Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: La maison d'un artiste - Tome 1
Author: Goncourt, Edmond de
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "La maison d'un artiste - Tome 1" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



(This file was produced from images generously made


    Au lecteur.

    Ce livre électronique reproduit intégralement le texte
    original. Quelques erreurs évidentes de typographie ou
    d'impression ont été corrigées; la liste de ces corrections
    se trouve à la fin du texte. La ponctuation a été tacitement
    corrigée par endroits, et la Table a été adaptée au texte.

    Les notes de bas de page ont été renumérotées de 1 à 91 et
    placées sous le paragraphe auquel elles se rapportent.



                               LA MAISON

                                  D'UN

                                ARTISTE


                                   I



             EUGÈNE FASQUELLE, ÉDITEUR, 11, RUE DE GRENELLE


                 ŒUVRES DE EDMOND ET JULES DE GONCOURT


                          GONCOURT (EDMOND DE)

  =La fille Élisa=, 37e mille                                     1 vol.
  =Les frères Zemganno=, 8e mille                                 1 vol.
  =La Faustin=, 19e mille                                         1 vol.
  =Chérie=, 17e mille                                             1 vol.
  =La Maison d'un artiste au XIXe siècle=                         2 vol.
  =Les actrices du XVIIIe siècle=: Mme SAINT-HUBERTY              1 vol.
              ----                 Mlle CLAIRON (3e mille)        1 vol.
              ----                 LA GUIMARD                     1 vol.
              ----                 SOPHIE ARNOULD                 1 vol.

  =Les Peintres japonais=: OUTAMARO.--Le Peintre des Maisons
      vertes, 4e mille                                            1 vol.
      --HOKOUSAÏ (peintre), (2e mille)                            1 vol.


                          GONCOURT (JULES DE)

  =Lettres=, précédées d'une préface de H. CÉARD (3e mille)       1 vol.


                     GONCOURT (EDMOND ET JULES DE)

  =En 18**=                                                       1 vol.
  =Germinie Lacerteux=                                            1 vol.
  =Madame Gervaisais=                                             1 vol.
  =Renée Mauperin=                                                1 vol.
  =Manette Salomon=                                               1 vol.
  =Charles Demailly=                                              1 vol.
  =Sœur Philomène=                                                1 vol.
  =Quelques créatures de ce temps=                                1 vol.
  =Pages retrouvées=, avec une préface de G. GEFFROY (3e mille)   1 vol.
  =Idées et sensations=                                           1 vol.
  =Préfaces et manifestes littéraires= (3e mille)                 1 vol.
  =Théâtre= (HENRIETTE MARÉCHAL.--LA PATRIE EN DANGER)            1 vol.
  =Portraits intimes du XVIIIe siècle.= Études nouvelles d'après
      les lettres autographes et les documents inédits            1 vol.
  =La Femme au XVIIIe siècle=                                     1 vol.
  =La duchesse de Châteauroux et ses sœurs=                       1 vol.
  =Madame de Pompadour=, nouvelle édition, revue et augmentée
      de lettres et documents inédits                             1 vol.
  =La Du Barry=                                                   1 vol.
  =Histoire de Marie-Antoinette=                                  1 vol.
  =Histoire de la Société française pendant la Révolution=        1 vol.
  =Histoire de la Société française pendant le Directoire=        1 vol.
  =L'Art du XVIIIe Siècle=,
      1re série (Watteau.--Chardin.--Boucher.--Latour)            1 vol.
      2e série (Greuze.--Les Saint-Aubin.--Gravelot.--Cochin)     1 vol.
      3e série (Eisen.--Moreau-Debucourt.--Fragonard.--Prudhon)   1 vol.
  =Gavarni.= L'HOMME ET L'ŒUVRE                                   1 vol.
  =Journal des Goncourt.= Mémoires de la vie littéraire
      (8e mille)                                                  9 vol.


      Paris.--L. MARETHEUX, imprimeur, 1, rue Cassette.--13914.



                               LA MAISON

                                  D'UN

                                ARTISTE


                                  PAR

                           EDMOND DE GONCOURT


                              TOME PREMIER


                           NOUVELLE  ÉDITION


                                 PARIS
                        BIBLIOTHÈQUE-CHARPENTIER
                       EUGÈNE FASQUELLE, ÉDITEUR
                        11, RUE DE GRENELLE, 11

                                  1898

                          Tous droits réservés



PRÉFACE


En ce temps où les choses, dont le poète latin a signalé la
mélancolique vie latente, sont associées si largement par la
description littéraire moderne à l'Histoire de l'Humanité, pourquoi
n'écrirait-on pas les mémoires des choses au milieu desquelles s'est
écoulée une existence d'homme?

      EDMOND DE GONCOURT

      Auteuil, ce 26 Juin 1880.



                                  LA

                          MAISON D'UN ARTISTE



PRÉAMBULE


Sur le boulevard Montmorency, au n° 53, s'élève une maison portant,
encastré dans son balcon, un profil lauré de Louis XV, en bronze
doré, qui a tout l'air d'être le médaillon, dont était décorée la
tribune de musique de la salle à manger de Luciennes, représenté dans
l'aquarelle de Moreau que l'on voit au Louvre. Cette tête, que quelques
promeneurs regardent d'un œil farouche, n'est point,--ai-je besoin de
le dire?--une affiche des opinions politiques du propriétaire, elle est
tout bonnement l'enseigne d'un des nids les plus pleins de choses du
XVIIIe siècle qui existent à Paris.

La porte noire, que surmonte un élégant dessus de grille de chapelle
jésuite en fer forgé, la porte ouverte, du bas de l'escalier, de
l'entrée du vestibule, du seuil de la maison, le visiteur est accueilli
par des terres cuites, des bronzes, des dessins, des porcelaines du
siècle aimable par excellence, mêlés à des objets de l'Extrême-Orient,
qui se trouvaient faire si bon ménage dans les collections de Madame de
Pompadour et de tous les _curieux_ et les _curiolets_ du temps.


La vie d'aujourd'hui est une vie de combattivité; elle demande dans
toutes les carrières une concentration, un effort, un travail, qui, en
son foyer enferment l'homme, dont l'existence n'est plus extérieure
comme au XVIIIe siècle, n'est plus papillonnante parmi la société
depuis ses dix-sept ans jusqu'à sa mort. De notre temps on va bien
encore dans le monde, mais toute la vie ne s'y dépense plus, et le
_chez-soi_ a cessé d'être l'hôtel garni où l'on ne faisait que coucher.
Dans cette vie assise au coin du feu, renfermée, sédentaire, la
créature humaine, et la première venue, a été poussée à vouloir les
quatre murs de son _home_ agréables, plaisants, amusants aux yeux; et
cet entour et ce décor de son intérieur, elle l'a cherché et trouvé
naturellement dans l'objet d'art pur ou dans l'objet d'art industriel,
plus accessible au goût de tous. Du même coup, ces habitudes moins
mondaines amenaient un amoindrissement du rôle de la femme dans la
pensée masculine; elle n'était plus pour nous l'occupation galante de
toute notre existence, cette occupation qui était autrefois la carrière
du plus grand nombre, et, à la suite de cette modification dans les
mœurs, il arrivait ceci: c'est que l'intérêt de l'homme, s'en allant
de l'être charmant, se reportait en grande partie sur les jolis objets
inanimés dont la passion revêt un peu de la nature et du caractère
de l'amour. Au XVIIIe siècle, il n'y a pas de _bibeloteurs_ jeunes:
c'est là la différence des deux siècles. Pour notre génération, la
_bricabracomanie_ n'est qu'un bouche-trou de la femme qui ne possède
plus l'imagination de l'homme, et j'ai fait à mon égard cette remarque,
que, lorsque par hasard mon cœur s'est trouvé occupé, l'objet d'art ne
m'était de rien.

Oui, cette passion devenue générale, ce plaisir solitaire, auquel se
livre presque toute une nation, doit son développement au vide, à
l'ennui du cœur, et aussi, il faut le reconnaître, à la tristesse
des jours actuels, à l'incertitude des lendemains, à l'enfantement,
les pieds devant, de la société nouvelle, à des soucis et à des
préoccupations qui poussent, comme à la veille d'un déluge, les désirs
et les envies à se donner la jouissance immédiate de tout ce qui les
charme, les séduit, les tente: l'oubli du moment dans l'assouvissement
artistique.

Ce sont ces causes, et incontestablement l'éducation de l'œil des
gens du XIXe siècle, et encore un sentiment tout nouveau, la tendresse
presque humaine pour les _choses_, qui font, à l'heure qu'il est, de
presque tout le monde, des collectionneurs et de moi en particulier le
plus passionné de tous les collectionneurs.



VESTIBULE


Un riant pavé en marbre blanc et en marbre rouge du Languedoc, avec,
pour revêtement aux murs et au plafond, un cuir moderne peuplé de
perroquets fantastiques dorés et peints sur un fond vert d'eau.

Sur ce cuir, dans un désordre cherché, dans un pittoresque
d'antichambre et d'atelier, toutes sortes de choses voyantes et
claquantes, de brillants cuivres découpés, des poteries dorées, des
broderies du Japon et encore des objets bizarres, inattendus, étonnant
par leur originalité, leur exotisme, et vis-à-vis d'un certain nombre
desquels je me fais un peu l'effet du bon Père Buffier quand il disait:
«Voilà des choses que je ne sais pas, il faut que je fasse un livre
dessus.»

Ça, une petite jardinière à suspension, fabriquée d'une coloquinte
excentrique, dont la tige tournante et recroquevillée est une tige de
bronze qui a la flexibilité d'une liane; cette grande planchette fruste
de bois, toute parcourue des tortils d'un feuillage de lierre, exécuté
en nacre et en écaille: le porte-éventail qui tient dans l'appartement
l'éventail ouvert contre le mur; cette petite boule de porcelaine
jaune impérial si délicatement treillagée: la cage au grillon ou à
la mouche bourdonnante, que le Chinois aime suspendre au chevet de
son lit; et cette plaque de faïence figurant une branche de pêcher en
fleur, modelée à jour dans un cadre de bois en forme d'écran, vous
représente la décoration de l'angle religieux et mystique d'une chambre
de prostituée de maison de thé, l'espèce de tableau d'autel devant
lequel elle place une fleur dans un vase.

Des broderies du Japon, ai-je dit plus haut, c'est là, dans leurs
cadres de bambous, la riche, la splendide, l'_éclairante_ décoration
des murs du vestibule et un peu de toute la maison. Ces carrés de soie
brodés appelés _fusha_ ou _foukousa_ font la chatoyante couverture
sous laquelle on a l'habitude, dans l'Empire du Lever du Soleil,
d'envoyer tout présent quelconque, et le plus minime, fût-il même de
deux œufs[1]. Les anciens _foukousas_ fabriqués à Kioto[2] sont des
produits d'un art tout particulier au Japon, et auxquels l'Europe
ne peut rien opposer: de la peinture, de vrais tableaux composés
et exécutés en soie par un brodeur, où sur les fonds aux adorables
nuances, et telles qu'en donne le satin ou le crêpe, un oiseau, un
poisson, une fleur se détache dans le haut relief d'une broderie.
Et rien là dedans du travail d'un art mécanique, du dessin bête de
vieille fille de nos broderies à nous, mais des silhouettes d'êtres
pleins de vie, avec leurs pattes d'oiseau d'un si grand style, avec
leurs nageoires de poisson d'un si puissant contournement. Quelquefois
des parties peintes, peintes à l'encre de Chine, s'associent de la
manière la plus heureuse à la broderie. Je connais, chez Mme Auguste
Sichel, une fusée de fleurs brodée dans un vase en sparterie peint ou
imprimé, qui est bien la plus harmonieuse chose qu'il soit possible
de voir. M. de Nittis a fait un écran, d'un admirable et singulier
carré, où deux grues, brodées en noir sur un fond rose saumoné, ont,
comme accompagnement et adoucissement de la broderie, des demi-teintes
doucement lavées d'encre de Chine sur l'étoffe enchanteresse. Et dans
ce vestibule, il y a, sur un fond lilas, des carpes nageant au milieu
de branchages de presle brodées en or, et dont le ventre apparaît comme
argenté par un reflet de bourbe: un effet obtenu par une réserve au
milieu du fond tout teinté et obscuré d'encre de Chine. Il est même un
certain nombre de foukousas absolument peints. J'ai coloriée, sur un
crêpe gris, dans l'orbe d'un soleil rouge comme du feu, l'échancrure
pittoresque d'un passage de sept grues, exécuté avec la science que les
Japonais possèdent du vol de l'échassier. J'ai encore, jetées sur un
fond maïs, sans aucun détail de terrain, deux grandes grues blanches,
à la petite crête rougie de vermillon, au cou, aux pattes, à la queue,
teintés d'encre de Chine. Et ne vous étonnez pas de rencontrer si
souvent sur les broderies la grue, cet oiseau qui apparaît dans le
haut du ciel aux Japonais comme un messager céleste, et qu'ils saluent
de l'appellation: _O Tsouri Sama_, Sa Seigneurie la Grue.

    [1] Il n'est guère besoin de dire que le carré est toujours
    rapporté à son maître par le porteur du présent.

    [2] Les foukousas modernes seraient aujourd'hui fabriqués à
    Togané, d'où on les expédierait à Yedo.

Cependant le foukousa proprement dit est brodé, entièrement brodé,
et semblable à celui-ci qui représente un coq et une poule avec ses
poussins. Voici l'échevèlement du plumage pleureur du coq, le duvetis
de la plume naissante d'un poussin monté sur le dos de sa mère, la
chair caronculeuse des crêtes, et à toutes les pattes, des ongles faits
d'une soie qui joue la corne, de vrais ongles. C'est encore, celui-là,
le planement de deux grues parmi des branches de sapin couvertes de
neige, avec la blancheur vivante de l'animal, si bien différenciée de
la blancheur mate et morte de la neige; ou enfin ce dernier: sur un
fond de soie azur, l'argentement vague et tout lointain du Fusi-yama,
avec au dessous, tout seul dans l'espace et semblant voler dans l'air
célestement bleu des altitudes, un faucon, les ailes déployées.

Et tous les sujets, les Japonais les tentent et les réalisent en
broderie. Ils font le tableau de sainteté, le tableau de genre, que
j'aime moins que le reste,--l'humanité en étant toujours médiocre,--et
le paysage et la caricature. En ce dernier genre, est-il une
composition plus drôlatique que cette troupe de rats costumés en
Japonais, tirant à elle, au bout d'un câble d'or, une immense rave
blanche, au haut de laquelle une rate s'évente voluptueusement?

Une des représentations que les Japonais réussissent le mieux après
les animaux, c'est la représentation de la nature morte. Regardez,
sur ce fond cendre verte, ces trois éventails ouverts imitant trois
éventails en papier doré, avec le relief de leur dessin gaufré, et dans
un coin l'attache d'un petit cornet de papier d'où sort un bouquet de
fleurettes. L'éventail est un objet familier pour lequel l'artiste
de là-bas a une prédilection, et il revient souvent sous l'aiguille
des brodeurs. Voyez cet autre foukousa, où sur un fond rose turc sont
déployés deux éventails blancs brodés de paysages. Il présente, ce
carré, une particularité charmante. Le fond, dont le dessin damassé
figure des bambous, montre ses bambous roses dans la marge, blancs
dans la réserve des deux éventails. Un autre foukousa étale sous vos
yeux, au milieu de pétales de fleurs, des albums avec le fac-similé
de la mosaïque de leurs couvertures et le cordonnet extérieur de
leur reliure; et dans un coin se trouve un râteau en bambou, et dans
l'autre un balai, que tiennent parfois un vieil homme et une vieille
femme, l'Adam et l'Ève du Japon, et qui sont, comme la grue et la
tortue, des porte-bonheur dans les intérieurs. Sur celui-ci pendent
trois _kakemonos_: une branche d'arbuste fleuri, une vue du Fusi-yama,
un personnage saint appuyé sur un cerf blanc. Le foukousa le plus
remarquable de la série est un carré de soie rouge, sur lequel sont
deux coffrets dorés de la plus fine sculpture, d'où se détortillent
de grosses cordelières bleues, se perdant parmi des coquilles à
l'intérieur laqué, et qui, bâillant demi-ouvertes, laissent entrevoir
de minuscules Japonaises dans des jardins roses[3]. C'est dans cette
broderie la plus étonnante imitation à la fois d'une ciselure d'or et
d'un fin ouvrage de laque polychrome; et la soie sous les doigts de ces
merveilleux brodeurs pour cette figuration, et la figuration de tout
au monde, se prête à des travaux à plat, à des travaux de chaînette,
de cordelette, à de petits carrelages, à de petits cloisonnages, à des
entremêlements, à des entre-croisements, à des habiletés de métier
incroyables, qui arrivent au pelage d'un quadrupède, au plumage d'un
oiseau, à l'écaille d'un reptile, au pulpeux, au charnu presque d'une
fleur de magnolia s'entr'ouvrant.

    [3] Parmi ces foukousas, il s'en trouve un très curieux, mais
    que je crois d'origine chinoise. Sur un fond de soie grège
    écrue est représentée une pivoine arborescente au-dessus d'un
    rocher en lapis. L'envers des parties brodées est absolument
    l'envers du travail des tapisseries des Gobelins.

Toutefois le plus extraordinaire foukousa que je possède, et le plus
beau que je connaisse parmi tous ceux que j'ai vus, représente deux
pigeons, l'un entièrement blanc, l'autre mi-roux, mi-blanc, tous deux
avec des pattes et des yeux roses. Je ne sais pas comment c'est fait,
et par quel artifice des fils de soie arrivent à être de la plume si
réelle, mais la lumière joue sur le plumage des deux pigeons comme sur
un plumage naturel[4].

    [4] Ces merveilleuses broderies, M. Réal, lors de son séjour au
    Japon en 1867, les payait un dollar pièce.

Un des côtés curieux de cet art industriel dans la reproduction
réaliste de la nature, c'est l'introduction d'éléments de pure
fantaisie, c'est, par exemple, l'emploi de l'or, de cette chose qui
ne se trouve ni dans les végétaux ni dans les animaux, et que les
brodeurs savent si bien marier à de vraies couleurs de nature, si bien
incorporer dans leur brillant trompe-l'œil. Ainsi voici, sur du blanc,
une langouste, dont le fond n'est pas seulement moucheté d'or, mais
dont toute la carapace est éclaboussée de parcelles dorées, qui se font
très bien accepter et imitent, à s'y tromper, la lumière granuleuse
et micacée d'une carapace[5]. Voici encore, sur de la pourpre, une
jonchée de grosses fleurs jaunes où toutes les nervures du feuillage
sont en or, sans que le bouquet perde de sa réalité. Et voilà,--audace
encore plus extraordinaire,--voilà, sur un fond cerise, un pêcher au
tronc rocailleux, coquillageux, tout brodé d'or, et qui, sans que cette
orfèvrerie choque, semble, avec ses petites pousses vertes et ses
fleurettes blanches, un arbuste de métal poussant une végétation de feu
d'artifice.

    [5] Cette langouste est signée: _Matsoutani Kitsoubeï_. Les
    Japonais seuls ont fait de ces broderies, répétons-le, les
    Chinois n'en ont pas fait; et s'il existe quelques carrés
    chinois, l'imitation de la nature n'y est jamais rigoureuse.

Mais au fond la qualité supérieure de ces broderies et leur remarquable
originalité, c'est d'être des choses tissées, tenant d'une manière
intime au grand art du dessin, et dans lesquelles les brodeurs
japonais luttent avec les peintres, travaillent à obtenir sur la soie
des effets qui sont du domaine exclusif de la peinture, tentent,--le
croirait-on?--avec l'aiguille à broder, l'ébauche, l'esquisse,
la croquade. Vous trouvez dans des foukousas des parties restées
volontairement à l'état de première idée, au milieu du fini du reste,
des lointains touchés avec quelque chose de la liberté heureuse et
volante d'un pinceau qui pose des tons, sans les assembler, et dans
les ciels, des volées d'oisillons pareils à ces accolades faites en
courant de deux coups d'une plume écrasée. Dans cet ordre de confection
artistique, je possède un carré des plus intéressants. Sur une soie
gros bleu, sillonnée de bandes pourpre, imitant les eaux de la mer
éclairées des derniers feux du soleil couchant, nage, en se jouant,
une bande de cormorans indiqués seulement par des traits brodés,
tantôt en soie noire, tantôt en soie blanche, tantôt en or, avec sur
les têtes une touche de couleur également brodée: un foukousa qui
donne l'illusion d'un croquis d'artiste, où il n'y aurait encore sur
le papier que de vagues contours et des taches. La broderie conçue et
exécutée ainsi n'est plus de l'industrie, mais bien un peu de l'art.

Les beaux foukousas ne sont presque jamais sur ce bleu dur de soie
légère, qui sert de fond aux foukousas modernes: ils s'enlèvent sur
des satins épais comme des cuirs, sur des gros grains teints de bleu
céleste, de vert poreau[6], de ventre de biche, de feuille morte, de
jaune maïs, de rose groseille, etc. Ils ont aussi, en général, au lieu
de leur doublure en crêpe de Chine rouge assez commune, des envers de
soie damassés d'or et d'argent, où parfois se trouvent dans un coin
les armoiries d'un prince. Une remarque curieuse faite par moi sur les
vieilles broderies: les yeux des animaux sont faits en soie. C'est
un point noir dans un ton brun ou bleu,--quelquefois recouvert d'un
morceau de verre dans un petit rond de métal,--mais seulement chez les
plus ordinaires. Les yeux en émail indiquent en général une origine
moderne. Autre remarque: les foukousas que j'ai rencontrés sur fond
noir, soie ou velours, sont toujours d'une qualité exceptionnelle. Les
anciens foukousas portent quelquefois, mais très rarement, la signature
ou le cachet du brodeur. Les deux pigeons sont signés: _Shiko_.

    [6] Chez M. Lansyer, qui a une collection de foukousas choisis
    avec le goût d'un peintre coloriste, et dont les fonds sont
    faits des clartés les plus tendres, on tombe en admiration
    devant un foukousa jaune citron, sur lequel le brodeur n'a
    pas craint de jeter des grues brodées en or, et l'on retrouve
    le même plaisir des yeux devant un autre vol de grues sur un
    fond jaune, couleur de la toile non encore blanchie, et toute
    sillonnée de raies d'or imitant la chute d'une cascade.

Parmi ces bibelots orientaux, une merveille française, un bas-relief de
Clodion!

Un satyre agenouillé, un seul genou en terre, d'un bras nerveux
entourant les deux jambes d'une bacchante nouées autour de son cou,
est prêt à soulever la folle et jeune rieuse, qui, glissée au bas de
ses reins et mollement renversée en arrière, s'appuie d'une main sur
l'épaule d'un petit faunin, se haussant sur la pointe du pied.

La jeunesse et la gracilité de la fille des bois et des vignes, le
modelage de ses petits seins rigides et de son ventre douillet,
l'ingénu et voluptueux abandon de son attitude, le rythmique agencement
des lignes gracieuses, l'art délicat et spirituel d'esquisse de
la sculpture, le parti tiré de la demi-ronde bosse et de ses
amincissements gradués, la caresse dans la glaise des détails de la
tête, des mains, des mignons petits pieds se raidissant, enfin la
science de cette œuvre facile, qui pourra la bien dire?

Cette terre cuite est une de mes bonnes fortunes des ventes publiques.
L'expert avait inséré dans son catalogue: «Tout ferait supposer que ce
bas-relief est de Clodion s'il n'était pas signé Michel», et encore
il ne disait pas avec une faute d'orthographe. L'expert ignorait que
le vrai nom du sculpteur est Michel, et qu'il n'a jeté ce surnom de
Clodion au bas de ses œuvres qu'à une certaine époque de sa vie.



SALLE A MANGER


Une porte du vestibule ouvre à droite dans la salle à manger: une vraie
boîte comme je les aime, et où ne se voient ni murs ni plafond sous les
tapisseries.

Une suite de panneaux qui décorait autrefois un pavillon de musique
dans un jardin, s'est trouvée, une suite qui recouvre, sans qu'il
y manque un pouce, les quatre parois avec leurs angles coupés. Ces
tapisseries, exécutées sur les dessins de Leprince et de Huet, mettent
contre les murailles un paysage de fantaisie, où se mêle le rustique
théâtral de Boucher aux perspectives de terrasses à balustres de
Lajoue, aux lointains d'île enchantée de Watteau. Et le paysage de
convention est peuplé par une création adorablement mensongère: des
gardeuses de moutons enrubannées, des Tircis poudrés à blanc, des
fileuses de campagne aux _engageantes_ de dentelle, des chasseresses
vêtues de l'habit rouge de Vanloo dans sa partie de chasse, et de
petits paysans faunins chevauchant des chèvres: tout ce monde détaché
d'un _fond blanc_, de ce fond précieux qui est l'enveloppement,
l'atmosphère tendre des jolies tapisseries du XVIIIe siècle, et dans
l'harmonie crémeuse duquel, sous les jeux du jour, le rose, le bleu, le
jaune soufre sont à tout moment sillonnés de l'illumination brillantée
de la soie transperçant la laine. Riants tableaux qu'encadrent, courant
sur un vert, couleur de vieille mousse, des arabesques enguirlandées
de chutes de fleurs et de lambrequins amarante. Au plafond, c'est une
tapisserie d'Aubusson représentant la composition de Lancret gravée
sous le nom de l'ADOLESCENCE. Malheureusement, cette tapisserie
achetée à Munich en 1873, et sans doute prise en quelque château
français pendant la guerre,--et qui n'avait guère moins souffert que la
France,--fut si malheureusement réparée à deux reprises différentes,
qu'il a été nécessaire de prier l'ami Eugène Giraud de la repeindre un
peu,--et peut-être l'a-t-il repeinte avec trop de générosité?

Sur ces murs de peinture tissée qui ne souffrent aucune décoration,
rien que deux grands bras en bronze doré, mettant sur le panneau du
fond leur riche serpentement contourné, et dressant leur feuillage de
rocaille, d'où la bobèche sort et s'épanouit comme l'efflorescence
vigoureuse jaillissant du resserrement et du nœud d'une branche. Un
beau et libre travail de bronze doré, qui n'a dans sa perfection quoi
que ce soit du fini sec, du travail _perlé_ moderne.

Le merveilleux art industriel que l'art des Meissonier, des Gouthière,
et de tant de grands inconnus, pétrisseurs de bronze doré, fabricateurs
de ces robustes et élégantes choses qui ont l'air de sculptures
tournées dans un or malléable! Quel assouplissement de la matière
rebelle, et les habiles caresses des ciselets sur cette fonte qui
perd sa rigidité et prend quelque chose de la mollesse de son modèle
en cire! Ces bronzes dorés, j'en possède quelques-uns qui sont de
remarquables échantillons de la large facture de Meissonier, et de la
facture précieuse des bronziers de la fin du siècle. J'ai dans mon
antichambre un portoir, un des plus purs spécimens de cette rocaille,
au départ semblable au dos bombé et sinueux d'un coquillage, et qui
se creuse, et se renfle, et ondule, et serpente, et se branche, et se
termine en des tiges ornementales qui ont pour boutons de fleurs ces
perles longues qu'on dirait les larmes de la sculpture. Et l'or de ce
portoir, si tranquille et si reposé en son éclat sourd, cet or qui a,
pour lui, cette patine que le temps apporte aux vieux métaux! Parmi mes
porcelaines de Chine est une gourde plate en céladon, montée dans le
temps, et dont la monture est une des plus délicates montures du XVIIIe
siècle. La gourde, au socle et au goulot à palmettes, est enguirlandée
du flottement léger, soulevé par parties, et comme battant contre le
vase, de quatre rameaux de branchages étoilés de fleurettes, attachés
en haut sur les côtés par des nœuds de rubans, et s'entrecroisant au
rentrant des deux panses de la gourde. Et là-dessus une dorure mate
imitant le chagriné de la feuille, et au milieu de laquelle brille
seulement le bruni des pétales. Parmi mes bijoux en bronze doré,
n'oublions pas une paire de flambeaux en forme de carquois dont les
perles, les branches de lauriers, un entrelacement de myrte aux grains
brillant dans les intersections des feuilles, les ailettes du carquois,
sont de cette ciselure inimitable, poussée au dernier fini, et qui, en
son net détachement, n'a rien de coupant.

Mais à la description de ces bronzes dorés, il faut joindre la
description des bronzes, où le bronze florentin des corps nus de femmes
et d'hommes et d'enfants s'allie avec tant de goût aux accessoires
dorés. Voici une paire de candélabres, un premier exemplaire des
modèles bien connus de Clodion: le faunin aux pieds de bouc et la
petite fille couronnée de pampres, tous deux si joliment à cheval sur
la double branche du candélabre et semblant s'y balancer. Le beau gras
et le chaud ton obscur du bronze au milieu de l'or du socle, de l'or
de ces deux bras pareils à des thyrses tordus d'où pendillent des
raisins dans de la vigne! L'intelligente entente de l'ornementation,
et le soin et l'amour avec lesquels l'ouvrier du temps a parfait sa
tâche, et le riche objet d'art que sont ces deux candélabres, qui ont
cependant,--signature de l'époque,--de simples écrous en fer pour le
rattachement des pièces! Ces deux candélabres ont pour milieu, sur la
cheminée du petit salon, un Cupidon, dont je ne connais pas de double,
et que je ne sais à quel sculpteur français du XVIIIe siècle attribuer.
Debout, la tête baissée, le corps fléchi en avant, son carquois d'or
tombé sur un socle de marbre blanc, il essaye du bout d'un de ses
doigts le piquant d'une flèche. Un Amour qui n'a rien des rondeurs de
Boucher, mais un Amour élancé à la longueur éphébique de ces génies de
l'Hymen, dressés en haut des lettres de faire part de mariage de la fin
du siècle, un bronze d'un modelage des plus savants et dont les jambes
ont la filée ressentie des jambes d'un bronze italien du XVIe siècle.

Un mobilier des plus simples que le mobilier de la salle à manger:
une table et huit chaises sculptées par Mazaros à ses débuts, et
encore dans les angles coupés deux meubles de deux civilisations bien
différentes.

L'un est une servante en bois de rose, aux angles de bronze doré,
à la galerie de cuivre entourant la tablette de marbre blanc: la
servante sur laquelle successivement ma grand'mère et ma mère se sont
fait apporter leur chocolat. L'autre meuble, c'est un grand écran,
derrière lequel les _daïmios_ se tiennent dissimulés à la porte de
leur habitation: un panneau de trois pieds de hauteur merveilleusement
sculpté sur les deux faces, et dont un côté représente un pêcher en
fleurs, et le revers un rocher fleuri d'iris d'eau.

Sur la cheminée, entre la rocaille argentée de deux flambeaux à trois
branches portant les armes d'un cardinal, luit dans la blancheur
polie du Paros un petit marbre de Falconet: une baigneuse à moitié
accroupie, à moitié agenouillée, et essuyant, de la torsade de ses
cheveux ramenée et épandue sur sa poitrine, une goutte d'eau restée
au bout d'un de ses seins, dans un ramassement du torse, où apparaît,
délicieusement tortillée, la grâce abattue, fluette, allongée de son
petit corps. Une sculpture où il y a du Corrège dans une matière, pour
ainsi dire, voluptueuse, et que la lumière pénètre presque comme de la
chair vivante.

Cette statuette, ces tapisseries éclairées du doux feu des bougies d'un
lustre et de candélabres, alors qu'elles garnissaient notre ancienne
salle à manger de la rue Saint-Georges, ont vu de gais dîners, de gais
soupers. Janin, Gautier, Murger, de Beauvoir, Gavarni qui arrivait
toujours en retard, et à qui on mettait une montre dans son assiette
pour lui reprocher son inexactitude, et encore de très spirituels gens,
pas du tout célèbres, ont été charmants de verve et de gaieté entre
ces tentures. Il y avait en ce temps à la cave un certain Léoville, et
un extraordinaire Saint-Péray, achetés à une vraie vente de diplomate,
qui mettaient les convives en joie et en aimable folie, et avec ces
deux vins nous possédions une cuisinière très forte sur le pudding,
la _pasta frolla_, le _kari_, et nombre de plats étrangers vers la
confection desquels elle était poussée par une vocation bizarre, une
curiosité d'exotisme culinaire. Elle avait, cette espèce d'artiste
passionnée pour son art, une cuisine qui parlait à l'imagination de
l'estomac: qualité rare! Et vraiment l'on faisait, dans notre petit
quatrième, du manger pas ordinaire à Paris. Les Parisiens dînent de
l'architecture des plats montés, du damassé du linge, de l'éclat des
cristaux, des fleurs qui sont sur la table, de la cravate blanche des
domestiques, mais de beurre à 30 sous la livre, mais de vin ordinaire
qui vient de chez le marchand de vins d'à côté; mais de poisson aux
arêtes imprimées en bistre sur les filets, les malheureux ne se
doutent en aucune façon! Il n'y a positivement que les provinciaux
ou les hommes d'origine provinciale pour avoir ce qu'on appelle la
_gueule fine_, et pour aimer la cuisine délicate, la cuisine que font
seulement les femmes. Un gourmand émérite, M. de Montalivet, même en
ses ministères, n'eut jamais de chef. Moi donc, qui suis de la province
que je regarde comme la province des plats cuisinés, fricotés, mijotés
avec le plus d'amour et d'art, j'avais eu l'ambition d'introduire à mes
dîners un peu de vraie cuisine lorraine. Et pour cela j'accomplissais
presque une œuvre méritoire: je faisais venir à mes frais à Paris,
et m'engageais à loger et à nourrir pendant tout le carême, un vieux
cordon bleu des Vosges, ancienne cuisinière d'évêque, demeurée très
dévote et prise de la tentation de faire un carême dans la capitale,
où elle n'était jamais venue. Il s'agissait de la bisque d'écrevisse
et du salmis de bécasse! Me comprenez-vous bien? d'une bisque qui ne
fût pas cette odieuse panade de crevettes et de blé de Turquie colorée
avec quelques gouttes d'une teinture pourpre, mais un vrai beurre
d'écrevisse obtenu avec les coquilles pilées et sur lequel sont étalées
les plus belles queues; d'un salmis de bécasse qui ne fût pas cette
ratatouille avec une liaison rousse, mais un salmis parfumé de baies
de genièvre, dans une vraie sauce de coloriste, une sauce chaudement
noire, où il y a comme des yeux d'huile.

Dans ce temps, il faut le dire, nous étions deux: c'était presque un
ménage qui recevait.... Aujourd'hui la salle à manger d'Auteuil n'est
plus que la salle à manger d'un vieil homme seul, qui aime mieux la
salle à manger des autres.



PETIT SALON


Pauvre petit salon! Que de tristes et anxieuses journées passées entre
ses murs, d'où l'ébranlement du canon faisait tomber les cadres, au
milieu des livres ficelés en paquets, et près de ce feu de bois vert,
le feu parisien des mois de décembre et de janvier 1870-1871!

Ce salon était à la fois ma chambre à coucher, ma cuisine et tout, et
j'y vivais en compagnie d'une poule, la dernière survivante de six
volailles: toutes les provisions que j'avais faites, hélas!--moi qui
mange avec les yeux, et ne pouvais m'habituer au rose noirâtre de la
viande des _tire-fiacres_.

Cette poule ou, pour mieux dire, cette poulette, toute blanche, et
joliment cailloutée, et coquettement huppée, était bien la plus
impudente petite bête que j'aie jamais rencontrée, sautant sur la
table, au moment où on me servait à déjeuner,--quel déjeuner, mon
Dieu!--et de deux coups de bec rapides comme deux éclairs, nettoyant
la moitié du maigre plat. La petite misérable pondait, mais il n'y
eut jamais moyen d'avoir d'elle un œuf; il n'était pas sorti de son
corps qu'il était avalé! Et l'amusant spectacle qu'elle me donna, quand
nous arrivâmes à ce pain qui ressemblait à un cataplasme lardé de
cure-dents. Elle commençait à jongler avec les petits morceaux qu'on
lui jetait, à la fois dédaigneuse et colère, puis elle gémissait, puis
elle pleurait, demeurait _rognonnante_ toute la journée, et ne se
décidait à manger le pain du siège que le soir.

Somme toute, je m'y étais attaché, elle avait des allures si gamines,
des remuements de la huppe si crânes, des familiarités si _drôlettes_,
elle donnait à ses gloussements, à son caquetage un langage si humain;
elle grimpait avec tant de gentillesse le long de mon corps, pour de là
s'élancer sur la cheminée, et donner force coups de bec furibonds à la
glace qui lui montrait une autre elle-même!

Bref, tous les matins, je la peignais au peigne fin... et ne pouvais me
résoudre à la manger.

Cependant les moineaux et même les merles, en oiseaux intelligents,
avaient disparu de Paris, ne s'offrant plus aux coups de fusil; j'avais
dévoré mes poissons rouges; la mairie d'Auteuil venait de nous délivrer
pour moi et ma domestique une petite queue de morue salée qui devait
faire notre nourriture pendant trois jours; le pain était _inavalable_:
il fallut prendre un parti. Je dis à ma domestique de tuer _Blanche_.
Elle ne savait pas, elle n'avait jamais tué d'animaux. Moi pas plus,
et je voulais faire passer de vie à trépas la bestiole sans la faire
souffrir. Longtemps je cherchai le moyen, quand je me rappelai avoir à
la maison un sabre japonais, dont la trempe, m'avait-on dit, valait la
trempe des cimeterres avec lesquels le sultan Saladin coupait en deux
un coussin de plumes.

L'instrument de mort était trouvé, et j'appelais la poulette dans
le jardin. En ce moment, il y avait dans le ciel un ouragan d'obus
prussiens passant au-dessus de la maison pour aller tomber dans le
faubourg Saint-Germain; et la poulette interrogeait le ciel avec
le regard défiant des bêtes du Jardin des Plantes d'alors,--et qui
avaient l'air, du fond de leurs cabanes, de demander si l'orage qui
tonnait là-haut depuis deux mois n'allait pas finir. Il faisait aussi
le terrible froid de ce terrible hiver, et la frileuse hésitait à se
risquer dehors. Enfin la gourmandise triompha, j'avais émietté par
terre un peu d'une galette de vraie farine, cuite le matin, sur les
carreaux de ma cheminée. Je prenais bien mes mesures, et au moment où
elle relevait le cou pour la déglutition d'un morceau un peu plus gros
que les autres, avec mon sabre japonais, je lui détachai la tête aussi
bien qu'aurait pu le faire un bourreau du pays du sabre... mais ne
voilà-t-il pas que la poulette décapitée se met à courir en laissant
derrière elle un sillon rouge sur la neige de l'allée, et à travers le
jardin aux arbustes cristallisés, dans le jour blême de l'heure entre
chien et loup, elle allait toujours sur ses pattes titubantes, battant
frénétiquement des ailes,--une aigrette de gouttelettes de sang,
au-dessus de son col coupé, à la place de tête.

Cet assassinat est un de mes remords, ... d'autant plus que, je dois
l'avouer, elle était horriblement dure, _Blanche_!

       *       *       *       *       *

Enfin, un jour, de ce petit salon devenu un poulailler sous le siège,
une cible à balles et à obus sous la Commune, il me prit la fantaisie
d'en faire une espèce de musée des dessins de l'école française
recueillis par mon frère et moi depuis longues années. _Faire_ une
pièce dans ma maison: voilà presque toujours, après la publication d'un
livre et avec l'argent qu'il rapporte, la récréation, la récompense
que je me donne. Bien souvent je me suis dit: Si je n'étais pas
littérateur, si je n'avais pas mon pain sur la planche, la profession
que j'aurais choisie, ça aurait été d'être un inventeur d'intérieurs
pour gens riches. J'aurais aimé qu'un banquier, me laissant la bride
sur le cou, me donnât plein pouvoir en un palais qui n'aurait eu que
les quatre murs pour lui en imaginer la décoration et le mobilier
avec ce que je trouverais, rassortirais, commanderais, avec ce que je
découvrirais chez les marchands de vieux, les artistes industriels
modernes ou dans ma cervelle. Mais cette profession n'étant pas encore
la mienne, je travaille pour mon compte dans des conditions plus
modestes. J'ai donc cherché mon nouveau petit salon de façon à faire
ressortir le mieux possible des dessins, et des dessins montés en bleu,
en ces intelligentes montures dont l'honneur de l'invention revient
à Mariette. Après avoir longuement médité, et ainsi qu'on médite un
chapitre de livre, je suis arrivé à la conviction qu'il n'y avait que
le rouge mat et le noir brillant pour faire valoir les dessins anciens.
Et j'ai fait peindre les boiseries, les portes, les corniches en noir,
toutefois au _poli_, et de cette peinture employée pour les panneaux de
voiture, et qui dure trois mois par les ponçages successifs, mais qui a
le mérite d'enfermer les choses dans des compartiments d'ébène. Restait
la tenture et la qualité de son rouge que je voulais mat: c'était là
la difficulté. Je me rappelle un jour, sous le merveilleux plafond de
Baudry, Mme de Païva me disant à propos de la tenture de son salon dont
j'admirais la pourpre profonde:

«Oui... mais voilà l'histoire de ma tenture. J'ai dit au fabricant de
Lyon qui me présentait son plus beau et son plus doux échantillon:
Monsieur, il me faut une étoffe six fois plus épaisse que celle-ci,
pesant six fois plus, vous m'entendez?--Et me faisant apporter un
pèse-lettres, j'ai pesé son échantillon devant lui pour qu'il n'y eût
pas d'erreur.»

--«Mais, Madame, jamais cela ne s'est fait. Et l'homme me regardait
comme une folle.»

--«Eh bien, cela se fera pour la première fois!»

«Je pensais, continua-t-elle, que cette épaisseur qui ferait un cuir
de l'étoffe, apporterait au tissu une qualité de couleur qu'il n'avait
pas, et vous voyez que je ne me suis pas trompée.»

En effet, Mme de Païva avait eu raison, mais la tenture coûta 800,000
francs, et moi je devais trouver quelque chose d'un peu moins cher.
La soie, dans les conditions ordinaires, n'était pas mon affaire;
les étoffes de laine se mangent, deviennent facilement violettes,
vineuses: il n'y a au fond que les étoffes de coton pour garder leur
intense nuance de _géranium_. Et tout fut couvert d'andrinople. Je
risquai même le plafond rouge, une audace! mais qui m'a réussi, et
qui, par l'enveloppement complet des dessins dans une coloration une
et chaude, en fait saillir les blancs et toutes les clartés laiteuses
que tue un plafond de plâtre. Au fond, posons en principe qu'il n'y a
d'appartement harmonieux que ceux où les objets mobiliers se détachent
du contraste et de l'opposition de deux tonalités largement dominantes,
et le rouge et le noir est encore la plus heureuse combinaison qu'un
tapissier ait trouvée comme repoussoir et mise en valeur de ce qui
meuble une chambre.

Les boiseries ainsi peintes, les murs ainsi tendus, on a refait avec
du vieil or la toilette des cadres de chêne sculpté, trouvés en grande
partie chez le vieux Goguet de l'ancienne rue de Childebert, sacristain
de Saint-Germain-des-Prés, je crois bien, à certaines heures, et
brocanteur amoureux de bois doré, le restant de la journée.

Et ce sont sur la rouge muraille, autour des dessins, ces élégants
profils, ces délicats rangs de perles sculptées qui ne sont pas comme
dans les cadres modernes un chapelet de boulettes de pâte enfilées
dans une ficelle, et ces plates bordures aux jolies feuilles d'eau et
surmontées d'un écusson, que surplombe tantôt une coquille au milieu
d'une chute de fleurettes, tantôt un cartouche dans un nœud de ruban
dont les deux bouts retombent de chaque côté.

Là, dans ce petit salon est la plus grande partie de mes dessins,
qui couvrent encore les parois du grand salon, montent et descendent
l'escalier, remplissent les cartons dans cette chambre et cette autre,
et se répandent ainsi par toute la maison.

Cette collection est ma richesse et mon orgueil. Elle témoigne de
ce qu'un pauvre diable avec de la volonté, du temps, et en massant
un rien d'argent sur une seule chose, peut faire. Une collection de
tableaux et très charmante,--elle m'était possible en ce temps;--mais
je sentais qu'avec ma petite fortune, je ne pouvais faire qu'une
collection secondaire, tandis qu'une collection de dessins, il m'était
donné d'en rassembler une qui n'eut pas d'équivalent, qui fut la
première de toutes. Et je puis dire sans fausse modestie que mon
frère et moi l'avons réalisée, cette collection de dessins français
du XVIIIe siècle! Oui, grâce au dédain de l'époque pour cette école,
aux timidités de mes concurrents tous plus riches que moi, et à la
résolution bien arrêtée de ne jamais acheter un tableau quelque bon
marché qu'on me l'offrît, j'ai pu réunir près de quatre cents dessins
montrant l'école française sous toutes ses faces, et presque dans tous
ses spécimens, et des dessins qui sont en général les dessins les plus
importants de chaque Maître, petit ou grand.

Mais vais-je en passer la revue en courant?... Non, j'aime mieux faire
l'honneur de ma collection à mon lecteur, en lui mettant entre les
mains le catalogue inédit précédé d'une préface.



PRÉFACE


Qui se rappelle aujourd'hui la vieille place du Carrousel avec tous ces
cartons bâillant entr'ouverts à la porte de ses centaines d'échoppes?
En 1848, j'y achetais, à seize ans, mon premier dessin, une aquarelle
de Boucher: et elles ne sont pas communes, les aquarelles de Boucher.
Qui se rappelle les cartons bâillant entr'ouverts sous les arcades
de l'Institut, et tout le long des quais, et à l'entrée de cet antre
s'ouvrant sous un jardin, là où s'élève aujourd'hui le _Journal
officiel_? Je trouvai là un jour dans un carton à vingt sous, et
collés sur une même feuille, neuf croquis de Gabriel de Saint-Aubin
pour une illustration du _Zadig_ de Voltaire qui n'a point été gravée.
Qui se rappelle les cartons à la porte des bric-à-brac du boulevard
Beaumarchais et dans le renfoncement de tous les vieux murs délités et
des édifices religieux abandonnés, ainsi qu'autour de cette chapelle
Saint-Nicolas, au haut du faubourg Saint-Honoré, où l'étalagiste fixait
avec un clou ses plus beaux dessins dans la pierre pourrie? Là, pour
une pièce de trois francs, je devenais possesseur d'un de mes jolis
Cochin. Car, en ces années, il y avait des dessins partout, des dessins
mêlés à de la ferraille, des dessins exposés entre des tire-bouchons
sur des bouts de trottoirs, et l'un de mes Watteau me vient d'un
vendeur de flèches de sauvages et de têtes d'Indiens boucanées. Donc
on rencontrait alors des dessins, et des dessins de l'école française
du XVIIIe siècle chez tous les brocanteurs de vieilleries quelconques.
Et j'ai le souvenir lointain d'une regrattière de la rue Jacob à la
cornette lorraine, qui, de sa porte quelquefois, me hélait, lorsque je
me rendais à l'École de Droit, me disant: «Jeune homme, j'ai pour vous
un petit dessin pas cher.» La vieille femme avait flairé un _pays_ à
qui elle aimait à vendre.

Et le beau temps des ventes, de ces ventes de dessins en l'hôtel
Bullion de la place de la Bourse, en l'hôtel de la rue des Jeûneurs,
où dans la solitude de la grande salle, il y avait bien en tout douze
personnes, et où un dessin, adjugé à 25 francs, faisait pousser des oh!
et des ah! comme pour une adjudication de fou, et où l'enchère était
suivie, pendant quelques minutes, de risées, et comme d'éternuments
de mépris, par deux ou trois contempteurs de l'école française
aux chapeaux roux. Je vois, je vois encore une des premières et
malheureuses ventes que faisait, en qualité d'expert, Thoré: vente dans
laquelle une série de préparations de têtes de femmes pastellées par
notre grand La Tour, et qui n'étaient pas encadrées, et qui n'étaient
pas même montées, mais tout bonnement enveloppées de papier de soie
dont on entortille les oranges, atteignaient avec une peine extrême
5 et 6 francs. Pas une ne dépassa ce prix. Et longtemps les ventes
durèrent ainsi, et longtemps mon frère ou moi, un La Bruyère dans notre
poche, pour tromper l'ennui de la vacation, nous allions tour à tour
conquérir à vil prix quelque précieux dessin: un dessin comme «l'Épouse
indiscrète» de Baudouin, ou les «Négrillons heiduques» de Portail.

Mais alors même les ventes n'apportaient à une collection que quelques
dessins. Ce qui la grossissait soudainement, c'étaient les _coups_, ces
acquisitions fortunées d'un marchand arrivant _premier_ après un décès
tout chaud, et lorsqu'on avait la chance de tomber dans l'emménagement
de l'achat. J'ai dans la mémoire une de ces heureuses affaires faites
par Danlos père, et où, pour quelques mille francs, il avait eu un
régiment de cartons, bondés des plus curieux dessins et des plus rares
estampes,--une collection à se vendre maintenant 500,000 francs. Dans
la boutique, une montagne, un entassement de vieux portefeuilles
éventrés, d'où se répandaient sur le plancher des morceaux de papier
montrant des coins de crayonnages adorables; dans l'arrière-boutique,
des amis, des bouteilles, des verres, et la célébration et le joyeux
arrosage du marché fêté à la cantonade.

«Eh!... combien ça, monsieur Danlos?»

Et Danlos, au bout de quelques instants, faisant sa rentrée dans la
boutique, en se grattant la tête de sa casquette violemment remuée sur
son occiput, vous prenait la chose de la main, et la regardant d'un
œil vague, et de côté, tout au bout de son bras tendu à la hauteur de
sa cuisse, vous disait au hasard un prix fort cher... pour le temps,
mais bien bon marché pour aujourd'hui.

Ah! l'heureuse époque pour un collectionneur, que ces années où, du
lever au coucher du jour, il y avait chez les marchands d'estampes dix
jours entiers à regarder des dessins français, et de quoi pour un homme
qui aurait eu plus d'argent que je n'en avais alors dans ma poche, de
quoi en charger un fiacre.

Et les pittoresques silhouettes de marchands, hélas! tous défunts.

Tout d'abord le père Blaisot, le descendant du libraire établi au
XVIIIe siècle sur les marches du grand escalier de Versailles, le doyen
des marchands d'estampes, qui avait eu d'abord la petite boutique de
la rue Guénégaud, puis le long boyau de la rue Taitbout, où furent
exposés tant de beaux et précieux dessins, enfin le grand magasin de
la rue de Rivoli: un petit homme maigre, toujours en cravate blanche,
avec du jovial et du renarré sur la physionomie, et une seule dent
dans la bouche. On le rencontrait trottinant dans tous les quartiers
de Paris, une gravure, un dessin, une toile sous le bras, qu'il vous
mettait sous le nez en pleine rue. Un homme de goût, un connaisseur,
le seul _tenant_ dans sa profession pour l'école française, et le
seul concurrent redoutable dans les ventes d'alors. Au fond bonhomme
sympathique à ses jeunes clients, s'intéressant à leurs collections.
Une des dernières fois que je l'ai vu avant sa mort, c'était le 8
septembre 1870, un jour où j'étais allé voir les travaux du fort de
Montretout. Des 20,000 ouvriers qui devaient remuer la terre, il y
en avait bien en tout deux ou trois cents, mais que regardait, avec
une inquiétude suffisante, le père Blaisot, en cravate blanche, d'une
petite vigne toute chargée de ceps de raisins noirs: une vigne, sa
propriété où était arrêtée la construction de la maison dans laquelle
sa vieillesse voulait respirer l'air pur de la colline, après avoir
respiré tant d'air putride de salles de vente.

Un autre singulier petit homme,--celui-là tout en boule,--était Mayor,
le marchand de dessins anglais, qui, dans sa figure rondelette et
blême, avait deux petits yeux noirs, assez semblables à des pépins,
dans un quartier de poire, et un nez qui était comme une gousse de
piment. Perpétuellement à cheval sur Londres et sur Paris, Mayor avait
ses dessins dans de grandes boîtes, et vous les montrait au fond d'un
appartement aussi sombre que les boutiques des anciens marchands de
drap de Paris. Debout devant vous, il tirait de ses boîtes posées sur
le parquet des dessins qu'il vous présentait, et cela indéfiniment.
Vous aviez beau demander grâce, il allait toujours avec la régularité
mécanique d'un automate, un sourire en fer à cheval d'une caricature du
_Punch_, et un nez qui, par l'afflux du sang à sa tête à tout moment
penchée à terre, passait de la couleur écarlate à la couleur aubergine.
Je soupçonne mon ami Mayor d'avoir parachevé bon nombre de Watteau que
le Maître avait laissés à l'état de croquis.

Mais parlons un peu du vieux Guichardot, du temps de ma jeunesse, où il
habitait la rue Saint-Thomas du Louvre, en un logis qui était le vrai
cadre de l'original personnage.

Une rue d'ombre et de silence, où rarement s'aventurait le soleil,
où jamais ne passait une voiture. Guichardot avait dans cette rue
une boutique, une espèce de resserre rustique, aux volets clos, et
contre les murs de laquelle montaient jusqu'au plafond des cartons,
des cartons, des cartons comme je n'en ai vu nulle part, et tout
remplis de dessins de toutes les écoles et qu'on n'avait jamais songé à
débrouiller. Là dedans, c'était une odeur de papier moisi, délectable
et prometteuse pour un amateur. Avec une lenteur qui désespérait votre
impatience, Guichardot vous apportait une chaise cassée, puis un carton
qu'il plaçait dans une filtrée de jour venant de la porte de la rue
entre-bâillée, et dénouait longuement, longuement les cordons... Enfin,
au milieu de l'effarement de cloportes fuyant dans tous les sens à
travers les dessins, commençait la séance. Lui, placé derrière vous,
regardait par-dessus votre épaule chaque dessin que vous regardiez,
avec un regard énigmatique de son bon œil. Les heures passaient, une
nuit rembranesque remplissait la boutique, une pénétrante humidité
vous tombait sur les épaules comme une petite pluie invisible, la
fatigue de voir commençait à vous venir... et lorsque vous vous
retourniez, et que vous retrouviez cet œil narquois, et cet autre
bouché par un morceau de taffetas noir, et cette houppelande qui avait
des blanchiments imitant le salpêtre sur un vieux mur, il vous venait
le sentiment d'avoir dans le dos un être fantastique: le gnome des
vieux dessins.

       *       *       *       *       *

Oui, pour terminer, rien n'était plus facile et à meilleur marché, dans
ce temps, que de faire une collection de dessins français du XVIIIe
siècle: seulement, il y avait dans l'atmosphère un si énorme dédain
pour cette école, les gens que vous connaissiez faisant de la peinture,
vous plaignaient avec des regards si tristes, vous passiez pour un
homme tellement privé de goût par les Dieux, qu'il fallait avoir un
grand mépris de l'opinion des autres, pour la faire, cette collection!


COLLECTIONS DE DESSINS DE GONCOURT

PEINTRES, SCULPTEURS, DESSINATEURS, VIGNETTISTES, ORNEMANISTES,
ARCHITECTES DU XVIIIe SIÈCLE


  ANONYME.--Sur un fond d'architecture, entre deux colonnes torses
  entourées de guirlandes de fleurs, un voile tendu par deux
  amours; en haut, au milieu, un petit cartouche représentant Jésus
  amené devant Caïphe; en bas, le lavement des pieds des Apôtres
  prenant tout le bas de la feuille de papier.

  Dessin à la sanguine et à la pierre d'Italie[7].

    [7] A propos de la pierre noire et de la sanguine, ces deux
    matières employées par les dessinateurs du XVIIIe siècle, nous
    avons une lettre de Watteau qui se plaint de la dureté de la
    sanguine, et nous savons qu'il la faisait venir d'Angleterre.
    Descamps se plaint également, dans une lettre à Desfriches,
    de la pierre noire qu'on achète à Paris, et dit se la faire
    envoyer d'Espagne.

  Encadrement de page d'un livre religieux, dont le texte devait
  être imprimé sur le blanc et le vide du voile.

  Manière de Hallé.

      H. 34, L. 22.

  --Même entourage; en haut, cartouche représentant l'Annonciation;
  en bas, le prophète Élie avec un aigle à ses pieds.

  Dessin à la sanguine et à la pierre d'Italie.

  Même destination que le précédent.

  Manière de Hallé.

      H. 31, L. 22.

  ANONYME.--Sous de grands arbres, au bord d'une rivière, une Diane
  dormant nue au milieu de ses nymphes.

  Bistre sur crayonnage.

  Manière de Callet.

      H. 23, L. 26.

  ANONYME.--Une femme, un pied sur un banc, et qu'un jeune homme
  soulève, l'aidant à atteindre un bouquet de cerises; un homme
  couché à terre et regardant sous les jupes de la femme.

  Lavis à l'encre de Chine sur trait de plume.

  Manière de Queverdo.

      H. 21, L. 17.

  ANONYME.--Un sultan assis, les jambes croisées sur un divan, une
  aigrette de rubis à son turban; derrière lui trois Turcs, dont
  l'un fume.

  Aquarelle sur trait de plume.

  Manière mélangée de Liotard et d'Hilaire.

      H. 25, L. 31.

  ANONYME.--Zéphyr caressant Flore couchée à terre. Faune
  surprenant une nymphe endormie sur son urne.

  Dessins sur papier jaune, à la pierre noire estompée, rehaussée
  de craie.

  Ces deux dessins dont j'ai vu autrefois les tableaux, non signés,
  chez Évans, marchand de curiosités, sont faits dans la première
  manière de Vien.

      H. 9, L. 25.

  ANONYME.--Une vue des nouveaux boulevards, pleine de monde qui
  regarde un Arlequin, au son d'un violon, balancer un coq sur une
  corde.

  Encre de Chine, très légèrement lavée d'aquarelle.

  École de Huet.

      H. 27, L. 34.


ADAM (_Lambert-Sigismond_). Le sculpteur auquel Mariette reproche
«de faire tout en sorte que tout forme trou dans ses ouvrages», le
dessinateur facile et tourmenté.

  --Fontaine, au pied formé par deux dauphins rejetant l'eau que
  versent, au sommet, deux amours aux extrémités de poissons. Tout
  autour du vase, orné de masques, court une frise représentant des
  jeux d'amours.

  Bistre sur trait de plume.

  Signé: _Adam_.

      H. 40, L. 25.


AMAND (_Jacques-François_). Un artiste que l'on ne connaît guère que
par la petite eau-forte insérée dans le «Dictionnaire des graveurs» de
Basan, un peintre qui a eu l'ambition de refaire pour son temps, dans
une suite de grands dessins, les intérieurs d'artisans de Bosse qu'il
peuple d'ouvriers à la tournure d'apôtres,--des ressouvenirs de peintre
d'histoire, transportés dans la vie familière du XVIIIe siècle. Deux
des dessins de cette suite, le _Menuisier_ et le _Doreur_, mentionnés
dans le catalogue du graveur Le Bas, se retrouvaient à la vente de M.
Laperlier.

  --Dans un atelier aux poutres du plafond soutenues par des
  colonnes de pierre, des ouvriers sont occupés à des travaux de
  menuiserie. Au premier plan, à gauche, une femme agenouillée
  remplit un panier de copeaux[8].

    [8] La plupart des dessins de ma collection ont été reproduits
    en fac-similé par la maison Braun.

  Dessin lavé à l'encre de Chine sur trait de plume.

  Signé sur un rabot posé à terre: _Amand_.

  Gravé par Chenu et Le Bas de la même grandeur sous le titre:
  _l'Atelier du sieur Jadot établi dans l'emplacement de l'ancienne
  église de Saint-Nicolas_.

  Vente Lebas et Laperlier.

      H. 33, L. 44.


AUBRY (_Étienne_). Des dessins dans la manière de Greuze, lavés avec le
bistre de Fragonard, mais qui n'ont pas la fougue du dessin du premier,
ni la chaleur du procédé du dernier; le bistre en les dessins d'Aubry
ne fait que des salissures[9].

    [9] J'excepte deux études d'un homme en chapeau rond,
    conservées dans les cartons du Louvre, et qu'on pourrait
    prendre pour des bistres de Fragonard.

  --Dans une chambre de la campagne, une dame faisant embrasser
  par un garçonnet en matelot un tout petit enfant, que tient sur
  ses genoux une jeune femme; à gauche est assis un gentilhomme
  jouant avec une grande canne; à droite, derrière la chaise de
  la visiteuse, une vieille paysanne et un vieux paysan se tenant
  debout.

  Bistre.

  Gravé par De Launay, sous le titre: LES ADIEUX A LA NOURRICE. Le
  tableau a été exposé au Salon de 1777, et depuis a fait partie de
  la collection de M. Boitelle.

  Vente Valferdin.

      H. 39, L. 48.

  --Femme tenant contre elle un enfant effrayé à la vue d'une
  souris, que lui montre, dans une souricière, une autre femme
  agenouillée.

  Bistre.

  Portant la marque A G P B, la marque de M. de Bizemont, fondateur
  du Musée d'Orléans.

      H. 28, L. 24.


BARDIN. Un dessinateur du nu, plus anatomiste et moins conventionnel
que ses contemporains.

  --Au milieu de femmes ivres, aux mains garnies de cymbales, un
  corybante dansant, en agitant au-dessus de sa tête un tambour de
  basque.

  Camaïeu de gouache sur papier jaune réservé pour les lumières.

  Signé: _Bardin, 1776_.

  Vente Tondu.

      H. 32, L. 16.


BAUDOUIN (_Pierre-Antoine_). Je ne puis que répéter ce que j'ai déjà
dit: c'est que la gouache de Baudouin n'a rien du petit art fini et
pourléché de Lawreince, mais que ses gouaches sont esquissées dans la
pâte à l'eau, ainsi que Fragonard esquissera, plus tard, ses nudités
dans la pâte à l'huile. Et j'ajouterai que toute gouache finie,
pinochée, qui a perdu le caractère d'esquisse, n'est pas un Baudouin ou
n'est plus un Baudouin. Je vais m'expliquer sur cette dernière phrase.
Il y a un certain nombre de Baudouin qui ont un dessous vrai, mais qui
n'ont que cela, avec une peinturlure bête par dessus, et je citerai la
«Soirée des Thuileries» venant du baron de Saint-Vincent, où il n'y
a plus guère du peintre, à l'heure qu'il est, qu'un peu de la femme
et son gant long; je citerai encore «le Coucher de la mariée» ayant
appartenu à Roqueplan, où la touche de l'artiste n'est plus retrouvable
que sur la garniture de la cheminée. Les gouaches de Baudouin, ces
peintures fragiles, un moment abandonnées à l'humidité des fonds de
magasins et même à la pluie des quais, ont généralement beaucoup
souffert et ont été restaurées pour le goût de ceux qui les achetèrent
bien avant les artistes, pour les vieux _polissons_. Puis au fond il
n'a jamais existé de restaurateur capable de faire revivre l'esprit,
le faire d'ébauche de ces sortes d'ouvrages. Non, disons-le encore,
jamais on ne rencontre chez Baudouin le travail du dessus de tabatière,
le joli peiné de la gouache courante; au contraire, il préfère au
plaisant du métier, aux agréables et fausses colorations du genre,
des couleurs qui visent à la solidité, à l'intensité, à la vérité de
la peinture à l'huile, et les «Soins tardifs», de ma collection,
sont un curieux spécimen du sérieux introduit, dans la gouache, par
l'artiste si maltraité par le vertueux Diderot. Mais s'il y a beaucoup
de Baudouin repeints, il est encore un plus grand nombre de copies
du temps, exécutées dans une coulée sans transparence, sans rupture
de tons, à l'apparence mate et plâtreuse de papier peint, et parmi
lesquels je classerai les gouaches jusqu'ici connues du «Confessionnal»
et du «Catéchisme». Parmi tous les Baudouin que j'ai vus, je ne connais
de Baudouin originaux et sincères, en dehors de ceux catalogués ici,
que sa gouache de réception d'une exécution très faible, le croqueton
du «Fruit de l'Amour secret» gardé dans un carton du Louvre, un second
exemplaire avec différences de «l'Épouse indiscrète» provenant de la
vente du baron Saint-Vincent et possédé par M. Edmond de Rothschild[10].

    [10] A la vente Pourtalès, était exposée la gouache de la
    composition gravée sous le titre du CURIEUX, mais elle était
    exposée au-dessus d'une porte, et il m'a été impossible de la
    voir, de manière à la juger.

  --Une femme, cachée par un amas de matelas jetés sur un fauteuil,
  épiant son mari, qui prend la gorge d'une chambrière, renversée
  sur le lit qu'elle était en train de faire.

  Gouache.

  Gravée en réduction par Simonet, sous le titre: l'ÉPOUSE
  INDISCRÈTE. Elle est gravée avec changement: la femme,
  agenouillée dans la gravure, est debout dans le dessin.

  Provenant de la collection Paignon-Dijonval, dans le catalogue
  de laquelle cette composition est cataloguée sous le n° 3542.

      H. 33, L. 29.

  --Un gouverneur pénétrant avec son élève dans une chambre à
  coucher, où se voit, sur un lit, une femme dormant presque nue.

  Aquarelle sur trait de plume.

  Gravé par de Ghendt en réduction et avec changements dans la
  suite des _Quatre parties du Jour_, sous le titre: LE MATIN.

  Vente Prault, où cette aquarelle est décrite sous le n° 43, et
  seconde vente Tondu.

      H. 25, L. 20.

  --Une jeune villageoise et son amant surpris dans un grenier, au
  milieu de leurs ébats amoureux, par la mère de la jeune fille,
  dont la tête apparaît dans l'ouverture d'une trappe.

  Gouache.

  Gravé par De Launay sous le titre: LES SOINS TARDIFS.

  Vente Tondu.

      H. 29, L. 22.

  --Une femme à sa toilette, dont un coiffeur accommode les
  cheveux, pendant qu'une fille de chambre l'éclaire avec une
  bougie; un gentilhomme accoudé sur la toilette.

  Croquis à la plume, lavé d'aquarelle.

  Première idée du sujet gravé par Ponce, sous le titre: LA
  TOILETTE, mais différente de la composition définitive.

      H. 23, L. 18.


BEUGNET. Un de ces ignorés dessinateurs, dont je crois que toute
l'existence artistique est révélée par «la Marchande de bouquet et la
Marchande de noix à la guinguette», deux estampes mentionnées dans le
catalogue de Paignon-Dijonval, et la présence dans ma collection, de
deux grandes et mauvaises gouaches, très curieuses pour l'iconographie
de la Révolution. L'une d'elles est incontestablement l'_Ile d'Amour_
de Belleville, bal devenu une mairie, et qui avait conservé, dans sa
cour, le kiosque de treillage de mon dessin, existant encore il y a
une vingtaine d'années. Elles ont encore un intérêt, ces deux gouaches
datées de 1793: elles vous donnent la représentation du bonnet rouge
élégant de ces années, du bonnet, pour ainsi dire, des muscadins du
temps, une espèce de bonnet à la houssarde, au gland tombant sur le
côté, bleu de ciel, bordé d'une large bande rouge.

  --Un cabaret de la Courtille sous la Terreur.

  La façade est surmontée d'un écusson flanqué de drapeaux,
  tricolores et couronné d'un bonnet rouge. Aux tables du jardin,
  des femmes, des enfants, des civils, des militaires boivent,
  mangent, font l'amour. Sous l'ombre de grands arbres, un
  orchestre composé d'un violon, d'un cor, d'une basse, fait danser
  une contre-danse à quatre couples. Au premier plan est assis
  sur une table un militaire, le casque sur la tête, en habit à
  parements rouges, en gilet et en culotte jaunes, en bas bleus.

  Gouache.

  Signé: _Beugnet, 1793_.

      H. 35, L. 53.

  --L'Ile d'Amour.

  Sous un pavillon de treillage surmonté d'un bonnet rouge, un
  couple danse. Les tables sont peuplées de femmes au petit bonnet
  de linge noué d'un ruban, aux amples fichus croisés sur la
  poitrine, et d'hommes poudrés en carmagnole de couleur tendre,
  en élégant bonnet rouge. Un homme, tout habillé de rose, donne
  le bras à une femme tout habillée de bleu, et qui porte sur la
  tête une sorte de chapeau de pierrot, entouré d'une guirlande de
  roses. Une femme qui a une ceinture tricolore, s'évente, un pied
  posé sur un tabouret, tout en causant avec des gardes nationaux.
  Au premier plan, à gauche, dans un appentis, un garçon cabaretier
  verse le vin d'un broc dans un litre d'étain.

  Gouache.

  Signé: _Beugnet, 1793_.

      H. 35, L. 53.


BLARENBERGHE (_Louis-Nicolas_). On connaît le faire microscopique de
cet artiste de tabatières et de boîtes. Aurait-il fait parfois des
choses plus larges? Voici un dessin qui a tout l'air d'un Lepaon, et
que je n'aurais jamais songé à attribuer à Blarenberghe, si je n'avais
trouvé chez M. Edmond de Rothschild la gouache terminée et, je crois,
signée. Malgré cela, je n'ai pas une bien entière confiance dans mon
attribution.

  --Course de chevaux dans la plaine des Sablons. Au premier plan
  des gentilshommes à chevalet des carrosses, dont l'un est attelé
  de six chevaux.

  Croquis à la plume, lavé à l'encre de Chine, avec les figures de
  second plan et le paysage seulement indiqués à la pierre noire.

  La gouache de M. Edmond de Rothschild porte la date de 1782.

      H. 26, L. 64.


BOILLY (_Louis-Léopold_). Dessinateur, dont les grandes aquarelles
de scènes bourgeoises, aux contours d'une calligraphie facile,
aux colorations par larges teintes plates étendues sur des ombres
uniformément préparées à l'encre de Chine, ne manquent pas d'un
certain effet dû à la simplicité du procédé, de l'effet qu'obtenait
avant lui, dans ses humoristiques lavis en couleur, l'Anglais
Rowlandson.

  --Dans une rue de Paris, par une pluie battante, un mari, donnant
  la main à deux enfants, et suivi de sa femme et de sa fille, qui
  tient un parapluie sur la tête de sa mère en toilette de soirée,
  traverse une passerelle jetée sur un ruisseau. A gauche, un homme
  du peuple causant avec une cuisinière.

  Dessin sur trait de plume, rehaussé d'aquarelle sur lavis d'encre
  de Chine.

      H. 32, L. 40.


BOISSIEU (_Jean-Jacques de_). Un Hollandais de Lyon retrouvant parfois,
en ses laborieux lavis à l'encre de Chine, les habiles petits coups de
lumière des grands maîtres des Pays-Bas.

  --Un groupe d'arbres, éclairés sur leurs cimes, par une lumière
  frisante qui vient de la gauche, et projetant leurs ombres à
  terre; au fond, un lointain montagneux du Lyonnais.

  Lavis à l'encre de Chine.

  Signé: _D. B. 1793_.

