Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: La Flandre pendant des trois derniers siècles
Author: Lettenhove, Constantine Bruno Kervyn de
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "La Flandre pendant des trois derniers siècles" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



book was produced from scanned images of public domain


Note sur la transcription: Les erreurs clairement introduites par
le typographe ont été corrigées. L'orthographe d'origine a été
conservée et n'a pas été harmonisée.



LA FLANDRE

PENDANT LES TROIS DERNIERS SIÈCLES.



    Cet ouvrage forme la suite de l'_Histoire de Flandre_,
    du même auteur.

    Bruxelles.--Imprimerie ALFRED VROMANT.



    LA

    FLANDRE

    PENDANT

    LES TROIS DERNIERS SIÈCLES

    PAR

    le Baron KERVYN de LETTENHOVE

    BRUGES

    BEYAERT-DEFOORT, ÉDITEUR

    1875



LA FLANDRE

PENDANT LES TROIS DERNIERS SIÈCLES.


L'histoire de la Flandre se modifie profondément dans les premières
années du seizième siècle, et avec elle la tâche laborieuse de celui
qui se propose de l'étudier et de la faire connaître. L'influence,
l'initiative, l'action qui constituent le caractère politique d'un
peuple et qui révèlent la mission qu'il a à remplir, ont à peine
laissé quelques traces fugitives. Lisez nos chroniques de cette
époque: elles n'ont plus rien qui explique leur origine, et, de tous
les pays de l'Europe, le pays où elles furent écrites, y occupe
souvent l'espace le moins étendu. Le récit est sans ordre, parce qu'il
n'a plus de limites; les tableaux sont sans couleurs, parce que l'on
ne sent plus vibrer ni l'énergie du sentiment national, ni l'émotion
particulière à quiconque fut acteur, témoin ou victime dans ces luttes
si acharnées et si vives que virent se succéder sans relâche les
communes flamandes.

Il est d'autres difficultés qui rendent de plus en plus pénibles les
recherches historiques: d'une part, la multiplicité même des sources,
depuis les mémoires d'État et les documents diplomatiques, imprimés ou
manuscrits, jusqu'aux pamphlets encore à demi voilés par les ténèbres
d'où ils sortirent; d'autre part, la partialité, l'injustice,
l'inexactitude volontaire et préméditée que l'on retrouve dans des
récits inspirés par les passions les plus ardentes.

Pour rester fidèle au travail spécial que la Flandre réclamait
incontestablement pour le moyen-âge et qu'elle mérita, à plusieurs
intervalles, à une époque moins éloignée, une seule voie demeure
ouverte: c'est l'appréciation distincte des épisodes isolés, c'est
l'analyse raisonnée des événements où la Flandre se trouvera
inopinément entraînée à chercher en elle-même les dernières traditions
de sa puissance politique ou de son activité industrielle.

Nous commencerons par le règne du prince qui, selon la parole de
Montesquieu, vit paraître un monde nouveau sous son obéissance et
l'univers s'étendre pour lui procurer un nouveau genre de grandeur.



CHARLES-QUINT.

1500-1555.

   Naissance de Charles-Quint.--Négociations entre Philippe le Beau
   et Louis XII.--Mort de Philippe le Beau.--Mainbournie de
   Maximilien.--Gouvernement de Marguerite d'Autriche.--Alliance de
   Maximilien et de Henri VIII.--Neutralité de la Flandre.--Bataille
   des Éperons.--Bayard prisonnier en Flandre.--Siége de Térouanne
   et de Tournay.--Lettre de Charles à Gonzalve de Cordoue.--Sa
   jeunesse.--Son éducation.--Son émancipation.--Avénement de
   François Ier.--Charles devient roi d'Espagne, puis
   empereur.--Situation de l'Europe.--Appréciation du caractère
   politique de Charles-Quint.--Le cardinal Wolsey à Bruges.--Bruges
   ville littéraire. Érasme, Thomas Morus, Louis Vivès, Jacques
   Meyer et les savants du seizième siècle.--Prise de
   Tournay.--Bataille de Pavie.--Traité de Madrid.--La Flandre cesse
   de relever de la couronne de France.--Henri VIII se sépare de
   Charles-Quint.--Neutralité commerciale de la Flandre.--Traité de
   Cambray.--Projet de former un royaume des Pays-Bas.--Guerres
   contre la Flandre.--La Flandre confisquée par arrêt du parlement
   de Paris.--Trêves.--Projet de démembrement de
   l'Angleterre.--Ignace de Loyola à Bruges.--Mort d'Isabelle de
   Danemark et de Marguerite d'Autriche.--La suette.--Situation
   commerciale et industrielle de la Flandre.--Accroissement des
   impôts.--Résistance des Gantois.--Les Luthériens.--Les
   _Cresers_.--Liévin Borluut.--Supplice de Liévin Pym.--Arrivée de
   Charles-Quint en Flandre.--Confiscation des priviléges de
   Gand.--Nouveau projet de créer un royaume des Pays-Bas.--Le duc
   d'Orléans.--Guerres.--Paix de Crespy.--Le comte de Bueren.--Les
   Pays-Bas réunis à l'Empire.--Le prince d'Espagne en
   Flandre.--Charles-Quint dicte ses Commentaires.--Nouvelles
   guerres.--Destruction de Térouanne.--Prise d'Hesdin.--Combats sur
   mer.--Abdication de Charles-Quint.--Son dernier séjour en
   Flandre.


(24 février 1499, v. st., 1500 selon le rit romain). Naissance à Gand
de Charles, fils aîné de Philippe le Beau et de Jeanne d'Arragon.

Les chroniqueurs du temps rapportent que jamais on ne vit plus de
pompe et plus de solennité à un baptême. Une galerie avait été
construite jusqu'à l'église de Saint-Jean, et elle était, dit-on,
éclairée par plus de dix mille flambeaux. On y remarquait douze
portes, dont une plus grande que toutes les autres, nommée: la _Porte
de paix_.

Lorsque cet enfant arriva, porté dans les bras de Marguerite d'York,
sous les voûtes de l'église de Saint-Jean, tendues de riches
tapisseries de drap d'or et de velours, les nobles et les bourgeois y
entrèrent avec lui, et l'éclat de leurs flambeaux répandit sur son
jeune front, qu'allait arroser l'eau lustrale du baptême, une
éclatante auréole, présage de renommée et de gloire: Charles de Gand
avait franchi le seuil de la _Porte de paix_ pour recevoir du sire de
Berghes l'épée qui allait écrire dans les annales du monde l'histoire
de sa vie.

L'année 1500 était une année mémorable: les uns remarquaient qu'un
même nombre d'années séparait Auguste de Charlemagne et Charlemagne du
jeune prince qui devait porter le nom de Charles-Quint; d'autres, en
saluant en lui l'aurore d'une ère nouvelle, faisaient observer que
l'humanité avait franchi la première moitié de cette grande période
que l'an mille avait commencée au milieu de la terreur la plus
profonde et dont le terme est encore couvert de voiles épais aux yeux
de notre siècle; mais rien ne reproduisait alors ces doutes et cet
effroi. L'Europe était en paix; Rome appelait les chrétiens aux joies
religieuses du jubilé séculaire, et une comète s'élevait dans le ciel
pour éclairer, comme le disaient les courtisans et les poètes, le
berceau où reposait un enfant:

    Fausto sidere cœli.

Vers la fin de l'année 1501, Philippe le Beau et Jeanne d'Arragon
firent un voyage en Espagne. Philippe revint bientôt dans les
Pays-Bas: déjà commençait à se dessiner, entre les Flamands et les
Espagnols, cette antipathie de caractère et de mœurs que les
discordes civiles et religieuses allaient rendre si vive.

(26 novembre 1504). Mort de la reine Isabelle, veuve de Ferdinand le
Catholique. Une ambassade solennelle arriva à Bruges pour y remettre à
Philippe le Beau la couronne des monarques castillans: il y eut à ce
sujet de grandes fêtes auxquelles prirent part les marchands de la
_nation_ d'Espagne.

La Flandre était en paix: quelques inquiétudes s'élevaient seulement
sur les dispositions du roi de France. Louis XII était hostile à
Philippe le Beau. Il s'était séparé de Jeanne de France pour épouser
Anne de Bretagne, veuve de Charles VIII, et ce mariage avait réveillé
de douloureux souvenirs chez le fils de Maximilien.

En 1491, les princes de l'Empire, ceux de l'Europe entière avaient
protesté contre une odieuse violation de la foi promise.

En 1498, les rois avaient gardé le silence au triste spectacle du plus
scandaleux procès de divorce, et si une voix s'était fait entendre
pour le condamner, c'était celle d'un pauvre docteur en théologie,
devenu, grâce à son talent et à la sainteté de ses mœurs, recteur de
l'université de Paris et principal du collége de Montaigu. Jean
Standonck était né à Malines, où il fonda l'une de ces pieuses écoles
qui conservèrent longtemps son nom; il y avait peut-être reçu les
bienfaits de Marguerite d'Autriche, sacrifiée, comme Jeanne de France,
à l'ascendant de la duchesse de Bretagne: quoi qu'il en fût, il
représentait, par son opposition, le sentiment public qui dominait
dans les Pays-Bas.

En 1505, des discussions relatives au droit de ressort que réclamait
le parlement de Paris, firent un instant craindre des hostilités
ouvertes de la part de Louis XII; mais le roi de Castille, «qui fort
avoit le cœur en Espaigne et ne demandoit point la guerre en France,
fut conseillé, dit Wielant, de faire faire, par son procureur général,
secrètement et à part, protestations pertinentes et à perpétuelle
mémoire, et icelles faites et enregistrées, manda à ses députés
accorder les points et articles projetés par les gens du roy de
France.» De qui venait ce conseil? Selon ce qui est le plus probable,
du grand conseil de Malines, qui, pour mieux se maintenir dans sa
rivalité contre le parlement de Paris, remontrait avec instance «que
ces matières de ressort sont de merveilleuse importance et de si grand
poids que la perte du comté de Flandres en dépend.»

D'autres discussions s'étaient élevées relativement au droit de
régale, réclamé par Louis XII dans l'évêché de Tournay. Jean de
Luxembourg et Philippe Wielant, envoyés à Paris, le contestaient en
invoquant le privilége accordé en 1288 par Philippe le Bel à Gui de
Dampierre, dont il résultait «que nuls, soit le roy ou aultre, ne
pouvoit prendre quelque chose en Flandres, sinon par la main du
comte;» mais on leur répondait que ce privilége personnel et
temporaire était si vague, qu'on pouvait lui opposer d'autres chartes
de Philippe le Bel, de 1280, de 1282 et de 1289, et qu'il était
d'ailleurs constant que Philippe de Valois s'était réservé, en 1345,
tous les droits de la souveraineté royale.

De plus, Louis XII exigeait que l'on reconnût que le pays de Waes et
le château de Rupelmonde étaient compris dans le fief de Flandre tenu
d'hommage lige vis-à-vis de la couronne de France. Les ambassadeurs
flamands répliquaient, cette fois, que si Marguerite de Constantinople
avait consenti à donner à saint Louis une déclaration favorable à ses
prétentions, elle en avait fait remettre une autre semblable au roi
des Romains, et que l'on savait assez qu'à une époque postérieure à la
déclaration de 1254, le pays de Waes avait été successivement
confisqué pour défaut de relief, puis reçu à hommage comme fief
impérial par Guillaume de Hollande et Richard de Cornouailles, rois
des Romains. Cependant les conseillers de Louis XII se montraient si
résolus à ne point céder que les ambassadeurs flamands écrivaient à
Philippe le Beau, le 17 octobre 1505: «Sire, nous ne voyons point que
ne soyez contraint de faire de trois choses l'une: assavoir ou de lui
accorder la régalle, ou de vous en mettre en procès en parlement, où
vous le avez perdu contant, ou de avoir la guerre.»

En effet, les circonstances deviennent de plus en plus graves. Au mois
de juillet 1506, le roi de France se prépare à soutenir le duc de
Gueldre qui guerroie contre le roi de Castille. D'autre part, le roi
d'Angleterre, Henri VII, forme le projet de faire débarquer en Flandre
sept mille hommes d'armes pour les opposer aux Français.

Ce fut au milieu de ces intrigues que Philippe le Beau mourut
subitement à Burgos, le 25 septembre 1506.

Les états généraux se trouvaient en ce moment réunis à Malines. Les
députés du Brabant, de la Hollande, de la Zélande et de la Frise
décernèrent la tutelle du jeune prince de Castille à son aïeul,
l'empereur Maximilien, sans que ceux de la Flandre, du Hainaut, de
l'Artois, de Namur, de Lille et de Douay prissent aucune part à cette
délibération. Guillaume de Croy, seigneur de Chièvres, et Jean de
Houthem, se rendirent aussitôt en Allemagne pour assurer Maximilien de
la fidélité et du respect des peuples qui, naguère encore, le
repoussaient. Il les accompagna dans les Pays-Bas, mais il comprit
bientôt combien son nom y réveillait peu de sympathies, et, par une
résolution aussi sage que prudente, il s'éloigna, après avoir adressé
à l'assemblée des états généraux, convoquée à Louvain, des lettres où
il investissait sa fille Marguerite de la tutelle du prince de
Castille, en même temps que du gouvernement des Pays-Bas.

Cependant Louis XII, imitant l'exemple que Charles VIII lui avait
laissé, protestait contre la mainbournie de Maximilien. «Très-chiers
et bien amés, écrivait-il le 27 juillet 1507 aux bourgeois d'Arras, le
roy des Romains s'est de longtemps fort traveillié de tout son pouvoir
de nous vouloir nuire et adomagier, non-seulement par voye de guerre,
mais aussy par paroles mensongères, lettres et libelles diffamatoires,
à la charge, folle honte et déshonneur de nous et de toute la nation
franchoise, à quoy sommes bien délibérés résister par toutes voyes...
de quoy vous avons bien voulu advertir pour ce que à nous est rapporté
qu'il prétend avoir la mainbournie des personnes et pays de nos
très-chiers frères et très-amés cousins les enfans de feu nostre chier
cousin le roy de Castille, desquels nous voulons et désirons le bien
et prouffit comme le nostre propre, pourveu qu'ils ne soient adhérens,
ne en l'obéissance d'icelluy roy des Romains.»

Maximilien ne cesse de redouter l'invasion d'une armée française.
Aussi a-t-il soin de recommander à sa fille de rassembler aux
frontières une armée destinée à la repousser.

On voit bientôt des relations secrètes s'établir entre Maximilien et
Henri VIII, qui vient de monter sur le trône d'Angleterre.

Dès le mois de février 1511, on écrit de France à Marguerite
d'Autriche: «Madame, la nouvelle de la descente des Anglois continue
tousjours icy de plus fort en plus fort, qui espouvante beaucoup ceulx
de par deçà, et l'on a tout plain de mauvaise suspicion des Flamengs
et autres pays de monsieur vostre nepveu, voisins desdits Anglois, que
l'on dit estre consentans de laditte descente.»

Les ambassadeurs de Marguerite à Paris ne manquaient point de démentir
tous ces bruits. Au mois de juin 1513, elle déclara de nouveau qu'elle
observerait les traités et que l'Empereur était animé des mêmes
intentions «combien que plusieurs, pour leur gaing et prouffit
particulier, à leurs périls et fortunes, soient allés au service du
roi d'Angleterre.»

Cependant, en ce même moment, l'Empereur écrivait à sa fille qu'il
engageait les Anglais à débarquer au Crotoy et à envahir la France en
suivant l'une ou l'autre rive de la Somme, «par ainsi qu'ils pourront,
à grant honneur et puissance, marcher oultre jusques à Montlhéry, où
feu nostre beau-père le duc Charles eut grant bataille et victoire,
auquel lieu il faut que les François combattent, car c'est au cueur du
royaume qui se nomme l'isle de France.» Il songeait même à éloigner le
prince Charles de Castille du théâtre de la guerre en le faisant
conduire en Allemagne, mais il n'osait exécuter ce projet, de crainte
de réveiller le mécontentement des communes flamandes, qui
chérissaient tendrement cet enfant, objet de tant d'espérances. «Nous
ne savons, écrivait-il lui-même, comment et par quelle manière nous
pourrons prendre et avoir hors de nos pays de par delà icelluy nostre
fils, affin que quand nous serons à ceste œuvre, nos subgects d'iceux
pays se veuillent contenter et ne commencer aucune inimitié.»

Maximilien décida Henri VIII à aborder en France en lui faisant
espérer soit la couronne impériale, soit tout au moins un vicariat
semblable à celui d'Édouard III. Pour conserver la neutralité des
Pays-Bas, il s'était rendu au camp anglais, mêlé à ces soudoyers dont
Marguerite d'Autriche parlait dans sa lettre à Louis XII, et portant,
comme eux, les couleurs anglaises; empereur mercenaire qui touchait sa
paye par jour ou par mois, comme le plus obscur _landsknecht_ de la
Souabe ou du Palatinat.

Cependant la neutralité de la Flandre dans cette guerre était bien
moins réelle que fictive. «Le roy de Castille, portent les mémoires de
Fleurange, laissoit aller de ses gens qui vouloit, nonobstant qu'il y
eust amitié entre luy et les François et n'y avoit point de guerre
déclarée.» Louis XII se plaignait fort haut des nobles du Hainaut: il
ne cherchait, au contraire, qu'à s'assurer, par des paroles douces et
conciliantes, l'appui des communes de Flandre.

Malgré les conseils de Maximilien, Henri VIII débarque à Calais, le 31
juin 1513, avec quelque cavalerie et un corps de six ou sept mille
lansquenets qu'on appelait la bande noire.

Siége de Térouanne. L'armée qui s'avance pour secourir cette
importante forteresse, est commandée par Louis d'Halewyn, sire de
Piennes. Maximilien retrouve sous les bannières françaises ses anciens
ennemis.

(16 août 1513). Bataille de Guinegate, connue sous le nom de bataille
des Éperons, parce qu'elle ressembla plus à une déroute qu'à un
combat. Les Français furent vaincus parce que les conseils du sire de
Piennes n'avaient pas été suivis: le champ de Guinegate portait
bonheur à Maximilien. La Palisse fut pris et se dégagea: Bayard se
rendit pour ne pas fuir.

Térouanne, manquant de vivres, ouvrit ses portes après un siége de
neuf semaines. «Le roy d'Angleterre, ayant Thérouenne dans ses mains,
dit Martin du Bellay, à la suscitation des Flamans la feit démolir,
remplir les fossés et brusler toutes les maisons, hormis l'église et
les maisons des chanoines.» Quelques mois plus tard, cette œuvre de
destruction fut complétée, en vertu d'une lettre de Marguerite
d'Autriche. «Pour ce qu'on murmure fort, écrivait-elle à Laurent de
Gorrevod, que les François se vantent de fortifier Thérouanne, il
semble à aucuns qu'il seroit bon de parbrûler ce qui y est demeuré de
laditte ville, et, si cest advis vous semble bon, le pourrez faire
exécuter comme trouverez à faire pour le mieulx.»

Les Anglais, vainqueurs à Guinegate et à Térouanne, résolurent
d'assiéger Tournay. Les habitants de cette ville avaient déclaré «que
Tournay estoit Tournay et que jamais n'avoit tourné et encore ne
tournera.» Ils se défendirent courageusement en attendant les secours
de Louis XII qui leur avait écrit: «Mes bons enfans de Tournay, des
plus anciens de la couronne, ne doubtez rien; je vous secourray quand
engagier debvroie la moictié de mon royaulme.»

Cependant les assiégeants disposaient d'une redoutable artillerie: on
y remarquait notamment douze gros canons qu'on nommait les douze
apôtres; ce qui donne lieu à un chroniqueur flamand d'observer «qu'il
ne convient pas de donner des noms de saints à de semblables
inventions diaboliques et qu'il eût mieux valu leur donner les noms de
Phalaris, Diomède, Néron, Mézence, Denys, Busiris, Commode et autres
tyrans de ce genre.» Robert Macquereau, que le désir d'assister à un
siége fameux avait conduit sous les murs de Tournay, entendit le roi
d'Angleterre ordonner à un canonnier de pointer saint Barthélemy sur
l'église de Notre-Dame: le boulet emporta une partie du clocher.

Quand les bourgeois de Tournay, abandonnés par Louis XII, se virent
réduits à capituler, ils déléguèrent vers Maximilien des députés qui
lui répétèrent: «Nous sommes Français.» Maximilien, irrité, les
renvoya à Henri VIII, _roi de France et d'Angleterre_.

Henri VIII donna l'évêché de Tournay à son ministre le cardinal
Wolsey, plaça dans l'église de Notre-Dame une statue équestre de saint
Georges et choisit pour sa résidence un hôtel qu'avait autrefois
occupé Louis XI. Marguerite d'Autriche espérait qu'il disposerait de
Tournay en faveur de son neveu, déjà fiancé à Marie d'Angleterre, de
même qu'Édouard III avait voulu en disposer autrefois en faveur des
communes flamandes, ses fidèles alliées. Elle y fit préparer des fêtes
brillantes où se réunirent les plus célèbres beautés des Pays-Bas; le
jeune prince de Castille se rendit lui-même à Tournay, mais il trouva
un adversaire dans Talbot qui, dissuadant Henri VIII d'un acte
contraire à ses intérêts politiques, le ramena à Calais après qu'il
eut laissé à Tournay pour garnison un corps de troupes anglaises.

Le prince de Castille était retourné en Flandre. «Charles d'Autriche,
remarque Fléchier, faisait son séjour ordinaire à Gand, où il était
né. On l'avait nourri dans les mœurs et dans les coutumes du pays.»

Charles avait près de quatorze ans. Sa jeunesse annonçait déjà ce
qu'un avenir prochain devait réaliser aux yeux de l'Europe étonnée.

Il avait à peine six ans lorsque Vincent Quirini écrivait, dans un
rapport au sénat de Venise: «L'aîné des fils du roi de Castille est
doué d'un extérieur agréable et montre des dispositions
extraordinaires; tout ce qu'il fait révèle son énergie et son courage.
Le peuple veille avec tant de soin sur lui, qu'il n'est personne qui
ne se fît mettre en pièces plutôt que de consentir à ce qu'il fût
conduit hors du pays.»

Philippe le Beau avait jadis chargé Guillaume de Croy, seigneur de
Chièvres, du gouvernement des Pays-Bas. Maximilien, qui le lui avait
peut-être fait obtenir, lui conserva plus tard une mission qui
embrassait le soin de surveiller l'éducation du prince de Castille.
Tel était le titre que l'on donnait alors au jeune prince que nous ne
connaissons que sous le nom de Charles-Quint.

Il ne paraît point, au reste, que Charles ait beaucoup écouté ses
doctes précepteurs, dont le plus célèbre est Adrien Florissone, depuis
pape sous le nom d'Adrien VI. Il se dérobait à leurs leçons pour
suivre les fauconniers à la chasse ou pour aller agacer dans sa cage
quelque fier lion de Numidie.

Une femme prudente, instruite et éclairée, qui lui tint lieu de mère,
exerça seule quelque empire sur lui: c'était Marguerite d'Autriche,
investie, dès le mois de mai 1507, de l'autorité suprême dans les
Pays-Bas.

Marguerite d'Autriche aimait tendrement le prince de Castille. En 1510
elle disait dans une de ses lettres: «Mon nepveu croit journellement
et s'adresse fort bien à toutes choses honnestes, et j'espère y
prendre telle garde que j'y auray honneur.» En 1514, elle le montre
consacrant déjà ses études aux soins du gouvernement et ajoute, à
propos d'un accès de fièvre dont il se trouve atteint: «En la personne
d'un tel prince ne peult avoir si petite maladie qui ne fasse bien à
penser.»

Le 15 février 1516, Charles écrit à la veuve de Gonzalve de Cordoue:
«Madame, j'ai sceu la mort du fameux Gonzalve de Cordoue, l'un des
plus grands capitaines du monde, que je désirois conserver tant pour
son rare mérite que parce que je souhaitois de le connoître pour me
servir de son expérience et de ses conseils...»

L'affection de Marguerite ne lui suffisait plus. A défaut des récits
de Gonzalve de Cordoue, il fut réduit à se faire lire le discours
d'Érasme: _de Institutione principis_, où le célèbre docteur de
Rotterdam, invoquant les sentiments généreux de la piété filiale,
avait représenté, sous le nom de Philippe le Beau, un prince doué des
vertus les plus éclatantes.

(1514). Traité entre Louis XII et Henri VIII. Marie, sœur du roi
d'Angleterre, appelée à confirmer cette paix en épousant Louis XII, ne
devient reine de France que pour présider à ses funérailles. François
Ier monte sur le trône le 1er janvier 1514 (v. st.).

Au moment où le successeur de Louis XII fait son entrée solennelle à
Paris, Charles, devenu majeur par un acte d'émancipation du même mois
de janvier 1514 (v. st.), est reçu à Gand par les échevins, qui le
conduisent à l'église de Saint-Jean. L'ancienne formule de serment lui
est présentée; il la repousse et en fait lire une autre bien moins
complète et bien moins étendue. Charles rompt ouvertement avec les
temps du moyen-âge; il semble que son génie craigne d'être étouffé
dans le cercle étroit que lui traçaient les vieux souvenirs des
franchises communales. Cependant, les métiers, fidèles à leurs
traditions, murmurent: l'agitation s'accroît, mais elle n'a d'autre
résultat que l'acte du 11 avril 1515, où l'on exige des échevins, des
doyens et des jurés le serment de respecter le traité de Cadzand
imposé par Maximilien aux Gantois.

Un an s'était à peine écoulé quand Charles recueillit l'héritage du
roi d'Arragon, mort à Madrigalejo, le 23 janvier 1515 (v. st.). «Le
prince Charles, écrivait Érasme à Jean Fisher, évêque de Rochester,
vient, assure-t-on, d'être appelé à dix-sept royaumes. Admirable
fortune dont ne profitera point, je l'espère, le prince seul, mais
aussi tout notre pays.» Dans une autre lettre il ajoutait: «Charles
possède entre autres qualités remarquables, qui le rendent digne de
l'autorité, celle d'être profondément attaché à tout ce qui est juste
et équitable;» et Wielant place à l'époque même où Charles venait de
recevoir le titre de roi, cette belle parole adressée au grand conseil
de Malines: «Je veux que vous ne distinguiez point entre les grands et
les petits, et si l'on parvenait à m'arracher des lettres de nature à
entraver l'action de la justice, j'entends que vous n'y obéissiez
point.»

François Ier avait vingt ans, Charles n'en avait pas seize. La
rivalité de ces deux jeunes princes devait troubler toute l'Europe;
leur double règne, qui s'ouvre simultanément, s'annonce toutefois sous
des auspices pacifiques. Charles, guidé par le sire de Chièvres,
charge Henri de Nassau de rendre en son nom hommage des comtés de
Flandre et d'Artois au roi de France et de conclure avec lui une
alliance dont l'une des conditions sera son mariage avec une fille de
Louis XII. Guillaume de Croy semblait aussi favorable que ses ancêtres
à la politique française: il représenta le roi de Castille aux
conférences de Noyon.

(1517). Voyage de Charles en Espagne. Soulèvement contre le sire de
Chièvres, que les Espagnols haïssaient parce qu'il était étranger.
Adrien Florissone, devenu évêque de Tortose, contribue à rétablir la
paix. Charles retourne aux Pays-Bas en s'arrêtant à Douvres, afin de
chercher à séparer le cardinal Wolsey du parti du roi de France, à qui
l'Angleterre vient de restituer Tournay, Mortagne et Saint-Amand.

Telle était la situation des choses lorsqu'on apprit la mort de
Maximilien. Les rêves de sa folle vanité ne s'étaient jamais effacés
de son intelligence affaiblie, et ne se contentant plus de la couronne
d'empereur, il avait, dans les dernières années de sa vie, élevé son
ambition jusqu'à la tiare de pontife. Que resta-t-il à Maximilien de
toutes ses espérances évanouies, de toutes ses illusions dissipées? Un
cercueil qu'il avait soin de prendre avec lui dans tous ses voyages,
afin qu'à défaut des pompes de vie, il pût compter du moins sur celles
de la mort.

(Juin 1519). Election de Charles à l'Empire. Quatrième empereur de ce
nom depuis Charlemagne, il prit et conserva le nom de Charles-Quint.

La Flandre montra un grand enthousiasme. «Au premier bruit de
l'élection de Charles-Quint, écrivait Érasme, tout le pays s'abandonna
à la joie; puisse cette élection être heureuse pour le monde chrétien,
puisse-t-elle surtout être heureuse pour nous!»

Quelle est la situation de l'Europe au moment où Charles-Quint
parvient à l'Empire?

Le seizième siècle est une époque de crise profonde. En France, Louis
XI n'a vu lui survivre que la haine de ses victimes; en Allemagne, la
faiblesse de Maximilien a tout compromis; en Angleterre, la royauté
s'est épuisée dans des proscriptions qui ont frappé tour à tour les
vainqueurs et les vaincus, les oppresseurs et les opprimés; en
Flandre, les tristes et profonds déchirements qui ont suivi la mort de
Marie de Bourgogne, ont attesté aussi bien la décadence et la
corruption des mœurs que l'affaiblissement des institutions.

C'est en ce moment où l'organisation communale qui fut au moyen-âge la
règle normale de la vie intérieure de la société, disparaît avec ses
liens étroits et ses garanties protectrices, que l'anarchie, ne
trouvant plus devant elle qu'un pouvoir supérieur tantôt faible et
tantôt violent, se développe sous toutes les formes. Elle ne respecte
même plus la sphère où, au-dessus de toutes les passions et de toutes
les ambitions, la religion exerçait depuis une longue suite de siècles
une influence incontestée. Ennemi plus dangereux que Soliman qui porte
l'Alcoran au-delà du Danube, le moine apostat Luther inaugure un
nouvel Évangile à Wittemberg et rompt ouvertement avec tout ce que
vénérait l'Europe chrétienne, avec ses traditions, avec ses croyances,
avec sa foi.

A ces périls, à ces menaces Charles-Quint opposera l'unité politique,
image de l'unité religieuse qu'elle doit protéger. Déjà Charles VIII
a entrevu les besoins de la situation en se présentant à Rome comme
l'héritier de Charlemagne. Charles-Quint, étendant plus loin ses
desseins, cherchera à réunir tous les princes chrétiens par une
confédération étroite, afin que sa main puissante porte à la fois les
destinées de la vieille Europe et celles de la jeune Amérique,
modérant ici les passions d'une société qui a atteint l'âge de sa
maturité, réveillant au-delà de l'Océan les peuplades sauvages pour
qui la civilisation est encore enveloppée dans les langes de son
berceau. Gigantesque entreprise qui nous révèlera le génie de celui
qui l'a conçue, mais qu'il ne doit toutefois voir jamais s'accomplir,
afin que, lors même que tout sentiment d'ambition y fût resté
étranger, un si merveilleux succès n'élevât pas trop haut son orgueil.

«La fortune, dit Jacques de Thou, rivalisa en ce prince avec la vertu
pour le porter au sommet des grandeurs et l'en rendre digne, et je ne
crois pas que l'on puisse trouver, ni dans notre siècle, ni dans les
temps les plus reculés, un prince qui méritât davantage, par la
réunion de toutes les qualités, de servir de modèle à ceux qui veulent
s'élever par la voie de la vertu. En effet, qu'a-t-il manqué à son
éloge, soit que l'on remarque sa sagesse dans ses projets, soit que
l'on considère sa constance dans les revers et sa modération dans les
succès, soit que l'on admire sa présence d'esprit dans les périls et
son amour de la justice, la plus haute des vertus qui puissent se
rencontrer chez un prince! Sa vie fut sérieuse presque dès les
premières années de son enfance; elle devait être occupée par les
expéditions les plus variées et les négociations les plus importantes,
et, sans que nous songions à le flatter, nous pouvons dire que dans la
paix comme dans la guerre, il fut toujours guidé par sa piété.»

Un publiciste plus moderne, le comte de Nény, ne juge pas moins
favorablement l'administration intérieure de l'Empereur:
«Charles-Quint fut le père et le législateur des Pays-Bas. Né et élevé
dans ces provinces, il possédait parfaitement les langues du pays; il
se plaisait à vivre dans une sorte de familiarité avec les citoyens
dont il était l'idole. L'histoire et la tradition en ont consacré
mille traits à l'immortalité... Jamais personne ne connut mieux que
lui le caractère, le génie et les mœurs des peuples des Pays-Bas. De
là vinrent ces lois admirables qu'il leur donna sur toutes les
parties de la police, sur la punition des crimes et des contrats
nuisibles à la société, sur le commerce et la navigation, lois que la
plupart des nations éclairées ont cherché à imiter ou à adapter à
leurs usages.»

Ce fut à Bruges que Charles-Quint s'arrêta à son retour d'Espagne. Il
y avait déjà fait son entrée solennelle au mois d'avril 1515 et se
souvenait de l'accueil pompeux que les Brugeois lui avaient fait à
cette époque. Au mois de mai 1520, il fut reçu à Bruges avec les mêmes
honneurs. Les ambassadeurs des princes et des villes libres de
l'Empire s'y étaient rendus pour lui offrir leurs félicitations; ils
l'accompagnèrent à Aix, où les archevêques de Cologne, de Mayence et
de Trèves posèrent la couronne impériale sur un front auquel toutes
les couronnes semblaient promises.

Au mois de juillet 1521, Charles-Quint était revenu à Bruges. Le 15
août le cardinal Wolsey, qu'il avait réussi à attacher à ses intérêts,
y arriva avec une suite de cinquante gentilshommes et de cinq cents
chevaux, et descendit au palais, où l'attendaient une pompe toute
royale, des banquets somptueux et tous les honneurs qui devaient
séduire son orgueil.

Des princes, des chevaliers, des négociateurs s'étaient réunis en
grand nombre à Bruges, et Érasme lui-même avait quitté sa retraite
pour revoir d'anciens amis, qu'il y chérissait ou qu'il espérait y
trouver, certain d'être accueilli avec estime par tous les courtisans,
avec une vive sympathie par tous ceux qui cultivaient les lettres.

Bruges était en effet une ville littéraire; Érasme se plaît à la
nommer «une célèbre cité qui possède un grand nombre d'hommes érudits,
et même, parmi ceux qui ne le sont point, beaucoup d'esprits heureux
et de sains jugements.» _In celeberrima civitate Brugensi quæ tot
habet eruditos, tot et sine litteris felicia, sanique judicii
ingenia._ Ailleurs il la loue d'être féconde en génies dignes de
l'Attique, éloge que Georges Cassander devait développer dans
l'éloquent discours qu'il prononça en 1541 à l'ouverture des cours
publics de belles-lettres, de philosophie et de théologie, fondés à
Bruges par Jean De Witte, évêque de Cuba.

Érasme mandait à Jean Fevin, chanoine de Saint-Donat: «Je me plais à
Louvain moins qu'autrefois et je suis plus porté à vivre à Bruges si
j'y trouve un asile commode et une table digne du palais d'un
philosophe. J'aime les repas où la recherche des mets supplée à leur
nombre, et qui sont exquis sans être longs. Serons-nous dépourvus
d'agréables convives là où nous possédons entre autres amis notre cher
Marc Laurin?...»

Érasme espérait en 1521 rencontrer à Bruges, parmi les Anglais qui
accompagnaient le cardinal Wolsey, ses amis les plus illustres: Jean
Fisher, évêque de Rochester, et Thomas Morus, le vertueux fondateur de
l'_Utopie_. Thomas Morus avait visité Bruges en 1514 avec Cuthbert
Tonstall, qui fut depuis évêque de Londres. En 1515 il y accompagna
les ambassadeurs que Henri VIII envoyait au prince de Castille; en
1517 il songeait à y retourner, car Érasme lui écrivait: «Si vous
allez à Bruges, n'oubliez pas de réclamer Marc Laurin, notre meilleur
ami.» Thomas Morus n'exécuta toutefois son projet qu'en 1520, et
l'année suivante il revint avec le cardinal Wolsey, comme Érasme
l'espérait, mais l'évêque de Rochester n'avait pu quitter
l'Angleterre.

«Je comptais à Bruges de nombreux amis, écrivait Érasme à Guillaume
Budé, et je dois nommer le premier le cardinal Wolsey, aussi digne de
notre amour que de notre respect, que l'Empereur a reçu comme s'il eût
été lui-même le roi dont il tenait ses pouvoirs. Cuthbert Tonstall,
Thomas Morus, Guillaume Mountjoy l'avaient accompagné. L'arrivée du
cardinal Wolsey m'avait causé d'autant plus de plaisir que j'espérais
que son influence et sa sagesse parviendraient à apaiser les
discussions qui séparent les princes les plus puissants du monde; mais
jusqu'à ce moment rien ne justifie mes espérances: du moins les
querelles des rois ne peuvent pas rompre l'alliance des Muses.»

Tandis que la politique avait ses conférences mystérieuses à la cour
de Charles-Quint, les lettres avaient leur temple dans le cloître de
Saint-Donat, chez Marc Laurin, où logeait Érasme. Si l'Angleterre se
vantait d'y avoir envoyé les évêques de Saint-Asaph et de Londres,
Thomas Morus et lord Mountjoy, l'Espagne y revendiquait avec orgueil
Louis Vivès, qui devait s'attacher si vivement à la ville de Bruges,
dont il chérissait à la fois les mœurs, le climat et les excellents
poissons inconnus à Louvain, qu'il résolut d'y passer toute sa vie;
Louis Vivès, que Henri VIII donna pour précepteur à sa fille Marie et
que le duc d'Albe eût désiré charger de l'instruction de ses
petits-fils; rhétoricien habile, orateur disert, qui aimait à se
promener sur les remparts de Bruges et à s'y asseoir sur le gazon pour
y réciter ces vers qu'il avait composés:

    Ludunt et pueri, ludunt juvenesque senesque:
    Ingenium, gravitas, cani prudentia ludus.
    Denique mortalis, sola virtute remota,
    Quid nisi nugatrix et vana est fabula vita?

La Flandre était aussi noblement représentée dans les banquets du
cloître de Saint-Donat, dignes d'être décrits par Athénée. Bruges y
comptait plusieurs de ses habitants, entre autres Marc Laurin et son
cousin Matthieu Laurin de Watervliet, dont Érasme regretta plus tard
vivement l'absence dans sa retraite de Bâle; Pierre De Corte, depuis
premier évêque de Bruges, et François de Cranevelde, que Thomas Morus
chérissait si tendrement qu'Érasme en fut jaloux. Gand n'était pas
moins fière de posséder parmi ses savants Louis de Praet, Antoine et
Charles Uutenhove, Liévin Goethals, Guillaume Van de Walle, Antoine
Stock, Omer Eding, le chartreux Liévin Ammonius et le trésorier de
Flandre Liévin de Pottelsberghe. Les autres villes de la Flandre
avaient pu choisir, pour compléter cette illustre assemblée, des
hommes non moins distingués: le chanoine Jean De Hont, de Courtray;
Josse Van de Clichthove, de Nieuport; Jacques Battus, de Bergues;
Pierre de Zuutpeene, de Cassel. J'aimerais aussi à y placer un jeune
prêtre accouru d'Ypres pour saluer cet aréopage de la science: Jacques
Meyer, qui, dès cette époque, se préparait à recueillir les titres
historiques des communes flamandes à défaut des titres écrits dans
leurs priviléges qu'on lui défendait de reproduire.

Meyer, animé du noble enthousiasme du poète en même temps que soutenu
par les études profondes de l'annaliste, eût pu offrir à Louis de
Praet une ode écrite en son honneur, où il lui rappelait l'objet de
ses travaux:

«Toutes les Muses te portent jusqu'au ciel. Les historiens qui
racontent tes hauts faits et les poètes qui les chantent, t'appellent
leur père et leur Mécène. Tu es notre gloire et l'honneur de notre
pays, ô toi qui comptes parmi tes ancêtres les rois et les princes
auxquels a obéi la Flandre. Par quelles louanges pourrais-je assez te
célébrer? La noblesse de ton origine est rehaussée par tant de vertus,
elle s'est révélée au monde par tant d'actions éclatantes que lors
même que le vieil Homère, chantre des rois de la Grèce, reviendrait
parmi nous, ses vers seraient inutiles à ta gloire.»

Dans un de ces banquets où les bons mots et les saillies ne
craignaient pas d'emprunter leur forme aux dialogues d'Aristophane ou
bien aux satires de Perse et de Juvénal, Thomas Morus avoua à Érasme
qu'il était disposé à accepter les fonctions publiques que lui offrait
Henri VIII, et son ami ne trouva, pour l'en dissuader, que le souvenir
de Phocion, qui se consolait d'un supplice injuste en disant qu'il
valait mieux périr innocent que coupable. Thomas Morus ne se rappela
les conseils d'Érasme que lorsqu'il imita Phocion, en refusant de se
rendre aux instances des siens, qui le pressaient de fuir pour se
dérober à la mort.

Érasme avait également été prophète quand il s'était effrayé des
résultats des conférences de Bruges pour la paix de l'Europe. Un
traité de ligue offensive et défensive avait été conclu entre
Charles-Quint et le cardinal Wolsey, mais il devait, pendant quelque
temps, rester secret.

Des conférences entre les plénipotentiaires flamands et français
s'ouvrirent inutilement à Calais. François Ier rejeta les prétentions
de l'Empereur, qui réclamait la Bourgogne et voulait affranchir la
Flandre et l'Artois de tout lien de suzeraineté, et il résolut même de
l'ajourner comme son vassal devant le parlement de Paris.

Déjà la guerre recommençait en Italie et sur les frontières des
Pays-Bas. Au mois de novembre 1521, les Français s'emparèrent
inopinément d'Hesdin. Martin du Bellay rapporte qu'on y trouva «un
merveilleux butin, car la ville estoit fort marchande parce que de
toute ancienneté les ducs de Bourgogne y avoient faict leur demeure.»

La perte d'Hesdin fut bientôt vengée par la prise de Tournay, qui
ouvrit ses portes au sire de Fiennes le 30 novembre 1521, après avoir
obtenu des garanties pour la conservation de ses vieilles franchises.

(24 mai 1522). Charles-Quint quitte Bruges et se rend en Espagne,
après s'être arrêté à Londres pour confirmer son alliance avec Henri
VIII. Conformément à cette alliance, le duc de Suffolk débarque en
France: le comte de Bueren le seconde à la tête de l'armée impériale
et s'avance jusque sous les murailles de Paris, après s'être emparé de
Roye et de Montdidier.

(24 février 1524, v. st.). Bataille de Pavie. François Ier demeura
prisonnier: dès qu'il eut été pansé, il alla rendre des actions de
grâces à Dieu dans une église où ses yeux s'arrêtèrent sur ce verset
du psalmiste: «Seigneur, vous m'avez abaissé afin que je puisse
désormais mieux connaître et craindre votre justice.» Cela lui toucha
fort au cœur, dit Brantôme.

Charles de Lannoy, qui reçut l'épée de François Ier, était un
chevalier flamand, aussi bien que Denis de Morbeke à qui le roi Jean
remit la sienne.

Grandes réjouissances en Flandre. Le 8 mars, la proclamation suivante
fut publiée dans la plupart des villes:

«Qu'il soit connu que les magistrats ont reçu la nouvelle certaine que
le 24 février dernier l'armée de l'Empereur notre très-redouté
seigneur a attaqué et combattu celle des ennemis. Le roi de France a
été fait prisonnier: quatorze mille de ses hommes d'armes ont péri, et
le surplus des siens qui s'étaient enfuis, a été pris ou tué, de telle
sorte que personne n'a réussi à s'échapper. Le présent avis est donné
afin que chacun rende immédiatement des actions de grâces à Dieu
tout-puissant: tous les monastères sont également invités à faire
sonner leurs cloches pour remercier Dieu, à qui nous devons cette
grande victoire.»

On chantait en Flandre:

«Le roi de France est tombé en notre pouvoir. Jamais nouvelle ne causa
dans notre pays plus de joie.

«Maison de Bourgogne, tu n'as plus rien à redouter; lion de Flandre,
cesse de gémir. Le roi de France a été fait prisonnier: aucun jour ne
fut jamais plus heureux pour nous.

«Flamands, vous pouvez vous abandonner à votre allégresse: c'est près
de Pavie que le roi de France a été pris au milieu du combat. La
plupart de ses hommes d'armes ont péri; aucun n'a réussi à fuir. Dieu
nous promet encore des temps prospères.»

Charles-Quint mérita cette victoire en rehaussant les qualités d'un
grand prince par l'humilité des vertus religieuses. Dès qu'il la
connut, il se retira dans sa chapelle et se déroba aux flatteries de
ses courtisans pour remercier le Ciel de sa protection; puis il fit
défendre qu'on célébrât par des fêtes un succès obtenu sur des
chrétiens. Il n'ordonna que des prières, en disant qu'il fallait les
rendre plus solennelles par une piété profonde et non point par une
pompe extérieure. Il voulut aussi que dans les sermons l'on s'abstînt
également de louanges pour son nom, d'outrages contre celui du roi de
France, pour ne parler que de la puissance et de la bonté de Celui qui
tient dans ses mains le sort des armées, modération bien rare chez un
empereur de vingt-cinq ans, _magna cum admiratione in ætate jam
tenera_.

Lorsque le docteur Sampson, envoyé de Henri VIII, se rendit près de
lui pour le féliciter, il se contenta de lui répondre qu'il espérait
que la victoire de Pavie permettrait d'établir la paix sur des bases
stables et de se réunir pour assurer la défense de l'Église contre les
infidèles en même temps que sa tranquillité intérieure; il déclarait
qu'aucune ambition ne le portait à profiter de ses succès afin
d'agrandir ses possessions, déjà assez vastes pour qu'il demandât
chaque jour à Dieu qu'il lui fût donné de suffire à la tâche immense
de les gouverner. «Ces paroles si remarquables et si sages, ajoute
l'ambassadeur anglais, furent prononcées avec tant de douceur et de
grâce qu'en trouvant chez l'Empereur cette admirable modération dans
les sentiments, dans les paroles et dans la conduite, je ne pus
m'empêcher, quelle que fût ma joie de la victoire de Pavie, de
m'applaudir encore plus qu'elle fût en des mains qui s'en montraient
si dignes: car je vous assure que rien n'était changé en lui; rien ne
révélait l'arrogance, l'orgueil ou l'effusion de la joie; mais il
rapportait toutes choses à Dieu avec d'humbles actions de grâces:
c'est ainsi que j'ai appris moi-même, par ce mémorable exemple, à
honorer la modération plus que ne me l'avaient enseigné tous les
livres que j'aie jamais lus.»

Le sire de Lannoy avait écrit à l'Empereur:

«Sire, nous donnâmes hier la bataille, et plut à Dieu vous donner
victoire, de sorte que avez le roi de France prisonnier... Sire, la
victoire que Dieu vous a donnée a été le jour de saint Mathias, qui
est jour de votre nativité. Du camp là où le roi de France étoit logé,
devant Pavie, le 25 février 1525.»

Charles-Quint répondit au sire de Lannoy:

«Maingoval, puisque m'avez prins le roi de France, je crois que je ne
me saurois mieux employer, si ce n'est contre les infidelles. J'en ai
toujours eu la volonté. Aidez à bien dresser les affaires afin que
avant je devienne beaucoup plus vieux, je fasse chose par où Dieu
veut être servi. Je me dict vieil parce qu'en ce cas le temps passé me
semble long et l'advenir loing.»

La lettre de François Ier à Louise de Savoie, plus concise et plus
brève, comme il convient au malheur, n'est pas moins belle: «Madame,
de toutes choses ne m'est demeuré que l'honneur et la vie.» Mais
François Ier, si noble dans son langage quand il s'adresse à la France
qui partage sa douleur, ne retrouve plus ces sentiments de fierté en
présence de ses ennemis triomphants. Il est difficile de croire que
c'est la même main qui écrit d'Italie à Charles-Quint: «Si plustot
liberté par mon cousin le vice-roy m'eût été donnée, je n'eusse si
longuement tardé devers vous faire mon devoir, comme le temps et le
lieu où je suis, le méritent et n'ayant autre confort en mon infortune
que l'extant de votre bonté, vous supliant juger en votre cœur ce
qu'il vous plaira faire de moy, étant seur que la voulenté d'un tel
prince que vous êtes, ne peult estre accompaignée que de houneur et
magnanimité. Par quoy, si vous plaise avoir ceste honneste pityé de
moy et envoyer la seurté que mérite la prison d'un roy de France,
lequel l'on veult rendre amy et non désespéré, pouvez estre seur de
faire ung acquest en lieu d'un prisonnier inutile et rendre ung roy à
jamais votre esclave». Conduit en Espagne, François Ier oublie les
désastres de la guerre pour danser à Valence, de même que plus tard il
oubliera les calamités d'une paix humiliante pour danser à Bordeaux.
Rien ne révèle chez lui la dignité du malheur, cette vertu de l'homme
qui parfois l'honore plus que le succès.

Cependant la France, subissant une nouvelle honte, a réclamé
humblement l'appui de l'Angleterre qui, tant de fois, profita de ses
désastres. Un traité, signé le 30 août 1525, sépare Henri VIII de
Charles-Quint et assure son alliance à François Ier captif.

Le sire de Praet, grand bailli de Bruges, et le sire de Beveren se
trouvaient en ce moment en Angleterre; ils furent retenus prisonniers
par l'ordre de Henri VIII.

Traité de Madrid (14 janvier 1525, v. st.).

Charles de Lannoy reconduisit François Ier jusqu'aux frontières
d'Espagne et vit le prince, dont il avait reçu l'épée, s'élancer sur
le sol où il allait retrouver la liberté et la puissance, en s'écriant
à haute voix: «Je suis redevenu roi!»

François Ier ne tarda pas à réunir les membres des états généraux:

«Messieurs, leur dit-il, je vous ay mandés pour vous dire
l'appoinctement que j'ay faict, estant détenu prisonnier ès mains de
l'empereur, pour sortir desquelles il me convint obtempérer à tout ce
qu'il a voulu; et entendez que si l'empereur m'eust demandé tout mon
royaume, je luy eusse accordé pour me mettre en liberté, qui est le
trésor des humains.»

Le chancelier, dans sa réponse au nom des états, égala l'éloquence du
roi de France à celle de Cicéron: il alla plus loin, et comme la
mémorable parole que le roi Jean avait, dit-on, prononcée dans une
circonstance presque semblable, se présentait à tous les esprits, il
ne la rappela que pour la blâmer et allégua, contre la validité des
engagements personnels pris par François Ier, l'absence de l'adhésion
des trois états, représentants légitimes du royaume dont l'usufruit
seul appartenait au roi.

Qu'eût dû faire François Ier pour concilier ses doubles devoirs comme
roi et comme chevalier? Rendre à l'épée de la France sa liberté en
laissant sa propre épée enchaînée à Madrid par son serment.

«Non-seulement un grand roi, mais un vrai chevalier, dit Fénélon dans
une leçon destinée au duc de Bourgogne, aime mieux mourir que de
donner une parole, à moins qu'il ne soit résolu de la tenir à quelque
prix que ce puisse être. Rien n'est si honteux que de dire qu'on a
manqué de courage pour souffrir et qu'on s'est délivré en promettant
de mauvaise foi.»

Il faut rappeler les principales clauses du traité de Madrid, en
remarquant qu'il ne reproduisait que ce que Charles-Quint réclamait,
en 1521, aux conférences de Calais. François Ier restituait la
Bourgogne, dont Louis XI avait injustement dépouillé la duchesse
Marie, et c'était surtout pour satisfaire les justes griefs des
Flamands que cette clause avait été introduite dans le traité. «Bien
est vray que lesdits Flamens, dit un auteur français contemporain,
pensent bien avoir receu le temps propice pour faire la teste aux
François et prendre vengeance des injures qu'ils disent leur avoir
esté faictes par cy-devant par les roys très-chrestiens.»

De plus, Arras, Tournay, Mortagne et Saint-Amand étaient réunis à la
Flandre, et le roi de France renonçait à tout droit de rachat sur les
châtellenies de Lille, de Douay et d'Orchies; mais ce qui était plus
important et constituait en quelque sorte un vasselage vis-à-vis de
l'autorité impériale qui tendait à constituer l'unité politique,
c'était l'obligation imposée à François Ier de joindre ses vaisseaux à
la flotte que Charles-Quint se proposait d'armer contre les infidèles.

Le traité de Madrid ne fut jamais exécuté, et dès le 28 mars 1527 (v.
st.), le roi de France fit remettre à l'Empereur des lettres de défi
conçues dans les termes les plus violents. Le manifeste de
Charles-Quint, qui les réfutait, fut imprimé à Anvers, et par une rare
impartialité, la censure impériale permit d'y joindre les lettres
mêmes du roi de France comme une nouvelle preuve de sa déloyauté. «Le
roi de France, écrivait Charles-Quint, était, à juste titre, notre
prisonnier. Nous l'avons accueilli toutefois avec tant de générosité,
que l'on eût pu croire qu'il avait été non le vaincu, mais le
vainqueur à Pavie. Il était notre ennemi, et nous lui avons donné
notre sœur aînée, afin que désormais il fût notre frère. Loin de nous
faire restituer tout ce qui avait été usurpé sur nos prédécesseurs les
rois d'Espagne et les ducs de Bourgogne, nous nous sommes contenté de
réclamer ce qui touchait au soin de notre dignité et aux griefs si
anciens de nos sujets. Nous lui avons rendu le trône et la liberté,
aimant mieux sacrifier quelque chose de nos droits que de compromettre
le salut de la république chrétienne. En effet, il avait été convenu
entre nous que nous réunirions nos efforts contre les infidèles, mais
le roi de France s'est hâté d'oublier et nos bienfaits et les devoirs
de la religion et le soin de défendre les peuples chrétiens: il nous
poursuit de ses outrages. Quant à nous, nous ne lui opposerons que
notre courage, _maluimus ipsum virtute quam conviciis vincere_.»

Les circonstances étaient défavorables à Charles-Quint. Luther,
Zwingli, [OE]colompade agitent l'Allemagne. L'Italie, qui ne sut
jamais que flatter les ambitions envahissantes en rêvant des
libérateurs, court aux armes. En Angleterre, Henri VIII se prépare à
répudier la tante de Charles-Quint, afin d'épouser une jeune fille
d'une famille presque inconnue, qui descendait, dit-on, d'un vassal
des sires d'Avesnes. Anne Boleyn avait été attachée à Marguerite
d'Autriche et avait peut-être brillé, en 1513, aux fêtes de Tournay
avant que Marie d'Angleterre l'emmenât avec elle en France et lui
offrît le funeste exemple d'une cour où régnait la légèreté des
mœurs. Un regard d'Anne Boleyn a rendu impossible l'unité politique
de l'Europe et a compromis l'unité religieuse: Alice de Salisbury
n'avait du moins inspiré à Édouard III que des rêves de gloire.

Charles-Quint éleva la voix en faveur d'une princesse issue de la
maison royale d'Arragon. En 1528, ses énergiques réclamations semblent
allumer une guerre à laquelle la Flandre cherchera à rester étrangère,
en vertu de ses vieux principes de neutralité commerciale.

Thomas Morus écrivait au cardinal Wolsey:

«L'on a remis au roi une lettre de monsieur d'Ysselstein, à laquelle
ne paraît point étranger l'avis de madame Marguerite et de son
conseil. En effet, le porteur de cette lettre de créance exposa, de la
part de monsieur d'Ysselstein, que madame Marguerite et tous ses
conseillers étaient désolés de ce que la guerre était déclarée à
l'Empereur, et que l'on pouvait craindre la colère de Notre-Seigneur
contre les peuples chrétiens, si les plus grands princes renoncent si
aisément à l'espoir de la paix pour se combattre. Il ajouta que lors
même que la guerre aurait lieu entre l'Angleterre et l'Espagne, il
serait juste que l'Angleterre considérât l'amitié qu'elle a toujours
portée à la Flandre et aux Pays-Bas et qu'elle la conservât à un
peuple que rien n'affligerait plus que d'avoir le roi d'Angleterre
pour ennemi. Le roi a répondu qu'il n'avait pour but que de s'opposer
aux prétentions immodérées de l'Empereur de dominer sur toutes les
nations. Quant à ce qui touchait les Pays-Bas, il n'avait pas,
disait-il, oublié l'antique amitié qui les unissait à l'Angleterre,
comme il l'avait déjà montré par ses actes, et bien que la guerre eût
été déclarée, il s'était abstenu, à leur égard, de tout acte
hostile... Depuis, le roi m'a fait appeler et m'a chargé de vous
écrire que si les Pays-Bas étaient désolés de le compter pour ennemi,
il ne le serait pas moins d'être celui des Pays-Bas.»

Hume dit à ce sujet: «Les inconvénients de la guerre furent bientôt
sentis de part et d'autre. La défense faite aux Flamands d'acheter
des draps en Angleterre empêchait les marchands anglais de
s'approvisionner chez les fabricants, qui se virent eux-mêmes réduits
à congédier leurs ouvriers.» On ne tarda pas à conclure une
convention qui portait que les relations commerciales seraient
maintenues, même en temps de guerre.

Les démêlés relatifs aux projets de divorce de Henri VIII
contribuèrent à faire conclure, entre Charles-Quint et François Ier,
la paix des dames, signée à Cambray, le 5 août 1529, par Marguerite
d'Autriche et Louise de Savoie. Si l'Empereur renonce à la Bourgogne
et rend la liberté aux princes français prisonniers à Madrid,
moyennant une rançon de deux millions d'écus d'or, il sépare François
Ier de tous ses alliés, expulse les Français de l'Italie, cette terre
pour laquelle les Bayard et les Gaston de Nemours ont répandu leur
sang, et obtient une renonciation formelle à tout droit de suzeraineté
sur la Flandre et sur l'Artois.

Le roi de France déclarait de nouveau se désister de tout droit de
rachat sur les châtellenies de Lille, de Douay et d'Orchies, qui se
trouvaient réunies à jamais à la Flandre, ainsi que le Tournésis et
les villes de Mortagne et de Saint-Amand.

(24 février 1529, v. st.). Le pape Clément VII sacre Charles-Quint
empereur à Bologne.

En 1530, Charles-Quint, imitant l'exemple de Charlemagne, qui avait
promulgué ses capitulaires ou livres carolins, publie la Caroline,
encore suivie aujourd'hui dans plusieurs pays de l'Allemagne.

En 1532, il chasse de Hongrie les armées de Soliman au moment même où
dans le nouveau monde Pizarre s'empare du Pérou.

Deux années (1533 à 1535) sont employées à la pacification de l'Italie
et de l'Allemagne.

(1535). Expédition de Charles-Quint en Afrique. Déjà il avait donné
l'île de Malte aux chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem et envoyé la
flotte de Doria relever l'étendard de la croix sur le rivage de la
Grèce. Tandis que François Ier, indigne héritier du roi sanctifié par
les croisades, s'allie à Soliman et humilie les fleurs de lis devant
le Croissant, Charles-Quint, également issu de saint Louis et, de
plus, arrière-petit-fils de Gui de Dampierre, se souvient seul de ses
devoirs de prince chrétien. Guidé par la même pensée (la nécessité
d'affranchir la Méditerranée des excursions des pirates), il assemble
ses vaisseaux à Cagliari, ce vieux port des Pisans où saint Louis
avait réuni sa flotte. Le 21 juillet 1270, le roi de France arborait
sa bannière au pied des collines de Tunis; le 21 juillet 1535,
l'empereur Charles d'Autriche entrait à Tunis et vengeait sa mort.

Érasme, en apprenant ces victoires, appliquait à Charles-Quint ce vers
d'un ancien poète:

    Secumque deos in prælia ducit.

Lorsque Charles-Quint entra à Rome l'année suivante, une inscription,
qui faisait allusion à ses triomphes en Afrique, fut placée sur un arc
de triomphe. On y lisait: «César, tu es dans la ville des Scipions.»

Cependant Charles-Quint, retenu loin de ses États héréditaires par des
expéditions lointaines, avait été frappé des dangers auxquels se
trouvaient sans cesse exposés les Pays-Bas, séparés du siége principal
de sa puissance. Pour y pourvoir, il songeait à former un royaume de
leurs fertiles provinces, désormais réunies par le lien d'une étroite
confédération. Sa volonté et son génie, les conquêtes mêmes qu'il
projetait, en eussent réglé les limites. «Il fut une fois en
résolution, dit Brantôme, de se faire roy de toute la Gaule belgique,
soubs laquelle l'on peut dire plus de trente-cinq grosses villes
très-fameuses, superbes et très-magnifiques comme: Louvain, Bruxelles,
Anvers, Tournay, Mons, Valenciennes, Bois-le-Duc, Gand, Bruges, Ypres,
Malines, Cambray, Arras, Lille, Liége, Namur, Utrecht, Amiens,
Boulogne, Saint-Quentin, Calais, Reims, Trèves, Metz, Nancy, Toul,
Verdun, Strasbourg, Mayence, Aix, Cologne, Clèves, Juliers et force
autres jusques à Rouen, dit l'histoire, et la pluspart de Paris, à
sçavoir celle du costé de la Seine, toutes lesquelles places sont
décorées de toutes dignités et titres impériaux, royaux, ducaux,
marquisats, contés et baronies, archevêchés et de tous autres honneurs
et degrés de prééminence. De plus, il y a plus de deux cents villes,
lesquelles, pour leurs qualités et facultés, ont priviléges de villes
murées, sans une infinité de beaux et grands villages qui paraissent
villes, ayant clochiers, avec un peuple infini et incroyable. Ce n'est
pas tout; car elle est embellie et enrichie de grosses rivières
navigables, comme le Rhin, la Meuse, la Seine, l'Escaut; puis de
très-grandes et belles forêts, comme les Ardennes, Charbonnière et
autres.»--«L'encloueure fut, ajoute Brantôme, en ce qu'il eut de
grandes guerres de tous costés et principalement contre ce grand roy
françois, lequel n'eust jamais permis qu'il fust venu régenter son
royaume aux portes de Paris. Quelque autre roy l'eust-il enduré?»

La vaillante défense des habitants de Marseille, le dévouement de la
noblesse de Picardie maintinrent, en 1536, l'intégrité du territoire
français. La glorieuse tâche des chevaliers et des hommes d'armes
était complète: elle rendra plus aisée celle qu'aborderont au seizième
siècle, comme au quatorzième, les chevaliers ès lois.

Le 15 janvier 1536 (v. st.), le roi de France se rend au parlement
avec le roi d'Écosse, le dauphin, les cardinaux de Lorraine et de
Bourbon, les ducs de Vendôme, d'Estouteville et de Guise, et un grand
nombre de seigneurs et de prélats. Dès que les avocats ont été
introduits, un huissier appelle la cause qui doit être plaidée, en ces
mots: «Plaise au roi nostre souverain seigneur donner audience à son
procureur général, demandeur en matière de commise et réversion de
fief, contre Charles d'Autriche, détenteur des comtés de Flandre et
d'Artois, et d'autres terres et seigneuries, défendeur en ladite
matière.» Alors, maître Jacques Cappel, premier avocat du roi au
parlement, s'agenouille humblement et prononce un long discours où il
invoque l'exemple de Philippe le Bel.

Le parlement se prête à cet étrange réquisitoire, quoiqu'en vertu du
traité même de Cambray le roi de France ait renoncé à tout droit de
suzeraineté. Un héraut se rend bientôt sur les frontières de Picardie
pour assigner Charles-Quint: dès que le délai qu'il a fixé, est
écoulé, un arrêt du parlement de Paris décide que Charles se trouve,
comme rebelle et contumace, privé de tous les avantages que lui a
attribués le traité du 5 août 1529, et la première conséquence de
cette déchéance est la confiscation des comtés de Flandre et d'Artois,
redevenus fiefs de la couronne.

Une armée française se hâte de recommencer la guerre, pour exécuter la
sentence du parlement pendant l'absence de Charles-Quint. Elle
s'empare tour à tour d'Hesdin, de Saint-Pol, de Lillers, de
Saint-Venant; mais quatre mille fantassins et six cents cavaliers
réunis à Merville, sous les ordres du comte du Rœulx, suffisent pour
arrêter cette menaçante invasion. Les Français se retirent vers
Doulens.

Au mois de juin 1537, le comte du Rœulx et le comte de Bueren
reprennent l'offensive. La ville de Saint-Pol est reconquise;
Montreuil capitule, et l'armée impériale, dans laquelle on compte huit
mille Flamands, met le siége devant Térouanne. Trêve de dix mois
signée à Bomy le 30 juillet 1537. Médiation du pape Paul III. Nouvelle
trêve de dix ans conclue le 23 décembre 1538.

Un gigantesque projet, conçu par le sieur de Castillon, ambassadeur de
France à Londres, s'attacha à cette trêve; elle était à peine signée
depuis sept jours, lorsqu'il proposa au connétable de Montmorency de
détrôner Henri VIII, devenu l'opprobre et le fléau de son royaume,
pour partager ensuite l'Angleterre entre François Ier et
Charles-Quint. «Le temps, écrivait-il, se présente de telle sorte
qu'on ne le peut désirer plus favorable. Butinez entre vous ce pays,
afin que l'un et l'autre ait sa commodité. Depuis la Thamise, c'est
une lisière cotoyant la Picardie, Normandie et Bretagne jusque devant
Brest, et plus outre garnie de beaux ports, qui est une chose autant
nécessaire à vostre royaume. En cette lisière est le pays de Galles et
de Cornouailles, naturels ennemis du reste de l'Angleterre et ayant
langage à part, qui est le nostre, car c'est Breton bretonnant.
L'autre costé de la Thamise cotoye pareillement pour l'Empereur,
Flandres, Hollande et Zélande, qui luy est semblable commodité.
Baillez au roi d'Escosse partie du nord qui est son ancien droit et
héritage. Ce faisant, chacun aura profit à cette entreprise.»

L'harmonie des deux princes n'était ni assez complète, ni assez
durable pour mener à bonne fin un si vaste projet. Il s'évanouit, et
il en reste à peine quelques traces dans l'histoire du seizième
siècle.

Tandis que les plus habiles négociateurs, essayant vainement de régler
la paix, ne parvenaient qu'à perpétuer la guerre, un pauvre
gentilhomme espagnol, nommé Ignace de Loyola, qui avait, à l'âge de
trente-sept ans, entrepris un cours complet d'études sérieuses à
l'université de Paris, arriva à Bruges pour y réclamer humblement des
marchands de sa nation quelques aumônes qui lui permissent de
poursuivre des travaux commencés avec un si grand zèle après une
jeunesse consacrée tout entière aux armes. Gonzale Aguillerez lui
donna l'hospitalité et le reçut en ami. Louis Vivès, l'illustre ami
d'Érasme et de Thomas Morus, aussi savant que le premier, aussi
courageux que le second dans sa résistance à Henri VIII, accueillit
également Ignace de Loyola comme un concitoyen animé d'une ardeur
toute semblable à la sienne pour la méditation des doctes traités
écrits par les Pères de l'Eglise, et, selon une tradition qui remonte
jusqu'à Ignace de Loyola lui-même, Louis Vivès dit un jour, en parlant
de sa piété, qu'il ne doutait point qu'il ne fût appelé à fonder une
société religieuse. Louis Vivès ne se trompait point, et lorsque
Ignace de Loyola eut fait approuver par le pape Paul III les règles de
l'institut de la _Compagnie de Jésus_, la Flandre eut la plus grande
part à son développement par l'appui qu'elle s'empressa de lui offrir.
«La Belgique, dit un ancien historien des jésuites, bien qu'elle ne
forme pas une grande partie du monde, n'est toutefois pas une de
celles où la Société de Jésus se développa avec le moins de succès. La
Belgique, célèbre à la fois par la guerre et par les arts de la paix,
n'étend pas seulement son influence sur ses habitants, mais sur tous
les peuples de l'Europe. Ce pays, vrai champ de Mars, fut une arène
ouverte à notre courage. Ce fut là que l'ordre se fit connaître et
qu'il se fortifia; ce fut là qu'il combattit noblement et qu'il
répandit son sang.»

Ainsi s'élevait, au sein de la société politique du seizième siècle,
si vacillante et si agitée, une nouvelle société religieuse fondée par
un pauvre gentilhomme qui n'était, dit Bourdaloue, qu'un inconnu et
qu'un mendiant, mais qui était appelé «à s'opposer à Luther, comme
jadis saint Augustin naissait en Afrique au même moment que Pélage en
Angleterre, et qui, malgré la sagesse des politiques, la passion des
intéressés, le zèle des uns et la malice des autres, ne s'était
proposé que de préparer à toutes les églises du monde des
missionnaires fervents, des prédicateurs évangéliques des hommes
dévoués à la croix et à la mort, des troupes entières de martyrs dont
il a été le père.»

La Flandre, restée silencieuse au milieu de ce bruit d'armes qui
remplissait toutes les régions de l'Europe, méritait d'être l'asile de
l'inspiration religieuse et des études graves et profondes. Il
semblait que la fortune, en éloignant d'elle l'éclat des grandeurs
humaines, ne lui en eût laissé que le deuil.

(1526). Isabelle, sœur de Charles-Quint, malheureuse épouse de
Christiern II, roi de Danemark, meurt à Zwinaerde. Les anciens comtes
de Flandre s'arrêtaient à Zwinaerde avant de prendre possession de
l'autorité héréditaire: Isabelle n'y attendait que les consolations de
Dieu pour la séparer de ses peines et de ses malheurs.

Quatre ans plus tard, Marguerite d'Autriche termine ses jours à
Malines, après avoir songé à se retirer aux Annonciades de Bruges,
comme l'atteste une lettre touchante adressée à la supérieure de ce
monastère: «Ma mère, ma mie, j'ai donné charge à ce porteur d'aller
vous dire de mes nouvelles et ma bonne disposition depuis aucuns
jours... Je suis délibérée faire une bonne fin dans vostre couvent à
l'aide de Dieu et de nostre bonne maîtresse sa glorieuse Mère. Je vous
prie, ma bonne mère, de faire prier toutes mes bonnes filles à
l'intention que je vous ay toujours dit, car le temps approche,
puisque l'empereur vient, à qui, à l'aide de Dieu, renderay bon compte
de la charge et gouvernement que luy a pleu me donner, et ce fait je
me renderay à la volonté de Dieu et de nostre bonne maîtresse, et
demourray toujours vostre bonne fille.

    MARGUERITE.»

Marguerite ne vint pas prier au pied des autels de Bruges, où s'était
agenouillée Marie de Bourgogne, mais elle ordonna en mourant que son
cœur fût porté dans le tombeau qui renfermait les restes de sa mère.

Les ravages des épidémies rendaient communs à toutes les classes de la
société les mêmes sentiments de douleur. La suette, que quelques-uns
nommaient la peste d'Angleterre, s'était introduite de Hollande à
Anvers, où elle frappa en quatre jours cinq cents des plus riches
marchands. De là, elle pénétra d'abord à Gand et ensuite à Bruges, où
l'on vit à la fois les magistrats fermer les tribunaux et les
chanoines cesser de paraître dans le chœur de la cathédrale de
Saint-Donat. La durée de la suette était le plus souvent de
vingt-quatre heures, et de ceux qui en étaient atteints, il n'en était
presque point qu'elle épargnât.

La vengeance de Dieu semblait moissonner tout ce qu'épargnaient les
discordes des hommes. La peste suivait la guerre: un fléau appelait un
autre fléau pour l'expier et le punir:

    Sublimes reges, magni duo lumina mundi,
      Cernite quam vobis subdita regna dolent;
    Cernite quos motus et quas res publica clades
      Marte sub assiduo sollicitata ferat;
    Nusquam tuta salus, late omnia et omnia longe
      Bellica tempestas, mortis et horror habet:
    Adde quod in populo magnam factura ruinam
      Pestis atrox bello gliscit et atra lues.

En même temps l'industrie languit, et le travail des métiers se
ralentit chaque jour. Les marchands étrangers, qui envoyaient dans
toutes les parties du monde les étoffes fabriquées en Flandre, ont
quitté en grand nombre la ville de Bruges depuis que l'ensablement du
Zwyn ne permet plus que la navigation difficile et lente de quelques
alléges. Les troubles de la Flandre de 1452 avaient engagé quelques
marchands à se fixer à Anvers. Ceux qui éclatèrent à la mort de
Charles le Hardi, donnèrent lieu à de nouvelles émigrations, et l'on
publia même, le 25 mai 1477, un avis qui portait que tous ceux qui
s'étaient retirés à Anvers, seraient tenus de rentrer à Bruges dans le
délai de trois jours, sous peine d'une amende de six cents livres
parisis. Les discordes civiles, que vit se multiplier la _mainbournie_
de Maximilien, furent encore plus funestes à Bruges. Au mois d'août
1493, les marchands espagnols qui s'étaient réfugiés à Anvers,
refusèrent de retourner dans leur ancienne résidence. Adrien Drabbe,
s'étant rendu en Espagne pour porter les plaintes des magistrats de
Bruges au roi Ferdinand d'Arragon, ne reçut qu'une réponse assez
vague. Les Brugeois furent plus heureux près du conseil de Malines,
car ils obtinrent au mois de septembre 1494 un arrêt fondé sur leurs
priviléges, qui condamnait les marchands espagnols à ne point choisir
d'autre résidence dans les Pays-Bas. Les marchands espagnols
revinrent; ils ne cessèrent point toutefois de murmurer de ce que
chaque jour l'ensablement du Zwyn et cent autres causes rendaient leur
séjour à Bruges de plus en plus défavorable aux intérêts de leur
commerce.

Les relations de Bruges avec les marchands anglais n'étaient pas mieux
établies. Bien qu'elles fussent réglées par le traité du 24 février
1496, elles étaient presque complètement interrompues lorsque Pierre
Anchemant fut envoyé à Londres peu avant les fêtes de Pâques 1506,
pour engager les marchands anglais à rentrer à Bruges, comme les
marchands espagnols leur en avaient donné l'exemple. Pierre Anchemant
les assurait qu'on avait, par d'utiles travaux, amélioré le havre du
Zwyn et que la paix profonde qui régnait en Flandre avait à jamais
éteint les vieilles rivalités de Bruges, de Gand et d'Ypres, toujours
si funestes au commerce. Les marchands anglais protestaient que
c'était à tort qu'on leur attribuait le projet de se fixer à Anvers;
mais Pierre Anchemant ajoutait si peu de foi à ces assurances qu'il
s'adressa à Henri VII, au château de Greenwich. «Je lui parlay,
raconte-t-il lui-même, du fait de la ville en lui remonstrant l'amour
singulière que le roy nostre seigneur son bon fils a au bien et
ressource d'icelle tant pour ce qu'il en est natif comme pour la
beauté, bonté, honnesteté et loyaulté de vous, messeigneurs, et des
habitants, et aussi pour les grans biens et services que ses
prédécesseurs en ont eu.»

Henri VII parut fort touché des souvenirs de la généreuse hospitalité
que les Brugeois avaient accordée à Édouard IV, et sa réponse, conçue
dans des termes très-conciliants, remplit Pierre Anchemant
d'enthousiasme pour le monarque qui l'avait si bien reçu, et
d'espérances pour ceux dont il était le mandataire. Malheureusement,
Henri VII s'éloigna pour aller faire un pèlerinage à Notre-Dame de
Walsingham, et Pierre Anchemant se vit réduit à subir, comme une
nécessité dictée par les circonstances et la détresse des Brugeois, le
célèbre traité du 15 mai 1506, qui réservait tous les avantages aux
marchands anglais. Les Flamands (c'est Bacon qui le remarque)
appelaient le traité de 1494 _intercursus magnus_; ils donnèrent à
celui de 1506, à peine modifié par une convention du 5 juin 1507, le
nom d'_intercursus malus_. Bruges conserva l'étape; mais elle ne
parvint jamais à ressaisir le commerce même qui s'était retiré au port
d'Anvers, alors si riche et si prospère que les descriptions de
Guichardin nous semblent l'œuvre d'une imagination toute féerique.

Pour compléter ce tableau de la décadence de Bruges, il faut ajouter
que ses magistrats chargèrent, en 1495, d'autres députés de se rendre
à Lubeck pour essayer de rappeler les marchands osterlings.
Vingt-quatre ans plus tard, au moment même où ils envoyaient l'abbé
des Dunes exposer leur détresse en Espagne, ils adressaient les plus
vives instances à une flotte vénitienne, alors à l'ancre dans les
ports de l'Angleterre, afin qu'elle consentît à se diriger vers
l'Écluse. Les digues du Zwartegat avaient été rétablies en 1510, et
l'on venait de vérifier avec la sonde la profondeur des eaux du Zwyn
pour calmer les terreurs des pilotes étrangers.

Le commerce de la Flandre, menacé de se voir privé de ses relations
maritimes, tendait, sous Charles VIII et sous Louis XII, à se
rapprocher de la France. Machiavel dit à ce sujet: «La France n'a rien
à craindre de la part des dix-sept provinces des Pays-Bas, ce qui
vient de la froideur du climat et de sa stérilité en blés et en vins,
et comme on n'y recueille pas de quoi nourrir les habitants, ils sont
obligés de tirer leur subsistance de Bourgogne, de Picardie et
d'autres provinces de France. De plus, les habitants des Pays-Bas
subsistent par des manufactures et par des merceries qu'ils débitent
en France aux foires de Paris et de Lyon, car du côté de la mer ils
n'en trouveraient pas le débit. Ainsi, lorsque les Flamands seront
privés du commerce de la France, ils ne pourront débiter leurs
marchandises, ni avoir aisément de quoi subsister; ils n'auront donc
jamais de guerres avec la France que lorsqu'ils y seront forcés.» Il
ne faut plus s'étonner de ce que souffrit la Flandre pendant la longue
rivalité de Charles-Quint et de François Ier.

Cette malheureuse époque vit les marchands les plus riches s'éloigner
à jamais de la Flandre. Ce fut ainsi que les Fugger et les Velser, si
fameux en Allemagne par leur opulence, les Galteretti, de Florence,
les Bonvisi, de Lucques, les Spinola, de Gênes, se retirèrent
successivement à Anvers: il ne resta guère à Bruges que quelques
marchands espagnols.

Près de la vieille cité des dix-sept nations, languissaient, atteintes
comme elle par les coups de la fortune, ses deux filles du Zwyn et de
la Reye: l'Écluse, assise au fond de son golfe, rival longtemps
heureux du Rhin et de la Tamise; Damme, placée entre Bruges et
l'Ecluse comme une étape sur la route des caravanes commerciales du
moyen-âge. «Damme, la clef et la porte de la mer; Damme, qui ouvre ou
ferme aux Brugeois l'entrée de l'Océan; Damme, autrefois si peuplée et
si opulente, a vu fuir ses marchands et n'est plus qu'un village.»
Trois siècles se sont écoulés depuis que Meyer écrivait ces lignes. Si
le port de l'Écluse a disparu dans les sables, le port de Damme s'est
effacé au niveau des joncs des marais comme Venise descendra quelque
jour aussi dans ses lagunes.

Cette décadence de la Flandre paraissait aux historiens français une
révélation prophétique du déclin de la puissance si formidable et si
altière de Charles-Quint né dans l'une de ses villes et profondément
attaché à ses mœurs. Robert Gaguin, après avoir résumé les péripéties
que lui présentent les annales de la Flandre, si rapidement tombée du
faîte de la prospérité et de la grandeur, ne manque point d'ajouter:
«Grande leçon pour ceux qui, trop confiants dans l'éclat de leur
origine et de leur puissance, peuvent aussi devenir, par une chute
rapide, un enseignement pour la postérité.»

Il faut ajouter que l'absence de toute administration régulière
s'était fait sentir à la fin du quinzième siècle dans l'ordre
industriel aussi bien que dans l'ordre politique. Maximilien avait cru
affaiblir les grandes villes qu'il combattait, en méconnaissant leurs
priviléges, et la même préoccupation se fit remarquer dans quelques
actes du gouvernement de Charles-Quint. Cependant, lorsqu'on reconnut
que l'industrie ne présentait plus dans sa fabrication ni règles
incontestables qui déterminassent les droits réciproques des maîtres
et des ouvriers, ni garanties légales qui maintinssent vis-à-vis du
marchand la réputation méritée par une production longtemps
irréprochable, on s'efforça vainement de revenir en arrière: on
multiplia les ordonnances et les règlements, mais l'on ne parvint
point à rétablir la prospérité qui était due à l'ancienne organisation
des métiers intimement liée à la puissance politique des grandes
communes flamandes.

A Charles-Quint commence en Flandre la nouvelle draperie, c'est-à-dire
la draperie alimentée par les laines d'Espagne. Le duc Philippe de
Bourgogne, époux d'Isabelle de Portugal, avait déjà eu la même pensée
lorsque, dans une charte du 26 octobre 1464, il se plaignait que les
Anglais vendaient leurs laines si cher «qu'il en résultoit grant
dommaiges et inconvéniens pour les pays de Brabant et de Flandre qui
sont principalement fondés sur fait de draperie.» Charles-Quint, fils
d'une princesse espagnole, devait la réaliser. Lier la Flandre à
l'Espagne par les besoins de son industrie, était un acte habile au
point de vue politique.

L'industrie flamande continua à fabriquer quelques étoffes précieuses;
elle produisit encore quelques somptueuses tapisseries notamment
celles qu'admirait la cour de Charles VIII ou celles qui furent
offertes au pape par François Ier. Son activité se porta, toutefois,
principalement vers des étoffes d'un genre nouveau et d'un prix moins
élevé: pour les unes on appela des tisserands d'Armentières, pour
d'autres des ouvriers de Hondschoote.

A la même époque, afin que la Flandre restât sans cesse une terre
commerciale, s'élevait dans les campagnes l'industrie linière,
héritière de l'industrie des grandes villes qui se bornait aux étoffes
de laine. Liée intimement au sol qu'elle fertilisait, elle puisait
dans l'agriculture, et l'agriculture puisait en elle, un mutuel et
réciproque appui. Le même toit abritait la charrue et le métier du
cultivateur devenu tisserand. Pendant les longues veillées de l'hiver,
la moisson de l'été se métamorphosait, sous les mains qui l'avaient
recueillie, en trésors mercantiles: la femme même, assise à son rouet,
concourait, par son adresse, à assurer la paix et l'abondance dans le
foyer domestique. «La Flandre sera riche, disait Charles-Quint, tant
que l'on n'aura point coupé le pouce de ses fileuses.»

Si les relations du commerce extérieur s'éteignaient dans les villes
de la Flandre, si parfois dans ses campagnes mêmes un cri de guerre
semait la désolation, il faut aussi signaler, à certains intervalles,
une autre source de souffrances et de détresse: l'accroissement
progressif des impôts. Dès 1516, Érasme écrivait à Thomas Morus: «On
réclame du peuple des sommes énormes, et la demande a été agréée par
les grands et par les prélats, c'est-à-dire par ceux qui seuls ne
doivent rien donner, et toutes nos campagnes sont couvertes de
soldats. Trop infortuné pays! et toutefois combien ne serait-il point
heureux si ses villes pouvaient s'entendre entre elles!» En 1524, la
levée des impôts excita des troubles dans toutes les provinces des
Pays-Bas. Les biens du clergé n'en étaient plus exempts, et sa
résistance fut si vive en Flandre qu'une partie de ses domaines fut
saisie; ce qui fait dire, en 1529, à Érasme: «Les exactions
accablantes au delà de toute mesure sont devenues communes à tous, et
nous les supportons d'autant plus impatiemment que l'argent qu'elles
produisent, est porté en Allemagne et en Espagne.»

En 1536, la reine de Hongrie, sœur de Charles-Quint, qui avait
succédé à Marguerite d'Autriche dans le gouvernement des Pays-Bas,
avait obtenu une aide de quatre cent mille carolus d'or, dont le tiers
devait être payé par la Flandre. Bruges, Ypres et le Franc obéirent,
mais une vive opposition se manifesta à Gand.

Les désastres des guerres et des révolutions, qui avaient ruiné Bruges
en exilant les marchands étrangers, avaient exercé moins d'influence
sur la prospérité des Gantois, entretenue par l'activité intérieure du
travail de leurs métiers. Les documents contemporains reproduisent
encore le tableau que Froissart traçait au quatorzième siècle de la
puissance de Gand et de ses richesses. Ils la nomment tour à tour «une
ville fort belle, grande, puissante et ample, la plus belle et ample
ville de la crestienneté, une fort belle et triomphante ville, une
ville sans pair à cause des belles rivières qui y descendent de tous
quartiers, au moyen desquelles tous biens et marchandises y arrivent,
une ville qui n'estoit point une ville, mais ung pays, tant y avoit
maisons, églises, cloistres, chapelles, hospitaulx et autres beaux et
somptueux édifices.»

«Gand, dit un historien du seizième siècle, est à peu près la plus
grande ville de l'Europe. Ses habitants prétendent que le circuit de
ses remparts offre un développement de sept lieues. On raconte que
jadis sept rois l'assiégèrent pendant sept ans et ne purent s'en
emparer, et aujourd'hui encore, à côté de ses sept ponts de marbre,
construits sur l'Escaut, on remarque sept églises fondées par les sept
rois aux lieux mêmes ou s'élevèrent leurs camps. Une de ces églises,
celle de Saint-Michel, possède, dit-on, un si grand nombre de
paroissiens, que chaque année on y voit communier, aux fêtes de
Pâques, vingt-huit mille personnes.»

Un même sentiment de résistance dominait chez tous les habitants de
Gand. Les bourgeois, accablés de taxes, ne voulaient plus en accepter
de nouvelles; les tisserands et les petits métiers rappelaient les
anciens principes du droit communal sur l'obligation limitée de servir
le prince pendant un certain nombre de jours. Enfin, il fut résolu,
dans la collace du 14 avril 1537, «que si avant que l'Impérialle
Majesté leur seigneur naturel et prince natif avoit nécessairement
affaire des gens de guerre de son pays de Flandres contre le roy de
France son ennemy et pour la deffense de cestuy son pays, ils
présentoient à Sa Majesté volontaire assistance par gens d'iceluy
pays, selon l'ancien transport et ancienne coustume et les payer, et
autrement point.» Cette réponse fut portée à Bruxelles par les
échevins Régnier Van Huffel, Jacques Van Melle, Jean Vanden Eeckhaute
et le grand doyen Liévin Pym.

La reine de Hongrie, qui venait d'apprendre l'invasion d'une armée
française en Artois, crut devoir temporiser, de crainte d'exciter trop
profondément le mécontentement des Gantois. Elle leur demanda de
nouvelles explications, et ce fut pour satisfaire à ce désir que les
Gantois déclarèrent, dans la collace du 29 avril, «qu'ils entendoient
ce faire par le grand estandart et par gens du pays comme autrefois a
esté fait.» Cependant le comte du Rœulx avait déjà réussi à arrêter
l'armée française, et la reine de Hongrie n'hésita plus à ordonner
dans la châtellenie de Gand la levée de l'impôt qu'avait sanctionné le
vote de trois membres du pays de Flandre. Il fallut cette fois
recourir à des voies d'intimidation, mais les magistrats de Gand, qui
semblaient peu les redouter, s'adressèrent itérativement à la reine de
Hongrie pour protester contre les arrestations qui avaient eu lieu,
alléguant que, d'après les priviléges du pays, «l'accord de la plus
grande partie ne peult charger, ni obliger la moindre partie en la
contribution d'aulcunes aides, subventions ou impositions,» et que les
châtellenies, soumises à leur autorité, ne pouvaient être imposées
sans leur assentiment; ils prétendaient, en conséquence, que les
poursuites exercées étaient «notoirement (en parlant en toute
révérence) contre toute raison, droit, priviléges, anciennes coustumes
et libertés desdits de Gand, et en dehors de tout entendement
raisonnable.»--«Et comme ledit maistre Liévin, ajoute le _Discours des
troubles de Gand_, eust présenté ladite requeste et se fust retiré de
la chambre, il retourna demandant de dire encore un mot, disant en
tremblant avoir charge de ses maistres de déclarer que si la royne ne
vouloit accomplir le contenu en ladite requeste, qu'ils estoient
délibérés d'envoyer leurs députés vers l'Empereur, requérant que on ne
le print de male part.»

Une démarche faite par le sire de Herbaix au nom de Charles-Quint eût
pu apaiser les Gantois. Rien n'était plus propre à atteindre ce but
que le discours qu'il leur adressa: «Par espécial suis chargé de faire
ceste requeste à vous, messieurs de Gand, pour l'entière et totale
confidence qu'il a en vous pour autant qu'il n'est point seulement
vostre seigneur et prince naturel, mais est né et natif d'icelle, ce
qui communément et de nature engendre quelque affection et amour
espécial de l'ung à l'autre, et si depuis ung peu il porroit avoir
aucune chose mal entendue, Sa Majesté ne sçauroit avoir de vous
aultre ymagination sinon que ce ait esté par faute d'avoir bien
comprins l'ung l'autre.»

Les Gantois aimèrent mieux recourir aux trois autres membres pour
qu'ils les aidassent à soutenir leurs priviléges, et le 24 septembre
1537 les quatre membres de Flandre réclamèrent d'un commun accord,
près de la reine de Hongrie, la liberté de toutes les personnes qui
avaient été arrêtées. Dans ces conjonctures difficiles, la reine de
Hongrie proposa aux Gantois de soumettre leurs réclamations à la
décision du conseil privé ou à celle du grand conseil de Malines, ou
bien à celle de l'Empereur lui-même, en consentant à ce que pendant
cette procédure les prisonniers fussent provisoirement mis en liberté;
mais les magistrats de Gand désiraient qu'on reconnût leurs priviléges
et non point qu'on les discutât. En effet, les discuter c'était
supposer qu'ils étaient sujets à contestation et qu'il était loisible
de les interpréter et même de ne pas s'y conformer: ils ne répondirent
pas aux propositions de Marie de Hongrie. Enfin, le 2 décembre, voyant
que les prisonniers n'étaient point relâchés, ils portèrent de
nouvelles plaintes à la reine, qui répliqua qu'ils avaient laissé
s'écouler les délais de surséance qu'elle leur avait offerts pour
qu'il fût statué sur leurs réclamations. Peu de jours après, le 31
décembre, les magistrats de Gand rédigèrent par-devant notaire un acte
d'appel à l'Empereur.

Charles-Quint se trouvait à Barcelonne. Il répondit le 31 janvier à la
protestation des Gantois. Bien que dans sa lettre il soutienne la
conduite de sa sœur en ordonnant la levée immédiate des quatre cent
mille carolus, nonobstant tout appel, il leur permet d'exposer leurs
griefs au grand conseil de Malines, et l'on rencontre de nouveau dans
son manifeste quelques lignes où il rappelle les liens qui l'unissent
à sa patrie: «Toutefois avions tousjours eu cette opinion et espoir de
vous que, durant nostre absence, vous vous deviez plus employer à nous
aider, assister et servir que nuls autres, à cause que sommes Gantois
et avons prins naissance en nostre ville de Gand... et quant à ce que
vous vous excusez sur la povreté du peuple, petite négociation et la
charge des précédentes aydes qui ont esté grandes, vous pouvez bien
considérer que les mêmes raisons militent aussy bien pour les trois
membres de Flandres et ceux de nostre pays de Brabant que pour vous,
lesquels, toutefois, considérans mieux valoir de deffendre les
frontières que laisser entrer les ennemis au pays, n'ont voulu
refuser à nous faire toute assistence en si urgente nécessité et
extrémité, comme aussy espérons que vous, les choses bien entendues,
faire ne vouldrez; et nous desplaist que les aydes ont esté si
grandes, veu que ce n'a esté pour nostre prouffict particulier, mais
seullement à cause des grandes affaires que avons eu pour garder et
maintenir nostre estat et réputation et pour le bien et utilité de nos
pays, repos, seureté et tranquillité de tous nos subjects.»

Charles-Quint croyait pouvoir calmer les Gantois par ces paroles,
aussi douces et conciliantes que celles que le sire de Herbaix avait
déjà fait entendre en son nom. Marie de Hongrie alla même jusqu'à
suspendre la levée des quatre cent mille carolus: rien ne devait
confirmer ces espérances.

Évidemment, il existait chez nos populations flamandes du seizième
siècle une tendance funeste à un abaissement moral, conséquence
inévitable de l'abaissement politique: «Les vieillards, écrivait
Meyer, prétendent que tout est changé dans les mœurs de notre nation,
et ils se plaignent qu'à des hommes simples, francs, loyaux,
courageux, robustes et d'une haute stature a succédé une génération
corrompue par le vice, l'oisiveté, l'ambition et l'orgueil. Les
désordres se sont multipliés, la piété du clergé s'est refroidie.
Autrefois il suffisait de l'arbitrage de quelques hommes sages pour
éteindre de rares discussions soulevées par des achats et des ventes
qui se faisaient souvent sans témoins: aujourd'hui, chacun recourt à
des actes écrits, de crainte de rencontrer une mauvaise foi que ne
connurent jamais nos ancêtres.»

Rien ne prouve mieux le relâchement qui régnait dans le lien social
que le penchant des esprits à rompre le lien religieux consacré par le
culte des générations qu'il unissait entre elles dans une pieuse
communauté de traditions et de souvenirs. Les doctrines des luthériens
s'étaient rapidement introduites dans les Pays-Bas, surtout dans les
cités commerciales et industrielles où affluaient un grand nombre
d'étrangers. Dès 1522, un an après la diète de Worms, elles avaient
fait de grands progrès à Anvers; Charles-Quint y fit même brûler, en
sa présence, les livres de Martin Luther, qui y avaient été envoyés
d'Allemagne, et deux moines augustins de cette ville, convaincus de
les avoir propagés, furent punis du dernier supplice à Bruxelles: ce
qui fit dire à Luther, dans une lettre adressée aux chrétiens de la
Hollande, du Brabant et de la Flandre: «Dieu soit loué de nous avoir
donné de vrais saints et de vrais martyrs! Nos frères d'Allemagne
n'ont pas encore été jugés dignes de consommer un si glorieux
sacrifice!» Luther se montra toutefois moins admirateur du zèle des
catéchumènes d'Anvers quand il apprit que presque tous s'étaient
attachés à la secte des anabaptistes. «Nous avons ici, écrivait-il le
27 mars 1525, une nouvelle espèce de prophètes: ils sont venus
d'Anvers et prétendent que l'Esprit Saint n'est autre chose que la
raison naturelle.»

