Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 2517, 23 Mai 1891
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 2517, 23 Mai 1891" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'ILLUSTRATION

_Prix du Numéro: 75 cent._

SAMEDI 23 MAI 1891

49e Année.--Nº 2517

[Illustration: VOYAGE DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE.--Limoges:
distribution des récompenses de la 17e fête fédérale de l'Union de
gymnastique.--D'après les croquis de notre envoyé spécial, M.
Clair-Guyot.]



[Illustration: COURRIER DE PARIS]

Quand nous aurons assisté à cent cinquante vernissages par printemps,
nous pourrons, à notre aise, prendre nos quartiers d'été. Grands dieux,
ces vernissages, comme ils se multiplient! On sort de l'un pour entrer
dans l'autre. S'il n'y a plus en France que très peu de salons où l'on
cause, il en est une quantité où l'on expose. Les Champs-Elysées sont à
peine escomptés que l'on ouvre le Champ-de-Mars, et celui-ci est à peine
lorgné qu'on se précipite vers le Salon des Refusés, un Salon pour rire,
le vaudeville après la grande pièce.

De toutes ces inondations de peinture, c'est bien celle du Champ-de-Mars
qui semble d'un agrément plus particulier, sinon supérieur. Cela tient
beaucoup à l'arrangement, à l'aménagement. On a là comme un vague
ressouvenir de ce beau rêve de 1889, l'Exposition évanouie.

On a la sensation qu'on va retrouver tout à l'heure nos amies les
petites Javanaises et on se demande si l'on n'entend point passer dans
l'air les lointains accords--ou désaccords--de la musique de la rue du
Caire. O valses des tziganes! O _starlets_ du Danube, aux déjeuners de
la Czarda! Fini, fini, tout cela. Mais l'exposition des tableaux nous
reste et nous en donne une sorte d'arrière-goût.

Et puis on y cause en ce Salon, dans les salons de repos. Les fauteuils
y sont bons. La lumière y arrive par des verrières de Besnard qui sont
bien suggestives, comme on dit à présent.

Par les fenêtres on aperçoit dans le jardin des touffes de marronniers
verts piqués de fleurs blanches. C'est très joli.

Puis les caquets s'envolent avec les pépiements d'oiseaux.

--Avez-vous vu Mme Gautereau?

--Oh! ce portrait, ma chère! Quel portrait!

--Remarquez-vous une chose: c'est que les très jolies femmes ne donnent
pas toujours de très jolis portraits.

--C'est comme en photographie.

--A peu près. Et pourtant les peintres ont plus de temps à eux.

--Est-elle si jolie que cela, la belle Mme Gautereau?

--Elle ressemble à Yvette Guilbert, moins la drôlerie, et à Mlle Moreno,
des Français, moins la voix. Mais elle est jolie.

--Le nom de son nouveau peintre?

--Courtois. Gustave Courtois.

--Ou Discourtois, car il ne l'a pas flattée.

--Les peintres ne sont pas en ce monde pour flatter.

--Oh! oh! Et si j'avais une verrue sur le nez, ils peindraient donc ma
verrue?

--Absolument, sous peine de tirer de leur palette un mensonge.

--C'est qu'un mensonge agréable est si doux! Voyez Machard. A la bonne
heure, il vous voit en beau, celui-là. Et Chaplin, le pauvre Chaplin!
Moi je ne comprends la peinture que comme un madrigal!

--Ne dites pas cela si haut: voilà des peintres.

--Qui cela?

--Raffaëlli.

--Oh! c'est un sculpteur--et excellent!

--Avez-vous vu les _Conscrits?_

--Les _Conscrits?_

--Oui, les _Conscrits_ de Dagnan. Un chef-d'oeuvre!

--Ah! ces paysans, là-bas, chantant derrière un drapeau tricolore?

--Précisément. Il y a toute la France dans ce tableau-là. Ces conscrits,
solides, cuits du soleil, sans pose, allant droit devant eux, c'est
superbe. Ils feront de rudes soldats.

--J'ai cherché la _Barricade_ de Meissonier, je ne l'ai pas trouvée.

--Là-bas, ce cadre crêpé de noir. Ce n'est pas grand, mais c'est
admirable.

Des morts aplatis sur un tas de pavés sanglants, dans une rue vide. Je
n'ai jamais mieux senti que devant cette vision l'épouvante de la guerre
civile. Meissonier avait peint cela d'après nature, certainement.

--Oui. Et il avait donné ce chef-d'oeuvre à Delacroix, comme une chose
quelconque, une petite étude. A présent, qu'est-ce que cela vaut?

--Les yeux de la tête, mais je garde les miens pour les Boldini. Oh! ces
Boldini! Etonnants, étourdissants. Voilà de vraies femmes modernes. Pas
des _primitifs_ ou des primitives, celles-là, comme le pastiche de
Courtois, non, des contemporaines, des névrosées, des détraquées, des
disloquées, mais si fines, si frêles, si délicates, si séduisantes!
Adorables, tout simplement. Elles sont capiteuses, comme du champagne.

--Et les _Pharisiens_ de Jean Béraud?

--Les Pharisiens? Les Parisiens, voulez-vous dire?

--Non, les Pharisiens. M. Renan invitant Jésus à dîner. C'est très
amusant et bien peint.

--Je n'ai pas vu ce Mystère!

--A propos, si nous allions goûter? Un baba et du Roederer.

--Allons goûter!

Voilà un aperçu des propos qu'entendent les salons de conversation du
Champ-de-Mars. A peu de choses près, c'est cela; quand on ne récite pas
l'article de Wolff ou de Mantz qu'on a lu le matin ou la veille dans son
journal. Mais il est surprenant de voir la vogue que gardent les
Expositions de peinture. Il y en aura bientôt 365 par an, et elles
auront 365 fois un public qui se fera écraser les pieds au vernissage.

--Vernissage? La mort aux souliers vernis.

Ces gros événements parisiens--pharisiens, dirait M. Jean
Béraud--s'étaient encore grossis, la semaine dernière, d'une petite
anecdote spéciale. Tout-Paris s'était trouvé, les pieds et le bec dans
l'eau, devant la Porte-Saint-Martin, dont l'affiche portait, barrant le
titre du _Petit Faust_, une bande attristante! _Relâche_. Relâche par
indisposition. Pauvre Tout-Paris! Il venait pour écouter le _Petit
Faust_, et Jeanne Granier, malade, ne pouvait chanter.

Malade ou colère? Malade. Un rhumatisme soudain avait _intéressé_, comme
disent les médecins, quelques cordes vocales. Et alors, en avant la
laryngoscope! A nous, Poyetet Fauvel! Mais la voix ne revenait pas, et
_Tout-Paris_ attendait, à la porte du théâtre, la fin de l'averse en se
disant:

--Que ferai-je, mon Dieu, ce soir?

Tout le monde ne pouvait aller au Théâtre-d'Application voir les si
curieuses projections magiques du peintre Horace de Callias, il en
coûtait 100 francs à cette représentation-là, et 100 francs, c'est une
somme. Il est vrai qu'on avait droit en plus à une pièce de la duchesse
d'Uzès et à un concert vocal, où les artistes n'étaient autres que la
vicomtesse de Tredern, la comtesse Mnizeck. Il s'agissait d'une bonne
oeuvre, c'est tout dire.

Mais, encore une fois, tous les Parisiens n'ont pas 100 francs à mettre
à une représentation. Et le soir du _Petit-Faust_, le Tout-Paris se
disait:

--Que ferai-je, mon Dieu, ce soir?

Aller voir les _Lions_, c'est trop loin! Et puis _Néron_ au lieu du
_Petit Faust!_ Alors Tout-Paris, en toilettes de _premières_, s'est
rabattu sur les cafés-concerts du voisinage, et a écouté des chanteuses
qui ne chantaient pas comme Jeanne Granier, mais qui n'avaient pas de
rhumatismes sur les cordes vocales.

Les petites camarades ont fait courir le bruit que ce rhumatisme était
dû à un costume manqué. Ces couturières n'en font jamais d'autres, et
Mlle Granier a pour ses costumes des coquetteries toutes naturelles. La
blonde Blanche d'Antigny, qui fut la première Marguerite du _Petit
Faust_, n'avait pas de ces accès de rhumatisme. Toujours en santé et en
gaieté, cette belle fille que nous vîmes arriver un matin de Russie,
avec un attelage moscovite et de petits trotteurs de l'Ukraine, conduits
par un moujick en blouse de soie.

Elle était, là-bas, toute-puissante, et je ne sais quel grand personnage
n'avait rien à lui refuser et ne lui refusait rien. Elle disait:

--Je viens passer quinze jours à Paris, mais je repars pour Pétersbourg.
Je ne veux que prendre l'air.

Seulement cet air-là lui monta à la tête. Elle trouva Paris amusant et,
Nestor Roqueplan aidant, elle entra au théâtre. Au Palais-Royal, si je
ne me trompe. Mais elle le quitta bien vite, ce Palais-Royal, et,
superbe, rieuse, les cheveux couleur des blés, la chair couleur du lait,
les yeux couleur de saphir, elle apparut dans _Chilperic_, vêtue d'une
peau de mouton blanche, blanche comme le plus gras et le plus joli des
bébés mérovingiens qu'on pût imaginer. Elle séduisit le public.

Tant de belle humeur! Pas de façons. Un Rubens à la _parisine_. Puis
Hervé pour elle écrivit le _Petit Faust_ et Blanche d'Antigny--Blanche,
comme on disait alors--devint une des reines, une des joies de Paris.
Qui s'en souvient maintenant? Et après tant de beauté, de bonté, de luxe
et de bruit, quel silence succédant à quelle fin! Car voici comment elle
mourut: au Grand-Hôtel, parmi ses malles à peine défaites, au retour
d'un voyage au Caire. Défigurée, dit-on, par le coup de foudre d'une
petite vérole noire. Zola n'eut garde d'oublier cette fin tragique
lorsqu'il ramassa ses documents pour écrire _Nana_.

Et _Nana_, c'est Blanche d'Antigny, mais une Blanche poussée au drame et
qui n'est pas la belle créature insouciante qui vous amusait dans le
_Petit Faust_, le sourire aux lèvres et le coeur sur la main.

Le romancier qui évoqua la pauvre fille sera-t-il cette semaine élu à
l'Académie française? On le dit ou du moins on en parle, car ces
élections passionnent toujours peu ou prou le public. Les uns tiennent
pour Pierre Loti, les autres pour M. Zola, d'autres pour M. de Bornier,
d'autres encore pour M. Stéphen Liégeard. Qui endossera l'habit vert?
Qui sera le plus heureux des quatre? Les auteurs dramatiques vont, sans
aucun doute, voter pour M. de Bornier. Mais les romanciers et les
critiques? Vont-ils aussi se prononcer pour ou contre le roman
romanesque inventé par M. Marcel Prévost pour les besoins de sa cause
qui, d'ailleurs, est bonne?

On saura cela avant la fin de la semaine, à moins que l'Académie ne vote
pour personne, ce qui lui arrive parfois.

--Il est possible que nous attendions, disait l'autre jour un
académicien. Attendre! Le mot est plein de sous-entendus macabres. Mais
toute élection, politique ou scientifique, sénatoriale ou littéraire,
qu'est-ce donc, si ce n'est le jeu de la mort?

Et cette mort de M. Deck, qui vient attrister le monde des arts, c'est
une perte. Ce grand céramiste fut un homme simple, bon, dévoué à sa
tâche. Une espèce de gens chaque jour plus rare. Deck était Alsacien;
toute sa vie, il l'avait vouée à cet art qui fit la gloire des Palissy
et des Avisseau.

Je gage qu'on va profiter de la mort de Deck pour demander à quoi sert
la manufacture de Sèvres et à quoi bon la conserver.

On devine tous les arguments qui peuvent être produits. Ce sont toujours
les mêmes sur les lèvres de ceux qui veulent tout détruire. A quoi bon
l'École de Rome? A quoi bon les Gobelins? A quoi bon tout ce qui fait la
supériorité artistique de la France? Un Américain, averti de cet
entraînement de certains esprits français vers une aimable abolition de
notre aristocratie artistique, s'est dit--j'ai, je crois, en son temps,
conté la chose:

--Il y a une affaire à faire là!

Et il a offert d'acheter pour une somme considérable (je ne sais combien
de millions de dollars) la marque seule de la manufacture de Sèvres,
cette marque qui est une estampille d'art.

L'État conserverait les bâtiments de Sèvres. Il y logerait une école
professionnelle ou des instituteurs, à son gré, et l'Américain vendrait
à l'univers des Sèvres authentiqués par la marque officielle. Ce serait
donc profit pour notre budget qui a besoin de secours et pour le Yankee
monnayant ainsi un peu de notre vieille gloire.

On a refusé. Jusqu'à présent on persiste à trouver que le luxe est aussi
la décoration des démocraties, et Sèvres, comme Beauvais, comme les
Gobelins, comme l'École des Beaux-Arts, résiste encore aux assauts. Mais
il faut se hâter ou se raidir si l'on veut persister dans ce qui fut
l'attrait et la séduction de la France. La mort de Deck va tout remettre
en question. A quoi bon chercher un directeur nouveau quand il serait si
simple de supprimer le directeur en supprimant la manufacture? Le musée
resterait, et encore! L'Amérique pourrait aussi nous l'acheter. O
Champfleury! que tu as bien fait de précéder le pauvre Deck!

Mais, d'ailleurs, qu'on attaque ou qu'on défende Sèvres, les choses qui
doivent arriver n'en arrivent pas moins à leur heure, et, pour peu qu'on
ait vécu, quelque parisien qu'on soit, on devient quasi-mahométan. Ce
qui doit être arrive. Il en est de nos opinions comme de ces discours
officiels qu'on entend aux gares et aux banquets, en voyage. La fumée du
chemin de fer ou celle des repas les emporte. Et, comme disait le bon
Théophile Gautier:

--_Rien ne prouve rien; du reste, il n'y a rien; au surplus, tout cela
est bien indifférent._

Cela vaut bien l'optimisme, par Allah! de M. Renan.

Rastignac.



[Illustration: ATHÈNES.--Le palais du Parlement.]

LES PARLEMENTS ÉTRANGERS

XI

GRÈCE

Commencée en 1820 par le soulèvement des Souliotes, l'insurrection des
provinces grecques contre la domination turque se propagea avec rapidité
l'année suivante, et le 7 juin 1821, le Sénat du Péloponnèse procédait à
la désignation d'un gouvernement provisoire. Le 13 juin 1822, une
Assemblée nationale, réunie à Epidaure, élabora la Constitution
d'Épidaure, qui, révisée l'année suivante par une autre Assemblée réunie
à Astros, devint la Constitution d'Astros (25 avril 1823), et cette
dernière devait être encore modifiée quelques années plus tard, sous le
nom de Constitution de Trézène, par une troisième Assemblée constituante
qui siégea à Trézène (1827).

Quoi qu'il en soit, ces Constitutions établissaient en principe une
forme de gouvernement républicaine; mais Capodistria, nommé président
pour sept ans en 1827, s'abstint de convoquer la représentation
nationale pendant deux ans, et ne la convoqua à Argos, en 1829, que pour
se faire conférer un pouvoir absolu; après sa mort (9 octobre 1831),
l'anarchie la plus complète régna dans le pays.

Reconnue comme monarchie indépendante, le 3 février 1830, par la
conférence de Londres, la Grèce accepta pour roi, par le traité du 7 mai
1832, le prince Othon de Bavière qui, sous le nom d'Othon Ier, gouverna
d'abord onze ans sans Constitution. Après la révolution militaire du 15
septembre 1843, il fut obligé de prêter serment à une Constitution
imitée de la Charte française de 1830, et admettant le système de la
dualité des Chambres.

