à l'opinion de M.
Sismondi un passage très curieux de la vie de Philippe-le-Bel publiée
sous le nom _de Godefroi de Paris_ par M. Buchon. Après avoir parlé de
la défense faite au clergé gallican de se rendre à Rome:

  Lors commencièrent leur sermons
  A faire chevaliers, en France.
  Si perdirent leur audience
  Clers, si furent mis avant lais,
  Et sus divinité les lais;
  Les beus derrière la charrue....
  Et ce fu de par Pierre Flotte
  Qui dedens Paris commença
  A sermonner; ainsois tença,
  Car son sermon tence sembla;
  Je ne sais où son tieste embla
  Car en Bible ne fu pas pris.
  Toutes voies, assés appris
  Avoit de sens et d'escripture
  Et bon sens avoit de nature.
  Mais l'ordre de chevalerie
  Ne requiert pas prescherie;
  Et le monde si se bistourne,
  Qu'il convient que clergié se tourne
  Du tout à fere le fet d'armes...

Pourquoi la statue de _Pierre Flotte_ ne décore-t-elle pas notre
_Chambre des députés?_ Du reste, vous voyez d'après ces vers que les
contemporains ont fait la remarque d'_une innovation aussi importante_.]


L.

_Coment le message de pape Boniface fu mis en la prison le roy._

En icest an ensement, un archédiacre de Constance nommé Nicole de
Bonnefaite[187], message du pape Boniface et de luy en France envoyé
pour ce que le royaume supposast à entredit, si comme pluseurs
l'estimoient, à Troies une cité de Champagne, au royaume de France,
fu pris et mis en la prison le roy de France. En cest an ensement,
Phelippe, fils le conte de Flandres Gui, qui par pluseurs ans, avec
le roy de Secile Charles le secont avoit demouré, et de maintenant
usant, si comme l'en disoit, de la pecune pape Boniface et de son
aide, avec grant compaignie de Tyois et d'Alemans soudoiers, environ
la saint Jean-Baptiste, appliqua en Flandres; duquel le peuple des
Flamens accréu moult et enorgueilli, la terre du roy de France prist
plus aigrement à envaïr que devant, et lors le chastel de Saint-Omer
en la conté d'Artois dès maintenant voullurent asseoir. Et comme
non pas sagement passoient et aloient en tour le chastel, dès leur
en occistrent ceux du chastel trois mille: de la quelle chose les
Flamens trop iriés et courrouciés, comme il ne peussent ilec profiter
pour la forteresse du lieu, vers Terouanne, une cité du royaume de
France, menèrent leur ost; laquelle au mois de juillet assistrent et
consommèrent par embrasement.

[Note 187: _De Bonnefaite_. Variante: _Vantant soy de bien faire_ (msc.
9650).--Je n'ai pas trouvé la mention de ce fait dans la continuation
de Nangis. La _Mer des Histoires_ et Nicolas Gilles après elle, ayant
suivi un mauvais manuscrit des _Chroniques de Saint-Denis_, ont
fait deux individus de Nicolas de _Benefract_ et de l'archidiacre
de Constance. Dupuy, Baillet et Vely ont fait, de l'archidiacre de
_Coutance en Normandie_, un certain Nicolas Benefracto, domestique du
cardinal Lemoine. Nicolas était plutôt de Constance, en Suisse, si l'on
fait attention à la route qu'il prenoit pour arriver à Paris.]


LI.

_De l'ost qui fu à Péronne et retourna sans riens faire._

Et adecertes en icest an, Edouart, le roy d'Angleterre, des Escos à
luy contrestans ot victoire; et lors prist toute Escoce et la mist
en sa seigneurie, exceptés aucunes garnisons assises en palus et sur
hautesces de montaignes, environ la confinité de la mer. Et en cest
an ensement, Phelippe-le-Biau roy de France, environ le commencement
du mois de septembre, proposant de rechief en sa propre personne
aler contre les Flamens et ses armes prendre et guerroier-les avec
un grant ost et innombrable, prist son erre, et à Pérone, un chastel
de Vermendois en la confinité d'icelui[188], l'expédition de son ost
assembla: mais ilec, si comme l'en dit, environné de parlement et
par l'amonestement du conte de Savoie[189], jusques à la Pentecoste
ensuivant trièves donnant et prenant des Flamens seconde fois, sans
gloire et sans honneur des Flamens se parti.

[Note 188: _D'icelui_. Du Vermandois.]

[Note 189: _Avironné de parlement, etc._ «Sabaudiæ comitis maligno
consilio circumventus.»]


LII.

_De la mort le pape Boniface._

Et en icest an ensement, quant le pape Boniface entendi les félonnies
et les crimes de luy dit au concile des François, et l'appel qui
fu proposé et fait des prélas, si proposa à faire un concile pour
remédier à ces choses. Et pour ce qu'il ne luy fust fait injure de
pluseurs qu'il avoit courrouciés et meismement des cardinals de la
Colompne qu'il avoit déposés, si se douta et lors s'en ala à la cité
d'Anaigne[190] dont traioit origine[191] et naissance, et sous la garde
de ceux de la cité se reçut, en atraiant à lui par jour les cardinals
dehors les murs, et au vespre revenant, les portes de la cité closes.
Chascun jour pourchaçoit et délibéroit quelle chose seroit mieux à
faire en si grant tourbe de choses: mais comme il cuidast ilec trouver
seur refuge et reconfort, si fu ilec de ses adversaires maintenant
assis. Et quant ceux de la cité virent ce, si mandèrent aux Romains
que il receussent leur pape, aux quiels quant il furent venus, il
fu tantost rendu et pris[192]: et eust été d'un des chevaliers de
la Colompne deux fois parmi le corps féru d'un glaive, sé un autre
chevalier de France ne l'eust contresté: mais toutes fois de ce
chevalier de la Colompne en retraiant fu féru au visage, si que il
en fu ensanglanté. Et comme il fu mené à Rome d'un chevalier le roy
de France nommé monseigneur Guillaume de Nogaret[193], il le suivi
humblement et dévotement, auquiel pape l'en dit lui avoir reprouvé et
dit en telle manière: «O tu chaitif pape, voy et considère et regarde
de monseigneur le roy de France la bonté, qui tant loing de son royaume
te garde par moi et deffent.» Duquiel les paroles ice pape après ce
ramenant à mémoire, comme il fu à Rome establi en son consistoire, la
besoigne du roy de France et de son royaume commist à Mahy-le-Rous
diacre-cardinal qui, selon ce qu'il seroit expédient et avenant, de
la devant dite besoigne à sa pleine volenté ordeneroit. Et quant il
ot ce dit, au chastel de Saint-Ange dedens Rome s'en ala et se reçut;
et par le flux de ventre, si comme l'en dit, chéi en frenaisie, si
qu'il mengoit ses mains, et furent oïes de toutes pars par le chastel
les tonnerres et veues les foudres non acoustumées et non apparans ès
contrées voisines. Celui pape Boniface sans devocion et profession de
foy[194] mourut. Après laquelle chose, fu pape en l'églyse de Rome le
cent quatre-vingt et dix-huitiesme[195], Benedic l'onziesme, de la
nacion de Lombardie, de l'ordre des frères Prescheurs que l'en appelle
Jacobins.

[Note 190: _D'Anaigne_. Agnani.]

[Note 191: _Dont traioit origine_. «Unde extrahebat originem.» Voici
comment cette phrase est rendue dans les précédentes éditions: _La cité
d'Araines où Origenes prinst naissance._]

[Note 192: On voit que le vieux historiographe françois essaie
de colorer la violence faite au pape par les satellites de
Philippe-le-Bel. Mais pour Vely, il va jusqu'à nommer en cette occasion
Nogaret: «_Le généreux françois_.» On pourroit en dire presque autant
des assassins de Thomas Becquet. Il faut voir le piquant et véridique
récit de tout cela dans la chronique métrique attribuée à Godefroy de
Paris.]

[Note 193: La maison de _La Valette_ prétend descendre en ligne droite
de ce Nogaret, dont l'aïeul avoit été brûlé vif, comme hérétique
albigeois; mais les preuves ont toujours semblé insuffisantes.]

[Note 194: Cette opinion est mal fondée. Boniface dicta avant de mourir
une profession de foi très orthodoxe. Mais l'église gallicane qui
l'avoit condamné comme hérétique avoit intérêt à dire le contraire.]

[Note 195: _L'art de vérifier les dates_, plus croyable ici, compte le
cent quatre-vingt-neuvième.]


LIII.

_Coment le roy visita la terre d'Aquitaine et le païs environ._

En cest an, quant Hue le conte de la Marche fu mort, Phelippe le roy
de France par son don reçut la cité d'Angoulesme avec la conté[196].
Et en cest an ensement, Phelippe-le-Biau, roy de France, tout le temps
d'iver visita la terre d'Aquitaine et les provinces de Thoulouse
et d'Albigois, et avironna le païs jusques à tant qu'il venist aux
contrées des Narbonnois; et les courages de moult de gens tant du menu
peuple comme des nobles et des barons, qui jà estoient esmeus par le
conseil des mauvais, et a par un pou vouloient le roy deffier, referma
en la grace de s'amour. Et pour ce que il se monstra à tous libéral,
large, favorable et benigne, fu-il de eux grandement et honorablement
receu, et de moult de grans dons, se il les voulsist avoir receus,
rémuneré; et attrait à luy merveilleusement les cuers de tous. Et
adecertes en pou de temps en amour furent envers luy trestous attrais,
si que il luy promistrent loyaument en effect luy faire aide de toute
leur vertu à leur propres despens contre tous les adversaires du
royaume de France et meismement contre les Flamens, les quiels le roy
proposoit au temps d'esté ensuivant de rechief guerroier. Et après ce
que le roy fust venu à la noble cité de Thoulouse, envers aucuns frères
de l'ordre des Prescheurs qui ilec estoient envoiés pour encerchier les
hérites, s'éleva et esmut une complainte détestable et diffamable: car,
si comme l'en disoit moult, les devant dis frères, tant nobles comme
non nobles accusoient de hérésie sans cause, et les faisoient, par les
seneschaux et baillis le roy ou par leur sergens, par paines en prison
detenir, dont moult de fois avenoit que ceux qui donnoient pécune
aux frères s'en eschapoient tantost sans estre mal mis. Des quielles
félonnies faites, jasoit ce que le roy par devant ce en eust cogneu,
par un noble homme appellé le Vidame de Piquegni, chevalier sage et
loyal et très gentil lequel en l'an devant passé avoit ilec envoié, la
vengeance à dissimulacion proloigna, jusques à tant que de plus sage
et de plus sain conseil fust après ce informé. Et pour ce que le dit
chevalier aucuns de prison sans la volenté des frères délivra, comme
il usast de l'auctorité et légacion royal en ces parties, ces frères,
en ce point non reposans[197], dénoncièrent le dit chevalier par toute
la terre publiquement, et manifestement pour escommenié. Encontre la
sentence des quiels, cil chevalier feit appel, et lors, la besoigne de
son appel maintenant jusques à Rome ensuivi. En la persécucion d'icelle
besoigne comme moult entendist, près de Perreuse où lors la court de
Rome estoit fu mort[198]. Et ceste besoigne fu puis menée devant le
pape Benedic, et fu trouvé que les dis frères enquisiteurs des bougres
et herites, estoient faussement encusés de la procuracion des dis
bougres, et fu trouvé que le dit Vidame de Piquegni, en donnant faveur
aux dis bougres contre droit et contre les ordenances de l'églyse de
Rome, avoit brisié les prisons et délivré pluseurs bougres, pour quoy
il fu dénoncié pour escommenié par le commandement du pape.

[Note 196: _Par son don_. C'est-à-dire par l'effet d'une interprétation
fort arbitraire donnée aux anciennes dispositions du précédent comte de
la Marche, Hugues XIII de Lusignan. Nos historiens ne manquent jamais
de colorer de motifs plausibles les usurpations de nos rois sur les
grands vassaux de leur couronne.]

[Note 197: _En ce point non reposans_. «Inquisitoribus præfatis, id
indigné ferentibus.»]

[Note 198: La fin de cet alinéa n'est pas traduite de la continuation
de Nangis.]


LIV.

_De la bataille du convers et du diable._

[199]En cest an meisme, le samedi devant Noël, un convers du val de
Sarnay, de l'ordre de Cistiaux, lequiel avoit nom Adam et estoit
gouverneur d'une granche qui est appellée Croches assez près de
Chevreuse; le quiel Adam se leva devant le jour, le devant dit samedi,
nonobstant qu'ilcuidast vraiement qu'il fust jour, et commença à
chevauchier et estoit avec luy un varlet à pié. Et quant il ot un pou
chevauchié, il vit le diable visiblement en quatre ou cinq formes,
assez loing de la dite granche. Et ainsi comme il chevauchoit en disant
ses oroisons acoustumées en lieu de matines et de heures, il vit devant
soy ainsi comme un grant arbre au chemin par le quiel il aloit; et
luy sembloit que le dit arbre venoit bien hastivement à l'encontre
de luy. Adonc commença son cheval à frémir et estre ainsi comme demi
forsené, par telle manière que à paine le povoit-il mener droite voie:
et d'autre part son varlet commença à frémir et à héricier, et avoit
très grant horreur, en telle manière que à paine se povoit-il soustenir
sur ses piés né après son maistre aler. Si commença le dit arbre à
approuchier du dit convers, et, quant il fu un pou près de luy, il
luy sembla qu'il estoit brun et ainsi comme couvert de gelée blanche.
Comme il le regardoit, il va cheoir emprès luy en telle manière que
oncques ne toucha à luy: mais très grant puantise et corrupcion du dit
arbre issi. Lors aperçut le dit convers que ce estoit le diable qui
luy vouloit nuire; adonc commença à appeller la benoicte vierge Marie
le plus dévotement qu'il pot. Si avint, assez tost après qu'il se fust
recommendé à Nostre-Dame, qu'il commença à chevauchier moult lentement
comme homme espoventé; si vit de rechief le diable qui chevauchoit
après luy à son destre costé, et estoit environ deux piés près du dit
convers en forme de homme, et ne parla oncques à luy. Adonc ledit
convers prit en soy hardiesce, et parla au diable et dist en celle
manière: «Meschant, coment es-tu si hardi de moy faire assaut en ceste
heure, que mes frères chantent matines et loenges[200], et prient,
pour moy et pour les autres frères qui ne sont pas présens, Dieu et la
benoicte vierge Marie, à la quielle ceste benoicte journée de samedi
est appropriée? Dépars toi, car nulle partie n'as en moy, pour ce que
à la Vierge sergent me suis voué.» Lors le diable en pou d'espace se
désapparu. Tiercement luy apparu le diable en forme d'un homme de très
grant estature, mais il avoit le col gresle et menu, et estoit emprès
luy: et lors le convers qui moult se courrouça de ce qu'il luy faisoit
tant de molestes et empeschemens, prist un petit glaive qu'il portoit,
et le commença à férir forment; mais son cop fu aussi vain comme s'il
eust féru un drapel pendu en l'air. De rechief et quartement apparu
le diable au dit frère Adam, en habit d'un homme noir né trop grant
né trop petit, ainsi comme sé ce fust un moine noir, ses ieux gros
et resplandissans ainsi comme deux chauderons de cuivre nouvellement
esclaircis, ou nouvellement dorés: adonques le dit convers qui jà
estoit moult lassé et troublé de l'ennui que le diable luy faisoit, si
se pensa qu'il le ferroit en l'un de ses ieux; adonc il esma[201] son
cop pour le férir; mais le chaperon luy chéi devant ses ieux, si perdi
son cop.

[Note 199: Ce chapitre n'est pas dans la continuation de Nangis. _Le
Val de Sernay_ est entre Rambouillet et Chevreuse.--On remarquera
d'ailleurs, à compter d'ici, que notre chronique prend une autre
allure, et révèle, non-seulement un meilleur écrivain, mais un écrivain
original.]

[Note 200: _Loenges_. Laudes.]

[Note 201: _Esma_. Mesura.]

De rechief luy apparu le diable en forme d'une diverse beste et avoit
les oreilles larges comme un asne. Adont dit le varlet du convers à
son maistre: «Sire, j'ai oï dire que qui feroit un grant cercle, et
mettroit au milieu et tout environ le signe de la croix, le diable n'i
oseroit approchier. Ce meschant ci vous fait trop de moleste: si vous
conseille que vous faciez ce que je vous dis.» Adonc le convers prist
son petit glaive qu'il portoit à son costé, au quiel glaive avoit un
fer taillant de deux costés et fist un cercle, et fist au milieu et
en tour le dit cercle le signe de la croix; et dedens le dit cercle
fist entrer son cheval et son varlet, et se mist le dit convers à pié
encontre le diable, et luy commença à dire moult de laides parolles et
de reproches, et en la fin il luy cracha au visage. Lors le diable mua
ses grans oreilles en cornes, et sembloit que ce fust un asne cornu.
Quant le convers ot ce apperceu, si luy voult coper une de ses cornes
et le féri, mais son cop rebondi ainsi comme s'il eust féru contre une
pierre de marbre, et ne luy fist nul mal. Lors le varlet du convers dit
à son maistre: «Sire, faites en vous le signe de la croix.» Et adonc
se signa ledit convers, et tantost le diable en semblance d'un gros
tonniau roullant, vers une ville qui estoit appellée Mollières[202] qui
assez près estoit d'ilec, s'en ala; et ne le vit plus le dit convers.
Lors se prist le dit convers à cheminer, car il estoit jà jour cler,
et s'en vint à son abbé au mieux qu'il pot, le quiel estoit à l'une
des granches avecques autres abbés de leur ordre; et là estoit mandé
le dit convers de son abbé pour disner avec luy. Et là vint le dit
convers assez matin, et leur conta l'aventure qui leur estoit avenue.
Si raconte cestui qui fist ceste cronique et qui fu présent quant le
dit convers fist foy et serement devant les abbés de son ordre, que ce
qui par avant est escript luy estoit avenu en la forme et manière que
il le dénonçoit. Et si tesmoigne ceslui qui fist ceste cronique qu'il
scet bien le lieu et qu'il vit le cheval qui par avant estoit paisible
et débonnaire, et depuis il estoit ainsi comme tout impétueux et demi
forsené. Toutes les quielles choses furent confessées et tesmoigniées
par le serement du dit varlet qui estoit avec le dit convers quant ces
choses luy avindrent. Et fallut que le dit commis fust despouillié de
la robe qu'il avoit vestue, tant puoit, et qu'il fust revestu de l'une
des robes aux autres frères[203].

[Note 202: _Mollières_. Aujourd'hui _Les Mollières_, à deux lieues de
Chevreuse.]

[Note 203: Cette légende bizarre et précieuse, surtout par la mention
exacte qu'il nous donne du lieu de la scène, a de plus le mérite de
nous prouver d'une façon irrécusable que cette partie des Chroniques de
Saint-Denis est l'ouvrage d'un écrivain contemporain.]

Et en ce meisme an, Guillaume le fils au conte de Haynaut et Gui
évesque de Trajette[204], son aïeul[205], furent desconfis des Flamens;
les quiels avoient occupé une grande partie de Gerlande: et fu le dit
évesque pris, et le dit Guillaume se sauva en un chastel.

[Note 204: _Trajette_. Maestricht. «Trajectensis
episcopus.»--_Gerlande_ pour Zélande.]

[Note 205: _Son aïeul_. «Patruus.»]


LV.

ANNÉE 1304

_Du conte de Flandres et de son fils qui furent menés en Flandres._

Et en cest an ensement, Gui le conte de Flandres et Guillaume son fils
des lieux où il estoient en garde furent délivrés et furent envoiés
en Flandres pour le peuple apaisier; mais il ne le pot estre fait. Et
pour ce que tousjours en la haine des François montoit le fol orgueil
des Flamens, s'en revindrent arrière aux lieux de leur garde le devant
dit Gui et son fils sans riens faire. Et en cest an ensement, environ
la purification de la benoicte vierge Marie, la fille Gui conte de
Flandres, qui à Paris estoit tenue noblement en garde, mourut.

En cest an ensement, Regnaut Giffart abbé de Saint-Denis en France,
en la veille de la saint Grégoire[206] mourut: après lequel le prieur
d'icelui lieu de la nacion de Pontoise fu abbé.

[Note 206: Le 12 février 1304.--Son successeur fut Gilles de Pontoise.]


LVI.

_De la fausse beguine qui se faignoit estre de saincte vie._

L'an mil trois cent et quatre rassembla le duc Guillaume de Haynaut
tout son povoir et se combati contre les Flamens en la terre de
Gerlande et les vainqui, et si en mist à mort grant multitude. Et en ce
meisme an habitoit en Flandres une femme fausse prophète, la quielle
estoit en habit de beguine, et faignoit estre femme de saincte vie, et
demouroit avec les béguines et faignoit aucunes révélacions fictives et
plaines de mensonges par les quielles le roy, la royne et meismement
les nobles de France elle trompa; et especiaument en ce temps que le
roy de France avoit empensé d'aler combatre les Flamens. Et encore
fist-elle tant que, à la requeste des Flamens, Charles conte de Valois,
le quiel retournoit de Secile, voult faire empoisonner par un jeune
homme que elle luy envoia malicieusement. Mais quant Charles oï parler
de celle femme, il la fist prendre et mettre en gehenne, et lui fist
faire du feu ès plentes des piés, et adonc confessa sa mauvaistié si
comme l'en disoit. Et lors la fist ledit messire Charles mener en
prison à Crespi en Valois, et là fu une pièce de temps; mais en la fin
il la laissa aler.

Et en cest an, Jehan de Pontoise abbé de Citiaux se démist du
gouvernement de ladite ordre, pour ce que l'en disoit que il ne
s'estoit voulu consentir aux appiaux[207] lesquiex avoient esté fais à
Paris contre le pape. Car il luy sambloit véritablement et se doubtoit
moult que par le roy ou ses menistres dommage ne fust fait à ses frères
en la temporalité, et pour ceste cause il se démist.

[Note 207: _Aux appiaux_. «Appellationibus.» On ne peut donner trop
d'éloges à la conduite de ce digne abbé de Citeaux.]

Et en ce mesme an, le dimenche devant la Nativité monseigneur sainct
Jehan Baptiste, furent mises seurs de l'ordre des frères Prescheurs
à Poissi, en la dyocèse de Chartres, en une églyse[208] nouvellement
édifice du roy Phelippe en l'onneur du glorieux confesseur monseigneur
sainct Loys jadis roy de France.

[Note 208: _En une église_. «Monasterio.»]

Et en cest an, mut une très grant dissencion entre l'Université
et le prévost de Paris. Car le dit prévost avoit fait prendre par
commandement un clerc et le fist mettre en prison, et puis tantost
pendre au gibet: adonc cessa la lecture de toutes les facultés à Paris
jusques à tant que par commandement du roy, le dist prévost l'amendast
à l'Université et que il leur eust fait satisfaction; et fallut que
le dit prévost alast à Avignon pour soy faire absoudre; et environ la
feste de Toussains recommencièrent les lectures[209].

[Note 209: Cet événement qui fait si bien connoître la sage étendue
des priviléges de l'ancienne Université ne nous est connu que par
les chroniqueurs de Saint-Denis. Fleury et Vely, d'après du Boulay,
nomment l'écolier pendu _Philippe Barbier_, et le font natif de Rouen.
Cependant je lis dans une chronique manuscrite conservée à la B. R.
sous le nº 4641-B., et présentant l'histoire des années 1270 à 1353,
le passage suivant:

«Pou avant l'an 1304, furent pendus _les enfans de la bourgeoise de
Paris_, et, celle heure, fu tué Gervaisot Pidoe, et autres. Si fist le
prévost, bien pou après, despendre un des enfans qui estoit clerc.»]

Et en ce mesme an, en la veille des apostres sainct Pierre et sainct
Pol, furent assemblés en l'églyse Nostre-Dame de Paris grant quantité
de prélas et de clergié tout de par le roy mandés. Et là furent leues,
de par le roy, lettres papales ès quelles, entre les autres choses,
estoit contenu: que le pape Bénédic, jà soit ce que sur ce de par
le roy n'eust esté requis, absolvoit le roy, la royne, les enfans,
les nobles, le royaume, et tous les adhérens, de toute sentence de
escomeniement et d'entredit, sé aucune, en eux ou en l'un de eux, avoit
esté gettée par le pape Boniface en quelque manière; et avec ce il
donnoit au roy les dismes des églyses du royaume jusques à deux ans;
et encore luy donna-il les annuelles jusques à trois ans au royaume de
France pour ses guerres soustenir: et avec ce luy donna-il l'auctorité
que le chancelier de Paris peust licencier les maistres en théologie
et en décret; laquelle auctorité le pape avoit réservée par devers
soy, si comme l'en disoit. Et en ce meisme an, le pape Bénédic moru à
Peruse ès nones de juillet. Si avint que les cardinals n'entendirent
pas à l'eslection, mais la targièrent au plus qu'il porent: mais on les
fist enclorre, selon la décrétale du pape Grégoire X. Si procurèrent
frauduleusement tant que l'en leur administrent vivres occultement et
ainsi targa l'élection du pape jusques près d'un an. Et en ce meisme
an, Gui de Namur, fils de Gui conte de Flandres, fu pris en bataille de
navires par Guillaume fils du conte de Haynau et par la gent le roy de
France qui députés estoient à la garde des voies de la mer et des pors
d'icelle.


LVII.

_De la bataille de Mons en Peure[210]: coment les Flamens furent
desconfis._

[Note 210: _Mons en Peure_. «Apud Montem qui dicitur _in Pabulla_.»
Toutes les anciennes leçons nomment ainsi _Mons-en-Puelle_.]

En ce meisme an ensuivant, Phelippe-le-Biau, roy de France, tierce
fois après le rebellement de ceux de Flandres, à Mons en Peure au
moys d'aoust assembla contre eux grant ost. Adonc, comme à un jour
du moys dessus dit, de convenance et d'acort fait de l'une partie à
l'autre[211] déussent venir à bataille, ceux de Bruges et les autres
Flamens, dès maintenant leur armes prises, toutes leur charrètes,
leur charios et leur autre appareil batailleureux tout entour eux
espessement et ordenéement mistrent, pour ce que nul ne les peust
trespercier ne envaïr sans grant péril. Et lors de toute pars les
François comme il deussent entrer en bataille, je ne sai par quel
parlement, eux ainsi avironnés, sans bataille et sans aucun assaut
jusques vers vespres se tindrent. Et adecertes pluseurs cuidoient, pour
les messages d'une part et d'autre entrevenans, que paix fust du tout
faicte et fermée; et pour ce se départirent et espandirent çà et là en
aucune manière, non cuidans en ce jour plus avoir bataille[212]. Lors
les Flamens ce apercevans soudainement s'esmurent, et vindrent jusques
aux tentes du roy; et fu le roy si près pris que à paines pot-il estre
armé à point; et ainsois que il peust estre monté sur son cheval,
pot-il véoir occirre devant luy messire Hue de Bouville chevalier[213],
et deux Bourgois de Paris, Pierre et Jaques Gencien, les quiels pour le
bien qui estoit en eux estoient prochains du roy[214]; mais quant il fu
monté, très fier et très hardi semblant monstra à ses anemis.

[Note 211: C'est-à-dire: D'un commun accord.]

[Note 212: Le msc. du Suppl. Fr., nº 218, offre ici de précieuses
variantes: «Et comme adoncques, toute jour, jusques vers l'eure des
vespres nos François ainsi feussent, les Flamens connurent par leur
espieurs que le roy de France feust en un lieu avec pou des siens,
atendant eux venir humbles et bienveillans, lequiel n'estoit du tout
armé, et encore n'avoit son chief armé ... Lors à une grant multitude
de compagnies de Flamens vindrent au roy isnelement et l'assaillirent.
Et ilec Pierre Gencien et Jaques Gencien bourgois de Paris, armés des
armes royaux, qui avoient aidié à armer le corps le roy, et monseigneur
Hue de Bouville chevalier, à mort du tout en tout aux piés le roy
accraventèrent, et pluseurs autres ensement occisrent, cuidans le roy
occire ... Adonc le roy ce aperceut: si monta tantost en son cheval et
son chief arma isnelement, et ès Flamens viguereusement et asprement du
tot en tot s'embati; et quanques à ycelle empointe, à s'encontre, des
Flamens venoient, yceux à mort de toute part acraventoit.»]

[Note 213: _Chevalier_. «Militem suum secretarium.]

[Note 214: «Fratres, qui pro suæ fidelitatis industriâ, regi semper
adstabant.»]

Adonc le roy ainsi noblement soy contenant, François ce aprenans qui
jà ainsi comme d'une paour se vouloient dessambler et départir, pour
le roy secourre isnelement se hastèrent, et du tout en tout à la
bataille s'abandonnèrent, et crièrent ensamble: _Le roy se combat! le
roy se combat!_ et ainsi la bataille constraingnant et de toutes pars
croissant, Charles conte de Valois, Loys conte d'Evreux frères Phelippe
le roy de France, Gui conte de Sainct-Pol, Jehan conte de Dammartin,
nobles chevaliers et autres grans maistres, pluseurs contes, ducs et
barons et chevaliers, avec les autres nobles compaignies à pié et à
cheval, ès Flamens lors isnelement se plungièrent et embatirent, et
vers le roy se traistrent. Lors adonc iceux nobles, estant avec leur
noble et forte compaignie à pié et à cheval, la bataille entre eux
merveilleuse, forte et aspre fu faicte; mais les Flamens du tout en
tout furent rués jus et acraventés, et de eux fu faicte grant occision
et mortalité, et si grant abatéis qu'il ne porent plus arrester.
Mais la fuite commencièrent très laide et très honteuse, délaissans
charrètes et charios et tout leur appareil bataillereux. Et adecertes,
pour voir, sé la nuit oscure venant n'eust la bataille empeschiée,
pou de si grant nombre de Flamens en fust eschapé que mors du tout en
tout ne fussent. Et ainsi, la bataille parfaicte et fenie, nostre roy
Phelippe, noble batailleur, à torches de cire alumées, de la bataille
s'en revint aux tentes avec sa noble chevalerie. Et ainsi comme il
fu dit pour voir, sé cil roy de France Phelippe-le-Biau ne se fust
contenu si noblement ou si vertueusement, ou sé en aucune manière il
eust montré la queue de son cheval aux Flamens pour soy en retourner,
tout l'ost des François eust ramené ainsi comme à néant, ou, par
aventure, desconfit. Adecertes en celle bataille des Flamens fu occis
un noble chevalier et le chief ot copé Guillaume de Juilliers[215],
noble chevalier, et luy copa Jehan de Dammartin, et pluseurs autres
grans Flamens, et de menu peuple grant multitude y furent occis, à par
un pou jusques à trente six mille[216]. Et aussi en celle bataille, le
conte d'Aucuerre, noble chevalier françois, par la très grant chaleur
qui ilec estoit, fu estaint de soif[217]. Et ainsi Phelippe-le-Biau
roy de France en l'an de son règne dix-huit, à Mons en Peure en
Flandres, usant de l'aide de Dieu, de ces Flamens, sans grant péril
de luy meisme, loable victoire en rapporta; et à Paris environ la
Sainct-Denis, à grant joie et inestimable revint.

[Note 215: _Guillaume de Julliers_. «Comitis Flandrensis nepos ex
filiâ, totius exercitùs dux et capitaneus principalis.» Le continuateur
de Nangis ne dit pas qu'il ait eu la tête coupée.]

[Note 216: _Trente-six mille_. Ainsi portent le plus grand nombre des
manuscrits. Cependant le nº 218 porte _deux mille_; c'est trop peu
sans doute.]

[Note 217: _Estaint de soif_. «Illic autem de nostris Guillermus comes
Autissiodorensis et Ancellus comes, dominus Caprusiæ (seigneur de
Chevreuse), vir fidelis ac strenuus, probatæ militiæ, regis vexillifer
seu deferens auriflammam, extincti, ut creditur, calore nimio vel etiam
pressurâ.»]

Et en cest an, au moys de décembre, les os de Robert, jadis conte
d'Artois, lequel avoit esté tué en Flandres, furent aportés à Pontoise,
et en l'églyse de Maubuisson près Pontoise furent enterrés.

Et en ce meisme an, après Noel, l'en commença à traictier en parlement
à Paris de la paix des Flamens, mais il n'i ot rien consommé né parfait.


LVIII.

_De la mort la royne Jehanne, femme Phelippe le roy de France._

En cest an ensement, au moys de février, le conte Gui de Flandres,
en la prison le roy de France détenu, moru à Compiègne, et par le
congié du roy fu son corps porté en Flandres, et en Marquete[218]
avec ses ancesseurs fu enterré. Et en ce meisme an, Blanche, duchesse
d'Austrie, seur du roy de par son père, laquelle avoit un fils du
duc, fu empoisonnée par le dit duc, si comme l'en disoit, et moru au
moys de mars. Et en cest an ensement, moru Jehanne royne de France
et de Navarre, femme de Phelippe-le-Biau, et en l'églyse des frères
Meneurs fu honnorablement enterrée. Et fu vraiement si chière année
et si chier marchié de blé que le sextier de froment valoit cent sols
parisis, de la foible monnoie decourrant lors à Paris et ailleurs; et
dura la chierté près d'un an. Et en cest an ensement, Edouart le viel
roy d'Angleterre moru, après lequel fu couronné en roy Edouart son fils
le jeune, lequel, après un pou de tems passé, prist à femme Isabel la
fille le roy Phelippe de France.

[Note 218: _Marquete_. «Marquetæ.» Ou _Marque_, près de Lille.]


LIX.

ANNÉE 1305

_Du couronnement le pape Climent._

L'an de grace après ensuivant mil trois cens et cinq, entre le roy
de France et les Flamens fu faicte une composicion de paix, laquelle
toutes fois dura petit: et lors Robert de Béthune et Guillaume son
frère, fils le conte de Flandres en l'an précédent trespassé, de la
prison le roy furent délivrés. Et après pape Bénédic, le cent quatre
vingt et dix-neuviesme pape Climent le Quint, présent le roy de France
Phelippe-le-Biau et ses deux frères Charles conte de Valois et Loys
conte d'Evreux et moult d'autres contes, princes, dux et barons,
chevaliers, abbés, évesques, arcevesques et cardinals, à la cité de
Lyon sur le Rosne fu sacré et couronné de dyadème papal. Et lors
pour la très grant multitude de gent qui sus un viex mur estoient
assemblés pour le dit pape véoir chevauchier par la cité, le viel mur
chéi, dont le bon duc de Bretaigne la mort l'acraventa, dont ce fu
pitié, doleur et dommage. Et en cest an ensement, Loys, l'aisné fils
le roy Phelippe-le-Biau, espousa Marguerite l'aisnée fille au duc de
Bourgoigne. Et eu cest meisme an, le roy si fist cesser et apaisier
une très grant dissencion qui estoit menée entre le duc de Brebant
et le conte de Lucembourc, pour cause de la terre de Louvain. Et en
cest an ensement, mut une très grant dissencion à Biauvais entre
l'évesque Symon et le peuple de la cité, en telle manière que le dit
évesque n'osoit seurement entrer en la cité. Pour laquelle cause le
dit évesque fist aliances à nobles hommes, car il estoit noble homme,
contre ceux de la cité, et fist tant qu'il prist aucuns bourgois par
aguet. Quant le roy sot ce, si manda l'une partie et l'autre, et leur
fist commandement qu'il se cessassent, et les fist le roy punir, car il
avoient moult excédé l'une partie contre l'autre. En ce meisme an fu
très grant sécheresce en France.

En ce meisme an, avant que le roy se partist de la court pape Clément,
le dit pape luy ottroia le chief de monseigneur sainct Loys son
aïeul, pour mettre en sa chapelle, et une de ses costes pour mettre
en la principale églyse de Paris: et avec ce, le pape luy ottroia que
Jaques et Pierre de la Colompne frères et jadis cardinals, les quiex
le pape Boniface avoit dégradés de leur cardinalité, fussent en leur
premiers estas restitués; et encore luy ottroia-il, en récompensacion
des despens qu'il avoit fait en la guerre de Flandres, le disiesme
des églyses et les annuels jusques à trois ans. Et encore ottroia le
dit pape au roy et à ses frères que des bénéfices premiers vacans au
royaume de France, il en péussent pourveoir leur chapelains et leur
clers. Et le roy promist que la monnoie qui estoit foible, il la
metroit en bon estat et convenable au miex que bonnement le pourroit
faire. Et en cest an, le pape Climent fist dix cardinals nouviaux,
outre le nombre qui par avant estoit; des quiex il en envoia les deux à
Rome de par luy, pour garder la dignité sénatoire. Il déposa l'évesque
d'Arras, et si déposa l'évesque de Poitiers, et si donna à l'évesque
d'Imelin la patriarché de Jérusalem: et si fist plaine grace aux
povres clers, et les pourvoia de bénéfices, selon ce que le mérite de
la personne le requéroit. Et le roy de France s'en retourna de Lyon,
après Noel, en France. Et cest an meisme le pape se parti de Lyon,
environ la purification Nostre-Dame, et s'en ala vers Bourdiaux; et
là furent faictes moult de maux et de roberies aux églyses tant layes
comme de religion, par luy et par ses menistres; dont il avint, si
comme l'en disoit, que frère Gile l'Augustin arcevesque de Bourges, fu
mis à si grant povreté que il par nécessité fu contraint à prendre les
distribuions cotidiennes si comme un des simples chanoines, et hantoit
les heures de l'églyse. Et en ce meisme an, Robert duc de Bourgoigne
moru à Vernon au moys de mars, duquel le corps fu porté en Bourgoigne,
si comme il l'a voit ordenné en son vivant, et fu enterré à Cistiaux.


LX.

ANNÉE 1306

_Coment le chief monseigneur sainct Loys fu aporté à la ville de Paris._

En l'an de grace après ensuivant mil trois cent six, le chief de sainct
Loys, jadis roy de France, sans les gencives et le menton et une de ses
costes, du roy de France Phelippe-le-Biau et de pluseurs évesques et
arcevesques, de l'ottroy du souverain évesque pape Climent, en biaux
vaissiaux d'or aornés de pierres précieuses, furent de Sainct-Denis
transportés à Paris: et la coste en la mère églyse Nostre-Dame de
Paris, et le chief en la chapelle du palais du roy, à grant joie et à
grant feste de la gent de Paris demenée, le jour d'un mardi devant la
feste de la Penthecouste, furent honnorablement et noblement mis. Et en
cest an meisme, tous les Juis du commandement du roy Phelippe furent
du royaume de France, environ la Magdalaine, chaciés, déboutés, et
essiliés; et tout le leur pris et mis en la main le roy. Et en cest an,
Phelippe le second fils du roy de France, qui puis après fu conte de
Poitiers, Jehanne l'aisnée fille au duc de Bourgoigne espousa.


LXI.

_Coment le commun de Paris s'esmut._

Et adecertes en cest an meisme à Paris, pour les louages des maisons
des bourgois de Paris qui vouloient prendre du peuple bonne monnoie
et forte qui alors estoit appellée[219] grant dissencion et descort
mut et esleva. Et lors s'esmurent pluseurs du menu peuple, (si comme
espoir[220] foulons et tisserans, taverniers et pluseurs autres
ouvriers d'autres mestiers); et firent aliance ensemble, et alèrent
et coururent sus un bourgois de Paris appellé Estienne Barbète[221]
duquel conseil, si comme il estoit dit, les louages des dites maisons
estoient pris à la bonne et forte monnoie, pour laquelle chose le
peuple estoit esmeu et grevé. Et lors le premier jeudi devant la
Tiphaine envaïrent et assaillirent un manoir du devant dit bourgois
Estienne qui estoit nommé la Courtille Barbète[222], et, par feu mis,
le dégastèrent et destruirent; et les arbres du jardin du tout en tout
corrompirent, froissièrent et debrisièrent. Et après eux départans, à
tout grant multitude d'alans à fusts et à basions, revindrent en la
rue Sainct-Martin et rompirent l'ostel d u devant dit bourgois[223],
et entrèrent ens efforciement, et tantost les tonniaux de vin qui
au celier estoient froissièrent, et le vin espandirent par places:
et aucuns d'eux d'icelui vin tant burent qu'il furent enyvrés. Et
après ce, les biens meubles de la dite maison, c'est asavoir coutes,
coissins, coffres, huches, et autres biens froissièrent et débrisans
par la rue en la boue les espandirent, et aux coutiaux ouvrirent les
coutes, et les orilliers traiant contre le vent despitement getèrent,
et la maison en aucuns lieux descouvrirent, et moult d'autres dommages
y firent. Et ice fait, d'ilec se partirent et retournèrent traiant vers
le Temple au manoir des Templiers où le roy de France estoit lors avec
aucuns de ses barons, et ilec le roy assistrent si que nul n'osoit
seulement entrer né issir hors du Temple; et les viandes que l'en
aportoit pour le roy getèrent en la boue, laquelle chose leur tourna
au derrenier à honte et à dommage et à destruiment de corps. Après ce,
par le prévost de Paris, si comme l'en dist, et par aucuns barons, par
soueves paroles et blandissemens apaisiés, à leur maisons paisiblement
retournèrent; des quiex par le commandement le roy pluseurs, le jour e
nsuivant, furent pris et mis en diverses prisons. Et en la vigile de
la Tiphaine, par le commandement du roy, espéciaument pour sa viande
que il luy avoient espandue et gettée en la boe, et pour le fait du dit
Estienne, vingt-huit hommes, aux quatre entrées de Paris[224], c'est
assavoir: à l'Orme par devers Sainct-Denis faisant entrée, furent sept
pendus; et sept devers la porte Sainct-Antoine faisant entrée, et six à
l'entrée devers le Roule vers les quinze vint Aveugles faisant entrée,
et huit en la partie de Nostre-Dame-des-Champs faisant entrée, furent
pendus. Les quiex, un pou après ce, des ormes[225] remués et ostés, en
gibés nouviaux fais, eu chascune partie et entrée, de rechief furent
tous pendus et mors; laquelle chose envers le menu peuple de Paris chei
en grant doleur.

[Note 219: _Qui alors estoit appellée_. Ainsi portent tous les
manuscrits, excepté le nº du Sup. fr. 218, où on fit: _Qui alo estoit
appellée_. Et je crois que c'est la seule bonne. _Alo_ pour _aloi_,
monnoie d'_aloi_. Il faut savoir que Philippe-le-Bel avoit depuis onze
ans laisse déprécier les monnaies, et permis à ceux qui en affermoient
l'entreprise d'en altérer le titre. L'abus devint si grand, qu'il
fallut songer à y remédier: il fit donc rétablir l'ancien titre de
la monnoie publique, qu'il appella d'_aloi_, mais sans retirer de la
circulation la monnoie altérée. Dès lors on conçoit que les créanciers
voulussent tous être payés en forte monnoie, et que les débiteurs
réclamassent le droit d'acquitter en mauvaises pièces les obligations
qu'ils avoient contractées sous l'influence de ces mauvaises pièces. De
là la querelle.]

[Note 220: _Espoir_. _Je suppose_.--Ce récit est bien plus complet que
celui de Nangis.]

[Note 221: _Estienne Barbète_. «Civem Parisius divitem ac potentem,
civitatisque viarium.»]

[Note 222: _La Courtille Barbète_. Située dans la rue
Vieille-du-Temple, et bornée alors d'un côté par la _Porte-Barbette_,
de l'autre par la _rue de la Perle_. Le chemin qui faisoit suite à la
rue Vieille-du-Temple, au-delà de la Porte-Barbette, se nomma plus
tard, du nom de cette maison, _rue de la Courtille-Barbette_.]

[Note 223: Il étoit situé près de l'église de Saint-Martin-des-Champs,
suivant le texte du continuateur de Nangis qui passe sous silence le
pillage de la Courtille-Barbette: «Primitus domum suam quam extra
portas habebat civitatis suburbio juxta S.-Martinum de Campis depredari
festinant.»]

[Note 224: _Aux quatre entrées de la ville_. Variantes du nº 218 Sup.
fr.: _Aux quatre ormeaux des quatre entrées de la ville._]

[Note 225: _Des ormes_. De cet usage de pendre aux ormes qui
ombrageoient l'entrée des portes, ne peut-on pas tirer l'origine du
proverbe: _Attendez-moi sous l'orme?_ Pour moi, je n'en fais aucun
doute. Nangis, ici plus clair et peut-être plus exact, dit: «Plures
etiam ex ipsis qui in facto magis culpabiles fuerant, foris portis
civitatis ad vicinas eis arbores, necnon patibula ad hoc de novo
specialiter illic facta, præcipuè ad majores et insigniores introitus
suspendi fecit.» Une vieille chronique de 1270 à 1353 déjà citée porte:
«Pluseurs gens de Paris alèrent rompre les portes de la maison dudict
Estienne, à force de charetes aculées et autrement, et deffonçoit
l'en les tonniaus et les queues tout plains de vin, et gettoit l'en
en la rue à val ses monnoies d'or et d'argent et de vaisselle d'or et
d'argent... Mais tout ce fait fu vengié; car de tous les mestiers
de Paris, il ot pendu, à nouviaus gibets que le roy fist fère aux
quatre portes de Paris, plus de quatre-vins personnes...» (Msc.
4641-B.)]

Et en ce meisme an, Edouart fils Edouart roy d'Angleterre, si ala
contre les Escos qui avoicnt institué sur eux Robert de Brus à estre
leur roy; si fu vaincu, et y ot moult grant quantité de ses gens pris
et mors. Et en ce meisme an, le roy Phelippe voult muer sa monnoie en
fort, qui longuement avoit esté foible par l'espace de onze ans: et
valoit le petit flourin trente six sols de la foible monnoie. Si fist
crier par tout son royaume, environ la Nativité sainct Jehan-Baptiste,
que toutes réceptes de revenues et tous paiemens de contras, depuis
la Nativité Nostre-Dame ensuivant, se féissent à forte monnoie selon
ce que elle couroit au tems de monseigneur sainct Loys; pour laquelle
chose pluseurs du peuple furent moult forment troublés.

Et en ce meisme an, au tems d'iver, il ot si grant habondance d'iaues
ès fleuves, et avant qu'il peussent descroistre il furent si forment
gelés, que quant ce vint au desgeler tant maisons, pons, comme moulins
trébuschièrent et despecièrent: et adonques au port de Grève[226] à
Paris moult de nefs chargiées de diverses marchéandises périrent et
tout ce que dedens estoit. Et en ce meisme an, le pape Climent au moys
de mars ou environ s'en ala à Poitiers et les cardinals avec luy; et
là fu la court par l'espace de seize moys ou environ. Et en ce tems
fu un faux prophète qui avoit non Dulcinus, lequel faignoit mener
saincte vie en habit de béguin, mais il estoit très faux prophète: car
il maintenoit que si comme le père au tems de la loy de nature ou de
Moyse régnoit par puissance qui à luy est approprié; et le fils, au
tems de l'advènement Jhésuchrist par sapience jusques à l'advènement
du Sainct-Esperit; ainsi de l'advènement du Sainct-Esperit jusques en
la fin, celuy meisme Sainct-Esperit qui est amour par débonnaireté
règne et régnera pardurablement: et en telle manière que la première
loy fu de justice et de rigor; la seconde loy de sapience; la tierce
maintenant est d'amour et de débonnaireté et de charité. Et quelconque
chose est demandée au nom de charité, meismement de demander à une
femme au non de charité qu'on habite à elle charnelment, elle ne me le
puet refuser sans péchié, mais le me doit ottroier, et si ne fera point
de péchié. Laquelle chose samble très mauvaise à tout catholique: et
autrefois fu ceste hérésie semée par Amauri de Leve, emprès Monfort, au
temps de Phelippe le Conquérant, l'an mil deux cent douze, duquel parle
une décrétale qui se commence: _Nous condamnons et_, etc.

[Note 226: _Port de Grève_. «In portu Graviæ.» Ce port n'est pas
mentionné dans l'importante publication de M. Géraud, _Paris sous
Philippe-le-Bel_, ni dans la carte qui y est jointe.]

Cestui Dulcinus se mist en une montaigne vers Verseilles, et là cuida
avoir trouvé moult seur refuge: mais il fu pris de l'évesque de la
cité et des crestiens, et fu mis en prison, et puis fu baillié au
pape pour le punir; et lors y ot trouvé de ses complices environ deux
cens, les quiex furent tous mis à mort. Et en cest an, Edouart roy
d'Angleterre lequel estoit jà moult d'aage, prince caut et sage, et en
ses batailles moult fortuné, le trente-cinquiesme an de son règne moru;
auquel succéda au royaume d'Angleterre et en la seigneurie de Ybernie
son fils de la contesse de Pontieu[227], qui avoit à non Edouart: et
toutes voies avoit-il trois enfans de Marguerite sa femme seur du roy
de France, laquelle le seurvesqui; desquiex le premier avoit non Thomas
de Cornubie[228], et il en ot la contée.

[Note 227: _Pontieu_. «Ex comitissâ Pontivi.» Éléonore, première femme
d'Édouard, infante de Casillle et comtesse de Ponthieu.]

[Note 228: _Cornubie_, ou Norfolk.]


LXII.

ANNÉE 1307

_Du couronnement le roy de Navarre._

L'an de grace ensuivant mil trois cent et sept, Loys l'ainsné fils du
roy Phelippe-le-Bel, en roy de Navarre fu couronné à Pampelune.


LXIII.

_Des Templiers qui furent pris par tout le royaume de France._

En cest an ensement, tous les Templiers du royaume de France, du
commandement de celui meisme roy de France Phelippe-le-Bel, et de
l'ottroi et assentement du souverain évesque pape Climent, le jour d'un
vendredi après la feste saint Denis, ainsi comme sus le mouvement d'une
heure[229], souppeçonnés de détestables et horribles et diffamables
crimes, furent pris par tout le royaume de France, et en diverses
prisons mis et emprisonnés.

[Note 229: «Quasi sub ejusdem horæ momento.»]

Et en cest an, Charles le mainsné fils Phelippe le roy de France,
qui puis fu conte de la Marche, Blanche l'autre fille du conte de
Bourgoigne espousa.

L'an de grace mil trois cent et sept dessus dit ensuivant, le roy
de France Phelippe se parti environ la Penthecouste pour aler à
Poitiers parler au pape et aux cardinals: et là furent moult de choses
ordenées par le pape et par le roy, et especiaument de la prise des
Templiers. Et manda le pape aux maistres de l'Ospital et du Temple qui
souverains estoient en la terre d'Oultre-mer, expressement, qu'il se
comparussent personnellement à certain temps à Poitiers devant luy.
Lequiel mandement le maistre du Temple accompli: mais le maistre de
l'Ospital fu empeschié en l'isle de Rodes des Sarrasins, si ne pot
venir au terme qui luy estoit mandé; mais il envoia certains messages
pour luy excuser. Si avint assez tost après que la dite isle de Rodes
fu recouvrée, et adonc le maistre de l'Ospital vint à Poitiers parler
au pape.

Et en ce meisme an, maistre Bernart de Saint-Denis, docteur en
théologie, lequel fu moult en son temps en France rénommé et estoit
évesque d'Orliens, trespassa.

Et en ce meisme an, Loys dit Hutin, ainsné fils du roy de France et
roy de Navarre, quant il vint à sa cognoissance que un chevalier que
on appeloit Fortin, le quiel il avoit institué et ordené garde de
son royaume, luy voulsist oster et usurper frauduleusement son dit
royaume de Navarre; si assembla une belle compagnie de nobles hommes
et puissans entre lesquels furent le conte de Bouloigne et messire
Gauchier de Chastillon, connestable de France, et s'en ala en Navarre
et y arriva au moys de juillet, et là fit tant avec sa compagnie
que le dit Fortin et tous ses aliés il mit en subjection; et visita
son royaume et appaisa. Depuis s'en vint à Pampelune et là se fist
couronner en roy de Navarre. Et en cest an Katherine, seconde femme
Charles conte de Valois et héritière de l'empire de Constantinople,
trespassa le jeudi après la feste monseigneur Saint-Denis, et fu
enterrée aux frères Prescheurs à Paris; auquel enterrement le roy
de France et les nobles furent présens, et le maistre du Temple
d'Oultre-mer, le quiel aidoit à porter le corps en terre avec les
autres nobles.

Et en ce meisme an, au moys de janvier, Edouart le roy d'Angleterre
prist à femme la fille au roy Phelippe, laquielle avoit non Ysabel, et
estoit en l'aage de douze ans ou environ; et n'avoit plus le dit roy
de France de filles. Et la convoia le roy et ses fils avec les barons
jusques à Bouloigne sur la mer; et d'ilec jusques en Angleterre des
nobles de France fu convoiée, et avant que il partissent, elle fu en
royne d'Angleterre couronnée.

Et cest an, Marguerite royne de Secile, de très noble et très
honnorable renommée, et jadis femme du premier Charles roy de Secile,
frère du roy saint Loys, trespassa.

Et en ce meisme an, Jehan de Namur, fils Gui jadis conte de Flandres,
prist à femme la fille Robert, conte de Clermont.


LXIV.

ANNÉE 1308

_Coment Henri de Lucembour fu roy des Romains._

En l'an de grace ensuivant mil trois cent et huit, Henri conte de
Lucembour fu esleu roy des Romains: et lors il envoia ses messages
à court de Rome pour requerre de la main au souverain évesque pape
Climent la consécracion et le couronnement de l'empire.

En ce meisme an, le roy de France s'ordena pour aler à Poitiers et
principaument pour le fait des Templiers; car là tenoit le pape sa
court. Et fist le roy une semonse par tout son royaume à pluseurs
nobles et non nobles qu'il fussent à Pasques à Tours; et avec luy
enmena-il une grant multitude[230]. Et quant le roy fu par devant
le pape, si ot moult de parlement entre eux deux, et en après, au
mandement du pape, fu le maistre général de toute l'ordre du Temple
amené, et avec luy aucuns autres, les quiels sembloient estre les
plus notables en la dite ordre du Temple. En la fin fu délibéré et
assez ordené que le roy détendroit tous les profés de la dite ordre,
et chascun par soy emprisonnés, dès maintenant et en après, au non de
l'églyse et en la main du siège de Rome; et qu'il ne procéderoit à leur
relaxacion né à leur délivrance né à leur punicion, en aucune manière,
sans le mandement ou l'ordenance du siège de l'apostole: mais de leur
biens, des quiels la dispensacion en bonne loyauté estoit au roy
laissiée, leur administreroit leur nécessités, pour vivre competament
jusques au concile général.

[Note 230: _Une grant multitude_. «Ab hoc quoque plurimis penè de omni
civitate sive Castellania regni.... convocatis, copiosam tàm nobilium
quàm ignobilium secum duxit illùc turmam.» Voilà bien encore, je
suppose, les assemblées représentatives.]

Et en cest an que le pape Climent estoit à Poitiers, par le conseil des
cardinals, pour le subside de la Terre Saincte et pour la réformacion
de toute saincte églyse, et meismement pour le fait des Templiers
qui moult estoit énorme[231], le concile qui devoit estre général ès
kalendes d'octobre à Poitiers[232] fu rappellé, et des dites kalendes
d'octobre jusques à deux ans passés, précisément ordené et par tout
le royaume de France, par ses lettres patentes à archevesques et
évesques et aux inquisiteurs des hérites fit mandement que diligemment
il missent leur entente, et, en tant comme il povoit toucher leur
personnes, que il se hastassent selon le conseil des sages, et que
ces choses il missent à fin par le dit conseil. Mais toutesvoies le
général maistre de l'ordre et aucuns autres grans il réserva à temps à
la correction et examinacion du siège de Rome, et de certaine science.
Et adecertes, en ce meisme an, Charles de Valois prist la tierce femme,
c'est assavoir la fille Gui, conte de Saint-Pol.

[Note 231: _Enorme_. «Quorum etiam sexaginta vel circiter supra dicta
eisdem imposita crimina ...»]

[Note 232: Le continuateur de Nangis dit: «Viennae.»]

Et en icest an, Gui jadis premier né du conte de Blois espousa la
seconde fille de Charles conte de Valois et de Katherine sa femme, et
estoit la dite fille de moult petit aage, si comme l'en dit.

Et en ce meisme an, le samedi après l'Ascension Nostre-Seigneur, une
tempeste moult dommageuse et moult impétueuse, tant de gresle comme
de vent, avint, et meismement environ Chevreuse[233] et à heure de
vespres, car les blés qui encore estoient ès champs et les vins qui
estoient ès vignes furent péris et perdus, et pluseurs grans arbres
tombés à terre, et le clochier de la dite églyse de Chevreuse ce meisme
jour fu trébuchié du vent. Et en cest an, le pape et les cardinals se
départirent de la cité de Poitiers là où il avoient longuement esté,
mais l'esté fu avant passé; et s'en ala le pape là où il avoit esté né,
c'est assavoir à Bourdiaux, et retint avec luy bien pou de cardinals,
et donna congié aux autres de eux en aler jusques à temps; si demoura
là une pièce de temps.

[Note 233: Cette mention de Chevreuse, fréquente dans nos chroniques
françoises, semble accuser les lieux habités par le chroniqueur.
Remarquez surtout plus haut les détails de la légende du moine auquel
le diable apparut.]

Et en ce meisme an, Guichart l'évesque de Troie fu moult souspeçonné
qu'il n'eust procuré par aucuns maléfices ou par venin la mort de
Jeanne, jadis royne de France et de Navarre: pour la quielle chose
aucuns tesmoins furent oïs, jasoit ce qu'il fussent faux. Si fu raporté
au pape leur déposicion, nonobstant que elle fust fausse; et manda le
pape que le dit évesque fust mis en prison[234].

[Note 234: La Chronique métrique attribuée à Godefroi de Paris raconte
la même chose. Il paroît que l'évoque voulut être jugé dans toutes
les formes: il demeura quatre ans incarcéré avant d'obtenir complète
justice.]

Et en ce meisme an, une grande dissencion mut entre deux nobles
hommes de Bourgoigne, c'est assavoir Erart de Saint-Verain et
Oudart de Montagu: adonc en la conté de Nevers, le jour de la feste
monseigneur saint Denis, furent assemblés avec le dit Erart, le conte
de Cherebourc[235], messire Dreue de Mello, messire Miles de Noyers
et pluseurs autres nobles avec eux; et de la partie du dit Oudart
fu le dalphin d'Auvergne, messire Beraut de Marcueil, fils du conte
de Bouloigne[236], avec pluseurs autres, et les trois frères qui
communément de Vienne sont appellés. Entre les quielles parties ot
moult aigre bataille, mais elle fu tantost finée: et ot le dit Erart la
victoire, et se rendi le dit Beraut au conte de Chierebourc pris avec
aucuns autres. Et après, le roy de France fist prendre le dit Erart, et
pluseurs autres avec luy, et mettre en diverses prisons.

[Note 235: _Cherebourc_. «Sacri-Cæsaris.» C'est plutôt _Sancerre_.
C'étoit Jean, deuxième du nom. _Dreux de Mello_. Le latin porte:
_Mellento_, Meulent; mais le françois semble plus exact. (Voyez le P.
Anselme, t. VI, p. 62.)--_Le dauphin d'Auvergne_, Robert III.]

[Note 236: _Fils_. Il faudroit, je crois, _et le fils du conte de
Bouloigne_. Beraud de Marcueil, ou plutôt de _Mercoeur_, étant le
beau-père de _Robert III_, dauphin d'Auvergne, et non le fils de
_Robert VI_, comte d'Auvergne et de Boulogne.]

Et en cest an, Aubert roy des Romains mourut et fu tué de un sien
neveu, si comme l'en dist: et après luy fu roy Henri conte de
Lucembourt.

Et en ce meisme an mourut la femme[237] Jehan de Namur, environ la
purificacion Nostre-Dame, la quielle il avoit espousée l'an précédent;
et l'an ensuivant il espousa la fille madame Blanche de Bretaigne.

[Note 237: _La femme_. C'étoit Marguerite, fille de Robert de Clermont,
fils de saint Louis et chef de la branche de Bourbon.]

Et en cest an, la grant indulgence que le pape avoit donnée l'an
passé au temps qu'il estoit à Poitiers à tous ceux qui donroient de
leur avoir à ceux qui aloient Oultre-mer pour la subside de la Terre
saincte, fu publiée par le royaume de France; de laquielle recepte
avoit esté establi receveur le maistre de l'Ospital d'Outre-mer. Si fu
ainsi ordené: que à bien près par toutes les églyses, il y auroit un
tronc, ou un certain lieu auquiel chascune personne metroit du sien,
selon sa dévocion; et dura ceste chose par cinq ans ou environ autant
que le pardon dura.

L'an de grace ensuivant mil trois cent et neuf, environ la Pentocouste,
le fils du roy d'Arragon se combati encontre le roy de Garnate[238], le
quiel estoit Sarrasin; et ot le dit fils d'Arragon glorieuse victoire,
et mist à mort une très grant quantité de Sarrasins.

[Note 238: _Garnate_. Grenade.]

En ce meisme an, environ la fin de juillet fu l'eslection de Henri de
Lucembourc du pape et des cardinals approuvée: et luy fu ottroié sa
consécration et la couronne de l'empire, la quielle il dut prendre,
à certain temps que le pape luy mist, en l'églyse Saint-Pierre en la
cité, où il luy plairoit[239]. Quant le dit messire Henri ot ainsi esté
esleu, et qu'il ot eu congié et auctorité du pape, si comme dit est, si
vindrent à luy le conte de Flandres Robert, et le conte Jehan de Namur
qui estoient ses cousins germains, et le conte Guillaume de Haynaut,
son cousin germain qui nouvellement avoit pris à femme la fille messire
Charles de France, et la greigneur partie des haus barons d'Alemaigne.
Et avoit jà commencié ledit messire Henri sa quarantaine à Ais: et
quant il ot parfait sa quarantaine, si le menèrent les barons en la
chapelle d'Ais et ilec le couronnèrent à roy d'Alemaigne. Quant le
vaillant roy de Lucembourc ot porté couronne à Ais en la Chapelle, le
conte de Flandres et le conte de Haynaut pristrent congié à luy, en luy
offrant leur services, et depuis fist le roy son appareil moult grant
pour aler à Rome. Si avint, une pièce de temps après qu'il ot son arroy
assemblé, que il fist assembler grant foison de chevaliers lesquiels
il mena avec luy, et passèrent Alemaigne; et puis entra le dit roy en
la duchié de Quarentaine[240], et là luy fu offerte toute obéissance,
et puis passa les mons et entra en Lombardie. Tantost ceux de Pade se
rendirent à luy, et ilec séjourna et attendi ses gens. Mais tantost
que ceux de Milan le sorent, il y envoièrent leur ambassadeurs en luy
présentant la ville de Milan du tout à son commandement; les quiels
il reçut moult benignement à sa grace. Puis se départirent de luy, et
leur donna grans dons, et leur commanda que il déissent à ceux de Milan
que briefment les iroit veoir pour estre couronné. Après un peu de
tems assembla son ost, et fist messire Gui de Namur son mareschal, et
envoia ses messages devant pour faire son arroy à Milan. Quant ceux de
Milan sorent sa venue, si issirent tous à pié et à cheval contre luy,
et à grant joie le menèrent à la souveraine églyse, et le couronnèrent
à roy de Lombardie, et l'appellèrent Auguste. Puis après se départi
de Milan à tout son ost et ala asségier la cité de Cremoigne, et tant
y fist que elle luy fu rendue. Après ala asségier la cité de Bresse
qui moult estoit fort, et ilec fust une grant pièce de temps, et y
fist-on maint grant assaut. Et à ce siège vindrent à luy ceux de Pise,
à tout leur povoir en son aide; et en la parfin ceux de Bresse firent
traitié à luy. Et à ce traitié mourut le conte Gui de Namur qui estoit
son mareschal, pourquoy l'empereur fu si destorbé qu'il ne les voult
onques recevoir à merci. Quant ceux de la ville virent que autrement
ne povoit estre, si se rendirent tout à sa volenté, et luy apportèrent
les clefs de la ville. Mais oncques l'empereur ne voult entrer par
porte en la cité, né teurdre[241] son chemin pour aler à son palais;
ains fist emplir le fossé qui devant son tref estoit et despecier le
mur à l'encontre; et puis fist abatre toutes les maisons qui en sa voie
estoient jusques à son palais, et ainsi entra en la ville de Bresse.
Quant il ot ilec séjourné une pièce de temps, si prist hostages de
eux et les envoia à Pise; et prist conseil avec les Guibelins d'aler
conquerre la cité de Rome: et avoit tant fait au pape Climent qu'il luy
avoit envoié un légat à Bouloigne-la-crasse; et d'ilec se trait vers
Rome, et mena le légat avec luy; et en sa voie conquist moult de cités
et de villes et de chastiaux.

[Note 239: _Où il luy plairoit_. Cela est de trop, et le latin dit
seulement: «In basilicâ principum apostolorum in urbe.»--Le reste de
l'alinéa n'est reproduit que dans la _Chronique de Flandres_.]

[Note 240: _Quarentaine_. Ce mot doit être un _lapsus_ du premier
copiste, reproduit dans tous les manuscrits. Il faudroit _Savoie_, sans
doute, comme plus bas au chapitre LXVI.]

[Note 241: _Teurdre_. Se détourner de.]

Et en ce meisme an le pape Climent fist publiquement affichier en son
palais à Avignon une intimacion en la quielle il estoit contenu que
généralement il intimoit à tous ceux qui vouldroient procéder en fait
d'appellacion contre le pape Boniface, tant pour luy comme contre luy
par quelque manière, qu'il fussent pourveus dedens le dimenche que l'en
chante _oculi mei_, et devant le pape se présentassent, ou autrement
sur ce d'ore en avant il n'i seroient receus; mais dès ore en avant il
leur dénioit toute audience et leur imposoit silence quant en ceste
partie. Entre les quiels Guillaume de Nogaret chevalier devant dit,
et Guillaume du Plessier chevalier avec lui, s'apparut à l'ajourner
par le pape assigné, accompagnié de moult puissant compaignie; lequel
renouvela tant l'appellation contre le pape comme les cas de crime, les
quiels par avant avoient été proposés contre le dit pape Boniface, et
se offri à les prouver; et requist à grant instance que les os du dit
pape fussent desterrés tant comme hérite et qu'il fussent ars. Mais la
partie adverse, tant d'aucuns cardinals comme d'autres deffendans la
partie du pape, s'opposa appertement tant environ la sustance du fait
comme contre la personne du dit Guillaume proposant moult de enormités.
Adonc fu mise ceste besoigne en suspens jusques à tant que l'en eust
plus plaine délibéracion. Et en ce meisme an, en la tierce kalende de
novembre, il vint un vent soudain, le quiel dura par une heure et plus,
et trébucha moult d'arbres et de édifices, et meismement le clochier
de Saint-Maclou de Pontoise, et les grans arches de pierre qui sont
environ le chevez de l'églyse monseigneur Saint-Denis, jasoit ce que il
ne chéirent pas, si les vit-l'en en telle manière chanceler que l'en
cuidoit qu'il déussent chéoir à terre.

Et en cest an, le derrenier jour de janvier, après midi, fu veue
l'éclipse de soleil par une heure et vingt-quatre minutes, et est
assavoir que le centre de la lune fu emprès le centre du soleil; et
dura la dite éclipse par deux heures naturelles et plus; et estoit la
couleur de l'air ainsi comme la couleur de saffran: et la cause estoit,
selon les astronomiens, car[242] Jupiter, au point de l'éclipse, avoit
la seigneurie entre les cinq planètes.

[Note 242: _Car_. Parce que. _Quarè_.]

En ce meisme an fu vue très griève et aspre dissencion entre le roy
d'Angleterre et ses barons, pour l'occasion d'un chevalier qui estoit
appellé Pierre de Gavastonne, le quiel Pierre avoit pieça esté bani du
royaume d'Angleterre, si comme l'en disoit: mais le roy l'avoit pris
en si grant amour qu'il luy avoit donné la conté de Lincolne à droit
héritage. Et à la suggestion du dit Pierre s'efforçoit le roy de faire
moult de nouvelletés contre la volenté de tous et contre la coustume
du pays et au préjudice du royaume. Si avint tant que pour l'occasion
des choses devant dites, comme pour sa simplesce et fatuité, qu'il le
pristrent en telle haine non pas seulement pour le guerroier, mais le
priver de l'administracion du royaume, se ce n'eust esté pour l'amour
du roy de France duquiel il avoit espousé la fille; et aussi pour
l'amour de la royne la quielle estoit moult amée des barons et des
nobles du pays.

Et en cest an, les Hospitaliers avec grant compaignie de crestiens
passèrent en l'isle de Rodes de la quielle les crestiens avoient esté
enchaciés par les Sarrasins: en la quielle isle il se portèrent à leur
très grant loenge, et y firent moult de bons fais contre les Sarrasins.


LXV.

ANNÉE 1310

_De la condampnacion des Templiers._

En l'an de Nostre-Seigneur mil trois cent et dix, pluseurs
Templiers[243] à Paris vers le moulin Saint-Antoine[244] comme à
Senlis, après les conciles provinciaux sur ces choses ilec célébrées
et faites, furent ars, et les chars et les os en poudre ramenés: des
quiels Templiers dessus dis cinquante-quatre, le mardi après la feste
de la saint Nicolas en may, vers le dit moulin à vent, si comme il est
dessus dit, furent ars. Mais iceux, tant eussent à souffrir de douleur,
oncques en leur destruction ne vouldrent aucune chose recognoistre.
Pour la quielle chose leur ames, si comme on disoit, en porent avoir
perpétuel dampnement, car il mistrent le menu peuple en très grant
erreur. Et pour voir après ce ensuivant, la veille de l'Ascencion
Nostre-Seigneur Jhésucrist, les autres Templiers en ce lieu meisme
furent ars, et les chars et les os ramenés en poudre; des quiels l'un
estoit l'aumosnier du roy de France qui tant de honneur avoit en ce
monde; mais oncques de ses forfais n'ot aucune recognoissance. Et
le lundi ensuivant, fu arse, au lieu devant dit[245], une béguine
clergesse qui estoit appellée Marguerite la Porete, qui avoit
trespassée et transcendée l'escripture devine, et ès articles de la foy
avoit erré; et du sacrement de l'autel avoit dit paroles contraires et
préjudiciables; et, pour ce, des maistres expers de théologie avoit
esté condampnée.

[Note 243: _Pluseurs_. Variante: _Soixante_.--_Cinquante-neuf_.]

[Note 244: _Vers le moulin saint Antoine_. Le latin dit: «Quinquaginta
novem Templarii, foras civitatem Parisius, in campis videlicet ab
abbatiâ monialium, quæ dicitur S. Antonii non longè distantibus,
incendio fuerunt extincti. Qui tamen omnes, nullo excepto, nil omninò
finaliter de impositis subi criminibus cognoverunt, sed constanter et
perseveranter in abnegatione communi perstiterunt, dicentes semper sine
causâ morti se traditos et injustè: quod quidem multi de populo non
absque multâ admiratione stuporeque vehementi conspicere nullatenùs
potuerunt. Circà idem tempus, apud Silvanectum ... novem Templarii
concremantur.»]

[Note 245: _Au lieu devant dit_. «In communi plateâ Graviæ.»]

[246]Les cas et forfais pour quoy les Templiers furent pris et
condampnés à morir et encontre eux aprouvés, si comme l'en dit, et
d'aucuns en prison recogneus ensuivent ci-après:

Le premier article du forfait est tel: Car en Dieu ne créoient pas
fermement, et quant il faisoient un nouvel Templier, si n'estoit-il de
nulluy sceu coment il le sacroient, mais bien estoit veu que il luy
donnoient les draps[247].

[Note 246: Tout le reste du chapitre n'est pas dans le latin.]

[Note 247: _Les draps_. L'habit.]

Le secont article: Car quant icelui nouvel Templier avoit vestu les
draps de l'ordre, tantost estoit mené en une chambre oscure; adecertes
le nouvel Templier renioit Dieu par sa male aventure, et aloit et
passoit par-dessus la croix, et en sa douce figure crachoit.

Le tiers article est tel: Après ce, il aloient tantost aourer une
fausse ydole. Adecertes icelle ydole estoit un viel pel d'omme embasmée
et de toile polie[248], et certes ilec le Templier nouveau mettoit
sa très vile foy et créance, et en luy très fermement croioit: en en
icelle avoit ès fosses des ieux escharboucles reluisans ainsi comme
la clarté du ciel; et pour voir, toute leur foy estoit en icelle,
et estoit leur dieu souverain, et chascun en icelle s'affioit et
meismement de bon cuer. Et eu celle pel avoit moitié barbe au visage et
l'autre moitié au cul, dont c'estoit contraire chose; et pour certain
ilec convenoit le nouvel Templier faire hommage ainsi comme à Dieu,
et tout ce estoit pour despit de Nostre-Seigneur Jhésucrist, nostre
sauveur.

[Note 248: C'étoit sans doute une momie égyptienne recueillie par les
Templiers, et qu'on les accusa d'adorer.]

Le quart: Car il cognurent ensement la traïson que saint Loys ot ès
parties d'Oultre-mer, quant il fu pris et mis en prison: Acre une cité
d'Oultre-mer traïsrent-il aussi par leur grant mesprison[249].

[Note 249: Cet article accuse l'injustice des autres. Comment les
Templiers, en 1310, pouvoient-ils se justifier des événemens passés en
1250!--Autant en dire du suivant.]

Le quint article est tel: Que sé le peuple crestien en ce temps fust
prochainement alé ès parties d'Oultre-mer, il avoient fait telles
convenances et telle ordenance au soudan de Babiloine qu'il leur
avoient par leur mauvaistié appertement les crestiens vendus.

Le sixième article est tel: Qu'il cognurent eux du trésor le roy à
aucun avoir donné qui au roy avoit fait contraire, laquelle chose
estoit domageuse au royaume de France.

Le septième est tel: Que, si comme l'en dit, il congnurent le péchié
de hérésie; et, par leur ipocrisie, habitoient l'un à l'autre
charnellement; pour quoy c'estoit merveilles que Dieu souffroit tels
crimes et félonnies détestables estre fais! mais Dieu, par sa pitié,
souffre moult de félonnies estre faites!

Le huitième est tel: Sé nul Templier, en leur ydolatrie bien affermé,
mouroit en son malice, aucune fois il le faisoient ardoir, et de la
poudre de luy en donnoient à mengier aux nouviaux Templiers; et ainsi
plus fermement leur créance et leur ydolatrie tenoient: et du tout en
tout despisoient le vray corps Nostre-Seigneur Jhésucrist.

Le neuviesme est tel: Sé nul Templier eust entour luy çainte ou liée
une corroie, laquelle estoit en leur mahommerie, après ce jamais
leur loy par luy pour morir ne fust recognue; tant avoit ilec sa foy
affermée et affichiée.

Le disiesme est tel: Car encore faisoient-il pis, car un enfant nouvel
engendré d'un Templier en une pucelle, estoit cuit et rosti au feu, et
toute la gresse ostée; et de celle estoit sacrée et ointe leur ydole.

Le onziesme est tel: Que leur ordre ne doit aucun enfant baptisier né
lever des saincts-fons, tant comme il s'en puisse abstenir; né sur
femme gisant d'enfant[250] seurvenir ne doivent, sé du tout en tout ne
se veullent issir à reculons, laquelle chose est détestable à raconter.
Et ainsi pour iceux forfais, crimes et félonnies détestables furent du
souverain évesque pape Climent et de pluseurs évesques, et arcevesques
et cardinaux condampnés.

[Note 250: _Gisant d'enfant_. C'est-à-dire: Etant en couches.]


LXVI.

_Coment le roy de France envoia contre l'arcevesque de Lyon._

[251]En cest an ensement, Phelippe-le-Biau, roy de France, contre
l'arcevesque de Lyon sur le Rosne, qui de luy paroles contumélieuses
avoit semées, et injures aucunes dites à sa gent, Loys son ainsné fils,
roy de Navarre, à Lyon à grant ost envoia. Lequel Loys, roy de Navarre,
comme ilec avec son noble ost parvenist, tantost avec ses François
assist la cité. Mais comme ilec par huit jours ou environ avec sa noble
compaiguie fust ainsi pour la cité isnelment assaillir, et en brief
l'eust détruite sé il peust, lors l'arcevesque de Lyon, son fol orgueil
appercevant et la force du roy doubtant, souple et bien veullant au roy
Loys se transporta. Lequel Loys icelui arcevesque à son père le roy de
France à Paris amena. Lequel arcevesque, après ce, fu détenu en garde
jusques au tems après ce convenable auquel par le conseil de ses barons
de la besoigne pourtraiteroit. Lequel arcevesque, non petit de tems
après ce passé, l'amende de ses forfais par son bon plaisir envers le
roy pourtraitiée et faite, à son propre lieu s'en revint. En cest an,
Loys, fils du conte de Clermont Robert, prist à femme la seur du conte
de Hainaut; et Jehan son frère prist à femme la contesse de Soissons.

[Note 251: On va voir, dans ce chapitre, deux récits du même événement.
Le premier, le plus mal écrit des deux, n'est pas reproduit dans la
continuation latine de Nangis.]

Et en ce meisme an, un juif qui, n'avoit gaires de tems, s'estoit
converti à la foy, un pou de tems après renia la foy, et fu pire qu'il
n'avoit esté devant. Car en despit de Nostre-Dame, il crachoit sus ses
ymages, partout où il les trouvoit; lequel fu jugié à estre ars: et
fu ars le jour que Marguerite la Porète devant dite fu arse. Et en ce
meisme an, ceux de Lyon se rebellèrent contre le roy de France, et s'en
alèrent à un chastel qui est appelle Sainct-Just, et le destruirent.
Quant le roy le sot il y envoia son fils Loys Hutin et ses deux frères
avec luy, et moult grant ost, et fu environ la feste monseigneur
sainct Jehan-Baptiste. Quant il vindrent la où les anemis estoient, si
commencièrent à grever le plus qu'il porent. Et là se porta le dit fils
du roy premier né, Loys Hutin, moult noblement, et par telle manière
qu'il estoit amé de tous ceux de l'ost. Quant les anemis virent que les
nos se portoient si noblement et si hardiement, si se rendirent et la
cité à la seigneurie du roy de France: adonc fu pris l'arcevesque de la
cité lequel estoit leur principal capitaine qui avoit à non Pierre de
Savoie, et fu près du conte de Savoie lequel l'amena au roy de France;
mais à la requeste de pluseurs il ot en la fin sa paix et retourna en
son arceveschié.

Et en ce tems les os d'un Templier qui ja pieça estoit mort, lequel
avoit non Jehan de Tur, furent desterrés; car il fu trouvé par les
inquisiteurs que le dit Jehan en son tems avoit esté hérite, et pour
ceste cause furent ses os ars et mis en poudre: le dit Jehan estoit
commandeur[252] du Temple, et en son tems fist édifier la tour du
Temple.

[Note 252: _Commandeur_. «Quondam thesaurarius Templi.» Le latin ne
contient pas la précieuse mention qui se rapporte à l'érection de la
tour du Temple. Nos historiens de Paris ont donc eu probablement tort
de nommer _Hubert_ le Templier qui l'avoit fait construire.]

En ce meisme an, Henri roy des Romains et le duc d'Osteriche, et
l'arcevesque de Lyon et moult d'autres princes, avec très grant
ost, par le conté de Savoie entrèrent en Ytalie. Et premièrement fu
receu en la cité d'Astence[253]; et en après en la cité de Milan fu
coronné moult honnorablement et sa femme avec luy, de l'arcevesque de
ladite cité, en la présence des prélas. Quant ce fu fait, le dit roy
ot un assaut de son adverse partie en ladite cité. Mais tantost et
hastivement il les mist en subjeccion, et par telle manière qu'il donna
exemple à ses autres adversaires de eux non rebeller.

[Note 253: _Astence_. Asti.]

En ce meisme an fu faicte une permutacion entre l'arcevesque de Roen
et l'arcevesque de Narbonne; car l'arcevesque de Roen lequel avoit non
Bernart et estoit neveu du pape Climent, ne pooit avoir bonnement paix
avec les nobles de Normendie, pour la cause que il estoit trop jeune
et trop joli[254] en aucuns de ses fais: si fu permué l'arcevesque de
Narbonne, lequel avoit à non Gile et estoit pour le tems principal
conseiller du roy, en arcevesque de Roen.

[Note 254: _Joli_. Gai.]

Et en ce meisme an, depuis que le pape Climent ot absous le roy de
France avec les habitans de son royaume de la sentence que le pape
Boniface avoit gettée sur luy et sur ses adhérens, et du consentement
de ceux qui estoient de la partie le pape Boniface, le dit pape
réserva certaines personnes; entre lesquelles fu Guillaume de Nogaret,
chevalier, Regnaut de Suppin chevalier, et environ dix autres; et si
réserva ceux de la cité d'Agnane de l'absolucion au roy donnée, comme
dessus est dit, et furent tous les devant dis prenomés exceptés.


LXVII.

ANNÉES 1311/1312

_Des fais le pape Boniface non coupables._

En l'an de grace ensuivant mil trois cent et onze, le roy de France
Phelippe et les adhérons à luy, sus le fait de Boniface, touchant pape
Climent, avoir esté et estre du tout en tout non coupables furent
desclairiés[255]; et sé en aucune partie fussent coupables, du tout
fussent absous à cautelle.

[Note 255: C'est-à-dire que le roi fut déclaré, par Clément, innocent
de la violence commise sur Boniface. Ce chapitre est fort négligé; on y
revient d'ailleurs sur des faite déjà mieux racontés plus haut.]

En cest an, Henri le roy des Romains passa par une cité d'Ytalie
laquelle est appellée Crémonne: car de celle cité s'estoient partis
les Guelphes et en avoient amené leur femmes et leur enfans et tous
leur biens en une autre cité que l'on appelle Brixe laquelle estoit
moult fort. Quant le dit roy sot que les Guelphes s'estoient ainsi pour
luy départis de leur cité, si fist destruire toutes les maisons des
Guelphes, et si fist abatre les murs de la cité et les forteresces,
et par espécial les portes de la cité qui estoient moult nobles,
et si fist emplir tous les fossés en telle manière que les murs et
les fossés estoient tout à égal. Et après, se transporta le dit roy
Henri en la cité de Brixe, et ilec tint son siège depuis l'ascension
Nostre-Seigneur jusques à la Nativité Nostre-Dame. Si avint que ceux de
la cité se combatirent contre le dit roy des Romains Henri: si fu pris
en celle bataille Tybaut de Brisach tout vif, lequel estoit capitaine
de la dite cité de Brixe, lequel fu admené à l'empereur Henri. Quant il
vit que il ne pooit eschaper de mort, si confessa publiquement que il
et des greigneurs de la cité de Milan avoient fait moult de mauvaises
conspiracions contre luy et contre les siens pour luy metre à mort.

Quant l'empereur ot ce oï, si le fist traisner parmi l'ost, et puis le
fist pendre par deux heures, et puis le fist oster du gibet et le fist
décoler, et fist mettre sa teste sus une grant lance, et la fist porter
au plus solempnel lieu de son ost, afin que chascun le peust veoir, et
le corps fist despecier en quatre parties, et en quatre parties de son
ost en fist porter en chascune partie un quartier: et lors ot le dit
empereur victoire de la cité; et fist destruire tous les murs de la
cité. Mais endementiers que l'empereur tenoit siège à la cité de Brixe,
Waleran son frère s'en aloit par devant la dite cité, lequel fu feru
soudainement d'une sajete et moru.

Au tems meisme du siège durant, vindrent à l'empereur de toutes les
cités d'Ytalie, et luy offrirent foy et loyauté ainsi comme à leur
seigneur. Et en ce tems, trois cardinals furent envoiés du pape, c'est
assavoir: le cardinal d'Ostie et deux autres, pour le coronement de
l'empereur; lesquiels vindrent par Ytalie jusques à Rome. Si avint
depuis que la cité de Brixe ot esté sousmise à l'empereur Henri, il
se départi par Cerdonne[256] et s'en ala à Gennes, et là fu reçu très
honnorablement: et endementiers qu'il se reposoit en la cité de Gennes,
sa femme trespassa en la dite cité.