      H. 12, L. 24.


BOQUET. C'est le dessinateur officiel des Menus-Plaisirs,
l'imaginateur, pendant toute la seconde moitié du XVIIIe siècle, de
tous les costumes et travestissements pour les opéras représentés et
les bals de la cour. Un trait de plume ou de crayon à la Eisen, mais
encore plus cursif, balayé de quelques touches à l'aquarelle jetées
à la diable, et voilà sur le papier pour le costumier un ingénieux,
coquet, lumineux habillement. Et ces croquis ont encore, pour
l'histoire du costume au théâtre, de précieuses indications écrites de
la main de Boquet au bas de chacun d'eux. On connaît trois recueils
de ces précieux dessins: l'un qui faisait partie de la collection
d'estampes de M. Devéria, et qui a été acquis avec sa collection par
le cabinet des Estampes, un autre qui a été acheté 5,500 fr. par les
archives de l'Opéra, à la vente du baron Taylor, le troisième qui est
chez moi.

  --Sophie Arnould, en costume d'Eucharis dans l'Opéra des
  «Caractères de la Folie».

  Aquarelle sur plume.

  Le dessinateur des Menus a écrit au bas de son croquis: _Mlle
  Arnould. Eucharis. 2me entrée. Fond de petit satin rose à bandes
  tamponnées, bandes de gaze d'Italie aussy tamponnées bordées de
  rézeau d'argent frisé; la gaze d'Italie traversée de bandes de
  satin découpées, bouillonnées de nœuds par distance de satin
  rose; une frange d'argent avec un rézeau sur la teste; vêtement
  de dessous d'argent; mante de satin rose imprimé._

      H. 24, L. 15.

  --Recueil de 106 costumes et travestissements exécutés pour les
  opéras représentés à la cour et les bals de la Reine.

  Opéra. Le chant.--Mlle S. Arnould, 3 costumes pour l'opéra
  d'Argie.--Mlle Duplant, 1 pour le Prologue des Amours des
  Dieux.--Mlle Chevalier, 2 pour Acis et Galatée, etc.--Mlle
  Dubois, 2.--M. Pillot, 1 pour les Caractères de la Folie.--M.
  Cassaignade, 2 pour le Fragment de l'acte Turc, etc.--M.
  Legros, 2 pour Persée, etc.--M. Larrivée, 1 pour les Romans.
  La danse.--Mlle Guimard, 8 pour les opéras de Persée d'Azolan
  d'Ismenias, etc.--Mlle Lyonnois, 3 pour la pantomime des
  Suivantes de la Mode, etc.--Mlle Peslin, 3 pour Tancrède,
  Orphée, etc.--Mlle Vestris, 4 pour les Talents Lyriques.--Mlle
  Heinel, 1 pour Anacréon.--Mlle Allard, 3.-Mlle Lany, 1 pour
  Dardanus.--Mlle Mion, 1.--M. Vestris, 4 pour Cythère assiégée,
  etc.--M. Dauberval, 4 pour la Provençale, etc.--M. Lany, 2.--M.
  Laval, 1.--M. Léger, 1.--M. Gardel, 1.--M. Dupré, 1. Et encore
  des costumes d'acteurs et d'actrices chantant dans les chœurs,
  de danseuses et de danseurs, de figurants, de comparses, et
  de personnages intitulés «un Ruisseau», «un Plaisir», «un
  Monstre né du sang de Méduse»; puis de nombreuses feuilles de
  groupements d'acteurs et d'actrices, ou d'actrices seules,
  comme la figuration par Mlles Audinot, Duperré, Dervieux, du
  groupe des trois Grâces dans l'opéra d'Atalante. Enfin, des
  croquis préparatoires de la mise en scène, avec des légendes
  ainsi rédigées: «_Un abbé apprenant à jouer de la flûte avec son
  maître; le maître est havre sec_ (sic), _l'abbé gros, joufflu,
  avec de gros sourcils noirs_.»

  Comédie française, Mlle Doligny, 1 pour la Princesse de Navarre.

  Bals de la Reine. La comtesse de Boufflers, 1.--Le duc de
  Bourbon, 1.--Le duc d'Avray, 1.

  Tous ces dessins, sauf deux exécutés à la mine de plomb, sont
  croqués à la plume, et le plus souvent, enlevés au pinceau trempé
  d'encre de Chine et lavés d'aquarelle.


BOREL (_Antoine_.) Le dessinateur et le vignettiste galant, qui de la
volupté spirituelle de ses maîtres, fait la volupté bête et pataude,
qui est le caractère et la signature de ses dessins et de ses tristes
lavis.

  --Un repas dans la campagne, où sur une table dressée sous de
  grands arbres, au milieu de paysans auxquels on distribue du vin,
  deux gentilshommes trinquent avec de jeunes villageoises.

  Dessin à la plume, lavé d'encre de Chine et par dessus
  d'aquarelle.

  Signé: _Borel_.

      H. 22, L. 30.


BOUCHARDON (_Edme_). Le dessinateur que les monteurs de dessins du
temps appelaient _Apeliotès_, dans le cartouche de leur encadrement;
le dessinateur dont de simples contre-épreuves dépassaient 700 livres
à la vente Mariette; le dessinateur à la filée savante du contour, à
l'éphébisme de la ligne dans le nu académique, à la carrure puissante
du trait dans l'habillé de ses _Cris de Paris_; oui, celui-là, si haut
placé par le XVIIIe siècle, et si digne d'estime à toutes les époques,
aurait-on pu penser qu'il tomberait si bas, que le dessin de ma
collection,--et un dessin de cette même vente Mariette,--serait acheté
2 sous par Gavarni, dans sa jeunesse, étalé où? sur le boulevard du
Temple, dans la boue!

  --Un monstre ailé, sur des nuages, semant des fleurs.

  Sanguine.

  Au bas du dessin, de l'écriture de Bouchardon: _le Vent d'orient_.

  Il porte la marque de Mariette, et était catalogué sous le n°
  1121 de sa collection.

      H. 39, L. 28.


BOUCHER (_François_)[11]. Le sentiment et le rendu de la chair de la
femme, de sa vie frémissante, de sa molle volupté, en dessin aussi
bien qu'en peinture, c'est le talent de Boucher et qui n'appartient
qu'à lui seul. A ce don joignez la perception du désordre pittoresque,
du _fouillis_ du paysage, qui fait du peintre de Mme de Pompadour un
révolutionnaire dans la nature académisée et le feuillage à cinq doigts
du XVIIe siècle. Et ce nu féminin et ce rustique de la campagne de
son temps, Boucher le formule sur le papier avec toutes les adresses
et toutes les habiletés imaginables, et vous trouverez, dans ma
collection, des académies de femmes qui vont au maître des maîtres de
la chair, à Rubens, et des paysages matutineux faits d'une caresse
d'estompe d'une modernité qui étonne[12]. Vous y rencontrerez aussi
presque tous ses procédés, même un spécimen de peinture à l'essence sur
papier, et, une chose tout à fait rare, une aquarelle à la tonalité
d'une vieille tapisserie passée. Ils sont nombreux et de belle qualité,
les Boucher, en ma maison d'Auteuil, et cependant il m'en manque un,
auquel je pense de temps en temps, comme on pense à une femme qu'un
rien stupide vous a empêché de posséder. Il y avait en ce temps,
dans la dernière boutique du quai Voltaire qui touche à l'École des
Beaux-Arts, un marchand de tableaux et de dessins, un vieux Hollandais
du nom de Steinhaut, méprisant très fort l'école française, et dans
l'escalier noir duquel j'ai trouvé mon Moreau de «Marie-Antoinette se
rendant à Notre-Dame». Un jour cependant je voyais exposé à son étalage
un Boucher, une merveille, un tout petit portrait de Mme de Pompadour,
miniaturé au pastel, dans un encadrement d'amours et d'attributs d'art
de la plus large facture, pardieu! un Boucher, dont je retrouvais
plus tard la description dans le catalogue de la collection de M.
Sireul, celle que l'expert désignait sous le nom du _Portefeuille de M.
Boucher_. Je marchandai le dessin au bonhomme Steinhaut: il me disait
qu'il était honteux, qu'il s'était laissé entraîner dans une vente,--je
crois, la vente de M. de Cypierre,--qu'il l'avait payé beaucoup trop
cher, et m'engageait à ne pas acheter son dessin. La nuit, je ne
pouvais dormir et avais tout le temps, dans mes yeux fermés, ledit
Boucher. Le lendemain matin, après avoir réuni les 160 francs demandés
du dessin, je courais quai Voltaire: le Boucher était vendu à un
Anglais, et je sortais de chez mon Hollandais avec l'âpre et l'enragé
désir des choses qui vous sont enlevées. A quelques jours de là,
passant sur le quai, Steinhaut m'appelait du seuil de sa porte, et me
disait que son Anglais était dégoûté du dessin, qu'il me le céderait
au prix qu'il l'avait payé, que c'était convenu, que je n'avais qu'à y
aller un dimanche matin, jour où j'étais sûr de le trouver. Le dimanche
suivant, j'étais de fort bonne heure à l'adresse de l'Anglais. Une
affaire imprévue par hasard l'avait forcé de sortir, et je me trouvais
en présence d'une longue lady. Elle sonnait, on apportait le Boucher,
et je commençais à sortir de mon gilet, avec des doigts tremblants
d'émotion, mes huit louis, quand cette Anglaise, qui semblait avoir
autant de vinaigre dans le caractère que de couperose sur la figure,
s'écria tout à coup: «Mon mari, Monsieur, n'est pas forcé de vendre ce
dessin comme vous semblez le croire?»--«Mais non, Madame, rien dans
mes paroles...»--«Mais si.»--«Mais non.» Et finalement elle se refusa
absolument à me le vendre. Ce n'est pas mon seul _desideratum_, il me
revient en ce moment, dans le souvenir, un dessin de Watteau que moi
seul à la vente, où il se trouvait, savais être la première idée de LA
CONVERSATION, reproduisant le portrait de Watteau et de M. de Julienne,
et encore dans une autre vente un vrai bijou, une gouache de Taunay,
représentant une chasse à courre en habits rouges, sous la feuillée
d'automne d'une forêt, et combien d'autres, hélas!

    [11] Je ne reprendrai pas ici l'étude que j'ai faite sur le
    dessin de Boucher dans «l'Art du XVIIIe siècle»; j'y renvoie le
    lecteur ainsi que pour les procédés du dessin de Watteau, de
    Chardin, de La Tour, de Greuze, des Saint-Aubin, de Gravelot,
    de Cochin, d'Eisen, de Moreau, de Debucourt, de Fragonard, de
    Prud'hon.

    [12] Des paysages de Boucher, surtout quelques mines de plomb,
    dont j'ai vu deux ou trois échantillons chez la baronne de
    Conantre, semblent des mines de plomb de 1830. J'appelle aussi
    l'attention sur la ressemblance de certains dessins de Boucher
    avec quelques dessins de paysage de Jacques l'aquafortiste.

  --Académie de femme nue, vue de dos, hanchant à droite sur
  ses pieds entre-croisés; une de ses mains est appuyée sur des
  étoffes, que son autre main soulève.

  Dessin sur papier jaune, aux trois crayons, rehaussé de pastel.

      H. 36, L. 34.

  --Académie de femme nue, vue de dos, le talon du pied de derrière
  un peu soulevé, et dans le mouvement d'une femme passant une
  chemise.

  Dessin sur papier gris, à la pierre d'Italie, rehaussé de craie.

      H. 36, L. 21.

  --Académie de femme nue, vue de face, le haut du corps appuyé sur
  un piédestal sculpté d'amours, les bras relevés au-dessus de la
  tête et la couronnant.

  Dessin sur papier gris, à la pierre d'Italie, rehaussé de craie.

      H. 35, L. 19.

  --Académie de femme nue, couchée, vue de dos, le haut du corps un
  peu soulevé, une jambe repliée sous l'autre et dont on voit la
  plante du pied.

  Dessin sur papier jaune relevé de quelques touches de pastel bleu.

      H. 28, L. 35.

  --L'Adoration des bergers.

  Esquisse à l'essence sur papier.

  Maquette pour le tableau d'autel de la chapelle du château de
  Bellevue.

  Portant la marque du chevalier Damery et provenant de la vente
  Villenave.

      H. 42, L. 28.

  --Une jeune fille encore vêtue de sa chemise, du bout de ses
  pieds essayant l'eau d'un ruisseau dans lequel elle va se
  baigner; elle a le bras passé sur les épaules d'une compagne;
  des amours, à mi-jambes dans l'eau, jouent avec un cygne.

  Dessin à la pierre d'Italie.

  Gravé à l'eau-forte par Huquier sous le titre: VÉNUS AU BAIN, en
  tête du _Troisième livre de sujets et pastorales par F. Boucher,
  peintre du Roy_; gravé également en fac-similé dans l'œuvre de
  Demarteau, n° 345.

      H. 22, L. 18.

  --Jeune femme vêtue «à l'espagnole», assise sur une chaise aux
  pieds contournés; elle a un collier de ruban au cou, et tient, de
  la main droite levée en l'air, un éventail.

  Dessin sur papier jaune aux trois crayons.

  Signé: _Boucher, 1750_.

  Ce dessin, provenant de la collection Niel, passait en 1781 à la
  vente Sireul, où il était acheté 123 fr. par M. Dulac.

      H. 34, L. 24.

  --Jeune femme assise dans un fauteuil de profil, tournée à
  gauche, la tête vue de trois quarts. Un petit bonnet jeté sur ses
  cheveux roulés, elle tient un écran à la main.

  Dessin à la pierre d'Italie[13].

    [13] Ce dessin, qui n'est pas tout à fait dans le faire connu
    de Boucher, est signé pour moi dans la rondeur du dessin de la
    main.

  Vente Villot.

      H. 34, L. 23.

  --Un berger agenouillé retirant les bas d'une bergère en chemise
  qui va se mettre à l'eau; derrière, une femme qui commence à se
  déshabiller.

  Dessin sur papier jaune à la pierre d'Italie rehaussé de craie.

      H. 26, L. 23.

  --Jardinière à mi-corps, un grand chapeau de paille sur le haut
  de la tête, et penchée sur un panier qu'elle tient de ses deux
  mains.

  Dessin sur papier bleu à la pierre d'Italie, rehaussé de pastel.

      H. 27, L. 30.

  --Bergère assise sous des arbres, et mettant à son chapeau une
  rose que lui demande un berger; auprès d'elle, une chèvre et des
  moutons.

  Aquarelle.

      H. 16, L. 21.

  --Un vase à l'anse formée par un masque d'où pend une guirlande
  de lauriers, sur la panse, un culbutis d'amours, fond de paysage.

  Dessin sur papier jaune, à la pierre noire, rehaussé de craie.

  Étude pour le vase figurant, dans la composition gravée par
  Aliamet, sous le titre de LA BERGÈRE PRÉVOYANTE.

      H. 26, L. 18.

  --Petite passerelle en bois sur laquelle un enfant regarde un
  autre pêchant à la ligne.

  Dessin à la pierre noire, au ciel estompé.

  Vente Aussant.

      H. 31, L. 23.

  --Cour de ferme rustique; sous la treille de la porte ouverte,
  une mère avec un enfant dans sa jupe, au bas de l'escalier, une
  femme soulevant une terrine; au premier plan, un homme assis par
  terre à côté d'un âne.

  Dessin à la plume, lavé de bistre, sur un frottis de sanguine.

      H. 24, L. 21.

  --Près d'une chaumière au toit de chaume, une femme en train
  de laver dans une auge, sous l'enchevêtrement de petits arbres
  s'entre-croisant au-dessus d'un puits.

  Dessin sur papier gris, à la pierre noire, rehaussé de craie.

  Signé à l'encre sur l'auge: _Boucher_.

      H. 24, L. 26.


CARESME (_Philippe._) Un bistreur, un aquarelliste, un gouacheur,
toujours érotique, volontiers obscène, au dessin lourd, à la grâce
_mastoc_, à la sensualité toute matérielle, et dont l'éternelle
bacchanale ressemble à une suite de dessins copiés d'après de mauvais
bas-reliefs de la décadence romaine.

  --Des satyres courent dans la campagne, portant à cru sur leurs
  épaules des nymphes nues, la coupe à la main. Au premier plan une
  nymphe et un satyre sont tombés aux pieds d'un autel, décoré de
  têtes de bouc.

  Dessin à la plume et au bistre.

  Signé: _Ph. Caresme 1780_.

  Vente Odiot.

      H. 32, L. 53.


CARMONTELLE (_Louis_). «L'homme aux profils», un dessinateur qui
n'est qu'un amateur, un aquarelliste dont les colorations ont quelque
chose des petits tableaux de l'époque, fabriqués en paille colorié;
et cependant, malgré tout ce qui lui fait défaut, Carmontelle est
intéressant, comme un homme qui a fait poser devant lui la société de
son temps, et a recueilli tout ce que donne à un artiste incomplet le
_d'après nature_ du dessin. Il faut avouer que ses croquis au crayon
noir et à la sanguine sont très supérieurs à ses aquarelles.

  --Une femme en robe blanche à fleurettes rouges, en mantelet noir
  fermé, travaillant les mains couvertes de mitaines. Elle est
  enfoncée dans une bergère sur le dossier de laquelle s'appuie un
  homme, le chapeau sous le bras, et a en face d'elle une femme en
  robe bleue, assise sur le bout d'une chaise et penchée vers elle.

  Aquarelle.

  J'ai cru longtemps que ces deux femmes étaient Mmes Hérault et de
  Séchelles, gravées par Delafosse, mon dessin ayant une certaine
  ressemblance avec la gravure, mais un examen plus attentif
  m'a convaincu que je m'étais trompé, et que les deux femmes,
  représentées ici, n'avaient point été gravées.

      H. 26, L. 19.

  --Un gentilhomme de profil tourné à gauche, le tricorne sur
  l'oreille, la main enfoncée dans la poche de sa veste.

  Dessin au crayon noir et à la sanguine.

  Au dos, d'une écriture du temps: _M. le chevalier de
  Meniglaise_[14].

      H. 20, L. 15.

    [14] Le chevalier de Menilglaise est un faiseur de romances,
    dont plusieurs sont données dans les Chansons de Laborde.


CASANOVA. Dessinateur qui, en ses dessins, a un peu de la _furia_ que
mettait le Bourguignon dans sa peinture militaire.

  --Charge de cavalerie sur une batterie d'artillerie; au premier
  plan un artilleur, la tête nue, une mèche à la main.

  Bistre sur trait de plume.

      H. 22, L. 40.

  --Près d'un grand arbre, sous lequel est bâti un petit corps de
  bâtiment, une pyramide surmontée d'une fleur de lys que des gens
  regardent.

  Dessin à la pierre d'Italie, lavé de bistre.

  Dans la marge, d'une écriture du temps: _Obélisque élevé à
  Turenne où il fut tué d'un boulet de canon. Esquisse de Casanova._

      H. 39, L. 31.


CHARDIN (_Jean-Simon_). «Chardin, dit Mariette, ne voulait s'aider
d'aucun croquis, d'aucun dessin sur le papier.» Donc les dessins de
Chardin sont de la plus grande rareté, et aucun des dessins très
terminés, que les catalogues de ventes modernes lui attribuent, ne lui
appartiennent. Tout ce qu'on peut espérer rencontrer de sa main, ce
sont de hâtives croquades d'une composition, quelques études dans le
genre de ce fusain représentant une femme le panier au bras, mentionné
dans la collection des dessins de d'Argenville, des études pareilles à
mon «Joueur de boule», à la silhouette flottante et comme estompée par
le pouce du peintre,--une sanguine qui, par parenthèse, est la seule
étude que je connaisse, signée d'une signature authentique.

  --Homme coiffé d'un tricorne, de profil, tourné à gauche, une
  épaule appuyée à un mur, se disposant à lancer une boule.

  Sanguine estompée.

  Signé: _J. B. Chardin 1760_.

      H. 35, L. 22.

  --Un homme montrant la curiosité à deux polissons.

  Sanguine avec quelques touches de crayon noir et de craie sur
  papier jaunâtre.

  Au bas, d'une écriture du temps: _Chardin_, en haut, à droite, de
  la main de Chardin: _demain..... Mouffard... chapon p... detin_.
  C'est sans doute, rognée par le couteau du monteur Glomy, une
  invitation du peintre à un ami, écrite par lui sur son dessin,
  pour l'inviter à manger le lendemain un chapon au Plat d'Étain.

  Ce dessin passait avec le titre de _la Curiosité_ sous le n° 482
  à la vente anonyme du 2 mai 1791.

      H. 20, L. 22.

  --Un _jaquet_, un petit laquais au grand chapeau aux rebords
  retroussés, à la houppelande qui lui tombe sur les talons; il
  désigne de son bras droit étendu quelque chose à la cantonade.

  Dessin aux trois crayons sur papier jaunâtre.

  Ce dessin, dessiné sur le même papier que «la Curiosité» et monté
  dans la même monture ancienne, était attribué, par une écriture
  du temps, à Chardin.

      H. 19, L. 10.

  --Une vieille femme assise de face, représentée à mi-corps et
  tenant à deux mains un chat sur ses genoux.

  Dessin sur papier jaunâtre, à la pierre d'Italie, rehaussé de
  craie.

  Le dessin portait au dos, d'une écriture du temps, le nom de
  Chardin.

  Première idée du portrait peint, possédé par Mme la baronne de
  Conantre, un des plus beaux portraits du XVIIIe siècle et dans la
  facture à la fois blonde et bitumineuse des Chardin de Vienne. On
  le dit signé, mais je n'ai pu vérifier la signature.

      H. 26, L. 19.


CHASSELAT. Pauvre illustrateur, dont les dessins d'avant la Révolution
sont rares. Ces dessins, qui viennent de chez Masquelier, avaient été
attribués à ce petit maître par M. Villot, qui ignorait que Chasselat
avait légué, à sa mort, tous ses dessins à Masquelier.

  --Jeune femme assise de côté dans un fauteuil, la tête de face
  tournée à droite, les mains croisées à gauche sur un genou
  relevé; coiffure bouffante, robe à manches courtes, fichu sur les
  épaules.

  Dessin sur papier jaunâtre, au crayon noir, rehaussé de craie.

  Vente Villot.

      H. 30, L. 18.

  --Femme assise sur un fauteuil de face, un pied dont la pointe
  est relevée, posé sur un coussin. Coiffure dans laquelle est
  piquée une rose, ample fichu, rose au corsage à échelle.

  Dessin sur papier jaunâtre, au crayon noir rehaussé de craie.

  Vente Villot.

      H. 30, L. 20.


COCHIN (_Charles-Nicolas_). Le dessinateur issu de ces générations
d'artistes, que Marolles appelait les _faciles Cochins_, l'homme qui
dessina pendant soixante-sept ans, se reposant le soir des dessins de
commande de la journée par des dessins pour les amis, l'historiographe
au trait des Mariages et des Deuils royaux, le _profileur_ des
célébrités de son temps, l'_estampier_ de tous les livres illustrés
de l'époque, l'alerte crayonneur, dans une silhouette à la Guardi, du
petit gentilhomme cambré, de la petite femme à la jupe ballonnante
d'alors, et auxquels il fait une physionomie avec quatre points
d'encre, le dessinateur à la pierre noire, à la mine de plomb, à la
sanguine, au bistre, à l'encre de Chine, à l'aquarelle! Disons, par
parenthèse, que Cochin est un assez piètre aquarelliste et dont les
grandes aquarelles des Fêtes de cour ne valent pas beaucoup mieux que
des enluminures, et Moreau jeune lui-même n'est guère plus aquarelliste
que Cochin. De vrais peintres à l'eau, de coloristes tripoteurs du
procédé, il n'y a guère parmi tous les artistes français du XVIIIe, que
Baudouin et Gabriel de Saint-Aubin, et encore, dans le paysage, Moreau
l'aîné, dont je me rappelle une petite vue du Pont-Neuf, qui avait tous
les caractères de modernité d'une aquarelle anglaise de 1830.

Dans la série des Cochin qui sont réunis ici, il en est trois, qui sont
de précieux documents pour l'histoire de notre ancienne académie, de
son enseignement: ils nous font assister à une séance du modèle, ils
nous introduisent dans la salle d'un concours.

  --Portrait de Fenouillot de Falbaire; il est représenté dans un
  petit cadre octogone, surmonté d'un rameau de chêne.

  Dessin à la pierre noire.

  Signé au-dessous de la tablette: _C. N. Cochin delin. 1787_.

  Gravé par Augustin de Saint-Aubin.

      H. 14, L. 9.

  --Portrait de Mme Dessaux, femme du premier médecin de
  l'Hôtel-Dieu de Paris; elle est représentée les cheveux frisés
  et hérissés autour de la tête, une large cravate de mousseline
  blanche au cou, la poitrine dans un corsage aux gros boutons et
  aux revers d'un habit d'homme.

  Dessin à la pierre noire.

  Signé dans la marge: _C. N. Cochin f. delin. 1788_.

  Le nom de Mme Dessaux, ainsi que celui de son mari sur un dessin
  qui faisait pendant à celui-ci, était écrit au dos, d'une
  écriture du temps.

      H. 15, L. 11.

  --Portrait de femme, de profil, tournée à gauche; elle est
  représentée dans un médaillon, une fanchon de dentelles dans les
  cheveux, un collier de fourrure au cou, un mantelet jeté sur son
  corsage décolleté.

  Dessin à la mine de plomb et à la sanguine.

  Signé au-dessous de la tablette: _C. N. Cochin filius 1759_.

      H. 17, L. 13.

  --Petite société de gentilshommes et de dames parées conversant,
  en se promenant dans un parc; à gauche, une femme, vue de dos,
  montre en l'air quelque chose du bout de son éventail fermé.

  Aquarelle sur trait de plume.

      H. 13, L. 20.

  --Salle de spectacle de Versailles garnie de ses spectateurs des
  loges, du parterre et des musiciens de l'orchestre; le roi est le
  seul homme assis au milieu des femmes qui garnissent la première
  rangée du balcon.

  Lavis à l'encre de Chine.

      H. 31, L. 41.

  --Dans le décor et la perspective d'un immense palais, quatre
  groupes de danseuses et de danseurs, costumés d'une manière
  différente, exécutent un ballet.

  Aquarelle sur trait de plume.

  Signé sur le soubassement d'une colonne: _Cochin f._

  Au dos du dessin se trouve écrit de la main du peintre: _Les
  Amours de Tempé. Ballet héroïque de quatre entrées 1752, à
  Versailles._

      H. 41, L. 60.

  --Deux compositions allégoriques: «L'une figurant le mausolée
  de la Reine de France (Marie Leckzinska) érigé dans l'église
  de Saint-Denys le 11 aoust 1768 et représentant la France
  désolée, couchée auprès d'un cyprès, à côté du tombeau de la
  Reine; l'autre figurant le catafalque de la Reine de France dans
  l'église Notre-Dame de Paris le 6 septembre 1768 et représentant
  le cercueil de la Reine, entourée des Vertus qui pleurent
  pendant que l'Immortalité lui présente une couronne d'étoiles.»
  (Catalogue de Cochin fils par Jombert.)

  Sanguines.

  Le second de ces dessins est signé: _C. N. Cochin filius delin.
  1768_.

  Tous deux ont été reproduits en fac-similé par Demarteau.

      H. 11, L. 22.

  --_La Sûreté, le Péril.--La Simplicité, la Ruse ou la
  Fourberie.--L'Opinion, l'Entêtement, l'Incertitude._

  Les deux premiers dessins à la pierre noire, le troisième à la
  sanguine.

  Ces trois dessins allégoriques ont été gravés dans l'Iconologie
  par Ponce, Gaucher, Leveau.

      H. 9, L. 5.

  --Au-dessous du cadre d'un médaillon vide, au haut duquel des
  amours attachent des guirlandes de fleurs, un génie assis, une
  main posée sur un livre; au bas, des amours regardent avec des
  loupes, les tiroirs d'un médaillier.

  Sanguine.

  Signé: _C. N. Cochin del. 1776_.

  Gravé par Augustin de Saint-Aubin comme frontispice des «Pierres
  gravées» du duc d'Orléans.

  Vente d'Augustin de Saint-Aubin, où il était catalogué sous le n°
  20.

      H. 22, L. 15.

  --Sur une estrade, une jeune femme, dans une jupe falbalassée,
  un soulier au haut talon appuyé sur un coussin, la tête ceinte
  d'une couronne de lauriers, pose assise au milieu d'un cercle
  d'élèves-peintres, dessinant le carton sur les genoux. Derrière
  la femme, trois professeurs dont le plus rapproché du modèle est
  Cochin.

  Dessin sur papier jaunâtre à la pierre d'Italie, rehaussé de
  craie[15].

    [15] Il existe une répétition de ce dessin, mais sans
    inscription.

  Signé dans la marge: _Dessiné par C. N. Cochin le fils 1761_.
  On y lit à côté de la signature: _Concours pour le PRIX de
  l'Étude des TÊTES et de l'EXPRESSION fondé à l'Académie royale
  de peinture et de sculpture par M. le comte de CAYLUS, honoraire
  amateur en 1760_.

  Gravé en réduction sous le même titre par Flipart en 1763.

  Ce dessin exposé au Salon de 1767, après avoir appartenu à M. de
  Caylus, passait chez Chardin où il était vendu sous le n° 48 du
  catalogue de sa vente.

      H. 30, L. 39.

  --Une femme assise, vue de dos, la tête couronnée de roses,
  le visage un peu retourné, posant devant trois lignes
  d'élèves-peintres assis sur des gradins; au fond un professeur
  debout, la main dans son gilet.

  Dessin sur papier jaunâtre, à la pierre d'Italie, rehaussé de
  craie.

  Le même sujet que le précédent, mais moins heureusement composé
  et abandonné pour le premier.

      H. 31, L. 39.

  --Séance du modèle d'homme à l'Académie. Le modèle, allongé
  sur la table, soulevé sur une main, et vu de dos, pose devant
  les élèves, dont le premier rang est assis à terre, les jambes
  croisées à la façon du dessinateur de Chardin.

  Croquis à la pierre d'Italie sur papier jaunâtre.

      H. 36, L. 53.


COYPEL (_Charles_). Quelque chose de fondu, de nuageux dans ses dessins
qui sent le pastelliste qu'était le peintre Coypel.

  --Près d'une colonne d'un palais, sous un pan de draperie relevée
  par un gland, une femme dans un costume oriental à l'antique, une
  coupe à la main, l'autre tendue vers un plateau qu'apportent deux
  suivantes.

  Dessin sur papier bleu à la pierre noire estompée avec rehauts de
  craie.

  Dans le milieu du dessin il semble qu'on distingue les trois
  lettres _C O Y_. Est-ce une signature?

      H. 36, L. 24.


DANDRÉ-BARDON (_Michel-François_). Un académique, au dessin dégingandé
de la décadence italienne, et qui peuple ses ciels, de génies maniant
la foudre avec les gestes et les emperruquements de danseurs de son
temps.

  --Allégorie. Assise sur le fût d'un canon, une femme a les
  bras levés, dans un mouvement de reconnaissance, vers un héros
  suspendu dans le ciel, un rameau d'olivier à la main, et derrière
  lequel s'envolent les génies de la Discorde.

  Dessin à la plume, lavé au bistre sur frottis de sanguine, et
  rehaussé de blanc de gouache, avec un repentir pour la figure de
  la femme.

  Signé: _Dandré Bardon_: On lit de l'écriture du peintre, au bas
  du dessin: _Louis XV donne la paix à l'Europe en détruisant
  par son pouvoir tous les projets de la Discorde_; et sur un
  phylactère déployé par un amour dans le dessin: _La paix de 1748_.

  Répétition du dessin possédé par le Louvre et venant de chez
  Mariette.

      H. 29, L. 19.

  --Apollon, une main appuyée sur sa lyre et entouré des Muses,
  dans une salle fermée par une balustrade, et aux colonnes de
  laquelle des amours suspendent des tentures.

  Croquis à la plume, lavé de bistre.

  Signé: _Dandré Bardon_; et au dos du dessin, de l'écriture du
  peintre: _Parnasse pour le fond de la salle du concert de la
  ville d'Aix en Provence par M. Dandré Bardon_.

      H. 20, L. 49.


DAVID (_Louis_). Parfois, mais rarement, il échappe au semblant d'épure
qu'il trace d'un corps humain; cependant dans un portrait,--le portrait
est au fond son original et grand talent,--David jette, sur un morceau
de papier, modelée dans une encre de Chine brutale et cernée par un
trait dur, une physionomie pleine d'une vie intense.

  --Portrait de David. Il s'est représenté en buste, de profil,
  tourné à gauche, les bras croisés. Il a au cou une large cravate
  blanche, et porte un de ces habits aux amples revers, au haut
  collet, un habit de l'époque de la Révolution.

  Dessin à l'encre de Chine sur trait de plume.

  Signé: _L. David_.

      H. 18, L. 18 (ovale).


DEBUCOURT (_Louis-Philibert_). L'habile et charmant graveur en couleur,
aux dessins d'une telle rareté,--du temps qu'il gravait ses femmes
en robe blanche et ses hommes en habit rouge,--que je n'ai jamais pu
en rencontrer un. Je n'ai vu passer sous son nom que des broutilles
fort contestables. M. Jazet lui-même, le descendant de Debucourt, ne
possédait guère qu'une assez ennuyeuse étude de la vieille Annette,
faite pour le médaillon d'Annette et de Lubin. Et, sauf la Fête de la
Fédération, un dessin qui n'est pas terminé,--découvert chez Blaizot
par M. Delbergue-Cormont,--on ne rencontre de Debucourt, que des
dessins de l'époque du Directoire et de l'Empire, dans lesquels survit
bien peu du talent du graveur et du petit peintre de la fin du XVIIIe
siècle.

  --Une tabagie, dans laquelle une jeune femme, coiffée d'une
  calèche ridicule, et qu'un homme cherche à retenir par la taille,
  se bouche le nez avec la serviette d'un garçon, porteur d'un plat
  de poisson dont la sauce se répand.

  Gouache sur trait de plume.

  Ce dessin caricatural a été gravé sans nom de dessinateur, sous
  le titre: _les Goûts différens_.

      H. 18, L. 29.

  --Femme en tunique courte, en jupe transparente, rattachant les
  bandelettes de sa chaussure.

  Aquarelle gouachée.

  Gravé sous le titre: LE PRÉTEXTE (Modes et Manières du jour,
  n° 1).

      H. 16, L. 10


DESFRICHES. Négociant, amphitryon de Cochin qui vient _riboter_ sous
les chênes verts de sa Cartaudière, collectionneur, artiste, amateur,
inventeur du _papier-tablette_, aujourd'hui papier Pelée, Desfriches
est un agréable paysagiste de la banlieue d'Orléans, avec son branchage
rameux, son feuillage étoilé, ses fonds légers, et ses petites lumières
égratignées au grattoir.

  --Un chemin bordé par deux bouquets d'arbres, sous l'un desquels
  est une chaumière; au premier plan, un homme soulevant un seau,
  causant avec une femme.

  Dessin à la pierre noire sur papier-tablette.

  Gravé en fac-similé de crayon par Demarteau, sous le n° 223 de
  son Œuvre.

      H. 15, L. 20.


DESRAIS (_C.-L._). Le premier dessinateur, chez lequel meurt la ligne
rondissante et verveuse de la vignette du XVIIIe siècle dans la ligne
raide et sèche de la vignette de la Révolution et de l'Empire.

  --Vue de l'intérieur de la salle du Panthéon de la rue de
  Chartres. Huit danseurs et danseuses groupés, deux par deux,
  dansent l'_Allemande_[16] sous les yeux de nombreux spectateurs,
  amassés autour d'eux ou garnissant les deux balcons circulaires
  de la coupole.

    [16] Desrais a effrontément pillé, dans ce dessin, l'Allemande
    du «Bal paré» d'Augustin de Saint-Aubin.

  Lavis à l'encre de Chine sur trait de plume avec quelques rehauts
  de blanc de gouache. La partie architecturale du dessin n'est
  lavée que d'un seul côté.

  Gravé par Croisé dans le JOURNAL POLYTYPE _des Sciences et des
  Arts_ du 27 octobre 1786.

  Vente Lavalette.

      H. 20, L. 14.


DUCLOS (_Antoine-Jean_). L'habile graveur qui a produit quelques
dessins à la facture petite et gentillette.

  --Un homme dépouillé de son uniforme militaire, et que des
  soldats emmènent.

  Bistre sur trait de plume.

  Signé: _A. J. Duclos invenit 1772_.

  En bas, dans la marge, de la main du dessinateur: LE DÉSERTEUR.
  _Oui, je déserte!_

      H. 15, L. 9.


DUMAS. Architecte dont les dessins d'architecture sont animés de
petites figures gribouillées sans une trop grande maladresse.

  --Représentation de la Halle à la marée au moment de la criée.

  Aquarelle sur trait de plume.

  On lit dans la marge: _Vue en perspective de la Halle à la
  marée. Cour des Miracles, commencée en 1785 par les ordres de
  monseigneur de Calonne... de messire Charles-Pierre Lenoir,
  alors lieutenant-général de police, et finie au mois de juillet
  1786, sous les ordres de messire Thiroux de Crosne... par Dumas
  architecte_.

      H. 35, L. 51.

  --Rentrée d'un régiment de gardes françaises dans une grande
  caserne, au fronton décoré de fleurs de lys, et au milieu duquel
  se voit une tête entourée de rayons. Carrosses, chaises à
  porteur, vinaigrette dans laquelle deux Savoyards traînent une
  femme.

  Aquarelle sur trait de plume.

      H. 26, L. 44.


DUPLESSIS-BERTAUX (_Jean_). Le dessinateur que l'Empire appelait
son Callot, le dessinateur au dessin mouvementé, incisif, selon
l'expression de M. Renouvier, qui lui reproche avec justesse le parti
pris de ses corps allongés, de ses bras tendus, du théâtral apporté à
ses petites figures. Je possède un dessin intéressant pour l'histoire
de ses débuts. C'est le n° 368 du cabinet du frère de Mme de Pompadour,
un dessin qu'un catalogue postérieur annonce avec cette mention: _fait
à l'âge de 13 ans_[17], et qui, entièrement exécuté dans la manière de
Callot, dont il copiait alors les estampes, est un des plus curieux
dessins historiques pour l'histoire de Paris du XVIIIe siècle: une
composition énorme représentant en 1762, avec tous ses détails, la
Foire Saint-Ovide.

    [17] Les biographes le font naître les uns en 1747, les autres
    en 1750.

  --La Foire Saint-Ovide.

  Vue des boutiques établies autour de la place Vendôme et des
  théâtres forains adossés au piédestal de la statue de Louis XIV.
  Au milieu du passage des carrosses et de la promenade d'une
  escouade du guet, nombre de petites figures, parmi lesquelles
  il y a des marchandes de fruits, des vendeurs d'orviétan, des
  débitants de moulins à vent pour les enfants. Sur la baraque
  la plus en vue, on lit ces trois affiches: _Le sieur Nicolet
  fera l'ouverture de son théâtre lundi_.--_Aujourd'hui Arlequin
  Racolleur suivi d'un grand ballet pantomime._--_La grande troupe
  des sauteurs et voltigeurs de corde, la petite Hollandaise
  commencera._ On distingue encore sur d'autres baraques:
  _Chassinet joueur du Roy._--_Au Caffé royal._--_Magasin de toutes
  sortes de vins de Bourgogne et autres._

  Dessin à la plume.

  Signé dans la marge: FOIRE SAINT-OVIDE. _Dédié à M. le marquis de
  Marigny, conseiller du Roy en ses conseils... Dessiné à la plume
  par son très humble et très obéissant serviteur Bertaux 1762_.

  Vente du marquis de Menars, n° 368.

      H. 41, L. 54.

  --Vue d'une fête sous la Révolution. Au fond, derrière des
  statues de chevaux cabrés, trois temples, le premier dédié à la
  Paix, le second aux Arts, le troisième à l'Industrie. A droite,
  en avant d'une espèce de figuration de la Bastille, défile de la
  cavalerie; au premier plan des hommes du peuple, des enfants, des
  houssards, des femmes en tunique près d'une vendeuse en plein air.

  Dessin à la plume trempé dans le bistre et lavé à l'encre de
  Chine.

  Signé _B. D._ et dans la marge: _Duplessis Bertaux 1794_.


DURAMEAU (_Louis_). Peintre d'histoire qui a souvent cherché dans ses
dessins le rembranesque, faisant choix de papier fauve, chauffé de
sanguine qu'il lavait de bistre, et dont il éclairait les lumières
restreintes, de blanc de gouache. Durameau a fort peu traité de sujets
de la vie contemporaine.

  --Une partie de cartes, aux bougies, entre deux gentilshommes et
  une dame.

  Dessin sur papier rosâtre, lavé de bistre et rehaussé de blanc de
  gouache.

  Signé: _Du Rameau 1767_.

      H. 17, L. 23.

  --Scène romaine au lit de mort d'un mourant.

  Dessin sur papier brunâtre à la pierre noire, lavé de bistre et
  rehaussé de blanc de gouache.

      H. 29, L. 22.

  --Éole ouvrant l'antre des Vents, qui se précipitent dehors, le
  visage gonflé par des souffles faisant une tempête autour d'un
  vaisseau: tempête que regarde, flottante dans le ciel, Vénus
  descendue de son char attelé de paons.

  Dessin au crayon noir et à la sanguine, lavé et rehaussé de
  gouache.

  Signé: _Du Rameau 1775_.

      H. 33, L. 41.


DURAND (_P.-L._). Dessinateur très peu connu. Sans l'indication, au bas
de la gravure de Fessard, de: _P.-L. Durand delineavit_, j'aurais été
tenté d'attribuer ce dessin à un Marillier quelconque.

  --Un obélisque sur lequel un amour attache un médaillon de
  Marie-Thérèse; une figure allégorique de chaque côté, au bas une
  femme pleurant, la tête d'un amour sur son genou, dans le ciel
  une Renommée mettant en fuite le Temps. Encadrement composé de
  palmes et d'amours, surmonté des armes de Marie-Antoinette.

  Lavis à l'encre de Chine.

  Le dessin porte dans une tablette: _Filiæ, uxori, matrique
  Cæsarum_, et dans la marge: _Galliarum reginæ pietati, Felix
  Nogaret Massiliensis et Andegavensis Academiæ socius, inv.
  urnam... anno M DCC LXXXI_.

  Dessin commémoratif de la mort de Marie-Thérèse, gravé par
  Fessard. (Voir la longue description de ce dessin dans
  Bachaumont, vol. XVII, p. 249 et 250.)

      H. 31, L. 22.


EISEN (_Charles_). Vignettiste inférieur à Gravelot, et trop abondant
et trop facile, mais un dessinateur au contour fluide et joliment
contourné, et qui a fait dans la traduction d'Anacréon et ailleurs,
du nu microscopique que lui seul sait faire: de petites académies de
femmes qui dans le cadre d'un cul-de-lampe, apparaissent, ainsi que de
grandes études de Boucher, vues par le petit bout d'une lorgnette. Il
y a une vingtaine d'années, j'ai acheté chez M. Jaquinot, l'heureux
déterreur connu de tous les amateurs, un album où les imaginations
d'Eisen sont visibles dans leur première conception et leur vague
ébauche: le livre des _Pensées_ de l'artiste, ainsi qu'on s'exprimait
au XVIIIe siècle. Ces croquis, ces pensées étaient les esquisses des
compositions, que l'illustrateur soumettait à l'éditeur, et qui,
acceptées, étaient reprises par lui, dans des dessins finis très
souvent sur peau vélin. Quelques-uns de ces croquis sont curieux, en
ce qu'ils portent en marge les changements demandés par l'éditeur et
quelquefois les explications et les objections du dessinateur. Outre
un certain nombre de croquetons pour les livres illustrés par Eisen, et
parmi lesquels il y en a du format d'une pierre gravée, le livre des
_Pensées_ d'Eisen contenait des projets de décorations pour lambris de
château, la première idée de «la Nuit» et encore la première idée du
seul tableau historique que le vignettiste ait jamais exécuté.

  --Recueil de 68 croquis reliés en un volume.

  _Pensées_ des contes de La Fontaine suivants: Joconde, les Oies
  du frère Philippe, A Femme avare galant Escroc, le Calendrier des
  vieillards, On ne s'avise jamais de tout, le Contrat, le Tableau,
  le petit Chien, etc., et encore les variantes du Berceau, de
  l'Abbesse malade, etc. _Pensées_ pour les Métamorphoses d'Ovide,
  la Henriade, les «État actuel de la musique du Roi», etc., etc.

  Tous ces dessins sont à la mine de plomb, sauf un seul à la
  sanguine.

  --Apollon et les Muses dans un vallon, au-dessus duquel piaffe
  Pégase.

  Dessin lavé à l'encre de Chine sur trait de plume.

  Signé: _C. Eisen f._

      H. 18, L. 22.

  --Vénus entourée de sa cour, descendant sur un nuage, dans les
  forges de Vulcain, qui la regarde, une main appuyée sur son
  marteau.

  Lavis à l'encre de Chine sur trait de plume.

      H. 20, L. 16.

  --Dans un bosquet près d'une fontaine, Henri IV aux pieds de
  Gabrielle d'Estrées, entourée de groupes d'amours jouant avec les
  armes du Roi; Sully apparaissant dans le lointain.

  Dessin à la plume, avec des parties seulement indiquées à la mine
  de plomb.

  Croquis du tableau d'Eisen gravé par de Mouchy, sous le titre:
  HENRI IV ET GABRIELLE.

      H. 18, L. 22.

  --Deux enfants en buste, dont l'un a la joue appuyée contre ses
  deux mains, posées sur une cage.

  Dessin lavé à l'encre de Chine sur trait de plume.

  Gravé par Louise Gaillard.

      H. 11, L. 19.

  --Amours attachant, au milieu des plis de deux drapeaux croisés,
  un écusson représentant un coq, la tête levée vers une étoile, et
  que surmonte une banderole, où est écrit: _Viget audax_.

  Mine de plomb.

  Projet de décoration pour lambris, dans la marge duquel on lit de
  la main d'Eisen: _Charles Eisen pour les panaux de derrière_.

      H. 32, L. 16.

  --Dans une chambre à coucher, où se voit un lit à la couverture
  faite, une femme assise à sa toilette, et que ses filles de
  chambre accommodent pour la nuit, cause retournée avec un homme
  en robe de chambre.

  Croquis à la mine de plomb.

  Première idée de la composition gravée par Patas, sous le titre
  de: LA NUIT.

      H. 24, L. 19.

  --Une femme lisant à sa toilette, qu'un amour derrière son
  fauteuil montre du doigt à un jeune homme qui entre. La scène
  a un encadrement à cariatides, et au bas des instruments de
  musique entourant un médaillon, qui contient ces quatre vers:

        _Dans ce moment cher à mon cœur
        Qui m'offre tout ce que j'adore,
        Ma belle a l'éclat d'une fleur
        Que l'amour vient de faire éclore._

  Lavis à l'encre de Chine sur trait de plume.

  L'encadrement seul a été gravé dans le temps, sans nom de
  dessinateur ni de graveur.

      H. 20, L. 26.


FRAGONARD (_Honoré_). Des imaginations de poète prenant corps dans
des taches de la plus belle couleur, en des eaux bistrées d'un bistre
chaud, roux, couleur d'écaille.

  --Une jeune femme assise de côté et tournée à droite, la tête vue
  de trois quarts. Habillée d'une robe ouverte sur la jupe, elle a
  la poitrine enveloppée d'un fichu _menteur_, et est coiffée, sur
  ses cheveux relevés et bouffants, d'un pouf; ses pieds reposent
  sur un coussin.

  Dessin estompé sur crayon noir et rehaussé de craie.

  Cette étude est le portrait en pied de Rosalie Fragonard, une
  fille du peintre morte à ses vingt ans, ainsi que l'atteste
  l'authentification faite par son petit-neveu T. Fragonard, le
  peintre de la manufacture de Sèvres.

      H. 49, L. 35.

  --Femme assise sur une chaise de paille de face, la tête de trois
  quarts tournée à droite. Elle est vue jusqu'à mi-jambes, les
  mains l'une dans l'autre posées sur ses genoux, et a sur sa robe
  un mantelet à capuchon bordé d'une large ruche, se croisant sur
  sa poitrine.

  Sanguine.

  Signé: _Frago. 1785_.

  Collection Marcille père.

      H. 22, L. 17.

  --Jeune fille assise par terre, la tête penchée, les bras
  abandonnés, les jambes croisées sous elle. Coiffée d'un petit
  bonnet, et habillée d'une robe et d'un mantelet[18], elle se
  détache d'un drap blanc étendu sur une table à l'effet de faire
  ressortir le modèle.

    [18] Le mantelet est un des accessoires affectionnés par
    Fragonard dans la toilette de ses femmes.

  Sanguine.

  Signé: _Frago. 1785_.

  Collection Marcille père.

      H. 22, L. 17.

  --Une femme allongée sur un banc de jardin, au dossier à
  balustres, une joue appuyée sur sa main droite, ses souliers au
  haut talon posés l'un sur l'autre.

  Dessin au crayon noir, légèrement lavé d'encre de Chine.

  Signé au crayon: _F... g....._.

      H. 31, L. 39.

  --Dans un hangar, au fond duquel s'élève une presse, et où
  travaillent des ouvriers imprimeurs, près d'un gentilhomme qui
  parle à un homme mettant en page une feuille d'impression, est
  assise une femme, tenant un masque à la main.

  Grisaille à l'essence sur papier.

  Un catalogue anonyme des premières années de la Révolution donne
  cette grisaille comme étant la représentation d'une «Imprimerie
  secrète».

      H. 32, L. 22.

  --Un grand-papa dans un fauteuil, une main appuyée sur une
  béquille, sourit à un enfant tenu par sa mère et qui lui tend les
  bras; le père est penché derrière le vieillard.

  Dessin dans la manière de Greuze, à l'encre de Chine, dessiné et
  lavé au pinceau.

      H. 32, L. 24.

  --Dans un cellier, entourée d'enfants, une jeune fille est en
  train de couper du pain dans une grande miche; un petit garçon, à
  la courte chemisette, se tient debout devant elle, attendant sa
  tartine.

  Bistre.

  Dessin gravé en réduction par De Launay, sous le titre: _Dites
  donc, s'il vous plaît?_

  Vente Villot.

      H. 32, L. 45.

  --Sur le pied d'un lit en désordre, où se voit deux oreillers,
  une jeune femme en chemise est assise, une jambe repliée sous
  elle, les mains jointes, la tête appuyée au mur; monté sur un
  escabeau, son chien la regarde tristement.

  Bistre rehaussé de blanc de gouache autour de la tête de la femme.

  Première idée du sujet gravé en fac-similé par Saint-Non, et au
  burin par Dennel, sous le titre: _S'il m'étoit aussi fidèl_ (sic).

  Porte la marque à froid F. R.

      H. 27, L. 37.

  --Dans une grange, un peintre en train de peindre une jeune
  villageoise, et dont le chevalet et la personne sont renversés
  par la brusque irruption d'un amoureux qui a jeté le modèle sur
  une botte de foin, où il le tient embrassé.

  Bistre.

  Gravé en fac-similé par Charpentier, sous le titre: LA CULBUTE.

      H. 28, L. 40.

  --Un vieillard penché sur des sacs d'argent, que ses mains
  semblent défendre de la convoitise d'une jeune femme, les
  regardant par-dessus son épaule.

  Dessin sur papier jaune, au crayon noir, rehaussé de brutales
  touches de pastel.

  Vente Villot.

      H. 20, L. 22 (ovale).

  --Un berger et une bergère s'embrassant près d'un abreuvoir; un
  taureau les contemple.

  Bistre.

      H. 23, L. 17.

  --Une écurie pleine de l'envolée de volailles, où des jeunes
  filles s'amusent d'un âne tout chargé d'enfants, et que tire par
  la bride, pour le faire entrer, un jeune garçon.

  Aquarelle relevée de plume.

  Signé: _Fragonard 1770_.

  Gravé deux fois par Saint-Non, en 1762 et en 1770.

      H. 18, L. 26.

  --Paysage au milieu de rochers au pied d'un arbre tordu par le
  vent; un berger, couché à plat ventre, garde des bestiaux; à
  droite, une femme tenant sur les bras un marmot et donnant la
  main à un autre enfant.

  Gouache.

  Vente Pérignon.

      H. 29, L. 42.

  --A l'entrée d'une allée de grands arbres, vue d'une fontaine au
  milieu de laquelle s'élève une colonne surmontée d'une statue; à
  gauche, une charrette au trot.

  Bistre.

      H. 16, L. 22.

  --Près des remparts d'une ville baignés par une rivière, un petit
  aqueduc où une roue fait monter l'eau; à droite, de grands arbres
  sous lesquels se promènent des gens; à gauche, une femme chargée
  de deux cruches.

  Bistre.

      H. 19, L. 31.

  --Sous l'avance d'une roche, dans un site boisé, des bestiaux
  boivent à un abreuvoir.

  Bistre.

      H. 25, L. 30.

  --Un four public rempli de femmes apportant leurs pains à cuire,
  et qu'un homme enfourne.

  Bistre.

  Sur une poutre de la toiture est écrit, de la main de Fragonard:
  _Four banal de Négrepelisse, octobre 1773_.

  Et au dos du dessin se lit d'une écriture du temps: _Dessin
  d'Honoré Fragonard fait dans son voyage d'Italie avec M.
  Bergeret. Du cabinet de M. le duc de Chabot._

  Dans le journal manuscrit et inédit, qu'a rédigé Bergeret de ce
  voyage d'Italie, il fait mention d'un séjour de Fragonard du 12
  au 26 octobre 1773, à sa terre de Négrepelisse, près Montauban.

      H. 29, L. 37.

  --Un escalier de parc italien surmonté de deux statues, et
  derrière lesquelles s'entrevoit une fontaine monumentale aux
  eaux jaillissantes. Au premier plan, au milieu de gens couchés à
  terre, une femme debout tenant une ombrelle.

  Sanguine.

      H. 22, L. 38.

  --Vue de la villa Borghèse, animée de groupes de personnages sous
  les pins parasols.

  Bistre.

  Vente Defer.

      H. 25, L. 39.

  --Des cascatelles, au haut desquelles se voit entre des arbres
  une rotonde à colonnes; au premier plan, contre le piédestal d'un
  grand vase où montent des plantes grimpantes, est adossée une
  femme qui a près d'elle deux enfants.

  Bistre.

  Le dessin est signé au dos: _Honoré Fragonard fecit 1788_.

      H. 51, L. 37.

  --Dans une métairie de la campagne romaine, des enfants dont
  l'un est monté sur le dos d'un âne, font manger le baudet dans
  un autel antique, devenu une mangeoire, pendant que près d'une
  marmite qui bout, montée sur un piédestal, une jeune fille
  immobile se tient drapée dans l'attitude d'une statue.

  Bistre.

  Vente du duc de Chabot.

      H. 34, L. 46.


FREUDEBERG (_Sigismond_). Un singe de Moreau jeune, parfois pas trop
maladroit, mais dont la grâce reste en ses meilleures compositions
légèrement allemande. Ces deux dessins de l'illustration du «Monument
du Costume», en compagnie de cinq ou six autres Moreau de la même
suite, étaient passés en Russie: M. Gigoux a eu le bonheur de les
y déterrer, et, si je me souviens bien de ses paroles, au prix
d'une dizaine de francs chacun, Moreau ou Freudeberg,--et seul,
un Freudeberg de cette suite, s'est vendu 5,500 francs à la vente
Mahérault.

  --Dans une chambre à coucher, une jeune femme, déjà en bonnet de
  nuit, se fait enlever des épaules par une chambrière son caraco,
  pendant qu'une autre fille de chambre bassine son lit.

  Bistre sur trait de plume.

  Gravé sous ce titre: LE COUCHER par Duclos et terminé par Bosse,
  dans la «Suite d'Estampes pour servir à l'Histoire des Mœurs et
  du Costume des Français dans le XVIIIe siècle».

  Vente Gigoux.

      H. 28, L. 22.

  --Dans un appartement aux lambris délicatement sculptés, une
  femme couchée sur un sofa, dormant la tête appuyée sur sa main;
  au dehors, par une porte-fenêtre entr'ouverte, on voit une
  chambrière lutinée par un gentilhomme, et le repoussant d'une
  main posée contre sa bouche.

  Bistre sur trait de plume.

  Gravé sous ce titre: LE BOUDOIR par Maleuvre, dans la «Suite
  d'Estampes pour servir à l'Histoire des Mœurs».

  Vente Gigoux.

      H. 28, L. 22.


GILLOT (_Charles_). Le maître de Watteau, un grand talent original à
cheval sur l'antiquité et la comédie italienne, un dessinateur élégant
et serpentant, un croqueur à la plume pleine de fantaisie, mais qui
n'a jamais pu, dans ses dessins faits, se dépouiller de la sécheresse
du graveur. Son crayon a quelque chose de la pointe d'un style qui
entrerait dans le papier, et ses sanguines vues à distance apparaissent
comme des contre-épreuves de fines impressions tirées en rouge.

  --Au dessous d'une niche, où est placé le buste du dieu Pan,
  trois faunesses attirant à elle une panerée de fleurs apportée
  par un satyre; à droite, à gauche, des épisodes de bacchanale.

  Sanguine.

  Gravé par Gillot, sous le titre: FESTE DU DIEU PAN.

      H. 15, L. 36.

  --Sous un drapeau déployé, marchant en bataillon, une troupe
  d'amours, dont chacun porte, sur son petit corps nu, un
  accessoire ou un morceau de costume de la Comédie italienne.

  Sanguine.

      H. 14, L. 21.


GIRODET DE ROUCY TRIOSON (_Anne-Louis_). L'artiste aux dessins si en
faveur sous la Restauration, si dépréciés aujourd'hui.

  --Médaillon aux deux têtes accolées, où le peintre s'est
  représenté avec sa maîtresse, dessinée les cheveux coupés courts
  et coiffée en garçon.

  Dessin au crayon noir, rehaussé de craie et de blanc de gouache
  qui a noirci.

  Au dos du dessin, l'amant a écrit:

        _Je n'ai pu de tes traits retracer la douceur
            Ni cette grâce enchanteresse
        Que leur donnent à la fois ton esprit et ton cœur.
        Cependant à mon âme ils sont présents sans cesse,
        Et ma main seule est coupable d'erreur.
        Mais que du sentiment ce faible et léger gage
            Où s'est tracé ton plus fidèle ami
            Répète encor après nous, d'âge en âge,
        Que mon cœur à ton cœur fut constamment uni_[19].

    [19] On a deux pièces de poésie de Girodet imprimées, l'une: «A
    sa maîtresse»; l'autre: «Portrait de sa maîtresse»; dans toutes
    les deux, il parle «d'une noire chevelure aux anneaux légers,
    capricieux».

  A bien des années de là, sur le papier jauni, la maîtresse
  prenant la plume, écrivait au bas des vers de son amant:

                        _17 ans après.
        Un amour immortel m'entraînait à sa gloire:
        J'appris à l'admirer autant qu'à le chérir.
        Et c'est pour m'attacher encore à sa mort,
            Que j'ai différé de mourir._

  Ces quatre lignes sont signées _Julie_, que suit un nom de
  famille qui a été gratté.

      H. 11, L. 11 (ovale).


BOURGUIGNON _dit_ GRAVELOT (_Hubert-François_). Le grand
vignettiste du XVIIIe siècle, un des plus savants dessinateurs de son
temps[20], et dont le dessin a cette qualité d'être toujours, en les
plus petites choses, un contour flottant et roulant de la forme, et
cela encore très souvent cherché sur la chaleur du fond, sur un frottis
de sanguine,--une des habitudes à laquelle on reconnaît, sur le papier,
les coloristes de l'époque.--Gravelot a enfin une grâce, toujours
appuyée sur l'étude de nature, que n'a pas Eisen, fabriquant trop
souvent sa grâce de _chic_. La vente du général Andreossy, en livrant
aux enchères de grands dessins trouvés par le général pendant son
ambassade en Angleterre, a été une révélation de l'énorme travail de
préparation des petites vignettes de Gravelot. Il les cherchait d'abord
d'après nature, ou d'après des mannequins articulés qu'il avait fait
exécuter à Londres, dans de larges dessins au crayon noir rehaussés de
blanc, et tout semblables à des études de Lancret. Cela fait, il les
mettait au carreau, puis les réduisait en de petits dessins du format
des livres, exécutés à la mine de plomb avec le plus grand fini.

    [20] Dans ce siècle-ci, je ne vois guère que Meissonier qui
    dessine aussi bien que Gravelot, et j'avancerai même que
    certains dessins du maître moderne ont une parenté avec les
    dessins du vignettiste du XVIIIe siècle.

En 1809, à la vente Guyot passait le _Portefeuille_ de Gravelot,
le livre de ses croquis. C'est sans doute cette réunion de dessins
retrouvée, par M. Danlos fils, qui a été vendue, il y a deux ou trois
ans, à M. Bocher.

  --Jeune homme en costume de cour, saluant, le tricorne à la main;
  derrière lui un piédestal, où il y a une femme-sphinx sur le dos
  de laquelle est assis un amour.

  Dessin à la mine de plomb et à la sanguine.

  Vente Andreossy.

      H. 24, L. 17.

  --Jeune homme en costume de cour, le tricorne sous le bras, une
  main étendue en avant; dans le fond, une architecture de palais.

  Dessin à la mine de plomb et à la sanguine.

  Ce dessin et le précédent sont frottés de sanguine au revers pour
  être gravés.

  Vente Andreossy.

      H. 24, L. 17.

  --Dame debout, jouant de l'éventail, tout en s'entretenant avec
  un gentilhomme qui a le chapeau sous le bras.

  Dessin sur papier jaunâtre, au crayon noir estompé, et rehaussé
  de craie.

  Vente Andreossy.

      H. 42, L. 34.

  --Femme en petit bonnet, en manteau de lit, assise près d'une
  table de toilette autour de laquelle sont groupées trois
  silhouettes de jeunes filles, dont l'une semble tenir à la main
  une houppe; à ses pieds est couché à terre un homme, le coude
  appuyé sur un tabouret.

  Dessin sur papier jaunâtre, au crayon noir, rehaussé de craie.

  Vente Andreossy.

      H. 28, L. 43.

  --Femme couchée dans un lit, dont le pied découvert est manié par
  un chirurgien pour une saignée. Par une porte ouverte, une fille
  de chambre entre, portant sur un plateau une chocolatière.

  Dessin sur papier jaunâtre, au pinceau trempé dans le bistre, sur
  estompage de crayon rehaussé de craie.

      H. 43, L. 54.

  --Deux personnages penchés sur une cuve.

  Trait de plume lavé de bistre.

  Signé: _H. Grav. delin._

  C'est un dessin satirique fait par Gravelot en Angleterre, et
  tiré, je crois, du poème d'Hudibras, et qui porte, en haut de
  son encadrement rocaille, cette inscription: _The itinerant
  Handy-Craftsman or Caleb turn'd Tinker_.

  Vente Andreossy.

      H. 22, L. 30.

  --Une fouille à la porte d'une église d'architecture anglaise,
  et qui porte, dans une ogive, la date de 1301; un homme, la
  tête découverte, remet une lettre à un vieillard appuyé sur une
  canne, en train de surveiller les ouvriers. A gauche, sous un
  pigeonnier, sont assis un jeune homme et une jeune fille près
  d'un paon qui fait la roue.

  Dessin à la plume, lavé d'encre sur papier jaunâtre.

      H. 26, L. 22.

  --Sur un fond d'architecture gravé, le char de Neptune, précédé
  de Vénus portée sur un dauphin et entourée d'amours; sur les deux
  rives des Turcs et des Indiens, auxquels des Néréïdes apportent
  des produits de l'Océan. Outre la scène principale tout entière
  dessinée, il y a, dans la voussure du plafond, des cartouches,
  dans les entre-colonnements du palais de théâtre, des niches,
  remplies par des écussons et des statues également dessinés.

  Lavis à l'encre de Chine.

  Dessin pour une Fête de Versailles, qui, après que les figures
  ont été dessinées sur le commencement de la gravure, a été
  entièrement gravé sous un titre que je ne retrouve plus.

      H. 30, L. 48.

  --Le Colin-maillard.

  Dessin à la sanguine relevé de plume.

  Signé deux fois dans la marge: _H. Gravelot inven._

  Gravé par Martinet dans une série de quatre vignettes avec des
  vers au bas.

      H. 18, L. 12.

  --Une jeune femme couchée sur un grabat, dont s'approche, suivi
  d'un petit garçon, un homme qui fait un geste d'étonnement.

  Dessin sur papier jaunâtre, au crayon noir estompé, rehaussé de
  craie. Il a été mis au carreau pour la réduction du dessin en
  vignette.

  C'est le dessin de la vignette gravée par Pasquier, t. Ier, p.
  189 de l'_Histoire de Tom Jones_, traduit par M. de la Place,
  1751.

  Vente Andreossy.

      H. 38, L. 46.


GREUZE (_Jean-Baptiste_). A propos du grand dessin, exposé par Greuze
au Salon de 1769, Diderot dit: «Il ne faut à Greuze qu'une matinée
pour faire un dessin comme celui-là.» Oui, Greuze a le jaillissement
du trait comme inspiré et enthousiaste; son lavis semble avoir la
fièvre, et même en ses têtes d'études où il s'astreint à un travail
de hachures, il apporte là dedans une fougue qui n'y laisse rien
de mécanique. Un dessin, catalogué ici, présente un intérêt: c'est
la répétition, pour ainsi dire, du «Coucher» de Vanloo, un dessin
désagréable par la masculinité du torse, mais dont le fier et coloré
modelage des jambes montre le puissant artiste qu'était Greuze à
certaines heures.

  --Dans un parc, un jeune homme debout, soutenant de la main
  gauche son fusil appuyé sur un banc de pierre, où se repose un
  chien, tandis que son bras droit est entouré des deux mains d'une
  jeune femme assise, qui appuie amoureusement sa tête contre lui.

  Lavis au pinceau à l'encre de Chine.

  Étude pour le portrait d'un jeune ménage, peut-être celui des de
  La Borde.

      H. 38, L. 35.

  --Jeune femme au seuil d'une porte, la tête baissée, les bras
  pendants; sur ses épaules est jeté un fichu à la large pèlerine.

  Dessin au crayon noir et à la sanguine fondus et estompés.

  Étude de femme d'après Mme Greuze pour la composition gravée
  par Massard, sous le titre: LA DAME BIENFAISANTE. Une étude
  semblable, mais à la sanguine seulement, existe au Louvre.

  Vente Hope.

      H. 49, L. 31.

  --Une vieille femme paralytique, qu'un jeune homme approche d'un
  fauteuil, en la soutenant filialement sous les bras.

  Lavis au pinceau à l'encre de Chine.

      H. 31, L. 22.

  --Académie de femme nue, vue de dos, la tête retournée par
  derrière. Une main appuyée sur un coin de toilette, elle a la
  jambe gauche agenouillée sur un fauteuil où est posée sa chemise.

  Dessin au crayon noir et à la sanguine fondus et estompés.

  Vente de Mlle Caroline Greuze, n° 35.

      H. 59, L. 37.

  --Trois études d'amours.

  Lavis au pinceau à l'encre de Chine sur trait de crayon et
  balafré de sanguine.

      H. 26, L. 22.


GUÉRIN (_François_). Un académicien de la vieille académie bien peu
connu, et dont les dessins grouillants et tumultueux, lavés de bistre
et sabrés de blanc de gouache, sont un mélange de faire de Boucher,
son maître, et de Gabriel de Saint-Aubin. Ils ne sont pas signés, les
dessins de ma collection, mais j'ai vu en 1860, chez Mallinet, un
dessin du même Maître, et absolument de la même facture, représentant,
dans un atelier plein d'enfants, une femme peignant à un chevalet,
dessin signé _F. G._, les initiales de François Guérin.

  --Un marché à la volaille du temps. Allée de boutiques faites de
  quatre perches, au haut desquelles est noué, servant de toit,
  un vieux morceau de toile, d'où pendent accrochés toutes sortes
  de volatiles. Au premier plan du marché, peuplé de vendeuses et
  d'acheteuses, une vieille femme agenouillée sort d'un panier,
  appelé _couveuse_, un poulet qu'elle met entre les mains d'une
  fillette.

  Dessin sur papier jaune, au bistre, rehaussé de blanc de gouache.

  Portant la marque du chevalier Damery.

      H. 23, L. 28.

  --Une marchande de marrons en train de renverser le contenu de sa
  poêle dans un morceau de couverture; à côté un garde française
  embrassant une grisette; dans le fond, une femme jouant du violon
  auprès d'un homme qui fait la parade devant les tableaux d'une
  baraque.

  Dessin sur papier jaune, au bistre, rehaussé de blanc de gouache.

  Portant la marque du chevalier Damery.

      H. 23, L. 28.


HOIN (_Claude_). Un nom d'artiste complètement sombré, et que seulement
depuis quelques années vient de réapprendre aux amateurs le passage,
dans les ventes d'estampes, de deux ou trois gravures en couleur
d'après ses compositions. Les experts avaient une telle défiance de
l'inconnu de son nom, et cela encore à la vente Tondu, qu'ils livraient
aux enchères ses gouaches, signées en toutes lettres, sous le nom de
Fragonard. Un très habile gouacheur que Hoin, et peut-être l'inventeur
de ces petits zigzags de blanc, employés si joliment par Hall dans
les demi-teintes neutres de ses étoffes, et qui font l'effet de ces
sillons brillants qu'un patin laisse sur la glace. Hoin faisait, par
parenthèse, annoncer que ces coups de blanc étaient exécutés avec le
blanc de zinc, tout nouvellement inventé par le chimiste de Morveau.
Hoin, en définitive, est l'un des quatre ou cinq plus remarquables
gouacheurs du siècle. On ne peut lui reprocher qu'un goût trop prononcé
pour la coloration gorge de pigeon, qui apporte à ses compositions une
harmonie un peu ardoisée.

  --Mme Dugazon dans le rôle de Nina. Elle est représentée en
  fichu de gaze, en corsage jaune, en robe de mousseline blanche à
  dessous rose, courant vers une grille de château, des fleurs dans
  les cheveux, un bouquet à la main.

  Gouache.

  Signé sur une pierre de la grille: _Hoin P. de M._ (peintre de
  Monsieur), 1789.

  Composition différente de Nina la folle, gravée en couleur par
  Janinet en 1787, d'après Hoin.

  Vente Tondu.

      H. 25, L. 19.


HOUEL (_Jean-Pierre-Louis_). D'élégants dessins de toutes sortes, parmi
lesquels on remarque une série de gouaches représentant des paysages
italiens, où l'artiste cherche à échapper aux tons conventionnels de
ce genre de peinture, pour se rapprocher de la couleur vraie de la
nature.

  --Sous les arceaux d'une vieille construction, une écurie où l'on
  voit un petit cavalier en selle sur un cheval qui caracole; à
  droite, un escalier où monte un homme portant un sac sur son dos.

  Bistre sur trait de plume.

  Signé: _Houel f. 1764_.

      H. 32, L. 27.

  --Une colline boisée, surmontée d'une église à campanile entourée
  de cyprès; au bas, un lac avec une barque amarrée; à gauche un
  homme qui brouette une barrique.

  Gouache.

  Signé: _Houel f. R. 1772_.

      H. 30, L. 47.


HUET (_Jean-Baptiste_). Le copiste, le plagiaire des dessins, des
motifs, des procédés même de Boucher dont il a pris jusqu'aux petits
traits géminés dont le puissant crayonneur accidente, _zèbre_, pour
ainsi dire, le plane de son estompage: travaux que l'on sent chez le
Maître l'œuvre d'une main et qui ne semblent chez son disciple que la
façon d'un outil, d'une mécanique. Déclarons-le bien haut, le joli chez
Boucher a parfois du grandiose, il n'est jamais que joli chez Huet.

