Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Histoire de la République de Venise (Vol. 1)
Author: Daru, Pierre
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Histoire de la République de Venise (Vol. 1)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



the team of DP-Europe. (This file was produced from images
generously made available by Bnf-Gallica.)



HISTOIRE

DE LA RÉPUBLIQUE

DE VENISE.

_Tome I._



DE L'IMPRIMERIE DE FIRMIN DIDOT,

IMPRIMEUR DU ROI ET DE L'INSTITUT.



HISTOIRE

DE LA RÉPUBLIQUE

DE VENISE.



PAR P. DARU,

DE L'ACADÉMIE FRANÇAISE.


SECONDE ÉDITION, REVUE ET CORRIGÉE.


TOME PREMIER.



À PARIS,

CHEZ FIRMIN DIDOT, PÈRE ET FILS

LIBRAIRES, RUE JACOB, Nº 24.

1821.


[Illustration: Carte de l'ancienne Venise]



HISTOIRE

DE

LA RÉPUBLIQUE DE VENISE.


LIVRE PREMIER.

     Description géographique. -- Origine des Vénitiens. -- De
     l'état des Venètes sous les Romains. -- Invasion des Goths, des
     Huns, des Hérules, des Ostrogoths, Fondation de Venise, 421. --
     Expulsion des Ostrogoths; établissement des Lombards en Italie,
     553. -- Création, abolition et rétablissement du dogat à Venise,
     697-742. -- Huit doges déposés. -- Guerre de Pépin contre
     Venise, 743-809. Premiers doges de la famille Participatio. --
     Arrivée du corps de Saint-Marc à Venise, 810-829.


[Note en marge: I. Introduction.]

Une république fameuse, long-temps puissante, remarquable par la
singularité de son origine, de son site et de ses institutions, a
disparu de nos jours, sous nos yeux, en un moment. Contemporaine
de la plus ancienne monarchie de l'Europe, isolée par système et
par sa position, elle a péri dans cette grande révolution, qui a
renversé tant d'autres états. Un caprice de la fortune a relevé les
trônes abattus; Venise a disparu sans retour; son peuple est effacé
de la liste des nations; et, lorsqu'après ces longues tempêtes,
tant d'anciens possesseurs se sont ressaisis de leurs droits, il
ne s'est point trouvé d'héritier pour un si riche héritage. Depuis
sa catastrophe, livrée, rendue, reprise et asservie pour toujours,
à peine a-t-elle entendu de faibles voix réclamer pour elle cette
pitié, dernier droit du malheur.

Quelque préoccupés que fussent les spectateurs de cette grande
infortune, honorée de si peu de regrets, ils ont demandé comment
avait pu se dissoudre un gouvernement réputé jusqu'alors
inébranlable; ils se sont informés des causes qui avaient dû préparer
une si subite et si complète révolution.

L'histoire, qui doit son témoignage à ceux qui ne sont plus,
consignera les souvenirs que nous a laissés ce peuple, que son
ancienneté place à la tête des nations modernes, qui les précéda
toutes dans les arts de la civilisation, et qui mérita leur envie par
ses prospérités. Parmi les guerres, les conquêtes, les désastres, les
conjurations, elle aura à tracer la marche de l'industrie humaine,
à dévoiler les ressorts inconnus jusqu'à ces derniers temps d'un
gouvernement mystérieux, tour-à-tour l'objet de l'admiration et de
la satire; mais à qui ses plus grands ennemis n'ont pu contester du
moins sa stabilité.

Il doit y avoir quelque fruit à tirer de l'étude d'un système
d'organisation sociale, qui n'avait pas eu de modèle; et, après
avoir remarqué cette constance dans les maximes et dans les efforts,
qui éleva la république à un si haut degré de puissance et de
splendeur, il ne sera pas moins instructif d'observer comment les
vices intérieurs de cet état l'ont conduit à cette existence isolée,
languissante et passive, qui explique l'indifférence avec laquelle
ses contemporains ont vu sa catastrophe.

Il fallait que cette révolution arrivât, pour que ce gouvernement
impénétrable n'eût plus de mystères. Il fallait qu'il ne pût plus
être haï, craint ni flatté, pour qu'il fût possible d'écrire et de
lire son histoire avec quelque confiance.

Il n'est pas rare de voir de grandes émigrations de peuples
inonder un pays, en changer la face et ouvrir pour l'histoire une
ère nouvelle; mais qu'une poignée de fugitifs, jetée sur un banc
de sable de quelques cents toises de largeur, y fonde un état
sans territoire; qu'une nombreuse population vienne couvrir cette
plage mouvante, où il ne se trouve ni végétation, ni eau potable,
ni matériaux, ni même de l'espace pour bâtir; que de l'industrie
nécessaire pour subsister, et pour affermir le sol sous leurs pas,
ils arrivent jusqu'à présenter aux nations modernes le premier
exemple d'un gouvernement régulier, jusqu'à faire sortir d'un marais
des flottes sans cesse renaissantes, pour aller renverser un grand
empire, et recueillir les richesses de l'Orient; qu'on voie ces
fugitifs tenir la balance politique de l'Italie, dominer sur les
mers, réduire toutes les nations à la condition de tributaires, enfin
rendre impuissants tous les efforts de l'Europe liguée contre eux:
c'est là sans doute un développement de l'intelligence humaine qui
mérite d'être observé; et si l'intérêt qu'il inspire fait désirer
de connaître quelle fut la part de gloire, de liberté, de bonheur,
dévolue à cette nation, on jettera peut-être les yeux sur le tableau
de ses progrès et de ses disgrâces.

[Note en marge: II. Description des lagunes de l'Adriatique.]

Les montagnes qui environnent l'Italie septentrionale forment une
espèce d'amphithéâtre; toutes les eaux qui en descendent courent vers
le même point. Le Lizonzo, le Tagliamento et la Livenza, qui sortent
des Alpes Juliennes, la Piave, le Musone, la Brenta, l'Adige, que
forment les neiges du Tyrol, enfin le Pô, grossi de toutes les eaux
des Alpes et de l'Apennin, arrivent à l'angle occidental du golfe
Adriatique, amenant avec eux les terres qu'ils ont entraînées sur une
pente fort rapide, et qu'ils n'ont pas eu le temps de déposer dans un
trajet assez court. C'est peut-être à ce concours de tant de rivières
vers l'embouchure du Pô, qu'un poëte de l'antiquité a dû l'idée de
peindre tous les fleuves rassemblés autour de l'Éridan.

En arrivant dans la mer, leur impulsion s'amortit, les sables dont
ils sont chargés se précipitent, les eaux deviennent moins profondes,
les courants moins rapides, et ces torrents grossis par la fonte des
neiges, voulant se jeter tous à-la-fois dans le bassin qui doit les
recevoir, sont forcés de se répandre dans la campagne, de se diviser
en une multitude de bras, et de former des marais. En avançant dans
la mer, ces eaux qui chassent devant elles une masse de sables,
trouvent deux obstacles, les courants opposés et le vent du midi,
qui, parcourant dans toute sa longueur le bassin de l'Adriatique,
abrité de trois côtés par d'assez hautes montagnes, a dû retenir,
amonceler au fond du golfe, les terres que tant de fleuves ne cessent
d'y apporter. Elles s'arrêtent nécessairement au point où les
courants des fleuves se rencontrent.

Le banc qu'elles forment, très-étroit, puisqu'il est entre deux
courants, a cédé, dans quelques parties, à l'impétuosité des fleuves,
ou aux vagues de la mer, et est devenu une chaîne d'îles séparées par
de petits passages, dont le fond s'exhausse ou s'abaisse au gré du
caprice des eaux. Telle est la théorie qui explique la configuration
des côtes de l'Adriatique. On y remarque d'abord des marais dans
les terres; puis, le long du rivage, des bas-fonds plus ou moins
navigables; enfin la mer au-delà. La ville d'Adria, autrefois située
sur cette mer, à qui elle a donné son nom, s'en trouve maintenant
éloignée d'un quart de degré[1]. Là où l'impulsion des eaux ne
se trouve point en opposition avec d'autres courants, on voit des
îles disposées en demi-cercle vis-à-vis l'embouchure du fleuve, qui
marquent le point où la résistance de la mer a obligé les terres de
se précipiter; ainsi le Lizonzo, le Tagliamento, et tous les torrents
intermédiaires qui descendent du Frioul, ont couvert la côte de cette
province d'une vingtaine d'îles, dont Grado est la principale, et en
arrière de ce groupe d'îles s'étendent les marais de Marano.

[Note 1: M. Forfait, dans un mémoire sur la marine de Venise, où
je me suis permis de puiser quelques détails, et M. Cuvier, dans
le discours préliminaire de ses Recherches sur les Fossiles, ont
expliqué la formation des lagunes de l'Adriatique; voici quelques
passages de l'ouvrage de ce dernier.

«Venise a peine à maintenir les lagunes qui la séparent du continent,
et malgré tous ses efforts, elle sera inévitablement un jour liée à
la terre-ferme. On sait, par le témoignage de Strabon, que, du temps
d'Auguste, Ravenne était dans les lagunes, comme y est aujourd'hui
Venise, et à-présent, Ravenne est à une lieue du rivage. Adria, qui
avait donné son nom à la même mer, dont elle était il y a vingt et
quelques siècles le port principal, en est maintenant à six lieues.
Fortis a même rendu vraisemblable qu'à une époque plus ancienne les
monts Euganéens pourraient avoir été des îles. M. de Prony a constaté
que depuis l'époque où l'on a enfermé le Pô de digues, cette rivière
a tellement élevé son fond, que la surface de ses eaux est maintenant
plus haute que les toits des maisons de Ferrare. En même temps,
ses atterrissements ont avancé dans la mer avec tant de rapidité,
qu'en comparant d'anciennes cartes avec l'état actuel, on voit que
le rivage a gagné plus de 6000 toises depuis 1604, ce qui fait 150
ou 180 pieds, et en quelques endroits 200 pieds par an. L'Adige et
le Pô sont aujourd'hui plus élevés que tout le terrain qui leur est
intermédiaire, et ce n'est qu'en leur ouvrant de nouveaux lits, dans
les parties basses qu'ils ont déposées autrefois, que l'on pourra
prévenir les désastres dont ils les menacent maintenant.»]

En suivant la plage vers l'occident, on trouve, aux bouches de la
Livenza, les îles de Caorlo, d'Altino et quelques autres.

Les torrents qu'on rencontre ensuite, courent vers la mer dans une
direction presque perpendiculaire aux lignes que décrivent le Musone,
le Bacchiglione, la Brenta et l'Adige: les courants se rencontrent à
peu de distance de la côte; les terres apportées par les fleuves qui
viennent de l'occident, forcées de s'arrêter, ont formé un banc que
les courants venant du nord travaillent sans cesse à aligner dans la
direction du nord au sud. Ce banc, coupé en plusieurs endroits par
les eaux, est devenu une chaîne de longues îles, qui touche presque
au continent par ses deux extrémités, et qui ferme un bassin dont la
plus grande largeur n'est aujourd'hui que de trois lieues[2].

[Note 2: La laguna nella quale è posta la cità di Venezia nel mezzo
dell' aque salse, fondata e tutta cinta da un lito quasi perpetuo, il
quale per spazio di trenta miglia dalla foce del Adice fin à quella
della Piave stendendosi, rende del impeto del mare sicuro tutto quel
seno che dentro si chiude, che nella sua maggiore larghezza non
eccede ora cinquo miglia, benche anticamente per spazio di più di
trenta fino alle radici de' monti Euganei s'allargasse.

(Historia della guerra di Cipro, di P. Paruta, _lib._ 2.)]

C'est ce golfe que l'on désigne par le nom de lagune, et qui reçoit
une multitude de rivières. Cette masse d'eau, ne trouvant, vers la
mer, que d'étroites issues, a déposé dans cette enceinte des sables
qui en ont élevé le fond. C'est dans cette enceinte que la nature a
formé un groupe de soixante et quelques îlots. Il y en avait un plus
élevé, et apparemment plus ancien que les autres, qu'on appelait
Rialte; c'était un point assez commode pour les pêcheurs: ils s'y
trouvaient en sûreté dans le voisinage de la haute mer, et en même
temps au centre du bassin, c'est-à-dire à portée de toutes les côtes.

Ce groupe d'îles est devenu la ville de Venise, qui a dominé
l'Italie, conquis Constantinople, résisté à une ligue de tous les
rois, fait long-temps le commerce du monde, et laissé aux nations le
modèle du gouvernement le plus inébranlable que les hommes aient su
organiser.

[Note en marge: III. Opinions diverses sur l'origine des Vénitiens.]

Les Romains donnaient le nom de Venétie à une province septentrionale
de l'Italie, située sur le bord de la mer Adriatique, entre les Alpes
Juliennes et le Pô[3]. Les habitants de ce territoire portaient le
nom de Venètes. Ce nom rappelle une ville fort ancienne, qui existait
sur la côte méridionale de l'Armorique; et, en effet, on voit
parmi plusieurs émigrations des peuples des Gaules, une expédition
à laquelle les habitants de Vannes prirent part, qui se dirigea
au-delà des Alpes et se répandit dans toute la partie supérieure de
l'Italie. Justin en a fait mention, et on cite[4] plusieurs auteurs
qui attestent cette tradition.

[Note 3: Venetia est omnis ora circa sinum maris post Hystriam usque
ad Padi ostia. (Caton., Origines.)

Sub Venetiæ nomine comprehenditur omnis regio ab Hystriâ secundum
maritimam oram usque ad Ravennam. (Pline, liv. 3.)]

[Note 4: Pasquier, Recherches sur la France, liv. Ier chap. III. «À
manière, dit-il, que les Venétiens mesme prindrent leur nom de ceste
flotte, c'est-à-dire du peuple de Vannes, de laquelle gloire, combien
que quelques Italiens (comme Marc-Antoine Sabellic) veulent frustrer
nostre Gaule, pour la rapporter à quelques Enetiens, peuples forgés
à crédit, et qu'ils veulent tirer du pays de Paphlagonie, si est-ce
que Polybe, autheur ancien, attestait par le confrontement et rapport
des moeurs des Venétiens d'Italie avec les citoyens de Vannes,
qu'ils avaient pris leur ancienne origine de nous, chose à laquelle
condescend volontairement Strabon.»]

Sabellicus, l'un des plus anciens historiens de Venise, expose
que[5], selon les uns, les anciens Vénitiens venaient d'un peuple
des Gaules appelé Venètes; ils n'en avaient pas seulement conservé
le nom, mais les habitudes, le goût de la mer et du commerce. Polybe
remarque entre ces deux peuples diverses ressemblances dans les
usages, et jusques dans la manière de se vêtir; mais leur langue
n'était pas la même[6]. D'autres soutiennent que les Vénitiens
vinrent de la Paphlagonie. Tite-Live confirme cette opinion; il dit
qu'après la perte de Pylémènes, leur chef, qui mourut au siége de
Troie, les débris de ce peuple vinrent s'établir en Italie, sous la
conduite d'Anténor. Caton fait aussi descendre les Vénitiens des
Troyens. Cornelius-Nepos trouve l'étymologie de leur nom dans celui
des Henètes. L'existence d'un ancien bourg appelé Troye, au fond du
golfe Adriatique, vient à l'appui de ces conjectures[7].

[Note 5: Histoire de Venise, décade 1, livre 1.]

[Note 6: Voici les expressions de Polybe (liv. II, chap. III).
«Auprès de la mer Adriatique étaient les Venètes, peuple ancien, qui
avait à-peu-près les mêmes coutumes et le même habillement que les
autres Gaulois, mais qui parlait une autre langue. Ces Venètes sont
célèbres chez les poëtes tragiques qui en ont débité force prodiges.»]

[Note 7: L'origine des Venètes est discutée dans un Mémoire de
Fréret, dont on trouve l'analyse dans le tome XVIII de l'Académie
des Inscriptions, il se borne à dire que les Venètes étaient venus
de l'Illyrie s'établir sur le bord de l'Adriatique, où ils fondèrent
Padoue. Voyez aussi le chap. 5 du 1er livre de l'ouvrage de Merula
sur l'origine des Gaulois cisalpins.]

L'opinion qui fait venir les Venètes de la Paphlagonie, a trouvé de
nombreux partisans. Ils racontent que cette province, située sur
la côte septentrionale de l'Asie mineure, était habitée par un
peuple appelé les Henètes, ce qui est incontestable, car Homère les
comprend dans le dénombrement de l'armée troyenne, et Homère fait
autorité[8]. Tous les historiens parlent de la colonie d'Anténor[9].
Les Henètes existaient dans la Paphlagonie, voilà ce dont on ne peut
douter; ils émigrèrent vers l'Italie, cela n'est pas moins constant:
une autre autorité en fait foi. L'empereur Justinien dit, dans ses
Constitutions, que les Paphlagoniens, nation ancienne et qui n'était
pas sans gloire, avaient envoyé de nombreuses colonies en Italie,
dans le pays connu sous le nom de Venétie[10].

[Note 8: Pylémènes, au coeur intrépide, conduit les guerriers de
Paphlagonie; ils ont quitté la contrée des Henètes, fameuse par ses
haras de mules, Citore, Sesame, et les belles cités qui s'élèvent sur
les rives du Parthénius. _Iliade_, liv. II, v. 851.]

[Note 9: Strabon, livre XII, cite un passage d'une tragédie de
Sophocle, qui n'est pas venue jusqu'à nous, et dans laquelle ce
poëte fait émigrer Anténor d'abord dans la Paphlagonie, puis à la
tête des Henètes dans la Thrace, et enfin en Italie sur les bords
de l'Adriatique. _Hérodote_, livre V; _Justin_, liv. XX, chap. 2;
_Tite-Live_, 1re décade, livre 1er.]

[Note 10: Paphlagonum gens antiqua neque ignobilis olim extitit in
tantum quidem ut et magnas colonias deduxerit et sedes in Venetiis
Italorum fixerit. (_Novelle_ 29.)]

On oppose à ceux qui veulent que les Venètes soient venus de
l'Armorique, une objection qui est de quelque poids. Les Venètes se
montrèrent constamment les alliés de Rome, contre la colonie gauloise
établie dans leur voisinage: or, dans la supposition qu'on veut faire
adopter, cette inimitié n'aurait pas été naturelle; si ces deux
peuples eussent eu une origine commune, il est vraisemblable qu'ils
se seraient aidés mutuellement à se maintenir dans leurs conquêtes.

Les traditions qui donnent aux Venètes une origine asiatique, ne
sont pas nouvelles pour les amateurs de l'antiquité. Ils ont dans la
mémoire ces beaux vers:

  Antenor potuit, mediis elapsus Achivis,
  Illyricos penetrare sinus, atque intima tutus
  Regna Liburnorum, et fontem superare Timavi,
  Unde per ora novem, vasto cum murmure montis,
  It mare proruptum, et pelago premit arva sonanti.
  Hîc tamen ille urbem Patavi sedesque locavit
  Teucrorum, et genti nomen dedit, armaque fixit
  Troïa.[11]

[Note 11:

  Trompant le fer des Grecs, cherchant une patrie,
  Anténor fuit aux mers qu'enferme l'Illyrie;
  Des bords liburniens, en naufrages fameux,
  Sa nef sillonne en paix les canaux sinueux;
  Il franchit le Timave, et ces grottes profondes
  D'où le fleuve en grondant va refouler les ondes,
  Donne des noms chéris à des peuples nouveaux;
  Et, dans Padoue enfin, terme de ses travaux,
  Ses compagnons lassés, désormais sans alarmes,
  Ont retrouvé Pergame, et suspendu leurs armes.]

On voit que les écrivains latins adoptent généralement l'opinion qui
donne aux Venètes une origine troyenne. Le géographe Strabon[12]
les fait venir de l'Armorique. Dion Chrysostome[13] veut que leur
établissement en Italie soit antérieur même à la prise de Troie. Un
savant moderne a entrepris de substituer un nouveau système à ces
diverses traditions[14]. L'abbé Denina a ouvert un vaste champ aux
conjectures, lorsqu'il nous a appris que «les Anciens appelèrent
tantôt Sarmates, tantôt Scythes, quelquefois Venètes; puis Slaves,
Esclavons, tous les peuples qui ont habité les vastes régions qui
s'étendent depuis le Tanaïs jusqu'à la Vistule, entre le Danube
et la mer Baltique. Selon lui, on appelait en général Venètes les
peuples qui en occupaient la partie occidentale, sur-tout la Prusse.
Ensuite les mêmes Venètes et les Flamands furent appelés Slaves
ou Esclavons; et c'est plus particulièrement de ceux-ci que les
Polonais, les Russes et une partie des Bohémiens seraient descendus.
Mais tous ces peuples, Venètes, Slaves, Sarmates, étaient de race
Scythe[15].» La plupart des historiens Vénitiens ont adopté la
tradition consacrée par Virgile, et tâché de lier l'histoire de leur
patrie à celle de ces illustres vaincus, dont tous les peuples ont la
vanité de vouloir descendre.

[Note 12: C'est de ces peuples que sont sortis les Venètes du Golfe
Adriatique qu'on n'a regardés comme originaires de Paphlagonie qu'à
cause de la ressemblance du nom avec un des peuples de cette dernière
contrée. Au reste, je n'avance pas cette opinion comme certaine. En
pareille matière on se décide sur les probabilités. STRABON, liv. 4,
chap. 3.]

[Note 13: Orat. II de _Ilio non capto_.]

[Note 14: _Memorie storiche de' Veneti primi e secondi_ del conte
Giacomo FILIASSI. Venetia 1791.]

[Note 15: _Mémoires sur les traces anciennes du caractère des nations
modernes qui comprend les peuples descendants des Sarmates et des
Scythes._ (Dans les Mémoires de l'Académie de Berlin. 1801.)]

Toutes ces origines sont incertaines: on ne peut guère espérer de
parvenir à la démonstration de faits qui remontent presque au-delà
des temps historiques.

Quoi qu'il en soit, des étrangers chassèrent ou soumirent les
Euganéens, qui habitaient entre la mer et les Alpes, et fondèrent
Padoue. Avec le temps, ils agrandirent leur territoire. Caton, dans
ses Origines, rapporte qu'ils s'emparèrent de trente-quatre villes
ou bourgs, et d'une partie du pays où est aujourd'hui Brescia; de
sorte que leurs possessions finirent par avoir pour limites l'Adda,
le Pô, le lac de Garde, et la mer. Ces rivages étaient alors bien
plus couverts par les eaux, qu'ils ne le sont aujourd'hui. Le Pô, la
Brenta, l'Adige, la Piave, dont l'homme n'avait pas encore entrepris
de diriger le cours[16], inondaient de vastes prairies, qui se
refusaient à la culture, et où les habitants élevaient une grande
quantité de chevaux. De-là un nouveau trait de ressemblance qu'on a
remarqué entre ces peuples et les Henètes de Paphlagonie, dont Homère
vante les haras[17].

[Note 16: Dal Chiesio alle lagune spessi sono i fiumi ed aque copiose
et correnti, le quali ingombrano tutto quello spazio e vi produssero
grandi alterazioni. Il grosso e rapido Adige, dodici secoli fà,
correva per altro letto presso le mura di Este, ove si divideva in
due rami. Uno di essi, internandosi nei colli Euganei, s'impaludava
nella valle sulfurea chiamata Calaona; l'altro portava al mare.
(SILVESTRI, _Paludi Atriane_.)]

[Note 17: STRABON, liv. 5, chap. 2.]

Les inconvénients attachés à la situation marécageuse de la Venétie,
furent compensés par un grand avantage, ils la préservèrent
long-temps, à ce qu'il paraît, des invasions des Gaulois. Mais si
ce pays était sans culture, on est fondé à douter qu'il fût couvert
d'une nombreuse population, comme quelques historiens ont voulu le
faire croire.

[Note en marge: IV. De l'état des Venètes sous les Romains, jusqu'à
la translation de l'empire en orient.]

Les Venètes, dont l'origine est si peu connue, sont restés ignorés
pendant à-peu-près dix siècles. On ne trouve quelques traces de
l'histoire des peuples qui ont existé dans ces âges reculés,
qu'autant qu'ils se lient par leurs malheurs à l'histoire du peuple
dominateur.

Les Romains ne passèrent le Pô que vers la fin du troisième siècle de
leur ville. À mesure qu'ils s'avancèrent dans l'Italie supérieure,
ils fondèrent des colonies à Bologne, à Parme, à Plaisance et à
Crémone. Ces établissements étaient des postes avancés contre les
Gaulois, qui occupaient déjà le pays appelé depuis la Lombardie.
Il serait difficile de dire exactement quelles étaient, dans ce
temps-là, les relations des Venètes avec Rome; il fallait que ce
fussent des relations de dépendance ou d'amitié; car ils marchèrent
pour sa délivrance, lors de l'invasion des Gaulois[18], et ils
renouvelèrent cette diversion toutes les fois que ces barbares
attaquèrent les Romains[19].

[Note 18: Polybe, liv. 2, chap. 4, attribue la retraite des Gaulois à
cette diversion.]

[Note 19: MAFFEI, _Verona illustrata_. Sur toutes ces relations
des Venètes avec les Romains, on peut consulter le 8e livre _della
Felicità di Padova_, dont l'auteur, Ange Portenari, entreprend de
prouver que les Venètes ne furent point sujets, mais amis de Rome.]

Ce secours fut encore réclamé, lorsque Rome fut menacée par les
Boïens, les Insubres et les Gaulois transalpins. Le sénat envoya une
ambassade aux Venètes, pour obtenir qu'ils fissent une irruption sur
les terres de l'ennemi; irruption qu'ils opérèrent avec une armée de
vingt mille hommes[20].

[Note 20: POLYBE, liv. 2, chap. 5.

Au nord des Venètes (dit Strabon, liv. 5) étaient les Carniens,
les Cénomaniens, les Abduaces et les Insubres. Quelques-uns de ces
peuples furent les ennemis des Romains: mais les Cénomaniens et les
Venètes unirent toujours leurs armes à celles de Rome, et cela dès
avant l'expédition d'Annibal.]

Ce fait prouverait que ce peuple était alors non-seulement
indépendant, mais assez puissant.

Cependant, soixante et quelques années après, on voit Rome défendre
le territoire des Venètes comme une de ses provinces, et la Venétie
fournir un contingent à l'armée que les Romains opposaient à
Annibal[21].

[Note 21: SILIUS ITALICUS, liv. 8. Dénombrement de l'armée romaine,
avant la bataille de Cannes.

  Tum Trojana manus, tellure antiquitus orti
  Euganea, profugique sacris Antenoris oris
  Necnon cum Venetis Aquileia superfluit armis.]

Aucun monument ne rend témoignage de la conquête de ce pays; aucun
historien, parmi ceux qui sont parvenus jusqu'à nous, ne fait
mention de sa réunion à l'empire. Il paraît qu'elle eut lieu dans
les dernières années qui précédèrent la seconde guerre Punique. Les
Romains n'établirent des colonies au-delà de la Chiesa que cent
trente ans après cette réunion; enfin ils n'envoyèrent des magistrats
dans la Venétie que temporairement, et lorsque des circonstances
extraordinaires réclamaient leur présence. Par exemple, en 577 (de
Rome), Padoue étant en proie à des factions, Æmilius Lepidus y fut
envoyé momentanément, pour rétablir le bon ordre.

Cet état de choses paraît avoir duré jusque vers le milieu du VIIe
siècle de Rome. À cette époque, les Cimbres se présentèrent sur
les frontières de l'Italie; battus d'abord par le consul Papirius
Carbon, ils pénétrèrent ensuite jusque dans le pays de Vérone, où ils
défirent Catulus. Marius accourut pour réparer ce désastre. Cicéron
loue les habitants de Padoue pour avoir embrassé la cause du Sénat
dans la guerre contre Marc-Antoine, et pour avoir fourni de l'argent,
des armes et des soldats[22]. Depuis, la Venétie fut décidément
réduite en province et soumise au gouvernement d'un préteur.

[Note 22: Patavini alios excluserunt, alios ejecerunt missos ab
Antonio; pecuniâ, militibus, et, quod maximè decrat, armis, nostros
duces adjuverunt. (_Philippique_ 12e.)]

Dans cette nouvelle condition, elle partagea la destinée de l'empire.
Ses villes furent admises au rang des villes municipales, elles
participèrent au privilége de voter dans les comices. Les superbes
monuments qui en décorent quelques-unes, notamment Vérone, attestent
encore la présence et la domination des Romains. Les colonies de
soldats se multiplièrent dans le pays, et le sénat de Rome se
remplissait de Venètes[23].

[Note 23: TACITE, _Annales_, liv. II.]

Une nouvelle irruption des barbares eut lieu de ce côté, sous le
règne de Marc-Aurèle. Il livra bataille, près d'Aquilée, aux Cattes,
aux Quades et aux Marcomans, qu'il obligea de se retirer.

Les barbares, revenus une autre fois, pénétrèrent jusqu'à Ravenne.
L'empereur Claude-le-Gothique les défit entièrement dans la Venétie,
et les força de repasser les monts; mais ces irruptions, si souvent
renouvelées, décidèrent les empereurs à entretenir constamment des
armées sur cette frontière de leurs états, plus exposée qu'une autre
aux invasions.

Tels sont les principaux évènements qui intéressent le pays des
Venètes, jusqu'à la translation de l'empire romain en Orient. À cette
époque, Constantin divisa l'empire en dix-sept provinces; la Venétie
en était une.

[Note en marge: V. Invasion des Goths, sous la conduite d'Alaric. Ils
prennent Rome. Les Venètes cherchent un asyle dans les lagunes. An
400.]

Les irruptions des barbares devaient devenir plus fréquentes et plus
dangereuses, depuis que le siége de l'empire n'était plus en Italie.
Les Goths, peuple septentrional, sortis, dit-on, de la Suède, et qui,
après avoir occupé les plaines qui séparent la Vistule de l'Oder,
s'étaient avancés jusques sur le Danube, firent une irruption en
Italie, sous la conduite d'Alaric, leur roi, vers l'an 400 de l'ère
chrétienne. Ils ravagèrent cette belle province, toujours exposée la
première aux incursions de l'étranger.

Enhardis par l'impunité, ils revinrent quelques années après, et
partagèrent leur armées en deux corps. L'un, que l'on disait fort
de deux cent mille hommes, se porta sur la Ligurie, franchit les
Apennins, et pénétra en Toscane; tandis qu'Alaric, avec le reste de
ses troupes, se tenait à l'embouchure du Pô.

La cour d'Honorius était en alarmes. Stilicon, à la tête de l'armée
impériale, surprit et détruisit entièrement celle qui était près de
se rendre maîtresse de Florence. De là, il marcha contre Alaric, qui
l'attendait près de Ravenne, et remporta sur ce prince une victoire
long-temps disputée. Malgré ce double succès, Stilicon fut accusé de
n'avoir pas mis, dans la poursuite des barbares, toute l'activité
nécessaire pour en délivrer l'Italie. On attribua cette mollesse à
des vues ambitieuses; des soldats qu'on lui envoyait pour renfort,
eurent ordre de l'assassiner, et le lâche empereur se fit décerner le
triomphe par un sénat aussi lâche que lui.

[Note en marge: 409.]

Alaric, délivré de cet habile adversaire, reprit tous ses avantages,
poussa les vainqueurs jusqu'à Rome, et emporta d'assaut la capitale
du monde, en 409. La mort le surprit au milieu de ses conquêtes.
Ataulphe, son beau-frère, et son successeur, continua ses ravages
dans l'Italie, pendant trois ans, et se décida enfin à repasser les
monts.

Ces deux invasions si voisines l'une de l'autre, et la longue
occupation de la Venétie pendant la dernière, laissaient prévoir
une nouvelle irruption, et décidèrent quelques habitants de ce pays
à chercher un asyle dans ce groupe d'îles que les fleuves avaient
formées à quelque distance de la côte. Il y en avait une qui servait
de port et d'entrepôt au commerce de Padoue, et qui par conséquent
devait avoir déjà quelques établissements maritimes, c'était Rialte.
Les autres étaient désertes, incultes, et même peu susceptibles de
culture. Ce fut là que les Venètes effrayés vinrent transporter leurs
richesses, ou sauver leurs familles et leurs vies, mais ces tristes
plages ne pouvaient leur faire oublier le pays charmant qu'ils
avaient abandonné aux barbares. Aussitôt que ceux-ci se retiraient,
les exilés repassaient la mer, pour retrouver au moins ce que la
rapacité des Goths leur avait laissé.

[Note en marge: 421.]

Cependant ces émigrations avaient procuré quelque population à
Rialte. On commençait à y bâtir: un incendie qui dévora vingt-quatre
maisons, fut l'occasion d'un voeu[24], et on y éleva, en 421, une
église dédiée à saint Jacques. La ville de Padoue y envoya des
magistrats annuels, avec le titre de consuls. On trouve, dans un
vieux manuscrit[25], le plus ancien monument de l'histoire de Venise;
c'est un décret du sénat de Padoue, sous la date de 421, qui ordonne
la construction d'une ville à Rialte, pour y rassembler, en une seule
communauté, les habitants répandus sur les îles environnantes, afin
qu'ils puissent y tenir une flotte armée, parcourir la mer avec plus
de sûreté, et se défendre avec plus d'avantage dans leur asyle. Tels
furent les commencement de la superbe Venise.

[Note 24: SABELLICUS, décade 1, liv. 1er.]

[Note 25: De la bibliothèque des camaldules du Couvent de
Saint-Michel, près Venise, nº. 541, page II. Ce manuscrit est
intitulé _Varie notizie appartenenti alla origine di Venezia_. C'est
un recueil qui avait été formé par un abbé des camaldules, appelé
Fulgence Tomasellus. Le P. Mitarelli, qui a fait le catalogue de
cette bibliothèque, transcrit cette pièce, ou du moins ce qu'on a
pu en lire: «Anno a nativitate Christi CCCCXXI in ultimo anno papæ
Innocentii primi..... Aponencis, regno Pataviencium feliciter et
copiose florenti, regentibus rempublicam Galiano de Fontana, Simeone
de Glausonibus, et Antonio Calvo, dominis consulibus, imperante
Honorio cum Theodosio filio Archadii, decretum est per consules
et senatum Pataviencium ac delectos primores popularium ædificari
urbem circa Rivoaltum, et gentes circumstantium insularum congregari
ibidem, ad habitandam potius terram unam, quam plures portuales
habere, classem paratam tenere, exercere et maria perlustrare, et
si casus bellorum accideret, ut hostium impotentia sociorum cogeret
habere refugium...... Nam Gothorum multitudinem et instantiam
verebantur et recordabantur quod anno Christi CCCCXIII ipsi Gothi
cum rege eorum Alarico venerant in Italiam, et ipsam provinciam
igne et ferro vastatam reliquerant et ad urbem processerunt, eam
spoliantes......»

Le bibliographe ajoute: «Reliquum legere non potui.»]

[Note en marge: VI. Invasion des Huns sous Attila. 452.]

Un nouvel orage se formait; on apprit qu'Attila, roi des Huns, sorti
du fond de la Scythie, et dont le nom avait rempli de terreur la
Mysie, la Macédoine, la Germanie et les Gaules, s'avançait vers
les Alpes Juliennes, traînant à sa suite divers peuples barbares,
et menaçait de nouveau les belles contrées de la Venétie. Aquilée,
Concordia, Padoue virent encore leurs citoyens fugitifs se jeter dans
Rialte, ou sur les plages de Grado, de Caorlo, de Malamocco et de
Palestrine. Les exilés d'Altino donnèrent à leur asyle le nom de Port
de la Cité perdue[26].

[Note 26: SABELLICUS, décad. 1, liv. 1er.]

L'ennemi parut devant Aquilée en 452. Cette place, qui était une
colonie romaine, entreprit de se défendre[27]; mais elle fut emportée
et livrée au pillage et aux flammes. Concordia, Oderso, Altino,
Padoue, voyant l'incendie de si près, se dépeuplèrent, et subirent
le même sort qu'Aquilée. Le torrent des barbares se déborda dans
l'Italie.

[Note 27: Le même auteur place le commencement de ce siége en 450, et
prétend qu'il dura trois ans.]

Attila était aux portes de Rome: il vit le pape saint Léon et le
sénat, prosternés devant lui, implorer sa clémence; et ce conquérant,
satisfait d'en exiger un tribut, consentit à ne pas pousser plus
avant, soit que le génie de Rome fût encore assez imposant pour
remporter cette victoire, soit que l'âme d'Attila ne fût pas
incapable de générosité, soit enfin que ce barbare n'eût pas même la
curiosité de voir la capitale du monde. Il ramena bientôt après son
armée dans la Pannonie. Ce départ parut si extraordinaire, qu'on eût
recours pour l'expliquer à une vision miraculeuse, qu'il n'est pas de
la gravité de l'histoire de rapporter.

[Note en marge: VII. Première organisation de la nouvelle colonie.]

Les villes de la terre ferme avaient été dévastées; beaucoup de
leurs citoyens, fatigués de ces fuites continuelles, n'ayant plus
d'habitation sur le continent, se fixèrent dans les îles. Les autres
sortirent des eaux pour aller voir s'il existait quelques débris de
leurs anciennes demeures; mais il n'était pas naturel qu'également
pauvres, ceux-ci cherchassent à dominer les insulaires, à qui
peut-être bientôt ils allaient avoir à demander encore un asyle.
Les anciennes villes ne réclamèrent aucune autorité sur la nouvelle
colonie, et les réfugiés, réunis par le malheur, organisèrent leur
société. Les diverses îles s'étant plus ou moins peuplées, il fut
réglé que chacune élirait un magistrat, qui, sous le nom de tribun,
serait chargé de l'administration et de la justice. Ces tribuns
devaient être renouvelés tous les ans. Ils étaient comptables de leur
gestion à l'assemblée générale de la colonie[28], qui avait seule le
droit de prononcer sur les affaires de la communauté. On voit que le
gouvernement de Venise a commencé par une démocratie[29].

[Note 28: SABELLICUS, décad. 1, liv. 1er.]

[Note 29: Le cavalier Soranzo, dans son _Traité du Gouvernement
de Venise_, le dit formellement: «Prima se deve avvertire che la
repubblica nacque nella popularità nella sua constitutione, e per
molti centinaia d'anni si mantenne assolutamente vera democratia; e
ciò sin all'anno 1310.» (_Il Governo delle stato Veneto._ Manuscrit
de la bibliothèque de Monsieur, nº. 54).

Cet auteur se trompe, en prolongeant la durée de la démocratie
jusqu'à la révolution opérée au commencement du quatorzième siècle;
car il y eut, dans l'intervalle, une suite de doges qui jouirent du
pouvoir souverain.]

La pauvreté et le malheur ramènent à l'égalité. La nouvelle
habitation de ce peuple transfuge ne lui offrait que du sel à
recueillir. La pêche et le commerce étaient ses seules ressources.
Ces professions conseillent l'économie et la simplicité des moeurs.
Ces nouveaux concitoyens étaient de conditions fort différentes sans
doute, mais tous n'avaient sauvé que des débris; aussi les anciens
historiens font-ils un tableau touchant de cette société. Dans Venise
naissante, disent-ils[30], les aliments étaient les mêmes pour tous,
les habitations semblables.

[Note 30: SABELLICUS, décade 1, liv. 1er.]

Ces peuples avaient embrassé dès long-temps le christianisme: leurs
calamités les y attachèrent, et comme les Goths, premiers auteurs de
leurs désastres, professaient l'hérésie d'Arius, les Venètes durent
avoir horreur de ces nouvelles opinions.

[Note en marge: VIII. Invasion des Hérules sous Odoacre. 476.]

Les pays que traverse le Danube semblaient être le dépôt des barbares
qui devaient venir dévaster la Venétie. Odoacre, roi des Hérules,
envahit cette province en 476; battit l'armée que l'empereur
Augustule avait envoyée contre lui, brûla Pavie, fit passer les
légions au fil de l'épée, et tua de sa propre main leur général, qui
était en même temps le père de l'empereur. Celui-ci courut de Ravenne
à Rome, où il abdiqua sa dignité, et cette abdication mit fin à
l'empire d'Occident.

On ne saurait dire avec précision quels avaient été jusques-là les
rapports du nouvel état de Venise avec cet empire. Ce pays avait été
province romaine, rien ne l'avait affranchi de cette dépendance;
mais la translation du siége de l'empire à Constantinople, la
faiblesse des empereurs qui occupèrent le trône d'Occident depuis
Honorius jusqu'à Augustule, les invasions des barbares, le pillage
des provinces, l'incendie des villes, la fuite de la population,
relâchèrent nécessairement les liens qui attachaient les provinces au
gouvernement d'une métropole qui ne les protégeait pas, et l'empire
dissous, les Venètes réfugiés dans leurs îles, durent bientôt leur
indépendance à leur pauvreté, à leur obscurité, et sur-tout au bras
de mer qui les séparait du continent[31]. Voyant dans les conquérants
de l'Italie leurs ennemis les plus dangereux, ils devinrent les
alliés naturels, ou, si l'on veut, les clients des empereurs d'Orient.

[Note 31: His igitur omnibus manifestè apparet insulanos his primis
temporibus sub nullius imperium ac dominationem subjectos, non plures
quidem respublicas particulares, sed unius tantum habuisse reipublicæ
formam. (_De formâ reip. Venetæ, liber Nicolai Crassi._)]

[Note en marge: IX. Invasion des Ostrogoths sous Théodoric. 493.]

Dans leur isolement, ils étaient presque étrangers aux révolutions
qui se passaient en Italie. Odoacre avait détrôné Augustule; il fut
à son tour attaqué, battu, pris et assassiné par Théodoric, roi des
Ostrogoths, après un règne de dix-sept ans.

Le passage de ces nouvelles troupes, les combats qu'elles se
livraient, procuraient tous les jours de nouveaux citoyens à la
république naissante. Elle n'avait pas encore un siècle d'existence,
et déjà son industrie, son commerce, sa modération, lui avaient
acquis la considération de ses voisins.

[Note en marge: X. Lettre de Cassiodore, ministre de Théodoric, aux
habitants des lagunes.]

Il nous reste un monument qui donne une idée assez exacte de l'état
de Venise à cette époque. C'est une lettre que Cassiodore, ministre
du roi Théodoric, eut occasion d'écrire aux magistrats de la nouvelle
colonie, pour les inviter à faire effectuer le transport d'un
approvisionnement d'huile et de vin, qu'il s'agissait de faire venir
de l'Istrie à Ravenne. Cette lettre a été conservée[32]; on ne peut
mieux faire que de rapporter les expressions d'un contemporain:

[Note 32: CASSIODORI, _variar._ lib. 12, 24.]

«Cassiodore, sénateur et préfet du prétoire, aux tribuns maritimes.

«La récolte des vins et des huiles ayant été abondante en Istrie,
des ordres viennent d'être expédiés pour en faire arriver à Ravenne.
Vous avez un grand nombre de vaisseaux dans ces parages. Mettez
de l'empressement à faire effectuer ce transport. Ce trajet vous
doit être facile, par l'habitude que vous avez des voyages de long
cours. La mer est votre patrie; vous êtes familiarisés avec ses
dangers. Quand les vents ne vous permettent pas de vous éloigner,
vos barques défient les tempêtes en rasant la côte, ou en parcourant
les embouchures des fleuves. Si le vent leur manque, les matelots
descendus à terre les tirent eux-mêmes. On dirait, à les voir de
loin, qu'elles glissent sur les prairies. J'en ai été témoin, et
je me plais à rappeler ici combien l'aspect de vos habitations m'a
frappé. La louable Venise[33], pleine autrefois d'une illustre
noblesse, a pour confins au midi le Pô et Ravenne: elle jouit de
l'aspect de l'Adriatique vers l'orient. La mer, qui tantôt s'élève et
tantôt se retire, couvre et découvre alternativement une partie de la
plage, et montre tour-à-tour une terre contiguë et des îles coupées
par des canaux. Comme des oiseaux aquatiques, vous avez dispersé
vos habitations sur la surface de la mer. Vous avez uni les terres
éparses, opposé des digues à la fureur des flots. La pêche suffit à
la nourriture de tous vos habitants. Chez vous le pauvre est l'égal
du riche: vos maisons sont uniformes; point de différence entre les
conditions; point de jalousie parmi vos citoyens. Cette égalité les
préserve du vice. Vos salines vous tiennent lieu de champs: elles
sont la source de vos richesses, et assurent votre subsistance. On ne
peut pas se passer de sel, on peut se passer d'or. Soyez diligents à
tenir vos bâtiments prêts pour aller chercher les huiles et les vins
en Istrie, aussitôt que Laurentius vous en aura donné avis.»

[Note 33: «Venetiæ prædicabiles, quondam plenæ nobilibus.» L'auteur
de la chronique attribuée à Sagornino, et publiée par Zanetti, dit:
«Æneti vero, licet apud latinos una littera addatur, græcè laudabiles
dicuntur.»]

Cette lettre d'un ministre du roi des Ostrogoths aux magistrats d'une
république de pêcheurs, est écrite en style de rhéteur, mais elle
peint la simplicité, la sagesse, l'industrie et la prospérité de cet
état naissant. On en a commenté les expressions avec beaucoup de
soin, pour savoir ce qu'on devait en conclure pour la dépendance ou
l'indépendance de Venise, relativement au maître de l'Italie[34].

[Note 34: Voyez _De forma reipub. Venetæ, liber Nicolai Crassi_, et
sur-tout le livre _De l'Examen de la Liberté de Venise_, chap. 2.]

Quoique pleine d'urbanité, elle contient évidemment un ordre. Les
formules en sont impérieuses. Ce n'est pas ainsi que l'on demande un
service à qui ne nous le doit pas. Il n'y est fait mention ni d'un
paiement, ni d'un dédommagement quelconque. Dans un autre passage des
lettres du même ministre, on voit le roi des Ostrogoths pourvoir aux
besoins des insulaires dans un temps de disette[35].

[Note 35: CASSIODORUS, _variarum_ lib. 10, 26; lib. 12, 27.]

Il serait difficile de croire que le conquérant, qui prétendait
sûrement succéder à tous les droits d'Augustule, eût reconnu
formellement l'indépendance d'un état si nouveau, si faible et si
voisin; et il est plus que probable que cet état, qui devait être
alors plus jaloux de sa liberté réelle que de son indépendance
politique, ne se refusait pas à payer quelques tributs au nouveau
maître de l'empire d'Occident, ou à s'en acquitter par quelques
services.

Les Vénitiens ont beaucoup écrit pour prouver l'indépendance absolue
et immémoriale de leur patrie. Cette prétention a été vivement
attaquée[36], probablement avec raison. Il n'est pas dans la nature
des choses qu'une ville naissante, située si près d'un état puissant,
ait été indépendante dans l'origine. Mais cela n'intéresse nullement
la gloire de Venise. On sait bien qu'il n'y a d'indépendants que les
forts. La gloire véritable est de l'être devenu.

[Note 36: Notamment dans le _Squittinio della libertà Veneta_.]

[Note en marge: XI. Première guerre des Vénitiens. Ils ont à se
défendre contre les pirates de la côte opposée de l'Adriatique.]

Ce peuple eut bientôt après l'occasion de faire un acte de
souveraineté. Il était obligé à la guerre. De nouveaux barbares,
connus sous le nom d'Esclavons, le menacèrent sur son propre élément.
Ils s'étaient répandus sur les côtes de l'Adriatique. Maîtres de
l'Istrie, établis dans la vallée de Narenta, au fond du golfe de ce
nom, ces brigands devinrent des pirates fort incommodes pour leurs
paisibles voisins. Il fallut armer des vaisseaux pour les punir; et
cette guerre, qui accoutuma la république à l'essai de ses forces,
la mit en état de repousser par la suite des ennemis plus dangereux.
Venise ne fut délivrée des Esclavons que long-temps après.

Protégée par des vaisseaux armés, jalouse de son commerce, elle fit
un nouvel acte d'indépendance, en interdisant la navigation de ses
lagunes aux peuples du continent voisin, et même à ceux de Padoue,
son ancienne métropole.

[Note en marge: XII. Modification dans le gouvernement de la colonie
naissante et sa prospérité.]

On conçoit facilement que, pour faire la guerre, pour donner de la
vigueur au gouvernement, il fut nécessaire de resserrer les liens de
l'administration, et de diminuer le nombre des chefs qui y prenaient
part. Chacune des îles avait eu d'abord son magistrat, et ces
magistrats, égaux entre eux, ne relevaient que du conseil général de
la nation. Mais ces îles n'étaient pas toutes de la même importance.
Il paraît qu'on accorda un pouvoir plus étendu, d'abord à un tribun,
en 503, ensuite à dix en 574, puis à douze en 654, enfin à sept[37].
Les magistrats des îles principales furent appelés tribuns majeurs;
les autres, tribuns mineurs: ceux-ci relevaient des premiers. On ne
sait pas si l'assemblée générale se formait des uns et des autres,
ou des tribuns majeurs seulement; mais il est probable que ceux qui
avaient déjà exercé cette magistrature, et les citoyens les plus
considérables avaient le droit d'y siéger.

[Note 37: _De formâ reip. Venetæ, Nic. Crassi lib._--_Chronica
Veneta_, de François SANSOVINO.]

On est réduit à des conjectures sur l'organisation politique de cet
état naissant. Les notions sur ses moyens de prospérité ne sont
guères plus positives.

Cette peuplade de fugitifs, qui s'était jetée précipitamment dans
des îles désertes, ne pouvait y avoir apporté de grands moyens
d'industrie; mais elle sortait de villes naguère florissantes par le
commerce.

Strabon vante les manufactures de Padoue, qui fournissaient à Rome
une grande quantité de draps et d'autres étoffes. Aquilée faisait
un commerce considérable avec la Pannonie, et l'on prétend que les
marchandises qu'elle expédiait descendaient, par le Danube, jusque
dans la mer Noire[38]. Ces deux villes recevaient, par l'Adriatique,
les productions de tout le littoral de la Méditerranée.

[Note 38: _Storia civile e politica del commercio de' Venitiani_, da
Carlo Antonio MARIN, tom. I, lib. 1, cap. 5.]

Il était naturel que les exilés portassent dans leur nouvel asyle
quelques notions commerciales; mais leur industrie n'y trouvait qu'un
petit nombre d'objets sur lesquels elle pût s'exercer. Les bancs
de sable où ils venaient de s'établir étaient peu susceptibles de
culture. Tout le sol qui n'était pas absolument ingrat fut sollicité
par la main de l'homme, et fournit quelques plantes légumineuses,
qui alimentèrent les marchés de la côte voisine. Les plages
stériles étaient disposées pour recevoir les eaux de la mer, qui,
en s'évaporant, y déposaient un sel recueilli sans travail, et par
conséquent susceptible d'être donné au plus bas prix. Les barques
des insulaires le transportaient le long des divers fleuves qui
sillonnent le continent d'Italie.

La pêche fournissait une grande abondance de poisson: on ne dut pas
tarder à s'apercevoir qu'il était possible d'en étendre le commerce
dans les pays plus éloignés, en conservant ce poisson à l'aide du sel
que la nature semblait offrir d'elle-même.

Tels furent les premiers objets que les habitants des lagunes eurent
à fournir en échange de tout ce qui leur manquait. Tant que cette
population fugitive ne fut qu'une colonie de Padoue, gouvernée par
les magistrats de la métropole, elle ne dut trouver dans ce commerce
que de faibles avantages: mais dès que les exilés furent devenus une
nation, il y eut deux Venéties, la Venétie du continent et la Venétie
maritime. Celle-ci, maîtresse de l'embouchure des fleuves, usa de
son indépendance pour réclamer la navigation exclusive des lagunes,
et dès-lors le commerce de Padoue et d'Aquilée dut déchoir au profit
de la nouvelle colonie. Les ports de Grado, de Concordia, puis ceux
d'Héraclée, de Caorlo, de Malamocco, enfin celui de Rialte, devinrent
nécessairement les entrepôts de tout ce qui descendait des fleuves
pour entrer dans l'Adriatique; et, d'un autre côté, les habitants
de la Venétie maritime firent tout le bénéfice du transport sur les
objets que la Venétie de terre-ferme tirait d'outre-mer. Le continent
se voyait sans cesse exposé à de nouveaux ravages; les lagunes
étaient l'asyle de la liberté; c'était encore une circonstance qui
accroissait de jour en jour la prospérité des insulaires.

Ils eurent à craindre non-seulement pour leur commerce, mais pour
leur indépendance, lorsque le roi des Ostrogoths, Théodoric, après
avoir détrôné Odoacre, choisit pour sa résidence une ville de leur
voisinage, en fixant le siége de son empire à Ravenne. Cette capitale
devint tout-à-coup le principal marché de l'Italie. Heureusement
pour les Vénitiens, elle n'avait pas une marine proportionnée à ce
nouveau commerce, ils en devinrent les facteurs[39], et Théodoric
les ménagea, parce que, plus d'une fois, il eut besoin d'avoir
recours à eux pour l'approvisionnement de Ravenne. Mais cette ville
se vit bientôt déchue du rang où la fortune sembloit l'appeler.
La révolution qui expulsa les Ostrogoths de l'Italie, délivra la
nouvelle république des inquiétudes que la puissance et la prospérité
de Ravenne devaient lui donner. Attachée aux empereurs d'Orient par
la crainte que lui inspiraient les conquérants de l'Italie, elle dut
à cette liaison, conseillée par la politique, quelques occasions
de fréquenter les ports du Levant, et son commerce y obtint des
concessions qui devinrent la source de sa richesse.

[Note 39: _Ibid._ lib. 2, cap. 2.]

[Note en marge: XIII. Expulsion des Ostrogoths par Bélisaire et par
Narsès. 553.]

C'est à l'époque où nous sommes arrivés qu'il faut rapporter la
guerre par laquelle les Ostrogoths furent chassés de l'Italie.
Cette guerre, qui dura près de trente ans, illustra les noms de
Bélisaire et de Narsès; mais les campagnes de ces grands capitaines
perdraient trop sous la plume d'un abréviateur. Cette révolution
est du nombre de ces tableaux que l'historien ne doit présenter que
dans les proportions convenables, pour en faire juger toute la
grandeur. Cette guerre d'ailleurs, qui décida du sort de l'Italie,
n'intéressait pas immédiatement la république de Venise; ce nouvel
état n'y prit aucune part. Seulement Narsès, arrivé devant Aquilée,
jugea nécessaire de faire transporter son armée à Ravenne par mer,
et demanda à cet effet des vaisseaux aux Vénitiens, qui les lui
fournirent avec zèle; car ils étaient intéressés à voir l'Italie sous
le gouvernement des empereurs d'Orient, plutôt que sous la domination
des Ostrogoths.

Narsès passa par Rialte. Pendant son séjour, les habitants de Padoue
lui envoyèrent une députation pour se plaindre des insulaires, qui
leur avaient interdit la navigation des lagunes. Padoue demandait
en même temps à être remise en possession de son ancien droit de
souveraineté sur ces îles. Cette demande prouve que l'on ne mettait
pas en doute la suprématie ou au moins la juridiction de l'empereur;
mais le moment n'était pas favorable pour accueillir ces plaintes
contre un état qui venait de rendre un grand service à l'empire.
Narsès éluda la nécessité de prononcer et exhorta les deux parties
à la paix ou à porter leurs différends à la cour de Constantinople.
Bientôt les Padouans devaient aller demander un asyle à ceux qu'ils
voulaient traiter en sujets.

Narsès, après des succès mémorables, éprouva le sort réservé à
tous ceux qui servent au loin une cour soupçonneuse. Il fut accusé,
devint suspect, et se vit rappelé d'une manière outrageante; car on
lui annonçait, dit-on, que pour ne pas le laisser sans occupation
dans le palais, on lui donnerait le soin de distribuer le fil aux
femmes. Indigné de ces mépris, il licencia la plus grande partie de
ses troupes, ne remit à Longin, son successeur, qu'une armée peu
considérable, et appela en Italie Alboin, roi des Lombards.

[Note en marge: XIV. Établissement des Lombards en Italie. 665.]

Cette nouvelle irruption sépara pour toujours l'Italie de l'empire
d'Orient. Les Lombards, qui venaient de la Pannonie comme tous les
autres barbares, commencèrent leurs ravages par la Venétie. Ce fut
une nouvelle cause d'accroissement de population pour la république
insulaire[40].

[Note 40: Igitur Alboin Vicentiam Veronamque et reliquas Venetiæ
civitates, exceptis Patavio et Montesilicis et Mantuâ, cepit. Venetia
enim non solùm in paucis insulis, quas nunc Venetias dicimus,
constat; sed ejus terminus a Pannoniæ finibus usque Adduam fluvium
protelatur. Probatur hoc annalibus libris, in quibus Pergamum civitas
legitur esse Venetiarum: nam et de lacu Benaco in historiis ita
legimus, Benacus lacus Venetiarum, de quo Mintius fluvius egreditur;
Æneti enim, licet apud latinos una littera addatur, græcè laudabiles
dicuntur. Venetiæ etiam Histria connectitur et utræque pro unâ
provinciâ habentur. Histria autem ab Histro flumine cognominatur, quæ
secundum romanam historiam, amplior quàm nunc est fuisse perhibetur.
Hujus Venetiæ Aquileja civitas extitit caput, pro quâ nunc forum
Julii ita dictum quòd Julius Cæsar negotiationis forum ibi statuerat,
habetur.

Ce passage de l'Histoire des Lombards, par Paul Warnefride, plus
connu sous le nom de Paul Diacre (_De gestis Longobardorum_, lib. II,
cap. 14), explique fort bien ce qu'on entendait par la Venétie au
milieu du VIIe siècle.]

Les habitants d'Oderzo se réfugièrent à Jézulo, où ils fondèrent la
ville d'Héraclée. Ceux d'Altino se jetèrent dans Torcello, ceux de
Concordia à Caorlo, et Padoue qui, après être sortie de ses ruines,
venait d'être détruite une seconde fois, vit ses citoyens contraints
d'aller implorer un asyle à Rialte.

Il n'y eut plus d'espoir de retour. Les Lombards s'établirent dans le
pays qu'ils venaient d'envahir. Les petites îles qui environnaient
Rialte se peuplèrent. La religion catholique étant persécutée par les
Lombards, qui étaient ariens, plusieurs évêques allèrent s'établir
dans les îles.

[Note en marge: XV. Établissement à Grado du patriarche fugitif
d'Aquilée. 605.]

Le patriarche d'Aquilée s'était réfugié à Grado: le roi des Lombards
voulut qu'Aquilée eût un patriarche, ce qui produisit un schisme, et,
vingt-cinq ans après, en 630, le patriarche de terre-ferme fit une
descente à Grado, tua ce qui lui résista, pilla la cathédrale, et
revint à Aquilée chargé de butin. C'était une guerre de pirate, et
cette haine entre les deux archevêques devait durer plus de six cents
ans.

Ces Lombards n'avaient aucune habitude du commerce ni de la
navigation. L'industrie vénitienne tenait à quelques égards ces
conquérants dans la dépendance de la république. La même différence
se remarqua entre les Vénitiens et les Francs, qui renversèrent
bientôt après le trône des rois lombards. Un historien, contemporain
de Charlemagne[41], compare les vêtements grossiers de ce monarque et
de ses courtisans avec la pourpre de Tyr, les étoffes de soie, les
plumes que les marchands de Venise apportaient des ports de Syrie, de
l'Archipel et de la mer Noire.

[Note 41: Éginard.]

Les évènements qui pouvaient intéresser particulièrement la nouvelle
république, pendant les deux ou trois premiers siècles de son
existence, n'ont pas été recueillis. Une ville naissante, pauvre,
toujours dans les alarmes, ne devait pas attirer l'attention des
historiens étrangers, et ne pouvait pas en trouver parmi ses
habitants[42].

[Note 42: Ce sont à-peu-près les expressions de Bernard Justiniani.
(_Hist. de Venise_, lib. 5.)]

[Note en marge: XVI. Changement dans la forme du gouvernement;
création d'un doge à vie. 697.]

Cependant l'accroissement de la nation avait amené une diversité
d'intérêts. Il avait augmenté l'importance des magistrats; ceux-ci
en abusèrent, le mécontentement éclata, les partis se formèrent,
et ces divisions menaçaient d'entraîner la perte de la république.
L'assemblée de la nation fut convoquée à Héraclée pour remédier à
ce danger. On était généralement irrité contre les tribuns, qui
administraient les affaires de l'état depuis près de trois siècles.
Un pouvoir divisé entre tant de mains se trouva trop faible à une
époque où la république s'était accrue, où sa prospérité lui avait
fait des ennemis, et où l'approche du danger, l'inégalité des
richesses, la rivalité des ambitions, faisaient fermenter tant de
passions. On était bien décidé à changer cette forme de gouvernement.
Elle maintenait la liberté, mais elle compromettait l'indépendance
nationale. Christophe, patriarche de Grado, ouvrit l'avis de
concentrer le pouvoir dans la main d'un chef unique, à qui on
donnerait, non le titre de roi, mais celui de doge, c'est-à-dire duc.
Cette proposition fut vivement accueillie, et on procéda sur-le-champ
à l'élection de ce chef. On verra que le dogat sauva l'indépendance,
et compromit la liberté. C'était une véritable révolution; mais nous
ne savons point par quelles circonstances elle fut amenée. Plusieurs
historiens disent que ce changement n'eut lieu qu'après que les
Vénitiens en eurent obtenu la permission du pape et de l'empereur.
Les suffrages se réunirent sur Paul-Luc Anafeste, d'Héraclée, l'an
697 de l'ère chrétienne[43]. On dit que le choix fut fait par
douze électeurs, dont il est juste de rapporter les noms, parce
que plusieurs sont devenus illustres: Contarini, Morosi, Badoaro,
Tiépolo, Michieli, Sanudo, Gradenigo, Memmo, Falieri, Dandolo, Polani
et Barozzi. Ainsi Venise passa en un jour de l'état de république
démocratique, à celui de monarchie élective. Le doge était à vie. Il
avait des conseillers, mais il les nommait; il pourvoyait à toutes
les charges, prenait la qualité de prince, et décidait seul de la
paix et de la guerre. Les historiens vénitiens se sont fait un point
d'honneur de prouver que, par ce changement, Venise n'avait perdu
ni son titre de république, ni sa liberté. Ceci ne serait qu'une
dispute de mots; qui gouverne seul est un monarque; la liberté n'est
pas impossible dans la monarchie ni la tyrannie dans la république:
Venise elle-même nous fournira l'un et l'autre exemple. Pour se faire
une idée assez exacte de la puissance du doge au moment de cette
création, il suffit de jeter les yeux sur ce passage d'André Dandolo,
au sujet des prérogatives ducales[44]: «On décréta unanimement que
le duc gouvernerait seul: qu'il aurait le pouvoir de convoquer
l'assemblée générale dans les affaires importantes, de nommer les
tribuns, de constituer des juges, pour prononcer dans les causes
privées, tant entre les laïques qu'entre les clercs, excepté dans
les affaires purement spirituelles. C'était devant le doge qu'on en
appelait lorsqu'on se croyait lésé. C'était par son ordre que les
assemblées ecclésiastiques avaient lieu. L'élection des prélats se
faisait par le concours du clergé et du peuple, mais ils recevaient
l'investiture du duc et n'étaient intronisés que sur son ordre.»

[Note 43: Je trouve dans une notice que M. le conservateur de la
bibliothèque Riccardi a eu la bonté de m'envoyer sur un manuscrit
intitulé: _La Cronica della magnifica cità di Venezia, et come fù
edificata, ed in che tempo, e per chi_, in-fº, nº 1835, le passage
suivant qui est le sommaire de l'un des chapitres de cette chronique,
_dell' universal conseglio che fù fatto per voler far officiali,
rectori, zudeci, et uno che sia capo de tutte le XII provincie, e
mesegli nome M. lo Dose, e fù questo del 440_.

Il résulterait de ce passage, 1º que l'état de Venise se composait
à cette époque de douze provinces, c'est-à-dire de douze îles
principales; 2º que, dès l'an 440 on avait créé un magistrat suprême,
un chef du gouvernement pour toutes les îles, avec le titre de
_Messer le Doge_.

Je ne m'arrêterai pas à la division de ce petit état en douze
provinces. Le nombre des îles était beaucoup plus considérable; et
nous avons vu que les chefs des principales formaient un conseil
qui gouvernait la république. Leur nombre varia suivant le degré
d'importance que les diverses îles acquirent.

Quant à la création du doge en 440, elle est plus difficile à
admettre. D'abord nous voyons par un document cité ci-dessus, qu'en
l'an 421 la république insulaire était encore sujette de Padoue.
Il n'est guère vraisemblable qu'entre cette époque et celle de
l'invasion d'Attila, qui eut lieu en 452, les habitants de la côte,
réfugiés dans les îles, aient imaginé de se donner un gouvernement
central; aussi les historiens nous apprennent-ils que chacune avait
son magistrat ou ses magistrats. Vinrent ensuite les Hérules en 476,
et les Ostrogoths en 493. On dit qu'en 503 les Vénitiens imaginèrent
de confier momentanément l'autorité principale à un de leurs tribuns;
mais ensuite on en appela dix, douze, sept, à en partager l'exercice.