[Note 256: _Cerdonne_. «Terdonam.»--_Brixe_. Brescia.]

En ce meisme tems, en Flandres, une commocion de rebellion de guerre se
renouvela, laquelle n'a voit guères par avant esté accoisie[257], pour
laquelle chose le conte de Flandres Robert fu grandement souppeçonné.
Lequel fu de par le roy appellé à Paris pour soy espurger; lequel y
vint, mais Loys fils du dit conte, lequel estoit conte de Nevers, fu
trouvé coupable; lequel fu mené premièrement à Moret en prison, et
depuis fu ramené à Paris, et là fu mis en prison; de laquelle prison
il s'eschappa, car il se doubtoit pour laquelle chose du conseil des
nobles du royaume, et fu dit par arrest en plain parlement qu'il estoit
de sa conté privé[258].

[Note 257: _Accoisie_. Apaisée.]

[Note 258: L'histoire de la captivité et de la fuite du comte de
Nevers est racontée au long et d'une manière très-intéressante dans la
Chronique métrique attribuée à Godefroi de Paris.]

Et en ce tems, le roy Phelippe fist faire nouvelle monnoie, c'est
assavoir doubles de deux deniers; laquelle monnoie fu moult agréable au
peuple, et aux nobles, et aux églyses[259].

[Note 259: Ce récit diffère complètement de celui de la continuation
latine de Nangis. «Philippus.... simplicium ac duplicium Burgensium
fieri fecit monetam, pro simplicibus duplicibus Parisius denariis
concurrentem. Hæc moneta ratione _indebiti_ valoris et ponderis,
et ratione novitatis cursus, _capi refatabatur_; quia ab omnibus
atque rectè sapientibus redundare non minimè diceretur in exactionem
indebitam reique publicæ detrimentum; quod etiam nonnulli nobiles et
magnates ... graviter conquerendo oretenus et expressè exposuerunt
eidem.»]

Et en ce meisme an, le pape ottroia et envoia privilèges aux clers
estudians à Orliens pour establir université, supposé que le roy de
France s'i voulsist acorder; si ne s'i voult le roy acorder pour le
tems. Adonques s'assemblèrent tous les clers estudians à Orliens,
et firent foy les uns aux autres que il se partiroient, et ainsi le
firent; mais avant que l'an fust finé, il furent en aucune manière
apaisiés par le roy, et retournèrent à Orliens.

Et en ce meisme an, ot concile en la cité de Vienne, et là
furent assamblés cent et quatorze prélas mitrés, sans les autres
qui n'estoient pas mitrés, et sans ceux qui furent excusés par
procuracions: et là furent deux patriarches, c'est assavoir: celuy
d'Antioche et d'Alixandre; aux quiels deux patriarches l'en fist deux
sièges propres au milieu de tous. Et avant que le premier siège séist,
le pape enjoint à chascun prélat et aux autres de dire leur messes
privées, et de trois jours jeune. Si comença le premier le samedi ès
octaves de monseigneur sainct Denis, et comença le pape, si comme il
est dit de coustume: _Veni Creator spiritus_, et prist son theume: _In
consilio justorum et congregatione, etc._, c'est-à-dire: «au conseil
et à rassemblée des justes les euvres de Nostre-Seigneur sont grans.»
Et puis leur exposa le pape trois causes pour lesquelles il avoit fait
assembler concile général: la première fu pour cause du fait énorme
des Templiers, la seconde pour le secours de la Saincte Terre, la
tierce pour la réformacion de toute universele églyse, et puis donna sa
bénéiçon sus le peuple, et chascun s'en retourna en son lieu.

L'an mil trois cent douze, le lundi après Quasimodo, fu le secont siège
du concile, en la grant églyse de Vienne, célébré. Et là vint le roy
Phelippe avec ses frères et ses fils environ la Mi-Caresme, et avoit
moult grant compaignie de barons et de nobles hommes; et se sist le
roy à la destre du pape plus haut que les autres, mais il estoit plus
bas que le pape; et prist le pape son theume: _Non resurgunt impii in
judicio_, c'est-à-dire: «les mauvais ne se relèvent point en jugement.»
Adonc le pape Climent, au concile général, l'ordre du Temple, non par
voie de diffinitive sentence, comme il ne fu pas vaincu[260], mais par
voie de provision ou de pourvoiance du siège de l'apostoile, quassa du
tout en tout et anulla. Ensement en faveur et en l'aide de la Saincte
Terre fut ottroiée du dit pape Climent au roy de France le diziesme des
églyses jusques à six ans.

[Note 260: _Vaincu_. Convaincu.]

En cestui an Henri, roy des Romains, en la cité de Rome et en l'églyse
Sainct-Jean de Latran, de monseigneur Nichole Dupin cardinal d'Ostie,
et de deux autres cardinals du pape Climent à ce envoiés, de diadème
impérial fu coronné. Et en ce tems, avant que le conseil se partist, le
siège de Rome pourveust, le roy et les prélas à ce consentans, que les
biens des Templiers feussent dévolus aux frères de l'Ospital afin qu'il
feussent plus fors à la Saincte Terre recouvrer.

En ce meisme an, Pierre de Gavestonne, duquel l'en a parlé par devant,
fu pris du conte de Lencastre en un chastel et ses complices avec luy,
et luy fist-l'en coper la teste honteusement; dont le roy d'Angleterre
fu moult courroucié, mais la paix en fu faicte par deux cardinals qui
avoient esté envoiés du pape en Angleterre.

Et en ce tems, environ Noel, nasqui un fils au roy d'Angleterre de
Ysabel sa femme fille du roy de France, lequel fu appellé Edouart.

Et en cest an, Simon qui premièrement avoit esté évesque de Noyon et
de Biauvais, moru, auquel succéda Jehan de Marigni, frère Enguerran de
Marigni, et chantre de Paris.


LXVIII.

ANNÉE 1313

_Coment les enfans le roy furent fais chevaliers._

En l'an de grace ensuivant mil trois cent treize, Phelippe-le-Biau
roy de France Loys, son ainsné fils, roy de Navarre avec ses deux
autres fils, c'est assavoir Phelippe conte de Poitiers et Charles
conte de la Marche[261], et pluseurs grans maistres et nobles, le jour
de la Penthecouste, en la mère églyse de Nostre-Dame de Paris, fist
chevaliers.

[Note 261: «Unà cum Hugone, duce Burgundiæ, Guidone Blesensi, aliisque
quampluribus regni nobilibus.»]

Et ice roy, ensement le jour du mercredi ensuivant, avec ses devant
dis fils, enseurquetout son gendre le roy d'Angleterre Edouart qui
lors estoit présent, avec les nobles chevaliers de l'un royaume et de
l'autre, à passer la mer de la Saincte Terre, de la main au cardinal à
ce député et establi, en l'isle Notre-Dame qui est au fleuve de Saine
au preschement du dit cardinal ilec assemblés, pristrent la croix qui
est le seing de la sainte enseigne Nostre-Seigneur Jhésucrist[262]. Et
lors à celle feste de la Penthecouste, pour l'onneur de la dite cheval
rie, fu Paris encourtiné solempnelment et noblement, et fu faicte la
plus sollempnel feste et belle qui grant tems devant fu veue: car
adecertes le jeudi ensuivant d'icelle sepmaine de la Penthecouste, tous
les bourgois et mestiers de la ville de Paris[263] firent très belle
feste, et vindrent, les uns en paremens riches et de noble euvre fais,
les autres en robes neuves, à pié et à cheval, chascun mestier par soy
ordené, au dessusdit isle Nostre-Dame, à trompes, tabours, buisines,
timbres et nacaires, à grant joie et grant noise demenant et de très
biaux jeux jouant. Et lors du dit isle, par dessus un pont fut fait sur
nefs et bateaux nouvellement ordenés deux et deux[264] l'un mestier
après l'autre, et les bourgois en telle guise ordenés vindrent en la
court le roy par devant son palais qu'il avoit fait faire nouvellement
de très belle et noble euvre par Enguerran de Marigni son coadjuteur
et gouverneur du royaume de France principal. Auquel palais les troys
roys, c'est assavoir: Phelippe-le-Biau roy de France, Edouart son
gendre roy d'Angleterre et Loys son ainsné fils roy de Navarre, avec
contes, dux, barons et princes des dessus dis royaumes, estoient
assemblés pour veoir la dite feste des bourgois et mestiers qui aussi
ordenéement et gentement venoient, et tout pour le roy et ses enfans
honnorer. Et ensement après disner, en la manière dessus dite ordenés,
revindrent à Sainct-Germain-des-Prés, au Prés-aux-Clers, là où estoit
Ysabel royne d'Angleterre, fille le roy de France, montée en une
tournelle avec son seigneur le roy d'Angleterre Edouart, et pluseurs
dames et damoiselles, pour veoir la dite feste des dits bourgois dessus
dis et des mestiers, et les vist et regarda, et moult luy plurent:
laquelle feste tourna, envers le roy de France et aux siens, à très
grans honneurs et louables, et aussi aux gens de Paris.

[Note 262: Tous les détails suivants de celle fête sont originaux. La
continuation de Nangis n'en dit pas un mot. La _Chronique métrique_
attribuée à Godefroi de Paris raconte les fêtes bien plus au long
et d'une manière plus curieuse encore. Cependant on n'y trouve pas
la mention aussi claire des métiers de Paris et des corporations
bourgeoises. Au reste, on a bien mauvaise grace à parler de la misère
et des malheurs de la _Classe moyenne_ dans l'ancienne France, quand on
lit des descriptions de ce genre sous la date de 1313.]

[Note 263:

  A cheval bien furent vint mille,
  Et à pié furent trente mille;
  Tant ou plus ensi les trouvèrent,
  Cels qui de là les estimèrent.

(_Chronique métrique_.)]

[Note 264:

  Seignor por entrer en celle ille, (l'île Notre-Dame)
  Cels de Paris la noble ville
  Firent li pont par desus
  Saine En deus jors de celle semaine.
  Ce fu par devers Nostre-Dame
  Où fu fait et drescié ce pont.
  Le lundi et mardi fu fet
  Cet pont; huit vint piés ot de trait,
  Et de large en ot il quarante. (_Id_.)]

Et en cest an meisme, le prince de Tarente, environ la feste de la
Magdalaine, espousa la fille de Charles conte de Valois er de Katherine
sa femme, héritière de Constantinoble.

Et en ce meisme an, le mercredi après la feste de la Magdelaine, furent
appellés du mandement le roy à Courtrai les barons et les prélas; et là
fu paix faite entre le roy et les Flamens, par telle manière que les
Flamens satisferoient au roy de la somme d'argent qui pieça avoit esté
ordenée, et leur forteresces dès maintenant jusques à certain tems qui
leur fu dit, et selon ce que les députés du roy ordeneroient, feroient
abatre à leur propres cous et despens, et commenceroient à Bruges et
puis à Gant: item il rendroient à messire Robert, fils au conte de
Flandres, toute la chastellerie de Courtrai avec les appartenances; et
de ces choses tenir il rendroient hostages, à greigneur seurté.

En cest an, Henry roy des Romains priva publiquement le roy Robert de
Secile de sa couronne et de son royaume, pour la cause de ce qu'il
avoit failli de comparoir par devant luy à certain temps. Laquielle
privacion le pape Climent réputa estre pour nulle, et sé aucune estoit,
du tout il l'annichiloit pour moult de causes, lesquielles sont en ses
constitucions alléguées, et seroient moult longues à mettre en escript.

Et en cest an, au mois de juillet, un ost fu ordené par l'empereur
contre le roy de Secile, et là ot l'empereur moult de belles victoires.


LXIX.

_De la mort Henri empereur de Rome._

Et en cest an ensement, Henri empereur des Romains entra en la voie
de l'université de char humaine et fu mort, et en la cité de Pise fu
honnorablement enterré: le quiel preu, hardi, chevalereux, et en ses
fais très noble empereur de Rome Henri fu empoisonné d'un Jacobin qui
luy donna à boire[265], selon ce que aucuns veullent dire. Et bien
dient dont ce fu duel et pitié; car sa bonté et sa valeur croissoient
de jour en jour de mieux en mieux; et, si comme l'en dit, sé il eust
guères plus vescu il eust conquis toute Italie et mise toute sous sa
puissance et seigneurie. Mais de ce fait de l'empereur Henri dient
aucuns qu'il fu prouvé devant le pape Climent par phisiciens que
l'empereur fu mort d'apostume; et combien qu'il fust malade, il se
fist mettre en sa chapelle pour luy acommunier, et assez tost après il
trespassa: et bien sachent tous que c'estoit le prince du monde que
Jacobins amoient plus; et pour ce semble-il bien que son confesseur ne
peust[266] avoir tant de loysir qu'il mist poisons en son vin que l'en
ne s'en apperceust.

[Note 265: _A boire_. Le latin est plus exact. «Vel, ut dicebant
aliqui, eucharistiam sumendo de manu sacerdotis et proprii confessoris
de ordine F. prædicatorum.»]

[Note 266: _Ne peust_. Il semble qu'on devroit seulement lire _péust;_
mais tous les manuscrits portent le _ne_.]

Et en cest an, le roy Phelippe mua sa monnoie environ la nativité
Nostre-Seigneur. Et commença à faire florins à l'aignel. Le quiel
florin valut au commencement vingt-deux sols de petis bourgois: et en
ce tems ot moult de mutacions de monnoie, laquielle greva moult le
peuple.

Et en cest an, l'églyse de Nostre-Dame-des-Escos, que Enguerran de
Marigui avoit nouvellement faite édifier, et en icelle avoit mis
chanoines, fu noblement dédiée. Et en cest an, le cardinal Nicolas
deffendi sus paine de escommeniement que nul n'usast de constitucions
nouvelles en jugement né en escolles; car de la conscience du pape elle
n'estoient pas issues, jà soit ce que sur ce il entendoit à pourveoir.
Et environ la feste de monseigneur saint Denis, le dit cardinal
deffendi tous les tournoiemens, et dampna tant les tournoians comme les
souffrans et aidans: et meismement les princes qui en leur terres les
souffroient. Si geta grant sentence contre eux, et avec ce sousmetoit
leur terres à l'entredit de l'églyse. Mais après le pape, à la requeste
des fils du roy et de pluseurs autres nobles, dispensa avec eux, pour
ce qu'il estoient nouviaux chevaliers, que par trois jours devant
karesme[267] il peussent aux dis jeux jouer tant seulement et non plus.

[Note 267: C'est-à-dire durant les jours gras. Les cavalcades du
carnaval n'ont peut-être pas d'autre origine, et l'on peut du moins
admettre que l'usage de se masquer reçut une nouvelle consécration
du souvenir des Tournoyans, armés de toutes pièces, les uns bien les
autres mal, tous bariolés de couleurs et de blasons, tous se réunissant
à la même époque de l'année.]

Et en ce meisme an, Guichart l'évesque de Troies, lequiel avoit esté
souppeçonné d'avoir procuré la mort de la royne Jehanne, si comme par
avant est escript, fu trouvé innocent par la confession d'un Lombart
qui avoit à nom Noffle, lequiel estoit jugié à Paris à estre pendu au
gibet.

Et en cestui an, mut une très grant dissencion entre le duc de Lorraine
et l'évesque de Mez pour très petite achoison, la quielle eust esté
tost apaisiée qui y eust voulu mettre un pou de paine. Mais en la fin
les deux os s'assemblèrent emprès un chastel que on appelle Freve[268],
et là ot moult aspre bataille entre eux. Toutes fois ot le duc victoire
par sa cautelle et industrie: car l'évesque avoit plus de gent que le
duc. Si s'en commencièrent à fuir, et en y ot bien deux cens que mors
que noiés: ilec le conte de Bar neveu de l'évesque, le conte de Salins
et son fils, furent pris et pluseurs autres nobles qui estoient de la
partie à l'évesque; mais il furent assez briefment délivrés de prison
en paiant une grant somme d'argent.

[Note 268: _Freve_ ou _Frouard_. L'évêque s'appeloit Renaud de Bar.]


LXX.

ANNÉE 1314

_De la mort le maistre du Temple._

En cest an aussi, au moys de mars au tems de karesme, le général
maistre du Temple, et un autre grant maistre après luy, en l'ordre si
comme l'en dist visiteur, à Paris en l'isle devant les Augustins[269],
furent ars: et les os de eux furent ramenés en poudre, mais oncques de
leur forfais n'orent nulle recognoissance.

[Note 269: «Prudenti consilio, circà vespertinam horam, in parvâ quâdam
insulà Secanæ, inter hortum regalem et ecclesiam fratrum Heremitarum
positâ, ambos, pari incendio concremari mandavit.» C'est à peu près
où sont aujourd'hui les _bains Vigier_ du Pont-Neuf.--Variante du
manuscrit 218, sup. fr.: _L'Ille des Juis_. La _Chronique métrique_
porte: _En l'ille des Juiaus_. Pour tous ces renseignemens, le _Plan
de Paris sous Philippe-le-Bel_, dressé par M. Albert Le Noir, laisse
beaucoup à désirer.]

L'an de grace après ensuivant mil trois cent quatorze, le pape Climent
mourut au tems de Pasques, et fu le siège moult longuement vacant.
Et y ot très grant dissencion entre les cardinals, c'est assavoir:
entre ceux de Gascoigne d'une part, et ceux d'Italie et de France
d'autre part. Car ceux d'Italie et de France mettoient paine d'avoir
l'eslection par devers eux et y ot deffiailles de l'une partie contre
l'autre, et meismement pour la cause du feu qui avoit esté mis en
la ville de Carpentras par le marquis de Antonne[270] neveu du pape
Climent derrenièrement mort; car il y estoient tous assemblés pour
l'eslection faire de un pape; et disoit l'en que le feu y avoit esté
mis du dit marquis en la faveur des cardinals qui estoient de la
partie des Gascoins. Et en cest an fu prise une occasion, pour les
guerres qui avoient esté faites en Flandres, de lever une exaction
laquielle n'avoit esté oïe de mémoire d'homme. Et commença ceste
exaction à Paris premièrement, et après elle fu espandue par tout le
pays, et estoit la dite exaction ou extorcion telle que tout vendeur et
acheteur paioit six deniers pour livre: laquielle exaction quant elle
fu ainsi publiée et par tous pays, ceux de Normendie, et de Picardie,
et Champaigne s'assemblèrent et jurèrent les uns aux autres[271] que
chascun deffendroit ceste exaction en son pays, et en nulle manière
ne la lairoit tenir[272]. Finalement quant le roy sot ce, il commanda
que telle exaction cessast par tout son royaume, car on disoit tout
communément que ceste chose n'estoit pas venue de la conscience du roy,
mais estoit venue, par ses très mauvais conseilleurs.

[Note 270: _De Antonne_. «Per marchisium.» Variantes: _D'Amptonne_.
(Nº 9650.) Fleury le nomme: _Bertrand de Got, comte de Lomagne_.]

[Note 271: _Les uns aux autres_. «Per juramentum ad invicem confederati
pro sua et patriæ libertate.»]

[Note 272: De là le plan de conjuration dit _des Alliés_, dont Godefroi
de Paris, dans le manuscrit du Roi 6812, nous a fait connoître les
vues, le but et l'importance.]

En cest an, vers Pontoise, (au lieu que l'en dit Maubuisson abbaïe
de femmes, nonnains de l'ordre de Cistiaux, le jour d'un mardi en la
sepmaine de Pasques), Marguerite royne de Navarre, fille du duc de
Bourgoigne et femme Loys roy de Navarre, fils Phelippe roy de France;
et Jehanne fille le conte de Bourgoigne, femme Phelippe le conte de
Poitiers, fils du roy de France, et Blanche la seconde fille du devant
dit conte de Bourgoigne, femme Charles conte de la Marche fils au roy
de France, pour fornicacion et avoutire sur eux mis, et meismement
ès deux,[273] c'est assavoir: Marguerite royne de Navarre et Blanche
femme Charles devant dit; vraiement approuvées[274] furent prises,
et du commandement du roy qui lors estoit à Maubuisson, en diverses
prisons mises les deux, (c'est assavoir: Marguerite et Blanche du tout
en tout par essil et en chartres perpétuels mises et encloses, au
chastel de Gaillart en Normendie furent détenues et emprisonnées, et
ilec à morir condampnées): et l'autre dame, la contesse de Poitiers,
qui fu au chastel de Dourdan emprisonnée, examinacion d'elle faite
et expurgement, du tout en tout fu aprouvé que en celuy forfait ne
fu pas coupable. Après ce, de prison fu délivrée, et en la compagnie
le conte de Poitiers son mari fu de rechief rassemblée: et adecertes
pour voir, Phelippe d'Aunoy ami bienveillant[275] de la dite royne,
et Gaultier d'Aunoy son frère, ami de la dite Blanche, chevaliers, le
jour d'un vendredi, en icelle sepmaine meisme de Pasques, à Pontoise,
du commandement du roy, furent escorchiés et les vits et génitoires
coupés[276]; et après ce incontinent, à un gibet de Pontoise pour
eux nouvellement fait furent traînés, et en celuy gibet pendus et
encroés[277]: et pour certain, l'uissier de la dite royne, sachant et
consentant de devant dit forfait, en ce jour à Pontoise au commun gibet
des larrons fu pendu; lequiel cas fortunable les barons et le roy de
France et ensement ses fils courrouça moult et troubla.

[Note 273: _Avoutire_. Adultère.--_Meismement_. Surtout.]

[Note 274: _Approuvées_. Convaincues.]

[Note 275: _Bienveillant_. Variante du manuscrit 218: _Malveillant_.]

[Note 276: _Coupés_. «Eisque virilibus unà cum genitalibus amputatis.»
La _Chronique métrique_, dont le récit est ici plein d'intérêt et de
vivacité, ajoute une circonstance qui aurait dû frapper, entre vingt
autres, nos auteurs dramatiques.

  Tel jugement lor fu rendu
  De par lor père, et de plusor:
  Ainsi morurent en doulor.
  De tel jugement fu retrait,
  Qui trop tost trop cruel fu fait....]

[Note 277: _Encroés_. Abandonnés.]


LXXI.

_De la taille et maletoute faite en France par Enguerran de Marigny._

[278]Et en cest an, le jour de la feste saint Pierre, le premier jour
d'aoust, Phelippe-le-Biau, roy de France, assembla à Paris pluseurs
barons et évesques, et en seur que tout[279] il fist venir pluseurs
bourgois de chascune cité du royaume qui semons y estoient à venir.
Adoncques iceux au palais de Paris venus et assemblés, le jour dessus
dit, Enguerran de Marigny chevalier, coadjuteur le roy de France
Phelippe et gouverneur de tout le royaume, monta de son commandement
en un eschafaut, avec le roy et les prélas et les barons qui ilec
estoient; sur le dit eschafaut séant en estant, monstra et manifesta,
ainsi comme en preschant au peuple qui ilec estoit devant l'eschafaut,
oïans tous les prélas dessus dis, la complainte le roy, et pour quoy
il les avoit fait ilec venir et assembler; et fist son tiexte _de
nature et de norriture_ en descendant sur les royaux et sur la ville
de Paris, où les devant dis royaux, au temps ancien, de leur nature
avoient acoustumé de avoir leur nourreture: et pour ce appeloit-il
Paris, chambre royal; et que le roy s'y devoit plus fier pour avoir
bon conseil et pour avoir aide, que en nulle autre ville. Et si dit
et monstra autres pluseurs choses dont je ne fais pas mencion, pour
la prolixité qui y est et seroit à raconter. Si descendi sur Ferrant
jadis conte de Flandres, coment il s'estoit forfait envers le roy de
France qui lors estoit dit Auguste, qui conquist Normendie, et cornent
icelui roy Phelippe en vint à chief, et coment il conquist Flandres
et la mist en sa puissance: et dit lors icelui Enguerran que, combien
que après Ferrant, pluseurs vassaux eussent tenu la conté de Flandres,
si ne la tenoient-il que comme gardiens et en subjection de féauté et
hommage du roy de France. Et après ce, il descendi sur Gui conte de
Flandres, cornent il se forfist envers le roy, et coment la guerre
avoit esté menée, et le coustement et despens que le roy avoit fait,
qui bien montoient à si grant nombre d'argent que c'estoit merveilles
du raconter, de quoy le royaume avoit esté trop malement grevé. Et,
après ce, monstra coment la paix avoit esté faite du conte de Flandres
Robert de Béthune et des Flamens eschevins de Flandres, par leur seaux
en lettres pendans accordée et affermée; laquielle paix et convenances
les devant dis contes et Flamens ne vouloient obéir né tenir, si comme
il avoient plevi et juré, et par leur seaux affirmé. Pour laquielle
chose ycelui Enguerran requist, pour le roy, aux bourgois des communes
qui ilec estoient assemblés, qu'il vouloit savoir lesquiels luy
feroient aide ou non à aler encontre les Flamens à ost en Flandres.
Et lors icelui Enguerran ce dit, si fist lever son seigneur le roy de
France de là où il séoit pour veoir ceux qui luy vouldroient faire
aide. Adonc Estienne Barbete, bourgeois de Paris, se leva et parla pour
la dite ville; et se présenta pour eux et dist qu'il estoient tous
près de faire luy aide, chascun à son povoir, et selon ce qu'il leur
seroit avenant, et à aler là où il les vouldra mener à leur propre
coux et despens contre les dis Flamens. Et adonc le roy les en mercia.
Et, après le dit Estienne, tous les bourgois qui ilecques estoient
venus pour les communes respondirent en autelle manière que volentiers
luy feroient aide; et le roy si les en mercia. Et lors après ycelui
parlement, par le conseil du dit Enguerran, une subjection et une
taille trop male et trop grevable à Paris et au royaume de France fu
alevée, de quoy le menu peuple fu trop grevé: pour laquielle achoison
le dit Enguerran chéi en la haine et maleiçon du menu peuple trop
malement.

[Note 278: Tout ce chapitre si curieux n'est pas dans le texte latin.]

[Note 279: _En seur que tout_. Surtout.]


LXXII.

_De l'ost de France qui s'en vint sans riens faire._

Adecertes, en celui an, au moys de septembre ensement, de rechief après
le rebellement quatre fois du conte de Flandres Robert de Béthune, et
les Flamens qui les convenances de paix avec le roy de France et de
leur seaux scellées et accordées en nulle manière ne vouloient tenir,
si comme nous avons dit ci devant; Phelippe-le-Biau roy de France, Loys
son ainsné fils, roy de Navarre, et ses deux autres fils Phelippe conte
de Poitiers, et Charles conte de la Marche, avec eux Charles conte de
Valois et Loys son frère conte de Evreux, Gui conte de Saint-Pol, et
Enguerran de Marigni, un ost très grant à pié et à cheval, à noble
compaingnie, en Flandres destina et envoia. Et lors jusques à Lille
à tout leur noble ost parvindrent, qui toute Flandres peust avoir
conquis et occis, s'il fust à droit gouverné. Et comme ilec fussent
proposans et ordenans Flandres et les Flamens assaillir, par le conseil
de Enguerran coadjuteur et gouverneur du royaume de France et du roy
Phelippe avec, et du conte de Nevers fils au conte de Flandres, par
le fait du dit Enguerran, environnés et tenus sans rien faire furent
déboutés à revenir sans honneur en France.


LXXIII.

_De la mort Phelippe-le-Biau roy de France._

Adecertes[280] en cest an, Phelippe-le-Biau roy de France, au moys de
novembre à Fontainebliau, au terroir de Gastinois, clost son derrenier
jour. Lequiel son corps delès son père le roy Phelippe et sa mère
la royne d'Arragon, au lieu que il vivant avoit esleu en l'églyse
Saint-Denis en France honnorablement fu enterré. Et, pour voir, son
cuer, en l'églyse des nonnains qu'il avoit fondées n'avoit guaires à
Poissi, fu porté, et ilec honnorablement enterré.

[Note 280: On chercheroit vainement encore la substance de ce chapitre
dans la continuation du Nangis.]

Adecertes y celui roy de France Phelippe-le-Biau régna vingt-huit ans;
et fist faire à Paris par Enguerran son coadjuteur et gouverneur de
son royaume un neuf palais[281] de merveilleuse et coustable euvre, le
plus très bel que nul, si comme nous creons en France, oncques véist.
Et pour, voir icelui roy Phelippe engendra de sa femme Jehanne royne de
France et de Navarre pluseurs enfans, c'est assavoir: Loys son ainsné
fils roy de Navarre, qui après luy fu son successeur au royaume de
France; Phelippe le conte de Poitiers, et Charles conte de la Marche,
et un autre fils qui mouru en s'enfance; et une fille très belle dame
qui ot non Ysabel, et fu femme le roy Edouart d'Angleterre laquelle,
lonc tems devant ce que celui roy Phelippe mourut, il avoit espousée.

[Note 281: _Un neuf palais_. Aujourd'hui _le palais de justice_.
On a vu plus haut que les travaux furent dirigés par Enguerrand de
Marigny. Ces passages n'ont pas été relevés avec assez de soin par les
historiens de Paris.]


LXXIV.

_Coment Enguerran de Marigni fu pris et mis en prison._

[282]Et adecertes en icest an, au temps de karesme, le mercredi devant
Pasques fleuries, Enguerran de Marigni, chambellanc, coadjuteur et
gouverneur du roy de France Phelippe nouvellement trespassé au temps
dessus dit, par l'amonnestement et enditement Charles le conte de
Valois, et si comme l'en dit, par l'esmouvement d'aucuns des barons de
Picardie et de Normendie et espéciaument de messire Ferri de Pequigni
chevalier et du conte de Saint-Pol, par le commandement du roy de
Navarre, après ce, roy couronné de France Loys, en sa maison de Paris,
en la rue que on appelle le Fossé-St-Germain[283], fu pris; et au
Louvre, en la tour où Ferrant jadis conte de Flandres fu emprisonné,
mis et posé. Car adecertes un pou après la mort du devant dit roy
de France Phelippe, Loys roy de Navarre et ses deux frères conte de
Poitiers Phelippe et Charles conte de la Marche, et espéciaument
Charles conte de Valois, ensemble avoient eu parlement et disoient:
Qu'il vouldroient savoir d'Enguerran qu'il avoit fait du trésor et
des richesses du roy de France Phelippe qu'il avoit en garde. Et pour
ce l'avoient mandé pour luy comparoir devant eux. Adoncques icelui
Enguerran devant eux venu, si luy demandèrent où estoit le trésor du
roy de France, car il avoient trouvé le trésor tout desnué. Adonc quant
Enguerran vit qu'il luy convendroit rendre cause, ou sé ce non très
grant honte en pourroit avoir, si respondit en celle manière; c'est
assavoir qu'il en respondroit et feroit bon conte et loyal. Et lors
adecertes le conte de Valois respondant luy dist ainsi: «Rendez-le donc
tout maintenant.» Lors luy respondi Enguerran, et dist ainsi: «Sire
volentiers, je vous en ay baillié la plus grant partie, et le remanant
j'ay mis en paiement pour les debtes de monseigneur le roy vostre
frère.»

[Note 282: Toute l'histoire de la condamnation et de la mort
d'Enguerrand de Marigny n'est connue que par notre chronique. Ce procès
n'est pas attribué au règne de Louis-Hutin, parce qu'alors ce prince
n'étoit pas encore sacré.]

[Note 283: _Saint-Germain_. L'Auxerrois.]

Et quant Charles de Valois oï le conte Enguerran, et que premièrement
il luy faisoit honte, lors fu moult courroucié et irié, si luy dist:
«Certes de ce mentez-vous, Enguerran?» Et lors Enguerran respondant
dit: «Par Dieu, sire, mais vous mentez.» Adonc Charles conte de Valois,
ce entendu, si sailli d'autre part et le cuida prendre: mais pluseurs
firent cestui Enguerran de ses ieux trestourner et disparoir; car s'il
le peust avoir tenu en celle heure, il l'eust occis ou fait mourir de
cruel mort: et lors pour ceste devant dite cause et pour autres fais,
aucuns pou de jours trespassés, fu Enguerran de Marigni pris et mené en
prison au Louvre si comme je vous ai dit ci-devant.

Et après ce, le conte de Valois fist assavoir et manda à tous, tant
povres comme riches, auxquiels Enguerran de Marigni auroit forfait,
que il venissent à la court le roy, et féissent leur complaintes, et
que de luy il auroient très bon droit. Adonc Enguerran de Marigni au
Louvre emprisonné, Charles conte de Valois en ce point ne reposant,
vint au roy de Navarre son neveu Loys et lui dit: «Sire, que avez fait?
Adecertes vous avez mis ce larron Enguerran en sa maison en la tour du
Louvre emprisonné, car il est chastelain du Louvre; et pour ce m'est-il
avis que c'est desconvenable chose luy estre mis ilec.» Et lors le roy
respondant dist à son oncle: «Que voulez-vous que je fasse de luy né
où je le mette?» et Charles conte de Valois respondi: «Je veux que au
Temple, hostel de Templiers jadis, soit mis en étroite prison.» Et ice
dit, adonc par le commandement du roy, le dit Enguerran, du Louvre où
il estoit à cheval à belle compaignie de sergens chevauchans avec luy,
au Temple fu mené, moult de peuple après luy alant pour le veoir, et de
ce grant joie demenant; et ilec en estroite garde fu mis en prison.


LXXV.

_Des articles qui furent proposés contre Enguerran._

Adecertes en ce cours de temps, c'est assavoir le samedi devant Pasques
fleuries, fu amené Enguerran de Marigni du Temple au bois de Vincennes
devant Loys roy de Navarre et moult de prélas et de barons du royaume
de France, pour luy ilec assembler. Et lors par le commandement du
conte de Valois proposa maistre Jehan Hanière[284] contre Enguerran
de Marigni, les raisons et les articles que on luy avoit enjoint; et
premièrement prist son theume de ceste auctorité: _Non nobis, Domine,
non nobis, sed nomini tuo da gloriam._ «Non pas à nous, sire, non pas à
nous, mais à ton nom donne gloire.» C'est le françois de cest latin. Et
après ce, prist les sacrifices d'Abraham et de Isaac son fils; et après
ce, prist les exemples des serpens, qui degastoient la terre de Poitou
au temps saint Hilaire, évesque de Poitiers; appliqua et accomparagea
les serpens à Enguerran et à ses créatures, c'est assavoir ses parens
et ses affins. Et ice dit, si descendi sus le gouvernement du royaume
du temps Enguerran; et après ce, les cas et les forfez raconta en
général[285] qui s'en suivent:

[Note 284: _Hanière_. Variante: _Hamera_. La _Chronique métrique_
l'appelle mieux _Jehan d'Anière_.]

[Note 285: Ce qui suit jusqu'au chapitre LXXVI a été supprimé
dans la plupart des manuscrits, et, entre les autres, dans celui de
Charles V, nº 8395. On peut croire que cette suppression n'est pas
involontaire. La leçon du nº 9651 porte seulement: «Les cas proposez
par devant le roy et son conseil contre ledit Enguerran ne sont pas ycy
escripz pour ce qu'il n'étoient pas contenuz ou livre ou exemple de
ceste escripture.» (Fº 2, Rº.) J'ai suivi les manuscrits 8298 et 218,
Supplément françois.]

_Premièrement_. Le roy Phelippe en son vivant dist que Enguerran
l'avoit deceu et tout son royaume; et pluseurs fois l'en trouva-l'en
plorant en sa chambre. Et pour ce, ne le voult-il pas faire son
exécuteur.

_Le secont article_. Que au vivant le roy, quand il trayoit à mort,
il roba le trésor du Louvre, à six hommes toute une nuit. Et le fist
porter là où il voult à son commandement.

_Le troisiesme_. A la derrenière voye de Flandres, il parla au conte de
Nevers tout seul aux champs, lequel luy donna deux barris esmailliés
d'argent et pluseurs joiaux, et loua le retour et fist l'ost de France
retourner sans riens faire.

_Le quatriesme_. Quant il fu venu[286], il conseilla prendre la
subvencion, dont le menu peuple fu malement grevé.

[Note 286: _Venu_. De Flandres.]

_Le cinquiesme_. Quant le roy l'envoya au pape, il porta des deniers du
roy une somme d'argent en laquelle il avoit en or trente mil livres, et
puis n'en contesta riens, ainsois le retint.

_Le sixiesme_. Quant le roy envoya à monseigneur Raimont de Goth quinze
mille florins par ledit Enguerran, et quant il fu là, il le trouva
mort: si les retint, et puis n'en compta.

_Le septiesme_. Que il fist séeler par monseigneur Guillaume de
Nougaret, adonc chancelier nostre seigneur le roy, huit[287] paires de
lettres et ne pot savoir que il séela.

[Note 287: _Huit_. Variante: _Vingt_.]

_Le huitiesme_. Que par luy estoient tous les officiels ès offices du
roy, de quelque manière que il fussent.

_Le neuviesme_. Que le roy li donna à deux fois cinquante cinq mil
livres, pour sa voie de Poitiers, avec tous ses costs et despens.

_Le dixiesme_. Quant le roy li donnoit terre, il faisait prisier à deux
cens livres ce qui bien valoit huit cens.

_Le onziesme_. Que un marchéant faisoit contraindre pluseurs marchéans
par lettres des foires de Champaigne, pour deniers que eux li devoient;
lesquels donnèrent à Enguerran huit mil livres, et il furent délivrés.
Et le preudomme fu mis en Chastellet cinquante jours en prison, et luy
convint jurer, ainsois qu'il en issist, que jamais n'en seroit nouvelle
et que rien n'en demanderoit.

_Le douziesme_. Dix-huit vins dras[288] furent acquis au roy par
forfaiture; il furent aportés à Enguerran, né oncques puis n'en compta.

[Note 288: _Dix-huit vins_. Trois cent soixante.]

_Le treiziesme_. Que la terre de Gaillefontaine, qui valoit douze cens
livres, ne fu prisiée que à huit cens livres, et de tant fu deceu
monseigneur de Valois.

_Le quatorziesme_. L'abbé de Sainte-Caterine aussi fu déceu.

_Le quinziesme_. De l'eschange du prieur de Saint-Arnoul en tele
manière fu déceu.

_Le seiziesme_. Que le roy envoia à la contesse d'Artois unes
lettres esquelles il luy demandoit certaines besoignes; et Enguerran
mist dedens une annexe, et luy mandoit le contraire, et que il la
garantissoit devers le roy de tous poins.

_Le dix-septiesme_. Que madame d'Artois luy donna quarante mil livres
que la ville de Cambray luy devoit d'une amende, et que le roy ne luy
vouloit donner congié de lever l'amende dessus dite, et Enguerran la
leva tout outre.

_Le dix-huitiesme_. Que il donna le conseil de madame de Poitiers
prendre[289], ensi come il fu fait.

[Note 289: _Prendre_. C'est-à-dire de prendre madame de Poitiers, à
tort soupçonnée d'adultère.]

_Le dix-neuviesme_. Qu'il obligea sa terre de Foilloy, à vint-deux ans,
à rendre l'argent dessus dit, et en donna lettres à la contesse, et
depuis avint qu'il eust les lettres par devers lui[290].

[Note 290: _Par devers lui_. Qu'il trouva moyen d'arracher ces lettres
à la comtesse d'Artois.]

_Le vintiesme_. Que pour paour de plus perdre, madame d'Artois luy
donna la haulte justice de Croisilles et de Biauvais, avec le marchié
de Biauvais.

_Le vint-et-uniesme_. Les Crespinois d'Arras luy donnèrent
quarante-huit mil livres; mais il les cuidièrent avoir donnés au roy.

_Le vint-et-deuxiesme_. Que le roy porta à ses frères trente mil
livres; mais il n'en avint nul, quar Enguerrant les ot par devers luy.

_Le vint-troisiesme_. Que le roy luy donna la garde d'Estouteville à
treize ans, qui bien valoit quarante-six mil livres.

_Le vint-quatriesme_. Que le roy luy donna le tiers denier de certaines
foires en Normendie, qui bien valoit soixante mil livres.

_Le vint-cinquiesme_. Que le roy luy donna pour faire faire son ostel
et son palais de Paris, dix mil livres.

_Le vint-sixiesme_. Qu'il tolli aux voisins d'entour, des maisons qui
bien valent cent livres de rente par an et plus.

_Le vint-septiesme_. Que les bourgois de Roen avoient forfet[291] une
franchise qui estoit en la ville; et il luy donnèrent trente mil livres
et ensi orent leur franchise.

[Note 291: _Forfet_. Soumissionné. On dit encore _avoir_ ou _vendre à
forfait_.]

_Le vint-huitiesme_. Le roy donna à messire Beraut de Marcueil douze
cens livres de terre prise à Chailly, et il les vendi à messire
Enguerran sept mil livres, dont il ne paia que quatre mil. Et de ces
douze cens livres de terre failloit à asseoir soixante-douze livrées de
terre, pour lesquieles il prist soixante-deux villes à clochiers en la
chastellerie de Montlehery.

_Le vint-nueviesme_. A mestre Raoul de Poi[292] qui avoit une maison
à Tilly que messire Enguerran voult avoir, il luy fist donner une
forfeture de quatre mil livres et un chastel en Bretaigne qui bien
valoit quatre mil livres.

[Note 292: _Poi_. Variante: _Foi_.]

_Le trentiesme_. Que du tournoi de Compiègne il fist aporter le
remanant des garnisons nos seigneurs en son hostel.

_Le trente-et-uniesme_. Messire Jacques Laire avoit sus le trésor le
roy quatre cens livres de rente; et luy en devoit-on dix-neuf cens
livres d'arrérages; et il les vendi à monseigneur Enguerran trois mil
livres à héritage à tousjours; et il s'en paia tantost du trésor le roy
et ainsi ne luy cousta que onze cens livres.

_Le trente-deuxiesme_. Que, en la conté de Longueville lès-Giffart, le
roy ne luy cuida asseoir que six cens livres et il en i a deux mil.

_Le trente-troisiesme_. Madame Blanche de Bretaigne lui donna un moult
biau manoir, pour miex besoignier[293] à court.

[Note 293: _Besoignier_. La servir, être utile à la princesse.]

_Le trente-quatriesme_. Que de la pierre de Vernon il fist mener quatre
mil pierres à Escouies, et cinquante-deux images[294] chascune du prix
de quarante livres.

[Note 294: _Images_. Sans doute _statues_,--_Ecouis_ est un bourg du
Vexin normand, à deux lieues du grand Andelis. Enguerrand y avoit
fondé, en 1310, une riche collégiale. Peut-être retrouveroit-on encore
dans l'église plusieurs des statues qu'il y avoit transportées.]

_Le trente-cinquiesme_. Que des forès du roy il a osté tout le plus bel.

_Le trente-sixiesme_. Que le séneschal d'Auvergne luy donna set cens
livres.

_Le trente-septiesme_. Une femme de Sens qui avoit forfait cors et
avoir, luy donna huit cens livres et ainsi fu assoute.

_Le trente-huitiesme_. Que un bidaut[295] estoit accusé à court de
pluseurs cas, il luy donna pluseurs dons et ainsi fu assous.

[Note 295: _Bidaut_. On a _bédaut_, sergent, recors. On a dit aussi
_badaud_. De leur nombre, de leur importunité dans la ville du
Parlement et de la justice permanente, de leurs habitudes inquiètes et
turbulentes, on a fait le proverbe des _Badauds de Paris_.]

_Le trente-nueviesme_. Que il fist pluseurs estans en Normendie,
esquiex il ajousta pluseurs héritages du roy.

_Le quarantiesme_. Que il peupla lesdis estans des poissons des estans
le roy, et en i mist jusques à la value de dix mil livres.

_Le quarante-et-uniesme_. Que il avoit fait commandement aux trésoriers
et aux maistres des comptes, que pour mandement que le roy fesist, que
il n'obéissent sé il ne véoient ainsois son séel.

Adonc ices articles dis et fénis et pluseurs devant ses iex approuvés,
si ne luy fu en nule manière donnée audience de soy deffendre, fors que
l'évesque de Biauvais, son frère, demanda copie des articles devant
dis; et, ice fait, de rechief au Temple en prison fu ramené et serré
fermement en bons liens et en aniaux de fer, et gardé très diligeamment.

[296]Après, en l'an de grace ensuivant mil trois cent et quinze, comme
on traitast par une voie moyenne contre le dit Enguerran, renommée
courut que à l'instance de la femme Enguerran estoient faites images
de cire pour envoulter le roy et messire Charles et autres barons.
Et estoient iceux vouls de cire en telle manière fais et ouvrés que
sé longuement eussent duré, les devant dis roy et conte, chascun
jour, n'eussent fait que amenuisier, defrire et séchier, et en brief
les eussent fait de male mort mourir. Lors par la volonté de Dieu et
par son jugement, par aventure occulte fu sceu et aperceu d'aucuns,
et tantost fu noncié à Charles de Valois; laquelle chose Charles de
Valois entendue, et de ce moult esbahi, lors au roy de Navarre Loys son
neveu vint isnelement, et luy raconta teles felonnies, desloiaux et
détestables fais. Lequel roy Loys, chascun jour, pourtraitoit envers
le dit conte la délivrance du dit Enguerran, et tant, si comme l'en
dist, avoit jà fait et procuré envers ses adversaires que le devant dit
Enguerran devoit passer mer et aler en Chypre, et ilecques, jusques au
rapellement du devant dit conte Charles, et jusques à sa bonne volenté,
devoit estre, si comme l'en dit, en essil condampné, sé cette maudite
aventure et fortunable endementiers ne fust avenue. Et adonc le roy
Loys quant il ot ces félonnies entendues et ces dyaboliques forfais de
la femme Enguerran par son consentement, lors si fu moult esbahi, et
dist à Charles son oncle: «Je oste de luy ma main, et puis des ore en
avant ne m'en entremets; mais selon ce que vous verrez bien expédient
et avenant luy faites.» Adonc le roy Loys ice dist, Charles conte de
Valois qui autre chose ne queroit fors que le roy soy abstenist de luy
deffendre, et qui jà avoit la dame de Marigni, avec sa seur la dame
de Chantelou fait prendre, et dedens le Louvre à Paris fait metre en
prison; et l'autre boisteuse maudite avec le dit Paviot en Chastelet,
les vouls avec eux amenés et aportés, avoit fait emprisonner, et estre
détenus en estroite garde; lors adecertes en ce fait non reposant,
le samedi devant l'Ascension de Nostre-Seigneur Jhésucrist, si fist
au bois de Vinciennes pluseurs barons et chevaliers avec aucuns pers
de France assembler, et ilec furent démonstrés aucuns des forfais
Enguerran de Marigni, et les autres détestables félonnies et dyablies
de sa femme faictes, et, si comme l'en dist, de luy premièrement
proposées. Lors par le jugement d'aucuns barons, pers, chevaliers
et barons du royaume de France pour ce ilec assemblés, Enguerran fu
condampné à mourir pour estre pendu. Et ce fait, le mardi ensuivant,
très bien matin, du Temple au Chastellet, en une charete, tout ferré de
ses ferreures, fu amené, disant le peuple après et de ce esjoissant:
_Au gibet, au gibet soit amené!_

[Note 296: On ne trouve ni dans les éditions imprimées, ni dans le
plus grand nombre des manuscrits, un long passage important qui
suivoit immédiatement ces mots: _L'an de grace_, etc. Le voici tel
que le renferment les deux manuscrits auxquels j'ai déjà emprunté les
_articles_ contre Enguerrand de Marigny:

«Après, en l'an de grace ensuivant mil trois cent et quinze, Enguerran
de Marigny, qui, au Temple estoit en fers serré et tenu en prison,
voiant et appercevant que il fust en péril de mort, lors pensa, par
une espérance decevable, coment il poist ses anemis à mort baillier
et traire. Et par art de diable eulx, si comme l'en dit, destruire et
especialement Charles le comte de Valois et le comte de Saint-Pol,
qui estoient ses très grans aversaires. Et adont, manda sa femme la
dame de Marigny et la suer à ladite dame, la dame de Chantelou, et, si
comme il fu dit, son frère l'archevesque de Sens, que il venissent pour
parler à lui. Adonc iceulx ensemble venus, si orent conseil ensemble et
traitièrent la mort des devant dis contes; et après, sa femme, la dame
de Marigny retournée avec sa suer, la dame de Chantelou, en sa maison,
tantost ces deus dames mandèrent et firent venir à eulx une maudite et
mauvaise boiteuse qui fesoit l'or et un mauvais garçon qui avoit nom
Paviot, qui de tels sors se savoit entremettre. Et leur promistrent
moult de pecunes sé il féissent aucus vouls (_vultus_) par lesquiex les
devant dis contes peussent occire. Laquele chose otroiée de iceulx, si
firent les vouls et par art magique et de diable leur misrent noms et,
si comme il fu dit, les baptisièrent faussement. (Etc. comme ci-dessus.)

La continuation de Nangis, qui dit deux mots de cela, attribue la
tentative d'envoûtement à Jacques de Sor, à sa femme et à son valet,
mais toujours à la suggestion d'Enguerrant et de sa femme. «Quo
comperto, dictus Jacobus in carcere vinctus, ex desesperatione laqueo
se suspendit, et postmodùm uxor ejus concrematur.»--La _Chronique
métrique_ nomme seulement _Paviot_.]


LXXVI.

ANNÉE 1315

_De la mort Enguerran de Marigni._

Et après ce, l'endemain, c'est assavoir le jour du mercredi en la
veille l'Ascension Nostre-Seigneur, le derrenier jour du moys d'avril,
icelui Enguerran de Marigni chevalier, à grant multitude de gent à pié
et à cheval de toutes pars venans et courans et de ce moult esjoïssans,
du Chastellet de Paris en une charete, luy disant et criant au peuple:
_Bonnes gens, pour Dieu priez pour moi!_ En telle manière fu mené au
gibet de Paris, et au plus haut des autres larrons en ce gibet fu
pendu. Laquelle chose faicte, en la sepmaine ensuivant, la maudite
boisteuse et le devant dit Paviot furent menés au gibet, et ilec ladite
boisteuse, les vouls montrés au peuple qui ilec estoit venu, en un très
ardant feu fu arse, et le dit Paviot sous son seigneur Enguerran de
Marigni fu pendu. Et adecertes la dame de Marigni et sa seur la dame de
Chantelou du Louvre où elle estoient en prison ostées et ramenées après
ce au Temple l'ostel des Templiers jadis, en plus forte prison furent
encloses.


LXXVII.

_De la mort Marguerite femme le roy de Navarre._

En cest an vraiement, la veille de l'Ascension dessus dite derrenier
jour d'avril, fu morte Marguerite jadis folle et diffamée royne de
Navarre qui au chastel de Gaillart en Normendie estoit emprisonnée, et
à Vernon en l'églyse des frères Meneurs fu enterrée[297].

[Note 297: La continuation de Nangis ajoute: «Blancha verò carcere
remanens, à serviente quodam ejus custodiæ deputato dicebatur
impregnata fuisse quum à proprio comite diceretur vel ab aliis
impregnata.» La _Chronique métrique_, après avoir longuement parlé du
profond repentir de ces deux princesses, ajoute que la reine de Navarre
_mourut de maladie_. Je ne sais sur quelle autorité tous nos historiens
modernes ont répété que Louis X _l'avoit fait étrangler_, et je ne vois
aucune pièce à l'appui de cette allégation dont Pap. Masson semble
l'inventeur. M. Michelet a même été plus loin en donnant aux lignes
latines que je viens de citer une interprétation purement imaginaire.
(Voyez t. 3, p. 215).]

Et en ce meisme an, Pierre de Latilly, évesque de Chaalons,
lequel estoit souspeçonné de la mort Phelippe-le-Biau et de son
prédécesseur[298], à l'instance de l'arcevesque de Rains, du mandement
du roy, fu détenu en prison.

[Note 298: _De son prédécesseur_. L'évêque de Châlons.]

Et en ce meisme tems, Raoul de Praeles, lequel estoit ainsi comme
principal advocat en parlement du roy, fu mis à Saincte-Geneviève tant
comme coupable et souppeçonné de la mort devant dite. Mais après moult
de paines et de tormens qu'il ot souffert, ne pot-on riens traire de sa
bouche fors que bien, si fu franchement laissié aler, et ot moult de
ses biens gastés et perdus.

Et en ce tems, Huguelin le duc de Bourgoigne et frère de Marguerite
royne fu mort, auquel son frère succéda en la duchiée.

Et en ce meisme tems, environ l'Ascension, messire Loys jadis conte de
Nevers et de Rethel, et Jehan de Namur vindrent en France et furent de
rechief receus en la grace du roy, et furent rendus au dit conte ses
deux contés desquelles il avoit esté privé par avant.

Et en cest an, l'abbé de Cistiaux et les procureurs de Robert conte
de Flandres se comparurent à Paris devant le roy pour excuser le dit
conte, jasoit ce qu'il eust esté semons personnelment, pour confirmer
la paix qui avoit esté l'an devant pourparlée; si l'excusoient en telle
manière et disoient: que bonnement il n'y pooit venir pour la foiblesse
de son corps; et si luy couroient sus aucuns de ses anemis. Lesquelles
excusacions furent réputées pour frivoles; et une pièce de tems après,
c'est assavoir la veille de la Sainct-Pierre et Sainct-Pol apostres,
furent le dit conte et les Flamens réputés pour contumaux et rebelles.
Et en ice tems, le samedi devant la Sainct-Jehan, trois femmes qui
portoient poisons, et par les quelles l'évesque de Chaalons, devancier
de Pierre de Latilly, avoit esté empoisonné, furent arses en une petite
isle qui est devant les Augustins.

Et en ce tems, Jehan le fils messire Guillaume de Flandres espousa la
fille du conte de Sainct-Pol.

Et en ce tems il fu moult grant deffaute de vin en France.


_Ci fenist l'ystoire le roy Phelippe-le-Biau._



CI COMENCE L'YSTOIRE DE LOYS, ROY DE FRANCE ET DE NAVARRE[299].

[Note 299: On ne lit dans aucune des variantes de ce titre le sobriquet
de _Hutin_. Mais précédemment nous l'avons trouvé joint au nom de Louis
X. D'où vient-il? on l'ignore; ce qu'il y a de sûr, c'est que _Hutin_
n'a jamais signifié autre chose que bruit, noise, tumulte.]


I.

_De l'ost de France qui s'en revint de Flandres sans riens faire._

Après Phelippe-le-Biau régna en France Loys, roy de Navarre son fils,
et comença à régner l'an de l'Incarnacion Nostre-Seigneur mil trois
cent et quinze; et à Rains la cité, le dimenche après les octaves
de l'Assompcion de la benoite vierge Marie, mère de Nostre-Seigneur
Jhésucrist, avec sa femme la royne Climence de Hongrie, nièce au roy
Robert de Secile, fu sacré et coronné en roy. Laquelle Climence, fille
Charles Martel fils Charles le secont roy de Secile, le mardi devant
son coronnement icelui roy avoit espousée[300].

[Note 300: Le chroniqueur mentionne d'abord le couronnement du roy,
bien que les faits décrits immédiatement après soient antérieurs au
couronnement.]

Et en ce tems, les Juis que le roy Phelippe-le-Biau avoit chaciés de
son royaume, icelui roy son fils rappella à Paris, et fist revenir en
son royaume de France.

Et en cest an vraiement, au royaume de France fu le tems d'esté si
pluvieux et si mal naturable et les blés au tems d'aoust furent de
si male cueillette que en nulle manière ne porent estre mis secs ès
granches qu'il ne fussent moilliés, né les raisins des vignes en aucune
manière ne porent naturablement, si comme il devoient, meurer.

Et en ce meisme an, Loys roy de France et de Navarre destitua de la
chancelerie Pierre évesque de Chaalons, et mist en son lieu Estienne
de Mornay chambellenc de son oncle Charles conte de Valois. Et après
ce, furent envoiés de par le dit roy Loys ambassadeurs à court de Rome
pour promouvoir l'eslection du pape, c'est assavoir: Girart l'évesque
de Soissons, le conte de Bouloigne, et Pierre de Blaive chevalier et
docteur en droit canon et civil; lesquiex y féirent pou ou noient. Et
en après envoia le dit roy Loys son chambellenc et secrétaire messire
Hue de Bouville chevalier et avec luy certains autres messages, ès
parties de Secile pour avoir Climence la fille au roy de Hongrie en
mariage.

Adecertes en icest an, au moys de septembre, quinte fois après le
rebellement du conte de Flandres Robert, et des Flamens non voullans
tenir les convenances seellées et affermées de leur seaux qu'il avoient
eues au roy Phelippe en l'an devant passé, Loys son fils, roy de France
et de Navarre, passa en Flandres avec ses deux frères Phelippe conte
de Poitiers et Charles conte de la Marche, et ses deux oncles Charles
conte de Valois, et Loys conte d'Evreux, et le marquis d'Anconne et le
duc de Bretaigne; avec eux moult de bavons, ducs, contes, chevaliers
et sergens. Vers Courtray un grant ost assembla, et si noble que de
grant temps devant passé ne fu d'aucun roy de France tel noble ost de
François assemblé. Et adonc comme ilec parvenissent, si fichièrent
leur trés et leur tentes, et ilec se logièrent. Car adecertes oultre
ne povoient passer, pour l'iaue du fleuve près d'ilecques courant que
l'en appelle le Lys, où il n'avoit nul pont par où il peussent passer.
Et vraiement comme le roy de France et de Navarre Loys fust ilec avec
son très bel ost, ordenant pour faire appareiller voie à passer le
fleuve du Lys, pour soy combatre aux Flamens qu'il convoitoit par très
grant ferveur de courage, les Flamens, de l'autre partie, oultre le dit
fleuve du Lys estoient assemblés à grant ost; le temps trop pluvieux
nostre roy et les siens destourbans à parfaire ce qu'il avoient
entrepris, tellement les contrainst que en icelui ost boue si grant
estoit chascun jour pour la pluie enforçant et croissant que, si comme
il fu dit pour voir, les hommes et chevaux en la boue et au fiens, en
aucuns lieux, a par un pou jusques aux genoux estoient. Pour la quelle
chose les viandes ne povoient venir à l'ost, car à traire et à amener
un toniau de vin en nostre ost, trente chevaux convenoient, et à paines
le povoient-il oster et remuer de la boue. Adoncques ces dommages et
males aventures nos François douloureusement contraignans, la nécessité
inévitable et mescréable les amena à ce que il se départissent et
remuassent de ce lieu. Et lors le roy de Navarre Loys, par le conseil
de ses barons, le feu premièrement mis en leur tentes de toutes pars,
inglorieux et sans riens faire, dolent et courroucié, fu contraint
à soy revenir en France. Et pour ce les François mistrent en leur
tentes le feu, que il ne les povoient oster né remuer de ce lieu né
faire emporter avec eux, pour l'abondance de la boue; et ensement ne
vouloient que de eux Flamens eussent nul proffit.

Et ainsi les François, leur tentes laissiées et embrasées, et moult
de richesces en icelles estant deguerpies, dolens et courrouciés,
mouilliés et crotés en ce lieu departans en France s'en revindrent.
Et adecertes, Loys roy de Navarre eu fu si couroucié et dolent qu'il
jura, si comme l'en dist, que s'il vivoit en l'an ensuivant, les
Flamens iroit efforciement poursuivre et envaïr sans demeure; et que
jamais n'auroit vers eux nul accordance se du tout ne s'abandonnoient
à sa volenté faire. Et laissa le roy en ces parties pluseurs sergens
et soudoiers avec appareils batailleurs qui les pas et les entrées
gardoient par mer et par terre, si que les Flamens à paine de aucune
partie porent avoir vitaille.

Et en ce meisme an, au moys d'octobre fu fait concile à Senlis présent
l'archevesque de Rains et les évesques qui sont dessoubs luy, et
pluseurs autres prélas[301]: et là furent proposés les deux cas dessus
dis contre Pierre évesque de Chaalons: adoncques requist le dit évesque
devant toutes choses, que en sa personne né en ses biens, desquiels il
estoit despouillé, on ne attemptast, et que il lui feussent restitués;
la quielle chose luy fu ottroiée.

[Note 301: Au lieu de cela, les éditions gothiques n'ont pas craint de
mettre: _En celluy mesme an, fu déposé et privé l'arcevesque de Reims
et pluseurs autres prélas._]


II.

ANNÉE 1316

_Incidence de sel._

En cest an à Paris fu si grant chierté de sel que nul aage ne remembre
né ne tient-l'en en escript si grant chierté de sel à Paris avoir esté
veue. Car le boissel en fu vendu dix sols et plus Parisis, en forte
monnoie en cest an decourant.


III.

_Incidence de blé._

En cest an ensement, environ le vingtiesme jour du moys de mars, au
temps de karesme, commença une si grant chierté de blé au royaume de
France, et espéciaument à Paris et en pluseurs autres parties, que
tantost après ensuivant, une très grande famine en ensuivi.


IV.

_Incidence de famine._

En l'an de grace après ensuivant mil trois cent seize, la chierté très
grant de blé fu au royaume de France; et espéciaument à Paris au temps
de Pasques; en telle manière que le sextier de froment valut soixante
sols parisis ou environ, bonne et forte monnoie au temps de lors
decourant.

Et après ce ensuivant, pour ce que la très grant famine ensuivoit si
croissant et angoisseux, pluseurs hommes et femmes povres créatures,
traveillans et labourans de fain, par rues et par places à Paris
mouroient.


V.

_De la comète._

En cest an ensement, au moys de mars par pluseurs jours à l'anuitier,
la comète, un signe au ciel, fu veue au royaume de France signefiant le
destruiment du royaume.


VI.

_Coment les cardinals furent assemblés._

Et en cest an aussi, Phelippe conte de Poitiers, frère Loys roy de
France et de Navarre, qui en l'an devant passé estoit meu de Paris et
alé, du commandement son frère, à Avignon en Provence pour assembler
les cardinals, sé il peust pour faire pape, lors ot parlement avec les
cardinals qui ilec estoient demourans, et les fist assembler à la cité
de Lyons sur le Rhosne pour élection du nouvel pape faire le jour de la
feste saint Pierre et saint Pol en juing.


VII.

_Du trespassement le roy Loys, roy de France et de Navarre._

En cest an vraiement, le jour du samedi après la feste de Penthecouste,
le cinquiesme jour de juing, au boys de Vincennes, Loys roy de France
clost son derrenier jour. Et l'endemain ensuivant, c'est assavoir le
jour de la Trinité, sixiesme jour en juing, à Saint-Denis en France
fu porté; et l'endemain honnorablement enterré. Et après ce, Phelippe
conte de Poitiers qui à Lyon avoit longuement demeuré pour faire faire
le pape, oï nouvelles de la mort son frère le roy Loys, lors pour ce à
Paris se retrait et revint.

Et lors des barons de France receu paisiblement, prist tantost, par
l'assentement et l'accort de eux, la garde et le gouvernement des
royaumes de France et de Navarre, en ses lettres son titre en telle
manière disant: «Phelippe fils du roy de France, gouvernant les
royaumes de France et de Navarre, à tous justiciers», etc.

Ycelui roy de France et de Navarre Loys régna, après son coronnement,
couronné du royaume de France, neuf moys et demi ou environ et laissa
sa femme la royne Climence grosse.

En ce meisme an, environ la feste de la Magdalaine, Loys conte de
Clermont et Jehan son frère conte de Soissons avec pluseurs autres,
pristrent la croix de la main du patriarche de Jhérusalem pour
aler Oultre-mer, en la présence de pluseurs prélas pour ce à Paris
assemblés. Et lors fu crié par le conte de Poitiers que tous ceux
qui nouvellement avoient prise la croix, et les autres qui par avant
l'avoient prise, si comme il avoit fait son père vivant, si ordenassent
et appareillassent qu'il fussent près à la feste de la Penthecoste
après l'an pour passer au saint voiage.

Et en ce meisme an, Jehan conte de Soissons, qui avoit pris la croix
n'avoit guères, mourut.


VIII.

_Du coronnement le pape Jehan._

Et en cest an ensement, les cardinals, à la cité de Lyon sus le Rhosne
ensemble assemblés, à un jour d'un samedi le septiesme jour d'aoust,
eslurent et firent nouvel pape, c'est assavoir: l'évesque jadis
d'Avignon une cité en Provence, cardinal de l'églyse de Rome, lequiel
deux centiesme pape fu appellé Jehan le vingt-deuxiesme.

Et en celle cité de Lyon, le jour de la nativité de la benoicte
vierge Marie, le huitiesme jour de septembre, fu coronné et consacré
de dyadème papal, présent Phelippe conte de Poitiers, gouverneur des
royaumes de France et de Navarre, Charles son frère conte de la Marche,
et ses deux oncles Charles et Loys, et moult d'autres barons du royaume
de France et d'ailleurs, et prélas, évesques, cardinals et autre
clergié et peuple, pour icelui pape en la cité de Lyon et en icelui
jour assemblés.

Et adecertes en cest an ensement, le premier jour de septembre, au
palais de Paris, par le conseil au conte de Savoie et de Charles conte
de Valois, et de Loys conte d'Evreux, et de l'évesque de Saint-Malo et
de pluseurs autres évesques, archevesques, prélas, barons, princes,
contes, ducs et chevaliers entre Phelippe conte de Poitiers, régent
du royaume de France et de Navarre, et Robert de Béthune conte de
Flandres, fu une condicion et manière de paix par lettres authentiques
faite et confirmée, et des eschevins de Flandres pour tout le menu et
le gros peuple commun affermée.

Et en cest an aussi, au moys de septembre, Robert d'Artois fils
Phelippe d'Artois, qui fu fils du conte d'Artois Robert qui mourut
à Courtray en Flandres, entra à grant ost et noble chevalerie de
chevaliers ensemble aliés, en la cité d'Arras, à luy usurpant et
prenant, ainsi comme par violence, la conté d'Artois, au préjudice de
la contesse d'Artois fille le dessus dit conte Robert[302]. Mais tout
veu, et considéré que les parties proposoient, la propriété du conté
d'Artois fu déclinée à la contesse, et pour bien de paix, la conté
de Biaumont avec toutes ses appartenances fu donnée audit Robert, et
renonça au droit du conté d'Artois, sé point en i avoit, et le quitta
et en furent faites lettres, et jura que il ne vendroit jamais encontre.

[Note 302: Le seul manuscrit 218, supplément françois, contient
l'important passage qui suit.--Nos historiens n'ont pas assez remarqué
que l'avènement incontesté de Philippe-le-Long à la couronne de France
dût réveiller naturellement les espérances du comte d'Artois.]

En cel an, pour l'accord traitié entre le roy et les Flamens, fu Loys,
le conte de Nevers, qui tant de maus au royaume avoit fait, receu fu
des Flamens en grace et luy fu rendue sa conté où li rois avoit mis
sa main. Et lors, li Flamens par terre et par mer se garnirent de
vitaille, si qu'en brief temps il ot meilleur marchié de pain et de vin
que il n'ot en France. Et puis assés tost, li Flamens se confederèrent
et adjoindrent aux Baonnois[303] et vindrent par mer contre les
François et prinrent quatre de leurs grans nés et les ardirent; combien
que il déissent lors le contraire.

[Note 303: _Baonnois_. On chercheroit vainement dans Ducange et
les autres glossaires ce mot qui se rencontre fréquemment chez les
annalistes de Flandres et dans la _Chronique métrique_ attribuée à
Godefroi de Paris. Dans tous les cas il paroît désigner des _corsaires_
ou _bandits_ de mer.]

[304]Et en cest an, environ la chandeleur, furent assemblés en la
présence de Pierre d'Arrablay, jadis chancelier du roy de France mais
nouvellement avoit esté fait cardinal, pluseurs barons, nobles prélas,
bourgois en la cité de Paris; lesquiels tous ensemble approuvèrent
la coronacion de Phelippe-le-Lonc, et luy promistrent obédience tant
comme à leur seigneur, et à Loys son ainsné fils après luy, tant comme
vray hoir; et de ces choses firent foy et serement; et aussi ceux de
l'université de Paris aprouvèrent les choses dessus dites; mais il n'en
firent pas serement. Et adonc fu-il desclairié que femme ne succède pas
au royaume de France.

[Note 304: Cet alinéa précieux n'est pas dans les manuscrits antérieurs
à Charles V.]

Et en cest an, le vendredi après les Cendres, Loys, ainsné fils du
roy Phelippe-le-Lonc, mourut, et aux frères Meneurs emprès son aïeule
Jehanne royne de France et de Navarre fu enterré.


_Cy fenist l'ystoire du roy Loys, roy de France et de Navarre._



CI COMENCE L'YSTOIRE AU ROY PHELIPPE, QUI FU CORONNÉ EN ROY DE FRANCE
ET DE NAVARRE.


I.

_De la mort Jehan fils du roy Loys de France et de Navarre qu'il ot de
la royne Climence; et coment Phelippe conte de Poitiers fu couronné en
roy de France après la mort du dit roy Jehan._

En l'an de grace mil trois cent seize, la royne Climence qui estoit
enceinte, chéi en une quartaine qui moult greva sa porteure, et
enfanta un fils qui avoit non Jehan qui mourut assez tost après. Pour
quoy Phelippe, conte de Poitiers, se mist en possession des royaumes:
mais le duc de Bourgoigne[305] et sa mère luy estoient contraires, et
disoient que la fille son frère le roy Loys devoit hériter. Et les
autres disoient que femme ne puet hériter au royaume de France; pour ce
ledit Phelippe fu couronné à roy, et à la nuit de la Thiphaine après fu
reccu comme roy à Paris. Et tantost il appella le dit Robert d'Artois,
et luy fist tenir prison longuement tant que accort fu fait et de luy
et de la contesse d'Artois que il quicta du tout; et l'en luy donna la
conté de Biaumont en Normendie[306].

[Note 305: _Le duc de Bourgoigne_. Eudes IV, fils d'_Agnès_ de France,
fille de saint Louis.]

[Note 306: Ici le texte du manuscrit de Charles V a beaucoup abrégé les
leçons antérieures. Comme le sujet est d'une grande importance, on me
permettra quelques réflexions. Philippe-le-Long fut-il roi de France en
vertu de l'application d'un article de la _loi salique_? ou le fut-il
parce qu'on décida hautement, pour la première fois, la grande question
de l'inhabileté des femmes au trône? Il est certain que chez aucun
écrivain contemporain on ne voit alléguer, à cette occasion, la _loi
salique_ et ses prétendues dispositions; il est certain que plusieurs
pairs de France réclamèrent en faveur de la princesse _Jeanne_; il est
certain que le régent crut avoir besoin de soumettre la question au
jugement sans appel de la nation représentée. Et ce fut réellement
cette mémorable assemblée qui, pour le bonheur de la France, trancha la
question de la succession au trône.

Voici le texte le plus ancien des Chroniques de France, tel qu'on le
trouve dans plusieurs anciens manuscrits, entre autres dans le nº 218:

«En ce temps, la royne Climence chéi en quartaine, dont l'enfant
que elle avoit en son ventre en fu moult pené. Dont puis, entour
la saint Martin, elle enfanta d'un fil, qui fu nommes Jehan: mès
il vesqui deux jours ou trois seulement. Et dès lors, le conte de
Poitiers tint comme roys le royaume; mès le duc de Bourgoigne li mist
contradiction, pour sa nièce, laquelle le royaume devoit avoir, comme
plus prochaine fille de roy, par droit. Mès respondu lui fu que femes
ne devoient pas succéder au royaume de France. Laquele chose ne se
povoit clerement prouver. Et pour ce, le duc et la duchoise envoièrent
lettres à pluseurs barons en depriant que il ne s'assentissent en la
coronation de Phelippe, le conte de Poitiers. Et non porquant, le conte
de Poitiers à grant compaignie de gens d'armes vint à Rains, et fist
fermer les portes de la cyté et ainsinc se fist sacrer et coroner de
l'arcevesque. Mais le conte de Valois son oncle n'i volt estre présent,
et Karles aussinc, conte de la Marche, son frère, n'i daigna estre,
mais s'en parti de Rains le matin par indignacion.»]


II.

ANNÉE 1317

_Des mariages des filles au roy de France._

En l'an mil trois cent dix sept, Phelippe le nouvel roy changea le
mariage qui estoit pourparlé de la fille au conte d'Evreux et du fils
au conte de Nevers, et voult qu'il préist une de ses filles, et si
fist-il. Et le roy requéroit vers les Flamens que les condicions de
leur pais fussent confirmées: mais les Flamens se descordoient en
pluseurs poins, pour quoy on ala au pape pour les acorder. Mais les
messages aux Flamens disoient qu'il n'avoient pas povoir de riens
acorder, mais de raporter: et pour ce le pape y envoia l'archevesque de
Bourges et le maistre des Prescheurs auxquiels les Flamens respondirent
que il feroient le dit au pape, mais qu'il eussent seurté que le roy
les tenist. Moult de seurtés leur furent offertes, mais nulles ne leur
en souffisoient. Et quant il fu raporté au pape, il leur manda que les
seurtés estoient souffisantes et que il les presissent; ce qu'il ne
vouldrent faire, pour quoy la terre demoura entredite[307].

[Note 307: _Entredite_. La continuation de Nangis dit seulement que
l'affaire ne put être alors conclue.]

Et en l'année devant, le onziesme jour de septembre, à heure de
vespres, fu très grant mouvement de terre qui trembla par plus de cinq
lieues d'espace.

Et en cest an, fu acort entre le roy et le duc de Bourgoigne qui
prist à femme l'ainsnée fille[308] le roy qui n'avoit point de fils.
La seconde fille fu fiancée au jeune enfant le dauphin de Vienne; la
tierce devoit estre donnée au jeune enfant le roy d'Espagne, mais on
la donna au conte de Nevers; la quarte mist la royne à Loncchamp,
cordelière: et les trièves des Flamens furent proloigniées de Pasques
en un an après.

[Note 308: _L'ainsnée fille_. Jeanne.--_La troisième fille_, et non la
seconde, fut Isabelle, mariée au dauphin Guigues VIII, en 1320.--_La
seconde_ fut Marguerite, mariée à Louis d'abord, conte de Nevers, puis
au conte de Flandres.--_La quatrième_ fut Blanche.]

Et pour certain, en cest an fu le roy Phelippe-le-Lonc moult prié des
amis Enguerran de Marigni que il leur voulsist donner le corps du dit
Enguerran qui avoit esté pendu, et qu'il le peussent mettre en terre
benoicte. Laquielle chose le roy leur acorda: lors le firent ses amis
oster du gibet, et le firent enterrer[309] au milieu du cuer des
Chartreux à Paris, avec Phelippe son frère archevesque de Sens; et sont
tous deux sous une pierre.

[Note 309: _Firent enterrer_. Manuscrit 218, suppl. franç. «Fu
enterré à Valvert, chiés les frères de Chartrousse.» De là seulement,
peut-être, la renommée _du grand diable de Vauvert_.]

Et en ce meisme an, en Italie, environ la fin de la conté de Milan
sourdirent hérites[310] de grant puissance, c'est assavoir: Mahieu le
visconte de Milan[311] et ses fils; avec luy Galeace, Marc, Lucin,
Jehan et Estienne; lesquiels troubloient moult saincte églyse. Contre
lesquiels inquisicion fu faite; et furent trouvés hérites manifestement
et comme hérites furent condampnés. Dont il avint que souvent il
pristrent les messages du pape et les batirent et mistrent en prison
et les despouillièrent, et despecièrent les lettres du pape, et si
robèrent pluseurs églyses et en mettoient ceux à qui elles estoient
hors, et si en tuèrent pluseurs; évesques et abbés boutèrent hors de
leur propres lieux et les envoièrent en essil, et moult d'autres maux
firent. Et par le dit Mahieu fu entredit aux personnes de l'églyse
sennes, conseils[312], chapitres, visitacions, prédications; et si
abusa le dit Mahieu de pluseurs pucelles, et depuis par force les
mist en églyses; et viola par force pluseurs nonnains; et si nioit la
résurrection, ou il en faisoit doubte. Son aieul et son aieule furent
hérites, et, avec eux, la Mainfrede qui estoit du lignage au dit Mahieu
de par sa mère, tenoit le Saint-Esprit avoir pris char humaine; si
furent ars tout en feu.

[Note 310: _Hérites_. Hérétiques.]

[Note 311: _Le visconte_. «Mathæus de comitibus Mediolanensis, et ejus
filiu Galeacius, Marchus, Luchinus.» Il faudrolt, je crois, _Filii_.
Maffeo Visconti, car tel est son véritable et illustre nom, avoit en
effet quatre fil».]

[Note 312: _Sennes, conseils_. «Synodos, concilia, capitula, etc.»]

Et en ce temps, le pape fist moult de procès contre les devant nommés
hérites, et geta moult de sentences contre eux, et donna grans
indulgences à tous ceux quiiroient à bataille contre eux. En environ ce
temps Loys de Bavière qui avoit esté couronné en roy des Romains s'en
entra en Italie, et avec les devant dis hérites s'acompaigna.


III.

ANNÉE 1318

_De l'absolution le conte de Nevers._

En l'an de grace mil trois cens dix-huit, Loys conte de Nevers fu
accusé de moult de choses, sus lesquielles il fu cité sollempnelment à
Compiègne à venir devant le roy personnelment à la quinzaine d'aoust
respondre, protestacion faite que s'il venoit ou non l'en feroit droit
de ses eschoites[313]: car comme il eust fait hommage au père le roy
de la conté de Nevers, de la baronnie de Donzi, et de la conté de
Rethel qu'il tenoit de par sa femme, il se tourna devers les Flamens
encontre son seigneur lige en rebellion pour faire contre luy quanqu'il
pourroit, et en confortant les Flamens contre le roy. Pour quoy le roy
avoit mis en sa main les dites terres, fors que tant que sur la conté
de Rethel il avoit assigné à la femme du conte certaine provision
jusques à deux milles livres par an: (et, à la persuasion des amis
d'icelui conte, le roy le laissa parler à luy à Gisors et le reçut
en sa grace, soubs certaines conditions que il promist à tenir; et
l'en luy rendi ses terres): mais, ce nonobstant, aux gentilshommes de
Picardie donnoit faveur qui s'estoient aliés; au préjudice du roy, aux
Flamens; et pourchaça tant comme il pot que le duc de Bourgoigne fist
à eux aliances en son pays et en Champaigne. Et commença à garnir le
chastel de Maizières contre le roy, si comme pluseurs jugoient, et les
autres forteresses de Rethel. Et quant le conte de Nevers et le duc de
Bourgoigne furent acordés, toutes ces choses furent découvertes. Pour
lesquelles désobéissances, ledit conte fu cité par devant le roy, mais
il n'i vint né envoia. Et pour ce, derechief ses terres furent mises en
la main du roy, car il s'estoit tourné en Flandres avec ses enfans.

[Note 313: _De ses eschoites_. De son cas. «Fieret justitiæ
complementum.»]

En celle année et celle devant fu chierté de blé et de vin en France;
si que le sextier de fourment fu vendu au prix de soixante sous
parisis. Mais aussi, comme par miracle de Dieu, la chierté cessa
soudainement, si que le sextier de froment revint à treize sous
parisis: (et pour ce, un rimeur dit:

  L'an mil trois cent quatorze et quatre,
  Sans vendangier et sans blé battre,
  A fait Dieux le chier temps abattre.)

En cest an, Mahaut, contesse d'Artois, voult entrer en sa terre par
force de gent d'armes; mais il i avoit moult de chevaliers qui estoient
aliés au conte au païs, qui signifièrent à ladicte contesse que à gens
d'armes elle ne entreroit point, et que il garderoient le pas contre
elle: mais sé elle i vouloit entrer simplement, il leur plairoit bien.
Quant elle vit que autrement n'y povoit entrer, elle se déporta de la
chose que elle avoit commenciée.

Et en ce meisme an, le pape Jehan envoya messages aux Flamens et leur
segnifia que les seuretés que le roy de France leur offroit il les
reputoit pour souffisans, et leur conseilloit que il les presissent,
et sé il les refusoient, les reputeroient pour parjures et empescheurs
du voyage d'Oultre-mer. Finablement, il pristrent journée aux octaves
de la feste Nostre-Dame my-aoust, pour donner response. A laquelle
journée le pape envoya et le roy aussi; mais de par les Flamens il
n'i ot personne, excepté deux fils de bourgois, les quiels distrent
qu'il n'avoient povoir de riens ordener, mais s'en estoient partis
de Flandres pour querrir bestes qu'il avoient perdues[314], et ainsi
furent les messages du roy et du pape moquiés, et s'en retournèrent à
leur seigneurs.

[Note 314: Ils s'exprimèrent sans doute d'une façon plus nette et plus
insolente: _Nous sommes venus pour chercher des bêtes, et nous les
avons trouvées._ Il y a un vieux dicton assez analogue à ce qu'ils
durent dire: _Je cherche ma bête: qui l'a trouvée?_]

Et en ce meisme an, fu moult grant guerre en Lorraine en la cité de
Verdun, et par telle manière entre les citoiens que l'une partie bouta
l'autre hors la cité. Mais le conte de Bar qui deffendoit la partie
qui estoit dehors contre l'évesque de la cité et contre son frère le
seigneur d'Aspremont, si leur abati deux chastiaux[315], et y envoia le
roy le connestable par lequiel il furent mis à paix.

[Note 315: _Deux chastiaux_. «Castrum solemne quod _Diulandium_
dicitur muris diruptis et confractis, cum alio castro nomine
_Sampigniacum_.»--_Diulandium_ doit être pour _Diulardum_, aujourd'hui
_Dieulouart_, près de _Pont-à-Mousson_. _Samognieux_, suivant le
manuscrit de Saint-Victor, nº 306, (Samlaginacum) est à deux lieues de
Verdun.]

Et en ce temps, la royne Climence se parti de France et s'en ala à
Avignon, et la cuida trouver son oncle le roy de Secile: et entra en
Avignon, mais son oncle n'estoit pas venu, si s'en ala saluer le pape,
lequiel la reçut moult benignement, et luy eslut sa demeurance, jusques
à la venue de son oncle, en l'ostel des seurs de Saint-Dominique.

Et en ce temps le pape Jehan publia aucunes déclarations sur la ruile
des frères Meneurs; et si fist aucunes constituions lesquielles il
envoia à Paris et en autres lieux, sous bulle, et voult que elles
fussent leues publiquement si comme les autres décrétales.

Et en ce temps, Loys de Bavière oï dire que le pape luy avoit refusé
la bénéicon impériale, laquielle luy estoit deue de droit, si comme il
disoit; car il se reputoit avoir esté esleu paisiblement; et pour ceste
cause il luy appartenoit de recevoir et de distribuer les honneurs
de l'empire par la manière de ses prédécesseurs. Si advint que, sans
requérir le pape, le dit Loys appella au concile général, et fist son
appellacion en pluseurs lieux estre publiée, et affirmoit le pape estre
hérite, meismement car il sembloit que il se efforçast de subvertir
la ruile des frères Meneurs, laquielle avoit esté confirmée de ses
prédécesseurs.


IV.

ANNÉE 1319

_Du cardinal qui vint faire la paix du roy Phelippe et du conte de
Flandres._

En l'an mil trois cent dix-neuf, envoia le pape un cardinal,
monseigneur Gocelin, du titre saint Mathurin et saint Pierre, en
France, pour faire la paix des Flamens. Lequiel mist en terre Loys
frère le roy Phelippe-le-Bel qui estoit conte d'Evreux, chez les frères
Prescheurs de Paris delès sa femme, et puis s'en ala vers Tournay. Lors
envoia à l'évesque du lieu que il féist assavoir aux Flamens sa venue,
et pour quoy le pape l'avoit envoié; et cil n'y osa aler, mais il y
envoia deux frères Meneurs qui furent mis en prison, du commandement
du conte qui s'appareilloit de venir asségier Lille, et avoit avec luy
la commune de Gant. Et quant il voult passer la rivière du Lys, ceux
de Gant luy distrent: «Sire, nous avons juré de garder les trièves de
nous et du roy, si que sus luy ne vous suivrons-nous pas.» Le conte
se retourna courroucié et condampna ceux de Gant à une grande somme
d'argent, laquielle il ne vouldrent paier: pour quoy il fist garder les
pas de Gant, si que nul n'i osoit entrer né issir qu'il ne fust mors ou
pris; et les autres se gardèrent viguereusement. Le cardinal pourchaça
tant que le conte et son fils vindrent parler à luy et les messages du
roy; et fu ordené que le conte vendroit à Paris à la mi karesme après,
et feroit hommage au roy, et seroient confirmées les condicions de
la paix. Mais le conte n'y vint pas, ains trouva raisons frivoles et
cavillacions.