  --Une bergère, en chapeau de paille, au corsage décolleté et
  enrubanné, à la jupe faisant retroussis, les pieds nus, une rose
  à la main; derrière elle des moutons couchés à terre.

  Pastel.

  Signé: _J. B. Hûet, 1788_.

      H. 39, L. 28.

  --Dans un jardinet fleuri de roses trémières, une jeune femme,
  assise près d'une caisse d'orangers, pêche à la ligne; à ses
  côtés un petit garçon joue avec un chien.

  Aquarelle.

  Signé au crayon: _J. B. Hûet, 1783_.

      H. 20, L. 29.

  --Dans une chambre où les gens sont aveuglés par la fumée d'un
  poêle qu'on allume, deux amoureux profitent de l'incident pour
  s'embrasser sans être vus[21].

  Dessin lavé au bistre sur trait de plume.

  Signé: _J. B. Hûet, 1789_.

  Gravé en couleur par Delacour, sous le titre: L'HEUREUX ACCIDENT.

      H. 24, L. 37.

    [21] Un motif en faveur dans ce temps. On trouve dans
    le catalogue Paignon-Dijonval une gouache de Debucourt
    représentant le même sujet, qui a été encore repris par
    Fragonard dans un charmant bistre possédé par M. du Sommerard.

  --Marche d'animaux à la Benedette Castiglione, où, dans la
  bousculade, un taureau monte sur une vache.

  Dessin sur papier jaune, au crayon noir, rehaussé de craie.

  Signé à l'encre: _J. B. Hûet, 1771_.

      H. 32, L. 43.

  --Bâtiments de ferme dans une saulaie, au bord d'un ruisseau où
  pêche à la ligne un petit garçon.

  Signé: _J. B. Hûet, 1787_.

      H. 34, L. 44.

  --Cour de ferme, où sur des bottes de foin est assise une jeune
  villageoise, adossée à la porte rustique d'un verger, sous
  laquelle joue un enfant.

  Signé: _J. B. Hûet, 1787_.

      H. 34, L. 44.

  --Canard prenant son vol.

  Aquarelle.

  Signé: _C. Huet, 1754_[22].

      H. 21, L. 39.

    [22] Huet est né en 1745, donc il aurait eu 9 ans quand il
    aurait fait ce dessin, en outre ses prénoms sont Jean-Baptiste,
    et cependant le dessin est marqué au caractère de ses études,
    et de plus la signature est parfaitement de l'écriture du
    peintre.


HUEZ. Un sculpteur qui fait des dessins de sculpteur.

  --La France, appuyée sur un bouclier fleurdelysé, fait le geste
  de bénir une femme, ayant la main sur un aérostat. Dessin au
  bistre et à l'encre de Chine sur trait de plume.

  Signé: _D'Huez_, qui a écrit dans la marge: _La Physique
  présentant la machine aérostatique à la France qui la protège_.

      H. 31, L. 24.


JEAURAT (_Edme_). Dessinateur de scènes «du bas peuple» à la façon de
Chardin, mais qui n'a rien de son ampleur magistrale. Ses dessins sont
presque toujours exécutés au crayon noir avec une pierre d'Italie,
presque grise, et très légèrement rehaussés de blancs à peine visibles,
cela sur un papier bleuâtre, en sorte que ses études, aux contours
et aux détails arrêtés par un petit trait sec, apparaissent comme
éclairées par un clair de lune. On remarquera que trois de ces dessins
de Jeaurat, quoique provenant de ventes différentes, portent gravée à
froid une petite ancre: la marque du chevalier Damery. Cet amateur,
dont le nom se trouve au bas d'un certain nombre d'estampes, comme
le nom du possesseur d'une collection considérable de tableaux et
de dessins, fut un homme d'un goût sûr, un _choisisseur_ délicat et
raffiné. Je signale sa marque aux amateurs: elle n'est jamais sur un
dessin médiocre.

  --Un homme et une femme du peuple dansant.

  Dessin sur papier bleu, à la pierre d'Italie, rehaussé de craie.

  Étude des deux figures principales pour le tableau de LA PLACE
  DES HALLES, gravé par Aliamet.

  Portant la marque du chevalier Damery.

      H. 22, L. 27.

  --Trois femmes des halles faisant les cornes.

  Dessin sur papier bleu, à la pierre d'Italie, rehaussé de craie.

  Étude pour LE TRANSPORT DES FILLES DE JOIE A L'HÔPITAL, gravé par
  Levasseur.

  Portant la marque du chevalier Damery et du peintre Joyant.

      H. 22, L. 28.

  --Un homme attelé au brancard d'une charrette; en bas, à gauche,
  une répétition de la tête coiffée d'un bonnet au lieu d'un
  chapeau.

  Dessin sur papier gris, à la pierre d'Italie, rehaussé de craie.

  Étude pour LE DÉMÉNAGEMENT DU PEINTRE, gravé par Duflos.

      H. 22, L. 19.

  --Une femme assise dans un fauteuil, un sac au bras.

  Dessin sur papier jaunâtre, à la pierre d'Italie, rehaussé de
  craie.

  Étude de la femme pour la composition gravée par Balechou, sous
  le titre: LE MARI JALOUX.

      H. 34, L. 26.

  --Un malade assis à une table, comptant les parties de son
  apothicaire, un laquais appuyé au dos de sa chaise, une fille de
  chambre une seringue à la main.

  Dessin sur papier bleu, à la pierre d'Italie, rehaussé de craie.

  Portant la marque du chevalier Damery.

      H. 24, L. 30.


LAFITTE (_Louis_). L'illustrateur que les éditeurs du Directoire et de
l'Empire acceptèrent pour le continuateur de Moreau, un dessinateur
incorrect et niais, dans l'imagerie duquel la recherche de David
s'allie à des sentimentalités à la Bartolozzi.

  --Intérieur d'atelier, à la muraille garnie de plâtres, du
  commencement de la Révolution; des élèves dessinent et peignent,
  d'autres lisent; un modèle de femme se repose la main sur un
  tabouret.

  Dessin sur papier jaune, au crayon noir, rehaussé de blanc.

  Signé à l'encre: _L. Lafitte, 1790_.

  Ce dessin est le n° 98 de la vente Lafitte, 1828, où il est
  ainsi décrit dans le catalogue: _Représentation de l'atelier de
  Vincent et portraits de plusieurs de ses élèves pendant une heure
  d'étude_.

      H. 42, L. 54.


LAGRENÉE _dit l'aîné_ (_Louis-Jean-François_). Un peintre et
dessinateur gracieux, faisant de la grâce dans laquelle commence à
apparaître le goût de l'antique et ces profils à la grecque, où le
front passe au nez par une ligne droite sans rentrant.

  --Une sultane accroupie à terre, une cuiller à la main, près
  d'une petite table basse où sont posées une théière et une tasse;
  dans le fond, deux suivantes versant de l'eau dans une bouilloire
  posée sur un trépied allumé.

  Bistre sur trait de plume, rehaussé de blanc de gouache.

  Étude pour un dessus de porte.

      H. 11, L. 25.


LA JOUE (_Jacques_). Un artiste au dessin verveux et tordu, et qui,
dans les personnages, semble le dessin d'un grand orfèvre, associant
l'homme à la rocaille de ses créations. Un génie abondant, comme
on disait alors, une imagination meublée de paysages aux arbres
ornementaux, d'architectures ronflantes, de ruines théâtrales.

  --Un encadrement portant en haut l'écusson de la maison
  d'Orléans, soutenu par deux amours, et descendant des deux côtés
  par des chutes de verdure et de treillage à des scènes de chasse
  au milieu desquelles se voit dans un cartouche le portrait de
  Wouwermans.

  Dessin à la plume lavé d'encre de Chine.

  Signé: _Lajoue_.

  Gravé par Le Parmentier, sous le titre: _Frontispice de l'Œuvre
  de Wouwermans_.

      H. 34, L. 45.

  --Dans une bibliothèque, deux amours dont l'un porte une toque,
  une fraise, un manteau, et sur son ventre nu, le baudrier de la
  Comédie italienne. Tous deux sont appuyés sur un globe terrestre.

  Un amour couronnant un buste encastré dans un obélisque, dont
  le soubassement porte les trois fleurs de lys; un second amour
  étendant les bras vers le buste.

  Lavis à l'encre de Chine.

  Tous deux signés: _Lajoue_.

  Études pour dessus de portes.

      H. 33, L. 32.

  --Au pied d'un bouquet d'arbres et d'une fontaine surmontée d'un
  groupe d'animaux représentant un cerf forcé, des chasseurs se
  reposent couchés à terre; dans le lointain, une chasseresse à
  cheval qui a une amie en croupe.

  Dessin à la plume lavé d'aquarelle.

      H. 23, L. 27.


LANCRET (_Nicolas_). Un dessin descendant de Watteau, mais sans ces
appuiements cassés et ce brisement aigu de la ligne, qui sont le charme
et la signature du grand Maître. En outre, le dessin est plus lourd,
plus rond, plus ramassé, et toujours avec des extrémités balourdes.
Lancret ne _voit pas long_ comme voyait Watteau. Il serait toutefois
injuste de ne pas accorder à Lancret une certaine ampleur décorative
de beaux contours rocailleux, des grâces parfois solides, et, dans le
procédé, la trituration du crayon noir et de la sanguine d'un vrai
coloriste.

  --Une femme debout et déclamant, un masque à la main, une autre
  assise et chantant, les yeux sur un livre de musique, toutes deux
  en robes et en petits toquets garnis de fourrures.

  Dessin sur papier jaunâtre, au crayon noir et à la sanguine,
  gouaché de blanc.

  Ces deux figures se retrouvent dans un tableau de Lancret,
  conservé dans les appartements du château de Potsdam.

  Vente Villot.

      H. 18, L. 30.

  --Deux femmes vêtues, comme dans le dessin précédent, de robes
  et de toquets à la polonaise. Elles sont debout l'une en face de
  l'autre et semblent jouer une scène de théâtre.

  Dessin aux trois crayons sur papier chamois.

      H. 18, L. 24.

  --Deux hommes dans l'attitude de présenter la main à une femme
  au bas d'un escalier, trois hommes vus de dos dans l'inclination
  d'un salut.

  Feuille de croquis au crayon noir et à la sanguine sur papier
  blanc.

  L'étude de l'homme présentant la main a été employée par Lancret,
  avec un changement, dans l'ADOLESCENCE, gravée par de Larmessin.

      H. 23, L. 32.

  --Un homme de profil tourné à droite dans le mouvement d'ajuster.
  Dans le fond, deux répétitions de sa tête coiffée d'une manière
  différente.

  Dessin sur papier verdâtre rehaussé de blanc.

      H. 31, L. 22.

  --Un homme couché à terre, vu de dos, la tête de profil tourné à
  gauche.

  Dessin à la pierre d'Italie, rehaussé de blanc sur papier jaune.

  Étude.

      H. 22, L. 23.


LANTARA (_Simon Mathurin_). Le peintre, le dessinateur amoureux des
jeux de la lumière dans les vapeurs, dans les nuages, et qui met
toujours un peu des vaporisations d'un clair de lune en ses ciels du
jour.

  --Un bord de rivière, ayant à droite un bouquet d'arbres, à
  gauche les toits d'un village, dans le fond une tour en ruine.
  Au premier plan, un homme dont une bourrasque, qui fait le ciel
  nébuleux, enlève le chapeau.

  Dessin sur papier bleu au crayon noir estompé avec rehaut de
  craie.

      H. 25, L. 39.


LA RUE (dit des _Batailles_). Dessinateur au gros et épaté contour
roussâtre, qu'on dirait une cernée faite par la pourriture du papier.
Les dessins de La Rue sont très rares.

  --Une course de chevaux dans un site italien.

  Dessin au bistre tracé à la plume de roseau et lavé d'une teinte
  bleutée.

  Vente Peltier.

      H. 19, L. 47.


LA TOUR (_Maurice-Quentin de_). Un grand, un très grand pastelliste,
mais avant tout l'homme unique des _préparations_, de ces savantes et
vivantes ébauches de la physionomie humaine, qui peuvent tenir à côté
de n'importe quel portrait de quelque école que ce soit.

  --Une femme vue de face, à mi-corps. Poudrée, en coiffure basse
  du milieu du siècle, et d'où s'échappe et se déroule, à gauche,
  sur sa gorge, une boucle de cheveux appelée _repentir_, elle
  porte au cou un collier de ruban bleu, et sa robe décolletée est
  une robe de velours bleu garnie de dentelles et de fourrure de
  cygne. Derrière elle, le dos d'un fauteuil sculpté se détachant
  d'un fond bleuâtre.

  Pastel.

      H. 54, L. 48.

  --Masque de La Tour.

  Préparation pastellée sur papier jaunâtre.

  Étude pour le portrait de l'artiste du Louvre.

      H. 27, L. 17.

  --Tête de femme de trois quarts tournée à gauche.

  Préparation sur papier jaune, poussée au fini du pastel dans le
  visage; les cheveux seulement frottés d'une coloration de poudre,
  le cou indiqué par un trait de craie, le fond haché de bleu.
  Préparation mise au carreau.

  Étude pour le grand portrait en pied de Mme de Pompadour du
  Louvre.

      H. 36, L. 26 (ovale).

  --Tête de femme de trois quarts tournée à gauche.

  Préparation sur papier bleu, au crayon noir, rehaussée de craie,
  avec de la sanguine seulement sur les lèvres.

  Le nom de Mlle _Dangeville_ était écrit, d'une écriture du temps,
  sur une bande de papier collé sur le petit cadre noir habituel
  aux préparations de La Tour. Il est encore au dos du dessin.
  L'authenticité de l'attribution est confirmée par une seconde
  étude plus avancée qui figure au Musée de Saint-Quentin sous le
  n° 64.

      H. 30, L. 20.

  --Tête d'homme vu de trois quarts, tourné à droite, un
  mazulipatan noué sur la tête.

  Préparation sur papier bleu, aux trois crayons, rehaussée de
  pastel.

  Étude pour le portrait de Dumont le Romain, conservé au Louvre.

      H. 30, L. 20.


LAVREINCE (_Nicolas_). Un gouacheur qui n'a rien de la large manière
de Baudouin, mais non sans mérite dans ses compositions d'une
coloration aimable, d'un travail précieux, d'un badinage de pinceau
dans les étoffes, léger, volant, zigzagant, et dans les chairs d'un
fin aiguillage de petits tons délicats. Lavreince est, à l'heure
qu'il est, la coqueluche des amateurs de tabatières, et cette année
un riche carrossier, M. Mülbacher, vient d'acheter 25,000 francs les
deux gouaches de «l'Assemblée au Salon» et de «l'Assemblée au Concert».
Les deux gouaches, cataloguées ici, ont été achetées par moi moins
chèrement chez un coiffeur de la rue de Vaugirard. Le besoin d'amuser,
par quelque chose accroché au mur, l'homme auquel on coupe les cheveux,
dont on racle le menton, a fait de la boutique des coiffeurs de la
banlieue et de la province une des mines où les marchands de Paris et
quelquefois les amateurs ont fait les plus heureuses retrouvailles de
dessins et de gravures du XVIIIe siècle.

  --Dans un parc, un homme assis à terre et lisant une brochure,
  où se distingue le nom de _Figaro_, à une société parmi laquelle
  sont deux femmes debout, abritées sous la même ombrelle; en un
  coin, une jeune fille chatouille avec une paille la figure d'un
  petit garçon qui dort.

  Gouache sur vélin.

  Signé: _Lavreince, 1782_.

  Gravé de la même grandeur par Gutenberg, sous le titre: LE
  MERCURE DE FRANCE. On lit dans l'annonce de la mise en vente de
  cette gravure publiée dans le Mercure de France du 27 novembre
  1784: «La principale figure est M. de Beaumarchais lisant dans le
  _Mercure_ l'extrait du _Figaro_.»

      H. 29, L. 34.

  --Sous de grands arbres, un homme couché à terre, un coude appuyé
  sur un tabouret, jouant de la flûte, un abbé pinçant de la
  guitare, une femme jouant de la mandoline; au milieu du groupe,
  une autre femme tenant ouvert un livre de musique, sur lequel est
  penchée une jeune fille.

  Gouache sur vélin.

  Signé: _Lavreince_.

  Gravé de la même grandeur par C.-N. Varin, sous le titre: LE
  CONCERT AGRÉABLE.

  Les gouaches du «Mercure de France» et du «Concert agréable»
  passaient en 1787 sous le n° 378 à la vente Collet.

      H. 29, L. 34.


LE BARBIER (_Jean-Jacques-François_). L'artiste qui déshonore les
Chansons de La Borde par sa collaboration, l'auteur de grands dessins
philosophiques et patriotiques au trait d'un maître d'écriture, lavés
sur des ombres à l'encre de Chine, de la froide aquarelle d'un lavis
d'architecture.

  --La Peinture et l'Histoire immortalisant Voltaire dans le temple
  de Mémoire, où son portrait est accroché à une colonne par un
  amour, et peint par une femme en tunique la palette à la main.
  Encadrement fait d'un rameau de laurier enrubanné.

  Aquarelle sur trait de plume.

  Signé: _Lebarbier l'aîné, 1770_.

      H. 44, L. 31 (ovale).


LE BAS (_Jacques-Philippe_). Des dessins en quête de Lancret, et encore
assez souvent de mignards croquetons à la mine de plomb sur peau vélin,
où le sérieux graveur s'amuse à faire de la bergerie galante.

  --Autour d'une table dressée sous un arbre, deux femmes et deux
  enfants, au milieu desquels un vieillard, le chapeau à la main,
  semble dire le _Benedicite_.

  Dessin sur papier bleu, à la pierre d'Italie avec rehauts de
  craie.

  Signé dans la marge: _J. P. Le Bas, 1739_.

      H. 27, L. 32.

  --Jeune villageoise marchant avec un enfant, les pieds dans l'eau
  d'un ruisseau; au fond, deux femmes chargeant un cheval.

  Croquis à la mine de plomb sur peau vélin.

      H. 17, L. 23.


LEMOINE. Ce pastelliste, ce dessinateur[23], cet auteur du joli profil
de la Saint-Huberty, gravé par Janinet dans les «Costumes des grands
théâtres de Paris» est aujourd'hui complètement oublié,--et l'homme et
l'œuvre,--et ses dessins, qui ne sont presque jamais signés, donnent
lieu aux attributions les plus extravagantes. Cependant le portraitiste
a laissé des dessins qui méritent la restitution de son nom au bas de
leur nuageuse indication. Ce sont des bustes de femmes, des femmes en
pied dessinées avec des ombres et des lumières, sans l'arrêt, pour
ainsi dire, d'un contour. Baignées de lueurs diffuses, ces femmes sont
flottantes dans le fusinage, seulement fortifié çà et là de quelques
accentuations de sauce. Des images troubles délicieusement vagues, qui
demandent une grande intelligence de la lumière, et qui se rapprochent,
avec un peu moins de légèreté, de l'estompage gris de quelques rares
études d'Honoré Fragonard.

    [23] Il était aussi peintre et aurait peint le plafond du
    théâtre de Rouen, dont il était originaire.

  --Une femme posée à contre-jour devant une fenêtre, entre une
  toilette et un pupitre à musique. Elle est assise les jambes
  croisées, une main tenant un livre dans le creux de sa jupe.
  Vêtue d'une blanche toilette de linon, elle porte sur la tête un
  chapeau de paille enrubanné, au rebord abaissé sur les yeux.

  Dessin estompé à la sauce.

      H. 45, L. 38.


LEMOYNE (_François_). Un grand dessinateur incorrect, le précurseur de
Boucher, et qui a gardé dans ses corps de femmes et leurs airs de tête
un peu de la grâce du Parmesan et de la manière de Véronèse.

  --Une jeune fille en chemise, assise sur un tertre, la jambe
  droite allongée en avant, dans le mouvement d'une femme qui va se
  laver les pieds.

  Dessin sur papier bleu, à la pierre noire, rehaussé de craie.

  Portant les marques des collections Lempereur et Desperret.

      H. 38, L. 26.


LEMPEREUR (_Jean-Baptiste-Denis_). Un graveur auquel, sans qu'il
soit nommé, l'œuvre gravé de Watelet doit beaucoup, et un agréable
paysagiste en ses moments de loisir. De l'aimable banlieue de Paris,
il a laissé des sanguines d'un _croquant_ particulier, des aquarelles
lavées des eaux de la pâle et blonde aquarelle de Boucher, des paysages
au crayon noir dont l'estompage, mélangé de craie et d'un rien de
sanguine, semble le procédé moderne de Clerget.

  --Un escalier, surmonté de deux sphinx à tête et à gorge de
  femme, posés à l'entrée d'une terrasse à balustres menant à une
  habitation sous de grands arbres; en bas, un homme qui pousse une
  brouette.

  Sanguine.

  Signé: _Lempereur, 1773_.

  Au dos du dessin était écrit: _Vue d'un jardin à
  Fontenay-aux-Roses_.

      H. 30, L. 37.

  --Une cour de ferme, où sur la droite est un hangar fait de
  troncs d'arbres et de branchages, au fond un homme assis sur une
  auge.

  Aquarelle sur trait de plume.

  Signé: _Lempereur f., 1772_.

  Dans la marge de l'ancienne monture, de l'écriture du paysagiste:
  _A Aulnay près Sceaux_.

      H. 22, L. 29.

  --Une chaumière au toit défoncé dans un bouquet d'arbres.

  Dessin au crayon noir estompé, mélangé de craie et de sanguine.

  Signé: _Lempereur, 1773_.

  Dans la marge: _A Aulnay près Sceaux_.

      H. 20, L. 31.


LEPAON (_Jean-Baptiste_). De jolis petits soldats, de jolis petits
canons, de jolis petits campements, de jolis petits sièges: ce sont là
les dessins de cet artiste, qui s'engagea pour voir la guerre de près,
et qui n'en a jamais été que l'enjoliveur et le bistreur coquet. Parmi
les dessins de Lepaon qui figurent ici, il en est un curieux. C'est une
grande aquarelle qui détruit l'assertion de Brunn Neergaard, avançant
dans le _Moniteur_ du 29 août 1806[24] que Lepaon n'a jamais fait
d'aquarelle. Puis cette aquarelle représente l'équipage de chasse de la
maison de Condé, dont Lepaon était le peintre officiel, et où parmi les
piqueurs et au milieu des chevaux et des chiens figurent les princes
de Conti et de Condé. Du reste, le dessin est assez mauvais, pas assez
cependant, pour que le marchand qui le possédait, ait cru devoir me le
donner par-dessus le marché pour envelopper une gravure qu'il m'avait
vendue.

    [24] L'article de Brunn-Neergaard était fait sur le livre:
    _l'Art du dessin en France depuis son rétablissement jusqu'à
    nos jours_, par le docteur Fiorillo, Gœttingue 1806, un volume
    allemand qui, je crois bien, n'a jamais été traduit.

  --Opérations d'un siège avec la vue du camp assiégeant, de ses
  tranchées, de ses batteries. Au premier plan, une femme se
  promène, une ombrelle à la main, au bras d'un officier, tandis
  qu'un peintre, un genou posé à terre, fait un croquis.

  Dessin au bistre sur trait de plume.

      H. 19, L. 48.

  --Halte de cavalerie dans un village; au premier plan, un
  cavalier, descendu de cheval, prend un sac des mains d'une
  vieille femme.

  Bistre sur trait de plume.

      H. 29, L. 39.

  --Un hallali à Chantilly. Un piqueur sonnant de la trompe à
  cheval, valets de chiens se reposant couchés à terre, chiens se
  désaltérant à une mare. Sur la droite, en habits rouges à collets
  et à revers de velours noir, le prince de Conti et le prince de
  Condé causent ensemble.

  Aquarelle.

  Signé: _Lepan_ (sic) _fecit 1769_.

      H. 41, L. 56.


LÉPICIÉ (_Nicolas-Bernard_). Du petit, du très petit Chardin, dans
un dessin cependant serré, détaillé, étudié à la pointe d'une pierre
d'Italie très grise, sur du papier jaune, avec des rehauts de craie et
de sanguine, qui font des études d'après nature de Lépicié, de tièdes
et de blondes préparations pour sa claire peinture.

  --Dans un intérieur rustique, Lépicié, assis, prend un verre de
  vin sur une table, ayant entre ses jambes un enfant qui mange un
  morceau de pain.

  Dessin terminé au crayon noir, rehaussé de craie et de sanguine.

  Signé: _Lépicié_.

  C'est le dessin du tableau qui figurait dans la galerie Boitelle.

      H. 45, L. 38.


LEPRINCE (_Jean-Baptiste_). L'esprit, le ragoût, la couleur de Boucher
transportés dans des dessins, dans des lavis, presque tous consacrés à
la reproduction de sujets russes. Le dessin des «Joueurs de tonneau»
a son histoire: acheté par le marchand de gravures Dauvin, chez le
peintre Decamps, il avait fait presque les frais de la composition d'un
de ses tableaux.

  --Une jeune femme en costume russe, un oiseau posé sur un doigt
  de sa main.

  Sanguine.

  Gravé en fac-similé dans l'œuvre de Demarteau, sous le n° 537.

      H. 33, L. 22.

  --Dans un riche intérieur, une femme en costume russe
  jouant de la guitare, pendant qu'une petite esclave pose un
  rafraîchissement sur une table.

  Aquarelle.

  Gravé en couleur par Marin, sous le titre: THE PLEASURES OF
  SOLITUDE, et publié à Londres.

      H. 23, L. 15.

  --Dans un paysage russe, un pont élevé sur de hauts piliers
  menant à la porte d'une ville fortifiée.

  Bistre.

  Signé: _B. Le Prince_.

      H. 24, L. 26.

  --A la porte d'une chaumière, cinq paysans jouant au tonneau;
  dans le fond, un homme prenant une femme par la taille.

  Bistre.

      H. 27, L. 35.

  --Dans un caback, une guinguette des environs de Moscou, devant
  une estrade où des gens boivent et fument, un couple de Russes
  exécute la danse nationale, aux sons d'un orchestre monté sur des
  tonneaux.

  Lavis d'encre de Chine sur frottis de sanguine.

  Signé: _Le Prince, 1778_.

  Gravé par Leprince, sous le titre: LA DANSE RUSSE.

      H. 32, L. 57.


LESUEUR (_Louis_). Dessinateur-paysagiste qui raye et griffonne ses
lavis de fins traits de plume, ressemblant à l'égratignure d'une
aiguille sur du cuivre.

  --Cour de ferme devant la porte de laquelle un âne chargé de
  paniers se met au pas, suivi de la fermière.

  Bistre retouché de plume.

  Signé: _L. Lesueur, 1782_.

      H. 13, L. 21.


LIOTARD (_Jean-Étienne_). L'artiste excentrique et cosmopolite, le
pastelliste de «la Chocolatière» dont les trois crayons ont une
certaine ressemblance avec les trois crayons de Portail, et dont, par
un hasard inexplicable, on ne connaît guère que des contre-épreuves. Je
crois que la femme de ma collection est de la suite de ces costumes de
femmes de tous les pays contre-épreuvées, que possède le cabinet des
Estampes.

  --Femme de profil tournée à droite, la tête vue de trois quarts.
  Habillée d'une robe semée de pois sur laquelle est jeté un
  mantelet à capuchon, elle tient ses mains dans un petit manchon
  de soie au rebord de fourrure.

  Contre-épreuve d'un dessin à la pierre d'Italie et à la sanguine.

      H. 30, L. 20.


LOUTHERBOURG (_Philippe-Jacques_). Tantôt imitant le faire de Leprince,
tantôt le faire des maîtres flamands, et, dans cette dernière
imitation, se servant d'un papier rugueux assez semblable au papier
préparé pour la peinture à l'huile, et sur lequel, les lavis au bistre
prennent le caractère d'esquisses brossées au bitume.

  --Réjouissances publiques, où des _pifferari_ font danser des
  marionnettes; sur une fontaine décorative est écrit de la main du
  peintre: _Il nous est rendu_.

  Bistre sur trait de plume.

  Signé au pinceau: _Loutherbourg_.

  Vente Tondu.

      H. 27, L. 36.

  --Repos de pâtres italiens sous un grand arbre; à droite, un
  homme, monté sur une mule caparaçonnée, boit à une gourde, la
  tête renversée en arrière.

  Bistre avec rehauts de blanc de gouache sur un papier préparé, à
  la nuance verdâtre.

      H. 33, L. 43.


MACHY (_Pierre-Antoine de_). Devant les aquarelles de cet homme, dont
la peinture rappelle un peu la peinture de Guardi, un étonnement vous
prend à les trouver si sales, et peuplées de personnages qui annoncent
les bonshommes de Béricourt.

  --La colonnade du Louvre en perspective, au fond le palais
  Mazarin et l'Hôtel des Monnaies, à droite les maisons qui
  masquaient la façade de Saint-Germain-l'Auxerrois[25]. De
  nombreux personnages sur la petite place, un arracheur de dents,
  un marchand de mort aux rats, un porteur d'eau, des marchandes à
  éventaires, des promeneurs.

  Aquarelle.

      H. 33, L. 63.

    [25] On rencontre, du même artiste, de nombreux croquis de la
    démolition de ces maisons.


MALLET (_Jean-Baptiste_). Le dernier représentant de la gouache, de cet
art tout XVIIIe siècle, et qui ne survécut pas à la monarchie. Aussi
les gouaches de Mallet, passé la Révolution, sont aigres, ses chairs
de femmes briquées, l'ensemble du travail pénible. Et il arrive un
moment où Mallet laisse le faire et le badinage de l'ancienne gouache
française, pour une gouache qu'il touche avec les petites lumières
carrées de la peinture de Téniers, appliquée à des sujets français
qu'il habille à la hollandaise.

  --Dans une chambre, décorée à la mode du Directoire, et que des
  objets de peinture, posés sur un secrétaire, disent la chambre
  d'un peintre, un jeune homme verse une tasse de thé à son modèle,
  une femme en chemise assise sur ses genoux, tandis qu'une autre
  femme, debout devant le groupe, remue une cuiller dans la tasse
  qu'elle tient à la main.

  Gouache.

  Signé sur un carton: _Malet f._[26].

      H. 22, L. 29.

    [26] Je n'ai pas besoin de dire que les fautes d'orthographe
    sont fréquentes dans les signatures parfaitement authentiques
    des peintres du XVIIIe siècle.

  --Un antiquaire assis dans une galerie, où se voient des statues,
  des bustes, des vases, des lampes, une momie; une jeune femme,
  qu'un jeune homme tient par la taille, regarde avec lui dans le
  tiroir d'un médaillier.

  Aquarelle sur trait de plume, relevée de gouache.

  Dessin du tableau exposé au Salon de l'an IX.

      H. 22, L. 32.

  --Dans l'encadrement d'une fenêtre soutenue au milieu par une
  statuette d'Amour, et où monte une vigne, une femme, en costume
  flamand, fait pisser, dans un vase de bronze, un petit enfant à
  la brassière écourtée.

  Gouache.

  Signé au pinceau dans la muraille: _Mallet_.

      H. 23, L. 17.


MARILLIER (_Clément-Pierre_). Ce vignettiste, que les bibliophiles
sont en train de faire l'égal des premiers dans son genre, commence la
série des illustrateurs qui n'ont plus le dessin du peintre, ainsi que
l'avaient Gravelot, Moreau, Eisen, et ne peuvent sortir du petit dessin
pinoché du graveur. Dans ses compositions les plus réussies, Marillier
ne s'élève jamais au delà de la gentillesse.

  --Une jeune femme alitée dans sa chambre à coucher et à laquelle
  une fille de chambre apporte une tasse de tisane; à son chevet
  est assis un gentilhomme.

  Dessin à la plume lavé de bistre.

  Signé dans la marge: _C. P. Marillier inv. 1775_.

  Gravé par de Longueil pour les œuvres d'Arnaud de Baculard.

      H. 6, L. 9.

  --Une jeune femme, qu'une fille de chambre habille devant un
  miroir tenu par une autre chambrière; un rustaud, le chapeau à la
  main, est en train de saluer la femme.

  Bistre.

  Signé dans la marge: _C. P. Marillier inv. 1775_.

  Gravé par Delaunay pour le conte de PAULINE ET SUZETTE, _anecdote
  française_.

      H. 6, L. 9.

  --Dans un cadre, un enfant nu couché aux pieds de deux bornes,
  au-dessus un miroir entouré de rayons, au-dessous une épée
  suspendue dans une couronne de laurier.

  Lavis à l'encre de Chine.

  Signé: _C. P. Marillier inv. 1779_.

  Gravé par Texier pour le cul-de-lampe de VALMIERS, _anecdote_.

      H. 11, L. 8.


MASSÉ (_Jean-Baptiste_). Un portraitiste faisant revivre dans les
petits portraits qu'il fait de ses contemporains, le sourire de
l'époque. Il est miniaturiste de son métier, et ses dessins, lumineux
et roses sur papier jaune, ont quelque chose de l'ébauche sur l'ivoire
d'une miniature.

  Buste d'un homme de cour poudré, un large nœud de ruban noir au
  cou.

  Dessin sur papier jaune, au crayon noir estompé avec rehauts de
  craie et de sanguine, et encore avec un léger lavis d'aquarelle
  sur la figure.

  Signé dans l'encadrement: _J.-B. Massé fecit_.

      H. 17, L. 13 (ovale).


MEISSONNIER (_Juste-Aurèle_). L'ornemaniste au beau dessin turgide,
amendé toutefois, en sa correcte exubérance, des extravagances et des
écarts de goût du Borromini,--le créateur de la rocaille française.

  --Candélabre à cinq lumières, imaginé dans le serpentement et
  l'entre-croisement de branchages; un aigle dans la niche, formée
  en bas par les tortils de la rocaille, un amour soutenant la plus
  haute girandole.

  Dessin au crayon noir et à la plume et à l'encre de Chine, lavé
  d'une teinte jaune. Il a été mis au carreau.

  Gravé dans l'Œuvre de Meissonnier sous le titre: _Projet d'un
  grand Chandelier pour le Roi_.

      H. 29, L. 19.


MONNET (_Charles_). Peintre d'histoire et dessinateur possédant le
dessin courant du temps.

  --Le Dauphin, la Dauphine travaillant à un métier de tapisserie,
  entourés de leurs enfants (Louis XVI, Louis XVIII, Charles X).

  Lavis d'encre de Chine sur trait de plume.

  On lit au dos du dessin, d'une écriture du temps: «_M. le
  Dauphin, Mme la Dauphine, les trois princes, M. le duc de la
  Vauguyon et le Père Berthier, composition originale de Monnet,
  peintre du Roi. J'en ai trois autres du même sujet par le même
  avec différences._» Un de ces trois autres projets, en hauteur et
  au bistre, existe au revers du dessin.

  Ce dessin du tableau exposé au Salon de 1771, réduit à la
  dimension d'une vignette, a été gravé sous le titre: _Quelle
  école pour les pères!_ dans «le Vicomte de Valmont ou les
  Égarements de la Raison», vol. IV.

  Vente Monmerqué.

      H. 38, L. 41.

  --Télémaque embrassant l'Amour dans les bras d'Eucharis; au fond,
  danse de nymphes.

  Gouache sur vélin.

  Dessin original[27] faisant partie de l'illustration de
  l'exemplaire du «Télémaque» de Didot in-4°, imprimé sur peau
  vélin que j'ai possédé.

      H. 20, L. 14.

    [27] Les dessins au trait, lavés de bistre, tels qu'ils sont
    gravés, sont de Monnet; mais je doute que les miniatures finies
    soient du peintre. Les peintres d'alors, à l'imitation de
    Boucher, de Fragonard, avaient des femmes artistes, des femmes
    miniaturistes, qu'ils faisaient souvent travailler sous leur
    nom.


MOREAU _le jeune_ (_Jean-Michel_). L'habile ordonnateur et metteur
en scène des assemblées de gentilshommes et de grandes dames parées,
des Sacres, des Revues, des Bals de cour, des Feux d'artifices, le
dessinateur sans pareil des intérieurs et des élégances de la vie de
son temps. J'ai eu la bonne fortune d'acquérir son plus beau dessin
et je vais raconter l'histoire de ce dessin. Dans la vie de Le Bas
d'après des notes manuscrites de l'expert Joullain, chargé de la
vente du graveur, mon frère et moi avons dit qu'il avait été commandé
par Le Bas à Moreau: «M. Moreau jeune avait fait prix avec M. Le Bas
pour ce dessin à 600 livres payées comptant, et deux douzaines de la
planche qui devait être gravée d'après ce dessin, dont moitié desdites
épreuves avant et moitié après la lettre. Il a exigé de la succession
de M. Le Bas pour indemnité de ces épreuves la somme de 480 livres. Il
avait reçu 600 livres; total 1,080 livres.» A cette vente Le Bas, en
1783, le dessin payé 1,080 livres se vendait seulement 610, et était
acheté par le libraire Lamy qui l'acquérait pour le faire graver[28].
Des mains de Lamy où passait le dessin? On ne le savait, et on le
croyait perdu, lorsqu'il se retrouvait, en 1859, en la possession
d'un petit chemisier du quartier des Halles, dont la femme, de bonne
famille, était la fille d'une personne qui, je crois, avait été
attachée au service du comte de Bordeaux. Le dessin était offert au
Musée, et successivement à tous les riches amateurs de Paris, au prix
de 1,000 francs. M. Reiset m'indiquait l'existence du dessin. J'allais
le voir et étais très tenté, mais je me trouvais n'avoir devers moi que
quelques centaines de francs et ne pouvais en offrir que quatre cents
francs. J'étais refusé, et n'y pensais plus quand, à quelques semaines
de là, un soir on sonna chez moi. J'allais ouvrir et me trouvais en
face d'une jeune femme, portant sur son bras un enfant, et tenant de sa
main libre une grande chose enveloppée dans une serviette. C'était la
Revue du Roi. J'avoue que, quand je regarde mon Moreau aujourd'hui, je
ressens comme un remords d'avoir eu à offrir si peu d'argent à cette
pauvre femme si touchante dans son sacrifice, où l'on sentait la gêne
d'affaires embarrassées.

    [28] Voir plus loin, aux lettres de peintres, le traité pour
    la gravure de ce dessin entre l'éditeur Lamy et le graveur
    Malbeste.

  --Petite fille endormie dans son lit. Elle est représentée de
  profil tournée à gauche, ses deux bras reposant sur le drap que
  soulève une de ses jambes relevée.

  La même petite fille endormie tournée de l'autre côté. Elle a
  la tête soulevée et enfoncée dans l'oreiller, et les deux bras
  étendus et croisés devant elle.

  Dessins lavés d'encre de Chine sur trait de plume.

  --Deux études, très probablement faites par le père, d'après la
  petite fille, devenue depuis la mère d'Horace Vernet.

      H. 10, L. 15.

  --Vieille femme assise, les bras croisés, un mantelet de soie
  noire sur les épaules; à côté d'elle, un chat sur une table. Le
  mur du fond est décoré de quelques estampes encadrées, parmi
  lesquelles on remarque _la Tête d'expression_, gravée par Cochin,
  et une marine d'après Vernet, à laquelle la mère de Cochin a
  travaillé. Serait-ce le portrait de Madeleine Horthemels?

  Dessin lavé au bistre sur trait de plume.

      H. 19, L. 16.

  --Le roi Louis XV à cheval, son livret en main, passant la revue
  de sa Maison militaire, qui défile dans le fond; au premier plan
  nombreux carrosses sur lesquels sont montées des chambrières dont
  les jupes s'envolent sous un coup de vent.

  Dessin lavé à l'encre de Chine sur trait de plume.

  Signé: _J. M. Moreau le Jeune 1769_.

  Ce dessin, exposé au Salon de 1781, a été gravé de la même
  grandeur par Malbeste, sous le titre: LA REVUE DU ROI A LA PLAINE
  DES SABLONS.

  Vente Le Bas.

      H. 35, L. 74.

  --Dans la basilique de Reims, le roi Louis XVI prêtant entre les
  mains de l'archevêque «le serment du royaume».

  Dessin lavé de bistre sur trait de plume.

  Signé: _J. M. Moreau le Jeune, 1775_.

  Première idée de la scène gravée avec changement et ampliation à
  droite, sous le titre: LE SACRE DE LOUIS XVI, _dessiné d'après
  nature et gravé par J. M. Moreau le Jeune, dessinateur et graveur
  du cabinet du Roi, 1779_.

      H. 37, L. 49.

  --La reine Marie-Antoinette allant, le 21 janvier 1782, rendre
  grâce à Notre-Dame et à Sainte-Geneviève pour la naissance du
  Dauphin. Partie de la Muette, ayant pris ses voitures au rond
  du Cours-la-Reine, elle passe sur la place Louis XV, dans un
  carrosse attelé de huit chevaux blancs, et suivi des cent-gardes
  du corps du Roi. Le dessin est pris de la terrasse du palais
  Bourbon, où des curieux pressés contre la balustrade regardent le
  défilé et la foule immense de l'autre côté de la Seine. Dans le
  coin, à gauche, le prince de Condé et le duc de Bourbon causent,
  les mains dans des manchons, avec un groupe de femmes.

  Dessin lavé à l'aquarelle sur trait de plume.

  Ce dessin, qui faisait partie des dessins commandés à Moreau
  pour perpétuer le souvenir des journées des 21 et 23 janvier
  1782, n'a point été gravé. Est-ce le dessin lavé offrant une vue
  perspective de la place Louis XV prise de la terrasse du palais
  Bourbon, que Thierry place dans le boudoir du palais?

      H. 45, L. 105.

  --Diane,--Iphigénie,--Oreste,--Thoas,--Garde de Thoas,--Scythe.

  Dessins à l'aquarelle sur trait de plume.

  Signés tous les six: _J. M. Moreau le Jeune, 1781_.

  Recueil des costumes commandés par l'Académie royale de musique
  à Moreau, pour monter l'opéra d'«Iphigénie en Tauride», dont la
  première représentation eut lieu le 23 janvier 1781.

      H. 23, L. 16.

  --Un pont en bois jeté sur une petite île et reliant les deux
  rives d'une rivière ombragée d'arbres, où se tiennent des
  pêcheurs à la ligne.

  Dessin à l'encre de Chine.

      H. 26, L. 35.


MOREAU _l'aîné_ (_Louis_). Un des gouacheurs les plus habiles, les
plus légers, les plus pimpants, et le paysagiste qui, pour moi, a
seul rendu la gaieté et le riant de la campagne parisienne. Les deux
gouaches de ma collection sont de la plus belle qualité du Maître. Le
jour où je les vis à l'exposition du boulevard des Italiens en 1860,
ce fut chez moi un désir fou de les posséder. Et ce désir était de
temps en temps réveillé par une vente que faisait, par-ci par là, leur
possesseur, le miniaturiste Carrier: une vente où les gouaches désirées
n'apparaissaient jamais. J'en étais venu à des vœux homicides, et
étais presque tenté d'imiter ce monsieur, auquel un de mes oncles avait
enlevé aux enchères une paire de cornets de Chine d'un rouge très
laid, mais introuvable; pendant plusieurs années, il vint tous les ans
s'informer chez le concierge si mon oncle était encore vivant. Enfin M.
Carrier mourait en 1875, et les aquarelles étaient vendues; mais cette
fois, au lieu de les acheter 2 ou 300 francs, leur valeur en 1860,
j'étais forcé de les payer 1,325 francs.

  --Entrée d'un parc auquel mènent cinq marches, à gauche une
  rangée de caisses et de pots de fleurs. Dame, une ombrelle à la
  main, dont un serviteur porte la traîne.

  Gouache.

  Signé: _L. M. 1780_.

  Vente Carrier.

      H. 29, L. 23 (ovale).

  --Intérieur de parc, où, sous un arbre penché, se voit le départ
  d'une rampe d'escalier, surmontée d'une pomme de pin en pierre.
  Bergère assise, une houlette en travers des genoux; un berger lui
  offre un bouquet de fleurs.

  Gouache.

  Signé: _L. M. 1780_.

  Vente Carrier.

      H. 29, L. 22 (ovale).

  --Jardin chinois, où s'élève au milieu des arbres une pagode à
  clochetons; une gondole à l'ancre dans une pièce d'eau. A droite,
  au premier plan, un gentilhomme donne des ordres à un jardinier;
  à gauche, un homme, une bêche à la main, est assis sur un rouleau
  à fouler le gazon.

  Aquarelle légèrement gouachée.

      H. 39, L. 32 (ovale).


NATOIRE (_Charles_). Le Boucher de la seconde moitié du siècle, mais
n'ayant de son prédécesseur, et de seconde main encore, que la pratique
et la convention, et rien de ce que Boucher avait vu de la nature, même
avec ses yeux du XVIIIe siècle.

Toutefois il y a, dans l'œuvre de Natoire, des paysages romains,
amusants, spirituellement décoratifs, faits d'un rien d'aquarelle et de
gouache jeté sur une feuille de papier bleu couverte d'un croquis à la
plume: des dessins que le peintre aimait, collectionnait, et dont on
vendait une suite de 160 à sa mort.

  --Dessin allégorique pour la naissance d'un dauphin de France. Un
  génie dans une draperie fleurdelysée, présentant un nouveau-né
  à l'Olympe trônant sur les nuages, sous les yeux d'une femme
  assise, au manteau doublé d'hermine, et entourée des Muses. Au
  premier plan, à droite, les nymphes de la Seine offrant des
  fleurs, à gauche, une caverne où rentrent les génies de la
  Discorde, au milieu des amours jouant avec des globes terrestres
  et des télescopes.

  Aquarelle sur crayonnage.

      H. 43, L. 69.

  --Deux figures de femmes couchées sur les nuages et représentant:
  le Printemps, l'Été.

  Lavis au bistre sur papier bleu avec rehauts de blanc de
  gouache[29].

  Ces deux dessins ont été exécutés pour des plafonds.

      H. 20, L. 25.

    [29] Ces deux dessins sont d'une manière un peu différente de
    la manière de Natoire, d'un faire plus italien, mais je les
    tiens pour de parfaits Natoire. Reconnaître un dessin écrit
    avec l'écriture de tous les jours d'un peintre, ce n'est pas
    absolument difficile pour un amateur qui vit dans les dessins;
    mais reconnaître un dessin, où le maître a modifié sa manière,
    a varié ses procédés: voilà quelle doit être l'ambition du
    connaisseur!

  --La Muse de la musique entourée d'amours, une main sur une lyre,
  l'autre soutenant la bande d'une partition qu'un amour déroule
  dans le ciel.

  Dessin sur papier bleu à la pierre d'Italie rehaussé de craie.

  Dessin d'un dessus de porte.

      H. 21, L. 29.

  --Vue de la villa d'Este. Au premier plan une femme agenouillée
  donnant à boire à des chèvres, et sur le piédestal d'une louve
  allaitant Rémus et Romulus, un homme jouant de la guitare.

  Croquis à la plume lavé d'aquarelle et de gouache sur papier bleu.

  Signé: _Villa d'Est. magio 1766 C. N._

      H. 30, L. 47.


NATTIER (_Jean-Marc_). Le portraitiste auquel est attribué un certain
nombre d'études rapides, enlevées d'une manière similaire, mais dont
on n'a pas retrouvé, que je sache encore, la peinture ou la gravure
d'aucun de ces jets sur le papier[30]. A ces études de portraits se
trouve réunie dans ma collection, une grande machine décorative, une de
ces compositions avec lesquelles Nattier, qui se levait de fort bonne
heure, amusait ses matinées avant l'arrivée de ses modèles du grand
monde.

    [30] Cependant on parle d'une étude faite dans ces conditions,
    et où Nattier a écrit sur le dessin, avec son orthographe
    singulière: _Madame de Pris--filles de M. de Pleneuse--estant
    jeune, lorsque j'ay--fait toute la famille de--M. de Pleneuse_.

  --Une femme à mi-corps, assise de face sur une chaise, le haut du
  corps un peu penché à droite, en train de faire de la frivolité.

  Dessin sur papier bleu, à la pierre d'Italie, rehaussé de craie.

  Vente Villot[31].

      H. 33, L. 30.

    [31] Catalogué sous le nom de Roslin.

  --Un homme à mi-corps, de profil, tourné à droite, la tête
  retournée et vue de trois quarts, un carton sur les genoux, à la
  main un compas avec lequel il trace une figure géométrique.

  Dessin sur papier bleu à la pierre d'Italie, rehaussé de craie.

  Vente Villot.

      H. 30, L. 25.

  --Triomphe d'Amphitrite; au-dessus de la conque traînée sur les
  eaux, une grande voile déployée dans le ciel que soulèvent et
  tendent des amours.

  Lavis d'encre de Chine sur trait de plume, avec dans certaines
  parties des rehauts de blanc de gouache. Le dessin a été mis au
  carreau.

  Signé au dos du dessin: _J. M. Nattier invenit et delineavit
  1758_, et, d'une écriture du temps, au crayon: _Peint en 1759_.

  Vente Peltier.

      H. 29, L. 52.


NORBLIN (_Jean-Pierre de la Gourdaine_). Un faiseur de taches à l'encre
de Chine, à l'imitation des taches au bistre faites par Fragonard;
un crayonneur gras et croquant à la mine de plomb, à l'imitation des
crayonnages de Fragonard à la sanguine.

  --Un cabaret où un homme cherche à embrasser une femme qui se
  défend.

  Une course à la bague dans la campagne, où l'on voit au premier
  plan un homme caracolant, armé d'une lance.

  Deux croquetons à la mine de plomb.

      H. 10, L. 17.

  --La Main-chaude. Sous de grands arbres, au milieu d'une
  nombreuse compagnie, une jeune fille frappant dans la main posée
  sur le dos d'un homme, dont la tête est cachée dans les jupes
  d'une femme.

  Lavis à l'encre de Chine sur trait de plume, en forme d'écran.

      H. 29, L. 27.

  --Le Jeu de bascule. Sous de grands arbres, des jeunes filles et
  des jeunes gens se balançant sur un tronc d'arbre basculant.

  Lavis à l'encre de Chine sur trait de plume, en forme d'écran.

      H. 29, L. 27.


OLIVIER (_Michel-Barthélemy_). Des dessins non signés, que les
marchands ont offerts pendant longtemps aux amateurs, sous des
attributions absurdes, et que les amateurs n'achetaient pas, les
croyant fabriqués par un faussaire: ces dessins ayant quelque chose
d'une modernité suspecte. Enfin, il y a une quinzaine d'années, dans
une vente, je crois, d'un descendant d'Olivier, arrivait aux enchères
un lot de ses eaux-fortes et de ses dessins, dont quelques-uns étaient
la première idée de quelques-unes des eaux-fortes. Ce jour-là on était
fixé sur ces dessins inconnus, on avait à faire à Olivier, le peintre
officiel du prince de Conti, l'auteur des curieux tableaux du _Thé à
l'anglaise dans le salon des Quatre-Glaces au Temple_, de la _Fête dans
le Bois de Cassan à l'Ile-Adam_. Les dessins d'Olivier sont de petits,
petits, petits dessins, à la recherche d'intentions spirituelles, et
s'appliquant à rappeler dans le mélange de la sanguine, du crayon noir,
de la craie, l'esprit et la couleur des dessins de l'école de Watteau.
Quelquefois même des touches de pastel viennent s'ajouter aux trois
crayons et agrémenter les études du peintre galant du Temple, d'un
coloriage léger et gai. Très souvent aussi, à l'imitation de Watteau,
le sujet principal est accompagné du crayonnage d'une tête, d'un bras,
d'une main, d'un croqueton qui fait contraste avec l'étude terminée.

  --Deux femmes de profil, tournées à gauche, se promenant. Elles
  sont habillées en grand habit avec des plumes dans les cheveux;
  l'une d'elles tient à la main un éventail fermé. Sur le fond est
  jetée une étude de tête.

  Dessin aux trois crayons sur papier chamois.

      H. 24, L. 17.

  --Femme assise à terre, coiffée d'un papillon, elle est entourée
  d'études de bras et de mains.

  Sanguine; trois des études de bras et de mains sont à la pierre
  d'Italie.

      H. 15, L. 20.

  --Femme assise, les jambes allongées, une main tendue et montrant
  quelque chose dans le lointain.

  Dessin sur papier gris, à la pierre d'Italie et à la sanguine
  rehaussé de pastel.

      H. 13, L. 21.

  --Rose endormie, couchée sur une chaise longue, un livre tombé
  de ses mains; du dessous de ses jupes remontées, son petit chien
  _toutou_ aboie après un garçonnet penché sur le dossier et
  regardant les mollets de la belle.

  Dessin sur papier bleu, à la pierre d'Italie, frotté de sanguine
  et rehaussé de blanc.

  Ce dessin, en hauteur, a été gravé en largeur avec de nombreux
  changements et l'introduction d'une fille de chambre, sous le
  titre: _le Sommeil interrompu_. Il ne porte ni nom de dessinateur
  ni nom de graveur, dans sa marge qu'emplissent vingt-cinq vers.

      H. 32, L. 26.


OUDRY (_Jean-Baptiste_). On disait, de son temps, Oudry encore plus
attaché à ses dessins qu'à ses tableaux, et que, de ses dessins, il
composait des portefeuilles de cinquante morceaux variés, de manière
que celui qui en possédait un seul, avait un échantillon de tous les
genres embrassés par le peintre. En effet, l'illustrateur des Fables
de la Fontaine est universel, mais plus particulièrement paysagiste
et avant tout animalier. Dans ses dessins d'animaux presque toujours
exécutés sur papier bleu, à la pierre noire avec rehauts de craie, il
apporte une habileté dont le seul défaut est peut-être la constante
égalité, le faire uniformément semblable, une perfection qui vous
laisse sans surprise. Ses dessins aux beaux écrasements de crayon noir
dans l'ombre, aux détails simplifiés dans les clairs,--et tout lumineux
des lumières posées par l'homme qui peignait des oiseaux blancs sur
fond blanc,--arrivent à une unité d'effet extraordinaire et sous des
apparences faciles, à ce résumé concret de l'objet représenté que
donne seul un savoir énorme. Et les heureux et magistraux dessins qu'a
laissés ce dessinateur toujours occupé à crayonner, ce dessinateur
«des perdrix au plumage bizarre, des cerfs à tête singulière» tués
par le Roi, ce dessinateur de tous les animaux inconnus et étranges
arrivant à la ménagerie de Versailles. Ce sont de pittoresques
accumulis de poissons qui lui faisaient faire, au dire des «Mémoires
des Académiciens», dix voyages à Dieppe pour les dessiner dans toute
leur fraîcheur; ce sont de ces _buffets_ ou de ces dispositions de
deux pièces de gibier, accrochées à un clou au-dessus d'une tablette
garnie de victuailles ou d'accessoires, d'une touche de crayon qu'on
supposerait être celle de Chardin; ce sont de savantes études de
chiens, de la grosse bête chassée par la vénerie royale, etc. Et même
le paysagiste n'est pas à dédaigner: ses dessins de grands parcs avec
un bout d'escalier, avec un angle de terrasse à balustres, se font
remarquer tout de suite par une connaissance de l'anatomie de l'arbre,
une science de ses embranchements, et encore par un éclairage du
dessous des grandes futaies qui n'appartiennent qu'à Oudry.

A propos des dessins à la sanguine d'animaux d'Oudry, on doit se défier
de certains dessins un peu dans sa manière, mais d'un crayonnage plus
maigre, et qui sont du nommé Dugommer; quant à ses paysages à la pierre
d'Italie, sur papier bleu, il faut prendre garde à quelques dessins de
Pierre, moins libres cependant que ceux d'Oudry, mais qui a travaillé
d'après nature à Arcueil, dans l'ancien parc du prince de Guise, et
reproduit les mêmes motifs que son confrère. Enfin il ne faut pas
craindre d'acheter des paysages d'Oudry dans lesquels se promènent des
personnages de l'Empire: un marchand du commencement du siècle qui en
possédait un certain nombre, ayant eu, pour les vendre, l'idée de faire
peupler leur vide et leur solitude, par un artiste contemporain dont on
m'a dit le nom que j'ai oublié.

  --Un chien barbet surprenant un cygne sur ses œufs.

  Dessin sur papier bleu, lavé à l'encre de Chine, rehaussé de
  gouache.

  Signé: _Oudry fecit pour présent_.

  Dessin du tableau exposé au Salon de 1742 et peint pour la salle
  à manger de M. Bernard l'aîné.

      H. 35, L. 40.

  --Attaque d'un loup par trois dogues.

  Dessin sur papier bleu, à la pierre d'Italie, rehaussé de blanc
  et de quelques touches de pastel.

      H. 44, L. 27.

  --Dans l'angle ruineux d'un parapet donnant sur la mer, un
  amoncellement de poissons surmontés d'un congre et d'une anguille
  de mer ficelés à un clou; sur le parapet, un perroquet.

  Dessin sur papier bleu, à la pierre d'Italie, rehaussé de craie.

  Signé à la plume: _Oudry, 1740_.

  Vente Andreossy.

      H. 31, L. 43.

  --Un baquet débordant de poissons de mer répandus à terre; sur un
  bout de mât où sèche un filet, un perroquet.

  Dessin sur papier bleu, à la pierre d'Italie, rehaussé de craie.

  Signé à la plume: _Oudry, 1740_.

  Vente Andreossy.

      H. 31, L. 40.

  --Un canard et un lièvre accrochés à un clou; en bas, des
  bouteilles, du pain, du fromage.

  Dessin sur papier bleu, à la pierre d'Italie, rehaussé de craie.

  Dessin du tableau peint pour le dessus de cheminée de M. Jombert,
  libraire, et exposé au Salon de 1742.

      H. 39, L. 22.

  --Dans une niche de buffet, un faisan et un lièvre accrochés
  à un clou; sur la tablette, gigot, volaille piquée, cardons,
  bouteilles et panier.

  Dessin sur papier bleu, à la pierre d'Italie, rehaussé de craie.

  Signé: _J. B. Oudry, 1743_.

  Dessin du tableau fait pour la salle à manger de M. Roettiers,
  orfèvre du Roi, et exposé au Salon de 1753. Il y a quelques
  changements dans les accessoires.

      H. 35, L. 26.

  --Un chien à côté d'un tabouret de canne où sont posés une
  musette, des estampes, un livre.

  Dessin sur papier bleu, à la pierre d'Italie, rehaussé de craie.

  Dessin du tableau pour devant de cheminée exposé au Salon de 1742
  et acquis par M. Watelet. Le tableau est aujourd'hui au château
  de Jeand'heurs appartenant à M. Léon Rattier.

      H. 24, L. 33.

  --Vue d'un parc terminé par une terrasse à balustres donnant sur
  une rivière.

  Dessin sur papier bleu, à la pierre d'Italie, rehaussé de craie.

  Signé: _J. B. Oudry, 1744_.

  Vente Guichardot.

      H. 32, L. 53.


PAJOU (_Augustin_). Un sculpteur qui dessine avec le pittoresque, le
_brio_ d'un dessinateur de profession. Ses dessins, qui ne sont pas
très communs, sont généralement lavés d'un chaud bistre sur un trait de
plume.

  --Projet d'une fontaine à têtes de béliers et à godrons,
  surmontée d'un cygne, et dont la panse, où deux amours
  s'embrassent, est soutenue par deux satyres. Le socle est formé
  par trois cariatides à queue de serpent.

  Bistre sur trait de plume.

  Signé: _Pajou_.

  Vente Tondu.

      H. 32, L. 18.

  --Projet de brûle-parfum, au couronnement formé d'un amour et de
  deux satyres.

  Bistre sur trait de plume avec rehauts de blanc de gouache.

      H. 14, L. 18.

  --Dans un fronton, accoudées à un écusson vide et couronné de
  fleurs de lys, les figures de la Prudence et de la Libéralité.

  Sanguine.

  Ce dessin, très terminé, est le projet définitif, et tel qu'il a
  été exécuté, du fronton du pavillon de droite du Palais-Royal,
  sur la place.

      H. 22, L. 59.


PARIZEAU (_Ph.-L._). Des dessins de paysage où tout est gracieux: les
arbres, les bêtes, les paysans.

  --Une chaumière, où une femme, assise dans la baie de la porte,
  est entourée de petits enfants jouant sur le seuil.

  Sanguine.

  Signé sur le mur de la chaumière: _Ph. L. Parizeau_, 1775, _près
  Longjumeau_.

  Étude par Parizeau, dans un voyage avec Wille, et dont Wille
  donne les étapes dans ses «Mémoires», à la date du 3 septembre
  1775.

      H. 18, L. 43.


PARROCEL (_Charles_). Le peintre de l'entrée de l'Ambassadeur turc, le
coloriste, dont les yeux semblent avoir toujours gardé la mémoire de
ces tableaux de Bourguignon faits sur cuir doré, et où l'or, épargné
par la peinture, faisait les cuirasses; le dessinateur dont la plume et
la sanguine ont une sorte de _furia_, le croqueur instantané habitué à
saisir le galop d'un cheval, et qui, en ses hâtifs et cursifs et carrés
dessins, rencontra quelquefois de petits cavaliers au torse superbe,
aux pans d'habits renflés, qui ont quelque chose du crayonnage de
Watteau.

  --La course de la bague, avec la _tête du pistolet_, _la tête de
  l'épée_, _la tête de lance_, _la tête de Méduse_, etc.

  Sanguine.

  Gravé à l'eau-forte par Parrocel, en réduction et avec quelques
  petits changements dans «l'École de cavalerie» par M. de la
  Guerinière, vol. Ier, p. 30.

  Vente Le Bas, où ce dessin était catalogué sous le n° 37.

      H. 26, L. 46.

  --Un palefrenier étrillant un cheval.--Une échoppe de
  regrattier.--Un maréchal-ferrant travaillant la mâchoire d'un
  cheval.

  Lavis d'encre de Chine sur trait de plume.

  Ces trois dessins sont gravés dans une suite d'après le Maître.

      H.17, L. 13.


PATER (_Jean-Baptiste_). En dépit de la disproportion des parties d'un
corps, d'un dégingandement parfois singulier de ses figures dessinées,
Pater est le dessinateur qui approche le plus de son Maître. Il ne vous
trompera pas avec un de ses trois crayons,--là Watteau défie tout le
monde;--mais le plus fin connaisseur pourra être pris à un croquis,
à un croqueton à la sanguine, tant l'élève s'est assimilé le jet et
le ressentiment du contour de Watteau. Disons ici que c'est tout à
fait une rareté que de rencontrer un dessin qui soit la première idée
presque complète d'un tableau de Pater; on ne connaît guère de lui
que des études de figures isolées. Sous le nom de Pater je catalogue,
avec une espèce de certitude, un lavis dont pour moi le pointillage
du pinceau a la plus grande analogie avec le faire du crayonnage du
dessinateur; toutefois, pour affirmer d'une manière positive mon
attribution, il aurait fallu voir des lavis de ce maître parfaitement
authentiques, et je n'en connais pas.

  --Un couple assis sur un tertre et devisant; dans le fond, à
  gauche, un galant dont la tête n'est indiquée que par un ovale,
  caressant la gorge d'une femme qui se défend.

  Dessin aux trois crayons sur papier chamois.

  Première idée du tableau gravé par Filleul, sous le titre:
  L'AMOUR ET LE BADINAGE.

      H. 25, L. 31.

  --Près d'une niche, à la sculpture rocaille, et d'où tombe un
  filet d'eau, un négrillon pose un déjeuner de porcelaine sur un
  guéridon, placé devant une dame à l'ample robe. A côté de la
  femme se tient debout, le bras appuyé au piédestal d'un grand
  vase, un homme en robe de chambre un bonnet de coton à fontange
  sur la tête; plus loin un gentilhomme, son chapeau sur la cuisse,
  est assis sur un tabouret.

  Dessin à l'encre de Chine, dessiné et lavé au pinceau sur papier
  bleu.

  Vente Thibaudeau, où il était catalogué sous le nom d'Eisen père.

      H. 27, L. 38.


PERRONEAU (_Jean-Baptiste_). Un grand pastelliste injustement sacrifié
par Diderot à La Tour, et dont la préparation de Laurent Cars, au
Louvre, donne la plus haute idée. Perroneau est plus naturellement
coloriste que La Tour; il est, dans sa peinture de poussière colorée,
tout plein de tons clairs, frais, presque humides. Certes son heureux
rival a une science anatomique et physiognomique d'un visage bien
supérieure à la sienne, mais trop souvent ses tons sont fatigués, ne se
montrent plus entiers, et jamais, au grand jamais, il ne s'est élevé à
ces clartés d'une figure faites de la pose franche de touches de bleu,
de vert, balafrés de rose, et qui ont la plus grande parenté avec la
couleur à l'huile des portraits de Reynolds, des portraitistes anglais
de la fin du XVIIIe siècle.

  --Louis Claude, comte de Goyon de Vaudurant, sous-gouverneur de
  Bretagne, coiffé à l'oiseau royal; il est en habit de velours
  noir, jabot de dentelle, gilet de soie à fleurettes traversé par
  le cordon rouge de commandeur de l'ordre de Saint-Louis.

  Pastel sur peau vélin.

  Provient de la collection du docteur Aussant de Rennes, où il
  était attribué à La Tour. Ce pastel, qui a tous les caractères
  du faire de Perroneau, n'a pu être exécuté par La Tour qui, déjà
  un peu fou, ne travaillait plus à l'époque, où M. de Goyon était
  nommé commandeur de l'ordre de Saint-Louis.

      H. 71, L. 58.


PIERRE (_Jean-Baptiste Marie_). Le remplaçant et le continuateur de
Boucher, un dessinateur dont les dedans sont un peu vides, mais un
contourneur élégant et joliment maniéré de l'humanité de son temps.
Ses femmes nues sont très désirables avec leur petite gorge drue, leur
corps allongé dans la rondeur, leur derrière en poire, et l'élève de
Natoire n'est point encore trop maladroit au tortillage d'une toilette
d'homme ou de femme de son temps. Ce dessin du «Peintre sicilien»
catalogué plus bas, je me vois toujours l'achetant, au temps des
ventes fastes et secourables aux désargentés, en cette vieille maison
du fond de la rue de Vaugirard, cette maison toute bondée de dessins
et de gravures, et où les lots de choses d'art semblaient ne pouvoir
s'épuiser: la maison de Villenave. Je le payais, mon Pierre, je
crois, quelque chose comme 7 francs, et je l'achetais aux côtés de M.
Reiset, qui, encore plus heureux que moi, acquérait là, pour moins de
cent francs, deux Watteau qui sont aujourd'hui deux des joyaux de la
collection du duc d'Aumale.

  --Le gentilhomme Adraste aux genoux de l'esclave grecque dont il
  vient d'ébaucher le portrait.

  Dessin sur papier blanc à l'encre de Chine, rehaussé de blanc de
  gouache.

  Signé dans le dos d'une chaise: _Pierre_.

  Dans la marge du dessin est écrit: LE SICILIEN. _Eh bien, allez,
  oui, j'y consens._

      H. 22, L. 27.

  --La Folie faisant fuir la Religion. En bas, un prêtre renversé,
  un soldat se tordant les mains, un laboureur levant les bras au
  ciel, un magistrat à genoux regardant la Religion s'envoler.
  Allégorie satirique contre la philosophie et l'irréligion du
  ministère Maurepas, Sartine, Miromesnil.

  Dessin lavé à l'encre de Chine relevé de plume.

  Signé au crayon dans la marge de l'ancienne monture: _Pierre, le
  merc(redi) 1er février 1775_.

      H. 32, L. 27.

  --Une jeune femme vue de dos, peignant un paysage posé sur un
  chevalet.

  Sanguine.

  Signé à l'encre: _Pierre_.

      H. 23, L. 18.


PILLEMENT (_Jean_). Un chinoiseur faisant de la chinoiserie rococo au
goût du temps, et de petits paysages proprets avec un crayon taillé
menu, menu, menu.

  --Un pont à l'arche de pierre rompue et remplacée par une
  passerelle en bois; au premier plan, un homme monté sur un âne
  qu'il pousse à coups de bâton.

  Dessin à la pierre noire.

  Signé: _J. Pillement, 1769_.

      H. 16, L. 23.

  --Une masure au bord d'une rivière; sur une estacade une femme
  qui file debout, la quenouille à la main.

  Dessin à la pierre noire.

      H. 16, L. 23.


PORTAIL (_Jacques-André_). Des deux crayons ayant l'air de dessins de
la vieillesse de Watteau--qui n'en eut pas,--des dessins hésitants,
tâtonnés, et comme tracés par des doigts un peu tremblants, et jamais,
sans cette belle audace même dans la maladresse, qu'ont parfois
et Pater et Lancret; des dessins cependant tout pleins, dans une
interprétation ingénue et plaisamment maladroite, de la physionomie
du XVIIIe siècle. Longtemps ces deux crayons se vendaient sans
qualification. Ce n'est qu'en 1851, à la vente du baron de Silvestre,
que l'apparition d'une dizaine de ces dessins, sauvés des soixante-neuf
ramassés par son grand-père, le Maître à dessiner des enfants de
France, réapprenait aux amateurs et aux marchands le nom du _bonhomme_
Portail. On remarquera qu'en général les dessins de Portail sont
seulement à la sanguine et à la pierre noire sans mélange de craie.
Indépendamment de ces deux crayons, Portail, dont le titre était
«peintre de fleurs», a exécuté, à l'aquarelle et à la gouache, de
nombreuses et savantes études de fleurs, de plantes même de légumes,
dont quelques-unes, indépendamment d'une série de miniatures, passaient
à la vente de M. de Menars. Elles sont la plupart, maintenant, je
crois, en la possession du marquis de Chennevières.

  --Portrait du peintre, en buste, vu de trois quarts et tourné à
  gauche, la tête un peu soulevée, une joue appuyée sur sa main
  droite.

  Dessin à la pierre noire et à la sanguine avec quelques touches
  de lavis à l'encre de Chine.

  Une inscription d'une écriture du temps porte dans la marge:
  _Dessiné par M. Portail, de l'Académie royale de peinture et
  sculpture, premier dessinateur du cabinet du Roi, garde des plans
  et tableaux de la couronne_.

  Vente Aussant.

      H. 22, L. 17.

  --Deux négrillons en costume de porte-queues de robes, et coiffés
  du casque à la moresque orné de panaches; ils sont accoudés à une
  table de toilette, sur laquelle il y a posés un pot à l'eau et
  une cuvette.

  Dessin à la sanguine et à la pierre noire.

      H. 27, L. 25.

  --Une dame en grands paniers, assise dans une chaise, une canne à
  la main, causant, la tête retournée, avec un gentilhomme appuyé
  au dossier.

  Dessin à la sanguine et à la pierre noire.

  Collection Niel.

      H. 30, L. 24.

  --Un jeune homme assis, jouant de la flûte, auquel un autre
  homme, appuyé au dossier de sa chaise, présente la partition.

  Dessin à la sanguine et à la pierre noire.

      H. 26, L. 22.

  --Jeune fille, vue à mi-corps, en déshabillé et regardant dans
  son corset qu'elle soulève de ses deux mains.

  Dessin à la sanguine et à la pierre noire.