Tous les historiens, excepté celui-ci, dont nous ne savons pas le
nom, placent la création du dogat à la fin du VIIe siècle. Il est
naturel de penser que les Vénitiens furent déterminés à resserrer
le lien politique qui les unissait, par le danger que leur faisait
courir l'établissement des Lombards en Italie, lequel date de 665.
Enfin l'auteur de cette chronique se trompe évidemment lorsqu'il dit
qu'on donna à ce premier magistrat le titre de _Messer Le Doge_. Ce
titre ne fut imaginé qu'à la fin du XIVe siècle, quand on voulut
amoindrir le pouvoir et la considération du chef de la république.]

[Note 44: Unanimiter decreverunt solum ducem præesse, qui æquo
moderamine populum gubernaret et jus atque potestatem haberet in
publicis causis generalem concionem advocandi, tribunos etiam et
judices constituendi, qui in privatis causis, exceptis in his
spiritualibus, tam clericis quam laïcis, æquabiliter jura tribuerent,
ita tamen quod paratis quandocumque libeat ducis remedium implorare.
Ejusque jussione clericorum concilia et electiones prælaturarum a
clero et populo debeant inchoare, et electi ab eo investitionem
accipere et ejus mandato inthronisari.]

Ce passage ne parle point du droit de faire la paix et la guerre;
mais les exemples ne nous manqueront pas pour prouver que les doges
en jouissaient, et nous en verrons plusieurs engager, sans son aveu,
la république dans une guerre pour leurs intérêts de famille.

Sans doute il n'était pas naturel que des hommes sages, courageux,
voulussent se donner un maître. Quand on a joui de l'indépendance,
on n'en peut plus faire volontairement le sacrifice. Mais il y avait
désordre dans l'état, haine contre les magistrats actuels, rivalités
d'ambition, menaces de l'étranger, péril imminent; et les passions
conseillent toujours des partis extrêmes.

On ne voit pas comment les lois étaient délibérées, comment les
impôts devaient être établis. Ces théories n'avaient pas encore été
analysées. Il est probable que le peuple concourait plus ou moins
immédiatement à ces délibérations. Mais, quoiqu'il en soit, l'excès
de la confiance accordée au dépositaire du pouvoir ne fut que trop
prouvé, dans la suite, par les tentatives de beaucoup de doges pour
rendre cette dignité héréditaire dans leur famille, par la mort
violente de plusieurs, et par les changements que subit enfin la
forme de l'autorité.

[Note en marge: XVII. Règne de Paul-Luc Anafeste, premier doge.
Traité avec les Lombards.]

Il est ordinaire que ceux que la fortune appelle les premiers à
gouverner un état soient de grands hommes. Le premier duc de Venise
réussit à faire cesser les divisions qui déchiraient la république.
Héraclée était alors le centre du gouvernement et la résidence du
prince. Paul-Luc Anafeste fit construire des arsenaux, s'assura
d'un nombre de vaisseaux suffisant pour écarter les pirates, et,
dans la vue d'obtenir une entière sécurité du côté du continent,
conclut avec le roi des Lombards un traité par lequel les Vénitiens
conservèrent la possession de la côte qui s'étend entre la grande
et la petite Piave[45]. On ajoute même que ce traité renfermait des
clauses favorables au commerce des Vénitiens, et leur assurait déjà
des priviléges dans la Lombardie[46]. Le doge fit bâtir des forts
à l'embouchure de ces fleuves, et, après vingt ans d'un règne dont
rien ne troubla la paix, il laissa Venise tranquille, florissante et
respectable.

[Note 45: Muratori, dans la seconde de ses savantes dissertations
(tom. I, pag. 56), parle de ce traité en cherchant à déterminer
quelles étaient les limites du royaume de Lombardie. Voici ses
expressions: «Avant Charlemagne, le royaume des Lombards touchait,
par le duché du Frioul, aux limites de la Pannonie, et de l'autre
côté à l'Istrie qui alors appartenait à l'empire grec. On parvint,
après de longues guerres, à une démarcation de frontières entre les
deux états, et, sous le règne de Luitprandt, Paul Luc, duc de Venise,
et Marcel, maître de la milice, portèrent leurs limites jusqu'à la
Ville-Neuve, où devait aboutir le royaume des Lombards, c'est-à-dire
jusqu'à la Piave, que quelques-uns ont prise mal-à-propos pour
l'Anassus. Cela se voit dans les traités qui furent faits en 983
entre l'empereur Othon II et le duc de Venise Tribuno. Othon
s'exprime ainsi: «Nous avons établi la limite à la Ville-Neuve comme
elle avait été marquée autrefois entre le roi Luitprandt, et le duc
Paul Luc et le maître de la milice Marcel, c'est-à-dire de la grande
Piave à la Piave sèche.»

«Les mêmes expressions se retrouvent dans d'autres diplômes signés
par les rois d'Italie ou les empereurs, d'une part, et par les
ducs de Venise d'autre part. André Dandolo nous l'avait appris dès
long-temps dans sa chronique, où il dit: Le duc Paul Luc fit un
traité d'amitié avec le roi Luitprandt, par lequel les Vénitiens
obtinrent plusieurs immunités sous le maître de la milice Marcel.
Leurs frontières furent marquées à Héraclée qui, ayant été ruinée,
est devenue ensuite la Ville-Neuve, c'est-à-dire de la grande à
la petite Piave. Cependant il se pourrait que cette démarcation
des limites n'eût été établie que pour la partie de la terre-ferme
aboutissant à la mer; car il serait facile de prouver par d'autres
témoignages qu'Opitergium, aujourd'hui Oderzo, Cividad, et d'autres
villes au-delà de la Piave, étaient soumises aux Lombards.

«À partir de l'Histrie, et en tirant vers le sud-ouest, tout le
littoral de l'Adriatique jusqu'à Ravenne, y compris Commacchio,
appartenait aux rois de Lombardie, sauf quelques ports et quelques
lagunes; mais il est certain que la ville de Venise et les îles
adjacentes ne faisaient point partie de ce royaume.»]

[Note 46: _Storia civile e politica del commercio de' Veneziani_, da
Carlo Antonio MARIN, tom. I, lib. 3, cap. 5.]

[Note en marge: Marcel Tegaliano, doge. 717.]

Marcel Tegaliano d'Héraclée lui succéda, en 717, dans sa dignité et
dans ses sages maximes. Aucun évènement mémorable n'illustra son
administration[47]. Il laissa le trône ducal en 726 à Urse.

[Note 47: SABELLICUS, _Hist. Venet._ décad. I, liv. 1.]

[Note en marge: Urse, doge. 726.]

Celui-ci était d'un caractère entreprenant, belliqueux. Il exerça la
jeunesse vénitienne aux armes, et chercha l'occasion de lui faire
faire l'essai de son courage. Cette occasion se présenta bientôt.

[Note en marge: XVIII. Entreprise des Vénitiens contre les Lombards,
pour rétablir l'exarque de Ravenne.]

Le roi des Lombards, Luitprandt, s'était emparé de Ravenne. Cette
ville était gouvernée sous l'autorité de l'empereur d'Orient, par
un ministre qui prenait le titre d'exarque. L'exarque se réfugia à
Venise. Le duc l'y accueillit; et le pape, qui avait un grand intérêt
à empêcher les progrès des Lombards, écrivit au prince pour réclamer
ses secours en faveur de l'illustre exilé. Cette lettre était
adressée au duc des Vénitiens:

[Note en marge: Lettre du pape à ce sujet.]

«Le Seigneur a permis, à cause de nos péchés, disait le pape, que
l'infidèle nation des Lombards s'emparât de la cité de Ravenne, si
éminente entre les églises. Nous avons appris que notre cher fils,
le seigneur exarque, s'était réfugié à Venise: nous exhortons votre
noblesse à adhérer à sa demande[48], et à prendre les armes en
notre considération; afin de rendre à son ancien état la ville de
Ravenne, si recommandable par son zèle pour notre sainte foi, et de
la rétablir sous la puissance de nos chers fils et seigneurs[49], les
grands empereurs Léon et Constantin.»

[Note 48: _Debeat nobilitas tua ei adhærere._ La Chronique attribuée
à Sagornino, rapporte cette lettre; mais, dans cette Chronique, la
lettre est adressée au patriarche de Grado, et non au doge. On peut
fort bien supposer que le pape avait écrit à l'un et à l'autre.]

[Note 49: Dominorum filiorumque nostrorum.]

On voit que le pape ne suppose point que le concours des Vénitiens
dans cette affaire fût un devoir envers l'empire, et qu'il s'adresse
directement au duc, au duc seul, sans faire mention d'aucune autre
autorité.

Urse ne demandait pas mieux que de se rendre à cette prière;
cependant la circonstance était délicate. D'un côté on était en
paix avec les Lombards; on avait traité récemment avec eux; on
devait craindre de s'attirer, par une agression injuste, l'inimitié
de voisins si puissants; de l'autre, ces voisins étaient déjà des
ennemis; si on les laissait maîtres de Ravenne, ils n'en étaient
que plus dangereux. On ne leur avait pas promis de voir leur
usurpation sans en prendre de l'ombrage; et il était utile, instant,
de les obliger à se renfermer dans leurs limites. L'occasion était
favorable, leur roi Luitprandt était occupé ailleurs; Ravenne était
mal gardée, sans défense du côté de la mer; le pape et les empereurs
sauraient gré aux Vénitiens de cette entreprise, dont le succès
n'était pas douteux.

Ces raisons furent exposées dans une assemblée où on fit lecture de
la lettre du pape, où l'exarque se présenta lui-même pour solliciter
les secours; et il fut résolu qu'on les lui accorderait. On arma
diligemment une flotte, et pour donner le change, on répandit de faux
bruits sur sa destination. L'exarque feignit d'être chassé par les
insulaires. Il se retira vers Imola où il rassembla quelques troupes,
comme pour attaquer cette dernière ville. Tout-à-coup il se présenta
devant Ravenne, presque au même instant où les Vénitiens, sortis
la veille de leur port, jetaient l'ancre à la vue de la place. Le
débarquement s'opère. Les Lombards surpris ne savent de quel côté
faire face. Tandis que l'exarque s'avance, les Vénitiens appliquent
leurs échelles aux murailles, enfoncent une porte voisine de la mer;
les troupes de l'exarque pénètrent aussi; des deux chefs lombards,
l'un est tué, l'autre tombe vivant au pouvoir des assaillants;
Ravenne est reconquise. Ce fut par ce coup de main que les Vénitiens
firent le premier essai de leurs forces. Il est probable que ce fut à
cette occasion, et en récompense de ce service, que leur doge reçut
de l'empereur d'Orient le titre d'Hypate, titre qui répondait à celui
de consul, mais qui ne désignait cependant qu'une charge du palais.

[Note en marge: XIX. Révolution dans l'état; le doge Urse est
massacré; abolition du dogat; création d'un magistrat annuel sous le
nom de maître de la milice. 737.]

Urse conçut un tel orgueil de cette victoire, que les peuples furent
bientôt révoltés de ses caprices et de sa hauteur. Les dignités
nouvellement établies sont toujours un poste difficile et périlleux.
Héraclée fut troublée pendant deux ans par les partisans et les
ennemis du doge. Enfin le peuple assaillit son palais, et l'égorgea.
Il avait régné onze ans.

L'expérience que l'on venait de faire des inconvénients de la
puissance ducale, inspira de nouvelles idées. On sentait bien la
nécessité de mettre un magistrat à la tête des affaires de la
république; on ne diminua point sa puissance, mais on en limita la
durée, et on voulut que le chef de l'état fut renouvelé tous les
ans. Les noms de tribun et de duc étant devenus également odieux, on
choisit, pour désigner cette nouvelle dignité, le titre de _maître de
la milice_.

On élut successivement à cette charge, Dominique Leo, Félix Cornicula
et Theodat Urse, fils du dernier doge. Il fut rappelé de l'exil
pour venir gouverner sa patrie. Ce choix prouve que cette famille
avait encore un parti; et ce qui confirme cette opinion, c'est
que l'exercice de Theodat fut prolongé d'un an. Julien Cepario le
remplaça, et eut pour successeur Jean Fabriciatio.

[Note en marge: XX. Nouvelle révolution; rétablissement du dogat.
Theodat Urse, doge. 742.]

Ces magistratures temporaires nécessairement faibles, ces élections
qui revenaient si souvent, n'étaient pas propres à calmer les
factions qui divisaient la république. Le parti qui avait fait
rappeler le fils du dernier doge, ne cessait de faire des efforts
pour reconquérir l'autorité. Il paraît que ce parti conservait une
grande influence dans Héraclée. On ne sait pas quelles étaient les
raisons de mécontentement que l'on avait contre le maître de la
milice Jean Fabriciatio, mais un jour le peuple, ou des factieux
l'assaillirent avec fureur, lui crevèrent les yeux, et le déposèrent.

Héraclée étant en proie aux discordes, on convoqua l'assemblée de
l'état à Malamocco, ce qui indique qu'on cherchait à diminuer
l'influence du parti de Theodat. Cependant cette faction réussit à
faire rétablir l'autorité ducale, et à en faire investir ce même
Theodat Urse, fils du dernier duc, en 742. Il y a apparence qu'il
était protégé par la cour de Constantinople, car il était revêtu du
titre d'Hypate, comme son père.

Theodat Urse, soit qu'il jugeât le séjour d'Héraclée trop dangereux,
soit qu'on lui eût imposé cette condition en le nommant, fixa sa
résidence à Malamocco. Il renouvela les traités d'alliance avec
les Lombards, qui n'avaient pas jugé à propos de témoigner leur
ressentiment de l'entreprise de son père sur Ravenne. Ils s'en
étaient vengés sur l'exarque, avaient repris cette place, et poussé
leurs conquêtes en Italie. Le nouveau doge ne prit aucune part à
cette guerre. Un règne de treize ans, assez tranquille, semblait
devoir calmer les factions, lorsqu'une circonstance, qui n'avait rien
en soi de remarquable, leur fournit une nouvelle occasion d'éclater.

Le dernier traité avec les Lombards avait procuré aux Vénitiens
la possession de quelques côtes qui s'étendaient jusqu'à l'Adige.
Theodat crut qu'il était nécessaire de faire fortifier un point à
l'embouchure de ce fleuve, et il ordonna d'élever une forte tour
dans l'île de Brondolo. Ses ennemis feignirent d'en prendre de
l'ombrage. Ils répandirent que cette fortification n'avait pas tant
pour objet de repousser les étrangers, que d'opprimer le peuple.
Un séditieux, nommé Galla, ameuta ceux chez qui ces imputations
pouvaient trouver quelque créance; et un jour que Theodat revenait de
visiter les travaux, il fondit sur lui avec une troupe de gens armés,
et lui fit subir le sort de Fabriciatio, son prédécesseur. Cette
cruauté devint un usage, et plusieurs doges furent, comme celui-ci,
privés de la vue en même temps que de leur dignité.

[Note en marge: Galla, doge. 755.]

Par un autre acte de violence, Galla s'empara de la dignité ducale;
mais, ne s'y croyant pas solidement affermi, il fit procéder à
l'élection, et inspira assez de terreur pour se faire confirmer.
Il usa de son pouvoir aussi indignement qu'il l'avait acquis. Son
insolente tyrannie devint bientôt insupportable. Il n'y avait pas
encore un an qu'il régnait: on se saisit de lui, et il éprouva à son
tour la bonté de la déposition, le malheur de la cécité et de l'exil.

[Note en marge: Création, de deux tribuns.]

L'atrocité des remèdes faisait juger de l'énormité du mal. On
sentit la nécessité d'apporter quelques tempéraments à une autorité
jusque-là trop peu définie, et on adjoignit au doge deux tribuns,
sans l'avis desquels il lui fut interdit de rien entreprendre.
Malheureusement on fit en même temps un choix qui ne permettait pas
d'espérer que ces deux conseillers pussent jouir d'aucune influence.

[Note en marge: Dominique Monegario, doge. 756.]

Dominique Monegario, qui venait d'être élu doge (en 756), était un
homme féroce, persuadé qu'il est de l'essence d'un prince d'être
absolu. Il semblait qu'on lui eût fait une injure en limitant
l'autorité qu'on lui donnait. Il affecta le plus grand mépris pour
les conseils. Pendant huit ans, il fatigua les Vénitiens de la
tyrannie la plus capricieuse: enfin on s'en délivra, comme de ses
prédécesseurs, et avec la même cruauté.

[Note en marge: Maurice Galbaio, doge. 764.]

Le doge, qui lui succéda, avait la qualité la plus désirable dans
ceux qui sont revêtus du pouvoir, la modération.

[Note en marge: Il associe au dogat son fils Jean.]

Maurice Galbaio, citoyen d'Héraclée, fut de ces princes dont la
mémoire ne s'est point conservée par des faits éclatants, mais par
les bénédictions des peuples. La douceur de ses moeurs, et la sagesse
de son administration, les lui méritèrent pendant vingt-trois ans.
L'évènement le plus important de son règne, fut l'érection d'un
siége épiscopal, qui fut placé dans la petite île d'Olivolo, l'une
de celles qui entourent Rialte. Rien ne prouve mieux le mérite de ce
doge, et la justice que lui rendaient les Vénitiens, que la faute
politique que la confiance leur fit commettre. Il y avait quatorze
ans qu'il régnait: il avait un fils qu'il aimait tendrement, dont il
cultivait les dispositions, et qui annonçait les qualités les plus
heureuses. Il eut la faiblesse, bien excusable dans un père, et bien
ordinaire dans le chef d'une illustre maison, de désirer que ce fils
lui fût associé de son vivant. Les Vénitiens s'empressèrent de donner
cette marque de leur reconnaissance à ce prince si vertueux. Il vit
son fils Jean associé à sa dignité, et pendant neuf ans encore il
partagea avec lui les soins du gouvernement.

[Note en marge: XXI. Expulsion des Lombards par les armées de
Charlemagne. 774.]

Sous le règne du père, la colonie avait été tranquille et heureuse;
elle avait même obtenu place dans un traité conclu entre Pépin
et l'empereur d'Orient, où il avait été stipulé qu'elle serait
indépendante de l'un et de l'autre empire[50]. Ainsi la liberté de
Venise s'affermissait, pendant que l'Italie et le monde changeaient
de face, que les armées de Charlemagne passaient les Alpes, et que
le trône des Lombards s'écroulait. Il y a même des historiens[51]
qui prétendent que ce prince avait réclamé le secours des barques
vénitiennes, pour accélérer la reddition de Pavie. La conduite du
nouveau doge attira sur la république un terrible orage.

[Note 50: MACHIAVEL, _Histoire de Florence_, liv. 1.]

[Note 51: Trovandosi in detto tempo Carlo rè di Francia all'assedio
della città di Pavia, ed essendo stato all'assedio alcuni mesi, mandò
a domandare ajuto al doge al suo consiglio. Dove che furono armate
molte barche, le quali furono mandate in Pò ed in Tesino. Col quale
ajuto il detto rè Carlo ebbe Pavia e prese il rè Desiderio con tutta
la Lombardia. Per la qual vittoria il detto rè Carlo concedette a'
Veneziani molto degni privilegj e donò loro molte ville sul Padovano
e Trevisano: le quali possessioni pagavano certo tributo al vescovo
di Torcello, di Treviso, etc. _Hist. Veneziana_ da Andrea NAVAGIERO.]

Jean était de ces caractères d'autant plus affermis dans le vice,
qu'ils sont plus dissimulés. Il avait trompé son père et ses
concitoyens: affranchi de cette retenue que la vertu de Maurice lui
imposait (en 787), on ne trouva plus en lui qu'un prince avide,
insolent, violent et livré aux plus infâmes débauches. Il fit
pourtant confirmer par le nouveau conquérant de la Lombardie, le
traité de limites conclu par ses prédécesseurs[52].

[Note 52: Il en est fait mention dans un diplôme de l'empereur
Frédéric Ier, adressé à l'évêque de Torcello: _Quo statutus est
terminus tempore Caroli inter Venetos et Longobardos unum caput
exiens in fluvium Scile et alterum in fluvio Jario._ (_Codex Italiæ
diplomaticus Johanis Christiani Lunig_, tom. 2, pars 2, sectio 6,
VIII.)]

[Note en marge: Jean Galbaio s'associe son fils Maurice.]

Après neuf ans de tyrannie, Jean trouva le moyen de rendre son
autorité encore plus insupportable, en demandant à la partager avec
Maurice, son fils. Soit qu'on n'osât lui rien refuser, soit qu'on
crût impossible de voir empirer le gouvernement, les Vénitiens y
consentirent, et eurent à gémir, pendant une longue oppression, de
la fatale condescendance qui tendait à rendre le dogat héréditaire
dans cette famille. Comme son père, le jeune Maurice avait commencé
par dissimuler ses vices. Assis tous les deux sur le trône, ils
rivalisèrent d'infamie et de cruautés; les biens, les femmes et les
filles des citoyens étaient fréquemment l'objet de leurs violences.
Tout tremblait d'irriter des maîtres à qui le pouvoir paraissait
assuré pour si long-temps.

[Note en marge: Attentat de Maurice contre le patriarche de Grado.]

Sur ces entrefaites l'évêché d'Olivolo, c'est-à-dire de Rialte,
vint à vaquer. Jean fit choix d'un Grec pour remplir ce siége, ce
qui devait scandaliser et blesser le clergé vénitien. Le patriarche
de Grado refusa de sacrer le nouvel évêque qu'il regardait comme
intrus. Le doge, courroucé de cette résistance, chargea son fils de
la punir. Maurice se rendit à Grado, et fit précipiter le patriarche
du haut d'une tour. Un pareil attentat, commis sur un personnage
également vénérable par ses vertus et par le caractère dont il était
revêtu, ne pouvait qu'exciter l'indignation du peuple. Telle était
cependant la terreur que le doge avait su inspirer qu'on se borna à
des murmures. Il donna le patriarchat à Fortunat, neveu du prélat
assassiné, qui l'accepta sans renoncer à la vengeance.

Des calamités publiques vinrent se joindre à des malheurs privés déjà
si déplorables. Les eaux des fleuves s'élevèrent à une hauteur, qui
menaça les îles des lagunes d'une entière submersion, et un vent du
sud, qui refoula vers le fond du golfe les flots de l'Adriatique,
couvrit toutes les terres à plusieurs pieds de hauteur. Deux villes,
voisines l'une de l'autre, Héraclée et Equilo, eurent des différends
dont on ignore le sujet; les deux partis en vinrent aux mains et la
république vit dans son sein une guerre civile.

[Note en marge: XXII. Conspiration du nouveau patriarche contre le
doge.]

[Note en marge: Les conjurés attirent sur leur patrie les armes de
Charlemagne et de Pépin, nouveau roi des Lombards.]

Fortunat, le nouveau patriarche de Grado, crut que ce temps marqué
par des désastres était favorable à l'exécution de ses projets contre
les assassins de son oncle. De concert avec Obelerio, citoyen de
Malamocco, tribun actuel, issu d'une famille tribunitienne, Demetrius
Marmano et George Foscaro, il conspira contre le doge et son fils;
mais la conspiration ayant été découverte, les conjurés se sauvèrent.
Ils se partagèrent les rôles: Obelerio se tint à Trévise, pour y
être à portée de conserver des correspondances avec les mécontents:
Fortunat alla à la cour de France avec le dessein d'inspirer à
Charlemagne des soupçons ou de la jalousie contre le gouvernement de
Venise[53].

[Note 53: _Storia civile e politica del commercio de' Veneziani di_
Carlo Antonio MARIN, tom. II, lib. 1, cap. 2.]

Ces manoeuvres furent secondées par tous les ennemis que la
république pouvait avoir à la cour de Pépin, assis depuis peu sur
le trône des rois lombards, et Venise se vit menacée par toutes les
forces qui venaient de conquérir l'empire d'Occident. Charlemagne
ordonna que tous les Vénitiens établis à Ravenne en fussent
expulsés; ils fréquentaient cette ville depuis deux cents ans; ils y
avaient des magasins, des comptoirs. Le pape Adrien Ier seconda le
ressentiment de l'empereur, en bannissant du territoire de l'église
tous les sujets de la nouvelle république[54].

[Note 54: L'abbé Tentori, dans son _Essai sur l'Histoire civile,
politique et ecclésiastique de Venise_, rapporte la lettre du pape à
Charlemagne, tom. II, dissert. 19.]

Selon quelques historiens, Charlemagne alla plus loin: il donna
Venise au saint-siége. Si la pièce connue sous le nom de donation de
Charlemagne à l'église était de quelque authenticité, nous aurions
à examiner ici comment cet empereur avait pu comprendre dans ses
libéralités envers le siége apostolique, la Corse, la Sardaigne, la
Sicile, Venise, et plusieurs autres pays qui ne lui appartenaient
pas; mais il est bien reconnu que toutes ces donations, dont on
n'a jamais produit ni les originaux ni les copies, sont des pièces
supposées. On n'a commencé à parler de celle de Charlemagne qu'un
siècle après la mort du donateur; et l'histoire est sans doute
dispensée d'expliquer un fait dont elle n'admet pas l'existence[55].

[Note 55: Voyez l'_Essai sur la puissance temporelle des papes_, tom.
1er de la 3e édition.]

De sa retraite, Obelerio n'avait pas cessé d'entretenir des
intelligences dans Venise, en même temps qu'il correspondait avec
Fortunat. Une nouvelle conjuration se forma. Tout-à-coup les
partisans d'Obelerio le proclamèrent doge; à ce signal le peuple se
souleva; Jean et Maurice effrayés ne durent leur salut qu'à la fuite,
et se réfugièrent à Mantoue, en 804.

[Note en marge: Obelerio, l'un des conjurés, doge. 804.]

[Note en marge: Il s'associe ses frères Béat et Valentin.]

Du fond de son exil, Obelerio rentra dans sa patrie pour la
gouverner. Il suivit le funeste exemple tracé par ses deux
prédécesseurs. À peine parvenu à la dignité ducale, il se fit donner
pour collègue son frère Béat, et même dans la suite son second frère
Valentin[56]; tant on était impatient d'assurer le pouvoir dans sa
famille. Parvenu au trône, il s'aperçut qu'en invoquant les secours
de l'étranger il s'était privé de l'espoir de régner tranquille, et
crut assurer son repos en soumettant sa patrie à payer un tribut au
roi d'Italie[57]. Mais ses intrigues et celles de Fortunat, dont
l'objet était de tirer vengeance du crime de Jean et de Maurice,
avaient appelé les armes de Pépin contre la république.

[Note 56: SABELLICUS, décade 1, livre 2.]

[Note 57: Fù forza di riconoscer detto rè e di darle per obbedienza
lire 10 all'anno a lui e sui successori de censo e tributo
perpetuo.--(_Sommario de diverse cose notabili concernenti la
repubblica._--Manuscrit de la Bibliothèque du Roi, nº 10124.)]

[Note en marge: XXIII. Guerre de Pépin contre Venise. 809.]

Jean et Maurice étaient déposés, exilés; ils ne se trouvaient plus
dans les îles vénitiennes. Comme ce n'était pas pour les punir que
Pépin avait armé, il ne renonça point à ses projets. Ainsi sont
toujours trompés dans leur espoir ceux qui appellent l'étranger
pour venger leur injure personnelle. On raconte fort diversement
les circonstances qui amenèrent cette guerre. Les uns disent que
Obelerio, chassé du trône par son frère Béat, se réfugia à la cour
de Charlemagne, dont il épousa la fille et dont il attira la colère
sur sa patrie. D'autres, et ceci est plus vraisemblable, racontent
que Pépin, après s'être rendu maître de l'Istrie et du Frioul, voulut
pousser ses conquêtes vers la Dalmatie[58]. La coopération des
Vénitiens lui eût été d'un grand secours. Il la réclama: Obelerio fit
tout ce qu'il put pour les y déterminer; mais une saine politique ne
leur conseillait pas de faciliter, sur la rive orientale du golfe,
les progrès d'un conquérant qui en occupait déjà la rive occidentale.
Ils s'excusèrent de leur mieux; Pépin, irrité de ce refus, les traita
en ennemis.

[Note 58: 806. Statim post natalem Domini, venerunt Willeric et
Beatus duces Venetiæ, nec non et Paulus dux Jaderæ, atque Donatus
ejusdem civitatis episcopus, legati Dalmatorum, ad præsentiam domini
imperatoris, cum magnis donis, et facta est ordinatio ab imperatore
de ducibus et populis tam Venetiæ quam Dalmatiæ.

Annales regum francorum a tempore quo, Carolo Martello defuncto,
Carlomanus et Pippinus fratres regnum adepti sunt, usque ad annum
Christi 872.

Man. de l'abbaye de Saint-Bertin, inséré par Muratori dans ses _Rerum
Italicarum scriptores_, tom. II, 1re partie, p. 506.]

Son armée attaqua vivement Héraclée et Equilo, les emporta d'assaut,
les livra aux flammes. Les Vénitiens épouvantés se tournèrent vers
le doge, lui demandant quel usage il comptait faire du crédit qu'il
se vantait d'avoir auprès de Pépin. N'étaient-ils pas assez châtiés
de n'avoir pas concouru, comme Obelerio le voulait, à livrer à ce
conquérant toutes les côtes de l'Adriatique? Le doge sollicita le
roi des Lombards de retirer ses troupes et l'obtint; mais Héraclée
et Equilo étaient détruites, et leurs habitants furent obligés de se
disperser sur les autres îles.

Cependant le dernier doge, quand il s'était vu menacé d'une attaque
de la part du fils de Charlemagne, avait demandé des secours à
l'empereur d'Orient[59]. Nicéphore, qui occupait alors le trône de
Constantinople, avait senti combien il lui importait de s'opposer
aux progrès des nouveaux maîtres de l'Italie. Une flotte, sous les
ordres de Nicétas, était partie dans ce dessein. Elle arriva dans le
golfe. Obelerio ne put empêcher que les Vénitiens n'y joignissent
leurs vaisseaux. La flotte combinée se montra sur divers points de
la côte, pour disperser, en les attirant, les forces de l'ennemi;
et tout-à-coup vint jeter l'ancre devant Comacchio, que Nicétas ne
croyait pas en bon état de défense. Les troupes attaquèrent la ville,
et la trouvèrent pourvue d'une forte garnison. Cette garnison fit
une sortie et tua beaucoup de monde à Nicétas, qui se vit obligé
de se rembarquer précipitamment. La flotte, après avoir manqué son
expédition, se retira à Malamocco.

[Note 59: C'est probablement à cette circonstance que le président
Hénault fait allusion dans son _Abrégé chronologique_, lorsqu'il dit
(an 803): «L'état de Venise avait alors deux ducs, qui tous deux
relevaient des deux empires;» la république ne pouvait pas avoir deux
princes à-la-fois, et relever de deux empires différents.]

On ne pouvait pas douter que Pépin ne cherchât à tirer vengeance
de cette attaque. Venise fut dans la plus grande agitation, quand
on apprit que le roi des Lombards assemblait à Ravenne des troupes
et des vaisseaux. On venait d'éprouver combien les armes de Pépin
étaient redoutables. Quelle honte pour le doge d'être réduit à
proposer à ses concitoyens des soumissions, afin de conjurer l'orage
que lui-même avait attiré sur eux! C'est une grande faute dans
un chef de ne pas présumer assez du courage de son peuple. Cette
circonspection l'expose à encourir le mépris. Les Vénitiens ne virent
plus dans Obelerio qu'un prince qui trahissait la patrie. Ils le
chassèrent, et, de peur qu'il n'allât encore les desservir auprès de
Pépin, on le conduisit à Constantinople, et on relégua ses frères à
Zara.

La république se trouvait sans chef. Le péril était imminent; les
soldats de Pépin avançaient, ils avaient emporté la tour de Brondolo,
les îles de Chiozza, de Palestrine; ils entrèrent dans Albiola; et
Malamocco, la capitale des Vénitiens, le siége de leur gouvernement,
ne voyait plus entre elle et l'ennemi qu'un étroit canal qui ne
pouvait les arrêter[60].

[Note 60: SABELLICUS, décad. I, lib. 2.]

C'est dans ces moments extrêmes qu'il appartient aux hommes d'un
grand caractère de s'emparer d'une noble influence. Ange Participatio
ouvrit l'avis de jeter toute la population de Malamocco dans Rialte,
qui, séparée de l'ennemi par un bras de mer plus considérable,
offrait plus de sûreté, et de se déterminer dans cette dernière
retraite à une courageuse défense. C'était la neuvième ou dixième
fois[61] que cette population fugitive abandonnait son asyle, se
réfugiant d'une île sur une autre, tantôt dans Aquilée, tantôt
dans Rialte, dans Concordia, deux fois à Grado, puis à Albiola, et
successivement à Torcello, Héraclée et Malamocco.

[Note 61: _Épitome de l'origine et succession de la duché de
Ferrare._--_L'origine et les faits de Venise_, par Gabriel SYMÉON.]

On se précipita dans des barques; et, lorsque Pépin, après avoir
jeté un pont sur Malamocco, entra dans cette ville, il la trouva
déserte. Le passage jusqu'à Rialte était plus difficile. Il y avait
peu d'espoir d'affamer dans cette position un peuple qui avait tant
de vaisseaux. Le roi fit sommer les Vénitiens de se rendre. Soit
pour gagner du temps, soit pour éviter une action trop hasardeuse,
ils lui envoyèrent des députés chargés de traiter à des conditions
raisonnables. Pépin les reçut avec hauteur et exigea que Rialte se
rendît à discrétion.

On dit qu'il essaya de jeter un pont de bateaux que les vaisseaux
des Vénitiens détruisirent. Ils avaient pour commander leur flotte
un homme d'une grande expérience, Victor, citoyen d'Héraclée. Le roi
des Lombards se décida à forcer le passage avec ses vaisseaux. Ces
bâtiments, rassemblés de divers ports de la côte, étaient beaucoup
plus grands que ceux des Vénitiens, construits pour naviguer dans les
bas-fonds des lagunes.

Lorsque Victor vit la flotte de Pépin s'avancer, au lieu d'aller
à sa rencontre, il se rapprocha de la terre pour l'y attirer. Les
vaisseaux des Lombards le poursuivirent vivement; mais la marée qui
baissait les laissa bientôt dans l'impossibilité de manoeuvrer.
Alors les navires vénitiens, voltigeant autour de ces bâtiments
immobiles, les attaquèrent avec avantage; tout ce qui se présentait
sur le pont était accablé d'un déluge de traits. Des matières
enflammées atteignirent plusieurs vaisseaux et les embrasèrent. Un
vent qui s'éleva vint favoriser l'incendie et augmenter le désordre.
Pendant tout le temps que les eaux restèrent basses, la flotte de
Pépin demeura exposée à des attaques qu'elle ne pouvait repousser,
et lorsque le flux vint relever les bâtiments que le feu n'avait pu
atteindre, ces débris se réfugièrent précipitamment dans le port de
Malamocco.

Telle fut l'issue de cette entreprise du roi des Lombards. Il se
vengea de ce mauvais succès, sur les îles vénitiennes qu'il occupait;
et, après les avoir inutilement saccagées, il se retira avec son
armée sur le continent.

L'année suivante, en 810, un traité de paix fut conclu entre
Charlemagne et l'empire d'Orient, et il y fut stipulé que Venise
continuerait de faire partie de celui-ci. On voit que ce traité
est contradictoire avec celui que j'ai cité plus haut, et que la
république ne jouissait pas encore d'une indépendance politique
absolue. Les deux grands empires semblaient ne pouvoir souffrir dans
leur voisinage aucun état indépendant. Mais Venise devait préférer
de relever de l'empereur de Constantinople, qui était moins à portée
de l'opprimer et qui pouvait lui accorder tant de faveurs pour le
commerce qu'elle faisait déjà dans tout le Levant.

Les historiens français ont passé sous silence ou travesti cette
expédition de Pépin. Ils disent qu'il châtia les Vénitiens, qu'il
s'empara de leur capitale. Cela est vrai, puisqu'il pénétra jusqu'à
Malamocco; mais il fallait ajouter que les Vénitiens battirent sa
flotte et l'obligèrent à repasser la mer[62].

[Note 62: L'auteur incertain du _Squitinio della libertà Veneta_,
s'attache à prouver que cette victoire sur Pépin n'a jamais eu lieu;
mais d'abord son impartialité est plus que suspecte, puisque cet
ouvrage n'est qu'un pamphlet, fort spirituel à la vérité, contre la
république de Venise; en second lieu, ses raisons paraissent tirées
de fort loin, et peu solides. L'auteur des _Révolutions d'Italie_,
Denina, se borne à dire au sujet de ce fait: _Tratto famoso e non ben
sicuro della storia Veneta._

Muratori, (2e dissertation, p. 61) a discuté ce fait avec sa
sagacité et son érudition ordinaires. Il reconnaît que, dans les
premières années du IXe siècle, les Français, déjà établis en
Lombardie, portèrent leurs armes dans l'Istrie, dans la Dalmatie,
et s'emparèrent de quelques îles voisines de Venise. Il indique les
auteurs français qui ont raconté la conquête de Venise par Pépin, et
notamment les annales de St.-Bertin, rapportées par Duchesne, dont
voici le passage: «Eodem anno classis a Niciphoro imperatore, cui
Niceta patricius præerat, ad recuperandam Dalmatiam mittitur. Anno
proximè sequenti, 807, Nicétas, qui, cum classe Constantinopolitanâ,
sedebat in Venetiâ, pace factâ cum Pippino rege, et induciis usque
ad mensem augustum constitutis, Constantinopolim regressus est. Tùm
anno 809, classis de Constantinopoli missa primò Dalmatiam deinde
Venetiam appulit. Itaque anno sequenti, 810, Pippinus rex perfidiâ
ducum veneticorum incitatus, Venetiam bello terrâque marique jussit
appetere; subjectâque Venitiâ, ac ducibus ejus in deditionem
acceptis, eamdem classera ad Dalmatiæ litora vastanda misit.»

Que résulte-t-il de ce passage? que le duc était allé à la cour de
Charlemagne, et y avait fait des soumissions à cet empereur. En
effet nous savons qu'Obelerio s'était rendu à la cour de ce prince;
mais pour implorer sa protection contre les Vénitiens qui l'avaient
chassé. D'où il suit que les soumissions qu'il peut avoir faites, ne
doivent pas être regardées comme des soumissions du peuple vénitien.
Les Français avaient envahi l'Istrie et la Dalmatie. La flotte
grecque vint pour leur disputer cette conquête. Cette flotte fut
accueillie dans les ports des Vénitiens; de-là, le ressentiment de
Pépin contre ce peuple; il saccagea leurs îles.

L'historien français ajoute, qu'il soumit Venise, et reçut la
soumission des ducs: _Subjectâ Venetiâ ac ducibus ejus in deditionem
acceptis_; mais à cette époque, il n'y avait pas encore d'île, de
ville, que l'on appelât Venise. Ce nom était alors générique, et
désignait tout le territoire de ce nouvel état. Il n'y avait pas
plusieurs ducs, ou, pour mieux dire, il n'y en avait plus; car
Obelerio et ses frères avaient été chassés une seconde fois. Les
expressions de l'annaliste sont donc inexactes.

Voici maintenant la conclusion de Muratori, qui paraît fort
judicieuse: «Il se peut que les armes victorieuses de Pépin l'aient
rendu maître de quelques-unes des îles qui constituaient la province
maritime appelée Venétie; mais non de la ville qui, depuis, a été
nommé Venise, et qui, dès ce temps-là, ne consistait peut-être que
dans l'île de Rialte. Peu importe que les Français aient pénétré dans
les autres îles: il est certain que la ville de Venise n'appartînt
jamais au royaume de Lombardie.»

Les traditions de la poésie ne sont point à dédaigner pour
l'histoire; voici un passage de l'Arioste où l'enchanteur Merlin
retrace les guerres des Français en Italie, (Chant 33):

  Lor mostra appresso un giovane Pipino,
  Che con sua gente, par che tutto copra
  Dalle fornaci al lito Palestino,
  E faccia con gran spese, e con lung' opra
  Il ponte a Malamocco; et che viccino
  Giunga a Rialto, e vi combatta sopra,
  Poi fuggir sembra e che suoi la sei sotto,
  L'aque che'l ponte, il vento, e'l mar li an rotto.]

[Note en marge: XXIV. Règne du doge Ange Participatio. 809.]

Ange Participatio, que d'autres appellent Particiatio, avait sauvé sa
patrie par sa fermeté et son activité. De tels services lui donnaient
à la dignité ducale des droits que tous ses concitoyens reconnurent.
Un décret solennel prononça pour toujours l'exclusion d'Obelerio.

Le nouveau doge était de la maison de Badovaro, que nous prononçons
Badouer, originaire d'Héraclée. Il prenait les rênes du gouvernement
au sortir d'une guerre terrible; une multitude de familles restaient
sans fortune et sans asyle, plusieurs îles étaient désertes, beaucoup
de villes étaient détruites. Nous verrons pourtant ce prince,
pendant une administration de dix-huit ans, ajouter à la splendeur
de sa patrie, comme s'il eût reçu la couronne dans un temps de
prospérité.

En lui confiant le gouvernement, on lui donna pour conseil deux
tribuns qui se renouvelaient par élection d'année en année.

[Note en marge: Le siége du gouvernement est fixé à Rialte.]

Les évènements venaient de prouver que le siége du gouvernement était
mal placé à Héraclée, qui avait été détruite plusieurs fois, et à
Malamocco, qui venait d'être prise par les Lombards. Il semblait
que les habitants des lagunes attendissent cette expérience pour
s'occuper de l'embellissement de leur capitale. Rialte offrait plus
de sûreté; elle avait été l'asyle de la liberté vénitienne; le
gouvernement s'y trouvait transporté; les fugitifs y affluaient, et
beaucoup projetaient de s'y fixer, pour être à l'abri de nouveaux
dangers.

Il y avait autour de Rialte une soixantaine de petites îles que le
doge fit joindre l'une à l'autre par des ponts. Elles se couvrirent
bientôt de maisons. On les environna d'une enceinte, et ce fut alors
que les descendants de cette peuplade de fugitifs donnèrent à cette
ville naissante, qu'ils venaient de fonder au milieu d'un marais, le
nom de _Venetia_, en mémoire des belles contrées d'où leur pères
avaient été forcés de s'expatrier. La province a perdu son nom et
est devenue sujette de la nouvelle Venise. Participatio fit bâtir
une église cathédrale à Olivolo et un palais ducal sur le même
emplacement qu'occupe celui d'aujourd'hui.

Ses soins pour la capitale ne l'empêchèrent pas de veiller aux
intérêts des villes que la guerre avait détruites. Malamocco,
Palestrine, Chiozza, sortirent de leurs ruines, et Héraclée,
la patrie du doge régnant, entièrement rebâtie, prit le nom de
_Citta-Nuova_[63].

[Note 63: C'est ainsi que s'expriment la plupart des historiens;
cependant on voit que la ville neuve existait antérieurement;
puisqu'il en est fait mention dans un traité que j'ai cité ci-dessus,
et qui est du commencement du VIIIe siècle.]

La paix de ce règne ne fut troublée que deux fois. Le patriarche
d'Aquilée, secondé par les nobles de Frioul, fit une descente
à Grado, et vint attaquer le patriarche de cette île. L'armée
vénitienne accourut au secours de celui-ci, battit les ennemis, et
mit les côtes du Frioul à feu et à sang.

Le second évènement dont nous avons à parler fut une conspiration
tramée contre le doge, par Jean Jarrolico, Bon Bragadino, et
Moneterio. Le doge, après l'avoir découverte par sa vigilance, la
punit avec une juste sévérité. De ces trois chefs de conjurés, le
dernier échappa par la fuite, les deux autres furent mis à mort.

[Note en marge: Participatio associe au dogat son fils Jean et
ensuite son fis Justinien.]

Jean Participatio, dont la conduite fut d'ailleurs si louable, ne
résista pas plus que ses prédécesseurs à l'ambition de perpétuer sa
dignité dans sa famille.

Il avait deux fils, Justinien et Jean. L'aîné avait été envoyé par
son père auprès de l'empereur de Constantinople. Pendant son absence,
le père s'adjoignit le cadet; et, ce qu'il y a de plus remarquable,
c'est qu'il se l'adjoignit, à ce qu'il paraît, de sa propre autorité.
Justinien, à son retour, témoigna un vif ressentiment de cette
exclusion injurieuse pour lui. Le doge, pour prévenir la discorde
de sa famille, et peut-être les désordres de l'état, se détermina à
reconnaître ce que son fils aîné appelait déjà ses droits.

Jean consentit à renoncer à l'association au dogat; Justinien prit
sa place, et il y a même des auteurs qui ajoutent que cette faveur
s'étendit jusques sur un petit-fils, Ange, fils de Justinien[64].
De sorte que ce petit-fils se trouva à-la-fois le collégue de son
père et de son grand-père, et que la dignité ducale semblait assurée
dans cette famille pendant trois générations. Mais il paraît que ce
petit-fils mourut le premier.

[Note 64: Angelus Participatius Justinianum filium et Angelum ex
eodem nepotem collegas sibi adscivit. _Series ducum Venetorum ex
Justiniano et aliis collecta._

SABELLICUS, _Hist. Venet._, décad. I, lib. 2.]

[Note en marge: Justinien Participatio, doge. 827.]

Justinien succéda à son père en 827. Ce prince était faible par
caractère et d'une santé débile. Il rappela son frère Jean au partage
de l'autorité. L'histoire n'a conservé aucun des évènements de son
règne, qui dura à-peu-près deux ans, si ce n'est l'envoi qu'il fit
d'une flotte, sur la demande de l'empereur Michel, dans les eaux
de la Sicile, pour y combattre les Sarrasins, qui commençaient à
infester les côtes de la Méditerranée; mais cette flotte rentra dans
les lagunes sans avoir combattu.

[Note en marge: XXV. Translation du corps de l'évangéliste saint
Marc, d'Alexandrie à Venise.]

Un évènement d'un autre genre se passa pendant la vie de ce doge
obscur, ce fut la translation du corps de l'évangéliste saint Marc à
Venise. Comme ce fait sert à faire connaître les moeurs du temps, je
ne puis que traduire ici le récit naïf d'un ancien historien[65].

[Note 65: SABELLICUS, _Hist. Venet._, décad. 1, liv. 2.--Les
historiens ecclésiastiques d'Égypte, parlent de cette translation. On
peut en voir la citation dans Renaudot, _Hist. patriarch. Alexand._,
pap. 577.]

«Le roi d'Alexandrie, faisant bâtir un magnifique palais, avait
ordonné qu'on cherchât par-tout, pour cette construction, les marbres
les plus précieux, et qu'on en dépouillât même les églises. Celle
de Saint-Marc, l'une des plus belles, n'en était pas exceptée:
deux saints prêtres grecs préposés à la garde de cette église,
Stauratius et Théodore, gémissaient de cette profanation. Il y
avait alors dans le port d'Alexandrie dix vaisseaux vénitiens. Bon
de Malamocco et Rustic de Torcello, étant venus dans cette église
pour y faire leurs dévotions, furent frappés de la tristesse des
desservants et leur en demandèrent la cause: l'ayant apprise, il les
pressèrent avec de grandes promesses de leur livrer le corps de saint
Marc, les assurant que les Vénitiens en conserveraient une grande
reconnaissance. Les deux prêtres s'y refusèrent d'abord, craignant
de commettre un sacrilége, en déplaçant les restes du saint patron.
Mais, ainsi le voulut la divine providence, pendant cet entretien,
ceux que le roi avait chargés de la recherche des marbres précieux
se présentèrent dans l'église, et, sans respect du lieu, se mirent
en devoir d'emporter ce qu'ils jugeaient propre à la construction du
palais du roi. L'église, entièrement bâtie de marbres rares, allait
être démolie; les desservants effrayés se rendirent aux instances
des deux Vénitiens. Cependant il fallait éviter qu'on ne s'aperçût
de l'enlèvement des restes du saint évangéliste, pour lesquels le
peuple avait une grande vénération, à cause des miracles qu'ils
opéraient tous les jours. Ils coupèrent avec soin, et dans l'endroit
le moins apparent, l'enveloppe qui enfermait ces vénérables restes,
et substituèrent à leur place le corps de saint Claudien. Un tel
parfum se répandit à l'instant dans l'église, et même dans les lieux
voisins, que la foule accourut auprès des saintes reliques. Les
cachets du linge qui enveloppait le corps étaient intacts: on ne
s'aperçut point du pieux larcin. Il fallut encore tromper le peuple
et les infidèles, pour pouvoir emporter, sans péril, ces précieux
restes jusqu'au vaisseau.»

«On n'en croirait pas les historiens si on ne voyait encore, dans
notre église de Saint-Marc, une image merveilleuse qui atteste le
fait. Pour mettre ceux qui devaient porter le corps à l'abri des
recherches et des mauvais traitements trop ordinaires chez cette
nation barbare, on plaça le corps dans un grand panier environné de
beaucoup d'herbes et couvert de chair de porc, dont on sait que les
Musulmans ont horreur. On fit donc venir ceux qui devaient porter le
panier, et on leur recommanda de crier _Khanzir_ à tous ceux qui se
présenteraient pour faire des recherches. _Khanzir_, dans la langue
de ces barbares, signifie porc. De cette manière ils arrivèrent
jusqu'au vaisseau. Le corps fut enveloppé dans des voiles, attaché à
une antenne et suspendu au grand mât jusqu'au moment du départ; car
il fallait encore dérober la connaissance de ce précieux larcin à
ceux qui viendraient visiter le navire en rade.»

«Enfin les Vénitiens quittèrent le rivage pleins de joie. À peine
étaient-ils en pleine mer qu'il s'éleva une grande tempête. On assure
que saint Marc apparut alors à Bon de Malamocco, et l'avertit de
faire baisser à l'instant les voiles, pour éviter que le navire,
chassé par la force du vent, n'allât se briser contre les écueils
cachés sous les eaux; ils durent leur salut à ce miracle.»

«Lorsqu'ils prirent terre à Venise, toute la ville fut dans
l'allégresse: on se disait de toutes parts que la présence du saint
assurait la perpétuelle splendeur de la république, ce qui confirmait
bien l'ancienne tradition connue de tout le monde, que saint Marc,
durant sa vie, ayant navigué sur la mer d'Aquilée, et ayant touché
ces îles, avait eu une vision céleste, qui lui avait prédit que ses
os reposeraient un jour sur cette terre alors inhabitée.»

«Ce ne furent que fêtes, chants, musique et prières dans toute la
cité; on invoquait le saint, pour qu'il prît sous sa protection la
ville, qui désormais devait être éternelle. Quand le corps vénérable
fut débarqué, tout le peuple alla au-devant de lui jusqu'au fort,
avec le clergé qui chantait des hymnes et qui faisait fumer l'encens.
On reçut ce noble présent avec toute la dévotion possible; il fut
déposé dans la chapelle ducale, et le doge, qui mourut peu de temps
après, laissa, par son testament, une somme pour bâtir une église à
saint Marc.»[66]

[Note 66: Bernard Justiniani a composé un petit ouvrage sur la vie de
saint Marc, la translation de son corps, d'Alexandrie à Venise, et
l'authenticité de ses reliques.]

Cet évènement est plus considérable qu'il ne le paraît au premier
aspect. Il n'est pas seulement un trait du caractère national, il se
lie aux institutions fondamentales de ce nouvel état. Le peuple, dans
sa confiance, dans son enthousiasme pour le patron de la république,
s'accoutuma à confondre l'idée du protecteur avec la patrie
elle-même, et le cri de Vive saint Marc, devint le cri de guerre,
l'expression d'un sentiment civique, qui fut le signal de ralliement
dans les dangers, et qui, aux jours de deuil, fit couler des larmes
des yeux des patriotes.

[Note en marge: XXVI. Relations commerciales à cette époque.]

On voit par ce récit qu'à cette époque il y avait, à-la-fois, dix
vaisseaux vénitiens dans le port d'Alexandrie. Cette circonstance
peut donner quelque idée de l'importance du commerce que ce peuple
faisait dans le Levant. On a vu qu'il en rapportait des objets de
luxe inconnus alors aux cours des princes les plus puissants de
l'Europe. Mais les avantages qu'il en retirait ne se bornaient pas
aux bénéfices du trafic. En parcourant les côtes occupées par les
Sarrasins, en fréquentant la capitale de l'empire d'Orient, les
voyageurs vénitiens prenaient une idée des arts de ces peuples;
ils voyaient des édifices somptueux; ils avaient occasion de
pénétrer dans les ateliers, où se fabriquaient les tissus que
l'Occident enviait sans savoir les imiter; ils perfectionnaient leur
architecture navale, à l'école des Grecs, qui étaient alors les
maîtres dans cet art. Bientôt les bâtiments vénitiens eurent, dans la
mer Adriatique, la même réputation de supériorité que les vaisseaux
liburniens y avaient eue autrefois.

L'émulation sollicitait l'industrie; les idées et les spéculations
s'étendaient; le courage devenait plus entreprenant, à mesure qu'il
trouvait plus d'occasions de s'exercer; la cupidité savait se créer
des moyens de bénéfice; par exemple, on voyait ces insulaires sans
territoire, acheter des troupeaux dans le continent voisin, et les
élever dans des pâturages dont ils obtenaient la cession sur les
montagnes du Frioul et de l'Istrie, pour les vendre ensuite avec
avantage dans les marchés des villes populeuses[67].

[Note 67: _Storia civile e politica del commercio de' Veneziani, di_
Carlo-Antonio MARIN, tom. I, lib. 4, cap. 3.]

Les rivalités commerciales ne furent pas étrangères aux discordes
civiles dont j'ai eu à faire le tableau. Grado, Malamocco, Rialte,
Torcello, ne voyaient pas sans envie les prospérités d'Héraclée,
enrichie des trésors sauvés d'Aquilée et des dépouilles de Ravenne.
Quand cette malheureuse ville d'Héraclée se vit noyée dans le sang de
ses citoyens, les cités rivales conçurent l'espérance d'hériter de
son commerce[68]. Grado devint à son tour l'objet de leur jalousie,
lorsque Charlemagne accorda l'exemption de toutes sortes de péages à
quatre vaisseaux du patriarche de cette ville dans tous les ports de
son empire.

[Note 68: _Ibid._ cap. 4.]

Ces discordes, qui durèrent quatre-vingts ans, firent sentir les
avantages de l'unité et de la stabilité du gouvernement. La guerre
de Pépin força les Vénitiens à oublier momentanément leurs jalousies
pour repousser l'ennemi commun et leur fit former de nouveaux liens
avec l'empire d'Orient, dont le commerce leur était d'autant plus
profitable qu'à cette époque, ils n'avaient point de rivaux. Sienne,
Pise, Florence, étaient encore dans l'obscurité; Amalfi, peuplée de
fugitifs comme Venise, commençait à peine à étendre sa navigation
vers les mers de la Grèce. Gênes présentait déjà l'aspect d'une cité
industrieuse et puissante, mais elle avait à combattre les Sarrasins,
qui étaient à ses portes. Ceux-ci, quoique policés, n'étaient point
navigateurs. Les peuples septentrionaux plongés dans la barbarie ne
connaissaient encore que les armes.



LIVRE II.

     Divisions intestines. -- Entreprise de Jean Participatio sur
     le comté de Comacchio. La flotte vénitienne battue par les
     Sarrasins à Crotone, et par les Narentins à Micolo. Invasion
     des Hungres: ils attaquent Venise. Leur défaite (830-900). --
     Doges de la maison Candiano. Pierre Candiano IV, massacré.
     Abdication de quatre doges (901-991). Règne de Pierre Urseolo
     II. Réunion de la Dalmatie à l'état de Venise (991-1006).
     Sédition. Usurpation du dogat par Dominique Urseolo. Expulsion
     de cette famille. Révolte de Zara. Guerre contre les Normands
     (1006-1096). -- Première croisade. Expédition en Calabre.
     Guerre contre les Padouans. Incendie de Venise. Guerre contre
     les Hongrois (1096-1117). -- Règne de Dominique Michieli.
     Nouvelle expédition en Syrie, ou deuxième croisade. Prise de Tyr
     (1117-1130). -- Prise de Corfou. Expédition de Sicile. Dogat
     de Vital Michieli II. Singulier tribut imposé au patriarche
     d'Aquilée. Guerre contre l'empereur d'Orient. Défaite de
     l'armée. Peste à Venise. Le doge assassiné (1130-1173). --
     Changement dans la constitution de l'état. Élection de Sébastien
     Ziani (1173).


[Note en marge: I. Jean Participatio défait Obelerio, son
compétiteur, et brûle la ville de Malamocco. 830.]

Jean Participatio se trouvait seul en possession du trône ducal, par
la mort de son frère. Il eut d'abord à réprimer quelques entreprises
des pirates narentins. À peine cette affaire était-elle terminée
qu'un bruit se répandit que l'ancien doge Obelerio avait rompu son
ban et était descendu dans l'île de Veglia. Jean accourut pour
arrêter les progrès de ce compétiteur; mais, au moment où il allait
combattre, le doge se vit abandonné par une partie de ses troupes
levées à Malamocco, pays d'Obelerio. Il revient sur ses pas, entre
dans Malamocco; et, pour punir cette ville de l'infidélité des
soldats qu'elle lui avait fournis, la réduit en cendres. Aussitôt
après, il marche de nouveau contre son compétiteur, l'attaque, le
défait, s'empare de sa personne, et le livre à la main du bourreau.
Ce ne fut point assez pour satisfaire le ressentiment populaire
que l'ancien doge s'était attiré. Son corps fut l'objet de mille
insultes, on alla jusqu'à lui déchirer les entrailles avec les
dents[69].

[Note 69: SABELLICUS, _Hist. venet._ déc. I, lib. 2.]

[Note en marge: II. Conjuration contre le doge. Il est obligé de
fuir. Carossio s'empare du pouvoir. Le doge est rappelé et déposé.]

De la fureur contre le vaincu on passa en un instant à la haine
contre celui par qui Venise en avait été vengée. Jean Participatio,
surpris dans son palais par des conjurés, eut à peine le temps
d'échapper pour se réfugier en France. Cette conjuration avait pour
chef un certain Carossio, fils de Bonico[70], que cette violence
plaça à la tête du gouvernement. La révolution fut si subite qu'elle
ne trouva aucune résistance; il fallut concerter secrètement des
mesures contre l'usurpateur. Les principaux de la république étaient
les plus intéressés à le renverser. Trente conjurés, à la tête
desquels étaient Basile Trasimondo, Jean Marturio, et Dominique
Ortianico, fondirent à l'improviste sur Carossio et l'exilèrent après
lui avoir fait crever les yeux.

[Note 70: Les historiens ne le désignent pas autrement.]

Le doge, rappelé pour reprendre l'exercice de sa dignité, en usa de
manière à faire beaucoup de mécontents; les factions divisèrent la
ville; mais celle de Jean Participatio n'était pas la plus forte. Un
jour, dans la cathédrale même, pendant l'office divin, ses ennemis
l'assaillirent, le déposèrent, lui coupèrent la barbe et les cheveux,
et le reléguèrent à Grado, dans un monastère. On procéda sur-le-champ
à l'élection d'un nouveau doge; les suffrages se réunirent sur Pierre
Tradenigo, originaire de Pola (836).

[Note en marge: III. Pierre Tradenigo doge. 836.]

L'un des premiers actes de ce nouveau doge fut de s'adjoindre son
fils Jean, qui ne lui survécut pas.

Il envoya ce fils contre les pirates narentins, avec lesquels
la république était dans un état de guerre habituel, mais cette
expédition n'eut point de résultat.

La guerre avait lieu entre les habitants des bords du lac de Garde
et ceux de Vérone. Les Véronais demandèrent du secours aux Vénitiens.
Il paraît que ceux-ci leur en fournirent, et leur facilitèrent
des succès contre leurs ennemis, car Vérone envoya de magnifiques
présents à Venise.

L'historien du commerce de Venise[71] attribue cette guerre à
quelques contrariétés que les Véronais et les Vénitiens éprouvaient
pour le transport de leurs marchandises dans la vallée supérieure
de l'Adige: on ajoute que tous les prisonniers faits dans cette
expédition furent compris dans le partage des Vénitiens, et destinés
à peupler l'île de Poveglia, alors déserte[72]; ce qui autoriserait
à penser que la république, après quatre cents ans d'existence,
n'avait pas encore une population suffisante pour couvrir son petit
territoire.

[Note 71: _Storia civile e politica del commercio de' Veneziani, di_
Carlo-Antonio MARIN, tom. II, liv. I, cap. 6.]

[Note 72: Note marginale de la chronique de Dandolo.--Manuscrit de la
bibliothèque Ambrosienne.]

[Note en marge: IV. Guerre contre les Sarrasins établis en Sicile. La
flotte vénitienne battue à Crotone. 837.]

Les peuples des côtes de l'Italie, toujours insultés par les pirates
de la Méditerranée, n'ont jamais su les punir, ni même les repousser.
À cette époque c'étaient les Sarrasins qui désolaient la Pouille,
la Calabre, et les environs de Rome[73]. Ils s'étaient même établis
dans la Sicile. Les Italiens implorèrent le secours de l'empereur
grec Michel, qui à cet effet arma une flotte. Mais cette flotte
n'était pas suffisante pour attaquer les Sarrasins; Théodose, qui la
commandait, vint solliciter les Vénitiens de se joindre à lui. Le
doge céda à cette demande et mit en mer soixante bâtiments, qu'il
voulut commander en personne.

[Note 73: On dit qu'ils pénétrèrent jusqu'au Vatican, et le
pillèrent.]

Michel récompensa le dévouement de Tradenigo en lui donnant le
titre de protospataire, c'est-à-dire de grand-écuyer de l'empire.
Ceci constate encore la suprématie que conservaient les empereurs
d'Orient. Les doges s'honoraient d'être revêtus d'une des grandes
dignités de la cour et souvent les sollicitaient. Nous en avons vu
plusieurs décorés du titre d'hipate, c'est-à-dire de consul.

La flotte combinée rencontra l'ennemi devant Crotone, dans le golfe
de Tarente. Le commandant de l'armée des Sarrasins se nommait Sabba.
S'il faut en croire les historiens de Venise, la flotte grecque plia
dès le commencement de l'action et prit la fuite, de sorte que tout
l'effort de l'ennemi tomba sur les Vénitiens. Presque tous leurs
vaisseaux furent pris ou submergés; ce fut un désastre général.
Les débris de cette armée furent poursuivis par les vainqueurs
jusqu'à l'entrée du port. Une flotte marchande, qui revenait de
Syrie, tomba entre leurs mains, et tous ceux qui la montaient furent
impitoyablement massacrés. Les infidèles, maîtres de l'Adriatique, en
ravagèrent tous les rivages. Venise était en alarmes.

Dès que les Sarrasins eurent quitté cette mer, les Narentins,
enhardis par la défaite des Vénitiens, recommencèrent leurs
excursions, et vinrent piller la ville de Caorlo. Le reste de la
marine vénitienne fut envoyé contre eux et réussit à les contraindre
de rentrer dans leur port.

[Note en marge: V. Discordes civiles. Le doge massacré.]

Ces malheurs publics avaient amené des divisions intestines. Six
familles considérables étaient à la tête de plusieurs factions. D'un
côté on voyait les Justiniani, les Polani, les Basi; de l'autre,
les Barbolani, les Selii et les Sevoli. Venise eut le déplorable
spectacle de rixes continuelles et toujours sanglantes; le doge, qui
n'eut pas la force de les réprimer, finit par en être victime. Un
jour qu'il se rendait à l'église, accompagné de tout son cortége, il
fut assailli par des furieux, qui appartenaient, dit-on, à la faction
Barbolani, et massacré. Les gardes du doge firent d'inutiles efforts
pour le défendre. Pressés par les conjurés, ils se réfugièrent dans
le palais ducal, où ils soutinrent un siége de trente jours. Ils se
rendirent enfin sous la condition qu'ils auraient la vie sauve. Le
peuple, revenu de son effroi, sentit toute l'énormité de l'attentat
commis contre le chef de la république; on en poursuivit les auteurs:
les uns s'exilèrent, d'autres furent mis à mort, et la famille des
Barbolani fut chassée de Venise; mais, dans la suite, elle obtint son
retour, par la protection de l'empereur d'Occident.

[Note en marge: VI. Urse Participatio doge. 864.]

Le trône ducal fut rempli en 864 par Urse Participatio, qui se montra
le digne successeur du premier doge de son nom. Il se ligua avec
l'empereur Charles-le-Chauve, pour repousser les Sarrasins, dont
les armes faisaient de rapides progrès sur le continent. Mais il
n'eut qu'une occasion d'essayer les siennes contre eux. Ils vinrent
avec une flotte mettre le siége devant Grado. Le doge fit partir
aussitôt la flotte vénitienne sous le commandement de son fils Jean.
Les Sarrasins n'acceptèrent point le combat, se retirèrent, Grado
fut délivré; et Jean, de retour à Venise, fut associé au dogat,
en récompense de cette expédition. Le doge exécuta lui-même une
entreprise heureuse contre les corsaires de la Dalmatie; mais ce qui
lui fit encore plus d'honneur ce fut d'avoir éteint les factions qui
désolaient Venise, et d'avoir procuré à sa patrie dix-sept ans de
prospérité.

[Note en marge: VII. Jean Participatio doge. 881.]

[Note en marge: VIII. Pierre Candiano, doge. 887.]

[Note en marge: Guerre contre les pirates de Narenta. La flotte
vénitienne est battue.]

