Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 2519, 6 Juin 1891
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 2519, 6 Juin 1891" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'ILLUSTRATION

Prix du Numéro: 75 cent.

SAMEDI 6 JUIN 1891

49e Année.--N° 2519



[Illustration: Le Petit-Trianon.]

[Illustration: Le théâtre: l'entrée de la reine.]

[Illustration: LA FETE DE TRIANON.--Représentation dramatique organisée
dans le théâtre de Marie-Antoinette par le comité du monument Houdon.]



[Illustration: COURRIER DE PARIS]

Le nom de Mme Weiss terminait notre dernière causerie. Il ouvrira
celle-ci. Je dois un post-scriptum à ce que je disais de l'empoisonneuse
qui a si dramatiquement--et j'ajoute si bravement--usé du poison contre
elle-même. La strychnine qu'elle cachait dans un ourlet de son mouchoir
me fait oublier l'arsenic qu'elle glissait dans les babouches de ses
enfants. On a beau dire, comme un truisme prudhommesque, que le suicide
est une lâcheté, voilà un suicide vraiment crâne, et si les deux
coupables ont commis un crime, ils l'ont payé argent comptant. Roques se
loge une balle dans la tête, Mme Weiss s'empoisonne. Tous les drames de
cour d'assises n'ont pas un dénouement aussi fier, et la sympathie est
revenue aux troisièmes rôles depuis que le rideau est tombé sur cette
tragédie bourgeoise.

J'aurais voulu que Chambige eût un peu de la fermeté de Roques. Quant à
Mme Weiss, elle a expié avec une rapidité poignante. Combien d'autres se
fussent condamnées à vivre!

Elle serait sortie, jeune encore, de la prison, et les hommages ne lui
eussent pas manqué. M. Weiss, le pauvre et honnête homme qui reste seul
avec ses enfants, n'a-t-il pas entendu murmurer à ses oreilles ce mot,
dit par un inconnu, un curieux, comme le héros du Mariage blanc de M.
Lemaitre:

--Ah! si elle était libre!

Elle s'est faite libre. Nulle justice en ce bas monde n'a plus le droit
de lui demander compte de ses actions. Elle ne s'est raccrochée à aucun
espoir, à la perspective d'aucune commutation de peine! elle est allée
tout droit à la mort, après avoir gâché et usé la vie.

Ce qui l'explique bien, cette femme, c'est qu'elle est Russe. Le néant
même n'effraye pas les Russes. Ces âmes slaves ont l'appétit de la mort.
Elles ne détestent pas non plus le drame. Je m'étonne que Mme Weiss ne
se soit pas tuée en pleine audience comme la malheureuse Feyghine, autre
Russe maintenant oubliée, qui voulait se tirer un coup de revolver en
plein théâtre. La mise en scène, pour peu surtout qu'elle ait un reflet
d'héroïsme, doit tenter ces détraquées. Cependant, pour Mme Weiss, la
mort a été douloureuse, sans phrases, et obscure.

Elle laisse une lettre cachetée portant cette suscription: Pour mes
enfants, quand ils auront quinze ans. Cette lettre, le mari peut la
garder, les enfants pourront la lire sans rougir de celle qui n'est
plus. Elle équivaut à la lettre de rémission que les rois octroyaient
autrefois aux coupables, avec cette différence que la condamnée ici
s'est rachetée elle-même et qu'elle ne s'est pas amnistiée. Paix à cette
femme! Ce n'était pas un coeur vulgaire.

Mais, depuis Chambige jusqu'à elle, que d'esprits oscillants ont été
tout à fait oblitérés par des états d'âmes, le besoin de _bourgétiser_,
si je puis dire--sans que M. Bourget soit en cause--et les psychologies
ténues et maladives!

On est de son temps, voilà ce que cela prouve, et je ne vais pas répéter
pour la cent millième fois le mot de névrose. Non, d'autant plus qu'il
fait très beau pour le moment, et que juin souriant semble devoir nous
consoler de mai maussade. Le Grand-Prix pourra être couru sans pluie
comme la fête des Fleurs a été célébrée sans rafales. Paris bat son
plein. Bals, dîners, concerts, comédies, représentations de bienfaisance
ou représentations de chic. Partout il y a une attraction, des
invitations, des vers ou de la musique. Si les déménageurs qui font le
service des maisons de campagne se plaignent de n'avoir pas été repris
encore par les Parisiens qui retardent leur villégiature, en revanche
les graveurs de programmes pour soirées doivent avoir eu de l'ouvrage.

Depuis le grand bal paré de la princesse de Léon, c'est une succession
de _five o'clock_ ou de _théâtre-parties._ On joue plus la comédie dans
les salons que dans les théâtres. C'est une rage. Les gens du monde se
font directeurs de spectacles. On est _impresario_ ou _impresaria._

M. Delamarre n'a-t-il pas fait installer, avenue Percier, un théâtre
pour y donner une fête Louis XVI, comme à Trianon? Acteurs et invités,
tout le monde en poudre. L'ambassadeur de la Grande-Bretagne, l'aimable
lord Lytton, ne promet-il pas la comédie à ses invités, cette semaine?
Le mot de représentation _select_ est ici tout à fait de mise. On est en
Angleterre.

Aux _Mirlitons_, à l'_Épatant_, comme vous voudrez, mais je n'aime pas
ce nom l'_Épatant_, on donnera, quand paraîtront ces lignes, une revue
du spirituel _reviewer_ M. de Massa: _Floréal_, une revue de printemps,
dont les flonflons s'envoleront, rue Royale, la veille et le jour du
Grand-Prix. Et ce n'est pas tout. Le théâtre envahit la vie privée. Les
comédiens ne travaillent plus que pour les salons et les salons ne
s'ouvrent plus que pour les journaux. Un maître de maison fin de siècle
n'a qu'une idée en tête: _Avoir une bonne presse._

Donne-t-on un dîner? Vite, la liste des convives expédiée à la gazette.
Je dis les convives, je pourrais presque dire le menu. On lira bientôt:
_Excellent potage à la reine, hier, chez la marquise de X..._ ou encore:
_Le cuisinier du comte de Z... est célèbre. Hier, les invités du comte
ont particulièrement goûté un certain chaud-froid de volaille..._ Vous
croyez que je plaisante? On y viendra. On imprime déjà les noms, on
décrit les toilettes. Les crus de la cave et la description des
entremets suivront bientôt, comme pour les repas officiels. O douce
intimité des repas de famille, où es-tu?

Il faudrait, pour la retrouver, remonter aux temps fabuleux. On vit en
plein air. On ouvre avec fièvre sa maison aux indiscrétions, on mendie
une mention dans les chroniques, quitte à minauder ensuite quelque
phrase comme celle-ci:

--Vraiment, ces journalistes sont d'un sans-gêne! Ils disent tout,
racontent tout! Il n'y a plus de vie privée!

Eh! non, parbleu, il n'y en a plus! Mais à qui la faute? Les maisons
sont de verre aujourd'hui, comme les fortunes. Le besoin d'être imprimé
tout vif affole les cervelles. Et si les journalistes disent tout, c'est
qu'on leur demande tout.

--Cela aura bien une fin! disent les penseurs.

Et pourquoi cela finirait-il, puisque cela a commencé et que cela croit
et embellit? Si je dis embellit, c'est que je tiens à être courtois.

                                           *
                                         * *

Pour une fête, par exemple, qui méritait tout l'empressement des
reporters, la fête de Trianon peut passer pour un modèle. De la musique
militaire dans le _Jardin Français_. De la musique de Rameau et de
Rousseau (musique de littérateur, celle-ci) dans la salle. C'était
charmant et ce petit coin silencieux de Versailles a du s'étonner de
voir arriver en mail-coach, tous grelots sonnants, tant de jolies femmes
en toilettes claires.

L'orage, qui s'est abattu sur Paris lundi dernier, avait eu soin de ne
pas troubler l'arrivée des visiteurs qui s'était faite par un beau
soleil.

J'avoue que j'ai regretté l'absence de M. Delaunay dont les journaux
nous avaient annoncé la réapparition en costume de Fortunio ou de
marquis Louis XVI et qui devait nous dire des vers de M. Clarétie. M.
Delaunay était le clou de la représentation et c'est un érysipèle,
peut-être un furoncle, qui nous a privés de ce clou-là.

Mais il paraît que ce n'était pas la représentation que nous avons vue
qui était à voir. M. H..., un peintre versaillais, me disait quelle
impression d'art il avait éprouvée, le matin, dans la jolie petite salle
dorée et pomponnée, mais encore obscure, pendant qu'on y répétait le
ballet composé sur de vieux airs du temps passé par M. Hansen et dansé
par les artistes de l'Opéra.

--Mon cher, me disait M. H..., vous ne vous doutez pas du charme de
cette représentation à demi-mystérieuse où les jolies ballerines en
toilettes d'été semblaient des ombres silencieuses, dansant au son
quasi-mélancolique d'un orchestre presque invisible. C'était brillant ce
ballet, l'_Amour et Psyché_, aux lumières des bougies, avec les costumes
mythologiques de l'opéra d'_Ascanio_. Mais combien cela était plus
attirant et plein de poésie dans le clair-obscur d'un matin où l'été,
par les interstices des volets mi-clos, laissait entrer le jaillissement
vainqueur de sa lumière électrique.

«Vénus, Psyché, Cupidon, eh! oui, c'était exquis avec les soieries, les
paillons, le demi-nu du ballet d'opéra; mais ce ballet dansé en robes
longues, en petites robes bleues à pois blancs, ou en robes _mastic_,
ces petits talons relevant prestement les jupes longues, ces grâces
d'idylles antiques avec des atours de grisettes de Murger, rien de plus
particulier, rien de plus délicieux. Vous, abonné, vous connaissez
Othalini, Lobstein ou Invernizzi en nymphes, en déesses; mais Invernizzi
figurant Bacchus en robe d'été et Othalini courant sans carquois avec le
frisottis de ses cheveux blonds, tout à fait joli, mon cher. Sans
compter que ce parisianisme se doublait déjà de je ne sais quelle
mélancolie que j'appellerai archéologique. Oui, pendant ces rigodons et
ces gavottes il me semblait que la petite salle, tout doucement,
s'emplissait de fantômes et que de pâles figures du vieux temps venaient
au fond des loges, dans l'encadrement d'or des oeils de boeufs,
contempler ces demi-vivantes dansant le ballet de _Dardanus_. Et, tout à
coup,--qu'auriez-vous dit de cela, vous qui vous piquez d'écrire?--ne
voilà-t-il pas une ombre qui passe en effet sur ces tentures bleues de
ciel et ces statuettes dorées, une ombre rapide, furtive, inquiétante,
une chauve-souris réveillée de son sommeil comme la salle elle-même, et
se demandant ainsi que les échos du petit-théâtre: Pourquoi ce bruit,
ces lumières, ces danses qui semblaient finies? Est-ce que le siècle
passé recommence, et qui donc tout à l'heure entrera dans la salle?
est-ce la reine? est-ce le peuple-roi?

--Oh! le peuple-roi, cher ami, l'argent-roi!

--Sans doute. Nous sommes en 1891. C'est égal, j'ai éprouvé là une
sensation délicieusement raffinée, dans le genre de celles que pouvait
ressentir feu le roi de Bavière, épris de ses belles folies.

«Vous allez vous moquer de moi? J'ai eu les larmes aux yeux, de vraies
larmes, pendant la gavotte de Gluck, et je n'ai jamais eu le sentiment
plus profond de l'art intime et aussi de la vanité de la vie, du peu qui
reste de tout un siècle! un refrain, un rigodon, comme après la mort
d'une fleur, ce quelque chose de subtil: un parfum.

--Eh bien, mon cher B..., puisque vous êtes peintre, peignez-nous cette
sensation là et donnez-nous au prochain Salon le _Ballet des Ombres._

                                           *
                                         * *

Il le fera peut-être, comme je le lui ai dit, et son tableau sera moins
macabre que cette lithographie d'Appel qui s'étale depuis quelques jours
sur nos murailles et qui représente un phénomène, un être à deux corps
et deux têtes, deux jeunes filles, jolies d'ailleurs et vêtues de rose,
qui jouent du violon chacune de son côté. Reliées par un seul abdomen,
ces deux êtres, pourtant si distincts, n'en forment qu'un. C'est Maria
et Josépha, ou, comme on l'entendra, _Maria-Josépha_ qui débutera ou
débuteront à la Gaîté avant peu.

Ces deux soeurs tchèques sont aussi étonnantes que les fameux frères
Siamois. Quand l'une dort, l'autre peut veiller. Les deux cerveaux sont
absolument indépendants l'un de l'autre. Et ce monstre est doué de deux
têtes exquises, têtes blondes très poétiques avec leurs fins cheveux
d'or dénoués. N'importe: cet étalage de monstruosités donne à nos murs
un air de musée Dupuytreu assez désagréable.

On parle de l'immoralité des murailles. Vive Dieu, ce qu'il y a de plus
immoral, ce sont les monstruosités et les hideurs. Il est vrai que si
Maria et Josépha n'en étaient pas une, on ne la ou les regarderait pas.

Rastignac.



SOURIRE D'YDOINE

I

Ceci s'est passé en Bourgogne au temps où la reine Berthe filait...

En ce temps-là, au sommet d'un roc abrupt et désolé, se dressait un
château-fort que les vents ont depuis dispersé, balayant jusqu'au
dernier atome de sa poussière, et qui, à cette lointaine époque, était
déjà si vieux qu'on ne le connaissait dans le pays que sous le nom de
Château-de-Velours, à cause de la mousse dont ses murailles se
revêtaient, lui donnant ainsi, de loin, l'apparence d'un château de
velours vert.

Dans ce château, disent les historiens que j'ai consultés, vivait alors,
en grande affliction et grevance, le fameux baron Thiébault et sa fille
Ydoine. Monseigneur Thiébault avait été autrefois un hardi chevalier
qui, vaillamment, couvert d'armures étincelantes, guerroya contre les
Saxons, les Frisons, les Arabes et maints autres aventuriers; les dames
applaudissaient à ses braves prouesses dans les tournois; les ménestrels
chantaient sa valeur en rimes sonores, et ce fut la lance au poing,
parmi les clameurs triomphales des olifants, qu'il conquit l'amour de la
fille d'un roi. Mais les ans l'avaient blanchi, l'avaient courbé vers la
terre--les ans moins encore que les chagrins.

Aux plaines toulousaines, ses cinq fils périrent sous le fer des
barbares du sud, et sa fidèle compagne fut si marrie à cette nouvelle
qu'elle se coucha au cercueil. Il ne restait à monseigneur Thiébault
comme terrestre consolation qu'une seule enfant, une toute jeune
fillette, baptisée Ydoine. Donc, il dit adieu au monde, se retira dans
ce château bâti sur la roche aride, puis il baissa la visière de son
casque pour que personne ne le vît pleurer.

Il ne la releva que lorsqu'il crut avoir versé toutes ses larmes, et il
montra à ses serviteurs un visage blanchi, ridé, qu'ils hésitèrent
d'abord à reconnaître.

Toutes ses tendresses et tous ses soucis se portèrent vers sa fille
Ydoine; il l'aimait passionnément et, toutefois, sans le comprendre, il
l'aimait mal, non comme un père aime son enfant, mais comme un avare
aime son trésor, le cachant, le soustrayant à tous les yeux, le gardant
pour lui seul, le chérissant uniquement pour la joie qu'il en tire.

Il en fut bien puni comme vous l'allez voir.

Ydoine grandissait languissamment dans l'ombre triste des vieilles
murailles; c'était une ravissante enfant blonde dont les larges yeux
bleus s'élevaient sans cesse vers le ciel pour en absorber l'azur et le
refléter ensuite en rayons purs et doux. Il ne lui manquait aucune des
perfections propres aux filles de seigneurs: mains blanches, longues et
maigres; pieds mignards; front de neige, encadré de fils de soie or;
lèvres de carmin, dents de perles fines... et, pourtant, lorsqu'on la
considérait, si candide, si belle en ses voiles flottants, on éprouvait
une pénible surprise, un malaise indéfinissable; on la sentait
imparfaite et l'on se demandait en quoi pouvait consister cette
déconcertante imperfection. Le baron Thiébault, lui aussi, éprouva cette
impression singulière et, dans la morosité de son humeur, il fut long à
en découvrir la cause.

Ydoine, la belle Ydoine ne savait pas sourire.

Monseigneur Thiébault aurait pu simplement accuser quelque fée maligne,
présente à la naissance d'Ydoine--sans y avoir été conviée du
reste--d'avoir interdit à son enfant cette chaste et charmeuse caresse
de la femme, le sourire! Mais les années avaient rendu le baron
sceptique et il ne croyait plus aux fées. Il chercha donc d'autres
raisons, cela lui fatigua la tête et n'aboutit à aucun résultat.

