Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 0060, 20 Avril 1844
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0060, 20 Avril 1844" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'ILLUSTRATION,
JOURNAL UNIVERSEL.

N° 60. Vol. III.--SAMEDI 20 AVRIL 1844.
Bureaux, rue de Seine, 33.

Ab. pour Paris.--3 mois, 8 f.--6 mois. 16 f.--Un an, 30 f.
Prix chaque Nº 75 c.--La collection mensuelle br., 2 f. 75 c.

Ab. pour les Dep.--3 mois, 9 f.--6 mois. 17 f.--Un an, 32 f.
Pour l'Étranger,      -–  10      -–     20       -–   40



SOMMAIRE.

Histoire de la Semaine. _Monument élevé à la mémoire du maréchal Drouet
d'Erlon_.--Le Sésame.--Chronique musicale.--Revue pittoresque du Salon
de 1844, par Bertall. _Vingt-Sept Gravures_.--Le Dernier des Commis
Voyageurs, roman par M. XXX. Chapitre IV. Le Chapitre des
Complications.--Courrier de Paris. _Salle de Concert de l'Hôtel de
Ville_.--Carthagène des Indes. Souvenir de l'Expédition dirigée par le
contre-amiral de Mackau en 1834. (Suite.) _Vue du Fort San-Felipe; Forte
de Carthagène des Indes: Église et rue de San Juan de Dios_.--Réforme
des Prisons. _Sept Gravures_. Bulletin bibliographique.--Allégorie du
mois d'Avril. _Le Taureau_.--Amusements des Sciences. _Quatre
Gravures_.--Rébus.



Histoire de la Semaine.

Nous avons déjà applaudi au sentiment de juste orgueil, de
reconnaissance patriotique qui se développe avec plus d'ardeur depuis
quelques années dans les départements, et porte les localités qui ont vu
naître une de nos gloires, de nos illustrations nationales, à honorer
son souvenir. Cet élan de coeur a donné naissance sans doute à plus d'un
monument, à plus d'une statue qui ne sont pas irréprochables, mais,
comme l'a déjà dit un vers parfaitement honnête;

Une bonne action vaut mieux qu'un bon ouvrage.

Le Havre a ouvert une souscription et provoqué la formation d'une
commission pour l'érection, dans ses murs, d'une statue à Casimir
Delavigne.--Nos gloires militaires ne sont pas oubliées non plus, malgré
nos trente ans de paix. La mémoire si pure de Championnet va recevoir
une consécration du même genre, et aujourd'hui nous avons à rendre
compte de l'accueil que Reims et Cherbourg ont fait aux dépouilles
mortelles de Drouet d'Erlon et du colonel de Briqueville.

De grands préparatifs avaient été faits dans la cathédrale de Reims pour
la cérémonie funèbre des obsèques du maréchal qui avait demandé, par son
testament, à être enseveli dans sa terre natale. Le portail de la
magnifique église métropolitaine était voilé, depuis le sol jusqu'aux
ogives des portes, d'une immense draperie noire; à l'intérieur, une
pareille tenture s'étendait sur toute la longueur de la nef et s'élevait
jusqu'à la galerie. A chaque pilier de la nef étaient appliqués des
trophées de drapeaux tricolores et des écussons sur lesquels étaient
inscrits les noms des batailles auxquelles le maréchal a pris part:
Fleurus, Zurich, Constance, Hohenlinden, Altkirch, Austerlitz, Iéna,
Friedland, Dantzick, Toulouse, Waterloo. On avait élevé dans le choeur
un immense catafalque surmonté d'un baldaquin haut de vingt-cinq à
trente mètres, et entouré d'innombrables candélabres. De forts
détachements avaient été appelés des garnisons voisines pour rendre les
honneurs militaires aux restes de ce noble, débris de nos glorieuses
armées, et toute cette cérémonie a été, pour le pays où il était né et
où son nom était justement populaire, un jour d'émotion profondément
sentie. Un monument funéraire s'élève. Il sera pour les Rémois un objet
de culte et un souvenir d'orgueil.

[Illustration: Monument élevé à la mémoire du maréchal Drouet d'Erlon.]

          JOANNES BAPTISTA DROUET D'ERLON,
        COMES, FRANCIE MARESCALLUS ET PAR,
            SUPREMUS ALGERIE GUBERNATOR,
                             ACER BELLO
                   AMPLISSIMA DIGNITATE
        IN REGIO HONORIFICE LEGIONIS ORDINE
             MULTISQUE ORDINIBUS EXTERNIS
                             INSIGNITUS,
             PRIVATE UTILITATIS IMMEMOR,
                 VIXIT, OBUTQUE PAUPER
                          SANCITA LEGE
             PATRIA EXSEQUIAS EJUS SOLVIT
                    FILIAMQUE DOTAVIT.
                    CIVITAS RHEMORUM
              ERE PUBLICO IN PERPETUUM
                SEPULTURAM CONCESSIT

                                  H. S. E.

            NATUS RHEMIS, AN.: M.DCC.LXV.

            OBUT PARISIIS, AN.: M.DCC.XLIV.

[Illustraion: Inscription et ornements du sarcophage intérieur.]

A Cherbourg, les troupes de terre, la marine, la garde nationale, la
population tout entière sont venues au-devant de la voiture chargée du
cercueil qu'attendaient de pieux hommages. Le service a présenté, par la
solennité, par le recueillement, par les dispositions des ornements et
des attributs, le même spectacle funèbre que celui de la cathédrale de
Reims. Mais quand le cortège se fut remis en route vers le cimetière,
placé sur un des versants qui dominent la ville et la mer, la cérémonie
prit alors un caractère que rien ne peut rendre. La majesté de la nature
et les émotions de la scène impressionnaient, les assistants jusqu'aux
larmes. On porte à vingt mille le nombre des personnes de tout rang qui
avaient voulu venir honorer la vie glorieuse et belle de Briqueville, et
prouver qu'en France il est bon nombre de coeurs qui mettent encore le
culte de la patrie au-dessus de celui des intérêts privés.

Le calme parlementaire que nous avions signalé n'était-il donc qu'un
calme trompeur? Samedi dernier, à l'une et à l'autre. Chambre, on a
préludé à des débats différents mais qui semblent présager une animation
égale. A la chambre des Députés, on a demandé le dépôt de documents sur
l'affaire de Taïti, que l'arrivée de l'aide de camp de l'amiral
Dupetit-Thouars a dû mettre à la disposition du gouvernement, s'il ne
les avait pas reçus précédemment; et un demi aveu de M. le ministre de
la marine, qui ne sait pas toujours taire tout ce qu'il dit ne pas
savoir, ainsi qu'une justification essayée par M. le ministre des
affaires étrangères, des déclarations faites antérieurement par le
cabinet que tout détail lui manquait, ont paru à l'opposition pouvoir
l'autoriser à accuser le ministère non plus d'avoir tu la vérité, mais
de l'avoir altérée. Dans la séance de mardi dernier, après dépôt sur le
bureau de la Chambre d'un seul document, on est convenu de rentrer
complètement dans ce débat à la séance du vendredi, et, à l'heure où
nous écrivons, la lutte est plus vivement engagée que jamais.

A la chambre des pairs, M. le duc de Broglie est venu donner lecture
d'un rapport fort étendu et soigneusement travaillé de la commission
chargée de l'examen du projet de loi sur la liberté de l'enseignement.
La commission, par l'organe de son rapporteur, a proposé des amendements
dont deux surtout ont une importance véritable. Par le projet, M. le
ministre de l'instruction publique demandait que le corps enseignant fût
en majorité dans le jury chargé de faire subir les examens et de
délivrer les brevets de capacité aux citoyens qui se présentent pour
ouvrir un établissement d'éducation. Cette précaution a paru excessive;
il a semblé, avec raison, à la commission qu'il suffisait que ce corps y
fût largement représenté, que la direction de l'examen lui fût assurée
par la présidence du recteur de l'Académie, et qu'il n'y avait point
avantage pour le ministre à demeurer responsable, en intervenant dans le
choix de presque tous les membres du jury, des décisions sur lesquelles
il ne peut et ne doit, en réalité, exercer aucun contrôle. En
conséquence, elle a limité à quatre, le recteur compris, le nombre des
membres du jury dont la désignation appartiendra au ministre; elle en a
exclu les proviseurs, les censeurs et professeurs des collèges, rivaux
présumés des candidats qui se proposent; elle y fait ensuite entrer deux
conseillers de la cour royale, désignés par leur cour elle-même, au lieu
du procureur général proposé par le projet; le maire de la ville, un
délégué de l'autorité diocésaine ou consistoriale, et enfin le plus
ancien instituteur privé, établi au chef-lieu de l'Académie. «Dans un
pareil jury, dit le rapport, la direction appartiendra au corps
enseignant; la décision à des hommes contre lesquels aucun soupçon de
partialité ne peut s'élever.» L'autre amendement, non moins important,
tranche nettement et justement, à notre avis, une partie de la question
que M. Villemain avait mal résolue, ou plutôt avait négligée. Selon sa
proposition, les écoles secondaires ecclésiastiques, auxquelles il
n'aurait pas convenu de remplir les concluions des établissements de
plein exercice, c'est-à-dire d'avoir, pour les classes supérieures, des
professeurs gradués, auraient néanmoins été admises, en présentant leurs
élèves aux épreuves du baccalauréat ès-lettres, à obtenir, pour la
moitié de ceux qui sortent chaque année, le diplôme ordinaire. Cette
proposition a été déclarée singulière; la commission s'est refusée il
donner son assentiment à une combinaison semblable; sur ce point donc,
elle propose que les écoles secondaires ecclésiastiques, auxquelles sont
conservées leurs autres immunités, soient assujetties à la règle
commune, et que ceux de leurs élèves qui renoncent à se vouer au
ministère du culte et veulent poursuivre une autre carrière, ne puissent
être reçus bacheliers ès-lettres qu'en justifiant, comme tous les autres
jeunes gens en sont tenus, qu'ils ont fait leurs cours de rhétorique et
de philosophie dans un établissement de plein exercice public ou
privé.--Ces dispositions, et celles que la commission a également
introduite dans le projet, ont paru généralement dictées par un sage
désir de conserver à l'État une juste et naturelle influence sur
l'enseignement public, et, néanmoins, de réaliser la promesse écrite
dans la Charte de 1830. Nul doute que ces modifications que nous nous
permettrons de regarder comme incomplètes encore, ne conjureront pas,
que quelques-unes même pourront rendre plus vive la levée de boucliers
dont le projet primitif avait déjà été le signal. Mais la parfaite
mesure du rapport, l'autorité des noms du rapporteur et des membres de
la commission, l'unanimité de leurs avis, tout cela, sans doute, sans
apaiser l'irritation, la rendra vaine. Déjà, et sans attendre au lundi
22, jour fixé pour l'ouverture de cette discussion publique, nous avons
entendu un jeune pair, à l'occasion de la loi des fonds secrets,
anticiper sur ce débat, changer la tribune du Luxembourg en chaire du
moyen âge, se disant fils des croisés, appeler au combat les enfants de
Voltaire. Il a abrogé, par ses mépris et la déclaration de 1682 et le
concordat de 1802; il a fait un tableau à sa façon de prétendues
persécutions prêtées à Napoléon envers les prélats, a cité des contes
qu'une gouvernante bigote a pu seule débiter à des enfants, et quand un
sourire d'étonnement lui a répondu, «C'est de l'histoire, messieurs!»
s'est-il écrié. Il aurait dû ajouter de l'histoire _ad majorem Dei
gloriam!_ car ce n'est que dans les livres qui portent cette devise que
de telles puérilités peuvent se produire. Mais, ce qui est plus triste,
c'est que l'orateur a pu dire: «Les archevêques, les évêques, qui
élèvent la voix sont, dites-vous, des factieux! mais c'est vous qui les
avez nommés!» M. le ministre de l'instruction publique, improvisant une
réponse à ce discours écrit et longuement préparé, n'a pas, sur tous les
points, rencontré la meilleure réplique et les meilleurs arguments. Le
lendemain, M. le garde des sceaux et M. Rossi ont cherché à compléter la
réponse de la veille. «M. Dupin a aussi essayé de répondre, mais
malheureusement c'était le baron, ce n'était pas l'aîné.--Un peut
pressentir la vivacité du combat que cet engagement d'avant-garde
annonce pour la discussion qui s'ouvrira lundi; on comprend également
combien toutes les autres questions qui se pouvaient traiter, à
l'occasion du vote de confiance des fonds secrets, devaient paraître
secondaires après celle de Taïti, par laquelle MM. le prince de la
Muskowa, de la Redoute et Pelet (de la Lozère), avaient ouvert le débat,
et celle de la ligue des prélats, qui avait passionné ensuite
l'assemblée. Aussi M. le vicomte Dubouchage qui, même en temps
ordinaire, n'a pas l'oreille de la Chambre, a-t-il vainement cherché à
fixer son attention au sujet de l'affaire déplorable de Rive-de-Gier.
Aussi M. le marquis de Boissy n'a-t-il pu, malgré ses tentatives
réitérées, amener le débat sur la question du droit de visite et faire
que quelques éclaircissements fussent, donnés à l'occasion du bruit
généralement répandu dernièrement, qu'un projet de conspiration avait
été découvert dans le sein de plusieurs régiments de la garnison de
Paris.

La chambre des députés a voté une loi sur les brevets d'invention qui
modifie sur plusieurs points, dans l'intérêt des inventeurs et de
l'industrie, la législation existante. Tout en maintenant la redevance
de 500 fr. pour le brevet de cinq ans, de 1,000 fr. pour le brevet de
dix, et de 1,500 fr., pour celui de quinze ans, elle a décidé, contre
l'avis de la commission et du gouvernement que le paiement de cette
redevance, acquitté d'avance jusqu'ici, ne serait plus effectué que par
annuités de 100 fr. chacune. Les auteurs de cet amendement, dont
l'adoption a entraîné le changement de l'économie entière du projet de
loi, ont très-bien établi que la loi sur les brevets d'invention ne doit
pas être une loi fiscale; que les taxes qu'elle impose ne doivent avoir
d'autre but que d'écarter les rêveurs qui, sans ce frein, viendraient
chaque jour déposer des projets inapplicables; mais qu'il ne faut pas
que, par leur exigences, elles mettent des hommes laborieux dans
l'impossibilité de s'assurer la propriété de leurs idées et dans
l'obligation d'avoir recours à des usuriers qui les dépouillent. MM.
Belmont et Taillandier, en faisant adopter leur amendement, appuyé par
MM. Odilon Barrot et Arago, ont donné à la loi le caractère qu'elle doit
avoir. M. Bouillaud a fait repousser la proposition de breveter
certaines préparations pharmaceutiques; le règne des pâtes pectorales
est donc à son déclin. Enfin, M. Vivien a fait imposer aux brevetés
l'obligation de bien faire connaître au public que le gouvernement ne
garantit pas leur invention. Cette disposition prévient l'exploitation
abusive d'un droit concédé sans contrôle, et contribue à donner un
caractère de moralité à la loi. Elle a été votée, comme il serait à
désirer que toutes les lois le fussent, à la presque unanimité.

La chambre du palais Bourbon a vu lui revenir le projet sur la chasse,
dans lequel la chambre des pairs avait réintroduit l'article du projet
primitif du gouvernement, qui exceptait des dispositions de la loi les
propriétés de la couronne. Sur la proposition de M. Luneau, cette
exception avait été effacée. Ayant à se prononcer de nouveau, la
commission de la chambre des députés, qui avait admis cet article la
première fois, en a proposé le rétablissement voté par la pairie, la
majorité a adopté ces conclusions.

La Chambre va être appelée encore à maintenir une de ses précédentes
décisions ou à se déjuger. M. Charles Laffitte a été élu pour la
troisième fois à Louviers. Deux fois la Chambre a vu dans la soumission
déposée par lui, à la veille du scrutin, pour l'embranchement du chemin
de fer de cette ville, une véritable clause d'un contrat qu'elle n'a pas
voulu ratifier. Lui fera-t-on voir tout autre chose aujourd'hui?--Deux
autres élections ont également donné des candidats ministériels pour
successeurs à des députés de l'opposition constitutionnelle. M. Galis et
M. Sauhal ont été remplacés, au neuvième arrondissement de Paris par M.
Loquet, et à Villefranche (Haute-Garonne) par M. Martin (de Toulouse).
Les derniers scrutins de la Chambre ont été assez exactement partagés
pour qu'un déplacement de deux voix ne soit pas indifférent au cabinet.

Dans notre précédent numéro nous annoncions de combien de titres et de
décorations la reine Isabelle et sa mère venaient de récompenser le zèle
de leurs ministres. Les bourreaux non plus n'ont point été oubliés, et
Roncali devient grand-croix de Saint-Ferdinand. Mais ce qui est plus
triste, ce qui nous est plus pénible à annoncer, c'est que les insignes
du grade le plus élevé de cette Légion d'Honneur, que Napoléon avait
instituée pour un tout autre usage, viennent d'être expédiés par notre
gouvernement à ces mêmes hommes, pour reconnaître l'envoi qui a été fait
à M. Guizot de la Toison d'Or. Gonzalès Bravo, Narvaez et ce duc de
Baïlen, dont le titre rappelle une des plus honteuses, des plus
détestables trahisons envers les Français, sont faits grands-croix de la
Légion d'honneur. En vérité, c'est bien étrangement placer ses faveurs,
c'est bien légèrement témoigner sa sympathie pour des actes qui ont
révolté tous les hommes faisant passer les intérêts de l'humanité avant
les calculs de la passion politique--Quand le nom de la France doit être
prononcé en Espagne, combien nous sommes plus fiers que ce soit dans des
circonstances pareilles à celles qui viennent de s'offrir à Carthagène.
Ce sont les consuls de France et d'Angleterre ont, en quelque sorte,
arbitré les conditions de la reddition de cette place, et qui ont fait
prendre envers eux-mêmes, à Roncali, l'engagement _qu'il n'y aurait pas
une goutte de sang répandue._ 195 réfugiés politiques ont été reçus à
bord du brick français le _Cassard_, par le capitaine de corvette de
Roquemaurel, et conduits à Oran, d'où ils ont été dirigés sur Alger,
pour être mis à la disposition du gouverneur général.--A quoi bon
annoncer que l'on vient de régler, ou, pour mieux dire, de supprimer,
par ordonnance, la liberté de la presse en Espagne? Quand les cortès
sont exilées, quand on détient une partie de leurs membres dans les
prisons, le gouvernement par ordonnance devient fort logique.--Le
dimanche des Rameaux, une horrible catastrophe est arrivée à Felanix,
dans l'île Mayorque. Une procession y a lieu tous les ans à l'occasion
de cette solennité; une grande affluence de peuple s'était placée dans
l'enceinte appelée le vieux cimetière, en face de l'église de
Sainte-Rose, pour entendre des sermons qu'il est d'usage de prêcher près
de cette enceinte. Au moment où commençait une de ces prédications, un
mur, séparant le vieux cimetière de la Grande-Rue, s'est écroulé, et la
foule qui s'y trouvait adossée a été écrasée sous les décombres de cette
ruine. 615 personnes ont été victimes de cet accident, et dans le nombre
on a compte 414 morts et 191 blessés.--_Le Morning Chronicle_ annonce
que le gouvernement espagnol a consenti, sur la demande du gouvernement
français, à reporter à l'Ebre la ligne de douanes établie aujourd'hui à
la frontière des deux pays. Le journal anglais dit qu'il en résultera
que les productions de la France entreront dans les provinces basques
sans payer de droit, et que l'on ne manquera pas de profiter de cet état
de choses pour introduire beaucoup de marchandises de contrebande dans
l'intérieur de l'Espagne. Il voit dans cet avenir un grand préjudice
pour le commerce d'exportation de la Grande-Bretagne avec la Péninsule.
Que le _Morning Chronicle_ se rassure, il sait bien que notre commerce
ne vit pas de contrebande, et que personne ne songe à lutter dans ce
genre d'industrie avec les grands faiseurs anglais de Gibraltar, de
Bilbao et du littoral espagnol de la Méditerranée.

Dans la dernière réunion pour le rappel, O'Connell a donné les détails
suivants sur la marche probable de son procès: «Lundi (c'était lundi
dernier) on nous citera pour le jugement, qui ne sera peut-être prononcé
que jeudi; le même jour nous pourrons prendre l'initiative d'un writ
d'erreur. Après avoir été soumise aux douze juges d'Irlande, cette
procédure passera au parlement. Je m'y rendrai; il y aura discussion, et
le jugement sera cassé, je n'en doute pas; l'opinion que j'avance ici
n'est pas mon opinion personnelle, c'est celle des légistes les plus
renommés d'Angleterre et d'Irlande. Cette procédure nous donnera six
semaines, et je profiterai de mon temps pour combattre au parlement le
bill d'enregistrement pour l'Irlande.»--Le parlement d'Angleterre a
repris ses séances le 15.