Les doctrines de la réforme s'étaient également bientôt répandues à
Gand: malgré la publication de l'édit de Worms du 8 mai 1521, et des
édits successifs du 17 juillet 1526, du 14 octobre 1529, du 7 octobre
1531, du 10 juin 1535, du 17 février 1535 (v. st.), elles y avaient
pris un si grand développement qu'au mois de juin 1538 le président de
Flandre, Pierre Tayspil, annonça à Marie de Hongrie l'existence d'une
petite communauté de luthériens et d'anabaptistes aux portes mêmes de
Gand. L'année suivante ces doctrines se mêlèrent aux mystères que
représentaient publiquement, selon un ancien usage, les _povres de
sens_, de Furnes, les compagnons du Saint-Esprit, de Bruges, de
l'Alpha et Oméga, d'Ypres, de la Fleur de Lis, de Dixmude, et d'autres
membres des innombrables sociétés de rhétorique alors établies dans
les Pays-Bas.

«Plusieurs lieux pour le temps de lors estoient assez enclins à toutes
séditions, commotions et hérésies, et les intentions et désirs de tels
et semblables n'estoient que à pillier églises, gens nobles et autres
riches, et avec eux plusieurs estrangers se y feussent boutés aians
tous les mesmes voullentés et qui ne demandoient que ung tel temps
troublé, et lesquels tenoient la secte luthérienne qui régnoit lors
par toute la crestienté, qui aussy ne demandoient sinon faire toutes
choses communes et entre autres points hérétiques qu'ils soutenoient,
c'en estoit l'un... Toute la fin de leur commotion tendoit de faire
les riches devenir povres et les povres devenir riches, et en effect,
tous biens communs, ce qui estoit l'oppinion de plusieurs
luthériens.., et quand les povres rencontroient les riches, en allant
leur chemin par les rues, ils leur disoient par grant envye: Passez
oultre! le temps viendra de brief que possesserons vos richesses à
nostre tour, car vous les avez assez possessées et vous possesserez
nos povretés à vos tours; si sçaurez que c'est d'icelles, et nous
sçaurons que c'est de vos richesses, et porterons vos belles robes et
tous porterez les nostres, qui sont bien laides et de petite valleur.»

Cette secte portait à Gand le nom de _creesers_, qu'on n'a pas mieux
réussi à expliquer que celui des Huguenots.

On connaît, d'ailleurs, les projets politiques des _creesers_. «Toute
leur affaire tendoit, porte la relation que nous venons de citer, de
faire d'icelle ville de Gand une ville de commune et non subjecte à
nul prince, ni seigneur, fors à elle-mesme, comme il y en a plusieurs
en Allemagne et en Ytalie.»

François Ier avait soutenu les villes protestantes d'Allemagne. Les
_creesers_ espéraient trouver en lui le même appui. Au mois d'octobre
1538, Marie de Hongrie défend aux Gantois d'envoyer des députés au roi
de France. Ils feignent d'obéir, mais un de leurs émissaires, Lupart
Grenu, de Tournay, se rend à Fontainebleau, où le roi de France refuse
de l'écouter, parce qu'en ce moment il ajoute plus de prix à
l'alliance de Charles-Quint qu'au renouvellement des hostilités,
quelque favorable qu'il puisse paraître. «Les Gantois, écrit Martin de
Bellay, pour mieulx se fortifier et venir à l'effect de leur
entreprise, envoyèrent secrètement devers le roy lui offrir de se
mettre entre ses mains, comme leur souverain seigneur, et luy
offrirent pareillement de faire faire le semblable aux bonnes villes
de Flandres: chose que le roy refusa pour n'estre infracteur de foy
envers l'Empereur, attendu a trêve jurée entre eux depuis deux ans.»

(Juillet 1539). Nouvelles remontrances des Gantois. La collace du 8
juillet demande «que l'on deffende les bourgeois et adhérités de cette
ville et chastellenie, touchant l'exécution commencée.» L'agitation
s'accroît. Le 17 août, les métiers refusent de procéder à l'élection
de leurs doyens tant que les prisonniers n'auront point été délivrés.
Ils accusent les députés, chargés l'année précédente de porter leurs
réclamations à la reine de Hongrie, de ne pas s'être acquittés
fidèlement de leur mission. Liévin Borluut les encourage dans leur
résistance en leur rapportant que, selon une tradition qui s'était
perpétuée dans sa maison, il était arrivé à un comte de Flandre de
perdre son comté en jouant aux dés avec un comte de Hollande, mais
qu'un de ses ancêtres avait réussi à persuader aux bourgeois de Gand
de le lui racheter, et qu'ils avaient dès lors obtenu de ne pouvoir
jamais être soumis à des taxes malgré leur volonté. Liévin Borluut se
trompait: ses aïeux n'avaient conservé à la Flandre son indépendance
et sa liberté que sur le champ de bataille de Courtray, mais le peuple
n'en croyait pas moins à l'exactitude de son récit.

Le 19 août, on arrête à Gand Liévin Pym et Jean Van Waesberghe.
Regnier Van Huffel fuit à Bruxelles. Quatre députés de Gand l'y
suivent et l'y font arrêter, mais il se place sous la protection des
lois du Brabant.

Dans la collace du 22 août, on insiste pour que l'on interroge les
anciens échevins sur les actes de leur administration, sur leur
réponse à Marie, et sur la disparition du privilége mentionné par
Liévin Borluut, que l'on ne retrouve plus. Il faut, s'écrie-t-on de
toutes parts, qu'il soit défendu de faire sortir du blé de la ville,
qu'on approfondisse les fossés qui la protégent, qu'on réunisse son
artillerie, qu'on arbore publiquement son étendard, qu'on remette la
charte de _l'achapt de Flandres_ indiquée par Liévin Borluut; il faut
que les bourgeois adhérités dans la ville ne puissent plus se
présenter dans les collaces comme membres des métiers; il faut, de
plus, que l'on casse le _calfvel_ de 1515, par lequel Charles-Quint a
confirmé les conditions imposées par Maximilien aux Gantois dans le
traité de Cadzand.

(23 août.) Tous les métiers prennent les armes. Liévin Pym est conduit
vers midi au Gravesteen. Il déclare que la réponse qu'il a adressée à
la reine de Hongrie, était conforme aux instructions des échevins des
deux bancs. Après l'avoir soumis deux fois à la torture, on obtient de
lui cet unique aveu qu'il avait un jour déposé à l'hôtel des échevins,
pour qu'elle servît aux serruriers de modèle pour faire une autre
clef, celle _du secret_ des priviléges qui lui était confiée. Le 26
août, Liévin Pym est de nouveau soumis à la torture: sa fermeté reste
inébranlable, et le grand bailli François Vander Gracht demande, en
alléguant le grand âge et les infirmités de l'ancien doyen des
métiers, qu'il soit reconduit dans la prison de la ville pour être
jugé par les magistrats.

Cependant les métiers restent assemblés. Ils ne voient qu'un sortilége
dans le courage que Liévin Pym a montré; c'est peu qu'ils aient déjà
exigé qu'on le rasât, afin de retrouver plus aisément le sceau
mystérieux des sorcières et des nécromanciens; ils arrêtent un homme
et une femme qu'ils accusent d'avoir exercé sur lui une influence
magique. Enfin, le 28 août, ils obtiennent des échevins de la keure,
intimidés par leurs menaces, la condamnation de Liévin Pym, et le même
jour celui-ci est porté sur un fauteuil, comme le sire d'Humbercourt,
sous la hache du bourreau: c'est au pied de cet échafaud que les
membres des métiers jurent de nouveau de ne point se séparer tant que
le _calfvel_ de 1515 n'aura point été révoqué, serment prononcé sous
de tristes auspices, qui ne présageait que la mort à ceux qui
invoquaient la mort à témoin de leurs fureurs.

Tandis que les bourgeois se séparaient avec effroi d'une résistance
qui cessait d'être légitime dès qu'elle ne s'appuyait plus sur leurs
priviléges, les métiers s'engageaient de plus en plus dans cette voie
sanglante, où l'anarchie est invinciblement poussée vers l'abîme par
les passions mêmes qui sont son élément et sa vie. Non-seulement ils
demandaient que l'on chargeât de chaînes les magistrats qui avaient
adhéré au _calfvel_ de 1515; ils voulaient également que l'on
supprimât un autre _calfvel_, celui de 1531, qui réglait les
attributions du conseil de Flandre. Le 2 septembre 1539, le cloître
des Jacobins, où devait s'assembler la collace, est envahi par quatre
ou cinq cents de ces obscurs disciples des théories à demi politiques
et à demi religieuses, qui s'appuyaient sur la Bible pour combattre à
la fois l'État et l'Église, le prince et le prêtre, ces deux colonnes
de la vieille société qu'ils condamnaient. «Nous voulons,
répètent-ils, que l'on annule les deux _calfvel_ et le traité de
Cadzand, que l'on juge tous ceux qui y ont adhéré, qu'on approfondisse
les fossés de la ville, que le guet veille désormais sur les
remparts.» En vain le grand bailli, François Vander Gracht, leur
représenta-t-il qu'il ne pouvait, sans mériter le dernier supplice,
consentir à la révocation d'actes qui émanaient de l'Empereur: ils ne
voulurent rien entendre, et il fallut que les trois pensionnaires élus
par les bourgeois, les tisserands et les petits métiers, leur
livrassent le _calfvel_ de 1515. Les uns le déchirèrent et le jetèrent
dans la boue, les autres en recueillirent les lambeaux pour les porter
orgueilleusement à leurs chapeaux, comme leurs pères s'étaient parés,
en 1467, des débris de l'aubette des commis de la gabelle.

La reine de Hongrie avait inutilement cherché à sauver Liévin Pym en
lui adressant une déclaration justificative, dont il n'avait pas même
osé faire usage; elle crut prudent de surseoir à la levée de l'impôt,
mais elle donna aussi des ordres pour que l'on gardât avec soin les
forteresses les plus voisines de Gand, et elle exposa en même temps,
dans une lettre adressée aux trois autres membres de Flandre, les
nombreux attentats qu'elle reprochait aux Gantois.

Les Gantois venaient d'arrêter Guillaume de Waele, garde des chartes
de Flandre, et trois échevins de 1515, Jean de Wyckhuuse, Gilles
Stalins et Jean De Vettere, ainsi qu'un ancien échevin de la keure,
qui fuyait déguisé en femme: puis on les vit demander la révocation de
tous les magistrats de la keure sans exception. Ils se montraient si
orgueilleux qu'ils refusaient de payer les droits de tonlieu établis
sur l'Escaut, se prétendant citoyens d'une ville libre; ils
maintenaient, d'ailleurs, que, selon leurs priviléges, ils avaient le
droit, après six semaines de délibérations stériles dans la salle de
la collace, de convoquer la _wapening_ sur la place du marché. On
s'attendait même à voir reparaître les chaperons blancs. Adolphe de
Beveren et Lambert de Briarde, que Marie de Hongrie avait envoyés à
Gand, lui mandèrent que leurs vies étaient en danger s'ils
n'autorisaient pas le renouvellement immédiat de la _keure_, et le
grand bailli François Van der Gracht lui adressa également une lettre
qui signalait la même gravité dans la situation des choses: «Madame,
je supplie très-humblement Vostre Majesté estre record que par
diverses lettres m'avez escrit de point avoir intention de modérer ce
trouble que en toute douceur: ce seroit petit inconvénient d'espandre
mon sang au service de l'Empereur et de Vostre Majesté, mais par
dessus cela voir la desconfiture de tant de gens de bien, la
démolition d'une si notable ville, la destruction de tous ces pays, il
me semble que Vostre Hauteur en seroit grandement diminuée.» La reine
hésitait encore. Les messages devenaient de plus en plus pressants;
mais elle ne céda qu'après avoir fait rédiger une protestation par
laquelle elle déclarait ne donner qu'un consentement forcé et motivé
par le salut de ses serviteurs, et en écrivant au-dessous de la
commission de renouvellement des échevins: «Par force et pour éviter
plus grand mal, ay consenti cette commission. MARIE.»

Le renouvellement de la _keure_ avait été un succès pour les
mécontents, mais il est rare que les succès calment et modèrent ceux
qui les obtiennent. On racontait tantôt que Charles-Quint avait rendu
le dernier soupir, tantôt qu'il était porté à donner raison à ses
concitoyens dans leur lutte contre la reine de Hongrie. Les souvenirs
des temps glorieux qui avaient précédé le honteux traité de 1453,
habilement exploités pour exciter de plus en plus l'effervescence
populaire, portaient surtout les esprits à des rêves de grandeur et de
prospérité que le passé ne devait point léguer à l'avenir.
Quelques-uns, plus imprudents ou plus impatients, eussent voulu
recommencer une guerre qui avait été si fatale à leurs pères: leurs
vœux semblèrent exaucés lorsqu'on apprit que les sires d'Escornay et
de Lalaing s'étaient enfermés dans la citadelle d'Audenarde et qu'une
troupe de paysans, commandée par Yvain de Vaernewyck, assiégeait le
château de Gavre.

Le 11 octobre 1539, la collace décide que le payement des impôts sera
suspendu jusqu'à ce que la reine de Hongrie ait livré les magistrats
fugitifs, que les élections des doyens des métiers auront lieu
conformément aux anciens usages, que l'on chassera les hommes d'armes
du plat pays en sonnant le tocsin dans toutes les campagnes, que l'on
écrira aux magistrats de Bruges, d'Ypres, d'Audenarde, de Courtray et
d'Alost pour qu'ils ne leur permettent point de se réunir contre les
Gantois. Six jours après, le grand bailli, François Van der Gracht,
s'enfuit de Gand, «accoustré en guise de serviteur.»

Le mouvement insurrectionnel avait atteint son point culminant: nous
touchons à la période où il cédera à la régression la plus énergique
et la plus sévère, répression qu'excusent à peine deux années d'une
patience et d'une longanimité mises à toute épreuve.

Le 30 octobre, un envoyé de Charles-Quint, muni de pouvoirs fort
étendus, arrive à Gand: c'est Adrien de Croy, comte du Rœulx. Le
lendemain, «il remonstra aux bourgeois le grand dangier ouquel ils se
mettoient, que pour le présent l'Empereur estoit le plus puissant et
bien fortuné prince de toute la chrestienté, et que jamais ils
n'avoient eu ung tel conte ayant la puissance et noblesse de luy,
lequel ils devoient partant bien aymer, et meismes plus que nuls de
ses autres subjects, en tant qu'il estoit natif de la ville de Gand,
et pour ces causes et autres devroient estre des plus obéissans, et
meismes que, si aucuns autres de sesdits subjects se vouloient
eslever à l'encontre de sadite Maigesté, qu'ils devroient estre ceulx
qui de tous leurs pouvoirs devroient soustenir icelle, et meismement
pour ce que l'Empereur estoit le premier conte de Flandres qui se
povoit intituler conte, prince et seigneur souverain du pays de
Flandres, laquelle souveraineté Sa Maigesté avoit conquise à
l'encontre du roy de Franche, par la prinse que son armée fist dudit
roy, nommé Franchoys premier de ce nom, à la journée devant Pavye, ce
qui a esté et est ung grant bien et honneur pour lesdits de Gand, et
conséquemment pour tout ledit pays et conté de Flandres, de quoy sera
mémoire à tousjours, et partant le devroient aymer souverainement
par-dessus tous autres ses subjects... Aussy leur mist en mémoire
comment ils devoient avoir souvenance que leurs prédécesseurs avoient
esté sy griefvement pugnis d'avoir rebellé à l'encontre de leurs
contes par cy-devant, lesquels n'estoient en riens à rapporter à la
puissance de leur conte présent, et sy devoient aussy avoir mémoire
des deux journées de bataille qui furent, la première à Rosebecke et
la seconde à Gavre, lesquelles deux batailles lesdit Ganthois eurent à
l'encontre de leurs contes, et y furent occis, de la partie desdits
Ganthois, plus de trente à quarante mil hommes, et bien peu de la
partie desdits contes de Flandre, par quoy est bien démonstré que les
mauvais rebelles et désobéissans subgects n'ont jamais droit de
victoire à l'encontre de leurs bons princes.»

Adrien de Croy ne fut pas écouté: les Gantois ne s'agitèrent que plus
violemment en sentant vibrer dans leur âme cette triste évocation de
la mémoire de leurs aïeux morts pour leur liberté; mais combien les
temps n'étaient-ils point changés! et qu'il y avait loin des
mémorables assemblées où Nicolas Bruggheman annonçait la croisade, aux
sombres conciliabules où les disciples de Luther prêchaient la
destruction de l'autel et du temple! Quel lien politique ou religieux
pouvaient invoquer les _creesers_ de 1539 pour se croire les
dépositaires des immortelles traditions des pieux et héroïques
_clauwaerts_ du quatorzième siècle?

Le 3 novembre 1539, la cloche du travail cessa de sonner; toutes les
maisons, tous les ateliers, toutes les boutiques se fermèrent, et les
bourgeois se réunirent au couvent des frères prêcheurs pour se
défendre contre les attaques insensées des _creesers_, auxquels on
attribuait on ne sait quel horrible projet de saccager et de piller
toute la ville. Bien que rien ne vint justifier ces craintes,
l'inquiétude était générale et profonde. Telle était la situation de
Gand au moment où l'on attendait la décision que prendrait l'Empereur.

Charles-Quint avait compris toute l'importance de la sédition des
Gantois, qui comptaient sur l'appui des mécontents d'Allemagne et qui,
tôt ou tard, pouvaient espérer celui du roi de France. Une plus longue
absence devait, en lui enlevant le pays qui était son berceau et le
patrimoine de ses ancêtres, briser le nœud qui retenait dans la même
main tant d'États différents de mœurs et d'intérêts. La route du Rhin
était trop longue; les tempêtes de l'hiver, qui n'était plus éloigné,
ne permettaient point de songer à celle de l'Océan. «C'est en
traversant la France que je me rendrai en Flandre,» dit-il à ses
conseillers, et quelque vives que fussent leurs représentations, il
quitta la Castille pour se diriger vers les Pyrénées.

François Ier avait lui-même engagé Charles-Quint à prendre la voie la
plus courte et la plus favorable; il lui avait offert ses fils comme
otages, afin de garantir la sincérité de ses intentions; mais
Charles-Quint les avait refusés, croyant que dès qu'il se reposait
dans la loyauté du roi de France, la confiance qu'il lui témoignait,
devait être complète et entière.

L'harmonie politique qui régnait entre Charles et François Ier,
paraissait solidement affermie. «J'aime tant le roy mon frère, disait
Charles-Quint, et me sens ai fort obligé à luy du bon recueil qu'il me
faict, du bon visage qu'il me porte et du bon traict qu'il m'a fait de
n'avoir entendu à ces marauts de Gand, que jamais plus je ne
retourneray à lui faire la guerre; et désormais il faut que nous
demeurions perpétuellement bons amis et frères.» Il ajoutait qu'il
souhaitait cette paix pour repousser les Turcs et les Algériens de
nouveau hostiles, et pour apaiser en Allemagne les troubles religieux.

En ce moment, d'importantes négociations étaient entamées entre les
deux monarques. Elles étaient relatives à l'abandon définitif de leurs
prétentions mutuelles qu'ils eussent abdiquées au profit du duc
d'Orléans, second fils du roi de France, appelé à épouser une fille de
Charles-Quint.

L'historien espagnol Sandoval fait adresser ce discours par
Charles-Quint au connétable de Montmorency:

«De deux filles que j'ai, je veux donner l'aînée au duc d'Orléans et
lui donner, avec elle, les États de Flandre avec le titre et le nom de
roi, si bien que le roi François aura de cette sorte deux fils, tous
deux rois, si voisins et si limitrophes, qu'ils pourront se voir tous
les jours et communiquer ensemble, comme vrais et bons frères. Et
comme nous sommes tous mortels, il pourrait arriver, ce que Dieu ne
veuille pas permettre, que le dauphin, son fils aîné, vînt à mourir,
et qu'aussi le prince don Philippe, mon fils, vînt à manquer, et alors
le duc d'Orléans et ma fille deviendraient les plus grands seigneurs
du monde, car ils seraient rois d'Espagne, de France et de Flandre et
de tous mes autres royaumes et seigneuries, de manière qu'on peut dire
que je donne pour dot un royaume considérable, qui est celui de
Flandre, et une espérance très-grande et assez bien fondée de parvenir
à d'autres royaumes encore plus puissants.»

Martie du Bellay accuse injustement Charles-Quint d'avoir manqué à sa
promesse. Le connétable de Montmorency engagea, plus que personne,
François Ier à ne pas l'accepter: «Comme sage et bien advisé, il
remonstra au roy, dit Brantôme, que deux frères si grands, si
puissants et si près les uns des autres et fort chatouilleux, se
pourroient un jour entrer en picque, se faire la guerre et se deffaire
les uns les autres, et qu'il ne falloit pas les approcher de si près,
mais les reculer au loin vers Milan, qui ne seroient si voisins et
hors de toutes commodités à ne se rien demander.»

L'ambition de la France devait, pendant trois siècles, s'égarer au
delà des Alpes. Il semblait que l'honneur de ses armes s'opposât à ce
qu'on laissât reposer à l'ombre des bannières étrangères tous ces
héros morts aux journées de Pavie, de Novarre, de Ravenne et de
Cérisoles.

Le 1er janvier 1539 (v. st.), Charles-Quint entra à Paris par la porte
Saint-Antoine où l'on avait écrit ces deux vers:

    Ouvre, Paris, ouvre tes haultes portes:
    Entrer y veult le plus grant des crestiens.

On voyait ailleurs les armes impériales et royales «liées ensemble par
cordons et nœuds d'amour.» Les échevins de Paris offrirent à
Charles-Quint un Hercule d'argent doré, allusion ingénieuse à sa
devise. Hercule avait écrit sur les rivages de la Lusitanie, au pied
de l'immobile colonne de Gades: _Nec plus ultra_. Charles-Quint, roi
de cette même contrée baignée par des mers dont ses vaisseaux avaient
dévoilé les trésors et les mystères, avait le droit de répéter: _Plus
oultre_. Enfin, le 7 janvier l'Empereur quitta Paris, et quatorze
jours après, il s'arrêta à Valenciennes, où l'attendait la reine de
Hongrie.

L'on persistait à Gand à croire Charles-Quint retenu en Espagne par
ses guerres contre les Turcs et les corsaires des États barbaresques,
lorsqu'on y apprit tout à coup, avec une stupeur profonde, qu'il était
arrivé aux frontières des Pays-Bas, après avoir confirmé l'alliance
qui l'unissait au roi de France. La crainte de sa colère que les
bourgeois et les gens des métiers avaient successivement bravée, les
uns en favorisant le commencement de la rébellion, les autres en la
poussant aux dernières limites, se présentait à tous les esprits, et
il semblait qu'en se révélant si inopinément elle parût plus
redoutable. Une députation, composée de Josse Uutenhove, de Charles de
Gruutere, de Nicolas Triest, de Louis Bette et de quelques délégués
des métiers, s'était dirigée vers Valenciennes; mais on leur enjoignit
de ne pas aller plus loin que Saint-Amand, afin d'y attendre les
ordres de l'Empereur. «Le temps commenchoit à venir que on ne les
voulloit plus complaire: de quoy ils furent mal contents et
murmuroient entre eulx que on leur devoit incontinent donner bonne
audience, pour ce qu'ils estoient les seigneurs et députés de ceulx de
Gand, et cuydoient que l'Empereur se contenteroit bien d'eulx et de
leurs excuses, et leur sembloit que le comte de Flandres ne pouvoit
riens lever oudit pays sans leur consentement.» Il était aisé de
comprendre pourquoi Saint-Amand avait été assigné comme résidence
momentanée aux députés gantois. «La cause pour qu'il fut défendu aux
Ganthois de non venir jusques en ladicte ville de Valenchiennes,
c'estoit pour ce que les princes et seigneurs de Franche estoient
encoires en ladicte ville et qu'il n'estoit besoing que les
estrangiers sceussent au vray les affaires d'iceulx de Gand, combien
qu'ils en sçavoient assez, car on n'avoit parlé plus de demy
auparavant par tout le pays d'autre chose que d'eulx.»

Le 25 janvier, les députés de Gand sont appelés à Valenciennes et
reçus par l'Empereur, «lequel, après les avoir quelque peu oys, leur
imposa silence à leurs excuses et propositions longues et bien
prolixes, et leur dist, pour toute résolution, que à ces fins il
estoit venu en ses pays de pardechà en bonne diligence et au grand
travail et dangier de sa personne par temps d'yver, pour mettre et
donner bon ordre et pollice ès affaires de sa ville de Gand et y venir
faire les pugnitions et corrections des mésus commis: ce qu'il feroit
de telle sorte qu'il en seroit mémoire et que autres ses villes, pays
et subgects y prendroient exemple de non faire le semblable. Et autre
response ne sceurent avoir lesdits députés de Gand.»

Déjà les bandes d'hommes d'armes du duc d'Arschoot, du prince
d'Orange, des comtes d'Hoogstraeten et du Rœulx s'assemblaient à
Halle, à Malines, à Enghien, et le 14 février 1539 (v. st.),
Charles-Quint se présenta, à la tête de cette armée réunie à la hâte,
aux portes de Gand, qui étaient restées ouvertes, «et dura icelle
entrée plus de six heures sans le carroy et bagaiges, qui dura tout le
jour. Il y avoit à icelle entrée huit cens hommes d'armes desdites
ordonnances, qui sont pour le moings, y comprins les archiers, de
trois à quatre mil chevaux, et estoient tous en armes, la lanche au
poing, les picquenaires ayans la picque sur l'espaulle, les
hallebardiers ayans aussi leurs hallebardes, et les hacquebuttiers
ayans chascun en sa main la hacquebutte, laquelle gendarmerie estoit
toute preste et appareilliée d'entrer en combat. Et en telle
compaignie, puissance et estat entra en ville de Gand, de quoy les
habitants d'icelle furent bien fort esbahis et estonnés.»

Paul Jove raconte que lorsque Charles-Quint arriva aux portes de Gand,
on eût cru, à voir les impressions qui se produisaient sur son visage,
que la cité qui le recevait, n'était pas celle qui lui avait donné le
jour et qui avait nourri sa jeunesse, mais une cité ennemie et
détestée. Il ajoute que les Gantois se repentirent bientôt de ne pas
avoir fermé leurs portes et de ne pas avoir pris les armes pour se
défendre, car il eût été impossible de les soumettre ou de les réduire
par la force, puisque leur ville est si vaste qu'elle peut armer
aisément, par un mouvement inopiné, plus de quarante mille hommes.

Toutes les places et toutes les rues de Gand étaient occupées «par
bandes et compaignies de gendarmerie qui faisoient grand guet, tant de
jour comme de nuit,» et ce fut sous ces formidables auspices que l'on
procéda lentement à une enquête sur les causes et les progrès des
troubles qui avaient eu lieu. Après une longue attente, tantôt
assombrie par les inquiétudes, tantôt éclairée de quelques lueurs
d'espérances, tous les échevins furent mandés par l'Empereur «en l'une
des plus grandes chambres de sa court, laquelle estoit toute ample
ouverte,» et là, maître Baudouin Le Cocq, procureur général au grand
conseil de Malines, prononça un réquisitoire aussi long dans ses
prémisses que terrible dans ses conclusions. Il commença par combattre
les efforts qu'avaient faits les Gantois pour se justifier par les
principes du droit communal, et prétendit que le privilége du comte
Gui de Dampierre concernait les impôts qui atteindraient spécialement
et uniquement les habitants de Gand, que celui de Louis de Nevers ne
s'appliquait qu'à ceux qui auraient été illégalement établis, que la
charte de Marie de Bourgogne qu'ils invoquaient, n'avait aucune
autorité, puisqu'elle avait été obtenue par violence et même
formellement révoquée en 1485 et en 1515. Il représenta que si, au
grand regret de l'Empereur, les impôts avaient été si élevés, les
Gantois n'y avaient toutefois jamais contribué que selon leur
quote-part déterminée depuis longtemps. Puis abordant un autre ordre
d'idées, il raconta les outrages par lesquels les Gantois avaient
répondu aux propositions réitérées de l'Empereur et de la reine de
Hongrie, et exposa les nombreux méfaits par lesquels les Gantois
s'étaient rendus coupables du crime de lèse-majesté qui entraînait la
confiscation de leurs franchises, de leurs corps et de leurs biens.

La réponse des Gantois fut plus fière qu'on n'eût pu le prévoir. Ils
placèrent la source de toutes les émeutes «dans le petit et sobre
gouvernement qui avoit esté ès pays de pardechà durant son absence: au
moyen de quoy les biens et les revenus de la ville de Gand avoient
esté mal conduys et gouvernés, dont le commun peuple et les autres
avoient fort murmuré, disans qu'ils estoient mengiés et les biens de
ladite ville publiés par les gouverneurs d'icelle, lesquels n'avoient
aucun soin du bien de la chose publicque.» On les vit même maintenir,
en présence de l'Empereur, le droit qu'ils prétendaient posséder de ne
pas être liés en matière d'impôt par le vote des autres membres de
Flandre; mais leur justification ne fit que provoquer une plus
violente réplique du procureur général qui, par une exagération tout
opposée, ne trouva, dans la proposition que les Gantois avaient faite
à la reine de Hongrie de prendre les armes contre les Français, «que
le moyen de eulx rassembler en nombre pour après courre et pillier le
pays.» Quoi qu'il en fût, Charles-Quint avait résolu d'ajourner encore
pendant quelque temps sa sentence.

Le supplice des coupables devait précéder la condamnation de la cité,
moins criminelle qu'imprudente dans le développement de ses griefs,
dont mille passions factieuses exploitaient, à leur profit, la justice
et la légitimité. Le 17 mars 1539 (v. s.), sept habitants de Gand
furent décapités devant le Gravesteen, aux lieux mêmes où s'était
élevé l'échafaud de Liévin Pym. Les principaux étaient Simon Borluut,
«fils d'un riche bourgeois de l'ancienne bourgeoisie de la ville,» et
deux anciens grands doyens, Liévin Dherbe et Liévin Hebscap. L'auteur
de la _Relation anonyme des troubles de Gand_ ajoute: «Il n'y vint
guères de Gantois voir faire ladite exécution, qui se faisoit bien au
grand regret de la pluspart d'eulx. Combien qu'ils l'avoient bien
mérité et desservy, c'estoit une grande pitié de les voir ainsi morir
l'un après l'autre.» Parmi les accusés fugitifs ou frappés de peines
moins sévères se trouvaient: Yvain de Vaernewyck, Liévin Borluut,
François de Baronaige, représentants de la vieille liberté gantoise
restés fidèles à sa décadence et à ses malheurs, en même temps que
purs de tous les excès qui l'avaient compromise en la déshonorant.

Le 21 mars, les magistrats de Gand, cette fois plus humbles et plus
timides, tentèrent un nouvel effort pour obtenir l'oubli complet du
passé: «A quoy l'Empereur respondit, meismes de sa bouche, qu'il
n'avoit autre désir en ce monde, que tant qu'il plairoit à Dieu le y
laissier, de user de grâce et miséricorde et aussi de faire justice,
et que, entre autre prières qu'il faisoit journellement à Dieu,
c'estoit qu'il lui pleust donner sa grâce de ainsy le faire. Mais leur
dist après qu'il estoit bien adverty qu'ils ne se repentoient d'autre
chose qu'ils n'avoient, dès le commencement de leurs commotions, mis
du tout à exécution leurs mauvaises voullentés et n'avoient d'autre
regret; que au plaisir de Dieu, il y mettroit remède et les
empescheroit bien à jamais de mettre leurs mauvaises voullentés à
exécution.»

Peu de jours s'étaient écoulés, lorsque Charles-Quint commença à
donner suite à ses menaces en arrêtant la construction d'une citadelle
«au lieu et plache où estoit située l'église et monastère de
Saint-Bavon, ouquel lieu y avoit eu ung petit chasteau fait par les
Romains du temps de Julius César.» Les tristes images de la guerre
pénétraient dans l'asile de la religion et de la paix. Des hommes
d'armes allaient chasser les religieux de leurs paisibles cellules.
Plus de prières, plus d'hymnes sacrées sous ces antiques arceaux que
sanctifiaient les noms vénérés de saint Bavon, de saint Liévin et de
saint Amand. «Ce chasteau tiendra à jamais les Gantois en bonne
obéissance, mais leur sembloit ce plus griefve pugnition que d'avoir
perdu en bataille huit ou dix mille hommes.» Adrien de Croy et
Jean-Jacques de Médicis sont chargés de présider aux travaux de quatre
mille ouvriers qui, en moins de six mois, mettront les remparts qu'ils
construisent, en état de défense.

Le 24 avril, Charles-Quint a posé la première pierre du château de
Gand: quatre jours après, il prononce la sentence dont ce château est
destiné à assurer l'exécution. A un long exposé des «mésus» des
Gantois et de leurs moyens de justification, qui ne suffît pas pour
établir l'impartialité du juge, succède un arrêt que Gand, après trois
siècles, ne relit encore qu'avec effroi.

«Nous disons et déclairons que le corps et communaulté de nostre ville
de Gand sont escheus ès crimes de desléaulté, désobéyssance,
infraction de traictiés, sédition, rébellion et lèze-maigesté, et que
partant ils ont fourfait tous et quelconques leurs priviléges,
droicts, franchises, coustumes et usaiges emportans effects de
priviléges, jurisdiction ou auctorité compétens tant au corps de
nostre ditte ville de Gand que aux mestiers, et d'iceulx les avons
privé et privons à perpétuité, et ensuyvant ce tous lesdits priviléges
seront apportés en nostre présence pour d'iceulx estre fait et ordonné
à nostre bon plaisir sans que, en temps à venir, ils les puissent
alléguer, ne aussy tenir, ne garder coppie ou extraict, sur paine
d'encourir nostre indignation et de nos successeurs.

«Nous déclairons aussy confisqués tous et quelconques les biens,
rentes, revenus, maisons, artilleries, munitions de guerre, la cloche
nommée _Roland_ et aultres choses que le corps de la ville ou les
mestiers ont en publicq et commun, leur deffendant de doresenavant
avoir artillerie... Et par dessus ce condamnons lesdits de nostre
ville de Gand à faire amende honorable, à sçavoir que les eschevins
estant à présent des deux bancqs de nostre dicte ville de Gand avecq
leurs pensionnaires, clercqs et commis, trente notables bourgeois que
dénommerons, le doyen des tisserans et le desservant du grand doyen,
vestus de robes noires, deschaints et à teste nue, ensemble de chascun
mestier six personnes et des tisserans cinquante, aussy cinquante de
ceulx qui, en l'esmotion, se nommoient _cresers_, et iceulx _cresers_
le hard au col et tous estans en linge, compareront par-devant nous,
eulx partans de la maison eschevinale de nostre dicte ville, en dedens
trois jours, à telle heure et en tel lieu que leur commanderons et en
l'estat que dessus, mis à genoulx, feront dire, à haulte et
intelligible voix, par l'un de leurs pensionnaires, que grandement
leur desplait des dites desléaultés, désobéissances et rébellions, et
prieront, en l'honneur de la passion de Nostre-Seigneur, que nous les
veullons recevoir à grâce et miséricorde. Et pour réparation
prouffitable, les condempnons de nous payer, par-dessus leur quote et
portion de l'ayde de quatre cent mil karolus d'or, la somme de cent
cinquante mil karolus d'or pour une fois, et chascun an six mil
semblables karolus d'or de rente perpétuelle... Aussy les condempnons
de faire remplir à leurs despens la _rytgracht_, et avec ce les douves
et fossés, depuis la porte d'Anvers jusques à l'Escault, en dedens
deulx mois prochains. Et si réservons et déclairons de faire démolir
aulcunes vielles portes, tours et murailles pour les matériaux estre
employés au chasteau de Saint-Bavon, et moyennant ce, leur quittons et
remettons de grâce espéciale tous les susdits mésus et délicts, saulf
et exceptés les réfugiés et aultres ayant délinqué depuis que sommes
en ceste nostre ville et les particuliers estans encoires de présent
prisonniers, la pugnition desquels réservons à nous.»

Le lendemain, une ordonnance spéciale détermina les règles de
l'administration de la ville de Gand. Les formes anciennes des
institutions municipales étaient conservées, mais l'intervention du
prince se trouvait substituée dans les dispositions les plus
essentielles à l'élection populaire. Le nombre des métiers était
réduit à vingt et un. Les doyens, désormais supprimés, étaient
remplacés par des _supérieurs_ «bourgeois de la ville, non faisant
aulcun mestier.» Il faut aussi remarquer l'abolition «du guet de la
mi-quaresme qui se nomme «l'_auwet_, du voyaige et portaige de sainct
Liévin à Houltem, des deux confrairies de sainct Liévin, de
l'assemblée des tisserans de layne à la procession de Nostre-Dame, et
de toutes assemblées quelconques avec port d'armes ou bastons
invasibles.»

Ce fut ainsi que les Gantois perdirent «ce qu'ils avoient tant aymé et
bien gardé par si longues années, qui estoient leurs priviléges, et
avec ce toutes leurs anchiennes coustumes et usaiges, et aussy toutes
autres auctorités, franchises et libertés, desquels les Gantois
avoient usé en grande présomption, en n'extimant autres villes que la
ville de Gand, de telle sorte qu'il leur sembloit qu'il n'y avoit
prince sur la terre, tant fust grand et puissant, qui les eust sceu
dompter, et meismement que le conte de Flandres povoit bien peu au
pays sans eulx.»

L'acte d'amende honorable eut lieu, le 3 mai 1540, à l'hôtel de Ten
Walle. «Il y avoit, entre lesdits de Gand, plusieurs qui pleuroient,
car ladicte réparation se faisoit à leur fort grand regret, et
principallement de ainsy avoir le hart au col, qui leur estoit dur à
passer, et s'ils n'eussent esté ainsy domptés, ils ne l'eussent jamais
fait pour morir.»

Le 3 mai 1382, Philippe d'Artevelde, représentant des libertés
communales de Gand menacées des mêmes atteintes par Louis de Male,
triomphait au Beverhoutsveld. Si les Gantois avaient réussi, en 1542,
à se séparer de la faction désordonnée des _creesers_, comme ils
secouèrent, en 1452, le joug de la dictature anarchique de Jean
Willaey, on les eût vus, sans doute, aller chercher la route du
Beverhoutsveld, ne dût-elle être que celle de Gavre, plutôt que de
s'humilier dans une poussière qui n'était point celle du champ de
bataille. Vainqueurs, ils eussent, par une révélation imprévue, forcé
l'histoire à reconnaître que les temps des libertés communales du
moyen-âge n'étaient point accomplis. Vaincus, ils se seraient inclinés
sous une main qui, si elle ne leur était pas étrangère, était du moins
digne, par sa gloire, de clore leurs destinées.

Charles-Quint quitta Gand le 19 juin 1540, après y avoir passé quatre
mois. Au lieu des acclamations populaires qui avaient tant de fois
retenti autour de lui, il ne recueillait à son départ que les
silencieux témoignages d'une douleur profonde. La vieille cité de
Jean Yoens et de Jacques d'Artevelde avait trouvé dans les ruines de
sa puissance et de sa liberté cette voix désolée de la patrie qui
s'adressait à Coriolan pour lui rappeler qu'il était fils de Rome,
comme Charles-Quint était fils de Gand: _Potuisti populari hanc terram
quæ te genuit atque aluit?_ N'avait-elle pas entouré son berceau de
prières dictées par l'allégresse la plus vive? Charles-Quint
n'avait-il pas été comte de Flandre avant d'être empereur et roi? Ne
l'avait-on pas entendu dire aux cardinaux, en parlant de ses
concitoyens: «mes Flamands?»

Le 24 février 1500, Charles naissait au milieu d'une fête et sous
l'influence favorable des astres, qui du haut des cieux saluaient sa
venue; le 24 février 1515, il était inauguré à Gand; le 24 février
1525, la victoire de Pavie lui livrait le roi de France prisonnier et
le rendait l'arbitre des destinées de l'Europe; le 24 février 1530, le
pape Clément VII le couronnait à Bologne. Les premiers vœux de Gand,
mère de Charles-Quint, ne lui tenaient-ils point lieu du sourire de la
fortune?

Tout était bien changé lorsque, le 24 février 1540, les envoyés des
princes protestants d'Allemagne, prêts à se confédérer contre lui, le
trouvèrent, entouré lui-même de soldats allemands, dictant, dans sa
propre patrie, la sentence dont il devait la frapper. Gand lui annonça
ses triomphes, elle ne lui présage plus que des revers.

Le 24 février 1557, un monastère de l'Estramadure s'ouvrira devant lui
comme son dernier asile, et il y cherchera en vain, comme une
consolation aux soucis qu'il n'aura pu rejeter loin de lui avec la
pourpre impériale, l'image fugitive de sa cité natale, jadis si fière
de ses franchises séculaires, désormais triste, abattue, humiliée,
prête à passer des larmes à la haine.

C'était de Gand que Charles-Quint avait poursuivi les négociations
relatives à la cession des Pays-Bas au profit du duc d'Orléans en
échange du Milanais, du Piémont et de la Savoie, que lui aurait faite
le roi de France; mais elles amenèrent peu de résultats. D'une part,
Charles-Quint exigeait que l'abandon du Milanais fût définitif et
celui des Pays-Bas subordonné au mariage du duc d'Orléans avec une de
ses filles, avec droit de réversion à défaut de postérité à naître de
ce mariage. D'autre part, François Ier rappelait ses prétentions de
suzeraineté sur la Flandre, et bientôt le connétable termina ces
pourparlers par un refus formel adressé aux ambassadeurs français qui
avaient suivi Charles-Quint à Gand. L'ambition de la dauphine, fille
de Laurent de Médicis, avait puissamment contribué à faire rejeter ces
négociations, trop favorables à un prince puîné de la maison royale de
France.

Il semble que tous les projets que forme Charles-Quint, depuis la
confiscation des priviléges de Gand, soient condamnés à de stériles
résultats. Il se rend en Allemagne sans réussir à y calmer les
dissensions religieuses, et, lorsqu'il tente une seconde expédition en
Afrique, il n'y trouve plus que des revers.

Charles-Quint n'avait pas même atteint en Flandre le but qu'il se
proposait: la soumission complète des Gantois. Dès 1541, le comte de
Rœulx se plaignait des discours séditieux qui se tenaient à Gand. En
1542, on y découvrit une conspiration dirigée par Guillaume Goethals
et d'autres bannis, qui s'étaient réfugiés dans le pays de Clèves. Dix
ans plus tard, le duc de Florence avertissait Charles-Quint que le roi
de France avait des intelligences à Gand et à Bruges.

En 1542, le dauphin s'empara du comté de Luxembourg, tandis que le duc
de Gueldre confiait à Martin de Rossem le commandement d'une armée qui
menaça Anvers, où vinrent s'enfermer à la hâte douze cents paysans du
pays de Waes. Une autre armée française s'avança rapidement jusqu'aux
portes de Mons et de Valenciennes en ravageant les campagnes, d'où les
laboureurs n'avaient pu fuir, parce qu'ils n'avaient point prévu la
guerre.

Cependant Charles-Quint réunissait de nombreux hommes d'armes en
Allemagne. Réduit à la fois à tolérer les insurrections des
protestants et à accepter l'alliance de Henri VIII, qui avait accablé
sa famille d'outrages, il se hâtait de marcher à des victoires placées
à un tel prix: déjà le duc de Clèves avait été forcé de se soumettre,
et bientôt l'Empereur suivi de 14,000 Allemands, de 9,000 Espagnols ou
Italiens, de 6,000 Wallons, de 10,000 Anglais, de 12,000 Flamands et
de 13,000 cavaliers de diverses nations, vint mettre le siége devant
la ville de Landrecies, que les Français avaient fortifiée avec soin.
L'artillerie de l'Empereur était formidable. Elle tarda peu à faire
une large brèche dans les remparts; néanmoins, afin d'éviter toute
effusion inutile de sang, aucun assaut ne fut tenté. On savait que la
garnison manquait de vivres et que la famine y faisait de nombreux
ravages (premiers jours de novembre 1543). François Ier, après avoir
reculé d'abord devant Charles-Quint, avait rassemblé à Saint-Quentin
une nouvelle armée qui campait à Cambray. Il s'avança même jusqu'à
Châtillon, et l'Empereur, croyant qu'il cherchait une bataille
décisive, passa la Sambre avec toute son armée pour le rejoindre. Il
s'aperçut trop tard que le mouvement des Français n'était qu'une ruse.
Un convoi important, commandé par le comte de Saint-Pol et Claude
d'Annebaut, avait profité de l'éloignement des Impériaux pour
s'introduire dans Landrecies, et tandis que Charles-Quint recevait de
nouveaux renforts de Saxe et du pays de Clèves, l'armée française se
retira pendant la nuit dans la forêt de Guise.

L'approche de l'hiver termina la campagne de 1543. Lorsque la guerre
recommença au printemps, les Français étaient victorieux en Italie.
Les chances de la guerre ne changèrent que lorsque l'Empereur parut
lui-même à la tête de ses armées des Pays-Bas. Au même moment le roi
d'Angleterre abordait en France, mais au lieu de suivre Charles-Quint
en Champagne, il s'arrêta à Marquion, pour assiéger Boulogne.

Charles-Quint, réduit à ses propres forces, n'en continuait pas moins
sa marche victorieuse. Il ne s'arrêta qu'à deux journées de Paris,
pour conclure une paix qui reproduisait, comme les traités de Madrid
et de Cambray, la pensée constante de l'Empereur, qui ne voyait en lui
que le chef de la grande confédération de tous les princes chrétiens.
Le roi de France s'engageait à placer sous ses ordres un corps de
troupes toutes les fois que la guerre sainte serait proclamée contre
les infidèles.

Les autres articles du traité de Crespy se rapportaient à
l'accomplissement d'un projet que François Ier avait repoussé en 1540.
Charles-Quint promit au duc d'Orléans ou sa fille Marie ou l'une de
ses nièces. La première eût reçu pour dot les Pays-Bas, la Bourgogne
et le comté de Charolais; la seconde, le Milanais, qui n'en serait pas
moins resté soumis à l'investiture impériale. Le duc d'Orléans devait
lui-même obtenir pour apanage les duchés d'Orléans, de Bourbon et de
Châtellerault, et le comté d'Angoulême. Le roi de France s'engageait
de plus à restituer la Savoie et renonçait à toutes prétentions de
suzeraineté sur la Flandre et sur l'Artois.

Pendant l'audacieuse expédition de l'Empereur, les Anglais
poursuivaient le siége de Boulogne. Ils avaient appelé de Flandre un
renfort de cinq cents hommes commandés par le capitaine Taphoorn et
cent artilleurs espagnols. Boulogne capitula le 14 septembre, et peu
de jours après Henri VIII s'embarqua précipitamment, n'y laissant
qu'une garnison pour repousser les attaques des Français.

Charles-Quint ne s'était pas éloigné des Pays-Bas. Il reconnut le zèle
qu'avait montré la Flandre à l'aider de ses milices et de ses
subsides, par une déclaration ainsi conçue:

«Charles, par la divine clémence, empereur des Romains, toujours
auguste, roy de Germanie, de Castille, de Léon, de Grenade, d'Arragon,
de Navarre, de Naples, de Sicile, de Mayorque, de Sardaigne, des isles
et terre ferme de la mer Océane, dominateur en Asie et en Afrique:

«Veuillans user de bonne foy envers les estats et membres de Flandres,
déclairons que nostre intention n'a esté, comme encoires n'est, ne
changer ou altérer la manière d'accorder aydes en nostre dict pays de
Flandres, ains que l'accord et levée desdits deux dixiesmes est et
sera sans préjudice de leurs priviléges et coutumes, et ne pourra
cy-après estre tiré en conséquence par nous, nos hoirs et successeurs
comtes et comtesses de Flandres.

«Donné en nostre ville de Gand, le 10 décembre 1544.»

Charles-Quint pressait l'exécution du traité de Crespy, lorsqu'on
apprit tout à coup que le duc d'Orléans était mort subitement, le 8
septembre 1545, à l'abbaye de Farmoutier, près d'Abbeville. On
assurait que la peste l'avait emporté; cependant la voix populaire
continuait à accuser d'un nouveau crime la femme du dauphin, Catherine
de Médicis. Les princes protestants furent vaincus à Muhlberg: l'un
d'eux, le landgrave de Hesse, reçut pour prison la forteresse
d'Audenarde, mais leur parti ne tarda point à se relever. Les guerres
intérieures et étrangères se perpétuaient sans qu'il fût permis
d'espérer la paix, si nécessaire aux intérêts et aux besoins de
l'Europe. Le trésor de Charles-Quint était épuisé; les vétérans de ses
armées (perte irréparable) disparaissaient chaque jour, et avec eux
les illustres capitaines qui leur avaient appris à vaincre: leurs
glorieux débris, épars sur les champs de bataille, rappelaient ces
monuments funèbres placés par les anciens au bord des routes que
suivaient les triomphateurs.

Si parmi eux il en était quelques-uns à qui il fût donné de finir, à
l'ombre du foyer domestique, une vie abrégée par les fatigues, leur
mort même empruntait aux souvenirs de leurs exploits un caractère
héroïque et belliqueux qui commandait l'admiration.

L'antiquité ne nous a rien laissé de plus beau que ce récit de
Brantôme:

«Les Flamans et Bourguignons ont fort estimé leur M. de Bure[1] et
tenu pour bon capitaine. Ce comte de Bure mourut à Bruxelles et fit la
plus belle mort de laquelle on ouyt jamais parler au monde. Ce
chevalier de la Toison d'or tomba soudainement malade au lict, de
quelque effort qu'il eust faict en avallant ces grands verres de vin à
la mode du pays, carrousant à outrance, fust que les parties de son
corps fussent vitiées ou autrement. André Vesalius, médecin de
l'empereur Charles, l'alla incontinent visiter et luy dict
franchement, après luy avoir tasté le pouls, que dans cinq ou six
heures, pour le plus tard, il lui falloit mourir, si les règles de son
art ne falloient en luy, par quoy luy conseilla, en amy juré qu'il luy
estoit, de penser à ses affaires: ce qui advint comme le médecin
l'avoit prédict. Tellement que Vesalius fut cause que le comte fit la
plus belle mort de laquelle on ayt jamais ouy parler depuis que les
roys portent couronnes; car le comte, sans s'estonner aucunement, fit
appeller les deux plus grands amis qu'il eust, à sçavoir l'évesque
d'Arras, despuis cardinal de Granvelle, qu'il appelloit son frère
d'alliance, ensemble le comte d'Aremberg, son frère d'armes, pour leur
dire adieu. En ces cinq ou six heures, il fit son testament, il se
confessa et receut le Saint Sacrement. Puis, se voulant lever, fit
apporter les plus riches, les plus beaux et les plus somptueux habits
qu'il eust, lesquels il vestit; se fit armer de pied en cap des plus
belles et riches armes qu'il eust, jusques aux esperons; chargea son
collier et son grand manteau de l'ordre, avec un riche bonnet à la
polacre, qu'il portoit en teste pour l'aymer plus que toute autre
sorte de chapeau, l'espée au costé; et ainsy superbement vestu et
armé, se fit porter dans une chaire en la salle de son hostel, où il y
avoit plusieurs couronnels de lansquenets, gentilshommes, capitaines
et seigneurs flamans et espagnols, qui le vouloient voir avant mourir,
parce que le bruit vola par toute la ville que, dans si peu de temps,
il devoit estre corps sans âme. Porté en sa salle, assis en sa chaire,
et devant luy sa salade enrichie de ses panaches et plumes, avec les
gantelets, il pria ses deux frères d'alliance de vouloir faire appeler
tous ses capitaines et officiers, qu'il vouloit voir pour leur dire
adieu à tous, les uns après les autres: ce qui fut faict. Vindrent
maistres d'hostel, pages, valets de chambre, gentilshommes servans,
pallefreniers, lacquais, portiers, sommeliers, muletiers et tous
autres, auxquels à tous (plorans et se jettans à ses genoux) il parla
humainement, recommandant ores cestuy-cy, ores cestuy-là, à M.
d'Arras, pour les récompenser selon leurs mérites, donnant à l'un un
cheval, à l'autre un mullet, à l'autre un lévrier ou un accoustrement
complet des siens, jusques à un pauvre fauconnier, chassieux, bossu,
mal vestu, qui ne sçavoit approcher de son maistre pour luy dire
adieu, comme les autres de la maison avoient faict, pour estre mal en
ordre, fut aperçeu par le comte, dernier les autres, plorer chaudement
le trespas de son bon maistre et fut appelé pour venir à luy: ce que
fit le faulconnier, lequel son maistre consola; et si l'interrogea
particulièrement comme se portoient tels et tels oiseaux qu'il
nourrissoit, puis, tournant sa face vers l'évesque d'Arras, luy dict:
Mon frère, je vous recommande ce mien fauconnier; je vous prie de
mettre sur mon testament que j'entends qu'il ayt sa vie en ma maison
tant qu'il vivra. Hélas! le petit bonhomme m'a bien servy, comme aussy
il avoit faict service à feu mon père, et a esté mal récompensé. Tous
les assistans, voyans un si familier devis d'un si grand seigneur à un
si petit malotru, se mirent à plorer de compassion. Puis, ayant dict
adieu à tous ses officiers et serviteurs et leur avoir touché en la
main, il demanda à boire en ce godet riche où il faisoit ses grands
carroux avec les couronnels quand il estoit en ses bonnes; et de faict
voulut boire à la santé de l'Empereur son maistre. Fit lors une belle
harangue de sa vie et des honneurs qu'il avoit receus de son maistre,
rendit le collier de la toison au comte d'Aremberg pour le rendre à
l'Empereur, beut le vin de l'estrier et de la mort, soutenu soubs les
bras par deux gentilshommes, remercia fort l'Empereur, disant, entre
autres choses, qu'il n'avoit jamais voulu boire en la bouteille des
princes protestans, ny volter face à son maistre, comme de ce faire il
en avoit esté fort sollicité; et plusieurs autres belles parolles,
dignes d'éternelle mémoire, furent dictes et proférées par ce bon et
brave capitaine. Finalement, sentant qu'il s'en alloit, il se hasta de
dire adieu à l'évesque d'Arras et au comte d'Aremberg, les remerciant
du vray office d'amy que tous deux luy avoient faict à l'article de la
mort, pour l'avoir assisté en ceste dernière catastrophe de sa vie. Il
dict adieu de mesme à tous ces braves capitaines et gentilshommes qui
là estoient. Puis, tournant la teste, apercevant M. Vesalius,
l'embrassa et le remercia de son advertissement. Finalement, dict:
Portez-moi sur le lict, où il ne fut pas plus tost posé, qu'il mourut
entre les bras de ceux qui le couchoient. Ainsy, superbement vestu et
armé, mourut ce grand cavalier flamand: mort de grand capitaine qui,
certes, mérite d'estre posée à la veue des princes, roys et
gouverneurs de province, pour leur servir de patron de bravement et
royallement mourir.»

  [1] Maximilien d'Egmont, comte de Bueren, mourut au mois de
  décembre 1548.

Charles-Quint avait pendant longtemps espéré qu'il lui serait donné
d'affermir les destinées de l'Europe par l'unité religieuse et
politique. Lorsqu'au récit de la mort de ses vieux capitaines ou des
revers subis par des capitaines plus jeunes, il abaissa autour de lui
ses regards, si longtemps perdus dans les nuages d'un trop vaste
horizon, il sentit que le sol s'ébranlait sous ses pas. Après avoir
rêvé qu'il guiderait l'Europe dans la voie tracée par son génie, il
lui était réservé de trembler pour ses propres Etats menacés
d'échapper après lui, à sa postérité. On le vit alors se séparer, non
sans une douleur profonde, de la grande tâche qu'il avait abordée,
plein de confiance dans l'avenir, pour s'occuper du soin étroit et
urgent d'assurer la transmission de son héritage à son fils Philippe.

La Flandre ne relevait plus de la France. Les autres provinces des
Pays-Bas avaient depuis longtemps oublié tous les liens qui les
avaient autrefois unies à l'Allemagne. Charles-Quint proposa aux
princes allemands de les comprendre dans l'Empire sous le nom de
cercle de Bourgogne. Tel fut le but de la convention d'Augsbourg, du
26 juin 1548, qui, en développant un projet conçu trente-six années
auparavant par Maximilien, plaça dans les diètes impériales le
souverain du cercle de Bourgogne au même rang que le duc d'Autriche,
en lui imposant des charges égales à celles de trois électeurs dans
les guerres contre les Turcs et de deux seulement dans les autres
guerres.

Charles-Quint alla plus loin et regretta d'avoir disposé en faveur de
son frère de la dignité de roi des Romains, qui assurait en sa faveur
le démembrement de ses vastes États. Il se flattait que les électeurs
consentiraient à accepter son fils pour second roi des Romains, de
telle sorte qu'il pût succéder plus tard à Ferdinand; mais mille
difficultés formèrent un obstacle sérieux à l'exécution de ses
desseins.

«On attend le retour de l'Empereur à la fin de cest été, écrivait de
Bruxelles Marillac à Henri II, si ce n'est qu'il veuille attendre ou
qu'il craint les difficultés qui croissent de jour en autre, veu qu'il
n'a pas grande espérance qu'il puisse faire son fils roy des Romains,
d'autant que son frère ne peut gouster de s'en démettre pour préférer
le bien de son neveu au sien propre. Enfin, l'Empereur ayant fait
requérir aux estats du pays qui sont encore assemblés, que ses subjets
eussent à jurer fidélité au prince son fils sans se despartir
toutesfois du serment qu'ils lui ont fait, il a eu pour réponse que
ses subjets ne pourroient jurer d'obéir à tous deux ensemble; car si
d'aventure il advenoit qu'ils commandassent choses contraires, ils ne
pourroient obéir à l'un sans encourir l'indignation de l'autre,
supplians qu'il lui plust ou se démettre du tout au prince son fils,
ou les exempter de tel serment et se contenter de ce qu'ils jureroient
obéir audit prince après la mort du père, pourvu qu'il les entretinst
en leurs priviléges, et notamment qu'il ne leur baillast point de
gouverneurs estrangers, ce qu'il leur a semblé devoir protester de
bonne heure pour voir ledit prince si affectionné à la nation
d'Espagne qu'il ne peut gouster ceux du pays: de quoy tout ce peuple
est si indigné que si le père, sans y donner ordre, venoit à décéder,
il y auroit quelque apparence qu'ils se soustrairoient de son
obéissance et demanderoient volontiers pour seigneur l'archiduc
d'Autriche, fils du roy des Romains, d'autant que ce peuple hayt si
fort les Espagnols qu'ils ne peuvent, en aucune manière que ce soit,
gouster leurs façons, tant s'en faut qu'ils se rangeassent à leur
gouvernement: de laquelle réponse l'on dit que l'Empereur s'est
contenté et que, suivant cette résolution, il partira dans peu de
jours pour suivre les villes du pays et faire prester ledit serment.»

En effet, l'Empereur s'était rendu dans les Pays-Bas au-devant de son
fils, qui avait quitté l'Espagne sur la flotte de Doria; il le fit
inaugurer à Louvain comme duc de Brabant. La même cérémonie eut lieu à
Bruxelles. Le 12 juillet, l'Empereur et son fils arrivèrent à Termonde
et Philippe y jura de respecter les priviléges de la ville. Cinq jours
après, il est inauguré comme comte de Flandre à Gand (17 juillet
1549); de là, il se rend à Bruges, à Ypres, à Bergues, où il répète
les mêmes serments. Philippe, poursuivant son voyage, visite tour à
tour Dunkerque, Gravelines, Bourbourg, Saint-Omer, Béthune, Lille,
Tournay, Douay, Arras, Cambray, Bouchain, Valenciennes, Landrecies,
Avesnes. L'accueil des populations a été partout froid et défavorable.
Les bourgeois aiment peu le jeune prince, et lui-même semble ne point
se préoccuper de se concilier leur affection. Les acclamations les
plus bruyantes ne sauraient l'émouvoir, pas plus que les intermèdes et
les divertissements de la place publique ne sauraient le réjouir.

Nous suivrons l'infant d'Espagne à Marimont et à Binche, maisons de
plaisance de la reine de Hongrie, où l'attendent d'autres fêtes au
sein d'une cour brillante. Un bal a réuni l'élite de la chevalerie et
de la noblesse dans les vastes salles du château de Marimont, lorsque
soudain y apparaît un géant suivi d'une troupe de cavaliers. Il fait
un signe, et par son ordre les plus belles dames de la cour (ce sont
mesdames d'Espinoy, de Mansfeld, du Rœulx, de Boussut et de
Leuvestein) sont enlevées et conduites dans les sombres souterrains
d'un château inconnu. Elles y passent la nuit. Le lendemain, six mille
hommes de vieilles bandes espagnoles se préparent à les délivrer des
mains du géant, qui se défend vaillamment. Dans les deux camps, les
plus illustres capitaines de ce temps s'efforcent de fixer les regards
de l'Empereur. Le duc d'Arschoot, le comte d'Hoogstraeten, Corneille
Vandenesse, Antoine et Robert de Landas, Jean de la Fontaine, Baptista
Gastaldo rivalisent d'énergie dans les assauts, de sang-froid et de
résolution dans la défense. Enfin, vers le soir, le château est
conquis et les nobles captives sont triomphalement ramenées par les
vainqueurs.

A Binche, l'Empereur trouva la chambre qui lui était destinée, ornée
de tapisseries de haute lisse, toutes d'or, d'argent et de soie, où
étaient représentées ses conquêtes et ses victoires: quelque part que
se reposassent ses yeux, les souvenirs de sa gloire s'offraient
toujours à lui. «Cette maison de Binche, dit un historien
contemporain, estoit un miracle du monde faisant honte aux sept
miracles tant renommés de l'antiquité.» Toute l'Europe s'entretint des
pompeux banquets où la reine de Hongrie occupait la première place,
moins par le privilége de son rang que par celui de sa grâce. Des
oréades vêtues comme les vierges de Sparte et portant, comme la chaste
Diane, un croissant sur le front, venaient, un arc à la main et
suivies de leurs limiers en laisse, y porter la dépouille des cerfs et
des sangliers. Palès, accompagné des napées couronnées de perles,
offrait le tribut de ses troupeaux. La déesse Pomone, escortée de ses
naïades, soutenait d'élégantes corbeilles de fruits d'où elle prit un
rameau de victoire, étincelant de pierreries, pour le donner à
l'Empereur. Les beautés les plus célèbres de la France, de l'Espagne
et de la Flandre rivalisaient sous ces costumes de nymphes antiques,
et longtemps après, lorsque les Espagnols voulaient dépeindre quelque
chose d'admirablement beau, ils avaient coutume de dire
proverbialement: _Mas brava que las fiestas de Binche!_

Philippe, sans cesse dominé par une sombre mélancolie, ne montrait à
Binche et à Marimont, pas plus que dans les villes flamandes,
l'enthousiasme de son âge. Il semblait que son cœur restât insensible
à l'image des combats et que l'éclat des fêtes ne pût rien pour
charmer son imagination. Quand, au printemps suivant, après son voyage
de Hollande et de Frise, un tournoi fut préparé en son honneur à
Bruxelles, il s'y conduisit avec tant de maladresse qu'il se laissa
renverser de son cheval par la lance de don Louis de Zuniga et tomba
évanoui sur le sable, au grand mécontentement du peuple, qui apprit ce
jour-là à le mépriser.

Lorsque Charles-Quint le présenta aux électeurs de l'Empire, il leur
déplut également par son orgueil et sa sévérité. Sa présence, sur
laquelle son père avait compté pour lui créer des partisans, fortifia
le parti des amis de Ferdinand et de son fils Maximilien. De toute
l'Allemagne, une voix unanime s'élevait pour repousser Philippe, et
Charles-Quint ne tarda pas à reconnaître que ce dernier projet, qu'à
défaut de tant d'autres plus éclatants et plus vastes il avait accepté
comme une nécessité politique, était aussi devenu irréalisable.

Pendant son voyage sur le Rhin, Charles-Quint avait dicté à Guillaume
van Male, qui était récemment entré dans sa maison, les souvenirs de
ses voyages et de ses expéditions. «L'ouvrage est admirablement poli
et élégant, écrivait Guillaume Van Male au seigneur de Praet, et le
style atteste une grande force d'esprit et d'éloquence. Quant à
l'autorité et au charme de l'ouvrage, ils consistent en cette fidélité
et en cette gravité auxquelles l'histoire doit son crédit et sa
puissance. L'empereur m'a permis de traduire son livre... J'ai résolu
d'adopter un style qui tienne à la fois de Tite-Live, de César, de
Suétone et de Tacite; mais l'empereur est trop sévère pour son siècle
quand il veut que son livre reste caché et protégé par cent clefs.»
Guillaume van Male voulait que cet ouvrage offrît un double modèle aux
guerriers et aux historiens: il se proposait donc de répandre sur les
commentaires de l'empereur un reflet de la littérature classique qui
eût rapproché l'ancien et le nouveau César.

A Augsbourg, Charles-Quint s'enfermait seul avec van Male pour dicter
pendant quatre heures consécutives. Ce fut là que s'acheva le travail
qui s'étendait de 1516 au mois de septembre 1548. L'Empereur, en
terminant ses récits à la fin de l'année 1548, les considérait comme
résumés sous la forme la plus nette et la plus précise dans les
instructions qu'il transmit à son fils le 18 janvier de cette même
année. Là aussi, il invoquait les infirmités qui le tourmentaient, les
dangers qu'il avait bravés, l'incertitude des desseins de Dieu à son
égard, avant de tracer les règles auxquelles son successeur aurait
plus tard à se conformer dans sa politique. C'était d'abord un
dévouement absolu à la religion, qui, sans faiblesse comme sans
usurpations, maintiendrait les espérances attachées à la convocation
du concile de Trente; c'étaient, au dehors, un système prudent et
habile qui ne compromettrait pas les relations avec la France et
rechercherait l'amitié de l'Angleterre; au dedans, un gouvernement
généreux et conciliant en Allemagne, actif et vigilant en Italie, sage
et éclairé dans les Pays-Bas, qui s'étaient toujours montrés hostiles
à l'autorité étrangère; enfin il lui recommandait, partout et toujours
l'amour de la paix que l'expérience même des guerres devait rendre
plus vif, l'économie dans l'administration des finances,
l'impartialité dans celle de la justice, la répression des abus, le
respect des droits de tous. Dans ses instructions comme dans ses
commentaires, Charles-Quint avait sans cesse devant les yeux
l'instabilité des choses humaines.

A la fin de l'année 1551 Charles-Quint alla s'établir à Inspruck où il
se trouvait plus près de l'Italie, mais il ne tarda pas à le
regretter. Son éloignement du centre de l'Allemagne encourageait les
efforts de ses ennemis, et l'absence de toute armée qui eût pu le
protéger, le livrait en quelque sorte à leur audace.

Le 4 avril 1552, Charles-Quint écrivait à son frère le roi des
Romains: «Je me trouve présentement desnué de forces et désauctorisé.
Je me vois forcé d'abandonner l'Allemagne pour n'avoir nul qui se
veulle déclarer pour moy, et tant de contraires, et jà les forces en
leurs mains... Quelle belle fin je feroie en mes vieulx jours!...
Voyant à cest heure nécessité de recevoir une grande honte ou de me
mettre en ung grant danger, j'ayme mieulx prendre la part du danger
puisqu'il est en la main de Dieu de le rémédier, que attendre celle de
la honte qui est si apparente.»

Six semaines plus tard, Charles-Quint était réduit à quitter
précipitamment Inspruck pendant la nuit, et préoccupé du sort de ses
commentaires où il avait exposé les secrets de sa politique et jugé
les fautes des princes protestants, il jugea prudent de les confier à
quelque serviteur dévoué qui pût les porter en Espagne. Il y ajouta
pour son fils quelques lignes restées inachevées au milieu de ces
émotions et de ces alarmes, où il protestait qu'il n'avait point écrit
par vanité, mais qu'il espérait pouvoir un jour compléter son œuvre
de telle sorte que Dieu ne s'en trouverait point desservi. Ces pages
sont parvenues jusqu'à nous: la simplicité et la gravité qu'y louait
Guillaume van Male, en forment le principal caractère, mais elles
décevront la curiosité avide de confessions et de révélations de tous
ceux que guidait, selon l'expression de Brantôme, «la cupidité d'avoir
un livre si beau et si rare, de ce grand empereur qui n'eut point son
pareil depuis Charlemagne[2].»

  [2] J'ai retrouvé à Paris, en 1862, un texte portugais des
  Commentaires de Charles-Quint, et la même année j'en ai publié
  une traduction.

Cependant les protestants préparaient de nouvelles guerres: Henri II
leur assurait son alliance comme François Ier. Au mois de janvier 1551
(v. st.), la reine de Hongrie réunit les états généraux à Bruges pour
leur exposer les griefs de l'Empereur contre le roi de France: «Il
faut en premier lieu peser, leur fit-elle remontrer, que ledit roy,
ayant cogneu que les pays sont fondés sur la communication de
marchandise, laquelle en une bonne partie dépend de la marine, il est
délibéré de faire tout ce qu'il luy sera possible pour vous guerroyer
non-seulement par terre, mais aussy par mer, taschant vous fourclore
la navigation, vous priver de proufficts et opulences que en recepvez,
diminuer le traffic, oster le moyen de dispenser vos arts et
industries, suppéditer vostre liberté et entièrement vous ruyner.»
L'un des griefs de la reine de Hongrie était l'enlèvement de quelques
navires flamands par des corsaires de Dieppe.

Le traité de Passau, qui pacifia l'Allemagne, permettait à l'Empereur
de réunir toutes ses forces pour envahir la France; mais l'héroïque
résistance du duc de Guise à Metz fit échouer de nouveau ses desseins.
Au printemps de l'année suivante (1553), le théâtre de la guerre
changea. Le duc de Vendôme avait surpris Hesdin. Le comte du Rœulx
reçut l'ordre de réparer cet échec en s'emparant de Térouanne. Le fils
du connétable de Montmorency et le seigneur d'Essé s'étaient hâtés de
s'enfermer dans cette importante forteresse que François Ier nommait
l'un des oreillers sur lesquels les rois de France pouvaient dormir en
sûreté. Le duc de Vendôme s'était avancé pour la protéger avec son
armée. Cependant, le seigneur de Lalaing avait amené aux assiégeants
d'importants renforts, et bientôt après, la mort du comte de Rœulx
l'investit du commandement du siége.

    Hic etiam flandræ pars bona pubis erat.

Dès ce moment l'attaque fut poussée avec tant d'énergie que le 10 juin
la brèche fut assez large pour monter à l'assaut. Il se prolongea
pendant dix heures consécutives avec un merveilleux acharnement. Le
sire d'Essé ayant été tué, le seigneur de Montmorency l'avait
immédiatement remplacé et continuait à se défendre avec vigueur. Les
assiégeants semblaient vouloir s'éloigner, et déjà les trompettes
donnaient le signal de la retraite, lorsque tout à coup, revenant sur
leurs pas, ils tentent d'un autre côté un nouvel assaut. Les Français,
surpris, reculent: quelques paroles de capitulation sont échangées.
Une partie des Français, incertaine de ce qui se passe, quitte les
remparts. Les assiégeants s'y élancent aussitôt et se répandent dans
la ville. Leur fureur, excitée par cette vaillante résistance, ne
connaît ni frein, ni limites: tout ce qui s'offre à leurs yeux, est
livré au pillage. Enfin, lorsque leur avidité se fut lassée, lorsqu'il
ne resta de cette ville que des habitations désertes, les unes
souillées de sang, les autres à demi renversées par le fer ou la
flamme, l'œuvre de la destruction, autrefois entreprise par Henri
VIII et Marguerite d'Autriche, fut complétée, afin que cette fois la
Flandre ne pût plus se plaindre qu'on laissât Térouanne debout pour
trouver le prétexte de nouveaux impôts. La charrue traça un stérile
sillon sur les ruines que le glaive avait renversées au niveau de
l'herbe, et l'antique Térouanne ne fut plus que la _Terra vana_ des
chroniqueurs du seizième siècle.

    Toy, Thérouenne, abismeuse taisnière.
    Tu fus jadis, par triomphant manière,
    Terre troyenne et royale banière;
    Maintenant es terre prophane et vaine,
    Terre stérile et vile terrewaine.
    Merovéus, de Troye fugitif,
    Fut ton puissant père progénitif
    Et te donna nom et bruit primitif.
    Rome n'avoit ne corps, ne chef, ne croc,
    Quand tu avois Aganipus à roy.
    Puis vint Artus, roi de la Grant-Bretaigne,
    Qui te brûla mieulx que verte chastaigne;
    César, depuis, te vint prendre en ses fils,
    Et tes enfans furent puis desconfis
    Par les Wandales en très-grant courroux nés,
    Et lors tu fus Thérouenne appellée,
    Terre tremblant, terre vaine et pellée.

Balduinus Sylvius composa, sur la destruction de Térouanne, un poëme
où il ne dédaigna point d'emprunter ses images au second livre de
l'Énéïde:

    Urbs antiqua fuit, multos dominata per annos;
      Trojugenas isthanc ædificasse ferunt:
    Nondum romuleis fuerant exordia muris,
      Nec sua Gandavo mœnia substiterant;
    Flandria lucus erat, tellus deserta, nec ulli
      Pervia, sed solis tune habitata feris...
    Urbs Morini pridem flandris ditata rapinis
      Nunc pereat, rerum nam decet esse vices.

Ces vers d'un poète inconnu ne sont guère inférieurs aux vers plus
célèbres de Molinet, disciple de Monstrelet et de Chastelain, et,
comme eux, historiographe de la maison de Bourgogne.

«L'Empereur estant à Bruxelles, dit Rabutin, promptement fut adverty
de la prise de Thérouenne, en quoy il print aussy grand plaisir que si
c'eust esté l'empire de Constantinople, et par tous les pays de
Flandres, Artois et Hénault en célébrèrent une joye grande et
allumèrent feux de joye... De laquelle, au lieu que les ennemis
s'esjouissoient, par toute la France fut démené un triste deuil: les
pères plaignoient leurs fils, les frères leurs frères, les parents
leurs amis, les femmes leurs maris. Et n'estoit en tous lieux autre
bruit que de la prise de Thérouenne.»

Mézeray ajoute: «Chacun emportoit quelque pièce des débris de cette
ancienne ennemie, qui avoit fait tant de mal, pour en ordonner sa
maison.., de laquelle on ne sauroit aujourd'huy vous montrer que la
place où elle fut, qui est un lieu environné de marécages et de
forêts, proche la source de la rivière du Lys. La joie de cette prise
ne fut pas moindre à la cour de l'Empereur que de la conqueste d'une
province: mais le roy en eut tant d'étonnement et de douleur, qu'il
demeura deux jours sans parler.»

Le duc Philibert de Savoie prit le commandement de l'armée victorieuse
de Charles-Quint. Il se dirigeait vers Montreuil, lorsque, apprenant
que le duc de Vendôme y avait envoyé six mille hommes d'infanterie et
deux mille chevaux, il changea de projet et attaqua Hesdin. La ville
fut prise sans résistance, mais le château avait été fortifié avec
soin, et le duc de Bouillon l'occupait avec une vaillante garnison.
Cependant il fut réduit à se rendre, et aussitôt après la ville
d'Hesdin fut détruite. Plus heureuse toutefois que Térouanne, elle fut
reconstruite l'année suivante dans une position plus forte au milieu
des marais, afin d'arrêter les excursions de la garnison d'Arras.

L'approche du roi de France à la tête d'une formidable armée obligea
le duc de Savoie à se retirer vers Valenciennes. Les derniers jours de
septembre étaient arrivés et les pluies de l'automne mirent fin à la
campagne.

L'année suivante fut marquée par la bataille de Renty, combat douteux
que suivirent d'autres événements aussi peu décisifs.

Sur mer, le sang avait également coulé sans résultats plus complets.

Le 11 août 1555, une flotte française, équipée par les habiles
navigateurs de Dieppe et commandée par Louis d'Espineville, rencontra
près de Douvres vingt-quatre hourques flamandes. Le combat s'engagea
aussitôt, et après deux heures d'une lutte acharnée, les Français
parvinrent à s'emparer de quatorze hourques; mais les marins d'Ostende
et de Dunkerque avaient, par une dernière ruse, semé sur le tillac de
leurs navires l'or, les perles et les joyaux les plus précieux, et six
hourques flamandes, ralliées par le bruit de la canonnade, trouvèrent
les Dieppois épars et plus occupés de recueillir leur butin que
d'assurer leur victoire. Ces six hourques eussent pu aisément profiter
de ce désordre pour se retirer honorablement devant des forces
supérieures; elles préférèrent courir les chances inégales d'un
nouveau combat et attaquèrent les plus gros vaisseaux français. Un cri
de victoire retentit sous le pavillon où le vieux lion de Flandre
protégeait les tours de Castille. Louis d'Espineville tomba à bord du
vaisseau amiral _le Saint-Nicolas_, mortellement atteint d'un coup
d'arquebuse. Le capitaine du galion royal _l'Ange_ partagea son sort;
celui du vaisseau _l'Esmérillon_, grièvement blessé, repoussait avec
peine les Flamands qui se précipitaient à l'abordage. Au même moment
le feu se déclarait sur un autre grand navire de Dieppe. Dans ce péril
extrême, les marins français, qui s'étaient disséminés pour piller, se
hâtèrent de se réunir contre les assaillants, et bientôt ceux-ci,
écrasés par le nombre, virent succéder la captivité au triomphe que
leur courage espérait mériter. De toute la flotte flamande, il ne
restait que trois hourques, lorsqu'un immense incendie se développa au
milieu de la flotte française. Treize navires se couvrirent de flammes
depuis la proue jusqu'aux mâts, puis ils disparurent lentement sous
les ondes chargées de cadavres et de débris, et l'on put croire que
les vainqueurs et les vaincus, partageant la même destinée, allaient
trouver une tombe commune dans l'abîme dont leur sang avait rougi
l'écume. Au milieu des clameurs lugubres qui saluaient cet affreux
spectacle, cinq hourques, tombées au pouvoir des Français, se
dégagèrent et parvinrent à rejoindre celles qui n'avaient pas cessé de
combattre. La gloire de cette journée appartint à tous ceux qui y
avaient pris part. Dunkerque et Ostende avaient perdu plus de
vaisseaux, mais Dieppe regrettait ses plus fameux capitaines.

Si jamais l'on écrit l'histoire de la marine flamande, si importante
au moyen-âge, si intrépide au seizième siècle et encore si digne
d'étude lorsque Dunkerque fut devenu le premier port militaire de la
monarchie de Louis XIV, le combat où périt Louis d'Espineville y
occupera une des premières places; mais il n'y faudra oublier ni le
débarquement que des navires de Flandre effectuèrent la même année
dans le pays de Caux, d'où ils menacèrent Rouen, ni la tentative faite
trois ans plus tard par une flotte flamande qui s'empara du Conquêt
sans réussir à conquérir le port de Brest.

Enfin l'Europe put goûter quelque repos. Des négociations avaient été
entamées pour la conclusion d'une trêve de cinq ans, qui fut signée
quelques mois plus tard à Vaucelles, près de Cambray. L'Allemagne
semblait pacifiée; l'Italie était moins agitée.

Charles-Quint n'avait que cinquante-cinq ans, mais des infirmités
précoces s'étaient jointes aux fatigues et aux inquiétudes qui
s'attachent à l'autorité suprême. Souvent la goutte le retenait
pendant plusieurs semaines immobile au fond de son palais, et, le
lendemain du jour où il venait de parcourir à cheval les plaines
couvertes des tentes de ses soldats, on le voyait reparaître couché
dans une litière d'où il assistait de loin aux exercices militaires.
Des rides profondes avaient gravé sur son front les soucis amers de la
puissance et de la grandeur.

Charles-Quint était, selon les uns, mécontent et désillusionné. Il
disait au siége de Metz: «La fortune est une femme, elle aime les
jeunes gens et dédaigne les cheveux blancs.» Sur cette saillie repose
tout le système des historiens qui n'ont voulu voir en lui qu'un
ambitieux vulgaire.

Selon d'autres récits, Charles-Quint avait appris que son fils, à qui
il avait fait épouser la reine d'Angleterre et à qui il avait de plus
donné la royauté de Naples, était impatient de recueillir tout
l'héritage paternel. _Jactabatur et illud obscuriore fama_, dit
Strada, _motum ex parte Cæsarem Philippi querelis_. Charles-Quint
n'aurait cru pouvoir mieux cacher ces discordes domestiques à l'Europe
qu'en déposant, pour les en couvrir comme d'un voile impénétrable, le
manteau de pourpre que ses victoires avaient illustré.

Le roi de France allait plus loin: il chargeait ses ambassadeurs à
Constantinople de peindre Charles-Quint comme atteint d'une folie
héréditaire: «Le roy a nouvelles certaines que l'Empereur est en telle
nécessité de sa santé qu'il a perdu une de ses mains, deux doigts de
l'autre et une des jambes rétrécies, sans espoir de convalescence;
qu'il est tellement affligé de l'esprit qu'on ne lui communique plus
rien ou bien peu, et ne s'amuse plus qu'à monter et démonter des
horloges dont sa chambre est toute pleine, y employant tout le jour et
la nuit où il n'a aucun repos, de sorte qu'il est en apparent danger
de perdre bientost l'entendement; que mesme ses subjects des Pays-Bas,
l'estimant en plus grand danger, ont depuis peu de temps refusé à la
reyne de Hongrie de payer certains deniers qui estoient deus audit
Empereur, d'autant qu'ils le tenoient pour mort; ayant pour ceste
cause ladite reyne esté contrainte de le faire voir aux principaux de
Bruxelles en une galerie fort longue et au bout d'icelle, où il ne se
connoissoit quasi que la statue d'un homme demy mort et plus maigre et
défiguré qu'on ne sçauroit penser; que les Pays-Bas sont si pauvres et
tellement mangés des guerres passées et des subsides qu'il en tire et
mesme des gens de guerre qui dernièrement ont esté licenciés, qu'ils
n'en peuvent plus, et ne sçauroit-on voir une plus grande désolation
que celle qui y est.»

Au-dessus de ces bruits, semés par des voix hostiles ou basés sur des
allégations mensongères, nous chercherons la véritable cause de la
résolution de Charles-Quint dans un sentiment de piété sincère: il ne
lui avait été donné d'atteindre le faîte des gloires humaines que pour
mieux en découvrir le néant.

«Dieu, dit Bossuet, semble avoir de la complaisance à voir les grands
rois humiliés devant lui. Ce n'est pas que les plus grands rois soient
plus que les autres hommes à ses yeux; mais c'est que leur humiliation
est d'un plus grand exemple au genre humain.»

Charles-Quint avait été élevé avec Louis de Blois, illustre descendant
des sires de Châtillon, qui avait renoncé, dès sa jeunesse, à l'éclat
de sa fortune et de son rang pour se retirer au monastère de Liessies.

En 1549, Louis de Blois avait fait imprimer à Anvers une traduction
latine du traité de saint Jean Chrysostome consacré à la comparaison
des pompes de la vie royale et de la sainteté de la vie cénobitique;
j'en citerai au hasard quelques lignes: «La foule envie la puissance,
la gloire et la royauté; elle salue du nom d'heureux ceux qu'elle voit
portés au pouvoir, placés sur un char superbe, entourés des
acclamations de l'armée et du peuple, tandis qu'elle méprise ceux dont
la vie s'écoule dans la solitude. Il n'est permis qu'à un petit nombre
de présider au gouvernement; mais il est facile à tous de se choisir
une retraite pour se consacrer au culte de Dieu. Le pouvoir s'éteint
avec la vie: quelquefois même il n'est qu'une source de malheurs et de
calamités et attire sur les princes les justes vengeances du ciel.
Loin de là, la vie passée dans la solitude est, pour les justes, une
source abondante de biens sur la terre et les conduit, pleins de joie
et brillants d'une gloire inaltérable, au tribunal de Dieu. Or, si
nous comparons les dons d'une sainte philosophie avec ceux qui
naissent du pouvoir et de la gloire du siècle, si nous comparons la
royauté même et la philosophie, nous voyons d'un côté le prince
disposer à son gré des villes, des pays, des nations; de l'autre, le
solitaire dominer souverainement sur toutes les mauvaises passions
contraires à la vertu: tel est son empire, et il est plus réel et plus
vrai que celui que donnent un trône et une couronne. Celui-ci vit au
milieu des hommes de guerre et ne songe qu'à multiplier ses conquêtes,
au risque de perdre ce qu'il possède; celui-là s'éveille avant le
chant des oiseaux pour s'entretenir avec les anges et les prophètes,
et va, sans s'arrêter, de Moïse à Élie, d'Élie à saint Jean; l'un
emprunte ses vices aux passions violentes qui l'entourent, l'autre est
le disciple des apôtres; l'un ne peut faire un pas sans causer quelque
mal, soit qu'il réclame des impôts, soit qu'il assiége des villes,
soit qu'il traîne à sa suite des troupes de captifs à travers les
campagnes dévastées. Le solitaire ne se montre que pour semer des
bienfaits. Imitez donc cette sainte philosophie; demandez dans vos
prières qu'il vous soit donné de ressembler au juste. Ce sont là les
véritables biens que rien ne peut enlever. La vie des solitaires est
plus digne de louanges que celle qui s'écoule dans l'éclat de la
puissance... Les princes eux-mêmes se réfugient vers eux: _quin ipsi
quoque reges ad hos fugere consueverunt_...»

Les éloquents conseils de Louis de Blois contribuèrent probablement à
préparer la détermination de Charles-Quint. A son exemple était venu
se joindre, l'année précédente, celui du duc de Candie, François de
Borgia, autre ami de Charles-Quint, qui avait quitté la vice-royauté
de Catalogne pour entrer dans la vie religieuse.

Souvent, dans ses insomnies, Charles-Quint éveillait celui des
gentilshommes de sa chambre qu'il préférait, le Brugeois Guillaume Van
Male, à qui naguères il avait dicté ses commentaires, et il lui
faisait lire soit quelque traité de morale et de théologie, soit
quelques psaumes du roi-prophète.

Une lettre de Guillaume Van Male, écrite le 11 novembre 1551, à
Inspruck, où Charles-Quint espérait voir sa santé se fortifier grâce à
l'air vif des montagnes du Tyrol, nous offre, sur les projets de
Charles-Quint, une révélation qui n'a jamais été remarquée: «Je vous
ai écrit que depuis un an l'Empereur, dans le mauvais état de sa
santé, trouve de grandes consolations dans la lecture des livres
saints ou des psaumes de David. Nous sommes à peine arrivés dans nos
quartiers d'hiver des Alpes... L'Empereur profite de la première
occasion favorable pour m'appeler près de lui. Il fait fermer les
portes de sa chambre, et m'ordonne de garder fidèlement le secret de
toutes les choses qu'il va me dire; il m'ouvre ses entrailles, son
esprit, son cœur: il ne me cache rien.... Je demeurai, en quelque
sorte, interdit de surprise, et j'aimerais mieux périr que de confier
ces choses à quelqu'un, si ce n'est à toi. Je t'écris en toute
liberté, car l'Empereur dort... Cependant il serait long de tout te
raconter, et je ne sais si je puis l'oser à cause des périls de la
route. Enfin, notre entretien fut poussé si loin, qu'après m'avoir
raconté ce qui lui était arrivé pendant toute sa vie, il me remit un
papier écrit de sa propre main, où il avait exposé en détail ce dont
il voulait que je rédigeasse pour lui un résumé de formule quotidienne
de prière.» Guillaume Van Male adressait cette lettre à Louis de
Praet, chambellan de l'Empereur, également né à Bruges, aussi bien que
son médecin, Corneille de Baesdorp: la Flandre n'avait-elle pas le
droit d'être la confidente des maux et des peines de Charles-Quint,
comme elle l'avait été autrefois de ses joies et de ses espérances?

Ce fut le 25 octobre 1555 que Charles-Quint fit lire, dans une
assemblée solennelle, au palais de Bruxelles, son acte d'abdication en
faveur de son fils. Philibert de Bruxelles, membre du conseil secret,
exposa dans un éloquent discours les persévérants efforts de
Charles-Quint pour le bien du monde. «Un grand nombre d'années se sont
écoulées depuis que l'Empereur fut émancipé par Maximilien, son aïeul
paternel, et reçut de lui l'administration des Pays-Bas; il n'a jamais
cessé, dans ce long intervalle, de chercher à maintenir chez vous la
paix et la tranquillité. Né et élevé au milieu de vous, il lui
semblait qu'il ne pouvait agir autrement. Votre soumission et votre
dévouement ont répondu à son affection et l'ont pleinement dédommagé
des soins et des soucis qu'il a pris pour vous défendre. Il reconnaît
que c'est à cette terre qu'il doit tout, jusqu'à la vie, et son plus
ardent désir eût été d'employer ce qu'il lui restait encore de temps,
d'habileté et de génie pour se consacrer aux mêmes travaux jusqu'à sa
dernière heure.» L'orateur rappela ensuite l'affaiblissement de la
santé de Charles-Quint, ruinée par la goutte, et exprima en son nom
l'espoir que son fils poursuivrait sa tâche. Il montrait, dans son
mariage avec la reine d'Angleterre, d'heureux présages pour le
commerce. Il ajoutait que l'intention de l'Empereur était de lui céder
tour à tour tous ses Etats; mais qu'afin de l'habituer aux difficultés
du gouvernement, il jugeait préférable de ne lui remettre d'abord que
les Pays-Bas, plutôt que de l'accabler d'un fardeau immense aussi
funeste à ses peuples qu'à lui-même. «C'est par ces motifs,
continua-t-il, que l'Empereur renonce pleinement aux Pays-Bas. Il les
transporte à son fils Philippe, son légitime héritier; il dégage
chacun des serments qui lui ont été prêtés, et vous autorise à vous
lier par de nouveaux serments envers son fils, et de faire pour lui
tout ce qu'un prince légitime peut réclamer de ses sujets. L'Empereur
ne vous demande qu'une seule chose, c'est d'interpréter de la manière
la plus favorable tout ce qui a été fait soit par lui-même, soit avec
le concours de sa sœur Marie, dans le gouvernement des Pays-Bas. Il
regrette que l'affaiblissement de ses forces, l'embarras des affaires,
les difficultés de ces temps l'aient empêché de faire mieux et de
montrer davantage la sincérité de ses intentions. Il reconnaît que
tous les moyens que Dieu lui a confiés, c'est à votre fidélité, à
votre constante loyauté qu'il les doit. Membres des états, vous n'avez
jamais négligé d'affermir l'obéissance du peuple et d'assurer
l'autorité de votre prince. Il vous en rend de profondes actions de
grâces, et vous remercie aussi des secours que vous lui avez prêtés en
toutes choses et des impôts extraordinaires que vous avez acceptés.»
Les dernières paroles de Philibert de Bruxelles retracèrent ses
regrets de ce qu'une paix stable n'eût pu encore être conclue avec la
France, et son espoir que les états repousseraient les conseils des
novateurs en restant fidèles à l'orthodoxie religieuse qui servait de
lien entre des provinces si différentes d'usages et de mœurs.

Cependant l'Empereur se leva en s'appuyant d'une main sur l'épaule du
prince d'Orange; sa taille était courbée, mais jamais il n'avait paru
plus grand qu'à cette heure où, repoussant tout reproche d'ambition,
il montrait au monde combien il était au-dessus de sa puissance même;
sa voix, quoique plus faible, n'avait rien perdu de sa noblesse et de
sa dignité. «Mes amis, dit-il en promenant ses regards sur cette
nombreuse assemblée, voici quarante ans que l'Empereur mon aïeul me
tira d'une tutelle étrangère, quoique je n'eusse que quinze ans.
L'année suivante, je fus roi d'Espagne. Il y a trente-six ans que
l'Empereur, mon aïeul, mourut, et les électeurs m'élevèrent à la même
dignité, quoique je ne l'eusse pu mériter à cause de ma jeunesse.
Depuis ce jour, je ne me suis épargné ni soins, ni travaux; je suis
allé neuf fois en Allemagne, six en Espagne, sept en Italie, dix en ce
pays. J'ai passé quatre fois en France, deux fois en Angleterre, deux
fois en Afrique. J'ai traversé huit fois la Méditerranée et quatre
fois l'Océan, en y comprenant cette fois qui doit être la dernière...
Je n'ai jamais entrepris aucune guerre ni par haine, ni par ambition.
Il y a longtemps que j'aurais fait ce que je fais aujourd'hui, mais je
ne l'ai pu, et les malheurs de ce temps m'ont réduit à sacrifier mon
propre bien au vôtre. Il se peut toutefois que j'aie commis des fautes
dans mon gouvernement, soit par inexpérience, soit par trop de
précipitation; mais ce ne fut jamais avec l'intention de nuire à
quelqu'un. Si je l'ai fait, apprenez-moi de quelle manière je puis y
porter remède, et si ce remède est devenu impossible, je vous prie,
mes amis, de vouloir bien me le pardonner.» Puis, s'adressant à son
fils, il lui rappela que les princes donnaient rarement l'exemple de
cette renonciation volontaire au pouvoir, et qu'il lui laissait le
soin de la justifier.

