Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 1585, 12 Juillet 1873
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 1585, 12 Juillet 1873" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



        L'ILLUSTRATION
        JOURNAL UNIVERSEL

        [Illustration.]

        RÉDACTION, ADMINISTRATION, BUREAUX D'ABONNEMENTS
        33, rue de Verneuil, Paris

        34e Année.--VOL. LXII--Nº 1585
        SAMEDI 12 JUILLET 1873

        SUCCURSALE POUR LA VENTE AU DÉTAIL
        60, rue de Richelieu, Paris

        Prix du numéro: 75 centimes
        La collection mensuelle, 3 fr.; le vol. semestriel,
        broché, 18 fr.; relié et doré sur tranches, 23 fr.

        Abonnements
        Paris et départements: 3 mois, 9 fr.;--6 mois,
        18 fr.;--un an, 36 fr.; Étranger, le port en sus.



SOMMAIRE

_Texte_: Histoire de la semaine.--Courrier de Paris.--La Cage d'or,
nouvelle, par M. G. de Cherville (suite).--Les Théâtres: Gymnase:
_Honora_, comédie en un acte par M. E. Brisebarre;--Ambigu-Comique: les
_Postillons de Fougerolles_, drame en cinq actes, par M.
Crisafulli.--Conquêtes des Russes dans l'Asie centrale (II).--Nos
gravures: le shah à Paris; les nouveaux immeubles industriels du
faubourg Saint-Antoine; la fin d'une chanson--Les mystères de la Bourse
(H): pourquoi la Bourse est-elle un
thermomètre?--Bibliographie.--Incendie de l'Alcazar de Marseille.

_Gravures_: Le voyage du shah de Perse: arrivée du Rapide en rade de
Cherbourg;--Réception de S. M. par le Président de la République à la
gare de Passy;--Réception de S. M. par M. le Préfet de la Seine sur la
place de l'Étoile.--Arrivée du shah de Perse à Paris: arrivée du cortège
sur la place de l'Étoile, décoration de l'Arc-de-Triomphe,--_La fin
d'une chanson_, d'après le tableau de M. de Beaumont expose au Salon de
1873.--Les nouveaux immeubles industriels du faubourg Saint-Antoine: vue
générale de la rue de l'Industrie Saint-Antoine;--Coupe d'une maison
montrant la distribution de la force motrice dans les ateliers et les
logements des ouvriers.--L'incendie de l'Alcazar de Marseille: aspect
des ruines après le sinistre.--Rébus.

[Illustration: LE VOYAGE DU SHAH DE PERSE.--Arrivée du _Rapide_ en rade
de Cherbourg.]



HISTOIRE DE LA SEMAINE


FRANCE.

Le shah de Perse est arrivé à Paris le dimanche 6 juillet, et y a fait
son entrée au milieu d'un concours immense de spectateurs. Nous ne
rendrons pas compte à cette place des fêtes dont la réception de Sa
Majesté a été l'occasion et dont nos lecteurs trouveront la description
détaillée dans une autre partie du journal. Constatons seulement que ces
fêtes ont été magnifiques et de nature à laisser une impression profonde
dans l'esprit du souverain étranger.

L'Assemblée nationale a décidé qu'elle suspendrait ses séances pendant
trois jours à l'occasion de ces fêtes, et elle s'est séparée après avoir
voté, pendant le cours de la semaine, un nombre considérable de lois
d'affaires dont l'énumération nous entraînerait trop loin. Le seul
incident d'un caractère politique qui ait interrompu ces travaux a été
suscité par une demande d'interpellation tendant à la levée de l'état de
siège, et qui a été ajournée au 15 novembre prochain. D'ailleurs,
l'époque des vacances approche, une sorte de lassitude et un visible
besoin de repos se sont emparés des diverses fractions de la Chambre, et
il est probable que les grandes délibérations ne seront reprises
qu'après la rentrée.

En attendant, l'évacuation finale du territoire français encore occupé a
commencé, et sera complète le 1er août, moins Verdun.

_Le Mémorial des Vosges_ nous apprend que lundi réquisition a été faite
à la compagnie des chemins de fer de l'Est, d'avoir à fournir quatorze
wagons chaque jour pour le transport du matériel.

Le départ des troupes ne commencera pas avant le 25 et sera terminé le
31 juillet.

A Epinal, le mouvement commencent le 25 et sera terminé le 28. C'est la
batterie d'artillerie qui partira d'abord, puis le lazareth ou
ambulance, les dragons et l'infanterie. Ces différents corps de troupes
voyageront par étapes. Les gîtes désignés sont Docelles, Cheniménil, la
Houssière, Corcieux, Aydoilles, Bruyères, Saint-Dié, Girecourt,
Gugnécourt, Saint-Benoît, Moyenmoutier, Grandvillers, la Salle, la
Bourgonce, Senones, Raves.

Dès le 15 juillet, des détachements de gendarmerie mobile seront envoyés
dans les Vosges. On s'occupe de préparer les logements pour les
recevoir. On n'a pas de renseignements précis sur l'arrivée des troupes
de garnison française.

Le _Courrier de Verdun_ annonce que la ville de Clermont est évacuée
depuis mardi; le bataillon prussien qui formait la garnison de cette
ville a dû arriver mercredi 9 juillet à Verdun. Le conseil municipal de
Verdun a décidé à l'unanimité que la ville ferait les avances
nécessaires pour placer chez les logeurs les nouvelles troupes
prussiennes qui viennent augmenter la garnison. La garnison bavaroise de
Montmédy a reçu l'ordre, dit le Courrier, de commencer son mouvement de
retraite le 15 juillet.

Le _Journal d'Alsace_ annonce, en effet, que la garnison bavaroise de
Montmédy quittera cette place le 15 juillet.


ESPAGNE.

Les Cortès espagnoles élaborent une nouvelle Constitution destinée à
organiser la république fédérale. La commission chargée d'en rédiger le
projet vient d'en arrêter le plan général. L'Espagne sera divisée en
quinze États fédéraux, dont onze pour l'Espagne proprement dite et
quatre pour les colonies, c'est-à-dire pour Porto-Rico, Cuba, les
Philippines et Fernando-Po. Ces États, ainsi que les cantons et les
communes qui en forment les subdivisions, pourvoiront à leurs dépenses
spéciales au moyen d'impôts votés par eux-mêmes. L'armée, la marine, les
télégraphes, les douanes, la dette publique, les finances, seront du
ressort du pouvoir central. Ce pouvoir sera constitué de la manière
suivante: un Congrès nommé par le suffrage universel, l'âge des
électeurs étant fixé à vingt et un ans; un Sénat nommé par l'assemblée
des cantons, à raison de quatre sénateurs par canton. La durée des
législatures sera de trois ans, avec des sessions annuelles de cinq
mois, divisées en deux réunions; l'une, d'octobre en décembre; l'autre,
de février en avril. Le président de la République, nommé pour trois ans
également, non rééligible, investi d'un veto suspensif dont la durée
sera égale à celle de ses pouvoirs, commande les armées de terre et de
mer et nomme les ministres, qui ne peuvent pas être députés, ni même
assister aux séances des Chambres. Telle est en quelques mots l'ébauche
de cette nouvelle Constitution, dont les principes fondamentaux sont les
suivants: Autonomie complète des administrations locales; unité
législative, économique, militaire et financière de la République
fédérale.


ITALIE.

La crise ministérielle qui sévissait en Italie depuis près de quinze
jours est définitivement terminée ou à peu près. Après des pourparlers
qui se sont prolongés pendant tout ce temps et qui ont menacé plusieurs
fois de ne pas aboutir, M. Minghetti a enfin réussi à former un nouveau
cabinet dont la composition, bien qu'elle ne soit pas encore
officiellement confirmée à l'heure où nous écrivons, paraît cependant
arrêtée ainsi qu'il suit: MM. Minghetti, président du conseil et
ministre des finances; Visconti-Venosta, ministre des affaires
étrangères; Cantelli, ministre de l'intérieur; Vigliana, ministre de la
justice et des cultes; Ricotti, ministre de la guerre; Scialoja,
ministre de l'instruction publique; Spaventa, ministre des travaux
publics, et Riboty, ministre de la marine.

C'est une question de finances qui a été la cause immédiate de la chute
du cabinet Lanza, déjà fortement ébranlé par la désorganisation produite
dans le Parlement italien par la mort de M. Ratazzi. Depuis longtemps
déjà l'homogénéité du cabinet Lanza était troublée par des dissentiments
graves entre ses différents membres; tandis que M. Sella, le ministre
des finances, s'attachait à assurer l'équilibre du budget par des
réductions de dépenses, les ministres de la guerre et des travaux
publics se refusaient à des économies considérées par eux comme
nuisibles à la sécurité et à la prospérité du pays. C'est ainsi que, par
suite des crédits demandés en particulier par ces deux ministères et
votés par la Chambre, crédits dont il avait vainement réclamé la
réduction, M. Stella s'était trouvé en présence d'un déficit de 30
millions de francs sur le budget de 1874. Pour combler ce déficit, M.
Sella avait proposé un ensemble de mesures financières qui, discutées
par le Parlement italien à la fin de sa session et au moment où une
grande partie des députés avaient devancé par leur départ l'époque des
vacances, furent repoussées par une majorité de 157 voix contre 80,
malgré les efforts du ministre qui avait fait de l'adoption de ces
propositions une question de cabinet. Sur les 157 voix qui venaient de
renverser le cabinet, 90 appartenaient à la gauche, représentée par M.
Depretis, et 67 à la droite, ayant pour leader M. Minghetti. Cette
coalition de deux partis opposés, capable de renverser le ministère, ne
pouvait plus s'entendre le jour où il s'agissait de le remplacer; de là
les difficultés qui s'opposèrent à la constitution immédiate d'un
nouveau cabinet; le roi Victor-Emmanuel, rigoureux observateur des
formes parlementaires, aurait voulu, assure-t-on, appeler à la fois au
pouvoir MM. Minghetti et Depretis, mais il fallut bientôt renoncer à
cette combinaison et M. Minghetti dut être seul chargé de la formation
du nouveau ministère. Sera-t-il plus heureux que son prédécesseur? C'est
ce que la prochaine session du Parlement nous apprendra. En attendant,
on s'accorde généralement à reconnaître que M. Sella avait réalisé dans
l'administration financière du royaume, d'importantes améliorations.
Ainsi, le chiffre total du revenu, qui était, en 1869, de 863,850,000
fr., s'était élevé, en 1873, à 1,044,000,000, soit une augmentation de
plus de 180 millions; de cette augmentation, il faut retrancher, il est
vrai, une somme de 37 millions et demi provenant de l'annexion des États
romains, mais cette déduction faite, il reste encore un surplus de près
de 148 millions obtenu en moins de quatre ans et qui fait
incontestablement honneur à la gestion de M. Sella.


TURQUIE.

Le sultan vient d'adresser au vice-roi d'Égypte un firman qui équivaut à
peu de chose près à la reconnaissance de son indépendance et qui ne peut
être considéré autrement que comme un grand pas de fait vers la
dissolution de l'ancien empire ottoman.