Le 27 février, la ville de Santo-Domingo s'est insurgée contre les
Haïtiens. Après un combat, ces derniers se sont retranchés dans
l'arsenal, où ils ont été assiégés par la population espagnole. Le
consul français étant intervenu a fait cesser le combat. Une
capitulation a eu lieu, et les Haïtiens ont déposé les armes dans la
maison du consul. Un bâtiment devait être frété, et les Haïtiens
transportés, soit à Jacimel, soit au Port-au-Prince. Le mouvement a été
imité par toute la partie espagnole de Haïti. Les insurgés se sont
emparés de toutes les autorités haïtiennes, et ils se sont mis en
république sous le nom de République Dominicaine. Ils ont arboré un
pavillon et formé un gouvernement provisoire. Un grand mouvement se
manifestait au départ des dernières dépêches dans l'ancienne partie
française.--Les nouvelles, en se confirmant, feraient momentanément
perdre de son intérêt à la mesure prise, dit-on, par le gouvernement
haïtien, qui aurait déclaré que le droit d'acquérir et de posséder dans
cette île n'appartiendrait désormais qu'aux étrangers sujets des
gouvernements qui ont émancipé leurs esclaves. Nous voulons
l'émancipation, mais nous ne saurions accepter qu'elle fût imposée à
notre gouvernement par un gouvernement étranger, et que Haïti qui, par
sa convention avec nous, doit nous traiter comme la nation la plus
avantagée vint aujourd'hui y déroger aussi gravement.

L'assemblée nationale de la Grèce a terminé ses travaux. Elle a voté une
loi électorale pour compléter la constitution.

L'esprit étroit de localité qui s'était déjà manifesté dans d'autres
délibérations est venu particulièrement entacher cette loi. Tout député
devra être né ou avoir sa résidence dans la province qu'il représentera.
Cette restriction à la liberté des électeurs a été votée par 90 voix
contre 88.--Il paraît que M. Coletti, qui jouit toujours d'une grande
popularité, a été chargé par le roi de composer le nouveau cabinet.

Une correspondance de Bucharest annonçait ces jours derniers que la
situation intérieure de la Valachie se compliquait de plus en plus. Le
prince Bicesco rencontrerait autant de difficultés pour gouverner que
son prédécesseur le prince Ghika, déposé il y a un an par la Russie.
L'assemblée générale des représentants de la nation, ayant opposé à ses
vues une très-vive résistance, aurait été subitement dissoute par le
prince.

L'armée de mer vient de perdre M. l'amiral des Rotours, qui comptait de
longs et beaux services.--Un ancien député à rassemblée législative, M.
Pomiès, qui avait quitté la représentation nationale pour les modestes
fonctions de maire de sa commune, qu'il exerçait depuis cinquante ans,
vient également de terminer sa carrière, à l'âge de
quatre-vingt-quatorze ans, à Saint-Antonin (Tarn et Garonne).

_P. S._ M. Billaut, dans un discours très-incisif et très-attentivement
écoulé, a fait ressortir les passages du dernier rapport de M. l'amiral
Dupetit-Thouars, et lui a fait connaître des renseignements particuliers
qui lui ont été fournis, desquels il résulterait, selon lui, que les
communications jusqu'ici faites à la Chambre par le ministère sont,
malgré ses déclarations, fort incomplètes. M. le ministe des affaires
étrangères l'a remplacé à la tribune, et a annoncé le dépôt de pièces
nouvelles. Après un débat personnel entre M. Ledru-Rollin et M. le
ministre de la marine, la Chambre a ajourné cette discussion, dont la
reprise sera fixée, après qu'il aura été pris communication de ces
documents complémentaires.



Le Sésame.

Le sésame, qui va bientôt occuper la chambre des députés à l'occasion de
la nouvelle loi de douanes, est originaire de l'Orient, et croît plus
particulièrement en Perse et en Égypte, surtout dans la Syrie et
l'Anatolie, où il est cultivé en grand. Ses graines, ovoïdes petites,
jaunâtres et d'une saveur douce et inodore, fournissent une huile fixe,
comestible usité en Orient depuis la plus haute antiquité, et que les'
Arabes préfèrent même à l'huile d'olive. L'huile de sésame brûle avec
une belle flamme et se solidifie dans le voisinage de zéro. C'est vers
1828 ou 1829 que l'on a importé en France des graines de sésame pour en
opérer l'extraction; mais, nous dit M. Payen, auquel nous avons emprunté
les renseignements qui précèdent, il paraît que les premiers essais ne
furent pas satisfaisants, car cette affaire n'eut pas de suite.
Cependant presqu'au moment même où ce célèbre chimiste s'exprimait
ainsi, le sésame commençait à prendre la place que ses qualités lui
donnaient le droit d'occuper dans notre fabrication industrielle, les
importations augmentaient progressivement et, peu d'années plus tard,
elles atteignaient un chiffre tel qu'elles inspiraient des inquiétudes
aux producteurs de graines oléagineuses et aux fabricants d'huile des
départements du Nord. Leurs réclamations sont devenues tellement
violentes que le ministère s'est vu pour ainsi dire la main forcée, et
s'est cru obligé d'élever à l'importation le droit sur la graine de
sésame dans le projet de loi qu'il vient de présenter à la chambre des
députés.

Aujourd'hui, dans l'état actuel de la législation, les graines de sésame
sont soumises au droit de 2 fr. 50 cent. par 100 kilog. et par navires
français de 3 fr. par navires étrangers et par terre, c'est cet état de
choses que l'on veut changer. Voici le nouveau tarif présenté à la
discussion des Chambres:


        Graines de sésame des pays situés sur
        la mer blanche, la Baltique, la mer
        Noire et la Méditerranée pour 100
        kilog.                                         5 f. 50 c.
        D'ailleurs                                   7
        Par terre, des pays, limitrophes  7
        D'ailleurs                                 10

Ceci posé, examinons brièvement l'état de la question, l'utilité et
l'opportunité de la mesure.

Les fabricants du Midi, ainsi que nous l'apprend M. L. Reybaud dans un
travail complet qu'il vient de publier sur cette affaire, effrayés du
prix croissant des huiles d'olive et d'oeillette, durent chercher dans
d'autres substances oléagineuses de quoi combler le vide occasionné,
soit par la disette des récoltes, soit par les accroissements de la
consommation. Après plusieurs essais infructueux, on trouva dans le
sésame tout ce qu'on pouvait désirer, rendement avantageux, limpidité,
pureté, corps, poids, vertu de saponification. Une fois qu'on se fut
assuré de ses propriétés les négociants marseillais se hasardèrent à
élever dans la banlieue des usines pour la trituration du sésame; on en
compte aujourd'hui quarante, toutes mues par la vapeur, munies de
presses hydrauliques d'une valeur de plus de 6 millions, et qui donnent
du travail à plus de 1,000 ouvriers. Dans le principe, le droit qui
était, par 100 kilog., de 5 fr. 50 cent. et de 6 fr., gênait
l'importation. Sur les demandes du commerce, et après examen de ses
besoin, il fut abaissé à 2 fr. 50 cent.; et depuis ce moment
l'importation a été toujours en augmentation. Elle n'était en 1841 que
de 1,608,195 k.; elle s'est élevée en 1842 à 12,108,465 kilog.; en 1843
cette quantité a encore été dépassée.

Chose digne de remarque, en même temps la même progression se faisait
sentir sur l'importation de toutes les graines oléagineuses dans le port
de Marseille. Elle fut en 1835 de 1,019,636, kilog., en 1838 de 7364,
720 kilog., en 1840 de 16,784,060 kilog.. en 1841 de 30,661,090 kilog.,
en 1842 de 36,385,681 kilog.; enfin, en 1843 de 38,112,165 kilogrammes.

Cette même année, pour faire apprécier le peu de justesse des doléances
du Nord, qui, ainsi que le constatent les documents officiels, importait
la quantité de graines oléagineuses qui correspondait exactement à la
quantité d'huile d'oeillette qu'il versait en moyenne sur la place de
Marseille, le Nord, disons-nous, entrait pour 50 pour cent dans la somme
de toutes les importations.

Les 36 millions de kilog. de marchandises importés en 1842 représentent,
avec tous leurs accessoires, une somme de 11 millions de fr.; quant à la
part de l'industrie, on peut en juger par le fait suivant: en 1842,
36,046,200 kilog. de graines ont été livrés aux usines marseillaises, et
ont présenté, convertis en huile ou en tourteaux, une plus-value de 2
millions de fr., qui se distillent en salaires, ustensiles et bénéfices;
et ici nous ne parlons pas des autres avantages que l'agriculture du
Midi, ordinairement si pauvre en amendements, retire des tourteaux, qu'ils
soient employés comme engrais ou pour la nourriture des bestiaux. Le
directeur de la ferme-modèle des Bouches-du-Rhône a constaté que le
rendement d'un hectare qui, sans engrais était de 175 fr., s'était élevé
à 100 fr. par l'emploi de 1,000 kilog, de tourteaux de sésame, et à 375
fr. par l'emploi de 500 kilog. de tourteaux de lin. 22,000 hectares de
trouvent aujourd'hui amendés par ce précieux engrais, en bornant
seulement à 200 fr, la plus-value qui existe dans le rendement, on voit
que c'est pour l'agriculture méridionale un bénéfice net d'au moins
1,400,000 fr. par année.

Ainsi, en résumé, le résultat de l'importation des graines oléagineuses
et du sésame en particulier ont été les suivants: aliment pour la
navigation nationale dans le transport de 36,000 tonneaux de graines;
création, exploitation et entretien de 40 usines qui donnent
continuellement de l'ouvrage à plus de 1,000 ouvriers; bénéfice
industriel d'au moins 2 millions de fr. sur les ventes et les
manipulations; bénéfice agricole qu'on peut évaluer, ainsi que nous
l'avons démontré tout à l'heure, à près de 4 millions et demi; enfin,
baisse de prix dans les savons, car, depuis que l'huile de sésame s'est
répandue dans le Midi, le savon y a diminué de 25 pour 100 tout en
améliorant ses qualités.

En présence des résultats que nous venons de signaler, est-il utile pour
le pays d'augmenter les droits sur une matière première à laquelle on ne
peut reprocher précisément que sa richesse et la bonté de son rendement?
Cette mesure, que nous regardons d'avance connue funeste, n'aura-t-elle
pas pour conséquence de reporter sur des pays limitrophes, tels que le
Piémont ou l'Italie l'activité du commerce des huiles? Nos voisins,
mieux avisés, importeront les graines qui nous étaient destinées, les
convertiront en huiles, et viendront nous demander ensuite le prix de la
main-d'oeuvre.

La France ne produit pas assez d'huiles pour ses nombreux besoins.
Faut-il dès lors activer par de sages mesures ou entraver ses moyens de
production? C'est là toute la question.



Chronique musicale.

L'Opéra-Comique se repose sur les lauriers de M. Auber. Le lit est
abondamment fourni, et doit être fort doux. Sans être tout à fait aussi
bien couché, l'Opéra n'en a pas moins besoin de reprendre haleine. Nous
n'aurons pas de sitôt, sans doute, à nous occuper de ces deux
établissements, et encore moins du Théâtre-Italien, qui, depuis le 1er
avril, s'est mis en vacances, selon son habitude aristocratique.

_Faute d'un moine_, disait-on jadis, _l'abbaye ne chôme pas_. Ce qu'il y
a de sûr, c'est «pie la musique ne chôme pas faute d'un théâtre. Le mois
d'avril est celui de toute l'année où l'emploi de critique musical est
le plus laborieux, et demande le plus d'activité, de patience et de
courage. Mais à ces inconvénients d'un rude métier, il y a parfois des
compensations. Le ciel est juste! Quelquefois le critique musical est
magnifiquement récompensé de ses efforts et de son dévouement intrépide.

Il y a d'abord les concerts du Conservatoire, qui semblent avoir été
institués exprès pour cela. Nous n'insisterons pas sur la puissance de
cet orchestre, ni sur l'habileté avec laquelle il est conduit, ni sur
cette exécution presque toujours parfaite, et à laquelle, de l'aveu même
des étrangers les plus entachés d'esprit national, rien ne peut se
comparer dans toute l'Europe. Cela est connu et n'a pas besoin d'être
répété. Aux séances ordinaires, qui se succèdent régulièrement tous les
quinze jours, la semaine sainte est venue ajouter deux concerts
_spirituels_, qui n'ont pas été les moins intéressants de la saison.
Hændel, Haydn, Mozart, Beethoven et Cherubini en ont fait les frais,
comme de coutume. Nous n'avons point à apprécier ici ces compositions
magistrales, qu'on ne se lasse pas d'écouter, mais qui sont classées
depuis longtemps, et dont la valeur ne saurait être contestée. Nous
parlerons seulement de quelques _solistes_ qui se sont fait entendre aux
dernières séances.

M. Prume a exécuté, dans celle du 24 mars, un morceau de sa composition,
intitulé _la Mélancolie, pastorale pour le violon_. M. Prume, en effet,
est violoniste et appartient, si nous ne nous trompons, à l'école belge.
Cette école a produit, depuis vingt-cinq ans, une foule d'élèves d'un
mérite remarquable, et qui ont acquis une grande et légitime réputation;
M. de Hériot, par exemple, M. Massart, M. Robrechts, M. Vieuxtemps, et,
en dernier lieu, la jeune Thérésa Milanollo. M. Prume ne paraît pas
destiné à s'élever aussi haut que ces grands artistes. Sa manière n'est
pas, à beaucoup près, si large ni si hardie. Il manque d'éclat et de
vigueur, et quelquefois de justesse. C'est là un grave défaut, surtout
quand il n'a pas pour excuse la fougue de l'exécution.

M. Prume a néanmoins quelques qualités. Son jeu n'est dépourvu ni de
grâce ni de délicatesse. Son style est assez élégant. Il est jeune
d'ailleurs, et rien ne prouve qu'il n'acquerra pas, d'ici quelques
années, ce qui lui manque aujourd'hui.

M. Martin a joué, au concert du 7 avril dernier, un concerto de violon,
appartient à l'école française, et sort, dit-on, de la classe de M.
Habeneck. Il a remporté, l'année dernière, le premier prix de violon au
Conservatoire. C'est là un beau commencement. Il a déjà une bonne
qualité de son, un excellent coup d'archet, un style correct assez
élégant. Nous présumons seulement que son exécution eût été plus variée,
mieux nuancée, plus finie, sans _l'émotion inséparable d'un début_.

On se rappelle la chute grave qui, durant six semaines, empêcha M.
Habeneck de remplir, à l'Opéra et au Conservatoire, ses importantes
fonctions.

Ce malheureux accident n'a pas empêché M. Habeneck se rétablir avec une
rapidité qui, à son âge vraiment était vraiment merveilleuse. Dimanche
dernier, 14 avril, il a reparu sur le théâtre de sa gloire, et a dirigé
l'exécution du grand septuor en _mi bémol_ de Beethoven. Dieu sait de
quels applaudissements tumultueux et prolongés l'orchestre, le parterre
et les loges ont salué son retour.

Le concert du 14 avril a été le plus beau peut-être de toute la saison.
Il se composait, outre le morceau déjà désigné, de l'ouverture
d'_Oberon_, ce poème instrumental si énergique et si gracieux, et d'une
beauté si idéale, et de la symphonie en _ut mineur_, qui est, comme on
sait, la plus majestueuse création de Beethoven. M. Tilmant, le digne
lieutenant d'Habeneck, a conduit ces deux grandes oeuvres avec une
justesse de mouvements, une précision, une verve incomparables.

Une jeune élève du Conservatoire, mademoiselle Mondulaigny, a exécuté
dans cette même séance, un _Ave Maria_ de Cherubini, et un air du
_Samson_ de Hændel. C'est une artiste qui donne beaucoup d'espérances.
Sa voix est un _mezzo soprano_ assez fort et assez étendu pour ne rien
craindre des salles les plus vastes, ni des orchestres les plus
nombreux, pourvu que la sonorité en soit prudemment ménagée. Son style
est pur, et d'une élégante simplicité. Elle respire toujours à propos,
elle _phrase_ bien, elle a de l'agilité et de la souplesse: il ne lui
manque plus que de l'exercice et cet imperturbable sang-froid sans
lequel un chanteur n'est jamais sûr de lui-même.

C'est ce qu'il faut souhaiter également à mademoiselle Nanny Bochkoltz,
cantatrice allemande, qu'on a écoutée avec grand plaisir dans plusieurs
concerts de cette saison. Sa voix est d'une belle qualité et d'un volume
remarquable; son chant est très-expressif, et, quand elle dit certains
airs du _Freyschulz_ et certains _lieder_ de Schubert, on se sent ému
presque jusqu'aux larmes. Ce résultat fait d'autant plus d'honneur à
mademoiselle Bochkoltz, qu'elle chante ces airs ces _lieder_ dans leur
langue originale, que le public de Paris ne comprend guère. Presque tous
les dilettanti savent l'italien, mais combien y en a-t-il qui sachent
l'allemand?

Quant à M. Révial, il chante en français ou en italien, selon son
caprice, et sa prononciation est également correcte, nette et sonore
dans les deux langues. La voix de ce très-remarquable artiste a subi
depuis un an, et grâce à un travail assidu, de grandes modifications. Il
a appris l'art difficile et si peu connu d'en varier à son gré le timbre
et le caractère; il a ajouté à une vocalisation savante, a un style
élégant et toujours de bon goût, qualités qu'il avait déjà, le talent
d'exprimer et le don d'émouvoir. On ne saurait dire mieux que M. Révial
le _lac_ de Niedermayer, ou la _Gita in Gondola_ de Rossini.

Nous avons déjà parlé, l'année dernière, des réunions musicales dont M.
le prince de la Moskowa a eu l'heureuse idée de cette utile association
qu'il a organisée et qu'il dirige avec un zèle si dévoué, une
intelligence si complète, un sentiment de l'art si délicat et si
profond. Il a enseigné aux gens du monde, et même,--faut-il le dire?--à
plus d'un artiste, que le temps n'a pas plus de prise sur la musique que
sur la poésie ou sur la statuaire, que les belles oeuvres sont toujours
belles, et que le génie ne vieillit pas. Le grand effet produit, dans
ses deux derniers concerts, par la Bataille de Marignan, de Clément
Janequin, en a été une preuve éclatante et sans réplique. C'est un
choeur sans accompagnement--comme on les faisait alors,--où les bruits
de la guerre, le tumulte de la mêlée, l'ivresse du combat, la joie du
triomphe, sont peints avec une verve et un éclat extraordinaires. Cet
ouvrage suffirait à établir la réputation d'un compositeur
d'aujourd'hui, et il a été écrit sous le règne de François 1er.

Nous avons entendu de nouveau, cette année. M. Sivori, avec le même
plaisir et le même regret que l'année dernière. Cet habile violoniste
n'a point perdu l'habitude de gâter un très-beau talent par des
affectations puériles et des excentricité de mauvais goût.

Un jeune violoniste russe, M. Gold, est venu aussi réclamer sa place à
ce soleil de l'art qui, en France, luit pour tout le monde. Ce n'est pas
encore un talent complet, mais il est déjà remarquable sous plus d'un
rapport. Avec de l'étude et de la persévérance, il ne tardera pas sans
doute à conquérir un rang honorable parmi ces artistes d'élite qui ont
pour patrie l'Europe entière.

Dans cette armée plus ou moins harmonieuse dont nous avons essayé un
dénombrement bien incomplet le bataillon le plus épais et le plus
formidable est toujours celui des pianistes. Nous avons dejà parlé de
mademoiselle M; le concert qu'elle a donné tout récemment n'a fait que
nous confirmer dans notre opinion d'elle: un auditoire nombreux et
choisi a ratifié avec éclats tous nos éloges. Madame Roumas,
mademoiselle Korn se distinguent par les qualités qui appartiennent à
leur sexe: la grâce, la finesse, la légèreté.

M. Baehler à la délicatesse d'une femme, la fougue et l'énergie d'un
homme; c'est un artiste éminent et complet.

M. Lacombe, M. Halle ont moins d'éclat peut-être, mais leur talent, sage
et bien réglé, a un air savant et magistral qui inspire l'estime et la
confiance.

[Note du transcripteur: Le reste de cette page est dans un état
tellement lamentable, dans le document source, que le transcripteur n'a
pas pu le déchiffrer. Pour nos lecteurs qui voudraient en faire
l'autopsie, nous avons joint un facsimilé à la version HTML.]



Revue Pittoresque du Salon de 1844,

PAR BERTALL.

SUR L'AIR DU ROI DAGOBERT, QUI MET SA CULOTTE A L'ENVERS.


La critique est aisée, mais l'art est difficile.

(Auteur connu.)

§ I.

Le livret, je pense, fut jadis un livret, c'est probable du moins; mais
depuis longtemps le livret devint livre, le livre

[Illustration.]

devint volume, et bientôt, sans nul doute, le livret, quoique toujours
livret, se composera d'in-folio en nombre et fera bibliothèque.

[Illustration: Livret à roulettes pour 1830.]

Au reste, je ne pense pas que personne se plaigne de l'accroissement que
nous signalons. Qui n'a lu avec plaisir et reconnaissance les pages
brillantes et nombreuses accolées aux noms de MM. Gudio, Gallait,
Decaisne, etc., etc.? Qui n'a remercié le livret d'avoir ouvert ses
pages candides à des vers tels que ceux dans lesquels M. G. Jacob, 15,
rue des Petits-Augustins, a été puiser l'inspiration de son poétique
tableau?