A ces mots, l'Empereur, épuisé de fatigue, retomba sur son siége; la
voix lui manquait. «D'abondantes larmes découloient, dit François de
Rabutin, le long de sa face ternie et luy arrosoient sa barbe
blanche.» Toute l'assemblée partageait son émotion et pleurait avec
lui. Les sanglots redoublèrent quand l'Empereur s'écria: «Mes chers
enfants, votre affection me perce le cœur; je vous quitte avec
douleur.»

Lorsque Jacques Maes, député d'Anvers, eut répondu au nom des états,
Philippe s'agenouilla devant son père et le remercia; ensuite se
retournant vers les états, il s'excusa de ne pouvoir s'exprimer
facilement ni en français ni en flamand, et chargea l'évêque d'Arras
de prendre la parole en son nom. La reine de Hongrie prononça aussi
quelques mots pour résigner la régence des Pays-Bas qui lui avait été
confiée pendant vingt-cinq ans.

Le lendemain Philippe reçut solennellement le serment des députés des
diverses provinces des Pays-Bas. Dès ce moment il gouverna et habita
le palais, sans que la popularité qui s'attache aux nouveaux règnes,
saluât son avénement. Claude de l'Aubespine, qui le vit au mois de
mars 1556, le dépeint comme «n'ayant encores nulle expérience, nourry
à l'espagnole qui desdaigne toutes autres nations, et luy
particulièrement ne faisant cas que de la sienne. On voyoit déjà,
ajoute-t-il, les divisions qui se préparoient en sa court entre les
Flamans et Espagnols, estant séparés de converser, boire et manger et
de toutes communications les uns des autres.»

Charles-Quint s'était retiré dans une petite maison bâtie au milieu du
parc de Bruxelles. «Le logis est un petit bastiment qu'il avoit faict
faire au bout du parc, auprès de la porte de Bruxelles qui va à
Louvain, qui ne ressentoit pas son mausolée, mais la retraicte d'un
simple citadin; car je n'y recognus qu'une antichambre qui servoit
encore de salle, et sa chambre, chascune ne contenant en quarré plus
de vingt-quatre pieds. On y montoit par un escalier de dix ou douze
marches, pour le descharger seulement des vapeurs de terre; point de
surédifice. L'empereur estoit assis dans une chaise, à l'occasion de
ses gouttes, la dicte chaise couverte de drap noir; au devant de luy
une table, de longueur environ six pieds, couverte d'un tapis de drap
noir; sa chambre et antichambre tapissées de même. Son habillement
estoit une petite robe citadine de serge de Florence, couppée au
dessus des genouils, ses bras passés au travers des manches d'un
pourpoint de treillis d'Allemagne noir, un bonnet démantoné, entourné
d'un petit cordon de soye, sa chemise à simple rabat: ceste simplicité
illustrant d'autant plus ce prince qui, à la vérité, estoit
très-grand.»

Tel est le récit de Claude de l'Aubespine, qui accompagna l'amiral de
Châtillon et les autres ambassadeurs chargés d'obtenir la ratification
de la trêve de Vaucelles. Ils trouvèrent l'Empereur plein de cette
grâce affable et de cette gaieté tranquille qui n'appartiennent qu'à
une vieillesse honorable, mais si accablé par ses infirmités qu'il put
à peine ouvrir les lettres du roi de France. Ce fut alors que Charles
prononça ces paroles mémorables: «Vous voyez, monsieur l'admiral,
comme mes mains, qui ont fait tant de grandes choses et manié si bien
les armes, il ne leur reste maintenant la moindre force pour ouvrir
une simple lettre. Voylà les fruicts que je rapporte pour avoir voulu
acquérir ce grand nom, plein de vanité, de grand capitaine et
très-puissant empereur. Quelle récompense!»

Quelques mois s'étaient écoulés quand Charles-Quint, ayant complété
son abdication, partit de Bruxelles pour aller, selon le conseil de
ses médecins, chercher sous un ciel plus doux quelque soulagement à
ses douleurs. Cependant il voulut, avant de s'éloigner, quitter en ami
une patrie qu'il ne devait plus revoir. Il se fit porter en litière à
Gand et y descendit à l'hôtel de Ravestein. Autour de lui s'élevaient
le Gravesteen, le palais de Ten Walle et l'hôtel de la Poterne,
résidences déjà à demi ruinées qu'habitaient seules quelques légendes
du passé et la mémoire de ses aïeux.

Ce fut à Gand que Charles-Quint réunit près de lui, le 26 août 1556,
les ambassadeurs des princes étrangers pour prendre congé d'eux. Il
les exhorta tour à tour à travailler avec zèle «au bien et avantage de
la chrestienté;» puis il protesta que pendant toute sa vie il avait
honoré et défendu le saint-siége, loua la liberté dont jouissait
Venise et transmit quelques conseils à Cosme de Médicis.
L'ambassadeur de Florence (c'était un évêque) tenta un dernier effort
pour le dissuader de renoncer à la vie politique, en lui remontrant
que non-seulement ses plus chers et ses plus fidèles serviteurs s'en
désolaient profondément, mais qu'il était aussi sage, prudent et
convenable qu'il aidât son fils de tout ce que lui avait enseigné une
longue et glorieuse expérience. Mais l'Empereur lui répondit que les
forces d'un vieillard infirme et malade étaient bien au-dessous de
celles d'un jeune prince dans toute la vigueur de l'âge. «Et
là-dessus, voulant cest évesque derechef lui remémorer les affaires et
grandeurs de ce monde, Sa Majesté l'interrompit, le priant de croire
que ses pensées n'avoient plus rien de commun avec le monde auquel il
avoit dit adieu; et là-dessus se départirent... Ainsi, ajoute Rabutin,
se retiroit des misères de ce siècle inconstant et mobile le plus
grand empereur et le plus renommé qui ayt régné depuis Charlemagne.»

Si le climat de la Flandre eût été moins rude et moins contraire aux
maladies qui le tourmentaient, Charles-Quint, dont le cœur, comme il
le disait lui-même, avait toujours été «dans ses pays de par deçà,» se
fût arrêté à Gand, et les bourgeois dont il avait condamné les
franchises, eussent salué avec respect, mais peut-être aussi en
croyant y reconnaître une expiation, la retraite que Charles de Gand
se serait fait construire dans un de ces pieux monastères que des
princes, devenus cénobites comme lui, avaient fondés dans les premiers
siècles du christianisme.

Si Charles-Quint n'acheva pas sa vie aux lieux mêmes où elle avait
commencé, il voulut du moins n'avoir jamais d'autres serviteurs que
ceux qui étaient nés en Flandre; ils prendront soin de lui jusqu'à sa
mort et seront les seuls qui veilleront près de son tombeau.

Le 15 septembre, Charles-Quint s'embarqua en Zélande. Peu de jours
après il abordait en Espagne, jeté par une effroyable tempête sur le
rivage qu'il baisait en s'écriant: «Je suis sorti nu du sein de ma
mère et c'est nu que je rentre dans ton sein, ô terre, seconde mère
commune à tous les hommes!»

Un couvent de l'Estramadure, bâti près des lieux où expira Sertorius
(la gloire devait poursuivre Charles-Quint jusque dans sa solitude),
fut l'asile que le maître du monde se choisit pour oublier ses
conquêtes et ses triomphes sous d'épais ombrages et parmi des tapis de
fleurs qu'il cultivait de ses mains.

Charles-Quint comparait lui-même sa retraite à celle de Dioclétien à
Salone. Dioclétien, fatigué de fixer l'attention des hommes, avait fui
de son palais pour se dérober à une tâche trop supérieure à ses
forces; Charles-Quint, en déposant le sceptre, semblait déjà s'être
retiré dans l'avenir, afin que la postérité commençât plus tôt pour
lui.



PHILIPPE II.

1555-1598.

   Renouvellement de la guerre.--Batailles de Saint-Quentin et de
   Gravelines.--Mort de Charles-Quint.--Départ de Philippe
   II.--Marguerite de Parme.--État prospère de la
   Flandre.--Symptômes de troubles.--Les nouveaux
   évêchés.--L'inquisition.--Compromis des Nobles.--Les ambassadeurs
   anglais aux conférences commerciales de Bruges.--Appui donné aux
   mécontents par Élisabeth.--Philippe II paraît
   céder.--Insurrection des Gueux.--Leurs dévastations.--L'ordre se
   rétablit.--Arrivée du duc d'Albe.--Émigrations flamandes en
   Angleterre.--Supplice du comte d'Egmont.--Sévérité de
   l'administration du duc d'Albe.--Intervention des huguenots dans
   les troubles des Pays-Bas.--Fureurs des Gueux à
   Audenarde.--Départ du duc d'Albe.--Requesens.--Gouvernement des
   états.--Anarchie.--Pacification de Gand.--Tentatives de don
   Juan.--Intrigues de Marguerite de Valois.--L'archiduc
   Mathias.--Le duc palatin Casimir.--Puissance du prince d'Orange à
   Gand.--Ryhove.--Hembyze.--Arrestation du duc d'Arschoot et de
   l'Évêque d'Ypres.--Gand domine toute la Flandre.--Mort de don
   Juan.--Le prince de Parme.--Les malcontents.--Guerres.--Détresse
   de la Flandre.--Le duc d'Alençon est proclamé comte de
   Flandre.--Il quitte la Flandre après avoir honteusement échoué
   dans ses projets.--Mort d'Hembyze.--Élisabeth et le comte de
   Leicester.--Négociations du prince de Parme avec les principales
   villes de la Flandre.--L'autorité de Philippe II y est
   rétablie.--Cession des Pays-Bas à Albert et à Isabelle.--Mort de
   Philippe II.


Le prince que la Flandre a vu en 1548 parcourir ses villes et n'y
réveiller qu'un sentiment hostile, est devenu roi: c'est Philippe II.
Bien qu'il porte un nom emprunté aux souvenirs de nos ducs de
Bourgogne, bien que sa physionomie, la blancheur de son teint et
l'abondance de ses cheveux blonds révèlent une origine flamande, il
déteste les Flamands, leur langue et leurs institutions[3]; son
aspect est altier et sévère; son front est chargé de rides, sa taille
si peu élevée qu'il exige, pour sauvegarder la dignité royale, qu'on
lui parle à genoux[4]. Il n'est pas moins inférieur à Charles-Quint
par l'intelligence que par le corps. N'ayant hérité de lui que la
grande pensée de l'alliance de l'unité politique et de l'unité
religieuse, mais incapable de la représenter dans la conduite des
armées; peu habile même dans les délibérations du conseil; aussi bref
en parlant que long et diffus en écrivant; austère dans les pratiques
extérieures de la religion, quoique n'étant point irréprochable dans
ses mœurs; d'autant plus ambitieux qu'il est sincèrement convaincu
que son ambition n'est que l'accomplissement d'un devoir et que toutes
les voies sont légitimes pour l'atteindre; par là, profondément
attaché aux desseins qu'il a conçus et non moins dominé par son
irrésolution naturelle quand il faut les mettre à exécution; tête de
fer qui ne se meut que sur des pieds de plomb[5]: tel est le prince
qui, après avoir eu recours aux mesures les plus extrêmes pour
soutenir les catholiques et pour combattre les protestants, laissera
la puissance des uns profondément ébranlée et celle des autres de plus
en plus menaçante.

  [3] Pour lui, nulle nation n'est au-dessus des Espagnols: c'est
  au milieu d'eux qu'il vit; ce sont eux qu'il écoute; c'est par
  eux qu'il se dirige en tout. En opposition à l'Empereur, il fait
  peu de cas des Flamands. _Relation de Michel Suriano._

  [4] Personne vivante ne parloit à luy qu'à genoux, pour ce
  qu'estant petit de corps, chacun eust para plus eslevé que luy.
  _Mém. de Cheverny._

  [5] Convenie caminar con el pie de plomo. _Lettre de Philippe
  II._

(1557). Henri II recommence la guerre. Arrestation des étudiants
belges qui suivent les cours de l'université de Paris.

Une nombreuse armée se réunit dans les Pays-Bas, sous les ordres de
Philibert de Savoie. Le comte de Pembroke s'y joint avec huit mille
hommes, au nom de la reine d'Angleterre, Marie, qui vient de déclarer
la guerre à la France.

Le duc de Savoie assiége Saint-Quentin. Le connétable de Montmorency
s'avance pour porter secours à la garnison. Victoire complète due aux
conseils et au courage du comte d'Egmont. Le connétable et ses deux
fils, l'amiral de Coligny, le maréchal de Saint-André, les ducs de
Montpensier et de Longueville se trouvent parmi les prisonniers.
«Combien de journées y a-t-il de Saint-Quentin à Paris? demandait le
roi d'Espagne au sieur de la Roche du Mayne, son prisonnier.--Sire,
lui dit celui-ci, si par journées vous entendez batailles, vous en
compterez au moins trois avant d'entrer dans la capitale du royaume.»
Réponse noble et fière, qui n'empêcha point Charles-Quint de
s'écrier, en apprenant la victoire de son fils: «Marche-t-il au moins
vers Paris?»

L'amiral de Coligny fut conduit en Flandre, à l'Ecluse: ce fut dans la
forteresse qu'avait illustrée Philippe de Clèves, ami de Charles VIII
et de Louis XII, qu'il écrivit sa relation de la défaite de l'armée de
Henri II.

La bataille de Saint-Quentin avait été gagnée le 10 août 1557. La
fondation de l'Escurial témoigna des actions de grâces que le roi
d'Espagne offrit à Dieu. Quel devait être le monument de sa
reconnaissance à l'égard de celui qui y avait le plus contribué? Un
échafaud sur la place du marché à Bruxelles.

Cependant le duc de Guise, accourant de l'Italie, rallie les Français
consternés. Au mois de janvier il surprend Calais, qui appartenait aux
Anglais depuis le règne d'Édouard III; au mois de juin il s'empare de
Thionville, et le maréchal de Termes s'associe à ses succès en
s'avançant vers la Flandre avec une armée composée de huit mille
hommes et de quinze cents chevaux.

Il était urgent pour Philippe de descendre du rôle de triomphateur et
de songer à protéger ses propres États. Le duc de Savoie s'opposa au
duc de Guise. Ce fut au comte d'Egmont que fut confiée la défense de
la Flandre. Il s'empressa de réunir une armée à peu près égale à celle
qu'il avait à combattre. Pendant ces préparatifs, le maréchal de
Termes avait passé l'Aa en chassant devant lui quelques laboureurs qui
avaient voulu en défendre le passage. Il s'était emparé de la ville de
Dunkerque de vive force après une canonnade de quelques heures et y
avait mis le feu après l'avoir pillée. Bergues avait éprouvé le même
sort, et le maréchal de Termes était déjà arrivé près de Nieuport
lorsque, apprenant l'approche du comte d'Egmont, il jugea à propos
de se retirer en profitant de l'intervalle des marées pour suivre le
rivage de la mer. Il venait de traverser l'Aa au-dessous de Gravelines
lorsque l'armée du comte d'Egmont qui avait passé la rivière un peu
plus haut, se déploya devant lui et le força à s'arrêter.

La position du maréchal de Termes était forte. Les dunes lui servaient
de retranchement. Il avait derrière lui la mer et l'Aa, de sorte qu'on
ne pouvait l'attaquer qu'en abordant de front sa première ligne, où il
avait placé ses coulevrines et les arquebusiers gascons. Le comte
d'Egmont se mit aussitôt à la tête de ses chevau-légers pour rompre
les rangs ennemis. Le reste de sa cavalerie le suivait, soutenu par
les bandes d'ordonnance. Un combat acharné s'était engagé lorsqu'un
corps allemand prit les Français en flanc. Au même moment l'apparition
fortuite d'une flotte anglaise vint favoriser les assaillants; ses
décharges bruyantes, quoique peu meurtrières, semèrent le désordre
parmi les Français. Leur position fut enlevée, et on fit prisonniers
le maréchal de Termes, les seigneurs de Villebon et d'Annebaut et
d'autres capitaines non moins célèbres. Quinze cents Français étaient
restés sur le champ de bataille, et le comte d'Egmont, en s'emparant
des canons et des drapeaux des ennemis, avait également reconquis tout
le butin qu'ils avaient recueilli dans la West-Flandre (13 juillet
1558).

La nouvelle de la victoire de Gravelines fut le dernier écho du monde
extérieur, qui vînt rappeler à Charles-Quint, dans sa retraite, ses
luttes et sa gloire. Il rendit le dernier soupir le 21 septembre 1558,
entouré des regrets de ses serviteurs qu'il n'avait cessé d'aimer, et
non moins admiré des moines, dont sa pénitence effaçait les vertus et
l'austérité.

De pompeuses obsèques lui furent faites à Valladolid, à Rome et à
Bruxelles.

A Valladolid, François de Borgia prononça l'oraison funèbre de
Charles-Quint en prenant pour texte: _Ecce elongavi fugiens et mansi
in solitudine_. Il le développa en exposant comment Charles-Quint
avait quitté le monde avant que le monde le quittât, ce qui n'est que
trop ordinaire dans le cours inconstant des choses humaines.

A Rome, de magnifiques trophées d'armes avaient été élevés dans
l'église de Saint-Jacques, où les cardinaux se réunirent pour honorer
sa mémoire. Un de ces trophées (il provoqua les plaintes de
l'ambassadeur français) portait: _Prœlio Ticinensi rex Gallorum simul
cum rege Navarræ captus_.

A Bruxelles, des inscriptions non moins fastueuses ornaient l'église
de Sainte-Gudule. On y lisait: «La république chrestienne à l'empereur
Charles cinquiesme, pour la mémoire de sa justice, piété et vertu,
pour avoir à nostre monde découvert un nouveau monde, pour avoir pris
un grand roy françois, pour avoir préservé l'Allemaigne de cent mille
chevaux et de trois cent mille hommes de pied avec lesquels Soliman,
empereur des Turcs, vouloit envahir ceste région; pour avoir entré
avecques une armée navale dedans la Morée et pris Patras et Coron;
pour avoir surmonté le tyran Barberousse en bataille près Carthage,
lequel estoit accompaignié de deux cent mille hommes de pied et de
soixante mille chevaux; pour avoir chassé deux cents galères de
corsaires et pour avoir rendu la mer sûre; pour avoir pris le royaume
de Thunes et l'avoir rendu tributaire à la couronne d'Espaigne; pour
avoir de là ramené libres vingt mille âmes chrestiennes captives; pour
après avoir chassé six fois les armées ennemyes, remis par deux fois à
l'Empire le duché de Milan et par une fois restitué au duc; pour avoir
pacifié l'Allemaigne; pour avoir, de son bon gré, contre les ennemis
du nom chrestien, et contre les chrestiens, sinon forcé, prins les
armes.»

Henri II lui-même fait célébrer un service funèbre en l'honneur de
Charles-Quint dans l'église de Notre-Dame de Paris.

La paix est près de se conclure. Conférences à l'abbaye de Cercamp. Le
roi de France répond aux Anglais qui réclament Calais: «Plutôt vous
céder ma couronne!» Mort de Marie et avénement d'Élisabeth au trône
d'Angleterre. Négociations reprises sur des bases plus favorables à
Henri II. Traité de Cateau-Cambrésis (3 avril 1559).

Cette paix ne parut pas confirmer les espérances que le roi d'Espagne
pouvait fonder sur ses victoires de Saint-Quentin et de Gravelines;
elle devait être, toutefois, pour la France une source de deuil,
puisque la joie même avec laquelle elle l'accueillit, donna lieu au
tournoi où Henri II périt frappé par Montgomery.

Les trois rois qui se succéderont sur le trône de France,
appartiennent au sang des Médicis. Les intrigues, les complots, les
crimes secrets vont rappeler à la France les affreuses dissensions de
l'orageuse Italie, et, comme si elles n'étaient déjà point assez
vives, la réforme y jettera le levain des haines religieuses.

En face de la France déchue de son antique grandeur, il faut placer
l'Espagne, que les victoires de Charles-Quint et les découvertes de
Colomb ont portée à son apogée, mais qui retrouve déjà la politique
que Ferdinand d'Arragon suivait vis-à-vis de Louis XII. C'est là que
régnera le sombre Philippe II. La guerre ne le retiendra plus aux
Pays-Bas, et les premières années de son absence seront aussi
tranquilles que les dernières doivent être sanglantes et agitées.

A côté de l'unique héritier des États de Charles-Quint se trouvent une
jeune femme et un enfant issus d'un même père, quoique l'illégitimité
de leur naissance les ait placés bien au-dessous de lui. Cette femme
se nomme Marguerite; cet enfant doit illustrer plus tard le nom de don
Juan d'Autriche. Tous deux appartiennent par leur naissance aux
Pays-Bas.

Lorsque Charles, à peine âgé de vingt et un ans et enivré de gloire
sous le diadème impérial qu'il venait de ceindre, traversa la Flandre
cinq ans avant son mariage avec Isabelle de Portugal, une jeune
orpheline, d'une éclatante beauté, frappa ses regards dans une fête
donnée en son honneur. La puissance et la grandeur eurent toujours des
droits que la vertu ne saurait avouer. Cette orpheline se nommait
Jeanne Van Gheenst ou Vander Gheynst. Strada rapporte qu'elle était
issue d'une noble famille de Flandre et qu'elle avait été adoptée par
Antoine de Lalaing. Il est certain que sa famille était pauvre, mais
rien ne prouve qu'elle était obscure. Un demi siècle plus tôt le même
nom était porté par Jean Van Geenst, l'intrépide chef de la
Verte-Tente, né aussi dans la châtellenie d'Audenarde, qui, en 1478,
organisa la résistance des communes à l'invasion de Louis XI. Antoine
de Lalaing était fils de Josse de Lalaing, qui s'associa aux
patriotiques efforts de Jean de Dadizeele et de Jean Van Geenst. Rien
n'expliquerait mieux les soins dont il crut devoir entourer cette
jeune fille. Ce fut Jeanne Van Geenst qui donna au petit-fils de
Maximilien cette princesse, aussi sage qu'énergique, que l'histoire ne
connaît, à cause de son mariage avec Octave Farnèse, que sous le nom
de la duchesse Marguerite de Parme. Le sang qui coulait dans ses
veines, justifiait l'amour qu'elle portait à la Flandre et que la
Flandre lui rendit.

Vingt-quatre ans après, Charles-Quint, devenu veuf d'Isabelle de
Portugal, aima une autre femme. D'après Strada, ce fut une princesse,
et Brantôme la nomme: «une grande dame et comtesse de Flandres.» Mais
ces rumeurs semblent sans fondement, et tous les documents du temps
désignent une personne d'une condition fort humble, née peut-être à
Bruxelles, mais fixée à Ratisbonne, nommée Barbe Bloemberg. Pendant
quelque temps, son enfant fut nourri chez un pasteur du pays de Liége,
puis envoyé en Espagne, où il vécut chez un gentilhomme nommé don
Alonzo Quesada. Charles-Quint avait, en mourant, déclaré que cet
enfant était le sien, mais il était fort jeune encore et préludait,
par ses chasses et ses jeux, aux combats où les vieux serviteurs de
son père devaient dire un jour de lui: _Es el verdadero hijo del
emperador_; il est le vrai fils de l'Empereur!

Marguerite de Parme se distingua par une grande prudence et parfois
par une admirable résolution de caractère. Les exercices les plus
violents n'épuisaient pas ses forces, de même que les discussions les
plus difficiles et les plus importantes ne semblaient point au-dessus
de son esprit. Philippe II voulait ménager la maison de Farnèse,
puissante en Italie: ce fut dans ce but qu'il choisit Marguerite pour
gouvernante des Pays-Bas. «Philippe espérait aussi, ajoute Strada, que
les peuples des Pays-Bas, dont l'attachement au nom de Charles-Quint
était si grand, recevraient sa fille avec d'autant plus de joie que,
née et élevée au milieu d'eux, elle avait adopté leurs mœurs, et
qu'ils se soumettraient aisément à son gouvernement, puisque les
nations sujettes croient retrouver quelque chose de leur liberté
lorsqu'elles sont gouvernées par une autorité qui ne leur est pas
étrangère; peut-être aussi, ajoute le même historien, pensait-il, en
cédant à leurs vœux dans ce choix, que la popularité de cette
administration rendrait plus facile l'exécution de ses desseins, car
l'on résiste moins au joug lorsqu'une main aimée le fait accepter sans
violence.»

Ce fut le 7 août 1559 que Philippe II annonça, dans une assemblée des
états généraux tenue à Gand, le choix qu'il avait fait de Marguerite.
Il institua en même temps trois conseils qui devaient l'assister;
l'un, sous le nom de conseil d'État, avait pour mission de traiter les
questions les plus élevées. Les membres qui le composaient étaient
l'évêque d'Arras, le prince d'Orange, le comte d'Egmont, Charles de
Berlaimont, Philippe de Stavele et le docteur Viglius, à qui on
adjoignit plus tard le comte de Hornes et le duc d'Arschoot. Viglius,
déjà membre du conseil d'État, présidait le conseil secret qui
surveillait l'application des lois et de la justice. Le troisième
conseil ne devait s'occuper que des finances et des revenus publics.
Philippe II régla également tout ce qui était relatif au commandement
des troupes et aux gouvernements des provinces. Tous les gouverneurs
se trouvaient chargés de veiller avec les conseils provinciaux à la
répression des délits criminels; il n'y avait d'exception qu'en
Flandre, où l'administration de la justice était indépendante du
gouvernement, confié, avec celui de l'Artois, au comte d'Egmont, «ce
qui n'est pas peu,» remarque Sébastien de l'Aubespine.

Lorsque l'évêque d'Arras eut expliqué les intentions du roi aux états,
l'un de leurs membres (il appartenait à la maison de Borluut) se leva
et demanda, au nom de la noblesse qui avait aidé le roi de son épée et
au nom des communes qui l'avaient soutenu de leurs biens, qu'il
consentît à rappeler les hommes d'armes espagnols. Les états
alléguaient leurs priviléges, que le roi avait confirmés par son
serment. Le prince d'Orange, les comtes de Hornes et d'Egmont
appuyèrent leurs réclamations, et Philippe se vit contraint à leur
promettre que les troupes étrangères se retireraient avant peu de
mois.

Philippe quitta Gand après avoir adressé quelques mots aux états pour
leur recommander de se prémunir contre les doctrines des luthériens.
Il avait aussi exhorté Marguerite à veiller avec soin au maintien de
la tranquillité des Pays-Bas. On rapporte qu'il lui exposa que le
gouvernement des Pays-Bas était le plus considérable de tous ses
royaumes; que l'hérésie y avait déjà fait des progrès; qu'Élisabeth
était hostile à la religion et qu'elle trouverait des alliés dans les
princes allemands, jaloux de voir l'empire dans sa maison. Il insista
aussi sur le caractère des Flamands et lui conseilla la douceur, afin
de ne pas en froisser la fierté et l'indépendance.

Peu de jours après, le 25 août 1559, le roi d'Espagne s'embarqua à
Flessingue, et il aborda bientôt à Laredo au milieu d'une furieuse
tempête, prophétique image des troubles qui allaient le séparer de ces
riches provinces qu'il ne devait plus revoir.

Avant de s'éloigner des Pays-Bas, Philippe avait déjà compris qu'une
vague agitation y fermentait, et que, tôt ou tard, ils échapperaient à
la couronne d'Espagne. On lit dans les mémoires du temps que l'on
remontra à Philippe II que la conservation des Pays-Bas était
inséparable de la conquête de la France. On lui exposait que le
royaume de France formait une barrière entre l'Espagne et la Flandre,
et qu'il fallait se rendre maître de la France afin de posséder la
voie pour passer d'Espagne en Flandre.

Ceux qui lui donnaient ces conseils au commencement de son règne,
oubliaient qu'ils avaient vu finir celui de Charles-Quint. Résumons en
quelques mots la transition qui sépare les événements les plus
importants de ces deux époques si différentes à tant de titres.

Les provinces des Pays-Bas avaient retrouvé, vers la fin de la
domination de Charles-Quint, la prospérité dont elles jouissaient
avant la minorité de Philippe le Beau. On y remarquait trois cent
cinquante villes et dix mille trois cents bourgs, sans compter les
hameaux et les châteaux, dont le nombre était infini. Les impôts
qu'elles supportaient, égalaient ceux que payait tout le royaume
d'Angleterre dans les premières années du règne de Henri VIII: ils
avaient contribué, bien plus que les premiers tributs du nouveau
monde, à suffire aux frais immenses des nombreuses expéditions de
Charles-Quint.

Le mariage de Philippe II avec la reine Marie avait consolidé les
relations qui unissaient les Pays-Bas à l'Angleterre. Le commerce
avait repris toute son activité, et le pouce des fileuses, qui
préparaient la tâche des plus habiles tisserands de l'Europe,
assurait, selon la parole de Charles-Quint, la fortune de la Flandre.
De nombreux vaisseaux cinglaient chaque jour vers des mers éloignées,
chargés des produits de ses métiers. «En quelles mers inconnues,
s'écrie Strada, sur quels rivages reculés la science de la navigation
n'a-t-elle pas conduit les Flamands? Plus sont étroites les limites
dans lesquelles la nature a enfermé leur patrie, plus ils s'ouvrent
l'Océan pour le soumettre à leur puissance.» La Flandre, dit un
écrivain anglais, était le centre des richesses et de la civilisation.

Aux bienfaits du commerce se mêlaient ceux de l'agriculture. Une douce
aisance régnait partout, et les mœurs offraient ici la pureté et la
simplicité agreste d'une vie toute patriarcale, ailleurs,
l'hospitalité généreuse et les autres vertus qu'enseignent les longues
épreuves d'une vie agitée.

Sous le règne de Charles-Quint, l'esprit du peuple s'était tourné,
avec un zèle semblable au sien, vers la carrière des combats. Une
foule de capitaines flamands entouraient Charles de Gand et
conduisirent à sa voix leurs bandes d'ordonnance depuis les plaines de
Pavie jusqu'aux sables de Tunis. «On ne trouve point ailleurs, ajoute
l'historien de la guerre des Pays-Bas, une milice plus nombreuse,
mieux instruite et plus infatigable: c'est l'école de Mars.»

«Je ne sais, dit Jean Stratius, imprimeur de Lyon, qui composa en 1584
une histoire des troubles des Pays-Bas, je ne sais si je pourroy
satisfaire au désir que j'ay qu'on voye les merveilleuses tragédies
que l'inconstante fortune nous a représentées en peu de temps au
théâtre de cette terre flamande. Mais il m'a semblé bon commencer par
la description du pays de Flandres, afin que ceux-là qui ne l'ont pas
veu, puissent juger de quelle importance il est au roy d'Espaigne. Le
pays de Flandres contient treize fort riches et principales provinces:
la plus grande et la plus généreuse est le comté de Flandres, d'où
toutes les autres ont pris leur nom, pour le grand trafic de commerce
qui se faisoit anciennement en ce comté... Le peuple flamant est de
nature plus familier, plus doux et plus traitable que fier et
cavilleux. Il s'arreste du tout à une chose tant pour la noblesse de
son esprit que pour les grandes conceptions auxquelles il s'adonne, et
pourtant les hommes flamans sont subtils inventeurs des arts
merveilleux et estimés comme au fait de l'imprimerie... Et jasoit que
toute la basse Allemagne se puisse vanter de cette gloire, si est-elle
principalement deue à ce comté de Flandres, où les hommes sont plus
belliqueux et plus nobles et d'où volontiers ont coustume de sortir
personnages illustres et excellens aux lettres et aux armes... Le pays
y est riche, fertile et fort peuplé pource qu'en vingt lieues ou
environ qu'il a de largeur, on y compte cinquante-quatre cités,
vingt-neuf bourgs et onze cent cinquante-quatre villages, sans
plusieurs autres petits villages que l'on trouve quasi à tout bout de
champ, tant cette terre est peuplée... Outre ce que la terre produit,
l'on y meine si grande abondance et quantité de toute sorte de
marchandise que là se viennent fournir de tout ce qu'il leur faut
plusieurs nations étrangères et ce pour la commodité de la mer, bons
ports et rivières qui passent quasi par toutes les villes. On peut
dire que c'est le pays le plus peuplé, riche, orné des plus beaux
édifices, le plus plaisant et abondant qui soit en Europe. Les hommes
naturellement sont beaux, grands, bien faits et bien proportionnés:
ils furent les premiers qui receurent la foy de Jésus-Christ entre
tous les peuples d'Allemaigne et de France... Ce peuple s'est toujours
gouverné par le moyen de trois membres, lesquels joints ensemble
s'appellent Estats.»

C'est à Grotius qu'il appartient de compléter ce tableau par l'examen
politique de la situation des Pays-Bas.

«A l'époque où les campagnes avaient été partagées entre la noblesse
comme le prix de ses victoires, les villes avaient reçu des priviléges
et des lois qui furent les bases de leur liberté. On ne pouvait
prendre possession de l'autorité sans avoir confirmé par un serment
solennel toutes ces franchises. Le soin des affaires était autrefois
confié à deux ordres, celui des nobles et celui des bourgeois; en
quelques lieux, le clergé formait le troisième. Ils se réunissaient en
assemblées toutes les fois qu'il était nécessaire, afin de traiter des
questions les plus importantes, et ce n'était qu'avec leur assentiment
unanime que l'on pouvait établir des impôts, modifier l'administration
ou même changer la valeur des monnaies; c'est ainsi que l'on avait
pourvu, lors même que les princes étaient bons, à ce qu'il ne leur fût
point possible d'être mauvais. Les fonctions publiques étaient
occupées par les citoyens que recommandaient le plus leur noblesse et
leurs vertus; mais il n'était point permis d'y appeler les étrangers.
Pendant longtemps ce système politique maintint la justice et
l'équité; plus tard, des séditions s'élevèrent parmi ces peuples trop
riches et trop puissants, jusqu'à ce que des victoires, des mariages
et des traités les fissent passer sous l'autorité des ducs de
Bourgogne. Ces princes, sortis d'une maison royale, belliqueux,
artificieux, avides de pouvoir, profitèrent de ces discordes pour
dominer par les menaces, les dons ou les promesses, et l'on vit tout
décliner jusqu'à ce point qu'il fallut choisir entre les supplices ou
la corruption. Lorsque cette haute fortune passa à la maison
d'Autriche, la douceur de ceux qui gouvernaient, contribua à accroître
leur puissance; car la douceur peut plus que la force pour faire
oublier aux peuples leur liberté. Les métiers, privés de leurs armes,
s'occupèrent davantage à faire prospérer l'industrie, et la réunion
des Pays-Bas à l'Espagne lui donna un grand développement. Mais déjà
les hommes les plus sages prévoyaient, quel que fût l'avantage qu'en
retirassent les princes, que l'antipathie des mœurs serait bientôt
pour l'État une cause inévitable de troubles. Y a-t-il un peuple qui
soit plus porté que les Belges à haïr les étrangers et à défendre
avec courage ses institutions? Vit-on jamais un peuple mieux protégé,
non-seulement par ses fleuves et la mer, mais aussi par la multitude
de ses habitants? Après avoir repoussé les nations septentrionales, ne
se maintint-il pas, pendant huit siècles, invincible et inexpugnable
contre les agressions extérieures? Si les Belges, aussi bien que les
Espagnols, respectent leurs princes, ils placent plus haut encore
leurs lois, la plupart conquises par de laborieux efforts. On les
avait accoutumés peu à peu à obéir, mais jamais assez pour leur
imposer une autorité violente et absolue.»

Cependant tout semble décliner et s'assombrir au commencement du règne
de Philippe II. L'avénement d'Élisabeth inquiète le commerce. La
faveur que le nouveau prince montre aux Espagnols, remplit de jalousie
les hommes de guerre nés en Flandre. Ajoutez à toutes ces causes
d'inquiétudes et de périls cet antique amour de la liberté, qui, sans
cesse étouffé, oublie trop promptement tout ce qu'il lui faut d'ordre
et de régularité pour être stable et durable, et qui tend bientôt à
dégénérer en licence. Des esprits honnêtes et confiants croyaient
qu'il serait aisé de reconstituer l'organisation si admirable des
communes flamandes au quatorzième siècle; d'autres cherchaient un
modèle dans celle de la ligue fédérative des cantons helvétiques. Un
sentiment général dominait: c'était la crainte de voir les Pays-Bas
devenir une province espagnole.

Telle était la situation morale du peuple. Celle des hommes les plus
puissants par leur naissance et leur rang n'était guère différente, et
chez quelques-uns l'ambition accroissait le mécontentement.

Il est temps d'entrer dans quelques détails sur les principaux chefs
de la résistance qui se prépare: le prince d'Orange, le comte d'Egmont
et le comte de Hornes.

Le prince d'Orange appartenait à la maison de Nassau, depuis longtemps
illustre en Allemagne. Philibert de Châlons, prince d'Orange, avait
transmis sa principauté à René de Nassau, son neveu, qui, décédé
également sans enfants, la laissa à son cousin Guillaume de Nassau.
Philibert de Châlons avait conduit une armée composée de soldats
luthériens au sac de Rome; il avait voulu épouser Catherine de Médicis
afin de devenir duc de Florence. Au moment où la mort, qui l'atteignit
sur les bords de l'Arno, renversait ses projets, rien ne lui révélait
que c'était dans une autre république que ses héritiers obtiendraient
la suprême puissance en arborant aussi contre Rome la bannière de
Luther.

Guillaume d'Orange avait été l'ami et le confident de Charles-Quint,
qui l'avait recommandé à son fils. Il rappelait avec orgueil que
c'était au courage de son grand-oncle Engelbert de Nassau que la
maison d'Autriche avait dû la soumission de la Flandre; mais il
abdiqua bientôt ces titres à l'amitié des princes pour ne rechercher
que la faveur du peuple. Jaloux de Marguerite et de ses ministres, il
sentit le premier que la domination espagnole, telle que Philippe
voulait l'établir, était impossible, et comprit que, dans la
résistance qui allait s'élever, la première place lui serait réservée.
De là ce grand luxe qui l'entourait et ce faste qui agit toujours
puissamment sur l'esprit du peuple; de là cette indifférence
religieuse sans cesse prête à excuser les novateurs, parce que tôt ou
tard il devait avoir besoin des princes protestants d'Allemagne,
auxquels il s'était allié en épousant Anne de Saxe.

Le comte d'Egmont était issu des anciens ducs de Gueldre; sa mère lui
avait apporté les vastes possessions territoriales qui appartenaient
en Flandre à la maison de Luxembourg-Fiennes. Les victoires de
Saint-Quentin et de Gravelines avaient rendu son nom glorieux dans
toute l'Europe, et il n'était pas le dernier à apprécier l'étendue de
ses talents militaires et de ses services.

Philippe de Montmorency, devenu par adoption comte de Hornes, doit
être nommé le troisième. Le courage qu'il déploya dans les combats,
n'était pas au-dessous des souvenirs héroïques que lui avaient légués
ses aïeux, et il se montrait d'autant plus empressé à favoriser les
mécontents qu'il avait vu son beau-frère, le comte Charles de Lalaing,
soupçonné d'avoir trahi le secret d'une mission qui lui avait été
confiée.

Philippe, en partant pour l'Espagne, ne laissait, dans les
tumultueuses provinces des Pays-Bas, qu'une femme en présence de ces
hommes puissants à tant de titres. Mais il lui avait donné pour
ministre l'évêque d'Arras, Perrenot de Granvelle, devenu depuis peu
cardinal-archevêque de Malines et abbé d'Afflighem, et à ce titre
primat de la Belgique et premier abbé du Brabant, conseiller prudent
et habile qui devint bientôt l'objet d'une hostilité d'autant plus
vive que son influence dans les actes du gouvernement paraissait plus
considérable.

La première tentative de résistance qui avait été dirigée contre le
séjour prolongé des troupes espagnoles, avait été un triomphe plein
d'encouragements secrets. Philippe différait toutefois d'exécuter sa
promesse; mais les plaintes devinrent si vives que Marguerite écrivit
au roi qu'on ne pouvait ajourner plus longtemps la retraite des
Espagnols, que les provinces avaient résolu de ne payer aucun subside
avant le départ des milices étrangères, et qu'il fallait craindre le
mécontentement du peuple et les discordes intérieures. Philippe, en ce
même moment, avait un besoin urgent de ces soldats pour réparer ses
revers sur les rivages de l'Afrique. Il céda.

En 1562, l'université de Douay fut fondée pour les jeunes gens qui
désiraient poursuivre l'étude de la littérature française. On voulait
éviter qu'ils ne se rendissent soit à Genève, centre des sciences
hétérodoxes, soit à quelque université mal famée d'Allemagne, telle
que celle de Wesel.

De plus, afin d'arrêter efficacement les efforts des luthériens,
Philippe obtint du pape Paul IV que treize nouveaux évêchés seraient
érigés dans les Pays-Bas. Ce furent ceux d'Anvers, de Bruges, de Gand,
d'Ypres, de Saint-Omer, de Namur, de Bois-le-Duc, de Ruremonde, de
Middelbourg, d'Harlem, de Leeuwaerden, de Groningue et de Deventer.

Corneille Jansénius fut élevé au siége de Gand, Pierre De Corte à
celui de Bruges, Martin Rithove à celui d'Ypres et Gérard
d'Haméricourt à celui de Saint-Omer.

Bien que la bulle du pape portât qu'on ne disposerait des nouveaux
évêchés qu'en faveur de prêtres nés dans les Pays-Bas, leur érection
souleva une opposition redoutable. Les abbés, dont les biens devaient
fournir les dotations de ces évêchés, réclamaient avec force. Les
états et les administrations municipales les secondaient et
adressaient à la fois leurs vives remontrances à Rome et à Madrid. On
vit même dans plusieurs villes les évêques repoussés par leurs
ouailles.

Ce qui augmentait surtout l'irritation populaire, c'est qu'on voyait
dans ces changements le prélude d'une mesure plus grave:
l'introduction dans les Pays-Bas du tribunal de l'inquisition, tel
qu'il était établi en Espagne.

L'inquisition, qui revendique saint Dominique pour fondateur, existait
depuis fort longtemps dans les Pays-Bas, mais elle était restée une
institution purement religieuse. Le prévôt des chanoines réguliers
d'Ypres, celui du Val des Écoliers, à Mons, le doyen de Louvain,
exerçaient les fonctions assez peu importantes d'inquisiteurs en
Flandre, en Hainaut et en Brabant. L'inquisition ne tendit à se
modifier que lorsque Luther, mêlant le premier la religion à la
politique, prêcha l'insurrection comme le dernier mot de l'hérésie. En
1522, Charles-Quint avait chargé le président du grand conseil de
Malines et un membre du conseil de Brabant de rechercher comme
inquisiteurs tous les délits d'hérésie, mais le pape Clément VII
s'était opposé à ce que ces fonctions fussent confiées à des laïques
et cessassent ainsi d'être religieuses pour devenir politiques.
L'autorité des anciens inquisiteurs d'Ypres, de Mons et de Louvain fut
donc rétablie jusqu'à ce que le pape Paul III créât, en 1537, deux
théologiens de Louvain inquisiteurs généraux des Pays-Bas. On prêtait
à Philippe II le projet de persévérer dans l'essai tenté par son père
et d'introduire au sein des communes flamandes l'inquisition
espagnole, «pratiquée premièrement, dit Castelnau, contre les Mores,
Sarrasins et esclaves, qui autrement ne se pouvoient dompter.»

Conférences entre les nobles du parti du prince d'Orange. Remontrances
à Marguerite sur l'influence que possède le cardinal de Granville.
Mission du baron de Montigny en Espagne. Réponse vague de Philippe II.
Seconde remontrance adressée à Marguerite de Parme, le 11 mars 1562
(v. st.), par le prince d'Orange et les comtes d'Egmont et de Hornes.

Marguerite de Parme s'adresse de nouveau au roi d'Espagne; elle
obtient pour réponse qu'il faut tout ajourner jusqu'à son retour dans
les Pays-Bas; mais elle avoue elle-même à Viglius qu'elle ne croit pas
qu'il y revienne jamais.

Cependant l'irritation devint si vive qu'au mois de décembre 1563, les
états généraux déclarèrent qu'ils suspendraient leurs délibérations si
l'archevêque de Malines continuait à y prendre part. Mille voix
s'élevaient autour de Marguerite pour accuser son ministre. Les uns,
qu'enthousiasmaient les succès récents des huguenots en France,
accordaient aux idées nouvelles l'appui d'une influence sans cesse
croissante; d'autres, mécontents du passé, s'agitaient vers un but
qu'ils ne connaissaient point. Enfin, il en était qui croyaient qu'ils
succéderaient à l'autorité du cardinal de Granvelle s'ils
réussissaient à persuader à la gouvernante des Pays-Bas qu'elle était
trop sage et trop éclairée pour subir la tutelle d'un conseiller.
Marguerite ne sut pas assez fermer l'oreille à ces perfides
flatteries: elle se laissa persuader que pour elle, aussi bien que
pour les Pays-Bas, le moment était venu de secouer un joug pesant et
sévère.

Le cardinal de Granvelle cède à l'orage; il quitte Bruxelles le 10
mars 1563 (v. st.) et se retire à Besançon.

Thomas Armenteros remplace le cardinal de Granvelle dans la direction
des affaires: à l'austérité et à la roideur qu'on blâmait chez le
premier, succède un système de corruption et de vénalité. En vain le
président du conseil privé, Viglius de Zuichem, refuse-t-il d'apposer
le sceau sur des actes qu'il réprouve: Thomas Armenteros trouve le
moyen de s'en passer.

Marguerite, persuadée qu'en supprimant toutes les causes de
mécontentement elle avait assuré la consolidation de l'ordre et de la
paix publique, se reposait avec confiance sur les protestations de
zèle et de dévouement qu'on prodiguait à son autorité; mais les
principaux seigneurs qui formaient le conseil d'État, ne songeaient
qu'à y introduire leurs amis et à en exiler leurs adversaires. Ils ne
tardèrent pas à demander la suppression du conseil secret et du
conseil des finances, afin de centraliser toute l'autorité entre leurs
mains, et déjà le comte d'Egmont, parlant en leur nom, avait profité
de la mort de Claude Carondelet, prévôt de Bruges, pour demander
l'abolition des juridictions ecclésiastiques. «L'on forge icy, écrit
Viglius au cardinal de Granvelle, une nouvelle république et conseil
d'estat, lequel aura la souveraine superintendance de toutes les
affaires. Je ne scay comment cela pourra subsister avec le pouvoir et
auctorité de madame la régente et si Sa Majesté mesme ne sera bridée
par cela.»

L'autorité devient faible; nous ne tarderons point à voir se fortifier
et s'accroître l'esprit de tumulte et de sédition. «Ce fut en 1564 que
commencèrent les calamités intérieures, dit un historien contemporain;
époque fatale par ses discordes, dont les causes et les commencements
embrassaient toute la terre. Les prophéties des astronomes l'avaient
assez annoncé, car le ciel ne nous offrait qu'un aspect menaçant.
Trois planètes se rencontraient avec le soleil et Mercure dans le
signe du Lion, astres qui ne nous présageaient que les malheurs, les
ruines et le carnage.»

Il nous reste à examiner ce qu'allait devenir le gouvernement de
Marguerite de Parme en présence du développement des réformes
religieuses que les novateurs se préparaient à propager par la flamme
et par le glaive.

En 1551, les doctrines luthériennes avaient déjà fait tant de progrès
que Mélanchton espérait que leurs adeptes seraient assez nombreux pour
imposer à Philippe, comme condition de son inauguration héréditaire
dans les Pays-Bas, le libre enseignement du luthéranisme.

Ce n'est toutefois que dix ans après, au mois d'octobre 1561, que l'on
voit deux ministres français prêcher publiquement à Tournay et à
Valenciennes, où ils ont semé le germe de l'hérésie. Le 12 juin de
l'année suivante, un obscur laboureur des environs de Poperinghe tint
un prêche dans le cimetière de Bœschepe. Le seigneur de Mouscron,
grand bailli de Flandre, ordonna de poursuivre ceux qui y avaient
assisté, et le grand conseil de Flandre délégua deux de ses membres
pour assister les magistrats d'Ypres dans leurs recherches. En vain
usa-t-on d'une extrême rigueur. Les supplices furent impuissants; les
nouvelles doctrines se répandirent de Bœschepe dans tout le pays, et
à mesure qu'elles se développaient, la répression devint moins sévère.
On vit même à Bruges les magistrats faire rendre la liberté à un
prisonnier poursuivi pour crime d'hérésie.

Marguerite jugea utile d'envoyer dans ces circonstances vers le roi
quelque ambassadeur important pour lui exposer la situation alarmante
des Pays-Bas. Le comte d'Egmont, qui fut chargé de cette mission, fut
reçu avec égards à Madrid et crut avoir obtenu tout ce qu'il désirait,
parce qu'on ne lui avait rien refusé formellement. Philippe II s'était
contenté de lui répondre qu'il espérait se rendre bientôt aux Pays-Bas
pour alléger les charges qu'ils supportaient; qu'il était d'avis,
quant aux discordes qui régnaient dans l'administration de la justice,
que la duchesse consultât le conseil d'Etat, qui pourrait également
conférer sur les moyens de raffermir les bonnes doctrines avec
quelques évêques et quelques théologiens.

En effet, les évêques d'Ypres, de Namur, de Saint-Omer, et d'autres
théologiens, se réunirent à Bruxelles le 1er juin 1565. Ils s'en
référèrent aux décrets récents du concile de Trente sur ce qui
concernait la règle à suivre pour les catholiques, et aux édits de
Charles-Quint pour la punition des hérétiques, sauf à les adoucir
selon l'âge des coupables et la nature de leurs erreurs, en frappant
plus sévèrement les ministres des nouvelles sectes. Il est, dans cette
réponse, fait mention de l'inquisition, mais dans son essence toute
religieuse; ils laissent à l'autorité civile le soin d'appliquer les
lois de Charles-Quint, et s'ils réclament «des visitateurs et
inquisiteurs, c'est pour admonester le peuple, non par voie de rigueur
judicielle, mais de bénignité et charité paternelle.»

Les principaux membres du conseil d'État gardèrent le silence sur cet
avis et se contentèrent de demander qu'on l'envoyât en Espagne, sans
qu'ils exprimassent leur opinion. Le comte d'Egmont seul, s'appuyant
sur les intentions clémentes qu'il attribuait au roi, se prononça
contre les inquisiteurs et contre le maintien des édits de
Charles-Quint.

Une déclaration de Philippe II, datée du 17 octobre, vint démentir les
assurances du comte d'Egmont, «car il y faisoit connoître estre son
intention que la dicte inquisition se face par les inquisiteurs, en la
force et manière que jusques ores a esté faict et leur appartient de
droicts divins et humains.»

Le conseil privé demanda qu'il fût bien entendu que le roi, loin de
modifier l'ancien état des choses, voulait seulement maintenir ce qui
avait toujours existé et qu'il ne songeait point à introduire
l'inquisition d'Espagne, «selon que les mauvais faisoient courir le
bruict.»

Le prince d'Orange, les comtes d'Egmont et de Hornes firent rejeter
cet avis plein de sagesse. Ils demandèrent que les lettres du roi
d'Espagne fussent purement et simplement envoyées aux conseils
provinciaux; et, bien qu'ils blâmassent les résultats qu'elles
devaient produire, ils parurent, par leur opposition à l'avis du
conseil privé, appuyé par Viglius, plus les désirer que les craindre.
Ce que les hommes sages prévoyaient, arriva; les nobles, d'autant plus
jaloux du clergé qu'ils se souvenaient de l'érection des nouveaux
évêchés, se livrèrent à de vives représentations et refusèrent de se
conformer aux ordres du roi. Déjà on entendait de toutes parts
circuler dans le pays de vagues bruits d'insurrection. Lorsqu'on
publia, le 18 décembre 1565, un édit de Marguerite qui reproduisait
les ordres du roi d'Espagne, le conseil de Brabant et les quatre
membres de Flandre réclamèrent de nouveau. Les gouverneurs des
provinces déclaraient en même temps que l'exécution de ces ordres
était impossible.

Quelques gentilshommes plus audacieux crurent devoir répondre à l'édit
du 18 décembre en signant, à Bréda, au milieu d'un banquet, une
déclaration par laquelle ils protestaient qu'ils ne souffriraient
jamais l'inquisition dans les Pays-Bas. C'est ce qu'on appellera, plus
tard: le _Compromis des Nobles_.

(5 avril 1566). Présentation solennelle des remontrances de la
noblesse confédérée à Marguerite de Parme. Le comte de Berlaimont
s'écrie: «Ce sont des gueux!» Les mécontents acceptent ce nom, et
prennent pour devise: _Fidèles jusqu'à la besace!_

L'Angleterre dirige le mouvement insurrectionnel: il trouve un appui
en France et en Allemagne.

L'Angleterre s'était séparée des anciennes monarchies européennes par
l'apostasie de Henri VIII. Les affaiblir, semer le désordre pour les
ruiner, en en profitant pour s'agrandir elle-même, sous l'apparence
d'un grand zèle pour la propagation des idées nouvelles, tel était le
système sur lequel Élisabeth voulait fonder la puissance de sa
couronne. Toutes les sectes persécutées réclameront son appui; il
n'est point de pays où elle ne comptera des amis actifs et dévoués
dans les champs, dans les villes, sous la tente et jusque dans le
conseil des princes. Si Genève est l'arsenal des controverses
théologiques, Londres restera le nœud commun où se réunissent tous
les fils épars des complots secrets et des révolutions imprévues, le
centre de la résistance, la métropole de la lutte armée.

«Ceste royne, dit Renom de France, voyant qu'elle ne pouvoit faire
grand effect par terre, vouloit se rendre grande par la mer, et
non-seulement enrichir grandement ses subjects, mais aussi se rendre
formidable de tous autres, ausquels elle pensoit empescher le trafic.»

Ce fut par des questions commerciales que la politique anglaise
chercha à ouvrir une voie à son influence dans les affaires des
Pays-Bas. Au mois de décembre 1563, Marguerite de Parme avait ordonné,
à cause de la peste qui régnait en Angleterre, qu'on attendît
jusqu'aux fêtes de la Chandeleur pour faire venir de ce pays les
laines que l'on avait coutume d'envoyer à Anvers et à Bruges aux fêtes
de la Noël. L'entrecours fut suspendu. Cependant, le 4 décembre 1564,
les magistrats de Bruges écrivirent aux marchands anglais pour les
engager à retourner en Flandre. Le comte d'Egmont appuya leurs
instances et fit si bien qu'au mois de mars 1564, des conférences
commerciales, auxquelles prenaient part, d'un côté, lord Montague, de
l'autre, Christophe d'Assonleville et Pierre de Montigny, s'ouvrirent
à Bruges. Les Anglais affectaient une grande fierté; à les entendre,
l'industrie anglaise nourrissait la Flandre de ses bienfaits, et lord
Cecil ajoutait que l'interruption de ces relations pourrait être plus
nuisible aux Pays-Bas qu'à l'Angleterre.

Ces menaces étaient toutefois peu sérieuses. On ajoutait en Angleterre
une grande importance au commerce des Pays-Bas; la vieille renommée de
leurs grandes cités était encore présente à tous les esprits. C'était
l'époque où Thomas Gresham faisait construire la Bourse de Londres
d'après la Bourse d'Anvers, en n'employant que des architectes et des
ouvriers de cette ville; et il est certain qu'Élisabeth avait chargé
ses députés des instructions les plus conciliantes. Malheureusement
des obstacles sérieux s'offrirent: les ministres de Marguerite
remarquèrent que les Anglais étaient instruits de toutes les décisions
prises au conseil, même avant qu'elles eussent été communiquées à
leurs propres commissaires, et il en résulta qu'ils désirèrent les
premiers que ces négociations échouassent, de peur que la Flandre ne
s'attachât trop aux Anglais, «attendu, écrivait Granvelle, que ce que
nous devons le plus craindre aujourd'hui, c'est que les gens de ce
pays-ci soient bien avec les Anglais, la reine étant, en matière de
religion, ce qu'elle est.» En effet, les conférences furent ajournées
au moment où elles semblaient près de conduire à une conclusion
favorable, puis de nouveau rompues par les Anglais offensés à leur
tour de la conduite des plénipotentiaires de Marguerite. Une
ordonnance de la duchesse de Parme avait déjà prescrit de brûler tous
les draps anglais qu'on essayerait d'introduire en Flandre.

Avec lord Montague se trouvaient deux agents anglais d'une grande
habileté, nommés Habdon et Wotton; ils avaient obtenu des seigneurs
qui appartenaient au parti des conféderés de Bréda, la révélation des
projets les plus secrets de Marguerite: c'était la base d'une alliance
des mécontents avec l'Angleterre.

Dans les premiers jours du mois de septembre 1566, le prince d'Orange
invita à dîner Thomas Gresham, ambassadeur semi-officiel d'Angleterre.
Au milieu du repas, le prince d'Orange porta un toast à la reine
Élisabeth; Thomas Gresham se contenta de remercîments assez vagues et
fort circonspects. Cependant le lendemain un des amis du prince
d'Orange se rendit chez lui et lui dit: «Monsieur Gresham, la reine
d'Angleterre ne secourra-t-elle pas nos gentilshommes comme elle l'a
fait en France pour le bien de la religion?» Thomas Gresham assure
dans ses mémoires qu'il chercha de nouveau à éviter de répondre à
cette question; il n'en est pas moins certain qu'à cette époque des
relations politiques existaient déjà entre l'Angleterre et les
mécontents. Le prince d'Orange répandait de l'argent en Brabant et
persuadait au comte d'Egmont de suivre son exemple en Flandre et même
d'entraîner dans une ligue fédérative les villes de Bruges, d'Arras,
de Béthune, d'Aire et de Lille. Il cherchait lui-même à s'affermir de
plus en plus dans son gouvernement d'Anvers. Là devait être arboré le
drapeau de l'insurrection, et il est très-probable que les mécontents
y eussent appelé les Anglais, comme le prince de Condé leur livra le
Havre en 1562. «Les protestants, écrit Bollwiller au cardinal de
Granvelle, prétendent que par le moyen et exemple de la ville d'Anvers
se rébellant, les aultres villes des Pays-Bas en feroyent le
semblable, se joindroyent par ensemble et se feroyent villes
impériales avec l'appuy qu'elles pourront avoir d'Allemagne,
d'Angleterre et de France.»

Dès le 31 août 1564, Marguerite de Parme écrivait à Philippe II que
les mécontents étaient secrètement soutenus par la reine d'Angleterre.
Pourquoi Élisabeth n'eût-elle pas convoité ces riches provinces des
Pays-Bas qui, en la rapprochant de ses alliés de l'Allemagne
protestante, devaient lui permettre d'agir plus efficacement en France
et de pénétrer au cœur même de l'Empire?

En France les guerres de religion ont commencé sous le règne de
Charles IX. Gaspard de Coligny est aussi soudoyé par l'or d'Élisabeth.
Les huguenots, qui ont livré le Havre aux Anglais, font assassiner le
duc de Guise, qui a reconquis Calais. La gloire du duc de Guise
inquiétait Catherine de Médicis; elle se rapprocha du parti de la
ligue dès qu'elle espéra pouvoir le diriger. Conférences de Bayonne.
Le bruit d'une alliance de Catherine de Médicis et des ministres de
Philippe II accroît l'irritation des huguenots: il devient de plus en
plus important pour eux d'enlever les Pays-Bas au roi d'Espagne ou d'y
susciter des troubles assez sérieux pour l'empêcher d'intervenir en
France.

En 1565, des plaintes s'élevèrent de la part de Marguerite de Parme
contre l'édit de pacification qui permettait d'établir, jusque sur les
frontières, des prêches, foyers dangereux de prosélytisme. Les
huguenots répliquaient que jamais on n'avait empêché les Flamands de
se rendre en pèlerinage à Notre-Dame de Boulogne, «et que pour un qui
vient en France pour ouir les presches de la religion réformée, il y
en vient ordinairement plus de cent en ces pèlerinages, avec chariots
et grands chevaux.» Les prêches continuèrent: ils firent cesser les
pèlerinages, et la Flandre ne tarda point à réclamer la liberté de
religion qui existait en France.

Les princes allemands apportaient de plus dans ces tristes divisions
une double tendance inhérente à leur caractère et à leur position, le
désir de s'enrichir en louant leurs services militaires, l'espoir de
joindre aux trésors conquis par la guerre une indépendance politique
fondée sur les ruines de l'Empire affaibli par cette guerre même.

Nouvelles lettres de Marguerite à Philippe II. Elle lui rappelle le
voyage que Charles-Quint entreprit pour apaiser les troubles des
Pays-Bas. Mission du marquis de Berghes en Espagne. Conseil tenu à
Ségovie, auquel assistent trois conseillers belges: Tisnacq, Hopperus
et Courtewille. La duchesse de Parme écrivait à Philippe II qu'elle
cherchait vainement à démontrer que l'inquisition, telle qu'elle
existait dans les Pays-Bas, était une institution ancienne; que les
seigneurs déclaraient qu'ils ne s'associeraient pas à des mesures qui
conduiraient au bûcher cinquante ou soixante mille personnes, et
qu'ils persistaient à comparer l'inquisition des Pays-Bas à celle
d'Espagne, «qui est si odieuse, comme le roy le sçait.» Les lettres de
Viglius attestent aussi l'horreur que l'inquisition espagnole
inspirait même chez les hommes les plus dévoués à la religion
catholique. La sévérité des édits sur l'inquisition ne paraissait pas
moins incompatible avec la liberté commerciale, base principale de la
prospérité des Pays-Bas.

En présence de cette résistance unanime, Philippe II écrit, le 6 mai
1566, à la duchesse de Parme: «Quant à la nouvelleté que aucuns sèment
que j'avois voulu introduire au regard de l'inquisition, je vous ay
desjà plusieurs fois escript que je n'y ay jamais pensé.» De plus, il
consent à ce que l'inquisition soit restreinte à la surveillance qui
appartient aux évêques en matière de foi et qu'on modère les édits de
Charles-Quint. Il autorise aussi Marguerite à rétablir la paix en
pardonnant à ceux qui l'ont troublée, et écrit au prince d'Orange et
aux autres gouverneurs, ainsi qu'aux magistrats des bonnes villes,
pour les inviter à concourir activement au maintien du repos public,
jusqu'à ce qu'il puisse se rendre lui-même dans les Pays-Bas;
toutefois, Philippe II signait, le 9 août 1566, un acte de
protestation où le duc d'Albe figurait comme témoin, protestation qui
annulait l'amnistie qu'il avait permis à la duchesse de Parme de faire
publier, et au même moment il chargeait d'une mission aux Pays-Bas un
agent de l'inquisition espagnole, fray Lorenzo de Villavicencio, qui
voulait envoyer en Espagne, pour les y faire juger, les Espagnols
arrêtés par delà la mer comme suspects d'hérésie, et qui ne profita de
son influence que pour accuser Viglius.

Avant que les réponses conciliantes de Philippe II, déjà connues ou
prévues par les chefs des mécontents, eussent été rendues publiques,
toute espérance de paix s'était évanouie. Aux tentatives qui avaient
pour but de calmer des passions haineuses et violentes, succède une
anarchie effroyable, où elles se livrent au fol enivrement de leurs
triomphes et de leurs succès.

On avait signalé aux frontières des Pays-Bas l'existence de bandes
nombreuses qui, après avoir cherché quelque temps un asile dans les
plus vastes forêts, commençaient peu à peu, à mesure qu'elles
grossissaient, à se montrer et à lever la tête. Elles étaient bien
moins composées de martyrs de l'intolérance religieuse que d'individus
suspects, lie de diverses nations, qui rêvaient le désordre et le
pillage. Quelques-unes campaient dans la Frise et semaient
l'inquiétude au delà de l'Yssel; mais les plus considérables se
tenaient sur les frontières de France, dans cette région montagneuse
et couverte de bois qui s'étend depuis Poperinghe jusqu'aux sources de
la Lys, ou bien entre Tournay et Valenciennes.

De ces bandes, les unes étaient soudoyées par les huguenots français
et sortaient des prêches que l'on avait établis aux confins de
l'Artois et du Boulonnais après l'édit de pacification. Les autres
étaient recrutées par les protestants des Pays-Bas qui s'étaient
retirés en grand nombre dans le royaume d'Angleterre et qui
débarquaient successivement à Boulogne ou à Calais, sous la protection
des lieutenants d'Élisabeth. Leurs prédicateurs et leurs chefs étaient
fréquemment des moines apostats, dont le plus fameux fut Pierre
Dathenus, religieux de Poperinghe, que le peuple avait surnommé _le
moine à la barbe rousse_; d'autres fois c'étaient quelques laboureurs
entraînés par une imagination aussi ignorante qu'exaltée. Leurs
discours respiraient une sombre éloquence. Les malédictions les plus
énergiques y accompagnaient de mystérieuses prophéties qu'ils
s'efforçaient de faire accepter en essayant des miracles et en
faignant guérir des possédés. Un langage obscur et plein d'allusions
bibliques confondait Rome et Babylone, le Pape et l'Antechrist, les
Gueux et Éléazar. Le peuple, guidé par la curiosité, curiosité que les
défenses mêmes des magistrats rendaient plus vive, s'empressait à ces
assemblées, et la plupart des assistants, affranchissant avec joie
leurs consciences dépravées du joug pesant de la religion, cherchaient
dans un culte nouveau la liberté de leurs passions. Souvent, au milieu
de ces grandes assemblées, paraissaient des hommes d'armes envoyés des
villes: le chant des psaumes cessait alors, le ministre quittait le
char ambulant qui lui avait servi de chaire, et la foule effrayée se
dispersait dans les bois, tandis que quelques-uns, plus enthousiastes,
s'offraient au martyre, ce qu'ils appelaient: Aller parler à Dieu le
père. Mais ces réunions devinrent bientôt assez formidables pour
n'avoir point d'attaques à redouter. Elles se procurèrent des armes et
défièrent la surveillance des autorités. L'une de ces bandes s'avança
jusqu'à Renaix. L'autre entra dans la West-Flandre. Les mêmes
mouvements avaient lieu en même temps dans toutes les autres
provinces: tout tendait à la révolte.

Le 1er août, les Gueux (ils se donnaient eux-mêmes ce nom) se
dirigèrent vers Nieuport, après avoir fait le dénombrement de leurs
forces au Kemmelberg. Ils chantaient en chœur les psaumes de Marot et
déclaraient qu'ils se présentaient en amis; mais le bailli Gilles de
Courtewille, jugeant que leurs armes devaient éveiller des soupçons,
refusa de les recevoir.

Dix jours s'étaient à peine écoulés. On touchait aux fêtes de
l'Assomption, qui paraissent avoir été indiquées dans toutes les
provinces pour l'explosion du complot, lorsque les Gueux abdiquèrent
tout à coup le rôle pacifique qu'ils avaient conservé jusqu'à ce
moment.

Une foule nombreuse se trouvait réunie à Steenvoorde, auprès de la
chapelle de Saint-Laurent, dont on fêtait la dédicace. Un ministre
(c'était un chapelier d'Ypres surnommé Sébastien Bonnet) paraît au
milieu des laboureurs. Il les exhorte à renoncer à tous ces sentiments
de respect et de vénération qui sont un héritage de leurs pères, à
renverser ce qu'ils ont élevé, à brûler ce qu'ils ont honoré. A sa
voix, la chapelle est envahie, les saintes images sont arrachées et
foulées aux pieds, les ornements consacrés au culte deviennent le
butin de quelques voleurs.

Le 14 août, ces violences se répètent de toutes parts aux environs de
Saint-Omer, de Bailleul, de Menin, de Courtray.

Ypres devait être le but d'une tentative plus importante. Les Gueux
voulaient prouver qu'ils étaient assez puissants pour s'introduire de
vive force dans l'une des plus grandes villes de la Flandre. Une
profonde stupeur y régnait, et la crainte des troubles avait empêché
la célébration d'une fête toute populaire, celle qui rappelait la
glorieuse résistance que les Yprois avaient opposée en 1383 aux
efforts de l'évêque de Norwich. L'office solennel de la fête de
l'Assomption s'était paisiblement achevé, lorsque le bruit se répandit
tout à coup que les Gueux s'approchaient et étendaient autour des
remparts d'Ypres l'affreux réseau de leurs dévastations et de leurs
incendies. Ils avaient pillé les monastères de Notre-Dame, de
Sainte-Claire et de Saint-Jean, ceux des Augustins et des Carmélites,
et s'y livraient à une honteuse et sacrilége ivresse. Au même moment,
un ministre calviniste (on ignore si ce fut Sébastien Bonnet ou son
collègue Antoine Algoet, moine apostat) se présentait à la porte de
Boesinghe. «Il faut, dit-il aux magistrats, que toutes les images des
idolâtres soient détruites;» et comme les magistrats le suppliaient de
s'éloigner et de laisser la ville en paix, il leur répondit: «C'est en
vain que vous cherchez à m'arrêter et à vous opposer au cours
impétueux du torrent.»

Ces conférences durèrent jusqu'au soir. Pendant qu'elles se
prolongeaient, les prêtres et les bourgeois se hâtaient de cacher les
ornements les plus précieux des églises, leurs vases saints, leurs
livres liturgiques.

La dévastation commença le lendemain au point du jour. Les Gueux
s'arrêtèrent peu à l'humble couvent des pauvres frères de
Saint-François. Les richesses du monastère des Dominicains les
tentaient davantage. Antoine Algoet avait vécu dans ce cloître, et il
n'y était point d'autel dont il ne connût les ornements pour y avoir
souvent offert le divin sacrifice. Le pillage dura trois heures
entières. Tous les autels furent démolis; les pupitres, les siéges
furent brisés, les vêtements des prêtres déchirés en lambeaux. Ce
n'était point assez, dit un historien contemporain, pour que leur
colère fût satisfaite: ils arrachèrent les dalles sépulcrales et
maudirent leurs pères dans leurs tombes, au milieu des chants obscènes
de quelques courtisanes.

La même dévastation atteignit l'église cathédrale de Saint-Martin,
puis toutes les autres églises, puis les maisons des chanoines. La
nuit arriva avant que ces furieux fussent las de sacriléges et de
pillages. Ce fut ainsi qu'en se proclamant les apôtres de la liberté
religieuse, ils se plaçaient au niveau des hordes barbares du
cinquième siècle, ou des Normands qui leur succédèrent; ce fut ainsi
qu'au nom de la cause de l'intelligence humaine, ils complétèrent leur
œuvre en livrant aux flammes la bibliothèque de l'évêché, riche asile
où reposaient tant de glorieux monuments de l'intelligence des siècles
précédents.

Les Gueux porteront plus tard le même zèle à lacérer les précieux
manuscrits des abbayes de Vicogne, des Dunes, de Tronchiennes, de
Saint-Pierre de Gand, coupables à leurs yeux d'être les dépositaires
de ces traditions du passé, que nous nous efforçons aujourd'hui
laborieusement de recueillir. Il faut rappeler aussi la destruction
des statues et des sculptures, et surtout celle de tant d'admirables
tableaux où l'école flamande avait gravé ses titres à une gloire
immortelle. Et dans quel siècle trouvait-on des mains assez grossières
et assez criminelles pour renverser ainsi, au souffle des passions de
la réforme, tous les chefs-d'œuvre des arts? Dans ce même siècle où,
à l'ombre de la tiare de Léon X, les Raphaël et les Michel-Ange
recueillaient, au bruit des applaudissements de l'Italie, le glorieux
héritage de Van Eyck et d'Hemling, poursuivis par les novateurs dans
tout ce que leur patrie et la postérité conservaient encore de
monuments de leur génie.

D'Ypres, les Gueux se dirigèrent vers Courtray; ils pillèrent et
incendièrent tour à tour les églises de Menin, de Wervicq, de
Commines; puis, passant la Lys, ils saccagèrent le célèbre monastère
de Marquette. Ils menaçaient Lille et Douay de semblables désastres,
lorsque le seigneur de Runneghem, frère du comte du Rœulx,
rassemblant quelques-uns de ses amis et quelques paysans, les surprit
ivres d'excès et de désordres au moment où ils s'apprêtaient à piller
le monastère de Marchiennes, et les contraignit à se disperser.

Tandis que les plus terribles dévastations effrayaient Ypres, d'autres
troupes de Gueux rivalisaient de zèle avec les iconoclastes de la
West-Flandre.

Le 10 août 1566, il y eut aux portes de Bruges un prêche de quatre à
cinq mille personnes, dont deux cents seulement appartenaient à la
ville. Le lendemain, il y eut un autre prêche dans le cimetière de
Sainte-Croix.

«Bruges était depuis peu tombée, dit un historien contemporain, du
faîte de sa puissance, et personne ne se serait souvenu de son antique
grandeur, si l'histoire n'en conservait les traces fugitives. Bruges
s'efforçait de lutter contre la fortune, mais il arrive rarement que
les cités ruinées réussissent à se relever... Les arts florissaient
autrefois en Flandre; il n'était point de peuple qui y parût plus
propre, grâce à l'influence des lois qui punissaient sévèrement
l'oisiveté et la paresse. Les bourgeois vivaient de leur travail de
chaque jour, et de crainte que le goût du repos n'enlevât quelque
chose à leur activité et qu'ils ne préférassent à de constants travaux
une vie facile assurée par le revenu des domaines ruraux, il leur
était défendu d'acquérir des biens hors de l'enceinte de la ville.
Personne ne pouvait, d'ailleurs, abdiquer son droit de bourgeoisie
sans céder la dixième partie de ce qu'il possédait, et l'on veillait
aussi avec soin à ce que les successions fussent également partagées
entre tous les héritiers. Il en résultait que les enfants nourris dans
l'art paternel s'appliquaient à l'industrie, source féconde de vertus.
De là, la grande puissance des métiers et cette frugale opulence que
ne corrompait ni le luxe, ni la mollesse. Le tissage des draps et des
toiles les occupait surtout, et ils envoyaient ces marchandises dans
l'univers entier. Leurs flottes visitaient l'Orient, l'Occident,
toutes les régions, toutes les îles, toutes les cités que baigne
l'Océan. Les Hollandais et les Zélandais leur cédaient la gloire des
expéditions navales, et l'on voyait aussi aborder, dans les ports de
la Flandre, les Italiens, les Espagnols, les Anglais, les Allemands et
les marchands de toutes les nations voisines de la mer. Grâce à ce
système, la Flandre avait atteint le plus haut degré de prospérité.
Cependant ses lois furent modifiées et sa fortune déclina jusqu'à ce
que l'on vît s'élever l'astre fatal des discordes civiles, fléau
terrible qui perd les plus grands empires.»

Bruges était la seule ville de la Flandre que n'eût pas ébranlée la
tempête religieuse. C'était en vain que les sectaires avaient adressé
aux habitants des exhortations pressantes, aux magistrats des menaces
multipliées. On avait répandu le bruit que quarante mille Gueux
(d'autres disaient soixante mille) devaient mettre la ville de Bruges
à feu et à sang si elle n'ouvrait ses portes. Il n'y avait à Bruges
que quarante mousquetaires. Deux cents bourgeois prirent les armes, et
leur fermeté réussit à empêcher à la fois que la ville ne fût envahie
et que des désordres intérieurs n'y éclatassent.

A Gand, les magistrats étaient faibles et les sectaires d'autant plus
audacieux que leur nombre était plus considérable.

Un ministre se rendit avec six hommes armés chez le président du
conseil de Flandre, pour lui demander la liberté d'un accusé, et,
comme le magistrat alléguait le respect des lois, le ministre
l'interrompit en lui disant: «Quelles sont donc les lois que l'on peut
opposer à la parole de Dieu?»

Les Gueux qu'avait repoussés l'énergie des magistrats de Bruges, ne
tardèrent pas à envahir Gand. Leurs pillages commencèrent le 22 août.
Ils saccagèrent d'abord le couvent des Augustins, puis les autres
églises et les autres monastères, même ceux qui étaient situés hors de
la ville. L'abbaye de Saint-Pierre, où les comtes de Flandre étaient
inaugurés, l'abbaye de Tronchiennes, où reposait Jacques d'Artevelde,
qui les égala en puissance et en autorité, subirent la même
dévastation.

La destruction de la cathédrale de Saint-Bavon fut la plus horrible de
toutes. Les Gueux avides de crimes (ils étaient à peine trois ou
quatre cents guidés par un comédien dont le nom était Onghena,
c'est-à-dire sans merci, comme le traduit le chroniqueur de
Tronchiennes), avaient choisi, pour l'exécution de leurs projets, les
ténèbres de la nuit. Leurs torches lugubres éclairèrent tout à coup
les rues désertes, et au même moment leurs folles clameurs retentirent
aux oreilles des habitants comme un glas funèbre qui troublait le
repos de la cité. Les portes de la cathédrale tombèrent devant eux.
Une épouvantable orgie voila la profanation du temple; de hideux
refrains couvraient le bruit des haches pendant que d'infâmes voleurs,
la plupart inconnus ou étrangers, arrachaient l'or des châsses de
sainte Pharaïlde et de saint Bavon et traînaient dans la boue les
reliques des saints et des martyrs que la Flandre vénérait depuis tant
de siècles.

A Tournay, les iconoclastes renversèrent la statue équestre de saint
Georges, élevée par Henri VIII, et brisèrent le caveau où avait été
enseveli le duc Adolphe de Gueldre, et jusqu'à son cercueil, afin de
s'assurer que les chanoines de Notre-Dame n'y avaient pas caché
quelques trésors. Les ossements du duc de Gueldre, défenseur des
communes flamandes, furent mêlés à la poussière du trophée, qui
racontait les succès de l'apôtre couronné de la réforme en Angleterre.
A Bailleul, ils pillèrent l'abbaye de Saint-Jean, fondée par Théodric
III à Térouanne, et transférée à Bailleul par Charles-Quint; à
Messines, ils détruisirent le cloître qu'avait habité la comtesse
Richilde, monument d'une autre expiation.

Les mêmes désordres se reproduisirent dans une foule de bourgs et de
villages, de telle sorte qu'en moins de dix jours la Flandre vit
détruire plus de quatre cents églises. Ces dévastations ne désolèrent
pas seulement la Flandre et l'Artois, elles s'étendirent jusqu'aux
extrémités du Limbourg et de la Frise, de Maestricht à Leeuwaerden, de
Leeuwaerden à Amsterdam. _Diceres incendium per rura discurrere_, dit
un historien contemporain.

La narration officielle de la dévastation des iconoclastes se trouve
dans les lettres adressées par Marguerite de Parme à Philippe II. La
première est du 31 juillet 1566:

«Quant je pense dire à V. M. comment le feu d'hérésie, ces presches et
assemblées, tant en armes que aultrement, tendans toutes à manifeste
sédition, révolte et tumulte populaire, s'est allumé et épars en peu
de temps depuis que la crainte et respect et obéissance ont esté
perdus, je ne sçay à quoy commencher. Ils menacent ouvertement d'user
de voye de faict sy on les veult empescher; ils treuvent gens qui les
mettent en ordre de guerre; ils se fournissent d'arquebuses, pistolets
et aultres armes, et généralement font ce qu'ils veullent. Il ne reste
plus, sinon qu'ils s'assemblent, et que joincts ensemble ils se
livrent à faire quelque sac d'églises, villes, bourgs ou pays, de quoy
je suis en merveilleusement grande crainte, de tant que je n'ay rien
de prest pour les empescher, car je n'ay ni argent, ni gens... La
ville de Gand est en très-grand péril d'estre butinée et pillée,
quelque jour, de ces sectaires qui se sont assemblés à douze ou quinze
mille personnes, la pluspart embastonnés, et pour ce que ceulx de
Bruges se sont jusques ores gardés le mieulx qu'ils ont peu, ces
sectaires s'amassent armés et embastonnés par ensemble, menaçans venir
prescher auprès dudit Bruges, en nombre de trente à quarante mille
testes.»

Si l'on ne retrouve pas la lettre où Marguerite de Parme annonçait
l'explosion des fureurs des Gueux, on a conservé celle-ci, à peine
postérieure de quelques jours: «Je ne puis délaisser d'advertir Vostre
Majesté de la continuation des saccagemens des églises, cloistres et
monastères de par-deçà, où ces sectaires brisent toutes les images,
autels, épitaphes, sépultures et ornements d'église, tellement que
l'on m'asseure que, en Flandre seule, ils ont déjà saccagé plus de
quatre cents églises et ne cesseront tant qu'ils auront achevé. En
tous ces monastères et cloistres, ils abattent toutes sépultures des
comtes et comtesses de Flandres et aultres.» Et elle ajoute:
«Cejourd'huy j'ai nouvelles qu'ils ont pillé et saccagé la grande
église de Nostre-Dame d'Anvers et tous aultres cloistres et églises
paroissiales. Ils ont aussy fait à sacq tous les cloistres à Gand et,
à ce que j'entends, sont présentement achevans aux églises cathédrales
et parochiales.»

Citons quelques autres témoignages. Viglius écrit à Hopperus, le 26
août 1566:

«Je ne doute point que vous ne lisiez avec une profonde douleur la
dévastation de tant de temples célèbres, la destruction d'un si grand
nombre de monastères, que je ne saurais raconter sans répandre des
larmes. Tandis que nous hésitions à permettre les assemblées des
hérétiques, ils adoptaient la résolution de détruire, en une seule
fois, toute la religion catholique, de telle sorte qu'à Anvers, à
Gand, à Tournay, à Ypres, à Bois-le-Duc, dans une foule de villes, de
villages et de monastères, on ne retrouve plus aujourd'hui aucune
trace de l'ancienne religion. Tous les autels ont été renversés, les
ornements et les livres abandonnés aux flammes. Je crains que si le
roi continue à refuser la convocation des états généraux, ils ne
s'assemblent de leur propre mouvement de peur qu'on ne les accuse de
ne pas vouloir chercher remède à de si grandes calamités, et quels que
soient les inconvénients qui puissent en résulter, de plus grands
périls nous menacent, si, par suite de l'impuissance de la gouvernante
des Pays-Bas à y porter quelque remède, et de l'empêchement qu'on met
à celui que pourrait produire la réunion des états généraux, toutes
les choses continuent à aller de mal en pis.»

Un marchand anglais, établi dans les Pays-Bas, traçait le même tableau
des fureurs des Gueux:

«Ceux qui pillent en Flandre, marchent par bandes de quatre à cinq
cents personnes. Quand ils arrivent à quelque ville ou à quelque
village, ils font appeler le gouverneur et pénètrent dans l'église, où
ils détruisent tous les ornements d'or et d'argent qu'ils découvrent,
les calices aussi bien que les croix... Plusieurs de leurs chefs ont
déclaré qu'ils ne laisseraient pas, dans tout le pays, un prêtre ou un
moine en vie.»

Grotius, écrivant en Hollande et sous une influence hostile, n'en
blâme pas moins, avec énergie, ces excès et ces désordres: «Tandis que
la gouvernante, espérant pouvoir retarder le péril, attendait les
ordres du roi et une armée ou du moins l'argent nécessaire pour en
recruter une, on vit tout à coup les hommes du peuple, jusqu'alors
effrayés par la flamme et le fer, semer à leur tour la terreur, sortir
de leurs ténèbres pour se montrer au grand jour, et tenir publiquement
leurs assemblées; à eux, s'étaient joints des exilés qui avaient
autrefois quitté la patrie pour crime de religion, et quelques moines
apostats fatigués d'une vie trop dure. Leur nombre était plus
redoutable qu'ils n'avaient pu eux-mêmes l'espérer. La faiblesse de
l'autorité encourageait leur audace: ils comptaient de plus sur les
nobles confédérés qui les avaient pris sous leur protection, et
bientôt après se développa l'esprit de sédition parmi la plèbe la plus
vile: des voleurs s'y associèrent. Dans les villes et dans les
campagnes les temples furent violés, et l'on détruisit également les
ornements des autels et les images des saints. Telles furent
autrefois en Orient les dévastations des iconoclastes. Ces fureurs
n'étaient pas seulement dirigées contre les prêtres et les religieux,
mais aussi contre les livres et contre les tombeaux; et elles se
développaient si instantanément, qu'il semblait qu'un signal eût été
donné pour l'embrasement de la Belgique entière.»

Bossuet a résumé avec la supériorité de son génie le caractère de ces
succès et de ces conquêtes des apôtres de la réforme. «Luther tirait
vanité des séditions et des pilleries, premier fruit des prédications
de ce nouvel évangéliste. L'Évangile, disait-il, et tous ses disciples
après lui, a toujours causé du trouble, et il faudra du sang pour
l'établir. Zuingle en disait autant. Calvin se défend de même.
Jésus-Christ, disaient-ils tous, est venu pour jeter le glaive au
milieu du monde. Aveugles qui ne voyaient pas ou ne voulaient pas voir
quel glaive Jésus-Christ avait jeté et quel sang il avait fait
répandre!»

Examinons quelle avait été au milieu de ces troubles la conduite du
comte d'Egmont.

Dans une lettre adressée au prince d'Orange, il lui mande qu'il se
méfie de la duchesse de Parme.

De son côté, la duchesse de Parme écrit à Philippe II, le 18 août
1566, que le comte d'Egmont montre peu de zèle et qu'il refuse de
recourir à l'emploi de la force pour dissiper les séditieux. Neuf
jours après, elle lui écrit de nouveau que le comte d'Egmont, auquel
elle a rappelé son serment de combattre pour Dieu et le roi, lui a
répondu que les temps étaient changés. Elle accuse aussi le comte de
Hornes d'être hostile aux prêtres, et le prince d'Orange de vouloir
partager les Pays-Bas entre ses amis et lui. «En paroles et en faits,
ajoute-t-elle, ils se sont déclarés contre Dieu et le roy.»

Le comte d'Egmont se trouvait dans la ville d'Ypres quand les Gueux
menacèrent de la piller, et il se retira dans son château de Sotteghem
sans avoir rien fait pour les arrêter. Quelques nobles français était
arrivés à Ypres, où ils avaient été accueillis aux cris de: _Vivent
les Gueux!_ si bruyamment répétés qu'ils troublèrent les magistrats
dans les délibérations de l'hôtel de ville. Ils se disaient chargés
d'une mission de l'amiral de Coligny. Les magistrats d'Ypres
consultèrent, sur ce qu'il y avait lieu de faire, le comte d'Egmont,
gouverneur de Flandre. Celui-ci répondit qu'il fallait traiter avec
eux. Or, l'année précédente, le comte d'Egmont, se rendant en Espagne,
avait eu à Paris, avec Coligny, une entrevue secrète qui permet de
croire que l'intervention du chef du parti huguenot dans les affaires
de Flandre n'avait point eu lieu sans qu'il l'approuvât, ou du moins
sans qu'il en fût instruit. Il montra, toutefois, plus de fermeté à
Bruges et à Audenarde. A Gand, sa faiblesse fut de nouveau extrême.
«Ce povre comte d'Egmont, écrivait Morillon à Granvelle, avoit faute
de quelques barbes blanches, au lieu de tant de jeunes gens à qui il
donnoit à manger. Dieu sait s'il m'a cousté des larmes. Dieu pardoint
à ceulx qui en sont cause.» Il ajoute dans une autre lettre: «L'on
m'asseure que c'est chose incroyable comme Egmont est devenu blancq et
vieil, et n'en suis esbahi: _conscientia nulli parcit_. Il ne dort
s'il n'a ses armes et pistolets devant son lit.»

Lorsque la nouvelle de ces étranges pillages de la Flandre, qui
accusaient moins l'audace des novateurs que la faiblesse de
l'autorité, parvint à Bruxelles, Marguerite adressa d'amers reproches
aux comtes d'Egmont et de Hornes et convoqua sans délai le conseil:
«La situation où les crimes d'un petit nombre d'hommes ont placé les
Pays-Bas, y dit-elle, vous est connue; elle ne restera pas cachée aux
peuples éloignés et fera l'étonnement de la postérité, pour ma grande
honte et pour la vôtre. Je sais qu'on m'en attribuera la plus grande
part; car le nom des princes s'attache aux calamités qui marquent leur
domination. Cependant le moment est arrivé où, illustres à tant de
titres au dedans et au dehors, vous ne pouvez plus laisser dormir
votre gloire. Le gouvernement des Pays-Bas ne m'a pas été si
exclusivement attribué que vous n'ayez point de part aux soins qu'il
réclame. Le gouvernement des provinces qui vous sont confiées, les
serments que vous avez prêtés comme chevaliers de la Toison d'or, la
fidélité au roi dont vous avez à donner l'exemple, comme les premiers
entre ses sujets, vous imposent le devoir de maintenir et de fortifier
l'autorité suprême. Et c'est, toutefois, dans ces provinces et sous
vos yeux que des criminels impies et sacriléges ont profané et
incendié de la manière la plus horrible ces temples placés sous
l'invocation de Dieu et des saints, que la piété des anciens comtes de
ces pays avait fondés, et que vos ancêtres et vous-mêmes vous avez
ornés des trophées de vos victoires. Les tombeaux de vos pères ont été
violés. Les anciennes statues des chevaliers de votre ordre et les
armoiries de vos familles ont été renversées avec mépris, foulées aux
pieds et détruites. Faut-il vous entretenir des persécutions qui ont
accablé les vierges consacrées à Dieu, dont les monastères ont été
ravagés; des ordres religieux et des prêtres, chassés cruellement et
au milieu des outrages, de leurs demeures et de leurs villes? Et
quelle espèce d'hommes a excité une si horrible tempête dans les
Pays-Bas? La lie la plus infime du peuple, les plus vils et les plus
abjects des apostats, terribles contre ceux qui les craignent,
tremblants si on leur résiste. Permettrez-vous à ce fléau d'étendre
impunément ses ravages? Souffrirez-vous que la paix des cités et le
culte religieux soient ruinés devant vous, et que ces troubles ouvrent
nos provinces à nos ennemis du dehors?» Les comtes de Mansfeld,
d'Arenberg, de Berlaimont, appuyèrent le discours de Marguerite, mais
les autres membres du conseil le reçurent avec froideur. On entendit
même le prince d'Orange, le comte d'Egmont, le comte de Hornes et
quelques autres combattre tout projet de rétablir l'ordre par les
armes.

Le même soir, aussitôt après le conseil, Marguerite écrivit au roi:
«Sire, vous êtes trahi; les traîtres sont le prince d'Orange et les
comtes d'Egmont, de Hornes et d'Hoogstraeten.» Elle était résolue à se
retirer à Mons, mais il était trop tard. Les mécontents avaient fermé
les portes de Bruxelles; ils menaçaient Marguerite de la retenir
prisonnière, tandis qu'ils pilleraient les églises et massacreraient
les prêtres sous ses yeux. La gouvernante des Pays-Bas, épuisée de
fatigues et de soucis, comprit que toute résistance était impossible.
Elle manda au palais le prince d'Orange et les comtes d'Egmont et de
Hornes: «Je cède, leur dit-elle, mais c'est à la violence.» Les
concessions faites par Philippe II étaient déjà insuffisantes, et ce
fut sur des bases beaucoup plus larges qu'elle se vit réduite à
traiter avec les nobles qui adhéraient au compromis de Bréda (_édit du
25 août 1566_).

Les confédérés avaient choisi plusieurs députés, entre autres le comte
Louis de Nassau, Bernard de Merode, seigneur de Rumen, Martin
T'Serclaes, seigneur de Tilly, Charles Vander Noot, seigneur de
Risoire, Philippe Vander Meere, seigneur de Sterbeke, et Georges de
Montigny, seigneur de Noyelles. Ils s'engagèrent à contribuer de tous
leurs efforts à ce que la paix fût rétablie.

Le lendemain, un homme suspect, nommé Leclerc (c'était un avocat de
Tournay) arriva à Gand chargé d'une lettre par laquelle le comte de
Nassau invitait les chefs des sectaires à suspendre leurs pillages. En
effet, les désordres cessèrent aussitôt.

Cependant le parti des Gueux semble s'affaiblir. Les uns s'en
éloignent parce qu'ils ont appris à trembler devant les fureurs des
passions déchaînées par les nouvelles doctrines. D'autres encore
reculent devant la crainte de l'arrivée de Philippe II, qui a, dit-on,
résolu définitivement de se rendre dans les Pays-Bas.

Dans ces circonstances extrêmes, le chef caché du parti des
mécontents, Guillaume d'Orange, convoqua les plus illustres des
seigneurs qui avaient soutenu ses opinions. Cette réunion eut lieu à
Termonde, chez Jean Van Royen, seigneur de Paddeschoot. Le prince
d'Orange y appela son frère, le comte de Nassau, et les comtes
d'Egmont, de Hornes et d'Hoogstraeten. On y exposa que la parole de
Philippe II était peu sûre; qu'il était certain qu'il dissimulait et
qu'il profiterait du premier moment favorable pour faire décapiter les
principaux des nobles confédérés. La question d'une résistance armée à
l'autorité royale fut soulevée, mais le comte d'Egmont n'hésita pas à
la repousser: il se contenta de réunir à Bruges les quatre membres de
Flandre, afin qu'à sa persuasion ils fissent de nouvelles démarches
près de la duchesse de Parme, pour obtenir la convocation des états
généraux.

Le prince d'Orange se rend en Allemagne. Henri de Brederode l'y suit.
A leur exemple, un grand nombre de familles, qui ont adopté les idées
nouvelles, se retirent dans les pays étrangers. Marguerite, instruite
de ces émigrations, exhorte vivement Philippe II à traiter avec
clémence les Pays-Bas, déjà pacifiés et revenus à l'obéissance.