Et en ce meisme an, le samedi après l'Assencion, trespassa très noble
homme Loys conte d'Evreux. Et le mardi ensuivant, présent le roy et
moult d'autres barons et prélas, et le cardinal Gocelin qui estoit venu
à Paris pour la paix des Flamens, lequiel chanta la messe, emprès sa
femme aux frères Prescheurs fu mis en sépulture.

Et en cest an, Robert le roy de Secile vint requerre aide au pape:
lequiel luy aida de dix galies, lesquelles il avoit fait armer et
appareillier pour le passage de la Terre sainte. Si les bailla et
délivra audit Robert, lequiel roy en adjousta quatorze autres des
seues, et les envoia en l'aide de ceux de Gennes qui estoient asségiés.
Quant les Guibelins sorent la venue des dites galies, si s'en alèrent
apertement au devant et les pristrent, et tuèrent partie de ceux qui
les conduisoient, et pristrent le port de Gennes, et ardirent les
faubours et donnèrent moult de fors assaux à la cité de Gennes.

Et en ce meisme temps. Phelippe fils du conte de Valois prist avec soy
Charles son frère et moult d'autres nobles du royaume de France, et
s'en ala en l'aide des Guelphes, à la requeste du roy Robert de Secile,
son oncle de par sa mère. Si entra en Lombardie et vint à la cité de
Verseilles; de laquelle cité les Guibelins tenoient une partie, et
les Guelphes l'autre. Si fu receu des Guelphes à très grant joie, et
assailli les Guibelins bonnement au plus tost que faire le pot; mais il
vit que il y faisoit pou, car il avoient entrée et issue en la cité à
leur volenté. Si ot, sur ce, conseil et s'en issi de la cité, mais il
mist un embusche dedens la cité, si furent les Guibelins si près pris
que il ne porent plus issir, né ne leur povoit-on aporter vitaille.
Quant les Guibelins virent ce, si mandèrent à Mahieu[316] capitaine de
Milan que il leur voulsist aidier.

[Note 316: _Mahieu_. Maffeo Visconti.]

Et en ce meisme an, environ la feste de monseigneur saint
Jehan-Baptiste, il avint en Espaigne que un noble homme en armes et en
proesce, tuteur et garde de l'enfant, roy de Castelle, comme par sa
proesce et celle d'un sien oncle qui avoit à non Jehan eussent moult de
fois guerroié les Sarrasins, et tellement que on espéroit que en brief
temps il eust conquis le dit royaume et mis en la main des crestiens,
toutes fois la chose fu autrement menée par la volenté de Dieu et,
espoir, par nos péchiés. Car comme les nos fussent cinquante mille
tant à cheval comme à pié, tous armés contre cinq mille de Sarrasins,
si avint que avant que il se deussent combatre, le dit Jehan fu au lit
malade et mourut. Quant ces nouvelles furent sceues en l'ost, il furent
tous esbahis, et par telle manière, que jasoit ce que il véissent
clèrement la victoire estre à eux attribuée, oncques ne se vouldrent
combatre celle journée. Et pour ceste cause fu la mort du dit Jehan
plus hastée, car il avoit crié et fait crier celle journée que on se
combatist; mais on n'en fist riens, dont il ot si grant doleur au cuer
qu'il en mourut plus briefment. Et adonc tout l'ost des crestiens s'en
commença à fuir ainsi comme tous esbahis; mais comme les Sarrasins les
peussent avoir tous tués, toutes voies nul des Sarrasins n'ensuivi
l'ost des crestiens; dont il avint que un Sarrasin dist au roy de
Garnate[317], car ledit roy n'i estoit pas présent au fait: «Sire, ne
doutez pas, car Dieu s'est courroucié aux crestiens et à nous; car
comme il fussent si grant quantité qu'il peussent de nous avoir eu
briefment victoire, nul de eux ne nous a osé assaillir; et nous comme
il s'en fuioient les peussions avoir mis à mort, toutefois aucuns de
nous ne les ont ensuivis.»

[Note 317: _Garnate_. Grenade.]

Et en ce temps, entre Loys duc de Bavière et Ferri duc d'Austrie, et
ses frères Leopold, Othon et Jehan, pour l'occasion de l'eslection
entre les deux ducs faite et célébrée en grant discorde, sont nés très
griefs périls de mort. Car l'un ardit la terre de l'autre; si roboient
l'un l'autre, moult de leur citoiens firent mourir, et ceux qui
estoient riches furent mis par eux à povreté.


V.

_De la paix qui fu faite entre le roy Phelippe et le conte de Flandres._

En l'an de grace mil trois cent et vingt, à l'instance d'un cardinal
vint le conte de Flandres à Paris[318]; (et tant fu fait par le conseil
du cardinal et des amis au conte, qu'il fist hommage au roy. Lors
tous supposèrent que la paix fu confermée, car il ne sembloit pas que
l'homme guerroiast son seigneur, né le sire son homme): et furent là
les procureurs des communes de Flandres qui avoient povoir de confirmer
la paix. Mais un malicieux advocat qui avoit non Baudoyn, et avoit
tous les jours trouvé poins pour le conte tenir en sa rébellion, si
fu au faire la procuracion des dites communes, et y fist mettre un
point, que les dis procureurs féissent telle paix au roy comme le conte
feroit. Et pour ce sembloit qu'il ne povoient confermer la paix sé le
conte ne la confermoit. Or avint que fu assignée journée à confermer
les poins de la paix: mais le conte dit qu'il ne feroit riens sé on ne
luy rendoit Lille et Béthune et Douay; ce que Enguerran de Marigny,
procureur son père, luy avoit dit et promis. Car quant l'acort fu fait
entre le père le roy et le conte, il luy devoit assigner douze mille
livres de rente dedens le royaume; et pour ce qu'il ne le fist pas,
le roy reçut ces trois villes. Enguerran y fu envoié et conseilla au
conte que il les quittast au roy pour la dite rente; et il luy donna
espérance que il pourchaceroit envers le roy que il luy rendrait assez
tost de grace especial. Et adonc cil le crut et furent lettres faites
de la quittance en telle condicion que elles ne seroient bailliées
au roy tant qu'il ne auroit faite la dite grace. Enguerran s'en
retourna au roy et luy bailla les lettres sans luy faire mencion de
la grace, et tint le roy ces villes comme seues propres. Pour ce, ne
luy vouloit le conte accorder nulle paix devant que il les réust, et
le roy Phelippe[319] fu courroucié et dist[320] qu'il n'auroit jamais
les dites villes. Si le fist ainsi jurer à son oncle et à son frère.
Et ce jour meisme le conte de Flandres se parti de Paris et se hasta
d'aler, avant que le temps d'aler fausist. Les procureurs des villes
envoièrent après, et luy fu dit que il ne se partiroient de Paris tant
qu'il eussent fait ferme paix au roy, et qu'il n'avoient chose vu
leur procuracion qui l'empeschast, et qu'il savoient bien l'intencion
de ceux qui les avoient envoiés; et que s'il retournoient sans riens
faire, il n'avoient teste où il peussent mettre leur chaperons. Quant
le conte oï ce, si sot bien sé les villes ne luy aidoient que il seroit
tantost déshérité; si s'en revint à Paris, et fu la paix confermée et
le mariage fait de la fille au roy et du fils au conte de Nevers.

[Note 318: _A Paris_. Variante du manuscrit 218: «Avec sa fille, une
sage dame qui fame avoit esté du seigneur de Courcy.»--La suite de ce
chapitre est conforme, non pas à la continuation de Nangis, mais à la
chronique inédite de Saint-Victor déjà citée, et conservée sous le
nº 306.]

[Note 319: _Phelippe_. Philippe-le-Long.]

[Note 320: _Et dist_. Variante du manuscrit 218: «Et jura l'ame son
père que jamais le conte ne tendroit la seignorie desdites villes.»]


VI.

ANNÉE 1320

_De la muette des pastouriaux._

En cest an, commença en France une muette sans nulle discrétion: car
aucuns truffeurs publièrent que il estoit révélé que les pastouriaux
devoient conquerre la Saincte Terre, si s'assemblèrent en très grant
nombre; et acouroient les pastouriaux des champs, et laissoient leur
bestes; et sans prendre congié à père né à mère, s'ajoustoient aux
autres, sans denier et sans maille. Et quant cestui qui les gouvernoit
vit qu'il estoient si fors, si commencièrent à faire maintes injures,
et sé aucun de eux pour ce estoit pris, il brisoient les prisons et
les en traoient à force, dont il firent grant vilenie au prévost de
chastelet de Paris, car il le trébuchièrent par un degré, et n'en
fu plus fait[321]. Si se partirent de Paris robant les bonnes gens,
et les villes les laissoient aler, puis que Paris n'i avoit mis nul
conseil; et s'en vindrent jusques en la terre de Langue d'Oc; et tous
les Juis qu'il trouvoient il occioient sans merci; né les baillis ne
les povoient garantir, car le peuple crestien ne se vouloit mesler
contre les crestiens pour les Juis. Dont il avint qu'il s'en fuirent
en une tour bien cinq cens, que hommes, que femmes, que enfans; et
les pastouriaux les assaillirent et ceux se deffendirent à pierre et
à fust; et quant ce leur failli, si leur gettèrent leur enfans. Adonc
mistrent les pastouriaux le feu en la porte, et les Juis virent que
il ne poroient eschaper, si s'occistrent eux-meismes. Les pastouriaux
s'en alèrent vers Carcassonne pour faire autel, mais ceux qui gardoient
le pays assemblèrent grant ost et alèrent contre eux, et il se
dispersèrent et fuirent çà et là, et les pluseurs furent pris et pendus
par les chemins, ci dix, ci vingt, ci trente; et ainsi failli celle
folle assemblée.

[Note 321: _Et n'en fu plus fait_. El ils n'en eurent aucune punition.
_Et il n'en fu rien._--La continuation de Nangis ajoute: «Undè et in
prato S. Germani quod dicitur _Pratum Clericorum_, se quasi defensari
ad prælium paraverunt, nullus tamen contra eos exivit.» Le manuscrit
218 dit: «Et meismement assaillirent-il et batirent le prévost de Paris
_Gille Hakin_.» Pour le manuscrit de Saint-Victor, voici comme il
s'exprime ici: «Venerunt Parisius ubi cûm eorum aliqui in S. Martinum
de Campis carcere propter eorum maleficia tenerentur, per eorum
violentiam sunt extracti; ad Castellatum posteà venientes, propositum
sibi assistere attemptantem, per quosdam gradus eum præcipitaverunt
undè graviter fuit collisus. Indè ad S. Germanum de Pratis, ubi recepti
sunt curialiter, et comperto quod ibi ullus de sociis eorum tenebatur,
recesserunt, et in prato quòd dicitur scolarium se receperunt.
Audierant enim quod miles Vigilii (_le chevalier du Guet_), cum
multitudine armatorum contra eos venire debebat, et ipsi ibi tutiùs
quàm aliter se custodirent. Miles autem non venit, nescio quo consilio
impeditus, itàque de Parisiis recesserunt.» (Fº 491 Vº).

Nous avons déjà vu, sous le règne de saint Louis, un mouvement de
pastoureaux presque entièrement semblable à celui-ci. On peut croire
que les cérémonies de la veille de Noël contribuèrent alors à exalter
la tête des esprits foibles, et à encourager les plans audacieux des
charlatans. Le plus ancien et le plus célèbre des _Noëls_ parvenus
jusqu'à nous commence par ces mots:

  Laissez paistre vos bestes,
  Pastoureaux, par mons et par vaux,
  Laissez paistre vos bestes,
  Et venez chanter _Noe_.]

Et en cest an ensement, l'en mist sus au conte de Nevers qu'il vouloit
empoisonner son père; et Ferri de Piquegni envoia au père un garçon qui
luy pria, tout en plourant, que il luy pardonnast le mesfait. «Sire,»
dit-il, «vostre fils de Nevers me commanda que je féisse ce que frère
Gautier son confesseur me diroit; et il me bailla poisons, et commanda
que je les vous donasse, mais je ne l'ai pas fait.» Cil frère fu pris,
et mis en prison et gehenné, et il ne recognut riens; il firent mettre
aguet au conte de Nevers, et fu pris et mis en un chastel qui est en
la marche d'Alemaigne, et fu gardé du seigneur de Fiennes et de Ferri
de Piquegni, et du seigneur de Renty, par le commandement son père et
de Robert son frère, à qui le père vouloit donner la conté de Los qui
estoit en l'empire. (Mais le commun de Flandres ne s'i voult acorder,
car c'estoit une noble porcion de la conté, né il ne vouloient que le
dit Robert se méist si avant.) Quant le roy Phelippe sot que le conte
de Nevers estoit en prison, si envoia au conte sollempnels messages,
qu'il le féist délivrer; lequiel dist qu'il appelleroit ses barons, et
feroit droit de ce que il luy conseilleroient. Et ainsi n'en fu plus
fait, car ceux qui le tenoient ne le vouloient point délivrer sé il ne
leur pardonnoit du tout sa prison, en telle manière que par luy né par
autre dommage ne leur en vendroit; mais à ce promettre ne se voult le
conte de Nevers acorder de trop lonc tems; à la parfin il s'i acorda,
mais à l'acorder il y mistrent si griex condicions, que se il ne s'i
accordast il fust déshérité: car entre les autres il y en avoit une
qu'il n'entreroit en Flandres tant comme son père vivroit, et ainsi son
père mort et luy absent, Robert son frère se mettroit en possession de
la conté.

Et en ce meisme temps, comme Henri dit Caperel, né de Picardie et
prevost de Paris, détenist un riche homme homicide et coupable de mort
au chastelet de Paris, et le jour aprochast que l'en le devoit pendre
pour ses démérites, le dit prévost fist prendre un povre homme qui
estoit en prison en chastelet, et luy imposa le nom du riche et le fist
pendre au commun gibet, et laissa aler le riche homicide sous le non
du povre innocent. Duquiel fait le dit prévost fu convaincu par ceux
qui à l'enqueste faire furent députés, si comme l'en dist: et avec ce
crime y en ot-il pluseurs autres, pour quoi fu par les députés du roy à
enquérir des fais jugié à estre pendu; non obstant que pluseurs de ses
favorables déissent que on le faisoit mourir par envie.

Et en cest an, Mahieu capitaine de Milan, quant il sot la nécessité des
Guibelins qui luy avoient requis aide, comme devant est dit, si leur
envoia Galeace son fils. Quant Phelippe de Valois sot sa venue, si fist
savoir de luy par message s'il avoit intention de combatre à luy et
aux siens; adonc respondi Galeace que ce n'estoit pas son intencion de
soi combatre contre aucun de la maison de France, mais tant seulement
secourre sa terre et deffendre ses amis qui estoient en péril. Lors
luy respondi Phelippe de Valois: «Sé vous entendez aux Guibelins
porter vitaille, mon intencion est de y contrester au mieux que je
pourrai.» Ceste response fu dite afin que Galeace se déportast de eux
porter vivres. Si respondi Galeace: «Je porterai vivres aux Guibelins
qui sont enclos; et sé aucuns me veulent combatre je me deffendrai.»
Adoncques Phelippe se départi du siège, et se esloigna environ d'une
lieue en une place qui luy sembla estre convenable pour combatre.
Auquiel lieu vint Galeace, et avoit devisé son ost en trois parties; et
estoit chacune partie de son ost greigneur la moitié que la compaignie
Phelippe de Valois, si comme l'en dit. Si assemblèrent, et passèrent le
dit Phelippe et les siens toute la première partie de l'ost Galeace:
quant Phelippe de Valois vint à la seconde, si se doubta qu'il ne fust
enclos, si pristrent trièves les uns aux autres, car il avoit pou de
vivres par devers le dit Phelippe de Valois; et ainsi s'en retourna
sans plus riens faire.


VII.

ANNÉE 1321

_De la condampnacion des mesiaux[322]._

[Note 322: _Mesiaux_. Lépreux.]

En l'an mil trois cent vingt et un, le roy estoit en Poitou, et luy
aporta l'en nouvelle que en la Langue d'Oc tous les mesiaux estoient
ars, car il avoient confessé que tous les puis et les fontaines il
avoient ou vouloient empoisonner, pour tous les crestiens occire et
concilier de messellerie; si que le seigneur de Partenai luy envoia
sous son seel la confession d'un mesel de grant renon qui luy avoit
esté accusé sur ce qu'il recognut que un grant Juis et riche l'avoit à
ce incliné, et donné douze livres et baillé les poisons pour ce faire;
et luy avoit promis que sé il povoit les autres mesiaux amener à ce
faire, que il leur administreroit deniers et poisons. Et comme l'en luy
mandast la recepte de ces poisons, il dist qu'il estoit de sanc d'homme
et de pissast, et de trois manières de herbes, lesquelles il ne sot
nommer ou ne voult, et si y metoit-on le corps Jhésucrist; et puis,
tout ce on sechoit, et en faisoit-on poudre que l'en metoit en sachiets
que l'en lyoit à pierres ou à autre chose pesant, et la getoit-on en
iaue; et quant le sachet rompoit si espandoit le venin.

Et tantost le roy Phelippe manda par tout le royaume que les mesiaux
fussent tous pris et examinés; desquiels pluseurs recognurent que
les Juis leur avoient ce fait faire par deniers et par promesses,
et avoient fait quatre conciles en divers pays, si que il n'avoit
meselerie au monde fors que deux en Angleterre dont aucuns n'i fust
en l'un[323], et en emportoient les poisons. Et leur donnoit-on à
entendre que quant les grans seigneurs seroient mors, qu'il auroient
leur terres, dont il avoient jà devisé les royaumes, les contés et
les éveschiés. Et disoit-on que le roy de Garnate, que les crestiens
avoient pluseurs fois desconfit, parla aux Juis que il voulsissent
emprendre celle malefaçon, et il leur donroit assez deniers et leur
administreroit les poisons; et il distrent que il ne le pourroient
faire par eux; car se les crestiens les véoient approuchier de leur
puis, si les auroient tantost souppeçonneux; mais par les mesiaux
qui estoient en vilté pourroit estre fait; et ainsi par dons et par
promesses les Juis les enclinoient à ce: et pluseurs renioient la
foy et metoient le corps de Jhésucrist en poisons, par quoy moult de
mesiaux et de Juis furent ars; et fu ordené de par le roy que ceux qui
seroient coupables fussent ars, et les autres mesiaux fussent enclos en
maladreries sans jamais issir; et les Juis furent bannis du royaume;
mais depuis y sont-il demourés pour une grant somme d'argent.

[Note 323: _En l'un_. Dans l'une de ces assemblées.]

En cest an meisme avint-il un cas à Vitri qui estoit tel, que comme
quarante Juis fussent emprisonnés pour la cause devant dite des
mesiaux, et il sentissent que briefment les convendroit mourir, si
commencièrent à traitier entre eux en telle manière que l'un d'eux
tueroit tous les autres, afin que il ne fussent mis à mort par la
main des incirconcis: et lors fu ordené et acordé de la volenté de
tous que un qui estoit ancien et de bonne vie en leur loy les metroit
tous à mort; le quiel ne s'i voult acorder s'il n'avoit avec luy un
jeune homme; et adonc ces deux les tuèrent tous, et ne demoura que ces
deux: et lors commença une question entre eux deux, le quiel metroit
l'autre à mort? Toute fois l'ancien fist tant par devers le jeune que
il le mist à mort; et ainsi demoura le jeune tout seul, et prist l'or
et l'argent de ceux qui estoient mors, et commença à penser coment il
pourroit eschaper de celle tour où il estoit. Si prist des draps et en
fist des cordes, et se mist à paine pour descendre: mais sa corde si fu
trop courte, et si pesoit moult pour l'avoir qu'il avoit entour luy, si
chéi ès fossé et se rompi la jambe; le quiel quant il fu là trouvé, si
fu mené à la justice, et confessa tout ce que devant est dit; et lors
fu-il condampné à mourir avec ceux que il avoit tué.

Et en ce meisme an, conçut le roy et ot en pensée de ordener que par
tout son royaume n'auroit que une mesure et une aune. Mais maladie le
prist, si ne pot accomplir ce que il avoit conceu; et si avoit eu en
propos que toutes les monnoies du royaume fussent venues à une. Et
cette chose le roy avoit intencion de faire.

Et en cest an meisme, le pape condampna une erreur que aucuns avoient
controuvée par envie; car pour retraire les gens de venir à confession
aux religieux, il affirmoient que ceux qui à eux se confessoient,
combien que il eussent privilège du pape de oïr les confessions et de
eux absoudre, il estoient tenus de confesser ces meismes péchiés à
leur propre curé; mais le pape avoit fait nouvellement une décrétale
et avoit affermé que c'estoit erreur, et commanda que nul ne soit si
hardi de ce plus dire, et fist que un maistre de théologie qui ce avoit
preeschié et déterminé en pluseurs escoles, le rappellast, et avoit nom
maistre Jehan de Poilli, piquart.

En cest an meisme, le roy Phelippe, combien qu'il fu franc et
débonnaire, par le mauvais conseil d'aucuns qui plus amoient leur
proffit qu'il ne faisoient la paix du royaume, voult lever de tous
ses subjets trop grant exaction; si que le menu peuple disoit qu'il
vouloit avoir le quart de chascun, combien qu'il ne semblast pas
que ce fust vérité de si grant somme; et jà estoient semons les
bourgois de Paris et des autres bonnes villes qui se merveilloient
et disoient: «Qu'est devenue la rente du royaume et les dixiesmes et
les annuels des bénéfices dont il a eu les rentes du premier an, et
la subvencion des Juis et des Lombars? et si ne paye nulle debte né
les aumosnes que ses ancestres ont donné aux povres religieux et aux
filles Dieu, et prent encore à créance tout ce qu'il prent. Né il
n'a tenu chevauchiée né fait édifice si comme son père fist. Où est
tout ce fondu?» Si se pensoient que aucuns qui estoient entour luy
l'avoient emboursé et conseillié de lever ceste exaction pour mieux
embourser. Et encore avoit-il requis le dixiesme du pape, et le pape
luy ottroia sé les prélas s'i accordoient. Pour quoy il leur requist
que chascun assemblast ses suffragans pour demander leur assentement.
Lesquiels luy respondirent que le passage d'Oultre-mer n'estoit pas
prest, pour quoy il convenist jà donner le dixiesme; mais quant il
le seroit, il luy ottroieroient volentiers ou il iroient avec luy.
Si avint au commencement d'aoust, que le roy chéi en deux grièves
maladies, c'est assavoir: En quarte et en flux de ventre et de sanc,
et langui moult longuement; et furent faites pluseurs processions pour
luy empétrer garison, mais né prières né phisiciens n'i valut riens,
qu'il ne trespassast le tiers jour de janvier qui fu le dimenche des
octaves saint Jehan l'évangéliste, entour mienuit. Et l'endemain de la
Thiphaine, il fu enterré à Saint-Denis, et son cuer fu mis aux frères
Meneurs de Paris et ses entrailles aux Preescheurs. Ne targa pas sept
jours après que la royne-mère, qui fu femme au roy Phelippe qui mourut
en Arragon, trespassa à Vernon, et fu aportée à Paris; et son corps fu
mis aux frères Meneurs, délès le cuer le roy Phelippe son seigneur.

[324]Et en icest an chéi si grant plenté de noif[325] à Paris et au
pays d'entour qu'il n'est mémoire que oncques en chéist tant; et ce fu
par trois fois. Et en ot si grans monciaux par les rues de Paris que à
paine y povoit-on aler, si la convenoit porter aux champs ou à Saine en
hostes ou en tomberiaux, et les voies dehors et les fossés en furent si
plains qu'il y ot assez de péril à aler à pié et à cheval.

[Note 324: Toute cette fin du règne de Philippe V n'est pas dans la
continuation de Nangis.]

[Note 325: _Noif_. Neige.]

Un escolier du royaume de Suesce[326] qui estoit appelé Beneoit,
prestre et honneste personne, estudiant à Paris en la science de
Canon, ot un varlet qui ot nom Lorent. Cestui Lorent en l'an de
Nostre-Seigneur mil trois cent quatorze, le dimenche après Pasques, du
royaume dessus dit aportoit argent à son maistre, lequiel entra en la
mer. Et lors vint si grant tempeste que tous ceux qui estoient en la
nef furent en péril de mort; et lors chascun d'eux commença à demander
aide à Dieu à qui obéissent la mer et les vens. Cestui Lorent ot
espécial dévocion à Saint-Denis: et si voua et promist que s'il povoit
estre délivré du péril, le plus tost qu'il seroit à Paris, il iroit
visiter le lieu des corps saints à Saint-Denis; et tantost il vindrent
à port de salut. Et quant le dit Lorent vint à Paris, il ne luy souvint
du veu qu'il avoit promis à Saint-Denis; et targa trop d'acomplir. Si
avint une journée que Dieu qui par maladies et par bateures rappelle
les cuers des bons, envoia une grief maladie au dit Lorent, en telle
manière qu'il perdi ainsi comme tout son sens, et qu'il n'ot membre
de quoy il se peust aidier. Et si sembla à son maistre et à deux
autres qu'il estoit en péril de mort; et ceste maladie n'estoit pas
épiletique[327], mais ce fu du jugement de Dieu et de saint Denis. Et
quant Beneoit, maistre de celui Lorent, vit qu'il estoit en si grant
péril, il en fu moult esbahi; et commença à penser qu'il pourroit faire
pour sa santé? Et par la grace de Dieu il luy vint en mémoire d'aler
en pélerinage à Saint-Denis, selon ce qu'il avoit oï dire à son varlet
quant il estoit en santé, et si pensa qu'il n'avoit pas acompli son
pélerinage, et pour ce il estoit encheu en la dite maladie. Si le voua
à saint Denis en disant en ceste manière: «Sé saint Denis donne santé à
mon varlet, je luy promet que je avec mon varlet demain à son moustier
irai dévotement.» Et tantost en l'eure qu'il ot promis son veu, il
sembla au dit Lorent qu'il eust mieux dormi que qui eust esté malade.
Et si luy apparut un homme de moult révèrent chiere, qui estoit vestu
en habit de évesque, qui avoit le chief coppé parmi le col, selonc ce
que nous luy demandasmes diligeamment; et si parloit au dit Lorent la
langue de Suesce, et luy dist: _Stac olz up, harst; kath husmna hau
mam hili gat atter hura._ Qui vaut autant à dire en françois: «Liève
sus tantost, et is[328] hors de la ville vers Septentrion, et tu
trouveras un homme par lequiel tu seras guéri.» Et quant la vision fu
départie, Lorent fu tout sain et commença à faire sa besoigne parmi
l'ostel, comme il avoit acoustumé. Et quant le maistre du dit Lorent
ot oï la vision et veue la santé de son varlet, il alèrent tous deux à
Saint-Denis l'endemain bien matin, la douziesme kalende de juing, pour
visiter les corps sains selon ce qu'il avoient promis: et rescript et
raconta le dit Beneoit, eu la présence du dit Lorent son d it varlet,
tout ce qui leur estoit avenu; et selon droit, nous devons croire
audit Beneoit qui estoit homme honneste, et par meilleur raison à
luy et à deux autres prestres qui virent ledit Lorent ainsi malade
qui le nous ont tesmoignié en leur consciences, et nous le devons
croire certainement. Et quant ce miracle fu ainsi approuvé en l'églyse
monseigneur saint Denis, on fist sermon devant le peuple et sonna-l'en
les cloches à l'onneur de Dieu et de monseigneur saint Denis, et fu
chanté à haute voix en l'églyse: _Te Deum laudamus_.

[Note 326: _Suesce_. Suède.]

[Note 327: _Epiletique_. C'est-à-dire, il me semble: Ne provenoit pas
du démon.]

[Note 328: _Is_. Sors.]

[329]En ce temps avint en la cité d'Arras que deux femmes en estat
de béguignage feignoient que il leur estoit venu en appert, par la
révélation d'un ange, qu'il allassent au roy de France luy segnifier de
par Dieu que toutes les religions de femmes fist annuler, et ilecques,
ès lieux desdites religieuses méist frères de telle règle comme la
religion estoit. Si vindrent au roy et luy disrent que dit est. Adonc,
le roy les entendit moult bénignement, nonobstant qu'il fust très fort
malade, et cuidoit que ce feust vray; si assembla son conseil et fu
trouvé que ce n'estoit que une dérision, et furent prises et après
laissées aler.

[Note 329: Cet alinéa manque dans la plupart des manuscrits.]

Du roy Phelippe qui fu mort en l'an mil trois cens vingt et un vint
en succession le royaume, sans nul contredit, à Charles conte de la
Marche; et fu couronné à Reins le dimenche de la quinquagesime, c'est
vingt et uniesme jour de février; mais il ne vint à Paris devant le
karesme après.

En cel an, avoit le roy d'Angleterre eu victoire de ses anemis: car
le conte de Lenclastre avoit esmu pluseurs contes et pluseurs barons
contre luy, combien qu'il fust son cousin germain, et s'esforçoit de
luy deshériter: si que il avint que les gens le roy orent bataille
contre eux, et fu occis le conte de Herefort, et le conte de Lenclastre
pris et pluseurs autres contes et barons. Le conte de Lenclastre ot la
teste coppée, et les autres barons furent pendus[330].

[Note 330: La matière de cet alinéa sera développée au chapitre deux du
règne suivant.]


_Cy fenissent les fais du roy Phelippe-le-Lonc._



CY COMENCENT LES FAIS DU ROY CHARLES-LE-BEL.


I.

ANNÉE 1322

_Coment le roy Charles fu départi de sa femme pour cause de fillolage,
et après espousa Marie fille Henri jadis empereur de Rome._

Après la mort du roy Phelippe-le-Lonc régna sur les François
Charles-le-Bel son frère. Au commencement de son royaume[331], il
escripvit au pape comme pour cause de cognacion espirituelle, laquelle
estoit entre luy et Blanche sa femme fille de Mahaut contesse d'Artois;
laquielle contesse mère de la devant dite Blanche avoit levé et tenu
sus fons le roy Charles; et ainsi, selon les drois canons, le mariage
estoit nul, meismement que dispensacion n'avoit pas esté faite né
requise au Saint Père qu'il luy pleust à pourveoir de remède compétent
et convenable. Laquielle chose quant le pape l'ot entendue, il commist
à l'évesque de Paris, à l'évesque de Biauvais et à messire Geffroy
du Plessié prothonotoire de la court de Rome, qu'il enquéissent
diligeamment de la vérité, et ce qu'il auroient trouvé dénonçassent et
féissent savoir à la court de Rome.

[Note 331: _Royaume_. Règne.]

L'an de grace mil trois cent vingt deux, la veille de l'Ascencion, le
pape diligeamment informé que la dite contesse d'Artois, mère de la
dite Blanche, avoit levé des sains fons le roy Charles, pour quoy entre
luy et sa ligniée il avoit cognacion espirituelle, donna sentence que
au cas que dispensacion n'eust esté donnée du Saint Père, le mariage de
Charles et de Blanche estoit nul. Si donna congié au roy qu'il peust
prendre autre femme.

[332]En cel an, environ la Chandeleur, le conte de Nevers fu délivré
de prison. Lequiel comme il fust venu à Paris, acoucha de une grief
maladie qui fu causée, si comme aucuns dient, en la prison où il
fu mis, et de celle maladie il mourut; puis fu enterré aux frères
Meneurs l'endemain de la Magdelaine.[333] Et ainsi la contesse sa
femme retourna à son héritage, c'est assavoir la conté de Restel, de
laquielle conté le dit conte en son vivant ne vouloit que elle en joït,
combien que le roy luy eust assignée pour porcion; et avec ce deust
avoir la moitié de la conté de Nevers pour son douaire.

[Note 332: Inédit.]

[Note 333: La fin de cet alinéa n'est pas dans la continuation de
Nangis, et diffère dans beaucoup de leçons françoises: «Et lors sa
femme tourna en son héritaige de Réthel, et pour son douaire deust
avoir la conté de Nevers. De la mort du conte fu dit par créance que
l'en luy eust donné en sa prison quelque chose par quoi sa mort fu
avancée. Car il pensoient bien qu'il estoit de tele conscience que sé
il eust longuement vescu, il n'eust tenu envers son père né envers ceux
qui tenu l'avoient, nules convenances, combien qu'il les eust jurées.»
(Msc. de Sorbonne, nº 426.)]

[334]En cest meisme temps, le roy Charles prist à femme la seur au roy
de Boesme, jadis fille de l'empereur Henry et conte de Lucembourg,
à Prouvins le jour de la feste saint Mathieu apostre, en septembre.
(Et de là, il vindrent à Paris, le jour de la feste des Reliques,
qui est le derrenier jour de septembre où la feste fu célébrée très
solempnellement. Et vindrent ceux de Paris jusques à Saint-Denis,
encontre la royne, à cheval et à pié, à moult nobles paremens.)

[Note 334: Inédit.]

[335]En ce meisme jour trespassa Giraut Guete, né de Clermont en
Auvergne, qui, par sa soutilleté et malice estoit venu de petit estat
en si grant qu'il fu trésorier de Phelippe-le-Long. Mais commune
renommée estoit que trop présumptueux estoit en oubliant son premier
estat, et en faisant assés de molestes, griefs et inconvéniens au
peuple et aux nobles honmmes. Dont le roy Charles, qui vit son trésor
comme tout vuit;--car meismement comme son frère eust receu les
diziesmes n'avoit guères, et pou avoit despendu et riens payé des grans
deniers,--fist arrester ledit Giraut et fist faire enqueste sur luy.
Laquelle trouvée, il fu condempné à paier treize cent mil livres sans
l'amende arbitraire; et avec tout ce, pour mieux savoir la vérité dudit
trésor et des griefs que fais avoit, il fu mis en gehennes diverses, si
comme l'en dit, dont il chéi en fièvre continue et morut en prison au
Louvre, et fut enterré en l'Ostel-Dieu de la Magdelaine, povrement, du
commandement du rov qui dist que ceux qui meurent en prison royale ne
doivent estre enterrés solempnellement, pourquoi il appert que à tort
aient esté pris ou emprisonnés.

[Note 335: Inédit.]

Assez tost après Robert le conte de Flandres mourut; et Loys fils
du conte de Nevers qui avoit espousée et prise à femme la fille au
roy Phelippe derrenièrement trespassé, de la volenté des communes de
Flandres, lesquielles communes avoient juré que il n'auroient autre
seigneur, fu fait et establi conte de Flandres; non obstant que Robert
fils du conte de Flandres et frère au conte de Nevers eust occupé
les chastiaux et les forteresces de Flandres, par l'aide du conte de
Namur, en alant encontre son serement qu'il avoit fait et promis au
roy, quant il[336] maria sa fille à l'ainsné fils son frère le conte
de Nevers. Si fu le serement tel et la promesse que se le conte de
Nevers mouroit avant son père le conte de Flandres, que la conté de
Flandres venroit à Loys son fils, après la mort du conte de Flandres,
et non pas à son frère Robert. Ceste convenance jura à tenir le dit
Robert et l'approuva, et renonça à tout le droit qu'il povoit jamais
avoir en l'éritage de la conté de Flandres[337]. Et, pour ce, après
la mort au conte de Flandres les Flamens ne vouldrent autre accepter
que Loys, fils au devant dit conte de Nevers; ainsois mandèrent au roy
et segnefièrent que s'il prenoit et recevoit autre à hommage, que le
dit Loys fust certain qu'il prendroient par devers eux le gouvernement
de la conté de Flandres. Et, pour ce, pristrent les Flamens le conte
de Namur qui le dit Robert soustenoit comme son oncle, et le mistrent
en prison. Lequiel Robert quant il vit que les Flamens orent mis le
conte de Namur en prison, s'en vint en France pour ce qu'il n'osoit
pas bonnement demourer au pays. Puis fist[338] le dit Loys hommage au
roy de la conté de Flandres; mais Mahieu frère le duc de Lorraine,
qui avoit à femme la suer du conte trespassé, laquielle n'avoit pas
renoncié à son droit et devoit succéder comme hoir plus prochain à son
père, si comme elle disoit, s'opposa en toutes manières; pour quoy le
roy ne voult accepter l'hommage du conte; ainsois luy fist inhibicion
qu'il ne se portast pour conte né receust aucuns hommages jusques à
tant que sentence fu donnée sur les choses dessus dites.

[Note 336: _Il_. Le roy. Philippe-le-Long.]

[Note 337: La continuation de Nangis ne reproduit pas le reste du
chapitre.]

[Note 338: _Puis fist_. Celle phrase est moins exacte ici que dans les
autres leçons. «Et Loys, combien que il fust petit et jeune enfant,
offri au roy de France hommage, etc.» (Msc. 9650.--Nos historiens
modernes n'ont pas su mettre tous ces détails à profit.)]

Au derrenier, mandèrent les communes de Flandres au dit Loys qu'il
venist seulement à eux, et il seroit receu comme le seigneur; laquielle
chose il fist et vint à eux. Lesquiels le reçurent comme conte à grant
honneur: et combien qu'il le refusast, ce sembloit, reçut-il les
hommages des barons de Flandres, et premièrement du conte de Namur;
puis le[339] délivra de la prison aux Flamens qui pris l'avoient, si
comme il est devant dit[340].

[Note 339: _Le_. Le comte de Namur.]

[Note 340: J'ai suivi pour tout ce chapitre la leçon beaucoup plus
nette et plus étendue du msc. de Charles V, nº 8395. Quant aux
éditions précédentes des _Chroniques de Saint-Denis_, elles l'ont
complètement omis.]


II.

_D'une dissencion qui vint entre le roy d'Angleterre et ses barons._

En ce temps vint entre le roy d'Angleterre et pluseurs de ses barons
une moult grant dissencion, desquiels barons estoit chevetaine
principal le conte de Lencastre, noble homme et moult puissant en
Angleterre, oncle du roy de France par sa mère, et germain du roy
d'Angleterre de par son père. Car comme le roy d'Angleterre voulsist
entroduire en son royaume aucunes nouvelletés indeues encontre le
bien de tout son peuple et du royaume d'Angleterre;--laquielle chose
il ne povoit faire sans leur consentement, si comme il disoient, et
meismement qu'il le réputoient et tenoient pour idiot et non souffisant
au gouvernement du royaume;--il se rebellèrent contre luy, tant que
division se fist des barons d'Angleterre, dont les uns nourrissoient
la partie du roy et les autres la leur. Par quoy toute Angleterre
fu mise en grant tribulation et meschief. Et avint que un chevalier
d'Angleterre nommé Andri de Karle[341] qui désiroit à plaire au roy,
espia en la ville de Burbugne[342] le devant dit conte de Lencastre et
le prist malicieusement avec pluseurs autres barons, lequiel amena avec
ses prisonniers et présenta au roy d'Angleterre.

[Note 341: Les historiens anglois, qui n'ont pas mieux connu tous
les détails qui vont suivre que nos historiens modernes, nomment ce
personnage le chevalier Harklay.]

[Note 342: _Burbugne_. Ou mieux _Burgh_.]

En celle prise mourut et fu occis, sus le pont de la ville devant
dite, le conte de Harefort. Après ce que le conte de Lencastre et les
autres barons orent esté présentés au roy, il envoia les barons en
diverses prisons; et, au conte de Lencastre, après ce qu'il ot esté
confessié, oï sa messe et reçeu le corps Jhésucrist au sacrement de
l'autel, fist la teste couper; et en une abbaïe qui estoit près le fist
porter et enterrer. Auquiel sépulcre, si comme pluseurs racontèrent,
Nostre-Seigneur monstra puis moult de miracles, et fait encore.

Et puis le roy d'Angleterre, en récompensacion du service qu'il avoit
receu du devant dit chevalier Andri de Karle, donna à icelui la conté
de Karleel[343] où il y a pluseurs chastiaux et forteresces. Mais
icelui chevalier Andri pensant en soy meisme que longuement demourer en
Angleterre ne luy seroit pas seure chose, se transporta en Escoce; et
s'alia et ferma aliances à Robert de Brus qui en ce temps estoit roy
d'Escoce, et luy promist à rendre la conté de Karleel qui luy avoit
esté donnée, et à prendre sa suer à femme par mariage.

[Note 343: _Karleel_. Carlisle.]


III.

_Coment le roy d'Angleterre envahi Escoce._

En ceste année meisme, le roy d'Angleterre, avec grant plenté de gent
d'armes qu'il avoit assemblé, entra en Escoce, et gasta le pays tout
environ jusques au chastiau de Pendebroc[344] qui vaut autant à dire
en françois comme _le chastel aux Pucelles_, et ne pot passer en avant
pour vitaille qui deffailloit en l'ost. Si convint qu'il se retournast;
si renvoia son ost jusques à une montaigne que on appelle Blanque-More,
emprès laquielle y a une abbaïe. En celle se loga la greigneur partie
de son ost, et le roy tendi ses paveillons un pou loing de eux, si
estoit la royne avec luy qui de près le suivoit. Quant le roy se fu
ainsi logié, il donna congié à son ost et cuida bien estre asseur, car
il estoit bien à vingt-quatre lieues loing de ses anemis. D'autre part,
aussi en la dite abbaïe, estoient logiés messire Jehan de Bretaigne
conte de Richemont, monseigneur de Sully avec bonne compaignie,
lesquiels estoient venus en message au roy d'Angleterre de par le roy
de France.

[Note 344: _Pendebroc_. Continuation de Nangis: _Pendebonam_. Il
faudroit, je crois, _Edenburg_, dont l'ancien nom étoit effectivement
_Castrum Puellarum_.--_Blanque-More_ Black-More (noir marais).]

Ore avint et ne demoura guères que Andri de Karle, dessus nommé,
segnefia aux Escos qu'il venissent seurement, et qu'il trouveroient le
roy d'Angleterre desgarni de son ost et de sa gent. Lesquiels, quant
il orent ce oï et sceu que c'estoit vérité, ainsi comme gens forsenés
et entalentés de eux vengier, en une nuit et un jour chevauchièrent
et errèrent tant qu'il vindrent près de l'abbaïe où estoient logiés
monseigneur Jehan de Bretaigne et sa compaignie devant dite qui
mengoient et estoient à table. Et comme il leur fu dit que c'estoient
les Escos qui venoient tous armés sus le roy d'Angleterre, à paine le
povoient-il croire né vouloient. A la parfin quant il sorent ainsi
qu'il estoit voir, il pristrent leur armes et s'armèrent, puis se
mistrent noblement en conroy pour eux deffendre, et vouldrent garder
un pas estroit afin que les Escos ne peussent avoir passage. Et comme
de première venue il se deffendirent viguereusement et méissent à mort
pluseurs Escos, toute voies ne porent-il résister à la grant multitude
qui estoit des Escos, mais il convint qu'il se rendissent, ou autrement
eux et toute leur compaignie eussent esté occis et mis à mort.

Quant le roy d'Angleterre oï dire que les Escos venoient si asprement,
si fu moult troublé en cuer; car il n'avoit avec luy que trop pou
de gent. Et pour ce nécessité le contraint de luy départir tost et
isnelment; si s'en parti tantost: et la royne, avec sa gent, s'adressa
vers un chastel très fort assis sus une roche qui joint à la mer[345],
et se mist ilec à garant. Un peu après, la royne se doubta que elle ne
fust assegiée des Escos et des Flamens: si prist courage d'homme et se
mist en mer où elle ot moult à souffrir, et fu en moult de périls luy
et sa gent, et tant que une de ses damoiselles y mourut, et une autre
enfanta avant son terme; toutes voies à l'aide de Dieu, elle arriva
seurement au port d'Angleterre.

[Note 345: Addition du msc. 218: «Dont par où les Flamans vindrent en
Escosse.»]

Après toutes ces choses, il vint à la cognoissance du roy que messire
Andri de Karle avoit fait venir les Escos, et faite celle traïson;
si le fist espier le roy de toutes pars, tant qu'il fust pris et
admené devant luy. Quant il le tint, il en fist telle justice: il fu
premièrement atachié à la queue de deux roncins et trainé, puis fu
ouvert ainsi comme un pourcel, et prist-on sa brouaille, c'est à dire
ses boiaux et ses entrailles; et les ardist-on devant luy. Puis luy
coupa l'en la teste et après fu pendu par les espaules; au derrenier
il fu despendu et devisié en quatre pièces: et furent les pièces l'une
çà l'autre là, aux quatre maistres cités d'Angleterre portées et
pendues[346], tant pour espoventer comme pour donner exemple aux autres
de eux garder de faire traïson à leur seigneur, ou chose semblable.

[Note 346: Addition du msc. 218: «Et le chief mis sur la tour de
Londres. Et ne pourquant li Escoz gardèrent le conte de Richemont en un
fort chastel, et le seigneur de Sully en un autre jusques au quaresme
ensivant.»]

Depuis, le roy de France escript à Robert de Brus qui se tenoit pour
roy d'Escoce, qu'il luy rendist le seigneur de Sulli, lequiel il avoit
envoié en Angleterre comme messagier et non mie contre les Escos; si le
rendi au roy de France franchement sans nulle raençon, mais le conte de
Richemont ne voult en nulle manière délivrer.

En ce temps, Loys, fils le conte de Nevers, vint de Flandres à Paris.
Et pour ce qu'il ala en Flandres et reçut les hommages, contre
l'inibicion que le roy luy avoit faite, il fu arresté au Louvre, mais
un pou après, en donnant caution fu délivré et relaschié. La cause de
la conté de Flandres pendoit en ce temps au parlement, assavoir mon qui
succéderoit au conte Robert derrenièrement mort et trespassé.

Si fu dit et jugié par arrest, considérées les convenances qui avoient
esté faites et confermées par serement, pour Loys fils du conte de
Nevers; et fu à la partie inverse imposé silence perpétuel; et ainsi
le roy le reçut en hommage, et fu mis en possession paisible de la
conté de Flandres. (Quant il fu retourné en Flandres paisiblement,
il fist paix à sa mère, laquielle par mauvais conseil il avoit moult
courrouciée par avant. Car comme elle fust hoir de la conté de Restel
et mise en possession et saisine, il occupa et prist à soy un chastel
en la conté de Restel assis qui a nom Chastiau Renaut; pour lequiel
ravoir sa mère y envoia gens d'armes à plenté; et à l'encontre le fils
envoia contre sa mère monseigneur Jehan de Hainaut, à grant compaignie,
pour luy empeschier son propos. Si s'en failli pou que les deux osts
n'assemblèrent; mais la mère se départi, c'est à dire fist départir
ceux qu'elle avoit envoiés, pour ce que elle ne les vouloit pas mettre
en péril de mort.)


IV.

ANNÉE 1323

_Coment Loys fils le conte de Nevers fit receu en hommage de la conté
de Flandres._

(Ainsi retint le fils le chastel contre sa mère. Toutes voies luy
rendi-il après; mais nulle restitucion ne luy fist des despens que elle
avoit fais de son douaire, ainsi que elle devoit avoir par droit: et en
la conte de Nevers luy assigna il le moins qu'il pot: c'est assavoir
trois mille et quatre cens livres de tournois, comme, selon la coustume
du pays, elle deust avoir eu la moitié de la conté. Et ainsi, comme dit
est, le dit Loys, fils le conte de Nevers, fu mis en possession de la
conté de Flandres.)

Le roy Charles déceu par le conseil d'aucuns qui n'aiment pas le profit
commun, si comme son père mua ses monnoies en son temps, ainsi mua-il
la seue de fort à foible; dont pluseurs domages s'ensuivirent au
royaume et au peuple. En Alemaigne les ducs en controverse esleus pour
estre empereur, s'entreguerroioient par feu et par rapines.


V.

_Coment Jourdain de Lille fu trainé et pendu au gibet de Paris, pour
ses meffais._

L'an mil trois cent vingt-trois, un des nobles hommes de Gascoigne,
très noble de lignage mais très désordené en fais et en meurs,
appellé Jourdain de Lille, à qui le pape Jehan pour raison de la
hautesce de son lignage avoit donné sa nièce à mariage[347], comme
commune renommée courust contre luy, fu accusé devant le roy pour
ses grans mesfais, desquiels il fu convaincu et ataint, car il ne
se pot purgier né excuser. Le roy à la prière du pape Jehan qui luy
avoit escript qu'il le voulsist espargnier ceste fois, luy pardonna
dix-huit articles qui avoient esté proposées contre luy, pour chascun
desquiels il avoit esté jugié digne de mort. Lequiel Jourdain metant
en oubli la grace et le bienfait que le roy luy avoit fait, en riens
du monde ne s'amenda, mais ainsi comme devant et pis encore commença à
maufaire: c'est assavoir roberies, homicides, efforcier femmes, vierges
despuceller, estre rebelle au roy. Dont il avint que un sergent du roy
qui avoit sa mace esmailliée de fleur de lis, qui sont les armes de
France, et la portoit avec soy comme sergent d'armes ont de coustume,
il le tua de sa mace meisme[348], et ne tint conte de faire tieux
mauvaistiés né tieux fais. Il avoit, si comme on disoit, moult de
mauvaise merdaille[349], robeurs, murtriers et telle manière de gens
qui roboient et despoilloient les bonnes gens clers et lays, et puis
luy apportoient ce qu'il avoient pillié et robé. Longuement mena telle
vie, tant que plaintes et clameurs de rechief en vindrent au roy; pour
quoy le roy luy manda qu'il se venist excuser devant luy et ses barons.
Lequiel quant il entendi le mandement vint à grand arroy à Paris et à
grant orgueil; et vindrent avec luy pluseurs contes et barons qui en
tant comme il povoient le seurportoient et excusoient. D'autre part
vindrent contre luy pluseurs autres nobles hommes: c'est assavoir le
marquis d'Ancone[350] qui avoit esté neveu le pape Climent, et ses fils
avec luy, et moult d'autres barons et grans seigneurs qui proposoient
contre luy moult de mauvaistiés et de forfais, lesquiels il offrirent
à prouver sé ainsi estoit qu'il les voulsist nier. Et le dit Jourdain
respondi que tout ce qu'il luy metoient sus, le roy luy avoit pardonné.
Mais non obstant la response, il fu prouvé que après le pardon et la
rémission le roy il avoit fait pluseurs fais par quoy il estoit digne
de mort: pour lesquiels il fu mis en prison au chastelet, et puis du
chastelet il fu mené devant les seigneurs de parlement, accompaignié de
gens d'armes, et ylec selon les mérites de ses fais fu jugié à estre
digne de mort. Lors fu pris de rechief et mené en Chastelet, et le
samedi, septiesme jour de may, fu trainé à queues de chevaux et pendu
au gibet de Paris, au plus haut, vestu des draps du pape Jehan dont il
avoit espousée la niepce.

[Note 347: Dom Vaissette nie cette alliance. Jourdain de Lille,
seigneur de Casaubon, dont il s'agit ici, auroit épousé, suivant cet
excellent historien, Catherine de Grailly.]

[Note 348: «Et du sergent auquel il avoit bouté la masse enarmée des
armes le roy, parmi le fondement, et puis l'eust occis...» (Msc. nº
218, Sup. fr.)]

[Note 349: Ce mot, autrefois fort usité, répondoit à ceux de
_canaille_, _crapule_, que nous ne craignons pas toujours de prononcer.]

[Note 350: Appelé par D. Vaissette _le vicomte de Lomagne_, t. 4, p.
191; et par le continuateur de Nangis, _marchione de Angonitano_.]

A la Penthecoste ensuivant, la royne Marie, femme du roy Charles et
suer du roy de Boesme, fu couronnée en la chapelle du roy à Paris,
présens son dit frère et son oncle l'archevesque de Trèves, à grant
multitude de nobles hommes d'Alemaigne.

En ceste année meisme, saint Thomas d'Aquin, de l'ordre des frères
Prescheurs, noble de lignage selon le monde et excellent docteur en
théologie, examinacion faite de sa vie, de ses meurs et des miracles
aussi que Dieu par sa débonnaireté avoit fait ou faisoit pour luy;
veu le procès et enqueste sur ce diligemment faites et approuvées par
le collège de Rome; le pape, par le consentement de ses frères les
cardinals, le canonisa; et ordena la solempnité de la feste à certain
jour, c'est assavoir le quinziesme jour de juignet.


VI.

_D'un chat tout noir qui fu mis en un escrin en terre en un quarrefour,
par sorcelerie._

En ceste année aussi, avint que un abbé de Cistiaux fu robé de
merveilleusement grant somme d'argent. Si fist tant, par la procuracion
d'un homme qui demouroit à Chastiau-Landon et en avoit esté prévost,
pour quoy on l'appelloit encore Jehan Prévost, que convenance fu faite
entre luy et un mauvais sorcier que on feroit tant que on sauroit
qui estoient les larons, et coment il seroient contrains à faire
restitucion, en la manière qui s'en suit: premièrement, il fist faire,
à l'aide du dit Jehan Prévost, un escrin et mettre dedens un chat
tout noir, puis le fist enterrer en une fosse aux champs, droit en un
quarrefour, et ordena sa viande: et mist dedens l'escrin pour trois
jours, c'est assavoir pain destrempé et mouillié en cresme, en huille
sainte et en iaue benoicte, et à celle fin que le chat ainsi enterré
ne mourust, il y avoit deux pertuis en l'escrin, et deux longues
fistules qui seurmontoient la terre que on avoit gettée sus l'escrin,
afin que par les fistules l'air peust entrer en l'escrin par quoy le
chat peus espirer et respirer. Or avint que bergiers qui menoient leur
brebis aux champs, passèrent parmi ce quarrefour si comme il avoient
accoustumé: leur chiens commencièrent à flairier et à sentir le chat;
tantost trouvèrent le lieu où il estoit, lors se pristrent à fouir et
à grater des ongles trop fort pour noyent, [351]feust une taupe, si
n'estoit nul qui les peust oster d'ilec. Quant les bergiers virent
leur chiens qui ne se vouloient mouvoir d'ilec, si s'approchièrent
et oïrent le chat miauler, si furent moult esbahis. Ainsi comme les
chiens gratoient tousjours, un bergier qui fu plus sage des autres,
manda ceste chose à la justice qui tantost vint au lieu et trouva le
chat et la chose, ainsi comme elle avoit esté faite. Si se commença
à merveillier trop grandement, et pluseurs aussi qui estoient venus
avec lui. Et comme le prévost de Chastiau-Landon fu angoisseux et
pensant en soy meisme coment il pourroit l'aucteur de si horrible
malefice avoir né trouver, car il savoit bien que ce fait n'avoit
esté fait que pour aucun malefice faire; mais à quoy né de qui? il
en estoit ignorant. Avint ainsi comme il pensoit en soy meisme et
regardoit l'escrin qui estoit fait de nouvel, il appella tous les
charpentiers de la ville, et leur demanda qui avoit fait cest escrin?
Après la demande faite, un charpentier se mist avant, et dist qu'il
avoit fait l'escrin à l'instance d'un homme que on appelloit Jehan
Prévost, mais, sé Dieu luy voulsist aidier[352], il ne savoit à quel
fin il l'avoit fait faire. Un pou de temps passé, icelui Jehan Prévost
fu pris par souppeçon, questioné fu et mis en gehenne, et tantost
confessa le fait; puis accusa un homme qui estoit le principal, et qui
avoit esté trouveur de faire ce maléfice et ceste mauvaistié, appelé
Jehan Persant: après il accusa un moine de Cistiaux qui estoit apostat
estre espécial disciple de celuy Jehan Persant, l'abbé de Sarquenciaux
de l'ordre de Cistiaux, et aucuns chanoines rieulés[353] qui tous
estoient complices de ceste mauvaistié. Lesquiels furent pris, liés
et menés à Paris devant l'official de l'archevesque de Sens et devant
l'inquisiteur. Quant il furent devant eux, on leur demanda à quel fin
et pour quoy il avoient celle chose faite, et espéciaument à ceux
que on savoit par cuidier[354] qui estoient les maistres de l'art au
déable. Il respondirent que sé le chat fust demouré par trois jours
au quarrefour, après ces trois jours il l'eussent trait hors et puis
escorchié; après de la pel il eussent fait corroies, lesquielles il
eussent tirées et aloignées tant comme il peussent et nouées ensemble,
si que elles féissent et peussent faire un cerne[355], en l'espace
duquiel un homme peust estre dedens compris et contenu. Laquielle chose
faite, celuy qui seroit au milieu du cerne metroit tout premièrement
dedens son derrière de la viande de quoy le chat avoit esté nourri,
autrement ces invocations n'auroient point de effet et seroient de
nulle value. Et ce fait il appelleroit un déable appellé Berich,
lequiel vendroit tantost et sans délai, et à toutes les demandes que
on luy feroit, il respondroit et enseigneroit le larrecin, et tous
ceux qui seroient principaux du larrecin, et ceux qui ce avoient
fait; et plus il enseigneroit tout mal à faire et aprendroit à qui
luy demanderoit. Lesquielles confessions et droites diablies oïes,
Jehan Prevost et Jehan Persant comme auteurs et principaux de ceste
mauvaistié et maléfices furent jugiés à estre ars et punis par feu.
Mais comme la chose fu targiée à faire et retardée, l'un des deux c'est
assavoir Jehan Prevost va mourir, duquiel les os et tout furent ars en
poudre en detestacion de si horrible crime; et l'autre, c'est assavoir
Jehan Persant, à tout le chat pendu au col, fu ars et mis en poudre
l'endemain de la saint Nicholas. Après, l'abbé et le moine apostat, et
les autres chanoines rieulés qui à faire ce maléfice avoient administré
le cresme et les autres choses, furent premièrement dégradés, et
depuis, par jugement droiturier, furent condampnés et mis en chartre
perpétuellement.

[Note 351: Il semble qu'il faudroit: _Come sé ce féust_.]

[Note 352: _Sé Dieu luy voulsist aidier_. C'est la même invocation que
_Die m'aist_. Dieu lui fût en aide.]

[Note 353: _Rieulés_. Réglés ou réguliers.]

[Note 354: _Par cuidier_. Par conjecture.]

[Note 355: _Cerne_. Cercle.]

[356]Et en cest an meisme, fu un moine de Morigni, une abbaïe emprès
Estampes, qui, par sa curiosité et par son orgueil, voult susciter
et renouveller une hérésie et sorcerie condampnée qui est nommée en
latin _ars notoria_, et avoit pensé à luy donner autre titre et autre
nom. Si est cette science telle que elle enseigne à faire figures et
empreintes, et doivent estre différentes l'une de l'autre et assigniées
chascune à chascune science; puis doivent estre regardées à certain
temps fais en jeunes et en oroisons. Et ainsi, après le regart, estoit
espandue science, laquielle en ce regart on vouloit avoir et acquérir.
Mais il convenoit que on appellast aucuns noms mescogneus, lesquiels
noms on créoit fermement que c'estoient noms de déables; pour quoy
pluseurs celle science décevoit et estoient déceus, car nul n'avoit
oncques esté usant de celle science que aucun bien ou aucun fruit en
eust raporté; noient moins icelui moine reprouvoit icelle science,
jasoit ce qu'il fainsist que la benoicte vierge Marie luy fust apparue
moult de fois, et ainsi comme lui inspirant la science; et pour ce
à l'honneur d'elle, il avoit fait pluseurs images paindre en son
livre[357] avec pluseurs oroisons et caractères très piteusement, de
fines couleurs, en disant que la vierge Marie luy avoit tout révélé.
Lesquielles ymages appliquées à chascune science et regardées après les
oroisons dites, la science que on requéroit estoit donnée: et plus,
car fussent richesces, honneurs ou délices que on voulsist avoir, on
l'avoit. Et pour ce que le livre prometoit telles choses, et que il
esconvenoit faire invocacions et escrire deux fois son nom en ce livre,
et faire escrire le livre proprement pour soy, qui estoit couteuse
chose, autrement il ne luy vaudroit riens s'il n'en faisoit un escrire
à son coust et à ses despens; à juste cause fu condampné le dit livre à
Paris et jugié, comme faux et mauvais contre la foy crestienne, à estre
ars et mis en feu.

[Note 356: Cet alinéa renferme sur la superstition du moine de Morigny
bien d'autres détails que la continuation latine de Nangis.]

[Note 357: _En son livre_. «Et avoit en ce livre sept images peintes
qui représentoient les sept sciences que l'on voulult savoir.» (Msc.
218, S. F.)]


VII.

_Coment le seigneur de Partenay fu accusé de hérésie._

En cest an avint en Poitou que le sire de Partenay, noble homme et
puissant fu accusé par devers le roy sus pluseurs cas de hérésie de
par l'inquisiteur[358] qui estoit frère de l'ordre des Prescheurs.
Lequiel seigneur quant il fu accusé, le roy, à petite délibéracion,
toutes voies comme bon crestien[359] le fist prendre et arrester tous
ses biens, et mettre en prison au Temple à Paris. Après, en la présence
de pluseurs prélas, clers de droit, et grant multitude de gent, ledit
frère qui estoit breton appellé frère Morise, proposa en la présence
du dit seigneur de Partenay moult d'articles touchans hérésie, et
requist qu'il respondist et jurast de la vérité. Lequiel seigneur, au
contraire, proposa moult de choses contre le dit frère pour lesquielles
il affirmoit luy non estre digne de l'office d'inquisiteur; né ne voult
respondre né jurer, ainsois appella à court de Rome de son audience, sé
aucune estoit.

[Note 358: _De par l'inquisiteur_. «Fratrem Mauritium.»]

[Note 359: _Comme bon crestien_. C'est du roi qu'il s'agit.]

Lors le roy, quant il entendi ce, et non voulant au dit seigneur
clorre la voie de droit, ses biens premier restitués, il l'envoia à la
court de Rome bien acompaignié de bonne garde; et comme il fu venu en
la présence du saint père, et le dit inquisiteur eust proposé contre
le dit seigneur les articles autrefois proposés, le pape luy assigna
autres auditeurs et commanda à l'inquisiteur que sé aucune chose autre
il vouloit proposer avec, il le proposast devant eux: et ainsi selon la
coustume de Rome, la cause demoura à court bien et longuement.

En la fin de cest an, Loys le conte de Flandres fu receu très noblement
en la ville de Bruges et donna aux bourgois pluseurs franchises et
libertés, pour quoy il firent très grant joie en la réception de sa
personne. Mais entre les autres choses, souverainement leur desplaisoit
que, le conseil des Flamens mis arrière, il usoit du conseil à l'abbé
de Verzelay, fils jadis de Pierre Flote qui fu occis à Courtrai avec le
bon conte d'Artois Robert, l'an mil trois cens deux; lequiel abbé, pour
la mort de son père, il reputoient estre anemi des Flamens, en telle
manière que sé aucune chose estoit ordenée en la conté de Flandres,
combien que elle fust justement et bien ordenée, s'il sceussent que
elle fust ordenée par le dit abbé et la chose ne venist à leur désir
et à leur volenté, il disoient que faussement et mauvaisement avoit
esté faite et ordenée. Dont il convint que le conte comme contraint et
contre sa volenté, renvoiast l'abbé en son abbaïe.

En ce meisme temps fu et ot grant dissencion en la ville de Bruges:
car comme le conte eust assise une taille assez griève ès villes
champestres d'entour Bruges et à Bruges aussi, et les collecteurs
l'eussent levée trop plus grande que elle n'avoit esté assise, avint
que les païsans et les bonnes gens forains furent merveilleusement
esmeus et courrouciés: si s'assemblèrent et orent parlement à ceux de
Bruges du moien estat; lesquiels avoient esté grevés meismement par les
hommes riches de Bruges. Et quant il se furent conseilliés ensemble, il
ordenèrent que par toutes les villes à certaine heure il sonneroient
la cloche, et seroient près et appareilliés sans nul deffaut et bien
armés. Ainsi furent comme il avoient ordené; et quant il furent
tous près, il entrèrent soudainement en la ville de Bruges avec un
chevetaine qu'il avoient fait entre eux, et occistrent et mistrent à
mort des gens au conte et pluseurs des gros et des riches de la ville
de Bruges.


VIII.

_Coment Galeace conte de Milan desconfit la gent du pape en bataille,
et coment la royne de France mourut._

Après la mort de Mahieu[360] le visconte de Milan, succéda et ot
la visconté Galeace son fils, chevetaine des Guibelins. Encontre
ce Galeace envoia le pape, le roy Robert, le cardinal de Poget et
monseigneur Henri de Flandres, (frère du conte de Namur), lequel fu
chevetaine de moult de gent d'armes: lequiel chevetaine Henri assembla
et ajousta aux gens d'armes qu'il avoit, les Guelphes, lesquiels entre
Plaisance et Milan assemblèrent encontre icelui Galeace en champ de
bataille: forte fu et aspre la bataille, si fu occis le frère au
cardinal, et le cardinal s'en fui tost et isnellement quant il vit la
desconfiture: ainsi monseigneur Henri qui estoit chevetaine se retrait
honteusement, et fu grant pièce que on disoit qu'il estoit mort; mais
après il apparut qu'il s'estoit sauvé cautement. Si fu la victoire de
celle bataille aux Guibelins, et furent mis à mort des Guelphes mil et
cinq cens personnes.

[Note 360: _Mahieu_. Maffeo Visconti.]

Environ la mi-karesme, comme le roy retournoit des parties de Thoulouse
et il fust venu à Yssoudun, une ville qui est en Berry, la royne
qui le suivoit et qui estoit grosse, avant qu'il fust temps d'avoir
enfant enfanta un fils, un moys avant son terme ou environ: lequiel
tantost après qu'il fust baptisié, mourut; et aucuns jours aussi passés
mourut la royne, et fu enterrée à Montargis en l'églyse des frères
Prescheurs[361].

[Note 361: _Des frères Prescheurs_. Plusieurs manuscrits portent ici:

«_En l'églyse des seurs des frères Prescheurs_.» Et le manuscrit
nº 9622-3.3. justifie cette leçon en portant: «Et ensevelie chiés
les seurs S. Dominique asquelles elle avoit dévocion; car ele avoit
une tante en celle ordre qui estoit prieuresse du Val de Notre-Dame
en Allemaigne, à deux lieues de Lucembourg, avec qui ele avoit esté
norrie; et là fu-ele prinse quant ele fu amenée au roy.»]


IX.

ANNÉE 1324

_De la dissencion qui fu entre le duc de Bavière et Federic pour
l'empire; et après, d'une grant dissencion qui mut entre les gens du
roy de France et les gens du roy d'Angleterre en Gascoigne._

En l'an après mil trois cens et vingt-quatre, moult de roberies,
pilleries, rapines et arsures furent faites entre les électeurs de
l'empire de Rome pour la cause de l'eslection faite en descort et
célébrée. En la fin fu assignée, d'une partie et d'autre, jour de
bataille à plains champs[362], c'est assavoir le derrenier jour de
septembre. Si ot le duc de Bavière de sa partie le roy de Boesme, et le
duc d'Osteriche Federic avoit d'autre part grant multitude de Sarrasins
et de Barbarins, lesquiels il mist au front de la bataille; et estoit
ducteur de celle compagnie Henri frère du duc d'Osteriche. Encontre
eux fu le roy de Boesme et ot la première bataille, quant il furent
assemblés, si ot trop grant estour, et trop fort chapleis de une part
et d'autre, trop merveilleusement: tant que en la fin les Barbarins
et les Sarrasins furent tués et occis: le roy de Boesme emporta
glorieuse victoire et une honnorable journée. Si fu pris en celle
bataille Henri le frère du duc d'Osteriche et le jour ensuivant qui
fu le premier jour d'octobre se combati le duc de Bavière encontre le
duc d'Osteriche Federic, lequiel il prist avec pluseurs autres nobles
barons; et occist avec ce grant partie de la gent le duc d'Osteriche.
Henri se délivra tantost de sa raençon: il donna au roy de Boesme pour
sa dite raençon onze mille mars d'argent fin esprouvé; et avec ce
luy restitua une terre laquielle le père de ce Henri, c'est assavoir
Aubert le roy des Romains, avoit osté par violence au roy de Boesme. En
celle terre estoient seize bonnes forteresces, que cités que chastiaux
bien fermés, avec pluseurs autres villes champestres qui ne sont pas
mises au nombre. Ceste terre reçut le roy de Boesme avec le nombre
d'argent dessus dit de Henri frère le duc d'Osteriche, et puis le
délivra de sa prison franchement. Mais non obstant la prise de Federic
duc d'Osteriche, Leopol son frère et ses autres frères ne cessèrent
de guerroier le duc de Bavière par pluseurs guerres et batailles
continuels; si n'osta mie la prise du devant dit Federic la guerre,
mais agreva et acrut de jour en jour.

[Note 362: A Muldorf.]

En icest an meisme, le roy Charles, après la mort de la royne Marie qui
estoit suer du roy de Boesme, prist à femme Jehanne sa cousine germaine
fille du noble prince jadis conte d'Evreux, messire Loys de France,
frère au père du roy Charles, et par conséquent son oncle: si fu
requise dispensacion au Saint-Père pour affinité du lignage, laquielle
fu donnée et ottroiée.

En ce temps, fu en Gascoigne grant dissencion entre les gens du roy de
France et les gens du roy d'Angleterre: car le sire de Monpesat édifia
une bastide de nouvel en la seigneurie du roy de France, laquielle il
disoit estre de la seigneurie du roy d'Angleterre; et comme question en
fust mue et débat entre les gens du roy de France et les gens du roy
d'Angleterre, à la parfin sentence fu donnée pour le roy de France, et
fu celle bastide garnie des gens du roy de France et appliquiée à son
droit et à sa seigneurie. Dont il avint que le seigneur de Monpesat,
comme triste, dolent, despit et courroucié de ce fait; appella en son
aide le seneschal au roy d'Angleterre, et assaillirent à grant force
de gent icelle bastide, et firent tant qu'il entrèrent dedens par
violence; et eux entrés, tous ceux qui estoient de la partie au roy de
France mistrent à l'espée, et pendirent des greigneurs, et destruirent
la bastide et acraventèrent jusques à terre; tous les biens qu'il
trouvèrent pristrent et emportèrent au chastel de Montpesat. Ce fait
et ces choses venues à la cognoissance du roy, jasoit ce que par soy
meisme, sans requerir autre, il se peust bien estre vengié de l'injure
et de la vilennie qui luy avoit esté faite, noient moins, luy voulant
toutes ces choses faire par raison, segnifia au roy d'Angleterre que
l'injure qui luy avoit esté faite en sa terre luy fust amendée. Adonc
le roy d'Angleterre envoia en France Aymes cousin germain au roy de
France de par sa mère[363], avec noble chevalerie d'Angleterre, et luy
donna povoir d'accorder, de traitier et de confirmer tout entièrement,
sur le fait de l'amende que le roy de France requeroit à avoir.
Lors quant il furent venus, le roy de France voult et requist, pour
l'amende, que le seneschal et le sire de Montpesat, avec aucuns autres
qui avoient à ce fait esté et donné conseil à ce maléfice et mauvais
fait faire et perpétrer, luy fussent bailliés et, avec ce, le chastel
de Montpesat rendu. Les Anglois oïrent la requeste du roy: et quant
il virent que le courage du roy ne se vouloit à autre amende fléchir
né accorder, se consentirent faintement à la volenté du roy; et comme
il s'en voulsissent retourner en Gascoigne, il envoia avec eux un de
ses chevaliers appellé messire Jehan d'Erbley[364], afin que en sa
présence fust faite, au nom du roy de France, l'exécution de l'amende.
Mais avant qu'il venissent au terme où il devoient aler, les Anglois
distrent au dit messire Jehan, qu'il s'en retournast, sé il ne vouloit
perdre la teste. Lequiel s'en retourna au roy et luy conta et dist
coment les Anglois l'avoient moquié, et coment il garnissoient les
forteresces et les chastiaux et s'appareilloient de tout leur povoir
à guerroier. Quant le roy ot oï ces nouvelles, il reputa Gascoigne
estre forfaite, et à luy par droit et justice devoir estre appliquiée,
tant pour ce qu'il avoit cité le roy d'Angleterre et semons à certain
lieu et jour où il devoient tous deux estre, et l'avoit le roy
d'Angleterre accepté, mais il ne vint né envoia; tant aussi pour ce que
la composicion de l'amende dessus dite, laquielle Aymes, frère du roy,
avec pluseurs nobles de sa compagnie avoient accordé, ne voult mettre
à exécution. Et pour ce le roy envoia en Gascoingne son oncle messire
Charles de Valois conte, avec Phelippe et Charles fils du dit conte, et
messire Robert d'Artois conte de Biaumont le Rogier, à grant multitude
de gens d'armes esleus, environ la feste de la Magdaleine; lequiel
messire Charles, quant il fu venu à Agien, la cité se rendi tantost
sans bataille et sans cop férir, (combien que le roy d'Angleterre les
eust grandement encouragié à eux tenir fort contre le povoir du roy
de France. Mais il ne firent riens especiaument pour deux causes: la
première qu'il leva une taille d'argent en la cité qui merveilleusement
les greva; la seconde qu'il en mena avec soy une fille de la ville qui
estoit très gracieuse et très belle, dont les bonnes gens furent tous
mal meus contre luy).

[Note 363: «Rex Angliæ fratrem suum de secundâ uxore patris sui,
cognatum germanum Regis Franciæ ex parte matris, Edmondum.» Et non pas
_Raymondum_, comme on lit dans l'édition du _Spicilége_. Edmond étoit
comte de Kent.]

[Note 364: _D'Erbley_. «Domino Joanne de Ambleyo, milite regis.»]

Après vint le devant dit Aymes à une grant ville et fort qui est
appellée la Riole, et comme il les eust encouragiés de eux forment
tenir contre le povoir de France, il s'en voult aler à Bourdiaux; mais
les habitaus de la Riole luy distrent, que sé il s'en aloit il en
seroient moins fors encontre l'ost de France qui venoit sur eux. Si ne
s'en osa aler, ainsois demoura, à fin que par son absence la ville ne
fust plus légièrement prise.

Quant le conte de Valois entendi que le frère du roy d'Angleterre
avec ses Anglois estoit à la Riole, il aproucha de la ville pour
la asségier; si en ot aucuns de l'ost, desquiels le seigneur de
Saint-Florentin estoit chevetaine et ducteur, qui estoient desputés à
garder les issues et les entrées; si se combatirent à ceux de la Riole
et ceux de la Riole à eux, mais il furent chaciés et embatus arrière
en la ville, et s'approchièrent plus près des portes. Ceux de la ville
qui apperceurent leur anemis entalentés de eux mal faire, issirent à
greigneur nombre et quantité qu'il n'avoient fait devant; et nostre
gent françoise viguereusement les reçurent, si les enchacièrent comme
devant: mais pour ce qu'il s'approchièrent trop près des portes, il
furent surpris et vaincus. En celle bataille, fu occis le seigneur de
Saint-Florentin et pluseurs autres nobles et non nobles, dont le conte
de Valois, messire Charles, fu merveilleusement irié. Si fist drescier
ses engins et ses perrières, et asségia la ville de toutes pars, et en
telle manière que ceux de dedens ne povoient bonnement issir né entrer
sans grant péril de leur corps et de leur vies: car il faisoit geter
à ses engins grosses pierres dedens la ville qui quassoient les murs
et abattoient et froissoient les maisons. Aussi avoit-il fait faire
eschafaus qui joignoient aux murs, par quoy on se povoit combatre à
ceux dedens, main à main. Et quant ceux de la ville se regardèrent et
virent en si grant péril comme de perdre corps et biens, il envoièrent
ambassadeurs pour traiter de pais; laquielle fu ordenée en telle
manière: premièrement, la ville seroit rendue, et des habitans de la
ville ceux qui vouldroient estre encore sous la seigneurie du roy
d'Angleterre s'en iroient ailleurs querre habitacion, sauf leur corps
et leur biens; secondément, ceux qui vouldroient demourer en la ville
feroient serement de loyauté à tenir du roy de France, et d'obéir
aux gardes que on y metroit. Des choses accordées le frère du roy
d'Angleterre, neveu du conte de Valois messire Charles de par sa mère,
fu laissié aler en Angleterre parler au roy pour savoir s'il voudroit
tenir les convenances qu'il avoient promises au roy à Paris; et sé le
roy d'Angleterre les tenoit, paix seroit tenue et fermée, sé non il
devoit retourner à son oncle messire Charles pour le présenter[365] au
roy de France, et en faire sa volenté. Et afin que on eust seurté de
luy et qu'on fust seur de sa retournée, on retint en hostage quatre
chevaliers d'Angleterre, en telle condicion que s'il ne retournoit, on
leur coperoit les testes et seroit la guerre comme devant. Et, avec
ce, furent trièves données jusques à la Pasque ensuivant. Ainsi se
parti le frère du roy d'Angleterre et vint à Bordiaux; puis passa en
Angleterre. Dont aucuns murmuroient contre messire Charles de Valois
grandement, et disoient qu'il le deust premièrement avoir amené au roy
ou atendu la volenté du roy avant qu'il luy eust donné congié de passer
en Angleterre. Toutes voies par la bonne proesce et chevalerie du dit
messire Charles fu prise la Riole, et le chastel de Monpesat abatu et
arrasé par terre, dont le seigneur estoit n'avoit guères trespassé,
selon ce que aucuns créoient, de doleur et de tristesce. Et ainsi
fu ramenée toute Gascoigne en la seigneurie du roy sans moien[366],
excepté Bordiaux, Baionne et Saint-Sever qui se tindrent et demourèrent
sous la seigneurie du roy d'Angleterre. Depuis, à la femme et aux
enfans du seigneur de Montpesat furent rendus tous leur héritages, par
telle condicion qu'il les recognoistroient perpétuellement au temps à
venir à tenir du roy de France. Si manda le roy que la bastide que les
Anglois et le seigneur de Monpesat avoient destruite fust toute neuve
refaite et repairiée.

[Note 365: _Pour le présenter_. Pour être présenté comme prisonnier.]

[Note 366: _Sans moien_. C'est-à-dire probablement: sans retard.]

En cest an commanda le pape en vertu d'obédience, aux prélas, évesques
et à tous autres religieux qui ont office et povoir de preschier, que
le procès qu'il avoit fait contre Loys de Bavière, il preschassent et
publiassent en leur sermons; desquiels procès la cause fu ceste:


X.

_Coment le pape geta sentence de privacion d'empire contre Loys de
Bavière._

[367]Comme l'empereur Constantin eust donné à l'églyse de Rome et à
Saint-Sylvestre la dignité de l'empire perpétuellement à tenir et
posséder ès parties d'Occident, lequiel est establi à estre ordené par
un prince séculier, qui doit estre esleu par les électeurs d'Alemaigne
qui à ce faire sont ordenés et députés, desquiels l'eslection, combien
que elle soit justement faite et célébrée, doit estre offerte à
l'examination de la court de Rome, et la personne de l'esleu doit estre
examinée en la foy crestienne, et savoir de luy sé il a intention de
garder et deffendre de tout son povoir les droits de l'églyse. Et,
après ces choses, reçeu du Saint-Père le serement de l'empereur, le
pape le doit confermer et luy enjoindre l'office et l'administration
de l'empire; lesquielles choses en l'eslection du dit Loys de Bavière
furent défaillans et délaissiées; car les esliseurs le eslurent en
discort et y ot contradicion; et les uns eslirent Loys duc de Bavière,
les autres Federic duc d'Osteriche. Et ainsi chascun voult prendre à
soy et usurper le droit de l'empire par force d'armes; dont il avint
qu'il se combatirent, si fu pris le duc d'Osteriche, comme dit est
dessus, et sa bataille desconfite; et tantost Loys de Bavière s'en va
faire couronner et usurper les drois de l'empire, en soy appellant roy
des Romains _semper Augustus_ en ses lettres, et ordenant des choses
qui appartiennent à empereur duement ordené et establi et confirmé,
au grant préjudice et déshonneur de la court de Rome et de toute
saincte églyse; laquielle chose pape Jehan non aiant povoir de ceste
chose dissimuler, meu à juste cause et contraint en conscience, fist
semondre ledit duc de Bavière qu'il venist à luy respondre sus les
choses devant dites. Lequiel au terme qui luy estoit assigné ne vint né
comparut; mais envoia tant seulement trois procureurs qui autre chose
ne rapportèrent de la court fors que le terme de la citation ou de la
semonse fu aloignié jusques à trois mois. Auquiel terme ledit Loys, né
par luy né par autre, ne vint à court né ne se comparut né aussi ne
donna aucune response; et pour ce le Saint Père voyant saincte églyse
estre ainsi desprisiée, commanda, en vertu de saincte obédience, à tous
prélas, barons, et à tous autres, que nul en ceste rebellion ne luy
prestast aide, conseil né faveur encontre saincte églyse: né ne fust
appellé empereur, ainsois absoloit tous les vassaux du serement de
féauté, sé aucuns en avoient fait audit Loys de Bavière, ou se aucuns
luy en devoient: et quiconques iroit contre le commandement du Saint
Père, s'il estoit prélat fust suspendu de son estat, s'il estoit lay
qu'il fust escommenié et sa terre mise en entredit. Mais avant que le
pape jetast ceste sentence, il attendi encore, comme débonnaire père
fait son enfant, l'espace de trois moys, pour veoir s'il retourneroit
à obédience de saincte églyse: lequiel Loys de Bavière mettant tout
en nonchaloir fist pis que devant, en appelant contre le pape au
concile à venir, en le diffamant et en opposant article de hérésie, et
luy appellant hérite; et disant que à luy nul n'estoit tenu d'obéir,
pour ce qu'il avoit fait une décrétalle en laquelle il condamnoit une
hérésie qui maintenoit que Jhésucrist et ses disciples n'avoient riens
eu en commun, qui est appertement contre le texte de l'évangile qui
dit le contraire en pluseurs lieux. Pour tiex fais désordenés geta le
pape sa sentence devant dite de privacion de empire et de serement des
barons, comme dit est.

[Note 367: Ce chapitre ne se trouve pas dans la continuation latine de
Nangis.]

En celuy temps, fist le pape preschier que quiconques iroit combatre
conte Galeace et ses frères jadis fils Mahieu le visconte de Milan,
lesquiels estoient condampnés comme hérites, il aroit aussi grant
pardon et indulgence comme ceux qui vont Oultre-mer contre les
Sarrasins et les mescréans. Item pape Jehan condempna, du consentement
de tous les cardinaux, l'erreur et l'érésie de ceux qui disoient et
dient que Jhésucrist, tant comme il fust en ce monde ça aval en terre
devant sa passion, né les apostres aussi n'orent nulle riens terrienne
qui fust leur[368]. Et de ceste erreur issoit une autre que nient avoir
simplement, en général né en espécial né en propre né en commun, est
plus grant perfection de avoir aucune chose en commun; et ceste erreur
fu condampnée avec l'autre.

[Note 368: La fin de cet alinéa est inédit.]

En la fin de cest an, messire Charles conte de Valois, oncle du roy,
quant il fu venu en France, après ce qu'il ot donné trièves jusques à
Pasques prochaines à venir, le roy tantost s'appareilla pour aler en
Gascoigne, pour y faire sa Pasque, et pour commencer la guerre, Pasques
passées. Mais sa suer, la royne d'Angleterre, vint à luy en France, et
fist tant que les trièves furent esloignées jusques à la feste saint
Jehan[369]; afin que on puisse faire aucun bon traitié, et aucun bon
accort, par quoy il y eust bonne paix entre les deux roys.