Son fils Jean, qui lui était adjoint depuis long-temps, lui succéda
en 881. Il donna une marque d'ambition que Venise n'avait pas encore
eue à reprocher à ses princes. Le comté de Comacchio, fief relevant
du saint-siége, était une espèce de principauté, qui lui parut un
établissement convenable pour sa famille. N'osant en demander au
pape l'investiture pour lui-même, il la fit solliciter par son frère
Badouer; mais le comte Marin, alors en possession de Comacchio,
averti de ce projet, enleva le compétiteur, qui venait le supplanter,
et le blessa mortellement. Il fallut que l'armée de Venise servît à
venger cette injure personnelle, et le pays de Comacchio fut ravagé,
parce que celui qui avait voulu l'usurper n'avait pu y réussir.
Comme presque tous ses prédécesseurs, Jean voulut associer un de
ses parents à sa dignité, mais son frère Pierre qu'il y appelait
mourut avant d'en être revêtu. Le doge, accablé d'infirmités,
désespéré de n'avoir réussi dans aucune de ses entreprises, déclara
son intention d'abdiquer le pouvoir; il l'avait exercé pendant six
ans. Pierre Candiano, élu pour lui succéder, vint au palais recevoir
en cérémonie, des mains mêmes de son prédécesseur, les marques
de sa dignité. Mais la fortune trompa toutes les espérances qu'on
avait fondées sur le choix d'un homme dans la force de l'âge et
déjà illustre par d'éminentes qualités. Cinq mois s'étaient à peine
écoulés qu'il entreprit de détruire les pirates de Narenta, arma
contre eux douze galères, dont il prit lui-même le commandement,
atteignit l'ennemi et l'attaqua avec une impétuosité qui annonçait
l'intention de le détruire. Déjà il avait pris ou brûlé une partie de
la flotte des Narentins lorsqu'il reçut un coup mortel. Ce malheur
mit le désordre et le découragement dans la flotte vénitienne; elle
céda à son tour; les pirates la poursuivirent, en détruisirent une
partie et le reste se réfugia à Grado, où l'on rendit les honneurs
de la sépulture au premier doge que la république eût vu mourir en
combattant pour elle.

[Note en marge: Jean Participatio exerce momentanément le dogat.]

Dans la confusion qui fut la suite de ce désastre, on ne put
s'accorder pour faire l'élection du successeur de Candiano.
Jean Participatio, vivement sollicité de reprendre les rênes du
gouvernement, prouva combien son abdication avait été sincère. Après
avoir résisté long-temps aux voeux de ses concitoyens, il n'y céda
qu'avec répugnance, revint habiter le palais ducal pendant six mois,
et, à l'expiration de ce terme, renouvela ses instances pour obtenir
qu'on procédât à l'élection d'un nouveau doge.

Venise, dans l'intervalle de soixante ans, avait eu trois doges
massacrés[74], et un déposé[75], deux guerres civiles[76], deux
flottes détruites. Pour que tant de plaies pussent se fermer, elle
soupirait après quelques années d'un règne doux et tranquille, et
cependant elle avait besoin aussi d'une guerre qui rétablît l'honneur
de ses armes. Ce double succès était réservé au nouveau doge, Pierre
Tribuno.

[Note 74: Obelerio, Carossio, et Pierre Tradenigo.]

[Note 75: Jean Participatio.]

[Note 76: Celle d'Obelerio, et celle des Barbolani.]

[Note en marge: IX. Pierre Tribuno, doge. 888.]

Son règne fut de plus de vingt ans. Les douze ou quinze premières
années en furent paisibles. Il dirigea vers les soins de
l'administration intérieure un génie qui n'était pas moins propre à
briller dans les grands dangers, Venise réparait ses pertes et sa
marine par le commerce. Elle s'entourait de quelques fortifications;
le port était fermé par de fortes chaînes; le quartier d'Olivolo,
devenu une espèce de citadelle, prenait le nom de Castello. Mais
de nouvelles guerres s'étaient allumées en Italie. Béranger, duc
de Frioul, et Guy, duc de Spolette, se disputaient les débris du
royaume que les faibles descendants de Charlemagne n'avaient pas su
conserver, lorsque tout-à-coup un nouvel essaim de barbares vint
fondre sur ces belles contrées.

[Note en marge: X. Invasion des Hungres. 900. Victoire navale des
Vénitiens.]

Ceux-ci se nommaient les Hungres. Ils sortaient encore de la
Pannonie, inépuisable source de torrents dévastateurs. Ce fut vers
l'an 900 qu'ils forcèrent le passage des Alpes et parvinrent aux
bords de l'Adriatique. La réputation de Venise et l'espoir d'un riche
butin ne pouvaient manquer de les attirer. Ils se jetèrent dans des
barques. Citta-Nuova, Equilo, Capo-d'Argere, Chiozza, furent le
théâtre de leurs rapines et de leurs fureurs. Cette chaîne d'îles,
qui forment une espèce de jetée dont les deux extrémités touchent
presque au continent, était envahie. Il ne restait plus à traverser
que le bras de mer qui sépare Venise de Malamocco. Le désordre et
la terreur étaient dans la capitale. Le doge arma la flotte avec
activité, rappela aux Vénitiens leur victoire sur Pépin, dans les
mêmes lieux, dans une extrémité semblable, et les conduisit à
l'ennemi.

Il est difficile de penser que les barbares, étrangers à l'art de
la navigation, arrivés depuis peu sur ces côtes, embarqués à la
hâte sur tous les bâtiments qu'ils avaient trouvés dans les ports,
eussent une flotte bien organisée; mais enfin c'étaient des furieux
qui touchaient à leur proie. Ils coururent au-devant de la flotte
vénitienne. Celle-ci profita de tous les avantages que lui donnaient
la connaissance parfaite des lieux et un long exercice de l'art;
elle les mit en désordre et les défit complètement. Ils quittèrent
cette mer couverte de leurs débris, et allèrent se venger sur
l'Italie, tandis que le doge, ramenant sa flotte victorieuse dans
Venise qu'il avait sauvée, venait jouir, pendant les dernières années
de son règne, de la reconnaissance de ses concitoyens. L'empereur
d'Orient, en le félicitant de ses succès, lui envoya le diplôme de
protospataire de l'empire.

[Note en marge: XI. Urse Participatio, doge. 912.]

Urse Participatio, qui succéda à Pierre Tribuno, était le septième
doge de son nom, mais il est plus souvent désigné sous celui de
Badouer. C'était un prince sage, plein de douceur et de piété, qui
gouverna la république pendant vingt ans avec prudence et modération.
Son règne ne fut point marqué par des évènements mémorables; mais
il est juste de lui tenir compte de l'exemple qu'il donna, en ne
faisant point, de son vivant, investir son fils de la dignité ducale.
Presque tous ses prédécesseurs, depuis Maurice Galbaio, avaient eu
cette faiblesse, et même les derniers s'étaient arrogé le droit
de se donner un adjoint sans consulter le peuple, disposant ainsi
arbitrairement d'une dignité élective.

Urse Participatio n'attendit point que la mort vînt le surprendre sur
le trône. Il abdiqua vers l'an 932 pour embrasser la vie monastique.

[Note en marge: XII. Pierre Candiano II, doge. 932.]

Pierre Candiano II, son successeur, était le fils de celui qui avait
perdu la vie en combattant les Narentins. Ces pirates étaient les
ennemis les plus constants de la république; ce doge eut plusieurs
fois à les combattre et le fit toujours avec succès. Il imposa un
tribut de cent cruches de vin à Capo-d'Istria[77], alla reprendre
dans le port de Comachio des barques vénitiennes dont ceux de cette
ville s'étaient emparés, et eut bientôt une nouvelle occasion de
montrer toute sa présence d'esprit et tout son courage.

[Note 77: Voyez sur ce traité l'_Histoire du commerce de Venise_, par
MARIN, tom. II, liv. 2, ch. 6.]

[Note en marge: Entreprise des pirates.]

Il était d'usage dans ce temps-là que les mariages des citoyens
considérables se célébrassent tous à-la-fois, à la même messe, dans
l'église cathédrale, la veille de la fête de la Purification. On
portait à la suite des mariées des cassettes contenant la dot et
les présents qui leur étaient donnés. Des corsaires entreprirent
de s'emparer d'un si riche butin. Ils arrivent la nuit près du
rivage sans être aperçus, et le lendemain pendant la cérémonie ils
se précipitent dans l'église le sabre à la main, n'y trouvent aucune
résistance, s'emparent des époux et de leurs richesses, et se jettent
dans leurs barques avec leurs captifs.

La consternation était générale dans Venise. Aussitôt que le doge
fut informé de cet attentat, il rassembla quelques bâtiments, courut
après les pirates, les atteignit dans les lagunes de Caorlo, sur la
côte de Frioul, en fit un carnage presque général et rentra dans le
port ramenant les jeunes époux qu'il avait sauvés. Cet évènement fut
l'origine d'une fête que les Vénitiens célèbrent annuellement[78].

[Note 78: _La Chronique vénitienne_, de François Sansovino, rapporte
cet évènement au règne de Pierre Candiano III, et à l'an 944. Paul
Morosini, dans son _Histoire de Venise_, liv. 1, ch, 7, le place à
l'année 668, et dit que les corsaires étaient des Triestains. Presque
tous les historiens l'attribuent au même peuple; mais il est démontré
qu'on ne peut le placer qu'au Xe siècle. L'auteur de l'_Histoire de
Trieste_, le père Irénée della Croce, a consacré le ch. 4 de son 8e
liv. à la discussion de ce fait et de sa date, qu'il place en 930.]

[Note en marge: XIII. Pierre Badouer, doge. 939.]

[Note en marge: Traité avec le roi d'Italie.]

Pierre Candiano étant mort après sept ans d'exercice, les Vénitiens
firent choix, pour lui succéder, de Pierre Badouer, fils d'Urse
Participatio. On ne cite rien de remarquable sous son administration,
qui dura deux ou trois ans. Quelques écrivains rapportent à cette
époque un traité fait avec le roi d'Italie, Rodolphe, ou Béranger
II, par lequel le roi accordait aux Vénitiens la libre entrée dans
les rivières de ses états moyennant un droit, et s'engageait à
ne permettre sur ses terres le passage à aucune troupe pour agir
hostilement contre la république.

Il est question aussi dans ce traité du droit de battre monnaie,
qui est reconnu par le roi d'Italie[79]. Mais il est incontestable
que Venise n'était, à l'égard de ce prince, dans aucun rapport de
dépendance. Comment aurait-elle eu besoin d'une concession de sa part
pour battre monnaie? Comment un état, qui armait des flottes, qui
faisait des traités avec les empereurs et avec les rois, aurait-il
attendu si tard pour avoir une monnaie? On a conjecturé que le
sens de cet article pouvait être que le roi d'Italie permettait la
circulation de la monnaie de Venise dans ses états. Cette explication
paraît assez naturelle. Quoi qu'il en soit, il existe encore des
monnaies vénitiennes de ce temps-là, et il est remarquable qu'elles
ne portent ni l'effigie ni le nom des doges régnants[80].

[Note 79: André Dandolo dit formellement: «Rodulfus regni sui
anno quarto immunitates Venetorum in regno italico ab antiquis
imperatoribus et regibus concessas per privilegium renovavit et
in eodem declaravit ducem Venetiarum potestatem habere fabricandi
monetam, quia ei constitit antiquos duces hoc continuatis temporibus
perfecisse.

Muratori rapporte deux vers qu'on avait écrits sous le portrait du
doge Pierre Candiano III:

  Multa Berengarius mihi privilegia fecit:
    Is quoque monetam cudere posse dedit.]

[Note 80: Un manuscrit anonyme des vies des doges, conservé dans
la bibliot. de la maison d'Este, contient un passage rapporté par
Muratori: (Antiquitates italicæ medii ævi. Dissertation 27e, p. 646),
qui confirme cette conjecture: «Berengarius rex Venetorum antiqua
jura confirmavit et cudendi monetam auri et argenti, ut sub imperio
Græcorum habuerant, potestatem dedit.»

Muratori ajoute que l'on croit même que les Vénitiens avaient frappé
des monnaies grossières dès le temps que les Goths occupaient
l'Italie. Ce savant rapporte la description et l'empreinte de
plusieurs monnaies vénitiennes.

Charles Marin, dans son _Histoire du commerce de Venise_, prouve,
tom. II, liv. 2, chap. 4, que les monnaies vénitiennes étaient plus
anciennes que ce traité. Dans le chapitre suivant, il donne des
renseignements sur leur poids, et sur le rapport de la valeur de l'or
et de l'argent avec les denrées.]

[Note en marge: XIV. Pierre Candiano III, doge. 942.]

Un troisième Pierre Candiano fut élevé au dogat à la place de
Pierre Badouer en 942. Il était le troisième fils de Pierre
Candiano II. Quoique sa jeunesse eût été fort orageuse, sa conduite,
comme prince, fut fort respectable. Son premier soin fut d'armer
contre les Narentins, qui désolaient le commerce de Venise et
infestaient la mer, où la république avait remporté de si brillantes
victoires. Effrayés d'un appareil menaçant, les pirates en vinrent
à des soumissions, restituèrent le butin qu'ils avaient pris, et
s'engagèrent à payer un tribut.

[Note en marge: Pierre, son fils, qu'il associe au dogat, est banni
pour ses excès.]

Le nouveau doge avait trois fils; l'aîné était engagé dans les
ordres sacrés. Il appela le second, nommé Pierre, au partage de
son autorité; mais ce jeune homme, peu touché des exemples et des
conseils de son père, se conduisait moins en prince qu'en brigand,
dont les fureurs devaient alarmer tous les citoyens. Ou ne put
se résoudre à tolérer ses excès. Le père se mit en devoir de les
réprimer: le fils entreprit de résister à l'autorité paternelle et
à la puissance publique, à l'aide d'une troupe d'hommes corrompus
comme lui; et on aurait vu peut-être le palais ensanglanté, si
l'indignation générale ne se fût soulevée pour punir la témérité de
ce séditieux. Il fut saisi, garrotté, jugé, condamné à perdre la
tête. Les larmes de son père lui sauvèrent la vie; on commua sa peine
en un bannissement perpétuel, et tous les citoyens s'engagèrent par
serment à ne jamais souffrir sa présence sur le territoire de la
république.

La cour des voisins jaloux est toujours un asyle ouvert aux
mécontents. Celui-ci se retira à Ravenne, où il arma quelques
vaisseaux avec lesquels il se mit à faire la course contre les
bâtiments de sa nation. Son respectable père, au désespoir de voir
cet indigne fils finir par le métier de pirate, le plus odieux de
tous aux yeux des Vénitiens, en mourut de chagrin dans la onzième
année de son règne.

[Note en marge: XV. Pierre Candiano IV, doge. 952.]

Étrange mobilité des passions humaines! Ce pirate, ce furieux, cet
exilé, dont on avait juré de ne jamais souffrir le retour, fut celui
que, dans la nouvelle élection, les suffrages appelèrent au trône.
Trois cents barques allèrent le chercher à Ravenne et son entrée dans
Venise fut un triomphe et un scandale.

Le royaume d'Italie venait de changer de maître. Othon en avait
chassé Béranger. Il importait à la république que cet empereur voulut
bien s'en tenir avec elle aux termes des anciens traités qu'elle
avait faits successivement avec les divers possesseurs de l'Italie
supérieure. Le nouveau doge lui envoya une ambassade à Rome et les
traités furent renouvelés.

Pendant que Venise consolidait ses relations de bon voisinage
avec l'empereur d'Occident, elle n'oubliait pas que c'était dans
l'Orient qu'étaient ses relations de commerce et son allié naturel.
Ses vaisseaux fréquentaient les ports du Levant et fournissaient
les Musulmans nouvellement établis sur ces côtes de tout ce que
l'Europe offrait à leurs commodités ou à leurs besoins. L'esprit de
trafic s'étendait sur tout, même sur le commerce des armes et des
esclaves[81]. Mais l'empereur grec, qui méditait des projets contre
ses nouveaux voisins, exigea que le doge défendît aux Vénitiens, sous
les peines les plus sévères, de fournir aucun secours aux infidèles.

[Note 81: Parmi les présents que Luitprandt, ambassadeur de Béranger,
offrit à l'empereur de Constantinople, en 948, il y avait des
esclaves, dont quatre étaient entièrement mutilés, sorte d'eunuques
de très-grand prix. La ville de Verdun était alors en possession de
cette branche de commerce.]

Tels sont les actes extérieurs du gouvernement de Pierre Candiano IV.
À l'intérieur, son administration fut tyrannique. Il donna un exemple
jusque alors inoui. Il répudia sa femme, dont il avait un fils,
relégua la mère dans un couvent, força le fils à entrer dans les
ordres sacrés, se remaria avec une petite-fille de Hugues, roi des
Lombards, et comme elle avait quelques droits sur certaines villes
d'Italie, il fit la guerre pour les soutenir.

Les Vénitiens ne pouvaient voir qu'à regret le sang de leurs
concitoyens répandu pour les intérêts privés de leur doge. Celui-ci,
qui craignait les suites d'un mécontentement qu'il avait fait naître,
s'avisa de prendre des précautions contre le peuple et d'introduire
une garde dans son palais, ce qui était sans exemple. Cet acte
de prudence ne fut jugé que comme un trait d'orgueil. La hauteur
indispose peut-être encore plus que la tyrannie.

[Note en marge: Il est massacré.]

Une foule immense se porte vers le palais. La garde repousse les
assaillants. Désespérant de le forcer, on met le feu à tous les
bâtiments qui l'environnent; l'église de Saint-Marc, plusieurs autres
édifices, trois cents maisons, sont en flammes. L'incendie gagne le
palais, toutes les issues sont assiégées par une populace furieuse.
Le doge, poursuivi par les flammes, veut s'échapper; il tient dans
ses bras un jeune fils qu'il avait eu de sa seconde femme. Par-tout
il trouve les passages fermés. Il implore la pitié de ses ennemis,
rappelle les services de son père, présente son fils, réclame
l'humanité en faveur de cet innocent, demande à être jugé, se soumet
à tout. Il n'était plus temps, le peuple furieux se précipite sur
lui, le massacre impitoyablement ainsi que l'enfant, et jette leurs
corps à la voirie.

[Note en marge: XVI. Pierre Urseolo I, doge. 676.]

[Note en marge: Victoire sur les Sarrasins.]

Les excès qu'on avait eus à reprocher à ce doge déterminèrent tous
les suffrages en faveur d'un homme d'un caractère tout opposé. Pierre
Urseolo, qui fut élu, n'accepta cette dignité qu'avec la plus sincère
répugnance. Sa piété était éminente, sa libéralité digne de sa
fortune. Il fit rebâtir à ses frais le palais et l'église Saint-Marc,
détruits dans la dernière sédition. Ces soins pieux ne l'empêchèrent
pas de marcher en personne au secours des habitants de la Pouille,
attaqués par les Sarrasins, et il remporta une victoire éclatante
sur ces infidèles. De retour à Venise, il continua de gouverner avec
beaucoup de sagesse; mais les entretiens d'un moine français, que la
dévotion avait conduit à Venise, lui firent croire qu'il était un
spectacle plus agréable à Dieu que celui d'un prince qui travaille au
bonheur de ses sujets par son administration et par ses exemples; il
finit par se déterminer à abandonner sa femme, son fils et le soin de
l'état pour embrasser la vie contemplative.

[Note en marge: Le doge s'évade pour embrasser la vie monastique.]

La nuit du 1er septembre 978, il s'évada furtivement de son palais,
où il devait craindre en effet d'être retenu par l'amour de son
peuple, et se sauva dans une abbaye voisine de Perpignan, pour y
finir ses jours sous l'habit monastique. Venise, après l'avoir chéri
comme prince, l'invoqua dans la suite parmi les bien-heureux[82].

[Note 82: S'il faut en croire la vie des saints de l'ordre de
Saint-Benoît, sect. 5, p. 885, Urseolo se repentit de son abdication,
ou au moins de sa fuite; car un jour il vint s'accuser à son
supérieur de ne pas savoir résister assez fortement aux tentations de
l'esprit malin qui l'excitait à retourner dans sa patrie, et le prier
de châtier sa faiblesse. Il mourut en 997, précisément l'année où son
fils, dont il avait prédit la gloire, fit la conquête de la Dalmatie.]

C'est à ce règne qu'on rapporte le plus ancien document qui constate
l'existence d'un impôt sur les fortunes. Mais on ne peut pas douter
que cette contribution n'eût été levée dans des temps antérieurs.
Il paraît qu'elle était fixée au dixième du revenu déclaré par le
contribuable sous la foi du serment, et que cette taxe, au lieu
d'être annuelle, ne se levait que dans les cas de nécessité. Ce
décime, les produits de quelques cens, les douanes et droits de port,
les droits sur le sel et les amendes judiciaires, composaient dans ce
temps-là tout le revenu de la république[83].

[Note 83: _Storia civile e politica del commercio de' Veneziani_ di
Carlo-Antonio MARIN, tom. II, liv. 3, cap. 4.]

[Note en marge: XVII. Vital Candiano doge. 978.]

Vital Candiano, frère du doge massacré, fut élevé à la suprême
magistrature. Ce retour fréquent des mêmes noms, malgré ce que
plusieurs princes avaient pu faire pour les rendre odieux, prouve
l'existence continue de diverses factions qui survivaient aux doges
et s'attachaient à leurs familles. Le règne de Vital n'offrit rien
de digne de mémoire. Il n'y avait guère qu'un an qu'il était sur
le trône lorsqu'une maladie vint mettre ses jours en péril. Il fit
voeu de se consacrer à Dieu s'il en réchappait, et en effet après sa
guérison, il se retira dans un monastère.

[Note en marge: XVIII. Tribun Memmo, doge. 979.]

L'aveugle populace, dit un historien[84], proclama Tribun Memmo,
pour succéder à Vital Candiano. C'était un homme d'un caractère nul,
d'une incapacité absolue; mais recommandé par une immense fortune,
et dévoué à une faction qui avait pour chefs ceux de la famille
Caloprini. C'était une raison pour que son règne fût orageux;
malheureusement il fut long. Venise se vit pendant quatorze ans
troublée par des haines domestiques et par la crainte des auxiliaires
que les factions rivales appelaient du dehors[85].

[Note 84: _Ibid._ tom. II, lib. 3, cap. 5.]

[Note 85: Voyez l'_Histoire des révolutions d'Italie_, par DENINA,
liv. 9, ch. 8.]

[Note en marge: Factions dans Venise.]

Une maison, dès-lors puissante, celle des Morosini, étant protégée
par l'empereur de Constantinople, il fallait s'attendre que
l'empereur d'Occident verrait la république de mauvais oeil, tant que
cette faction ne serait pas abattue; mais la faveur que le prince
accordait à l'un des deux partis, jetait beaucoup de citoyens dans le
parti contraire.

La vie du doge fut menacée, un Morosini fut assassiné dans une
église. On apprit que l'empereur Othon II arrivait en Italie avec
une armée. La république se hâta de lui envoyer une ambassade pour
le solliciter de confirmer les traités déjà existants entre Venise
et l'empire. Othon reçut les envoyés avec hauteur, fit délibérer son
conseil sur leur supplique, et leur accorda la paix, pour l'amour de
Dieu, était-il dit dans le diplôme, et pour mériter le paradis[86].

[Note 86: Questa carta è, per dir il vero, insolente per un popolo
riconosciuto sovrano. _Histoire des révolutions d'Italie_, par
DENINA, liv. 9, cap. 6.]

Le doge crut obtenir les bonnes grâces d'Othon, en prêtant les mains
à la faction qui voulait exterminer les Morosini. Bientôt il changea
de parti, ou par une suite de la faiblesse de son caractère, ou pour
ne pas encourir l'animadversion publique excitée par le meurtre dont
la faction Caloprini s'était souillée.

[Note en marge: Les chefs de la faction Caloprini se réfugient auprès
de l'empereur d'Occident.]

Forts de la faveur populaire, les Morosini recouvrèrent la
supériorité; on leur fit concession de toute l'île Saint-Georges,
qui est un des quartiers de Venise; les Caloprini furent persécutés
à leur tour; les principaux de cette faction se réfugièrent sur le
continent, et allèrent se jeter aux pieds de l'empereur.

«Seigneur, s'écria Étienne Caloprini, leur chef[87], c'est aux pieds
d'un prince, l'amour de ses sujets et l'admiration du monde, que
des infortunés, des opprimés, viennent implorer un asyle contre un
gouvernement inique et une minorité factieuse. Exilés d'une patrie
à laquelle nous avons tant prouvé notre amour, d'une patrie qui
gémit sous le pouvoir anarchique d'un petit nombre d'hommes pervers
et altérés de notre sang, nous n'avons plus d'asyle que dans votre
protection; nous ne nous relèverons point, seigneur, que vous n'ayez
accueilli notre misère.

[Note 87: _Histoire des Révolutions d'Italie_, par DENINA, liv. 9,
cap. 7.]

«Nous n'avons eu aucune part ni au meurtre du digne doge Candiano,
ni à la violation des traités qui liaient notre république envers
votre empire; nous n'avons point recherché la faveur des Grecs, vos
implacables ennemis. Nous nous sommes toujours montrés zélés pour la
plus juste des causes. Nous avions des droits à la reconnaissance de
nos concitoyens, et nous sommes persécutés. Puisse notre patrie durer
éternellement, mais sous les sages lois d'un prince, qui peut seul la
sauver de ses discordes intestines, et de ses ennemis extérieurs!

«Je parle non-seulement au nom de ceux que vous voyez ici prosternés
devant vous, et qui sont des personnages considérables, mais encore
au nom de tout ce qu'il y a de grand, de tous les citoyens, de
tout ce qui déteste le despotisme d'une faction, et un doge qui la
favorise; tous, tous ne désirent que de se voir vos sujets, et aux
conditions qu'il vous plaira de dicter. Si un prince auguste ne
me juge pas indigne de gouverner en son nom sa nouvelle province,
je saurai justifier son choix, et je signalerai mon zèle pour son
service. Je serai, seigneur, votre vassal fidèle; vous serez le
maître de l'Adriatique, vous disposerez de mes flottes, de 200 marcs
d'or; et, par ce moyen, vous pourrez porter vos forces en Dalmatie et
dans les possessions de l'empire d'Orient, chasser de l'Italie les
Grecs et les Sarrasins, et venger les droits de votre couronne.»

[Note en marge: L'empereur Othon fait la guerre à la république. 982.]

Tel est le langage de tous les transfuges. Othon, qui écoutait
ceux-ci avec complaisance, les accueillit, et, d'après leurs
conseils, défendit à tous ses sujets de commercer avec Venise,
de recevoir aucun Vénitien dans ses états[88]. Tous les passages
furent gardés, toutes les communications furent interrompues, les
subsistances que Venise tirait journellement du continent furent
interceptées: les émigrés vénitiens se chargèrent eux-mêmes du soin
de ruiner, d'affamer leur patrie, tandis que, dans Venise, le peuple
en fureur saccageait leurs maisons, confisquait leurs biens, et
poursuivait leurs femmes et leurs enfants.

[Note 88: Ut nulli in aliquâ sui imperii parte venetico pervento
parcere auderent.]

On n'avait point d'armes à opposer à ce genre de guerre qu'Othon
venait de déclarer à la république. Dans l'impossibilité d'attaquer
l'empereur sur le continent, il ne restait d'autre ressource que
de le fléchir, mais on le tenta vainement. La capitale, voyant
ses vaisseaux repoussés de tous les ports qui fournissaient à sa
consommation, ses magasins fermés, ses ouvriers sans travail, et ses
marchés sans approvisionnements, fut presque réduite aux dernières
extrémités.

Les Caloprini eurent la coupable joie de forcer quelques villes de
leur république à ouvrir leurs portes à l'empereur; il y en eut qui
se rendirent pour ne pas périr de famine.

[Note en marge: 983.]

Mais une fièvre qui surprit Othon vengea la république, et fit
avorter les desseins parricides de ces transfuges, qui, ne pouvant
même obtenir un asyle dans l'empire, furent réduits à faire
solliciter leur grâce par la veuve de l'empereur. Le blocus de
Venise fut levé, les Caloprini y rentrèrent en suppliants. Bientôt
après, trois d'entre eux furent assassinés aux portes du palais
par la faction des Morosini. Pendant qu'on rapportait leurs corps
sanglants à leur mère, le peuple, ému de ce spectacle, murmura contre
le doge, qu'il accusait de n'être point étranger à ce meurtre, et,
indigné de sa faiblesse, qui éternisait des inimitiés si fatales à la
république, il demanda à grands cris l'abdication de Memmo, qui passa
du palais ducal dans un couvent.

Nous avons vu quatre doges de suite exilés avec les yeux crevés;
nous venons d'en voir quatre qui abdiquent pour embrasser la vie
religieuse: c'est l'esprit d'imitation qui presque toujours décide
des actions des hommes.

[Note en marge: XIX. Coup-d'oeil sur l'histoire de Venise jusqu'à
cette époque.]

Il y avait à-peu-près cinq cents ans que les fugitifs de Padoue
et d'Aquilée avaient cherché un asyle dans les lagunes. Contents
d'y trouver leur sûreté, d'agrandir leur ville et d'étendre leur
commerce, ils n'avaient fait jusques-là que des guerres justes,
ils n'avaient pris les armes que pour repousser les pirates, pour
secourir un voisin opprimé, ou pour défendre leur liberté contre
Pépin et les Hungres. Quoique plusieurs victoires leur eussent donné
un juste sentiment de leurs forces, ils n'avaient à se reprocher
aucune agression, si ce n'est peut-être contre les Sarrasins; mais
ils avaient entrepris cette guerre à la sollicitation des peuples
de l'Italie et sur la réquisition de l'empereur d'Orient, dont la
république relevait à quelques égards. D'ailleurs, dans les idées
généralement reçues à cette époque, les Sarrasins, en leur qualité
d'infidèles, étaient hors du droit commun.

Jamais la république n'avait fait d'entreprise sur le continent, car
il ne serait pas juste de lui imputer les expéditions momentanées de
deux doges qui n'avaient pour objet que leur intérêt personnel.

Cette réunion d'exilés et de pêcheurs était devenue une nation
riche, puissante, belliqueuse à-la-fois et pacifique. Le fruit de
cette modération avait été, sinon une existence exempte de troubles,
du moins la création d'un état indépendant, qui s'affranchissait
peu-à-peu de l'influence des deux empires, entre lesquels il se
trouvait placé, qui traitait avec ses voisins, qui comptait beaucoup
de familles illustres, et dont les princes s'alliaient aux filles des
rois; mais enfin l'état tout entier ne s'étendait pas au-delà des
lagunes et de quelques points de la côte voisine. Une scène nouvelle
va s'ouvrir.

Le commerce, cette profession où l'on tente continuellement la
fortune, n'est pas une école de modération. Les succès inspirent
l'avidité et la jalousie, et celles-ci l'esprit de domination. Le
commerce maritime veut des ports où ses vaisseaux soient accueillis,
de l'autorité là où il achète, des priviléges là où il vend, de la
sûreté pour la navigation, et sur-tout point de rivaux.

Cet esprit d'ambition est au fond le même que celui des conquêtes.
Venise va nous en fournir un exemple.

[Note en marge: XX. Pierre Urseolo II, doge. 991.]

Aucun choix des Vénitiens ne fut justifié par des succès plus grands
et plus utiles que celui du doge Pierre Urseolo II, en 991. Il était
fils de celui qui avait abdiqué le dogat quinze ans auparavant. Comme
il faut que dans la vie de tous les grands hommes il y ait quelque
chose de merveilleux, on répandait que son père avait annoncé que
ce fils serait la gloire de sa patrie, et la sainteté d'Urseolo Ier
donnait à ses espérances paternelles toute l'autorité d'une prophétie.

[Note en marge: Son administration.]

À peine le nouveau doge fut-il sur le trône, que les factions qui
avaient déchiré Venise pendant le règne de son faible prédécesseur
se calmèrent, ou au moins se turent. Les délibérations étaient
fréquemment troublées; le palais avait été ensanglanté plus d'une
fois: Urseolo fit rendre une loi par laquelle tout acte de violence
dans les assemblées publiques serait puni d'une amende de 20 livres
d'or, ou de la mort, pour ceux qui n'auraient pas de quoi payer
l'amende[89]. Homme d'état autant qu'habile guerrier, il s'occupa de
la prospérité du commerce. Il traita avec tous les états de l'Italie
pour assurer des avantages aux vaisseaux et aux marchandises des
Vénitiens. Il acheta, par quelques redevances de petits ports sur
la Livenza, la Piave et le Sile; il prit à ferme les douanes de
quelques princes[90]; il obtint de l'empereur d'Orient que les sujets
de la république seraient exempts de tous droits dans l'étendue de
l'empire, tant dans les ports que dans l'intérieur des terres[91];
ou du moins que les droits seraient réduits dans la proportion de
trente sols d'or à deux; enfin, il s'assura, par une ambassade et par
des présents, la bienveillance des Soudans d'Égypte et de Syrie.

[Note 89: Cette loi est rapportée dans l'_Histoire du commerce de
Venise_, par MARIN, tome II, liv. 3, chap. 3.]

[Note 90: Ibid., ch. 9.]

[Note 91: Il serait difficile de spécifier en quoi consistait cette
exemption de droits. Sabellicus, décad. 1, liv. 4, dit qu'on obtint
en faveur des Vénitiens l'exemption des droits de gabelle et de
port dans tout l'empire. Voyez au surplus sur cette bulle d'or des
empereurs Basile et Constantin, l'_Histoire du commerce de Venise_,
par MARIN, tom. II, liv. 2, chap. [Numéro manquant], et liv. 3,
chap. 8.]

[Note en marge: Commerce des Vénitiens dans l'Adriatique.]

Le commerce intérieur de l'Adriatique était lui-même une source
abondante de richesses pour les Vénitiens. À la faveur des
concessions du patriarche d'Aquilée et des rois d'Italie, leurs
barques remontaient tous les fleuves de la Lombardie et du Frioul,
pour y vendre toutes sortes de marchandises étrangères. Ils étaient
accueillis dans les ports de la Pouille et de la Calabre: sur la
côte orientale du golfe, ils jouissaient de quelques priviléges,
achetés, il est vrai, par un tribut, mais qui n'en étaient pas moins
profitables. Ils tiraient de la Dalmatie du bois à brûler, des vins,
de l'huile, du chanvre, du lin, des grains de toute espèce, et des
bestiaux: la côte septentrionale leur offrait du plomb, du mercure,
des métaux de toute espèce, des bois de construction, des laines, des
draps, des toiles, des cordages, des pelleteries, des fruits secs,
et même des esclaves et des eunuques[92]. Par-tout ils s'emparaient
du commerce exclusif du sel et du poisson salé, et ils répandaient,
dans toutes ces contrées les marchandises de l'Orient[93].

[Note 92: _Storia civile è politica del commercio de' Veneziani_, di
Carlo-Antonio MARIN, tom. II, lib. 2, cap. 3.]

[Note 93: Il commercio parea generalmente essersi ristretto trà poche
terre vicine d'una stessa provincia, concorrenti le une al mercato
dell' altre, come fu sempre necessario costume di tutte le nazioni
anche più rozze e più incolte. Pochi erano quelli, per quel che ne
parli la storia italiana, che facessero allora professione d'un
trafico alquanto più grande e più esteso: i Giudei che, dispersi per
il mondo, ed esclusi da ogni uffizio civile e ordinariamente anche
dall' agricoltura, per non aver beni stabili proprj, alienissimi
per altro canto dal mestier delle armi, furono costretti a impiegar
tutta l' industria, o nell' esercizio della scienza fisica o nella
mercatura: però furono in tutti i paesi del mondo riguardati come i
più intraprendenti e i più avveduti mercatanti, e tali erano essi in
Italia, anchè sotto il regno de' Francesi. Ma frà le nazioni naturali
d'Italia i Veneziani furono, non pure i principali, ma quasi i soli
che esercitassero fin dal nono secolo un vasto commercio. Venezia era
l'emporio non meno d'Italia, che della Grecia, e de' paesi confinanti
con l'Adriatico. Lo scrittor tedesco autore degli annali chiamati
Fuldesi ne lasciò, quasi per incidenza, un bel testimonio; e più si
parla nelle altre memorie di quei tempi, di mercatanti veneziani, che
d'Italiani generalmente. Gli Amalfitani, posti negli ultimi confini
d'Italia, e soggetti, benchè con poca dependenza, all' imperio greco,
esercitarono anch' essi sotto i rè francesi la mercatura, ma il
commercio loro fiori specialmente nel seguente secolo decimo, e i
Pisani e i Genovesi, che poi tanto grido ebbero per tutti i porti del
Mediterraneo e gareggiarono di credito, di potenza, con gli stessi
Veneziani, non prima del secolo undecimo comminciarono ad acquistar
nome. (DENINA, _Rivoluzioni d'Italia_, tom. II, lib. 8, cap. 12.)]

C'était à la faveur d'un commerce si étendu, que Venise, jusque-là
sans territoire, armait des flottes, et que, placée entre deux
empires, elle avait su résister à l'un, et se faire rechercher de
l'autre.

Ces avantages étaient considérables; mais, pour en jouir
paisiblement, il fallait être délivré de ces pirates de Narenta,
qui, depuis cent cinquante ans, fatiguaient le commerce de Venise de
leurs entreprises continuelles. Ils ne lui fournissaient pas dans le
moment un prétexte pour les attaquer; seulement ils réclamaient le
tribut annuel que la république leur avait promis, à quoi le doge
répondit qu'il irait bientôt le leur porter lui-même[94]. Leurs
courses étaient dirigées alors contre les peuples établis le long
de l'Adriatique: les Istriens, les Liburniens, et les Dalmates. Il
y avait des brigands à réprimer, des faibles à secourir; ce fut une
occasion pour les assujettir tous à-la-fois.

[Note 94: Cæperuntque iterum censum importunè ducis exigere, quibus
dux pro illorum ignominiâ demandans non perquemlibet nunciorum hunc
mittere curo, sed vitâ comitè ad hanc persolvendam dationem venire
ipse non denegabo. (_Chronique attribuée à Sagornino_, publiée par
Zanetti.)]

Diverses nations s'étaient établies successivement sur ces côtes;
elles avaient dépendu d'abord de leurs chefs, ensuite des empereurs
d'Orient pour la Dalmatie et des empereurs d'Occident pour ce qui
était au nord: ces deux empires s'étaient affaiblis; diverses villes
de commerce s'étaient élevées sur ce littoral; elles se regardaient
à-peu-près comme indépendantes, et elles auraient trouvé dans la
navigation une source assurée de prospérité, sans l'incommodité qui
résultait pour elles du voisinage des Narentins.

Il n'y a point d'invraisemblance à conjecturer que Venise ne voyait
pas sans quelque inquiétude, ou sans jalousie, des peuples libres,
industrieux, bons marins, établis sur toute la côte orientale de
l'Adriatique.

[Note en marge: XXI. Les peuples de la Dalmatie implorent le secours
de la république contre les pirates.]

Les historiens vénitiens racontent que tous ces peuples, comme d'un
concert unanime, envoyèrent des députés à Venise, pour implorer des
secours contre les pirates, offrant de se donner à la république, si
elle les en délivrait[95]. Il n'y a guères de peuples qui veuillent
se donner; on ne connaît point de magistrats qui aient le droit de
donner les peuples: cette députation, s'il est vrai qu'elle ait eu
lieu, ferait plus d'honneur à la politique de ceux qui la reçurent,
qu'à la sagesse de ceux qui l'envoyèrent.

[Note 95: L'auteur de l'_Histoire de Trieste_, le P. Irénée della
Croce, liv. 8, chap. 7, raconte cet évènement de la même manière:
«Offerendo a piedi del doge, con la propria soggetione, anco el
vassalagio.» Il ajoute qu'on ne sait pas si les Vénitiens possédaient
déjà Trieste, ou pour quelles raisons ils négligèrent cette occasion
de la soumettre.]

[Note en marge: Armement pour cette expédition. 997.]

Quoi qu'il en soit, les Vénitiens s'empressèrent de faire un armement
considérable, pour aller secourir ou assujettir leurs voisins, et
le doge, après avoir reçu des mains de l'évêque l'étendard de la
république, se mit en mer au printemps de l'an 997.

[Note en marge: Soumission de Parenzo.]

[Note en marge: Pola.]

[Note en marge: Trieste, Capo-d'Istria, etc.]

Il se dirigea d'abord vers Parenzo sur la côte d'Istrie. Dès que la
flotte vénitienne fut à la vue du port, l'évêque et les principaux
magistrats vinrent à bord du vaisseau que montait le doge, protester
de leur dévouement et de leur fidélité. Urseolo mit quelques troupes
à terre, fit son entrée dans la ville, en prit possession, alla
faire ses dévotions sur le tombeau de saint Maure, leva l'ancre le
lendemain et vogua vers Pola, où il fut reçu de la même manière.
Il s'y arrêta quelques jours, parce que les peuples des environs
venaient solliciter la faveur d'être adoptés par la république et
amenaient au doge des soldats qu'il distribua sur ses vaisseaux.
Entre les villes dont il reçut le serment on cite Capo-d'Istria,
Pirano, Isola, Emone, Rovigno et Humago. Les historiens ne sont pas
d'accord sur Trieste. Il y en a qui la comprennent parmi les villes
qui se soumirent; d'autres n'en font point mention.

[Note en marge: Zara.]

[Note en marge: Corytte, Arbo.]

Le même accueil attendait le doge à Zara, ville qui avait dès
long-temps des relations de commerce et d'amitié avec Venise. Tout
le peuple vint à sa rencontre en le saluant des noms de libérateur
et de seigneur[96]. Là il reçut les évêques et les députations de
Corytte et d'Arbo qui vinrent, suivant les expressions d'un auteur
vénitien[97], lui demander la paix; en ajoutant qu'après les prières
qu'on faisait pour l'empereur, en célébrant le service divin, on en
ferait pour le doge.

[Note 96: SABELLICUS, _Hist. Venet._, décad. 1, lib. 4.]

[Note 97: _Ibid._, voyez aussi la chronique attribuée à Sagornino.]

[Note en marge: Négociation avec le roi de Croatie.]

Mulcimir, roi de Croatie, inquiet de l'approche de l'armée d'Urseolo,
lui envoya demander son amitié, en lui offrant des secours et cette
négociation se termina même par le mariage de la fille du doge avec
Étienne fils de Mulcimir.

Pendant ce temps dix galères de la flotte vénitienne furent
envoyées pour occuper l'île de Chama et ravager le pays des
Narentins. D'autres allèrent à la rencontre d'une flotte marchande
qu'attendaient les pirates et l'enlevèrent.

[Note en marge: Soumission de Trau, Spalato, Sebenigo, etc.]

[Note en marge: Conquête de Curzola et de Lesina.]

Arrivé à Chama, le doge reçut l'hommage des villes de Belgrado et de
Trau[98]; Spalato, Salone, Sebenigo, None, Coronata, Pago, Ossero,
Lissa, imitèrent cet exemple. Deux îles seulement Corcyre la noire,
aujourd'hui Curzola, et Lesina, refusèrent de se soumettre. Le
doge n'hésita pas à les assiéger. Corcyre était sans défense, et
fut emportée sans difficulté; mais Lesina passait pour une place
inexpugnable, c'était le repaire des Narentins; la ville était
dans une situation fort escarpée, fortifiée par l'art et défendue
par une nombreuse garnison. C'était cette même place dont mille
ans auparavant Vatinius écrivait à Cicéron[99]: «J'ai forcé quatre
enceintes, escaladé quatre tours, emporté une citadelle, et je me
suis vu contraint d'abandonner ma conquête.» La flotte vénitienne
bloqua le port, et l'armée investit la ville; des sommations, des
propositions furent adressées inutilement aux assiégés, ils étaient
résolus à tenter le sort des armes.

[Note 98: L'auteur des _Memorie istoriche di Trau_, Jean Lencio,
raconte que les Vénitiens y furent reçus comme des libérateurs; mais
il écrit d'après la chronique de Dandolo.]

[Note 99: _Epistolæ ad familiares_, lib. 5, ep. 10.]

L'attaque fut ordonnée. On commença par lancer une grêle de traits
sur les remparts, les assiégés, quoiqu'ils y répondissent avec
courage, furent obligés de s'écarter pour se mettre à l'abri;
aussitôt les Vénitiens gravissent sur le rocher, les échelles sont
appliquées aux murailles; les assiégés accourent pour repousser
l'assaut; mais on monte de tous côtés, le nombre des assaillants
augmente à chaque instant, la garnison plie et les Vénitiens se
précipitent avec elle dans la ville. Il se fit un horrible carnage;
le doge arriva pour le faire cesser, accorda la vie aux vaincus, leur
ordonna d'évacuer la place, et les fit transporter à Saint-Massimo.

Ce fut sur le lieu même de sa victoire qu'Urseolo reçut les députés
de Raguse qui vinrent prêter pour leur ville le serment de fidélité à
la république.

[Note en marge: XXII. Guerre contre les Narentins; ils sont vaincus.]

La Dalmatie était soumise ou conquise; il restait à châtier les
Narentins. Il fallait que ce peuple eût obtenu précédemment contre
les Vénitiens un succès bien important, car la république leur
payait un tribut annuel. Le golfe de Narenta se trouvait sans
défense par la prise des îles de Curzola et de Lesina. Le doge fit
débarquer ses troupes, et livra le pays à la fureur du soldat. Tout
fut mis à feu et à sang, tout fut détruit, les habitants étaient
égorgés sans distinction; ce qui put échapper vint se mettre à la
discrétion du vainqueur. Les conditions qu'il leur dicta furent
telles qu'on pouvait les attendre, après une guerre de cent soixante
ans, qui se terminait par une horrible catastrophe: plus de tribut,
défense d'armer en course, ordre de respecter le pavillon vénitien
et indemnité de toutes les pertes occasionnées aux sujets de la
république. Ainsi se termina cette longue lutte entre Venise et les
pirates, qui devint pour la république l'occasion de la plus belle
conquête; et qui la mettait en état de tirer désormais de son propre
territoire tous les objets de première nécessité qu'elle n'avait pas,
les grains, le vin, l'huile, les bestiaux, le chanvre et le bois.
Mais ce n'était pas tout de trouver dans ces nouvelles possessions
des ports, des marchandises, des matelots; il y avait une population
de consommateurs à rendre tributaire du commerce de Venise.

Il nous reste à voir comment les Vénitiens en usèrent envers les
peuples qui s'étaient donnés à eux.

[Note en marge: XXIII. Le gouvernement de la république établi dans la
Dalmatie.]

Urseolo ramenant à Venise son armée victorieuse y fut reçu avec
des transports de joie. On décida que désormais le doge dans ses
actes ajouterait au titre de duc de Venise celui de duc de Dalmatie.
Quant à la forme du gouvernement de ces provinces, on ne distingua
point celles dont la soumission avait été spontanée de celles qu'il
avait fallu conquérir. On envoya dans chacune un magistrat, qui,
sous le titre de Podestat, les gouvernait au nom de la république.
Ces magistrats étaient à la nomination du doge, qui les choisit
parmi les familles vénitiennes les plus considérables[100] et cet
usage, constamment observé depuis, ne laissa pas à ces nouveaux
sujets la moindre part, je ne dis pas aux affaires générales de la
république, je ne dis pas aux diverses élections, mais même dans
l'administration intérieure de leur pays. Cette condition était telle
qu'il est difficile de croire que ces peuples s'y soient soumis
volontairement, uniquement pour se délivrer du voisinage de quelques
pirates. Comment se persuader qu'ils se soient remis à la discrétion
de ceux qu'ils invoquaient comme des libérateurs? et, en supposant
cette insouciance, ou cette légèreté, dans la classe ignorante et
pauvre, qui ne pouvait prendre aucune part aux affaires, on ne peut
pas douter qu'il n'y eût parmi ce peuple des riches, des magistrats,
des hommes puissants; or l'intérêt de ceux-ci les avertissait, bien
certainement, qu'il leur importait de stipuler des conditions qui
leur conservassent au moins une existence équivalente à celle dont
ils jouissaient déjà.

[Note 100: Othon Urse à Raguse, son fils à Spalato, Dominique
Polani à Trau, Jean Cornaro à Sebenico, Vital Michel à Belgrado.
(_Sabellicus_, décad. I, lib. 4.)]

Je n'ai point de titres à opposer aux historiens vénitiens, mais il
me semble qu'ici le raisonnement peut suppléer à la critique. Leur
récit me paraît invraisemblable, et je crains bien, pour l'honneur
de l'humanité, que, pour expliquer la réunion de l'Istrie et de
la Dalmatie à la république, il ne faille recourir à la force des
armes ou à la corruption. Cette conquête était tellement utile
aux Vénitiens qu'il est impossible de ne pas croire qu'elle eût
été préméditée. L'Istrie est un pays pierreux, la Dalmatie une
langue de terre resserrée entre des montagnes et la mer; mais la
côte d'Italie qui longe l'Adriatique est malsaine, plate et par
conséquent sans abri. Les navigateurs sont obligés de raser la côte
opposée, où les canaux, qui séparent une multitude d'îles, offrent
des ports excellents; et toutes ces îles, tout le littoral, abondent
en matériaux pour les constructions navales, en denrées; enfin la
population de ces contrées est non-seulement belliqueuse, mais
accoutumée à la mer. Ces avantages font sentir l'importance de cette
acquisition, sur-tout pour une puissance située au fond du golfe et
qui aspirait à devenir puissance maritime.

Je me hâte de terminer l'histoire du règne d'Urseolo. La
considération qu'il s'était si justement acquise lui fournit les
moyens de rendre de nouveaux services à sa patrie. L'empereur Othon
III voulut être le parrain de son fils; cet empereur, ayant eu envie
de voir Venise, y vint passer trois jours. Le doge profita de cette
occasion pour obtenir de nouvelles franchises en faveur du commerce,
et une démarcation plus favorable des limites de la république.

[Note en marge: XXIV. Abolition d'un tribut que la république devait
à l'empereur d'Occident.]

Il existait encore un usage, qui était sans doute un reste de
l'ancienne dépendance de Venise à l'égard des empereurs d'Occident.
Tous les ans la république leur envoyait un manteau de drap d'or.
Othon, devenu l'hôte des Vénitiens à leur insu, voulut bien abolir
cette redevance à la prière du doge[101].

[Note 101: _Pallium quidem quod pro pacti foedere à Veneticis
suprà quinquaginta libras persolvebatur, eidem suo compatri duci
perpetuâ scribtione donabat._ Chronique attribuée à Sagornino; à
quoi l'éditeur Zanetti ajoute: _Scilicet pro rebus, privilegiis
et immunitatibus quibus Venetici in Italico regno gaudebant._ Il
cherche, comme on voit, à faire passer cette redevance pour le prix
des concessions faites au commerce vénitien, et non pour une marque
de vassalité.]

Voici quelles furent les principales concessions obtenues par
Urseolo en faveur du commerce: Basile et Constantin confirmèrent
par une bulle d'or tous les priviléges des Vénitiens dans l'Orient.
L'empereur d'Occident, Othon III, leur accorda non-seulement
l'exemption de tous droits dans l'étendue de son empire, mais leur
permit la jouissance de trois ports dans le voisinage des lagunes.
On croit[102] que ces trois ports étaient Trévise, Campalto, et
Saint-Michel-del-Quarto, voisin des ruines d'Altino et traversé
par l'ancienne voie romaine _Claudia-Augusta_, qui établissait la
communication entre l'Italie et la Germanie.

[Note 102: _Memorie storico-civili sopra le successive forme del
governo de' Veneziani_, da Sebastiano CROTTA.]

L'évêque de Cénéda accorda aux Vénitiens le port de Settimo sur la
Livenza, et celui de Villono sur le Lamène.

L'évêque de Bellune avait montré d'abord des dispositions moins
favorables; il avait même saisi les biens que les anciens habitants
d'Héraclée possédaient dans son diocèse. Le doge fit cesser toute
communication avec le Bellunois: ce territoire se trouva tout-à-coup
privé de sel et de tout ce que lui fournissaient les lagunes.
L'évêque fut réduit à demander grâce, et à restituer les biens qu'il
avait séquestrés.

[Note en marge: Magnificence d'Urseolo.]

Dans les loisirs de la paix Urseolo employa noblement sa fortune à
relever des monuments publics. Son père avait fondé un hôpital et
fait rebâtir, à ses frais, le palais et l'église de Saint-Marc: le
fils fit reconstruire la métropole de Grado, d'autres disent même la
ville[103] et plusieurs édifices dans Héraclée. Cette magnificence
peut faire juger à quel degré de splendeur étaient parvenues les
grandes familles; celle-ci n'était élevée à la dignité ducale que
depuis une génération.

[Note 103: SABELLICUS, décade I, lib. 4.]

[Note en marge: Ses alliances.]

Urseolo était sans contredit le doge à qui ses services et sa gloire
avaient donné le plus d'autorité. Il aurait pu, comme plusieurs
autres, assurer sa dignité à son fils en se l'associant; mais il
s'abstint de cet acte peu populaire, et les Vénitiens surent lui en
tenir compte, en prononçant solennellement cette adjonction. Ce fils
qu'on lui donnait pour collègue venait d'épouser une nièce de Basile
et de Constantin, empereurs d'Orient.

Ainsi la famille du doge de Venise s'alliait de deux côtés aux
familles couronnées; mais tant de félicités touchaient à leur terme.
Ce fils qui devait lui succéder, cette belle-fille d'un sang royal,
il allait les voir périr dans ses bras et de la maladie la plus
affreuse. La peste et la famine vinrent dévaster Venise. Le courage
du doge eut encore cette déplorable occasion de s'illustrer; sa
générosité, ses soins affectueux, l'activité de son administration,
lui acquirent de nouveaux droits à une éternelle reconnaissance.
Enfin Venise le perdit; et comme s'il eût pu se croire encore
redevable envers sa patrie, il affecta les deux tiers de son bien aux
besoins de l'état, n'en laissant que le tiers à trois fils qui lui
restaient et dont l'aîné lui succéda en l'an 1006.

[Note en marge: XXV. Othon Urseolo, doge. 1006.]

Othon Urseolo était encore fort jeune, mais son nom lui concilia
tous les suffrages. Il prenait les rênes d'un état dont son père
avait étendu les limites. Cet accroissement de puissance donnait
à la république de nouveaux rapports: elle allait se trouver en
contact avec des voisins, qui jusque alors lui avaient été à-peu-près
inconnus. La Hongrie, cette contrée d'où tant de barbares étaient
sortis autrefois pour effrayer Venise, était alors gouvernée par un
roi qui rechercha l'amitié du doge. Le mariage d'Othon avec la fille
de ce roi cimenta cette alliance et fournit une nouvelle preuve de la
considération attachée à la dignité de doge et au nom d'Urseolo.

[Note en marge: Guerre contre la ville d'Adria, qui est ruinée.]

On se rappelle que l'empereur d'Occident Othon II, irrité contre
Venise par la faction des Caloprini, avait défendu aux villes
d'Italie toute communication avec la république. Capo-d'Argere ou
Cavarzéré, réduite à l'extrémité par le défaut de subsistances,
s'était rendue à l'empereur, qui, pour encourager les défections,
avait récompensé la soumission de cette ville, en lui donnant
le territoire de Lorédo. On s'était raccommodé avec l'empereur.
Cavarzéré était rentrée sous l'autorité de la république, avec son
nouveau territoire, de manière que ce différend avait fini par une
espèce de conquête.

Il y avait à-peu-près trente ans que Venise en jouissait, lorsque la
ville d'Adria essaya de faire valoir quelques prétentions qu'elle
croyait avoir sur le Lorédan. Les habitants d'Adria commencèrent
par une invasion. Le doge marcha contre eux, les défit entièrement,
assiégea leur ville, la prit, et la ruina pour jamais. L'évêque et
les principaux citoyens furent contraints d'aller à Venise signer
une renonciation formelle à toutes prétentions sur le territoire en
litige[104].

[Note 104: Cet acte est rapporté dans MURATORI: «_Antiquitatis
italicæ medii ævi._» Dissert. 5, p. 241. Il est sous la date de 1017.]

[Note en marge: XXVI. Guerre contre le roi de Croatie.]

Les nouveaux domaines de la république ne pouvaient manquer
d'appeler l'attention du doge. Mulcimir, roi des Croates, quoique son
beau-frère, profita du moment où les Vénitiens étaient occupés dans
le Lorédan, pour mettre le siége devant Zara. Othon parut presque
aussitôt à l'entrée du port, débarqua ses troupes, livra bataille aux
Croates, remporta une victoire décisive, et força son beau-frère à
lui demander la paix.

Une protection si efficace, accordée si vite et de si loin, devait
lui attacher les peuples de la Dalmatie. Il montra sa flotte dans
leurs diverses îles, visita leurs villes principales, gagnant partout
les coeurs par son affabilité, et rentra dans Venise où le malheur
l'attendait.

[Note en marge: XXVII. Conspiration contre le doge. 1026.]

[Note en marge: Il est déposé et exilé.]

Il régnait déjà depuis vingt ans[105], il avait fait admirer son
activité et son courage, on ne pouvait que bénir sa modération;
cependant des factieux entreprirent de le chasser du trône et y
réussirent. Un homme d'une famille considérable, Dominique Flabenigo,
se mit à leur tête, pour accuser de tyrannie celui qui avait exercé
d'une manière si digne d'éloges un pouvoir dont l'origine était si
légitime; ils le surprirent dans son palais, lui rasèrent la barbe,
et l'envoyèrent en exil.

[Note 105: SABELLICUS, décad. I, liv. 4, ne le fait régner que cinq
ans; la chronique de François Sansovino, quinze ans, de 1009 à 1026,
et la chronique intitulée, _Series ducum venetorum_, jusqu'en 1028.]

Venise dut être indignée de cet attentat, qui la privait de l'un
des meilleurs princes qui l'eussent gouvernée; cependant, grâce
aux nombreux exemples qu'on en avait vus, tel était l'effet d'une
déposition, même illégale, que l'on s'assembla pour procéder à une
nouvelle élection. Le chef des factieux ne profita point cette fois
de son crime. Les suffrages publics déférèrent la couronne ducale à
Pierre Centranigo, qui était[106] de la famille des Barbolani.

[Note 106: SABELLICUS, Hist. Venet., décad. I, lib. 4.]

[Note en marge: XXVIII. Pierre Centranigo, doge. 1026.]

[Note en marge: Autre conspiration contre Centranigo. Il est déposé.
1029.]

Déjà les Barbolani s'étaient montrés dans les factions; le massacre
d'un doge, de Pierre Tradenigo, les avait signalés cent ans
auparavant. Cette famille avait été exilée de la république. On
rapprocha toutes ces circonstances et on en conclut, justement ou
non, que le nouveau doge n'avait pas été étranger à la révolution
qui l'appelait au trône. Il n'en fallut pas davantage pour indisposer
les esprits contre lui. Son mérite et sa modération ne purent
jamais les lui concilier. Il eut beau gouverner avec prudence; il
eut beau réprimer deux fois avec fermeté les entreprises toujours
renaissantes du patriarche d'Aquilée sur Grado: on conspira contre
lui. À la tête de cette nouvelle conjuration était le patriarche de
Grado, l'un des frères du doge déposé. Il s'était enfui à la nouvelle
de la dernière révolution; Centranigo l'avait rappelé, lui avait
fait reprendre possession de son siége, lui avait donné toutes les
sûretés possibles, sans que ces procédés pussent éteindre les désirs
de vengeance dans le coeur du patriarche. Il entretint les rumeurs
populaires, fomenta le mécontentement et parvint à exciter une
nouvelle sédition, dans laquelle le doge, après quatre ans de règne,
fut déposé, revêtu d'un froc et jeté dans un monastère.

[Note en marge: Rappel d'Othon Urseolo. Il meurt.]

Tous les voeux rappelaient Othon, tous les coeurs étaient pour cette
famille. Othon n'avait point dégénéré de son illustre père. On
envoyait des ambassadeurs pour le ramener de Constantinople, où il
s'était retiré. Le patriarche, venait d'être chargé de l'exercice
provisoire de l'autorité jusqu'à l'arrivée du doge; il faisait
déclarer traître à la patrie le chef des factieux qui avaient détrôné
son frère; Dominique Flabenigo était en fuite. Qui l'eût dit que ce
factieux, ce traître, allait être investi légalement du pouvoir; que
cette illustre famille touchait au moment de se déshonorer et d'être
proscrite pour jamais? L'histoire est faite pour donner de graves
leçons à la prudence humaine.

[Note en marge: XXIX. Dominique Urseolo veut s'emparer du trône.
1030.]

Les ambassadeurs qui allaient chercher Othon le trouvèrent mort.
Le patriarche au désespoir abandonna le gouvernement. On allait
s'occuper d'une nouvelle nomination, lorsque leur troisième frère,
Dominique Urseolo, entreprit de s'emparer du dogat comme d'un
patrimoine.

[Note en marge: On se révolte contre lui. Il est chassé. Sa famille
est proscrite pour jamais.]

Sans consulter, sans daigner solliciter ou gagner les suffrages,
alléguant seulement sa qualité de fils et de frère des deux derniers
doges légitimes, il s'empara du palais et du gouvernement. Cette
témérité excita une indignation générale. Ce qui choque le plus dans
les usurpations, ce n'est pas la passion de dominer, qui est commune
aux prétendants légitimes comme aux usurpateurs, c'est le mépris dont
les nations ont à se plaindre. Sur le trône, le mépris qu'on affecte
est encore plus dangereux que celui qu'on inspire.

Tout le peuple se souleva. Assailli dans ce palais bâti par son
aïeul, où son père et son frère avaient régné, où la veille il
s'était établi lui-même de sa propre autorité, Dominique Urseolo
voulut d'abord se défendre, comme s'il eût eu affaire à des rebelles;
mais sur le point de payer de son sang son usurpation, il parvint à
s'évader, et alla mourir à Ravenne.

[Note en marge: XXX. Dominique Flabenigo, doge. 1030.]

Dans les crises politiques, les passions les plus dangereuses offrent
quelquefois une ressource. La haine de Flabenigo pour les Urseolo
devint un mérite. Il fut rappelé, élu, installé sur le trône ducal.
Tout ce qu'on lui demandait c'était d'y porter cette haine. Il
assembla le peuple, peignit avec toute la véhémence de la passion
l'attentat d'Urseolo, le péril de la république, et finit par
proposer la proscription éternelle du nom le plus illustre jusque
alors dans les fastes vénitiens. On ne se rappela ni la Dalmatie
conquise, ni les Narentins détruits, ni quarante ans d'une sage
administration, ni les sentiments qu'on éprouvait quelques jours
auparavant; un crime irrémissible avait tout fait oublier. L'arrêt
fut porté, la proscription fut générale, on punit la tyrannie en
l'imitant. La famille entière fut chassée, et ses nobles descendants,
toujours traités en ennemis publics, pour la faute d'un seul, n'ont
jamais pu trouver un asyle ni sur ces rivages que leurs ancêtres
avaient soumis, ni dans ces villes qu'ils avaient rebâties, ni dans
cette capitale ingrate qu'ils avaient ornée de glorieux monuments.

Admirons ici le cours toujours imprévu des choses humaines: un
factieux occupe légitimement le trône, et c'est lui qui va opposer
une digue insurmontable à l'ambition. La passion va conseiller la
résolution la plus sage, la plus salutaire.

[Note en marge: Abolition de toute association au dogat.]

Flabenigo représenta que, depuis trois cents ans, la plupart des
doges avaient tenté de perpétuer cette dignité dans leur famille. Il
y avait eu douze héritiers de l'autorité désignés avant la mort de
leur père ou de leur frère, cinq dans une seule maison; plusieurs,
ce qui était plus monstrueux encore, y avaient été associés par un
abus de cette autorité même, sans consulter le peuple; pas un n'avait
justifié les espérances qu'on en avait conçues; on s'était vu obligé
d'en punir quatre de l'exil ou de la mort[107].

[Note 107: Voici la liste des doges associés au pouvoir du vivant de
leur père ou de leur frère:

  Jean Galbaio, associé à son père Maurice.
  Maurice Galbaio, associé à son père Jean.
  Béat,         }
  Valentin      } associés à Obelerio, leur frère.
  Jean Participatio,       }
  Justinien Participatio,  }  associés à Ange, leur père.
  Ange Participatio, associé à Justinien, son père.
  Jean Participatio, associé à Justinien, son frère.
  Jean Tradenigo, associé à Pierre, son père.
  Jean Participatio, associé à Urse, son père.
  Pierre Candiano IV, associé à Pierre Candiano III, son père.
  Jean Urseolo, associé à Pierre Urseolo II, son père.
  Béat, Valentin, Ange Participatio, le fils de Justinien,
    Jean Tradenigo, et Jean Urseolo, moururent avant de régner seuls.
  Jean Galbaio, Maurice Galbaio, Jean Participatio Ier, furent déposés;
    Pierre Candiano IV fut massacré.]

Il fallait abolir cette odieuse coutume, qui, sous prétexte de
prévenir les troubles de l'élection, devait finir par la supprimer.
Cette proposition fut accueillie d'une voix unanime, et une loi
fondamentale fut rendue, qui interdisait toute désignation d'un
successeur avant la mort du doge régnant. Sans cette loi, qui a été
constamment observée depuis, la république devenait une principauté
héréditaire.

Cet acte est le seul monument qui nous reste du règne de Flabenigo.
Ce règne fut tranquille et dura à-peu-près dix ans.