Tout était encore incertitude à Madrid. Tantôt le roi paraissait
disposé à suivre les conseils de Marguerite de Parme; tantôt il
inclinait vers une répression sévère. Les dispositions remuantes des
peuples des Pays-Bas, jointes à leur éloignement du centre de la
monarchie espagnole, avaient d'abord fait songer à adopter l'ancien
projet de Charles-Quint, celui d'y créer un royaume qui, relevant de
la même couronne, n'en aurait pas moins été complètement distinct, par
ses lois et son administration, des autres États qui étaient soumis au
roi d'Espagne.

La ville de Bruxelles était désignée par sa situation topographique
pour être la capitale du royaume des Pays-Bas.

De nouvelles citadelles devaient être érigées et occupées par des
troupes étrangères. Malines, que sa position près de Bruxelles et au
centre du pays rendait une place importante, eût reçu un vaste
arsenal, toujours prêt à envoyer des secours là où l'on en aurait eu
besoin.

On eût cherché à rendre cette mesure populaire en confirmant ou même
en développant les anciens priviléges du pays.

L'infant don Carlos, fils du roi, eût été placé à la tête de ce
royaume. Il avait vingt et un ans et était doué d'une imagination vive
qu'entretenait une altière ambition. Charles-Quint lui avait donné son
nom et, avant d'entrer au monastère de Yuste, il s'était arrêté à
Valladolid pour le voir, le bénir et lui adresser quelques conseils.
Ce souvenir grandit avec l'enfant. Il oublia son père pour glorifier
son aïeul, et, tandis que Philippe II vivait sans éclat au milieu
d'une cour triste et sombre, il courait les champs pour frapper de
grands coups d'épée en riant de l'oisiveté paternelle. Autant Philippe
chérissait les Espagnols, autant don Carlos aimait cette Flandre où
était né le grand empereur Charles-Quint.

Lorsque le comte d'Egmont se trouvait à Madrid, don Carlos ne cessait
de l'interroger sur ses campagnes et de prodiguer au vainqueur de
Saint-Quentin et de Gravelines les témoignages de son admiration; mais
le joug de Philippe II pesait sur lui comme sur les peuples, et son
esprit ardent se trouvait réduit à des fureurs qui, aux yeux de
quelques-uns, en accusaient la faiblesse, mais qui n'en révélaient
peut-être que la force violente et immodérée, comme il appartient aux
passions de la jeunesse.

Cette fois seulement, l'avenir sembla s'ouvrir pour cette âme
impatiente de liberté et de gloire. Ses vœux allaient être exaucés.
Il devait régner au berceau de Charles de Gand. On avait aussi négocié
son mariage avec Marie Stuart. Le petit-fils de l'heureux rival de
François Ier avait le droit de choisir pour compagne la nièce de ce
duc de Guise qui, seul digne de le combattre, avait élevé si haut sa
gloire, que l'alliance de sa maison avec un roi d'Écosse et un roi de
France n'avait pu rien y ajouter.

Marie Stuart avait vingt-deux ans: «Que reste-t-il davantage, ajoute
Brantôme, pour dire ses beautés, sinon ce qu'on disoit d'elle que le
soleil de son Écosse estoit fort dissemblable à elle, car quelquefois,
de l'an, il ne luit pas cinq heures en son pays, et elle luisoit
toujours, si bien que de ses clairs rayons elle en faisoit part à sa
terre et à son peuple, qui avoit plus besoing de lumière que tout
autre pour estre fort esloigné du grand soleil du ciel.» Une princesse
lui écrivait à peu près dans le même langage: «que toute l'isle seroit
enrichie et décorée de sa beauté, vertu et bonne grâce.» Cette
princesse était la reine Élisabeth d'Angleterre.

On prétendait que, dès le mois d'avril 1561, un ambassadeur espagnol,
Manriquez, avait négocié à Paris, avec les Guise, le mariage de don
Carlos et de Marie Stuart. Deux lettres adressées d'Espagne à
Catherine de Médicis renfermaient les mêmes avis. L'une, de Sébastien
de l'Aubespine, était conçue en ces termes: «Il est vray comme Dieu
que les Espagnols regardent la Flandre et ce qui la peut toucher, plus
que chose du monde, se délibérant d'y envoyer le prince sitost que sa
santé et que les estats de Monson le pourront porter.» L'autre, écrite
de Tolède, était de madame de Clermont: «Il se continue qu'elle (Marie
Stuart) s'en va à Joinville qui me samble, madame, que vous devez
garder, car c'est fort près de Flandre. L'on dict que c'est un fort
beau mariage pour icy et qu'Escosse est leur passaige pour aller en
Flandre. S'ils ne la peuvent avoir pour le prince, je pense qu'ils la
désireroient bien pour don Juan et les faire rois et reines de ces
deux réaumes... Vous feriez bien, madame, le plustost que vous
pourrez, la marier de delà. Vous avez le petit prince de Navarre...»

En 1563, la reine d'Écosse annonça elle-même à Michel de Castelnau,
envoyé du roi Charles IX, que si le prince d'Espagne se rendait en
Flandre et continuait à rechercher sa main, elle ne se montrerait pas
contraire à ses vœux. Au mois de juin 1564, le cardinal de Granvelle
et son frère, le seigneur de Chantonnay, continuaient à négocier le
mariage de Marie Stuart et de don Carlos, qui eût donné à l'Espagne et
à la France le droit de franchir la vieille muraille de Septime
Sévère, si l'Angleterre usurpait une médiation agressive dans les
guerres de religion. D'autres intrigues s'agitaient pour lui faire
épouser un archiduc d'Autriche ou peut-être le roi Charles IX
lui-même: les négociateurs les plus habiles se disputaient encore la
main de la reine d'Écosse, quand un fol amour lui fit épouser, le 28
juillet 1564, Henri de Darnley. Avant que quatre ans soient écoulés,
Marie Stuart se livrera entre les mains jalouses de la reine
d'Angleterre.

Philippe II ne tarda pas à renoncer à toute pensée de renouveler, par
une abdication partielle, le grand exemple que lui avait donné son
père. Irrité de voir don Carlos nouer avec les envoyés flamands des
relations si étroites qu'il leur révélait jusqu'aux secrets du
conseil, il présida lui-même aux délibérations relatives aux affaires
des Pays-Bas, afin que personne, dit Strada, n'élevât la voix en
faveur de son fils, _ut si ad eam expeditionem Carolum filium
designaret, sermonum initia ipse præcideret_.

Les conseillers belges ne furent point appelés à ces délibérations.
Parmi les conseillers espagnols qui y assistèrent, figuraient, au
premier rang, le prince d'Eboli, Ruy Gomez, d'autant plus attaché à la
paix qu'il craignait que l'autorité ne s'échappât de ses mains au
milieu des crises de la guerre, et le duc d'Albe, qui se croyait
appelé à combattre les mécontents des Pays-Bas comme il avait combattu
les protestants en Allemagne et les Maures insurgés en l'Andalousie.

Le prince d'Eboli parla le premier: «Il ne faut pas, dit-il,
poursuivre par les armes des peuples tranquilles et obéissants et
exciter les novateurs étrangers, toujours empressés à secourir leurs
frères. Les incendies des guerres civiles sont surtout dangereux là où
ceux qui les encouragent, sont le plus près, ceux qui doivent les
réprimer, le plus loin. Cette répression est un malheur même pour le
vainqueur. Tous les désastres que la victoire fait peser sur les
cités, les hommes et les biens, sont des pertes pour le prince. Déjà
la sœur du roi a suffisamment réparé ou puni tout ce dont les Belges
se sont rendus coupables. Ce sont les esprits qu'il faut vaincre
maintenant, et c'est par les bienfaits et non par les armes qu'on les
soumet. Ces moyens sont plus convenables à la clémence du prince et au
caractère des Belges, dont Charles-Quint a dit, qu'il n'est pas de
peuple qui abhorre davantage le nom de la servitude et qui se soumette
plus facilement à un gouvernement paternel.»

Le duc d'Albe, moins par rivalité contre Ruy Gomez que par le penchant
naturel de son esprit, soutint, au contraire, qu'il fallait employer
la force des armes pour rétablir l'ordre dans les Pays-Bas. Il
rappela toutes les concessions qui avaient été faites, le départ des
troupes espagnoles, la retraite du cardinal de Granvelle, la
modération des édits de Charles-Quint, concessions qui n'avaient pu
prévenir les troubles. «L'empereur Charles, dit-il en terminant pour
réfuter le prince d'Eboli, connaissait mieux cette nation et ce qui
convient à son caractère lorsque, abandonnant tous moyens plus doux
pour prendre les armes, il réduisit à l'obéissance sa patrie insurgée.
Le crime aujourd'hui n'appartient plus à une seule cité, mais à toutes
les provinces; et, si les rebelles semblent un moment s'apaiser, ils
n'en conservent pas moins le même orgueil, et ils se relèveront dès
que leur terreur sera passée.»

Le duc de Feria répondit au duc d'Albe. «Il est plus glorieux au
prince, dit-il, d'étendre sa clémence sur ses sujets que de lutter
contre eux en les égalant en quelque sorte à lui-même. Il faut
craindre que des princes voisins et jaloux ne profitent des discordes
des Pays-Bas pour ruiner la puissance espagnole, affaiblie par ses
propres victoires.» Le duc de Feria ne croyait pas que l'on pût
invoquer l'exemple de la soumission de Gand, en 1540. «Il était facile
alors de dompter une seule ville abandonnée des autres provinces.
Toutes les circonstances favorisaient cette expédition. L'Allemagne
relevait de l'Empereur. L'Angleterre était son alliée, la France lui
avait donné passage. Aujourd'hui, la même agitation s'est répandue
dans tous les Pays-Bas. Nous ne trouvons plus d'alliés nulle part,
mais des envieux partout. Il faut plutôt renoncer à toute pensée de
violence et de vengeance; il faut accorder quelque repos et quelque
relâche aux esprits des Belges, qu'il sera ainsi facile de ramener, et
avoir soin de ne pas leur apprendre imprudemment à diriger contre nous
des armes qu'ils ont si souvent portées pour nous.»

Le moine franciscain Bernard Fresneda, confesseur du roi, soutint
également le système de la conciliation et de la clémence; il
représentait la religion n'intervenant dans le monde politique que
pour y prêcher la charité. Toute différente fut l'opinion du grand
inquisiteur Spinosa qui ne cherchait dans la religion qu'un prétexte
pour couvrir les rigueurs politiques. Spinosa, issu d'une condition
obscure, avait élevé si haut sa puissance qu'on le surnommait le roi
d'Espagne. Il refusait au pape Pie IV la liberté de l'archevêque de
Tolède, depuis longtemps captif dans ses prisons, et réclamait en même
temps le sang des populations des Pays-Bas, qui confondaient dans leur
haine Rome et Madrid, l'inquisition ecclésiastique fondée par saint
Dominique, au treizième siècle, et l'inquisition politique espagnole
représentée au seizième par Spinosa.

Manriquez de Lara, grand maître d'hôtel de la reine, que nous avons vu
négocier près des Guise le mariage de don Carlos, osa seul rappeler
les promesses qui lui avaient été faites. L'avis du grand inquisiteur
Spinosa prévalut; Philippe II, porté naturellement à l'inertie, crut
ne plus pouvoir hésiter quand sa conscience fut menacée de la terrible
responsabilité que feraient peser sur elle les progrès de la réforme.
Il ne voulait pas être «seigneur d'hérétiques.»

Nous avons suivi le récit de Strada, qui serait plus éloquent si
l'auteur y avait laissé moins de traces de ce que nous devons à sa
composition oratoire. Un autre historien a reproduit, en quelques
traits plus vifs et plus concis, cette mémorable délibération où les
destinées des Pays-Bas furent pesées dans la balance où Spinosa et le
duc d'Albe avaient jeté l'un sa haine, l'autre son épée.

«Il fut donc conclud et arresté au conseil d'Espagne qu'il n'y avoit
rien plus expédient que d'envoyer en Flandre un chef d'authorité
estimé au faict de la guerre et du gouvernement politic, lequel
conduisant quant et soy une partie de l'armée seulement, et recevant
l'autre aux frontières d'Allemagne, où elle se trouverait à temps
soudoyée, donnast ordre d'une main rigoureuse aux affaires de ces
provinces et qu'à l'advenir l'on n'auroit plus à craindre les révoltes
et remuemens; ce qui se feroit en rendant les corps de la sédition
immobiles en leur ostant leurs chefs et leur trenchant leurs testes,
mettant ès peuples le frein des citadelles comme l'empereur
Charles-Quint avoit faict à Gand, en restreignant la licence de leurs
très-amples priviléges qui avoient en tout temps occasionné à ces pays
de trop soudains soulèvements, soit que l'on voulust considérer les
gouvernements des plus anciens seigneurs ou des plus modernes, comme
de la maison de Bourgogne et d'Autriche. Et à ce propos mettoit-on en
avant Élisabeth, reine de Castille, laquelle riant souloit dire au roy
Ferdinand, son mari, qu'elle désiroit que les Arragonnois se
rebellassent, afin qu'estant rangés à l'obeyssance par les armes, on
les peut, à juste cause, priver de plusieurs priviléges qui les
rendoient insupportables au roy. Toutesfois, les conseillers du roy
n'estoient pas tous de mesme advis, en la manière de procéder contre
les Flamans; et aucuns estoient d'opinion, comme Ruiz Gomès de Sylva,
le duc de Feria et le confesseur de Sa Majesté, qu'on les devoit
ranger à leurs devoirs plutôt avec la douceur et bénignité, veu que
l'on sçavoit qu'ils estoient gens hautains et indomptables par la
force.»

Aussitôt que Marguerite apprit ce qui avait été résolu à Madrid, elle
se hâta d'écrire au roi, afin de s'efforcer de faire changer une si
funeste détermination. Elle lui exposait que les Pays-Bas jouissaient
d'une paix profonde; que la religion et l'autorité du roi y étaient de
nouveau respectées; que les ressources et les soldats qui avaient
suffi pour rétablir l'ordre, suffiraient pour les maintenir. «Une
armée nouvelle, ajoutait-elle, causera des frais considérables au roi
en même temps qu'elle ruinera les Pays-Bas. Si de vagues rumeurs ont
porté à l'exil un grand nombre de familles d'artisans et de marchands,
un plus grand nombre fuiront en apprenant que les troupes étrangères
s'approchent, parce qu'ils craignent à la fois d'être privés du
commerce par la guerre et d'être contraints à nourrir de grandes
armées. Il faut y ajouter la terreur des peuples qui croiront qu'on ne
réunit tant de soldats que pour les punir, et le mécontentement des
nobles qui verront méconnu le zèle qu'ils ont mis à calmer les
séditions. Les troupes allemandes, dévouées à Luther, rapporteront
l'hérésie dans les Pays-Bas. Je prévois que de là naîtront de
sanglantes guerres civiles qu'entretiendra pendant longtemps la haine
implacable des peuples. C'est pourquoi je vous supplie de toutes mes
forces de renoncer à l'emploi intempestif des armes; conduisez-vous en
père plutôt qu'en roi, et assurez, par votre sagesse, la continuation
de la paix.»

Au moment où ces stériles représentations parvenaient à Madrid, le duc
d'Albe s'embarquait pour l'Italie afin d'y réunir son armée. Les
lettres de Marguerite l'y suivirent; elle l'engageait à examiner s'il
ne serait pas plus utile de congédier une partie de son armée et de ne
pas irriter, par des frais et des armements superflus, des provinces
tranquilles et obéissantes; elle ajoutait que le remède à coup sûr
était pire que le mal.

Le duc d'Albe se contenta d'alléguer les ordres du roi. Son armée
avait déjà commencé à traverser les défilés des Alpes. Elle était
moins nombreuse qu'on ne l'avait cru d'abord, mais toute d'élite; car
elle comprenait, outre les compagnies italiennes, tous les vétérans
espagnols des garnisons de Milan et de Naples, dont quelques-uns
avaient gardé l'amer souvenir des insultes qu'ils avaient subies
lorsque Philippe II avait été contraint de les rappeler des Pays-Bas.

L'infanterie obéissait à Alphonse d'Ulloa, à Sanche de Londogno, à
Julian Romero et à Gonzalve Bracamonte, les quatre plus intrépides
mestres de camp de ce temps. Elle était à peu près de huit mille
hommes. La cavalerie en comprenait environ deux mille. Elle était
conduite par Ferdinand de Tolède, fils naturel du duc d'Albe, qui
avait pour mestre de camp l'Italien Chiapini Vitelli, fameux par ses
talents militaires. Deux chefs non moins renommés, François Paccioti
d'Urbin et Gabriel Serbelloni, grand prieur de Hongrie, dirigeaient
les ingénieurs et l'artillerie. Parmi les capitaines qui commandaient
les différents corps de cette armée, se trouvaient Sanche d'Avila,
Christophe de Mondragon, Nicolas Basta, Charles d'Avalos, tous sortis
des camps de Charles-Quint. On y remarquait pour la première fois un
corps de soldats armés de mousquets. Jusqu'à cette époque, ces armes
n'avaient été employées qu'à la défense des remparts. Ceux à qui elles
avaient été confiées avaient été choisis parmi les plus braves, et
chacun s'inclinait avec respect devant eux, lorsque l'on entendait
retentir le commandement: _Afuera, adelante los mosqueteros_.

Cette armée franchit lentement le Mont-Cenis et descendit, au mois de
juillet, dans la Franche-Comté. Un grand nombre de gentilshommes
français accoururent pour la voir quand elle passa près des frontières
de la Lorraine. Quelques-uns d'entre eux, liés au parti des huguenots,
étaient animés de sentiments hostiles et regrettaient de ne pouvoir la
détruire avant qu'elle allât combattre leurs coreligionnaires des
Pays-Bas. Il n'y fallait point songer; cette armée était trop
redoutable; déjà elle était entrée dans le comté de Luxembourg, où le
duc d'Albe trouva le comte d'Egmont, qui s'était rendu au-devant de
lui pour le saluer; ils s'embrassèrent.

Le 22 août, le duc d'Albe arrive à Bruxelles, muni de pouvoirs
dictatoriaux. Le 9 septembre, il fait arrêter les comtes d'Egmont et
de Hornes à l'hôtel de Culembourg, où avait retenti, pour la première
fois, le cri de: _Vivent les Gueux!_ Quelques historiens rapportent
que le comte d'Egmont remit son épée en disant: «Je ne m'en suis
jamais servi que pour la gloire du roi.»

Quinze cents hommes d'armes espagnols conduisirent, au milieu d'un
silence profond dicté par la terreur et la stupéfaction, les comtes
d'Egmont et de Hornes à la citadelle de Gand.

Deux conseillers espagnols, investis de toute la confiance du duc
d'Albe, Jean de Vargas et Louis del Rio, présidèrent aux
interrogatoires du comte d'Egmont; citons-en quelques fragments:

«Interrogé s'il a permis aux sectaires tenir les presches et faire les
exercices à Gand, Bruges et autres lieux de son gouvernement,

«Dict qu'il s'en rapporte à ce que par escript il en auroit donné à
Madame à son retour de Flandres.

«Interrogé si par son auctorité privée il feit assembler les quatre
membres de Flandres affin qu'ils demandassent à Madame l'assemblée des
estats généraulx,

«Dict qu'il n'a jamais fait assembler les quatre membres de Flandres à
ceste fin.

«Interrogé si tout ce que Bacquerzelle a faict au païs de Flandres a
esté par son ordonnance,

«Dict qu'il emploia le dict Bacquerzelle à Gand, Ypre et Audenarde, et
sa charge fut seulement pour faire cesser les presches.

«Interrogé si le 24e d'aoust 1566 il a dit à Bourlut, pensionnaire de
Gand, qu'il advertist le magistrat dudit Gand que les presches se
pouvoient faire librement, mais que l'on preschat dehors les villes et
que l'inquisition seroit ostée.

«Dict qu'il ne sçait avoir tenu le dict propos à Bourlut, mais si
quelque chose il leur a dict, ce avoit esté selon la détermination de
Madame de Parme.

«Interrogé si ayant esté adverty au commencement du mois d'octobre
1566 que au chimetière de Saint-Jacques, à Gand, estoient assemblés
jusques à mil cincq cens sectaires pour y faire enterrer un mort, il
escripvit de Sotteghem aux magistrats de Gand qu'il estoit raisonnable
que place leur fust donnée pour enterrer corps morts,

«Dict qu'il escripvit que lieu leur seroit donné en terre profane et
aux champs.

«Interrogé si lui estant à Ypre lorsqu'on commencha à rompre les
églises, il fut requis par le magistrat qu'il voullust assister le
dict magistrat pour ung jour ou deux, il respondit qu'il estoit appelé
à la court, et luy demandans ceulx du magistrat que, au cas que les
sectaires vouldroient faire quelque force, ils pourroient user de
contreforce et mettre l'artillerie sur les murailles, il respondit,
tournant le dos, qu'il n'avoit telle charge, et incontinent se partit
de la ville,

«Dict que ceux de Ypre ne lui demandèrent ce que contient le dict
interrogat.

«Interrogé sy lorsque ceulx d'Armentières luy dirent que par armes
l'on deust résister aux sectaires, il respondit qu'il ne se debvoit
faire,

«Dict qu'il n'est pas ainsy...

«Interrogé comme lorsqu'on saccagea les églises et furent commis
aultres sacriléges, le nombre des catholiques et gens de bien estant
plus grand que celuy des sectaires et sacriléges, pourquoy ne leur fut
résisté par l'ayde et assistance d'aulcun personnage principal, à qui
les sectaires eussent eu respect, et comment l'on n'empescha les
dommages et sacriléges advenus,

«Dict qu'il ne peult sçavoir si les bons estoient plus que les
maulvais, toutesfois les bons n'osoient prendre les armes, et les
maulvais les avoient en mains.»

Quel était le crime du comte d'Egmont? Une grande faiblesse vis-à-vis
des obsessions qui l'entouraient, jointe au souvenir d'un courage à
toute épreuve dans les combats, qui lui assurait une haute influence.
Personne n'eût plus loyalement servi Philippe II contre Charles IX:
personne n'avait plus contribué à affaiblir son autorité dans les
Pays-Bas, en paraissant toujours la combattre, lors même qu'il ne
cherchait qu'à l'affermir en lui donnant des bases plus nationales.

«Sa fidélité était hors de doute, dit un des meilleurs historiens des
troubles du seizième siècle; mais, entraîné par un esprit trop facile,
il avait été, s'il est permis de le dire, coupable de trop de bonté.
Il s'était prêté aux projets des factieux parce qu'ils lui offraient
le prétexte de la liberté publique, et il l'avait fait avec d'autant
plus de constance qu'il eût craint, en s'y opposant, de perdre la
faveur du peuple.»

Revenons à Marguerite de Parme. Peu de jours après l'arrivée du duc
d'Albe, qu'elle avait accueilli avec une grande froideur, elle écrivit
au roi pour se plaindre du commandement militaire dont il était
investi, ce qui compromettait sa propre autorité et la paix des
Pays-Bas. «Déjà, disait-elle, on peut évaluer le nombre de ceux que le
fardeau accablant du logement des soldats, la crainte des troubles ou
celle d'un châtiment sévère, ont conduits dans les pays étrangers, à
cent mille personnes.» Deux jours après l'arrestation des comtes
d'Egmont et de Hornes, elle écrivit de nouveau au roi. Après avoir
tracé succinctement le tableau de tout ce qui s'était passé, sans y
mêler des plaintes indignes de son rang et de son caractère, elle le
conjura, avec de nouvelles instances, de lui permettre d'abandonner,
accablée de soucis et d'infirmités, un gouvernement dans lequel elle
ne conservait qu'une si faible part.

Enfin, au mois de décembre 1567, elle reçut la réponse du roi qui,
après quelques feints regrets sur sa retraite, lui donnait pour
successeur le duc d'Albe dans le gouvernement des Pays-Bas. La
dernière lettre qu'elle adressa à Philippe II, remarquable par la
noblesse et la sagesse qui y règnent, mérite d'être citée. Elle y
rappelle les difficultés de son administration et l'heureuse
pacification des Pays-Bas. «Je ne puis, continue-t-elle, cacher à
Votre Majesté ce qui peut troubler complètement la situation actuelle
des choses. La crainte des supplices, que la présence d'une armée
considérable a fait naître, a engagé un grand nombre d'habitants, peu
certains d'obtenir leur pardon, à se retirer dans d'autres pays, au
grand détriment de celui-ci. Je tremble que les mêmes motifs ne
réduisent ceux qui se trouveront retenus dans les Pays-Bas et dans
l'impossibilité de fuir, à se précipiter dans les émeutes et les
conspirations. La terreur est chez les Belges un mauvais moyen de se
faire respecter. Ceux qui voudront suivre la voie de la rigueur,
feront peser plus de haine sur le nom espagnol qu'ils ne lui
acquerront de gloire. Ils livreront les Pays-Bas aux guerres civiles
et aux armes des étrangers, jusqu'à ce qu'enfin il n'y reste plus rien
debout. Je viens donc supplier Votre Majesté de préférer le repentir
de ses sujets à leur châtiment.»

Peu de jours après, Marguerite quitta les Pays-Bas, «laissant, dit
Renom de France, grande réputation de sa vertu et ung regret de son
partement ès cœurs des subjects de pardeçà, lequel s'augmenta bien
depuis, voires continuellement, après qu'on eust gousté des humeurs et
complexions de son successeur.» Toutes les villes lui envoyèrent des
députés pour protester de l'affliction qu'elles ressentaient de son
départ, et les nobles de diverses provinces l'accompagnèrent jusqu'aux
frontières d'Allemagne. Au moment où elle recevait leurs adieux, elle
voyait déjà s'accomplir les malheurs qu'elle avait annoncés.

Le duc d'Albe n'avait pas attendu l'absence de Marguerite pour
poursuivre ses desseins. Son premier soin avait été de créer un
nouveau conseil, dans lequel il concentrait toute l'autorité, et qu'il
appela le conseil des troubles, bien que les peuples ne le connussent
que sous le nom de conseil de sang. Le duc d'Albe le présidait. Parmi
les autres membres se trouvaient Louis del Rio, Jérôme de Roda,
Jacques Maertens, Jacques Hessele et Jacques de Blaesere, les deux
premiers Espagnols, les trois derniers Flamands. Remarquons, en
passant, que l'établissement du conseil des troubles était une
violation patente des priviléges de la Flandre, qui portaient qu'aucun
accusé ne pouvait être enlevé à ses juges naturels.

Le duc d'Albe fit citer le prince d'Orange, les comtes de Nassau,
d'Hoogstraeten, de Culembourg, et les chefs du parti des nobles qui
avaient adhéré au compromis de Bréda. Toutes les poursuites ne
s'adressaient point toutefois à des accusés contumaces ou fugitifs. Le
16 janvier 1567 (v. st.), quatre-vingt-quinze bourgeois de Gand
reçurent l'ordre de comparaître au conseil des troubles. Le lendemain,
quarante-huit autres bourgeois de la même ville furent également
ajournés. Ils furent tous condamnés au dernier supplice. Le 29 mars,
Viglius écrivait que le duc d'Albe avait déjà traduit devant son
tribunal plus de quinze cents personnes.

Malgré cette rigueur, l'agitation recommence. On raconte que le duc
d'Albe a conseillé autrefois à Charles-Quint la destruction complète
de la ville de Gand insurgée; qu'il a proposé d'immoler les naturels
de l'Amérique; que sa cruauté contre les protestants a été extrême
dans les guerres d'Allemagne; qu'il a soutenu, aux conférences de
Bayonne, qu'il fallait exterminer les huguenots en France, et qu'il a
fait engager Charles IX, par le sieur de Castelnau, à les traiter
comme il traiterait lui-même le comte d'Egmont. Ces bruits, joints aux
supplices qui ont déjà eu lieu, répandent de toutes parts
l'inquiétude et l'effroi, dont le double symptôme est, comme l'a
annoncé Marguerite, d'une part la formation d'une bande de pillards et
d'incendiaires recrutés dans la lie des sectaires, de l'autre,
l'émigration d'un grand nombre de familles qui emportent avec elles,
sous un ciel étranger, leurs pénates et leurs richesses.

Dans les premiers jours de janvier 1567, trente-six hommes, armés
d'arquebuses et de pistolets, se présentèrent dans l'église de
Reninghelst. Ils pillèrent tous les ornements sacrés qui étaient d'or
et d'argent et brûlèrent les autres; puis, ils emmenèrent avec eux
trois pauvres prêtres qu'ils avaient arrachés de l'autel. Un ministre,
nommé Jean Michiels, accompagnait cette cohorte recrutée parmi les
_bosch-gueusen_ (gueux des bois); à ses côtés, marchait un sectaire
qui avait autrefois été bourreau. Ce fut lui qui exécuta la sentence
prononcée par le ministre en vertu du vingtième chapitre de la
prophétie d'Ézéchiel. A onze heures de la nuit, au clair de lune, les
trois prêtres furent cruellement mis à mort sur une butte située près
du Moulin-Noir, entre Dranoultre et Neuve-Église. Le lendemain on
retrouva leurs corps à demi cachés dans les joncs d'un ruisseau à la
lisière d'un bois. Ailleurs les mêmes désordres se reproduisirent. A
la grande tempête de 1566 succédait, pour la Flandre, d'autres
tempêtes plus longues et non moins terribles, qu'annonçaient des
crimes isolés et des attentats imprévus.

Selon des récits évidemment exagérés, cent mille familles avaient
quitté les Pays-Bas pour aller exercer, dans des contrées plus
paisibles, leurs métiers et leurs arts. La plupart suivirent la même
route que les émigrations qui s'étaient formées en Flandre depuis le
règne de Charles de Danemark. Elles obtinrent aisément, de la reine
Élisabeth, l'autorisation de se fixer dans quelques villes pauvres et
peu peuplées qui, grâce à leur séjour, devinrent bientôt le centre
d'un grand commerce d'étoffes de laine jusqu'alors inconnues en
Angleterre. Telles furent les villes de Norwich, de Sandwich, de
Colchester, de Southampton, de Maidstone, de Canterbury. L'exil d'un
grand nombre de nos ouvriers allait enrichir l'Angleterre, si grande
et si orgueilleuse aujourd'hui, en face de nos ports déserts.

Sandwich fut, après Londres, la première résidence des émigrés
flamands. Ce fut de là qu'ils dirigèrent vers la West-Flandre ces
fatales armées de fauteurs de désordres, et notamment une expédition
composée de quinze cents _gueux_, qui se rendit aux conventicules de
Poperinghe, à l'appel du ministre Jean Michiels, le sacrificateur du
Moulin-Noix de Dranoultre. Jean Michiels était venu lui-même
d'Angleterre.

De Sandwich, les réfugiés flamands se répandirent à Norwich et à
Colchester, et ce furent eux qui communiquèrent leurs arts aux
districts depuis si manufacturiers de Coxall, de Braintree et de
Hastings. François de la Motte, d'Ypres, contribua surtout à la
fondation de l'industrie de Colchester: son fils fut alderman à
Londres.

Un autre bourgeois d'Ypres, Thomas Bonnet, peut-être frère du ministre
Sébastien Bonnet, devint maire de Norwich. En 1569, les ministres de
Norwich étaient Théophile Ryckewaert et Antoine Algoet, qui, trois ans
auparavant, avaient donné à Ypres le signal du pillage et de la
dévastation; mais parmi les communautés flamandes rangées sous la
bannière de la réforme, il n'en était aucune aussi ancienne que celle
de Canterbury, fondée dès 1547 par le ministre Jean Uutenhove.

Cependant en Angleterre même l'existence de ces communautés n'était
pas constamment heureuse et paisible. Leur zèle pour les opinions
désorganisatrices de Jean de Leyde leur attirait des persécutions
jusque dans le giron du protestantisme, et l'on vit, en 1575, deux
Flamands, Jean Pieters et Henri Turwert, conduits au bûcher comme
anabaptistes.

La même année, l'église flamande d'Austin-Friars formula des plaintes
contre l'évêque de Londres qui avait dit «que les anabaptistes desjà
prisonniers, s'ils demeurent obstinés, seroient exécutés à la mort par
le feu.» L'évêque de Londres, Grindall, était venu lui-même dans le
temple d'Austin-Friars excommunier le ministre Hamstede, favorable aux
anabaptistes.

En 1567, un relevé officiel portait le nombre des Flamands établis à
Londres à 3,838 personnes, mais il s'accrut considérablement en 1585,
année où émigra, dit-on, le tiers des ouvriers d'Anvers.

Goswin Vander Beke, de Gand, et d'autres Flamands, avaient obtenu de
la reine Élisabeth la permission de fonder à Londres une corporation
qui compta, en 1606, parmi ses membres, le roi Jacques Ier. Ils se
montrèrent reconnaissants de cette faveur, car l'on remarque les noms
de Gilles Huereblock, de Pierre De Coster, de Pierre Vande Walle, de
Roger Van Peene et de plusieurs autres d'entre eux, parmi les
marchands qui prirent part, en 1588, à l'emprunt fait par la reine
Élisabeth à la cité de Londres.

Clarendon a soin de remarquer qu'à côté de l'avantage commercial que
retirait l'Angleterre de la présence des réfugiés flamands, il y avait
pour elle l'avantage politique d'avoir, par leur intermédiaire, des
relations suivies et une incontestable influence dans tout ce qui se
passait aux Pays-Bas.

Tandis que la Flandre, le Hainaut et le Brabant voient se multiplier
les procès criminels, le baron de Montigny est arrêté en Espagne. Quel
défenseur conserveront les intérêts des Pays-Bas dans cette cour
d'Aranjuez qu'éclaire à peine le pâle reflet d'une volonté inflexible?
L'héritier même du trône d'Espagne, le fils unique de Philippe II.
L'histoire l'affirme, et Schiller a fait passer le témoignage de
l'histoire dans la poésie, quand il prête au jeune prince cette
exclamation pleine d'enthousiasme: «O Flandre! ô paradis de mon
imagination! Des provinces si riches, si florissantes, un grand et
puissant peuple et aussi un bon peuple! Être le père de ce peuple,
pensai-je, quelle jouissance divine ce doit être!» Don Carlos disparut
bientôt aussi dans les ténèbres d'une prison.

De Madrid aux Pays-Bas, on ne trouve que des échos de deuil.

Le 30 mai 1568, les enfants de l'école Saint-Jérôme chantèrent, à
Gand, les lamentations de Jérémie. Tous les habitants fondaient en
larmes en les appliquant aux malheurs dont ils étaient les témoins.
Quatre jours après, les comtes d'Egmont et de Hornes furent conduits
de Gand à Bruxelles. Tandis qu'on les jugeait, les troupes espagnoles
occupaient les places publiques «avec une batterie de tabourins et de
phiffres si piteuse, porte la relation de Montdoucet, qu'il n'y avoit
spectateur de si bon cœur qui ne paslit et ne pleurast d'une si
triste pompe funèbre.» Les comtes d'Egmont et de Hornes invoquèrent
inutilement les priviléges de l'ordre de la Toison d'or. Le duc d'Albe
ne s'y arrêta point. Les communes flamandes ne les avaient pas
respectés davantage quand elles décapitèrent Gui d'Humbercourt.

Il était onze heures du soir lorsque l'arrêt fut rendu. Le comte
d'Egmont dormait profondément. On l'éveilla pour lui lire sa sentence,
qui était à peu près conçue en ces termes: «Don Alvarez de Toledo,
duc d'Albe, ayant veu le procès criminel entre le procureur général du
roi, acteur, contre Lamoral, prince de Gavre, comte d'Egmont,
gouverneur des provinces de Flandre, d'Artois, etc., et Philippe de
Montmorency, comte de Hornes, amiral des Pays-Bas, etc., comme aussi
les informations, escrits et instruments dudit procureur, faicts et
exhibés par luy, et les confessions desdits seigneurs défendeurs,
leurs responses, escrits et munimens produits pour leur décharge,
desquels appert qu'ils ont commis crime de lèse-majesté, qu'ils ont
favorisé les rebelles et adhérans des alliances et horribles
conspirations du prince d'Orange et autres seigneurs du pays et prins
les nobles confédérés en leur protection; considéré aussi les mauvais
services faicts en leurs gouvernements au regard de la conservation de
la sainte catholique foi, contre les meschants troubleurs et rebelles
de la sainte Église catholique et romaine et du roy; et, en outre,
ayant reveu ce qui estoit à voir au mesme procès: Son Excellence, avec
ceux de son conseil, a approuvé toutes les conclusions du procureur,
et partant déclare lesdits comtes coupables du crime de lèse-majesté
et de rébellion, et que, comme tels, ils doivent estre décapités et
leurs testes mises en place publique, afin qu'un chascun les puisse
voir, où ils demeureront jusqu'à ce qu'il plaira à Son Excellence en
ordonner autrement, défendant, sur peine de la vie, de les oster plus
tost, à fin que ce chastiment des meschants actes et forfaicts qu'ils
ont commis, soit exemplaire: déclarant, en outre, tous leurs biens
estre confisqués au profit du roy, soit meubles ou immeubles, droits,
actions, fiefs et héritages de quelque nature qu'ils puissent estre,
et qui seront trouvés leur appartenir en quelque lieu que ce puisse
être.

«Donné à Bruxelles, le 4 de juing l'an 1568.»

Au-dessous se trouvait la signature du duc d'Albe.

Le comte d'Egmont s'attendait peu à cette condamnation. Il répondit
qu'il ne craignait point la mort, dette inévitable de tous les hommes,
mais que ce qui lui était le plus douloureux, c'était l'atteinte
portée à son honneur. «Voilà une sévère sentence! répéta-t-il après
quelques moments. Je ne pense pas avoir offensé le roi au point de
mériter une punition aussi terrible. Toutefois, si je me suis trompé,
que ma mort soit l'expiation de mes fautes, mais qu'on ne déshonore
point les miens pour l'avenir, qu'on épargne à ma femme et à mes
enfants le double malheur de ma fin et de leur ruine! Mes glorieux
services d'autrefois méritent bien quelque miséricorde.»

Des sentiments non moins nobles respirent dans une lettre adressée à
Philippe II, qu'il écrivit aux premières heures de cette journée, dont
il ne devait plus voir la fin.

    «Sire,

   «J'ay entendu la sentence qu'il a pleu à Vostre Majesté faire
   décréter contre moy. Et combien que jamais mon intention n'ait
   esté de riens traicter, ni faire contre la personne ni le service
   de Vostre Majesté, ne contre nostre vraye ancienne et catholique
   religion, si est-ce que je prends en patience ce qu'il plaist à
   mon bon Dieu de m'envoyer. Et si j'ay, durant ces troubles,
   conseillé ou permis de faire quelque chose qui semble autre, n'a
   esté toujours que avecq une vraye et bonne intention au service
   de Dieu et de Vostre Majesté et pour la nécessité du temps. Par
   quoy, je prie à Vostre Majesté me le pardonner et avoir pitié de
   ma pauvre femme, enfans et serviteurs, vous souvenant de mes
   services passés. Et sur cest espoir m'en vais me recommander à la
   miséricorde de Dieu.

   «De Bruxelles, prest à mourir, ce 5 de juin 1568.

   «De Vostre Majesté très-humble et loyal vassal et serviteur,

    LAMORAL D'EGMONT.»

Le comte d'Egmont s'était pieusement confessé à l'évêque d'Ypres, qui
avait inutilement tenté une dernière démarche en sa faveur. Celui-ci
lui avait indiqué l'Oraison dominicale comme la prière qui pouvait le
mieux sanctifier ses derniers moments. Mais aussitôt que le comte
d'Egmont prononça ces mots: «Notre père...» ses yeux se remplirent de
larmes et il ne put continuer: il s'était souvenu que ses nombreux
enfants n'auraient bientôt d'autre père que celui qui, du haut des
cieux, est invoqué par tous les hommes.

Cependant on dressait sur la place du marché, vis-à-vis de l'hôtel de
ville, un vaste échafaud couvert de drap noir. Devant un crucifix
d'argent, on avait placé deux coussins. Plus haut s'élevaient deux
pieux hérissés de fer. Vingt-deux enseignes espagnoles entouraient la
place pour maintenir le peuple, dont l'indignation était si vive, que
le bourreau s'était caché pour éviter ses outrages, laissant à
l'huissier à la verge rouge le soin de présider aux apprêts du
supplice.

A dix heures du matin, le comte d'Egmont parut, suivi du mestre de
camp don Julian Romero, du capitaine Salinas et de l'évêque d'Ypres,
tous vêtus de deuil. Il traversa lentement les compagnies espagnoles
rangées en ordre de bataille; ces soldats étrangers, dont plusieurs
l'avaient eu pour capitaine dans leurs glorieuses campagnes, ne
pouvaient retenir leurs larmes en recevant ses adieux. Arrivé sur
l'échafaud, il prononça quelques paroles en rappelant ses services, et
ajouta que son seul regret était de ne pouvoir répandre son sang au
service du roi. Il semblait toutefois que, malgré sa résignation, le
souvenir de ses exploits l'attachât à la vie, et que, par ces discours
mêmes, il cherchât à la prolonger. «N'y a-t-il point de grâce?» dit-il
enfin au capitaine Salinas en se tournant vers lui. Quand il reçut
pour réponse un signe de tête négatif, on vit un mouvement convulsif
errer sur ses lèvres, et ce fut avec une émotion visible qu'il ôta son
manteau et qu'il s'agenouilla. Le bourreau leva aussitôt la hache, et
le sang du comte d'Egmont rejaillit sur l'aube blanche de l'évêque
d'Ypres. Au même moment, un rideau s'était abaissé sur cette scène
tragique, et le peuple n'avait appris ce qui s'était passé qu'en
voyant placer sur l'un des pieux ferrés la tête sanglante du vainqueur
de Saint-Quentin et de Gravelines.

«Ce fut l'an quinze cent soixante-huit que Bruxelles vit s'accomplir
l'acte qui nous frappa de stupeur.

«Un prince de grande autorité, le comte d'Egmont, se laissa conduire,
comme un mouton, au sacrifice.

«Dans les murs de Bruxelles, hommes et femmes, tous pleuraient sur le
noble comte d'Egmont.

«Il se dirigea courageusement vers le lieu où il devait mourir.
Seigneurs et bourgeois, dit-il, n'y a-t-il point de grâce pour moi,
noble gentilhomme et comte infortuné? Personne ne répondit au comte
d'Egmont.

«On le vit alors s'agenouiller et joindre les mains, et ses regards
s'élevèrent avec calme vers le ciel. Dieu accueille son sacrifice!
Dieu venge le comte d'Egmont[6]!»

  [6] WILLEMS. _Oude vlaemsche liederen._

Le hideux trophée que les Espagnols étalaient aux regards du peuple,
révéla au comte de Hornes qu'il n'avait plus rien à espérer, et il
s'offrit avec courage à la même mort.

Telle fut la douleur du peuple qu'au milieu même des soldats du duc
d'Albe, il baigna des linges dans le sang qui rougissait l'échafaud,
et qu'il se pressa à l'église de Sainte-Claire pour baiser ces deux
cercueils de plomb sur lesquels pesait le fer de la tyrannie
espagnole.

L'ambassadeur de France avait assisté, mêlé à la foule, à toutes les
péripéties de ce drame affreux. «J'ai vu, écrivait-il à sa cour,
tomber la tête qui, par trois fois, fit trembler la France.»

Ce même jour, 5 juin 1568, la comtesse d'Egmont était arrivée à
Bruxelles, afin de visiter la comtesse d'Arenberg, dont le mari venait
d'être tué en combattant contre les rebelles de Zélande. La comtesse
d'Arenberg put échanger avec elle ses larmes et de vaines
consolations.

Deux autorités irrécusables attestent les regrets que méritèrent les
comtes d'Egmont et de Hornes. _Magna omnium commiseratione_, dit
Viglius, _quale certe exemplum multis seculis hic non est visum_. Jean
de Taxis dit aussi: _Magno omnium mœrore_.

Brantôme ajoute: «Il n'y eut personne qui ne pleurast le comte
d'Egmont, et n'y eut Espaignol qui ne le plaignist. Voire le duc
d'Albe donna grande signifiance de tristesse, encore qu'il l'eust
condamné; car c'estoit un des vaillans chevaliers et grands capitaines

Brantôme eût pu nommer, parmi ceux qui déplorèrent le supplice du
comte d'Egmont, Philippe II aussi bien que le duc d'Albe.

Le duc d'Albe écrivait au roi d'Espagne: «V. M. peult considérer le
regret que ça m'a esté de voir ces pauvres seigneurs venus à tels
termes et qu'il ayt fallu que moy en fust l'exécuteur; mais enfin je
n'ay peu, ny voulu délaisser ce que compète pour le service de V. M.,
et à la vérité eulx et leurs complices ont esté cause d'ung
merveilleusement grand mal et dont plusieurs se ressentiront encores,
comme je craings, beaucoup d'années;» et le roi d'Espagne lui
répondait: «Je treuve ce debvoir de justice estre faict comme il
convient, combien que eusse fort désiré que ces choses se eussent peu
trouver en aultres termes et que cecy ne soit advenu en mon temps.
Mais personne ne peut délaisser de se acquitter de ce en quoy il est
obligé[7].»

  [7] Morillon écrivait au cardinal de Granvelle le 7 juin 1568:
  «Lorsqu'Egmont sortit de Gand, tout le monde ploroit... Telles
  sont les variétés de ce pauvre monde. Hessels m'a asseuré que le
  duc a dit que la maladie qu'il avoit eue, estoit procédée du
  commandement que luy avoit faict Sa Majesté si exprès d'exécuter
  ceste sentence, et qu'il avoit procuré de tout son povoir sa
  mitigation, mais que l'on avoit répondu que s'il n'y eut esté
  aultre offence que celle qui touchoit Sa Majesté, le pardon eust
  esté faict, mais qu'elle ne povoit remettre l'offense faicte si
  grande à Dieu, et j'entends d'aucuns que son Excellence a jeté
  des larmes aussi grosses que pois, au temps que l'on estoit sur
  ces exécutions... Egmont a souvent faict œuvres contraires,
  selon qu'il a esté ambidextre pour se servir maintenant de l'ung,
  maintenant de l'aultre, selon qu'il viendroit mieulx à propos.»
  _Arch. de la Maison d'Orange_, suppl., p. 81.--Richard Clough est
  beaucoup plus sévère: «All men muche lamenting the count of
  Horne, but no man the count of Egmont; for that, as the saying
  is, he was the first beginner.» _Lettre de Richard Clough, 14
  septembre 1567._--Jean le Petit rapporte que le comte de Hornes
  s'écria en apprenant sa condamnation: «C'est le comte d'Egmont
  qui est cause de tout ceci; mais il n'y a plus de remède!»

Insurrection en Frise. Armements du prince d'Orange en Allemagne.
Défaite du comte Louis de Nassau. Mort du comte d'Hoogstraeten.
Triomphe complet des Espagnols.

«Tous les esprits, écrit Jean de Taxis dans ses Commentaires,
attendaient avec anxiété le système qu'allait suivre le duc d'Albe
dans la direction des affaires publiques, car l'on croyait que de là
devait dépendre le salut ou la ruine de la patrie, et que la stabilité
des choses serait rétablie si, satisfait des terribles supplices qu'il
avait déjà ordonnés, il préférait désormais la clémence; mais qu'il
était certain au contraire que, s'il persistait dans sa sévérité, le
peuple, porté peu à peu à une haine implacable, s'abandonnerait un
jour à ses vengeances. C'est pourquoi beaucoup de personnes pensent,
et non sans raison, que le duc d'Albe négligea alors imprudemment
l'occasion la plus favorable de confirmer et de conserver à jamais la
soumission des Belges, si promptement obtenue et si facile à assurer
pourvu qu'il méritât par sa modération les succès que Dieu lui avait
accordés, et qu'il n'oubliât point que les dominations étrangères,
odieuses à tous les peuples, ne l'ont jamais été à aucun plus qu'aux
Belges. Il était d'ailleurs aisé de juger combien il serait difficile
de maintenir dans le devoir par la force seule de si puissantes et si
vastes provinces, et la longue expérience des siècles enseignait assez
que la première condition du repos des États est de les gouverner avec
justice et modération[8].» Vaines espérances: les supplices
continuèrent[9].

  [8] Marguerite de Parme dit aussi dans une de ses lettres à
  Philippe II: «Il convient tousjours avoir regard que les lois et
  ordonnances des princes soient tellement modérées qu'elles se
  puissent bien exécuter.» En 1570, l'évêque de Bruges écrivait au
  duc d'Albe que quatre mille deux cents habitants de cette ville
  «s'estoient réconciliés,» et qu'il en était à peine parmi eux
  cent coupables de quelque délit grave d'hérésie.

  [9] Nous craignons que si l'on recherche trop les confiscations
  et si on ne cesse de répandre le sang, on n'accuse le roi
  d'avarice et de cruauté... Presque tous désespèrent de la grâce
  royale en voyant que les procès criminels n'ont point de fin, et
  que déjà plus de huit mille personnes ont été proscrites et
  bannies, sans compter celles qui ont été frappées du dernier
  supplice. Nous devons prier Dieu qu'il fléchisse vers la clémence
  et la miséricorde le cœur du roi qu'il tient dans ses mains.
  _Lettres de Viglius_, pp. 525 et 547.--En 1572, il y eut jusqu'à
  quinze mille procès criminels soumis en même temps au conseil des
  troubles. _Lettres de Viglius_, p. 677.

Le duc d'Albe ne profita de sa puissance que pour réclamer le centième
denier sur les biens meubles et immeubles et la perception régulière
d'un droit de vente d'un vingtième ou d'un dixième sur l'aliénation
des immeubles et des meubles[10]. Il croyait justifier ces impôts en
faisant observer qu'ils existaient en Espagne sans y donner lieu à
aucune plainte, mais on répondait avec raison que l'Espagne, ne
possédant ni commerce, ni manufactures, ne pouvait se comparer à la
Flandre; que l'Espagne était d'ailleurs isolée par les Pyrénées et la
mer de toute communication avec les autres nations; que les Pays-Bas
se trouvaient au contraire entourés de voisins prêts à s'emparer de
leurs industries, et que rien n'avait plus contribué à les faire
fleurir sous la domination bourguignonne que la suppression de la
plupart des taxes et des droits de tonlieu. Les états de Flandre, les
évêques de Gand, de Bruges et d'Ypres, vinrent inutilement supplier le
duc de renoncer à son projet; il leur reprocha d'attaquer la majesté
royale en se mêlant de ces affaires et d'encourager par leur autorité
la désobéissance du peuple Viglius, qui partagea l'honneur de ces
remontrances, fut menacé d'une sentence de mort. Le duc d'Albe avait
fait entendre des paroles outrageantes pour les habitants de la
Flandre, parce que là plus qu'ailleurs on murmurait contre les
nouveaux impôts[11]; leur inquiétude s'accrut, et par une conséquence
inévitable, dès que la confiance cessa, l'industrie s'affaiblit et
déclina à tel point que le produit des tonlieux perçu par le roi fut
réduit de moitié. L'interruption des relations industrielles entre les
Pays-Bas et l'Angleterre vint bientôt augmenter les souffrances.

  [10] Un relevé officiel, fait en 1570, par Pedro de Arcanti, pour
  déterminer l'assiette de ces taxes, portait le revenu annuel des
  manufactures des Pays-Bas à 10,407,891, florins. RENOM DE FRANCE,
  II, 10, 1.

  [11] Il sembla trop dur aux Flamans d'estre obligés non-seulement
  de recevoir, mais encore de nourrir eux-mesmes la servitude que
  le duc d'Albe vouloit introduire parmy eux, qui avoient tousjours
  esté gouvernés comme un peuple presque autant libre que sujet.
  _Relations_ de Bentivoglio (trad. de Gaffardy, 1642).--Ut nulla
  gens liberior, ita suæ libertatis nulla usquam pertinacior
  vindex. MEYER, _de Rebus Flandricis_, 9.

Élisabeth profitait avec habileté des fautes du duc d'Albe qui
favorisaient les intérêts commerciaux de l'Angleterre. Sa politique
protégeait à la fois les complots des huguenots de France, qui
promettaient de lui restituer Calais, et ceux des Gueux des Pays-Bas,
qui pouvaient lui livrer les havres de la Zélande. Cinq navires
espagnols, chargés de sommes considérables qui étaient destinées à
l'entretien de l'armée des Pays-Bas, avaient relâché à Plymouth;
Élisabeth s'empara de ces trésors en feignant de croire qu'ils
appartenaient à des marchands génois, qu'elle indemniserait tôt ou
tard. Aux menaces succédèrent les représailles: les marchands
espagnols, flamands et anglais furent retenus prisonniers les uns à
Londres, les autres à Anvers; mais Élisabeth ne céda point: elle
savait combien, par une mesure injustifiable au point de vue de la
bonne foi, elle avait réussi à affaiblir tout à coup la puissance
militaire de l'Espagne. Les efforts du duc d'Albe pour obtenir justice
n'avaient eu d'autre résultat que des pertes irréparables pour le
commerce des Pays-Bas.

Tout se réunissait contre l'Espagne. Une querelle de matelots sur une
rive inconnue de la Floride, venait de la séparer de la France, où la
prépondérance du parti protestant se trouvait assurée par la paix de
Saint-Germain, que devait sanctionner le mariage de Marguerite de
Valois avec le prince de Navarre. Le comte Louis de Nassau, avait été
appelé à Blois, où il fut reçu avec de grandes démonstrations de joie.

Au mois d'août 1571 le comte Louis de Nassau eut plusieurs conférences
avec Charles IX et Catherine de Médicis; il chercha à les convaincre
qu'il leur était permis de soutenir l'insurrection du prince d'Orange.
Il représentait que pour maintenir la paix intérieure en France, rien
n'était plus utile que de faire la guerre au roi d'Espagne en la
commençant par la conquête de la Flandre, et ajoutait que, si le roi
de France voulait en recueillir tous les fruits, il n'était point
douteux que ses habitants ne préférassent «la rigoureuse seigneurie de
tout autre prince que celle de l'Espagnol,» mais que ce serait déjà
pour le roi «un grand honneur et une source de merveilleux profit
quand il se voudroit contenter de la moitié des taxes et impositions
qu'y lève l'Espagnol, et à ses subjets aussi pour la commodité du
trafic qui est plus grand en ces quartiers qu'en aucun autre de
l'Europe.»

«Sire, portait un mémoire remis à Charles IX par le comte de Nassau,
il faut entreprendre sur les Pays-Bas; le peuple vous appelle,
l'occasion vous invite, la division vous ouvre la porte des villes. Le
prince d'Orange tient une bonne et forte armée; les peuples sont
enclins à luy et il pourra beaucoup vous servir: il ne demandera pas
mieux, car il ne peut se maintenir que par vostre alliance et faveur.
Il faut rendre aux villes les privilèges, restituer les immunités,
augmenter les franchises, diminuer les exactions, et l'on est seur
d'avoir les populations. Une fois en possession de cette province de
Flandre, riche et belle, l'Allemand vous redoutera comme puissant
voisin; l'Anglois vous recherchera, ne pouvant aisément se passer du
commerce avec les Pays-Bas; vostre peuple s'en enrichera, et
l'Espagnol, perdant le plus beau fleuron de sa couronne, sera
également ruiné de tout crédit et autorité par toute la chrestienté.»

Charles IX parut accueillir favorablement ces propositions: il
approuva tout ce qu'avait dit le comte de Nassau, relativement aux
dispositions des Pays-Bas et à la faiblesse des forces espagnoles
qu'on assurait être réduites à trois mille hommes, et il observa
lui-même qu'une escadre de douze vaisseaux les séparerait aisément de
tous les renforts attendus d'Espagne. Il protestait du reste de son
désintéressement et déclarait que si on lui cédait la Flandre et
l'Artois, anciens domaines de la couronne de France, il abandonnerait
volontiers le Brabant, la Gueldre et le Luxembourg aux princes de
l'Empire, la Hollande et la Zélande à la reine d'Angleterre. Son
projet était de suffire aux frais de cette croisade protestante en
taxant le clergé catholique de France à un an de revenu, et il
comptait sur la coopération d'Élisabeth, souveraine de toutes les mers
qui baignent l'Angleterre.

Le comte de Nassau, encouragé par le succès de cette démarche, en
tenta immédiatement une autre dirigée dans le même but près de
l'ambassadeur anglais, Walsingham. Il lui exposa que l'intention des
confédérés était d'envahir les provinces méridionales des Pays-Bas
dans le commencement de l'année suivante, et que, s'ils pouvaient
obtenir quelque prêt d'argent, ils consentiraient à remettre la
Zélande à la reine d'Angleterre. Si la perte de Calais avait été la
honte du règne de la reine Marie, quel honneur ne serait-ce pas pour
Élisabeth d'avoir obtenu la clef des Pays-Bas! De là, elle pourrait
aisément dominer l'Empire et contenir la France, en même temps qu'elle
détruirait l'asile accordé en Flandre par la jalousie espagnole à tous
les mécontents et à tous les conspirateurs chassés de ses États. Ces
pressantes remontrances étaient appuyées à Paris par toute l'influence
dont jouissait en ce moment l'amiral de Coligny, tandis qu'à Londres,
son frère, le cardinal de Châtillon, soutenait également près
d'Élisabeth les propositions des Gueux. «A quoy les poussoit fort,
observe un historien contemporain, Ludovic, comte de Nassau, frère du
prince d'Orange, taschant embarquer le roy de France en son party
contre le roy d'Espaigne: quant à eux ils désiroient bien, les
Espagnols chassés, joindre à leur ligue les forces des Pays-Bas. Le
mariage du prince de Béarn et la conqueste de Flandre estoient les
deux principales choses dont on parloit en cour.»

Ce fut dans l'une des délibérations du conseil de Charles IX, où l'on
discutait l'opportunité des secours réclamés par les Gueux, que le
maréchal de Saulx-Tavannes exposa les périls qui en résulteraient,
dans un avis qui nous a été conservé: Les Gueux de Flandre, disait-il,
se promettent qu'avec leurs alliés, tant d'Angleterre protestans et
François huguenots qu'autres, leurs forces seront de dix mille chevaux
et grand nombre de gens de pied à l'équipollent, tant arquebusiers
allemands qu'anglois artillerie, par le moyen desdits Anglois, les
plus forts pour la mer, les Pays-Bas mal contens, plusieurs villes
prestes à se rebeller, et que tout cela s'offre estre à la dévotion du
roy, lui donnent avis qu'il doit déclarer la guerre au roy d'Espagne
ouvertement, d'autant que si ceste belle occasion se perd, malaisément
se pourra recouvrer... A la vérité, il y a quelque apparence en ce
dire-là à qui ne considéreroit en quel état est le roy et son royaume
et celui du susdict roy espagnol. Par ainsi, sans se tromper, faut
considérer que le duc d'Albe n'a pas si mal pourveu à son faict qu'il
n'ayt bientost une des plus grandes armées qui ait esté, il y a
longtemps, ensemble... Et quant à ce peuple rebelle, sa puissance est
jà monstrée par ceux qui se sont descouverts; le reste, encore qu'ils
eussent bonne volonté d'user de rébellion, ne la sauroient, ni
oseroient descouvrir, sinon que l'on eust constraint le duc d'Albe à
la bataille et qu'il l'eust perdue. Aussi, s'il la gaigne, ayant les
forces du roy joinctes avec celles desdits huguenots, voilà le royaume
en grand branle et est le mettre sur le tablier contre la Flandre,
mesmes y ayant si grand nombre du peuple en cedict royaume de
l'ancienne religion; et est en somme porter la querelle d'une poignée
de rebelles du dehors pour en faire un grand nombre dedans. Lesdicts
rebelles de Flandres ont jà préparé la cause de la rébellion de ceux
de France, disant que ce qu'ils ont commencé, est pour les subsides,
desquels le susdict peuple françois sçait bien à quoy s'en tenir:
chose très-dangereuse pour les grands princes qui se trompent s'ils
cuident estre roys pour tenir des places fortes, maisons et autres
choses, car il faut estre roy du peuple et estre obéy et aimé..... Je
laisse pareillement que l'on a veu les roys séparer les peuples pour
plus aisément les vaincre, et mener à leur volonté, et qu'à ceste
heure, les peuples, ayant séparé les roys, en pourront, s'ils veulent,
faire de mesme, d'autant que tout cela est assez évident. Ceux qui se
sont eslevé dans le cœur de son royaume, qui tiennent une partie du
peuple à leur dévotion et y ont faict la loy, vont assaillir ses
ennemis, où il ne peut perdre sans gaigner; mais aux dépens d'autruy
se peut lever le joug qui sera toujours sur le col de Sa Majesté,
venant à changer les chefs de bonne intention, comme dit est... Et
vaudroit bien mieux n'avoir point de profit que l'avoir par le moyen
de ceux qui tiennent tant d'hommes aguerris dans les entrailles de la
France, pour, à toutes les fois que leurs susdicts chefs faillis, eux
ou ceux qui viendront après, voudront fonder une querelle sur les
subsides, religion ou autre chose, mettre en proye le roy et son
Estat. Laissons donc l'entreprise si injuste, mal fondée et qui nous
est si dangereuse, maintenons nostre réputation envers Dieu et les
hommes, et la paix avec un chacun, surtout avec nostre peuple, et
reprenons haleine en nous laissant descharger par nos ennemis, car
c'est toute la nécessité de ceste couronne et de l'Estat, remettant
ceste belle occasion (si belle se doit appeler) à une autre fois,
laquelle ne se peut perdre, ni la volonté de ceux de Flandres qui
crieront toujours à l'aide aux François, tant et si longuement que les
Espagnols les maîtriseront.»

Les conseils du maréchal de Saulx-Tavannes ne furent point écoutés. Un
traité secret fut conclu à Fontainebleau, avec l'adhésion de
l'Angleterre et des princes protestants d'Allemagne. On promettait au
prince d'Orange la souveraineté du nord des Pays-Bas, pourvu qu'il
aidât le duc d'Alençon à usurper celle des provinces méridionales avec
les conseils de l'amiral de Coligny.

La guerre se ranime aussitôt de toutes parts.

Le 1er avril 1572, une flotte anglaise aide les Gueux à s'emparer, en
Zélande, du port de Ten-Briele, position favorable pour menacer Bruges
et la Flandre, mais surtout importante, parce qu'en assurant aux
mécontents les secours qui leur arrivent par mer d'Angleterre, elle
rend en même temps plus difficile et plus périlleux le débarquement
des renforts que le duc d'Albe attend d'Espagne.

Quelques semaines plus tard, le comte de Nassau, se plaçant à la tête
d'un corps de huguenots français, entra dans le Hainaut et surprit
Mons. Enfin, dans les premiers jours de juillet, le prince d'Orange
envahit la Gueldre à la tête d'une armée de quatorze mille fantassins
et de six mille chevaux, tandis que deux mille Anglais, sous les
ordres de sir Humphrey Gilbert et de sir Thomas Morgan, abordaient en
Zélande et interceptaient, près d'Ardenbourg, un convoi d'artillerie
que le duc de Médina-Céli envoyait de l'Écluse au duc d'Albe.

Dans ces conjonctures difficiles, le duc d'Albe se conduisit en
capitaine habile: il réunit toutes ses troupes en un seul corps
d'armée pour ne pas les affaiblir dans une foule de stériles
escarmouches, sachant bien que les invasions ennemies cesseraient dès
que l'on toucherait au terme convenu pour l'engagement des mercenaires
français ou allemands qui y prenaient part; il s'attacha, de plus, à
enlever à ses adversaires toute position fixe, et ce fut contre Mons
qu'il dirigea tous ses efforts.

Le prince d'Orange, après avoir forcé le passage de la Meuse, avait
pris Ruremonde et s'avançait lentement à travers le Brabant, n'y
rencontrant que peu de résistance et plein de confiance dans l'avenir.
Les bandes des Gueux, non moins avides et plus cruelles que les
reîtres allemands, s'emparaient de Malines et de Termonde.

Cependant, on n'était pas encore arrivé à l'époque que les projets des
huguenots avaient marquée pour la réunion, sous les remparts de Mons,
des Gueux zélandais, des Allemands du prince d'Orange et des
religionnaires français. L'amiral de Coligny avait convoqué à Paris
toute la noblesse huguenote, qui devait s'y assembler sous le prétexte
des noces du prince de Navarre et de Marguerite de Valois, afin de
former la grande armée appelée à expulser les Espagnols des Pays-Bas.
Le 22 août, il sortait du conseil lorsqu'un ancien serviteur du
seigneur de Mouy, nommé Maurevel, lui tira un coup d'arquebuse, soit
que le duc de Guise eût voulu, par une de ces tentatives qui dans ce
temps ne semblaient point inconciliables avec l'honneur, venger la
mort de son père jadis assassiné, disait-on, à l'instigation de
l'amiral, soit que la reine mère et le duc d'Anjou, effrayés du
triomphe du parti huguenot, eussent cru l'immoler en frappant son
chef. Maurevel s'acquitta mal de sa tâche, et Coligny ne fut que
blessé au bras gauche. Le roi se rendit lui-même auprès de lui pour le
voir et le consoler, et l'amiral l'entretint de nouveau des affaires
des Pays-Bas, lui exposant que ses prédécesseurs n'avaient jamais eu
une si belle occasion d'y faire leur profit et qu'il ne savait pas
combien de riches cités recherchaient son amitié et voulaient se
soumettre à sa puissance.

Que se passait-il en ce moment parmi les chefs du parti huguenot?
Alarmés de l'attentat dirigé contre l'amiral, ils jugeaient qu'il
fallait se hâter de saisir le pouvoir et renouveler leur fameuse
tentative de Meaux. Le maréchal de Retz en avertit le roi entre neuf
et dix heures du soir. Il lui déclara qu'il était convaincu que
l'amiral, en affectant un grand zèle pour servir le roi en Flandre, ne
se proposait que de troubler la France; que la reine mère et le duc
d'Anjou ne cachaient point la haine qu'ils lui portaient; que la reine
mère avait voulu la mort de l'amiral, mais que par malheur Maurevel
n'avait pas réussi; que les huguenots furieux n'accusaient plus ni le
duc de Guise, ni la reine mère, ni le duc d'Anjou, mais le roi
lui-même, et qu'ils avaient résolu de prendre les armes le lendemain
au lever du jour. Un rapport des quarteniers de Paris signalait les
mêmes périls. Charles IX céda; le tocsin de Saint-Germain-l'Auxerrois
ne tarda pas à sonner, et lorsque l'aurore se leva, le parti huguenot
comptait beaucoup de victimes, mais il n'avait plus de chefs.

Tandis que de grandes réjouissances saluaient au camp espagnol la
nouvelle de la destruction des huguenots à Paris, le prince d'Orange
répandait des larmes amères: «Quel coup de massue cela nous ait esté,
écrivait-il, n'est besoing de vous descouvrir. Mon unique espoir
estoit du costé de la France. Vous pouvez assez comprendre combien
cela ait reculé nos affaires, car pour m'estre fié sur l'infanterie
que l'amiral m'avoit promis et estoit desjà preste, assavoir de dix à
douze mille bons arquebusiers, je n'ay voulu me charger de beaucoup
d'infanterie alemande.»

En Angleterre, Élisabeth songea à répondre à la Saint-Barthélemy en
faisant décapiter Marie Stuart. Aux Pays-Pas, quelques chefs des
Gueux, d'une audace inouïe, se promettaient aussi la joie de
sanglantes représailles. Les principaux étaient Jacques Blommaert,
Josse Guys, La Toile, Wibo et quelques autres aventuriers non moins
obscurs. Jacques Blommaert était né à Audenarde, et c'était au milieu
des murailles qui avaient été son berceau, qu'il se préparait à porter
le fer et la flamme.

Le 7 septembre, trois hommes, enveloppés dans de grands manteaux, se
présentent aux portes d'Audenarde, près du couvent de Magdendale. Au
moment où on les interroge sur leurs noms, l'un d'eux tire un coup de
pistolet; à ce signal, les Gueux, cachés depuis plusieurs jours dans
une maison du faubourg, se précipitent vers la porte et tuent quelques
soldats qui essayent en vain de la défendre. L'échevin Jacques Stalins
accourt et tombe couvert de blessures. Déjà d'autres Gueux, qui se
sont introduits dans la ville sans être reconnus, se réunissent pour
soutenir les assaillants et s'avancent avec eux vers la place du
Marché, où ils font publier que tout habitant qui sortira de sa maison
sera puni de mort.

Les Gueux étaient maîtres d'Audenarde; leur premier exploit fut dirigé
contre le château de Bourgogne, vaste forteresse située au bord de
l'Escaut et défendue du côté opposé par un large fossé. Là résidait le
grand bailli Josse de Courtewille, qui s'attendait peu à cette
attaque. Les Gueux incendièrent la première cour et forcèrent la porte
de son habitation. «Tu es à nous, lui dirent-ils; jure maintenant
d'obéir au prince d'Orange, comme autrefois tu juras d'obéir au duc
d'Albe.» Josse de Courtewille refusa de les écouter et arma ses
domestiques pour montrer que jusqu'à son dernier soupir il restait
fidèle au roi d'Espagne. Enfin il tomba, percé de coups d'escopette,
et son cadavre mutilé fut précipité dans le fleuve.

Tandis que Jacques Blommaert s'installait dans l'hôtel de Josse de
Courtewille, les Gueux, poursuivant leurs ravages, parcouraient les
églises et les monastères, pillant les autels, renversant les
mausolées, prouvant à chaque pas qu'ils étaient bien les iconoclastes
de 1566. L'abbaye d'Eenaeme située à une demi-lieue de la ville,
n'échappa point à leurs dévastations.

On disait que quelques fugitifs s'étaient cachés dans l'enceinte du
couvent des frères mineurs. Les Gueux s'y présentèrent bientôt en
poussant de grands cris: en vain le frère gardien essaya-t-il de les
renvoyer doucement; ils y entrèrent en grand nombre, tirant de tous
côtés des coups de pistolet et renversant par le fer tout ce qui
gênait leur passage. Ceux qu'ils cherchaient, s'étaient réfugiés dans
l'église du couvent et attendaient, agenouillés au pied des autels,
qu'on décidât de leur sort. On remarquait parmi eux Pierre Vanden
Eynde, curé d'Alost, avec deux autres prêtres, Jacques de la Hamaide
qui venait à peine de s'échapper, couvert de blessures, des mains
d'une autre troupe de Gueux, et un notable bourgeois, nommé Jacques De
Decker. Rien ne les protégea contre les plus cruels traitements. Plus
loin les Gueux trouvèrent, étendu dans son lit, un vieillard que ses
infirmités condamnaient à l'immobilité et au repos. C'était un
descendant d'une famille souvent citée dans nos annales communales,
Jean Mahieu, pieux religieux de l'ordre de saint François, qui avait
été appelé à occuper, le premier, le siége épiscopal de Deventer. Ils
le saisirent violemment en l'accablant d'injures, et le précipitèrent
expirant sur le parvis de l'église, où ils l'abandonnèrent pour mener
leurs prisonniers au château de Bourgogne, que Blommaert occupait.

Un seul cachot réunit les captifs. Les plus notables habitants
d'Audenarde, arrachés de leurs maisons, ne tardèrent pas à les y
rejoindre. C'étaient le bourgmestre Érasme de Wadripont, Jean et
Jacques le Poyvre, Chrétien de la Hamaide, Josse Quevy, Josse Van der
Meere, Jean de la Deuze et plusieurs riches bourgeois. D'autres
prêtres y furent également conduits, entre autres l'éloquent curé de
Pamele, Jean Opstal; mais on s'empressa de les séparer des nobles et
des bourgeois: on craignait qu'ils ne les exhortassent à supporter
leur malheur avec trop de résignation.

Aussitôt après, Antoine de Gaesbeek vint exhorter les prisonniers à
jurer fidélité au prince d'Orange et à payer une forte rançon.
D'autres chefs des Gueux, Hembyze et Rym, appuyèrent ces paroles; mais
les prisonniers répondirent qu'on pouvait disposer de leurs biens
comme on le jugerait convenable, mais que l'on ne devait point
s'attendre à ce qu'ils consentissent jamais volontairement à ce que
leur honneur leur défendait. Ceux d'entre eux qui appartenaient à la
magistrature municipale, furent appelés à l'hôtel de ville, où on leur
réitéra les mêmes propositions. Leurs femmes et leurs enfants étaient
accourus pour les voir, répandant des larmes abondantes et faisant des
vœux pour leur délivrance; mais les magistrats d'Audenarde
persistèrent dans leur héroïque refus et adressèrent à leurs familles
leurs derniers adieux.

Près de quatre semaines s'étaient écoulées depuis que les Gueux
avaient surpris Audenarde. Mons avait capitulé le 19 septembre. Les
Gueux, apprenant que le comte du Rœulx s'approchait pour les
attaquer, jugèrent utile de presser l'exécution de leurs menaces. Le 4
octobre, vers sept heures du soir, les prêtres enfermés au château de
Pamele reçurent l'avis que l'heure de leur supplice était arrivée, et
on les conduisit au château de Bourgogne, tandis qu'ils se
fortifiaient les uns les autres par de pieuses exhortations. Le curé
d'Alost, en vertu du privilége de son âge, fut le premier précipité
par une fenêtre du château dans l'Escaut. Les autres prêtres
partagèrent son sort.

Les bourreaux se hâtaient, de crainte de ne pouvoir achever leur tâche
assez tôt. Ils lièrent avec peu de soin Jacques de la Hamaide, qui
parvint à se soutenir sur l'eau jusqu'à ce que quelques laboureurs
l'aperçussent et le recueillissent. Les autres captifs étaient
réservés aux mêmes supplices. Déjà Érasme de Wadripont et Josse Quevy
avaient été dépouillés de leurs vêtements, et on allait les noyer dans
le fleuve, lorsque le bruit se répandit tout à coup que les Espagnols
escaladaient les murailles de la ville.

Les Gueux, saisis d'effroi, cherchèrent aussitôt leur salut dans une
prompte fuite. Les uns se dirigèrent vers Ostende et s'y embarquèrent,
mais un de leurs navires échoua, et un jeune homme de Gand, du nom
d'Hembyze, se noya en voulant rejoindre ses compagnons à la nage.
Jacques Blommaert, Antoine Rym et quelques autres avaient préféré
gagner la Zélande, en traversant Eecloo, où d'autres Gueux avaient,
peu de semaines auparavant, massacré un prêtre; mais ils furent
surpris pendant la nuit dans une maison à laquelle on mit le feu, et
ils y périrent. L'un de leurs compagnons, Antoine Uutenhove, fait
prisonnier, expia plus cruellement les crimes commis à Eecloo et à
Audenarde, car on le conduisit à Bruxelles, où il fut brûlé à petit
feu, jusqu'à ce que quelques hallebardiers le tuassent par pitié.

Des succès importants obtenus par le duc d'Albe en Hollande
consolidèrent la pacification du Hainaut et de la Flandre. Il en
profita pour réclamer sa retraite en alléguant son grand âge. Il
comprenait peut-être que ses victoires pouvaient se changer en revers
et que la haine du peuple survivrait à sa puissance. Qu'était en effet
le système du duc d'Albe? Un état de guerre permanente déclarée par
toutes ses lois et par tous ses édits, avec la sanction de la hache du
bourreau dans les villes, et celle non moins terrible d'une
soldatesque effrénée qui, à défaut de solde, ravageait les campagnes;
et à qui cette guerre s'adressait-elle? Non-seulement à ceux qui
avaient adopté les doctrines luthériennes, mais encore à ceux qui les
repoussaient pour défendre les souvenirs de ces temps animés d'une
piété profonde, où leurs pères avaient juré sur la croix le maintien
de leurs franchises. Les peuples des Pays-Bas eussent accepté avec
bonheur la paix à l'ombre du trône de Philippe II, fils de
Charles-Quint; elle devenait impossible dès qu'on leur voulait imposer
le joug des Espagnols sortis à peine de leurs longues guerres contre
les Mores et pleins de mépris pour toutes les races étrangères. Aux
factions isolées des Gueux de 1566 succédait un grand parti national
où entreront en grand nombre les catholiques que le duc d'Albe a
ralliés contre lui par ses fureurs, ses insultes et son mépris.

Morillon écrivait au cardinal de Granvelle: «Bienheureux sont ceulx
qui sont décédés sans voir les misères qui sont devant la porte...
Albe est trop abhorré et réputé pour un homme qui n'a ny foy, ny loy,
et certes il ne fault espérer rien de bien de luy; la présomption et
l'orgueil est trop grand. Il ne veult croire aucun conseil.»

Le cardinal de Granvelle est le juge que nous imposerons au duc
d'Albe. Quatorze années se sont écoulées depuis qu'il a cessé de
diriger le gouvernement des Pays-Bas, et ses réflexions seront aussi
justes qu'impartiales.

Il écrit en 1578: «L'on a longuement voulu ignorer la vraye cause des
troubles des Pays d'Embas, et ceulx qui y sont intéressés, ont faict
ce qu'ils ont peu pour persuader au roy que tout le mal procédoit des
subjects mutins, hérétiques, rebelles et mal affectionnés à Sa
Majesté, pour les faire hayr d'icelle, combien que, à la vérité, elle
y avoit très-grand nombre de bons et très-affectionnés subjects et
bons catholicques, et l'on peult congnoitre leur loyaulté quand la
première fois le prince d'Oranges print l'hardiesse d'entrer au
pays... J'apperçois fort bien que l'on tient en ombre tous ceulx qui
dient que les faultes et mauvais gouvernement de ceulx qui ont
gouverné le pays, le mutinement adveneu si souvent des soldats
espagnols, le saccagement téméraire et sans aultre fondement que de
l'avarice de plusieurs villes, le ruide traictement et insupportable
vexation, la faulte de chastoy et de discipline, les correspondences
d'Espaigne si tardives, et qu'il n'y a eu en court gens de conseil des
Pays d'Embas, que tout se soit guidé par conseil espaignol, et les
despesches principaux faictes en leur langue, la maulvaise opinion que
l'on a monstré manifestement avoir généralement de tous ceux des Pays
d'Embas, soit cause de grands maulx.» Il ajoute, en 1582, dans une
autre lettre: «Au regard des nouveaulx éveschés, pour mon advis, il
les fault soubstenyr et rejecter la faulse opinion que le prince
d'Orange et aultres héréticques ont persuadé au peuple de
l'inquisition d'Espaigne... Et est ce que vous dictes, que les Pays
d'Embas sont esté fort bien polliciés par les princes de la maison de
Bourgogne prédécesseurs, et Madame a observé l'ancien ordre d'iceulx,
tout le temps que je fus par delà. Je ne sçay ce que depuis feit le
saige Armenteros, je dis saige pour ce qu'il retourna en Italie chargé
d'argent; mais Vergas et Roda, soubs l'auctorité de ceulx qu'ont
gouverné despuis, et aultres qui les ont suivy, ont confondu le tout,
pour non avoir sceu comprendre ledit bon ordre et bon gouvernement,
que ne s'apprent pas en deux jours par estrangiers ignorant les
langues et ne cognoissant les personnes, ny les humeurs des pays, ny
ce que leur convient, et vouloient introduyre ce qu'ils sçavoient et
non pas ce qu'il convenoit, qui nous ont mis les affaires en la
confusion que l'on les voit.»

L'arrivée de don Louis de Requesens, nommé gouverneur général des
Pays-Bas, mit fin à l'autorité du duc d'Albe; mais il ne quitta
Bruxelles qu'après avoir laissé à son successeur, comme un dernier
legs, de sinistres paroles et de sombres conseils: _Commendatoris
aures præoccupatæ fuere_, dit Viglius.

Le duc d'Albe fut mal reçu par Philippe II à son retour en Espagne. Il
ne tarda pas à apprendre qu'il était exilé dans ses terres. On avait
en même temps défendu à Vargas d'approcher à cinq lieues de la
résidence de la cour. Spinosa, qui avait sans cesse conseillé la
rigueur au roi d'Espagne, fut frappé de la même disgrâce.

Le duc d'Albe espérait du moins trouver dans sa retraite quelque repos
et un peu de paix et de solitude, mais des remords l'y suivirent; il
se reprochait le sang qu'il avait fait répandre dans les Pays-Bas, et
craignait le jugement de Dieu. Un frère prêcheur qu'il avait fait
appeler, tremblait à la pensée d'entendre sa confession. Philippe II
l'apprit. «Ne vous inquiétez point, écrivit le roi d'Espagne au duc
d'Albe, des cruautés que vous avez exercées par l'épée de votre
justice; je les prends toutes sur moi et sur mon âme.»--«Quel
reconfort pour la fin de ses jours!» ajoute Brantôme.

Don Louis de Requesens prit le gouvernement des Pays-Bas le 29
novembre 1573; il avait reçu pour mission de montrer beaucoup de
tolérance et de douceur, afin d'effacer les haines que le duc d'Albe
avait excitées. Le duc d'Albe avait appris aux peuples combien le joug
étranger était accablant; don Louis de Requesens, n'obtenant point de
renforts d'Espagne et réduit, à défaut d'argent, à remettre Termonde
en gage à ses soldats mutinés, ne réussit, en cherchant à faire aimer
l'autorité de Philippe II, qu'à révéler combien elle était faible.
Taxis remarque avec raison qu'il eût mieux valu donner pour successeur
Requesens à Marguerite de Parme et le duc d'Albe à Requesens. Le
premier, administrateur habile, eût consolidé la paix; le second ne
pouvait rendre d'utiles services qu'en illustrant sa vieille épée au
milieu d'une guerre encore si vive et si loin de s'éteindre.

Le prince d'Orange n'avait pas déposé les armes; la reine d'Angleterre
continuait à le protéger. En même temps les huguenots, ses alliés, se
relevaient en France: le duc d'Alençon s'était mis à leur tête dans un
complot pour enlever le roi à Saint-Germain et pour se joindre ensuite
au comte de Nassau; mais le complot fut découvert, et le duc
d'Alençon, arrêté avec le roi de Navarre, fut enfermé comme lui au
château de Vincennes. Leur captivité ne précéda que de peu de temps la
mort de Charles IX (30 mai 1574).

Le duc d'Anjou, alors roi de Pologne, ceignit en France une seconde
couronne sous le nom de Henri III. _Manet ultima cœlo._ Une honteuse
corruption régna à la cour. Le pouvoir royal, s'isolant de toute
influence utile, abandonna l'autorité aux intrigues des factions.
Tandis que la nation se divisait en deux camps, le roi, gouverné par
ses mignons, jouait aux cartes et aux dés avec des aventuriers
italiens; et tandis que chaque gentilhomme se préparait à combattre,
«il faisoit ballets et tournois, où il se trouvoit ordinairement
habillé en femme, ouvrant son pourpoint et découvrant sa gorge, y
portant un collier de perles et trois collets de toile, deux à fraises
et un renversé, ainsi que le portoient les dames de la cour.»
(_Journal de l'Estoile._)

L'ordre social périssait en France lorsque les Guise, effrayés de
l'impuissance du prince qui le représentait, en prirent eux-mêmes la
défense. Sans leur énergie, une épouvantable catastrophe eût fait
peser sur la monarchie française et sur toute l'Europe les calamités
des plus mauvais jours de l'histoire anglaise sous Henri VIII. Le
maintien de la religion fut le but de la fédération dont ils conçurent
la pensée; mais en étudiant son organisation, on voit qu'elle devait
tout à l'élément des libertés provinciales. La réforme, partout où
elle s'était introduite, avait ruiné les priviléges locaux pour
fortifier la centralisation de l'autorité, devenue à la fois
dépositaire de la puissance religieuse et politique. Ces priviléges
étaient, surtout en Artois et en Picardie, entourés d'une vénération
profonde: ils avaient résisté aux envahissements de tous les princes,
aux fléaux de toutes les guerres, et ce fut dans les mêmes provinces
où Robert d'Artois avait jeté, au quatorzième siècle, la base d'une
confédération communale, que les Guise fondèrent, deux siècles plus
tard, une autre confédération établie sur la même base, qu'ils
nommèrent la sainte Ligue.

Les huguenots se lient également par une étroite alliance. Le roi de
Navarre et le duc d'Alençon recouvrent la liberté: le premier devient
de plus en plus puissant dans ce parti, dont le second s'éloigne.

Au milieu de cette agitation, les provinces des Pays-Bas, qui
obéissaient encore au roi d'Espagne, réclamaient, au nom de leurs
franchises, contre des impôts trop onéreux et contre le séjour des
troupes espagnoles, dont les désordres se multipliaient à mesure que
la discipline se relâchait. La Flandre avait consenti à payer un
nouveau subside de cent mille florins; mais elle y avait mis cette
condition qu'on déduirait de cette somme tous les dommages causés par
les garnisons espagnoles. Elle demandait aussi que les hommes d'armes
étrangers s'éloignassent, que toutes les forteresses fussent remises
aux milices belges, que tous les anciens priviléges des villes fussent
respectés et que le conseil de Flandre recouvrât l'autorité usurpée
par le conseil des troubles.

Les états généraux, réunis à Bruxelles, formulèrent les mêmes
réclamations. Requesens, mécontent, s'écria: «Dieu nous délivre de ces
états!» Sa colère se portait surtout sur les députés de la Flandre qui
donnaient l'exemple de la résistance. Il les manda séparément près de
lui et essaya de les intimider par ses menaces: «Je sais bien, leur
dit-il, que vous avez des intelligences avec nos ennemis, et que vous
entretenez avec eux des relations secrètes; mais si vous ne nous
accordez pas de subsides, je vous rendrai responsables de tout ce qui
résultera de votre refus!» Les députés flamands persistant dans leur
opinion, il ajouta, de plus en plus irrité: «Vous êtes assez puissants
pour dompter seuls les rebelles de Hollande et de Zélande, et
non-seulement vous voulez que le roi établisse en d'autres pays des
impôts pour suffire aux frais de la guerre des Pays-Bas, mais vous ne
voulez même pas qu'il entretienne une armée dans votre pays, ce qui a
lieu à Naples, à Milan, en Sicile, sans soulever aucune plainte.»
Requesens, voyant que toutes ses menaces étaient inutiles, parut se
radoucir: il promit de faire sortir de Flandre les troupes étrangères,
et les députés des états lui remirent trente mille florins.

Un autre acte de faiblesse marqua la fin du gouvernement de Requesens.
Il se laissa tromper par les fallacieuses déclarations de la reine
d'Angleterre qui craignait l'alliance de Marie Stuart avec Henri III,
récemment revenu de Pologne en France, et qui allait jusqu'à protester
de sa sincère amitié pour le roi d'Espagne; et l'on vit, à quelques
jours d'intervalle, Élisabeth interdire l'entrée de ses États au
prince d'Orange «rebelle et conspirateur» et Philippe II chasser de
nos provinces non-seulement les lords écossais, mais aussi tous les
Anglais qui professaient la religion catholique. Élisabeth
revendiquait le titre de protectrice des réformés: Philippe II se
proclamait le défenseur de la foi catholique. Honteuses complaisances
qui ne profitèrent qu'à Élisabeth, plus astucieuse ou plus habile.

Cependant la mort subite de Requesens (5 mars 1576) aggrava les
difficultés de la situation. Le gouvernement passa aux mains du
conseil d'État, dont les principaux membres étaient le duc d'Arschoot,
le comte de Mansfeld, le baron de Rasseghem et Viglius. Ce fut le
signal de nouvelles divisions. Les troupes espagnoles se révoltèrent
de toutes parts et s'emparèrent d'Alost, en déclarant qu'elles n'en
sortiraient que lorsque leur solde serait payée. De là, de nouvelles
scènes de violence et de pillage: Lierre et Herenthals furent
saccagés, ainsi que les abbayes d'Afflighem et de Saint-Bernard; le
bailli de Beveren périt en s'opposant à ces déprédations. La haine qui
poursuivait les Espagnols, avait atteint son apogée: le conseil d'État
les déclara ennemis publics du pays; Rhoda et Vargas se cachèrent, et
les bourgeois de Bruxelles, de Gand et de Bruges coururent aux armes
pour défendre leurs portes. Bientôt l'irritation arriva à ce point que
le seigneur de Heese arrêta, dans la salle de leurs délibérations, les
membres du conseil d'État, représentants d'une autorité qu'ils avaient
eux-mêmes cessé de respecter.

Les états de Brabant convoquèrent les députés des autres provinces et
se constituèrent en états généraux; toutes les villes s'associèrent à
ce mouvement, les membres du clergé s'y montraient favorables, les
bourgeois le saluaient avec enthousiasme, la noblesse s'en
applaudissait, tant était unanime le sentiment qui repoussait les
Espagnols.

La nécessité de maintenir l'ordre fut, en quelque sorte, pour les
provinces des Pays-Bas, la base d'une déclaration d'indépendance: le
seigneur de Noyelles levait un régiment d'infanterie, les seigneurs de
Liedekerke et d'Auxy assiégeaient les Espagnols mutinés dans Alost, et
François de Ryhove obtenait la capitulation de la garnison de
Termonde.

Vers cette époque, trois Français traversèrent la Flandre, et le récit
de leur voyage nous retrace l'effrayante décadence de sa prospérité.
Le plus jeune avait vingt-deux ans, et déjà il se préparait, par
d'actives recherches, à écrire l'histoire du seizième siècle; c'était
Jacques-Auguste de Thou, fils du président du parlement de Paris. Il
avait rencontré à Beauvais Christophe de Thou et Jean de Longueil, ses
parents, et les avait engagés à visiter avec lui les Pays-Bas. Ils
passèrent l'Aa près de Gravelines et s'arrêtèrent le premier jour à
Nieuport, «ville située sur le sable de la mer et fort bien bâtie,
comme toutes les villes des Pays-Bas.»

«Les troubles, continue Jacques de Thou dans ses mémoires,
commençoient déjà dans les provinces par l'insolence des soldats
espagnols, que les peuples ne pouvoient plus souffrir et dont les
officiers n'étoient plus les maîtres. Ainsi tout étoit en armes. Une
troupe de François qui marchoit dans un temps si peu convenable, et
que le bruit de ce qui se passoit sembloit avoir attirée, leur devint
suspecte. Aussi, en entrant à Altenbourg (Oudenbourg), on les arrêta
et on les conduisit à Bruges avec une escorte de Flamands, dont ils
n'eurent pas lieu de se plaindre. Là le conseil du Franc les
interrogea séparément, et, comme il reconnut que c'étoient des jeunes
gens que la seule curiosité de voyager amenoit, il leur fit dire par
François Nansi, un des principaux capitaines de la bourgeoisie, qu'ils
pouvoient voir la ville avec liberté, mais qu'ils feroient plus
sagement de retourner chez eux. Nansi, qui étoit un homme poli,
demanda civilement à de Thou des nouvelles de MM. Pithou et du Puy; ce
qui donna lieu à de Thou de lui en demander à son tour de Hubert
Goltzius, qui, quoique né dans la Franconie, s'étoit venu établir à
Bruges, d'où il étoit alors absent.» Hubert Goltzius, aussi savant
dans l'iconographie que dans l'étude de l'antiquité, avait mérité
qu'on lui décernât au Capitole le titre de citoyen romain; la
munificence de Marc Laurin lui permettait d'entreprendre de fréquents
voyages en France, en Allemagne et en Italie «de sorte, dit
Guichardin, que Goltzius estant de retour vers son Mécenas, à Bruges,
porta un merveilleux thrésor, et, sans mentir, ceste entreprise est
vrayement royale et digne de mémoire immortelle.»

Pourquoi Jacques de Thou ne vit-il pas à Bruges Olivier de Wree plus
connu sous le nom de Vredius? Mabillon a remarqué que c'est à Vredius
que l'on doit l'édit du 16 juin 1575, par lequel le roi d'Espagne fixa
le commencement de l'année au 1er janvier, ce qui avait déjà lieu en
France depuis le règne de Charles IX. Jacques de Thou, historien
laborieux et érudit, eût été digne d'entendre lire à Vredius quelques
fragments de sa _Flandria Ethnica_, l'un des plus admirables travaux
d'érudition qu'ait vus naître le seizième siècle.

Vredius avait pour contemporains deux autres historiens qui
travaillaient, comme lui, au bruit des ruines que multipliaient les
révolutions, à retracer l'ancienne puissance de la Flandre. L'un,
Pierre d'Oudegherst, dédiait ses recherches aux états, en les prenant
publiquement à témoin «que tous nobles et bons esprits s'esjouyroient
de trouver en leur pouvoir l'histoire d'un peuple tant renommé.»
L'autre, Nicolas Despars, arrière-petit-fils d'un médecin de Charles
VII, qui fut l'un des fondateurs de l'école de médecine de Paris,
écrivait, dans la paisible obscurité du foyer domestique, pour
instruire sa femme, issue des comtes de Flandre et avide de récits
dont la gloire ne lui était pas étrangère.

Jacques de Thou et ses amis admirèrent la beauté des bâtiments de
Bruges, «qui semblent autant de châteaux et de palais, comme aussi le
nombre de ses canaux et des ponts de pierre qui les traversent. La
ville étoit assez mal peuplée, et l'on prétendoit que l'affront qu'y
reçut l'empereur Maximilien il y a plus de cent ans, et dont il ne put
se venger que lentement, en étoit la cause; car ce prince accorda de
grands priviléges aux marchands d'Anvers, dont le commerce devint
florissant, par la ruine de celui de Bruges, de sorte qu'il fut
entièrement transporté dans le Brabant. De Bruges, ils se rendirent à
Gand, ville célèbre par ses troubles domestiques, qui ont causé sa
ruine. On peut encore juger de sa grandeur passée par l'état où elle
est aujourd'hui.»