[Note 369: Ce passage tendroit à prouver que la reine d'Angleterre
venoit bien réellement pour s'occuper des intérêts de son mari, et
non pour exciter contre lui le roi de France. En ce cas là, Froissart
auroit commencé ses chroniques par une inexactitude.--La fête de saint
Jean tombe le 24 juin: le terme de la trève ne fut donc pas le 2 juin,
comme le dit M. Simonde de Sismondi dans son anti-françoise _Histoire
des Français_, t. IX, p. 455.]


XI.

_Coment la royne d'Angleterre, suer le roy de France Charles, vint en
France et son fils Édouart avecques elle._

L'an de grace mil trois cens vint-cinq, la royne d'Angleterre, suer
au roy de France Charles, qui estoit venue en France et avoit amené
avec elle Edouart son ainsné fils, fist tant[370] que ambassadeurs
furent envoiés au roy d'Angleterre, lesquiels firent tant que le roy
d'Angleterre promist à venir prochainement en France, et feroit hommage
au roy en la cité de Biauvais de la duchiée d'Acquitaine et de la terre
de Pontieu.

[Note 370: _Fist tant_. «Ut firmiter creditur», ajoute la continuation
de Nangis.]

En ce temps, estoit la royne de France Jehanne ençainte d'enfant,
pourquoy on attendoit à moins de ennui la venue du roy d'Angleterre:
car on avoit espérance que les deux roys fussent ensemble au temps
de la nativité de l'enfant, et esperoit-on, selon ce que aucuns
astronomiens avoient pronostiqué, que ce seroit un fils; et pensoit-on
que le roy d'Angleterre en sa venue en auroit grant joie. Mais Dieu qui
ordonne des choses si comme il luy plaist, ordena autrement que opinion
humaine n'avoit fait; car un pou après elle enfanta une fille, et fu
son premier enfant. Et comme le roy d'Angleterre eust dit et mandé
pluseurs fois qu'il vendroit au roy de France en certain lieu en son
royaume, comme dit est dessus, et feroit tout ce qui sembleroit bon aux
pers de France; il mua, ne sçay par quel esprit, son propos, et donna
à son aisné fils qui estoit jà en France tout le droit qu'il avoit
et povoit avoir en la duchiée d'Aquitaine, en laquielle duchiée est
contenue Gascoigne: lequiel en fist tantost hommage au roy de France, à
la requeste de sa mère.

Après un pou de temps le roy d'Angleterre manda à la royne sa femme
qui estoit en France que elle s'en retournast à luy en Angleterre,
mais elle ne s'i voult accorder; car le roy d'Angleterre avoit un
conseilleur en son hostel appellé Hue le Despencier[371], au conseil
duquiel le roy adjoustoit plaine foy sur toutes choses, lequel Hue
n'amoit pas moult la royne: et pour ce elle se doubtoit, sé elle
retournoit si tost en Angleterre, qu'il ne luy pourchaçast domage et
vilenie, ainsi comme il avoit autrefois fait. Si eslut à demourer
en France: et comme elle sceut bien que le roy d'Angleterre ne luy
enverroit né délivreroit pas ses despens, tant pour luy comme pour sa
famille, elle renvoia tous ses chevaliers en Angleterre et ses escuiers
aussi, exceptés aucuns que elle retint avec aucunes demoiselles; et
ainsi demeura une partie du temps en France. Mais tant que elle y fu,
le roy qui vit bien que elle estoit de sa volenté arrestée et demourée
en France, comme bon frère doit faire à suer, luy administra pour luy
et pour sa famille, tant comme elle fu en France, toutes ses nécessités
de bon cuer et de bonne volenté.

[Note 371: _Despencier_. Spencer.]


XII.

ANNÉE 1325

_Coment le conte de Flandres pourchaça traïson contre son oncle messire
Robert; et coment ledit conte fu pris et mis en prison._

En ce temps avint que le conte de Flandres fu en souppeçon de son
oncle messire Robert de Flandres, et l'ot pour souppeçonneux qu'il ne
machinast contre luy aucun mal, ou en sa mort. Pourquoy il fist escrire
unes lettres ès quielles il mandoit aux habitans d'une ville qui est
à trois lieues de Lille en Flandres que on appelle Warneston[372] en
laquielle demouroit et faisoit résidence ledit messire Robert, que ces
lettres veues, il méissent à mort ledit Robert comme anemi du conte
et de tout le pays. Mais il avint que avant que ces lettres fussent
scellées, le chancelier du conte segnefia audit messire Robert ce que
le conte de Flandres avoit ordené à estre fait de sa personne. Lequiel
Robert oï ce que le chancelier luy signifioit, au plus tost qu'il pot
se parti de la ville de Warneston, et s'en esloigna tant comme il pot;
et ainsi quant les lettres du conte de Flandres furent aportées en la
devant dite ville, elles furent de nulle vertu et de nulle effect. Si
commencièrent les grans haines et males volentés entre ledit messire
Robert et le conte. Et pour ce que ses lettres n'avoient eu nul effect
comme dit est, fist prendre son chancelier et luy demanda pour quoy
il avoit révélé son secret et descouvert? Il respondit en vérité et
dist: «Je l'ay fait afin que vostre honneur ne fust périe, et que vous
ne fussiez diffamé perpétuellement.» Nonobstant ceste response le
conte fist mettre le chancelier en prison moult apertement et moult
estroitement, et ne voult avoir la response agréable, combien que elle
fust véritable.

[Note 372: _Warneston_. Aujourd'hui _Warneton_.]

Assez tost après ces choses faites avint un grant meschief au jeune
conte de Flandres, duquiel, par aventure, ses peschiés furent cause, et
fu en la ville de Courtray. Comme il fust ordené par composition entre
le roy de France et les Flamens que pour les despens de guerres qu'il
avoit eues, il luy paieroient une grant somme d'argent, avint que le
conte ordena que les communes des villes de Flandres, c'est assavoir
de Bruges, d'Ypre, de Courtray et des autres villes champestres
paieroient celle somme d'argent. Si furent commis à la queillir aucuns
des nobles hommes de Flandres, et aucuns des greigneurs et des plus
riches des devant dites villes; lesquiels estoient pour la partie
du conte encontre toutes les communes devant dites. Toutesvoies, il
sembla aux communes que on avoit levé trop greigneur somme de deniers
que l'en ne devoit au roy, et si ne savoient aussi sé satisfaction en
avoit esté faite par devers le roy; pour quoy les gouverneurs des dites
communes requistrent au conte de Flandres que ceux qui avoient esté
collecteurs de celle grant somme d'argent, rendissent conte de receptes
et des mises; laquielle chose le conte fu refusant de faire, dont grant
dissencion et grant descort s'esmut entre eux: car les collecteurs qui
se sentoient fors et puissans commencièrent à traitier secrètement avec
le conte coment il pourroient humilier, sousmettre et abaissier ceux
qui vendroient de par les communes, pour oïr le compte de l'argent qui
avoit esté levé; avec ce orent aussi parlement aux riches bourgois et
aux greigneurs de Bruges, d'Ypre et de Courtray, et se conseillèrent
ensemble: si vindrent à Courtray en la ville et supposoient que ceux
des communes venissent à eux pour requérir à oïr leur comptes et leur
receptes; et estoit leur entencion, quant il fussent venus, qu'il les
eussent pris et puis eussent fait de eux leur volenté. Si avoient eu
tel conseil qu'il bouteroient le feu dedens les forbours de la ville
de Courtray, afin, quant il venissent, qu'il ne trouvassent ou eux
mettre fors en la ville, et ainsi les prendroient plus légièrement.
Le conseil fu accordé, si boutèrent le feu ès forbours; mais ce qu'il
avoient malicieusement pensé contre leur prochains, Dieu tourna sus
eux; car le feu esprist si fort et de tel façon que non mie seulement
il ardi les forbours, mais ardi forbours et ville tout ensemble.
Laquielle chose voyant les habitans de Courtray, et cuidans que ceste
chose eust esté faite par traïson tant du conte comme de sa gent, ceux
qui premièrement estoient de son aide et de sa part se vouldrent armer
contre luy asprement et viguereusement; et jasoit ce que d'une part et
d'autre y eust pluseurs de mors, de tués et d'occis, noient moins le
fort de la bataille chéi sus le conte de Flandres et sus les siens, en
tant que plusieurs se sauvèrent par fuite. Si y fu tué messire Jehan de
Flandres, autrement dit de Neele; le conte de Flandres fu pris et cinq
chevaliers et deux nobles damoisiaux, qui tous ensemble furent bailliés
à ceux de Bruges et mis en prison. Et les greigneurs de Bruges avec
les communes des villes d'entour, exceptés ceux de la ville de Gant,
eslurent à souverain seigneur monseigneur Robert de Flandres, anemi
mortel du conte de Flandres, si comme il est dit dessus. Lequiel quant
il ot la seigneurie, mist hors le chancelier de la prison le conte
de Flandres, et l'onnora en tant comme il pot; car par luy il estoit
eschappé de mort comme dessus est dit.

En ce temps que les choses aloient ainsi en Flandres, les habitans de
la ville de Gant qui estoient de la partie du conte Loys et non pas de
celui que les bourgois de Bruges avoient esleu à seigneur, s'armèrent
et furent de guerre contre ceulx de Bruges, pour ce que il avoient mis
en prison le conte. Si se combatirent ensemble et tant qu'il en y ot
occis de ceulx de Bruges près de cinq cens, et toutes voies ne fu pas
le conte délivré né mis hors de prison. Dont il avint que, environ ce
temps, le roy envoia messages sollempnels à Bruges, en eulx admonestant
et priant qu'il voulsissent délivrer et mettre hors de prison le conte
de Flandres. Mais nonobstant le mandement du roy, les messages s'en
retournèrent sans rien faire.--Entour la feste de la Magdelene, et en
tout l'esté devant et après, il fu si grant sécheresce que, par quatre
lunoisons, il ne chéi né ne plut yeau du ciel que on deust attribuer à
deux jours. Et combien que l'esté fust très chaut et très sec, toutes
voies ne furent oïes né vues tonnoires né foudres né tempestes; si
furent les vins meilleurs en celle année, mais d'autres fruis y fu pou.

En l'yver ensuivant, les frois furent si grans que Saine gela en brief
temps deux fois, et si fort que les hommes et toutes manières de gens
aloient par dessus; et rouloit-on les tonniaux de vins par-dessus la
glace, tant estoit forte; et que la glace fust forte on le pot bien
appercevoir au dégeler, car quant la glace se dessevra et fendi, elle
rompi en son descendre les deux pons de fust qui sont sur Saine à
Paris: avec ce que yver gela fort; si fu-il plain de noif et neigea
grandement, si durèrent les noifs jusques à Pasques, avant que fussent
toutes remises né fondues.

Au mois de décembre, accoucha malade griefment messire Charles,
conte de Valois; si fu la maladie si griève, qu'il perdi la moitié
de luy[373]; et cuidièrent pluseurs que, en celle maladie, il feist
conscience de la mort Enguerran de Marigny lequel fu pendu, si comme
aucunes gens dient, à son pourchas, par ce qu'on apperceust après.
Quant sa maladie engregea, il fist donner une aumosne parmi la ville de
Paris, et disoient ceulx qui donnoient l'aumosne aux personnes: «Priez
pour messire Enguerran de Marigny, et pour messire Charles de Valois!»
Et pour ce qu'il nommoient avant le nom de messire Enguerran que de
messire Charles, pluseurs jugèrent que de la mort messire Enguerran il
faisoit conscience. Lequel, après longue maladie, mouru au Perche[374],
qui est en le dyocèse de Chartres, le dixiesme jour devant Nouel; et fu
son corps enterré à Paris aux Frères Prescheurs, et son cuer aux Frères
Meneurs.

[Note 373: _La moitié de luy_. «Ut usu membrorum suorum parte mediâ
corporis privaretur.» C'étoit sans doute une paralysie.]

[Note 374: _Perche_. «Partecum.» Ce doit être le petit village de
_Perray_ ou _le Perré_, à une lieue et demie de Rambouillet, et non pas
_Patay_, ou _Nogent-le-Rotrou_, comme le présument Velly et les autres.]

En cest an, pluseurs personnes de diverses parties du monde qui avoient
oï dire et entendu que messire Loys, conte de Clermont (qui puis fu
appellé duc de Bourbon), devoit aler, à Pasques prochaines venant,
au saint sepulcre et visiter la Sainte Terre, encouragiés et meus de
dévocion, désirant d'aler Oultre-mer visiter le saint sépulcre et aorer
avec luy, vendirent leur héritages et tout ce de quoy il povoient faire
argent, et vindrent à Paris, tous près pour partir la sepmaine peneuse.
Et messire Loys regarda qu'il n'estoit pas encore prest pour parfaire
son passage, si fist preschier le jour du saint vendredi aouré en plain
palais, qu'il n'entendoit pas à faire ce voyage né passer la mer en
celle année; mais l'année prouchaine venissent à Lyon sus le Rosne,
et ilec leur seroit dit le port où les pélerins devroient apliquier.
Lesquelles parolles oïes, pluseurs furent escandalisiés et pluseurs
s'en moquèrent. Et ainsi furent défraudés de leur entente ceulx qui
avoient vendus leur héritages et autres biens, et s'en retournèrent en
leurs contrées dolens et courrouciés.


XIII.

ANNÉE 1326

_Coment la royne Jehanne, fille le noble prince Loys jadis conte
d'Evreux, fu coronée à Paris en la chapelle du palais; et coment
Ysabel, la royne d'Angleterre, prist congié à son frère, et s'en ala
vers Angleterre._

L'an de grace mil trois cent vint-six, la royne de France Jehanne,
fille de messire Loys jadis conte de Evreux, à grani appareil et moult
somptueux fu coronnée à Paris en la chapelle le roy au palais.

En ce meisme an, la royne d'Angleterre Ysabel, suer du roy de France,
qui se doubta, sé elle demouroit plus en France, que elle n'encourust
la malivolence et l'indignacion du roy d'Angleterre, son seigneur,
prist congié à son frère le roy de France et s'en ala vers Angleterre.
Quant elle se fu partie de Paris, elle chemina tant que elle vint en
la conté de Ponthieu, et ilec attendi nouvelles de son seigneur, et
s'ordena à y demeurer une pièce.

En celle saison, vindrent nouvelles au roy de France que le roy
d'Angleterre avoit fait commandement par tout son royaume, qu'on méist
à mort tous les François qui estoient en Angleterre, et qu'il avoit
pris à soy et confisquié tous leur biens; pour laquelle chose le roy de
France moult esmeu commanda que tous les Anglois qui estoient en son
royaume fussent pris et leur biens aussi; laquelle chose fu faite en un
jour et en une heure, c'est à savoir l'endemain de la Nostre-Dame en
mie-aoust. Si furent moult esbahis les Anglois, et ne fu pas merveille:
car il se doubtoient que ainsi comme il avoient esté pris en un jour,
qu'il ne fussent aussi en un jour tous mis à mort; mais Dieu qui scet
les choses mal ordenées ordener en miex, ordena tout autrement: car
le roy fu infourmé véritablement que tout ce qu'on luy avoit donné
entendant estoit faux, c'est à savoir que les François eussent esté
pris né mis à mort en Angleterre; et pour ce fist le roy de France
tantost délivrer et mettre hors de prison tous les Anglois, mais de
ceux qui estoient riches leur biens furent confisquiés. Duquel fait
tous les preudeshommes du royaume de France furent courrouciés et
troublés et escandalisés: car au roy et en ses conseilliers apparut
clerement la mauvaise tache et l'ort vil péchié d'avarice et de
convoitise: dont pluseurs disoient et avoient, ce sembloit, cause[375],
que les Anglois avoient été plus pris pour prendre leurs eschoites que
pour vengier l'injure et la vilennie du royaume.

[Note 375: _Cause_. Raison.]

La royne d'Angleterre, qui avoit séjourné une espace de temps dans la
conté de Ponthieu, se pensoit coment elle peust bonnement passer en
Angleterre sans dommage et péril que elle y eust eu, né son fils né sa
gent aussi; car le roy d'Angleterre, par mauvais conseil, espéciamment
par messire Hue le Despensier, estoit trop mal meu contre elle; si
avoit mandé le roy par tous les pors d'Angleterre que sé elle y
arrivoit, que elle fust prise comme celle qui avoit pechié au crime
de lèse-magesté; et pour ce, la royne, sachant la volenté du roy,
son seigneur, prist en sa compagnie messire Jehan de Haynau, noble
chevalier et puissant en armes, qui avoit trois cens hommes d'armes
combatans, et arriva à un port dont nulle personne du monde ne s'en
donnoit de garde; mais ce fu à grant meschief et à grant paine: dont
une damoiselle enfanta d'angoisse avant son terme. Quant la royne fu
arrivée à ce port, les Anglois et ceulx qui le gardoient de par le roy
voudrent accomplir ce qu'on leur avoit commandé, et si ordenoient et
disposoient tant comme il povoient; mais la royne, comme sage et femme
de grant conseil, sans férir cop de glaive né d'espée, les apaisa en
ceste manière: elle leur manda par amour et par amistié qu'il venissent
parler à elle; il y vinrent: eulx venus, elle prist Edouart son fils
entre ses bras, et leur monstra, en disant ainsi: «Biaux seigneurs,»
dist-elle, «regardez cest enfant qui est à venir et à estre encore
vostre roy et seigneur, sé Dieu plaist. Si ne cuidiez mie que je soie
entrée en Angleterre à gent d'armes pour grever né domagier le roy
nostre seigneur né le royaume; mais y sui ainsi venue pour oster et
estreper aucuns mauvais conseilleurs qui sont entour monseigneur, par
lequel conseil monseigneur est aveuglé et afolé et la pais du royaume
et le royaume aussi empeschié et troublé; et, au moins, sé je ne les
puis oster né estreper, si est-ce bien m'entencion de la compaignie
mon seigneur eulx à mon povoir estrangier et esloignier, afin que
tous meffais soient corrigiés et amendés, et le royaume d'Angleterre
soit tenu et gardé en bonne pais et en bonne tranquillité.» Quant
les Anglois oïrent ainsi parler la royne, et il orent aussi veu leur
seigneur naturel entre les bras sa mère, toute leur male volenté fu
mue en douceur et en débonnaireté, et la reçurent luy et son fils à
grant joie et en grant solempnité, et ceulx qui estoient aussi en sa
compaingnie. La royne, ainsi receue à grant joie en Angleterre, ceulx
qui l'avoient receue signefièrent au roy que sa venue estoit paisible,
et pour ce, il luy supplioient que il la voulsist recevoir doucement,
débonnairement et bénignement. Le roy, qui estoit obstiné en son
courage, ne prist pas en gré la supplication; ainsois manda à la royne,
par grant desdaing, qu'il lui desplaisoit en toutes manières de ce
qu'elle avoit osé entrer en Angleterre à gent d'armes, meismement comme
il la tenist et affermast estre anemie du royaume. Ces choses oïes, la
royne se garda miex que devant; et tant comme elle pot, elle acquist
l'amour et la faveur des barons et des bonnes villes, espéciamment de
la ville de Londres. Si fu le roy si enveloppé de mauvais conseil,
qu'il avoit la royne tant abhominable, combien que, comme preude
femme, elle se fust aprouchiée de lui pour adebonnairier son courage,
sé elle peust, que en nulle chose né en nul lieu ne la voult oïr né
voir; dont les barons d'Angleterre orent indignacion contre luy, et si
grant qu'il s'armèrent avec monseigneur Jehan de Haynau, et alèrent en
guerre contre le roy; meisme entre les autres fu pris messire Hue le
Despencier. Et le roy à pou de gent se retraist à un très fort chastel
assis ès marches de Galles et d'Angleterre; et comme il alast de
chastel en autre ou voulsist aler, il fu pris d'aucuns barons par force
et par aguet, et fu baillié au frère au conte de Lancastre qui avoit
seurnon de Tort-col, pour ce que Thomas, conte de Lancastre, avoit esté
décapité au commandement du roy. Lequel Tort-col le garda sous estroite
garde jusques à la fin de sa vie bien et diligeamment. Le roy, ainsi
pris et mis en prison, assemblée se fist à Londres des barons et des
communes, lesquiex, de commun accort et d'un consentement, jugièrent
digne d'estre privé de toute dignité et auctorité royale et avec ce
de nom de roy, Edouart n'a guères roy d'Angleterre; et ce fait, il
coronèrent à roy son fils Edouart, combien que il refusast la couronne,
tant comme il peust, vivant son père. Assez tost après, messire Hue le
Despensier, par le jugement des barons, fu traîné à queues de chevaux,
puis fu ouvert comme on ouvre un pourcel, et ardi on sa brouaille et
ses entrailles devant luy voyant ses iex, puis ot la teste coupée, et
de son corps furent faites quatre pièces qui furent pendues aux quatre
principaux villes d'Angleterre. Pluseurs autres aussi qui furent de
sa sorte furent en diverses manières mis à mort; entre les autres, on
coupa la teste à un évesque qui estoit et avoit esté ami dudit messire
Hue le Despensier et de son père.

En cest an, envoia le pape en légacion, en Lombardie, messire Bertrand
de Poget, cardinal, et un pou après, luy fu adjoint à compaignon
messire Jehan Gaytan, cardinal, afin qu'il deffendissent sainte églyse
contre les Guibelins, et espéciamment contre ceulx de la cité de Milan;
pour rayson desquiex le saint Père avoit la cité et tout le pays mis en
entredit lequel il ne gardoient né vouloient garder en aucune manière;
et sé aucun, espéciaument de religion, le voulsist garder, il estoit
contraint à laissier le pays et à fuir-s'en, où il esconvenoit qu'il
souffrist griefs tourmens, par quoy il convenoit qu'il mourust. Si
afferment aucuns que pluseurs furent occis qui ne vouloient célébrer
devant eulx né à eulx administrer les sacremens de sainte églyse.

Le roy d'Angleterre Edouart, qui estoit en prison, mourut en ce temps,
et ne fu pas enterré en sépulture des roys[376]. Si fu son fils Edouart
confermé à roy d'Angleterre, et fist pais à Robert de Brus, roy
d'Escoce, pour luy et pour ses successeurs à tous jours mais. De la
mort au roy d'Angleterre sé elle fu avanciée ou non, celui le scet qui
de riens n'a ignorance, c'est Dieu.

[Note 376: La continuation de Nangis dit au contraire qu'il fut enterré
honorablement auprès de ses ancêtres.--Si l'on remarque que ni cette
continuation de Nangis, ni le chroniqueur de Saint-Denis, ni Froissart
ne parlent de l'odieux supplice que la reine d'Angleterre auroit fait
infliger à son déplorable époux, on pourra cesser de le regarder comme
incontestable. C'est pourtant là ce qu'ont estimé tous nos historiens
modernes. M. de Sismondi, qui a fait pour l'histoire de France ce que
Dulaure a tristement exécuté pour celle de Paris, va même plus loin:
«Il ne reste, dit-il, aucun indice qui fasse peser sur le roy de France
la moindre partie de la responsabilité du meurtre d'Edouard II, _si
ce n'est que les historiens françois n'en témoignent aucune horreur_,
et que, dans le récit de Froissart, c'est la reine qui paroît être
l'héroïne.» Il me semble qu'on devoit se contenter d'émettre quelques
doutes sur le fait en lui-même, et avouer que les chroniqueurs françois
répugnoient à y croire, et que Froissart avoit seulement parlé des
grandes qualités de la reine. Mais quand Froissart auroit trouvé bon ce
dont il ne parle pas, comment son opinion tendroit-elle à inculper le
roi de France?]


XIV.

_De la bataille qui fu entre le conte de Savoie et le dauphin de
Vienne._

En ceste saison, entre le conte de Savoie et le dauphin de Vienne ot
grant et fort bataille; si en y ot moult de tués de la partie du conte
et moult qui s'enfuirent avec le conte, et pluseurs qui furent pris, en
espécial le frère du duc de Bourgoigne et le conte d'Ancuerre. Et ainsi
le dauphin, qui avoit esté autrefois foulé du père au conte de Savoie,
ot victoire glorieuse et honorable en sa personne, jà soit ce qu'il
semblast que la partie du conte fust greigneur et plus fort.

Loys de Bavière, qui tenoit le duc d'Osteriche et Federic, son cousin
germain, en prison, estoit moult oppressé de bataille et de pilleries
par Leupold, frère du duc d'Osteriche, et par ses autres frères. Mais
Nostre-Seigneur, qui mue les coeurs des hommes si comme il veut, et
en la cui puissance sont non-seulement les roys, mais les roiaumes
et toutes choses, mua le coeur du devant dit Loys envers le duc
son cousin, et inclina à miséricorde, si et en telle manière qu'il
luy pardonna tout quanqu'il luy avoit meffait, et de la prison où il
estoit luy et pluseurs nobles qui estoient prisonniers et chaitis,
sans prière, sans argent et sans raençon délivra et renvoia; receu
premièrement son serment fait sus le corps Jésus-Crist, dont il receu
une partie et Loys de Bavière l'autre, que des ore en avant il luy
porteroit foy et loyauté tant comme il vivroit: et ce fait, le duc
d'Osteriche s'en retourna franc et quite avec sa compagnie en son pays;
dont trop de gent se merveillèrent coment ceste chose avoit été faite,
car ceulx de son propre conseil n'en savoient riens né personne vivant
excepté son confesseur.

En ce temps, se départirent de Paris deulx clers moult renommés,
maistre Jehan de Gondun et maistre Martin de Padoue Lombart, anemis de
sainte églyse, adversaires de vérité et fils d'iniquité; et vindrent en
une ville d'Alemaigne appelée Norembergh. Les quiex, comme il furent
là venus, aucuns qui estoient de la famille au duc de Bavière et les
avoient veus à Paris et oï dire de leur renommée, firent tant que, à
leur relacion, il furent retenus en la court du duc, non pas seulement
retenus, mais receus en la grâce du duc très familièrement; dont il
avint qu'il leur demanda moult amiablement: «Pour Dieu, dites-moy
quelle cause vous a meu à venir de la terre de pais et de gloire, en
ceste terre plaine de batailles, d'angoisses et de tribulacions?» Il
respondirent: «L'erreur que nous voions et regardons en sainte églyse
nous fait ici venir comme essiliés; et pour ce que nous ne povons
plus soustenir en conscience, nous sommes venus à vous à garant,
comme à celui à qui l'empire est deu de droit, et à qui il apartient
à corrigier les défaus, les erreurs, et les choses désordonnées
mettre et ramener en estat deu. Si devez savoir que l'empire n'est
pas sougiet à l'églyse, quar il n'est pas doubte que l'empire estoit
avant que l'églyse eust puissance né seigneurie; né l'empire aussi ne
se doit pas rieuser par les rieules[377] de l'églyse; comme on trouve
pluseurs empereurs qui l'élection de pluseurs papes ont confermée, si
ont fait assemblée par manière de senne, et ottroié deffinicion en ce
qui appartenoit à la foy crestienne. Et sé par aucun temps l'églyse
avoit prescrit aucune chose contre les franchises et libertés de
l'empire, nous disons que c'est injustement fait et malicieusement,
et que l'églyse l'a usurpé à tort et frauduleusement. Et ce que nous
disons et tenons pour vérité, nous sommes tous près de deffendre contre
tout homme, et sé mestier est, quelque tourment souffrir et endurer,
néis la mort.» Aux paroles desquiels Loys de Bavière ne s'accorda pas
du tout; ainsois trouva par les sages en droit que ceste persuasion
estoit fausse et mauvaise, à laquelle sé il se consentoit, comme elle
sentoit hérésie, ce fait, il priveroit soy du tout en tout du droit
de l'empire, et ainsi donroit au pape voie par quoi il procéderoit
contre luy. Pourquoy il luy fu conseillé qu'il les punisist, comme
il appartient à empereur non pas seulement deffendre la foy et les
crestiens, mais les hérites effacier et estreper. Lequel respondi
ainsi si comme on dit: «Ce ne seroit pas humaine chose de mettre à
mort ceulx qui nous servent, espéciamment ceulx qui ont pour nous
laissié leur pays et leur fortune.» Si ne crut pas leur conseil;
ainsois les tint près de soy en eulx honnorant de dons et d'autres
choses, et leur commanda qu'il fussent en tout temps près de luy. Ces
choses ainsi faites vindrent à la cognoissance du pape, lequel, après
pluseurs procès par voie de droit fais contre eulx, geta sentence
d'escommeninient sur eulx et sur ledit messire Loys; laquelle sentence
il envoia à Paris et autres lieux solempniex pour publier et dénoncier.

[Note 377: _Rieuser par les rieules_. Régler par les règles.]

En ce temps envoia le saint Père grant quantité de soudoiers en
Lombardie contre Galeace de Milan et les Guibelins qui estoient
excomeniés. Et quant il furent assemblés en guerre, tous ceux du
pape furent mis à l'espée et s'en eschapa à paine celui qui estoit
capitaine: si fu moult courroucié le pape, jasoit ce que pluseurs
disent que à bon droit estoit ceci advenu au pape. Car l'églyse ne use
pas contre ses anemis de glaive matériel, et meismement que le pape
avoit ce empris à faire sans parler à ses frères les cardinals. Et
quant le pape se vit ainsi apoinctié[378], si envoia par toutes les
provinces du royaume de France, afin que les églyses et les personnes
d'églyse luy aidassent à parfaire ses guerres. Laquielle chose le roy
de France deffendit à faire, car oncques mais n'avoit esté fait en son
royaume. Mais le pape luy rescript; après, le roy considérant: _Donne
m'en je t'en donrai_, il octroia de légier, dont le pape luy donna la
dixiesme des églyses à deux ans ensuivans; et ainsi saincte églyse
quant l'un la tont, l'autre l'escorche.

[Note 378: _Apoinctié_. Quelques leçons ont transformé ce mot en
celui de _apovrié_, et l'on pourroit démontrer que cette partie de
la continuation de Nangis est une simple traduction latine de nos
chroniques françoises, en remarquant le mot barbare _depauperatum_
qu'elle emploie ici parce qu'elle avoit eu sous les yeux la mauvaise
leçon françoise.]

En cest an meisme, gens nobles de Gascoigne qui estoient bastars,
commencièrent forment à envaïr le royaume de France. Contre eux fu
envoié messire Alfons d'Espaigne, cousin du roy, qui de chanoine
et archediacre de Paris s'estoit fait chevalier. Et combien qu'il
despendist moult, il fist pou ou noient, et s'en retourna en France
pour une quartaine qui le prist, dont assez tost après il mourut. Les
bastars, quant il sorent ceci, avec aucuns Anglois vindrent jusques
à la cité de Saintes qui est en Poitou dont le chastel est très fort
et est au roy d'Angleterre; auquiel il entrèrent et le défendirent
longuement contre le conte d'Eu et pluseurs autres nobles qui estoient
en sa compaignie. Et comme il eussent eu pluseurs assaux, il se
mistrent aux champs un pou loing de la cité, et mandèrent au conte
d'Eu jour et lieu assigné de bataille, qui volentiers l'acorda et
vint au lieu qui leur estoit assigné au plus tost qu'il pot. Et quant
les Anglois virent que le conte d'Eu s'estoit esloignié de la cité,
il entrèrent dedens et la mistrent toute en feu et en flambe sans
espargnier à églyse né à moustier. Lors le conte d'Eu et messire Robert
mareschal de France, voyant qu'il estoient décéus, les poursuirent
jusques en Gascoigne en sousmelant avant eux terres et villes au roy
de France; et tant alèrent que oncques puis ne s'osèrent monstrer né
apparoir leurs anemis.

En cest an la royne de France qui estoit ençainte d'enfant et reposoit
au Chastiau-Neuf[379] d'encoste Orliens, enfanta une fille; et assez
tost après sa première fille mourut.

[Note 379: _Au Chastiau-Neuf_. Châteauneuf, aujourd'hui bourg à quatre
lieues d'Orléans.--Je crois que la princesse dont il s'agit ici est
Marie et non Blanche; cette dernière étant née au bois de Vincennes,
contre l'opinion du P. Anselme.]

En ce temps meisme le conte de Flandres qui estoit en prison à Bruges
fu délivré par ceux de Bruges meismes, en prenant premièrement son
serement, c'est assavoir: que les drois, les libertés, les franchises
et les coustumes de Flandres il garderoit loyaument sans enfraindre; et
que, pour l'occasion de la prison, il ne feroit ou feroit faire mal à
eux né autre; car ce qu'il avoient fait il avoient fait pour son très
grant profit. Après il jura, mais mauvaisement tint son serement, que
en toutes ses grosses besoignes il useroit spécialement du conseil des
Flamens.


XV.

ANNÉE 1327

_Coment le roy de France Charles trespassa de ce siècle._

L'an de grace mil trois cens vint-sept, manda le roy Charles au roy
d'Angleterre que il venist faire hommage de la duchiée d'Aquitaine; si
se excusa le roy que bonnement n'i povoit venir pour la mort son père
qui estoit mort nouvellement; si l'ot le roy de France ceste fois pour
excusé.

En cest an furent à Paris pluseurs barons assamblés pour mettie acort
entre le conte de Savoie et le dauphin de Vienne: et comme il ne
peussent trouver matière de paix, il s'en alèrent sans riens faire.

Messire Loys de Clermont, voulant monstrer l'affection qu'il avoit à la
terre sainte d'Oultre-mer, prist congié à Nostre-Dame de Paris, et jura
que jamais n'entreroit à Paris jusques à tant que il auroit parfait son
voiage.

En ce temps fu accordé entre les roys crestiens que tous marchéans
portassent seurement leur marchandises du royaume en autre, et
marchandassent les uns aux autres. Et fu ceci crié et publié en chascun
royaume. Messire Alfons d'Espaigne, dont nous avons fait mencion l'an
devant, mourut de la quartaine qu'il prist en Gascoigne, et fu enterré
aux frères Prescheurs à Paris.

Environ la fin d'aoust, Loys de Bavière qui se faisoit empereur des
Romains, combien qu'il fust escomenié du pape Jehan, et tous ceux
qui pour empereur le tenroient, vint à Rome et fu receu à grant
sollempnité; si le couronnèrent à empereur les Romains contre la
volenté du pape.

Le jour de Noel environ mienuit acoucha au lit malade le roy Charles,
et la veille de la Chandeleur mourut au bois de Vincennes. Si fu son
corps enterré emprès son frère à Saint-Denis, et son cuer aux frères
Prescheurs à Paris. Et ainsi toute la ligniée du roy Phelippe-le-Bel
en moins de treize ans fu deffaillie et amortie, dont ce fu très grant
domage.


_Cy fenissent les chroniques du roy Charles de France._



CI COMENCE L'YSTOIRE DU ROY PHELIPPE DE VALOIS.


I.

_Coment Phelippe, conte de Valois ot le gouvernement du royaume, et de
son coronnement._

Après la mort du roy Charles-le-Bel, qui avoit laissiée la royne
Jehanne sa femme grosse, furent assemblés les barons et les nobles à
traitier du gouvernement du royaume. Car comme la royne fust grosse et
l'en ne sceust quel enfant elle devoit avoir, si n'i avoit celui qui
osast à soy appliquier le nom de roy: mais seulement estoit question
auquiel tant comme plus prochain devroit estre commis le gouvernement
du royaume[380]. Si fu délibéré que audit Phelippe appartenoit
ledit gouvernement, lequiel estoit cousin du roy Charles et fils de
monseigneur Charles de France, jadis conte de Valois, secont frère
germain de père et de mère du roy Phelippe-le-Bel. Lequiel Phelippe ot
le gouvernement du royaume depuis la mort dudit roy Charles jusques au
vendredi aouré que ladite royne Jehanne enfanta une fille. Et pour ce
que une fille ne hérite pas au royaume, luy vint ledit royaume et en fu
coronné par raison; combien que le roy d'Angleterre et autres ennemis
du royaume tenissent, contre raisonnable opinion, que le royaume
appartenist mieux audit Anglois comme neveu du roy Charles, fils de sa
suer, que audit roy Phelippe qui ne luy estoit que cousin germain.

[Note 380: Le manuscrit 218, Suppl. franç., porte ici: «Et pour ce que
aucuns disoient, meismement li Anglois, que à leur roy appartenoit
de droit et de raison le royaume de France, comme au neveu et plus
prochain qui fil estoit de Ysabel jadis fille du biau Phelippe, li
François disant au contraire que fame nè par conséquent son fil ne
povoit par coustume succéder el roiaume de France; pour tout ce trouble
oster, li barons baillèrent comme au plus prochain le gouvernement du
roiaume à monseigneur Phelippe, conte de Valois... jusques à tant que
l'en seust quel enfant la royne aroit.»--(Voyez les autres variantes à
la fin de ce volume.)]

Environ ce temps, Pierre Remy, principal trésorier du roy Charles
derrenier mort, fu accusé qu'il n'avoit pas bien loalment dispensé né
administré les biens du royaume, si comme pluseurs nobles et non nobles
l'affermoient; et disoient que la valeur de ses biens montoit à plus
de deux cens mille livres. Si fu ledit Pierre requis de rendre compte,
lequiel ne sceut pas bien rendre compte de ce que l'en luy demandoit,
si fu jugié à estre pendu. Lequiel Pierre, quant il fu emprès le gibet,
il confessa qu'il estoit traitre en Gascoigne encontre le roy; pour
laquielle cause il fu traisné, et puis pendu au gibet qu'il avoit fait
faire tout le premier, le jour de la saint Marc évangéliste, l'an mil
trois cens vint-huit, jasoit ce qu'il eust esté pris l'an mil trois
cent vint-six.

Item, le premier jour d'avril, qui fu le vendredi aouré, la royne
Jehanne d'Evreux ot une fille au bois de Vincennes appelée Blanche.
Depuis Phelippe, conte de Valois, appellé régent, fu nommé roy: dont il
appert clèrement que la droite ligne des roys de France fu translatée
en ligne transversale, c'est assavoir de germain en germain.


II.

ANNÉE 1328

_Coment Loys de Bavière fu coronné à empereur, et coment les Romains
firent un autre pape à Rome._

L'an mil trois cens vint-huit, Loys de Bavière qui avoit esté coronné à
Milan de coronne de fer prist son chemin à Rome[381]. Quant les Romains
oïrent nouvelles de sa venue, il orent très grant joie, et alèrent à
rencontre de luy, et le coronnèrent en l'églyse Saint-Père, et après ce
que il fu coronné, il le menèrent au palais royal; et après ce qu'il ot
demouré en la cité de Rome par un moys ou environ, aucuns s'apparurent,
lesquiels estoient fils du déable et d'iniquité, et distrent ces
paroles:

«Puisque Dieu nous a donné empereur, ce seroit bon que nous eussions un
père espirituel, lequiel nous administrast les choses espirituelles,
ainsi comme ont fait les pères précédens?» Laquielle chose plut
moult au peuple; et ainsi s'assemblèrent à faire un pape, et non pas
vraiement pape mais antipape, contre Dieu et contre saincte églyse; et
eslirent un frère Meneur lequiel estoit appellé Pierre Ranuche[382],
et le consacrèrent en la manière de la consécration du pape. Et après
ce que ledit Pierre fu ainsi consacré et en la cité mené, il eslurent
cardinals presque tous de l'ordre des mendians, jasoit ce que aucuns
disoient que ceste ordenance ne venoit pas de la conscience dudit
Loys duc de Bavière nouvellement fait empereur. Et fu nommé ledit
frère Pierre de Ranuche Nicholas le quint. Si avint que ledit antipape
commença à estre avecques ledit Loys en la cité de Rome, et là estoient
à très grans frès et despens pris sus le peuple; lesquiels le peuple
ne pot ou ne voult plus soustenir; si furent contrains à issir hors de
la cité, et commencièrent à aler vagant par le royaume d'Italie et par
diverses autres cités.

[Note 381: _A Rome_. «Et par déceptions et cavillations fist tant que
li Romains le receurent.» (Variante du msc. 218.)]

[Note 382: _Ranuche_. «Petrus Rainalutii.» Plus souvent nommé _Pierre
de Corvara_ ou _de Corbière_. Variante du msc. 218: «_Pierre de
Carnelle_.»]

Après ces choses avint que le pape Jehan appella frère Michiel général
de toute l'ordre des frères Meneurs; lequiel frère Michiel estoit à
Avignon pour le temps: et commanda audit frère Michiel en vertu de
saincte obédience que les choses qui sont à la déclaracion de la rieule
et meismement de la povreté de l'évangile il gardast fermement, et
aussi à tous ses sougiés la commandast estre gardée sans nul deffaut.
Lequiel frère Michiel respondi au pape Jehan moult arrogamment, si
comme l'en dit, et luy demanda huit jours de espace, afin que mieux
en respondist; si luy fu octroié. Lesquiels huit jours durans, ledit
frère Michiel, avec un autre frère appellé Bonnegrace, et un docteur
en théologie appellé François, s'enfui par nuit en Marseille et entra
en la mer et s'en ala jusques à Jennes, et de Jennes s'en ala vers
l'antipape et Bavière, et se mist en leur compaignie. Quant le pape
sceut ces choses, il procéda contre eux comme hérites et les condampna;
et ledit frère Michiel de toute administration priva, et commanda aux
frères Meneurs que il se pourveussent d'un autre général. Mais sus tous
les procès fais par le pape contre le dit frère Michiel, l'en dit que
ledit frère Michiel voult appeller du pape mal conseillié au pape bien
conseillié.

Item, le roy de France Phelippe, approuvant le bon conseil des barons
et des anciens sus l'ordenance du royaume de Navarre et de la conté de
Champaigne, il restitua ledit royaume de Navarre à Loys conte d'Evreux
pour la cause de sa femme fille de Louis Hutin: et pour la cause de la
conté de Champaigne, il luy assigna autres rentes en la conté de la
Marche emprès Angolesme.

Item, environ ce temps, le conte de Flandres Loys fist hommage au
roy de France; et après il luy dit et exposa les rebellions et
fais importables de ses sujets, c'est assavoir de Bruges, d'Ypre
et meismement de Cassel, et qu'il ne povoit obvier à leur malice
né extirper la matière de leur rebellion. Et lors pria au roy très
humblement qu'il luy voulsist à son besoing aidier. A laquielle
supplicacion le roy enclina très bénignement, mais en quel temps
et quant ce seroit il le feroit par le bon conseil de ses barons.
Endementiers faisoit-on à Rains très grant appareil pour le coronnement
du roy et de la royne, et tant qu'il n'estoit mémoire de homme qui
oncques tel eust veu. Adoncques quant les choses furent prestes, se
partirent le roy et la royne pour aler à Rains, et là furent coronnés
tous deux ensemble par la main de Guillaume de Trie archevesque
de Rains, le jour de la Trinité; et dura ladite feste cinq jours
continus[383].

[Note 383: «Et là furent tant de haus hommes assemblés, qu'il ne fu pas
mémoire que tant d'assez en eust esté de coronation de roy de France.
Et dura la feste cinq jours en joustes, en esbatemens si grans que ce
estoit merveille à veoir.» (Addition du msc. 218.)]


III.

_Coment le roy Phelippe mut pour aler sus les Flamens tantost après son
coronnement._

Après le coronnement et ladite feste passée, le roy s'en retourna à
Saint-Denis son patron, et là fu honnorablement receu; et après ala à
Nostre-Dame de Paris, et depuis s'en retourna au palais où le diner fu
appareillié très sollempnelement, et là disna le roy et avecques luy
pluseurs barons de son royaume.

Après ce que il fu à Paris retourné, il ot délibération avecques ses
barons sur la besoingne des Flamens; dont pluseurs distrent au roy que
bonne chose seroit qu'il demourast en France jusques à un an. Laquielle
parole desplut moult au roy, et meismement qu'il disoient que le temps
n'estoit pas convenable pour batailler. Dont aucuns distrent que le roy
dut dire à messire Gauchier de Creci son connestable: «Et vous Gauchier
qu'en dites?» et jasoit ce qu'il fust un pou refusant, si respondi en
tel manière: «Qui bon cuer a à batailler tousjours treuve il temps
convenable.»

Quant le roy ot oïe ceste parole, il ot très grant joie, et se leva
et l'acola en disant: «Qui m'aimera si me suive!» Et adonques fu crié
que chascun selon son estat fust appareillié à Arras à la feste de la
Magdaleine. Toutesvoies les bourgois des bonnes villes ne s'armèrent
pas; mais lesdis bourgois et les bonnes villes aidèrent au roy
d'argent, et demourèrent pour garder leur cités et leur bonnes villes
de par le roy.

Après ce, le roy si prist aucuns de ses familliers, et s'en ala par
la ville de Paris à pié, et visita une grant partie des églyses de
ladite ville; et depuis il visita les maisons Dieu, et là fist-il
moult de euvres de miséricorde: comme de baisier les mains des povres,
de leur administrer viandes et de leur donner grans aumosnes. Toutes
lesquielles choses faites moult dévotement, assez tost après il se
parti de Paris et s'en ala à Saint-Denis; là fu en très grant dévocion,
et fist ouvrir le lieu où les corps de monseigneur de saint Denis
et de ses compagnons reposent. Et quant ledit lieu fu ouvert, ledit
roy Phelippe meu de grant dévocion, osta son chaperon et sa coeffe,
et ala querre les dis corps saints de monseigneur saint Denis et de
ses compagnons, et les apporta l'un après l'autre sur leur autel, et
semblablement fist-il du corps monseigneur saint Loys, et le mist
emprès les corps saints devant. Puis fist chanter la messe devant
lesdis corps saints par l'abbé de ladite églyse Guy: laquielle chantée,
le roy fist beneir l'oriflambe audit abbé Guy, et la reçut ledit roy de
la main dudit abbé, en la présence des barons et des prélas; laquielle
oriflambe fu bailliée à messire Mile de Noyers[384] à porter, par la
main dudit roy, et à garder. Après ces choses, ledit roy Phelippe prist
lesdits corps saints de monseigneur saint Denis et de ses compaignons,
et les rapporta en leur lieu; laquielle chose l'en ne treuve pas avoir
esté communément faite par la personne du roy quant au raporter. Et
après il se départi et s'en ala à Arras, et passa légièrement oultre,
et prist son chemin vers Cassel, et ilecques fist fichier ses tentes,
et fu le pays d'entour moult gasté.

[Note 384: _Mile de Noyers_. «Chevaliers preus et hardis en tous bons
fais d'armes et esprouvés, et (Msc. 218.) d'ileuc s'en ala à Chartres
en grant devocion.»]

Adoncques quant les Flamens virent l'ost du roy, si firent faire un
grant coc de toile tainte, et en ce coq avoit escript:

  Quant ce coq ci chanté ara
  Le roy trouvé[385] ça entrera.

Et le mistrent en haut lieu. Et ainsi se moquoient du roy et de sa
gent, et l'appelloient _le roy trouvé_, laquielle parole et moquerie
leur tourna à la parfin à grant meschief et domaige.

[Note 385: _Roi trouvé_. C'est-à-dire _roi d'aventure_ ou _de hasard_.
Allusion à la question d'hérédité qui avoit précédé l'élection de
Philippe. Le surnom de _Fortuné_, qu'on a donné souvent à ce prince,
n'avoit pas d'autre sens: en dépit des explications modernes.]

Lors le roy manda monseigneur Robert de Flandres et le fist sermenter
avecques luy, et puis luy commanda qu'il préist deux cens hommes
d'armes et alast à Saint-Omer, et ilecques tenist la frontière contre
les Flamens; et commanda au conte qu'il alast vers Lille et tenist la
frontière entre le Lys et l'Escaut.

Quant les Flamens virent que le roy avoit fait si grant semonse, si
s'assemblèrent, et virent qu'il n'avoient point de seigneur de qui
il peussent faire chevetaine, car tous les gentils hommes du pays
leur estoient faillis; et ne savoient de quel part le roy les devoit
assaillir, né de quel part il devoit à eux venir. Et pour ce ordenèrent
ceux de Bruges et d'Ypre que tous ceux du terrouer de Furnes et des
communes de Bruges, de Cassel et de Poperinge se traisissent tous
sus le mont de Cassel: et ceux de Bruges et du Franc[386] tendroient
le pays devers Tournay; et ceux d'Ypre et de Courtrai à rencontre de
Lille. Et le roy de France estoit entré à un samedy bien matin luy et
son ost en la terre de Flandres entre Blaringuehem et le pont Hasquin
parmi le Neuf fossé[387], et s'en alèrent le conte d'Artois et sa
compaignie logier dessous une forest que on appelle Ruhout sus un
vivier que on appelle Scondebrouc et est de l'abbaïe de Clermarès.

[Note 386: _Du Franc_ ou _Pays franc_, comprenant les territoires de
Bourbourg, Bergue, Saint-Winox, Furnes, Dunkerque et Gravelines.]

[Note 387: Je ne vois plus sur les cartes la place du pont Hasquin près
de _Blaringhem_. Le passage s'effectua entre Aire et Saint-Omer.--La
forêt de _Ruhout_ doit être _le Bois du roi_, entre _Saint-Omer_ et
l'abbaye de _Clairmarais_.--_Scondebrouc_ ou _Sconbrouck_, au-dessus de
Clairmarais.]


IV.

_De l'ordenance des batailles du roy de France._

Et orrois coment les batailles[388] passèrent: la première bataille
menèrent les deux maréchaux et le maistre des arbalestriers, et avoient
en leur route six bannières, et tous les gens de pié suivirent celle
bataille et tous les charrois. Quant les mareschaux vindrent au champ,
il baillèrent places aux fourriers pour leur maistres. Après passa la
bataille au conte d'Alençon où il avoit vint et une bannières: celle
bataille prist son tour jusques emprès le mont de Cassel, et ilecques
s'arresta jusques à tant que les tentes fussent dréciées.

[Note 388: _Batailles_. Divisions.]

Après passa la tierce bataille où il avoit treize banières, et la
conduisoit le maistre de l'ospital d'Oultre-mer, et le sire de Biaugeu
et tous ceux de la Languedoc.

La quarte bataille mena le connestable de France Gauchier de
Chastillon, et avoit huit banières.

La quinte fu du roy qui contenoit trente-neuf banières, et estoit le
roy armé de ses plaines armes. Et estoit en sa bataille le roy de
Navarre, le duc de Lorrayne et le conte de Bar[389], et avoit une aile
de six banières que messire Mile de Noyers conduisoit qui portoit
l'oriflambe.

[Note 389: _Le roy de Navarre_, Philippe d'Evreux, père de
Charles-le-Mauvais.--_Le duc de Lorraine_, Frédéric III.--_Le conte
de Bar_, Edouard I.--_Le duc de Bourgogne_, Eudes IV.--_Le dauphin de
Vienne_, Guignes VIII.--_Le conte de Hainau_, Guillaume.--_Le roy de
Behaigne_ ou _Bohème_, Jehan.--_Le duc de Bretaigne_, Jean III, dit le
Bon.]

La sixiesme conduisoit le duc de Bourgoigne où il avoit dix-huit
banières.

La septiesme mena le dauphin de Vienne où il ot douze banières.

La huitiesme le conte de Hainau avecques dix-sept banières, et avoit
une aile de messire Jehan son frère qui menoit les gens du roy de
Behaigne[390].

[Note 390: _Les gens du roy de Behaigne_. «En cel an, le roy do Boesme
entour yver passé devant, estoit passé en terre de Sarrasins et prist
grant païs et regions sus eux, et en vindrent à foy de crestienté par
luy pluseurs ... Et combien que il fust là, nepourquant il envoia des
gens d'armes de sa terre au roy, auquel il avoit juré aide envoier en
Flandres.» (Addition du msc. 218, Suppl. franç.)--Tous les précieux
détails de cette fameuse bataille de Cassel ne se retrouvent pas dans
la continuation latine de Nangis.]

La neuviesme mena le duc de Bretaigne, et avoit quinze banières: tous
ceux-ci s'alèrent logier ès places que les mareschaux leur avoient
bailliées à deux lieues du mont de Cassel.

Quant tous furent logiés, si vint l'arrière garde qui estoit la
dixiesme bataille, et la conduisoit monseigneur Robert d'Artois, et là
avoit vint-deux banières: et se traist devers le mont de Cassel, et
avironna tout l'ost et passa par devant la tente du roy, et ala à une
abbaïe assez près que l'en appelle la Wastine[391] et s'i loga.

[Note 391: _La Wastine_. Sans doute l'ancienne abbaye de _Woestine_,
sur la route de Saint-Omer à Cassel, à deux lieues de cette dernière
ville.]

L'endemain vint le duc de Bourbon en l'ost et toute sa bataille à
quatorze banières.

Les Flamens qui sus le mont de Cassel estoient virent le roy, à tout
le povoir de son royaume, qui estoit logié à deux lieues d'eux; mais
oncques pour ce ne se effroièrent, ains mistrent leur tentes hors de
la ville et s'alèrent logier sur le mont, pour ce que les François les
peussent veoir; et ainsi furent trois jours les uns contre les autres
sans riens faire. Et au quatriesme jour se desloga le roy, et s'ala
logier de une lieue près sus une petite rivière que on appelle la
Pienne; adonc vint monseigneur Robert de Flandres à toute sa bataille,
où il ot cinq banières.

Lors le roy de France prist conseil à ses barons coment il les pourroit
avoir au bas du mont, car sur le mont il n'avoit mie jeu parti[392];
et pour ce envoia par un mardy, veille saint Barthelemi au point du
jour, les deux mareschaux, et messire Robert de Flandres par devers
le terrouer de Bergues et boutèrent le feu; et pour ce les cuidièrent
traire jus hors du mont; mais oncques n'en firent compte, ains vindrent
toute jour au pié du mont paleter aux gens du roy, et les chevaliers
montèrent sus leur roncins, en leur purs auquetons[393] pour veoir les
paleteis; et quant il véoient aucun blescié qui bien avoit fait la
besoigne si en rioient et moquoient.

[Note 392: _Jeu parti_. Expression que nous avons déjà remarquée
ailleurs. C'est-à-dire: La partie qu'on lui offroit n'étoit pas égale.]

[Note 393: En leur simple cotte d'armes.]

Quant les mareschaux furent venus de fourrer, si s'alèrent aaisier; car
il avoient le jour grant peine soufferte, né oncques en l'ost du roy
on ne fist guet, et les grans seigneurs aloient d'une tente en l'autre
pour eux déduire en leur belles robes.


V.

_Coment les Flamens descendirent estoutiement[394] et cuidièrent
seurprendre le roy, et coment les Flamens furent desconfis et occis
environ dix-neuf mille et huit cens personnes._

[Note 394: _Estoutiement_ ou _par estoutie_. Par malicieuse témérité.]

Or vous dirons des Flamens qui estoient sus le mont de Cassel qui
s'avisèrent que les mareschiaux estoient moult lassés, et les autres
chevaliers s'esbatoient à jouer aux dés et en autres déduis, et le roy
estoit en sa tente avec son conseil pour ordener des besoignes de sa
guerre[395].

[Note 395: _De sa guerre_. «Post prandium, cûm rex vellet, more solito,
sopori allquantulùm inclinari ...» (Continuation de Nangis.)]

Les Flamens firent trois grosses batailles, et vindrent avalant[396]
le mont à grans pas devers l'ost du roy, et passèrent tout outre sans
faire cri né noise, et fu à l'eure de vespres sonnans. Tantost que on
les apperceut, si pot l'en voir toutes manières de gens fuir de l'ost
du roy vers la ville de Saint-Omer. Et les Flamens ne s'atargèrent mie,
ains vindrent le grant pas pour seurprendre le roy en sa tente; mais,
ainsi comme Dieu voult, les mareschaux et leur gens qui n'estoient mie
encore tous désarmés, tantost que il oïrent le cri montèrent sus leur
chevaux et vindrent ferant des esperons vers les anemis.

[Note 396: _Avalant_. Descendant.]

Quant les Flamens les virent aprochier, un pou s'arrestèrent, mais
quant il virent que si pou de gens estoient, si murent pour aler avant;
et tantost vint messire Robert de Flandres au secours des mareschaux.
Tantost qu'il le virent si s'arrestèrent et se mistrent en conroy; et
avoient jà tant esploitié qu'il estoient jà à trois arbalestes près
du roy de France; mais par l'arrest qu'il firent furent tous les haus
hommes armés. Et alèrent[397] avecques toutes leur batailles vers leur
anemis et leur coururent sus, et à grant paine les entamèrent; mais il
navrèrent moult de haux hommes avant que l'en les peust conquerre.

[Note 397: _Et alèrent_. Et les Flamands allèrent. C'est leur premier
moment d'hésitation qui sauva l'armée françoise.]

Or, vous dirons du roy qui s'armoit en sa tente, et n'avoit entour luy
que deux jacobins et ses chambellans: et vindrent ceux qui estoient
pour son corps, et le montèrent sus un destrier, couvert de ses armes,
et avoit une tunique des armes de France et un bacinet[398] couvert de
blanc cuir: et à sa destre estoit messire Flastres de Ligny, messire
Gui de Baussay et messire Jehan de Cepoy; et à senestre, estoit messire
Froullard de Usages et messire Sanses de Baussay; et par derrière
estoit Le Borgne de Sency, qui portoit son hyaume à tout une couronne
et la fleur de lis dessus; et par devant estoit messire Jehan de
Biaumont, qui portoit son escu et sa lance, et messire Mile de Noiers,
monté sur un grant destrier couvert de haubergerie, et tenoit en sa
main une lance en laquelle l'oriflambe estoit attachié, qui estoit d'un
vermeil samit à guise de gonfanon à deux queues, et avoit entour houpes
de soye vert. Et ainsi ala vers la bataille.

[Note 398: _Bacinet_. Casque.--«Le roy, lors apresté de cors et
monté, jasoit ce qu'il n'eust pas tout son harnois de jambes, issi de
sa tente, dont messire de Noiers, l'oriflambe desploié, mena le roy
par devers destre, en encloant les Flamens.» (Addition du msc. 218.)
Croiroit-on qu'au lieu de suivre les récits contemporains, M. Sismondi
ait bien osé dire ici: «Les chevaliers eurent grande peine à retenir
l'ennemi, tandis que Philippe _s'échappoit par derrière_, sautoit sur
un cheval et s'enfuyoit au galop.» Tome X, page 22. Voilà l'austère
impartialité de cet historien.]

Quant les Flamens virent tant de gens venir sur eulx, il ne porent
plus soustenir le fer, si se desconfirent: là pot-on veoir maint homme
tresbuchier et mètre à mort, et les nobles de France crier à haute
voix: _Mont joie Saint-Denis!_ Et le conte de Hainaut qui s'estoit
trait vers le Mont de Cassel, trouva une bataille de Flamens qui
s'estoient trais en un clos: tantost courut à eux, mais tant estoient
entrelaciés que dessevrer ne les povoit; si descendi à pié et sa
chevalerie, puis prist l'escu et la lance au poing, et leur courut
sus, criant à haute voix: _Hainaut!_ Et les Flamens se deffendirent
viguereusement, mais en la parfin la force ne dura guères; si se
desconfirent, et furent ilecques tous tués. Puis monta le conte de
Hainaut, et se trait sur le Mont de Cassel, et tous ceulx qu'il y pot
trouver ou encontrer il les fist mettre à mort. En celle bataille fu
tué Colin Zanequin, qui estoit capitaine des Flamens. Les gens du
roy qui chaçoient les anemis vindrent en la ville du Mont de Cassel,
et boutèrent le feu par tout, de quoy tout le païs fu resjoïs quant
il virent le feu. Et puis retourna le roy en ses tentes, loant Dieu
de sa victoire. Mais aucuns qui s'en estoient fuis quant il virent
les Flamens venir, comme dessus est dit, retornèrent et firent les
bons varlés et faisoient entendant qu'il avoient tout vaincu. Or vous
dirai des haus hommes qui furent mors et navrés en celle bataille:
il y ot mort un chevalier de Champaigne qui estoit à banière que on
appeloit monseigneur Regnaut de Lor, et fu enterré à Saint-Bertin; et
si y mourut un banneret de Berri, lui sisiesme de chevaliers, qui fu
appellé le visconte de Bresse, et furent tous enterrés aux Cordeliers.
Des navrés qui vindrent à Saint-Omer, il y fu le duc de Bretaigne, le
conte de Bar et le conte de Bouloigue qui furent malades de fièvres et
d'autres maladies. Messire Loys de Savoie fu navré en la main; messire
Bouchart de Montmorency fut navré au pié; messire Henri de Bourgoigne
ot un oeil crevé; et tout plain d'autres haus hommes des quiex je ne
sais les noms. Ceste bataille fu faite la veille de monseigneur saint
Barthélemi, l'an de grace mil trois cent vint-huit; en laquelle y ot
mors des Flamens, si comme en aucunes chroniques est contenu, dix-neuf
mille et huit cens personnes de la partie des Flamens[399]. Et après
que ceste bataille fu faite, le roy de France fu par quatre jours aux
champs où la bataille avoit esté faite, et atendi la garison de ses
gens qui estoient malades et navrés; et puis s'en parti, et passa
Cassel à la main destre, et toute la basse Flandres s'en vint rendre
à luy. Puis se traist vers Ypres et s'ala logier près de la ville;
et tantost se rendirent à luy par condicion, et luy baillièrent des
malfaiteurs, les quiex le roy fist tantost pendre. Et puis envoia en
la ville le conte de Savoie et le connestable de France à tout deux
mille hommes d'armes; et commandèrent que tous leur aportassent leur
armeures, et il le firent; puis abatirent leur cloche qui pendoit au
beffroy, et laissièrent capitaine en la ville un chevalier de Flandres
que on appeloit messire Jehan de Bailleul.

[Note 399: «Suspicabatur numerus occisorum tâm in loco conflictûs quâm
extrà, XX M. II C. minus, sicut rex Franciæ testificatus fuit
per litteras sigillatas super hoc abbati S., Dyonisii directas, quas
vidi.» (Continuation de Nangis.)]

Adonc vint le conte de Flandres devers le roy et amena avecques luy
ceux de Bruges, et du Franc qui avoient entendu la desconfiture de
Cassel, et pour ce s'estoient-il rendus au conte. Si considéra le roy
que le temps commençoit à refroidir, si les reçut à merci et à sa
volenté; lesquiels il condampna les uns par banissement, les autres
par mort, les autres à estre trois ans oultre Somme. Et restabli le
conte en sa conté, en lui disant ces paroles: «Conte, gardez-vous des
ore en avant que par deffaute de justice ne nous faille plus par deçà
retourner[400].» Et puis vint le roy à Lille, et départi son ost et
s'en revint en France. Le pape Jehan, qui avoit donné au roy Charles,
luy vivant, deus disiesmes, luy mort, ledit pape de nouvel les donna et
ottroia au roy Phelippe.

[Note 400: «Et li dist: Conte, je suis là venu avec mes barons, que
j'ai traveillié pour vous et au miens et à leur despens. Je vous rens
vostre terre acquise et en pais; or faites tant que justice y soit
gardée, et que par vostre deffaut, il ne faille pas que plus reviegne.
Car sé je i revenoie plus, ce seroit à mon profit et à vostre domage.»
(Addition du msc. 218.)]

Item, les Anglois et les Escos qui par lonc temps estoient à descort
furent ensemble racordés, si comme l'en dit, sus cette forme, c'est
à savoir: que le fils au roy d'Escoce prendroit à femme la fille
du nouviau roy d'Angleterre; et que ledit roy d'Escoce seroit tenu
perpétuelment au roy d'Angleterre aidier en toutes ses guerres, et
contre tous, le roy de France excepté.

Item, en ce temps mourut Jehan, duc de Calabre, chevalier très
puissant, fils seul du roy Robert de Secile, lequel Jehan avoit esté
capitaine principal des Guelphes.

Item, en cest an meisme, au moys de décembre l'an mil trois cent
vint-huit, trembla la terre moult forment, et meismement en Ytalie,
environ la cité du Perruse, dont aucunes villes fondirent en abisme,
et aucuns chastiaux furent trébuchiés. Et en France, la veille de la
feste monseigneur saint Denis ensuivant, les vens furent si grans,
qu'il abatirent entre les autres choses, le clochier de l'églyse
Saint-Père-de-Chaumont en Vauquessin.

Item, cel an et de nuit, lettres furent attachiées aux portes de
Nostre-Dame de Paris, aux portes des frères Prescheurs, et aux
portes des frères Meneurs de Paris, de par les trois, c'est assavoir
l'antipape, Loys de Bavière et frère Michiel[401] dessus nommés.
Esquelles lettres entre les autres choses estoit contenu que les trois
dessus nommés, avecques leur complices, tenoient le pape Jehan pour
hérite et de sainte églyse parti, meismement qu'il s'efforçoit de
destruire la povreté de l'évangile; et pour ceste cause il appeloient
de par l'antipape au concile général en la cité de Milan.

[Note 401: _Michiel_. De Cesène. Le général des frères Mineurs.]

Item, encore unes autres lettres closes furent envoiées à l'évesque
de Paris et à l'université; lesquelles lettres il envoièrent au pape
toutes closes, pour savoir que desdites lettres il vouldroit ordener.

En ce temps, vint le roy Phelippe à Saint-Denis en très grant
dévocion visiter monseigneur saint Denis son patron, et le mercier
de la glorieuse victoire que Dieu luy avoit donnée par les prières
Nostre-Dame et de monseigneur saint Denis, et des autres saints de
Paradis. Et luy rendi sus son autel l'oriflambe qu'il avoit prise
quant il s'estoit parti à aler contre les Flamens. Et puis s'en ala à
Nostre-Dame de Paris[402], et quant il fu là il se fist armer des armes
qu'il avoit portées en la bataille des Flamens; et puis monta sur un
destrier, et ainsi entra en l'églyse de Nostre-Dame de Paris, et très
dévotement la mercia, et luy présenta ledit cheval où il estoit monté
et toutes ses armeures.

[Note 402: Velly a suivi une mauvaise leçon de nos Chroniques, quand
il a dit que le roi s'étoit rendu à Notre-Dame de Chartres en quittant
Saint-Denis. Sur vingt manuscrits, dix-neuf portent Notre-Dame de
Paris. Le continuateur de Nangis dit la même chose, et personne n'a
pu discuter ce point d'histoire, sinon d'après la continuation latine
de Nangis et les _Chroniques de Saint-Denis_. Cela n'a pas empêché
l'académicien Moreau de Mautour de prétendre, dans le tome II des
_Mémoires de l'Académie des Inscriptions_, p. 300, que la statue
équestre d'un roi de France, placée avant la révolution à l'entrée
de la grande nef de la cathédrale, étoit celle de Phllippe-le-Bel.
Son opinion, suivie par Velly contre le sentiment de Montfaucon est
pourtant insoutenable, puisqu'aucun historien contemporain ne dit que
Philippe-le-Bel soit entré dans la cathédrale de Paris armé de pied
en cap, ni qu'il ait fait don de ses armes à cette église; tandis
qu'on conserve à Chartres, avec l'armure de Philippe-le-Bel, une
inscription annonçant qu'elle a été offerte à Notre-Dame de Chartres
par Charles-le-Bel, au nom de son père et en mémoire de la victoire
de _Mons-en-Puèvre_. (Voyez les précieuses études de M. Allou sur
_les armures_. _Mémoires de la Société des Antiquaires de France_,
tome XIV.)--Il est fâcheux qu'un historien aussi grave que Velly ait,
après cela, dit de l'opinion que nous soutenons: «C'est une erreur qui
n'a aucun fondement dans les histoires de ce temps-là.» (T. VIII, p.
221.) Il est fâcheux surtout de lire dans Dulaure, au lieu des regrets
que devoit lui inspirer la destruction révolutionnaire d'un monument
aussi curieux, aussi inoffensif: «Cette statue équestre n'intéressoit
que comme monument du costume et de l'état des arts de ce temps.»
N'étoit-ce donc rien?]

Item, en l'an dessus dit, c'est assavoir le treiziesme jour d'octobre,
la royne Climence femme jadis au roy Loys Hutin trespassa, et en
l'églyse des frères Prescheurs de Paris fu enterrée.

Item, en ce temps, Loys le conte de Flandres, à la requeste duquel
en partie le roy Phelippe avoit entrepris la guerre des Flamens
derrenièrement finée, n'oblia pas les paroles que le roy Phelippe
luy avoit dites, quant il parti de la Flandre, si comme dessus sont
escriptes, c'est assavoir qu'il gardast justice. Et si fist-il; car
dedens troys mois ou environ, il extirpa de ceulx qui avoient esté
conspirateurs et détracteurs contre le roy et contre luy, et en mist et
fist metre à mort jusques au nombre de dix mille ou environ, si comme
l'en maintenait communément. Mais le principal capitaine des Flamens,
qui estoit appellé Guillaume de Cany[403] de Bruges, quant il vit que
le conte de Flandres faisoit justice, si ot paour et s'enfui[404] au
duc de Breban, et luy requist aide contre le conte de Flandres lequel
avoit fait mettre à mort pluseurs preudeshommes, si comme il disent,
né encore ne désistoit-il point de jour en jour. Et promist ledit
Guillaume de Cany audit duc de Breban, chevaux, armeures, et très grant
somme d'argent; auquel ledit duc respondi que ceste chose ne feroit-il
pas sans le conseil du roy de France né sans son assentement; mais que
ledit Guillaume iroit par devers le roy et de sa gent avec luy, et
ce que le roy ordoneroit à la requeste dudit Guillaume, ledit duc le
feroit à son povoir. Lequel chut au las qu'il avoit tendu; car il fu
amené à Paris au roy, et fu faite enqueste sur luy, pour laquelle il
fu trouvé moult coupable, et pour ce fu moult honteusement condamné:
premièrement il fu tourné au pilori, puis luy furent les deux poings
coppés, puis fu mis en une haute roue et ses poings emprès luy; mais
quant l'en vit qu'il s'inclinoit à mourir, l'en l'osta de ladite roue,
et fu lié à la queue d'une charete et fu traîné; et puis après il fu
pendu au gibet de Paris et ses poings emprès luy.

[Note 403: _De Cany_. Le nº 218 le nomme _le Doyen_; et les éditions
imprimées, _le Canu_. De là nos historiens modernes ont fait _le
Chauve_.]

[Note 404: _S'enfui_. «Par le conseil d'aucuns de Flandres des _Gros_.»
(Msc. 218.) Les _Gros_ étoient les gens du parti opposé au comte de
Flandres.]

Item, au temps ensuivant et en ceste présente année, messire Jehan
de Cherchemont, chancelier du roy de France, très sage ès choses
séculières, et très convenable en court du pape et du roy, en vivre
très délicieux, en port et en manière au jugement de pluseurs très
orgueilleux, avint qu'il volt partir pour aller veoir une chapelle
de chanoines, laquelle il avoit fait édifier là où il avoit esté né,
c'est assavoir en la dyocèse de Poitiers; et aloit là plus pour son nom
magnifier que pour le nom de Dieu honnorer, si comme pluseurs disoient
et le creoient. Mais Dieu juge des cuers des hommes, et ce à luy seul
apartient et non à autre. Si avint, de par la permission de Dieu,
que ledit messire Jehan de Cherchemont, très ce qu'il fu entré en la
dyocèse de Poitiers, à laquelle il avoit espérance d'avoir très grans
honneurs, sans parler à aucune personne, mourut soudainement[405]. Le
scel du roy fu porté au roy, et le corps fu enterré par la main de
l'évesque de Poitiers en la chapelle que ledit messire Jehan avoit
fondée.

[Note 405: _Soudainement_. «En alant en Poyto dont il estoit nez chéi
de son cheval soudainement et morut en plain chemin ... Et le sail du
roy que il avoit par sa présumpcion porté avec luy fu raporté au roy à
Paris. Ice chancelier estoit nommé Jehan de Serchoemont, qui avoit esté
solemnex avocat en parlement.» (Msc. 218.)]

Item, en ce meisme an, le roy de France Phelippe envoia par devers le
roy d'Angleterre certains messages entre lesquiels fu maistre Pierre
Rogier, abbé de Fescan, docteur en théologie, afin qu'il ajournassent
le roy d'Angleterre pour faire hommage audit roy de France de la
duchiée d'Aquittaine. Lesquiels messages demourèrent longuement en
Angleterre et attendoient pour parler au roy; mais il ne porent oncques
parler à luy, si parlèrent à sa mère, laquelle leur donna responses non
convenables, en manière de femme[406]; et quant il virent que autre
chose ne povoient faire, si retournèrent en France, et disrent au roy
tout ce qu'il avoient fait et oï.

[Note 406: Laquele leur dit, si comme l'en disoit, que son fils qui
estoit né de roy ne feroit pas hommage à fils de conte. Et que Phelippe
de Valois qui roy de France se nommoit gardast bien que il fasoit; et
que son fils estoit plus près et prochain pour le royaume de France
avoir que il n'estoit.» (Msc. 218.)]

Item, en ceste meisme année, le pape Jehan fist publier à Paris
aucuns procès fais contre Pierre Ranuche, lequel se faisoit appeller
Nicolas-le-Quint; èsquiel procès il estoit contenu ledit Pierre avoir
esté marié avant qu'il eust esté religieux; et depuis qu'il fu entré en
religion, sa femme l'avoit fait semondre par pluseurs fois; et avoit
à nom sa dite femme Jehanne Mathié. Lequel Pierre, en désobéissant au
commandement de sainte églyse, ne voult oncques retourner avecques sa
dite femme; et pour ceste cause ledit pape comme contumace le dénonça
pour escomenié par la vertu desdis procès fais encontre luy à la
requeste de ladite femme.

Item, en ce temps, ot le roy de France délibéracion avecques son
conseil, assavoir mon sé pour le deffaut du roy d'Angleterre qui
estoit son homme de la duchié d'Aquitaine, et lequel estoit refusant
de en faire hommage audit roy de France, sé ledit roy de France la
devroit appliquier à sa seigneurie? Si luy fu respondu que non; mais
seulement durant le temps que l'ommage n'a pas esté fait, supposé que
la citation ait esté faite duement, le seigneur puct faire endementres
les fruits de la terre de son vassal siens, jusques à tant que son dit
vassal retourne à l'ommage de son seigneur. Et pour ceste cause furent
envoies en Gascoigne l'évesque d'Arras et le seigneur de Craon, afin
qu'il méissent tous les émolumens et revenus de la duchié d'Acquitaine
en la main du roy de France, jusques à tant que le roy d'Angleterre
luy eust fait hommage deu. Item, derechief et d'abondant, le roy de
France envoia autres messages en Angleterre audit roy d'Angleterre,
afin qu'il fust cité une fois pour toutes pour ledit hommage faire; et
par tele manière que s'il estoit négligent de faire le dit hommage,
l'en procéderoit contre luy par la force et par la manière que droit le
donroit.

Item, en celui temps, la royne de France enfanta un fils: mais il
mourut assez tost après, et fu enterré en l'églyse des frères Meneurs à
Paris.


VI.

ANNÉE 1329

_Coment le roy d'Angleterre se mist en mer pour venir en la cité
d'Amiens faire hommage au roy de France de la duchié d'Acquitaine et de
la conté de Pontieu, comme homme du roy de France._

L'an de grace mil trois cens vint-neuf, le roy d'Angleterre entra en
mer le dimenche après la Trinité et passa à Bouloigne. Quant le roy
de France sot la venue dudit roy d'Angleterre, si vint à grant foison
de ses barons, prélas et autres à Amiens, et envoia à rencontre dudit
roy d'Angleterre des plus grans de son lignage, qui moult noblement et
honnorablement l'amenèrent en la cité d'Amiens, en laquielle le roy de
France attendoit ledit roy d'Angleterre qui luy venoit faire hommage de
la duchié d'Acquitaine et de Pontieu, si comme dessus est dit.

Quant les deux roys s'entrevirent, si firent moult grant feste l'un
à l'autre, et après commencièrent à parler eux et leur conseil de
moult de choses, et par espécial sur la matière pourquoy il estoient
assemblés; et luy fist requérir le roy de France qu'il fist son devoir
par devers luy de ladite duchié d'Acquitaine et de la conté de Pontieu.
Lors fu respondu de par le roy d'Angleterre et en sa présence, et fu
dit que messire Charles de Valois, père dudit roy Phelippe, avoit
despouillié le roy d'Angleterre, au grant préjudice de luy et de son
royaume, d'une grant partie de la terre de la duchié d'Acquitaine, et
l'avoit appliquée au royaume de France moins justement qu'il ne déust.
Pour laquielle cause ledit roy d'Angleterre n'estoit tenu audit hommage
faire, sé ce qui luy avoit esté osté, comme dit est, ne luy estoit du
tout restitué. Si fu respondu pour le roy de France que Edouart, roy
d'Angleterre, père dudit roy, avoit forfaite celle partie et plus, et
que ledit messire Charles bien et justement l'avoit acquise au royaume
de France par droit de bataille, et que en aucune restitucion il
n'estoit tenu; néanmoins finablement acordé fu d'une partie et d'autre
par tele manière que le roy d'Angleterre feroit hommage au roy de
France de la duchié d'Acquitaine pour la portion qu'il en tenoit, et
que la partie par messire Charles acquise demourroit au roy de France.
Et encore de par le roy de France dit fu: Que sé le roy d'Angleterre se
sentoit en aucune manière blécié, il venist au palais du roy à Paris,
et sur ce, par le jugement des pers de France, tout acomplissement de
justice luy seroit fait[407].

[Note 407: Froissart a été très exact dans le récit qu'il a fait de
cette entrevue. (Liv. 1, part. 1, chap. 52.)]


VII.

_Coment le roy d'Angleterre fist hommage au roy de France à Amiens
de la duchié d'Acquitaine et de la conté de Pontieu, si comme faire
devait._

Adont fist le roy d'Angleterre hommage au roy de France, en la forme
et manière que contenu est[408] en la chartre scellée du seel du roy
d'Angleterre dont la teneur s'ensuit:

_Cy après s'ensuit la teneur de la chartre scellée que le roy
d'Angleterre donna, laquielle contient la manière de l'hommage que
le roy d'Angleterre fist à Amiens au roy de France des terres dessus
nommées._

«Edouart, par la grace de Dieu, roy d'Angleterre, seigneur d'Irlande
et duc d'Acquitaine, à tous ceux qui ces présentes lettres verront
ou orront, salut: Savoir faisons que comme nous féissions à Amiens
hommage à excellent prince, nostre chier seigneur et cousin Phelippe,
roy de France, lors fu dit et requis de par luy que nous recognoissons
ledit hommage estre lige; et que nous, en faisant ledit hommage, luy
promissions expressément foy et loyauté porter. Laquielle chose nous ne
fismes pas lors pour ce que nous n'estions enfourmés né certains que
ainsi le déussions faire; si féismes audit roy de France hommage par
paroles générales en disant que nous entrions en son hommage par ainsi
comme nous et nos prédécesseurs ducs de Guienne estoient jadis entrés
en l'hommage des roys de France qui avoient esté pour le temps[409].
Et de puis en cela nous soions bien infourmés et acertainnés de la
vérité, recognoissons par ces présentes lettres que ledit hommage que
nous féismes à Amiens au roy de France, combien que nous le féismes
par paroles générales, fu, est et doit estre entendu lige, et que nous
luy devons foy et loyauté porter comme duc d'Acquitaine et per de
France, et comme conte de Pontieu et de Monstroille; et luy promettons
des ore en avant foy et loyauté porter. Et pour ce que, en temps à
venir, de ce ne soit jamais descort né content à faire ledit hommage,
nous promettons en bonne foy pour nous et nos successeurs ducs qui
seront par le temps, que toutes fois que nous et nos successeurs ducs
de Guienne entrerons et entreront en l'hommage du roy de France et de
ses successeurs qui seront pour le temps, l'hommage se fera par ceste
manière: le roy d'Angleterre, duc de Guienne, tendra ses mains entre
les mains du roy de France, et cil qui parlera pour le roy de France
adrescera ces paroles au roy d'Angleterre duc de Guienne, et dira
ainsi: «Vous devenez homme lige du roy de France mon seigneur qui cy
est, comme duc de Guienne et per de France, et luy promettez foy et
loyauté porter? Dites voire?» Et ledit roy et duc et ses successeurs
ducs de Guienne diront: «Voire.» Et lors le roy de France recevra
ledit roy d'Angleterre et duc audit hommage lige à la foy et à la
bouche, sauf son droit et l'autrui. De rechief quant ledit roy et
duc entrera en l'hommage du roy de France et de ses successeurs roys
de France pour la conté de Pontieu et de Monstroille, il mettra ses
mains entre les mains du roy de France, et cil qui parlera pour le
roy de France adrescera ces paroles audit roy et duc et dira ainsi:
«Vous devenez homme lige du roy de France monseigneur qui cy est comme
conte de Pontieu et de Monstroille, et luy promettez foy et loyauté
porter, dites voire?» Et ledit roy et duc, comme conte de Pontieu et
de Monstroille, dira: «Voire.» Et lors le roy de France recevra ledit
roy et conte audit hommage lige à la foy et à la bouche, sauf son
droit et l'autrui. Et ainsi sera fait et renouvellé toutes les fois
que l'hommage se fera. Et de ce baillerons, nous et nos successeurs
ducs de Guienne, fais lesdits hommages, lettres patentes scellées de
nos grans sceaux, sé le roy de France le requiert. Et avecques ce,
nous promettons en bonne foy tenir et garder effectivement les paix et
acors fais entre les roys de France et les roys d'Angleterre, ducs de
Guienne, et leur prédécesseurs roys d'Angleterre et ducs de Guienne.
Et en ceste manière sera fait et seront renouvellées lesdites lettres
par lesdis roys et ducs et leur successeurs ducs de Guienne, et contes
de Pontieu et de Monstroille, toutes les fois que le roy d'Angleterre
duc de Guienne et ses successeurs ducs de Guienne et contes de Pontieu
et de Monstroille qui seront pour le temps, entreront en l'hommage du
roy de France et de ses successeurs roys de France. En tesmoignance
desquielles choses, à cestes nos lettres ouvertes avons fait mectre
nostre grant seel. Donné à Etham le trentiesme jour de mars, l'an de
grace mil trois cens et trentiesme premier, et de nostre règne quint.»

[Note 408: Au lieu des derniers mots jusqu'à l'alinéa, et du texte
même de la confirmation de la charte d'hommage, les éditions imprimées
portent seulement: «C'est assavoir que le roy d'Angleterre luy fist
hommage de ce qu'il tenoit en la duché d'Acquitaine et en la conté de
Ponthieu.--Lors furent les joustes, etc.»

Le texte important de cette confirmation n'est inséré aux _Chroniques
de Saint-Denis_ que dans le bel exemplaire de Charles V, msc. 8395.
Pour l'y placer, Charles V fit faire ce que nous appelons aujourd'hui
_deux cartons_. Il est facile de le reconnoître en comparant ces
cartons aux folios 256 et 259 qui les précédent et suivent. On peut
voir aussi cette confirmation, moins correctement transcrite, dans la
nouvelle édition de Rymer, tome 2, part. 2, p. 815. Nos historiens
françois modernes ne semblent pas en avoir eu connoissance; du moins
tous s'accordent-ils à dire que l'hommage d'Amiens avoit parfaitement
satisfait le roy de France. Mais ce fut seulement en 1331 que le fier
Edouard consentit à donner à Philippe de Valois ce gage d'une fidélité
à laquelle il devoit si tôt après se montrer parjure. Ainsi, la date
de la confirmation que l'on va lire rendoit encore les prétentions
subséquentes de l'Angleterre plus odieuses.]

[Note 409: Voici les termes de ce premier hommage d'après Rymer
(nouvelle édition, vol. 2, 2me partie, page 765): «Je deviens vostre
homme de la duché de Guyenne et de ses appartenances, que je claime
tenir de vous, comme duc de Guyenne et pair de France, selon la forme
de paix faite entre vos devanciers et les nostres; selon ce que nous et
nos ancestres, roys d'Angleterre et ducs de Guyenne, avons fait pour la
mesme duché à vos devanciers, roys de France.--Ce fut fait à Amiens,
choeur de la grant églyse, l'an de grace mil trois cent vint et neuf,
le septiesme jour de juin, etc.»]