[Note en marge: XXXI. Dominique Contarini, doge. 1041.]

Après la mort du doge, on élut Dominique Contarini. Il était d'une
famille illustre, d'un caractère plein de sagesse. Il gouverna
Venise pendant vingt-six ans. Il eut à réclamer l'intervention du
pape contre les prétentions du patriarche d'Aquilée, qui entreprenait
à chaque occasion la conquête de l'église de Grado. Cette fois il s'y
était pris à main armée; mais la mort de ce turbulent patriarche vint
mettre fin au différend.

[Note en marge: Révolte de Zara, qui se donne au roi de Croatie.]

[Note en marge: Siége et Soumission de Zara. 1065.]

Une affaire plus sérieuse, ce fut la révolte de la ville Zara. Les
troubles qui avaient agité la république avaient fait négliger les
colonies, et devaient leur inspirer la tentation de secouer le joug.
La ville de Zara, que le roi des Croates remuait par ses intrigues,
se donna à ce prince, lui envoya prêter serment par des députés, et
chassa le podestat vénitien. Contarini partit sur-le-champ à la tête
d'une flotte formidable. La ville se détermina à soutenir un siége.
Le doge le poussa vivement, réduisit Zara à la dernière extrémité,
et, lorsque les habitants se furent rendus à discrétion, il usa de
la victoire avec modération. Au lieu d'exercer tous les droits de la
force, au lieu de traiter les vaincus en rebelles, il les rétablit
simplement dans la position d'où ils avaient voulu sortir; en se
contentant de les menacer de la vengeance de la république, s'ils ne
restaient sujets soumis. Cette clémence n'empêcha pas les Dalmates de
provoquer bien souvent encore le courroux de leurs souverains.

[Note en marge: XXXII. Dominique Silvio, doge. 1069.]

Dominique Silvio succéda à Contarini. Pendant son règne, les princes
normands, qui s'étaient emparés de l'Italie méridionale, faisaient la
guerre à l'empire d'Orient. Ils assiégeaient Durazzo.

[Note en marge: Guerre contre les Normands, qui sont battus. 1083.]

[Note en marge: La flotte vénitienne détruite l'année suivante. 1084.]

Les Vénitiens ne pouvaient voir sans inquiétude ce peuple belliqueux
établi dans la Sicile, dans la Pouille, dans la Calabre, et sur-tout
ils ne devaient pas souffrir que, par la conquête de Durazzo, ils
devinssent les voisins des Dalmates, dont les dispositions à la
révolte venaient de se manifester. L'empereur grec ayant sollicité
le secours de la république, le doge se mit lui-même à la tête de
la flotte destinée à débloquer Durazzo, attaqua l'armée navale
des Normands, la battit complètement, l'obligea de rentrer dans
ses ports, et pour cette fois sauva la place[108]. Mais Robert
Guiscard, roi des Normands, reparut devant Durazzo avec une nouvelle
flotte. Le doge accourut, pour le combattre encore, avec plus de
confiance qu'auparavant. Cette confiance fut trompée. Les Normands
se défendirent avec une telle vigueur que presque toute la flotte
vénitienne fut prise ou coulée à fond. Accoutumés depuis long-temps
à voir rentrer leurs armées victorieuses, les Vénitiens, lorsqu'ils
virent arriver les débris de celle-ci, s'en prirent au doge de leur
malheur et le déposèrent[109]. C'est sous ce prince, dit-on[110], que
l'église de Saint-Marc fut achevée ou rebâtie.

[Note 108: Voici des vers d'un poëte du temps qui font allusion
à cette expédition, et qui attestent la puissance maritime des
Vénitiens à cette époque:

  «Non ignara quidem belli navalis, et audax
  Gens erat hæc: illam populosa Venetia misit,
  Imperii prece, dives opum, divesque virorum,
  Qua sinus Adriacis interlitus ultimus undis,
  Subjacet arcturo. Sunt hujus moenia gentis
  Circumsepta mari; nec ab ædibus alter ad ædes
  Alterius transire potest nisi lintre vehatur.
  Semper aquis habitant; gens nulla valentior istâ
  Æquoreis bellis, ratiumque per æquora ductu.»

(Guillelmus APULUS, _Poëme des Normands_, liv. 4.)

Muratori l'a inséré dans sa collection _Rerum italicarum_, tom. V.]

[Note 109: SABELLICUS, décade 1, liv. 5.]

[Note 110: TIRABOSCHI.]

[Note en marge: XXXIII. Vital Fallier, doge. 1084.]

La guerre contre les Normands continua sous Vital Fallier, successeur
de Silvio. Les armes de la république n'y furent pas plus heureuses.
Cependant, comme cette guerre avait été entreprise à la sollicitation
d'Alexis Comnène empereur d'Orient, le doge mit un prix à ces
sacrifices: il demanda que l'empereur renonçât, en faveur de la
république, aux droits de souveraineté, déjà presque oubliés, mais
qu'il prétendait encore sur la Dalmatie. Alexis ne pouvait guère s'y
refuser; l'empire était sur son déclin; ce n'était pas le moment de
faire valoir de vaines prétentions.

Ce secours que le doge Vital Fallier fournit à l'empire d'Orient,
fut reçu avec une telle reconnaissance, que l'empereur accorda
aux Vénitiens la libre entrée de tous ses ports, déclara qu'ils
seraient considérés à Constantinople, non comme étrangers, mais comme
nationaux, et soumit tous les négociants d'Amalfi, qui aborderaient
sur les côtes de l'empire, à payer une redevance annuelle de trois
_perperi_ à l'église de Saint-Marc[111]. C'était rendre la république
d'Amalfi tributaire de celle de Venise.

[Note 111: _Memorie storico-civili sopra le successive forme del
governo de' Veneziani_, da Sebastiano CROTTA.]

[Note en marge: Établissement des foires.]

Ce fut à-peu-près vers ce temps-là que les Vénitiens établirent des
foires pour la facilité des échanges commerciaux. Il y en avait
déjà à Rome et à Pavie. Les réunions auxquelles les pratiques de
dévotion donnaient lieu en avaient fait naître l'idée. La pompe des
cérémonies, la fréquence des miracles, les grâces accordées par
le souverain pontife, attiraient, à certains jours, un concours
nombreux de nationaux et d'étrangers. Les spéculateurs aperçurent
bientôt le parti qu'il y avait à tirer de cette affluence: les
marchands vinrent augmenter le nombre des pélerins, et ajouter un
nouvel intérêt à celui du pélerinage. Les prêtres ne dédaignèrent
point ces auxiliaires: l'église et le gouvernement s'accordèrent à
les favoriser. Des immunités, des franchises, des indulgences, des
spectacles, invitèrent les peuples à venir grossir ce concours,
et on ne négligea rien pour accroître la célébrité du patron qui
l'attirait, ou pour se procurer de nouvelles reliques fameuses par
des miracles.

Les Vénitiens ne se contentèrent pas d'instituer une foire en
l'honneur de saint Marc, leur protecteur, et de plusieurs autres
saints; ils achetèrent par-tout des reliques, et on assure même que,
n'ayant pu acquérir le corps de saint Taraise, ancien patriarche
de Constantinople, parce que les moines grecs qui le possédaient
s'étaient absolument refusés à le leur vendre, ils prirent le parti
de le dérober[112].

[Note 112: Di queste fortune, le quali accrescevano la riputazione
della nuova Venezia in tutto 'l mondo Cristiano, come trà l'altro,
fù quella del corpo di S. Tarasio rubato a un convento di monaci
renittenti a venderlo o a donarlo.--(_Storia civile e politica del
commercio de' Veneziani_ di Carlo-Antonio MARIN, tom. II, lib. 4,
cap. 4.)]

[Note en marge: XXXIV. Vital Michieli, doge. 1094.]

[Note en marge: Croisades.]

Nous venons de voir la république faire ses premières tentatives
de conquêtes: sa principale ambition devait être de dominer sur
l'Adriatique; elle a cherché d'abord à s'en assurer les rivages,
mais elle n'a point porté ses armes au-delà. Maintenant de nouveaux
intérêts l'appellent en Orient. Un nouveau peuple venait d'envahir
ces contrées; l'empire fondé par Constantin allait être démembré;
si les Vénitiens voulaient être les intermédiaires du commerce de
l'Europe et de l'Asie, il fallait qu'ils fissent respecter leur
pavillon sur toutes les côtes du fond de la Méditerranée, qu'ils
sussent y former des établissements, et profiter de la chute de
l'empire, pour acquérir quelques positions fortifiées, d'où ils
fussent à portée de protéger leur commerce et de menacer leurs
ennemis. Pendant ce temps l'Europe entière, entraînée par d'autres
passions, courait aux armes. Pour les hommes d'état, il s'agissait
de repousser des peuples, sectateurs d'une religion nouvelle, qui
menaçaient d'envahir toute la chrétienté: pour tout le reste, il
s'agissait d'acquérir le ciel, en délivrant le tombeau du Sauveur,
profané par les infidèles. Les Vénitiens avaient deux intérêts
opposés; d'une part ils devaient désirer l'expulsion des Sarrasins,
et se tenir en mesure d'être admis au partage des conquêtes; de
l'autre, si tant de nations européennes formaient des établissements
dans le Levant, les avantages dont les Vénitiens y avaient joui
jusque alors cessaient d'être des priviléges.

L'empereur grec, qui ne voyait pas ces armements sans alarmes,
avait invité la république à n'y prendre aucune part. Quoique cet
empire fût dans un état de décadence, il méritait des ménagements,
sur-tout tant qu'il se montrait disposé à favoriser exclusivement
les Vénitiens. Ces considérations suspendirent leur résolution;
ils furent les derniers à partager l'enthousiasme qui entraînait
tant de peuples à la croisade; au reste, grâce à leur manière de
fournir leur contingent à la ligue européenne, cette guerre n'avait
pas pour eux les mêmes inconvénients que pour les autres nations.
L'armée vénitienne n'avait pas des marches immenses à faire, des
pays inconnus à traverser, des privations à supporter; elle n'allait
pas s'enfoncer, sans moyens de retraite, au milieu d'une population
belliqueuse; elle devait être transportée sur sa flotte, ne jamais
perdre de vue ses vaisseaux, et se borner à ravager les côtes ou à
bloquer les ports de l'ennemi.

[Note en marge: XXXV. Premier armement des Vénitiens. 1098.]

[Note en marge: Rencontre de la flotte de Venise avec celle de Pise.
Combat.]

Ce fut sous le doge Vital Michieli que la république fit son premier
armement, en l'an 1098: il consistait en deux cents bâtiments de
guerre ou de transport, dont la moitié avait été fournie par les
villes de la Dalmatie[113]. L'évêque de Castello, Henri Contarini,
voulut prendre part à cette expédition. La flotte, commandée par le
fils du doge, mit à la voile et se dirigea d'abord vers Rhodes. À
la hauteur de cette île, elle rencontra la flotte des Pisans, qui
se rendait aussi à la Terre-Sainte. Les deux républiques étaient
en paix, la destination des deux flottes était la même; quelques
Vénitiens descendirent dans la petite île de Saint-Nicolas, pour y
prendre les reliques du patron. Les caloiers qui les gardaient ne
voulant pas absolument les livrer, les pélerins s'en emparèrent de
force; mais les Pisans, témoins de cet enlèvement, voulurent avoir
leur part de la dépouille[114]. La dispute s'échauffa, un combat
s'engagea, les Vénitiens étaient incomparablement les plus forts, ils
prirent une vingtaine de vaisseaux aux Pisans, et firent, dit-on,
cinq mille prisonniers. Singulier commencement d'une expédition qui
avait pour but la destruction des infidèles!

[Note 113: E subito furono fatti armare 207 navilj, che furono 80
galere, 55 tarette, e 72 navilj; de' quali 100 ne furono armati in
Dalmatia e 'l resto a Venezia.

(_Hist. Veneziana_ di Andrea NAVAGIERO.)]

[Note 114: E i capitani de' Veneziani andaron all' isola di S.
Nicolò, per volere il corpo di detto santo: ma negandolo alcuni
calogieri che l' aveano in custodia, e non volendolo dare, i detti
capitani per forza l' ebbero, e lo portarono in galera. E avendo
inteso questo i Pisani, dimandarono a' Veneziani la metà di detto
corpo, dicendo che per essere stati ancora eglino li coll' armada lo
voleano; ma i Veneziani risposero non volere dar loro cosa alcuna.
Dove che da una parte e dall' altra furono usate molte disoneste
parole, e i Pisani rimasero con grandissimo odio, di modo che, etc.

(_Hist. Veneziana_ di Andrea NAVAGIERO.)]

[Note en marge: Pillage de Smyrne.]

[Note en marge: La flotte vient bloquer Jaffa. 1099.]

Après cette bataille, au lieu de se porter sur les côtes de Syrie,
où les croisés étaient établis déjà depuis assez long-temps, l'armée
se dirigea vers l'Archipel, se présenta devant Smyrne, qui n'était
point défendue, et le premier exploit des croisés vénitiens fut le
pillage de cette ville. Enfin la flotte vint bloquer le port de
Jaffa, pendant que les troupes de Godefroy de Bouillon l'assiégeaient
par terre; d'autres soutiennent qu'elle n'eut aucune part à cette
conquête; quoi qu'il en soit, la place emportée, la flotte ne voulut
pas attendre l'hiver dans ces parages, et retourna à Venise, où le
corps de saint Nicolas fut déposé dans une chapelle de l'île du Lido,
à l'entrée du port.

[Note en marge: Siége d'Ascalon et de Caïpha. 1100.]

La campagne suivante, elle vint coopérer aux siéges d'Ascalon
et de Caïpha. La première de ces places résista, la seconde se
rendit; mais déjà l'imprévoyance et l'indiscipline avaient ruiné les
affaires des croisés: la plupart s'étaient retirés après la victoire
d'Ascalon. Le nouveau roi de Jérusalem, loin de pouvoir méditer des
conquêtes, avait beaucoup de peine à se maintenir dans une situation
très-périlleuse.

[Note en marge: Ravage des côtes de la Calabre.]

L'occupation de Durazzo par les Normands, qui avait eu lieu après la
défaite de l'armée vénitienne sous le commandement du doge Silvio,
donnait à la république des inquiétudes pour ses possessions en
Dalmatie: on se décida à faire une expédition contre les Normands;
mais, au lieu de les combattre, on se contenta d'aller ravager une de
leurs provinces; la Calabre fut mise à feu et à sang.

[Note en marge: XXXVI. Ordelafe Fallier, doge. 1102.]

[Note en marge: Prise de Ptolémaïs. 1104.]

[Note en marge: Établissement des Vénitiens en Syrie.]

Le doge Vital Michieli étant mort sur ces entrefaites, fut remplacé
par Ordelafe Fallier. Celui-ci arma pour la Terre-Sainte une
flotte de cent voiles, qui concourut aux siéges de Ptolémaïs, ou
Saint-Jean-d'Acre, de Sidon, et de Bérythe. Beaudoin, successeur de
Godefroy, sur le trône de Jérusalem, récompensa les services des
Vénitiens, en leur abandonnant la propriété d'un quartier de la
ville de Ptolémaïs: ils eurent la permission de commercer dans tout
le royaume de Jérusalem avec toutes sortes de franchises, et le
privilége de ne reconnaître de juridiction que celle de leurs propres
magistrats[115]. Ces avantages furent balancés par ceux que les
Pisans obtinrent bientôt après de l'empereur d'Orient; et, quoique
ce prince n'eût cédé qu'à la force, ces concessions n'en furent pas
moins aux yeux des Vénitiens un grief contre lui et un sujet de
jalousie contre la république de Pise[116].

[Note 115: SABELLICUS, _Hist. ven._, décad. I, lib. 6.]

[Note 116: _Storia civile e politica del commercio de' Veneziani_, di
Carlo-Antonio MARIN, tom. III, lib. 1, cap. 4.]

Les Pisans entrèrent aussi dans le partage des établissements formés
par les chrétiens sur les côtes de la Syrie; ils eurent tout un
quartier dans Antioche, et le patriarchat de Jérusalem fut conféré à
un de leurs compatriotes.

Les Génois, non moins vigilants pour leurs intérêts, réclamèrent
des comptoirs et des priviléges à Jérusalem, à Joppé, à Césarée, à
Ptolémaïs; de-là résultèrent des rivalités, et bientôt des inimitiés
entre les trois républiques[117].

[Note 117: _Ibid._ cap. 6.]

[Note en marge: XXXVII. Guerre contre Padoue. 1110.]

Les habitants de Padoue ne voyaient pas sans une secrète jalousie
les succès de Venise. Ses lagunes leur avaient appartenu pendant
qu'elles étaient désertes; maintenant un état florissant s'était
formé autour de Rialte, qui avait été autrefois leur port, et cet
état possédait les embouchures de leurs fleuves: ils profitèrent d'un
moment qu'ils crurent favorable, et, pendant que la flotte était en
Syrie, ils entrèrent sur le littoral qui appartenait aux Vénitiens,
en les accusant d'en avoir porté trop loin les limites. Les troupes
vénitiennes furent envoyées sur-le-champ à la défense de ce
territoire; elles battirent complètement les Padouans, et emmenèrent
six cents prisonniers.

[Note en marge: Médiation de l'empereur. 1111.]

Les vaincus implorèrent le secours de l'empereur Henri V, qui se
trouvait dans ce moment à Vérone, ou au moins sa recommandation. Les
Vénitiens auraient bien voulu éviter l'intervention d'un si puissant
médiateur, mais il n'y avait pas moyen de s'y soustraire. L'empereur
représenta aux deux peuples leur origine commune, les exhorta à
vivre en bonne intelligence, fit rétablir les limites comme elles
étaient avant l'agression des Padouans, fit rendre les prisonniers,
et profita de cette occasion pour demander à Venise le tribut du
manteau de drap d'or, malgré l'abolition accordée par l'un de ses
prédécesseurs[118].

[Note 118: On peut voir dans le _Codex Italiæ diplomaticus_, de
LUNIG, l'acte de 1111, par lequel l'empereur Henri V confirma les
priviléges accordés par ses prédécesseurs aux Vénitiens. Ce diplôme
indique avec assez de précision les possessions de la république à
cette époque. Il paraît, d'après plusieurs passages de l'histoire
attribuée à André Navagier, que les empereurs d'Occident s'étaient
réservé le droit de confirmer tous les cinq ans les priviléges
accordés aux Vénitiens. Voici ce qu'on y lit au sujet de ce tribut:
«E pe' nostri ambasciadori fù dimandato gli un privilegio di
confermazione degli altri. Il quale imperadore rispose non volerlo
fare per niente, se prima i Veneziani non gli davano quello ch' erano
obligati, ch' era un pallio d'oro e cinquanta lire di pepe. I quali
ambasciadori mostrarono che in tempo di messer Piero Orsuolo, doge
di Venezia, l'imperadore Ottone III liberò i Veneziani da tutti i
tributi; e l'imperadore rispose, che Ottone imperadore poteva far
per lui e non pe' suoi successori: di modo che i detti ambasciadori
s'obligarono in luogo della signoria di Venezia di fargli il detto
censo.»]

[Note en marge: Incendie de Venise.]

[Note en marge: Incendie et submersion de Malamocco.]

Venise éprouva, peu de temps après, de grandes calamités: un
incendie, qui commença dans la maison d'un particulier, fit les plus
rapides progrès dans une ville bâtie presque entièrement en bois.
Six rues, plusieurs églises, divers quartiers furent consumés; la
largeur du grand canal n'empêcha point l'incendie de s'étendre, et
l'abondance de l'eau ne put le ralentir; il fallut attendre que le
feu eût dévoré ce qu'il avait atteint. Les cendres de cet incendie
fumaient encore lorsqu'il s'en déclara un second plus terrible. Il
dévasta seize îles, c'est-à-dire le tiers de Venise, et gagna le
palais ducal: les flammes semblaient s'élever du sein des eaux;
c'était un volcan au milieu de la mer. Le commerce fit des pertes
immenses; les citoyens se trouvaient sans habitations. Presque
au même instant, le même fléau ravagea la ville de Malamocco; la
mer, qui s'éleva à une prodigieuse hauteur, rompit ses digues, et
submergea entièrement cette île dévastée par les flammes.

[Note en marge: Translation des habitants de Malamocco à Chiozza.]

Il n'y avait pas moyen de relever Malamocco de ses ruines; on en
transporta les habitants à Chiozza, avec le siége épiscopal: pour
Venise, on se hâta de construire de nouveaux édifices; l'ordonnance
en fut plus régulière; on alla chercher sur le continent des
matériaux moins combustibles; des palais de marbre s'élevèrent sur
les débris des maisons de bois, et annoncèrent que Venise allait
devenir une des plus belles capitales de l'univers.

[Note en marge: XXXVIII. Guerre contre le roi de Hongrie. Il prend
Zara. 1115.]

Le roi de Hongrie entreprit d'expulser les Vénitiens de son
voisinage. Il se présenta avec une armée devant Zara, dont les
habitants lui ouvrirent les portes, et chassèrent le magistrat
vénitien. Le doge traversa la mer, se présenta devant la
ville rebelle que les Hongrois défendaient, et en commença
l'investissement. Le siége, quoique poussé avec vigueur, pouvait être
long, lorsque le roi accourut à la tête de son armée pour le faire
lever.

[Note en marge: Le roi est battu. Zara forcé de se rendre.]

Fallier marcha à lui, et remporta une victoire signalée, qui décida
de la reddition de la place. Il punit les rebelles, poursuivit les
Hongrois au-delà des montagnes, rançonna le pays, et reparut dans
Venise précédé de ses prisonniers et des drapeaux, trophée de sa
victoire. Pour en perpétuer le souvenir, il fut décidé que le doge
ajouterait à ses titres celui de duc de Croatie. Il avait déjà reçu,
comme quelques-uns de ses prédécesseurs, celui de protospataire de
l'empire.

[Note en marge: Nouvelle bataille où le doge est tué. 1117.]

Deux ans s'étaient à peine écoulés que les Hongrois revinrent à la
charge; le doge partit une seconde fois pour aller les combattre.
Il leur livra bataille près de Zara; l'action fut très-vive, on
combattit corps à corps, et Fallier, donnant l'exemple aux siens,
se précipitait à leur tête dans la mêlée. La résistance des ennemis
exigeait de sa part les derniers efforts, mais son courage fut
précisément ce qui occasionna la perte de la bataille et de son
armée. Atteint de plusieurs coups mortels, il tomba. L'armée
demeurée sans chef ne combattit plus qu'en désordre; tout fut pris
ou massacré, et ce ne fut qu'avec peine que quelques-uns regagnèrent
leurs vaisseaux.

[Note en marge: Trêve.]

Ce revers abattit le courage des Vénitiens. Ils firent demander
la paix au roi de Hongrie, qui reçut avec beaucoup de hauteur les
ambassadeurs de la république, et ne voulut accorder qu'une trêve de
cinq ans.

[Note en marge: XXXIX. Dominique Michieli, doge. 1117.]

Dominique Michieli venait d'être élevé au dogat, lorsqu'il reçut
de Baudoin II, roi de Jérusalem, une ambassade, qui le sollicitait
d'envoyer des secours aux chrétiens de l'Orient, pressés de toutes
parts par les infidèles. Les ambassadeurs, en excitant le zèle pieux
des Vénitiens, ne négligeaient pas de leur promettre de nouveaux
avantages pour leur commerce. Pendant qu'on négociait, le péril
augmenta; Baudoin fut fait prisonnier. Alors le pape Calixte II
s'adressa à tous les princes chrétiens, pour les presser de délivrer
le reste de leurs frères qui combattaient encore dans la Syrie; le
doge, plein d'une ardeur martiale, assembla ses concitoyens, leur lut
la lettre du saint-père et leur tint ce discours, que les historiens
ont conservé[119].

[Note 119: Je le traduis de Pierre Justiniani (_Rerum venetarum ab
urbe conditâ ad annum 1575 Historia_, lib. 2).]

[Note en marge: Discours du doge pour proposer une nouvelle croisade.]

«Vénitiens, après les combats, qui, depuis vingt-six ans, ont été
rendus pour délivrer la Judée; après les exploits, qui, sur terre
et sur mer, ont illustré vos armes et celles des autres nations;
vous avez vu les barbares, ennemis du nom chrétien, expulsés par ces
glorieux efforts du vaste territoire qui s'étend entre la Bithynie et
la Syrie. Des villes fameuses, Smyrne, Ptolémaïs, Ascalon, Caïpha,
Tibériade, se sont rendues aux alliés, et vous avez été appelés au
partage des conquêtes comme de la gloire.

«Mais la vicissitude éternelle des choses humaines a bientôt amené
des jours de deuil, après tant de prospérités; le vaillant Godefroy,
le premier des Baudoin, Boëmond, Tancrède, et tant d'autres héros,
ont succombé; leur mort a laissé la Syrie sans défense, et les
chrétiens environnés de dangers tous les jours plus imminents.
Dernièrement, le roi Baudoin a été fait prisonnier par les Sarrasins,
et amené chargé de fers à Carrha. Le royaume de Jérusalem est en
deuil; notre saint pontife vous presse, vous conjure, par ses lettres
et par ses envoyés, de ne pas laisser périr la foi dans cette
extrémité; vous devez employer pour elle cette puissance navale que
Dieu vous a accordée; nous vous en supplions; nous vous exhortons
avec instance à ne pas abandonner, dans un si grand péril, la cause
de notre sainte religion.

«Vénitiens, il est glorieux pour vous d'être appelés à protéger
par vos armes, à venger d'un ennemi qui la profane, cette terre
où notre Sauveur, notre roi, prit naissance, qu'il éclaira par sa
doctrine, qu'il illustra par ses miracles. Ce fut ce noble dessein
qui précipita vers l'Asie tant de héros français et tant de princes
de l'Europe, avec de puissantes armées. Ils ont eu le bonheur
d'arracher la Judée tout entière aux enfants de Mahomet. Aujourd'hui
les barbares, ayant réparé leurs pertes, dévastent cette contrée
et veulent l'opprimer encore; ils veulent en bannir les chrétiens,
pour souiller cette terre de crimes et de sacriléges. C'est à vous
de prévenir cette désolation par la sagesse et la fermeté de vos
mesures. C'est à vous, peuple chrétien, peuple religieux, et qui en
faites gloire, de vous élancer les premiers contre une race impie,
de l'attaquer avec vos flottes, et de secourir, autant qu'il est en
vous, un prince ami et malheureux. Voyez quelle gloire immortelle,
quelle splendeur en doit rejaillir sur votre nom; vous serez
l'admiration de l'Europe et de l'Afrique.

«Eh! qui pourrait d'ailleurs aimer assez peu la patrie pour ne pas
désirer de voir son empire s'étendre au-delà des mers? Et comment
l'espérer cet empire? Serait-ce en restant dans le repos, en nous
bornant à parcourir nos lagunes? Regardez ces Romains dont vous vous
vantez d'être issus; ce ne fut pas dans la mollesse et les plaisirs
qu'ils acquirent l'empire de l'univers; ce fut par la guerre, par
des fatigues, par de durs travaux, qu'ils accrurent leurs forces et
devinrent les maîtres du monde; c'est en détruisant les infidèles que
nous pouvons nous promettre d'étendre dans l'Orient la gloire et la
puissance du nom vénitien.

«Embrasés du saint zèle de la religion, touchés de voir le royaume de
Jérusalem en péril, courez aux armes, contemplez les honneurs et le
prix qui vous attendent, et que vos flottes, destinées à accroître
votre puissance, triomphent de nos ennemis, et sauvent la république
chrétienne.»

[Note en marge: Armement pour la Syrie. 1123.]

[Note en marge: Bataille navale devant Jaffa. Les Sarrasins sont
défaits. 1123.]

[Note en marge: XL. Siége de Tyr par les croisés. 1124.]

Ce discours excita les plus vifs transports. On y répondit par des
acclamations; tout le monde demanda à partir, et le doge se mit à
la tête de l'armée. Une flotte, que quelques historiens portent
jusqu'à deux cents vaisseaux[120], fut prête en peu de temps, et fit
voile pour Jaffa. Ceci se passait en 1122; la flotte des Sarrasins
croisait devant le port; les Vénitiens poussèrent des cris de joie
en l'apercevant, les infidèles les reçurent avec courage. Le combat
fut long et terrible; on en vint à l'abordage sur toute la ligne, la
victoire la plus décisive fut le prix de l'habileté; l'armée des
Sarrasins fut entièrement détruite[121]. Fiers de ce succès, heureux
prélude de la campagne, et qui avait eu pour témoins tant de braves
chevaliers accourus sur le rivage, les Vénitiens entrèrent dans le
port de Jaffa, et le doge se rendit à Jérusalem.

[Note 120: Cioè 40 galee, e 20 assili, sopra de' quali furono
messi molti cavalli, e 4 navi grosse, con munizioni, e insegne
da combattere, con 136 navili di viveri e altre cose necessarie:
(_Storia veneziana di_ Andrea NAVAGIERO.)]

[Note 121: Il doge fece tagliare la testa all' ammiraglio de' Mori e
a' padroni delle sue galere, perchè erano Paesani. (_Ibid._)]

Les chefs, qui dirigeaient les affaires, depuis la captivité du
roi, lui firent l'accueil que l'on doit à un allié triomphant. Il
convenait de profiter de l'enthousiasme que ce premier succès avait
inspiré pour tenter quelque entreprise considérable; mais les avis
sur ce qu'il y avait à faire se trouvaient fort partagés. On n'avait
point de plan de campagne arrêté. Par une suite de l'esprit religieux
dont tous ces pieux croisés étaient animés, on décida de s'en
remettre à la Providence, ne doutant pas qu'elle ne daignât tracer
elle-même à ses guerriers la route qu'ils devaient tenir. Les noms
de plusieurs villes furent écrits sur des billets, qui furent jetés
dans une urne, cette urne placée sur l'autel; on célébra les saints
mystères, et ensuite un enfant tira le billet qui devait désigner la
place que l'armée irait assiéger.

Cette place fut la ville de Tyr; il n'en était pas de plus
importante, ni de plus difficile à prendre. Elle appartenait en
commun aux soudans d'Égypte et de Damas; elle avait dix-neuf milles
de circuit, et une forte citadelle. Environnée de la mer presque
entièrement, elle ne tenait à la terre que par cette digue fameuse,
ouvrage d'Alexandre-le-Grand. Elle avait arrêté ce conquérant pendant
sept mois, et rendu inutiles tous les efforts de Beaudoin Ier.

[Note en marge: Traité entre les Vénitiens et leurs alliés.]

Avant de partir pour le siége, on signa un traité[122] par lequel
il fut stipulé qu'outre le quartier de Ptolémaïs, que les Vénitiens
possédaient déjà, on leur céderait en toute propriété, dans toutes
les villes du royaume, une rue entière, avec un bain, un four, un
marché et une église; que les marchandises qu'ils transporteraient
en Asie seraient exemptes de tous droits; que les sujets de la
république ne paieraient aucun impôt; qu'ils ne reconnaîtraient, dans
leurs domaines, d'autre juridiction que celle de leurs magistrats,
même quand ils auraient à plaider comme défendeurs contre la demande
d'un sujet du roi; que seulement, quand un Vénitien actionnerait un
sujet du roi, il serait obligé d'aller devant le juge royal; que, si
l'on prenait les villes de Tyr et d'Ascalon, le tiers de ces villes
et de leur territoire deviendrait la propriété de la république;
qu'enfin elle fournirait pour la garde de la place de Tyr le tiers de
la garnison qui serait jugée nécessaire, et que le roi lui paierait à
cet effet un subside de trois cents besans d'or.

[Note 122: Il est dans Guillaume de Tyr et dans Muratori.
(_Antiquitates italicæ medii ævi_, dissertation 30e, p. 919.)]

Ce traité conclu, on se mit en marche. Les Vénitiens s'embarquèrent
pour aller bloquer le port et battre la place du côté de la mer,
tandis que leurs alliés l'investiraient du côté de la terre.

On ne pouvait y arriver que par la digue dont j'ai parlé. Cette digue
était coupée par de forts retranchements; l'entrée du port était
défendue par des tours, la garnison était nombreuse, déterminée,
et il était indubitable que le soudan de Damas allait venir à son
secours.

[Note en marge: Murmures contre les Vénitiens. Résolution du doge.]

Cette dernière considération fit mettre beaucoup de vivacité dans
les attaques. On livra plusieurs assauts, qui furent vaillamment
repoussés; on redoubla d'efforts, sans faire des progrès. Il y
avait trois mois que l'armée se consumait, et elle ne voyait point
augmenter l'espérance du succès dont on s'était flatté. Les troupes
qui assiégeaient la ville par terre, comparant leur position à celle
des Vénitiens, commencèrent à murmurer. Les Vénitiens étaient
tranquilles sur leurs vaisseaux, à l'abri des dangers et même des
fatigues; ils attendaient que la place se rendît, sans y contribuer
par leurs efforts; en cas de désastre ils avaient leur retraite
assurée.

Le doge, informé de ces discours, prit pour les faire cesser un moyen
digne des moeurs du temps: il ordonne d'ôter à tous les bâtiments
leurs rames, leurs voiles, leur gouvernail, fait débarquer tous ces
agrès sur la plage; des matelots les chargent sur leurs épaules, et
à leur tête, il se rend au camp des alliés: «Il faut que les périls
soient communs, leur dit-il, voici qui vous répond de notre fidélité;
nous n'avons plus les moyens de nous éloigner de la place et le
moindre vent nous fera courir des dangers plus grands que ceux que
vous affrontez en combattant.»

Cette imprudence chevaleresque et cent mille ducats donnés aux
alliés, pour payer leurs troupes[123], les frappèrent d'admiration.
Ils témoignèrent aux Vénitiens une entière confiance et ne voulurent
pas souffrir que tant de braves gens restassent exposés inutilement
à de si grands périls. Il ne fallait pas d'ailleurs que la flotte se
mît hors d'état de combattre si cela était nécessaire. On continua
le siége avec la même constance et le même courage pendant deux
autres mois.

[Note 123: _Storia Veneziana di_ Andrea NAVAGIERO.]

[Note en marge: Prise de Tyr.]

On sait que les Orientaux sont dans l'usage d'élever des pigeons pour
porter des messages au loin ou dans des endroits inaccessibles; les
assiégeants avaient remarqué plusieurs de ces oiseaux qui entraient
ou sortaient de la place. Un jour on parvint à en attirer un et à
le saisir. Il venait de Damas; il portait un billet sous son aile;
le Soudan, en exhortant les assiégés à continuer leur vigoureuse
défense, leur annonçait un très-prochain secours. Ce billet fut
retenu, on y en substitua un autre par lequel on faisait dire au
soudan qu'attaqué d'un autre côté il se voyait obligé d'y porter ses
forces et d'abandonner la place à elle-même; le pigeon fut relâché et
vola vers la ville.

Ce stratagème réussit; la garnison, découragée par ce faux avis,
parla de se rendre et capitula.

La ville d'Ascalon fut assiégée immédiatement après, et ne fit qu'une
assez faible résistance. Il y a des historiens qui disent qu'après
cette conquête, on offrit au doge de Venise le trône de Jérusalem,
qu'il ne voulut pas accepter. Ce fait est peu vraisemblable; le roi
était captif, mais le trône n'était pas vacant; plusieurs seigneurs
devaient y avoir des prétentions, et le patriarche de la ville sainte
avait déjà disputé l'autorité suprême à Godefroy de Bouillon; il
n'était pas naturel que toutes ces ambitions rivales se tussent pour
offrir la couronne à un étranger, chef électif d'une république.

[Note en marge: XLI. Brouillerie avec l'empereur de Constantinople.
Les îles de l'Archipel ravagées.]

Jusqu'à la fin du XIe siècle les Vénitiens avaient été dans la
plus parfaite intelligence avec les empereurs de Constantinople,
et avaient trouvé la récompense de leur fidélité dans les précieux
avantages du commerce de l'Archipel et de la mer Noire; mais dès
que ces avantages cessèrent d'être exclusifs, lorsque des nations
européennes voulurent devenir conquérantes sur les côtes de la
Palestine, les Vénitiens partagèrent l'ambition d'y former des
établissements, et les croisades les brouillèrent avec l'empire
d'Orient.

Ces succès des croisés, qui auraient dû être agréables à l'empereur
de Constantinople, plus menacé que tout autre prince par les
infidèles, lui inspirèrent au contraire une inquiète jalousie,
sentiment naturel aux princes qui ne savent pas se défendre
eux-mêmes. Irrité, effrayé de l'établissement des Européens dans
la Palestine, il avait d'ailleurs à se plaindre des croisés. Il
ordonna à ses vaisseaux d'attaquer tous les bâtiments de commerce
vénitiens qu'ils rencontreraient en mer. Cette trahison indigna le
doge. Il conduisit d'abord sa flotte devant l'île de Rhodes qu'il
fit ravager, parcourut l'Archipel, mit à feu et à sang Scio, Samos,
Mitylène, Paros, Andro, Lesbos et toutes les Cyclades, enleva les
enfants des deux sexes, pour les vendre comme esclaves[124] ou pour
rançonner les parents, entra dans la Morée, s'empara de Modone, où
il laissa quelques troupes, et, satisfait de cette vengeance, mais
non encore fatigué de tant de ravages, il punit de la même manière,
en remontant l'Adriatique, quelques villes de la Dalmatie dont la
fidélité avait chancelé. Sebenigo, Trau, Spalato, furent livrées au
pillage; l'ancienne Zara, c'est-à-dire Belgrado, fut détruite de
fond en comble et cessa d'être habitée. Enfin Michieli rentra dans
Venise où il mourut en 1130; des historiens ont dit qu'il abdiqua
le gouvernement après son retour. Jamais homme ne mérita mieux son
épitaphe, _Terror Græcorum jacet hic_. Deux ans après, l'île de
Curzola imita la révolte de la Dalmatie. Un armateur, Marsile Zorzi,
se chargea de la soumettre et elle lui fut abandonnée en fief. Une
escadre de la république fut envoyée pour s'emparer de Céphalonie,
qui appartenait encore à l'empereur d'Orient.

[Note 124: Andò a dare il sacco alle coste della Morea,
facendo schiavi i fanciulli e le fanciulle per ricavarne buon
riscato.--(_Ricerche storico-critiche sull' opportunità della laguna
veneta pel commercio, sulle arti e sulla marina di questo stato_, dal
conte FILIASI.)]

[Note en marge: XLII. Pierre Polani, doge. 1130.]

Pierre Polani, gendre de Dominique Michieli, lui succéda; mais il
n'illustra pas son dogat par des actions éclatantes.

Le combat qui avait eu lieu entre la flotte vénitienne et celle de
Pise, avait rendu les deux peuples ennemis. Déjà ils étaient jaloux
l'un de l'autre, et comme cette jalousie n'avait pour cause que la
rivalité du commerce, la guerre qu'ils se firent n'eut pour objet que
de se prendre et de se détruire réciproquement quelques vaisseaux.
Mais bientôt lassés de ces dommages réciproques, ils cédèrent assez
facilement aux exhortations du pape, qui s'entremit pour être
le médiateur de leurs différends, et cessèrent enfin d'inutiles
hostilités.

La république, maîtresse des côtes de la Dalmatie et de plusieurs
établissements déjà considérables dans les pays lointains, ne pouvait
manquer de tourner ses vues ambitieuses sur le continent voisin et de
se mêler dans toutes les querelles des peuples de l'Italie. Nous la
verrons assujettir presque toujours, sous prétexte de les protéger,
un grand nombre de villes, et finir par se former des provinces dans
le beau pays d'où ses fondateurs étaient sortis.

Elle fournit des secours à la ville de Fano, qui était en guerre
avec celle de Ravenne et de Pezzaro, mais sans négliger de mettre
un prix à ce service. La haine des habitants de Fano contre leurs
ennemis était telle que, pour se mettre en état de les combattre, ils
se soumirent à devenir tributaires des Vénitiens. Ils s'engagèrent
à payer tous les ans une somme d'argent et à fournir mille livres
d'huile pour le luminaire de l'église de Saint-Marc.

[Note en marge: Brouilleries avec Padoue. 1143.]

Padoue encore plus ennemie de Venise, parce que c'était une haine
de parents, imagina de rendre la Brenta inaccessible aux vaisseaux
vénitiens, et pour cet effet elle entreprit d'ouvrir un canal pour
en détourner les eaux. Quelques troupes que le doge envoya sur le
champ firent repentir les Padouans de cette nouvelle tentative, et
les choses furent rétablies dans leur premier état. Cette guerre, peu
considérable en elle-même, donne lieu à une remarque que je trouve
dans un historien vénitien[125]. Ce fut à cette époque, dit-il, que
la république employa pour la première fois des troupes étrangères,
ce qui prouve que déjà ses entreprises excédaient ses forces
naturelles.

[Note 125: MARIN, tom. III, lib. 1, cap. 7.]

[Note en marge: XLIII. Guerre des Grecs et des Vénitiens contre
Roger, roi de Sicile. 1148.]

Pendant ce temps-là Roger, roi de Sicile, faisait la guerre à
l'empereur grec, qui était alors Manuel Comnène. Roger s'était emparé
de Corfou; sa flotte avait ravagé la Grèce, passé les Dardanelles et
menaçait d'incendier la ville de Constantin. L'empereur ne voyait
de recours que dans les Vénitiens; mais comment espérer qu'ils
voulussent embrasser sa défense après l'agression dont ils avaient
eu à se plaindre de la part de son prédécesseur? Cependant, par de
nouvelles concessions favorables à leur commerce, il parvint à les
déterminer à entrer dans son alliance. Les anciens traités ne leur
permettaient pas d'aborder dans les îles de Chypre et de Candie, ni
de fréquenter le port de Mégalopolis; ces exceptions furent abolies,
et les Vénitiens purent ajouter les vins de Chypre et de Crète aux
autres articles qui composaient la cargaison de leurs vaisseaux en
revenant des mers du Levant[126]. La république était encore moins
ennemie d'un prince faible, régnant au fond de la Méditerranée
sur un empire près de sa décadence, que jalouse d'un voisin
actif, entreprenant, qui possédait de vastes côtes à l'extrémité
de l'Adriatique, et qui venait de s'emparer de Corfou. La guerre
contre Roger fut résolue, mais cette guerre ne fut qu'une expédition
dévastatrice.

[Note 126: MARIN, tom. III, lib. 1, cap. 8.]

[Note en marge: Ils prennent Corfou. Discorde entre las alliés.]

La flotte de la république se dirigea d'abord sur Corfou d'où elle
chassa les troupes siciliennes. L'historien Nicétas raconte[127] les
discordes qui éclatèrent pendant le siége entre les deux nations
alliées. Il dit que les Grecs et les Vénitiens se chargèrent
mutuellement dans le camp, que ceux-ci ayant regagné leurs vaisseaux
attaquèrent la flotte impériale dont ils brûlèrent la plus grande
partie, et que cette soldatesque, ajoutant l'insulte à ces violences,
para de meubles et de tapis précieux la chambre du vaisseau de
l'empereur et y couronna en cérémonie un Éthiopien, pour se moquer de
Manuel, qui était fort noir.

[Note 127: _Histoire de Manuel Comnène_, liv. II, chap. 5.]

[Note en marge: La Sicile ravagée.]

Après la conquête de Corfou, dont on prit possession au nom de
l'empereur grec, les restes de cette armée allèrent ravager la
Sicile, qu'on trouva sans défense.

Les récoltes et les maisons incendiées, les plantations détruites,
les habitants égorgés, furent tout le fruit de cette expédition. Le
roi de Sicile se délivra de ces redoutables ennemis, en offrant aux
Vénitiens de grands avantages pour leur commerce dans un royaume
qu'ils venaient de saccager. Ce traité fut l'ouvrage de Dominique
Morosini, qui avait succédé dans le dogat à Polani en 1148.

[Note en marge: XLIV. Dominique Morosini, doge. 1148.]

Ce nouveau doge n'eut à réprimer que quelques pirates d'Ancône dont
il fit pendre le chef, et la révolte de quelques villes de l'Istrie
auxquelles il imposa de nouveaux tributs.

Sous son règne, l'évêché de Zara fut érigé en archevêché, et le
patriarche de Grado étendit sa juridiction sur tout le territoire
de cette nouvelle métropole. Telle était déjà l'importance des
établissements vénitiens dans le Levant, que le patriarche fut
autorisé à ordonner les évêques pour toutes les colonies de la
république où il y aurait plus d'une église.

[Note en marge: XLV. Vital Michieli II, doge. 1156.]

Morosini mourut après un règne de huit ans. Son successeur fut
Vital Michieli II. L'administration de celui-ci fut marquée par de
terribles revers.

[Note en marge: Troubles en Italie.]

[Note en marge: Défaite du patriarche d'Aquilée. Singulier tribut qui
lui est imposé. 1163.]

Il y avait alors deux papes. L'empereur d'Occident, Frédéric
Barberousse, protégeait Victor IV, et les Vénitiens, qui n'avaient
garde de favoriser la domination de l'empereur en Italie, tenaient
pour Alexandre III, dont l'élection paraissait d'ailleurs plus
régulière. Les Milanais tâchaient de secouer le joug de l'empereur;
Venise leur envoya des secours. Les milices de Padoue, de Vicence,
de Ferrare et de Vérone, se jettent par l'ordre de l'empereur sur
le territoire de Capo-d'Argere et de Lorédo, et mettent ces deux
villes en cendres. Les troupes vénitiennes accourent pour punir cette
agression. Pendant ce temps-là Ulric, patriarche d'Aquilée, héritier
de la haine de tous ses prédécesseurs contre l'église de Grado, haine
qui durait déjà depuis six ou sept cents ans, fit avec tous ses
chanoines une nouvelle expédition sur cette île, pilla jusqu'à la
métropole, et se préparait à se rembarquer avec son butin, lorsqu'il
se vit environné par des vaisseaux vénitiens, et se trouva leur
prisonnier. Pour racheter sa liberté, il fut obligé de se soumettre
à un tribut qui devint un objet éternel de dérision, et qui servit à
entretenir dans le peuple la haine et le mépris pour le patriarche
d'Aquilée. Tous les ans, le jeudi gras, il devait envoyer à Venise
un taureau et douze porcs, représentant le patriarche et ses douze
chanoines: on les promenait en pompe dans la ville, on leur coupait
la tête en présence du doge, et on en distribuait les quartiers.
Cette fête populaire a subsisté jusqu'à ces derniers temps[128]. Des
affaires plus sérieuses allaient mettre à l'épreuve la prudence du
doge.

[Note 128: Sunt qui hæc ad Angeli Participatii referunt principatum,
nos hoc tempore facta credimus, _rerum venetarum Hist. P.
Justiniani_, lib. II. Sabellicus rapporte cette anecdote, d'abord
sous le règne d'Ange Participatio, et puis sous celui de Vital
Michieli II.]

[Note en marge: XLVI. La république se brouille avec l'empereur
d'Orient.]

Manuel Comnène cherchait à détruire ou à affaiblir, l'un par l'autre,
le roi de Sicile et la république; il s'adressa d'abord à Guillaume,
roi de Sicile, pour l'exciter à armer contre les Vénitiens, et
lui offrit sa propre fille pour prix de cette agression. Cette
négociation n'ayant eu aucun succès, il envoya des ambassadeurs à
la république, pour lui exposer toutes les raisons qui pouvaient
la déterminer à s'unir avec lui contre le roi; mais les Vénitiens
venaient de s'assurer, par un traité, le commerce de la Sicile, et
n'étaient nullement disposés à en compromettre les avantages.

[Note en marge: Elle rappelle tous ses citoyens qui étaient dans le
Levant.]

Le refus ne pouvait que blesser l'empereur. Le doge, qui en craignit
les conséquences, envoya des ordres à tous les vaisseaux qui étaient
dans les ports de la Grèce et à tous les sujets de la république
établis sur le territoire de l'empire, d'en partir sur-le-champ. Ces
établissements s'étaient répandus sur tous les points, il y en avait
jusqu'au fond de la mer Noire.

[Note en marge: L'empereur s'empare de quatre places en Dalmatie.]

Le départ de tous les négociants et de tous les navires vénitiens
servit de prétexte à Manuel pour envoyer en Dalmatie une flotte, qui
s'empara de Spalato, de Trau, de Raguse, et de Corcyre; cependant
il fit dire par ses ambassadeurs que cette mesure ne devait point
être considérée comme une déclaration de guerre. Il n'avait pu être
insensible à l'intention manifestée de rompre tout commerce avec
lui, mais si les Vénitiens voulaient rétablir les choses sur le
pied où elles étaient auparavant, il était prêt à leur rendre son
amitié; il ne leur demandait que de revenir occuper dans ses états
des établissements qui leur avaient été jusques alors si avantageux;
les villes de la Dalmatie que ses troupes avaient occupées seraient
immédiatement rendues et toutes les pertes réparées.

[Note en marge: Réconciliation apparente.]

Ces explications ne justifiaient pas assurément l'usurpation à main
armée de quatre places. Il était de la dignité de la république
d'exiger avant tout cette restitution et une réparation éclatante,
mais l'interdiction des mers de la Grèce à tous les vaisseaux
vénitiens, l'abandon des comptoirs, l'interruption totale du commerce
avec l'empire, avaient tari la source des bénéfices auxquels les
négociants étaient accoutumés: l'esprit de trafic n'est pas toujours
d'accord avec les véritables intérêts et la dignité de l'état; le
commerce murmurait contre les mesures rigoureuses qui l'avaient
paralysé.

Ces criailleries déterminèrent une résolution qui lui devint bien
funeste à lui-même, et plus encore à la république.

[Note en marge: Tous les Vénitiens qui étaient dans l'empire grec
sont arrêtés.]

Les ordres dont on se plaignait furent révoqués, les négociants, et
des vaisseaux richement chargés, partirent pour tous les points de
l'empire grec. Manuel attendait sa proie; il ordonna par-tout de les
saisir, et tous les Vénitiens furent jetés dans les fers.

L'impartialité de l'histoire veut qu'on ajoute que les Grecs ont
présenté cet évènement sous d'autres couleurs. «Les Vénitiens, dit
l'un d'eux[129], ces peuples fins et subtils, qui courent sans
cesse toutes les mers, s'étaient tellement multipliés et enrichis à
Constantinople, qu'ils s'y montrèrent insolents jusqu'à affecter du
mépris pour l'empire. Manuel, irrité de leurs entreprises, et qui
était loin d'oublier l'outrage qu'ils lui avaient fait autrefois à
Corfou, envoya dans toutes ses provinces l'ordre de les arrêter tous
en un même jour et de confisquer leurs biens.» Il faut convenir que
ce récit, quoique tracé par une main partiale, ne fait honneur ni à
la bonne foi, ni au courage, ni même à la politique de l'empereur
grec.

[Note 129: NICÉTAS, _Histoire de Manuel Comnène_, liv. 5, chap. 9.]

[Note en marge: Indignation des Vénitiens.]

On peut juger quelle fut l'indignation des Vénitiens à la nouvelle
de la saisie de leurs vaisseaux, et de l'arrestation de leurs
compatriotes. Ce sont toujours les imprudents qui sont les plus
furieux de se voir trompés. Ce ne fut qu'un cri de vengeance contre
Manuel: les Vénitiens se firent raser la barbe pour n'avoir rien de
commun avec les Grecs, tout le monde voulut partir, tout le monde mit
la main à l'oeuvre pour armer la flotte; elle fut prête au bout de
cent jours, cent-vingt vaisseaux se mirent en mer sous la conduite du
doge, pour aller tirer vengeance de Manuel, et en l'absence de Vital
Michieli l'autorité ducale fut exercée par son fils Léonard.

[Note en marge: Dévouement patriotique de la famille Justiniani.]

La famille des Justiniani, l'une des plus anciennes de Venise,
voulut marcher tout entière dans cette expédition; elle fournit cent
combattants, c'était renouveler l'exemple d'une illustre famille de
Rome; le même malheur les attendait.

[Note en marge: La flotte vénitienne entre dans l'Archipel. 1170.]

[Note en marge: On négocie. Elle s'arrête à Scio.]

L'armée se porta d'abord en Dalmatie pour reprendre les places dont
l'empereur s'était emparé. Il fallut en faire le siége; Trau que
Comnène avait fait occuper, et Raguse, qui avait arboré les enseignes
impériales, furent presque entièrement détruites[130]. De cette côte
l'armée fit voile vers l'Archipel. Négrepont, qu'elle menaça d'abord,
ne fit aucune résistance. Le gouverneur de cette place alla au-devant
du doge avant que ce prince n'eût mis pied à terre, lui exprima
tout le regret qu'on avait de ce qui s'était passé; l'assurant que
l'intention de sa cour n'avait jamais été que les choses allassent si
loin; les dispositions de l'empereur étaient certainement pacifiques,
il ne pouvait pas en avoir d'autres, il se prêterait à tous les
moyens de conciliation. S'il avait fait arrêter les vaisseaux
vénitiens, ce ne pouvait être que d'après quelques faux avis qui lui
seraient parvenus des dispositions hostiles de la république: rien
de moins invraisemblable qu'un malentendu à une si grande distance;
mais enfin, si tout pouvait se réparer, ne valait-il pas mieux
s'expliquer à l'amiable que d'allumer une guerre, qui pouvait avoir
des suites si désastreuses pour les deux états? Le perfide Grec
développa toutes ces raisons avec tant de candeur et les accompagna
de tant de soumissions que le doge se laissa persuader d'envoyer des
ambassadeurs à Constantinople. Cette mission fut confiée à l'évêque
d'Equilo et à Manassès Badouer, tous deux hommes habiles et fort
savants dans la langue grecque. Michieli conduisit la flotte à Scio,
dont il se rendit maître, et se disposa à l'y faire hiverner.

[Note 130: Dux autem reliquâ stoli parte intra procedens Ragusinos
pollicitæ fidelitatis immemores sibi rebelles fore invenit,
erexerant similiter imperialia vexilla in turribus et muris suis,
contemnentes non solùm ducem, quem sibi ab antiquis temporibus in
dominum elegerant honorare, sed ut sibi æmulo armatâ manu resistere
præsumserunt. Dux hoc indignè ferens bellicis instrumentis urbem
impugnari jussit. Veneti autem quod jussum fuerat audacter exequentes
continuis insultibus eâdem die quasdam turres ascenderunt, et
depositis imperialibus insignibus beati Marci evangelistæ effigiem
desuper posuerunt.

Cumque alterâ die ad reiterandos insultus Veneti pararentur,
communicato consilio egrediens tribunus Michaël, archiepiscopus
Ragusis, clerus et populus universus, præmissis crucibus de commissis
veniam postularunt, quâ obtentâ dux cum hymnis et laudibus civitatem
intravit, et consuetæ fidelitatis sacramenta renovavit, quamdamque
turrim quæ imperatori servabatur cum maritimis muris dirui fecit,
et archiepiscopus, consentientibus clero et populo, contentus fuit
suam ecclesiam subjicere gradensi patriarchæ, si hoc à papâ poterit
obtineri, quibus dux Raynierum Zane dedit in comitem.

(Andreæ DAUDULI _Chronicon_, cap. 15, pars 24.)]

[Note en marge: L'empereur trompe les négociateurs.]

L'ambassade fût reçue avec beaucoup d'égards. L'empereur témoigna le
plus grand empressement de tout concilier. Il parut d'abord disposé
à accorder tout ce qu'on avait à lui demander, mais, à chaque
proposition qu'on lui faisait, les explications à obtenir, les avis
à prendre, occasionnaient d'interminables délais; ensuite c'étaient
des difficultés à aplanir, et quand on croyait les avoir épuisées,
il survenait un incident qui déplaçait la question et obligeait de
reprendre la négociation sur nouveaux frais.

[Note en marge: Les équipages gagnent la peste.]

[Note en marge: Désastre de la flotte.]

Les envoyés vénitiens, convaincus que Manuel ne cherchait qu'à les
abuser et désespérant de l'amener à un arrangement, se déterminèrent
à retourner vers le doge. Mais quel triste spectacle les attendait
à Scio! la peste s'était manifestée dans l'armée; elle y avait fait
les plus terribles ravages. On n'avait plus à opposer à l'ennemi
qu'un petit nombre de soldats déjà mourants: il fallait se résoudre
à brûler une partie des vaisseaux, faute de matelots pour les
conduire: la maladie faisait tous les jours des progrès de plus en
plus effrayants. On accusait l'empereur d'avoir fait empoisonner les
eaux douces: cela n'était peut-être pas possible, mais on ne l'en
croyait pas incapable. Il n'y avait plus moyen de penser à tenter
une entreprise quelconque, encore moins de se présenter devant
Constantinople. Tout ce qu'on pouvait espérer c'était de regagner
Venise avec les débris de cette belle armée. On se mit en mer; la
mortalité diminuant sans cesse les équipages, on se vit réduit à
couler à fond plusieurs vaisseaux: d'autres échouèrent, parce qu'il
ne restait pas assez de bras pour les gouverner. Enfin de cette
flotte de plus de cent voiles à peine dix-sept vinrent montrer
à Venise les tristes restes d'une armée qui avait fait trembler
l'empire d'Orient. Déplorable résultat de l'oubli de cette maxime,
que, dans la guerre offensive, l'assaillant qui a de l'avantage ne
doit jamais accorder du temps à l'ennemi!

En gémissant sur cette calamité publique, chacun avait à pleurer
ses pertes particulières. Point de famille qui ne fut en deuil: les
guerriers les plus chers à la patrie avaient été moissonnés: la
famille des Justiniani en avait fourni cent, il n'en restait pas un
seul. Cette maison, dont le nom figurait dans les vieux fastes de
la république, allait être éteinte, si on n'eût tiré du fond d'un
cloître le seul rejeton qui eût survécu à tous les siens, et qui
devint la tige de tous ceux qui ont ajouté depuis à l'illustration de
ce nom.

[Note en marge: Retour à Venise. 1172.]

Venise, plongée dans la désolation, n'était pas encore au terme de
ses malheurs. L'armée portait avec elle cette affreuse maladie qui
l'avait moissonnée; le désastre de la flotte devait s'étendre sur
la capitale. La peste fit d'affreux ravages dans cette immense
population. Plusieurs milliers de citoyens périrent en quelques
jours[131].

[Note 131: SABELLICUS, décad. I, lib. 7. Justiniani dit seulement:
«Contagiosa lues totam urbem invadens lethali clade eam miserabilem
in modum deformavit, lib. 2.»]

[Note en marge: Le doge est massacré. 1172.]

Ce fut alors qu'un cri général s'éleva contre le doge. On n'avait
à accuser que son irrésolution, sa crédulité, son imprudence; on
inculpa sa fidélité. Triste condition des hommes qui sont chargés de
la destinée de tous! on exagère leurs fautes, on ne leur pardonne pas
le malheur. Les murmures contre Michieli devinrent des imprécations.
Une multitude furieuse s'amassa devant le palais. Le doge parut et se
présenta avec beaucoup de fermeté; il essaya de parler, il ne put se
faire entendre. Désespérant de calmer ces furieux, il tenta de leur
échapper; mais un coup de poignard l'atteignit, et il expira.

Venise voyait son armée détruite, son ennemi triomphant de la
désolation de tant de familles. Elle était en proie à la peste et à
la sédition; la majesté publique était outragée, le sang du prince
venait d'être répandu; c'est du sein de cette confusion que va sortir
un ordre de choses plus stable et plus régulier qu'auparavant.

[Note en marge: XLVII. Changement dans la constitution de l'état.
1172.]

Nous venons de parcourir l'histoire de cinquante doges[132]. Nous en
avons vu cinq qui abdiquent, neuf exilés ou déposés, cinq bannis
avec les yeux crevés, et cinq massacrés. Ainsi dix-neuf de ces
princes avaient été chassés du trône par la violence. Le retour
si fréquent des révolutions ne pouvait que fomenter les haines,
encourager les factions, et entretenir le peuple dans la funeste
habitude de punir les malheurs comme des crimes. On avait eu plus
d'une fois à se plaindre de l'excès du pouvoir: on avait eu à rougir
de la manière dont il avait été renversé.

[Note 132:

  Paul-Luc Anafeste, premier doge.
  Marcel Tegaliano.
  Urse.--Massacré.
  Dominique Léo, maître de la milice.      }  Ce sont les cinq maîtres
  Félix Cornicula,     _id._               }  de la milice ou
  Theodat Urse,        _id._               }  tribuns militaires,
  Julien Cepario,      _id._               }  qui remplacèrent les
  Jean Fabriciatio.--Déposé, les yeux      }  doges pendant cinq
    crevés.                                }  ans.
  Theodat Urse, doge--C'est le même que le tribun militaire
    déposé, les yeux crevés.
  Galla.--_Idem._
  Dominique Monegario.--_Idem._
  Maurice Galbaio.
  Jean Galbaio.--Exilé.
  Maurice Galbaio II.--Exilé, associé à son père, n'a point
    régné seul.
  Obelerio.--Mis à mort.
  Valentin.--Exilé.     }  Associés à leur frère Obelerio,
  Béat.--Exilé.         }  n'ont point régné seuls.
  Ange Participatio.
  Justinien Participatio.
  Ange Participatio II, associé à son père Justinien, n'a
    point régné seul.
  Jean Participatio.--Déposé deux fois.
  Carossio.--Exilé, les yeux crevés pour avoir usurpé le
    dogat.
  Pierre Tradenigo.--Massacré.
  Jean Tradenigo, associé à son père Pierre, n'a point
    régné seul.
  Urse Participatio.
  Jean Participatio.--Abdique.
  Pierre Candiano I.--Tué en combattant.
  Pierre Tribuno.
  Urse Participatio.--Abdique.
  Pierre Candiano II.
  Pierre Badouer.
  Pierre Candiano III.
  Pierre Candiano IV.--Massacré.
  Pierre Urseolo I.--Abdique.
  Vital Candiano.--Abdique.
  Tribun Memmo.--Abdique.
  Pierre Urseolo II.
  Jean Urseolo, associé à son père Pierre, n'a point
    régné seul.
  Othon Urseolo.--Exilé.
  Pierre Centranigo.--Déposé et relégué dans un couvent.
  Dominique Urseolo.--Chassé après avoir usurpé le
    dogat.
  Dominique Flabenigo.
  Dominique Contarini.
  Dominique Silvio.--Déposé selon quelques historiens.
  Vital Falier.
  Vital Michieli.
  Ordelafe Falier.--Mort en combattant.
  Dominique Michieli.
  Pierre Polani.
  Dominique Morosini.
  Vital Michieli II.--Massacré.]

Tout le monde désirait sans doute que l'exercice de l'autorité fût
soumis à des règles. Ceux à qui leurs richesses faisaient apprécier
la tranquillité publique, demandaient sur-tout qu'on se préservât
des orages populaires. Les hommes d'état portaient peut-être leurs
vues plus haut, sentant que le gouvernement de la république n'était
pas la même chose que l'administration de la ville, que les intérêts
lointains ne pouvaient pas être appréciés par la multitude, et que
plus l'administration était compliquée, moins l'autorité devait
l'être.

Il est plus que probable qu'on ne fût conduit à ces idées que par
le sentiment du besoin ou de l'intérêt. Au douzième siècle on ne
s'occupait guère de la théorie des gouvernements; celui de Venise
en était une preuve. Le prince était électif; mais, une fois élu,
rien ne limitait son pouvoir. Il nommait aux emplois, il assemblait
le peuple quand il voulait; il percevait des impôts pour son propre
compte[133]; il faisait la guerre pour ses intérêts personnels. On
en avait même vu plusieurs désigner leur successeur. Le peuple se
croyait libre, parce qu'il s'était donné un maître. Il conservait
seulement l'influence qui lui appartient dans les gouvernements où
l'état tout entier est dans une seule ville, et où une sédition peut
faire raison des abus du pouvoir. Les citoyens riches, éclairés,
puissants, ne devaient pas voir sans regret un ordre de choses qui
les assujettissait à-la-fois au prince et à la multitude.

[Note 133: Quod exploration habeo Venetorum ducibus olim quoque fuit
fisci jus; immo, quod in laudem præstantissimæ reipublicæ vergit,
fuit antiquis etiam sæculis fiscus ducalis et regalis Venetiis.
Adservatur manu exaratum in bibliothecâ Estensi chronicon venetum
Marini Sanuti ex quo hausi chartam hujus rei testem. (MURATORI.
Dissertat. 17e _Des Droits du fisc des rois, des évêques, des ducs et
des marquis du royaume d'Italie_.)(_Antiquitates italicæ medii ævi
p._ 972.)]

Nous n'avons que des notions fort imparfaites sur la manière dont on
faisait alors les élections, mais il est certain que la population
entière y prenait part; c'était une imitation des comices de Rome. On
s'assemblait dans une église, et souvent les suffrages étaient donnés
par acclamation. L'histoire atteste que plusieurs doges avaient été
élus ainsi.

On raconte qu'à la mort de Dominique Contarini, en 1069, tout le
peuple se rendit en gondole et avec des armes à la passe du Lido, et
là sans mettre pied à terre, se mit à crier, Nous voulons Silvio;
ce qui suffit pour que Dominique Silvio fût porté au trône[134].
Cette forme d'élection pouvait être une imitation des Lombards, qui
s'assemblaient en armes pour nommer leur roi.