--T'ennuies-tu? demanda-t-il à Ydoine.

Les lèvres de l'enfant s'ouvrirent lentement, et, très sérieuses, ne
produisant que le mouvement nécessaire à l'articulation des syllabes,
laissèrent tomber cette réponse:

--Peut-être oui, peut-être non.

--Es-tu malheureuse?

--Oh! non.

--Alors, souris!

--Je ne sais pas.

Elle parlait sur un ton uniforme et grave; ses lèvres de carmin, qu'on
eût dites figées, semblaient obéir à l'action d'un ressort.

--Souris!

--Je ne sais pas!

Ainsi elle grandit et devint encore plus belle. Sa taille s'allongeait,
gracile et souple; elle allait atteindre l'âge exquis où les vierges,
émues et rougissantes, songent au bien-aimé inconnu... Hélas! pas plus
qu'auparavant Ydoine ne souriait.

Le baron demanda:

--Désires-tu quelque chose? Parle. Ma tendresse est prête à tout pour te
satisfaire. Désires-tu quelque chose?

Ses lèvres sérieuses dirent:

--Non.

Eh! qu'aurait-elle pu désirer, la pauvrette!... De la nature, de
l'humaine existence, du monde, elle ne connaissait que les murailles
vertes du château, les longs couloirs dont les dalles retentissent
lugubrement sous les pas, et où se dolentent les vents, avides
d'espaces, qui s'y sont emprisonnés... aussi les grandes salles froides
où la lumière n'entre qu'à regret; les tours crénelées où airent les
aigles et les orfraies... aussi encore des rêves épars, confus, non
définis, éclos dans l'énorme foyer braisillant au fond des vastes
cheminées, où les troncs de chêne se consument féeriquement avec des
cliquetis joyeux... rêves épars, non définis!...

Quelquefois, à l'heure du soleil mourant, elle sortait sous la
protectrice surveillance d'une de ces vieilles dames respectables qu'on
appela plus tard duègnes, puis dames de compagnie.

Elle errait le long des murs tendus de velours, et l'on eût dit alors, à
la voir si pure et si belle en ses longs voiles blancs, une grappe de
frais muguet fleurie parmi les mousses... Mais, sur le roc abrupt et
stérile, point ne poussaient de muguets, ni de violettes, ni de
marjolaines, ni de pâquerettes, ni de coquelicots, et, pour se faire une
idée de l'exquise fleur qu'elle était, il manquait à Ydoine l'idée même
de la fleur.

Du haut des remparts, elle découvrait bien un horizon, mais si
mélancolique! Les vallées se cachaient sous une brume violâtre; de ce
lac de vapeurs suspendues émergeaient d'autres pics, d'autres rocs
dénudés, dont les arêtes pointues accrochaient au passage des rayons de
soleil. Puis, elle était si ignorante du monde extérieur, la douce
Ydoine, qu'elle estimait irréel le sévère paysage étendu devant ses
yeux, et le comparait naïvement aux vitraux coloriés de la chapelle.

Pensant se tirer d'inquiétude, le baron Thiébault consulta des
charlatans, ainsi nommait-on les médecins en ce temps-là. Sur les
conseils de ces graves pédants, il donna à sa fille un nain d'Éthiopie,
un bouffon qui descendait en ligne directe de Marcolphe, fou du sage roi
Salomon, et un singe qui venait je ne sais d'où.

Mais le nain, pris de soif, se laissa choir dans une bouteille où il se
noya misérablement; le bouffon, ne pouvant exciter un sourire d'Ydoine,
creva de dépit, et le singe, fidèle aux habitudes de sa race, singeant
sa maîtresse, devint ennuyeux comme un président de cour civile.

C'était à désespérer. Monseigneur Thiébault, cependant, s'attachait à un
suprême espoir.

L'époque était arrivée de donner un époux à Ydoine, et le baron pensait,
non sans quelque raison, que la vue d'un beau jeune homme, galant et
empressé, aurait la vertu de plaire à sa fille. «L'amour fera naître le
sourire», se disait-il.

Il dépêcha donc des hérauts vers les châteaux voisins pour y proclamer
la seizième année de sa fille Ydoine.

Il accourut des jeunes hommes de toutes parts, car on n'ignorait point
la séduisante beauté de la châtelaine, non plus que le baron possédât de
grands biens. Mais, au milieu des hommages et des flatteuses
courtoisies, Ydoine conservait ses lèvres sérieuses.

--Lequel te plaît-il mieux, Ydoine, parmi ces jeunes hommes qui
s'empressent autour de toi? s'informa le baron.

--Aucun.

--Ton coeur n'éprouve point de penchant et n'a pas de préférence?

--Non; ils m'ennuient tous également.

Le baron tristement congédia les jeunes hommes, puis il demeura sept
jours en méditation. Le huitième jour, au matin, il requit ses hérauts
de monter sur les tours et d'y sonner à pleins poumons du cor et des
trompes, afin d'ameuter les gens du pays ainsi que ceux des châteaux
environnants; ce qu'ils exécutèrent avec succès. Alors, devant le peuple
rassemblé, en présence des jeunes seigneurs dont Ydoine avait refusé la
main, le baron parla en ces termes:

--Nobles et vilains, voici que ma fille Ydoine est en âge d'être
fiancée, mais ses lèvres ne s'ouvrent que pour soupirer et jamais pour
sourire. Écoutez donc mes volontés. Je prends devant tous, au nom du
seul Dieu qui me voit et me juge, l'engagement de donner ma fille et la
moitié de mes biens à celui d'entre les jeunes hommes qui déposera dans
la corbeille nuptiale le bijou, la parure, le talisman, capable de
mettre ma fille en joie et de la faire sourire... Donc, vous qui
prétendez à sa possession, partez, sellez vos palefrois et vos
hippogriffes, parcourez le monde, rapportez des merveilles... Je vous
donne rendez-vous ici au printemps de l'année prochaine, et mon Ydoine
sera, je l'ai juré, à celui qui fera éclore le sourire sur ses
lèvres!...

II

Or, dans un village qui rampait humblement au fond de la vallée, il y
avait un jeune homme de vingt ans nommé Amyle qui, de son métier, était
dénicheur d'aiglons et d'orfraies.

Un soir, au coucher du soleil, comme il chassait sur le rocher,
fouillant les anfractuosités, à la recherche des nids, il s'approcha du
château, et, soudain, il s'arrêta, ébloui, ravi en extase. Il venait
d'apercevoir Ydoine qui se promenait, tout de blanc vêtue, le long des
murailles vertes. Jamais encore le garçon n'avait contemplé une aussi
suave créature, et il se frotta les yeux, croyant à quelque surnaturelle
apparition. Mais un éternuement retentissant dirigea son attention vers
la vieille dame respectable qui avait accoutumé de suivre la fille du
seigneur, et la vue de cette personnalité plantureuse qui se dandinait
lourdement à la manière des canards, de ce nez rubicond que l'abus du
tabac à priser faisait ressembler à celui du notaire du village et de
cette bouche hargneuse, telle celle du maître d'école admonestant les
petits, ramena Amyle à des conceptions plus terrestres.

Il se dissimula, se coula sur le granit comme il savait si adroitement
faire pour surprendre les aiglons, et ainsi, il suivit à son tour Ydoine
qui marchait, nonchalante, perdue en ses rêveries. Anxieux, haletant, il
observait ses maintiens, ses poses, et il lui semblait que son coeur le
brûlât lorsque, par un hasard heureux ou grâce à une habile tactique, il
pouvait apercevoir le fin profil de l'enfant.

Il attendit qu'elle eût terminé sa promenade; elle rentra au château, le
pont-levis fut tiré, et Amyle demeurait encore là, continuant dans son
esprit la chère vision. La nuit le chassa; il regagna le village en
chantant sans trop comprendre pourquoi il chantait puisque, à suivre
l'inconnue, il avait perdu tout son temps et venait au logis les mains
vides. Il sentit alors qu'il aimait et, quand il eut fait cette belle
découverte, il ne chanta plus que de mélancoliques villanelles, des airs
qui paraissaient plutôt plaintes ou sanglots, car il n'ignorait point
qu'un dénicheur d'oiseaux tel que lui, était indigne d'une fille de
seigneur, et il se disait que son amour follement conçu lui tombait du
ciel ainsi qu'une cruelle pénitence, à lui infligée sans doute en
punition de son indiscrète curiosité.

(suite plus bas.)



[Illustration: Entrée et forteresse de Moussamoudou.]

[Illustration: Le prince Salim.]

[Illustration: Le minaret.]

[Illustration: LES ÉVÉNEMENTS DES COMORES.--Vue générale de
Moussamoudou, capitale de l'île d'Anjouan. D'après les photographies
communiquées à «l'Illustration» par M. Paul Drilhon.]

[Illustration: Le sultan Boura-Ali.]


Mgr FERRATA

Le nouveau nonce du pape à Paris va venir s'installer parmi nous dans
quelques jours. Le moment est donc bien choisi pour étudier cette grave
et attachante figure de prélat.

Lorsque Mgr Czacki fut nommé nonce à Paris, il alla choisir l'auditeur
de la nonciature au collège des nobles ecclésiastiques qui est la
pépinière des diplomates pontificaux. Il connaissait Mgr Ferrata depuis
plusieurs années et avait dit à Léon XIIl qui ne lui cachait pas toutes
les difficultés qu'il allait avoir à surmonter à Paris: «Si vous voulez
me donner un collaborateur utile, je vous demande la permission
d'emmener à Paris Mgr Ferrata.»

Le jeune prélat était déjà un peu au courant des affaires diplomatiques,
non seulement parce qu'il faisait partie du collège des nobles
ecclésiastiques, mais aussi parce qu'il était attaché à la secrétairerie
d'État où Mgr Czacki avait la direction des affaires ecclésiastiques
extraordinaires. Mgr Ferrata fut à Paris un fidèle collaborateur du
nouveau nonce dans la mission, plus délicate et plus difficile que l'on
ne croit, à cette époque surtout, d'entretenir les meilleurs rapports
avec le gouvernement de la République sans pour cela froisser, en quoi
que ce soit, les partis monarchiques qui s'agitaient beaucoup et se
montraient plus papistes que le pape. On se souvient du scandale qui
éclata dans le parti ultramontain quand on apprit que Mgr Czacki n'avait
pas de meilleur ami que Gambetta.

[Illustration: Mgr FERRATA Nouveau nonce apostolique à
Paris.--Photographie D'Alessandri.]

Mgr Czacki créé cardinal et rentré à Rome, Mgr Ferrata l'y suivit et
retourna à la secrétairerie d'État. Peu de temps après, l'ex-auditeur de
la nonciature à Paris était envoyé comme nonce à Bruxelles. La position
était extrêmement difficile; les relations entre le Saint-Siège et la
Belgique avaient été interrompues pendant plusieurs années et le parti
libéral à la tête duquel était M. Frère-Orban voyait revenir de très
mauvais oeil un représentant du pape. Mgr Ferrata, aussitôt, arrivé, fut
en butte à tant d'attaques et d'hostilités qu'il ne crut pas pouvoir
tenir longtemps. Il raconte lui-même qu'il tenait ses malles prêtes pour
partir au premier signal; mais il fit tant et si bien que les hostilités
cessèrent petit à petit. Elles avaient si bien cessé au bout de quatre
ans, quand il fut rappelé à Rome pour prendre la direction du bureau des
affaires ecclésiastiques extraordinaires à la secrétairerie d'État,
qu'il reçut autant de manifestations de sympathies du côté du parti
libéral que du côté catholique.

Il était à peine installé à la secrétairerie d'État que tout le monde au
Vatican le désignait comme futur nonce à Paris. Il y aurait même été
envoyé après Mgr di Rende si Léon XIII n'avait cru devoir le faire
attendre encore un peu parce qu'il était trop jeune, défaut que l'on
venait de reprocher précisément à Mgr di Rende. Les bons souvenirs qu'il
avait laissés à Paris, le tact et l'intelligence avec lesquels il avait
su interpréter la pensée de Léon XIII, le désignaient tout naturellement
à ce poste qui est peut-être le plus important de la diplomatie
pontificale.

Le nouveau nonce à Paris est né en 1817. Il est de taille moyenne, un
peu fort pour son âge: figure ronde, douce, bonne, éclairée par des yeux
qui révèlent une grande intelligence aussi bien qu'une ferme volonté. Il
parle très bien français, c'est à peine si dans la prononciation de
quelques mots on reconnaît son origine italienne.

P. Ziégler.


[Illustration: DUNKERQUE.--Incendie de l'usine à pétrole de
Coudekerque-Branche.--D'après une photographie de M. Malfait.]


(Suite du "Sourire d'Ydoine", plus haut.)

Quand, un matin de printemps, il entendit corner les trompes du château,
il suivit ceux du village qui montaient à l'assaut du roc et même leur
enseigna le chemin le plus court. Entendant les paroles du baron, il se
forgea tout à coup un espoir chimérique et, avec son vaillant
enthousiasme d'adolescent, il se promit de concourir, lui aussi; même il
poussa la témérité jusqu'à s'imaginer que la sincérité de son ardent
amour l'éclairerait dans la difficile recherche du talisman exigé et par
ainsi le conduirait au triomphe.

Mais, la première ardeur passée, rentrant au village, il perdit son
assurance et tomba en grand désarroi.

Comment découvrir ce talisman? Où l'aller quérir? Le baron engageait les
seigneurs, ses rivaux, à parcourir le monde, à seller palefrois et
hippogriffes; mais il était trop pauvre, lui, pour entreprendre un
voyage aussi considérable, surtout en si peu de temps, car il ne
possédait ni palefroi, ni hippogriffe et toute son écurie consistait en
un vieux âne maigre et paresseux appelé Triquet, à cause de l'affection
démonstrative que les triques témoignaient pour son échine.

Néanmoins, il résolut de se mettre en route, pensant que celui-là n'a
rien qui rien ne risque et qu'en somme avec une grosse provision de
gourdins il réussirait à mener Triquet jusqu'à la province voisine où se
tenait alors une foire. Il n'annonça son projet à personne par crainte
des moqueries, et, une nuit, ayant rempli son escarcelle de gros sous,
il descendit à l'écurie pour réveiller Triquet qui fit longtemps la
sourde oreille, encore qu'il en eût deux et assez longues pour ne rien
perdre des exhortations qu'on lui adressait.

Amyle traversa des bois, puis des bois, puis des plaines, couchant sur
la dure, dont il geignait, car l'hiver était venu et la neige tombait à
flocons drus. Grâce aux triques, Triquet avançait, mais, chaque jour,
Amyle en cassait une sur son échine, si bien que, maintenant qu'il
errait dans les plaines, il était en souci de savoir comment il
continuerait son voyage, vu qu'il ne lui restait plus qu'une trique et
que les arbres ne poussaient plus autour de lui.

Enfin, ayant gravi une côte, il découvrit là-bas, tout là-bas, une
grande quantité de maisons groupées les unes contre les autres; il ne
douta pas qu'il ne fût en présence d'une ville importante. Sa foi s'en
accrut.

--Hop! hop! Triquet! cria-t-il.

Et, d'un vigoureux coup de bâton, il voulut inspirer à son âne une
allure plus vive. Mais--ô la pire des infortunes!--le bâton rompit;
Triquet, qui vit l'aventure, se cabra et, au lieu d'avancer, recula en
agitant ses oreilles d'un air narquois. Amyle cogna des talons, cogna
des poings, rien n'y fit. Force lui fut donc de descendre, de prendre
Triquet par la bride et de le tirer derrière lui. Dans ce burlesque
équipage, il s'achemina, lentement à vrai dire, car l'âne, s'arc-boutant
de ses quatre fers sur le sol, ne faisait guère plus d'un pas toutes les
deux minutes.

Soudain, Amyle poussa un cri de joie en voyant venir à lui une femme
qui, sous son bras, portait un bâton noir, tortu et noueux. Il
l'accosta, la salua--bien qu'elle ne fût point jolie--et, poliment, lui
demanda de lui vendre son bâton. La femme l'examina curieusement.

--Et que voulez-vous faire de mon bâton? s'enquit-elle.

--En frapper Triquet.

--Je ne céderai pas mon bâton pour telle besogne.

Alors Amyle supplia, sanglota et, pour attendrir la femme, qu'il
supposait sensible comme toutes ses pareilles, il narra son histoire.

--Je vois, dit la femme lorsqu'il eut achevé, que votre coeur est bon,
puisqu'il est féru d'amour. Je vous donnerai mon bâton, mais n'allez pas
plus loin, et rentrez en votre village.

--Oh! interrompit Amyle, si c'est pour rentrer à l'écurie, point n'ai-je
besoin, madame, de votre bâton. Triquet saura bien trotter, voire
galoper, s'il s'en souvient encore!...

--Je vous répète que ce bâton n'est pas pour frapper... Il vous donnera
la main de votre élue.