  Étude pour la miniature portant le n° 329 du marquis de Menars,
  ainsi décrite: «Une jeune fille assise et en déshabillé. Elle
  ouvre sa chemise et paraît y regarder attentivement.»

      H. 26, L. 19.


PRUD'HON (_Pierre-Paul_). Le dernier dessinateur de la grâce.

  --Accroupie sur ses pieds, un ruban lui servant de guides,
  Psyché est traînée par l'Amour à genoux et dont les mains sont
  enchaînées derrière le dos.

  Dessin à la pierre d'Italie sur papier jaunâtre.

  Ce dessin est le modèle du bras de fauteuil pour l'ameublement de
  l'impératrice Marie-Louise, fondu par Thomire.

  Porte la marque de M. His de la Salle qui avait fait un échange
  avec Blaisot.

      H. 21, L. 36.


PUJOS. Le portraitiste de _Belle et Bonne_, dessinateur consciencieux,
appliqué, au crayonnage un peu froid, mais adroitement contre-taillé.

  --Portrait de Sue, représenté dans une houppelande à collet de
  fourrure, et tenant de la main gauche une tête de mort.

  Dessin à la pierre d'Italie.

  Dans la tablette de l'écriture du peintre: SUE, CÉLÈBRE
  ANATOMISTE, et au-dessous: _Dessiné par son ami Pujos en 1785_.

  Vente Capé.

      H. 19, L. 13.

  --Buste de femme, un pouf jeté sur le haut des cheveux et coiffée
  avec deux coques derrière l'oreille. Elle est habillée d'un
  peignoir bordé d'une ruche, et à son cou se voit le cordonnet
  d'un médaillon.

  Dessin sur papier jaunâtre à la pierre d'Italie, relevé de craie.

  Signé dans la marge: _L. Pujos... en 1775_.

      H. 14, L. 14 (ovale).


QUEVERDO (_François-Marie-Isidore_). Le dessinateur, dont j'ai vu dans
ma jeunesse, chez Mayor, deux dessins qui, s'ils n'avaient été signés,
auraient été pris, par tout le monde, pour des Eisen,--le dessinateur
devenu, dans les dernières années du XVIIIe siècle, l'affreux
illustrateur que l'on connaît.

  --Le Coucher de la mariée. Une femme entourée de ses chambrières,
  dont l'une tient une bougie, et qu'un homme agenouillé sollicite
  d'entrer au lit.

  Lavis au bistre mélangé de carmin et rehaussé de blanc de gouache.

  Signé dans l'encadrement carré fait à l'ovale du dessin par le
  dessinateur: _Queverdo 1762_.

      H. 20, L. 18.

  --Dans un confessionnal fait en treillage et fleuri de plantes
  grimpantes et couronné de deux pigeons qui se becquètent, un
  moine confesse une jeune villageoise qui s'essuie les yeux,
  tandis que de l'autre côté son amoureux attend son tour. A droite
  et à gauche du dessin, un groupe de berger et de bergère, couchés
  à terre, qui s'embrassent.

  Lavis de bistre sur trait de plume.

  Gravé sans nom de dessinateur et de graveur dans les imageries de
  Basset, sous le titre de: LA BELLE PÉNITENTE, avec des vers au
  bas qu'on chantait sur l'air du _Confiteor_.

      H. 15, L. 28.


RANC (_Jean_). Peintre de portraits, élève de Rigaud. Il a laissé, de
ses portraits à l'huile, des études crayonnées aux ombres légères et
comme effacées, et dont l'éclairage de craie semble exécuté sur une
contre-épreuve.

  --Une vieille femme, au triple menton, à la coiffure basse, un
  pan de draperie jetée sur l'épaule droite. Elle est représentée
  vue de face dans le cadre d'un œil de bœuf architectural.

  Dessin sur papier bleu, à la pierre d'Italie, rehaussé de craie.

      H. 23, L. 17.


ROBERT (_Hubert_). L'artiste qui a inventé la ruine _spirituelle_, le
crayonneur agréable, l'aquarelliste à l'aquarelle à la fois délicate et
décoratoire. En dehors de ses villas italiennes, Hubert Robert a donné,
sur notre ancien Paris, quelques dessins inspirés par une démolition,
par un incendie, par une catastrophe montrant le monument ruineux et
pittoresque, dessins où il apporte son talent prime-sautier dans
la représentation de localités qui ne sont guère peintes que par un
Raguenet.

  --Un portique de villa italienne surmonté d'une terrasse, et
  dans la niche duquel tombe l'eau d'une fontaine. Un gentilhomme,
  le chapeau sous le bras, et donnant le bras à une dame en mante
  noire, s'apprête à monter un escalier s'ouvrant entre deux
  statues antiques; au premier plan, une femme puise de l'eau
  dans un chaudron, près d'une mère qui tient son enfant par les
  lisières.

  Aquarelle sur trait de plume.

  Signé: _H. Robert 1763_.

      H. 34, L. 21.

  --Jardin d'une villa italienne, où un escalier, au bas duquel est
  couché un Fleuve sur son urne, mène à une fontaine monumentale
  retombant en cascade; en bas, le long d'un mur, aux bas-reliefs
  encastrés, deux femmes arrangent des arbustes dans de grands pots
  de terre rouge.

  Aquarelle.

  Signé: _H. Robert fecit 1770_.

      H. 21, L. 22.

  --Escalier monumental que gravit une Italienne, son enfant sur le
  bras; au premier plan près d'un sphinx de bronze vert jetant de
  l'eau dans une vasque, une femme, accoudée sur une borne, tient
  un petit chien dans ses bras.

  Aquarelle sur trait de plume.

  Signé: _H. Robert_.

      H. 33, L. 28.

  --Vue de l'intérieur d'un cellier romain où un gros chien a pour
  niche un tonneau; une femme, un marmot sur le bras, monte un
  escalier, où un enfant, assis sur une marche, mange sa soupe.

  Croquis sur un large frottis de sanguine, lavé de bistre et
  relevé de plume.

      H. 36, L. 47.

  --Vue, prise sous une arche du Pont-Neuf, du Pont-au-Change
  tout chargé de maisons; une grande estacade à droite au pied de
  laquelle sont amarrés des bateaux; au premier plan, un groupe de
  trois hommes dont l'un tient une ligne.

  Croquis à la pierre noire.

  Portant la marque FR.

      H. 31, L. 46.

  --Vue de l'Hôtel-Dieu, après l'incendie de 1772; une échelle est
  appliquée contre l'arceau du milieu; au premier plan, un groupe
  de deux femmes et d'un homme.

  Sanguine.

      H. 28, L. 36.

  --Vue de la démolition du cimetière des Innocents. Par la baie
  d'une arche ogivale, on aperçoit une tour au-dessus du cloître
  dont la partie supérieure est déjà démolie; au milieu de la cour,
  amoncellement de poutres et de débris; au premier plan, un homme
  regardant appuyé sur le mur d'appui.

  Sanguine lavée d'encre de Chine, relevée de plume et rehaussée de
  blanc de gouache.

      H. 37, L. 29.


SABLET _le jeune_. Des dessins nobles, des études d'après nature qui
rappellent des académies d'atelier.

  --Une vieille femme aux pieds nus, en costume de la campagne
  romaine, représentée de profil, tournée à gauche et tendant la
  main.

  Lavis à l'encre de Chine.

      H. 35, L. 27.


SAINT-AUBIN (_Gabriel_). Un gribouilleur de génie, dans les
croquis, les croquetons duquel il serait possible, en les gravant,
de reconstruire une _Illustration_ du XVIIIe siècle, qui aurait
ses légendes toutes faites avec le bavardage écrit de la main de
l'artiste-croqueur, en marge, au dos, au revers, et même à travers le
crayonnage et la peinturlure de ses dessins d'après nature.

  --Portrait d'Augustin de Saint-Aubin enfant, dormant tout habillé
  sur un tabouret; dans le coin, à gauche, une répétition plus
  étudiée de la tête du dormeur.

  Dessin à la pierre noire.

  Au dos, de la fine écriture d'Augustin: _Étude faite d'après
  nature par Gabriel de Saint-Aubin en 1747 d'après son frère
  Augustin qui lui servait de modèle_[32].

      H. 21, L. 19.

    [32] Le couteau maladroit du monteur de dessins a rogné la
    première ligne de cette note.

  --Portrait de Louis XVI dans un cadre, au bas duquel jouent deux
  amours, au milieu d'attributs et de médaillons représentant des
  épisodes de la vie du monarque.

  Dessin sur papier jaunâtre, au crayon noir et frotté de blanc,
  signé: _Gabriel de Saint-Aubin f. 1770_. Il a écrit en bas:
  LOUIS-AUGUSTE, DAUPHIN DE FRANCE. _Marié le 16 may 1770_, et
  ajouté plus tard: ROI _le... 1774_.

      H. 33, L. 22.

  --Deux études du portrait de Young.

  L'une représente l'écrivain dans un médaillon, au bas duquel est
  une lampe, un sablier et une tête de mort servant d'encrier;
  l'autre le montre dans un médaillon soutenu par un Génie, avec au
  bas une Muse la tête voilée de noir, une plume à la main.

  Le premier dessin est à la pierre d'Italie et à la sanguine
  relevé d'encre; le second est à la pierre d'Italie.

  Tous les deux sont signés. Le second porte au bas trois lignes au
  crayon, qui commencent ainsi: _Gabriel de Saint-Aubin l'ami de
  Young_...

  Le premier a été gravé par Augustin de Saint-Aubin, en tête de la
  traduction des Nuits de Young, par Letourneur, 1770.

      H. 14, L. 8.

  --La Vierge exposant l'Enfant Jésus à l'adoration d'un moine et
  d'une sœur. Le sujet principal est entouré de quinze petits
  médaillons à la plume, représentant quinze épisodes de la vie du
  Sauveur.

  Dessin lavé sur crayon noir à l'encre de Chine.

  Signé: _G. d. S. A._

  Vente Pérignon.

      H. 20, L. 18.

  --Matathias renversant les idoles et massacrant les prêtres.

  Dessin à la plume, lavé d'aquarelle avec rehauts de gouache.

  Vente Pérignon.

      H. 17, L. 23.

  --La mort de Germanicus.

  Dessin à la plume, lavé sur frottis de sanguine, et rehaussé de
  gouache.

  Gravé sous le n° 44 de l'illustration faite par Gabriel
  Saint-Aubin de «l'Abrégé d'histoire romaine», publié chez Nyon.

      H. 21, L. 16.

  --Une châsse promenée à la porte d'une église par le clergé.

  Dessin à la pierre noire, relevé de plume.

  Projet de tableau, ainsi que l'indique la mention de _14 pieds_,
  écrite en bas, au crayon, par Gabriel de Saint-Aubin.

      H. 5, L. 10.

  --Les Dimanches de Saint-Cloud.

  Dans une allée de boutiques, au milieu du cercle fait par la
  foule, un homme et une femme dansent aux accords d'un joueur de
  violon et d'un harpiste.

  Bistre relevé de plume.

  Signé au bas, à gauche: _Gabriel de Saint-Aubin del._, et sur le
  toit d'une boutique: _Vu à Saint-Cloud le 12 septembre 1762. G.
  de S. A._

      H. 20, L. 28.

  --Vue du Pont-Neuf et de la Samaritaine prise au quai de la
  Mégisserie à l'époque où se construisaient, sur les demi-lunes du
  pont, les _guérites_ dont la location fut affermée par le Roi, au
  profit des veuves de l'Académie de Saint-Luc. Sur le premier plan
  un marché aux fleurs, une rixe de femmes, un groupe de racoleurs.

  Dessin à la sanguine et à la pierre noire, accentué de plume.

  Signé: _G. de Saint-Aubin 1775_.

  Ventes Brunn-Neergaard, Sylvestre[33].

      H. 23, L. 38.

    [33] Il existe un faux dessin de ce sujet, ou du moins un
    dessin qui a été poussé au fini, sur un léger croquis de
    Gabriel.

  --Pitres de parade se fendant pour un assaut, gros abbé le nez
  en l'air, vieillard vu de dos dans un grand manteau, savoyard
  sautillant sur un pied, femme assise sur un banc soulevant son
  enfant pour voir.

  Feuille de croquis sur papier grisâtre, à la pierre noire,
  rehaussés de blanc.

  Étude pour la «Vue des Boulevards» de Gabriel de Saint-Aubin,
  gravée sans titre par Duclos.

      H. 43, L. 26.

  --Deux vues du Wauxhall.

  Dessin à la plume sur un dessous de crayon lavé.

  Sur l'un de ces dessins on lit, de l'écriture de Saint-Aubin:
  _Vue du salon des Muses faite au Wauxhal par Gabriel de
  Saint-Aubin, 1769, avec indication de café turc et de
  restaurateur_.

      H. 5, L. 10.

  --Vue des tables d'un café des boulevards, devant lequel défilent
  des carrosses.

  Croquis au crayon noir rehaussé de blanc.

  Vente Pérignon.

      H. 14, L. 19.

  --Dans le fond l'École-Militaire, au premier plan une foule
  immense regardant, du quai, un bateau au milieu de la Seine.

  Dessin à l'aquarelle repris de plume.

  En bas, de l'écriture du dessinateur: _Bateau insubmersible de M.
  de Bernière éprouvé le 1er août. Gabriel de Saint-Aubin, 1776. Le
  véritable honneur est d'être utile aux hommes. Pour la société
  établie à cette fin, 1776._ (Voir sur cette expérience les
  «Mémoires de la République des lettres» à la date du 4 août 1776.)

      H. 19, L. 14.

  --Un laboratoire de chimie, au manteau du fourneau décoré
  d'une figure allégorique présentant un miroir à Vulcain.
  Au-dessous sont groupés, autour d'une table, des savants, des
  femmes, des abbés, au milieu desquels on remarque un seigneur
  au grand cordon en sautoir. Un homme tient une cornue entre
  ses mains. C'est sans doute la chambre d'expérimentation du
  chimiste-amateur, le duc de Luynes, où se lit sur une porte
  sculptée: _Au Sage_.

  Dessin à la pierre noire, relevé de quelques coups de plume.

  Signé: _G. S. A. 1779_.

  Vente Pérignon.

      H. 18, L. 12.

  --Sous un ciel, où les Naïades versent la pluie avec des
  arrosoirs, et où les Vents soufflent la tempête, des jouteurs de
  régates de la Seine s'avancent, leurs lances de bois appuyées sur
  la cuisse. Au premier plan, un cabriolet stationnant à côté d'une
  ancre.

  Dessin à la pierre noire, relevé de plume, lavé d'aquarelle et de
  gouache dans le ciel.

  Signé: _G. de S. A._

  Vente Pérignon.

      H. 22, L. 18.

  --Danse d'hommes et de femmes dans des arbres, au pied de
  statues, avec un fond de ciel qui semble éclairé d'illuminations
  et de lueurs de feux d'artifice.

  Dessin sur papier gris à la pierre noire, rehaussé de craie et de
  quelques touches de pastel dans le fond.

  On lit dans le ciel de ce dessin représentant sans doute quelque
  réjouissance publique: _le Retour désiré_.

  Vente Pérignon.

      H. 22, L. 28.

  --Le Salon de 1757. Plusieurs personnes, parmi lesquelles se
  trouve un Turc, sont arrêtées devant une statue de Vénus.

  Dessin à l'encre de Chine sur trait de plume.

  En bas, au crayon de la main de Gabriel: _Salon de 1757, figure
  de M. Mignot_. C'est la figure ainsi mentionnée au livret de
  l'exposition: «Vénus qui dort. Cette figure est de la même
  proportion que l'Hermaphrodite antique et doit faire son pendant,
  par M. Mignot, agréé.»

      H. 14, L. 16.

  --Une jeune femme dessinant dans un atelier une statuette de
  Vénus, posée sur un guéridon. Un peintre, la main qui tient sa
  palette, posée sur l'épaule de la femme, lui indique, de son
  autre main, une correction.

  Dessin sur papier jaunâtre à la pierre noire, éclairé d'un
  frottis de craie.

      H. 21, L. 15.

  --Trois jeunes filles dessinant sur un coin de table.

  Dessin à la pierre noire, relevé de plume.

  On déchiffre à peu près, sur ce dessin, de la main de Gabriel:
  ... _Pour Mme J. G. Colignon de Freneuse_; et en bas, sous la
  jeune fille de premier plan: _pied en l'air_.

      H. 17, L. 11.

  --Dans un appartement aux lambris sculptés, au mobilier
  somptueux, un commissaire verbalisant avec son clerc à une table,
  tandis qu'un soldat aux gardes saisit dans un secrétaire une
  boîte, en présence d'un homme en robe de chambre et en bonnet de
  coton.

  Lavis à l'encre de Chine sur un frottis de sanguine.

  Portant la marque du chevalier Damery.

      H. 24, L. 19.

  --Une femme donnant de la bouillie à un enfant, renversé sur ses
  genoux.

  Dessin sur papier bleu à la pierre noire, rehaussé de craie.

  Signé: _G. de S. A. 1773_.

      H. 28, L. 20.

  --Une femme assise, un pied sur un tabouret, lisant dans un livre.

  Contre-épreuve d'un dessin à la pierre noire, avec, en marge de
  la femme, des croquetons à la plume et au crayon.

      H. 23, L. 18.

  --Deux hommes assis sur des chaises, à l'entrée d'une grande
  allée d'arbres; à côté d'eux deux femmes couchées à terre.

  Dessin à la pierre noire, lavé d'encre de Chine et d'une
  coloration bleuâtre. Au dos du dessin, croquis de statue à la
  plume et tête d'homme baissé et paysage au crayon.

      H. 18, L. 11.

  --L'Étude et les Amours cherchant à arrêter le Temps, un pied
  posé sur les constitutions des Jésuites.

  Dessin estompé au crayon noir.

  Signé: _G. de S. A._

  Ce grand dessin académique, dont le dessinateur semble avoir eu
  une sorte d'orgueil, porte en bas, de la main de Gabriel: _Bon à
  coler derrière mon portrait_.

      H. 54, L. 43.

  --Un Génie ailé, à la main une trompette de Renommée, montrant un
  portrait lauré, et repoussant du pied l'Envie et la Haine.

  Dessin lavé de bistre sur papier bleu, rehaussé d'aquarelle et de
  gouache.

  Signé: _Gabriel de Saint-Aubin f._ avec la mention: POUR LE
  PRINCE DE LA PAIX.

  Vente Peltier.

      H. 24, L. 21,

  --La Ville de Paris, figurée par une déesse tenant une rame, et
  montrant à une femme qui serre deux enfants sur sa poitrine,
  la colonne de l'hôtel de Soissons, encastrée dans les nouvelles
  Halles aux grains et aux farines. En haut, un petit dessin
  architectural de l'encastrement.

  Dessin au crayon et à la plume, lavé de bistre et d'encre. Au
  revers, sur un fond aquarellé de bleu, le crayonnage d'un homme
  assurant un lorgnon dans son œil, à côté d'un autre homme couché
  sur un banc; autour d'eux, plusieurs objets d'art.

  Nombreuses écritures sur le dessin du recto, et au verso, à côté
  d'une petite statuette religieuse, deux fois dessinée: _Bronze à
  Saint-Jean par..... le 1er octobre 1769_.

  Allégorie relative à l'érection de la colonne donnée par
  Bachaumont à la ville de Paris, et dont le dessin destiné aux
  «Étrennes françoises» dont Gabriel Saint-Aubin a fait presque
  toute l'illustration, a été remplacé par un Gravelot.

      H. 18, L. 12.

  --Études d'amours pour un plafond, avec la composition du milieu
  cherchée deux fois, d'une manière différente.

  Dessin moitié à la sanguine relevé de plume, moitié au lavis
  d'encre de Chine sur crayonnage à la pierre noire.

  Signé: _G. de Saint-Aubin_, 1779.

  Ce dessin porte en bas de la main de Gabriel: _pour le plafond
  de....._ Serait-ce un plafond pour l'hôtel de M. d'Angiviller,
  dont le nom se trouve dans un cartouche sur lequel est assis un
  amour?

      H. 18, L. 14.

  --Près d'une femme, un personnage grotesque et coiffé d'une
  calotte, tenant renversée une marotte à laquelle se suspend un
  amour.

  Dessin à la pierre noire.

  Signé: _G. de S. A._ et griffonné, en marge, de chiffres,
  d'écritures, d'adresses, de recettes de peinture.

  Vente Pérignon.

      H. 18, L. 13.

  --Dans un appartement à colonnes et où la porte est surmontée
  d'un groupe de deux amours, deux hommes causant debout, une main
  de l'un posée sur la main de l'autre.

  Dessin à la pierre d'Italie, relevé de quelques traits de plume.

  Signé: _G. de Saint-Aubin del._

  Gravé par Augustin de Saint-Aubin pour L'INTÉRÊT PERSONNEL, _acte
  II, scène II_.

      H. 12, L. 7.

  --Neuf compositions pour l'illustration de _Zadig_ de Voltaire.

  Gribouillis à la plume, dont un seul est légèrement lavé d'encre
  de Chine.

      H. 10, L. 8 (forme ovale).

  --Trois dessins d'armoiries: deux différents pour les armes
  de Madame de Pompadour, un pour les armes de son frère, M. de
  Marigny.

  Trois dessins au crayon, à la plume, lavés d'encre de Chine, sur
  papier et sur peau vélin.

  Signé au bas des deux poissons de Marigny: _G. S. A._

      H. 6, L. 12.


SAINT-AUBIN (_Augustin de_). Un cadet moins peintre, moins savant
dessinateur, moins artiste que son aîné, mais doué d'un contour de
grâce, d'une suavité de dessin, d'une naïve _galantiste_ d'art, qui
en fait le peintre de la volupté de la femme de son temps. Pour le
juger complètement, il faudrait qu'un habile fureteur déterrât les
originaux de son «Bal paré» et de son «Concert bourgeois», ces deux
représentations typiques du monde du XVIIIe siècle, exposées au Salon
de 1773, et faites avec ce joli procédé qui lui réussit si bien: un
doux crayonnage balayé d'un nuage d'aquarelle. Dans l'ordre de ces
dessins de vapeurs, et parmi lesquels je citerai la première idée de
«Au moins soyez discret», c'est dans un certain vague à peine coloré
d'aquarelle ou de pastel, comme la pâle vision d'une femme rose,
entrevue dans un rêve amoureux.

  --Portrait à mi-corps et de profil, du dessinateur à l'âge de
  vingt-huit ans. Il a les cheveux en accommodage du matin, un
  carton sur les genoux, un porte-crayon au bout de sa main droite,
  levée et tendue. Au fond, sur un chevalet, une toile représentant
  une nudité mythologique.

  Bistre sur trait de plume.

  Signé: _Aug. de Saint-Aubin del. 1764_.

  Vente Renouard.

      H. 19, L. 14.

  --Portrait d'une jeune femme de profil, tournée à gauche, aux
  cheveux bouffants et retombants, serrés par un ruban au sommet de
  la tête, un collier de perles au cou, un fichu lâchement noué sur
  le décolletage de sa poitrine.

  L'encre de Chine, relevée de quelques petits traits de plume, est
  légèrement lavée d'aquarelle.

  Signé au crayon dans le cercle blanc de l'ovale: _A. de
  Saint-Aubin, 1780_.

  Au dos, d'une écriture du temps: _Aimée Louise Chevrau de
  Moussy_[34].

      H. 12, L. 10 (ovale).

    [34] Les «Mémoires de Maurepas» donnent cette madame de Moussy
    comme maîtresse à d'Argenson, le ministre de la guerre.

  --Portrait d'une jeune femme de profil, tournée à droite,
  coiffée en chien couchant. Elle a une perle longue à l'oreille,
  et ses épaules décolletées sortent d'une robe jaune.

  Dessin à la mine de plomb, légèrement lavé d'aquarelle et relevé
  de pastel.

      H. 17, L. 14 (ovale).

  --Portrait d'une femme âgée, vue de trois quarts, en cheveux
  relevés et surmontés d'un pouf. Un fichu de mousseline est jeté
  sur ses épaules.

  Dessin à la pierre noire et à la mine de plomb, rehaussé de
  sanguine dans la figure.

      H. 18, L. 13.

  --Portrait de femme, représentée la tête renversée, les cheveux
  épars, les yeux au ciel, la gorge nue à demi voilée par une
  vapeur d'encens.

  Sanguine.

      H. 16, L. 13.

  --Jeune femme debout, un petit tablier sur sa robe, les bras
  nus croisés, et les mains enfoncées dans les engageantes de ses
  manches. Derrière elle, un intérieur de chambre, où se voit une
  console au-dessous d'une glace.

  Au dos, de l'écriture d'Augustin: _Étude d'après Mlle L. G.
  dessinée par Aug. de Saint-Aubin, 1763_.

      H. 21, L. 13.

  --Une femme jouant de la harpe et chantant.

  Mine de plomb reprise de plume.

      H. 17, L. 10.

  --Une petite fille, assise dans un grand fauteuil de paille, et
  lisant un livre qu'elle tient de ses deux mains entrecroisées; à
  terre, une poupée.

  Mine de plomb.

      H. 19, L. 13.

  --Une femme en corset, en camisole qu'elle ramène sur un de ses
  seins, envoyant un baiser du bout des doigts.

  Mine de plomb légèrement aquarellée sur la figure.

  Première idée du dessin gravé par Augustin de Saint-Aubin, sous
  le titre de: _Au moins soyez discret_.

      H. 21, L. 16.

  --Dame habillée, vue de face; un bras passé derrière son dos.
  Coiffure de fleurs et de plumes, robe violette avec nœuds,
  glands, barrières et volants jaunes; gants montant jusqu'aux
  coudes.

  Aquarelle sur dessous de mine de plomb.

  Gravé dans la «Gallerie des Modes et Costumes français dessinés
  d'après nature» et publiée par Esnauts et Rapilly, gravé par
  Dupin fils sous le n° 360, avec la légende: _Grande robe de cour
  garnie de gazes entrelacées et de guirlandes....._

      H. 25, L. 18.

  --Dame habillée, vue de face, la tête tournée de profil à gauche,
  une main appuyée sur la hanche. Robe bleue falbalassée sur jupe
  rose à guirlandes de fleurs.

  Aquarelle sur dessous de mine de plomb.

  Gravé dans la collection Esnauts et Rapilly, par Dupin fils,
  sous le n° 375, avec la légende: _Grande robe de cour à
  l'étiquette....._

      H. 25, L. 18.

  --Dame habillée, de profil, tournée à gauche et tenant d'une
  main un éventail fermé. Corsage rose, retroussis bleu sur une
  jupe rose entr'ouverte sur un dessous à bordure jaune, brodé de
  fleurettes.

  Aquarelle sur dessous de mine de plomb.

  Gravé dans la collection Esnauts et Rapilly, par Dupin fils, sous
  le n° 357, avec la légende: _Robe asiatique ornée de gazes et de
  guirlandes de chêne....._

  Ces trois dessins de costumes d'Augustin de Saint-Aubin
  proviennent de la vente Hope.

      H. 25, L. 18.

  --Un commissionnaire, tenant de ses deux mains son chapeau contre
  sa poitrine.

  Mine de plomb.

  Gravé par Augustin de Saint-Aubin, sous le n° 4, dans la suite:
  «_Mes gens, ou les Commissionnaires ultramontains_.»

      H. 20, L. 14.

  --Trois petits garçons jouant à la toupie, devant la colonnade du
  Louvre.

  Sanguine.

  Gravé par Augustin de Saint-Aubin, sous le titre: LA TOUPIE, dans
  la suite: «_C'est ici les différents jeux des petits polissons de
  Paris_.»

      H. 17, L. 17.


SAINT-AUBIN (Mlle _Germain de_). Tous les hommes et toutes les femmes
de cette famille Saint-Aubin peignent et dessinent. Un curieux
document, à l'appui de cette assertion, est l'album possédé par M.
Destailleurs, où les dessins de Gabriel et des Augustin sont entremêlés
des dessins de celui-ci et de celle-là, d'un neveu, d'une nièce.

  --Portrait de Germain de Saint-Aubin, l'auteur des PAPILLONNERIES
  HUMAINES.

  Mine de plomb.

  Au revers du dessin, on lit: _Charles Germain de Saint-Aubin,
  dessinateur du Roy, né le 17 janvier 1721, dessiné en 1761 par
  Mlle de Saint-Aubin pour M. Sedaine, son amy_.

      H. 11, L. 11 (ovale).


SAINT-QUENTIN. Un dessinateur à la fois médiocre et facile, et dans
l'aquarelle duquel se glissent des bruns qui ne sont pas les roux d'un
coloriste.

  --A l'ombre d'un saule, un lavoir, dans le fond une charrette
  dételée et basculée ou jouent de petits paysans; au premier plan,
  à côté d'une cuve à lessive, un homme baignant des enfants.

  Dessin lavé à l'aquarelle légèrement gouachée.

  Signé: _Saint-Quentin inv. f. 1764_.

      H. 23, L. 35.


SOLDI. Un Italien devenu français, séduit par Chardin, et qui cherchait
à imiter ses sujets et sa manière dans des dessins chauds et blonds.

  --Dans un pauvre intérieur aux paniers pleins de linge, près
  d'une table à repasser, où est appuyé un petit garçon, une jeune
  fille, accotée à un cuveau, est grondée par une vieille femme,
  qui lui met sous le nez un linge dans lequel elle lui montre un
  trou.

  Dessin à la sanguine, lavé d'encre de Chine, rehaussé de blanc et
  repris de plume.

  Gravé par Henriquez, avec un changement dans le petit garçon,
  sous le titre: LA NÉGLIGENCE APERÇUE.


SWEBACH-DESFONTAINES (_Jacques_). Un dessinateur du soldat et des
foules, qui a des allumements de lumière assez gais, et de petites
adresses de plume et de pinceau parfois amusantes.

  --Vue d'un camp, où des fantassins et des hussards à cheval
  boivent, groupés autour d'une vivandière, à la porte d'une
  baraque transformée en cabaret.

  Lavis à l'encre de Chine sur papier verdâtre, rehaussé de blanc
  de gouache.

      H. 24, L. 34.

  --Foule groupée devant les tréteaux du théâtre des Associés.
  Foule sortant de dessous l'auvent du théâtre d'Audinot.

  Deux croquis lavés de bistre sur gribouillage de plume.

  On lit de la main de Swebach, sur le premier: _Assossiés_; et sur
  le second: _Sortie de chés Odinot_ (sic).

      H. 11, L. 17.

  --Entrée d'un café à la devanture soutenue par des piliers
  de bois, garnis de jalousies, et sur la porte duquel on lit:
  CAFÉ GODET[35]. Des hommes et des femmes, dans des costumes du
  Directoire, se pressent vers les tables en plein air. Devant le
  café, un vielleur, une marchande d'oublies, de petits Savoyards.

  Aquarelle.

  Au dos du dessin, se lisait: _Sweback, 1798_.

      H. 14, L. 28.

    [35] Café des boulevards, célèbre par les batailles des
    Lafayettistes et des Maratistes au commencement de la
    Révolution.


TARAVAL (_Hugues_). Le peintre dont on disait: «Il a un très beau
pinceau», et dont les dessins sont rares. Au fond un artiste qui est de
la monnaie de Boucher, mais avec des enveloppements moins ronds de la
forme, des ressentiments plus nature, et une certaine venusté dans ses
figures de femmes.

  --Académie de femme agenouillée, les mains jointes sous son
  menton.

  Dessin estompé aux trois crayons.

  Portant la marque _F. R._

      H. 29, L. 20.


SAUGRAIN (_Élise_). De petites lumières papillonnantes, des eaux
égayées de reflets, des verdures bleuâtres, une nature couleur de
mousse et d'automne: c'est là la palette de cette élève de Moreau
l'aîné, qui gravait les gouaches de son Maître, avec cette mention au
bas de l'estampe: _Élise Saugrain sculp. Moreau direxit_.

  --Un bouquet de saules au bord d'une rivière, dont les détours et
  les sinuosités baignent de petites langues de terre et de petits
  îlots verts.

  Aquarelle légèrement gouachée.

  Signé: _Saugrain, 1767_.

      H. 21, L. 39.


SCHENAU. Encore un Allemand, et le plus Allemand de tous les Allemands
qui ont fait de l'art français.

  --La maîtresse d'école. Une vieille paysanne, entourée de petites
  filles et de petits garçons, fait lire, dans un livre, un marmot
  juché sur une table, qu'elle tient entre ses bras contre sa
  poitrine.

  Dessin à l'encre de Chine lavé d'aquarelle.

      H. 39, L. 27.


TAUNAY (_Nicolas-Antoine_). Un dessinateur, dont on ne rencontre
guère que des dessins et des illustrations de sa vieillesse, sans
grand accent du XVIIIe siècle. Et cependant,--détail presque ignoré
aujourd'hui,--il a été un moment un des plus lestes et des plus
pimpants gouacheurs du XVIIIe siècle, un gouacheur qui, sur la peau
vélin, a fait revivre la claire et pétillante peinture de Pater, avec
ses lumineux réveillons, avec ses allumements de couleurs tendres: les
cendres vertes, les vermillons, les jaunes de soufre.

  --Ouverture d'un chemin dans la campagne. Homme brouettant de
  la terre, charretier chargeant un tombereau de déblais, femme
  accroupie renversant une hotte, travailleurs défonçant la terre
  à coups de pic; dans un coin, un individu déculotté, faisant ses
  besoins dans un cours d'eau.

  Gouache sur peau vélin.

  Signé: _N. Taunay, 1784_.

  Répétition du tableau, que le «Salon de la Correspondance», de la
  Blancherie, annonce exposé, comme faisant partie du cabinet du
  comte de Cossé, sous le titre: _Des travailleurs qui ouvrent un
  chemin dans une montagne_.

      H. 32, L. 25.

  --Juge reconduit chez lui aux flambeaux.

  Juge assis dans un fauteuil auquel on présente de petits chiens.

  Dessins au bistre gouachés de blanc, l'un a été mis au carreau.

  Deux scènes de l'illustration des «Plaideurs» de Racine, pour une
  édition de Didot.

      H. 11, L. 8.


TOUZÉ. Dessinateur minutieux appliqué, un peu parent de
Duplessis-Bertaux, et dont le crayon, comme le sien, va naturellement
à la caricature. Je me trouve posséder par hasard tous ses dessins
qui ont eu l'honneur de la gravure depuis son «Charlatan» et son
«Conducteur d'ours» acquis il y a bien des années à une petite vente de
l'hôtel des Jeûneurs, jusqu'à son dessin de «Zemire et Azor», trouvé,
pendant l'armistice du siège, chez un coiffeur de la banlieue, presque
démoli par les obus.

  --Sur le quai de l'École, dans la foule des badauds, un sauvage
  arrachant avec un sabre, du haut de sa voiture, une dent à un
  patient monté sur un escabeau.

  Dessin sur papier jaunâtre, au crayon noir, rehaussé de blanc.

  Gravé par Miger, sous le titre: LE CHARLATAN.

      H. 21, L. 26.

  --Escorté de musiciens en carrosse, un homme marchant dans la
  foule de la rue, et tenant en laisse un ours, sur lequel sont
  deux singes.

  Dessin à la pierre d'Italie, rehaussé de blanc sur papier
  jaunâtre.

  Gravé par Miger, sous le titre: LE CONDUCTEUR D'OURS.

      H. 21, L. 26.

  --Dans un palais de théâtre au fond duquel un transparent laisse
  voir un sultan, au milieu de son harem, à droite un acteur à
  l'apparence d'un homme-bête, à gauche une actrice chantant.

  Dessin sur papier jaunâtre à la pierre d'Italie, rehaussé de
  blanc.

  Gravé par Voyez le jeune, sous le titre du: TABLEAU MAGIQUE DE
  ZÉMIRE ET AZOR.

      H. 38, L. 32.

  --Contre un pilier des Halles, un petit bout d'homme ridicule,
  voulant embrasser de force une marchande, pendant qu'un enfant
  lui verse, par derrière, une bouteille dans sa poche.

  Dessin sur papier jaunâtre, à la pierre d'Italie, légèrement lavé
  de bistre et rehaussé de blanc.

  Gravé en réduction par Hémery, sous le titre: LA MARCHANDE
  D'ŒUFS[36].

      H. 45, L. 36.

    [36] Malgré la valeur de l'attribution, je serais disposé à
    voir dans ce dessin, d'un faire plus large que ses dessins
    ordinaires, une composition de Baudouin, l'officier aux gardes
    françaises, dont il portait au dos la signature. Il n'est pas
    sans exemple que des dessins d'amateurs aient été gravés sous
    d'autres noms que les leurs.


TRÉMOLLIÈRES (_Pierre-Charles_). Un élève de Jean Baptiste Vanloo, qui
dans un dessin, non sans force et sans puissance, a encore exagéré
l'engorgement des amours de Boucher, qu'on voit chez lui, tout
pantalonnés de graisse, en leurs chairs renflées. En dehors de quelques
rares têtes d'études pastellées, il a un seul et unique procédé de
dessin: des lavis au crayon noir sur papier bleu, lavés d'un vilain
bistre jaune, avec de larges hachures au pinceau.

  --Groupe de trois amours, dont l'un entoure de ses bras un coq
  qui chante.

  Croquis au crayon noir, lavé de bistre et rehaussé de blanc sur
  papier bleu.

  Dessin ovale d'un panneau de lambris.

      H. 26, L. 20.

  --Fillette regardant un petit garçon, qui dort, le ventre à
  l'air, sur le départ d'une rampe de parc.

  Croquis au crayon noir, lavé de bistre et rehaussé de blanc sur
  papier bleu.

  Dessin pour un panneau de lambris,

      H. 27, L. 22.


TRINQUESSE (_Louis_). Un crayonneur à la sanguine, qui a laissé un
certain nombre d'études de femmes, saisies d'après nature dans leur
ajustement et leur accommodement du jour, et qui trouve ou surprend
parfois de jolis mouvements, mais dont les dessins sont gâtés par la
sécheresse académique, les hachures sérieuses qu'il introduit dans ses
croquis de la mode et des fanfioles de la toilette. Les deux premiers
dessins viennent d'une suite de 24 études, où, sur l'une d'elles, il
y avait écrit, de la main du peintre, qu'elles avaient été faites en
1773, d'après une Madame de Framery.

  --Étude de femme en pied, un chapeau à plumes sur la tête, assise
  dans une bergère près d'une servante où est posé un pot à l'eau.

  Sanguine.

  Signé à la plume: _Trinquesse f._

      H. 39, L. 24.

  --Femme en robe habillée, couchée tout de son long sur une chaise
  longue. Sa tête est appuyée sur une main, l'autre tient un
  bouquet dans le creux de sa jupe.

  Sanguine.

  Signé à la plume: _Trinquesse f._

      H. 25, L. 37.

  --Femme assise de côté dans un fauteuil, les pieds étendus sur un
  tabouret.

  Sanguine.

      H. 34, L. 27.

  --Femme assise sur une chaise, une main tenant une plume, appuyée
  sur une table à côté d'elle.

  Sanguine.

      H. 32, L. 22.

  --Femme assise de côté sur une table, une jambe pendante, un pied
  posé à terre.

  Sanguine.

      H. 34, L. 27.


TROY (_Jean-François de_). Des dessins, dont l'authentification est
difficile, et dont il faudrait, pour avoir la certitude complète de
l'authenticité, trouver quelque première idée des tableaux gravés du
peintre, ou des tableaux exécutés en tapisserie aux Gobelins, comme la
série d'_Esther_. Celui-ci a pour lui le faire gras du dessinateur,
l'espèce d'orientalisme de ses compositions, imaginé avec des têtes de
juifs des _ghetto_ italiens, l'attribution d'une écriture du temps sur
la vieille monture, et la mention de son biographe, que de Troy a peint
une «Femme adultère» pour le cardinal de Tencin.

  --Au milieu des pharisiens, la femme adultère en larmes, auprès
  de laquelle, Jésus-Christ penché à terre, écrit de son doigt sur
  le sol: «Que celui qui n'a jamais péché lui jette la première
  pierre.»

  Dessin à la pierre noire.

  Portant la marque G. P. entre-croisés.

      H. 38, L. 28.


VANLOO (_Carle_). C'est en quelque sorte le dessinateur officiel de
l'école française de son temps. Algarotti le proclame le créateur d'un
nouveau mode de dessin, par la substitution à l'_estompage_ italien,
de l'égrenage du crayon, relevé de traits de force: une façon de faire
revivre, dans un mol enveloppement, les hachures entre-croisées des
vieux maîtres. Mais, indépendamment du procédé, il est accordé, surtout
à Vanloo, par les _salonniers_, le grand style du dessin. Enfin, pour
tout dire, l'académie à la sanguine, que l'élève-peintre copie dans le
tableau du «Dessinateur» de Chardin, est une académie de Vanloo. Il
y a bien à rabattre sur cet engouement des contemporains, et de Mme
de Pompadour. Vanloo n'a pas le dessin personnel, n'a pas le dessin
franchement de son époque, de sa patrie: son dessin est un compromis
bâtard entre le dessin italien et le dessin français. Toutefois ses
dessins méritent de trouver une place assez large dans une collection
du XVIIIe siècle, dont il est un des représentants attitrés. Puis dans
les dessins décrits ici, il se trouve une série où l'artiste a été
sauvé de la convention, et forcé pour ainsi dire d'être français par
l'étude rigoureuse de la nature. Ce sont les dessins faisant partie de
ce lot mentionné dans son catalogue[37], où il avait représenté dans
leur intérieur, et en pied, les peintres ses amis et leurs femmes. Et
peut-être en étudiant bien les vagues tableaux accrochés à la muraille
sur quelques-uns des fonds, arriverai-je, un jour, à découvrir le nom
des aimables personnages.

    [37] Voici la mention du catalogue de Vanloo donné dans les
    «Deuils de cour», à la suite de sa biographie: «Plusieurs
    portraits de la famille et des amis de C. Vanloo, entre autres
    ceux des dames Vanloo, etc., des MM. Somis, Trémollières,
    Boucher, Dandré-Bardon, etc.»

  --Une femme assise, en déshabillé Pompadour, un bonnet papillon
  sur une coiffure basse, une cravate en chenille au cou, une
  échelle de rubans au corsage, des engageantes à la saignée,
  tenant de sa main droite, posée sur ses genoux, un mouchoir,
  pendant que son bras gauche repose sur un coussin placé sur une
  table. Quelques personnes croient retrouver dans cette étude le
  portrait de Mme Vanloo, qui existe dans le grand tableau de la
  famille des Vanloo.

  Dessin à la pierre d'Italie sur papier bleu, rehaussé de blanc
  avec un léger frottis de sanguine sur le visage et les mains.

  Signé: _Carle Vanloo 1743_.

  Porte la marque du chevalier Damery, et provient de la vente de
  M. Jules Boilly.

      H. 44, L. 32

  --Un homme, assis de face sur un fauteuil, au dos canné.
  Il a l'épée au côté et le chapeau sous le bras. Le fond de
  l'appartement est garni de tableaux.

  Dessin sur papier jaunâtre[38] à la pierre d'Italie rehaussé de
  blanc.

  Signé: _Carle Vanloo f. 1743_.

  Vente Lajarriette.

      H. 44, L. 32.

    [38] Le papier, primitivement bleu, est devenu, à l'exposition
    du soleil, tout à fait jaune. Il est ainsi un certain nombre
    de dessins, dont le papier n'est plus du tout de la couleur
    indiquée dans les premiers catalogues de vente, où ils ont
    passé.

  --Auprès d'un petit bureau, un homme assis de face, tenant de
  la main gauche sa tabatière, où il vient de prendre une prise.
  Quelques tableaux accrochés au mur du fond.

  Dessin sur papier jaunâtre à la pierre d'Italie, rehaussé de
  blanc.

      H. 39, L. 31.

  --Une vieille femme, tricotant au coin d'une cheminée; à sa
  gauche, une petite table sur laquelle il y a une corbeille à
  tapisserie, des ciseaux, une pelote. Derrière elle l'angle d'un
  grand tableau.

  Dessin sur papier bleuâtre à la pierre d'Italie, rehaussé de
  blanc.

  Signé à l'encre: _Carle Vanloo 1743_.

      H. 47, L. 33.

  --Tête de jeune femme, vue de trois quarts, aux cheveux relevés
  et noués avec un ruban au sommet de la tête.

  Dessin à la sanguine brunâtre, travaillée dans la manière et avec
  les entre-croisements de hachures des têtes d'études de Greuze.

  Provenant de la vente de Norblin père dans laquelle il était
  catalogué sous le nom de Mlle de Nesle.

      H. 43, L. 31.

  --Tête de petite fille, de profil, tournée à droite, une
  collerette au cou, un fil de perle et un ruban bleu s'enroulant
  dans ses noirs cheveux relevés.

  Dessin au crayon noir légèrement pastellé.

  Étude pour le tableau gravé par Fessard, sous le titre: LA
  MUSIQUE, décorant le salon de compagnie de Mme de Pompadour, au
  château de Bellevue.

      H. 25, L. 20.

  --Tête de petite fille, de profil, tournée à gauche, un ruban
  rose courant dans ses cheveux blonds, roulés sur sa tête. Elle a
  un collier de perles au cou.

  Dessin au crayon noir légèrement pastellé.

  Étude pour le tableau gravé par Fessard, sous le titre: LA
  PEINTURE, décorant le salon de compagnie de Mme de Pompadour, au
  château de Bellevue.

      H. 25, L. 20.

  --Personnages groupés dans un salon autour d'une femme assise
  dans un fauteuil.

  Dessin à la plume, lavé de bistre.

  Première idée du tableau gravé par Beauvarlet, sous le titre: LA
  CONVERSATION ESPAGNOLE[39].

  Provient des ventes Norblin fils et Arozarena.

      H. 26, L. 23.

    [39] On ignore assez généralement que le tableau de Vanloo a
    été, pour ainsi dire, reproduit par Beaumarchais, dans la mise
    en scène, au Théâtre-Français, de la scène IV de l'acte second
    du «Mariage de Figaro».


VERNET (_Joseph_). De tranquilles et sérieux dessins, qui ont rompu
avec le tapage pittoresque de l'école paysagiste de Boucher: des
effets larges, de grandes lumières dormantes, le commencement de
l'enveloppement d'un paysage par une atmosphère.

  --Vue de la Seine en face le palais Bourbon. Le cours de l'eau
  est animé par des bateaux, des trains de bois, des batelets
  remplis de gentilshommes et de dames; au milieu du fleuve est
  amarrée une frégate.

  Dessin à la pierre noire.

  Portant une marque inconnue.

      H. 22, L. 37.

  --Un maçon en train de tailler une pierre près d'un toiseur
  regardant dans un cahier, sa toise sous le bras.

  Dessin à la mine de plomb et à la sanguine.

  Étude faite pour les ports de mer, avec des numéros sur les
  diverses parties du costume du maçon, qui indiquent, en marge,
  les couleurs pour la peinture à l'huile.

      H. 20, L. 15.


VERNET (_Carle_). Le peintre _sportsman_, le sec amuseur du Directoire,
avec des caricatures qui semblent exécutées au tire-ligne, et où
l'esprit est très médiocre et trop souvent scatologique. J'ai là, de
Vernet, un important dessin, qui est un vrai dessin de _water-closet_,
et un jour je l'y ferai encadrer.

  --Derrière une porte entre-bâillée, un homme accroupi sur une
  lunette, pendant qu'attend dehors un autre homme très pressé, qui
  se tortille.

  Sépia.

  Signé: _Carle Vernet_.

  Gravé par Debucourt, sous le titre: CHACUN SON TOUR.

      H. 33, L. 21.

  --Un incroyable donnant le bras à une femme, et faisant la
  rencontre d'une merveilleuse, au chapeau impossible.

  Aquarelle sur trait de plume.

  Gravé par Darcis, sous le titre: LES MERVEILLEUSES.

      H. 28, L. 33.


VINCENT (_François-André_). Un des premiers déserteurs du goût du
XVIIIe siècle, pour arriver à devenir un des médiocres adeptes de l'art
raide et mannequiné.

  --Caricature ou plutôt, comme l'on disait alors, dans les
  ateliers, _Calotine_ de Jombert. Il est représenté jouant du
  violon, en bonnet de coton, de grosses besicles sur le nez.

  Sanguine.

  On lit au dos du dessin: _Jombert (Charles-Pierre), fils de
  Charles-Antoine Jombert, éditeur de beaucoup d'ouvrages sur les
  mathématiques et l'art militaire, est entré dans l'école de
  Durameau, sous les auspices de M. Cochin, et a gagné le grand
  prix de peinture avec éclat sur la punition de Niobé, fille de
  Tantale et d'Amphion._ (Collection de M. Gault de Saint-Germain,
  n° 200.)

      H. 24, L. 17.

  --Une tête d'homme, surmontée d'un singe promenant une plume sur
  du papier.

  Dessin à la pierre noire.

  Signé: _Vincent f. en pleine mer, octobre 1771_.

      H. 26, L. 17.


WAILLY (_Charles_). Habile architecte qui a passé de nombreuses années
en Russie. Quoiqu'on lui attribue les personnages qui se trouvent dans
les paysages de Lantara, on peut affirmer, en dépit de son unique
signature sur le dessin catalogué ici, qu'il n'est pas l'auteur
des nombreuses figures, où le faire de Leprince est parfaitement
reconnaissable.

  --Sacre de Catherine II dans la cathédrale de l'Assomption, à
  Moscou.

  Sous la voûte de la basilique, aux lustres gigantesques, entre
  les immenses piliers peints et historiés, Catherine II est
  représentée debout, devant un prêtre casqué, tenant ouvert sur
  sa poitrine un livre ouvert; au bas de l'escalier, où se tient
  sur chaque marche un héraut, se déroule dans les bas-côtés une
  foule énorme de vieux dignitaires du clergé russe dans d'amples
  dalmatiques et de jeunes prêtres coiffés à la catogan et habillés
  de pelisses aux manches fendues des dolmans.

  Lavis à l'encre de Chine.

  Signé: _C. de Wailly 1776_.

      H. 48, L. 72.


WATTEAU (_Antoine_). Le dessinateur, sous les doigts duquel les
outils et les matières du dessin semblent des matières et des outils
d'une nature et d'une qualité autres que ceux employés par tous les
dessinateurs: c'est de la sanguine qui contient de la pourpre, c'est
du crayon noir qui a un velouté à nul autre pareil; et cela mélangé de
craie, avec la pratique savante et spirituelle de l'artiste, devient,
sur du papier chamois, de la chair blonde et rose. Watteau, le grand,
l'original, l'inimitable dessinateur de l'école française!

  --Académie de femme, assise de profil, tournée à gauche, une
  jambe croisée sur l'autre, une main posée sur une corbeille.

  Dessin aux trois crayons sur papier chamois.

  Étude de la figure principale pour la peinture de la salle
  à manger de Crozat, gravée par Desplaces, sous le titre: LE
  PRINTEMPS.

      H. 32, L. 27.

  --Académie d'homme assis, une coupe à la main, vu de trois quarts
  et tourné à gauche.

  Dessin aux trois crayons sur papier chamois.

  Étude de la figure principale pour la peinture de la salle à
  manger de Crozat, gravée par Fessard, sous le titre: L'AUTOMNE.

      H. 28, L. 19.

  --Un mezzetin dansant, répété quatre fois, de dos, de face, de
  trois quarts.

  Dessin aux trois crayons sur papier chamois.

  Les deux silhouettes de gauche ont été gravées dans les FIGURES
  _de différents Caractères_, sous les numéros 18 et 102; les
  quatre figures sont des études pour l'INDIFFÉRENT de la galerie
  La Caze.

  Vente d'Imecourt.

      H. 25, L. 37.

  --Un mezzetin dansant vu de dos, les bras étendus, la jambe de
  derrière relevée.

  Sanguine sur papier blanc.

  Signé: _W._[40].

      H. 22, L. 15.

    [40] Quoiqu'on puisse dire, en thèse générale, que Watteau ne
    signait jamais ses dessins, il ne faut pas oublier que bon
    nombre de ses croquis gravés, après sa mort, dans le recueil de
    ses dessins publiés par M. de Julienne sous le titre de FIGURES
    _de différents Caractères_, portent reproduit le W, jeté au bas
    de ce mezzetin.

  --Tête de femme, quatre fois répétée sous différents aspects;
  au-dessous une tête de paysanne, un masque, une tête d'homme.

  Feuille d'études aux trois crayons sur papier chamois.

      H. 22, L. 28.

  --Deux études d'hommes: l'une d'un pèlerin assis sur une rampe
  de pierre, une main entr'ouverte sur l'un de ses genoux; l'autre
  d'un personnage de théâtre, de profil, tourné à gauche et dans
  la pose de quelqu'un qui se penche pour ramasser quelque chose à
  terre.

  Sanguine sur papier blanc.

  Vente d'Aigremont.

      H. 18, L. 20.

  --Une femme, vue de profil, tournée à droite. Habillée du petit
  manteau volant affectionné par le Maître, elle est assise sur une
  chaise de bois, tenant à la main un éventail.

  Sanguine.

      H. 16, L. 16.

  --Cinq études de mains de femmes; une a l'air de serrer le bois
  d'un arc, l'autre s'appuie sur la pomme d'une canne.

  Dessin à la sanguine et à la mine de plomb.

  Provient des collections Saint et Desperret.

      H. 21, L. 15.

  --Paysage, où deux femmes sont assises au bord d'une rivière, et
  où un homme pousse devant lui une brouette.

  Dessin à la sanguine rehaussé de blanc sur papier chamois.

  Gravé dans les FIGURES _de différents Caractères_, par Boucher,
  sous le n° 146.

      H. 19, L. 30.

  --Arabesque, où se voit à droite une nymphe surprise par un
  satyre, à gauche une nymphe couchée, entourée de faunins.

  Sanguine.

  Gravé par Huquier, sous le titre: LE BERCEAU.

      H. 40, L. 27.

  --Arabesque, où sous un berceau de treillage, une statue de
  déesse reçoit l'adoration de gens agenouillés.

  Sanguine.

  Gravé par Huquier, sous le titre: LE TEMPLE DE DIANE.

      H. 37, L. 27.

  --Profil de jeune fille, tourné à droite. Elle a les cheveux
  relevés et torsadés au sommet de la tête, d'où lui retombe sur
  la nuque une longue boucle frisée; sur ses épaules est jeté un
  manteau de lit.

  Contre-épreuve d'un dessin aux trois crayons[41].

      H. 21, L. 16.

    [41] Je ne sais pas pourquoi, aujourd'hui, les contre-épreuves
    de Watteau ne seraient pas recherchées, comme l'étaient, au
    siècle dernier, les contre-épreuves de Bouchardon.

  --Un vieux remouleur penché sur sa meule, où égoutte l'eau d'un
  sabot percé.

  Contre-épreuve d'un dessin aux trois crayons. L'original est dans
  la réserve des dessins du Louvre.

  Gravé dans les FIGURES _de différents Caractères_, par Caylus,
  sous le n° 107.

  Vente Valferdin.

      H. 32, L. 22.

  --Un montreur de la curiosité.

  Contre-épreuve d'un dessin au crayon noir et à la sanguine.

  Un dessin analogue, et qui fait une sorte de frontispice dans
  les FIGURES _de différents Caractères_, a été gravé sous le n°
  132. Le montreur de la curiosité, au lieu d'être debout, est
  agenouillé.

      H. 31, L. 20.

  --Deux études de femmes vues de dos: l'une debout tenant, de
  l'extrémité des doigts de sa main droite, sa jupe relevée;
  l'autre assise un bras levé, une jambe allongée sur un tertre.
  Dans le fond une reprise de la tête de cette dernière.

  Contre-épreuve d'un dessin aux trois crayons.

  Vente Peltier.

      H. 23, L. 30.


WATTEAU _dit Watteau de Lille, le père_ (_Louis_). Peintre et
dessinateur qui n'a rien de son illustre ascendant, mais qui, en cette
Flandre toujours piétinée par ces troupes inspiratrices des premiers
tableaux d'Antoine Watteau, y trouva des motifs de vives et colorées
croquades du soldat en ivresse et en joie.

  --Sous des arbres, un grenadier, une femme toute débraillée sur
  les genoux, trinquant avec un autre grenadier ayant sur sa cuisse
  la tête d'une femme ivre, couchée à terre.

  Dessin sur papier gris à la pierre noire, mélangée de sanguine
  brune avec rehauts de craie.

  Au dos du dessin la signature qui était dans la marge: _Wattaux_.

  Gravé par Beurlier, sous le titre: RIBOTTE DE GRENADIERS.

  Vente Tondu.

      H. 24, L. 29.


WATTEAU _le fils_ (_François-Louis-Joseph_). Le peintre de très
charmants tableaux, le dessinateur de modes, qui, dans une toilette
de femme, a apporté une espèce de style grandiose, et qui en cette
collection d'Esnauts et Rapilly, au milieu des Leclerc et des Desrais,
étonne par l'ampleur de ses étoffements superbes[42].

    [42] M. Renouvier attribue au père les dessins de mode du fils.

  --Une femme, à mi-corps, arrangeant les plumes d'un chapeau posé
  sur ses genoux, pendant qu'une fille de chambre lui attife les
  cheveux.

  Dessin sur papier gris à la pierre noire estompée, rehaussée de
  craie[43].

      H. 29, L. 25.

    [43] Il signe rarement; cependant j'ai vu, sur un dessin qui
    m'a échappé, et semblable à celui-ci, la signature: _Watt_.


WEYLER (_Jean-Baptiste_). Miniaturiste pastelliste, émailleur, auteur
du bel émail du comte d'Angeviller, possédé par le Louvre.

  --Une tête de femme vue de trois quarts, tournée à droite avec le
  regard à gauche; elle a dans ses cheveux en désordre, un ruban
  bleu.

  Dessin légèrement pastellé[44].

  Signé: _Weyler 1790_.

      H. 17, L. 13.

    [44] Le pastel était le procédé préparatoire de Weyler, et
    le Salon de 1805 annonçait que Mme Kugler, élève de Weyler,
    possédait la collection d'ébauches au pastel de son maître.


WILLE (_Jean-Georges_). De pauvres dessins lavés d'eaux tristes et sans
lumière.

  --Vue de Paris prise du bas du rempart de l'Arsenal. On
  voit l'île Louviers couverte de piles de bois, le chevet de
  Notre-Dame, le pont de la Tournelle, le fort de la Tournelle et
  la porte Saint-Bernard. Au premier plan, un homme qui porte sur
  son épaule une épave de la Seine.

  Lavis à l'encre de Chine.

  Signé sur un mur: _J. G. Wille 1762_.

  C'est le dessin, dont Wille parle dans ses Mémoires: «(May 1762.)
  Le 19, je me levai de grand matin et je courus dessiner un
  paysage, tout seul, derrière l'Arsenal. A onze heures j'étais de
  retour.»

      H. 23, L. 34.


WILLE _fils_ (_Alexandre_). Un dessinateur à l'éducation d'art toute
française, mais qui se ressentira, toute sa vie, de son origine
allemande, en ce Paris dont l'art est fait surtout d'esprit.

  --Une page de _griffonnis_, au milieu de laquelle se voient cinq
  têtes de femmes; au-dessous une étude d'amour couché, une tête de
  chien, etc.

  Plume relevée d'aquarelle dans les figures de femmes.

  Signé: _P. A. Wille filius inv. et del. 1768_.

  Vente Chanlaire.

      H. 24, L. 22.

  --Femme, en caraco à capuchon, en jupe verte avec une garniture à
  dessous rose; elle tient dans la main une lettre à l'adresse du
  peintre.

  Encre de Chine, lavée d'aquarelle.

  Dessin gravé par Louise Gaillard, dans une série de costumes de
  femmes, sous le titre: LA MYSTÉRIEUSE.

      H. 24, L. 16.

  --Une femme du peuple prenant aux cheveux un homme, qui frappe, à
  coups de bâton, un homme terrassé.

  Aquarelle sur trait de plume.

  Signé: _P. A. Wille filius del. 1773_.

      H. 22, L. 18.

  --Une jeune fille de la campagne assise, et tenant une plume dans
  sa main, tombée le long de son corps.

  Dessin à la pierre noire.

  Signé: _P. A. Wille filius 1773_.

  Gravé en fac-similé dans l'Œuvre de Demarteau.

      H. 30, L. 21.

  --Dans une chambre, assise près d'une toilette, derrière laquelle
  est debout son mari, une femme examine un bonnet de nouveau-né
  que lui présente une lingère.

  Sanguine.

  Signé: _P. A. Wille filius inv. del. 1767_.

  Ce grand dessin, d'un travail très fini, a été gravé sous un
  titre que je ne retrouve plus.

      H. 31, L. 26.


WINKELES. Un Hollandais qui fit deux voyages en France; un à la fin du
XVIIIe siècle, un autre à la fin du Directoire, et qui a laissé, sur
le Paris de la fin du siècle, des vues historiques d'un grand intérêt,
et animées de petits personnages qui sont mieux que des figures de
dessinateur de monuments.

  --Vue de l'entrée des Tuileries au Pont-Tournant, et de la
  loge-restaurant du Suisse du jardin. Nombreuses figures de
  promeneurs, de gentilshommes, de dames, d'abbés. A droite, un
  gardien en livrée dormant assis sur une chaise.

  Lavis à l'encre de Chine.

      H. 17, L. 23.

  --Vue du château de Madrid au bois de Boulogne tel qu'il existait
  encore en 1802. Devant le château passe un wiski, attelé en
  arbalète de six chevaux, et au premier plan, un homme traîne un
  tonneau d'eau.

  Aquarelle.

  Au revers du dessin est écrit, de la main du dessinateur: _Le
  château de Madrid au bois de Boulogne. Winkeles fils del. 1802_.

      H. 16, L. 23.



GRAND SALON


Ici, c'est le petit garde-meuble des plus heureuses trouvailles de
ma jeunesse. Au mur sont accrochés les dessins supérieurs de la
collection; une tapisserie de «Vénus aux forges de Vulcain» recouvre
le plafond; au-dessous, le plus somptueux meuble de Beauvais que j'aie
encore vu, étale ses dix larges fauteuils et son ample canapé; un
secrétaire et une commode de cette précieuse marqueterie qui porte le
nom de Marie-Antoinette, emplissent deux panneaux; dans les angles,
sur des gaines de Boule, deux longs vases en biscuit, pâte tendre de
Sèvres, de ceux que pourrait désirer une Impératrice pour y mettre
des roseaux, jettent leur mate blancheur dans l'ombre; au milieu du
salon se dresse un bronze à cire perdue, une vasque qui est une des
grandioses et originales fontes du Japon; enfin dans la lumière d'une
glace sans tain laissant apercevoir un grand mur fleuri, dans toutes
les saisons, de plantes grimpantes, se voit une garniture de cheminée
composée d'une statuette et de deux vases en terre cuite de Clodion.

Le charmeur que ce Clodion avec son art de sculpteur pour les
appartements, avec cet art où personne n'a su apporter comme lui la
séduction du croquis de l'esquisse, d'une première _pensée_, selon
l'expression des anciens vignettistes, d'une chose, en un mot, qui n'a
rien de la lourdeur de la glaise dans laquelle elle est faite, et qui
est toute improvisation et tout esprit;--le seul artiste qui ait modelé
les grâces menues et grassouillettes du corps de la femme du XVIIIe
siècle, avec un rien de réminiscence antique.

La statuette de la cheminée représente une petite nymphe nue, assise
à terre, les jambes à demi repliées sous elle, et tenant de la main
droite un pavot qu'elle regarde distraitement, pendant qu'elle est
appuyée de la main gauche sur une faucille et une gerbe de blé. Cette
allégorie de l'Été a le mérite grand, d'être une des études les plus
_nature_, qu'ait produites Clodion, les plus affranchies de sa manière
et des rondeurs sans ressentiment qu'il eut en ses derniers temps:
c'est tout bonnement son modèle, une jeune fille un peu grêle, aux
longues cuisses, aux jambes _maigriottes_, rendue avec le joli de son
faire, dans sa grâce _longuette_. En cette figurine, le modelage des
parties molles, du ventre avec ce nombril circonflexe où Clodion met sa
signature, a quelque chose d'une caresse, et il est, ce jeune ventre,
palpitant dans une souple élasticité de chair.

Les deux vases sont des vases de cette forme Médicis adoptée par le
sculpteur, avec les deux têtes de bouc d'habitude sur le renflement
inférieur. Sur l'un, des enfants nus courent autour de la surface ronde
en de petits chariots à l'antique, sur l'autre des enfants se chauffent
à des feux de sarments, le plus jeune d'entre eux encapuchonné à la
façon du vieil Hiver. Un travail des plus habiles avec ces figures de
premier plan saillantes presque en ronde-bosse, avec ces figures et ces
petites académies charnues de second plan, dont la sculpture semble
indiquée d'un trait tracé par une allumette dans de la terre molle.

Mais pour que le catalogue des terres cuites de Clodion et de son école
soit bien complet, disons encore un mot d'un petit buste de femme
connu dans le commerce, et dont le bronze orne les pendules modernes
de cabinet en marbre noir. Il s'agit de la tête de femme, aux cheveux
dénoués dans lesquels court un tortil de pampre, à l'ovale tout mignon,
aux yeux dont la volupté moqueuse est faite de deux pupilles, de deux
petits trous enlevés d'un preste ébauchoir, au nez friand, mutin,
gamin, coquin, à la petite bouche rieuse,--de cette figure qui n'est
qu'une ironique gaieté et semble animée d'une pointe de champagne:
la physionomie de la _soupeuse_ du temps, sous un accommodage de
bacchante. Une terre cuite de Marin, à ce jeune moment de son talent,
où il est bien difficile de le distinguer de Clodion.

Ces Clodion de la cheminée, je les ai, oui, mais, hélas! je pourrai
dire dans un soupir, tout comme la vieille maréchale de Noailles: «Si
vous saviez les bons coups que j'ai manqués!» Je me rappelle avoir
laissé échapper en 1856, rue Bonaparte, pour une bien petite somme,
un bas-relief, une étude de femme tordant ses cheveux mouillés, une
sculpture où deux petits seins et un genou seuls venaient en avant des
formes fuyantes, du modelage effacé du reste du corps, comme lointain
dans la terre rose. C'était à la fois la plus charmante et la plus
sérieuse représentation d'un jeune corps féminin, dont la beauté des
formes, à demi éclose, semble encore en bouton. Toutefois ce n'est pas
mon regret le plus énorme.

Je sortais du collège. J'avais 1,200 francs pour m'habiller et le
reste. L'objet d'art de 50 francs était pour moi la commode d'un
million pour M. de Rothschild. Dans ce temps, j'entrais un jour par
hasard à l'hôtel de la rue des Jeûneurs. On venait de mettre, sur la
table de vente, une grosse chose ronde, sur laquelle j'apercevais,
en m'approchant, d'un côté, une Renommée sonnant de la trompette, de
l'autre, un Éole aux joues gonflées, et au-dessous de la Renommée et
de l'Éole, autour de la sphère, des amours, des amours, des amours,
dans toutes les poses, dans toutes les suspensions, dans tous les
renversements, dans toutes les dégringolades, montrant leurs petits
culs nus et leurs dos ailés: des amours en train de tendre le filet
autour d'une montgolfière, sous laquelle d'autres amours entretenaient
un feu de gerbes de paille. C'est le plus extraordinaire Clodion que
j'aie rencontré, un ouvrage où le sculpteur prodigue de son talent, a,
sans compter, laissé tomber de son ébauchoir tout un peuple d'enfants.
La terre cuite était à 200 francs: je la poussai, avec les émotions
d'un homme qui ne sait pas comment il payera, à 500 francs. Il y eut
une timide enchère, et j'eus la perception qu'à 520 francs la terre
cuite était à moi; mais, que voulez-vous? l'acheteur d'objets d'art à
50 francs prit peur et se détourna du clignement d'œil de Jean. Cette
terre cuite, je la retrouvai à l'Exposition de 1867: elle appartenait
à M. Beurdeley qui, disait-on, en demandait 25,000 francs. Au jour
d'aujourd'hui, ce n'est pas cher.

Aux Clodion du grand salon sont mêlées quelque autres terres cuites.
C'est d'un sculpteur français, héritier du talent et presque de la
facture de Flamand, la statuette d'un enfant nu, mordant dans une
pomme: un enfant gras de cette puissante graisse qui fait des plis
sur un corps, ainsi qu'un vêtement trop large, un enfant à la tête
dont on sent l'ossature encore molle et pétrissable, au front bossué,
aux orbites profondes et comme fluides, à la bouche d'un Triton qui
souffle dans une conque entre deux rondes joues renflées. Et c'est
encore de Caffieri, la maquette du buste de Piron. Un fier travail et
un dégrossissement de la glaise à rudes coups d'ébauchoir, que cette
maquette, où en dépit d'une perruque à l'état de copeaux et d'un menton
qui n'est encore qu'une boulette de sculpteur, il y a une vie si
spirituelle sous la broussaille des sourcils du Bourguignon, et presque
des paroles dans la bouche entr'ouverte par une découpure si parlante.

Les gouaches et les terres cuites du XVIIIe siècle,--un moment j'eus
l'idée de faire ma collection uniquement de cela,--ce sont des
choses tellement plaisantes à l'œil, tellement bavardes pour la
rêvasserie de l'amateur, tellement chatouillantes pour un goût délicat!
N'est-ce point du souffle de peinture, du modelage de rêve, enfin
du joli presque immatériel? Et ces gouaches et ces terres cuites,
je les eusse voulues, ainsi que le petit nombre que je possède,
avec l'accompagnement de lumineuses et tendres tapisseries; car ces
gracieux morceaux de peinture et de sculpture peuvent-ils avoir
au-dessus d'eux un ciel qui les fasse mieux valoir, qu'un petit coin
d'Olympe riant au plafond, dans la trame de soie d'une tapisserie des
Gobelins[45]? Et ici, Vénus descend du ciel pour chercher chez Vulcain
le bouclier d'Énée. La blonde déesse, au corps rose, dans sa draperie
transparente, apparaît au bas de son char, dont une nymphe retient
les cygnes cabrés par les faveurs qui leur servent de rênes. Et c'est
autour de la déesse, sur la crête des nuages, des jeux d'amours, des
battements d'ailes de colombes, des flottements d'étoffes, que domine
une grande figure volante de femme, habillée comme d'un brouillard
de couleur céleste, et qui effeuille des roses sur la tête de Vénus.
Tapisserie sur un fond blanc, avec ces tons _rabattus_, ces tons gris
dont Boucher est l'introducteur, avec cette palette qui n'allait jamais
aux _grands noirs_, aux _grands clairs_, et exécutée avec la gamme
très suffisante de dix à douze tons, tandis qu'il y a telle tapisserie
moderne, telle tapisserie-tableau, où la gamme a été à vingt-cinq, à
trente tons même[46].

    [45] Les marchands baptisent les tapisseries du nom de
    Beauvais ou Gobelins assez légèrement, et affirment que toute
    tapisserie dont la trame est de soie, est de Beauvais. Le seul
    moyen de reconnaître si une tapisserie est de la première ou
    de la seconde manufacture, est de savoir si la tapisserie
    est fabriquée à haute ou basse lisse, les Gobelins seuls
    ayant fabriqué de la haute lisse. Malheureusement il n'y a
    guère d'autre preuve de la fabrication de la haute et de la
    basse lisse, que s'il existe un dessin ou une gravure de la
    tapisserie. Si la tapisserie est à basse lisse, elle est
    retournée; si elle est à haute lisse elle n'est pas retournée.
    Cette tapisserie, vendue pour une tapisserie de Beauvais,
    serait une tapisserie des Gobelins, le hasard ayant fait
    tomber sous mes yeux le dessin qui était à vendre, il y a une
    vingtaine d'années, chez Blaisot.