952.--Le Conte.

        Non! sans douceur il n'était pas cet âge,
        L'âge fécond de nos simples aïeux,
        ..................................................................
        ..................................................................
        Parfois sortant du sein de l'eau l'Ondine
        Enveloppait le pécheur dans ses rêts.
        Puis elle allait conter aux jeunes tilles
        De son captif les doux amusements;
        Leurs coeurs dès lors ne restaient plus tranquilles.
        Non! sans douceur il n'était pas ce temps.
                                   Vers inédits jusqu'alors! ! ! !

La part étant faite à la littérature, à l'histoire, à la divine poésie,
un livret est si utile!

[Illustration.]

932.--Vous voyez une tête ravissante d'expression, adorable de suave
fraîcheur et de rêverie.--Vous consultez le livret, qui vous apprend que
c'est un jeune pêcheur.

2335.--Vous êtes ému à l'aspect d'une figure délicate et
mélancolique.--Sainte Philomène, dit le livret--Vive le livret.

§ II.

Mais, au fait, pourquoi tant nous occuper du livret? Nous avons une
tâche plus sérieuse et plus difficile que celle de louer cet aimable
opuscule.

Le genre des portraits donne toujours, et cette année surtout, avec un
grand bonheur.

[Illustration.]

1114. Victime du choléra, par Lehman.--C'est au pinceau de ce jeune et
brillant artiste que l'on doit le Portrait de la marquise de B., exposé
l'année dernière.

On demande le portrait de l'auteur.

[Illustration]

329. Portrait d'un enfant bien remarquable.--De bons parents ont voulu
consacrer le souvenir de ses dispositions brillantes sur le bilboquet.
L'amour paternel est une belle chose!

Jeune fille souriant.--Tête d'expression. Contemplation muette, mêlée de
bonheur avec une teinte de tristesse.

[Illustration]

1091. Portrait de M. M., colonel de la garde nationale.--Portrait
élégant et réussi. Nous aimons l'air satisfait que l'artiste a su
répandre sur la physionomie intelligente de M. M.

1468.--Portrait de M. Meifred, professeur au Conservatoire de Musique,
23, rue Saint-Benoit, breveté du roi, apprend à toucher le quadrille en
trente leçons, tous les jours de huit à cinq heures. (Écrire franco.)

[Illustration]

Portrait de M. J..., maire de G. Remercions cet estimable fonctionnaire
d'avoir bien voulu livrer ses traits à la publicité, et applaudissons à
l'heureuse idée qu'il eut de se faire peindre vu costume. Le fauteuil
qui est derrière lui mérite aussi des éloges.

[Illustration.]

2139.--Physionomie d'un encyclopédiste, dont chaque jour le coiffeur
élargit le front trop étroit.

[Illustration.]

418.--Le Domino, portrait d'une dame qui désire garder l'incognito.

261. Une Femme turque, par M. Caminade.

[Illustration.]

129. Paysages.--L'école du paysage est toujours en progrès, toujours
plantureuse et vivace. Comme dans le tableau de M. Bidaut (Joseph), on
reconnaît à merveille ce culte méticuleux que l'artiste rend à la
nature! Quelle naïveté! quel calme!

1039.--Comme ce Désert de Suez, de M. Labouère, est bien un désert.

[Illustration.]

N'oublions pas (1745) les Animaux en repos dans la campagne de Rome, par
M. Verboeckhoven.

[Illustration.]

Quant aux sujets d'histoire et de sainteté, ils abondent:--Rigolette,
Fleur de Marie, le Baptême de J.-C., les Samaritaine et les Saint
Sébastien sont au Salon en imposante majorité. Les batailles sont
cependant en nombre fort satisfaisant.

465.--Bataille de Dreux, par M. Debay. L'artiste a choisi le moment où
l'écuyer de Coudé se propose de lui présenter un cheval frais.

[Illustration.]

39.--Vision de saint Ovens, par M. Appert.

[Illustration]

1569.--Henri IV et le connétable de Lesdiguières, par M. Ronjon.

Il lui recommande ses enfants.

[Illustration.]

1549.--La Conversion de saint Paul.

[Illustration.]

Vue d'un tableau de M. Liard.

[Illustration.]

612.--Saint Sébastien martyr. Ce tableau est du à l'habile ciseau de M.
Etex; que la peinture lui soit légère!

[Illustration.]

62.--Vierge à la Cocotte, par M. Jean Bard.

N'oublions pas de féliciter M. Muller sur son tableau de Jésus-Christ
faisant son entrée à Jérusalem.--Rien de plus original que la nouvelle
manière d'ouvrir les portes inventée par ce jeune artiste.

Quant à madame Calamatta, elle semble avoir retrouvée le pinceau de
Raphaël. C'est la même fermeté de dessin, la même solidité du couleur,
la même puissance de modelé; enfin, que dirai-je, la même divinité
d'expression.

Dans la Sainte Famille surtout, ces qualités se trouvent réunies au plus
haut degré.

[Illustration.]

La jeune mère est bien la femme forte dont parle l'Évangile.

Remercions madame R. de C. de ses Études de Champignons d'après nature
(2106).

[Illustration.]

Madame R. de C., animée d'une louable philanthropie, s'est empressée de
réunir dans un cadre les champignons vénéneux et ceux qui ne le sont
pas, afin de signaler les premiers à la réprobation universelle.--Nous
votons une médaille de sauvetage à madame R. de C. Son autre cadre
(2107) représente aussi des champignons, mais dans une situation plus
intéressante, des champignons en couche.

Rien n'est suave et délicieux comme la nature morte de M.
Delaunay(511).--La morbidesse la plus étrange est répandue sur cette
toile ravissante, où l'oeil s'arrête avec le plus vif plaisir.

[Illustration.]

Finissons en donnant au public une figure détachée du tableau du M.
Bard,--Alexandre visitant le port de Corinthe.--Tout le monde se
rappelle la Barque à Caron de l'année précédente. Au moins, lui, ne
s'est point laissé enorgueillir par le succès. C'est une rude leçon, en
même temps qu'un exemple qui devrait être profitable, que M. Bard donne
à Delaroche, Ingres, Meissonnier, Decamps, Tanty, Chaplain, etc., qui se
croient le droit de ne plus exposer, sous prétexte qu'ils ont du talent
et qu'ils ont réussi.--C'est la grâce que je vous souhaite.

Amen.



Le dernier des Commis Voyageurs.

(Voir t. III, p. 70, 86 et 106.)

IV.

LE CHAPITRE DES COMPLICATIONS.

Les événements de cette soirée laissèrent dans l'esprit de Potard des
traces profondes. Cette irruption inattendue d'un jeune et hardi
cavalier au sein d'une maison qu'il croyait inaccessible, le trouble de
Jenny, son évanouissement, l'embarras et l'effroi de Marguerite, tout
contribua à le convaincre que sa surveillance avait été mise en défaut,
et que ses lares domestiques cachaient un douloureux mystère. Comment le
pénétrer? Là commençaient ses incertitudes. La crise que la jeune fille
venait d'essuyer la laissa pendant quelques jours dans un état de
souffrance et de langueur qui ne permettait pas de lui faire subir un
interrogatoire. Comme les tiges qu'un violent orage a courbées, Jenny se
relevait lentement; son organisation délicate luttait mal contre les
ravages du chagrin; une fièvre opiniâtre donnait à ses yeux un éclat
maladif et colorait ses pommettes d'un ronge de mauvais augure.

Quand les plus fâcheux symptômes eurent cessé, Potard questionna
pourtant la jeune tille; mais elle fut impénétrable. Les instances les
plus vives ne purent rien sur elle. Dans tout ce qui s'était passé, il
ne fallait voir que l'effet d'une secousse imprévue; telle fut la seule
explication que l'on put en tirer. Potard n'osait pas mieux préciser ses
soupçons et troubler la sainte pudeur qui est l'apanage ordinaire de cet
âge. Il était donc obligé de s'en tenir à des insinuations vagues qui
n'avançaient en rien son enquête. Interrogée à son tour, Marguerite
garda aussi la défensive, et ni les prières ni les menaces ne changèrent
sa détermination. Évidemment il y avait concert entre ces deux femmes,
et presque complot. Désespéré de ce silence, Potard essaya de puiser des
renseignements à une autre source. Il se rendit chez Beaupertuis pour
provoquer des éclaircissements. Édouard ayant quitté Lyon; il s'était
remis en voyage peu de jours après leur dernière rencontre. Ainsi tout
conspirait pour laisser Potard en proie au soupçon et à l'incertitude.

Le temps s'écoulait, et il fallait prendre un parti. L'inventaire des
Grabeausée était achevé; les nouveaux échantillons, l'itinéraire; les
instructions, tout était prêt; rien ne s'opposait plus au départ, et en
le différant on eût laissé prendre l'avance aux maisons rivales pour le
curcuma et les clous de girofle, deux articles rares et recherchés.
Potard comprit qu'il importait de frapper un coup décisif. Dans la
plaine des Brotteaux et sur le chemin des Charpennes, il avait remarqué
une maisonnette offrant les avantages de la solitude sans avoir les
dangers de l'isolement. Quelques habitations, peuplées d'honnêtes
ouvriers, l'environnaient, et un jardin, clos de murs, lui ménageait une
issue du côté de la campagne. Sans en prévenir personne, Potard arrêta
ce logement, le fit disposer d'une manière convenable, et, quand tout
fut prêt, il signifia sa volonté aux deux femmes, qui obéirent avec
résignation. En moins d'une semaine, le déménagement fut fait, et celui
qui aurait frappé à la porte du petit appartement de la place
Saint-Nizier eût trouvé l'oiseau envolé et la cage vide. Cet abandon se
trahit bientôt au dehors; faute de soins, les capucines et les pois de
senteur se flétrirent sur leurs tiges, et cet arc de verdure, naguère si
vigoureux et si régulier, n'offrit plus que des festons en désordre et
des feuilles jaunies par la sécheresse.

Plus tranquille à la suite de ce coup d'État, le père Potard se remit en
voyage, et le poivre, le sumac, les bois de campêche, les estagnons
d'essence, la cochenille, l'indigo, le café et le sucre occupèrent
bientôt une telle place dans sa pensée, que le souvenir de son aventure
alla peu à peu en s'affaiblissant. Ses soupçons ne tenaient pas devant
un ordre de noix de galles, et il n'est rien qu'une belle affaire en
gommes du Sénégal n'eût le pouvoir d'effacer. Potard était alors sur son
vrai théâtre, et il s'y montrait plus beau que jamais. Les maisons de
Lyon le citaient en exemple à leurs voyageurs; Là où les autres
glanaient, il trouvait matière à une ample moisson, et ressemblait à ces
chiens de race qui ne quittent pas la partie sans emporter le morceau.
Dieu sait quel répertoire d'ingénieuses formules il avait créé pour
vaincre les résistances et arracher un consentement! Comme il s'aidait
avec art des moindres circonstances pour entraîner les volontés
paresseuses et subjuguer les volontés rebelles! Une caresse à l'enfant,
un compliment à la femme, une flatterie au mari, des poignées de main
aux commis et aux garçons; il connaissait tous ces moyens vulgaires, et
ne les employait qu'en les relevant par la mise en oeuvre. Quelle
variété dans le ton, et comme il l'appropriait aux caractères aux
moeurs, aux préjugés de chacun! Quelle sûreté de coup d'oeil, quel
aplomb, quelle fécondité de ressources, quelle souplesse, quelle
dextérité de langage! L'art du voyageur a beaucoup de rapport avec la
tactique qui préside à l'invasion des places fortes. C'est un siège en
règle, où tous les effets sont calculés, et dont les combinaisons sont
infinies: tantôt il faut brusquer l'assaut, tantôt conduire lentement la
tranchée. Les diversions habiles, les regards incendiaires, les mines et
contre-mines, tout l'appareil et toutes les ruses de l'attaque sont du
ressort d'un voyageur de génie, et lui appartiennent par droit
d'assimilation. L'art des voyages sera donc quelque jour placé sur la
même ligne que l'art des sièges, et Potard aura mérité d'en être le
Vauban.

Quatre mois s'écoulèrent ainsi, au bout desquels il fallut regagner Lyon
pour y prendre langue. Potard descendit dans sa petite maison des
Brotteaux, et il y retrouva les choses au point où il les avait
laissées. Seulement Jenny semblait être revenue à la santé et au
bonheur; son teint s'était animé, la langueur répandue sur ses traits
avait disparu. Le voyageur attribua ces résultats à l'air de la campagne
et à un exercice plus fréquent. Sa maison, embellie par les soins des
deux femmes, était charmante; sous leurs mains industrieuses, le jardin
avait changé d'aspect. Une allée en forme de berceau, recouverte de
vigne vierge et de chèvrefeuille, conduisait jusqu'à la porte qui
s'ouvrait sur les champs; quelques plantes rares garnissaient une petite
serre, et des bancs de gazon étaient symétriquement disposés dans les
angles des murs. Potard se trouva le plus heureux des hommes au sein de
cet Eden fleuri, et il s'y remit des fatigues de sa tournée. Du reste,
plus de soupçons, plus d'inquiétudes; il avait chassé le souvenir du
passé comme un mauvais rêve, et voyant Jenny heureuse, il lui supposait
le coeur tranquille.

Une nuit pourtant il eut une alerte assez vive. Un travail d'écritures
l'avait conduit jusqu'à une heure assez avancée, et il venait à peine
d'éteindre sa lampe quand un bruit, qui semblait voisin, attira son
attention. Il se leva, et, sans ouvrir sa croisée, il appliqua son oeil
contre les lames des volets. Une obscurité profonde voilait les objets,
et la brume qui flottait dans l'air les rendait plus confus encore.
Cependant il lui sembla voir une omble se glisser sous l'allée couverte,
et un grincement étouffé lui lit croire que l'on faisait jouer la
serrure de la porte du jardin. Tout cela s'accomplit avec la rapidité de
la pensée, et un instant après le silence avait repris le dessus.
Troublé par cette vision, Potard ne put se rendormir; dès qu'il vit
poindre le jour, il se leva, et alla s'assurer si rien, dans l'aspect
des lieux, ne lui fournirait d'autres indices. La maison était dans un
ordre parfait; toute porte avait ses verrous tirés; pas le moindre
dérangement ni le moindre désordre ne se laissaient voir. Dans le
jardin, même recherche et même résultat; le sol, sec et bien battu,
n'avait conservé aucune trace; la porte qui donnait sur les champs était
fermée à clef. Potard commençait à croire qu'il avait été le jouet d'une
illusion; cependant il eut l'idée de jeter au dehors un dernier coup
d'oeil. La clef de l'issue était à sa place; il s'en servit pour ouvrir
et se diriger vers la plaine en examinant avec précaution le terrain un
peu détrempe par la pluie. Il n'y avait pas à s'y tromper: un homme
avait passé par là, et y avait laissé des empreintes évidentes. Potard
suivit ces traces dans toute l'étendue de la jachère, et constata
qu'après un court circuit le coupable avait dû regagner la grande route.
L'examen des vestiges laissés sur le sol le conduisit à une autre
découverte, c'est qu'ils provenaient non de souliers de manant, mais de
chaussures fines qui trahissaient une certaine position sociale.

Lorsque Robinson découvrit pour la première fois, dans une île qu'il
croyait déserte, des empreintes de pas humains, il n'éprouva pas une
frayeur plus grande que celle dont fut saisi Potard à la vue de ces
indices accusateurs. Une sueur froide l'inonda, sa bouche resta à sec,
et il sentit son gosier se resserrer comme sous une étreinte vigoureuse.
Le passé lui revint alors à la mémoire, et son coeur se remplit
d'amertume. Cette gaieté qu'il avait trouvée, à son retour, assise sur
le seuil de sa maison, n'était qu'une feinte: on lui souriait pour mieux
le tromper. Accablé sous sa propre découverte, il n'osait pas regagner
le logis, et un instant il eut la pensée de fuir devant une perfidie si
habile. La raison et la tendresse l'emportèrent; il résolut de se
vaincre et d'opposer dissimulation à dissimulation. Personne n'était
encore levé chez lui; son excursion matinale n'avait pas été remarquée.
Il rentra sans bruit, remit tout dans l'ordre accoutumé, et se réfugia
dans sa chambre pour combiner ce qui lui restait à faire. Deux heures
après il retrouvait, dans le jardin, Marguerite et Jenny, qui s'étaient
réveillées au premier chant de l'alouette. La jeune fille était
radieuse; elle se baignait avec joie dans une atmosphère chargée des
parfums du matin; elle suivait de l'oeil les oiseaux qui construisaient
leurs nids, et se penchait sur toutes les fleurs pour en mieux respirer
l'arôme. Cette joie faisait un mal horrible à Potard; cependant il
parvint à se maîtriser. Le déjeuner se passa comme d'habitude, et rien
ne put faire soupçonner aux deux femmes que le maître de la maison était
sur la trace de leur secret.

Quand Potard fut sorti de chez lui, à son heure ordinaire, ces
sentiments tumultueux, jusque-là comprimés, firent explosion à la fois:

«Malheur à elles, s'écria-t-il, ou plutôt malheur à lui! Je le
rejoindrai, fût-ce dans les enfers. On ne connaît pas le père Potard;
non, on ne le connaît pas; mais il se fera connaître. Ah! vous avez cru
me jouer; vous m'avez pris pour un Cassandre, pour un vieillard de
comédie; eh bien! vous verrez, morbleu, vous verrez. Passons-le sous
jambe, qu'ils se sont dit, il est si bonhomme! Un bonhomme, moi? Je vais
devenir un volcan incendiaire, un vésuve qui ne laissera rien d'intact
sur son chemin. Ah! vraiment, c'est ainsi que vous le prenez! Faire
aller un homme qui a roulé dans toutes les ornières de France et de
Navarre! Ce serait du nouveau. Je ferai une victime, Dieu de Dieu, oui,
j'en ferai une; ils veulent me plonger dans le sang comme à Dijon,»
ajouta-t-il comme accablé par un souvenir plein d'horreur.

Tout en parlant et en gesticulant ainsi, Potard suivait la grande route
qui va des Charpennes aux Brotteaux, et aboutit au pont Morand par une
magnifique avenue bordée de deux rangées d'arbres. Depuis la soirée de
la place Saint-Nizier, le voyageur avait une idée fixe que les
circonstances ne lui avaient pas permis de réaliser: il voulait
rejoindre Édouard Beaupertuis, lui demander une explication, et prendre
un parti après l'avoir entendu. L'aventure de la nuit venait de donner à
ce désir une vivacité et une énergie nouvelles: en sortant de chez lui,
Potard s'était juré qu'il trouverait Édouard dans la journée, et, mort
ou vif, aurait raison de ce jeune homme. Cette résolution était bien
arrêtée dans sa tête, et à peine eut-il franchi le pont Morand, qu'il se
rendit chez les Beaupertuis, où il trouva l'ancien voyageur de la
maison, alors commis principal.

«Bonjour, Eustache, lui dit-il d'un ton amical et en déguisant ses
préoccupations.

--Ah! c'est toi, Polard; comment vont les chansons, vieux? De plus en
plus troubadour, n'est-ce pas? Quel bon veut t'amène, l'ancien?

--Une misère, Eustache: je voudrais savoir où est votre petit Édouard;
charmant garçon, ma foi, un cadet qui ira bien. Où loge-t-il donc,
Eustache?

--Où loge Édouard?

--Oui, Eustache, reprit Potard, qui craignait toujours de se trahir.
Nous avons quelques petits comptes ensemble que je voudrais solder. Il
me doit une revanche aux dominos.

--Alors te sera à son retour, vieux; il est encore en voyage. On ne
l'attend que dans deux semaines.

--En voyage! vrai, Eustache? en voyage; tu ne plaisantes pas? Édouard
est en voyage? ajouta-t-il en lui prenant la main avec une vivacité dont
il ne put se défendre.

--Sans doute; et qu'y a-t-il d'étonnant, troubadour, qu'Édouard soit en
voyage? C'est la saison de la vente. Tu es bien singulier aujourd'hui.

--C'est juste, dit Potard se remettant; je n'y avais pas songé. Il est
donc en voyage, votre petit Édouard? Ta parole d'honneur, Eustache?

--Ah ça, vieux, tu as eu quelque coup de sang; tu deviens stupide.
Tiens, poursuivit le commis en prenant un papier sur le comptoir, voici
une lettre que la maison a reçue ce matin de Metz. Vingt douzaines de
châles en crêpe de fantaisie, un joli ordre! Lis la signature.

--Édouard Beaupertuis, dit Potard en jetant un coup d'oeil avide sur la
lettre que lui présentait le commis. C'est étrange!

--Étrange, troubadour, pourquoi? Décidément tu as reçu quelque coup de
marteau sur le timbre. Comme te voilà ahuri!

--Fais pas attention, Eustache. Ton diable d'Édouard m'a fait gorger le
double six sept fois de suite: il y a de quoi faire tourner un homme en
mêlasse. Adieu, collègue. Merci.

--Adieu, vieux.»