--Quoi! ce vilain bâton noir, tortu et noueux?...

--Est le talisman qui fera sourire Ydoine.

--Vous vous moquez, voulut riposter Amyle.

Il se tut, transi d'effroi. La femme avait disparu dans un nuage
embaumé, et Amyle ouït une voix douce qui disait:

--Prends ce bâton, pique-le en un vase plein de terre grasse et le porte
ainsi au seigneur Thiébault, qui devra le placer en un endroit éclairé
où personne n'aura licence de pénétrer avant le jour fixé pour le
concours. Quand tes rivaux se présenteront, laisse-les étaler leurs
merveilles; seulement alors tu iras chercher le bâton et tu l'offriras à
ton Ydoine. Va, et réjouis-toi en l'assurance que je te donne d'une
heureuse issue...

III

Amyle crut en ces paroles et rentra au village d'un seul temps de galop.
Une fois arrivé, il piqua le bâton en un vase plein de terre grasse et
se présenta au Château-de-Velours.

--Voici ce que j'apporte pour votre belle Ydoine, dit-il au baron.

--Quoi? ce vilain bâton noir, tortu et noueux! Tu mériterais, insolent,
qu'il te fût rompu sur le dos!

--Gardez-vous-en bien! Il n'est point pour frapper, mais pour faire
sourire et mettre en joie votre belle Ydoine, assura hardiment Amyle.
J'ai le droit de concourir comme les autres, et vous devez suspendre
tout jugement jusqu'au jour fixé.

Le baron, étant juste, se rendit à cette raison. Il conduisit Amyle dans
une pièce élevée du donjon, où le bâton et le vase furent déposés contre
la fenêtre. Ensuite Amyle ferma lui-même la porte et en conserva les
clefs.

Les jours s'écoulèrent.

Dès le commencement du mois d'avril, on vit arriver des chariots pesants
traînés par quatre, six, huit et dix chevaux. Puis les seigneurs
prétendants apparurent; ils étaient partis dix-huit et ne revenaient que
trois, les autres s'étant découragés ou ayant perdu soit la vie, soit la
liberté dans leurs voyages. Les trompes cornèrent de nouveau pour
annoncer l'ouverture du concours et ameuter le peuple. Dans la salle des
gardes, un trône avait été dressé où s'assit Ydoine encore vêtue de
blanc.

Et les seigneurs déployèrent leurs richesses.

Le premier ouvrit des coffres qu'il renversa ensuite sur le tapis; une
cascade de perles, de pierreries, jaillit, lumineuse et scintillante:
diamants de Golconde, agates orientales, émeraudes du Pérou, améthystes
des Indes et de Sibérie, escarboucles rayonnantes, jades de Chine,
saphirs de Ceylan, turquoises de Perse, oeils-de-serpent, oeils-de-chat,
lapis-lazzuli, grenats et rubis, topazes de Bohème.

Ydoine regarda attentivement mais sans sourire, puis, prenant son
miroir, elle vit ses dents de perles, ses yeux d'azur, et elle dédaigna
les pierreries.

Le second étala de somptueuses étoffes: brocarts, écarlates, velours,
soies, satins, peluches, les merveilles d'Ispahan, de Tyr, d'Alexandrie,
les mousselines de Sirinagor; puis, des fourrures précieuses, hermines
royales, robes de peaux de léopard, férédjés turcs, vitchouras de
Pologne, rosereaux d'Arkhangel.

Ydoine estima plus belles la blancheur duvetée de ses joues et la soie
or de sa chevelure; elle dédaigna les étoffes somptueuses.

Le dernier rapportait toutes sortes de bijoux. Ydoine consentit à
essayer un bracelet d'or, mais aussitôt elle le rejeta, trouvant que son
poignet délié perdait à être ainsi caché.

A considérer ces richesses, Amyle avait cru cent fois mourir de chagrin
et de dépit. Hélas! que pourrait son pauvre bâton contre ces incroyables
merveilles? Voyant l'indifférence d'Ydoine, il reprit courage.

--A mon tour! s'écria-t-il, c'est à mon tour, n'est-ce pas?

Le baron Thiébault, infiniment désolé, n'eut même pas la force de lui
répondre. Amyle, au milieu de la stupeur générale, fendit la foule et
disparut pour aller quérir son bâton. Dans un mortel silence on
attendit.

Enfin la porte s'ouvrit et Amyle parut portant le bâton piqué dans le
vase plein de terre. Mais combien changé, ce bâton! Des feuilles vert
tendre avaient poussé, des rameaux s'étaient développés et, tout en
haut, tremblait une large rose blanche.

Ydoine s'était dressée et, fixant la fleur, devint d'abord tout pâle;
puis vivement, amoureusement, elle se pencha attirée par le frais
parfum; chacun des pétales exhalait un épithalame de grisantes odeurs,
et Ydoine savourait cette chose si douce, si suave, si belle, qui,
jusqu'alors, lui avait été inconnue. Elle se pencha davantage et ses
lèvres se détendirent.

--Que c'est joli! murmura-t-elle d'une voix tremblante d'émotion.

Elle se pencha, plus près encore, posa sa bouche sur la fleur, et ses
lèvres enfin sourirent dans un baiser.

--Que le ciel soit béni! cria le baron transporté d'allégresse.

Ydoine releva la tête pour sourire à tous et à toutes, puis,
délicatement, elle cueillit la rose, et la piqua dans ses cheveux.
Alors, elle s'avança vers Amyle, lui prit la main, et dit:

--Venez donc, mon fiancé, et regardez-moi en ce moment que je suis tout
à fait belle!

Telle est l'histoire d'Ydoine qui, dédaignant les diamants et les
pierreries, les étoffes somptueuses et les bijoux précieux, se donna
pour une rose blanche...

Le fait peut paraître invraisemblable--mais il s'est passé au temps où
la reine Berthe filait.

Gustave Guesviller.



NOTES ET IMPRESSIONS

L'on est plus souvent dupe par la défiance que par la confiance.

Retz.

                                           *
                                         * *

Quand on a fait des fautes par la tête, tout est pardonnable; quand on a
péché par le coeur, il n'y a pas de remède et par suite pas d'excuse.

Talleyrand.

                                           *
                                         * *

Il n'y a pas un abîme entre celles qui nous trompent pour un autre et
celles qui en trompent un autre pour nous.

Émile Augier.

                                           *
                                         * *

Les bonheurs longtemps différés et qu'on a crus perdus sont les plus
doux, les plus durables, les plus profonds.

_(Violette Mérian)._

Aug. Filon.

                                           *
                                         * *

L'échelle sociale n'est, après tout, qu'un escalier parisien renversé:
elle commence au septième étage pour finir au premier.

_(Ibid.)_

Aug. Filon.

                                           *
                                         * *

Deux ou trois rayons de soleil consolent d'une semaine de pluie: c'est
toute l'histoire de la vie avec ses joies qui font si vite oublier ses
peines.

L'abbé H. Perreyve.

                                           *
                                         * *

Un homme d'esprit peut consentir à passer pour une bête,--pour un sot,
jamais.

Guy Delaforèt.

                                           *
                                         * *

Un cours d'éloquence ou de poésie n'est possible et n'a de substance et
de prix que s'il est l'oeuvre commune de l'auditoire et du maître.

J.-J. Weiss.

                                           *
                                         * *

La justesse toute seule est aussi du génie.

J.-J. Weiss.

                                           *
                                         * *

Il faut beaucoup de force d'âme ou beaucoup d'indifférence pour jouir
sans trouble de biens qu'on est assuré de perdre le lendemain.

                                           *
                                         * *

Tout ce qui rampe, on sent le besoin de l'écraser.

G.-M. Valtour.



La semaine parlementaire. _Les tarifs douaniers._--La Chambre a abordé
la discussion des divers articles de la loi spécifiant les tarifs qui
seront appliqués aux marchandises à leur entrée en France. Il y là la
matière d'un volume et, par conséquent, il n'y a pas lieu de donner même
une analyse de cette discussion. Il suffit de constater une fois de plus
que les doctrines protectionnistes de la commission et de son président,
M. Méline, triomphent sur tous les articles, malgré l'intervention du
gouvernement qui, en dépit du droit constitutionnel assurant sa liberté
dans les négociations avec l'étranger, se rend compte des immenses
difficultés que va lui créer une pareille loi. Il est évident, en effet,
que le parlement reconnaîtra les prérogatives du pouvoir exécutif,
c'est-à-dire la faculté qui lui est assurée par la Constitution de
conclure des traités au mieux des intérêts du pays, sous sa
responsabilité, et sauf ratification par les Chambres. Mais il sera tout
au moins fort gêné par cette certitude, que toutes les concessions
consenties par lui en faveur des nations disposées à nous donner en
retour certains avantages seront par avance désapprouvées par les
représentants du pays. Il y a là une source de conflits incessants dont
on ne peut prévoir l'issue.

L'inquiétude est d'autant plus légitime sur ce point que, sans avoir
aucun parti pris sur cette question difficile, dans laquelle les deux
adversaires produisent tour à tour des arguments qui semblent décisifs,
on peut cependant se demander si l'absolutisme protectionniste de la
Chambre ne constitue pas un danger. On est d'autant plus fondé à le
croire, qu'à un certain moment, la Chambre elle-même a paru ébranlée et
a été forcée de se déjuger. L'incident, très significatif, mérite d'être
mentionné.

Il s'agissait des peaux brutes, fraîches ou sèches, grandes ou petites.
La commission des douanes et le gouvernement en demandaient l'entrée en
franchise. C'est qu'ici il n'y avait pas de doute, car la discussion a
établi de la façon la plus claire qu'en mettant obstacle à l'importation
des peaux, on ruinait quantité d'industries françaises qui les
réexportent sous forme d'objets ouvrés. Or, l'ensemble de ces opérations
commerciales représente un mouvement d'affaires de 550 millions de
francs par an. M. Lavertujon, dans un discours absolument technique qui
a vivement frappé l'assemblée, a cité un exemple qui montre comment,
dans certains cas, la protection à outrance peut aller contre son but.

Soupçonne-t-on de quel bénéfice se contentent nos fabricants de gants?
Ce bénéfice oscille entre 20 et 25 centimes par douzaine de gants valant
de 30 à 33 fr. Grâce à cette modération, qui permet d'affronter la
concurrence étrangère, grâce aussi à de merveilleux perfectionnements
d'outillage, cette fabrication joint l'élégance au bon marché, si bien
que, aux États-Unis--le pays où M. Mac Kinley cherche à fermer la porte
à nos produits--l'importation des gants français a augmenté dans une
proportion de 62 pour cent. Or, un député protectionniste, M. Milochau,
proposait de taxer les peaux sèches qui sont employées dans la ganterie.
M. Lavertujon a établi que les droits demandés équivalaient à un franc
par chaque douzaine de gants. Le bénéfice actuel étant, comme nous
l'avons dit, de 25 centimes pour la même quantité, c'était obliger les
fabricants à augmenter leurs prix d'une somme égale et par conséquent
les mettre hors d'état de lutter avec la concurrence étrangère.

La démonstration a été cette fois saisissante; aussi l'entrée des peaux
en franchise a-t-elle été votée à une majorité considérable: 440 voix
contre 60. Mais, en présence d'un exemple aussi décisif, ne peut-on se
demander s'il n'est pas bien d'autres cas, moins évidents au premier
abord, dans lesquels la protection accordée à un produit pourrait avoir
pour effet d'apporter des entraves au développement de nos industries
nationales? Une remarque qui a sa valeur est que la presse, dans son
ensemble, est libre-échangiste. Cela est si vrai que le journal la
France, qui se fait gloire de rappeler de temps à autre les principes
émis par son ancien directeur, a pu constater, d'une part, que
l'unanimité de la presse protestait contre les tendances
protectionnistes de la Chambre, et de l'autre que la Chambre ne tenait
aucun compte de ces protestations, et la France en conclut à
«l'impuissance de la presse», la théorie favorite de M. de Girardin.
Étant donné qu'un journal ne réussit qu'à la condition de représenter
l'opinion moyenne de ses lecteurs et que ceux-ci nomment les députés, on
en arrive à se demander comment se forme l'opinion publique et aussi ce
qu'elle vaut, puisque ceux à qui elle donne sa confiance arrivent à des
conclusions diamétralement opposées.

_La question des courses au Sénat._--On croyait que la loi relative aux
courses serait ratifiée par la Chambre haute de façon à rendre possible
le fonctionnement du pari mutuel à la grande réunion de dimanche dernier
à Auteuil. Il n'en a pas été ainsi et le Sénat--auquel on demande trop
souvent, il faut le reconnaître, des votes hâtifs--a tenu à examiner de
près le projet qui lui était apporté. Tout s'est bien passé tant que le
débat a porté sur les mesures prises pour empêcher l'exploitation du
pari par des spéculateurs. Mais on a cessé de s'entendre quand on en est
arrivé à l'article 5 qui établit une exception en faveur des sociétés de
courses légalement constituées et auxquelles est accordée la faculté
d'établir sur leurs hippodromes, sous leur responsabilité et à certaines
conditions déterminées, le jeu connu sous le nom de pari mutuel.

Malgré les efforts de M. Develle et après une discussion assez vive à
laquelle ont pris part M. Bérenger, le général Deffis, M. Tirard et M.
Léon Renault, le Sénat, estimant que cet article n'était pas
suffisamment clair et impliquait une contradiction avec les articles
précédents, l'a renvoyé à la commission pour être examiné à nouveau.

Cependant, en fin de compte, l'esprit de conciliation l'a emporté, et,
dans la séance de lundi, la loi sur les courses a été votée par le Sénat
telle qu'elle lui était venue de la Chambre. Deux petites modifications
ont été introduites dans l'article 5, qui autorise le pari-mutuel.
Encore ces modifications sont-elles toutes de forme; elles répondent à
peine aux critiques formulées dans la séance de vendredi. On s'est
contenté de mettre à la fin d'un article ce qui était au commencement,
et la loi reste avec ses défauts, ses imperfections, ses contradictions,
on le verra bien dans la pratique.

Voici l'article 5, tel qu'il a été rédigé par la commission:

Toutefois, les sociétés remplissant les conditions prescrites par
l'article 2 pourront, en vertu d'une autorisation spéciale, et toujours
révocable, du ministre de l'agriculture, et moyennant un prélèvement
fixe en faveur de l'Assistance publique et de l'élevage, organiser le
pari mutuel sur leurs champs de course exclusivement, sans qu'il soit
dérogé aux autres prescriptions de l'article précédent.

Un décret, rendu sur la proposition du ministre de l'agriculture,
déterminera la quotité des prélèvements ci-dessus visés, les formes et
les conditions de fonctionnement du pari mutuel.

Quoi qu'il en soit, dimanche prochain, le pari mutuel pourra faire une
rentrée triomphante sur l'hippodrome de Longchamps.

Au début de cette même séance, le Sénat avait adopté, malgré une vive
opposition de M. Halgan, qui a prononcé à ce sujet un discours très
étudié auquel M. le ministre de l'instruction publique n'a peut-être pas
complètement répondu, un projet autorisant la ville de Versailles à
emprunter un million de francs pour construire un nouveau lycée de
jeunes filles.

Élections du 31 mai.--Une élection sénatoriale a eu lieu dimanche
dernier dans le Lot. Il s'agissait de remplacer le général Campenon,
sénateur inamovible républicain, décédé, dont le siège a été attribué
par le sort à ce département.

Après deux tours de scrutin, M. Pauliac a été élu par 372 voix, contre
305 à M. Relhié. Les deux candidats étaient républicains.

--Une élection législative a eu lieu le même jour dans la Côte-d'Or,
première circonscription de Beaune, en remplacement de M. Prost, décédé.
M. Ricard, candidat radical, a été élu par 5,248 voix contre 5,070 à M.
Bouhey-Allex, socialiste.

Les questions sociales et Léon XIII.--Partout aujourd'hui les questions
sociales tendent de plus en plus à prendre le pas sur les questions
purement politiques. Tous les gouvernements s'en préoccupent et des
régions officielles l'étude des réformes qui intéressent l'ouvrier est
passée dans les salons mêmes où le socialisme est devenu depuis quelque
temps une mode et une mode bien portée. Que sera-ce maintenant, alors
que le chef de l'Église en personne rappelle aux riches «qu'ils ont pour
devoir de veiller aux intérêts des déshérités de ce monde»?