Mais la Constitution actuellement en vigueur a été élaborée par
l'Assemblée nationale convoquée à Athènes, deux mois après la
destitution du roi Othon. Cette assemblée abolit le Sénat, et établit
que le pouvoir législatif appartiendrait à une seule chambre. La
Constitution fut votée le 17 octobre 1864, et un mois après le roi
Georges 1er prêtait serment. Elle n'a subi qu'une modification
postérieure, relative au Conseil d'État qui fut aboli, comme le Sénat
l'avait été.

Voici les principales dispositions de la Constitution grecque, en ce qui
concerne la Chambre des députés.

Le droit de proposer de nouvelles lois appartient à la Chambre et au
roi, qui use de ce droit par l'intermédiaire de ses ministres.

Si une proposition de loi est rejetée par la Chambre, elle ne peut être
présentée à nouveau au cours de la même session.

Aucune cession ou échange de territoire ne peut avoir lieu sans une loi
spéciale.

Le roi ratifie et promulgue les lois: un projet de loi voté par la
Chambre et non ratifié par le roi, deux mois après la clôture de la
session, est considéré comme nul et non avenu. Le roi convoque
régulièrement la Chambre une fois par an, et extraordinairement
lorsqu'il le juge nécessaire. Il a aussi le droit de la dissoudre; mais,
dans ce cas, le décret de dissolution doit ordonner la convocation des
électeurs dans l'espace de deux mois à partir de la date de la
dissolution, et la convocation de la Chambre dans l'espace de trois
mois.

La Chambre se réunit d'office tous les ans au 1er novembre, à moins que
le roi ne la convoque avant cette date. La durée de chaque session doit
être de trois mois au moins, et de six mois au plus.

Les séances de la Chambre sont publiques; toutefois, sur la demande de
dix membres, elle peut se réunir en séance secrète et prononcer le
huis-clos.

Pour que la Chambre puisse délibérer et voter, il faut que la moitié de
ses membres plus un soient présents, et les votes sont acquis par une
majorité absolue des voix.

Tous les ans, la Chambre vote l'effectif des armées de terre et de mer
et le budget.

Les députés prêtent serment en séance publique à la Chambre: les députés
non chrétiens prêtent serment d'après la formule et les commandements de
leur religion.

Le nombre total des députés ne peut pas être inférieur à 150. La durée
de la période parlementaire est de 4 ans, et pour chaque session chaque
député reçoit une indemnité de 2,000 drachmes (2,000 fr.). En cas de
sessions extraordinaires, ils n'ont droit qu'aux frais de voyage (aller
et retour).

La Chambre a le droit de mettre les ministres en accusation devant un
tribunal nommé à cet effet, et présidé par le président de la cour de
cassation. Le roi peut gracier un ministre condamné par ce tribunal,
mais il faut pour cela l'assentiment de la Chambre.

Les députés sont nommés par le suffrage universel; les élections se font
en même temps dans tout le royaume.

Est électeur tout _démote_ (habitant d'une commune), âgé de vingt et un
ans.

Est éligible tout citoyen hellène, âgé de trente ans, jouissant depuis
deux ans de ses droits civils et politiques, et ayant au moins deux ans
de séjour dans la circonscription électorale où l'on pose sa
candidature. Les maires et les fonctionnaires publics rémunérés ne
peuvent pas être élus députés, à moins qu'ils ne donnent leur démission
quarante jours avant le jour du vote. Les officiers en activité de
service peuvent être élus; mais, dans ce cas, ils sont mis en
disponibilité pendant toute la durée de la période parlementaire.

Le vote dure un seul jour (qui doit être un dimanche), du lever au
coucher du soleil. Les résultats sont proclamés par le tribunal de
première instance. Si deux ou plusieurs candidats ont obtenu un nombre
égal de voix, on tire au sort. Les membres du clergé ne peuvent ni voter
ni être élus.

Malgré l'annexion de l'Épire et de la Thessalie, le nombre des députés
est resté fixé à 150. La population de chaque circonscription électorale
est calculée non pas d'après le nombre des habitants, mais d'après le
nombre des électeurs. Les élections se font au scrutin de liste.

                                          *
                                        * *

A l'ouverture de la session parlementaire, la présidence est donnée
provisoirement au doyen d'âge, et on nomme comme secrétaires les quatre
plus jeunes députés. Pour la vérification des pouvoirs, la Chambre est
divisée en huit sections: la validation des élections se discute en
suivant l'ordre alphabétique des circonscriptions électorales.

La Chambre élit alors à l'ouverture de chaque session, à la majorité
absolue des voix et au scrutin secret, un président, trois
vice-présidents et quatre secrétaires. Le président ainsi nommé se
présente avec tout le bureau devant le roi.

Après la constitution de son bureau définitif, la Chambre nomme douze
commissions spéciales: budget, affaires intérieures, affaires
étrangères, armée, marine, etc. La commission du budget est composée de
21 membres, chacune des autres n'en comptant que 9. Les pouvoirs de ces
commissions durent pendant toute la session, et le même député ne peut
pas être membre de trois commissions à la fois.


[Illustration: L'EXPOSITION FRANÇAISE DE MOSCOU.--Inauguration de
l'exposition par le clergé orthodoxe grec bénissant la galerie
d'honneur. Dessin d'après nature de M. Lanos, envoyé spécial de
«l'Illustration».]


[Illustration: LA TORPILLE DIRIGEABLE.--La torpille en marche.]

[Illustration: LA TORPILLE DIRIGEABLE.--L'opérateur dirigeant, de terre,
la marche de la torpille. Dessins d'après nature de notre envoyé
spécial, M. de Hænen.]


Comme on le voit, la Grèce est le pays parlementaire par excellence, et
son Parlement ne manque pas de bons orateurs.

Quelques mots sur les deux personnages les plus en vue: M. Charilaos
Tricoupis, et le chef de l'opposition, M. Théodore Delyanni.

M. Charilaos Tricoupis, fils de Spiridion Tricoupis, le célèbre
historien de la guerre de l'indépendance hellénique, est un homme de 58
ans environ; il a fait ses études à Athènes et à Paris. Après avoir été
secrétaire de la légation de Grèce à Londres, il revint en 1862 dans son
pays, et depuis 1865 il n'a cessé de prendre une part active à la
politique. Il a été deux fois ministre des affaires étrangères, en 1807
et en 1877; il été déjà trois fois président du conseil, en 1875, 1880
et 1882. Il représente donc avec une autorité incontestée le
gouvernement.

C'est d'ailleurs un homme d'une rare intelligence et d'une activité
surprenante; ses adversaires eux-mêmes lui reconnaissent les plus
grandes qualités. Le long séjour qu'il a fait en Angleterre a beaucoup
influé sur son caractère, ses moeurs, son langage et même son accent. Ce
ministre grec, très grand, très brun, a l'air d'un gentleman. Comme
orateur, il a la voix forte et vibrante, l'argumentation serrée; mais
son éloquence est plutôt sèche et manque de gestes. Le seul point faible
de M. Tricoupis est de ne pas être économiste: c'est une science qu'il
n'a pas approfondie, et, chaque fois qu'il arrive au pouvoir, il propose
des lois nouvelles qui bouleversent le système fiscal et économique du
pays. Malgré cela, il reste un adversaire redoutable, aussi bien sur le
terrain parlementaire que sur le terrain politique.

M. Théodore Delyanni, le chef de l'opposition, fait un contraste
frappant avec M. Tricoupis. Son premier mérite est d'être un enfant du
pays, qu'il a étudié et connaît à fond. C'est aujourd'hui un homme de
soixante-trois ans; il les porte d'ailleurs vaillamment. Après avoir
étudié le droit à l'université d'Athènes, il entra tout jeune au
ministère de l'intérieur où il resta jusqu'en 1862, montant toujours en
grade. A cette époque, il était secrétaire général. En 1860, il avait
été envoyé à Paris, avec mission d'étudier le service de
l'administration générale et de l'administration municipale, le régime
pénal et les établissements de bienfaisance qui dépendent de
l'Assistance publique. De retour en Grèce, il fut envoyé à l'Assemblée
nationale qui fut convoquée après la destitution du roi Othon, et là, il
se distingua par son éloquence et ses connaissances sur le droit
constitutionnel et le régime parlementaire. Il fit partie de la
commission qu'élabora la constitution actuelle de la Grèce. En 1866, il
avait déjà été nommé quatre fois ministre des affaires étrangères,
conseiller d'État et ministre de Grèce à Paris. Après 1869, il fut nommé
tour à tour ministre des finances, des cultes, de l'intérieur, des
affaires étrangères, de la justice et de la guerre. En 1878, alors qu'il
était ministre des affaires étrangères, il représenta la Grèce au
congrès de Berlin. Après la mort de Coumoundouros, il fut reconnu comme
le chef autorisé de l'opposition, et lorsqu'en 1885 le roi le chargea de
former le cabinet, il déploya la plus grande activité pour mettre la
Grèce en état de soutenir avec la Turquie une lutte qui paraissait alors
inévitable. M. Delyanni est un orateur accompli, et le type du vrai
parlementaire. Son langage et sa conduite sont également modérés, et,
plusieurs fois même, il a conseillé à ses partisans la même modération.
Il n'a pas la raideur de M. Tricoupis, il se montre toujours affable
envers tout le monde.

                                          *
                                        * *

Nous avons fait un portrait rapide des deux leaders du parlementarisme
grec; mais, à côté d'eux, figurent quelques personnages d'une haute
valeur, entre autres M. Simopoulos, ami intime de M. Tricoupis,
économiste distingué. C'est un homme d'une grande méthode, et un orateur
dont les discours gagnent plus à être lus qu'à être entendus.

Parmi les bons orateurs, il faut citer MM. Ralli et Hazzopoulos, dont les
discours sont toujours empreints d'une réelle érudition et d'un esprit
véritable.

D'autres députés ont, pour ainsi dire, des spécialités reconnues. Ainsi
M. Carapanos est une autorité consultée dans les questions relatives à
la Turquie qu'il connaît très bien, étant resté longtemps à
Constantinople, où il a fait sa fortune. M. Typaldos Cozakis jouit d'une
grande compétence pour la politique extérieure: il a été d'ailleurs
longtemps secrétaire général au ministère des affaires étrangères,
tandis que les questions économiques et fiscales sont plutôt du ressort
de M. Sotiropoulos qui fut plusieurs fois ministre des finances.

Enfin, il faut citer un homme jeune encore, et qui n'a peut-être pas
pour le moment assez de sang-froid, mais qui plus tard sera un orateur
de premier ordre. Au surplus, il a de qui tenir, c'est le fils
d'Alexandre Coumoundouros, l'éminent homme d'État, mort il y a quelques
années.

                                          *
                                        * *

En Grèce, il n'y a pas de partis politiques à proprement parler: il n'y
a ni royalistes, ni impérialistes, ni conservateurs, ni républicains, ni
socialistes, ni anarchistes. Les diverses nuances politiques ou même
sociales qui différencient les partis en France et dans les autres pays
sont à peu près inconnues en Grèce ou, du moins, n'ont pas de partisans
officiels et déclarés. Tous les Grecs sont plus ou moins républicains,
démocrates même, et en cela ils sont bien les descendants des anciens
Grecs; seulement, ils savent concilier leurs tendances et leurs opinions
avec l'existence d'un roi, d'une cour, et ils n'ont jamais songé à y
substituer un gouvernement républicain. Ce sont donc, en quelque sorte,
des royalistes républicains; ils aiment leur souverain actuel, Georges
1er, plus encore leur reine Olga, et surtout le prince héritier
Constantin. Il y a bien quelques républicains purs dans l'étendue du
royaume, mais ils ne proclament pas ouvertement leur idéal politique.

Il n'y a pas longtemps, il y avait en Grèce cinq partis politiques,
ayant chacun un chef; trois de ces chefs étant morts, personne n'osa
recueillir leur succession, et il ne resta plus que MM. Tricoupis et
Delyanni, qui groupèrent alors autour d'eux, le premier les
gouvernementaux, le second ceux de l'opposition. C'est ainsi que la
Grèce actuelle est aujourd'hui divisée en deux camps, les tricoupistes
et les delyannistes, et, à la Chambre, les tricoupistes siègent à
droite, et les delyannistes à gauche. Leurs opinions politiques sont à
peu près les mêmes, mais elles diffèrent un peu dans leur application.
Le parti de M. Tricoupis est un peu conservateur, tandis que le parti de
M. Delyanni est plus libéral; mais cette distinction n'est qu'apparente,
au fond, c'est la même chose, c'est la même eau teintée en deux
couleurs.

M. Tricoupis est accusé par ses adversaires d'écouter trop les conseils
de l'Angleterre et les recommandations de Berlin; M. Delyanni est
considéré comme moins sensible aux influences étrangères, et on
reconnaît que sa politique est plus nationale.

F. Artout.



LE PROLOGUE DE GRISÉLIDIS

Notre collaborateur Savigny nous raconte, dans une autre partie du
journal, la jolie légende de _Grisélidis_, qui, transportée sur la scène
par MM. Armand Silvestre et Eugène Morand, a obtenu, auprès du public
lettré surtout, un succès du meilleur aloi. Nous sommes heureux de
pouvoir donner à nos lecteurs, en entier, le prologue, qui constitue un
des morceaux les mieux venus de la pièce et qui a été dit à la
perfection par Mlle Ludwig.

                    Mesdames et Messieurs, salut!
                   La gloire de Dieu soit bénie!
        Les clercs de cette ville, unis en compagnie,
            Et qu'entre tous leur propre choix élut
                   Pour être dignes de vous plaire
        Vont le tenter encor... Que Votre Majesté

                   Ne se mette pas en colère
        Si le conte est léger qui lui sera conté.
                  Ce n'est pas une tragédie,
                  Bien qu'il soit permis d'y pleurer.
        Bien qu'on y doive rire, à tout considérer,
                  Ce n'est pas une comédie.
        Non! C'est un conte en l'air fait pour les bonnes gens

            Sans parti pris, au caprice indulgent,
                  Et qui, dans cet âge morose,
                 Las des chiffres et de la prose,
        Éprouvent le désir d'aller sous les bois verts
                 Suivre, à la musique des vers,
        Le vol du papillon ou l'âme de la rose!
        Car, dans le cours obscur de nos jours incertains,
                 Par le sage l'heure est choisie
        Qui fait planer nos coeurs plus haut que les destins
                 Sur l'aile de la Fantaisie!

        Mais, d'ailleurs, ce n'est pas un conte tout à fait.
            De la légende il vient comme l'histoire.
        Bocace, après un autre, écrivit, en effet,
                  Cette aventure méritoire
        D'une femme fidèle, et la chose est notoire.
        Ils ne mentent pas plus que Pline ou que Strabon.
        En fait de vérité, du grain fertile et bon
                  Qui saurait distinguer l'ivraie?
        --L'histoire n'étant pas vraisemblable, elle est vraie!

        On y parle de Dieu, du diable, et je sais bien
                 Que, dans ce temps rebelle aux mythes,
        Tous les dieux sont défunts, tous les diables ermites!...
        Mais il est quelquefois très doux d'être païen.
        Dame Grisélidis était femme de bien.
        Fantôme d'un passé charmant, elle s'avance
                  Sous le ciel doré de Provence
                  Comme sous un dais de soleil,
        Blanche comme l'hostie en l'ostensoir vermeil.