Potard sortit désespéré; cette trame dont il croyait tenir le fil se
compliquait de plus en plus; il ne savait désormais à quoi se rattacher,
il était à bout de conjectures. Pendant quelques heures il parcourut les
quais du Rhône, en proie à une espèce d'égarement, espérant toujours que
le hasard le servirait mieux que le calcul, et que le sort lui livrerait
son mystérieux ennemi. Il n'aperçut que d'honnêtes visages qui n'avaient
rien de séducteur: des négociants ou des employés qui vaquaient à leurs
affaires, enfin, cette foule bruyante qui remplit l'enceinte des grandes
villes et s'agite pour gagner le pain de la journée. Sur toutes ces
physionomies le voyageur essayait de trouver le mot de son énigme et la
clef de l'apparition qui venait de troubler à jamais son repos. Quand il
reprit, le soir, le chemin de sa maisonnette, il chancelait comme un
homme ivre, tant les déceptions dont il était le jouet avaient laissé
dans son cerveau empreinte profonde.

Cependant il fallait se vaincre encore, sous peine de trahir devant
Jenny et Marguerite les combats de son âme et la source d'où ils
provenaient. Potard eut ce courage: comme ces martyrs qui gardaient, au
milieu des tortures, toute leur sérénité. Il garda le sourire sur les
lèvres pendant que le chagrin lui rongeait le coeur. Il s'associait aux
petites joies de la jeune fille, et se prêtait à ses moindres caprices
avec sa patience et sa bonté accoutumées; il grondait Marguerite moins
souvent qu'à l'ordinaire, et resta indifférent à des négligences dans le
service qui autrefois eussent provoqué ses reproches. Sa vie intérieure
manquait désormais d'abandon; elle reposait toute sur un calcul. Il
s'agissait d'exercer une surveillance qui ne fût pas soupçonnée, et de
ne pas provoquer autour de lui la défiance pendant qu'il ménageait à ces
deux femmes un siège dans toutes les formes. Chaque jour il s'absentait
comme à son habitude, mais des émissaires, répandus près de la maison,
lui rendaient compte de ce qui s'y passait, et des mouvements qui s'y
étaient opérés. La nuit, aucun bruit ne trahissait ses mouvements, et le
silence le plus profond régnait dans sa chambre; mais au lieu de se
livrer au sommeil, Potard était debout devant sa croisée ouverte, l'oeil
et l'oreille aux aguets, en butte à une insomnie fiévreuse.

Une semaine s'écoula ainsi sans amener d'incident nouveau. Les espions
n'avaient rien aperçu de suspect, et le long entretien que Potard
poursuivait avec les étoiles n'amenait aucun résultat. L'incertitude
dévorait le pauvre troubadour, et son corps de fer se ressentait de ces
insomnies prolongées. Quoique la passion le soutint, il était une heure,
dans le cours de ces veillées, où son oeil se fermait involontairement
et où sa tête se penchait sur l'appui de la croisée; alors d'horribles
cauchemars s'emparaient de lui, et il n'échappait à ce triste sommeil
qu'en proie au vertige et le coeur rempli d'angoisses. Il en était là,
une nuit, quand un son sec et brusque le réveilla en sursaut: il se
remit vivement sur son séant; mais, par un geste mal calculé, il heurta
l'espagnolette, qui résonna sous sa main. C'en fut assez pour changer
l'aspect de la scène: une ombre effarouchée se perdit sous le berceau,
et quelques mouvements qui avaient lieu dans l'intérieur de la maison
cessèrent à l'instant même. En présence de cette proie qui allait encore
lui échapper, le coeur de Potard bondit dans sa poitrine: hors de lui,
il allait se précipiter par la croisée afin d'atteindre son ennemi et
l'abîmer au besoin dans sa chute, quand l'idée, l'inspiration d'une
vengeance plus terrible vinrent l'assaillir. Il avait à ses côtés un
fusil, une bonne arme de Saint-Étienne, dont les perdrix de la plaine
environnante avaient plus d'une fois éprouvé la justesse; avec la
rapidité de l'éclair, il s'en saisit, poussa avec fracas les volets de
la croisée, et au moment où l'ombre, s'évanouissant par un chemin qui
lui semblait familier, ouvrait la porte du jardin et allait disparaître
dans la campagne, il l'ajusta et pressa la détente. Le coup partit, et
un cri se fit entendre. Potard s'élança hors de sa chambre, croyant
trouver sur le sol le cadavre de sa victime.

Cependant le bruit d'un coup de feu, tiré au milieu de la nuit, avait
mis en éveil tout le voisinage. Les croisées des maisons environnantes
se garnissaient de curieux ou de femmes épouvantées; on s'interpellait à
la ronde pour savoir d'où provenait cette mousqueterie et quel attentat
avait été commis. Quand Potard passa devant la chambre de Jenny, la
jeune fille était sur le seuil de sa porte, un bougeoir à la main, dans
tout le désordre d'une toilette de nuit; Marguerite, de son côté,
descendait de sa mansarde dans un négligé semblable. Toutes les deux
semblaient éprouver une surprise n'avait rien de joué, et qui ne cessa
même pas lorsque Potard leur dit d'un ton moitié farouche, moitié
solennel:

                     «Femmes, venez voir votre ouvrage!»

Elles suivirent le troubadour dans le jardin où les populations voisines
descendaient à leur tour, armées de lanternes et offrant le spectacle
des plus étranges accoutrements. Potard marchait à la tête de ce
bataillon et cherchait partout le corps du délit. Dans la première
ivresse de l'attentat, il eût foulé aux pieds avec délices le cadavre de
son ennemi: cette joie lui fut refusée. On eut beau fouiller de toutes
parts, dans tous les coins, sous les touffes de fleurs, derrière les
bancs de gazon, point de cadavre, point d'être animé ou inanimé. La
petite porte du jardin était close, et rien n'indiquait qu'on l'eût
ouverte. Potard ne se contenait plus: il allait comme un furieux dans
tous les sens, avide de sa proie, et désespéré de ne pas la trouver.
Quant aux voisins, ils finirent par croire que cette scène était une
plaisanterie imaginée par le voyageur, et qu'après avoir déchargé son
arme sur une chauve-souris, il trouvait agréable de convertir cet
exploit nocturne en une mystification pour tout le quartier. Aussi ne se
retirèrent-ils pas sans murmurer et en menaçant le troubadour du
commissaire de police.

Qu'on juge de l'état de Potard: il crut que sa raison l'abandonnerait,
et quelques instances que purent faire Jenny et Marguerite, il ne voulut
pas quitter le jardin de toute la nuit. Assis sur un tertre de gazon, et
plongé dans une stupeur profonde, il ne se leva que quand le soleil fut
monté sur l'horizon, et alla de nouveau examiner les lieux, comme le
chasseur en quête de son gibier, et que rien ne rebute de sa recherche.
Le sol, la serrure, les deux marches qui descendaient vers la campagne,
il examina tout, et il semblait renoncer de nouveau, quand son oeil vint
à se fixer sur les panneaux extérieurs de la porte. Ce fut toute une
découvert qui lui arracha un cri spontané:

«J'en étais bien sûr!» s'écria-t-il.

Il venait d'apercevoir quelques gouttelettes de sang qui avaient laissé
leur empreinte sur le bois.

«Maintenant, ajouta-t-il, on ne pourra plus me traiter de visionnaire.
L'oiseau de nuit a eu du plomb dans les ailes, et il ne peut pas être
allé bien loin.»

XXX

(La suite à un prochain numéro.)



Courrier de Paris.

Nous avions annoncé dernièrement qu'un brillant concert, un concert
magnifique, un immense concert, se préparait à l'Hôtel-de-Ville dans la
salle nouvelle qui a pris la place de la vieille salle Saint-Jean. Le
but en était tout philantropique: il s'agissait d'apporter un appui
lucratif à la colonne agricole et industrielle de Petit-Bourg fondée en
faveur des jeunes enfants pauvres. Les noms les plus respectés et les
plus illustres s'étaient inscrits au nombre des protecteurs de cette
oeuvre pie, et le bataillon des dames patronesses, qui donne avec grâce
et dévouement dans toutes ces rencontres charitables, s'était mis en
ligne, et, agitant son drapeau, avait fait appel à la philantropie des
citoyens de Paris; provocation que cette grande et excellente ville ne
reçoit jamais avec indifférence. Paris, en vérité, a le coeur parfait:
dites-lui qu'il y a quelque part une bonne action à faire, un malheur à
réparer, une infortune à consoler, et il arrive. Allons, Paris,
éveille-toi, puise dans ton coffre-fort? Un tremblement de terre
renverse des villes, une inondation ravage des provinces, un incendie
jette sur le sol calciné et nu des populations errantes; voici des
exilés qui tendent la main à ton hospitalité; plus loin il s'agit de
venir en aide aux institutions de charité et de prévoyance.

Paris ne se le fait pas dire deux fois; il est généreux, il a le cordon
de la bourse complaisant et facile, pour peu qu'on donne à sa bonne
action l'attrait d'un plaisir; assaisonnez-la de danse et de musique, et
vous trouverez Paris d'une bienfaisance à toute épreuve. Il se pare, il
se gante, il accourt tout souriant et charmé, et rehausse le mérite de
sa charité par un air d'entrain et de fête qui la rend aimable.

Ainsi à ce concert de l'Hôtel-de-Ville, une foule brillante et curieuse
était accourue. La commission avait émis trois mille billets à 10
francs, et les trois mille billets avaient trouvé leur place en un clin
d'oeil. Dimanche dernier, ces trois mille personnes se pressaient, vers
sept heures du soir, aux avenues de l'Hôtel-de-Ville; le zèle était si
grand, la curiosité si vivement excitée, qu'un très-petit nombre de
souscripteurs manquait ait rendez-vous. Cette exactitude a changé la
solennité en une scène de tumulte qui a bien eu son côté comique; les
commissaires, en effet, comptant sur l'absence ou la négligence d'un
tiers à peu près des conviés, comme il arrive en général dans ces
grandes entreprises, les commissaires, dis-je, avaient dépassé de
beaucoup, dans la distribution des billets, le nombre de personnes que
la salle destinée au concert pouvait réellement contenir; peut-être
aussi avaient-ils pensé qu'il leur serait permis, dans l'intérêt des
pauvres enfants et de la fondation philanthropique auxquels la recette
était destinée, de forcer un peu le produit, au risque de laisser
quelques centaines de bonnes âmes à la porte. L'intention peut jusqu'à
un certain point excuser le fait, mais encore fallait-il prévenir son
monde et dire: «La salle ne peut recevoir que quinze cents à deux mille
personnes.» Sur cet aveu naïf, les prudents se seraient abstenus, se
contentant d'avoir fait une bonne action sans participer aux agréments
qu'elle promettait, et la bonne action n'y eût-elle pas gagné encore
quelque chose?

Les faits sont arrivés tout autrement: l'autorité ayant négligé de
donner l'avis nécessaire, le désordre le plus incroyable a troublé le
plaisir qu'on attendait de cette soirée annoncée avec tant d'éclat. Sur
la place, c'était un tumulte effroyable; les plus heureux,--si on peut
appeler cela du bonheur,--entrés dans la salle, par violence ou par
ruse, se disputaient les places avec acharnement, au risque de perdre à
la bataille, les robes, les châles, les chapeaux et le pan des habits.

On crie, on se presse, on s'étouffe; les femmes s'évanouissent, les
enfants pleurent, les petites files appellent leur maman; et les mauvais
plaisants, qui ne manquent jamais dans ces tumultes, frappent sur les
banquettes et engagent, à tous les coins de la salle, un tintamarre qui
n'est comparable qu'aux passe-temps bruyants du paradis de la _Gaieté_;
le tout sans respect pour M. le comte de Rambuteau et M.
Lecave-Laplague, les seuls personnages officiels qu'on distinguât au
milieu de ce concert infernal, en attendant l'autre concert.

Nous avons dit ce qui se passait à l'intérieur; à l'extérieur l'affaire
est encore plus vive et plus bruyante; sept à huit cents personnes
frappent aux portes, réclament leur droit d'entrée, et s'efforcent de
pénétrer à tout prix dans cette malheureuse salle déjà semblable à un
immense canon bourré jusqu'à la gueule; nous ajouterons que les mesures
sont si mal prises que cette foule se livre à son ressentiment, sans
qu'aucune voix, sans qu'aucune force tutélaire la préserve de son propre
désordre. Dire la douleur des jolies femmes venues là tout exprès pour
se faire admirer et qui s'en retournent tristement, aptes une heure de
lutte inutile, ayant eu les sergents de ville pour seuls appréciateurs;
raconter la déconfiture de ces frais chapeaux, de ces robes élégantes,
de ces couronnes et de ces bouquets de fleurs, parures inutiles dont on
espérait tant, Homère lui-même ne le saurait: c'est une de ces
catastrophes autrement déplorable et difficile à chanter que tous les
malheurs de l'_Iliade.

Sautant par-dessus un garde municipal et escaladant une porte ou une
fenêtre, si par hasard, nous trouvons enfin à nous blottir dans un coin
de la salle, quel enfer, bon Dieu! Mieux valait encore retourner chez
soi, et se donner un concert à soi-même, avec son propre violon ou sur
son propre piano; le concert, en effet, le merveilleux concert, annoncé
pour huit heures, à dix heures n'avait pas encore dit sa première note;
il fallait entendre les cris d'impatience que la foule jetait, la foule
asphyxiée par une étouffante chaleur, et demandant au moins un peu de
chant et de musique, faute de rafraîchissements. Après l'heure cruelle
de cette longue attente, un homme se montra enfin sur l'estrade des
musiciens, un petit homme pareil à un fantôme blanc, à ne le juger que
sur sa longue barbe blanche et ses cheveux idem...

«Allons, vieillard, chante-nous donc enfin quelque chose!» s'écrie une
voix. Ce vieillard n'est ni plus ni moins que le chevalier Paston, qui
conduit un choeur de chanteurs, élèves de M. Delsarte, et leur fait
entonner un certain _Kyrie eleison_ dont le même M. Delsarte est le père
reconnu. Mais quelle exécution! quel _Kyrie eleison_! On l'accueille de
ce rire moqueur et insolent que la foule n'épargne à personne dans ses
heures de rancune, et qui lui sert de vengeance. Les virtuoses les plus
intrépides et les plus expérimentés détonneraient d'effroi en entendant
ce ricanement diabolique. Aussi les élèves de M. Delsarte, bien que
commandés par le chevalier Paston, détonnent-ils à qui mieux mieux, et
le _Kyrie eleison_ n'est bientôt plus qu'une immense cacophonie; le rire
redouble, rire sans pitié, rire de Méphistophélès, rire de bourreau sur
les restes de la victime.

Au milieu de cet horrible naufrage, les plus habiles et les plus
charmantes on grand'peine à surnager: Doehler, Vivier, Roger, Giard,
Inchuidt, madame Sabattier, madame Castellane, madame Brandulla, et
enfin madame Jova, la belle Milanaise, qui triomphe cependant du tumulte
en exécutant de sa voix habile et pénétrante l'air _Inflammatus_ du
_Stabat_.

A une heure du matin, on chantait, on étouffait, on murmurait, on riait,
on détonnait encore.

Telle est l'histoire lamentable et plaisante de ce fameux concert; c'est
presque de la tragi-comédie; il faut espérer qu'une autre fois
l'autorité sera plus prévoyante ou quelle élargira sa salle, et que M.
le chevalier Paston et M. Delsarte serviront des _Kyrie_ plus
harmonieux. Si tout le monde a quelque chose à se reprocher, si
l'autorité a manqué de savoir-faire, les musiciens, pour la plupart,
d'assurance et d'habileté, les meneurs du concert d'exactitude, le
public de patience et de longanimité, la colonie de Petit-Bourg n'en a
pas moins fait sa fructueuse récolte; c'est là le principal; Une autre
année seulement, il faudra joindre la bonne exécution et le bon ordre à
la pensée charitable, de manière que le plaisir et le bienfait marchent
de compagnie, que Petit-Bourg soit content, que les pauvre-enfants
profitent, que le public n'ait pas le droit de se plaindre et ne joue
pas le rôle d'un mystifié.

--Une ancienne secrétaire du Théâtre-Français vient de mourir dans un
âge encore peu avancé; les habitués de la Comédie-Française, sous la
restauration, se rappellent mademoiselle Devin. Mademoiselle Devin était
élève de mademoiselle Mars; ce n'est pas sa beauté qui lui avait conquis
une sorte de crédit et de succès; mademoiselle Devin n'était pas jolie;
on peut même dire, sans manquer de galanterie envers un mort, qu'au
premier coup d'oeil on se sentait beaucoup plus porté à l'indifférence
qu'attiré vers elle. Peu à peu, et à force d'études, mademoiselle Devin
triompha de cette espèce de froideur que le public avait témoignée
d'abord pour sa personne: on apprécia son intelligence et sa finesse;
intelligence qui abusait quelquefois d'elle-même pour courir sans cesse
après l'effet, finesse un tant soit peu monotone et maniérée.
Mademoiselle Devin ne doit pas moins être comptée au nombre des artistes
qui ont laissé un souvenir, sinon éclatant, du moins honorable dans
l'art dramatique. Mademoiselle Devin était devenue un beau jour madame
Menjaud, c'est-à-dire qu'elle avait épousé l'excellent et regrettable
comédien de ce nom. Elle avait quitté le théâtre depuis plusieurs années
quand elle a cessé de vivre. Mademoiselle Devin est morte, si je ne me
trompe, dans un maison de campagne que M. Menjaud possède aux environs
de Paris, honorable fruit des épargnes faites par Clitandre, Valère et
Daims, dans leur jeune temps.

--Il est arrivé une singulière aventure à un de nos plus gracieux
compositeur de romances et des plus populaires, à M. Frédéric Bérat:
dans une de ces heures dérobées au soin de ces mélodies touchantes, M.
Frédéric Bérat a composé dernièrement pour le théâtre du Palais Royal,
de moitié avec M. Paul Vermond, une spirituelle bouffonnerie intitulée
_la Polka_: c'est le premier de tout les vaudevilles-polka, représenté
depuis un mois sur les petits théâtres de Paris, et, à mon avis, le plus
divertissant et le meilleur.

L'autre jour, M. Frédéric Bérat était mollement étendu sur son divan,
fumant une cigarette et poursuivant sans doute à travers la blanche
vapeur quelques-unes de ces chansons fraîches et naïves qu'il sait si
bien trouver; on heurte à sa demeure: «Qui va là?» Deux fières
moustaches se hérissent en se montrent tout à coup à la porte à demi
close: «Ah! ah! dit Bérat, qui a souvent, en sa qualité d'artiste, des
démêlés avec la garde nationale, vous venez pour m'arrêter et me faire
expier à Sainte-Pélagie mes goûts peu militaires.--Non pas, répondent
poliment les deux moustaches en s'avançant et en s'inclinant avec
respect; nous ne sommes pas des gardes municipaux, mais des voltigeurs
du 3e léger; vous arrêter, Dieu nous en garde! Nous venons, monsieur,
vous prier de venir donner des leçons de polka à notre colonel.» Et
Bérat de les regarder d'un air ébahi. «Oui, monsieur, le colonel veut
absolument apprendre à danser la polka, et il nous à chargés, moi qui
suis son sergent-major et moi son sergent, de lui amener un professeur
de polka.--Mais je ne suis pas un maître à danser, mes braves, reprend
Bérat en retenant un éclat de rire.--Sapristi! s'écrit le
sergent-major.--Crédié! reprend le sergent; lisez plutôt.» Et ils
déploient aux yeux de Bérat l'affiche du Théâtre du Palais-Royal, lui
montrant du doigt ces mots, imprimés en majuscules: _La Polka_, par MM.
Frédéric Bérat et Paul Vermond.»--Eh bien! allez chez Paul Vermond,» dit
Bérat en souriant. On dit que M. Paul Vermond n'a pas cru devoir pousser
le quiproquo plus loin, et qu'il a adressé définitivement les deux
sergents à Cellamus.

Si nos vaillants du 3e léger avaient assisté à une des dernières
représentations tout dernièrement données à Rouen par mademoiselle
Déjazet, ils auraient appris qu'en effet Bérat n'enseigne pas la
_polka_, mais qu'il est un compositeur charmant, vaudevilliste dans ses
loisirs. Une de ses plus gracieuses et de ses plus poétiques
productions, _la Lisette de Béranger_ chantée avec beaucoup d'âme et de
goût par mademoiselle Déjazet, a ravi le parterre rouennais; Rouen s'est
montré d'autant plus sensible à cette touchante mélodie, que Frédéric
Bérat est né à Rouen; c'était une mère qui applaudissait son enfant;
Frédéric Bérat peut dire plus que jamais son refrain favori:

                              J'irai revoir ma Normandie.

Rien n'attache, en effet, un fils à sa mère comme les caresses et les
douceurs qu'il en reçoit.

--Un petit garçon disait l'autre jour devant moi; «Maman, je vais prier
le bon Dieu qu'il me change mon bon ange.--Pourquoi donc, mon
ami?--Parce que mon bon ange m'a laissé tomber deux fois depuis ce
matin.»

Recommandé à la biographie des enfants précoces, des enfants ingénieux,
des enfants spirituels des enfants étonnants qui aboutissent souvent à
faire de pauvres hommes.