Abdul-Azis commence par y ratifier le changement qu'Ismaïl-Pacha a
introduit dans l'ordre de succession au gouvernement de l'Égypte en
décidant que son fils aîné porterait après lui la couronne qui, d'après
la loi musulmane, devrait revenir au plus âgé des princes survivants de
sa famille. On peut reconnaître là la trace des préoccupations
personnelles du sultan, dont le plus ardent désir est, comme on sait, de
modifier également l'ordre de succession en Turquie. Le firman autorise
ensuite le khédive à faire toutes les lois et règlements intérieurs
qu'il jugera nécessaires; il lui donne le droit de contracter, de son
propre mouvement, des emprunts à l'étranger, de conclure des conventions
douanières et des traités de commerce, de fixer à son gré le contingent
de ses forces de terre et de mer, d'administrer enfin le pays de sa
pleine et entière autorité, sans avoir aucun compte à rendre à la
Sublime-Porte. Les seules réserves que contienne l'acte impérial ont
trait à la monnaie qui continuera à être frappée au nom du sultan, au
drapeau qui doit toujours être celui des troupes ottomanes, à la
nomination des généraux, aux vaisseaux blindés qui, par un caprice assez
singulier d'Abdul-Azis, ne pourront être construits sans une permission
spéciale, au payement du tribut annuel de 4 millions dont l'empire
besogneux ne saurait se passer. On voit que l'abandon des droits
suzerains est à peu près complet, et que l'Égypte devient de fait une
puissance maîtresse d'elle-même.

Au moment où l'Égypte devient ainsi en quelque sorte un royaume
indépendant, son territoire est sur le point de s'étendre par des
annexions considérables. Un télégramme d'Alexandrie annonçait il y a
quelques jours l'arrivée à Khartoum de sir Samuel Baker et le succès
complet de l'expédition entreprise par le voyageur anglais pour le
compte du khédive. On sait qu'à la suite du voyage fait il y a quelques
années par sir Samuel Baker dans l'Afrique équatoriale et des
importantes découvertes auxquelles ce voyage donna lieu, le Gouvernement
égyptien organisa une expédition militaire et scientifique dont il donna
le commandement à l'heureux explorateur. L'expédition eut à lutter
contre des difficultés de tous genres et fut successivement réduite de
trois mille hommes à quelques centaines, mais le but qu'elle se
proposait a été atteint; la route de Zanzibar est ouverte au commerce
égyptien; les tribus sauvages peuplant ces contrées ont été soumises et
la domination du Vice-Roi ne tardera pas à être reconnue sans conteste
sur ces vastes étendues de territoires longtemps réputées désertes et
sauvages et qui, d'après les rapports des voyageurs, sont au contraire
d'une fertilité et d'une richesse incalculables.



COURRIER DE PARIS

Il est des délicats, même en bon nombre, qui ne veulent point souffrir
qu'on leur parle encore du shah de Perse. Le nom seul de Nassr-ed-Din
leur irrite les nerfs. Quelques-uns ferment les yeux, d'autres se
bouchent les oreilles. «Passons à un autre incident,» disent-ils. Toute
comparaison blessante mise de côté, ce serait à peu de chose près ce qui
s'est passé, il y a cent ans, à propos d'un homme qu'on avait roué en
place de Grève. Paris ne s'occupait plus que de ce roué. Portrait du
roué à toutes les vitres, relation de la mort du roué vendue dans les
rues par les crieurs publics, conversations sur le roué, bons mots du
roué. Tout cela rendait furieux l'auteur de _Candide_.

--Surtout, disait Mme Denis aux visiteurs, ne parlez pas du roué. M. de
Voltaire vous en voudrait à mort.

Cette susceptibilité du grand vieillard se retrouve à point; c'est à
ceux qui tiennent une plume qu'on fait la recommandation. «Surtout, plus
un mot du shah, n'est-ce pas?» Il ne sera donc plus question du voyageur
dans ce _Courrier_. Mais d'ailleurs, où et comment prendre du neuf à ce
sujet? Aucune des particularités de l'Odyssée royale n'est ignorée. On
connaît la mise en scène de dimanche dernier; on sait la manière dont le
roi des rois a été conduit au palais Bourbon, les fêtes qui ont suivi
son arrivée. Cent feuilles périodiques de toutes dimensions nous ont
tenus au courant de la moindre cérémonie. Nous connaissons les dîners,
le théâtre, l'illumination, la promenade à Versailles. Nul n'aura rien
perdu de cette vie de gala un peu plus somptueuse et tout aussi galante
que celle qui avait été organisée par Sancho Pança dans l'île de
Baratavia en terre ferme.

De nos jours, la statistique se met à tout. Or, savez-vous ce qu'un
membre de l'Académie des sciences, très-profond sur les riens, a pu
calculer? Il a trouvé un résultat à faire dresser les cheveux sur la
tête. Voici ce que c'est: Du moment où Nassr-ed-Din est arrivé de
Cherbourg à Passy, de Passy à l'Arc-de-Triomphe, de ce monument à sa
résidence et de son palais à celui de Louis XIV, à Versailles, on a
écrit, imprimé, public et fait lire au peuple le plus spirituel de la
terre, à ce qu'il prétend, sur le shah, à propos du shah et de ses
contingents, une masse compacte de 7 milliards 500 millions de lettres,
c'est-à-dire de quoi composer vingt-cinq volumes in-octavo de 325 pages
l'un. Le moyen de lutter contre tant de flots d'encre! Et, sans être
pour cela Voltaire, comment ne pas aspirer à ne plus lire ni rien
entendre lire sur une actualité si dévorante?

Par bonheur, en ce moment, le plus gros de la besogne est fait. Les
lustres s'éteignent, l'orchestre se tait; on ne débite plus de madrigaux
à l'oreille du visiteur, et le visiteur ne charge plus son drogman de
répondre. Allons, l'imprévu de cette aventure est déjà usé. Tous ceux de
nos mondains qui avaient prolongé leur séjour jusqu'à l'heure où le shah
serait notre hôte ont bouclé leurs valises. Les blasés s'écrient:
«Comment! ce n'était que ça?» Mot terrible que vous avez si souvent
entendu, couplet final de toutes les comédies d'ici-bas, grandes et
petites. Dans quarante-huit heures, le prince à l'aigrette de diamants
ne sera plus qu'un point dans l'histoire.

Aller aux eaux, se réfugier aux bains de mer, rien de mieux;
l'engouement s'en mêle, l'imitation à outrance y pousse les oisifs et
les sots, et voilà le mal. De juin à septembre, le fait d'émigrer aux
sources ou sur les plages sévit sur les familles à l'égal d'une endémie.
Tout petit prince a des ambassadeurs, disait La Fontaine. Toute maison à
pauvre chevance prétend mener la vie de loisir à Plombières ou à
Trouville. Il en résulte Dieu sait quelle ruine pour le mari, martyr
cent fois plus à plaindre que ceux qui ont été faits par Néron et par
Dioclétien. En 1873, la jeune femme qui va aux eaux ou bien aux bains de
mer pousse les siens à l'abîme à cause des toilettes insensées, des
frais du parcours, de ce qu'il faut pour le séjour au Casino et pour
tout ce qui s'ensuit. Personne n'ignore ces détails et personne n'ose
s'en affranchir.

Il est mort, il n'y a pas longtemps, un homme de science, presque un
grand homme, tout médecin de province qu'il fût. J'ai voulu nommer le
docteur Bretonneau, célèbre à Tours, tout aussi connu à Paris. Sauf un
très-petit nombre de cas, ce savant déconseillait les eaux, mais sans
succès. Il n'ignorait pas que chez nous la mode a toujours passé et
passera toujours avant la raison. Pour faire voir combien peu sa parole
était écoutée, il se plaisait à raconter le trait suivant;

Un jour,--c'était au chef-lieu de la Touraine,--un de ses anciens
domestiques vint lui demander quelque chose comme une consultation.
L'homme entra et salua fort poliment.

Le nouveau venu.--Bonjour, monsieur le docteur.

Le docteur Bretonneau.--Bonjour, monsieur.

L'étranger.--Est-ce que vous ne me reconnaissez pas, monsieur le
docteur?

Le docteur Bretonneau.--Pas précisément. Je sais que vous êtes le maire
de Fouilly-le-Persil.

Le Maire.--Oui, mais je suis aussi votre ancien cocher, Baptiste; vous
savez bien?

Le docteur.--Tiens, c'est toi, mon gaillard! et tu es maire! Au fait,
c'est la conséquence de nos moeurs démocratiques. Ce qu'il y a de mieux,
c'est que tu n'en es pas plus fier pour ça. Mais, au fait, je te dis
toi, à une autorité, à monsieur le maire! je m'oublie! Mais, écoute.
Quand je te dirai toi, ce sera pour Baptiste, mon ancien cocher; quand
je te dirai vous, ce sera pour monsieur le maire. (Ici une pause.) Eh
bien, voyons, Baptiste, que veux-tu de moi?

Baptiste.--Monsieur le docteur, je viens vous consulter pour un
rhumatisme qui me fait souffrir mort et passion.

Le docteur.--On ne guérit guère d'un rhumatisme.

Baptiste.--Mais un médecin de Paris, qui est crâne médecin, allez! m'a
dit qu'il en faisait son affaire.

Le docteur.--Ton crâne médecin n'est pas une somnambule?

Baptiste.--Non, c'est un monsieur décoré.

Le docteur.--J'aurais dû m'en douter. Eh bien, que conseille-t-il?

Baptiste.--Tout simplement d'aller aux eaux de Vichy.

Le docteur.--Aux eaux! Mais, Baptiste, ça te coûtera au moins quatre ou
cinq cents francs, les eaux! Est-ce que tu peux te permettre cette
dépense?

Baptiste.--Eh oui, docteur, surtout quand il s'agit de ma santé. Cinq
cents francs vont et viennent.

Le docteur.--Eh bien, écoute; veux-tu un bon conseil de ton ancien
maître?

Baptiste.--Tout de même.

Le docteur.--Parlons donc raison. Avec tes 500 francs, tu auras deux
belles vaches, race charolaise. Achète-les. Tu seras sûr de ne pas
perdre ton argent. Tandis qu'en allant aux eaux, je te préviens que tu
ne guériras jamais ton rhumatisme. Adieu, fais ce que je te dis et
reviens me voir.

La saison finie, Baptiste reparut, en effet. Il n'avait pas suivi le
conseil. On sait que quand on demande un conseil, c'est toujours pour ne
pas le suivre. Il revenait de Vichy; il avait 500 francs de moins dans
sa poche, mais il avait toujours son rhumatisme.

--Mon pauvre garçon, lui dit le docteur, j'ai fait pour toi tout ce que
j'avais à faire. A présent, va-t-en au diable.

Un homme qui n'ira pas au diable, mais qui se prépare à courir de
brillantes et héroïques aventures, c'est Pertuiset.--Qu'est-ce que c'est
que ça, Pertuiset? va-t-on demander.--Tout simplement le successeur
immédiat et comme l'héritier présomptif de Jules Gérard, le tueur de
lions. Un chasseur, un inventeur, un homme d'aventures, un de ceux qui
s'agitent le plus pour étendre au loin l'influence française et pour
enrichir la géographie de notions nouvelles. Dans le monde du sport, on
connaît ses prouesses, déjà nombreuses. En Afrique, il a tué le lion, en
se jouant; il a de plus contribué à fonder cette Société fameuse qui
devait organiser des caravanes de voyageurs d'Alger au Sénégal,
traversant le grand Désert. Si l'entreprise n'a pas eu de suite, ça été,
non de sa faute, mais à cause de la timidité imbécile des capitaux.

J'ai dit qu'il est un inventeur. Il a créé, en effet, la balle
explosible, engin terrible, véritable foudre portative, plus terrible
que celle que Benjamin Franklin a enchaînée au moyen de l'aimant.
Celle-là, on ne peut pas l'empêcher d'éclater. En éclatant, la balle
explosible transperce tout, une cuirasse, un mur, un navire blindé. Si,
en 1870, au moment de la guerre qui nous a tant éprouvés, la balle de
Pertuiset eût été adoptée, il n'y aurait eu qu'une bataille au lieu de
cent, et tout porte à croire qu'elle eut été à notre profit.