        Le _mystère_ d'antan qui nous fut un modèle
        S'appelait: Le Miroir de la Femme Fidèle.
        Regardez-vous un peu, Mesdames, entre vous,
        Et, l'une à l'autre, pour rassurer vos époux.
        Servez-vous de miroir. Puis que chacune dise
        A son mari, tout bas, sans vantardise:
        --«Elle, non! mais moi, si!» Chacun sort enchanté!
                    Croyez bien cette vérité
                    Consolante, sinon très neuve:
        La Foi seule nous sauve et mène au Paradis.
        Et maintenant oyez quelle terrible épreuve
        Subit, pour sa vertu, dame Grisélidis!

        A. Silvestre et E. Morand.



NOTES ET IMPRESSIONS

Ce n'est pas la vérité qui persuada les hommes, ce sont ceux qui la
disent.

Nicole.

                                          *
                                        * *

Quand on manque d'idées, on les remplace par des mots.

_(Faust)_

Goethe.

                                          *
                                        * *

Il faut à l'homme habitué à remplir la scène une grande force d'âme pour
se résigner à ne plus jouer un rôle: il est plus facile de se suicider
que de rentrer dans l'ombre.

Gustave Hagen.

                                          *
                                        * *

L'estime et le respect ne sont pas la même chose; on respecte les
situations, on n'estime que les caractères.

Alex. Dumas fils.

                                          *
                                        * *

Ce qu'il y a de plus commun dans la politique, comme dans la vie, c'est
la demi-sincérité.

G. Valbert.

                                          *
                                        * *

La jeunesse n'a pas assez souffert pour savoir consoler.

E. Legouvé.

                                          *
                                        * *

Les récentes causes célèbres nous révèlent que les grands crimes sont
commis maintenant par de petites mains.

A. Claveau.

                                          *
                                        * *

Les pauvres qui ne sont point envieux ont toute la vertu qu'on peut
exiger des hommes.

Armand Hayem.

                                          *
                                        * *

La vie a ses fruits secs comme tous les concours.

                                          *
                                        * *

On peut juger du mérite des gens par les critiques dont ils sont
l'objet, et de leurs défauts par les éloges mêmes qu'ils reçoivent.

G.-M. Valtour.



HISTOIRE DE LA SEMAINE

La semaine parlementaire.--On a failli avoir à la Chambre une nouvelle
discussion sur les événements de Fourmies. M. Chiché, député de
Bordeaux, a déposé une demande d'interpellation sur l'application de la
loi relativement à la répression des troubles qui ont éclaté dans la
journée du 1er mai. M. Chiché, prenant au mot le gouvernement qui a
repoussé l'amnistie en déclarant que la justice devait suivre son cours,
réclamait cette justice égale pour tous: «De même, a-t-il dit, qu'on
poursuit et qu'on poursuivra les manifestants qui ont injurié les agents
de l'autorité, de même on doit poursuivre les agents du pouvoir qui ont
commis un délit beaucoup plus grave, en ordonnant le feu sans avoir fait
les trois sommations préalables et les roulements de tambour prescrits
par la loi.»

Le gouvernement s'est refusé à discuter cette interpellation, en faisant
valoir cet argument que ce serait rouvrir sur les événements de Fourmies
un débat qui avait été clos par la Chambre elle-même. La majorité s'est
rangée à cet avis, et l'interpellation a été renvoyée à un mois.

La discussion générale sur les tarifs douaniers s'est poursuivie et on
pourra dire qu'elle a eu toute l'ampleur que commandait une question de
cette importance. M. Raynal et M. Jamais ont, notamment, prononcé des
discours qui ont fait grande impression sur la Chambre. Il faut convenir
cependant que les théories de M. Méline ont obtenu un succès qui prouve
que la majorité revient, malgré tout, aux principes protectionnistes.

Déclaration du président de la République sur la question ouvrière.--Au
cours de son voyage à Limoges, où il a trouvé l'accueil sympathique
auquel il est accoutumé, le président de la République a prononcé un
discours d'une réelle importance, surtout si l'on tient compte de la
réserve qu'il garde généralement en pareilles circonstances. Il s'agit
de la question ouvrière et de l'armée, c'est-à-dire des deux choses qui
passionnent à bon droit tout le pays. Après avoir annoncé divers projets
de loi relatifs aux réformes sociales, le président de la République
s'est exprimé ainsi:

«La République ne s'arrêtera pas dans cette voie de la réalisation des
réformes pratiques et des progrès réfléchis qui doit être la peuvre d'un
gouvernement d'opinion issu du vote populaire. Ce n'est pas de la
violence plus ou moins désintéressée de quelques-uns que le pays peut
attendre ces satisfactions désirées de tous. Ce n'est pas de la
violation des lois et de la liberté du travail, sous un régime qui se
recommande de la loi et de la liberté, c'est du concours de tous, sous
l'égide de la République incontestée et pacifiée par la volonté du
suffrage universel.

«A ce concours de tous, à ce dévouement universel pour les grands
intérêts du pays, nous devons notre chère armée nationale, cette réelle
école du devoir et du patriotisme. Nous lui devrons aussi l'amélioration
progressive et efficace du sort des phalanges du travail, qu'on ne doit
pas séparer de la masse de la nation, dont elles sont une des forces
vives».

Ce discours a été salué d'applaudissements répétés.

Attentat contre le Tsarévitch.--On sait que le Tsarévitch accomplit en
ce moment son tour du monde, qui semble former aujourd'hui le complément
nécessaire de l'éducation d'un prince. Partout l'héritier de l'empereur
de Russie a été l'objet de l'accueil le plus empressé et le plus
sympathique. Cet accueil, il l'a trouvé au Japon comme ailleurs, car on
doit considérer l'attentat dont il a failli être victime comme l'oeuvre
d'un fanatique isolé ou d'un fou.

Voici la version officielle donnée à Saint-Pétersbourg de cet événement:

Le 11 mai, pendant son voyage à Otsu, le Tsarévitch a été blessé à la
tête d'un coup de sabre par un agent de police subalterne. Le malfaiteur
tenta de porter un second coup au prince, mais il fut renversé d'un coup
de bâton par le prince Georges de Grèce, qui accompagne le Tsarévitch
dans son voyage. La blessure est légère et n'inspire pas d'inquiétude.
Le prince a télégraphié aussitôt pour rassurer sur sa santé et il a
annoncé qu'il continuerait son voyage sans modifier son itinéraire.

D'après une autre version, le meurtrier serait un de ces prêtres
fanatiques qui considèrent comme un sacrilège la présence d'un étranger,
quel qu'il soit, dans l'enceinte de leurs temples. Il ne faut pas
oublier, en effet, que si, dans son ensemble, le peuple japonais se
montre très ouvert à la civilisation occidentale, l'introduction dans ce
pays de réformes qui ont réellement un caractère révolutionnaire et
qui--c'est une exception à noter--sont accomplies par le gouvernement
même, ne va pas sans soulever de violentes colères chez les partisans de
l'ancien ordre de choses, et surtout chez les représentants de la
religion nationale.

Le fanatisme de ces derniers est d'autant plus surexcité qu'il existe au
Japon plusieurs stations de missionnaires russes qui font dans le pays
une propagande très active en faveur de l'Église orthodoxe. Cette
propagande réussit même d'une façon exceptionnelle, car le nombre des
prosélytes orthodoxes a augmenté dans des proportions telles qu'une
église a été construite pour eux à Tokyo. Elle est située sur une
colline qui domine la ville et a été ouverte en avril dernier par Mgr
Nikolaï, évêque russe. L'indignation des prêtres bouddhistes aurait été
d'autant plus vive, que le service divin y est célébré en langue
japonaise et que le bas clergé de la mission est recruté exclusivement
parmi les prosélytes japonais.

Il n'est donc pas surprenant que parmi ces fanatiques il se soit trouvé
un homme à l'esprit borné qui a cru faire acte méritoire en attentant à
la vie de l'un des représentants les plus élevés de la civilisation
européenne. Mais c'est là, il faut le répéter, un acte isolé et qui a
soulevé au Japon l'indignation générale.

Il n'a servi en Europe, et surtout en France, qu'à montrer une fois de
plus la sympathie dont jouit la famille impériale russe, et le président
de la République, en exprimant aussitôt ses sentiments à l'empereur de
Russie, n'a fait que traduire ceux de tous les Français.

L'agitation ouvrière.--En France, si les événements de Fourmies ont
laissé une impression douloureuse, le calme s'est rétabli, du moins en
apparence, et les suites de la journée du 1er mai n'ont pas été aussi
graves qu'on aurait pu le craindre. Il en est de même dans la plupart
des pays d'Europe, sauf en Belgique toutefois, où le mouvement
socialiste se complique d'un mouvement politique.

Les grèves se sont généralisées dans ce pays, à Liège, à Charleroi
notamment, où l'on a pu craindre des désordres sérieux. Auront-elles
pour effet rétablissement, du suffrage universel? L'attitude du
gouvernement ne le fait pas prévoir, bien qu'il semble résolu à faire
quelques concessions sur ce point. Voici, en effet, la déclaration qu'a
faite M. Beernaert à une séance du Sénat:

« Dans le discours du trône de 1886, il n'était pas question de la
révision. Nous comptions encore à cette époque pouvoir opérer une large
extension du droit électoral sans toucher à la constitution. Mais nous
attirions l'attention de la législature sur certaines réformes d'ordre
social à effectuer, ainsi que sur la nécessité d'améliorer le service
personnel. Beaucoup de réformes sociales ont été votées déjà.

« Quant à une large extension du droit de suffrage, elle semble
désormais assurée par la révision de la constitution, et elle le serait
plus sûrement si des hommes de désordre ne semblaient s'attacher à
l'entraver en prétendant la hâter par des moyens illégaux ou
incorrects.»

On voit que le mot de suffrage universel n'est pas prononcé. Il sera
intéressant de voir quel résultat auront eu, sur ce point, les moyens
illégaux ou incorrects dont parle le ministre belge.

On ne peut abandonner cette question des grèves sans parler de la
démonstration à laquelle se sont livrés un certain nombre de socialistes
français, non qu'elle ait eu une grande importance au point de vue
pratique, mais parce qu'elle répond au principe d'internationalisme qui
tend à dominer dans le mouvement ouvrier.

Treize députés socialistes, parmi lesquels figurent MM. Basly, Baudin,
Antide Boyer, etc., ont adressé aux mineurs français une consultation
sur ce qu'ils doivent faire pour venir en aide à leurs frères de
Belgique, «en lutte ouverte contre le capitalisme qui les exploite
socialement et politiquement». Les signataires de ce document invitent
les mineurs français à régler la production de la houille et à la
limiter strictement aux besoins de l'industrie française. Cette
décision, disent-ils, a été prise dans le Pas-de-Calais, et elle
s'impose d'une façon générale à tous les mineurs.

On ne voit pas bien quelle peut être la portée d'une pareille consigne,
et surtout comment elle pourrait être exécutée. On sait, en effet, qu'en
France la production de la houille est inférieure à la consommation. En
ce qui concerne spécialement la Belgique, il est notoire que nous sommes
importateurs et non exportateurs de charbon. Enfin, au moyen de quelle
enquête les ouvriers pourraient-ils fixer la quantité exacte de
combustible nécessaire à notre industrie, alors que les hommes les plus
compétents dans cette matière en sont réduits eux-mêmes à s'en tenir à
des données assez vagues? Le manifeste des socialistes français restera
donc forcément à l'état de lettre morte, de démonstration platonique; il
n'a d'intérêt, comme nous l'avons dit, qu'à raison de son caractère de
solidarité internationale.

La crise portugaise.--Le Portugal traverse une crise sérieuse, grave
même, car elle porte à la fois sur sa situation intérieure, extérieure
et financière. Les difficultés au milieu desquelles se débat ce vaillant
petit peuple remontent assez loin, puisqu'elles ont pour origine le
conflit né avec l'Angleterre à l'occasion de ses possessions africaines.
Il est évident que le Portugal n'a pu soutenir cette lutte avec son
puissant adversaire sans faire de grands sacrifices d'argent, et il est
encore obligé d'en dépenser beaucoup pour se tenir prêt à tout
événement. Non qu'il y ait lieu d'envisager une guerre ouverte entre les
deux peuples; elle est à peu près impossible. Mais la nécessité seule de
se maintenir avec honneur sur les territoires qu'il occupe en Afrique
constitue pour le Portugal une lourde charge, que sa situation
économique ne lui permet pas de supporter facilement. Or, si les plaies
d'argent ne sont pas mortelles pour les individus--suivant un proverbe
qui n'est pas toujours exact--elles sont toujours la cause de
complications sérieuses pour les gouvernements, et il n'est pas
surprenant que la crise financière ait eu pour conséquence en Portugal
une crise intérieure.

Il est vrai que le gouvernement portugais jouit de quelques jours de
répit. La trêve conclue avec l'Angleterre sous le nom de _modus
vivendi_, et qui expirait le 11 mai, a été prorogée pour un mois. C'est
un renouvellement d'échéance, mais à bref délai, et le jour n'est pas
loin où il faudra s'exécuter, c'est-à-dire accepter les dernières
propositions de Lord Salisbury.

D'après le _Times_, voici en quoi consisteraient ces propositions.

Une grande concession de 80,000 kilomètres carrés est faite au Portugal,
au Nord du Zambèze. Une ligne partant de la rivière Ruo prend la
direction du nord-ouest jusqu'à la rivière Loangoué et va jusqu'à Zumbo.

Au sud du Zambèze, la démarcation est à peu près la même que l'ancienne.
La ligne tourne subitement à quelques kilomètres à l'est du Zumbo, se
dirige vers le sud-est et touche Mazoë, sur le 32° degré et demi de
longitude.

Quant au Massikessé, il en est accordé une petite parcelle au Portugal
sur le plateau. C'est là que les fonctionnaires portugais pourront aller
chercher un refuge contre le climat malsain des plaines.

En somme, les conditions imposées par le cabinet de Londres sont très
rigoureuses. Les Portugais seront obligés d'abandonner le territoire
aurifère que les agents de la Compagnie anglaise sud-africaine ont
récemment envahi par la force, au mépris des termes mêmes de
l'arrangement provisoire. Il est vrai que les propositions nouvelles
parlent d'une compensation. Mais cette compensation n'est qu'apparente,
puisque l'Angleterre donne un pays inconnu et peu accessible en échange
d'une région explorée et qui passe pour riche en placers.

On assure que le gouvernement portugais, acculé par la nécessité, serait
disposé à accepter la loi du plus fort, mais il s'agit de savoir si le
parlement prendra la responsabilité de consacrer le nouveau traité, et,
en cas de vote favorable des Cortès, si le peuple, qui a déjà donné des
marques de sa susceptibilité patriotique, acceptera sans mot dire la
convention passée entre les deux gouvernements. Évidemment le
gouvernement conservateur de l'Angleterre craint l'intervention de ce
dernier facteur, car sans cela il est bien certain que la ruine
coloniale du Portugal serait consommée depuis longtemps.

Dans tous les cas, le cabinet qui a conduit jusqu'ici les négociations à
Lisbonne depuis l'établissement du _modus vivendi_, subissant une loi
souvent injuste, mais fatale, porte le poids de l'impopularité que lui
vaut l'échec auquel il a abouti. Il a été obligé de se retirer, et de
céder la place à des hommes nouveaux, qui auront la maigre ressource de
dire qu'ils se trouvent en présence de faits accomplis. Il faut plaindre
plutôt qu'envier ceux qui prennent, dans de pareilles conditions, le
«fardeau du pouvoir», car ici cette expression, dont abusent si
volontiers ceux pour qui le pouvoir est une source de jouissances
infinies, est parfaitement à sa place.