Quant le roy de France ot reçu du roy d'Angleterre ledit hommage, en
la manière que dessus est contenu, lors furent les joustes commenciées
moult belles et moult grans, et fu ilecques le roy d'Angleterre moult
grandement honnouré. Et après ce que ces choses furent ainsi faites
et acomplies, les deux roys pristrent congié l'un à l'autre, et s'en
retourna le roy de France à Biauvais, et le roy d'Angleterre s'en
retourna tantost en Angleterre.

En ce temps envoia le roy de Chypre solempnieux messages à messire
Loys conte de Clermont en luy requérant qu'il luy pleust à luy envoier
sa fille[410] pour donner en mariage à son ainsné fils: car ledit roy
avoit grant désir que le royaume de Chypre fust ennobli de la semence
de France.

[Note 410: Marie, fiancée et puis mariée en 1329 à Guy, fils aîné de
Hugues IV, roi de Chypre.]

En celuy temps, frère Pierre de la Palu de l'ordre des frères
Prescheurs et docteur en théologie, lequiel estoit à Avignon, fu fait
par le pape patriarche de Jhérusalem.

Item en ce meisme an le roy de France Phelippe envoia en Flandres
messire Jehan de Vienne, évesque d'Avranches, avecques pluseurs
personnes, et firent abatre de par le roy les portes de Bruges, d'Ypre
et de Courtray, et les firent toutes destruire et mettre au bas
avecques pluseurs de leur autres forteresses. Laquielle chose nous ne
trouvons pas que le roy de France eust fait au temps passé; et fu ainsi
faite par le bon conseil du roy, en pourvoiant de remède convenable
tant pour soy comme pour ses successeurs contre l'orgueil des Flamens.

Item, le roy d'Escoce Robert, dit de Brus, depuis qu'il ot fait paix et
accort aux Anglois, si mourut assez tost après. Et après luy, fu fait
David son fils roy d'Escoce.

Item, le second dimenche de juing fu l'évesque de Paris revestu de
aournemens pontificaux au parvis de Nostre-Dame et avecques luy
d'autres évesques consistans: lesquiels évesques, de l'autorité du pape
auxdis évesques commise, escommenièrent publiquement et escomeniés
dénoncièrent frère Pierre Ranuche antipape, Loys de Bavière, frère
Michiel jadis général des frères Meneurs. Et, avecques ce, aucunes
lettres qui avoient esté clouées par avant à pluseurs portes à Paris
condempnoient; et, en icelle place, furent mises en un grant feu par la
main dudit évesque de Paris.

Item, environ le commencement de juillet, l'an mil trois cens
vint-neuf, le patriarche de Jhérusalem et six autres évesques, avecques
pluseurs messages du roy de Chypre, menèrent la fille du devant dit
conte monseigneur Loys de Clermont pour estre espousée au fils du roy
de Chypre, et pristrent congié au pape. Et ainsi se partirent avecques
pluseurs pélerins par le port de Marseille, si alèrent à l'isle de
Chypre; lesquiels pélerins, à l'aide de Dieu, tendoient à aler en
Jhérusalem.

Item, en ce meisme temps, le duc de Bretaigne espousa la seur au
conte de Savoie en l'églyse Nostre-Dame de Chartres, le roy de France
Phelippe présent. Et fu la messe célébrée par Phelippe, évesque de
ladite églyse de Nostre-Dame.

Item, le moys de septembre ensuivant, Milan et pluseurs autres cités
d'Italie, lesquielles estoient entredites de par le pape, retournèrent
humblement à l'obédience de saincte églyse, en promettant convenable
satisfaction. Et se aucuns estoient escommeniés, le pape les absolvoit
et ostoit tout l'entredit de ladite terre.

Item, environ la feste saint Clément, Mahaut, contesse d'Artois,
retourna de Saint-Germain-en-Laye à Paris. Et puis quant elle ot parlé
au roy de certaines besoignes touchant la conté d'Artois, procurant
messire Robert d'Artois, son neveu, fils de son frère Phelippe
d'Artois, et affermant ladite conté d'Artois, par la succession de
son père à luy appartenir par cause de certaines lettres, lesquielles
il avoit de nouvel trouvées; jasoit ce que, en la présence du roy de
France Phelippe-le-Bel et en la présence dudit Robert d'Artois, en
plain parlement à Paris eust esté le contraire jugié, c'est assavoir
que ladite conté ne luy appartenoit pas. Adont prist une maladie à
ladite Mahaut, dont elle mourut dedens huit jours, et fu enterrée en
l'églyse des frères Meneurs à Paris.

Après la mort de ladite Mahaut vint la conté d'Artois à la royne
Jehanne de Bourgoigne, jadis femme de Phelippe-le-Lonc, roy de France,
et fille de ladite Mahaut.


VIII.

_Coment messire Robert d'Artois voult posséder la conté d'Artois par
fausses lettres que la damoiselle de Divion avoit fait escrire et
sceller._

[411]L'an mil trois cens vint-neuf, commença messire Robert d'Artois
le plait contre la devant dite Mahaut, contesse d'Artois, si comme il
avoit fait l'an dix-sept, de quoy procès avoit esté fait autre fois.
Mais ledit messire Robert maintenoit que les lettres de mariage entre
messire Phelippe d'Artois, son père, et madame Blanche de Bretaigne, sa
mère, par lesquelles ledit conté luy appartenoit, si comme il disoit,
avoient esté par fraude muciées et repostées; si les avoit trouvées.
Et assez tost après, assambla ledit messire Robert d'Artois, le conte
d'Alençon, le duc de Bretaigne et tout plein d'autres haus hommes de
son lignage; et vint au roy Phelippe et luy requist que droit luy fust
fait de la conté d'Artois. Tantost le roy fist ajourner la contesse
à jour nommé contre ledit messire Robert, à laquielle journée elle
vint, et amena avec luy Eudon, le duc de Bourgoigne, et Loys, le conte
de Flandres. Là monstra messire Robert unes lettres scellées du scel
au conte Robert d'Artois, contenant que, quant le mariage fu fait de
monseigneur Phelippe d'Artois père monseigneur Robert, et de madame
Blanche fille le conte Pierre de Bretaigne, le conte les mist en la
vesteure[412] de la conté d'Artois, si comme il estoit contenu es dites
lettres. Quant la contesse vit les lettres, si requist au roy que,
pour Dieu, il en voulsist estre saisi, car elle entendoit à proposer à
l'encontre. Tantost, fu dit, par arrest, que les lettres demourroient
devers le roy; et fu remise une autre journée à laquelle la contesse
devoit respondre.

[Note 411: Ce chapitre n'est pas reproduit dans la continuation de
Nangis.]

[Note 412: _Vesteure_. Nous avons dit depuis: _Investiture_.]

Or vous dirai comment ces lettres vindrent à messire Robert d'Artois.
Il avoit une damoiselle gentil-femme qui fu fille le seigneur de Divion
de la chastellerie de Béthune. Celle damoiselle s'entremettoit des
choses à venir et jugeoit à regarder la phisionomie des gens, et à la
fois disoit voir et à la fois mentoit. Elle avoit tant fait, par aucuns
des familliers messire Robert d'Artois, que elle emprist une forte
chose à faire, si comme vous orrez. Il avoit un bourgois à Arras qui
avoit rente à vie sus le conte d'Artois, et en avoit lettres scellées
du scel le conte d'Artois. Quant il fu trespassé, la damoiselle fist
tant, par devers les hoirs dudit bourgois, que elle eust celles
lettres; et puis fist escrire unes lettres de l'envesture monseigneur
Robert, si comme vous avez oï; puis, prist le scel de la vieille lettre
et le dessevra du parchemin à un chaut fer qui tout propre avoit esté
fait, si que l'emprainte du scel demeura toute entière; puis la mist
à la lettre nouvelle, et avoit une manière de ciment qui attacha le
scel à la lettre, ainsi comme devant; et puis vint à Messire Robert
d'Artois, et luy dit que une telle lettre avoit trouvée en sa maison, à
Arras, en une vielle armoire. Quant messire Robert vit les lettres, si
en fu moult joians, et luy dist que jamais ne luy faudroit, et l'envoia
demourer à Paris.


IX.

_Coment l'enfant de Pomponne guérissoit pluseurs maladies._

En ce meisme an, en la dyocèse de Paris, en la ville de Pomponne, avoit
un enfant de l'aage de huit ans ou environ, lequiel se disoit garir
les malades par sa parole simplement; dont il avint que, de diverses
parties, les malades venoient à luy. Si avenoit aucunes fois que les
uns estoient garis et les autres non; jasoit ce que, en ses fais et
en ses dis, n'eust aucune apparence de vérité. Mais quant aucun qui
avoit fièvre ou aucune autre maladie venoit à luy, il luy commandoit
qu'il mangast viandes contraires à sa santé. Si avint que les sages qui
virent sa manière d'aller avant, n'en tindrent conte, et leur sembla
que ce n'estoit que vanité et erreur. Si avint après que l'évesque de
Paris qui vit bien que ce n'estoit que erreur, manda le père et la mère
dudit enfant, et leur commanda qu'il ne souffrissent plus qu'il féist
telles choses; et si deffendi ledit évesque à tous ses sougiés, sus
paine d'escomméniement, que nul n'allast plus à luy.

Item, en ce temps, messire Guillaume de Meleun, archevesque de Sens,
homme humble et à Dieu dévot, mourut, et en une églyse que on appelle
le Jars, emprès Meleun, fu enterré très honnorablement. Et fu, après
luy, maistre Pierre Rogier, archevesque de Sens, qui par avant estoit
évesque d'Arras.

Item, en cel an, Loys de Bavière oï dire que Federic, le duc d'Austrie,
estoit mort. Si se translata ledit Loys d'Ytalie en Alemaigne, et dist
l'en que, en ice temps, il empétra par devers les nobles de ladite
Alemaigne moult grant aide à procurer les drois de l'empire. Mais
endementres que ledit Loys de Bavière fu résident en Alemaigne, ledit
antipape ne se osoit pas monstrer manifestement, mais s'en aloit en
tapinage[413]; et ses cardinaux, et ledit frère Michiel qui avoit esté
général des frères Meneurs, par çà et par là, en divers lieux.

[Note 413: _Tapinage_. Déguisement. Nous en avons fait, dans un sens
un peu différent, notre _en tapinois_. Tous ceux qui ont lu quelques
_chansons de gestes_ se rappelleront ce vers qui y revient fréquemment:

  Il s'atapi et si a taint son vis.

C'est-à-dire: Il se noircit le visage. Ce mot semble venir du latin
_tabes_ et _tabescere_.]

En ce meisme temps fu amené à Avignon un frère Meneur qui avoit à nom
Véran, de Provence né, pour ce que ledit frère Véran devoit avoir
publiquement preschié, si comme l'en disoit, contre la personne du
pape. Lequiel frère fu amené devant le pape; mais il ne luy fist
oncques révérence; ainsois luy dist qu'il estoit vrai hérite et non
pas pape; et pour ceste vérité il debvoit mourir. Lors, luy fu demandé
quelle cause le mouvoit de dire telles paroles au pape? Lequiel
respondit et s'adressa à la personne du pape et luy dist: «Car tu
destruis la povreté de l'évangile, laquielle Jhésucrist enseigna par
parole et par exemple.» Pour laquelle parole il fu mis en prison, et
avecques luy quinze autres frères Meneurs.

En ce temps, appella le roy Phelippe, en la ville de Paris, tous les
prélas du royaume, sur les excès de eux et de leur Officiels[414]
corriger. Adonc furent produis moult de cas devant tous contre les
prélas, de par le roy et des seigneurs temporeux, lesquiels sembloient
moult de près touchier la jurisdiction des prélas; et en y ot grant
doubte de pluseurs que le roy ne voulsist mettre son entente à oster
la jurisdiction temporelle des églyses. Mais sitost que le roy sceust
que l'en parloit de ceste chose et que l'en en murmuroit il leur fist
respondre que les drois et les libertés que ses prédécesseurs avoient
donnés aux églyses, il n'entendoit pas à en rien oster né amenuisier,
ains estoit son entente de les avant acroistre; mais il avoit fait ce
conseil assambler pour cause que les excès, tant des officiers du roy
comme des prélas, fussent amendés et corrigés.

[Note 414: _Officiels_. Officials, juges ecclésiastiques.]

Item, en celle meisme année, octroia le roy la duchié de Bourbon à
messire Loys, conte de Clermont, et fu depuis appellé duc qui par avant
estoit nommé seulement le seigneur de Bourbon[415].

[Note 415: _Bourbon_. L'érection de la seigneurie de Bourbon en
duché-pairie date du mois de décembre 1327.]

Edmont, oncle du roy d'Angleterre Edouart, duquiel nous avons avant
parlé, luy affirma que Edouart-le-Viel, son frère, vivoit encore, c'est
assavoir le père dudit Edouart, le jeune roy. Et pour ceste cause ne
vouloit ledit Edmont obéir audit Edouart, le jeune roy; et avec ce fu
ledit Edmont accusé de traïson et, pour ce, fu-il commandé, de par son
neveu le jeune roy Edouart, qu'il eust la teste coupée[416].

[Note 416: Le récit de Froissart met tous les torts du côté d'Édouard
III, qui auroit, en faisant condamner son oncle, le comte de Kent,
suivi les instigations de Roger de Mortimer. (Voyez tome 1, page 40,
2ème édition de M. Buchon.)]

Item, celle meisme année, le conte Guillaume de Haynaut, lequiel estoit
à Clermont en Auvergne, envoia ambassadeurs devers le pape. Mais quant
le pape sceut leur venue, elle ne luy plut pas. Si fu apportée, par
lesdis ambassadeurs audit Guillaume la volenté du pape: si en ot moult
grant despit, et s'en retourna arrières.


X.

ANNÉE 1330

_Coment l'antipape vint à merci au premier pape, lequiel le reçut
bénignement._

L'an mil trois cens trente, Phelippe, fils du roy de Maillorgues,
enfant de très noble ligniée et meismement comme cousin germain du
roy de France Phelippe-le-Bel de par sa mère, lequiel estoit moult
puissant en richesses mondaines, et avec ce avoit-il très grant
quantité de bénéfices en saincte églyse, et des plus nobles et des
meilleurs qui fussent au royaume de France; lequel Phelippe fu par
telle manière inspiré, que pour l'amour de Jhésucrist il renonça à
toutes ses richesses et tous ses bénéfices, et s'en alla en diverses
contrées et en divers pays, comme pauvre et en habit de béguin, et
demandoit aumosne pour l'amour de Dieu, et ne vivoit d'autre chose. Et
si ne vouloit recevoir chose quelle que elle fust de personne vivant,
meismement né de son frère né de sa suer, se ce n'estoit en regart de
pitié et par titre d'aumosne.

Item, en Lombardie, les gens du cardinal Poget, lequiel estoit légat,
se combattirent contre les Guibelins; et furent les gens dudit cardinal
tués en partie, et partie pris; et fu ladite bataille faite au moys de
juing l'an mil trois cens trente.

Item, environ la mi-juing, la royne de France, suer au duc de
Bourgoigne et femme du roy Phelippe, luy ot un enfant, lequiel ot à
nom Loys. Et pour ceste cause l'en disoit que ledit roy Phelippe se
parti et ala à saint Loys de Marseille, son oncle de par la mère. Mais
nonobstant ledit voiage, l'enfant, au quinziesme jour de sa nativité,
trespassa et fu enterré en l'églyse des frères Meneurs à Paris; mais au
retour que le roy fist de Marseille il s'en retourna par Avignon, et
là visita le pape moult humblement et dévotement, lequiel roy fu receu
du pape honnestement; si le fist disner avecques luy, et furent moult
familièrement ensemble; et puis, prist le roy congié et s'en retourna
en France.

Item, le secont dimenche d'aoust l'an dessus dit, les procès fais
encontre Loys de Bavière et l'antipape et leur complices, lesquiels
procès avoient esté autrefois publiés à Paris, de rechief de
l'auctorité du pape furent répétés.

Item, en ce meisme moys, c'est assavoir le vint-huitiesme jour,
l'antipape entra en Avignon, en habit séculier, pour la paour du
peuple; car il ne se osoit pas bonnement manifester né soy monstrer en
son habit. Mais le jour ensuivant il monta sus un lettrin[417], afin
qu'il peust estre veu de tous clèrement; et estoit vestu en habit de
frère Meneur; lequiel fu pris premièrement et présenté au pape et aux
cardinals, en consistoire. Lequel[418] de rechief monta sus un lettrin
et prist un theume et dist: «Père, j'ai péchié au ciel et devant
toy.» Et puis dit-il encore, «j'ai erré si comme une beste esgarée.
Père, requiers ton sergent.» Et disoit moult de belles paroles de
l'escripture, et jugoit qu'il n'estoit pas digne de pardon avoir; mais
il venoit au genou de saincte églyse très humblement et requiéroit de
ses péchiés pardon. Quant il ot dit tout ce qu'il vouloit, il descendi
du lettrin, et lors le saint Père luy prist partie de son premier
theume, c'est assavoir: «Requiers ton sergent;» et prescha le pape
des erreurs et vanités où il avoit esté, et puis le pape lui dist ces
paroles: «L'ouaille esgarée ne doit pas aux loups estre livrée, mais
diligemment estre requise, et, elle requise et retrouvée, sus ses
espaules estre mise et avecques les autres ouailles estre remise.»
Quant le pape ot ces paroles finées, l'antipape s'ala jeter aux piés
du pape, un lien au col. Lors le pape luy osta le lien du col, et le
reçu à trois baisiers, c'est assavoir au baisier du pié, de la main et
de la bouche, dont pluseurs furent moult esbahis; et après ce, le pape
commença _Te Deum laudamus_, et rendirent graces à Dieu le pape et les
cardinaux, et tout le peuple qui là estoit; et y ot grant solempnité
de messes, laquielle solempnité de messes le pape commanda par toute
saincte églyse estre faite. Adont, le pape commanda que l'antipape fust
mis en une chambre, emprès la maison de son chambellant, jusques à tant
qu'il eust eu plus amplement délibération qu'il pourroit faire de luy.

[Note 417: _Lettrin_. On voit que lettrin ou lutrin (lectorium) est
encore ici, comme dans Villehardouin, une sorte de tribune ou chaire à
prédication.]

[Note 418: _Lequel_. L'antipape.]

Item, environ le quinziesme jour de septembre, le roy d'Espaigne et le
roy d'Arragon se combattirent contre les Sarrasins. Mais, par la grace
de Dieu, les crestiens orent victoire, et y ot pluseurs Sarrasins pris,
et y ot de mors six mille de cheval, et environ dix mille à pié.

Item, le premier jour de novembre, en tout le royaume, à une heure,
c'est assavoir à heure de tierce, tous les frères de l'hospital de
Haut-Pas et tous leur biens furent pris du mandement du Saint-Père;
car il abusoient des pardons que l'en leur avoit donnés et mettoient
plus à leur bulles qu'il n'estoit contenu ès bulles que l'en leur avoit
données par les papes. Et pour ce, furent-il mis en diverses prisons
sous les évesques ès quelles dyocèses il habitoient.

Item, en celle meisme année, environ la feste de monseigneur saint
Denys, y vint une très fort gelée, laquielle engela en telle manière
les vignes par tout le royaume de France que elle ne porent oncques
venir à meurté; et furent celle année les vins très mauvais et si en fu
pou.

Item, le moys de novembre et au commencement du moys de décembre furent
ainsi comme continuellement très grans vens, et les iaues des fleuves
furent très grans pour l'innondacion des iaues des pluies.

Item, la veille de monseigneur saint Andrieu, apostre, à Londres en
Angleterre, monseigneur Rogier de Mortemer chevalier, duquel et pour
lequel Ysabel royne d'Angleterre avoit esté moult grandement diffamée
de pluseurs, et la cause fu car[419] elle monstroit audit chevalier,
messire Rogier, devant tous trop grant familiarité; et avecques ce
ledit chevalier fu convaincu de conspiracion par luy faite contre le
royaume d'Angleterre et contre le roy, et du consentement de la royne
d'Angleterre, si comme pluseurs le disoient; lequiel chevalier, pour
les causes dessus dites, fu detraint à queues de chevaux, et confessa
qu'il avoit procuré la mort d'Edouart, c'est assavoir du père dudit
Edouart, jeune roy d'Angleterre, et pour ce fu-il pendu. Et le fils
dudit chevalier, messire Rogier, demoura en prison jusques à tant que
le roy et les barons d'Angleterre eussent plus plainement ordené qu'il
feroient dudit fils; et la royne, du commandement de son fils, le jeune
roy d'Angleterre et des barons, fu mise sous certaine garde en un
chastel.

[Note 419: _Pour_ ou _parce que_.]

Item, le quatriesme jour de janvier, l'an dessus dit, le pape oï dire
que Loys de Bavière avoit fait une grande convocacion en Alemaigne
d'aucuns nobles barons; et encore avoit-il en propos de en faire une
autre après la Chandeleur ensuivant. Pour ce l'amonesta le pape de
non faire ladite convocation, et tous autres de non estre; et sé il
faisoient le contraire, il encourroient la sentence d'escomméniement de
par le pape donnée.

Item, environ ce temps, mourut l'archevesque de Rouen auquiel succéda
Pierre Rogier, archevesque de Sens.

En ce temps, envoia le pape Jehan la dignité de l'éveschié de Noion
adoncques vacant, à messire Guillaume de Sainte-Maure de la dyocèse de
Tournay, chancelier du roy, lequel ne la voult accepter; et adoncques
la donna-il au frère de messire Guillaume, Bertran, né de Normendie.

Item, en ce temps, comme les Anglois fussent assamblés au chastel de
Xaintes en Poitou, et sembloit qu'il s'appareillassent à bataillier,
et par semblant apparust entre le roy de France et le roy d'Angleterre
matière notable de dissencion et de bataille, lors le roy de France
envoia son frère Charles, conte d'Alençon, avecques très grant ost,
lequel quant il vint par delà, près du chastiau très fort devant
nommé[420], auquiel les Anglois avoient leur deffence et leur seurté,
ledit messire Charles le destruit et le rasa tout par terre; jasoit
que aucuns dient qu'il n'avoit pas commandement du roy de abatre ledit
chastel. Et assez tost après, ledit roy d'Angleterre entra en France et
fu paix accordée entre les deux roys et furent amis ensamble[421].

[Note 420: _Devant nommé_. C'est-à-dire _Saintes_.]

[Note 421: C'est à cet accord qu'il faut rapporter la confirmation de
l'hommage d'Amiens, rapporté plus haut.]

Item, depuis environ le commencement de décembre qu'il avoit fait si
grant innondacion de pluies jusques au commencement de mars, avint que
depuis ledit moys de mars jusques à grant pièce de temps après, il
fist si grant sécheresse que l'en ne povoit labourer les terres; et en
demoura grant quantité sans estre labourées.

Item, en ce meisme an, le roy de Boesme entra en Ytalie; et quant les
Ytaliens Guibelins le virent, il sceurent qu'il estoit fils de Henri
l'empereur dernièrement mort. Il le reçurent à très grant joie et à
très grant honneur, et se commencièrent à soustraire du devant dit Loys
de Bavière et de sa seigneurie; et se sousmistrent lesdis Ytaliens
de tous poins, avec pluseurs de leur cités, audit roy de Boesme. Et
depuis lors commença moult la fortune dudit Bavière à décroistre et ne
parloit-on mais pou ou noient de luy.

Item, en ce temps, moult de nobles princes, barons et autres chevaliers
s'appareilloient pour aler en Garnate[422] en l'aide des chrestiens;
et toute voie, jasoit ce qu'il fussent meus de grant dévocion et de
l'amour de la foy, furent-il défraudés; car le roy d'Espaigne avoit
donné triève aux Sarrasins dont pluseurs disoient que ledit roy
d'Espaigne avoit esté corrompu par argent, et pour ce avoit-il donné
lesdites trièves aux Sarrasins.

[Note 422: _Garnate_. Grenade.--Ces préparatifs étoient sans doute
inspirés par les nouvelles de la mort du brave Douglas, que nos
chroniques raconteront tout-à-heure.]


XI.

ANNÉE 1331

_Coment sentence fu donnée contre messire Robert d'Artois, de[423] la
conté d'Artois; et coment la damoiseille de Divion fu arse; et coment
ledit Robert fu appellé à droit, pour soy purger des crimes devant dis._

[Note 423: _De_. Relativement à.]

L'an mil trois cens trente et un, fu sentence donnée en parlement à
Paris pour le duc de Bourgoigne, pour la conté d'Artois, contre messire
Robert d'Artois, conte de Biaumont en Normendie. (Car la contesse
d'Artois devant dite qui estoit moult sage, fist tant que elle ot le
clerc qui avoit escrit les lettres, et le mena par devers le roy; et
cognut que la damoiselle de Divion luy avoit fait escrire unes lettres,
environ avoit un an. Puis luy furent monstrées et recognut qu'il les
avoit escrites de sa main. Puis manda le roy messire Robert d'Artois
et luy dist qu'il estoit enformé que la lettre n'estoit pas vraie et
qu'il se déportast de la demande qu'il faisoit de la conté d'Artois. Et
il respondi que sé aucun vouloit dire que elle ne fust bonne, il l'en
vouldroit combatre et que jà ne se déporteroit de la demande. Pourquoy
le roy se courrouça si à luy, que à la journée il fist porter les
lettres en présence du parlement et les fist descrier, et fist prendre
la damoiselle de Divion et fist mettre en prison en chastellet à Paris;
et fu messire Robert d'Artois débouté de la conté d'Artois, comme
devant est dit. Dont il dist si grosses paroles du roy et de la royne
que le roy le fist appeller à ses dis; mais il ne daigna oncques aler
né luy excuser). Lors fist le roy mettre la dite damoiselle de Divion,
laquelle estoit en chastellet, en gehenne, laquelle confessa tout le
fait, tel comme devant est escript, et si dist pluseurs choses. Assez
tost après fu pris un autre qui estoit confesseur dudit messire Robert
d'Artois; et en après envoia le roy certains messages pour quérir
l'abbé de Vezelai, lequiel estoit souppeçonné de celle mauvaistié et
de pluseurs autres mauvaistiés; mais quant il sot que l'en le faisoit
quérir il se départi et s'en fui; et ainsi se sauva. Quant Robert
d'Artois vit coment les choses aloient, si se départi moult confusément.

Item, les Bourguignons d'outre Saone, c'est assavoir de la conté de
Bourgoigne[424], se rebellèrent contre le duc de Bourgoigne et ne luy
vouldrent faire hommage; non obstant que ladite conté luy fust deue,
à la cause de sa femme. Si avint que, d'une part et d'autre, l'en se
ordena en bataille, et il y ot moult grant convocacion de nobles hommes
et puissans. Si avint, quant le roy sot ceste chose, il les fist mettre
à raison tant d'une part comme d'autre, et vindrent les nobles et les
autres aimablement, et firent hommage audit duc, et le menèrent, luy et
sa femme, par les cités et chastiaux, et leur tindrent compaignie comme
à leur seigneur.

[Note 424: _De la conté de Bourgoigne_. «Monsieur de Chalon, appelé
Jehan, mut contre le duc de Bourgoigne.» (Continuation françoise de
Nangis, nº 8298-3.)]

Item, assez tost après, le conte de Foix prist sa mère laquielle estoit
suer de Robert d'Artois, et la fist mettre en un sien chastiau[425]
prison, pour la cause qu'elle vivoit trop jolivement de son corps, à sa
grant confusion et vilanie de son lignage.

[Note 425: «Au chastel de Sauveterre en Bearne.» (Msc. 8298-3.).]

Item, au moys de septembre, il fist si grant innondacions de pluies en
Ytalie, en Arragon et en Provence, que par leur force il abattirent
moult de villes et de chastiaux; et toutes voies en France il n'avint
riens de ces innondacions, mais l'yver ensuivant fu moult pluvieux en
France.

Item, environ le mi-moys de septembre de l'an mil trois cens trente
et un, la damoiselle dessus dite qui avoit plaquié le scel ès lettres
de messire Robert d'Artois, en faisant fausseté, fu arse en la place
aux Pourciaux, à Paris; et recognut moult d'autres mauvaistiés. (Quant
messire Robert d'Artois vit par quelle manière les choses aloient,
si se doubta, et fu moult courroucié de ce que le roy procédoit par
telle manière contre luy. Si dust dire ces paroles: «Par moy a esté
roy et par moy en sera demis, sé je puis.» Et lors fist mener tous
ses destriers qu'il avoit biaux et nobles, et son trésor qu'il avoit
moult grant, à Bourdiaux sus Gironde, et là fist tout mettre en mer et
mener en Angleterre.) Et depuis se retraist ledit messire Robert vers
son cousin le duc de Breban[426], qui le reçut en son pays, et le mit
une pièce de temps avec luy. Tantost que le roy ot oï ces nouvelles,
il fist mettre en sa main la terre dudit messire Robert, et luy manda
par certains messages qu'il comparust devant luy et devant les pers
personnellement, à certain jour, pour soy deffendre des crismes qui luy
estoient mis sus.

[Note 426: Tout ce récit est beaucoup plus exact que celui de
Froissart, tome 1, page 47. (Deuxième édition de M. Buchon.)]

[427]Or, vous dirai coment il se parti de la compaignie au duc de
Breban. Il avint que le conte de Hainaut avoit ses filles mariées l'une
au roy d'Alemaigne et l'autre au roy d'Angleterre, l'autre au conte de
Juillers, et la quarte, qui estoit la plus jeune, estoit créantée à
l'ainsné fils du duc de Breban.

[Note 427: Ce qui suit relativement au duc de Brabant n'est pas
reproduit dans le continuateur de Nangis.]

Quant le roy de France vit que le conte de Hainaut estoit si fort de
tous costés qu'il avoit Alemaigne toute à sa partie, et que sé le
roy d'Angleterre le vouloit mouvoir contre la couronne de France,
trop seroit fort pour ses alliances: car ledit roy d'Angleterre avoit
espousée la fille dudit conte de Hainaut; pour ce manda le roy de
Behaigne, le conte de Guelre, le duc de Breban, l'évesque de Liège et
messire Jehan de Hainaut, que tous fussent à luy à Compiègne. Ilecques
s'alia avecques eux et pristrent grant foison de gens d'armes; et puis
se départirent tous, fors le duc de Breban auquiel l'en monstra que
trop seroit son fils bas marié à la fille le conte de Hainaut, et trop
plus grant honneur seroit que il préist la fille au roy de France.
Tantost le duc s'i accorda, et fu despécié le mariage de la fille au
conte de Hainaut et du fils au duc de Breban. Et assez tost après fu
ordenée une moult grant feste à Paris, à laquielle le duc de Breban
envoia son fils et espousa la fille du roy. Et fu ilecques le duc de
Normendie; fils du roy de France, fait chevalier. Pourquoy le conte de
Hainau fu si courroucié, que oncques puis il ne fina de contrarier à
la couronne de France. Et fist tant le roy de France au duc de Breban
qu'il luy enconvencionna qu'il feroit vuidier messire Robert d'Artois
hors de sa terre et de son pays. Adoncques ala messire Robert d'Artois
au chastiau de Namur, et adonc prist le conte de Guelre la suer au roy
d'Angleterre.

Item, le premier dimenche de l'avent, le pape dut preschier
publiquement, en Avignon, que les ames de ceux qui trespassent en grace
ne voient pas la divine essence né ne sont parfaitement béneurées,
jusques à la résurection des corps; dont pluseurs qui oïrent ces
paroles et celle opinion furent moult escandalisiés. Toutes voies l'en
doit croire que le pape disoit ces paroles selon son opinion, et non
mie fermement, car ce seroit hérésie; et quiconque vouldroit celle
chose affermer, l'en le devroit jugier pour mescréant et pour hérite.

Item, en ce meisme temps, le confesseur de messire Robert d'Artois
qui estoit prisonnier, fu appelé en la présence d'aucuns du conseil
du roy, et luy fu demandé quelle chose et quoy il povoit savoir des
fausses lettres dessus dites. Lequiel respondoit et disoit qu'il n'en
savoit riens fors en confession, né il ne le povoit bonnement révéler
sans péril de conscience. Mais à l'énortement de maistre Pierre de la
Palu, patriarche de Jhérusalem, avecques autres maistres en théologie
et aucuns secrétaires du roy, lesquiels se consentoient et disoient
qu'il le povoit bien révéler selon ce que l'en dit,--mais c'est doubte
grant,--si le révéla, et le confesseur fu arrière mis en prison. Mais
ce qu'il devint à la fin le commun ne le sceut.

Item, en ce meisme an, le quinziesme jour de décembre, il fu esclipse
de lune très grant un pou après mienuit, et demoura par trois heures et
plus. Mais pour ce que elle fu à celle heure, pluseurs ne la virent pas.

Item, en ce meisme an, l'an mil trois cens trente et un, le roy
tenant le siège de juge au Louvre, et avec luy pluseurs barons et
prélas, messire Robert d'Artois devant dit, lequiel avoit esté la
tierce fois appellé à certain jour à respondre aux articles que l'en
avoit proposés contre luy, ne s'i comparut point si comme il devoit:
mais envoia un abbé de l'ordre de Saint-Benoist et avec luy pluseurs
chevaliers, lesquiels n'avoient point de procuracion, mais estoient
venus pour prier au roy et aux barons du royaume que l'en luy voulsist
ottroier jusques à la quarte dilacion, en promettant que à ycelle
il viendroit personnellement, et, de tout ce que l'en luy avoit mis
sus il se purgeroit bonnement. Et après ce qu'il orent ainsi fait le
message, le roy de Behaigne et Jehan l'ainsné fils du roy de France et
duc de Normendie, avec moult d'autres barons, s'agenouillèrent devant
le roy et luy demandèrent qu'il luy pleust à ottroier audit messire
Robert jusques à la quarte dilacion et que ses biens ne fussent pas
confisqués durant ledit terme. Laquielle requeste le roy ottroia de
grace espéciale jusques au moys de mai. (Et lors vint une damoiselle,
laquelle dit, en la présence du roy, que la femme messire Robert
d'Artois, laquielle estoit suer du roy[428] de France, estoit plus
coupable que son mari.)

[Note 428: _Suer du roy_. Jehanne de Valois.]

Item, en ce meisme an, frère Pierre de la Palu, patriarche de
Jhérusalem, si retourna du soudan auquiel il avoit esté envoié, et
commença à conter l'obstinacion du soudan contre les chrestiens, et
esmeut par telle manière le cuer et la volenté du roy et des barons
qu'il furent tous d'un acort d'aler Oultre-mer pour recouvrer la
Saincte Terre. Quant le pape oï ces choses, à la requeste du roy il
manda et commist au patriarche et à tous prélas que en leur lieux il
preschassent la croix et féissent preschier, et qu'il amonestassent
ceux qui estoient croisiés qu'il s'appareillassent le plus tost qu'il
pourroient bonnement pour passer.

Item, en ce meisme an, le roy Phelippe mist la monnoie qui avoit esté
moult muable en meilleur estat, et ordena que le petit flourin ne
vauldroit que dix sols parisis, et les autres monnoies d'or selon leur
prix; le gros tournois d'argent, neuf deniers parisis, et le petit
denier, qui valoit deux deniers, ne valust que un denier, et ainsi
marchandise de toutes choses qui estoit moult chière revint à raison.


XII.

ANNÉES 1332/1333/1334

_Coment messire Robert d'Artois fu bani, et du mariage Jehan, ainsné
fils du roy de France et duc de Normendie._

L'an de grace mil trois cens trente-deux, Robert d'Artois fu bani du
royaume de France par les barons, et furent tous ses biens confisqués
au roy. Mais encore et aux prières d'aucuns grans seigneurs, voult le
roy que les solempnés bannissemens fussent différés jusques au moys
d'après Pasques; et aussi, se il venoit dedens le terme et qu'il se
méist à la volenté du roy, du tout le roy luy feroit telle grace qui
luy sembleroit à estre convenable; et s'il ne venoit, le bannissement
seroit exécuté tout entièrement. Quant le roy vit que le terme qu'il
avoit donné gracieusement au devant dudit Robert d'Artois fu passé,
et il n'ot envoié né contremandé, si comme l'en l'avoit promis au roy
en la présence des barons, si commanda qu'il fu bani à trompes par
tous les principaux quarrefours de Paris. Et avec ce avoit certaines
personnes qui crioient en audience toutes les causes pour lesquielles
ledit messire Robert estoit bani. Et fu fait ledit bannissement le
trentiesme jour de may, l'an dessus dit.

Item, en ce meisme temps, le roy Phelippe fist les noces à Meleun
de Jehan, son ainsné fils, nouvel duc de Normendie, et de madame
Bonne, fille de Jehan, roy de Boesme, lequiel roy avoit esté fils de
l'empereur Henri. Et depuis fist le roy son dit fils chevalier en la
ville de Paris[429], en la feste de saint Michiel l'archange, présens
le roy de Boesme, le roy de Navarre, le duc de Bourgoigne, le duc
de Bretaigne, le duc de Lorraine, le duc de Breban, avecques moult
d'autres barons tant, que l'on ne sauroit pas bien dire le nombre. Ce
meisme jour, tous présens et en celle meisme feste fu fait le mariage
de l'ainsné fils au duc de Breban à madame Marie, fille du roy de
France, et l'espousa celle meisme journée.

[Note 429: _En la ville de Paris_. «A Nostre-Dame de Paris.» (Msc.
8298-3.)]

(Item, le vendredi après ladite feste de saint Michiel, en la présence
des princes devant nommés et aucuns prélas, avecques moult d'autres
nobles en la chapelle du roy à Paris assemblés, le roy fist proposer en
appert qu'il entendoit à passer la mer pour porter aide à la Saincte
Terre conquerre. Et estoit son entente de bailler Jehan, son ainsné
fils, garde du royaume, lequiel avoit environ quatorze ans. Et lors
pria à tous ceux qui là estaient, et espécialement aux nobles et
aux prélas, qu'il jurassent aux saintes reliques qui estoient en la
chapelle du palais, là où il estoient assemblés, qu'il porteraient
obédience à son dit fils, comme à leur seigneur et hoir; et s'il
avenoit que ledit roy trespassast en voiage, il le coronneroient au
plus tost qu'il pourraient bonnement en roy de France.)

L'an de grace mil trois cens trente-trois, après la feste de saint
Michiel, fist le roy, à Paris au Pré-aux-Clercs, au peuple, par
l'archevesque de Rouen, sermon pour prendre la croix, et la prist ledit
roy le premier et grant quantité de nobles et d'autres avec luy. Et
fu ordené que la croix fu preschiée par tout son royaume, et que tous
ceux qui avoient pris la croix fussent tous près, du moys d'aoust passé
en trois ans, pour passer. (Et puis envoia, par les bonnes villes du
royaume, amonester de prendre la croix, mais pou se croisièrent, au
regart que l'en cuidoit et moult se doubtoit-l'en de ce dont autrefois
avoient esté eschaudés, c'est assavoir que les sermons qui estoient
fais au nom de la croix ne fussent fais pour avoir argent. Et envoia le
roy de France en Angleterre le conte Raoul d'Eu, qui estoit connestable
de France, et l'évesque de Biauvès. Quant il vindrent en Angleterre,
si vindrent devant le roy et luy requistrent, de par le roy de France,
qu'il voulsist emprendre à faire le saint voiage avec luy, et il luy
promettent de faire loyal compaignie. Quant le roy d'Angleterre oï
ceste chose, si respondit que moult sambloit grant merveille de faire
le saint voiage s'il ne luy tenoit les convenances qui furent acordées
à Amiens en quoy il estoit défaillant par devers luy: «Si dirois à
vostre Seigneur que quant il m'aura fait mes convenances, je serai plus
prest d'aler au saint voiage qu'il ne sera.» Tantost pristrent congié
et vindrent en France et distrent au roy leur response.)

Item, en ce meisme an, l'endemain de l'Ascension Nostre-Seigneur, il
fu une grande éclipse de souleil, après midi, et dura pour l'espace de
deux heures.

Item, en ce meisme temps, comme la prédicacion que le pape Jehan avoit
faite à Avignon de la vision benoite, comme dessus est de visée, fu
aussi comme mise au noient par semblant, et la tenoient aucuns, par
la faveur du pape, estre vraie et pluseurs par paour, si avint que un
frère Prescheur prescha contre l'opinion du pape, en tenant vérité.
Mais quant le pape le sceut, il fist mettre ledit frère en prison.
Adoncques furent envoiés de par le pape, à Paris, deux frères, l'un
Meneur et l'autre Prescheur. Si vint le Meneur en pleines escoles, et
commença à preschier déterminéement que les ames béneurées, devant
né après le jour du jugement, ne voient pas Dieu face à face, dont
très grant murmure sourdi entre les escoliers qui là estoient. Lors,
tous les maistres en théologie qui estoient à Paris jugèrent ceste
opinion estre fausse et plaine de hérésie. Quant le frère Prescheur
ot oï que pour la cause que ledit frère Meneur avoit déterminéement
preschié de la benoicte vision grant esclandre estoit meu entre les
escoliers de Paris, tantost il s'ordena pour aler à Avignon parler au
pape; mais avant qu'il partist, il dit en plein sermon, en excusant le
pape, que il n'avoit pas dit tout pour vérité, mais selon son cuidier.
Si vindrent ces nouvelles aux oreilles du roy, et le frère Meneur
qui avoit preschié comme devant est dit, sceut que le roy estoit mal
content de lui. Lors ledit frère ala par devers le roy, et désiroit
moult de soy excuser; mais le roy voult qu'il parlast devant les
clercs. Adoncques manda le roy que l'en luy féist venir dix maistres
en théologie, entre lesquels il y ot quatre Meneurs, et lors leur
demanda le roy, en la présence dudit frère Meneur, qu'il leur sembloit
de sa doctrine, laquielle il avoit semée de nouvel à Paris? lesquiels
maistres respondirent tous ensamble que elle estoit fausse et mauvaise
et toute plaine de hérésie; mais pour chose que l'en dist ou monstrast
audit frère Meneur, il ne voult oncques muer de son propos né de
son opinion. Mais assez tost après fist le roy assembler au bois de
Vincennes tous les maistres en théologie, tous les prélas et tous abbés
qui porent estre à Paris trouvés; et lors fu appellé le devant dit
frère Meneur, et luy fist le roy deux demandes en françois: la première
demande fu assavoir mon sé les ames des saints voient présentement la
face de Dieu; et l'autre demande fu assavoir mon sé celle vision qu'il
voient maintenant faudra au jour du jugement. Lors fu respondu par les
maistres et affirmèrent la première estre vraie, et quant à la seconde
doublement, car elle demourra perpétuellement et si sera plus parfaite.
Adonc le devant dit frère Meneur, ainsi comme par contraincte, s'i
consenti. Après ce, le roy requist que de ces choses l'en féist
lettres. Lors furent faites trois paires de lettres contenant une
meisme forme et furent scellées chascunes par soy de vint-neuf scels
des maistres qui adoncques estoient présens. Desquielles l'une fu
envoiée de par le roy au pape et luy mandoit qu'il approuvoit plus la
sentence des théologiens de la benoicte vision et à bonne cause qu'il
ne faisoit celle des juris qu'il corrigast ceux qui soustenoient le
contraire, et ainsi il feroit ce qu'il devoit.

Item, depuis avint que Robert de Brus, qui avoit esté roy d'Escoce,
très excellent chevalier, si comme nous avons dit par avant, lequiel
estoit n'avoit guères trespassé et estoit son jeune fils David son
successeur au royaume d'Escoce; si avint que Edouart de Bailleul, qui
voult oster ce royaume au jeune David, vint au roy d'Angleterre, comme
au souverain si comme il disoit, et meismement en ce cas disant que à
luy[430] appartenoit le royaume d'Escoce et non mie à David, enfant de
douze ans, car il estoit fils du roy Alexandre d'Escoce[431], et David
estoit de Robert de Brus, roy d'Escoce, dernier trespassé; pourquoy
il requéroit au roy d'Angleterre qu'il le voulsist recevoir en son
hommage: lequiel le reçut en enfraignant les aliances et convenances
qu'il avoit faites avecques Robert de Brus, tant comme il vivoit. Et
assez tost après, il s'arma contre les Escos, afin de mettre ledit
Edouart de Bailleul en saisine du royaume d'Escoce. Adonc les Escos,
qui moult convoitoient à eux deffendre contre les Anglois, issirent à
bataille contre eux, mais finablement les Escos furent desconfis: les
uns furent pris et les autres furent mors. Et si fu prise la cité de
Bervic par traïson, si comme pluseurs le racontèrent après. Quant le
roy de France Phelippe sceut que le roy d'Angleterre alloit sur les
Escos, si fist tantost chargier dix nefs de gens d'armes et de vivres
bien garnies pour envoier en l'ayde des Escos; mais le vent leur vint
si au contraire, qu'il ne porent oncques arriver à port convenable,
ains les arriva le vent au port de l'Escluse, en Flandres; ilecques
furent les choses honteusement et confusément vendues et despensées, et
ne vindrent ainsi comme à nul profist.

[Note 430: _A luy_. Edouard de Bailleul.]

[Note 431: _Fils du roy_. «Cum ipse de primogenitâ Alexandri regis
Scotiæ natus esset, et David de secundâ genitâ.» (Spicileg., t. III, p.
97.)]

Item, en ce meisme an, fu si très grant plenté de vin, que l'en avoit
un sextier de vin cler, bon, net et sain, pour cinq et six deniers.

Item, en ce meisme temps, le dauphin de Vienne qui avoit asségié un
chastel, lequiel estoit au conte de Savoie, et avoit laissié son ost
pour aler explorer ce chastel, lequiel dauphin fu aperçu et fu féru
d'un arbalestrier par telle manière qu'il ne vesqui, puis le cop, que
par l'espace de deux jours, et laissa à son frère la seigneurie de
Dauphiné, car il n'avoit pas de hoir masle de son propre corps.

L'an mil trois cens trente-quatre, ceux de Bologne se rebellèrent
contre un légat envoié de par le pape pour sousmettre les Guibelins,
et firent tant qu'il chacièrent ledit légat, et s'en fu hors du pays;
et tuèrent pluseurs de ses gens. Et avoit fait faire ledit légat un
fort chastel dehors les murs, lequiel il tresbuchièrent et abattirent
jusques à terre.

Item, en ce meisme temps, vint une grande matière de guerre entre
le duc de Breban et le conte de Flandres pour aucunes redevances,
lesquielles l'évesque de Liége se disoit avoir en la ville de
Malines en Breban, lesquielles redevances le conte de Flandres avoit
frauduleusement achettées dudit évesque, afin qu'il peust avoir
dissencion, selon ce que pluseurs le disoient et affirmoient. Si avint
que les deux parties commencèrent à faire moult grant semonces l'un
contre l'autre. Le roy de Boesme, l'évesque de Liége, le conte de
Hainau et Jehan de Hainau, frère audit conte, le conte de Guéries et
pluseurs grans personnes d'Alemaigne, tous lesquiels estoient de la
partie au conte de Flandres; et pour l'autre partie estoient le roy de
Navarre, le conte d'Alençon, frère du roy de France, le conte de Bar,
le conte d'Estampes, lesquiels estoient pour le duc de Breban; et le
roy de France estoit médiateur d'une partie comme d'autre: lequiel,
par la grace de Dieu et par la grant diligence qu'il y mist et par les
conseils de preudes hommes, les mist à acort.

[432]Item, en cel an, avoit envoié le roy de France par devers le roy
d'Angleterre, en message, messire Raymon Saquet, évesque de Therouene,
et messire Ferri de Piquegni; mais oncques ne porent besoigner au roy
d'Angleterre, ains s'en partirent sans riens faire.

[Note 432: Tout ce qui suit, jusqu'à la mention de l'arrivée de David
Bruce à Château-Gaillart, n'est pas dans la continuation latine de
Nangis. Je n'ai pas retrouvé chez les historiens d'Ecosse le nom de ce
Marcueil-le-Flament, ni dans les annalistes de l'abbaye de Saint-Denis
celui d'_Aufroy de Tryc_ ou _Fitzpatric_.]

Item, en cel an meisme, avoit un baron en Escoce que on appelloit
Marcueil-le-Flament, qui gardoit un chastel en Escoce lequiel estoit
le plus fort de toute la terre, et gardoit ilec le jeune roy David et
madame sa femme. Quant il vit que la terre d'Escoce estoit destruite
pour la greigneur partie par les barons qui mors estoient, si fist
appareillier une belle nef et la fist garnir de tout ce que mestier
fu, et puis y entrèrent le jeune roy et la royne, et avecques eux
aucuns nobles hommes d'Escoce qui leur tenoient compaignie; entre
lesquiels il y ot un escuier de noble affaire, lequiel avoit à nom
Aufroy de Trycpatric, lequiel depuis se rendit à Saint-Denis en France
avec tous ses biens, et gist en parlouer de ladite églyse, dessous le
trésor, bien et honnestement. Et quant la nef fu preste, si regardèrent
que le vent leur estoit propice, si continuèrent à nagier; et tant
nagièrent qu'il arrivèrent en Normendie, et puis alèrent au roy de
France qui moult débonnairement les reçut, et puis leur fist délivrer
Chasteau-Gaillart, et ilec demourèrent, et leur fist livrer le roy tout
quanques mestier leur fu, de bon cuer.

Item, en ce meisme an, le roy de France Phelippe ordena une
maison de religion, laquielle est appellée le Moncel, emprès le
Pont-Sainte-Maissance; et estoit escheue ladite maison au roy par
forfaiture. En laquielle il ordena femmes à Dieu servir perpétuellement
selon la rieule saint François.

Item, en ce temps, la femme messire Robert d'Artois, suer du roy de
France, fu souppeçonnée et ses fils aussi, d'aucuns voults[433] qui
avoient esté fais, si comme l'en disoit; et pour ceste cause, elle fu
mise en prison au chastel de Chinon en Poitou, et ses enfans furent
menés en Nemous, en Gatinois, et là furent en prison.

[Note 433: _Voults_. Sortiléges d'envoutemens, qu'on appeloit aussi
_manies_.]

Item, en cel an, il fu grant habondance de vins; mais il ne furent pas
si fors né si meurs comme il avoient esté en l'an devant.


XIII.

_Coment les messages au roy et Angleterre vindrent à Paris au roy de
France, pour traitier aucun acort de paix, mais il ne firent riens._

[434]En ce meisme temps ou environne roy d'Angleterre ot conseil avec
les barons; et, par l'énortement du conte de Hainau et de messire
Robert d'Artois, qu'il envoieroit devers le roy de France pour
savoir s'il voudroit entendre à aucun acort. Si envoia l'évesque de
Cantorbière, messire Phelippe de Montagu, et messire Géfroy Scorp[435].
Quant il vindrent à Paris, si trouvèrent la court moult estrange,
mais en la fin leur fu livré le conte d'Eu, maistre Pierre Rogier,
archevesque de Rouen, et le mareschal de Trie, pour traitier à eux.
Tant fu la chose deménée, qu'il vindrent devant le roy, et fu ilecques
la pais confermée entre les deux roys, et fiancée des deux parties.
Quant la chose fu faite, les Anglois vindrent hors de la chambre
du roy, et furent convoiés de tous les maistres conseilliers du
royaume, et crioit-on la paix par toute la ville; mais il ne demoura
mie longuement que la chose ala autrement, car il ne furent mie en
leur hostieux que le roy les redemanda et leur dist que s'entencion
estoit que le roy David d'Escoce et tous les Escos fussent compris en
icelle paix. Quant les Anglois l'entendirent, moult furent esbahis et
distrent que oncques des Escos n'avoit esté mencion faite, et que, en
nulle manière, ceste chose n'oseroient-il faire né accorder. Quant
il virent que autrement ne povoit estre, si se départirent et s'en
alèrent en Angleterre, et contèrent au roy et à son conseil coment la
chose estoit alée, dont jura le roy d'Angleterre que jamais ne fineroit
jusques à tant que Escoce fust mis en dessous. Devant ce que ceste
chose avenist, il estoit mort un haut baron d'Escoce qu'on appeloit le
conte de Mortenne, et ne pensoient les Escos à avoir nulle guerre au
roy d'Angleterre pour les alliances qui estoient faites. Si eslurent
les Escos, de commun assentiment, messire Jehan de Douglas[436], pour
porter le cuer de monseigneur Robert de Brus, roy d'Escoce, oultre-mer,
et luy baillièrent grant partie du trésor. Si fist son appareil et
arriva à l'Escluse, et d'ilec se traist vers la court de Rome, et là oï
nouvelles que le roy Alphons[437] d'Espaigne estoit en guerre contre le
roy de Maroc, et vous dirai la cause.

[Note 434: Tout ce qui suit n'est pas dans la continuation de Nangis
jusqu'à la mention du soulèvement des Ecossois, et le retour d'Edouard
III en Angleterre.]

[Note 435: _Scorp_ ou de _Scropt_, comme on le trouve dans les actes de
Rymer. Rapin de Thoyras paroît avoir ignoré cette négociation.]

[Note 436: _Jehan de Douglas_. Froissart appelle ce Douglas
_Guillaume_.]

[Note 437: _Alphons_. Alphonse XI, roi de Castille.]

Le roy d'Espaigne qui jeune estoit avoit pris à femme la fille à un
haut baron d'Espaigne que on appelloit Dan Jehan Manuel; mais il ne luy
tint foy né loyauté, car il tenoit une damoiselle en privé qui estoit
fille à un chevalier que on appelloit Dan Jehan Pierre Gusman; et si
tenoit une juiffe qui moult estoit belle: et avoit sa femme la royne du
tout deboutée. De quoy le père de la royne avoit si grant duel, qu'il
donna congié aux Sarrasins de passer parmi sa terre.

Quant messire Jehan de Douglas qui estoit parti d'Escoce vint en
Espaigne, si trouva la guerre toute ouverte entre le roy et les
Sarrasins, et là fu moult noblement receu du roy; et fu mis jour de
bataille, et au jour nommé allèrent les batailles l'une contre l'autre.
Et commença la bataille moult crueuse, et se prouva le roy d'Espaigne
de si grant vertu qu'il eust en ce jour coppé un des dois de la main.
Et messire Jehan de Douglas fu féru d'une archegaie parmi le corps,
et quant il se senti navré à mort, si n'ot cure de plus vivre et se
féri en la presse des Sarrasins, et ilec fu tué comme bon chevalier
et bon crestien. Puis fist paix le roy d'Espaigne à Dan Jehan Manuel,
si qu'il[438] reprist sa fille par l'acort du pape: et prist à femme
le roy d'Espaigne la fille au roy de Portugal, et fu départi de sa
première femme.

[Note 438: _Si qu'il_. Si que Jehan Manuel, etc.--Ce récit épisodique
d'Espagne est raconté tout différemment et sans doute avec moins
d'exactitude par Froissart. (Liv. 1, part. 1, ch. 48.)]

Item, depuis que le roy d'Angleterre et Edouart de Bailleul orent eu
victoire des Escos, et ledit roy d'Angleterre se fu parti d'Escoce
et institué le devant dit Edouart en roy d'Escoce et pluseurs autres
personnes à garder les forteresces qu'il avoit conquises en Escoce,
comme devant est dit, ceux d'Escoce qui demourés estoient firent leur
alliances tout premièrement et pristrent en eux force et vertu; et s'en
alèrent combatre le devant dit Edouart et les Anglois que ledit roy
d'Angleterre avoit laissié pour garder les forteresces, comme devant
est dit. Et se combattirent viguereusement; et, par telle manière,
qu'il boutèrent hors du royaume d'Escoce ledit Edouart de Bailleul et
recouvrèrent tout ce que le roy d'Angleterre leur avoit tollu, excepté
Bervyc.

Item, en ce meisme an, le quatriesme jour de décembre, le pape Jehan
trespassa, le dix-neuviesme an de sa papauté; et l'erreur de la
benoicte vision que longuement avoit tenue il rappella au lit de la
mort, si comme l'en dit. Et après luy fu eslu un cardinal qui avoit
à nom, par son titre, Jacques, prestre cardinal de Sainte-Prise,
et estoit de l'ordre de Cistiaux. Et fu faite ladite eslection le
dix-neuviesme jour de décembre, et fu consacré le huitiesme jour de
janvier, et fu appellé Benedic le douziesme, (et le deux cens et
uniesme pape.)

Item, en ce meisme temps, le roy Phelippe se mist à chemin pour aler
visiter le pape nouvel; mais ainsi, comme il fu au milieu du chemin,
une grant maladie le prist; si s'en retourna par le conseil des
phisiciens. Mais il envoia solemnels messages sus certaines péticions
et requestes touchans le passage de la Terre sainte; sur lesquielles
requestes le pape les oï très gracieusement, et réserva aucunes choses
pour en avoir délibération avecques son conseil.

Item, en la veille de la feste saint Nicholas d'yver, furent oïs en la
ville de Paris aussi grant tonnerres et foudres comme l'en pourroit oïr
environ la Magdaleine et à la saint Marc l'évangéliste; et le neuviesme
jour de janvier, tonnerres par semblable manière furent, jasoit ce que
yver fust froit.

Item, en ce meisme temps, Jehan, le duc de Bretaigne, considérant le
bien du royaume et le péril qui à celuy royaume pourroit venir sé la
duchié de Bretaigne eschéoit en main de femme, si voult ledit Jehan
laissier ledit duchié au roy de France après son décès, en telle
manière et par telle condicion que sé aucun s'apparoit qui fust vrai
hoir, le roy luy asseéurroit certaine terre et souffisant; et encore
fu-il ordené à greigneur confirmacion que sé certain hoir s'apparoit
qui fust droit hoir, le roy luy donroit la duchié d'Orliens. Mais il y
ot aucun de Bretaigne qui contredirent à ces choses, et ainsi demoura
la chose imparfaite. Et depuis fu journée assignée à traiter de ceste
besoigne aux octaves de la Magdaleine, et après au dimenche ensuivant.
Et en icelui dimenche se porta la chose par telle manière que tout fu
délaissié et finablement mis au noient.


XIV.

ANNÉE 1335

_Coment messire Jehan, duc de Normendie, fu si malade que tous les
médecins se désespéroient de sa santé._

En l'an de grace mil trois cens trente-cinq, messire Jehan de
Cepoy[439], qui avoit esté envoié en la terre de Turquie pour tempter
les pors et les passages pour le passage de la Terre Sainte, et
l'évesque de Biauvès qui par avant avoit esté en pélerinage encontre
les Turcs, s'en retournèrent en France.

[Note 439: _Jehan de Cepoi_. «Amirant de la mer.» (Msc. 8298-3.)]

Item, en ce meisme an, environ mi-juing, il vint une très grant
maladie à messire Jehan, duc de Normendie, ainsné fils du roy de
France; et crut ladite maladie par telle manière que tous les médecins
se désespéroient de luy. Adoncques, le roy et la royne si mistrent
leur espérance en Nostre-Seigneur et firent faire prières, tant par
les religieux comme par autres gens de l'églyse, et furent faites
processions par diverses églyses; et meismement entre les autres qui en
l'églyse de monseigneur saint Denis furent faites, tout le couvent ala
par trois jours nus piès à procession; et après les trois devant dis
jours, furent portées à Taverni[440], où ledit monseigneur Jehan estoit
gissant malade, les saintes reliques du clou et de la couronne, et le
doit de monseigneur saint Loys, lesquielles furent emprès luy jusques
environ sept jours. Et dist-l'en que le roy dut dire ces paroles, comme
bon et vray crestien: «J'ai si grant fiance en la miséricorde de Dieu
et ès mérites des sains et prières du peuple, que s'il mouroit, si
seroit-il ressuscité par les prières qui en sont à Dieu faites; et pour
ce, s'il muert, ne l'ensevelissez pas trop tost, car j'ai grant fiance
en la miséricorde de Dieu.» Mais assez tost après, par les mérites des
sains et par les prières du peuple, il fu en bonne convalescence, et
fu guéri. Si avint que le roy Phelippe et son dit fils messire Jehan
se partirent de Taverni le septiesme jour de juillet et vindrent tout
à pié jusques à l'églyse de monseigneur saint Denis et là rendirent
graces à monseigneur saint Denis, le patron, et veillèrent deux nuis
en ladite églyse, et avecques eux aucuns des religieux de laiens;
lesquiels religieux, à la requeste du roy, firent de nuit le service de
monseigneur saint Denis; et l'endemain l'abbé de ladite églyse chanta
la messe devant les martirs, en la présence du roy et de son dit fils,
et puis alèrent disner; et après disner, il se partirent et alèrent en
moult d'autres sains lieux où leur dévocion estoit.

[Note 440: _Taverni_. Bourg de _l'Ile de France_.]

Item, environ la Magdaleine, le roy d'Angleterre, accompaigné de gens
à cheval et de gens à pié, le conte de Namur cousin de sa femme,
le conte de Guerle qui sa suer avoit espousée, avec autres nobles
d'Alemaigne, tous lesquiels tenoient compaignie audit roy d'Angleterre,
se mistrent en la mer d'Escoce avec ledit roy; lequiel entra en Escoce
sans aucun empeschement, et puis vint en la ville de Saint-Jehan[441]
et icelle garni. Et ylec laissa son frère Jehan Deltan, conte de
Cornubie, et Edouart de Bailleul, devant nommé, et s'en vint ledit roy
à Saint-Andrieu, et là reçut les hommages d'aucuns d'Escoce; mais ce
ne fu pas des greigneurs. Et adonc conferma-il le dit Edouart en roy
d'Escoce et ordena que luy et ses successeurs féissent hommage au roy
d'Angleterre en eux portant aide contre tous; et, à supploier l'ost
d'Angleterre, les roys d'Escoce seront tenus chascun an de délivrer
aux roys d'Angleterre trois cens hommes d'armes et mil de pié à leur
despens, par l'espace d'un an; et l'an passé, le roy ou les roys
d'Angleterre qui après luy seront ne les pourront retenir fors à leur
despens. Or, il avint que les Escos seurent la venue le conte de Namur,
lequiel s'estoit mis en la mer d'Escoce et venoit une grant pièce après
le roy d'Angleterre pour luy aidier contre les Escos. Si féirent les
Escos deux embusches dont l'une des embusches fu devant ledit conte et
l'autre par derrière. Quant ledit conte de Namur et toutes ses gens
furent passés, si issirent ceux de devant et puis ceux de derrière;
si fu ledit conte enclos et là fu pris, et pluseurs de ses gens mors.
Adonques le conte de Moret[442], qui pour l'amour du roy de France le
vouloit délivrer et le convoioit avecques quatre-vingts hommes armés,
si fu pris des Anglois quant il retournoit, et furent ses gens ainsi
comme tous mors; et ledit conte de Moret fu mené en une des prisons au
roy d'Angleterre.

[Note 441: _Saint-Jehan_ ou _Saint-Johanstonn_, aujourd'hui _Perth_.]

[Note 442: _Moret_. «Unus ex Scotorum majoribus.» C'est _Murray_.
(Continuation de Nangis, Spicileg., p. 99.)]

Item, en ce meisme an, les vins furent si vers et si crus que à peine
les povoit-on boire sans aucune indignation.


XV.

ANNÉE 1336

_Coment le roy visita les lointaines parties de son royaume; et coment
grant tempeste de tonnoire chéi au bois de Vincennes quant messire
Phelippe d'Orliens fu né._

L'an mil trois cens trente-six, le roy de France Phelippe visita les
lointaines parties de son royaume, et en toutes cités ou bonnes villes
là où il venoit, très honnorablement receu estoit. Et, en faisant
la visitation dessus dite, il alla jusques à Avignon, et Jehan, son
ainsné fils, duc de Normendie, aveques luy. Et visitèrent le pape,
lequel les receut à grant honneur. Et entre les autres choses, il y
ot moult grant parlement entre le pape et le roy du passage de la
Terre Sainte. Et après demanda à savoir mon: considérées les alliances
lesquelles estoient faites entre les roys de France et les roys
d'Escoce, et espécialement depuis le temps de Phelippe-le-Bel oncle
du roy de France, s'il estoit tenu de porter aide aux Escos contre
le roy d'Angleterre. Et après toutes ces choses, le roy ala visiter
saint Loys de Marseille et ala visiter son navire, lequel il avoit
fait appareiller pour le passage de la Terre Sainte. Et quant il fu
là, il fu receu de Marseillois, jasoit ce qu'il ne fussent pas sous
sa seigneurie, en si très grant révérence et honneur que en la mer
estoient les nefs ordenées par manière de bataille, et, en la présence
du roy, il s'entre battoient par grant léesse de pommes d'orange.

Item, en ce meisme an, le troisième jour de mars, il fu esclipse de
soleil, laquelle fu veue près du centre du soleil, et avoient Saturne
et Mars leur regart au soleil, et commençoient lesdites planètes
Saturne et Mars à estre rétrogrades. Et dura ladite esclipse par onze
heures, avecques aucunes minutes.

Item, en ce meisme an, le roy Phelippe, depuis qu'il ot visité le pape
Bénédic, si prist son chemin en retournant par Bourgoigne, et là fu
receu du duc et conte à très grant honneur; mais quant le roy fu par
delà, il trouva très grant matière de dissencion entre le duc et le
conte et messire Jehan de Chalons et aucuns autres nobles d'Alemaigne
lesquiels estoient adhérens aveques ledit messire Jehan de Chalons,
pour cause d'aucunes redevances lesquelles estoient dues audit messire
Jehan en la duchié de Bourgoigne, si comme il disoit, et meismement sur
la ville et le puys de Salins; lesquelles redevances ledit duc et conte
s'efforçoit de luy tollir, et sans cause; mais le duc et conte, en la
présence du roy, le contredisoit et disoit que à luy appartenoit.

Le roy ne les pot oncques mettre à acort, et adonques en la présence
du roy, ledit duc et conte fu, de par ledit messire Jehan, deffié et
tous ses adhérens. Et l'endemain, ledit messire Jehan et sa compaignie
entra en la conté de Bourgoigne et en gasta une grande partie, tant
par l'espée que par le feu et par voleries; et après, il se retrait en
aucuns chastiaux avecques ses complices, lesquels chastiaux il avoit
par avant garnis. Adoncques le duc et conte de Bourgoigne, lequel
avoit avec soy en son aide le roy de Navarre, le duc de Normendie,
le conte de Flandres, le conte d'Estampes, si assembla grant ost et
s'en ala tenir siège devant le chastel messire Girart de Monfaucon que
on appeloit Chaussi[443], et tint ilec son siège par l'espace de six
sepmaines, et le prist. Et puis se retira vers la cité de Besançon,
laquelle cité estoit du costé et de la partie messire Jehan de Chalons.
Et quant il ot esté une pièce devant ladite cité, il présentèrent
trièves d'une partie et d'autre jusques au nouvel temps, car l'ost
n'avoit pas vivres à volenté, et ainsi demoura la chose imparfaite.

[Note 443: _Chaussi_. Aujourd'hui _Chaussin_, bourg à quatre lieues de
_Dole_.]

Item, en ce meisme an, le quatorsiesme jour de juing, il ot si grant
feu au Lendit de Saint-Denis tant en draps comme en autres denrées,
que toutes furent arses, si que c'estoit grant pitié à veoir; et s'en
départirent pluseurs personnes povres qui estoient venues riches.

Item, le secont jour de juillet, le roy Phelippe ot un enfant né de sa
femme au bois de Vincennes, lequel fu appelé Phelippe, en baptesme.

Item, la veille de la Magdaleine ensuivant, qui fu au dimenche, Hugues
de Crusy[444], chevalier, né de Bourgoigne, lequel avoit esté n'avoit
guère prévost de Paris, et après seigneur de Parlement[445], fu accusé
de divers crimes et convaincu tant comme très faux juge, lequel fu
condempné à estre pendu au gibet de Paris.

[Note 444: _Crusy_. On trouve au Trésor des chartes, sous le mois
de septembre 1336: «Donatio cujusdam domus sitæ Parisiis in vico
Pavato (rue Pavée) quæ _quondam_ fuit Hugonis de Crusiaco, datæ duci
Lotharingiæ.»]

[Note 445: _Seigneur de Parlement_. Ces mots, qui manquent dans
beaucoup de manuscrits, répondent au latin de la continuation de
Nangis: «Et posteà in numero magistrorum regalis palatii sublimatus.»
Les historiens du Parlement qui n'ont pas mentionné son genre de mort
ont fait de H. de Crusy un premier _président de la cour du Parlement_.]

Item, le quatriesme jour d'aoust, il fu grant tempeste de tonnoire
environ Paris et espécialement environ le bois de Vincennes, par telle
manière que les tentes et les courtines, lesquelles avoient esté faites
pour le regart de la royne de France, laquelle avoit eu fils c'est
assavoir monseigneur Phelippe qui fu duc d'Orliens, furent à terre
trébuchiées; les murs et les maisons chéoient; le pignon à la tente de
la royne fu abattu; un gros arbre fu esrachié de terre, et si ot des
gens mors, si comme l'en disoit. Et briefvement il n'y eut personne
audit bois qui ne eust très grant paour au cuer.

Item, en ce temps, il sourdi une très grant dissencion entre le roy de
France Phelippe et le roy d'Angleterre Edouart, pour la destruction du
chastel de Xaintes en Poitou, laquelle avoit esté faite par messire
Charles, conte d'Alençon, frère du roy, et par le conte de Gyen[446],
et pour aucunes villes et forteresces; lequel messire Charles de
Valois, père du roy Phelippe, avoit esté envoié en Gascoigne de par le
roy Charles contre le roy d'Angleterre Edouart qui à présent règne,
pour contumaces par luy faites; si avoit pris et destruit ledit
chastel de Xaintes et autres villes et forteresces, par force d'armes;
lesquelles choses Edouart, roy d'Angleterre, quéroit qu'elles lu y
fussent restituées et rendues. Pour lesquelles demandes et responses
pluseurs messages eussent esté envoiés en Angleterre et d'Angleterre en
France; mais nul accort n'y pot estre mis, car messire Robert d'Artois
empeschoit moult la chose, si comme l'en disoit communéement.

[Note 446: _Gyen_. La phrase françoise est longue et obscure. Je crois
qu'il s'agit ici du comte d'_Eu_, qui avoit brûlé _Saintes_ en 1326.]

Item, en ce meisme an, vint une très grant guerre entre le roy
d'Espaigne et le roy de Navarre, pour la garde d'une abbaye assise
entre les deux royaumes; mais à la parfin, à la requeste du pape et
du roy de France, messire Jehan de Vienne, archevèsque de Rains,[447]
procureur d'une partie et d'autre c'est assavoir du pape et du roy, il
furent mis à bon acort.

[Note 447: _Procureur_. C'est-à-dire: Étant procureur.]

Item, en ce meisme an, très grant et sollemnelles alliances furent
confermées entre le roy de France et le roy d'Espaigne.

Item, en ce temps, quant Edouart vit que le roy de France Phelippe
vouloit soustenir la partie des Escos pour les alliances que
Phelippe-le-Bel, son oncle, avoit faites avec lesdits Escos, il fist un
grant appareil de nefs en la mer, et puis fist unes grans alliances à
Loys de Bavière qui estoit escommenié et de l'empire privé, lequel luy
promist aide. Adonques furent très grans commocions de bataille entre
les deux roys. Si furent fais et ordenés amiraux tant en terre comme en
mer[448].

[Note 448: Voyez _Rymer_, nouvelle édition, vol. II, page 956. Edouard,
sous la date du 14 janvier (1337), nomme pour ses amiraux Guillaume de
Montagu, Robert d'Uffort et Jehan de Ross.]


XVI.

ANNÉE 1337

_Coment les Flamens se tournèrent de la partie au roy d'Angleterre par
Jaques d'Arthevelt, et de pluseurs incidences._

L'an mil trois cent trente-sept, la guerre qui estoit entre messire
Jehan de Chalons et le duc et conte de Bourgoigne, comme devant est
dit, fu par le roy de France pacifiée et mise en bonne pais. Item,
environ la feste de monseigneur saint Jehan-Baptiste, il apparu
une comète laquelle fu née au signe, de Gémeaux, par la raison de
l'esclipse de l'an précédent qui avoit esté le troisiesme jour de mars,
par Mars et par Saturne, si comme les astronomiens[449] disoient. Et
encore disoient que, pour la cause du signe auquel elle avoit esté
engendrée, que elle signefioit habondance de sanc corrompu, dont il
se devoit ensuivre maladies. Et pour la raison de Mars qui estoit au
signe de scorpion, il signefioit fausseté, fraudes, mensonges, larcins,
guerres. Et pour la raison de Saturne, convoitises, extorcions,
rancunes, haines, machinacions, inobédiences, misères de cuer, mort,
rumeurs espoentables et paour et pluseurs autres choses tant en
princes, en barons, en gens d'églyse, comme en autres choses de terre;
c'est assavoir, en bestes à quatre piés, en poissons et ès yaux doivent
estre moult d'inconvéniens.

[Note 449: _Les Astronomiens_. Continuation françoise de Nangis:
_Maistre Jeuffroy de Meaulx_.]

Item, environ la feste de Toussains, les gens au roy d'Angleterre
pristrent un chastel au roy de France que on appelle Paracol[450],
en Xantonnois, et ardirent les villes qui estoient prochaines audit
chastel, et si tuèrent pluseurs personnes au pays.

[Note 450: _Paracol_. Ce doit être _Parcoul_, sur la frontière du
Périgord et de la Saintonge, aujourd'hui département de la Dordogne, et
sur la rivière de Nizonne. Velly nomme la forteresse: _Palencourt_.]

Item, en ce temps, l'en disoit communément que le roy d'Angleterre ne
vouloit pas seulement envaïr le royaume de France, mais il y vouloit
entrer; si ne savoit le roy de France par quelle part il y vouloit
entrer. Adonc luy convint faire garder toutes les contrées de son
royaume, et les faire garder viguereusement et deffendre. Toutes
lesquelles choses estoient conseilliées et ordenées par le conseil de
messire Robert d'Artois, si comme l'en disoit communément.

Item, depuis que le devant dit chastel de Paracol fu pris, un noble
homme de la Langue-d'Oc, lequel avoit nom Ernaut de Myrande, fu pris
pour ce que par luy avoit esté traitreusement ledit chastel pris des
Anglois; pour laquelle cause il ot la teste copée à la Place aux
pourciaux[451] à Paris, et puis fu mené au gibet et pendu.

[Note 451: _La Place aux Pourceaux_ étoit située non loin de la porte
Saint-Honoré, entre l'église Saint-Roch et le Palais-Royal.--_Myrande_.
Variante de _Normendie_.]

Item, en ce meisme an, pluseurs villes et chastiaux furent pris en
Gascoigne par le connestable du roy de France, le conte d'Eu, le conte
de Foy, le conte d'Armagnac et pluseurs autres nobles de la Langue-d'Oc
au dit pays.

Item, en ce meisme temps, Nicolas Buchet, né du Maine[452] et trésorier
du roy de France, ardi un port ou ville en Angleterre qui estoit appelé
Portevive[453], avecques pluseurs autres villes, et si ardi toutes les
villes de Guernesei, excepté un chastel, si comme l'en disoit.

[Note 452: _Buchet_ ou _Behuchet_.]

[Note 453: _Portevive_. C'est Portsmouth.]

Item, en ce temps, orent les Escos moult à souffrir par les Anglois;
mais le roy de France ne leur aida point, si comme tenu estoit. Et
assez tost après, nouvelles vindrent que le roy d'Angleterre devoit
descendre au royaume de France et apliquier à Bouloigne. Adonc le roy
de Navarre, le conte d'Alençon, frère du roy de France, avecques aucuns
gens du royaume, se partirent pour aler encontre le roy d'Angleterre
avec leur ost. Mais le roy anglois ne vint né contremenda; si s'en
retournèrent nos gens, sans riens faire.

Item, en ce meisme temps, il avoit gens en la court du roy en habit de
religion, je ne sais dont il estoient venus; mais il avoient entention
de empoisonner le roy et tous ceux de sa court; lesquels furent pris et
emprisonnés; mais je ne peus savoir la fin de eux quelle elle fu.

Item, environ ce temps, il avint que le roy d'Angleterre avoit envoié
en Gascoigne monseigneur Berart de Lebret[454] pour commencier
la guerre, et si avoit envoié en Flandres pour faire amis et
alliances;--car il véoit bien qu'il ne povoit bonnement venir à sa
volenté sé il n'avoit Flandres de sa partie. Quant le conte sceut
ce, si fist faire un parlement à Bruges; et quant le parlement fu
fait, il fist prendre un chevalier de Flandres que on appelloit
Courtrisien[455]; pourquoy ceux de Gant se couroucièrent, si que il
distrent que jamais n'entendroient en parlement s'il ne leur estoit
rendu. Mais le conte qui ceste chose avoit faite par le commendement
du roy de France luy fist coper la teste, pour ce que l'en luy mettoit
sus qu'il avoit receu les deniers du roy d'Angleterre contre le roy de
France. Quant ceux de Gant sorent que l'en luy avoit copé la teste, si
envoièrent à ceux de Bruges qu'il leur voulsissent aidier contre le
conte, dont les uns s'y accordèrent et les autres non. Quant le conte
sceut qu'il y avoit de ceux de Bruges aliés avec ceux de Gant, il
ala à Bruges, et ceux de Bruges s'armèrent et vindrent contre luy au
marchié. Et le conte et messire Moriau de Fiennes vindrent à bannières
déploiées contre eux. Ilec commença la bataille moult fière; mais en
la parfin convint le conte reculer en son hostel, et d'ilec s'en ala à
Male. Et après ce, le roy d'Angleterre envoia en Flandres monseigneur
Gautier de Mauni, en la fiance d'aucuns amis qu'il avoit en Flandres,
et envoia aveques luy grant foison d'archiers, et arrivèrent en une
ville que on appelle Cachant[456] qui est au conte de Flandres. Quant
le conte le sceut, si assembla des gentilshommes pour aler encontre;
mais les Anglois pristrent port et entrèrent en l'ille, et boutèrent le
feu partout. Si avint que ceux qui en ladite ille estoient, vindrent
à rencontre des Anglois et se combattirent à eux; mais en la fin, il
furent desconfis; et fu mort messire Jehan de Rodes, et tout plein de
gentilshommes de Flandres; et y fu le bastart de Flandres Guy, frère au
conte de Flandres, pris, et le menèrent en Hollande. Et puis retrairent
les Anglois qui estoient demourés, car il y en avoit eu pluseurs mors,
et alèrent en leur pays. Quant le roy de France entendi que les Flamens
estoient esmeus sur les Anglois pour la cause devant dite, si leur
fist requerre qu'il se voulsissent alier à luy, et il leur quitteroit
tous les liens auxquels il estoient liés à luy et à ses successeurs,
excepté la sentence. Après, envoia le roy d'Angleterre en la ville de
Gant, de Bruges et de Ypres, et fist traittier aux maistres des gardes,
tant que, par dons et par promesses, il les accorda avecques luy. Et
pour ce que ceste cause ne povoit mie estre demenée par tous ceux qui
de la partie au roy d'Angleterre estoient, si firent eslever un homme
en la ville de Gant de moult cler engin que on appelloit Jaques de
Arthevelt[457]. Il avoit esté, avec le conte de Valois, oultre les mons
et en l'ille de Rodes, et puis fu valet de la fruiterie monseigneur
Loys de France. Et après vint à Gant dont il fu né, et prist à femme
une brasseresse de miel. Quant il fu ainsi esleu, si fist assambler
la commune de Gant et leur montra que sans le roy d'Angleterre il ne
pooient vivre; car toutes Flandres est fondée sus drapperies, et sans
laine on ne puet draper; et pour ce, il looit que l'en tenist le roy
d'Angleterre ami; lors respondirent qu'il le vouloient bien. Quant
Jaques d'Arthevelt vit qu'il avoit l'acort de ceux de Gant, il assembla
ses gens et vint à Bruges, et ceux de la ville le receurent à grant
joie; puis vint à Ypres, à Bergues, Cassel et à Furnes, et tous luy
firent obédience.

[Note 454: _De Lebret_. D'Albret. Son père Amonjeu, sire d'Albret,
l'avoit déshérité pour avoir pris le parti des Anglois. (Voyez le P.
Anselme, tome VI, page 221.)]

[Note 455: _Courtrisien_. On le nomme aussi _Zeyer, chevalier de
Courtray_.]

[Note 456: _Cachant_. Ou _Cassant_, non loin de _l'Écluse_.]

[Note 457: On ne retrouve pas ailleurs les mêmes détails sur Jacques
d'Artevelt, dont les partis ont tant exploité la réputation.]

Quant les messages au roy d'Angleterre virent ce, si firent assambler
les trois villes à Gant; ilec monstrèrent que le roy d'Angleterre
estoit le plus puissant des crestiens, et que si les trois villes ne
s'alioient ensemble et qu'il ne préissent la cure et le gouvernement du
pays par leur forces, le conte de Flandres qui devers le roy estoit ne
leur lairoit mie faire leur volenté. Tantost féirent ilec leur aliance
si fort, par foy et par serement, présent le conte de Guerle, que les
gens au conte de Flandres n'i avoient povoir. Puis vindrent vers le
conte et luy requistrent que ceux qui estoient banis par conspiracion
ou par autres mauvaistiés fussent rappellés. Et le conte l'ottroia aux
trois villes. Puis envoièrent par toutes les villes et chastelleries
de Flandres, capitaines de par eux qui le païs gouvernoient avec les
banis qui entrés y estoient. Mais pour ce qu'il se doubtoient des
gentilshommes qu'il ne leur peussent contraitier[458] à leur rebellions
faire, si les pristrent en ostage et mandèrent par toutes les
chastelleries que sur leur vie venissent se mettre en prison à Gant.
Tantost il vindrent, quar il n'osèrent désobéir.

[Note 458: _Contraitier_. Servir, aider, agir de concert.]

Quant les gens au roy d'Angleterre virent qu'il estoient asseurés du
pays de Flandres, il s'en alèrent et le distrent au roy d'Angleterre,
et tantost leur envoia des laines à grant foison. Quant le conte de
Flandres vit que la chose aloit par telle manière, si vint à Gant pour
savoir sé il les pourroit retraire hors de leur erreur. Mais quant
il fu avecques eux, il le tindrent bien fort; et quant le conte vit
qu'il ne pourroit eschapper, si se feint qu'il vouloit estre de leur
partie, et le vestirent de leurs paremens et il les porta. Un jour
pria les dames de Gant de disner avec luy; et avoit appareillé un
moult riche disner; et quant il ot oï sa messe, il dit qu'il vouloit
aler voler[459]; puis monta et s'en ala sans revenir, et ainsi failli
la feste. Quant le roy de France sceut ces nouvelles que le conte de
Flandres s'en estoit venu par devers luy, si fist le roy escommenier
aucuns de Flandres, de par le pape, et espécialement ceux de Gant;
et y furent envoiés, de par le roy, l'évesque de Senlis et l'abbé de
Saint-Denis Guy de Chartres, si en furent un pou plus refroidiés.

[Note 459: _Voler_. Chasser aux oiseaux de proie.]


XVII.

ANNÉE 1338

_Coment le roy d'Angleterre passa mer et fist allances aux Alemans;
et coment le roy de France Phelippe assembla grant ost pour aler à
l'encontre de luy._

L'an de grace mil trois cens trente-huit, le roy d'Angleterre Edouart
passa mer à grant ost, et amena sa femme avec soy, laquielle estoit
suer au conte de Hainaut et nièce au roy de France, et s'en alèrent ès
parties de Brebant. Et depuis se transporta ledit roy d'Angleterre en
Alemaigne, et ilecques fist moult grans aliances; et premièrement avec
Loys, duc de Bavière, qui se tenoit pour empereur, jasoit ce que ledit
Loys, duc de Bavière, fust notoirement escommenié de par le pape; et
avecques pluseurs autres nobles, lesquiels il prist comme soudoiers par
certaines sommes d'argent à rendre à chascun selon son estat; et sé la
somme d'argent n'estoit paiée à certains termes ordenés entre le roy
d'Angleterre et les soudoiers, lesdites aliances seroient réputées pour
nulles.