Pour le moment, Pertuiset s'occupe moins de pyrotechnie que de voyages.
Après avoir exploré l'Amérique du Sud, il revient chez nous avec des
idées de conquête. Entre la république du Chili et la Patagonie, il
existe une région d'une richesse sans égale qu'on appelle la
Terre-de-Feu. Terre-de-Feu est ici une antiphrase, le mot signifie autre
chose que ce qu'il a l'air de dire, car le climat est tempéré et même
froid. Les naturels du pays, sauvages indomptés, possèdent vingt sortes
de trésors dont ils ne se servent pas: mines d'or, mines d'argent,
houille, cobalt, guano, etc., etc. Ils ont des pécaris par millions, des
morses féconds en ivoire, d'admirables forêts. Mais toujours envieux,
ils n'entendent pas que le civilisé approche de ces richesses. Malheur à
l'Européen qui entrerait chez eux!

Pertuiset, nouveau Jason allant à Cholcos, a organisé une expédition
militaire contre les _Feugiens_. En septembre prochain il fera irruption
dans la grande île, à la tête d'un bataillon couvert de cottes de
mailles et armé de chassepots. Les sauvages ont la fronde, les flèches
et la massue. Qui remportera d'eux ou du nouveau Fernand Cortez? Les
sauvages seront-ils battus? Pertuiset, percé de javelines, sera-t-il
mangé par eux, un soir, comme plat du milieu, avec de l'ail et des
piments?--Toute l'Amérique du Sud et un peu le beau monde de Paris se
préoccupent vivement de cette affaire.--Quant à nous, nos sentiments ne
sont pas douteux. Il nous paraît fort désirable que le hardi voyageur
réussisse pleinement dans son entreprise et qu'il ajoute une rallonge
aux colonies françaises.

Il y a depuis longtemps à l'École des Beaux-Arts un proverbe fort connu.
Cet adage, je demande la permission de le rapporter ici, prévenant le
lecteur que je le transcris sans intention méchante pour personne. On
dit donc: _Gueux connue un peintre, grossier comme un sculpteur, bête
comme un musicien, bien mis comme un architecte_.--Eh bien, tout cela,
Dieu merci, est faux comme un jeton. Il y a une multitude de peintres
qui ne sont pas gueux. Bien plus M. Edmond About le démontrait l'autre
jour, le moyen le plus simple de devenir millionnaire au temps où nous
sommes, c'est de promener un pinceau sur une toile. Par ce qui se passe
journellement à l'Hôtel des Ventes, on sait que cela vaut une mine
d'or.--Grossier comme un sculpteur,--qui y croira? L'homme le plus
galant du dix-neuvième siècle aura été l'auteur d'une statue célèbre.
Trois autres statuaires bien connus n'ouvrent la bouche que pour débiter
des madrigaux que Dorat ne désavouerait pas s'il venait à
renaître.--Bête comme un musicien,--ah! je sais, La Bruyère a déjà écrit
quelque chose comme ça, mais les temps ont changé. Que ferez-vous des
bons mots de Rossini? Que direz-vous des jolies boutades d'Auber?
Jacques Offenbach, sachez-le, s'entend fort bien à tourner une
épigramme.--Bien mis comme un architecte!--Pour le coup, vu les moeurs
du monde artiste, ça, c'est la plus cruelle des injures.--Un homme bien
mis est un homme perdu de réputation.--Et l'autre jour, deux amis ont
été sur le point de se couper la gorge à cause de ce tronçon de
proverbe.

F*** rencontre S*** avec des habits neufs.

--Comme tu es bien mis! Quelle correction dans les entournures? On te
prendrait pour un notaire.

S'il eût dit: On te prendrait pour un architecte, la chose aurait déjà
été assez grave, mais pour un notaire.--Il y a eu envoi de témoins,
rendez-vous pris; au moment de se tuer, on s'est donné la main, dans
l'île de Croissy, sur le terrain.

Paris devient de plus en plus buveur de bière; c'est même là l'objet
d'un très-grand chagrin pour les esprits qui redoutent l'envahissement
de tout ce qui a un caractère germanique. Ainsi tel duc que je pourrais
vous nommer craint que l'abus du bock ne finisse par nous rendre
Allemands. On rencontre, par bonheur, un grand nombre d'opiniâtres qui
tiennent pour le vin. Citons, si vous voulez, les membres du Caveau.
Ajoutons-y les comédiens, les orateurs, les poètes du midi. Dans cette
liste il est juste de ranger un aquarelliste de talent, l'excellent
G***, si bon Français à tous les points de vue.

Voilà quelques jours, sous les marronniers de la Bourse, on commentait
un télégramme, venu de la Côte-d'Or.

Dijon, 2 juillet 1873.

_Les traces de la gelée s'effacent; la vigne va bien._

--La vigne va bien! Quand je vous disais, s'écria G, que l'année que
nous traversons est une année calomniée!

Philibert Audebrand.



[Illustration: LE VOYAGE DU SHAH DE PERSE.--Réception de S. M. par le
Président de la République à la gare de Passy.]

[Illustration: LE VOYAGE DU SHAH DE PERSE--Réception de S. M. par M. le
Préfet de la Seine sur la place de l'Étoile.]



LA CAGE D'OR

NOUVELLE

(Suite)

--Tourne la tête de ce côté et regarde?

Le marchand, jetant les yeux sur la cheminée que lui indiquait son
maître, remarqua un ornement, lequel eût été sans doute à sa place dans
le magasin de la Tverskaïa, mais qui produisait un effet assez singulier
dans l'appartement d'un grand seigneur.

Au milieu de cette cheminée, à la place qu'occupe ordinairement la
pendule, sur un coussin de velours et sous un globe de cristal,
reposaient deux gracieuses bottes de maroquin dignes de chausser le pied
du prince Charmant, et qui étaient certainement la représentation la
plus fine et la plus mignonne des proportions auxquelles les extrémités
masculines peuvent se réduire.

--Contemple ces chaussures, Nicolas Makovlof, continua le vieillard,
dont les lèvres se crispaient dans un sourire sardonique. Je les portais
le jour où, pour la première fois, je rencontrai la princesse Svanhoff,
qui m'a tant aimé... Elles ne furent pas étrangères à mon bonheur et
elles sont devenues pour moi la plus précieuse des reliques. Il n'est
pas de jour où je ne les regarde en souhaitant de les voir encore une
fois à mes pieds avant de mourir. Accomplis ce tour de force, Nicolas
Makovlof, et, sur ma foi de noble russe, je te le jure, tu seras libre.

Tandis qu'il parlait ainsi, la physionomie du vieux Laptioukine prenait
une expression diabolique, ses prunelles verdâtres jetaient des flammes;
en même temps, arrachant ses couvertures, il montrait une jambe qui,
sous son bas de soie, apparaissait si prodigieusement enflée, qu'elle
n'avait plus forme de jambe humaine.

Le marchand de cuirs avait enfin compris que depuis un quart d'heure le
seigneur jouait avec sa victime comme le tigre avec sa proie, et que,
comme celui-ci, il serait inaccessible à la pitié. Découragé, anéanti,
il laissa tomber sa tête sur sa poitrine, en ébauchant un geste de
supplication.

--Ah! s'écria le comte en lâchant la bride aux sentiments vindicatifs
qu'il avait jusqu'alors contenus, c'était en vérité trop d'audace. Oser
réclamer ta liberté, toi dont l'infernale malice m'a rendu podagre avant
l'heure, toi qui m'as condamné à une mort anticipée. Il faut que tu sois
insensé pour avoir pu supposer que je laisserais échapper cette occasion
de te rendre les tortures que je te dois. L'esclavage te pèse, Nicolas
Makovlof; tant mieux, morbleu! La vieillesse triste, isolée, lamentable,
ne m'est pas moins un lourd fardeau; à chacun le nôtre! Serf tu es, serf
tu resteras; serve sera ton opulente postérité si Dieu t'en donne une,
car ma main pèsera sur toi, même lorsque je serai descendu dans la
tombe, car je m'arrangerai pour que celui qui me succédera ne soit
jamais tenté de dire à mon bourreau: tu es libre!

Nicolas Makovlof n'en écouta pas davantage; il s'enfuit toujours courant
retrouver son drowski, lequel le ramena à Moskow dans un état de
prostration et d'accablement plus facile à imaginer qu'à décrire..

Comme sa voiture entrait dans la Tverskaïa, il aperçut sur la porte de
son magasin, dans le plus superbe des costumes et coiffée d'un
kakosehnick de drap d'or dont les fauves reflets lui faisaient une
auréole, une femme qui lui apparut belle comme les vierges dont les
peintres byzantins ornent les basiliques.

C'était Sacha qui guettait le retour de son mari avec une anxiété dont
chacun des traits de son visage portait l'empreinte.

Le malheureux voila son visage de ses mains pour ne pas la voir; puis,
laissant à cette manifestation de son désespoir le soin d'instruire sa
femme du résultat de ses démarches, il passa à côté d'elle sans lui
adresser la parole.


VIII

Les deux événements que nous venons de raconter eurent une profonde
influence sur la situation morale du ménage.

Avant son mariage, Nicolas portait avec une complète insouciance la
chaîne héréditaire. Il n'avait alors que des appétits dont la
satisfaction étouffait en lui toute aspiration à la révolte. Jamais son
regard n'avait essayé de percer le cercle d'airain au milieu duquel il
était captif. Le sort qui était le sien n'avait-il pas été celui de ses
pères? N'était-il pas celui de ses frères? En lui accordant la richesse
et ses corollaires de jouissances, la Providence ne l'avait-elle pas
comblé de faveurs qu'elle avait refusé à ceux qui l'avaient précédé? Ne
serait-ce pas l'offenser que de lui demander davantage? N'avait-il pas
le devoir de la bénir pour ce qu'elle lui accordait et de se résigner à
ce qu'elle lui refusait. Le moyen de ne pas devenir fataliste dans une
position toute faite par la fatalité!

D'ailleurs, qu'est-ce qu'un mal dont on ne souffre pas? Qu'est-ce qu'un
bien dont on ne tire aucun profit? Ainsi avait longtemps raisonné le
pauvre marchand qui, mettant cette chaîne dans le plateau de la balance
à trébucher ses écus, et voyant qu'en réalité elle pesait tout juste le
poids de la redevance qu'il payait à son maître, s'était maintes fois
écrié, comme nous l'avons entendu le dire à sa femme:

--O liberté! Tu n'es qu'un mot! Tu vaux cinquante roubles par an, et pas
un kopeck de plus!

Il en était là lorsque l'adoration passionnée que lui inspirait
Alexandra, stimulée par les chastes rigueurs que l'horreur de la
servitude inspirait à sa femme, réveilla l'instinct de la dignité
humaine dans cette âme engourdie. Il avait alors compris que l'opulence
dont il avait si âprement poursuivi la possession était peu de chose
pour celui qui ne se possédait pas lui-même. Il avait reconnu que ce
qu'il avait dédaigné était tout, et que ce qu'il avait ambitionné
n'était rien.

Les ridicules menaces du comte Laptioukine élevèrent ces vagues regrets,
ces sourdes hontes, à la hauteur d'une haine. Lorsqu'il se rappelait que
celui-ci lui avait déclaré que l'esclavage se perpétuerait non-seulement
dans sa chair, mais dans la chair de sa chair, qu'il avait affirmé son
droit de maître sur une postérité qui était encore dans la main du
Très-Haut, qu'il avait condamné l'enfant dont la blonde silhouette
n'avait encore apparu à ce pauvre homme que dans un rêve consolateur,
cette loi d'iniquité se montra à lui dans toute sa monstruosité; il
frissonna de tout son être, il éprouva ce douloureux déchirement
d'entrailles qui est l'angoisse de la paternité, et, à son tour, il dit
comme Alexandra: Meure le fruit avec son germe, plutôt que d'augmenter
le nombre des maudits!