_Nécrologie._--M. Deck, céramiste, administrateur de la manufacture de
Sèvres.

M. Maurice Engelhard, ancien président du conseil municipal et du
conseil général de la Seine.

M. Amédée Marteau, économiste.

M. Louis Mouchot, artiste peintre.

M. Eugène Ortolan, ministre plénipotentiaire, fils du célèbre
jurisconsulte.

M. Jean Bratiano, homme d'État de Roumanie.

Mgr Sebaux, évêque d'Angoulème.

Mme de Terray, comtesse de Sesmaisons, mère du général de Sesmaisons.

Mme Bozerian, femme du sénateur de Loir-et-Cher.

M. Colfavru, ancien député.



LE VOYAGE DU TSAREVITCH

Le lecteur trouvera dans l'_Histoire de la Semaine_ les détails de
l'attentat dont a été victime le tsarévitch à Otsu.

Otsu est le chef-lieu du département ou _Kén_ de Shiga, dans la province
d'Omi, une des plus importantes de la grande île de Hondo où se trouve
la capitale de l'empire, Tokyo.

Sise au bord du lac Biwa, Otsu est célèbre par ses temples et les
nombreux souvenirs qui se rattachent à l'ancien Japon féodal.

L'attentat où le tsarévitch a failli trouver la mort est un triste
épisode de ce voyage qu'il a fait à bord du _Pamyat-Azowa_ et au cours
duquel il a recueilli partout sur son passage des marques de la plus
respectueuse sympathie.

Son arrivée, le 28 mars, à Saigon, dans notre belle colonie de la
Cochinchine, a été tout particulièrement l'occasion de ces
manifestations; rien n'a été négligé pour donner à sa réception et à son
court séjour un merveilleux éclat.

Voici quelques vues représentant les principaux épisodes des trois
journées que le prince y a passées.

C'est d'abord l'escadre russe mouillée dans le fleuve en face de la
ville. A gauche, au fond, le _Pamyat-Azowa_ accosté aux appontements;
puis le _Wladimir-Monomach_, le _Koraieff_, le _Mandjour_, qu'entourent
au premier plan comme pour leur faire une garde d'honneur, la _Loire_,
la _Caronade_ et l'_Alouette._

Le jour même de son arrivée, à 5 heures du soir, le prince, après avoir
reçu à bord du _Pamyat-Azowa_ les visites des autorités de la colonie,
débarque à son tour pour se rendre au palais du gouvernement où un grand
dîner est donné en son honneur. Le cortège passe à travers une double
haie de troupes et au milieu d'une foule immense sous l'arc de triomphe
splendide que l'on voit élevé sur la place Rigault de Genouilly, hommage
de la population saïgonnaise au tsarévitch.

[Illustration: LE TSAREVITCH]

Le lendemain, une grande revue avait lieu sur le boulevard Charner.
Notre gravure représente la tribune officielle. Au milieu le tsarévitch;
à sa droite, M. Piquet, gouverneur de la Cochinchine; à sa gauche, le
prince Georges de Grèce; devant la tribune, le 11e régiment d'infanterie
de marine rend les honneurs, pendant que défilent successivement les
compagnies de débarquement de l'escadre, les tirailleurs annamites et
une batterie d'artillerie.

Le troisième jour, enfin, avait lieu le bal sur le vaisseau la Loire,
dernière et merveilleuse fête offerte au prince. Le pont avait été
magnifiquement aménagé, et, avec ses trophées d'armes se détachant sur
les massifs de verdure, formait une salle de bal admirable.

Le lendemain, le tsarévitch partait, non sans avoir témoigné à plusieurs
reprises sa satisfaction, et emportait de cette terre française un
souvenir qu'il gardera et des preuves non équivoques de la profonde et
respectueuse sympathie de tous.

L'héritier de Russie est, comme nous le montre notre gravure, un jeune
homme à la figure fine et intelligente. Voici très exactement ses noms
et ses titres: Nicolas-Alexandrovitch, tsarévitch, grand-duc héritier,
né à Saint-Pétersbourg le 18/6 mai 1808, ataman de toutes les troupes
cosaques, capitaine en second au régiment Preobajensky de la garde, chef
du régiment de la garde de Volnie, du régiment d'infanterie de Moscou n°
65 et du 81e régiment d'infanterie de Schirvan.

Nicolas-Alexandrovitch est l'aîné des cinq enfants de la couronne de
Russie.

[Illustration: LE VOYAGE DU TSAREVITCH.--Vue de la ville d'Otsu, où a eu
lieu l'attentat contre le Tsarévitch, D'après une photographie de
l'album de M. Léon de Tinseau, reproduite par Nadar.]

[Illustration: LE VOYAGE DU TSAREVITCH.--Fêtes données en l'honneur de
Son Altesse à Saïgon. 1. Pendant la revue: la tribune officielle.--2. La
salle de bal de «la Loire».--3. L'arc de triomphe de la place
Rigault-de-Genouilly.--4. L'escadre russe dans le port de Saigon,
D'après des photographies de M Talbot, de Saigon, communiquées à
«l'Illustration» par M. Léon de Tinseau.]



LES BUREAUX DE PLACEMENT

[Illustration: Fantaisiste.]

1re Dame.--Vous n'avez pas idée, ma bonne madame ma chère, de ce que
cette fille buvait, j'ai dû la mettre à la porte immédiatement et je
vais de ce pas au bureau de placement pour en avoir une autre.

2e Dame.--Tout comme moi, chère amie, imaginez-vous que... _(elle lui
parle bas à l'oreille)._

1re Dame, _(l'air stupéfait et scandalisé)._--Que me faites-vous
l'honneur de me dire?

2e Dame.--C'est comme cela; et vous comprenez que je ne fais qu'un saut
au bureau de placement.

Tel est le dialogue qui se reproduit cent fois par jour à Paris, où deux
mille bureaux de placement s'occupent de réappareiller maîtres et
domestiques, dans un perpétuel va-et-vient ménager.

Le bureau de placement! Qui de vous, lecteur, ne passe à chaque instant,
et sans y faire attention certainement, devant une plaque en tôle peinte
en rouge, fixée au coin de l'entrée d'une maison, et sur laquelle sont
collées de minuscules bandes de papier blanc, tranchant sur la couleur
crue du fond et remplies de gribouillage: offres et demandes d'emplois,
avec le mot: Agence, maison de confiance, en plus gros caractères
au-dessus?

C'est là le bureau de placement, l'intermédiaire obligé entre le tyran
et l'esclave à la recherche l'un de l'autre.

Pas banal du tout, le bureau de placement pour qui l'étudie. Boutique,
bureau ou salon, suivant la caste qui y trafique, c'est l'endroit où se
dévoilent, criés ou potinés, babillés ou sussurés, tous les secrets des
ménages, tous les dessous de la vie d'intérieur; où les faiblesses de
madame, les petits côtés de monsieur, sont épluchés, commentés, grossis,
parmi un bruit de voix traînantes, monotones, et dans un relent
légèrement graillonneux de parfumerie frelatée.

En voici un que notre dessin nous montre; entrons-y tout de suite, et
examinons. Nous sommes dans le quartier des Halles. Dans une ruelle; au
fond, la plaque traditionnelle, avec une main indicatrice, l'index
tendu: L'Agence est au second. Escalier sombre, jour gris; au second,
une porte au loquet noirci par des générations de doigts gras.
Poussons-la. Un brouhaha de conversation s'arrête brusquement, et un
flot de têtes curieuses s'avancent, le cou tendu, pour regarder le
visiteur.

L'intérieur est crépi à la chaux, un banc de bois court le long du mur,
sur lequel de larges traînées grises montrent les places des dos qui s'y
sont appuyés.

D'un coup d'oeil nous pouvons tout embrasser. Elles sont là, les filles
sans place, attendant leur tour d'inscription; et c'est, dans le
demi-jour triste et gris de la pièce, une alignée de têtes en cheveux,
aux figures balourdes ou chafouines, rougeaudes ou blêmes, aux yeux
battus, sortant, blanchies par la poudre de riz douteuse, d'un linge
plus douteux encore.

[Illustration: Un bureau populaire (quartier des Halles).]

En terme de métier, c'est ce qu'on appelle la viande, attendant
l'acheteuse où l'acheteur, et dans les murmures des conversations
reprises, dans les piétinées impatientes, les respirations anxieuses
sifflent, les cous se dressent, les échines se tendent dans la direction
du fond, où, derrière un bureau boiteux, le patron, dont on n'aperçoit
que le crâne chauve qui brille, la tête penchée sur son registre visé
par la police, va les inscrire tour à tour.

L'ensemble est sale et triste parmi le désordre des malles traînant dans
la chambre, et les affaires n'ont pas l'air d'aller toutes seules. Nous
sommes, en effet, ici dans les bas-fonds de la profession.

                                          *
                                        * *

Hier encore bookmaker, ainsi que l'indiquent les gravures de courses
clouées au mur, au-dessus de son bureau, le patron a quitté son métier
devenu improductif et, à la hâte, a transformé son usine à paris en
agence, où, en désespoir de cause, sont venues s'échouer toutes les
épluchures du panier: filles de campagne épaisses, ne sachant ni lire ni
écrire, servantes de brasseries ou d'estaminets, au nez en trompette,
aux cheveux ébouriffés, dorés encore par place sous un restant de
teinture, toutes filles enfin d'un placement improbable, difficile, dont
la profession des maîtres qu'elles quittent ou qu'elles recherchent se
reconnaît aux certificats faits avec des encres, des écritures et des
orthographes fantaisistes, en des libellés prétentieux, qu'elles
présentent, déchirés et graisseux, pliés ensemble dans un morceau de
journal.

                                          *
                                        * *

Sortons vite, et continuons notre étude, mais dans un milieu plus
relevé. Notre dessin nous montre, comme contraste, l'intérieur d'un
bureau de placement mondain.

Ici, c'est tout différent. Nous sommes dans la rue Saint-Honoré, dans
une maison d'apparence bourgeoise et propre dont la devise, on le sent
dès l'entrée, est: silence et discrétion.

D'abord, pas de domestiques qui attendent dans l'antichambre; à peine
une ou deux ombres aux profils discrètement perdus, et c'est tout.

Le bureau lui-même est dans un salon bourgeois, une sorte d'intérieur de
vieille fille. La directrice et sa secrétaire, assises devant une table,
causent à voix basse de leurs petites affaires dans le silence,
interrompu seulement par le grincement des plumes de deux employées qui
écrivent, le tic-tac de la pendule, et le bruit lointain d'un orgue de
l'Oratoire, dont le massif de pierre se montre par la baie de la fenêtre
du fond.

Écoutons-les causer et nous allons connaître le tout-Paris des gens de
maison.

Eh bien, là aussi, il paraît que les affaires ne vont pas très bien et
nous entendons des plaintes au sujet de la noblesse, de la bourgeoisie
et du petit commerce, les trois genres de clientèles de la maison. La
noblesse d'abord: pour l'antichambre il y a deux sortes de noblesse: la
noblesse impériale et la noblesse légitimiste.

En ce qui concerne la première, souvenirs et regrets; et quels regrets!
car c'était elle qui menait tout le train, d'un luxe fou. On avait alors
au moins dix domestiques dans une maison: un maître-d'hôtel, quatre
valets de pied, une première, une deuxième et une troisième femme de
chambre, un chef de cuisine enfin avec son aide; ce personnel, sauf le
cocher qui se plaçait par l'intermédiaire du carrossier, était du
ressort du bureau de placement, à raison de 5% de remise sur les
appointements de l'année. Et cela allait et venait sans cesse, des
familles entières arrivant, attirées par les fêtes de la cour, se
montant une maison complète pour quelques mois seulement et payant sans
compter et sans marchander.

Tout cela a disparu emporté par la tourmente, tarissant ainsi la source
des gros profits. Il n'est pas aujourd'hui jusqu'aux ambassades qui
n'aient en grande partie supprimé leurs livrées.

[Illustration: Classique]

[Illustration: Un bureau mondain (quartier Saint-Honoré).]

Quant à nos gouvernants actuels, ils sont presque tous en location.
Bref, il ne reste plus que la noblesse légitimiste, bien diminuée,
paraît-il, aussi. Il y a à peine sept à huit grandes familles montées et
qui reçoivent encore, le reste passe la plus notable partie de l'année
en voyage, à Nice, Cannes, Londres, ou dans des terres qui ne rapportent
presque plus rien, mais qui, en revanche, prennent souvent le bénéfice
du placeur.

C'est de sa terre, en effet, ou du village à côté, que la comtesse
ramène sa domestique, fille du fermier, du garde-chasse du bon vieux
temps, en retraite aujourd'hui.

La comtesse l'a vue naître, quelquefois même l'a tenue sur les fonts
baptismaux; elle s'est attachée à l'enfant des champs qui, de son côté,
a pour elle une affection presque filiale faite de respect et d'amitié.
Le père l'a sans crainte confiée, comme elle a, sans hésiter, suivi
celle qu'elle regarde comme sa maîtresse née.

[Illustration: Trop jolie.]

[Illustration: Le ménage que l'on ne sépare pas.]

Toute la noblesse, cela se comprend, ne prend pas ses filles de service
à la campagne, et à cette clientèle spéciale du bureau de placement
correspond un personnel spécial aussi, dont nos dessins vont nous
montrer les types.

Le type classique d'abord. Regardez-la, c'est la vraie domestique à la
figure froide, d'une distinction un peu fruste avec ses bandeaux plats à
la vierge sous le bonnet blanc. Droite, les mains dans le rang, écoutant
l'ordre donné sans regarder le maître, taillée plate, à la hache, dans
des vêtements noirs serrés. Admirablement dressée et stylée, elle reste
dans le faubourg, quoique moins payée peut-être, parce que la maison est
sûre, les maîtres bons, le travail peu fatigant; qu'elle y est en
contact avec des domestiques de son rang et qu'enfin elle s'y
perfectionne encore sous la direction d'un maître d'hôtel hors de pair.

La première question qu'on lui a posée, avant même de l'inscrire au
bureau de placement, est: «Êtes-vous catholique? Vous savez, dans la
maison où vous allez, maigre et la messe?» Elle le sait et elle est
catholique; française, s'il n'y a pas d'enfants dans la maison;
allemande, s'il y en a: nous verrons tout à l'heure pourquoi.

Nous en avons fini avec le premier genre de clientèle, maîtres et
domestiques, du bureau de placement mondain: passons au second.

Nous avons affaire à la bourgeoisie domiciliée aux Champs-Elysées et au
parc Monceau. Elle se compose de gros banquiers, en général israélites,
de médecins ou d'avocats célèbres, de demi-mondaines ou d'actrices en
renom. Moins de sévérité, de grandeur et de tenue dans la maison; luxe
solide, mais plus criard: nous trouvons ici le groom, et la domestique
qui a suivi toute la filière: bonne à tout faire d'abord, puis petite
cuisinière avec deux à trois domestiques seulement, enfin cuisinière de
cercle, pendant un temps plus ou moins long, pour finir cordon bleu chez
le gros bourgeois.

Cette catégorie de domestiques ne va pas en général de l'autre côté de
l'eau, et réciproquement. Elle change plus souvent de maison, et,
quoique plus payée, tient moins à ses maîtres qui tiennent aussi moins à
elle.