[Note 134: E ben vero doppo molti anni che all' elezione a doge di
Domenico Silvo, che si fece dal popolo sopra il littorale di San
Nicolò del Lido, una gran parte di esso vivenne armata nelle sue
barche, dalle quali accostandosi al predetto littorale cominciò,
senza sbarcarsi, con tumulto a vociferare: _Vogliamo il Silvo e lo
approviamo._ (_Memorie storico-civili sopra le successive forme del
governo de' Veneziani_ da Sebastiano CROTTA.)]

Lors même que l'élection n'était pas un acte immédiat du peuple, elle
était censée faite en son nom, puisqu'on la lui soumettait. Le doge
élu était conduit dans l'église de Saint-Marc; là, après la messe,
on le présentait à l'assemblée, on promettait qu'il gouvernerait
sagement et dans l'intérêt de la communauté, on exhortait le peuple à
l'agréer, et pour que tout le monde pût le voir on lui faisait faire
le tour de la place. Ce n'était qu'au retour de cette cérémonie,
lorsqu'il était censé avoir été accueilli par des acclamations et
avoir réuni tous les suffrages, qu'il rentrait dans le palais où le
plus jeune des conseillers lui posait la couronne ducale sur la tête
au haut de l'escalier des géants.

Quant à l'éligibilité[135] il n'existe aucune trace de priviléges
appartenant aux familles puissantes. On voit bien, par le retour
fréquent des mêmes noms dans les élections, que ces familles y
avaient une grande influence; mais rien n'atteste un droit, un
privilége. On désignait les anciennes maisons par les charges
qu'elles avaient long-temps exercées, et comme le gouvernement de
la république avait commencé par des tribuns, on appelait familles
tribunitiennes celles qui avaient été revêtues autrefois de cette
fonction; de sorte que, s'il y avait alors une noblesse reconnue,
elle tirait son origine des fonctions publiques, et elle ne pouvait
conserver que le caractère d'une magistrature. On conçoit que toutes
les idées de la féodalité devaient être inconnues dans une ville
sans territoire, où il n'y avait jamais eu de conquérant, jamais de
protecteur, jamais de protégés.

[Note 135: Solevasi nella creazione del doge, in quei primi tempi,
fatto che non era il Squitinio dagli ottimati, condurre la persona
eletta nella chiesa di San Marco, e dal più vecchio degli elettori
veniva presentato al popolo, ed espresso insieme che sarebbe sogetto
di buona mente, et che sempre avrebbe procurato il bene della
communanza; esortando perciò a riconoscerlo per loro principe. Per
essere più facilmente veduto da tutti, era costume portarlo a torno
la piazza di San Marco, sopra una machina di legno sedente: fornito
questo giro, era ricondotto in palazzo e all' hora li era posto in
cappo preziosissimo corno ducale, che carico di gemme si conserva nel
tesoro; e questo era il punto e il termine della sua incoronazione:
doppo daquella era gridato nella sala del pubblico.

(_Governo dello stato veneto dal cav._ SORANZO; manusc. de la
bibliothèque de Monsieur, nº 54.)]

Le seul corps qui existait alors dans la république était un
tribunal, dont l'origine se perd dans la nuit des temps, composé de
quarante membres, et qu'on appelait par cette raison la quarantie.
On ne dit pas que ce tribunal, le seul corps délibérant dont
l'existence fût permanente, eût d'autres fonctions que celle de
rendre la justice; mais il prit momentanément une influence politique
de la plus grande importance. Devenu l'autorité principale, après
l'assassinat du doge, et avant que le peuple se fût assemblé, il crut
devoir faire des réglements qu'on jugea assez salutaires pour ne les
trouver susceptibles d'aucune contradiction.

Il s'agissait d'interdire à la multitude toute la part qu'elle avait
prise jusque-là dans les affaires publiques, et de composer le corps
qui devait remplacer les comices, de manière que ses délibérations ne
fussent pas tumultueuses. Il fallait prévenir les désordres qui ne
pouvaient manquer d'éclater pour le choix du nouveau doge, si on ne
changeait la forme de l'élection: enfin il n'importait pas moins de
modérer l'autorité du prince, et d'en régler l'exercice.

[Note en marge: Établissement d'un conseil choisi par douze
électeurs.]

Il fut décrété que, tous les ans, chacun des six quartiers de la
ville[136] nommerait deux électeurs, et que ces douze électeurs
réunis choisiraient indistinctement, sur toute la masse des citoyens,
quatre cent soixante-dix personnes, qui formeraient un grand conseil,
destiné à remplacer les assemblées générales, et à prononcer sur les
principales affaires de l'état.

[Note 136: Ces six quartiers se distinguaient par les noms de
San-Marco, Castello, Canal reggio, Santa-Croce, San-Paolo, et Dorso
duro.]

Cependant la création de ce conseil ne fit pas cesser tout-à-fait
les assemblées populaires. Ou n'osait pas encore se dispenser de
consulter le peuple, lorsqu'il s'agissait ou d'approuver l'élection
du doge, ou de décider une guerre[137].

[Note 137: Sarà evidente che non solo di sovente si riuniva ancora
la concione, della quale ne vedremo l'esistenza in assai posteriori
tempi in appresso, ma che non aveva delegate al consiglio delli 480
tutte le importanti sue facoltà, o che almeno implicitamente se le
aveva riservate nelle cose della maggiore importanza. (_Memorie
storico-civili sopra le successive forme del governo de' Veneziani_,
da Sebastiano CROTTA.)]

Tout le monde pouvait être admis à ce conseil; l'espérance d'y
entrer devait se renouveler tous les ans; le grand nombre de ses
membres offrait assez de chances aux ambitions. Il paraît que, dès
ce temps-là, les habitants des autres villes des lagunes avaient été
presque entièrement dépouillés du droit de siéger dans l'assemblée
générale de l'état. L'historien Victor Sandi rapporte une ancienne
charte conservée à Burano, où on lit que, dans le cas où on ne
trouverait pas dans la capitale un nombre suffisant de citoyens aptes
à composer le grand conseil, on y suppléera en appelant des citoyens
des villes voisines, et l'on conçoit que ce cas dut se présenter
bien rarement.

À Venise, au contraire, la classe des citoyens distingués par leur
origine, leur crédit, leur capacité, leur fortune, trouvait un
avantage réel dans ces nouvelles institutions.

Il n'y avait que le peuple proprement dit qui pût se plaindre de
l'abolition de ces assemblées, où il dominait par le nombre, et trop
souvent par la force: cependant, soit que la multitude fût confuse de
ses propres excès, soit légèreté, soit défaut de prévoyance, elle ne
mit aucune opposition à l'adoption de ce réglement.

[Note en marge: Limitation de l'autorité du doge. On lui donne six
conseillers.]

Pour limiter l'autorité du doge, il fut établi que tous les ans le
grand conseil nommerait six conseillers (un pour chaque quartier),
lesquels formeraient le conseil intime et nécessaire du prince,
qui ne pourrait rien faire sans leur avis, et dont les ordres
n'auraient force d'exécution qu'autant qu'ils seraient appuyés d'une
délibération de ces six magistrats.

[Note en marge: Création d'un sénat.]

Mais un conseil de six membres, qui pouvait être suffisant dans
les affaires journalières de l'administration, n'avait pas assez
d'autorité, de consistance, pour prononcer sur les grands intérêts
de l'état; et cependant il pouvait être dangereux d'appeler
toujours à la discussion de ces grands intérêts une assemblée de
quatre cent soixante-dix personnes. La force des choses avait fait
sentir la nécessité d'un conseil intermédiaire, et l'usage s'était
introduit que, dans les occasions où le doge jugeait nécessaire
de consulter les citoyens, sans convoquer cependant l'assemblée
générale des comices, il faisait prier les principaux de la ville,
qu'il désignait lui-même, de venir donner leur avis sur les affaires
mises en délibération. Ces conseillers désignés par le doge,
convoqués spécialement pour chaque circonstance, s'appelaient _les
Pregadi_[138], les priés.

[Note 138: Il y a des écrivains qui ont cherché à donner une autre
origine à cette dénomination. Ils prétendent que lorsqu'on institua
le sénat, tous ceux qu'on désignait pour le composer s'en excusèrent
par modestie, et qu'il fallut les prier d'accepter ces éminentes
fonctions; mais Soranzo ajoute: Je m'imagine que cela arriva dans le
temps où les ecclésiastiques se coupaient le nez et les oreilles pour
éviter d'être nommés aux évêchés. (_Il governo dello stato Veneto_,
man. de la bibliot. de Monsieur, nº 54.)]

C'était un privilége considérable dont le doge était en possession
que celui de choisir ainsi ses conseillers: on l'en priva. Il fut
réglé que les quatre cent soixante-dix citoyens, représentant la
nation, nommeraient, dans leur sein, soixante membres, pour former ce
conseil, auquel on donna le nom de sénat, et que ses membres seraient
renouvelés tous les ans[139].

[Note 139: Je ne saurais expliquer sur quel fondement l'historien
Verdizotti (_de' fatti Veneti_, lib. 10) place l'institution du sénat
élu par le grand conseil, cent ans plus tard, c'est-à-dire en 1282.
J'ai suivi en ceci l'opinion la plus généralement adoptée.]

Quant aux attributions de ce conseil, il est probable qu'on ne les
considéra d'abord que comme une délégation de l'assemblée générale,
et que toute l'autorité du sénat s'établit par prescription[140].

[Note 140: Sarei per credere che le delegazioni del gran consiglio
al senato divenissero permanenti più per prescrizione che per una
determinata volontà. (_Memorie storico-civili delle successive forme
del governo de' Veneziani_, da Sebastiano CROTTA.)]

[Note en marge: Nomination de onze électeurs pour élire le doge.]

Enfin l'élection du doge qui devait remplacer Vital Michieli, au lieu
d'être laissée comme précédemment à l'assemblée générale du peuple,
fut confiée pour cette fois à onze citoyens. C'est en cela que le
peuple perdit le plus grand, le plus essentiel de ses droits; mais
cette innovation n'était pas donnée pour une règle établie. En effet
on n'était pas fixé sur le mode d'élection à adopter; seulement on
avait résolu de changer la forme actuelle.

On procéda sur-le-champ à l'exécution de toutes ces dispositions.
On nomma les quatre cent soixante-dix membres du grand conseil,
qui choisirent ceux qui devaient composer le sénat, ensuite les
six conseillers du doge, et enfin on désigna les onze électeurs qui
devaient le nommer.

L'histoire nous a conservé les noms des citoyens qui reçurent cette
grande marque de confiance. Presque tous ces noms sont encore
illustres; c'étaient[141] Léon Michieli, Vital Dandolo, Henri
Navigaiosso, Renier Zeno, Philippe Greco, Dominique Morosini,
Manassès Badouer, Henri Polani, Candian Zanutti, Vital Falier et Orio
Malipier, dont le nom, qui s'est dénaturé depuis, était alors mastro
Piero, maître Pierre.

[Note 141: _Histoire de Justiniani_, liv. 2.]

[Note en marge: XLVIII. Orio Malipier refuse le dogat. Sébastien
Ziani, doge. 1173.]

Il fallait la pluralité de neuf voix sur les onze pour consommer
l'élection. Le choix se fixa d'abord sur Orio Malipier, l'un des
électeurs, personnage vénérable; mais il ne se crut pas digne d'une
charge si importante dans des circonstances si difficiles. Il
représenta que la république, après tant de désastres, avait besoin
d'un chef qui joignît une grande fortune à une grande capacité, et
il désigna lui-même Sébastien Ziani, qui fut agréé par les autres
électeurs, proclamé doge, et présenté au peuple, auquel il fit jeter
de l'argent, comme pour le dédommager de la perte du plus beau
de ses priviléges, ou plutôt pour éviter les témoignages de son
mécontentement[142].

[Note 142: Quando anticamente cadeva l'elezzione in persona poco
gradita, il popolo era solito di strepitare e tal' hora, ma gia
grand' anni, precedeva ardimento di levarselo dagli occhi. Un
doge molto antico fù quello che, dubitando questo brutto scherso,
introdusse, nel mentre ch' era portato a torno la piazza, di
gettar molto danaro, acciò in quel punto che il popolo attendesse
a raccogliere le monete, e gli complisse il giro, risallisse il
palazzo, e ricevesse il corno, al che dato che fosse fine non si
poteva più rivocare in dubbio la sua elezzione. Questo costume
antichissimo viene osservato tutto oggi; non perche venghi confessato
che il popolo abbia azione alcuna in questa incoronazione, ma per
mostrare studio dell' antichità.

(_Governo dello stato Veneto del cav._ SORANZO. Manuscrit de la
bibliothèque de Monsieur, nº 54).]

Une circonstance, qui peut servir à donner une idée des principes
qu'on avait alors sur le droit public, c'est la précaution que
l'on prit de faire confirmer par le nouveau doge les innovations
qui venaient de restreindre son autorité. Il semble qu'il est
de l'essence d'une dignité élective de pouvoir être modifiée à
chaque élection. Cependant, pour donner une forme plus légale à
la suppression de ces priviléges, on jugea nécessaire d'en faire
stipuler l'abandon par celui qui venait d'être revêtu de la dignité
à laquelle ils étaient précédemment attachés. Ziani ratifia les
trois réglements faits par la quarantie, qui en effet, n'ayant pas le
pouvoir constitutionnel, n'avait pu donner à ces actes toute la force
d'une loi fondamentale.

En cela je suis l'opinion la plus généralement établie. Il
faut cependant convenir qu'André Dandolo[143] dit précisément
le contraire: selon cet auteur, «Tout le peuple assemblé dans
l'église de St.-Marc délibéra de confier l'élection du doge à onze
citoyens, chargés de désigner le plus digne, et arrêta que celui
qu'ils auraient proclamé serait reconnu en cette qualité sans autre
information.»

Sans citer ici les auteurs qui racontent la chose différemment,
il faut remarquer, 1º que Dandolo peut sans injustice être
soupçonné d'avoir voulu établir l'opinion que ce changement dans la
constitution avait été l'ouvrage du peuple; 2º que, dans son récit,
il réduit ce changement à la forme de l'élection du doge, et qu'il
supprime plusieurs circonstances importantes, notamment la formation
du grand conseil et celle du sénat; 3º que ces objets n'étaient guère
de nature à être traités dans une assemblée générale du peuple; 4º
enfin que si ces changements avaient été décrétés dans une assemblée
générale du peuple, ils n'auraient pas eu besoin de sanction. Or les
historiens rapportent qu'aussitôt après son élection le nouveau doge
Ziani ratifia les trois réglements.

[Note 143: _Chronique_, liv. 10, ch. 1.]



LIVRE III.

     Règne de Sébastien Ziani. -- Outrages que l'empereur grec
     fait aux Vénitiens. -- Démêlés entre le pape Alexandre III et
     l'empereur Frédéric Barberousse. -- Ligue lombarde. -- Alexandre
     III à Venise (1173-1178). -- Règne d'Orio Malipier. -- Troisième
     croisade des Vénitiens (1179-1191.)


[Note en marge: I. L'empereur d'Orient fait crever les yeux à
l'ambassadeur de Venise.]

Les commencements du règne de Sébastien Ziani ne furent pas
glorieux. L'empereur d'Orient, Manuel Comnène, enhardi par le
désastre de la flotte vénitienne, se porta contre la république
aux derniers outrages. Dans les caractères fourbes, l'audace va
jusqu'aux atrocités, lorsqu'ils croient pouvoir les commettre
impunément. Manuel fit crever les yeux à l'ambassadeur de Venise,
et selon quelques historiens, les creva lui-même avec un fer chaud.
Ce crime inutile, sans motif, sans objet, ne fut suivi ni d'une
vengeance de la part de la république, ni d'une guerre de la part
de l'empereur. Les Vénitiens eurent même la honte de faire pour la
paix des avances qui ne furent point accueillies. Leurs intérêts
commerciaux dans le Levant prévalaient dans leur opinion sur
l'intérêt de la gloire nationale. Mais on ne retira aucun fruit de
cet ignominieux sacrifice, et la république ne fut redevable de son
repos qu'à l'alliance du roi de Sicile, qui inspira de l'inquiétude
à l'empereur. Toutes les réparations qu'on obtint de celui-ci, se
réduisirent à la restitution des biens confisqués, qu'on évalua à une
somme sur laquelle les historiens varient beaucoup[144].

[Note 144: Nicétas, _Histoire de Manuel Comnène_, liv. 5, ch. 9,
raconte que la flotte vénitienne était venue dans l'Archipel, sans
ajouter qu'elle avait été arrêtée par les négociations, et ensuite
ravagée par la peste. L'empereur, dit-il, avait envoyé contre eux
cent cinquante vaisseaux, qui furent obligés de rentrer sans avoir
rien fait. Inquiet de l'alliance des Vénitiens avec le roi de Sicile,
et déterminé par l'incertitude des chances de la guerre, il leur
offrit, pour arrêter celle-ci dans sa naissance, la restitution de
leurs biens; mais, en marchands avisés, ils préférèrent une somme de
quatre cents livres d'or. Marin, _Histoire du commerce de Venise_,
tom. IV, liv. 1, chap. 1, dit quinze cent mille bisans.]

Cet ambassadeur, que la perfidie de Manuel venait de priver presque
totalement de la vue, se nommait Henri Dandolo: nous verrons bientôt
à quelles brillantes destinées la fortune le réservait après ce
malheur[145], et quelle gloire l'attendait aux mêmes lieux où il
avait reçu un tel outrage.

[Note 145: Remarquons avec quelle simplicité un de ses descendants,
le doge André Dandolo, raconte ce fait:

«Emannuel itaque erga Venetos furore accensus, se eos ad nihilum
redacturum adjurans, in legatos, dum ea quæ pacis erant requirerent,
injuriosè prorupit. Cui Henricus Dandolo pro salute patriæ constanter
resistens, visu aliqualiter obtenebratus est. Qui illatam injuriam
sub dissimulatione secretam tenens, unà cum socio Venetias redeunt.

«Ceterum Venetis de consequendâ pace datâ spe dux legatos imperatori
mittit, etc. (_Chronique_, liv, 10, chap. 1, part. 4 et 5.)]

[Note en marge: II. Emprunt forcé.]

L'insensibilité de la république ne prouvait que trop sa faiblesse.
On obligea tous les citoyens à déposer dans le trésor de Saint-Marc
une somme égale au centième de leur fortune mobilière ou immobilière,
dont ils étaient tenus de faire la déclaration. On ne trouve point
dans les anciens écrivains quelles furent les précautions que
l'on prit pour s'assurer de l'exactitude des déclarations que les
redevables avaient à faire. Il est probable que, chez un peuple épris
des richesses, l'avarice devait se trouver en opposition avec le
patriotisme et la bonne foi. Machiavel[146] cite avec admiration
de petites républiques d'Allemagne, ou, quand une loi avait imposé
les citoyens à deux, trois, quatre pour cent de leur fortune, chacun
venait verser sa contribution dans la caisse publique, sans déclarer
ce qu'il devait, sans dire ce qu'il payait, et sans avoir d'autre
témoin de sa probité que sa conscience. On n'était pas en droit
d'attendre la même vertu des citoyens de Venise. Nous verrons bientôt
qu'on ne s'en rapporta pas long-temps aux déclarations, et qu'on
nomma des magistrats pour taxer chaque redevable; ainsi on substitua
l'arbitraire à l'infidélité. Quelle que fût au reste la forme de cet
emprunt, c'était un emprunt forcé: la république payait un intérêt
aux propriétaires des fonds; mais le remboursement du capital était
renvoyé à l'époque où la situation des affaires le permettrait[147].
Telle fut l'origine de la caisse aux dépôts ou aux emprunts, qui
s'est perpétuée jusqu'à ces derniers temps. On avait déjà eu occasion
de faire un emprunt d'un millier de marcs d'argent, pour lequel
on avait engagé le marché de Rialte. Je trouve, sous la date de
1187[148], un autre acte portant concession du revenu des sels, et du
produit de l'atelier monétaire pour douze ans, en paiement d'un prêt
fait à la république par des citoyens, à la tête desquels le fils
du doge Seb. Ziani est inscrit pour mille livres; la somme totale
ne monte pas à quinze mille livres vénitiennes: c'était un prêt
volontaire.

[Note 146: _Discours sur Tite-Live_, liv. 1, chap 55.]

[Note 147: Donec respublica in melius profecta creditoribus
satisfacere poterit. (André DANDOLO, _Chron._ liv. 10, ch. 1.)]

[Note 148: Marin SANUTO, _vite de' duchi Mastro Piero_.]

Les emprunts forcés devinrent habituels, et furent exigés
ordinairement dans la proportion du centième de la fortune présumée
de chaque habitant. L'intérêt dans le principe était fixé à cinq pour
cent, d'autres disent à quatre. Un second dépôt fut ordonné environ
deux siècles après (en 1382); un troisième en 1433, et plusieurs
autres l'ont été successivement; mais l'intérêt de l'emprunt primitif
fut réduit à deux pour cent, en 1520, et enfin une partie des
remboursements eut lieu, non sur le pied du capital originairement
versé, mais au prix de l'achat fait par les possesseurs actuels de
ces créances[149].

[Note 149: _Mémoires historiques et politiques sur la république de
Venise_, par Léopold CURTI, 1re partie, chap. 10.]

Ne pouvant rétablir son commerce dans l'Orient, Venise venait de
renouveler son alliance avec le roi de Sicile; elle était tombée
dans un tel état de faiblesse, que les pirates d'Ancône insultaient
ses vaisseaux dans l'Adriatique, et qu'on eut bien de la peine à les
repousser[150].

[Note 150: _Chronique_ d'André DANDOLO, lib. 10, pars 15. cap. 1.]

[Note en marge: III. Établissement des procurateurs de St.-Marc.]

Le doge voulut mériter la bienveillance de sa nation au moins par des
actes de munificence. Il fit de grandes libéralités à Saint-Marc.
L'église du patron de la république s'embellissait et s'enrichissait
tous les jours: le soin de diriger les travaux qu'on y faisait sans
cesse et de veiller sur son trésor devint une charge importante. On
donna le nom de procurateurs de Saint-Marc aux marguilliers de la
chapelle ducale. Leurs attributions s'étendirent; cette fonction
devint une dignité, la seconde de la république; le nombre des
marguilliers ou procurateurs, fut porté de trois à neuf, et ensuite
jusqu'à quarante ou cinquante, lorsque cette dignité fut devenue
vénale.

Les citoyens de Venise n'étaient pas encore distingués en nobles et
en plébéiens, mais on comptait déjà des familles anciennes tombées
dans la pauvreté. Ziani fonda de ses deniers un monastère destiné aux
demoiselles appartenant à ces familles. Cette maison connue sous le
nom de _Monistero delle vergini_, devint l'asyle des filles d'un sang
patricien, nées sans fortune. Le doge en conserva le gouvernement
spirituel et temporel; c'était lui qui en nommait l'abbesse, et il
l'épousait en grande cérémonie le jour qu'elle prenait possession.

[Note en marge: IV. Embellissements de Venise. Élévation de deux
colonnes sur la place St.-Marc.]

Il y avait plus de cinquante ans que deux colonnes de granit trouvées
dans une île de l'Archipel, avaient été débarquées sur le rivage
de Venise, sans qu'on eût entrepris de les élever; l'art de la
mécanique n'était pas puissant à cette époque. Ce fut un architecte
lombard, nommé Barratier, qui réussit à ériger ces deux énormes
masses sur la petite place Saint-Marc. Le moyen qu'il employa
consistait à les exhausser peu-à-peu en mouillant les câbles qui les
tenaient suspendues, et qu'il raccourcissait après avoir étayé le
fardeau[151]. On l'avait, dit-on, laissé le maître de fixer le prix
de ce service; sa demande fut bizarre; il exigea que les jeux de
hasard, sévèrement défendus alors dans Venise, fussent permis dans
l'intervalle qui séparait les deux colonnes. Le doge consentit à
l'introduction d'un abus plutôt que de rétracter sa promesse, et les
jeux défendus eurent un asyle au milieu de la place publique, en face
du palais du gouvernement.

[Note 151: _Traité de mécanique_, de Mr J. A. BORGNIS, p. 75. Il
dit que ces colonnes pèsent chacune plus de quarante-cinq milliers
métriques.]

Ce scandale a duré près de quatre cents ans, jusqu'à ce qu'on ait
imaginé d'attacher quelque honte à la fréquentation de ce lieu, en
l'affectant à l'exécution des criminels.

Une autre anecdote relative aux embellissements de Venise peut servir
à faire connaître les moeurs de ce peuple. L'agrandissement de la
place Saint-Marc exigeait la démolition d'une vieille église; mais
le gouvernement n'osait pas l'ordonner sans la permission du pape.
L'ambassadeur à Rome fut chargé de la solliciter, et la chambre
apostolique répondit par cette décision: «La[152] sainte église
ne permet jamais de faire le mal, mais quand il est fait elle le
pardonne.»

[Note 152: La chiesa ne questa santa sede può concedere che si faccia
alcun male: ma poi fatto lo perdona.--Marin SANUTO _vite de' duchi S.
Ziani_.]

En conséquence de cette décision, on démolit l'église de
Saint-Geminien, et le pape imposa aux Vénitiens une pénitence, qui
était tous les ans l'occasion d'une cérémonie publique. Le doge,
accompagné de son conseil et des ambassadeurs étrangers, venait sur
la place Saint-Marc. Le curé de la paroisse, à la tête de son clergé,
s'avançait de son côté jusque sur le terrain que l'ancienne église
occupait autrefois. Là il adressait ces paroles au doge: «Je demande
à votre sérénité quand il lui plaira de faire bâtir mon église sur
son premier emplacement»; le doge répondait: «L'année prochaine.»
Cette promesse a été renouvelée pendant six cents ans[153].

[Note 153: _De l'état présent de la république de Venise_,
etc., par H. D. V. chevalier de St. Michel.--Manuscrit de la
Bibliothèque-du-Roi, nº 10465.

4.

Amelot de la Houssaye, dans son _Histoire du gouvernement de Venise_,
rapporte le même fait, et ajoute que le pape avait jeté un interdit
sur la république à cette occasion; mais il y a apparence qu'il se
trompe; les autres auteurs ne parlent pas de l'interdit.]

[Note en marge: V. Démêlés des papes avec les empereurs d'Occident.]

Venise, dans son état de faiblesse, ne paraissait pas destinée à
prendre une grande influence dans les différends des principales
cours de l'Europe. Cependant elle allait devenir l'asyle et la
protectrice d'un illustre fugitif. L'intelligence de cette partie de
son histoire exige que nous remontions jusqu'à l'origine de la guerre
qui désolait alors l'Italie.

Les empereurs d'Occident se prétendaient souverains de la ville de
Rome, et cependant ils venaient à Rome recevoir du pape la couronne
impériale; ils la recevaient à genoux; ils se soumettaient à tenir
l'étrier du pape, à marcher à pied devant lui, et à conduire sa
haquenée par la bride.

La puissance temporelle étant réunie à la puissance spirituelle dans
celui qui était l'objet de tous ces respects, il était naturel que
le prince se prévalût des hommages rendus au pontife; aussi, tandis
que les empereurs voulaient considérer tous ces actes comme des
cérémonies de religion, le pape s'obstinait-il à y voir un témoignage
de sa suprématie temporelle. Grégoire VII, dont les prédécesseurs
n'avaient été élus qu'avec la permission des empereurs[154], qui
lui-même avait demandé à Henri IV la confirmation de son élection,
Grégoire VII, dis-je, avait excommunié, déposé cet empereur, délié
ses sujets du serment de fidélité, l'avait obligé à venir lui-même
à Rome demander l'absolution, à se présenter sans suite, pieds nuds,
couvert d'un cilice, et à attendre trois jours dans la neige la
permission de lui baiser les pieds[155].

[Note 154: Il pontefice Adriano primo, in un concilio di 153 vescovi,
diede l'autorità di eligere il papa a Carlo primo, rè di Francia, che
fù poi detto Carlomagno e ciò dal 773; dono che non seppe conservare
Ludovico, suo figliuolo, che fece permuta di questa autorità regale
col titolo imaginario di pio al quale si può aggiungere quello di
simplice.

(Paul SARPI, _Opinione in quai modo debba governarsi la republica di
Venezia_.)]

[Note 155: Voyez les maximes de ce pape dans les _Annales_ de
BARONIUS, année 1076, § 24.]

Adrien IV avait fait représenter l'empereur Lothaire II à genoux
devant Alexandre II, et tenant les mains jointes entre celles du
pape. Ce tableau était placé dans une salle où se donnaient les
audiences publiques, et, pour qu'on ne se méprît pas sur l'intention,
on y avait ajouté cette inscription:

  _Rex venit ante fores, jurans prius urbis honores
  Post homo fit papæ, sumit quo dante coronam._

«Le roi se présente à la porte, jure d'abord de maintenir les
priviléges de Rome, se fait l'homme (le vassal) du pape, et reçoit de
lui la couronne.»

[Note en marge: VI. Frédéric Barberousse, empereur. 1155.]

Frédéric Barberousse, élevé à l'empire par les seigneurs de
l'Allemagne et de la Lombardie[156], ne crut pas pouvoir se dispenser
d'une cérémonie qui semblait mettre le sceau à son autorité.
Il alla recevoir à Rome la couronne impériale des mains du pape
Adrien. L'entrevue des deux augustes personnages fut précédée d'un
serment, par lequel ils se promirent de ne pas attenter à la vie
l'un de l'autre, ce qui justifie cette réflexion d'un illustre
historien[157]: «Telle était alors la confuse anarchie de l'Occident
chrétien, que, des deux premiers personnages de cette partie du
monde, l'un se vantant d'être le successeur des Césars, l'autre le
successeur de Jésus-Christ, et l'un devant donner l'onction sacrée à
l'autre, tous deux étaient obligés de jurer qu'ils ne seraient point
assassins, pour le temps de la cérémonie.»

[Note 156: On n'est pas d'accord que les seigneurs italiens aient
concouru à cette élection. Voyez l'_Histoire des républiques
italiennes du moyen âge_, par M. Simonde SISMONDI, chap. 8.]

[Note 157: VOLTAIRE, _Essai sur les moeurs_, chap. 48.]

L'empereur se soumit à tout le cérémonial qu'exigea l'église romaine.
Le premier objet qui frappa ses yeux, en entrant dans le palais
pontifical, fut le tableau qui représentait un de ses prédécesseurs
dans l'attitude d'un vassal rendant hommage. Il en témoigna du
mécontentement, on lui promit de faire disparaître le tableau; mais
on n'eut garde de tenir cette promesse[158]. Au contraire un bref lui
fut adressé pour lui rappeler qu'il tenait la couronne impériale des
mains du pape.

[Note 158: Il semblerait, d'après le récit de Voltaire, que ce
tableau n'eût été exposé qu'après le couronnement de Frédéric
Barberousse; mais l'abbé Fleury, (liv. 70e), raconte le fait comme il
est rapporté ici.]

[Note en marge: VII. Il se brouille avec le pape. 1157.]

Ces hauteurs de la cour de Rome ne pouvaient qu'irriter un prince
fier et heureux jusque-là. Il renvoya les légats du pape, fit publier
qu'il tenait sa couronne de Dieu et des électeurs, que c'était un
mensonge de dire qu'elle lui avait été confiée comme un bénéfice,
que l'église voulait détruire l'empire, qu'on avait commencé par une
peinture insultante, qu'on en venait à des écrits, mais qu'il ne
souffrirait point un pareil attentat à son autorité.

Après cette déclaration, il s'avança vers l'Italie avec une armée.
Le pape lui envoya des ambassadeurs, pour expliquer d'une manière
satisfaisante le sens des expressions qui l'avaient choqué,
protestant que, par ces mots, _Beneficium imperii romani contulimus_,
il n'avait nullement voulu donner à penser que l'empereur fût son
vassal. Malgré ces explications, Frédéric continua sa marche jusqu'à
Plaisance, et convoqua à Roncaille une assemblée d'évêques, de
seigneurs et de magistrats, pour déterminer avec précision quels
étaient les droits régaliens attachés à sa couronne d'Italie. Des
docteurs de l'université de Bologne rédigèrent ce travail. Le savoir
des jurisconsultes, la politique des seigneurs, et la conscience
des évêques, ne manquèrent pas d'étendre, au lieu de les limiter,
ces prérogatives de l'autorité royale; il en résulta que plusieurs
droits, dont l'église avait joui jusque alors, furent retenus par
l'empereur; ce qui occasionna de nouvelles plaintes de la part du
pape, et une correspondance pleine d'aigreur, où celui-ci menaçait
Frédéric de la perte de sa couronne. L'empereur lui répondit: Tout ce
que vous avez, vous le tenez de la libéralité de mes prédécesseurs:
lisez l'histoire, vous y verrez si les vôtres possédaient quelque
chose.

[Note en marge: VIII. Mort du pape; double élection. Alexandre III et
Victor IV. 1159.]

On négociait avec peu d'apparence d'accommodement[159], lorsque
Adrien IV mourut, en 1159. Cette mort, qui délivrait l'empereur d'un
pontife ambitieux, lui fournit une occasion favorable en apparence,
pour avoir raison des prétentions de l'église romaine.

[Note 159: Voici ce que Frédéric répondit aux légats du pape.

«Je ne demande point l'hommage aux évêques, s'ils ne veulent rien
posséder de nos régales; mais s'ils écoutent volontiers le pape,
lorsqu'il leur dit, Qu'avez-vous affaire du roi? je leur dirai aussi,
Qu'avez-vous affaire de terres? Il dit que nos nonces ne doivent pas
être reçus dans les palais des évêques: j'en conviens, pourvu que ces
palais soient bâtis sur le fonds des évêques, et non sur le nôtre;
car la superficie cède au fonds. Il dit que la magistrature et les
régales de Rome appartiennent à S. Pierre; puisque je suis empereur
romain par l'ordre de Dieu, je ne porte qu'un vain titre, si Rome
n'est pas en ma puissance.»

(_Histoire ecclésiastique_ de l'abbé FLEURY, liv. 70.)]

De vingt-cinq cardinaux assemblés pour donner un successeur à
Adrien, vingt-trois réunirent leurs suffrages sur le cardinal Roland
Bandinelli de Sienne; il n'y en eut que trois qui lui refusèrent
leurs voix, et deux de ces dissidents, soutenus d'une faction
populaire[160], nommèrent pape le troisième, qui s'appelait Octavien,
de la maison de Frescati.

[Note 160: Le pape Victor l'avoue lui-même dans la lettre par
laquelle il annonçait son élection à l'empereur et à toute la
chrétienté: «Post verò longam collationem et diutinam deliberationem,
divinâ tandem inspirante clementiâ, electione venerabilium fratrum
nostrorum episcoporum, presbyterum S. R. E. cardinalium, cleri quoque
romani petitione, ejusdem populi assensu, etiam senatoriæ dignitatis
honoratorum, insuper capitaneorum, ad summum pontificatum, annuente
Deo, canonicè sumus electi.»

(RADEVIC. _De rebus gestes Friderici primi. Rerum italicarum
scriptores_, tom. VI, p. 824)]

Cette double élection était déjà un scandale. Elle en occasionna
un bien plus grand, lorsqu'il fallut revêtir le nouveau pape de
la chape d'écarlate, signe de sa dignité. On allait la placer sur
les épaules de Roland, Octavien l'arracha des mains de ceux qui la
tenaient, et s'en revêtit avec tant de précipitation, qu'il la
mit à l'envers[161]. Un pareil acte de violence pouvait en faire
craindre d'autres. Roland et ses adhérents se réfugièrent dans le
fort Saint-Ange. Sur-le-champ ils y furent investis et gardés par
les partisans d'Octavien, tandis que celui-ci était intronisé dans
la chaire de Saint-Pierre, et installé dans le palais pontifical.
Après avoir passé neuf jours dans le château, Roland en fut tiré,
mais pour être jeté dans une prison, où il resta trois jours. Enfin
une partie du peuple lui rendit la liberté, et il alla se faire
sacrer à quelques lieues de Rome, sous le nom d'Alexandre III. Son
compétiteur, qui avait pris le nom de Victor IV[162], ne put réunir
que quinze jours après le nombre de prélats nécessaires pour la même
cérémonie.

[Note 161: Et dum Rolandus decentissimè et religiosissimè se
excusaret, Octavianus iste accepit pallium, et sibi ipsi imposuit,
versatum tamen ità, ut pars illa, quæ debebat esse circà humeros,
esset juxtà pedes.

(_De rebus gestis Friderici primi in Italiâ commentarius_ a sive RAUL
sive RADULPHO, auctore synchrono, dans la collection de MURATORI.)

Les chanoines de St.-Pierre racontent le même fait dans leur lettre à
l'empereur; mais d'une manière favorable à Victor, dont ils étaient
partisans:

«Surrexit tandem velut iratus Otto, diaconus S. Georgii, et Adebaldus
Crassus, cardinalis SS. Apostolorum, et Joannes Neapolitanus, et,
accepta manto, voluerunt immantare dominum Rolandum cancellarium;
sed saniore et meliori parte cardinales ex parte Dei omnipotentis et
beatorum principum apostolorum Petri et Pauli, atque totius ecclesiæ
autoritate prohibente, non potuerunt et cancellarium cum manto nullo
modo tetigerunt: per eos tamen non stetit quin immantaretur. Coeterum
clerus romanus, qui in ecclesiâ beati Pauli pro electione summi
pontificis convenerant, audito clamore, cucurrerunt, circumdantes
dominum Ottonem, qui erat cum cardinalibus juxtà altare beati Petri,
et clamaverunt omnes dicentes, Dominum Octavianum eligite, per quem
solum ecclesia pacem potest habere. Tunc petitione populi romani et
erectione totius cleri, consentiente et desiderante universo capitulo
basilicæ beati Petri, dominus Octavianus cardinalis a saniore parte
cardinalium electus est et manto indutus, et in sede beati Petri
positus, absque omni contradictione, cantantibus omnibus, Te Deum
laudamus in Jubilo.»

(_Radevici frisigensis canonici appendix ad Ottonem, de rebus gestis
Friderici primi_, lib. 2, cap. 46, dans la collection de MURATORI,
tom. VI.)

L'autre pape, Alexandre III, se plaint de cette violence, dans la
lettre par laquelle il annonce sa nomination (Même collection, tom.
VI, p. 825 et 826).

«Tribus diebus de electione tractantes laudem in personam nostram,
insufficientem huic oneri, et tantæ dignitatis fastigio minimè
congruentem, omnes quotquot fuerunt, tribus tantùm exceptis,
Octaviano scilicet, Joanne de S. Martino, et Guidone Cremente, (Deo
teste, quia mendacium non fingimus sed meram sicut est loquimur
veritatem), concorditer atque unanimiter convenerunt, et nos
assentiente clero ac populo in romanum pontificem elegerunt. Duo verò
Joannes et Guido, quos prænotavimus, tertium Octavianum nominantes,
ad ejus electionem pertinaciter intendebant. Unde et ipse Octavianus
in tantam audaciam, insaniamque prorupit, quòd mantum, quo nos
reluctantes et renitentes, quia nostram insufficientiam videbamus,
juxta morem ecclesiæ, Odo prior diaconorum induerat, tanquam
arreptitius a collo nostro propriis manibus violenter excussit, et
secum inter tumultuosos fremitus asportavit. Coeterùm cùm quidam de
senatoribus tantum facinus inspexissent, unus ex eis, spiritu divino
succensus, mantum ipsum de manu eripuit saevientis. Ipse verò ad
quemdam capellanum suum, qui ad hoc instructus venerat, et paratus,
illicò flammeos oculos fremebundus inflexit, clamans et innuens, ut
mantum, quem fraudulenter secum portaverat, festinanter afferret.
Quo utique sinè morâ delato, idem Octavianus, abstracto pileo, et
capite inclinato, cunctis fratribus, aut loco inde aut voluntate
remotis, mantum per manus ejusdem capellani, et cujusdam clerici
sui ambitiosus assumpsit, et ipse idem, quia non erat alius, in
hoc opere capellano et clerico extitit coadjutor. Verùm ex divino
credimus judicio contigisse, quòd ea pars manti, quæ tegere anteriora
debuerat, multis videntibus et ridentibus, posteriora tegebat. Et
cùm ipse idem hoc emendare studiosiùs voluisset, quia capitium manti
extrâ se raptus non poterat invenire, collo fimbrias circumduxit, ut
saltem mantus ipse appensus ci quodammodo videretur. Sicque factum
est, ut sicut tortæ mentis erat, et intentionis obliqua, ita ex
transverso et obliquo mantum fuerit in testimonium suas damnationis
inductus.]

[Note 162: D'autres auteurs, qui adoptent une manière différente de
compter, le nomment Victor III.]

Les deux compétiteurs commencèrent par s'excommunier réciproquement,
mais ces armes spirituelles, quand ils les employaient l'un contre
l'autre, cessaient d'être enchantées; aussi les deux papes eurent-ils
recours à des armes plus réelles; tous deux écrivirent à l'empereur
pour réclamer sa protection.

[Note en marge: IX. Concile de Pavie pour prononcer entre les deux
compétiteurs. Frédéric se déclare pour Victor IV. 1160.]

Frédéric, devenu l'arbitre d'une puissance qui avait voulu empiéter
sur la sienne, convoqua un concile à Pavie, pour prononcer entre
les deux concurrents. Il y appela non-seulement les évêques de ses
états, mais ceux de France, d'Angleterre, de Danemark et de Hongrie,
et envoya des députés aux deux concurrents, pour les citer et leur
ordonner de comparaître.

Ces députés se rendirent d'abord auprès de Roland, que l'empereur
dans sa lettre n'appelait point Alexandre, et qu'il ne qualifiait que
de cardinal. Au lieu de lui rendre les respects dus à son nouveau
titre, ils s'assirent en sa présence, pour exposer l'objet de leur
mission. Alexandre refusa noblement de reconnaître l'autorité d'un
concile convoqué par un autre que par lui-même, et de soumettre
l'église au jugement de l'empereur.

Ce refus fit pencher la balance en faveur de Victor. Les députés,
en se présentant devant lui, lui baisèrent les pieds. Il se rendit
à Pavie, et le concile, qui se trouvait composé d'environ cinquante
évêques et d'un grand nombre d'abbés, et qui délibérait en présence
des envoyés des rois de France et d'Angleterre, prononça en sa
faveur, à la suite d'une information qui dura sept jours.

L'empereur, après avoir approuvé cette décision, voulut montrer qu'il
regardait comme un vain cérémonial tous les respects que les papes
avaient exigés jusque-là si impérieusement. Il baisa les pieds de
Victor, qui n'était que sa créature, et Victor, assis sur un trône,
au milieu du concile, prononça l'anathème contre Roland et ses
adhérents.

[Note en marge: X. Alexandre III excommunie Frédéric.]

Alexandre, de son côté, excommunia Frédéric et l'antipape, et délia
tous les sujets de l'empereur de leur serment de fidélité. Il n'y
eut dans toute l'Allemagne que deux prélats qui se déclarèrent
pour Alexandre[163]; aussi dans la suite leur constance fut-elle
récompensée par la canonisation. Mais les évêques de France ne
s'étaient point rendus au concile; plusieurs reconnurent les droits
du pape Roland: il était naturel que la France protégeât celui contre
lequel l'empereur s'était déclaré. L'église d'Angleterre hésita plus
long-temps, mais finit par suivre cet exemple. Les rois de Hongrie,
de Danemark et de Norvège se réunirent au parti de Victor; de sorte
que l'Europe se trouva partagée entre les deux compétiteurs qui se
disputaient le trône pontifical.

[Note 163: Eberhard, archevêque de Salzbourg, et Hartmann, évêque de
Brixen.]

Alexandre III, dans la longue durée de ce schisme, montra une grande
fermeté. L'opposition de l'empereur et de presque tous les évêques
de l'empire, n'ébranla point son courage. Il semblait avoir sans
cesse devant les yeux ces peintures du palais de Latran, où les
schismatiques téméraires servent de marchepied aux papes[164]. Il
prodiguait les excommunications, les anathèmes, et n'épargnait pas à
ses partisans les récompenses spirituelles. Il y en eut qui portèrent
l'enthousiasme jusqu'au fanatisme, et on leur attribua le don des
miracles. L'un des plus zélés, Pierre, archevêque de Tarentaise, osa,
en présence de l'empereur et de l'archevêque de Besançon, qui tenait
pour l'antipape, ordonner au peuple de cette ville de prier pour que
Dieu convertît l'archevêque, ou qu'il en délivrât l'église. Le peuple
se mit en prières, et le prélat schismatique mourut quatre jours
après. On conçoit ce que de tels exemples devaient avoir d'influence
au XIIe siècle.

[Note 164: C'était ce que lui écrivait Arnoul, évêque de Lisieux.
Voyez l'_Histoire ecclésiastique_ de FLEURY, liv. 70.]

De son côté, le pape Victor dominait en Italie, tenait un concile,
et excommuniait l'archevêque et la ville de Milan, que l'empereur
assiégeait alors, parce que, ainsi que plusieurs autres villes
d'Italie, elle voulait secouer le joug de la domination impériale.
Cette ville malheureuse fut obligée de se rendre; Frédéric la fit
raser, et fit passer la charrue sur les remparts.

Le succès des armes de l'empereur rendait la position d'Alexandre,
en Italie, trop périlleuse pour qu'il pût y rester. Il s'embarqua
sur des galères du roi de Sicile, et vint aborder en France près de
Montpellier, où il fut reçu avec de grands honneurs.

C'était un hôte incommode: le roi Louis-le-Jeune ne tarda pas à s'en
apercevoir, et à se repentir de l'appui qu'il lui avait donné. On
négocia long-temps avec l'empereur une réconciliation, qui devenait
tous les jours plus difficile. Frédéric, partant du principe que Rome
faisait partie de ses états, ne voulait point que le roi de France
intervînt dans un différend pour le premier siége de la chrétienté.
Cependant l'évêque de Lisieux prédisait en chaire que l'empereur
se convertirait, confesserait la suprématie de l'église, et se
reconnaîtrait redevable envers elle de la couronne impériale.

[Note en marge: XI. Mort de Victor IV. Élection de Paschal III. 1164.]

Rien n'annonçait assurément de pareilles dispositions; car,
l'antipape étant mort sur ces entrefaites, les deux seuls cardinaux
restés fidèles à son parti résolurent de lui donner un successeur,
et en même-temps un nouveau compétiteur à Alexandre. Mais il était
difficile que seuls ils fissent une élection qui devait tomber sur
l'un des deux. Ils appelèrent à leur secours les schismatiques
d'Allemagne et d'Italie, et le cardinal Gui de Crème, nommé pape,
prit le nom de Paschal III. L'empereur, qui fut prié de confirmer
cette élection, n'avait garde de s'y refuser. Il jura sur l'évangile
qu'il reconnaîtrait toujours pour papes légitimes, non-seulement
Paschal, mais encore ses successeurs, à l'exclusion d'Alexandre, et
de ceux qui pourraient être nommés après lui.

Cependant le clergé de la ville de Lucques, où Victor IV était mort,
refusa de l'enterrer, ce qui n'empêcha point qu'il ne se fît des
miracles sur le tombeau qui lui fut accordé dans un monastère de
campagne. Pour que rien ne manquât de ce qui pouvait caractériser
la cour romaine, le pape Alexandre pleura beaucoup la mort de son
rival, dont la damnation était indubitable, puisqu'il était mort dans
le schisme et l'excommunication.

Cette mort et une ligue qui se forma entre toutes les villes de
la Lombardie, pour s'affranchir du joug de l'empereur, ramenèrent
beaucoup d'Italiens dans le parti d'Alexandre. Le peuple de Rome, qui
ne l'avait pas encore formellement reconnu, y fut déterminé par des
largesses, et le pape, voyant ses affaires s'améliorer en Italie,
quitta la France, où il avait séjourné près de quatre ans, et arriva
à Rome au mois de novembre 1165.

Le nouvel antipape fit à cette époque un acte qui paraissait devoir
être réservé à l'autorité du pape légitime; il canonisa Charlemagne,
canonisation dont l'église romaine n'a jamais contesté la validité.

[Note en marge: XII. Fuite du pape Alexandre III. L'empereur vient se
faire couronner une seconde fois par l'antipape. 1167.]

L'empereur marcha vers l'Italie, dès qu'il sut qu'Alexandre III y
était de retour. Son armée se présenta aux portes de Rome, après
avoir battu celle du pape, attaqua le château Saint-Ange, mit le
feu à l'église Saint-Pierre, et obligea Alexandre à se sauver vers
Bénévent sous un déguisement de pélerin. L'antipape vint prendre
possession de la chaire apostolique, et l'empereur jugea à-propos de
se faire couronner encore une fois. Mais cette armée d'Allemands,
campée dans les environs de Rome au commencement du mois d'août,
éprouva la funeste influence d'un climat très-malsain dans cette
saison. Les ravages de la maladie, furent si rapides que Frédéric se
vit obligé de faire partir ses troupes peu de jours après, et de les
ramener dans l'Italie septentrionale.

Les excommunications du pape l'y poursuivirent[165], et les villes
d'Italie liguées se disposaient à attaquer cette armée déjà vaincue
par la maladie. On relevait les murs de Milan, on bâtissait sur
la Bormida une ville nouvelle à laquelle on donnait le nom du pape
Alexandre[166]. Frédéric se trouvait tellement affaibli qu'il feignit
de n'être pas éloigné de reconnaître ce pontife. Pendant qu'on
négociait cette réconciliation, il traita avec le comte de Maurienne
pour obtenir de ce prince le passage sur ses états. Ce même empereur,
qui venait de forcer le pape à fuir de Rome sous un habit de pélerin,
se vit réduit, sept mois après, à prendre un déguisement pour passer
les Alpes.

[Note 165: Voici dans quels termes un des plus fougueux prélats de la
chrétienté, l'évêque de Salisbury, parlait de cette excommunication;
«Le pape ayant attendu long-temps en patience le tyran teutonique
pour l'exciter à pénitence, et ce schismatique continuant d'ajouter
péchés sur péchés, le vicaire de S. Pierre, établi de Dieu sur les
nations et les royaumes, a absous les Italiens et tous les autres du
serment de fidélité par lequel ils lui étaient engagés, à cause de
l'empire ou du royaume, et lui a ainsi enlevé presque toute l'Italie.
Il lui a aussi ôté la dignité royale, l'a frappé d'anathème, et a
défendu par l'autorité de Dieu, qu'il ait à l'avenir aucune force
dans les combats; qu'il remporte la victoire sur aucun chrétien, ou
qu'il ait nulle part ni paix ni repos, jusqu'à ce qu'il fasse de
dignes fruits de pénitence; en quoi le pape a suivi l'exemple de
Grégoire VII, son prédécesseur, qui, de notre temps, a déposé de même
l'empereur Henri.»

  (_Histoire ecclésiastique_ de l'abbé FLEURY, liv. 71e.)]

[Note 166: Alexandrie, que les impériaux appelèrent par dérision,
_Alexandrie de la paille_.]

L'antipape était resté à Rome, malgré la retraite de Frédéric, ce qui
prouverait qu'il avait de nombreux partisans dans cette capitale.
Ils furent encore assez puissants pour lui donner un successeur; car
Paschal étant venu à mourir, les schismatiques ne se découragèrent
pas, et élurent à sa place Jean, abbé de Strum, qui prit le nom de
Calixte III.

[Note en marge: XIII. Caractère d'Alexandre III.]

Le pape Alexandre opposait à leur opiniâtreté un de ces caractères
fermes, dont le temps ni les revers ne peuvent affaiblir les
résolutions. Plusieurs fois des accommodements avaient été négociés
entre l'empereur et lui; jamais on n'avait pu le déterminer à la
moindre concession.

Il apprit que Thomas, archevêque de Cantorbéry, avait été assassiné.
Du fond de sa retraite de Bénévent, il obligea le roi d'Angleterre
à faire pénitence publique, à recevoir l'absolution d'un meurtre,
auquel ce monarque protestait n'avoir pris aucune part; et, pour
enfoncer plus avant le trait de la vengeance, il mit au nombre des
saints ce prélat hautain, qui avait porté le trouble dans l'église
d'Angleterre, et excommunié deux fois son prince. Ce ne fut pas tout,
la guerre civile éclata; le roi eut beau écrire au pape: «Je me jette
à vos pieds, je reconnais votre juridiction; mon royaume relève de
vous, daignez le protéger et le défendre.» il fallut se soumettre
à de nouvelles expiations; il fallut que le roi d'Angleterre, vêtu
de haillons, marchant pieds nus dans la boue, allât au tombeau du
nouveau martyr, y demeurât prosterné pendant un jour et une nuit
entière, observant un jeûne rigoureux, et reçut des coups de verges
de la main de tous les prêtres triomphants de cette humiliation[167].

[Note 167: Tous ces détails sont rapportés par l'abbé Fleury
lui-même, liv. 72e. L'origine de toutes ces querelles avait été la
punition d'un prêtre accusé de meurtre.]

On ne devait pas s'attendre à voir plier un pape qui faisait subir
de pareilles pénitences à des rois. Frédéric, voulant essayer encore
de le réduire par les armes, revint pour la cinquième fois en Italie.
Il eut une action fort vive avec les Milanais et leurs alliés[168].
Ses troupes y furent complètement battues, lui-même, ayant eu son
cheval tué sous lui, faillit à perdre la vie ou la liberté, et,
sa disparition momentanée augmentant le désordre de son armée, la
défaite devint un désastre. Il semblait que la fortune se plût à
vérifier toutes les prédictions menaçantes, hasardées par les prêtres
acharnés contre lui.

[Note 168: Le 4 juin 1176.]

Il y avait dix-huit ans que le pape Alexandre errait d'états en
états, faiblement soutenu par les princes, demandant un asyle à l'un,
tandis qu'il en excommuniait un autre, chassé plusieurs fois de son
église, voyant sans cesse renaître ses compétiteurs, et opposant
avec une constance inébranlable toutes les prétentions de la tiare
à toutes les forces de l'empire. Ce pape, dit Machiavel[169], qui
exerçait au loin une si grande autorité, ne pouvait ni se faire obéir
dans Rome, ni même obtenir la permission d'y demeurer, en promettant
de ne se mêler que du gouvernement ecclésiastique; tant il est vrai,
ajoute cet historien, que les fantômes sont plus imposants de loin
que de près.

[Note 169: _Histoire de Florence_, liv. 1er.]

[Note en marge: XIV. Les villes de la Lombardie liguées pour secouer
le joug de l'empereur. 1166.]

Il fallait bien que le concours de quelques circonstances expliquât
la longue durée d'une lutte si inégale. Le pape n'avait pas même
pour lui le sénat et la noblesse de Rome. Le roi d'Angleterre le
craignait, et par conséquent ne le servait pas. Le roi de France fut
sur le point de reconnaître l'antipape, et ne donna son suffrage à
Alexandre que pour contrarier l'empereur. Aucun de ces rois ne lui
fournit un secours de troupes; mais la domination des Allemands était
odieuse à l'Italie; la punition de Milan avait appris ce qu'on devait
attendre de pareils maîtres. Milan, qui, depuis la destruction de
ses murs, s'était entourée d'un large fossé[170], Brescia, Mantoue,
Bologne, Vicence, Padoue, Trévise, Vérone, et plusieurs autres villes
s'étaient confédérées: «une grande infortune avait fait oublier les
anciennes rivalités[171].» Il paraît que la politique des Vénitiens
hésita quelque temps entre Frédéric et Alexandre; car, en 1172, ils
fournirent à l'empereur une flotte pour l'aider à soumettre Ancône,
dont son armée entreprit le siége sans succès; mais bientôt après,
Venise, revenant à une des maximes de son invariable politique,
qui était d'empêcher, autant que cela pouvait dépendre d'elle,
l'établissement de la puissance des empereurs dans son voisinage,
accéda à la ligue des villes lombardes. Cette alliance d'une nation
indépendante avec des peuples qui voulaient le devenir, n'ajoutait
pas seulement à leurs forces; elle était déjà une reconnaissance de
leurs droits. Cette ligue des villes lombardes fut le premier élan
des peuples du moyen âge vers la liberté, et est un des évènements
les plus importants de l'histoire moderne[172].

[Note 170: Les Allemands ayant abattu les murailles de Milan, et
ayant obligé les habitants par serment à ne les point relever,
ceux-ci usèrent d'abord de cette adresse de faire un fossé, en quoi
ils ne contrevenaient point à leur serment.

(NICÉTAS, _Histoire de Manuel Comnène_, liv. 7, chap. 1.)]

[Note 171: _Histoire des républiques italiennes du moyen âge_, par M.
Simonde SISMONDI, liv. 10.]

[Note 172: L'acte de confédération contre Frédéric, se trouve dans
les dissertations de Muratori sur les antiquités du moyen âge,
dissertation 48e, p. 277. On y remarque, parmi les signataires de
cette confédération, outre les villes que je nommerai ci-après, le
marquis Obizzo de Malaspina, le comte de Bertenore, et Ruffin de
Trino.]

[Note en marge: XV. Nouvelle fuite d'Alexandre III. Il se réfugie à
Venise. 1177.]

La cause du pape se liait naturellement à celle des ennemis de
l'empereur. Soit qu'il voulût être plus à portée d'exciter la ligue
à de nouveaux efforts, soit qu'il ne se crût pas en sûreté[173] sur
le continent de l'Italie, où en effet un édit de Frédéric lui avait
interdit le feu et l'eau, défendant, sous peine de la vie, de lui
accorder un asyle; il s'embarqua sur l'Adriatique, toucha d'abord à
Zara, et arriva ensuite à Venise. Il y garda le plus grand incognito;
jusque-là qu'il passa, dit-on, une nuit à la porte d'un monastère,
où il fut reçu comme un pauvre prêtre[174]; mais il venait chercher
un asyle et des secours à Venise; il fallait bien qu'il se fit
connaître. Il fut reçu avec tout le respect dû à sa dignité et à son
malheur.

[Note 173: Anno ducis quinto Alexander papa furorem imperatoris
abhorrens, cum galeis Guillelmi régis Siciliæ die XXIII mensis martii
Venetorum portus applicuit. (Andreæ DANDULI _chronicon_, lib. 10,
cap. 1, pars 18.)

Sive impium Foederici edictum qui Alexandro omni Italiâ interdixisse
dicitur, ut capitale esset si quis eum cibo, potuve aut hospitio
juvisset, civitatibus quæ illum excepissent excidium inteminatus,
regulis et aliis illustribus viris ultricia arma; quum nihil ille
sibi tutum reliquâ Italiâ cerneret, coepissetque et Guillelmi quoque
fides suspecta esse, per Appuliam et Garganum montem transiit;
mox inde, ut Obbo Ravenas ait, liburnico navigio Jaderam delatus,
ex Dalmatiâ ignoto habitu Venetias tanquam ad unicum libertatis
domicilium divertit. (M. A. SABELLICI, _Rerum venetarum_, lib. 7.)

Il papa spaventato, servitosi di due galee del rè di Sicilia, andò
prima a Gaeta e poi a Benevento, ne si tenendo sicuro in luogo alcuno
nel resto d'Italia e già cominciando ancora aver sospetta la fede di
Guillelmo, rè di Sicilia, passò per Puglia e andò al monte S. Angelo;
e di a sopra un brigantino si condusse a Zara, e quindi travestito si
fuggì a Vinegia. (_Vite de' principi di Vinegia_, di Pietro MARCELLO,
_trad. da lod. Domenichi._)

Non sapendo più come provedervi, dopo alcuni discorsi, si deliberò
finalmente per lo meglio di ridursi a Venetia. (_Historia venetiana_
da Gio. Nic. DOGLIONI, lib. II.)

Alessandro senz'armi spaventato sene fuggi primieramente in Benevento
e poi nel monte Gargaro. Salito poscia sopra piccolo naviglio di
Dalmatia fè vela verso Zara e indi a Venetia si trasportò, unico
asilo di libertà e siccurezza. (_Compendio delle historie Venete_, da
Gio.-Bat. VERO, lib. I.)]

[Note 174: Primâ nocte quâ appulit Venetias stetit ad portam S{ti}.
Salvatoris usque ad lucem. Inde per triduum in monasterio dicto
Charitatis, dissimulatâ personâ, demùm agnitus à peregrino, principi
factus est notus. (_In margine codicis Ambrosiani hæc annotantur._)

(Il s'agit ici du manuscrit de la _Chronique_ de Dandolo.)

Sunt qui tradunt ad sordidum culinæ ministerium ut occultiùs lateret
se ultrò demisisse. (Marci-Antonii SABELLICI, _rerum venetarum_, lib.
7.)

Les autres historiens rapportent que le pape fut reconnu dans le
monastère où il s'était retiré; ils nomment même celui qui le
reconnut.

Sanuto dit qu'Alexandre était déguisé en cuisinier. Dandolo ne
rapporte cette circonstance de l'incognito que comme une version
adoptée par quelques-uns; mais il cite lui-même un document de la
cour de Rome, où cette fuite et ce déguisement sont racontés.]

[Note en marge: XVI. La république négocie pour le réconcilier avec
l'empereur. Réponse de Frédéric. 1177.]

La république fit partir sur-le-champ des ambassadeurs[175]
pour Pavie, où l'empereur était alors, avec la mission de le
supplier de rendre la paix à l'église et à l'Italie. Ils en furent
très-gracieusement accueillis; mais, lorsqu'ils lui proposèrent de
reconnaître la légitimité d'Alexandre, en le réintégrant dans ses
droits, Frédéric répondit avec plus de jactance que de grandeur:
«Retournez vers votre prince et vers votre sénat, dites-leur que
l'empereur des Romains réclame un fugitif et un ennemi; s'ils ne
commencent par me le livrer, les Vénitiens se déclarent contre
l'empire; je punirai cette offense; je les attaquerai par mer et par
terre, et je planterai mes aigles sur le portail de Saint-Marc[176].»

[Note 175: On nomme ces deux ambassadeurs; c'étaient, suivant
l'histoire de Doglioni, Philippe Orio et Jacques Centranigo.]

[Note 176: Je traduis ici le discours qui est dans Sabellicus,
en l'abrégeant: «Ite, inquit, et hæc vestro principi et populo
dicite, Foedericum Romanorum imperatorem ab eis hostem et fugitivum
reposcere; quem nisi primo quoque tempore ad se sub custodiâ vinctum
miserint, fore ut pro hostibus imperii se haberi paulò post Veneti
scirent; neque foedus neque jura ulla gentium plus apud se valitura
quàm insignem illam contumeliam pro quâ ulciscendâ omnia divina et
humana jura paratus esset evertere: admoturum se non multò post terrâ
marique ad eorum urbem copias, futurumque ut victrices aquilas, quod
ipsi nunquàm putassent, ante divi Marci ædem sisteret.

Ce même discours est rapporté dans la _Chronique_ de Dandolo; mais il
y est en vers.

  Ite, duci vestro nostrum reddatis amorem;
  Et licet hæc nostræ referat sibi pagina chartæ,
  Ore nihilominùs nostra hæc referatis amico
  Verba duci vestro: nostrum non ampliùs hostem
  Sustineat, mittat nobis custodibus illum:
  Ac si fortè neget fugitivum tradere papam,
  Credat amicitiæ dissolvi foedera nostræ;
  Securum quòd si dux se facit æquore, classes
  Injiciam, cùm tempus erit, tantisque galeis
  Propulsabo fretum, ut Venetos quoque remige poitus
  Ingrediar, Marcique urbem, figamque plateis
  Victrices aquilas non ante in sæcula fixas.

Ces vers sont fort mauvais assurément; mais ils confirment la
tradition.]

[Note en marge: XVII. Les Vénitiens arment pour soutenir la cause du
pape. 1177.]

Il fallut se préparer à repousser les efforts d'un prince
très-redoutable, car il arma rapidement une flotte de soixante-quinze
galères, dont il donna le commandement à Othon, l'un de ses
fils[177]. Venise ne put lui en opposer que trente[178]. Le doge
voulut les conduire lui-même contre l'ennemi; et quand il fut sur le
point de mettre à la voile, le pape lui ceignit une épée d'or, en
invoquant la protection du ciel sur son entreprise.

[Note 177: Jules Faroldo, dans ses _Annales vénitiennes_, dit que cet
Othon était fils naturel; mais le document cité dans la _Chronique_
de Dandolo, liv. 10, chap. 1er, partie 31, porte expressément:
«Exercitus cui præerat legitimus imperatoris filius.»]

[Note 178: Dandolo rapporte les noms des commandants de ces trente
galères.]

[Note en marge: XVIII. Victoire des Vénitiens. 1177.]

Les deux armées se rencontrèrent le jour de l'Ascension entre
Pirano et Parenzo en Istrie. Celle de l'empereur était composée
de bâtiments que lui avaient fournis Gênes, Pise et Ancône. Le
combat était inégal, mais le vent était favorable aux Vénitiens; la
victoire, vivement disputée, se décida pour eux après six heures de
carnage[179]. Le pape vit arriver dans le port quarante-huit galères
de cette flotte armée pour sa perte, et le fils lui-même de son
ennemi au nombre des prisonniers. On renvoya honorablement ce prince
à son père, que le malheur avait rendu plus accessible à de nouvelles
propositions de paix. Othon s'en était rendu porteur; Frédéric
consentit à ouvrir des conférences.

[Note 179: Les détails de ce combat sont rapportés par Doglioni,
_Historia venetiana_, lib. 2, et SABELLICUS, lib. 7.]

[Note en marge: XIX. Paix. 1177.]