Il passa alors de l'hypochondrie à laquelle il avait été en proie à un
état presque continu de désespoir; il restait des journées entières
enfermé dans quelque angle obscur de ses magasins, étendu sur le sol,
pleurant, se lamentant comme un enfant ou s'abandonnant à des rages
folles. Il continuait de fuir Alexandra, dont la vue aiguillonnait sa
douleur; deux jours après le retour de Kaïouga, ce fut elle qui le
surprit dans un de ces accès si voisins de la frénésie. Épouvantée, elle
essaya de le calmer par de douces et tendres paroles.

Nicolas lui raconta alors l'inexorable rancune qu'il avait rencontrée
chez son maître; il ne lui dissimula pas la cruelle et profonde
impression que les dernières paroles de celui-ci avaient produit sur son
esprit, et, s'agenouillant devant elle, il la supplia de lui pardonner
la mauvaise action qu'il avait commise en l'associant à sa misérable
condition; dans son désespoir, il alla jusqu'à demander au ciel de
délivrer Alexandra d'une union si justement abhorrée, en le rappelant à
lui!

--Non, dit la jeune femme attendrie, cette union ne me paraît pas
odieuse, puisque votre esprit pense comme mon esprit, puisque votre
coeur bat avec mon coeur. Pourquoi parler de mort, puisque votre mort
serait pour moi un nouveau deuil? Je ne vous le dissimulerai pas,
Nicolas? Depuis que vous vous êtes montré si bon, mon âme s'est donnée à
celui que je n'avais accepté que par soumission! Libre aujourd'hui, ce
serait peut-être ce que vous appelez une misérable condition que je
choisirais pour la mienne. D'ailleurs, tout espoir de bonheur est-il
donc perdu pour nous? Le titre de frère, que je vous donne, vous
semblera-t-il moins doux que celui d'époux, avec la certitude que nulle
autre affection ne balancera jamais, dans mon coeur, celle que je vous
ai jurée?

Nicolas hocha la tête et soupira; c'était sa ressource dans les
circonstances délicates.

--Dieu tient notre vie à tous dans ses mains, continua Alexandra, celle
de votre maître qui est vieux, aussi bien que la nôtre, à nous, qui
sommes jeunes; il ne voudra pas que le mal dont le comte a parlé
s'accomplisse, il ne lui donnera pas le temps de le réaliser.

Nicolas Makovlof en entendant sa femme se confondre avec lui, et
revendiquer la communauté de son infortune, se trouva un peu consolé et
s'engagea à la résignation.

Malheureusement et dans l'état de son coeur et de son esprit, cette
fermeté n'était facile qu'à promettre; il dissimula un peu mieux ses
tortures; mais il n'en souffrit que davantage.

Bien qu'il eut fort justement apprécié la valeur réelle de la richesse,
ce fut encore en travaillant à l'augmenter qu'il chercha à s'étourdir.
Il élargit le cercle de ses immenses affaires, réalisa bénéfices sur
bénéfices et devint véritablement alors le Crésus de toutes les Russies;
mais plus sa fortune prenait, de fabuleuses proportions, plus il en
accusait amèrement le néant.

La magnanimité est une vertu qui ne germe jamais dans un coeur
d'esclave. Nicolas n'était pas méchant, mais l'idée que la mort du
seigneur pouvait l'arracher à sa triste situation finit par s'établir à
poste fixe dans son cerveau, et envenima son ressentiment. Toute son
intelligence se tendit sur cette éventualité. Il s'était enquis de l'âge
exact du comte Laptioukine et consacrait des journées entières à des
entassements de chiffres, à des calculs sur les probabilités de cette
fin prochaine. De là à appeler de tous ses voeux l'heure où cet
événement se réaliserait, il n'y avait qu'un pas, et ce pas il le
franchit. Avec là naïveté des peuples primitifs, il fit intervenir la
religion dans ses souhaits sacrilèges et les porta aux pieds des autels,
il implora le mal de celui qui est le principe de tout bien, il demanda
au Dieu de pardon la satisfaction de sa vengeance, il eut recours à la
superstition toujours vivace à Moscou. Fou d'amour et de liberté,
pendant six mois ce malheureux s'adressa aux pratiques de la sorcellerie
pour hâter l'heure ou la chaîne exécrée se briserait avec la vie de
celui qui le rivait à la glèbe.

Un fait qui se passa en Russie à cette époque vint ajouter à ses
angoisses, en même temps qu'il justifiait l'horreur que manifestait
Alexandra à la pensée de transmettre la servitude paternelle à sa
descendance.

Le roman est toujours suspect lorsqu'il se mêle de toucher à l'histoire.
Les diamants les plus authentiques perdent de leur vraisemblance
lorsqu'ils se présentent enchâssés dans du laiton; aussi, pour conserver
son caractère de complète authenticité à l'anecdote sur laquelle nous
allons nous appuyer, nous déclarons rempruntera l'un des plus éminents
écrivains de la nationalité russe, à M. Yvan Tourgueneff:

«Un fait récent et arrivé dans la même famille accuse encore plus
d'iniquité. Un serf né sur ses domaines et qui avait passé sa vie à
Moscou dans les opérations du commerce, mourut, laissant après lui,
entre autres biens, une somme de cent cinquante mille roubles déposés à
la Banque. Ses enfants, qu'il avait réussi à racheter du servage et qui
faisaient partie d'une guilde de marchands, réclamèrent naturellement
l'héritage de leur père. De son côté, le comte S... réclama aussi, se
fondant sur son droit de propriétaire du défunt et soutenant que le
capital devait suivre le sort du capitaliste. Un procès s'engagea. Quel
fut l'arrêt des tribunaux? Pouvaient-ils faire autrement que de donner
raison au maître de l'esclave mort? La somme lui fut adjugée, et les
enfants se virent frustrés de l'héritage que leur père leur avait
préparé par son travail.»

Cette aventure eut nécessairement un grand retentissement à Moskow, la
ville de l'empire où les intéressés, c'est-à-dire les hommes à _obrosk_,
étaient le plus nombreux.

Lorsque quelqu'un raconta dans le magasin Makovlof l'inique dénouement
de ce procès, Nicolas était à son comptoir occupé à compter une somme
importante destinée à des paiements. Il regarda sa femme assise à ses
côtés, ses yeux rencontrèrent les yeux d'Alexandra fixés sur lui avec
une expression de compassion douloureuse; il vit deux grosses larmes
qui, après avoir tremblé un instant aux paupières de la jeune femme,
descendaient lentement sur ses joues.

C'en était trop pour le pauvre marchand; avec, une violence qui n'était
pas dans ses habitudes, il lança à travers le magasin une large poche de
cuir dans laquelle il ensachait ses écus, et, malgré les supplications
d'Alexandra, il s'enfuit éperdu.

A dater de ce jour il demanda bien souvent ses consolations au vice
favori de sa race, à l'ivresse.

G. DE CHERVILLE.

(_La suite prochainement._)



LES THÉÂTRES

Gymnase.--_Honora_, comédie en un acte, par E. Brisebarre.

Une comtesse peut-elle être fleuriste? Une fleuriste peut-elle être
comtesse? La chose n'est guère vraisemblable; néanmoins la comédie en
question penche pour l'affirmative. Honora n'est donc rien autre chose
qu'une ouvrière armoriée. On la voit travailler de ses mains; c'est là
ce qui la déprécie aux yeux de son propriétaire. Arrive tout à coup un
jeune et bel officier qui lui offre 100,000 francs de la même façon
qu'il lui présenterait un bouquet de violettes d'un sou. Pour le coup,
le propriétaire ouvre de grands yeux. Qu'est-ce que c'est qu'une
fleuriste comme ça?--Honora accepte les 100,000 francs, mais à la
condition seulement qu'ils seront accompagnés de l'officier, lequel
deviendra son mari.--Et voilà comment finit cette idylle urbaine.

Petite comédie d'été, bonne à faire passer une heure pendant les
chaleurs sénégambiennes que nous traversons. La vraisemblance! ne
cherchez donc jamais cet élément au théâtre, si vous voulez vous
amuser.--L'excellent Brisebarre, dont c'est une oeuvre posthume, était
un garçon d'esprit.--En écrivant _Honora_, il n'a pas eu la prétention
de faire un pendant au Misanthrope, mais seulement une fantaisie en état
de récréer le public du Gymnase pendant un mois ou deux, et c'est tout
ce qu'il faut demander à un galant homme, surtout quand il n'est plus.

Passons maintenant du plaisant au sévère.

Ambigu-Comique.--_Les Postillons de Fougerolles_, drame en cinq actes,
par M. Crisafulli.

J'espère bien, lecteur, que vous ne me condamnerez pas à vous faire
l'analyse de cette grosse machine. L'affiche prétend que c'est un drame.
Entre nous, c'est là un euphémisme. Comptez sur un mélodrame à la
vieille manière. On trouve là-dedans de forts ingrédients: des
postillons en bottes fortes, cela va sans dire. Ah! ces postillons sont
toujours fort aimés du peuple depuis la première représentation du
_Courrier de Lyon_. Il y a de plus une comtesse, un médecin, un agent
matrimonial, un comte et une forte dose d'arsenic. Disposez
symétriquement ces divers objets, vous ferez une pièce dont le boulevard
goûtera avec volupté les plus petits incidents.

_Les Postillons de Fougerolles_, réminiscences de trois ou quatre
ouvrages noirs, ont absolument réussi. L'auteur connaît son public. Il
sait qu'on ne lui plairait pas avec des mièvreries; il a donc fortement
épicé son drame. Les horreurs s'y entrechoquent assez convenablement
pour que la foule soit satisfaite. Messieurs les délicats, satisfaire la
foule n'est déjà pas une chose si aisée à faire; M. Crisafulli, en
habile homme, a su s'en tirer à son honneur. Que pourrait-on lui
demander de plus?

Philibert Audebrand.



CONQUÊTES DES RUSSES DANS L'ASIE CENTRALE

II

Le général de Kaufmann, nommé gouverneur du Turkestan après la
promulgation de l'ukase du 11 juillet 1867, s'était sur-le-champ occupé
avec la dernière activité de fortifier les postes avancés, tout en
négociant avec les princes indigènes. Un traité d'amitié et de commerce
fut conclu avec Khoudojar, khan de Kokand, qui le fit exécuter par ses
sujets.

Sur les frontières de Boukharie, les relations entre Russes et sujets de
l'émir Mozaffar prenaient de jour en jour un caractère plus marqué
d'hostilité. Au mois de septembre, un sous-lieutenant d'artillerie
russe, M. Sloujenko, se rendant de Tachkent à Djizak, était enlevé avec
son escorte de quatre hommes et entraîné dans les montagnes du beylik de
Samarcande. Cet acte de trahison amena des représailles; plusieurs
districts boukhares furent dévastés par les colonnes russes, et de part
et d'autres on se prépara à recommencer la lutte.

Le 4 mars surgit un événement grave qui fournit enfin au gouverneur
général le prétexte impatiemment attendu de reprendre les hostilités. Un
détachement d'environ 500 hommes partit de Yani-Kourgane pour établir un
fort à l'ouest de Djizak; attaqué dans la montagne par un corps de
Boukhares qui avait onze canons, il ne put accomplir sa mission qu'au
prix d'un combat sanglant. En même temps, le général de Kaufmann était
informé que ses troupes avaient eu à subir sur d'autres points plusieurs
insultes de moindre importance, à l'instigation des principaux
lieutenants de l'émir. Les caravanes pillées par les nomades n'osaient
plus s'aventurer dans la steppe; enfin Mozaffar poussé par le parti
fanatique réunissait de nombreuses bandes sous les murs de Samarcande.