L'encyclique de Léon XIII sur la question sociale était impatiemment
attendue depuis longtemps, et elle a eu le retentissement qu'elle devait
avoir. En effet, comme l'a fait remarquer un écrivain qui n'est pas
suspect de complaisance pour le parti catholique, M. Pierre Laffitte,
directeur de la _Revue positiviste_, la parole du pape, en cette
circonstance, a une haute portée. En faisant abstraction de tout parti
pris, quelle que soit la religion à laquelle on appartient, on ne peut
méconnaître, comme le dit M. Laffitte, «qu'il n'existe dans le monde
aucune autorité morale qui se puisse comparer, même de loin, à
l'autorité du pape»; et M. Laffitte ajoute: «Un écrivain, un philosophe,
un homme d'État s'adresse à quelques centaines, à quelques milliers
d'auditeurs ou de lecteurs. Le jeune empereur d'Allemagne lui-même,
quand il traite les questions sociales entre un discours militaire et un
discours pédagogique, n'est écouté que de son peuple. Livres ou
discours, qu'est-ce donc auprès de cette parole qui, commentée par le
clergé catholique, de l'évêque au curé de village, va retentir jusqu'aux
dernières limites du monde civilisé?... La lettre de Léon XIII n'est
donc pas une manifestation platonique... Elle produit ceci que des
millions d'hommes ayant vécu jusqu'ici dans l'ignorance ou l'insouciance
des questions sociales sauront dorénavant que ces questions s'imposent à
nous et que l'heure est venue de faire un choix: canaliser le torrent ou
qu'il nous emporte.»

On ne peut mieux dire et, en effet, l'importance de l'Encyclique tient
beaucoup moins aux doctrines qu'elle renferme qu'au fait même de son
apparition, et à ce point de vue tous les gouvernements comprennent
qu'ils doivent en tenir compte. Le Vatican est peut-être le seul coin du
monde où l'on conserve les traditions de la grande politique. On y
connaît le secret de la véritable puissance et si le chef suprême de
l'Église proclame que l'heure est venue de donner la première place aux
réformes sociales, il donne à tous ceux qui ont une part dans la
direction des choses humaines, chefs d'État ou détenteurs de la richesse
publique, un avertissement qu'ils doivent méditer.

La délimitation des frontières de la Guyane: Arbitrage du Tsar.--On se
rappelle qu'un conflit s'était élevé entre le gouvernement des Pays-Bas
au sujet de la délimitation des frontières qui séparent les territoires
que ces deux pays possèdent dans la Guyane.

D'un commun accord, les deux gouvernements ont soumis le point litigieux
à l'arbitrage de l'empereur de Russie qui vient de rendre la décision
suivante:

«L'Aoua devra être considéré comme fleuve limite et servir de frontière
entre la Guyane française et la Guyane hollandaise. Le territoire en
amont du confluent des rivières Tapanahoni et Aoua doit, désormais,
appartenir à la Hollande; seront respectés, d'ailleurs, tous les droits
acquis de bonne foi par les ressortissants français dans les limites du
territoire qui a fait l'objet de la présente décision.»

Cette sentence aura pour effet d'enlever à la France un territoire assez
considérable puisqu'il constitue le _Hinterland_ d'environ un quart du
littoral de la Guyane française.

L'Exposition de Moscou.--On s'était demandé si l'empereur de Russie
irait visiter l'Exposition française organisée à Moscou, et, supposant
que le tsar s'abstiendrait, un certain nombre de feuilles étrangères
avait cherché à donner par avance à sa réserve une interprétation
politique, naturellement défavorable à la France. Le fait a démenti ces
hypothèses peu bienveillantes. Toutefois nous nous garderons, tombant
dans le travers contraire, de donner à sa visite un caractère accentué
quelle ne saurait avoir. En venant à notre exposition, le tsar a
accompli un acte de courtoisie tout naturel en pareille circonstance. Ce
que l'on peut constater, c'est que l'accueil qui lui a été fait a été
très enthousiaste.

Le grand-duc Serge, gouverneur général, accompagné de la grande
duchesse, est arrivé d'abord, pour annoncer l'empereur et l'impératrice.
Cinq minutes après, le tsar faisait son entrée, salué de hourras
frénétiques.

L'empereur et l'impératrice ont été reçus par M. le comte de Vauvineux,
M. de Kergaradec, consul général à Moscou, M. Dietz-Monin. Il était
accompagné de sa maison militaire et du commandant général des troupes
de la circonscription de Moscou.

Un orchestre militaire a joué l'hymne national russe.

Leurs Majestés ont parcouru l'Exposition. Elles ont acheté plusieurs
objets; d'autres leur ont été offerts en présents. Ensuite visite au
panorama du couronnement. Les souverains se sont rendus ensuite dans le
pavillon impérial, où un lunch leur a été servi. Après un repos d'une
demi-heure, pendant lequel ils se sont entretenus avec de nombreux
exposants, l'empereur et l'impératrice ont traversé le pavillon
militaire et ont quitté l'Exposition pour se rendre au Kremlin.

Nécrologie.--M. Gustave Trubert, conseiller maître honoraire à la Cour
des Comptes.

M. Léo Aymé, sénateur des Deux-Sèvres.

M. Henri Amat, ancien député.

M. Émile Lisbonne, directeur des constructions navales en retraite.



[Illustration: LA BECQUÉE.]



LE CONCOURS DES CHIENS DE LUXE

[Illustration: Les concurrents.]

EXPOSITION CANINE DE 1891

_Madame,

J'ai l'honneur de vous informer que le Comité de la Société offrira le
25 mai prochain, de 2 à 4 heures, un concours de petits chiens de luxe,
tenus en laisse et présentés par des dames.

Les concurrents n'auront pas besoin d'être engagés ni de figurer à
l'exposition, il suffira de les faire inscrire au secrétariat avant le
24 mai, et de les amener à l'heure indiquée.

Nous serions heureux, madame, que vous voulussiez bien vous intéresser à
ce concours en y faisant inscrire un ou plusieurs sujets.

Veuillez agréer, etc._

Telle était l'invitation adressée à nombre de jolies Parisiennes par la
Société centrale pour l'amélioration des chiens. L'idée de ce concours
de chiens, présentés par leurs maîtresses elles-mêmes, était originale
et ne pouvait manquer d'avoir du succès.

En effet, le chien, que l'on donne avec raison comme l'ami de l'homme,
est bien plus encore celui de la femme: à lui, dans le ménage, les
sourires, les compliments et les caresses les plus sincères. Les accès
de mauvaise humeur contre le mari se traduisent toujours par un
redoublement de tendresse démonstrative pour le chien que monsieur, de
son côté, comble de prévenance pour faire sa cour: c'est évidemment le
plus heureux des trois, dans la famille moderne.

Aussi la veillé du concours les journaux publiaient-ils une note
annonçant «_qu'une centaine de dames du monde_ avaient déjà fait
inscrire leurs chiens, et que les flots de rubans seraient chaudement
disputés.»

[Illustration: L'inscription]

L'annonce était tentante, et rédigée en termes dénotant une connaissance
parfaite de l'esprit féminin. Comment résister au désir de faire admirer
son «toutou» et sa précieuse petite personne un peu aussi, par la même
occasion, en compagnie d'une centaine de dames du monde, auxquelles on
disputera les flots de rubans en question, récompense dont le nom même
sonne agréablement aux oreilles d'une coquette.

Le 25 mai donc, le petit coin des Tuileries, sur la terrasse au bord de
l'eau, offrait un tableau du genre le plus parisien, et dont nos
lecteurs vont retrouver ici les épisodes les plus humoristiques.

A tout seigneur, tout honneur: voici d'abord les concurrents tenus en
laisse.

Au centre du tableau se dresse une de ces petites chiennes havanaises,
idoles habituelles des dames (qui ne sont pas toujours du monde); cette
séduisante créature, tondue en lion, les crins ébouriffés retombant sur
les yeux, excite le plus vif intérêt parmi les roquets de toutes sortes
qui l'entourent et s'efforcent de l'approcher, pour faire connaissance.
C'est une petite séance de _flirt_, en règle. Voici le jeune homme à la
mode sous les traits de l'élégante levrette (sans pal'tot, qui voilerait
ses formes d'un aristocratique efflanquement); l'artiste inspiré,
peintre ou pianiste des salons, étalant dans un désordre savant
l'opulente crinière et la soyeuse barbe du caniche vaniteux; des
seigneurs de moindres importance: griffons, king's-charles, etc., et
enfin au premier plan, à gauche, un carlin de forte encolure, trapu, au
ventre énorme, aux pattes grêles, à la face déprimée, tient assez
brillamment l'emploi des financiers... de comédie, cela va sans dire.

[Illustration: La petite baronne.]

Voici maintenant l'_Inscription_; les dames défilent devant le guichet,
déclinant leurs noms, titres et qualités, ainsi que ceux des concurrents
qu'elles prennent dans leurs bras pour les élever à la hauteur du rayon
visuel d'un grave employé, placé derrière le grillage, et chargé de les
inscrire. A côté du guichet se tient un superbe valet de pied de
l'exposition, correct autant qu'imposant dans sa livrée battant neuve.
Il contemple, avec satisfaction sans doute, la file des gracieuses
silhouettes féminines allongées dans leurs robes-fourreaux, se lorgnant
avec leurs face-à-mains et conduisant en laisse leurs favoris.

A quelques-unes, cependant, cette façon de présenter soi-même leur chien
semblerait un peu vulgaire. «A quoi servirait alors d'avoir des gens, ma
chère?» La _petite baronne_ l'a senti comme il convient: aussi la voilà
qui s'avance, ne portant rien, comme le quatrième officier de
Marlborough, le nez au vent, la taille fine et cambrée.

[Illustration: Admis.]

Derrière marche le valet de pied du style le plus pur: la face rasée et
rubiconde, le torse puissant sanglé dans la redingote de livrée, les
jambes nerveuses moulées par la culotte de peau et les bottes à revers,
notaire par en haut et jockey par en bas, un domestique de grande maison
enfin, parfaitement insolent ou obséquieux, suivant le cas. Dans ses
mains, gantées de frais, repose, sur un coussin de soie, un
microscopique chien havanais, gros comme le poing et hargneux comme un
bull-dog.

«Voici bien des embarras, se dit, en regardant cette entrée à sensation,
la dame qui a beaucoup de chiens (beaucoup plus que de chien, dirait
Boireau), et qui les apporte elle-même, tous. Notre collaborateur a
croqué sur le vif sa massive silhouette, et cependant, gageons qu'elle
ne se reconnaîtra pas. Nous ne la voyons que de dos, il est vrai, mais
quel dos! mafflu, et débordant de cet étonnant pourpoint, orné de
soutaches qui figurent deux points d'interrogation! Deux chiens sous
chaque bras, deux autres tenus à chaque main, tirant chacun de son côté,
et entortillant leur laisse autour des piliers qui servent de jambes à
la séduisante personne, voilà certes un équipage un peu bien gênant pour
circuler dans Paris, mais confier à un domestique les «pauvres chéris»,
jamais, madame; il faudrait n'avoir pas de coeur! et la _dame qui a
beaucoup de chiens_ peut, en effet, avoir également beaucoup de coeur.

[Illustration: Une femme qui a beaucoup de chiens.]

Mais tous les chiens ne sont pas admis à concourir; il faut, devant le
gentleman du guichet, justifier de la pureté de la race, et des qualités
de l'individu (au point de vue plastique, bien entendu). Aussi y a-t-il
des grincements de dents et des froissements d'amour-propre, à côté des
vanités satisfaites. Voici les deux types représentant ces sentiments:

Admis! la jolie propriétaire du chien passe souriante, serrant
tendrement le précieux animal, sous son long mantelet aux entournures
surélevées qui lui fait des épaules délicieusement difformes.

Refusé! Jamais Mme Gibou ne digérera cette avanie. Refuser sa Liline!
(une abominable mâtine sans forme ni race), tandis qu'on reçoit des
horreurs pareilles; il est vrai que certaines personnes effrontées ont
des manigances pour disposer en leur faveur les membres du jury. On sait
comment; mais Mme Gibou ne mange pas de ce pain-là. la voilà donc, la
justice des hommes! Mme Gibou commence à entrevoir l'urgence d'une
réforme sociale.

[Illustration: Le concours.]

Suivons sa rivale plus favorisée, et pénétrons enfin dans l'enceinte
réservée au concours.

C'est une sorte d'allée fermée par des toiles rayées aux couleurs vives.
De chaque côté sont assises en deux longues haies se faisant face les
dames qui tiennent leurs chiens en laisse! Les «toutous», étonnés et
ravis de se trouver réunis en si grand nombre, tirent sur les cordes,
jappent, grondent, s'élancent, etc. Les membres du jury circulent
derrière chaque rangée, regardant attentivement les chiens, et quelque
peu aussi les propriétaires, quand elles sont jolies, et prenant des
notes avec toute la gravité désirable.

Enfin, pour terminer, voici l'_intruse_: figure sèche, tenue de
marchande à la toilette, contenance embarrassée et cauteleuse. C'est une
marchande de chiens qui s'est glissée parmi les «dames du monde», au
mépris des règlements. Elle espère qu'un de ses pensionnaires remportera
un prix qui doublera sa valeur.

En attendant, craignant que la fraude ne soit démasquée, elle se fait
petite, se faufile, et pour éviter d'attirer l'attention des
surveillants recommande à ses roquets d'être bien sages. Que le succès
vienne, elle relèvera la tête et retrouvera toute l'insolence des
parvenus. Que de mortelles sont marchandes de chiens en ce point!

[Illustration: Refusé.]

Les opérations du jury ont duré une heure environ. Pendant ce temps, les
dames restaient assises, tenant leurs chiens, et s'étudiant à garder une
attitude gracieuse devant la galerie, ce qui ne laissait pas que de
devenir un peu embarrassant.

Enfin l'on proclame les prix; on remet aux heureux vainqueurs les flots
de rubans convoités.

Puis, satisfaite ou mécontente, chacune se retire, non sans avoir jeté
un coup-d'oeil sur les vastes chenils de l'exposition, où, moins heureux
que leurs congénères de luxe, les chiens de chasse, prisonniers,
bâillent à se démonter les mâchoires, avec des gémissements plaintifs.

Louis d'Hurcourt.

[Illustration: Une intruse.]



[Illustration: LE SOUS-LIEUTENANT ORSAT Tué le 8 avril à
Bissandougou.--Phot. Bar et Couadou.]

LE SOUS-LIEUTENANT ORSAT

Le Soudan français vient de coûter encore à notre armée un de ses plus
braves enfants, M. le sous-lieutenant d'infanterie de marine Orsat
(Félix-Anthelme), détaché au régiment des tirailleurs sénégalais.

Cet officier, qui avait déjà reçu une blessure lors de la prise de
Diena, le 25 février dernier, a été tué d'une balle au coeur, le 8
avril, à Bissandougou, en poursuivant une bande de fuyards de l'armée de
Samory.

M. Orsat était né le 13 septembre 1867 à Albens (Savoie). Après avoir
fait d'excellentes études au lycée de Grenoble (son père était alors
président de la cour d'appel de cette ville), il entra à Saint-Cyr le 22
octobre 1886 et fut promu sous-lieutenant dans l'infanterie de marine le
1er octobre 1888. Ce jeune officier avait de sérieuses qualités
militaires; intelligent, travailleur, plein de vigueur et d'énergie, il
était très apprécié de M. le colonel Archinard, qui n'avait pas hésité à
lui confier plusieurs missions aussi périlleuses que délicates.

M. le sous-lieutenant Orsat s'était embarqué pour le Sénégal le 5
septembre de l'année dernière; à peine arrivé à Saint-Louis, il avait
instamment demandé et obtenu de faire partie de la colonne du Soudan.



[Illustration: Les sauterelles d'Algérie à l'époque de la ponte.--Phot.
L. Famin et Cie. (Voir l'article page 504.)]



LES FORTIFICATIONS DE VALENCIENNES

[Illustration: Le déclassement des fortifications de Valenciennes.--La
tour de la Rhonelle. D'après une photographie de M. Delsart.]



LA TOUR DE LA RHONELLE

L'une des sentinelles avancées de la frontière du Nord, la ville de
Valenciennes dont la longue et héroïque résistance, en 1793, a sauvé la
France d'une invasion, vient d'être déclassée (loi du 31 mai 1889).

Déjà la pioche et la dynamite ont commencé leur oeuvre de destruction et
abattant sans pitié les restes nombreux et pour la plupart très bien
conservés des fortifications du moyen-âge, de la Renaissance et du
dix-septième siècle.

La section des beaux-arts, d'histoire et de littérature de la Société
d'agriculture, sciences et arts de Valenciennes, a eu la bonne et
patriotique pensée de publier un ouvrage de luxe: les Fortifications de
Valenciennes, rappelant par son texte les glorieux faits d'armes dont
les remparts de la ville ont été le théâtre, et, par ses illustrations,
les pièces principales de la fortification des différents âges, dont on
trouve tout particulièrement à Valencienne des échantillons nombreux et
très intéressants pour l'histoire de l'art.