--Quelques journaux s'étaient mis à raconter chaque matin que le cadavre
d'un garde municipal venait d'être retrouvé dans la Seine; nous en
étions déjà au septième garde municipal et au septième cadavre, lorsque
l'autorité a fait démentir ces bruits d'assassinats multiples; deux
gardes municipaux se sont donné la mort volontairement, voilà le fait
officiel, il était temps que la rectification arrivât: quand les
donneurs de fausses nouvelles se mettent à noyer ou à tuer les gens, ils
n'en finissent pas, et si on les eût laissé faite, au moins de huit
jours, la garde municipale tout entière eut fait un plongeon dans l'eau.

--La mystérieuse et sanglante affaire du banquier Donon-Cadot, si
horriblement assassiné à Pontoise, continue à en exciter une attente
pleine d'anxiété. L'instruction a recueilli tout récemment des faits qui
signalent de nouveaux coupables et ajoutent dit-on plus d'une scène
terrible et inouïe à ce drame déjà si fatalement compliqué.

--Une curieuse cérémonie aura lieu incessamment dans les hautes demeures
politiques; nous voulons parler de la réception de M. Guizot comme
chevalier de la Toison-d'Or, ordre qui vient de lui être accordé par la
reine d'Espagne. Si M. Guizot se conforme à l'usage antique et solennel
et tient à prendre le costume d'étiquette, il doit avoir commandé à son
tailleur et à son chapelier une robe de toile d'argent, un manteau de
velours cramoisi et un chapeau de velours noir.

--M. l'évêque de Rodez accuse un de nos plus spirituels et de nos plus
purs talents universitaires, M. Géruzez, professeur d'éloquence
française, d'inonder, de scandaliser et de dépraver la France;
_l'Univers_ a reproduit l'attaque de M. de Rodez, et M. Géruzez attaque
_l'Univers_ en calomnie. Que faut-il donc faire pour échapper à
l'anathème, si un écrivain toujours moral et religieux, comme l'est M.
Géruzez, si un panégyriste de saint Bernard est foudroyé canoniquement?
Il est certain que les rôles sont intervertis; les réprouvés étudient
les pères de l'Église, et les hommes d'église font des pamphlets.

--Paris recevra incessamment la visite de la duchesse de Kent, mère de
la reine Victoria d'Angleterre.

--Il y a quelques jours, la femme d'un cocher, nommé Michel, accoucha
d'un enfant qui n'avait ni bras, ni jambes, et dont la tête offrait des
particularités fort remarquables. Ce monstre humain ne vécut que deux
heures. Avant sa mort, le médecin-accoucheur avait manifesté le désir de
l'acheter.

Il s'empressa d'en offrir 30 fr.

[Illustration: Salle des Concerts, à l'Hôtel de Ville.]

Inconsolable de la mort de son enfant, le père exigea le double de la
somme. La discussion et la dispute qui s'ensuivirent durèrent trois
jours. Furieux, le médecin menaça le père de le dénoncer à la justice,
pour n'avoir pas fait enterrer son enfant dans les délais voulus.
Effrayé, le père adressa, à M. Gabriel Delessert, la pétition suivante,
dont l'original est déposé dans les bureaux de l'Illustration:

«Monsieur le préfet, j'ai l'honneur de vous informer que madame Michel,
mon épouse, est accouchée d'un enfant privé de ses jambes et de ses
bras, ce qui fait que c'est un phénomène naturel dont je suis le père,
qui est mort rue Saint-Lazare, 38.

«Je voudrais enfermer, monsieur le préfet, dans un bocal d'esprit de
vin, afin de le conserver, mon enfant, avec lequel j'ai l'honneur
d'être, monsieur le préfet, votre très-humble serviteur.»



Carthagène des Indes.

SOUVENIR DE L'EXPÉDITION DIRIGÉE
PAR LE CONTRE-AMIRAL DE MACKAU, EN 1834.
 (Suite.--Voir t. III, p. 74.)

«_Es mi hijo,_» me dit la petite femme, qui s'approcha doucement sur la
pointe du pied en me lançant un coup d'oeil où rayonnait l'orgueil
maternel.

Je la regardai: elle était vêtue d'une robe déchirée; un mauvais fichu
sale cachait à peine ses épaules maigres; la misère avait foncé la
nuance olivâtre de ses traits et flétri ses joues de rides précoces;
elle n'avait guère une quarante ans, on lui en eût donné sans peine
cinquante. Elle se pencha sur l'enfant, arrangea doucement l'oreiller,
et déposa un baiser sur son front. L'enfant ouvrit les yeux, reconnut sa
mère, sourit, et, se retournant, s'endormit aussitôt.

Tout le bonheur de cette maison, je le vis bien, reposait sur cette
fragile tête: amour, travail, espoir, tout était pour lui, bel enfant,
sommeillant dans le luxe au milieu du besoin; il avait un hochet
d'ivoire, et ses parents n'avaient pas de souliers! il avait des draps,
une moustiquaire, un berceau de bois précieux, tandis qu'ils couchaient
sur des planches et travaillaient tout le jour!

[Illustration: Carthagène des Indes.--Vue du Fort San-Felipe.]

J'interrogeai mon hôtesse; celle-ci, enchantée de l'impression causée
par la vue de son enfant, se montra fort communicative. Elle parlait
avec tant de volubilité, qu'étant neuf encore dans la connaissance de la
langue espagnole, il me fut assez difficile de saisir le sens de ses
paroles; cependant ses gestes, qui étaient fort expressifs, m'aidèrent
considérablement à la comprendre. Elle entama un long récit où il était
question des troubles qui dévastèrent Carthagène à l'époque de
l'insurrection; elle me montra la Poppa, me nomma Morillo. Bolivar,
puis, courant dans un coin de la chambre, souleva avec effort un globe
de fer rouillé divisé en deux et réuni par une barre: c'était un boulet
ramé; elle leva ses quatre doigts décharnés, en répétant avec un visage
effrayé:

«_Quatro en veinte anos!_»

Quatre sièges en vingt ans!

Puis, comptant ses doigts l'un après l'autre; «_Mi padre, mi hermano, mi
marido!..._» dit-elle; et secouant la tête d'un air triste, elle passa
trois fois le côté de la main derrière son cou; je compris.

Ce que je pus saisir de l'histoire de cette pauvre femme fut qu'elle
avait perdu de bonne heure tous ses parents et l'aisance dont elle
jouissait autrefois, au milieu des désastres des révolutions. Isolée,
réduite au dernier abandon, elle se vit obligée de s'unir, pour
subsister, à un moreno, avec qui elle habitait cette pauvre demeure.
L'orgueil de la caste avait sans doute rudement lutté dans son âme
contre l'angoisse de la misère, avant qu'elle eût consenti à accepter
une telle extrémité; mais la faim l'avait emporté!

[Illustration: Porte de Carthagène des Indes.]

Il serait difficile d'exprimer ce que le langage sonore et cadencé de
cette femme, dont exaltation croissait en parut, ainsi que son énergique
pantomime, prêtaient d'éloquence au tableau des souffrances qu'elle
décrivait; tout ce que je sais, c'est que jamais drame ne m'impressionna
autant. Elle retraça les horreurs de la famine auxquelles la ville fut
en proie durant le blocus qu'en firent les troupes royales; puis,
lorsqu'elle en vint au siège par les insurgés, sous les ordres du
_Libertador_, ce souvenir plus récent l'anima davantage encore: ses yeux
étincelèrent, et elle se mit à imiter avec la voix, en indiquant leur
direction, le sifflement des bombes et les clameurs du carnage.

Il n'y avait pas à se méprendre pourtant sur la cause de cette
exaltation: l'horreur y prenait plus de place que l'enthousiasme
patriotique. Ce n'est que parmi les nations fort avancées, que les
grands noms de gloire et de liberté jouissent de tout leur prestige;
chez les peuples nouveau-nés de l'Amérique du Sud, ces paroles menteuses
ont trop souvent servi de prétexte à l'usurpation et au pillage pour
qu'ils se trompent longtemps sur leur véritable sens.

Peu après le mari rentra suivi d'un bel épagneul: c'était un grand
mulâtre sec et nerveux, à la figure impassible; il parut faire peu
d'attention à moi, touchant à peine le bord de son chapeau du paille
quand il passa, et il alla s'asseoir au fond de la chambre. Sa femme fut
choquée de son manque de politesse, qui n'était sans doute que de
l'apathie, et l'apostropha vivement avec un air de hauteur qui me prouva
combien elle maintenait la distance que mettait, même entre époux, la
différence de couleur et de caste. Le moreno, confus des reproches de sa
femme, se leva gauchement, et, tirant son chapeau, me fit une humble
révérence en m'appelant Excellence. La formule me parut peu
républicaine. Mon hôtesse, dont l'orgueil soutint de nouveau de la
servilité de son époux, lui ordonna brusquement de s'éloigner, et le
pauvre diable, intérieurement charmé, nous quitta pour aller embrasser
son enfant.

[Illustration: Carthagène des Indes.--Église et rue de
San-Juan-de-Dios.]

J'avais peine à m'imaginer que ce peut être si frais et si blanc dût
l'existence à ce grand gaillard osseux et cuivré; mais la nature a
d'étranges mystères, et d'ailleurs le travail et la misère défigurent
d'une cruelle façon le type primitif départi à l'homme. Le moreno prit
l'enfant dans ses bras, et, se renversant dans le hamac, se mit à le
faire sauter et à jaser avec lui. L'enfant, réveillé, agita ses jambes
et ses petites mains, éclata en rires joyeux, secouant les grelots de
son jouet; deux chats, qui jusque-là avaient dormi tranquillement,
roulés en pelotes sur la table, sautèrent dans le hamac et se mirent de
la partie; l'épagneul, voyant cette gaieté, bondit en jappant à
l'alentour; un perroquet sournois, qui n'avait pas encore ouvert le bec,
imita les aboiements du chien, les cris de joie de l'enfant, entremêlant
le tout d'_ave Maria purissima_ du ton le plus grotesque; en un moment
tout fut en rumeur dans le rancho. L'hôtesse contemplait de loin son
enfant avec une ivresse d'amour maternel indicible; et moi, voyageur
isolé, je souriais tristement de ce bonheur, en songeant au foyer et à
ceux que j'avais laissés bien loin de moi.

L'heure de la retraite n'était pas éloignée; les coups de fusil,
retentissant de plus en plus rapprochés, m'annoncèrent le retour des
chasseurs. Je, pris congé des braves gens, et m'efforçai inutilement de
leur faire accepter le salaire de leur hospitalité; ils refusèrent avec
obstination, et je n'insistai point, de crainte de les blesser. Tandis
que je passais devant la case déserte et du mur ruiné, je me rappelai
l'histoire de l'Anglais assassiné par ses domestiques, et je demandai à
mon hôtesse si la demeure de M. Woodby n'était pas voisine de la sienne.

Au nom de Woodby, elle redressa brusquement la tête, et ses traits
expressifs peignirent l'effroi: «_Aqui_, me dit-elle, _aqui esta?_»

Elle me saisit le bras avec une vivacité nerveuse, et, m'entraînant vers
une partie de la maison qui paraissait déserte elle poussa le volet d'un
appartement fermé, et me fit signe de regarder à l'intérieur.

Ne comprenant rien à ses manières, je la crus d'abord un peu folle; je
me penchai néanmoins avec quelque répugnance, et n'aperçus d'abord rien
d'extraordinaire: c'était une grande chambre obscure, meublée
très-simplement, où tout était couvert de poussière; elle semblait
n'avoir pas été habitée depuis longtemps.

J'allais me retirer lorsque la petite femme m'arrêta, et, allongeant son
bras maigre, me montra sur le parquet une large tache noire qui couvrait
aussi une partie un mur blanchi à la chaux, comme si un liquide eût
rejailli contre:

«Sangre, sangre,» me dit-elle à voix basse;--c'est du sang!

Cette chambre était en effet celle du malheureux Anglais; c'est là, sur
le pas de cette porte, que fut frappé M. Woodby; il était fort sourd et
n'avait pas été réveillé, à ce qu'il paraît, par les premiers cris de sa
femme et de ses deux filles; en ouvrant sa porte, il trouva leurs corps
étendus sur le seuil, meurtris à coups de coutelas. Les assassins, que
n'avaient point arrêtés la faiblesse et la grâce des jeunes filles,
brisèrent le crâne du malheureux Anglais à coups de bâton, et sa
cervelle éclata contre la muraille.

Je reculai avec dégoût et m'enfuis précipitamment de ce lieu dont
l'aspect faisait revivre à mes yeux le crime dans toute son horreur. Peu
après, les chasseurs rejoignirent le canot, la plupart fort crottés.
Suivant l'usage, leur fortune avait été diverse; le plus intrépide avait
pénétré jusqu'à une forêt assez éloignée et rapportait un singe fauve
qu'il avait abattu d'un coup de fusil. Le pauvre animal roulait les yeux
d'une façon fort piteuse en poussant de petits grognements plaintifs; il
trépassa dans le canot, moins de sa blessure, assura gravement le major,
qui était le philosophe de la troupe, que de désespoir de se voir réduit
en captivité. Trois jours après il figurait magnifiquement empaillé, sur
l'étagère de son vainqueur.

Sur ces entrefaites, des bruits alarmants circulaient sourdement à bord:
on disait que les forts étaient armés en secret, et l'on avait vu se
diriger vers le Pastillo, batterie redoutable qui se projette en avant
de Carthagène, au fond de la baie, de larges bateaux, soigneusement
recouverts, qu'on présumait chargés de poudre et d'approvisionnements de
guerre. Ces rumeurs mirent le feu aux jeunes têtes; on ne rêva plus que
combats et bombardement. On prédisait à Carthagène le brillant fait
d'armes réalisé plus tard à Ulloa, et, dans la soif d'action et de
gloire qui embrasa tout le monde, on commença à craindre une issue
pacifique autant qu'on l'avait désirée d'abord.

Chaque fois que je rentrais à bord de l'_Atalante_, la contagion
belliqueuse me saisissait aussi, et la curiosité d'assister à un siège
en règle me conduisait naturellement à vouer la pauvre Carthagène à la
flamme et aux ruines, quelque périlleux que dût être un pareil jeu pour
ceux qui l'entreprendraient. Puis, quand je retournais à terre,
l'insouciance d'artiste me reprenait, j'oubliais que j'errais sur une
terre ennemie et à demi sauvage; je poursuivais ma moisson de croquis
sous l'oeil soupçonneux des habitants. L'impunité m'enhardit. Depuis
notre arrivée, le but de mon ambition était de visiter le sommet de la
Poppa. Cette montagne, située proche de la côte, s'élève presque à pic,
et c'est le seul point culminant du sol à une étendue considérable. Mais
les obstacles étaient grands; les chemins, assurait-on, étaient si
difficiles qu'on ne pouvait y monter qu'avec des mules. En outre, on
avait transformé le couvent abandonné, qui surmonte la hauteur, en un
poste d'observation dont on éloignait les curieux. Cependant les jours
s'écoulaient, et enfin la tentation l'emportant, je résolus de risquer
l'ascension; je l'accomplis en effet, mais par des moyens tout autres
que ceux que j'avais prévus.

Arrivé au point du jour au débarcadère, devant la principale porte de la
ville, |je tournai à droite au lieu d'entrer, et enfilai la grande rue
du faubourg d'Imania, dont les maisons bariolées de joyeuses couleurs
sont entremêlées de bouquets de palmiers. Je passai près du fort.
San-Felipe de Barracas, m'efforçant de regarder sans rire les lourds
soldats colombiens dans leur uniforme de toile blanche, composé d'une
courte veste étriquée aux épaules, et d'un large pantalon flottant, ce
qui leur donne la tournure d'un pain de sucre, auquel on aurait accroché
un sabre et une giberne; posez au bout un énorme shako aussi doublé de
blanc, branlant sur de longs cheveux luisants et plats, une face cuivrée
et sans barbe, avec des pommettes saillantes et de petits yeux, une
physionomie morne et impassible, et vous aurez le vrai type du soldat
colombien. Ils cheminent lentement, la tête pendante sur la poitrine, ou
restent étendus à l'ombre, immobiles comme des lézards, pendant des
journées entières. Ces soldats de si mauvaise tournure sont pourtant des
guerriers intrépides, doués d'une rare sobriété; les plus grandes
privations ne leur arrachent pas une plainte, et ils meurent avec la
même indifférence qu'ils ont vécu.

Les officiers ont un tout, autre air; ici la diversité de caste se fait
sentir; le créole espagnol y domine, tandis que les morenos de la classe
inférieure ont du sang nègre ou indien dans les veines. Pourtant, la
malice française trouvait fort à s'égayer aux dépens de ces petits
militaires à la taille menue, aux membres grêles, dont les épaules
rétrécies disparaissent sous les torsades de leurs énormes épaulettes.
Leur poitrine offre un pompeux étalage de médailles, de rubans, de
décorations de toutes sortes. Ils affectent de porter l'uniforme de nos
officiers républicains de 92, mais leurs pantalons collants perdus dans
les bottes molles, les grands sabres traînants accompagnés de pistolets
à la ceinture, ce visage basané à moitié englouti sous une longue
moustache, où roulent de grosses prunelles noires sous d'épais sourcils,
donnent à ces héros de Pieluncha et de Carbobo je ne sais quel air des
brigands de Dacray-Duminil, tels que nous les retracent les curieuses
vignettes de _Victor ou l'Enfant de la forêt_.

A la sortie du faubourg, une enceinte carrée située au bord de la mer
attira mon attention. A peine entré, j'en ressortis aussitôt, chassé par
un sentiment de répulsion; c'était le cimetière de _Manga_. Le sol y est
partout jonché de débris humains, parmi lesquels courent des légions de
crabes. Des crânes rompus, des tibias perçant leur linceul de sable,
donnaient à ce lieu l'aspect d'un champ de bataille. L'incurie
colombienne ne s'inquiète pas plus des morts que des vivants.

En cw moment, je me trouvais au milieu des mangles dont la nappe immense
presse entre ses sinuosités verdoyantes la nappe d'azur des eaux de la
baie. Une épaisse draperie de feuillage tombait, en ondulations pressées
de la cime lointaine de la Poppa jusqu'au sable du rivage, et
assouplissait les aspérités de la montagne, excepté du côté de l'orient,
où une falaise perpendiculaire faisait resplendir ses flancs crayeux
comme un miroir métallique. A travers ce tapis monotone de verdure
serpentait un chemin sablonneux d'un jaune éblouissant, bordé de maisons
en bois avec des appentis couverts en tuiles. Le soleil enflammait cette
étendue, faisait rougeoyer les toits, pétiller les cailloux du chemin et
rayonner la citadelle comme une pyramide d'argent.

La mer était lisse et brillante; sur un îlot trois pélicans, debout sur
une patte, ressemblaient à des morceaux de bois; par moment, ils
quittaient leur immobilité pour darder un rapide coup de bec à la
surface de l'eau.

Sur la mer tout était mort, malgré ce soleil vivifiant; pas un souffle,
pas un mouvement n'agitait, cette nature inanimée. C'est à peine si, de
temps en temps, l'on entendait quelque moreno piquant sa mule chargée de
paniers, pour lui faire traverser les flaques d'eau saumâtre qui
coupaient la route, répétant d'une voix rauque le mot: _Area!_
accompagné d'un juron énergique, ou bien le clapotement des ailes d'un
gallinazo voletant autour de l'abattoir voisin, les maisons paraissaient
désertes; seule, sur le perron de l'une d'elles, une jeune femme
immobile, appuyée sur la balustrade, ses cheveux noirs, déroulés en
longues mèches sur ses épaules demi-nues, ressemblait à une statue de
bronze de la Mélancolie. On eût dit le modèle animé de ce type sublime
buriné par Albert Durer.

La scène avait un caractère de grandeur sauvage et de tristesse si
profondément marqué, que je ne pus résister à la tentation d'en emporter
un souvenir. Je pris mes crayons et je fus bientôt si préoccupé de mon
travail, que c'est à peine si j'aperçus l'évêque de Carthagène, cette
autre grandeur déchue, passant devant moi dans sa voiture antique et
dorée comme une châsse, que traînaient lentement deux mules
caparaçonnées. Son Éminence reconnut sans doute dans l'humble artiste
accroupi sous les raisiniers du rivage, un citoyen de ce pays
indépendant et raisonneur qui, depuis plus d'un siècle, a si rudement
mené la puissance temporelle de l'Église. Jaloux de faire l'essai de son
influence sur l'un de ces esprits rebelles, le prélat, quand il passa
devant moi, allongea ses doigts sacrés par la portière et me donna sa
bénédiction. Je me hâtai de me lever et de me découvrir avec respect; le
bon vieillard, satisfait de l'effet qu'il avait produit, me répondit par
un salut gracieux et s'éloigna. Je me rassis aussitôt pour esquisser,
sur le devant de mon dessin, le croquis de la massive voilure, qui
devait dater au moins du Charles-Quint. En ce moment, un nouveau
personnage en veste de jinga, qui m'épiait depuis quelque temps,
s'avança, et, considérant mon travail, m'adressa quelques questions; il
paraît que je n'y répondis pas d'une manière satisfaisante, car il
exigea que je le suivisse auprès d'un autre individu qui m'aborda à son
tour en se disant l'alcade du village de la Poppa. Celui-ci voulut
visiter le contenu de mon portefeuille, mais déjà ennuyé de leurs
questions, je m'y refusai, non par esprit du révolte, mais parce que je
craignais avec raison que leurs grosses mains, d'une propreté assez
équivoque, ne tâchassent mes croquis.