La situation de l'émir était des plus périlleuses, car les khans de Kiva
et de Kokand avaient décliné ses propositions d'alliance et ses
principaux beys, dont ceux de Khakrisiabs, district situé au sud de
Samarcande et des Kitaïkiptchak comprenant les rives du Sariavschan, de
Samarcande à Kermine, l'obligeaient à s'engager dans une aventure sans
issue.

Le général de Kaufmann, exactement renseigné, réunit une colonne de
8,000 hommes avec seize canons et campa dans les premiers jours de mai
1868 aux abords du pont en pierre de Tasch-Koupruk, à mi-chemin de
Yani-Kourgane à Samarcande. S'étant porté en avant, il aperçut le 13 mai
l'armée boukhare, estimée à 12,000 hommes, rangée en bataille sur la
rive gauche du Sariavschan. Le passage du fleuve fut exécuté de vive
force sous le feu des soldats de Mozaffar qui s'enfuirent vers l'ouest,
dans la direction de Kermine, laissant entre les mains des Russes tout
le matériel de leur camp et 21 pièces de canon. Les habitants de
Samarcande s'empressaient d'envoyer des députés chargés d'offrir la
soumission de la ville au général de Kaufmann qui y fit le même jour son
entrée solennelle, non sans avoir eu soin de prendre des otages pour se
prémunir contre la mauvaise foi asiatique. Cette ancienne capitale du
grand empire tartare sous Tamerlan est bien déchue: il n'y reste plus
que 12,000 habitants et les trois cents mosquées ne forment plus que des
monceaux de ruines.

Sans perdre un instant, les Russes s'emparèrent de Tchilek et de
Katty-Kourgane, au nord-ouest de Samarcande, et se mirent en marche sur
Bokhara. Ils trouvèrent l'armée ennemie, forte de 6,000 fantassins et de
15,000 cavaliers avec 14 canons, en position sur les hauteurs de
Séra-Boulak, près de Kermine. L'attaque eut lieu sur-le-champ, et les
Boukhariens s'enfuirent dans toutes les directions. Le général de
Kaufmann dut renoncer à la poursuite car à la même date, 10 juin, il
apprenait que le major Stempel, resté à Samarcande avec 754 hommes, en
comptant les soldats hors rang et 94 artilleurs, était gravement menacé
par près de 50,000 hommes commandés par Djoura, Baba et Adil-Datcha,
beys de Khatkrisiabs et de Samarcande.

Le major Stempel fit une défense héroïque et déjà ses nombreux
adversaires étaient en retraite quand il fut entièrement dégagé, le 21
juin, par le gouverneur général. Ce fait d'armes est le plus merveilleux
de ceux que les Russes ont accompli en Asie; la vaillante garnison de la
citadelle de Samarcande y perdit le tiers de son effectif. Des colonnes
russes ayant enlevé les petites places situées au sud de la capitale et
dispersé les bandes boukhariennes qui infestaient le pays, l'émir
Mozaffar comprit qu'il fallait se soumettre aux Busses auxquels il paya
un tribut de deux millions de francs et céda la riche province de
Samarcande qui fut incorporée dans l'empire moscovite. Dans la livraison
de décembre 1869 de la _Revue militaire française_, M. le capitaine
d'état-major Donécagais a publié un récit détaillé de cette brillante et
fructueuse campagne.

En 1869 et 1870, le gouverneur général soumit définitivement les
districts de Farab, de Magian et de Kischtut, au sud de Samarcande
(voyez la carte publiée dans le numéro de l'_Illustration_ du 24 mai).
Ces différentes expéditions furent dirigées par le général Abramow, un
des modestes héros de cette guerre ingrate.

En 1871, le sultan de Kuldja commit l'imprudence d'emprisonner une bande
de Kirghiz sujets de la Russie, qui avaient envahi son territoire et
massacré les postes placés sur la frontière. Le général Kolpakoski
saisit ce prétexte pour remonter le fleuve Ili avec des détachements
tirés de Wiarnoje et de Borokudsin, sommer le sultan de Kuldja d'avoir à
lui remettre les prisonniers justement arrêtés et, sur son refus,
l'attaquer le 16 juin à Alimta, avec un millier d'hommes et 16 canons.
Facilement victorieux, il enlevait le 18 juin le fort de
Tchin-tsa-Khodsi et faisait le 22 son entrée dans Kuldja dont le
district fut également incorporé dans l'empire des czars.

La province du Turkestan russe comprend aujourd'hui un territoire d'au
moins 60,000 lieues carrées, soit environ le double de la France. Le
khan de Kokand et l'émir de Bokhara sont réduits à l'état de
très-humbles vassaux incapables du moindre soulèvement, puisque le
beylik de Samarcande s'avance comme un coin au milieu de leurs khanats.
D'après les dernières dépêches, le khan de Khiva est en fuite et le
drapeau russe flotte sur sa capitale.

Il est probable que le tzar Alexandre tiendra, _à la lettre_, la
promesse faite à l'Angleterre de ne pas incorporer Khiva à ses vastes
possessions; mais nous sommes convaincu qu'il s'empressera de créer
autour de cette place une série de forts qui la rendront complètement
maître de l'Amour-Daria, l'Oxus des anciens.

Quel que soit le but poursuivi par les Russes, nous nous félicitons
sincèrement de voir leur activité dirigée vers l'Orient. En définitive,
c'est la civilisation qui envahit les pays barbares d'où sont sortis les
Gengis-Khan, les Tamerlan, et nous n'avons pas à regretter que les
possessions russes se rapprochent peu à peu de l'Inde anglaise.
L'impassibilité avec laquelle la Russie et l'Angleterre ont assisté à
l'égorgement de la France doit nous rendre indifférents à la lutte qui
surgira entre ces deux puissances dans un avenir peut-être plus prochain
qu'on ne pense. La seule attitude qui nous concerne est celle de
l'expectative; imitons la Russie, sachons nous préparer avec
recueillement et nous tenir prêts à profiter des fautes de nos ennemis
déclarés et des neutres peu bienveillants.

A. Watcher.



[Illustration: ARRIVÉE DU SHAH DE PERSE A PARIS.--Arrivée du cortège sur
la place de l'Étoile.--Décoration de l'Arc-de-Triomphe.]



NOS GRAVURES

Le shah à Paris

Nous avons, dans notre dernier numéro, conduit le shah jusqu'à Londres,
où nous l'avons laissé au milieu des fêtes que lui donnaient nos
voisins. Le 5, il était à Portsmouth, où il montait à bord du yacht le
_Rapide_, pour se rendre en France. Quatre vaisseaux cuirassés anglais
l'escortèrent jusqu'au milieu de la Manche, où ils furent relevés par la
flotte française qui, pour se rendre au-devant du shah, avait quitté
Cherbourg à onze heures, heure à laquelle le roi de Perse partait
lui-même de Portsmouth.

Le _Rapide_, qu'avaient devancé le _Faon_ et le _Cuvier_, portant le
personnel et les bagages, est entré à neuf heures du soir en rade de
Cherbourg, où tout avait été préparé pour le recevoir dignement. Notre
premier dessin représente l'arrivée du _Rapide_, éclairé par les mille
feux des illuminations et nageant dans la fumée des salves.

Aussitôt le canot-amiral conduisit à bord le commandant de la place,
amiral Penhoët, le maire de la ville, M. A. Liais, les généraux Pajol et
Hartung, le colonel d'état-major marquis d'Abzac, représentant le
président de la République, le colonel Charreyron et l'ambassadeur de
Perse à Paris, Nazar-Agha, qui lui présentèrent les compliments de
bienvenue de la France.

Le shah n'est descendu à terre que le lendemain matin à neuf heures,
pour monter en wagon et partir sans retard, avec sa suite, pour Paris.
Le train se composait de huit voitures, dont une, la troisième, portant
les armes de la ville de Paris avec l'écusson persan, n'était autre que
l'ancien wagon impérial. A midi et demi il arrivait à Caen, où eut lieu
le déjeuner, et il repartait une heure plus tard.

On sait que c'est à la gare de Passy que le shah a touché terre à Paris.

Deux pavillons garnis de velours vert, bordés de galons et de crépines
d'or, avaient été élevés à l'entrée du passage conduisant du quai de la
gare à l'avenue Raphaël. Dans l'un de ces pavillons se trouvait le
président de la République, entouré de fonctionnaires et d'officiers
d'état-major. Un long sifflement de vapeur, bientôt suivi d'un coup de
canon parti du Mont-Valérien, annonça l'entrée en gare du train royal.
Le président de la République, accompagné du vice-président du conseil,
se porta aussitôt au-devant du shah pour le recevoir à sa descente du
wagon. Nassr-ed-Din était vêtu d'une tunique boutonnée militairement, et
constellée sur le devant de diamants, d'émeraudes et d'autres pierres
précieuses. Il était coiffé d'un bonnet d'astrakan orné d'une grande
aigrette de diamants. Il tenait à la main son sabre, étincelant comme
son habit, et suspendu à son épaule par un large ruban d'or sillonné au
centre par une traînée de pierreries. La réception du shah par le
président de la République à la gare de Passy fait l'objet de notre
second dessin.

Après les premiers saluts et les compliments d'usage, le président de la
République et le shah montèrent en voiture et se placèrent, celui-ci à
droite, celui-là à gauche; sur le devant étaient assis les ministres des
deux pays, Nazar-Agha et M. de Broglie. L'équipage, à quatre chevaux,
était conduit à la Daumont et précédé de deux piqueurs portant la livrée
vert foncé. Derrière cet équipage venaient treize autres voitures
contenant la suite du shah et les principaux dignitaires du
gouvernement.

Sur tout le parcours du cortège, disons une fois pour toutes que la
foule des curieux était immense, et que l'armée de Paris faisait la
haie, présentant les armes sur le passage du roi et du président, les
musiques jouant l'air national persan. En tête du cortège marchait un
escadron de cuirassiers, puis le général de Ladmirault, à cheval, suivi
de son état-major. Un autre escadron de cuirassiers fermait la marche.

C'est à l'Arc-de-Triomphe de l'Étoile que le conseil municipal a salué
le shah au nom de la ville de Paris. L'arc et la place avaient été
magnifiquement décorés pour la circonstance, comme on peut le voir par
notre grand dessin, d'une exactitude rigoureuse. Des tentures cachaient
les parties de l'Arc-de-Triomphe qui sont encore en réparation. Puis
c'étaient des crépines, des guirlandes, des banderoles, et le lion
persan, gigantesque, se détachant sur son soleil d'or, avec des drapeaux
pour rayons. Deux fauteuils avaient été préparés à coté de l'estrade
occupée par le conseil municipal.

Arrivés au rond-point de l'Étoile, le shah et le président de la
République descendirent de voiture et prirent place sur les fauteuils.
Alors eut lieu la scène des présentations que retrace notre quatrième
dessin; puis le président du conseil municipal, s'adressant au roi,
prononça cette courte harangue:

«Le conseil municipal de la ville de Paris vient saluer Votre Majesté à
son entrée dans la capitale, et lui offrir, au nom de la cité tout
entière, ses voeux de bienvenue.

«Notre désir le plus vif est que Votre Majesté puisse conserver de
l'accueil qui lui est fait par la ville de Paris, du spectacle de nos
arts et de notre industrie, un constant et bon souvenir.

«Une fois encore, que Votre Majesté entre dans notre cité avec la
certitude d'en être l'hôte bienvenu.»

Après une réplique plus courte encore de Nassr-ed-Din, le shah et le
président de la République étant remontés en voiture, le cortège se
remit en marche. Il descendit l'avenue des Champs-Elysées, traversa la
place de la Concorde, et, tandis que le canon des Invalides prenait à
son tour la parole, s'arrêta enfin devant le palais du Corps législatif,
qui doit servir de résidence au roi de Perse durant son séjour à Paris.