Et en ce meisme an, ledit roy d'Angleterre fu ordené et institué,
de par le roy et duc de Bavière Loys, en vicaire de l'empereur;
lequiel faisoit les vocacions et les citacions, tant comme vicaire de
l'empereur, afin que l'en peust envaïr très asprement le royaume de
France: mais pou luy obéirent en ce mandement.

Item, en ce meisme an, le quinziesme jour d'avril, il apparut une autre
comète assez près de la Petite-Ource, et estoit pou clère, et ronde,
sans cheveux; et ainsi furent en un an deux comètes.

Item, en ce meisme temps, le roy de France Phelippe oï dire que le
roy d'Angleterre estoit alié avecques les Alemans, et que son entente
estoit d'envaïr le royaume de France. Adoncques ledit roy Phelippe
assembla un si grant ost que l'en lit pou le roy de France avoir si
grant ost assemblé au temps passé. Et s'en ala à Amiens à tout ledit
ost, à l'encontre dudit roy d'Angleterre; si apprit qu'il n'aloit
né venoit, ains estoit avec les Allemans là où il s'esbatoit, et ne
s'esmouvoit en aucune manière pour venir en France. Si fist le roy le
dit ost despartir les frontières garnies.

Item, en ce meisme an, les gens du roy de France pristrent en mer deux
nefs moult notables, chargiés de grant quantité de biens, lesquielles
estoient au roy d'Angleterre; et là ot moult grant assaut et fort,
tant d'une partie comme d'autre; et dura ledit assaut près de un jour
entier. Et y ot des Anglois mors près de mil, et des nos pluseurs mais
non pas tant; et estoit l'une des deux nefs appellée Edouarde, et
l'autre Christofe; et en icelle journée guaignièrent ceux de par le roy
de France moult de biens.

En ce meisme temps, les Escos pristrent trieves aux Anglois de la
volenté au roy de France, et ne coururent point les uns sus les autres
cel an[460].

[Note 460: Il faudroit plutôt dire que ce fut en dépit du roi de
France que les Ecossois gardèrent la trève conclue l'année précédente,
bien que le continuateur de Nangis dise: «Scoti, quia inter ipsos et
regem Angliæ induciæ erant, ad voluntatem tamen regis Franciæ contra
Anglicos nihil fecerunt.» (Fº 101.) Mais je suis porté à accuser l'un
des premiers scribes des _Chroniques de Saint-Denis_ d'avoir omis ici
une négation. Ce seroit donc aux instances du roi de France que les
Ecossois auroient, cette année, rompu les trèves. Voyez dans Froissart
le curieux récit de l'attaque et de la prise du château de _Haudebourg_
ou _Haindebourg_, en 1340, par messire Guillaume de Douglas (liv. 1,
part. 1, chap. 131).]

Item, en ce meisme an, comme les Flamens, et meismement ceux de Gant,
souffrissent moult d'injures et de griefs du conte de Flandres, si
comme il disoient, si se commencièrent à rebeller contre ledit conte,
et firent tant qu'il fallut que ledit conte se despartist de Flandres.
Et firent lesdis Flamens grans aliances aux autres villes de Flandres
et se commencièrent à rebeller contre les Gros des bonnes villes, et
ordenèrent l'un d'eux pour estre leur capitaine, lequiel avoit à nom
Jacques de Arthevelt, et firent moult de griefs et de maux aux bourgois
des bonnes villes qui portoient la partie au conte de Flandres et les
blasmoient de ce qu'il faisoient contre leur seigneur. Et nonobstant
tout ce qu'il faisoient au conte et aux Gros des bonnes villes, si
disoient-il tousjours qu'il n'entendoient à faire aucune chose contre
le roy né contre le royaume; mais il le faisoient pour les desmérites
du conte et des Gros qui avecques luy estoient.

Item, en icestui an, fu pris par les gens au roy de France un chastel
très garni, lequiel estoit appellé Penne[461] en Aginois, et si en ot
d'autres qui furent pris audit pays, mais non pas de si grant renom.

[Note 461: _Penne_ ou _Pennes_, aujourd'hui ville et chef-lieu de
canton du département de Lot-et-Garonne.]

Item, en ce meisme an, une bonne ville d'Angleterre, laquielle est
appellée Hantonne[462], fu prise et ainsi comme toute arse, par les
gens au roy de France, et dégastée.

[Note 462: _Hantonne_, aujourd'hui _Southampton_. (Voy. Froissart, liv.
1, part. i, chap. 80.)]

Item, en ce meisme an, le roy de France Phelippe conferma aucuns
priviléges de Normendie et renouvella, et pour ceste cause il
s'appareillièrent d'aler en Angleterre à très grant effort; mais
toutesvoies, riens n'en fu mené à effect.

Et en ce temps, le seigneur de Harecourt, lequiel piéça avoit esté non
mie conte de l'autorité royal, fu par titre d'ores en avant, appellé
conte de Harecourt.

(Item, en ce meisme an, Pierre Rogier, archevesque de Rouen, fu fait
cardinal.)


XVIII.

ANNÉE 1339

_Coment le roy de France Phelippe fu desfraudé par mauvais conseil.
Coment il attendit jusques à l'endemain pour combattre au roy
d'Angleterre, et coment en ceste meisme nuit ledit roy d'Angleterre
s'en fui._

L'an de grace mil trois cens trente-neuf, deux chastiaux très fors
furent pris en Gascoigne par les gens du roy de France, c'est assavoir,
le Bourc et Blaive. Et audit chastel de Blaive furent pris le sire de
Caumont et le frère au sire de Lebret[463] et aucuns autres nobles.

[Note 463: _Lebret_ ou Albret.]

Item, en ce meisme an, une ville qui est en la conté d'Eu, laquielle
est appellée Treport, fu arse avec une abbaïe qui estoit en ladite
ville, par les gens au roy d'Angleterre.

En ce meisme an, les soudoiers de Gennes qui avoient gardé en la mer
tout l'esté, avec les Normans, les Picars et les Bretons mariniers,
lesquiels avoient moult domaigié le royaume d'Angleterre, environ la
saint Michiel s'en retournèrent en leur pays.

Item, environ ladite feste de saint Michiel, le roy d'Angleterre
Edouart assembla un grant ost d'Anglois, de Brebançons, d'Alemans
soudoiés et d'aucuns pilliars, pour le royaume de France envahir.
Auquiel roy d'Angleterre le roy de France désirant moult obvier,
assembla un très grant ost fort et hardi à Saint-Quentin, en
Vermandois, et comme il ne voulsist pas entrer es termes de l'empire,
mais dissimulast la bataille par un pou de temps en atendant son ost,
le roy d'Angleterre endementiers entra au royaume de France très
cruellement et ardi une partie de Teriasche, pilla et gasta le pays. Et
comme le roy de France par delà estoit pour luy obvier et de ce il n'en
fist semblant, l'en ne savoit par quel conseil; adoncques commença un
grant esclandre, non pas seulement en l'ost mais par tout le royaume,
contre le roy. Quant le roy ot oï ces nouvelles, il se parti pour
aler à l'encontre de luy, et s'en ala à une ville qui est appellée
Buirenfosse[464], à un jour de vendredi. Lors le roy, qui plus ne voult
la guerre dissimuler, si s'arma et commença à amonester les autres à
eux combatre vertueusement et hardiement. Adoncques vindrent aucuns
grans seigneurs qui estoient dans l'ost et distrent au roy que ce
n'estoit pas chose convenable de soy combattre, pour quatre choses: la
première si estoit car il estoit vendredi; la seconde cause quant luy
né ses chevaux n'avoient beu né mangié; la tierce cause car luy et son
ost avoient chevauchié cinq lieues grans sans boire et sans mengier; la
quatriesme cause, pour la grant difficulté d'un pas qui estoit entre
luy et ses anemis. Ces choses dites, il conseilloient au roy que il
atendist jusques à l'endemain pour soy combattre; et jasoit ce que le
roy ne s'y voulsist acorder, toutes voies fu-il tant mené qu'il s'i
acorda ainsi comme maugré luy; et lors commanda à tous que l'endemain
chascun s'appareillast à la bataille; laquielle dilacion et lequiel
conseil tourna à très grant dommaige au roy et à tout le royaume[465].
Car quant le roy d'Angleterre sceut la puissance du roy de France, il
se départit de environ mienuit et se retrait en l'empire. Et ainsi
fu le roy de France Phelippe défraudé dont il fu moult courroucié,
et s'en retourna en France sans riens faire. Et assez tost après se
commencièrent les Flamens à rebeller et par espécial ceux de Gant;
et à l'énortement de Jacques d'Arthevelt, il firent hommage au roy
d'Angleterre comme roy de France, et laissièrent leur droit seigneur,
comme faux et traistres qu'il estoient. Quant le roy d'Angleterre qui
n'avoit guères estoit venu à l'Escluse en Flandres, sceut l'entencion
et la volenté que les Flamens avoient à luy, si s'ordena de passer en
Angleterre pour avoir or et argent de ses sougiés, afin qu'il peust
assembler un grant ost pour estre en l'aide des Flamens contre le roy
de France.

[Note 464: _Buirenfosse_ ou _Buironfosse_, aujourd'hui bourg du
département de l'Aisne, à trois lieues de _La Chapelle_.]

[Note 465: On peut croire que le souvenir de cette première faute
entraîna plus tard les témérités de Crécy, de Poitiers et d'Azincourt.]

Item, ce meisme an, pluseurs de l'éveschié de Cambray et de Teriasche
ardirent pluseurs villes en la terre monseigneur Jehan de Hainaut.
Lors manda ledit monseigneur Jehan de Hainaut à monseigneur Jehan de
Vervins[466] qui là estoit capitaine de par le roy de France, qu'il
se voulsist combattre à luy; si le receut ledit monseigneur Jehan
de Vervins très volentiers et fu certaine journée assignée pour eux
combattre, c'est assavoir le jour du juedi absolu, en l'an dessus
dit: à laquielle journée ledit messire Jehan de Hainaut ne manda né
contremanda, mais malicieusement d'autre partie se tourna, et s'en ala
vers une ville que on appelle Aubenton, de laquielle ville les gens
pour partie s'en estoient alés avecques monseigneur Jehan de Vervins
à ladite journée, pour eux combatre contre ledit messire Jehan de
Hainaut; et icelle ville il pilla et ardi.

[Note 466: _Jehan de Vervins_. Froissart le nomme souvent _Jehan de
Beaumont_. Il étoit de la maison de Coucy. Au reste, cet historien qui
raconte avec complaisance la prise d'Aubenton par Jean de Haynaut, son
héros de prédilection, ne dit rien de l'offre de combat singulier qui
en fut la cause première (Voy. liv. 1, part. 1, chap. 101 et 102.)]

En ce meisme an, les fourbourgs de Bouloigne-sus-la-Mer, avecques
aucuns vaissiaux qui estoient au rivage de la mer, furent ars par les
Anglois.


XIX.

ANNÉE 1340

_Coment le roy Phelippe esmeut grant ost contre Flamens, Brebançons et
Hanuiers; et coment il envoia son ainsné fils, messire Jehan de France
duc de Normendie, pour gaster et destruire la terre de Hainaut._

L'an de grace mil trois cens quarante fu de misère et de confusion; car
entre les deux roys chose ne fu faite qui mérite louenge. Mais, comme
ès deux ou ès trois années devant passées, moult de griefs furent fais
aux églyses de Dieu, et aux povres moult de exactions très grevables
à tout le commun peuple. Et meismement en cest an ont encore plus
efforciement couru; nonobstant que ce n'ait pas esté au profit né à
l'utilité de la chose publique des deux royaumes. Dont grant doleur a
esté, mais à la déshonneur et confusion de toute la chrestienneté et de
sainte universal mère églyse, de laquielle les deux devant dis princes
meismement et principaument deussent estre deffendeurs et sousteneurs.

Item, en ce meisme an, le roy d'Angleterre qui estoit alié avec les
Flamens et meismement avec ceux de Gant, si se départi de Flandres et
passa en Angleterre, si comme l'en disoit, pour assembler deniers et
aide et ledit roy laissia en son lieu le conte de Salebière et le conte
de Auxone ès parties de Flandres[467]. Si orent les deux contes conseil
et délibéracion ensemble de asségier Lille en Flandres.

[Note 467: Guillaume de Montagu, comte de Salisbury. Au lieu du comte
d'Auxone ou _Oxonne_, c'est-à-dire _Oxford_, Froissart nomme le comte
de Suffolk, et les _Actes_ de Rymer, Henry de Lancastre, comte de
Derby.]

[468]En ce temps gisoit la royne d'Angleterre d'enfant à St-Bavon,
à Gant, et estoit demouré avecques luy l'évesque de Nichole[469] et
monseigneur Guillaume de Montagu. Quant la royne fu relevée, si vint
monseigneur Guillaume de Montagu à Ypre, et tantost le requistrent ceux
d'Ypre que pour Dieu il leur voulsist aidier à oster une compaignie de
Genevois[470] qui estoient près de eux, à une ville que on appelloit
Armentières; et il leur respondi que volentiers il le feroit, et
que il iroit avecques eux, mais n'avoient mie moult de gent. Si luy
respondirent ceux d'Ypres que assez de gent luy livreroient. Lors
assemblèrent grant quantité d'Anglois et de Flamens et ordenèrent leur
batailles, et passèrent oultre le Lys, et vindrent à Armentières, et
gaignièrent la ville sus les Genevois, et boutèrent le feu par tout.
Et puis orent conseil avec le conte de Salebière et le conte d'Auxone
d'asségier Lille en Flandres et se mistrent au chemin, et s'en alèrent
en une abbaïe que on appelle Marquetes. Là ordenèrent leur batailles et
les firent ilecques attendre; et lors se départirent avec le conte de
Salebière et avecques ledit messire Guillaume[471] environ deux cens
personnes pour aler veoir de quelle part il porroient plus ladite ville
de Lille grever; et endementres qu'il estoient ilec, ceux de la ville
issirent hors par derrière, et avec eux un chevalier que on appelloit
le seigneur de Rebais qui les conduisoit, lequiel enclost le conte de
Salebière et le dit messire Guillaume et ceux qui avecques eux estoient
entre soy et ladite ville de Lille. Et lors ledit seigneur de Rebais
leur courut sus avecques ceux qui estoient issus de la ville, et là
fu getté jus de son cheval de cop de lance le conte de Salebière, et
fu malement navré; et ledit messire Guillaume fu pris et les autres
Anglois et Flamens desconfis, et s'en fuirent pour partie. Là fu mort
un moult riche baron d'Angleterre et moult preux qui avoit à nom
monseigneur Guillaume de Quilain[472]. Quant ceste chose fu finée, si
se parti le sire de Rebais, et mena le conte de Salebière au roy à
Paris, et le fist mettre en Chastelet à Paris, sous certaine garde.

[Note 468: Ce paragraphe n'est pas dans la continuation de Nangis.]

[Note 469: _Nichole_. Lincoln.]

[Note 470: _Genevois_. Génois. Froissart n'a pas parlé de cette prise
d'_Armentières_, petite ville située à deux lieues de Lille, vers
Ypres.]

[Note 471: _Guillaume_. C'est-à-dire le comte d'Oxford.]

[Note 472: _De Quilain_. Variantes: _De Cliban_. Ce doit être le
même dont parlent ainsi Froissart et le continuateur de Nangis. Le
premier: «Un écuyer jeune ot pris du Limousin, neveu du pape Clément,
qui s'appeloit Raimont; mais depuis qu'il fu créanté prisonnier fu-il
occis, pour la convoitise de ses belles armures; dont moult de gens en
furent courouciés.»--Le second: «Ibi etiam quidam nobilis interfectus
est, cujus inimici, amputato capite, omninò celaverunt ejus nomen, et
fuit dictum à pluribus quod ipse erat rex Angliæ ... Sed finalitier rei
exitus contrarium comprobavit.»]

Item, en ce meisme an, les Flamens, les Brebançons et les Hanuiers
offrirent pais au roy de France sous certaines condicions, lesquelles
le roy ne leur voult passer né ottroier; et ainsi se partirent leur
messages sans riens faire.

Item, en ce meisme an, le roy de France esmut un grant ost contre les
Flamens, les Brebançons et les Hanuiers, et s'en alla à Arras. Là
attendi que son ost fust assemblé, mais endementres qu'il assembloit
son ost, il envoia son ainsné fils messire Jehan de France, duc de
Normendie, pour gaster la terre au conte de Hainaut, lequel[473]
assembla un grant ost à Saint-Quentin en Vermandois, et s'en ala à
Cambray. Et quant il fu à Cambray, il manda assez tost après toutes les
connestablies qui estoient sus les frontières, qu'il venisent à luy;
et quant elles furent toutes venues, il s'en ala asségier un chastel
que on appelle Escandeuvre[474], et fist drescier les engins et gietter
dedens jour et nuit. Si n'avoit encore pas sis ledit monseigneur
Jehan de France quinze jours devant ledit chastel, quant le roy de
France vint au siège; et sitost comme le roy fu là venu, tous les haus
hommes du royaume le suivirent, et assembla alors si grant ost que
ce fu merveille. Et au chief de trois sepmaines, se rendirent ceux
du chastel, sauves leur vies et tout leur avoir que il emportèrent,
et il livrèrent le chastel. Quant les gens du roy furent dedens, si
commenda le roy que tout fust mis par terre[475]. Après, ala asségier
un autre chastel qui estoit à l'évesque de Cambray, que on appelloit
Tun l'Evesque[476], lequel séoit sus la rivière de l'Escaut, et y
fist gietter des perières et des mangonniaux. Mais ceux dedens se
deffendirent si bien que on ne gaigna riens sus eux.

[Note 473: _Lequel_. Jehan de France.]

[Note 474: _Escandeuvre_ ou _Escaudoeuvres_ est un village aux portes
de Cambray. Ce qui suit n'est plus reproduit dans la continuation de
Nangis.]

[Note 475: Froissart, dont l'exactitude n'est pas comparable à celle
de nos chroniques, ne parle pas de l'arrivée du roi devant ce château,
qui, selon lui, auroit été rendu au bout de six jours par la trahison
du gouverneur, Girard de Sassegnies.]

[Note 476: _Tun l'Evesque_ ou _Thun_. Aujourd'hui village à deux lieues
de Cambray.]

Il avoit un chastel assez près de eux qui estoit au conte de Hainaut
que on appelloit Bouchain, duquel la garnison qui estoit dedens faisoit
mainte course sur l'ost au roy de France. Et ne demoura mie moult
que le duc de Brebant et le conte de Guerle et grant partie du pays
de Flandres vindrent pour lever le siège de devant Tun-l'Evesque; et
estoient à l'un des costés de la rivière et le roy à l'autre. Mais à la
fois venoient courir les uns sus les autres parmi pons qu'il avoient
fais, et y ot moult de bons poignéis. Et y fu fait chevalier à l'un
des poignéis monseigneur Phelippe, fils au duc de Bourgoigne. Quant le
chastelain du chastel vit que le chastel estoit si froissié que à peine
avoit-il lieu audit chastel là où bonnement se peust retraire sans
péril, si fist mettre tous ses biens en nefs et fist les mener oultre;
puis fist bouter le feu audit chastel, et se mist en une nef et sa
gent avecques luy, et s'en alèrent en l'ost des Alemans. Et le roy de
France vit le chastel ardoir; si fist tantost ses gens entrer ens par
eschielles. Et l'endemain, une heure devant le jour, se parti l'ost des
Alemans et des Flamens et s'en alèrent en leur pays. Et tantost après
renvoia le roy de France monseigneur le duc de Normendie son fils et le
duc de Bourgoigne pour essilier la terre de Hainaut; et s'en alèrent
au Quesnoy, et ardirent tous les fourbours de la ville. Puis mistrent
tout le pays par lequel il passèrent en feu et en flambe; et passèrent
à une ville près de Valenciennes, et là firent courir leur coureurs
devant la ville. Et quant il eurent arse toute celle partie de la terre
de Hainaut, si s'en retournèrent en l'ost du roy. A donc prist le roy
conseil de asségier le chastel de Bouchain ou de départir son ost;
mais son conseil luy loua, pour ce qu'il avoit oï nouvelles que le roy
d'Angleterre devoit arriver à l'Escluse, qu'il féist son retrait sus
les frontières ès bonnes villes, et, après, qu'il s'en alast un tour
en France pour faire haster sa navire quant elle deust estre preste
au-devant du roy anglois. Ainsi le fist le roy et s'en vint en France.


XX.

_De la grant desconfiture qui fu en mer entre le navire du roy de
France et du roy d'Angleterre; et coment Buchet fu pris et pendu au mat
d'une nef._

En ce meisme an, l'en porta nouvelles au roy de France que le roy
d'Angleterre, qui longuement s'estoit absenté, appareilloit très grant
navire et vouloit venir en l'aide des Flamens. Quant le roy ot oï ces
nouvelles, car autrefois en avoit oï parler, si fist tantost assambler
toute la navie qu'il pot avoir tant en Normendie comme en Piquardie,
et institua deux souverains amiraux, lesquels ordonneroient et
commenderoient ledit navire, afin que le roy anglois et messire Robert
d'Artois qui estoit avecques luy fussent empeschiés de prendre port.

[477]Et lors, furent institués souverains de tout le navire messire
Hues Quieret, messire Nichole Beuchet et Barbevaire, lesquels
assemblèrent bien quatre cens nefs de par le roy de France, et
entrèrent dedens eux et leur gens avecques leur garnisons. Si avint que
Beuchet, qui estoit un des souverains, ne voult recevoir gentil gent
aveques soy pour ce qu'il vouloient avoir trop grans gages; mais retint
povres poissonniers et mariniers, pour ce qu'il en avoit grant marchié;
et, de tieux gens fist-il l'armée. Puis murent et passèrent par-devant
Calais et se traistrent vers l'Escluse, tant qu'il furent devant; ilec
se tindrent tous quois, et par telle manière que nul ne povoit entrer
né issir. Si avint que le roy d'Angleterre qui avoit ses espies sceut
que le navire au roy de France estoit passé vers Flandres. Tantost se
mist en mer, et messire Robert d'Artois avecques luy et moult grant
foison de gentilhommes d'Angleterre, et grant plenté d'archiers.
Quant ledit roy anglois et toute sa gent furent près, si tendirent
leur voiles en haut, et siglèrent grant aleure vers l'Escluse, et ne
targèrent guères, par le bon vent que il orent, qu'il approchièrent
de la navire au roy de France et se mistrent tantost en conroy. Quant
Barbevaire les apperçut qui estoit en ses galies, si dist à l'amiraut
et à Nichole Beuchet: «Seigneurs, vez-ci le roy d'Angleterre à toute sa
navire qui vient sus nous; sé vous voulez croire mon conseil, vous vous
trairez en haute mer: car sé vous demourez yci, parmi ce qu'il ont le
vent, le souleil et le flot de l'yaue, il vous tendront si court que
vous ne vous pourrés aidier.»--Adonc, respondit Nichole Beuchet que
miex se saroit[478] meller d'un compte faire que de guerroier en mer:
«Honnis soit qui se partira de ci, car yci les attendrons et prendrons
notre aventure.» Tantost leur dit Barbevaire: «Seigneurs, puisque
vous ne voulez croire mon conseil, je ne me veulx mie perdre, je me
mettrai avecques mes quatre galies hors de ce trou[479].» Et tantost se
mist hors du hale[480] à toutes ses galies, et virent venir la grant
flote du roy d'Angleterre. Et vint une nef devant qui estoit garnie
d'escuiers qui devoient estre chevaliers, et ala assambler à une nef
que on appelloit la Riche de l'Eure: mais les Anglois n'orent durée
à celle grant nef, si furent tantost desconfis et la nef acravantée
et tous ceux qui dedens estoient mis à mort, et orent nos gens belle
victoire. Mais tantost après vint le roy d'Angleterre assambler aux
gens de France à toute sa navire, et commença ilec la bataille moult
cruele; mais quant il se furent combattis depuis prime jusques à haute
nonne, si ne pot plus la navire du roy de France endurer né porter
le fès de la bataille; car il estoient si entassés l'un en l'autre
qu'il ne se povoient aidier; et si n'osoient venir vers terre pour
les Flamens qui sus terre les espioient; et avecque ce, les gens que
l'en avoit mis ès nefs du roy de France n'estoient pas si duis d'armes
comme les Anglois estoient, qui estoient presque tous gentilshommes.
Ilec ot tant de gens mors que ce fu grant pitié à veoir; et estimoit-on
bien le nombre des mors jusques près de trente mille hommes, tant
d'une part que d'autre. Là fu mort messire Hues Quieret, nonobstant
qu'il fust pris tout vif, si comme aucuns disoient, et messire Nichole
Beuchet, lequel fu pendu au mat de la nef, en despit du roy de France.
Et lorsque Barbevaire vit que la chose aloit à desconfiture, si se
retrait à Gant; et furent les nefs au roy de France perdues; et avecque
ce, les deux grans nefs au roy d'Angleterre, Christoffle et Edouarde,
que le roy anglois avoit par avant perdues, luy furent restituées.
Et ainsi furent nos gens desconfis par le roy d'Angleterre et par
les Flamens, et nos nefs perdues exceptées aucunes petites nefs qui
s'en eschappèrent. Et avint ceste desconfiture par l'orgueil des deux
amiraux; car l'un ne povoit souffrir de l'autre, et tout par envie; et
si ne vouldrent avoir le conseil de Barbevaire, comme devant est dit:
si leur en vint mal ainsi comme pluseurs le témoignoient.

[Note 477: La fin du chapitre ne se retrouve plus dans la continuation
de Nangis.]

[Note 478: _Se saroit._ Lui Beuchet se saroit.--_En mer._ En pleine
mer.]

[Note 479: La continuation de Nangis dit seulement, au lieu de tout
ce qui précède: «Licet aliqui consulerent in medio maris obviare sibi
melius esse ad finem, quod nec Anglici nec Flammingi possent ibi
auxilium ferre.» J'ai regret de dire que M. Dacier, dans les notes de
Froissart, liv. 1, part. 1, p. 106, n'a pas bien compris cet endroit de
nos Chroniques qu'il a cité.]

[Note 480: _Hale._ Variante: _Hable._ Peut-être pour _Havre_.]

Quant la chose fu finée, et que le roy d'Angleterre ot eu celle grant
victoire, lequel roy fu navré en la cuisse, mais onques n'en voult
issir de la nef pour celle navreure; et toutes voies messire Robert
d'Artois et les autres barons d'Angleterre pristrent terre à l'Escluse
et se reposèrent ilecques. Ceste bataille fu faite la veille de la
nativité monseigneur saint Jehan-Baptiste, l'an de grace mil trois cens
quarante[481].

[Note 481: Le 23 juin.]

Quant la royne d'Angleterre qui estoit à Gant sceut que le roy son mari
estoit arrivé, tantost se mist à la voie vers l'Escluse, et le roy se
gisoit en sa nef; car il avoit esté blescié en la cuisse, et tenoit son
parlement avec ses barons sus le fait de sa guerre. Quant le conseil
fu départi, si se mist la royne en un batel et vint à la nef du roy et
Jacques de Arthevelt avec luy.

Quant la royne ot veu le roy et qu'il orent parlé ensemble, si se
reparti la royne et s'en ala vers Gant. Assez tost après que le roy
fust amendé de la blesceure qu'il avoit eue, il se mist à terre et s'en
ala en pélerinage à pié à Nostre-Dame d'Hardenbourc[482], et envoia ses
gens d'armes et son harnois et ses chevaux et ses archiers vers Gant.

[Note 482: _Hardenbourc_ ou _Ardembourg_, place forte rasée, proche de
_L'Escluse_.]

Quant il ot fait son pélerinage, si s'en vint à Bruges, et puis prist
avec luy les mestiers de la ville et s'en ala à Gant où il fu reçu à
moult grant joie. Puis fist mander tous les Alemans qui estoient de
s'aliance, qu'il vinssent à luy pour avoir conseil avecques eux sur ce
qu'il avoit à faire.

Ilec fu ordené que le roy d'Angleterre feroit deux osts, desquels il
auroit un avecques ceux de Gant et de la terre d'Alos et les princes
d'Alemaigne, et s'en iroit devant Tournay; et l'autre menroit messire
Robert d'Artois qui avoit avecques luy grant quantité d'archiers
d'Angleterre, et si avoit avecques luy ceux de la ville de Bruges et
du Franc et de Diquenme, d'Ypre, de la chastellerie de Poperingues,
de Cassel, de Bailleul et ceux du terrouer de Furnes, de Bergues et
de Bourbourc: tous ceux-ci vindrent ensemble avecques messire Robert
d'Artois vers la ville de Saint-Omer et s'arrestèrent à Cassel, et
ilecques assemblèrent leur gens. Le roy d'Angleterre se parti de Gant,
et s'en ala logier au Pont-d'Espire[483], à deux lieues de Tournay:
mais le corps du roy estoit à Eslin une maison qui estoit à l'évesque
de Tournay.

[Note 483: _Pont d'Espire_. Ce doit être _Epière_, entre Courtrai et
Tournai.--Pour _Eslin_, ce doit être _Helchin_, situé près d'_Epière_.
La lettre d'Edouard à Philippe de Valois porte la date d'_Eschyn sur
l'Escaut, delès Tournay_, et non pas _sur les champs_, comme on lit
dans Rymer.]


XXI.

_Du grant appareil et conroi que le roy de France et le roy
d'Angleterre firent l'un contre l'autre, et coment Flamens furent
desconfis._

[484]Quant le roy de France entendit que le roy d'Angleterre avoit
ainsi son ost ordené, comme de venir asségier les deux clés de son
royaume à un cop, si assembla son ost en grant quantité et en grant
haste, et envoia le connestable de France, le conte de Foix et le
mareschal Bertran à la ville de Tournai, à trois mille hommes d'armes.
Et si envoia à Saint-Omer le duc de Bourgoigne et le conte d'Armagnac,
à quarante-deux banières, lesquelles nous nommerons pour la raison de
la bataille. Il y fu le duc de Bourgoigne, messire Jehan son fils, le
sire de Vergi, monseigneur Guillaume de Vergi son oncle, messire Jehan
de Ferlay[485], le sire de Pennes et son oncle le conte de Montbéliart,
le sire de Rey son compaignon, messire Jehan de Chaalon, messire Guy
Vulpins son compaignon. De Flandres y furent le sire de Guistele,
le sire de Saint-Venant, le chastelain de Bergues, le chastelain de
Diqueune. Du conté d'Artois y fu monseigneur Jehan de Chastillon,
messire Moriau de Fiennes, le sire de Wavrin, le sire de Hamelincourt,
le sire de Querqui, le sire de Fosseus[486], le sire de Guilerval. Le
conte d'Armagnac avoit seize banières en sa bataille. Et le roy de
France assembla son ost qui estoit moult grant entre Lens et Arras.
Mais encore n'estoit pas advisé de quel part il vouldroit tourner.

[Note 484: Rien de ce précieux chapitre ne se retrouve dans la
continuation de Nangis.]

[Note 485: _Ferlay_. _Frelai_, suivant Froissart.]

[Note 486: _Fosseus_. Variante: _Fesseaulx_.--«_Wavrin_. Variante:
_Vuaincin_.]

Or vous dirai de monseigneur Robert d'Artois qui estoit à Cassel, et
ylec assembla son ost pour venir à Saint-Omer; mais ceux de Furnes et
de Bergues qui estoient moult grant gens et tous combatteurs estoient
issus de leur pays et estoient venus à une lieue près de Cassel, à une
ville que l'en appelle Bambèque, et là distrent qu'il n'iroient plus
avant, car autrefois on les avoit menés vers Saint-Omer, mais oncques
bien ne leur en vint. Quant monseigneur Robert d'Artois ot ce oï, si
prist conseil à ses chevaliers et à ceux de Bruges, et puis s'en ala à
eux à Bambèque et parla à ceux de Furnes et de Bergues et leur dist que
hardiement il venissent avant, car il estoit tout asseuré de la ville
de Saint-Omer, et avoit déjà receues deux paires de lettres que si tost
comme il venroient devant la porte, ceux de la ville les lairoient
entrer et luy livreroient le duc de Bourgoigne, et de ce estoit-il
tout asseuré. La meschéant[487] gent le crurent; si firent que fous et
alèrent avant. Mais il distrent qu'il ne passeroient jà le Neuf-Fossé
sé il n'estoient mieux asseurés. Quant messire Robert d'Artois vit
qu'il les mettroit avant par telle voie, si en ot grant joie; et fist
tantost ses archiers courre par la terre d'Artois et bouter le feu.
Quant le duc vit le feu en sa terre, tantost fist sonner sa trompete
et issi ses batailles toutes ordenées hors de la ville. Et quant les
archiers sceurent qu'il venoient, si s'en cuidèrent r'aler; mais les
gens du duc les retindrent, et entrèrent bien soixante droitement à un
pas que on appelle le pont Hasequin[488]. Le duc se tint aux champs
une pièce, et quant il vit que nul ne venoit, il s'en retourna à la
ville. Lors fist messire Robert d'Artois deslogier son ost et troussier
ses tentes, et s'en vint vers Saint-Omer. Ceux de Bruges qui avoient
la première bataille et conduisoient le charroy, s'en vindrent à une
ville près de Saint-Omer que on appelle Arques; mais ceux de Furnes
ne vouloient passer le Neuf-Fossé, si comme il avoient par avant dit.
Quant messire Robert d'Artois vit qu'il ne vouloient aler avant,
si fist courre une nouvelle par devers eux, que ceux de Bruges se
combattoient et que, pour Dieu, il les voulsissent secourre. Quant il
oïrent ces nouvelles, si laissièrent leur propos et s'en vindrent grant
aleure vers la ville. Et quant il vindrent à Arques, il trouvèrent ceux
de Bruges qui se logeoient. Endementres qu'il se logeoient, vindrent
les archiers courre jusques à la porte, et portoient une banière des
armes messire Robert d'Artois, et traioient si dru vers la porte que
c'estoit merveille. Quant ceux qui à la porte estoient les oïrent
ainsi traire, si issirent hors tout à un cop, et coururent à eux; mais
il ne les attendirent mie, ains s'en fuirent et ceux de Saint-Omer
les chascièrent jusques à la maladerie, et ainsi paletoit-on moult
souvent. Mais oncques le duc né hommes d'armes ne s'en murent. Et tant
paletèrent que les Flamens furent tous logiés. Et quant il furent tous
logiés, il boutèrent le feu en la ville d'Arques et l'ardirent toute.
Celle meisme journée vint le conte d'Armagnac à tout son ost en la
ville. Le roy de France, qui avoit son ost assemblé pour aler vers
Tournay, si fist mouvoir son ost pour aler vers Saint-Omer en grant
haste. Les Flamens qui estoient dessus Arques aloient presque tous
les jours paleter jusques aux fourbours de Saint-Omer; et faisoient
par nuit si grant lumière en leur ost, que la lumière resplendissoit
jusques à la ville; et si faisoient chascun jour moult grant assaus
à un petit chastelet qui estoit au duc de Bourgoigne, que on appelle
Ruhout; mais oncques pour assaut qu'il féissent ne le porent gaaignier.

[Note 487: _Meschéant_. Le mot _méchant_ ou _méchéant_ n'avoit pas
autrefois d'autre sens que celui de malheureux, non fortuné, _mal
chanceux_. Puis on l'appliqua aux prédestinés de l'enfer; puis enfin
il usurpa le sens absolu de _mauvais_. Racine a dit l'un des premiers:
«_Le bonheur des méchans_....»]

[Note 488: _Pont Hasequin_. Sur le _Neuf-Fossé_, au-dessous de
_Saint-Omer_.]

Quant messire Robert d'Artois sceut que le roy de France venoit vers
luy et qu'il avoit laissié Tournay, si se hasta moult de sa besoigne.
Par un mercredi matin tous les capitaines de son ost assembla et leur
dist: «J'ay oï nouvelles que je vaise[489] vers la ville, et que
tantost me sera rendue.» Tantost se coururent armer et disoient l'un
à l'autre: «Or tost, compains, nous boirrons encore à nuit[490] de
ces bons vins de Saint-Omer.» Quant les batailles furent ordenées, si
s'en alèrent de leur tentes et vindrent le grant chemin parmi Arques,
vers la ville de Saint-Omer. Et au premier front devant vint messire
Robert d'Artois, et avoit avecques luy deux banières d'Angleterre, et
tous ceux de Bruges et les archiers; et ne s'arrestèrent que jusques
à tant qu'il vinrent à une arbalestée près de la Maladerie; et ilec
s'arrestèrent et avoient fossés devant eux, si que on ne povoit venir
à eux; et avoient par devant eux mis bretesches qui avoient grans
broches de fer et estoient couvertes de toile, afin que on ne les peust
apercevoir. Et en l'autre bataille après, qui moult estoit grant,
furent ceux du Franc.

[Note 489: _Que je vaise_. Qui exigent que j'aille.]

[Note 490: _Encore à nuit_. La nuit prochaine. En Touraine on dit
encore _à nuit_ pour _aujourd'hui_. Ainsi les anciens Gaulois.]

A l'autre costé, sus le mont de lez, à la costière d'Arques, furent
arrangiés ceux d'Ypre, qui estoient grant quantité; et entre ces deux
batailles estoient arrangiés ceux de Furnes et de Bergues, et leur
chastelleries. Et pour garder les tentes, estoient demourés ceux de
Poperingues et toute la chastellerie de Cassel et de Bailleul. Or y
avoit un fossé traversant qui s'estendoit de la bataille d'Ypre qui
estoit sus le mont jusques à la bataille messire Robert d'Artois.

Quant les chevaliers qui estoient à Saint-Omer virent les Flamens
rangiés au bout des fourbours de la ville, si issirent hors par routes
sans conroy; et furent jà issus tous les bannerés, excepté le duc de
Bourgoigne et le conte d'Armignac, avec toutes leur batailles; et la
cause pourquoy le duc ne issi si fu telle: car le roy lui avoit mandé
qu'il ne se combattist pas à Robert d'Artois né à son effort, sans luy.
Quant les chevaliers furent venus en plain pays où les Flamens estoient
arrangiés, moult firent de courses sus eux, mais oncques ne les porent
entamer, et durèrent ces courses de midi jusques à complies ou environ.

Quant le duc de Bourgoigne vit que ses anemis estoient si près de
luy, si appella le conte d'Armignac et ses conseilleurs et leur dist:
«Seigneurs, que me louez-vous? je ne puis veoir voie que je ne soie
aujourd'hui déshonnoré, ou que je ne désobéisse au roy.» Adont dist
le conte d'Armignac: «Sire, à l'aide de Dieu et de vos bons amis, à
la pais du roy vendrons-nous bien.» Tantost dit le duc: «Or, nous
alons armer, de par Dieu et de par monseigneur Saint-Georges.» Quant
il fu armé, si issi de la ville et n'avoit pas plus haut de cinquante
hommes d'armes avecques luy, et s'en ala droit à la Maladerie, sans
arrester. Et là trouva, à l'encontre de luy, la bataille messire
Robert d'Artois. Après, issi le conte d'Armignac qui avoit bien huit
cens hommes d'armes desquiex il en y avoit bien trois cens armés
parfaitement; et celle bataille se trait vers ceux d'Ypre qui estoient
à destre. Quant les Bourguignons virent le duc aux champs, si se
trairent vers luy; mais les Artisiens et les Flamens qui de la partie
au roy estoient, se tindrent tous quoy en la champaigne où il estoient.
Adonques, vinrent les grandes batailles de Bergues et de Furnes et du
Franc à travers les champs, et leur coururent sus; et les Artisiens
et les Flamens se deffendoient contre eux. Mais quant il vindrent au
fossé qui traversoit, si ne porent aler oultre: tantost retournèrent
les banières; et en retournant et maint haut homme desconfit; et
s'enfuioient de tous costés emmi les champs et laissoient leur seigneur
le duc de Bourgoigne ès mains de ses anemis, sé la grace de Dieu ne
l'eust sauvé.

Tantost que les Flamens virent les banières retraire, si saillirent
oultre le fossé à grant routes et coururent après eux, et les cuidoient
avoir desconfis; mais quant les Artisiens les virent oultre, si
tournèrent leurs banières et leur coururent sus par très grant courage.
Et commença ilec la bataille par telle manière que en la fin les
Flamens furent desconfis. Et le conte d'Armignac s'en ala vers ceux
d'Ypre; et tantost qu'il le virent venir vers eux si s'enfuirent, si
que on ne sceust oncques bonnement quel chemin il tindrent. Et lors, le
conte se retrait vers ceux qui chaçoient les fuians; et en celle fuite
y ot moult grant quantité de Flamens et de ceux de la partie Robert
d'Artois mors. Endementres que les Artisiens et le conte d'Armignac
se combattoient et chaçoient les Flamens vers Arques, messire Robert
d'Artois, avecques toute sa bataille, vit le duc de Bourgoigne rester
devant la Maladerie; si fist mettre ses engins arrières, et vint à
tout un grant hui vers la ville de Saint-Omer. Quant les gens au duc
le virent venir si se trairent hors du chemin par devers les champs,
et monseigneur Robert d'Artois les cuida avoir surpris emmi la rue des
forbours, car les gens d'armes ne peussent là avoir ayde contre les
gens de pié, mais il failli à s'entente. Tantost il se retrait à toute
sa bataille vers la porte de la ville de Saint-Omer. Et de rechief
cuida encore ledit messire Robert d'Artois avoir seurpris ledit duc
de Bourgoigne; mais ainsi comme Dieu le voult, ceux qui estoient en
la porte recogneurent leur banières, tantost commencièrent à traire
et à gietter vers eux; mais rentrée de la ville fu si apressiée de
gens que nul n'i pot entrer né issir de ceux qui s'enfuirent vers la
ville. Quant monseigneur Robert d'Artois et ses gens virent qu'il
avoient failli à leur entente, si aconsuirent aucuns chevaliers qui
s'en venoient vers la ville à recours et là les tuèrent un pou devant
la porte. Et y fu tué le sire de Hamelincourt, monseigneur Froissart
de Biaufort et un autre chevalier d'Espaigne que on appelloit seigneur
de St-Verain, un chevalier de Bourgoigne que on appelloit le seigneur
de Branges; et là fu tué un chevalier d'Angleterre qui portoit
échequeté d'argent et de gueule, et fu trait tout parmi la cervelle.
Et puis ordenèrent leur batailles et se restraistrent vers Arques.
Mais quant il furent issus des forbours, le duc qui ralioit sa gent et
les atendoit leur vouloit courre sus. Mais pour ce qu'il estoit nuit,
ne le vouldrent ses gens souffrir. Puis passa la bataille messire
Robert d'Artois oultre le chemin, toute ordenée, criant à haute voie
_Saint-Georges_[491]. Le conte d'Armignac et les Artisiens qui avoient
chacié les desconfis et ne savoient riens de ce qui avoit esté fait
devant la ville, encontrèrent monseigneur Robert d'Artois et toute
sa bataille; mais il ne le cogneurent mie, pour ce qu'il estoit trop
tart; et en y ot aucuns seurpris en eux qui furent tués. Là fu pris
un chevalier de Bourgoigne que on appelloit monseigneur Guillaume de
Juily. A ce jour, leva banière le conte de Molison, qui fu au conte
d'Armignac; et fu nouvel chevalier et si leva banière de Sainte-Croix,
et un autre chevalier d'Artois que on appelloit le seigneur de Rely.
Ilec ot maint chevaliers nouveaux fait.

[Note 491: _Saint-Georges_. Il paroît qu'alors c'étoit le cri de guerre
de Bourgogne.]

Le duc de Bourgoigne, quant il ot ralié ses gens, s'en vint vers la
ville à grant joie. Et ceux de la ville issirent contre luy à torches
et le menèrent en la ville.

Là peust-on oïr maint cris de chevaliers, et entrèrent à si grant joie
en la ville que à paine y eust-on oï Dieu tonnant. Puis fist-on aporter
les chevaliers qui gissoient mors dehors la ville et furent l'endemain
enterrés à grant pleurs. Ceste bataille fu l'endemain du jour de la
feste monseigneur saint Jacques, au moys de juillet, l'an de grace mil
trois cens quarante.

Quant messire Robert d'Artois fu revenu à ses tentes, la lumière estoit
jà toute alumée, mais il n'i trouva nullui, car tous s'en estoient
fuis et avoient laissié tentes et harnois, et tout quanqu'il avoient
pour la greigneur, par derrière eux, et estoient si desconfis que jà
ne cuidèrent venir à Cassel. Et en mourut grant foison en la voie qui
estoient tous trais et navrés.

L'ost qui estoit avecques monseigneur Robert d'Artois de la partie des
Flamens fu par connestablie à soixante mille, sans leur charroy, et les
mors furent nombrés à trois mille.

Quant messire Robert vit que ses gens estoient ainsi fuis, si monta
tantost et ne tarda oncques jusques à tant que il fu à Cassel sus
le Mont; et là cuida bien estre tué de ses gens, né onques n'i fu
à sauveté jusques à tant qu'il fu à Ypre. Puis, vous dirai du duc
de Bourgoigne qui estoit entré en la ville de Saint-Omer, et là se
reposoient toutes ses gens d'armes. Toute la nuit coururent destriers
par les champs, et les gens ne savoient où aler; mais deux chevaliers
qui estoient à l'évesque de Terouane, qui faisoient le guet et ne
savoient riens de la bataille, vindrent courant jusques bien près des
tentes, si ne virent âme. Et quant vint en l'aube du jour, si virent
que tous s'en estoient alés. Tantost entrèrent ès tentes et pristrent
du plus bel et du meilleur qu'il trouvèrent, si qu'il furent tous
chargiés. Et l'endemain, quant on le sceut en ville, là peust-on veoir
maint homme à pié et à cheval courre au gaaing, et ne fina onques
toute jour d'amener chars et charetes, chargiés de tentes et d'autres
estoffes de guerre; et gaaignèrent si grant avoir que ce fu grant
merveille.

Et moururent bien ilec douze cens chevaux que on fist tous ardoir pour
la punaisie; et fist-l'en jetter les mors en grans charniers[492].

[Note 492: Froissart, dans le récit de la victoire des François sous
les murs de Saint-Omer, est d'une inexactitude qui a révolté presque
tous les critiques. M. Dacier a foiblement essayé de le justifier sur
ce point.]

Et messire Robert d'Artois qui estoit à Ypre n'i osa plus demourer,
ains s'en retourna en l'ost du roy d'Angleterre qui estoit devant
Tournay. Et fu le pays de Flandres si desconfis que mil homes d'armes
eussent bien desconfit tout le pays jusques à Bruges. Quant le roy
d'Angleterre sceut la desconfiture qui avoit esté faite devant
Saint-Omer, si fist toute sa gent passer l'Escaut et asségier la ville
de Tournay tout entour.

Le roy de France qui avoit assemblé un si grant ost que oncques
greigneur à peine ne fu veu au royaume de France, s'estoit venu
logier à Ayre, l'endemain de la bataille, à un prioré que on appelle
Saint-Andrieu; et l'endemain sceust la nouvelle coment la chose estoit
alée; et là luy apporta-l'en unes lettres desquielles la teneur fu
telle:


XXII.

_De la teneur des lettres que le roy d'Angleterre envoya au roy de
France._

«De par Edouart, roy de France et d'Angleterre, seigneur d'Yrlande;

«Sire Phelippe de Valois, par lonc-temps vous avons poursuivi par
messages et en pluseurs autres manières, afin que féissiez raison à
nous, et que vous nous rendissiez notre droit héritage du royaume de
France, lequel vous nous avez de lonc-temps occupé à grant tort; et
pour ce que nous voyons bien que vous entendez de persévérer en vostre
injurieuse détenue et sans nous faire raison de notre droiturière
demande, sommes-nous entrés en la terre de Flandres comme seigneur
souverain d'icelle, et passés parmi le pays. Et vous signefions que
pris avons l'aide de Nostre-Seigneur Jhésus-Christ, et avec le povoir
dudit pays et avec nos gens aliés, regardant le droit que nous avons à
l'héritage que vous nous détenez à grant tort, nous nous traions vers
vous pour mettre brief fin sur notre droiturière demande et chalenge.
Si, vous voulons aprochier, et pour ce que si grant povoir de gens
d'armes qui viennent de nostre part et que bien cuidons que vous
averiés de par vous ne se pourroient mie tenir longuement assamblés
sans faire grant destruction au peuple et au pays, laquelle chose
chascun bon crestien doit eschiver, et espéciaument prince et autre qui
se tient pour gouverneur de gent, si desirons moult que brief jours se
préissent pour eschiver mortalité de peuple; et ainsi que la querelle
est apparissant à nous et à vous, la destruction de nostre chalenge
se féist entre nous deus, laquelle chose vous offrons par les choses
dessus dites, combien que nous pensions bien la grant noblesse de
vostre corps et votre sens et avisement. Et au cas que vous ne voudriez
celle voie, que adonc fust mise ens nostre chalenge pour affermer
bataille de vous-meismes avec cent personnes des plus souffisans de
votre part et nous-meismes à autretant; et se vous ne voulez ou l'une
voie ou l'autre, que vous nous assignez certain jour devant la cité de
Tournay pour combatre, povoir contre povoir, dedens dix jours après la
date de ces lettres. Et les choses dessus dites voulons être congneues
par tout le monde, et que en ce estre notre désir, non mie par orgueil
né par outrecuidance, mais pour que Nostre-Seigneur mette repos de plus
en plus entre crestiens; et pour ce que le povoir des ennemis Dieu fust
résisté et crestienté essauciée. Et la voie que sus ce vouldrez eslire
des offres dessus dites escrivez-nous par le porteur de ces lettres,
en luy faisant hastive délivrance. Donné sous nostre grant scel, à
Elchin-sus-l'Escaut, delès Tournay, en l'an de grace mil trois cent
quarante, le vint-septiesme jour de juillet.»


XXIII.

_De la response des lettres que le roy Phelippe envoia au roy
d'Angleterre._

Quant le roy de France et son conseil orent veues ces lettres, tantost
envoia response au roy d'Angleterre sus ceste forme:

«Phelippe, par la grace de Dieu, roy de France, à Edouart, roy
d'Angleterre.

»Nous avons veues unes lettres aportées en notre court, envoiées à
Phelippe de Valois, esquelles lettres estoient aucunes requestes. Et
pour ce que lesdictes lettres ne venoient pas à nous, et lesdictes
requestes n'estoient pas à nous faites, ainsi comme il appert par la
teneur desdictes lettres, nous ne vous en faisons nulle response.
Toutes voies, pour ce que nous avons entendu, par lesdictes lettres
et autrement, que vous estes embatu en nostre royaume de France en
portant grant dommage à nous et à nostre dit royaume et au peuple,
meu de volenté sans point de raison, en non regardant ce que homme
lige doit garder à son droit seigneur, car vous estes entrés en nostre
hommage, en nous recognoissant, si comme raison est, roy de France; et
avés promis obéissance, telle comme on la doit promettre à son seigneur
lige, si comme il appert par vos lettres patentes scellées de votre
grant scel, lesquelles nous avons par devers nous, et en devez autant
avoir par devers vous. Notre entente est, quant bon nous samblera,
de vous chacier hors de nostre royaume, à l'honneur de nous et de
nostre majesté royale et au profit de notre peuple. Et, en ce faire,
avons-nous ferme espérance en Jhésus-Christ, dont tous biens nous
viennent. Car, par vostre emprise qui est de volenté non raisonnable,
a esté empeschié le saint voiage d'Oultre-mer, et grant quantité de
crestiens mis à mort, et le service de Dieu apéticié et sainte Églyse
aornée de moins de révérence. Et de ce que vous cuidiez avoir les
Flamens en aide, nous cuidons estre certains que les bonnes gens et les
communes du pays se porteront en telle manière envers nostre cousin, le
conte de Flandres leur seigneur, qu'il garderont leur honneur et leur
loyauté; et pour ce qu'il ont mespris jusques à ore, ce a esté par mal
conseil de gens qui ne gardoient pas au profit commun, mais au profit
de eux tant seulement. Donné sus les champs, à la prioré Saint-Andrieu,
delès Ayre, sous le scel de nostre secrétaire, en l'absence de notre
grant scel, le trentiesme jour de juillet, l'an de grace mil trois cent
quarante[493].»

[Note 493: Ces deux lettres sont transcrites dans Rymer, mais fort
incorrectement.--_Saint-André_ est aujourd'hui une petite ferme proche
d'Aire et à droite de la grande route d'Aire à Paris.]


XXIV.

_Des haus princes qui estoient en l'ost le roy de France._

Endementres que le roy de France fu à Saint-Andrieu et qu'il ot receues
les lettres du roy anglois, ainsi comme vous l'avez oï par avant,
envoièrent ceux de Tournay à luy que, pour Dieu, il les voulsist
secourre, car leur ennemis les avoient si environnés que nul vivre ne
povoit à eux entrer. Et tantost y envoia le roy le duc d'Athènes[494],
le visconte de Thouars, le visconte d'Aunay, le seigneur Pierre de
Fauquegny, le conte d'Aucerre, le seigneur de Craon et son frère,
monseigneur Guy Tulepin, le seigneur de Chasteillon en Touraine,
le fils au conte de Roussi, le dauphin d'Auvergne, le seigneur de
Clisson, le seigneur de Laillac, le seigneur de Biaugieu, le seigneur
de Saint-Venant, le frère à l'évesque de Mès, et Ourri Thibaut. Tous
ceux-ci estoient à banière et avoient bien avecques eux deux mille
hommes, et s'en alèrent droit à Cassel. Mais les Flamens avoient pris
le mont tout environ, et estoient au devant. Quant il virent ce, si
boutèrent feu partout, et cuida-l'en par le feu et les fumées faire
lever le siége de Tournay. Puis vindrent à St-Omer; l'endemain, vinrent
à heure de prime, et s'en alèrent par toute la terre au conte de
Bar[495], ardant et essillant, et ainsi s'en retournèrent en l'ost.

[Note 494: _Le duc d'Athènes_. Gautier de Brienne, depuis
Connétable.--_L'évesque de Mès_. C'étoit Adhémar de Monteil.--_Le
visconte de Thouars_. Louis, mort en 1370.--_Le visconte d'Aunay_.
Pons, seigneur de Mortagne.--_Le comte d'Auxerre_. Jean de
Châlons.--_Le seigneur de Craon_. Amaury VII, et Guillaume dit _le
Grand_, son frère.--_Guy Tulepin_ ou Turpin (de Crissé), quatrième du
nom.]

[Note 495: _Au conte de Bar_. C'est-à-dire à la comtesse, Yolande de
Flandres, dame de Cassel et femme de Henry, comte de Bar.]

Lors assembla le roy de France grant conseil, à savoir mon sé il
enterroit en la terre de Flandres à tout son ost ou sé il iroit vers
Tournay. Mais à ce conseil avoit le conte de Flandres amis qui virent
bien que, sé le roy fust entré en Flandres, tout le pays eust esté
essillié, et pour ce luy loèrent d'aler vers Tournay.

Quant le roy eust ylec séjourné huit jours, si fist mouvoir son ost, et
chevaucha continuellement jusques à tant qu'il vint à trois lieues de
Tournay, à une ville que on appelle Bouvines, et là se loga assez près
de ses ennemis. Or vous dirai les haus princes qui estoient en l'ost du
roy de France.

Premièrement le roy de Behaigne, le roy de Navarre, le duc de
Normendie, le duc de Bourbon, le duc de Bretaigne, le duc de
Bourgoigne, le duc de Lorraine, le duc d'Athènes, le conte d'Alençon,
le conte de Flandres, le conte de Savoie[496], le conte d'Armignac, le
conte de Bouloigne, le conte de Bar, l'évesque de Liége, le conte de
Dreux, le conte d'Aubemalle, le conte de Bloys, le conte de Sancerre,
le conte de Juilly, le conte de Roussi, et maint autres haus hommes
desquiels longue chose seroit à raconter les noms. Or, vous dirai après
d'aucuns barons qui furent de la partie au roy d'Angleterre.

[Note 496: _Le conte de Savoie_, Aimé.--_Le conte d'Armignac_,
Jehan.--_L'évesque de Liège_, Arnoul.--_Le duc de Lorraine_, Raoul.]

Premièrement, ledit roy en sa personne, messire Robert d'Artois, le
conte de Harrefort, le conte de Noyrantonne, le conte Derby, le conte
de Hantonne, le conte d'Arondel, le baron d'Estanfort, le duc de
Breban, le duc de Guerle, le conte de Haynau, monseigneur Jehan son
oncle, le marquis de Juliers, le conte de Mons, le conte de Chigni, le
sire de Fauquemont, Jaques de Artevelt à toute la commune de Flandres.
Tous ceux-ci avoient assis Tournay; mais il n'i firent onques assaut
fors de getter pierres, excepté un jour que je ne sai quans sergens
d'armes du roy issirent de la ville avec le connestable; et vinrent en
la rue des forbours, et rencontrèrent une route d'Alemans et d'Anglois,
et férirent ylec ensemble; mais tant crut la force des Anglois qu'il
convint les François retraire. Ce fu tout le fait d'armes qui fu fait à
ce siége.


XXV.

_Coment la contesse de Haynau pourchaça tant envers le roy de France et
envers le roy d'Angleterre que parlement fu fait entre eux et division
de pais et délibération de trieves._

Puis, vous dirai de la contesse de Haynau[497] qui tant pourchaça
devers le roy de France, son frère, et vers le roy d'Angleterre qui
avoit sa fille espousée, avecques le roy de Behaigne, que un jour de
parlement fu pris entre les deux roys. Mais Jaques de Artevelt vint
devant le roy d'Angleterre et devant les barons de l'ost, et leur dist:
«Seigneurs, prenez garde quelle paix vous faites, car se nous n'i
sommes comprins et tous nos articles pardonnes, jà ne nous départirons
de ci né ne vous quitterons du serement que vous avez devers nous.»
Dont dit la contesse de Haynau: «Ha! sire Dieu en ait pitié, quant pour
le dit d'un vilain tout le noble sanc de la crestienté sera espandu.»
Tant fu la chose esmeue, que Jaques de Artevelt s'acorda au traitié
ainsi comme vous orrez.

[Note 497: _La contesse d'Haynau_. Jehanne de Valois, douairière de
Hainaut.]

Les barons qui tindrent le parlement de par le roy de France furent le
roy de Behaigne, le conte d'Armignac, le conte de Savoie, messire Loys
de Savoie, et le seigneur de Noyers.

Et de par le roy anglois y furent Messire Guillaume de Clitonne,
l'évesque de Nichole, messire Gieffroy Scorp, messire Jehan de Haynau,
le sire de Cuq, et messire Henri d'Anthoing. Et fu le parlement sus
ceste forme:

«Premièrement que le roy de France rende au roy d'Angleterre, par
mariage de leur enfans, toute la terre de Gascoigne, d'Aquitaine et la
conté de Pontieu, aussi avant comme le roy Edouart, son tayon, la tint;
par ainsi que nul sergent du roy ne peust sergenter au pays. Après, de
tant qu'il touche au pays de Flandres, que gens moiens et petis soient
menés aux lois qu'il tindrent du temps le conte Guy. Item, toutes
obligacions où il sont obligiés devers le roy en quelconques manières
et de quelconques temps que ce soit, tout soit quittié, tant de voiages
que de sommes d'argent ou de paines ès quielles il sont escheus. Item,
que tout escomméniement ou entredit où il peuvent estre encourus,
qu'il en soient absous. Et de toutes les forces et obligacions par
lesquielles il pourroient avoir encouru lesdites sentences, leur soient
rendues et mises par devers eux. Item, toutes les males volontés où
il puent estre encourus, par cause de rebellion ou de désobéissance
envers le roy ou le conte de Flandres, leur soient du tout pardonnés
en celle manière que jamais aucuns de eux ne doye recevoir, en corps
né en biens, aucun dommage. Et s'il avenoit qu'il féissent aucune
chose au temps avenir pourquoy il deussent estre punis, que pour les
choses passées il n'en aient pis, ains soient demenés par les lois
et coustumes du lieu où il sont demourans. Et pour tous ces traitiés
de pais faire et acorder à plus grant délibéracion, avec les autres
accors requist la contesse de Haynau unes trieves jusques à la saint
Jehan-Baptiste, auxquielles trieves certaines personnes seront envoiées
en un certain lieu, et seront les sentences relaschiées et souspendues,
et fera-l'en le service de Dieu par toute Flandres[498].»

[Note 498: C'est après le texte latin de cette trève que s'arrête la
première continuation de Nangis, _Spicilège_, tome III, in-fº. La
seconde continuation latine n'a plus rien de commun, pour ainsi dire,
avec notre texte.]

Quant ces choses furent ainsi ordenées, le roy de France départi
son ost et s'en retourna en France; et le roy d'Angleterre départi
le sien et s'en ala à Gant. Là vint le conte de Flandres à luy, et
s'entrefestèrent l'un l'autre de grans mangiers et de beaux dons. Mais
oncques ne le pot le roy d'Angleterre attraire qu'il venist à son
serement, coment que ledit conte en eust esté assez requis.

Depuis fist le roy d'Angleterre appareillier son navire et prist congié
aux alliés. Et pour ce que aucuns grans maistres estoient demourés en
Angleterre, qui avoient esté négligens de envoier au roy d'Angleterre
deniers, et luy convint par nécessité laissier le siége, coment qu'il
eussent les deniers receus de par le roy, ne voult pas monseigneur
Robert d'Artois passer avec le roy, pour ce qu'il pensoit que le roy
feroit correction quant il vendroit en Angleterre de ceux qui avoient
ainsi les deniers détenus; et ledit messire Robert d'Artois ne vouloit
point avoir de maugré.

Si laissa le roy d'Angleterre le duc de Guerle en plege[499] pour luy,
à Gant, et puis s'en ala, luy et la royne, en Angleterre. Et quant il
fu venu en son pays, si fist prendre grant partie des gouverneurs qui
avoient gouverné son royaume, et fist chacier pour prendre l'arcévesque
de Cantorbière; mais il se tint si garni en son églyse qu'il ne le
porent avoir.

[Note 499: _Plege_. Gage, caution.]

Puis assembla parlement de ses barons, et leur opposa que trahy
l'avoient, et que par la defaute de eux luy convint laissier le siége
et son emprise. Pourquoy il condampna les uns en corps et en avoir, les
autres tint en prison.

Quant monseigneur Robert d'Artois ot jousté à une grande feste à Leure
en Breban, il s'en ala en Angleterre, et fist la pais à l'arcévesque de
Cantorbière, et à aucuns fist pardonner leur vies; mais leur héritages
furent tous forfais. Et les départi le roy à ses chevaliers qui bien
s'estoient portés en la guerre. Si avint que le conte de Flandres qui
estoit demouré en son pays, pour ce que on luy fist pou d'obéissance
s'en parti par mautalent, et s'en ala vers le roy de France.


XXVI.

_Coment le roy Garbus vint à grant ost de Sarrasins en la terre de
Garnate, et coment le roy d'Espaigne vint contre luy, et le roy de
Portugal, et orent victoire sus Sarrasins. En celle bataille furent
occis deux cens mille Sarrasins, et fu occis Picazo, fils au roy de
Belle-Marine[500]._

[Note 500: _Au roy de Belle-Marine_. Ce doit être le roy de Maroc, de
la dynastie des _Merinides_ ou _Beno-Merini_. (Voyez, dans le nouvel
_Art de vérifier les dates_, le précieux travail de M. Audiffret sur
les Maures d'Espagne.)]

Or avint en ce temps que le roy Garbus[501] et les Sarrasins avoient
moult grant guerre au roy d'Espaigne ainsi comme vous orrez, si que
les nouvelles en vindrent au cardinal d'Espaigne. Le roy Garbus avoit
assemblé moult grant ost et vint en la terre de Garnate. Ilecques
vint le roy d'Espaigne à l'encontre et le roy de Portugal, la veille
de la saint Jehan-Baptiste, l'an mil trois cens quarante, devant un
chastel moult noble, que on appelle Gibaltoire: là s'assemblèrent les
batailles; mais de première venue le roy d'Espaigne perdi assez de
sa gent. Et depuis pristrent vigueur en eux, et se férirent emmi les
Sarrasins et se combatirent de si grant povoir que les Sarrasins se
desconfirent: et dura l'occision trois jours et deux nuis que onques ne
finèrent d'espandre sanc des mescréans; et dist-on qu'il en mourut bien
en celle bataille deux cens mille. Et fu occis Picazo[502], le fils
au roy de Belle-Marine, qui estoit moult bon chevalier. Quant le roy
Garbus fu ainsi desconfit il s'en fouit à toute sa gent qui demouré luy
estoit, en une cité que on appelle Gersye[503].

[Note 501: _Le roy Garbus_. C'est-à-dire le roy de Maroc, de Garbe ou
des Algarves.--_Le roy d'Espaigne_. Alphonse XI.--_Le roy de Portugal_.
Alphonse IV.--_Gibaltoire_. Gibraltar.]

[Note 502: _Picazo_. Variante: _Pizaco_. Le fils du roy de Maroc, tué
dans cette bataille, est nommé par Cardonne _Abd-el-Melek_.]

[Note 503: _Gersye_. _Algésiras_, dont la prise est de l'année 1343.]

Quant les roys crestiens virent ce, si s'appareillièrent pour asségier
la cité. Mais le roy Garbus l'apprit, si fist nombrer ses gens d'armes,
et trouva qu'il en avoit encore vint mille à cheval et grant multitude
de gent à pié, et si n'avoit mie vivres en la cité pour plus de seize
jours. Si manda toute sa gent et leur dist que mieux leur venoit
combatre que estre ilecques affamés; et furent d'acort d'issir contre
les crestiens, et issirent bien une lieue loing. Quant les crestiens
virent ce, si s'arrestèrent et ordenèrent leur batailles; et si tost
comme il assemblèrent ensemble, le roy Garbus s'enfui en la cité et ses
gens aussi. Et pour ce qu'il doubta le siége, pensa de soy enfuir par
mer, car en la cité avoit une rivière portant navie; et y avoit trois
galies et une sagitaire[504]. Si entra ens, environ heure de mienuit,
et sa femme et ses enfans et grant plenté de trésor avecques luy. Mais
ainsi comme Dieu le voult, la navie au roy d'Arragon fu à celle heure
arrivée, et vindrent ces galies toutes trois en eux, et se combatirent
jusques à grant jour; mais les Sarrasins n'i orent povoir, si furent
prises les trois galies et la sagittaire avec très grans trésors.
Ilecques fu pris le roy Garbus et ses deux fils et le fils au roy de
Thunes, et vint-cinq galies de Sarrasins, et la femme au roy Garbus
et moult de femmes sarrasines avecques luy. Quant le pape sceut ces
nouvelles, si fist faire grant processions pour la victoire. Et en la
nef du roy Garbus fu trouvé un coffre où il y avoit unes lettres que le
grant caliphe luy avoit envoiées desquelles la teneur estoit:

[Note 504: _Une sagitaire_. Une petite galère.]


XXVII.

_La teneur d'unes lettres qui furent trouvées en un coffre que le grant
caliphe avoit envoiées au roy Garbus._

«Caliphe de Baudas qui suy une seule loy, et saint, et du linage de
saint Mahomet, grant soudan et sire puissant, sage et fort souverain de
la-saincte maison du corps saint Mahomet de Mecques, qui suis puissant
et croy en sa hauteste et en sa saincte vertu, qui fais justice et
confons ceux qui autres voeullent confondre; seigneur du royaume de
Turquie et de Perse, et qui possède les terres de la grant Hermenie,
sire merveilleux du cours de la mer, juge sur les bons et loyaux qui
croient la saincte loy Mahomet, et la forte espée Halye et David, qui
tua et decola ceux de la cité d'Acre et destruit et mist au noient;
sire du royaume de tout le monde dessous le créateur; sire des parties
d'Asie et d'Aufrique et de Europe, vainqueur des batailles de tous les
crestiens du monde. A toy, roy de Belle-Marine et de Maroc, salut,
aveques crémeur de ma forte espée. Nous te segnefions que nos sages
Mores nous ont donné à entendre que ton fils Picazo, enfant honnorable
et très fort chevalier en la foy Mahomet, comme Amali et Malefaton qui
furent esleus pour garder la saincte loy Mahomet, contre la loy maudite
des crestiens maleurés, car ceux qui vivent en celle loy ne sceuvent
en quoy il vivent, car il croient en leur alcoran qu'il appellent
pape et cuident qu'il leur puet pardonner leur péchiés, et ainsi sont
déceus par leur mauvaise loy qu'il tiennent. Et pour ce que Alphons,
roy de Gastelle, qui deust estre ton vassal, et» tous les autres roys
du monde qui croient la foy crestienne te devraient servir et obéir;
noientmoins, il sont venus à l'encontre de nos Mores qui sont les plus
nobles du monde et croient en la sainte loy Mahomet; et ont mis à mort
si saincte créature comme estoit Picazo, ton fils, qui si noble estoit,
qu'il ne peust avoir esté mort en bataille se ne fust par la fraude que
crestiens sceurent faire, par laquelle il ont occis ledit enfant. Et
croy vraiement que parmi la croiance qu'il avoit en Mahomet, qu'il est
en paradis avec luy, et l'acole beneureusement, et là mengue miel, lait
et burre; et est resuscité. Et si saincte créature, comme il est, aura
soixante femmes vierges en nostre saint paradis.

»Pourquoy nous te mandons, sur la cremeur de nostre espée, que tu
y voise à tout le pouvoir deçà la mer et delà la mer, avec tout le
povoir de la terre des Sarrasins, de la terre de Caphandes, de la
terre de Belle-Marine, de la terre des Rostiens, de la terre des
Previlèges, de la terre des Tartars, de la terre de Trisiques, de la
terre de Monclers, et tresperce la terre des crestiens et par mer et
par terre. Et te commandons sur le povoir de nostre loy que tu ne
tarde la besoigne encommenciée, jusques à tant que» toute la terre
soit destruite. Et avecques tout ce, nous» ottroions à nos religieux
Alphages qu'il puissent préeschier et donner pardon au nom de nous. Et
tous ceux qui contre les crestiens iront aront pardon de leur péchiés,
chascun pour luy et pour onze personnes de son lignage quiex qu'il
voudra eslire. Si en liève ma main au ciel et jure par nostre sainte
loy que ceux qui illecques seront mors, résusciteront au tiers jour et
demourront permenablement avecques leur femmes et avecques Mahomet, et
ilecques mengeront burre, miel et lait, et aura chascun sept femmes
vierges et en ceste foy seront sauvés. Et ceux qui seront trouvés
fermes en ceste foy, qui contre lesdis crestiens ne pourront aler en
propre personne et donront de leur biens à ceux qui vouldront passer,
il aront le plein pardon aussi avant comme les autres combateurs. Et
recommant à toi, honnorable et puissant, les herbes paissant, beuvant
les yeaus de la mer, que tantost te lièves sans délay, avec tout le
pouvoir dessus dit, et va à Gibaltoire, nostre honnorable chastel, et
delà passe la mer, et te combat au roy de Castelle, sans miséricorde,
met tout à l'espée en telle manière que de leur églyses face estables
à tes chevaux, et leur crois soient esrachiés; et fais tous les petits
enfans escerveler, et les femmes grosses fais ouvrir, et à toutes les
autres fais coper la teste, en despit de la loy crestienne. Et fais
tant que tes mains ne cessent d'espandre sanc devant ce que toute
crestienneté soit destruite et que toutes terres soient sousmises à
nostre seigneurie; adoncques aras-tu la grâce de Mahomet et d'Amali et
de Malefaton, qui furent sains prophètes, et te seront en aide quant
tu les réclameras; car oncques si sains hommes ne furent nés en nostre
loy.»


XXVIII.

ANNÉE 1341

_Coment le roy de Belle-Marine et de Maroc rassemblèrent grant peuple
de Sarrasins et vindrent en Espaigne, et coment le roy Alphons
d'Espaigne les desconfit de rechief, et y ot des Sarrasins mors trente
mil hommes à cheval._

L'an de grâce mil trois cent quarante et un, le roy de Belle-Marine
et de Maroc assemblèrent grant foison de Sarrasins et vindrent en la
terre d'Espaigne, ayant grant volenté de vengier la mort de Picazo,
fils du devant dit roy de Belle-Marine. Quant le roy Alphons d'Espaigne
et le roy de Portugal l'entendirent, de rechief assemblèrent ost et
revindrent à rencontre des Sarrasins, la nuit de la Toussains, l'an
devant dit, et commença la bataille moult forte. Mais en la parfin, les
Sarrasins se desconfirent, et en y ot bien de mors, de la partie des
Sarrasins, trente mil ou environ à cheval, et des gens de pié jusques
environ cinquante mil. Et s'en fut le roy de Maroc devant la mer;
ilecques trouva une galie où il entra et ainsi s'en fut; et disoit-on
que à peine il pourroit recouvrer sa perte[505].

[Note 505: Ce récit est plus exact que celui qui précède les lettres du
caliphe de Bagdad, et se rapporte au même évènement.]

L'an mil trois cent quarante et un, les trieves qui longuement avoient
esté continuées entre le roy de France et les Flamens, de rechief
furent continuées jusques à la feste monseigneur saint Jehan-Baptiste
de l'an ensuivant. Mais, en celle espace de temps, les Flamens ne
labourèrent autre chose fors que de eux très puissamment garnir contre
le roy de France, tant en son royaume comme en autre lieu.


XXIX.

_Coment le duc Jehan de Bretaigne mourut sans hoirs de son corps, pour
quoy mut grant descort entre Charles de Blojs et le conte de Montfort,
pour la duchié de Bretaigne._

En ce meisme an, un pou après Pasques[506], mourut Jehan, duc de
Bretaigne; après la mort duquel grant controversie fu née entre Charles
de Bloys, fils du conte de Bloys et neveu du roy de France, de par
Marguerite sa seur[507], femme du devant dit conte de Bloys,--lequel
Charles avoit espousé la fille Guy de Bretaigne, visconte de Limoges,
frère secondement né du devant dit duc Jehan;--et entre le conte de
Montfort[508], frère d'iceluy duc Jehan, tiercement né. Car icelui
Charles disoit que, par raison de coustume approuvée et courant par
toute Bretaigne, sé aucun, tant noble comme non noble, trespassoit
sans hoirs de son corps et eust frère, le premier né, après le mort,
posséderoit l'héritage et la seigneurie; mais soit donné qu'il eust
pluseurs frères, et encore soit donné que celui qui est secondement
né mourut devant le premier né, toutesvoies sé celui secondement né
avoit hoirs de son corps male ou femelle, icelui hoir, devant tous les
autres frères après la mort du premier né, seroit héritier et joïroit
de l'héritage.--Et pour ce, disoit icelui Charles de Bloys, neveu du
roy, que, supposée la devant dite coustume, par la raison de sa femme
jadis fille de messire Guy de Bretaigne, visconte de Limoges, frère
secondement né de monseigneur le duc de Bretaigne dernièrement mort, la
seigneurie du duchié de Bretaigne luy devoit appartenir et luy estoit
dévolue.

[Note 506: Jean III, fils d'Artus II, mourut sans enfans le 30 avril
1341.--Son frère Guy de Bretagne, étant mort en 1331, avoit transmis
ses droits sur la succession de Jean III à sa fille Jeanne la boiteuse,
mariée dès 1337 à Charles de Blois. La fortune finit par se déclarer
pour Montfort, mais le droit étoit pour Jeanne la boiteuse.]

[Note 507: _Sa soeur._ Soeur du roi.]

[Note 508: Jean, comte de Montfort, étoit frère utérin de Jean III.]

Jehan, conte de Montfort, affirmant le contraire, disoit que ceste
coustume entre les non nobles couroit, toutesvoies entre les nobles et
meismement entre princes elle n'avoit nul lieu. Pour laquelle chose la
cause vint à l'audience du roy à la seigneurie duquel la souveraineté
de l'ommage appartenoit. Et quant la cause fu menée en parlement, à la
parfin, par pluseurs sages et expers, et meismement par aucuns évesques
dudit pays, la devant dite coustume fu suffisamment prouvée, et fu
dist, par arrest, que le roy devoit recevoir et envestir le devant dit
Charles à l'ommage du duchié de Bretaigne. Quant le roy ot ce oï, si
le fist tantost chevalier nouvel et le investit du dit duchié. Mais
avant que ces choses se féissent, Jehan, le conte de Montfort, sentant
justice agréable[509] au devant dit Charles, deffoui l'audience et à
Nantes, une cité de Bretaigne très forte, se transporta; et en icelle
cité s'appareilla de toutes ses forces à résister et obvier au dit
Charles.

[Note 509: _Sentant justice agréable._ Voyant que la justice prononçoit
au gré de Charles.--L'arrêt est daté du 7 septembre 1341.]

Quant le roy vit que le conte de Montfort alloit contre son jugié, si
mist toute sa terre en sa main et si envoya son fils monseigneur Jehan,
duc de Normendie, et son frère messire Charles d'Alencon, pour luy
guerroier. Les quels, quant il furent entrés au duchié de Bretaigne,
il asségièrent un très fort chastel qui est en une isle de Loyre,
lequel est appelé Chastonciaux[510], et le reçurent abandon. Et après
alèrent à la cité de Nantes; mais ceux de Nantes si regardèrent que ce
ne seroit pas juste chose né seure de résister au roy et au royaume
de France. Si se rendirent au duc de Normendie et au conte d'Alençon,
et, avecques ce, il reçurent le conte de Montfort qui là estoit sur
certaines convenances[511], si comme aucuns disoient; lequel, quant il
l'orent reçeu, si le firent présenter an roy. Mais endementres que le
roy le fist tenir à Paris au Louvre sus certaine garde, sa femme[512]
qui seur estoit au conte de Flandres, et ses complices pour ce ne se
désistèrent oncques de faire moult de maux par le duchié de Bretaigne.

[Note 510: _Chastonciaux_ ou Chantoceaux, eu Anjou, aujourd'hui petite
ville du département de _Maine-et-Loire_.]

[Note 511: Froissart, qui semble ici plus exact, dit que Montfort,
enfermé dans la ville quand Charles de Blois se présenta devant les
murailles, fut livré par Henry de Léon, qui venoit d'abandonner le
parti du comte.]

[Note 512: _Sa femme._ Jeanne de Flandres.]

Et ce meisme an, le neuviesme jour de décembre, il fu esclipse de
souleil, luy estant au signe du Sagittaire, et dura par douze heures et
plus.

Et en icest an, messire Henri de Léon, chevalier, homme grant et
puissant au duchié de Bretaigne, lequel estoit adhérent à messire
Charles de Bloys, comme il voulsist encliner à sa partie deux
chevaliers lesquels estoient ses hommes liges; c'est assavoir Tanneguy
du Chastel, chevalier, et messire Yves de Treziguidi, mès il ne pot;
dont vint une dissencion entre eux; et avint que ledit messire Henri
ne se garda pas si sagement comme il deust, et se héberga en un
hostel, lequel n'estoit pas moult seur; si le sceurent les deux devant
nommés qui estoient ses hommes liges; et s'en alèrent audit hostel,
et rompirent les portes et pristrent par force ledit monseigneur
Henri[513]. Et afin qu'il ne fust delégier délivré, il l'envoièrent
Oultre-mer et le firent présenter au roy d'Angleterre.

[Note 513: Suivant Froissart, Henry de Léon (qu'il nomme toujours
_Hervé_) fut pris dans une sortie pendant le siège de Vannes, avec le
sire de Clisson.]

Et en cest an, comme ceux qui estoient réputés de la partie au roy de
France, lesquels soustenoient la partie Charles de Bloys pour la raison
de la sentence du roy et de l'ommage qui luy avoit esté fait à la garde
de la terre de Bretaigne, voulsissent envaïr un très fort chastel
lequel est appelé Hannebout[514], auquel estoient deux chevaliers pour
le deffendre: c'est assavoir messire Yvon de Treziguidi et messire
Geofroy de Malestroit; si furent adjoins avecques ceux de la partie du
roy de France les Genevois et les Espaignols. Mais endementres que ceux
de la partie du roy s'ordenoient, ceux du chastel envoièrent chercher
messire Tanneguy qui n'estoit pas présent avecques eux. Si avint que
nos gens commencièrent à assaillir forment ledit chastel; toutevoies
ceux du chastel se déffendirent par telle manière qu'il tuèrent
pluseurs des François; et leur nefs qui estoient au port de Hannebout
furent retenues et furent nos gens contrains de eux départir à leur
grant honte et dommage.

[Note 514: _Hannebout._ C'est _Hennebon_, au-dessus de Lorient. Il
faut voir dans Froissart le poétique récit de la levée du siége de
_Hannibou_.]

Et en icest an, le premier jour de février, mourut frère Pierre de la
Palu, docteur en théologie, de l'ordre des Prescheurs et patriarche de
Jhérusalem, homme de très sainte vie et de grant loenge.

En ce meisme an, au moys de juillet, mourut messire Loys, duc de
Bourbon et conte de Clermont, fils du fils saint Loys jadis roy de
France, et fu enterré aux frères Prescheurs à Paris.


XXX.

ANNÉE 1343

_Coment les trieves furent esloignées entre le roy de France et le roy
d'Angleterre et les Flamens; et coment le pape Bénédict mourut, et
après fu fait pape Clément VI, et coment les cardinaux vindrent pour
traittier de la paix entre les deux roys._

L'an de grâce mil trois cent quarante-trois, les trieves qui estoient
entre le roy de France et le roy d'Angleterre et entre les Flamens et
leur alliés, c'est assavoir le duc de Breban, le conte de Haynau, le
duc de Baldres[515], le prince de Juilliers et aucuns autres, furent
esloignées à trois sepmaines, et en après, de terme en terme jusques
à la feste saint Jehan-Baptiste. Et aussi fu-il accordé qu'il ne
feroient nulles incursions l'un sur l'autre, sé il n'estoit segnefié ou
notablement intimé par un moys entier avant.

[Note 515: _Baldres._ Variantes: _Hardres, Hadrez_. Ce doit être
_Gueldres_.]

En ce meisme an, le vint-cinquiesme jour du moys d'avril, environ
heure de vespres, mourut à Avignon le pape Bénédict XII, l'an de son
pontificat huitiesme. Et le septiesme jour du moys de may ensuivant,
environ heure de tierce, fu esleu en pape Pierre Rogier, prestre
cardinal, jadis archevesque de Roen, né de Lymosin, et fu nommé Clément
le VI. Et oultre, le dix-nuéviesme jour de ce meisme moys, à Avignon fu
couronné. Icestui pape Clément fu homme de grant lecture et docteur en
théologie; et sus tous autres, en son temps, il ot grâce de preschier
et de bien et gracieusement parler; lequel Dieu si esleva par l'espace
de seize ans, que, de simple moyne, il fu fait prieur de Sainte Babile,
et puis abbé de Fescamp, et puis évesque d'Arras, et après archevesque
de Roen. Et furent toutes ces promocions à luy faites par le pape Jehan
XXIIe; et au derrain, par le pape Bénédict il fu fait cardinal; lequel
pape mort, il fu esleu en pape, jasoit ce qu'il fust des plus jeunes
cardinaus.