Nous reproduisons l'une des planches de cette belle publication; la tour
de la Rhonelle, qui date du quatorzième siècle. Cette tour a été
construite sur la rivière, à l'entrée des eaux en ville; elle est très
remarquable au point de vue architectural; elle attire particulièrement
l'attention par le galbe heureux de sa base, la manière dont elle
chevauche le cours d'eau et l'habileté dont son architecte a fait preuve
en raccordant les parties coniques aux parties planes de l'arcade de
devant.

D'autres morceaux des fortifications de Valenciennes ou d'autres villes
du Nord, telles que Douai, Cambrai, Arras, etc., dont le démantèlement
est décidé, pourront intéresser nos lecteurs; nous ne manquerons pas de
les leur signaler en indiquant le titre des publications spéciales et
locales qui seront faites sur la matière et qui pourraient être utiles
aux archéologues.

Jules Delsart.



[Illustration: Une des rues du Vomero.]

LES EMBELLISSEMENTS DE NAPLES

LE FUNICULAIRE DU VOMERO

Depuis 1884, la ville de Naples a subi une série d'importantes et
d'utiles transformations, dont les principales sont la construction de
nouveaux quartiers ou _Tioni_, larges, vastes et salubres, qui ne
tarderont pas à être peuplés et formeront une véritable nouvelle cité.

Parmi ceux dont la situation exceptionnelle semble annoncer un avenir
certain, et dont le développement se fera dans des conditions toutes
particulières, il faut compter surtout le Vomero.

Les gravures que nous en donnons montrent la belle situation de ce
nouveau quartier, la beauté architecturale des jolies maisons qui s'y
élèvent.

Le Vomero est construit tout en haut de la célèbre colline qui surplombe
Naples, et où se trouvent le château Saint-Elme et la Chartreuse de
Saint-Martin. Il y a quelques mois à peine, il n'y avait là que des
villas aristocratiques assises sur les flancs de la colline d'où la vue
s'étendait au-dessus de la ville, de la rade, embrassant dans un même
coup d'oeil le golfe avec ses îles et la côte de Portici à Sorrente,
l'ensemble, en un mot, de ce remarquable panorama connu et admiré du
monde entier.

[Illustration; La gare du Corso Vittorio-Emmanuele.]

                                           *
                                         * *

L'idée première de cette transformation est due à M. Biagio Caranti,
directeur général de la Banca Tiberina, récemment décédé. Le principal
obstacle était la difficulté de l'accès du nouveau quartier à cause de
son éloignement et de sa position. Il fallait supprimer d'un seul coup
tous les anciens moyens de communications et de transports: escaliers
taillés dans le roc à pic, chevaux, voitures, chemins enfin en zigzags
fatigants, et les remplacer par une voie de communication pratique,
rapide et à bon marché.

C'est alors qu'on construisit deux funiculaires réunissant le Vomero à
l'ancienne Naples par un trajet de quelques minutes à peine.

Ils partent tous deux du sommet de la colline et aboutissent l'un à la
Chiaïa, l'autre à Monte-Santo, c'est-à-dire à deux pas de la rue de
Tolède, le centre même des affaires et des plaisirs.

Le funiculaire de la Chiaïa a 564 m. 20 de longueur et une inclinaison
normale de 29,80%. La différence de niveau des deux extrémités est de
161 m. 15.

La route qu'il suit est droite et passe par deux galeries souterraines
longues de 69 m. 50.

[Illustration: Les voitures du funiculaire.]

[Illustration: Le funiculaire du Vomero à Monte-Santo.]

L'autre ligne, dite de Monte-Santo, a 887 m. 20 de longueur; son
inclinaison varie de 21.20% à 23. 15% et la différence de niveau est de
179 m. 80.

Au lieu d'être droite comme la précédente, elle se divise en deux
branches, la première qui va du Vomero au Corso Vittorio-Emmanuele, la
seconde du Corso Vittorio à Monte-Santo. La première passe sous un
tunnel, la seconde est à ciel découvert, et il a fallu vaincre des
difficultés matérielles de toute espèce pour l'achever. Elle a été
inaugurée le 30 mai en présence du roi, de la reine, du prince de Naples
et des autorités, et cette cérémonie a donné lieu à des fêtes qui ont
revêtu un éclat tout particulier.

Le système des funiculaires est à compensation, c'est-à-dire à deux
trains simultanés dont l'un monte pendant que l'autre descend. Chaque
voiture est munie de freins automatiques qui arrêtent immédiatement le
train en cas de rupture ou de détente de la corde.

L'installation totale a coûté plus de 5 millions de francs. C'est une
somme, mais quand on songe aux profits qui en doivent résulter, on ne
saurait dire que c'est là de l'argent mal placé.

Nicolas Lazzaro.



[Illustration: LES THÉÂTRES]

Comédie-Française: le _Rez-de-Chaussée_, comédie en un acte de M. Berr
de Turrique; _Rosalinde_, comédie en un acte de Lambert Thiboust et M.
Aurélien Scholl.--Ambigu-Comique: le _Prix de beauté_, de MM. Raybaud et
Grisier.--Folies-Dramatiques: la _Plantation Thomassin_, vaudeville de
M. Maurice Ordonneau.

Pour encadrer _Grisélidis_, qui ne suffit pas à remplir la soirée, la
Comédie-Française a mis sur son affiche deux petites comédies en un
acte, l'une déjà connue, l'autre inédite.

_Rosalinde_ a été créée pour la première fois en 1859 sur le théâtre du
Gymnase: c'est une des premières pièces qu'écrivit Aurélien Scholl, le
brillant chroniqueur, en s'appuyant sur la renommée et l'habileté de
Lambert Thiboust. Le sujet est aimable. La danseuse Rosalinde rentre du
théâtre, un petit amoureux la suit: le duc Maxime de Chastenay qui n'a
pas dix-huit ans... Un en-cas est préparé: pour mieux causer d'amour
avec son visiteur, Rosalinde va chercher le champagne. Arrive Lélio,
mime de la troupe italienne, et qui est l'amant de Rosalinde. On ne
l'attendait point. En le voyant entrer Maxime se cache: Rosalinde
revient, assez étonnée de trouver le comédien au lieu du petit duc,
qu'elle croit parti. Une conversation s'engage entre Rosalinde et Lélio
et elle devient si tendre que Maxime n'y peut tenir; il sort de son
armoire. Rosalinde interloquée lui présente Lélio comme son frère...
Lélio part, mais, poussé par je ne sais quel esprit de jalousie, il
revient presque aussitôt... pour dire à Maxime qu'il n'est point le
frère, mais l'amant de Rosalinde. Querelle. Les épées sortent du
fourreau et elles vont en découdre lorsque Lélio s'avise d'expliquer au
petit duc ce que sont les femmes, combien elles sont menteuses, perfides
et frivoles, et combien peu elles méritent qu'on s'égorge pour elles...
Maxime se laisse convaincre. Et voilà le petit duc et le mime trinquant
ensemble avec le champagne de Rosalinde. C'est tout. Mais comme tout
cela est conté avec grâce et avec esprit! M. Baillet est un joyeux
Lélio, M. Dehelly un petit duc frêle et coquet. Mlle Ludwig joue
Rosalinde avec beaucoup de malice; elle a, en la personne de Mlle Kelly,
une soubrette fort piquante.

.... M. Guy de Nortain attend dans son élégant «rez-de-chaussée» une
jeune femme romanesque, qui a nom Germaine de Chastenay. Que va-t-il se
passer, ô mon Dieu!... Rien. Germaine a une amie, Mme de Bréval, qui,
mise au courant du rendez-vous, y vient avant la jeune femme pour la
sauver. Guy ne se laisse point convaincre; mais lorsque Germaine arrive,
comme Mme de Bréval est restée chez lui et qu'elle assiste à la scène,
cachée derrière un rideau, notre Parisien est tout décontenancé. Il ne
sait que dire... tant il y a que Germaine s'en va désappointée. Mais
elle apprend ce qui s'est passé... Va-t-elle pardonner à Guy?
Heureusement Mme de Bréval veille, et elle fait une si douce morale à
son amie, que Germaine se reprend, cette fois, pour tout de bon. Et
toutes deux s'en vont, non sans s'être moquées de l'habitant du
rez-de-chaussée, qui en est pour ses frais de fleurs et de bonbons.
Cette histoire est morale et édifiante. Berquin l'eût signée. MM.
Lebargy et Berr, Mmes Baretta et Muller s'y sont fait applaudir.

                                           *
                                         * *

L'été viendra-t-il ou ne viendra-t-il pas? On ne saurait l'affirmer.
Mais ce qui est sur, c'est que les pièces dites d'été commencent à
apparaître. Elles ne sont souvent pas plus mauvaises que les pièces qui
ont eu la bonne fortune d'être représentées pendant l'hiver. Quelquefois
même elles sont meilleures.

N'est point pourtant de cette dernière catégorie, le vaudeville que
l'Ambigu, ouvrant la marche, a représenté vendredi. Le _Prix de Beauté_
nous conte l'odyssée d'une de ces femmes qu'un jury de farceurs proclame
belle entre les belles... Épousée par l'un des jurés que ses formes
opulentes ont séduit, elle ne peut se résigner à la vie bourgeoise qu'il
veut mener avec elle... Elle part, à la conquête des triomphes, des
ovations que l'Amérique réserve aux «beautés professionnelles». Mais,
par suite de circonstances qu'il serait trop long d'énumérer, elle ne va
pas jusqu'en Amérique, et elle s'arrête... à la foire de Neuilly, où les
badauds peuvent la voir et la contempler pour la modique somme... de
cinq centimes. C'est là que son mari la retrouve guérie de la folie des
grandeurs, et il lui pardonne. Le sujet en vaut un autre. Mais il est
traité sans verve, sans gaieté, dans une note grise et uniforme qui
lasse et ennuie.

                                           *
                                         * *

Plus drôle, beaucoup plus drôle est la folie, la charentonnade, que
donnent les Folies-Dramatiques... Robichon, quoique marié à une
charmante femme, vole à d'autres amours. Pour s'assurer par an trois
mois de liberté, il a inventé la «plantation Thomassin». Il a persuadé à
sa femme qu'il a hérité d'une plantation de café en Haïti et qu'il est
obligé d'aller la surveiller tous les ans. Ce qu'il y a de mieux, c'est
que la plantation existe en fait, mais c'est un ami de Robichon qui
l'exploite, il est dans la confidence. Robichon pendant trois mois file
le parfait amour avec une dame Eveline, femme légitime d'un négociant en
vins... qui voyage. Le bonheur n'a qu'un temps. Un beau jour, la femme
et la belle-mère de Robichon veulent accompagner leur mari et gendre à
Saint-Domingue. Elles y tiennent absolument. Il faut partir. Robichon
s'exécute. Mais alors que de péripéties, que de quiproquos, que de
coqs-à-l'âne!... Tout ce que l'imagination d'un habile vaudevilliste
peut trouver défile sous nos yeux. Cela est bête, insensé, fou. Tant que
vous voudrez. Mais on rit, on rit à gorge déployée. Et que
demandons-nous à un vaudevilliste? de nous faire rire. M. Ordonneau a
réussi dans cette tâche. Du reste, il a été secondé à ravir par ses
interprètes, qui enlèvent de verve cette bouffonnerie. Nous avons
applaudi, comme ils le méritaient, MM. Gobin, Guyon fils, Bartel,
Bellucci, Mes Mathilde, Berny et Guitty.



LES LIVRES NOUVEAUX

_Études et Récits sur Alfred de Musset_, par Mme la vicomtesse de Janzé.
1 vol. in-12, 3 fr. 50 (Plon, Nourrit, éditeurs).--On connaît l'histoire
de cette lettre adressée au plus grand de nos poètes. La poste, d'abord
indécise, la porta à Victor Hugo, lequel (l'histoire ne serait-elle pas
de la légende?) la renvoya à Lamartine qui la garda. En bonne
admiratrice de son poète, Mme la vicomtesse de Janzé réclame la lettre
pour Alfred de Musset. Nous ne la chicanerons pas sur ce point, tout en
ayant notre opinion. Mais où il nous semble que l'auteur s'avance un
peu, c'est quand il affirme qu'on lira désormais beaucoup plus Musset
que Lamartine et Hugo. Musset est infiniment moins lu depuis une
vingtaine d'années; il est tout naturel que Victor Hugo nous laisse un
instant de répit, et pour le moment on doit constater qu'il se fait une
réaction sensible en faveur de Lamartine, qui, selon nous, a fort bien
fait de garder l'épitre... Nous n'insistons pas et nous conseillons la
lecture de l'ouvrage de Mme de Janzé plein d'anecdotes, de détails
inédits, de traits piquants, à tous les admirateurs du poète de l'amour,
qui reste, après tout, l'un de nos plus grands poètes.

_Correspondance de Gustave Flaubert_, 3e série, 1854-1869. 3 fr. 50
(Bibliothèque Charpentier).--Écrites principalement à des intimes à qui
l'on dit tout, à Louis Bouilhet, Ernest Feydeau, les Goncourt, Georges
Sand, etc., les lettres de ce troisième volume nous montrent la pensée
de Flaubert dans son déshabillé le plus complet, sinon le plus galant.
Les choses y sont appelées par leur nom, avec une recherche de
l'expression crue qui frise la puérilité. Je ne pense pas qu'il y ait
palefrenier sur la terre plus mal embouché que ce pauvre Flaubert. Cela,
par haine du bourgeois, car ce malheureux bourgeois on voit qu'il le
hait dans l'âme, il en a l'obsession, laquelle semble aujourd'hui bien
vieillie, bien démodée. Reconnaissons, après cela, que ce volume est un
fort précieux document, non seulement en ce qu'il éclaire l'historique
de _Madame Bovary_ et de _Salammbô_, mais surtout en ce qu'il nous
dévoile l'état d'âme d'un homme enchaîné à son oeuvre comme un galérien
à son boulet. Il y a quelque chose de vraiment pénible à voir un homme
suer de la sorte et l'on voudrait l'aider: c'est la revanche du
bourgeois!

_Le sang de France_, par Georges Gourdon, avec préface de Pierre Loti,
un in-12. (Albert Savine).--C'est Jeanne d'Arc qui l'a trouvé, car il
est vraiment trouve ce mot: le _Sang de France!_ et M. Georges Gourdon a
été bien avisé de le lui prendre et de le placer en tête de son volume.
N'est-il pas caractéristique en sa concision singulière? Il apparaît
comme un drapeau et l'on sent qu'il recouvre tous les beaux sentiments
inspirés par l'idée de patrie. C'est bien cela, d'ailleurs, et les
grandes et touchantes figures de notre histoire, depuis Roland à
Roncevaux jusqu'à l'amiral Courbet sur le _Bayard_, sans oublier Jeanne
d'Arc elle-même, apparaissent successivement évoquées par l'auteur, en
ces pages émues que Pierre Loti, l'académicien d'hier, a bien voulu
faire précéder d'une préface, la chose du monde à laquelle il répugne le
plus.

_Hassan le janissaire_, 1516, par Léon Cahun (1 vol. chez Armand Colin
et Cie, éditeurs. Prix, 3 fr. 50). On sait que la maison Colin vient de
commencer, sous le titre de _Bibliothèque de romans historiques_, une
série d'oeuvres qui a obtenu dès le début le succès le plus franc. Le
dernier paru de cette collection, _Hassan le janissaire_, nous
transporte en plein Orient, à l'époque de la campagne d'Égypte
entreprise par le terrible sultan Sélim Ier, au seizième siècle, par
conséquent, Le héros du livre, Hassan, est un jeune chrétien enrôlé de
force parmi les janissaires. Son récit est une reconstitution fidèle de
la vie militaire à cette époque, et les épisodes touchants ou terribles
qui s'y déroulent font de ce livre un des plus attachants qu'il soit
donné de lire.

_Oeuvres inédites de Victor Hugo: Voyages._ (Bibl. Charpentier, in-18, 3
fr. 50.)--Encore un nouveau volume d'oeuvres inédites du maître, et ce
ne sera pas le dernier; le siècle prochain verra encore des fonds de
tiroirs se transformer en in-18. Deux voyages composent celui-ci: l'un
dans les Alpes, fait en 1839, et dont le récit est fourni par des
lettres adressées au jour le jour à Mme Victor Hugo; l'autre dans les
Pyrénées, daté de 1813, et dont les étapes et les épisodes ont été notés
sur un album. Ces deux récits n'apportent pas grand chose à la gloire du
maître; ils ne lui enlèveront rien non plus, ce qui est déjà quelque
chose, car il n'est rien de traître comme ces publications posthumes
d'oeuvres laissées de côté par le principal intéressé.

_Mes crimes! mes prisons!_ par M. de la Boissière (1 vol. chez Savine.
Prix, 3 fr. 50).