Une députation de l'Assemblée nationale et son président l'y attendaient
sur une grande estrade qui avait été dressée devant la façade du
monument. Là, comme à l'Arc-de-Triomphe de l'Étoile, nouvelle harangue
et réplique nouvelle. Après quoi le shah pénétra dans le palais. Le
président de la République et le président de l'Assemblée nationale
l'accompagnèrent jusqu'au milieu de la grande galerie qui conduit à
l'ancienne salle des séances. Là, ils prirent congé de leur hôte, qui
put enfin aller goûter un repos qu'il avait bien gagné et dont il devait
certes avoir le plus grand besoin.

L. C.



Les nouveaux Immeubles Industriels du faubourg Saint-Antoine.

Au milieu de toutes les métamorphoses qui ont transformé Paris pour en
faire la capitale du monde, il y a incontestablement une lacune. Ce qui
manque à Paris aujourd'hui, ce ne sont pas les somptueuses
constructions, ni même les constructions bourgeoises destinées à
l'habitation des classes riches et des classes moyennes: C'est
l'habitation modeste, c'est l'humble logement approprié aux conditions
de la classe laborieuse, en un mot, c'est l'installation qui puisse
donner au travailleur un foyer pour sa famille et un atelier pour son
ouvrage.

De ce côté, tout reste encore à réaliser; car le propre des immeubles
ordinaires est en général de proscrire le travail dans les locations.
Que voulez-vous? dit le propriétaire; le travail fait du bruit, le
travail encombre, le travail gêne par le va-et-vient de ses produits; le
travail ne peut pas payer assez cher; le travail n'attire pas le
locataire, il l'éloigne, et l'ouvrier, ainsi proscrit de l'habitation
confortable, reste confiné dans le ghetto de son installation primitive.

Depuis vingt ans nous entendons poser cette question: Est-il possible de
loger l'ouvrier de manière à donner une légitime satisfaction à toutes
les conditions impérieuses du travail et de la famille. Le problème
était posé; mais en réalité, on peut dire que les architectes qui se
sont fait un renom dans la percée de tous nos boulevards ne se
souciaient pas plus de cette question que, de la quadrature du cercle.
Or, c'est précisément cette importante solution du problème,--l'une des
grandes idées de notre siècle!--que l'entreprise des Nouveaux immeubles
du faubourg Saint-Antoine vient heureusement apporter aux travailleurs
comme aux capitalistes.

M. Emile Leménil, architecte, a formulé un programme et présenté des
plans. Une Société anonyme s'est constituée pour mettre ces plans à
exécution, et, dans l'espace d'une année, l'entreprise a été menée à
bonne fin. Notez que l'opération est des plus considérables. C'est toute
une rue nouvelle, d'un très-joli aspect, qui va créer une élégante
petite ville dans l'immense faubourg. Cette rue, que la Compagnie livre
à la ville de Paris entièrement terminée, avec ses trottoirs et sa
chaussée, porte le nom de _rue de l'Industrie Saint-Antoine_ et relie
entre elles les deux grandes artères du faubourg Saint-Antoine et du
boulevard Voltaire. Nous l'avons dit; l'idée-mère qui a inspiré la
création de ces nouveaux immeubles a pour but de mettre à la disposition
de l'ouvrier une installation complète pour sa famille et pour son
atelier. Toutes les locations de la _rue de l'Industrie Saint-Antoine_
sont disposées pour y appeler comme annexes l'industrie et le travail.

Une partie du local est disposée pour l'habitation confortable de la
famille; l'eau, le gaz, l'air, l'espace, la lumière, sont aménagés de
manière à donner pleine et entière satisfaction à toutes les exigences.

Chacun des dix-neuf immeubles dont se compose la rue a un concierge qui
répond pour tous les locataires de la maison. De plus, dans le vestibule
de chacune des maisons se trouve un tableau où peuvent être inscrits à
la peinture les noms et les enseignes des locataires industriels de
l'immeuble. C'est une innovation empruntée aux coutumes de l'Angleterre,
et dont l'utilité est surtout appréciée des fabricants qui ont à fixer
leurs noms et leur spécialité dans la mémoire de leur clientèle.

Mais ce qui complète cette organisation judicieuse de tous points, ce
qui à notre avis fait de cette création une installation réellement
exceptionnelle, c'est la distribution, à volonté, dans ces locaux
industriels, d'une force motrice à vapeur fournie par une machine de 200
chevaux qui va donner la puissance et la vie aux divers outillages dont
le travailleur a besoin pour le service de son industrie.

Ces machines motrices ont une force constante, régulière, assurée, et
leur installation dans l'ensemble, comme dans les détails, est à l'abri
de toute critique. On ne s'en étonnera pas en apprenant que tout ce
travail a été exécuté par la maison Cail et Cie.

Cette force motrice est distribuée, dans chacun des immeubles, des deux
côtés de la rue--sous-sol, rez-de-chaussée, entresol et premier
étage,--au moyen d'arbres et de courroies, comme dans tous les
établissements industriels. Mais nous devons ajouter ici qu'il existe,
en outre, un projet d'application ultérieur dans les autres étages, et
jusque dans les locaux les plus éloignés du centre des machines, d'une
force motrice distribuée au moyen de l'air comprimé, agissant à l'aide
de petits engins spéciaux sur les outils ou métiers à mettre en
mouvement. Un simple tuyau analogue à un tuyau de gaz ou d'eau,
apportera le principe moteur à tous ces engins. L'air en s'échappant
sera même utilisé, soit pour souffler une forge, soit pour assainir les
ateliers. Un brevet a été pris pour cette application spéciale.

Ainsi donc, ces trois éléments essentiels de l'habitation de
l'ouvrier--logement, atelier, force motrice--se trouvent réunis dans les
immeubles de la rue de l'Industrie Saint-Antoine, dans des conditions
irréprochables d'ordre, de confort, d'hygiène et d'économie. Le
travailleur a là sous la main une installation complète, sans aucune
mise de fonds de sa part, et cette organisation avantageuse lui permet
de disposer de toutes ses ressources pour l'acquisition de son outillage
spécial et des matières premières dont il peut avoir besoin.

Disons-le hautement, cette réunion de l'habitation à l'atelier présente
à la classe laborieuse les conditions les plus favorables à la bonne
entente comme à l'économie du ménage. Ces améliorations ont d'ailleurs
été appréciées, dès le premier jour, par les intéressés, qui n'ont pas
attendu la fin des travaux pour arrêter les locations. Tous les
logements ne sont pas encore prêts; mais au fur et à mesure que les
installations s'achèvent, ou voit se multiplier les demandes et la
compagnie compte déjà plus de cent soixante locataires.

La classe dominante jusqu'à présent parmi ces locataires, ce qui était
facile à prévoir par la spécialité de l'industrie du faubourg
Saint-Antoine, est celle des ébénistes et des fabricants de meubles.
Mais à cette branche d'industrie viendront certainement se joindre les
industries annexes, les tourneurs en bois, en métaux, les scieurs de
placage, les fabricants d'articles de Paris, etc., etc... Les locaux
sont d'ailleurs disposés pour recevoir toutes les branches d'industries,
avec ou sans force motrice.

Le locataire peut trouver dans ces immeubles l'eau chaude ou l'eau
froide, ainsi que le gaz.

La rue de l'Industrie-Saint-Antoine sera, nous l'avons dit, une
charmante et coquette petite ville au milieu du vieux faubourg. Tous les
établissements de première nécessité y sont déjà installés. On y trouve
une boulangerie, une pharmacie, un débit de boissons, un établissement
de bains, etc., etc. La rue de l'Industrie-Saint-Antoine sera la
première Salente fondée par le capital au profit du travail.

Henri Vigne.



La fin d'une chanson

PAR M. DE BEAUMONT.

Vie et mort, gaieté et tristesse, amour et désespoir, quel perpétuel
contraste des sentiments les plus opposés, quel étrange enchaînement des
choses humaines!

Il était là, tout-à-l'heure, ce brillant cavalier, sous les fenêtres de
sa belle, lui chantant son amoureuse chanson, confiant à la nuit,
discrète les secrets de son coeur ouvert à l'espérance; les promesses
lui semblaient faites; l'avenir était à lui, l'avenir de la beauté, du
courage, de la jeunesse; et tandis qu'oublieux des dangers qui peuvent
le menacer, il n'a d'yeux que pour la fenêtre qui lui cache celle qu'il
aime; tandis que sa voix s'enflamme et que l'accent en devient plus
tendre et plus pénétrant, un vil assassin, aposté par quelque lâche
jaloux, s'est précipité du coin où il l'épiait, et lui a plongé son
poignard dans le coeur.

Il est étendu à terre, froid et inanimé, le héros de la chanson d'amour:
en vain sa malheureuse amie, qui l'a vu tomber, se jette sur lui et
l'appelle à haute voix; ses baisers ne sauraient le ranimer; l'assassin
était habile; entre la vie et la mort, il n'y a eu que le temps d'un
coup de poignard.

M. de Beaumont s'est fait apprécier depuis longtemps par de charmantes
et gracieuses compositions; dans son tableau d'aujourd'hui, il a su,
tout en restant l'artiste fin et spirituel qu'on connaît, ajouter à son
oeuvre une note émue, un accent de passion triste et touchant qui va à
l'âme et l'impressionne profondément; le jury du Salon lui avait rendu
justice en lui décernant une médaille pour laquelle l'avait désigné à
l'avance l'unanime admiration du public.



LES MYSTÈRES DE LA BOURSE

II

POURQUOI LA BOURSE EST-ELLE UN THERMOMÈTRE?

Ainsi, plus de contestation possible sur les trois premiers points que
nous avons établis et que nous résumons en trois mots:

La Bourse est un marché tout aussi respectable que tous les autres
marchés.

Elle est le foyer où s'est élaborée et développée la richesse mobilière,
l'une des plus grandes conquêtes de notre temps.

Elle est ainsi devenue un véritable marché des capitaux.

C'est déjà sans doute une belle et large influence. Eh bien! ce que nous
avons dit ne suffit pas encore pour donner à l'action de la Bourse toute
sa mesure. Plus s'est étendu le cercle des opérations de la Bourse, plus
se sont aussi multipliés les intérêts politiques, financiers,
industriels et commerciaux dont elle est la vivante image, et cette
union du marché de nos valeurs mobilières et de notre vie publique a
fini par se faire si étroite, si intime, que la Bourse est devenue le
thermomètre que l'on consulte pour savoir comment monte ou descend le
crédit de la France.

Entrons dans quelques détails pour montrer que ce thermomètre est d'une
rigoureuse exactitude.

                                                   *
                                                  * *

Le crédit est assurément une création admirable, et le baron Louis
n'allait certainement pas trop loin quand il disait que le crédit «est
l'artillerie des finances».

Mais on abuse des meilleures choses, et les abus qu'a provoqués
l'application du crédit sont des plus nombreux. C'est ainsi que les
gouvernements ont fait du crédit public une sorte de levier d'Archimède
avec lequel ils croyaient pouvoir soulever le monde. Les emprunts
n'étaient plus pour eux des obligations. C'était en réalité une suite
indéfiniment prolongée de trésors incalculables, et les économistes du
dix-huitième siècle ne se gênaient pas pour comparer le crédit à une
fontaine intarissable et pour soutenir que plus les États y puisaient,
plus ils étaient sûrs de s'enrichir.

Une séduisante théorie, n'est-ce pas? et les gouvernements ne
demandaient pas mieux que de l'écouter de toutes les oreilles de leurs
ministres; car si les particuliers ont quelquefois besoin d'argent, les
gouvernements en ont besoin toujours, et nous savons aujourd'hui s'ils
ont trouvé moyen de puiser à cette fontaine de Jouvence qu'on faisait
couler sous leurs yeux.