A Anvers, Jacques de Thou vit les débris de la statue que s'était fait
ériger le duc d'Albe, mais il fut heureux de se dérober à ces tristes
images de l'oppression étrangère et des discordes civiles, en allant
visiter les ateliers de Christophe Plantin, «où, malgré le malheur des
temps, il trouva encore dix-sept presses d'imprimerie. Après avoir
séjourné quelque temps à Anvers, ils songèrent à leur retour. Ils
vinrent à Malines, et de là à Louvain. Ils convinrent que, tant pour
la beauté que pour le nombre des colléges, Louvain ne cédoit en rien à
Padoue. De Louvain, ils revinrent par Bruxelles, qu'ils trouvèrent
dans une grande émotion. La veille, les états, comme de concert,
avoient fait arrêter ceux du conseil royal, soupçonnés de favoriser le
parti d'Espagne.»

Cet important événement avait eu lieu le 4 septembre 1576. Peu de
jours après, le seigneur d'Auxy et Michel De Backer recevaient des
quatre membres et du conseil de Flandre la mission de traiter avec le
prince d'Orange. Nieuport lui fut remis en gage; à ce prix, il
consentit à rétablir les communications de la Flandre avec la Zélande,
et à envoyer à Gand quelque artillerie et quelques enseignes
d'infanterie, sous les ordres du colonel Tempel. Quoique les
magistrats ne fussent pas d'avis de les laisser entrer dans la ville,
le seigneur d'Assche, frère de François de Ryhove, leur fit ouvrir les
portes.

L'armée des états généraux, commandée par le comte de Lalaing, venait
de mettre le siége devant la citadelle de Gand, où Antoine d'Avalos
s'était enfermé avec une faible garnison et fort peu de munitions et
de vivres.

Dans ce danger pressant, don Ferdinand de Tolède et Jean de Vargas
accourent à Alost, et l'on voit ces deux débris du fier gouvernement
du duc d'Albe s'adresser avec d'humbles prières aux mercenaires
insurgés, qu'ils pressent de marcher au secours de la citadelle de
Gand, placer en quelque sorte en leurs mains toutes les espérances de
la domination de Philippe II dans les Pays-Bas, et n'en recevoir qu'un
insultant refus.

Christophe de Mondragon tenta du moins de se porter de l'île de
Zirikzee vers Gand, mais dès qu'il fut entré dans le pays de Waes, ses
troupes, composées en majeure partie de Belges, l'abandonnèrent.

Ce fut au bruit du canon de la citadelle que l'on ne craignait plus,
que s'ouvrirent à Gand des conférences pour un vaste traité de
confédération dirigé contre les Espagnols. Les diverses provinces y
avaient envoyé leurs députés. Le clergé lui-même y comptait les siens;
je citerai parmi les principaux représentants des états: l'évêque élu
d'Arras, les abbés de Saint-Pierre, de Gand, et de Sainte-Gertrude, de
Louvain, François d'Halewyn, et un professeur de l'université de
Louvain, nommé Leonius. On remarquait, parmi ceux du prince d'Orange,
Philippe de Marnix et Guillaume de Zuylen.

Le prince d'Orange, qui depuis longtemps travaillait secrètement à
accroître son parti dans les provinces méridionales des Pays-Bas,
rappelait que le duc d'Albe avait méconnu tous leurs priviléges, et
déclarait que son seul but, étranger à tout intérêt privé, était de
les défendre et de les rétablir.

Il écrivait au comte du Rœulx, qui conservait le titre de gouverneur
de Flandre, bien que personne ne le respectât plus: «Monsieur, pour
l'amitié que de tout temps nous avons eu par-ensemble, mesmes ayant
esté de compaignie nourris à la chambre de feu l'empereur Charles de
jeunesse, n'ay voulu laisser de vous escrire la présente, d'aultant
plus qu'ayant veu quelque déclaration qui a esté faicte de par vous et
les quatre membres de Flandres, tendantes à une généralle pacification
des pays de par deçà, je me suis grandement réjouy de veoir la bonne
affection que démontrez avoir au bien de la patrie; car, comme en
toutes mes actions je me suis tousjours proposé ce mesme but, à
sçavoir que, les estrangiers et perturbateurs du repos publicq estans
retirés, le pays se peult remettre en son ancienne liberté, fleur et
prospérité, j'estyme estre tenu de quelque estroicte obligation
d'amitié et de service à ceux qui pourchassent le mesme desseing, qui
est cause que je vous ai bien voulu prier très-affectueusement par
ceste de vouloir tousjours continuer en ceste bonne volonté, de
laquelle ne fauldrez à en rapporter une louange immortelle, et le pays
par vostre moyen en tirera ung fruict incomparable.»

C'est ainsi que le prince d'Orange flatte le comte du Rœulx, membre
assez douteux du parti des états, qui a oublié, en prenant part au
siége de la citadelle de Gand, que son père présida jadis aux travaux
qui devaient la rendre l'effroi des rébellions futures. Voici comment
il s'adresse au même moment à Jean d'Hembyze, qui cherche à relever
l'édifice communal renversé en 1540, en lui donnant pour bases les
ruines mêmes de la citadelle fondée par Charles-Quint:

«Monsieur d'Embyse, vous voyés l'estat du pays et les belles occasions
qui se présentent maintenant pour délivrer la patrie de la tyrannie
qui jusques ores depuis longtemps l'a oppressée par l'insolence des
estrangers, née et accreue par la trop grande patience des habitants.
Vostre vertu vous exhorte, vostre prudence vous monstre ce que vous
devrez faire en ce temps, par quoy n'est besoing de beaucoup de
parolles. L'occasion est toujours accompagnée de repentance, si on la
laisse eschapper, sans la prendre par le poil; elle n'a point de tenue
par derrière et ne laisse après soy aucune compagnie que d'icelle
repentance, qui la suit au talon: pour quoi, puisque ni l'affection,
ni la vertu, ni le jugement ne vous manquent, je vous prieray
d'embrasser ceste opportunité et vous employer en ceste conjointure,
ainsy que tous gens de bien attendent, à vous faire joindre les autres
de par delà. Le moyen est de se joindre avec vos voisins et confrères
de Brabant, lesquels, s'ils sont abandonnés de vous autres, pourroyent
tomber en grands inconvéniens, ou mesmes aussy attirer une ruine
générale sur tout le pays, de laquelle tant s'en faut que Flandre soit
exceptée, qu'elle payera le plus cher escot, tant pour estre la plus
riche, comme pour avoir donné, en apparence, le commencement à ce feu,
par ce qui s'est passé, mesme depuis neuf ou dix ans en çà et encor
auparavant quand la conclusion de la retraite des Espagnols se print;
ce qui demeure encore imprimé à la mémoire de ceux qui n'oubliront de
faire une vengeance exemplaire du tort qu'ils pensent avoir reçeu. Il
faut doncques ou se préparer à servir sur un eschaffaut à toute la
postérité de misérable exemple de désunion mal-advisée, ou bien
courageusement et unaniment repousser à ce coup la violence
estrangère, qui ne se peut supporter sans infamie éternelle et entière
ruine. En cela puisque, et pour vostre bonne prudence et pour le lieu
que vous tenez en la république de Flandre, vous n'avez le pouvoir
moindre que le devoir qui vous oblige à la patrie, je vous prieray à
ceste fois monstrer les fruits de la vertu dont vostre bonne renommée
a donné ferme espérance et certaine attente au cœur d'un chascun, et
comme je me confie assez que ferez plus que ne vous en sauray
requérir, je ne vous diray autre chose, sinon que, outre ce que je
seray tousjours prest de vous seconder selon les moyens et occasions
que Dieu me donnera, encor me trouverez-vous tousjours en vostre
particulier prest de recognoistre le bien que ferez à la patrie
commune comme celuy qui s'estime obligé à tous ceux qui taschent à la
délivrance d'icelle, pour laquelle j'ay desjà tant travaillé et suis
encor prest de le faire tant que l'âme me demeurera au corps.»

Dans une autre lettre du 1er novembre 1576, le prince d'Orange ajoute:
«Moy et les estas de Hollande et de Zélande n'avons jamais tendu à
aultre but que de voir remis le pays de par deçà en bonne union et
concorde et en son ancienne liberté et splendeur.»

Sous l'influence de ces protestations fut conclu, le 8 novembre 1576,
le traité si connu sous le nom de _pacification de Gand_. On y
rappelait successivement que depuis dix années la prolongation des
guerres civiles et la domination aussi orgueilleuse que cruelle des
Espagnols avaient réduit le pays à une profonde misère; que, bien que
la clémence du roi eût fait naître d'heureuses espérances, les soldats
espagnols continuaient à opprimer et à ruiner de plus en plus ses
pauvres sujets menacés d'une éternelle servitude; qu'ils ne cessaient
de se mutiner, de piller les habitants des campagnes, d'assaillir
hostilement un grand nombre de cités pour les dévaster et les brûler:
ce qui avait forcé le conseil chargé du gouvernement des Pays-Bas à
les déclarer ennemis du roi. Tels étaient aussi les motifs pour
lesquels les états, déjà contraints par la nécessité à prendre les
armes, s'unissaient dans une étroite alliance pour chasser les
Espagnols et rendre au pays ses priviléges, ses coutumes et ses
anciennes libertés, seules capables de rétablir son industrie et
d'assurer la prospérité publique.

Vingt-cinq articles réglaient les détails de cette alliance. Une
assemblée des états généraux, semblable à celle qui avait eu lieu pour
recevoir l'abdication de Charles-Quint, devait, aussitôt après que le
but de cette confédération aurait été atteint, statuer sur toutes les
autres questions pendantes. Jusque-là les rapports des diverses
provinces devaient être libres. Une amnistie complète était
proclamée, et il était convenu que les prisonniers seraient
mutuellement relâchés.

Trois jours après la pacification du 8 novembre, la garnison, qui
avait vaillamment défendu la citadelle de Gand, capitula.

Le traité de la pacification de Gand assura la domination du prince
d'Orange, en affaiblissant de plus en plus celle du roi d'Espagne.

Au moment où la pacification de Gand venait d'être publiée, deux
courriers espagnols, qui avaient rapidement traversé la France,
arrivaient dans le Luxembourg, la seule province qui fût restée à
l'abri des progrès de l'insurrection. Un domestique more les suivait;
mais dès qu'il eut franchi les frontières des Pays-Bas, il abandonna
son déguisement et révéla son nom. Il n'était autre que don Juan
d'Autriche, ce fils de Charles-Quint qui, bien que sans couronne,
s'était montré le digne héritier de sa gloire à l'immortelle journée
de Lépante.

Don Juan trouva les choses dans la situation la plus déplorable: le
parti espagnol était vaincu, et l'on pouvait redouter que son arrivée
ne l'affaiblît de plus en plus en faisant prévoir d'autres rigueurs.
Tous ses efforts tendirent à dissiper ces craintes, et, tandis que les
états se liaient de nouveau par l'Union de Bruxelles du 9 janvier
1577, il appela près de lui leurs députés qui signèrent, le 12
février, l'édit perpétuel de Marche-en-Famène (tous les traités
prétendent à une durée perpétuelle), où il confirmait, au nom du roi,
la pacification de Gand, même dans ce que ses termes avaient de plus
offensant pour la domination espagnole. Il espérait parvenir ainsi à
séparer les états du parti du prince d'Orange.

Montdoucet, ambassadeur de France à Bruxelles, suivait attentivement
toutes les phases de ces troubles, afin de se créer quelques partisans
en Flandre. Il voulait leur donner pour chef le duc d'Alençon, «qui,
ayant un vray naturel de prince, n'aymoit qu'à entreprendre choses
grandes et hazardeuses, estant plus né à conquérir qu'à conserver,
lequel embrasse soudain cette entreprise qui lui plaist d'autant plus
qu'il voit qu'il ne fait rien d'injuste, voulant seulement racquérir à
la France ce qui lui estoit usurpé par l'Espagnol.» Ceci se passait au
moment où la reine de Navarre, Marguerite de Valois, allait s'éloigner
de la cour, divisée par les guerres civiles qui lui faisaient trouver
un ennemi dans un frère dont elle était tendrement aimée. «Monsieur,
dit un jour Montdoucet au duc d'Alençon, si la reyne de Navarre
pouvoit feindre quelque mal à quoy les eaux de Spa peussent servir,
cela viendroit bien à propos pour votre entreprise en Flandre, où elle
pourroit faire un beau coup.»--Le duc d'Alençon adopta cet avis avec
enthousiasme: «O reyne! dit-il à sa sœur, ne cherchez plus; il faut
que vous alliez aux eaux de Spa; je vous ay veu quelquefois une
érésipèle au bras, il faut que vous disiez que lors les médecins vous
l'avoient ordonné, mais que la saison n'y estoit pas si propre, qu'à
cette heure, c'est leur saison, et que vous suppliez le roy vous
permettre d'y aller[12].»

  [12] MARG. DE VALOIS, l. II.

Si Marguerite de Valois mérita par ses charmes que Ronsard la célébrât
sous le nom de Pasithée, son esprit, plein de grâce et de finesse,
n'était pas au-dessous de sa beauté: elle aimait d'ailleurs les
plaisirs, les arts et les lettres, et nous ne suivons ici que les
récits naïfs et élégants qu'elle dicta.

Le roi de France, cédant aisément à ses désirs, avait envoyé un
courrier à don Juan d'Autriche pour le prier de lui accorder les
passe-ports nécessaires, et elle tarda peu à s'acheminer vers les
Pays-Bas, où elle avait résolu de paraître avec l'éclat qui convenait
à son rang.

Sa litière à colonnes tout entourée de vitres, doublée de velours
incarnat brodé d'or et ornée d'ingénieuses devises, était suivie de
celles de la princesse de la Roche-Guyon et de madame de Tournon; puis
venaient les filles d'honneur, montées sur des chevaux caparaçonnés,
qui devançaient les carrosses occupés par le reste de la suite de la
reine de Navarre. Partout où elle passa, elle reçut grand accueil. A
Cambray, l'évêque, qui appartenait à la maison de Berlaimont, l'invita
à une fête brillante. Elle y remarqua monsieur d'Inchy, gouverneur de
la citadelle, dont la politesse contrastait fort avec la simplicité
des mœurs flamandes, sujet constant des amères railleries de
Marguerite de Valois. «La souvenance de mon frère ne me partant jamais
de l'esprit, raconte-elle, je me ressouvins lors des instructions
qu'il m'avoit données, et voyant la belle occasion qui m'estoit
offerte pour lui faire un bon service en son entreprise de Flandre,
cette ville de Cambray et cette citadelle en estant comme la clef, je
ne la laissay perdre et employai tout ce que Dieu m'avait donné
d'esprit à rendre monsieur d'Ainsi (d'Inchy) affectionné à la France
et particulièrement à mon frère. Dieu permit qu'il me réussît, si bien
que se plaisant en mon discours, il délibéra de me voir le plus
longtemps qu'il pourroit et de m'accompagner tant que je serai en
Flandre; et pour cet effect demanda congé de venir avec moi jusques à
Namur où don Juan d'Autriche m'attendoit. Pendant ce voyage, qui dura
dix ou douze jours, il me parla le plus souvent qu'il pouvoit,
monstrant ouvertement qu'il avoit le cœur françois et qu'il ne
respiroit que l'heur d'avoir un aussi brave prince que mon frère pour
maistre et seigneur.»

Le comte de Lalaing, gouverneur du Hainaut, qui s'était rendu à peu
près indépendant dans sa province, attendait Marguerite à
Valenciennes. Il ne résista pas mieux que le seigneur d'Inchy à son
invincible ascendant. «Le comte de Lalain, écrit la reine de Navarre,
ne pouvoit assez faire de démonstration du plaisir qu'il avoit de me
voir là, et quand son prince naturel y eust été, il ne l'eust pu
recevoir avec plus d'honneur. Arrivant à Mons, à la maison du comte de
Lalain, où il me fit loger, je trouvay à la cour la comtesse de
Lalain, sa femme, avec bien quatre-vingts ou cent dames du pays ou de
la ville, de qui je fus reçue, non comme princesse étrangère, mais
comme si j'eusse esté leur naturelle dame. Le naturel des Flamandes
estant d'estre privées, familières et joyeuses, et la comtesse de
Lalain tenant de ce naturel, ayant davantage un esprit grand et élevé,
cela me donna soudain asseurance qu'il me seroit aisé de faire amitié
estroite avec elle, ce qui pourroit porter de l'utilité à l'avancement
du dessein de mon frère, cette dame possédant du tout son mary. Estant
assises l'une auprès de l'autre, je lui dis qu'encores que le
contentement que je recevois lors de cette compagnie se peust mettre
au nombre de ceux qui m'en avoient plus fait ressentir, je souhaitois
presque de ne l'avoir point receu pour le déplaisir que je recevrois,
partant d'avec elle, de voir que la fortune nous tiendroit pour jamais
privées du plaisir de nous voir ensemble; que je tenois pour un des
malheurs de ma vie que le Ciel ne nous eust fait naître d'une même
patrie: ce que je disois pour la faire entrer aux discours qui
pouvoient servir au dessein de mon frère. Elle me répondit: Ce pays a
été autrefois de France, et cette affection naturelle n'est pas
encore sortie du cœur de la plupart de nous; pour moy, je n'ay plus
autre chose en l'âme depuis que j'ai eu l'honneur de vous voir. Ce
pays a été autrefois affectionné à la maison d'Austriche; mais cette
affection nous a esté arrachée en la mort du comte d'Egmont, de
monsieur de Horne, de monsieur de Montigny, et des autres seigneurs
qui furent lors défaits, qui estoient nos proches parens et
appartenans à la pluspart de la noblesse de ce pays. Nous n'avons rien
de plus odieux que la domination de ces Espagnols et ne souhaitons
rien tant que de nous délivrer de leur tyrannie, et ne sçaurions
toutesfois comme y procéder, pour ce que ce pays est divisé à cause
des différentes religions. Que si nous estions bien unis, nous aurions
bientost jeté l'Espagnol dehors; mais cette division nous rend trop
faibles. Que pleust à Dieu qu'il prist envie au roy de France, vostre
frère, de racquérir ce pays qui est le sien d'ancienneté! Nous luy
tendrions les bras.--Elle me disoit ceci à l'improviste, mais
préméditément pour trouver du costé de la France quelque remède à
leurs maux. Moy, me voyant le chemin ouvert à ce que je désirois, je
luy respondis: Le roy de France mon frère n'est d'humeur pour
entreprendre des guerres estrangères, mesmes ayant en son royaume le
parti des huguenots qui est si fort que cela l'empeschera toujours de
rien entreprendre au dehors; mais mon frère, monsieur d'Alençon, qui
ne doit rien en valeur, prudence et bonté aux rois mes pères et
frères, entendroit bien à cette entreprise et n'auroit moins de moyens
que le roy de France mon frère de vous y secourir. Il est nourri aux
armes et estimé un des meilleurs capitaines de nostre temps. Vous ne
sçauriez appeler prince de qui le secours vous soit plus utile pour
vous estre si voisin et avoir un si grand royaume que celui de France
à sa dévotion, duquel il peut tirer et moyens et toutes commodités
nécessaires à cette guerre; et s'il recevoit ce bon office de monsieur
le comte vostre mari, vous pouvez vous asseurer qu'il auroit telle
part à sa fortune qu'il voudroit, mon frère estant d'un naturel doux,
non ingrat, qui ne se plaist qu'à reconnoistre un service ou un bon
office receu. Il honore et chérit les gens d'honneur et de valeur,
aussi est-il suivi de tout ce qui est de meilleur en France. Si
monsieur le comte vostre mari est en cecy de mesme opinion que vous et
de mesme volonté, qu'il advise s'il veut que j'y dispose mon frère,
et je m'asseure que ce pays et vostre maison en particulier en recevra
toute félicité. Que si mon frère s'establissoit par vostre moyen icy,
vous pouvez croire que vous m'y reverriez souvent, estant nostre
amitié telle qu'il n'y en eut jamais une de frère à sœur si parfaite.
Elle receut avec beaucoup de contentement cette ouverture et me dit
qu'elle ne m'avoit pas parlé de cette façon à l'adventure, mais voyant
l'honneur que je luy faisois de l'aimer, elle avoit bien résolu de ne
me laisser partir de là qu'elle ne me découvrît l'estat auquel ils
estoient et qu'ils ne me requissent de leur apporter du costé de la
France quelque remède pour les affranchir de la crainte où ils
vivoient de se voir en une perpétuelle guerre, ou réduits sous la
tyrannie espagnole, me priant que je trouvasse bon qu'elle descouvrît
à son mari tous les propos que nous avions eus et qu'ils m'en pussent
parler le lendemain tous deux ensemble: ce que je trouvois très-bon.
Nous passasmes cette après-dînée en tels discours et en tous autres
que je pensois servir à ce dessein, à quoi je voyois prendre grand
plaisir.»

Poursuivons le récit que nous a laissé la reine de Navarre: «Il
tardoit à la comtesse de Lalain que le soir ne fust venu pour faire
entendre à son mari le bon commencement qu'elle avoit donné à leurs
affaires: ce qu'ayant fait la nuit suivante, le lendemain elle m'amena
son mari qui me fit un grand discours des justes occasions qu'il avoit
de s'affranchir de la tyrannie de l'Espagnol, en quoi il ne pensoit
point entreprendre contre son prince naturel, sçachant que la
souveraineté de Flandre appartenoit au roy de France. Il me représenta
les moyens qu'il y avoit d'establir mon frère en Flandre, ayant tout
le Hainaut à sa dévotion. L'ayant donc assuré de l'estat qu'il
pourroit faire de l'amitié et bienveillance de mon frère, à la fortune
duquel il participeroit autant de grandeur et d'authorité qu'un si
grand et si signalé service receu d'une personne de sa qualité le
méritoit, nous résolusmes qu'à mon retour je m'arresterois chez moi à
la Fère, où mon frère viendroit, et que monsieur de Montigny, frère
dudit comte de Lalain, viendroit traiter avec mon frère de cette
affaire. Pendant que je fus là, je le confirmay et fortifiay toujours
en cette volonté, à quoy sa femme apportoit non moins d'affection que
moy. Et le jour venu qu'il me falloit partir de cette belle compagnie
de Mons, ce ne fut sans réciproque regret et de toutes les dames
flamandes et de moy, et surtout de la comtesse de Lalain, pour
l'amitié très-grande qu'elle m'avoit vouée; je lui donnay un carquan
de pierreries, et à son mari un cordon et enseigne de pierreries qui
furent estimés de grande valeur, mais beaucoup chéris d'eux pour
partir de la main d'une personne qu'ils aimoient comme moy.»

En ce moment les intrigues de Marguerite ne devaient servir que les
Espagnols. Sous prétexte de rendre honneur à la reine de Navarre, don
Juan réunit les troupes qui n'avaient pas encore quitté les Pays-Bas,
en même temps qu'il mandait à celles qui s'étaient arrêtées en
Lorraine de se hâter d'y revenir. Il reçut Marguerite à Namur avec une
pompe toute royale et fit dresser le lit de l'élégante princesse,
nourrie des récits de l'Heptaméron, sous les trophées de la bataille
de Lépante. Puis, lorsqu'il l'eut conduite jusqu'au bateau sur lequel
elle devait suivre les bords riants de la Meuse, il demanda à visiter
la citadelle qu'occupait le parti des états et s'en empara de vive
force (24 juillet 1577). Avant le soir, la guerre avait succédé aux
fêtes qui avaient marqué le lever de l'aurore. L'apparition du drapeau
espagnol sur la citadelle de Namur en fut le signal: Berg-op-Zoom,
Bois-le-Duc, Bréda tombèrent au pouvoir des troupes de don Juan, qui
reprenaient l'offensive.

Les états s'effrayèrent: ils ordonnèrent de presser la démolition des
forteresses de Gand et d'Anvers, et réunirent une armée à Wavre. On
les vit même proclamer le prince d'Orange _rewaert_ de Brabant, et
envoyer à Londres le marquis d'Havré et Adolphe de Meetkerke, pour
qu'ils réclamassent l'appui de la reine d'Angleterre.

Cependant les états, regrettant déjà une détermination qui livrait à
l'influence du parti de la réforme les provinces catholiques des
Pays-Bas, chargeaient, presque au même moment, le sieur de Maelstede
de se rendre secrètement à Vienne, pour y offrir le gouvernement à
l'archiduc Mathias, frère de l'empereur Rodolphe II. Non-seulement ils
cherchaient à tranquilliser les catholiques et à atténuer les
conséquences de leur condescendance en faveur du prince d'Orange aussi
bien que celles de leur hostilité vis-à-vis de don Juan; mais ils
espéraient aussi s'assurer l'appui de l'Allemagne: la naissance de
l'archiduc Mathias, qui était issu, aussi bien que Philippe II, de la
dynastie des anciens souverains de la maison de Bourgogne, était un
autre titre à leurs sympathies.

Dès ce jour, deux partis se trouvent en présence dans la Flandre et
dans les autres provinces: l'un, dévoué au prince d'Orange lors même
qu'il accepte l'archiduc d'Autriche; l'autre, ne s'attachant à
l'archiduc d'Autriche que pour éviter le prince d'Orange. Dans
celui-ci figurait au premier rang l'un des prisonniers du 4 septembre
1576, Philippe de Croy, duc d'Arschoot, que les états avaient créé
gouverneur de Flandre pour contre-balancer l'influence de Guillaume de
Nassau.

Les chefs du parti du prince d'Orange étaient, à Gand, Hembyze qui
s'en détacha bientôt, Ryhove qui y resta constamment fidèle. Il était
important d'agir sans délai. Ryhove se rendit secrètement à Anvers, où
se trouvait le prince d'Orange. «Il faut, lui dit-il, que nous
arrêtions le duc d'Arschoot avec ses prélats et ses nobles, et que
nous les chassions honteusement.»--«Et qui vous appuiera?» interrompit
Guillaume d'Orange. «Nos franchises et nos libertés que le peuple
redemandera avec nous,» répondit Ryhove. Le prince d'Orange hésitait
encore et craignait qu'un mouvement imprudent ne compromît son
influence. Cependant le lendemain il envoya Marnix de Sainte-Aldegonde
annoncer à Ryhove qu'il était libre d'agir. Marnix ne connaissait
point Ryhove; il se trompa et s'adressa à Jean Van Royen, bourgmestre
de Termonde. Quelques menaces assurèrent toutefois son silence, et
Ryhove partit pour Gand, accompagné du sieur de Dolhain, agent secret
du prince d'Orange, chargé d'observer tout ce qui se passerait.

Dès qu'Hembyze apprit ce qui avait été résolu à Anvers, il se dirigea
vers l'hôtel-de-ville. Là, il demanda publiquement et à haute voix au
duc d'Arschoot qu'il rendît à la ville de Gand ses anciennes chartes
confisquées par Charles-Quint, dont le texte avait été lu publiquement
le 18 octobre. Le peuple salua sa voix de nombreuses acclamations et
prit tumultueusement les armes. Les magistrats employèrent tous leurs
efforts pour l'apaiser, et ils venaient à peine d'y réussir, lorsque,
vers les quatre heures du soir, Ryhove arriva aux portes de Gand. Il
trouva, contre son attente, la paix rétablie, mais il comprenait bien
que, dans l'entreprise qu'il avait formée, il fallait marcher en
avant, que ce fût vers la victoire ou vers la mort. Il répéta dans
les rues ce qu'Hembyze avait dit à l'hôtel-de-ville: «Souvenez-vous de
vos anciennes franchises, souvenez-vous de vos pères qui les ont
toujours si vaillamment défendues!» Puis il courut au Princen-Hof,
qu'habitait le duc d'Arschoot, suivi de ses amis qui allumèrent, en
poussant de grands cris, un feu de paille devant le palais, comme s'il
eussent voulu l'incendier. Ce qu'il avait prévu arriva: le duc
d'Arschoot, effrayé, fit ouvrir les portes et fut aussitôt conduit
prisonnier à la maison de Ryhove, où l'on amena successivement les
seigneurs de Rasseghem, de Sweveghem, d'Eecke, de Mouscron, le grand
bailli de Gand, les évêques de Bruges et d'Ypres, Jacques Hessele,
président du conseil de Flandre, le bailli d'Ingelmunster et plusieurs
autres personnages influents (28 octobre 1577). Peu de jours après,
Jean d'Hembyze prononça, en présence d'une assemblée nombreuse
présidée par les échevins des deux bancs, l'apologie de ces violences,
effort assez inutile pour associer tardivement la justice et la raison
à des actes qui s'accomplissent toujours sans qu'on songe à les
consulter.

Le duc d'Arschoot réussit seul à obtenir sa liberté: son rang et la
crainte de provoquer les hostilités des états y engagèrent Ryhove et
Hembyze. En même temps, ils organisaient avec soin une autorité qui
n'était fondée que sur le succès fortuit d'une émeute douteuse. Ils
levaient des soldats et cherchaient à faire accepter leur alliance à
Bruges, à Ypres, à Audenarde et dans les autres villes de la Flandre,
et même à Anvers et à Bruxelles.

Lorsque l'archiduc Mathias arriva précipitamment à Anvers le 2
novembre 1577, toutes les promesses qu'on lui avait faites, s'étaient
évanouies, et il ne lui resta d'autre dédommagement que les vains
honneurs dont le prince d'Orange l'entoura d'autant plus volontiers
qu'il le craignait moins. En effet, Mathias ne reçut le gouvernement
général des Pays-Bas qu'avec le prince d'Orange pour lieutenant et à
de telles conditions qu'il ne devait pas jouir de la moindre autorité.
«L'archiduc Mathias, dit Jean de Taxis, ne fut que le greffier du
prince d'Orange.»

Les états réunis à Bruxelles continuaient à flotter entre les divers
partis qu'ils renfermaient dans leur sein. Par une proclamation du 7
décembre 1577, ils déclarent, au nom de Philippe II, don Juan
d'Autriche coupable du crime de rébellion. Dix jours après, ils
inaugurent l'archiduc Mathias dans le gouvernement des Pays-Bas. Un
mois plus tard ils signent, à Bruxelles, un traité qui porte qu'ils ne
prendront aucune décision et n'entameront aucune négociation sans le
consentement de la reine d'Angleterre.

Le prince d'Orange exerce seul une vaste influence, qui s'élève de
plus en plus en présence de la faiblesse et de l'hésitation
persévérante du parti des états. Sa puissance se révèle à tous les
regards lorsqu'il fait son entrée à Gand le 29 décembre 1577. Jamais
sa popularité n'a été plus grande. Il affecte la modération en
ordonnant, au nom de l'archiduc Mathias, la délivrance des prisonniers
retenus par les amis de Ryhove, en même temps qu'il leur dicte un
secret refus; il blâme les excès de Ryhove dans une lettre aux
magistrats d'Ypres, et c'est ce même Ryhove qu'il charge d'une mission
auprès d'eux: les catholiques invoquent sa protection et le croient
fidèle à la foi de ses pères, bien qu'il ait épousé une religieuse de
Jouarre, qui porte encore le costume de son abbaye; les bannis
auxquels il a rouvert les portes de leur patrie, le saluent surtout
avec de longs et vifs transports d'enthousiasme; ils se donnent le nom
de _patriotes_: il leur a été permis de créer, à côté de l'autorité
régulière des magistrats, l'autorité rivale d'une antimagistrature
démocratique de tribuns ou défenseurs du peuple, et souvent l'un
d'eux, s'approchant du prince d'Orange au milieu de son brillant
cortége, lui offrait un gobelet écumant de bière en lui criant: «A
toi, Guillaume de Nassau!» Le prince d'Orange répondait en déclarant
qu'il était prêt à répandre jusqu'à la dernière goutte de son sang
pour défendre la cause nationale, et il n'était aucune de ses paroles
qui ne fût saluée «des applaudissemens de ce peuple, lesquels, dit
Renom de France, furent si grands et extraordinaires que jamais comte
de Flandre n'en reçut de semblables.»

La dictature du prince d'Orange fut bientôt acceptée dans toute la
Flandre. Le 26 mars 1578, Ryhove parvint à se faire livrer l'une des
portes de Bruges. Il se rendit aussitôt au bourg et nomma de nouveaux
magistrats parmi ses plus zélés partisans. Ypres, Audenarde, Courtray
et d'autres villes partagèrent le sort de Bruges.

Pendant quelque temps la paix publique fut maintenue; mais l'influence
des Gueux, qui entouraient Ryhove et ne le dominaient que trop
souvent, la troubla bientôt. Dès le 3 mai, les gentilshommes
catholiques de Bruges s'étaient vus réduits à escorter, l'épée à la
main, la procession du Saint-Sang, de crainte qu'elle ne fût exposée à
des insultes. Peu de jours s'écoulèrent sans que leurs craintes de
violences anarchiques se justifiassent. Les prêches se multipliaient.
Les séditieux envahirent l'église de Saint-Sauveur; ses pieuses images
furent détruites; les ornements de ses autels furent renversés: on
jeta à terre les écussons des chevaliers de la Toison d'or appendus à
ses voûtes, et ce fut de là que les pillards, proférant des chants de
triomphe, se dirigèrent vers le monastère des Carmes, où, à défaut de
butin et de riches dépouilles, ils saisirent quelques pauvres
religieux, humbles et obscurs enfants du peuple qu'ils secouraient
chaque jour par leur charité et leur dévouement.

Le 26 juillet, un bûcher s'éleva sur la place du bourg. Trois de ces
moines y furent conduits et livrés aux flammes. Les Pays-Bas s'étaient
soulevés contre le duc d'Albe au récit des auto-da-fé de Valladolid et
de Séville: c'était au milieu de la seconde cité de la Flandre que la
réforme allumait les siens.

Un édit des magistrats condamna les autres moines à un bannissement
immédiat. Ils ordonnèrent également que toutes les images qu'on
trouverait dans les églises, seraient enlevées et qu'à l'avenir on ne
célébrerait plus les dimanches: des soldats devaient employer la force
pour obliger les marchands à tenir leurs boutiques ouvertes tous les
jours.

Les états, auxquels les bourgeois de Bruges adressèrent leurs
remontrances, ne pouvaient rien. Leur armée avait été complètement
défaite par celle de don Juan, le 31 janvier, à la bataille de
Gembloux, et dans l'effroi que leur inspiraient les représailles des
Espagnols, la protection de l'archiduc Mathias ne leur paraissait déjà
plus suffisante.

La reine d'Angleterre s'était empressée d'offrir une armée d'Allemands
soldée à ses frais et placée sous le commandement du duc palatin
Casimir. Des députés des états se rendirent à Londres; ils y
poursuivirent d'autres négociations et se montrèrent même disposés à
remettre à Élisabeth Gravelines, Nieuport, Utrecht et les ports de la
Hollande.

Henri III apprit avec inquiétude qu'il était question de céder aux
Anglais le rivage des Pays-Bas jusqu'aux portes de Calais qu'ils
espéraient bien reconquérir tôt ou tard, et, dans une dépêche adressée
au seigneur de Castelnau, son ambassadeur à Londres, il l'exhorta
vivement à persuader aux députés des états de renoncer à leur projet,
qui eût engagé de plus en plus l'Angleterre «à prendre pied en terre
ferme, sans autre respect que de faire ses affaires aux despens de qui
que ce soit.» Pour les en détourner, il leur fit offrir indirectement
par le duc d'Alençon l'appui de la France à des conditions bien plus
désintéressées. Le comte de Lalaing, complètement dévoué à Marguerite
de Valois et à son frère, servait d'intermédiaire dans cette
négociation; elle réussit d'autant plus aisément que les états,
apprenant que l'armée du prince Casimir devait être beaucoup plus
considérable qu'ils n'en avaient eux-mêmes exprimé le désir,
craignaient déjà qu'Élisabeth ne leur eût donné un gouverneur des
Pays-Bas dans le duc palatin et que cette armée libératrice ne leur
apportât des chaînes. De là, un rapprochement des états vers la
France, nouveau revirement dans une époque si agitée et si confuse.

«Tout donnoit sujet, dit Renom de France, aux voisins jaloux et
désireux de nouveaulté, de se fourrer à travers pour aider à brouiller
les cartes soubs espoir de pescher en eau trouble. Monsieur le duc
d'Alençon, poussé d'une légèreté françoise excitée par le prince
d'Orange et de l'inclination de son jeune âge, fut le premier qui joua
ce rollet, car il exhorta les estats à tenir ferme, leur offrant son
assistance et secours, donnant à cognoistre (soubs main) ce faire du
sceu et autorisation du roi très-chrétien.»

Le duc d'Alençon intervint d'abord très-timidement. Il feignit de
professer pour l'autorité du roi d'Espagne autant de respect que les
états eux-mêmes, protestant «qu'il avoit prins les armes pour la
défense des peuples oppressés par les tyranniques déportemens de
mauvais officiers et pour faire qu'ils retournassent en l'obéyssance
de leur prince, avec la conservation des anciens priviléges des pays,
lesquels pour la pluspart avoient esté autresfois octroyés par les
princes du sang royal de France.»

Au même moment, Henri III recevait l'ambassadeur de la reine
d'Angleterre, chargé de lui annoncer «qu'elle estoit résolue de mettre
peine pour empescher le duc d'Anjou d'aller au secours des estats des
Pays-Bas;» mais il lui répondit «que ladite entreprise de Flandre ne
lui estoit nullement agréable, et que, si elle se faisoit, ce seroit à
son très-grand regret et contre sa volonté.» Quelques semaines plus
tard, il envoya à Londres le sieur de Rambouillet, capitaine de ses
gardes, pour qu'il réitérât les mêmes protestations en présence
d'Élisabeth, qui ne croyait pas à leur sincérité.

L'ambassadeur de Henri III au camp espagnol déclarait aussi que son
maître était étranger aux desseins du duc d'Alençon. «Monsieur, lui
répliqua don Juan, c'est chose de pernicieux exemple pour les rois de
nourrir et soustenir rébellion.»

L'expédition du duc d'Alençon soulevait des questions importantes au
point de vue du droit des gens. Était-elle légitime ou utile? Si la
politique la conseillait, la morale et la bonne foi pouvaient-elles
l'approuver? Les amis du duc d'Alençon insistaient surtout sur
l'importance que la conquête de la Flandre présentait pour la
monarchie française: «Si jadis les Romains n'estimèrent aucune de
leurs victoires si honorable comme d'avoir pu remettre sus la liberté
de la Grèce et en chasser les tyrans, et si en effet l'industrie des
peuples des Pays-Bas, avec l'aveu de tous, ne s'approche pas peu du
mérite des anciens Grecs, sans doute il devroit sembler avec bonne
raison que nos roys ne pouvoient entreprendre rien de si louable que
de les secourir et de les maintenir en leurs anciens priviléges et
franchises. Or, il y a plus, sans parler de la grandeur de nos roys
qui, ayans gaigné la dévotion de ces pays-là, n'auroient aucunement à
craindre tout le reste de l'Europe ensemble, ce que m'accorderont ceux
qui ont vu combien toute ceste marche est peuplée d'hommes actifs et
industrieux, de villes très-belles, grandes et fortes, et qui ont
remarqué le nombre des ports et havres remplis en tout temps de
vaisseaux que le traffic de l'estranger y amène, et en somme les
commodités et aisance pour le commerce de toute l'Europe si grande
qu'il semble ce pays y estre adonné de soy et comme destiné pour
rendre très-grand et puissant celuy qui, en estant seigneur, se
rendroit juste et doux en ses commandemens, Monsieur, comme fils et
frère de roy, peut de soy entreprendre une guerre... C'est une douce
animosité de délivrer d'une misérable servitude plusieurs provinces
qui ont esté des plus florissantes de l'Europe.»

Le duc d'Alençon était arrivé le 10 juillet à Mons, chez le comte de
Lalaing, qui l'accueillit avec d'autant plus de joie qu'il était
également jaloux de don Juan et du prince d'Orange. Ce fut de Mons
que le duc d'Alençon adressa à don Juan un défi pour un combat
singulier, qui ne fut point accepté; en même temps il envoyait près
des états généraux quelques-uns de ses conseillers qui conclurent, le
13 août, un traité par lequel les états, tout en faisant des réserves
pour l'autorité déléguée à l'archiduc Mathias et pour leurs alliances
avec Élisabeth, décernaient au prince français, en échange de la
promesse d'un secours important, le titre pompeux de _défenseur de la
liberté belgique_. Le prince d'Orange eut toutefois assez d'influence
pour neutraliser de nouveau l'effet de cette négociation. De même
qu'il s'était mis à la place de l'archiduc d'Autriche comme son
lieutenant, il amena les états à demander Lanoue comme lieutenant du
duc d'Alençon. Lanoue était huguenot et dévoué au prince d'Orange.

Lorsque le duc palatin Casimir, appelé de l'Allemagne par Élisabeth,
arriva aux Pays-Bas, il trouva l'autorité supérieure déjà confiée à
l'archiduc Mathias et au duc d'Alençon, et il se retira à Gand pour
montrer combien il était mécontent de la conduite des états: mais,
loin de relever son influence, il ne réussit qu'à y compromettre le
nom de la reine d'Angleterre.

Quatre factions et quatre armées se partageaient les Pays-Bas, quand
un nouveau parti se forma: celui des _malcontents_. Il se composait
des nobles qui, condamnant à la fois les dévastations impies des Gueux
et la faiblesse des états, voulaient rétablir la paix par leur propre
puissance et sans exposer le pays aux vengeances des Espagnols.

Au milieu de ces divisions sans nombre et sans limites, don Juan
d'Autriche, privé de tout renfort qui lui permît de profiter de ses
victoires ou même de conserver ses positions en présence des armées
réunies du duc d'Alençon, du prince Casimir et des états, fortes de
cinquante mille hommes, s'abandonnait à un sombre désespoir. Don Juan
avait reçu de son père ce sentiment de supériorité que le vulgaire
nomme l'ambition et qui chez les grands génies n'est autre que l'amour
de la gloire. A l'âge où Charles-Quint triomphait à Pavie, il avait
vaincu à Lépante et avait dompté, comme lui, les corsaires africains.
Après avoir songé, disait-on, à fonder un empire à Carthage, il avait
rêvé la conquête de l'Angleterre et l'hymen de Marie Stuart, qu'il
n'eût délivrée de sa prison que pour lui remettre le sceptre de la
fille adultérine d'Anne Boleyn; mais Marie Stuart devait lui porter
malheur aussi bien qu'à son neveu don Carlos. Soit qu'il eût été
atteint d'une épidémie qui régnait dans son camp, soit qu'une
intelligence trop ardente eût rapidement usé le corps qu'elle animait,
il expira le 1er octobre 1578, à peine âgé de trente-deux ans, au
milieu d'une fièvre violente, où il appelait à haute voix ses
capitaines et leur promettait de nouvelles victoires, alors qu'ils
pleuraient déjà sa mort. Son dernier vœu avait été d'être enseveli
près de Charles-Quint.

Le prince de Parme, qui était arrivé depuis quelques mois au milieu de
l'armée espagnole, en prit aussitôt le commandement.

Quatre jours après la mort de don Juan, au moment même où cette triste
nouvelle se répandait de toutes parts, Ryhove tenta un grand effort
contre les Malcontents qui s'étaient emparés de Menin, de Bailleul et
de Poperinghe et qui menaçaient Courtray; mais, avant de s'éloigner de
Gand, il résolut d'affermir son autorité par quelque exemple terrible
de la force dont elle disposait, et ce fut parmi les prisonniers du 28
octobre 1577 qu'il choisit deux victimes. La première que désigna sa
haine, fut Jacques Hessele, qui s'était rendu célèbre par sa sévérité
entre tous les membres du conseil des troubles, et qui devait expier,
par un inique supplice, tant d'iniques supplices par lui ordonnés;
l'autre était Jean De Visch, bailli d'Ingelmunster, qui avait,
disait-on, exercé de regrettables rigueurs à Ypres. Ryhove les fit
monter sur un chariot, et, dès qu'ils furent sortis de la ville, il
les fit pendre à des arbres, sans autre forme de procès, puis il
continua sa route (4 octobre 1578).

Jacques Hessele avait une longue barbe blanche; elle servait de risée
à ses bourreaux. «Sachez bien, s'écria-t-il, que jamais vos cheveux ne
blanchiront: la violence ne saurait durer.» Ceux qui le mirent à mort,
se partagèrent quelques mèches sanglantes tombées de son front, triste
trophée qui ne rappelait que la malédiction d'un vieillard.

Ryhove et Hembyze commençaient à se croire assez puissants pour se
séparer ouvertement du parti des états; certains de l'appui du duc
palatin Casimir, ils refusèrent de payer la quote-part de la Flandre
dans les impôts votés par les états généraux et d'adhérer à la paix de
religion qui venait d'être proclamée à Anvers.

Les désordres et les pillages avaient recommencé à Gand et dans toute
la Flandre. «Le prince Casimir, dit Renom de France, autorisa par ses
forces et présence toute la furie des hérétiques et du menu peuple par
le saccagement des églises, en quoi ce prince allemand receut sa part,
car des vases sacrés il fit forger de la monnaie, et non content
courut piller le plat pays et plusieurs bons monastères de Flandres
avec telle violence, qu'il n'est resté en plusieurs lieux nulle marque
de l'antiquité et dévotion de nos prédécesseurs.» Lanario raconte les
même faits: «Les Gantois qui avaient saccagé les temples et emporté
les saints vases, firent une somme d'argent des calices et la
donnèrent au Palatin. L'or et l'argent sacré ne paraissaient plus
qu'en leur monnaie, comme les cloches ne sonnaient plus qu'en leurs
canons.» Le célèbre Hubert Languet, qui se trouvait alors à Gand avec
le duc Casimir, écrit lui-même: «Les Gantois se livrent à tant de
désordres, que je crains de voir se dissoudre l'union des états.»

Le prince d'Orange, toujours hostile aux partis extrêmes, se hâta
d'intervenir avec sa haute influence. Ryhove subit ses conseils et fut
l'un de ceux qui opinèrent pour que l'on cédât au vœu des états qui
demandaient que l'on rendît quelques églises au culte catholique; mais
Hembyse et Dathenus repoussaient toute transaction, comme un
témoignage de faiblesse. Une émeute éclata: ce fut le triomphe de
Ryhove. Hembyze fut un instant retenu prisonnier. Dathenus s'enfuit à
Bruges (18 novembre 1578).

Peu de jours après, le prince d'Orange arriva à Termonde (22 novembre
1578). Après avoir conféré avec les députés de Gand, entre lesquels se
trouvaient Jean d'Hembyze, Gilles Borluut, Jean Damman et Josse
Triest, il les accompagna à Gand, où il engagea les magistrats à ne
pas rompre l'union des provinces. L'ambassadeur d'Angleterre,
Davidson, de concert avec lui, réprimanda vivement le duc Casimir de
sa conduite inconsidérée, et pressa également les Gantois de
contribuer, comme les autres villes des Pays-Bas, aux frais de la
guerre avancés par la reine Élisabeth, en s'obligeant pour leur part
qui s'élevait à quarante-cinq mille livres sterling.

Tandis que les Gantois acceptaient la paix de religion, le duc Casimir
s'embarquait pour l'Angleterre afin d'aller s'excuser de sa faiblesse
et de son incapacité. «Je vois bien, mon cousin, se contenta de lui
dire Élisabeth, que vos troupes ne veulent pas de mon argent et que
vous n'avez pas exécuté votre engagement d'amener avec vous des hommes
de guerre, car l'on ne saurait donner ce nom à ceux qui vous ont
accompagné.» Et elle le renvoya en Allemagne.

Vers la même époque, le duc d'Alençon, mécontent des états, qui
voulaient le reléguer à Ath, quittait les Pays-Bas, après avoir
déclaré qu'il savait qu'on l'accusait de songer à s'emparer de vive
force des villes de Flandre, mais que loin d'avoir formé ce projet, il
restait complètement dévoué au parti des états, et que c'était à son
grand regret qu'il se voyait réduit, par les troubles qui agitaient la
France, à y rentrer immédiatement. Les états répondirent par des
protestations aussi pompeuses que celles qui avaient successivement
été adressées à l'archiduc Mathias et au prince Casimir.

La paix de religion, déjà proclamée à Gand, l'avait été également à
Bruges et dans la plupart des autres villes. Elle attribuait à chaque
religion l'exercice public et paisible de son culte. Sous sa
bienfaisante influence, les troubles se calmèrent, et plus ce repos
fut court, plus il mérita de regrets. Le pouvoir des états
s'affaiblissait de jour en jour. Le 29 janvier 1579, les provinces de
Gueldre, de Zutphen, de Hollande, de Zélande et de Frise signèrent
l'Union d'Utrecht, moins remarquable par les clauses qui y étaient
insérées que parce que cette première tentative de se séparer des
états généraux devait être la base de la liberté politique de ces
provinces. Le prince d'Orange fit approuver l'Union d'Utrecht par les
magistrats de Gand et par ceux des autres villes de Flandre.

Autre confédération, non moins hostile aux états, quoique d'une
tendance tout opposée. Le 6 janvier (vingt-trois jours avant l'Union
d'Utrecht), les provinces d'Artois et de Hainaut s'allient dans le
triple but de protéger la religion catholique, de conserver
l'obéissance au roi et de maintenir les conventions de la pacification
de 1576. Le vicomte de Gand, commandant de la cavalerie des états et
gouverneur d'Artois, se rallie à ce parti, et le 7 avril le baron de
Montigny, chef des Malcontents, déclare également dans l'assemblée des
états d'Artois qu'il veut rester fidèle à Philippe II, en s'appuyant
sur la pacification de Gand et sur l'édit de Marche-en-Famène pour
rétablir la paix et assurer le départ des soldats étrangers. Le prince
de Parme se hâte de profiter de ces symptômes favorables. Il
renouvelle les engagements pris par don Juan d'Autriche et promet que,
six semaines après l'acceptation de la paix par les diverses
provinces, toutes les troupes espagnoles quitteront les Pays-Bas.

Cependant le parti de Jean d'Hembyze avait repris le dessus à Gand.
Quand, au mois de janvier 1579, le prince d'Orange tenta de faire
transférer à Cologne les prisonniers du Princen-Hof, Jean d'Hembyze ne
voulut point permettre qu'ils fussent conduits hors des Pays-Bas. Peu
après, le 28 février, l'archiduc Mathias ordonne de les envoyer à
Berg-op-Zoom et écrit à Ryhove de se conformer à cette décision,
«puisque par délibération du conseil comme dessus et advis de nostre
bon cousin le lieutenant-général le prince d'Orange, l'avons trouvé
ainsy convenir.» Mais les amis de Jean d'Hembyze se réunissent de
nouveau «pour empeschier la sortie des prisonniers, alléguans pour
leur raison que leur présence renforçoit la ville de vingt mille
hommes, et que, s'ils estoient partis, ils se trouveroient incontinent
assiégés par les soldats wallons, à quoy le prince d'Orange auroit
respondu que au contraire ils seront de vingt mille hommes plus forts
après que les prisonniers seront partis, dont faisoit foy Charles Ve
de ce nom, de glorieuse mémoire, lequel n'eust aulcun repos jusques
après avoir délivré de prison le duc de Saxe.»

Cette fois, l'intervention du prince d'Orange fut inutile. Les
prisonniers ne furent conduits ni à Cologne ni à Berg-op-Zoom; ils
restèrent au Princen-Hof. L'évêque d'Ypres, illustre ami du comte
d'Egmont, y occupait l'appartement où avait été élevé Charles-Quint.
La réforme succédant à Philippe II, qui avait fait décapiter les vieux
serviteurs de son père, avait changé ses palais en prisons pour les
défenseurs de sa dynastie et même pour des hommes qui avaient
accompagné, jusque sur l'échafaud, les victimes du duc d'Albe. Chaque
jour on voyait se multiplier les vexations dont les prisonniers
étaient depuis longtemps l'objet. Il suffit d'en citer une seule; le 4
avril, le secrétaire de Ryhove leur présenta un compte assez élevé qui
contenait, entre autres articles, ceux qui suivent:

«Le duc d'Arschot, accompagné de messieurs de Raisseghem, Mouscron,
Seweveghem, etc., ont brûlé du bois et chandelles de la maison du
sieur de Ryhove _avec leur garde_, pour la somme de 60 livres
tournois.

«Ledict sieur de Ryhove a payé à Anvers avec ses gens sollicitans les
affaires de messieurs de Raisseghem, Sweveghem, l'évesque de Bruges,
l'évesque d'Ypre, etc., la somme de 430 livres tournois.»

Les prisonniers protestèrent dans un mémoire qui fut remis par le
bâtard de Rommerswalle. «Ryhove l'ayant reçeu dans la maison
eschevinale ainsy qu'il sortoit de la chambre avecq Josse d'Hembyse, y
rentra de rechief pour le lire, et sans y faire un long séjour,
retournant fort eschauffé et altéré au visage, chargea ledict
Rommerswalle de dire aux prisonniers qu'il leur présenteroit bien tost
le vin, mais ce seroit sans boire ni manger.» On racontait que l'on
avait aussi entendu la fille de Ryhove, mariée au seigneur de
Mortagne, dire tout haut «que plus tost que les prisonniers
sortissent, elle-même leur couperoit la gorge.» Les échevins firent
prier les prisonniers de ne pas mécontenter Ryhove.

Pour se rendre compte de l'effroi qui régnait à Gand, il faut rappeler
qu'une nouvelle sédition, non moins furieuse que celles de 1566, y
avait éclaté le 9 mars. Les Gueux avaient envahi tous les lieux où le
culte catholique venait d'être rétabli et y avaient arraché les
prêtres de la chaire et de l'autel. Jean Bette, Josse Triest, Philippe
de Grutere et d'autres honorables bourgeois qu'ils y trouvent livrés à
la prière, voient leurs jours menacés. Les Gueux veulent renverser
jusqu'aux pierres qui racontent la puissance de la Flandre et le génie
de ses architectes inspirés par la foi ardente des siècles du
moyen-âge. Ils commencent à démolir successivement l'église de
Saint-Pierre, si célèbre entre toutes celles de la Flandre, celles de
Saint-Martin d'Ackerghem et de Sainte-Catherine de Wondelghem, et
leurs mains sacriléges renversent en même temps les mausolées des
cimetières. L'une des tombes brisées à Wondelghem renfermait les
restes du père et de la mère de Ryhove, mais Ryhove ne put rien pour
les protéger contre des fureurs qu'il avait lui-même pris plaisir à
exciter, et ils furent abandonnés aux vents et aux oiseaux du ciel.

Le 15 mai 1579, on résout dans une assemblée des échevins et des
notables de Gand que si la paix ne se fait point à Cologne, «lesdits
de Gand renonceront à la souveraineté du roi d'Espaigne avecq promesse
de n'entrer jamais dans aulcun contrat de réconciliation que par
commun advis de tous les confédérés d'Utrecht; que au mestier de Gand
ne s'admettra l'exercice d'autre religion que de la réformée; que tous
magistrats des chastellenies et plat pays seront abolis et annexés aux
villes, et sera faict de tous deux un corps hors duquel sera choisy et
créé tel magistrat que conviendra; que l'on advisera sur l'égalité des
contributions avecq les autres villes et provinces de l'union
d'Utrecht; que l'on formera ung corps de conseil pour le quartier de
Gand pour résoudre et deffinir toutes matières d'estat, police et
guerre; qu'il y aura six électeurs pour renouveler la loy, dont deux
prins hors la commune et général peuple, respectivement bons
patriotes, le tout sans préjudice des droits, coustumes et priviléges;
au contraire.»

Progrès du parti des Malcontents. Le comte d'Egmont entra à Bruxelles
et se retira après s'être retranché, le 5 juin 1579, sur la place du
Marché, aux mêmes lieux où à pareil jour le roi d'Espagne, dont il
essayait de rétablir l'autorité, avait fait mourir son père. Le comte
d'Egmont répara cet échec en s'emparant peu de jours après de Ninove.

Dix jours après la malheureuse tentative du comte d'Egmont, les
prisonniers du Princen-Hof (l'arrestation de Champagny à Bruxelles a
accru leur nombre) parviennent à s'évader par un escalier secret que
connaît seul le seigneur d'Erpe, car «il se ressouvient que au temps
qu'il avoit esté page et que la reine de Hongrie, gouvernante des
Pays-Bas, avoit esté logée dans cette maison, il avoit esté par cette
mesme montée au quartier des dames.» Ils gagnent heureusement les
portes de la ville, mais leurs inquiétudes se renouvellent quand ils
n'aperçoivent pas les chevaux sur lesquels ils comptent. L'évêque de
Bruges marche difficilement. Dès qu'il a fait une lieue, il déclare
qu'il lui est impossible de continuer, et il faut se résoudre à le
laisser à Mariakerke, dans une maison où ses compagnons trouvent un
guide qui les conduit chez le bailli de Lovendeghem. Après s'être
quelques moments reposés dans un bois, ils poursuivent leur route vers
Lootenhulle et de là vers Caneghem, en passant près du château de
Poucke. Cependant la faim et la fatigue les réduisent à s'arrêter dans
un pauvre cabaret qui s'offre à leurs regards. L'enseigne du
_Princen-Hof_ qu'il porte, leur paraît toutefois de mauvais augure, et
à peine s'y sont-ils assis pour dîner d'œufs, de pain et de lait,
qu'ils croient reconnaître autour d'eux quelques soldats déguisés.
Ils s'éloignent aussitôt, mais leurs terreurs s'accroissent à chaque
pas. Un de leurs guides les abandonne; plus loin ils découvrent entre
les arbres des hommes inconnus qui semblent les attendre. Ils se
détournent et s'engagent précipitamment dans un autre chemin, quand
ils entendent retentir derrière eux le cri: «Tuez les traîtres!»
L'évêque d'Ypres et les seigneurs d'Ecke et de Champagny sont saisis
et reconduits à Gand avec l'évêque de Bruges, dont l'asile est révélé
par le guide de Mariakerke. Plus agiles ou plus heureux, les seigneurs
d'Erpe et de Rasseghem se dérobent par la fuite à leurs ennemis et
parviennent à atteindre Roulers, où ils sont rejoints le lendemain par
François de Sweveghem, qui est resté pendant vingt-quatre heures caché
dans les blés.

De nouvelles insultes attendaient à Gand les fugitifs, qui vinrent y
reprendre leurs chaînes. Ils n'échappèrent peut-être au dernier
supplice que grâce à une lettre du baron de Montigny, qui menaça les
magistrats de Gand de représailles, si l'on traitait les prisonniers
«aultrement que leur qualité mérite.»

Les désordres qui agitaient Gand, s'étaient reproduits à Audenarde et
à Termonde.

A Bruges, les magistrats avaient convoqué les bourgeois, le 27 juin,
pour leur faire accepter l'Union d'Utrecht. Ils s'étaient assurés de
l'assentiment des doyens des métiers; mais les bourgeois refusèrent
avec énergie d'imiter leur exemple. «L'Union d'Utrecht, disaient-ils,
garantit la liberté de religion; pourquoi, à peine est-elle signée,
que déjà l'on a chassé d'Utrecht les prêtres catholiques? Si nous
voulons conserver la religion de nos pères, il faut que nous
repoussions de toutes nos forces des propositions dictées par la
mauvaise foi.»

Mouvement catholique à Bruges. Jérôme De Mol est proclamé capitaine de
la ville; on arrête l'un des bourgmestres du Franc, Noël de Caron,
chez qui l'on trouve une lettre par laquelle le prince d'Orange
l'exhorte à lui faire donner le gouvernement de la Flandre. Tous les
bourgeois prennent les armes, mais la porte d'Ostende est livrée
pendant la nuit à huit enseignes écossaises du régiment de Balfour,
qui fait arrêter Jérôme De Mol au moment où il cherche à traverser les
fossés de la ville. Balfour était célèbre par sa cruauté et ses
pillages; son nom devait passer au dix-septième siècle à l'un des
plus farouches convenentaires écossais.

Les destinées de la Flandre flottaient désormais entre Jean d'Hembyze
et le prince d'Orange. Hembyze dominait ses collègues et chassait de
Gand, comme suspects de dévouement au prince d'Orange, Lanoue et
Bonnivet, qui blâmaient ses fureurs; d'un autre côté, le prince
d'Orange s'appuyait sur la jalousie des collègues d'Hembyze. Les
principaux (c'étaient Ryhove, Borluut, Grutere et Uutenhove)
envoyèrent des agents à Anvers, et il fut convenu que Ryhove, comme
grand bailli de Flandre, inviterait Hembyze à se rendre chez lui et le
ferait aussitôt arrêter.

Hembyze, ignorant le complot, se laissa tromper. Cependant, à peine
avait-il été retenu prisonnier qu'une violente sédition éclata, grâce
au zèle de ses amis: «On arrête le bourgmestre!» criait le peuple.
Non-seulement il délivra Hembyze, mais il menaça aussi de sa fureur
Ryhove et ses complices. Borluut jugea prudent de fuir à Anvers. Les
autres inventèrent d'astucieuses excuses, et Hembyze, cherchant à
prouver qu'il était trop puissant pour qu'un complot pût être
dangereux pour son autorité, feignit de croire qu'elles étaient
sincères; en même temps il profita d'une occasion si favorable pour
faire renouveler, en présence de quelques bandes de pillards appelées
du dehors, le corps de la magistrature, où il conserva les fonctions
de premier échevin de la keure ou bourgmestre, qu'il occupait depuis
le mois de janvier 1578.

Le prince d'Orange avait vainement cherché à interposer sa médiation
pour prévenir le triomphe complet d'Hembyze. La lettre qu'il adressa,
le 24 juillet, aux magistrats de Gand, était destinée à rétablir les
choses dans l'état où elles se trouvaient lors de l'explosion du
complot dont Borluut avait accepté seul la responsabilité:

«Combien que ma vie passée et les services faicts au pays, avec tant
de pertes et travaulx, doibvent rendre assez suffisant tesmoignage de
ma fidellité, tellement qu'il ne debvroit estre besoing que je
respondisse aultre chose sinon ce que mes faicts tesmoignent,
touteffois, pour éviter les inconvéniens, que je crains davantaige sur
le pays en général, et mesmes sur la ville de Gand que sur moy en
particulier, je n'ay voulu laisser de vous faire entendre que je suis
bien adverti qu'aulcuns, ayans peult-estre des desseings à part, font
courir divers bruicts, assçavoir que je serai pour faire recepvoir un
prince estrangier, avec lequel j'aurai quelque traicté; mais je vous
prie de considérer que nous avons tant d'ennemis et avons parmi nous
tant de gens qui en font tous les jours des nouvelles, que je serois
fort marri qu'il y eust aulcun prince estrangier qui peult à mon
occasion se rendre ennemi de ce pays. Mais, Dieu mercy, je ne suis pas
si peu cognoissant que je ne sache bien qu'il fault nécessairement
traicter, soit de paix, soit de guerre, soit d'alliance avec le gré du
peuple, vous priant d'entendre qu'il n'est pas raisonnable qu'un
chascun soit averti des causes par quoi les gouverneurs parlent d'une
façon ou d'aultre. Je pense au plus tôt m'acheminer en Flandre pour
aider, avec nostre bon advis et de tous bons patriotes, de redresser
toutes choses comme il est bien nécessaire... Cependant, je vous prie
ne permettre qu'il se face aulcune nouvelleté en vostre ville,
espérant vous faire cognoistre, tant au temps du renouvellement de la
loi que par toutes aultres voyes, le grand désir que j'ay de veoir la
gloire de Dieu advancée en vostre ville florissante et en bon repos.»

Le prince étranger dont parlait Guillaume d'Orange, était le duc
d'Alençon, avec qui de nouvelles négociations étaient entamées depuis
quelques mois, grâce au concours de Ryhove et de ses amis. Hembyze,
qui les attaquait si vivement, reproduisit les mêmes accusations dans
un manifeste dicté par l'orgueil du triomphe, où il déclarait que
désormais la souveraineté ne résidait plus que dans les communes de
Flandre. Il haranguait lui-même le peuple et lui exposait ses projets
en lui promettant que Gand, indépendante et assez forte pour se
défendre elle-même contre tous, deviendrait bientôt la Genève du Nord
et verrait le commerce l'enrichir de nouveau de ses bienfaits. Il
rappelait sans cesse les anciennes franchises de Gand, et disait que
le temps était venu de fonder une liberté universelle. Dans ses
rapports avec les magistrats de Bruxelles, il invoquait, comme ayant
conservé toute sa force, le traité conclu en 1339 entre la Flandre et
le Brabant par Jacques d'Artevelde. Déjà revivaient sous ses auspices
les formes anciennes de l'élection des doyens, et l'un de ses premiers
soins avait été de rétablir la milice de la Verte-Tente.

Cependant l'assemblée des membres de Flandre, où dominaient les amis
de Ryhove, refusa de seconder Hembyze. Elle donna le gouvernement du
pays au prince d'Orange, à cette condition que la paix de religion ne
serait plus maintenue, et le prince d'Orange renonça, pour accepter
ces fonctions importantes, au rôle de modérateur, qui pouvait l'en
rendre digne.

Au moment où Guillaume de Nassau s'engageait ainsi de plus en plus
dans un parti si peu digne de sa prudence et de sa renommée,
Marguerite de Parme arrivait au camp espagnol, qu'elle quitta presque
aussitôt, après s'être convaincue de la triste situation des choses:
elle ne devait plus revoir la Flandre, mais elle en retrouva les
souvenirs jusqu'en Italie, où elle acheva ses jours dans la ville
d'Aquila, qui lui rappelait les exploits de Robert de Béthune.

Cependant la lutte dont la Flandre était le théâtre, entrait dans de
nouvelles voies. Hembyze, trop faible pour résister à Guillaume de
Nassau, s'était éloigné de Gand sous le prétexte d'aller examiner
quelques fortifications que l'on faisait au Sas. Là, il se cacha dans
un bateau qui devait partir le lendemain; mais quelques-uns de ses
amis, indignés de sa pusillanimité, l'y découvrirent et le forcèrent à
retourner à Gand, où il s'enferma aussitôt dans sa maison. Sa présence
rendit quelque force et quelques espérances à ses partisans. Ils
s'assemblèrent et demandèrent qu'on créât Hembyze capitaine de la
ville; mais le prince d'Orange ne les écouta point: il manda Hembyze
près de lui et le rendit responsable de tous les troubles que l'on
susciterait en son nom Hembyze, intimidé, quitta de nouveau Gand le 29
août et parvint, cette fois, à s'embarquer au Sas sans être reconnu.
On apprit depuis qu'après avoir traversé la Hollande, il s'était rendu
en Allemagne près du duc palatin Casimir.

«Naguère, dit une chanson du temps, Hembyze dominait Gand par son
orgueil..., aujourd'hui c'est en tremblant et la poitrine pleine de
soupirs qu'il lui adresse ses adieux.»

Le prince d'Orange ne s'éloigna de Gand qu'après avoir vu échouer une
tentative des Malcontents. Il parut à Bruges pour calmer l'agitation
de ses amis trop zélés, qui accusaient les magistrats du Franc d'avoir
soutenu Jérôme De Mol, et demandaient la suppression de leur
juridiction. Noël de Caron aida le prince d'Orange à éteindre des
plaintes qui eussent été un nouvel aliment de discorde entre les trois
villes de Gand, de Bruges et d'Ypres.

Jamais la Flandre n'avait été plus malheureuse qu'à cette déplorable
époque[13]. Le prince d'Orange n'était que trop souvent réduit à
fermer les yeux sur les excès des Gueux, dont il craignait de
s'attirer la haine, et déjà le rêve de l'indépendance flamande
qu'avait formé Hembyze, s'était évanoui: il n'était resté, de
l'édifice qu'il avait voulu fonder, que les désordres qui en avaient
été la base. Siger Van Maele écrit le tableau des événements
contemporains sous le titre de _lamentations_. Un autre écrivain de
cette époque répète douloureusement le vers de Sénèque:

    O Patria! tales intueor vultus tuos!

  [13] Tanta calamitas vigebat in Flandria ut nec jura, nec leges
  servarentur. Nihil nisi crudelis grassatio, cædes, rapinæ,
  vincula, carceres, latrocinia ubique audiebantur. Homines
  criminibus aperti per septennium continuarunt tyrannidem tanta
  crudelitate ut bonos omnes vitæ suæ tæderet. _Chron. Trunch._, p.
  660 (d'après Gerulf Borlunt, moine de Tronchiennes). Miserias
  Flandrorum quas ab anno 1578 usque ad annum 1580 pertulerunt,
  nullus crederet. Audivimus e sene per quadriennium pagos, villas,
  domus, ædificia vacua fuisse, agros, prata, paludes, rus
  universas vere desertas: agricolis dispersis omnia sylvescebant.
  Lupi etiam non pauci per campos vagabantur, quin et canes ut fame
  rabidi iis similes conjungebantur adeo ut dicerentur mixti
  generare. Unde et contingebat ut fierent hominivori. _Hist. ep.
  Ypr._, p. 113.--A Lokeren, dix-sept personnes furent, en un an,
  mangées des loups. De Somerghem à Bruges, le pays était désert et
  inculte. En 1584, il n'y avait à Wulveringhen que cinq habitants;
  à Vinckhem, on n'en comptait que trois. La situation ne
  s'améliora guère les années suivantes:

    Het jaer vyf en tachtig viel een iegelyk zwaer,
    'T jaer ses en tachtig door armoede bedorven,
    En in 't jaer seven en tachtig van honger gestorven.

Ce fut en ce moment où l'anarchie semblait atteindre les dernières
limites, que fut publié le fameux édit de proscription de Philippe II
contre le prince d'Orange «comme le chef et l'auteur principal de tous
les troubles de la chrétienté»: c'était l'apologie du tyrannicide
proclamé par la royauté, apologie qui fut dépassée en violence par
celle du ministre Villiers, et qui, dès lors, ne servit qu'à rendre
impossible toute réconciliation entre les Provinces-Unies et le roi
d'Espagne.

A Gand, Ryhove conserve l'autorité sous la protection même du prince
d'Orange. Le 25 septembre on interroge les habitants de Gand sur les
conditions proposées par le prince de Parme, en offrant une pension
annuelle à tous ceux qui les rejetteront. Le 3 octobre, la
délibération continue, et l'on proclame le même jour ennemis du pays
ceux qui ont approuvé les négociations commencées aux conférences de
Cologne. Une ordonnance des magistrats caractérise cette situation;
elle porte qu'il est défendu de se promener dans les rues, et elle a
pour but de s'assurer de trouver chez eux tous les bourgeois
catholiques, afin de les expulser au même moment de cette ville qui se
vante d'être, au milieu des Pays-Bas, l'asile de la liberté politique
et religieuse.

A Bruges, les prêtres et les bourgeois les plus honorables furent
exilés, les églises furent détruites ou profanées: la basilique de
Notre-Dame, fondée au huitième siècle par saint Boniface, devint une
étable, la chapelle des moines de Staelyzer, une grange; celle de
Saint-Basile, dont les comtes et les princes ne s'approchaient qu'avec
vénération, fut convertie en magasin. Jean Perez de Malvenda s'était
hâté de cacher chez lui la sainte relique que l'on devait à la piété
de Thierri d'Alsace.

Il fallut, pour relever la religion aux yeux des impies qui ne
l'invoquaient plus que pour masquer leur scepticisme et pour justifier
leurs violences, un de ces fléaux providentiels qui, en révélant à
chacun de nous la faiblesse et la vanité de son orgueil, nous
apprennent que Dieu, auteur de la foi, a placé ici-bas la charité pour
que nous retrouvions plus haut l'espérance. La peste se déclara en
Flandre, et elle put seule suspendre les fureurs des factieux, qui
s'arrêtèrent frappés de respect devant quelques-unes de ces
religieuses qu'ils outrageaient la veille, et qui avaient obtenu de
rester à Bruges afin de braver d'autres périls en secourant les
malheureux. Les Colettines, les sœurs noires du monastère du
Chataignier et celles de l'hôpital de Saint-Jean, humbles femmes sans
appui et sans protection au milieu des bandes féroces des iconoclastes
et des Gueux, étaient les monuments vivants de la religion près des
pestiférés qui en avaient brisé eux-mêmes les monuments construits de
marbre et de pierre.

Une famine cruelle frappa bientôt ceux qu'épargna la peste, de sorte
qu'en peu de mois, racontent des témoins oculaires, il mourut
quatre-vingt mille personnes. Le nombre des habitants des campagnes
qui avaient fui les ravages des gens de guerre, était si considérable,
que toutes les rues étaient couvertes de familles qui n'avaient point
d'abri. Le son lugubre de la sonnette du fossoyeur ne cessait de
retentir; les cimetières n'étaient plus assez vastes. Ce fut au milieu
des débris de ses édifices dévastés, au milieu du silence que la mort
laisse après elle, que Bruges descendit du rang qu'elle conservait
encore parmi les villes des Pays-Bas, pour devenir ce qu'elle est
aujourd'hui l'image vaine d'une grandeur éclipsée, triste ruine qui
raconte d'autres ruines: _famosum antiquitatis flandricæ sepulcrum_,
dit Gramaye.

Tel fut l'état de la Flandre dans ces désastreuses années, et il faut
ajouter aux fléaux de la peste et de la famine le fléau de la guerre.
Les Malcontents conquirent Alost, Renaix, Grammont et Courtray. Les
Écossais du colonel Balfour s'en vengèrent en s'emparant de Menin, qui
fut pillé. Lanoue défit un parti de Malcontents près de Marquette, et
occupa Becelaere et Warneton. Il obtint un succès plus important en
escaladant Ninove, où il prit le comte d'Egmont. Au mois de mai il
assiégeait Ingelmunster, et il avait quitté son camp avec quelques
troupes pour se diriger vers Lille, lorsqu'il reçut l'avis de la
marche du vicomte de Gand, et se vit réduit à retourner sur ses pas;
mais il arriva trop tard pour soutenir les siens, et fut lui-même fait
prisonnier; telle était la renommée de son courage que les Malcontents
refusèrent pendant longtemps d'accepter de lui une rançon quelque
élevée qu'elle pût être, et ce ne fut qu'après cinq ans de captivité
qu'il fut échangé contre le comte d'Egmont.

Au mois de juillet les Malcontents essayèrent inutilement de
surprendre Gand, où était arrivé le prince de Condé. Le prince de
Parme, plus heureux, reconquit Maestricht.

Ravages des _Vrybuyters_. «Il y avoit aussi, dit Jean Stratius, un
autre genre d'ennemis qui s'appelloit _Vreybutres_, c'est-à-dire,
brigands ou voleurs de grands chemins, avec lesquels nulle justice ne
se pouvoit entremesler. Ils se levèrent contre les Espagnols quand,
devant la venue de don Juan, on les voulut chasser par force d'armes,
et depuis le nombre d'iceux vint à croistre tellement que l'on ne
trouvoit un seul passage sûr en tout le pays.»

Des négociations secrètes avaient été entamées par Catherine de
Médicis devenue favorable aux huguenots. Elle voulait faire épouser
le duc d'Alençon à Élisabeth, afin que rien ne s'opposât à ce qu'il
reçût la souveraineté des Pays-Bas. Le duc d'Alençon, mécontent de la
réconciliation de l'Artois et du Hainaut avec le roi d'Espagne,
flattait les huguenots comme sa mère. Il recherchait dans les Pays-Bas
l'amitié du prince d'Orange, qui pouvait seul faire réussir ses
desseins.

Guillaume de Nassau avait formé le projet d'abjurer publiquement
l'autorité du roi d'Espagne, qui avait été toujours reconnue, au moins
nominalement, par les Gueux, dont le premier serment avait été de
rester _fidèles jusqu'à la besace_. Il réunit à Anvers les députés des
diverses provinces et leur exposa que les nécessités de la guerre et
des discordes intérieures exigeaient impérieusement qu'ils élussent
quelque prince illustre pour les gouverner. Cette opinion prévalut,
mais lorsqu'il fallut choisir dans les pays voisins l'héritier des
ducs de Brabant et des comtes de Flandre, de vives contestations
éclatèrent.

Les députés de Gand opinèrent pour que l'on déférât l'autorité à la
reine d'Angleterre. Ils remontraient que la France était si affaiblie
par ses propres discordes que l'on n'en pouvait espérer aucun secours
important, et que si elle recouvrait sa puissance avec la paix, il
n'en était que plus dangereux de se donner à un prince qui, en
recueillant la couronne par la mort de son frère, pourrait devenir
pour les Pays-Bas un maître aussi impitoyable que Philippe II, et
d'autant plus redoutable que son bras, suspendu sur la tête de leurs
populations, pourrait en un moment les écraser. On trouvait, au
contraire, en Angleterre une nation heureuse et florissante. La reine
Élisabeth protégeait la religion réformée qui était aussi dans les
Pays-Bas celle que menaçait le roi d'Espagne. Les ports de
l'Angleterre étaient voisins de ceux de la Flandre. Quelques heures
suffisaient pour que les secours dont on aurait besoin, parvinssent
aussitôt qu'on les réclamerait. L'Océan unissait étroitement
l'Angleterre aux Pays-Bas, et déjà le commerce avait cimenté les liens
réciproques des deux nations. Enfin, la nature même du gouvernement de
l'Angleterre devait être considérée. En France le roi était absolu, et
le duc d'Alençon avait été élevé dans les principes d'une autorité
illimitée. L'Angleterre, où l'on voyait Élisabeth consulter le
parlement dans toutes les affaires importantes, offrait seule une
monarchie tempérée par la liberté.

Tels furent les arguments des députés de Gand. Philippe de Marnix,
confident intime du prince d'Orange, les réfuta dans un long discours.
Il insista sur l'urgent besoin qu'éprouvaient les Pays-Bas de voir le
souverain y résider comme sous la domination si prospère des ducs de
Bourgogne. Les malheurs du règne de Philippe II en étaient la preuve.
Pouvait-on craindre que le duc d'Alençon attentât aux franchises des
Pays-Bas dont la plupart avaient été octroyées par des princes issus
comme lui de la maison royale de France? Il ne s'agissait point de
fonder une nouvelle forme de gouvernement, mais de conserver celle
dont avaient joui nos ancêtres. Ne pouvait-on pas, d'ailleurs, fixer
les limites de son pouvoir, afin qu'il n'oubliât point que les peuples
de la Flandre n'obéissent qu'à leurs lois et jamais à des lois
étrangères?

Quelques députés catholiques combattirent à la fois le projet de
demander un gouverneur à Élisabeth et celui de s'adresser au duc
d'Alençon, de crainte de provoquer des hostilités de la part du roi
d'Espagne; mais l'avis de Philippe de Marnix, appuyé par le prince
d'Orange, prévalut, et une ambassade solennelle fut envoyée en France
pour offrir au duc d'Alençon la souveraineté des Pays-Bas.

Enfin, le 19 septembre 1580, un traité est signé au Plessis-lez-Tours,
lieu de funeste mémoire dans les annales de la royauté française aussi
bien que dans celles de la liberté flamande.

Les états généraux élisent le duc d'Alençon duc de Brabant, marquis de
Namur, comte de Flandre et de Hainaut.

S'il laisse plusieurs enfants, «il sera au choix desdits estats de
prendre celui qu'ils jugeront mieux convenir.» En cas de minorité, la
tutelle appartiendra aux états.

Le duc d'Alençon maintiendra tous les priviléges et ne pourra point
lever d'impôt sans l'assentiment des états.

Les états généraux pourront se réunir aussi souvent qu'ils le jugeront
convenable.

Le duc d'Alençon sera tenu de choisir les commandants des forteresses
parmi les officiers qui lui seront proposés par les états généraux.

La paix de religion sera observée.

Le duc d'Alençon assurera aux états généraux des Pays-Bas l'alliance
de son frère le roi de France «contre tous ennemis, fust-ce «le roi
d'Espagne.» Il est bien entendu toutefois, «que les Pays-Bas ne
seront incorporés à la couronne de France, ains demeureront sous leurs
lois, coutumes et priviléges anciens.»

On cherchera de plus à conclure d'étroites alliances avec la reine
d'Angleterre, les rois de Danemark, de Portugal, de Suède, d'Écosse et
de Navarre, les princes de l'Empire et les villes de la hanse
teutonique.

Le duc d'Alençon sera tenu de suffire aux frais du gouvernement et à
ceux de la guerre «tant avec les moyens qu'il aura eus du roi son
frère que les siens.» Les états généraux se contentent d'y joindre un
subside de deux millions quatre cent mille florins.

Le général de l'armée sera choisi par les états généraux: l'officier
qui commandera les troupes françaises, devra également être agréé par
les états, et il est entendu qu'elles ne pourront point être mises en
garnison dans les forteresses et qu'elles devront en tout cas quitter
le pays «quand les états généraux le requerront.»

On verra, du reste, par quels moyens l'on peut, en congédiant
l'archiduc d'Autriche, «lui donner raisonnable satisfaction et
contentement.»

Comment le duc d'Alençon avait-il amené le prince d'Orange à se
montrer le complaisant instrument de ses projets? En associant
l'ambition de celui qui le servait à la sienne propre, et en
démembrant d'une souveraineté encore si douteuse la Hollande et la
Zélande, pour en faire l'apanage héréditaire du Taciturne qui, si
souvent, avait protesté de son désintéressement et qui cette fois
s'engageait «à faire en toute occasion au prince français humble
service et à procurer en tout et partout l'avancement de sa grandeur
par dessus toutes choses[14].»

  [14] Il faut reproduire en entier, en conservant la bizarre
  orthographe du duc d'Alençon, le texte de cette convention, que
  j'ai retrouvé à Hatfield parmi les papiers secrets de la reine
  Elisabeth:

  «Nous, Fransois, duc d'Anjou, en ratifian la promesse que nostre
  cher et bien-aimé le sieur des Pruneaux a fait à mon cher cousin
  le prinse d'Orange, le neufiesme d'aout dernier passé, promettons
  audit sieur, tantost que les estas nous aron choueszy pour prinse
  souverain de tous les Païs-Bas, nous emploierons nostre autorité
  anvers les peuples pour recompanser ledit sieur prinse et
  l'aquiter des grans deptes dont il est hobligé en Allemagne pour
  la levée des armées qu'il a conduites contre les Espagnols pour la
  délivrance dudit païs, et en oultre à rezon des grans et
  incroïables travaux portés par ledit sieur prinse, avecque les
  pertes des grans biens qu'il a soufert, nous acorderons et
  acordons dès à sete heure que ledit sieur prinse et ses houers
  desandans en drouecte ligne demeurent prinses et seigneurs
  souverins de Holande et Zélande et Uutrec et en général ce qui est
  des dépandanses dudit gouverneman; prometons en fouez et parole de
  prinse le mintenir et défendre anvers tous et contre tous sans
  aucune exzansion, comme aussy ledit prinsse jure et promet de
  demeurer en bonne et ferme intelliganse, comunication, amitié
  saincte et parfaite avecque nous, nous faire à toutes hocasions
  très-humble servisse et procurer an tout et partout l'advanseman
  de nostre grandeur pardessus toutes chozes. Et en confirmasion de
  ce que dessus, nous avons souscript ce et signé les prézantes de
  nostre main, à Cotras, se 29 décembre 1580.»

Le duc d'Alençon s'était hâté de faire signer la paix avec les
huguenots à Fleix-sur-Dordogne, et il s'occupa dès ce moment du soin
de réunir une armée. Il prit à son service MM. de Fervaques, de Biron
et de Rochepot. Il créa M. de Sully grand maréchal de l'armée, et lui
promit la vicomté de Gand, dont il avait été déshérité par son oncle
pour motif de religion, et, de plus, douze mille écus de rente en
terres voisines des siennes. Le roi de Navarre avait toutefois fait
tous ses efforts pour dissuader de cette entreprise un ami qui devait
un jour devenir son ministre. «Ce prince, lui disait-il, que vous
allez maintenant servir, me trompera bien, s'il ne trompe tous ceux
qui se fieront en luy, et surtout s'il aime jamais ceux de la
religion, ny leur fait aucuns avantages, car je scay pour luy avoir
ouy dire plusieurs fois qu'il les hayt comme le diable dans son cœur,
et puis a le cœur si double et si malin, a le courage si lasche, le
corps si mal bâty, et est tant inabile à toutes sortes de vertueux
exercices, que je ne me saurois persuader qu'il fasse jamais rien de
généreux, ny qu'il possède heureusement les honneurs, grandeurs et
bonnes fortunes qui semblent maintenant luy estre préparées.» Tel est
le récit de Sully. Walsingham et le duc de Bouillon confirment le
portrait que traçait le roi de Navarre. Walsingham ne trouve à faire
l'éloge de ce prince, qui avait reçu au berceau le prénom si mal
justifié d'Hercule, qu'en le comparant à Pepin le Bref; mais il
ajoute, en parlant de la légèreté de son esprit: «qu'il a de la plume
en son cerveau.» Le duc de Bouillon écrit de lui: «Monsieur eut la
petite vérole en telle malignité qu'elle le changea du tout, l'ayant
rendu mesconnoissable, le visage lui étant demeuré tout creusé, le nez
grossi avec difformité, les yeux appetissés et rouges, de sorte qu'il
devint un des plus laids hommes qu'on voyoit, et son esprit n'estoit
plus si relevé qu'il estoit auparavant.»

    Flamans, ne soyez estonnez
    Si à François voyez deux nez;
    Car par droit, raison et usage,
    Fault deux nez à double visage.

On racontait aussi qu'un jour qu'il avait fait tirer son horoscope,
n'obtenant aucune réponse sur ce qui flattait le plus son ambition, il
insista pour en avoir une: «Je ne voulois rien dire touchant la
royauté, lui répondit le devin, car ny vos mains, ny votre face, ny
votre horoscope, ny aucun astre ne vous promettent ny félicité, ny
grandeur de longue durée.»

Des lettres de Philippe II étaient arrivées à Paris le 17 mars 1581.
Elles menaçaient la France de la guerre, si elle secourait le duc
d'Alençon, mais elles n'eurent d'autre résultat que de faire publier
par Henri III, au son de trois trompettes, dans les rues de Paris, une
défense publique de continuer les armements, défense peu sincère et
dès lors mal observée.

Rien ne doit arrêter dans sa marche rapide le mouvement
insurrectionnel des Pays-Bas: on proclame à Gand, le 21 août, la
déchéance de Philippe II. Les uns saluent avec joie cette déclaration,
parce qu'elle semble anéantir à jamais la domination espagnole dans
les Pays-Bas; d'autres n'aspirent qu'à l'établissement d'un pouvoir
régulier qui mette fin à l'anarchie. Le duc d'Alençon étant
catholique, on crut devoir à cette occasion rendre la liberté aux
évêques de Bruges et d'Ypres, retenus depuis trois ans prisonniers. Le
premier fut échangé contre Bouchard d'Hembyze; le second contre un
ministre calviniste.

Le duc d'Alençon avait déjà quitté Château-Thierry, où s'était
assemblée son armée; elle comprenait environ quatre mille mercenaires
indisciplinés, qui marchaient pieds nus et à peine couverts de
quelques vêtements en lambeaux. La plupart n'avaient pas d'épée; leur
premier exploit fut de piller la Picardie, et ce fut à grand'peine que
le duc d'Alençon parvint à les réunir autour de lui à Cambray, où il
entra le 18 août.

Monsieur d'Inchy, que la reine Marguerite y avait vu, y résidait
encore, et, selon le traité du Plessis-lez-Tours, il commandait dans
la citadelle pour les états.

Cependant le duc d'Alençon témoigna à monsieur d'Inchy le désir qu'il
l'y priât à dîner, et il lui promit de s'y rendre sans ses officiers
et ses gardes du corps. Le seigneur d'Inchy, plein de bonne foi et
trop empressé à reconnaître les anciennes bontés de la reine de
Navarre, demanda un délai de deux jours à cause de la disette des
vivres, puis il invita le duc d'Alençon et soixante des principaux
seigneurs de sa suite. Le jour du festin étant arrivé, il se rendit au
devant du prince, entre huit et neuf heures du matin. Tous les
préparatifs avaient été faits avec une grande pompe. Une musique
harmonieuse se faisait entendre. Le sieur d'Inchy portait lui-même aux
convives une large coupe où pétillait le vin, mais le duc d'Alençon le
força de s'asseoir près de lui.

Le festin durait depuis quelque temps lorsqu'on vint annoncer à voix
basse à monsieur d'Inchy que quelques serviteurs du duc d'Alençon
paraissaient aux portes de la citadelle. «Hé bien! hé bien! qu'on les
laisse entrer; il n'y a mie danger, m'est à voir, répondit le
gouverneur.»--«Monsieur, continua-t-il en s'adressant au duc
d'Alençon, ce sont les gardes de Votre Altesse qui veulent entrer, et
c'est bien fait, car vous avez tout pouvoir céans.» Par trois fois le
sire d'Inchy reçut le même avis; trois fois il n'y fit aucune
attention. Le duc d'Alençon se contentait de répondre par un signe de
tête et souriait en regardant ses amis; mais lorsque de nouveau un des
serviteurs du gouverneur vint lui parler à l'oreille, celui-ci changea
de couleur, ses yeux étincelaient de colère, et frappant la table de
ses deux mains: «Comment! éteindre la mèche de mes gens et désarmer
mes soldats! Hé! monseigneur, qu'est cecy? Je ne pense mie que Votre
Altesse entende cela. Je ne l'ay pas desservy. Ce seroit me faire trop
de tort et mal récompenser mes services.--Ce n'est rien, monsieur
d'Inchy, repartit le duc d'Alençon; j'y pourvoyerai et vous
contenteray avant que de partir d'icy.» Puis il lui promit dix mille
livres de rente et le gouvernement de la ville de Château-Thierry,
mais Baudouin d'Inchy ne répondait point; il comprenait autrement
l'honneur que le duc d'Alençon et maudissait en pleurant sa perfide
ingratitude. Peu de jours après, il chercha la mort dans un combat.

Là se borna la campagne du duc d'Alençon. Ne recevant point de
secours ni de la France, où les factions se réveillaient, ni de
l'Angleterre, où l'on semblait l'estimer assez peu, il résolut de
passer lui-même la mer, afin de hâter la conclusion de son alliance
avec Élisabeth.

Ce projet remontait à 1571, et il n'avait échoué à cette époque que
parce que les ministres anglais avaient paru y attacher comme
condition préalable la restitution de Calais, tandis que les ministres
français les pressaient de se contenter de Flessingue. Néanmoins il
n'avait pas été complètement abandonné, et en 1575 Élisabeth avait
avancé de l'argent au duc d'Alençon pour l'aider à lever des reîtres
allemands dans la guerre des Malcontents. Davidson, ambassadeur
anglais en Flandre, s'était montré en 1579 contraire à ces
négociations matrimoniales. En 1581 elles sont reprises par Henri III,
qui mêle à ces démarches je ne sais quelles folles préoccupations de
se faire donner par la reine d'Angleterre des troupes de limiers,
d'ours et de dogues. Élisabeth ne s'en offense point: elle sait que le
duc de Lennox et les autres partisans de Marie Stuart sont prêts à
prendre les armes en Écosse, et il est utile qu'ils ne soient pas
soutenus par la France. Aussi a-t-elle soin d'adhérer non-seulement au
contrat de mariage proposé par le maréchal de Cossé, mais même au
protocole des formalités de la célébration religieuse: elle déclare
qu'elle a le cœur tout français; elle désire seulement d'être
déchargée des dépenses qui résulteront de la guerre entreprise par le
duc d'Alençon en Flandre, où elle redoute pour lui quelques désastres
«tant par ces yvrognes de Flamands que pour avoir une forte armée en
tête et le prince de Parme comme victorieux.»

Élisabeth favorisait d'autant plus le duc d'Alençon qu'elle espérait
que sa domination ne se maintiendrait aux Pays-Bas qu'autant qu'il
était nécessaire pour allumer entre la France et l'Espagne une guerre
dont l'Angleterre profiterait seule. «Cette Circé d'Élisabeth, dit un
historien, empoisonnoit tous les princes catholiques de ses breuvages
emmiellés; la France luy faisoit l'amour pour le duc d'Alençon, la
maison d'Austriche estoit dans la même passion pour un fils de
l'Empereur, et de part et d'autre on fermoit les yeux aux intrigues
qu'elle entretenoit contre les deux monarchies avec les huguenots de
France et les Gueux de Flandre.»

Peu de jours après l'arrivée du duc d'Alençon à Londres, son mariage
avec la reine d'Angleterre sembla définitivement résolu; mais on
doutait encore si Élisabeth, en encourageant un espoir qu'elle
désavouait secrètement, n'était pas uniquement guidée par le désir de
fortifier le parti du duc d'Alençon dans les Pays-Bas. Quoi qu'il en
soit, ce fut avec un éclat tout royal qu'il s'embarqua sur la Tamise,
le 8 février 1582, pour retourner en Flandre. Onze jours après, il
faisait son entrée solennelle à Anvers. Le prince d'Orange, qui avait
senti s'appuyer sur son épaule la main glorieuse de Charles-Quint prêt
à abdiquer, voulut revêtir du manteau ducal le duc d'Alençon, qui s'y
opposa en disant: «Laissez-moi faire, je l'attacherai si bien qu'il ne
tombera jamais de mes épaules.»

Dès ce moment le duc d'Alençon s'intitula: «François, fils de France
frère unique du roi, par la grâce de Dieu duc de Lothier, de Brabant,
de Luxembourg, de Gueldre, d'Alençon, d'Anjou, de Touraine, de Berry,
d'Évreux et de Château-Thierry, comte de Flandre, de Zélande, de
Hollande, de Zutphen, du Maine, du Perche, de Mantes, Meulan et
Beaufort, marquis du Saint-Empire, seigneur de Frise et de Malines,
défenseur de la liberté belgique.»

Ce prince, si ambitieux dans ses titres, était à peine à Anvers depuis
quelques jours que son orgueil le faisait déjà détester, et peu s'en
fallut que le peuple, ému par une tentative de meurtre dirigée contre
le prince d'Orange, ne le massacrât aveuglément avec tous les siens.