Ces deux hommes importants conférèrent entre eux et parurent assez
embarrassés de ce qu'ils feraient de moi, chétif. Mon avis, à moi, était
qu'on me laissât continuer mon chemin; mais le zèle patriotique de ces
messieurs avait pris l'alarme, ils me regardaient comme un espion, ou
tout au moins comme un ingénieur qui venait étudier les fortifications
et en relever les positions. Une partie du fort San-Felipe, qui figurait
sur le dessin, les confirma dans cette opinion. Une femme assez laide,
l'épouse du seigneur alcade, se montra en ce moment et mît fin à leur
indécision; elle m'interrogea d'un ton si peu civil que, malgré le
respect chevaleresque que je professe pour la plus belle moitié du genre
humain, je ne pus m'empêcher de l'envoyer promener. Là-dessus grande
colère, et mes trois inquisiteurs résolurent, à l'unanimité, qu'un
individu aussi intraitable devait être conduit devant le
capitaine-général, gouverneur de Carthagène, qui déciderait de ma
qualité et de mon sort.

Je vis que, pour le moment, il fallait renoncer à mon excursion; ne me
souciant pas, si je faisais résistance, de traverser la ville au milieu
d'un peloton de soldats, je suivis de bonne grâce le rébarbatif alcalde,
qui se mit en marche, ayant soin de ne pas me perdre de vue.

Arrivés à la maison du gouverneur, nous ne tardâmes pas à être
introduits Don Hilario Lopez était alors un homme d'environ trente-huit
ans. Ancien aide de camp de Bolivar, il a figuré avec distinction dans
les guerres de l'indépendance. Il est pâle et te taille moyenne; ses
longues moustaches blondes, ses cheveux plats retombant en désordre de
chaque côté, son uniforme à collet rabattu et galonné, sa physionomie
calme et austère, lui donnent un grand air de ressemblance avec ces
généraux de la Convention dont Hoche et Marceau présentent le type le
plus élevé.

Le général m'accueillit avec politesse; heureusement il parlait le
français à merveille, et, à la première inspection du portefeuille, il
comprit de suite de quoi il s'agissait. II expliqua au soupçonneux
alcalde que je n'étais rien moins qu'un espion et que mes intentions
étaient parfaitement pures. Une fois rassuré, celui-ci passa de la
défiance à l'étonnement, quand il reconnut, en feuilletant les croquis,
plusieurs points de vue qui lui étaient familiers et jusqu'à sa propre
maison. Le général exigea qu'il s'excusât de m'avoir dérangé, ce qu'il
fit en me présentant la main avec la gaucherie d'un homme qui sent qu'il
a commis une sottise. Je ne voulus pas perdre une aussi belle occasion
de donner une haute idée de la générosité française, et je pardonnai
avec la grandeur d'âme d'un homme qui se sait appuyé par une escadre et
un contre-amiral.

Le général me fit l'honneur de me garder à déjeuner, et me traita avec
une urbanité parfaite. Les convives se composaient de deux hommes à
longues moustaches, raides et taciturnes; c'étaient deux officiers; puis
de deux autres en habit noir, armés d'un nez pointu et d'une langue
infatigable; c'étaient deux avocats. Peu habitué à l'abominable cuisine
du pays, je m'efforçai de manger. Cependant j'avoue qu'au dessert le
courage faillit m'abandonner, lorsque je vis les assistants émiettant
des morceaux de fromage de Hollande dans leur chocolat. Ils savouraient
cet étrange brouet comme un mets exquis; mon hôte m'engagea à l'imiter,
m'assurant gravement, pour me décider, que Bolivar ne déjeunait pas
autrement.

Après le repas, le général m'octroya une permission moyennant laquelle
je pouvais dessiner en toute liberté. Avec cela, je pouvais emporter
Carthagène dans ma poche, si bon me semblait. A mon tour, je sollicitai
de la bonne grâce de mon hôte de me laisser prendre une esquisse de ses
traits; il y consentit volontiers. Je me mis à l'oeuvre, et les curieux
renseignements, les idées justes et élevées dont sa conversation fut
semée pendant la séance qu'il m'accorda, ont placé cette heure parmi mes
souvenirs les plus attachants.

Instruit de mon désir de visiter la Poppa, le général me proposa
d'achever la journée chez lui et de réserver la soirée à cette excursion
pour laquelle il m'offrit gracieusement une de ses mules. J'acceptai en
admirant les profonds décrets de la Providence, qui m'avait fait arrêter
si à propos pour me procurer une mule et m'épargner un coup de soleil.
Je m'en fus passer le temps de la sieste dans un appartement contenant
une bibliothèque assez bien meublée et un hamac suspendu devant une
fenêtre en fleurs. J'ouvris la Lusiade et je me jetai dans le hamac, où
je m'endormis bientôt sous la double influence d'une chaleur de
trente-deux degrés et de l'oeuvre la plus soporifique que l'esprit
humain ait délayée en vers.

Je fus réveillé en sursaut par un grand nègre vêtu de blanc qui
m'annonça que le dîner était servi; je m'aperçus au choix de la société
que le général avait poussé la galanterie jusqu'à se souvenir de mon
âge, car j'avais pour voisine l'une des plus jolies personnes de la
ville. Ses yeux noirs pétillaient de malice, et son teint avait la
pureté et la transparence de l'ambre; mais cette fraîcheur de beauté est
de peu de dorée sous l'équateur. La jeune fille avait à peine quinze ans
quoique déjà tort développée; sa mère, qui en comptait trente-deux,
était énorme; elle souffrait beaucoup de la chaleur et n'était occupée
que du soin de contenir son indomptable embonpoint dans les murailles de
baleines qui l'enfermaient. En outre, la belle nuance dorée du teint de
la demoiselle avait passé chez la mère à un brun bistré des plus foncés.
Pour se défendre d'une fascination dangereuse, on n'avait donc qu'à se
dire que, selon toute apparence, la ravissante sylphide se
transformerait avant peu d'années en une massive mulâtresse: c'était le
papillon devenant chrysalide.

Le repas à peine fini, je rappelai au général Lopez sa promesse du
matin. Aussitôt on amena dans la cour une mule fringante portant une
riche selle, de larges étriers et des arçons très-élevés d'où, avec la
meilleure volonté du monde, il était impossible de tomber. J'avais la
tête pleine des mauvais tours que les mules espagnoles jouèrent à Sancho
et à Gil Blas, en sorte que j'exprimai d'abord timidement ma préférence
pour un cheval. Mais on m'affirma que je ne pouvais être plus en sûreté,
par les sentiers rocailleux que j'avais à parcourir, qu'en me confiant
aux jarrets solides, à l'instinct prudent de cette bête. Je me rendis à
ces considérations et enfourchai résolument la _rubia_ on la blonde,
comme le général nommait sa monture favorite.

--Soyez sage, me dit don Hilario en souriant, quand il me vit en selle,
n'allez pas effaroucher la garnison de la Poppa.

--Vous pouvez être tranquille, répondis-je, je ne croquerai pas le plus
petit bastion...

--Ce n'est pas cela; sachez qu'il n'y a là-haut qu'un seul homme, le
gardien des signaux. Tachez donc de vivre en paix avec lui. Allons, vaya
V. con Dios!»

Je saluai le général, et la mule partit avec la vélocité de l'éclair.

Je ne tardai pas à m'apercevoir du crédit dont j'étais redevable à ma
monture, et du haut degré d'importance que je lui empruntais. Les
passants se rangeaient avec empressement, les soldats tournaient leurs
shakos, et peu s'en fallut que le l'actionnaire ne portât les armes à la
mule du gouverneur. Je passai triomphalement à travers le village de la
Poppa, dont l'alcade, à ma grande satisfaction, se trouva sur la porte.
Il me salua jusqu'à terre; mais son implacable moitié me tourna le dos.
Je ne m'en lançai pas moins à toute bride à travers les mangles,
jusqu'aux premiers rochers qui servent de degrés pour escalader la
montagne. Alors la mule, qui n'avait cessé de m'emporter comme le cheval
de Lénore ralentit sa course et commença de grimper la pente escarpée
avec une délicatesse et une sûreté dont je fus émerveillé, car le chemin
était un vrai casse-cou semé de fondrières, de cailloux roulants et
d'arbustes épineux.

A mesure que je m'élevais, l'air devenait plus pur, et la solitude plus
profonde. Délivré de l'atmosphère stagnante du rivage, qu'infectent les
miasmes fétides des palétuviers, j'aspirais avec délices la brise
vivifiante du soir, imprégnée des senteurs énergiques de lu végétation.
Les mille bruits de la nature murmuraient autour de moi; d'élégants
lataniers inclinaient doucement leur parasol sur l'escarpe de la route,
comme pour me garantir des rayons obliques que lançait le soleil à
l'horizon; d'épais acacias et des lilas au feuillage duveté
frissonnaient au passage du vent sous leurs rameaux; des nopals
gigantesques élançaient leurs bras épineux du sein des ondes de verdure
qui recouvraient les aspérités de la montagne, et par moments je voyais
filer brusquement entre les jambes de mon destrier, d'agiles couleuvres
traversant le sentier, tandis que de grands iguanes de trois pieds de
long se traînaient avec paresse sur les rochers, gonflaient leurs cous
rayés et bâillaient stupidement en me regardant passer. L'air
fourmillait d'une multitude de papillons jaune-citron, avec une tache de
feu. De temps en temps leur troupe brillante était traversée par le vol
saccadé d'une chauve-souris aux ailes velues et dentelées, dont l'énorme
envergure me faisait tressaillir. Le bruit qui m'arrêta plusieurs fois
avant que je pusse me l'expliquer, fut une espèce de beuglement sourd
connue celui d'un boeuf éloigné: c'était le croassement d'une grenouille
grosse comme le poing, et douée d'un appareil respiratoire d'une
puissance extraordinaire. Tandis que je cheminais paisiblement,
m'abandonnant à l'instinct de ma mule et admirant les merveilles de la
nature tropicale, le chemin qui contourne la montagne me conduisit en
face de la ville. Le soleil se couchait et illuminait Carthagène d'un
reflet tellement vermeil, qu'elle m'apparut telle qu'un cratère
enflammé. Les remparts l'enlaçaient comme un serpent de feu; mille
éclairs jaillissaient des cimes des toits et des palmiers; un large
voile de pourpre semblait s'être abaissé sur la mer. Cela ne dura qu'un
instant, l'astre disparut, et aussitôt les clartés bleuâtres d'une nuit
pailletée d'étoiles éteignirent dans le calme ce splendide embrasement.

Le sommet de la Poppa est entièrement couvert par un monastère dont les
murailles ruinées attestent encore l'ancienne grandeur. Autrefois, un
crucifix gigantesque dressé sur le bord à pic de la montagne qui fait
face à la mer, proclamait au loin la suprématie du Christ et le pouvoir
sans bornes de ses serviteurs. La guerre transforma le couvent en un
poste militaire où des batteries destinées à bombarder ville et le fort
San-Felipe furent établies. A la place de la croix on éleva un mât de
signaux destiné à avertir la ville des navires en vue. C'est tout ce qui
reste aujourd'hui, la batterie ayant été désarmée dès que Carthagène fut
au pouvoir des insurgés. C'est sur la Poppa que Bolivar se retira durant
la dernière année de sa carrière. Amèrement désabusé du rêve glorieux de
sa vie, entouré d'ingrats qui méconnaissaient son âme et ses intentions,
assiégé d'intrigants factieux qui poussaient l'élan imprimé par lui,
pour le faire servir à leur cupidité et à leur ambition, l'illustre
général, moins heureux la plupart des réformateurs, avait assisté
lui-même au dépérissement de son oeuvre. Cette noble utopie de la moitié
d'un hémisphère régénérée par l'indépendance et groupée par l'ascendant
du génie était malheureusement d'une réalisation impraticable. Il s'en
aperçut trop tard: il fallait, sur un aussi vaste territoire semé
d'obstacles naturels gigantesques qui entravent la centralisation, une
autorité d'institutions impossible parmi des populations incultes et
neuves à la liberté. Les jalousies d'État à État, le démembrement, les
luttes partielles ne se firent pas attendre, et l'héroïque libérateur
mourut en répétant avec désespoir cette parole prophétique: «Union!
Union! ou l'anarchie vous dévorera.» En effet, on ne peut prévoir quand
cesseront les oscillations perpétuelles du pouvoir dans cette portion du
globe où l'édifice social semble aussi chancelant que le sol volcanisé
qui le soutient.

Dégoûté de l'humanité, Bolivar s'était réfugié sur cette montagne, et
s'y promenait en lisant Corneille, son auteur favori. Il retrouvait sans
doute l'écho de son propre génie dans le génie rude du vieux poète, et
l'exagération toute castillane de ses guerriers _de dix pieds de haut_,
comme le disait Soudé, reliait par une héroïque sympathie, ces deux
puissantes intelligences.

La porte du couvent était ouverte; il n'y avait ni garde ni portier; je
me décidai à attacher ma mule à un arbre et à entrer sans façon.
L'intérieur était désert; je n'avais pas rencontré une âme depuis mon
départ des faubourgs. Sans m'en inquiéter autrement, je m'enfonçai sous
la voûte d'un cloître triste et délabré; des croix noires, des
inscriptions latines à demi effacées couvraient de loin en loin les murs
nus, où la lune dessinait obliquement l'ombre irrégulière des arceaux
écornés par le temps. Au bout de la galerie s'étendait une cour ceinte
d'arcades et de pans de murailles ruinées, dont la brise soulevait par
rafales la chevelure de lianes. Cette large enceinte, baignée d'une
molle splendeur, était peuplée de sépultures. Tandis que je contemplais
ce cimetière près duquel, il me sembla que ce tableau d'une solitude
sauvage et imposante n'était pas nouveau pour moi: un souvenir confus,
quoique récent, se réveilla dans mon esprit; enfin ma mémoire
s'illumina, et je reconnus la magnifique décoration du troisième acte de
_Robert_ ressemblante à faire illusion. C'était venir chercher bien loin
une réminiscence d'opéra; pourtant je voyais bien là à ma gauche le
cloître ténébreux, les tombes éparses sous la lune blême; il n'y
manquait rien, pas même le tombeau de sainte Rosalie, large pierre
tumulaire située au milieu de l'enceinte, et près de laquelle un
oranger, qui avait poussé entre les fentes du monument, simulait à
merveille le hameau enchanté.

Sans attendre l'apparition des nonnes, je pris un escalier tournant qui
me conduisit sur une terrasse, d'où l'on découvrait l'immense panorama de
la ville, de le baie et des campagnes à plusieurs lieues à la ronde,
déroulé sous mes pieds ainsi qu'une carte géographique. La rade brillait
comme une nappe d'argent; j'y distinguai la silhouette noire des
frégates immobiles à l'ancre, et du côté de la mer, en dehors, les deux
corvettes, leurs flancs armés tournés contre la ville endormie, telles
qu'une menace silencieuse.

Je m'assis au bord de la terrasse, au-dessus de la falaise coupée à pic,
ayant d'un côté le cimetière et de l'autre Carthagène, deux sépultures
en ruines. Je demeurai longtemps absorbé par la solennité mélancolique
du tableau, et j'oubliai marche des heures. Des voix s'élevant
confusément au-dessous de moi attirèrent mon attention. Tout à coup, à
mon inexprimable surprise, une belle voix de basse-taille entonna la
terrible évocation de Robert;

             Nonnes qui reposez sous cette froide pierre.

qui fit retentir les échos de manière à troubler réellement dans leur
sommeil éternel les révérends pères couchés sous les dalles du
monastère.

Ce chant, la coïncidence merveilleuse des idées, dans ce lieu, à une
telle heure, bouleversèrent mon esprit au point que je me demandai un
instant si je rêvais. Je me levai et j'aperçus dans la cour trois
hommes, qu'à leur uniforme et à leurs casquettes de marins, je reconnus
sur-le-champ pour des officiers de la division; tout s'expliqua.

En me voyant, un d'eux m'adressa la parole en un jargon moitié italien
moitié français, pour me demander par où il fallait prendre pour monter
à la terrasse, il ne se doutait guère qu'il parlait à un compatriote.

«Tournez à gauche, et vous trouverez l'escalier, répondis-je dans
l'idiome national.

Ce fut le tour de ces messieurs d'être stupéfaits. La surprise générale
se résuma enfin en un immense éclat de rire, auquel je me joignis de bon
coeur. Les saints échos profanés en gémirent longtemps.

«Et ce monsieur est-il aussi des nôtres?» demanda l'un des visiteurs en
montrant la partie la plus élevée du bâtiment.

Je me retournai et découvris une longue figure maigre, drapée d'un
manteau, qui se penchait pour regarder, au bruit que nous faisions.

«Hola! camarade, reprit l'officier, êtes-vous le maître de ce logis?»

Il ne reçut aucune réponse, et l'homme disparut.

«Seconde méprise, messieurs, dis-je à mon tour; c'est à celui-ci qu'il
fallait parler espagnol.

--Mais qu'est-ce donc que cette espèce de revenant? me demandèrent mes
nouveaux compagnons aussitôt qu'ils m'eurent rejoint.

--C'est sans doute la garnison que vous avez dérangée; si vous
permettez, nous lui rendrons une visite.»

ALEXANDRE DE JONNÈS.

_(La fin à un prochain numéro.)_



Réforme des Prisons.

SYSTÈME PENSYLVANIEN.

Bien qu'il n'y ait pas peut-être de question qui ait été plus longuement
débattue que celle de la réforme des prisons et de l'adoption d'un
système pénitentiaire propre à rendre meilleurs les criminels; bien que
toutes les théories aient été produites, que tous les divers essais
tentés en pays étranger aient été sérieusement examinés, le doute,
l'incertitude sont encore au fond de beaucoup d'esprits. Les académies
consacrent leurs séances, comme les journaux leurs colonnes, aux débats
contradictoires des partisans des systèmes opposés. Certains publicistes
regrettent même que cette question soit la première qu'on se pose, et
voudraient, comme l'auteur de l'article que _l'Illustration_ a inséré
dans son numéro du 6 de ce mois (voir précédemment page 90), qu'on
s'occupât avant tout de moraliser le pays et de prévenir le crime pour
n'avoir pas, ou du moins pour avoir plus rarement à le punir; d'autres
demandent que, si l'on veut aborder les réformes les plus immédiatement
réalisables, on songe aux libérés, qui tombent aujourd'hui si facilement
et si fatalement en récidive, avant de chercher à agir sur les détenus.
Nous ne nous proposons point en ce moment d'aborder ces questions
diverses; un projet de loi est présenté sur la réforme des prisons; le
législateur est appelé à prononcer entre les différents systèmes de
détention. Ce sont ces systèmes que nous voulons exposer, et que les
règlements des principales maisons où ils sont appliqués, ainsi que les
vues de ces établissements, nous mettront à même de bien faire
comprendre.

Le système de détention cellulaire de jour et de nuit, dit _système
pensylvanien_, est appliqué à Philadelphie dans toute sa rigueur,
c'est-à-dire que pour chaque détenu l'isolement et le silence sont
complets, et qu'isolé bien entendu de ses codétenus, avec lesquels on
comprend qu'il ne puisse jamais communiquer, il l'est également presque
aussi rigoureusement de toute autre communication. Cela est porté si
loin que le détenu ne voit pas l'homme de service qui lui apporte ses
repas, que pour éviter même qu'il soit distrait par le bruit des pas de
ce servant, celui-ci est chaussé de lisières, et vient, sans être
entendu, placer la nourriture du prisonnier sur un tour dont révolution
seule avertit le malheureux qu'un être vivant est passé près de lui. On
comprend qu'on ait dit qu'une cellule, dans ces conditions, n'était
qu'un tombeau où l'on faisait descendre un être vivant. Le désespoir
s'empare souvent des prisonniers, et bien qu'on se soit un peu relâché
de ce que la règle avait de plus excessif, les cas d'aliénation mentale
sont fréquents encore; les chances de la vie moyenne pour les blancs
sont abrégées d'un tiers, par rapport à la vie de liberté, et les
chances de mort sont triplées pour les hommes de couleur.

Si ces rigueurs causent d'aussi cruels résultats sur les caractères
américains, on est été fondé à penser, ce nous semble, qu'avec le besoin
d'expansion, qu'avec la sociabilité du caractère français, elles
produiraient, importées chez nous sans d'énormes modifications, des
ravages encore plus affreux. Il n'a pu être dans la pensée d'aucun
cabinet ni dans celle des Chambres que l'épreuve en fût jamais tentée;
et si elle l'a été cependant, on plutôt si des mesures atroces ont été
prises au Mont-Saint-Michel, mesures sur lesquelles un des membres de la
commission s'est renseigné par lui-même et qu'il sera en position dans
la discussion de dénoncer à la tribune de la Chambre, on ne peut ni
l'imputer au régime pensylvanien, que ses adversaires les plus déclarés
n'accusent pas du moins de préméditer la mort de ses victimes, ni à
l'administration supérieure, nous devons le croire, mais uniquement à
des geôliers qui ont voulu devenir des bourreaux.