--Le lecteur aurait tort de s'imaginer, sur le vu de ce titre, qu'il va
voir se dérouler sous ses yeux une série de méfaits et d'attentats. Non,
l'auteur n'est pas un criminel endurci, et le mois de prison qu'il a
fait, lui journaliste, à la Santé, ne suffit pas à le classer parmi les
repris de justice dangereux. Nous ne pensons pas que M. de la Boissière
le regrette. Ce que le lecteur ne regrettera pas, ce sera d'avoir lu ce
livre, amusant au possible.

_En haut du donjon_, par Charles Dubois, avec 20 eaux-fortes, par
Berthalon (chez Sausset, 7, boulevard Saint-Martin).

_En haut du donjon_ est le livre d'un peintre; sous la forme familière
qu'autorise l'atelier, l'auteur s'est efforcé de traiter gaiement des
sujets sérieux.

Après une étude topographique bien étudiée sur le Bois de Vincennes et
le Bois français, l'auteur se transporte sur le donjon et note, sous
leur ordre chronologique, tous les événements intéressant la contrée
qu'embrasse le regard; chaque siècle est précédé d'un diagramme
historique indiquant la fortune bonne ou mauvaise de notre France.
Certains chapitres relèvent de l'art: les saintes chapelles de Paris et
de Vincennes; le vitrail, du moyen-âge à la Renaissance; l'exagération
de l'influence sur cette époque; Jean Cousin et son oeuvre; les Clouets
(portraits historiques).

Vingt paysages à l'eau-forte complètent ce beau volume, luxueusement
imprimé par Paris, de Pontoise.

_Histoire d'un Trente-Sous_, 1870-1871, par Sutter Laumann. 1 vol.
in-12, 3 fr. 50 (Albert Savine).--Un _Trente-Sous!_ ce nom, c'est toute
une époque, c'est tout un drame. Tout le monde aujourd'hui se
souvient-il de sa signification? ce n'est pas certain. La jeune
génération apprendra peut-être que c'était un garde national, il y a
vingt ans, à la fin de la guerre, pendant la commune. Cette histoire
nous reporte donc à ces sombres jours. L'auteur en fut l'un des humbles
acteurs, nous dit-il, en nous prévenant qu'il ne nous retracera que des
souvenirs personnels. Et c'est bien ce qui fait l'intérêt de son livre.
Nous ne lui demandons pas d'appréciations. Quel besoin en avons-nous!
N'avons-nous pas tous notre façon de penser arrêtée dans un sens ou dans
l'autre? Ce que nous cherchons dans un livre de ce genre, ce sont les
anecdotes, les menus faits, les détails peu importants en eux-mêmes,
mais qui, rassemblés, constituent un tout caractéristique. Et c'est
justement ce qu'il nous donne, avec une franchise d'allure qu'on a
toujours plaisir à rencontrer.



[Illustration: NOS GRAVURES]

LE PETIT-TRIANON

On a dit avec raison: «le Petit-Trianon c'est Marie-Antoinette.» Louis
XVI avait offert ce palais, dont nous donnons la gravure, à la reine de
la façon la plus galante: Vous aimez les fleurs, eh bien! j'ai un
bouquet à vous donner, c'est le Petit-Trianon.» Marie-Antoinette en prit
possession immédiatement, et elle y vécut au milieu de ses familiers, en
l'agrandissant et en l'embellissant chaque jour.

Elle y fit construire, notamment, le Petit-Théâtre où elle voulait jouer
en personne la comédie. Bâtie par Mique, la petite salle s'élève sur un
des côtés du jardin Français. Notre gravure en figure l'entrée. C'est
une sorte de petit temple en rotonde, au fronton porté par deux colonnes
ioniennes avec un Apollon porte-ivre et porte-couronne. La salle est
blanc et or. Les sièges sont de velours bleu. Trois étages de galerie:
le premier s'appuie sur des pilastres sculptés; la seconde repose sur
des trophées de mufles de lion, terminés en dépouilles et en manteaux
d'Hercule branchages de chêne; la troisième est une suite de loges en
oeil-de-boeuf. Le plafond est de Lagrenée: l'Olympe danse sur des nuages.
Des nymphes en torchés soulèvent le rideau de la scène; au-dessus, deux
muses portent l'écusson de Marie-Antoinette.

La petite salle fut inaugurée solennellement le 1er août 1780, devant
quelques intimes, devant ceux et celles qu'on appelait la société de la
reine, devant les trois Coigny, le prince d'Hénin, le duc de Guiches, le
bailli de Crussol, le duc de Polignac, le prince de Ligne, le prince
Esterhazy, la comtesse de Polastron. On donna la _Gageure imprévue_, de
Sedaine, et l'opéra-comique, _le Roi et le fermier_. La reine jouait
dans la première pièce le rôle de Jenny, dans la seconde celui de la
soubrette.

Pendant cinq ans, les représentations continuèrent, et, tour à tour,
Marie-Antoinette y fut Rosine et Babet, Colette et Jenny. Elles se
terminèrent subitement au mois d'août 1785, par une représentation du
Barbier de Séville, qui eut lieu quatre jours après l'arrestation du
cardinal de Rohan, et dans laquelle la reine jouait Rosine...

Et depuis lors, en un siècle plein, la petite salle ne s'est rouverte
que trois fois, en 1811, sur l'ordre de Napoléon Ier, qui y fit donner
une représentation à Marie-Louise; en 1846, sur l'ordre de
Louis-Philippe, qui voulut apporter une distraction à sa bru, la
duchesse d'Orléans, qui pleurait encore la mort terrible de son mari, et
en 1848, pour une représentation organisée par les républicains
versaillais au profit des pauvres.

Le comité qui a organisé une souscription en faveur de Houdon, et que
préside si intelligemment M. Alphonse Bertrand, a pris l'initiative
d'une nouvelle résurrection de la petite salle. Elle a eu lieu devant
une assistance d'élite: on y remarquait l'empereur dom Pedro, le comte
et la comtesse d'Eu. Les artistes de la Comédie-Française, arrivés de
Paris tout costumés par des landaus, ont joué la _Gageure imprévue_ de
Sedaine: on a fort applaudi Mlles Marsy, Ludvig, Muller; MM. Prudhon, de
Féraudy, Truffler et Joliet. Le corps de ballet de l'Opéra a dansé un
divertissement réglé par M. Hansen sur la musique du maître du temps, et
intitulé _Psyché et l'Amour_: nombreux bravos pour Mlles Othalini,
Hobstein, Chabot, Invernizzi, Salle, etc... Le spectacle s'est terminé
par le _Devin du village_, musique et paroles de Jean-Jacques Rousseau,
supérieurement conduit par M. Danbé et interprété par Mme Molé-Truffler,
MM. Soulacroix et Carbonne.

On nous avait promis des vers inédits de M. Jules Clarétie: M. Delaunay
souffrant n'a pu venir les réciter. On nous avait annoncé aussi que, par
une faveur spéciale de M. Yves Guyot, les grandes eaux du parc
marcheraient en notre honneur. A la sortie, hélas! nous avons trouvé la
pluie et l'orage. Il pleuvait tellement que quelques-uns des artistes,
ne retrouvant plus leurs voitures pour rentrer directement à Paris, s'en
sont revenus par le chemin de fer, tout costumés qu'ils étaient:
épilogue amusant de cette délicieuse journée. Car ce fut une délicieuse
journée; et, au retour, les allées mouillées des bois de Saint-Cloud et
de Boulogne fleuraient bon, et, tandis que la voiture nous ramenait
vite, tout ce passé charmant, que la représentation donnée au petit
théâtre avait évoqué, revivait à notre esprit. Combien ils furent
heureux, les heureux de cette époque si délicieuse du dix-huitième
siècle! Talleyrand le disait:

«Ceux qui n'ont point vécu dans les dernières années qui précédèrent la
révolution n'ont pas connu la douceur de vivre.»

Adolphe Aderer.


LES ÉVÉNEMENTS DES COMORES

Les îles Comores viennent d'être le théâtre d'événements importants au
point de vue de notre empire colonial de la mer des Indes.

L'archipel des Comores se compose, outre l'île Mayotte, colonie
française depuis 1813, des îles d'Anjouan, Moheli et Grande-Comore, qui
ont réclamé notre protection en 1886.

Anjouan, la plus belle et la plus petite du groupe, peuplée de plus de
50,000 habitants et gouvernée par le sultan Abdallah, était en réalité
soumise à l'arbitraire de quelques Anglais et Américains, propriétaires
d'importantes sucreries et plantations. C'est pour se soustraire à leur
tyrannie que le sultan Abdallah demanda le protectorat de la France, qui
fut accordé aussitôt. Cet exemple a été suivi par les autres îles du
groupe, et un résident fut placé à Anjouan, sous l'autorité du
gouverneur de Mayotte.

Le sultan Abdallah avait alors près de quatre-vingts ans; il était
aveugle et son entourage, obéissant à des influences hostiles à la
France, suscita, vers la fin de l'année dernière, des difficultés d'une
nature assez grave pour obliger notre résident, M. le Dr Ormières, à se
retirer; il y avait même eu des insultes à notre pavillon.

A ce moment, Abdallah mourut. Son fils, le prince Salim, et son frère,
le prince Saïd-Omar, se disputèrent sa succession et chacun des
compétiteurs envoya des émissaires auprès du gouverneur français de
Mayotte afin d'essayer d'obtenir l'appui de la France. M. Hibon, notre
gouverneur par intérim, laissa les ambassadeurs sans réponse jusqu'au
retour du gouverneur titulaire, M. Papinaud, qui revenait le 5 mars,
muni d'instructions ministérielles.

Conformément à ces instruction, M. Papinaud s'embarquait sur le
Boursaint à destination d'Anjouan, accompagné du résident français, M.
Ormières, et portant un ultimatum qui non seulement ne fut pas écouté,
mais dont la teneur provoqua une vive effervescence parmi les indigènes.
A peine le Boursaint s'était-il retiré qu'il y eut une révolte suivie de
massacres parmi les partisans des divers compétiteurs au pouvoir et l'on
proclama sultan le prince Boura-Ali, parent éloigné du sultan Abdallah.

Il fallait agir: le 24 avril, le Boursaint arrivait devant Anjouan,
accompagné du D'Estaing, portant trois compagnies d'infanterie de marine
venues de la Réunion et de Diego-Suarez. Les troupes débarquaient
aussitôt et s'emparaient sans coup férir de la citadelle qui domine
Moussamoudou, la capitale de l'île. Nous donnons ici les vues de cette
forteresse ainsi que de la ville.

M. Papinaud procéda alors à l'installation de Saïd-Omar comme sultan
d'Anjouan, devant la population de l'île; puis une colonne volante
parcourut l'île, brûlant et bombardant les centres insurrectionnels,
notamment Bambao et Poumoni.

Les dernières nouvelles, à la date du 30 avril, annoncent que notre
autorité est à peu près rétablie partout. Il a suffi de montrer un peu
d'énergie pour ramener ces populations à l'ordre.


L'INCENDIE DE COUDEKERQUE

L'autre soir, à quatre heures et demie, on entendait à Dunkerque une
explosion formidable; on apercevait une colonne de flamme qui dardait
vers le ciel; puis une fumée très noire et très épaisse montait dans
l'air, s'étendait sur l'horizon, obscurcissait tout l'atmosphère:
c'était la raffinerie de pétrole de M. Clerc, à Coudekerque-Branche, qui
était en feu.

A distance, le spectacle était terrifiant; il avait la beauté sinistre
et sauvage des grandes catastrophes. On organisait les secours à la
hâte, en se demandant quelles serait l'étendue et les conséquences du
malheur. Cependant l'incendie s'activait, le train de Bruxelles qui
passe à vingt mètres environ de la raffinerie dut ralentir sa marche
pour traverser le passage dangereux.

Des wagons, les voyageurs distinguaient au milieu de la fumée trois ou
quatre cylindres dont les surfaces de tôle blanche trouaient l'épais
brouillard ambiant. De moment en moment, les fusées d'étincelles
éclairaient les fûts de pétrole entassés qui brûlaient avec de lugubres
crépitements. Les réservoirs étaient également en feu.

Les douaniers, les pompiers, la police de Dunkerque, les autorités
civiles et militaires, un piquet du 110e de ligne, étaient sur les
lieux. Mais la tâche des sauveteurs n'était pas aisée. Il ne fallait pas
songer à répandre de l'eau sur le foyer incandescent, sous peine de
fournir un aliment nouveau à la flamme. On requit tous les charretiers
afin d'aller chercher du sable pour étouffer l'incendie. Cependant le
pétrole enflammé courait jusque dans les ruisseaux des rues...

Quand on pénètre enfin dans le vaste immeuble incendié, un spectacle
affreux s'offre à tous les regards. Des débris humains jonchent le sol:
on découvre deux squelettes carbonisés. Il y a dix personnes sur le sort
desquelles on n'est pas fixé et qui ont disparu.


LA BECQUÉE

Les méandres du parc ont conduit la jeune fille près du vieux mur tout
ébréché, où la futaie est plus touffue, où les buissons de ronces et de
lierres cachent les plus délicieux mystères. Entre deux branches, une
construction singulièrement intéressante s'est élevée. Non que les
matériaux qui la composent soient d'une matière bien précieuse: quelques
fétus d'herbes sèches, de la laine tombée de la toison des troupeaux, et
par-dessus le plus doux des duvets, celui que la pinsonne a emprunté à
sa parure pour faire moelleuse la couchée des petits. Mais l'habile
architecte l'a placée admirablement, au beau milieu du grenier
d'abondance le mieux approvisionné. Aux alentours, chenilles,
vermisseaux, libellules, ne manquent pas, et le ménage, en acceptant sa
lourde responsabilité, s'est entouré de précautions.

Cependant, si retiré soit, le nid, si épaisse la broussaille, les allées
et venues du mari prévenant, les appels plaintifs de la femelle dévouée
à ses devoirs d'épouse et de mère, ont éveillé l'attention de quelqu'un.
Heureusement ce quelqu'un n'est ni un importun ni un ennemi. Au
contraire. Peut-être qu'au fond, en gens tranquilles, pinson et pinsonne
préféreraient éviter ces relations de bon voisinage. Mais comment en
vouloir à la gracieuse enfant qui s'est aventurée souriante, parmi les
branchages épineux, et a risqué plus que sa vie, le velouté de sa peau
délicate, sans compter sa fraîche robe de mousseline, pour se mêler de
donner la becquée à la nichée dont l'appétit est insatiable? Une grosse
affaire a dû être d'apporter jusque dans cet endroit inaccessible la
grosse échelle qui a permis cette ascension périlleuse. Le jardinier
bourru s'y est prêté moitié grognant, moitié satisfait, vaincu par ce
qu'il y a de plus puissant au monde: le charme.

Cette jolie composition de M. Staples traduit à la perfection
l'événement qui est considérable: ces enfantillages-là, c'est déjà la
mère apparaissant sous la jeune fille!


LES CRIQUETS EN ALGÉRIE

L'Algérie et la Tunisie sont à nouveau éprouvées par les criquets. Par
un de ces caprices auxquels la nature semble se complaire, ce n'est pas
l'ennemi prévu attendu avec un grand déploiement des mesures défensives
qui est venu fondre sur les vertes plantations algériennes; cette fois,
l'ennemi, insoupçonné, inattendu, est venu du dehors, représentant
l'invasion étrangère dans toute sa brutalité.

Avoir lutté pendant des années, organisé le massacre, mobilisé toute une
population, exterminé les criquets jusque dans l'oeuf, et après tant
d'efforts, tant de labeurs, toucher presqu'au bout, entrevoir le jour
prochain où notre colonie serait enfin débarrassée de la race indigène
de sauterelles qui le dévaste, et voir tout d'un coup se ruer sur
l'Algérie comme sur un pays conquis des hordes faméliques d'insectes
venus du désert, n'est-ce pas jeu cruel, épreuve accablante, démontrant
l'inanité des combinaisons humaines et légitimant en quelque sorte la
résignation fataliste avec laquelle les Arabes, eux, acceptent le fléau
ailé?

On l'avait oublié l'insecte nomade, le criquet pèlerin, fils du désert.
Bien dur a été le réveil. Si les incursions de la sauterelle voyageuse
sont moins fréquentes que celles des autres espèces, s'espaçant de
plusieurs années, elles n'en sont que plus redoutables. L'acridien
migrateur, en même temps qu'il est le plus grand parmi ses
congénères--il atteint jusqu'à 6,5 cent.--est aussi le plus vorace, le
plus malfaisant. Déjà la clameur qui nous arrive de l'autre côté de la
Méditerranée accuse de nombreux et irréparables dégâts. Mais ce n'est
rien encore. Dans quelques jours, la ponte faite, éclora une nouvelle
génération de jeunes insectes aptères, mangeurs infatigables qui, si
l'on n'y met ordre, dévoreront jusqu'au chaume des épis qu'auront laissé
leurs parents moins voraces.

Les lecteurs de l'_Illustration_ sont du reste initiés aux faits et
méfaits du criquet pèlerin; nous lui avons consacré un article le 19 mai
1888.