De ceux qui le suivaient, les uns étaient des capitaines
d'aventuriers, fameux par leurs cruautés; les autres, d'infâmes
mignons perdus de débauches. Ils offraient au peuple le spectacle de
leurs incessantes querelles. Saint-Luc et Gauville se battirent en
duel dans la chambre du duc d'Alençon. Le prince d'Orange gémissait
sur ce qui se passait et reportait ses souvenirs au temps de
Charles-Quint.

Il était en même temps un autre sujet de murmures pour les habitants
des villes de Flandre. On avait résolu d'exiger de chacun d'eux, sous
les peines les plus sévères, qu'ils jurassent de résister au roi
d'Espagne, et ce serment, rédigé sous l'influence du prince d'Orange,
comprenait aussi l'engagement de rester fidèles aux États-Unis des
Pays-Bas.

_Un bon bourgeois de la ville de Gand, qui ressentait amèrement les
calamités de sa ville_, formulait ainsi ses plaintes:

«Oncques les misérables Pays-Bas n'ont estés si barbarement tirannisés
comme par nos propres patriots. Qui vit jamais tyranniser les âmes et
consciences jusques de contraindre les gens à perjurer les sermens
prestés volontairement et les forcer à en faire aultres contre leur
volonté ou que on les bannit sans forme de justice? Et ceulx qui
feront ce serment par crainte, est-il croyable qu'ils ne retournent
plustost à observer ce qu'ils estiment avoir juré légitimement que ce
qu'ils trouvent avoir perjuré contre leurs consciences? On veut
establir la tirannie du prince d'Orange, qui se pense faire seigneur
du pays. Voyez par quelles ruses il nous a amusés! Dans le
commencement il n'a parlé que de rétablissement de priviléges et
anciennes coustumes et de liberté de consciences. Par son beau dire,
il attira Jehan d'Hembyse. Cependant, on ne nous a rendu que les
priviléges propres à tumultuer: des utiles, que chaque mestier voye ce
qui en est, mais on nous fait plus nouvelletés que oncques on ne vit.
Quand ont nos devanchiers veu en notre ville de Gand telle auctorité
que celle des Dix-Huit ou celle qu'a le conseil de guerre, lequel ne
sert que à dévorer nostre peuple qui, anciennement, n'avoit chef ni
capitaines que les doyens quand on fit jadis si grandes choses?... Le
prince d'Orange a chassé Jehan d'Hembyze et maistre Pierre Dathenus
hors de la ville et des pays desquels ils sont naturels, ce que n'est
le prince... Il a fait grand bailli Rihove, public et infâme
meurtrier, à perpétuelle honte de la ville de Gand... Il a professé
quatre fois diverses religions publicquement, sans ce qu'il fait
accroire de soy aux anabaptistes... Il est mari de deux femmes
ensemble, et la seconde a esté ravie de son monastère... Que disoient
les lettres de Sainte-Aldegonde? Que le prince estoit si rusé qu'il
tromperoit bien la petite et la grande Altesse, appelant la petite
l'archiduc Mathias et la grande le duc d'Alençon. Par le serment
auquel il nous force, il espère dominer seul. Pensez-y, doyens qui
avez en charge le peuple, revendiquer vostre vraie liberté.»

Cinq mois s'étaient écoulés lorsque le duc d'Alençon quitta Anvers
pour aller visiter la Flandre. Il se rendit à l'Ecluse en passant par
Flessingue, et de là à Bruges, où il arriva le 17 juillet.

Un complot assez semblable à celui de Jaureguy y fut presque aussitôt
découvert. Celui qui le dirigeait, était un capitaine du duc
d'Alençon, nommé Salcedo. Fils d'un Espagnol qui avait servi avec zèle
le parti huguenot jusqu'à ce qu'il pérît à la journée de la
Saint-Barthélemy, il s'était enrôlé lui-même dans l'armée du duc
d'Alençon lors de son entrée à Cambray, et ne l'avait pas quitté
depuis lors.

Pendant qu'on l'interrogeait, un de ses complices (c'était un Italien
nommé François Baza), étant venu pour le voir, fut également arrêté et
soumis à la torture; deux jours après, il se frappa d'un coup de
couteau dans sa prison, mais sa mort ne lui épargna pas les horreurs
du supplice: une sentence de la cour du Bourg de Bruges ordonna que
ses restes seraient mis en quartier, et un gibet fut érigé à chaque
porte de la ville pour les recevoir; on y avait attaché l'inscription
suivante, «escrite de grandes lettres romaines:»

«Cestuy est Francisco Baza, Italien, appréhendé et convaincu de
trahison, ayant entrepris d'empoisonner ou d'oster par aultre moyen la
vie à Son Alteze et à monsieur le prince d'Orange, et ce, par le
commandement du prince de Parme, général de l'armée du roy d'Espagne.»

Salcedo seul cherchait à gagner du temps. Bien que tout annonce que,
comme Jaureguy, il ne fût qu'un assassin vulgaire qui voulait obtenir
les ducats auxquels le roi d'Espagne avait mis à prix la tête du
prince d'Orange, il fit tous ses efforts pour agrandir sa tentative,
et le bruit se répandit de toutes parts que ce complot reposait sur de
vastes et mystérieuses intrigues. Salcedo déclara d'abord qu'il avait
reçu quatre mille ducats du prince de Parme; puis il prétendit qu'un
agent des Guise lui avait remis, à Nancy, six mille écus. Il espérait
ainsi prolonger la procédure et la faire évoquer à Paris. En effet, le
sieur de Bellièvre, instruit de ces révélations, le réclama et le fit
mener au château de Vincennes. Christophe de Thou, président du
parlement, poursuivit avec lenteur et prudence le cours de ses
interrogatoires, si importants et si nombreux que les fatigues qu'ils
lui causèrent, le conduisirent au tombeau.

Salcedo avait été condamné à être écartelé sur la place de Grève. Le
roi, la reine et toute la cour s'étaient rendus dans une des galeries
de l'hôtel de ville, magnifiquement ornée en leur honneur. Le
président Bresson et plusieurs conseillers du parlement étaient
présents lorsque Salcedo, conduit au supplice, déclara qu'il n'avait
accusé les Guise qu'afin de sauver sa vie. «O le meschant homme!
s'écria Henri III; voire le plus meschant dont j'aye oncques ouy
parler!» Déjà le supplice de l'écartèlement allait commencer, et les
chevaux, obéissant à l'aiguillon du bourreau, s'éloignaient avec
effort, lorsque la duchesse de Mercœur, épouvantée de ce cruel
spectacle, obtint que Salcedo fût livré au bourreau, qui l'étrangla.
Conformément à la sentence, ses membres furent exposés sur les quatre
principales portes de Paris. Henri III envoya la tête du coupable au
duc d'Alençon pour qu'il la fît exposer aussi en Flandre, et comme
l'ambassadeur d'Espagne se plaignait qu'il fît acte d'autorité hors du
royaume, il répondit qu'on écrivît à son frère, «qu'il en fist des
petits pâtés, s'il vouloit.»

Pendant que le procès de Salcedo occupait Paris, le parlement et la
cour, le duc d'Alençon se faisait inaugurer comme comte de Flandre à
Gand, presqu'en présence des soldats du duc de Parme, qui, maîtres
d'Audenarde, s'avançaient souvent jusqu'aux portes de la ville. Dans
les premiers moments il fut reçu avec quelque enthousiasme. Tous les
bourgeois s'étaient réunis en armes dans les rues. Une femme
représentait la vierge endormie au giron du lion, cette vieille
personnification de la liberté gantoise. Autour d'elle, dix-sept cents
jeunes filles montées sur des colonnes, un flambeau d'une main, une
couronne de lauriers de l'autre, figuraient, comme aux temps antiques,
des Victoires, brillants symboles qui n'empruntent à la fortune que
ses ailes.

Ici, la Paix adressait au prince français ces vers:

    Ta prudence céleste a réuny les cœurs
    Des François tous bouillans en guerre parricide:
    La Flandre attend de toy comme de son Alcide
    Un pareil bénéfice et fin de ses malheurs.

Plus loin, l'Histoire indiquait du doigt le labarum, en disant:

    Le zéleux Constantin, d'une main vengeresse,
    S'oppose à un tyran pour sauver les Romains;
    Sois nostre Constantin, prince de grand'prouesse,
    Nous délivrant aussy des tyrans inhumains.

Des tables étaient dressées dans toutes les rues. Les hérauts semaient
l'or et l'argent. On criait: _Vive le comte de Flandre!_ et le duc
d'Alençon multipliait ses promesses de rétablir la prospérité du pays.
Vêtu d'hermine et la couronne sur le front, il avait juré
solennellement de maintenir tous ses priviléges et toutes ses
franchises.

Au bout de quelques heures, toutes ces illusions étaient détruites. Le
peuple, témoin de l'insolence des serviteurs du duc d'Alençon, ne
croyait plus aux protestations de leur maître. Un double événement,
résultat du hasard, lui paraissait d'un fâcheux augure. Un orage avait
éclaté. La pluie éteignit les flambeaux des Victoires, et le vent
renversa une pyramide où se trouvait un soleil avec la devise du duc
d'Alençon: _Fovet et discutit_, ce qui donna lieu à ces vers:

    Ce soleil françois hault monté,
    Qu'un vent léger a démonté,
    Monstra l'abus de sa devise,
    Qu'il n'est besoing que je déduise;
    C'estoit un vray soleil de mars,
    Mouvant humeurs de toutes parts,
    Dont certes vous pouviez comprendre
    Qu'aulcun bien n'en deviez attendre.

Le duc d'Alençon était rentré à Anvers, poursuivi par ces témoignages
du mépris populaire. Cet air libre qu'on respirait dans les grandes
communes de la Flandre, pesait sur une poitrine où le cœur battait à
peine. Alors qu'à Gand il prêtait le serment d'être fidèle aux
libertés du pays, il nourrissait déjà en lui-même le projet de les
anéantir. Son inaction à Anvers accroissait son mécontentement; il
s'ennuyait, disait-il, d'être abbé de Saint-Michel.

Depuis que la reine Élisabeth avait dompté en Écosse la rébellion du
duc de Lennox, son zèle pour le duc d'Alençon semblait s'être
refroidi, et elle ne songeait plus à l'épouser. Le duc d'Alençon ne
l'ignorait pas et écoutait volontiers les discours de ses conseillers,
qui l'engageaient à établir violemment sa domination absolue dans les
Pays-Bas.

L'explosion du complot devait s'étendre dans toute la Flandre. Le duc
d'Alençon s'était réservé la direction de la surprise d'Anvers, dont
il espérait s'emparer avec autant de facilité que lorsqu'il avait
enlevé à monsieur d'Inchy la citadelle de Cambray. Il avait réuni près
d'Anvers, outre quelques Anglais sous les ordres du colonel Norris,
environ quatre mille soldats français ou suisses, et ne doutait point
qu'en saisissant l'une des portes, ils pourraient s'introduire
silencieusement dans la ville sans que personne prévît le danger et
pût l'éviter. Cependant, de vagues rumeurs s'étant répandues, les
magistrats jugèrent utile de prendre quelques précautions et firent
tendre les chaînes dans les rues. A mesure que l'inquiétude
s'accroissait, le duc d'Alençon multipliait ses mensongères
protestations. Il offrit d'éloigner de la ville tous ceux de ses
soldats qui y étaient entrés. Il cherchait, par ce moyen, à tromper
les habitants en leur inspirant une aveugle confiance. Un instant les
pressantes remontrances du prince d'Orange avaient ébranlé le duc
d'Alençon dans son projet; mais il l'avait bientôt repris en
remarquant qu'il était trop tard pour envoyer de nouveaux ordres dans
les autres villes de Flandre: une fatale nécessité le poussait en
avant.

C'était le jour de la Saint-Antoine, 17 janvier 1583. Le duc d'Alençon
avait annoncé l'intention d'aller passer en revue tous les hommes
d'armes que le duc de Montpensier et le maréchal de Biron venaient de
lui amener de France, «restant des guerres civiles.» Toutes les
chaînes avaient été enlevées pour le laisser passer; on lui avait
ouvert les portes, et dès qu'il y arriva, ses soldats, pour lui rendre
honneur, se rangèrent aussitôt des deux côtés du pont de la ville. En
ce moment un gentilhomme se laisse choir et feint de s'être rompu la
jambe. C'est le signal convenu. Un désordre apparent se manifeste
autour de lui, lorsque les Français, mettant soudain l'épée à la main,
assaillent les bourgeois et se précipitent dans la ville en criant:
«Ville gagnée!» Dix-sept enseignes d'infanterie, quelques cents
cavaliers se pressent dans les rues. Les bourgeois, qui se tiennent en
armes depuis le commencement du jour, se réfugient dans leurs maisons
et déchargent leurs arquebuses de leurs fenêtres. Une épaisse fumée
enveloppe les assaillants, que des ennemis cachés exterminent de
toutes parts. Les cadavres s'amoncellent à dix pieds de hauteur, et
lorsque les bourgeois, rassasiés de carnage et ne rencontrant plus de
résistance, veulent fermer la porte pour empêcher le duc d'Alençon
d'envoyer de nouveaux secours, ils ne trouvent d'autre obstacle que
les dépouilles sanglantes de leurs ennemis; quinze cents Français ont
péri: on compte parmi les morts trois ou quatre cents gentilshommes,
entre autres un fils du maréchal de Biron et le comte de Saint-Aignan
qui s'est noyé en voulant traverser les fossés de la ville. Le comte
de Fervaques est resté prisonnier avec les seigneurs de la Ferté, de
Saint-Rémy, de Rieux, de Chaumont et plus de deux mille hommes.

Lorsque Catherine de Médicis apprit le massacre de la Saint-Antoine,
on l'entendit s'écrier: «O le grand malheur! Je ne say si dans toutes
les batailles depuis vingt-cinq ans périt autant de noblesse.»
Duplessis-Mornay répéta: «_Nunqam ex spinis uvas._» Philippe II se
contenta de dire: «Mes Flamands valent quelque chose (_Aun mis
Flamengos valen para algo_).»

Cependant, le soir même de la Saint-Antoine le prince d'Orange, qui
avait gardé tout le jour une neutralité douteuse, assembla les
magistrats d'Anvers «et les persuada de se réconcilier avec Son
Altesse, tant pour le tenir de bon naturel, disoit-il, comme pour la
foy qu'ils luy avoient jurée et pour le mal qu'il leur pouvoit advenir
de retomber ès mains des Espagnols.» L'indignation des bourgeois
d'Anvers était encore trop vive pour qu'ils écoutassent ces conseils.
Ils répondirent au prince d'Orange: «Plutôt traiter avec les
Malcontents!»

Le duc d'Alençon s'était retiré de Berchem vers Saint-Bernard, mais il
trouva tout le pays coupé par les inondations. Il fallut se diriger
vers Duffel. Les Français campaient dans l'eau et souffraient beaucoup
du froid et de la disette des vivres. En trois jours et en trois
nuits, 2 ou 3,000 soldats périrent, et cette armée, déjà si affaiblie,
perdit tous ses chevaux et toutes ses bêtes de charge. Ce ne fut
qu'après de longs efforts qu'elle atteignit Termonde. Il lui avait
fallu, pour franchir la faible distance qui sépare cette ville
d'Anvers, dix jours de marche, pendant lesquels les Français n'avaient
vécu que de quelques navets abandonnés dans les champs.

Le complot du duc d'Alençon avait échoué dans les villes de Flandre
comme à Anvers.

Le colonel de Piennes occupait Bruges avec cinq compagnies françaises.
Le 17 janvier, le sieur de Rebours se présenta devant la porte des
Maréchaux avec six autres compagnies, et entra aussitôt dans la ville,
en déclarant qu'il ne s'y arrêterait pas; mais dès qu'il fut arrivé
sur la place du Marché, il fit faire halte à ses troupes. Le sieur de
Piennes n'était pas encore prêt. Deux heures s'écoulèrent: la foule se
groupait autour du marché. Une décharge d'artillerie la força à
s'éloigner. Cependant les sieurs de la Valette, de Piennes et de
Rebours s'étaient rendus à l'hôtel de ville, suivis d'un petit nombre
de soldats, pour signifier aux magistrats les ordres du duc d'Alençon.
L'un des bourgmestres, Pierre Dominicle, était absent, car ce jour
même se célébrait le mariage de sa fille. Tandis qu'on l'envoyait
chercher, le grand bailli, Jacques De Gryse, s'était adressé aux
soldats qui avaient suivi les chefs français. Il leur avait fait
connaître son autorité: il leur avait montré une médaille qu'il avait
reçue du duc d'Alençon lui-même, et leur avait ordonné de quitter la
place du Bourg, qui fut aussitôt occupée par une multitude de
bourgeois armés. «Il faut, dit alors Jacques De Gryse à messieurs de
Piennes et de Lavalette, que vos troupes évacuent immédiatement la
ville.» En effet, les troupes françaises se retirèrent, intimidées par
les préparatifs menaçants qui les entouraient, et après avoir
vainement essayé de délivrer leurs chefs retenus à l'hôtel de ville.
Les magistrats de Bruges achevèrent cette journée agitée et pleine de
fatigues chez le bourgmestre Dominicle. La fête des noces interrompue
par les dangers de la cité fut reprise: l'inquiétude avait fait place
à la joie.

A Ostende, une compagnie française fut désarmée avant qu'elle pût
exécuter ses desseins.

Les Français ne réussirent dans leurs complots que dans quelques
endroits peu importants, c'est-à-dire à Dunkerque, à Dixmude et à
Termonde, stériles avantages qui ne compensaient point d'écrasants et
honteux revers.

Peu de jours après la Saint-Antoine, les Malcontents et le prince de
Parme adressèrent aux villes de la Flandre des lettres pressantes pour
les engager à se soumettre. Un grand nombre de bourgeois s'y
montraient disposés. Mais les états généraux d'Anvers craignaient de
s'être trop compromis pour essayer une réconciliation. Bien que le
prince d'Orange eût vu se soulever contre lui les habitants d'Anvers,
qui l'avaient ramené dans la ville de peur qu'il ne cherchât à se
fortifier dans la citadelle, il profitait de l'influence qu'il
exerçait encore au sein des états pour les encourager dans leurs
craintes. Il leur montrait la France, qui jusqu'alors les avait
soutenus, devenue leur ennemie et ouvrant ses provinces au passage
d'autres armées espagnoles; il leur rappelait qu'ils avaient peu
d'argent, presque point de défenseurs, et qu'ils se trouveraient
placés entre les vengeances du prince de Parme, maître du Hainaut, et
le ressentiment du duc d'Alençon, qui occupait plusieurs forteresses
au centre même de la Flandre.

A l'étonnement de l'Europe entière, deux mois après l'attentat
d'Anvers, le duc d'Alençon et les états, qui naguère encore le
traitaient avec mépris, conclurent une convention où respire une
défiance mutuelle qu'un besoin de secours réciproques peut à peine
déguiser. La crainte des progrès du prince de Parme en était la cause:
le prince d'Orange y intervenait comme médiateur appelé exclusivement
«à joyr du duc d'Alençon comme de l'archiduc Mathias, vrais rois de
cartes,» disait le cardinal de Granvelle.

La convention de Termonde portait que le duc d'Alençon se retirerait à
Dunkerque, où il devait résider, protégé par une garnison de quatre
cents fantassins et de trois cents chevaux. Il s'engageait à licencier
immédiatement tout ce qui lui restait de son armée, c'est-à-dire à peu
près six mille hommes. Les états devaient lui payer quatre-vingt-dix
mille florins, et, afin qu'il n'eût rien à redouter pendant sa
retraite de l'indignation populaire, on lui remit quelques otages qui
devaient l'accompagner jusqu'à Dixmude. C'étaient, entre autres, le
bourgmestre d'Anvers, Philippe de Schoonhoven, Noël de Caron,
bourgmestre du Franc de Bruges, et le président du conseil de Flandre,
Adolphe de Meetkerke. Ils eurent grand'peine à protéger la personne du
duc contre les outrages publics. On avait d'abord arrêté son
itinéraire à travers le pays de Waes, vers Gand, et de là vers
Dunkerque, en suivant le rivage de la mer; mais déjà les habitants du
pays de Waes avaient brisé le pont de Waesmunster et ouvert leurs
digues, de telle sorte que l'eau s'étendait jusqu'aux faubourgs de
Gand. Là aussi on était bien résolu à ne pas livrer passage au duc
d'Alençon. Les paysans rompirent également le pont qui avait été
construit entre Damme et l'Écluse, de crainte que les vaincus, à
défaut de triomphe, ne se fissent redouter par le pillage. Le duc
d'Alençon fut réduit à se diriger de l'Écluse vers Oudenbourg, en
passant aux portes de Bruges, et il poursuivit sa route sans oser
entrer à Nieuport, où il craignait quelque embûche. Enfin, il
atteignit Dunkerque, tandis que son arrière-garde faisait ses adieux à
la Flandre en incendiant Dixmude.

Le duc d'Alençon s'ennuya bientôt de son isolement à Dunkerque, et,
après avoir pendant quelque temps promené au hasard son déshonneur et
son impuissance, il se retira à Paris, près de Catherine de Médicis, à
la maison des Filles repenties, digne asile du héros auquel Brantôme
avait dédié son livre des _Dames galantes_.

Et quel fut pour la France le fruit de sa malheureuse intervention
dans les affaires des Pays-Bas? Un sentiment plus profond de mépris
contre la dynastie de Valois qui fortifia le parti des Guise: _Tanta
indignatione Guisiana familia exarsit_, dit énergiquement Jean de
Taxis.

Progrès de l'anarchie en Flandre. Gand ferme ses portes aux troupes
françaises que les états ont prises à leur solde et rappelle de l'exil
Jean d'Hembyze, élu premier échevin ou bourgmestre. Bruges refuse
aussi de recevoir le gouverneur qu'ont désigné les états, mais c'est
pour lui préférer le prince de Chimay, dont les opinions sont tout
opposées à celles d'Hembyze. Enfin les quatre membres de la Flandre
protestent contre la souveraineté attribuée par les états au duc
d'Alençon et demandent qu'au lieu de s'entourer de vils courtisans, il
ne reparaisse aux Pays-Bas, s'il y doit revenir, qu'avec quelque
lieutenant honorable, tel que le roi Henri de Navarre.

A la faveur de ces divisions, le prince de Parme fait de rapides
progrès. Il s'empare de Dunkerque le 16 juillet. Peu de jours après,
Bergues, Nieuport et Furnes lui ouvrent leurs portes. Il surprend
Dixmude et menace Ostende où Philippe Vander Gracht s'enferme à la
hâte. Menin est abandonné par sa garnison écossaise, qui se retire à
Bruges; Le Sas, Hulst, Axel tombent au pouvoir des Malcontents;
Servais de Steelant, bailli de Waes, leur remet Rupelmonde. A ces
succès se joint une victoire remportée par le prince de Parme, près de
Steenvoorde, où le maréchal de Biron perd trois mille hommes et
trente-six drapeaux.

Les Anglais qui occupaient Termonde, se mutinaient. Ryhove avait toute
autorité sur eux. On craignait que pour les satisfaire il ne les
voulût conduire à Gand pour rançonner la ville. Les bourgeois se
réunirent et résolurent de déposer immédiatement Ryhove. Un vieillard
respectable, Josse Triest, devait le remplacer. Les portes de Gand
furent aussitôt fermées, et des députés furent envoyés à Termonde pour
apaiser les Anglais en leur payant leur solde arriérée. L'un de ceux
qui avaient été choisis refusa cette mission: de là quelques retards.
Ryhove en profita pour s'échapper de Gand. Il fit si bien qu'il arriva
à Termonde avant les députés gantois, et dès qu'ils s'y présentèrent,
ils furent arrêtés et jetés dans une sombre prison; Ryhove les
menaçait même de la question, afin de découvrir, disait-il, s'ils
n'étaient point d'intelligence avec Servais de Steelant.

Ryhove fut aussitôt déclaré traître à Gand, tandis que Jean d'Hembyze
arrivait, avec Dathenus, de Franckenthal, où il s'était retiré près du
duc Casimir. Il venait recevoir de nouveau l'autorité suprême dans sa
patrie. «Dieu soit loué! répétait-on à Gand, Hembyze ne sera point du
party des Franchois, ni de celui du prince d'Orange!» Toutes les rues
retentissaient de chants en son honneur. «Lions de Gand, soyez pleins
de courage, le seigneur d'Hembyze se prépare à défendre la noble
vierge menacée par ses ennemis. Il l'aime comme un fils aime sa mère.
Il l'a entourée de nouveaux boulevards; il lui a fait un trône digne
d'un roi.» Hembyze trouvait toutefois la puissance de Gand bien
diminuée par ses longues divisions. Il n'empêcha point les Malcontents
de s'emparer d'Alost et d'Eecloo. Ses efforts pour assurer la défense
de Gand se bornèrent à faire arrêter Gérard Rym, ancien ambassadeur de
Maximilien à Constantinople, Gilles Borluut, Pierre de Courtewille et
quelques autres bourgeois qu'on accusait de vouloir se séparer du
parti des états; mais il tarda peu à reconnaître que les nécessités de
l'ordre et de la paix étaient trop impérieuses pour se livrer plus
longtemps aux vagues illusions de la fortune, et il leur fit rendre la
liberté en leur permettant de continuer leurs négociations avec les
Malcontents.

Le prince d'Orange, irrité de la décadence de son parti à Gand chercha
à s'en venger en chassant le prince de Chimay de Bruges. Le grand
bailli Jacques de Gryse et les bourgmestres Casembroot et Dominicle,
complètement dévoués à ses intérêts, s'abouchèrent avec le colonel
écossais Boyle, qui devait faire arrêter le prince de Chimay par ses
soldats, mais le complot fut découvert avant qu'il éclatât. Bien qu'un
corps de troupes zélandaises eût été réuni à l'Écluse pour soutenir
les Écossais du colonel Boyle, les bourgeois maintinrent l'ordre; ils
avaient déjà résolu de s'allier aux habitants de Gand pour prendre
part aux mêmes négociations.

Le 10 avril, Ypres avait ouvert ses portes au prince de Parme, et au
bruit de cet important événement, des députés des états se hâtèrent de
se rendre près du duc d'Alençon, afin de hâter une réconciliation qui
était devenue urgente. Les conditions en avaient déjà été réglées:
c'étaient celles que l'on avait adoptées, douze ans auparavant, aux
conférences de Fontainebleau: la souveraineté du duché de Brabant et
des comtés de Flandre et de Hainaut pour le duc d'Alençon: celle du
comté de Hollande pour le prince d'Orange.

Les villes d'Ypres et d'Ostende devaient être remises aux Français, et
il était à peu près convenu que si le duc d'Alençon mourait sans
enfants, les états accepteraient le roi de France pour son successeur.

Ce fut dans ces circonstances que le duc d'Alençon publia son
manifeste du 29 mars 1584: «Très-chers, très-aymés et féaux, nous ne
pouvons bonnement imaginer par quelle raison vous avez esté induicts à
prester l'oreille aux faulses inventions et cauteleux appasts que nous
avons entendu avoir esté mis en avant par vos ennemis, qui ont
tellement enchanté et charmé vos esprits à l'induction et persuasion
d'aucuns appostés à telles trahisons par ung misérable gaing, qu'il
semble que, les yeulx bandés, despourveus de tout sentiment, vous
soyez prests, comme par ung jugement divin, à estre précipités en la
fosse effroyable d'éternelle misère et calamité. Vous allez vous
précipiter dans ung feu brûlant, vous désunissant par une légèreté
trop grande des aultres provinces, avecq lesquelles estes liés par
serment et fidélité, chose si déplaisante à Dieu, vengeur du serment
rompu et mesprisé, estans en oultre espécialement obligés en nostre
endroict d'un aultre récent, remarquable et solemnel; et, quant bien
vous ne seriez retenus par vostre propre conscience, quelle seureté
attendez-vous des Espaignols, que vous avez chassés honteusement,
meurtris et tués en tous les endroicts de vostre ville, spollié le roy
d'Espaigne de son propre héritage, abattu de vos portaux et lieux plus
éminens ses armoiries, esleu, choisy et receu ung aultre prince et
seigneur, estably nouvelles lois, ordonnances et conseil, osté
l'exercice de la religion catholique, dont il est très-pernicieux
observateur et protecteur, vendu publicquement les biens
ecclésiastiques et des domaines? Demeurez fermes, comme vous devez, en
l'union que vous avez promise, si vous aymez vostre patrie, honneur,
réputation, repos. Est-il raisonnable, maintenant que la France vous
regarde de sy bon œil, d'amollir vos cœurs et deffaillir de
couraige, vous, entre aultres, qui avez osé maintenir vos loix et
libertés avec les armes contre les plus grands princes, quand ils les
ont volu abastardir et opprimer? Croyez que nous ne vous défauldrons
en ce besoing, espérans de vous aller bientost délivrer, les armes à
la main, de l'oppression qui vous est maintenant faicte, et nous
n'espargnerons aucune chose dépendant de nostre pouvoir et authorité,
ny meismes nostre propre vie, que nous exposerons à tout hazard pour
vostre conservation et salut.»

Cependant le duc d'Alençon était déjà atteint d'un flux de sang qui
devait terminer ses jours comme ceux de son frère Charles IX, et le 10
juin 1584, il rendit le dernier soupir à Château-Thierry.

«Considérez, ô Belges, écrivait un poète flamand, les tristes
destinées de la maison de Valois. Le roi qui rechercha l'amitié des
Turcs, vit ses mains chargées de chaînes. Son fils Henri périt au
milieu d'une fête. Après lui disparaît François encore à la fleur des
ans. Charles s'abreuve des tristes poisons de la haine et de la mort.
Henri, coupable du meurtre des Guise, périt lui-même victime d'un
meurtre, et c'est dans une ville obscure que le duc d'Alençon, rejeté
par les Belges, voit se terminer ses vices et ses espérances. Tels
sont les tristes fruits de l'alliance des lis avec les infidèles!»

Parmi les lettres de condoléance adressées à Catherine de Médicis, il
en est deux très-curieuses. L'une, dictée par des regrets qui
paraissent sincères, est du prince d'Orange: il exhorte Henri III à
recueillir l'héritage de son frère en intervenant dans les Pays-Bas.
Dans la seconde, la reine Élisabeth exprime sa douleur en affirmant
que la figure de son cœur est le portrait d'un cœur sans âme et que
la mort seule pourra la consoler.

Henri III songea peut-être à accepter, comme on le lui conseillait,
l'héritage du duc d'Alençon; car il chargea monsieur des Pruneaux de
savoir à quelles conditions les états désiraient «de se remettre entre
ses bras.»--On lit ailleurs que les états offraient «de mettre entre
ses mains les villes de l'Écluse et d'Ostende, les seules qu'ils
possédassent, et plusieurs autres promesses tant d'argent que des
cités qui, par la suite, se pourroient conquérir.»

Les victoires du duc de Parme modifièrent les projets de Henri III, et
Pierre Brulart fut chargé d'annoncer aux états «que Sa Majesté étoit
marrye de voir leurs affaires en si mauvais train par les progrès du
prince de Parme. Et pour le regard des offres qu'ils font à sadicte
Majesté, semblables à celles que demandoit monseigneur son frère, elle
les prie de considérer que depuis ce temps-là les choses sont
tellement changées qu'elle pense que quand mondict sieur vivroit
encore il feroit grand doubte d'entrer en ce party, eux n'estant plus
maistres de la ville de Bruges. Et puis ils doivent penser qu'il se
pouvoit entreprendre plusieurs choses par Monsieur, lesquelles, estant
en luy excusables, ne se trouveroient estre de mesme en Sa Majesté,
qui s'est toujours faict cognoistre prince amateur du repos public de
la chrestienté. Si elle entroit en traité avec lesdits estats, cela
donneroit occasion très-grande de jalousie aux princes voisins, de
sorte que pour ces raisons Sa Majesté ne peut entrer en aucune
convention avec lesdicts estats, qu'elle prie Dieu de vouloir bien
conseiller, estant d'ailleurs preste à leur faire tous les bons
offices qu'elle pourra, sans se faire tort, ni offenser sa réputation
envers les princes ses voisins et le général de la chrestienté, ayant
estimé qu'il valoit mieux leur faire dire franchement ce que dessus
que de les amuser davantage, les priant de prendre le tout en bonne
part.»

En effet, le prince de Parme faisait chaque jour de nouveaux progrès.
Les députés de Bruges, entre lesquels se trouvaient Nicolas Despars,
Olivier Nieulant et le doyen des tisserands, Luc Vande Velde,
s'étaient déjà rendus près de lui; et, le 24 mai, après une assez
longue négociation, ils signèrent une convention qui fut proclamée le
lendemain, à Bruges, par les soins du duc d'Arschoot.

Cette convention, qui fut accueillie avec de vives manifestations de
joie, était divisée en vingt-trois articles. Les premiers contenaient
l'amnistie de tous les délits politiques, la confirmation des
priviléges du pays du Franc et de Bruges, la promesse que cette ville
serait déchargée de toute garnison et ne supporterait d'autres impôts
que ceux qu'elle aurait librement votés. Les habitants s'engageaient,
de leur côté, à renoncer à toute alliance autre que celle du roi. Les
autres articles reproduisaient les principales clauses de la
pacification de 1576 et du traité de Marche-en-Famène.

Le prince de Parme, en accordant des conditions si favorables,
espérait qu'elles hâteraient la capitulation de Gand. Afin de
faciliter les négociations, on avait remis des otages destinés à
assurer le respect dû aux députés. La conclusion de la paix était
prochaine, mais le parti de Ryhove excita une terrible émeute à Gand.
De vagues rumeurs avaient été habilement répandues pour animer les
esprits contre Hembyze, et l'agitation avait atteint son plus haut
degré, lorsque les députés, qui s'étaient rendus à Tournay, firent
connaître qu'ils avaient adhéré au traité qu'avaient accepté les
bourgeois de Bruges. Une lettre des magistrats de cette ville,
adressée à ceux de Gand, les exhortait dans les termes les plus
pressants à concourir au rétablissement de la paix, si nécessaire à la
prospérité de la Flandre. Au même moment, un signal d'alarme donné du
haut de la tour de Saint-Jean annonça que l'on apercevait les
Espagnols dans la campagne, et le bruit se répandit aussitôt qu'ils
avaient pénétré dans la ville. Toutes les chaînes furent tendues dans
les rues, et la foule, accusant à grands cris Hembyze d'être gagné par
le prince de Parme, se précipita vers l'hôtel de ville pour l'arrêter.
Hembyze ne chercha pas à résister à la fureur de ses ennemis, qui le
conduisirent au Princen-Hof, où il avait lui-même, en 1576, enfermé
ses propres ennemis par une odieuse trahison.

Un mouvement des bourgeois favorables à la paix eût pu sauver Hembyze.
Il échoua. Jacques Bette, qui avait tiré l'épée en criant: «La paix!
la paix!» fut chargé de chaînes, ainsi que le grand doyen des métiers
et un grand nombre de bourgeois qui s'étaient joints à lui. Ryhove se
hâta d'écrire au prince d'Orange pour lui annoncer ces succès et
réclamer son appui. Ainsi triomphait l'opinion de ceux qui voulaient
perpétuer les discordes et la guerre.

Hembyze restait captif, mais les souvenirs de sa popularité luttaient
contre les menaces des bourreaux: un événement imprévu le perdit.
Derrière le pouvoir conciliant du prince de Parme, comme au temps où
sa mère s'opposait en vain au supplice des comtes de Hornes et
d'Egmont, une main cachée s'agitait du fond de l'Escurial, semant de
l'or et secouant un poignard. Le 10 juillet 1584, un officier
franc-comtois, qui depuis cinq ans servait les protestants, assassina
lâchement le prince d'Orange; sa femme, fille de Coligny et veuve de
Téligny, reçut son dernier soupir.

Le bruit de cet attentat réveilla les haines des factions; elles
demandaient vengeance, et dès ce moment le sort d'Hembyze fut décidé.
Charles Uutenhove, l'apologiste des iconoclastes de 1566, avait
succédé comme bourgmestre à Jean d'Hembyze; mais il appartenait à une
secte qui, si elle tolérait l'incendie et le pillage, défendait du
moins l'effusion du sang. On le contraignit à quitter la magistrature,
qu'il n'avait occupée que pendant quelques jours, et le 4 août un
échafaud s'éleva sur la place de Sainte-Pharaïlde. Hembyze, alors âgé
de près de soixante et dix ans, y monta en protestant de l'amour qu'il
portait à son pays; sa tête fut placée sur un pieu de fer, mais elle
s'en détacha et tomba au milieu du peuple. Indigne de la gloire et
supérieure à l'oubli, il semblait qu'elle ne fût faite ni pour l'éclat
de la puissance ni pour l'ignominie du supplice.

Le meurtre juridique d'Hembyze fut le dernier triomphe des agitateurs
en Flandre; sa mort favorisa l'œuvre de pacification à laquelle il
voulait employer les dernières années de sa vie. Le 17 septembre, Gand
ouvrit ses portes au prince de Parme à des conditions à peu près
semblables à celles qui avaient été accordées aux Brugeois.

La plupart des hommes qui avaient pris part aux troubles rentrèrent
dans l'obscurité. Quelques-uns émigrèrent dans les pays étrangers.
Gand vit s'éloigner Ryhove, dont les remords troublèrent, dit-on, la
raison; Jacques De Gryse et Régnier Winkelman quittèrent Bruges, et
ils furent accompagnés dans l'exil par François Gomarus, dont le nom
devait un jour devenir célèbre dans l'histoire des luttes intestines
de l'église réformée, comme celui du fondateur de la secte des
Gomaristes, qui persécuta depuis Grotius et Barnevelt.

Dès ce moment la Flandre cessa d'être le théâtre de la guerre. Ce fut
sur ses frontières que furent reléguées les calamités des discordes
civiles et les agitations de la rivalité ambitieuse des rois
étrangers.

L'Angleterre, lasse du second rôle, voulait exercer une intervention
plus directe. Jean De Gryse, ancien grand bailli de Bruges, était
l'agent le plus actif de ces négociations. Vers le mois de mai 1585,
les états généraux, effrayés des progrès du prince de Parme, que
Bruxelles venait de reconnaître à l'exemple de Bruges et de Gand,
résolurent d'invoquer la protection de la reine Elisabeth. Des
provinces méridionales, la seule qui y fût représentée, était la
Flandre. Les bourgmestres et les échevins de l'Écluse, de
Sainte-Anne-Ter-Mude, de Biervliet et d'Ostende élurent pour leur
plénipotentiaire Noël de Caron, seigneur de Schoonewalle, ancien
bourgmestre du Franc. Le 6 juin, les intentions des états généraux se
révélèrent publiquement. Il était dit dans les pouvoirs donnés à
Rutger de Hersolt, député de Gueldre, à Noël de Caron, député de
Flandre, et aux autres députés de Hollande, de Zélande, d'Utrecht et
de Frise, «que les états généraux des Provinces-Unies, considérans les
vertus royalles dont Dieu tout-puissant a doué la majesté réginale
d'Angleterre, sa naïfve clémence et la très-grande affection que Sa
Majesté a toujours et spécialement aussy en cette présente nécessité
de guerre monstrée à ces pays avecq son effectuele assistance et
secours, ont par ces prégnantes et importantes raisons trouvé bon et
résolu de supplier sa dicte Majesté de vouloir prendre ces pays et
inhabitans soubs sa protection et deffence et de donner à icelles
provinces toute ayde et assistence soubs bonnes et raisonnables
conditions.»

Ces députés furent reçus par Élisabeth à Greenwich, le 9 juillet. Ils
s'étendirent longuement sur leurs plaintes contre le roi d'Espagne et
exposèrent que l'autorité de la reine sur les provinces de Hollande,
de Zélande et de Frise, jointe à la possession de l'Écluse et
d'Ostende, assurerait à l'Angleterre l'empire de la mer.

Le 2 août, Élisabeth fit connaître sa réponse. Elle refusait une
souveraineté qui lui aurait occasionné immédiatement de grands frais,
et peut-être dans l'avenir de longues guerres; mais elle promettait un
secours important, à cette condition qu'elle aurait une large part
d'autorité dans les délibérations des états généraux, et qu'on lui
remettrait en gage soit l'Écluse, soit Ostende, afin de réparer la
perte de Calais.

Dans un manifeste publié à la même époque, Élisabeth invoque les
anciennes relations commerciales de l'Angleterre et des Pays-Bas, et
elle ajoute: «Par le moyen de ces obligations, les cœurs de tous les
peuples se sont tellement unis ensemble, et par le cours continuel des
temps la mutuelle amitié a esté tellement augmentée et inviolablement
gardée (comme si c'eust esté un vray œuvre de nature), qu'il n'a
jamais esté en la puissance d'aulcun de la dissoudre du tout, non pas
mesme la faire discontinuer pour longtemps, lors mesmes que les roys
et les seigneurs d'icelles provinces ont eu quelque différent.» Elle
rappelle de nombreux traités relatifs à l'entrecours, «lequel mutuel
et naturel entrecours a en plusieurs âges tellement continué qu'à
grande peine le semblable se trouvera en aulcun aultre pays de la
chrestienté, au grand honneur des princes et au très-grand
enrichissement de leurs peuples.» Puis, abordant le triste tableau de
la domination espagnole aux Pays-Bas depuis le supplice du comte
d'Egmont, «qu'on peult nommer la vraye gloire de ces pays-là, à jamais
regretté ès cœur de tout ce peuple,» elle rappelle aussi que ces
provinces, «desquelles l'empereur Charles-Quint ne tiroit pas moins de
richesses (à ce qu'on estimoit) que de ses Indes,» se trouvent
réduites «à de pitoyables misères et à d'horribles calamités.» Si la
France s'est efforcée de les secourir, combien à juste titre le
royaume d'Angleterre ne doit-il pas se montrer fidèle au même devoir
vis-à-vis de la Flandre, «puisqu'ils ont tousjours esté, par commun
langage, accomparés au mary et à la femme?» Toute l'histoire de la
Flandre ne prouve-t-elle point que, lorsque le prince viole les
franchises qu'il a jurées, le peuple est immédiatement dégagé de tout
serment d'obéissance? Si quelques enseignes anglaises doivent passer
la mer, c'est pour protéger des réclamations aussi justes, et non pas
guidées par d'ambitieux projets d'usurpation et de conquête. «Notre
désir est seulement, dit-elle, d'obtenir à ce pays la restitution de
ses anciennes libertés, afin que nos sujets puissent y jouir d'un
libre entrecours, tant d'amitié que de marchandise, selon l'ancienne
coustume entre nos ancêtres et les comtes de Flandre, entre nostre
peuple et le peuple de ce pays-là.»

Le comte de Leicester, nommé lieutenant d'Élisabeth et son capitaine
général aux Pays-Bas, s'embarqua au mois d'octobre, et son premier
soin en arrivant dans l'Escaut fut de s'y assurer les positions les
plus importantes. Sir Philippe Sidney prit possession de Flessingue.
La Briele, cette première pierre de l'indépendance des Provinces-Unies,
fut remise à sir Thomas Cecil.

Le comte de Leicester, aussi incapable que le duc d'Alençon qu'il
avait accompagné à Anvers en 1582, ne sut point profiter des
circonstances. Élisabeth, trop occupée par le procès de Marie Stuart,
semblait elle-même consacrer exclusivement aux tortures qu'inventait
son esprit cruel et jaloux, toutes les ressources de son habileté.
L'ambassadeur français, Bellièvre, avait cherché à sauver la reine
d'Écosse, en remontrant à la reine d'Angleterre «qu'elle submettroit
les roys au bras de la justice, et que ce seroit une plaie qui
saigneroit longtemps sur ses successeurs.» Élisabeth répondit à
l'ambassadeur de Henri III: «Un prince françois n'a-t-il pas fait
décapiter Conradin?» Elle oubliait que l'histoire a flétri Charles
d'Anjou, en plaignant sa victime, et nous ne pouvons pas davantage
refuser une larme à cette pauvre princesse, qui souffrit une captivité
de dix-neuf ans et qui fut toutefois, dans ses malheurs, la fiancée de
don Carlos et de don Juan. Les lieux et les noms ont leurs destinées.
La malheureuse mère d'Édouard IV, qui vit quatre de ses fils périr de
mort violente, avait choisi Fotheringay pour sa sépulture; Henri VIII
avait voulu y reléguer Catherine d'Aragon. Les niveleurs de 1649
n'appelleront Charles Ier que Charles Stuart: ils pouvaient invoquer
l'exemple d'Élisabeth, qui avait méconnu la première l'inviolabilité
royale, en frappant une reine qu'elle avait souvent nommée sa sœur.
«Toutes les couronnes tremblèrent, dit Lelaboureur, des trois coups de
hache qu'elle reçut, car il en fallut trois, afin que la France,
l'Écosse et l'Angleterre reçussent chacun le sien, puisqu'elle avait
été reine et légitime héritière de ces trois royaumes.»

Si Élisabeth triomphe à Fotheringay, où le bourreau s'écrie à haute
voix: «Vive la reine Élisabeth! périssent ses ennemis!» il n'en est
point de même aux Pays-Bas, où le champ des combats est ouvert: son
armée s'y couvre de honte et son nom y est livré au mépris.

Deux ans s'étaient écoulés depuis que les députés des états généraux
avaient reçu la mission de lui offrir la souveraineté des Pays-Bas.
Tandis qu'elle convoitait la ville d'Anvers sans oser s'en emparer, la
prince de Parme, vainqueur aux bords de la Meuse, rassemblait à Bruges
son armée pour chasser les Anglais de l'Écluse. Le gouverneur de
Flessingue se hâta d'en renforcer la garnison, et sir Roger Williams
s'y enferma avec huit cents hommes récemment arrivés d'Angleterre. Le
prince de Parme, après s'être emparé du fort de Blanckenberghe,
occupait Breskens et l'île de Cadzand. Trente pièces de canon et huit
coulevrines battaient sans relâche les murs de l'Écluse. La garnison
repoussait tous les assauts avec courage, mais elle s'affaiblissait de
jour en jour et il était urgent de la secourir. Le prince Justin
d'Orange et le comte de Leicester rassemblèrent dans les derniers
jours de juillet toutes les forces dont ils pouvaient disposer et
s'embarquèrent en Zélande pour Ostende, où une flotte anglaise,
commandée par le comte de Cumberland, était déjà arrivée. Le comte de
Leicester était peu aimé des Zélandais; les mêmes discordes existaient
entre les soldats et les chefs. Il conduisit son armée vers le fort de
Blanckenberghe qu'occupait le duc d'Arenberg; mais bientôt, apprenant
que le prince de Parme s'avançait pour le combattre et peu rassuré par
la supériorité de ses forces, il battit tout à coup en retraite sans
attendre son arrivée et rentra honteusement à Ostende. Peu de jours
après, l'Écluse ouvrit ses portes, tandis que Leicester, réduit à
copier le rôle du duc d'Alençon, essayait de renouveler à Leyde la
Saint-Antoine et fuyait à Londres.

Philippe II jugea le moment favorable pour porter lui-même la guerre
en Angleterre. Une flotte redoutable fut réunie: le prince de Parme
devait la commander, mais une tempête l'engloutit. Ce fut du côté de
la France que se dirigèrent désormais toutes les intrigues du roi
d'Espagne. Le mépris croissant du peuple pour Henri III avait, à la
journée des Barricades, remis Paris aux Guise, et Henri III n'avait
pas craint de faire assassiner, aux états de Blois, le duc de Guise,
qui lui parut si grand quand il le vit mort. A ce bruit, un cri
d'indignation retentit dans toute la France: la Sorbonne déclara Henri
III déchu de la couronne, et bientôt le poignard de Jacques Clément,
guidé par le fanatisme de l'irritation populaire, vengea le crime de
Blois par le crime de Saint-Cloud.

Henri III ne laissait point d'enfants: en lui s'éteignait la race des
Valois, qui remontait à Louis XII. Cependant une sœur de Charles IX
avait épousé Philippe II et lui avait donné une fille. Cette princesse
eût été l'héritière du trône si la loi salique, proclamée loi de la
monarchie au quatorzième siècle, ne l'eût exclue: Philippe II résolut
de soutenir ses prétentions contre le roi de Navarre qui réclamait la
couronne comme issu de saint Louis.

En 1589, le prince de Parme se rendit en France. Il avait accru sa
gloire en faisant lever le siége de Paris, quand il succomba à ses
fatigues, le 3 décembre 1592.

L'intervention du roi d'Espagne dans les affaires de France ne
s'arrêta point à la mort du prince de Parme. Il songea à appeler les
états généraux à élire l'héritier de la couronne et promit au duc de
Mayenne, s'il réussissait à faire choisir l'infante Isabelle, de lui
donner le duché de Bourgogne. Ces moyens extrêmes semblaient être un
retour vers le moyen âge, où l'organisation féodale s'alliait au
système électif. Une transaction les rendit inutiles: ce fut
l'abjuration de Henri IV.

Henri IV était «ce petit prince de Navarre» à qui madame de Clermont
voulait faire épouser Marie Stuart, afin de l'enlever à don Carlos. Si
la déchéance de la maison d'Autriche avait été prononcée par le prince
d'Orange, il eût pu prétendre à la souveraineté de la Flandre comme
parent d'Isabelle de Bourbon, mère de Marie de Bourgogne: il était
aussi arrière-petit-fils de ce comte de Vendôme qui soutint les
communes flamandes, et il avait même hérité de la comtesse de Vendôme,
Marie de Saint-Pol, des revenus importants en Flandre, notamment le
tonlieu de Bruges, qu'il vendit afin de payer ses soldats dans ses
premières campagnes. Parmi ces biens se trouvait peut-être aussi la
maison de Bruges, léguée par l'infortuné connétable de Saint-Pol à son
fils et ensuite transmise à ses descendants jusqu'à ce qu'elle servît
à alimenter, sous Charles IX, des haines et des divisions qui
remontaient à Louis XI.

En 1576, Henri de Navarre avait offert son épée au prince d'Orange
pour défendre la Flandre contre Philippe II, et il avait été question,
à diverses reprises, de lui attribuer une position importante: il
devait porter sur le trône le souvenir de ses anciens projets pour
chasser les Espagnols des Pays-Bas.

Cependant, la Flandre goûte partout les bienfaits de la paix, si ce
n'est dans le voisinage des forteresses ennemies. La garnison
d'Ostende brûle Wulpen et saccage Oudenbourg. La reine d'Angleterre,
mécontente de ces stériles escarmouches, voulait toutefois qu'une
attaque sérieuse fût tentée contre la Flandre. Elle écrivit en ces
termes à ses ambassadeurs en Hollande:

«Fidèles et bien-aimés, nous vous saluons.

«Quoique nous ayons depuis peu commandé à notre trésorier d'Angleterre
de vous ordonner de faire en sorte que l'on commence quelque
entreprise avec leurs troupes et les nôtres, par des incursions dans
les pays ennemis et particulièrement en Flandres, à cette heure que le
duc de Parme est absent avec la plus grande partie de ses troupes, qui
est à présent fort avancée en France, tel est le désir ardent que nous
avons, et le jugement que nous faisons de la nécessité de presser ce
dessein, fondé sur plusieurs grands besoins, de l'exécuter en toute
diligence, et de le poursuivre avec toute vigueur, que nous
désapprouverons extrêmement, et que nous condamnerons et les états et
le conseil, s'ils ne donnent pas de toute leur affection et de tout
leur pouvoir, sans délai et sans épargner aucune dépense, des ordres
pour mettre ces entreprises en exécution, qui produiront ces deux
effets, ou l'un des deux; c'est-à-dire, de porter un grand dommage aux
ennemis sans danger, ou du moins de faire diversion à leurs troupes,
qui sont en France, par où le roi de France sera moins exposé au
danger de perdre ses domaines, chose si évidemment utile que tout
homme, pour peu qu'il ait de l'intelligence, peut juger de la
nécessité de ce qu'il y a de le faire.

«C'est pourquoi vous emploierez tous les moyens possibles auprès des
états et avec tout le conseil, et en public et en particulier, pour
leur faire entreprendre cette affaire avec vigueur.»

Cette expédition ne s'exécuta qu'au mois de février 1591. Les Anglais
d'Ostende, sous les ordres du gouverneur Norris, prirent le fort de
Blanckenberghe et mirent le siége devant l'Écluse. En même temps 4,000
Hollandais s'emparaient de Hulst. Là se bornèrent leurs succès. La
discorde se mit entre Norris et le chef des Hollandais. Les états
généraux portèrent même en Angleterre leurs griefs contre Norris, mais
ces dissensions permirent au comte de Mansfeld de faire avorter tous
les desseins dirigés contre la Flandre.

Sous le gouvernement du comte de Mansfeld, qui remplaça provisoirement
le prince de Parme, quelques combats qui se livrèrent dans le pays de
Waes, et un débarquement du prince Maurice d'Orange sur la côte de
Blanckenberghe, dont le but était de surprendre Bruges, furent les
seuls événements qui marquèrent l'année 1593. Dans les premiers jours
de 1594, l'archiduc Ernest, frère de l'empereur Rodolphe II, arriva
dans les Pays-Bas; mais son administration fut courte, et il mourut à
Bruxelles le 21 février 1595, après avoir confié le gouvernement au
comte de Fuentès, qui le dirigea honorablement.

L'Espagne se trouvait dans une position critique. Une déclaration de
guerre lui avait été adressée par le roi de France. Tandis que les
hostilités reprenaient en Picardie, les Anglais et les Hollandais se
préparaient à inquiéter les Pays-Bas, où depuis longtemps la puissance
espagnole s'était affaiblie d'année en année.

Dans ces circonstances difficiles, le cardinal Albert d'Autriche fut
désigné par Philippe II pour succéder à son frère l'archiduc Ernest.
L'intérêt que le roi d'Espagne avait à ménager l'Allemagne, ne
paraissait pas étranger à ce choix. Le cardinal d'Autriche arriva le
11 février 1596 à Bruxelles. Il se rendit presque aussitôt à l'armée;
cependant n'ayant point assez de forces pour reconquérir Cambray et
Doulens, tombés au pouvoir des Français, ni pour délivrer La Fère,
assiégée par Henri IV, il recourut à une tactique qui est la dernière
ressource des capitaines habiles, et s'éloigna du théâtre de la guerre
pour se porter rapidement avec cinq mille hommes devant Calais. Cette
forteresse, si redoutable, mais mal défendue, fut conquise en neuf
jours, et au moment où le prince Maurice d'Orange arrivait avec la
flotte zélandaise pour secourir les assiégés, il trouva la ville prise
et la citadelle réduite à capituler.

La position de la ville de Calais était tellement importante qu'afin
qu'elle n'échappât plus à la domination de l'Espagne, le cardinal
d'Autriche résolut de la réunir à la Flandre, dont cette ville était
séparée depuis plusieurs siècles. Tous les usages des cités flamandes
y furent introduits et le pays de Calais devint le cinquième membre de
Flandre.

Ardres ne se défendit pas mieux; mais les fertiles campagnes du
Calésis, dévastées par de fréquentes guerres, ne pouvaient
approvisionner le camp espagnol, où la famine engendra de nombreuses
maladies. L'archiduc Albert avait résolu de ramener son armée en
Flandre quand les députés de Bruges et du pays du Franc s'adressèrent
à lui pour le presser d'assiéger Ostende, dont la garnison semait
l'inquiétude dans tout le pays par ses fréquentes excursions. Les
Anglais, qui avaient occupé cette ville, s'étaient retirés pour aller,
avec le comte d'Essex, attaquer Cadix, appelés ainsi à assurer tour à
tour à l'Angleterre l'une des clefs de la mer du Nord et la clef de la
Méditerranée; les Hollandais avaient toutefois envoyé à Ostende une
forte garnison, dont l'Anglais Norris conservait le commandement. Le
projet d'attaquer Ostende fut ajourné, et dans les premiers jours de
juillet le cardinal d'Autriche mit le siége devant Hulst, qui, après
une longue résistance, capitula le 18 août.

L'année suivante, il y eut peu de combats en Flandre. Don Alvarez
d'Aguillar, gouverneur de Dunkerque, fut pris par les Anglais. Il
était très-vieux, et comme les Anglais voulaient le mettre à rançon:
«Combien peut valoir, leur répondit-il, le nombre de jours qu'il me
reste à vivre?»

Quarante-trois années s'étaient écoulées depuis que Charles-Quint
avait résigné le pouvoir suprême. Philippe II était lui-même devenu
vieux, décrépit et infirme. Tous ses desseins contre l'Angleterre et
la France avaient échoué. La longueur de son règne n'avait point suffi
à la pacification des Pays-Bas, et il s'efforçait vainement d'éteindre
l'incendie qu'il avait allumé. S'il est vrai que son ambition avait
appelé dans sa jeunesse l'abdication de son père, elle reçut une
grande leçon quand il sentit que la vie manquait à sa puissance, et
qu'il était devenu nécessaire qu'il consentît, comme Charles-Quint, à
abdiquer la souveraineté des Pays-Bas.

Aux yeux de Philippe II, la possession des Pays-Bas pouvait seule
assurer à ses flottes la liberté de la navigation; mais le trésor
était si complètement épuisé que, lors même que la conclusion d'un
traité avec le roi de France lui eût permis de réunir toutes ses
forces contre les Provinces-Unies, la prudence lui commandait de
songer d'abord au salut même de l'Espagne, _ne tandem Hispania ipsa
propter impotentiam iret in præcipitium_, dit Tassis.

Les mêmes nécessités qui, sous le règne précédent, avaient dicté la
trêve de Vaucelles, préparèrent, cette fois, la paix de Vervins.

Deux hommes illustres de cette époque se réunissaient pour conseiller
la suspension des hostilités: l'un était Juste Lipse; l'autre, le
président Jeannin.

Juste Lipse écrivait: «Je souhaite la paix de toute mon âme, et je la
place au-dessus de tous les biens de la terre; elle est désirée de
tous les bons citoyens; elle sera utile au roi et à la religion; elle
est nécessaire à notre pays. Un peu de repos et quelque tranquillité
seraient déjà beaucoup pour nous dans l'état présent de nos affaires.
Si nous voulons améliorer l'administration civile ou la discipline
militaire, nous n'y parviendrons que difficilement au milieu du bruit
des armes. Déjà nous avons vu faire trop de progrès à la licence et à
la corruption, qui perdent les États et les rois les plus puissants.
Telle est ma pensée: si je me trompe, j'invoque comme excuse mon amour
pour ma patrie.»

Les motifs qui guident le président Jeannin sont tout différents:

«Le roy d'Espagne, dit-il, n'effectuera jamais le désir qu'il a de
donner en apanage à sa fille les Pays-Bas, s'il n'a la paix. Or que
peut mieux désirer Sa Majesté, sinon que le roy d'Espagne exécute ce
conseil, et au lieu de l'avoir pour voisin, tousjours esmulateur et
ennemy par raison d'estat, il ait un prince particulier, foible et
moins à craindre s'il devient ennemy?»

La paix de Vervins fut conclue le 2 mai 1598. Le roi d'Espagne
restituait toutes ses conquêtes, même la ville de Calais. D'autre
part, le roi de France intervenait comme héritier des princes qui
avaient confirmé les priviléges de la Flandre et de l'Artois, pour
exiger que le roi d'Espagne s'engageât à les respecter.

Quatre jours après la conclusion du traité de Vervins, des lettres
solennelles du roi d'Espagne annoncèrent l'hymen de l'archiduc Albert
avec l'infante Isabelle qui se trouvait investie de la souveraineté
des Pays-Bas, afin que désormais les peuples pussent jouir de la
présence du prince si nécessaire à leur bonheur. Ce transport était
héréditaire, mais il était subordonné au mariage de l'archiduc et de
l'infante. A défaut de postérité des nouveaux souverains des Pays-Bas,
ces provinces devaient revenir à l'Espagne. Philippe II se réservait
pour lui et ses successeurs le droit d'approuver le mariage de leurs
descendants si c'étaient des filles et toute cession de territoire
qu'ils pourraient faire. Les Pays-Bas devaient rester unis à l'Espagne
par des rapports intimes de commerce et une étroite alliance. A ces
conditions Philippe II renonçait à toute souveraineté sur les
Pays-Bas, la Bourgogne et le Charolais, n'en exceptant que la grande
maîtrise de l'ordre de la Toison d'or. Ces articles étaient rédigés
dans un style plein d'emphase, «avec les maximes et retenues
d'Espagne, qui sont, dit Chiverny, de donner beaucoup en apparence et
toujours beaucoup moins en effet.»

De plus, par un article secret, le roi d'Espagne se réservait
également pour lui et ses successeurs la faculté perpétuelle de réunir
les Pays-Bas à leur monarchie toutes les fois qu'ils le jugeraient
convenable et alors même qu'il y aurait des enfants issus du mariage
de l'archiduc, en les indemnisant, «ce qui est en effet retenir plutôt
que bailler ledit pays.»

Pendant ces négociations, la santé de Philippe II penchait de plus en
plus vers son déclin. Il comprit bientôt que sa fin n'était plus
éloignée, et, afin de se rapprocher de sa sépulture, il ordonna qu'on
le portât à l'Escurial. Telles étaient ses infirmités qu'il lui fallut
six jours pour achever les sept lieues qu'il avait à parcourir. Dès ce
moment, il ne s'occupa plus que de se préparer à mourir; il fit lire à
son fils les dernières instructions dictées par saint Louis; puis il
ordonna que l'on posât sur une tête de mort sa couronne qui ne lui
rappelait que les soucis et les remords de la royauté, et fit placer
son cercueil devant le lit où une fièvre ardente, couvrant son corps
d'ulcères, le consumait au milieu des plus affreuses douleurs; enfin,
dans la nuit du 13 septembre il expira.

Philippe II avait ruiné la prospérité des Pays-Bas: il emportait dans
sa tombe la puissance de l'Espagne.



ALBERT ET ISABELLE

1598-1621.

   Albert et Isabelle.--Les états généraux font des réserves en
   faveur des priviléges des Pays-Bas.--Armements de la
   Hollande.--Bataille de Nieuport.--Siége d'Ostende.--Trêve de
   douze ans.--Préparatifs menaçants du roi de France.--Mort de
   l'archiduc Albert.


Bentivoglio nous a dépeint avec des couleurs aussi vives que fidèles
la cour de l'archiduc et de l'infante. Une sévère et frivole étiquette
y règne en souveraine; à ne la juger que d'après les formes
extérieures, on se croirait à l'Escurial, à Aranjuez ou au bois de
Ségovie; mais la politique espagnole s'est adoucie et s'est éclairée
de toute l'expérience que l'on doit à trente ans de désastres et de
guerres.

Albert d'Autriche, qui vient de déposer le chapeau de cardinal sur
l'autel de Notre-Dame de Halle, est silencieux, patient, irrésolu, peu
propre aux expéditions militaires, altier jusqu'à l'orgueil, dépourvu
de cette affabilité que la Flandre apprécia toujours comme la première
qualité de ses princes; s'il mérite le respect de ceux qui
l'environnent, il ne réussit point à conquérir leur amour, et pour y
parvenir, au lieu d'imiter l'extérieur de Philippe II, il se fût
proposé un meilleur modèle, comme le remarque Bentivoglio, en
cherchant à faire revivre les vertus de Charles-Quint.

Isabelle est douée d'un caractère plus doux et plus conciliant; elle
charme par sa bonté tous ceux qui s'approchent d'elle, et tient de sa
mère Élisabeth de France le goût des arts, des tournois et des
divertissements; mais sa piété l'engage à l'oublier en présence des
malheurs de ses sujets, pour aller fréquemment implorer la protection
du ciel dans le pieux asile de quelque cloître, qu'elle ne quitte que
pour vivre elle-même dans son palais avec autant d'austérité que dans
un monastère. Née en 1566, au moment même où commençaient les troubles
des Pays-Bas, elle a vu la Ligue lui offrir le sceptre de Blanche de
Castille. Si elle ne doit pas ceindre en France une couronne flétrie
par les guerres civiles, sa destinée l'appelle du moins à continuer et
à achever sa vie dans les Pays-Bas, au milieu des discordes qui en ont
signalé les premiers jours.

Les archiducs avaient à la fois des ministres flamands et des
ministres espagnols. Entre les premiers, le plus habile était Louis
Verreyken; parmi les seconds, le plus illustre fut le marquis Ambroise
Spinola.

Les états généraux avaient accueilli avec joie l'abdication de
Philippe II; mais ils jugèrent utile, au moment où s'établissait un
nouvel ordre de choses, de garantir par d'expresses réserves les
libertés du pays. Ainsi, ils demandèrent que leurs priviléges fussent
respectés, qu'on supprimât tous les impôts arbitraires, que les
soldats étrangers ne fussent employés qu'aux frontières et pour les
défendre contre les ennemis, que les états généraux eussent le pouvoir
de traiter directement avec les états des Provinces-Unies, et le droit
d'être consultés par l'archiduc dans toutes les affaires importantes.
Ces réserves admises, l'archiduc Albert reçut, le 22 août 1598, le
serment de toutes les provinces restées fidèles au roi d'Espagne.
«Dans les estats de l'archiduc, dit Bentivoglio, la volonté du prince
est liée par celle des peuples qui veulent se maintenir en leurs
anciens priviléges d'obéir estant priés et de jouir d'une subjection
meslée de liberté.»

Pendant toute la durée du gouvernement d'Albert et d'Isabelle, leurs
constants efforts tendirent à rechercher les bienfaits de la paix,
objet des vœux les plus légitimes; mais loin de voir s'accomplir
leurs espérances, ils furent réduits, aussitôt qu'ils arrivèrent dans
leurs nouveaux États, à veiller aux soins que réclamait la
continuation de la guerre.

Les états des Provinces-Unies avaient décidé qu'une tentative
redoutable serait dirigée contre les provinces des Pays-Bas, qui
venaient de se détacher de la domination espagnole, tombée elle-même
entre les faibles mains de Philippe III. Dès le mois d'août 1598,
époque de l'inauguration de l'archiduc d'Autriche, les plénipotentiaires
hollandais en Angleterre (c'étaient Jean de Duvenvoorde et Jean
d'Olden-Barnevelt) avaient conclu à Westminster un traité par lequel les
États-Unis obtenaient un secours considérable de troupes anglaises,
moyennant le payement de 800,000 livres sterling. Dix-huit mois
s'écoulèrent avant que tout fût préparé pour cet armement, et peut-être
l'archiduc Albert eût-il agi sagement en profitant de ces retards pour
assiéger Ostende, comme les états de Flandre l'y engageaient instamment.

Enfin, vers le milieu du mois de juin 1600, le prince Maurice d'Orange
se rendit en Zélande, afin de prendre le commandement de l'armée qui y
était rassemblée. Une flotte immense était prête à la transporter sur
les côtes maritimes de la Flandre, dont on voulait d'abord s'assurer
la possession. Cependant les vents étaient contraires et il fallut
abandonner ce projet. L'armée des Provinces-Unies traversa donc
l'Escaut et entra en Flandre par le fort Philippine, qui se rendit.
Elle se dirigea par Eecloo vers Male, et de là, en passant sous les
remparts de Bruges, vers Oudenbourg. C'était du côté de Nieuport que
le prince Maurice dirigeait sa marche, et le 1er juillet il arriva
devant les murailles de cette ville.

Nieuport, par sa position, n'était pas moins important qu'Ostende. La
garnison espagnole était peu nombreuse, mais pleine de courage. Elle
espérait de prompts secours. L'archiduc d'Autriche se hâtait de réunir
son armée à Gand, multipliant les promesses pour suppléer à l'argent
qui lui manquait, afin de calmer ses troupes mutinées. Telle fut son
activité qu'il suivit de près la marche du prince Maurice, et le 30
juin, alors qu'on le croyait encore sans capitaines et sans hommes
d'armes, il occupa Oudenbourg, Breedene et Snaeskerke, et réussit
ainsi à séparer l'armée hollandaise de la garnison d'Ostende. Ces
nouvelles parvinrent au milieu de la nuit au prince Maurice. Il
ordonna sans délai au comte Ernest de Nassau de prendre avec lui un
régiment écossais, le régiment zélandais de Charles Vandernoot et
quelques compagnies de cavalerie, et de saisir le passage de Leffinghe
avec le concours de la garnison d'Ostende. Les Espagnols s'étaient
déjà emparés de ce point important; dès qu'ils s'avancèrent, les
soldats du comte de Nassau, intimidés par la présence de forces
supérieures, abandonnèrent leurs canons et s'enfuirent, les Zélandais
vers Ostende, les Écossais vers les Dunes, où un grand nombre se
jetèrent dans la mer et périrent.

Si, en ce moment, les Espagnols eussent poursuivi leur marche
victorieuse, tout annonce que l'armée ennemie eût été détruite. Le
prince Maurice profita habilement du temps qu'on lui laissa, pour
réparer ces revers. Il fit passer le havre de Nieuport à son armée et
ordonna à ses vaisseaux de s'éloigner. En rendant ainsi toute retraite
impossible, il rappelait à ses soldats qu'il fallait vaincre ou
mourir.

L'armée du prince Maurice s'était arrêtée; protégée par derrière par
le havre de Nieuport et s'appuyant à la mer, elle attendait le choc
des Espagnols. L'avant-garde, composée principalement d'Anglais et de
Frisons, avait pour chefs sir Francis Vere et Ludovic de Nassau. Le
corps de bataille comprenait, outre les Hollandais et les Allemands,
un régiment suisse et deux bataillons français. Le comte Éverard de
Solms le commandait. Olivier Tempel était resté de l'autre côté du
havre avec l'arrière-garde. Le prince Maurice parcourait activement
les rangs des siens, adressant à chacun quelques exhortations et
quelques conseils. On remarquait près de lui son frère Frédéric de
Nassau, le duc d'Holstein, le comte d'Anhalt, le comte de Coligny et
lord Grey. La France, l'Angleterre et la Hollande luttaient sous les
mêmes bannières dans cette plaine marécageuse battue par les flots de
la mer.

L'archiduc d'Autriche hésitait encore s'il fallait livrer bataille.
Les uns invoquaient les heureuses prémices du triomphe de la veille;
d'autres voulaient, au contraire, s'assurer des forts voisins
d'Ostende, afin que la garnison de cette ville fût, avant tout,
contenue dans ses murailles. La délibération se prolongeait, lorsque
tout à coup les voiles hollandaises, qui se retiraient, apparurent à
l'horizon. On crut qu'elles emmenaient le prince Maurice et la
meilleure partie de ses troupes, et dès ce moment, il fut résolu qu'on
marcherait en avant. La cavalerie espagnole reçut l'ordre d'aller
reconnaître la position des Hollandais: elle se porta si loin qu'elle
essuya le feu de l'artillerie ennemie.

On ne pouvait plus douter que l'armée du prince Maurice ne fût là tout
entière. Le conseil de ceux qui voulaient conquérir les forts du pays
d'Ostende et laisser s'épuiser une armée nombreuse privée de toute
ressource, paraissait de nouveau le plus sage; mais il était trop
tard: la cavalerie réclamait un prompt secours, et il était dangereux
de lui faire tenter une retraite difficile, qui répandrait la méfiance
et la confusion parmi les soldats dont la mutinerie était encore si
récente. Quel que dût être le résultat de la bataille, elle était
devenue inévitable.

L'armée espagnole s'avançait lentement en suivant les dunes. Quand
elle arriva en présence des ennemis, elle trouva la cavalerie déjà
culbutée et chassée vers Nieuport; mais elle engagea bravement le
combat: les deux armées, resserrées sur un espace étroit où
l'artillerie exerçait d'effroyables ravages, s'entre-choquaient, se
mêlaient, attaquaient et reculaient tour à tour. Le prince Maurice et
l'archiduc d'Autriche rivalisaient de courage pour raffermir l'esprit
des soldats effrayés par les horreurs de ce long massacre. Enfin, vers
le soir, les Espagnols tentèrent un dernier effort qui fut repoussé.
Harcelés en flanc par les cavaliers ennemis, ils se repliaient en
désordre; mais les ombres de la nuit, s'épaississant rapidement,
semblaient descendre du ciel pour les protéger, et ils parvinrent à
gagner le pont de Leffinghe, tandis que l'archiduc, blessé à la tête
d'un coup de hallebarde, allait se faire panser à Bruges.

Les pertes avaient été considérables des deux côtés; mais les
résultats étaient surtout désastreux pour les Espagnols. Ils
abandonnaient aux ennemis leur artillerie et leurs drapeaux. Plusieurs
de leurs capitaines avaient péri; la plupart avaient été faits
prisonniers.

Dans ces circonstances extrêmes, la fermeté du comte de Belgiojoso,
gouverneur de Nieuport, sauva la Flandre. Quelques renforts lui
étaient arrivés de Dixmude. Il multiplia ses sorties et inquiéta les
ennemis jusqu'à ce qu'il les réduisît à lever le siége. Grâce aux
efforts du comte de Belgiojoso, la victoire de Nieuport ne fut, pour
le prince d'Orange, qu'un trophée stérile. Le 10 juillet, il se retira
vers Ostende, afin de former le siége du fort Isabelle; mais,
apprenant bientôt que les quatre membres de Flandre mettaient en
œuvre toutes les ressources dont ils disposaient avec une admirable
énergie, et qu'une armée considérable était déjà réunie à Damme, il
jugea inutile de courir les chances d'un nouveau combat, et, le 31
juillet, il s'embarqua pour la Zélande, ayant consolidé sa réputation
de vaillant capitaine, mais n'ayant recueilli que peu de fruits du
sang qu'avait coûté sa victoire et des frais auxquels avait donné lieu
un si vaste armement.

Ce n'était point assez; la ville d'Ostende menaçait continuellement
nos provinces de semblables invasions. Un historien la compare à un
aigle qui, assis sur le rivage, appelle à lui, pour s'élancer dans la
plaine, tous les oiseaux des mers. C'était, dit un autre historien,
une épine dans la patte du lion de Flandre. L'on voyait chaque jour sa
garnison multiplier ses excursions dans le pays environnant, pour y
imposer des contributions de guerre; et les choses avaient été portées
à ce point, que le gouverneur anglais d'Ostende, Norris, avait un
agent qui délivrait publiquement à Bruges des passe-ports à tous ceux
qui devaient se rendre de Bruges à Ghistelles, à Nieuport ou à Furnes.

Les états du pays supplièrent l'archiduc d'assurer à la Flandre
l'intégrité de son territoire et la tranquillité dont elle avait
besoin. Ils lui offrirent tout ce qui était en leur pouvoir, leurs
bras et leurs richesses. «Il fust conseillé à l'archiduc, dit Philippe
de Cheverny, de mettre le siége devant Ostende, et y fust porté pour
plusieurs raisons. La première, que c'estoit la seule place que les
Hollandois avoyent dans le comté de Flandres, à l'abry de laquelle ils
levoyent de grandes contributions sur tout le plat pays, et que s'ils
n'avoyent à havre ils se treuveroyent freustrés de la commodité qu'ils
retiroyent d'icelluy et seroyent contraints d'entretenir à grands
frais une flotte ordinaire à Flessingues, et n'auroyent plus aucun
lieu de retraite pour eux et pour les Anglois, leurs alliés, en toute
la coste de Flandres; l'autre, que l'archiduc, se rendant maistre
d'Ostende, tout le comté de Flandres luy demeurroit paisible, au lieu
qu'il estoit obligé d'entretenir perpétuellement force gens de guerre
dans dix-sept forts qu'il avoit fait faire aux environs dudit Ostende,
pour resserrer et réprimer les courses et violences ordinaires que
ceux de dedans faisoient en ses pays, de telle sorte que ses subjets
dudit comté, pour le convier davantage audit siége, lui offrirent cent
mille escus pour en faire les frais, outre plus de cent mille qu'ils
fournissoyent déjà par chascun an pour l'entretien des garnisons des
dits dix-sept forts.»

Le 5 juillet 1601, une nombreuse armée mit le siége devant Ostende,
qui, après avoir reçu d'abord une simple enceinte de palissades et
quelques remparts de gazon, avait, depuis le séjour des Anglais et des
Hollandais, été fortifiée avec tant de soin qu'elle était devenue une
des plus redoutables citadelles de l'Europe.

«Ce port, qui n'avait été entouré d'un rempart que lors du voyage du
duc d'Alençon, et que le prince de Parme avait jugé toutefois indigne
d'un siége, était devenu si puissant, rapporte un historien, qu'il
dictait des lois aux Pays-Bas et les rendait tributaires de la
Hollande.--Il paraît incroyable, dit un autre annaliste du
dix-septième siècle, qu'une pauvre bourgade de pêcheurs, obscure et
inconnue, où quelques malheureux, vivant du produit de leurs filets,
s'étaient fixés au hasard, ait ainsi acquis une telle renommée dans
tout le monde; car, vingt ans auparavant, ces pêcheurs n'étaient pas
plus riches que ceux qui habitaient Venise avant l'approche d'Attila.
Quelques cabanes de roseaux s'élevaient dans des marais inaccessibles;
quelques barques et des filets occupaient ce rivage que couvrent
aujourd'hui les remparts et les arsenaux du dieu Mars. Tels sont les
jeux de la fortune, telles sont les chances alternatives de la nature,
qui ne présente plus au port de Sigée, si fameux par le campement des
Grecs, que des ruines cachées sous les ronces. Par un destin bien
différent, Ostende doit à un siége toute son importance; sa renommée
et sa gloire reposent sur le deuil et sur la mort; et jusqu'à ce qu'on
l'eût assiégée, personne ne sut qu'Ostende existait.»

Le colonel Charles Vander Noot occupait Ostende avec vingt et une
compagnies. Les états des Provinces-Unies se hâtèrent de lui envoyer
de l'artillerie, un corps d'infanterie hollandaise et trois mille
Anglais, sous les ordres de sir Francis Vere, qui prit le commandement
de la ville. De nouveaux retranchements furent élevés; et, le 15 août,
l'on perça les digues qui retenaient les eaux de la mer, de telle
sorte qu'Ostende ne fut plus qu'une île au milieu des inondations.

Dès le commencement du siége, tous les regards se portèrent sur le
théâtre d'une lutte qui paraissait devoir être longue et acharnée. Une
foule d'étrangers visitaient Ostende ou le camp espagnol. Le duc
d'Holstein, frère du roi de Danemark, le comte de Hohenlohe, le comte
de Northumberland allèrent tour à tour admirer les actifs travaux de
sir Francis Vere; et le roi de France lui-même se rendit à Calais,
afin de recevoir plus promptement les nouvelles des combats qui se
succédaient devant Ostende.

«Je ne crains pas de dire, remarque Pierre Matthieu, historiographe de
France sous Henri IV, que ce siége fut le théâtre de Mars. Nous avons
vu des guerriers de toutes les nations les plus belliqueuses de
l'Europe descendre dans une arène où les chefs apprirent à commander,
les soldats à obéir, les matelots à manier plus adroitement la rame,
les chirurgiens eux-mêmes à guérir plus habilement les plaies des
blessés.» Les annalistes du dix-septième siècle nomment Ostende la
nouvelle Troie.

Le sieur de la Motte, chargé d'examiner la position d'Ostende et les
sources stratégiques que présentait sa défense, avait, disait-on,
déclaré que ce siége était capable d'absorber un tiers des hommes de
l'Europe et autant de poudre et de boulets que pourraient en fournir,
en dix ans, dix mille moulins et dix mille fourneaux.

Trente-cinq ans de guerre n'avaient-ils pas suffi? Fallait-il que la
Flandre, déjà baignée de tant de sang, vît se renouveler sur ses
rivages des luttes qui devaient égaler tous les malheurs qu'elle avait
déjà soufferts?

L'Angleterre jugeait qu'il était important pour ses intérêts
commerciaux de conserver Ostende. De là, elle pouvait aisément, toutes
les fois qu'elle le jugeait utile à sa politique, favoriser et
soutenir les discordes intérieures des Pays-Bas. La Hollande savait
aussi que tant que les Espagnols n'auraient pas conquis Ostende, ils
n'oseraient pas porter la guerre au delà du Rhin et de la Meuse. Enfin
la France se trouvait partagée entre sa jalousie contre l'Espagne et
la crainte de voir devenir trop puissante la faction des huguenots,
qui s'agitait dans le Midi.

Nous ne nous proposons point de raconter dans tous ses détails le
siége d'Ostende, qui fut (ce sont les paroles de Philippe de Cheverny)
«ung des plus beaux, longs et mémorables qui ayt jamais jusques icy
esté veu dans toute l'Europe.» Nous ne décrirons point les nombreux
assauts dirigés contre le Sandhil et le fort du Porc-Épic; nous ne
rappellerons pas avec quelle persévérance ils furent soutenus par
Bucquoy, Trivulce, Avalos et Ambroise Spinola, avec quel courage ils
furent repoussés par sir Francis Vere, Frédéric de Dorp et Daniel de
Marquette; nous nous contenterons de mentionner la tentative du prince
Maurice, dont le but était la délivrance d'Ostende et dont le résultat
fut la conquête de l'Écluse.

La Flandre, à peine aidée par quelques doublons venus d'Espagne,
soutint seule tous les frais du siége auxquels les autres provinces
des Pays-Bas avaient refusé de prendre part. Ils furent si
considérables que chaque soldat qu'y employa l'archiduc Albert, coûta
cent écus d'or[15]. De nombreux ingénieurs prirent part à tous les
travaux et y firent faire à l'art militaire d'importants progrès en
multipliant les moyens d'attaque et de défense. Rien n'atteste mieux
leur habileté que la durée du siége, qui se prolongea plus de trois
ans et qui coûta la vie à cent cinquante mille hommes. On vit à
Ostende un rempart élevé formé entièrement de cadavres que l'on avait
recouverts de terre. Une fois seulement, le 25 novembre 1604, les
assauts furent suspendus au milieu de la lutte la plus acharnée:
c'était le jour de la Sainte-Élisabeth, que les Espagnols ne
connaissent que sous le nom de Sainte-Isabelle. Les salves qui
retentirent en l'honneur de la reine d'Angleterre et de l'infante
d'Espagne se confondirent comme si les assiégés et les assiégeants se
fussent réunis dans les mêmes réjouissances. Quelques heures plus tard
les projectiles meurtriers sillonnèrent de nouveau le ciel et la mort
reprit son empire.

  [15] L'artillerie des assiégeants comprenait 103 pièces: elle
  consomma 24,000 quintaux de poudre. En moins de six mois, elle
  tira 160,000 coups. L'archiduc ne mit en ligne que 12,000 hommes
  à la fois, d'après Balinus, et jamais moins de 40,000, d'après
  Cheverny. Adrien de Meerbeek prétend que, lors de la capitulation
  d'Ostende, les assiégeants n'étaient qu'au nombre de 4,000.
  Bonours fixe les frais du siége à 7,000,000 de florins. Grotius
  porte le nombre des assiégeants qui périrent à 50,000, et ils
  perdirent moins de monde que les assiégés. Pompée Justiniano
  évalue le nombre des morts à 140,000; Bonours à 150,000, en
  estimant les pertes des assiégés à 77,684 personnes, dont 7
  gouverneurs, 15 colonels et 565 capitaines. Voici quelles furent
  celles des assiégeants, d'après Grimeston: 7 mestres de camp, 15
  colonels, 29 majors, 565 capitaines, 1,116 lieutenants, 322
  enseignes, 1,911 sergents, 1,166 caporaux, 600 lanspisadoes,
  34,663 soldats, 611 marins, 119 femmes et enfants. Total: 41,124.
  Trois cents navires des assiégés furent brûlés ou détruits dans
  la port.

L'infante Isabelle montra, au milieu des fatigues du siége, le courage
d'une fille de Sparte[16]. Un jour elle apprit que les soldats, dont
la solde n'était pas payée, se révoltaient. Elle se rendit aussitôt au
milieu d'eux: «Quand je lis sur vos fronts, s'écria-t-elle, la noble
ardeur du combat, j'oublie vos torts pour ne me souvenir que de vos
services.» La sédition s'apaisa.

  [16] Lacænam æmulata. BOTOR., p. 242.

La capitulation d'Ostende fut signée le 20 septembre 1604. Elle
permettait aux assiégés de se retirer avec leurs armes et quatre
pièces d'artillerie. Spinola, voulant rendre hommage à leur vaillante
résistance, invita le gouverneur et les colonels à un somptueux
banquet.

La garnison d'Ostende, forte de quinze mille hommes, d'après Balinus,
de quatre mille seulement, d'après le récit bien plus vraisemblable
d'Adrien de Meerbeeck, s'embarqua sur cinquante navires. Les
habitants, qui l'avaient vaillamment aidée dans sa longue défense,
émigrèrent avec elle. «Quand les assiégés, dit Christophe de Bonours,
vuidèrent la place (chose digne d'admiration), du nombre des habitants
de la ville, il n'en demeura que deux seulement... Le reste aima mieux
tout perdre et de s'expatrier que de vivre où pourraient entrer les
Espagnols.»

Il ne nous reste qu'à citer les paroles de quelques témoins oculaires,
la plupart illustres capitaines, qui, en racontant leurs périls et
leurs efforts, assuraient la durée de leur propre gloire.

«Incontinent après la prinse, dit Charles de Croy, Leurs Altesses
furent receues et traictées magnifiquement du marquis Spinola pour n'y
avoir lieu aux maisons de ce faire, estantes toutes culbutées et
transpercées de canonades. Le temps du siége d'Ostende a duré trois
ans, deux mois et quelques jours... Comme une seconde Troie, les
vaincus l'ont vendu et les vainqueurs acheté chèrement. La longue
défense de ceux-là est bien estimable; la victoire de ceux-ci l'est
beaucoup plus.»

Antonio de Carnero dit aussi: «Leurs Altesses furent épouvantées de
voir les fortifications, les redoutes et les tranchées; car la ville,
loin de paraître habitée, n'offroit qu'un labyrinthe de ruines où il
était aisé de s'égarer.»

Enfin, l'intrépide Pompéo Justiniano, qui fut grièvement blessé
pendant le siége, dépeint en ces termes l'entrée de l'archiduc et de
l'infante à Ostende: «Ce n'estoit une ville, mais une montagne de
terre, ou à mieux dire un labyrinthe et une ruine, pour ce que l'on
voyoit les approches du camp espagnol, avec digues, tranchées,
galleries, gabionnades, blindes, assiettes ou losgis, lieux pour
l'artillerie, places d'armes, et le tout avec tant de tournoyemens et
destours pour estre plus couverts des offenses, qu'à peine pouvoit-on
juger que c'étoit; et en ce peu qui estoit demeuré entier, ils virent
les maisons ruinées, à chacun pas, fosses de morts, avec autres
fosses faictes par les soldats pour s'y tenir couverts et garantir
tant qu'ils pouvoient des coups d'artillerie: en somme le tout estoit
si confus, qu'il estoit impossible de discerner la vraie assiette, ce
qui donnoit plus tôt horreur qu'autre chose aux yeux des regardants.
La sérénissime infante demeura fort mélancolique, et quasi on luy vist
les larmes aux yeux, considérant (selon que l'on peut imaginer)
combien coûtoient ces ruines.»

L'archiduc, dit Grotius, ne trouva qu'un terrain vide, _nihil præter
inanem aream_; de cette phrase de l'historien sortit la fameuse
prosopopée qui fut traduite par Malherbe:

    Area parva ducum, totus quam respicit orbis,
    Celsior una malis, et quam damnare ruinæ
    Nunc quoque fata timent, alieno in littore resto.
    Tertius annus abit, toties mutavimus hostem;
    Sævit hiems pelago, morbisque furentibus æstas;
    Et minimum est quod fecit Iber. Crudelior armis,
    In nos orta lues: nullum est sine funere funus,
    Nec perimit mors una semel. Fortuna, quid hæres?
    Qua mercede tenes mistos in sanguine manes?
    Quis tumulos moriens hos occupet, hoste perempto,
    Quæritur, et sterili tantum de pulvere pugna est.

La reine Élisabeth d'Angleterre était morte pendant le siége
d'Ostende; dans les derniers temps de sa vie, elle avait abandonné
l'activité de ses intrigues politiques pour lutter contre les remords
de sa conscience troublée; et c'était au fils de Marie Stuart qu'elle
laissait son héritage. Le roi d'Espagne et l'archiduc s'empressèrent
de faire féliciter le roi d'Écosse, le premier par le comte de
Villa-Médiana, le second par le comte d'Arenberg, auquel se réunirent
Jean Richardot, Louis Verreiken et Martin della Faille. A cette
ambassade succédèrent des négociations que termina un traité signé le
28 août, traité qui hâta, on ne saurait en douter, la capitulation
d'Ostende.

Le roi d'Angleterre s'engageait à ne point assister les sujets
rebelles de l'archiduc et à abandonner toute alliance contraire à ce
nouveau traité: il promettait que les garnisons anglaises de la
Zélande conserveraient une complète neutralité; il était de plus
résolu que rien ne serait négligé pour faire revivre les rapports
commerciaux de l'Angleterre et des États de l'archiduc. Toutes les
anciennes conventions conclues sous le gouvernement des princes de la
maison de Bourgogne étaient expressément confirmées.

La guerre contre les Provinces-Unies devient moins vive. Malheureuse
tentative du comte de Berg contre l'Écluse.--Autre tentative également
stérile dirigée contre la garnison hollandaise d'Ardenbourg.--Une
trêve de huit mois est publiée le 13 mars 1607; on espère que des
conférences ouvertes à La Haye conduiront à une paix définitive, mais
les difficultés qui s'élèvent, sont si nombreuses qu'on juge
préférable de prolonger la trêve pour douze années (15 avril 1609).

«Ainsi, dit Bentivoglio, demeura assoupy pour quelque temps
l'embrasement de la guerre de Flandre, n'ayant peu estre tout à fait
esteint, guerre si longue et pleine d'un si grand nombre et de si
mémorables accidens, que la mémoire de nostre siècle en restera plus
illustre aux yeux de la postérité, que de tout ce qui est arrivé de
nostre temps. Et véritablement on peut dire que la Flandre, en ce
siècle, a esté comme une scène tragique de guerre dans l'Europe, qui,
quarante ans durant jusqu'à la conclusion de la trefve, a représenté
sur le théâtre de l'univers toutes les nouveautés et spectacles plus
remarquables qui se soient jamais veus en aucune autre guerre passée
et qui se puissent jamais voir à l'avenir.»

A peine cette trêve avait-elle été conclue que les projets ambitieux
de Henri IV semblèrent la menacer. Un fol amour pour la princesse de
Condé, qui s'était réfugiée à Bruxelles, le porta à se souvenir que
l'intérêt de la France était de combattre la redoutable alliance de
l'Espagne et de l'Autriche, et il résolut de laisser au duc de Savoie
le soin de protéger les bords du Rhône pour se réserver à lui-même la
tâche de soumettre les Pays-Bas.

A mesure que ces bruits menaçants se répandaient, l'archiduc
d'Autriche rappelait sous ses drapeaux les troupes que la paix avait
permis de licencier. Elles se réunirent sur les frontières de la
Flandre et du Hainaut, et reçurent pour chef Spinola, qui se vantait
qu'avec ses trente mille hommes il arrêterait la plus forte armée
française. Ce propos fut répété au roi de France, et comme les
courtisans, voulant accuser Spinola d'une présomptueuse vanité,
s'écriaient qu'il était de Gênes: «Il est vrai, Spinola est Génois,
interrompit Henri IV, mais il est aussi soldat. Quoi qu'il en soit,
nous verrons bientôt si l'effet répondra à ses paroles.» Le roi de
France avait fait préparer son armure de guerre; il avait déjà écrit
aux ambassadeurs du pape, qui arrivaient de Rome, qu'il serait le 20
mai à Mousson, lorsque le 14 de ce même mois de mai le crime de
Ravaillac vint, en troublant le repos de la France, assurer celui de
l'Europe.

La Flandre touchait enfin à une époque exempte de trouble et
d'inquiétude. Le gouvernement de l'archiduc, qui avait réussi à faire
oublier son origine étrangère en s'associant généreusement aux périls
et aux souffrances de la Flandre, chercha par tous les moyens qui
étaient en son pouvoir à en cicatriser les plaies. D'utiles
ordonnances furent promulguées pour raffermir le règne des lois et
assurer le cours de la justice. De nombreux travaux furent entrepris
dans l'intérêt du commerce, et l'on vit, en même temps que l'industrie
semblait renaître, un nouvel essor ranimer les travaux de
l'intelligence.

La Flandre y fut représentée par Simon et par Grégoire de
Saint-Vincent, qui se signalèrent dans les sciences exactes, l'un au
milieu des protestants de la Hollande, l'autre dans l'ordre des
jésuites. On doit au premier plusieurs découvertes, dont la moins
utile a été célébrée par ce vers de Grotius:

    Jam nihil est ultra; velificatur humus.

Le second mérita que Leibnitz le plaçât au-dessus de Gallilée; _Majora
Gallilæo subsidia attulit_. Dans la carrière féconde des arts, les
Pourbus préparaient la transition qui devait donner pour successeur à
Hemling, le rêveur mystique, l'école de Rubens, cette fougueuse et
puissante esclave de l'imitation de la nature. Enfin, dans l'ordre de
la littérature historique, Philippe de l'Espinoy écrivait ses
recherches sur les antiquités de Flandre, avec cette épigraphe
empruntée aux Livres Saints: _Laudamus viros gloriosos et parentes
nostros in generatione sua. Dominantes in potestatibus suis, homines
magni virtutis... omnes isti in generationibus suis gloriam adepti
sunt et in diebus suis habentur in laudibus._

Pendant onze années les peuples furent heureux, et cette courte
période, marquée par de nombreux bienfaits, a laissé dans l'histoire
de la Flandre d'impérissables souvenirs. Les divisions populaires,
qui naguère avaient fait répandre tant de sang, s'étaient heureusement
effacées, lorsque l'archiduc d'Autriche mourut le 13 juillet 1621. Il
ne laissait point d'enfants, et conformément à une clause de l'acte de
1598 qui avait prévu le cas où l'archiduc Albert décéderait le premier
sans postérité, la souveraineté des Pays-Bas fit retour au jeune roi
Philippe IV, qui venait de monter sur le trône d'Espagne.