    [46] L'aune carrée de tapisserie coûtait autrefois de 1,900 à
    2,000, à 2,700 livres; à l'heure présente, elle revient à peu
    près à 4,400 francs.

Cet Olympe du plafond, devinez avec quel argent il a été payé?--Avec
le gain de GERMINIE LACERTEUX. C'est bizarre, n'est-ce pas, cette
mythologie de Natoire, achetée chez Wail avec le succès d'un noir
roman réaliste! A ce nom de Wail, qui revient sous ma plume, que de
souvenirs! Et les heureuses séances passées avec mon frère, en ces
grandes pièces obscures, où je vois encore ces deux vieilles, longues,
pâles, silencieuses femmes, vous déroulant automatiquement sur des
châssis, pendant des heures,--et cela avec de petits rires enfantins,
sous leurs éternels bonnets de nuit,--les plus belles tapisseries du
monde!

C'est de chez Wail que vient également le meuble de Beauvais du salon,
représentant les Fables de La Fontaine d'après Oudry. Ce dossier est le
_Coq et la Perle_, ce siège est le _Corbeau voulant imiter l'Aigle_.
Ici c'est le _Renard et la Cigogne_, là le _Singe et le Chat_, et
ainsi, en des tableaux de nature de la convention la plus aimable et
du plus frais coloris, rondissent et se bombent les imaginations du
fabuliste, sur des fauteuils à l'évasement fait pour les grands paniers
du siècle. Mais la merveille des merveilles, la voici dans ce canapé,
qui offre, pour ainsi dire, le _Selectæ_ des fables du bonhomme, et où
un paon superbe étale sa queue ocellée d'azur au milieu de la clarté
laiteuse. Et il a pour bordure, ce canapé, la plus resplendissante
guirlande de pavots, de tulipes, de narcisses, de pêches, de gros
raisins violets du Midi, de grenades pourprées entr'ouvertes, de fleurs
et de fruits de pays de soleil, qui ressemblent sur la trame brillante
et argentine, à ces brouillements féeriques de couleurs que j'ai vus
sur une palette de Diaz, du temps qu'il était peintre de fleurs.

Et dessous et entre ces tapisseries, l'harmonie du mobilier se complète
par les deux petits meubles de marqueterie en mosaïque avec les suaves
nuances des bois et le bronze doré des baguettes à feuilles de laurier,
des poignées, des chutes de fleurs sur le ressaut des sabots, des
petites couronnes de roses suspendues à des glands sur l'aplatissement
des angles coupés. Le fond du secrétaire et de la commode est de bois
d'amarante; sur ce fond, dans des filets pareils à de l'écaille, sont
encadrés trois médaillons de bois olive satiné, où figurent un tambour
de basque sur un livre de musique ouvert, un chapeau de bergère parmi
des instruments de jardinage, une sphère au milieu d'attributs de
peinture. Cela fait en placage avec des bois jaunes à la couleur de
l'ambre, des bois verts à la couleur de l'angélique, et qui brillent
dans le vernissage et le poli des surfaces au centre de beaux reflets
mordorés. Ils sont semblables, ces deux petits meubles, au mobilier
garnissant la chambre de la Reine à Versailles dont j'ai donné la
description d'après l'inventaire des 28 et 30 brumaire et 3 frimaire de
l'an deuxième de la République une et indivisible, fait en présence des
représentants du peuple Auguis et Treilhard.

Quelques porcelaines de choix sont posées sur la tablette de marbre
blanc de ces meubles. Un broc de Sèvres en bleu turquoise, sur lequel
se détache en relief une branche de pêcher aux fleurettes blanc et or,
est un curieux spécimen de l'imitation de la porcelaine de Chine au
XVIIIe siècle, par la manufacture de Mme de Pompadour. Une aiguière
de Saxe, au fond jaune, aux cartouches de fleurs, achetée il y a bien
des années chez Lazare à Marseille, semble une porcelaine faite par
la manufacture de Dresde pour le harem de Constantinople. Les fleurs
sont de la plus grande finesse dans leur large fouettage. Il y a des
œillets, des tulipes, des pavots peints avec ce bonheur que le Saxe
a toujours rencontré dans la représentation des fleurs frisottées,
recroquevillées, échevelées et diaprées de tons nués,--ne réussissant
que très incomplètement la rose, qu'il dessine lourde et qu'il
violace trop. Puis c'est avant tout de cette peinture particulière à
la porcelaine que n'a jamais pu apprendre Sèvres, de cette peinture
différente de la peinture faite pour le papier et pour la toile, et
dont le charme, l'intérêt, la valeur sont d'être autres. Je ne parlerai
plus que de deux rares pièces, de deux pots de blanc de Saint-Cloud
avec un décor en relief de soleils épanouis dans le genre des
compositions de Pillement, et dont le grand _T_ qui est sous le _St C._
indique qu'ils ont été fabriqués sous la direction de Tron de 1730 à
1762. Ces deux boîtes à thé montées en vermeil étaient dans une caisse
à la serrure fleurdelisée, où se trouvent encore, pour le thé noir, une
petite cuiller blanche de porcelaine de Saint-Cloud, pour le thé vert,
une petite cuiller en porcelaine verte de Chine, à tête de coq.

Parmi tous ces objets du XVIIIe siècle, dans tout ce _joli_, j'ai
estimé bon qu'un important morceau de l'art de l'Extrême-Orient
apportât, comme contraste, son originalité et sa force. Et au milieu du
salon sur un trépied, figurant les vagues en colère de la mer, s'élève
un vase de bronze, haut d'un mètre, un vase pansu se terminant en
forme d'une margelle de bassin. Sur la panse, sillonnée de flots, se
détache, en plein relief, un dragon cornu, aux excroissances de chair
en langues de flamme, aux ergots de coq, le _Tats-maki_, le dragon des
typhons, dont le corps tordu et contorsionné de serpent apparaît par
places, au-dessus des ondes rigides. Rien de plus terriblement vivant
par l'artifice de l'art, que ce monstre fabuleux dans ce bronze qui
semble de cire noircie, et qui est beau de la plus sombre patine, et
qui est sonore, ainsi qu'un métal de cloche plein d'argent. Un bronze
pour lequel j'ai donné 2,000 francs, en un temps où la japonaiserie
n'était point encore à la mode.

Et nous dirons adieu au grand salon, mais non sans nous être arrêtés
un moment devant les deux vases de biscuit de Sèvres, qui ne sont pas
seulement un tour de force de porcelainier, mais les plus parfaits
types de l'alliance gracieuse,--d'une alliance à la Fragonard entre le
XVIIIe siècle et l'antique. Les anses sont formées de deux têtes de
satyres; en haut, au-dessous des oves de la gorge, un nœud de ruban se
tuyaute, et sous le nœud s'allonge un médaillon ovale, d'où se détache
un bouquet de roses, qu'entoure des deux côtés, descendant de la barbe
des satyres, une guirlande de groseilles, de cerises, de noisettes, de
châtaignes aux piquants, qui piquent--des fruits modelés par une main
de céramiste, cuits dans un four de potier, et qui ont l'air de vrais
fruits, ramassés dans le lit d'une source pétrifiante.



ESCALIER


En sortant du grand salon, vous rentrez dans le vestibule, où une baie,
drapée d'une _verdure_, laisse voir la cage de l'escalier enjuponnée
d'une grosse toile maïs à bordure d'imitation persane.

La pomme de cristal du départ, dont mon prédécesseur était très fier,
a été remplacée par une grue en bronze, au redressement inquiet et
colère de la tête, et l'on monte entre des murs couverts de dessins
du XVIIIe siècle, de _foukousas_, de _kakemonos_, de plats grands
comme des boucliers, et dont l'un, de la fabrique d'Iwari, montre,
sous un beau coloriage barbare, une monstrueuse carpe remontant une
cascade. Je trouve que l'escalier dans un logis se prête admirablement
à la galerie, et que les objets qui y sont accrochés, on les regarde
mieux que partout ailleurs: il y a, tous les jours, quand vous êtes
seul, dans la montée ou la descente des marches, des repos paresseux,
des accoudements sur la rampe, qui donnent tout votre regard à telle
sanguine, à telle porcelaine, à laquelle vous ne feriez pas attention,
si elle était perpétuellement sous vos yeux.

Au centre de toutes les images de l'escalier, une gravure, la seule
dans la maison qui ait les honneurs de l'encadrement, invite l'amateur
de l'art français à monter. Cette gravure est l'EMBARQUEMENT POUR
CYTHÈRE, un état d'eau-forte introuvable, de la grande planche du
graveur Tardieu, d'après le Watteau de Berlin, une épreuve peut-être
unique, que je me rappelle avoir payée 8 francs, il y a de cela, c'est
vrai, une trentaine d'années.

L'escalier débouche, au premier, sur un palier, semblable à une grande
alcôve tendue de ce jaune un peu rouillé d'une toile qui n'a pas
encore passé à la lessive, et qui fait un fond doux clair et chaud aux
vives couleurs des choses orientales. Sur des portoirs-encoignures
s'étagent des vases de Sazuma, autour desquels court un concert avec
de petits tambourinaires rappelant les chanteurs au lutrin de Lucca
della Robbia, des cornets de Kaga où un Olympe japonais a pour cadre
une étourdissante envolée d'oisillons, des bouteilles de Fizen, aux
fleurs rouges et bleues en relief, des poteries d'Owari, de Kutani,
et ces faïences se mêlent à des panneaux décoratifs pendus comme des
tableaux: ces panneaux dans la composition desquels les Japonais sont
passés maîtres, et où, sur les bois les plus heureusement ou les
plus étrangement veinés, se rencontrent des fleurs en faïence, des
feuilles en ivoire colorié, des rochers de jade, des oiseaux de nacre,
des bestiaux en pierre dure, des soleils de corail, un assemblage de
matières qui, sous la main d'un Européen, serait horrible, et que
les artistes de l'Extrême-Orient savent rendre harmonieux dans un
sertissage de grands orfèvres coloristes.

Sous ces tableaux bas-reliefs, entre deux portes, est un petit meuble
en forme de coffre, aux panneaux de laque rouge, dans lesquels sont
incrustées une branche de pivoine fleurie, une branche de pêcher en
fleurs, toutes deux en porcelaine blanche et bleue: le meuble qui
contient la collection des albums japonais.


Là sont ces livres d'images ensoleillées, dans lesquels, par les
jours gris de notre triste hiver, par les incléments et sales ciels,
nous faisions chercher au peintre Coriolis, ou plutôt nous cherchions
nous-mêmes, un peu de la lumière riante de l'Empire, appelé l'Empire
du LEVER DU SOLEIL. Et voici ces albums japonais de tout format, aux
couvertures de papier de toutes les nuances, et gaufrés, et sablés
d'or, et lardés de petits carrés d'argent, et reliés d'un fil de soie
courant extérieurement sur le dos du mince volume, avec, sur un des
plats, une bande longitudinale, où il y a comme de petites sangsues de
couleur.

Ces albums ouverts et parcourus de l'œil, de la première ou plus
rationnellement de la dernière à la première page, il vous apparaît,
baignée des méandres azurés des mers, des fleuves, des rivières, des
lacs, une terre, aux rivages semés d'écueils baroques, contre le
granit rose desquels brise éternellement le Pacifique; des plages
fourmillantes de vendeurs et de vendeuses de coquillages et de choux
de mer, qui courent après des pieuvres leur échappant; des villages
formés d'une seule rue, contournant une anse dormante de leurs toits,
surmontés, aux deux extrémités, de poissons porte-bonheur sculptés;
des rizières inondées, où dans les lignes flottantes de l'eau, les
brindilles lointaines semblent des croches sur un papier de musique
réglé; des campagnes couvertes d'une herbe vivace, de la hauteur d'un
homme, toute verte d'un côté, toute blanche de l'autre; des villes
coupées de ponts bombés, s'élevant sur une forêt de madriers rouges;
des jardins de plaisir, sillonnés de ruisselets tournoyant à l'entour
de plantations d'iris et de roseaux; des intérieurs dont le lisse bois
vernissé enferme comme la clarté humidement rayonnante de nos écoles de
natation,--cette terre enfin composée de trois mille huit cents îles ou
rochers: le Japon.

Et dans ce pays, toute une vie qui paraît remplie, amusée, rendue
doucement rêveuse par le voisinage amoureux et la contemplation de
l'eau. Ce ne sont sur ces pages que femmes regardant l'eau, ici
accoudées sur la toiture d'une cabine, là soulevées sur la pointe des
pieds en haut d'une estacade, la main au-dessus des yeux; et partout
sur les balcons, auprès des lanternes posées sur un pied, et tout en
buvant de petites tasses de thé, ces femmes ont l'œil et l'attention
à l'eau qui coule. On en voit de ces femmes qui, dans le matin qui
s'éveille, au bord d'une rivière, attachent de petits morceaux de
papier, couverts d'aimables pensées, à la patte de grues qu'elles
mettent en liberté; on en voit qui, dans la nuit, blêmes apparitions,
une flûte aux lèvres, une robe noire comme le ciel aux épaules,
glissent sur une barque silencieuse.

Le doux spectacle que celui de cette eau transparente et de ce qu'elle
met avec ses vaporisations de magique au ciel, à l'heure où le soleil
se couche. Il y a au Japon des ciels absolument roses, et que le baron
Hübner n'a vus que là, des ciels pourpre où les oiseaux ont l'air de
voler dans du sang, des ciels jaune d'or se dégradant en merveilleuses
teintes nankin au-dessus du blanc des lagunes, de l'outremer intense
de la mer, des tortils bruns des cryptomerias de premier plan! Il y
a des crépuscules gorge de pigeon, et des nuits gris-perle. Et ces
ciels invraisemblables éclairent des arbres et des arbustes dont les
fleurs précèdent les feuilles, et en sont un moment la verdure fleurie.
Une floraison toute gaie, toute claire, toute pimpante: des arbres
blancs, des arbres roses, dans lesquels les aquarellistes japonais
n'introduisent même pas les obscurantes ombres de l'Occident, et qui se
détachent dans les albums sur le soleil couchant comme sur une feuille
d'or, ou qui, le soleil couché, au-dessus des balcons sur lesquels
leurs rameaux pendent, étoilent la nuit noire de véritables étoiles.

L'eau est la passion du pays, si bien qu'à Kioto, où un ruisseau est
tout le fleuve que surplombe la perspective de ponts gigantesques à
dos d'âne, les riverains établissent des barrages, qui leur permettent
d'avoir à peu près, pour le soir, une nappe d'eau qu'ils parsèment
d'espèces de tables flottantes, sur lesquelles deux feuilles d'un album
nous montrent la population soupant, les jambes pendantes, et heureuse
de cette rivière improvisée qui les mouille. Car, là-bas, la nuit c'est
la joie de l'eau. Les fleuves, les rivières des villes se couvrent de
djonques, de _yané-funé_, longues barques plates aux bandes de cuivre,
aux paravents à coulisses, de bateaux de fleurs chargés de danseuses
et de joueuses de guitare, de gondoles d'amour vénal, illuminées de
lanternes; et l'encombrement est tel, que les bateliers nus, armés
de longues perches vertes, ont peine à avancer dans la presse des
embarcations. Et sous le ciel déchiré d'artifices, les ponts sont
couverts d'une foule à les faire crouler.

Et de la mer, et des fleuves, et des rivières, les images vous mènent à
la Montagne sainte.

Une série de trois albums nous représente l'ascension du Fusi-yama en
cent cinquante planches, montrant le cratère éteint, sous un aspect
différent à chaque représentation. D'abord des rizières, des bois de
roseaux et des eaux tranquilles de lacs, bientôt des rochers, des
cèdres gigantesques qu'abattent des bûcherons, suspendus par des
cordes dans l'air, un sentier pierreux que gravit une population vêtue
de blanc, aux chapeaux de jonc, aux grands bâtons, aux clochettes,
et où s'engage péniblement une escorte, que dominent, sur leurs
mules, deux femmes de la cour dont la longue chevelure leur bat le
dos. Puis des altitudes, où la pluie raie le ciel et le paysage noyé,
où se déchaînent sous la montagne toute blanche, de noirs orages
balafrés d'éclairs, où des tourmentes de neige enferment, dans des
anfractuosités de roche, des gens qu'on y voit blottis comme des bêtes.
Enfin, le pic, en sa candeur immaculée, dans le beau temps. Et à chaque
étage de cette ascension, des contemplations admiratives, des hommes
renversés et se tordant les poignets, en une prosternation, qui est
comme un extatisme convulsif de l'amour de la nature[47].

    [47] L'illustration de ces trois albums est d'O-kou-sai.

Tout le Japon est présent, vivant dans ces albums.

Voulez-vous une _matsouri_, une de ces fêtes religieuses de
corporations, dans lesquelles, journellement, les charpentiers
promènent la statue de leur patron, Daïkokù, un maillet à la main, les
pêcheurs la statue de Djesibû, le Neptune japonais. Dans cette grande
planche, où marchent en tête deux maîtres des cérémonies portant des
cannes de fer surmontées d'un anneau, dont ils frappent la terre, la
_matsouri_ processionne avec son attelage de trente hommes à de grosses
cordes, tirant le temple monté sur des roues dissimulées dans la
boiserie, et sous l'auvent duquel est un petit théâtre ambulant.

Voulez-vous une lutte de _sûmo_, d'athlètes japonais[48]? Devant vous,
dans ces trois planches en couleur, se dresse l'amphithéâtre à deux
rangs de gradins, où l'on monte par des échelles, et au milieu de
l'arène se dessine, entre quatre poutres auxquelles sont accrochés un
cornet de sel et le sabre d'honneur, le _ring_ fait d'un rond de sacs
de riz posés à terre, et où luttent et où se poussent les champions
surveillés par le juge de camp, son éventail à la main. Tout autour,
nus, une ceinture à jupons de franges autour des reins, sont assis, les
lutteurs attendant leur tour, des hommes gras et glabres, aux montagnes
de muscles, des colosses de 340 livres, une race éléphantiasiaque, une
humanité phénomène, amoureuse de la grosseur, qui ne se marie qu'avec
des femmes géantes, et pour laquelle il y a une fabrication d'objets
usuels gigantesques[49].

    [48] Voici l'origine de la lutte et des lutteurs: «Il y avait,
    sous Sei Nin Ten O,--contemporain de Jésus-Christ,--deux hommes
    d'une force supérieure, le nommé Tafema-no Kouyéfaya demeurant
    dans la province de Yamato; et l'autre, nommé Nomi-no Soukoné
    dans celle d'Idzoumo. Le Daïri les fit venir pour lutter devant
    lui. Le premier se cassa la jambe et mourut, l'autre fut
    gratifié d'un petit terrain et d'une pension, et resta dans la
    capitale. Il fut l'inventeur des poupées de terre glaise et
    autres bagatelles. Il fut nommé intendant des travaux publics;
    et cette dignité resta à ses fils, petits-fils et à leurs
    descendants, dont la famille porta le nom de Taka fara. C'est à
    cette époque que l'art de lutter a commencé au Japon.»

    [49] Les chefs de troupe des lutteurs ont rang d'officiers
    et portent les deux sabres, signe distinctif de la noblesse
    japonaise.

Voulez-vous une représentation de ces théâtres qui ouvrent à six heures
du matin, de ces théâtres sans actrices, et où l'acteur est doublé
d'une ombre, d'un officieux vêtu et capuchonné de noir qui lui tend un
tabouret, s'il veut s'asseoir, qui lui éclaire le visage, quand le jour
baisse. Des planches éparses des albums divers vont nous donner cette
représentation dans tous ses détails. Et d'abord la façade de la grande
baraque, couverte d'immenses peintures, figurant les scènes dramatiques
de l'ouvrage représenté, et au-dessus d'une cible percée d'une flèche,
la logette du guetteur d'incendie. C'est devant les guichets, où se
tiennent accroupis les contrôleurs entourés d'une pile de monnaies, une
foule, une presse, une poussée d'hommes et de femmes, de _samouraï_
descendant de cheval ou de norimons que les porteurs posent à terre,
de traiteurs chargés de déjeuners, de lecteurs hilares du programme.
D'autres planches vous font pénétrer dans la salle, le grand
quadrilatère en bois rouge. L'orchestre en habits sacerdotaux, mêlé
aux acteurs, se tient à gauche, à peu près ainsi que sur leurs chaises
se tenaient les seigneurs du temps de Louis XIV sur la scène de la
Comédie-Française. En ces représentations qui durent toute la journée,
on mange, on boit, on fume, et dans la salle éclatent une gaieté, une
joie, un plaisir enfantin, qui se témoignent chez les spectateurs
accroupis par des étirements de bras délirants sur les cuisses. Dans
des petites loges placées des deux côtés du théâtre, des espèces
d'avant-scènes, qui ont l'air de cabines de vaisseau, s'entrevoient,
tassées et serrées l'une contre l'autre, les élégantes, les femmes
de fonctionnaires se rendant au théâtre incognito. Enfin, d'autres
planches, toujours en couleur, nous ouvrent les magasins d'accessoires,
les foyers, les loges. On surprend des acteurs repassant leurs rôles,
des acteurs accoudés en un coin d'ombre, méditant un effet nouveau,
des acteurs répétant une tirade tragique en buvant une tasse de thé,
des acteurs se maquillant devant des miroirs de métal posés sur de
petits chevalets, des acteurs auxquels le perruquier du théâtre fait
des sourcils postiches; et cela dans la dégringolade des domestiques
affairés et au milieu du fouillis des perruques, des chaussures, des
robes essayées, des sabres de théâtre, des coffres entr'ouverts, des
boîtes à rouge, des théières, des _chibatchi_, des pots de fleurs.

Jusqu'ici ces images nous donnent la campagne, la montagne, la grande
route, la rue, la vie extérieure, mais il en est d'autres qui nous
introduisent dans l'habitation particulière, nous ouvrent l'intérieur
fermé du _yashki_, nous font pénétrer dans l'intimité de l'existence
secrète des femmes et des hommes du pays. Nous voici dans ces maisons
dépouillées de leur toit et vues à vol d'oiseau par le dessinateur,
qui nous dévoile le labyrinthe de ces appartements de paravents, et
nous fait voir ces cuisines sans cheminée, où des femmes remuent le riz
dans de grands chaudrons voyageant sur de petits chariots. Nous voici
dans ces intérieurs, aux murs glissant sur des rainures mobiles, et
dont le mobilier se compose d'un _kakemono_ pendu à la cloison, d'un
chêne nain dans un petit pot de fleurs, quelquefois d'un aquarium où
nagent des poissons de la Chine à trois queues,--et où, par une porte
entre-bâillée, on aperçoit dans le fond le bain qui chauffe, sa vasque
carrée, ses seaux en poterie brune ornée d'une grecque. Nous voici dans
ces jardins tout pleins des serpentements d'un ruisseau autour d'un
_toro_, d'une lanterne de pierre ventrue, en ces fourrés de pivoines
éclatantes, où la sieste des promeneuses confond la flore des robes
avec la flore des massifs. Nous voici dans les salles d'apparat, où sur
une estrade rouge, des musiciennes, en robe bleue, jouent des choses
lentes, que des _guesha_, des danseuses, miment dramatiquement dans des
robes amples, entourées de coryphées qui semblent agiter, derrière leur
dos, des ailes de papillon. Nous voici dans les chambres, où des femmes
rampent à terre sur des instruments de musique à cordes, s'occupent à
peindre des éventails, agenouillées près de petites tables basses où se
dressent les pinceaux dans des cornets de faïence de Satzuma, brodent
des _foukousas_, composent, d'après des règles et des traités savants,
des bouquets sans faute,--la longue queue de leurs robes voyantes
faisant à côté d'elles un petit amoncellement, parmi le fouillis des
objets de laque, de bronze, de porcelaine, traînant sur les nattes du
parquet, ainsi que des joujoux dans une chambre d'enfant. Nous voici
sur ces balcons, s'avançant au-dessus d'une haie d'iris violets et
enguirlandés de lanternes rouges, sur ces balcons éternellement peuplés
de femmes aux grandes épingles d'écaille piquées dans la chevelure
noire, à l'heure où une servante monte par un petit escalier, portant,
sur la paume de sa main renversée, le _tay_[50], le poisson rose, avec
les bâtonnets d'ivoire du souper.

    [50] Le _tay_, le _sparus aurata_ ou _chrysphrys cristiceps_,
    ce délicat et beau poisson consacré à Yebis, est un mets
    affectionné par les Japonais, qui se le font apporter sur la
    table, encore vivant, et déjà coupé en tranches, tranches
    qui se détachent dans une dernière convulsion, produite par
    quelques gouttes de vinaigre jetées dans les yeux du poisson.
    On le sert sur un petit échafaudage de bâtonnets de verre de
    couleur reposant sur un lit d'algues.

Elles sont habillées, ces femmes, de robes, où les fleurs, toutes
vives et toutes réelles en leur relief, ressemblent à de vraies
fleurs, attachées sur la soie, au moyen d'épingles. Sur ces robes
s'épanouissent des pivoines, s'élancent des roseaux aux feuilles
lancéolées, pendent des branches de glycine, des gourdes de
coloquintes. Il en est qui sont fleuries de bouquets de chrysanthèmes,
d'iris d'eau, de toutes les fleurs des arbres à fleurs[51]. Mais ce
n'est pas seulement au règne végétal que le brodeur emprunte le
décor de l'habillement de la femme, il ose,--et quelquefois avec un
bonheur singulier,--le demander au règne animal. Et il brode des robes
où semblent butiner des abeilles, des robes qui simulent le treillis
perlé de la toile où se tient l'araignée le matin, des robes semées
de sauterelles, des robes pleines d'enroulements de vignes dont les
écureuils mangent les raisins, des robes figurant des vaguettes sur
lesquelles flottent des canards mandarins, des robes sillonnées de vols
de moineaux, d'oies sauvages, de cigognes, des robes où se tordent des
dragons dans des ciels d'orage zébrés d'éclairs, des robes sur les
traînes desquelles s'aperçoivent des faucons, des chats, des homards,
des carpes dans des filets d'or flottants qui les donnent à voir comme
prises dans des bourses. Dans le moment, une feuille détachée d'un
album me montre une de ces robes couleur de mer, où apparaît, ainsi
qu'au fond de l'eau, la silhouette noyée d'un gigantesque poulpe, et
je me rappelle avoir vu une robe représentant une course de chevaux
devant la cour du mikado, à Kioto, une course avec son public et tous
ses détails. Disons-le, toutefois, l'étrangeté du sujet, le voyant de
la broderie, l'exagération du relief, sont en général l'apanage des
robes pour la procession de la déesse Sannoô, des robes de courtisanes
sur lesquelles on rencontre jusqu'à des masques de théâtre comiques et
licencieux.

    [51] D'après M. Fraissinet,--est-ce bien authentique?--la
    nouvelle mariée japonaise recevrait dans son trousseau douze
    robes d'apparat, les robes des douze mois de l'année. La
    première serait une robe bleue brodée de tiges de jasmin et de
    bambou; la deuxième, une robe vert de mer à fleurs de cerisier
    et à carreaux; la troisième, une robe rouge clair, sillonnée
    de branches de saule ou de cerisier; la quatrième, une robe
    portant un coucou, ou le signe hiéroglyphique qui représente
    l'oiseau de bon augure conjugal au Japon; la cinquième, une
    robe jaune terne, brodée de feuilles d'iris et de plantes
    aquatiques; la sixième, une robe orange clair, où sont figurés
    des melons d'eau annonçant la saison des pluies; la septième,
    une robe blanche mouchetée de _kounotis_, clochettes pourpre,
    dont la racine laiteuse est très recherchée en médecine; la
    huitième, une robe rouge parsemée de feuilles de _mimosi_
    ou prunier du Japon; la neuvième, une robe violette ornée
    de fleurs de la matricaire; la dixième, une robe olive
    représentant des champs d'épis moissonnés où courent les
    zigzags de chemins et de sentiers; la onzième, une robe noire
    recouverte de caractères représentatifs de la neige et des
    glaçons; la douzième, une robe pourpre chargée de signes
    idéographiques exprimant les rigueurs de l'hiver.

La Japonaise «comme il faut» a des robes plus sobres d'ornementation,
mais dont les tons sont cherchés dans les colorations de nature les
plus distinguées, les plus _artistes_, les plus éloignées de ce que
l'Europe appelle des couleurs franches. Les blancs que la Japonaise
veut sur la soie qu'elle porte, sont: le blanc d'aubergine (blanc
verdâtre), blanc ventre de poisson (blanc d'argent); les roses sont
la neige rosée (rose pâle), la neige fleur de pêcher (rose clair);
les bleus sont: la neige bleuâtre (bleu clair), le noir du ciel (bleu
foncé), la lune fleur de pêcher (bleu rose); les jaunes sont: la
couleur de miel (jaune clair), etc.; les rouges sont: le rouge de
jujube, la flamme fumeuse (rouge brun), la cendre d'argent (rouge
cendré); les verts sont: le vert de thé, le vert crabe, le vert
crevette, le vert cœur d'oignon (vert jaunâtre), le vert pousse
de lotus[52] (vert clair jaunâtre);--toutes couleurs rompues et
charmeresses pour l'œil d'un coloriste. Et à propos de ces adorables
nuances fausses, j'ai dans le souvenir une robe de crêpe rose,
légèrement saumoné, toute couverte d'éventails brodés, qui était bien
le plus gai morceau de couleur qu'un peintre puisse désirer pour
l'égayement de son atelier et le rappel au clair de sa peinture.

    [52] Une nuance japonaise est un certain vert pour vêtement
    de dessus, nommé _Yama bato iro_, ou couleur de pigeon de
    montagne, et qu'a seul le droit de porter le mikado. Ses robes
    de dessous, du moins autrefois, étaient des étoffes pourpre
    tissées de fleurs blanches. Ces étoffes pourpre s'appelaient
    _Teivosasinoki_, et leurs dessins _Koumo fate wakou_ ou nuageux.

Mais l'originalité de beaucoup de ces robes, consiste dans le passage
des épaules aux pieds, d'une couleur à une autre, par les transitions
et les dégradations les plus harmoniques. C'est ainsi qu'une robe vert
d'eau meurt dans du violet, qui, d'abord presque insensible, devient
du violet foncé; ainsi qu'une robe blanc de crème, se colore presque
imperceptiblement et finit dans du jaune d'or. Il y a comme cela des
fontes et des noyades merveilleuses d'un haut de robe gros bleu dans un
bas de robe pourpre, d'un haut de robe blanc dans un bas de robe gorge
de pigeon, d'un haut de robe brun dans un bas de robe bleu céleste.

Dans ces robes flottantes et ne tenant pour ainsi dire pas au corps
souple des Japonaises, la grâce paresseuse et un peu ratatinée de leurs
mouvements a un charme enfantin. Il faut les voir, à demi couchées de
côté et la tête soulevée vers le seigneur auquel elles tendent son
sabre, ou bien épaulées à un paravent, leurs jambes ramassées sous
elles dans les remous de l'étoffe, ou bien encore les deux coudes posés
sur leur petite table à écrire, et le menton appuyé sur le dos de leurs
deux mains effilées, dans une pose de rêverie. Car on les rencontre
rarement debout sur leurs pieds; elles sont toujours accroupies sur les
talons, ou agenouillées[53], ou se traînant à terre avec de coquets
rampements et de voluptueuses ondulations. Les gens qui se rappellent
l'Exposition de 1867, ont conservé des Japonaises, qui y vendaient du
thé, comme la mémoire de jolis petits animaux, qu'on trouvait presque
toujours à quatre pattes sur leurs nattes. Cela aurait-il une raison?
Robin, l'éminent physiologiste, dans un voyage à Vienne, demandait à un
exposant japonais, s'il trouvait vraiment jolies les femmes de l'Europe.

    [53] M. Bousquet parle de dîners d'auberge servis par des
    servantes à genoux.

--Oui, oui... mais elles sont trop grandes! répondait le Japonais.

On dirait que les Japonaises, pour satisfaire à l'idéal amoureux de
leurs compatriotes, en leur existence courbée et repliée sur elle-même,
travaillent à se resserrer, à se diminuer, à se rapetisser, à faire de
leur corps ramassé et réduit, de petits et mignons êtres d'amour, que
les flatteries de la main d'un maître doivent trouver à la hauteur du
dos d'une gentille bête apprivoisée.

A la suite des albums contenant les toilettes, les occupations, les
plaisirs de la femme japonaise, nous avons les albums religieux, les
albums historiques, les albums de théâtre, les albums topographiques
des grandes villes et de leur banlieue pittoresque, les albums
d'ornementation, les albums d'industrie artistique, les albums
d'éléments de dessin et encore toutes sortes d'albums en trois, en
dix, en vingt cahiers sur toute espèce de choses: des albums sur la
fauconnerie avec les portraits des faucons célèbres et la figuration de
grandes chasses aux oies sauvages, des albums-catalogues des objets
d'art conservés dans les temples sacrés, des albums sur la composition
des bouquets, talent d'agrément qui fait partie de l'éducation d'une
jeune fille distinguée, etc.

Les albums religieux,--au-dessous de bonzeries au milieu de lacs et
de bois de cryptomerias, et qui forment en haut des pages comme une
série de paysages saints, posés sur de petits chevalets,--déroulent
des apparitions, des miracles, des décollations de femmes, où le sabre
du bourreau est brisé par un éclair parti du sanctuaire du temple.
On y aperçoit de petites divinités naviguant, en pleine mer, sur le
dos de grandes tortues, des _sennin_ chevauchant des cerfs blancs,
des diables d'ombres chinoises attelés à des chariots de flammes, des
personnages poursuivis par une légion de crabes qui vont se dégradant
jusqu'à l'horizon en une perspective pleine d'effroi. Dans l'apparition
de l'être surnaturel, l'artiste japonais apporte une légèreté de
suspension, un balancement, un flottement tout particuliers, et
cette apparition, il l'arrange, la dispose, la poétise avec un art
infini. C'est ainsi que, dans un album de cette série que je possède,
l'apparition d'une femme à travers le feuillage d'un saule, la tête
nimbée d'une clarté rose, et le corps formé des rameaux pleureurs de
l'arbre mélancolique, est tout ce que peut imaginer de plus aérien le
crayon d'un dessinateur en fait d'évocation d'une trépassée. Cet album
(une reproduction des scènes légendaires, figurées par des poupées,
dans le temple de Kannoo), acheté en 1852, a été, pour mon frère et
moi, la révélation de cette imagerie d'art alors bien vaguement connue
de l'Europe, qui, depuis, a fait des enthousiastes comme le paysagiste
Rousseau, et qui, à l'heure présente, a une si grande influence sur
notre peinture.

Arrivons aux albums historiques, tout pleins de ces représentations
d'hommes à la fois terribles et doux, dont les annales du Japon nous
décrivent le type, dans ce portrait de Tamoura maro: «C'était un homme
très bien fait, il avait 5 pieds 8 pouces de haut, sa poitrine était
large de 1 pied 2 pouces, il avait les yeux comme un faucon, et la
barbe couleur d'or. Quand il était en colère, il effrayait les oiseaux
et les animaux par ses regards; mais lorsqu'il badinait, les enfants et
les femmes riaient avec lui.»

Parmi les albums historiques, les vraies annales héroïques du pays, je
ne parlerai que des albums qui racontent le dévouement des 47 _ronins_,
et dont on peut suivre, sur les impressions en couleur, la légende
traduite par M. Mitford[54].

    [54] _Tales of old Japan_, by A.-B. Mitford, London,
    Macmillan and Co, 1871.

Un _daimio_, du nom de Takumi-no-kami, portant un message du mikado à
la cour de Yédo, fut cruellement offensé par Kotsuké, l'un des grands
fonctionnaires du shogun. On ne tire pas le sabre dans l'enceinte du
palais sans encourir la peine de mort et la confiscation de ses biens.
Takumi se contint cette fois; mais, un autre jour, il ne fut pas
maître de lui et courut sur son adversaire, qui, légèrement blessé, put
s'enfuir. Takumi fut condamné à s'ouvrir le ventre. Son château d'Akô
fut confisqué, sa famille réduite à la misère, et ses gentilshommes
tombés à l'état de _ronins_, de déclassés, de déchus, devinrent des
marchands. Mais Kuranosuké, le premier conseiller du _daimio_ et
quarante-six des _samouraï_, attachés à son service, avaient fait le
serment de venger leur maître. Et le serment prononcé, ces hommes, pour
endormir les défiances de Kotsuké qui les faisait surveiller par ses
espions à Kioto, se séparèrent et se rendirent dans d'autres villes
sous des déguisements de professions mécaniques.

Kuranosuké fit mieux. Il simula la débauche, l'ivrognerie, à ce point
qu'un homme de Satzuma, le trouvant étendu dans un ruisseau à la
porte d'une maison de thé, et le croyant ivre-mort, lui cria: «Oh!
le misérable, indigne du nom de samourai qui, au lieu de venger son
maître, se livre aux femmes, au vin!» Et l'homme de Satzuma, en lui
disant cela, le poussait du pied et urinait sur sa figure. Mais le
dévoué serviteur poussa encore plus loin la sublimité de sa comédie.
Il accablait d'injures sa femme, la chassait ostensiblement de sa
maison, ne gardant auprès de lui que son fils aîné, âgé de seize ans.
Kotsuké, tout à fait rassuré par l'indignité de la vie de son ennemi,
se relâchait de la surveillance qu'il faisait exercer autour de son
habitation, renvoyait une partie de ses gardes.

La nuit de la vengeance était enfin arrivée, et la voici telle que
nous la fait voir la suite des planches d'un album. Une froide nuit
d'hiver, et les conjurés dans une tourmente de neige, se dirigeant
silencieusement vers le _yashki_ de l'homme, dont ils se sont promis
d'aller déposer la tête sur le tombeau de leur seigneur. Ils escaladent
la palissade. Ils enfoncent à coups de marteau la porte intérieure.
Ils égorgent les samourais de Kotsuké, dans l'effarement grotesque
de grosses femmes chargées d'enfants. Ils poursuivent les fuyards
jusque sur les poutres du plafond, d'où ils les précipitent en bas.
Mais de Kotsuké point. On ne le trouve nulle part, et on désespérait
même de le découvrir, quand Kuranosuké, plongeant les mains dans son
lit, s'aperçoit que les couvertures sont encore chaudes. Il ne peut
être loin; on sonde les recoins à coups de lance, et bientôt on en
tire de sa cachette, déjà blessé à la hanche. Une planche nous fait
voir le vieillard, habillé d'une robe de satin blanc, et traîné tout
tremblant devant le chef de l'entreprise. Alors Kuranosuké se met à
genoux devant le blessé, et, après les démonstrations de respect dues
au rang élevé du vieillard, lui dit: «Seigneur, nous sommes les hommes
de Takumi-no-kami. L'an dernier, Votre Grâce a eu une querelle avec
lui. Il a dû mourir et sa famille a été ruinée. En bons et fidèles
serviteurs, nous vous conjurons de faire _hara-kiri_ (s'ouvrir le
ventre). Je vous servirai de second, et après avoir en toute humilité
recueilli la tête de Votre Grâce, j'irai la déposer en offrande sur la
tombe du seigneur Takumi.

Kotsuké ne se rendant pas à l'invitation qui lui était faite,
Kuranosuké lui coupait la tête avec le petit sabre qui avait servi à
son maître à s'ouvrir le ventre. Cela fait, les quarante-sept ronins
s'acheminaient vers le temple où reposait Takumi, déposaient la tête de
Kotsuké, demandaient aux bonzes de les ensevelir, et se rendaient au
tribunal.

La sépulture des quarante-sept ronins, enterrés autour du corps de leur
seigneur, devint bientôt un pèlerinage, et le premier qui s'y rendit
fut l'insulteur, qui n'avait pas soupçonné la supercherie surhumaine
de Kuranosuké. Il déclarait qu'il venait faire amende honorable à
l'illustre martyr, et s'ouvrait le ventre sur le tombeau.

Les albums de théâtre, les plus nombreux de tous et les moins
plaisants, à cause d'un certain hiératisme caricatural, qui vous
fait passer et repasser sous les yeux un type uniforme aux gros
yeux saillants, aux narines effroyablement ouvertes, à la bouche
en tirelire, présentent cependant un certain intérêt par la belle
ordonnance des draperies, la dignité des attitudes, les superbes
enveloppements de dédain, la fierté des défis, les retroussis colères
des bras prêts à frapper, les convulsions des agonies dans des linges
sanglants, le grandiose de la mimique. Ces albums forment là-bas la
bibliothèque des acteurs. La réunion la plus riche rapportée à Paris,
et qui a fait les petites collections connues, a été achetée par MM.
Sichel, à la vente de Tanoské, le Talma du Japon. Ces recueils sont
pour les acteurs du pays, les manuels où ils étudient l'épique qui se
dégage de l'exagération héroïque du drame japonais, étudient les lignes
violentes des corps animés par la passion de la vengeance: tout le
théâtre dramatique de l'Extrême-Orient.

L'amour qui ne peut se faufiler, et comiquement encore, qu'à la suite
d'une prostituée, l'amour et ses tragédies n'ont pas de place sur les
scènes du Japon. Car, sur l'amour, les Japonais ont une manière de
sentir, des idées, des délicatesses tout à fait extraordinaires. Ils
n'admettent pas qu'il puisse y avoir d'autre amour que l'amour entre
mari et femme, et encore de l'amour qui n'a pris naissance que du jour
du rapprochement charnel. Et au théâtre l'amour d'une jeune fille, et
l'amour le plus purement et le plus chastement exprimé, révolterait
les spectateurs de cette contrée paradoxale, où l'impudicité court la
rue. Là nous touchons à un ordre de sentiments qui nous échappent. Je
me rappelle, un soir, chez mon ami Burty, l'indignation d'un jeune
Japonais à qui il était demandé ce qu'il trouvait de choquant de
dire à une femme qu'on en était amoureux, et qui, après une sortie
sur la grossièreté de notre langue, de nos expressions, de nos mots,
s'écriait: «Chez nous, ce serait comme si on disait: Madame, je
voudrais bien coucher avec vous.» Et il détaillait un certain nombre de
formules poétiques et logogryphiques, au moyen desquelles seules une
déclaration pouvait se faire jour, sans indécence, finissant enfin par
cette phrase: «Tout ce que nous osons dire à la femme que nous aimons,
c'est que nous envions près d'elle la place d'un canard mandarin; c'est
notre oiseau d'amour, Messieurs!»

Les albums topographiques dans une succession de planches à vol
d'oiseau qui couvriraient un pan de muraille, vous donnent la
figuration des villes comme Ossaka, Yedo, etc., et les docks baignant
dans l'eau, et les quartiers de négoce maritime, et les enfilades
de comptoirs, et les intérieurs où des costumes européens se voient
parmi des costumes japonais, et les grands terrains cultivés au milieu
desquels se dresse le toit d'un temple, et la ville proprement dite
avec sa rivière et ses canaux coupés de ponts courbes à monter avec
les pieds et les mains, et ses perspectives de boutiques aux enseignes
dans des guérites, semblables à une avenue de nos baraques de foire,
et les rues remplies, selon l'expression d'un voyageur, d'une foule
bleue et couleur chair bronzée, une foule qui ne fait pas de bruit avec
ses chaussures de paille, et le _Siro_ aux assises cyclopéennes et aux
grands fossés, et l'esplanade où paradent des soldats japonais, puis
encore les entrepôts dont les baies ouvertes découvrent d'immenses
emmagasinements de riz et de thé, et qui finissent en des espèces de
lagunes où continuent à se vendre des produits du pays sous des toits
de nattes soutenus sur des piquets: tout l'immense déploiement colorié,
surmonté çà et là de petites banderoles carminées donnant l'indication
et le nom des bâtiments représentés.

Les albums d'ornementation demandent surtout leurs motifs à
l'éblouissante flore du pays, en y associant l'oiseau.

Parmi ces albums, je veux donner un moment à la description de
l'album qui a pour titre: LES OISEAUX ET LES FLEURS DES QUATRE
SAISONS, dessinés par Takéoka, une merveille de douce harmonie
et de clair coloriage, qui n'a guère pour les fonds que le gris d'un
ton de glaise. Des oiseaux grimpant le long des flancs de roseaux,
des oiseaux volant au milieu de la déchiqueture de grands pavots, des
oiseaux becquetant des grenades entr'ouvertes, des oiseaux blottis
dans des rameaux couverts de neige, des cailles grises entrevues à
travers les fleurettes des champs, des cigognes blanches à demi cachées
par les iris violets, des canaris jaunes sur des rameaux feuillés de
boutons de magnolias blancs lisérés de rose: c'est toute une suite de
tableaux où se groupent dans des arrangements d'un goût exquis, d'une
originalité singulière, la plante et l'oiseau. Dans ce recueil, il est
une planche qui représente deux mésanges, posées sur une tige de bambou
desséché, et se détachant de dessus l'orbe pâle de la lune dans un ciel
crépusculaire: une image d'un effet à la fois réel et poétique auquel
n'est jamais arrivée une composition ornementale de l'Occident. Ces
fleurs et ces oiseaux sont peints, tout pénétrés de lumière, sans que
leur éclat, leur vivacité, leur ensoleillement, soient atténués par
l'ombre des demi-teintes, et le dessin très savant, très technique,
très _botaniste_, tout en serrant de tout près la nature, a dans le
contour une grandeur et des ressentiments pareils à ceux que nos grands
maîtres ont cherchés dans leurs dessins, et surtout dans une suite de
dessins héraldiques d'Albert Dürer vendus autrefois par «l'Alliance
des Arts». Oui, il est incontestable que les Japonais, et les Japonais
seuls, ont, dans l'interprétation de la fleur et de son feuillage, un
style,--le style qui n'existe chez nous que pour la représentation du
corps humain.

De petits albums à l'usage des fabricants, et de la grandeur de
nos carnets de poche, contiennent de charmants modèles de toutes
les industries d'art. Un album de brodeur, derrière sa première
planche remplie par une brodeuse devant son métier, étale une série
d'échantillons d'étoffes brodées, d'armoiries de princes, d'œils de
queue de paon, de silhouettes noires de chauves-souris, de simples
flots de la mer, et de cocottes pareilles à celles que nos petites
filles d'Europe font dans un carré de papier. Un autre donne des
patrons de robe, et, entre autres, une robe qui est comme un léger
bouquet et une fusée d'herbettes et de fleurettes de graminées. A
ces albums, comme contraste, il faut opposer les albums consacrés à
l'habillement et à l'armure des guerriers, et qui vous représentent ses
différents casques, ses cuirasses, son carquois et ses flèches, ses
_hakama_ (pantalons en forme de jupes), ses sandales de bois appelées
_ghetta_, ses selles, le harnachement de son cheval, enfin l'équipement
pédestre et équestre du samourai;--albums se terminant souvent par des
batailles, moitié sur terre, moitié dans l'eau, qui, par la furie des
éléments déchaînés par le peintre, par la colère donnée au paysage,
dont les feuilles se dressent comme des langues de flammes, par le
surhumain des coups qu'on se porte, par l'exagération des blessures et
du sang répandu, par une espèce de terrible fantasmagorie, ne semblent
plus des batailles entre des hommes.

Ces batailles semblent se donner au son de ce chant d'extermination,
composé par l'empereur Zinmou, dont un frère venait d'être tué par une
flèche:

  «Je suis attristé par la mort de mon général auquel je pense
  toujours: l'ennemi doit être haché en pièces, comme des oignons,
  avec ses femmes et ses enfants, au pied des palissades. Cela
  suffira et mettra fin à la guerre.

  «Je suis attristé par la mort de mon général auquel je pense sans
  cesse: ma colère est pénétrante comme le goût du gingembre. C'est
  en les exterminant tous qu'il faut mettre fin à la guerre.»

Des albums sont consacrés aux objets de laque, et nous y relevons
une série de ravissants peignes de luxe. D'autres albums apportent
au travail du fer des modèles d'une imagination merveilleusement
créatrice, et nous font passer, sous les yeux, des couvercles de
boîtes, des gardes de sabre, des manches de couteaux qui sont de la
vraie bijouterie.

Les albums qu'on pourrait appeler «Éléments de dessin» ne peuvent
se compter. Je citerai, parmi ces albums, un petit cahier très
curieux, dessiné d'après ce principe qui avait fait sculpter les
joujoux exposés à la dernière exposition, et qui composaient une
série d'animaux à l'état de premier dégrossissement d'une sculpture,
et d'ébauche rudimentaire de la forme. L'album contient un méli-mélo
d'hommes, d'animaux, cherchés dans le dessin extérieur, dans le contour
spirituel, bizarre, caractéristique, excessif, de l'être représenté,
avec un dedans rempli par une teinte plate. Cela donne des silhouettes
très originales, et où l'œil n'est distrait par aucun détail
secondaire. C'est, en plein jour, des choses à peu près dessinées comme
des figurations d'ombres portées par une lumière sur un mur. Il existe
ainsi des drapements de femmes dégingandées, contournés d'un gros trait
écrasé d'un effet saisissant; et une planche de cigognes,--de vrais
triangles volant dans l'air,--est tout simplement étonnante.

Mais vraiment l'on ne peut parler de croquis d'art, sans ouvrir une
parenthèse en faveur d'O-kou-saï[55] et de ses quatorze petits cahiers
classiques.

    [55] D'après une curieuse note de Bergerat, sur des indications
    fournies par Narushima, un des Japonais venus en France,
    l'année de l'exposition, Oksaï, O-kou-saï, Fokkusaï, dont
    le vrai nom serait Hottéyimon-Miuraya, serait né à Yedo au
    milieu du XVIIIe siècle, aurait travaillé dans l'atelier
    de Shiun-Sui-Katsu-Kava, puis chez Shiun-Shivo, et aurait
    débuté par une suite des Jardins de Yedo. Baptisé par son
    maître du pseudonyme de Shiun-Bô, il aurait, ce qui n'est pas
    invraisemblable pour un Japonais, signé, de 1764 à 1798, de
    cinq noms différents, d'abord Sôri, puis Saïto, puis Tameithi,
    puis Gakino-Bojin, enfin Katsu-Chika-Fokkusaï, le nom sous
    lequel il est resté célèbre, et qui veut dire _Maison du Nord_,
    par allusion à une maison très reculée et très lointaine, qu'il
    habitait au nord de la ville.

Son œuvre est très considérable: indépendamment de ses quatorze petits
cahiers d'études et de ses trois albums de Fusi-yama, il a été surtout
un illustrateur de romans, et principalement des romans de Kiokutei,
le romancier en vogue du Japon, et aujourd'hui les Japonais payent des
prix énormes les anciens tirages de ses planches. Lors du séjour de M.
Philippe Sichel au Japon, un exemplaire des quatorze cahiers d'études
d'O-kou-saï, avec annotations et croquetons du peintre, jetés dans les
blancs de l'album, était en vente au prix de mille dollars à Osaka. Il
est mort dans un âge très avancé, puisque la publication du Fusi-yama
est de 1830. Il y a une légende à Kioto, lui prêtant la collaboration
d'une fille belle et intelligente, qui ne voulut jamais se marier, se
dévouant tout entière à son vieux père, d'humeur, par parenthèse, assez
fantasque.

Cet homme a le génie du dessin de premier jet, le talent unique
d'enfermer, dans une ligne tracée en courant, la vie d'un mouvement
humain ou animal, la physionomie d'une chose inanimée. Figurez-vous,
au milieu de toutes ces images gardant un rien du hiératisme chinois,
des dessins empreints à la fois de la modernité d'un Gavarni et
d'un Decamps, et qui cependant n'ont rien d'occidental, mais sont
le triomphe du _d'après nature_ oriental. Ce sont des centaines de
croquetons, où pêle-mêle, et au gré du motif tombé sous les yeux du
dessinateur, défilent des hommes, des femmes, des quadrupèdes, des
oiseaux, des poissons, des reptiles, des paysages, des objets bizarres
et imprévus, comme la coupe intérieure d'un pistolet, et jusqu'à
un pétale de fleur, un caillou, un brin d'herbe. En ces pages qui
ne finissent jamais, O-kou-saï montre, grands comme le pouce, ses
compatriotes, dans les poses, la tenue, les habitudes de leurs corps,
et aussi bien dans l'action de leurs muscles parmi les durs travaux
des mines, que dans la détente heureuse de leurs membres en la fumerie
des pipettes. Avec le dessinateur, nous voyons les Japonais galopant
sur de petits chevaux ébouriffés, plongeant sous l'eau à la recherche
des coquillages, se disloquant dans des tours de force ou d'adresse
impossibles, et encore des Japonais sommeillant, s'éventant, lisant,
jouant aux dames, se promenant, contemplant un pot de fleurs, faisant
_kow-tow_, la révérence où l'on touche la terre du front. Partout sur
les feuilles qui se succèdent, foisonne une humanité d'homuncules aux
contours cahotés et ressautants, et dont la myologie est légèrement
écrite sur la nudité. Il y a une série de planches de lutteurs et de
bâtonnistes, où les ramassements, les retraites, les développements,
les allongements des bras et des jambes forment une suite d'infiniment
petites académies d'une science d'anatomie extraordinaire. Enfin, sous
le crayon d'O-kou-saï, revit, saisie sur le vif, toute la mimique
corporelle de ce peuple si expansif, si démonstratif. Et le tortillage
de la femme dans son éternel accroupissement à terre le rend-il d'une
manière assez divertissante! Dans la figuration rigoureuse, dans la
copie fidèle de ses hommes et de ses femmes, O-kou-saï apporte un
grossissement comique qui n'est pas, à proprement parler, caricatural,
mais plutôt humoristique. L'artiste, si l'on peut dire, a la réalité
ironique. Quelquefois même cette réalité, tout en restant humaine,
prend chez l'artiste un caractère fantastique dans des vieillards
raccornis et poilus qui ont l'air de satyres octogénaires, dans des
femmes, sur les épaules desquelles il met la tête inanimée et cabossée
des poupées de là-bas, et surtout dans des phtisiques, que le squelette
transperce çà et là, et rend macabres.

Du reste, O-kou-saï est attiré par le fantastique, et y va
quelquefois résolument. On rencontre parfois, dans son Œuvre, une
_femme-revenant_, une larve dressée dans le ciel, comme une longue
chenille recourbée, et qu'enveloppe une tignasse de pendu. Et je ne
sais guère d'apparition plus terrible que ce crâne chevelu, dans la
tête de mort duquel regarde un seul œil vivant, grand ouvert.

Tournez la page, après l'image effrayante, ce sera peut-être une
plaisanterie scatologique: une lucarne de privé que dépasse la tête
d'un samourai plongeant entre les manches de ses deux sabres, tandis
qu'au dehors les nez se bouchent jusqu'à la cantonade. Et toujours
ainsi, l'imagination se mêlant à la réalité, une image inattendue mène
à une autre. On passe de l'épure d'un dévidoir à cocons de vers à soie
à la fantaisie de deux porteurs, dont les nez font le bâton auquel est
suspendu le fardeau branlant; du tour d'un jongleur rendant le contenu
d'une tasse dans une envolée de papillons qui lui sort de la bouche,
à l'action d'une jeune fille qui, en se tordant de rire, éteint une
chandelle avec un pet; de la méditation d'un lapin dans un clapier,
à un bain de famille où un Japonais fait sa barbe, à côté de jeunes
femmes vêtues seulement de leurs épingles à cheveux, au milieu de
petits enfants jouant avec des tortues.

Mais où O-kou-saï est vraiment inimitable, c'est dans le crayonnage
de l'oiseau, de l'insecte, du poisson, du reptile. C'est là
incontestablement la vraie et la grande spécialité des Japonais, et
voici, dans un album d'inconnu jeté sur la table, une crevette dessinée
avec la grandeur d'un dessin de Michel-Ange. Mais nul n'a rendu aussi
bien que O-kou-saï, le galbe, l'aspect, la tache de ces animaux dans
le paysage, nul n'a surpris comme lui le rampement, la nage, le vol,
et surtout l'immobilité frémissante et animée de l'animalité vêtue
d'écailles ou de plumes, des habitants de l'eau ou de l'air.

Et toutes les habiles figurations de l'artiste sont plaisantes à l'œil
par la coloration particulière de leurs impressions. Comme fusinées,
elles se jouent dans trois teintes: le gris du papier de Chine pour
le fond, une teinte bleutée pour les vêtements, les pelages; une
teinte rosée pour les carnations, les fleurs, etc. Et le dessin et les
couleurs semblent bues par la soie du papier.

L'œuvre de réalité humoristique de O-kou-saï nous mène aux albums
absolument caricaturaux, en général de date assez récente. La
caricature au Japon, chez ce peuple moqueur, a une verve, un entrain,
une _furia_ indicibles; il semble qu'elle soit le produit de la fièvre
d'une cervelle et d'une main, et parfois son étrangeté lui donne
l'aspect d'une hallucination de fou. Elle est copieuse, exubérante,
et les imaginations cocasses, et les bonshommes drôlatiques de
toutes les couleurs jaillissent sur la page blanche de l'album à
la façon de la poussée violente et de l'éparpillement multicolore,
dans le ciel, d'un bouquet d'artifice. Le caricaturiste n'économise
pas son comique, il couvre, il surcharge la feuille d'innombrables
compositions, et le papier jusqu'en ses recoins grouille, fourmille
de gens contorsionnés, de bousculades réjouissantes, de chutes
montrant à cru des derrières à des idoles, qui s'indignent sous leur
patine verte, de maux de cœur tournés au mal de mer, d'inénarrables
natations de femmes obèses et ventripotentes. C'est tumultueux, diffus,
enchevêtré, avec quelque chose du trouble remuant des morceaux de
papier colorié d'un kaléidoscope qu'on secouerait. Ici, des enfants
peignent en vermillon le ventre de Silène d'un dormeur; là, un vieux
vétérinaire examine de tout près l'anus d'un cheval qui pétarade; plus
loin, un borgne court après son œil emporté au bout d'un fil par une
grosse mouche. Il s'y trouve, dans ces croquis, tous les contrastes
amusants des _gras_ et _maigres_, toutes les déformations d'un visage
vu en long et en large dans une cuiller, tous les galbes de crânes
d'imbéciles, et de cet imbécile particulier au Japon, qui a le type
d'un Jocrisse kalmouck, enfin tous les ingénieux emprunts faits par
notre Granville pour la construction de son humanité. Notons en
passant que, chez les Japonais, la pieuvre devient la maquette d'après
laquelle le caricaturiste façonne toute une série d'étranges têtes, aux
protubérances, aux nodosités d'une calebasse, au profil creusé comme un
quartier de lune. On y voit encore des femmes, emprisonnées dans leur
parapluie fermé, qu'elles ne peuvent rouvrir,--le parapluie en papier
jaune huilé couvert de grands caractères noirs joue un rôle important
au Japon,--des goinfreries bestiales d'hommes aux longs cheveux rouges,
des sortes d'Aïnos, autour de platées de nourritures gigantesques, des
promenades ridicules de samourais dans la silhouette farouche de leur
arsenal militaire en marche, des ascensions plaisantes de montagnes
saintes par des pèlerins qui ont l'air de larves blanches sur un
champignon pourri, et au milieu du délire général de l'illustration,
des Bouddha, sortant de leur immobilité de bronze, pour faire la
grimace et demander à boire.

Et toujours dans la grosse charge, par-ci par-là, un détail délicat:
la jupe d'une femme renversée, les jambes en l'air, figurera la
volute d'une coquille; l'hébêtement d'un ivrogné de saki tiendra,
du bout des doigts d'une main, l'orteil de sa jambe allongée par un
de ses serpentins mouvements d'un maître de notre XVIe siècle. Nous
trouverons même, parmi ces planches pour rire, la fine et distinguée
observation du peintre de mœurs qui, sans l'outrance de la caricature,
fait risibles de simples mouvements de l'âme: la colère de celui-ci,
l'admiration amoureuse de celui-là; fait risibles le vautrement
congestionné de ce savant sur un rouleau d'écriture, la pipette de
travers dans la bouche, et encore la joie dansante et disloquée du
populaire, et les grâces de la Japonaise disgracieuse.

Les étrangers, les Hollandais, les Anglais, se trouvent volontiers sous
le pinceau du caricaturiste japonais. Et voici une caricature très
réussie de l'Occident par l'Orient. Un officier de marine anglais,
l'air un peu _nigaudinos_, et qui se tient les côtes de bonheur, est
embrassé par une pudibonde lady, coiffée d'un chapeau _bibi_;--et
devant l'amour bête de ces deux personnages farces, les êtres
fantastiques peuplant la terre, le ciel et l'eau de l'Empire du Lever
du Soleil se livrent à une formidable gaieté.

Bien souvent, en effet, dans l'Extrême-Orient, le fantastique se mêle à
la caricature, ainsi que nous l'avons vu dans l'œuvre de O-kou-saï. Il
n'a pas d'albums spéciaux, et se déverse un peu sur toutes les pages,
mettant à côté du rire son surnaturel, sa terreur. C'est à droite et
à gauche qu'il place ses effrayants vieillards, balayés de chevelures
blanches, au visage rouge; ces _daïmio_ mystérieux, tenant entre leurs
mains une tête de femme coupée, ressemblant à ces petites têtes de
suppliciés en terre cuite, peintes en vert, une grosse larme sous
l'œil droit, et qui pendent aux franges du manteau du diable punisseur
des crimes dans l'enfer bouddhique; ces personnages à têtes d'oiseaux
groupés dans des branches, ainsi qu'en un arbre de Jessé d'un conte de
fée; ces gros hommes aux lobes d'oreille leur balayant le ventre; ces
femmes poursuivies par des jambes sans corps, et ces luttes de lutteurs
sans têtes.

Ici, dans l'obscurité d'une chambre à demi éclairée par une lanterne,
la fumée d'une pipe se transforme en un immense serpent se tordant
au-dessus de la tête du fumeur épouvanté. Là, dans le noir de la nuit,
est tendue à travers la campagne une toile qui tient le ciel, et où est
blottie une formidable araignée-crabe dont les pinces sont partout.
Les monstres enfantés et aimés par l'imagination nationale entrent
bientôt en scène. Dans cette planche, où un guerrier galope parmi les
flots obscurs, apparaît la légendaire tortue à la tête de chien, à la
queue d'algues flottantes, à l'antique carapace, où se sont formés
des rochers, où poussent des arbres. Dans cette autre planche, sort,
des profondeurs des Océans, le dragon des typhons, dont la présence
perturbatrice de l'atmosphère soulève la mer dans le ciel, et fait
courir, autour du bateau en détresse, des vagues qui ont comme des
griffes, des doigts crochus à leurs crêtes.

Souvent aussi à ces apparitions d'une animalité de rêve et de
cauchemar, l'Orient associe la vision d'épouvante de l'Occident: le
squelette,--qu'en leur qualité de coloristes, les Japonais aiment à
colorier en lilas tendre. Et trouvez, dans notre fantastique à nous,
une composition supérieure à celle-ci? Par une de ces nuits, où un
nuage sinistre est jeté avec un art si admirable sur une lune livide,
un samourai, les mains sur les gardes de ses deux sabres, regarde,
dans le ciel noir, une bataille de squelettes menés par une Mort,
chevauchant une carcasse de cheval, et brandissant au-dessus de son
crâne, aux orbites vides, un long fauchard.

Un fantastique moins terrifiant, plus autochtone, presque entièrement
personnel aux Japonais, et qui revient dans tous les albums: c'est
l'allongement des nez qui deviennent des trapèzes autour desquels
des équilibristes font de la voltige, l'allongement des jambes qui
semblent avoir les rallonges de grandes échasses,--et en première
ligne l'allongement de cous qui prennent le serpentement et la ténuité
d'un ver de terre interminable. Longtemps j'ai pris ces allongements
bizarres pour des visions de l'ivresse du hachisch, mais aujourd'hui
après l'étude de «la Science politique», il faut abandonner cette
interprétation de ces fantaisies physiologiques. Il s'agit de la
figuration d'une superstition japonaise partagée par quelques tribus
indigènes des îles Philippines. C'est le _rok-ri-koubi_ (la tête à six
lieues) ou la croyance que lorsque le corps est complètement endormi,
le cou s'allonge, devient mince comme un fil, flexible comme un roseau.
Et la tête de l'endormi peut ainsi s'éloigner à des distances infinies,
et assister à des choses absconses et secrètes, qu'il n'est pas donné
de voir à l'homme éveillé.

Une étude des albums japonais serait incomplète si l'on n'accordait
pas un mot aux albums érotiques. L'Orient n'a pas notre pudeur, ou
du moins il a une pudeur autre, ainsi que je l'ai indiqué à propos
du théâtre. Le Japon est le pays où un homme tirant des quatre
compartiments d'une boîte, du sable rouge, bleu, blanc et noir, ainsi
qu'un paysan ensemençant son champ, sème sur le parquet, à la volée
d'une main artiste, des dessins obscènes, qui mettent en joie un public
d'honnêtes femmes et de jeunes filles. Donc ces sortes d'albums sont
nombreux, très nombreux. Mais avant tout, il faut le déclarer, ces
images n'ont rien de la polissonnerie froide de l'Occident et même de
la Chine. Ce sont d'énormes gaietés, et comme le portefeuille d'un dieu
des Jardins où l'indécence des choses est sauvée par une naïveté de
temps primitifs, et, le dirai-je? par le michelangelesque du dessin.
Il se révèle en ces impressions un amour physique, qui, dans les
contractions des orteils des hommes, dans les pamoisons des femmes, a
quelque chose de l'épilepsie, et apporte au dessinateur une tourmente
de lignes superbes. Ces albums représentent en général des _Maisons de
thé_, où, derrière le repliage de quelques pages figurant l'habitation
au grand toit noir, aux boiseries laquées de rouge, au jardin rose, se
dissimulent les scènes amoureuses.


Mais entrons dans une de ces maisons, à l'aide d'une chanson
populaire[56]:

    [56] _Anthologie japonaise_, par Léon de Rosny. Maisonneuve et
    Cie, éditeurs, 1871.

«Voyez donc sur cette fleur ces deux jolis papillons. Pourquoi
voltigent-ils ainsi sans se séparer?

--C'est sans doute parce que le temps est beau et qu'ils se sont
enivrés du parfum des fleurs.

--Nous aussi, allons, comme ces papillons, visiter les fleurs.

--Avez-vous étudié la science des fleurs?

--Je l'ai étudiée sous la direction d'un excellent maître de Yosiwara.

--Cette étude coûte-t-elle beaucoup d'argent?

--De l'ouverture de l'établissement jusqu'à l'aube du jour, on donne de
trois à quatre taels.

--Voilà la grande porte.....

--Ne connaissez-vous aucun professeur?

--Je connais le professeur Komourasaki (Pourpre foncée).

       *       *       *       *       *

--Veuillez attendre un peu, le professeur Ousougoumo (Nuages légers) va
venir.

--Le professeur se fait attendre bien longtemps; je ne comprends
absolument pas pourquoi?

--Les professeurs de Yosiwara perdent beaucoup de temps à cause
des complications de leur toilette. D'abord ils aiment à employer
pour l'arrangement de leur coiffure la pommade de Simomoura et les
cordonnets de Tsyôzi. Il en est qui adoptent la mode de Katsouyama,
d'autres préfèrent celle de Simada. Ils ne s'aperçoivent pas que leur
peigne d'écaille, et leurs aiguilles de tête en corail, pour lesquels
ils dépensent mille livres, augmentent leurs dettes. Poudre de riz
pour le visage, poudre de riz pour le cou, fard pour les lèvres, et
jusqu'à du noir pour les dents, il n'y a rien chez eux qui ne décèle la
prodigalité.

Un instant après le professeur se présente. En vérité, il est très
joli, distingué, aimable. A ses sourcils se dessine la brume des
montagnes lointaines; à ses yeux s'attachent les frémissements des
vagues d'automne; son profil est élevé, sa bouche petite, la blancheur
de ses dents fait honte à la neige du Fouzi-yama; les charmes de son
corps rappellent le saule des champs durant l'été. Son vêtement de
dessus est orné de dragons volants brodés en fils d'or sur du velours
noir. Elle porte une ceinture en brocart d'or; en un mot, sa toilette
est irréprochable.

--Je suis venu m'entretenir avec vous à l'effet d'entreprendre l'étude
des fleurs.

--Mais avez-vous bien réfléchi combien est fatigante cette étude?

       *       *       *       *       *

Veuillez venir dans ma chambre.....

       *       *       *       *       *

La description de ces chambres étant connue de tout le monde, il est
inutile d'en parler en détail. Sur l'estrade disposée pour recevoir six
nattes, on a suspendu trois stores du peintre Hôïtsou, représentant des
fleurs et des oiseaux. On y a rangé le jeu de sougorokou (tric-trac),
le jeu de go (jeu de dames très compliqué), des ustensiles pour
faire chauffer le thé, une harpe, une guitare. A côté, dans une
bibliothèque, on trouve depuis la célèbre histoire des Ghenzi de
Mourasaki Sibikou jusqu'aux romans de Tamenaga Siounsoui.

Or donc, lorsque le professeur se présente pour la seconde fois, il
est habillé de ses vêtements de lit, comprenant une casaque de crêpe
rouge, surmontée d'une robe de nuit de satin violet ornée de pivoines
et de lions brodés avec des fils d'or. Il laisse tomber en arrière
ses noirs cheveux capables d'enchaîner le cœur de mille hommes, et
permet d'apercevoir un corps dont la blancheur mortifierait la neige
elle-même. Sa figure, au sourire de prunier, est semblable aux fleurs
de poirier, émaillées de gouttes de pluie.

«La fleur est faible; de grâce, arrosez-la souvent.....»

       *       *       *       *       *

Ici commence la libre interprétation populaire de l'ÉTUDE DES FLEURS A
YOSIWARA, par les albums.

Les images sont en couleur, mais le plus souvent elles sont précédées
d'un texte entremêlé de petits dessins imprimés en noir, et ces petits
dessins sont toujours supérieurs aux grands. Il y a là des copulations
dont les raccourcis sont dignes d'un Jules Romain, et à côté de cela
des imaginations spirituelles d'une fantaisie charmante. C'est ainsi
qu'un de ces croquis montre le rêve d'une femme, dont le sommeil
agité a rejeté loin d'elle ses couvertures, et qui voit une farandole
de phallus, habillés à la japonaise, dansant et agitant de grands
éventails. Cette danse de phallus s'éventant est, certes, une des
compositions les plus excentriques sorties de la cervelle et du crayon
d'un artiste en une heure de caprice libertin. Ce petit album, que n'a
pas signé l'artiste, s'appelle _U memigouça_ ou RÊVE AMOUREUX.