Le dessin que nous donnons complète cette description: le festin est
terminé, les noces sont consommées; les sauterelles repues se sont
abattues sur un sol meuble et perméable; elles procèdent à la ponte;
l'une d'elles plonge son abdomen dans un trou cylindrique, cavité
naturelle ou creusée artificiellement par l'insecte au moyen d'un
appareil fouisseur qui termine son arrière-train. Chacune de ces loges,
larges d'un centimètre environ, et dont notre dessin donne la coupe en
plusieurs endroits, reçoit une certaine quantité d'oeufs (de 80 à 90)
disposées en trois rangées; les oeufs oblongs, de couleur jaunâtre,
mesurent un centimètre chacun: une mucosité sécrétée par l'insecte les
réunit et un bouchon de mucus servira de couvercle à ces nids.

Dans quinze, vingt, vingt-cinq jours, suivant les conditions
climatériques, la nature du sol, le degré d'humidité, écloront les
jeunes criquets, à moins que l'on n'écrase dans l'oeuf la malfaisante
engeance.

L'invasion actuelle révèle une situation précise, un danger sans cesse
menaçant et montre l'insuffisance des mesures prises jusqu'à ce jour. A
quoi sert de détruire les sauterelles indigènes si elles doivent être
remplacées par le flot sans cesse renouvelé de nouveaux envahisseurs. Il
serait temps d'entreprendre contre le criquet pèlerin la même campagne
d'extermination qui a si bien réussi pour le criquet indigène: relevé
topographique des lieux de ponte et destruction des oeufs. Mais le
moyen? Sait-on seulement d'où vient cette multitude d'insectes qui,
obéissant à l'on ne sait quel merveilleux instinct, prennent subitement
et comme à signal donné leur vol vers les campagnes fertiles de
l'Algérie? Du désert, du centre de l'Afrique, répondent avec hésitation
des savants. Voilà qui manque de précision. Or, il importe de connaître
les endroits d'origine de ces acridiens, de découvrir leurs gîtes
habituels, les aires étendues où ils vivent dispersés en temps ordinaire
et d'où la disette seule les chasse. Ce n'est que quand on connaîtra ces
foyers, ces réserves, que l'on pourra songer à faire aux insectes une
guerre méthodique d'extermination.

Il semble, dans ces conditions, que la nomination d'une mission d'études
chargée de relever l'aire distributive des acridiens migrateurs
s'impose. Il n'est pas douteux que cette exploration ne donnerait de
précieux résultats.

Certes, cette nouvelle campagne sera ardue, longue, périlleuse et
nécessitera de grands sacrifices, mais c'est la seule solution
rationnelle possible du problème, et il faut y recourir. Il y va de la
sécurité de nos deux belles colonies.

L. Wertheimer.



ANIE

Roman nouveau, par HECTOR MALOT

Illustrations d'ÉMILE BAYARD

Suite et fin.--Voir nos numéros depuis le 21 février 1891.


X

Il avait écrit rapidement, sans hésiter; sa lettre achevée il la relut,
et alors il eut une minute d'anéantissement: comme il l'aimait! et
cependant, par sa faute, stupidement, follement, il la jetait dans le
désespoir quand il n'avait qu'à laisser aller leur vie pour la rendre
heureuse. Le misérable, l'insensé qu'il avait été!

L'indignation le tira de sa faiblesse; abaissant ses deux mains dans
lesquelles il avait enfoncé sa tête, il reprit sa lettre, la mit dans
une enveloppe sur laquelle il écrivit le nom d'Anie, et la plaça sous la
première feuille de son buvard.

Il n'avait pas encore fini: doucement, avec mille précautions, il ouvrit
un tiroir de son bureau fermé à clé, et, fouillant dedans sans froisser
les papiers qui s'y trouvaient, il en tira le testament de Gaston de
Saint-Christeau; puis, l'allumant à la bougie, il le déposa dans la
cheminée où il brûla avec une grande flamme qui éclaira tout son
cabinet, du plancher au plafond.

Cette fois tout ce qu'il avait combiné était accompli; maintenant il
pouvait rejoindre sa femme: quatre heures allaient sonner, il lui
restait trois heures à vivre pour elle.

Quand il entra dans la chambre, elle leva la tête.

--Te voilà? dit-elle.

Il vint au lit, et, se penchant sur elle, il l'embrassa longuement.

--Il ne faut pas m'en vouloir, j'ai été retenu, je t'expliquerai.

--Mais je ne t'en veux pas.

Moins troublé il eut remarqué que, pour une femme qui s'éveille, la voix
d'Anie était étrangement tremblante; mais, tout à son émotion, il ne fît
pas cette observation.

C'est qu'en réalité Anie, qui n'avait pas dormi depuis qu'elle s'était
mise au lit à son heure habituelle, ne venait pas de s'éveiller.

En recevant la dépêche de son mari, alors qu'elle l'attendait pour
dîner, elle avait éprouvé une commotion violente, hors de toute
proportion, semblait-il avec un fait si simple.

Pourquoi restait-il chez le baron? Comment oubliait-il la promesse qu'il
lui avait laite de revenir immédiatement? Et, ce qui était plus grave,
comment ne pensait-il pas qu'après les craintes qu'elle lui avait
montrées, cette dépêche allait la jeter dans l'inquiétude et dans
l'angoisse?

C'était la première fois qu'il lui manquait de parole, la seconde fois
qu'il la laissait dîner seule; et toujours pour le baron. Que lui
ménageait donc cette liaison qui l'épouvantait?

Elle ne put pas dîner, et de bonne heure elle monta à sa chambre,
s'imaginant qu'elle serait là moins mal que partout ailleurs pour
attendre. Alors elle calcula le moment où il pouvait rentrer; et, ses
comptes faits, elle trouva que ce serait sans doute entre 10 et 11
heures.

Pour user le temps, elle prit un livre, mais les lignes dansaient devant
ses yeux et elle ne comprenait rien à ce qu'elle lisait. Si elle
continuait ainsi, les minutes seraient éternelles. S'enveloppant d'un
châle, elle sortit sur la véranda pour suivre le mouvement de la
rivière. C'était la basse mer et il ne se passait rien sur la rivière
qui coulait clapoteuse entre ses rives confuses; la nuit était sombre;
rien sur les eaux, rien sur la terre, rien au ciel qui pût occuper son
esprit et l'emporter au pays de la rêverie où le temps se dévore sans
qu'on sache comment.

Après un certain temps elle revint à son livre, le changea pour un
nouveau qui peut-être serait plus attachant; l'abandonna bientôt comme
elle avait fait du premier; retourna sur la véranda; tâcha de deviner ce
qu'elle ne voyait pas; rentra dans sa chambre; descendit au
rez-de-chaussée épousseter une vitrine qui tout à coup se trouva avoir
besoin d'être nettoyée; cassa deux bibelots; se fâcha contre sa
maladresse, et remonta dans sa chambre pour se jeter dans un fauteuil où
elle resta jusqu'à dix heures.

Alors elle se déshabilla lentement, et fit une coquette toilette de
nuit: puisqu'il avait paru surpris, presque fâché la première fois
qu'elle l'avait attendu, elle ne voulait pas qu'il en fût ainsi ce
soir-là: la trouvant endormie, il verrait tout de suite qu'elle ne
pensait pas à lui adresser le plus léger reproche.

Mais elle ne s'endormit pas, et si le temps lui avait duré alors qu'elle
pouvait aller et venir, il fut mortel dans l'immobilité et l'obscurité
du lit; l'horloge du vestibule sonnait l'heure et la demie, mais
l'intervalle qui s'écoulait entre l'une et l'autre était si long qu'elle
s'imaginait toujours que le mécanisme s'était sûrement arrêté.

Onze heures, onze heures et demie, minuit, minuit et demi, une heure;
était-ce possible? Pourquoi ne rentrait-il point? Que lui était-il
arrivé? Au milieu de la nuit, ne pouvait-on pas être arrêté, assassiné,
sur la route déserte? Elle voyait les passages dangereux, ceux du crime.

Elle se releva pour lire sa dépêche qu'elle savait par coeur: «A ce
soir»; ce n'était pas: «Je rentrerai tard» qu'il avait dit. «A ce soir!»
c'était sûrement avant minuit. Et il était une heure et demie; deux
heures, deux heures et demie.

La fièvre la dévorait; il y avait des moments où elle écoutait les
bruits du dehors avec une anxiété si intense que son coeur s'arrêtait et
restait sans battre.

Enfin, un peu après que la demie de deux heures eut sonné, elle reconnut
sur le gravier du jardin le pas qui était si familier à ses oreilles,
et, instantanément, une fraîcheur pénétrante succéda à la flamme qui la
dévorait: lui! maintenant qu'importait ce qui avait pu le retenir,
puisqu'il arrivait! est-ce que mille raisons qui se présentaient à son
esprit, alors que quelques minutes auparavant elle n'en trouvait pas une
seule, n'avaient pas pu le retarder?

Cependant elle fut surprise des précautions qu'il prit dans l'escalier,
et aussi qu'il passât par son cabinet au lieu d'entrer tout de suite
dans leur chambre: il ne sentait donc pas l'impatience, poussée jusqu'au
paroxysme, avec laquelle elle l'attendait.

N'y tenant plus, elle pensa se jeter à bas de son lit pour courir à lui
et l'embrasser, mais n'y aurait-il pas là comme un tendre reproche qui
pourrait le peiner? alors elle crut que le mieux était de ne pas bouger
et de paraître dormir.

C'est pourquoi, lorsqu'il écarta le store et projeta sur elle la lumière
de sa bougie, il la trouva plongée dans un sommeil si parfait, que
quelqu'un qui n'eût pas été bouleversé comme lui se serait à coup sûr
demandé s'il était naturel.

A travers ses paupières mi-closes, Anie avait vu le visage convulsé que
la bougie éclairait, et cette remarque, s'ajoutant à toutes ces
précautions pour ne pas la réveiller, l'avait rejetée dans l'inquiétude.

Que se passait-il donc? Ou plutôt que s'était-il passé?

La porte qui faisait communiquer sa chambre avec le cabinet étant
fermée, elle n'entendait rien, et n'osant pas se soulever sur son lit,
ce qui eût permis à son regard de passer par-dessus la tablette de la
cheminée, elle ne voyait rien non plus, ce qui semblait indiquer que son
mari avait dû s'asseoir à son bureau, placé devant la cheminée.

Heureusement les dispositions des deux pièces et de leur ameublement
pouvaient lui venir en aide: le lit, la glace sans tain, ainsi que le
bureau de Sixte, étaient placés sur une même ligne, et en face, au mur
opposé dans le cabinet, en ligne aussi, un vieux miroir, avec fronton et
bordure décorés d'estampage, était accroché, incliné de telle sorte
qu'il reflétait le bureau et la cheminée. Qu'elle trouvât sur son
oreiller une position d'où son regard, en passant à travers la glace
sans tain, irait jusqu'à ce miroir, et elle verrait ce que faisait son
mari.

Sans mouvements brusques, qu'elle n'osait se permettre, cela lui fut
assez facile, et alors elle l'aperçut écrivant.

Comme son visage était sombre, comme sa main paraissait agitée! de temps
en temps, il s'arrêtait un court instant, pour reprendre aussitôt avec
une décision et un emportement qui disaient la netteté de sa pensée,
autant que la violence de son émotion. Quand elle le vit, sa lettre
achevée, enfoncer sa tête entre ses mains, tout en lui trahissait une
telle douleur, un anéantissement si désespéré, qu'elle ne respirait
plus.

A qui écrivait-il? Qu'écrivait-il? Cette lettre était donc bien
terrible, qu'elle le bouleversait à ce point.

Elle le vit aussi écrire l'adresse sur l'enveloppe, et à sa brièveté il
lui sembla que c'était un simple nom, court comme le sien, formé
seulement de quatre ou cinq lettres. Mais pourquoi lui écrivait-il,
quand il n'avait que la porte à ouvrir pour être près d'elle?

Il y avait là une question qu'elle se sentait trop affolée pour
résoudre, ou même pour l'examiner.

D'ailleurs elle le suivait, et ne pouvait s'arrêter pour réfléchir, ni
pour revenir en arrière.

Quand il avait pris dans le tiroir du bureau une feuille de papier, sur
laquelle elle voyait un timbre, il lui avait semblé que c'était le
testament de son oncle Gaston; mais le mouvement par lequel il l'alluma
à la bougie et la déposa dans la cheminée fut si rapide qu'elle ne put
pas être certaine qu'elle ne se trompait pas; une flamme claire reflétée
par le miroir vint jusque dans sa chambre, dont elle perça l'obscurité
pour deux ou trois secondes, et ce fut tout.

Presqu'aussitôt il entrait et venait à elle: ce fut miracle qu'elle ne
se trahit pas quand il l'embrassa, et qu'elle ne se jetât pas éperdue
dans ses bras quand il prit place près d'elle.


XI

Déjà les bruits de la ville et du port commençaient confus dans le
lointain, quand, brisé et anéanti par les émotions, il s'était endormi
sur l'épaule d'Anie.

Pendant plus d'une heure, elle était restée immobile, pour ne pas
troubler ce lourd sommeil, si poignant que fût son angoisse de savoir ce
qu'était le papier placé dans le buvard, à propos duquel son imagination
affolée envisageait les choses les plus terribles, n'osant pas s'arrêter
à celle-ci plutôt que celle-là, mais n'osant pas davantage en rejeter
aucune. Qu'elle pût se lever avant lui, elle verrait ce papier. Qu'au
contraire il se levât le premier, elle resterait en proie à son anxiété.

Cependant les vitres des fenêtres blanchissaient du côté de l'est, le
ciel se rayait de bandes claires qui annonçaient l'approche du jour:
encore quelques instants, et l'habitude allait le tirer de son sommeil à
l'heure ordinaire.

Il fit un mouvement; elle crut qu'il s'éveillait, mais il abandonna
seulement son épaule, et alors, avec précaution, elle put se laisser
glisser à bas du lit.

A pas étouffés, elle se dirigea vers le cabinet, dont la porte n'avait
pas été refermée, et elle put la gagner sans qu'il bougeât. Vivement
elle alla au bureau et prit la lettre dans le buvard. Mais, le jour
n'étant pas assez avancé pour qu'elle en pût lire la suscription, elle
courut à la fenêtre, dont elle écarta le rideau.

«Anie.»

Elle ne s'était pas trompée: frémissant de la tête aux pieds sous la
main froide du malheur qui venait de la saisir, elle coupa l'enveloppe
avec une épingle qu'elle tira de ses cheveux.

Elle poussa un cri, et, traversant en courant le cabinet ainsi que la
chambre, elle vint au lit où elle s'abattit sur son mari qu'elle
enveloppa de ses deux bras:

--Mourir!

Il la regarda hébété, puis, voyant la lettre qu'elle tenait dans sa
main:

--Tu as lu?

--Est-ce que je dormais!

--Puisque tu as lu, je n'ai rien à ajouter.

--Tu es fou.

--Hélas!

--Mais cette fortune, tout ce que nous possédons, c'est à toi.

--J'ai brûlé le testament.

--Que ce soit toi, que ce soit nous, qu'importe qui paye ta dette!

--Ton père ne doit rien.

--Tu ne le connais pas; mon père paiera comme tu paierais toi-même: ta
mort n'acquitterait rien; et, quand même elle te libérerait, crois-tu
que nous voudrions de la fortune à ce prix?

--Je ne veux pas ruiner ton père, te ruiner toi-même.

--Mais comprends donc que nous paierons: tu dois, nous devons; cette
fortune est la tienne, non la nôtre; et fût-elle à nous qu'il en serait
exactement de même. Tu dis que tu as réfléchi! Mais non, tu n'as pas
réfléchi; sous un coup de désespoir tu as perdu la tête. Est-ce que nous
pouvons avoir rien de plus précieux que ta vie? Imagines-tu donc que si
tu mourrais je ne mourrais pas avec toi, ô mon bien-aimé?

Tout en parlant avec une véhémence désordonnée, elle le pressait dans
ses bras, ne s'interrompant que pour l'embrasser passionnément.

--Tu dis que tu m'aimes, reprit-elle; mais est-ce m'aimer que vouloir
m'abandonner? Est-ce que tout n'est pas préférable à la séparation, la
ruine, la misère! Qu'importe la misère! Est-ce que je ne la connais pas?
Que serait ce repos dont tu parles? Tu ne veux pas que je sois amoindrie
par la faute de mon mari coupable. En quoi serais-je amoindrie quand
nous aurons payé ce que tu as perdu?

Cet élan le bouleversait, l'ébranlait.

--Je ne peux rien demander à ton père, dit-il.

--Toi non, mais moi. Je pars pour Ourteau. Dans cinq heures je suis de
retour avec mon père. Ce soir tu paies.

--Où veux-tu que ton père trouve cette somme?