A la Roquette, maison construite à Paris pour les jeunes détenus, à
Tours, à Bordeaux, on a donc, comme le projet de loi propose de le faire
généralement, adopté déjà un système de séparation de jour et de nuit
des détenus; mais ce n'est pas là, à proprement parler, l'emprisonnement
solitaire. La règle de ces établissements est au contraire de multiplier
chaque jour les communications qui peuvent encourager le prisonnier,
relever son moral, exciter en lui le goût du travail qui lui est d'un si
grand secours, qui lui offre une si consolante distraction. A la
Roquette ces communications, d'après des mesures récentes, sont répétées
huit fois par jour au moins; elles se reproduisent parfois beaucoup plus
souvent. Le directeur, l'aumônier, l'instituteur, l'entrepreneur des
travaux exécutés par les détenus, les préposes au service et les visites
de l'extérieur autorisées par l'administration, viennent ôter à cette
détention l'intimidation du confinement solitaire absolu et y
substituent une action individuelle et morale qu'aucune force contraire
ne combat.

La Roquette, dont nous donnons ici la vue extérieure, avait été
construite pour l'application du système d'Auburn. L'isolement des
détenus ne devait avoir lien que la nuit; tous devaient, durant le jour,
travailler silencieusement dans des ateliers communs; aussi les cellules
n'y ont-elles pas l'étendue que sembleraient exiger le séjour constant
que le détenu y fait aujourd'hui et les travaux auxquels il s'y livre.
Néanmoins l'état sanitaire y est très-satisfaisant, surtout depuis que
des mesuras ont été adoptées pour rendre les promenades quotidiennes.
Chaque détenu peut aujourd'hui respirer le grand air et se livrer il
l'exercice pendant trente minutes dans des préaux pratiqués dans le
chemin de ronde et dans d'autres parties de la maison. Au moyen de
dispositions nouvelles et peu coûteuses, le temps de cette promenade
solitaire pourra être prochainement doublé.

Mais si la sollicitude et les efforts de M. le préfet de police et de la
commission de surveillance de la Roquette sont arrivés à approprier
cette maison au système qui y est suivi aujourd'hui, il n'en est pas
moins vrai que les plans de construction qui y ont été mis en oeuvre
avaient été dressés dans la vue d'une autre destination. Nous devons
donc plutôt, pour donner une idée d'une maison de détention érigée pour
l'application du système pensylvanien, emprunter notre description et
nos dessins à la prison modèle de Pentonville que le gouvernement
anglais a fait construire, il y a quatre ans, au nord de Londres, entre
Pentonville et Holoway. C'est une grande école de discipline à laquelle
sont envoyés pendant dix-huit mois, avant leur départ pour la terre de
Van-Diémen, tous les hommes de dix-huit à trente-cinq ans condamnés pour
un terme qui n'excède pas quinze années.


[Illustration: Plan de la prison de Pentonville.]

        1, 2, 3, 4, 5. Préaux pour la promenade.
        6, 7, 8. Cours profondes.
        9. Ventilateurs.
        10. Chambres des surveillants dans la tour de rondes.
        a. Vestibule.
        b. Chambre du gouverneur.
        c. Chambre des magistrats.
        d. Greffe.
        e. Chambre du chirurgien.
        f. Chambre des surveillants.
        g. Salle des geôliers.
        h. Chambre de la....
        i. Chambre des lavabos.
        j. Chambre du chef des geôliers.
        k. Réfectoire des surveillants.
        l. Salle de l'inspection.
        m, n. Corridors des cellules.
        o. Loge de geôlier.
        p. Loge de surveillance.
        q. Entrée principale.

[Illustration: Maison de la Roquette, à Paris.--Jeunes détenus.]

[Illustration: Maison de la Roquette, à Paris,--Réclusionnaires.]

[Illustration: Prison de Pentonville.--Porte de Cellule.]

Cette prison renferme aujourd'hui cinq cents prisonniers tous soumis à
un régime actif.

Le silence absolu est la règle de la maison; aussi l'on n'y entend
d'autre bruit que le pas des gardiens et le cliquetis de leurs clefs
lorsqu'ils ouvrent ou ferment les portes des cellules. Sur une rotonde
centrale, formant le noyau intérieur de la prison, s'ouvrent en éventail
quatre arcades d'une hauteur égale à celle du bâtiment.

C'est sur ces arcades que donnent les cellules, qui occupent trois
étages superposés. Des galeries auxquelles on arrive par de petits
escaliers en spirale construits en fer et à jour, conduisent aux étages
supérieurs. Les arcades sont désignées par les lettres A, B, C, D, et
les étages par les numéros 1, 2, 3; les cellules sont également
numérotées. Ces indications sont reproduites en drap rouge sur les
vestes et pantalons gris des prisonniers, qui quittent leur nom pour
n'être plus désignés que par leur numéro.--On maintient la séparation
aussi bien que le silence. Les détenus travaillent, prennent leur repas
et dorment dans leurs cellules. Cependant on les fait sortir par
détachements pour prendre l'air dans les cours. Mais en traversant les
corridors, chaque prisonnier doit se tenir à quatre mètres de distance
de l'autre, ne communiquer avec lui ni par la voix ni par aucun signe,
et chacun est bientôt enfermé dans un préau séparé. D'un bâtiment
central, auquel tous ces préaux aboutissent, un seul gardien peut
observer tous les promeneurs. Non-seulement les prisonniers ne peuvent
communiquer entre eux, mais ils ne peuvent pas même se connaître. Tous
portent des casquettes pourvues d'un morceau d'étoffe qui peut se
rabattre sur la figure jusqu'à la bouche, et qui est percé de deux trous
en face des veux, comme font les pénitents italiens. Le prisonnier
abaissant ce morceau d'étoffe lorsque sa cellule s'ouvre à des visiteurs
ou lorsqu'il en sort pour se rendre au préau, ses traits sont
complètement cachés; il n'éprouve pas l'humiliation d'être exposé à la
curiosité quelquefois indiscrète des étrangers, et il ne saurait être
reconnu de ses compagnons d'infortune.

[Illustration: Chapelle de la Prison de Pentonville.]

[Illustration: Prison de Pentonville.--Intérieur de Cellule.]

Toutes les cellules, dont nous donnons ici la porte, ont treize pieds de
long sur sept de large et dix-sept de hauteur; elles sont toutes
blanchies à la chaux et éclairées par une fenêtre élevée et grillée.
Quand la porte s'ouvre, elle laisse voir dans le coin à droite en
entrant une tablette sur laquelle on range pendant le jour le lit ou
hamac roulé, qui se suspend la nuit à des crochets fixés dans le mur, et
au-dessous de cette tablette un tiroir dans lequel on peut serrer
différents objets; près de là est une table avec une Bible et quelque
autres livres; au-dessus de la table se projette un bec de gaz,
enveloppé d'un garde-vue, et qu'on allume le soir. Un peu plus loin se
trouve une cuvette en métal, scellée dans le mur et surmontée d'un
robinet qui s'ouvre à volonté; l'eau qui a servi s'échappe par le fond
de la cuvette et est conduite par un tuyau dans un siège creux en
pierre, recouvert d'une plaque de fonte à charnière. Vingt-cinq litres
d'eau par jour sont mis à la disposition de chaque prisonnier,
indépendamment de ce qui se consomme pour les bains administrés à des
intervalles réguliers dans une partie de l'établissement appropriée à
cet usage. Un calorifère établi au rez-de-chaussée distribue, dans
toutes les parties de l'édifice, de l'air chaud qui pénètre dans les
cellules par des trous pratiqués dans des plaques métalliques fixées
dans le plancher, en même temps que l'air vicié s'échappe par d'autres
ouvertures ménagées au-dessus de la porte et communiquant avec des
fourneaux d'appel placés dans des parties éloignées du bâtiment.

A toute heure du jour ou de la nuit, le prisonnier peut appeler l'aide
ou le secours d'un employé dans sa cellule. En touchant un ressort, il
met en mouvement une sonnette placée dans l'arcade qui correspond à
l'aile de bâtiment qu'il habite; en même temps une petite tablette,
couchée contre le mur de cette arcade, se déploie et indique au gardien
le numéro de la cellule où il est appelé. Dans la porte de chaque
cellule est tout à la fois un judas fort étroit, recouvert de gaze d'une
fermeture, par lequel on peut, sans être vu, observer tous les
mouvements du prisonnier, et un guichet par lequel on lui fait passer sa
nourriture.

«Dans les différentes cellules où j'entrai ou dont j'examinai
l'intérieur par les ouvertures ménagées à cet effet dans portes, dit une
personne qui a visité récemment cet établissement (1), les prisonniers
étaient à l'ouvrage, les uns exerçant le métier cordonniers, d'autres
celui de tailleurs, plusieurs celui forgerons et de menuisiers,
quelques-uns celui de tisserand et de vanniers. Dans chaque cellule de
forgeron était installée une forge avec son soufflet, ainsi qu'une
enclume, le tout proportionné aux dimensions de la pièce; et nous
observâmes avec intérêt l'entrain avec lequel les prisonniers battaient
leur fer et se livraient leurs autres travaux, comme s'ils y eussent
trouvé une diversion agréable à l'ennui de leur solide. Il est évident
qu'un travail utile et régulier, qui occupe l'intelligence ainsi le
corps, doit nécessairement exercer une puissante influence sur le
physique et sur le moral: on peut même dire le c'est l'absence de cette
action salutaire qui a amené la plupart des détenus dans leur position
actuelle. Dans quelques cellules, je remarquai deux personnes, le
prisonnier et un instructeur; et, à ce sujet, on ne saurait trop répéter
que beaucoup de personnes ne se font pas une idée exacte de ce qui
constitue le système de silence et de séparation auquel les prisonmers
sont soumis dans la prison modèle. Indépendamment de l'humanité avec
laquelle on a pourvu à leurs différents besoins, ils reçoivent dans
leurs cellules la visite des personnes chargées de leur enseigner le
métier qu'ils choisissent, du médecin, de l'aumônier et d'autres
fonctionnaires de l'établissement. A certaines heures du jour, ils sont
conduits à l'école par divisions; et à, sans pouvoir se voir les uns les
autres, ils sont tous vus par l'instituteur et l'entendent lire
mutuellement. Ils assistent aussi en masse aux exercices religieux. La
chapelle, située dans la partie supérieure du bâtiment, est une vaste
pièce, pourvue d'un orgue, d'une chaire, et des autres accessoires
nécessaires; les bancs, qui s'élèvent par gradins, sont divisés en une
série de petites niches fermées comme autant de loges dans lesquelles on
entre par derrière, de sorte qu'aucun des assistants ne peut voir ni ses
voisins, ni ceux qui sont devant ou derrière lui, tandis que le ministre
a tout son auditoire sous les yeux.

[Note 1: _London Magazine_ et _Revue Britannique_, numéro de février
1844.]

«Je montai sur le toit de cette chapelle, d'où j'eus un panorama complet
de la prison, qui couvre, avec toutes ses cours et préaux, une surface
de près de trois hectares, le tout entouré, à l'exception du
corps-de-logis, qui forme la façade, d'une haute muraille dans les
angles de laquelle sont ménagés les logements des employés qui doivent
résider dans rétablissement.»

[Illustration: Intérieur de la prison de Pentonville.]

L'installation des cuisines est bien entendue. Des crics enlèvent et
font monter à tous les étages les plateaux chargés, qui circulent
rapidement sur des chariots dans les différents corridors. Le régime y
est sain et abondant. On peut faire l'objection, cela est bien vrai,
dans presque tous ces établissements nouveaux, que les individus ainsi
traités sont cependant des coupables subissant une peine, et que
d'honnêtes ouvriers, de braves laboureurs, à la vie desquels la société
n'a nul reproche à faire, sont bien loin de pouvoir vivre aussi
convenablement, aussi largement, malgré la persévérance et la fatigue de
leurs travaux. Il y a une juste mesure à observer pour les directeurs de
maisons pénitentiaires. Mais il est bien explicable que, placés entre
deux reproches contradictoires, qui sont souvent dirigés contre eux en
même temps, celui de traiter trop bien les détenus, par le motif que
nous venons d'exposer, et celui de les traiter trop mal, que leur
adressent, quoi qu'ils fassent, certains philanthropes exaltés, ils
préfèrent, quand il s'agit surtout d'aliments et de leur abondance,
s'exposer à dépasser plutôt un peu une stricte mesure qu'à demeurer en
deçà.

Une partie importante du mécanisme moral de la prison est la
bibliothèque, fort bien montée. Indépendamment de livres de morale et de
piété, elle en contient beaucoup qui ne sont qu'instructifs et amusants,
et divers ouvrages périodiques que l'on prête aux détenus qui ont rempli
certaines conditions du règlement; cette, mesure a produit jusqu'à
présent les meilleurs résultats. On conçoit, en effet, que la société
d'un livre qui intéresse doit adoucir les ennuis de la solitude, et
donner aux pensées une nouvelle et meilleure direction.

Les commissaires, dans un rapport récemment soumis au Parlement,
expriment leur haute satisfaction de l'état de la prison. «La conduite
des détenus, disent-ils, a été très-convenable, et ils se montrent
désireux de se conformer aux règles de la prison et de profiter des
moyens d'amélioration morale et d'instruction qui leur sont offerts. Les
effets de ces bonnes dispositions se manifestent déjà d'une manière
frappante. L'état sanitaire est très-satisfaisant sous tous les
rapports, et les détenus ont, en général, fait des progrès rapides dans
les différents métiers qu'on leur enseigne.»

Ajoutons, avant de terminer, dût cet article sembler sans conclusion,
dût notre lecteur demeurer dans le doute, que M. L. Faucher, dans un
travail remarquable qu'il a publié dans la _Revue des deux mondes_ du
1er février dernier, a cru devoir, s'appuyant sur le _Times_ du 28
janvier, porter sur le résultats obtenus à Pentonville un jugement
diamétralement opposé à celui de la commission de cet établissement,
quant à la question sanitaire: «Il n'y a pas un an, dit-il, que
Pentonville est habité, et déjà il a fallu transférer à Woolwich, dans
le ponton qui sert d'hôpital, environ quarante condamnés réduits, par le
régime solitaire, à un tel état de maigreur et de faiblesse, que bien
peu de ces malheureux paraissent devoir recouvrer la santé. Le 24
janvier, une enquête ouverte à Woolwich, après le décès d'un condamné, a
constaté qu'il était mort des effets de l'emprisonnement pensylvanien,
malgré les soins qu'on lui avait prodigués, après sa sortie de
Pentonville, pour le ramener à la vie. Cet homme, quoique dans la fleur
de l'age, présentait l'aspect d'un véritable squelette, et son corps
n'était plus qu'une masse entièrement desséchée. Outre ceux qui sont
morts ou qui sont à la veille de mourir, on a transféré à l'hospice de
Bethléem trois condamnés qui étaient devenus fous, l'un dès le mois de
juin, l'autre dans le mois d'août, et le troisième avant la fin de
décembre 1843. Il semble, d'après cela, que l'influence délétère que ce
système exerce sur les facultés mentales soit aussi prompte qu'elle est
terrible.»



Bulletin bibliographique.

L'_Inde anglaise en 1843_; par le comte Édouard de Warren, ancien
officier au service de S. M. R. dans l'Inde (présidence de Madras). 2
vol. in-8. Dans, 1844 Imprimeurs-unis. 15 fr.

«En écrivant cet ouvrage, dit M. le comte Édouard de Warren, je me suis
propose deux tâches qui ont donné naissance à deux parties tout à fait
distinctes, quoique se prêtant une confirmation mutuelle. Dans la
première, j'ai cherché à combler avec des matériaux peut-être rudement
dégrossis, mais du moins consciencieusement recueillis, la lacune
laissée par la mort dans l'admirable ouvrage de Jacquemont. Son journal
et sa correspondance n'embrassent que les présidences du Bengale et de
Bombay; celle de Madras lui échappé entièrement. Cette province est
cependant bien loin de le céder aux deux autres en importance et en
intérêt, pour la France surtout, qui y a joué un si grand rôle, qui y
conserve encore tant de souvenirs de gloire et de malheur. Cette lacune,
j'ai essayé d'abord de la remplir, mais entraîné bientôt par le sérieux
et le positivisme de ma nature, j'ai cependant abandonné la partie
descriptive pour aborder les questions politiques.»

_L'Inde anglaise_ se divise en effet, comme son auteur nous l'apprend
ainsi dès le début, en deux parties tout à fait distinctes. La première,
plus longue que la seconde, ne lui ressemble en rien. C'est «un simple
récit du coin du feu, que M. de Warren abandonne à toutes les critiques
qu'on en voudra faire, tout en espérant cependant quelque indulgence; ce
sont des pages détachées de son journal, écrites sans prétention, sous
l'impression du moment, souvent à la hâte, sur le bord du chemin, sur le
pavé de la vieille mosquée, sur le piédestal de l'idole dans la pagode,
le soir d'une longue marche sur un lit de camp, ou après les agitations
du combat.» Cette première partie, nous ne pouvons pas l'analyser, car
elle renferme la vie de M. de Warren depuis 1830 jusqu'en 1843. Au
moment où la révolution de juillet éclata, M. de Warren, fils d'un
officier de la brigade irlandaise de Dillon, venait de se présenter
vainement pour la seconde fois à l'École Polytechnique. Né à Madras, il
était toujours l'enfant de l'Asie; il résolut de retourner dans l'Inde,
où résidait d'ailleurs sa famille. Enfin, son ambition découvrait dans
son pays natal toute une carrière à exploiter, où il n'avait été devancé
par personne. Que connaissait-on en effet en 1830? que connaît-on même
aujourd'hui de ces vastes contrées où la France a joué un si grand rôle?
Avait-on fait le moindre effort depuis quarante ans pour s'enquérir de
la politique de nos rivaux et du développement de leur puissance dans le
plus vaste de leurs domaines? M. de Warren se proposa donc
d'entreprendre un long pèlerinage: pour visiter les localités les moins
connues de l'Inde anglaise, et de recueillir toutes les données
nécessaires, afin d'en extraire plus tard l'analyse politique et
l'histoire contemporaine de son gouvernement. Il partit donc, après
avoir demandé à M. le comte Dupuys «un plan pour poursuivre avec méthode
son idée, bien résolu à l'exécuter avec la ténacité et l'audace dont il
se sentait capable.»

Nous ne pouvons malheureusement pas le suivre dans ses voyages. Qu'il
nous suffise de dire qu'il habita et qu'il décrit tour à tour Madras,
Pondichéry, Hyderabad, Ellorn, Bellary, Golconde, Vellore, etc. Nommé
enseigne dans le 55e régiment de. S. M. B., il nous donne d'abord les
détails les plus nouveaux et les plus complets sur la composition d'un
régiment anglais, l'armée royale et l'armée de la compagnie, les
systèmes de recrutement et d'avancement, etc. Enfin, il fit la campagne
de Coorg; puis, après avoir raconté pourquoi et comment la compagnie
ajouta à ses domaines les États de Coorg, il escorte le rajah prisonnier
jusqu'à Bengalore. Cette expédition terminée, M. de Warren clôt
subitement la première partie de son ouvrage. «J'ai cru, dit-il, pouvoir
employer les premières pages de mon journal, celles où j'avais inscrit
ces premières impressions du voyageur, toujours les plus vives et les
plus fidèles, comme un cadre à tiroir dans lequel il était assez commode
de faire passer successivement en revue les moeurs, les coutumes, les
préjugés, la vie sociale des peuples dont je me préparais à expliquer la
vie politique, dont j'allais interroger le passé et calculer l'avenir me
semblait nécessaire, au moment d'initier pour la première fois mes
compatriotes aux combinaisons de la publique de l'Inde, de les
transporter d'abord quelque temps dans l'atmosphère locale, de les
acclimater en quelque sorte; mais je ne dois point abuser de la patience
du public. D'ailleurs, la marche de mon journal m'a conduit une ère
nouvelle qui est précisément l'époque d'où il est nécessaire de
reprendre l'étude de l'Inde anglaise contemporaine. Depuis quelques mois
une révolution complète s'était opérée dans le système de
l'administration de l'Inde. Un acte du Parlement d'août 1833, sanctionné
par la couronne, avait transformé une société de marchands en un congrès
de ministres, avait ôté de ses mains la balance du commerce pour y
laisser celle du gouvernent et de la politique. Les questions qui
allaient se présenter étaient trop vastes pour les pages fugitives d'un
journal, pour les mêler aux petits accidents de la vie d'un homme. Il
était temps de laisser la monotone histoire d'un jeune lieutenant
tournant dans un cercle étroit d'oisives garnisons, pour suivre le
développement et la marche d'un grand empire.»

Apprécier exactement la nature et le degré du pouvoir de la compagnie
anglaise des Indes orientales, «telle était, telle est, dit M. de
Warren, la grande question du moment, question palpitante d'actualité et
d'avenir, que je me suis proposé pour thème.»