Le nombre, l'abondance, la prodigalité de l'image, au Japon, dépasse
tout ce qu'on peut imaginer. Ce n'est pas une feuille, c'est presque
toujours trois feuilles qui donnent la représentation d'une scène
quelconque. Il existe un passage de gué par une femme de daimio,
escortée dans l'eau de ses neuf dames d'honneur portées sur de petits
planchers, qui se développent sur six feuilles. Le voyage d'un bateau
de plaisance sur une rivière en compte douze. Un catalogue de la
chalcographie japonaise, je ne sais pas ce qu'il contiendrait de
volumes, tant les enfants et les femmes des maisons de thé font une
consommation effrayante de ces livres illustrés qui ne coûtent rien,
et en ce pays, où la passion de l'image est telle, qu'au dire de M.
Humbert, une bouteille d'absinthe ou de chartreuse décorée d'une belle
étiquette, se vend le double.

Le curieux n'est-il pas que nous en sachions si peu sur ces
impressions[57]? Il y a quelques années, tout ce qu'on savait d'elles,
c'est qu'elles étaient imprimées avec des bois, à peu près comme le
sont nos grossières indiennes, mais sans posséder aucun détail de la
fabrication. Aujourd'hui, des conversations de Félix Régamey, des
observations de Bracquemond, il résulte que l'impression se fait de
la manière la plus primitive, et,--on ne s'en douterait guère,--sans
l'aide d'une presse. L'imprimeur a un disque de bois, une feuille de
bambou au dessous rugueux et côtelé; il replie sa feuille sur son
rond de bois, la noue en haut avec un de ces inimitables nœuds qu'on
trouve sur certaines boîtes de laque et qui lui sert de poignée. Cela
fait, il prend une planche de bois entaillée des deux côtés, et dont
le repérage est fait au moyen de quatre petites encoches; il encre le
recto d'une couleur, place sa feuille dessus, et frotte sur les aplats,
de la couleur à l'eau avec son rond de bois enveloppé de la feuille de
bambou, absolument comme d'un _froton_. Alors il nettoie son verso,
encre le recto,--une planche fournissant deux impressions,--puis il
passe à la seconde planche, et à une autre. C'est au fond absolument
le procédé avec lequel, au moyen d'un brunissoir, nos graveurs sur
bois tirent l'épreuve d'un _fumé_. Mais l'admirable, c'est le nombre
d'impressions que par un procédé si élémentaire, subit le papier. J'ai
compté dans une planche et qui n'est pas des plus compliquées: 3 verts,
2 gris, 1 noir, 2 roses, 1 brun rouge, 1 jaune, 3 bleus, en tout 12
tons, et cela sans les planches pour l'or, pour les divers métaux,
pour le gaufrage. Et ces impressions si chères à obtenir en Europe,
en chromo-lithographie, reviennent à quelques _itchibou_, par la
simplicité de l'installation et de l'outillage, et par l'association au
travail de l'imprimeur du travail de la femme, des enfants, de toute la
maisonnée.

    [57] Les premiers spécimens au moyen de planches, connus au
    Japon, sont des livres de prières commandés par l'impératrice
    Shokotu-Tenna, 48e souverain (765-769) pour les placer dans
    le million de pagodes à miniatures et à trois étages, qu'elle
    avait fait construire.

Elles ont, ces impressions obtenues si facilement, une fleur de
couleur, une égalité de teintes, une perfection de dégradations qui
témoignent d'une habileté de main désespérante pour nos ouvriers. Et
le goût de ces albums, et toutes les jolies additions et inventions
autour de la composition principale, et toute la menue ornementation
du papier. Des papiers jouent le basin, et le plumage des oiseaux y
est rendu par un gaufrage dans le sens des plumes, un gaufrage qui
n'a rien de l'ignoble gaufrage européen. Il y a des papiers, où les
personnages se détachent sur des fonds striés en creux au milieu
d'une pluie de petites macules jaunes et violettes,--une idée bien
certainement empruntée par les Japonais à la contemplation de leurs
grandes clématites blanches. Dans quelques-uns de ces albums, en haut
de la page, un kakemono, à moitié déroulé, laisse voir un motif orné,
un rien décoratif: un insecte posé sur un livre, une brindille fleurie
qui pourrait faire un signet, et presque toujours la dernière page
donne à voir l'essuyement riant des pinceaux de l'aquarelliste, qui
est comme l'exposition, pour le regardeur, de sa tendre palette. Et
ces impressions, dont nous n'avons en général que des épreuves très
ordinaires, il faut les avoir comme il en est venu quelques-unes, il y
a une dizaine d'années, à la Porte Chinoise, des épreuves d'artistes,
où la fraîcheur du coloris sur le fort, l'épais, le blanc papier, est
comme fondue dans une moelle de sureau, une bulbe de camelia.

Encore je n'ai parlé ici que des albums des trente dernières années,
mais si l'on remonte à des albums plus anciens, à des albums du
siècle dernier, nous nous trouvons en présence de gravures coloriées,
qui mériteraient une place dans les cabinets d'estampes de nos
collections publiques. Là, ce qu'on peut reprocher à l'imagerie moderne
japonaise, le voyant un peu brutal, n'existe absolument pas. C'est,
dans le coloriage, un assoupissement du ton, un passé de la nuance,
une harmonie délicieusement discrète. On dirait vraiment que l'art
japonais de ce temps a pris ces couleurs aux émaux des porcelaines
de la famille verte et qu'il a cherché la gamme de ses compositions
dans l'accord d'un jaune œillet d'Inde, d'un vert éteint, d'un violet
de manganèse,--des compositions presque toujours détachées d'un fond
doucement rosé.

Dans ces impressions la femme développe une élégance qu'elle n'aura
bientôt plus; son dessin profile les longueurs et les élancements
des grandes époques du dessin occidental. Et même, une remarque qui
n'est pas sans valeur, le type féminin y est presque différent, et
comme fabriqué d'une pâte plus raffinée, plus aristocratique. La femme
japonaise, les anciens albums la représentent le front remarquablement
bombé, les sourcils semblables à un trait de pinceau, l'ouverture de
l'œil tout étroite et extrêmement fendue avec une prunelle coulée
dans un coin sous la mince paupière, un petit nez courbe d'une très
grande finesse, une bouche toujours entr'ouverte dans le dessin du
peintre, comme une bouche d'enfant, et l'ovale long, long, long, mais
parfaitement régulier. On la voit ainsi sous des cheveux très noirs et
bouffants, d'où s'échappe une petite mèche tortillarde serpentant le
long de sa tempe, avec un visage pâle où l'entour seul des yeux est
fardé, et une physionomie ingénument étonnée. A des yeux européens,
cette femme doit paraître peu régulièrement belle, et cependant en
elle est un _beau_, fait d'une construction mignonne de traits aux
fines arêtes, et en quelque sorte, de la délicatesse aiguë d'une longue
statuette de porcelaine. Et je retrouve comme vulgarisé dans ce type
de la femme des anciens albums, le type de la femme de Kioto, dont
la beauté est proverbiale au Japon, et telle que nous la peint M.
Bousquet, avec son nez aquilin, ses yeux bien fendus, son ovale maigre.

Quelquefois on rencontre des impressions exceptionnelles, ne venant
pas d'ordinaire assemblées en albums, mais dont on trouve par hasard
une ou deux collées au verso d'une couverture[58]. Ces impressions, en
général d'un format restreint, sont tirées sur un papier de choix, qui
est l'idéal du papier par son glacé soyeux et sa blancheur crémeuse.
Sur ce papier, où les légendes et les inscriptions prennent une netteté
à prendre en pitié tous les imprimés de l'Occident, et où les rubriques
sont du plus adorable carmin, les linéaments des figures, tracés d'une
manière presque imperceptible, les donnent à voir dans une espèce
d'effacement vaporeux, au milieu d'accessoires accusés, pour ainsi dire
seulement, par l'ombre du creux de l'impression, et apparaissant comme
des objets de pure lumière, où court ici un mince filet d'azur, où
boutonne là le rose d'une fleur non encore ouverte.

    [58] M. Sato disait à Burty que ces impressions étaient pour la
    plupart des feuilles détachées de _Livres d'amis_. Une société,
    dans ses réunions, tout en prenant le thé, s'amusait à composer
    des vers, à laver des dessins, et, au bout de l'année, vers et
    dessins étaient donnés à un graveur en couleur, qui en tirait
    un nombre d'exemplaires limité aux membres de la société.

Dans ces impressions, un gaufrage précieux soulève le relief des
choses, des fleurs d'une robe, des sculptures d'une boîte de laque
rouge, et l'or, l'argent et même les autres métaux introduits avec
une économie exquise sur les saillies et les petits renflements du
papier, vous amusent du trompe-l'œil presque matériel des ferrurres
d'argent d'un cabinet, du bronze vert d'un _chibatchi_, du disque de
fer poli d'un miroir. Un grand nombre de ces impressions ne sont que
de surprenantes figurations d'objets de la vie intime et familière.
Une feuille représente un sabre appuyé contre un coffret à armure,
une autre une tasse de fer damasquinée en or avec trois pétales de
fleurs, une autre tout simplement un bonnet de papier noir laqué de
fonctionnaire. Cela est tout, et cette représentation d'art de si peu
de chose suffit à l'artiste, comme suffisait à Chardin la peinture d'un
verre d'eau à côté de deux prunes!



CABINET DE TRAVAIL


Au plafond, c'est un enroulement colère de lions de Corée, au milieu
d'un champ de pivoines. Se détachant du fond de velours noir, parmi
d'énormes fleurs de toutes couleurs, les deux monstres trapus, les
yeux injectés de sang, et semblables à une animalité fabriquée dans
une rocaille barbare, se contournent dans un ramassement puissant, et
foulent la flore éclatante,--tout tissus et hérissés d'ors de tons
divers. Ainsi clouée en l'air, elle apparaît comme le noir ciel d'un
pays fantastique, cette robe de théâtre du tragédien japonais, dont MM.
Sichel ont rapporté en France la terrible et farouche garde-robe[59].

    [59] Les garde-robes théâtrales au Japon sont immenses et très
    coûteuses. M. Réal s'est trouvé sur les lieux, quand on a vendu
    le matériel du prince de Tosa, acheté par le théâtre d'Osaka.
    Il y avait 6,000 robes et pantalons de théâtre qui furent
    vendus 4,200 piastres, 210,000 francs: ce qui mettait à 7
    piastres des robes qui avaient coûté 100 et 150 piastres pièce.

Le cabinet n'est que livres. Sur les quatre murs, de haut en bas sont
rangés des volumes, des volumes à la portée de la main, et qu'un doigt
peut atteindre.

Tous ces livres sont des livres du XVIIIe siècle, et je demande au
libraire chargé de ma vente, après ma mort, de donner à cette réunion,
ce titre, sur son catalogue:


BIBLIOTHÈQUE DU XVIIIe SIÈCLE.

_Livres, Manuscrits, Autographes, Affiches, Placards._

Ce titre seul peut donner l'idée de mon goût des livres. Il a fallu
toujours qu'il s'y mêlât un peu de l'inédit épars dans le manuscrit et
l'autographe. Et même dans l'imprimé, le morceau de papier qui n'était
pas un livre, et dont je fabriquais un livre, au moins une plaquette,
avait pour moi une attache supérieure à celle d'un bouquin vanté. Par
exemple, le petit bulletin déposé chez les suisses des hôtels[60]
pendant la maladie de Louis XV, dans le cartonnage que je lui ai fait
faire, m'est plus précieux, m'est plus intime, m'est plus inspirateur,
que quelque livre que ce soit du temps. Il en est ainsi pour l'immense
lettre d'invitation de Grimod de la Reynière pour le souper _du
cochon_, avec son grand _V_ sur larmes d'argent. Et il en est encore
ainsi, pour la collection unique des placards, que le révolutionnaire
Vincent faisait de la maison d'arrêt du Luxembourg afficher dans Paris,
au mois de frimaire de l'an deuxième de la République française une et
indivisible.

    [60] Voici le bulletin du 7 mai: _Quoique l'état du Roi n'ait
    empiré en rien, Sa Majesté, de son propre mouvement, a demandé
    à recevoir ses sacrements, et les a reçus à sept heures._

        BULLETIN DE LA MALADIE DU ROI.

    Le redoublement de la nuit a été moins fort et moins long que
    celui de la nuit précédente. Il y a eu quelques intervalles de
    bon sommeil. La suppuration étend le progrès sur tout le corps,
    tandis que les pustules du visage commencent à se dessécher.
    Les urines sont bonnes. Les vésicatoires vont bien.

        _Signé_: Le Mounier, Lassone, Lorry, Bordeo,
        de Lassaigne, la Martinière, Andouillé,
        Boiscaillaud, Lamarque, Colon.

Dans ces livres couvrant les murs, la théologie est absente. La
jurisprudence manque également, sauf quelques procès curieux pour
l'histoire des mœurs, répartis dans les autres divisions, et un
exemplaire du TRIBUNAL RÉVOLUTIONNAIRE, dont il ne manque que cinq
ou six numéros. La philosophie n'est guère représentée que par un
Helvetius, qui court après une PHILOSOPHIE DE M. NICOLAS, philosophie
qui court, elle, après les CONFESSIONS DE Mme (de Fourqueux). La
science, avec toutes ses subdivisions, n'a sur mes planches qu'un seul
et unique volume, le TRAITÉ DE GÉOMÉTRIE de Sébastien Leclerc 1764,
et encore doit-il sa place, là, aux amours qui montent dans les A B C
des triangles, aux rustiques paysages de Chedel, aux petites scènes
galantes de Cochin, égayant le bas des théorèmes, vrai livre de science
à la Fontenelle, et dont tous les bibliophiles voudront, quand ils
s'apercevront que c'est un des volumes les plus joliment illustrés du
XVIIIe siècle. Et la bibliothèque ne commence qu'avec l'art.

Ne voulant pas être interminable, je ne parlerai ni des ouvrages
esthétiques et historiques de l'art français, ni de la collection
des expositions et critiques de salons, etc., etc.; je me contenterai
de donner un extrait d'un manuscrit inédit contenant le journal des
séances de l'Académie de peinture et de sculpture pendant l'année 1748;
une petite biographie des artistes, faite avec les plaquettes rares,
les manuscrits, les lettres autographes qui se trouvent réunis, côte à
côte, sur les planches de ma bibliothèque; enfin un travail raisonné
sur les catalogues et les livres relatifs à la curiosité.


  JOURNAL ABRÉGÉ DES SÉANCES DE L'ACADÉMIE POUR L'ANNÉE MDCCXLVIII[61].

    [61] Extrait du manuscrit intitulé: _Conférences et détails
    d'administration de l'Académie Roïale de Peinture et de
    Sculpture, rédigé et mis en ordre par M. Hulst, année
    MDCCXLVIII_. Manuscrit dont tous les articles sont contresignés
    par Lépicié.


      _Du vendredi 5 janvier._

  Conférence ouverte par le secrétaire, qui y lit un _Essai de
  la vie de Jean Jouvenet_, de sa composition, et ensuite une
  _Dissertation sur le vrai de la peinture_ par feu M. de Piles.

  M. DE FAVANNE, adjoint à recteur, est nommé à son rang pour faire
  les fonctions de recteur, pendant le quartier courant, à la place
  de M. Coypel, qui a prié la compagnie de l'en dispenser, occupé
  comme il l'est d'ailleurs, pour d'autres affaires très pressantes
  qui l'intéressent.

  M. DE TROY, directeur de l'Académie de Rome. Lettre de politesse
  à la compagnie sur le renouvellement de l'année, dont est fait
  lecture.

  M. DANDRÉ-BARDON adjoint à professeur, _idem_ d'Aix-en-Provence.

  M. L'ABBÉ DE LOWENDAL, associé libre, _idem_ de son abbaye de la
  Cour-Dieu.


      _Du samedi 27 janvier._

  Rapport de la députation faite à M. DE TOURNEHEM en conséquence
  de la délibération du 30 décembre dernier.

  M. COYPEL lui a dit au nom de la compagnie: «_Monsieur,
  l'Académie vient vous rendre ses devoirs. Elle vous présente une
  copie de ce qu'elle a couché sur ses registres depuis un an.
  C'est, monsieur, une longue liste des bienfaits qu'elle a reçus
  de vous._»

  Réponse de M. DE TOURNEHEM très polie et très encourageante.

  Ensuite, la même députation s'étant rendue chez M. DE VANDIÈRES,
  M. COYPEL lui a dit: «_Monsieur, l'Académie vient vous rendre ses
  devoirs et vous assurer qu'elle ne négligera rien pour mériter la
  bienveillance que vous avés pour elle._»

  A quoi M. DE VANDIÈRES a répondu d'une façon très obligeante.

  Lettre écrite à l'Académie par les officiers composant le corps
  municipal de la ville de Reims, au sujet d'une _École académique_
  qu'ils désireroient établir en ladite ville.

  Réponse ordonnée être faite à cette lettre contenant.....

  M. RESTOUT, adjoint à professeur, nommé pour suppléer M. de
  Favanne, son collègue, hors d'état, par indisposition de
  satisfaire à l'arrêté de l'assemblée précédente.

  M. VANLOO, premier peintre du roi d'Espagne, écrit de Madrid une
  lettre de politesse sur le nouvel an.

  M. LA DATTE, adjoint à professeur, sculpteur du roi de Sardaigne,
  _idem_ de Turin.

  Annonce qu'en l'assemblée prochaine M. LE COMTE DE CAYLUS donnera
  la _Vie d'Antoine Watteau_.


  _Du samedi 3 février._

  Conférence où le secrétaire lit la _Vie d'Antoine Watteau_,
  composée par le comte de Caylus, à qui M. COYPEL adresse un
  discours en forme de réponse.

  Décès notifié de PIERRE D'ULLIN, ancien professeur, arrivé le 28
  janvier 1748, âgé de soixante-dix-huit ans.

  LE MAIRE, ancien huissier de l'Académie, étant décédé, PERRONET,
  huissier actuel, est mis en possession des gages attachés à cette
  place, conformément à la délibération du 27 juillet 1743.


      _Du samedi 24 février._

  M. COYPEL se fait excuser de se trouver à l'assemblée pour cause
  d'indisposition.

  M. JACQUES-CHARLES OUDRY, fils de M. Oudry, se présente sur
  plusieurs tableaux d'animaux, fruits et fleurs, et est agréé par
  le scrutin (tout blanc) et chargé d'aller prendre son sujet de
  réception de M. le Directeur. Et comme fils d'officier, il a pris
  séance.

  Seconde lettre des officiers de la ville de Reims..... plus
  diffuse et moins claire.

  M. MOYREAU, graveur et académicien, présente deux épreuves de
  la planche, par lui gravée d'après Wouvermans et intitulée: _la
  Fontaine de Neptune_; laquelle planche est approuvée et mise sous
  le privilège de l'Académie.


      _Du samedi 2 mars._

  La capitation de 1748 ordonné être répartie et les comptes de
  1747 réglés et arrêtés par MM. les Directeurs, Recteurs, Adjoints
  à Recteurs, Professeurs en exercice et par les autres officiers
  étant de tour, sçavoir:

    M. LE CLERC, ancien professeur;
    M. PARROCEL, professeur;
    M. NATTIER, adjoint à professeur;
    M. DU CHANGE, }
    M. TOQUÉ,     } conseillers;
    M. LÉPICIÉ, secrétaire.
    M. LOBEL, académicien;


      _Jour fixé au samedi 30 mars._

  Conférence remplie par la lecture de quelques notes de feu M.
  ANTOINE COYPEL, premier peintre du Roi.

  Décès modifié de M. ALLÉGRAIN, peintre, académicien, arrivé le 24
  février 1748, âge soixante-dix huit ans.


      _Du samedi 30 mars._

  Relate (_sic_) des délibérations du quartier expirant.

  La capitation pour 1748 répartie le matin de ce jour, mais
  l'arrêt de compte de 1747 renvoyé à une autre séance.

  Le repas, que les commissaires nommés étaient dans l'usage de
  faire à cette occasion, _supprimé_, comme contraire à la dignité
  du corps, aux usages des autres académies, et tombant dans ceux
  de la maîtrise.

  M. JACQUES GAY, natif de Marseille, graveur en pierres
  précieuses, agréé le 23 juin 1747, présente l'ouvrage à lui
  ordonné alors pour sa réception, ayant pour sujet: _Apollon
  couronnant le génie de la peinture et de la sculpture_, exécuté
  sur une cornaline montée en bague, est reçu, prête serment et
  prend séance.

  Ce fait, M. Coypel s'est adressé à la compagnie et a dit:

    «_Messieurs_,

    «_L'ouvrage précieux que M. Gay vient de présenter à la
    compagnie, paraît avoir été fait pour consacrer à la postérité la
    grâce que Sa Majesté vient d'accorder à son Académie de peinture
    en la prenant sous sa protection immédiate. C'est, messieurs,
    au chef des arts que nous sommes redevables d'une faveur si
    longtemps désirée. Ne serait-ce pas faire un digne usage de cette
    pierre gravée que de la lui présenter comme un monument de notre
    éternelle reconnaissance._»

  Cette proposition ayant été agréée unanimement, il a été
  décidé que M. le Directeur, avec les officiers en exercice, se
  transporterait vers M. DE TOURNEHEM pour l'effectuer au nom
  de l'Académie s'il vient à Paris; sinon, que M. Coypel et le
  secrétaire l'iront trouver aux mêmes fins à Versailles.

  M. PESNE, premier peintre du roi de Prusse et académicien,
  demande par lettre et obtient la faveur d'être mis au rang des
  anciens professeurs.

  En exécution de la délibération du 29 juillet 1747, les officiers
  sortant d'exercice, pour le quartier courant, déclarent avoir
  fait la visite des tableaux, figures et effets étant en
  l'Académie et d'avoir trouvé le tout en bonne conservation.

  Jugement pour les petits prix dudit quartier, fait par les mêmes
  officiers:

    Premier        le S. CORRÈGE P.
    Second         le S. GUIARD S.
    Troisième      le S. BAUDOUIN P.


      _Du samedi 6 avril._

  Conférence où M. HULST, associé libre, lit un mémoire pour
  pressentir le goût de l'Académie sur la place qu'il conviendra
  le mieux à donner au travail sur ce qui la concerne, ou celui du
  _Journal_, ou celui des _Annales_, ou celui des _Grandes Époques_
  déterminées par les protectorats.

  M. COYPEL a répondu à ce mémoire par un compliment et la
  compagnie s'est décidée pour la forme des _Annales_.

  Choix fait de huit élèves sur l'examen de leurs esquisses pour le
  concours au grand prix, sçavoir:

    Les S. JOULLAIN,        }
           DOYEN,           }
           LA TRAVERSE,     } Peintres.
           METTAY,          }
           HUTIN,           }

           DU MONT,         }
           CAFFIERI,        } Sculpteurs.
           PERASCHE,        }

  Décès notifié de M. CHRISTOPHE, recteur, arrivé le 29 mars 1748,
  âge quatre-vingt six ans.

  Et comme son exercice tombe sur le présent quartier, ordonné
  que M. DE FAVANNE, adjoint à recteur, le suppléera, et que les
  remplacements à faire, en conséquence de ce décès, n'auront lieu
  qu'après l'expiration dudit quartier.


      _Du samedi 27 avril._

  Lecture faite par le secrétaire de la _Vie de Pierre-Charles
  Trémolière_, adjoint à professeur, composée par le comte de
  Caylus.

  M. COYPEL répond par un petit discours, où, par occasion, il
  propose la suppression des _visites de sollicitation_ qui se font
  lorsqu'il s'agit de remplir les charges vacantes.

  Décidé que les visites de sollicitation demeureront supprimées.


      _Du samedi 4 mai._

  Assemblée générale et extraordinaire à l'occasion d'une lettre
  de M. DE TOURNEHEM en date du 6 courant, portant indiction d'une
  _Exposition publique_ des ouvrages des académiciens au 25 août
  prochain, et établissement d'un comité pour examiner les ouvrages
  qu'on présentera à cette exposition et renvoyer ceux qui ne leur
  paraîtront pas dignes d'être mis sous les yeux du public.

  Résolu par l'Académie de se conformer par devoir, par justice et
  par reconnaissance, à ce qui est prescrit par cette lettre.

  Convenu que la dernière assemblée de ce mois, qui devait se
  tenir le samedi 25, sera remise au vendredi 31, d'autant que
  la première assemblée de juin ne pourra être tenue le premier
  samedi, à cause que ce sera la veille de la Pentecôte.

  Reddition du compte du Sr REYDELET, concierge et receveur de
  l'Académie:

      Recette          7,009  8
      Dépense          6,975 15
                       --------
           Reliquat       33 13

  L'arrêté de compte, fait le matin de ce jour par les commissaires
  nommés le 2 mars dernier, confirmé et validé par l'Académie.

  _Règlement_ arrêté en cette séance pour cette gestion:

      ART. 1er.

  Le sieur REYDELET ne pourra faire aucune dépense sans un ordre
  par écrit de M. le Directeur et de messieurs les officiers en
  exercice: lesquels ordres il représentera lors de la reddition de
  ses comptes.

      ART. 2.

  Tous les mois, il fera voir, à la dernière assemblée, l'état de
  la dépense faite durant le mois: lequel état sera vérifié et
  approuvé par l'Académie.

      ART. 3.

  Il aura soin de retirer des quittances de tous les marchands et
  ouvriers auxquels il fera des payements pendant le courant de
  l'année: et, à faute d'y satisfaire, lesdites dépenses ne lui
  seront pas allouées dans son compte.

  M. DISLE, contrôleur général des bâtiments du Roi au département
  de Paris, est proposé par M. Coypel de la part de M. le Directeur
  général comme un sujet qui devoit être agréable à la compagnie
  pour remplir la huitième place d'_associé libre_, qui est
  demeurée en réserve, depuis l'institution de cette classe.

  Cette proposition reçue avec plaisir, M. Disle admis par
  acclamation, et M. DUMONT LE ROMAIN, professeur en exercice,
  député avec M. NATOIRE pour aller lui notifier son élection.

  M. NOEL HALLÉ, né à Paris, peintre d'histoire, fils de feu M.
  Claude Hallé, ancien directeur et recteur de l'Académie, et qui
  avoit été agréé le 25 juin 1746, présente le tableau qui lui
  avoit été ordonné pour sa réception représentant _la Dispute de
  Neptune et de Minerve_, est reçu en la manière accoutumée, prête
  serment, etc.

  M. JACQUES-CHARLES OUDRY, peintre de talent pour les animaux,
  fruits et fleurs, agréé le 24 février dernier, présente deux
  esquisses pour son morceau de réception; l'une desquelles
  est approuvée par le scrutin, et lui est donné six mois pour
  l'exécuter en grand.

  M. LOUIS VASSÉ, né à Paris, sculpteur, fils de feu M. Antoine
  Vassé, aussi sculpteur et agréé de l'Académie, se présente
  sur plusieurs modèles de sa façon, et entre autres celui d'un
  berger dormant appuyé sur son bâton, est _agréé_, et obtient la
  permission d'exécuter ce dernier modèle en marbre; terme d'un an
  pour satisfaire à ce devoir.

  Le sieur PRESLER, graveur, résidant à Copenhague, écrit de là, à
  l'Académie, en date du 23 avril dernier, une lettre par laquelle
  il lui présente, comme son élève, le portrait qu'il a gravé
  en pied du feu roi de Danemarck et le supplie de vouloir bien
  l'honorer de son sentiment.

  La compagnie, après avoir examiné ledit portrait, l'a trouvé très
  bien gravé et d'un très bon ouvrage et le burin conduit avec
  force et délicatesse: elle a chargé le secrétaire de lui mander
  ce jugement de sa part.

  M. COYPEL, directeur, retire le tableau de réception de feu Noël
  Coypel, son aïeul et aussi directeur de l'Académie, dont le sujet
  étoit le moment où _Dieu apparoît à Caïn_, après qu'il eut commis
  son fratricide, et en substitue un autre sur le même sujet, de la
  même main et infiniment supérieur au premier: ce que la compagnie
  reçoit avec reconnaissance.

  Réglé que, les jours de conférence, on fera entrer les élèves
  dans la salle d'assemblée, pour entendre la lecture des discours
  et dissertations qui en sont l'objet, et que les auteurs de ces
  ouvrages auront la liberté d'y pouvoir amener jusqu'au nombre de
  six personnes.


      _Du samedi 8 juin._

  Assemblée par convocation générale.

  M. DISLE, élu associé libre, le 31 du mois dernier, prend séance
  en cette qualité et fait un remerciement.

  M. DE SILVESTRE, premier peintre du roi de Pologne et ancien
  professeur de l'Académie, est venu en l'assemblée de ce jour,
  et a témoigné à la compagnie le plaisir qu'il éprouvait de se
  retrouver au milieu d'elle, après une absence de tant d'années
  (32). L'Académie, pour lui prouver comme elle était pénétrée du
  même sentiment, l'a par acclamation fait passer au rang d'_ancien
  recteur_ où il a pris place sur l'heure.

  Lecture a été faite ensuite par le secrétaire d'une lettre de M.
  DE TOURNEHEM, adressée à la compagnie et écrite de Versailles
  le 4 juin 1748, par laquelle il lui fait part de la fondation
  faite par le Roi de six places d'_élèves protégés_, pour être
  logés, nourris et entretenus de tout, et formés dans les arts
  sous une éducation commune. Députation ordonnée pour remercier M.
  de Tournehem de ses attentions si généreuses et si utiles pour
  l'avancement des arts, et pour cette députation l'Académie nomme
  M. COYPEL et les officiers en exercice.

  Les élèves sont mandés, réunis en l'assemblée. Le secrétaire fait
  une seconde lecture de ladite lettre. Ensuite M. Coypel fait un
  discours à cette occasion qu'il adresse directement à eux.

  M. WATELET, associé libre, a lu après cela la première partie
  d'une dissertation intitulée: _De la Poésie dans l'Art de la
  peinture_, précédée d'un avant-propos.

  M. Coypel y a répondu par un discours, que la compagnie a ordonné
  être transcrit à la suite de cette séance.

  Convenu que le dernier samedi du mois tombant sur la fête de
  Saint-Pierre et Saint-Paul, l'assemblée sera avancée d'un jour.


      _Du samedi 22 juin._

  Assemblée publique et extraordinaire, convoquée pour célébrer
  l'ANNÉE SÉCULAIRE DE L'ÉTABLISSEMENT DE L'ACADÉMIE.

  M. le Directeur général s'y rend sur les six heures du soir.

  M. le Directeur et les officiers en exercice vont au-devant
  de lui pour le recevoir jusque dans le grand salon. Ils le
  conduisent par le corridor en la salle d'assemblée, et à la place
  d'honneur.

  M. COYPEL se place à sa droite. Les autres officiers ainsi que
  les honoraires, siégeant chacun à leur rang, forment le cercle
  ordinaire de la séance.

  Au dehors de ce cercle, plusieurs personnes de considération,
  membres des autres académies, gens de lettres, ont occupé
  cette portion de la salle sur des sièges ordinaires avec les
  Académiciens. Les médaillistes qui devoient avoir part à la
  distribution des prix, derrière lesdits Académiciens et externes,
  debout.

  La séance prise, M. Coypel prononce un discours convenable au
  sujet de cette fête.

  Il lit ensuite une ode de M. DESPORTES, sur la PROTECTION
  IMMÉDIATE ACCORDÉE PAR LE ROI À SON ACADÉMIE.

  Après quoi, M. le Directeur général a fait, au nom du Roi, la
  DISTRIBUTION DES PRIX, qui, par des circonstances particulières
  n'avoit point eu lieu depuis le 13 novembre 1744, et a été faite
  au nombre de XLII prix, tant grands que petits.

      GRANDS PRIX POUR L'ANNÉE 1745[62].

    [62] Il n'est question que des grands prix de 1745, parce que
    les concours de 1746 et 1747 furent jugés si faibles par les
    académiciens qu'il n'y eut point de prix du tout.

      _Peinture._

    Second prix                le sieur LESUEUR.

      _Sculpture._

    Premier prix               le sieur LARCHEVÊQUE.
    Second  ----                  ----  GILLET.

      PETITS PRIX.

      1743.

      _Quartier d'octobre._

    Premier   prix             le sieur DUGUET S.
    Second    ----               ----   REEN G.
    Troisième ----               ----   COUSTOU P.

      1744.

      _Quartier de janvier._

    Premier   prix             le sieur BRIARD P.
    Second    ----               ----   SEEST S.
    Troisième ----               ----   GLAIN P.

      _Quartier d'avril._

    Premier   prix             le sieur L'ÉPINE S.
    Second    ----               ----   DUVIVIER LE Je G.
    Troisième ----               ----   CORRÈGE P.

      _Quartier de juillet._

    Premier   prix             le sieur CLÉMENT P.
    Second    ----               ----   DOYEN P.
    Troisième ----               ----   LES LOYS P.

      _Quartier d'octobre._

    Premier   prix             le sieur SEEST S.
    Second    ----               ----   CORRÈGE P.
    Troisième ----               ----   AUBERT P.

      1745.

      _Quartier de janvier._

    Premier   prix             le sieur GLAIN P.
    Second    ----               ----   DUMONT S.
    Troisième ----               ----   DROUAIS P.

      _Quartier d'avril._

    Premier   prix             le sieur DOYEN P.
    Second    ----               ----   FONTAINE S.
    Troisième ----               ----   PERRONNET P.

      _Quartier de juillet._

    Premier   prix             le sieur BEAUVAIS P.
    Second    ----               ----   LECHEVALIER P.
    Troisième ----               ----   FOURNIER S.

      _Quartier d'octobre._

    Premier   prix             le sieur LECHEVALIER P.
    Second    ----               ----   LA TRAVERSE P.
    Troisième ----               ----   DESHAYES P.

      1746.

      _Quartier de janvier._

    Premier   prix             le sieur MELLING P.
    Second    ----               ----   EISEN P.
    Troisième ----               ----   DU PRÉ P.

      _Quartier d'avril._

    Premier   prix             le sieur DUVIVIER le Je G.
    Second    ----               ----   DROUAIS P.
    Troisième ----               ----   MICHEL S.

      _Quartier de juillet._

    Premier   prix             le sieur SUZANNE S.
    Second    ----               ----   PAJOU S.
    Troisième ----               ----   JEAURAT P.

      _Quartier d'octobre._

    Premier   prix             le sieur DESHAYS P.
    Second    ----               ----   WILTON S.
    Troisième ----               ----   METTAY P.

  Cela fait, la séance a été levée, et M. le Directeur général a
  été reconduit avec le même cérémonial qu'on a suivi à son arrivée.


      _Du vendredi 28 juin._

  Assemblée par convocation générale.

  Le directorat de M. COYPEL proposé, à sa réquisition, à la
  mutation autorisée par l'article IX des statuts de 1663. Décidé
  unanimement et par acclamation que M. COYPEL y sera continué.

  Le sieur REYDELET fait vérifier et approuver l'état de dépense du
  mois prêt à expirer.

  Les officiers dudit quartier déclarent avoir fait leur visite et
  avoir trouvé les tableaux, figures et autres effets de l'Académie
  en bon état.

  Jugement fait par eux, des petits prix dudit quartier:

    Premier   prix             le sieur LAGRÉNÉE P.
    Second    ----               ----   JOULLAIN P.
    Troisième ----               ----   AUVRAY S.


      _Du samedi 6 juillet._

  Assemblée par convocation générale pour les élections indiquées,
  auxquelles il est procédé par le scrutin.

  M. DE FAVANNE a été élu recteur à la place de M. Christophe
  (décédé).

  M. DUMONT LE ROMAIN, adjoint à recteur, à la place de M. de
  Favanne;

  M. PIERRE, professeur, à la place de M. Dumont;

  M. HALLÉ, adjoint à professeur, à la place de M. Pierre.

  Ensuite M. LE COMTE DE CAYLUS a lu la _Vie de feu François
  Lemoine_, premier peintre du Roi.

  Et M. COYPEL a prononcé un discours en forme de réponse à cette
  _Vie_.


      _Du samedi 27 juillet._

  Lecture de quelques-unes des conférences de feu M. ANTOINE
  COYPEL, premier peintre du Roi. M. DE PESNE, premier peintre du
  roi de Prusse, remercie l'Académie, par lettre, de la faveur
  qu'elle lui a faite de lui accorder le titre et le rang d'ANCIEN
  PROFESSEUR.

      _Du samedi 3 août._

  Conférence en laquelle M. DESPORTES, académicien, lit la _Vie de
  François Desportes_, son père.

  M. Coypel répond à cette _Vie_ par un discours qui y peut servir
  de supplément.

  Nomination, par la voie du scrutin, des officiers qui, avec M.
  le directeur, les anciens recteurs, les recteurs actuels et les
  adjoints à recteurs, doivent former le comité, requis par la
  lettre de M. de Tournehem, du 6 mai dernier, pour examiner et
  juger les tableaux de la prochaine exposition.

    M. LECLERC,      ancien professeur.

    M. VANLOO,     }
    M. BOUCHER,    }
    M. NATOIRE,    }
    M. VERMONT,    } professeurs.
    M. OUDRY,      }
    M. BOUCHARDON, }

    M. PIGALLE,    }
    M. NATTIER,    } adjoints à professeurs.
    M. SLODTZ,     }

    M. MASSÉ,      }  conseillers.
    M. CHARDIN,    }

  Arrête aussi que l'Académie s'assemblera le vendredi 22 du
  courant, pour voir le Tableau et les bas-reliefs faits par les
  élèves pour les Grands Prix, et qui sont destinés à être exposés,
  suivant l'usage, à la fête de saint Louis.


      _Du dimanche 18 août._

  Le comité s'étant assemblé en la galerie d'Apollon, où tous
  les tableaux d'exposition avoient été apportés, M. Coypel
  fait l'ouverture de cette espèce de tribunal par un discours
  convenable au sujet, et à la fin duquel il propose de faire
  un nouveau règlement, pour mieux assurer le bon choix de ceux
  qui, à l'avenir, aspireront au rang d'Académiciens, et dont il
  communique même le projet.

  Ce projet, goûté unanimement par le comité, est remis à la
  décision de l'assemblée du dernier samedi du mois.

  Après quoi on procède à l'examen ordonné.


      _Du vendredi 23 août._

  Assemblée extraordinaire pour voir les tableaux et les
  bas-reliefs faits par les élèves de l'Académie, admis à concourir
  pour les Grands Prix.

  Résolu, après avoir vu lesdits ouvrages, qu'ils seront exposés,
  pour le public, le jour de la Saint-Louis et jugés par l'Académie
  en corps, le 31 du mois courant, et que les suffrages ne seront
  donnés que ledit jour, conformément aux délibérations du 20 août
  1740 et 19 août 1741, ce qui sera porté sur les billets.

  M. VANLOO (Louis-Michel), premier peintre de Sa Majesté
  Catholique, fait part à l'Académie, par une lettre écrite de
  Madrid, de l'honneur que lui a fait le Roi de lui envoyer le
  cordon de Saint-Michel.

  M. SUE, adjoint à professeur pour l'anatomie, fait présent à
  l'Académie d'un traité qu'il a nouvellement mis au jour, ayant
  pour titre: _Abrégé de l'anatomie du corps de l'homme_.

  La compagnie lui a témoigné sa reconnaissance de ce présent.


      _Du samedi 31 août._

  Assemblée par convocation générale pour juger les GRANDS PRIX.

  Lettre de M. COYPEL adressée à la compagnie, pour s'excuser
  envers elle de ce que, appelé à Versailles par un devoir
  indispensable, il ne peut se trouver à cette assemblée, et pour
  la prier de vouloir bien se faire lire le projet de règlement au
  sujet des aspirants qu'il joint à cette lettre.

  Jugement pour les Grands Prix de 1748, par la voie ordinaire des
  boîtes.

      _Peinture._

    Premier prix               le sieur METTAY.
    Second  ----                 ----   DOYEN.

      _Sculpture._

    Premier prix               le sieur CAFFIERI.
    Second  ----                 ----   DUMONT.

  Nouveau concours décidé ensuite, conformément à l'avis de M.
  Coypel.

  Le règlement au sujet des aspirants ayant été ensuite mis en
  délibération, l'assemblée a adopté unanimement le projet présenté
  par M. le directeur sans y faire aucun changement.

  M. MOYREAU, graveur et académicien, présente deux épreuves d'une
  planche, par lui gravée d'après Wouwermans, ayant pour titre: la
  _Grotte du maréchal_, laquelle planche a été approuvée et mise
  sous le privilège de l'Académie.


      _Du samedi 7 septembre._

  Conférence où M. LE COMTE DE CAYLUS lit une dissertation par lui
  composée, sous le titre de l'_Amateur_, à laquelle M. COYPEL
  répond par un discours.

  Choix de six, entre dix-sept élèves, pour le nouveau concours sur
  l'examen de leurs esquisses.

  Les sieurs:

    LA RUE,      }
    HUTIN,       }
    LA TRAVERSE, } Peintres.
    BRIARD,      }

    PÉRASCHE,    } Sculpteurs.
    PAJOU,       }

  Jugement des petits prix du quartier expirant:

    Premier   prix             le sieur DROUAIS P.
    Second    ----               ----   THOMIRE S.
    Troisième ----               ----   LARCHER P.

  M. DUCHANGE, graveur et conseiller, âgé de quatre-vingt-sept
  ans, présente deux épreuves d'une planche par lui gravée d'après
  M. Coypel (Charles-Antoine), dont le sujet est l'_Enfant Jésus
  au berceau_: laquelle planche est mise sous le privilège de
  l'Académie.

  M. HALLÉ, adjoint à professeur, nommé pour suppléer M. PARROCEL,
  le mois d'octobre prochain, dans le service de professeur, où ce
  dernier a remontré ne pouvoir vaquer, à cause des ouvrages qu'il
  a à faire pour le Roi.


      _Du samedi 5 octobre._

  Conférence que le secrétaire ouvre par la lecture de deux lettres
  en forme de mémoires pour servir à composer la _Vie de M. Robert
  le Lorrain_, sculpteur, recteur de l'Académie; l'une de ces
  lettres, de M. l'abbé Le Lorrain, son fils, docteur de Sorbonne,
  accompagnée d'un _État des ouvrages_ faits par feu M. Le Lorrain
  à Saverne et au palais épiscopal de Strasbourg, l'autre lettre,
  de M. LEMOINE le fils, professeur, jadis élève du même maître.

  M. le directeur a complimenté en particulier M. Lemoine, et a
  ajouté «qu'il seroit à souhaiter que son exemple fût imité de
  tous ceux qui sont en état de donner de pareilles anecdotes.


      _Du samedi 26 octobre._

  M. LÉPICIÉ a occupé la séance par la lecture du commencement de
  son _Catalogue raisonné des tableaux du Roi_, qu'il entreprend
  par ordre de Sa Majesté.

  La compagnie a été si contente de cet essai, qu'elle a fortement
  exhorté M. Lépicié de continuer cet ouvrage avec le même zèle et
  le même goût. Et de plus, dans la vue de donner à ce même ouvrage
  toute la perfection dont il est susceptible, elle est convenue
  que M. le directeur général sera prié de donner des ordres pour
  faire apporter à l'Académie ceux des tableaux du Roi qui seront
  jugés transportables, afin de la mettre en état de conférer
  dessus et former des avis certains et bien approfondis sur le
  talent et le goût spécifique de chacun des grands maîtres...

  M. PIGALLE, adjoint à professeur, nommé en son rang, pour
  suppléer, le mois prochain, le service de professeur pour M.
  Coustou, absent.

  Convenu que, le premier samedi du mois prochain se rencontrant
  avec la fête des Trépassés, l'assemblée seroit remise à huitaine.


      _Du samedi 9 novembre._

  Conférence ouverte par M. LECLERC, professeur pour la
  perspective, par la lecture d'une dissertation sur l'_Utilité de
  la perspective_ dans la peinture, et même dans la sculpture et
  dans la gravure.

  Convenu que la dernière assemblée de ce mois sera avancée d'un
  jour, parce que le dernier samedi se trouvera être un jour de
  fête (celle de saint André).


      _Du vendredi 29 novembre._

  Examen des tableaux et bas-reliefs.

  .....L'Académie a jugé à propos, pour établir l'égalité et avoir
  du choix, de ne destiner qu'un prix à la sculpture et d'appliquer
  les trois autres à la peinture.

  De plus, elle a réglé que pour encourager les concurrents qui
  auront le plus de suffrages après ceux qui auront remporté le
  prix, il leur sera accordé un accessit.

  M. LE COMTE DE CAYLUS a ensuite lu la _Vie d'Eustache Lesueur_
  beaucoup plus intéressante et plus instructive que celles qui ont
  été données précédemment.

  Et M. COYPEL y a répondu par un petit discours.

  Le service pour le repos des âmes de MM. les officiers et
  académiciens décédés dans l'année courante et les précédentes,
  indiqué pour le samedi 7 du mois de décembre prochain, pour être
  célébré en l'église de Saint-Germain-l'Auxerrois, et ordonné que
  tous les membres du corps académique y seront invités par billets.


      _Du samedi 7 décembre._

  Le service célébré en conséquence ledit jour, à dix heures du
  matin.

  Jugement pour les prix du second concours par la voie des boîtes,
  en la manière accoutumée.

      _Peinture._

    Premier prix               le sieur HUTIN.
    Second  ----                 ----   LA TRAVERSE.
    Autre second prix            ----   LA RUE.
    Accessit                     ----   BRIARD.

      _Sculpture._

    Premier prix               le sieur PAJOU.
    Accessit                     ----   PERASCHE.

  Comme le dernier samedi du mois se rencontre avec la fête des
  saints innocents, convenu que l'assemblée à la fin de l'année
  sera remise au mardi 31 courant.


      _Du mardi 31 décembre._

  Jugement pour les petits prix du quartier expirant:

    Premier   prix             le sieur JOLLAIN P.
    Second    ----               ----   GUIBAL P.
    Troisième ----               ----   DUPRÉ S.

  M. JACQUES-CHARLES OUDRY, peintre à talent, agréé le 24 février
  dernier, présente son tableau de réception représentant sur le
  devant une daine (_sic_) morte, groupée avec un panier de gibier
  et autres accessoires, et est reçu par le scrutin, et prête
  serment.

  M. COYPEL, après avoir exposé en peu de mots les avantages du
  _Nouvel Établissement de l'École royale_, fait la lecture du
  règlement arrêté par M. de Tournehem pour déterminer et diriger
  les exercices de cette école.

  Notifié à l'assemblée, par le secrétaire, que M. de Tournehem a
  décidé que les sieurs METTAY et CAFFIERI iront incessamment à
  Rome, en qualité de pensionnaires du Roi, que le sieur HUTIN s'y
  rendra de même au mois de septembre prochain, et qu'en attendant
  il entrera à l'École royale où seront reçus aussi les cinq autres
  élèves qui ont eu des prix dans les deux derniers concours,
  sçavoir: les sieurs Doyen, Dumont, Pajou, La Traverse et La Rue.

  M. NATTIER, adjoint à professeur, est nommé à son rang pour
  suppléer, le mois prochain, le service de professeur pour M.
  Bouchardon, qui a prié d'en être dispensé à cause de l'occupation
  que lui donne la figure équestre du Roi.

  La députation qu'il est d'usage de faire au renouvellement de
  l'année vers M. le directeur général et vers M. de Vandières, son
  survivancier, réglée par l'assemblée, pour être composée de M.
  COYPEL, directeur, et M. DE SILVESTRE, ancien recteur, et de MM.
  les officiers en exercice.

  Les visites des tableaux, figures et effet étant en l'Académie,
  établies par la délibération du 20 juillet 1747, ayant été
  faites par les officiers en exercice, ils déclarent avoir trouvé
  le tout en bonne conservation.

  M. LE MARQUIS DE CALVIÈRES, associé libre, ayant été promu au
  grade de lieutenant-général des armées du Roi, le secrétaire est
  chargé à ce sujet de lui écrire une lettre de félicitation au nom
  de la compagnie.

  M. MOYREAU, graveur et académicien, présente deux épreuves
  d'après une planche par lui gravée d'après Wouwermans, et qui a
  pour titre: _les Marchands forains_. Cette planche, approuvée
  et mise sous le privilège accordé à l'Académie par l'arrêt du
  conseil du 28 juin 1714.

      Fin du journal des séances.

      Vu:
      LÉPICIÉ.


Alors s'ouvre une série de biographies particulières[63] des peintres,
sculpteurs, dessinateurs, graveurs, architectes du XVIIIe siècle, bien
maigres biographies, hélas! formées en général d'un petit nombre de
feuillets détachés d'un recueil, et de rares notices de quelques pages,
que j'ai cherché à grossir ici, avec un morceau manuscrit émané d'un
artiste, là avec un petit paquet de lettres, plus loin avec les notes
d'un carnet de poche, plus loin encore avec une supplique racontant une
vie: autographes qui, ainsi mêlés aux plaquettes imprimées, font un
petit corps d'histoire artistique, où il se rencontre pas mal d'inédit.

    [63] Mon analyse ne porte pas sur les biographies de date
    récente, à moins toutefois que le petit nombre de leur tirage
    et leur publication en province n'en fasse des raretés.

J'ai dit biographies détachées de quelques recueils, et en effet, sans
l'ORDRE CHRONOLOGIQUE DES DEUILS DE COUR, petit in-12, publié en 1766,
et dont la suite a paru sous le titre du NÉCROLOGE DES HOMMES CÉLÈBRES
DE LA FRANCE, nous n'aurions pour ainsi dire pas de biographies
d'Aubry, de Boucher, de Deshays, de Drouais, de Gravelot, de Leprince,
de Carle Vanloo, etc.

Passons en revue, au nom de chaque artiste, quelque plaquette rare ou
quelque bout de papier autographe.


BOUCHER DE VILLERS. «Précis pour le sieur Boucher de Villers, peintre,
dessinateur des médailles pour le cabinet du Roi, contre le sieur
Costel, apothicaire.» Un procès imprimé, dans lequel la verve d'un
Coqueley de Chaussepierre amusa un moment la galerie aux dépens d'un
Purgon «possédant la plus jolie figure d'apothicaire sans comparaison
qu'il y eut à Paris», mais qui toutefois se refusait à payer son
portrait, sous prétexte qu'il n'était pas ressemblant.


BOISSIEU. «Hommage rendu à la mémoire de Jean-Jacques de Boissieu par
le conseil du Conservatoire des Arts de Lyon, dans la séance du 9 mars
1810. De l'imprimerie de Cutty.»


CAFFIERI. Une lettre autographe signée de Jean-Jacques Caffieri à un
confrère, nous permet d'ajouter au volumineux volume, publié par M.
Guiffrey, un document inédit, dans lequel le sculpteur fixe le prix de
ses statues et de ses bustes:

      Paris, 6 décembre 1791.

  _Monsieur et cher confrère_,

  _J'ai appris avec grand plaisir que l'Impératrice de Russie vous
  avoit nommé son premier peintre. Son choix justifie sa sagacité
  et j'aime la voir toujours rendre justice aux talents. Je vous
  fais mon sincère compliment de cet événement qui prouve que si
  le mérite est quelquefois opprimé, il est aussi récompensé. Je
  ne doute pas que dans la place que vous allés occuper, vous ne
  méritiez bientôt toute la confiance de la souveraine et si par
  hasard elle projetoit de faire ériger quelque statue, ou si
  vous trouviez l'occasion de l'engager à le faire, je vous prie
  de vous ressouvenir d'un ancien ami. Je désire depuis longtemps
  travailler pour cette grande princesse et ce seroit un bien
  honneur pour moi que mes talents puissent lui être agréables. Je
  remets mes intérêts entre vos mains, persuadé qu'ils ne peuvent
  être mieux placés, et que vous ferés quelque chose en faveur de
  l'ancienne amitié. Il ne me reste plus qu'à vous souhaiter, non
  des succès, ils sont assurés d'avance, mais une bonne santé et
  bien des agréments._

  _Je suis, avec la plus parfaite estime et sincère amitié, votre
  très humble et très obéissant serviteur._

      CAFFIERI.

  _Vous trouverés cy-joint une liste des statues que j'ai faites et
  des bustes que je possède. Vous savés que le prix d'une statue de
  six pieds en fournissant le marbre est de vingt mille livres et
  les bustes de quatre mille livres._


COCHIN. Un recueil de lettres de Charles-Nicolas Cochin que j'ai
données en mon fascicule sur cet artiste dans «l'Art du XVIIIe siècle».


COYPEL. Du peintre au fin coloris, à l'accentuation aiguë et
spirituelle du dessin, de ce Charles Coypel si peu connu, le traité
d'association pour la publication de ses dessins de Don Quichotte:

  Aujourd'huy vingt-trois mars mil sept cent vingt et un, nous
  Charles Coypel, Claude Martinot et Philippe le Reboullet, sommes
  convenus de faire graver à frais communs la suite de l'histoire
  de Dom Guichot (_sic_) d'après les tableaux de mondit sieur
  Coypel, et pour y parvenir, de fournir chacun, la somme de
  cinquante livres par mois, qui sera insérée dans un registre,
  que mondit sieur Coypel veut bien tenir. Et sommes aussi
  convenus, que les planches gravées resteront entre les mains
  de mondit sieur Coypel, qui veut bien aussi se charger du soin
  de l'impression. Fait triple entre nous à Paris le jour et an
  cy-dessus.

      CHARLES COYPEL,
      LE REBOULLET,
      C. MARTINOT.


FALCONET. «Éloge de M. Falconet, sculpteur, par M. Robin peintre,
extrait du Tribut de la société nationale des Neuf Sœurs, Paris 1791.»


FAVANNE. «Mémoire pour servir à la vie de M. de Favanne, peintre
ordinaire du Roy et recteur de l'Académie royale de peinture et de
sculpture. A Paris, chez la veuve Pierres, 1753.»


FRAGONARD. De l'aimable peintre-poète, aux autographes introuvables, un
billet donnant un spécimen de son écriture:

  _Monsieur_,

  _Fragonard (Jean-Honoré), artiste peintre d'histoire, cy-devant
  logé gallerie du Louvre et de présent 2e arrondissement,
  Palais-Royal, chez Véry, restaurateur._

  _Requiert comme rentier et peintre, un numéro pour échanger un
  billet de banque de France de 500 francs, n° 508._

  _Je suis avec respect et reconnaissance._

      FRAGONARD,

      20 novembre[64].

    [64] L'année n'est point indiquée.

      A Monsieur,

      Monsieur De Rouen,
      Maire du 2e arrondissement.


FRANÇOIS. De l'habile graveur en fac-similé de crayon, une lettre,
datée de 1760, et adressée à Cochin, dans laquelle le graveur lorrain
sollicite la gravure des dessins du Roy, disant qu'il a le plus grand
besoin de l'obtention de cette grâce.


FREDOU. Un mémoire de ce peintre nous renseigne sur les difficultés,
qu'en ces temps, un artiste avait à toucher l'argent d'une commande:

      _Mémoire._

  En 1763, Frédou, premier peintre de monseigneur le comte de
  Provence, a été chargé par le sieur Berthier de peindre les
  portraits qui lui seroient indiqués par lui et par le sieur
  L'Enfant (Lenfant) dans les tableaux de la salle d'audience de
  l'hôtel de la Guerre, le marché en ayant été fait et arrêté entre
  le sieur Berthier et Frédou, à soixante-douze livres pour chaque
  tête, en présence de Messieurs Lenfant et Causette (Cosette),
  peintres attachés à l'hôtel de la Guerre.

  Le sieur Frédou, après avoir peint dix têtes des portraits
  énoncés et reçus par les sieurs Berthier et L'Enfant dans les
  tableaux énoncés ci-dessus, a discontinué cet ouvrage en 1764,
  à cause des changements que le sieur Berthier a jugé à propos de
  faire. La demande du payement en a été faite plusieurs fois au
  sieur Berthier, qui a toujours retardé, disant que cet ouvrage
  n'était pas fini. Le sieur Frédou, ne pouvant rien obtenir du
  sieur Berthier, a présenté un placet, en forme de mémoire, à
  monseigneur le duc de Choiseuil, le 14 juin 1765, qui a ordonné
  (de payer) le sieur Berthier le 14 août suivant. Le sieur
  Berthier a mandé à Frédou de venir toucher chez le suisse de
  l'hôtel de la Guerre, 300 livres, à compte sur celle de 720
  convenues pour les dix têtes de portraits faits par Frédou, à
  raison de 72 livres par chaque tête.

Il restait donc 422 livres à payer, et Fredou adressait pour toucher
son argent plusieurs mémoires, en 1771 et en 1772, qui restaient sans
réponse. Enfin on lui opposait un reçu d'une somme de 840 francs,
touchée des mains de la duchesse de Grammont, pour un portrait du Roi.

  Mais (reprend le plaignant) cet article n'a aucun rapport à ce
  que le sieur Frédou demande pour les ouvrages qu'il a faits
  pour le Roy à l'hôtel de la Guerre. Les invectives ont suivi
  les mauvaises raisons du sieur Berthier, qui a aussi dit à
  monsieur Banière que s'il me payoit la somme que je demande de
  420 livres, qui m'est si légitimement due, il seroit tourmenté
  par une infinité de personnes pour pareille demande, et qu'il en
  couteroit au Roy plus de quatre cent mille livres. Ensuite a dit
  au sieur Frédou qu'il le ferait arrêter par quatre invalides et
  le feroit conduire en prison. Le sieur Frédou l'a défié de faire
  une pareille sottise, en lui disant qu'il ne le craignoit pas,
  et qu'on ne fait arrêter que les malfaiteurs et les fripons.
  Monsieur Banière lui a imposé silence, en représentant de
  respecter le lieu où cette scène se passoit, et en assurant au
  sieur Frédou (qu'il rendroit) compte à Votre Grandeur de ce qui
  s'est passé dans son bureau entre le sieur Berthier et luy, en
  présence du sieur Prévost, peintre du cabinet du Roy......


GAUCHER. Une brochurette de la plus grande rareté, intitulée «Voyage au
havre de Grâce par C.-E. Gaucher, à Paris, an VI», contenant une petite
notice sur le graveur.

--Une série de billets de Gaucher, adressés au citoyen Renouard en
1795, billets dans lesquels, le délicat et consciencieux graveur parle
longuement du soin qu'il apporte au petit portrait de La Fontaine,
se plaignant «_de sa maudite goutte qui l'empêche de sortir_», et
proposant, pour une nouvelle édition de Télémaque, une étude sur
Fénelon par son beau-frère Poulain de Flins.


GRAVELOT. Une série de lettres données sur cet artiste dans mon
fascicule de «l'Art du XVIIIe siècle».


GREUZE. «Greuze, ou l'Accordée de village, par Mme de Valori, 1813.»
Pièce de théâtre qui contient, en tête, la notice la plus documentaire
sur le peintre de la Cruche cassée.


HALL. «Hall, sa vie, ses œuvres, sa correspondance, par Frédéric
Villot, Paris, 1867.» Curieuse étude, à laquelle manque cette lettre un
peu lâche, adressée en 1790, à l'Orateur du peuple[65] qui accusait la
jolie femme du miniaturiste d'avoir jeté, à l'Opéra, des pommes, de sa
loge, aux patriotes munis de martinets, pour fouetter les femmes en
cocardes blanches, applaudissant le chœur d'Iphigénie:

    [65] _Orateur du peuple_, vol. III, n° 65, et vol. IV, n° 10.

  Plusieurs personnes, monsieur, ayant attribué à ma femme
  l'anecdote de l'Opéra, insérée dans l'_Orateur du peuple_,
  je dois à la vérité d'affirmer que ma femme a passé toute la
  soirée de ce jour chez M. Desmarets, marchand de tableaux à
  l'hôtel Bullion, rue Platrière, avec M. et Mme Grétry, M. et
  Mme Sauvage, peintre du Roi, plusieurs officiers du bataillon
  de Saint-Eustache, ainsi qu'avec M. Berthélemy, aussi peintre
  du Roi, et plusieurs autres personnes que M. Desmarets pourroit
  indiquer.

  La conformité de nom avec un M. Hallé, aussi peintre, et qui
  a épousé une certaine baronne, pourroit avoir donné lieu à ce
  quiproquo pour moi extrêmement désagréable. La très petite
  différence du nom m'a été souvent préjudiciable. Veuillez,
  Monsieur, après vous être assuré du fait et de la vérité, insérer
  dans votre plus prochain numéro que Mme Hallé qui a causé la
  scène de l'Opéra n'est pas Mme Hall femme du peintre du Roi;
  j'attends de vous cet acte de justice et j'ai l'honneur d'être
  avec estime, etc.

      _Signé_: HALL, peintre du Roi,
      Rue Favart, 4.

      Ce 22 décembre 1790.


HOUDON. «Copie de la lettre de M. Houdon, sculpteur, à M. le Président
de la Société des Amis de la Constitution.»--«Réflexions sur les
concours en général et sur celui de la statue de J.-J. Rousseau en
particulier, par Houdon, sculpteur du Roy et de l'Académie de peinture,
sculpture et gravure.»


HUBERT-ROBERT. (Extrait du Moniteur du 29 avril 1808.) Notice de
quatre pages, consacrée à l'aimable et galant peintre des ruines.


JEAURAT. «Notice de la vie et des ouvrages de M. Étienne Jeaurat, Doyen
de l'Académie royale de peinture, Recteur et ancien chancelier de
ladite Académie, garde honoraire des tableaux du Roi. A Versailles.»
Rarissime brochure in-4, à laquelle j'ai pu joindre cette lettre
autographe:

      A Paris, ce 27 juin 1754.

  _Monsieur_,

  _Permettez-moy d'avoir l'honneur de vous représenter que je suis
  le plus ancien professeur de l'Académie roiale de peinture sans
  avoir de pension. Celle de M. Cazes est vacante actuellement
  par sa mort; je vous supplie, Monsieur, de vouloir bien me
  l'accorder. Je suis placé immédiatement après M. de Vermont
  qui jouit de cet honneur par vos judicieuses attentions. Je me
  flatte, Monsieur, que vous voudrez bien me les continuer, en ne
  préférant pas ceux qui ont rendu à l'Académie moins de services
  que moy: il y a dix-sept ans que je professe, et j'ose dire avec
  une assiduité irréprochable. Vous connoissez trop les arts,
  Monsieur, l'émulation des artistes, pour que je n'aie pas lieu
  d'espérer cette grâce dont vous êtes entièrement le maître. Dans
  cette confiance j'ay l'honneur d'être très respectueusement,
  Monsieur, votre très humble et obéissant serviteur._

      JEAURAT[66].

    [66] Jeaurat, né le 8 février 1699, mourait le 14 décembre
    1789, âgé de plus de 90 ans.


LAGRENÉE. L'état des tableaux faits par Lagrenée l'aîné, le journal
sur lequel il les notait, au fur et à mesure de leur composition, en
y joignant les prix de vente et les noms des acquéreurs: journal que
j'ai donné intégralement dans ma seconde édition des «Portraits intimes
du XVIIIe siècle».


Mme LEBRUN. «Précis historique de la vie de la citoyenne Lebrun,
peintre, par le citoyen Lebrun. An deuxième de la République une et
indivisible.» Rare brochure de la Révolution où le mari venge sa
femme des calomnies courant le monde, et affirme que le portrait du
ministre Calonne n'a été payé que 3,600 livres en billets de la Caisse
d'escompte, renfermés dans une tabatière, qui valait au plus 1,200
livres.

Les Mémoires de Mme Vigée-Lebrun, publiés en 1835, ont eu un
teinturier, mais ils ont été mis seulement en bon français, d'après des
notes vraiment rédigées par l'artiste, et, à ce sujet, je suis heureux
de donner une lettre inédite que je possède, et qui nous montre Mme
Lebrun s'entretenant, en 1825, avec Aimé Martin, de la composition de
ces mémoires:

      Ce 23 novembre 1825.

  _Enfin, mon bien bon, j'ai commencé ce que vous m'aviez tant
  redemandé depuis plusieurs années. Vous savez combien j'ai
  d'aversion pour faire ce que vous appelez mes mémoires. Car il
  faut bien, malgré tous les événements dont j'ai été spectatrice,
  que je parle de moi. Ce moi est si ennuyeux pour les autres que,
  vrai sous ce rapport, j'y avais renoncé; mais M. de Gasperini,
  qui comme vous m'a pressé de les écrire, m'y a déterminé en me
  disant_: «Eh bien, Madame, si vous ne les faites pas vous même,
  on les fera après vous, et Dieu sait comme on les écrira!»
  _J'ai compris cette raison, ayant été souvent si méconnue, si
  calomniée, et je me suis décidée, depuis quelques mois, à noter
  ce dont je me rappelle dans tous les temps, dans tous les lieux.
  Vous n'y trouverez ni styl_ (sic)[67] _ni phrases, ni périodes.
  Je trace seulement les faits avec simplicité et vérité, comme on
  écrit une lettre à son amie._

    [67] La lettre est pleine de fautes d'orthographe, comme
    presque toutes les lettres d'artiste que je donne.

  _Vous avez déjà très bien exposé, dans votre notice, quelques
  principaux événements de ma vie. On a pu croire par le beau côté
  que j'ai été la femme la plus heureuse. Eh bien, mon ami, ces
  hommages, ces distinctions si honorables, si flatteuses, ont
  été traversés par des peines bien cruelles, causées par ce qui
  m'était le plus proche et le plus cher! Aussi c'est ce qui m'a
  souvent fait penser qu'il ne faut envier le sort de personne,
  même de ceux que l'on croit les plus heureux. Je ne mets pas au
  rang de ces peines de cœur, les traits envenimés de la calomnie
  qui m'a toujours poursuivie. Je les ai dédaignés parce qu'ils
  n'étaient dictés que par des gens qui ne m'avaient jamais connue.
  Malgré l'intérêt que je porterai sur les événements remarquables,
  que ma position dans le monde m'a mis à même de voir de près,
  ainsi que les personnages les plus distingués de l'Europe que
  j'ai bien connus, je crains que mes mémoires ne paraissent fades
  en comparaison de tous ceux que l'on fait aujourd'hui. Vous
  saurés que je loge à présent, rue Neuve-des-Capucines, n° 9._

  _Donnez-moi de vos nouvelles et de celles de votre chère et
  aimable compagne._

  _Venez me voir en attendant que je plante la crémaière_ (sic)
  _qui sera lorsque je serai tout à fait arranjée_ (sic).

  _Je suis toujours les samedis soirs, mais en très petit comité._»


LE CLERC. Un mémoire de ce peintre adressé à François de Neufchateau,
le 21 fructidor an VI, et dans lequel il demande la place de professeur
à la cinquième école centrale de la Seine, nous donne un petit morceau
de la biographie de cet artiste qui n'en a pas:

  ... J'étais salarié par l'ancien gouvernement comme attaché par
  lui à la manufacture d'Aubusson; j'étois chargé de faire les
  tableaux formant une tenture, qu'elle en recevoit tous les deux
  ans.....

  La Révolution ayant détruit cet ordre de choses, j'ai perdu mon
  emploi, et avec lui, le fruit de quinze ans de travaux dans
  différents genres de peintures propres à être exécutées dans
  cette fabrique, que j'avois fait pour parvenir à en obtenir
  l'agrément.

  Comme peintre d'histoire, j'ai constamment exercé l'étude du
  dessein. Depuis vingt-cinq ans, plus de six cents feuilles de
  principes et d'études ont été gravées dans le goût du crayon,
  d'après mes ouvrages. Et le débit continuel qui s'en fait, tant
  en France que dans tous les États de l'Europe, où l'on cultive
  les beaux-arts, constate d'une manière certaine leur utilité
  publique: voilà les titres que je présentois à l'appui de ma
  demande, et auxquels je joignois les portes que la Révolution
  m'a fait éprouver, notamment celles que je fis sous le règne du
  vandalisme, lorsque mon atelier fut dévasté, et une quantité
  d'objets précieux et utiles à mon art furent détruits, sans que
  j'aie obtenu aucune part des secours distribués alors, en vertu
  d'un décret de la Convention, aux sçavants et aux artistes qui
  ont souffert de la Révolution.

  Si le besoin pressant d'être employé m'a fait, il y a deux ans,
  vivement solliciter une place, ma détresse n'a pu qu'augmenter
  depuis ce laps de temps: j'ai une femme et deux enfants qui,
  ayant embrassé mon état, sont dans le cours de leurs études, et
  par conséquent à ma charge.

      LE CLERC[68],
      Peintre, rue des Noyers, n° 30.

    [68] Le Clerc a mis son portrait en tête d'un cahier de
    principes de dessins. Il est représenté dans une gravure au
    lavis, dessinant sous le jour d'une fenêtre, dans le cadre d'un
    œil-de-bœuf, en bas duquel sont entassés une palette, une
    toile sur un chevalet, une tête en plâtre, des cartons, des
    livres de dessin à l'usage des commençants.


LEMOYNE. «Vie ou éloge historique de Jean-Baptiste Lemoyne, ancien
Directeur et Recteur de l'Académie royale de peinture et de sculpture
par Dandré-Bardon, Paris, 1779»; rare brochure, ainsi que celles dont
Dandré-Bardon est l'auteur.


MALBESTE. Nous publions ici le traité passé par ce graveur avec le
libraire Lamy pour la gravure de «la Revue de la maison du Roi,
par Moreau», traité qui, avec le petit motif gravé en spécimen,
avec les échelonnements des payements, avec la gratification en cas
d'exactitude, avec le nombre d'épreuves d'eaux-fortes avant la lettre
et d'épreuves ordinaires accordées à l'artiste, peut être considéré
comme un type et comme un modèle des traités passés, en ce temps, entre
un éditeur et un graveur.

  Nous, Pierre-Michel Lamy, libraire demeurant à Paris, quai des
  Augustins, voulant faire graver sur cuivre, un dessein fait par
  Moreau le jeune, représentant «la Revue faite par le Roy des
  troupes de sa maison à la plaine des Sablons»; nous, Georges
  Malbeste, graveur, demeurant aussi à Paris, rue Saint-Martin,
  n° 242, demandant cet ouvrage, et ayant fait un petit groupe[69]
  d'après ledit dessein, pour servir au sieur Lamy à juger de mon
  talent, dans cet état, nous dits Lamy et Malbeste soussignés,
  avons fait le traité et convention, cy après écrits.

    [69] La petite gravure de l'homme du premier plan auquel le
    vent enlève son chapeau.

  1° Moi, dit Malbeste, promets audit sieur Lamy et m'oblige envers
  lui de graver exactement ledit dessein, de même format que la
  planche de la Revue du Roy, gravée par Lepaon, de commencer
  tout de suite les travaux de la dite gravure, et de ne pas
  entreprendre d'autres ouvrages de gravure pour y travailler avant
  que celle-cy ne soit finie, m'engageant encore à ne rien épargner
  pour la perfection de la dite gravure, afin qu'elle soit au moins
  aussi bien faite que le petit groupe, que j'ai fait d'après ledit
  dessein, reconnaissant avoir reçu de mondit sieur Lamy tant le
  susdit dessein que la planche de cuivre sur laquelle je dois
  faire la gravure.