On trouve là, à côté de la fille qui exige ses soirées libres, la
maîtresse qui ne la veut pas trop grande, parce que ses plafonds sont
bas; qui la demande maigre, parce que l'escalier de service est étroit;
blonde, parce qu'elle est brune; celle enfin qui, comme le représente le
dessin ci-dessus, la refuse malgré les excellents certificats qu'elle
lui tend, parce qu'elle est... trop jolie. Dame! elle a deux fils qui
viennent de sortir du lycée, et puis son mari... N'insistons pas.

C'est dans ce milieu aussi que se rencontre et se recrute le couple
qu'on ne sépare pas.

Regardez-les, côte à côte, lui petit, étriqué et maigrichon, la figure
légèrement couperosée, le regard fuyant et faux, les joues ornées de
favoris en côtelettes, grisonnants. Tout de noir habillé, avec un
pardessus gris passé, le chapeau melon à la main, il a l'air obséquieux
et béat. Elle, par contre, grosse et forte, sorte de virago mafflue. Les
deux extrêmes se sont réunis, pis encore, mariés, pour fondre diverses
qualités ou plutôt divers défauts en un tout pratique. Ils ne se
séparent jamais, et entrent ensemble dans la maison où peu à peu ils
seront les maîtres, voleront discrètement et d'où ils se retireront
après fortune faite.

_( A suivre.)_

Hacks.



[Illustration: M. DECK Directeur de la manufacture de Sèvres, récemment
décédé.--Phot. Fritz Luckhardt.]


[Illustration: COMÉDIE-FRANÇAISE.--«Grisélidis», mystère en trois actes,
de MM. Armand Silvestre et Eugène Morand. L'oratoire de Grisélidis:
Grisélidis (Mme Bartet) et le marquis de Saluces (M. Sylvain) retrouvant
Loys.]



[Illustration LES THÉÂTRES]

Comédie-Française: _Grisélidis_, mystère en trois actes et en vers
libres, par MM. Armand Silvestre et Eugène Morand.

Vous connaissez le fabliau de Grisélidis: Boccace vous l'a raconté à sa
façon; Perrault à sienne. M. Armand Silvestre vous le dit à sa manière.
Histoires des temps passés, vous ne retrouverez plus la naïveté avec
laquelle vous avez été contées pour la première fois, parce que vous ne
rencontreriez plus la simplicité des esprits qui vous écoutaient; mais
tout ce que le charme, la grâce et la poésie peuvent donner à un récit
des anciens jours sera mis à vos ordres, de telle sorte que vous
trouverez encore des auditeurs pour vous applaudir!

Il y avait donc un marquis de Saluces qui, en se promenant dans ses
domaines, rencontra une pastourelle qui avait nom Grisélidis. La jeune
fille était si vertueuse et si belle qu'il l'épousa; elle lui donna un
fils qui avait nom Loys, et, comme la guerre l'appelait à la Croisade,
il partit contre les mécréants de Tunis et des pays d'Afrique. Voilà ce
que vous apprennent les serviteurs du marquis dans cette salle de son
château féodal assis sur le bord de la mer. Très curieuse cette salle
avec sa fresque représentant Ève tentée par le serpent; avec son autel
en bois surmonté d'un tryptique, et, au milieu, la statue de sainte
Agnès la patronne se détachant dans sa niche. La servante Bertrade est à
son rouet et psalmodie sa chanson pieuse. L'homme d'armes qui entre est
le vieux Gondebaud que suit le hérault du marquis et qui vient inviter
son maître à se préparer au départ. Il arrive, le marquis, tout à son
Dieu, tout à son roi, mais bien marri de quitter son enfant et sa femme.
D'autant plus que le prieur, loin de le réconforter, lui dit des paroles
de découragement et de désespérance. Grisélidis est bien pure,
Grisélidis est bien chaste, mais elle est femme et le diable est bien
fin. Rien n'atteint le marquis dans sa confiance dans sa femme. Quant au
diable, il n'y croit guère et il suffirait de la pureté de Grisélidis
pour le mettre en déroute, si toutefois le démon tentait la lutte avec
l'ange.

Voilà un propos bien fait pour piquer l'amour-propre du diable, lequel
sort de la base de l'autel de Sainte-Agnès, qui lui sert de cachette.
Pauvre diable qui, lui aussi, a ses misères. Il est marié, et sa femme
le fait enrager. Le marquis de Saluces n'est pas peu étonné de se
trouver face à face avec le démon qui le voyant incrédule lui propose
une gageure. Il parie que pendant l'absence de son époux il mènera la
marquise à mal, et le marquis, sûr de sa femme, parie avec le démon; il
lui donne même son anneau pour gage. Nous allons, dès maintenant,
assister au combat préparé par le diable contre la vertu de Grisélidis
et suivre les fourberies du Malin qui égayent cette histoire.

Il faut avouer qu'il n'est pas des plus ingénieux, ce diable, et qu'il
n'a guère dans son sac que les tours depuis longtemps en usage dans sa
famille. Le premier serment de la marquise envers son époux, c'était
l'obéissance.

Avec le concours de sa femme Fiammina, le diable se fait fort d'avoir
raison de Grisélidis, sur ce point. Le voilà, il est déguisé en marchand
d'esclaves; il revient du Levant où il a vu, dit-il, le marquis, lequel
lui a acheté cette belle personne que le diable présente à Grisélidis et
qui par l'ordre du maître devient la maîtresse au château. Il faut que
la marquise se démette; ainsi le veut le marquis, et, pour prouver ses
pouvoirs d'ambassadeur, le marchand montre à la marquise l'anneau du
marquis. Grisélidis a le coeur déchiré, mais elle obéit; elle donne tous
ses bijoux à cette belle esclave qui n'est autre que la femme du diable,
qui a prêté son appui à son mari pour cette aventure; Grisélidis
l'invite à commander désormais. Le diable en est donc pour sa peine, et
la marquise triomphe de lui par son obéissance.

Alors, le diable se souvient du pouvoir magique de Méphistophélès sur
Marguerite et il évoque l'amour dans la personne d'Alain, un jeune
clerc, qui soupirait pour Grisélidis avant qu'elle fût devenue
châtelaine et qui, par une de ces nuits étoilées et enflammées où les
coeurs sont à l'amour, lui rappelle les beaux jours de leur jeunesse. A
cette évocation les sens de la marquise se troublent; le diable est sur
le point de gagner son pari, lorsque le petit Loys accourt: la mère est
sauvée par l'enfant. Le Malin est encore vaincu.

Il ne lui reste plus que la force, qu'à cela ne tienne! il fera enlever
la marquise par des corsaires. Les pirates se trompent: à voir Fiammina
si bien, si richement habillée, ils la prennent pour la marquise et
l'emmènent à bord. Ce que voyant, le diable furieux emporte l'enfant. Il
tient désormais Grisélidis par l'amour maternel. Si elle veut ravoir son
fils, cela ne dépend que d'elle. Le chef des pirates, épris de sa
beauté, le lui rendra. Mais le chef des forbans a disparu, et, entre
temps, le duc est de retour de la croisade. Sous un nouveau
déguisement:--car le diable sort de toutes les boîtes.--Le démon fait au
marquis de méchants rapports sur sa femme. Ce mari peu confiant va
prêter l'oreille à la calomnie qui est un des moyens les plus puissants
de l'esprit infernal, lorsque Grisélidis paraît. Les deux époux
s'entendent facilement dans l'effusion de leur tendresse, mais le diable
se croit toujours triomphant, il a Loys entre ses mains.

Quelle force humaine pourrait le lui arracher? aucune. Il ne reste plus
que les puissances surnaturelles. «Dieu prodigue ses biens à ceux qui
font voeu d'être siens», a dit La Fontaine; et miracle! pendant que les
deux époux sont agenouillés aux pieds de la patronne, et prient, la
croix placée sur l'autel s'illumine, le tryptique s'ouvre, et sainte
Agnès leur montre Loys endormi à ses pieds. Un cantique a dit: «Le
paradis de l'enfant est aux genoux de sa mère.»

Telle est cette histoire de Grisélidis, ou plutôt ce mystère de la
pureté de la femme que MM. Armand Silvestre et Eugène Morand nous ont
raconté en vers exquis et que le Théâtre-Français a mis en scène avec un
soin et un goût irréprochable. Une évocation du moyen-âge dans les
costumes et dans les décors, à ce point que nous n'avons rien vu encore
qui lui soit comparable.

C'est Mlle Bartet qui fait Grisélidis, elle y est ravissante; Mlle
Moreno est bien jolie dans Bertrade, sous sa robe collante et sous sa
tourte blanche. Mlle Lynnès, la Fiammina du diable, a beaucoup de gaieté
et d'entrain dans ce personnage, complice de toutes les diableries de
son époux. Mlle Ludwig est charmante dans le prologue et dans l'épilogue
de la pièce. Je citerai M. Lambert fils, M. Leloir et M. Laugier
excellents dans des rôles secondaires. M. Coquelin cadet fait le diable
en tout ceci avec une fantaisie et une verve comique des plus
entraînantes. J'ai entendu critiquer autour de moi certaines parties de
son rôle qui font un singulier contraste avec le ton général de la
légende poétique; mais allez donc reprocher à M. Armand Silvestre ses
excentricités? Il vous répondrait que la gaieté a ses droits même en un
sujet sérieux. M. Silvain est un marquis de Saluces d'une dignité
parfaite et dont la belle voix fait sonner les beaux vers du poète.

Il y aurait injustice à oublier, dans cette distribution d'éloges des
plus mérités, M. Léon, Je sais plus d'un compositeur, et je parle des
meilleurs, qui signerait les morceaux dont M. Léon a agrémenté cette
légende, surtout celui qui accompagne par un solo de violoncelle le duo
ravissant d'Alain et de Grisélidis.

M. Savigny.



LES LIVRES NOUVEAUX

_Rabelais. Ses voyages en Italie, son exil à Metz_, par Arthur Heulhard.
1 vol. gr. in-8°, 40 fr. (Librairie de l'Art, 29, cité d'Antin).--Cette
suprême personnification de la Renaissance, Rabelais, la
connaissons-nous vraiment? Son nom, certes, est populaire, il l'est
entre tous, et peut-être pour cela même l'homme est légendaire bien
plutôt qu'historique, et chacun se forge un Rabelais de fantaisie,
suivant son idée. Quant à sa vie, à ses moeurs, à son génie, à son
oeuvre même, celle qui n'est point _Gargantua_ ou _Pantagruel_, mystère,
obscurité! Voilà un livre qui, sans nous montrer tout Rabelais, car il
est décidément très grand, va nous l'éclairer sous un de ses aspects les
moins connus, à coup sûr. C'est le Rabelais diplomate que M. Heulhard
vient d'étudier, Rabelais au service des du Bellay, leur collaborateur
et leur inspirateur sans doute dans leurs négociations politiques et
religieuses. La Renaissance, ou plutôt le seizième siècle, n'est pas
d'une étude facile. On parle des ténèbres du moyen-âge, mais, au point
de vue de l'étude, les ténèbres se prolongent bien après le moyen-âge
fini. M. Arthur Heulhard n'a pas consacré moins de dix ans à se
promener, la lampe à la main, dans ces arcanes que d'aucuns se figurent
peut-être de grandes voies lumineuses: son oeuvre est donc respectable
et considérable: Paris, Rome, Turin, Chambéry, Metz, Toulouse, Aix,
Montpellier, le Mans, ont été l'objet de ses investigations qui n'ont
rien laissé d'inexploré: papiers d'État, archives municipales,
correspondances diplomatiques et littéraires, etc. Et maintenant que les
admirateurs de Rabelais ouvrent le volume. L'auteur, modeste comme il
convient à un sincère, ne se vante pas d'avoir tout dit, tout découvert.
Il déclare seulement avoir fait de son mieux. Ce livre est, nous dit-il,
un premier combat engagé avec un sujet devant lequel ont reculé les plus
rudes jouteurs, épouvantés par la difficulté et la multiplicité des
recherches. Après l'histoire de Rabelais voyageur et exilé, il nous
promet la vie de Rabelais en France. Souhaitons-lui l'encouragement
d'une victoire pour le fortifier dans la lutte.

L. P.


La _Grande nation (1870-1871)_ par E. Horn; préface de Jules Simon. (E.
Plon et Nourrit, édit.)--La _Grande nation_ est la France. Ce titre
témoigne à lui seul des sympathies de l'auteur pour notre pays; il
pourrait suffire, en retour, à assurer la nôtre à l'écrivain, si le
mérite de l'ouvrage ne s'en chargeait d'autre part. Édouard Horn est
mort en 1875, député au parlement de Pesth. Hongrois de naissance et de
coeur, il était Français d'adoption et avait appartenu de longues
années, sous l'empire, à la rédaction du _Journal des Débats_, où les
idées libérales l'avaient eu pour défenseur. La _Grande nation_ est la
réunion d'articles publiés par lui en 1870-1871, dans le _Heuer-freier
Lloyd_ de Pesth, dont il était directeur, et que son fils a traduits. Si
pénibles que soient toujours les retours vers un passé douloureux, il
n'est pas sans enseignement, après vingt années écoulées, de suivre,
avec autrui, la succession de faits dont la blessure a pu, sur le
moment, dénaturer la valeur; il n'est pas sans réconfort de les voir
juger par un esprit large et de constater la foi que l'Europe a toujours
eue et conserve encore, quoi qu'elle fasse, dans le rôle civilisateur
reconnu à la France. C'est à l'étranger qu'on apprend à connaître son
pays; pour qui ne peut courir le monde, un livre supplée au voyage; il
nous montre, par ce que les autres pensent de nous, ce que nous pouvons
penser d'eux-mêmes, et le fond que nous pouvons faire sur leur amitié.

L. P.


_Rome (de 754 à 63 avant J.-C.)_ par Marius Fontane. 1 in-8°, 7 fr.
50(Lemerre).--C'est le septième volume de l'_Histoire universelle_.
L'auteur le fait commencer à la date précise de l'an 754, où des hommes,
venus d'Albe-la-Longue, tracèrent l'enceinte d'une ville, sur le bord du
Tibre, à cinq lieues de la mer, entre sept collines protectrices,
religieusement, selon le rite étrusque. Ecartant l'origine grecque,
comme fabuleuse, il dégage la Ville Éternelle des légendes et des
symboles, pour nous la montrer, aux premiers jours, comme un asile et un
repaire, un campement d'exilés et de malfaiteurs, foule d'aventuriers et
de proscrits, à qui l'on refusait des épouses lorsqu'ils sollicitaient
un mariage. Les destinées de Rome sont contenues dans cette origine: dès
la première heure, apparaît et demeure pour y présider le droit de
guerre, d'extermination et de vol, le droit de conquête dont elle admet
et proclame la légitimité supérieure, «si bien que les Romains, exerçant
le métier des armes comme une profession lucrative, finiront par croire
à la grandeur de leur mission, et magnifiquement, soumettant et
exploitant les peuples, épuiseront leur force, dilapideront leurs biens,
déshonoreront leur génie.» On voit qu'on peut compter sur l'indépendance
d'historien de l'auteur. Son admiration pour les anciens maîtres du
monde est des plus modérées. M. Marius Fontane n'accepte pas, loin de
là, toutes les idées reçues. Nous pouvons, de notre côté, ne pas
accepter toutes les siennes; mais les qualités de son style, jointes à
la nouveauté de ses vues, doublent l'attrait de son remarquable ouvrage.

L. P.


_Nouvelles_, par Claude Vignon. L'éditeur Lemerre met en vente, dans sa
«Petite Bibliothèque littéraire», un volume de Nouvelles de Claude
Vignon, qui comprend quelques-unes des meilleurs pages de cet écrivain
distingué: _Un Accident, Paradis perdu, la Statue d'Apollon_ et
l'_Exemple_.