PHILIPPE IV, CHARLES II, PHILIPPE V

(1621-1713).

   Reprise des hostilités.--Le prince d'Orange devant
   Bruges.--Projets politiques de Richelieu.--Louis XIV.--Une armée
   française envahit la Flandre.--Négociations de
   Munster.--Tentatives pour ramener le commerce en Flandre.--Le roi
   d'Angleterre à Bruges.--La Flandre, attaquée par Turenne, est
   défendue par Condé.--Dunkerque.--Ostende.--Paix des
   Pyrénées.--Peste de 1666.--Louis XIV réclame les Pays-Bas en
   vertu du droit de dévolution.--Traité
   d'Aix-la-Chapelle.--Nouvelles guerres.--Siége de Gand.--Paix de
   Nimègue.--Situation de la Flandre.--Guerre que termine le traité
   de Riswick.--Mort de Charles II.--Guerre de la succession.--Paix
   d'Utrecht.


La trêve de 1609 venait d'expirer lorsque l'infante Isabelle se vit
appelée à continuer seule et au nom du roi d'Espagne la tâche que
jusque-là elle avait partagée, comme souveraine, avec l'archiduc
d'Autriche. La guerre ne fut reprise toutefois des deux côtés qu'avec
une faiblesse et une lenteur qui annonçaient que les passions
commençaient à se calmer. En 1625, Spinola conquit Breda. L'année
suivante, le prince d'Orange essaya de réparer cet échec en surprenant
Hulst, mais il fut repoussé. Une attaque que le comte de Hornes
dirigea contre l'Écluse avec les troupes flamandes, n'obtint pas plus
de succès. Les Hollandais gardaient avec soin l'Écluse, afin que
Bruges ne pût jamais se relever.

La Flandre ne conservait que deux ports, ceux de Dunkerque et
d'Ostende, qui avaient eu l'honneur de lutter, à la fin du quinzième
siècle, contre les flottes de Dieppe. Sous Philippe II, Dunkerque
était resté l'asile de marins intrépides bien résolus à ne jamais
amener leur pavillon devant les Gueux de mer: vaincus, ils cherchaient
la mort dans les flots, afin de ne pas la recevoir des mains de leurs
ennemis; vainqueurs, ils les pendaient eux-mêmes sur des mâts plantés
dans les dunes. Dunkerque était, dit un historien, le fléau de la
Hollande et de l'Angleterre.

Ostende avait perdu sa marine en devenant une citadelle étrangère,
méprisée d'abord par le prince de Parme, puis achetée au prix de trop
de sang par l'archiduc Albert. Son fameux siége de 1604 l'affaiblit de
nouveau et il lui fallut plusieurs années pour se relever de ses
ruines; enfin, un jour sort d'Ostende une barque montée par Jean
Jacobsen; elle s'attache aux flancs d'un vaisseau amiral hollandais et
le coule à fond. Enfin, lorsque Jacobsen, entouré d'ennemis, les voit
s'élancer de toutes parts sur son tillac, il met le feu aux poudres et
périt avec ceux qu'il n'a pu vaincre. Dès ce moment les marins
d'Ostende reparaissent dans l'histoire, mêlés aux marins de Dunkerque.

Lorsque les Provinces-Unies trouvèrent une nouvelle force dans un
traité d'alliance avec le roi d'Angleterre Charles Ier, leur premier
soin fut de diriger contre les ports de Flandre une expédition
menaçante; mais cette autre _armada_ fut aussi dissipée par une
tempête. Les marins flamands reprirent leurs excursions; chaque jour
les _capres_ d'Ostende et de Dunkerque allaient croiser sur les côtes
d'Angleterre et de Hollande, et ils rentraient le plus souvent chargés
de butin; mais les Hollandais n'étaient pas moins heureux dans leurs
courses aventureuses, et, en 1628, l'amiral Pierre Heyn enleva les
galions qui revenaient des Indes. Les états généraux, appréciant son
courage, l'opposèrent aux corsaires de Flandre, jusqu'à ce qu'il
trouvât la mort dans un combat que lui livra le capitaine ostendais
Jacques Besage.

Le besoin de la paix se faisait profondément sentir de toutes parts.
Des conférences pour la reprise des négociations s'étaient ouvertes et
présageaient les plus heureux résultats, quand un ambassadeur de Louis
XIII vint les rompre en promettant à la Hollande l'appui de la France.

Louis XIII avait pour ministre le cardinal de Richelieu, petit-neveu
d'un moine célèbre par les excès de son esprit factieux dans les
troubles de la Ligue. Un prélat revêtu de la pourpre romaine
poursuivait le système politique qui, sous le règne de Henri IV, avait
été fondé par la personnification la plus élevée du parti huguenot,
c'est-à-dire par Sully.

La guerre recommença. Le marquis de Santa-Croce était venu d'Espagne
remplacer Spinola dans le commandement des troupes espagnoles, lorsque
le prince d'Orange, traversant l'Escaut avec une armée nombreuse,
arriva tout à coup à Watervliet et se dirigea vers Bruges, dont il
espérait s'emparer sans résistance.

Le duc de Vendôme, fils de Henri IV et de Gabrielle d'Estrées,
occupait dans l'armée hollandaise une position que son père lui-même
avait autrefois recherchée, celle de lieutenant du prince d'Orange. Il
fit sommer Bruges de capituler et demanda en même temps une entrevue à
l'évêque par la lettre ci-jointe:

   «Monsieur, l'intérest que je prend en ce qui regarde le service
   de Dieu et cellui du publicq, m'oblige de vous escripre ceste
   lettre pour vous conjurer par ce que vous debvez à ces deux
   puissantes considérations de vouloir vous trouver demain à midi
   dans le commencement de la bruière qui sépare notre camp de votre
   ville, accompagné de deux ou trois de votre communauté de Bruges,
   désirant vous faire entendre et à eux quelques propositions
   très-advantageuses pour la religion et le bien de ceste province
   de Flandre, et pour prévenir les maulx infaillibles qui luy vont
   arriver.

   «Pour cest effect, ceste lettre vous servirat et à eux aussy de
   seureté si vous les jugez capables; si que non, je vous enverray
   ung passeport de monseigneur le prince d'Orange notre général,
   affin d'avoir pour le moings ceste satisfaction de n'avoir rien
   oublié pour une si bonne œuvre et pour acquéroir par là la part
   que s'en doibt raisonnablement promettre, monsieur, votre
   très-affectionné à vous servir.

    «Le ducq de VENDOSME.»

    «Du camp de la bruière, devant Bruges, le 2e de juing 1631.»

Les bourgeois de Bruges répondirent à la lettre du duc de Vendôme par
une chanson où ils disaient:

    Cette lettre de Vendosme
    Ne nous sert que de fantosme,
    Car le lys, ni l'oranger
    N'ont la force de changer
    Aux Brugeois leur premier estre
    Et quitter leur prince et maistre.

    Bruges est une bonne ville,
    Un terroir assez fertile,
    Perle et fleur des Pays-Bas,
    Mais l'orange n'y croist pas.
    Il faudroit du sang respandre
    Pour avoir tel pied en Flandre.

Tous les bourgeois, nobles, marchands ou ouvriers, et les prêtres
eux-mêmes, avaient pris les armes, et se montraient bien résolus à se
défendre. Ils avaient pour gouverneur le brave comte de Fontaine, ce
héros de Rocroy, pleuré par Condé, qui disait de lui que s'il n'avait
pas vaincu, il eût voulu mourir comme le comte de Fontaine.

Le prince d'Orange aperçut du haut des tourelles d'un château la ville
de Bruges, dont les remparts s'étaient rapidement couverts
d'artillerie, et, après trois jours d'hésitation, il se retira le
quatrième sans avoir rien fait qui répondît à ses altières menaces.

En 1633, les Provinces-Unies, qui tenaient bien plus aux rivages de la
Flandre qu'aux forteresses des bords de la Meuse assiégées par les
Espagnols, dirigèrent vers l'Escaut une nouvelle expédition sous les
ordres du comte Guillaume de Nassau. Le fort Philippe fut pris. A
cette nouvelle, les bourgeois de Gand s'effrayèrent plus que ceux de
Bruges deux années auparavant: ils virent dans le voisinage de cette
forteresse ennemie un danger perpétuel pour la sécurité de leur ville,
et telle fut la vivacité de leurs plaintes que les chefs espagnols
réunirent leurs troupes devant le fort que le comte de Nassau avait
entouré de nouveaux retranchements. Une ruse assura au comte de Nassau
la conservation de sa conquête. Tandis que les Espagnols se
préparaient à monter à l'assaut, une flotte parut dans l'Escaut: elle
cinglait vers le rivage, et le retentissement des fanfares annonçait
qu'elle portait de renforts aux Hollandais. Les Espagnols, ignorant la
force de cet armement, se retirèrent, et ce ne fut que plus tard
qu'ils apprirent que le comte de Nassau avait fait sortir du port de
l'Écluse les navires qui l'y avaient conduit, après y avoir placé
quelques trompettes.

A la cour de Bruxelles aussi bien que dans tout le pays, une question
qui dominait toutes les autres se présentait aux esprits. Fallait-il
poursuivre la guerre, qui pouvait seule relever l'honneur de la
monarchie espagnole? Valait-il mieux lui préférer la paix, unique
remède à la détresse des Pays-Bas?

Ericius Puteanus se prononça pour la paix dans une dissertation
imprimée sous le titre de _Statera belli et pacis_. «La Belgique
brille, il est vrai, entre tous les pays de l'Europe par son heureux
génie et sa situation; mais une longue guerre, telle qu'une grave
maladie, a épuisé ses forces, à tel point qu'elle a attiré vers elle
jusqu'aux fléaux des peuples étrangers et que ses malheurs mêmes ont
été pour elle une autre source de célébrité. Les divisions intestines
ont causé sa misère. D'une part, on luttait avec tout l'enthousiasme
de la liberté; de l'autre, avec la persévérance d'une fidélité
inébranlable. L'incendie s'était développé en quelque sorte au milieu
des eaux, et tout ce qui eût pu l'éteindre fut consumé par ses
flammes. Si les forces dont disposaient les Provinces-Unies étaient
moins considérables, celles du roi étaient moins efficaces parce
qu'elles étaient plus éloignées, et l'on voyait s'engloutir dans un
seul pays plus de trésors que dans tout le reste de l'Europe. Nos
soldats, las d'une lutte stérile de plus de soixante années, ont perdu
la fleur de la discipline. Notre position est plus désavantageuse que
celle de nos ennemis, car la guerre nous coûte plus cher. Faut-il
aujourd'hui rechercher la paix? Est-ce la prudence qui doit nous
engager à la désirer? Est-ce la nécessité qui nous l'impose?

                        «Pax optima rerum
    «Quas homini novisse datum est; pax una triumphis
    «Innumeris potior; pax custodire salutem
    «Et cives æquare potens.»

Un langage si hardi devait susciter de nombreux contradicteurs à
Ericius Puteanus. L'un de ses adversaires, Gaspard Barlæus, l'accusa
en termes violents, dans le _Puteano-Mastyx_, d'oublier les bienfaits
du roi d'Espagne pour discuter les droits légitimes qu'il tenait de
ses ancêtres et la puissance même de ses armes. L'auteur du
_Puteano-Mastyx_ accablait Philippe IV de ses flatteries; il le
comparait à Neptune, en affirmant qu'il ne dépendait que de lui de
détruire la Hollande par les eaux de la mer s'il ne réussissait à la
dompter, et il ajoutait: «O roi clément et digne d'une gloire
immortelle! sachez bien que les Hollandais n'attendraient pas trois
jours s'ils pouvaient livrer la Flandre à la mer!»

Les amis de Puteanus répliquèrent, notamment par le _Somnium
satyricum_, où Mars, soutenant malgré Apollon que la Belgique est une
terre guerrière et étrangère aux arts du dieu du Parnasse, voit se
réunir contre lui Pallas, Diane, Cérès et Mercure qui termine la
discussion en disant: «Que la guerre cesse avec les causes qui la
firent naître, pour que je voie le commerce et l'éloquence que je
protége se ranimer dans le plus noble pays du monde, délivré des
calamités qui l'accablent!»

Les états généraux, assemblés à Bruxelles, se prononcèrent ouvertement
pour des négociations qui permissent de mettre un terme aux
hostilités. Ils représentaient qu'à mesure que les Pays-Bas espagnols
s'appauvrissaient, les Provinces-Unies voyaient s'accroître leur
prospérité, «à raison que tout le commerce qui souloit rendre les
provinces de l'obéissance de Sa Majesté, si florissantes et renommées
parmi le monde, nommément celle de Flandres, est diverty vers les
rebelles, lesquels ont la navigation libre.» Ils se plaignaient aussi
vivement de l'indiscipline des troupes espagnoles.

La paix ne se fit point toutefois, et le regret de voir échouer tous
les efforts qui tendaient à y parvenir, ne fut peut-être point
étranger à la maladie qui enleva l'infante Isabelle le 1er décembre
1633. Bien qu'elle eût à peine vu s'interrompre dans les Pays-Bas le
cours de la guerre civile, il semblait que le ciel eût hâté sa fin
pour lui épargner le spectacle qu'allait présenter une lutte de plus
en plus terrible et de plus en plus acharnée.

Ferdinand d'Espagne, frère du roi Philippe IV, qui joignait au titre
de cardinal et d'archevêque de Tolède la réputation d'un capitaine
habile, fut appelé au gouvernement des Pays-Bas. Il voulait,
disait-on, imprimer à la marche des affaires une vigueur toute
nouvelle; et les yeux de l'Europe se fixèrent avec anxiété sur le
théâtre qui s'ouvrait à ses talents militaires.

Cependant les Provinces-Unies opposaient à toutes ces tentatives de
l'Espagne la rivalité jalouse de la France; et lorsque le cardinal
Ferdinand se prépara à combattre la Hollande calviniste, un autre
cardinal, ministre de Louis XIII, se hâta de la protéger.

L'alliance de Richelieu et de la Hollande était si complète que les
Provinces-Unies proposèrent à Louis XIII un projet de démembrement des
Pays-Bas; mais Richelieu ne parut point disposé à y adhérer. Il
craignait à la fois et les difficultés que présenterait la conquête et
celles auxquelles donnerait lieu le partage des provinces espagnoles.
«Quand même, disait-il, on en viendrait à bout avec beaucoup de temps,
de peine et de dépense, la conservation de ce qu'on aurait acquis, ne
se pourrait faire qu'avec de très-grosses garnisons, qui nous
rendraient incontinent odieux aux peuples et nous exposeraient, par ce
moyen, à de grandes révoltes et à de perpétuelles guerres. Et quand
même la France serait si heureuse que de conserver les provinces qui
lui seraient tombées en partage en une dépendance volontaire de sa
domination, il pourrait arriver bientôt après que, n'y ayant plus de
barre entre nous et les Hollandais, nous entrerions en la même guerre
en laquelle eux et les Espagnols sont maintenant, au lieu que
présentement nous sommes en bonne intelligence, tant à cause de la
séparation qui est entre nos États, qu'à cause que nous avons un
ennemi commun qui nous tient occupé en tant que nous sommes également
intéressés à son abaissement.»

Richelieu objectait aussi l'incertitude de la guerre; il passait plus
légèrement sur les intérêts de la religion, inséparables de l'intérêt
politique de Louis XIII, puisque tout traité qui rapprocherait les
frontières des Provinces-Unies de celles de la France favoriserait les
relations des protestants hollandais avec le parti encore redoutable
des huguenots: «Si est-ce que toutes ces raisons portèrent le cardinal
de Richelieu à dire au roi que la proposition apportée par le sieur de
Charnacé ne pourrait à son avis être reçue en aucune façon, et
qu'absolument il ne fallait point entreprendre la guerre à dessein de
conquérir la Flandre.»

Le plan proposé par Richelieu consistait dans l'établissement d'une
république catholique indépendante dans les Pays-Bas, aussitôt qu'on
aurait complété l'expulsion des Espagnols. Il fallait, à son avis,
éviter les discordes qui naîtraient soit du projet de partage entre la
France et la Hollande, soit de l'absence de toute barrière entre leurs
frontières. Il exposait: «que s'il fallait attaquer la Flandre, il le
fallait faire avec des conditions plausibles et propres à faciliter le
dessein qu'on avait eu en ce cas d'en chasser les Espagnols; que la
France et les Hollandais devaient se résoudre à ne prétendre aucune
chose en toutes les provinces qui sont sous la domination du roi
d'Espagne que deux ou trois places chacun (les Hollandais Bréda,
Gueldre et autres lieux circonvoisins, dont on pourrait convenir) pour
gages et pour lien de l'union et de la paix qui doit être ci-après
entre ces trois États; qu'ils gagneraient assez s'ils délivraient les
provinces de la sujétion d'Espagne, et leur donnaient moyen de former
un corps d'État libre, puissant et capable d'établir une bonne
alliance avec eux; qu'il fallait faire une déclaration publique en
forme de manifeste qui assurât la religion catholique et la liberté de
ces peuples en la meilleure forme qu'ils la pourraient désirer, afin
de donner lieu aux grands, aux villes et aux communautés de se
soulever plus hardiment...»

Richelieu ajoutait que «si le dessein proposé par les Hollandais d'une
entière conquête pouvait réussir en vingt années, il était apparent
que celui-ci pouvait avoir son effet en un an, si Dieu bénissait tant
soit peu l'entreprise; et, de plus, que s'il réussissait, tant s'en
faut qu'on se trouvât chargé de garnisons, comme au premier projet,
qu'on pût craindre une guerre entre la France et les Hollandais, pour
n'avoir plus de barrière, et qu'il eût lieu d'appréhender de
perpétuels desseins des Espagnols pour regagner ce qu'ils avaient
perdu; qu'au contraire les garnisons de France pourraient être
diminuées, parce que nous n'aurions pas des voisins si puissants ni si
malintentionnés que les Espagnols; que les provinces catholiques qui
lors feraient un corps d'État ne dépendant que de soi-même, auraient
trop intérêt à conserver la France et les Hollandais en union pour
qu'il pût arriver brouille entre eux; et que la puissance et les
forces d'Espagne n'étant plus en ce temps proches de la France comme
elles sont maintenant, elles ne seraient plus à craindre, joint que ce
corps nouveau d'États catholiques veilleraient aussi soigneusement que
nous-mêmes pour nous garantir de leurs mauvais desseins, attendu que
nous leur serions du tout nécessaires pour les aider à conserver leur
liberté, acquise par notre moyen...»

Enfin, il terminait en ces termes: «Étant trois corps unis ensemble,
il nous serait aisé de résister à des ennemis affaiblis et éloignés,
et vivre à l'avenir en paix et en repos, délivrés de ceux par la
malice et ambition desquels nous en avons été privés jusqu'à présent.»

Un an plus tard, les Provinces-Unies et le cardinal de Richelieu
parvinrent à conclure un traité qui conciliait deux systèmes tout
opposés. Si les Pays-Bas espagnols se soulevaient contre Philippe IV
et assuraient les armes à la main leur indépendance, la Hollande et la
France se borneraient à occuper, la première, Breda, Damme, Hulst et
le pays de Waes; la seconde, Namur, Thionville et Ostende. Dans le cas
où les populations que l'on appelait à l'insurrection eussent montré
peu d'empressement à la tenter, la France devait s'emparer du pays de
Luxembourg, du Cambrésis, des comtés de Namur, de Hainaut et d'Artois.
Le Brabant, Anvers et Malines étaient promis à la Hollande; enfin, une
ligne droite, partant de Blankenberghe et se dirigeant vers
Rupelmonde, en passant entre Damme et Bruges, divisait la Flandre
entre les deux puissances copartageantes.

Quelques historiens ajoutent que la ville d'Ostende devait être
démolie et son port comblé, afin qu'il n'y eût plus de sujet de
jalousie entre l'Angleterre, la France et la Hollande.

Il ne manque plus à Richelieu qu'un prétexte pour déclarer la guerre.
Il en trouve un dans la captivité de l'électeur de Trèves, qui a été
conduit prisonnier à Bruxelles. Vingt-sept mille hommes, sous les
ordres des maréchaux de Châtillon et de Brezé, entrent dans le
Luxembourg et se joignent sur la Meuse à l'armée hollandaise. Sac de
Tirlemont. Péril de Louvain et d'Anvers. Jalousies entre les Français
et les Hollandais. L'empereur envoie Piccolomini au secours des
Espagnols. Tous les projets de Richelieu ont échoué. Les villes des
Pays-Bas ne se sont point insurgées, et son armée est réduite à se
retirer, affaiblie par la famine et les maladies (1635).

L'année suivante, une armée espagnole, commandée par le marquis
d'Aytona, envahit la Picardie et menace Paris. A son approche, une
terreur profonde se répand dans la capitale de la France. On arme des
laquais, on y confisque les chevaux des carrosses pour organiser la
cavalerie; enfin, on parvient à réunir cinquante mille hommes, que
l'on confie au comte de Soissons, et Paris est sauvé. En même temps,
le cardinal de Richelieu fait presser par son ambassadeur les
Provinces-Unies de tenter quelque diversion dans les Pays-Bas.

Richelieu, que le mauvais succès de sa tentative éloigne de la guerre
ouverte, se proposera désormais pour but le harcèlement continu de la
domination espagnole dans les Pays-Bas par les flottes et les
mercenaires des Provinces-Unies; c'est ainsi qu'il assurera le repos
des frontières françaises.

Trois tentatives sont dirigées par les Hollandais contre Hulst. Dans
la troisième, le comte Henri de Nassau est blessé mortellement. Sur
mer, Tromp, placé à la tête de la flotte hollandaise, se fait craindre
des marins de Dunkerque, qui équipent une flotte de vingt-deux
vaisseaux pour le combattre. L'amiral de Dunkerque, Michel Van Doorn,
attaque Tromp et l'oblige à se retirer après des pertes considérables.

Tandis que Louis XIII dirige contre la Flandre un système d'hostilités
qui la réduit à la misère, la Flandre reçoit dans la ville de Gand,
qui fut à diverses reprises l'asile des royautés exilées, la mère du
roi de France, elle-même réduite à un affreux dénûment. Marie de
Médicis se rend bientôt en Hollande; elle y négocie le mariage du
jeune prince Guillaume d'Orange avec Marie d'Angleterre, fille de
Charles Ier. Ses intrigues tendent à renverser la puissance de
Richelieu; elles ne doivent atteindre que celle de son petit-fils
Louis XIV, en préparant l'union d'un autre prince d'Orange avec une
autre princesse anglaise, Marie, fille de Jacques II.

L'archiduc Ferdinand meurt à Bruxelles le 9 novembre 1641. Louis XIII
le suit dans le tombeau. La couronne de France passe à un enfant de
quatre ans; le ministère tombe aussi des mains du cardinal de
Richelieu à celles du cardinal Mazarin, qui ne sera que le témoin des
grandes choses qui s'accompliront autour de lui. Déjà un éclair a
sillonné les nuages qui semblent envelopper la régence d'Anne
d'Autriche: c'est la victoire de Rocroy gagnée par le prince de Condé
(il n'était encore connu que sous le nom de duc d'Enghien), au moment
même où l'on célébrait l'avénement de Louis XIV.

Le duc d'Orléans prend Gravelines (1644), puis Bourbourg, Menin,
Béthune, Armentières (1645). Courtray tombe au pouvoir des Français le
28 juin 1646. Le 7 octobre de la même année, Condé s'empare de
Dunkerque, siége de l'amirauté de Flandre: c'est l'anéantissement de
la puissance maritime des Espagnols dans les Pays-Bas.

Arrivée de l'archiduc Léopold d'Autriche à Bruxelles. Il reprend
Commines et Landrecies. Le maréchal de Gassion est mortellement blessé
sous les murs de Lens. Les Espagnols parviennent à reconquérir
Courtray, mais ils perdent Ypres.

Richelieu avait voulu partager les Pays-Bas espagnols avec la
Hollande. Mazarin alla plus loin: après avoir songé un instant à les
faire dévaster, comme Louvois fit plus tard incendier le Palatinat, il
forma le projet de les réunir à la France en les échangeant contre la
Catalogne, alors occupée par l'armée du comte d'Harcourt. Il disait,
dans un mémoire du 20 janvier 1646, adressé aux ambassadeurs français
aux conférences de Munster: «L'acquisition des Pays-Bas forme un
boulevard inexpugnable à la ville de Paris, alors véritablement le
cœur de la France; les mécontents et les factieux perdraient, par ce
moyen, la facilité de leur retraite... La puissance de la France se
rendrait redoutable à tous ses voisins et particulièrement aux
Anglais... Si la France doit appréhender quelque chose de la maison
d'Autriche, ce ne peut être que du côté de la Flandre, parce qu'un
seul bon succès qu'ils remportent peut mettre aussitôt l'épouvante
dans Paris. L'acquisition des Pays-Bas nous garantit de ces craintes
pour jamais... Il est aussi évident que les Espagnols ne sauraient
donner des assistances considérables à aucune faction qui puisse se
former en France, que du côté de la Flandre, où les forces ont
toujours été prêtes à cela et sont plus à craindre parce qu'elles sont
plus aguerries. D'ailleurs, les peuples de la Flandre, qui souffrent
des oppressions incroyables, leur pays étant le théâtre de la guerre
depuis si longtemps, trouveront tel changement à leur condition qu'on
ne peut pas douter que nous n'eussions bientôt gagné leur amour quand
ils se verraient assurés de jouir à jamais d'une profonde tranquillité
avec toutes sortes de commodités et d'avantages sous la domination de
cette couronne... Enfin je serais trop long si je voulais parler en
détail des avantages et des commodités que nous donnerait par le
commerce et par divers autres moyens une si importante acquisition, et
même du port de Mardik et de Dunkerque, qui est le plus beau et le
plus commode qui soit dans la mer océane et le plus considérable à
notre égard pour nous rapprocher de messieurs les états et pour
regarder comme il faut l'Angleterre.»

Mazarin n'obtint point des puissances représentées au congrès de
Munster qu'elles abdiquassent leurs jalousies politiques pour
consentir à l'agrandissement du territoire français, et le traité du
30 janvier 1648 ne fut favorable qu'aux prétentions des
Provinces-Unies dont l'Espagne reconnaissait l'indépendance. Il leur
assurait de plus la conservation de tous les forts qu'elles avaient
conquis, et ne rétablissait les relations commerciales qu'en réservant
expressément aux Provinces-Unies la souveraineté de l'Escaut et le
droit soit de le fermer, soit d'y établir telles taxes qu'elles le
jugeraient convenable. Il stipulait toutefois la démolition de la
plupart des forts de la rive gauche appartenant soit aux Espagnols,
soit aux Hollandais, qui étaient, pour les populations voisines, un
objet constant d'inquiétude et d'effroi.

La France refusait de s'associer à la paix de Munster. Le prince de
Condé ne craignit point de livrer bataille dans les plaines de Lens,
qui avaient vu l'année précédente tomber le maréchal de Gassion. Son
triomphe effaça le souvenir de tous les revers qu'avaient subis les
armes de la France. Furnes ouvrit ses portes, et toute la Flandre
aurait été perdue si les troubles de la Fronde n'eussent armé les uns
contre les autres, sur un terrain plus étroit, les hommes qui
venaient, en combattant ensemble sous les mêmes bannières, de porter
si haut la gloire de leur courage et de leur génie. Les Espagnols
rentrent à Ypres et à Saint-Venant. Condé, cherchant un asile dans
leur camp comme le plus illustre des transfuges, semble leur porter la
victoire. Peu s'en faut qu'il n'y conduise avec lui le vicomte de
Turenne, jusqu'alors son lieutenant, depuis son digne émule. Turenne
et Condé, réunis contre Mazarin, eussent fait changer la fortune de la
France. Turenne, resté fidèle à Mazarin, rétablit l'égalité de la
situation en s'opposant à Condé.

Cependant la Flandre respirait: ses dangers s'étaient éloignés, et il
lui suffisait de goûter quelques jours de paix pour trouver dans leur
durée, quelque incertaine qu'elle pût être, le gage du retour de sa
prospérité. Les magistrats de Bruges avaient chargé l'échevin de Wree
de se rendre à la Haye, afin qu'il représentât aux états des
Provinces-Unies les avantages de la situation de la ville de Bruges,
qui devait redevenir une cité toute commerciale en recouvrant les
franchises et les libertés dont elle avait joui autrefois. Il les
engagea à y établir leurs comptoirs, et fit les mêmes propositions
d'abord à la Compagnie des marchands anglais fixés à Rotterdam, puis
aux villes hanséatiques. Ces négociations parurent d'abord faire
espérer quelque succès. Les Provinces-Unies et les villes de la Hanse
envoyèrent des députés à Bruges. Les marchands anglais semblaient
également disposés à quitter Rotterdam, où ils vendaient peu, pour
aller retrouver à Bruges la résidence à laquelle ils étaient restés
fidèles pendant tout le moyen-âge. Ils demandaient le libre exercice
de leur religion et la sûreté de leurs personnes et de leurs biens;
mais ils exigeaient de plus la révocation de toutes les défenses
émanées des rois d'Espagne relativement à la vente des draps anglais.

L'industrie des draps s'était rapidement affaiblie en Flandre. Les
états de Flandre, qui se contentaient en 1511 d'une légère taxe sur
les draps d'Angleterre, d'Écosse et de France vendus aux Pays-Bas,
dont on évaluait la valeur à six cent mille florins, réclamaient en
1592 une prohibition absolue. Grâce à leurs représentations, les taxes
furent augmentées. Un instant abolies en 1604, elles furent de nouveau
élevées en 1613. C'était leur suppression complète qu'exigeaient les
marchands anglais de la Compagnie de Rotterdam, comme condition de
leur retour à Bruges. On ignore si un dernier effort des tisserands
flamands fit rejeter leur demande, et les historiens qui racontent la
stérilité de ces négociations avec la Hollande, les villes
hanséatiques et les marchands anglais, se contentent d'alléguer, comme
un motif qui l'explique assez, les dangers qui, dans toutes les
guerres, menaçaient Bruges mal protégée par la puissance espagnole
contre l'invasion des armées françaises.

Lorsque ces rêves de prospérité commerciale se furent évanouis,
l'inquiétude qui agitait tous les esprits, les porta à chercher un
autre aliment dans les disputes théologiques. Les ouvrages laissés par
Corneille Jansénius, évêque d'Ypres, commençaient à soulever la longue
et véhémente controverse du jansénisme.

Si les discordes se glissaient jusqu'au sein des idées religieuses
pour développer l'esprit de discussion contre le principe de
l'autorité, l'anarchie qui régnait dans le monde politique n'était ni
moins déplorable, ni moins profonde; les rois eux-mêmes en donnaient
l'exemple en applaudissant à l'insurrection qui menaçait Charles Ier.
Dès 1642, des agents des niveleurs anglais s'étaient assuré l'appui de
la Hollande, de l'Espagne et de la France contre le malheureux prince
qui venait de tirer l'épée pour défendre les droits de sa couronne.

La Hollande, pleine d'enthousiasme pour une révolution qui semblait
rappeler la sienne, reprochait à Charles Ier d'être hostile aux
réfugiés hollandais et flamands, ennemis déclarés de l'Église établie,
qui soutenaient à Londres, contre l'évêque Wren, une lutte dont
l'évêque Grindall avait donné l'exemple sous Élisabeth. Un grand
nombre avaient cru devoir s'éloigner, et leur départ avait été une
calamité pour l'industrie de plusieurs cités de l'Angleterre.

En Flandre, don Francisco de Mellos interceptait tous les secours
qu'attendait Charles Ier; il se souvenait de l'appui que les Anglais
avaient accordé au roi de Portugal.

Par un motif tout différent, le cardinal de Richelieu avait pris une
part active au développement de l'insurrection en Écosse, afin que
l'Angleterre fût tellement affaiblie qu'elle ne pût jamais songer à se
réunir à l'Espagne contre la France. Selon une autre opinion, il
voulait se venger de Charles Ier, qui s'était vivement opposé à son
projet de partager les Pays-Bas entre la France et la Hollande.

«Les princes et les rois, dit Clarendon, étaient trop faibles pour
maintenir l'ordre chez eux; mais ils cherchaient tous à le troubler au
dehors.»

Lorsque Cromwell, placé tout à coup entre un trône brisé par son
crime, et un trésor épuisé par ses intrigues, fut réduit à faire
vendre à l'encan, pour payer ses séïdes et consolider son usurpation,
les dépouilles sanglantes d'un roi, ce furent de nouveau les grandes
puissances monarchiques de l'Europe qui se partagèrent les trophées de
Whitehall. Jamais leur honte n'avait été plus complète; et pour parler
comme Bossuet, il semblait que Dieu, en réservant à l'avenir le soin
de ses terribles enseignements, eût abandonné les princes à leur
propre faiblesse.

Le roi d'Espagne fit acheter des meubles précieux que dix-huit mules,
caparaçonnées aux armes royales de Castille et d'Arragon, portèrent du
port de la Corogne à Madrid. L'archiduc Léopold choisit les meilleurs
tableaux pour orner son palais de Bruxelles. La reine de Suède
préféra les médailles et les joyaux. Les tapisseries furent vendues au
cardinal Mazarin, ministre de Louis XIV, qui nommait Cromwell le plus
grand homme du monde, et que Richard Cromwell appelait à son tour le
constant et fidèle ami et très-dévoué allié de son père.

En France, le parlement cherchait aussi à accroître sa puissance, mais
c'était en attaquant Mazarin. Cette lutte, longtemps renfermée dans
les rues de Paris, allait enfin s'élever, dirigée par Condé et
Turenne, aux plus savantes combinaisons de l'art de la guerre.

Lorsque ces deux célèbres capitaines se trouvèrent vis-à-vis l'un de
l'autre, l'un, n'ayant pu encore oublier la gloire de son adversaire
dont naguère il exécutait les ordres, l'autre, réduit à opposer une
armée étrangère, démoralisée par ses triomphes mêmes, aux troupes
qu'il avait disciplinées et encouragées par ses succès, le soin de
leur renommée parut leur faire craindre de se rencontrer. Des siéges
furent le but de leurs efforts réciproques. L'archiduc Léopold, qui
avait reconquis Dunkerque et Gravelines, fut repoussé devant Arras;
mais la fermeté de Condé assura sa retraite. Plus tard, lorsque don
Juan d'Autriche, fils illégitime du roi Philippe IV, fut venu
remplacer l'archiduc Léopold, Turenne éprouva devant Valenciennes un
échec semblable à celui des Espagnols devant Arras (17 juillet 1656).

Le cardinal Mazarin, qui avait banni Condé, venait de s'allier de plus
en plus étroitement avec l'Angleterre. Il fit donner par le jeune roi
Louis XIV, petit-fils de Henri IV, le titre de frère à l'usurpateur
auquel une fille de Henri IV pouvait reprocher son veuvage.

Cromwell, moins favorable à l'Espagne, n'avait reconnu les services
que lui avait rendus autrefois don Francisco de Mellos que par une
déclaration de guerre où il rappelait à Philippe IV, non pas le sang
qu'il avait laissé répandre à Londres par un étroit sentiment d'envie,
mais celui qui avait été versé dans les Pays-Bas par les ordres de son
aïeul Philippe II.

Le cardinal Mazarin avait fait ignominieusement chasser de France, au
nom de Louis XIV, les fils de Charles Ier; à peine obtinrent-ils,
grâce au refroidissement des relations politiques entre l'Angleterre
et l'Espagne, un modeste et douteux asile dans les États du monarque
qu'insultait Cromwell. «Les Espagnols, dit Clarendon, ne voulurent
jamais consentir que le roi (Charles II) demeurât à Bruxelles, ni à
Anvers, ni en aucun autre lieu où le gouvernement serait tenu d'être
instruit de sa résidence, ce que l'honneur du roi d'Espagne ne pouvait
pas permettre, à moins qu'il n'y séjournât avec une pompe toute
royale, ce qui occasionnerait des frais auxquels s'opposait l'état de
leurs affaires. Mais ils lui firent comprendre que s'il voulait se
retirer à Bruges et y vivre _incognito_ sans qu'on fût obligé de se
mettre en frais pour l'y recevoir, ils étaient assurés que les
habitants de cette ville auraient pour lui beaucoup d'égards.» Le
gouvernement espagnol accordait à Charles II et au duc de Glocester
une pension de neuf mille livres par mois: une convention secrète
portait de plus qu'il leur fournirait un corps de six mille hommes si
un parti se formait en leur faveur en Angleterre.

Charles II logea à Bruges chez lord Tarah, réfugié irlandais dont la
mère était flamande. L'évêque de Bruges et le bourgmestre Marc
d'Ognate lui prodiguaient les témoignages du respect qu'ils portaient
à son malheur, et Charles II s'en montrait d'autant plus reconnaissant
qu'il ne pouvait oublier que c'était aussi de Bruges qu'Édouard IV
était parti de la terre de l'exil pour monter sur le trône. Une flotte
anglaise était venue, comme au quinzième siècle, bloquer les ports de
Flandre afin de lui faire expier la généreuse hospitalité que les rois
proscrits étaient toujours assurés de trouver au foyer des franchises
communales; de plus, six mille soldats de la même nation, choisis
parmi ces têtes rondes qui confondaient dans la même exécration le
sceptre et la tiare, abordèrent en France pour soutenir un cardinal
italien dans sa faveur près d'un roi en allant chasser Condé de la
Flandre. Mais Cromwell savait bien quel devait être le prix de ce
secours, et ses soldats, dociles à sa voix puissante, se persuadèrent
aisément qu'en saccageant une terre couverte de monastères et asile
des fils de Charles Ier, ils poursuivaient l'œuvre commencée sur les
champs de bataille de Marston-Moor et de Naseby.

La Hollande se préparait à se joindre à la France et à l'Angleterre.
L'ambassadeur espagnol, don Estevan de Gamarra, présenta à ce sujet
aux états généraux, le 21 juillet 1656, une longue note où il
représentait qu'un semblable projet ne pouvait émaner que «de
quelques esprits préoccupés de dangereuses maximes et plus attachés à
leurs avantages particuliers qu'au véritable intérêt de l'État;» qu'il
était bien plus de l'intérêt des états généraux de protéger les
provinces du «corps belgique» menacées par les puissances voisines;
que les Pays-Bas espagnols étaient pour eux «une ferme barrière et un
rempart» contre les Français et les Anglais; que déjà ces deux nations
s'étaient partagé les villes maritimes de la Flandre et que l'on ne
pouvait attendre d'elles «que la grâce de Polyphème.» Il terminait en
renvoyant à Louis XIV l'accusation d'aspirer à la monarchie
universelle, accusation que les Français avaient fréquemment dirigée
contre les Espagnols. Tous les efforts de don Estevan de Gamarra
furent inutiles.

Don Juan d'Autriche avait convoqué à Bruges une assemblée générale des
députés de la province de Flandre. Il y rappela l'alliance de la
France et de l'Angleterre, et la réunion de deux armées ennemies qui
s'avançaient vers Dunkerque, sous le commandement de Turenne. On ne
pouvait opposer à cette redoutable invasion que des troupes à qui l'on
devait un an de solde et que les désertions affaiblissaient chaque
jour. Les états de Flandre, qui accordaient déjà depuis longtemps un
subside de cent mille florins par mois, votèrent un nouveau secours
extraordinaire d'un demi-million de florins. Mais, lorsqu'on put payer
les soldats et calmer leurs murmures, ils se trouvèrent sans chef
digne de combattre Turenne. Condé avait été saisi à Nieuport d'une
fièvre violente. On le transporta à Bruges, et de là à Gand à l'abbaye
de Saint-Pierre. Son mal faisait chaque jour de nouveaux progrès. Il
arriva même que le bruit de sa mort se répandit. Cependant, il guérit,
et les Espagnols placèrent de nouveau toutes leurs espérances dans un
bras qui naguère encore les remplissait de terreur.

Turenne ne tarda point à se porter d'Hesdin vers Bergues; et, le 25
mai 1658, après s'être emparé de quelques forts peu importants, il
établit son camp devant Dunkerque. Une flotte anglaise vint en même
temps attaquer la ville du côté de la mer.

Le 14 juin fut livrée la bataille des Dunes, la plus glorieuse des
victoires de Turenne, puisqu'elle fut gagnée sur Condé.

Le même jour, le marquis de Lede, gouverneur de Dunkerque, avait fait
une sortie pour attaquer les Français, qui gardaient les tranchées. Il
y fut grièvement blessé, et sa mort hâta la reddition de la ville.
L'armée française l'occupa par capitulation le 25 juin, et la remit
aussitôt après, à la grande honte de la France, aux ambassadeurs de
Cromwell.

Turenne s'avança vers Loo. Ypres, Audenarde, Grammont, Ninove, Menin,
tombèrent au pouvoir des Français. Dans la plupart des villes, la
terreur des soldats espagnols était si grande qu'ils forcèrent leurs
capitaines à capituler. Un seul château se défendit vaillamment: ce
fut le château de Gavre. La garnison en paraissait nombreuse; à chaque
créneau flottaient des drapeaux, et des roulements de tambour,
particuliers aux divers corps de l'armée espagnole, annonçaient que
plusieurs régiments y étaient réunis. Une capitulation honorable fut
accordée aux assiégés; elle portait qu'ils pouvaient se retirer
bannières déployées. Mais, au grand étonnement des Français, on ne vit
paraître qu'un laboureur, qui s'était enfermé dans le château de Gavre
avec quatorze compagnons. Les souvenirs de la lutte communale, dont
Gavre avait vu la dernière journée, avaient inspiré son héroïsme. Tel
est le récit que j'ai recueilli de la bouche de quelques vieillards,
en parcourant les collines où s'éleva jadis le camp de Philippe le
Bon. Il est plus certain que Turenne démantela le château de Gavre.
Les gloires des temps modernes effaçaient les derniers vestiges des
gloires du moyen-âge, auquelles elles étaient appelées à succéder.

Au milieu de ces revers des armes espagnoles, un seul succès vint
consoler don Juan d'Autriche. Le maréchal d'Aumont avait formé le
projet de s'emparer d'Ostende par trahison. Un colonel, nommé
Sébastien Spinteleer, avait feint d'écouter ses propositions, et on
lui avait promis pour prix de ses services quatre cent mille florins.
En effet, il ouvrit les portes d'Ostende et livra aux Français le
bourgmestre du Franc, Marc d'Ognate, qui avait consenti à remplir le
rôle du gouverneur, bien qu'il sût qu'il en dût résulter pour lui une
captivité de quelques heures; mais, à un signal convenu, les
Espagnols, qui s'étaient cachés dans les églises, se montrèrent, et le
maréchal d'Aumont fut retenu prisonnier avec tous les siens dans une
ville dont il s'était trop hâté d'annoncer la conquête à Mazarin.

Si la Flandre avait perdu Dunkerque, elle conservait Ostende,
héritière de la puissance maritime de Dunkerque. Dès 1646, époque du
premier siége de cette ville, on avait vu émigrer à Ostende ses marins
les plus habiles, entre autres Jean De Bock, qui dit dans une lettre
adressée à Philippe IV: «Je ne rappellerai point tous mes travaux et
tous mes efforts depuis 1636, pour armer des vaisseaux et pour équiper
des flottes qui furent, comme le disait le comte de Penaranda après le
traité de Munster, le frein qui arrêta les excursions des Hollandais
et qui contribua à faire conclure la paix. En quittant Dunkerque pour
nous fixer à Ostende, mes amis et moi nous avons réussi à relever la
marine militaire, de telle sorte que la ville de Dunkerque, fameuse
dans le monde entier, semble avoir émigré avec nous et être enfermée
aujourd'hui dans Ostende. En 1649, quatre de mes navires menacèrent
Dunkerque; deux années plus tard, j'en envoyai quatorze croiser devant
le même port, qui fut bloqué si étroitement pendant sept semaines que
Neptune lui-même, porté par les Tritons furieux, n'eût pu y pénétrer.
En 1652, vingt-cinq vaisseaux, que l'archiduc Léopold me chargea
d'armer, coopérèrent activement à la conquête de Gravelines, de
Mardick et de Dunkerque. La Flandre est encore prête à réunir de
nouvelles flottes pour attaquer les navires anglais; il en résultera
des fruits abondants pour l'honneur de Dieu et pour le vôtre: vos
ennemis en seront les témoins et ils en seront jaloux: _videbunt
hostes tui et invidebunt_.»

Souvent les vaillantes frégates d'Ostende ou ses légères corvettes
(tel est, dit Ménage, le nom que l'on donne aux petits écumeurs
ostendais qui chassent les pêcheurs normands) arrêtaient les navires
hollandais ou anglais qui abritaient sous leur pavillon des
marchandises françaises. On vit même un marin d'Ostende, nommé Rasse
Brauwer, faire plonger dans la mer le capitaine d'un navire anglais,
afin de le contraindre à déclarer que la cargaison qui lui était
confiée, appartenait à des Français. De là de vives réclamations du
conseil d'État de la république d'Angleterre, exprimées dans une
lettre où l'on rappelle les relations commerciales qui existèrent de
tout temps avec la Flandre, _ne qua ejusmodi interceptio deinceps
fiat, quin amicitia quæ nostris hominibus cum Flandris intercedit sine
ulla violatione conservetur_.

Cette lettre avait été dictée par un aveugle qui était, dit
Whitelocke, secrétaire du conseil d'État pour les lettres latines.
Peut-être descendait-il d'un chef d'archers anglais chargé, avec
Thomas d'Euvringham, de défendre les communes flamandes contre Louis
XI, qui portait le même nom que lui, celui de John Milton. Les
plaintes sur la capture du navire de Jean Godall, par Rasse Brauwer,
sur le rapt de Jeanne Pucchering, qui avait été conduite à Ypres, sur
la détention de Charles Harbord, arrêté à Bruges par les créanciers du
comte de Suffolk, avaient la même source que le souffle poétique qui
chanta les mystères de la création et les premières amours d'Éden.

Lorsqu'en 1655 une guerre ouverte éclate entre l'Espagne et
l'Angleterre, après un manifeste également composé par Milton, les
flottes d'Ostende se signalent de nouveau. Rasse Brauwer reparaît et
brille entre tous par son courage. Treize corsaires d'Ostende et de
Dunkerque s'emparent de quarante navires anglais; en juin 1656, ils
enlèvent d'autres navires inutilement protégés par un vaisseau de
guerre hollandais, qui partage le même sort.

Négociations entre la France et l'Espagne. Paix des Pyrénées, conclue
malgré l'opposition de Turenne, qui assurait qu'en deux campagnes il
soumettrait tous les Pays-Bas. Mariage de Louis XIV avec l'infante
Marie-Thérèse. L'une des conditions de ce traité, où l'habileté des
ministres espagnols répara les malheurs de leurs armes, était la
restitution des conquêtes de la France en Flandre, à l'exception de
Saint-Venant, de Gravelines et de Bourbourg, et la renonciation de
l'infante à tous les droits héréditaires que plus tard elle aurait pu
invoquer. Dix articles (ce n'était pas trop) assuraient la rentrée de
Condé en France (7 novembre 1650).

La paix avec l'Angleterre fut conclue bientôt après. Charles II, après
avoir vainement songé à reconquérir son royaume en réunissant autour
de lui, à Bruges, les régiments de Wentworth, d'Ormond, de Rochester
et de Newbury, y était rentré sans contestation dès que la mort de
Cromwell eut brisé le joug sous lequel tremblait l'Angleterre, et
c'était au palais même de Whitehall que le parlement s'était jeté
humblement à ses pieds.

Charles II n'oublia pas l'hospitalité qu'il avait reçue en Flandre; il
accorda d'importants priviléges à ses marchands et à ses pêcheurs.
Plus tard, il créa chevalier un bourgeois de Bruges nommé Raphaël
Coots, qui lui avait rendu de grands services pendant son exil.

En 1662, Charles II vendit à Louis XIV la ville de Dunkerque, que
Mazarin avait donnée à Cromwell. A Dunkerque, la France menaçait à la
fois la Flandre et l'Angleterre.

Plusieurs années s'étaient écoulées depuis que le roi d'Angleterre
avait quitté Bruges, lorsqu'on y proclama comte de Flandre le roi
d'Espagne Charles II. Tel était le nom que portait l'héritier de
Philippe IV, qui était mort au mois de septembre 1665. J'ai déjà
remarqué que l'avénement de Philippe le Beau marqua la décadence de la
dynastie de Philippe le Hardi. Charles II doit clore dans nos
provinces celle des rois d'Espagne issus de Charles-Quint.

Vers cette époque, le président Hovinnes rédigea un mémoire sur
l'administration des Pays-Bas, où il s'occupait de la Flandre, divisée
alors en trois parties principales: Flandre proprement dite,
châtellenies de Lille, de Douay et d'Orchies, Tournésis. La première
n'avait plus de gouverneur. «En cette partie de Flandre, dit le
président Hovinnes, il n'y a point de procureur provincial, hors qu'il
en souloit avoir ci-devant; mais, depuis les troubles, on a trouvé bon
d'abolir cette charge, vraisemblablement pour la trop grande puissance
qu'elle attire à soy.»

Le gouvernement espagnol s'occupa assez peu des projets de réforme du
président Hovinnes. Le marquis de Castel-Rodrigo, qui avait succédé an
marquis de Caracena, se contenta de donner l'ordre de se couper les
cheveux à l'espagnole, sans qu'il fût permis de s'habiller à la
française. Les uns rirent tout bas de cette défense; d'autres
murmurèrent. Le marquis de Castel-Rodrigo l'apprit et sa colère
s'appesantit sur les magistrats de Gand et de Bruges.

Cependant, la Flandre multipliait en ce moment même ses efforts pour
rendre à Bruges son ancien commerce. Renonçant désormais à d'inutiles
prières toujours repoussées par les Hollandais, si fiers d'être
maîtres de l'Écluse, elle faisait transformer en larges canaux les
voies d'eau à peine navigables qui joignaient à Ostende Nieuport,
Bruges et Gand. Le canal d'Ostende était surtout admirable. Les
navires de deux cent vingt tonneaux pouvaient arriver aisément à
Bruges, sans être soumis à aucun droit de tonlieu, et l'immunité des
droits d'accises était assurée à tous les marchands étrangers qui
viendraient s'y établir. De Bruges, des barques de cinquante tonneaux
pouvaient, par les eaux intérieures, communiquer avec Gand, Anvers,
Bruxelles et Tournay. La Zélande se montrait d'autant plus jalouse de
ces grands travaux que le bruit s'était répandu qu'Ostende allait être
déclaré port franc, selon le conseil que les villes hanséatiques
avaient, peu d'années auparavant, donné aux magistrats de Bruges. Si,
comme on le craignait, la guerre eût éclaté entre la Hollande et
l'Angleterre, la liberté du commerce aurait sans doute appelé en
Flandre une foule de marchands qui y eussent servi utilement les
intérêts des habitants rendus à l'activité des relations
industrielles, et ceux du gouvernement lui-même, assez sage pour
comprendre qu'il n'est jamais plus riche que lorsqu'en modérant les
taxes, il accroît les richesses des peuples.

Les Espagnols ne firent rien pour concourir au rétablissement de la
prospérité de la Flandre. Tout ce qui était soumis à leur influence,
était frappé de dépérissement et de ruine. La famine avait succédé à
de longues guerres; la peste succéda à la famine. Ses ravages furent
effroyables. Des rues entières perdirent, dans plusieurs villes, tous
leurs habitants. Une vague terreur frappait les esprits à la vue de la
baguette blanche clouée sur les maisons des pestiférés, dont les
médecins et les prêtres ne pouvaient s'approcher que couverts d'un
manteau rouge qui avertit de loin de fuir leur approche.

La paix même, dernière espérance de la Flandre, allait lui manquer;
Louis XIV, impatient de se livrer à une ambition belliqueuse longtemps
étouffée par l'étroite circonspection de Mazarin, cherchait dans un
mariage qui eût dû éterniser la concorde, un nouveau prétexte de
guerre. C'était une tradition de la politique française, que tôt ou
tard un roi de France, réparant la faute de Louis XI et de Charles
VIII, devait, par un mariage, s'assurer les Pays-Bas. Mazarin ne
l'avait pas oublié; mais il n'avait pas réussi à donner à son maître
cette dot si enviée; la paix des Pyrénées renfermait la renonciation
de l'infante Marie-Thérèse à tous ses droits héréditaires, et il y
était même expressément déclaré «que la sérénissime infante et les
descendants d'icelle demeurent à l'avenir et pour jamais exclus de
pouvoir succéder en aucun temps ni en aucun cas ès estats du pays de
Flandres, comté de Bourgogne et de Charrolois, leurs appartenances et
dépendances.»

A cette renonciation formelle qu'opposait l'habileté diplomatique?
Quelques faibles objections sur la validité des clauses du traité,
tirées de ce que la dot de la reine n'avait pas été intégralement
payée. On alla même jusqu'à chercher dans le droit civil des Pays-Bas
un prétexte pour en violer les frontières. Le droit de dévolution fut
invoqué; on donnait ce nom à une coutume qui établissait, dans
quelques villes du Brabant, que les enfants nés en secondes noces ne
pouvaient dépouiller de leurs droits ceux qui étaient issus d'un
premier mariage.

Les premières insinuations relatives à la prétention de Louis XIV de
s'attribuer un jour la souveraineté des Pays-Bas espagnols par droit
de dévolution avaient été soumises, le 6 mars 1662, au gouvernement de
Philippe IV par l'archevêque d'Embrun, qui rappela que la reine de
France «estoit l'aînée de la maison et que ces pays lui appartenoient
à l'exclusion même du prince d'Espagne.» Les Hollandais en reçurent
sans doute quelque avis, et, dès l'année suivante, ils proposèrent,
par le conseil de Jean de Witt, de reprendre les négociations telles
qu'elles avaient été entamées sous le ministère du cardinal de
Richelieu. «Monsieur de Witt m'est venu trouver, écrivait à Louis XIV
le comte d'Estrades, son ambassadeur en Hollande, pour me dire que
deux des députés des quatre membres de Flandre sont venus lui
proposer, de la part de six des principales villes de Flandre, que
s'il voulait disposer la Hollande à les favoriser et s'unir avec elles
pour former une république comme les cantons suisses, qu'ils se
sentent assez forts pour chasser les Espagnols des Pays-Bas et qu'ils
se soutiendraient avec leurs alliances contre toutes les puissances
qui les viendraient attaquer; que ce qui faisait ouvrir les yeux à
toute la province de Flandre était la tromperie des Espagnols, qui les
amusaient depuis un an d'une ligue et union des dix-sept provinces
avec cet État, et que, plutôt que de se laisser accabler par les
Espagnols, ils veulent se mettre en liberté. Monsieur de Witt m'a
parlé comme croyant que ce serait un grand avantage à l'État, mais
comme j'ai compris d'abord que c'était une affaire très-dangereuse
pour le service de Votre Majesté, et que si une fois ces provinces
avaient reconnu les dix provinces que le roi d'Espagne possède pour
république et que l'union proposée s'ensuivît, que leurs forces
seraient si grandes que Votre Majesté aurait de la peine d'en venir à
bout lorsque le temps sera venu de faire valoir ses prétentions sur la
Flandre. Je lui dis que cette même proposition avait été faite à Votre
Majesté lorsqu'elle vint à Dunkerque, mais qu'elle l'avait rejetée, et
que je ne jugeais pas que messieurs les états pussent prendre parti
dans cette affaire après le refus que Votre Majesté en a fait, et
particulièrement dans une alliance et un traité faits nouvellement
entre Votre Majesté et cet État: mon appréhension est la jalousie que
les peuples auront d'avoir Votre Majesté trop voisine. Ils craindront
toujours sa grande puissance et connaîtront bien que leur commerce
sera entièrement ruiné dès que Votre Majesté sera maîtresse de la
Flandre...»

Louis XIV, moins crédule que le comte d'Estrades, se méfia sagement
des confidences si habilement calculées de Jean de Witt. Il blâma son
ambassadeur d'avoir révélé son projet d'étendre sa domination sur les
Pays-Bas, «la chose du monde que les états ont toujours le plus
appréhendée.--Il importe même, ajouta-t-il dans sa réponse au comte
d'Estrades, que je ne vous cèle pas le soupçon qui m'est tombé dans
l'esprit dès que j'ai vu votre dépêche, que toute la précieuse
proposition de ces deux députés pouvait n'être qu'une chimère et une
fiction du sieur de Witt, habile et adroit comme il est, pour tâcher
de savoir mes sentiments.» Par une autre lettre également
confidentielle, le roi de France chargeait son ambassadeur d'affecter
un grand désintéressement en témoignant le désir de voir les
Provinces-Unies profiter des brillantes propositions qui leur étaient
adressées: son espoir était d'y trouver quelque moyen de reculer ses
frontières, soit que la Hollande lui offrît un partage pour obtenir
son appui, soit que les Espagnols s'empressassent de lui céder, en
payement de la dot de la reine, des possessions qu'ils ne pourraient
plus conserver. Une troisième lettre était destinée à être montrée à
Jean de Witt: «Assurez-le bien que je l'exhorte autant qu'il m'est
possible, y lisait-on, à ne pas perdre une occasion si favorable
d'immortaliser sa gloire par un avantage de si grande considération
pour sa patrie et pour le bien public; qu'il considère que les
volontés des peuples sont fort variables, que la prudence veut qu'on
ne donne pas lieu par de longues délibérations à laisser à leur
légèreté le moyen de changer de pensée, et qu'il importe même
extrêmement de hâter l'effet de la proposition avant l'arrivée en
Flandre du frère de l'Empereur, qui pourrait donner une autre face aux
affaires et rendre les peuples plus retenus à chercher leur sûreté et
leur repos par la voie où ils veulent bien aujourd'hui marcher. Je
trouve que la proposition est bonne et infiniment désirable et qu'elle
doit être embrassée et poussée avec ardeur, application, dextérité et
grand secret, pour l'avantage commun de cette couronne et des
Provinces-Unies qui doivent toutes deux se proposer pour principal
objet d'affaiblir de plus en plus une puissance dont elles auraient
toujours beaucoup à se méfier et à craindre si on lui laissait le
temps et les moyens de se relever. L'expulsion des Espagnols de la
Flandre a toujours été, depuis qu'ils la possèdent, le but des rois
mes prédécesseurs et le mien, et si dans la dernière guerre j'eusse pu
porter les peuples à prendre la résolution où ils viennent aujourd'hui
d'eux-mêmes, je ne l'aurais guère moins estimé que d'en faire la
conquête.»

Le langage de Jean de Witt fut plus explicite dans une nouvelle
conférence qu'il eut avec le comte d'Estrades. Il allégua d'une part
le danger qu'il y aurait pour la Hollande à voir la France dominer
dans les Pays-Bas, ce qui donnait lieu de penser «qu'en ce cas une
puissance comme celle d'Espagne leur serait plus avantageuse;» d'autre
part il reconnut «qu'on pourrait donner de l'ombrage au roi; que les
états et une république en Flandre, leur alliée, seraient ensemble
trop puissants et pourraient, selon les conjonctures des temps,
prendre l'occasion de faire la guerre à la France, ainsi que les ducs
de Bourgogne ont fait plusieurs fois.» Il croyait donc devoir proposer
de laisser les Pays-Bas se constituer en république indépendante sous
la protection que leur accorderaient la Hollande et la France,
protection dont le prix était fixé pour Louis XIV à la cession de
l'Artois et des villes de Cambray, de Bergues, de Furnes et de
Nieuport, pour les états à celle des villes de Bruges, d'Ostende, de
l'Écluse et du territoire environnant. Dans un projet plus développé,
il posa deux hypothèses: la première, «que les Pays-Bas se
constitueraient en république libre et indépendante, alliée en canton
catholique avec messieurs les états et appuyée de la France par une
alliance très-étroite;» la seconde, que les états s'engageraient à
soutenir les droits éventuels de Louis XIV sur les Pays-Bas et
obtiendraient de nouvelles frontières dans lesquelles seraient
comprises les villes d'Ostende, de Bruges, de Gand, de Termonde, de
Malines et de Maestricht.

Il paraît que Louis XIV approuva fort les plans du grand pensionnaire
de Hollande. Sans s'arrêter plus longtemps à la fable déjà oubliée du
message des députés des quatre membres de Flandre, il pressa la
conclusion d'un traité secret; mais ces négociations rencontraient
mille obstacles en Hollande. Les marchands d'Amsterdam étaient
contraires à une extension de territoire qui eût favorisé la rivalité
commerciale d'Anvers. Plusieurs notes furent échangées; toutes
reposaient sur l'intention formelle attribuée aux Pays-Bas de se
constituer en république, «attendu qu'ils avaient vu, par une fâcheuse
expérience, que depuis cent cinquante ans qu'ils sont tombés sous la
domination de la maison d'Autriche, leur pays n'a été qu'un sanglant
théâtre de guerres, de misères et de désolations.» Le seul résultat
que dussent produire ces longs efforts, pour donner une forme
convenable à un traité dont les principales clauses étaient déjà
adoptées, fut de laisser à Louis XIV le temps de se convaincre qu'il
ferait mieux de ne partager avec personne ses droits sur les provinces
occupées par les Espagnols.

(Mai 1667). Louis XIV envahit les Pays-Bas, qu'aucune armée ne
protégeait. Bergues, Furnes, Tournay, Douay, Ath, Courtray et
Audenarde capitulèrent; Termonde s'abrita au milieu des inondations de
la Dendre et de l'Escaut; Lille seule osa tenter une résistance qui ne
fut pas sans gloire. La garnison qui était nombreuse, avait fait
ériger devant l'hôtel de ville un cheval de bois avec une botte de
foin: il portait ces vers inspirés par le souvenir «du grand cocq de
toile painte» qui défiait à Cassel, en 1328, l'armée de Philippe de
Valois.

    C'est bien en vain. Français, que vous pensez nous prendre,
    Encore que tout secours nous manque au besoin;
    Vous perdrez votre temps; plutost qu'on nous voye rendre,
    Ce cheval mangera cette botte de foin.

Le comte de Brouay, gouverneur de Lille, fit demander à Louis XIV de
lui indiquer la position du pavillon royal, afin de diriger d'un autre
côté la canonnade. «Partout où est l'armée, là est le roi,» fit
répondre Louis XIV. Cependant la ville fut réduite à capituler; et
quand le comte de Brouay, qui l'avait défendue avec beaucoup de
courage, se présenta devant Louis XIV pour le saluer, il se trouva si
ému en sa présence qu'il lui fut impossible de trouver une parole;
mais Louis XIV le rassura, en lui disant: «Monsieur, j'ai du déplaisir
de votre malheur parce que vous êtes un galant homme qui avez fait
votre devoir pour le service de votre maître, et je vous en estime
davantage.»

Louis XIV ne tarda pas à se rendre à Arras, pour y offrir à la jeune
reine de France les lauriers de son expédition en Flandre.

        Le plus illustre de nos dieux
        Et son adorable compagne
    Ne pouvoient pas manquer d'être victorieux,
      L'un par son bras, et l'autre par ses yeux,
        Des villes et des cœurs d'Espagne[17].

  [17] _La Campagne royale de 1667_, par Dalicourt.

Pierre Corneille chanta les mêmes victoires sur un rhythme plus élevé:

    Que dirai-je de Lille, où tant et tant de tours,
    De forts, de bastions, n'ont tenu que dix jours?
    Ces murs si rechantés, dont la noble ruine
    De tant de nations flatte encor l'origine,
    Ces remparts que la Grèce et tant de dieux ligués
    En deux lustres à peine ont pu voir subjugués,
    Eurent moins de défense, et l'art en leur structure
    Avoit moins secouru l'effort de la nature;
    Et ton bras en dix jours a plus fait à nos yeux
    Que la fable en dix ans n'a fait faire à ses dieux.

Ce fut la Hollande qui interposa sa méditation entre la France et
l'Espagne. La Flandre ne faisait point de vœux pour la France; elle
n'aimait pas plus l'Espagne, dont la domination lui était devenue si
pesante, que l'on avait vu les échevins de Bruges refuser, en vertu de
leurs priviléges, les clefs de leur ville au comte Salazar pour les
garder eux-mêmes. Elle accueillit avec un respect mêlé d'anxiété
l'échevin d'Amsterdam, Conrad van Beuningen, qui traversa ses villes
pour aller remplir, à Versailles, au nom d'une petite république, les
fonctions d'arbitre entre deux grandes puissances absolues. Qui eût
dit, au commencement des troubles des Pays-Bas, qu'avant qu'un siècle
s'écoulât, la monarchie de Philippe II serait réduite à se placer sous
la protection des descendants de ceux qu'elle avait proscrits comme
des rebelles?

L'échevin van Beuningen fit conclure la paix à Aix-la-Chapelle, le 2
mai 1668. La France consentit à ne pas s'étendre davantage vers les
frontières de la Hollande; mais elle conserva Charleroy, Ath, Douay,
Tournay, Audenarde, Lille, Armentières, Bergues, Furnes et Courtray.
La Hollande n'était point rassurée; elle chercha à former contre le
roi de France une confédération à laquelle accéda l'empereur.

Cependant le roi d'Angleterre, qui s'était un moment rapproché de la
Hollande, s'en éloigna aussitôt pour proposer au roi de France une
alliance en vertu de laquelle on lui reconnut le droit d'occuper l'île
de Walcheren, le pays de Cadzand et le port de l'Écluse. Jean de Witt
fut instruit de ces négociations, et il crut les déjouer en faisant
offrir au roi de France, conformément au plan discuté en 1663, la
cession de Cambray, d'Aire, de Saint-Omer, de Furnes, de Bergues et
des châtellenies de Cassel, de Bailleuil et de Poperinghe, pourvu
qu'il abondonnât à la Hollande Ostende, Bruges, Damme, Blankenberge et
la Gueldre espagnole. Louis XIV comprit bien que ces propositions
n'avaient d'autre but que de rompre la paix d'Aix-la-Chapelle, et il
n'hésita pas à les repousser.

Louis XIV semblait prendre plaisir à étaler toute sa puissance. Il
vint, escorté de trente mille hommes et entouré d'une cour brillante,
visiter ses conquêtes des Pays-Bas. «La pompe et la grandeur des
anciens rois de l'Asie, dit Voltaire, n'approchaient pas de l'éclat de
ce voyage. Le roi, qui voulait gagner les cœurs de ses nouveaux
sujets, répandait partout ses libéralités avec profusion. L'or et les
pierreries étaient prodigués à quiconque avait le moindre prétexte
pour lui parler. Les principales dames de Bruxelles et de Gand
venaient voir cette magnificence. Le roi les invitait à sa table; il
leur faisait des présents pleins de galanterie. Ce fut une fête
continuelle dans l'appareil le plus pompeux.» Puis, lorsqu'il vit les
Hollandais inquiets de le savoir si près d'eux, il envoya la duchesse
d'Orléans presser la conclusion de son alliance avec le roi Charles
II, dont elle était sœur. Un traité secret, qui confirmait toutes
les prétentions du roi d'Angleterre, fut signé le 1er juin 1670.

Les menaces de Louis XIV n'éclatèrent que deux ans après. La Hollande
fut envahie et presque conquise, mais ces succès isolèrent le roi de
France de ses alliés. S'il insistait pour étendre entre la Meuse et le
Rhin les possessions de l'électeur de Cologne, il se montrait peu
empressé à livrer aux Anglais les portes de la Flandre, et voulait les
engager à se contenter de Delfzyl et de vingt villages. «Il m'importe,
en séparant deux puissances qui me sont légitimement suspectes,
écrivait-il le 23 juin 1672 à Colbert, de ne pas les réunir en quelque
sorte selon les accidents qui pourraient arriver à l'avenir par une
troisième, que j'établirais en terre ferme.» Louis XIV n'avait
peut-être pas assez considéré combien lui était précieuse l'alliance
de l'Angleterre.

Il faut ajouter que la Hollande réclamait l'appui de l'Espagne, son
ancienne ennemie. L'invasion française de 1667 avait préparé ce
rapprochement fondé sur le sentiment d'un péril commun. Au mois de
juillet 1668, Corneille Loots, envoyé des Provinces-Unies, se rendit à
Bruxelles pour se plaindre des capres d'Ostende, qui s'emparaient des
marchandises anglaises transportées sous pavillon hollandais; mais le
marquis de Castel-Rodrigo répliqua que les Hollandais, au temps de
leurs guerres contre l'Angleterre, s'étaient toujours attribué le
droit de visiter les navires flamands et d'y saisir les marchandises
anglaises, et qu'ils ne pouvaient trouver mauvais que l'on agît de
même. Les Provinces-Unies insistèrent; dans une lettre du 11 août,
elles adressèrent au marquis de Castel-Rodrigo des menaces de
représailles auxquelles don Estevan de Gamarra, ambassadeur espagnol à
La Haye, répondit par une note où on lisait: «Son Excellence trouve
bien étrange que Leurs Seigneuries veuillent se servir de termes si
impérieux et si despotiques contre un prince souverain, puisque c'est
tout ce que Leurs Seigneuries pourroient faire envers leurs subjects,
n'ayant jamais été la coutume que l'on prescrive à ceux qui ne le sont
pas, des lois semblables.» Des conférences eurent lieu: elles
n'amenèrent point de résultat, et la Hollande fit saisir dix-neuf
capres d'Ostende aux bouches de la Tamise; mais on ne tarda point à
les relâcher. On ne voulait pas, dit Aitzema, se mettre à dos les
Espagnols.

En 1672 la réconciliation est complète, et le comte de Monterey
retire dix mille hommes des garnisons de Flandre pour les placer sous
les ordres du jeune prince Guillaume d'Orange. Louis XIV lutte contre
l'Europe coalisée. Tandis que Turenne franchit le Rhin, Condé livre
aux Hollandais et aux Espagnols la douteuse et sanglante bataille de
Seneffe. Le prince d'Orange est forcé de lever le siége d'Audenarde.
Lorsque Turenne et Condé disparaissent du théâtre des combats, l'un
atteint par un boulet, l'autre chargé d'autant d'infirmités que de
lauriers, c'est aux maréchaux de Luxembourg et d'Humières que passe le
soin de guerroyer dans les Pays-Bas. Enfin, en 1676, le roi de France
se place lui-même à la tête de son armée de Flandre. Prise de Condé et
de Bouchain.

La grandeur militaire de la France a étonné les puissances
confédérées. Des négociations s'ouvrent pendant l'hiver de 1677. Louis
XIV demande la cession de Cambray aux Espagnols, qui répondent «qu'ils
aiment autant céder toute la Flandre que cette place.» D'un autre côté
il propose aux Provinces-Unies le partage des Pays-Bas: «Comme la
guerre et le traité de paix, écrit-il au comte d'Estrades, ont apporté
un grand changement au premier projet de 1635, vous pourriez en
prendre un plan tout différent qui convînt à l'état présent des
choses, et tel, toutefois, qu'il assurât une frontière forte et
considérable à la Hollande. Pour cela vous pourriez convenir d'une
ligne qu'il semble que la nature ait formée par les canaux et par les
rivières, pour couvrir ce qui appartiendrait aux états généraux du
reste des Pays-Bas, qui me demeureraient en partage. Elle devrait
commencer à Ostende, suivre le canal de Bruges jusques à Gand, prendre
ensuite l'Escaut jusqu'à l'embouchure du Demer et suivre cette
dernière rivière en la remontant jusques à Maestricht: ce serait
joindre, en cette sorte, la mer à la Meuse, et laisser dans la part
des états les grandes et puissantes villes qui se trouvent sur ces
rivières, particulièrement celle d'Anvers, qui est plus importante à
la Hollande que toute autre par sa situation si avantageuse pour le
commerce.»

Ces propositions, qui eussent eu pour résultat de faire approuver par
les Hollandais dans un traité ce qu'ils s'efforçaient d'empêcher en
prodiguant leur sang et leurs richesses, ne pouvaient point être
accueillies.

La guerre continue. Le 17 mars 1677, Louis XIV ouvre la campagne en
s'emparant de Valenciennes. Cambray, que les Espagnols lui ont refusé
l'année précédente avec tant de hauteur, tombe en son pouvoir le 5
avril.--Bataille de Cassel. Le prince d'Orange, vaincu par le duc
d'Orléans, est rejeté vers Bruges. Deux jours après, la garnison de
Saint-Omer capitule à des conditions honorables.

Cependant l'Angleterre s'alarme de plus en plus des progrès des
Français en apprenant la conquête de Valenciennes, et, le 26 mars
1677, le parlement présente à Charles II l'adresse suivante:

«Nous, très-fidèles sujets de Votre Majesté, chevaliers, citoyens et
bourgeois, assemblés en parlement, nous sommes obligés, par
l'attachement et la fidélité que nous avons pour Votre Majesté et pour
répondre en même temps à la confiance qu'ont en nous ceux que nous
représentons, de remontrer très-humblement à Votre Majesté que son
peuple est extrêmement fâché et troublé du danger évident dont son
royaume est menacé par la puissance et l'agrandissement du roi de
France, particulièrement à cause des conquêtes qu'il a déjà faites et
de l'apparence qu'il y a qu'il poussera encore plus loin ses armes
dans la Flandre. Pour nous acquitter donc de notre devoir, nous
croyons qu'il y va de l'intérêt de Votre Majesté et de la sûreté de
votre peuple, et nous supplions respectueusement Votre Majesté d'y
penser sérieusement et de se fortifier par de telles et de si étroites
alliances qu'elles soient capables de secourir les Pays-Bas, et Votre
Majesté calmera par ce moyen les craintes de son peuple.»

Charles II hésitait encore. Il pressait Louis XIV de consentir à
restituer Charleroy, Ath, Audenarde, Courtray, Tournay, Condé; mais le
roi de France se montrait bien résolu à ne pas abandonner ces trois
dernières places, et il ne voulait évacuer les autres que dans le cas
où les Espagnols lui auraient remis Ypres, Charlemont et Luxembourg.
Il eût renoncé, toutefois, à Ypres si on lui avait accordé en
Catalogne la forteresse de Puycerda. Plus tard il offrit de se retirer
de Courtray si on lui cédait Menin, Cassel, Poperinghe, Bailleul,
Merville, Wervicq, Warneton, Bavay et Maubeuge, de telle sorte que les
villes de Condé, de Tournay, de Menin, de Bailleul, de Poperinghe et
de Fumes eussent formé la frontière française. Charles II ne put
dominer son parlement trop jaloux de l'ambition de Louis XIV, qui le
contraignit à s'allier à la Hollande. Le prince d'Orange épousa Marie,
nièce de Charles II.

Louis XIV, avec un inébranlable courage, ne vit dans l'abandon de
l'Angleterre qu'un motif pour hâter le commencement de la campagne de
1678. Le maréchal d'Humières alla investir, dès la fin de l'hiver, la
ville de Gand, que le duc de Villa-Hermosa avait dégarnie de troupes
pour renforcer la garnison d'Ypres, et, le 4 mars, Louis XIV rejoignit
son armée, qui était forte de soixante mille hommes. Don Francisco de
Pardo était gouverneur de Gand. Bien qu'il n'eût avec lui que trois
régiments, il s'illustra par une vaillante résistance. Il avait promis
aux bourgeois de nouveaux priviléges et leur avait persuadé de prendre
les armes en arborant l'antique bannière de Gand. Mais les temps
étaient bien changés depuis l'époque où les trompettes du guet de
Saint-Nicolas suffisaient pour mettre en fuite les chevaucheurs de
Philippe de Valois. Les maréchaux de Luxembourg, d'Humières, de Lorges
et de Schomberg commandaient les Français. Vauban dirigeait les
travaux du siége. Enfin, le 8 mars, à onze heures du soir, quelques
bombes furent lancées dans la ville, afin de répandre le désordre
parmi les habitants réunis en armes dans les rues, et six coups de
canon donnèrent le signal de l'assaut. Les deux demi-lunes qui
couvraient la porte de Courtray, furent enlevées par le duc de
Villeroy et le colonel de Saint-Georges. Parmi les volontaires qui
suivaient le duc de Villeroy, se trouvait le prince d'Iseghem, de la
maison de Gand, qui rentrait, l'épée à la main, dans une cité qui,
berceau de ses ancêtres, leur avait donné son nom[18].

  [18] Ainsi le roi, par sa conduite, se rend en six jours maître
  de cette ville si renommée, qui faisoit autrefois la loy à ses
  princes même, et qui prétendoit égaler Paris par la grandeur de
  son enceinte et le nombre de ses habitants. RACINE, _Précis
  historique_.

Seize jours après, Ypres capitula après un assaut où fut blessé le
maréchal de Vauban.

La campagne semblait, toutefois, à peine s'ouvrir. Les Espagnols se
réunissaient à l'armée du prince d'Orange; les Allemands se
dirigeaient vers le Rhin, et déjà, des troupes anglaises avaient
débarqué à Ostende lorsque l'habileté des diplomates français réussit
à faire incliner vers la paix l'esprit des Hollandais, plus zélés pour
de lointaines pérégrinations commerciales que pour les périls d'une
longue guerre. La France leur offrait la restitution de Maestricht et
les conditions les plus favorables. Les états généraux signèrent la
paix à Nimègue le 10 août 1678, malgré les représentations de leurs
alliés, et, de même qu'en 1668, la république des Provinces-Unies eut
l'honneur de décider de la paix de l'Europe. Dès qu'elle se fut
prononcée, toutes les autres puissances se virent réduites à suivre
son exemple. Par un traité signé le 17 septembre entre les
plénipotentiaires de France et d'Espagne, Louis XIV restitua en
Flandre la ville de Gand, récemment conquise, et même plusieurs villes
cédées à la France par le traité d'Aix-la-Chapelle, telles que
Charleroy, Binche, Ath, Audenarde, Courtray; mais il conserva
Bouchain, Condé, Cambray, Aire, Saint-Omer, Ypres, Wervicq, Warneton,
Poperinghe, Bailleul, Cassel, Maubeuge et Bavay. Le mariage du jeune
roi d'Espagne, Charles II, avec une princesse française, confirma ce
traité.

Ce fut ainsi qu'en cette occasion mémorable Louis XIV sut conserver
toute la gloire de ses triomphes et élever plus haut que jamais, en
dépit des efforts de ses ennemis, la renommée et la puissance de la
France.

(1679). Voyage de Louis XIV en Flandre. A Dunkerque, il est
complimenté par John Churchill, qu'il apprendra plus tard à redouter
sous le nom de duc de Marlborough. Il est reçu avec de grands honneurs
à Ypres aussi bien qu'à Lille.

La paix de Nimègue ne dura que cinq ans. Louis XIV, voyant tous ses
ennemis divisés, réclama le comté d'Alost, qui n'avait point été
mentionné dans l'énumération des territoires sur lesquels il avait
abdiqué toute prétention fondée sur le droit de dévolution. Au mois de
novembre 1683, le duc de Boufflers prit Courtray. Un autre corps
français s'empara de Dixmude. Au printemps suivant, le maréchal
d'Humières bombarde Audenarde. Enfin, au mois de juin 1684, une trêve
de vingt ans est signée sous les auspices de la Hollande. Louis XIV
obtient la forteresse de Luxembourg et ne restitue Courtray et Dixmude
qu'après avoir fait démanteler leurs retranchements. L'Espagne adhère
à cette trêve, qui est également ratifiée à Ratisbonne par les envoyés
de l'empereur et du roi d'Angleterre.

Triste situation de la Flandre, contrainte à compléter les
contributions militaires que les Français ont commencé à y lever. Les
Espagnols prennent eux-mêmes le prétexte de la pénurie du trésor pour
mettre aux enchères toutes les fonctions publiques. Gouvernement
impopulaire du marquis de la Grana et du marquis de Gastanaga.
Résistance des magistrats de Gand et de Bruges.--La médiation du comte
de Bergeyck prévient peut-être une insurrection.

«Bergeyck, dit Saint-Simon, étoit l'homme le plus instruict de l'état
de ces pays... C'étoit un homme infiniment modeste, affable, doux,
équitable et parfaitement désintéressé, mais sage et réglé... C'étoit
l'homme du monde le plus hardi à dire la vérité, qui aimoit et
cherchoit le plus le bien pour le bien... Il se pouvoit dire un homme
très-rare... Il fut toujours adoré aux Pays-Bas espagnols.»

Vers cette époque, furent rédigés par les intendants des provinces,
pour l'instruction du duc de Bourgogne, les _Mémoires des généralités
du royaume_, mémoires que le comte de Boulainvilliers résuma en les
modifiant profondément dans son _Histoire de l'ancien gouvernement de
la France_.

L'un de ces mémoires se rapporte à la Flandre flamingante. L'auteur
dépeint ainsi le caractère des habitants:

«Les Flamands sont assez laborieux, soit pour la culture de la terre,
soit pour les manufactures et le commerce que nulle nation n'entend
mieux qu'eux. Ils ont de l'esprit et du bon sens... et sont habiles
dans leurs affaires... Les petites gens autrefois ne faisoient pas
grand scrupule, dans la chaleur de leurs débauches, de se battre à
coups de couteaux; ils se tuoient impunément, et les coupables se
sauvoient aussi tost dans des couvents ou dans des églises, où ils
estoient à couvert de la justice pendant que leurs amis taschoient
d'accommoder leurs affaires... Les Flamands sont nés avec du courage,
mais ils n'ayment point la guerre, tant parce que la fortune ne s'y
fait point assez promptement à leur fantaisie que parce qu'ils
n'ayment pas à l'achepter (eux qui sont glorieux) par une certaine
sujétion qu'ils traitent de bassesse. On doit cependant juger par ce
qu'ont fait les régiments de Solre et de Robec, et par toutes les
belles actions des capres de Dunkerque pendant le cours de cette
dernière guerre, que les Flamands ne cèdent en valeur, ny par mer, ny
par terre, à aucune nation de l'Europe... Ils sont grands amateurs de
la liberté et grands ennemis de la servitude, et en cela ils tiennent
encore des anciens Belges, ce qui fait qu'on les gagne plus aisément
par la douceur que par la force.»

Ces lignes, il est important de le remarquer, ont été écrites sous le
gouvernement absolu de Louis XIV. Du reste, en 1697, la situation de
la partie de la Flandre réunie à la France par le traité de Nimègue
était peu favorable; tout retraçait les ravages de la guerre dont elle
avait été si longtemps le théâtre. Le nombre des familles nobles qui y
résidaient, était réduit à cent quatre-vingt-trois. Les habitants des
villes ne se soutenaient que par une louable économie qui seule les
préservait de la mendicité; les laboureurs vendaient à peine quelques
chevaux, quelques vaches laitières et quelques brebis d'une race
renommée dans le pays de Fumes pour sa rare fécondité. Le colza, «chou
sauvage, de la graine duquel on fait l'huile à brûler,» n'était un
produit avantageux que lorsque les Hollandais ne recevaient pas les
huiles du Midi pour la fabrication de leurs savons; les lins étaient
moins recherchés depuis que le commerce des toiles et celui du fil que
l'on envoyait en Angleterre, étaient à peu près anéantis. Sous
l'influence de cette détresse, la population avait diminué de moitié
en quinze ans et se trouvait réduite au sixième de ce qu'elle était
autrefois, et encore y comptait-on sur treize personnes une qui ne
vivait que d'aumônes. Ypres, qui, au treizième siècle, renfermait deux
cent mille habitants, en avait moins de douze mille[19], et de ses
deux mille métiers à fabriquer le drap il lui en restait quinze; mais
l'on espérait pouvoir, par des privilèges et des franchises, relever
ses manufactures et repeupler son enceinte en y appelant les ouvriers
catholiques de la Hollande.

  [19] Voici quelle était, en 1697, la population des principales
  villes de la Flandre occupées par les Français: Ypres, 11,963
  âmes; Warneton, 996; Messines, 576; Bailleul, 2,305; Hazebrouck,
  3,735; Furnes, 2,650; Roulers, 699; Poperinghe, 2,300; Wervicq,
  2,172; Cassel, 1,300; Watten, 166; Loo, 474.

Le port de Dunkerque était seul florissant: il s'était dédommagé de la
perte du commerce de la morue en armant ses marins sous la direction
de «monsieur le chevalier Bart, chef d'escadre.» En 1678, les _capres_
de Dunkerque avaient, au prix de la vie de trente-deux de leurs
capitaines et de trois mille matelots, enlevé trois cent
quatre-vingt-quatre navires évalués à près de quatre millions, sans
compter ceux qu'ils restituèrent ou qui furent reconquis. Le 8 octobre
1697, les prises effectuées dans la dernière guerre dépassaient le
chiffre de dix-sept millions de livres; de plus, six cent mille livres
avaient été abandonnées aux matelots pour droit de _plontrage_
(pillage), et la renommée des capres de Dunkerque était si grande que
l'on disait d'eux «que, fortifiés de quinze ou de vingt vaisseaux du
roy de France, ils feroient à l'Angleterre et à la Hollande plus de
mal que toutes ses armées de terre et de mer ensemble, et seroient
capables, par la destruction de leur commerce, de les obliger à lui
demander la paix à telles conditions qu'il leur voudroit donner.»

Les anciens usages de la Flandre communale se conservaient encore à la
fin du dix-septième siècle dans quelques villes; le mémoire que nous
analysons, rapporte qu'à Ypres aucun impôt ne pouvait être établi sans
l'approbation de la grande commune, «conseil représentant le peuple,
composé des échevins, des conseillers, de vingt-sept consaux ayant à
leur teste un capitaine qu'on appelle _hoofman_, de quinze bourgeois,
des cinq gouverneurs des tisserans de serge et des cinq principaux des
moindres métiers.»

Cependant la Flandre commence à respirer: la crainte de voir la guerre
se renouveler s'est effacée de tous les esprits, et la France
elle-même, épuisée par ses nombreux armements, ne semble plus
l'appeler de ses vœux, quand un événement imprévu en donne le signal.
Le prince d'Orange, élevé par une usurpation heureuse au trône
d'Angleterre sur lequel sa femme, fille de Jacques II, ne monte qu'en
en précipitant son père, se déclare le rival de Louis XIV. Maître de
l'Angleterre, dominant désormais en Hollande, il presse l'empereur et
le roi d'Espagne de s'unir avec lui dans une nouvelle confédération.

Bataille de Fleurus gagnée par le maréchal de Luxembourg (30 juin
1690). Guillaume III débarque dans les Pays-Bas. Il est repoussé au
combat de Steenkerke. L'électeur de Bavière succède au marquis de
Gastanaga. Le marquis de Boufflers s'empare de Furnes et de
Dixmude.--Bataille de Neerwinde. Guillaume III essaye vainement de
rompre les lignes françaises devant Courtray. Ce n'est qu'après la
mort du maréchal de Luxembourg que l'on voit chanceler la puissance
militaire de la France. Guillaume III prend Namur et ce succès
l'engage à persévérer de plus en plus dans le rôle qu'il s'attribue de
libérateur de l'Europe.

Louis XIV se trouva réduit pour la première fois à conclure un traité
de paix dont les conditions lui étaient défavorables. Malgré les
promesses qu'il avait faites à Jacques II, il reconnut l'usurpation
de Guillaume III; de plus il restitua toutes ses conquêtes. L'Espagne
recouvra Mons, Luxembourg et Courtray (20 septembre 1697).

Quatre traités distincts conclus à Ryswick par la France avec
l'Empire, l'Angleterre, l'Espagne et la Hollande, avaient terminé
toutes les difficultés de la situation présente; mais il en était
d'autres dont l'avenir ne semblait pas devoir longtemps retarder la
solution et dont la gravité pouvait bientôt compromettre la paix de
l'Europe, alors qu'elle venait à peine d'être rétablie. La santé
languissante de Charles II annonçait que sa vie serait courte, et l'on
voyait déjà l'empereur et le roi de France invoquer l'un et l'autre
les liens du sang qui les unissaient au roi d'Espagne. Quel que dût
être le plus heureux de ces deux rivaux, la puissance de la domination
espagnole, ajoutée soit à l'Empire, soit à la France, portait avec
elle, chez celui qui devait la recueillir, le sceptre de la dictature
européenne. L'Angleterre et la Hollande, intéressées à maintenir un
équilibre tout favorable à leur influence politique, opposèrent à des
prétentions trop vastes un projet de partage qui fut signé le 11
octobre 1698. Par cette convention la France obtint le Guipuscoa et
les royaumes de Naples et de Sicile; l'archiduc Charles, second fils
de l'empereur Léopold, le duché de Milan. La couronne d'Espagne fut
réservée au fils de l'Électeur de Bavière, gouverneur général des
Pays-Bas. Cet enfant de cinq ans, issu de Philippe III par sa mère,
Marie-Antoinette d'Autriche, manqua à la puissance que lui offrait la
jalousie de l'Europe; il eût été remarquable de voir, à deux siècles
de distance, deux princes, tous deux à peine adolescents, tous deux
sortis de la maison d'Autriche, quitter les rivages de la Flandre pour
aller succéder à Madrid à deux dynasties éteintes. Mais cette fois du
moins il ne devait pas en être ainsi; le jeune prince de Bavière
mourut à Bruxelles dans les premiers jours de février 1699.

Par un nouveau traité du mois de mars 1700, les puissances neutres,
réduites à opter entre les prétentions rivales de l'Empire et de la
France, se prononcèrent en faveur de l'archiduc Charles: pour offrir à
la France une légère compensation, elles lui abandonnèrent la
Lorraine. Louis XIV ratifia ces conventions, mais tandis que l'Europe,
s'appuyant sur ces traités comme sur la base inébranlable de la paix,
suivait tranquillement les progrès de l'agonie du roi d'Espagne,
d'actives influences s'agitaient à son chevet, et dès qu'il eut rendu
le dernier soupir on ouvrit solennellement un testament, par lequel il
instituait le duc d'Anjou pour héritier de ses États. La monarchie de
Charles-Quint allait passer au petit-fils de l'un des successeurs de
François Ier.

Parmi les vastes territoires de la monarchie espagnole, l'article 14
de ce testament mentionnait le comté de Flandre et les autres
provinces des Pays-Bas; de plus, Charles II déclarait, dans un
codicille, vouloir, par extension de la clause où il réservait à la
reine le gouvernement d'un royaume d'Italie, «que si elle trouvait lui
convenir plus, à cause de son rang, de se retirer dans les États que
nous avons en Flandre, pour y vivre, et qu'elle voulût se dédier à les
gouverner, il lui en sera donné le commandement et le gouvernement par
notre successeur.»

Le duc d'Anjou accepta le legs de Charles II, mais il ne paraît pas
que la reine d'Espagne ait jamais songé à se prévaloir du codicille du
5 octobre 1700.

L'étonnement de l'Europe fut si profond en apprenant ce qui s'était
accompli à Madrid, qu'elle garda un silence plein d'hésitation et de
doute. L'Angleterre et la Hollande respectèrent le testament de
Charles II. Philippe V (tel fut le nom sous lequel régna le duc
d'Anjou) fut reconnu sans opposition au delà des Pyrénées. Aux
Pays-Bas, le prince de Bavière, qui passait pour dévoué aux intérêts
de la France depuis qu'il avait eu des difficultés avec des marchands
d'Amsterdam auxquels, dans un besoin pressant d'argent, il avait remis
en gage sa couronne électorale et ses plus précieux joyaux, s'était
hâté de reconnaître le nouveau monarque des Espagnes, et dès le 15
novembre 1700, c'est-à-dire moins d'un mois après la mort de Charles
II, il l'avait solennellement fait proclamer dans toutes les villes
des Pays-Bas.

Tant de succès égarèrent l'orgueil de Louis XIV. Il mécontenta le duc
de Savoie et offensa l'Angleterre, en insultant aux derniers moments
de Guillaume III par la proclamation publique de Jacques Stuart, comme
héritier de son père, sous le nom de Jacques III. L'empereur, qui
n'avait pas abandonné les prétentions de son fils, l'archiduc Charles,
au trône d'Espagne, rallia à sa cause l'Angleterre et la Hollande.

Au mois de février 1701, une armée française, dont le commandement
est réservé au duc de Bourgogne, entre en Flandre comme corps
auxiliaire destiné à soutenir les droits de Philippe V. Louis XIV
gouverne les Pays-Bas en son nom; on lui propose d'établir une
barrière composée des villes de Ruremonde, de Venloo, de Namur, de
Charleroy, de Mons, de Termonde, de Damme, d'Ostende, de Nieuport, que
garderont les troupes anglo-hollandaises. Refus du roi de France. Le 7
septembre 1701, les puissances coalisées concluent à la Haye un traité
par lequel elles s'engagent à multiplier leurs efforts pour conquérir
les Pays-Bas espagnols, afin d'y créer une barrière contre la France.
Combats dans le pays de Waes. Tentative des Hollandais contre Bruges.
Le duc de Marlborough conduit une armée anglaise dans les Pays-Bas.
Les lignes françaises sont forcées. Défaite du maréchal de Villeroy à
Ramillies (23 mai 1706). Les Anglais occupent Gand, Bruges et
Audenarde. Siége d'Ostende. Cette ville, que les Anglais et les
Hollandais avaient défendue autrefois contre les Espagnols pendant
trois ans, ne résiste que pendant trois jours, gardée par les
Espagnols contre les Hollandais et les Anglais. Les Français évacuent
Courtray. Menin et Termonde capitulent. La France, vaincue à la fois à
Ramillies, devant Barcelone et sous les murs de Turin, a perdu toutes
ses conquêtes aux Pays-Bas, en Espagne et en Italie.