  2° Le prix des ouvrages ainsi que des retouches à faire, s'il y
  écheoit, pour la perfection de la gravure dudit dessein, a été
  fait et convenu entre nous à trois mille trois cents livres,
  payables par moi, dit Lamy, en neuf payemens, dont le _premier_
  de deux cent soixante-quinze livres a été fait à l'instant, moi,
  dit Malbeste, reconnaissant avoir reçu du mondit sieur Lamy, la
  dite somme de deux cent soixante-quinze livres dont je le tiens
  quitte, et à l'égard du _second_ terme de payement de pareille
  somme de deux cent soixante-quinze livres, il sera fait, lorsque
  la première opération de gravure de la dite planche à l'eau-forte
  sera à moitié faite, ce que moi, Malbeste, promets avoir fait
  d'ici à la mi-mars prochain. Le _troisième_ payement de cinq cent
  cinquante livres, aussitôt que la gravure de la dite planche à
  l'eau-forte sera finie, ce que moi, dit Malbeste, promets avoir
  fait dans le mois de juin prochain. Le _quatrième_ payement de
  deux cent soixante-quinze livres sera exigible, lorsque les
  cieux de ladite planche seront à moitié faits, ce qui sera dans
  le mois de septembre prochain. Le _cinquième_ payement, aussi
  de deux cent soixante quinze livres, échoira lorsque les cieux
  de ladite planche seront finis: ce qui sera dans le mois de
  décembre de l'année prochaine. Le _sixième_ payement, encore de
  deux cent soixante-quinze livres, lorsque les figures de ladite
  planche seront faites à la moitié, ce qui sera à la moitié de
  février mil sept cent quatre-vingt-sept. Le _septième_ payement,
  de même de deux cent soixante-quinze livres, sera fait lorsque la
  gravure des dites figures sera achevée, ce qui sera dans le mois
  de mars mil sept cent quatre-vingt-sept. Le _huitième_ payement,
  pareillement de deux cent soixante-quinze livres, lorsque la
  planche sera aux premières épreuves, ce que moi Malbeste, promets
  pour la fin du mois d'avril mil sept cent quatre-vingt-sept. Le
  _neuvième_ et dernier terme de payement de huit cent vingt-cinq
  livres sera fait _lorsque tous les ouvrages à faire pour ladite
  gravure seront finis et que moi, Malbeste, rendrai ladite planche
  dûement gravée, ainsi que les susdits desseins, ce que je promets
  pour la fin de juin mil sept cent quatre-vingt-sept_.

  Déclarant réciproquement que, par l'indication des époques
  de payement ci-dessus, pour tout ce qui reste dû du prix de
  ladite gravure, nous n'entendons que déterminer la proportion
  convenue entre nous de la progression des payements à celle
  de l'avancement de l'ouvrage, de manière à n'exiger aucune
  autre avance, et conséquemment que sans attendre les époques
  cy-dessus énoncées, si moi, dit Malbeste, parviens à les
  anticiper en avançant les ouvrages, les divers payements du prix
  me seront faits aussitôt que je seray parvenu aux différents
  degrés cy-dessus; je serai tenu d'attendre, pour exiger le
  payement, jusqu'à ce que j'aie complété la partie de l'ouvrage
  correspondante, sans pouvoir l'exiger plus tôt, et, à cet effet,
  de donner connaissance de l'état des travaux à mondit sieur Lamy.

  3° Indépendamment des termes de payement cy-dessus stipulés,
  auxquels moi, dit Lamy, promets de satisfaire à leur échéance, je
  m'engage en outre de payer par forme de gratification audit sieur
  Malbeste, s'il me rend ladite planche bien et dûement gravée,
  finie et prête à en tirer des épreuves, pour être mises en vente
  d'ici au dernier mai mil sept cent quatre-vingt-sept, une somme
  de trois cents livres, que je lui payerai en même temps que
  celle de huit cent vingt-cinq livres du dernier terme cy-dessus
  stipulé, laquelle promesse, qui est convenue conditionnelle, sera
  comme non avenue et de nulle valeur, si ladite planche n'était
  pas gravée, finie et rendue ledit jour dernier mai mil sept
  cent quatre-vingt-sept, et, au contraire, dans le cas, où moi,
  dit Malbeste, n'aurai pas fini et rendu ladite planche d'icy
  au dernier juin mil sept cent quatre-vingt-sept, je m'engage à
  souffrir par forme d'indemnité, une diminution de trois cent
  livres sur le montant du prix cy-dessus stipulé de trois mille
  trois cent livres, au moyen de quoi le dernier terme de payement
  ne sera plus dans ce cas, que de cinq cent vingt-cinq livres au
  lieu de huit cent vingt-cinq.

  4° Il est réservé à moi, dit Malbeste, douze estampes à
  l'eau-forte, douze au fini avant la lettre et six idem avec la
  lettre, dont le papier sera fourni et les frais d'impression
  payés par moi, dit Lamy, promettant expressément moi, dit
  Malbeste, de ne faire tirer aucune épreuve de la dite planche
  par aucun autre imprimeur que M. Dubu, promettant aussi de n'en
  faire tirer que deux épreuves à chacun des différents degrés
  de perfection de la dite planche, et à mesure que la gravure
  avancera.

  Tout ce qui est écrit cy-dessus a été convenu entre nous sous
  notre promesse réciproque de l'exécuter de bonne foy, à peine de
  tous dépens, dommages et intérêts. Fait double à Paris, le douze
  décembre mil sept cent quatre-vingt-cinq.

      G. MALBESTE.


MARILLIER. Du vignettiste à la mode, dont l'existence est tout à fait
inconnue, voici une lettre qui nous le montre, à la fin de sa vie,
retournant à son premier métier, à la gravure:

      Beaulieu, le 13 germinal an XII (3 avril 1804).

  _Il est très vrai que l'eau-forte que j'ai faite pour vous
  m'avoit effrayé par la nouveauté de son objet, par la perfection
  du dessin et par mon inexpérience dans la partie d'architecture;
  mais mettant une sorte d'amour-propre à lutter contre les
  difficultés, j'ai employé pour les vaincre beaucoup de temps et
  de soins. Néanmoins je craignois de n'avoir pas réussi à votre
  gré, et je le craignois d'autant plus, que le vernis de la
  planche que M. Degenth m'avoit préparée étant venu à s'écalier_
  (sic) _pendant la morsure, je ne présumois pas que les épreuves
  pussent offrir un ton de couleur suffisant. Vous avez la bonté de
  me rassurer; cependant, tant que je n'auroi pas vu d'épreuves, je
  croiroi que la satisfaction que vous me témoignez est l'effet de
  votre indulgence. Si monsieur Degenth, qui a eu la complaisance
  de me les faire tirer, ne les a pas remises à mon frère, je vous
  prie de lui dire de les remettre à M. Ferousat, mon voisin,
  porteur de cette lettre, qui aura la bonté de me les apporter._

  _Vous pourrez aussi profiter de cette occasion pour me faire
  parvenir mes honoraires, que j'aurois désiré que vous fixassiez
  vous-même; mais puisque vous me forcez à m'expliquer sur
  cet objet, si vous trouvez que huit louis soient trop cher
  relativement aux spéculations commerciales, vous pouvez réduire
  cette somme au niveau des autres, attendu que ma première
  ambition est celle d'imiter votre honnêteté._

  _Je vous prie aussi de retenir, sur ce que vous remettrez à mon
  voisin, le prix du port de la planche et du tirage que M. Degenth
  a avancé pour moi, n'étant pas juste qu'en m'obligeant, il en
  soit pour ses frais._

  _Comme le nouvel exercice que je fais de la gravure, doit me
  rendre peu à peu la facilité et l'expérience que j'avois acquises
  en ce genre, je pense que, si vous me chargez de nouvelle
  besogne, vous en serez plus content; vous pouvez du moins être
  persuadé que j'y apporterois tous mes soins._

  _J'ai l'honneur d'être, avec un véritable attachement_,

      _Votre serviteur_,

      MARILLIER.

La lettre est adressée au graveur Tilliard qui a écrit en marge: «Remis
au sieur Feroussat pour M. Marillier la réponse à la présente. J'ai
joint un billet de cent quatre-vingt-dix livres, payable au 20 messidor
prochain, et 40 francs que j'ai remboursés au sieur Degent, font les 8
louis portés en la présente.»


MARIN. Du continuateur et de l'émule de Clodion, un petit recueil de
mémoires et de lettres nous permet de donner quelques détails inédits
sur sa vie. C'est d'abord un mémoire daté du 19e vendémiaire, an IV de
la République, où il se plaint d'avoir eu brisé, au Salon, un modèle
en terre représentant la Maternité, exécuté pour le citoyen Pillot,
et brisé de manière à ne pouvoir être réparé, les têtes ayant été
emportées, sans doute, dit-il, «_afin d'en copier les expressions et
les intentions_». Il estime sa perte à la somme de 5,000 livres et
sollicite une indemnité de la commission d'Instruction.

Dans un autre mémoire, il réclame pour une statue en plâtre, mesurant
2m80, et représentant une Paix offrant l'olivier, exécutée pour la fête
du 18 brumaire an X, _et pour en avoir fait faire le moule à creux
perdu, remonté et réparé le plâtre, présidé au transport et à la mise
en place dans le Temple: le tout avec célérité, tant de jour que de
nuit, et l'emploi dispendieux d'hommes nécessaires_, il réclame 3,000
livres, prix convenu.

Puis, dans une lettre, datée de février 1814, et adressée à M. Vern, le
sculpteur annonce son installation définitive à Lyon:

  _Le lendemain du jour_ (écrit-il) _où je suis arrivé, je me suis
  présenté à mes collègues et au directeur de cet établissement, M.
  Artaux. Ils ont pensé que, vu la circonstance, je devais loger au
  Palais des Arts, ci-devant palais de Notre-Dame de Saint-Pierre;
  vous pensés bien, mon ami, combien j'ai été sensible à ces douces
  paroles, et que de suite, sans délibérer un instant, j'ai été
  chercher mon petit bagage à l'hôtel du Parc, où j'avais passé
  la nuit avec grande inquiétude... Me voilà donc, depuis trois
  semaines, occupé par ce nouvel emploi, donnant des leçons de
  sculpture, et dans les intervalles, occupé à faire quelques
  petites choses pour moi, en attendant les beaux jours pour
  exécuter quelque chose pour le Salon_, si le temps le permet.

  _Je me suis mis en pension chez une bonne dame veuve, fort
  âgée et très dévote, dont la cuisine est douce et bonne... Je
  n'éprouve pas cet ennui mortel que fait éprouver un déplacement,
  je m'occupe beaucoup; sans cela, je tomberais dans des réflexions
  accablantes, au lieu que par le travail je m'oublie, et crois
  souvent être à Paris, et voir toutes mes affections. Une chose
  à laquelle j'ai peine à m'habituer, c'est ce tambour presque
  perpétuel..._

Dans une autre lettre datée du 4 juillet, Marin dit:

  _Ma place est assez douce, mais les appointements ne sont pas
  payés en totalité; depuis un an, l'on ne touche que les deux
  tiers de ce qui est accordé: cela se rétablira peut-être un
  jour....._

Mais, en dépit de cette perspective, Marin s'ennuie à Lyon; il se
rappelle au souvenir du maréchal Gouvion Saint-Cyr, et dit à son
correspondant, qui s'est mis à sa disposition, que la seule chose à
faire pour lui, est de travailler à le rapprocher de Paris et de ses
amis, et que le jour où il lui en écrira la certitude, _ce sera mon bon
réveil du matin_.

Une dernière lettre du 10 août 1815, toujours datée de Lyon, est une
longue lamentation:

  _Combien le séjour de Lyon me devient insupportable et je
  cherchais journellement à invoquer la raison pour me donner la
  force de supporter une privation aussi grande que celle de ne
  pas être auprès de mes amis... Quel pays pour un sculpteur que
  la ville de Lyon! quel pays où l'on ne peut pas compter un ami,
  et dans les instants où l'on en pourroit avoir plus de besoin!
  Quelle consolation n'éprouve-t-on pas après avoir causé avec un
  ami! Combien vous m'avez fait éprouver de fois ce bon temps! Ces
  instants se retracent sans cesse à ma mémoire... que de tableaux
  doux et aimables!... Avec quelle complaisance la mémoire les
  retrace au cœur! Aimables rêveries et tendres ressouvenirs,
  quand pourrai-je en retrouver les souvenirs enchanteurs... J'ai
  péniblement travaillé de mon art sans travaux commandés. Rien
  ne fatigue le génie comme de se voir dans un pays... où les
  habitants ne daignent pas regarder: c'est l'argent seul, c'est
  ce qui en rapporte qui a prise dans cette ville. Oui certes, il
  y a de grandes fortunes... mais ce n'est pas le pays des arts,
  ni des artistes, grand Dieu! Quel maudit espoir m'a porté à si
  bon marché dans cette ville... J'éprouve encore, mon ami, une
  contrariété qui n'est pas petite, c'est de ne pas être payé de la
  totalité de mes appointements, au lieu de cent louis par an, je
  ne touche que 1400 francs....._


MASQUELIER. «Notice nécrologique sur N.-F. Masquelier, dit le Jeune,
graveur lillois. Lue à la Société d'Amateurs des sciences et arts de
Lille, dans sa séance du 11 août 1809, par Bottin, membre résident.»


MOREAU. Notice sur M. Moreau (extrait du _Moniteur_, n° 355, an 1814).
Notice qui, jointe aux notes biographiques par Lemonnier, écrites à la
sollicitation de la Société philotechnique, dont Moreau faisait partie,
et à la nécrologie, perdue dans le volume de Ponce sur les Beaux-arts,
résume ce que les contemporains ont imprimé sur le merveilleux
dessinateur.


MIQUE. «Dénonciation de Richard Mique, architecte de la Reine, ses
cruautés, ses barbaries envers son frère qu'il a renié et fait mourir
à Bicêtre, et présentée à l'Assemblée nationale par Catherine Mique,
fille de l'infortuné Mique.»

Catherine Mique dénonce son oncle, comme ayant accusé son père de
désertion, de supposition de personne, de bigamie, de profanation des
sacrements. Cette dénonciation devait, à quelques années de là, faire
périr l'architecte de la Reine, dans la fournée des 58 personnes du 19
messidor an II.


NATOIRE. «Mémoire pour le sieur Natoire, peintre du Roi, chevalier
de l'Ordre de Saint-Michel, Directeur de l'Académie royale de France
à Rome, défendeur, contre le sieur Adrien Mouton, ci-devant l'un des
élèves de ladite académie. C'est le mémoire à propos du billet de
confession de Mouton qui fit tant de bruit.»


NINI. «Jean-Baptiste Nini, ses terres cuites par A. Villers, Blois
1862.» Petite brochure devenue rare, contenant un essai de catalogue
des médaillons de l'original ciseleur en terre.


PARIS. «Notice sur M. Paris (Pierre-Adrien), architecte du Roi et
dessinateur de son cabinet (sans lieu ni date).

PORTAIL. «Notice sur le peintre Pierre Portail par Dugast-Matifeux»
(sans lieu ni date).

QUENEDEY. De l'inventeur du physionotrace, une lettre autographe,
adressée au maire du IIe arrondissement, le 1er février 1816:

  _Edme Quenedey, né dans la paroisse de Riceys-le-Haut (Aube)
  le 17 décembre 1756; un peu moins d'un an de l'âge requis pour
  l'exemption naturelle; mais ayant des douleurs rhumatismales
  alternativement qui souvent me privent de l'usage du bras gauche,
  et ayant tous les hivers un rhume cathareux qui me fait cracher
  le sang. En voilà beaucoup plus, monsieur, pour me faire préférer
  de coucher en prison, pourvu qu'elle soit à l'abri des injures
  du temps, à faire faction, au milieu de la rue, de nuit, soit en
  hiver, soit en été..._


ROSALBA. «Diario degli anni MDCCXX et MDCCXXI, scritto di propria
mano in Parigi da Rosalba Carriera, dipintrice famosa, publicato D.
Giovanni Vianelli. Venezia, nella Stamperia Coletti, 1793.»
C'est le journal du séjour en France de la _Pintresse_ au pastel, et
qu'a traduit M. Sensier.


SAINT-AUBIN. Une série de placets et lettres d'Augustin de Saint-Aubin,
dont j'ai donné la plus grande partie en le fascicule des Saint-Aubin,
dans «l'Art du XVIIIe siècle».


SAINT-NON. «Notice de Jean-Claude Richard de Saint-Non, abbé
commendataire de l'abbaye de Poultières, diocèse de Langres,
amateur honoraire de l'Académie de peinture par Gabriel Brizard. De
l'imprimerie de Clousier, 1792.» Notice rare de l'abbé aquafortiste.


SAUVAGE. D'une correspondance de ce peintre, imitateur en grisaille de
la sculpture, avec M. de Fontanel, garde des dessins de l'Académie de
Montpellier, j'extrais une lettre:

  _Monsieur et ami_,

  _Si je n'ai pas répondu tout de suite à celle que vous m'avez
  adressée, c'est que je suis presque toujours absent de chez
  moi, aiant une besogne considérable à Saint-Cloud où je fais
  le plafond de la chapelle de la Reine. Je suis là pour tout
  l'hiver: quant à ce que vous me demandéz, j'ai fait toutes les
  informations possibles sans savoir. Messieurs les entrepreneurs
  de papier ont bien soin de cacher leurs peintres: ce n'est pas
  la première fois que je fais ces recherches. L'été dernier, pour
  obliger une dame de la campagne, j'ai fait différents dessins,
  comptant sur ces mêmes peintres pour les faire exécuter en
  papier: je n'ai jamais pu les trouver. Je donnois mes dessins
  à Robert, marchand de papier sur le boulevard Montmartre, qui
  me les fit faire et en même tems les fit doubles pour lui. Je
  suis fâché de n'être pas plus heureux dans mes recherches. Je
  compte toujours emploier le premier moment que j'aurai pour vous
  remercier de l'excellent vin de Frontignan, que vous avez eu la
  bonté d'envoier à madame Sauvage. J'espère que vous trouverez
  ce genre de boëte assez drôle; l'on m'en demande beaucoup, mais
  je n'en fais guère, je suis cette année dans le plafond. Je
  suis à finir celui du cabinet de M. le duc de Praslin; toutes
  ces grandes choses m'empêchent de m'appliquer au petit, et je
  n'en suis pas fâché. Je m'en trouve bien de toute façon... Je ne
  sais si M. de Joubert reviendra bientôt, je n'ai plus de ses
  nouvelles, et, à son dernier voyage à Paris, je n'ai pas été
  chez lui. Je ne le vois plus qu'aux assemblées de l'Académie,
  sans cependant être brouillé, mais je n'ai pas à me louer de
  son fils, quoiqu'il ait fait tout au monde, pendant le dernier
  Salon, pour me dissuader de ce que l'on m'avoit dit. Il m'avoit
  accusé d'avoir engagé son père à se présenter à l'Académie comme
  amateur, pour le mieux engager à acheter des tableaux. Comme
  je ne me suis jamais mêlé à faire acheter des tableaux à M. de
  Joubert qu'il ne m'est arrivé qu'une fois de lui conseiller
  d'en faire faire un, par Taunay, étant à Rome, ce qu'il a fait.
  Le tableau a été payé 600 livres, prix que j'ai fait moi-même;
  j'ai dit après ce propos tenu que je reprendrai le tableau pour
  40 louis, car il les vaut. Mais tout cela vient d'un nommé
  Gaudefrois, raccommodeur de tableaux qui les a empaumés, et cet
  homme n'aime pas les artistes dans les maisons où il va. Voilà
  le mot. Je vous dis tout cela entre nous; je vous prie que cela
  ne passe pas. M. de Joubert m'a toujours comblé d'amitiés, je
  lui ai dit tout bonnement pourquoi je n'allais plus chez lui;
  apparemment qu'il en a parlé à son fils, qui m'a accosté et à qui
  j'ai dit vertement ce que je pensois. Voilà les hommes, Monsieur:
  il faut les prendre comme ils sont._

  _Je suis bien mortifié de ne pas faire votre affaire; si je
  puis découvrir quelque chose à cet égard, vous le saurez tout
  de suite. Pour vos papiers ordinaires, et même du joli, il y a
  une manufacture nouvelle, rue de Seine, à côté du Jardin du Roi.
  C'est un Hollandais de ma connaissance, et ami de M. Spandonck,
  nommé Wemex, si vous vouliez en essayer, vous me le manderez,
  pour la promptitude je l'ai toujours fait employer avec plaisir._

  _Je suis pour la vie, Monsieur, votre ami_

      SAUVAGE.

  _Surtout motus sur les messieurs Joubert._

      Paris, ce 13 décembre 1787.


SURUGUE. Une lettre du graveur Louis Surugue, datée du 30 octobre et
adressée à M. Lemoine, receveur général des salines du Roi, à Moyenvic
en Lorraine, nous donne de son vivant le prix de ses gravures. Le
portrait de la Sylvia coûte 2 livres, celui de la Desmares 2 livres 2
sols, le portrait de la marquise *** (Mme de Mouchy) en habit de bal,
2 livres. La Camargo et la Sallé, grandes estampes dans des paysages,
sont au prix de 3 livres, chacune.


SWEBACH. De ce peintre, devenu directeur de la manufacture impériale de
Russie, une volumineuse correspondance pendant les années 1819-1820,
adressée à Louis Larcher de Saint-Vincent, nous le montre pendant ces
années, brocantant là-bas, selon son expression, «_comme un diable_».

      Saint-Pétersbourg, le 13 mars 1809.

  _Mon cher Louis_,

         *       *       *       *       *

  _Pour les terres et la maison de Château-Thierry[70], fais
  pour le mieux et comme pour toy, voulant me débarrasser de ces
  deux drogues, et ayant l'intention de réunir le plus possible
  en argent comptant, en ce moment ayant en plus de ce que tu as
  en main, une trentaine de mille francs, dont partie est déjà à
  Paris, et espérant encore, d'ici à mon départ, augmenter mon
  lopin, quitte à voir ce que j'en ferai quand je serai à Paris._

    [70] Je rétablis l'orthographe.

  _Tu seras vraiment étonné quant tu reverras Édouard, qui est
  devenu un grand et beau garçon, ayant très bonne tournure et un
  talent auquel tu ne t'attends pas. Je te promets que le premier
  tableau qu'il fera à Paris, sera pour toy._

  _Quant à mes espérances ici, elles sont bien faibles. On promet
  ici beaucoup et on ne tient rien. J'ai affaire aux plus vilaines
  gens qu'on puisse connaître. Les Russes ne sont pas beaux à voir
  chez eux, et, je le répète, il faut mériter d'être pendu chez
  nous pour venir ici._

  _Le climat et tout ce que l'on m'a fait souffrir ici, ont détruit
  ma santé, et de plus je désespère d'être récompensé, et ce n'est
  qu'à force de privations que j'ai amassé quelque chose, pour
  qu'il ne soit pas dit, que j'avais fait huit cents lieues, en
  pure perte._

         *       *       *       *       *

  _Écris-moi quand tu pourras, je n'ai plus que toi, les autres
  m'abandonnent. Ma sœur ne me donne plus de nouvelles, parce que
  j'ai refusé de lui prêter 45,000 francs; Maillard parce que je ne
  veux pas qu'il vende mes tableaux et en employe l'argent, enfin
  qu'en bon ami, je ne veux pas faire bourse commune._

         *       *       *       *       *

  _J'espère après le jour heureux, où je pourrai vous embrasser
  tous, et boire, à votre bonheur, ce bon vin de France, dont je ne
  bois pas tout mon saoul dans ce maudit pays._

  _J'espère à mon retour vivre tranquille au milieu de mes enfants
  et du peu d'amis que j'ai. Je serai peu riche, mais je suis sans
  ambition, je travaillerai jusqu'à la fin de mes jours, mais pour
  m'amuser, et je n'espère qu'après le repos. Ma tâche en ce monde
  approche de sa fin......._

      SWEBACH.


      Saint-Pétersbourg, ce 26 juillet 1819.

  _Mon cher Louis_,

  _Je viens d'expédier pour France deux caisses que je t'adresse._

  _Je prépare tout pour mon retour, malgré que je ne puisse pas
  encore indiquer l'époque juste, n'étant pas dans un pays où l'on
  puisse faire toujours ce que l'on veut, et dont il me tarde fort
  de sortir._

         *       *       *       *       *

  _Je m'ennuie beaucoup, mais je me porte un peu mieux et je crois
  que je pourrai reconduire ma pauvre carcasse en France, et que
  nous pourrons rire encore quelquefois aux dépens des ultra des
  deux côtés, étant tout naturel qu'à mon âge on soit tout ventre.
  En rentrant, je pourrai dire avoir vu de près toute espèce de
  forme de gouvernement, et pourrai t'en donner des nouvelles._

         *       *       *       *       *

  _Chose assez drôle, c'est que dans ce pays, dans le moment,
  nous sommes entourés de trois forêts qui brûlent, dont la plus
  éloignée est à deux heures. Ces forêts se sont enflammées par
  la force et continuité de la chaleur excessive, que nous avons
  éprouvée ici, depuis plus de six semaines. Elle a été de 35° à
  l'ombre. Voilà un avantage de ce pays. Les hivers sont longs
  à la vérité, mais ordinairement secs et vraiment superbes, et
  l'été court, mais aussi beau qu'en Italie. Ce qui rend le climat
  pernicieux est la transition subite de la chaleur au froid, ce
  que j'ai vu arriver quelquefois plusieurs fois dans un jour. La
  végétation est superbe et d'une rapidité étonnante, et c'est dans
  ce pays qu'existent les plus beaux jardins à l'anglaise du monde,
  les nôtres ne sont que des miniatures à côté, en raison de la
  cherté du terrain, qui ici ne coûte rien....._


      Saint-Pétersbourg, 20 janvier 1820.

  _Mon cher Louis_,

  _Du reste, mes affaires vont assez bien. Outre les 1,200 fr. de
  rente que tu as entre les mains, il y en a encore 1,400 entre
  celles de M. Baguenault, banquier, plus 11,008 francs en caisse
  chez lui, et 12 à 15 à recevoir ici. Mon engagement est fini,
  on m'a fait des propositions extravagantes pour me retenir, que
  j'ai refusées. On s'est rebattu sur mon fils; j'ai refusé de
  même, Édouard ayant besoin de Paris pour son talent. Je suis en
  attendant les papiers qui me sont nécessaires, pour partir à
  Moscou. J'ai vendu tous mes effets, voitures, chevaux et autres,
  et je bous d'impatience, attendu qu'il m'est promis par le
  ministre l'ordre de Sainte-Anne pour récompense de mes services,
  et que de jour en jour je l'attends....._


      Ce 2 mars 1820, Moscou.

  _Mon cher Louis_,

  _J'ai fait de bonnes affaires ici. Je rapporte une énorme
  quantité de curiosités, telles que pierres gravées et bijoux.
  J'ai reçu beaucoup de cadeaux. Enfin je suis fêté d'une manière
  extraordinaire, et s'il ne m'arrive pas d'être malade en route,
  tu me verras à Paris fort content. En cas de malheur, tu sauras
  qu'il me reste encore 16 à 17,000 francs sur M. Baguenault,
  banquier. J'en rapporte encore 10,000 et un peu plus de 25,000
  livres de boîtes dorées, de bagues en brillants et autres pièces
  précieuses, turquoises superbes, talismans turcs et arabes,
  antiques, pierres gravées de toute espèce. Tu vois que mon
  voyage a mieux fini qu'il n'avait commencé. Mes tableaux ici
  font fureur. J'ai constamment cinq à six seigneurs qui se les
  disputent, à mesure que je les fais, et j'en profite pour leur
  vendre plus cher..._


      Moscou, ce 15 mars 1820.

  _Mon cher Louis_,

  _Je me porte bien et j'ai vendu ici pour près de 8,000 fr. de
  tableaux, et comme il m'en restait encore pour près de 30,000
  francs, et que je n'ai pas le temps de les vendre comme je le
  désirerais, j'ai pris le parti de les troquer contre de belles
  pierres gravées et beaux camées antiques et autres bijoux et
  curiosités de facile transport, ayant l'intention, à mon passage
  en Allemagne, de tâcher de m'en défaire avec avantage. Nous
  sommes ici continuellement en bombance, les seigneurs nous
  envoient leurs voitures, et nous allons de fêtes en fêtes.....
  Voilà enfin notre voyage qui tire à sa fin, assez heureusement;
  nous passons par Vienne et Munich après avoir traversé la Pologne
  et la Russie dans sa plus grande longueur, et le résultat sûr
  dudit voyage est 60,000 fr., 25,000 à 30,000 fr. d'objets
  précieux, et la croix de Sainte-Anne: toutes ces choses ne sont
  pas trop bêtes, et il me semble que cela valait la peine de les
  venir chercher. J'ai bien souffert à la vérité, mais je crois
  cependant que je rapporterai mes os dans ma patrie._

         *       *       *       *       *

  _Si tu vois Maillard, préviens-le de mon arrivée; je rapporte en
  France du lapis, du superbe outremer venant des Indes et de la
  Chine par les Boukares, de plus la collection complète des jades,
  agates, marbres, porphyres de Sibérie et d'Asie, en outre plus
  de cinquante bagues antiques, camées, pierres gravées et autres;
  en plus, j'ai reçu des cadeaux de plusieurs seigneurs et j'en ai
  d'un prince Baratinski et de Yousof et d'un comte Golowine[71].
  J'ai aussi une collection de belles améthystes, topazes,
  aigues-marines, rubis, émeraudes, opales et cornalines... J'ai
  brocanté dans cette ville comme un diable. L'outremer se vend
  ici à la livre. Je n'exporte pas de fourrures, elles sont ici
  plus chères qu'à Paris..._

    [71] Dans une dernière lettre, datée de Kiew, 23 mai 1820, où
    il est en route pour revenir en France, Swebach annonce qu'il
    emporte la commande de quinze tableaux.


VANLOO. «Vie de Jean-Baptiste Vanloo, professeur de l'Académie royale
de peinture et de sculpture, par M. Dandré-Bardon, recteur. Paris,
Louis Cellot, 1779.»


VANLOO. «Description d'un tableau représentant le sacrifice d'Iphigénie
par Carle Vanloo (par Caylus). Paris, Duchesne, 1757.»


WAILLY. «Notice historique sur Charles de Wailly, architecte... Lue à
la séance publique de la Société philotechnique, le 20 brumaire an VII,
par Joseph Lavallée. De l'imprimerie de la Société des amis des arts,
an VII.»


WILLE fils. Une supplique à la duchesse d'Angoulême, en date du 9
janvier 1825, du malheureux peintre, âgé de 73 ans, ayant perdu, aux
mauvais jours de la Révolution, la fortune amassée par son père, et
incapable de payer la pension à Charenton de sa femme, devenue folle.

Nous terminerons cette étude des livres d'art, par une énumération des
livres concernant la curiosité et une revue des catalogues de vente du
XVIIIe siècle.

Et d'abord un petit livre rarissime, qui mérite d'ouvrir le chapitre de
la curiosité: RELATION EN FORME DE LETTRE, _sur les dépenses suggérées
par un goût outré pour des curiosités passagères, ou par une passion
désordonnée pour différents genres de compilations. Terminée par un
expédient de bienfaisance_[72]. C'est une facétie passant en revue
les goûts et les manies du temps. On y rencontre le collectionneur de
médailles, le collectionneur de coquilles dont les cabinets étaient si
nombreux à cette époque; le collectionneur d'estampes «qui a enfoui
40,000 écus dans l'obscurité de 60 portefeuilles»; le collectionneur
de partitions de musique, qui possède tous les divertissements,
cantates, cantatilles, recueils de chansons, sonates, concertos,
duos, solos, enfin tout ce qui a été imprimé ou gravé en fait de
musique, depuis quarante ans; le collectionneur de biscuits et de
terres cuites représentant tous les amours et les savoyards, les
nymphes et les vielleuses, et qui échangerait l'Andromède du Puget,
pour les statuettes de Manelli, de la Tonnelli, ou de quelque virtuose
du boulevard; le collectionneur d'argenterie et de boîtes baroques,
demandant, tous les jours, un renouvellement de la forme, et dont
l'opulence _inquiète_ ne veut pas se contenter de l'orfèvrerie de Balin
et du vieux Germain, de la bijouterie de Georges; le collectionneur de
tentures de la Chine, qui se défait de ses tapisseries de Flandres, de
Beauvais, des Gobelins, pour se procurer «les extravagantes beautés
des peintres chinois». Mais de tous ces amateurs le type le plus
passionné est une collectionneuse de porcelaines, qui, après avoir
donné dans la Chine et le Japon, dégoûtée par l'avilissement apporté
à ces porcelaines par les envois de la Compagnie des Indes, s'est
jetée dans le Saxe, et après avoir dit que l'argenterie n'est bonne que
pour des commis, des vieux militaires, s'écrie: «J'avoue que le Saxe
coûte un peu cher... Mais aussi j'ai huit services de tables complets,
indépendamment de ce que j'ai déboursé pour faire remonter en Saxe mes
glaces, mes lustres, mes pendules, ma toilette et ma garde-robe. En
vérité, j'ai une passion pour le Saxe qui va jusqu'à l'adoration. Enfin
je suis Saxe des pieds jusqu'à la tête..... Il n'y a pas jusqu'à mon
almanach et mes livres de piété qui ne soient reliés en Saxe.»

    [72] Cette brochure a été publiée anonymement. Elle est d'un
    avocat nommé Yon, et a paru en 1757.

A cette brochure il faut joindre: «RÉFLEXIONS SUR LA PEINTURE ET LA
GRAVURE, accompagnées d'une courte dissertation sur le commerce de
la curiosité et les ventes en général, par Joullain fils aîné, 1786»;
«le RÉPERTOIRE DES TABLEAUX, DESSINS ET ESTAMPES, ouvrage utile aux
amateurs, 1788»; et parmi les livres modernes, le LIVRE-JOURNAL de
Lazare Duvaux, marchand bijoutier ordinaire du Roi, qui contient, de
1748 à 1758, les achats des _jolités_ et bibelots de tous les curieux
et les curieuses du temps: livres parmi lesquels doit prendre sa place:
«LA CONFESSION PUBLIQUE DU BROCANTEUR, Amsterdam, 1776», brochurette
où le sieur _Ferre-la-Mule_, au moment de mourir dans une tempête,
confesse tous les _trucs_ des marchands de tableaux du temps, trucs
bien innocents, quand on les compare à ceux des marchands de tableaux
contemporains.

Maintenant, faisons le dénombrement des catalogues originaux.

Sur deux planches, rangés par ordre de dates, se succèdent tous ces
petits et gros catalogues de vente, montrant, en une sorte d'obituaire
des amateurs et des artistes du XVIIIe siècle, le passage aux enchères,
depuis le règne de Louis XV jusqu'à la Révolution, de tout le joli et
exquis mobilier d'art du temps: pauvres petites brochurettes autrefois
si méprisées, et dont, en face l'Institut, j'ai vu remplie toute une
boîte de bouquiniste à 20 centimes, et dans laquelle j'ai acheté le
catalogue de Boucher, et dans laquelle se trouvait, au même prix, celui
du peintre de Troy, ce catalogue qui vient de se vendre 1,000 francs à
la vente de M. Reiset.

Le catalogue sommaire des dessins de grands maîtres d'Italie, des
Pays-Bas, de France... du cabinet de feu M. CROZAT (1741), la plus
extraordinaire collection de dessins qui fut jamais, et composée des
dessins de Jabach qui n'avaient pas été cédés au Roi, des dessins de
M. de la Noue, l'un des plus grands curieux de France, des dessins que
mademoiselle Stella avait trouvés dans la succession de son oncle,
des dessins provenant des débris de la collection Vasari, des dessins
des Carrache achetés aux héritiers de Pierre Mignard, d'une partie
considérable de dessins de Raphaël, découverts par le collectionneur
à Urbin, des dessins de Rubens sortant du cabinet d'Antoine Triest,
évêque de Gand, des dessins provenant des ventes de milord Sommers à
Londres et de Van der Schilling à Amsterdam.

Le catalogue raisonné de diverses curiosités du cabinet de feu M.
QUENTIN DE LORANGÈRE (1744); le catalogue de l'énorme collection de
tableaux, dessins, estampes, dans lequel est insérée l'intéressante
notice de Gersaint sur Watteau.

Le catalogue raisonné d'une collection considérable de diverses
curiosités, en tous genres, contenues dans les cabinets de feu M.
BONNIER DE LA MOSSON, Bailly et Capitaine des chasses de la Varenne
des Thuileries (1744). Et c'étaient chez Bonnier de la Mosson: 1°
un cabinet d'anatomie, 2° un cabinet de chimie, 3° un cabinet de
pharmacie, 4° un cabinet de drogues, 5° un cabinet du tour, 6° un
premier cabinet d'histoire naturelle, contenant les animaux en
fiole, 7° un second cabinet d'histoire naturelle contenant les
animaux desséchés, 8° un cabinet de physique, 9° un troisième cabinet
d'histoire naturelle contenant l'herbier, les coquilles parmi
lesquelles se trouvait la fameuse coquille nommée la _Scalata_, la
seule existante à Paris, et que M. Bonnier avait achetée 1,500 livres
en Hollande: ces neuf cabinets ornés «de tout ce que l'art a pu
imaginer de mieux et de plus agréable» comme sculpture recherchée et
délicate, glaces, dessus de portes, etc.

Le catalogue.... de feu M. le chevalier de LA ROQUE (1745). M. de la
Roque était l'ancien gendarme de la garde du Roi, à la jambe emportée
par la canonnade de Malplaquet, le privilégié du Mercure, l'ami de
Watteau, dont il passait à sa vente les deux tableaux des «Fatigues»
et des «Délassements de la guerre.»

Le catalogue des tableaux du cabinet de M. CROZAT, baron de Thiers
(1745), l'inestimable collection passée en Russie.

Le catalogue raisonné des bijoux, porcelaines, bronzes, laques, lustres
de cristal de roche, pendules de goût.... provenant de la succession
de M. ANGRAN, vicomte de FONSPERTUIS (1747). C'est la collection des
plus rares porcelaines de la Chine et du Japon, le cabinet où les
amateurs allaient apprendre à connaître le _vrai_ et le _beau_, et
qui renfermait les plus parfaits morceaux d'ancien bleu, avant la
substitution de l'émail à l'azur naturel, et les morceaux les plus gras
et les plus crémeux d'ancien blanc.

Le catalogue de tableaux et des objets d'ébénisterie... du sieur
CRESSENT, ébéniste du palais et de feu S. A. I. Monseigneur le duc
d'Orléans (1747), dont les travaux rivalisaient avec ceux de Boule,
et dont l'expert vante le contour simple et noble de ses commodes, et
l'incrustation épaisse et pleine de ses boîtes à pendules.

Et des catalogues, j'en passe, comme j'en ai déjà beaucoup passé, et
comme j'en passerai encore plus, faisant une course à vol d'oiseau, à
travers cet immense inventaire de la curiosité.

Le catalogue d'une collection de tableaux, dessins estampes... de
M. LE LORRAIN (1758), lorsqu'il avait l'honneur d'être choisi par
l'Impératrice de Russie pour être son peintre.

Le catalogue des tableaux... du comte de VENCE (1760), vente où
s'adjugeaient pour 550 livres «l'Écureuse» et le «Garçon cabaretier» de
Chardin, ces deux merveilles de la peinture laiteuse, dont nous avons
vu revendre l'un 23,200 fr., à la vente de Camille Marcille.

Le catalogue de tableaux... de feu messire Germain-Louis CHAUVELIN,
ministre d'État (1762) parmi lesquels figuraient les tableaux de
Watteau, connus sous les titres de la «Lorgneuse» et de «l'Accord
parfait».

Le catalogue de tableaux, dessins, estampes... de feu J.-B. de TROY,
directeur de l'Académie de Rome (1764), où se trouvait une collection
d'esquisses de choix de l'école française.

Le catalogue de tableaux, dessins, estampes... de DESHAYS, peintre du
Roy (1765), vente dans laquelle étaient livrés aux enchères une grande
quantité d'études et de dessins du gendre de Boucher.

Le catalogue de tableaux, sculptures, dessins, estampes, porcelaines,
bijoux, meubles précieux... du duc de TALLARD (1766). Un cabinet en
général formé de tableaux de l'école italienne, et où le duc n'avait
consenti à admettre des maîtres de l'école flamande «qu'autant qu'ils
avaient travaillé dans le genre noble et sublime». Dans les sculptures,
bronzes, meubles précieux, était vendue une série de magnifiques
lustres en bronze, à propos desquels l'expert déclarait que, «quoique
les lustres de cristal aient absolument prévalu pour la décoration des
appartements, un lustre de bronze doré a plus de noblesse et convient
bien mieux pour un cabinet de peinture, où un lustre de cristal
devient trop brillant et rompt le bel accord, que tout amateur de
peinture doit rechercher dans l'assemblage des chefs-d'œuvre de l'art».

Le catalogue... du peintre AVED (1766), auquel il faut joindre le
catalogue de sa seconde vente faite en 1770. Ce peintre, qui passait
pour un des plus parfaits connaisseurs d'Europe, et qui avait mis dans
sa collection tout son patrimoine et le bien de sa femme, avait réuni
un choix de tableaux et de dessins de ses contemporains, et toute une
suite de natures mortes de son ami, et collaborateur dans la peinture
de portraits, Chardin.

Le catalogue des effets curieux... du cabinet de feu M. de SELLE,
trésorier de la Marine (1766), qui contenait, parmi des tableaux et
des porcelaines, une suite de marbres, de bronzes, de terres cuites
de François Girardon, Auguier, le Lorrain, Gaspard de Marsy, Antoine
Coysevoix.

Le catalogue de tableaux originaux de différents maîtres, miniatures,
dessins, estampes sous verre, de feu Mme la marquise de POMPADOUR
(1766); petite plaquette de 32 pages, ne contenant que 99 numéros, et
où n'apparaît rien de son somptueux mobilier, que nous retrouverons
plus tard à la vente de son frère, le marquis de Ménars. Cette vente
ne renferme de remarquable et de digne de la favorite, que les deux
grandes compositions de Boucher «le Lever et le Coucher du soleil», qui
font aujourd'hui partie de la collection de M. Richard Wallace.

Le catalogue des statues en pierre, en plâtre, en terre et bronzes,
modèles et ustensiles d'atelier qui seront vendus chez le sieur
AYCARD, sculpteur, à la Petite Pologne, près la barrière du faubourg
Saint-Honoré.

Le catalogue raisonné des tableaux, dessins, estampes et autres
effets curieux, après le décès de M. de JULIENNE (1767), l'amateur
par excellence du siècle, et dont la vente des tableaux de toutes les
écoles, des laques les plus recherchés, des meubles de l'ébéniste
Boule, était annoncée dans une vignette, par une Renommée apprenant à
l'Europe que le cabinet de M. de Julienne était à vendre.

Le catalogue de tableaux, groupes, figures de bronze, porcelaines
rares... de feu M. GAIGNAT, ancien secrétaire du cabinet du Roy (1768);
une des collections, dit l'expert Remy, les plus recommandables entre
toutes par l'excellence des choix. Les porcelaines de la Chine et du
Japon sortaient des cabinets de S. A. R. Madame la duchesse d'Orléans,
de la comtesse de Verrue, du prince de Carignan, du comte de Fontenai,
le plus grand connaisseur en porcelaines.

Le catalogue du sieur AMAND, peintre du Roy en son Académie royale de
peinture, devant avoir lieu le 30 juin 1769 et jours suivants, rue
du Cul-de-sac de la Bouteille, et consistant en tableaux, dessins,
estampes et autres ustensiles à l'usage de la peinture. Ce catalogue,
avec sa courte notice biographique, qui est, ainsi que pour un certain
nombre de petits peintres obscurs du XVIIIe siècle, tout ce qu'on
possède à peu près de documents sur leur vie ignorée, nous montre la
misère d'une vente d'artiste de ce temps, d'un artiste qui n'est pas à
la mode. On y voit son grand tableau de «Mercure et Argus» se vendre 49
livres, son autre tableau de «Psyché abandonnée par l'Amour» 52 livres,
enfin son tableau de «Soliman II devant lequel on déshabille des femmes
esclaves», ne pas dépasser 80 livres.

Le catalogue... de feu M. CAYEUX, sculpteur (1769); une importante
réunion de dessins, parmi lesquels il y en avait de Bouchardon, de
Boucher, de Vanloo, de Pierre, de Natoire, de Jeaurat, de Cochin fils,
de Greuze.

Le catalogue des tableaux, figures, bustes de marbre, bas-reliefs
de terre cuite, morceaux d'ivoire... de M. LALIVE DE JULLY (1769);
collection contenant les plus beaux échantillons de l'art français
depuis Simon Vouet jusqu'à Vien, et où se trouvait «le Père de famille
lisant la Bible» de Greuze, et le curieux portrait de Watteau par la
Rosalba.

Le catalogue de tableaux, groupes de bronze, porcelaines... de M.
BERINGHEN, premier écuyer du Roi (1770), qui avait toute une collection
d'animaux, de vaches, de singes, en _bleu céleste et violet_.

Le catalogue raisonné des tableaux, estampes, bronzes, terres cuites,
laques, porcelaines de différentes sortes... de feu M. BOUCHER,
premier peintre du Roi (1771). A propos de ce catalogue, répétons que
les catalogues qui n'avaient pas été employés avant nous, dans la
biographie des gens, sont les naturels et les seuls introducteurs, en
ce temps, dans les milieux de leur vie, et que pour l'explication du
talent des artistes, ces inventaires dédaignés apportent de curieux
renseignements. C'est ainsi que nous avons pu donner de la pastorale
enrubannée du Maître, et la charrue et la herse et le petit bateau de
pêcheur: des modèles-joujoux; c'est ainsi que nous avons pu montrer le
coloriste _vermillonné_ des dernières années, peignant dans un tendre
embrasement de tons de coquillages et d'éclairs de matières précieuses.

Le catalogue de tableaux à l'huile, à gouache et au pastel, peintures
de la Chine, enluminures, dessins précieux, estampes... de feu HUQUIER,
graveur (1771). Une nombreuse réunion de dessins et d'estampes
renfermant un grand nombre d'académies, de tous les maîtres. On y
remarquait une suite de recueils de dessins reliés en volumes, parmi
lesquels il y avait 45 dessins de monuments de Rome par Poussin, les
150 dessins originaux à la sanguine de Gillot pour les fables de
Lamotte, 39 dessins faits d'après les plombs de Meissonnier, une suite
de 150 charges à la plume et au bistre pour l'illustration des Songes
pantagruéliques de Pantagruel, par Huquier. Les dessins et les estampes
laissés par Huquier étaient en si grande quantité, qu'une seconde vente
avait lieu la même année.

Le catalogue ou plutôt les deux catalogues de Mlle CLAIRON (1773), dont
la vente se faisait rue du Bacq, près le Pont-Royal. La collection
préférée de la tragédienne était une collection d'histoire naturelle
avec les divisions en minéraux, cristallisations, stalactites, pierres
calcaires, agates, cailloux, jaspes, pétrifications, pierres fines,
coraux, madrépores-antroites, méandrites, tubipores, fougipores,
millepores, rétépores, lithophites, éponges, alcyons, vermiculaires,
lépas, oreilles de mer, nautiles, limaires nérites, buccins, tonnes,
casques, rochers, pourpres, volutes, olives, porcelaines, huîtres,
peignes, cœurs, tellines, moules, oursins, opercules, coquilles
terrestres, fluviatiles, étoiles de mer. La seconde vente qui avait
lieu un mois après, montrait aux regards des curieux, au milieu
d'habillements de sauvages, de costumes turcs, de choses exotiques
et d'estampes, les objets de ville usuels et familiers de la grande
actrice: une navette de laque rouge à cartouche de laque noir et or,
doublée de nacre et garnie en or; une écritoire de trois pièces, en
cristal de roche, garnie en or, sur un plateau en éventail de laque
fond noir avec arbres et fabriques en or et bordure aventurinée;
un souvenir d'or de couleur avec des cartouches à portraits et
cure-oreille d'or d'Allemagne; une montre ovale, à huit pans, dans
une boîte de cristal de roche d'un travail ancien et délicat; un
porte-crayon et un dé d'or; un étui à aiguilles d'or; un berloquier
d'acier garni de cinq flacons, d'une paire de ciseaux damasquinés d'or,
d'une lorgnette à deux verres, d'un tire-bouchon d'argent en olive à
secret, d'un couteau de nacre de perle, garni de deux lames dont une
d'or.

Le catalogue de dessins... de M. LEMPEREUR (1773) où se trouvait une
suite de plus de quarante dessins de Bouchardon.

Le catalogue de tableaux... de feu _M. Jacqmin_, joaillier du Roi et
de la Couronne (1773), à la vente duquel la «Naissance de Vénus» de
Boucher, gravée par Levasseur, se vendait 480 livres, et bon nombre de
boîtes en émail de Mailly et de Rouquet.

Le catalogue de tableaux originaux... de M. le C. de D. (1774). C'est
la vente de Du Barry le Roué, après sa fuite de France, à la mort de
Louis XV. Cette vente contenait des Watteau, des Boucher, des Greuze.

Le catalogue raisonné des différents objets de curiosités dans les
sciences et dans les arts qui composaient le cabinet de feu M.
MARIETTE, rédigé par Basan (1775); précieuse collection presque
uniquement composée de dessins et d'estampes, et qui montait à 288,500
livres.

Le catalogue des tableaux, figures, bustes... du duc de SAINT-AIGNAN
(1776) qui possédait les deux jolis tableaux de Subleyras, connus sous
les titres du «Faucon» et des «Oyes du frère Philippe».

Le catalogue de dessins... de M. NEYMAN, orné d'un frontispice de
Choffart (1776), et contenant 1,266 numéros de dessins de maîtres.

Le catalogue de tableaux précieux, miniatures, gouaches... de M.
BLONDEL DE GAGNY (1776), vente où repassaient le Murillo, le Rembrandt,
le Teniers, le Wouwermans de la comtesse de Verrue.

Le catalogue de tableaux, dessins précieux, vases de marbre et de
bronze, porcelaines de premier choix, ouvrages du célèbre Boule...
qui composent le cabinet de M. RANDON DE BOISSET (1777). C'est le
catalogue d'un financier de goût, aux achats conseillés par Boucher,
Greuze, Hubert-Robert, et où les plus beaux tableaux flamands et
français voisinaient avec des marbres les plus rares de l'Italie, et où
posaient, sur les plus parfaits meubles de Boule, des porcelaines _de
la première qualité coloriée_, comme les collectionneurs n'en avaient
pas vu passer en vente depuis trente-cinq ans.

Le catalogue de tableaux italiens, français, hollandais... dont la
vente se fera le lundi 17 février 1777 et jours suivants, à trois
heures de relevée, rue Saint-Honoré, hôtel d'Aligre. Cette vente
anonyme est la vente faite par Mme Du Barry, dans les premiers embarras
d'argent de sa disgrâce, et dont nous avons raconté les détails dans
son histoire[73]. Parmi les tableaux importants livrés aux enchères,
signalons un tout petit tableau (H. 6 p., L. 10 p.) de Gabriel de
Saint-Aubin, représentant un peintre dessinant un modèle de femme nue,
couchée sur un canapé, sujet que le petit maître a gravé lui-même à
l'eau-forte de sa pointe la plus spirituelle. Il serait intéressant
de retrouver ce tableautin, qui fixerait sur le faire à l'huile de ce
gribouilleur de génie à l'aquarelle, et dont on ne possède pas une
peinture de genre authentique.

    [73] LA DU BARRY, par Edmond et Jules de Goncourt. Charpentier,
    1878, p. 205.

Le catalogue de tableaux, dessins, terres cuites... de monseigneur
le prince de CONTI (1777), immense et splendide collection dont les
tableaux montaient à 897,985;--les peintures à gouache et miniatures, à
14,446;--les dessins à 39,472;--les terres cuites et vases de bronze,
à 29,509;--les pierres fines et bagues, à 39,365;--les médailles
antiques, à 6,681;--les bijoux, a 26,466: total, 1,053,944.

Le catalogue de tableaux et dessins originaux... de feu M. NATOIRE
(1778) qui consistait en quelques spirituelles peintures de Watteau,
Boucher, Subleyras, Fragonard, Hubert-Robert, et une suite de
compositions et d'études de l'ancien directeur de l'Académie de Rome.

Le catalogue de tableaux originaux... de Mme *** (Mme de Cossé), 1778,
vente où passait le petit modèle des chevaux Pégases des Tuileries.

Le catalogue de tableaux, sculptures en marbre, bronze, plomb doré...
provenant de la succession de feu M. l'abbé TERRAY, ministre d'État
(1778), dont la préface dit: «L'amateur qui avoit formé ce cabinet,
vouloit encourager les artistes ses contemporains, et, sans refuser
son admiration aux ouvrages des anciens, contribuer, autant qu'il le
pouvoit, à la splendeur des arts en France.»

Le catalogue d'une collection de dessins choisis de maîtres célèbres
des écoles italienne, flamande et française... de feu M. d'ARGENVILLE
(1779), collection de dessins qui passait pour la plus capitale après
celle de M. Mariette.

Le catalogue d'une belle collection de tableaux originaux... composant
le cabinet de M. *** (M. Trouart), contrôleur des bâtiments du Roi
(1779), où se trouvait cataloguée l'esquisse terminée du sacrifice
de «Callirhoë» de Fragonard et des terres cuites de Clodion, la Rue,
Houdon.

Le catalogue de quelques tableaux et dessins et d'une nombreuse
collection d'estampes... du sieur JOULLAIN (1779), un des marchands et
experts célèbres du temps.

Le catalogue raisonné de tableaux... de M. POULLAIN, receveur général
des domaines du Roi (1780), nombreuse collection formée de tableaux
provenant des cabinets Montmartel, prince de Conti, Randon de Boisset,
Blondel de Gagny.

Le catalogue des tableaux et dessins précieux qui composent le
cabinet de M. DE SIREUL (1781), cabinet presque exclusivement composé
de dessins de Boucher, et qui valait à cette collection le nom de
_Portefeuille de M. Boucher_.

Le catalogue des différents objets de curiosité dans les sciences et
arts qui composaient le cabinet de feu M. le marquis DE MENARS (1781).
Cette vente du frère et de l'héritier de Mme de Pompadour est la vraie
vente de la favorite, et où passe, mêlé à quelques beaux tableaux
acquis par son frère, tout le mobilier d'art de la virtuose et de la
_curieuse_[74].

    [74] Voir, pour les détails de cette vente: MADAME DE
    POMPADOUR, par Edmond et Jules de Goncourt. Charpentier, 1878,
    p. 329.

Le catalogue de tableaux... après le décès de Mme LANCRET (1781), rare
petit catalogue qui contenait 21 numéros de tableaux du Maître, et
dont le plus cher, «la Réception d'un cordon bleu», auquel on joignait
encore un «Louis XV tenant un lit de justice», se vendait 299 livres.
Avec ces tableaux s'adjugeait un millier de dessins, par lots de 40, de
60, qui allaient de 3 à 6 livres.

Le catalogue de vases, colonnes, tables de marbres rares, figures
de bronze, meubles précieux... du duc d'AUMONT, catalogue orné de
trente planches (1782). Là est décrit le mobilier du XVIIIe siècle, où
peut-être s'unit le plus fastueusement à la richesse et à la rareté
des matières le précieux du travail, où le bronze doré s'associe aux
plus beaux marbres tirés des anciens monuments de Rome, un mobilier,
qui n'a de rival dans le passé que celui de la duchesse de Mazarin, et
qui contient à la fois d'incomparables tables de marbre et de porphyre,
un choix de porcelaines d'ancien bleu et blanc de la Chine provenant
du cabinet de Mgr le Dauphin, fils de Louis XIV, une réunion unique de
lustres, de lanternes, de bras ciselés par le célèbre Gouthière.

Le catalogue d'une belle collection de tableaux de M. *** (Nogaret),
1782, contenant «Jupiter et Antiope» et «l'Amour se dérobant à la
correction de Vénus» de Watteau, «le Bal» de Pater, «le Moulin de
Charenton» de Lancret.

Ces catalogues, ils se trouvent en général dans leur brochure de
papier peigne, avec le nom du destinataire écrit sur la couverture.
Mais quelquefois, par hasard, on a la bonne fortune de les rencontrer
reliés en maroquin, plus souvent en veau, d'un joli veau clair
semblable à une planchette de citronnier, décorée de filets sur les
plats, d'un dos orné, d'une tranche ornée, et tels que j'ai rencontré
le Quentin de Lorangère, le Blondel de Gagny, le Randon de Boisset. Ces
catalogues sont en général des exemplaires de l'expert qui a dirigé
la vente, et ils contiennent les prix et les noms des adjudicataires.
Quelquefois même ils sont plus précieux et peuvent passer pour de vrais
documents d'art. C'est ainsi que j'ai acquis, à la vente de M. Duchesne
du cabinet des Estampes, le catalogue de tableaux, sculptures de
dessins... du graveur LE BAS (1783) ayant en double les eaux-fortes du
portrait et du fleuron, et contenant, à la fin, un historique manuscrit
de la vente de 56 pages, et où j'ai trouvé sur Chardin et Moreau des
anecdotes qui ne se trouvent que là.

Le catalogue des tableaux, dessins, marbres, bronzes, terres cuites,...
du cabinet de M. *** (Blondel d'Azincourt), 1783, cabinet où se
trouvaient réunis «l'Enfant prodigue» de Teniers, «le Marché aux
Herbes» de Gabriel Metzu, «le Charlatan» de Karel Dujardin, «les
Champs-Elysées» de Watteau, une suite de dessins du meilleur temps de
François Boucher, un amour en marbre, grandeur naturelle, de Saly.

Le catalogue d'une collection précieuse de marbres d'Alsace tels que
porphyre, granit, serpentin, composée de vases de différentes formes
comme coupes, cuvettes et fûts de colonnes... montés en bronze doré
d'or mat, exécutés sur de beaux profils et modèles de M. Feuillet
(1784), collection d'échantillons de morceaux taillés de porphyre, dont
la taille était alors toute nouvelle en France, et qu'on offrait aux
curieux jaloux de comparer la matière antique avec la matière moderne.

Le catalogue de tableaux... du comte DE MERLE (1784), parmi lesquels
figurait le tableau de Berghem, connu par l'estampe d'Alliamet sous le
titre de l'Ancien Port de Gênes.

Le catalogue raisonné d'une très belle collection de tableaux des
écoles d'Italie, de Flandres et de Hollande qui composaient le cabinet
du comte DE VAUDREUIL, grand fauconnier de France (1784), catalogue
dans lequel on annonçait la vente de huit tableaux de Vernet, propres
à la décoration d'une galerie ou à l'embellissement de deux salons: 1°
un clair de lune; 2° un site montagneux; 3° une tempête; 4° un soleil
couchant; 5° une vue de mer par un temps de brouillard; 6° un coup de
vent; 7° un second soleil couchant; 8° un feu d'artifice.

Le catalogue de tableaux, dessins, estampes, terres cuites, marbres,
bronzes antiques et modernes... de M. le bailli DE BRETEUIL (1785),
catalogue dont la pièce capitale était un surtout de table composé de
petites architectures représentant le temple de Flore pris sur celui
de la Sibylle Tiburtine, le temple de Minerve, le temple de Mercure,
un cirque, deux arcs de triomphe, des obélisques, des trophées, des
colonnes triomphales, des sceaux à rafraîchir, des figures d'Isis: le
tout exécuté en lapis, en prime d'émeraude, en jaspe verdâtre, en rouge
antique, et monté en bronze doré; un surtout, dont faisaient partie 75
couteaux aux manches composés des matières les plus précieuses, aux
lames d'or. Dans ce catalogue du bailli de Breteuil, est encartée,
dans mon exemplaire, une feuille des vins à vendre, et parmi lesquels
figurent les vins à la mode du temps, «les vins de Vosne, de Beaune,
de Châteauneuf du Pape, de Champagne rouge, de Carcassonne, d'Ay de
plusieurs âges, d'Ay œil de perdrix, de Sautterne, de M. le maréchal
de Biron, de Tokaï de plusieurs âges, du Cap blanc et rouge, de Madère
doux et sec, de Malvoisie, de Madère, de Pontac, de Piccolets de
Venise, de Pietro de Ximenès, de Malaga rouge, de Septuval doux et sec,
de Ranciaux, de Procopia, de Mantillia, de Peralte.»

Le catalogue des tableaux... de M. le marquis DE VERI (1788), catalogue
qui renferme la plus nombreuse collection de tableaux de Greuze,
livrée aux enchères, et parmi lesquels se trouvaient «la Malédiction
paternelle, la Mort du père de famille, l'Hermite visitée par une
troupe de jeunes filles, l'Ivrogne, la Cruche cassée, la Fille au
chien, le Tendre Désir, le Petit Bonnet rond».

Le catalogue d'une belle collection de tableaux, esquisses à l'huile...
de M. NOURRI, conseiller au grand conseil (1785), où l'on vendait 36
livres 2 sols, le portrait de Molière par Antoine Coypel.

Le catalogue des dessins, estampes, ustensiles de peintre... de
LEPAON, le peintre de batailles de S. A. R. Monseigneur le prince de
Condé (1786), pauvre et rare petit catalogue de huit pages.

Le catalogue des tableaux, gouaches, miniatures... de M. BERGERET
(1786). C'est le Bergeret qui emmena Fragonard et sa femme en Italie,
et voulut se payer de ses frais en s'appropriant les dessins du
peintre faits pendant le voyage. Dans la vente du Turcaret passent des
tableaux, et le mobilier de marbre et de bronze doré des financiers du
temps. Parmi les sculptures, figure toute une suite de figures et de
bas-reliefs de Clodion, où au milieu des Bacchanales, des Lupercales,
des sacrifices au dieu Pan, la _sentimentalité_ de l'époque avait
introduit un petit monument en terre cuite, dédié aux mânes d'un serin.

Le catalogue des tableaux... du cabinet de M. WATELET (1786), contenant
une collection de tableaux choisis de l'école française, où l'on
admirait des Tremolière, des Vanloo, des Chardin, des Boucher, des
Doyen, des Greuze, des Vernet, des Hubert-Robert, et le fameux portrait
du cardinal Richelieu peint en émail par Petitot.

La notice des objets curieux dépendants de la succession de M. le duc
DE CHOISEUL (1786), renfermant les deux figures, grandeur nature, de
«l'Automne» et de «l'Hiver» peintes par Watteau pour la salle à manger
de Crozat.

Le catalogue de tableaux... de M. DE BOULLONGNE, conseiller d'État
(1789), où se vendait la «Toilette de Vénus», de Boucher.

Le catalogue de tableaux, de dessins précieux... formant le cabinet de
M. COLLET, secrétaire du cabinet de Madame Sophie de France (1787);
jolie collection d'aimables choses, d'où viennent «le Mercure de
France» et «le Concert agréable», les deux gouaches de Lawreince, qui
font partie de ma collection de dessins.

Le catalogue de tableaux, portraits peints depuis le XIVe siècle
jusqu'à nos jours, miniatures... de feu M. le duc de RICHELIEU, pair et
premier maréchal de France, chevalier des ordres du Roi, connétable,
premier gentilhomme de la chambre de Sa Majesté, lieutenant général de
haute et basse Guyenne, noble Génois, l'un des quarante de l'Académie
française (1788). Une immense collection que cette collection du duc
de Richelieu, avec ses subdivisions en tableaux, miniatures, estampes
encadrées, livres d'estampes, figures et bustes de marbre blanc,
figures et bustes de bronze, vases de marbre, porcelaines truité fin,
porcelaines d'ancien Japon, porcelaines bleu céleste, porcelaines
céladon, porcelaines de la Chine coloriées, porcelaines d'ancien
blanc, porcelaines bleu et blanc, pagodes et terres des Indes, vases
de terre d'Angleterre, anciens laques, porcelaines de Saxe montées et
de service, porcelaines de Sèvres et autres manufactures, porcelaines
de Chantilly, pendules de bon genre, lustres et lanternes, feux, bras
et flambeaux, tables de marbre, meubles de différents genres, boîtes
précieuses en cailloux montées en or, et bijoux médailles.

Le catalogue des bustes et vases de marbre... du maréchal duc DE DURAS
(1789), vente dont les objets les plus précieux étaient une commode, un
secrétaire, des encoignures, un bureau _bibliopographique_, en laque du
Japon et du Coromandel, d'une qualité tout exceptionnelle.

Nous analyserons encore rapidement quelques catalogues de ventes faites
pendant la Révolution.

Le catalogue d'objets rares et curieux du plus beau choix... provenant
du cabinet de M. LE BRUN (1791). C'est l'énorme liquidation du fameux
marchand de tableaux, où l'on voit repasser et se vendre, à des
prix inférieurs, toutes les acquisitions, que, depuis une trentaine
d'années, il avait faites dans les ventes célèbres, et dont il n'avait
pu encore se défaire.

Le catalogue de tableaux, gouaches, estampes... de DE LAUNAY, graveur
du Roi (1792), chez lequel, selon l'habitude qu'avaient les graveurs
du temps, d'acheter les tableaux et les dessins qu'ils burinaient,
se trouvaient les tableaux de Fragonard qu'il avait gravés, sous les
titres du «Petit Prédicateur» et de «L'éducation fait tout,» et les
deux gouaches de Lawreince qu'il avait également gravés, sous les
titres de «Qu'en dit l'abbé» et «l'Heureux Moment».

Le catalogue des objets précieux... trouvés après le décès du citoyen
DONJEUX (1793), une autre vente d'un «négociant de tableaux et de
curiosités», dont on trouve le nom parmi les adjudicataires de toutes
les grandes ventes de la fin du siècle.

Le catalogue des tableaux précieux, figures, bustes en marbre,
groupes et figures de bronze... de feu M. CHOISEUL-PRASLIN (1793), une
collection commencée par le père du duc, dès 1750, et où se trouvaient
réunis: «le Fauconnier» de Rubens, «l'Embarquement de vivres» de
Berghem, «la Petite Sainte-Famille» de Rembrandt, «la Boutique
d'épicerie» de Gérard Dow, «le Colombier» de Wouwermans, «la Prairie»
de Potter, un superbe Claude Lorrain.

Le catalogue de tableaux, dessins, estampes... du citoyen Buldet,
ancien marchand d'estampes (an V de la République), où est catalogué
«Notre-Seigneur guérissant les malades», la pièce de Rembrandt, dite
aux cent florins.

Le catalogue de dessins et d'estampes... de BASAN, le fameux marchand
d'estampes, contenant la gouache de Baudouin, gravée par Simonet, sous
le titre: «Rose et Colas.»

Le catalogue de tableaux, pastels, gouaches, dessins, figures et bustes
de marbre... de feu GRIMOD DE LA REYNIÈRE (1797), une collection de
montres anciennes, et une réunion de tabatières précieuses, telle qu'il
n'en avait jamais été offerte en vente.

Poursuivons cette étude dans le XIXe siècle, où nous rencontrons de
précieux objets d'art du temps sur des catalogues, après décès, de
vieux survivants du siècle ou de leurs héritiers.

Le catalogue du cabinet de feu M. AUGUSTIN DE SAINT-AUBIN (1808),
catalogue où se rencontrent des dessins des deux frères, et où treize
peintures de Gabriel Saint-Aubin (sujets de scènes familières, pauvres
tableautins qui n'ont pas même de cadres), se vendaient 15 francs 60
centimes.

La notice succincte de tableaux, dessins et estampes, après le décès du
graveur CHOFFARD (1809), dont un seul numéro contient 440 dessins de
Baudouin, Boucher, Cochin, Fragonard, Moreau.

Le catalogue raisonné d'objets d'art... de feu M. SYLVESTRE (1810),
ancien maître à dessiner des Enfants de France, collection renfermant
un choix de dessins excellents, et d'où sont sortis, au prix de 22
francs, les deux portraits au pastel de Chardin et de sa femme, qu'on
voit aujourd'hui dans le salon des pastels du Louvre.

La collection de dessins et d'estampes... de M. PAIGNON-DIJONVAL
(1810), la plus innombrable collection de dessins et d'estampes qui ait
été jamais réunie par un particulier.

Le catalogue raisonné de gouaches et dessins du cabinet de M. BRUNN
NEERGARD (1814), une réunion de dessins du xviiie siècle, au milieu
desquels les dessins de Prud'hon font, pour la première fois, leur
entrée dans les ventes.

Le catalogue d'une collection nombreuse de tableaux, pastels, émaux,
miniatures... de feu M. RICHARD DE LEDAN (1816); catalogue dans lequel
l'expert annonce huit mille portraits du XVIe, XVIIe, XVIIIe siècle,
peints à l'huile au pastel, en émail, et dont huit cent quarante-cinq
garnissent des tabatières.

Le catalogue de tableaux, gouaches, miniatures, tabatières
précieuses... de feu M. QUENTIN CRAUFURD (1820), catalogue dans lequel
cet Anglais, amoureux de la France et de son histoire, avait réuni une
immense et curieuse collection de portraits des personnages illustres
du temps de Louis XIV.

Les trois catalogues de tableaux, d'estampes, de curiosités, du baron
DENON (1828), ce choix d'art de tous les temps et de tous les pays.

Le catalogue de tableaux... d'HIPPOLYTE LEMOYNE, le fils de Lemoyne
le sculpteur (1828). A cette vente passait le tableau de Boucher,
représentant un peintre à son chevalet, qui est Boucher, ayant près de
lui sa femme et son élève Deshays, qui deviendra son gendre. Et passait
encore un tableau de Pierre, daté de 1748, représentant un sculpteur
dans son atelier, qui est Lemoyne, aux côtés duquel se tient son élève
Pajou.

Et de ventes d'héritiers de peintres et de sculpteurs, contenant
quelques glorieux morceaux de l'artiste qui leur a donné son nom, nous
allons comme cela jusqu'à la vente de Caroline Greuze, la fille du
peintre, faite par Thoré en 1843.


C'est le tour des arts industriels, des arts gymnastiques, des arts
mécaniques.

L'art de la céramique est représenté par un certain nombre de
documents, parmi lesquels je ne veux citer qu'un document manuscrit
inédit, donnant la composition d'un service de porcelaine de Sèvres et
les prix des différentes pièces:

ÉTAT DU PRÉSENT FAIT PAR LE ROY A SA MAJESTÉ LE ROY DE DANEMARCK ET AUX
SEIGNEURS DE SA SUITE, LIVRÉ PAR LA MANUFACTURE ROYALE DE PORCELAINES,
LE 9 NOVEMBRE 1768.

    1 tableau. Sujet de soldats                           960 fr.
    1   ----   d'après M. Pierre                          840
    1   ----   d'après M. Vanloo                          720
    1 vase fond vert avec le portrait du Roy              600
    2 vases peints à bas-reliefs,             480         960
    2 ----   ----      ----                   432         864
    1 buste du Roy en sculpture                           144

    _Service en bleu caillouté d'or._

    48 assiettes à                             36 fr.    1728 fr.
     8 compotiers                              48         384
     4    ----                                 51         204
     2 sucriers                               132         264
     2 plateaux à deux pots à confitures      120         240
     2 soucoupes à pied                        51         102
    14 tasses à glaces                         24         336
     2 seaux à glaces                         252         504
     2 ----  à 1/2 bouteilles                 156         312
     2 ----  à topettes                       120         240
     2 ----  ovales                           156         312
     2 ----  crénelés                         204         408
     2 gobelets et soucoupes bleu et or        30          60
    14   ----    ----   ----   ----            48         672
     6 gobelets et soucoupes bleu céleste      54         324
     1 pot à sucre                                         48
     1   ----                                              54
     2 théières                                60         120
     2 pots à lait                             60         120
     1 jatte à rincer                                      54

    _Sculpture._

     1 groupe de la _Fée Urgèle_                          144 fr.
     2  ----  du _Sabot cassé_                 60 fr.     120
     2 groupes de la _Loterie_ à               96         192
     2  ----   des _Gourmands_                 42          84
    16 enfants de Falconet, 1re                30         480
     1 groupe de l'_Amitié_                               300
     1  ----  des _Grâces_                                240
     1 Amour de Pigale                                     48
     1 ----  de Falconet                                   96
    12 enfants dudit, 2me                      21         252
    12  ----   de Boucher                      36         432
     4 Flore et Hébé                           36         144
     4 piédestaux                              15          60

A ce service était annexé un supplément presque aussi considérable que
le service, un supplément montant à 14,534 dans lequel nous trouvons
des beurriers à 120 livres, des salières doubles à 33 livres, des
moutardiers à 78 livres, des saladiers à 144 livres, des saucières à 78
livres, des plateaux Bouret à 45 livres, des pots à oyles et terrines
à 600 livres, une jatte à punch et mortier au même prix, et dans la
sculpture, les groupes de Pygmalion et de l'Amour, coûtant 480 livres,
et celui de la Fête du château, 144 livres.