Cette paix intéressait toute l'Europe. Les rois de France et
d'Angleterre y assistèrent par leurs ambassadeurs; tous les
seigneurs, tous les prélats de l'Italie, les députés de toutes les
villes liguées, accoururent pour se recommander au pape, qui leur
dit avec attendrissement: «Vous savez, mes enfants, la persécution
que l'église a soufferte de la part de l'empereur, qui devait la
protéger. Vous savez que l'autorité de l'église en a été affaiblie,
parce que les péchés demeuraient impunis, et les canons sans
exécution; nous avons porté la peine de la destruction des églises
et des monastères, du pillage, des incendies, des meurtres et des
crimes de toutes sortes. Dieu a permis ces maux pendant dix-huit ans,
mais enfin il a apaisé la tempête et tourné le coeur de l'empereur à
demander la paix. C'est un miracle de sa puissance qu'un prêtre vieux
et désarmé ait pu résister à la fureur des Allemands et vaincre sans
combattre un prince si redoutable; mais c'est afin que tout le monde
connaisse qu'il est impossible de combattre contre Dieu[180].»

[Note 180: _Histoire ecclésiastique_ de l'abbé FLEURY, liv. 73.]

Le congrès se tint à Venise. Alexandre fut reconnu pour pape
légitime, et rétabli dans tous ses droits[181]. Quant aux villes de
la Lombardie, qui avaient supporté le principal fardeau de la guerre,
il n'y eut pas moyen de faire leur paix, et l'on convint seulement
pour elles d'une trêve de six ans, pendant laquelle l'empereur
renonça à exiger leur serment de fidélité. La ligue lombarde se
trouvait composée à cette époque de la république de Venise, des
villes de Milan, Vérone, Brescia, Bergame, Trévise, Vicence, Padoue,
Ferrare, Bologne, Mantoue, Modène, Reggio, Bobbio, Plaisance, Lodi,
Côme, Carnesino, Belmonte, Alexandrie, Tortone, Verceil, Novarre,
Crémone, Parme, Ravenne et Rimini. Cette trêve qui venait de leur
être accordée, ne devint une paix définitive que par le traité de
Constance, conclu en 1183[182].

[Note 181: _Codex Italiæ diplomaticus_ Joannis Christiani LUNIG, tom.
I, pars 1, sect. 1, IX.]

[Note 182: _Cod. ital. diplom._ tom. I, part 1, sect. 1, X.]

[Note en marge: XX. Frédéric vient à Venise, et baise les pieds du
pape. 1177.]

Aussitôt que le traité fut signé, l'empereur s'approcha de Venise.
Six cardinaux vinrent recevoir son serment de soumission, et ensuite
l'absoudre et le réconcilier avec l'église.

Le lendemain le doge, le clergé allèrent au-devant de lui et le
conduisirent jusque sur la place Saint-Marc; là, le pape l'attendait
assis à la porte de la basilique, revêtu de ses habits pontificaux,
entouré des cardinaux et de prélats; tous les députés du congrès
ajoutaient à la pompe de cette cérémonie, et le peuple de Venise
jouissait du spectacle d'une paix qui était son ouvrage.

L'empereur, dès qu'il aperçut le pape, se dépouilla de son manteau
et vint se prosterner pour lui baiser les pieds. Alexandre, voyant à
genoux devant lui le prince qui depuis vingt ans l'avait poursuivi
d'asyle en asyle, ne considéra plus que le triomphe de l'église sur
une puissance rivale, et s'oublia lui-même jusqu'à mettre son pied
sur la tête de l'empereur en prononçant ces paroles d'un psaume: «Je
marcherai sur l'aspic et le basilic, et je foulerai le lion et le
dragon. C'est devant Pierre que je m'humilie, s'écria Frédéric, et
non devant vous. Devant moi comme devant Pierre, s'écria le pontife
en appuyant[183].»

[Note 183: Addunt quidam pontificem quasi ita illum expiraturum collo
ipsius prostrati pedem imposuisse, coepisseque interim Davidicum
illud canere, super _aspidem et basilicum ambulabis_, notum est
carmen: tum Foedericum ingentes adhuc spiritus alentem dixisse, _Non
tibi sed Petro_; cui ille, irato similis, impressâ fortius plantâ,
_Et mihi et Petro_, responderit. (M. A. SABELLICI, _Rerum venetarum_,
lib. 7.)

Essendose messo l'imperator in zenocchion disteso in sù la piera
per bassar il piè al papa, el quale mise el piè destre sù la gola,
in segno che l'imperator era sottomesso alla santa madre chiesa,
disendoghe queste parole _super Aspidem, etc._, e l'imperator le
rispose, _Non tibi sed Petro_, e il papa soggiunse, _Et mihi et
Petro_. (_Sommario delle cose notabili concernenti la republica._
Manuscrit de la Bibliothèque-du-Roi, nº 10124.)

2

E 'l papa assolvendolo dalla scommunicazione gli toccò con un pie in
collo, pronunziando quel verso del Salmista che s'interpretà così:

  Sopra l'aspide, sopra il basilischio,
  Sopra 'l leon, sopra 'l dragon t'arrischio.

E poi lo admise al basio della pace. (_Annali veneti di_ Julio
FAROLDO.)

Alexander III postquàm apud Claramontem (Foedericum), imperatorem
damnaverat et Venetiis ante fores S. Marci prostratum in collo
calcaverat. (_Le cardinal_ GIACOBATIO, _de Concilio_, lib. 1, art. 18)

Lo imperador se gistò in terra disteso davanti messer lo papa con
grandissima reverentia, e messer lo papa glie messe lo piè sulla
gola, e lo imperador gli besò lo piede; e il papa disse: _Super
aspidem et basilicum ambulabo et conculcabo leonem et draconem_, e
lo imperador disse: _Non tibi sed Petro_; e il papa li rispose: _Et
mihi et Petro_. (_Codex anepigraphus_ in quo continentur Venetæ urbis
ipsiusque præsertim veterum familiarum nemorabilia vernaculâ linguâ
conscripta, nec non brevis historia de Venetæ reipublicæ viribus, ab
anno 450 usque ad 1465; man. de la biblioth. Laurentiane à Florence).

Il faut remarquer que dans la chronique, dont j'extrais ce passage,
la paix entre Alexandre III et Frédéric Ier est rapportée à la date
de 1187, au lieu de 1177, qui est l'époque sur laquelle s'accordent
les autres historiens.

«Imperator coronam deposuit et prosternens se super terram, papa
super guttur imperatoris pedem sinistrum fixit, et elevato altero
pede ad alteram partem prosiliit dicens super aspidem, etc., cui
imperator, Non tibi sed Petro, et papa, Non dignitati sed Federico.
Tune papa coronam imperii eidem restituit cum pede.»

     (Maniplus florum, sive historia mediolanensis Gualvanei Flammæ,
     cap. 206, _Rerum italicarum scriptores_, tom. XI, p. 651.)

L'imperatore prostrato in terra si lasciò metter il piè su la gola al
papa, che disse quel versetto del salmo, _Super aspidem et basilicum
ambulabo et conculcabo leonem et draconem_, alle quali parole
risposte l'imperatore, che non aveva ancor doma la sua superbia, _Non
tibi sed Petro_; dove il papa, premendo più forte, soggiunse, _Et
mihi et Petro_.

(_Note de Louis Domenichi, sur les Vies des princes de Venise_, par
Pierre MARCELLO.)

Il pontefice ritenendo la solita severità, messo sopra il collo di
Frederico l'un piede, intrepidamente proferì le parole del salmo,
_Super aspidem et basilicum ambulabis et conculcabis leonem et
draconem_, a cui dall'imperatore essendo sdegnosamente risposto,
_Non tibi sed Petro_, gli fù dal pontifice con altretanta grandezza
d'animo replicato, _Et mihi et Petro_. (_Historia venetiana_ da Gio.
Nic. DOGLIONI, lib. II.)

Les mêmes expressions sont mot à mot dans le _Livre de Bardi_,
_Vittoria navale_, etc.

Il serait facile de multiplier ces citations.

Les autorités contraires sont principalement le 12e tome des _Annales
ecclésiastiques de_ BARONIUS et Georgii REMI _J. C. dissertatio
quâ commentum esse putidum calcasse collum imperatoris Frederici
Ænobarbæ Cæsaris Alexandrum III pontificem romanum ostenditur, etc._
NORIMBERGE, 1625, in 4º.

La question de savoir s'il est vrai que le pape ait mis le pied sur
la tête de Frédéric a été le sujet d'une thèse soutenue à Nuremberg,
en 1625, par George Remus. Cette thèse a été imprimée, et se trouve à
la Bibliothèque-du-Roi, à la suite d'un exemplaire de l'histoire du
voyage du pape Alexandre III, par Fortunat Olmo.

L'auteur commence par annoncer qu'il veut venger l'honneur de
l'empereur. C'est déjà se rendre suspect de partialité; il ne s'agit
point ici de l'honneur de Frédéric, mais de l'honneur du pape; car
c'est le pape qui a tort, si le fait est vrai.

Remus demande si le prince qui avait soumis toute l'Italie, qui
était triomphant, invincible (triumphator magnificentissimus et
decus Martis invictissimus), aurait pu souffrir qu'on le foulât aux
pieds. D'abord Frédéric n'avait point soumis toute l'Italie; car il
n'y possédait que quelques villes dans le nord, et les principales
étaient liguées contre lui: il n'était point triomphant; car il
avait été obligé de repasser les Alpes, déguisé et accompagné d'une
trentaine de ses gens: il était encore moins invincible; car il
venait d'être battu par les Milanais, et son fils par les Vénitiens.
Remus raconte lui-même cette bataille; et quand Frédéric aurait été
vainqueur, pouvait-il prévoir que le pape lui ferait une pareille
insulte? Pouvait-il la punir?

Toute la dissertation se réduit à cet argument, qu'un tel outrage
n'est point vraisemblable; que l'empereur ne l'aurait pas souffert,
et que les Vénitiens eux-mêmes s'y seraient opposés. Sans doute on ne
devait pas s'attendre qu'un pape s'écartât à ce point de la charité
et de l'humilité; mais un acte d'orgueil, pour être extraordinaire,
n'en est pas moins possible. Frédéric ne devait pas s'y attendre, et
c'est précisément par cette raison qu'il dut lui être impossible de
l'éviter, et aux Vénitiens de s'y opposer, quand ils l'auraient voulu.

Le livre intitulé: _Per la storia di papa Allessandro III, pubblica
nella sala regia di Roma, e del maggior consiglio a Venetia
allegation in jure di Cl. Cornelio Frangipane contra la narration
inserta nel XIIe tomo delli annali ecclesiastici, Venetia_, 1615,
in-4º, contient une dissertation fort étendue sur l'action du
pape, une réfutation des arguments par lesquels on en combat
l'authenticité, et une multitude de témoignages d'auteurs de toutes
les nations.]

[Note en marge: XXI. Examen d'un acte de hauteur, attribué à
Alexandre.]

On a révoqué en doute la vérité de ces circonstances; elles sont
rapportées par une multitude d'historiens, de prélats, de cardinaux.
S'il est vrai que les auteurs contemporains de l'évènement les
passent sous silence, une omission n'est pas une dénégation
positive, et il faut bien que le fait ait été consacré, au moins
par une tradition générale, puisqu'on a pris soin d'en perpétuer
le souvenir par la peinture, et par une pierre où étaient gravées
les paroles que le pape adressa à l'empereur[184]. La gloire des
Vénitiens n'était nullement intéressée à accréditer cette fable, si
c'en eût été une. Ceux qui la rapportent ne sont pas tous Vénitiens,
il y a parmi eux des Allemands[185], des Français, etc.; et, si
on veut absolument tirer une conclusion négative du silence des
autres historiens, il faut au moins apprécier leur véracité; or
ces auteurs contemporains se réduisent à deux; Romuald, archevêque
de Salerne, qui a écrit le voyage du pape à Venise, et l'auteur
anonyme des actes d'Alexandre III. Ils ont, il est vrai, supprimé
cette circonstance; mais ils en omettent d'autres qu'il est plus
difficile de révoquer en doute. Si on s'en rapportait à leur récit,
cette paix entre l'empereur et le pape aurait été sollicitée par
Frédéric, il n'y aurait point eu de bataille entre sa flotte et celle
des Vénitiens, et la république n'aurait pris d'autre part dans cette
affaire que l'offre de son territoire pour la tenue du congrès. Enfin
il y a des écrivains qui prétendent que Frédéric n'alla jamais à
Venise; mais le séjour de ce prince dans cette capitale est constaté
par des actes, qui en sont datés et que nous possédons encore[186].

[Note 184: MABILLON, _Rer. ital._, antè principem portam templi,
inter angiporti ostia, lapis magnus rubens quadratus est in quo æris
quadrata itidem lamine infixa foliis vestita, in quâ Alexander III,
Frederici imperatoris collo pedem imposuit, ubi propterea litteræ
incisa; leguntur, _Super aspidem_, etc. (_Itinerarium italicum_, p. 1
pag. 34; SANSOVINUS, _descriptio venet._ lib. 1, pag. 36.)]

[Note 185: Usus est Fredericus dejectione et summâ humilitate; nam
Venetias venit ac pro templis foribus humi prostratus ante pontificem
pedibus calcari se permisit, etc. (Joannis CARIONIS, _chronicorum
libellas; Basileæ, de Germanorum primâ origine_, lib. 17; _Chronica,
Noremberg_, Chronique de NAUCLERC, tom. II, etc.)

Alexander jubet imperatori humi se prosternat et petat veniam;
imperator jussa facit, tunc papa prostrati imperatoris summi monarchæ
collum pedibus conculcans ait, etc. (_Fontius Chronologia hoc est
temporum, etc., Basileæ_, 1534.)

Le saint pape craignant sa cruauté (de Frédéric), prins l'acoutrement
de son cuisinier, et estant déguisé, s'enfuit à Venise, léans servit
aucun temps de jardinier et hortolan..... estant l'empereur arrivé
en ce lieu, eut commandement du pape, en vertu de sainte obédience,
qu'il eut à se prosterner en terre, et demander pardon de son péché,
qui voluntairement fut obéissant, et se présenta pour baiser le pied
du pape. Alors voulant Alexandre rabaisser le fast et orgueil de
cest empereur, lui mit le pied sur la teste, disant: Il est écrit,
tu marcheras sur l'aspide, etc. (Guillaume PARADIN, _Chronique de
Savoie_, Lyon, 1552, in-fº, pag. 143.)

Bardi, dans son _Histoire du voyage d'Alexandre III_, à Venise,
intitulé, _Vittoria navale_, etc., cite soixante-deux historiens
de toutes les nations, qui ont raconté ce fait à-peu-près de la
même manière, et il confirme leur témoignage par les peintures qui
existaient à Venise avant l'incendie du palais ducal, par celle qu'on
voyait à Sienne, patrie du pape Alexandre, et à Augsbourg sur la
façade de l'hôtel des comtes de Fugger.

Enfin un écrivain moderne très-instruit, et qui se montre supérieur
à tous les préjugés, M. Léopold Curti, a raconté ce fait de la même
manière. (Voyez les _Mémoires historiques et politiques sur Venise_,
2e part., chap. 9, dans les notes.)

Voici l'indication de quelques ouvrages dont l'objet spécial est de
discuter l'authenticité de ce fait.

«Vittoria navale ottenuta dalla republica Veneziana contra Frederico
1º imperatore, per la restituzione del papa Alessandro III, da
Girolamo Bardii. Venezia, 1584 in-4º.

«Allegazio in jure di Cornelio Frangipane per la vittoria navale
contra Frederico 1º imperatore, e atto del papa Alessandro III,
per il dominio della repubblica Veneta del suo golfo contra alcune
scritture de' Napolitani. Venezia, 1618, in-4º.

«Historia della venuta a Venezia occultamente di papa Alessandro III,
da Giovan fortunato OLMO. Venezia, 1629, in-4º.

Obon de Ravenne raconte aussi toutes les circonstances de cette
entrevue et des évènements qui la précédèrent, avec plus de détail
que tous les autres auteurs.

Voyez enfin la dissertation de l'abbé TENTORI, espagnol, dans son
_Essai sur l'histoire civile, politique et ecclésiastique de Venise_,
tom. 1, pag. 86.

Machiavel, dans son _Histoire de Florence_, liv. 1, se borne à dire
que Frédéric se vit forcé d'aller à Venise rendre ses respects au
pape; il ne parle point de la bataille, mais il ne la nie pas; et il
faut remarquer que ce premier livre n'est qu'un sommaire où l'auteur
a rassemblé en une centaine de pages l'histoire de toute l'Italie
pendant dix siècles.]

[Note 186: Friderici imperatoris diploma, quo confirmat omnia jura ac
privilegia monasterio sanctæ Mariæ de Vaugaditiâ.

Datum apud Venetias in palatio ducis XIV kalendas septembris
feliciter amen.

Ce diplôme existe dans les archives de ce monastère. Muratori l'a
publié, (_Antiquitates italicæ medii ævi._ Dissertation 19, pag. 81.)]

La bataille paraît aussi un de ces évènements dont il est impossible
de méconnaître la réalité; on s'accorde à en citer la date, le
lieu, les circonstances; on nomme les principaux officiers qui y
commandaient de chaque côté, ceux qui furent faits prisonniers: et,
quand on voudrait refuser toute croyance aux historiens qui en font
mention, quand on voudrait supposer que les peintures qui décorent
le palais ducal à Venise, et où toute cette partie de l'histoire
de la république est représentée, sont des monuments commandés par
la politique, et exécutés par la flatterie, on ne pourrait refuser
d'admettre le témoignage de la cour de Rome elle-même, témoignage
d'autant plus irrécusable que cette cour a cherché depuis à secouer
le joug de la reconnaissance.

[Note en marge: XXII. Concessions faites par le pape aux Vénitiens.
Origine du droit de souveraineté sur l'Adriatique.]

Ce témoignage est constaté par trois monuments. Le premier consiste
dans les honneurs que le pape accorda au doge de Venise; il lui donna
le privilége de faire porter devant lui un cierge allumé, une épée,
un parasol, un fauteuil, un coussin de drap d'or, des trompettes
et des drapeaux. Ce n'étaient là, si l'on veut, que de vaines
concessions honorifiques; mais voici qui porte plus particulièrement
le caractère de la reconnaissance. Alexandre donna au doge un anneau
en lui disant: «Recevez-le de moi comme une marque de l'empire de
la mer; vous et vos successeurs épousez-la tous les ans, afin que
la postérité sache que la mer vous appartient par le droit de la
victoire et doit être soumise à votre république comme l'épouse l'est
à son époux[187].»

[Note 187: Hunc annulum accipe et, me auctore, ipsum mare obnoxium
tibi redditum; quod tu tuique successores quotannis statuto die
servabitis. Ut omnis posteritas intelligat maris possessionem
victoriæ jure vestram fuisse; atque uti uxorem viro, ita illud
imperio reipublicæ venetæ subjectum.]

Ce n'était point là une libéralité sans conséquence, aussi
le gouvernement de Naples en fut-il choqué, et les auteurs
napolitains[188] ont écrit contre le droit de souveraineté que la
république s'arrogeait sur le golfe Adriatique; il ne faut donc pas
s'étonner que l'historien du voyage du pape à Venise en ait passé
sous silence plusieurs particularités, puisque cet écrivain était
Romuald, archevêque de Salerne, et ambassadeur du roi de Sicile à la
suite du pape.

[Note 188: Voyez le livre _Allegazione in jure di Cornelio
Frangipane, etc._, que j'ai cité ci-dessus.]

Le second monument est une inscription que Pie IV fit placer dans la
salle royale du Vatican; elle était ainsi conçue: «Le pape Alexandre
III, fuyant la colère et les persécutions de l'empereur Frédéric,
alla dans sa fuite se cacher à Venise. Dès qu'il y fut reconnu,
il se vit accueilli par le sénat avec beaucoup d'honneurs. Othon
fils de l'empereur fut vaincu et fait prisonnier par les Vénitiens
dans une bataille navale. Frédéric, après avoir signé la paix, vint
en suppliant adorer le pape et lui jurer foi et obéissance; ainsi
le rétablissement du pape dans sa dignité fut un bienfait de la
république de Venise[189], l'an 1177.»

[Note 189: Alexander papa III, Frederici imperatoris iram et impetum
fugiens, abdidit se Venetiis. Cognitum et à senatu perhonorificè
susceptum, Othone imperatoris filio navali prælio à Venetis
victo captoque, Fredericus, pace factâ, supplex adorat, fidem et
obedientiam pollicitus. Ita pontifici sua dignitas venetæ reipublicæ
beneficio restituta.

Anno MCLXXVII.]

Le pape faisait élever ce monument quatre siècles après l'évènement
dont il voulait perpétuer la mémoire. Cela prouve bien suffisamment
qu'à cette époque on le regardait comme certain, et par conséquent on
ne peut pas récuser les témoignages des historiens du XVe et du XVIe
siècle.

Il y a plus: le pape Urbain VIII, en 1635, fit enlever cette
inscription, qui, suivant l'historien Nani[190], «avait été
choisie au temps de Pie IV par une consultation de cardinaux,
et qui était tirée d'excellents auteurs, d'anciens documents,
d'inscriptions[191], de peintures et de marbres.» La république
rappela sa légation, refusa toute audience au nonce du pape, et
exigea le rétablissement de l'inscription, ce qui fut accordé par
Innocent X.

[Note 190: _Histoire de la république de Venise_, par NANI, liv. 10.]

[Note 191: En voici une trouvée dans l'église de S. Jean de Salbozo,
près de Pirano, rapportée par Sansovino et par Justiniani.

  Heus! populi celebrate locum quem tertius olim
  Pastor Alexander donis coelestibus auxit.
  Hoc etenim pelago venetæ victoria classis
  Desuper eluxit, ceciditque superbia magni
  Induperatoris Federici et reddita sanctæ
  Ecclesiæ pax alma fuit, etc.

Dandolo en rapporte tout au long une, qui était au bas d'un tableau
de l'église de S.-Jean-de-Latran; mais il n'y est fait mention que de
la fuite du pape: Profugus latet in Venetiis.]

Enfin il existe un monument plus ancien de deux siècles que
l'inscription dont il s'agit et encore plus irrécusable: c'est une
déclaration donnée par la cour de Rome, en présence de notaires, des
services rendus par la république au pape Alexandre III. Elle est
rapportée textuellement dans la chronique de Dandolo. On y lit[192]
que le pape Alexandre, forcé, comme David, de fuir la persécution,
avait cherché un asyle à Venise sous l'habit d'un simple prêtre,
qu'il y fut reconnu et reçu avec de grands honneurs, que, pour
toute réponse aux propositions de paix, Frédéric exigea qu'on lui
livrât le souverain pontife, et qu'irrité du refus de la république
il arma une grande flotte qui fut entièrement détruite, moins par
les efforts des Vénitiens, très-inférieurs en nombre, que par la
protection divine; qu'enfin l'empereur, confessant sa faute devant
le vicaire de Jésus-Christ, vint à Venise se prosterner aux pieds
du pape, et implorer son pardon. Il n'y a pas beaucoup de faits de
l'histoire du douzième siècle mieux constatés que celui-ci.

[Note 192: Nos frater Jacobus de urbe, dei gratiâ episcopus
Calaritanus, locum tenens in urbe ejusque suburbiis et districtu,
reverendi in Christo patris et domini D. Pontii eâdem gratiâ episcopi
Urbevetani, domini nostri papæ in ejusdem almâ urbe suisque suburbiis
et districtu in spiritualibus vicarii generalis.

Illustri domino Joanni Delphino, Dei gratiâ duci Venetiarum inclyto
et consiliariis, nec non nobilibus viris et dominis Marco Lauredano
et Nicolao Justiniano procuratoribus ecclesiæ sancti Marci civitatis
prædictæ salutem in eo qui est omnium vera salus.

Quoniam ex verbo evangelico pro talento abscondito servus
reprehenditur, et ex latenti notitiâ, quasi ut admissâ culpâ
formidari debet. In tali uno quoque quia thesaurus absconditus et
scientia invisa quæ utilitas in utroque, hinc est quod ab hoc nos
volentes dubio esse penitus alieni, vestroque pio studio non tantum
placere, sed et proficere posse noscentes. Quædam mandavimus vestræ
magnificentiæ autenticè significari magnæ utrique gloriæ majoris
concordiæ et remissionis plenariæ, quæ nos ex originali de verbo ad
verbum pluries audire voluimus de antiquo volumine utique fide digno
et difficulter reperto, cujus est titulus; De historiis sacræ legis
et antiquitatibus in particulâ de memorabilibus Alexandri papæ III,
cujus præfatæ particulæ initii processus et finis sacramentaliter
tenor est talis.

Hic vir natione Thuscus, sed ratione, fide, sufficientiâ præditus,
sed sanctimoniâ inclytus, gratus in verbo, et fortis in bello, in
persecutionis fornace multipliciter est probatus; nam illo suggerente
cujus anhelitus prunas etiam mortuas in ardorem hæresis reviviscere
facit, IV in ecclesiâ schismata surrexerimt. Quibus Petrus quam
Christi vicario ecclesiæ primogenitus imperator indivisibiliter
hærens, unà cum sponsâ dilectâ, videlicet Româ, prædictum Alexandrum
papam ex urbe secedere compulerunt, cinereque dolore conspersum, ut
olim David, jam senex, et Hierusalem etiam nudis pedibus fugiens,
cedendum quandoque docuerat minorum iræ et furori etiam filiorum; quo
usus consilio ad christianissimum Francorum regem se transferens, ut
pastor ovium benignissimè est receptus, quod molestè ferens Federicus
ad ferrum convertitur, et opus pium in gladium acuens prægrandem
exercitum congregavit, regum Angliæ, Bohemiæ, Daciæ auxilio fultus,
in Burgundiamque veniens per ipsum fidelissimum Francorum regem magis
est coelitùs quam armis conflictus, sed ne præsentia papæ occasio
foret et causa effusionis sanguinis filiorum, in se volvens discrimen
potiùs quàm in filiis, idem pius papa clam fugere cogitavit clamque
discessit, ut in se potiùs quærendam quàm de conflictu ulciscendum
imperatoris animum provocaret, in Appuliamque perveniens, quia
cognitus ex eâdem causâ ibidem gradum sistere noluit, per mareque ut
ignotus pervenit Venetias civitatemque tutissimamque omnibus, et in
religiosorum loco qui sancta Maria dicitur de Caritate, ut simplex
sacerdos capellanatus functurus officio se locavit, ubi tam humiliter
quàm frequenter celebrans, post aliquandiu a quodam Venetiarum
cive utique nobile ejus orationi affecto, qui aliquandò ejus pedes
osculari meruerat evidentibus signis est certitudinaliter agnitus;
ducemque civitatis ipsius adiens secreto dixit dominum apostolicum
in civitate adesse in loco sanctæ Mariæ dictæ superiùs: quo audito
dux ipse facie et animo lætus factus, occultè missis exploratoribus
aliis, qui eum optimè vultu noverant, deprehenderunt eum esse
pontficem summum, paratisque vestibus calceis et mitrâ decentibus,
dux ipse cum omnium civitatis nobilium comitivâ et viris qui eum
noverant ad locum pervenit, et eo viso cunctis genubus provolutis
se non negavit, oblatisque quæ et tulerant cum ingenti lætitiâ,
concurrente populo universo, in majus ipsum palatium per ecclesiam
conduxerunt, honores ei honoribus proferendo, ejusque ascensu
ambaxatam solemnem pro pace et concordiâ reformandis imperatori
mittentes nusquam, ut nec dum à deo tactus assensit, sed nimis
ambaxiatores exagerans petebat sibi captivari pontificem; quod illis
nequaquàm se facturos dicentibus, ad propria redeuntes diffidavit
ut hostes, paratisque stolis ex utrâque parte, et multis galeis
ampliori numero excedente imperatoris exercitu cui præerat legitimus
imperatoris filius, juxta Venetorum littora ad bellum convenientes
exercitus crudeli pugnâ peractâ, tandem magis Deo favente quàm
gladio, expugnatur, sucumbit imperatoris virtus, incolumesque
capti ipse imperatoris natus et barones multi, qui postmodum ad
fidem relicti adeuntes imperatorem, manumque domini sibi adversam
monstrantes, post multam filii et nobilium et baronum instantiam,
jamque à dominio incipiens deliniri pacem assensit, etiam usque
Venetias se venturum asserens, culpamque suam coram vicario Christi
recognoscere velle, quod et fecit. Nam usque ad fores ecclesiæ sancti
Marci civitatis ipsius perveniens ibidem coram summo pontifice se
prosternens veniam petiit, nec minus libenter et lætiùs papa remisit,
simulque ecclesiam ipsam intrantes universi, Te Deum laudamus
solemniter cantaverunt et missam, quam ipse pontifex celebravit
devotè, ad imperatorisque verbum ex instantiâ Venetorum, in æternam
memoriam pacis tam gratè ecclesiam ipsam amplâ benedictione dotavit,
perfectè videlicet expurgationis animæ in festo Ascensionis
tantummodo die tamen ipso perpetuis temporibus valitura, ut inquit,
duntaxat verè poenitentibus, et confessis in illam ingressus, ibidem
autem sanctissimus papa, et inclytus imperator festa diebus aliquibus
celebrantes versus Romam aggressi ad urbem venientes imperator papam
in sede beati Petri festinus locavit, ducemque Venetiarum eorum
itineris factum comitem spiritualibus privilegiis et honoribus
insigniter decorarunt; sicque ecclesiæ, urbi et orbi feliciter pace
datâ, papâ in suâ sede remanente, unusquisque lætus ad propria
remeavit.

Hæc autem particulariùs scripsi, ut quilibet noscat quantùm obsit
veritati et ecclesiæ obicem se dare, et quantùm possit dura ferens
pro ecclesiâ et fide, etiam in arduis optimum finem sperare, quem
Christus nobis concedat, quæ quidem omnia supra dicta ut fidem
faciant in agendis et lectoribus suis aures aperiant ad credendum
suprà scriptas particulas de libello facto de verbo ad verbum, prout
in eo particulariter continetur, manu quondam Bartholomæi, omnia
sancti de Filippinis de urbe notam publici nostri scribere mandavimus
et fecimus transumptari, ac notariorum publicorum infra scriptorum
suscriptionibus roborari et sigilli nostri pontificalis appensione
muniri sub anno domini millesimo tercentum quinquaginta novem,
pontificatus Dom. Innocentii IV papæ anno VII, die XVII mensis junii,
XII indictionis.

Suivent les signatures des quatre notaires.]

[Note en marge: XXIII. Retour du pape à Rome. Le doge l'y accompagne.]

La victoire du pape fut complète, il fut rappelé à Rome, et il eut la
satisfaction d'y voir son compétiteur abjurer le schisme à ses pieds.
Le doge Ziani suivit le pape dans ce voyage. Si quelqu'un avait le
droit d'accompagner Alexandre lors de son entrée à Rome, c'était sans
doute celui qui lui en avait ouvert le chemin par la victoire.

[Note en marge: XXIV. Situation de la république. 1178.]

La paix qui venait de se conclure, et le traité de Constance, qui
bientôt après en compléta les dispositions, plaçaient Venise dans une
situation plus favorable qu'à aucune époque antérieure. Non-seulement
c'était un titre à la considération de l'Europe, que d'avoir protégé
contre l'empereur le chef de l'église et la liberté des villes
d'Italie; mais encore il résultait, de diverses combinaisons amenées
par les évènements, des motifs de sûreté et des moyens d'influence
pour la république. L'empereur d'Occident avait perdu son autorité
dans la péninsule, c'était un voisin dangereux écarté pour long-temps.

Les villes de l'Italie septentrionale, qui venaient d'être
affranchies, ne formaient que de petits états, dont aucun ne pouvait
donner de l'inquiétude, et qui tous avaient besoin de repos et de
protection. Venise était naturellement appelée à devenir leur arbitre.

Le saint-siége lui devait de la reconnaissance. Le roi de Naples,
lié avec elle par des traités, et redoutant les Grecs et les
Sarrasins, avait d'autant plus d'intérêt de la ménager que lui-même
cessait d'être une puissance maritime. L'empire d'Orient, déjà
depuis long-temps dans un état de décadence, éprouvait toutes les
alternatives de la crainte et de l'irrésolution, redoutant les
croisés, recherchant, trompant les Vénitiens, sollicitant leur
alliance, les apaisant par des concessions.

Les puissances du midi de l'Europe engagées dans une guerre
d'outre-mer, pour laquelle elles ne pouvaient se passer du concours
des puissances maritimes, devaient nécessairement acheter l'amitié
de celle dont les moyens étaient certainement les plus considérables.

Le patriarche d'Aquilée était un voisin quelquefois incommode, mais
ne pouvait être isolément un ennemi bien dangereux.

Le roi de Hongrie était le seul voisin que la république eût à
redouter.

Quant à la jalousie des Pisans et des Génois, elle avait ses dangers,
mais elle avait aussi cet avantage qu'elle entretenait la république
dans cet état d'activité qui conserve et augmente les forces:
d'ailleurs Gênes et Pise étaient encore plus acharnées l'une contre
l'autre qu'ennemies des Vénitiens, et elles étaient sur le point de
commencer entre elles une guerre d'extermination, pour la possession
de la Corse et de la Sardaigne.

Si l'on considère que, depuis sa fondation, Venise n'avait éprouvé
que des revers passagers, comme des batailles perdues, des calamités
naturelles, mais qu'elle n'avait pas encore appris à signer des
traités désastreux; que sa puissance était toujours allée croissant;
que son gouvernement prenait de la stabilité, tandis que plusieurs
états voisins n'étaient pas même fixés sur le choix du leur; qu'enfin
son commerce s'agrandissait de jour en jour, et que ce moyen
d'augmenter la richesse, la population, les forces d'un état, était
inconnu de toutes les autres nations européennes, on entrevoit que la
puissance relative de la république s'était accrue plus rapidement
encore que sa prospérité, et on doit s'attendre à la voir jouer un
rôle important dans les vicissitudes que la fortune préparait au
monde.

[Note en marge: XXV. Règne d'Orio Malipier. 1178. Nouvelle forme
d'élection.]

Sébastien Ziani étant mort peu de temps après son retour de Rome
à Venise, on eut à procéder à l'élection de son successeur. Il
n'entrait pas dans les vues de ceux qui avaient la plus grande
influence dans les affaires d'appeler le peuple à cette élection;
mais on prévit les inconvénients qu'il y avait à en charger un
petit nombre d'électeurs. Ce fut là que commença ce nouveau système
d'élection, qui s'est tant compliqué depuis dans le gouvernement
de Venise. Le grand conseil choisit à la pluralité des voix quatre
commissaires, ceux-ci nommèrent chacun séparément dix électeurs, et
le choix de ces quarante électeurs se fixa sur Orio Malipier, le même
qui avait refusé le dogat après la mort de Vital Michieli.

Ce changement dans la constitution de la république fut suivi de
quelques autres innovations. Il avait été réglé, au commencement
du règne précédent, que les six conseillers intimes du doge
représenteraient les six quartiers de la capitale. Il y a apparence
qu'on avait éludé l'obligation de les choisir chacun dans un quartier
différent, puisqu'on fut obligé de faire un réglement, par lequel il
était décidé que nul ne pourrait être élu que pour le quartier dans
lequel il faisait réellement sa résidence.

[Note en marge: XXVI. Création des avogadors.]

Deux grandes assemblées, le sénat qui était composé de soixante
membres, et le conseil général qui l'était de près de cinq cents,
étaient appelées à prononcer sur tous les grands intérêts de l'état;
mais les assemblées sont sujettes à se laisser entraîner par la
passion au-delà des formes ou des lois existantes; on sentit la
nécessité d'un pouvoir régulateur ou modérateur, qui réclamât, dans
l'intérêt des lois, même devant l'autorité suprême. On créa, sous
le nom d'Avogadors, trois magistrats, pour représenter la partie
publique, non-seulement dans les délibérations sur les affaires de
l'état, mais encore dans les causes des particuliers. Devant les
tribunaux, ils réglaient la compétence, ils défendaient les intérêts
publics dans les affaires civiles, et poursuivaient l'accusation dans
les affaires criminelles. Devant les conseils, ils requéraient la
constante observation des lois et des formes, ils s'opposaient à la
publication des ordonnances qui y étaient contraires. La présence
de l'un d'eux au moins était nécessaire, pour la validité des
délibérations du grand conseil et du sénat; ils étaient dépositaires
de tous les actes de la législation; ils poursuivaient le paiement
des amendes pécuniaires auxquelles les fonctionnaires pouvaient
être condamnés. Enfin, relativement aux magistrats, leur pouvoir
s'étendait jusqu'à mettre opposition à la prise de possession des
charges, lorsque ceux qui y avaient été nommés, étaient susceptibles
de quelque reproche.

Il y a des historiens qui font remonter l'institution de cette
magistrature à l'époque de l'assassinat du doge Pierre Tradenigo,
c'est-à-dire en 864. Ce qu'il y a de certain, c'est qu'elle s'est
maintenue jusqu'à ces derniers temps dans toutes ses attributions.
Les _avogadori di commun_, c'est-à-dire les avocats de la commune,
étaient dans l'origine au nombre de trois; ce nombre fut doublé dans
la suite; mais il n'y en avait que trois en exercice; ils alternaient
et l'exercice était de seize mois. Ils étaient élus par le grand
conseil, sur la présentation du sénat; leur _veto_ suspendait
l'exécution des actes de tous les magistrats et même du sénat et du
grand conseil; la durée de cette suspension était d'un mois et un
jour; ils pouvaient la renouveler jusqu'à trois fois, et après ce
temps ils désignaient eux-mêmes le corps auquel ils en appelaient,
pour y faire juger les motifs de leur opposition. Il n'y avait à cet
égard d'exception que pour les actes du grand conseil, lesquels,
émanant du corps souverain, ne pouvaient être réformés que par le
grand conseil lui-même.

Le droit de s'opposer à l'entrée en charge de ceux qui avaient été
élus à quelques fonctions publiques, s'était étendu jusqu'à les
suspendre de l'exercice de ces mêmes fonctions; mais seulement dans
les trois circonstances d'incapacité légale, d'accusation criminelle,
et de dette envers le trésor public.

Ils étaient chargés des fonctions de gouverneur dans la capitale,
veillaient à la tranquillité publique, et jugeaient sommairement
toutes les petites affaires de police.

Ils avaient un droit sur les confiscations qu'ils faisaient prononcer
et sur les amendes.

Enfin plus tard, ils furent chargés de tenir les registres où étaient
inscrits les mariages des nobles et les naissances de leurs enfants.

[Note en marge: XXVII. Expédition infructueuse contre Zara.]

Le premier évènement du règne de Malipier fut une expédition contre
Zara. Les citoyens se cotisèrent pour subvenir aux frais de cet
armement, qui donna lieu à l'établissement d'un droit d'entrée dans
le port de Rialte[193]: ces offres patriotiques s'élevèrent à 1150
marcs d'argent, et on voit par un diplôme conservé dans la chronique
de Sanuto que le marché de Rialte fut engagé aux prêteurs pour la
sûreté du prêt; mais on ne réussit point cette fois à faire rentrer
cette colonie sous la dépendance de la république, et d'autres
intérêts firent remettre à un autre temps une seconde tentative.

[Note 193: _Historia venetiana_, da Gio. Nic. DOGLIONI, lib. 3. Marin
SANUTO, _vite de' duchi Michel_.]

[Note en marge: XXVIII. Troisième Croisade. Prise de
Saint-Jean-d'Acre. 1191.]

Le pape, replacé à la tête de toutes les puissances de la chrétienté,
ne négligeait aucun moyen de ressaisir son influence, et faisait
prêcher une troisième croisade. Tout l'Orient était alors dans la
confusion et presque dans l'anarchie. Le trône impérial avait été
usurpé par Andronic; celui de Jérusalem envahi par Gui de Lusignan;
Saladin le soudan d'Égypte avait profité des divisions des chrétiens
dans la Palestine; la victoire de Tibériade lui avait ouvert les
portes d'Acre et de Jérusalem. L'Europe armait pour la délivrance
de la Syrie; l'empereur Frédéric allait expier en Orient ses torts
envers le saint-siége. Les Vénitiens, que l'inimitié de Manuel
Comnène avait privés de tous leurs établissements dans l'Archipel
et dans la mer Noire, venaient d'être rétablis dans leurs anciens
droits par l'usurpateur du trône de Constantinople, qui avait intérêt
de les ménager[194]. Un nouveau traité d'alliance offensive et
défensive[195] venait d'unir l'empire grec et la république. Toujours
occupée d'étendre son commerce, elle voulut concourir au succès de la
croisade: sa flotte arriva devant St.-Jean-d'Acre au moment où Gui
de Lusignan, qui en avait commencé le siége, se trouvait lui-même
presque bloqué par Saladin, accouru pour dégager cette place.

[Note 194: La bulle qui renouvelait tous les priviléges était du mois
de février 1188.]

[Note 195: Marin le rapporte textuellement dans son _Histoire du
commerce des Vénitiens_, tom. III, liv. 3, ch. 9.]

Le siége d'Acre fut très-meurtrier; il fallut neuf fois livrer
bataille à Saladin. La rivalité de Lusignan et du marquis de
Montferrat, celle du roi de France Philippe-Auguste avec le roi
d'Angleterre Richard-Coeur-de-lion, prolongèrent pendant près de
trois ans les discordes et le siége. Les maladies enfin consumaient
cette armée, et probablement la ville ne se serait pas rendue, si
le soudan n'eût été obligé de l'abandonner à elle-même. On la prit
par capitulation en 1191: les Vénitiens furent rétablis dans la
possession du quartier qui leur avait été assigné après la première
conquête, et aussitôt leur flotte rentra dans ses ports.

Le doge avait montré, lors de sa première élection qu'il
n'ambitionnait point cette dignité; l'expérience ne l'y avait pas
attaché davantage; il abdiqua pour embrasser la vie monastique.
On remarqua que, pendant l'interrègne, les conseillers du doge
s'établirent dans le palais ducal[196]: cet usage qui s'est maintenu
depuis, était propre à rappeler aux peuples que le prince n'était que
le magistrat de la république.

[Note 196: _Histoire de la ville et de la république de Venise_, par
Paul MOROSINI, liv. 6; _Storia civile e politica del commercio de'
Veneziani_, di Carlo-Ant. MARIN, tom. III, lib. 3, cap. 1. Celui-ci
croit cet usage plus ancien.]



LIVRE IV.

     Règne de Henri Dandolo. -- Nouvelle croisade. -- Prise de Zara.
     -- Excommunication des Vénitiens, 1192-1203. -- Conquête de
     Constantinople. -- Partage de l'empire grec, 1203-1205.


[Note en marge: I. Henri Dandolo, doge. 1192.]

Les suffrages des quarante électeurs se réunirent sur Henri Dandolo,
cet ambassadeur que Manuel Comnène avait voulu priver de la vue. Il y
a apparence que Dandolo n'était pas dans un état de cécité complète,
car il serait difficile de concevoir qu'absolument aveugle, il eût pu
entreprendre, comme on le verra bientôt, de commander une armée, et
de diriger une conquête. C'est déjà une chose assez remarquable de
voir un prince plus que nonagénaire[197] se mettre à la tête d'une
expédition lointaine.

[Note 197: Il avait quatre-vingt-quatorze ans; au surplus, quant au
commandement d'une armée par un aveugle, ce n'était point une chose
nouvelle dans ce temps-là. J'en trouve deux exemples sous le même
empereur. Lorsque Isaac Lange envoya une flotte contre Isaac Comnène,
qui s'était emparé de l'île de Chypre, il en donna le commandement
à Alexis Comnène, qui était aveugle, à la vérité en lui adjoignant
un collègue. Peu de temps après, l'armée destinée à soumettre les
Bulgares révoltés, partit sous la conduite de Jean Cantacuzène,
qui avait eu les yeux crevés. On peut voir ces faits dans NICÉTAS,
_Histoire de Isaac Lange_, liv. 1, chap. 5 et 7.]

[Note en marge: II. Guerre contre les Pisans.]

Une entreprise des Pisans fournit à Dandolo une première occasion
de signaler la vigueur de son caractère et l'activité de son
administration. Les Pisans, qui avaient une part considérable au
commerce de la Méditerranée, ne pouvaient voir sans inquiétude
Venise s'arroger un droit presque exclusif de navigation dans le
golfe Adriatique. La flotte de la république était alors désarmée,
ils profitèrent de ce moment pour tenter un coup-de-main, qui
avait plutôt l'air d'une insulte que d'un projet d'établissement.
Quelques-uns de leurs vaisseaux arrivèrent à l'improviste sur la côte
d'Istrie, mirent des troupes à terre et s'emparèrent de la ville de
Pola.

Il n'y avait aucune apparence qu'ils pussent s'y maintenir; aussi
vit-on partir sur-le-champ une escadre vénitienne, qui vint les
attaquer dans la rade de Pola, détruisit plusieurs de leurs
vaisseaux et poursuivit les autres jusques sur les côtes de la Morée.
Le pape, qui voulait sans cesse ramener les forces des chrétiens
vers l'Orient, se hâta de se porter pour médiateur entre les deux
républiques. L'ambition des Vénitiens se dirigeait toujours vers
le Levant. Ils conclurent, en 1196, avec les princes qui régnaient
alors sur les côtes de la mer Noire, un traité de commerce qui leur
assurait quelques priviléges et le droit d'avoir un consul à Tana, à
Trébisonde et dans l'Arménie[198].

[Note 198: _Storia veneziana di_ Andrea NAVAGIERO.]

[Note en marge: III. Quatrième croisade. 1199.]

[Note en marge: Les barons français traitent avec la république pour
le transport de leur armée. 1201.]

On préparait une nouvelle croisade, qui avait pour chefs des
seigneurs ou princes français, parmi lesquels on remarquait Baudouin
comte de Flandre, Louis comte de Blois, Geoffroy comte du Perche,
Henri comte de S. Paul, Simon de Montfort, deux comtes de Brienne,
Mathieu de Montmorency. Le voyage était long, le passage sur les
terres de l'empire grec n'était pas sans danger. Pour arriver avec
toutes ses forces, il fallait nécessairement arriver par mer. On se
décida à traiter avec les Vénitiens, pour que leur flotte transportât
l'armée des croisés dans la Terre-Sainte. Les seigneurs envoyés
pour conclure ce traité évaluaient cette armée à quatre mille cinq
cents chevaliers, ayant chacun deux écuyers, et à vingt mille hommes
d'infanterie. Il s'agissait donc de transporter plus de trente mille
hommes, et plusieurs milliers de chevaux.

C'était le sujet d'un marché plutôt que d'un traité; mais la
république ne pouvait guères fournir un si grand nombre de vaisseaux
sans devenir l'auxiliaire, l'alliée des croisés: ceux-ci, dans
leur impatience d'accomplir leur voeu, ne se montrèrent point
difficiles sur les conditions; on fut bientôt d'accord. Cependant le
gouvernement vénitien jugea nécessaire de soumettre ce traité à la
sanction du peuple, n'osant pas apparemment risquer, sans son aveu,
une expédition lointaine, dont plus d'une expérience rendait le
succès douteux. On assembla le peuple; on célébra l'office divin, et
les seigneurs, députés par les croisés de France, parurent devant la
foule immense qui remplissait l'église et la place de Saint-Marc.

L'un d'eux, Geoffroy de Villehardouin, maréchal de Champagne, qui
a écrit l'histoire de cette expédition, harangua en ces termes:
«Seigneurs, les barons de France les plus hauts et les plus puissants
nous ont envoyés vers vous: ils vous crient merci; qu'il vous prenne
pitié de Jérusalem, qui est en servage des Turcs; que pour Dieu vous
veuillez les accompagner, afin de venger la honte de Jésus-Christ.
Ils ont fait choix de vous, parce qu'ils savent que nul n'est aussi
puissant que vous sur la mer. Ils nous ont commandé de nous jeter à
vos pieds, de ne nous relever que lorsque vous nous aurez octroyé
notre demande, et que vous aurez pris pitié de la Terre-Sainte
d'outre-mer[199].»

[Note 199: C'est le texte même de Villehardouin, un peu rajeuni par
Ducange, § 16. Je n'y ai changé que l'orthographe et quelques mots.]

Alors les six députés s'agenouillèrent en pleurant beaucoup, et le
doge et tous les autres s'écrièrent d'une commune voix, en levant
leurs mains au ciel, «Nous l'octroyons, nous l'octroyons.»

Le traité fut signé et juré le lendemain, et l'on convint que
l'expédition se dirigerait d'abord sur l'Égypte.

Les Vénitiens prirent un délai d'un an, pour équiper les vaisseaux
nécessaires. Ils s'engagèrent à fournir des vivres à l'armée pendant
neuf mois. Le prix de ce service fut réglé à deux marcs d'argent par
homme, et quatre par cheval, ce qui faisait quatre-vingt-cinq mille
marcs d'argent, représentant environ quatre millions et demi de la
monnaie actuelle, à une époque où le septier de bled valait de cinq
à six sols, le marc d'argent cinquante et quelques sols, et, par
conséquent, quatre-vingt-cinq mille marcs d'argent, plus de neuf cent
mille septiers de bled.

La république ne borna pas ses spéculations à ce marché: elle stipula
que cinquante de ses galères seconderaient les opérations de l'armée,
sous la condition que le butin et les conquêtes seraient partagés
également entre les Vénitiens et les Français[200].

[Note 200: Ce traité est rapporté textuellement par Dandolo,
_Chronique_, liv. 10, ch. 3, part. 33. Voyez aussi le _Codex Italiæ
diplomaticus de_ LUNIG, tom. II, part. 2, sect. 6, IX.]

[Note en marge: IV. Défense du pape d'employer les forces de la
croisade contre les chrétiens.]

Après avoir juré l'observation de ce traité sur les saints évangiles,
on voulut lui donner encore plus de solennité en le soumettant
à l'approbation du pape. Innocent III, qui régnait alors, était
bien éloigné de refuser cette approbation; mais, pour s'assurer
encore davantage de l'exécution du plan qui venait d'être arrêté,
il défendit expressément aux croisés d'employer leurs armes contre
les chrétiens, et même dans le cas où ceux-ci opposeraient quelque
obstacle au passage de l'armée, de les attaquer avant d'avoir pris
les ordres du saint-siége[201].

[Note 201: Ipse verò quod futurum erat præsagium, cautè respondit,
quod conventiones illas ita duceret confirmandas, ut videlicet ipsi
christianos non læderent nisi forsan illi iter eorum impedirent,
aut alia causa justa vel necessaria forsan occurreret, propter quam
aliud agere non possent apostolicæ sedis consilio accedente. (_Gesta
Innocentii III, papæ_, p. 72.)]

[Note en marge: V. Embarras des barons pour payer la somme convenue.
1202.]

En signant l'engagement de payer 85,000 marcs d'argent, les députés
des pélerins avaient moins consulté leurs moyens que leur zèle. Les
princes, les barons arrivèrent successivement; mais quelques-uns
des principaux croisés étaient morts, notamment Thibaut comte de
Champagne. D'autres avaient renoncé à cette entreprise; plusieurs
avaient pris une autre direction; de sorte qu'il ne se trouvait pas
au rendez-vous plus de la moitié des seigneurs qui, dans le principe,
avaient promis de coopérer à cette expédition. Tous ensemble
n'avaient pas la somme promise, et qui devait être payée d'avance. La
cotisation des croisés n'en fournit guères que la moitié; les chefs
engagèrent leur vaisselle, leurs effets les plus précieux; et malgré
ces efforts, il s'en fallait encore de trente-quatre mille marcs
qu'ils n'eussent acquitté la somme stipulé[202].

[Note 202: VILLEHARDOUIN, § 31.]

[Note en marge: VI. Le doge leur propose d'aider la république à
soumettre Zara.]

Cependant les vaisseaux étaient prêts, les croisés impatients de
partir, et les Vénitiens bien décidés à ne pas leur faire crédit.
Convaincu de l'insuffisance de leurs ressources pécuniaires, le
doge proposa aux barons d'obtenir un délai pour payer leur dette,
en aidant la république à faire rentrer Zara sous son obéissance.
C'était leur proposer une guerre contre le roi de Hongrie, à qui
cette ville s'était donnée. Les ordres du pape s'y opposaient
formellement; plusieurs croisés manifestèrent des scrupules;
le cardinal-légat, qui était alors à Venise, voulut s'opposer
à cette expédition; mais Dandolo représenta, avec fermeté, que
le pape n'avait point le droit et ne pouvait avoir l'intention
de protéger une ville rebelle: que si on n'était maître de Zara
avant de commencer l'entreprise, les vaisseaux de cette ville
ennemie pourraient intercepter les communications entre Venise et
la Palestine; qu'enfin c'était la seule condition à laquelle la
république pût permettre le départ de sa flotte, et que, quant au
cardinal, s'il voulait s'embarquer, il serait reçu sur les vaisseaux
comme prédicateur de la croisade, mais non avec le caractère de légat.

Cette déclaration énergique leva les difficultés, le cardinal
partit pour Rome, et les croisés se déterminèrent à commencer leur
pélerinage par le siége de Zara.

[Note en marge: VII. Dandolo prend le commandement de la flotte.
Départ de l'armée. 1202.]

On était alors au mois d'octobre 1202; tout était prêt pour le
départ. Le marquis de Montferrat avait été élu par les barons
français pour commander l'armée; il ne restait qu'à désigner celui
qui devait commander la flotte. Après qu'on eut fait des prières pour
le succès de l'expédition, le doge monta dans la tribune de l'église
de Saint-Marc, et en suppliant la république de lui permettre de
prendre la croix, déclara qu'il était prêt à se mettre à la tête de
l'armée vénitienne et à accompagner les croisés, non-seulement à
Zara, mais par-tout où les conduirait leur zèle, heureux s'il pouvait
trouver le terme d'une vie déjà si longue en combattant pour la
délivrance du tombeau du Sauveur.

[Note en marge: VIII. Siége et prise de Zara.]

Une pareille résolution dans un vieillard de quatre-vingt-quatorze
ans, qui conservait toute l'énergie de l'âge mûr, ne pouvait
qu'exciter une admiration mêlée d'attendrissement; il descendit de la
tribune au milieu des acclamations, alla se mettre à genoux devant
l'autel, et se fit attacher la croix sur son bonnet ducal. Son fils,
Renier Dandolo, fut nommé pour le suppléer pendant son absence.
Venise vit partir le doge déployant l'étendard de Saint-Marc, sur
une flotte de près de 500 voiles qui portait une armée d'environ
quarante mille hommes[203] et une illustre noblesse dont les écus
pendaient sur le bord des navires et dont les bannières flottaient au
haut des mâts[204]. Commencer le siége de Zara, c'était entreprendre
de soumettre un peuple révolté pour la quatrième fois, d'autant plus
déterminé à la résistance, qu'il en avait déjà éprouvé la possibilité
et qu'il se sentait moins digne de pardon; c'était attaquer un prince
puissant, qui, en sa qualité de chrétien et de croisé lui-même,
devait être protégé par le saint-siége; c'était enfin braver les
foudres de Rome.

[Note 203: D'après Ramnusio, _de Bello constantinopolitano_, il y
avait cinquante galères, deux cent quarante bâtiments chargés de
troupes, soixante et dix chargés de vivres et de machines de guerre,
et cent vingt palandres portant de quatre à cinq mille chevaux.
Sanuto dit seulement trois cents voiles.]

[Note 204: VILLEHARDOUIN, § 38.]

Zara avait une enceinte garnie de fortes tours et était défendue par
une garnison hongroise. Le port était fermé par une chaîne de fer,
il fallait forcer ce passage pour compléter l'investissement de la
place. La flotte vénitienne rompit cet obstacle. On se disposait à
l'assaut; les chefs de l'armée étaient assemblés pour en concerter
l'exécution, lorsque Gui, abbé Du vaux de Sernay, l'un des croisés,
se présenta dans l'assemblée, une lettre du pape à la main: «Au nom
du saint père, dit-il, je vous défends d'attaquer cette ville; elle
est habitée par des chrétiens, elle appartient à un prince croisé,
vous l'êtes vous-mêmes, et si vous bravez la défense, vous n'êtes
plus que des excommuniés.» Cette menace ébranla plusieurs des chefs;
le comte de Montfort déclara qu'il ne pouvait désobéir au pape; mais
les Vénitiens s'emportèrent contre l'orateur jusqu'à mettre sa vie
en danger, s'opposèrent à ce qu'on lût la lettre d'Innocent III,
et sommèrent les Français de tenir leurs engagements. Il fallait
manquer à sa parole ou à l'obéissance due au saint père. La plupart
de ces chevaliers jugèrent que, pour eux, le premier devoir était de
montrer leur vaillance. Les assauts furent donnés, répétés pendant
cinq jours, et les assiégés, qui avaient suspendu des croix autour de
leurs murailles, désespérant de résister à des attaques si vives et
si continues, se rendirent à discrétion. On ne leur laissa que la vie.

[Note en marge: IX. Discorde entre les Français et les Vénitiens.]

[Note en marge: Ils sont excommuniés par le pape.]

La ville fut livrée au pillage et démantelée. Il y avait trois
jours qu'on la saccageait, lorsqu'une querelle s'alluma entre les
vainqueurs. Le partage du butin, ou la distribution des logements,
en fut la cause; on se battit avec fureur pendant une nuit entière;
les deux partis perdirent beaucoup de monde, mais les Vénitiens, fort
inférieurs en nombre, furent les plus maltraités. Le doge et les
principaux chefs de l'armée française, se précipitèrent parmi les
combattants pour les séparer. Il fallut huit jours de négociations et
d'efforts pour faire cesser l'effusion du sang.

Il était naturel de voir dans cette discorde une juste punition de
la désobéissance dont les croisés s'étaient rendus coupables envers
le saint-siége. Le pape, qui jugeait les Français plus disposés à la
soumission que les Vénitiens, leur adressa des reproches sévères.
Les premiers députèrent vers lui un évêque et trois chevaliers, pour
s'excuser sur la nécessité où ils s'étaient trouvés de remplir leurs
engagements envers leurs alliés, sans le concours desquels ils ne
pouvaient accomplir leur pieuse entreprise. Ils le suppliaient de les
relever des censures qu'ils avaient encourues, et lui demandaient
ses ordres sur la conduite qu'ils devaient tenir désormais avec les
Vénitiens.

La réponse du pape fut qu'ils pouvaient continuer de se servir des
vaisseaux de la république, mais à condition qu'ils se sépareraient
le plutôt possible d'un peuple assez endurci dans sa désobéissance
pour ne pas même demander l'absolution; que, quant à eux, avant
d'être absous, il fallait qu'ils restituassent tout le butin qu'ils
avaient fait, et renouvelassent leur serment de soumission à
l'église. Les croisés français demandèrent humblement et obtinrent
leur pardon. Il n'en fut pas de même des Vénitiens: ce vieillard
nonagénaire qu'ils avaient à leur tête opposa toujours la plus
respectueuse fermeté aux prétentions de la cour de Rome, soutint
qu'elle n'avait pas dû s'immiscer dans les affaires de la république,
et ne daigna pas même solliciter l'absolution des censures[205].

[Note 205: Veneti verò, tanquam qui gloriantur cùm malè fecerint
et exultant in rebus pessimis, nec ad indulgentiam agendam, nec ad
indulgentiam implorandam voluerunt aliquatenus inclinari.

(Vita Innocentii papæ III, ex man. Bernardi GUIDONIS. _Rerum
italicarum scriptores_, tom. III, p. 530.)]

La saison était trop avancée pour qu'au jugement des gens
expérimentés, il fût prudent de commencer une campagne de mer sur une
côte ennemie; on résolut de faire hiverner la flotte dans le port
de Zara. Pendant le séjour que les croisés y firent, on vit arriver
une ambassade qui réclamait leur concours pour une expédition bien
différente de celle pour laquelle ils avaient pris les armes.

[Note en marge: X. Révolutions de Constantinople.]

L'empire de Constantinople passait depuis long-temps d'usurpateur
en usurpateur: les Comnène ne méritaient pas un autre nom; mais
comme il n'y a rien de si rare qu'un pouvoir dont l'origine soit
absolument pure, on appelait légitime ce qui était injuste depuis
quelque temps. L'odieux Manuel[206] avait laissé le trône à son fils
âgé de neuf ans. Andronic son cousin parvint à s'y asseoir auprès de
cet enfant, à qui il fit signer l'arrêt de sa mère et qu'il priva
enfin de la vie. Cet Andronic, quand il eut consommé l'usurpation de
l'empire, prouva par son administration qu'il n'en était pas indigne.
Il établit un ordre sévère dans les finances, se montra fort habile
au choix des gouverneurs et des magistrats, pesa les petits et les
grands dans la même balance, mit fin aux disputes de religion, éleva
des monuments utiles, et honora les savants, quoiqu'il n'eût qu'une
légère teinture des sciences[207].

[Note 206: C'est au sujet de ce prince que l'historien Nicétas,
d'ailleurs flatteur, laisse échapper cette réflexion: «Défiants
et timides, la plupart des princes sont ravis de faire périr les
hommes éminents en naissance, en mérite, ou en vertu. Riche, ils
vous soupçonnent; brave, ils vous redoutent; et s'il paraît un homme
qui se distingue par les avantages du corps, les dons de l'esprit,
ou la sagesse de sa conduite, il n'y a plus pour eux ni plaisir ni
repos. Ces monstres d'orgueil voudraient pouvoir s'en prendre au
créateur d'avoir fait d'autres hommes capables de commander; aussi,
contrariant sans cesse les desseins de la providence, sacrifient-ils
les gens de bien, pour pouvoir attenter impunément aux propriétés
et à la liberté de leurs sujets. C'est ainsi que Manuel ayant conçu
d'injustes défiances contre la fidélité d'Alexis, etc.;» et si on
veut savoir pourquoi il persécutait cet Alexis; le même auteur nous
apprend que c'était parce que son nom commençait par la première
lettre de l'alphabet, signe évident qu'il était destiné à l'empire.
(_Histoire de Manuel Comnène_, liv. 4, chap. 6.)

Quant au droit des Comnène sur le trône de Constantinople, il était
fondé sur deux usurpations, celle d'Isaac Comnène, qui, s'étant
mis à la tête d'une faction, ravit l'empire à Michel V en 1057, et
celle d'Alexis Comnène, qui, en 1081, se révolta contre l'empereur
Nicéphore Botoniate. Manuel Comnène était petit-fils d'Alexis.]

[Note 207: NICÉTAS, _Histoire d'Andronic_, liv. 2, chap. 3 et 4.]

Sous lui, dit Nicétas, chacun se reposait avec sécurité à l'ombre de
ses arbres, et se nourrissait de leurs fruits; et ceux qui avaient
été ensevelis sous les malheurs des temps précédents, se réveillèrent
au commencement de son règne. Déjà vieux, il épousa Anne de France,
âgée de onze ans, qui avait été promise à Alexis. Peut-être, s'il eût
régné quelques années de plus, le vaisseau de l'état aurait-il évité
le naufrage. Mais bien qu'Andronic eût cru devoir faire légitimer
son usurpation par le patriarche et par un concile, il n'en fut pas
moins précipité d'un trône qu'il devait à des crimes.

Isaac Lange, qui l'y remplaçait, le livra à la fureur d'une populace
inconstante. On ne peut retracer toutes les barbaries qui furent
exercées sur ce grand coupable, qui d'ailleurs avait montré de
l'habileté dans le gouvernement. Après lui avoir meurtri les joues,
arraché la barbe, cassé les dents, crevé un oeil, et coupé la main
droite, on le promena dans Constantinople, pour lui faire éprouver
tous les outrages, et on le pendit par les pieds: ce supplice dura
trois jours.

Le nouvel empereur, qui permettait ces atrocités, était un lâche, qui
fut privé de l'empire et de la vue, et jeté dans une fosse par son
frère Alexis. C'était cet Alexis qui régnait depuis quelques années à
Constantinople, lorsque les croisés s'embarquèrent pour délivrer les
lieux saints.

Un jeune homme, fils d'Isaac, échappé de la prison où son oncle les
avait renfermés, parcourait l'Europe, en cherchant des vengeurs à
son père. Ce prince s'appelait aussi Alexis. Il s'était adressé
au pape, aux Vénitiens, aux croisés, sans en rien obtenir qu'une
pitié stérile. Venise devait peu d'affection à cette famille,
parce qu'entre les fautes que les princes de ce nom avaient à se
reprocher, c'est-à-dire parmi beaucoup d'actes de cruauté, de
duplicité, d'avarice et de vanité ridicule, ils avaient opprimé les
peuples, pour subvenir à des profusions inouies, et n'avaient pas
épargné dans leurs extorsions la colonie vénitienne, qu'ils avaient
mise plus d'une fois aux mains, dans Constantinople même, avec la
colonie des Pisans[208]. Les princes de l'Occident, sollicités par
le jeune Alexis, se bornèrent à lui donner le conseil de réclamer
les secours de l'empereur Philippe de Souabe, son beau-frère. On lui
avait fait entendre que, si l'empereur voulait joindre ses forces
à celles des croisés, pour la conquête de la Palestine, ceux-ci
reconnaîtraient ce secours, en lui fournissant le leur pour replacer
Isaac sur le trône.

[Note 208: NICÉTAS, _Histoire d'Alexis Lange_, surnommé _Comnène_,
liv. 3, ch. 10.]