Ils en ont si bien usé et abusé qu'à l'heure qu'il est, les
gouvernements de l'Europe se partagent en deux moitiés:
l'une--l'Angleterre, la France, la Prusse et la Russie--qui conserve
encore son crédit intact; l'autre--la Turquie, l'Autriche, l'Italie,
l'Espagne--qui a déjà tué cette poule aux oeufs d'or, et qui n'emprunte
plus qu'à la façon des fils de famille.

Nous sommes bien revenus aujourd'hui des illusions de l'école économique
du siècle dernier. Sans contester la puissance du crédit, nous en sommes
à nous dire, d'après l'aphorisme populaire, que le crédit n'a pas le
pouvoir de changer la nature des choses et que les emprunts ressemblent
absolument aux enfants qui sont conçus dans la joie, unis qui ne sont
rendus que dans la douleur!

Eh bien! Ces emprunts d'État constitués par le crédit public, c'est la
Bourse qui leur donne par sa cote leur valeur exacte et qui indique, par
ses variations, l'amélioration ou la dépréciation qui les fait hausser
ou baisser.

Et la Bourse, il faut le dire à sa louange, n'a de préférence pour
personne. Les jugements rendus au nom de la cote qui ne représente que
l'argent, sont inexorables et sans pitié. La Bourse, c'est l'égalité
devant la pièce de cent sous.

Prenons pour exemple les deux pays que les affaires rapprochent le plus,
la France et l'Angleterre.

La Bourse, impassible et sans broncher, cote ainsi la rente 3 p; 100 des
deux, pays:

3 p. 100 anglais, 92.

3 p. 100 français, 56.

Pourquoi? Parce que la rente anglaise a toujours été payée, n'a jamais
subi de tiers consolidé, et que les capitaux la considèrent comme à
l'abri de toute révolution, tandis que notre rente française est sortie
des assignats, avec le tiers consolidé, et qu'elle a porté, depuis un
demi-siècle, le contre-coup de la chute de sept ou huit gouvernements.

Vous le voyez, dans la nombreuse famille des titres appréciés et cotés
par la Bourse, il n'y a pas de Benjamin. Chacun est impitoyablement mis
à sa place.

                                                   *
                                                  * *

La dette de tous les États établit donc entre la politique et la Bourse
un trait d'union qui leur donne en même temps, à chacune d'elles, les
mêmes impressions, les mêmes mouvements, si bien qu'on ne peut toucher à
l'une sans agiter immédiatement l'autre.

Que d'exemples nous en pourrions citer!

Au milieu du siège de Sébastopol, en 1855, l'empereur Nicolas meurt. La
nouvelle arrive brusquement, le matin, à Paris. La mort du czar, c'est
la paix, se dit la Bourse, et la cote à l'ouverture du marché donne à la
rente 5 fr. de hausse.

Après Solférino, en 1859, arrive la nouvelle du traité de Villafranca.
C'est la paix, et la paix inattendue. La Bourse accueille encore cette
nouvelle par 5 fr. de hausse.

Le 8 juillet 1870, la déclaration de M. de Gramont ouvre la porte à la
guerre. La Bourse fait en quelques jours 5 fr. de baisse et, de juillet
1870 à juillet 1873, vous pouvez mesurer le chemin de la rente.

Juillet 1870, le 3 p. 100, 70 fr.

Juillet 1873, le 3 p. 100, 50 fr.

Et le 3 p. 100 est descendu jusqu'au cours de 51 fr. sous la Commune!

Ainsi donc, par l'institution de la dette publique, la Bourse tient tous
les gouvernements liés à sa cote. La dette publique, c'est le
cerf-volant; mais le fil de ce cerf-volant, c'est la Bourse qui le
tient, et croyez bien que la Bourse marchande toujours sa ficelle!

Or, à la manière dont la Bourse examine, discute, pèse et chipote la
valeur de la dette publique de tous les gouvernements, on peut se
figurer avec quels verres grossissants elle doit interroger l'horizon
pour signaler tous les faits qui peuvent influer, en bien ou en mal, sur
la dette, le crédit et la richesse mobilière de tous les pays.

Vienne une effroyable catastrophe, par exemple, le paiement des cinq
milliards de l'indemnité, et la Bourse fera sentir cruellement et
longtemps le prix du crédit qu'elle accorde aux grandes puissances,
quand elles sont blessées à l'aile!

Vienne une crise industrielle ou commerciale qui fait monter à 8 et 10
p. 100 le taux de l'argent, et la Bourse baissera, parce que c'est elle
qui est la première appelée, par la réalisation de ses valeurs, à faire
l'appoint dont l'industrie et le commerce ont besoin.

Vienne une disette, un point noir dans la politique, un incident grave,
et le marché s'agite, se trouble et se signale par de brusques
variations, comme le baromètre avant l'orage.

Il n'est donc pas un acte, un incident, une dépêche, une nouvelle, un
_on-dit_, qui ne puisse avoir son écho direct, immédiat, caractérisé à
la Bourse. Vous n'avez qu'à voir les trépidations de la cote pour voir
que ce vieux marché est plus impressionnable qu'une sensitive. Comme au
lièvre en son gîte, _un souffle, une ombre, un rien, tout lui donne la
fièvre_, et il serait tout aussi déraisonnable de lui demander la fixité
que de demander l'immobilité à l'Océan.

On comprend dès lors que, tous les jours, l'homme politique, le
financier, le capitaliste, le rentier, le commerçant, tout le public,
enfin, ait besoin de consulter la Bourse. La cote est le thermomètre qui
apprend si la fortune publique a monté ou baissé sous la pression des
nouvelles du jour; la cote est le pouls que l'on consulte pour apprendre
si le pays est malade ou en bonne santé.

                                                   *
                                                  * *

Malade ou en bonne santé, disons-nous! Encore une expression qui nous
arrête et qui exige une explication, sans laquelle les arrêts rendus par
la Bourse vous paraîtraient aussi indéchiffrables qu'un logogriphe.

Etant données les prémisses que nous venons de poser, vous seriez
disposé à penser que toute bonne nouvelle se manifeste à la Bourse par
une hausse significative, et que toute mauvaise nouvelle se cote par une
baisse irrésistible.

Raisonnez ainsi et agissez en conséquence à la corbeille des Agents de
change, et vous verrez de quels impairs vous émaillerez votre carnet
d'opérations!

Ainsi, il est clair qu'en véritable Français, vous auriez dit à votre
agent de change, le jour de la victoire d'Austerlitz, de vous acheter un
paquet de rentes pour célébrer la gloire des armées impériales. Il est
également certain, qu'en votre qualité de chauvin, vous vous seriez
empressé de vendre à la nouvelle de Waterloo. La hausse vous eut semblé
aussi certaine dans le premier cas que la baisse dans le second.

Ah! _le bon billet de la Châtre_ qu'ont eu à ces deux époques, les
spéculateurs patriotes qui ont raisonné d'après les errements que nous
signalons. Ils ont durement expié le raisonnement qu'ils ont pu faire
devant les grands événements qui représentaient pour l'histoire la
grandeur et la décadence de la France.

                                                   *
                                                  * *

Vous saurez, en effet, qu'à la Bourse, il faut bien s'abstenir de
raisonner comme dans les casernes.

Tout ce qui s'appelle dynastie, gloire, révolution, victoire, est
accueilli à la Bourse avec un scepticisme des plus accentués. Tout ce
vocabulaire des grandeurs de la terre fait peur à la Bourse.

Comme le médecin de Molière, le rentier a mis le coeur à droite et le
foie à gauche, et il a remplacé la langue du chauvinisme, exalté par ces
mots plus avantageux pour ses intérêts: Paix, sécurité, travail et
richesse.

Aussi, le jour d'Austerlitz, prévoyant que cette victoire incomparable
allait perpétuer le système guerroyant de l'Empire, la Bourse
accueillait-elle la nouvelle par une baisse sensible!

Aussi, le jour de Waterloo, prévoyant que ce désastre allait porter à
l'Empire le coup mortel, la Bourse qui voyait arriver la paix,
accueillait-elle la nouvelle par une hausse caractérisée!

Voilà comment on raisonne à la Bourse et n'oubliez jamais que l'argent
est rigoureux comme un chiffre, implacable comme le calcul,
incompressible comme l'eau, insensible comme le bronze et inexorable
comme le Destin!

Léon Creil.



BIBLIOGRAPHIE

Deux nouveaux voyageurs _Diario di un viaggio in Arabia-Petrea_, par le
marquis Giammartino Arconati Visconti (1 vol. in-4º, avec un album,
Turin, 1872).--_Voyage autour du monde_, par M. le baron de Hübner (2
vol. in-8°, Hachette).--Le _Tour du monde en cent vingt jours_, par M.
Ed. Plauchut.

J'aime passionnément les voyages, et les récits des voyageurs me
semblent avoir quelque chose de l'attrait qu'ont les _Mémoires_. Ils
sont même à la science géographique proprement dite, ce que sont ces
_Mémoires_ même à l'histoire; ils nous offrent et nous montrent le côté
intime et personnel des choses.

L'homme, avec son tempérament propre, le conteur, avec ses sentiments et
ses impressions y tient la première place. On s'y instruit avec
agrément; la science s'y dissimule sous la forme de la causerie. On est
séduit et intéressé à la fois, et la grande histoire, encore un coup, y
gagne autant que la science pure. Mais combien il est difficile de
trouver un voyageur complet et parfait, j'entends un voyageur sans
pédantisme, sans affectation et sans mensonge. C'est l'oiseau rare.
Lorsqu'il peut joindre à ces qualités morales un brin de littérature et
un grain de poésie, lorsqu'avant le fond, il a le style, ce _rara avis_
devient même tout à fait le phénix.



[Illustration: LA FIN D'UNE CHANSON. D'après le tableau de M. de
Beaumont exposé au Salon de 1873.]



[Illustration: LES NOUVEAUX IMMEUBLES INDUSTRIELS DU FAUBOURG
SAINT-ANTOINE.--Vue générale de la rue de l'Industrie Saint-Antoine.]

[Illustration: LES NOUVEAUX IMMEUBLES INDUSTRIELS DU FAUBOURG
SAINT-ANTOINE. Coupe d'une maison montrant la distribution de la force
motrice dans les ateliers et les logements des ouvriers.]



Je ne dis pas que les trois voyageurs dont je signale aujourd'hui les
livres avec plaisir soient tous parvenus à ce degré suprême, mais ils
ont, les uns et les autres, bien du talent de genres divers, et tous se
font lire avec infiniment de profit. M. de Hübner, c'est le diplomate
voyageant pour observer les caractères humains plus encore que les
paysages inconnus, et pour étudier les gouvernements autant que les
races; M. Plauchut, c'est le Français aimable, observant vite et bien,
racontant avec grâce et composant, tambour battant, un livre qui restera
dans plus d'une bibliothèque; M. Arconati Visconti, c'est le grand
seigneur italien, très-artiste et à la fois fort savant, voyageant par
amour de l'imprévu et aussi de la découverte dans un pays fort peu connu
et pénible à visiter. Une photographie, placée en tête du magnifique
volume qu'il vient de publier à Turin nous le montre juché sur un
chameau, «ce cheval du désert,» et drapé du costume pittoresque des
Arabes. Il faut quelque résolution on l'avouera, pour quitter un palais
de Milan où une ville des bords du lac de Côme, et se lancer, en cet
équipage, à travers l'Arabie-Pétrée.