Les seigneurs de la suite du roi de Danemarck recevaient également
des cadeaux de porcelaines: M. de Bulo était gratifié d'un grand
déjeuner Dauphin, du prix de 600 livres; M. le comte de Holk, d'un
déjeuner losangé à jour, de 384 livres, et d'une tabagie accompagnée
de son plateau, de 168 livres; M. le baron Deschunerman, d'un déjeuner
Courteille, de 408 livres; M. Schumaker, d'un déjeuner Tiroir, de 240
livres; M. de During, d'un déjeuner Hébert à anses, de 192 livres.

L'art de la tapisserie compte très peu de livres et de brochures. Pour
les tapisseries des manufactures de l'État, je ne connais guère que
la NOTICE SUR LA MANUFACTURE NATIONALE DES GOBELINS, par Guillaumot,
an VIII, qui est comme l'embryon des travaux publiés depuis par M.
Lacordaire. Sur la broderie, la broderie occupant les loisirs des
femmes, il est une brochure intéressante: le «TRAITÉ DES DIFFÉRENTES
ESPÈCES DE TAPISSERIES, et principalement de la tapisserie au petit
point et au point long. Yverdon, 1776.» L'auteur qui dédie son livre
à la présidente Chambrier, une _artiste en laine_, après nous avoir
appris que la broderie est, en ce temps, le grand amusement de la
campagne, et que tout château a un métier dans son salon de compagnie,
à l'usage des amies faisant séjour, passe en revue le petit point,
le point long abandonné, mais de mode aux siècles passés, et où les
brodeuses introduisaient des perles, des grenats, et même des cheveux
naturels sur la tête des personnages, puis la chenille, les ouvrages
sur paille, et conseille les laines d'Angleterre pour le point long,
les laines de France pour le petit point.

De l'art de la fabrication des étoffes et des tissus, le livre le mieux
et le plus pittoresquement fait, est un volume dont je possède un
exemplaire en maroquin rouge: c'est «LE DESSINATEUR POUR LES FABRIQUES
D'ÉTOFFES, D'OR, D'ARGENT ET DE SOIE, par Joubert de Hiberderie, 1765».
Le livre, outre sa partie technique, a cela d'amusant qu'il parle un
peu de tout, et qu'il fait faire à son dessinateur un voyage des
plus instructifs dans Paris, ne l'arrêtant pas seulement aux magasins
d'étoffes de soie de MM. Barbier, Bourjol, Laurozat, Nau, Despeignes,
de Courcy, David le Roux, Doré, Mercier, Buffault, Martin, Doucet, le
Boucher, Grégelu, Le Sourd, mais le menant au Louvre, au Luxembourg,
au Palais-Royal, dans les collections particulières, au cabinet des
estampes, dans les manufactures royales, et lui faisant voir les
boutiques des brodeurs et faiseuses d'agréments, des éventaillistes,
des peintres d'équipages. A propos des étoffes de coton, citons une
petite brochure qui s'élève contre la prohibition de l'impression et
la gravure des moules propres à l'impression des toiles de coton en
France: ce sont les «RÉFLEXIONS SUR DIFFÉRENTS OBJETS DE COMMERCE, et
en particulier sur la libre fabrication des toiles peintes en France.
Genève, 1749.»

Sur l'art du tapissier, un homme du métier a publié, en 1774, un petit
volume technique du plus haut intérêt, devenu aujourd'hui très rare. Ce
sont les «PRINCIPES DE L'ART DU TAPISSIER, ouvrage utile aux gens de la
profession, par M. Bimont, maître et marchand tapissier». Bimont nous
donne la nomenclature exacte du mobilier du temps; son livre renferme
l'énumération des lits à la duchesse, à la romaine, appelés baldaquins,
à la turque, à la polonaise, des lits à tombeau, à double tombeau,
des lits à colonne, du lit à pavillon en serge, puis des sophas, des
ottomanes, des duchesses, des fauteuils à poches, à cartouches, des
fauteuils en cabriolet, des fauteuils de canne, des grandes bergères
de paille, des chaises à la reine, des paravents, des écrans, etc. Il
indique le prix des étoffes, depuis le damas de Gênes, de Lyon, de
Tours, jusqu'à la siamoise de Rouen et de la barrière du Temple, et la
façon de chaque meuble est évaluée par article détaillé, en sorte que
nous apprenons que la garniture d'un lit de trois pieds et demi à la
duchesse, en damas, coûtait à Paris, en 1774, la somme de 857 livres 15
sols.

Dans l'art de la joaillerie, à noter un beau livre: le «TRAITÉ DES
PIERRES PRÉCIEUSES ET DE LA MANIÈRE DE LES EMPLOYER EN PARURES, par
Pouget fils, à Paris, chez l'auteur marchand joaillier, quay des
Orfèvres, au _Bouquet de diamants_; Paris, 1762», in-quarto. Il est
orné d'un frontispice et de 79 planches gravées par Mlle Rambeau,
représentant une très intéressante suite de montures du temps. On y
voit des bouquets exécutés chez Lempereur, des aigrettes, pompons,
papillons à mettre dans les cheveux, des boucles à fleurs, des
bracelets ou boîtes à portraits, des agrafes de corps, des colliers
d'applique, des nœuds de col, des bagues de fantaisie, des becs de
tabatière, des nœuds d'épaule, des ganses de chapeaux, des navettes,
des bâtons d'éventail, des queues de cachet, des chaînes de montre,
dont l'une représente les attributs de l'Amour, symbolisant «la
Jeunesse et la Beauté par un panier de fleurs, les Sens par un trophée
de musique, deux flambeaux et quelques fruits, la Discrétion par deux
trompettes enchaînées, la Jouissance par deux tourterelles bec à bec,
couronnées de fleurs[75]».

    [75] Un complément de ce livre pour l'histoire de l'art de la
    joaillerie et bijouterie est le catalogue détaillé des plus
    belles pierreries de France qui se trouve dans l'INVENTAIRE
    DES DIAMANTS DE LA COURONNE. Paris, de l'Imprimerie nationale,
    1791.

L'art de la danse, le premier des arts gymnastiques, a sa petite
bibliothèque. Elle débute par: «LE MAITRE A DANSER, par Rameau,
_maître à danser_ des pages de Sa Majesté Catholique, la reine
d'Espagne», un volume où d'épouvantables tailles-douces vous
démontrent, sur des personnages en bois, les grâces du menuet,
vous donnent les deux attitudes pour ôter son chapeau, et toute
l'interminable série des révérences en avant, de côté, en arrière.
A propos de la courante, l'auteur nous apprend que «Louis XIV,
d'heureuse mémoire, la dansait mieux que personne de sa cour». Un
autre volume de Rameau intitulé: ABRÉGÉ DE LA NOUVELLE MÉTHODE
DANS L'ART D'ÉCRIRE TOUTES SORTES DE DANSES DE VILLE, et dédié
à son Altesse Sérénissime Mlle de Beaujolais, est suivi «des douze
plus belles danses de Pécour, compositeur de l'Académie royale de
musique», parmi lesquelles nous relevons la Bourrée d'Achille, la
Mariée de Roland, le Menuet d'Alcide, la Royale. Un autre recueil
publié précédemment par «M. Feuillet, maître et compositeur de
danse», sous le titre: RECUEIL DE CONTREDANSES MISES EN CHORÉGRAPHIE,
contenait le Carillon d'Oxford, le Tourbillon d'amour, le Menuet de
la Reine, l'Épiphanie. LE RÉPERTOIRE DES BALS, _ou théorie pratique
des contre-danses, par le Sr de la Cuisse, maître de danse_, quatre
volumes portant la date de 1762, et contenant les plans des figures des
contre-danses, renferme quelques titres singuliers comme l'Hôtel de
l'Ortie, la Fleury ou les Amusements de Nancy, les Fontaines du Loiret,
les Jolis Garçons, l'Épicurienne, la Strasbourgeoise, la Clairon, les
Échos de Passy, la Ruggieri, la Fée Urgèle. Cet ouvrage est illustré
dans son premier volume de deux planches, l'une pour la Bionni, l'autre
pour la Griel, du nom du portier du parc de Saint-Cloud, deux planches
chargées d'une multitude de danseuses et de danseurs microscopiques,
gravés à l'eau-forte, répétant dans de petits carrés les figures, et
que j'ai reconnus pour des Gabriel de Saint-Aubin. Ces deux eaux-fortes
jusqu'ici inconnues, et dont la Griel est signée _g d s_, manquent au
catalogue du petit maître rédigé par M. de Baudicour. Vient, après le
Répertoire des bals, la LETTRE SUR LA DANSE ET LES BALLETS, par M.
Noverre, _pensionnaire du roi et maître des ballets de l'Empereur_,
Londres et Paris 1783, un exemplaire d'envoi avec l'_ex dono autoris_,
et relié en maroquin rouge, et précédé d'un magnifique portrait gravé
en Angleterre, où le professeur de danse porte en sautoir sur la
poitrine un ordre étranger.

Parmi les danses à la mode en France, au XVIIIe siècle, il en est une
qui fit fureur: la danse qui eut l'honneur d'être représentée par A.
de Saint-Aubin, dans son Bal paré, l'Allemande. Je possède sur cette
danse deux rares petites plaquettes. L'une porte pour titre: «ALMANACH
DANSANT OU POSITIONS ET ATTITUDES DE L'ALLEMANDE, dédié au beau sexe
par Guillaume, maître de danse pour l'année 1770.» Elle est ornée d'un
charmant frontispice dessiné par Bertault, et de douze jolies figures,
donnant les passes de cette danse, figures qui ont une certaine parenté
avec le dessin d'Augustin de Saint-Aubin. Un autre petit volume
avec des figures gravées par Mme Annereau, mais très inférieures,
s'intitule: «PRINCIPES D'ALLEMANDES, par M. Dubois, de l'Opéra. A
Paris, chez l'auteur.»

Dans l'art de l'équitation, nous citerons l'ÉCOLE DE CAVALERIE de
la Guérinière, les deux volumes publiés en 1769 et illustrés des
spirituelles et pittoresques eaux-fortes de Charles Parrocel, montrant
la Pésade, la Courbette, la Ballottade, la Croupade, la Capriole, le
Piaffer dans les piliers, la Course de bague. Nous citerons encore la
PRATIQUE D'ÉQUITATION par M. Dupaty de Clam, 1769, petit livre qui
a pour frontispice la rare gravure de Moreau jeune, représentant:
«_Posture à cheval dessinée d'après nature_, où le cavalier est vu aux
trois quarts et à quatre pieds au-dessous de la ligne horizontale.»
Il y a à joindre à ces deux ouvrages la brochure intitulée: MÉMOIRE
INUTILE SUR UN SUJET IMPORTANT, 1788, qui est, en ce temps de fureur
des courses, une défense du cheval anglais, contre Linguet qui s'était
indigné de la curiosité de Paris «pour ces _squelettes_ de chevaux
montés par des singes anglais».

L'art de l'escrime compte quelques volumes. Le plus ancien en date
est: «LE MAISTRE D'ARMES, ou l'abrégé de l'exercice de l'épée,
démontré par le sieur Martin, maistre en fait d'armes de l'Académie de
Strasbourg, 1737.» Ce livre, publié à Strasbourg avec des imageries
provinciales, en est encore à la flanconade. Le véritable traité en
faveur, au XVIIIe siècle, s'appelle «L'ART DES ARMES par M. Danet,
Syndic-Garde des ordres de la compagnie des Maistres en fait d'Armes
des Académies du Roi en la ville et faubourg de Paris, aujourd'hui
Directeur de l'École royale d'Armes». C'est l'école de l'escrime
moderne avec un chapitre rétrospectif curieux sur les voltes,
pirouettes, estocades des anciens, et les deux volumes sont remplis de
figures gravées par Taraval. Il y a encore le «NOUVEAU TRAITÉ DE L'ART
DES ARMES par M. Nicolas Demeuse, garde du corps de S. A. le prince
évêque de Liège», un volume orné de figures, publié à Liège en 1786.

Les arts, concourant à la toilette de l'homme et de la femme, abondent
en brochurettes et petits livres curieux.

Commençons par la toilette de l'homme[76].

    [76] Je ne cite pas le Tailleur, tiré de l'ENCYCLOPÉDIE.

«ORAISON FUNÈBRE _de très habile, très élégant, très merveilleux_
CHRISTOPHE SCHELING, _maître tailleur de Paris, prononcée, le 18
février 1761, dans la salle du célèbre Alexandre, limonadier au
Boulevart. A Paris, 1761._»--Un petit pamphlet, une charmante
ironie, pleurant le tailleur qui, le premier, mit au jour la nuance
_mordorée_, qui eut le génie d'ambrer les habits, qui fut l'inventeur
de ces charmants déshabillés, appelés par le peuple _chenilles_[77];
l'artiste dont la vogue fut un moment telle, que son hôtel était
assiégé comme un ministère, et que tout Français bien né «se croyait
dans la nudité la plus affreuse, quand il n'était pas habillé par le
divin Scheling». Scheling, l'homme unique pour les habits de velours
moiré, cannelé, ciselé, de velours plein, de velours à bordure,
de velours à queue de paon, et encore pour les habits de taffetas
ondoyant, de taffetas pommelé, de lustrine mouchetée, de lustrine
serpentée avec dorures à glacis, dorures à flocons, galons à tresse,
galons à clinquant, galons sur rubans, broderie relevée, broderie
renversée, demi-Versailles, demi-Fontainebleau; le tailleur, enfin, qui
habillait Berlin, en dépit de la guerre entre la France et la Prusse,
et qui convertit la Pologne à nos modes, le jour où ses habits furent
introduits à Varsovie.

    [77] Voir un chapitre sur les chenilles, dans les LETTRES
    CRITIQUES ET MORALES SUR LES MODES DU TEMPS, Avignon 1760.

«ÉLOGE FUNÈBRE ET HISTORIQUE de très court, très épais et tout adroit
citadin, monsieur maître NICODÈME-PANTALÉON TIRE-POINT, bourgeois
de Paris, maître et marchand tailleur d'habits, ancien juré de sa
communauté, ancien marguillier de sa paroisse... 1776.»--Satire dont
la forme est volée au précédent, et qui mentionne la polonaise à
brandebourgs, et parle de basques d'habit d'une broderie si délicate,
qu'ils ne pouvaient «être aperçus que par des yeux de taupe»[78].

    [78] A ces pamphlets sur les tailleurs, il faut joindre:
    _Billet d'enterrement d'un maître tailleur avec son testament à
    Filoutrimanie_, 1760.

«L'ALMANACH SVELTE, pour l'année 1779. A Ratapolis et se trouve à
Meaux.»--Un petit almanach gros comme rien, et parfaitement inconnu,
contenant des digressions sur les chaussures, sur les chemises, sur les
vestes, sur les culottes, et nous donnant dans un récit plein de grâce,
l'origine de la vogue de la couleur _puce_, inspirée, par la vue d'un
tout chaud cadavre de puce sur une ongle rose de femme, et qui fit dire
au cercle qui l'entourait: «C'est un noir qui n'est pas noir, c'est un
brun trop brun... voilà une couleur délicieuse[79].»

    [79] On connaît la phrase de Besenval à un absent de Versailles
    depuis six mois, qui redoutait d'avoir perdu le ton de la cour:
    «Je vais vous mettre au courant. Ayez un habit puce, une veste
    puce, une culotte puce, et présentez-vous avec confiance. Voilà
    tout ce qu'il faut aujourd'hui pour réussir!»

Les culottes, à bien des années de là, amenaient la publication des
«RECHERCHES ET CONSIDÉRATIONS MÉDICALES sur les vêtements des hommes et
particulièrement sur les culottes par L.-J. Clairian, médecin (an XI)»,
une dissertation savante avec figures, prenant à partie les culottes
_incroyablement_ étroites. Pour la coiffure des hommes, il existe
«l'ENCYCLOPÉDIE PERRUQUIÈRE, ouvrage curieux par Beaumont, coiffeur
dans les Quinze-Vingts... 1757.»--Le texte est une plaisanterie de
l'avocat Marchand, mais on y trouve 45 figures représentant les
accommodements à la mode du temps, et parmi lesquelles je relève les
coiffures à la Port-Mahon, à la Rhinocéros, à l'Oiseau royal, à l'Aile
de Pigeon, à l'Aventure, à la Dragonnade, à la Comète, à la Gendarme,
à la Gentilly, à la Parisienne, au Petit-Maître, à la Tronchin, à la
Conquérant, à la Plus tôt fait, à Ravir. Et le livre avait un tel
succès, qu'il reparaissait en 1762, avec une copie en réduction des
figures de la première édition. A propos de la coiffure des hommes, il
paraissait, en 1778, une espèce d'élucubration fantasque intitulée:
«l'AMI DE L'HUMANITÉ, conseils d'un bon citoyen à sa nation, suivis
du _Chapeau_»,--brochure qui recommande aux Français de porter leurs
chapeaux sur leurs têtes dans la rue. Et quelques années après que le
bonnet rouge eut remplacé sur les têtes françaises le chapeau, c'est
un dialogue satirique qui a pour titre: LE BONNET ROUGE DÉTRÔNÉ PAR LE
BONNET VERT.

Passons à la toilette de la femme.

«SATIRE SUR LES CERCEAUX, PANIERS, CRIARDES[80] ET MANTEAUX VOLANS
DES FEMMES, et sur leurs autres ajustements. A Paris, chez Thiboust,
1727.»--De méchants vers ridiculisant les troussures équivoques et ces
cercles montés en gradins, qui faisaient, des cotillons, des ruches à
miel, se plaignant, au nom des galants, de l'incivile disposition du
_traquenard_, le premier cerceau d'en haut, et donnant à voir la femme
du temps avec de tous côtés «un arpent de derrière».

    [80] Jupon de toile gommée, ainsi nommé du bruit qu'il faisait.

«LA PETITE BIBLIOTHÈQUE AMUSANTE; London, Printed for Crowder
1781», contient, à la page 123 de la seconde partie, un chapitre
renseignant sur les paniers et qu'on ne trouve que là. Il y est
question des paniers à gondoles, qui faisaient ressembler la femme à
une porteuse d'eau, des paniers nommés _cadets_ qui ne descendaient que
de deux doigts au-dessous du genou, des paniers à bourrelets munis d'un
gros bourrelet qui faisait évaser la jupe, des paniers fourrés, dont
les hanches étaient garnies, des paniers à guéridon, et des paniers à
coudes préférés aux paniers à guéridon, et ainsi appelés, parce qu'ils
étaient plus larges en haut qu'en bas et que les coudes reposaient
dessus. Un moment, on vit des paniers qui avaient trois aunes de tour.
Les paniers étaient ordinairement cerclés de cinq cercles, ceux à
l'anglaise en comptaient huit. En dernier lieu, la cage à volaille
était remplacée par une jupe de forte toile, sur laquelle étaient
cousus des cercles de baleine. Et avec les paniers les corps baleinés.
Ces corps baleinés amenaient, en 1770, la publication de «l'AVIS
IMPORTANT AU SEXE _ou Essai sur les corps baleinés_, pour former et
conserver la taille aux jeunes personnes, par M. Reisser l'aîné,
Allemand, tailleur pour femme à Lyon. Lyon, Béguillat, libraire,» avis
dans lequel l'Allemand Reisser s'élevait à la fois contre les _corps à
la grecque_ qui n'habillaient point les flancs, creusaient au défaut
de la gorge, arrondissaient le dos, et contre les _corsets à plastron_
adoptés par les femmes à embonpoint et qui leur donnaient l'apparence
d'une grossesse.

Le danger autrement sérieux des corps baleinés faisait paraître la
même année: «DÉGRADATION DE L'ESPÈCE HUMAINE PAR L'USAGE DES CORPS À
BALEINE, ouvrage dans lequel on démontre que c'est aller contre les
lois de la nature, augmenter la dépopulation, et abâtardir, pour ainsi
dire, l'homme, que de le mettre à la torture dès les premiers moments
de son existence, sous prétexte de le former[81], par M. Bonnaud. A
Paris, chez Hérissant.»

    [81] Ces conclusions étaient celles du travail de l'anatomiste
    Winslow dans les _Mémoires de l'Académie des Sciences_, de 1741.

Maintenant, ce sont des brochures et des feuilles volantes, concernant
les choses les plus diverses de la toilette des femmes.

«LES ÉTRENNES FOURRÉES, dédiées aux jeunes frileuses, ou pelisses
sympathiques; Genève, 1770,» nous indiquent les fourrures portées
par les femmes à l'Opéra, et les manchons de tourterelles remplacés
par les manchons de plumes de coq, dans lesquels seuls, à l'heure
présente, les femmes voulaient mettre les mains. Des DÉCLARATIONS DU
ROI, du commencement du siècle, défendent aux femmes et aux filles, non
mariées, de commissaires, marchands, procureurs, notaires, huissiers
et artisans, de porter aucune pierrerie de quelque nature que ce
puisse être, à la réserve de quelques bagues; déclarations auxquelles
il est dérogé par de nouveaux arrêtés qui permettent, à certaines
de ces femmes, de porter des boucles d'oreille et pendeloques, une
croix, un coulant et une boucle de ceinture de diamants ou d'autres
pierreries, pourvu que le tout n'excède pas deux mille livres. Une
ORDONNANCE DE POLICE de 1782 défend la fabrication ou vente et usage
de rubans, chapeaux, éventails, gazes et étoffes et autres objets de
parure brillantés avec du verre, se basant sur les accidents qui sont
survenus par suite de l'emploi du verre blanc pilé, introduit dans
ces objets. Enfin une brochure rarissime: «LA VÉRITABLE RESSOURCE
QU'ON PEUT TIRER DU ROUGE, en faveur des pauvres femmes et veuves
d'officiers», par le chevalier d'Elbée, nous renseigne sur l'énorme
emploi du fard, nous donne ce détail curieux que Montelat, marchand de
rouge, rue Saint-Honoré, en vendait six douzaines de pots par an à Mmes
Dugazon et Billioni, et qu'à la Roquette, chez la faïencière Petit,
il se fabriquait, chaque jour, trois mille de ces pots. Le chevalier
d'Elbée estime enfin qu'il se consomme deux millions de pots de rouge,
à six francs dans le royaume.

Mais il s'agit à présent de la coiffure, et voici toute l'armée des
écrivains capillaires: coiffeurs ou hommes de lettres.

«LIVRE D'ESTAMPES _de l'art de la coiffure des dames françaises_, gravé
sur les dessins originaux d'après mes accommodages avec le traité
en abrégé d'entretenir et conserver les cheveux naturels, par le
sieur Legros, coiffeur de femmes. A Paris, aux Quinze-Vingts, 1765.»
Petit in-4° qui a deux suppléments de bizarres figures, rehaussées
d'aquarelle. Ce Legros est un ancien cuisinier, dont le succès dans
son nouvel art fut fort traversé, et qui périt écrasé sur la place
Louis XV, lors des fêtes du mariage de Marie-Antoinette;--TRAITÉ DE
LA NATURE DES CHEVEUX _de_ L'ART DE COIFFER, par Tissot, coiffeur.
Paris, 1776;--TRAITÉ DES PRINCIPES DE L'ART DE LA COIFFURE DES FEMMES,
par M. Lefèvre, maître coiffeur. Paris, 1778;--«ÉLOGE DE LA COIFFURE
À LA TITUS, pour les dames, contenant quelques observations sur les
coiffures modernes dites à la grecque, romaine, par J.-N. Palette,
coiffeur. Paris, chez Palette, 1810.»

Puis les badinages de lettres et les recherches agréables sur la
matière: «l'ENCYCLOPÉDIE CARCASSIÈRE, ou tableaux des coiffures à
la mode, gravés sur les dessins des petites-maîtresses de Paris.
Hochereau, 1763,»--livre fait pour les coiffures de femmes, à
l'imitation de l'Encyclopédie perruquière, contenant 44 figures, et
où l'introduction à la connaissance intime des allonges, pompons,
papillotes blondes, marlis, est suivie de: _la Fille dégoûtée_;--«L'ART
DES COIFFEURS DE DAMES, contre le mécanisme des perruquiers, poëme.
A la toilette de Cythère, 1769,»--méchants vers égratignant les
coiffeuses qu'ils peignent comme des entremetteuses[82]; LES MODES
(sans nom d'auteur ni d'imprimeur), court poème, émaillé de notes
instructives sur les fanfioles de la toilette, et dédié à Beaulard,
le créateur des jolis bonnets de 100 à 1,000 francs et l'inventeur
des bouquets de côté;--«LE PARFAIT OUVRAGE, ou Essai sur la coiffure,
traduit du persan par le sieur L'Allemand, coiffeur, neveu du sieur
André, perruquier... A Césarée, 1776»; plate brochure ornée d'un joli
frontispice;--«LES PANACHES, _ou les Coiffures à la mode_, comédie
en un acte, représentée sur le théâtre du grand monde et surtout à
Paris. Paris, 1778,»--pièce facétieuse dont le héros est M. Duppefort,
coiffeur;--ÉLOGE DES COIFFURES, adressé aux dames par un chevalier
de l'ordre de saint Michel, brochure dont l'auteur, d'après les
calculs qu'il fait des cahiers de coiffures publiés par Rapilly et
les autres, évalue, depuis quelques années, les modes de la tête à
3,744;--ÉLOGE DES PERRUQUES..., par le docteur Akerlio, un pot pourri
sur les perruques anciennes et modernes, les perruques d'hommes et de
femmes;--«LES TÊTES TONDUES, sifflées, critiquées et traitées comme
elles le méritent»,--pamphlet du Directoire contre les cheveux courts,
légués par les temps révolutionnaires;--«OBSERVATIONS POLITIQUES,
_morales et surtout financières_, sur l'origine de la perruque des
dames de Paris (par Feydel). Paris, an VII,»--brochure qui n'a de
curieux que son titre;--«ANTI-TITUS, ou Remarques critiques sur la
coiffure des femmes au dix-huitième siècle. Paris, 1813»,--petit volume
comparant les têtes coiffées de cheveux d'un pouce de hauteur «à
l'image d'un porc-épic».--Et mentionnons, pour compléter cette série,
le petit recueil de 48 coiffures, qui va depuis la coiffure en cheveux
frisés du règne de Henri IV jusqu'au chapeau tigré de la fin du XVIIIe
siècle, et encore le MANUEL DES TOILETTES, qui, en regard d'un texte
explicatif, déroule ses galants accommodages de têtes à la Mappemonde,
à la Hérisson, à la Zodiacale, à l'Aigrette-Parasol, à la Parnassienne,
à la Persane, à la Guirlande, à la Dauphine, à la Calypso, à la
Dorlote, à la Triomphale.

    [82] Les coiffeuses venaient d'être tout nouvellement
    instituées, et parmi plusieurs arrêts du Conseil d'État du
    Roi, concernant les perruquiers, coiffeurs, coiffeuses, j'en
    trouve un, qui ordonne que toutes coiffeuses de femmes seront
    tenues de se faire inscrire tant au bureau de la communauté des
    maîtres perruquiers qu'en celui de la police.

Terminons cette longue nomenclature de la mode par quelques ouvrages
généraux: L'APERÇU SUR LES MODES FRANÇAISES, par le citoyen Ponce, un
pauvre aperçu; les «Essais historiques, sur les modes et la toilette
française, par le chevalier de... Paris, 1824,» deux minces volumes
où sont éparpillés çà et là quelques renseignements; le MANUEL DES
ÉLÉGANTS ET DES ÉLÉGANTES, par Joachim du Bel-Air, au XIXe siècle,--un
tableau de la mode et des fournisseurs de la mode au sortir de la
Révolution. Quant aux journaux de modes, hélas! ceux du temps de Louis
XVI me font défaut, et je n'ai que deux journaux du Directoire; «le
MESSAGER DES DAMES ou le Portefeuille des amours»; et le «TABLEAU
GÉNÉRAL du goût des modes et costumes de Paris, an V». Un journal, qui
contient une série de costumes gravés au bistre, de ces ébouriffants
costumes de femmes à la Carle Vernet, mais sans l'exagération de la
caricature, et dont quelques-uns, le dirai-je, ont une grâce allongée,
toute charmante.

Rattachons aux arts de la toilette l'art de la parfumerie, et citons la
«TOILETTE DE FLORE», suivie du «LABORATOIRE DE FLORE, essai contenant
les différentes manières de préparer les Essences, Pommades, Rouges,
Fards et Eau de senteur. Ouvrage utile aux Parfumeurs, Baigneurs et aux
personnes chargées de la direction des toilettes de Paris, 1773».--Les
deux volumes sont un recueil de recettes pour l'Eau céleste, la
véritable Eau de la Reine de Hongrie, l'Eau de Mélisse magistrale,
l'Eau Impériale qui détruit les rides, l'Eau très utile après la petite
vérole, l'Eau de Charme pour conserver le teint, l'Eau de Venise pour
blanchir les visages basanés, l'Eau pour se préserver du hâle, l'Eau
pour faire disparaître les lentilles et les tannes, l'Eau d'Adonis,
l'Eau de Mme la Vrillière, la femme du ministre, pour les dents, la
pommade de fleurs de lavande pour les cheveux, etc., et le moyen pour
parfumer au jasmin les gants blancs, à la manière de Rome. On y trouve
encore la recette du _Parfum pour le plaisir_ et la recette du _Bain de
beauté_ que voici: «Prenez deux livres d'orge mondé, une livre de riz,
trois livres de lupin pulvérisé, huit livres de son, dix poignées de
bourrache et de violier; faites bouillir le tout dans une suffisante
quantité d'eau de fontaine. Il n'y a rien qui nettoie et adoucit la
peau comme ce bain.»

Nous sommes arrivés à l'art de la cuisine, à cet art placé tout en
bas des arts mécaniques, à cet art si exclusivement français, et
qui, pendant plus de cent ans, a fourni aux estomacs, _délicatement
voluptueux_, des plats d'une chimie sublimée, où, selon l'expression
d'un spirituel pamphlet du temps, «il n'entrait plus que des
quintessences raisonnées, dégagées de toute _terrestréité_».

Nous ne sommes plus au temps de Louis XIV, où des viandes choisies,
quelques ragoûts simples, des vins excellents, faisaient tout le
mérite d'un souper. Aujourd'hui, dit LA LETTRE DU PATISSIER ANGLOIS,
les choses sont sur un autre pied. On n'oserait plus prier des gens de
bonne compagnie, si l'on ne débutait par deux services de hors-d'œuvre
alambiqués, relevés de six entrées quintessenciées, suivies du rôti et
de deux services d'entremets, le tout terminé par un fruit monté et
historié.

Et le traité complet des potages, des hors-d'œuvre, des entrées, des
rôts, des entremets nous est donné dans le «DICTIONNAIRE PORTATIF DE
CUISINE, D'OFFICE ET DE DISTILLATION publié en 1772, chez Lottin le
jeune», et dont j'ai sous la main un exemplaire en maroquin rouge, aux
armes d'un homme d'église, qui porte dans son manteau ducal une croix
d'archevêque.

Un autre livre de la composition du sieur Gilliers, chef d'office et
distillateur du roi Stanislas[83], publié en ce pays lorrain, la patrie
de la fine et exquise gourmandise, complète le DICTIONNAIRE PORTATIF
DE CUISINE. C'est un gros volume, qui traite de l'art de confire
les fruits secs et liquides et de faire tous les ouvrages de sucre,
pastillages, neiges, mousses et liqueurs rafraîchissantes; un volume
où, au milieu de planches représentant des desserts, comme brodés en
chenille, et peuplés de petits chinois, modelés en sucre, on rencontre
des recettes de compotes de grenades, de sirops de jasmin, de «candy»
de violettes, de roses, de jonquilles: des entremets d'odeur et de
parfum qui semblent les sucreries d'une fin de repas des Mille et une
Nuits.

    [83] LE CANNAMÉLISTE FRANÇAIS, ou Nouvelle Instruction pour
    apprendre l'office. A Nancy, de l'imprimerie d'Abel-Denis
    Cusson, 1761.

Parmi ces manuels du manger délicat, il ne faut pas oublier un petit
livre paru en 1778, l'ALMANACH DU COMESTIBLE, volume difficile à
rencontrer avec sa jolie vignette à la Eisen, groupant une galante et
aimable réunion de convives autour d'une table servie.

Mais, entre tous ces livres imprimés, il est un curieux manuscrit, qui
porte en tête: VOYAGES DU ROY AU CHATEAU DE CHOISY AVEC LES LOGEMENTS
DE LA COUR, ET LES MENUS DE LA TABLE DE SA MAJESTÉ MDCCLVII[84].

Ce titre se détache d'un fond frotté de sanguine, entourant un
médaillon, au bas duquel on lit: _Brain de Ste-Marie delin. et scrips._

    [84] Voici les logements d'un de ces voyages, le voyage du 3
    mai 1757:

        LOGEMENTS.            _Château neuf._

                              { Appartement du Roy.
    Rez-de-chaussée           { Appartement de madame la
                              {   marquise de Pompadour.

                              { B Mme la maréchale de Mirepoix.
    Entresols par le          { C M. le maréchal de Mirepoix.
      grand escalier          { D Mme la marquise de Châteaurenault.

    Corridor des              { G Mme la comtesse de Coigny.
      bains.--Rez-de-chaussée {

                              { H M. le Gouverneur.
    Corridor de la Tribune    { I M. le maréchal de Luxembourg.
                              { K M. le comte de Clermont.

               {              { L M. le duc de Fronsac.
               {              { M M. le marquis de Gontaut.
               { Corridor     { N M. le Premier.
               { à            { O M. le duc de la Vallière.
    Mansardes. { droite.      { P M. le comte de Baschy.
               {              { Q M. le marquis d'Estainville.
               {              { R M.
               {
               { Corridor     { S M.
               { à            { T M.
               { gauche.      { V M.

                              _Grand château._

                              { N° 16 M. le comte de Cambis.
    Ailes des Seigneurs sur   { N° 15 M. le prince de Dessenstein.
      le jardin               { N° 16 M. le marquis de Ségur.
                              { N° 17 M. le marquis de Croissy.

Ce sont les 194e, 195e, 196e, 197e, 198e, 199e, 200e, 201e, 202e
voyages au château de Choisy de Louis XV en compagnie de Mme de
Pompadour, du 1er mars au 15 décembre 1757. Les dîners et les soupers
se composent en général de 2 oilles, 2 potages, 8 hors d'œuvre, 4
grandes entrées, 4 moyennes, 8 plats de rôts, 4 salades, 8 entremets
chauds et 4 froids. De temps en temps, on rencontre des désignations
de provenances comme rosbif de mouton de la ménagerie de Choisy,
faisandeaux et perdreaux rouges du Roy, lapereaux de M. de Croismard,
cailles de M. de la Vallière, ortolans du rôtisseur, et grives et
bartavelles de Mme la Marquise.

Pour la composition d'un repas maigre avec ses trente-quatre plats
d'habitude, il y a, de la part du cuisinier, des efforts et des
trouvailles d'imagination inimaginables. Qu'on en juge par ce dîner du
mardi 22 mars 1757:

      2 OILLES.

  Une au ris aux écrevisses.     Une de santé.

      2 POTAGES.

  .........                      .........

      2 FLANS.

  Une hure de Saumon.            De Perches au Watrefiche.

      8 HORS-D'ŒUVRE.

  Une Omelette aux croûtons.     D'Œufs au beurre noir.
  De Moulles en matelotte.       D'Harengs de Boulogne.
  D'Œufs à l'oseille.           De petits Pâtés.
  De Merluche à la Provençale.   De Saumon fumé.

      8 ENTRÉES.

  De Raye au persil.             De Morue à la crème.
  De Filets de carrelets à       Une Blanquette de Thon.
    l'italienne.                 Un Pain de Saumon.
  De Filets de merlans en        D'Anguille grillée à cru.
    hâtereaux.                   Un Hachis.

      2 GRANDS ENTREMETS FROIDS.

  D'Écrevisses.                  De petits Gâteaux au fromage.

      6 GRANDS PLATS DE RÔTI.

  Un Turbot.                     De Carrelets au blanc.
  De Truites.                    De Merlans.
  De Lottes.                     De Soles.

      8 PETITS ENTREMETS CHAUDS.

  Une Bouillie.                  D'Asperges au beurre de Vanvre.
  Un Pain aux champignons.       De Fondues.
  D'Épinards à la crème.         De Chiroux frits.
  De Salsifix au beurre.         De petits Gâteaux à la Reine.


A ce dîner maigre opposons un souper gras, le souper du lundi
5 septembre 1757:

      2 OILLES.

  Une aux oignons d'Espagne.     Une à la Crécy.

      2 POTAGES.

  Un aux laitues.                Une Julienne.

      16 ENTRÉES.

  Une marmelade de Perdreaux.    De Tendons de veau à la
  De petits Pâtés de filets de     Sainte-Menehould à l'aspic.
    Lapereaux.                   De Filets de mouton glacés aux
  De Filets de Faisans sautés      abricots.
    aux Truffes.                 De Membres de Faisandeau à la
  Un émincé de Poularde            d'Uzelles.
    aux Concombres.              De Cannetons de Rouen au consommé.
  De Cailles en compote.         De Poulets à la Reine aux Pavis.
  Un Dindon dépecé au Singara.   De Cervelles de veau en matelotte.
  D'aislerons de Poulardes à     De Tourtereaux sautés.
    la Villeroy.                 De filets de Levraux glacés
  De Filets d'aloyau dans leur     à l'oignon cru.
    jus.

      2 RELEVÉS.

  De Cabillot à la bonne eau.    Une Carpe au bleu.

      4 RELEVÉS.

  De Chapons de Bruges.          Un Aloyau.
  Un Jambon.                     Un quartier de Veau.

      4 GRANDS ENTREMETS.

  Un Pâté.                       De Langues à l'Écarlatte.
  De Galantines.                 Une Croquante.

      ROTS.

  De Perdreaux rouges }          De Rouges-gorges de M. de
  De Faisandeaux      }            la Vallière.
  De Cailleteaux      } du Roy   De Dindons.
  De Campines         }          De pigeons de volière.
  De Rales            }          De Guignards[85].
                                 De Petits Poulets.

    [85] Guignard, oiseau de passage, de la grosseur du pluvier,
    dont on faisait des pâtés à Chartres, que Collin d'Harleville a
    chantés.

      16 PETITS ENTREMETS.

  Une Crème à la Genest.         D'Haricots verts.
  Des Pattes de dindon à         De Crêtes.
    l'Espagnole.                 De Pains à la Duchesse.
  Des Truffes au beurre.         D'Animelles.
  D'Épinards.                    D'Écrevisses à la
  D'Œufs au jus.                   Sainte-Menehould.
  De Singara.                    Un Ragout meslé.
  D'Artichauts à l'Italienne.    De Tartelettes à la Religieuse.
  De Choux-fleurs.               De Blanc manger en Pots[86].

    [86] Une autre série de ces menus, provenant de la collection
    Leber, est aujourd'hui conservée à la Bibliothèque de Rouen.


Revenons à la cuisine des particuliers. Le dictionnaire portatif de
cuisine est l'école de toute la société qui mange bien, mais pour
les gourmets, pour les fines gueules du temps, il existe un traité
de l'accommodement des victuailles plus recherché, plus raffiné,
moins bourgeois. C'est le CUISINIER GASCON[87] dont la préface, un
peu ironique, est une sorte de dédicace au prince de Dombes, ce
grand seigneur cuisinier, que nous avons montré dans la «Duchesse de
Châteauroux» retournant avec Louis XV des ragoûts dans des casseroles
d'argent.

    [87] LE CUISINIER GASCON, nouvelle édition à laquelle on a
    joint la lettre du pâtissier anglais. Amsterdam, 1767.

Dans ce livre on parle de sauce au singe vert, de sauce à l'allure
nouvelle, de sauce bachique, de sauce au bleu céleste, de truite à
la houssarde, de côtes de bœuf à la Monville, de gigot de mouton à
la de Nesle, de gigot de mouton à la galérienne, de veau en crotte
d'âne roulé à la Neuteau, de poulets à la Pardaillan, de poulets en
chauves-souris, de poulets à la caracatacat, de pigeons à Périgord,
de caisses de canards en crépines, de perdreaux à l'eau-de-vie, de
bécassines à la grecque, de beignets de nèfles, de tourtes de muscat,
etc. Et toutes ces choses au baptême si affriandeur, les gosiers du
temps les arrosent avec du Bourgogne préconisé par le médecin Fagon,
avec du Champagne qu'on ne veut plus mousseux depuis le commencement
du siècle, avec les vins d'Espagne qui ont fait abandonner les vins
d'Italie, depuis que la mode a déserté les vins doux pour les vins
secs, avec du vin de Setuval, un vignoble de Portugal très en faveur
pendant ces années, avec du malvoisie de Madère, avec les vins blancs
et rouges du Cap, provenant des plants de Bourgogne et de Champagne
transplantés en Afrique par les Hollandais[88].

    [88] PRÉCIS D'UNE HISTOIRE GÉNÉRALE DE LA VIE PRIVÉE DES
    FRANÇAIS. Paris, Moutard, 1779.

Cela dure, cette délicate bombance, tout le siècle et même pendant
les premières années de la Révolution, où les chefs des grandes
maisons ruinées, les Méot, les Robert, les Roze, les Very, les Leda,
les Brigault, les Legacque, les Beauvilliers, les Naudet, les Edon,
deviennent des restaurateurs, des marchands de bonne chère pour tout
le monde,--cela dure jusqu'en l'an III, année qui voit paraître ce
sinistre petit volume:

      _LA CUISINIÈRE RÉPUBLICAINE_

_Qui enseigne la manière simple d'accomoder_(sic) _les pommes de terre
avec quelques avis sur les soins nécessaires pour les conserver_[89].

    [89] Une petite brochure imprimée chez la veuve Mérigot, quai
    des Augustins, 38. Il ne reparaît pas, je crois, de livre
    sur la cuisine avant l'an VI, où Derouault publie «ÉTRENNES
    AUX VIVANTS, ou Cuisinier pour tous les mois de l'année». Du
    reste, certains produits alimentaires avaient disparu pendant
    la Révolution; le gibier n'était plus commun, et Grimod de la
    Reynière dit dans son ALMANACH DES GOURMANDS que les faisans,
    «les premières victimes du système démocratique adopté en
    France», étaient presque une rareté en 1803, année où il écrit.


Ces livres tiennent du haut en bas tout le fond de la pièce. Ici le
mur retourne, et c'est un panneau qu'emplit une bibliothèque de
Boule de la _première manière_ du grand ébéniste, et dans laquelle
le cuivre seul a un emploi dans l'incrustation de la marqueterie.
L'enchevêtrement géométrique des lignes et la complication de
l'arabesque sont du goût le plus sévère, et le dessin de métal avec
son luisant d'or pâle, en le noir de l'ébène, fait le plus harmonieux
effet et le plus sourdement riche. L'histoire de ce meuble est
curieuse, comme un symptôme du mépris qu'au temps de la Restauration
et du règne des commodes d'acajou, nos grands-parents avaient pour
l'ancien mobilier de la France: il était l'armoire que ma mère avait à
sa pension, dans sa chambre, quand elle commença à être grande fille.
Plus tard il fut restauré par Monbro, malheureusement en ces années,
où l'on n'avait pas le sentiment de la réparation historique, et où
une baguette de cuivre estampé semblait devoir tenir avec succès la
place d'une baguette en bronze doré, mais un jour où la vente d'un
livre m'apportera un peu d'argent, je ferai arracher la restauration de
Monbro, et remettre le petit meuble en son état ancien.

La bibliothèque de Boule est la boîte par excellence des beaux livres,
des belles reliures, faisant ressortir les riantes et lisses couleurs
des peaux avec le foncé de ses panneaux, où se répète et revit un rien
de la dorure du dos des volumes. Aussi est-ce en cette bibliothèque
qu'est la fleur de mes livres. Ce sont les livres illustrés par
Boucher, par Gravelot, par Eisen, et parmi lesquels figure un
exemplaire en maroquin vert des CONTES DE LA FONTAINE, de l'édition des
fermiers généraux, un exemplaire au texte réglé, aux toutes premières
épreuves, aux gardes doublées de tabis, aux plats de la reliure chargés
d'une riche dentelle; ce sont de petites raretés comme le voyage en
Italie de Mme Lecomte avec les spirituels encadrements à l'eau-forte,
par lesquels les galants pensionnaires de l'Académie ont fêté la
venue à Rome de la maîtresse de Watelet[90]; ce sont les six volumes
in-quarto de l'édition de Molière de 1734, le plus beau et le plus
monumental ouvrage, illustré par le XVIIIe siècle; ce sont de curieux
petits manuscrits comme l'ADMINISTRATION DE L'ARGENTERIE, _Menus
Plaisirs et Affaires du Roi_, dont j'ai tiré de si précieux détails
pour le mariage de Marie-Antoinette. Il y a là renfermés, un certain
nombre de beaux vieux maroquins sanguins, où la patine du temps a mis
comme une pourpre sombre,--des bouquins solides et magnifiques qui sont
à la fois des outils de travail et des joyaux de musées. Et encore des
maroquins, aux armes de personnages célèbres du XVIIIe siècle, des
maroquins aux armes de Trudaine de Montigny, de Hue de Miromesnil, du
lieutenant de police Sartines, de l'archevêque de Beaumont, de M.
de Marigny, du prince de Ligne, du diplomate Cobentzel. Mon ambition
avait été surtout de faire une collection spéciale de livres aux armes
des Françaises, qui ont été, un tant soit peu, bibliophiles, au siècle
dernier, mais je m'y suis pris un peu tard, et au moment où ces livres
commençaient à devenir des _desiderata_ de banquiers. Cependant, en ma
petite bibliothèque, la duchesse de Gramont retrouverait son exemplaire
en maroquin vert de l'HISTOIRE DU THÉATRE DE L'ACADÉMIE ROYALE DE
MUSIQUE, 1757, et son exemplaire en maroquin rouge de la BIBLIOTHÈQUE
DU THÉATRE-FRANÇAIS, par le duc de la Vallière; la comtesse de Provence
retrouverait ses deux exemplaires en maroquin rouge, du DICTIONNAIRE
PORTATIF DES BEAUX-ARTS, 1759, et des ANECDOTES DRAMATIQUES, par l'abbé
Clément, 1775; Madame Victoire de France retrouverait son exemplaire
en maroquin vert du COURS DE BELLES-LETTRES de l'abbé Batteux[91];
enfin Marie-Antoinette retrouverait son exemplaire des LETTRES
JUIVES du marquis d'Argens, de sa bibliothèque du Petit-Trianon,--un
exemplaire malheureusement relié en veau. Madame du Deffand, elle! y
est rappelée par un exemplaire des CONSIDÉRATIONS SUR LES MŒURS de
Duclos, un volume où, selon son habitude, elle a fait imprimer en or,
sur le dos, ses chats aimés, ses chats, dont Cochin a gravé, pour elle
et ses amis, une rare petite estampe en 1746. Madame de Pompadour
n'est pas oubliée en le petit meuble. Un numéro de sa bibliothèque
repose sur les planchettes, le numéro de la VIE DES PREMIERS PEINTRES
DU ROI, par Lépicié, un livre qui est une confession des goûts de
la favorite, et d'où se détachent ses trois tours d'or d'un superbe
maroquin rouge. Mais un ouvrage pour moi plus précieux, et où l'on a
tous les rôles joués et chantés par la comédienne et la virtuose, c'est
le RECUEIL DES COMÉDIES ET BALLETS _représentés sur le théâtre des
Petits Appartements_, quatre volumes splendidement reliés en maroquin,
disparaissant sous la dorure, un exemplaire qui devait être donné par
la favorite à ses familiers; et après ces deux livres d'art et de
théâtre de la marquise, vient un curieux et significatif livre, ayant
appartenu à la Du Barry: son Grécourt, où sur le veau du dos, dans les
entrelacs de myrte qui courait sur l'argenterie de Lucienne, se lit la
fameuse légende: _Boutez en avant_.

    [90] _Nella venuta in Roma di_ MADAMA LECOMTE _et dei signori_
    WATELET _e_ COPETIE. _Componimenti poetici di Luigi Subleyras
    colle figure in rame di Stefano della Vallée Poussin, pensionario
    di S. M. Christianissima_, 1764.

    [91] On sait que les quatre filles de Louis XV avaient chacune
    adopté une couleur de maroquin différente pour leurs livres.

Pêle-mêle avec ces livres, sont nos livres à nous, les exemplaires
choisis de nos romans, de nos études d'histoire, tirés sur peau de
vélin, sur chine, sur papier de Hollande, et habillés comme des enfants
qu'on aime, et signés d'un _I_ et d'un _E_ entrelacés, ciselés sur la
tranche.

Que je plains les lettrés qui ne sont pas sensibles à la séduction
d'une reliure, dont l'œil n'est pas amusé par la bijouterie d'une
dorure sur un maroquin, et qui n'éprouvent pas, en les repos paresseux
de l'esprit, une certaine délectation physique à toucher de leurs
doigts, à palper, à manier une de ces peaux du Levant si moelleusement
assouplies! La reliure française a été, de tout temps, un art, dont les
adeptes ont fait preuve d'une adresse charmante, et c'est aujourd'hui
peut-être le seul art industriel, où se soit conservée la main d'œuvre
des choses exquises façonnées par les artisans-artistes du XVIe siècle.
Mais, il faut le dire de suite, cet art ne supporte pas la médiocrité:
rien ne ressemble moins à une reliure supérieure qu'une reliure à
bon marché, et l'assemblage de cahiers de papier imprimé entre deux
cartons, enfermés dans une peau, en un tout homogène et parfait, un
emboîtement qui semble fusionné dans un moule, n'est obtenu, n'est
réalisé que par les relieurs qu'on paye très cher. Les grands charmeurs
que les Trautz-Bauzonnet, les Capé, les Lortic, les Duru, les Marius!
Je sais qu'il existe des fanatiques du nom de Bauzonnet qui ne veulent
que des Bauzonnet, qui vont jusqu'à faire casser, sur les livres
qu'ils achètent, les reliures de ses plus illustres confrères; moi,
je l'avoue, je trouve que, malgré la conscience de son travail et
la solidité des dorures, ses reliures ont toujours un aspect un peu
vieillot, un peu _restauration_, et mes reliures d'affection sont
des reliures de Capé et de Lortic. Le vieux Capé était inimitable
pour la résurrection des reliures riches du XVIIIe siècle et de leurs
arabesques fleuries. Je possède une reliure des MAITRESSES DE LOUIS
XV, exécutée par lui dans la dernière année de sa vie, qui est un
vrai chef-d'œuvre de goût et d'imitation intelligente. Mais pour
moi,--quand il est dans ses bons jours,--Lortic, sans conteste, est
le premier des relieurs. C'est le roi de la reliure janséniste, de
cette reliure toute nue, où nulle dorure ne distrait l'œil d'une
imperfection, d'une bavochure, d'un filet maladroitement poussé, d'une
arête mousse, d'un nerf balourd,--de cette reliure où se reconnaît
l'habileté d'un relieur ainsi que l'habileté d'un potier dans une
porcelaine blanche non décorée. Nul relieur n'a, comme lui, l'art
d'écraser une peau, et de faire de sa surface polie la glace fauve
qu'il obtient dans le brun d'un maroquin La Vallière; nul, comme lui,
n'a le secret de ces petits nerfs aigus, qu'il détache sur le dos
minuscule des mignonnes et suprêmement élégantes plaquettes que lui
seul a faites. Lortic est encore sans pair et sans égal pour jeter des
fleurs de lis sur le plat d'une reliure, et la reliure de mon HISTOIRE
DE MARIE-ANTOINETTE, où sur le semis d'or ressaute, dans le maroquin
rouge, le profil d'argent d'une médaille de la Dauphine, est une
reliure qui peut tenir à côté des plus parfaits ouvrages des relieurs
anciens.

Mais, pour ces livres sortis de nous, j'ai voulu mieux encore que des
papiers extraordinaires, que des reliures splendides; j'ai cherché à
les rendre dignes des enchères des ventes futures, par l'adjonction de
dessins originaux, de gravures rares, d'autographes, d'émaux, faisant,
de ces affectionnés exemplaires d'auteur, des espèces de bibelots.
Ainsi LA LORETTE étale pour frontispice une académie de femme à
l'écriteau de location: un des plus jolis et des plus spirituels petits
dessins de Gavarni. HENRIETTE MARÉCHAL renferme: 1° une aquarelle de
Gavarni pour le costume de Mlle Ponsin en muse de carnaval; 2° une
lettre du dessinateur avec un croqueton apportant un changement à
la coiffure; 3° les vers autographes de Théophile Gautier écrits de
cette petite écriture fine, menue et comme gravée. LA FILLE ÉLISA est
illustrée d'une eau-forte de François Flameng, tirée à deux ou trois
exemplaires. MANETTE SALOMON a, encastrés dans les plats de sa reliure,
deux merveilleux émaux de Popelin, représentant Manette, vue de face
et de dos sur la table à modèle, et délicatement modelée dans l'or du
métal, en sa serpentine nudité.

Parmi ces livres, il est un manuscrit qui m'est surtout cher: un
cahier de notes prises en Italie, où les croquis s'entremêlent avec
l'écriture, où une poupée antique du Vatican succède à la lampe qui
a fait dire à Galilée: «_E pur si muove_», et où une aquarelle de la
place de Bologne, donne une idée du tempérament de peintre de mon frère
et de son talent d'aquarelliste.

Sur l'attique de la bibliothèque de Boule, entre les reflets profonds
de bronzes sombres, un Amour charnu, aux yeux bandés, aux petites
ailes frémissantes et recroquevillées, enferme dans un filet le globe
du monde, et l'aimable statuette de Mayence détache ses chairs,
pâlement rosées, du bleu pâle d'un long et fluet vase bleu turquoise,
mettant sur ce haut de meuble, frappé toute la journée de lumière,
l'opposition et l'accord glaceux des deux plus tendres colorations de
la porcelaine de l'Occident et de l'Orient.

Au dessus, un peu incliné, se penche dans une harmonie de poudre, de
jaunes dentelles, de blanche fourrure de cygne, un portrait de femme
inconnue, pastellé par La Tour, une femme aux minces paupières, voilées
d'une méditation ironique.

Après le panneau de la bibliothèque vient la cheminée.

Au milieu de la cheminée, sur un socle de bois sculpté, se dresse la
Baigneuse de Falconet, un biscuit à la longueur fluette, aux mains, aux
pieds, aux petits seins amoureusement modelés et dont la nudité blanche
se reflète de dos dans la glace. Aux côtés de la Baigneuse sont posés
deux pots-pourris de Saxe, d'une forme carrée, aux angles adoucis par
un contour rocaille, surplombant de son décor ondulant les quatre faces
semées de fleurettes, de papillons, d'insectes, joliment coloriés. Et
à chaque extrémité de la cheminée se contourne un chandelier japonais:
une grue, dont le cou, au-dessus de ses longues pattes d'échassier,
se tord dans l'enroulement d'une branche d'arbrisseau en boutons, où
s'entr'ouvre une fleur pour la bobèche d'une bougie.

La glace qui ne monte qu'à une certaine hauteur, ainsi que dans les
anciens dessus de cheminée, et sur laquelle, brisant la ligne droite de
l'architecture, pend la gouache de l'ÉPOUSE INDISCRÈTE, en un cadre à
l'élégant écusson, est surmontée d'un trumeau. C'est une trouvaille du
temps où, chez les marchands de bric-à-brac, vos pieds cognaient, dans
les recoins noirs, les plus délicates sculptures: un panneau, où d'un
vase Louis XVI, une grêle imagination de Salembier, déborde un bouquet
de pavots dont l'épanouissement floche et les grandes feuilles molles
sont rendus par un ciseau travaillant dans du bois, et en ce bois
découpant une flore rustique, qui paraît chiffonnée par des doigts de
femmes dans une feuille de papier humide.

De chaque côté de la cheminée, au-dessous de deux appliques de jade
vert, feuillagées d'un bouquet de plumes de paon, sont suspendus à
droite et à gauche des portraits de famille, des miniatures dans des
cadres de cuivre doré.

Celle-ci, c'est ma grand'mère maternelle: Madame Le Bas de Courmont
Pomponne, mariée au fermier général guillotiné en 1793. Isabey l'a
représentée sous un toquet de velours liséré d'un ruban feu, jeté
sur sa chevelure poudrée, la poitrine couverte d'une chemisette
transparente, dans l'ouverture carrée d'une robe de velours bordée
de fourrure. Et dans le pittoresque de ce costume de polonaise du
Directoire, apparaît la séduisante femme, avec ses immenses yeux noirs,
son nez à la Roxelane, sa bouche rouge. Ma grand'mère avait été une des
beautés de cette époque de plaisir, une de ces veuves qui oubliaient la
Terreur au bal, et le poétereau des MODES _ou la Soirée d'été_ (1797)
a même décoché quelques vers contre sa coquetterie et ses toilettes
excentriques:

    Mais, est-il vrai, dis, superbe C....ont,
    Qu'un casque un jour ait ombragé ton front?

De cette grand'mère, j'ai le souvenir d'une vieille femme, se tenant
du matin au soir,--sauf une petite promenade à quatre heures, au bras
d'un abbé, dans le passage de l'Opéra,--se tenant dans le demi-jour
d'un appartement très élevé, au mobilier comme emballé sous de vieilles
housses, et où partout traînaient des livres de cabinet de lecture:
les mémoires des temps qu'elle avait vécus. Son grand corps frileux
était toujours empaqueté dans de jaunes cachemires de l'Inde, attachés
sur elle par un nœud à l'enfant, et sa pâle et encore belle figure
s'amusait de mon bruit, de mes interrogations, mais sans parler, sans
répondre, sans sourire; enveloppée du silence un peu intimidant des
vieilles gens qui ont traversé des révolutions.

Celle-là, c'est ma mère, peinte en 1822, l'année de son mariage.
Coiffée de petits frisons dans lesquels est posé de côté un floquet
de rubans bleus, un rang de perles au cou, elle porte une robe de
mousseline blanche à rayures satinées qu'attache une ceinture bleue,
et que resserrent, à la saignée des bras, deux bracelets de la soie et
de la couleur de la ceinture et du floquet des cheveux. Cette toilette
de jeune fille va le mieux possible à ses yeux limpides, à son teint
pur et frais, à cette petite bouche dont héritera mon frère, à cet air
d'ingénuité et de timidité qu'elle a gardé toute sa vie.

Sous le portrait de ma mère, le portrait de mon frère: une photographie
d'après un daguerréotype exécuté en 1855, le seul portrait qui donne
l'enjouement moqueur de sa figure, et l'expression de cette spirituelle
gaieté, qui faisait se dire entre eux aux domestiques de la famille:
«Monsieur Jules dîne ce soir, on va rire.»

De l'autre côté de la cheminée, c'est le portrait en habit galonné
d'or, de Laurent l'ingénieur, le créateur du canal de Picardie, le
glorieux anobli fait marquis de Villedeuil, et avec les descendants
duquel ma famille a eu des alliances et d'intimes amitiés. Des traits
carrés, une figure de volonté que ce Laurent de Villedeuil.

Sous le portrait de Laurent de Villedeuil, le portrait d'un parent dont
j'ignore absolument le nom mais le portrait d'un terrible bon vivant de
l'ancien régime, montrant, au-dessous des frimas d'une tête poudrée à
blanc et d'épais sourcils noirs, un teint, où l'allumement sensuel de
la vie met comme du fard parmi les bleuissements d'une barbe vivace.

Auprès de ce portrait, la médaille en bronze doré de mon grand-père
à l'Assemblée nationale portant la légende: _Louis XVI, restaurateur
de la liberté française_. Et à côté de la médaille, la gravure de
la collection des portraits de chez Desjabin, qui le montre, ce
grand-père, avec son petit œil despotique, son immense nez aquilin,
l'avance énergique du bas de son profil:

    M. HUOT DE GONCOURT.

    Né à Bourmont, le 15 avril 1753.

    _Député du Bassigni en Barrois à l'Assemblée nationale de 1789._

Au coin de cette cheminée, dans les intermèdes du travail, une
cigarette aux lèvres, les yeux errants sur tout le bric-à-brac qui
m'entoure, souvent je me suis interrogé sur cette passion du bibelot
qui m'a fait misérable et heureux toute ma vie. Et me rappelant les
mois de privations, que mon frère et moi avons passés, plusieurs années
de suite, dans des auberges de peintre à trois francs par jour, pour
payer une trop grosse acquisition; et retrouvant dans ma mémoire ces
journées maladives d'achats déraisonnables, et dont on sort inassouvi,
avec l'émotion d'une nuit de jeu, et une bouche amère, que seule peut
rafraîchir l'eau de mer d'une douzaine d'huîtres, je me demandais si
cette maladie était un accident, un mal attrapé par hasard, ou si
ce n'était pas plutôt une maladie héréditaire, un cas semblable à
la transmission de la folie ou de la goutte. Alors je me mettais à
remonter ma famille, et j'y trouvais un des grands et des passionnés
collectionneurs du XVIIIe siècle, M. Le Bas de Courmont, de la
collection duquel viennent quelques-uns des beaux tableaux hollandais
du Louvre, mais c'est le premier mari de ma grand'mère maternelle,
et par le sang il ne m'est rien. Chez mon grand-père paternel, en sa
belle maison de pierre sculptée de Neufchateau, il y avait quelques
bronzes, quelques meubles, quelques dessins, achetés par lui à Paris,
pendant qu'il siégeait à la Constituante, mais c'était tout simplement
du mobilier de la grande ville, apporté par mode, dans la maison d'un
provincial, et sans qu'on y rencontrât ni la trace ni le symptôme
d'un goût particulier. Mon père, lui, était un militaire, et toute sa
vie, depuis l'âge de seize ans passée sur les champs de bataille, ne
l'avait pas disposé à donner son regard, à prêter son attention à ces
«bêtises», et cependant,--c'est singulier,--quand il achetait un objet
mobilier, et devant servir aux usages les plus vulgaires, une brosse
par exemple, il la voulait de choix et jouant presque l'objet d'art;
et il eut pour boire son bordeaux, un des premiers verres mousseline
que le commerce ait fabriqués. En mon père était, en quelque sorte, une
nature d'amateur pour les choses de la vie courante.

Mais je crois au fond que le collectionneur chez moi ne doit rien
aux ascendances, et qu'il a été créé uniquement par l'influence
d'une femme de ma famille. En ces temps, qui remontent à l'année
1836, un de mes oncles possédait une propriété à Ménilmontant, une
grande habitation en forme de temple, avec un théâtre en ruine, au
milieu d'un petit bois: l'ancienne petite maison donnée par un duc
d'Orléans à Mademoiselle Marquise. L'été, ma mère, ma tante et une
autre de ses belles-sœurs, dont le fils, l'un de mes bons et vieux
amis, est aujourd'hui ministre plénipotentiaire de France en Bavière,
habitaient, toute la belle saison, cette propriété: les trois ménages
vivant dans une espèce de communauté de tout le jour. Moi j'étais à
la pension Goubaux, et tous les dimanches où je sortais, voici à peu
près quel était l'emploi de la journée: Vers les deux heures, après un
goûter qui était, je me rappelle, toujours un goûter de framboises,
les trois femmes, habillées de jolies robes de mousseline claire, et
chaussées de ces petits souliers de prunelle, dont on voit les rubans
se croiser autour des chevilles, dans les dessins de Gavarni de «la
Mode», descendaient la montée, se dirigeant vers Paris. Un charmant
trio que la réunion de ces trois femmes: ma tante, avec sa figure
brune pleine d'une beauté intelligente et spirituelle, sa belle-sœur,
une créole blonde, avec ses yeux d'azur, sa peau blanchement rosée et
la paresse molle de sa taille; ma mère, avec sa douce figure et son
petit pied. Et l'on gagnait le boulevard Beaumarchais et le faubourg
Saint-Antoine. Ma tante se trouvait être, à cette époque, une des
quatre ou cinq personnes de Paris, enamourées de vieilleries, du _beau_
des siècles passés, des verres de Venise, des ivoires sculptés, des
meubles de marqueterie, des velours de Gênes, des points d'Alençon, des
porcelaines de Saxe. Nous arrivions chez les marchands de curiosités
à l'heure où, se disposant à partir pour aller dîner en quelque
«tourne-bride» près Vincennes, les volets étaient déjà fermés, et où
la porte seule, encore entre-bâillée, mettait une filtrée de jour parmi
les ténèbres des amoncellements de choses précieuses. Alors c'était,
dans la demi-nuit de ce chaos vague et poussiéreux, un farfouillement
des trois femmes lumineuses, un farfouillement hâtif et inquiet,
faisant le bruit de souris trotte-menu dans un tas de décombres, et des
allongements, en des recoins d'ombre, de mains gantées de frais, un
peu peureuses de salir leurs gants, et de coquets ramènements du bout
des pieds chaussés de prunelle, puis des poussées, à petits coups, en
pleine lumière, de morceaux de bronze doré ou de bois sculpté, entassés
à terre contre les murs...

Et toujours au bout de la battue, quelque heureuse trouvaille, qu'on
me mettait dans les bras, et que je portais comme j'aurais porté le
Saint-Sacrement, les yeux sur le bout de mes pieds et sur tout ce
qui pouvait me faire tomber. Et le retour avait lieu dans le premier
et expansif bonheur de l'acquisition, faisant tout heureux le dos de
trois femmes, avec, de temps en temps, le retournement de la tête de ma
tante, qui me jetait dans un sourire: «Edmond, fais bien attention de
ne pas le casser!»

Ce sont certainement ces vieux dimanches qui ont fait de moi le
bibeloteur que j'ai été, que je suis, que je serai toute ma vie.


FIN DU PREMIER VOLUME.



TABLE


                                                               Pages

  PRÉAMBULE

  VESTIBULE (_les Foukousas_)                                      4

  SALLE A MANGER (_les Bronzes français du_ XVIIIe _siècle_)      14

  PETIT SALON (_les Dessins français du_ XVIIIe _siècle_)         22

      PRÉFACE                                                     31

      COLLECTIONS DE DESSINS DE GONCOURT (_Peintres, sculpteurs,
      dessinateurs, vignettistes, ornemanistes, architectes du
      XVIIIe siècle_)                                             37

  GRAND SALON (_les Clodion, les Tapisseries de Beauvais et
  des Gobelins, les Meubles Marie-Antoinette, les Vases de
  Sèvres_)                                                       181

  ESCALIER (_les Albums japonais_)                               192

  CABINET DE TRAVAIL (_les Livres, les Manuscrits, les Lettres
  autographes sur les arts de la peinture, sculpture, gravure,
  et sur les arts industriels et mécaniques_)                    238


Paris.--L. MARETHEUX, imprimeur, 1, rue Cassette.


       *       *       *       *       *


  Corrections.

  Page  36: «pénétration» remplacé par «pénétrante» (une pénétrante
              humidité vous tombait sur les épaules).
  Page  47: «Cine» remplacé par «Chine» (Lavis à l'encre de Chine).
  Page  47: «de de» remplacé par «de» (uniformément préparées à
              l'encre de Chine).
  Page  58: «fleurette» remplacé par «fleurettes» (en robe blanche
              à fleurettes rouges).
  Page  70: «lavé» remplacé par «lavée» (n'est lavée que d'un seul
              côté).
  Page  75: «Gabriel» remplacé par «Gabrielle» (Henri IV aux pieds
              de Gabrielle d'Estrées).
  Page  88: «remplis» remplacé par «remplies» (des niches, remplies
              par des écussons et des statues).
  Page  99: «un» remplacé par «une» (une autre assise et chantant).
  Page 100: «apppartements» remplacé par «appartements» (les
              appartements du château de Potsdam).
  Page 110: «SOLITUD» remplacé par «SOLITUDE» (THE PLEASURES OF
              SOLITUDE).
  Page 113: «morts» remplacé par «mort» (un marchand de mort aux
              rats).
  Page 132: «une» remplacé par «un» (un écusson vide).
  Page 133: «a» remplacé par «la» (baie de la porte).
  Page 135: «naturellemen» remplacé par «naturellement» (plus
              naturellement coloriste).
  Page 136: «de de l'ordre» remplacé par «de l'ordre» (le cordon
              rouge de commandeur de l'ordre de Saint-Louis).
  Page 158: «appuyée» remplacé par «appuyé» (où est appuyé un petit
              garçon).
  Page 161: «qui qui» remplacé par «qui» (tous ses dessins qui ont
              eu l'honneur).
  Page 166: «Puise» remplacé par «Puis» (Puis dans les dessins
              décrits ici).
  Page 188: «ruits» remplacé par «fruits» (de fleurs et de fruits).
  Page 208: «bronzeries» remplacé par «bonzeries» (au-dessous de
              bonzeries au milieu de lacs).
  Page 209 note 54: «Japon» remplacé par «Japan» (_Tales of old
              Japan_).
  Page 218 note 55: «hiun-Bô» remplacé par «Shiun-Bô» (du pseudonyme
              de Shiun-Bô).
  Même note: «aponais» remplacé par «Japonais» (invraisemblable pour
              un Japonais).
  Page 235: «lbums» remplacé par «albums» (des albums du siècle
              dernier).
  Page 238 note 59: «Ossaka» remplacé par «Osaka» (le théâtre
              d'Osaka).
  Page 257: «fû» remplacé par «fût» (que son exemple fût imité).
  Page 260: «uillet» remplacé par «juillet» (la délibération du
              20 juillet 1747).
  Page 264: «pou» remplacé par «pour» (un numéro pour échanger un
              billet de banque).
  Page 267--Greuze: «de de» remplacé par «de» (le peintre de la
              Cruche cassée).
  Page 306: «destinaire» remplacé par «destinataire» (avec le nom du
              destinataire écrit).
  Page 315: «représentée» remplacé par «représenté» (L'art de la
              céramique est représenté).
  Page 323: «citeron» remplacé par «citerons» (nous citerons
              l'ÉCOLE DE CAVALERIE).
  Page 332: «publiées» remplacé par «publiés» (des cahiers de
              coiffures publiés par Rapilly).
  Page 333: «port-épic» remplacé par «porc-épic» (à l'image d'un
              porc-épic).
  Page 337 note 84: au lieu de «N° 16» il faut peut-être lire
              «N° 14» (N° 16 M. le comte de Cambis).





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "La maison d'un artiste - Tome 1" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home