[Note en marge: XI. Arrivée à Zara des ambassadeurs du fils d'Isaac
Lange, empereur d'Orient détrôné. 1203.]

Les ambassadeurs qui arrivèrent à Zara venaient de la part de
Philippe. Admis à l'audience dans le palais du doge, où les chefs de
l'armée s'étaient assemblés, ils dirent: «Nous sommes envoyés vers
vous par le roi des Romains; il désire vous confier le jeune prince
son beau-frère. Vous avez entrepris une expédition périlleuse pour
soutenir les droits de la justice; c'est remplir votre voeu que de
venger un opprimé. Qu'est-il de plus équitable que de rétablir dans
leurs biens ceux qu'on en a privés? Que si vous secourez le prince
de Constantinople, il vous offre ce qui peut contribuer le plus
efficacement au bien de l'église et à la conquête de la Terre-Sainte.
Premièrement, si Dieu permet que vous rétablissiez Alexis dans
son héritage, ce prince remettra toute l'église d'Orient sous
l'obéissance de l'église romaine, dont elle est depuis si long-temps
séparée; en second lieu, instruit que vous avez fait déjà de grands
sacrifices pour votre entreprise, il vous paiera deux cent mille
marcs d'argent, et vous fournira des vivres pour toute votre armée.
Lui-même il vous accompagnera en Égypte; ou, si vous le préférez,
il y enverra dix mille hommes à sa solde, qu'il y laissera pendant
un an. Tant qu'il vivra, il entretiendra cinq cents chevaliers pour
la défense de la Terre-Sainte. Telles sont les conditions que nous
sommes autorisés à vous offrir.»

[Note en marge: XII. Ils proposent aux croisés de rétablir Isaac.
Division à ce sujet.]

Ainsi on proposait aux croisés une nouvelle infraction des défenses
du pape. Il fallait encore aller attaquer un prince chrétien, qui,
à dire vrai, avait envahi le trône, mais le trône d'un usurpateur;
et la conquête de l'empire grec n'était considérée que comme un
préliminaire, un épisode de la délivrance de la Terre-Sainte.

Les uns s'écrièrent que c'était violer son voeu et mériter
l'excommunication une seconde fois; les autres répondirent que,
pour accomplir ce voeu, il n'y avait pas de meilleur moyen que de
s'assurer l'alliance de l'empereur grec; et que, pour obtenir sa
coopération, il fallait le rétablir sur son trône. Les pélerins
disputèrent là-dessus avec tant de chaleur qu'ils s'aigrirent et se
divisèrent; plusieurs quittèrent une armée qui se mettait en révolte
déclarée contre le souverain pontife; cinq cents, pour s'éloigner, se
jetèrent à-la-fois dans un bâtiment qui coula à fond.

[Note en marge: XIII. Les Vénitiens et après eux l'armée, embrassent
cette cause.]

Ces défections affaiblirent considérablement l'armée. Mais les
Vénitiens, qui ne considéraient pas les défenses du pape à cet égard
comme légitimes, et qui avaient à Constantinople de bien autres
intérêts que dans la Palestine, insistèrent si fortement, que le
traité proposé au nom de l'empereur d'Allemagne fut signé. Ils
avaient deux griefs principaux contre l'empereur de Constantinople.
Manuel Comnène, lorsqu'il s'était réconcilié avec eux, après avoir
confisqué leurs vaisseaux et leurs marchandises, leur avait promis
une indemnité de 1,500 mille bisans d'or. Ses successeurs avaient
négligé le paiement de cette dette, il restait 200 mille bisans à
payer. Mais, ce qui était encore plus digne du ressentiment des
Vénitiens, ces empereurs avaient montré de la partialité en faveur
des Pisans, et leur avaient accordé de grands priviléges[209]. Il y
a des historiens à-peu-près contemporains[210] qui expliquent d'une
autre manière cette détermination des Vénitiens; ils l'attribuent à
la corruption au moins autant qu'à la haine. Selon eux, le sultan
Maleck-Adel, pour détourner l'orage qui paraissait menacer l'Égypte,
avait envoyé à Venise des sommes considérables. La chose n'est
pas impossible, mais elle n'est pas prouvée, et il ne serait pas
impossible non plus que la cour de Rome, dont ils transgressaient les
ordres, et les chrétiens de la Palestine, abandonnés par ceux qu'ils
croyaient leurs défenseurs, eussent accrédité cette calomnie.

[Note 209: Voyez NICÉTAS, _Histoire de Manuel Comnène_, liv. 5 ch. 9,
et le commentaire que fait sur son texte l'auteur de l'_Histoire du
commerce de Venise_, tom. IV, liv. 1, chap. 1.]

[Note 210: _Le continuateur anonyme de Guillaume de Tyr_, tom. V
_de la Collection de Martenne et Durand. L'Histoire de la conquête
de la Terre-Sainte_, traduite, dit-on, du français de Bernard (dont
l'original est perdu) par Pépin de Boulogne, et augmentée par lui,
tom. VII de la _Collection_ de MURATORI.]

Tout le monde envoya à Rome; les uns pour justifier cette nouvelle
entreprise, les autres pour la faire condamner. L'usurpateur du trône
de Constantinople lui-même, dans l'espoir de conjurer l'orage,
s'adressa au pape. Innocent III aurait bien voulu ramener l'empire
grec à son obéissance, et devenir l'arbitre de ce grand différend;
il ordonna de nouveau aux croisés d'aller droit au secours de la
Terre-Sainte, et renouvela ses menaces d'excommunication. Les menaces
restèrent sans effet. La flotte mit à la voile le 7 avril 1203,
après avoir achevé la démolition des murs de Zara, au mépris de la
protection que le pape avait accordée à cette ville.

[Note en marge: XIV. Arrivée de l'armée d'Alexis, fils d'Isaac.]

Le rendez-vous de l'armée avait été assigné à Corfou. On y vit
avec joie arriver le jeune Alexis, suivi d'un assez grand nombre
de seigneurs allemands qu'il avait recrutés à la cour de Philippe.
Le prince de Constantinople, qui jusque-là n'avait obtenu que des
consolations et des conseils à Rome, à Venise, et même à la cour
de son beau-frère, fut si touché de voir une armée de vaillants
hommes décidés à embrasser sa cause qu'il se jeta aux pieds du doge
et du marquis de Montferrat, pour leur exprimer sa reconnaissance.
Infortuné! qui ne savait pas combien il est dangereux d'implorer le
bras d'autrui pour reconquérir une couronne!

[Note en marge: XV. Arrivée de l'armée des croisés devant
Constantinople. 1203.]

Quoique les projets des croisés contre l'empire grec fussent
publics depuis plusieurs mois, quoiqu'il y eût, dit-on, seize cents
bâtiments dans le port de Constantinople, l'armée ne rencontra aucun
obstacle dans sa route, les îles où elle prit terre se rendirent
sans résistance et reconnurent pour empereur Isaac, père du jeune
Alexis. Cet empire déjà affaibli par de si longues divisions, l'était
encore plus par une administration honteuse. L'empereur Alexis
n'avait d'abord parlé qu'avec dérision des préparatifs des Latins,
et avait dédaigné d'en faire. Plongé dans la mollesse, il laissait
les rênes de l'état à un beau-frère, qui avait vendu à son profit
tous les approvisionnements de la marine, et à des eunuques, qui ne
voulurent jamais souffrir qu'on abattît des arbres dans les forêts
réservées pour les chasses du prince[211]. Quand le bruit des armes
ennemies parvint jusque dans ces jardins où l'empereur, au milieu des
voluptés, échappait aux murmures de son peuple; quand les courtisans
effrayés n'osèrent plus prolonger l'illusion, on fit accourir à la
hâte des troupes des provinces voisines, on voulut armer une flotte,
mais il n'était plus temps; les vaisseaux étaient sans agrès, sans
matelots; et la ville impériale, alors certainement la plus grande du
monde civilisé, vit la flotte vénitienne se déployer sans obstacle,
et débarquer au pied de ses murs un nouvel empereur.

[Note 211: NICÉTAS, _Histoire d'Alexis_, liv. 3, ch. II.]

Ce fut à la fin de juin que cette armée se présenta à l'entrée du
canal des Dardanelles: on se rallia devant Abydos, les cinq cents
voiles défilèrent dans le détroit, couvrirent le bassin de la
Propontide et vinrent, les bannières déployées, longer les murs
de Constantinople de si près que plusieurs vaisseaux reçurent et
envoyèrent des décharges de traits et de pierriers.

En voyant cette superbe ville, ses dômes, ses palais, ses hautes
murailles, les quatre cents tours qui les couronnaient, et le peuple
innombrable dont elles étaient couvertes: «Il n'y eut là, dit un
témoin oculaire, coeur si assuré ni si hardi qui ne frémît, et non
sans raison, vu que, depuis la création du monde, jamais une si haute
entreprise ne fut faite par un si petit nombre de gens, et chacun
jeta les yeux sur ses armes[212].»

[Note 212: VILLEHARDOUIN, § 66 et 67.]

[Note en marge: XVI. Les croisés débarquent sur la côte méridionale
du Bosphore.]

L'armée débarqua sur la côte méridionale du Bosphore; de là on
voyait, sur la côte opposée, le vaste amphithéâtre qui couronne le
golfe de Chrysocéras; dans le fond le palais de l'empereur, d'un côté
la capitale occupant tout l'espace entre le golfe et la Propontide,
la citadelle à l'extrémité de la pointe d'Europe, de l'autre côté
le faubourg de Péra et la tour de Galata: à l'entrée du port, vingt
galères rangées le long de la chaîne qui le fermait; et, sur le
rivage, un camp de soixante-dix mille hommes, au milieu duquel
s'élevait le pavillon de l'empereur.

Les Grecs et les Latins se trouvaient en présence, ils n'étaient
séparés que par un canal. Rien n'annonçait des dispositions pour
interdire le passage; mais il y en avait pour s'opposer à la
descente, et l'on ne pouvait guères prévoir comment une armée de
quarante mille hommes, déjà affaiblie par une campagne, réduirait
une ville d'où pouvait sortir, disait-on[213], quatre cent mille
combattants. Je suis loin de le croire, car, quelques années
auparavant, Isaac Lange avait eu peine à y lever deux mille hommes,
pour les opposer à un de ses officiers qui s'était fait proclamer
empereur.

[Note 213: Voyez LE BEAU, _Histoire du Bas-Empire_, liv. 94, et
GIBBON, _Histoire de la décadence de l'empire romain_, ch. 60.]

Les Latins débutèrent par le pillage de Chalcédoine, et d'un palais
que l'empereur avait sur la côte d'Asie, ils s'arrêtèrent quelques
jours à Chrysopolis, pour y rassembler des vivres, et, dans une
rencontre, un de leurs partis culbuta cinq cents cavaliers grecs.
Cependant un officier de l'empereur se présenta devant le chef des
croisés et les harangua en ces termes: «L'empereur n'ignore pas,
seigneurs, que vous êtes les plus grands entre les princes qui ne
portent point la couronne, et que vous appartenez aux plus vaillantes
nations de l'univers; mais il ne peut comprendre par quel motif
et à quel dessein vous êtes venus dans ses états. Il est chrétien
comme vous; il sait que vous avez entrepris la délivrance du saint
sépulcre. Si vous avez besoin de vivres ou de secours, il vous en
fournira volontiers quand vous évacuerez son territoire. Il se
verrait à regret obligé de vous attaquer, comme il en a le pouvoir;
car, quand vous seriez vingt fois plus nombreux que vous n'êtes, pas
un d'entre vous n'échapperait si mon maître voulait faire usage de
ses forces[214].»

[Note 214: VILLEHARDOUIN, § 72.]

Cette jactance fit peu d'effet sur les croisés; Conon de Béthune
répondit en leur nom: «Beau sire, vous nous avez dit que votre
maître s'étonne que nos seigneurs et barons soient entrés sur son
territoire. Ce territoire n'est pas le sien, puisqu'il ne l'occupe
que contre Dieu et le bon droit. Il appartient à son neveu que vous
voyez assis parmi nous, au fils de l'empereur Isaac. Mais si votre
maître veut se rendre à sa merci et lui restituer la couronne, nous
nous emploierons auprès du prince légitime pour qu'il pardonne à son
oncle, et lui laisse une existence honorable. À l'avenir ne soyez
plus assez hardi pour vous charger d'un semblable message[215].»

[Note 215: VILLEHARDOUIN, § 73.]

Le lendemain on essaya de montrer le jeune Alexis au peuple de
Constantinople. Toutes les galères mirent à la voile; Alexis était
debout sur la poupe de la capitane, entre le doge et le marquis de
Montferrat. On côtoya les remparts en criant: «Voici votre prince
légitime que nous vous ramenons; nous venons pour vous secourir
et non pour vous faire aucun mal, si vous-mêmes vous faites votre
devoir.» Mais cette vue, ces discours ne produisirent aucun effet: il
fallut commencer les attaques; on résolut de tenter le passage et le
débarquement en face de l'armée ennemie.

[Note en marge: XVII. L'armée passe sur la côte d'Europe.]

Le 8 juillet au soleil levant, après la célébration du saint
sacrifice, toute l'armée démarra de la côte d'Asie.

Baudouin, comte de Flandre, commandait l'avant-garde composée en
grande partie d'archers et d'arbalétriers.

Les quatre divisions du corps de bataille avaient pour chefs,
Henri, frère du comte de Flandre; Hugues, comte de Saint-Paul;
Louis, comte de Blois, et Mathieu de Montmorency. On y distinguait
Mathieu de Valincourt, Baudouin de Beauvoir, Pierre d'Amiens,
Eustache de Canteleu, Antoine de Cahieu, Eudes de Champlitte, Oger
de Saint-Chéron, Manassés de l'Île, Miles de Brabant, Machaire de
Sainte-Menehould, Jean Foisnons, Guy de Chappes, Clerambault, Robert
de Roncoy, et Geoffroy de Villehardouin, qui nous a conservé tous ces
noms dans son histoire.

Enfin le corps de réserve était conduit par le marquis de Montferrat.
Il était composé des Italiens, des Dauphinois et des Allemands.

Chaque galère remorquait un vaisseau chargé de troupes; les bannières
flottaient, les trompettes sonnaient, les chevaliers, armés de pied
en cap, et que, dans sa naïve frayeur, l'historien grec[216] nous
représente aussi hauts que leurs lances, étaient debout, s'appuyant
sur leurs chevaux déjà tout sellés; «On ne demandait pas, dit celui
d'entre eux qui nous a transmis tous ces détails, on ne demandait
pas qui devait aller le premier; chacun s'efforçait de gagner les
devants et les chevaliers s'élançaient dans la mer jusqu'à la
ceinture, le heaume en tête, l'épée à la main[217].»

[Note 216: NICÉTAS, _Histoire d'Alexis_, liv. 3, ch. II.]

[Note 217: Il ne demandent mie chascuns qui doit aller devant; mais
qui ainçois puet, ainçois arrive, et li chevalier issirent des
vissiers, et saillent en la mer trosque à la ceinture, tuit armé, les
hielmes laciez et les glaives ez mains.

                                               (VILLEHARDOUIN, § 82.)]

[Note en marge: Les Grecs ne s'opposent point au débarquement.]

Dès qu'on put prendre terre on jeta les ponts, les chevaux sortirent
des vaisseaux et les chevaliers se rangèrent en bataille à l'est du
golfe du côté de Galata. L'armée impériale ne fit que de faibles
efforts, pour empêcher le débarquement; ils se bornèrent à quelques
décharges contre les premiers qui abordèrent; ces 70,000 hommes, sans
attendre le premier choc, se hâtèrent de rentrer dans Constantinople,
avec une telle précipitation, que l'avant-garde des Latins pilla leur
camp et les tentes de l'empereur.

[Note en marge: Prise de la tour de Galata.]

La flotte vénitienne était à l'entrée du port, l'armée au pied des
murs du faubourg de Péra; on y prit poste le soir même. Dans la nuit,
la garnison de la tour de Galata, secondée par des troupes qu'on
lui envoya de la ville, à travers le port, fit une sortie que les
assiégeants repoussèrent avec vigueur. Les Grecs se jetèrent pour se
sauver, les uns dans leurs barques, d'autres vers la campagne; ceux
qui voulurent regagner la tour furent si vivement poursuivis, que les
croisés y entrèrent pêle-mêle avec eux et s'en emparèrent.

[Note en marge: XVIII. Les Vénitiens forcent l'entrée du port.]

Au point du jour, et pendant que l'on combattait encore sur terre,
les galères vénitiennes attaquèrent le port. Une chaîne de la
longueur de quatre portées de flèches, soutenue par des pieux, en
fermait l'entrée; derrière cette chaîne vingt galères grecques
chargées de soldats et de machines lançaient contre les assaillants
des pierres et des traits. Il fallait briser cette chaîne, pour
s'ouvrir un passage au travers de la flotte ennemie. On avait
préparé, pour la rompre, d'énormes ciseaux qu'une machine faisait
mouvoir; des matelots s'élançaient sur la chaîne, pour travailler
à en séparer les anneaux ou à couper les pieux qui la soutenaient;
enfin un gros navire, dont le vent secondait l'effort, vint briser
cet obstacle: les Vénitiens pénétrèrent dans le canal et prirent ou
détruisirent tous les bâtiments qui s'y trouvaient.

[Note en marge: XIX. Siége de Constantinople.]

Au fond du port coule une rivière assez large, dont les Grecs avaient
rompu le pont. Il fut rétabli sans qu'ils osassent entreprendre de
s'y opposer. L'armée, après avoir passé la rivière, vint camper sous
le palais des Blaquernes, qui était fortifié. On ne pouvait pas
penser, avec si peu de monde, à faire l'investissement d'une ville,
qui avait plusieurs lieues de tour. Les Français se bornèrent à
attaquer une des portes: on prépara les machines, on traça un camp,
qui fut fermé de fortes palissades; une division entière de l'armée
était de garde jour et nuit; malgré ces précautions, les sorties
étaient continuelles, on avait plusieurs alertes par jour, il fallait
dormir et manger sous les armes.

Il est vrai que ces sorties étaient constamment repoussées; mais on
y perdait toujours du monde et souvent de vaillants hommes. On ne
pouvait s'éloigner du camp de quatre portées de trait; la disette
était une suite inévitable de cette gêne; il ne restait de farine que
pour trois semaines; presque point de viande salée, et on se voyait
déjà réduit à manger des chevaux. Telle était au bout de dix jours la
situation de l'armée assiégeante.

On résolut de donner l'assaut. Les Vénitiens étaient d'avis
d'attaquer du côté de la mer, qui leur paraissait plus accessible,
et de dresser les échelles sur les vaisseaux, pour atteindre le haut
des murailles. Cette manière de combattre n'était pas familière aux
chevaliers français. Ils ne purent consentir à se priver de leurs
chevaux et de leurs armes ordinaires. Il fut résolu qu'on ferait
deux attaques à-la-fois, l'une par mer, du côté du port, l'autre par
terre, à la porte du palais des Blaquernes.

[Note en marge: XX. Assaut. Les Vénitiens pénètrent dans la ville.]

Deux divisions furent laissées en réserve pour la garde du camp,
sous le commandement du marquis de Montferrat et de Mathieu de
Montmorency; les autres s'avancèrent pour donner l'assaut. On eut
d'abord à combler le fossé; deux cent cinquante béliers, tours
roulantes ou autres machines, commencèrent à jouer contre la muraille
et à lancer une grêle de pierres et de flèches sur ceux qui la
défendaient. C'étaient, de ce côté, des Pisans, qui avaient fourni un
corps auxiliaire à l'empereur: ainsi les Vénitiens trouvaient devant
eux les rivaux de leur commerce prêts à leur disputer les remparts de
Constantinople. L'empereur, du haut d'une tour, était spectateur du
combat; il avait confié le commandement de ses troupes à son gendre
Théodore Lascaris.

À peine la muraille fut-elle endommagée qu'on y appliqua les
échelles. Cinq chevaliers et dix soldats parvinrent jusqu'au haut du
rempart, où ils eurent à soutenir un terrible combat à coups de hache
et d'épée.

Pendant qu'on livrait cet assaut du côté des Blaquernes, la flotte
avançait, rangée sur une longue ligne; les uns avaient élevé des
tours sur le pont de leurs vaisseaux, d'autres tenaient les échelles
toutes prêtes; quatre cents balistes lançaient des traits. «Ores
pourrés ouïr estrange prouesse. Le duc de Venise, qui vieil homme
estoit et goutte ne voyoit, tout armé sur la proue de sa galère, le
gonfanon de Saint-Marc par-devant lui, s'écriant aux siens qu'ils le
missent à terre[218].» Il fut obéi, sa galère aborda la première;
les Vénitiens, voyant leur chef et leur étendard sur le rivage,
se crurent perdus d'honneur s'ils ne les suivaient. Tout s'élança
à-la-fois; les ponts-levis, les échelles, furent approchés de la
muraille: du haut des vaisseaux, à l'aide de quelques planches
ou de quelques cordages, les Vénitiens combattaient contre les
assiégés avec la lance et l'épée; les uns étaient précipités,
d'autres atteignaient le rempart; tout-à-coup une main, qui n'est
point connue, arbore l'étendard de Saint-Marc sur une des tours.
L'enthousiasme des assaillants en redouble, les Grecs épouvantés
font moins de résistance, les soldats les poursuivent sur les murs,
vingt-cinq tours sont prises, les vainqueurs et les vaincus se
précipitent ensemble dans la ville.

[Note 218: VILLEHARDOUIN, § 90.]

Le doge fait partir sur-le-champ un bateau pour donner avis de ce
succès à ses alliés. Il leur envoie même quelques chevaux que ses
soldats venaient de prendre.

Mais de nouvelles troupes accouraient du dedans pour arrêter les
progrès des Vénitiens, peu nombreux encore. Assaillis de toutes
parts, ils mettent le feu au quartier où ils ne peuvent se maintenir,
regagnent les tours dont ils s'étaient rendus maîtres; le vent
s'élève, l'incendie devient plus rapide, tout est en flammes, depuis
la porte des Blaquernes jusqu'à la porte dorée, c'est-à-dire, dans un
espace d'une lieue.

[Note en marge: XXI. Sortie qui oblige les croisés à abandonner
l'assaut.]

Les Grecs, après avoir forcé les Vénitiens à se retirer dans les
tours, font une sortie contre les Français. Les braves qui avaient
déjà atteint le sommet de la muraille et qui y combattaient encore,
en sont précipités; soixante divisions débouchent par plusieurs
portes et se déploient dans la plaine. Il n'était plus possible
de continuer l'assaut, ni de recevoir le choc au pied du rempart.
Il fallut se hâter de regagner le camp, pour se réunir aux deux
petits corps qu'on y avait laissés, et se mettre à l'abri dans les
retranchements contre cette nuée d'ennemis. Lascaris conduisait
cette attaque. L'empereur lui-même, que les murmures et les insultes
du peuple avaient tiré de sa honteuse inaction, sort à cheval, revêtu
de ses ornements impériaux, et exhorte ses soldats à un dernier
effort, qui doit les délivrer des barbares et sauver leur pays, leur
prince et leur religion.

Les six divisions françaises se rangèrent en dehors de leurs
palissades, les archers en avant: on forma un bataillon des
chevaliers qui avaient été démontés, et dans cette posture ils
attendirent l'ennemi de pied ferme; mais sans aller à lui, de peur
d'être enveloppés et accablés par le nombre.

Aussitôt que Dandolo fut averti du péril de ses alliés, il s'écria
qu'il voulait vivre et mourir avec eux, et abandonnant les tours dont
il s'était rendu maître, il fit voile pour traverser le port, vint
débarquer avec ses troupes au fond du golfe et se ranger auprès des
Français.

Malgré ce renfort, le péril était extrême[219]. L'armée grecque
s'approcha jusqu'à la portée de l'arc; on commença à tirer. Lascaris
voulait tenter une attaque vigoureuse, mais l'empereur ne le permit
pas; et après avoir essayé par quelques manoeuvres d'attirer les
croisés dans la plaine, il donna ordre à ses troupes de rentrer dans
la ville, au grand étonnement des assiégeants et des assiégés.

[Note 219: Et sachiez que onques Dieu ne tira de plus grand péril
nulz gens, et qu'il n'y eut si hardi qui n'eût grande joie.
(VILLEHARDOUIN, § 93.)]

Il eût peut-être sauvé la ville, dit Nicétas[220], s'il eût permis à
son gendre de se livrer à toute l'ardeur de son courage et de charger
les ennemis.

[Note 220: NICÉTAS, _Hist. d'Alexis_, liv. 3, ch. 12.]

Cette terrible journée venait de se terminer sans aucun résultat.
Les Français avaient escaladé les murailles, les Vénitiens avaient
pénétré dans la ville; les uns et les autres, abandonnant les postes
qu'ils avaient conquis, s'étaient vus obligés de chercher leur sûreté
dans le camp qu'ils occupaient la veille.

[Note en marge: XXII. Fuite de l'empereur Alexis. Rétablissement sur
le trône d'Isaac Lange et de son fils.]

Mais Constantinople était en flammes. On était indigné d'avoir vu
l'armée impériale se retirer sans combattre. On avait appris ce
que pouvait l'audace des assiégeants. Alexis, qui n'avait pas osé
attaquer les croisés, ne put se déterminer à les attendre. Il avait
préparé sa fuite; dès cette nuit même, abandonnant sa femme, deux de
ses filles, son trône et son peuple, il se sauva dans un port de la
Thrace, sur une barque qui portait ses pierreries et son trésor. Il
y a des historiens qui le font monter à dix mille livres d'or, ce qui
n'est guère vraisemblable dans une administration aussi vicieuse que
celle de cet empire.

Aussitôt après son départ, un eunuque entreprit de consommer la
révolution, distribua de l'argent aux gardes, annonça la fuite
d'Alexis au peuple. Tout-à-coup cette malheureuse capitale, ébranlée
par un assaut et dévorée par un incendie, fut illuminée comme en un
jour de fête. On courut à la prison d'Isaac, qui, dans ce tumulte,
privé de la vue, saisi de terreur, s'entendit avec étonnement
proclamer empereur, au moment où il croyait qu'on lui apportait la
mort. Pendant qu'on s'empressait déjà de lui prodiguer tous les
hommages de la bassesse, des députés allèrent au camp des assiégeants
leur annoncer cette révolution, et inviter le jeune Alexis à venir
dans les bras de son père. Toute la nuit on vit arriver de la ville
des gens qui confirmaient cette nouvelle, en venant offrir leurs
hommages au prince. Mais la foi des Grecs était si décriée que les
Latins ne voulurent point relâcher leur otage, avant d'avoir fait
confirmer toutes les promesses qu'il avait souscrites lorsqu'il avait
imploré leur secours. On retint les députés de la ville; l'armée se
mit sous les armes, et quatre seigneurs, Mathieu de Montmorency,
Villehardouin, et deux Vénitiens, furent envoyés auprès du nouvel
empereur, pour réclamer la ratification du traité.

«Ils furent conduits au palais, où ils trouvèrent Isaac, si richement
vêtu, qu'on ne pouvait voir plus de magnificence, et l'impératrice,
sa femme, qui était une belle dame, et autour d'eux, tous ceux qui
la veille étaient leurs ennemis[221]. Sire, dit le maréchal de
Champagne, vous voyez le service que nous avons rendu à votre fils,
et comment nous avons tenu nos engagements. Mais il ne peut entrer
ici qu'il n'ait rempli les siens envers nous, c'est pourquoi il
vous prie, comme votre fils, de ratifier les promesses qu'il nous a
faites.»

[Note 221: VILLEHARDOUIN.]

[Note en marge: XXIII. Isaac Lange ratifie le traité fait par son
fils avec les croisés.]

L'empereur ayant demandé à les connaître, on lui exposa ces
conditions. «Certes, répondit-il, ces engagements sont bien grands,
et je ne vois pas comment on pourrait les tenir; mais vous avez tant
fait pour lui et pour moi, que quand on vous donnerait tout l'empire,
vous l'auriez bien mérité.»

La soumission de l'église grecque à l'église romaine, et le paiement
des deux cent mille marcs d'argent[222] étaient de ces conditions
dont l'exécution était difficile. Cependant le nouvel empereur se
décida à sanctionner ces promesses; et ce fils, à qui il devait
d'être replacé sur le trône, fit son entrée dans Constantinople
le 18 juillet, au milieu de ces audacieux étrangers qui lui en
avaient ouvert le chemin. Son père l'associa à l'empire; ils furent
couronnés ensemble dans l'église de Sainte-Sophie. Mais il faut que
la reconnaissance soit un bien pesant fardeau, ou que la passion de
régner soit une passion bien jalouse, puisque ce fils allait devenir
un collègue importun pour un père aveugle et chargé d'années.

[Note 222: Dandolo dit 200 mille marcs, sans ajouter si c'est
d'argent ou d'or. Cette somme aujourd'hui vaudrait à-peu-près cinq
fois plus; c'est-à-dire un million de marcs: or, un million de marcs
d'or ferait 800 millions de notre monnaie, et il serait difficile de
croire que l'empereur eût promis une telle contribution.]

[Note en marge: XXIV. Murmures des Grecs.]

Le rétablissement d'Isaac Lange sur le trône de Constantinople avait
été le résultat d'une guerre de huit jours et d'une révolution d'une
nuit. Il est rare que les coups-de-main produisent des changements
durables. Celui-ci ne pouvait l'être, faute d'unité d'intérêts entre
l'empereur, ses sujets, et ses nouveaux alliés. Les vainqueurs
exigeaient une somme considérable, que l'empereur leur avait
promise, sans savoir comment se la procurer. Une promesse encore
plus hasardée, c'était le retour de l'église grecque à la communion
romaine. Le peuple voyait avec horreur ces Latins qui venaient lui
imposer une nouvelle croyance, en lui demandant des contributions.
Il ne s'intéressait guère plus à Isaac qu'à son frère, usurpateurs
l'un comme l'autre. On louait même celui qui venait d'être renversé:
«Sa douceur, disait-on, et sa clémence, étaient grandes. Il ne
faisait point arracher les yeux, et aucune matrone, pendant son
règne, n'avait revêtu les habits de deuil à cause de lui[223].»
Quelle préférence pouvait mériter celui que l'intrigue d'un eunuque,
l'inconstance populaire et des soldats étrangers, venaient de porter
du fond de sa prison sur le trône? Ce trône était évidemment trop mal
affermi pour qu'Isaac pût s'y croire en sûreté. Ce n'était pas tout
de posséder la capitale, il restait à soumettre les provinces; et le
séjour même de Constantinople était dangereux pour lui. Il fallait
y retenir les étrangers; mais l'empereur ne le pouvait qu'en leur
faisant de nouvelles promesses, et ses premiers engagements n'étaient
pas remplis. D'une autre part, les croisés français, poursuivis par
les reproches, par les excommunications du pape, étaient impatients
d'accomplir leur voeu, et de porter leurs armes dans la Terre-Sainte.
Les Vénitiens, moins zélés, avaient des projets d'établissement pour
leur commerce, et n'étaient pas au bout de leurs demandes. L'avidité
vint aplanir toutes ces difficultés, et faire naître de nouvelles
circonstances.

[Note 223: NICÉTAS, _Hist. d'Alexis_, liv. 3, ch. 12.]

[Note en marge: XXV. Extorsions pour payer les contributions dues aux
croisés.]

[Note en marge: Discorde dans Constantinople.]

Il n'était guère vraisemblable que les plus grands seigneurs de
France et l'armée vénitienne ne fussent venus à Constantinople
que pour se partager deux cent mille marcs d'argent. On confisqua
les biens des partisans de l'empereur dépossédé, on dépouilla sa
femme, on prit l'argenterie des églises, on fondit les statues des
saints. Ces premières mesures, qui ne pouvaient manquer d'indigner
les peuples, ne produisirent qu'une somme très-insuffisante, qui
fut remise aux vainqueurs. Cet à-compte ne servit qu'à exciter leur
cupidité. Il y avait dans la ville des religions diverses, un mélange
de toutes les nations, des intérêts opposés: c'étaient autant de
causes de discorde. En apprenant l'irruption des Latins, le peuple de
cette capitale, au lieu de songer à se défendre, s'était précipité
dans les maisons des marchands occidentaux, et les avait démolies
sans distinction d'amis et d'ennemis. Il en résulta que les Pisans se
réfugièrent à Péra, et devinrent les alliés des Vénitiens, oubliant
pour un moment leurs anciennes rivalités. Une nuit, les Vénitiens et
les pélerins flamands se jetèrent dans un quartier de Constantinople
occupé par des Juifs et des marchands sarrasins, brisèrent les portes
d'une synagogue; les Juifs prirent les armes, le peuple accourut pour
favoriser leur résistance. Les pillards mirent le feu à ce quartier,
et un incendie de huit jours dévora tout ce qui occupait l'intervalle
d'une mer à l'autre, une partie de l'hippodrome, un grand nombre
d'édifices, plusieurs vaisseaux dans le port, en un mot, un tiers de
la ville. Cette nouvelle calamité excita d'autant plus la rage du
peuple, que l'empereur Alexis semblait y applaudir, et qu'on voyait
les agents du fisc chercher dans les décombres fumants les restes des
trésors sacrés ou des richesses privées, pour acquitter d'autant la
contribution[224]. Quinze mille marchands de toutes les nations de
l'Occident, qui étaient établis à Constantinople, se virent obligés
de fuir, et d'aller chercher leur sûreté dans le camp des Latins.

[Note 224: NICÉTAS, _Hist. d'Isaac Lange_, ch. 1 et 2.]

Les horreurs d'un siége, le pillage, les extorsions, deux incendies,
devenaient les torts du jeune Alexis envers sa nation; elle ne
pouvait lui pardonner sur-tout d'avoir stipulé pour les consciences
d'autrui, d'avoir promis un changement de religion au nom de tout un
peuple. Son ignorance grossière, sa figure ignoble, les débauches,
dans lesquelles il prostituait sa dignité, auraient suffi pour en
faire un objet de mépris. Il n'y avait pas jusqu'à ses fréquentes
communications avec les croisés, jusqu'aux familiarités qu'ils se
permettaient avec lui, qui ne devinssent un sujet de reproche et de
dérision; on racontait avec indignation que ces étrangers lui ôtaient
son diadême d'or pour le coiffer de leur bonnet de laine[225]. Aux
yeux des Grecs, ces Vénitiens, ces Français, n'étaient que des
marchands et des espèces de barbares[226].

Le père n'était ni moins odieux, ni moins ridicule; il s'entourait
de moines, qui, se pressant à sa table, et couvrant de baisers ses
mains nouées par la goutte, lui promettaient qu'il recouvrerait la
vue et la santé. Il s'irritait d'entendre les courtisans prodiguer
à son fils plus d'acclamations qu'à lui. Sa crédulité alla jusqu'à
faire transporter dans son palais, sur la foi de je ne sais quel
présage, un sanglier de bronze, ornement de l'hippodrome. Le peuple,
en qui la superstition était plus excusable, brisa une statue de
Minerve de trente pieds de haut, parce qu'elle regardait le couchant,
et qu'on l'accusait d'avoir appelé les Occidentaux[227].

[Note 225: NICÉTAS, _Hist. d'Isaac Lange_, ch. 3.]

[Note 226: L'historien Nicétas nomme ainsi les Vénitiens, et cela
non pas après la prise de Constantinople, mais à une époque où ils
étaient les alliés de l'empereur Manuel Comnène.

                   (Voyez _Histoire de cet empereur_, liv. 2, ch. 5.)]

[Note 227: NICÉTAS, _Hist. d'Isaac Lange_, ch. 3.]

[Note en marge: XXVI. Traité entre l'empereur Isaac et les croisés,
par lequel il les retient jusqu'au mois de mars. 1204.]

Cependant le terme du séjour des Latins arrivait au mois de
septembre. Isaac, effrayé de l'abandon où il allait se trouver après
leur départ, envoya son fils auprès des chefs de l'armée, pour leur
représenter l'impossibilité de recouvrer en deux mois une somme
aussi considérable que celle qui leur était due: il fallait préparer
graduellement les peuples à renoncer au schisme et à reconnaître la
suprématie de l'église latine. Le prince ajouta que le départ des
croisés rendrait impossible l'exécution de ces deux engagements, et
mettrait en danger la vie de son père et la sienne, l'un et l'autre
ayant encouru la haine de leurs peuples pour s'être ligués avec les
Latins. Il n'y avait qu'un moyen de les maintenir sur le trône et
de les mettre en état de s'acquitter: c'était de leur prêter des
forces pour soumettre les provinces, et de leur accorder du temps. Il
demandait que l'armée différât son départ jusqu'au mois de mars, et,
comme il fallait à cet effet prolonger l'engagement que les Vénitiens
avaient pris avec les barons, il offrait de payer pendant un an le
frêt des navires, et de fournir, pendant ce même temps, tout ce qui
serait nécessaire à l'armée. Ces propositions étaient accompagnées de
la promesse de faire tous ses efforts pour rassembler les deux cent
mille marcs d'argent, et d'équiper une flotte destinée à seconder
l'entreprise des croisés sur la Terre-Sainte.

Ce ne fut pas sans de vives discussions que ces propositions furent
acceptées dans le conseil des barons. Ceux qui avaient désapprouvé
la marche sur Constantinople pouvaient encore moins consentir à y
faire un si long séjour; mais on touchait à l'hiver; il n'était
guère possible de commencer dans cette saison la guerre de la
Palestine. Cette raison prévalut; les Vénitiens ne se firent pas
prier pour s'arrêter dans un pays où ils désiraient consolider leurs
établissements; l'expédition de la Terre-Sainte fut différée pour
une somme de trois mille deux cents marcs d'or.

Une partie de l'armée, sous les ordres du comte de Flandre, resta
devant la capitale, pour la contenir; tandis que l'autre, conduite
par le marquis de Montferrat, à qui l'empereur paya seize cents écus
d'or[228], accompagna le jeune Alexis dans les provinces voisines,
dont la soumission fut assez facile.

[Note 228: NICÉTAS, _Hist. d'Isaac Lange_, ch. 3.]

[Note en marge: XXVII. Brouilleries entre les croisés et l'empereur.
Ils lui déclarent la guerre.]

Ces succès du prince, qui auraient dû flatter son père, ne lui
inspirèrent que de la jalousie; d'un autre côté Alexis lui-même en
conçut trop d'orgueil, commença à traiter les croisés avec moins
d'attention, et à se rapprocher du parti qui leur avait voué une
haine irréconciliable. Ces hauteurs, les imprécations des Grecs,
l'interruption du paiement des sommes promises, irritèrent les barons
qui se déterminèrent sur-le-champ à déclarer la guerre à un prince
assez ingrat pour oublier qu'il leur était redevable de sa couronne.

Six députés, Conon de Béthune, Villehardouin, Miles de Brabant, et
trois Vénitiens, se hasardèrent à entrer seuls dans Constantinople,
pour remplir cette périlleuse mission: «Sire, dit Conon de
Béthune[229], nous venons de la part des barons et duc de Venise,
pour vous rappeler leurs services. Personne ne les ignore; vous leur
avez juré, vous et votre père, de tenir les traités dont vos chartes
font foi; vous ne les avez point exécutés comme vous le deviez; ils
vous ont sommé maintes fois de tenir vos engagements, et nous vous
en sommons de leur part, en présence de tous vos barons. Si vous le
faites, ce sera justice; si vous y manquez, sachez que dorénavant
ils ne vous tiennent ni pour seigneur ni pour ami; ils useront de
tous les moyens qui sont en leur pouvoir. Ils n'auraient pas voulu
attaquer, ni vous ni les vôtres, avant de vous avoir porté le défi;
ce n'est pas leur coutume, ni celle de leur pays, d'user de trahison.
Vous avez ouï ce que nous avions à vous dire, c'est à vous de prendre
votre parti.»

[Note 229: VILLEHARDOUIN, § 112.]

Les députés après cette harangue se retirèrent, montèrent promptement
à cheval, traversèrent les flots d'un peuple furieux de leur audace,
et, lorsqu'ils furent hors des portes, se tinrent fort heureux
d'avoir échappé à un si grand péril.

Alexis fut extrêmement irrité de cette menace, et dès ce moment ce
prince se considéra comme en état de guerre avec ses bienfaiteurs.
On croit qu'il fut porté à se commettre avec les Latins par un
seigneur de la maison de Ducas, allié de la famille impériale, nommé
Alexis Murtzuphle (à cause de ses sourcils épais), et qui cherchait à
fomenter de nouveaux troubles dont il espérait profiter.

Les croisés occupaient les faubourgs de Péra et de Galata. Leurs
vaisseaux étaient à l'ancre de ce côté du port; la ville et le
camp se menaçaient, sans tenter de part ni d'autre aucune attaque
sérieuse. Les forces étaient assurément fort inégales; c'était une
armée réduite à vingt mille hommes, éloignée de son pays, n'attendant
aucun secours et mal approvisionnée, qui assiégeait la capitale
la plus populeuse du monde connu; mais, dans cette capitale, le
gouvernement et le peuple étaient sans énergie; le seul qui eût du
courage était ce Murtzuphle, qui méditait une nouvelle usurpation;
il en donna de grandes preuves dans une sortie où il fut lâchement
abandonné par ses soldats.

[Note en marge: XXVIII. Tentative des Grecs pour brûler la flotte des
croisés.]

Une nuit, au milieu de l'hiver, les sentinelles des croisés crièrent,
Alerte; une lueur subite venait d'éclairer tout le golfe; le camp
prit les armes; on vit s'avancer sur la mer, toutes les voiles
déployées et poussés par un vent favorable, dix-sept navires en
flammes, qui venaient porter l'incendie au milieu de la flotte des
pélerins. Les Vénitiens se jetèrent dans des barques, allèrent
au-devant de ces colonnes de feu, et, malgré les traits que leur
lançaient les Grecs, ils accrochèrent plusieurs brûlots, et les
entraînèrent hors du port à force de rames. Cette manoeuvre fut
exécutée avec tant d'audace et de diligence, qu'un seul des vaisseaux
de la flotte fut atteint par les flammes.

[Note en marge: XXIX. Révolution à Constantinople.]

Découragé par le mauvais succès de cette entreprise, Alexis se laissa
déterminer par Murtzuphle à entrer en négociation. Il réclamait
encore le secours des barons contre le peuple de Constantinople, et
offrait de leur livrer le château fortifié des Blaquernes. Mais ce
conseil de Murtzuphle était un piége; il divulgua lui-même ce projet
pour rendre l'empereur odieux. La multitude furieuse de la lâcheté
d'un prince, qui voulait livrer la ville une seconde fois, s'assembla
en tumulte autour de l'église de Sainte-Sophie, demandant à grands
cris qu'on la délivrât d'un vieillard imbécile et d'un traître, et
qu'on nommât un nouvel empereur.

[Note en marge: Cannabé, empereur.]

Le sénateur Nicétas, qui a écrit l'histoire de ces temps déplorables,
eut la sagesse et le courage de représenter, que les Latins étaient
aux portes de la ville; que ce n'était pas le moment de leur fournir
un nouveau prétexte et de les irriter, en détrônant un prince qui
était leur ouvrage. C'était précisément ce qui faisait haïr Alexis;
on prodigua à cet empereur les noms d'esclave et de traître; il
fallut que le sénat lui désignât sur-le-champ un successeur. Mais
cette couronne, que si souvent on brigue au péril de la vie; personne
alors n'osait l'accepter. Elle fut successivement offerte à plusieurs
sénateurs, dont la prudence sut échapper à un honneur si dangereux,
et on finit par proclamer tumultuairement un jeune homme, nommé
Nicolas Cannabé, qui, en se laissant faire cette violence, montra
moins de courage que de faiblesse.

[Note en marge: XXX. Murtzuphle, empereur. 1204.]

Les espérances de Murtzuphle étaient trompées; il gagna l'eunuque
intendant du trésor, les gardes, courut à l'appartement d'Alexis
qu'il réveilla par des cris d'effroi, et, sous prétexte de le sauver,
le fit sortir par une porte dérobée; des hommes apostés le saisirent
et le jetèrent dans un cachot, où il fut étranglé. Isaac, son père,
alors malade, fut tellement frappé de cette révolution qu'il succomba
à son saisissement. Murtzuphle, ne tenant aucun compte de l'élection
qui venait d'être faite, se fit proclamer par ses partisans, et
l'imprudent, qui avait osé accepter l'empire, alla expier dans un
cachot un règne de quelques heures. Ces évènements se passèrent le 26
janvier 1204.

Ce nouvel usurpateur au moins n'était pas indigne du rôle de
défenseur de son pays[230]. Il suppléa par son activité au peu
d'énergie de son peuple, multiplia les périls autour du camp des
croisés, fit plusieurs tentatives pour détruire leur flotte, exécuta
de nombreuses sorties, se montrant dans tous ces combats une massue
de fer à la main. Ces expéditions n'étaient pas heureuses, mais elles
fatiguaient une armée qui diminuait tous les jours, et, pendant
les trois mois qu'elles durèrent, un meilleur ordre s'établissait
dans les finances; la confiscation des biens de tous ceux qui
s'étaient enrichis aux dépens de l'état, sous les règnes précédents,
fournissait au trésor des ressources, qui dispensaient de recourir à
de nouveaux impôts. Les murailles de Constantinople étaient réparées,
exhaussées; elles se couvraient de machines de guerre; on élevait,
sur les tours déjà existantes, des retranchements, et d'autres tours
de plusieurs étages, en charpente, pour conserver l'avantage de la
position sur les assaillants. Murtzuphle essaya même de conjurer la
guerre par la ruse ou la négociation: il fit demander une entrevue
à laquelle les barons ne consentirent qu'avec répugnance. Ce fut le
doge qu'ils chargèrent de les représenter. Dans cette conférence on
mit à la paix trois conditions; la première, qu'il serait payé aux
croisés une contribution[231]; la seconde, que le nouvel empereur
leur fournirait un secours pour la conquête de la Terre-Sainte; enfin
qu'il se soumettrait à l'église romaine. C'étaient, comme on voit,
les conditions qui avaient été souscrites par Isaac et par Alexis;
Murtzuphle refusa de se soumettre à la troisième, et il fallut se
préparer de part et d'autre à des actions de guerre plus décisives.

[Note 230: GIBBON, ch. 60.]

[Note 231: Nicétas, _Hist. d'Alexis Ducas_, ch. 2, et d'après
lui, Gibbon et Le Beau, attestent cette négociation. Quant à la
somme demandée, on l'exprime fort différemment. Le Beau dit cinq
mille livres d'or, et Gibbon, qui suit en cela l'historien grec,
cinquante mille, qu'il évalue à quarante-huit millions. L'or valant
à-peu-près quatorze ou quinze fois l'argent, cinq mille livres d'or
équivaudraient à environ 150 mille marcs d'argent. Il y a apparence
que cette somme était le reste des 200,000 marcs promis par Isaac
et par Alexis. Mais, s'il fallait admettre la version de Gibbon, la
contribution demandée à Murtzuphle se serait élevée à 1,500,000 marcs
d'argent, et il n'y aurait plus aucune proportion entre cette seconde
contribution et la première.]

Les croisés faisaient la guerre contre Murtzuphle en sûreté de
conscience et avec tout le zèle du prosélytisme. C'était un
usurpateur: les Latins oubliaient que leurs secours n'avaient pu
rendre les droits d'Isaac plus légitimes; mais combattre un prince,
qui refusait de se soumettre à l'église romaine, leur semblait une
guerre sainte, une manière d'acquitter leur voeu. «C'est une guerre
juste, disaient les évêques qui avaient suivi l'armée; le meurtrier
de son seigneur n'a droit de posséder aucune terre, tous ses
adhérents participent au crime, et en outre ils se sont soustraits à
l'obédience de Rome: pourquoi nous vous disons que la bataille est
légitime. Si vous avez la pieuse intention de conquérir le pays et
de le ranger sous l'autorité du pape, vous mériterez les indulgences
et les pardons qu'il a octroyés à ceux qui mourraient confessés et
repentants de leurs fautes[232].»

[Note 232: VILLEHARDOUIN, § 117.]

[Note en marge: XXXI. Traité entre les croisés, par lequel ils se
partagent d'avance l'empire.]

Ces exhortations donnèrent aux barons une telle assurance qu'ils
signèrent avec le doge un traité pour le partage de l'empire, qu'ils
se promettaient de conquérir. Ce traité, que Dandolo rapporte dans
sa chronique[233], est du mois de mars 1204. Le premier article
était relatif au partage du butin: on promettait de le mettre
fidèlement dans un dépôt commun, de le répartir également entre les
deux nations, et de prélever sur la part des Français la somme qui
restait due par eux aux Vénitiens. Quant aux approvisionnements, il
devait en être fait deux parts égales pour la subsistance de l'armée
et de la flotte. Les Vénitiens devaient être rétablis dans tous les
priviléges dont ils avaient joui. Aussitôt après la conquête, douze
électeurs, dont six Français et six Vénitiens, devaient nommer un
empereur à la pluralité des suffrages: le patriarcat de l'empire
et l'église de Sainte-Sophie devaient appartenir à la nation dont
l'empereur ne serait pas. Il était stipulé qu'on prélèverait sur
toutes les terres conquises un quart des provinces et un quart de la
capitale, pour former les états du nouvel empereur; que, des trois
autres quarts, une moitié formerait le lot des Vénitiens et l'autre
serait répartie entre les barons français; que douze commissaires
seraient désignés, pour assigner à chaque baron les provinces qui
devaient être son partage; que les barons les posséderaient à titre
de souveraineté transmissible à leur descendance, masculine et
féminine, mais comme feudataires de l'empire, et qu'en cette qualité
ils prêteraient tous, à l'exception du duc de Venise, hommage à
l'empereur. Enfin les Français et les Vénitiens s'engageaient à
prolonger encore leur séjour dans l'empire grec jusqu'au dernier
jour de mars de l'année suivante, pour y affermir la puissance du
nouveau souverain.

[Note 233: Liv. 10, ch. 3, par. 32.]

On connaît peu d'actes diplomatiques aussi importants, et qui aient
été suivis d'une exécution aussi littérale: il était donné à ces
vaillants hommes d'écrire d'avance l'histoire de l'empire qu'ils
allaient attaquer.

[Note en marge: XXXII. Assaut de Constantinople, 9 avril 1204. Les
croisés sont repoussés.]

Leurs préparatifs étaient faits; les pertes que l'armée avait
essuyées ne permettaient plus de faire les approches de deux côtés
différents; se borner à un assaut par terre, c'était se priver du
secours de la flotte et des soldats vénitiens, dont l'attaque avait
eu un plein succès lors du premier siége. On se détermina à embarquer
toute l'armée, et à donner l'assaut du côté de la mer. Quelques
officiers avaient proposé d'attaquer de préférence le front de la
place qui s'étendait le long de la Propontide, et qu'ils jugeaient
le plus faible; mais les Vénitiens représentèrent que, si on faisait
l'attaque hors du port, le courant entraînerait les vaisseaux
et rendrait l'abordage plus difficile. Il fut donc décidé qu'on
donnerait l'assaut là même où les Vénitiens l'avaient déjà donné la
première fois, vers cette partie de la ville qui avait été incendiée.
Murtzuphle, qui prévit ces dispositions, fit dresser sa tente au
milieu des décombres et attendit les assaillants.

Le 9 avril, la flotte, qui formait une ligne d'une demi-lieue de
longueur, quitta le rivage de Péra pour traverser le port, et l'armée
vint aborder au pied des murs de Constantinople, tandis que du haut
de leurs huniers les Vénitiens, impatients de combattre avec la
lance, jetaient des ponts sur les tours. Tout le front de la ville
était attaqué à-la-fois et par-tout avec une égale impétuosité, mais
tous les efforts des assiégeants ne purent compenser l'infériorité
de leur nombre et le désavantage de leur position. Après plusieurs
heures de combat il fallut se décider à la retraite, et ce ne fut pas
sans beaucoup de difficultés et de dangers que ceux qui avaient mis
pied à terre regagnèrent leurs vaisseaux. Leur perte avait été fort
considérable; les Grecs triomphaient; mais les barons, dès le soir
même, résolurent un nouvel assaut, qui eut lieu trois jours après
et sur le même point. On enchaîna deux à deux les gros vaisseaux
qui devaient attaquer les tours; on promit cent marcs d'argent aux
premiers soldats qui atteindraient le haut de la muraille.

[Note en marge: XXXIII. Nouvel assaut. Prise de Constantinople. 12
avril 1204.]

Le combat commença au point du jour. Les croisés appliquèrent leurs
échelles au rempart. Les assiégés les combattaient avec la lance ou
l'épée, et les écrasaient avec des pierres ou des poutres qu'ils
faisaient rouler sur eux. Les gros vaisseaux n'avaient pu encore
aborder; il était midi, et les Grecs avaient repoussé toutes les
attaques, lorsque le vent, venant à fraîchir, poussa contre une tour
deux bâtiments nommés le Pélerin et le Paradis, que montaient les
évêques de Troyes et de Soissons. L'échelle du Pélerin atteignit le
rempart; soudain un Français, André d'Urboise, et Pierre Alberti,
vénitien, s'élancent, franchissent ce périlleux passage et sont
suivis de quelques braves; la bannière des évêques est plantée sur
le rempart; cette vue redouble l'ardeur des assaillants, quatre
tours sont emportées, trois portes cèdent aux coups du bélier, les
chevaliers sautent sur leurs chevaux et se précipitent dans la
ville[234] à la tête de toute l'armée.

[Note 234: Nicétas dit: Un cavalier nommé Pierre, grand comme un
géant, coiffé d'un casque presque aussi haut qu'une tour, et capable
de mettre seul en fuite toute une armée, entra par la porte du
Pitrion. _Hist. d'Alexis Ducas_, chap. 2.]

Murtzuphle avait rangé sa garde en bataille pour les recevoir;
mais il se vit abandonné et contraint de se retirer dans le palais
de Bucoléon; le carnage devint épouvantable. Cependant la nuit
approchait; il eût été imprudent de laisser l'armée se répandre sans
ordre dans une ville immense: les chefs l'arrêtèrent, pour se tenir
à portée de leurs vaisseaux, et prirent poste au pied des tours, près
des portes dont ils venaient de s'emparer. Soit que l'on craignît
quelque attaque, soit que l'on voulût établir des communications plus
faciles, les assiégeants eurent encore recours au funeste expédient
de l'incendie; le feu dévora cette nuit plus de maisons que n'en
contiennent, suivant l'expression de Villehardouin, trois des plus
grandes villes de France; c'était la troisième fois, dans moins d'un
an, que Constantinople éprouvait ce terrible fléau.

[Note en marge: Fuite de Murtzuphle. Nomination d'un nouvel empereur.
Sa fuite.]

Au point du jour les Latins croyaient avoir encore beaucoup à faire.
Ils étaient sous les armes et s'attendaient à combattre un mois
entier, pour emporter tant de palais, tant d'églises, qui pouvaient
offrir des points de résistance, et pour soumettre une innombrable
population; mais pendant la nuit Murtzuphle, après avoir inutilement
parcouru la ville pour rallier ses soldats, avait désespéré de sa
cause, s'était jeté dans un vaisseau, et s'était enfui vers la Thrace.

Qui croirait que dans cette ville en flammes, dont une partie était
déjà occupée par l'ennemi, et dont le reste devait être saccagé
au point du jour, il se trouva des hommes assez aveugles pour
ambitionner un trône prêt à crouler, et ensanglanté depuis six mois
par trois empereurs? Dès qu'on eut appris la fuite de Murtzuphle,
le patriarche, le clergé, les sénateurs, le peuple, coururent à
Sainte-Sophie; là, deux concurrents passèrent le reste de cette
nuit déplorable à briguer un diadême en lambeaux. On proclama
Théodore Lasearis, prince digne sous plusieurs rapports d'une
couronne. Il harangua, avec toute l'éloquence naturelle aux Grecs,
ces soldats prêts à passer sous le joug, ce peuple menacé du plus
honteux esclavage. Il voulut les exciter à faire un dernier effort
pour repousser l'étranger; mais, les trouvant incapables d'aucune
résolution généreuse, il fut réduit à se sauver avant que le soleil
eût éclairé ce règne d'un moment.

À peine le jour commençait-il à paraître que les vainqueurs,
impatients de dévorer leur proie, virent venir à eux de longues
files d'habitants, précédés de prêtres, qui portaient des croix
et des reliques. Ces suppliants se prosternèrent pour demander la
vie: c'était de leurs richesses que les soldats étaient altérés,
après un an de misère et de privations. Maître dès-lors de la ville
de Constantin, qui venait de succomber pour la première fois, les
chefs dirigèrent leurs troupes dans les différents quartiers, pour
s'emparer des postes principaux.

Le marquis de Montferrat, en entrant dans le palais impérial, le
trouva plein des plus illustres captives. C'étaient, parmi beaucoup
de femmes du sang royal, ou des premières maisons de l'empire, la
soeur du roi de France Louis VII, veuve des deux empereurs[235],
et Marguerite de Hongrie, en deuil depuis deux mois de l'empereur
Isaac. La beauté de celle-ci frappa d'admiration tous ces guerriers,
à qui l'ardeur du combat laissait quelque chose de farouche. Le chef
des croisés, le marquis de Montferrat, ne put se défendre d'une
impression que ses compagnons éprouvaient. Pour être digne de la
plus belle des impératrices, il ne lui manquait qu'un trône, et sa
vaillance venait de le lui conquérir.

[Note 235: Alexis Manuel, fils de Manuel Comnène et Andronic.]

[Note en marge: XXXIV. Pillage de Constantinople.]

Cependant la ville était en proie à l'avidité et à la licence
des soldats répandus dans tous les quartiers; les habitations
des citoyens, les magasins du commerce, les palais, les églises,
étaient fouillés sans égards pour l'humanité, sans respect pour la
majesté des lieux. Les historiens, qui ont le plus soigneusement
évité l'exagération dans le récit de ces malheurs, évaluent à deux
mille le nombre des habitants qui furent victimes de l'irruption
des vainqueurs ou des excès qui la suivirent. Ni les ordres des
généraux pour faire respecter la faiblesse et l'infortune; ni
l'excommunication dont les évêques menaçaient quiconque détournerait
une partie du butin, ou pillerait les temples; ni la sévérité du
comte de Saint-Paul qui fit pendre un chevalier; rien ne put arrêter
les désordres jusqu'à ce qu'enfin l'avarice fût assouvie. Les
soldats, après avoir pillé les demeures des particuliers, menaçaient
ou torturaient les propriétaires, pour leur arracher l'aveu de
quelque trésor caché; et un premier aveu, loin de satisfaire une
avidité insatiable, devenait le prétexte de nouveaux tourments.
Les habitants se jetaient aux genoux de tous les officiers, en
faisant des signes de croix, pour faire comprendre qu'ils étaient
chrétiens, et croyant voir dans chacun d'eux le chef de l'armée, ils
s'écriaient: «Saint roi marquis, ayez pitié de nous.»

Tout ce qu'on put faire en faveur de ces malheureux ce fut de laisser
les portes de la ville ouvertes, afin qu'ils pussent au moins, en
abandonnant leur fortune, échapper aux derniers outrages, et voir
de loin brûler leurs maisons. Ils erraient dans la campagne, les
uns avec leurs enfants éplorés, les autres encore plus à plaindre,
seuls, séparés de leur famille et incertains de son sort. Dans leur
fuite, les riches empruntaient des haillons pour devoir leur sûreté à
la livrée de l'indigence, les pères couvraient de boue le visage de
leurs filles, afin de les dérober à la brutalité des soldats[236].
Les sénateurs, le patriarche lui-même, sans suite, presque sans
vêtements et monté sur un âne, parce qu'il avait été dépouillé de sa
chaussure, suivaient le rivage de la mer, cherchant un esquif qui les
emportât, à travers d'autres périls, loin de cette terre désolée.

[Note 236: C'est l'aventure du sénateur Nicétas qu'il rapporte
lui-même dans son récit des évènements qui suivirent la prise de
Constantinople, ch. 2.]

À côté de ces scènes de douleur, le pillage en offrait de hideuses
et de risibles. Les soldats de la croix brisaient les châsses
des saints, violaient les tombeaux, enfonçaient les tabernacles,
profanaient les vases sacrés, dispersaient ce que la religion a de
plus vénérable, arrachaient les balustres d'argent de Sainte-Sophie,
et, pour enlever ces dépouilles, amenaient dans le sanctuaire des
chevaux qui le souillaient. Leur fanatisme ne croyait pas commettre
une impiété en profanant les temples des schismatiques, ils
insultaient au culte de leurs ennemis. Une prostituée vint s'asseoir
dans la chaire patriarcale, et les pélerins s'enivrant dans le
calice et dans le ciboire, dansaient aux chansons de cette fille de
Bélial[237].

[Note 237: Voici le récit d'un témoin oculaire: «Quod auditu
horrendum est, id tum erat cernere, ut divinus sanguis et corpus
Christi humi effunderetur et abjiceretur. Qui autem pretiosas
eorum capsulas capiebant ipsas confractas pro patricis et poculis
usurpabant. Muli et jumenta sellis instrata usque ad templi adita
introducebantur quorum nonnulla cum ob splendidum et lubrium solum
pedibus insistere nequirent prolapsa confodiebantur ut effusis cruore
et stercore sacrum pavimentum inquinaretur. Imo et muliercula quædam
cooperta peccatis, Christo insultans et in patriarchæ solio consedens
fractum canticum cecinit, et sæpe in orbem rotata saltavit, etc.

                        (NICÉTAS, _Hist. d'Alexis Ducas_, ch. 3 et 4.)

Le traducteur latin n'a pas tout dit; l'historien appelle cette
femme une prostituée chargée de péchés, une servante du diable, une
prêtresse des furies, une boutique de sortiléges. Tous ces détails
sont rapportés par Gibbon, l'abbé Fleury, M. Simonde-Sismondi, et
tous les autres historiens.]

Pendant que les soldats s'abandonnaient à ces excès, d'autres croisés
se livraient avec non moins d'ardeur à une autre espèce de pillage.
Ici je laisse parler l'auteur de l'histoire ecclésiastique[238].
«Martin abbé de Paris au diocèse de Basle vint pendant le pillage
à une église qui était en grande vénération. On y avait apporté de
tout le quartier de grandes sommes d'argent et de précieuses reliques
des églises et des monastères voisins. Plusieurs étant donc entrés
dans l'église, pour la piller, l'abbé Martin s'avança dans un lieu
plus secret où il crut trouver ce qu'il cherchait. Il y rencontra un
vieillard de bonne mine avec une grande barbe blanche, et lui dit
d'un ton menaçant: Allons, maudit vieillard, montre-moi les plus
précieuses reliques que tu gardes; autrement tu es mort. Le prêtre
grec effrayé par le ton de sa voix, car il n'entendait pas les
paroles, commença, pour l'adoucir, à lui parler en langage franc,
et l'abbé, qui n'était point en colère, lui fit entendre ce qu'il
désirait de lui.

[Note 238: Liv. 76e.]

«Alors le grec, l'ayant considéré et jugeant que c'était un
religieux, crut plus tolérable de lui confier des reliques que de
les abandonner à des séculiers, qui les profaneraient de leurs
mains sanglantes, et lui ouvrit un coffre ferré où l'abbé enfonça
les deux mains avec empressement, et emplit de ce qu'il jugea le
plus précieux son habit retroussé exprès. Ces reliques étaient, du
sang de Notre-Seigneur, du bois de la vraie croix, des os de saint
Jean-Baptiste, un bras de saint Jacques, et grand nombre d'autres.

«Galon de Sarton, chanoine de Saint-Martin de Péquigny, prit d'abord
dans le pillage le chef de saint Christophle, le bras de sainte
Eleuthère, et quelques autres reliques. Se promenant dans un vieux
palais demi-ruiné, il aperçut une fenêtre bouchée de foin et de
paille, où il soupçonna qu'il y avait des reliques, et en effet il
trouva deux vases dont l'un contenait le doigt, l'autre le bras
de saint George; mais, craignant d'être surpris, il les remit. Le
lendemain, fouillant plus avant, il trouva deux bassins d'argent avec
leurs étuis, qu'il emporta, et connut, par les inscriptions, que dans
l'un était le chef de saint George, et dans l'autre le chef de saint
Jean-Baptiste. Pour les transporter plus facilement et plus sûrement,
Galon rompit les grands bassins qu'il vendit, puis il s'embarqua et
porta ces reliques dans la cathédrale d'Amiens.»

Parmi toutes ces circonstances du sac de Constantinople, ces
horreurs, ces orgies, ces excès d'avarice, quelques traits
caractérisent la dévotion grossière des Occidentaux, beaucoup
attestent leur orgueilleuse ignorance. Les Grecs étaient un peuple
corrompu, avili, mais fort supérieur alors aux Latins dans tout ce
qui tenait à la culture des arts et des lettres; on ne le vit que
trop à la manière dont les vainqueurs profanèrent les monuments
qui décoraient l'ancienne Byzance. Ces vainqueurs parcouraient
Constantinople, parés avec tout le faste de l'Orient, et portant des
plumes et des écritoires en dérision de la science des vaincus.

[Note en marge: XXXV. Partage du butin.]