--Je n'en sais rien, il la trouvera; il empruntera; il vendra.

--Sa terre qu'il aime tant!

--Sa terre n'a jamais été à lui; elle est à toi.

--Votre générosité, votre sacrifice, ne feraient-ils pas de moi le plus
misérable des hommes? Quel personnage serais-je dans le monde?

A ce mot, elle reprit courage et respira: puisqu'il envisageait
l'avenir, c'est qu'il était touché.

--Personne a-t-il été jamais déshonoré pour une dette de jeu qu'on paie?
Si ton honneur est sauf, qu'importe le reste! Pourvu que nous soyons
ensemble, tous les pays nous seront bons.

Le temps pressait; il fallait hâter les décisions: ce qui n'était
possible avec une conscience chancelante et dévoyée que si elle prenait
la direction de leur vie.

--Je pars pour Ourteau, dit-elle, toi tu vas aller à ton bureau comme à
l'ordinaire et en arrivant tu confesseras la vérité au général: dans une
heure elle sera connue de toute la ville, mieux vaut encore qu'il
apprenne la vérité de ta bouche, si fâcheux que puisse être pour toi cet
aveu. Mais, avant que je parte, tu vas me jurer, tes lèvres sur les
miennes, que je puis avoir confiance en toi.

Rassurée par ce serment, autant que par l'étreinte toute pleine de
reconnaissance et de promesse d'amour et de remords avec laquelle il
avait répondu à son adieu, elle partit pour Ourteau, en même temps qu'il
se rendait à son bureau.

A peine arrivé, son général le fit appeler; il avait passé une mauvaise
nuit et pour s'en soulager il éprouvait le besoin d'avoir quelqu'un à
secouer.

--Avez-vous été vous promener ce matin, vous? dit-il.

--Non, mon général.

--Effectivement ne sentez pas le salin.

--J'ai pourtant passé une partie de la nuit dehors, dit Sixte saisissant
cette occasion.

--Avec Mme Sixte? Drôle d'idée!

--Non, mon général, tout seul; et une nuit terrible pour moi.

--Ah! bah!

Immédiatement Sixte raconta ce qui s'était passé, sans rien atténuer.

--Deux cent soixante-seize mille francs! s'écria le général. Êtes-vous
fou?

--Je l'ai été.

--Et après? Payez-vous ou ne payez-vous pas?

--Ma femme, qui vient de partir pour Ourteau, affirme que son père
paiera.

Le général s'était levé et, dans un accès de colère, il arpentait son
cabinet en traînant la jambe.

--Un officier attaché à ma personne! grognait-il.

Il s'arrêta devant Sixte:

--Et maintenant, dit-il, que comptez-vous faire?

--Disparaître, mon général, si vous voulez me rendre ma liberté.

--Votre liberté! Je vous la f... On n'a jamais vu ça. Deux cent
soixante-seize mille francs et soixante-cinq mille en plus! Mais c'est
idiot!

Puis, sentant la colère le gagner alors que la colère lui était
défendue, il renvoya Sixte:

--Allez faire votre besogne, monsieur.

Mais, au bout d'un quart d'heure, il l'appela de nouveau: il paraissait
calmé.

--Êtes-vous en état d'écouter un bon conseil? dit-il. Partez pour le
Tonkin. Mon frère est désigné pour un commandement là-bas; s'il n'a
personne, il voudra peut-être bien vous emmener. Dans deux ans, quand
vous reviendrez, tout sera fini. Envoyez-lui une dépêche dans ce sens.

--Cette dernière preuve d'intérêt que vous me donnez me touche au coeur.

--C'est égal; je ne comprendrai jamais que, quand tant de pauvres
diables s'exterminent à faire leur vie, il y ait des gens heureux qui
prennent plaisir à défaire la leur.

Pendant ce temps, Anie courait sur la route d'Ourteau, pressant son
cocher; quand elle arriva, son père et sa mère virent à sa physionomie
crispée qu'ils devaient se préparer à un coup cruel.

Tout de suite, elle expliqua ce qui l'amenait, son père écoutant
accablé, sa mère l'interrompant par des exclamations indignées.

--Est-ce que ton mari s'imagine, s'écria Mme Barincq, que nous allons
encore payer cette somme et nous réduire à la misère pour lui?

Alors elle raconta l'histoire du testament de Gaston: comment Sixte
l'avait trouvé; pourquoi il n'avait pas voulu le produire; comment il
l'avait brûlé.

--C'est donc son argent qu'il a perdu, dit-elle en s'adressant à sa
mère.

Mais celle-ci ne se rendit pas:

--Qui prouve que ce testament était bon? dit-elle.

Sur cette réplique, son mari intervint:

--Il est évident, dit-il, que le testament est celui que Gaston avait
déposé entre les mains de Rébénacq, et qu'il était parfaitement valable.

--Valable ou non, il n'existe plus.

--Pour les autres sans doute, mais pas pour nous.

--Tu paierais!

--Quel moyen de faire autrement?

--Ruinée une fois encore! Que ne suis-je morte avant!

Ce n'était pas tout de vouloir payer, il fallait savoir où et comment
trouver l'argent nécessaire. Le père et la fille s'en allèrent chez
Rébénacq; mais, quand le notaire eut entendu le récit d'Anie, il leva au
ciel des bras désespérés.

--Je ne vois pas, dit-il, qui consentirait à prêter deux cent
soixante-seize mille francs sur la terre d'Ourteau, déjà hypothéquée
pour cent-dix mille.

--Mais elle vaut plus d'un million, dit Anie.

--Ça dépend pour qui, et ça dépend aussi du moment. Considérez d'autre
part que la propriété est en transformation; que les travaux entrepris
sont à leur début, qu'ils ne donneront leurs résultats que dans
plusieurs années; et que, pour bien des gens, ils ont enlevé au moins la
moitié de sa valeur à la terre. Ce langage que je vous tiens, c'est
celui des prêteurs. Sans doute nous aurons des objections à leur
opposer; mais comment seront-elles accueillies? En tout cas, je n'ai pas
prêteur pour pareille somme, et dans ces conditions.

--Ne pouvez-vous pas trouver ce prêteur chez un autre notaire? demanda
Anie.

--Nous rencontrerons partout les objections que je viens de vous
présenter; mais enfin, nous, pouvons voir à Bayonne.

--Je vous emmène avec mon père.

Rébénacq hésita, puis il finit par se rendre.

Il était une heure de l'après-midi quand ils arrivèrent à Bayonne, et
quatre heures quand Barincq eut vu avec Rébénacq les sept notaires de la
ville: quatre refusaient nettement l'affaire, trois demandaient du
temps; il convenait de prendre des renseignements, de se livrer à des
estimations.

--Je n'avais pas grand espoir, dit Barincq, mais c'était un devoir de
tenter l'expérience. Maintenant il ne nous reste plus qu'une démarche,
et il faut la faire, si douloureuse qu'elle soit pour moi: voir M.
d'Arjuzanx, qui certainement doit être chez lui, puisqu'il attend Sixte;
allons à Biarritz.

En effet, le baron était chez lui, et tout de suite il reçut Barincq et
Rébénacq.

--Ce n'est pas au nom de mon gendre que je me présente, dit Barincq,
c'est en mon nom personnel, mais en me substituant à lui.

Le baron resta impassible, dans l'attitude froide et hautaine qu'il
avait prise.

--C'est donc comme votre débiteur de la somme totale de trois cent
quarante-un mille francs que je viens vous demander quels arrangements
il vous convient de prendre pour le paiement de cette somme.

--Des arrangements!

--Toutes les garanties vous seront offertes, dit Rébénacq, voulant venir
en aide à son vieux camarade, dont l'émotion faisait pitié.

--Et j'ajoute, continua Barincq, que les délais que vous fixerez sont
acceptés d'avance, à la seule condition qu'ils seront raisonnablement
échelonnés.

--Vous êtes homme d'affaires, monsieur, dit d'Arjuzanx avec hauteur.

--Je l'ai été.

--Et c'est une affaire que vous me proposez, une bonne affaire, puisque
vous, riche propriétaire, vous vous substituez à votre gendre qui n'a
rien, et faites vôtre sa dette.

Il y eut une pause qui obligea Barincq à répondre:

--Parfaitement, je la fais mienne et m'en reconnais seul débiteur.

D'Arjuzanx, qui s'était assis, se leva.

--Eh bien, monsieur, je ne fais pas d'affaires; il s'agit d'une dette de
jeu qui se paye dans les vingt-quatre heures, non d'une dette ordinaire
pour laquelle on peut conclure des arrangements devant notaires. Je ne
vous accepte donc pas comme débiteur; je garde celui que j'ai.

--Vous venez de reconnaître qu'il est sans fortune.

--Justement, et c'est pour cela que je tiens à lui, ce qui vous prouvera
que je ne suis pas l'homme d'argent que vous pouvez croire. Votre gendre
a trahi ma confiance, notre camaraderie, notre amitié. Il m'a pris la
femme que j'aimais. Je lui prends son honneur. Et nous ne sommes pas
quittes.

Quand Barincq et Rébénacq furent descendus dans la rue, ils marchèrent
longtemps côte à côte sans échanger un seul mot.

--Quel homme! dit tout à coup le notaire.

--Et il aurait pu être le mari de ma fille! Si coupable que soit le
malheureux Sixte, au moins a-t-il du coeur.

Ils arrivaient au chemin de fer.

--C'est égal, dit Barincq, pour un homme qui toute sa vie n'a pensé
qu'au bonheur des siens, j'ai bien mal fait leurs affaires et les
miennes.

--Et maintenant?

--Maintenant, il ne nous reste qu'à vendre Ourteau.

--Mais à cette saison, dans ces conditions, ce sera un désastre.

--Eh bien, ce sera un désastre.

--Mon pauvre ami!

--Oui, le sacrifice sera dur; j'aimais cette terre d'un amour de
vieillard, j'avais mis sur elle mes derniers espoirs; mais je dois me
dire qu'en réalité je n'en ai jamais été propriétaire, et que, si le
testament avait été produit en temps, tout cela ne serait pas arrivé: je
ne me serais pas installé à Ourteau, je n'aurais pas entrepris ces
travaux; M. d'Arjuzanx n'aurait pas pensé à me demander Anie; Sixte ne
l'aurait pas épousée, et aujourd'hui je ne tomberais pas lourdement
d'une position fortunée dans la misère.

[Illustration.]


XII

La demie après six heures allait sonner au cartel des bureaux de
l'_Office Cosmopolitain_, et Barnabe, dans l'embrasure d'une fenêtre,
guettait au loin sur le boulevard l'arrivée de l'omnibus du chemin de
fer de Vincennes.

A ce moment le directeur, M. Chaberton, sortit de son cabinet,
accompagné d'un client, et dans leurs cages, derrière leurs grillages,
tous les employés se plongèrent instantanément dans le travail.

--Barnabé, guettez l'omnibus, dit M. Chaberton.

--On ne le voit pas encore.

--Puisque nous avons quelques minutes, dit le client suppliant,
laissez-moi vous expliquer...

Mais M. Chaberton, sans écouter, alla à l'un des grillages:

--M. Spring, que vos patentes anglaises pour l'affaire Roux soient
prêtes demain matin, dit-il.

--Elles le seront, monsieur.

Il s'adressa à un autre guichet:

--M. Morissette, vous préparerez demain, en arrivant, un état des frais
Ardant.

--Oui, monsieur.

--Un point très important à noter, continuait le client...

Mais M. Chaberton, qui n'avait pas d'oreilles pour ces recommandations
de la dernière heure, continuait sa tournée devant les cages de ses
employés.

--M. Barincq, dit-il, votre bois est-il terminé?

--Il le sera dans une demi-heure.

--Pas trop de sécheresse, je vous prie, du chic, soyons dans le
mouvement.

Barnabé fit un pas en avant:

--L'omnibus, dit-il.

M. Chaberton jeta son pardessus sur son épaule, fit passer sa canne de
dessous son bras dans sa main, et se dirigea vers la sortie, suivi du
client, décidé à ne pas le lâcher.

Une fois qu'il eut tiré la porte, un brouhaha s'éleva dans les bureaux,
et, immédiatement, Spring sortit d'un tiroir une lampe à alcool qu'il
alluma.

--On voit que c'est aujourd'hui mardi, dit Belmanières, voilà les
saletés anglaises qui commencent.

--On voit que c'est aujourd'hui comme tous les jours, répondit Spring,
les grossièretés de M. Belmanières continuent.

Contrairement à la coutume, Belmanières ne se fâcha pas.

--Cela prouve, dit-il d'un air bonhomme, que les habitudes ne sont pas
comme la vie; la vie est variée, les habitudes sont monotones. Je suis
grossier aujourd'hui comme hier, comme il y a six mois, et M. Barincq,
au lieu de jouer au gentilhomme campagnard comme il y a six mois,
dessine des bois pour l'_Office Cosmopolitain_, où il a été bien heureux
de retrouver sa place.

--Ne mêlez donc pas M. Barincq à vos sornettes, répliqua le caissier
avec autorité.

--Ce que je dis là n'a rien de désagréable pour M. Barincq, continua
Belmanières sortant de sa cage, au contraire. Et je proclame tout haut
qu'un homme de soixante ans qui se trouve tout à coup ruiné, et qui a
l'énergie de se remettre au travail, sans se plaindre, a mon estime. Si
j'ai blagué autrefois M. Barincq, je n'en ai aucune envie aujourd'hui,
et, puisque l'occasion se présente de lui dire ce que je pense, je le
dis. Voilà comme je suis, moi; je dis ce que je pense, tout ce que je
pense, franchement, et je me fiche de ceux qui ne sont pas contents.
Vous entendez, M. Morissette, je m'en fiche, je m'en contrefiche.

Il criait cela devant la cage du caissier d'un air provocateur, la porte
d'entrée en s'ouvrant le fit taire.

--Mister Barincq? dit une voix à l'accent étranger.

--Il est ici, répondit Barnabé en amenant celui qui venait d'entrer
devant le grillage de Barincq.

--Do you speak english?

--M. Spring! appela Barincq.

A regret M. Spring souffla sa lampe et s'approcha; alors un dialogue en
anglais s'engagea entre lui et l'étranger.

--Ce gentleman dit, traduisit Spring, qu'il a vu au Salon deux tableaux
signés Anie qui lui ont plu et qu'il est disposé à les acheter; ayant
trouvé votre adresse au _Cosmopolitain_ dans le livret, il désire savoir
le prix de ces tableaux.

--Mille francs, dit Barincq.

--Ce gentleman, continua Spring, dit qu'il les prend tous les deux pour
quinze cents francs si vous voulez; et que si Mme Anie a d'autres
tableaux du même genre, c'est-à-dire représentant des paysages du même
pays, dans la même coloration claire, il les achètera peut-être; il
demande à les voir.

--Expliquez à ce gentleman, répondit Barincq, qu'il peut venir demain et
après-demain à Montmartre, rue de l'Abreuvoir, et donnez-lui
l'itinéraire à suivre pour arriver rue de l'Abreuvoir.

Sans en demander davantage l'amateur tendit sa carte à Spring et s'en
alla:

«CHARLES HALIFAX
75, Trimountain Str. Boston.»

Barincq n'eut pas le temps de recevoir les félicitations de ses
collègues, pressé qu'il était d'achever son bois pour porter cette bonne
nouvelle rue de l'Abreuvoir.

Lorsqu'il entra dans l'atelier où sa femme et sa fille étaient réunies,
Anie vit tout de suite à sa physionomie qu'il était arrivé quelque chose
d'heureux.

--Qu'est-ce qu'il y a? demande-t-elle.

Il raconta la visite de l'Américain.

--Hé! hé! dit Anie.

--Hé! hé! répondit Barincq comme un écho.

--Quinze cents francs!

Et. se regardant, ils se mirent à rire l'un et l'autre.

--Hé! hé!

--Hé! hé!

Mme Barincq n'avait pas pris part à cette scène d'allégresse.

--Je vous admire de pouvoir rire, dit-elle.

--Il me semble qu'il y a de quoi, dit Barincq.

--Est-ce que tu n'es pas heureuse de ce succès pour Ourteau? dit Anie.

--Qu'on ne me parle jamais d'Ourteau, s'écria Mme Barincq.

--Sois donc plus juste, maman. C'est à Ourteau que je dois un mari que
j'aime. C'est Ourteau qui m'a appris à voir. Sans Ourteau, je me
fabriquerais de jolies robes en papier pour pêcher un mari que je ne
trouverais pas. Et sans Ourteau je continuerais à peindre des tableaux
d'après la méthode de l'atelier... que les Américains n'achèteraient
pas. Si je suis heureuse, si j'ai aux mains un outil qui nous fera tous
vivre, cela ne vaut-il pas la fortune?

F I N

Hector Malot.

[Illustration.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 2519, 6 Juin 1891" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home