Ces nouvelles sont précédées d'une intéressante notice de Jules Simon
ainsi que d'une lettre de Claude Vignon à un de ses éditeurs, lettre qui
est une véritable profession de foi littéraire.



[Illustration: NOS GRAVURES]


M. CARNOT A LIMOGES

On a fait au Président de la République, à Limoges, un accueil qui a dû
aller profondément au coeur de M. Carnot puisqu'il venait dans sa ville
natale visiter des compatriotes. Partout, d'ailleurs, ce sont les mêmes
acclamations qui saluent le passage du chef de l'État.

Pendant son séjour à Limoges, M. Carnot a distribué les récompenses du
dix-septième concours fédéral de gymnastique. Pour qu'aucun retard ne
vint priver les concurrents du grand honneur de recevoir solennellement
les médailles conquises, les opérations du concours et les exercices
avaient eu lieu la veille et l'avant-veille de l'arrivée du président de
la République.

C'est sur la grande place appelée le Champ de Juillet que la
distribution des récompenses a eu lieu. Le terrain est de vastes
proportions et la décoration était magnifique. Un quadrilatère de
tribunes se dressait, tout flamboyant de drapeaux, de guirlandes et
d'oriflammes, tout noir de monde à l'heure de la cérémonie. A l'entrée
principale, un arc-de-triomphe monumental faisait face à la tribune
présidentielle.

M. Carnot est arrivé à trois heures, après le déjeuner qui avait eu lieu
en son honneur à la préfecture. Il a pris place dans sa tribune; à sa
droite était M. Bourgeois, ministre de l'instruction publique; à sa
gauche, M. Constans, ministre de l'intérieur, M. le général Galland. M.
Prudhomme, président de la Société de gymnastique de Limoges et
président de l'union des Sociétés de gymnastique de France, a souhaité
la bienvenue à M. Carnot et l'a remercié du bienveillant intérêt que le
chef de l'État témoigne, pour la troisième fois, à une oeuvre virile et
essentiellement patriotique. M. Carnot a répondu qu'il connaissait les
sentiments des Société de gymnastique; et, pour reconnaître les services
qu'elles rendent au relèvement national, il a attaché sur la poitrine de
leur président la croix de la Légion d'honneur.

La distribution des récompenses a commencé ensuite. Au pied de la
tribune étaient venus se placer les porte-étendards et porte-guidons des
sociétés récompensées accompagnés des présidents respectifs et d'un
collègue. A la lecture de l'appel, le porte-étendard de la société
récompensée sortait des rangs avec les deux camarades qui
l'accompagnaient; le porte-étendard restait au bas des gradins avec l'un
de ses compagnons. Et, tandis qu'il saluait du drapeau, le troisième
délégué montait auprès du président pour recevoir la récompense que M.
Carnot remettait en prononçant quelques paroles d'éloges.

Après la distribution des récompenses, les sociétés de gymnastique ont
exécuté des mouvements d'ensemble avec une précision et une correction
que le public a vivement applaudies.


INAUGURATION DE L'EXPOSITION FRANÇAISE DE MOSCOU

Nous avons donné, dans notre numéro du 17 janvier de cette année, une
vue panoramique des bâtiments affectés à l'Exposition française de
Moscou. Cette exposition réunit dans ses diverses classes des
échantillons assez nombreux et choisis avec goût de tous les produits
que le travail français a intérêt à exporter: tissus, denrées
alimentaires, vins, liqueurs, parfumerie, jouets, bibelots, tous plus
ingénieux les uns que les autres.

Nos principales industries d'art, céramique, bronze, orfèvrerie,
joaillerie, ont tenu à honneur d'y exposer des modules nouveaux qui
seront remarqués même après ceux qu'on a admirés en 1889 au
Champ-de-Mars. Enfin 500 peintres et sculpteurs se sont joints aux 1,500
exposants des sections industrielles et ont envoyé à Moscou le meilleur
de leurs oeuvres, déjà connues ou inédites.

On sait que l'empereur de Russie a accordé très gracieusement à
l'entreprise française la libre disposition de l'édifice dans lequel a
été installée l'Exposition nationale russe de 1882. A l'exemple du
souverain, les autorités russes de tout ordre ont aidé de leur mieux nos
compatriotes dans le difficile travail d'une organisation si lointaine,
souvent entravée et un peu retard et par un hiver dur et prolongé. Il
n'est que juste de remercier l'administration russe de ses prévenances.

Samedi 9 mai (date française), a eu lieu l'ouverture. La cérémonie a été
à la fois officielle et religieuse, suivant le désir exprimé par les
autorités russes et le voeu de la population. Pour les Russes, une
bénédiction est le prologue obligé de toute inauguration, qu'il s'agisse
de l'entreprise la plus profane, même d'un théâtre. On avait donc
transporté en équipage dans le pavillon d'honneur l'image sainte de la
vierge d'Iverski, l'_icône_ le plus renommé de la Russie, qui garde,
pour ainsi dire, dans sa petite chapelle, la porte du Kremlin.

Devant cette image, un des membres du haut clergé de Moscou, qui a le
rang d'évêque, plusieurs popes en riches ornements sacerdotaux et un
choeur religieux ont coopéré à la bénédiction Après un _Te Deum_,
l'évêque a prononcé une longue allocution, puis il a fait le tour de
l'assistance en jetant de l'eau bénite sur les installations de la
galerie d'honneur. La partie religieuse de la cérémonie s'est terminée
par des prières et une espèce de _Magnificat_. Notre dessin représente
le moment où le cortège ecclésiastique va quitter l'estrade pour faire
le tour de la galerie. L'évêque tient le goupillon; il est coiffé d'une
magnifique mitre de filigrane d'or serti de pierreries et d'images
saintes peintes sur émail. A gauche se tiennent les chantres; à droite
sont les principaux personnages de la Commission française et des
autorités russes; M. Dietz-Monnin, vice-président de la Commission de
l'Exposition, remplaçant le président Teisserenc de Bort, retenu à
Paris; à côté de lui M. Flourens, ancien ministre des affaires
étrangères. La principale figure militaire est celle de S. E. le général
Kostanda, gouverneur intérimaire de Moscou, qui, après la bénédiction, a
déclaré l'Exposition ouverte et ajouté dans un bref discours que
«Moscou, coeur de la Russie, accueillait avec une chaude sympathie
l'oeuvre française de l'Exposition.»


LA TORPILLE AUTOMOBILE DIRIGEABLE SIMS-EDISON

Une intéressante expérience a eu lieu tout récemment aux chantiers de
Graville au Havre appartenant à la Compagnie des Forges et Chantiers: il
s'agissait des essais d'une torpille automobile dirigeable.

On sait que les torpilles automobiles sont des appareils, véritables
projectiles, qui, par le jeu d'un moteur contenu dans leurs flancs, se
meuvent en avant, entre deux eaux, dans une direction donnée, et font
explosion au contact du but visé. Mais elles présentent cet inconvénient
que, lorsqu'elles ont quitté l'appareil de lancement, elles sont à la
merci des flots et ne peuvent pas, par elles-mêmes, rectifier la
direction primitivement donnée, de telle sorte qu'elles manquent souvent
le but.

Pour obvier à cette imperfection capitale, on a imaginé les torpilles
automobiles dirigeables, conservant avec le point de départ une
communication qui permet de diriger, de modifier au besoin leur allure
et leur marche, enfin de produire l'explosion au moment voulu.

C'est dans cet ordre d'idées qu'a été conçue et exécutée la torpille
Sims-Edison que représentent nos dessins.

Elle se compose de deux parties: le flotteur et le poisson.

Le flotteur en feuilles de cuivre laminé est rempli d'une substance
légère, insubmersible. Il n'est là que pour soutenir le poisson à un
niveau constant au-dessous de la surface de l'eau; son avant est, en
effet, taillé en forme d'étrave très oblique et très tranchante pour lui
permettre de glisser au-dessous des obstacles ou de les fendre pour les
traverser. Le poisson, qui est la torpille proprement dite, est relié au
flotteur par des entretoises d'acier. Ces dispositions se voient bien
sur notre dessin.

Le flotteur est formé de quatre compartiments étanches: celui de l'avant
renferme l'explosif dont la charge peut être portée à 225 kilogrammes;
le second compartiment ne renferme que de l'air, il sert à isoler la
partie explosive; le troisième contient 3,500 mètres de câble, composé
de 2 fils, soigneusement enroulé sur une bobine creuse et pouvant se
dérouler par l'arrière de la torpille au moyen d'un tube qui y est
adapté. Ce câble a 1 centimètre de diamètre seulement et une densité
égale à celle de l'eau de mer, de telle sorte que, déroulé, il flotte,
et que l'eau qui s'introduit à sa place dans l'appareil n'en augmente
pas le poids.

Le compartiment de l'arrière renferme le moteur électrique qui actionne
à 800 tours à la minute l'hélice, et donne une vitesse de 20 noeuds. Il
est surmonté d'un petit gouvernail.

Le poids total de la torpille est de 1,360 kilogrammes, sa longueur est
de 8 mètres. Elle se met à l'eau au moyen de porte-manteaux comme un
canot ordinaire. Une petite sphère rouge de repère, placée au-dessus de
l'eau à son avant, permet d'en suivre les évolutions.

Voyons comment on va pouvoir la diriger. Notre dessin représente
l'opérateur à l'oeuvre.

Une machine placée à terre fournit le courant continu, lequel traverse
une table de commutation devant laquelle l'opérateur est placé.

Avant la mise à l'eau, l'extrémité du câble de la torpille est fixée aux
commutateurs. Dès que le courant passe, il va actionner le moteur
électrique de la torpille qui se met en marche, déroulant au fur et à
mesure son câble derrière elle.

Nous ne pouvons donner ici la description trop technique du moteur:
disons seulement qu'il est à deux pôles et a ses inducteurs roulés en
séries, de telle sorte que le sens de la rotation est indépendant de
celui du courant qui le traverse et que l'on a ainsi la faculté de
pouvoir à volonté inverser le sens de ce courant. Cette inversion est
alors mise à profit pour enflammer la charge explosive au moyen d'une
bobine intermédiaire, dans laquelle le courant de marche ordinaire ne
produit qu'un circuit d'une trop faible force pour enflammer l'amorce,
mais dans laquelle l'inversion brusque de ce même courant de marche
ordinaire produit par contre une tension suffisante pour produire cette
inflammation.

La manoeuvre du gouvernail se fait à peu près de la même manière à
l'aide d'un électro-aimant polarisé et d'un inverseur placé sous la main
de l'opérateur: les courants inversés, suivant qu'ils sont envoyés dans
un sens ou dans un autre, mettent la barre en position et permettent de
rectifier à chaque instant la marche ou de faire même virer complètement
bord sur bord la torpille.

C'est ce que l'on voit exécuter dans notre dessin est la torpille qui
file dans la direction de la pleine mer est ramenée par la manoeuvre de
l'inverseur droit sur le piquet qui est le but qu'elle doit atteindre.

Ces essais ont remarquablement réussi. L'opérateur, ainsi qu'on le voit,
est chaussé de bottes isolantes et a des gants en caoutchouc,
précautions justifiées par les tensions élevées dont on fait usage et
qui sont de 25 ampères et 1,300 volts, capables de donner la mort ou de
provoquer de graves accidents.

Nous ne pouvons juger ici la valeur de la torpille dirigeable
Sims-Edison comme engin de guerre, l'expérience à cet, égard prononcera.
Mais, comme application ingénieuse et savante de l'électricité, elle
constitue très évidemment un énorme progrès.


DECK

Depuis les belles époques de Rouen et de Nevers, la faïence française
subissait une éclipse: l'homme qui a su lui rendre son éclat, Deck,
vient de mourir.

Il est né en Alsace en 1823; à peine âgé de vingt ans, il met sac au dos
et fait son tour comme compagnon poêlier; il parcourt à pied toute
l'Autriche, réparant les poêles de faïence dans les pays ou on était
encore assez heureux pour brûler du bois, il s'arrête dans les villes
deux jours ou deux mois selon l'ouvrage, il gagne en moyenne deux francs
par jour, mais il fait une ample provision de remarques et
d'observations. Il désire Paris, il s'y rend; il se fait embaucher dans
une fabrique de poêles; d'ouvrier il devient contremaître, puis il
s'établit fort modestement rue Saint-Jacques; sans argent il se contente
d'abord de travailler pour les autres et de faire cuire au dehors; il
est apprécié et peut enfin avoir son four. Il commence par un genre qui
se rapproche de l'énigmatique faïence d'Oiron; puis il se prend d'amour
pour les faïences anciennes de la Perse à émaux transparents. Bientôt il
excelle, et trouve cet émail turquoise, chaud, lumineux, ombrant par
accumulation, bleu à la lumière artificielle; mais il ne s'arrête jamais
et montre ces admirables fonds d'or que lui ont inspiré les mosaïques de
Saint-Mate de Venise. Alors il s'attaque à la porcelaine, retrouve le
flambé des Chinois et le céladon que les modernes fabricants de la Chine
ne savent plus reproduire.

Les honneurs lui arrivent, il est nommé membre de la commission de
Sèvres, chevalier de la Légion d'honneur; il reste modeste et laborieux,
toujours épris de son art; il ne recherche pas la fortune, il ne se
doute pas des affaires, et n'a pas le sens du commerce: c'est un
céramiste de race, sacrifiant tout à son métier.

La direction de notre Manufacture nationale de porcelaine est vacante;
en 1887, le gouvernement lui offre la place, il l'accepte non sans
hésitations et voilà l'ancien ouvrier poêlier à Sèvres; le simple soldat
est devenu maréchal de France. Déjà miné par la maladie, il se met à
l'oeuvre, compose une pâte nouvelle, reprend la porcelaine tendre, mais
la mort le surprend.

Sa vie a été bien remplie, elle prouvera ce que peuvent le courage, la
persévérance, la science unie au bon sens, le calme et le sentiment de
la valeur personnelle.

Z.


GRISÉLIDIS

_Grisélidis_, le mystère que vient de représenter la Comédie-Française,
se déroule dans des décors qui rappellent l'art symbolique des
primitifs; les enluminures des missels, les fleurettes et les grandes
lettres peintes qui enjolivent les grimoires, les vitraux de
cathédrales, ont inspiré le metteur en scène comme les poètes. C'est le
cadre qu'il faut à Grisélidis, la marquise de Saluces, une soeur,

        Des vierges en or fin d'un livre de légendes
        Dans un flot de velours traînant leurs petits pieds.

La gravure que nous publions représente la dernière scène du troisième
et dernier acte. Celui-ci se passe, comme le premier, dans l'oratoire de
dame Grisélidis. Le panneau de droite est occupé par un beau triptyque
dont les volets s'ouvrent ou se ferment sur une statue de Sainte-Agnès,
foulant sous ses pieds un diable sculpté... Le fond est garni d'une
large tapisserie que surmonte une fresque, où l'on voit peinte une scène
de l'Histoire sacrée... La fenêtre a vue sur la campagne verdoyante. De
hautes stalles et des coffres en bois sculpté meublent l'oratoire.