Les états de Flandre avaient reconnu l'autorité de l'archiduc
d'Autriche, sous le nom de Charles III, «dans la confiance,
disaient-ils dans leur déclaration du 6 juin 1706, que Sadite Majesté
maintiendra cette province dans tous les priviléges, coutumes et
usages, tant ecclésiastiques que séculiers.» Ce qui leur fut accordé
le lendemain par les plénipotentiaires des puissances coalisées, qui
se trouvaient au camp d'Aerzeele.

Trois mois après, les états de Flandre se plaignirent de ne pas être
représentés dans le conseil d'État qui venait d'être établi par les
gouvernements d'Angleterre et de Hollande. Ils remarquaient que la
Flandre était «la province la plus considérable des Pays-Bas, qui est
plus renommée parmi les estrangers que toutes les autres ensemble et
qui chez eux fait porter le nom à tout le pays, qui, à l'égard de ses
princes et de l'Estat, a toujours esté ce qu'est la province
d'Hollande à l'esgard de la république[20].» Ces remontrances furent
écoutées: la Flandre compta trois membres dans le conseil d'État, qui
dès ce moment prétendit, au milieu même des armées étrangères, à
toutes les prérogatives d'un pouvoir indépendant.

  [20] GACHARD, _Doc. inédits_, III, pp. 257-263. Flandria una est
  Belgicarum provinciarum facile omnium opulentissima, a qua
  nationes quædam externæ Belgas omnes Flandros appellant. BOLL.,
  _Acta SS. Januar._, I, p. 353.

Cependant le maréchal de Villars sauve la France par les marches
habiles qu'il multiplie pendant la campagne de 1707. En 1708, on
cherche à soulever la Flandre contre les Impériaux, avec l'appui du
comte de Bergeyck, et à réveiller en Ecosse le parti des Stuarts.
Tandis que le fils de Jacques II s'embarque à Dunkerque pour rallier
ses partisans en Ecosse, un corps français, guidé par le colonel della
Faille, ancien haut bailli de Gand sous le gouvernement de l'électeur
de Bavière, réussit à s'emparer de cette ville par surprise. Bruges
ouvre ses portes en apprenant l'entrée des Français à Gand.--Combat
près d'Audenarde, où le duc de Bourgogne montre une irrésolution qui
mérite les reproches de l'archevêque de Cambray, bien qu'elle trouve
un apologiste dans un abbé italien attaché au duc de Vendôme.
L'archevêque de Cambray était Fénélon; l'abbé italien fut depuis le
célèbre cardinal Albéroni.

(Août 1708). Le prince Eugène de Savoie assiége la ville de Lille,
défendue par le maréchal de Boufflers, qui se retire dans la citadelle
après soixante jours de tranchée ouverte.--Défaite du comte de la
Mothe à Winendale.

La citadelle de Lille, espérant vainement les secours du duc de
Bourgogne, avait prolongé sa résistance jusqu'au 9 décembre 1708. Les
alliés, au lieu de congédier leurs troupes, résolurent, malgré la
violence du froid, de profiter de leurs avantages et de faire une
campagne d'hiver. Dès le 13 décembre, la ville de Gand se vit
étroitement bloquée par les armées réunies du prince Eugène et du duc
de Marlborough, qui avaient sous leurs ordres le prince de
Hesse-Cassel et le duc de Wurtemberg.

«Le comte de la Mothe, dit Saint-Simon, commandait dans Gand, où il
avait vingt-neuf bataillons, plusieurs régiments de dragons, abondance
de vivres, d'artillerie, de munitions de guerre, et devant les yeux le
grand exemple du maréchal de Boufflers.» On racontait que madame de
Ventadour avait fait donner ce commandement au comte de la Mothe afin
qu'il méritât le bâton de maréchal de France. En effet, après la prise
de Lille, rien n'était plus important pour les armées françaises que
de se maintenir à Gand, et cette tâche paraissait aisée à remplir
puisque déjà le maréchal de Boufflers, le vaillant défenseur de Lille,
se préparait à sauver Gand en réunissant une armée à Douay. Il était
d'ailleurs permis d'espérer que l'hiver contrarierait les opérations
d'un siége qu'il était impossible aux alliés de poursuivre pendant
longtemps.

Chamillart écrivait au comte de la Mothe: «La conservation de Gand est
d'un si grand poids que vous ne sauriez, de concert avec le baron de
Capres, M. della Faille, les brigadiers et autres officiers
supérieurs, vous appliquer avec trop de soins à une longue et
vaillante défense, dans le cas où les ennemis se résoudraient à vous
assiéger. Quoique la ville par elle-même ne soit pas forte, elle ne
présente aux attaques qu'un abord étroit et difficile. Vous avez des
troupes assez nombreuses pour défendre un chemin couvert et pour faire
payer cher aux alliés la prise de la ville s'ils persistent dans le
projet de s'en emparer. Après avoir eu le malheur de commander dans la
ville d'Ostende, que les ennemis ont conquise en peu de jours, après
le combat de Winendale où vous n'avez pas été plus heureux, il est de
la plus grande importance pour vous comme pour Sa Majesté que
l'occasion qui se présente aujourd'hui, puisse lui donner une si bonne
opinion de vous que vous obteniez de Sa Majesté les marques de
distinction pour lesquelles vous avez si longtemps travaillé... Si
vous êtes assiégé, vous devez mettre en œuvre tous les moyens
possibles pour prolonger le siége de telle sorte qu'il occasionne de
grands frais aux alliés et leur disputer le terrain pied à pied, comme
a fait le maréchal de Boufflers. Je connais la différence qui existe
entre les fortifications de Lille et celles de Gand. Cependant cette
dernière ville a un bon chemin couvert, ce qui est d'une grande
utilité; après six semaines de siége, les ennemis n'étaient pas encore
entièrement maîtres de celui de Lille, bien que la situation de cette
ville soit moins forte que la vôtre...» Cette lettre fut interceptée:
le comte de la Mothe ne se souvint du maréchal de Boufflers ni pour
égaler sa glorieuse défense, ni pour imiter sa confiance dans les
secours qui lui étaient promis. Il perdit le bâton de maréchal que
lui faisait espérer Chamillart; car, avant même que le feu eût été
ouvert contre la ville, il capitula, cédant aux vœux de ses
habitants, mais sacrifiant à leur repos l'honneur de ses armes. S'il
eût tenu deux jours de plus, les gelées qui se succédèrent sans
interruption, eussent réduit les alliés à une inévitable retraite. Ce
fut le 2 janvier 1709, de honteuse mémoire, que trente-cinq bataillons
et sept régiments de cavalerie abandonnèrent, sans avoir tenté aucune
résistance, une des positions les plus importantes de l'Europe. La
reddition de Gand entraîna celle de Bruges et des forts de
Plasschendale et de Leffinghe.

Les rigueurs mêmes de l'hiver de 1709, dont la garnison de Gand
n'avait pas su profiter, mirent le comble aux malheurs de Louis XIV;
elles complétèrent la misère des provinces septentrionales de la
France et ruinèrent la prospérité qu'avaient conservée celles du midi.
Le duc de Beauvilliers exposa dans le conseil des ministres en
répandant des larmes le tableau véridique de la situation des choses.
Le roi de France, jusque-là plus attaché à l'éclat de son nom qu'au
bonheur de ses peuples, ne put résister à des remontrances si
touchantes et si vives. Le marquis de Torcy reçut l'ordre d'aller
demander humblement la paix à ses ennemis. La Haye était le centre de
leurs opérations. Guillaume III, en devenant roi d'Angleterre, n'avait
point abdiqué ses sympathies pour son ancienne patrie, et les états
généraux des Provinces-Unies, conservant toute leur puissance,
s'étaient attribué les succès de leur ancien stadthouder sans en être
éblouis. Le pensionnaire Heinsius refusa la paix au roi de France et
ne voulut lui accorder qu'une trêve pendant laquelle il eût été tenu
de remettre en gage aux Hollandais dix villes de la Flandre, en se
joignant aux alliés pour rétablir l'archiduc d'Autriche sur le trône
d'Espagne. Ce fut alors que Louis XIV prononça ses paroles si connues:
«Puisqu'il faut faire la guerre, j'aime mieux la faire à mes ennemis
qu'à mes enfants.»

Le 12 juin 1709, le duc de Marlborough et le prince de Savoie se
réunirent à Gand pour arrêter les plans de la campagne qui allait
s'ouvrir. Leurs armées effectuèrent leur jonction à Harlebeke. Tandis
que Marlborough établissait son quartier général à Loo, le prince
Eugène se portait rapidement vers Tournay, où il entra le 30 juillet.
La fortune de la France s'était voilée. Le maréchal de Villars, à la
tête d'une armée pleine de confiance dans son génie, disputait la
victoire aux alliés dans les bois de Malplaquet: il se vit contraint,
par une grave blessure, à s'éloigner du combat et à donner le signal
de la retraite, qui amena la capitulation de Mons.

Louis XIV demanda de nouveau la paix. Il offrait de renoncer à la
souveraineté de l'Alsace, de combler le port de Dunkerque, d'évacuer
Yprès, Menin, Furnes, Lille, Tournay, Condé et Maubeuge, barrière
protectrice que garderaient les états généraux. Il consentait à
reconnaître l'archiduc d'Autriche pour roi d'Espagne, mais il rompit
de nouveau les conférences plutôt que de devenir le honteux instrument
de la chute de son petit-fils. Cette année (1710), les alliés
joignirent à leurs conquêtes Douay, Aire, Béthune, Saint-Venant;
l'année suivante, ils forcèrent les lignes du maréchal de Villars et
s'emparèrent de Bouchain. En 1712, ils entrèrent au Quesnoy.

La France était exposée aux plus graves périls lorsque de nouvelles
conférences pour la paix s'ouvrirent à Utrecht. L'empereur d'Allemagne
était mort. Une intrigue de cour avait amené la disgrâce du duc de
Marlborough. L'Angleterre avait cessé la première les hostilités en se
faisant remettre la ville de Dunkerque, afin qu'elle servît de gage à
l'accomplissement des conditions de la suspension d'armes. La victoire
de Denain, remportée par Villars le 24 juillet 1712, hâta le résultat
de ces négociations, et la France, à qui la paix paraissait naguère
encore plus menaçante que le fléau même de la guerre, obtint des
conditions plus favorables.

Par le traité d'Utrecht du 11 avril 1713, le roi de France abandonna à
la maison d'Autriche les Pays-Bas espagnols, y compris tout ce qui lui
avait été cédé par le traité de Ryswick. Il consentit de plus à la
démolition des fortifications de Dunkerque.

La paix d'Utrecht fut confirmée entre l'empereur et le roi de France
par le traité de Rastadt, le 6 mars 1714, et entre l'empereur et le
roi d'Espagne, par le traité de Vienne, du 30 avril 1725.



CHARLES VI, MARIE-THÉRÈSE.

1713-1780

   Traité de la Barrière.--Réclamations de la Flandre.--Le commerce
   se ranime en Flandre.--Compagnie d'Ostende.--Pragmatique sanction
   de Charles VI.--Louis XV en Flandre.--Traité
   d'Aix-la-Chapelle.--Heureux gouvernement du prince Charles de
   Lorraine.--Mort de Marie-Thérèse.


Il est rare que les établissements politiques que fonde la coalition
de plusieurs puissances, réciproquement jalouses l'une de l'autre,
reçoivent une indépendance complète et une liberté illimitée de se
développer et de se fortifier. Le plus souvent leur existence est
soumise à des règles coercitives, et, par une conséquence nécessaire
de leur principe, plus on s'est appliqué à veiller à ce qu'ils soient
sans influence dans la politique étrangère, plus leur faiblesse est
évidente dans les soins du gouvernement intérieur. Fléchissant sous un
joug publiquement avoué ou enchaînés par des engagements secrets, ils
subissent la loi de la décadence et de l'humiliation à laquelle ils
sont condamnés. Non-seulement on les impose par la force aux peuples,
mais on ne leur permet même point de faire oublier leur origine en
accroissant leur prospérité: une main avare, en leur accordant la vie,
a mesuré chaque souffle qui l'anime.

Telle est la position que les puissances confédérées contre la France
firent à Charles VI en le soutenant contre Philippe V.

Tandis que Louis XIV expirait à Versailles en désignant, par ses
dernières instructions, les troupes de Flandre comme celles qu'il
était le plus urgent «de rétablir,» des conférences s'ouvraient à
Anvers entre les envoyés de l'empereur et ceux des états généraux pour
régler ce que l'on nommait _la Barrière de messieurs les états
généraux_. Jamais la puissance de la Hollande ne parut plus grande que
dans ces négociations. Ses plénipotentiaires présentèrent un projet
préparé d'avance par lequel l'empereur consentait à la démolition de
la citadelle de Liége, des fortifications de Huy, de Damme, de
Rodenhuys et du fort Philippe, et leur livrait Menin, Tournay, la
citadelle de Gand, Mons, Namur, Venloo et Stevensweert; ils se
réservaient le droit d'augmenter les retranchements des places qui
leur étaient remises et d'y entretenir telles garnisons qu'ils
jugeraient convenable. Ils réclamaient aussi les revenus de toutes les
villes qu'ils voulaient occuper, et, de plus, comme indemnité pour les
frais de la derrière guerre, une somme de six millions de livres.

Vainement l'empereur remontra-t-il que d'après ce projet ses nouveaux
sujets obéiraient moins à ses ordres qu'à ceux des états généraux. Il
ne réussit pas mieux lorsqu'il essaya de les intimider en envoyant
dix-huit mille hommes dans les Pays-Bas. Les prétentions les plus
importantes de la Hollande furent consacrées dans le traité de la
Barrière, signé à Anvers par la médiation de l'Angleterre, le 15
novembre 1715.

Ce traité portait que les états généraux tiendraient seuls garnison à
Namur, à Tournay, à Menin, à Furnes, à Warneton et à Ypres;

Qu'à Termonde, il y aurait une garnison à moitié impériale et à moitié
hollandaise, sous les ordres d'un gouverneur qui prêterait serment aux
états généraux;

Que pour mieux assurer les frontières des états généraux en Flandre,
l'empereur leur céderait tels forts et telle portion du territoire
limitrophe qu'il serait besoin pour effectuer les inondations
nécessaires en temps de guerre, sans qu'il fût permis de construire
des écluses ou d'autres ouvrages destinés à arrêter ces inondations;

Que l'empereur payerait annuellement pour l'entretien des garnisons
hollandaises la somme de 1,250,000 florins, hypothéquée sur les
revenus clairs et liquides des provinces de Brabant et de Flandre, et
exigible par exécutions militaires;

Que le commerce des Pays-Bas resterait soumis aux clauses du traité
de Munster qui, en défendant aux Espagnols de s'étendre dans les
Indes, avait réservé au profit des Hollandais la navigation exclusive
de l'Escaut.

Le traité de la Barrière était sans précédents dans le droit public de
l'Europe. Il sema la consternation dans toute la Flandre.
Non-seulement il violait les priviléges qui avaient été sanctionnés
même par Charles-Quint et Philippe II, mais il méconnaissait aussi
jusqu'à ces lois naturelles de la conservation, qui ne peuvent jamais
être abdiquées. Les états de Flandre s'assemblerent et adressèrent une
énergique protestation au comte de Kœnigsegg, envoyé impérial, qui la
repoussa comme trop tardive.

Ce même comte de Kœnigsegg avait soumis un mémoire à l'empereur, pour
lui proposer de supprimer, aussitôt que s'offrirait une occasion
favorable, toutes les franchises des villes de Flandre; et ses
intentions hostiles s'étaient déjà révélées lorsque la ville d'Ypres,
réclamant ses droits de quatrième membre, avait reçu pour réponse
qu'elle les avait perdus en devenant française et qu'elle resterait
désormais pays d'imposition conquis.

L'inquiétude était devenue de plus en plus vive, quand une députation
solennelle fut envoyée à Vienne pour formuler de nouvelles
protestations contre le traité de la Barrière. Elle était composée de
Philippe Vander Noot, évêque de Gand, et de MM. Vandermeersch, Triest
d'Aughem, de Grass de Bouchaute et de Peellaert de Westhove. L'évêque
de Gand exposa les plaintes de la Flandre. Il remontra que la Hollande
pouvait chaque jour détruire un grand nombre de riches villages, soit
en ouvrant ses écluses aux flots de la mer, soit en les fermant à
l'écoulement des eaux qui affluaient des parties les plus élevées de
la Flandre vers les terres basses du pays de Cadzand. Il exprima la
crainte de voir la jalousie commerciale de la Hollande étouffer
l'industrie flamande et l'empêcher à jamais de se relever. La Hollande
dominait sur nos frontières du nord et sur celles du sud. Elle régnait
à Tournay sur la navigation de l'Escaut, à Namur sur celle de la
Meuse. L'évêque de Gand exposa aussi que la Flandre, qui depuis tant
d'années nourrissait d'immenses armées étrangères, allait être, même
pendant la paix, constamment assujettie aux charges les plus
accablantes. Il représenta combien était considérable le tribut
réclamé par les états généraux, combien il était illégal, puisque
jamais aucun impôt n'avait pu être établi en Flandre, si ce n'est par
le vote des états, et surtout combien il était odieux, puisque les
étrangers conservaient le droit d'en exiger le payement, en y forçant
des habitants, comme en pleine guerre, par l'incendie et le pillage.
Il ajouta que si la Flandre était condamnée à cet excès d'opprobre et
de misère, ses ressources, qui pendant tant de siècles avaient été
utiles à la cause de ses princes, loin de pouvoir encore la servir, ne
suffiraient pas à soutenir de nombreuses populations réduites à un
affreux dénûment.

L'empereur, dans sa réponse, allégua les intérêts généraux de l'Europe
comme l'excuse des conditions exorbitantes du traité de la Barrière,
et promit d'envoyer à la Haye le marquis de Prié, membre du conseil
d'État, pour qu'il réclamât quelques modifications favorables près des
états généraux.

Le marquis de Prié fut lui-même nommé, peu de temps après, gouverneur
des Pays-Bas. Ce choix fut accueilli avec joie, car on espérait que le
marquis de Prié défendrait plus vivement les intérêts d'un pays qui
devait désormais être soumis à son autorité. Enfin, après trois années
de pourparlers, les clauses les plus rigoureuses du traité de la
Barrière reçurent quelques adoucissements. Les limites de la Flandre
et de la Zélande furent soumises à une nouvelle convention, et le
payement du tribut annuel de 1,250,000 florins fut dégagé de ce qu'il
présentait de plus odieux (22 décembre 1718).

L'industrie belge chercha, dès ce moment, à reprendre quelque
activité. Des compagnies de commerce furent créées à Ostende et à
Anvers pour former des relations avec les Indes; mais la Hollande ne
tarda point à s'en montrer mécontente et jalouse.

L'article 6 de l'acte du transport des Pays-Bas par Philippe II à
Albert et à Isabelle défendait à leurs habitants «de tenir en aucune
façon aucune manière de commerce ou trafic aux Indes orientales ou
occidentales.» On n'en avait, toutefois, jamais reconnu la légalité en
Flandre, attendu que les rois d'Espagne ne possédaient pas le droit de
faire acte d'autorité absolue dans les questions qui importaient le
plus aux Pays-Bas, pays de franchises et de priviléges, et, en 1640,
le gouvernement espagnol avait senti qu'il était sage de renoncer à la
prohibition de 1598. Telle était la situation des choses lorsque fut
conclu, en 1648, le traité de Munster, qui porte «que les Espagnols
retiendront leur navigation en telle manière qu'ils la tiennent pour
le présent ès Indes orientales sans se pouvoir étendre plus avant,»
clause évidemment destinée à limiter l'esprit de conquête et
d'envahissement que l'on supposait aux Espagnols, bien que plus tard
la Hollande dût lui donner une tout autre signification qui ne tendait
rien moins qu'à éloigner les sujets du roi d'Espagne de toute relation
commerciale avec les nations indépendantes de l'Asie. En effet,
lorsque Chrétien Brouwer envoya un navire dans les ports de la Chine,
les Hollandais lui coururent sus, et le roi d'Espagne, dominé par le
sentiment de sa faiblesse, n'osa point s'y opposer.

Au moment où le traité de la Barrière vint achever la ruine de la
ville d'Anvers tour à tour saccagée par les Gueux et pillée par les
Espagnols, Ostende devint dépositaire des derniers débris du commerce
des Pays-Bas. Dès lors on songea de plus en plus à y former quelque
établissement qui pût s'ouvrir la route des Indes, source inépuisable
de richesses. Un Anglais, nommé Jean Ker, exposa notamment dans un
mémoire adressé à l'empereur que la Flandre était restée ce qu'elle
avait été autrefois, le pays le plus avantageusement situé pour être
le siége du commerce. Il était encore douteux qu'on osât mettre à
exécution une si vaste et si périlleuse entreprise, quand un
aventurier de Saint-Malo, nommé La Merveille, vint vendre à Ostende
une cargaison réunie aux bords du Gange, et proposer au comte de
Kœnigsegg de fonder à Ostende des relations commerciales avec le
Bengale. Cette offre fut acceptée et l'on vit successivement des
navires quitter Ostende, n'ayant d'autre chargement que des tonneaux
d'argent, et y rentrer avec les produits les plus précieux des Indes,
qui rendaient des sommes cent fois plus considérables que celles
auxquelles s'élevaient les frais et les dépenses.

Cependant l'Angleterre et la Hollande murmuraient. Elles invoquèrent
bientôt le traité de Munster. Des hostilités éclatèrent. Jacques de
Wintere, ayant vu son navire capturé par des marins d'Amsterdam sur
les côtes de Guinée, en équipa un autre et s'empara, par représailles,
d'un bâtiment chargé de dents d'éléphant, qu'ils envoyaient en Europe.
Les Anglais et les Hollandais se vengèrent en retenant d'autres
vaisseaux ostendais jusqu'à ce que Charles VI résolut de prendre plus
efficacement sous sa protection les expéditions de la marine
flamande, en érigeant, le 19 décembre 1722, la compagnie impériale et
royale d'Ostende «pour naviguer et négocier aux Indes orientales et
occidentales et sur les côtes d'Afrique, tant en deçà qu'au delà du
cap de Bonne-Espérance, dans tous les ports, havres, lieux et rivières
où les autres nations trafiquent librement.»

Pendant quelques années, la prospérité de la compagnie d'Ostende
suivit une marche progressive. Elle créa d'importants établissements
aux bords du Gange et sur la côte de Coromandel.

Un membre du grand conseil de Malines, né à Ypres, Charles Patin,
défendit les droits de la compagnie d'Ostende dans le livre qu'il
intitula: _Mare liberum_. Toutes les objections soulevées par la
Hollande y furent victorieusement combattues. L'exposé des faits
fortifiait l'argumentation du jurisconsulte et un noble sentiment
d'indignation l'inspirait quand il s'écriait, en terminant ce mémoire
trop peu médité par les ministres de Charles VI: «Que tous les peuples
chrétiens décident maintenant s'il n'est pas permis à nos concitoyens
de réclamer la liberté naturelle de naviguer dans les Indes,
non-seulement pour le bien des Pays-Bas autrichiens mais aussi pour
celui de tous les peuples qui y sont intéressés. Il ne faut pas qu'une
seule nation usurpe l'avantage des transactions commerciales dans le
monde entier et traite toutes les autres en esclaves comme si elle
était souveraine de la mer et des vents: il ne faut pas que dans la
grande société des peuples il soit permis de s'attribuer un monopole
moins odieux lorsqu'il frappe une seule ville que lorsqu'il s'étend à
tout l'univers. Nous dirons donc comme Grotius: Ne reculez point,
habitants des Pays-Bas; en maintenant votre liberté, vous défendez
celle du genre humain.»

Bientôt l'Angleterre et la Hollande se réunirent dans le but commun
d'étouffer les heureuses tentatives que multipliait la compagnie
d'Ostende. La France, avilie par le ministère du cardinal Dubois, loin
de s'opposer à leurs prétentions, semblait les soutenir. Le marquis de
Prié fut rappelé, et l'archiduchesse Marie-Élisabeth reçut la triste
mission de faire oublier, par la grâce et l'aménité de ses paroles, la
faiblesse réelle du gouvernement impérial dans tous les actes qui
exigeaient de l'énergie et de la vigueur.

Charles VI n'avait qu'une fille, nommée Marie-Thérèse. Par sa
pragmatique sanction, il lui assura l'hérédité de tous ses États; et,
pour la faire reconnaître par les autres puissances, il sacrifia à la
douteuse consolidation de l'avenir la prospérité présente de ses
peuples. En 1727, les priviléges de la compagnie d'Ostende furent
suspendus, et le prince même qui l'avait établie et qui eût dû la
protéger, en ordonna la suppression bientôt définitive, au mépris des
lois les plus saintes des nations, qui possèdent toutes le droit de
prospérer et de parcourir à leur gré l'Océan, ce champ libre auquel
l'homme ne peut imposer son joug.

La compagnie d'Ostende demanda qu'il lui fût du moins permis de faire
parvenir des secours et des approvisionnements dans les factoreries
qu'elle avait fondées dans les Indes; mais l'Angleterre et la Hollande
ne voulurent point y consentir, et les colons flamands furent égorgés
par les peuplades sauvages qui les entouraient.

«N'est-ce pas un trait irréparable, écrivait le 21 décembre 1728 le
comte de Calemberg, si dans les siècles futurs l'histoire doit
apprendre à la postérité la plus reculée que sous le règne de
l'empereur Charles VI on a aboli le droit des gens, la liberté du
commerce avec des peuples indépendants, et l'usage des mers, sur des
instances, si on l'ose dire, insolentes de quelque puissance, pour en
priver à jamais des peuples innocents que Dieu et la nature ont mis en
position d'en profiter. Disputer cette liberté, c'est vouloir
renverser toutes les lois divines et humaines; c'est vouloir s'arroger
un monopole et un despotisme insupportables, qui visent à des
conséquences très-ruineuses pour tous les monarques et pour tous les
peuples.»

Quoi qu'il en fût, la Flandre, qui n'avait pour elle que l'auréole à
demi éteinte de ses souvenirs et la légitimité de ses droits, succomba
dans ses efforts, et ses ports redevinrent déserts. Le traité de
Séville, du 21 novembre 1729, réunit l'Espagne, la France et
l'Angleterre dans les garanties accordées à la Hollande contre la
compagnie d'Ostende, et elle fut de nouveau condamnée par l'article 5
du traité de Vienne, du 16 mars 1731.

Charles VI avait lui-même peu de confiance dans les promesses des
puissances étrangères qui lui imposaient de si honteux sacrifices. Au
mois d'octobre 1731 il s'adressa à la diète de l'Empire, pour qu'elle
lui garantît contre tous, et dans l'ordre héréditaire de sa maison, la
possession de ses divers États; mais les électeurs de Saxe, de
Bavière et de Cologne s'y opposèrent. Ils alléguèrent que les
possessions d'Italie et des Pays-Bas étaient d'un faible intérêt pour
l'Empire. Celles d'Italie, séparées par les Alpes, lui étaient aussi
peu utiles. «Pour ce qui est du cercle de Bourgogne ou des Pays-Bas
autrichiens, disaient-ils dans leur mémoire, on sait bien que par la
convention d'Augsbourg, de l'année 1548, ils ont été constitués partie
de l'Empire, pour contribuer à sa défense et jouir réciproquement de
sa protection, moyennant le double du contingent d'un électeur, ce qui
a été confirmé par le 3e article de la paix de Munster, mais dans un
sens particulier et restrictif, comme il paraît par les paroles du
texte: s'il s'élevait des différends entre les royaumes de France et
d'Espagne, l'obligation réciproque qui lie l'empereur et le roi de
France de ne point aider leurs ennemis mutuels, conservera toute sa
force. C'est pour ces raisons que dans l'année 1668 on n'assista point
les Pays-Bas, attaqués par le roi de France, par droit de dévolution,
quoiqu'ils envoyassent une députation solennelle à la diète pour
implorer le secours de l'Empire. Tout ce qu'on fit alors est qu'on fut
bien aise que les électeurs de Mayence et de Cologne, comme voisins,
employassent leurs bons offices auprès de Sa Majesté Très-Chrétienne.
Aussi l'Empire ne prétendit prendre aucune part à la paix qui termina
cette guerre et n'envoya personne pour assister de sa part au congrès
d'Aix-la-Chapelle; car il est notoire que quoique le cercle de
Bourgogne, du temps de son incorporation à l'Empire, se soit engagé,
en considération du profit et de l'avantage qui lui en reviendroit, au
double du contingent d'un électeur, il ne l'a pourtant jamais fourni,
ni contribué depuis tout ce temps-là la moindre chose à l'Empire: par
conséquent il est privé lui-même du secours mutuel. Il n'est pas moins
digne de considération que depuis l'introduction du cercle de
Bourgogne dans l'Empire, depuis la paix de Westphalie et encore depuis
peu d'années, ce cercle a tout à fait changé de face, vu que
non-seulement les sept provinces unies s'en sont séparées, mais qu'il
est aussi notoire que la France s'est approprié une grande partie des
Pays-Bas par les traités de paix qu'elle a conclus, de sorte que ce
qui en reste et appartient encore à Sa Majesté Impériale ne peut pas
seulement représenter le cercle de Bourgogne, tel qu'il était du temps
de l'incorporation, bien loin que l'Empire puisse s'en promettre un
secours réciproque, ce qui était pourtant la condition sous laquelle
il a été uni à l'Empire. A quoi il faut ajouter que même des Pays-Bas
autrichiens, tels qu'ils sont aujourd'hui, la plupart des forteresses
sont comprises dans la barrière de MM. les états généraux, sans que
l'Empire en tire le moindre profit, et que par leur situation ils sont
exposés, comme l'expérience l'a fait assez connaître, à servir
toujours de théâtre de la guerre.»

Malgré l'opposition de trois électeurs, la diète de l'Empire ratifia
le 11 janvier 1732 la pragmatique sanction.

Charles VI meurt à Vienne le 20 octobre 1740. Guerre de la
_succession_. En 1742, un corps anglais débarque en Flandre pour
prendre part aux luttes politiques de l'Allemagne. Mésintelligence
croissante entre la France et l'Angleterre. Louis XV déclare la guerre
à Georges II (mars 1744), et prend lui-même le commandement de l'armée
qui envahit les Pays-Bas. Profitant du mauvais état des fortifications
de toutes les places occupées par les Hollandais en vertu du traité de
la Barrière, il s'empare successivement de Menin, d'Ypres et de
Furnes. Le comte de Saxe, à la tête d'un corps réuni à Courtray,
observe l'armée des alliés, avec laquelle le duc d'Arenberg s'est
avancé jusqu'à Audenarde.

L'entrée du prince Charles de Lorraine en Alsace appela Louis XV à
Metz. La mort de l'électeur de Bavière fortifia les prétentions de
Marie-Thérèse. «Le parti qu'on prit, dit Voltaire, fut de se défendre
en Italie et en Allemagne, et d'agir toujours offensivement en
Flandre. C'était l'ancien théâtre de la guerre, et il n'y a pas un
champ dans cette province qui n'ait été arrosé de sang.»

(Mai 1745). Louis XV assiége Tournay. Bataille de Fontenoy.
Capitulation de Gand. Les Hollandais, privés des villes de la
Barrière, s'efforcent de s'assurer une autre des garanties que leur a
promises le traité du 15 novembre 1715. Malgré la résistance des
paysans, ils se préparent à percer les digues de Sainte-Marguerite,
lorsque le comte de Lœwendahl leur fait déclarer que le roi de
France, ayant pris possession de la Flandre, ne tolérera aucune
agression dirigée contre ses habitants. Prise de Bruges, d'Audenarde
et de Termonde. Louis XV visite à Bruges le tombeau de Marie de
Bourgogne et s'écrie: «Voilà le berceau de toutes nos guerres!» Siége
d'Ostende, qui ne peut se défendre, parce que le comte de Chanclos a
négligé d'avoir recours aux inondations qui arrêtèrent si longtemps
les Espagnols au commencement du dix-septième siècle.

Les provinces des Pays-Bas payèrent les frais de la conquête. Au mois
de novembre 1746, Louis XV fit demander aux états de Flandre deux
millions six cent mille florins, en les prévenant qu'il entendait
qu'on les lui accordât sans remontrance et selon l'usage des sujets du
roi de France, qui obéissent sans discuter.

En 1747, la guerre s'étend au pays de Cadzand. La Hollande, craignant
pour son salut, proclame le stathoudérat, qui devient héréditaire,
mais elle n'en est pas moins réduite à accepter à Aix-la-Chapelle les
conditions que Louis XV stipule en faveur de ses alliés. Le roi de
France se montre du reste plein de générosité en tout ce qui concerne
ses propres intérêts, et ses armées évacuent la Flandre.

Dans les guerres qui éclatèrent plus tard, Louis XV ne cessa plus
d'être le fidèle allié de Marie-Thérèse. L'on vit une garnison
française, commandée par le comte de Lamothe, occuper pendant cinq ans
Ostende, afin de s'opposer aux entreprises des Anglais, et ne se
retirer que lorsque la paix de l'Europe eut été définitivement
affermie.

Il existe même un traité conclu le 1er mai 1757 entre la France et
l'Autriche, qui porte qu'aussitôt que Marie-Thérèse aura été mise en
possession de la Silésie par l'appui des armées françaises, elle
cédera à Louis XV Mons, Ypres, Furnes, Nieuport et Ostende. Les autres
villes des Pays-Bas devaient former un État séparé et passer au duc de
Parme.

Marie-Thérèse paraissait en ce moment ajouter un faible prix à la
souveraineté de nos provinces, trop éloignées de la capitale de
l'Empire. Elle semblait même se préoccuper assez peu de leurs griefs
et de leurs franchises, car en 1755 elle modifia essentiellement,
malgré les réclamations des grandes villes, l'ancien système de vote
suivi par les états de Flandre, afin d'assurer une influence plus
considérable aux représentants des châtellenies, vieille tradition de
la politique adoptée au moyen-âge par les comtes de Flandre.

L'épée de Frédéric II sut, en conservant la Silésie, renverser tous
les projets fondés sur le traité de Versailles; d'un autre côté, les
sacrifices pécuniaires que les peuples des Pays-Bas s'imposèrent dans
cette guerre, firent mieux apprécier combien ils pourraient être
utiles à l'Empire, et Marie-Thérèse, vivement touchée des nombreux
témoignages de leur zèle, s'efforça de reconnaître que de tous ses
sujets il n'en était point dont elle estimât davantage la fidélité et
le dévouement.

Dès ce moment, Marie-Thérèse ne songea plus à attenter aux priviléges
du pays.

Le prince Charles de Lorraine avait été chargé, par l'impératrice, du
gouvernement général des Pays-Bas. Pendant plus de trente ans, la
Flandre jouit des bienfaits d'une administration prudente et
paternelle. Jamais elle n'avait connu une paix si longue; jamais les
esprits, fatigués de guerres, ne se reposèrent avec plus de bonheur
dans le repos qui permettait à l'agriculture, à l'industrie et au
commerce d'associer leur féconde activité. «Quoique les Flamands,
écrivait vers cette époque un voyageur anglais, ne fournissent plus
l'Europe, comme autrefois, avec le produit de leur industrie, ils
possèdent des fabriques et conserveront toujours la gloire d'avoir
enseigné aux États voisins les arts utiles qui les ont enrichis. Les
manufactures de lin de la Flandre sont supérieures dans tous les
genres à celles des autres nations; mais c'est surtout l'agriculture
qui a été portée en Flandre à un degré de perfection. Dans ces riches
plaines, la charrue ne laisse rien stérile et le champ ne reste jamais
en friche. Les récoltes de l'été ne contentent point le cultivateur; à
peine la moisson est-elle achevée que la terre reçoit une nouvelle
culture qui produit ses fruits pendant l'automne en attendant que le
printemps permette de songer à préparer d'autres moissons. Les
campagnes offrent partout un spectacle charmant: on ne voit que des
champs couverts d'une récolte abondante, des prairies dans lesquelles
paissent de nombreux troupeaux, des fermes construites avec soin, des
villages environnés d'arbres, où se presse une population heureuse. Au
milieu de ces délicieux paysages, serpentent les rivières et les
canaux. L'agriculture est la base la plus solide de la prospérité
nationale: on lui doit ces vertus modestes, simples et énergiques,
qui arrêtent seules les progrès de la corruption des mœurs[21].»

  [21] SHAW, _Voyage aux Pays-Bas_.

Cette prospérité vit encore dans la mémoire de quelques vieillards,
mais il importe de lui assigner son véritable caractère. Dans les
villes les libertés communales s'étaient reconstituées dans tout ce
qu'elles possédaient d'éléments sages et pacifiques. Hors des villes,
un édit du 15 mars 1720 avait appelé les châtellenies à
l'administration du plat pays. Cette mesure, frappée quelque temps de
stérilité par l'invasion de Louis XV, porta d'heureux fruits sous le
gouvernement du prince Charles de Lorraine. «Si vos Altesses Royales,
disaient quelques années plus tard les magistrats du Franc de Bruges
dans un mémoire adressé au duc de Saxe-Tesschen, daignaient se faire
tracer le tableau du plat pays de la Flandre tel qu'il était passé
soixante-cinq ans, elles reconnaîtraient à leur grand étonnement que
ce pays, aujourd'hui un des plus beaux et des plus riches de l'Europe,
n'offrait alors aucun débouché d'une ville à l'autre, aucun chemin
praticable dans l'intérieur des terres, ni aucune grande route qui ne
fût infestée de vagabonds; que l'on voyait des champs en friche qui
rendent aujourd'hui 48 florins par bonnier au-dessus des tailles; peu
de villages qui acquittassent les subsides sans y être contraints par
exécution, tous accablés de rentes, et l'administration que l'on
appelle interne, dans un état approchant de l'anarchie; cependant il
existait tant d'ordonnances souveraines, en fait de la direction, et
le règlement de 1672, ce chef-d'œuvre, n'existait pas moins; mais les
châtellenies étaient négligées, parce que ce fut le système d'alors de
ramener constamment tous les fils de l'administration aux bureaux du
gouvernement général. Le ministre enfin sentit son impuissance à
pourvoir par lui-même à tant de détails. Les châtellenies furent
appelées à la direction du plat pays par l'édit du 15 mars 1720. Alors
commença un nouvel ordre de choses, et l'on a vu en moins de treize
lustres quadrupler le rapport des propriétés territoriales, de sorte
que nos ancêtres chercheraient aujourd'hui la Flandre dans la Flandre
même.»

La répartition des impôts fut plus équitable. En même temps qu'une
sévère économie permettait de les réduire, l'emploi des fonds qu'on en
retirait, recevait une application utile sous les yeux de ceux qui les
avaient payés avec empressement, certains d'en recueillir les fruits.
Des routes magnifiques furent construites entre les villes, et jusque
dans les hameaux les chemins furent améliorés. La police se fit avec
ordre; les délits devinrent plus rares, grâce au travail qui ne
manquait plus. Afin d'assurer le maintien de cette heureuse situation,
on s'occupait des mesures les plus sages pour que la punition des
délits ne fût plus uniquement le châtiment du coupable, mais une
expiation utile à la société, pour que la mendicité, école de tous les
vices, fût sévèrement interdite, pour que toutes les branches de
l'ancienne industrie flamande vinssent, en exilant l'oisiveté du sein
des classes ouvrières, accroître à la fois leur moralité et leur
aisance. Telles furent notamment les réformes proposées en 1775 par le
vicomte Vilain XIV, dont les idées sur le régime pénitentiaire
trouvèrent depuis d'illustres imitateurs en Amérique.

La prospérité de la Flandre à cette époque résulta donc de ce qu'elle
eut une administration nationale qui la dirigea et la gouverna selon
ses besoins et ses vœux. La mémoire de Marie-Thérèse et du prince
Charles de Lorraine laissera d'éternels souvenirs, parce qu'en se
réservant les droits de la clémence souveraine, la protection des
lettres et des arts, le soutien des misères vraiment dignes de pitié
ou de sympathie, ils conservèrent à nos provinces le soin de veiller à
leurs intérêts et respectèrent des priviléges qui, autrefois source de
leur gloire, étaient restés les gages de leur prospérité.

Les bienfaits de ce système paisible et tranquille manquèrent aux
Pays-Bas sous le règne de Joseph II, qui succéda à Marie-Thérèse le 29
novembre 1780.



JOSEPH II, LÉOPOLD II, FRANÇOIS II.

1780-1794.

   Démêlés avec la Hollande.--Réformes.--Plaintes des états de
   Flandre.--Mouvement insurrectionnel.--République des
   États-Belgiques-Unis.--L'autorité impériale est
   rétablie.--Léopold II succède à Joseph II.--Sa mort.--Invasion et
   conquête de la Flandre par les armées républicaines françaises.


Joseph II tenait de sa mère un ferme désir de rendre sa grandeur utile
à ses peuples. C'était pour lui que le comte de Nény avait rédigé les
mémoires où il résumait le tableau des intérêts des Pays-Bas depuis
l'époque où la Flandre avait été sous la maison de Bourgogne la
métropole de la civilisation et l'entrepôt des richesses de l'univers.
Mais, loin de se préoccuper des splendeurs du moyen-âge, il avait
puisé dans les maximes philosophiques qui, en ce moment, envahissaient
toute la littérature française, une admiration des vertus antiques
quelque peu républicaine, tempérée toutefois par je ne sais quelle
imitation des actes politiques de ce législateur-soldat qui
accueillait Voltaire et La Mettrie, sans abdiquer comme roi les droits
de l'autorité la plus absolue.

Frédéric II avait trouvé la Prusse humble, pauvre, peu civilisée; il
l'avait personnifiée dans son épée, et l'avait agrandie et élevée avec
lui. Le royaume de Prusse n'était qu'à Berlin; là tout se centralisait
et s'absorbait dans l'unité politique du gouvernement suprême; la
volonté d'un grand roi tenait lieu d'intelligence à une nation jeune
qui s'ignorait elle-même et qui se laissait, malgré elle, entraîner
vers ses nouvelles destinées.

Il n'en était pas de même en Flandre. Une longue expérience attestait
la sagesse des institutions en même temps qu'elle avait fortifié le
respect séculaire dont elles étaient entourées. Les franchises du
peuple formaient le pacte qui affermissait l'autorité du prince.
L'administration était régulière; l'organisation politique, complète.
Pour lui rendre toute sa force, il ne fallait que relever quelques
ruines: toutes les espérances de la Flandre étaient dans ces
souvenirs.

Joseph II était trop porté à oublier que l'histoire est la conseillère
des rois. Il méconnaissait tous les enseignements que présentent six
siècles de nos annales, lorsqu'en voulant accroître la prospérité de
la Flandre, il exigeait qu'elle fût l'œuvre exclusive de l'initiative
du prince, arbitre unique de ses intérêts et de ses besoins.

Cependant, lorsqu'en 1781 le successeur de Marie-Thérèse visita les
Pays-Bas, la franchise de son langage, la pureté de ses intentions, la
sagesse de ses premières mesures lui concilièrent l'affection de leurs
nombreuses populations. Témoin des honteux résultats du traité de la
Barrière, et vivement ému par les plaintes qui s'élevaient de toutes
parts, il fit démolir les forteresses occupées par les Hollandais. En
même temps il favorisait le commerce d'Ostende, devenu port franc, et
cherchait à ressusciter celui d'Anvers, en faisant rompre la fermeture
de l'Escaut par un brick où flottait le drapeau impérial.

Deux grandes fautes suivirent ces heureux commencements[22]. Par
l'une, il montrait qu'il tenait peu à la prospérité des Pays-Bas; par
l'autre, qu'il lui était à peu près indifférent de voir se détacher de
sa couronne le précieux joyau que lui avaient légué les ducs de
Bourgogne. Ces deux fautes furent le traité avec la Hollande, qui
acheta dix millions de florins le maintien de sa domination exclusive
sur l'Escaut, et les négociations entamées avec le duc de Bavière, qui
eût reçu les Pays-Bas en échange de son électorat.

  [22] J'emprunterai aux _Analectes_, de M. Gachard, quelques
  données relatives à la population de la Flandre en 1784:

                                                              Habitants
    Ville de Gand suivant l'évêque                               50,693
    Ville de Bruges, suivant l'évêque                            30,826
    Ville de Courtray, suivant le magistrat                      15,072
    Ville de Termonde, suivant l'évêque                           5,177
    Ville d'Audenarde, suivant le magistrat                       3,039
    Ville de Nieuport, suivant le magistrat                       3,039
    Ville d'Ostende, suivant le magistrat                         7,077

    Il résulte du rapport des mêmes états que la population
      de la Flandre orientale, quant au plat pays, les autres
      villes y comprises, est de                                492,025
                                                                -------
                                                                606,948
                                                                =======

  Les plus considérables de ces villes contribuant avec le
    plat pays sont Alost, avec son district, où il y a
    9,204 âmes, et Grammont où il y a 6,050 âmes.

  _Flandre occidentale._

    Ville d'Ypres                                                12,000
    Ville de Furnes                                               2,200
    Ville de Menin                                                3,090
    Ville de Dixmude                                              2,500

    Le plat pays, y compris les autres villes, dont celle
      de Poperinghe contient, suivant le rapport du magistrat,
      8,090 âmes, porte en tout  173,000
                                                                -------
    Ainsi il y a dans toute la Flandre occidentale              192,790
                                                                =======

Telles furent les déplorables prémisses sous lesquelles se
présentèrent les projets que Joseph II avait conçus relativement
à ses provinces des Pays-Bas. Les conseils du prince Charles de
Lorraine, mort la même année que Marie-Thérèse, eussent pu être
utiles à Joseph II; il est probable qu'il ne réclama point ceux
du duc de Saxe-Tesschen et de l'archiduchesse Marie-Christine,
qui avaient succédé au prince de Lorraine dans le gouvernement
des Pays-Bas. Une funeste précipitation le poussait vers la
dangereuse épreuve à laquelle il voulait soumettre des hommes
qui, profondément pieux, attachés aux règles fixes de leurs
intérêts agricoles et industriels, avaient toujours méprisé les
théories et les séductions étrangères pour rester fidèles à
l'exemple de leurs aïeux.

Quelques maisons religieuses possédaient en Flandre de vastes
propriétés. Les priviléges dont elles jouissaient, les rendaient
en quelque sorte souveraines dans leurs domaines. De plus, à une
époque où de célèbres écrivains s'occupaient de l'organisation de
la société, comme si elle n'eût point existé avant eux et ne dût
dater que de la publication de leurs systèmes, les moines
offraient aux yeux du prince, qui s'associait à ces vagues et
stériles élucubrations, un tort irrémissible: celui de s'absorber
dans les devoirs de la vie religieuse en restant étrangers à la
vie politique. Leur suppression fut la première mesure du nouvel
empereur. Le clergé s'émut: il revendiqua pour les maisons
abolies des droits de propriété dont l'origine était connue, que
la sanction des temps avait confirmés et qui, sous le règne des
lois, sont, chez le moindre citoyen, considérés comme sacrés; les
tendances irréligieuses qui agitaient la France, lui faisaient
paraître cette innovation plus dangereuse. Le conseil de Flandre
fit entendre les mêmes plaintes; mais les états, confiants dans
les intentions de l'empereur, s'y soumirent et se contentèrent de
demander que les biens des maisons religieuses supprimées
servissent à fonder des établissements pour les enfants trouvés,
pour les pauvres femmes près de devenir mères, ainsi que pour les
insensés et les vieillards infirmes, de peur que les monastères,
qui jusque-là avaient soulagé toutes ces misères, ne venant à
leur manquer tout à coup, il n'en résultât une foule de crimes;
ils intercédèrent en faveur des béguinages, qui, n'offrant qu'une
retraite momentanée, ne séparaient point leurs habitants de la
société: ils demandèrent aussi que des débris des richesses des
opulents monastères on augmentât le pécule des prêtres employés
dans les villes et dans les villages, qui étaient les membres les
plus pauvres du clergé.

En 1784, Joseph II publia, sur les devoirs de tous les ordres de
l'État, un manifeste où il insistait «sur l'application et
l'exécution de tous ses principes et de tous ses ordres.» A côté
de maximes générales, présentées non sans emphase, quelques
phrases vagues annoncent de plus en plus l'existence d'un vaste
plan de réformes. L'année suivante on commença à le connaître, et
l'on craignit aussitôt qu'il ne sapât l'œuvre immortelle de
Marie-Thérèse et de Charles de Lorraine. Des édits impériaux
modifièrent les priviléges et jusqu'aux usages qui semblaient
être inséparables de ces priviléges. Les gildes qui avaient pris
part à toutes les célèbres journées du moyen-âge, nos kermesses
si populaires, parce qu'en plusieurs endroits, notamment à Ypres,
elles rappelaient des victoires de la vieille Flandre, furent
successivement abolies (édits du 11 février et du 8 avril 1786).
Les châtellenies se virent enlever la direction des chemins
publics qu'elles avaient créés, afin qu'elle pût être transférée
à Bruxelles (édits du 12 septembre 1785 et du 8 février 1786).
Elles se défendirent toutefois vivement et démontrèrent dans un
long mémoire combien le nouveau système était onéreux et
impraticable, inique et illégal: après avoir exposé que les
commissaires des châtellenies étaient de véritables juges,
appliquant tous les jours aux difficultés que présentait
l'exécution des voies publiques la jurisprudence des édits et
des coutumes, elles ajoutaient: «Si on leur substitue un bureau
composé en grande partie de Brabançons ou de militaires (et ce
serait se faire illusion que de croire que le militaire pourra
s'entendre avec le civil), on établit non-seulement de prétendus
juges qui ignorent nos lois, mais on attrait virtuellement en
justice les Flamands hors de leur pays, contre la teneur expresse
de leurs priviléges; et si ces juges s'écartent de nos lois,
quel est le tribunal de justice où le peuple avec confiance
portera ses griefs? Ah! sérénissimes princes, nous avons
travaillé pendant la tempête, nous avons remis pour ainsi dire
le vaisseau à flot... Voilà la récompense qui nous attendait après
soixante-cinq ans de veilles et de travaux. Qu'avons-nous fait
pour mériter un sort aussi humiliant?... Il n'en faut pas plus
pour faire évanouir l'autorité des lois et élever sur leurs
débris un gouvernement militaire[23]!»

  [23] Ce mémoire subit quelques modifications avant d'être remis.

Pendant cette même année 1786, l'empereur ordonna la suppression des
séminaires diocésains et l'établissement d'un séminaire général à
Louvain: Joseph II oubliait que si l'ordre social repose sur la double
base de l'autorité religieuse et de l'autorité temporelle, l'on ne
peut jamais confondre leurs droits et leurs devoirs. En franchissant
le seuil sacré des temples pour les soumettre à ses innovations, il
ouvrait au clergé appelé à défendre ses droits l'arène des discussions
irritantes des intérêts politiques. C'est ainsi que, dans le
gouvernement des peuples, chaque faute porte en soi son châtiment.

Les états de Flandre avaient opposé aux envahissements de Joseph II
une double protestation également éloquente: d'une part, ils
ordonnèrent qu'on réimprimât les priviléges de la Flandre depuis les
premiers temps du moyen-âge; d'autre part, ils décidèrent qu'en
présence des édits qui avaient enveloppé les Bollandistes dans la
proscription des associations religieuses, ils feraient continuer aux
frais du pays la plus vaste et la plus admirable de toutes les
collections hagiographiques. Si les Bollandistes étaient la plupart
des religieux flamands, les _Acta sanctorum_ étaient aussi pour la
Flandre un monument tout national qui lui offrait les traces de ses
premiers pas dans l'histoire de la société: les priviléges qu'on
faisait publier, étaient les titres d'un autre âge et d'une autre
civilisation.

La Flandre ne devait malheureusement pas rester longtemps dans ces
voies où la fermeté n'excluait pas la modération.

D'autres usurpations de l'autorité impériale allaient préparer les
usurpations non moins violentes de l'esprit de sédition et de révolte:
Joseph II abordait sans hésiter un ordre de mesures tellement graves
qu'il faudrait remonter aux plus mauvais jours de la mainbournie de
Maximilien et de l'administration des gouverneurs espagnols pour en
trouver un autre exemple.

Un diplôme du 1er janvier 1787 était ainsi conçu:

«Considérant les frais énormes qu'entraîne à la surcharge de nos
peuples la forme actuelle des administrations provinciales, nous avons
résolu de les _simplifier_ de la manière suivante:

«Les colléges actuels des députés des états de toutes nos provinces
belgiques viendront à cesser avec le dernier du mois d'octobre de
cette année et resteront supprimés.

«Au lieu de ces colléges, les états de Brabant, de Flandre et de
Hainaut choisiront, parmi ceux de leurs membres _qui seront
préalablement reconnus capables par le gouvernement_, un député pour
chacune de ces provinces, qui sera agrégé au conseil du gouvernement.»

Dans un autre diplôme portant la même date on remarquait les
dispositions suivantes:

«Nous supprimons tous nos conseils actuels de justice aux Pays-Bas et,
à leur place, nous établissons en notre ville de Bruxelles un conseil
souverain de justice...»

Enfin, par un édit du 12 mars, la Flandre fut divisée en cercles et
soumise à des intendants nommés par l'Empereur.

L'irritation fut extrême. La Flandre, si fidèle à Marie-Thérèse et
encore pleine de respect pour l'archiduchesse Marie-Christine,
semblait ne plus reconnaître l'autorité impériale représentée à ses
yeux par le ministre plénipotentiaire d'Autriche, Belgiojoso, devenu
depuis longtemps impopulaire par ses vexations et des exactions de
toute espèce. On se souvenait qu'en 1786, le comte de Belgiojoso,
chargé alors du gouvernement des Pays-Bas, avait envoyé en Flandre le
colonel de Brou, dictateur militaire, qui faisait arrêter les
bourgeois et prétendait disposer librement des fonds de la province
pour tous les travaux qu'il jugeait utiles. Au nom du comte de
Belgiojoso on joignait celui du chancelier de Brabant, Crumpipen,
dont l'influence était sans limites. Des ressentiments encore récents
se réveillèrent. La Flandre n'accusait que le comte de Belgiojoso et
le chancelier Crumpipen; elle n'écoutait que la haine qu'elle leur
portait, en résistant ouvertement à Joseph II, et elle semblait
fatalement engagée dans cette voie lorsque Marie-Christine, qui
appréciait mieux que son frère la situation des Pays-Bas, évita le
péril par sa sagesse en suspendant l'exécution des mesures qu'elle
désapprouvait.

«Chers et bien amés, portait la déclaration des gouverneurs des
Pays-Bas du 4 juin 1787, nous vous faisons la présente pour vous dire
que nous tenons, à l'égard de la province de Flandre, en surséance
absolue et parfaite, sans limitation ni exception quelconques, toutes
les dispositions contraires directement ou indirectement à la
constitution de ladite province de Flandre ou aux droits, franchises,
priviléges, chartres, coutumes, usages et autres droits quelconques,
publics et particuliers; que de plus les infractions y faites seront
aussi, sans limitation ni exception aucune, de suite redressées et
remises dans le même état comme elles ont été avant ces nouveautés;
qu'en outre, nous nous confions pleinement que Sa Majesté confirmera
sans réserve la déclaration que nous faisons à ce sujet, et qu'au
surplus nous dirigerons immédiatement, par nous-mêmes, toutes les
affaires quelconques du gouvernement.»

Cette dépêche fut reçue partout avec de vifs transports d'allégresse.
A Gand on apporta au marché du Vendredi des tonneaux de vin et de
bière. Les cloches et le carillon ne cessèrent de résonner tant que
dura cette fête, où l'on aperçut pour la première fois, au milieu des
flots agités des bourgeois, quelques-unes de ces figures sinistres
qui, telles que les vapeurs que condense l'orage, semblent annoncer
les temps d'émeute et d'anarchie.

Il restait à obtenir de Joseph II la ratification de la déclaration de
Marie-Christine. Les magistrats du Franc de Bruges prirent
l'initiative près des états de Flandre, afin qu'ils fissent parvenir
l'expression de leurs vœux à Vienne: «Ce n'est qu'en soupirant,
disaient-ils, que nous jetons les yeux sur les chartres, jadis si
précieuses, que renferment nos archives et qui nous retracent la
générosité des souverains comtes et comtesses de Flandre.» S'appuyant
sur leurs anciens priviléges, confirmés en 1619 par l'archiduc Albert
et l'infante Isabelle, ils rappelaient l'acte d'inauguration du 31
juillet 1781, «lorsque Son Altesse Royale le duc de Saxe-Tesschen, en
prêtant le serment sur les saints Évangiles à la face de toute la
nation assemblée à cet effet dans la capitale de cette province, a
promis solennellement, au nom de Sa Majesté, qu'elle maintiendra cette
province dans ses priviléges, coutumes et usages, tant ecclésiastiques
que séculiers, que Sa Majesté, comme comte de Flandre, ne souffrira
point que rien ne soit altéré ou diminué en l'un ou l'autre
d'iceux.»--«C'est, ajoutaient-ils, ce même pacte qui cimente la
prospérité publique et fera la sûreté de l'État lorsqu'il est
inviolablement observé. C'est cet engagement auguste et non moins
réciproque qui doit être le garant de l'amour du peuple et qui le
tient attaché au service et à l'aide de son souverain aussi longtemps
qu'il en éprouve la protection.»

Le 6 juin 1787, les états de Flandre adressèrent à l'empereur des
remontrances où tout décèle une irritation profonde. Ils ne
rappelaient leurs serments que pour accuser l'empereur d'avoir trahi
les siens. «Le dépôt de nos lois fondamentales nous a été conservé et
transmis par nos pères, disaient-ils; nous nous couvririons d'un
opprobre éternel si nous ne le faisions passer à nos descendants dans
toute son intégrité, si nous pouvions permettre, avec la plus lâche
indifférence, que le flambeau de notre constitution, dont l'éclatante
lumière a de tout temps vivifié la Flandre, fût obscurci et éteint de
nos jours. C'est à nous qu'est confiée la garde de ce feu sacré; nous
ne pouvons souffrir, sans nous rendre parjures, qu'on en détourne même
le moindre rayon.»

L'empereur Joseph II était trop fier pour que ces représentations ne
le blessassent pas vivement. Il ne le cacha point dans sa déclaration
du 3 juillet adressée aux états de Brabant, qui avaient fait les mêmes
représentations que les états de Flandre, déclaration où il protestait
d'ailleurs de son respect pour les droits et les priviléges des
provinces belgiques: «Loin de prévoir de l'opposition et surtout une
aussi audacieuse, y disait-il, je devais m'attendre à ce que les états
de mes provinces belgiques y entreraient avec autant d'empressement
que de reconnaissance, et je veux bien, en bon père et en homme qui
sait compatir à la déraison et qui sait beaucoup pardonner,
n'attribuer encore ce qui est arrivé et ce que vous avez osé qu'à des
mésentendus ou de fausses interprétations de mes intentions, données
et répandues par des personnes plus attachées à leur intérêt privé
qu'au général et qui n'ont rien à perdre. Quoi qu'il en soit, je veux
bien que l'exécution des nouvelles ordonnances en question reste
présentement suspendue, et lorsque Leurs Altesses Royales, mes
lieutenants et gouverneurs généraux, aux intentions que je leur ai
fait connaître, se seront rendues à Vienne avec les députés des
différents états pour me représenter de vive voix leurs griefs et
apprendre mes intentions, qu'ils trouveront toujours calquées sur les
principes de l'équité la plus parfaite et uniquement tendantes au
bien-être de mes sujets, nous conviendrons ensemble des dispositions à
faire pour le bien général selon les lois fondamentales du pays. Mais
si, contre toute attente, cette dernière démarche de ma bonté envers
vous fût méconnue au point que vous vous refusiez à me venir porter
vos plaintes, vos craintes, vos doutes, et à m'entendre avec
confiance, et que vous continuiez vos excès honteux et démarches
inexcusables, alors vous en tirerez vous-mêmes toutes les malheureuses
conséquences qui en résulteront sans faute, ce qu'à Dieu ne plaise.»
Une lettre du prince de Kaunitz, rédigée dans le même sens, mais plus
conciliante, était jointe à cette déclaration.

Au moment où l'on reçut en Flandre ces nouvelles de Vienne,
l'irritation y avait fait de nouveaux progrès. Une dépêche des
gouverneurs généraux du 28 juin était parvenue en Flandre avec cette
mention, placée avant la signature de Marie-Christine: _Crumpipen
vidit_. Elle provoqua une vive émotion, et, dès le 4 juillet, les
états de Flandre votèrent l'adresse suivante à l'archiduchesse et au
duc de Saxe-Tesschen: «Nous nous étions flattés avec la nation que du
moment que vous avez repris, sérénissimes princes, les rênes du
gouvernement des Pays-Bas, il ne pouvait plus y rester un pouvoir qui
pût balancer ou éclipser le vôtre, et nous en étions persuadés
d'autant plus que lorsque vous résolûtes d'ôter le pouvoir qui, par
les nouvelles ordonnances et par la nouvelle organisation du
gouvernement, était attribué à certaines personnes, vous ne vous êtes
déterminé à cette démarche que parce que toutes les provinces
considéraient ces mêmes personnes comme les auteurs de nos maux. Si
donc la même influence continue à régner dans les conseils, si les
ordres qui en sont expédiés, portent encore la même empreinte que
portaient ceux qui tendaient à détruire notre liberté, quelle est la
base sur laquelle vous désirez, sérénissimes princes, que nous
fassions asseoir le calme de la nation? Tant que le peuple ne verra
pas vos conseils formés par des personnes qui, par leurs lumières,
leur conduite et leur attachement à la vraie constitution, auront
mérité sa confiance, il sera bien difficile de le contenir. Nous
supplions donc, avec le plus profond respect, Vos Altesses Royales de
ne se départir en rien de la ferme résolution qu'elles ont prise de
diriger immédiatement par elles-mêmes toutes les affaires quelconques
du gouvernement et de ne pas trouver mauvais que nous envisagions la
susdite dépêche du 28 comme illégale et inopérante.»

Telle était la situation des choses lorsque les états de Flandre
chargèrent quelques-uns de leurs membres de se rendre à Bruxelles pour
recevoir communication du message de Joseph II. Ils s'abouchèrent avec
les états de Brabant, et le résultat de cette conférence fut que, bien
que personne ne pût recevoir l'autorisation de traiter des droits
inaliénables des provinces belgiques, la dignité du premier trône du
monde exigeait qu'on envoyât à Vienne des députés qui pourraient y
réitérer les remontrances des Pays-Bas. Malgré l'opposition d'un
avocat nommé Henri Vander Noot, membre des états de Brabant pour le
tiers état, les députés des provinces belgiques accompagnèrent à
Vienne Marie-Christine et le duc de Saxe-Tesschen.

Déjà dans de nouvelles lettres adressées à l'empereur le 27 juillet,
les états de Flandre étaient revenus à un langage plus modéré. On ne
peut trop citer dans l'histoire de ces démêlés, encore si récents,
lorsqu'on veut étudier avec soin et juger avec impartialité: «Le motif
de nos réclamations dérive d'une source pure; ce sont vos intérêts,
Sire, ce sont ceux de votre peuple, qui nous ont dirigés; nous vivons
sous ces mêmes lois, cimentées par le serment du monarque, sous
lesquelles nos pères ont été heureux. Il y a eu peu de guerres en
Europe, dont les Pays-Bas n'aient été le berceau ou le théâtre; mais à
peine dévastés par les fléaux qui accompagnent constamment les armées,
l'on a vu ces provinces reprendre immédiatement leur antique
prospérité, et ce n'est qu'à la bonté de nos lois que nous devons ces
avantages. Le nouveau système, Sire, les renversait toutes... Dans des
provinces civilisées depuis tant de siècles, où le peuple est
industrieux, laborieux, commerçant, où des corporations établies pour
éclairer le gouvernement sur ses vrais intérêts et pour garder les
droits du peuple, empêchent constamment qu'aucun sujet ne soit traité
autrement que par justice et sentence, devant son juge naturel, toute
loi qui attribue le pouvoir exécutif à un seul, est une loi qui doit
anéantir le bonheur des peuples et entraîner avec elle la ruine de
l'État...

«A la vue de tant de maux, dont il dépendait de votre bonté d'arrêter
les ravages, aurions-nous été fidèles sujets, Sire, si, par un silence
coupable, nous eussions trahi vos intérêts et ceux de votre peuple?»

Les députés des provinces belgiques furent reçus, le 15 août, par
l'empereur. L'accueil qui leur fut fait, fut plus favorable qu'ils ne
pouvaient s'y attendre. Joseph II se borna à exiger, avant toute
décision ultérieure, que le séminaire général de Louvain fût rétabli,
que les impôts arriérés fussent payés et que les associations
illégales, où s'abritaient toutes les intrigues et tous les complots
(il en était une qui prétendait, à Gand, reconstituer la _collace_),
fussent immédiatement dissoutes. Si des menaces étaient jointes à ces
demandes pour le cas où elles auraient été repoussées, d'un autre
côté, Marie-Christine, le prince de Kaunitz et le comte de Cobenzl
assuraient les députés belges que l'empereur renonçait à ses édits sur
la suppression des colléges des états et des anciennes cours de
justice et sur la création des intendances. Afin de les tranquilliser
davantage, le comte de Belgiojoso, ministre connu par son esprit
hostile aux provinces belgiques, fut destitué et remplacé par le comte
de Trautsmansdorff.

Une armée nombreuse était déjà réunie dans les Pays-Bas, et Joseph II
avait annoncé, par un manifeste du 16 août 1787, qu'il emploierait la
force si les moyens de conciliation étaient inutiles. Le respect qui
s'attachait encore à l'autorité impériale, joint à la crainte d'une
guerre civile, engagea les états de Flandre à se soumettre, le 1er
septembre, à ce que l'on exigeait d'eux.

Leurs espérances ne furent pas trompées. Par une proclamation du 21
septembre 1787, le comte de Murray, gouverneur des Pays-Bas par
intérim, écrivit aux états de Flandre qu'il était autorisé à déclarer,
au nom de l'empereur et roi, 1º que tous les priviléges et franchises
de la province de Flandre étaient maintenus tant pour le clergé que
pour l'ordre civil; 2º que les nouveaux tribunaux de justice et les
intendances étaient supprimés; 3º que les anciennes juridictions des
villes et du plat pays subsisteraient à l'avenir sur l'ancien pied; 4º
qu'à l'égard du redressement des objets contraires ou infractions à la
constitution, il en serait traité avec les états, ainsi que ceux-ci
l'avaient demandé.

Les états de Flandre, dans leur adresse à l'empereur, du 19 octobre,
considérèrent le dernier article de la déclaration du comte de Murray
comme s'appliquant aux séminaires épiscopaux; mais il était bien
évident que c'était la seule question sur laquelle l'empereur défendît
toute discussion.

Il est important d'apprécier l'intervention des états dans ces
questions religieuses. Les deux premiers articles de la capitulation
de Gand, du 1er janvier 1709, assuraient l'exercice de la religion
catholique, apostolique et romaine, et l'observation des dispositions
du concile de Trente, telle qu'elle avait eu lieu jusqu'à cette
époque. Les mêmes garanties se trouvaient reproduites par la
capitulation générale de la province du 6 juin 1706 et l'article 20 du
traité de la Barrière. Or, c'était en vertu du concile de Trente que
les séminaires épiscopaux avaient été établis: de là le droit de
veiller à leur conservation réclamé par les états de Flandre.

Ces questions semaient, plus que toutes les autres, une profonde
irritation. On avait vu d'abord des moines chassés de leurs monastères
errer sans asile. Plus tard, d'autres mesures avaient été dirigées
contre le clergé régulier: aux yeux du plus grand nombre, l'empereur
commençait une persécution religieuse.

Un nouvel édit du 27 décembre 1787 confirma tous ceux qui se
rapportaient au séminaire général de Louvain et ordonna qu'il y fût
rigoureusement obéi.

«Nous rendrons à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à
Dieu,» répondit l'évêque de Bruges.

«Nos alarmes se sont augmentées, disaient les états de Flandre, à la
vue des dépêches du 27 décembre dernier envoyées aux états et aux
évêques. Il y est dit qu'une conduite contraire à ce qui en fait
l'objet, ne pourrait manquer d'entraîner des suites préjudiciables à
la religion, à l'Église et à l'État même. Cette expression tend-elle
donc à innover quelque chose dans la religion de nos pères? Nous
prépare-t-elle au renversement de l'État?»

Pour comprendre le véritable caractère de la situation, il faut se
souvenir de l'agitation qui, en ce moment, ébranlait toute l'Europe.
La France voyait la royauté résister à peine aux attaques les plus
violentes et chercher vainement à s'abriter sous les derniers vestiges
des institutions nationales qu'elle avait appris elle-même aux peuples
à oublier. Une assemblée de notables avait été convoquée, mais tout
annonçait qu'il était trop tard et que de tous les monuments du passé
il ne resterait bientôt que des ruines.

L'insurrection de l'Amérique avait répandu dans toute l'Europe les
idées de destruction et de bouleversement, mêlées à de vagues théories
républicaines: le nouveau monde, en échange de l'extermination que lui
avait jadis envoyée l'Europe, lui léguait à son tour de longues
discordes. Déjà la Hollande avait repris son ancienne forme de
gouvernement et chassé le stathouder.

La Flandre, serrée entre la France et la Hollande, commençait à
redouter la contagion des passions anarchiques. Elle attendait, dans
un morne silence, que l'empereur s'éclairât sur les périls de la
situation, à moins que les destinées de la domination autrichienne
n'eussent irrévocablement marqué l'heure de sa fin.

Dans le Brabant, dans le Hainaut, les esprits plus ardents et plus
vifs repoussaient tous les conseils de la prudence, afin de protester,
quelles qu'en dussent être les conséquences, contre ce qui leur
paraissait injuste et contraire à leurs droits. De leur opposition
résulta ce célèbre diplôme impérial par lequel l'empereur révoqua la
Joyeuse-Entrée, cette glorieuse charte du Brabant, et annonça que
désormais il régnerait par la force et comme sur un pays conquis.

Un article de la Joyeuse-Entrée portait «qu'en cas de violation de la
charte, les sujets n'étaient plus tenus de faire aucun service au
prince, ni de lui prêter obéissance dans les choses de son besoin,
jusqu'à ce que le duc eût redressé l'emprise et remis les choses en
leur premier état.» Joseph II, en annulant la Joyeuse-Entrée, rendait
légale et applicable la plus périlleuse et la plus extrême de ses
dispositions. Vander Noot et ses amis s'en prévalurent. Un officier
flamand, nommé Vander Mersch, se retira en Hollande, où il se plaça à
la tête de quelques volontaires: il envahit le Brabant, et un premier
succès confirma son audace; la division autrichienne du général
Schrœder fut vaincue dans les rues de Turnhout.

Le vendredi, 13 novembre 1789, un grand nombre de paysans étaient
réunis à Gand, où ils étaient venus apporter leurs blés au marché,
lorsqu'on apprit qu'un faible détachement de volontaires _patriotes_,
commandé par le jeune prince Louis de Ligne, ayant pénétré près de
Calloo dans le pays de Waes, avait passé entre le corps d'armée du
général Schrœder, qui se trouvait à Anvers, et celui du colonel
Gontreuil, qui occupait Beveren, et qu'il s'approchait de Gand. On
ferma aussitôt les portes de la ville, où une extrême confusion
régnait. La garnison était peu nombreuse: elle abandonna, dès les
premiers coups de fusil, la porte de Bruges, et les _patriotes_
trouvèrent, au corps de garde de la place d'Armes, les fusils des
soldats autrichiens, qui servirent à les armer.

Un renfort d'environ mille hommes, commandé par le colonel Lunden,
était entré à Gand. Il trouva les _patriotes_ maîtres de la plus
grande partie de la ville; mais, au lieu de les attaquer, il rangea
ses soldats en bataille devant le cloître Saint-Pierre, où ils se
trouvaient exposés au feu qu'on dirigeait contre eux des maisons
voisines.

Les Autrichiens se retirèrent et la fusillade cessa. Les _patriotes_
étaient peu nombreux, mal armés et sans artillerie, de plus, épuisés
par les fatigues de leur marche forcée à travers le pays de Waes. Les
Autrichiens semblaient, toutefois, peu disposés à les attaquer,
quoiqu'un corps de cavalerie fût arrivé le même soir dans le faubourg
de Meulestede. Ils brisaient les maisons, s'enivraient et commettaient
mille désordres semblables à ceux dont les villes prises d'assaut
présentent le triste spectacle. Le colonel Lunden ne put ni les
rallier sous leurs drapeaux, ni rétablir ses communications avec la
citadelle, où les généraux d'Arberg et Schrœder étaient entrés avec
cinq mille hommes et d'où ils lançaient par intervalles quelques
bombes.

Les bourgeois, jusque-là peu favorables aux _patriotes_, s'armèrent en
apprenant qu'on pillait leurs maisons et qu'on outrageait leurs femmes
et leurs filles. Les échevins de la keure et des parchons convoquèrent
l'assemblée générale du peuple, et toute la ville se leva au son du
tocsin.

Cependant le général Schrœder essaya, le 15 novembre, une sortie qui
fut repoussée. Le lendemain, les bourgeois se portèrent vers les
casernes; elles renfermaient huit cents hommes, qui s'étaient rangés
en ordre de bataille dans les cours et qui semblaient bien plus
redoutables que la multitude indisciplinée qui les attaquait. Un vieux
canon, trouvé sur les remparts, fut amené: à la première décharge,
l'affût se rompit; mais, au même moment, on vit le colonel Lunden
paraître à une fenêtre, agitant un mouchoir blanc au bout de son épée
et criant de toutes ses forces: _Vivent les patriotes!_ On eut la plus
grande peine à le préserver de la colère du peuple. Ce timide et
faible officier, qui n'avait su ni conduire ses troupes au combat, ni
les écarter du pillage, eût mérité de périr non par la guerre, mais
par l'émeute.

On força le colonel Lunden à écrire au comte d'Arberg pour lui
annoncer que, s'il continuait à lancer des bombes dans la ville, les
représailles des Gantois menaceraient sa vie. Ce n'était point assez
d'ignominie pour les troupes autrichiennes: le comte d'Arberg sortit
avec 5,000 hommes, pendant la nuit du 16 au 17, de la citadelle de
Gand, où il abandonnait plus d'un mois de vivres. La perte de Gand fut
la confirmation de l'échec de Turnhout, à l'occasion duquel l'empereur
écrivait au comte d'Alton: «Mes soldats s'y sont comportés en brigands
et s'en sont retirés en lâches.»

Les garnisons autrichiennes, en apprenant la capitulation de Gand,
évacuèrent aussitôt Bruges, Ostende, Ypres et toute la Flandre.

Le 30 novembre 1789, les états de Flandre se réunirent à ceux du
Brabant; un congrès fut convoqué à Bruxelles pour que toutes les
provinces y envoyassent leurs députés, chargés de délibérer sur les
intérêts généraux des Pays-Bas. Ceux de la Flandre furent, pour le
clergé de Gand, l'abbé de Saint-Corneille et Saint-Cyprien de Ninove
et le prévôt de Saint-Bavon; pour celui de Bruges, l'abbé d'Eeckhout
et le chanoine De Paauw; pour la noblesse, le marquis de Rodes et le
comte d'Hane de Steenhuyse; pour les villes, M. Roelants, pensionnaire
de Gand, M. Pyl du Fayt, pensionnaire de Courtray, et M. de Schietere
de Caprycke, bourgmestre de Bruges; pour les châtellenies, MM. de
Lannoy, van Hoobrouck, De Smet et De Grave; enfin, pour la
West-Flandre, l'abbé de Saint-Jean-au-Mont et MM. Vander Meersch et
Vander Stichele de Maubus. Dans ce congrès, le nombre des voix fut
fixé à quatre-vingt-dix, et la Flandre en reçut trente et une,
c'est-à-dire plus du tiers.

Le 11 janvier 1790, le congrès proclama l'indépendance des Pays-Bas
sous le nom d'États-Belgiques-Unis. Cette confédération, bornée aux
questions d'utilité générale, devait être dirigée par le congrès
souverain des États-Belgiques-Unis.

Chaque province contribuait aux dépenses générales par des impôts
calculés sur la moyenne des dix dernières années; mais son
administration intérieure n'appartenait qu'à elle seule.

En cas de conflit entre plusieurs provinces, le congrès souverain
devait décider.

Quelque hardie que fût cette déclaration, on semblait ne plus avoir
rien à redouter du ressentiment de l'empereur.

D'une part, le comité diplomatique de l'assemblée nationale de France
encourageait le mouvement; d'autre part, l'Angleterre, la Prusse et la
Hollande signaient le traité de Berlin, par lequel elles s'engageaient
à soutenir les priviléges des Pays-Bas et peut-être leur indépendance.

Les États-Belgiques-Unis eurent leurs ambassadeurs à Londres, à La
Haye et à Berlin. Tandis que l'Angleterre accordait un congé de
dix-huit mois à ses officiers qui prendraient service à Bruxelles, la
Prusse y envoyait le général Schœnfeld pour qu'il servît dans l'armée
insurgée.

Le vainqueur de Turnhout, Vander Mersch, s'était créé feld-maréchal et
avait fait nommer capitaine son fils, enfant de quatre ans, comme,
dans les maisons royales, les princes reçoivent des épaulettes au
berceau. A côté de Vander Mersch figuraient les ducs d'Arenberg et
d'Ursel, qui se croyaient appelés par leur rang à une position élevée
dans le nouveau gouvernement, et un grand nombre de députés des
diverses provinces, dont les uns ne voyaient dans les innovations
qu'un acheminement aux idées françaises, et dont les autres
regrettaient que la protection du gouvernement autrichien, bien
préférable à leur avis à celle des trois puissances alliées, manquât à
la nouvelle constitution.

Cependant Joseph II, épuisé par une longue maladie, était mort à
Vienne le 20 février 1790. Les tristes nouvelles qu'il recevait de la
Belgique, avaient hâté sa fin: «Votre pays m'a tué, disait-il au
prince de Ligne, Gand pris a été mon agonie, et Bruxelles abandonnée
est ma mort!»

Léopold II succéda à son frère. Il alliait à une grande sagesse une
noble fermeté; et, s'il eût régné dix ans plus tôt, la tranquillité
des Pays-Bas n'eût jamais été troublée.

Par une déclaration publiée au mois de mars 1790, il désapprouva
toutes les tentatives réformatrices de son frère, et protesta de son
respect pour les anciennes lois des Pays-Bas, en promettant de les
confirmer: il s'engagea même à choisir le gouverneur général parmi les
Belges, à n'élever aux fonctions publiques que sur la présentation des
états, à retirer toutes les troupes étrangères, à abandonner aux
évêques la direction des affaires ecclésiastiques et à partager
l'autorité législative avec les états généraux.

Si ces propositions eussent été acceptées, la paix eût été rétablie
dans les Pays-Bas. Les funestes progrès des idées désorganisatrices ne
le permirent point. Les chefs de la résistance comptaient trop sur les
trois puissances alliées et oubliaient que lorsqu'une cause cesse
d'être juste, il sert peu de se confier dans le stérile appui que lui
offrent les jalousies étrangères.

La Prusse abdiquait déjà sa rivalité contre l'Autriche pour conjurer
le péril dont la révolution qui s'accomplissait en France menaçait
toutes les monarchies. L'Angleterre et la Hollande se portèrent seules
médiatrices au congrès de Reichenbach. Tandis qu'on y discutait, les
Autrichiens marchaient et envahissaient la Belgique.

Dans ce moment difficile, Vonck chercha à ranimer le zèle de ses amis,
et Vander Mersch le seconda. Les états généraux, aussi hostiles aux
démocrates qu'aux Autrichiens, le firent arrêter et lui donnèrent pour
successeur le général prussien Schœnfeld. En même temps ils
écrivaient au roi de Prusse pour lui rappeler qu'en s'insurgeant, ils
avaient compté sur sa protection. Le roi de Prusse ne répondit pas, et
le général Schœnfeld cacha, sous les apparences d'une lenteur
calculée, une trahison dont il avait reçu l'ordre. Kœhler, ancien
aide de camp d'un général anglais, succéda à Schœnfeld, attaqua les
Autrichiens et se fit battre.

Des conférences s'étaient ouvertes à La Haye. L'Angleterre commençait
à partager la tiédeur de la Prusse, de peur que l'appui qu'elle aurait
donné aux patriotes brabançons, ne livrât plus tard, sans défense,
les Pays-Bas à la France. Les puissances alliées, loin de soutenir les
Belges, leur conseillèrent, le 31 octobre, de se soumettre, et
voulurent interposer leur médiation à la faveur d'un armistice; mais
les généraux autrichiens avaient ordre de le refuser.

Les états généraux tremblaient: ils crurent placer leurs villes à
l'abri des attaques des armées impériales en proclamant l'archiduc
Charles d'Autriche grand-duc héréditaire de la Belgique: vaine et
ridicule tentative qui démontrait que, si telle était leur dernière
ressource, ils étaient bien faibles. En effet, leurs principaux
membres fuyaient. Les Autrichiens ne rencontraient plus de résistance;
ils entrèrent le 2 décembre à Bruxelles, le 4 à Malines, le 6 à
Anvers, le 7 à Gand.

Là s'arrêta la conquête, qui fut pacifique et clémente. Le comte de
Mercy-Argenteau, envoyé impérial à La Haye, annonça, le 10 décembre,
que l'empereur, oubliant toutes les erreurs de ses sujets des
Pays-Bas, confirmait leurs priviléges, et les trois puissances
alliées, pour clore leur intervention perfide à son origine et peu
honorable jusqu'à la fin, déclarèrent qu'elles garantissaient à la
maison d'Autriche la souveraineté des Pays-Bas, qui avait déjà reçue
la meilleure des sanctions: celle de la victoire.

Vander Mersch et Vonck s'étaient réfugiés à Lille: ce fut de là qu'ils
adressèrent leur soumission dans les termes les plus humbles au comte
de Mercy-Argenteau, et celui-ci, à son tour, leur fit remettre une
réponse fort obligeante où il louait, le premier, de sa loyauté et de
sa probité dans son erreur, le second, de ses talents et de ses
vertus.

L'année 1791 fut aussi calme que pouvait le permettre l'anxiété
produite par la révolution qui ébranlait le trône de Louis XVI.
L'année suivante vit la mort de Léopold II. François II lui succéda.

On touchait au moment où une armée française, sous les ordres de
Dumouriez, allait envahir nos provinces sous le prétexte de leur
rendre la liberté. Au mois de novembre 1792 la bataille de Jemmapes
livra sans la moindre résistance toute la Flandre aux vainqueurs qui
appelèrent partout les populations à former des assemblées populaires
et à élire des administrations nouvelles. Cependant, au lieu d'une
adhésion empressée aux principes de la révolution triomphante, les
lieutenants de Dumouriez ne recueillirent partout qu'une courageuse
et énergique protestation que la Flandre voulait maintenir ses
anciennes franchises et ses libertés.

Bientôt les républicains français jetèrent le masque. Cambon monta, le
15 décembre 1792, à la tribune de la Convention, et, après avoir
reproché aux Belges d'être faibles et timides et de ne pas oser avouer
leurs principes, il exposa qu'il fallait leur envoyer des commissaires
chargés de les aider de leurs conseils, tout en leur imposant en
argent des contributions extraordinaires et en ne les payant eux-mêmes
qu'en assignats. On ajouta à ce décret que nul ne serait admis à voter
dans les assemblées communales sans avoir abjuré par écrit les
anciennes institutions du pays. C'était prononcer l'annexion violente
de la Belgique, puisqu'on lui imposait toutes les charges sans la
consulter et puisqu'on ne tenait pas plus de compte de ce droit qu'on
lui avait naguère si formellement reconnu de statuer seule sur ses
lois et ses institutions.

D'unanimes protestations s'élevèrent en Belgique, et Dumouriez, au
milieu de ses succès, en fut vivement ému. Les députés de la Flandre
osèrent se présenter à la barre de la Convention, où leur langage fut
plein de fierté: «Souvenez-vous, disaient-ils, que les assemblées
françaises ont fréquemment mérité le reproche de poursuivre avec trop
de précipitation une œuvre de destruction et de désorganisation. Il
faut agir avec prudence si l'on se préoccupe de l'intérêt du peuple,
et c'est ainsi qu'on prévient son mécontentement et ses plaintes.»

A cette heure néfaste, les idées de sagesse et de prudence ne
pouvaient être écoutées, pas plus que le respect du droit et de la
liberté d'une nation à laquelle on avait, les armes à la main, porté
la fraternité. Tandis que les députés flamands attendaient qu'il plût
à la Convention de prononcer sur leurs griefs, le crime du 21 janvier
1793 rougissait l'échafaud, et l'un des premiers commissaires français
envoyés dans nos provinces fut Danton, qui déclara aussitôt qu'il
était l'organe de la Belgique en en demandant la réunion à la France.
Mensonge odieux puisqu'en ce même moment d'autres commissaires de la
Convention cassaient l'assemblée provinciale de la Flandre et puisque
les généraux français défendaient que les assemblées primaires se
tinssent sans leur autorisation. En effet, les réunions qui devaient
voter la réunion à la France, ne pouvaient être que des clubs dont les
membres peu nombreux étaient choisis parmi ce qu'il y avait de plus
abject. Tel fut à Gand le vote du 22 février 1793, et à Bruges celui
du 1er mars suivant. Partout la violence avait écarté du scrutin les
hommes les plus estimés, et l'âme honnête de Dumouriez a laissé la
trace de son indignation dans la célèbre lettre qu'il adressa le 12
mars à la Convention:

«Les peuples n'échappent pas à la Providence: on a violé à l'égard des
Belges les droits sacrés de la liberté; on a insulté avec impudence à
leurs opinions religieuses; on vous a menti sur leur caractère et sur
leurs intentions... Vous avez été trompés sur la réunion à la France
de plusieurs parties de la Belgique; vous l'avez crue volontaire parce
qu'on vous a menti...»

Cependant l'armée française avait essuyé des revers, et les
Autrichiens rentrèrent en Belgique. François II vint en 1794 y
recevoir des hommages et des vœux éphémères. Avant la fin de cette
année la journée de Fleurus, aussi désastreuse pour les Autrichiens
que celle de Jemmapes, ramena les Français dans la Flandre comme dans
le Brabant, et le décret du 9 vendémiaire an IV prononça une seconde
fois la réunion de la Belgique à la France.

Pendant un grand nombre d'années la Flandre eut à subir les malheurs
et les désastres d'une domination étrangère. Parfois son agriculture
et son industrie cherchaient à se relever, et le courage par lequel
elle s'était signalée dans d'autres temps, brillait jusque dans les
légions que les envahisseurs recrutaient sur son sol; mais ce qui,
sous le régime français comme sous celui de l'Espagne et de
l'Autriche, caractérisait surtout les populations flamandes, c'était
le soin jaloux avec lequel elles conservaient leur langue et leurs
mœurs, toujours pieuses et laborieuses, toujours fidèles à une sage
et calme liberté, toujours dignes de garder le glorieux dépôt de leurs
anciennes traditions jusqu'au jour où, l'indépendance nationale étant
proclamée, elles seraient appelées à en former la base la plus solide
et la plus puissante.



TABLE.


                                                               pages

  LA FLANDRE PENDANT LES TROIS DERNIER SIÈCLES                     5

  CHARLES-QUINT (1500-1553): Naissance de
    Charles-Quint.--Négociations entre Philippe le Beau
    et Louis XII.--Mort de Philippe le
    Beau.--Mainbournie de Maximilien.--Gouvernement de
    Marguerite d'Autriche.--Alliance de Maximilien et
    de Henri VIII.--Neutralité de la Flandre.--Bataille
    des Éperons.--Bayard prisonnier en Flandre.--Siége
    de Térouanne et de Tournay.--Lettre de Charles à
    Gonzalve de Cordoue.--Sa jeunesse.--Son
    éducation.--Son émancipation.--Avénement de
    François Ier.--Charles devient roi d'Espagne, puis
    empereur.--Situation de l'Europe.--Appréciation du
    caractère politique de Charles-Quint.--Le cardinal
    Wolsey à Bruges.--Bruges ville littéraire. Érasme,
    Thomas Morus, Louis Vivès, Jacques Meyer et les
    savants du seizième siècle.--Prise de
    Tournay.--Bataille de Pavie.--Traité de Madrid.--La
    Flandre cesse de relever de la couronne de
    France.--Henri VIII se sépare de
    Charles-Quint.--Neutralité commerciale de la
    Flandre.--Traité de Cambray.--Projet de former un
    royaume des Pays-Bas.--Guerres contre la
    Flandre.--La Flandre confisquée par arrêt du
    parlement de Paris.--Trêves.--Projet de
    démembrement de l'Angleterre.--Ignace de Loyola à
    Bruges.--Mort d'Isabelle de Danemark et de
    Marguerite d'Autriche.--La suette.--Situation
    commerciale et industrielle de la
    Flandre.--Accroissement des impôts.--Résistance des
    Gantois.--Les Luthériens.--Les _Cresers_. Liévin
    Borluut.--Supplice de Liévin Pym.--Arrivée de
    Charles-Quint en Flandre.--Confiscation des
    priviléges de Gand.--Nouveau projet de créer un
    royaume des Pays-Bas.--Le duc
    d'Orléans.--Guerres.--Paix de Crespy.--Le comte de
    Bueren.--Les Pays-Bas réunis à l'Empire.--Le prince
    d'Espagne en Flandre.--Charles-Quint dicte ses
    Commentaires.--Nouvelles guerres.--Destruction de
    Térouanne.--Prise d'Hesdin.--Combats sur
    mer.--Abdication de Charles-Quint.--Son dernier
    séjour en Flandre                                              7

  PHILIPPE II (1555-1598): Renouvellement de la
    guerre.--Batailles de Saint-Quentin et de
    Gravelines.--Mort de Charles-Quint.--Départ de
    Philippe II.--Marguerite de Parme.--État prospère
    de la Flandre.--Symptômes de troubles.--Les
    nouveaux évêchés.--L'inquisition.--Compromis des
    Nobles.--Les ambassadeurs anglais aux conférences
    commerciales de Bruges.--Appui donné aux mécontents
    par Élisabeth.--Philippe II paraît
    céder.--Insurrection des Gueux.--Leurs
    dévastations.--L'ordre se rétablit.--Arrivée du duc
    d'Albe.--Émigrations flamandes en
    Angleterre.--Supplice du comte d'Egmont.--Sévérité
    de l'administration du duc d'Albe.--Intervention
    des huguenots dans les troubles des
    Pays-Bas.--Fureurs des Gueux à Audenarde.--Départ
    du duc d'Albe.--Requesens.--Gouvernement des
    états.--Anarchie.--Pacification de
    Gand.--Tentatives de don Juan.--Intrigues de
    Marguerite de Valois.--L'archiduc Mathias.--Le duc
    palatin Casimir.--Puissance du prince d'Orange à
    Gand.--Ryhove.--Hembyze.--Arrestation du duc
    d'Arschoot et de l'Évêque d'Ypres.--Gand domine
    toute la Flandre.--Mort de don Juan.--Le prince de
    Parme.--Les malcontents.--Guerres.--Détresse de la
    Flandre.--Le duc d'Alençon est proclamé comte de
    Flandre.--Il quitte la Flandre après avoir
    honteusement échoué dans ses projets.--Mort
    d'Hembyze.--Élisabeth et le comte de
    Leicester.--Négociations du prince de Parme avec
    les principales villes de la Flandre.--L'autorité
    de Philippe II y est rétablie.--Cession des
    Pays-Bas à Albert et à Isabelle.--Mort de Philippe
    II                                                            86

  ALBERT ET ISABELLE (1598-1621): Albert et
    Isabelle.--Les états généraux font des réserves en
    faveur des priviléges des Pays-Bas.--Armements de
    la Hollande.--Bataille de Nieuport.--Siége
    d'Ostende.--Trêve de douze ans.--Préparatifs
    menaçants du roi de France.--Mort de l'archiduc
    Albert                                                       221

  PHILIPPE IV, CHARLES II, PHILIPPE V (1621-1713):
    Reprise des hostilités.--Le prince d'Orange devant
    Bruges.--Projets politiques de Richelieu.--Louis
    XIV.--Une armée française envahit la
    Flandre.--Négociations de Munster.--Tentatives
    pour ramener le commerce en Flandre.--Le
    roi d'Angleterre à Bruges.--La Flandre,
    attaquée  par Turenne, est défendue par
    Condé.--Dunkerque.--Ostende.--Paix des
    Pyrénées.--Peste de 1666.--Louis XIV réclame les
    Pays-Bas en vertu du droit de dévolution.--Traité
    d'Aix-la-Chapelle.--Nouvelles guerres.--Siége de
    Gand.--Paix de Nimègue.--Situation de la
    Flandre.--Guerre que termine le traité de
    Riswick.--Mort de Charles II. Guerre de la
    succession.--Paix d'Utrecht                                  235

  CHARLES VI, MARIE-THÉRÈSE (1713-1780): Traité de la
    Barrière.--Réclamations de la Flandre.--Le
    commerce se ranime en Flandre.--Compagnie
    d'Ostende.--Pragmatique sanction de Charles
    VI.--Louis XV en Flandre.--Traité
    d'Aix-la-Chapelle.--Heureux gouvernement du prince
    Charles de Lorraine.--Mort de Marie-Thérèse                  278

  JOSEPH II, LÉOPOLD II, FRANÇOIS II (1780-1794):
    Démêlés avec la Hollande.--Plaintes des états de
    Flandre.--Mouvement insurrectionnel.--République
    des États-Belgiques-Unis.--L'autorité impériale est
    rétablie.--Léopold II succède à Joseph II.--Sa
    mort.--Invasion et conquête de la Flandre par les
    armées républicaines françaises                              291





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "La Flandre pendant des trois derniers siècles" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home