C'est ce qu'a fait pourtant M. le marquis Arconati Visconti. Son voyage,
qu'il se proposait de publier dès 1800, date de l'année 1805. La guerre
de l'Italie contre l'Autriche fit de notre voyageur un officier de
_bersaglieri_, et l'empêcha de donner son livre à l'impression, il avait
déjà, il y a deux ans, envoyé en manière de carte au public, ou plutôt à
ses amis, le récit, fort bien fait, d'une très-dramatique ascension au
_Mont Rose_. Mais le véritable titre de M. Arconati sera ce _Voyage en
Arabie-Pétrée_, dont il publie aujourd'hui, en langue italienne,
l'intéressant _Journal_. En 1812, le voyageur Burckardt, en 1818, Irby
et Mongles, en 1838, Robinson avaient déjà suivi, à travers
l'Arabie-Pétrée, l'itinéraire de M. Arconati Visconti; mais ils
n'avaient certes pas étudié d'aussi près que lui les moeurs de ces pays.
M. Arconati nous avertit, en effet, qu'une certaine pratique de l'arabe
vulgaire, lui a permis de comprendre toujours la parole arabe, si
variable selon que c'est le fellah d'Égypte qui la parle, le Syrien ou
le Bédouin de l'Arabie-Pétrée. Cette connaissance de la langue assurait
déjà à M. Arconati un certain avantage; puis, sans avoir, comme il le
dit, la prétention d'avoir accompli une expédition scientifique, son
érudition lui a cependant permis de nous donner, dans ce journal, outre
des impressions charmantes, bien senties et bien rendues, nombre de
renseignements archéologiques ou géographiques, et de recherches qui
intéressent fort les naturalistes. M. Arconati a étudié en Arabie,
non-seulement les hommes et les monuments, mais les plantes et les
êtres. L'album qui accompagne son grand, ouvrage contient des figures
gravées d'insectes bizarres (l'_Acridium peregrinum_, par exemple), ou
de coquillage totalement inconnus, entre autres celui qui portera
désormais le nom du voyageur, l'_Elathia Arconatii_.

Le _Journal d'un voyage en Arabie-Pétrée_ commence par Paris. C'est de
Paris que M. Arconati part accompagné du peintre E. Melzmacher, dont les
peintures photographiées ornent maintenant ce livre. Le voyageur
s'embarque à bord de l'_Araxe_, voit bientôt Malte disparaître à
l'horizon, aborde dans la Basse-Égypte, et après avoir étudié à
Alexandrie la culture du coton, sans compter la visite à la colonne de
Dioclétien, au Caire, la _fantasia_ du Rhamadan et les Pyramides, puis
les cafés arabes, les moeurs, les légendes, celle des _Afrit_ entre
autres, qu'il conte si bien, il part pour Suez et de Suez pour Ain Musa,
Uadi, Ghurandel, villes inconnues, solitudes étranges, terres brûlées où
çà et là le voyageur rencontre encore des tombes romaines. La mer Morte
et la Palestine forment la dernière partie du _Viaggio in Arabia
Petrea_. M. Arconati s'occupe là de la faune et de la flore des
mollusques étranges ramassés le long de la mer Rouge, au golfe d'Ell
Agabah. Encore une fois, sa science avenante n'est jamais en défaut, et
son esprit délié comme celui d'un Parisien, poétique aussi comme celui
d'un fils d'Italie, est toujours en éveil dans ces pages sans prétention
et pourtant pleines de traits et de couleur. Je souhaiterai vivement
qu'un traducteur français pût faire connaître à notre publie ces pages
curieuses du voyageur nouveau, qui cite avec beaucoup d'à-propos ce
proverbe arabe:

--Qui vivra verra, mais qui voyagera verra plus encore!

M. le baron de Hübner, qui certes n'aime pas plus la France, et ne parle
pas avec plus de pureté le français que M. le marquis Arconati a
cependant, pris un plus rapide chemin pour se faire connaître à nous. Il
a écrit son _Voyage autour du monde_ en français. Voilà un livre qui est
fort intéressant et à méditer d'un bout à l'autre. Ce n'est plus à
travers l'Arabie-Pétrée, les mornes plaines, les solitudes désolées
qu'il nous conduit, c'est à travers l'Amérique turbulente, la Chine où
l'homme pullule, le Japon, qui se transforme et _s'européanise_, si le
néologisme m'est permis. M. de Hübner, qui, tout autrichien qu'il est,
écrit notre langue avec une correction rare, un sel très-savoureux,
n'est pas un voyageur enthousiaste qui s'enflamme et se passionne. Il
voit juste et d'une façon calme, mais il pénètre avec infiniment de
sagacité dans le secret des moeurs. On n'est pas diplomate pour rien.
C'est ainsi que l'intensité et la profondeur radicale des réformes au
Japon ne laisse pas que de l'effrayer un peu. Il se demande si l'Asie a
beaucoup à gagner à se costumer des pieds à la tête à l'européenne. Les
soldats japonais ressemblent aujourd'hui à nos chasseurs de Vincennes,
leurs ambassadeurs sont vêtus comme nos préfets. Est-ce là le progrès
absolu, et ne pouvait-on souhaiter mieux de cette Athènes asiatique? L
avenir dira si les craintes de M. de Hübner étaient fondées.

En attendant, il faut lire ce _Voyage autour du monde_, un des meilleurs
ouvrages qu'on ait depuis longtemps publiés. La lecture en est facile,
et, à coup sur, tout aussi agréable qu'un roman. Ce ne sont pourtant pas
des phrases que nous donne M. de Hübner, mais des faits. Seulement
(comment s'y prend-il?), il les présente avec un art infini, une clarté
qui plaît, une justesse de réflexion qui fait songer. Ajoutez à cela
qu'on sent à travers les pages de M. de Hübner une sympathie vraie pour
la France, sympathie qui nous touche autant que le livre nous charme. On
a déjà dit qu'avant vingt ans, les meilleurs ouvrages seraient faits par
des gens qui ne se piqueront pas d'écrire par métier et en vérité, les
voyages de M. le baron de Hübner et de M. Arconati Visconti seraient là
pour prouver que celui qui a risqué ce paradoxe a dit simplement une
vérité.

Jules Claretie.



INCENDIE DE L'ALCAZAR

DE MARSEILLE

Dans la nuit du 24 au 25 juin dernier, le café-théâtre de l'Alcazar,
situé cours Belzunce, à Marseille, est devenu la proie des flammes.

Il était minuit environ.

La pantomime allait finir, les flammes de Bengale s'allumaient pour
l'apothéose et commençaient à embraser la scène de leur lumière rouge.
Les spectateurs s'apprêtaient même à sortir, et un grand nombre étaient
déjà debout, se dirigeant vers la porte donnant accès dans la cour
intérieure.

Tout à coup, le cri: Au feu! retentit sur la scène et l'on vit les
flammes s'élever aussitôt le long des portants des coulisses, et
atteindre en un clin d'oeil les frises.

La panique sur la scène et dans la salle fut générale, et en un instant
l'évacuation eut lieu, sans accident, heureusement.

La cour présenta alors un aspect bizarre.

Tout le monde fuyait de tous côtés se dirigeant vers la porte de sortie:
artistes en costumes, soldats et spectateurs. Pendant ce temps, le feu
avait embrasé déjà toutes les coulisses et la scène, qui s'effondraient
avec des craquements sinistres, et il commençait à envahir la salle par
les galeries et l'orchestre.

A ce moment, tout espoir de circonscrire le feu dans l'espace étroit
réservé aux loges des artistes fut perdu. Il était même difficile de
rester dans la salle ou d'essayer d'enlever quoi que ce soit de devant
le feu, qui gagnait avec une rapidité foudroyante.

Cependant les pompiers avertis commencèrent à arriver, et à minuit vingt
minutes les pompes étaient placées prêtes à manoeuvrer. Mais, hélas! le
feu n'attendait pas, lui, et dix minutes plus tard, à minuit et demi,
tout s'abîmait, et de l'Alcazar il ne restait plus que les ruines
lamentables que représente notre dessin.

La cause de l'incendie est attribuée à une fusée qui, maladroitement
lancée dans la pantomime, avait mis le feu à un décor en papier du fond
de la scène.

X.



L'INCENDIE DE L'ALCAZAR DE MARSEILLE.--Aspect des ruines après le
sinistre. D'après la photographie de M. Melchion.



BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE

_L'Aquarium d'eau douce et d'eau de mer_, par J. Pizzetta. Paris
(Rothschild), 1873.--Il est rare qu'un auteur fasse l'éloge d'un
éditeur, et pour cause. Cependant nous serions injuste si nous nous
refusions à reconnaître que M. Rothschild, l'habile et intelligent
éditeur, quelque peu apparenté avec ses célèbres homonymes de la
finance, ne recule devant aucune dépense pour composer son fonds de
librairie avec le meilleur choix de livres, dont la plupart sont
splendidement illustrés.

Les ouvrages que nous avons sous les yeux se recommandent plus
particulièrement par leur actualité et leur utilité générale. Autrefois
on ne pouvait, à moins de dispendieux déplacements, étudier les animaux
aquatiques qu'empaillés ou conservés dans de l'esprit de vin;
aujourd'hui nous pouvons au moyen d'un aquarium, nous procurer en
quelque sorte à domicile le spectacle de leurs mouvements et de leurs
moeurs. L'aquarium primitif, le père des gigantesques aquariums qui
figurent dans les grandes expositions de l'industrie, c'est le modeste
bocal aux poissons rouges. Ce dernier peut être varié à l'infini, et
servir de séjour non-seulement à des animaux, mais à des plantes
aquatiques, comme l'a très-bien montré M. Pizzetta dans son livre,
l'_Aquarium_, qui sera aussi utile aux naturalistes qu'agréable aux
amateurs.

_Les Plantes médicinales et usuelles_, par H. Rodin. Paris (Rothschild),
1873.--On a publié beaucoup de livres sur _les Plantes médicinales et
usuelles_; mais aucune ne résume cette matière plus simplement et plus
clairement que celui de M. Rodin. Il est facile de s'apercevoir que
l'auteur à lui-même observé les plantes qu'il décrit. M. Rodin doit être
un herborisateur intrépide, de la famille de ceux qui sont, comme j'en
connais, capables d'aller de Paris à Beauvais et plus loin, à la
recherche d'une espèce curieuse ou intéressante, telle que l'airelle
rouge (Vaccinium vitis idæa L), introuvable dans nos environs.

_La vie; Physiologie humaine appliquée à l'hygiène et à la médecine_,
par le docteur Gustave Le Bon. Paris (Rothschild), 1873.--L'ouvrage de
M. le docteur Le Bon est un excellent traité de Physiologie, mieux conçu
et mieux rédigé que la plupart des livres de ce genre. Les phénomènes de
la vie y sont très-méthodiquement exposés, et les gravures, intercalées
dans le texte, font très-bien ressortir la forme et la structure des
organes, qui ne sont que les instruments des fonctions. Celles-ci
constituent la base ou pour ainsi dire la pensée de la vie. Les organes
leur sont complètement subordonnés; ils se modifient suivant les milieux
où s'accomplissent les fonctions. Nous avons vu avec plaisir que
l'auteur a accordé une place à la partie historique qui représente la
véritable philosophie de la science.

_Les Enfants_, par Champfleury; quatrième édition. Paris (Rothschild),
1873.--_Les Enfants!_ Voilà un titre merveilleusement bien choisi pour
une époque où chacun cherche dans l'éducation la solution du problème de
l'avenir. Mais ce n'est pas seulement le titre qui est attrayant, le
livre de M. Champfleury offre une lecture pleine de charme. L'auteur, ou
le voit, aime les enfants, et il veut que tout le monde les aime comme
lui. Les gravures qui les représentent avec leurs hochets et au milieu
de leurs jeux sont commentées avec cette finesse d'artiste dont M.
Champfleury possède le secret.

Jean l'Ermite.



EXPLICATION DU DERNIER REBUS

Les saints pauvres n'ont pas de litanies.

[Illustration: Nouveau rébus.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 1585, 12 Juillet 1873" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home