Donc, le diable n'a pas eu raison de la vertu de dame Grisélidis, et,
pour se venger, pour la mettre à une dernière épreuve, il lui a ravi son
fils, l'enfantelet Loys. Le marquis de Saluces, qui arrive de la
croisade et se croyait trompé, vient de reconnaître son erreur, mais, en
même temps, il apprend le rapt de son fils... Alors, un miracle
s'accomplit. La croix de l'autel se change en une épée flamboyante: elle
met en fuite le diable qui disparaît derrière la tapisserie avec un
dernier ricanement. On ouvre les volets de la niche de Sainte-Agnès,
qu'un instant auparavant les châtelains avaient trouvée vide, non sans
un grand effroi: Sainte-Agnès a repris sa place et elle porte le petit
Loys dans ses bras. Le miracle est complet: ce sont les prières
ferventes de dame Grisélidis qui l'ont obtenu du ciel. Vassaux,
tenanciers, hommes d'armes, bergers et lavandières tombent à genoux,
devant cette manifestation non équivoque de la faveur dont Dieu le père
et les saints entourent la demeure et la famille du marquis de Saluces:
il passe sur cette scène comme un souffle de la foi qui inspirait Fra
Angelico da Fiesole.

Ad. Ad.



[Illustration.]


ANIE

Roman nouveau, par HECTOR MA LOT

Illustrations d'ÉMILE BAYARD

Suite.--Voir nos numéros depuis le 21 février 1891.


Mais dès le surlendemain Barincq alla déjeuner chez sa fille, anxieux de
savoir si Sixte avait ouvert le paquet; il le trouva intact, comme il
l'avait noué lui-même, sur la table de Sixte.

--Tiens, ton mari n'a pas ouvert ce paquet? dit-il.

--Quand Sixte rentre, il est tellement écoeuré des paperasses que le
général lui fait lire ou écrire qu'il a l'horreur des papiers.

--Il ferait tout de même bien de ne pas le laisser traîner: c'est toute
sa jeunesse qui est là-dedans.

--Je le lui dirai.

Le vendredi, quand il revint sous un prétexte quelconque, car il n'avait
pas l'habitude de faire deux voyages par semaine à Bayonne, le paquet
était toujours dans le même état.

Il attendit le dimanche; mais ni Anie ni Sixte ne parlèrent de rien;
donc il n'y avait rien, semblait-il.

Ce fut seulement dix jours après, que Sixte rentrant un soir de mauvais
temps avant sa femme, retenue par l'odieux enchaînement des visites
quelle avait à rendre et dont la comptabilité exigeait une tenue de
livres, ouvrit le paquet, n'ayant rien de mieux à faire.

Pas bien intéressantes pour lui ces lettres, dont les premières, qu'il
avait oubliées, étaient écrites dans un style enfantin, que paralysait
encore le respect envers celui auquel il s'adressait.

Les laissant de côté il prit la liasse des comptes qui, par les chiffres
seuls des factures, était plus curieuse.

--C'était cela qu'on avait dépensé pour lui; cela qu'il avait coûté.

Comme il les parcourait les unes après les autres, ses yeux tombèrent
sur une feuille de papier timbré, de l'écriture de M. de
Saint-Christeau.

Qu'était cela?

Il lut.

Mais c'était le testament de M. de Saint-Christeau, celui qu'il
connaissait, celui que l'inventaire devait faire trouver, et qui avait
échappé sûrement aux recherches du notaire, parce qu'on n'avait pas pris
ces factures les unes après les autres, pour les classer, et qu'il
s'était glissé entre deux papiers insignifiants.

Avant qu'il fut revenu de sa surprise, sa femme rentra, et, comme à
l'ordinaire, vint vivement à lui pour l'embrasser.

--Tiens, dit-elle, tu te décides à lire ces papiers?

Mais elle n'avait pas achevé sa question, qu'elle s'arrêta stupéfaite de
la physionomie qu'elle avait devant elle.

--Qu'as-tu? Mon Dieu, qu'as-tu? demanda-t-elle.

--Voilà ce que je viens de trouver, lis.

Il lui tendit la feuille.

--Mais c'est le testament de mon oncle Gaston! s'écria-t-elle, dès les
premières lignes.

--Lis, lis.

Elle alla jusqu'au bout; alors le regardant:

--Que vas-tu faire? demanda-t-elle d'une voix qui tremblait.

--Mais que veux-tu que je fasse? répondit-il. Imagines-tu que je vais
m'armer de ce testament pour troubler ton père, si heureux d'être le
propriétaire d'Ourteau? Pour qui travaille-t-il? Pour nous. A qui
donne-t-il ses revenus? A nous. Non, non, ce testament, que je ne suis
pas fâché d'avoir d'ailleurs, par un sentiment de reconnaissance envers
M. de Saint-Christeau, ne sortira jamais de ce tiroir, dans lequel je
vais l'enfermer, et ton père ignorera toujours qu'il existe.

Elle lui jeta les bras autour du cou, et l'embrassa nerveusement, avec
un flot de larmes.

--Mais que pensais-tu donc de moi? dit-il.

--C'est de fierté que je pleure.


IV

De temps en temps, Sixte parlait de d'Arjuzanx à sa femme: ou bien il
avait reçu sa visite, ou bien ils s'étaient rencontrés par hasard; en
tous cas, au grand ennui d'Anie, les relations continuaient entre eux,
et rien n'annonçait qu'elles dussent finir.

Un jour, il lui annonça d'un air assez embarrassé que d'Arjuzanx, qui
venait de louer une villa à Biarritz, l'avait invité à pendre la
crémaillère avec quelques amis: de la Vigne, Mesmin, Bertin.

--Tu as accepté?

--Je peux me dégager.

--Il ne faut pas te dégager.

--Si cela t'ennuie.

--C'est toujours un chagrin pour moi de ne pas t'avoir, mais je serais
ridicule de vouloir te confisquer: on ne me trouve déjà que trop
accapareuse.

--Ne t'inquiète donc pas de ce qu'on trouve ici ou de ce qu'on ne trouve
pas.

--Mais si; c'est mon devoir de m'en inquiéter: je ne dois pas te rendre
heureux seulement par ma tendresse, je dois aussi m'appliquer à te faire
une vie à l'abri de toute critique; avec votre camaraderie militaire,
personne plus que vous n'est exposé aux interprétations bizarres; ne
devez-vous pas être tous coulés dans le même moule? Va donc dîner chez
M. d'Arjuzanx et amuse-toi bien comme les autres. En réalité, ce qui
m'ennuie le plus, ce n'est pas que tu ailles chez M. d'Arjuzanx, mais
c'est que tu sois obligé un jour ou l'autre de lui rendre ce dîner.

--Il vaut donc mieux ne pas y aller.

--C'est bien difficile.

--Alors?

--Alors j'ai tort, cela est certain; je me le dis, je me le répète; mais
j'ai beau faire, je ne peux pas m'habituer à l'idée que des relations
suivies s'établissent entre M. d'Arjuzanx et nous. Si le prétendant m'a
inspiré autrefois une répulsion qui a abouti à mon refus, l'homme ne
m'est pas moins antipathique.

--As-tu quelque chose à lui reprocher?

--Malheureusement non; sans quoi ce serait fini.

--D'Arjuzanx est fier et susceptible; si tu le tiens à distance, il
n'insistera pas.

--Le rôle est aimable pour moi.

--Dans ma position il m'est bien difficile de le prendre, j'aurais trop
l'air d'un jaloux.

--Un jaloux triomphant. Enfin, vas-y pour cette fois. Nous aviserons
plus tard. Car je t'assure que mes sentiments à son égard ne changeront
pas; et je n'imagine rien de plus pénible que des relations avec qui
n'inspire pas sympathie et confiance. Quand je vous vois si différents
l'un de l'autre, je me demande comment vous avez pu vous lier d'amitié
au collège.

Bien qu'il fût trop épris de sa femme pour sentir autrement qu'elle,
Sixte trouvait cependant qu'elle était bien sévère: pas si antipathique
que cela, d'Arjuzanx, semblait-il: rageur, violent, obstiné dans ses
idées, entêté dans ses rancunes, oui, cela était vrai; mais sans que
cela allât jusqu'à l'extrême et le rendit gênant ou ridicule.

Libre, Anie n'aurait pas laissé Sixte accepter l'invitation du baron, et
d'une façon ou d'une autre se serait arrangée pour qu'il refusât sans
paraître le pousser à un refus qui serait venu de lui; mais précisément
cette liberté elle ne l'avait pas, et le nom seul d'un des convives de
d'Arjuzanx le lui avait rappelé de façon à fermer ses lèvres.

Au temps où Sixte lui faisait la cour et pendant leurs tête-à-tête dans
les jardins d'Ourteau, elle avait voulu qu'il lui dit ce qu'était le
monde nouveau au milieu duquel elle allait vivre à Bayonne dans une
sorte de camaraderie obligatoire; quels étaient ses moeurs, ses usages,
ses habitudes, ses travers, ses faiblesses, ses ridicules, ses qualités,
ses mérites; et de ces longs récits il était sorti pour elle un
enseignement qu'elle s'était bien promis de ne pas oublier.

Parmi les officiers de la garnison, il y en avait un, le lieutenant de
la Vigne, qui avait épousé une jeune fille de la ville dont le père
avait fait une grosse fortune dans le commerce et la raffinerie des
pétroles. Élevée dans le couvent le plus aristocratique de Bordeaux,
cette fille avait contracté la folie des vanités mondaines, à laquelle
d'ailleurs sa nature la prédestinait, et, rentrée à Bayonne dans sa
famille honnêtement bourgeoise, elle n'eût jamais consenti à accepter
pour mari un homme dans les affaires et en relations commerciales avec
son père ou les amis de son père. C'est pourquoi, lorsqu'elle avait
hérité de la fortune de sa mère, elle s'était offert un joli petit
lieutenant, qui à une profession décorative et honorable ajoutait le
prestige d'un nom ou plutôt d'une apparence de nom: Ruchot de la Vigne.
Le nom il l'avait reçu de son père, tout petit propriétaire campagnard;
l'apparence il la tenait des bons pères qui l'avaient élevé.--Comment!
Ruchot? lui avaient-ils dit lorsqu'il était entré chez eux; Ruchot tout
court! il faut ajouter quelque chose à cela. Votre père a bien une
propriété?--Il a une vigne.--C'est parfait; vous vous appellerez
désormais Ruchot de la Vigne, comme vous avez des camarades qui
s'appellent Mouton du Pré, Jannot du Gué, Petit de la Mare; ça fait bien
sur le palmarès, et plus tard ça sert dans la vie pour un beau mariage.

En effet, cela lui avait servi à épouser la fille du raffineur de
pétrole, qui n'aurait jamais consenti à être Mme Ruchot tout court, et
qui était fière de s'entendre annoncer sous le nom de Mme de la Vigne.
Il est vrai qu'à la mairie on lui avait impitoyablement coupé le de la
Vigne, mais on le lui avait généreusement donné à l'église; et l'église
était pleine, tandis qu'à la mairie il n'y avait personne.

Devenue Mme de la Vigne, elle tenait plus que personne à sa noblesse: si
son linge, son argenterie, ses voitures, ses bijoux, n'étaient pas
marqués de ses armes, en tout cas étaient-ils agrémentés d'emblèmes
qu'on pouvait prendre pour des armes de loin, et qui pour elle en
étaient. S'étant payé un officier, il semblait qu'elle avait acheté avec
lui tout le régiment, et les officiers de la place, y compris le
général. Quand elle disait à son mari:--N'est-ce pas un officier de
votre régiment?--elle parlait de quelqu'un qui lui appartenait et lui
devait de la déférence, sinon de la reconnaissance.

Les histoires à ce sujet qui couraient la ville étaient aussi nombreuses
que réjouissantes, embellies chaque jour par les camarades du seigneur
de la Vigne, qui s'amusaient autant des prétentions de la femme que de
l'esclavage du mari, véritable caniche en laisse qu'elle promenait sans
cesse avec elle, et qui n'avait le droit ni de faire un pas, ni de dire
un mot, ni de dépenser un sou, sans en avoir reçu préalablement la
permission.

Anie, qui, elle aussi, épousait un officier pauvre, s'était promis de ne
pas tomber dans ces travers et de veiller à ce que rien en elle ne pût
rappeler les exigences de Mme de la Vigne, ou évoquer des comparaisons
que leurs positions, à l'une comme à l'autre, ne rendraient que trop
faciles. Sans doute, elle se savait à l'abri de ces prétentions
vaniteuses; mais, aimant son mari comme elle l'aimait, saurait-elle
toujours se garder d'exigences matrimoniales auxquelles son coeur épris
pourrait trop facilement l'entraîner?

Pour elle la question avait sa gravité et son inquiétude; aussi, quand
Sixte avait prononcé le nom de son camarade de la Vigne, n'avait-elle
pas hésité à répondre: «Il faut accepter.»


V

Quand Sixte arriva chez le baron il était presque en retard, et tous les
invités se trouvaient réunis dans le salon de la villa, dont les
fenêtres ouvraient sur la mer; il y avait là quelques propriétaires de
la contrée, des Russes, des Espagnols, et les camarades que d'Arjuzanx
lui avait annoncés.

--Je croyais que tu ne viendrais pas, dit l'un d'eux.

--Et pourquoi?

--Lune de miel.

--Miel n'est pas glu.

Le dîner était combiné pour laisser des souvenirs aux convives et les
rendre fidèles, composé de mets envoyés des pays d'origine: poulardes de
la Bresse, écrevisses de Styrie, ortolans des Landes tirés dans les
terres de d'Arjuzanx, pâté de foie gras de Nancy; en vins, les premiers
crus authentiques.

Ce qui ne fut pas de premier cru, ce fut la conversation, qui se
maintint dans la banalité, ces étrangers que le hasard réunissait
n'ayant entre eux ni idées communes, ni habitudes, ni relations; on
parla du climat de Biarritz; puis de la température, de la plage, des
villas et de leurs habitants, on passa aux casinos.

--Très agréables, ces deux casinos; quand on est nettoyé dans l'un, on
peut essayer de se refaire dans l'autre.

Mais d'Arjuzanx ne fut pas de cet avis: pour lui le jeu n'était un
plaisir qu'entre amis, là où l'on trouvait la sincérité, la
tranquillité, et où l'on n'était pas exposé à s'asseoir à côté de gens
qu'on ne saluait pas dans la rue; si, d'autre part, il fallait
surveiller les croupiers pour voir s'ils ne bourraient pas la cagnotte
ou n'étouffaient pas les plaques en même temps qu'il fallait se défier
des grecs, le jeu devenait un très vilain travail que pouvaient seul
accepter ceux qui lui demandaient leur gagne-pain.

--Aussi, messieurs, dit-il en concluant, si jamais l'envie vous prend?
dans l'après-midi ou dans la soirée, de tailler un bac, considérez cette
maison comme vous appartenant, un cercle dont nous faisons tous partie,
et où vous pourrez amener vos amis.

Le menu, si abondant qu'il fût, eut une fin cependant, on passa dans le
salon, où l'on fuma des cigares exquis en regardant la mer; mais le
miroitement de la lune sur les vagues, pas plus que les éclats du feu
tournant de Saint-Martin renaissant et mourant dans les profondeurs
bleues de la nuit, n'étaient des spectacles faits pour retenir longtemps
l'attention de cette jeunesse peu contemplative.

Les cigares n'étaient pas à moitié brûlés que les yeux s'interrogèrent
d'un air vague et inquiet:

--Que va-t-on faire?

A cette question, l'un des convives répondit en rappelant la proposition
de d'Arjuzanx:

--Si on taillait un bac?

Dix voix appuyèrent.

--Je ne vous demande que le temps de faire desservir la table, dit
d'Arjuzanx; nous serons mieux dans la salle à manger qu'ici; j'enverrai
aussi chercher des cartes, car je n'en ai pas.