«Pour bien comprendre un mécanisme aussi compliqué, il faut,
ajoute-t-il, l'examiner successivement dans ses rapports: 1º avec la
métropole; 2º avec les peuples sur lesquels il agit.» Il se trouve ainsi
naturellement amené à subdiviser pour plus de clarté la question
principale en plusieurs questions élémentaires, dont il essaie de donner
une solution. D'abord il se demande quelle est la constitution actuelle
de l'empire britannique dans l'Inde, et si cette constitution paraît
devoir être définitive. Puis il entre dans de longs et curieux détails
sur le gouvernement local; l'organisation administrative, fiscale et
judiciaire; le système de police, les revenus, comprenant l'impôt
territorial, les tributs, les monopoles, les douanes, la moyenne
générale des revenus; la moyenne générale des dépenses; la statistique
financière. Les trois premiers chapitres ne traitent que du mode
d'action du gouvernement actuel de l'Inde sur ses sujets immédiats ou
directs. Son action politique sur ses sujets médiats ou les États
alliés, vassaux et tributaires, forme le sujet de trois autres chapitres
du plus haut intérêt.

On compte aujourd'hui deux cent vingt royaumes, principautés et fiefs
principaux, dépendants ou tributaires de la Compagnie, sans y comprendre
une infinité de petits princes ou chefs secondaires liés par des traités
plus ou moins directs avec le gouvernement suprême de l'Inde anglaise.
Ils composent une fédération dont ce gouvernement est le chef, et dont
les conditions sont celles-ci: protection effective d'un côté, déférence
et soumission formelle de l'autre; l'arbitrage du suzerain est accepté
comme définitif dans toutes les questions qui peuvent s'élever entre les
vassaux. Les États de quelque importance entretiennent à leurs frais des
forces subsidiaires, ou des contingents commandés par des officiers
européens. Les petites principautés sont simplement tenues de payer un
tribut, ou, si elles sont trop pauvres pour offrir une redevance
annuelle en échangé de la protection qui leur est accordée, elles
s'engagent au moins, en cas de guerre, à se lever en masse à la première
réquisition.

Les princes qui vivent aujourd'hui sous la protection ou sous la
dépendance de la compagnie peuvent se diviser en quatre grandes classes:

1º Princes indépendants dans l'administration intérieure de leurs États,
mais non dans le sens politique;

2º Princes dont les États sont gouvernés par un ministre choisi par le
gouvernement anglais, et placés sous la protection immédiate du
représentant ou agent de ce gouvernement, qui résidé à la cour du
souverain nominal;

3º Princes dont les États sont gouvernés en leur nom par le résident
anglais lui-même et les agents de son choix;

4º Princes dépossédés et pensionnés, mais conservant encore les
prérogatives de la caste et du rang, traités avec la considération et
les courtoisies indiquées par les usages du pays; inviolables dans leurs
personnes et affranchis de la juridiction des cours, excepté en matière
politique. Le gouvernement suprême se reserve pourtant le droit de les
priver de leur liberté ou de suspendre leurs pensions quand des raisons
d'État, fondées sur des intrigues dévoilées ou une malveillance
suffisamment apparente, réclament l'adoption de ces mesures de rigueur.

Ou trouve dans les définitions diverses de ces quatre classes, la
progression décroissante suivie par chaque chef d'État qui accepte la
protection de l'Angleterre, le sacrifice de l'indépendance politique est
suivi tôt ou tard de celui de l'indépendance administrative et
personnelle. Tout en ne négligeant rien pour préparer ces différentes
transitions, le gouvernement suprême agit toujours avec sa lenteur et sa
circonspection accoutumées; il ne hâte leur succession ou leur
consommation finale que quand il est certain d'y trouver son avantage,
C'est généralement dans la seconde et la troisième classe que les États
vassaux fournissent le plus abondamment à la cupidité du suzerain. Ce
sont des mines d'or en exploitation. Le chef protégé est alors le bouc
expiatoire sur lequel retombe toute la haine du peuple, dont la
substance s'écoute réellement dans le trésor de la compagnie.

M. de Warren passe donc successivement en revue ces quatre classes, et
il voit, dit-il, se développer devant lui un tableau qui rivalise avec
les plus grandioses et les plus sublimes de l'histoire romaine, jamais
la reine du monde ancien n'attela plus de peuples et de souverains à son
char de triomphe.

A ce curieux tableau succède un chapitre intitulé statistique générale
de l'Inde. Selon les calculs de M. de Warren, exacts dans certaines
parties et approximatifs dans d'autres, le chiffre total des populations
comprises entre les limites naturelles de l'Hindoustan, c'est-à-dire
l'Indus, l'Hymalaya, l'Océan et les montagnes d'Arracan, serait
approximativement et au maximum de 158 millions.

Malgré le peu d'énergie de ces 158 millions d'esclaves, et leurs
vieilles haines politiques et religieuses, la stabilité de l'ordre de
choses introduit par la domination anglaise doit être attribuée surtout
à la présence d'une armée, dont l'organisation actuelle, parfaite à
beaucoup d'égards, est le résultat d'une longue expérience et d'études
approfondies sur le caractère des indigènes et les exigences du service.
Dans son chapitre suivant, qui a pour titre: Système militaire, M. de
Warren complète les renseignements qu'il avait déjà donnés durant le
cours de ses mémoires, sur le nombre, l'organisation et la qualité de
l'armée anglo-indienne.

Pour achever cette peinture de la société européenne dans l'Inde, M. de
Warren consacre une partie du chapitre suivant au clergé et au commerce;
puis il examine l'organisation de la société indienne, extrêmement
multiple dans ses détails, mais présentant deux éléments principaux
parfaitement distincts dans leur origine, leur essence et leurs
composés, les éléments hindou et musulman, que deux religions
différentes qui se repoussent sur tous les points séparent comme par on
abîme.

Ces études préliminaires achevées, M. de Warren se demande quelle est la
position de l'Inde sous le rapport de la prospérité matérielle et
positive; si elle a ou non à regretter les gouvernements divers,
alfghans et mogols, qui ont précédé celui des Anglais; si elle a
l'espoir d'une amélioration quelconque dans l'avenir? Ces questions
posées, M. de Warren réfute l'assertion singulièrement légère et
hasardée de M. de Jancigny, que des peuples de l'Hindoustan jouissent
aujourd'hui de plus d'indépendance relative, de repos, d'aisance et de
bonheur qu'ils n'en avaient eu en partage pendant dix
siècles.--«L'Angleterre, dit-il, a trouvé moyen d'épuiser tous les
trésors de l'Inde sans en employer la moindre fraction au profit et au
bonheur matériel des peuples qu'elle a conquis: comme le vampire
fabuleux, elle aura bientôt tout absorbé, et il ne restera plus qu'un
peuple de serfs jouissant d'une liberté nominale annulée par le besoin
et n'ayant d'autre alternative que de travailler pour le profit exclusif
de ses maîtres.»

L'Inde n'a donc, dans l'opinion de M. de Warren aucun espoir
d'amélioration dans l'avenir; sa position doit nécessairement et
fatalement empirer. Comme l'a dit Montgomery Martin, elle peut être
comparée à celle d'un individu qui serait prive de nourriture et auquel
on retirerait journellement du sang par des saignées. Que doit-il
attendre? l'atrophie, les convulsions, la mort! «On nous dira, s'écrie
M. de Warren, que le jour viendra peut-être où l'Angleterre sera plus
juste et entendra mieux ses véritables intérêts. Non, parce qu'elle est
sur une pente fatale; son industrie a pris un développement effrayant
qu'elle ne peut plus arrêter, et, à mesure que ses débouchés
s'engorgent, son égoïsme lui fait cherchera à étouffer, à dévorer toutes
les industries rivales. Elle est vis-à-vis de l'Inde comme le vautour de
Prométhée, avec cette différence que son appétit ne fera que
s'accroître, et que les entrailles du Prométhée indien ne renaîtront
plus.»

L'Angleterre a-t-elle du moins bien mérité des peuples de l'Inde pour
leur amélioration morale, pour les progrès de l'intelligence, des
lumières, du christianisme? A-t-elle répandu dans l'Hindoustan
quelques-uns des avantagés de la civilisation moderne? A-t-elle fait le
premier pas dans cette voie? «A ces questions, dit M. de Warren, c'est
encore par la négative qu'il faudra répondre. Peut-être la tâche
n'était-elle pas aisée; mais l'a-t-on franchement entreprise? A-t-on
pensé à autre chose qu'à exploiter? S'il est un fait constaté et
généralement reconnu, c'est que la civilisation, dans l'Inde, n'a pas
fait un pas depuis les temps d'Alexandre jusqu'à nos jours. Le sabre
prosélytique des musulmans et la douce lumière des doctrines du
christianisme n'ont pu ni briser ni pénétrer l'édifice roide et escarpé
des institutions hindoues: croyances religieuses, moeurs, usages,
habillements, culture, tout est resté immuable comme les temples
d'Ellora, taillés dans ses montagnes de granit.»

Passant alors rapidement sur l'état actuel des religions de l'Inde, M.
de Warren s'adresse une quatrième question: «Sur quelles bases l'empire
britannique indien est-il établi? N'a-t-il rien à craindre en fait de
révolutions de l'intérieur? Est-il de nature à résister à une agression
étrangère?» Ces questions lui semblent résolues par les chapitres
précédents. La base le pouvoir anglais n'est pas dans l'amour des
peuples, elle est dans la crainte. L'Angleterre n'a évidemment rien à
redouter de ses sujets de l'Inde tant qu'ils seront livrés à eux-mêmes;
mais les choses changeraient de face si elle était attaquée par une
autre puissance européenne. Dans l'opinion de M. de Warren, du jour où
une armée égale à celle dont elle pourra disposer au point de contact se
présentera pour la combattre sur les rives de l'Indus, l'heure de sa
destinée aura sonné. Au lieu de s'appuyer sur le pays, elle le sentira
se dérober sous elle, et, entraînée par son propre poids, elle
s'écroulera aux pieds de son ennemi, tout surpris lui-même de cette
chute soudaine. A l'appui de cette allégation, que nous ne pouvons
discuter ici. M. de Warren trace un plan de campagne à la Russie; il lui
prédit la victoire, et il déclaré solennellement que le moment est venu
où, si elle comprend sa destinée, elle marchera d'un pas ferme et sans
plus hésiter vers le but que le ciel lui a marqué. «La France seule,
dit-il, pourrait s'opposer à cette conquête, mais la France y
consentira...» à certaines conditions qu'il nous est interdit d'énumérer
ici.

M. de Warren termine ainsi sa conclusion: «Magnifique et glorieuse
Angleterre, ma belle et bonne France, je vous ai adressé à l'une et à
l'autre de dures vérités; je vous ai pourtant bien sincèrement aimées
l'une et l'autre. Si mon coeur s'est momentanément refroidi pour ma
bienfaitrice, c'est que j'ai ressenti au plus profond de mon âme
l'atteinte portée à l'honneur de mon pays, son amitié, sa confiance
outragée. Ce n'est pas pourtant dans une intention hostile à
l'Angleterre que j'ai lancé cet écrit sur le flot orageux de l'opinion
publique; j'ai voulu, au contraire, en lui dévoilant la vérité sur
toutes les questions de l'Inde, en ne lui offrant que la vérité, mais
toute la vérité, lui ouvrir les yeux sur l'étendue du danger qu'elle a
bravé, qu'elle brave encore, dissiper le nuage que l'encens national
élève sans cesse autour d'elle, et qui l'a si récemment égarée jusqu'aux
bords de l'abîme. Je voudrais la forcer, en l'effrayant, à se jeter dans
les bras de la France, et enchaîner désormais leurs destinées. Le ciel
m'est témoin que tel a été mon seul but, le but d'un coeur
reconnaissant, qui, après le bonheur de la France, ne desire rien tant
que celui de sa noble rivale.»

Tel est ce livre, plein de faits nouveaux et curieux, d'observations
profondes, d'idées plus ou moins contestables. Ce n'est pas un ouvrage
sans défaut. Bien qu'on reconnaisse aisément qu'il a tout récemment
déposé le sabre pour la plume, M. de Warren écrit souvent des pages
remarquables, surtout pur la verve et l'esprit. Nous lui reprocherons,
outre certaines fautes de style, un peu de désordre et des répétitions;
peut-être aussi cite-t-il trop souvent Jacquemont et l'Oriental Acoual,
toutefois ses qualités surpassent de beaucoup ses défauts. Il nous est
difficile, on le conçoit, d'apprécier la valeur de tous les matériaux
dont il s'est servi pour appuyer et corroborer ses opinions
personnelles; mais, s'il s'est trompé, c'est involontairement. Après
avoir lu son ouvrage, personne ne l'accusera ni d'exagération ni de
mensonge. Le nom, la position et la loyauté de son auteur justifient
donc, autant que la nature du sujet lui-même, le grand et légitimé
succès que _l'Inde anglaise_ a obtenu depuis sa publication. C'est un
des livres de voyage et de politique les plus importants que ces
dernières années aient vu paraître. Que M de Warren nous pardonne donc
si nous venons un peu tard mêler nos faibles éloges aux félicitations
unanimes que la presse et les revues françaises lui adressent depuis
plus de deux mois.

_Polyanthea archéologique_, ou Curiosités, raretés, bizarreries et
singularités de l'histoire religieuse, civile, industrielle, artistique
et littéraire dans l'antiquité, le moyen âge et les temps modernes;
recueillis sur les monuments de tout genre et de tout âge, et publiés
par T. de Jolimont. Paris, l'auteur, rue Boucherat, 34.--_Histoire des
Oeufs; Oeufs de Pâques.--De l'usage de saluer ceux qui éternuent et de
leur adresser des souhaits_.--Bibliothèque de poche.

M. de Jolimont publie une suite de petits opuscules dont le titre
ci-dessus indique le sujet. Les deux que nous annonçons particulièrement
aujourd'hui, _l'Histoire des Oeufs de Pâques_, et _De l'usage de saluer
ceux qui éternuent_, contiennent des recherches intéressantes et peu
connues. Nous avons annoncé déjà, de la même collection, la _Monologie
du mois d'Avril_,--jeux populaires du _poisson d'avril_. Les curieux
peuvent satisfaire, par la lecture de ces opuscules, un besoin naturel
de remonter à l'origine de ces usage» singuliers, devenus pour la
plupart des contemporains une bizarrerie inexplicable dans l'histoire
des moeurs. L'idée qui a inspiré les opuscules de M. de Jolimont n'est
pas nouvelle, et il existe déjà des écrits sur toutes ces questions. Ce
qui eût été plus nouveau, c'est de les réunir en les abrégeant et d'en
former un corps. Nous savons que ce projet existe, et _l'Illustration_ a
déjà annoncé une _Bibliothèque de poche_ en dix volumes in-18, dont le
sommaire embrasse la totalité des recherches de M. de Jolimont et va
bien au delà. Le _prospectus de la Bibliothèque de poche_ se termine par
la nomenclature suivante:

«Nous comprendrons en dix volumes du format de ce prospectus les
_Variétés curieuses_ que nous annonçons, classées sous les titres
suivants:

        1º Curiosité  littéraires.
        2º    ---         biographiques.
        3º    ---         historiques.
        4º    ---         des origines et inventions curieuses.
        5º    ---         Traditions, légendes, usages. Fêtes, etc.
        6º    ---         militaires.
        7º    ---         des beaux-arts et de l'archéologie.
        8º    ---         proverbiales et étymologiques.
        9º    ---         des langues, des moeurs, des voyages, etc.
        10º   ---        anecdotiques.

Une société de gens de lettres et d'érudits a eu l'idée de mettre en
commun, pour cette curieuse collection, le résultat de ses nombreuses
lectures et le fruit de ses recherches laborieuses à travers des
mémoires et des livres rares, qui ne sont guère connus aujourd'hui que
des savants de professions.--Le premier volume est sous presse, et
paraîtra dans quelques jours à la librairie Paulin.



[Illustration: Allégorie du Mois d'Avril.--Le Taureau.]



Amusements des Sciences.

SOLUTION DES QUESTIONS PROPOSÉES DANS LE
CINQUANTE-HUITIÈME NUMÉRO,

1. Ce problème admet plusieurs solutions très-simples et très-élégantes.

Soient d'abord placés les deux carrés A B, C D, ainsi que les représente
la figure 1, de manière que les côtés de l'un soient exactement dans le
prolongement des côtés de l'autre. Sur A C construisons le carré A C E
F. Les trois carrés que nous considérons ainsi se coupent mutuellement
en plusieurs parties, que nous numérotons 1, 2, 3, pour le carré C D; 4
et 5, pour le carré A B; 1, 6 et 7, pour le carré C F. Il est facile de
voir qu'en découpant les deux premiers carrés suivant ces diverses
parties, on formera le troisième, ou, en d'autres termes, que la somme
des parties 1, 2, 3, 4 et 5, sera égale à la somme l, 4, 6 et 7. En
effet, 1 et 4 sont des parties communes; 2 et 7 sont des triangles
égaux; enfin, les surfaces 3 et 5 font une somme égalé à la surface
numérotée 6. car 3 est égal au triangle K B F, qui, ajouté à 5, donne un
triangle rectangle égal à A H F. Or, celui-ci est l'équivalent de 6,
comme renfermant la partie commune F H I K et le triangle 4 égal au
triangle F H G.

[Illustration.]

La figure 2 donne lieu à une décomposition plus simple encore. Les deux
carrés A B, A C sont placés à côté l'un de l'autre. On prend D E, égal
au côté du plus petit carré, et on achève le troisième carré C E B F. Le
carré A B se trouve ainsi décompose en 1 et 2; le carré A C est 3, 4 et
5; et l'ensemble de ces cinq morceaux constitue le troisième carré C B,
composé de 1, 5, 6 et 7; car d'abord 1 et 5 sont communs de part et
d'autre; 2 et 3 font le triangle 7; 4 et 6 sont égaux.

Cette élégante décomposition a été donnée pour la première fois, à notre
connaissance, dans un article fort curieux du _Magasin pittoresque_ de
1843 (p. 103).

Ceux de nos lecteurs qui ont vu les premiers éléments de la géométrie,
auront reconnu dans les figures précédentes, des démonstrations de la
fameuse proposition du carré de l'hypothénuse, dont la découverte causa,
dit-on, à Pythagore une joie si vive, qu'il offrit une hécatombe à
Jupiter.

On voit, en effet dans la première figure que le carré A C E F est
construit sur l'hypothénuse A C du triangle rectangle A C I, et que les
carrés AB, CD sont construits sur les côtés A I, I C de l'angle droit de
ce même triangle. Dans la seconde figure, B C est le carré fait sur
l'hypothénuse CE; B A et A C sont les carrés faits sur les deux côtes de
l'angle droit D E et D C.

Si la question que nous avons proposée d'abord était présentée sous une
forme un peu différente, et qu'il s'agit uniquement de donner une
démonstration de visu de la proposition de Pythagore, nous trouverions
encore dans l'article cité du _Magasin_ deux figures
très-simples, auxquelles nous renvoyons le lecteur.

[Illustration.]

II. Soient d'abord deux miroirs seulement, que nous supposons
représentés par leurs tranches AB, CD, lesquelles sont censées
perpendiculaires au plan du tableau. Le point lumineux est en O, l'oeil
en S. Le trajet des rayons lumineux se déterminera ainsi:

Du point O on abaisse une perpendiculaire O F sur A B, et on la prolonge
d'une quantité F E égale à elle-même; du point S une perpendiculaire S H
sur D, et on la prolonge aussi d'une quantité H I égale à elle-même;
enfin, on tire I E qui coupe A B en G et C D en K Le trajet du rayon
lumineux sera O G K S.

Ou pourrait encore, du point E, abaisser E I perpendiculaire à C D, la
prolonger de I M égalé à E I et tirer S M, puis K E. Ou trouverait alors
le même trajet O G K S, et on verrait de plus que le trajet est égal au
rayon S M.

[Illustration.]

Cette seconde manière d'opérer est plus générale que la première et
s'applique à un nombre quelconque de miroirs. Car si ces miroirs, vus
encore par leurs tranches A B, B C, C D, sont censées perpendiculaires
au plan du tableau, le point lumineux étant en O et l'oeil en S, ou
opérera de la maniéré suivante: O I, I K, K L seront respectivement
perpendiculaires aux droites A B, C B, C D ou à leurs prolongements, et
divisées en deux parties égales aux points H, M, N; il ne restera plus
qu'à tirer les lignes S I, G K, F I, O E, pour avoir le chemin O E F G S
du rayon lumineux, qui va du point O à l'oeil, après trois réflexions
consécutives. On verra en même temps que le trajet total est égal à la
ligne S L.



NOUVELLES QUESTIONS A RÉSOUDRE.

I. De combien de manières peut-on former successivement 1, 2, 3, 4, et
jusqu'à 10 décimètres avec des pièces de 25 c., de 50 c., de 1 fr., de 2
fr., de 5 fr., de 20 fr., et de 40 fr.?

II. On demande de déterminer, au jeu de billard, la direction, après le
choc, d'une bille qui en a frappé une autre suivant une direction
quelconque.



Rébus.

EXPLICATION DU DERNIER RÉBUS.

L'impôt des patentes est la ruine des patentés.

[Illustration: Nouveau Rébus.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0060, 20 Avril 1844" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home