Et environ ce temps que le siège du pape vacoit, Jehan, duc de
Normendie, fils du roy de France, et le duc de Bourgoigne, son
oncle, furent de par le roy de France envoiés à Avignon, à procurer
l'ellection et meismement la promocion de Pierre Rogier, prestre
cardinal, jadis archevesque de Roen. Si leur vindrent nouvelles,
endementres qu'il estaient en chemin, que à leur souhait et entencion
le message estoit parfait pour lequel il estoient en chemin;
noientmoins il ne désistèrent point d'aler à Avignon. Mais quant il
furent là, le pape nouvellement créé les reçut et tout le collège des
cardinaus très honnorablement. Si avint que quant le pape nouvel créé
aloit à son couronnement, les deux ducs, l'un d'une part et l'autre
d'autre, tous à pié tenoient le frein et gouvernoient le cheval du
pape. Et, au disner, du premier mès il le servirent. Et après les
solempnités qui appartiennent à telles besoignes, et leur messages
fais, il pristrent congié du pape et s'en retournèrent en France.

Et en icest an, messire Robert d'Artois, du commandement du roy
d'Angleterre, si comme il feignoit, quant il sceut que le conte de
Montfort estoit emprisonné, si luy voult aidier contre Charles de
Bloys, et passa la mer d'Angleterre en Bretaigne, et prist avecques
luy Tanneguy du Chastel et Yvon de Trezeguidi devant nommés, et fist
moult de maux en la duchié de Bretaigne. Et en ce meisme an, assez
tost après le coronnement du pape, vindrent en France deux cardinaux
envoiés de par le pape, c'est assavoir le cardinal de Penestre[516],
vichancelier du pape, et messire Hannibal de Neapole, à segnefier aux
roys de France et d'Angleterre et à leur aliés, sa volenté sus la
composition de pais entre eux. Et premièrement, il vindrent au roy
de France et orent de luy ceste response: «Que, sauve la majesté»
royale et la convenance et le serment qu'il avoit à ses aliés,» il se
consentoit de plaine volenté à toute bonne pais» Quant les cardinaus
orent oï sa response, il envoièrent leur messages au roy d'Angleterre,
assavoir que s'il vouloit traittier à aucune manière de pais avecques
le roy de France, il passeroient la mer. Si orent en response que en
Angleterre il n'entreroient jà, mais il entendoit prochainement visiter
son royaume de France, et ilecques, pour la révérence du siège de Rome,
les oroit volentiers. Et puis vindrent lesdis cardinaus aux Flamens;
si leur respondirent ainsi comme hommes désespérés, que jamais il
n'enclineroient à aucune pais s'il n'estoient premièrement absous. Et
après que lesdis cardinaus furent venus aux Brebançons et aux Hanoiers,
si leur donnèrent ceste response: Que, sauve l'aliance qu'il avoient
faite au roy d'Angleterre, il s'accorderoient tousjours au bien de
pais. Et jasoit ce que par l'administracion et services des devant dis
cardinaus, trieves fussent entre le roy de France d'une partie et les
Flamens et aucuns aliés d'autre partie; toutes voies, quant au roy
d'Angleterre, il n'estoit nule mencion. Mais estoient les gens du roy
de France en Gascoigne avecques l'évesque de Biauvais qui combatoient
forment les gens au roy d'Angleterre. Et partout l'esté, ceux qui
soustenoient la partie de Charles de Bloys contre le conte de Monfort
estoient hommes qui mouteplioient moult batailles.

[Note 516: _Penestre._ Ou Preneste.]

Et en ce meisme an, au moys de septembre, vint derechief messire Robert
d'Artois et le conte de Salebruge avec luy en Bretaigne, pour aidier à
ceux qui soustenoient la partie du conte de Montfort, auquel advènement
leur gens firent moult de dommage aux gens qui estoient au pays, tant
de par le roy de France comme de par Charles de Bloys, et meismement
en navire, comme galies et autres vaissiaux, lequel navire avoit esté
acheté de par le roy de France. Car il y ot un très grant assaut en
mer, auquel ledit messire Robert fu navré et fu au lit; et le prist un
flux de ventre duquel il mourut assez tost avecques la navreure qu'il
avoit. Et fu porté en Angleterre, dont il n'estoit pas né, pour le
enterrer.

Et en ce meisme moys de septembre, vint le roy d'Angleterre en
Bretaigne; et disoit que ce n'estoit pas pour guerroier qu'il estoit
venu, mais pour garder, deffendre et aidier Jehan, fils du conte de
Montfort, lequel il appelloit son fils, pour la cause qu'il avoit
fiancé sa fille. Si avint et apparut assez tost après le contraire du
fait; car il amena avecques soy une partie de son ost, et ala tenir
siège devant la cité de Vannes; et l'autre partie des Anglois ala
devant Nantes et ilec firent siège et destruirent et ardirent les
fourbours et démoulèrent là jusques à tant que le roy de France y fu.
Et après, quant il vint à la cognoissance du roy de France que le roy
d'Angleterre entendoit au siège de Vannes, il se parti de la cité de
Tours et assembla son ost et s'en ala à Rezons[517], et laissa la roy
ne qui estoit avecques luy en l'abbaye de Noiremoustier. Et endementres
que le roy ala à Rezons, il ot les cardinaus à rencontre de luy,
lesquels, selon le commandement du pape, traittièrent avecques luy de
la pais. Quant les Anglois qui tenoient siège devant Nantes sceurent
la venue du roy, il levèrent le siège et s'en départirent. Si avint
après que les deux roys approchièrent l'un de l'autre qu'il n'avoit de
l'un à l'autre que six lieues. Adoncques commencièrent les cardinaus à
chevauchier de l'un roy à l'autre, et autres preudeshommes messagers.
A la fin, les deux roys furent d'une volenté à acort, à ceste fin et
conclusion que d'iceluy jour qu'il commencièrent à traittier jusques à
la feste de saint Michiel ensuivant, sé il povoient concorder, trieves
et induces seront données entre eux; et s'il ne povoient concorder
dedens ledit terme, les trieves seront aloignées jusques à trois ans,
à commencier à la feste saint Michiel prochaine avenant. Et encore est
acordé que, à la feste de la Nativité Nostre-Dame de Tannée ensuivant,
chascun des roys envoiera à Avignon, pour soy, certains messages
devant le pape pour traittier de la pais. Et ainsi les cardinaus s'en
retournèrent à Avignon et le roy d'Angleterre se parti de Bretaigne
premièrement et s'en ala en Angleterre. Et le roy de France demoura une
pièce en Bretaigne jusques environ le commencement du moys de janvier;
et lors s'en retourna en la terre de France. Toutes voies, ceux qui
estoient de la partie Charles de Bloys menoient tousjours guerre en
Bretaigne contre l'autre partie qui estoit pour le conté de Montfort.

[Note 517: _Rezons._ Variante: _Ressons_. Ce doit être _Redon_.]


XXXI.

_De la forme des trieves, et du traitié fait entre le roy de France et
le roy d'Angleterre par les cardinaus._

La forme des trieves est telle: «Vez-ci les choses acordées et jurées
entre le roy de France et le roy d'Angleterre, c'est assavoir, par
monseigneur le duc de Bourbon et le duc de Bourgoigne pour le roy de
France, et par le conte de Derby, le conte de Noyrentonne et par autres
nobles pour le roy d'Angleterre; en la présence des cardinaus Penestre
et Tusculain, traitteurs de la paix, en la ville de Malestroit.

«Premièrement est acordé, pour la révérence de l'églyse et à secourre
au mauvais estat de crestienneté et à espargnier aux dommages des
sougiés des deux roys, et pour l'honneur des cardinaus traiteurs de
la pais des deux roys, que sur toutes discordes et dissentions meues
entre les deux roys, soient envoiées à court de Rome aucuns du sanc
des deux roys avec aucuns autres qui aient puissance de concorder,
de ottroier et de afermer sur toutes lesdites discordes, selon le
traittié de nostre saint père le pape et des devant dis traitteurs;
et pourront proposer leur raisons devant le pape, non à décision de
cause né pour donner sentence définitive, mais afin de meilleur traitié
et de faire pais. Et si est ordené que ceux qui seront envoiés à la
court oïs seront dedens la feste de monseigneur saint Jehan-Baptiste
prochainement venant, afin que dedens la nativité de Nostre-Seigneur
les choses dessus dites soient, par nostre sire le pape à l'aide de
Dieu, expédiées et délivrées j et s'il avenoit que du consentement
desdis nobles le temps fust esloigné, et aussi que le pape fust
empeschié ou qu'il ne peust concorder les deux roys, toutes voies
les trieves durront et seront gardées jusques au temps déterminé. Et
afin que les choses dessus dites puissent avoir meilleur effect, sont
trieves ottroiées jusques à la feste saint Michiel du moys de septembre
prochain venant, et de ladite feste jusques à trois ans continuement
ensuivant, entre les roys de France, d'Angleterre et d'Escoce, et le
conte de Haynau, et les Flamens et les aliés devant nommés des roys en
toutes les terres de eux et de leur aliés; pour lesdites trieves tenir
pour le temps dessus dit de la date de ces lettres présentes. Et si
est ordené que le roy d'Escoce et le conte de Haynau et lesdis aliés
envoieront leur messages en la court de Rome dedens la feste saint
Jehan dessus dite, lesquels aient puissance de consentir et de avoir
estable tout quanques il leur pourra touchier, selon le traitié du
saint père le pape. Et sé aucuns de eux sont négligens ou qu'il ne leur
chaille de envoier leur messages comme dit est, pour ce ne sera point
retardé né empeschié la négoce devant dit. Et que les ordenances faites
devant Tonrnay, des trieves, seront exprimées dedens et des deux roys
confermées, excepté des emprisonnés. Et que lesdites trieves seront des
deux roys en Bretaigne gardées, et de leur adhérens, jasoit ce qu'il
se dient avoir droit au duchié. Et que la cité de Vannes, en la main
des cardinaus sera receue et teneue en la main du pape par l'un des
cardinaus, sé l'autre se départoit ou sé il ne la vouloit recevoir par
tout le temps des dites trieves.

«Et en la fin des trieves fassent les cardinaus leur volenté de la cité
de Vannes. Et que les cardinaus labourront curieusement, afin que la
voie plus convenable puisse estre trouvée par laquelle l'en procède à
l'absolucion des Flamens, et les sentences èsquielles il sont encourus
oster. Et que le conte de Flandres, tant comme seigneur sans moien[518]
et non pas tant comme souverain, demourra en Flandres durant lesdites
trieves; mais qu'il plaise au peuple dudit pays. Et que ce qui fu
ottroié ou acordé en la cité de Nantes au conte de Montfort, de quoy
il apparu, sera loyaument envers ledit conte gardé. Et sé aucuns, en
Gascoigne ou en autre lieu, meuvent guerre l'un contre l'autre, voisin
contre voisin, anemis contre anemis, lesdis roys ne s'entremettront
point de leur partie, né pour autres envoiés né autrement par quelque
manière; et pour ce les trieves ne seront point enfreintes. Et encore
est acordé que les deux roys labourront bien et diligeamment et sans
fraude, que les sougiés d'une partie ne fassent guerre aux sougiés de
l'autre partie en Gascoigne et en Bretaigne durant lesdites trieves.
Et que nul qui maintenant soit en obédience d'une partie puisse venir,
les trieves pendans, en l'obédience de l'autre partie à laquelle il
ne fu pas au temps que lesdites trieves furent données. Et que durant
lesdites trieves à aucuns ne soit donné ou souffert à donner aucune
chose en la guerre menée. Et que lesdites trieves soient gardées en
mer et en terre. Et qu'elles soient acordées et concordées par le
serement de l'une partie et de l'autre. Et que lesdites trieves seront
publiées en l'ost de l'une partie et de l'autre, c'est assavoir,
en Bretaigne et en Gascoigne dedens quinze jours; en Flandres, en
Angleterre et en Escosse, dedens quarante jours. Et encore est acordé
que tous les prisonniers d'une partie et d'autre, et tous biens pris
durant la souffrance par les devant dis cardinaus nouvellement faite,
c'est assavoir du dimenche devant la feste saint Vincent prochaine
venant jusques à ce présent jour, seront mis hors de prison et seront
franchement laissié aler, rachetés ou rançonnés en tant que Tordre de
droit donra.»

[Note 518: _Sans moyen._ Sans effet.]

En ce meisme an, par tout l'yver, furent les messages du roy de France
à la court, à procurer l'absolucion Loys, duc de Bavière; car le roy
luy avoit promis, à la fin que ledit Loys fust alié avecques ledit roy
de France, et que l'aliance que ledit duc avoit au roy d'Angleterre
fust anichilée; mais les devant dis messages ne firent riens à la
court, pour cause que ledit duc ne demandoit pas sa réconciliation
vers l'églyse, par manière deue, si comme il devoit. Toutes voies, les
messagiers du roy, tant comme il estoient à la court du pape, firent
convencions et traittiés devant le pape, avec messire Ymbert, dauphin
de Vienne, lequel n'ayoit nul hoir né il n'estoit pas en espérance
qu'il en deust nuls avoir de quelque femme que ce fust, coment messire
Phelippe, fils du roy de France, succéderoit au Dauphiné.

En ce meisme an, mist le roy une exaction au sel, laquielle est
appellée gabelle; c'est-à-dire que nul ne povoit vendre sel en tout le
royaume s'il ne l'achetoit du roy. Et qu'il fust pris es greniers du
roy. Dont le roy acquist l'indignacion et la male grâce tant des grans
que des petis et de tout le peuple. Et si fist par telle manière sa
monnoie empirier et de jour en jour amoindrir que devant la feste de
la nativité Nostre-Dame, l'an ensuivant, un denier valoit cinq deniers
parisis, et le flourin de Florence valoit quarante sous parisis. Et
pour ceste cause il fu grant chierté de toutes choses par tout le
royaume de France, et valoit le sextier de blé soixante-seize sous
parisis et avoine quarante sous parisis.


XXXII.

_Coment mut dissencion entre les barons de Normendie; et coment ceux
d'Orliens pristrent blés qui estoient sur la rivière de Loire et les
mistrent en vente._

L'an de grâce mil trois cens quarante-trois, avint, par l'énortation du
déable, que une grant dissencion s'esmut entre aucuns nobles du duchié
de Normendie. C'est assavoir, entre messire Jehan conte de Harecourt,
et messire Robert dit Bertran mareschal de France, pour convenances
de mariages contraitiés d'une partie avecques le fils dudit messire
Robert, et avecques la fille de messire Robert dit Bacon, chevalier, et
de l'autre part avecques messire Geoffroy, frère dudit conte. Et y ot
mains mises[519] et glaives trais, et vindrent jusques en la présence
du roy. Mais le roy, pour le bien de pais et pour justice faire,
enjoignit à chascune partie que l'une partie ne courust sus l'autre né
se combatist contre l'autre; mais tous deux fussent semons à venir à
Paris en son parlement. A laquielle journée ledit messire Geoffroy ne
vint né comparut, né n'envoia pour soy procureur suffisamment fondé.
Mais nonobstant l'inhibicion du roy, ledit messire Geoffroy asségia
en un chastel messire Guillaume dit Bertran, évesque de Lizieux,
frère du devant dit messire Robert; et depuis, si comme l'en disoit
communément, se commença ledit messire Geoffroy à aerdre[520] avec le
roy d'Angleterre, et avecques les anemis du roy de France.

[Note 519: _Mains mises_, etc. C'est-à-dire jeu de mains et d'épées.]

[Note 520: _Aerdre_, Adhérer.]

Item, en ce temps, Phelippe de Navarre, frère de la royne Jehanne
femme du roy Charles derrenièrement trespassé, assez tost après la
Pasque, prit sa voie pour aler à l'aide du roy de Castelle contre les
Sarrasins; lequel, quant il fu parti de France, s'en ala à Avignon, et
là fu par une espace de temps avec le pape et les cardinaus.

Item, en ce meisme an, comme le roy, à la requeste du duc de
Bourgoigne, luy voulsist aucunement aidier;--car en sa terre avoit très
grant deffaute de vivres, et eust le roy ordené que sur les terrouers
d'Orliens, de Biauce et de Gastinois ceste manière d'ayde seroit levée
pour aidier au pays du devant dit duc;--dont il avint que les clercs
estudians à Orliens, avec les bourgois et le commun, portèrent ceste
chose moult griefvement et disoient que les marchiés de vivres en
seroient moult aménuisiés et empeschiés; si convindrent tous d'un acort
à procéder en l'offense du roy et de tout le conseil par telle manière:
car de fait il vindrent au fleuve de Loire là où estoient aucunes nefs
plaines de vivres pour estre menées au duc de Bourgoigne et en son dit
pays, lesquelles, sans aucune discrécion et sans arroy, mistrent tous
lesdis vivres en vente au commun à tous ceux qui avoir en vouloient.
Et adecertes aucuns d'iceux s'en découroient par les forbours et par
les villes voisines, et rompoient les huis et exposoient les biens des
povres à larecin. Quant le prévost d'Orliens vit ce, si considéra que
de légier il ne pourroit pas obvier à si grans forseneries, toutesvoies
il fist ce qu'il pot; car par ses sergens il fist prendre douze ou
quatorze des malfaiteurs, et les fist mettre en prisons diverses. Quant
les autres de la ville oïrent dire que le prévost en avoit mis aucuns
en prisons, si s'esmurent ainsi comme hors du sens et forsenés, et
s'en alèrent aux prisons et les rompirent, et mistrent hors ceux que
le prévost y avoit mis; et non pas seulement ceux, mais tous autres
prisonniers et meismement aucuns qui estoient condampnés à mort pour
leur mesfais. Quant ces choses furent venues à la cognoissance du roy,
il envoia là deux chevaliers, et avecques eux grant quantité de gens
d'armes, et leur commanda bien que tout acertes ceux qu'il trouveroient
coupables de ceste dissencion que tantost et sans délay il les fissent
pendre, et meismement ceux que le prévost d'Orliens leur nommeroit.
Lesquiex, quant il furent venus à Orliens, il en firent prendre
pluseurs et tantost pendre, si comme commandé leur avoit est; entre
lesquiex il ot un pendu, lequiel estoit dyacre, si comme l'en disoit;
et tantost après cessa toute celle sédicion[521].

[Note 521: Nos historiens modernes n'ont pas parlé de cette sédition.]

En ce meisme an, en la ville de Paris et meismement environ Paris et
au bois de Vincennes, là où la royne vouloit que une grant feste fust
faite pour la cause que elle avoit eue un fils nouvellement, il vint
une très forte tempeste, laquelle tresbucha un très fort mur, et rompit
et abati pluseurs arbres audit boys.

En ce meisme an, l'abbé de Saint-Denis en France, messire Guy de
Chartres[522], lequel s'estoit moult sagement porté au gouvernement
de sa maison, c'est assavoir de l'églyse de monseigneur saint Denis,
afin que il péust mieux vacquer à Dieu et à contemplacion, envoia
procureur en la court de Rome souffisamment fondé; lequel procureur,
en la présence du pape en plain consistoire, de par ledit monseigneur
Guy abbé, résigna au gouvernement et à l'honneur de la devant dite
églyse de monseigneur saint Denis. Et assez tost après, frère Gille
Rigaut[523], moyne de celle meisme églyse, bachelier en théologie et
prieur d'Essone emprès Corbueil, à la subjection du roy de Navarre
qui estoit présent à la court de Rome, et par le bon tesmoing de son
devancier, c'est assavoir ledit monseigneur l'abbé Guy, lequel avoit
escript de luy à la cour de Rome et audit roy de Navarre, fu ledit
frère Gille Rigaut subrogé au gouvernement de ladite églyse; et en
ladite court de Rome, avant qu'il partist, fu benéi et consacré. Un
pou après la bénédicion de Gille Rigaut en abbé de Saint-Denis en
France, Phelippe, roy de Navarre, prist congié au pape; et empétra,
tant pour luy comme pour ceux qui estaient avecques luy, du pape,
plaine indulgence de peine et de coulpe, et se mist en chemin pour aler
en l'ayde du roy de Castelle, contre les Sarrasins. Icestui roy de
Castelle se combatoit contre les Sarrasins et avoit guerre continuement
contre eux; et espéciaument pour le temps, il avoit moult à faire
contre le roy de Garnate et contre le roy de Belle-Marine, car il avoit
asségié et mis siège contre une très noble et très forte cité, laquelle
est appellée Algésire, et est divisée en deux parties, et court une
rivière parmi; et y a un pont par lequel on va d'une partie à l'autre,
dont l'une partie est appellée Algésir la neuve, et l'autre Algésir la
vielle. A ce siège vint le roy de Navarre au moys d'aoust, et fu receu
du roy de Castelle à très grant joie et grant honneur. Et jasoit ce que
ledit roy de Navarre eust moult grant désir de soy combatre contre les
Sarrasins, toutes voies, assez tost après qu'il fu arrivé au devant dit
siège, il luy prist une forte passion[524] que l'en appelle flux de
ventre, et se parti du roy de Castelle et de l'ost des Sarrasins[525],
environ trois lieues loing, et ilec mourut comme bon chevalier de
Jhésucrist[526], duquel le corps fu enterré en l'églyse Nostre-Dame à
Pampelune, et le cuer aux frères Prescheurs, à Paris, et ses entrailles
à une ville qui est appellée la Noe, emprès Evreux. Et après la mort
dudit roy, la royne de Navarre, sa femme, par le conseil du roy de
France, renonça à toutes ses debtes et à tous meubles[527].

[Note 522: _Chartres._ Et mieux _de Castres_.]

[Note 523: _Rigaut._ Le manuscrit 8298-3 ajoute _de Roissy_ ou _Roucy_.]

[Note 524: _Passion._ Souffrance.]

[Note 525: Le continuateur françois de Nangis ajoute ici: _A Cereix._
(Manuscrit 8298-3.)]

[Note 526: Le manuscrit 8298-3 ajoute: _Au mois de septembre._]

[Note 527: On pourroit croire, d'après ces dernières paroles, que le
roi de Navarre n'avoit pas été fâché de perdre de vue ses créanciers,
en se rendant en Espagne.]


XXXIII.

ANNÉES 1343/1344

_Coment les faux séelleurs orent les poings copés; et coment
monseigneur Olivier de Clisson ot la teste copée ès hales de Paris, et
pluseurs autres chevaliers et escuiers de Bretaigne et de Normendie; et
coment il fu chier temps en France pour les changemens de monnaies._

En ce meisme moys d'aoust, un noble chevalier de Bretaigne[528] qui
avoit à nom messire Olivier de Glisson, pour cause de traïson qu'il
avoit commise contre son seigneur le roy de France qui avoit fait
ledit messire Olivier chevalier et moult l'avoit aimé, fu pris moult
cautement à une jouste à Paris; lequel, quant il fu pris, confessa
sa traïson et fu par luy-meisme prouvée. C'est assavoir, qu'il avoit
laissié son seigneur le roy de France et s'estoit allé aveques le roy
d'Angleterre par foy bailliée, lequel estoit adversaire du roy de
France. Assez tost après, fu amené du Temple, là où il tenoit prison en
Chastellet, la teste toute nue et sans chapperon, et puis fu sentence
donnée contre luy, et fu mis hors de Chastelet; et d'ilecques, si comme
l'en dit, fu traîné tout vif jusques en Champiaux[529], et depuis fu
monté ou monta en un grant et haut eschaufaut, là où il povoit estre
veu de tous, et là ot la teste copée[530]. Duquel le corps fu trainé
jusques au gibet et puis fu pendu par les esselles au plus haut lieu du
gibet, et son chef, du commandement du roy, en espoentement des autres,
si fu porté en la cité[531] de Nantes à laquelle il avoit fait moult de
maux et s'estoit efforcié de la traïr, si comme l'en disoit. Sa femme
qui estoit appellée dame de Belleville, tant comme coupable des devant
dites traïsons, fu semoncée en parlement, laquelle n'osa comparoir;
pour ce, fu elle condampnée par jugement et bannie.

[Note 528: _De Bretaigne._ Manuscrit 8298-3. _Breton-Gallon._]

[Note 529: _Champiaux._ Champeaux. Aux halles de Paris.]

[Note 530: _La tête copée._ Villaret dit à ce propos: _Sans qu'on
pût pénétrer les motifs de cette exécution._ D'après tous les recits
contemporains, même celui de Froissart, on n'avoit pas besoin d'une
grande pénétration pour le deviner.]

[Note 531: _En la cité._ Manuscrit 8298-3. _Et mise sur la porte de
Nantes._]

En ce meisme an, Geoffroy de Harecourt[532] qui avoit esté semons en
parlement, si comme devant est dit et n'estoit point venu, mais avoit
fait une très grant desloyauté contre son seigneur, car il s'estoit
aers[533] avecques le roy d'Angleterre et le servoit eu ses fais de
guerre, si fu de rechief semons en parlement devant le roy ou ses gens;
et comme il ne venist né pour soy souffisamment il n'envoiast, le roy
le fist bannir solempnellement et du royaume de France estre osté, et
tous ses biens estre confisqués.

[Note 532: _Geoffroy de Harecourt._ «Un des grands barons de
Normandie, frère au conte de Harcourt pour le temps de lors, et sire
de Saint-Sauveur-le-Vicomte et de pluseurs villes de Normandie.»
(Froissart, livre 1, chap. 246.)]

[Note 533: _Aers._ Associé. Avoir fait adhérence.]

Ce meisme an, au moys d'aoust, le conte de Montfort qui, depuis le
temps qu'il avoit esté pris en Bretaigne, avoit tenu prison à Paris
au Louvre jusques à maintenant, fu délivré de prison pour certaines
seurtés et convenances qu'il n'iroit pas en Bretaigne[534].

[Note 534: Le comte de Montfort ne mourut donc pas en prison, comme
le dit Froissart; il ne s'évada donc pas de prison, comme le dit dom
Lobineau dans son _Histoire de Bretagne_. Mais il rompit en 1344 les
engagements qui avoient été la condition de son élargissement, en
allant joindre le roi d'Angleterre. (Voyez la continuation françoise de
Nangis, msc. 8298-3., anno 1344.)]

En ce meisme an, au moys de septembre, les deux roys de France et
d'Angleterre envoièrent messagiers à Avignon pour traitier de la pais,
si comme il estoit acordé entre eux c'est assavoir en la feste de la
nativité Nostre-Dame.

En ce meisme an, il vint une très grant guerre et dissencion entre
le roy d'Arragon et le roy de Maillorgues, pour causes d'aucunes
redevances que le roy d'Arragon disoit avoir en la ville de Perpignan:
et assemblèrent ensemble en bataille; mais le roy de Maillorgues fu
vaincu tantost et mis ainsi comme tout au noient: mais après il furent
par le pape mis à pais.

Et environ ce temps, sept faux scelleurs et composeurs et simulateurs
du scel du roy de France furent extrais et mis hors de Chastellet, et
furent menés aux champs hors de Paris emprès Saint-Laurent, et en la
terre et justice de monseigneur saint Denis par don du roy. Et là, fu
levé un grant eschaufaut par le prévost de Paris du congié de ladite
églyse de monseigneur saint Denis, et de ce orent bonnes lettres dudit
prévost, présent maistre Jehan Pastourel qui les reçut au nom de ladite
églyse; et quant il furent audit eschaufaut montés par degrés de
fust[535] que l'en y avoit fais, l'en leur copa sus ledit eschaufaut
les poins, et après furent traînés au gibet et pendus.

[Note 535: _Degrés de fust._ Escaliers de bois.]

En ce meisme an, le roy fist cheoir sa monnoie par telle condicion que
ce qui valoit[536] douze deniers de la monnoie courant ne vaudroit
que neuf deniers, c'est assavoir, l'escu qui valoit soixante sous ne
vaudroit que trente-six sous et le gros tournois ne vaudroit que trois
sous, le treiziesme jour de septembre. Et en la Pasques prochaine,
l'escu ne vaudroit que trente-quatre sous, et le gros deux sous, et la
maille blanche six deniers jusques emmi septembre, l'an quarante-quatre
et plus ne dureroit. Dont il avint que blés et vins, et autres vivres
vindrent à grant deffaut et à grant chierté, pour laquelle chose le
peuple commença à murmurer et à crier, et disoient que celle chierté
estoit pour la cause que chascun attendoit à vendre ses choses jusques
à tant que bonne monnoie courust. Et fu la clameur du peuple si
grant que le roy, ce meisme an, c'est assavoir l'an mil trois cens
quarante-trois, le vingt-huitiesme jour d'octobre, fist cheoir du tout
les monnoies devant dites par telle manière que le gros vaudroit douze
deniers, la maille blanche trois tournois, le flourin à l'escu treize
sous quatre deniers, le flourin de Florence neuf sous six deniers.
Jasoit ce que par avant il eut osté le cours aux autres monnoies,
excepté les bruslés qui valoient deux deniers, lesquels vindrent à
une maille tournoise. Et nepourquant, considéré la forte monnoie, non
obstant la clameur du peuple devant dite, les vins, les blés et autres
vivres estoient plus chièrement vendus que devant.

[Note 536: _Ce qui valoit._ Msc. 8298-3. Les mailles blanches qui
courroient pour, etc.--Et le flourin à l'escu qui courroit pour
soixante sols, etc.--Et le gros tournois de saint Loys et de ses
devanciers, etc.--Et à Pasques chairoit pour un tiers, c'est assavoir
l'escu vint-quatre sols, le gros tournois deux sols, la maille blanche
dix deniers tournois.]

En ce meisme an, au moys de novembre, la vigile de saint André
l'apostre, aucuns nobles de la duchié de Bretaigne qui avoient conspiré
contre le roy de France, et en moult de lieux du royaume de France
subgiés, et meismement en Bretaigne, avoient moult de maux perpétrés,
en faisant destructions, occisions et rapines, et lesquels avoient
presté aide, conseil et faveur au roy d'Angleterre et à messire Robert
d'Artois très grans anemis du roy de France; et espéciaument audit
messire Robert d'Artois, quant il vint en Bretaigne, si comme devant
est noté; furent mis hors du Chastellet de Paris et traînés ès haies,
tant comme très mauvais traitres; et tous les uns après les autres
orent les cous copés et puis furent trainés jusques au gibet, et après,
au plus haut lieu du gibet pendus par les esselles, et leur testes
après eux. Et estoient tous nobles, c'est assavoir, six chevaliers et
six escuiers, desquels les noms sont après nommés, un excepté duquel
je ne sçay pas le nom. Premièrement les chevaliers: Messire Geoffroy
de Malestroit, messire Jehan de Malestroit, son fils, messire Jehan
de Montalban, monseigneur Guillaume d'Evreux[537], monseigneur Alain
de Calilac[538], messire Denis du Plessie. Les escuiers: Jehan de
Malestroit, Guillaume d'Evreux-Rollant Jean de Sene David[539].

[Note 537: _D'Evreux._ Variante: _Brex.--Des Brieux.--De Breux._]

[Note 538: _Alain de Calilac._ Variante: _Jean de Cawac.--Alain de
Quedillac._]

[Note 539: _Sene David._ Senedavi.]

En ce meisme an, le samedi veille de Pasques, c'est assavoir le
troisiesme jour d'avril, trois chevaliers normans lesquels se
portoient traîtreusement contre le roy, en tant qu'il entendoient
Geffroy de Harecourt, banni du royaume de France ce meisme an si comme
dessus est escript, faire duc de Normendie, et duquel duchié ledit
messire Geffroy avoit jà fait hommage au roy d'Angleterre, si comme
l'endisoit communément, furent pris et détenus; et sus les devant
dis fais accusés et convaincus[540]: finablement furent mis hors du
Chastellet là où il avoient esté longuement, et furent jugiés par telle
manière comme les devant dis de Bretaigne, et exécutés ladite veille
de Pasques, ce excepté que les trois chiefs desdis trois chevaliers
normans, du commandement du roy, furent tantost portés à Saint-Lo en
Coustantin, en détestacion de leur grant traïson qu'il avoient faite,
et en espoentement des autres. Et après sont les noms desdis trois
chevaliers: premièrement messire Guillaume[541] Bacon, le seigneur de
la Roche-Taisson, messire Richart de Persy. Et furent tous les biens
desdis chevaliers, tant meubles comme immeubles, appliqués au fié
royal; car il avoient conspiré contre le roy, et si avoient envers
luy leur loyauté brisiée, pourquoy il avoient encouru crime de lèse
majesté[542]; et pour ce, sans aucune injure et de droit, furent leur
biens confisqués à la royal majesté. Si avint que le roy qui vit tant
de traïsons estre faites et de toutes personnes et en toutes parties
de son royaume, si fu mout troublé en luy-meisme, et commença à penser
et soy à merveiller, et non pas sans cause, par quelle manière ces
choses pooient estre faites: car il véoit au duchié de Bretaigne et de
Normendie ainsi comme tous rebeller, et meisme moult de iceux nobles
qui luy avoient promis et juré garder perpétuellement loyauté jusques à
la mort. Adonques il quist par son povoir conseil tant de princes comme
de barons de son royaume, par quelle manière il pourrait à si grant
fraude et à si grant iniquité obvier, afin que de son royaume tout
inemistié fust du tout ostée, et que l'en usast de ferme et loyal pais.

[Note 540: _Convaincus._ Les historiens modernes disent qu'Olivier de
Clisson et les autres coupables de lèse-majesté ne furent pas jugés;
nos chroniques déposent le contraire.]

[Note 541: _Guillaume._ Continuation françoise de Nangis: _Robiert._]

[Note 542: Villaret dit encore ici que tous ces barons furent exécutés
_pour des crimes inconnus_. On ne peut traiter plus légèrement les
témoignages contemporains.]


XXXIV.

ANNÉE 1344

_Coment Henry de Malestroit, cler du roy, fu mis en l'eschielle au
parvis devant Nostre-Dame, et puis mourut en l'oubliette._

En l'an de Nostre-Seigneur mil trois cent quarante-quatre, Jehan,
fils de Phelippe roy de France, duc de Normendie, par l'ordenance
et volenté du pape s'en ala à Avignon à grant et noble compaignie,
là où le roy d'Angleterre devoit convenir. Et quant il ot attendu
longuement pour ce que le roy d'Angleterre ne venoit point, mais
envoioit messagers solempnels qui n'estoient mie fondés souffisamment
à expédier la besoigne de laquelle il devoient traittier, tout ainsi
comme il estoit alé il s'en retourna vuide et sans riens faire. Mais
tandis qu'il attendoit à Avignon le roy d'Angleterre, grant contencion
fu meue entre les gens du cardinal de Pierregort et les gens du conte
d'Aucerre, lequel estoit de la famille monseigneur le duc de Normendie,
en tant qu'il y ot sept personnes tuées et aucuns de ceux qui estoient
de la partie dudit cardinal. Et tant en força la sédicion, que le duc
commenda que toutes ses gens s'armassent; mais ladite sédicion fu tost
et hastivement par le pape apaisiée et pacifiée.

En celuy an, fu pris maistre Henri de Malestroit, clerc et diacre, et
frère jadis de monseigneur Geffroy de Malestroit, chevalier lequel
avoit esté décapité l'an derennièrement passé. Yceluy Henri avoit esté
en office du roy que l'en dit seigneur des requestes de l'hostel le
roy; mais après la mort de son frère, il s'en ala au roy d'Angleterre
et estoit son adhérent contre nostre seigneur le roy de France, en tant
que en la ville de Vannes en Bretaigne il se portoit comme capitaine
pour la partie du roy d'Angleterre. Lequel fu pris des François et
amené à Paris hastivement. Et quant il fu mis en prison, à la parfin
il pria à grant instance que il fust mené devant le roy, et il luy
diroit merveille et s'excuseroit loiaument de ce que l'en luy imposoit.
Adoncques puis qu'il fu présenté au roy et l'en ot escouté et oï
paciamment tout ce qu'il avoit voulu dire, noient moins il fu envoié en
prison à la maison du Temple là où il avoit esté paravant et dont l'en
l'avoit amené. Et quant il ot demouré un petit temps, à la parfin au
moys d'aoust il fu mis hors de prison, en cote et sans chaperon, lié
par le cou et par les mains et par les piés de chaiennes de fer, et
assis en un tomberel sus un bois grant et large, mis de travers afin
que tous le peussent véoir, et ainsi fu pourmené par la ville de Paris,
dès le Temple jusques au parvis devant l'églyse de Nostre-Dame, et là
fu baillié et laissié à l'évesque de Paris. Après ces choses, par vertu
d'une commission du pape empêtrée par le roy qui moult s'efforçoit que
ledit Henri fust dégradé de l'ordre de diacre et de tout autre ordre,
il fu mis, par le jugement de l'églyse, en eschielle, et monstré à
tout le peuple par trois fois, en laquelle eschielle il souffrist et
soustint pluseurs reproches, blasphèmes et vitupères très grans et
vilains, tant pour l'orde boe que l'en luy gettoit, comme par autres
choses puantes qui luy estoient gettées par les menistres du diable,
les sergens du Chastelet qui estoient présens, et espécialement en ce
qu'il fu navré jusques au sanc d'une pierre que l'en luy getta, contre
la deffense des commissaires et de l'official de Paris; lesquels, sus
peine d'escommeniement, avoient fait crier que, contre ledit Henri
mis en l'eschielle, nul ne gettast plus d'une fois. Et iceulx trois
jours accomplis, assez tost après il mourut[543], et selon ce qu'il
est acoustumé, il fu mis tout mort au parvis; et finablement, afin que
pluseurs le véissent, il fu porté au palais[544].

[Note 543: _Il mourut._ Continuation françoise de Nangis: _Mourut en
prison en oubliance._]

[Note 544: _Au palais._ Continuation françoise de Nangis: _A la porte
du palais._--Cette mort du diacre Henry de Malestroit prouve assez que
la haine des prétentions de l'Angleterre étoit déjà bien enracinée,
bien populaire en France. Villaret et Sismondi se sont donc trompés en
soutenant, le premier, qu'on ignoroit la cause de tant d'exécutions; le
second, qu'on étoit en France généralement indifférent aux intérêts de
l'un ou de l'autre des deux rois.]

Après ces choses, le roy d'Angleterre envoia messagers à la court de
Rome, en soy complaignant du roy de France; et disoit qu'il ne gardoit
mie raisonnablement les trieves mises entre eux, meismement pour la
mort de monseigneur Geffroy de Malestroit, chevalier, et d'autres mis à
mort, à Paris, par le roy de France[545].

[Note 545: Edouard auroit voulu que ses partisans avoués fussent
considérés en France comme il considéroit lui-même les barons demeurés
fidèles à Philippe de Valois qui tomboient entre ses mains. On sent que
cela ne devoit pas être, et que le roy de France ne pouvoit laisser
impunis dans son royaume ceux qui l'abandonnoient après dix ans de
souveraineté incontestée.]

Le mardi dix-huitiesme jour de janvier, Phelippe[546], fils du roy de
France, estant âgé de dix ans, prist à femme madame Blanche, fille de
Charles roy de France, qui estoit trespassé derrenièrement; estant
ladite Blanche en aage de dix-huit ans. Et fu faite très grant feste
à Paris au palais le roy, présente madame la royne Jehanne, mère de
ladite espouse, à tout grant compaignie de nobles. Et l'endemain de
ladite feste, la compaignie des nobles dessus dis firent joustes
et grant appareil, esquelles joutes monseigneur Raoul conte d'Eu,
connestable de France, fu mis à mort et occis de un cop de lance.

[Note 546: _Phelippe._ Continuation françoise de Nangis: _Duc
d'Orléans._]

[547] Le dernier jour de février furent conjonction des trois planètes
plus hautes, c'est assavoir de Mars, de Jupiter et de Saturne; et
selon le jugement des sages astronomes qui pour le temps demouroient à
Paris, ladite conjonction, selon leur dit, valoit trois conjonctions,
c'est assavoir conjonction grant, très grant et moienne, et ne povoit
à venir que en........... [548] du moins; et pour ce, elle demonstroit
et ségnéfioit choses grans et merveilleuses et qui n'aviennent que trop
pou et tart, si comme sont mutations de lois, de siècles, de royaumes,
et avènemens de prophètes. Et doivent avenir ces choses espécialement
vers les parties de Jhérusalem et de Surie.

[Note 547: Ce paragraphe est inédit.]

[Note 548: Ce membre de phrase est entièrement omis ou transcrit avec
cette lacune dans les manuscrits.]

En celui an, le roy d'Arragon prist le roy de Maillorgues et luy osta
son royaume pour ce qu'il ne luy vouloit faire hommage.


XXXV.

ANNÉE 1345

_Coment les Gascons et les Bourdelois brisièrent les trieves entre
les deux roys; et coment toute la baronie de Haynau fut desconfite en
Frise._

L'an de grâce mil trois cent quarante-cinq, environ la Penthecouste,
les Gascons et les Bourdelois commencièrent à brisier les trieves en
faisant pluseurs courses sus le royaume et les gens de France. Mais
environ la Nativité Saint-Jehan-Baptiste, le roy d'Angleterre envoia
lettres au pape, disant que le roy de France avoit rompues les trieves
et que, pour ce, il le deffioit. Lesquelles lettres, quant le pape les
ot leues, il les enyoya au roy de France afin qu'il les leust. Dès lors
il s'apresta pour garder le pays et les frontières du royaume, et fist
sa semonce par lettres aux nobles, en mandant à tous que, hastivement
après quinzaine de la Magdalaine, il comparussent solemnelment et en
armes à Arras.

Et en celuy temps que ces choses se faisoient en France, le roy
d'Angleterre, à tout grant multitude de gens, entra en mer et vint
à l'Escluse en Flandres, en espérance de recevoir l'hommage que
les Flamens, par l'instigacion de Jaques d'Artevelle[549], avoient
pourpensé piéça de luy faire; mais il ne parfist mie ce qu'il cuidoit,
ains avint tout autrement; car au moys de juillet, quant il vint à la
cognoissance de ceux de Gant que ledit Jaques d'Artevelle, capitaine
des Flamens, se portoit traîtreusement et faussement emmi ceux de
Gant, d'Ypre et de Bruges, en tant que quant il venoit à Gant, il
leur donnoit à entendre que ceux de Bruges et d'Ypre estoient à acort
de faire hommage au roy d'Angleterre, et quant il venoit à Ypre, il
leur disoit semblablement de ceux de Gant et de Bruges, et parloit à
ceux de Bruges par semblable manière de ceux de Gant et d'Ypre. Et le
quinziesme jour de juillet, quant si grant traïson fu apperceue, il
fu cité à Gant personnellement au mardi ensuivant, lequel vint à Gant
le dix-septiesme jour de juillet dimenche, environ souper. Et quant
il vit le peuple si troublé contre luy, il se bouta en sa maison le
plus tost qu'il pot. Et ceux de Gant le suivirent assambléement et
entrèrent en sa maison efforciement. Finablement, si comme il fuioit de
sa maison, il fu suivi du peuple et fu occis moult vilainement, environ
soleil escouchant. Et combien que l'en l'eust enterré en une abbaye de
nonnains, au dehors de Gant, toutes voies par après, il fu gettié à
estre mengié et dévoré des oyseaux.

[Note 549: Le but de ce fameux _patriote_ étoit de livrer le comté de
Flandres au fils du roi d'Angleterre. «Mais,» dit Froissart qui aimoit
les Anglois moins encore que sa patrie, «ceux du pays n'estoient mie
bien d'accord au roy né à Artevelle qui preschoit de deshériter le comte
Loys leur naturel seigneur et son jeune fils Loys, et hériter le fils
du roy d'Angleterre. Cette chose n'eussent-il fait jamais.»]

Quant le roy d'Angleterre oï ces choses, il se parti de l'Escluse et
retourna en Angleterre, et envoia gens d'armes et sergens aux archiers
de Bordiaux pour estre à rencontre et au devant du duc de Normendie,
fils du roy de France, lequel, avecques grant compaignie de combateurs,
avoit esté envoié en Gascoigne de par le roy.

En celuy an, au moys d'aoust, Jehan de Bretaigne, conte de Montfort,
avecques la plus grant armée qu'il pot assembler, vint en Bretaigne
et mist siège devant la cité de Quimpercorentin. Mais les gens au duc
de Bretaigue firent lever ledit siège et enclostrent ledit conte eu
un chastel auquel il estoit retrait. Mais ne demoura gaires après que
ledit conte issi dudit chastel et s'en ala; et disoit-l'en communément
que ceux qui devoient veiller et guettier par nuit en l'ost du duc de
Bretaigne luy avoient fait voie.

En celuy an, fu le temps d'esté si froit, si moistie et si pluvieux,
que blés, avoines, orges et prés et autres biens qui estoient ès champs
ne peurent venir à meurté, et à peine porent estre cueillis; ainsois en
fu laissié grant quantité perdre parmi les champs. Les vins aussi et
autres fruits des arbres furent moult vers et aigres.

Au mois de septembre, le dix-septiesme jour, Audri, fils du roy de
Hongrie, cousin germain du roy de France et successeur de Robert, roy
de Sécile, à heure qu'il aloit à son lit pour dormir et reposer, et
après qu'il fu despoillé de ses vestemens et qu'il vouloit entrer au
lit, ses propres chambellans qui estoient députés à garder son corps et
sa chambre, l'estranglèrent à cordes dures et rudes; et après sa mort
fu son corps porté à la cité de Naples et ilecques sans sépulture, sans
grant sollempnité et sans ce que nuls des royaulx né de son lignage y
fussent présens.

Guillaume, conte de Haynau, neveu du roy de France, au moys d'octobre
environ la Saint-Denis, luy, avecques son oncle monseigneur Jehan de
Haynau, chevalier, à grant compaignie de nobles s'en ala en Frise dont
il se disoit estre roy et seigneur, afin que il la peust conquerre
à force d'armes. Mais pour ce que les Frisons ne lui voudrent obéir
et luy résistèrent viguereusement, et il estoit moult convoiteux
de les conquerre et de les guerroier et mettre au bas, il apresta
armes et nefs, et quant il furent issus des nefs et mis à terre, et
son oncle luy conseilloit qu'il s'en retournast, il ne volt avoir
le conseil de son dit oncle; lequel luy disoit bien, comme expert
en guerres et en batailles, que s'il aloit oultre il mettroit en
péril luy et tout son ost; et ainsi fu-il par après. Car comme le
dit conte qui trop présomptueusement se fioit de sa force, se fu mis
et gettié entre les Frisons, tantost et sans demeure luy et sa noble
compaignie qu'il a voit mené avec soy furent occis des Frisons. Et
sont les noms des personnes nobles et notables qui furent occises,
le seigneur de Floreville, le seigneur de Duras, le seigneur de
Hermes, le seigneur de Maigny et son frère le seigneur d'Arques, et le
seigneur de Buelincourt; le seigneur de Walincourt, monseigneur Jehan
de Lissereules, monseigneur Gautier de Ligne et son frère monseigneur
Michiel, monseigneur Henri d'Aucourt, monseigneur Girart à la Barbe,
monseigneur Haso de Broucelle[550], monseigneur Thiéri de Vaucourt
mareschal de Haynaut, monseigneur Jehan de Bruiffe, monseigneur Gilles
Grignart. Monseigneur Jehan de Haynau, oncle dudit conte, s'en retourna
tout seul en Haynau de ladite bataille en laquelle il avoit esté navré
en la cuisse.

[Note 550: _Broucelle_ ou Borselle.]

En celuy temps, monseigneur Jehan de Bretaigne, conte de Montfort,
mourut tout désespéré, si comme pluseurs disoient; et disoit l'en aussi
que à son trespassement il avoit vu les mauvais espris. Et avint grant
merveille, car à l'eure de sa mort, si grant multitude de corbiaux
s'assembla sus sa maison que l'en ne cuidoit mie que en tout le royaume
de France il en peust avoir autant.

En celuy an, le roy envoia son ainsné fils Jehan, duc de Normendie,
en Gascoigne, contre le conte Derbi pour luy résister et pour garder
le droit du roy, lequel conte y estoit venu à grant armée, de par le
roy d'Angleterre. Mais avant que le duc de Normendie peust venir en
Gascoigne, ledit conte Derbi prist la ville et le chastel de Bergerac,
là où estoit, de par le roy de France, monseigneur Aymart de Poitiers,
conte de Valentinois, qui fu ilec occis. Et y estoit aussi le conte
de Lille qui, en l'assaut de la ville, avoit esté pris et grandement
navré[551]. Et si avoit pris encore avecques ledit conte Derbi la ville
de la Riolle. Et disoient pluseurs que ces deux villes avoient esté
prises du consentement à ceux du pays. Et quant le duc de Normendie fu
venu en Gascoigne, et il vit que pou ou noient il y povoit faire, il
s'en retourna en France; pour quoy, quant il vit que le roy, son père,
en fu indigné contre luy, si s'en retourna le fils arrière et mist
siège devant Aguillon, et y demoura jusques au moys d'aoust. Et quant
il oï dire que le roy d'Angleterre guerroioit son père et le royaume,
si s'en retourna en France.

[Note 551: Ce court récit mérite plus de créance que le long discours
de Froissart sur la prise de Bergerac. Frolssart ne mentionne ni la
prise du comte de Lille (Jourdain), ni la mort du brave Aimar, que
Villaret nomme à tort _Louis_ de Poitiers.]


XXXVI.

_Coment le conte de Norenton, principal capitaine des Anglais en
Bretaigne, vint à grant force de gens d'armes d'Angleterre, et fu prise
la Roche-Derian, en l'évesché de Triguier en Bretaigne._

En celuy an, le mardi avant la saint Nicholas d'yver, le conte de
Norenton[552], en Angleterre, qui pour le temps estoit principal
capitaine de tous les Anglois qui estoient en Bretaigne, vint devers
la ville de Karahais[553], en Cornouaille, et environ heure de prime,
luy et sa gent assaillirent la ville de Guengamp, en l'éveschié de
Triguier; et ne savoit mie la force né la constance des habitans. Car
pour ce que la ville se sentoit bien garnie, elle doubta trop pou
ledit conte. Ainsi fu-il moult esbahi, grevé et troublé de ce qu'il
luy gettoient à fondes[554] et autres engins. Et quant il vit qu'il
n'avoit force contre eux, il s'en parti moult confus et bouta le feu
ès forbours de la ville. Après, le jour meisme, il s'en vint à cinq
lieues de Guengamp; et, un pou après midi, fu devant la ville de la
Roche-Derian, laquelle ville ne se doubtoit point des anemis, tant
pour ce qu'il n'avoient point encore esté en ces parties comme pour ce
qu'il n'estoient mie garnis pour résister aux anemis. Et combien qu'il
y ait fort chastel, toutesvoies, les habitans estoient despourveus,
car il ne cuidoient point que les anemis venissent en ces parties, par
nulle manière. Et si tost que ledit conte approcha de ladite ville, il
l'assaillist moult forment et asprement, car il avoit grant compaignie
et grant force de gens; et dura l'assaut jusques à soleil couchant,
pour ce que ceux de la ville leur résistoient de leur povoir. Lors, il
demandèrent trièves au conte, et il leur donna jusques à l'endemain
seulement, afin qu'il regardassent et délibérassent s'il luy rendroient
la ville ou s'il se deffendroient contre luy. Toutes voies, pluseurs
de la ville avoient si grant doleur en leur cuer que plus volentiers
deffendissent la ville sé il eussent puissance et garnisons, qu'il ne
la rendissent aux anemis. Et noientmoins il distrent aux anemis en
audience, qu'il deffendroient; pourquoy les anemis furent si iriés
que il assaillirent la ville dès le mercredi matin jusques au juesdi
à vespres, par pluseurs reposées. Et à celles vespres, il ardirent la
porte de la ville qui est nommée la Porte du cimetière. Mais tandis
que ladite porte ardoit, ceux de la ville firent par leur soutilleté
un mur par dedens à l'endroit et en lieu de ladite porte; puis après
baillèrent trieves l'une partie à l'autre, jusques à l'endemain. Et
ceux de la ville adonques s'assemblèrent à conseil et disoient qu'il ne
pourroient mie résister longuement aux anemis. Lors monseigneur Hue de
Carrimel[555], chevalier, se fist mettre hors de la ville et dévaler
en un panier par une corde, et ala parler au conte de Norenton, et
firent convenances telles que dès le samedi prochain jusques à huit
jours ensuivans, ceux de la ville s'en partiroient et iroient hors du
chastel et de la ville, sauf leur corps et leur biens. Et ceci fait,
les Anglois entrèrent en la ville et au chastel, dès icelui samedi, et
ceux de la ville s'en départoient communément jusques à l'autre samedi,
selon la forme de la convenance.

[Note 552: _Norenton._ Guillaume de Bohun, comte de Northampton.]

[Note 553: _Karahaix._ Ou _Carhaix_, dans le diocèse de Quimper.--On
chercheroit vainement dans Froissart tous les événemens mentionnés dans
ce chapitre.]

[Note 554: _A fondes._ Avec frondes.]

[Note 555: _Carrimel._ Variantes: _Cassiel, Araël._]

Aucuns Anglois pillars roboient et pilloient ceux qui de la ville s'en
issoient: toutes voies, quant on le povoit prouver, il en estoient
punis incontinent de leur capitaines. En ceste ville estoient habitans,
pour le temps, l'évesque de Triguier, diocésain d'icelle ville;
monseigneur Raoul de la Roche, et ledit monseigneur Huon de Carrimel,
chevalier, qui la ville gardoit avec pluseurs grans et nobles. Puis,
après ce que ceux de dedens avoient rendu la ville et que les Anglois
y habitoient et avoient les clefs de toutes les entrées, ledit conte
Norenton y fu, celuy samedi et le dimenche ensuivant. Au lundi s'en
parti, luy et son ost, et laissa gardes en garnison, pour la seurté et
deffense du chastel; et le povoit bien faire, car il avoit avec soy
tant de gens que c'estoit ainsi comme sans nombre. Quant le conte fu
parti de la Roche-Derian, si s'en vint à une ville close qui est nommée
Lannyon, et l'assaillit si fort comme il pot; mais ceux de la ville
ne doubtoient guères ledit conte né son ost, pour ce que par avant il
s'estoient garnis bien et sagement; si se deffendoient contre luy bien
et viguereusement en tant qu'il ne pot riens contre eux, en quelque
manière que ce fust. Le lundi malin s'en parti et vint en l'éveschié
de Léon, là où ses hommes tenoient jà pluseurs chastiaux et garnisons;
car en l'éveschié de Triguier il ne tenoient encore forteresce né ville
fors la Roche-Derian qu'il avoient prise la sepmaine devant, laquelle
ville et le chastel de la Roche-Derian il tindrent par deux ans et tous
les habitans d'entour et d'environs il subjuguèrent et firent leur
serfs et tributaires. Et ycelle année il baillèrent pluseurs assaus
à la ville de Lannyon, mais riens ne leur profitoit. Toutes voies,
quant les Anglois vindrent à la Roche-Derian, il trouvèrent pluseurs
Espagnols delès les murs de la ville par dehors, à un port de mer qui
est ylec, et avoit bien mil et trois cens tonniaux de vins d'Espaigne
parmi les rues, et encore onques n'avoient entré ès maisons de la
ville, mais estoient hors les murs, si comme dit est. Et les Espaignols
qui cuidoient bien deffendre leur vins pour ce que il estoient
pluseurs, firent bataille aux Anglois; mais il furent ainsi comme tous
occis et ne porent résister à eux: ains orent les Anglois ces mil et
trois cens tonniaux de vin d'Espaigne, et en trouvèrent dedens la
Roche-Derian bien autres trois cens tonniaux de vin, et avoient assez
vin et habondance pour toute l'année. Si en furent moult aises et en
beuvoient très volentiers, selon le dit commun lequiel je ne tiens né
pour faux du tout né du tout véritable: Le Normant chante, l'Anglois si
boit, et l'Allemant mengue. Par iceluy temps donques que les Anglois
tenoient la Roche-Derian et qu'il y demourèrent, il destruirent en
partie l'églyse cathédral de Lantreguier moult vilainement, en laquelle
le corps du glorieux confesseur monseigneur saint Yves reposoit pour
le temps; toutes voies à son monument il n'aprochièrent onques par la
volonté de Dieu; et la cause pour quoy les Anglois destruirent ladite
églyse si fu pour ce que les François n'i peussent mettre garnison
contre eux de gens d'armes; car les Anglois n'avoient environ eux né
cité né églyse à plus près une lieue; et quant les Anglois vouldrent
destruire l'autre églyse cathédral de Triguier la cité, qui est nommée
Ste-Trugual, jadis patron de la cité, n'i ot celui qui premier y osast
commencier, pour révérence de pluseurs saints desquels les reliques
y souloient estre, et par espécial de monseigneur saint Yves duquiel
il y avoit encore de ses ossemens, de sa char, de ses nerfs et de ses
poils. Si y ot un prestre plus outrageux que les autres qui commença à
la destruire par sa grant présumpcion: mais puis qu'il en ot destruit
et dilapidé grant partie, luy et pluseurs autres qui estoient tous
aprestés à ceste besoigne, voiant tous ceux qui estoient présens, ledit
prestre mourut moult vilainement en mangant sa langue et en criant
comme un chien.

En celuy an, le roy voult avoir subside des advocas de parlement et
de chastelet. Et environ la Tiphaine, vindrent deux cardinaus au roy
à Saint-Ouen, près de la ville de Saint-Denis en France, qui estoient
envoiés de par le pape, pour les guerres qui estoient entre les roys
de France et d'Angleterre. Le jour de la Purificacion Nostre-Dame fu
assemblé le conseil en la maison des Augustins à Paris, et y ot la plus
grant partie des abbés et autres prélas du royaume, pour avoir conseil
et ordener du subside que le roy vouloit avoir, et que incontinent pour
ses guerres l'en luy féist.


XXXVII.

ANNÉE 1346

_Coment les Anglois prisrent par traïson Lannyon._

L'an de grâce mil trois cent quarante-six, comme les Anglois orent
demouré près d'un an à la Roche-Derian, et, l'année paravant, eussent
fait pluseurs assaus à la ville de Lannyon[556], tant que ceux de la
ville par pluseurs fois estoient issus de leur garnisons pour eulx
combattre en plain champ aux Anglois et avoient eu pluseurs victoires
contre eulx. Si avint qu'il y ot deux traîtres principaux en celle
ville qui estoient nommés Henri Quiguit et Pringuier Alloue[557],
escuiers, auxquels les Anglois vindrent parler un dimenche avant l'aube
du jour, pour ce qu'il devoient gaittier celle nuit. Et par le conseil
et la traïson de ces deux faux traîtres, les Anglois entrèrent en la
ville de Lannyon, si pristrent pluseurs riches hommes et de grant
richesse, et pluseurs autres mistrent à mors et tuèrent. Et quant
monseigneur Geffroy de Pont-Blanc[558], chevalier, qui à celle heure
estoit couchié tout nu en son ost, oï dire que la ville estoit ainsi
traye et que les anemis estoient dedens, si se leva et cria aux armes!
et n'oublia mie sa lance né le glaive[559] de ses deux mains; et issi
hors de sa maison moult courageusement. Et quant il fu en la rue et il
trouva les anemis, le premier et le secont qu'il encontra de sa lance
il tresperça. Au tiers, brisa sa lance. Et prist son glaive, si fèroit
à destre et à senestre, tellement que par sa vertu et par la force de
ses bras, il recula tous les Anglois jusques au dehors de la rue. Et
par le grant courage de luy issi tout seul après eux, les persécutant
hors de la rue en plaine place. Lors les Anglois le vont de toutes
pars environner; mais quant le noble chevalier vit ce, si mist son dos
contre le paroy d'une maison, et tourna le visage contre ses anemis,
et se deffendoit si fort que tous ceux qu'il féroit d'un grant glaive
qu'il tenoit, à terre il les trébuchoit et sans remède tous mors les
mettoit. Et quant les Anglois virent qu'il ne le povoient vaincre né
seurmonter, si firent voie à un archier qui traist une sajette contre
luy et le féri si fort en la jointure du genoil qu'il ne pot onques
puis démener son corps né soy mouvoir si légièrement. Adonques les
Anglois s'assemblèrent contre luy et luy firent pluseurs playes, et
finablement l'occistrent. Lequel chevalier noble et vaillant ainsi
mort noblement et occis pour la deffense du pays, il ne souffist mie
aux Anglois: ainsois les dens luy rompirent ens la bouche à cops
de pierres, et traisrent les ieux à son escuier. Quant monseigneur
Richart Toutesliam[560], capitaine de la Roche-Derian, oï sa mort, si
en mena grant dueil par semblant, espéciaument pour ce qu'il avoit
esté si vaillant de corps et de volenté, et pour ce qu'il ne l'avoient
pris vif. Celle matinée il tuèrent monseigneur Geffroy de Kaermel,
et pluseurs autres non mie si notables né si puissans. Il pristrent
aussi le seigneur du chastel de Qoettrec, et monseigneur Geffroy de
Quoettrevan, chevalier, et Rolant Phelippe, souverain sénéchal de
Bretaigne, et maistre Thibaut Meran, docteur en droit canon et en droit
civil, auquel il firent porter les charges de vin à la Roche-Derian,
en cotte, nus piés, sans chaperon et sans broies. Il emportèrent des
meubles de Lannyon sans nombre, et emmenèrent tous les prisonniers
qu'il porent nobles, desquels nul ne sceut le nombre fors Dieu
seulement. Toutes voies, les hommes ruraux de la Roche-Derian et des
villages d'entour jusques à trois lieues de toutes pars qui estoient
en la servitude des Anglois, avoient grant compassion de leur gent,
si comme il monstrèrent par après; mais il ne savoient autre chose
faire que labourer leur terres né autrement vivre. Adonques quant il
virent que la plus grant partie des Anglois qui estoient au chastel
de la Roche-Derian estoient issus pour aler à la liaison et à la
prise de Lannyon que les traîtres dessus dis avoient jà vendue, si le
mandèrent et le firent savoir à grant force de Bretons qui estoient
pour le temps en la ville de Guengamp. Lors ceux de Guengamp ordenèrent
un grant ost, sous monseigneur Geffroy Tournemine, chevalier, pour
prendre le chastel de la Roche-Derian; mais que avint-il? Les Anglois
de ladite Roche apprirent que les ruraux avoient descouvert et notifié
leur fait aux Bretons de Guengamp, si mandèrent ayde à ceux qui
traîtreusement avoient prise la ville de Lannyon. Lors les Anglois de
Lannyon vindrent en ayde à ceux de la Roche et amenèrent avant eux leur
prisonniers et les meubles qu'il avoient pris en la ville de Lannyon,
et la laissièrent vuide et despoilliée de tous biens. Et quant il
approchièrent de la Roche, le duc de Guengamp et ses gens estoient jà
venus au devant jusques à la Roche. Lors les Anglois laissièrent la
droite voie qui va de Lannyon à la Roche, et passèrent une yaue qui est
nommée Jaudi, par un gué qui est dit le Gué du prévost, et se mistrent
entre la Roche et les gens au duc de Guengamp, et ylec orent bataille
ensemble; et furent pris pluseurs d'une partie et d'autres, mais plus
en y ot pris de la partie au duc de Guengamp; par quoy il convint
retourner les autres à leur ville de Guengamp. Et ainsi les Anglois
à tous leur prisonniers entrèrent tantost à la Roche-Derian. Noient
moins, les habitans de Lannyon qui s'en estoient fuis et dispersés à
la venue des Anglois, quant il sceurent de certain que les Anglois
estoient partis du tout de Lannyon, si retournèrent à leur ville et
se deffendirent des anemis, et tindrent leur ville close jusques au
jour d'uy. Et quant les Anglois de la Roche virent que les ruraux qui
estoient en leur servitude et subjection avoient ainsi révélé aux
Bretons leur fait et leur estat, si les tindrent en plus dure et aspre
servitude que devant.

[Note 556: _Lannyon_ ou Lannion» petite ville entre _Morlaix_ et
_Treguier._]

[Note 557: Aucun autre historien ne les nomme; Dom Morice dit, d'après
Lebaud, _deux soldats de la garnison_. (Voy. _Hist. de Bretaigne_, t.
1, p. 274.)]

[Note 558: _Pont-Blanc._ Var. _Pyeblanc_, et _Poyblanc_.]

[Note 559: _Glaive._ Javelot, qu'on a dit d'abord _Glavelot_.]

[Note 560: _Toutesham._ Variantes: _Toutseuls_--_Tort._--Dom Morice le
nomme _Toussaint_; mais son véritable nom est _Totesham_, comme on le
voit par la lettre de Thomas d'_Agworth_(le Dagorné de Froissart et le
nôtre) au roi d'Angleterre, rapportée par Robert d'Awesbury.]

En celuy an, le samedi premier jour de juillet, fu fait à Paris une
horrible justice,--né onques mais n'avoit esté faite semblable au
royaume de France. Combien que nous lisons que l'empereur Henri en fist
une autèle, et en Angleterre aussi, une autre fois en avint une autre
semblable, toutes voies à Paris onques mais n'avoit esté telle,--d'un
bourgois de Compiègne appelle Symon Pouilliet, assez riche, qui fu
jugié à mort et mené aux halles de Paris; et fu estendu et lié sur un
estai de bois, ainsi comme la char en la boucherie, et fu ylec copé
et desmembré, premièrement les bras, puis les cuisses et après le
chief; et après pendu au gibet commun où l'en pent les larrons. Et tout
pour ce qu'il avoit dit, si comme l'en luy imposoit, que le droit du
royaume de France appartenoit mieux à Edouart, roy d'Angleterre, que
à Phelippe de Valois. De laquelle mort tout honteuse, France pot bien
dire la parole de Jhésucrist qui disoit: «Ci sont les commencemens des
douleurs,» si comme il sera monstré par après.


XXXVIII.

_Coment le roy d'Angleterre vint par Normendie, et prist Caen, et vint
par Lisieux, par Thorigny et Vernon et à Poissi. Et coment le roy de
France le poursuivait tousjours de l'autre part de Saine, et vint à
Paris logier à Saint-Germain-des-Prés. Et coment les Anglais passèrent
le pont de Poissi._

En celuy an, proposa le roy de France faire grant armée en mer de nés
pour passer en Angleterre, lesquelles il envoia querre à Gennes à grant
despens; mais ceux qui les alèrent querre en firent petite diligence,
et tardèrent moult à venir. Par espécial une grant nef que le roy
faisoit faire à Harefleur en Normandie, de laquelle on disoit que
onques mais si belle n'avoit esté armée né mise en mer, demoura tant
que le roy d'Angleterre, à tout grant force de gent et grant multitude
de nefs que l'en estimoit bien à douze cens[561] grosses nefs, sans
les petites nefs et autres vaissiaux, descendi en Normendie au lieu
que l'en dit la Hogue-St-Waast[562]; et fu le mercredi douziesme jour
de juillet; et dès lors s'appelloit roy de France et d'Angleterre. Et
à l'instance de Geffroy de Harecourt[563] qui le menoit et conduisoit,
il commença à gaster et à ardoir le pays. Et premièrement vint à la
ville de Neuilli-l'Evesque[564] à laquelle il ne pot mal faire, pour la
force du chastel. Si s'en parti et vint d'ilec à Montebourg[565] où il
s'arresta par aucun temps; et endementres, Geffroy de Harecourt faisoit
tout le dommage qu'il povoit par tout le pays de Coustantin. Après, le
roy d'Angleterre vint à la ville de Carentan, et prist la ville et le
chastel; et tous les biens qu'il y prist fist mener en Angleterre, et
bailla le chastel en garde à monseigneur de Groussi et à monseigneur
Rollant de Verdun, chevaliers.

[Note 561: _Douze cens._ L'historien Knygton compte onze cents grands
bâtimens et plus de six cents bateaux.]

[Note 562: _La Hogue-Saint-Waast._ Auj. _La Hogue_. «Assez près de
Saint-Sauveur-le-Viconte, l'héritage de messire Geoffroi de Harcourt.»
(Froissart.)]

[Note 563: _Geffroy de Harecourt._ Ce traître avoit remplacé Robert
d'Artois dans les conseils du roi d'Angleterre. (Voy. Froissart, liv.
i, ch. 264 et suiv.)]

[Note 564: _Neuilly-l'Évesque._ Proche de la Vire, entre _Saint-Lô_ et
_Carentan_.]

[Note 565: _Montebourg_, à deux lieues de Valognes.--Cont. fr. de
Nangis: L'_abbaye de Montebourc_.]

Et quant le roy d'Angleterre se parti de Carentan, aucuns Normans,
avecques messire Phelippe le Despencier, chevalier, s'assemblèrent et
recouvrèrent, à force d'armes, la ville et le chastel, et les deux
chevaliers dessus nommés pristrent et les envoièrent à Paris.

Entre ces choses, le roy d'Angleterre vint à St-Lo en Coustantin, et
fist enterrer solempnelleinent les testes de trois chevaliers[566]
qui pour leur démérite avoient esté occis à Paris, et prist et pilla
la ville qui estoit toute plaine de biens et garnie[567]. D'ilec
s'en passa par la ville de Thorigny[568], ardant et gastant le pays;
et manda par ses coursiers et par ses lettres, si comme l'en disoit
communément, aux bourgois de Caen, que s'il vouloient laissier le
roy de France et estre sous le roy d'Angleterre, qu'il les garderoit
loyaument et leur donroit pluseurs grans libertés, et, en la fin des
lettres leues, menaçoit, s'il ne faisoient ce qu'il leur mandoit, que
bien briefment il les assaudroit et qu'il en fussent tous certains.
Mais ceux de Caen luy contredirent tous d'une volenté et d'un courage,
en disant que au roy d'Angleterre il n'obéiroient point. Et quant il
oï la response des bourgois de Caen, si leur assigna jour de bataille
au juesdi ensuivant; et ceci il fist traîtreusement, car dès le
jour par avant au matin, qui estoit le mercredi après la Magdaleine
vint-deuxiesme jour de juillet, il vint devant Caen, là où estoient
capitaines establis de par le roy, monseigneur Guillaume Bertran,
évesque de Baieux et jadis frère de monseigneur Robert Bertran
chevalier, le seigneur de Tournebu, le conte d'Eu et de Guines,
lors connestable de France, et monseigneur Jehan de Meleun, lors
chambellan[569] de Tanquarville. Et quant les Anglois vindrent devant
Caen, si assaillirent la ville par quatre lieux, et traioient sajettes
par leur archiers aussi menu que sé ce fust grelle. Et le peuple se
deffendoit tant qu'il povoit, meismement ès près, sus la boucherie
et au pont aussi, pour ce que ylec estoit le plus grant péril. Et
les femmes, si comme l'en dit, pour faire secours, portaient à leur
maris les huis et les fenestres des maisons et le vin avecques, afin
qu'il fussent plus fors à eux combatre. Toutes voies, pour ce que les
archiers avoient grant quantité de sajettes, il firent le peuple de soy
retraire en la ville et se combatirent du matin jusques aux vespres.
Lors, le connestable de France et le chambellan de Tanquarville
issirent hors du chastel et du fort en la ville, et ne sçai pourquoy
c'estoit, et tantost il furent pris des Anglois et envoiés en
Angleterre[570].

[Note 566: _Trois chevaliers._ Guillaume Bacon, le seigneur de la
Roche-Taisson et Richard de Persy. (Voy. plus haut, chapitre XXXIII.)]

[Note 567: _Garnie._ «Qui, pour le temps, estoit bonne ville, riche
et marchande, et valoit trois fois tant que la cité de Coutances.»
(Froissart.)]

[Note 568: _Thorigny._ Sur la route de Saint-Lô à Vire; à trois lieues
de Saint-Lô.]

[Note 569: _Chambellan._ Froissart l'appelle toujours à tort, _le comte
de Tancarville_.]

[Note 570: Tout ce récit si précieux de la défense de Caen est omis
dans Froissart, qui fait des habitans de la ville des fugitifs, et des
comtes d'Eu et de Tancarville des héros mal secondés par la fortune.]

Mais quant l'évesque de Baieux, le seigneur de Tournebu, le bailli
de Roen et pluseurs autres avecques eux virent qu'il istroient pour
noient, et que leur issue pourroit plus nuire que profiter, si se
retraistrent au chastel comme sages, et se tenoient aux quarniaux.
Entre deux, les Anglois cherchoient[571] moult diligeamment la ville
de Caen et pilloient tout; et les biens qu'il avoient pillés à Caen et
ès autres villes le roy d'Angleterre envoia par sa navire tantost en
Angleterre, et ardi grant partie de la ville de Caen en soy issant;
mais au fort de la ville ne fist-il onques mal né n'i arresta point,
car il ne vouloit mie perdre ses gens. Si s'en parti tantost, et s'en
ala vers Lisieux. Et tousjours Geffroy de Harecourt aloit devant, qui
tout le pays ardoit et gastoit.

[Note 571: _Cherchaient._ Parcouraient.]

Après, il vindrent vers Falaise, mais il trouvèrent qui leur résista
viguereusement. Si se tournèrent vers Roen. Et quant il oïrent
que le roy de France assembloit ilec son ost, si s'en alèrent au
Pont-de-l'Arche; toutes voies le roy de France y ala avant eux. Et
quant il fu entré en la ville, si manda au roy d'Angleterre s'il
vouloit avoir bataille à luy, qu'il luy assignast jour à son plaisir;
lequel respondi que devant Paris il se combatroit au roy de France.

Quant le roy de France oï ce, si s'en retourna à Paris et s'en vint
mettre et logier en l'abbaye Saint-Germain-des-Prés[572]. Ainsi,
comme le roy d'Angleterre s'approchoit de Paris, si vint à Vernon et
cuida prendre la ville, mais l'en luy résista viguereusement. Si s'en
partirent les Anglois et ardirent aucuns des forbours. D'ilec vindrent
à Mantes, et quant il oit dire qu'il estoient bons guerroiers, si
n'y voult faire point de demeure, mais s'en vint a Meullenc là où il
perdi de ses gens; pour laquelle chose il fu tant irié que, en la plus
prochaine ville d'ilec, qui est appellée Muriaux[573], il fist mettre
le feu et la fist tout ardoir.

[Note 572: Le retour du roi n'est pas ici marqué en son lieu. On va le
replacer tout-à-l'heure comme il doit être.]

[Note 573: _Muriaux._ Les _Mureaux_, près de Meulan; aujourd'hui
village.]

Après ce, vint à Poissi, le samedi douziesme jour d'aoust; et toujours
le roy de France le poursuivoit continuellement de l'autre partie
de Saine, tellement que en pluseurs fois l'ost de l'un povoit voir
l'autre; et par l'espace de six jours que le roy d'Angleterre fu à
Poissi et que son fils aussi estoit à Saint-Germain-en-Laye, les
coureurs qui aloient devant boutèrent les feux en toutes les villes
d'environ, meismement jusques à St-Cloust, près de Paris; tellement que
ceux de Paris povoient voir clèrement, de Paris meisme, les feux et
les fumées, de quoy il estoient moult effraiés et non mie sans cause.
Et combien que en notre maison de Rueil, laquelle Charles-le-Chauve,
roy empereur, donna à nostre églyse, il boutassent le feu par pluseurs
fois, toutes voies par les mérites de monseigneur saint Denis, si comme
nous avions en bonne foy, elle demoura sans estre point dommagiée.
Et afin que je escrive vérité à nos successeurs, les lieux où le roy
d'Angleterre et son fils estoient si estoient lors tenus et réputés les
principaux domiciles et singuliers soulas du roy de France; parquoy
c'estoit plus grant deshonneur au royaume de France et aussi comme
traïson évident, comme nul des nobles de France ne bouta hors le roy
d'Angleterre estant et résidant par l'espace de six jours es propres
maisons du roy, et ainsi comme au milieu de France si comme est Poissi,
St-Germain-en-Laie et Montjoie[574], là où il dissipoit, gastoit et
despendoit les vins du roy et ses autres biens. Et autre chose encore
plus merveilleuse, car les nobles faisoient afondrer les bastiaux et
rompre les pons par tous les lieux où le roy d'Angleterre passoit,
comme il deussent tout au contraire faire passer à luy par sur les
pons et parmi les bastiaux, pour la deffense du pays. Entretant, comme
le roy d'Angleterre estoit à Poissi, le roy de France chevaucha par
Paris le dimenche et s'en vint logier à tout son ost en l'abbaye de
Saint-Germain-des-Prés pour estre à rencontre du roy d'Angleterre qui
le devoit guerroier devant Paris, si comme dit est[575].

[Note 574: _Montjoie._ C'étoit le château féodal de l'abbaye de
Saint-Denis, et c'est à cause de lui que le cri de guerre du roy
de France, porteur de l'oriflamme, fut _Montjoie-Saint-Denis_! Ce
château fort, plusieurs fois réparé dans le xivème siècle, comme le
prouvent des états de dépense conservés au Cabinet généalogique de la
bibliothèque royale, étoit situé au-dessous de Saint-Germain, vers
Joyenval. Dom Félibien, dans son _Histoire de l'Abbaye de Saint-Denis_,
n'en a pas dit un mot.]

[Note 575: «Et tout son ost aux champs entour luy, pour aler l'endemain
vers Poissy à l'encontre desdis Anglois.» (Cont. fr. de Nangis.) Il
faut croire que le pont de Poissy ne fut brisé qu'après l'entrée des
Anglois à Poissy, car autrement on ne voit pas comment ils auroient
passé la Seine. D'ailleurs, les gentilshommes françois pouvoient bien,
sans trahison, couper les ponts derrière et même devant les Anglois.]

Et comme le roy eust grant désir et eust ordené d'aler l'endemain
contre luy jusques à Poissi, il luy fu donné à entendre que le roy
d'Angleterre s'estoit parti de Poissi, et qu'il avoit fait refaire le
pont qui avoit esté rompu, laquelle roupture avoit esté faite, si comme
Dieu scet, afin que le roy d'Angleterre ne peust eschaper sans soy
combatre contre le roy de France. Et quant le roy oï les nouvelles du
pont de Poissi qui estoit réparé et de son anemi qui s'en estoit fui,
si en fu moult dolent et s'en parti de Paris, et vint à Saint-Denis
à tout son ost, la vigile de l'Assomption Nostre-Dame: et n'estoit
mémoire d'homme qui vit, que depuis le temps Charles-le-Chauve qui fu
roy et empereur, le roy de France venist à Saint-Denis-en-France en
armes et tant prest pour batailler.

Quant le roy fu à Saint-Denis, si célébra ilec la feste de l'Assomption
moult humblement et très dévotement, et manda au roy d'Angleterre, par
l'arcevesque de Besançon, pourquoy il n'avoit acompli ce qu'il avoit
promis. Lequel respondi frauduleusement, si comme il apparut par après,
car quant il se vouldroit partir il adresceroit son chemin par devers
Montfort. Oïe la response frauduleuse du roy d'Angleterre, si ot le
roy conseil qui n'estoit mie bien sain; car en vérité, il n'est nulle
pestilence plus puissant de grever et de nuire qu'est celuy qui est
anemi et se fait ami familier[576].

[Note 576: On peut croire que la grande raison de toutes les
irrésolutions du roi de France venoit de la crainte qu'il avoit de
laisser Paris à la merci des Anglois. Il ne vouloit pas la quitter tant
qu'Edouard ne s'en éloignoit pas. (Voy. Froissart, liv. 1, ch. 273.)]

Si s'en parti le roy de Saint-Denis et passa de rechief par
Paris dolent et angoisseux, et s'en vint à Antongny, oultre le
Bourc-la-Royne, et ilec se loga le mercredi; et endementres le roy
d'Angleterre faisoit refaire le pont de Poissi qui estoit rompu, et cil
qui l'avoit oï et veu si le tesmoigna; car nous véismes à l'églyse de
Saint-Denis, et en la salle où le roy estoit, un homme qui se disoit
avoir esté pris des anemis et puis rançonné, lequel disoit appertement
et publiquement, pour l'honneur du roy et du royaume, que le roy
d'Angleterre faisoit faire moult diligeamment le pont de Poissi, et
vouloit celuy homme recevoir mort s'il ne disoit vérité. Mais les
nobles et les chevaliers les plus prochains du roy luy disoient qu'il
mentoit apertement, et se moquièrent de luy comme d'un povre homme.
Hélas! adonques fu bien vérifié cele parole qui dist ainsi: «Le povre a
parlé, et l'en luy dit: Qui est cestui? par moquerie. Le riche a parlé
et chascun se teust, par révérence de luy.»

Finablement, quant il fu sceu véritablement que l'en refaisoit le
pont, l'en y envoia la commune d'Amiens pour empeschier la besoigne,
laquelle ne pot résister à la grant multitude des sajettes que les
Anglois traioient, et fu toute mise à mort. Et tandis que le roy estoit
à Antongny, en icelle nuit luy vindrent nouvelles que les Anglois, pour
certain, avoient refait le pont de Poissi, et que le roy d'Angleterre
s'en devoit aler et passer par ilec.


XXXIX.

_Coment le roy d'Angleterre se parti de Poissi et mist le feu par tous
les manoirs royaux et s'enfui vers Picardie. Et coment le roy de France
s'en retourna d'Antongny et passa par Paris, disant à grans souspirs
qu'il estoit traï. El poursuivit tousjours à grant diligence son anemi
le roy d'Angleterre._

Adonques, le vendredi après l'Assomption Nostre-Dame, environ tierce,
le roy d'Angleterre à tout son ost, à armes descouvertes et banières
desploiées, s'en ala sans ce que nul ne le poursuist; dont grant doleur
fu à France; et à sa despartie mist le feu à Poissi à l'ostel du roy,
sans faire mal à l'églyse des nonnains, laquelle Phelippe-le-Bel,
père à la mère audit roy d'Angleterre, avoit fait édifier. Et si fu
aussi mis le feu à St-Germain-en-Laye, à Rays, à Montjoie[577], et
briefment furent destruis et ars tous les lieux où le roy de France
avoit acoustumé à soy soulacier. Et quant il vint à la cognoissance du
roy de France que son anemi le roy d'Angleterre s'estoit de Poissi si
soudainement parti, si fu touchié de grant doleur, jusques dedens le
coeur et moult irié se parti d'Antongny et s'en retourna à Paris; et
en alant par la grant rue, n'avoit pas honte de dire à tous ceux qui le
vouloient oïr qu'il estoit traï; et se doubtoit le roy que autrement
que bien il n'eust esté ainsi mené et ramené. Aussi murmuroit le
peuple, et disoit que ceste manière d'aler et de retourner n'estoit mie
sans traïson, pourquoy pluseurs plouroieut et non mie sans cause. Ainsi
le roy se parti de Paris et vint derechief logier à Saint-Denis, avec
tout son ost.

[Note 577: «Et fist ardoir la couverture de la tour de Monjore
(Montjoie) et la maison du roy de Rais, et la ville et le moustier de
Saint-Germain-en-Laie, et la maison du roy.» (Cont. fr. de Nangis.)]

En celui an, le duc de Normendie qui estoit alé en Gascoigne asségier
le chastel d'Aguillon, et rien n'i avoit fait, oï des nouvelles que le
roy d'Angleterre guerroioit son père, le roy de France, et avoit ars
les maisons du roy; si en fu moult troublé et laissa toute la besoingne
et s'en parti. Et quant le roy d'Angleterre se parti de Poissi si
s'en vint à Biauvais la cité. Et pour ce que ceux de Biauvais se
deffendoient noblement, et qu'il ne pot entrer en la cité, les Anglois
plains de mauvais esperit, ardirent aucuns des forbours de la cité et
toute l'abbaye de Saint-Lucien[578] qui tant estoit belle et noble,
sans y laisser riens du tout en tout; et d'ilec entrèrent en Picardie.

[Note 578: _Saint-Lucien._ Froissart prétend que l'incendie de l'abbaye
fut fait contre la volonté d'Edouard, «qui avoit deffendu sur la hart
que nul ne violast églyse.»]