Un quart d'heure après on était assis autour de la table sur laquelle on
avait dîné, et le banquier disait:

--Messieurs, faites votre jeu.

Sixte, de la Vigne et un de leurs camarades étaient restés dans le
salon, où ils causaient; d'Arjuzanx vint les rejoindre.

--Vous ne jouez pas?

--Tout à l'heure, répondit de la Vigne.

--Et toi, Sixte?

--Ma foi non.

--Je t'ai connu joueur, cependant.

--Au collège.

--Et à Saint-Cyr aussi, dit de la Vigne.

--J'ai joué, continua Sixte, quand le gain ou la perte de cent francs me
crispait les nerfs, arrêtait mon coeur et m'inondait de sueur, mais
maintenant qu'est-ce que cela peut me faire de gagner ou de perdre?

--Et l'émotion du jeu? dit d'Arjuzanx.

--Je ne désire pas me la donner, et même je souhaite ne pas me la
donner.

--Alors tu n'es pas sûr de toi?

--Qui est sûr de soi?

--Si tu n'as pas apporté d'argent, continua d'Arjuzanx, ma bourse est à
ta disposition, et à la vôtre aussi, monsieur de la Vigne.

--J'accepte vingt-cinq louis, dit de la Vigne d'un ton qui montrait que
son porte-monnaie n'avait pas été garni.

Aussitôt qu'il fut en possession des vingt-cinq louis, de la Vigne passa
dans le salon.

--Voilà qui prouve, dit d'Arjuzanx avec une ironie légèrement
méprisante, que Mme de la Vigne tient de court son mari.

Sixte ne répliqua rien, mais deux minutes après il entrait à son tour
dans le salon et mettait dix louis sur la table.

Il gagna, laissa sa mise et son gain sur le tapis, gagna une seconde
fois, puis une troisième.

Alors il ramassa ses seize cents francs et retourna dans le salon, tout
surpris de ressentir en lui une émotion que le gain d'une somme en
réalité minime n'expliquait pas.

Quelle étrange chose! pendant ces trois coups, il avait éprouvé ces
frémissements, ces arrêts de respiration qui l'avaient si fort secoué
autrefois quand il était gamin ou à l'École.

Comme il avait eu raison de dire à d'Arjuzanx qu'on n'était jamais sûr
de soi!

--S'il s'en allait!

Mais la fausse honte qui l'avait fait jeter ses dix louis sur la table
le retint: que ne dirait-on pas?

Il alluma un cigare; mais devant la fenêtre où il le fumait lui
arrivaient les bruits de la salle à manger se mêlant au murmure rauque
de la marée montante; de temps en temps la voix du banquier ou des
pontes et aussi le tintement de l'or, le flic flac des billets et des
cartes, dominaient ces bruits vagues: Messieurs, faites votre jeu.
Cartes, cinq, neuf.

Fut-ce ce sentiment de fausse honte, fut-ce la magie, la suggestion de
ces bruits? Toujours est-il qu'au bout de dix minutes il revenait dans
le salon et déposait cinquante louis sur l'un des tableaux qui gagna.

Jusque-là, il avait joué debout; machinalement, il attira une chaise et
s'assit: il était dans l'engrenage.

Alors l'ivresse du jeu le prit, l'emporta, et anéantit sa raison aussi
complètement que sa volonté: il n'était plus qu'un joueur, et, en dehors
de son jeu, rien n'existait plus pour lui.

De parties en parties, le jeu arriva vite à une allure enfiévrée,
vertigineuse; à son tour, Sixte prit la banque, gagna, perdit, la reprit
et, à une heure du matin, il devait quarante mille francs à d'Arjuzanx,
cinq mille à de la Vigne, vingt mille aux autres; en tout soixante-cinq
mille francs représentés par des cartes qui portaient écrit au crayon le
chiffre de ses dettes envers chacun.

Alors d'Arjuzanx l'attira dans son cabinet.

--Si tu veux payer ce que tu dois, lui dit-il, je mets vingt-cinq mille
francs à ta disposition; il y a des étrangers qui ne te connaissent pas,
peut-être voudras-tu t'acquitter envers eux tout de suite.

--Je le voudrais.

--Eh bien, accepte ce que je t'offre; ne vaut-il pas mieux que je sois
ton seul créancier? entre nous, cela ne tire pas à conséquence; tu me
rembourseras quand tu pourras.


VI

Du quai, Sixte vit qu'une lampe brûlait dans la chambre de sa femme; et,
au bruit qu'il fit en ouvrant sa grille, Anie parut sur la verandah.

En route il s'était dit qu'elle se serait couchée, et qu'il la
trouverait endormie, ce qui retarderait l'explication jusqu'au
lendemain; mais non, elle l'avait attendu et la confession devrait se
faire tout de suite.

Pendant qu'il traversait le jardin, la lumière avait disparu de la
fenêtre de la chambre, et quand il entra dans le vestibule il trouva sa
femme devant lui qui le regardait.

--Tu t'es impatientée?

Anie avait trop souvent entendu sa mère dire à son père: «Je ne te fais
pas de reproches, mon ami», pour tomber dans ce travers des femmes qui
se croient indulgentes; aussi en descendant l'escalier avait-elle mis
dans les yeux son plus tendre sourire; mais, en le voyant sous le jet de
lumière qu'elle dirigeait sur lui, ce sourire s'effaça.

--Qu'avait-il?

Elle le connaissait trop bien, elle était en trop étroite communion de
coeur, d'esprit, de pensée, de chair avec lui, pour n'avoir pas reçu un
choc, et malgré elle, instinctivement, elle formula tout haut le cri qui
lui était monté à la gorge:

--Qu'as-tu? Que s'est-il passé? Que t'est-il arrivé?

--Je vais te le dire. Montons.

Au fait cela valait mieux ainsi: au moins les embarras de la préparation
seraient épargnés.

Et, en arrivant dans leur chambre, en quelques mots rapides il dit ce
qui s'était passé chez d'Arjuzanx, sa perte, le chiffre de cette perte.

A mesure qu'il parlait il vit l'expression d'angoisse qui contractait le
visage de sa femme, relevait ses sourcils, découvrait ses dents,
s'effacer; il n'avait pas fini qu'elle se jeta sur lui et l'embrassa
passionnément.

--Et c'est pour cela que tu m'as fait cette peur affreuse!
s'écria-t-elle.

--N'est-ce rien?

--Qu'importe!

--Il faut payer.

--Eh bien, tu paieras; ne peux-tu pas prendre soixante-cinq mille francs
sur ta fortune sans que ce soit une catastrophe?

A son tour, sa physionomie sombre se rasséréna:

--Alors, il n'y a donc qu'à prendre les soixante-cinq mille francs dans
notre caisse, dit-il avec un sourire.

--Il n'y a qu'à les demander à mon père; ce que je ferai dès demain
matin.

--Ce que nous ferons, reprit-il; c'est déjà beaucoup que tu sois de
moitié dans une démarche dont je devrais être seul à porter la
responsabilité.

Les choses arrangées ainsi, elle pouvait maintenant poser une question
qu'elle avait sur les lèvres, et cela sans qu'il pût voir dans sa
demande une intention de reproche ou de blâme:

--Mais comment as-tu perdu cette somme? dit-elle.

--Ah! comment?

Elle hésita une seconde, puis se décidant:

--Tu es donc joueur? dit-elle.

--Je l'ai été à deux périodes de ma vie: à quinze ans au collège, et à
vingt ans à Saint-Cyr. A quinze ans, j'ai, à un certain moment, perdu
cent vingt francs contre d'Arjuzanx, en jouant quitte ou double. Tu
imagines quelle somme c'était pour moi qui n'avais que vingt sous qu'on
me donnait par semaine, et quelles émotions j'ai alors éprouvées;
heureusement d'Arjuzanx me donnant toujours ma revanche, j'ai fini par
m'acquitter. Plus tard, à Saint-Cyr, j'ai perdu douze cents francs qui
pendant longtemps ont pesé sur ma vie d'un poids terriblement lourd.
Depuis, je n'avais pas touché à une carte; et il y a dix ans de cela.
Comment me suis-je laissé entraîner, moi qui n'aime ni le jeu ni les
joueurs? Je n'en sais rien. Un coup de vertige. Et aussi, je dois te le
confesser, puisque je ne te cache rien, certaines railleries qui,
adressées à de la Vigne, me parurent passer par-dessus la tête de
celui-ci pour frapper sur moi.

--Alors tu as bien fait, dit-elle.

--Peut-être; mais où j'ai eu tort, ça été en ne m'arrêtant pas à temps.

--Qui s'arrête à temps?

--Toutes les ivresses sont les mêmes; il arrive un moment où l'on ne
sait plus ce qu'on fait, et où l'on est le jouet d'impulsions
mystérieuses, auxquelles on obéit, avec la conscience parfaitement nette
qu'on est misérable de les subir. C'est mon cas; ce qui n'atténue en
rien ma responsabilité.

Le lendemain, non le matin comme le voulait Anie, mais dans
l'après-midi, aussitôt que Sixte fut libre, ils partirent en voiture
pour Ourteau où ils arrivèrent à la nuit tombante. Barincq qui rentrait
à ce moment même se trouva juste à point pour donner la main à sa fille
descendant du phaéton.

--Quelle bonne surprise! dit-il en l'embrassant. Qui vous amène?

--Nous allons te dire ça, répondit Anie, quand nous serons avec maman.

--Enfin, vous êtes en bonne santé, c'est l'essentiel; et vous dînez avec
nous, c'est la fête. Manuel, va vite dire à la cuisine que les enfants
dînent.

[Illustration.]

Justement, j'ai gardé ce matin un superbe saumon pour vous l'envoyer,
nous le mangerons ensemble.

Il avait pris le bras de sa fille:

--Et ça ne peut se dire que devant ta mère, votre affaire?

--Cela vaut mieux.

--Alors, allons la rejoindre tout de suite.

Ils entrèrent dans le salon où se tenait Mme Barincq, sous la lumière de
la lampe, coupant une revue qu'elle ne lirait jamais et à laquelle elle
n'était abonnée que parce qu'elle trouvait cela «châtelain».

--Anie a quelque chose à nous annoncer, dit-il.

Il n'y avait pas à reculer.

--Un accident, dit-elle, qui la nuit, dernière, est arrivé à mon mari.

--Un accident! s'écrièrent en même temps le mari et la femme.

--Dans une réunion chez M. d'Arjuzanx, il a été entraîné à jouer, et il
a perdu...

--Soixante-cinq mille francs, acheva Sixte.

--Soixante-cinq mille francs! répéta Mme Barincq en laissant tomber sa
revue et son couteau à papier.

--Que nous venons te demander, papa, dit Anie en regardant son père.

--Il est évident que ce n'est pas vous qui pouvez les payer, répondit-il
d'un ton tout franc.

--Et les dettes de jeu se paient dans les vingt-quatre heures, dit Anie.

--C'est certain.

Depuis le mariage, Mme Barincq, au contact du bonheur de sa fille,
s'était singulièrement adoucie à l'égard de Sixte, qu'elle n'appelait
que mon cher Valentin, mon bon gendre, ou mon enfant tout court, mais la
perte des soixante-cinq mille francs la suffoqua.

--Comment, monsieur! vous perdez soixante-cinq mille francs! dit-elle.

--Hélas! ma mère.

--Et comment avez-vous perdu soixante-cinq mille francs?

--Le comment ne signifie rien, interrompit Anie.

--Au contraire, il signifie tout; vous êtes donc joueur, monsieur?

--On n'est pas joueur parce que par hasard on perd une somme au jeu,
continua Anie.

Sans répondre à sa fille, Mme Barincq se leva et, s'adressant à son
mari:

--Ainsi, dit-elle, vous avez marié ma fille à un joueur!

--Mais, chère amie...

--Je ne vous fais pas de reproches, vous êtes assez malheureux de votre
faute, pauvre père, mais enfin vous l'avez sacrifiée.

Puis tout de suite, se retournant vers son gendre:

--Comment n'avez-vous pas eu la loyauté de nous prévenir que vous étiez
joueur?

--Mais, maman, interrompit Anie, Valentin n'est pas joueur; il y a dix
ans qu'il n'avait touché aux cartes.

--Eh bien, quand il y touche, ça nous coûte cher!

Barincq crut que ce mot lui permettait d'arrêter la scène qui, pour lui,
était d'autant plus injuste que tout bas il se disait que Sixte avait
bien le droit de perdre ce qui lui appartenait.

--Donc il n'y a qu'à payer, conclut-il.

Mais sa femme ne se laissa pas couper la parole:

--Je ne fais pas de reproches à M. Sixte, reprit-elle, seulement je
répète que quand on entre dans une famille, on doit avouer ses vices...

--Mais Valentin n'a pas de vices, maman.

--C'est peut-être une vertu de jouer. Je dis encore que quand un homme a
le bonheur inespéré... pour bien des raisons, d'être distingué par une
jeune fille accomplie, et d'entrer dans une famille... une famille
accomplie aussi, il doit se trouver assez honoré et assez heureux pour
ne pas chercher des distractions ailleurs...

Pendant que Mme Barincq parlait avec une véhémence désordonnée, Anie
regardait son mari qui, immobile, calme en apparence, mais très pâle, ne
bronchait pas; elle coupa la parole à sa mère:

--Allons-nous-en, dit-elle à son mari.

Mais son père la prenant par la main la retint:

--Ni les paroles de ta mère, dit-il, ni ton départ n'ont de raison
d'être. Dans la situation présente, il n'y a qu'une chose à faire:
payer. C'est à quoi nous devons nous occuper.

--Où est l'argent? demanda Mme Barincq.

--Je ne l'ai pas; mais je le trouverai. Sixte, mon cher enfant,
accompagnez-moi chez Rébénacq. Et toi, Anie, reste avec ta mère, à qui
tu feras entendre raison.

--J'ai besoin de te parler, s'écria Mme Barincq en faisant signe à son
mari de la suivre.

--Et tu n'a rien dit du testament! s'écria Anie en se jetant dans les
bras de son mari quand son père et sa mère furent sortis, ah! cher,
cher!

--C'est lui justement qui m'a si bien fermé les lèvres; et puis, quand
ta mère me disait qu'un mari qui a eu le bonheur de trouver une femme
telle que toi n'a pas à chercher de distractions autre part, elle
n'avait que trop raison.

--Tu es un ange.


VII

Non seulement Barincq n'avait pas soixante-cinq mille francs dans sa
caisse ou chez son banquier, pour les donner à Sixte, mais encore il
n'en avait pas même dix mille, ni même cinq mille.

L'argent liquide trouvé dans la succession de Gaston et toutes les
valeurs mobilières avaient été absorbés par la transformation de la
terre d'Ourteau, défrichements, constructions, achat des machines,
acquisition des vaches, des porcs, et si complètement qu'il n'avait pu
faire face aux dépenses du mariage d'Anie que par un emprunt.

Mais cela n'était pas pour l'inquiéter: la réalité avait justifié toute
ses prévisions, aucun de ses calculs ne s'était trouvé faux, et avant
quelques années sa terre transformée donnerait tous les résultats qu'il
attendait de cette transformation et même les dépasserait largement:
c'était la fortune certaine, une belle fortune, et si facile à gérer,
qu'au cas où il viendrait à disparaître, Anie et Sixte n'auraient qu'à
en confier l'administration à un brave homme pour qu'elle continuât à
leur fournir pendant de longues années les mêmes revenus.

_(A suivre.)_

Hector Malot.

[Illustration.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 2517, 23 Mai 1891" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home