Après ce, le roy de France se parti de Saint-Denis, ensuivant son
anemi le roy d'Angleterre, jusques à Abbeville en Picardie moult
courageusement. Et le juesdi, feste saint Barthélemi, le roy
d'Angleterre, à tout son ost, devoit disner à Araines[579]; mais le roy
de France qui moult désiroit de toute sa force ensuivre son adversaire,
chevaucha ceste journée dix lieues, afin qu'il péust trouver son
adversaire en disnant. Adonques, le roy d'Angleterre, quant il ot oï
ces nouvelles, par lettres des traîtres qui estoient estans en la
court du roy, que le roy de France estoit près et que hastivement il
venoit contre luy, il laissa son disner et s'en desparti et s'en ala à
Saigneville[580], au lieu qui est dit Blache-Tache[581], et ilec passa
la rivière de Somme avecques tout son ost; et emprès une forest qui
est appellée Crecy se loga. Et les François mengièrent et burent les
viandes que les Anglois avoient appareilliées pour le disner. Après
ce, s'en retourna le roy comme dolent à Abbeville pour assembler son
ost et pour fortifier les pons de ladite ville, afin que son ost peust
seurement passer par dessus, car il estoient moult foibles et moult
anciens. Le roy demoura toute celle journée de vendredi à Abbeville,
pour la révérence de monseigneur saint Loys, duquel le jour estoit.
L'endemain à matin, le roy vint à la Braye[582], une ville assez près
de la forest de Crecy, et ilec luy fu dit que l'ost des Anglois estoit
bien à quatre ou cinq lieues de luy, dont ceux mentoient faussement
qui telles paroles luy disoient, car il n'avoit pas plus d'une lieue
entre la ville et la forest, ou environ. A la parfin, environ heure
de vespres, le roy vit l'ost des Anglois, lequiel fu espris de
grant hardiesse et de courroux, désirant de tout son cuer combatre
à son anemi. Si fist tantost crier: A l'arme! et ne voult croire au
conseil de quelconque qui loyaument le conseillast, dont ce fu grant
doleur; car l'en luy conseilloit que celle nuit luy et son ost se
reposassent: mais il n'en voult riens faire. Ains s'en ala à toute sa
gent assembler aux Anglois, lesquels Anglois giettèrent[583] trois
canons: dont il avint que les Génevois arbalestiers qui estoient au
premier front tournèrent les dos et laissièrent à traire; si ne scet
l'en sé ce fu par traïson, mais Dieu le scet. Toutes voies l'en disoit
communément que la pluie qui chéôit avoit si moilliées les cordes
de leur arbalestes que nullement il ne les povoient tendre: si s'en
commencièrent les Génevois à enfuir et moult d'autres, nobles et non
nobles. Et si tost qu'il virent le roy en péril, si le laissièrent et
s'enfuirent.

[Note 579: _Araines._ Ou _Ayraines_. Entre _Amiens_ et _Abbeville_.]

[Note 580: _Saigneville._ A trois lieues au-delà d'Abbeville.]

[Note 581: «Où il fu mené par nos traytres.» (Cont. fr. de Nangis.)
Froissart semble placer _Blanche-Tache_ au _Crotoy_.]

[Note 582: _La Braye._ Auj. Bray-les-Mareuil. A deux lieues
d'Abbeville.]

[Note 583: Giettèrent trois canons. Firent tirer trois canons. Voilà
cette fameuse mention de l'artillerie de Crécy. L'historien ne remarque
pas que ces canons fussent une chose nouvelle, tout en attribuant à
leur effet la déroute des archers génois, et par conséquent la perte de
la bataille. Le continuateur François de Nangis ajoute: «Si que lesdis
arbalestriers furent espouventés.»]


XL.

_De la dolente bataille de Crecy._

Quant le roy vit ainsi faussement sa gent ressortir et aler, et
meismement[584] les Génevois, le roy commanda que l'en descendist
sur eux. Adonques, les nostres qui les cuidoient estre traîtres les
assaillirent moult cruellement et en mistrent pluseurs à mort. Et le
roy désiroit moult à soy combatre main à main au roy d'Angleterre; mais
bonnement il ne povoit, car les autres batailles qui estoient devant
se combatoient aux archiers, lesquels archiers navrèrent moult de leur
chevaux et leur firent moult d'autres dommages, en tant que c'est
pitié et doleur du recorder, et dura ladite bataille jusques à soleil
couchant. Finablement tout le fais de la bataille chéi sus les nos et
fu contre eux.

[Note 584: _Meismement._ Surtout.]

En icelle journée, toute France ot confusion telle qu'elle n'avoit
onques-mais par le roy d'Angleterre soufferte, dont il soit mémoire
à présent[585]; car par pou de gens, et gens de nulle value, c'est
assavoir, archiers, furent tués le roy de Boesme, fils de Henri
jadis empereur; le conte d'Alençon, frère du roy de France; le duc
de Lorraine, le conte de Bloys, le conte de Flandres, le conte de
Harecourt[586], le conte de Sancerre, le conte de Samines[587] et moult
d'autres nobles compaignies de barons et de chevaliers, desquels Dieu
veuille avoir merci!

[Note 585: Ce passage prouve que le chroniqueur écrivoit avant la
balaille de Poitiers.]

[Note 586: _Le conte de Harecourt._ Jean, frère de Geoffroi de
Harecourt.]

[Note 587: _Samines._ Ce mot qui paroît corrompu est omis dans
plusieurs manuscrits; dans le nº 9615, on lit de _Fiennes_. Dans les
éditions gothiques: _de Vienne_. Le continuateur latin de Nangis dit:
_Et alias dux de quo non recolo._]

En celui lieu de Crecy, la fleur de la chevalerie chéi[588]. la
nuit devant, le roy, par le conseil de monseigneur Jehan de Haynau,
chevalier, s'en ala gesir à la ville de la Braye[589]. Le dimenche
matin, les Anglois ne se départirent pas, mais le roy, aveques ceux
qu'il pot avoir en sa compaignie, s'en ala hastivement à la cité
d'Amiens et ilec se tint. Iceluy meisme matin, pluseurs des nostres
tant de pié comme de cheval, pour ce qu'il véoient les banières du roy,
si cuidoient que le roy y fust et se boutèrent dedens les Anglois;
dont il avint que, en iceluy meisme dimenche, les Anglois en tuèrent
greigneur nombre qu'il n'avoient fait le samedi devant, pourquoy
nous devons croire que Dieu a souffert ceste chose par les desertes
de nos péchiés, jasoit ce que à nous n'aparteigne pas de en jugier.
Mais ce que nous voions, nous tesmoignons; car l'orgueil estoit moult
grant en France, et meismement ès nobles et en aucuns autres; c'est
assavoir: en orgueil de seigneurie et en convoitise de richesses et en
deshonnesteté de vesteure et de divers habis qui couroient communément
par le royaume de France, car les uns avoient robes si courtes qu'il
ne leur venoient que aux nasches[590], et quant il se baissoient pour
servir un seigneur, il monstroient leur braies et ce qui estoit dedens
à ceux qui estoient derrière eux; et si estoient si étroites qu'il
leur falloit aide à eux vestir et au despoillier, et sembloit que l'en
les escorchoit quant l'en les despoilloit. Et les autres avoient robes
fronciées sus les rains comme femmes, et si avoient leurs chaperons
destrenchiés menuement tout en tour; et si avoient une chauce d'un drap
et l'autre d'autre; et si leur venoient leur cornettes et leur manches
près de terre, et sembloient mieux jugleurs[591] que autres gens. Et
pour ce, ce ne fu pas merveille sé Dieu voult corriger les excès des
François par son flael, le roy d'Angleterre[592].

[Note 588: «Et le roy fu tousjours en son rang et en sa bataille,
combien que pou de gens d'armes fussent demourés avecques luy. Et
receut maintes trais do sajettes de ses ennemis. Et quant vint vers
l'anuitier, par le conseil, etc.» (Cont. fr. de Nangis.)]

[Note 589: _La Braye._ Nos historiens modernes, d'après une leçon mal
lue de Froissart, ont fait ici tenir un bon mot à Philippe de Valois,
demandant l'entrée du château de La Bray: _Ouvrez, ouvrez, c'est la
fortune de la France_. Au lieu de cela, il y a dans tous les manuscrits
de Froissart, comme l'avoit remarqué M. Dacier, _Ouvrez, c'est
l'infortuné roi de France_. Ce qui est plus touchant et plus clair.]

[Note 590: _Nasches._ Fesses. _Nates._--Avant l'année 1340, les robes
longues ne laissoient pas voir les braies.]

[Note 591: _Jugleurs._ Ou bateleurs, comme ceux qui font des grimaces
et se masquent pour exciter le rire.]

[Note 592: On doit pourtant avouer que la punition de ces nouvelles
modes auroit été bien sévère.]

Après ces choses, se départi le roy anglois moult joieux de la grant
victoire qu'il avoit eue, et s'en ala passer à Monstereul et Bouloigne,
et vint jusques à Calais sus la Mer. En celle ville de Calais estoit
un vaillant chevalier, de par le roy de France capitaine, lequel
avoit à nom Jehan de Vienne, né de Bourgoigne. Et pour ce que le roy
d'Angleterre ne pot pas sitost entrer en la ville de Calais comme il
vault, il la fist fermer de siège, et si fist eslever habitations assez
près de ladite ville pour hébergier luy et son ost. Quant ceux de
Calais virent qu'il estoient ainsi avironnés de leur anemis, tant par
terre comme par mer, il ne s'en espoventèrent onques. Adonques jura le
roy d'Angleterre qu'il ne se partirait jusques à tant qu'il eust prise
ladite ville de Calais, et appella le lieu où luy et son ost estaient,
là où il avoit fait édifier, Villeneuve-la-Hardie; et là fu tout yver;
et luy admenistroient les Flamens vivres par paiant l'argent.

En ce meisme temps, reçurent les Flamens, en conte et en seigneur, le
fils du conte de Flandres derenièrement tué à Crecy, et luy promistrent
et jurèrent loyauté; et meismement qu'il ne le contraindroient à
prendre femme oultre sa volenté, né faire aucune chose contre la
féaulté qu'il devoit tenir et avoir envers le roy de France. Adonques,
aucuns des Flamens se retrairent du tout de porter vivres aux Anglois
pour ceste cause.

Au moys de septembre ensuivant, le jour de la Sainte-Croix, le corps
du conte d'Alençon derenièrement tué à Crecy fu enseveli aux Frères
Prescheurs à Paris.

En ce meisme temps, le roy de Boesme fu porté à Lucembourc et ilecques
meisme fu noblement enseveli. En oultre, les armes ou escus de
cinquante chevaliers esleus qui avecques luy moururent à Crecy sont,
environ sa sépulture, noblement et autentiquement paintes.

En la fin du moys de septembre, le conte Derbi qui résident estoit
pour lors à Bourdiaux, quant il vit que le duc de Normendie, fils du
roy de France, ot laissié le siège du chastel d'Aguillon, et qu'il fu
en France retorné, il esmeut son ost vers Xaintes en Poitou, et vint
à Saint-Jehan-d'Angeli en aidant, en robant et en ravissant hommes et
femmes sans nombre; et prist ladite ville de Saint-Jehan-d'Angeli sans
grant difficulté: car il n'i trouva nulle ou moult petite résistance.
Et là trouva des biens et des richesces, lesquelles il emporta avecques
luy; et d'ilec s'en ala à la cité de Poitiers sans quelconques
résistances, car chascun fuioit devant luy. Adonques, quant il vint en
la cité de Poitiers, il la prist sans bataille et sans labour. Et lors
prist les trésors et les richesses qu'il y pot trouver, et les bourgois
et les chanoines; et puis ardi la greigneur partie de la ville et le
palais du roy et s'en ala à Bordiaux à toutes ses richesses, et assez
tost après il passa en Angleterre.

[593]Environ la feste saint Denis, le roy demanda ou fist demander à
l'abbé et au couvent de ce meisme lieu subside pour l'occasion de ses
guerres. Et entre les autres choses, l'en demandoit le crucefis d'or.
Mais il fu respondu de l'abbé et du couvent que, en bonne conscience,
il ne porroit ce faire; car le pape Eugène le tiers le bénéi et jeta
sentence d'escommeniement sur tous ceux qui le descouverroient ou qui
dommage i feroient; si comme il est escript au pié de la crois dudit
crudefis.

[Note 593: Ce paragraphe a été biffé avec intention dans le manuscrit
de Charles V.]

En ce temps, Pierre des Essars, de la nascion de Normendie, garde
et dispenseur, pour partie, des trésors du roy, fut pris et mis en
diverses prisons, c'est assavoir d'un fort en autre. Mais en la fin,
après moult de reproches et de grans vilanies pour la mort esquiver,
il fu condampné à cent mille flourins à la chaière[594]. Mais par les
prières du conte de Flandres faites au roy, l'en en pardonna audit
Pierre cinquante mille flourins.

[Note 594: _A la chaière._ A la chaire. Florins sur lesquels étoit
gravée la figure du roi assis.]

En ce meisme temps, environ la feste saint Martin d'yver, l'abbé
de Saint-Denis, l'abbé de Noiremoustier et l'abbé de Corbie furent
establis trésoriers du roy de France; mais un pou après qu'il orent
laissié ledit office, trois évesques et trois chevaliers furent adjoins
avecques eux, et aussi furent fais recteurs, gouverneurs et conseillers
de tout le royaume de France.

En ce temps pristrent les Anglois une ville en Poitou, laquelle
est appellée Tuelle[595], et la pillèrent de tous les biens qu'il
trouvèrent.

[Note 595: _Tuelle._ Sans doute: Tulle.]

En ce meisme an, le juesdi après la Conception Nostre-Dame au moys de
décembre, deux chevaliers normans, c'est assavoir, messire Nichole
de Gronssi et messire Rolant de Verdun, lesquels, n'avoient gaires,
avoient esté pris par messire Phelippe-le-Despensier chevalier, à
Carentan en Normendie, et avoient esté envoiés à Paris par ledit
messire Phelippe, furent menés ès halles à Paris, et là orent les
testes copées et puis furent pendus au gibet.

En ce meisme temps, se présenta au roy de France messire Geffroi de
Harecourt, chevalier normant, la touaille double mise de ses propres
mains en son col en disant telles paroles: «J'ai esté traitre du roy et
du royaume, si requiers miséricorde et pais.» Lesquelles miséricordes
et pais le roy de sa bénignité luy ottroia.

En cest an, environ la feste de la Thyphaine, fu ordené et commencié à
faire les fossés à l'environ de la ville monseigneur saint Denis, afin
que elle fust plus fort.

En ce temps, la ville de Tuelle, laquelle avoit esté prise, n'avoit
guères, par les Anglois, fu recouvrée et reprise par les François.

[596]En ce temps, monseigneur Jehan de Chaalon, Bourgoignon chevalier,
dégastoit la terre du duc de Bourgoigne, par occisions, par feux et par
rapines.

[Note 596: Ce paragraphe manque dans les éditions gothiques, et dans la
plupart des manuscrits.]

En ce temps, David le roy d'Escoce fu pris des Anglois.

En ce meisme an, environ la mi-karesme, les Lombars usuriers furent
pris au royaume de France; et quiconques estoit tenu ou lié aux Lombars
en usure, et il paiast au roy le principal auquel il estoit tenu aux
Lombars, il estoit quitte de l'usure.

En ice temps, le dimenche que l'en chante Isti sunt dies, le roy
prist à Saint-Denis l'oriflambe et la bailla à messire Geffroy de
Charny[597], chevalier bourgoignon, preud'homme et en armes expert, et
en pluseurs fais approuvé.

[Note 597: _Geffroi de Charny._ Ce passage fournit l'occasion de
compléter la courte notice que donne sur Geoffroy de Charny Pierre de
Saint-Julien dans ses précieux _Mélanges historiques_, page 374. Il
dit que le bon Geoffroi fut choisi pour porte-oriflamme seulement par
le roi Jean, et qu'il mourut à la bataille de Poitiers. La maison de
_Charny_ s'est fondue dans celle de _Beauffremont_ qui fleurit encore.]


XLI.

ANNÉE 1347

_Coment le roy de France s'ordena à poursuivre son anemi le roy
d'Angleterre jusques à la ville de Hesdin; et coment un advocat de
Laon, appelle Gauvain, voult traïr ladite cité de Laon._

L'an de grâce mil trois cens quarante-sept, le conte de Flandres que
les Flamens, contre leur serement et leur loyauté,--laquelle il avoient
jurée audit conte, et la convenance qu'il luy avoient faite, c'est
assavoir qu'il ne contraindroient point ledit conte à prendre femme
fors à sa volenté et à la volenté du roy de France et de la mère dudit
conte,--toutes voies l'avoient-il contraint, par menaces de mort, à
prendre la fille du roy d'Angleterre à femme. Mais le mardi après
Pasques, c'est assavoir, le troisiesme jour d'avril, il s'en issi de
Flandres par cautèle et s'en vint au roy de France; car il ne vouloit
pas avoir la fille au roy d'Angleterre à femme. Dont le royaume de
France et la mère dudit conte orent très grant joie, et fu receu très
honnorablement[598].

[Note 598: Ici la continuat. lat. de Nangis porte: «Et sic rex Angliæ
et Flammingi..... videntes se delusos tristitià sunt repleti; maximè
regis Angliæ filia supra dicta; undè nomine ejus, facta fuit cantilena
quæ in Franciá ubique cantabatur gallicè: _J'ai failli à cui je estoie
donné par amour_, etc.......»]

En la quinzaine de Pasques, le roy se parti de Paris et prist congié de
monseigneur saint Denis, et se recommanda à luy; et se ordena à aler
vers son anemi le roy d'Angleterre et vint à une ville, laquelle est
appellée Hesdin, et ileques moult dolent attendi longuement ses gens
qui venoient moult lentement. Et fu en ladite ville de Hesdin jusques
en la sepmaine devant la feste de la Magdalène; et depuis, luy et son
fils, le duc de Normendie, s'en départirent et leur compaignie avec
eux, et s'en alèrent droit vers Calais, encontre leur anemis. Mais le
roy d'Angleterre et le duc de Lencastre, jadis conte de Derbi, et les
Anglois qui de nouvel estoient venus à leur seigneur, avoient fermée et
enclose la ville de Calais de si grant siège, tant par terre comme par
mer, que vivres ne povoient en nulle manière estre portées à ceux qui
estoient en ladite ville de Calais. Pour laquelle chose il vivoient en
grant désespérance et en grant misère jusques à tant qu'il sorent la
venue du roy et qu'il se vouloit combatre contre son anemi, et lever le
siège d'entour la ville.

En ce meisme an, un advocat né de la cité de Laon, appellé Gauvain de
Bellemont, endementres qu'il demouroit en la cité de Mès, il fu deceu
par mauvais esperit, car il voult traïr la cité en laquelle il avoit
esté né, et disoit que à Laon il avoit mauvaise gens. Si ot ledit
Gauvain convenances aveques aucuns traitres du royaume, et commença
à machiner coment il pourroit acomplir ce qu'il avoit entrepris et
promis à faire. Si avint que un homme de Laon, lequel avoit à nom Colin
Thommelin, et estoit fevre, fu venu à si grant povreté que par honte il
laissa la cité de Laon pour ce qu'il ne povoit paier ce qu'il devoit;
si prist sa femme et ses enfans et s'en ala à Mès, et ilecques faisoit
son mestier et gaaignoit sa vie au mieux qu'il povoit.

Or avint que le devant dit Gauvain cognut iceluy Colin et luy commença
à enquérir dont il venoit et pourquoy il s'estoit parti de Laon? lequel
luy respondi que povreté l'avoit chacié hors de Laon. Quant Gauvain
ot ce oï, si luy dist: «Sé tu te veux acorder à ce que je te diray
et garder très secrètement, soies certain que je te feray riche né
dès or en avant tu n'auras nulle souftreté.» Cil luy acorda; adonques
Gauvain luy dist: «Prens ces lettres et les porte au roy d'Angleterre,
et gardes que tu soies à moy à Rains la veille de Pasques, et ne te
doubtes, car je y seray.» Lors prist ledit Colin ces lettres, et se
parti et commença moult à penser s'il acompliroit ce que l'en luy
avoit encharchié. Et quant il ot bien pensé, si ot avis en soy qu'il
porterait au roy de France lesdites lettres, et ainsi le fist et les
présenta au roy, esquelles lettres l'ordre et la manière de traïr la
cité estoient contenues. Après ce, s'en retourna ledit Colin à Rains
au jour que ledit Gauvain luy avoit dit, et fu ledit Colin moult bien
entreduit de par le roy, et trouva ledit Colin son maistre Gauvain,
la veille de Pasques, si comme il luy avoit promis; mais il estoit en
habit de Prémonstré, comme religieux vestu. Lors se traist ledit Colin
par devers le prévost de Rains, et fist prendre ledit Gauvain en son
lit, le jour de Pasques. Si voult ledit Gauvain vestir habit séculier,
mais il ne luy fu pas souffert; et si fu vestu en la manière qu'il
estoit entré en la cité.

Ce meisme jour, après disner, il fu mené à Laon et fu mis en la prison
de l'évesque, et fu gardé diligeamment; mais le peuple voult venir
veoir le traître de eux et de leur cité, coment et par quelle manière
il estoit condampné. Si fu mis hors de prison. Et avoit en son col et
en ses mains cercles de fer et anniaux de fer moult fors; et depuis fu
mis en une charete en laquelle il avoit une pièce de boys au travers
sus laquelle il se séoit, afin qu'il fust veu de tout le peuple et
que ledit peuple sceut et cogneust qu'il estoit condampné à chartre
perpétuel. Mais sitost comme il fu mis hors de la court à l'official
et qu'il estoit mené par la cité, le peuple ne pot longuement regarder
leur traître; si le lapida de pierres et ot le hanepier[599] de la
teste copé, et mourut honteusement et à grant tourment. Adonques
endementres qu'il souffroit tel tourment, il prioit la glorieuse vierge
Marie que elle le vousist garder en bon sens et en bon entendement et
en vraie foy par sa sainte grace. Après, comme il fu ainsi mort et
occis, il fu reporté à la court de l'official et fu monstré son corps
à tous ceux qui le vouldrent veoir, et fu enterré après en un marois,
emprès la ville. Et après, son fils fu pris, car il estoit participant
du péchié son père, et fu condampné à chartre perpétuel.

[Note 599: _Hanepier._ Le crâne.--L'historien de Laon, dom Nicolas le
Long, n'a pas connu cet événement.]

En ce meisme temps, le visconte de Touart et conte de Dreues,
endementres qu'il estoit capitaine en Bretaigne de par le roy de
France, avint qu'il se garda moins diligeamment qu'il ne deust, si fu
pris par monseigneur Raoul de Caourse[600], chevalier, par nuit en son
lit, très honteusement.

[Note 600: _De Caourse_. Var. _Cadurse_--_Advisé chevalier_.]

En ce meisme an, le lundi après l'Ascension Nostre-Seigneur, un citoien
de Paris lequel estoit fèvre, fu accusé qu'il vouloit traïr la cité de
Paris, et fu trouvée et provée contre luy sa liaison; pourquoy il ot
les bras et les cuisses copées, et depuis fu pendu par le col au gibet.

Item, le vendredi ensuivant, le chastel de Beaumont, lequel estoit
messire Jehan de Vervins, chevalier, fu pris et destruit; et des
pierres dudit chastel fu levé un gibet en la place meisme où ledit
chastel estoit.

En ce meisme temps, l'évesque de Biauvais, jadis frère de Enguerran
de Marigni, fu fait par le pape arcevesque de Roen, et l'évesque de
Baieux, jadis frère de messire Robert Bertran, chevalier et mareschal
de France, fu fait évesque de Biauvais.

Et en ce meisme temps, le jeudi devant la nativité monseigneur saint
Jehan, le vingt-et-uniesme jour de juing, Henri et Godefroy, fils du
duc de Brebant, furent espousés au Louvre, à Paris. Et prist ledit
Henri la fille du fils du roy, duc de Normendie, et ledit Godefroy si
ot la fille du duc de Bourbon.

Et environ ce temps, trieves furent données aux Flamens jusques à trois
ans. Et, endementres, le duc de Brebant, l'arcevesque de Trèves et
messire Jehan de Haynau chevalier traitèrent de la pais des Flamens.


XLII.

_Coment messire Charles de Bloys, duc de Bretaigne, fist siège sur les
Anglais de la Roche-Deryan, et coment il fu pris au siège un chevalier
d'Angleterre appellé Thomas Dagorn. Et coment presque tous les barons
de Bretaigne furent que mors que pris._

Puis que les Anglois orent prise la ville de la Roche-Deryan, si comme
devant est dit, l'an mil trois cens quarante-cinq et l'eussent tenue
et gardée continuellement, si avint, environ la feste de monseigneur
saint Jehan-Baptiste, c'est assavoir en la sepmaine qui fu après la
Penthecouste, que le duc de Bretaigne fist siège devant ledit chastel
de la Roche-Deryan, et avoit aveques luy grant quantité de peuple,
tant de Bretons que de François et d'autres nacions. Si ordena son ost
eu pluseurs compagnies: les uns furent mis en un lieu qui est appelle
la Place-Vert, en la paroisse de Langoet[601] oultre l'yaue qui est
appellée Jaudi, et ordena et commanda à ceux qui là estoient que,
pour cri ou pour quelque autre signe, il ne venissent point à nulle
autre compagnie; car ledit duc pensoit que messire Thomas Dagorn[602],
chevetaine des Anglois qui pour le temps demouroient en Bretaigne,
devoit appliquier vers ceste partie où lesdis Bretons, François et
autres estoient. Et la compaignie de l'ost en laquelle le duc estoit
si comprenoit la place entre l'église de Notre-Dame[603] et la porte
qui est appellée la porte de Jument. Et les autres compaignies estoient
environ la ville; mais les deux devant dit nommées estoient les plus
nobles. Et environ la ville estoient neuf grans engins entre lesquels
il en avoit un qui gettoit pierres de trois cens pesant, et les autres
gettoient en la ville; par telle manière qu'ils rompoient les maisons
et tuoient les gens, les chevaux et les autres bestes; et entre les
autres cops, une pierre fu gettiée dudit grant engin en une maison ou
chastel, en laquelle maison la femme du capitaine gisait d'enfant, et
estoit emprès son enfant quelle avoit eu de nouvel; si rompit le cop de
ladite pierre plus de la moitié de la maison où ladite femme estoit,
si ot moult grant paour et se leva tantost toute espoventée, et vint à
son mari, capitaine du chastel, messire Richart Toutesham, chevalier,
et luy pria qu'il rendist ledit chastel; mais il ne luy voult acorder.
De rechief fu gettiée une autre pierre de la partie où le duc estoit,
et fist un pertuis en la tour où le capitaine et sa femme estoient,
mais pour ce ne le voult-il rendre. Si avint que les bonnes gens de
celle terre qui par avant avoient esté en la subjection des Anglois
pristrent fondes pendens à hastons, et commencièrent à assaillir la
ville par merveilleux effort, car il estoient grant quantité; et
firent loges, ville et rues en l'ost, et portoit-l'en moult de biens
en l'ost, et tellement que vivres estoient à très grant marchié, dont
pluseurs s'en merveilloient. Tous les jours donnoient assaus à la
ville et au chastel par très grant effort, et en telle manière que
ceux qui estoieut en la ville ne savoient que faire. Mais les nos
eussent prise la ville s'il eussent voulu, car ceux de la ville et du
chastel avoient ottroié à tout rendre, leur corps et leur vies saufs.
Si avint que le duc fu déceu par mauvais conseil, et ne voult prendre
la ville jusques à tant que messire Thomas Dagorn, principal capitaine
des Anglois, venist et qu'il fust pris avant que l'en receust ceux de
la ville et du chastel. Mais aucuns de l'ost au duc si firent acort
avec ceux de la ville, qu'il seroient receus dedens huit jours en la
forme et manière qu'il le requéroient. Endementres vint messire Thomas
Dagorn par devers la ville qui est appellée Karahes[604], par sentiers
et par bois, à très grant ost, et si céléement comme il pot, et se
loga celle nuit en l'abbaïe de Begar[605], en laquelle n'avoit demouré
nul moine depuis que les Anglois estoient venus à la Roche-Deryan. Si
y trouva aucuns serviteurs qui gardoient ladite abbaïe; et là entra
celle nuit sans ce que ceux du pays ou pou le sceussent, et y soupa
et son ost aveques luy, et ne fist nul mal à ceux qu'il trouva en
ladite abbaïe; et après qu'il ot soupé, il s'en entra en l'églyse et
fist ilecques son oroison, et veilla jusques à mienuit, si comme l'en
dit, et ensaigna son ost coment il assaudroit l'ost du duc, et leur
donna un signe que comme il seraient en la bataille, il diraient l'un
à l'autre une parole bien bas, laquelle parole je n'ay pu savoir,
et quiconque ne dirait celle parole à l'un et à l'autre assez bas,
que il les tuassent sé il peussent. Quant ces choses furent par luy
ordonnées, si se départi environ mienuit et s'en vint par autre voie
que l'en ne cuidoit à la Roche-Deryan; et pour ce, l'ost qui estoit en
la Place-Vert devant dite s'estoit appareillié à combatre vertueusement
encontre ledit messire Thomas Dagorn. Mais ledit messire Thomas sceut
par aventure coment il estoient fors, si se tourna vers l'ost du duc.
Et le duc et sa compaignie cuidoient qu'il s'en alast de l'autre part,
et ne se gardoient pas de luy. Si s'en vint ledit messire Thomas au
pont qui est appelle Aziou[606], sus l'yaue de Jaudi, par la grant
voie qui va à la Roche-Deryan, près du gibet de la ville de la Roche.
Celle nuit veilloient en l'ost du duc messire Robert Arael, le seigneur
de Beaumanoir, monseigneur de Derval et moult de autres seigneurs
chevaliers desquels aucuns ne faisoient pas bien leur devoir, si comme
l'en dit; car il ne veilloient pas bien. Quant messire Thomas aproucha
de l'ost du duc, l'en dit qu'il savoit bien quel part le duc estoit,
et là mist pluseurs charoys et pluseurs varlés, c'est assavoir entre
le moulin et la Maladerie; et estoit ainsi entre mienuit et le point
du jour, et estoit la nuit moult obscure. Adonc commencièreut à crier
les varlés qui estoient vers la Maladerie, à une voix très horrible,
un cri. Quant ceux qui veilloient en celle partie oïrent ce cri, si
voulrent aler véoir que c'estoit. Mais il apperçurent l'ost des anemis
après eux, si se combatirent à eux et mandèrent à ceux de l'ost du
duc que tantost il s'armassent. Mais avant qu'il fussent parfaitement
armés, les anemis les assaillirent, et ilecques ot bataille fort et
dure; et y fu pris messire Thomas Dagorn. Si avint que, si comme il
le vouloient mener aux tentes du duc, il orent à l'encontre d'eux une
autre bataille qui leur rescoust ledit messire Thomas; et commença
de rechief la bataille. Et n'estoit encore jour, mais faisoit moult
obscur, et en telle manière que les nos s'entretuoient pour ce qu'il
ne s'entrecognoissoient, tant faisoit obscur. Mais les anemis si
avoient un signe secret, comme devant est dit, si s'entregardoient.
En icelle bataille fu pris de rechief messire Thomas Dagorn de la
propre main du duc. En ice lieu avoit moult de diverses batailles,
et estoient les unes assez près des autres, et se combattoient à la
clarté de cierges et de torches. Le visconte de Rohan se combatoit, le
seigneur de Vauguion et pluseurs autres seigneurs se combatoient en
pluseurs places et lieux. Quant les Anglois virent que messire Thomas
Dagorn estoit de rechief pris, si s'en partirent aucuns de l'ost et
s'en vindrent à ceux de la Roche-Deryan, et les requistrent qu'il les
voulsissent secourre et aidier. Adonques ceux de la ville et du chastel
issirent à tout une manière de haches, lesquelles estoient bonnes et
avoient manches de deux piés et demi de long ou environ, et issirent
bien environ cinq cens hommes fors et délibérés combatans tant de la
ville comme du chastel, et se férirent en l'ost du duc et des autres
qui se combatoient, et rescoustrent de rechief ledit messire Thomas,
et mistrent à mort moult de ceux de la partie du duc, de leur dites
haches. Mais ceux que le duc avoit ordené pour estre au lieu qui est
dit la Place-Vert, comme dessus est escript, ne savoient riens de tout
ce qui estoit fait en l'ost du duc, car il estoient assez loing de
l'ost du duc, et estoit la rivière et la ville de la Roche-Deryan entre
eux et l'ost du duc de Bretaigne; et attendoient de jour ledit messire
Thomas, car il devoit venir de celle partie. Et pour ce leur avoit
commandé ledit duc que pour nulle chose il ne se partissent du lieu où
il estoient, et leur disoit le duc: «Se messire Thomas Dagorn vient par
devers nous, nous le pourrons bien avoir, sans aide de autrui; mais
s'il va par devers vous, à paine le pourrez avoir sans aide.»

[Note 601: _Langoet._ Entre les deux rivières de Treguier et du Jaudy.]

[Note 602: _Dagorn._ Froissart le nomme de même, les titres anglois
_Dagworth_.]

[Note 603: _Notre-Dame._ Cassini: _Notre-Dame-du-Bois_, entre _Langoet_
et _Laroche_.]

[Note 604: _Karahes._ Carhaix.]

[Note 605: _Begar_ ou _Beja_. A trois lieues au dessous de _Laroche_.]

[Note 606: _Aziou._ Sans doute le _Ker Veziou_ de Cassini, à mi-chemin
de _Beja_ et _Laroche_.]

Endementres que le duc et le visconte se combatoient et pluseurs
autres Bretons bretonnans qui aveques eux estoient, le duc ne sceut
riens du fait de la bataille qui avoit esté entre ceux de sa partie et
ceux qui estoient issus de la ville et du chastel de la Roche-Deryan,
jusques à tant qu'il en y eussent pluseurs de sa partie mors. Et
administrèrent ceux qui estoient issus de ladite ville et du chastel
haches et armeures pluseurs aux Anglois qui celle nuit avoient esté
deux fois desconfis, desquelles armeures et haches il occistrent plus
de la moitié de l'ost des Bretons. Et y moururent des barons, c'est
assavoir le visconte de Rohan[607], l'un des plus riches hommes de
Bretagne, le seigneur de Derval, le seigneur de Quintin et monseigneur
Guillaume, son fils; et messire Jehan son autre fils ot le nez copé, le
seigneur du Chastiau-de-Brienc, le seigneur de Rougé, messire Geffroy
de Tournemine, messire Geffroy de Rosdranen, messire Thomin Biaulisel,
le seigneur de Vauguion, et si pristrent son fils; et moult d'autres
barons et nobles hommes y furent mors et les autres pris, mais il en
tuèrent plus qu'il n'en pristrent.

[Note 607: Dom Morice et après lui M. Dacier assurent que le vicomte
de Rohan ne fut pas tué dans cette affaire. On ne peut cependant en
douter, après le témoignage unanime de Froissart, de nos chroniques
et de Thomas d'Agworth, dont le _bulletin_ est reproduit dans _Robert
d'Awesbury_.]

Si avint, environ l'aube du jour, depuis que la bataille ot moult duré,
c'est assavoir la quarte partie de la nuit largement, et que par icelle
espace le duc se fust continuellement combatu, si sceut que ses barons
et ses chevaliers estoient ou mors ou pris pour la greigneur partie, en
soy combatant. Lors se commença à retraire, et se retraist jusques à la
montaigne des Mesiaux, laquelle montaigne estoit bien loing de la place
où la guerre avoit esté commenciée; et avoit le dos vers le moulin à
vent, et tousjours avoit aucuns qui le combatoient, car il pensoient
bien que c'estoit le duc. Si luy demandèrent s'il estoit le duc, et
il leur respondi que non, car il cuidoit eschaper de leur mains.
Finablement il sceurent que c'estoit il, si luy demandèrent qu'il se
rendist, auxquels il respondi que jà à Anglois il ne se rendroit, et
qu'il avoit plus chier à souffrir mort, jasoit ce qu'il fust navré de
sept blessures dont aucunes estoient mortelles, si comme l'en disoit.
Adonques, vint un chevalier qui avoit à nom monseigneur Bernart du
Chastel, lequel dit au duc qu'il se rendist à luy; et le duc luy
demanda qui il estoit. Lors le chevalier luy dist son nom, et le duc si
se rendi à luy.

Quant ceux de sa gent qui estoient eschapés vifs sceurent que leur
seigneur estoit pris, si se despartirent comme tous désespérés.

L'endemain, les Anglois menèrent le duc par faux sentiers et par boys
à une ville qui est nommée Karahes; et d'icelle ville, il le menèrent
à une ville qui est appellée Kemperlé, en laquelle ville les Anglois
tenoient un très fort chastel, lequel chastel il avoient pris par force
d'armes; et en ce chastel tindrent ledit duc par l'espace de huit jours
ou environ, et de ce chastel il le firent mener à Vannes, et ilecques
demoura environ un an; car la mer estoit gardée en telle manière que
les Anglois ne l'osoient envoier par mer en Angleterre. Et endementres
qu'il fu à Vannes, la duchesse ot congié des Anglois pour visiter le
duc, son seigneur. Environ la fin de l'an, il pristrent le duc et
l'envoièrent par mer au chastel de Brest, lequel chastel de Bretaigne
est le plus prochain au royaume d'Angleterre; car il estoit nécessaire
que ledit duc fust guéri de ses plaies, avant que l'en le peust mener
en Angleterre ou en autre lieu loing. Et après, depuis qu'il ot esté
une pièce audit chastel de Brest et que le péril fu osté de luy,
jasoit ce qu'il ne feust pas guéri, il l'envoièrent en Angleterre bien
acompaigné de navire. Mais trèsqu'il issi dudit chastel de Brest pour
estre mené en Angleterre et au roy d'Angleterre estre présenté, il
avoit en sa compaignie sept joueurs de guisternes, et il meisme, si
comme l'en dit, commença à jouer de l'uitiesme guisterne[608]. Et ainsi
fu mené prisonnier en Angleterre, dont ce fu grant doleur et grant
pitié.

[Note 608: Cette singulière circonstance des huit guiternes n'a pas été
jusqu'à présent remarquée ni expliquée. Si nous lisions cela dans les
romans de la Table Ronde, nous n'hésiterions pas à reconnoître, dans ce
texte, huit des _lais_ ou chants de douleur dont le duc lui-même auroit
composé le dernier.--C'est encore le sens le plus vraisemblable ici.]

Or avint, après ce que la bataille fu finée, en laquelle le duc avoit
esté pris et ses gens mors et desconfis, comme dessus est dit, que les
Anglois qui estoient demourés en la Roche-Deryan pristrent les armes
et les despoilles, vins, chars et autres biens qui estoient en l'ost
du duc, et si tindrent les bonnes gens du pays en très grant misère,
et ne leur laissièrent rien à leur povoir, et si en tuèrent en grant
quantité, et aucuns en réservèrent pour faire le labour entour le fort.
Les Anglois avoient bien aperecu coment il s'estoient asprement tenus
encontre eux, si comme dessus est dit.


XLIII.

_Coment tous les nobles et non nobles du pays de Triguier et d'environ
vindrent assaillir les Anglois de la Roche-Deryan aveques les aydes
que le roy de France leur envoia, et de la manière de la prise et de
l'assaillir, et coment il furent pris; et la ville et le chastel de la
Roche-Deryan furent recouvrés._

Quant ces choses orent esté ainsi faites, les Anglois orent très
grant joie et furent moult lies de leur victoire; et commencièrent
de rechief à garnir la ville et le chastel de la Roche-Deryan, et
aucuns autres fors, des biens qu'il avoient gaaigniés, et pensoient à
demourer ilecques bien seurement et eux deffendre encontre tous. Mais
Nostre-Seigneur ordena autrement: car le moys d'aoust ensuivant, les
nobles et non nobles de tout le pays s'assemblèrent en un certain lieu,
et firent et ordenèrent que de rechief et briefment, il assaudroient
la ville et le chastel de la Roche-Deryan. Et firent supplicacion au
roy de France qu'il leur voulsist envoier ayde. Si leur envoia le
seigneur de Craon et messire Antoine d'Avré, et aveques eux grant
compaignie et fort. Quant il furent venus en Bretaigne et aveques
les Bretons adjoins, si se partirent à un mardi, et environ heure de
tierce il assaillirent la ville de la Roche-Deryan très vertueusement
et continuellement depuis ledit mardi jusques au juesdi. Mais ceux
de la ville se deffendoient forment et gittoient boys et genestes
ardans et poignées de blé sans battre, ardans, et si gittoient pois
et autres gresses boulans, et se deffendoient par toutes les manières
qu'il povoient. Quant il virent que bonnement il ne se pourroient
plus deffendre encontre ceux qui là estoient, il se consentirent à
rendre la ville saufs leur corps et leur biens. Si furent d'un acort,
les François et les Bretons, qu'il n'auraient congié de la vie né
de issir hors. Si commencièrent de rechief les nos à assaillir, et
ne laschièrent jusques à l'endemain continuellement qui fu jour de
vendredi. Et en iceluy vendredi le seigneur de Craon mist en une petite
bourse cinquante escus d'or, et la pendi à un gresle baston lonc, et le
tenoit en sa main. Si commença à dire à ceux qui assailloient la ville:
«Qui premier enterra en la ville en vérité il aura ceste bourse aveques
les flourins.» Quant les Genevois virent celle bourse, il commencièrent
à assaillir la ville plus fort, que par avant et pristrent mails de
fer qui avoient longues pointes et grosses testes, lesquels mails sont
appelles testus. Si distrent les uns aux autres: «Cinq de nous irons
au mur à tous nos martiaux, et vous serez devant les murs et assaudrez
le plus fort que vous pourrez.» Et ainsi fu fait. Adonques pristrent
les cinq Genevois leur martiaux et mistrent leur escus sus leur testes
et s'en alèrent aux murs, et les autres donnèrent fort assaut à ceux
qui estoient sus les murs de la ville. Endementres qu'il assailloient
par telle manière, les devant dis cinq Genevois ostèrent cinq pierres
des murs et les cavèrent par telle manière que il furent à couvert
par dedens les murs, et ne leur povoit-on mal faire des carriaux. Il
estoient loing l'un de l'autre environ dix piés. Si cavèrent les murs
par telle manière que, dedens heure de midy, il cheut des murs environ
un pié en longueur, et tantost y entra un Genevois assez petit de
corps, et ot les flourins que monseigneur de Craon tenoit; et après luy
entrèrent tantost, et puis que les murs furent cheus communelment tous
ceux de l'ost, quiconques y vouloit entrer indifféremment: car il avoit
esté ordené des capitaines, par avant, que tous les biens de la ville
seraient communs, et abandonnés à tous ceux de l'ost qui les pourvoient
gaaignier.

Il tuèrent premièrement, sans différence, les hommes et les femmes
qui estoient en la ville habitans, de quelque aage qu'il fussent, et
meismement les enfans qui alaittoient. Quant il orent ainsi mis à mort
ceux qu'il avoient trouvés en la ville, si commencièrent à getter au
chastel auquel s'estoient retrais environ deux cens quarante Anglois;
mais quant il virent la hardiesce et la vertu de ceux qui assailloient,
il offrirent à rendre le chastel, leur corps et leur biens saufs.
Mais les nos ne s'i vouldrent accorder, et assaillirent de fort en
fort. Finablement, l'issue du corps tant seulement leur fu accordé, et
que l'en les conduiroit par l'espace de dix lieues loin: si issirent
en leur costes et s'en alèrent; et les conduisoient deux chevaliers
bretons, c'est assavoir, messire Silvestre de la Fouilliée, et un autre
chevalier; mais à paine les povoient deffendre des gens de labour,
car tous ceux qui les povoient actaindre, il les mectoient à mort et
les tuoient de bastons et de pierres, comme chiens. Si les conduirent
les deux chevaliers au mieux qu'il porent jusques près de la ville de
Chastiaunuef-de-Quintin. Quant ceux de la ville oïrent dire que les
Anglois qui avoient tué leur seigneur venoient par sauf conduit, si
s'assemblèrent pluseurs bouchiers et charpentiers et autres de ladite
ville, et mistrent à mort tous les Anglois, ainsi comme des brebis,
et ne les porent onques les deux chevaliers deffendre, excepté leur
capitaine qui s'enfuy; et les deux chevaliers qui les conduisoient
s'enfuyrent aveques le capitaine desdis Anglois, lequel fu à paine
sauvé. Finablement, ceux de la ville de Chastiaunuef-de-Quintin firent
porter les corps des mors en quarrières et en grans fosses qui estoient
hors de la ville, et là les mangièrent les chiens et les oiseaux. Et
ainsi démourèrent les Bretons sous messire Antoine d'Avré, chevalier,
establi capitaine de par la duchesse, en la ville de la Roche-Deryan,
et ot ladite duchesse les frais et les revenus qui estoient deues au
duc, son mari, tout environ la Roche-Deryan, jusques à deux lieues.

En ce meisme temps, le conte de Flandres prist à femme la fille du duc
de Brebant.

[609]En ce meisme an, le vintiesme jour de juillet, vint la royne de
France à Saint-Denis, et i demoura par l'espace de huit jours ou de
plus. Et là faisoit faire oroisons à messes chanter, et si faisoit
préeschier au peuple, afin que Dieu voulsist garder le royaume de
France et le roy. Lequel roy s'estoit parti pour aler lever le siège
que le roy d'Angleterre avait fait devant Calais, en l'an passé, au
mois d'aoust. Quar ceux de ladite ville de Calais luy avoient mandé
secours, ou il failloit qu'il se rendissent par nécessité au roy
d'Angleterre.

[Note 609: Les deux paragraphes suivans sont omis dans la plupart
des Mss., et entre les autres, dans celui de Charles V. Je les ai
transcrits sur la leçon du duc de Berry, nº 8,302, et sur celle de
l'amiral de Grailly, aujourd'hui fonds de Lavallière, nº 33.]

En ce meisme an, la veille de sainte Crestine, environ le commencement
de la nuit, fist très grans et orribles tonnoires; par tel manière que
la royne qui estoit à Saint-Denis et ceulx qui estoient avecques elle
en l'oratoire de monsieur saint Romain emprès la chapelle de monsieur
saint Loys, à heures de matines, furent merveilleusement espouvantés.
Et si tost comme les matines furent chantées, l'évesque de Coustances
qui présent estoit avecques la royne, commença _Te Deum laudamus_, et
fu chanté en grant dévocion.

Et en icest an, le samedi quart jour d'aoust, pour ce que le roy
ala trop tart pour secourre la ville de Calais, nonobstant que (par
pluseurs fois[610] il eussent mis grant cure et diligence de les
secourre. Mais il ne povoient estre secourus pour le lieu où le roy
d'Angleterre et son ost estoient logiés qui estoit inaccessible; et
estoit le passage tel que pour aucun effort nul ne povoit entrer; né
par la mer aussi ne povoient estre secourus, pour le navire du roy
d'Angleterre qui estoit devant ladite ville de Calais. Et cependant
les cardinaux pourchassoient trieves entre les deux roys; et furent
prises jusques à la quinzaine la nativité saint Jehan-Baptiste
prochaine à venir, lesquelles trieves furent rompues tantost par le
roy d'Angleterre qui tousjours continua ledit siège devant la ville
de Calais, par tel effort que ceux de ladite ville, comme désespérés
de tous secours, et pour ce que il n'avoient point de vitaille né
n'avoient eu, plus d'un moys devant, ainsois mangeoient leur chevaux,
chas, chiens, ras et cuir de buef à tout le poil, se rendirent) audit
roy d'Angleterre, sauves leur vies; et s'en issirent tous hommes et
femmes et enfans de la ville sans riens emporter, fors tant seulement
les robes que il orent vestues, qui fu grant pitié à veoir. Et vindrent
la greigneur partie de Calais à refuge au roy de France qui les reçut
moult agréablement et leur fist et fist faire moult de humanité.

[Note 610: Au lieu de tout ce qui suit entre parenthèses, les deux
manuscrits cités ci-dessus portent seulement: _Il l'eussent requis,
si se rendi la dite ville_, etc. Ce changement officiel de rédaction
n'est pas indigne d'attention. Ne pourroit-on en conclure que le roi de
France craignoit les reproches des habitans de Calais? Ce n'est là du
reste qu'une très foible conjecture; mais ce qui atteste parfaitement
que les Calaisiens s'étoient conduits d'une manière héroïque durant
tout le siège, c'est l'accueil que leur fit le roi quand ils se
rendirent à Paris, et les avantages dont il crut devoir récompenser
leurs sacrifices.]

[611]Item, tantost après, fist le roy convocation général des prélas,
barons et nobles bonnes villes, et de ses autres subgiés, à Paris, à la
saint Andrieu, et ilec ot conseil aveques eux de sa guerre, et coment
il y pourrait mettre fin. Sus lesquelles, outre les autres choses, luy
conseillèrent que il féist tost une grant armée par mer, pour aler en
Angleterre, et aussi par terre; et ainsi pourrait finer sa guerre,
et non autrement, et que volentiers luy ayderoient et des corps et
des biens. Et pour ce, envoia par toutes les parties de son royaume
certains commissaires pour demander au pays à chascun certain nombre de
gens d'armes.

[Note 611: Ce qui suit ne se trouve que dans le msc. de Charles V.]

Et en cel an meisme, environ Noël, furent les Lombars usuriers, par
procès fait contre eux, sur ce que l'en leur imposoit qu'il avoient
contre les ordonnances royaux qui mectoient paine de corps et de biens,
presté cent livres oultre quinze par an pour usure; et aussi, en
prestant, il avoient fait des usures fort[612]; et aussi que il avoient
fait pluseurs contraux et prests, hors des foires de Champaigne, et en
avoient pris obligacions des foires ainsi comme se il eussent esté fais
en foires, furent condampnés par arrest à perdre tous biens, meubles et
héritages, et furent confisqués au roy[613]. Et ordena-l'en que tous
ceux qui leur devoient feussent quictés pour le pur fort, et que il en
feussent creus par leur sairement. Et fu trouvé que les debtes que l'en
leur devoit et qui jà estoient venues à cognoissance, montoient oultre
deux millions quatre cens livres, desquels le pur fort ne mon toit pas
oultre douze cens mil livres. Si peust-l'en voir coment il mangoient et
destruisoient le royaume de France.

[Note 612: _Fort._ De l'intérêt le principal.]

[Note 613: Inédit.]

[614]Item, en cel an, fist le roy ordonnance que tous les offices qui
vaqueraient fussent bailliés à ceux de Calais pour ce qu'il l'avoient
loyalment servi. Et furent exécuteurs de celle grace un clerc qui
estoit de parlement appellé maitre Pierre de Hangest, et un bourgois né
de Sens qui estoit de la chambre des comptes appellé Jehan Gordier.

[Note 614: Inédit.]

[615]Item, en celuy an, fu une mortalité de gens, en Provence et en
Languedoc, venue des parties de Lombardie et d'Oultre mer, si très
grant que il n'y demoura pas la sixiesme partie du peuple. Et dura en
ces parties de la Languedoc qui sont au royaume de France par huit
moys et plus. Et se départirent aucuns cardinaux de la cité d'Avignon,
pour la paour de ladite mortalité que l'en appelloit épydémie, car
il n'estoit nul qui sceust donner conseil l'un à l'autre tant feust
sage. Et, en ce meisme an, au moys d'aoust, dedens les octaves de
l'Assumption Nostre-Dame, trespassa madame Jehanne, duchesse de
Bourgoigne.

[Note 615: A compter de là, les manuscrits et les éditions ne diffèrent
plus dans le récit.]

Item, en celuy temps, Loys, duc de Bavière, chassoit un sanglier parmy
un bois; si chéut de son cheval et mourut, si comme l'en dit.


XLIV.

ANNÉE 1348

_Coment la grant mortalité commença environ et dedens Paris, et dura un
an et demi au royaume de France._

L'an de grâce mil trois cens quarante-huit, commença la devant dite
mortalité au royaume de France, et dura environ un an et demi, pou
plus pou moins; en tele manière que à Paris mouroit bien jour par
autre huit cens personnes. Et commença ladite mortalité en une ville
champestre, laquelle est appellée Roissi, emprès Gonnesse, environ
trois lieues près de Saint-Denis-en-France. Et estoit très grant pitié
de veoir les corps des mors en si grant quantité; car en l'espace dudit
an et demi, selon ce que aucuns disoient, le nombre des trespassés à
Paris monta à plus de cinquante mille; et, en la ville de Saint-Denis,
le nombre se monta à seize mille ou environ. Et jasoit ce qu'il se
mourussent ainsi habondamment, toutes voies avoient-il confession et
leur autres sacremens[616]. Si avint, durant ladite mortalité, que
deux des religieux de monseigneur Saint-Denis chevauchoient parmy une
ville, et aloient en visitacion par le commandement de leur abbé; si
virent en icelle ville les hommes et les femmes qui dançoient à tambour
et à cornemuses et faisoient très grant feste. Si leur demandèrent les
devant dis religieux pourquoy il faisoient tiex feste. Adonques leur
distrent: «Nous avons veus nos voisins mors, et si les véons de jour en
jour mourir; mais pour ce que la mortalité n'est point entrée en notre
ville, né n'avons pas espérance qu'elle y entre pour la léesse qui est
en nous, c'est la cause pourquoy nous dançons.»

[Note 616: Le continuateur latin de Nangis ajoute à la même remarque
celle-ci: «In multis parvis villis et magnis, sacerdotes timidi
recedebant, religiosis aliquibus magis audacibus administrationem
dimittentes.... et sanctæ sorores domùs Dei (_Parisiis_) mori
non timentes, dulcissimè et humillimè, omni honore postposito,
pertractabant, quarum multiplex numerus dictarum sororum sæpiùs
revocatus, per mortem in pace requiescit.» Le même écrivain, après
avoir dit qu'en Allemagne les Juifs furent accusés d'avoir empoisonné
les sources, ajoute qu'on assuma plusieurs fois en France le même
crime sur la tête de chrétiens mal renommés: «Multi etiam mali
christiani fuerunt reperti, ut dicitur, qui similiter venena per puteos
imponebant; sed, re verá, tales intoxicationes, posito quod factæ
fuissent, non potuissent tantam plagam infecisse.» N'avons-nous pas
vu les mêmes soupçons renaître, de nos jours, dans des circontances
presque pareilles!]

Lors se départirent lesdis religieux pour aller acomplir ce qui leur
estoit commis. Quant il orent fait tout ce qui commis leur estoit, si
se mistrent en chemin pour retourner, et retournèrent par la devant
dite ville, mais il y trouvèrent moult pou de gens, et avoient les
faces moult tristes. Lors leur demandèrent lesdis religieux: «Où sont
les hommes et les femmes qui menoient n'a guères si grant feste en
ceste ville?» Si leur respondirent: «Hé! biaux seigneurs le courroux
de Dieu est descendu en gresle sur nous, car si grande gresle est
descendue sur nous du ciel et venue sur ceste ville et tout environ et
si impétueusement, que les uns en ont esté tués, et les autres, de la
paour qu'il ont eue, si en sont mors, car il ne savoient quelle part il
deussent aler né eux tourner.»

[617]Item, en l'an dessus dit, furent trièves pluseurs fais entre
les deux roys, et à la fin du moys d'aoust d'icel an que trièves
faillirent, un chevalier de Bourgoigne, hardi et chevalereux, seigneur
de Pierre-Pertuis[618], appellé monseigneur Geffroy de Charny, prist
et occupa une place assise aux marois entre Guynes et Calais, appellée
l'isle de Couloigne[619]. Et en icelle place fist ledit chevalier
bastides et fossés, si et par telle manière que il s'obliga à la
garder, mais qu'il eust deux cens hommes d'armes, cent arbalestiers et
trois cens piétons. Et par celle isle, le roy de France avoit recouvré
le pays de Merque[620]. Et si povoit-on férir des esperons par les pas
qui sont entre Calais et Gravelignes pour empescher que les vivres
ne venissent de Flandres à Calais, et les marchandises. Et aussi,
par icelle isle, povoit-l'en oster, par escluses, à ceux de Calais
toute l'eau douce, et la faire tourner par autre costé, malgré ceux
de Calais; et par ainsi le havre de Calais fust aterris dedens un an.
Mais les dites bastides furent abatues et ladite isle laissiée des gens
au roy de France, environ quinze jours devant Noël après ensuivant,
par un traictié qui fu fait entre les gens des deux roys. Et furent
trièves prises jusques au premier jour de septembre mil trois cens
quarante-neuf, par si que, entre deux certaines personnes, dévoient
traictier de la paix; et au cas que il ne pourroient estre à acort, les
deux roys promistrent eux combatre povoir contre povoir, à certain jour
et en certaine place qui seroient ordenées par les traicteurs[621].

[Note 617: Inédit.]

[Note 618: _Pierre Pertuis._ C'est un village de Bourgogne, à trois
lieues d'Avallon.]

[Note 619: _L'isle de Couloigne._ Coulogne est encore aujourd'hui un
village entre Guines et Calais.]

[Note 620: _Merque._ J'avoue que je n'ai pas trouvé ailleurs cette
désignation qui est la même dans nos chroniques et dans le continuateur
françois de Nangis.]

[Note 621: Au lieu des deux précieux paragraphes inédits qui précédent,
tous les manuscrits, à l'exception de celui de Charles V, portent: «En
ce meismes temps, unes bastides lesquelles avoient esté par messire
Giefroy de Charni contre les Anglois, emprès la tour de Sengate et
devers Guines, afin que les Anglois ne gastassent le pays, furent
par le roy de France destruictes et despéciées, je ne sai par quel
enortement; quar il donna trieves au roy d'Angleterre.»]

[622]Item, en celui an mil trois cens quarante-huit dessus dit, environ
la saint Andrieu, entra le conte de Flandres Loys en Flandres par
certain traictié fait entre luy et ceux de Bruges et du pays du Franc;
et fut une pièce à Bruges, avant ce qu'il eust obéissance de ceux de
Gant et d'Ypre. Et fist faire pluseurs justices en ladite ville de
Bruges de pluseurs qui ne vouloient estre en son obéissance. Et environ
le Noël ensuivant se mistrent ceux d'Ypre en son obéissance.

[Note 622: Inédit.]

[623]Item, la sepmaine devant Pasques flouries, l'an dessus dit, fist
monseigneur Jehan, ainsné fils du roy de France, duc de Normendie,
l'acort entre la contesse de Flandres, femme du conte qui fu mort à
Crecy et mère de celuy qui estoit pour le temps appellé Loys, et de la
contesse de Bouloigne qui avoit esté femme de monseigneur Phelippe de
Bourgogne, fils du duc de Bourgoigne et de là suer de ladite contesse
de Flandres; sur ce que ladite contesse vouloit avoir le bail des
enfans dudit monseigneur Phelippe et de la contesse de Bouloigne, quant
à la conté d'Artois qui appartenoit auxdis enfans. Et aussi fu l'acort
de pluseurs autres descors que les dessus dites contesses avoient
ensemble. Et furent ces acors fais à Sens[624]. Et en icelle sepmaine
là mourut Heudes, duc de Bourgoigne, frère de la royne de France qui
estoit venu à ladite ville de Sens pour ledit traictié[625].

[Note 623: Inédit.]

[Note 624: Ici reprennent les éditions gothiques de tous les
manuscrits.]

[Note 625: Le continuateur françoisde Nangis ajoute ici: «Et environ la
Penthecouste après, commença la mortalité à Sens, à Reins, à Orléans,
à Chartres, à Soissons, à Laon et en pluseurs aultres villes où elle
n'avoit encores esté.»]

Item, en iceluy temps, mourut Henri, duc de Limbourg, lequel avoit
espousé au Louvre, à Paris, l'ainsnée fille du duc de Normendie.

Item, en celuy temps, le royaume de Secile fu de rechief acquis.

Item, en celuy temps, messire Imbert, daulphin de Viennois, renonça
à la gloire du monde depuis qu'il ot vendu au roy de France son
Daulphiné, et prist habit de mendiant à Lyon-sur-le-Rosne, et fu fait
Jacobin ou Frère prescheur.


XLV.

ANNÉE 1349

_Coment Charles, premier né du roy et duc de Normendie, s'en ala prendre
les hommages du Daulphiné._

L'an de grâce mil trois cens quarante-neuf, Charles, ainsné fils du
duc de Normendie, s'en ala à Vienne aveques pluseurs barons du royaume
de France, et ileques reçut les hommages et fu mis en possession
dudit Daulphiné. (Et si prist à femme madame Jehanne, fille du duc de
Bourbon.)

Et en ce meisme an, le quart jour d'aoust, le conte de Foix prist à
femme la fille de la royne de Navarre, laquelle estoit fille de Loys
Hutin jadis roy de France et fils de Phelippe-le-Bel. Et fu la feste
faite à Paris, au Temple[626], et fu le service fait par Hue, évesque
de Laon.

[Note 626: _Au Temple._ Variante: _Au Louvre._]

En ce meisme moys, le onziesme jour, c'est assavoir le vendredi,
trespassa madame Bonne, duchesse de Normendie, femme de Monseigneur
Jehan, premier né du roy de France et duc de Normendie. Et fu enterrée
le dix-huitiesme jour du moys d'aoust, en l'églyse des suers de
Maubuisson, emprès Pontoise.

Item, en icest an, c'est assavoir le quart jour du moys d'octobre,
lequel fu au lundi, trespassa madame Jehanne[627], royne de Navarre,
fille de Loys Hutin, roy de France. Et fu enterrée à Saint-Denis en
France, aux piés de son père, et d'encoste messire Jehan, son frère,
lequel estoit appellé roy jasoit ce qu'il ne fust onques couronné, le
lundi onziesme jour de décembre.

[Note 627: _Jehanne._ Femme de Philippe d'Evreux, qui mourut croisé
en Espagne. Elle laissa trois fils et deux filles. Les fils: Charles,
Philippe et Louis. L'ainée de ses filles, Blanche, deuxième femme de
Philippe de Valois.]

Item, en celui an meisme, le douziesme jour de décembre devant dit,
trespassa[628] madame Jehanne, royne de France, jadis fille de
monseigneur Robert duc de Bourgoigne, et de madame Agnès, fille de
monseigneur saint Loys, et fut enterrée en l'églyse de monseigneur
saint Denis, le dix-septiesme jour de ce meisme mois, c'est assavoir au
juesdy; et son cuer fu enterré à Cistiaux en Bourgoigne[629].

[Note 628: _Trespassa._ «A Nostre-Dame-des-Champs, près Paris.»
(Continuation françoise de Nangis).]

[Note 629: La reine Jeanne de Bourgogne laissoit deux fils: Jean, duc
de Normandie, Philippe, duc d'Orléans; et trois filles, l'une mariée
très jeune à Charles de Navarre (le Mauvais); l'autre mariée à Bernabo,
duc de Milan; la troisième à Edouard, duc de Bar.--La continuation
françoise de Nangis ajoute ici: «Et les entrailles au Moncel, lez le
pont de Sainte-Messance.»]

Item, en ce meisme temps, messire Geffroy de Charny chevalier né de
Bourgoigne, si fist une convenance aveques un Lombart[630], par telle
manière que ledit Lombart luy devoit baillier la tour qui est emprès
la ville de Calais, parmy une certaine somme d'argent. Quant la somme
d'argent fu bailliée, si cuida bien ledit messire Geffroy avoir ladite
tour, car il vit les banières du roy de France qui estoient sur la
tour; mais il ne fist pas bien cautement son marchié, car il n'avoit
nuls hostages dudit Lombart. Si s'en vint à la tour, et tantost qu'il
approucha, les bannières du roy de France furent trébuchiées par terre;
et soudainement va issir une grant compaignie d'Anglois bien armés,
encontre ledit messire Geffroy et sa compaignie, en laquelle il avoit
moult de nobles hommes. Quant messire Geffroy vit ce, si apperçut qu'il
estoit trahi, et lors se commença à deffendre au mieux qu'il pot.
Ilecques mourut noblement messire Henri du Bois, chevalier, mais le
sire de Montmorency si s'enfuy et sa compaignie avec luy honteusement,
si comme l'en disoit communelment. Finablement, ledit messire Geffroy
si ne pot plus soustenir les plaies qu'il avoit en son corps, si fu
pris[631] et présenté sur une table de fust au roy d'Angleterre qui
lors estoit à Calais, et depuis fu envoié prisonnier en Angleterre.

[Note 630: _Un Lombard._ Aimery de Pavie, qui, suivant Froissart, étoit
alors gouverneur de Calais.]

[Note 631: _Si fu pris._ «Et monsieur Eustace de Ribemont, et aucuns
aultres jusqu'au nombre de cinq ou six chevaliers; monsieur Henry
Dubos, champenois, Pipin Dierre (Froissart écrit: _De Werre_), picart,
y furent mors.» (Continuation françoise de Nangis.)--Froissart dit de
Geoffroi de Charny: «La estoit messire Geffroy de Charny, sa bannière
devant lui, _de gueules à trois escussons d'argent_.»]

Item, en ce meisme an, le onziesme jour de janvier, lequel fu au mardi,
le roy de France Phelippe espousa sa seconde femme, c'est assavoir
Blanche[632], jadis fille de la royne de Navarre derrenièrement au moys
d'octobre trespassée et à Saint-Denis enterrée, et suer de la femme au
conte de Foys; et fu la feste à Braie-Conte-Robert, privéement plus que
en appert.

[Note 632: _Blanche._ «Laquelle estoit de dix-huit ans ou environ.»
(Continuation françoise de Nangis.)]

En ce meisme an, le mardi neuviesme jour du moys de février, Jehan,
ainsné fils du roy de France, duc de Normendie, espousa sa seconde
femme Jehanne, contesse de Bouloigne, en la chapelle de madame saint
Jame, près de St-Germain-en-Laye; et fu la feste faite à une ville
qui est appellée Muriaux, près de Meulent[633]. Laquelle contesse de
Bouloigne avoit esté femme de monseigneur Phelippe, fils du duc Heudes
de Bourgoigne, lequel monseigneur Phelippe avoit esté mort de sa mort
naturelle devant Aguillon, lorsque ledit duc de Normendie y estoit à
siège l'an mil trois cens quarante-six. Laquelle contesse avoit esté
fille du conte de Bouloigne Guillaume et de la fille de Loys, conte
d'Evreux; et tenoit ladite contesse de Bouloigne tant de son héritage
que de l'héritage de deux enfans qu'elle avoit dudit Phelippe de
Bourgoigne, le duché de Bourgoigne et les contés d'Artois, de Bouloigne
et d'Auvergne, et autres terres pluseurs.

[Note 633: Le reste du chapitre est inédit.]

_Incidence de ceux qui se batoient._--Item, en celuy an mil trois
cens quarante-neuf dessus dit, au moys d'aoust, s'esmut au royaume de
France en aucunes parties, des gens qui se batoient de courgies de
trois lanières, en chascune desquelles lanières avoit un neu; auquel
neu avoit quatre pointes ainsi comme d'aiguilles; lesquelles pointes
estoient croisiées par dedens ledit neu, et pairoient dehors en
quatre costés dudit neu; et se faisoient seingnier en eux batant, et
faisoient pluseurs sérimonies tant comme il se batoient avant et après;
et ce faisoient en place commune en chascune ville où il estoient,
deux fois de jour, par trente-trois jours et demi; et ne demouroieht
en ville que un jour et une nuit, et portoient croix merveilles en
leur chapeaux de feustre, et en leur espaules, devant et derrière.
Et disoient qu'il faisoient toutes les choses qu'il faisoient par la
revelacion de l'angle. Et tenoient et créoient que leur dite penance
faite par trente-trois jours et demi, il demourroient purs, nés,
quictes et absous de tous leur péchiés, ainsi comme il estoient après
leur baptesme. Et vindrent ceste gent en France premièrement de la
langue thioise, comme de Flandres, de Brebant et de Hainaut, et ne
passèrent point Lille, Douay, Bethune, Saint-Omer, Tournay, Arras
et ès marches d'environ les frontières de Picardie. Mais assez tost
après s'en esmurent pluseurs, et par pluseurs tourbes, de Lille, de
Tournay et des marches d'environ, et vindrent en France jusques à
Troies en Champaigne, jusques à Rains et ès marches d'environ, mais
il ne passèrent point plus en avant, car le roy de France Phelippe
si manda par ses lettres que l'en les préist par tout son royaume
ou l'en les trouverait faisant leur sérimonies. Mais non obstant
ce, il continuèrent leur folie et multiplièrent en celle erreur, en
telle manière que dedens la Noël ensuivant qui fu l'an mil trois
cens quarante-neuf, il furent bien huit cens mille et plus, si
comme l'en tenoit fermement: mais il se tenoient en Flandres, en
Hainaut et en Brebant; et y avoit grant foison de grans hommes et de
gentilshommes[634].

[Note 634: La continuation françoise de Nangis offre en cet endroit la
transcription latine, 1º de la lettre prétendue que les _Flagellans_
de Bruges disoient avoir reçue d'un ange de Dieu; 2º des articles,
rédigés de deux manières différentes, des statuts qu'ils envoyèrent
au chapitre de Tournay pour en obtenir l'approbation; 3º des
articles proches par un frère de Liège devant le peuple; 4º de leurs
cérémonies et superstitions; 5º enfin, en françois, «la teneur de
deux prières qu'ils disoient en chantant, quant ils se battoient de
leurs escourgies.» La première de ces deux prières a été publiée par M.
Mazure, bibliothécaire de Poitiers, d'après notre manuscrit.]


XLVI.

ANNÉE 1350

_Du grant pardon de Rome que le pape Clément ottroia; et de la mort du
roy Phelippe de Valois._

L'an de grace mil trois cent cinquante, le pape Clément ottroia plaine
indulgence à tous vrais confès et repentans qui, de cinquante en
cinquante ans, visiteroient en pèlerinage à Rome les glorieux apostres
saint Pierre et saint Pol.

En ce meisme an, le treiziesme jour du moys de juing, furent trièves
données à un an, et endementres devoient estre messages envoiés
de par le roy de France et le roy d'Angleterre à la court de Rome
pour traictier de la paix et proloingnier les trièves. Ces choses
furent faites ès champs devant Calais; présens, de par le pape, deux
arcevesques de Bracherantes et de Brindis; de par le roy de France,
l'évesque de Laon et Gille Rigaut, abbé de Saint-Denis en France,
aveques aucuns nobles; et de par le roy d'Angleterre, l'évesque de
Norwic, aveques aucuns autres d'Angleterre de par ledit roy envoiés.

Item, en icest an, une ville qui est appellée Loudun si fu prise des
Anglois en la feste monseigneur saint Jehan-Baptiste.

Item, en l'entrée du moys d'aoust ensuivant (se combati monseigneur de
Caourse et pluseurs autres chevaliers et escuiers, jusques au nombre de
cent vint hommes d'armes ou environ, contre le capitaine pour le roy
d'Angleterre, en Bretaigne, appellé messire Thomas Dagorn, Anglois,
devant un chastel appelle Auroy; et) fu ledit mesire Thomas desconfit
à mort et toutes ses gens, jusques au nombre de cent hommes d'armes ou
environ.

En ce meisme an, le dimenche vint-troisiesme jour dudit moys d'aoust,
ledit roy Phelippe mourut à Nogent-le-Roy, près de Coulons, et fu
aporté à Notre-Dame de Paris, le juesdi ensuivant, et le samedi
ensuivant fu enterré le corps à Saint-Denis, au costé senestre du grant
autel[635], et les entrailles en furent aux Jacobins de Paris, et le
cuer fu enterré à Bourfontaine en Valois.

[Note 635: Variantes: «Emprès la royne Jehanne, sa femme première.»]

Au temps de ce roy Phelippe fu moult de exactions et de mutations de
monnoies moult grièves au peuple, lesquelles n'avoient onques esté
veues au royaume de France.

A iceluy roy fu pluseurs seurnoms de diverses personnes imposés[636].
Premièrement il fu appellé Phelippe-le-Fortuné. Car si comme aucuns
disoient, fortune[637] l'avoit eslevé au royaume, et estoit grant
admiracion à pluseurs coment trois roys si très biaux estoient, en
l'espace de treize ans, mors l'un après l'autre[638]. Secondement, il
fu appellé Phelippe-l'Heureux, car, au commencement de son royaume,
il ot glorieuse victoire des Flamens. Tiercement, il fu appellé
Phelippe-le-Très-bon-Crestien, car il aimoit et doubtoit Dieu, et
si honnoroit à son povoir sainte églyse. Quartement, il fu nommé
Phelippe-le-Vray-Catholique, car, si comme de luy est escript, il
le monstra par fait et par dit en son vivant; premièrement par dit,
comme monseigneur Jehan, son ainsné fils et duc de Normendie, fust
moult griefment malade en la ville de Taverny, en l'an mil trois cens
trente-cinq, et par telle manière que tous les médecins qui là estoient
ne savoient plus que faire né que dire, fors seulement attendre la
volenté de Notre-Seigneur. Lors le bon roy, comme bon catholique et
vray, mist toute son espérance en Dieu, et dist ces paroles à la royne
et à ceux qui là présens estoient: «Je vous prie que s'il muert, que
vous ne l'ensevelissiez pas trop tost: car j'ay ferme espérance en
Notre-Seigneur et ès mérites des glorieux sains qui tant dévotement
en ont esté requis, et ès prières de tant de bonnes gens qui en
prient et ont prié, que sé il estoit mort, si seroit-il ressuscité.»
Si puet-on veoir, par dit, coment il avoit ferme foy en Jhésucrist
et en ses sains. Après, parfait, comme en son temps, c'est assavoir
en l'an mil trois cens trente-un, le pape Jehan XXII eust preschié
publiquement à Avignon une très grant erreur de la divine vision; et
finablement ceste erreur eust esté preschiée en la ville de Paris
par deux maistres en théologie, l'un Cordelier et l'autre Jacobin,
envoiés de par ledit pape, si comme l'en disoit, l'an mil trois cens
trente-trois, de laquelle prédication ou opinion il sourdi très grant
murmure, ainsi comme par toutes les escolles de Paris;--si avint que
le bon roy oï parler de ceste chose: si luy en desplu moult, et manda
tantost dix maistres en théologie et aucuns en droit et en décrés, et
leur demanda leur opinion de celle nouvelle prédicacion qui avoit esté
publiée ès escolles. Lors luy respondirent que ce seroit grant péril
et mal fait de la souffrir, car ce estoit par erreur et contre la foy.
Assez tost après, le bon roy fist une convocacion moult grant au bois
de Vinciennes, en laquelle convocation il y ot maistre en théologie en
grant quantité et aucuns autres en décret. Et si ot pluseurs évesques
et abbés. Et fu le maistre appellé qui celle erreur avoit preschiée à
Paris, auxquels le roy, en sa propre personne, comme désirant de la foy
deffendre, fist deux questions; la première fu telle, à savoir mon sé
les âmes des sains voient, dès maintenant la face divine? la seconde si
fu, à savoir mon sé ceste vision, de laquelle il voient présentement
la face de Dieu, faudra au jour du jugement qu'il en doie venir une
autre vision. Lors, fu déterminé de tous les maistres que la benoîte
vision que les sains ont à présent est et sera perdurable. A laquelle
déterminoison ledit maistre s'acorda et non pas de très bon gré, mais
ainsi comme contraint. Adonques fist faire le roy trois paires de
lettres de ladite déterminoison et furent scellées de trente sceaux de
maistres en théologie qui là présens estoient, desquelles le roy en
envoia une partie au pape et luy manda qu'il corrigast tous ceux qui
tendroient l'opinion contraire de ce qui avoit esté à Paris par les
maistres déterminé.

[Note 636: Au lieu de cette phrase, les éditions imprimées portent:
«A icelui furent plusieurs _servans_ lesquels estoient adversaires
personnes.»]

[Note 637: _Fortune._ Sort, hasard, aventure.]

[Note 638: La France a vu trois branches royales finir ainsi. 1º Louis
X, Philippe-le-Long et Charles-le-Bel; 2º François II, Charles IX et
Henry III; 3º Louis XVI, Louis XVIII et Charles X. Mais l'analogie
seroit encore plus parfaite si l'on pouvoit dire qu'aucune goutte n'est
échappée du sang de ce dernier roi.]

Si povoit-on veoir, par fait, coment le bon roy Phelippe fu vray
catholique, et non pas seulement pour les deux choses dessus récitées,
mais par pluseurs autres. Pourquoy Notre-Seigneur voult que il eust
paine et tribulacion en ce monde, afin qu'il peust aveques luy régner
après la mort pardurablement. Amen.


_Cy finent la vie et les fais de Phelippe-de-Valois._



ADDENDA.


I. Année 1294 Chapitre X.

Je me suis trompé gravement dans cette note, en faisant un crime aux
auteurs de glossaires d'avoir enregistré le mot _gehine_ dans le sens
de prison, chartre. Il appartient réellement à la bonne vieille langue
françoise. On a dit aussi _gaaine_ dans le même sens.


II. Année 1302 Chapitre XLIV.

Cette note renvoie à une parenthèse que le correcteur a jugé à propos
de supprimer dans le texte; elle devoit partir du commencement de
la phrase de la ligne septième, et se poursuivre jusqu'à la ligne
ante-pénultième de la même page.


III. Année 1306 Chapitre LXI.

Si l'origine que je donne au proverbe _attendez-moi sous l'orme_ ne
paroît pas bonne, on n'en conviendra pas moins que cette façon de
parler dût venir de l'usage de planter un ou deux ormes à chacune des
entrées de la ville. Quiconque arrivoit trop tard aux portes, soit pour
répondre à un rendez-vous, soit dans l'espérance d'entrer promptement
dans la ville, se voyoit forcé d'attendre sous l'orme et, le plus
ordinairement, en pure perte.


IV. Année 1315 Chapitre LXXVIII.(Fin de la grande note.)

Voici les paroles de M. Michelet:

«Louis à son avènement fit étrangler sa femme, afin de pouvoir se
remarier. Blanche, restée seule en prison, fut bien malheureuse.--_Elle
fut_, dit brutalement le moine historien, _engrossée par son geolier ou
par d'autres_. Il passe outre avec une cruelle insouciance. Peut-être
aussi n'ose-t-il en dire davantage. D'après ce qu'on sait des princes
de ce temps, on croirait aisément que la pauvre créature, dont la
première faiblesse n'était pas bien prouvée, fut mise à la discrétion
d'un homme chargé de l'avilir.»

Cette citation offre, il faut l'avouer, le résumé des défauts
du travail de M. Michelet. Toutes les sources historiques sont
employées, mais arbitrairement interprétées et parfois inexactement
citées. Certes, le _moine historien_ est bien loin de parler _aussi
brutalement_; j'ai reproduit ses expressions page 221. D'ailleurs, pour
se remarier, Louis X n'avoit pas plus besoin de faire étrangler sa
femme que Charles-le-Bel de déshonorer la sienne.--Le _quidam serviens
custodioe deputato_ ne signifie pas le geôlier de Blanche, mais l'un
des gentilshommes chargés de sa garde. Supposer qu'on _eût besoin
d'avilir Blanche_, déjà condamnée et suffisamment avilie par sentence
du parlement, c'est confondre les époques et rappeler bien mal à propos
l'anecdote que Tacite a contée de la fille de Séjan. Charles-le-Bel,
devenu roi, obtint la nullité de son premier mariage: mais pour
l'obtenir il se garda bien d'alléguer des motifs de ce genre.

Au reste, les défauts que je ne crains pas de signaler n'empêchent
pas que le travail de M. Michelet ne soit le plus précieux et même le
plus remarquable que l'on ait entrepris de notre temps sur l'histoire
de France. Cet habile écrivain a du moins le courage de trouver dans
nos annales quelques beaux endroits, quelques nobles faits et quelques
grands caractères. On lui doit de la reconnaissance pour n'avoir pas
systématiquement déprécié les anciennes moeurs, les anciennes lois,
les anciens héros de la patrie. J'oserai même ajouter que si, nouveau
Niebuhr, M. Michelet revient un jour avec sévérité sur sa première
inspiration, il pourra doter la France d'une véritable histoire. Déjà
dans ce qu'il a publié on reconnoît plusieurs beaux fragmens d'un
monument national: puisse-t-il un jour les réunir, les coordonner et
surtout les séparer de tout ce qui les dégrade et les déshonore!


V. Année 1316 Chapitre VIII.

Il faut d'abord ajouter que cet important passage et l'alinéa suivant
étoient restés inédits. Puis, dans cet endroit de la deuxième ligne de
la page suivante: _Receu fu des Flamens_, il faut retrancher le _fu_.


VI. Année 1328 Chapitre I.

On a tant disputé sur les droits respectifs de Philippe de Valois et
d'Edouard III à la succession de Charles-le-Bel, que nous croyons
devoir ajouter ici le début de l'histoire de Philippe de Valois,
tel que les éditions gothiques l'ont imprimé. Il offre quelques
circonstances de plus que le texte que nous avons préféré d'après les
meilleurs et les plus nombreux manuscrits:

«Après la mort du roy Charles qui bel fu appellé, lequel avoit laissé
la royne Jehanne sa femme grosse, furent assemblés les barons et les
nobles à traicter du gouvernement du royaulme. Car, comme la royne de
France fust grosse, et on ne savoit quel enfant elle devoit avoir,
il n'y avoit celluy qui osast à soy appliquer le nom de roy. Mais
seullement estoit question entr'eulx, auquel comme au plus prochain
devoit estre commis le gouvernement du royaulme; mesmement comme au
royaulme de France femme ne succède pas personnellement en royaulme.

«Si disoient les Anglois qui présens estoient pour le roy d'Angleterre
tant comme le plus prochain et nepveu du roy Charles à luy devoit venir
le gouvernement du royaulme. Et mesmement le royaulme, sé la royne
n'avoit hoir male, et non pas à Phelippe de Valois qui n'estoit que
cousin germain. Dont plusieurs docteurs en droit canon et en droit
civil qui présens estoient, disoient que à Edouart appartenoit le
gouvernement comme au plus prochain. Adoncqucs fu argué à l'encontre
de ceux qui pour le roy d'Angleterre là estoient et contre l'oppinion
d'aucuns docteurs et leur fu dit que la prochaineté que le roy
d'Angleterre devoit avoir ou soy disoit avoir ou royaulme de France
ne luy venoit, fors que de par sa mère, laquelle avoit esté fille
du roy Phelippe-le-Bel. Et la coustume de France toute commune est
que femme ne succède pas au royaulme de France, nonobstant qu'elle
soit la plus prochaine en lignaige. Et encore fu argué qu'il n'avoit
oncques esté veu né sceu que le royaulme de France eust esté soubmis
au roy d'Angleterre né à son gouvernement. Et mesmement que ledit
roy d'Angleterre est vassal du roy de France et tient de luy grant
partie de la terre que il a pardessa la mer. Ces raisons oïes et
pluseurs autres par lesquelles le roy d'Anglelerre ne devoit pas venir
au gouvernement du royaulme, nonobstant qu'il fust le plus prochain
de par sa femme au roy Charles; il fu conclu par aucuns nobles et
mesmement par messire Robert d'Artois, si comme l'en disoit, que à
messire Phelippe de Valois, fils de messire Charles de Valois, devoit
venir le gouvernement du royaulme de France, comme plus prochain par
ligne de hoir male. Et lors fu appelle régent du royaulme de France
et de Navarre. Et receut les hommages du royaulme de France et non
pas de Navarre. Car Loys, conte d'Evreux, à cause de sa femme, fille
du roy Loys Hustin, ainsné fils du roy Phelippe-le-Bel, disoit à luy
appartenir ledit royaulme de Navarre, pour la cause de la mère de
sa femme. Laquelle avoit esté femme du roy Phelippe-le-Bel. Mais la
royne Jehanne de Bourgoigne disoit le contraire, et que à sa fille,
femme du duc de Bourgoigne, devoit appartenir. Car son père estoit
vestu de tous les drois dudit royaulme quant il mourut. Semblablement
la royne Jehanne d'Evreux disoit que à sa fille appertenoit par plus
forte rayson. Et là eut moult grant altercation de l'une partie contre
l'autre et demoura ainsi la chose une pièce de temps en suspens.»


FIN DU CINQUIÈME VOLUME DES GRANDES CHRONIQUES DE FRANCE.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Les grandes chroniques de France (5/6) - selon que elles sont conservées en l'Eglise de Saint-Denis en France" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home