Quand les chefs commencèrent à croire que leur voix pouvait être
entendue d'une soldatesque effrénée, ils ordonnèrent d'apporter
dans un dépôt commun tout ce qui avait été trouvé dans le pillage.
On ne pouvait pas s'attendre à une restitution fidèle; cependant
il se trouva que la masse du butin à partager s'élevait à quatre
cent mille marcs d'argent. Un quart fut réservé pour l'empereur qui
devait être élu; le reste fut partagé également entre les Vénitiens
et les Français. La part de ceux-ci fut donc de cent cinquante
mille marcs. Ils commencèrent par en prélever cinquante mille, pour
s'acquitter envers les Vénitiens de ce qu'ils leur devaient encore;
de sorte qu'il resta cent mille marcs à répartir entre tous ceux qui
composaient l'armé. Chaque fantassin eut cinq marcs, chaque homme de
cheval le double, et chaque chevalier ou prêtre le quadruple; ce qui
prouve qu'il ne restait pas plus de quinze mille hommes dans l'armée
des Français.

Mais la somme régulièrement partagée n'était qu'une faible partie de
ce que le pillage avait produit. Villehardouin évalue le butin des
Français à quatre cent mille marcs, sans compter ce dont on n'eut pas
connaissance. Or, si on ajoute à cette somme une somme égale pour
les Vénitiens, les cinquante mille marcs qu'on préleva pour leur
créance, et les cent mille qui furent mis en réserve pour l'empereur,
on trouvera un total de 950 mille marcs; à quoi il faut ajouter les
parts des seigneurs, sans doute bien plus considérables, les rapines
ignorées, les objets vendus, estimés à vil prix ou détruits; et si
on considère que cette ville, où l'on faisait un pillage équivalent
au moins à deux cents millions de notre monnaie d'aujourd'hui[239],
venait d'être ravagée par trois incendies effroyables, on se fera
quelque idée de la richesse de cette capitale.

[Note 239: En supposant que depuis 1204 l'argent n'ait perdu que les
trois-quarts de sa valeur.]

L'esprit spéculateur des Vénitiens se montra au milieu de ce désordre
général, dont ils entrevirent l'occasion de profiter. Ils proposèrent
de se charger de tout le butin, et de donner cent marcs d'argent
à chaque homme de pied, deux cents à chaque homme de cheval, et
quatre cents aux chevaliers et aux prêtres. Ce marché ne fut pas
accepté; mais cette offre prouverait que la somme trouvée était bien
plus considérable que celle dont on a cherché ci-dessus à établir
l'évaluation.

Les reliques furent partagées avec le même soin que les richesses,
sauf les pieux larcins dont nous avons cité quelques exemples. Le
doge envoya à Venise une portion de la vraie croix, un bras de saint
George, une partie du chef de saint Jean-Baptiste, le corps de
sainte Luce, celui du prophète saint Siméon, et une fiole du sang de
Jésus-Christ.

L'avidité spécule sur-tout: les reliques vraies ou supposées
devinrent un objet de commerce.

Il y avait à Constantinople d'autres trophées dont les guerriers
occidentaux ne connaissaient pas encore le prix. Tout ce que les
lettres grecques et latines avaient produit, tout ce que le savoir
avait confié au papier, était recueilli depuis neuf siècles dans de
vastes bibliothèques, que les soldats dispersèrent ou que la flamme
dévora. On doit déplorer cette perte; mais il n'est pas possible de
l'apprécier.

La magnificence des empereurs avait embelli la capitale de tous les
monuments des arts: la Grèce, l'Égypte, Rome elle-même, avaient été
mises à contribution pour décorer Byzance. On citait une multitude
d'ouvrages célèbres dans lesquels les vainqueurs ne virent que
les objets d'un luxe inutile ou une matière qui, pour recouvrer
quelque valeur, devait être rendue à des usages grossiers. Les
statues de marbre furent mutilées; on fondit celles d'airain; et,
de tant de chefs-d'oeuvre, on ne connaît aujourd'hui que quatre
chevaux de bronze doré, qui étaient placés dans l'hippodrome de
Constantinople[240], et que Dandolo envoya à Venise, où on les éleva
sur le portail de St.-Marc. C'est ce même trophée que nous avons vu
devenir ensuite pour la France un juste monument d'orgueil et de
douleur[241].

[Note 240: Nicétas dit que, sur la tour de l'Hippodrome, il y avait
quatre chevaux dorés vis-à-vis l'un de l'autre.

                          (_Hist. de_ Manuel COMNÈNE, liv. 3, ch. 5.)]

[Note 241: Furono portati a Venesia quatro cavalli grandi di bronso
dorati ch'erano a Constantinopoli, i quali furono fatti in Persia,
e quando i Romani acquistarono la Persia, tolsero i quatro cavalli
e li fecero portare alla marina, e fecero mettere sulle loro
monete e medaglie nel rovescio i detti quatro cavalli e portati
poi a Roma, demum Constantino imperator romano quando andò ad
abitare a Constantinopoli, cioè a edificare la detta città, tolse
i detti quatro cavalli di Roma, e li porto con lui, ed è opera
excellentissima ben gittata e netta. Uno de' quali cavalli era sulla
galera di ser Dominico Morosini e per sinistro si ruppe un piede
di dietro, e giunti a Venesia e scaricati furono posti sopra la
chiesa di S. Marco; ma il signor Morosini volle tenere per memoria
quel piede. Onde la signoria ne fece far un altro e aggiungerlo al
cavallo, come al presente appare; ed io ho veduto il delto piede.

                        (Marin SANUTO, _Vite de' Duchi. A._ DANDOLO.)]

[Note en marge: XXXVI. Élection d'un empereur latin.]

Il y avait un mois que les croisés dominaient dans Constantinople
au seul titre de vainqueurs. Ils s'occupèrent enfin du choix d'un
souverain, et, conformément à leurs conventions, désignèrent des
électeurs pour y procéder. De la part des Français on nomma six
ecclésiastiques, afin d'être plus sûr de leur impartialité dans un
choix dont ils ne pouvaient être l'objet. Ce furent le légat du pape,
Pierre, évêque de Bethléem; Conrad, évêque d'Halberstadt; Jacques de
Vitry, évêque d'Acre; l'abbé de Loces, au diocèse de Verceil, et les
deux prélats dont les bannières avaient été arborées les premières
sur les tours de Constantinople, Garnier, évêque de Troyes, et
Nevelon, évêque de Soissons. Les électeurs vénitiens furent Vital
Dandolo, amiral de la flotte; Othon Querini, Bertuce Contarini,
Nicolas Navagier, Pantaléon Barbo. Les auteurs ne s'accordent pas
sur le sixième; les uns le nomment Jean Balegio, les autres Jean
Michieli. C'est un devoir de l'histoire de conserver les noms des
hommes qui ont pris une noble part aux grands évènements. Ce sont là
les véritables titres de noblesse des familles, c'est la plus belle
récompense de l'héroïsme ou de la capacité.

Entre tous les seigneurs qui avaient eu part à cette grande conquête,
trois, déjà élevés à la dignité de souverain, paraissaient devoir, à
raison de leur rang et de leurs services, exclure tous les autres et
balancer les suffrages. C'étaient le marquis de Montferrat, général
de la croisade; Baudoin, comte de Flandre, qui en avait été le
promoteur, et le doge Henri Dandolo.

Le premier, que sa réputation militaire avait appelé à la tête
de cette expédition, venait de donner une nouvelle preuve de ses
talents. Le second, âgé seulement de trente-deux ans, était le plus
puissant des princes de l'armée. Le troisième presque centenaire,
avait montré une force de tête et de caractère qui avait vaincu tous
les obstacles, sans cesse renaissants dans une si grande entreprise.

[Note en marge: On propose le doge.]

Mais il était peu naturel de placer sur un trône qu'on venait de
fonder, un vieillard qui ne pouvait manquer d'éprouver bientôt la
débilité de son âge. D'une autre part, il y avait à considérer que,
si la couronne était déférée au doge, les Vénitiens se trouveraient
possesseurs de plus de la moitié de l'empire; qu'il n'y avait pas
seulement à le garder, mais à le conquérir; qu'ils avaient pour
cela peu de forces de terre; qu'il était à craindre que les barons,
peu satisfaits de leur lot, ne retirassent leurs troupes, ce qui
pouvait entraîner la perte de toutes ces conquêtes. Malgré ces
raisons, la majorité des électeurs penchait pour Henri Dandolo;
on allait recueillir les voix, lorsqu'un des Vénitiens, Pantaléon
Barbo, représenta que ce choix, quelque honorable qu'il fût, était
plus dangereux que profitable pour la république. Plus la place de
doge devenait importante, plus il était à craindre qu'un si haut
prix offert à l'ambition n'excitât des factions, et par conséquent
des troubles. La république ne serait peut-être pas assez puissante
pour garder l'empire; et le doge empereur serait trop puissant pour
respecter toujours les droits de la république. Il n'était pas dans
la nature des choses que l'empire d'Orient dépendît d'une ville
éloignée et sans territoire. La réunion de ces deux gouvernements en
entraînait la translation à Constantinople; et alors Venise devenait
sujette pour avoir voulu être souveraine. Proposer au vénérable doge
de devenir empereur en cessant d'être Vénitien, c'était lui donner
une trône sans les moyens de s'y maintenir, et priver la république
d'une de ses plus illustres familles.

[Note en marge: Baudouin, comte de Flandre, proclamé empereur.]

Ces représentations, si sages et si généreuses, déterminèrent les
électeurs à choisir entre le comte de Flandre et le marquis de
Montferrat. On a dit que les Vénitiens écartaient celui-ci, parce
qu'ils craignaient un si grand accroissement de puissance, donné
à un prince déjà établi dans le nord de l'Italie. Cette crainte
ne paraissait pas fondée. La petite souveraineté que le marquis
de Montferrat possédait au pied des Alpes, ne pouvait faire aucun
ombrage à la république. Quoi qu'il en soit, le 9 mai, après une
délibération qui durait depuis le matin, la pluralité des suffrages
se réunit en faveur du comte de Flandre, et à minuit l'évêque de
Soissons ayant proclamé ce choix du haut d'un balcon du palais, toute
la ville retentit du cri de Vive l'empereur Baudoin!

Le marquis de Montferrat fut le premier à lui baiser la main, avec
une noble abnégation de ses prétentions. Le nouvel empereur fut élevé
sur le bouclier. Ce bouclier était soutenu par le doge, le marquis de
Montferrat, le comte de Blois, et le comte de Saint-Paul.

[Note en marge: XXXVII. Partage des provinces.]

Il avait été convenu que celui des deux concurrents français qui
ne serait pas élevé au trône, aurait, avec le titre de roi, l'île
de Candie et tout ce que l'empire possédait au-delà du Bosphore:
ce fut le lot du marquis de Montferrat. Mais il demanda et obtint
d'échanger le pays situé sur la côte d'Asie, contre la province de
Thessalonique, voisine des états du roi de Hongrie, dont il devenait
le beau-frère en épousant Marguerite, veuve de l'empereur Isaac.

On procéda au partage des provinces; plusieurs avaient été démembrées
depuis long-temps, et de tout ce qui restait, les croisés n'avaient
encore pu conquérir que les environs de la capitale. Il paraît
que ceux qui firent cette distribution n'étaient pas suffisamment
instruits de l'étendue de l'empire. On donna des principautés en
Asie à ceux qui voulurent tenter d'en aller prendre possession. Mais
comment faire des conquêtes avec une armée réduite à moins de quinze
mille hommes, divisée entre tant de nouveaux souverains? Il était
évident que ce partage de l'empire devait ruiner en peu de temps la
puissance des Latins dans l'Orient. Assez forts pour détruire, ils ne
l'étaient pas assez pour conserver. Quand on lit, dans Villehardouin,
les conquêtes que tel ou tel prince entreprenait avec cent ou six
vingts chevaliers, on croit lire les expéditions des lieutenants de
Pizarre ou de Fernand Cortez; et l'on est humilié de voir les fils
des Grecs et les restes de l'empire romain traités avec ce mépris.

Il n'est guère possible de dire avec exactitude quel fut le pays
qui échut à chacun des copartageants. L'acte de partage a bien été
conservé par les historiens[242]; mais il y a beaucoup de noms
qui sont méconnaissables, et, chose étonnante, on n'y trouve pas
l'indication de toutes les villes ou provinces qui appartenaient
alors à l'empire grec.

[Note 242: Il est dans les notes de la _Chronique_ de DANDOLO, liv.
10, ch. 3, par. 33.

Voici textuellement ce qui concerne les Vénitiens:

_Pars terrarum domini Ducis et communis aliàs gentis Venetiarum._

_De primâ parte imperii Romaniæ quæ devenit communi Venetiarum._

  Civitas Archadiopolis,
  Missini,
  Bùlgarifigo,
  Pertinentia Archadiopoli,
  Pertinentia Pictis et Nicodemi,
  Civitas Heracleæ,
  Pertinentia Caludro cum civitate Rodesto et Panedo cum
    omnibus quæ sub ipsis,
  Civitas Adrianopolis, cum omnibus quæ sub ipsâ,
  Casalia Corici vel Coltrichi,
  Pertinentia Brachiali,
  Sageedei vel Saguelai,
  Pertinentia de Muntimanis et Sigopotomo cum omnibus
    quæ sub ipsis,
  Pertinentia Gani,
  Certasca Miriofitum,
  Casalia de Raulatiset Examilli,
  Pertinentia Gallipoli,
  Cortocopi Casalia,
  Pertinentia Peristatus,
  Emborium vel Estborium,
  Lazua et Lactu.

_Hæc est secunda, pars terrarum Dî ducis et communis Venetiarum de
secundâ parte imperii Romani._

  Provinciæ Lacedæmoniæ Miera et Megali Epicephis,
  Parva et magna pertinentia Calobries vel Calobrita,
  Ostrones vel Ostrovos, provincia Colonis, Oréos, Caristos,
  Antrus, Concilani, vel Conchi Latica, Cavisia vel Nisia,
  Egina et Calirus vel Culuris, pertinentia Lapadi,
  Zacinthos, Oprium vel Orili,
  Cæphalonia, Patre, Methone, cum omnibus suis scilicet
    pertinentiis de Brana, pertinentia de Catacha Gomo, cum
    villis, Chiræ hermis filiæ imperatoris, vel kir Alexii, cum
    villis de Molineti, et de cæteris monasteriorum sub quibusdam
    villis, quæ sunt imperatoris, scilicet de Micra, et Megali
    Epicepsi, scilicet parva et magna provincia Ricopalla
    vel Nicopalla, cum pertinentiis de Artha et Bohello, de Anatholico,
    de Lesconis et de cæteris....... et monasteriorum
    cum Cartolaratis.
  Provincia Dirrachii et Arbani, cum Clominissa, vel
    Clavinissa de Vagnetia,
  Provincia de Granina,
  Provincia Drinopoli, provincia Aeridis, Leucas et Coripho.

Muratori, dans son édition de la _Chronique de Dandolo_, rapporte,
à la suite de ce traité, une variante, qu'il dit avoir vue sur le
manuscrit de la bibliothèque Ambrosienne. Il y a quelques noms
écrits différemment, et même quelques-uns de plus ou de moins; mais
il est fort difficile d'expliquer tout-à-fait l'une et l'autre
leçon. Quand les Français et les Vénitiens voulurent se mettre en
possession d'un territoire si imparfaitement connu et si vaguement
désigné dans l'acte de partage, quelques difficultés s'élevèrent
entre les copartageants; mais elles furent terminées à l'amiable
par des arbitres qui, de la part de Henri Baudouin, furent Geoffroy
de Villehardouin et Miles de Brabant; et de la part de Marin Zeno
podestat vénitien, Bartole, Aldibrand, et André Bembo; ils prennent
dans l'acte le titre de _Judices Veneti_. Cet acte est rapporté par
MURATORI, dans ses antiquités du moyen âge. Dissertation 47e, p.
233.]

Ces possessions furent concédées aux barons avec des titres inconnus
jusque alors dans l'Orient. Le comte de Blois fut duc de Nicée;
Villehardouin, maréchal de Romanie. La nouveauté des titres attestait
un grand changement qui s'était opéré dans le système de la société;
et la Grèce dut sans doute être étonnée de voir un comte de Naxe, un
prince de Lacédémone, un duc d'Athènes.

On se partageait, on troquait, on vendait les provinces et les
villes; et ces mutations prouvaient également l'avidité et
l'ignorance des nouveaux possesseurs. Des villes jadis libres étaient
jouées aux dés par des hommes grossiers, qui n'en connaissaient pas
même la position.

[Note en marge: Celles qui échurent aux Vénitiens.]

Je n'ose me hasarder à traduire la liste des pays qui entrèrent dans
le partage des Vénitiens.

Parmi les noms qu'on peut reconnaître, on y remarque, au fond du
Pont-Euxin, Lazi; sur la côte de l'Asie mineure, Nicopolis; dans
le bassin de la Propontide, au nord, Héraclée, Ægos-Potamos et
Rodosto; sur la côte méridionale, Nicomédie; Gallipoli, à l'extrémité
du détroit de l'Hellespont; sur l'Hebre de Thrace, Adrianopolis,
aujourd'hui Andrinople; deux places dans l'île d'Eubée, Oréos et
Caristos; plusieurs ports autour du Péloponnèse, savoir, Égine, dans
le golfe Saronique; Mégalopolis, dans la Laconie; Colone et Méthone,
à la pointe de la Messénie, et Patre, aujourd'hui Patras, au détroit
qui sépare le golfe de Corinthe de la mer Ionienne; enfin toutes les
îles de cette mer, depuis Zante jusqu'à Corfou, et Dirrachium, sur la
côte de la Dalmatie.

Il faut ajouter à ces possessions plusieurs îles de l'Archipel, dont
il n'est pas fait mention dans l'acte de partage: l'île de Candie,
que les Vénitiens acquirent du marquis de Montferrat, le 12 août de
la même année, pour dix mille marcs d'argent[243], et enfin le quart
de la ville de Constantinople. On voit que le traité leur assurait
la possession de ces rivages où la fable ingénieuse avait supposé
autrefois la conquête de la Toison-d'Or. Ce fut à bon droit que le
doge, après avoir chaussé les brodequins rouges, marque de la dignité
impériale, ajouta à ses titres celui de seigneur du quart et demi de
l'empire romain[244].

[Note 243: Marin Sanuto, dans son _Histoire des ducs de Venise_,
rapporte cette transaction. Elle est aussi dans l'histoire des
marquis de Montferrat, par Benvenuto di S. Georgio, lequel dit que
les Vénitiens n'acquittèrent pas entièrement le prix de la vente.
Les auteurs varient sur ce prix. Ducange, dans son histoire de
Constantinople, dit mille marcs d'argent; et en effet, la copie de
l'instrument, rapportée par l'historien du Montferrat, contient ces
mots: «Vos ad præsens mihi dare debetis mille marchas argenti, et
tantas possessiones à parte occidentis quarum redditus decem millia
iperpera auri, juxta existimationem unius mei amici et alterius
vestri, annuatim capiam.»]

[Note 244: Dominus quartæ partis et dimidiæ imperii romani.]

[Note en marge: XXXVIII. Les croisés se réconcilient avec le pape.]

Aussitôt qu'ils furent maîtres de Constantinople, le nouvel empereur,
le marquis de Montferrat et le doge, écrivirent au pape pour le prier
de sanctionner, par son approbation, tout ce qui avait été fait.
L'excommunication avait été lancée contre les Vénitiens à cause de
l'expédition de Zara: le moment était favorable pour demander qu'elle
fût levée; et il devenait nécessaire de réconcilier la république
avec le saint-siége, afin de prévenir toutes les difficultés que
pourrait éprouver, de la part de la cour de Rome, l'élection d'un
Vénitien au patriarcat de Constantinople.

Dandolo, en même temps qu'il rendait compte au pape, avec dignité
et avec mesure, des raisons qui légitimaient l'expédition de la
république contre une colonie rebelle, envoya solliciter l'absolution
auprès du cardinal Pierre de Capoue, légat du saint-siége dans la
Palestine. Ce légat se trouvait alors dans des circonstances fort
difficiles. Le peu de croisés qui étaient allés dans la Terre-Sainte
n'y avaient fait que des efforts infructueux. Pierre de Capoue était
obligé de renoncer, pour le moment, à toute nouvelle entreprise, et
il venait de conclure une trêve de six ans avec les Sarrasins. Il
accorda cette absolution, qui constatait au moins la soumission de la
république. «Les Vénitiens, dit Fleury[245], n'avaient donné aucune
satisfaction; mais le légat aimait mieux les conserver imparfaits
que les perdre entièrement; il craignait qu'ils ne gâtassent les
autres.»

[Note 245: Liv. 76e.]

Le pape ne pouvait pas oublier combien les croisés, et sur-tout les
Vénitiens, s'étaient rendus coupables de désobéissance. Au mépris de
ses anathèmes, ils étaient allés à Zara; au lieu de faire voile pour
la Palestine, ils avaient fait la guerre au roi de Hongrie, chrétien
et même croisé; ils avaient attaqué un autre prince chrétien, avaient
renversé un trône, et s'étaient partagé un empire, sans attendre les
ordres du saint-siége. Cette guerre avait fait manquer l'expédition
de la Terre-Sainte. Aussi la réponse du pape commençait-elle par une
réprimande sévère; il leur reprochait de n'avoir pas accompli leur
voeu, d'avoir préféré les richesses de ce monde aux biens célestes,
d'avoir attaqué sans mission un peuple, schismatique à la vérité,
mais sur lequel ils n'avaient aucune juridiction. Il faisait ensuite
le tableau de toutes les horreurs, de toutes les profanations qui
avaient souillé la prise de Constantinople. Ces crimes ne pouvaient
que détourner les Grecs de revenir au sein de l'église romaine;
«cependant, ajoutait Innocent III, les desseins de la Providence
sont impénétrables. Votre action est injuste, mais les Grecs avaient
péché; Dieu s'est servi de vous pour les punir. Puisque cette terre
vous est acquise par le jugement de Dieu, nous croyons pouvoir vous
autoriser à la défendre. Nous espérons que Dieu vous pardonnera, si
vous gouvernez avec justice, si vous ramenez les peuples à notre
sainte communion, si vous restituez les biens de l'église, si vous
faites pénitence, et sur-tout si vous persistez dans la résolution
d'accomplir votre voeu[246].»

[Note 246: _Codex Italiæ diplomaticus_, tom. II, par. 2, sect. 6, X.]

Le pape envoya un légat à Constantinople, qui vit avec douleur
que les barons et les Vénitiens s'étaient partagé les domaines de
l'église en même temps que le territoire de l'empire.

[Note en marge: XXXIX. Élection d'un patriarche de Constantinople.]

Il restait à élire un patriarche; il devait être pris parmi les
Vénitiens conformément au traité. Le choix tomba sur Thomas
Morosini. Ce choix n'avait rien que de louable; mais le pape jugea
que l'élection n'avait pas été faite dans les formes canoniques;
parce qu'elle avait eu lieu en vertu des ordres ou des pouvoirs
du doge, et qu'elle avait été faite par les nouveaux chanoines de
l'église de Sainte-Sophie, nommés par Dandolo. En conséquence le
pape cassa l'élection; mais, en considération du mérite du sujet, il
nomma lui-même l'élu patriarche de Constantinople. Ce patriarche
se trouvait alors à Rome. Il passa par Venise pour aller prendre
possession de son siége; là le sénat lui fit jurer de ne nommer aux
canonicats de Sainte-Sophie, et de ne promouvoir aux siéges de sa
juridiction que des sujets vénitiens. Le pape, informé de ce serment,
le déclara nul, et défendit à Morosini de le tenir[247].

[Note 247: Cette bulle est dans la vie d'Innocent III, insérée par
Muratori dans sa collection _Rerum italicarum scriptores_, tom.
III, p. 543. On y lit: «Tibi mandamus et in virtute spiritûs sancti
districtè præcipimus quatenùs juramentum illud nequaquàm observes.]

[Note en marge: XL. La république cède des fiefs dans ses nouvelles
conquêtes.]

La république était plus puissante que le nouvel empereur. Elle
venait d'acquérir plusieurs millions de sujets; mais il restait
à les soumettre et à les contenir. Telle était l'entreprise d'un
état, qui, si on ne compte pas la Dalmatie, presque continuellement
révoltée, n'avait guère que deux cent mille âmes de population[248].
Il y avait dans cette conquête un avantage au partage duquel les
belliqueux alliés des Vénitiens ne prétendaient pas: c'était le
commerce.

[Note 248: Dans le tableau rapide des révolutions de l'Italie, placé
à la tête de l'histoire de Florence, Machiavel se borne à dire: «Les
services que les Vénitiens rendirent aux Français pour leur passage
en Asie, leur valurent en récompense l'île de Candie.» Il faut en
convenir, c'est dire trop peu: ils coopérèrent à la conquête, et ils
ne reçurent point l'île de Candie à titre de récompense, puisqu'ils
l'achetèrent. D'autres possessions leur furent cédées, mais à titre
de partage.]

Les nouvelles possessions échues aux Vénitiens par le traité étaient
toutes maritimes, à l'exception d'Andrinople. Elles présentaient
une suite de ports et d'îles, depuis le golfe Adriatique jusqu'au
Bosphore. Dans l'impossibilité où le gouvernement se voyait d'occuper
à-la-fois un si grand nombre de points isolés, il accorda, en 1207,
à tous les citoyens vénitiens la permission d'armer, pour conquérir
les îles de l'Archipel et les ports de la côte, non encore soumis,
à condition qu'ils les tiendraient comme fiefs de la république.
On ne réservait que l'île de Candie et celles de la mer Ionienne.
Cette proclamation ouvrit une nouvelle carrière à l'ambition et à la
cupidité. Les nobles et les marchands vénitiens, citoyens égaux d'une
république où les fiefs étaient inconnus, s'empressèrent de hasarder
leurs richesses pour devenir conquérants et feudataires. La lâcheté
des Grecs leur facilita ces conquêtes.

Marc Dandolo et Jacques Viaro s'emparèrent de Gallipoli, qu'ils
firent ériger en duché.

Les îles de Naxos, Paros, Melos et Horinée, formèrent une
principauté, que la famille de Marc Sanudo conserva près de quatre
cents ans.

Marin Dandolo s'établit à Andros.

André et Jérôme Ghisi prirent Theonon, Sciros et Micone; Pierre
Justiniani et Dominique Michieli, l'île de Céos; Raban Cornaro
s'établit sur les côtes de Négrepont, où il eut de la peine à se
maintenir; et Philocole Navagier porta le titre de grand-duc de
Lemnos.

[Note en marge: XLI. Révolte dans les provinces conquises. 1205.]

[Note en marge: Baudoin et Dandolo partent pour réprimer
l'insurrection.]

Nous avons fait remarquer que la ville d'Andrinople était la seule
possession de la république dans l'intérieur des terres. Cette place
était un poste avancé pour la défense de Constantinople. Elle se
trouvait dans le voisinage d'un prince puissant, auquel les Grecs
avaient eu recours en haine de leurs nouveaux maîtres. Le roi des
Bulgares profita de l'occasion, promit des secours: la révolte éclata
dans toutes les provinces, la garnison vénitienne d'Andrinople fut
obligée de se retirer, et il fallut rappeler des troupes de tout côté
pour aller faire le siége de cette ville. Mais tel était le mépris
des Latins pour le peuple conquis, qu'ils ne voulurent pas admettre
les Grecs dans leur armée, même comme recrues.

[Note en marge: L'empereur est défait et prisonnier. Le doge ramène
l'armée battue à Constantinople.]

Baudouin partit aussitôt de Constantinople avec peu de monde, sans se
donner le temps d'attendre son armée, que dans les circonstances il
était fort difficile de réunir. Le vieux doge, dont l'activité ne se
ralentissait pas, arriva devant la place aussitôt que lui. Le roi
des Bulgares, prompt à la secourir, ne tarda pas à venir attaquer
les assiégeants dans leurs lignes. Ils poursuivirent imprudemment
un corps de cavalerie qui fuyait pour les attirer; l'excès de la
bravoure occasionna une déroute complète; l'empereur tomba entre
les mains des Bulgares, le comte de Blois fut tué. Le doge et
Villehardouin rallièrent les débris de l'armée, et opérèrent la
retraite sur Constantinople, vivement poursuivis par l'ennemi, ayant
à traverser un pays en état de révolte, et laissant l'empereur au
pouvoir d'un vainqueur barbare, qui lui fit indignement couper les
jambes et les bras. Telle fut la destinée d'un jeune prince, que, si
peu de temps auparavant, la fortune avait appelé de si loin au trône
de Constantinople. Mutilé, jeté sur un rocher, il y expira au bout de
trois jours.

Dandolo ramenait, à travers mille périls, les restes d'une armée
qui naguère avait soumis un empire. En considérant que de toute
cette conquête il ne restait que deux ou trois villes, il dut
éprouver cette grave douleur qui, sans les décourager, pèse sur les
âmes fortes, au moment où le fruit de leurs méditations et de leur
constance va leur échapper.

[Note en marge: XLII. Mort de Dandolo. 4 juin 1205.]

La bataille avait été perdue le 14 avril; Dandolo, le promoteur de
cette grande entreprise, qui semblait se terminer d'une manière si
déplorable, succomba, non à un siècle de travaux, non à la douleur,
mais à une maladie, le 14 juin 1205; il fut enterré dans l'église
de Sainte-Sophie. La gloire de ce doge donna lieu à une innovation
remarquable. Il paraît qu'il fut le premier dont on grava le nom sur
les monnaies de la république[249].

[Note 249: Muratori a donné la description et l'empreinte d'une pièce
d'argent portant ces mots: _H. Dandulus._ (_Antiq. italicæ medii
ævi._ _Dissertation_ 27e, p. 648.)]

Si maintenant on se demande quel fut, en dernière analyse, le fruit
de cette conquête, on est obligé de reconnaître que le résultat
en fut très-important pour les Vénitiens, puisqu'elle assura la
splendeur de leur république en lui donnant l'empire des mers;
mais, pour l'Europe, ce résultat fut la perte inutile de beaucoup
de vaillants hommes, l'incendie de Constantinople, la destruction
de monuments précieux, la chute d'un empire, et un démembrement qui
en facilita bientôt la conquête aux barbares. L'unique fruit que
l'Europe paraisse avoir retiré de cette grande révolution, c'est
l'introduction de la culture du millet, dont le marquis de Montferrat
envoya quelques graines à ses états d'Italie[250].

[Note 250: Et donaverunt bursam unam plenam de semine seu granis de
colore aureo et partim albo, non ampliùs anteà visis in regionibus
nostris qui dixerunt detulisse ab unâ provinciâ Asiæ, Natolia dicta
et vocari _Meliga_ quæ tractu temporis magnum redditum et subsidium
patriæ compararet.

Je suis redevable de la connaissance du document, d'où j'extrais ce
passage, à M. Michaud, qui l'a inséré dans les pièces justificatives
de son _Histoire des Croisades_; mais on m'a fait observer que je
m'étais trompé dans ma première édition, en traduisant _Meliga_ par
_Maïs_. Je dois cette correction à M. Dureau de la Malle.]



LIVRE V.

     Pierre Ziani, doge. -- Occupation de Corfou et de Candie. --
     Guerre contre les Génois. -- Révoltes de Candie, 1205-1228. --
     Dogat de Jacques Thiepolo. -- Affaires de Constantinople. --
     Chute de l'empire des Latins en Orient, 1228-1261. -- Nouvelle
     révolte de Candie. -- Rivalité du pape et de l'empereur Frédéric
     II. -- Guerre de Venise contre Erzelin, tyran de Padoue,
     1228-1252. Guerre contre les Génois, 1252-1269. -- Révolte du
     peuple de Venise. -- Changement dans la forme des élections.
     -- Création de la charge de grand-chancelier. -- Disette. --
     Établissement du droit de navigation dans l'Adriatique. --
     Guerres qui en sont la suite. -- Dogat de Laurent Thiepolo,
     de Jacques Contarini et de Jean Dandolo. -- Établissement du
     saint-office à Venise, 1269-1289.


[Note en marge: I. Établissement des correcteurs des lois pendant
l'interrègne.]

La longue absence de Henri Dandolo, ses succès, l'importance
personnelle qu'il s'était acquise, les conquêtes qu'il avait
faites pour la république, tout cela avait placé le gouvernement
vénitien dans une situation absolument nouvelle. On n'avait rien à
reprocher au doge qu'on venait de perdre. Son ambition avait paru
désintéressée; cependant le sénat n'avait pu voir sans inquiétude
le chef de l'état acquérir une si grande puissance. On nomma une
commission de cinq membres, pour proposer dans l'interrègne la
réforme des abus qu'on aurait pu remarquer dans le gouvernement.
L'institution de ces nouveaux magistrats, auxquels on donna le
titre de correcteurs du serment du doge, ayant été maintenue à
chaque vacance du trône, il en résulta que ces censeurs, appelés à
faire l'examen des réformes dont le gouvernement était susceptible,
passèrent de la censure des lois à celle de l'administration, et
de l'administration à l'administrateur, de sorte qu'à la mort de
chaque doge il se trouva un tribunal tout prêt à prononcer sur sa
conduite: et il en fut des doges comme des rois d'Égypte, ils eurent
un jugement à subir après leur mort.

[Note en marge: Pierre Ziani, doge. 1205.]

On donna pour successeur à Henri Dandolo, Pierre Ziani, fils
de l'ancien doge du même nom. Son premier soin fut d'envoyer à
Constantinople un représentant de la république, auquel on donna
le titre de Podestat. Le choix tomba sur Marin Zeno, qui partit
accompagné de quatre conseillers ou provéditeurs.

[Note en marge: II. Départ d'une flotte vénitienne.]

Une flotte de trente-une galères mit à la voile pour aller prendre
possession des îles que la république s'était réservées.

Dans sa route elle rencontra un corsaire génois, qui, bien
qu'accompagné d'une escadre de neuf galères, fut enveloppé, attaqué,
pris, et pendu sur-le-champ.

[Note en marge: Elle s'empare de Corfou.]

Pour un état qui prétendait exercer le droit de souveraineté sur
toute la surface de l'Adriatique, Corfou, qui garde ou menace
l'entrée de ce golfe, était une possession indispensable. Cette île
n'appartenait point alors à l'empire grec, mais elle en avait été une
dépendance. Nous avons rapporté que les princes normands établis dans
la Pouille s'en étaient emparés. Le royaume de Naples avait passé
depuis dans des mains qui n'étaient pas en état de garder ce poste
important. Quand la flotte vénitienne se présenta devant le port,
elle n'éprouva aucune résistance. On s'empressa de mettre quelques
troupes à terre pour prendre possession de la capitale, et on mit à
la voile pour Candie.

[Note en marge: Prend possession de Modone et de Coron.]

En passant devant Modone et Coron, sur la côte du Péloponnèse, on
y jeta de faibles garnisons; la Grèce était au premier occupant.
Étrange exemple des vicissitudes humaines! Athènes, dès qu'elle
apprit qu'on avait vu une flotte vénitienne dans ces mers, se hâta
d'envoyer des députés à Venise pour demander des maîtres.

[Note en marge: Elle occupe l'île de Candie.]

Peu de jours après, on aperçut le mont Ida; la flotte vint jeter
l'ancre sous cette île fameuse, qui ferme l'Archipel, et à qui son
étendue d'environ soixante lieues, sa fertilité, ses cent villes, et
l'avantage de sa position, avaient procuré autrefois la domination de
la Méditerranée.

L'armée vénitienne était sous le commandement de Rainier Dandolo et
de Roger Premareni. La conquête de la ville de Candie ne coûta que
peu d'efforts, et la soumission de tout le pays fut le résultat d'une
campagne. Jacques Thiepolo y fut envoyé pour le gouverner, avec le
titre de duc. Mais cette soumission avait été trop rapide pour être
sincère: d'une autre part, les Génois ne pouvaient voir sans jalousie
les rivaux de leur commerce former de si puissants établissements
dans les mers de l'Orient. Cependant, ne voulant pas en venir dans ce
moment à une guerre ouverte contre la république, ils lui cherchèrent
un ennemi, et déterminèrent le comte de Malthe, par les secours
qu'ils lui fournirent sous-main, à se mettre à la tête des Candiotes
mécontents; de sorte que leur révolte éclata presque immédiatement
après leur soumission.

[Note en marge: III. Révolte de cette île.]

Je ne me propose point de raconter tous les combats que les Vénitiens
eurent à livrer pour conserver la possession de cette île. Ce fut,
de part et d'autre, une suite non interrompue d'efforts pour secouer
le joug et pour l'appesantir[251].

[Note 251:

  En 1207, révolte soutenue par le comte de Malthe.
  En 1220, révolte des Agiostéphanites.
  En 1226, nouvelle insurrection.
  En 1228, révolte soutenue par Jean Vatace, empereur de Nicée.
  En 1241, révolte à l'instigation de Michel Paléologue.
  En 1242, révolte de George et de Théodore Cortazze.
  En 1243, révolte, d'Alexis Calerge, qui dure dix-huit ans.
  En 1324, trois révoltes moins considérables.
  En 1324, révolte de Varda Calerge.
  En 1326, révolte de Léon Calerge.
  En 1327, insurrection apaisée par Justinien Justianiani.
  En 1341, révolte punie par Justiniani et Morosini.
  En 1361, révolte des colons vénitiens de Candie, qui
    dure jusqu'en 1364.
  En 1365, révolte des frères Calerge, calmée en 1366.]

Toujours de nouvelles tentatives de la part d'un peuple moins jaloux
de son indépendance qu'impatient d'une domination lointaine; secours
insuffisants fournis par les ennemis de la métropole; sacrifice
continuel des soldats et des trésors de celle-ci, pour faire rentrer
les révoltés dans le devoir; résultat uniforme des expéditions
maritimes; succès des invasions, toujours rapide, parce qu'elles
sont imprévues, toujours peu durable, parce qu'elles ne peuvent être
soutenues; toutes les descentes suivies d'une occupation facile,
jamais d'une possession paisible; la partie montagneuse du pays
offrant toujours une retraite assurée aux rebelles; les campagnes
commencées par une victoire éclatante, finissant par une guerre de
postes, qui ruine ordinairement le vainqueur; clémence après les
succès incomplets; exécutions après les victoires décisives; c'est
ce que présente cette guerre de cent soixante ans, qui ajoute à la
difficulté de résoudre le problème de l'utilité des grandes colonies.
Les Vénitiens appelaient toutes ces insurrections des révoltes. Ils
prétendaient à la fidélité, à la reconnaissance d'un peuple qu'ils
avaient acheté. Ils attribuaient cette résistance à l'inconstance, à
la perfidie; mais, comme l'a dit un historien très-estimable[252], il
était aussi facile de l'expliquer par des vertus que par des vices.

[Note 252: M. SIMONDE-SISMONDI.]

La première insurrection des insulaires obligea le duc de Candie et
les généraux vénitiens à se rembarquer. La république fit partir de
nouvelles troupes; le comte de Malthe, qui s'était mis à la tête
des révoltés, ne jugeant pas à propos de se sacrifier pour leur
défense, les abandonna, et les Vénitiens furent bientôt maîtres des
principales positions.

On proposa dans le sénat de faire démolir toutes les places
fortifiées de l'île. Rainier Dandolo représenta qu'elles étaient
encore plus utiles aux troupes régulières, mais peu nombreuses de la
métropole, qu'à la population insurgée, et il proposa noblement de
pourvoir, de ses deniers, à l'entretien de ces fortifications. Son
offre ne fut point acceptée, mais son avis prévalut.

[Note en marge: Les Vénitiens y envoient une colonie.]

Il importait d'accoutumer les Candiotes à ne plus considérer la
nation vénitienne comme une nation étrangère; dans cette vue, on
délibéra d'engager les citadins de Venise à former des établissements
dans cette île, à y transporter leur résidence, et, pour les y
déterminer, on confisqua la moitié des terres des révoltés, et on les
distribua aux nouveaux colons[253]: singulier moyen de s'attacher un
peuple, que de le dépouiller, et de vouloir qu'il reconnaisse des
concitoyens dans ceux qui ont envahi son héritage. Tite-Live raconte
qu'après la conquête d'Antium, lorsque le sénat voulut en partager
le territoire et y envoyer une colonie, on eut peine à trouver dans
Rome, encore pauvre, des citoyens qui consentissent à s'expatrier
pour s'enrichir; ils aimaient mieux désirer du bien à Rome, qu'en
posséder à Antium. À Venise on vit partir cinq ou six cents familles,
pour aller fonder la nouvelle colonie.

[Note 253: L'acte de cette concession est rapporté dans l'_Histoire
de Venise_, par André NAVAGIER.]

[Note en marge: Combat contre les Génois.]

Les Génois, voyant les Vénitiens à-peu-près maîtres de Candie,
voulurent couper la communication de cette colonie avec la métropole;
ils envoyèrent une flotte de trente galères croiser à l'entrée de
l'Adriatique. Aussitôt, sans se donner le temps d'armer une flotte
plus considérable, l'amiral Jean Trévisan appareilla de Venise
avec neuf gros vaisseaux, courut sur l'ennemi, qu'il rencontra à
la hauteur de Trapani, sur la côte de Sicile, et l'attaqua sans
s'embarrasser de l'inégalité du nombre. Dès le commencement de
l'action, un de ses vaisseaux tomba au pouvoir des Génois. Trévisan
continua le combat avec fureur, reprit son vaisseau, et vit les
Génois fuir à pleines voiles. Non content de ce succès, il les
poursuivit jusques sur la côte d'Afrique, les attaqua de nouveau,
s'empara de quatre de leurs galères, et, s'acharnant sur ce qui
restait, livra un troisième combat le lendemain. Six galères ennemies
seulement parvinrent à s'échapper. Le sénat de Gênes fut réduit à
demander la paix, que le gouvernement vénitien désirait ardemment,
pour pouvoir à loisir s'établir dans ses nouvelles conquêtes.

Les seigneurs français, qui s'étaient emparés de la principauté de
Négrepont et de l'Achaïe, réclamèrent le secours de la république: en
le leur accordant, elle acquit deux puissants vassaux.

[Note en marge: Colonie envoyée à Corfou.]

Ce qu'elle avait fait pour Candie, elle le fit pour Corfou; une
colonie y fut envoyée.

[Note en marge: Croisade en Égypte.]

Telle était son ambition de former de nombreux établissements dans
l'Orient, qu'elle prit part à une sixième croisade qui se dirigeait
sur l'Égypte. Les Vénitiens y coopérèrent de deux manières, en y
envoyant une flotte et des troupes, et en y transportant celles du
roi de Hongrie, qui, pour prix de ce service, céda à la république
tous ses droits sur les villes de Dalmatie, dont elle était alors
en possession. Cette nouvelle guerre, contre les Sarrasins, n'eut
aucun succès. On prit d'abord Damiette; mais bientôt après, l'armée
chrétienne, se trouvant bloquée dans une position périlleuse, entre
le Nil et l'armée du soudan Mélédin, se vit obligée d'acheter, par la
restitution de Damiette, la permission de se rembarquer. On signa une
trêve de huit ans.

[Note en marge: Révolte de Candie.]

Une seconde révolte éclata dans Candie. Le gouverneur appela à
son secours le prince de Naxe, vassal de la république. Ce prince
aida le duc à soumettre les rebelles; mais choqué des airs de
supériorité qu'affectait celui-ci, il fomenta une nouvelle sédition,
le contraignit à fuir de son palais, sous des habits de femme, à
se réfugier dans un château, l'y investit, et se rendit maître de
l'île. Il fallut faire partir des troupes de Venise en toute hâte,
pour aller délivrer le gouverneur. Ces troupes surprirent Candie,
et obligèrent le duc de Naxe à se rembarquer; mais la révolte ne
tarda pas à se rallumer. Les Candiotes taillèrent en pièces un corps
qui avait voulu les forcer dans leur retraite. Le sénat rappela
successivement ses gouverneurs, jusqu'à ce que l'un d'eux fut assez
heureux ou assez habile pour éteindre l'incendie, ce qui procura à la
colonie un calme de deux ans.

[Note en marge: Abdication et mort de Pierre Ziani.]

[Note en marge: Création de la quarantie civile.]

Il y en avait vingt-quatre que Pierre Ziani régnait. Sentant les
approches de sa fin, il abdiqua sa dignité, et mourut un mois après.
Indépendamment des évènements militaires que nous avons racontés, il
faut rapporter à son dogat l'institution d'un tribunal de quarante
membres, chargé de juger les affaires civiles. L'ancienne quarantie
ne conserva plus dans ses attributions que les affaires criminelles.

[Note en marge: IV. Partage entre les électeurs. Jacques Thiepolo,
doge. 1228.]

L'élection, qui suivit la mort de Pierre Ziani, donna lieu à une
circonstance singulière. Les électeurs étaient, comme nous l'avons
vu, au nombre de quarante; il arriva qu'il y eut partage entre
Rainier Dandolo et Jacques Thiepolo; les épreuves du scrutin furent
vainement répétées pendant deux mois, tant chacun des électeurs
était déterminé à persister dans son choix. Il fallut faire pencher
la balance. Au lieu de nommer quelques électeurs de plus, le sénat
ordonna de s'en rapporter au sort, qui donna pour doge à Venise
Jacques Thiepolo.

L'île de Candie réclama ses premiers soins; cette fois la révolte
y était excitée par l'empereur de Nicée, Jean Vatace. Il avait
envoyé aux rebelles un secours de trente galères et une armée. Les
troupes vénitiennes furent obligées de se renfermer dans leurs forts,
quelques-uns se rendirent; l'insurrection éclata de toutes parts;
mais quand les renforts arrivèrent de Venise, l'armée grecque se
rembarqua, comme avaient fait le comte de Malthe et le duc de Naxe,
laissant les Candiotes sans secours, à la merci d'un maître offensé.

[Note en marge: V. Affaires de l'empire d'Orient.]

Cet empereur de Nicée était un des plus infatigables ennemis de
la puissance des Vénitiens en Orient. Il faut nous reporter à
Constantinople pour assister aux révolutions de ce nouvel empire.

[Note en marge: Henri de Flandre, empereur. 1206.]

Baudouin, premier empereur des Latins, était mort, comme nous l'avons
vu, dans les fers du roi des Bulgares. Henri de Flandre, son frère,
qui avait recueilli les débris de l'armée, fut proclamé empereur.
Il avait à combattre, indépendamment du roi des Bulgares, trois
princes grecs, qui s'étaient établis dans les provinces démembrées
de l'empire; Théodore Lascaris, empereur de Nicée; Michaël Lange,
prince d'Épire, et un Comnène, qui prenait le titre d'empereur de
Trébizonde. L'empire, suivant l'expression d'un historien grec[254],
était devenu un monstre à trois têtes.

[Note 254: NICÉTAS, _Histoire de Baudouin_, ch. 8.]

Avec quatre cents chevaliers seulement, Henri remporta, contre des
armées considérables, des avantages assez éclatants, pour forcer ses
ennemis à demander la paix. Sa bonne administration lui concilia
même, autant que cela était possible, l'affection de ses sujets
grecs. Il eut la sagesse de sentir qu'on ne peut régner sur des
hommes, en affectant de leur refuser toute confiance, et en les
excluant de l'administration de leur propre pays.

Ce même esprit de prudence l'empêchait de favoriser le zèle ambitieux
du légat du pape, qui voulait absolument interdire le culte grec,
et exiger les dîmes pour le clergé latin. Henri s'opposa à toute
persécution; son courage alla jusqu'à encourir les censures. Il les
mérita, en faisant placer son trône dans la cathédrale, au-dessus de
celui du patriarche, et en défendant aux barons d'aliéner leurs fiefs
en faveur du clergé[255]. Ce prince mourut sans héritier, après un
règne de dix ans.

[Note 255: Ce système n'était pas nouveau dans l'administration de
l'empire de Constantinople. Nicétas loue Manuel Comnène (liv. 7, ch.
3) de n'avoir pas doté les églises en biens-fonds: «Comme il savait,
dit-il, que les solitaires perdent quelque chose de la tranquillité
d'esprit, et de l'attention qu'ils doivent apporter au service de
Dieu, lorsqu'ils sont occupés des affaires temporelles, il ne leur
donna ni terres, ni vignes, et il laissa à la postérité un exemple
de la manière dont se doivent faire les fondations de monastères. Il
renouvella une ordonnance par laquelle Nicéphore Phocas, cet empereur
si sage et si avisé, avait défendu aux moines de posséder des terres
et des immeubles.»]

[Note en marge: VI. Pierre de Courtenai, empereur. 1216.]

Sa couronne fut offerte à Pierre de Courtenai, comte d'Auxerre, qui,
vendant à-peu-près tout son patrimoine, et à l'aide des secours du
roi de France, son cousin, (car ils étaient l'un comme l'autre
petits-fils de Louis-le-Gros[256]), parvint à réunir une armée de
cent quarante chevaliers, et d'environ cinq mille hommes, pour venir
prendre possession de l'empire d'Orient.

[Note 256: Reginald de Courtenai, dont l'abbé Suger raconte les
rapines dans ses lettres 114 et 116, maria sa fille Élisabeth à
Pierre de France, septième fils de Louis-le-Gros, en exigeant que
ce prince prît le nom et les armes de la maison de Courtenai; ce
fut de ce mariage que naquit Pierre de Courtenai, empereur de
Constantinople. Ainsi les Courtenai de la branche de France ne
descendaient point de la maison de Courtenai par les mâles, mais par
Élisabeth, fille de Reginald de Courtenai. C'étaient des descendants
de Louis-le-Gros, qui avaient pris le nom de Courtenai, et qui par
conséquent étaient réellement des princes du sang royal de France.
Quand le parlement de Paris voulut rejeter leurs prétentions à ce
titre qu'ils invoquaient contre les maisons de Valois et de Bourbon,
il établit en principe qu'il fallait compter la filiation, non depuis
Louis-le-Gros ou Hugues Capet, mais depuis saint Louis seulement:
«Principis nomen nusquam in Galliâ tributum nisi iis qui per mares e
regibus nostris originem repetunt, qui nunc _tantùm_ à Ludovico nono
beatæ mémoriæ numerantur; nam Cortinæi et Drocences à Ludovico crasso
genus ducentes hodiè inter eos minimè recensentur.» (De THOU.)]

[Note en marge: Il est fait prisonnier en Épire.]

Il eut recours aux Vénitiens pour son passage. La république exigea
que l'empereur et sa petite armée, en reconnaissance de ce service,
lui fissent restituer la ville de Durazzo, que le prince d'Épire
occupait. On l'assiégea, mais sans succès. Débarqué en Épire,
Pierre de Courtenai entreprit de pénétrer par terre jusque dans
ses états. Il fallait traverser ceux de Théodore Lange, à qui on
venait de déclarer la guerre, en attaquant la ville de Durazzo.
Cette imprudence eut le résultat qu'elle devait avoir. L'armée du
nouvel empereur fut retardée, égarée, enveloppée dans sa marche, puis
affamée et réduite à mettre bas les armes. Courtenai et le légat qui
l'accompagnait, se virent prisonniers du despote d'Épire. Le pape
lança les plus terribles anathèmes contre Théodore. Ce prince conjura
l'orage, en renvoyant le légat, et retint l'empereur, qui mourut dans
sa captivité.

[Note en marge: VII. Robert de Courtenai, empereur. 1221.]

[Note en marge: Il flatte les Vénitiens.]

[Note en marge: Il est battu par l'empereur de Nicée.]

Robert de Courtenai, second fils de Pierre, fut appelé sur ce trône
que son père n'avait pu occuper. Il arriva à Constantinople par
l'Allemagne et par la Hongrie; mais il s'y trouvait resserré par
trois voisins dangereux. Théodore Lange avait enlevé la Thessalie au
fils du marquis de Montferrat, s'était emparé d'Andrinople, et avait
pris le titre d'empereur de Thessalonique. Les empereurs de Nicée
et de Trébizonde, qui étaient alors Jean Vatace et David Comnène,
pressaient, d'un autre côté, le nouvel empereur latin. Contre tant
d'ennemis il n'avait de secours que les excommunications du pape.
Les Vénitiens auraient pu le servir plus utilement; aussi prenait-il
grand soin de les flatter. Il n'écrivait jamais au doge qu'en lui
donnant le titre de collègue. Mais les révoltes de Candie exigeaient,
dans ce moment, l'emploi des forces de la république. Robert n'était
pas d'un caractère à conquérir son empire ni l'amour de ses sujets.
Vaincu par Jean Vatace, sans avoir combattu en personne, il perdit,
dans une bataille, la plupart des chevaliers qui lui étaient restés
attachés, et tandis qu'il achetait la paix avec l'empereur de Nicée,
par la cession de toute la côte méridionale du Bosphore, il vit les
troupes de l'empereur de Thessalonique se présenter jusque devant les
faubourgs de Constantinople.

[Note en marge: Il s'enfuit et meurt.]

[Note en marge: VIII. Jean de Brienne, empereur. 1228.]

Comme si ce n'eût pas été assez de ces désastres, il acheva de
se perdre par une folle passion. Il y avait à Constantinople la
veuve d'un chevalier français, qui venait de fiancer sa fille à
un chevalier bourguignon. L'empereur, devenu éperduement amoureux
de cette demoiselle, offrit sa main, sa couronne, et obtint que
la mère et la fille vinssent habiter son palais. On ignore si le
mariage avait été célébré. Le chevalier bourguignon, furieux de
se voir enlever l'épouse qui lui avait été promise, assemble ses
amis, attaque le palais, au milieu de la nuit, en force la garde,
et, pendant que Robert se cache, ce rival furieux pénètre jusqu'à
l'appartement des deux dames françaises, précipite la mère dans le
port, coupe le nez et les lèvres à la fille, et laisse dans cet état
la maîtresse ou la femme de l'empereur[257]. Celui-ci, au lieu de
faire punir ce crime, se sauva de Constantinople, et alla implorer
la protection du pape. Sa mort, qui suivit de près cette fuite,
faisait tomber la couronne sur la tête de son frère Baudouin; mais on
ne pouvait pas songer à confier l'empire, dans des circonstances si
difficiles, à un enfant de dix ans. Les barons appelèrent un chef qui
en avait quatre-vingts; c'était Jean de Brienne, seigneur champenois,
illustre par de grands exploits, de grandes alliances[258] et de
hautes vertus. Le trône de Jérusalem étant venu à vaquer, le roi
Philippe-Auguste l'avait désigné pour le remplir; mais Jean s'en
était vu déposséder par l'empereur Frédéric II, son gendre.

[Note 257: Marin SANUTO. (_Secreta fidelium crucis_; liv. 2, p. 4.
ch. 18.)]

[Note 258: Il était beau-père de l'empereur Frédéric II, et son frère
Gautier avait épousé Marie, reine de Sicile.]

[Note en marge: Les Vénitiens envoient une flotte à son secours.]

On convint que le roi de Jérusalem, car il conservait ce titre,
serait reconnu empereur d'Orient, et qu'il marierait sa fille au
prince Baudouin de Courtenai, lequel serait empereur après lui. En
arrivant dans sa nouvelle capitale, deux ans après son élection, il
la trouva menacée par une ligue, que Jean Vatace, empereur de Nicée,
avait formée avec le roi des Bulgares et l'empereur de Trébizonde.
Le vieil empereur concerta son plan de défense avec Théophile Zeno,
alors chef de la colonie vénitienne. Ils sollicitèrent l'envoi d'une
flotte; mais la république ne mit pas dans cet armement sa diligence
ordinaire, car lorsque les vingt-cinq galères, parties de Venise,
arrivèrent aux Dardanelles, les Grecs étaient déjà au pied des
remparts: la flotte de Jean Vatace, commandée par Léon Gavalla, et
forte de trois cents voiles, croisait à l'entrée du détroit.

On était déjà aux mains sous les murs de la ville. L'empereur, au
lieu d'attendre dans des fortifications une armée de cent mille
ennemis, osa paraître dans la plaine, à la tête de cent soixante
chevaliers, et de trois ou quatre mille hommes de cavalerie. Cette
petite troupe vit se déployer devant elle quarante-huit escadrons,
et les chargea avec une telle vigueur, que tous furent rompus, à
l'exception de trois, qui couvrirent la retraite de l'empereur de
Nicée et du roi des Bulgares.

[Note en marge: Elle bat la flotte de l'empereur grec.]

Pendant ce combat, l'escadre vénitienne, conduite par les
provéditeurs Léonard Querini et Marc Gussoni, déployait toutes ses
voiles pour attaquer la flotte grecque. Le combat fut long, sanglant
et quelque temps incertain; mais l'habileté des marins vénitiens
décida enfin la victoire. Plusieurs des navires ennemis furent
brisés; on s'empara de quelques autres, le reste prit la fuite, et
l'escadre victorieuse, ayant franchi le détroit, parut devant le port
de Constantinople, au moment où la garnison qu'on y avait laissée se
précipitait sur une partie de la flotte grecque, mouillée près du
rivage, et s'emparait de vingt-quatre galères.

[Note en marge: Nouvelle défaite des Grecs.]

Deux ans après, l'infatigable Vatace voulut réparer sa double
défaite, et se montra encore aux portes de la capitale, tandis que
son amiral venait bloquer le port. Jean Michieli en sortit pour
attaquer cette flotte, à la tête de seize galères vénitiennes,
secondées de quelques navires pisans et génois, qui se trouvaient à
Constantinople; tandis que Geoffroy de Villehardouin, prince d'Achaïe
(parent de l'historien), débouchait dans la Propontide, avec six
vaisseaux, qui portaient cent chevaliers, trois cents arbalétriers et
cinq cents archers. Les Grecs, se voyant attaqués de deux côtés, ne
firent qu'une assez faible résistance; ils perdirent cinq de leurs
vaisseaux. La fuite de la flotte jeta l'épouvante dans l'armée, qui,
du rivage, avait été spectatrice de cette défaite. Il n'y eut plus
moyen de retenir des soldats trop effrayés pour calculer les forces
qui leur restaient. L'empereur de Nicée fut obligé de les suivre, en
menaçant encore de ses regards cette ville qui avait été deux fois
l'écueil de ses armes[259].

[Note 259: Les historiens grecs ne parlent pas de cette première
attaque de Constantinople. Les historiens français ne font pas
mention du secours fourni par la flotte vénitienne. Les Vénitiens
s'attribuent peut-être plus de part qu'ils n'en eurent au succès.
J'ai suivi le récit de Ducange, qui cite fort exactement ses
autorités. (_Histoire de Constantinople, sous les empereurs
français_, liv. 3, § 20, 21, 22.)]

Des attaques si fréquemment réitérées faisaient juger de
l'opiniâtreté et des ressources de l'ennemi. Les Latins étaient
vainqueurs, mais leur nombre diminuait tous les jours, comme leur
territoire. Ils étaient presque réduits à la ville de Constantinople.
Cette colonie guerrière, qui comptait déjà trente ans d'existence,
c'est-à-dire de guerres continuelles, devait avoir perdu tous ses
fondateurs. Le nombre des défenseurs qui lui restaient diminuait tous
les jours par les défections. Les uns s'embarquèrent furtivement,
pour retourner dans leur patrie; d'autres, séduits par des promesses,
passèrent dans le camp des ennemis. Il n'y eut pas jusqu'aux
chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem, qui, en reconnaissance de
quelques concessions que leur fit l'empereur de Nicée, ne prêtassent
leurs forces au schismatique contre le prince orthodoxe[260].

[Note 260: L'abbé de Vertot ne nie pas ce fait, mais tâche de
l'excuser, liv. 3.]

Jean de Brienne sollicita les secours des princes chrétiens. Pour
en hâter l'arrivée, le jeune Baudouin, son gendre et son successeur
désigné, alla parcourir les cours de l'Europe. Le pape publia une
croisade pour la défense de cet empire, dont la conquête avait été
punie par les anathèmes de son prédécesseur.

[Note en marge: Mort de Jean de Brienne.]

Le vieux défenseur de Constantinople mourut, après un règne de huit
ans, le 20 mars 1237.

[Note en marge: IX. Baudouin, empereur. 1237.]

[Note en marge: Croisade pour la défense de l'empire latin d'Orient.]

[Note en marge: L'empereur met en gage la couronne d'épines de J.-C.]

Plusieurs princes prirent la croix; beaucoup de fidèles, pour
racheter leurs péchés, firent voeu d'aller combattre dans la Romanie;
la plupart se dispensèrent du pélerinage, par une contribution en
argent. On leva des impôts, pour subvenir aux frais de la guerre
future. Les ecclésiastiques virent leurs biens soumis à une retenue
du tiers de leur produit. On imposa aux Juifs du royaume de France
un forte taxe, que le roi saint Louis destinait à la croisade.
En attendant tous ces secours, les barons qui gouvernaient, en
l'absence du nouvel empereur, s'étaient vus obligés d'emprunter de
marchands vénitiens trois ou quatre mille marcs d'argent. C'était
une somme d'à-peu-près 200,000 francs; encore l'empereur d'Orient ne
trouva-t-il à l'emprunter que sur gage, et quel gage! On y affecta la
sainte couronne d'épines, encore teinte du sang de Jésus-Christ.

[Note en marge: Saint Louis l'acquiert.]

Lorsque l'échéance du prêt fut arrivée, l'empereur n'était pas plus
en état de rembourser la dette qu'au moment où il l'avait contractée.
Nicolas Querini, commerçant Vénitien, se mit à la place des prêteurs,
et, pour prix d'un court délai qu'il accorda, il exigea que ce
gage sacré fût transporté à Venise et y restât en dépôt. La sainte
couronne allait devenir la propriété d'un banquier, si le prince
pieux qui régnait alors sur la France ne l'eût dégagée, en faisant
rembourser la somme dont elle répondait. C'eût été une simonie
de l'acheter; mais, quand il l'eut rendue à l'empereur Baudouin,
celui-ci lui en fit présent, et lui offrit en même-temps un morceau
de la vraie croix, le lange de Jésus-Christ, la chaîne, l'éponge et
le calice de la passion, une partie du crâne de saint Jean-Baptiste,
et la verge de Moïse. Saint Louis fit bâtir la Sainte-Chapelle pour y
déposer ces reliques.

Baudouin avait amené à Constantinople quelques troupes qu'il
avait ramassées dans l'Occident; mais il ne voyait point arriver
les princes qui s'étaient croisés pour le défendre. Le zèle avait
malheureusement alors plusieurs occasions de se signaler. On pouvait
se croiser contre les infidèles de la Terre-Sainte, et contre les
schismatiques grecs. Pour ajouter à la complication de tous ces
intérêts, le pape publia successivement deux nouvelles croisades;
l'une contre Asan, roi des Bulgares, qui avait faussé sa promesse
de se soumettre à l'église latine; l'autre contre l'empereur
d'Allemagne, Frédéric II, qui opposait la force de ses armes aux
prétentions du saint-siége. Il y avait les mêmes indulgences à gagner
en combattant le soudan d'Égypte ou de Syrie, les princes grecs et
l'empereur catholique. Au milieu de tant de guerres, il n'était pas
possible qu'il restât des troupes disponibles pour soutenir Baudouin
II sur le trône de Constantinople, d'autant plus qu'au lieu de
veiller à la conservation de son empire, il en était presque toujours
absent, pour solliciter par lui-même l'assistance des princes de
l'Occident.

Il perdit en voyages infructueux presque toute la durée d'un règne de
vingt-quatre ans. Las d'attendre ou de solliciter en vain les secours
des chrétiens, cet empereur, en faveur duquel le pape avait publié
une croisade, fit une alliance avec les Comans, peuple sauvage, qui
s'était établi dans la Moldavie; de sorte qu'on pouvait voir dans
la même armée des Français, des Vénitiens, des croisés de diverses
nations, des Grecs, des mahométans et des barbares, marchant, une
bulle du pape à la main, contre l'empereur de Nicée, qui, par une
autre singularité, avait les Génois pour alliés.

[Note en marge: L'empereur s'allie avec les Comans.]

Lorsque l'empereur orthodoxe conclut son traité avec les chefs des
Comans, les deux parties contractantes se tirèrent mutuellement du
sang et se le donnèrent à boire. Un des chefs de cette nation étant
mort à Constantinople, on pendit sur sa tombe vingt-six chevaux
vivants, et huit de ses officiers, qui s'offrirent pour aller le
servir dans un autre monde. On ne devait pas s'attendre à voir ces
choses se passer dans le camp des croisés.

Les armes de Baudouin eurent d'abord quelques succès; il prit
plusieurs villes que tenait l'empereur de Nicée. Sa flotte, qui
n'était que de treize voiles, battit la flotte grecque, composée de
trente vaisseaux, et en enleva la moitié. Vatace prit sa revanche sur
quelques places de son rival, attira les Comans sous ses drapeaux,
et força Baudouin à signer une trêve de deux ans, ce qui donna à
l'empereur de Nicée le loisir d'étendre ses possessions aux dépens
du prince de Thessalie et du roi des Bulgares; de sorte qu'il
enveloppait de tous les côtés le petit territoire qui restait à
l'empereur de Constantinople.

Vatace étant mort, et sa couronne ayant passé de son fils à son
petit-fils, encore en bas âge, l'empire fut envahi par le tuteur
de cet enfant. Ce tuteur était Michel Paléologue, guerrier déjà
illustre, digne par beaucoup de qualités d'occuper le trône de
Vatace. Le faible Baudouin, renfermé dans sa capitale, était réduit
à faire de la monnaie avec le plomb qui couvrait les édifices, à
démolir des maisons pour suppléer au défaut de bois de chauffage, et
à mettre son fils unique entre les mains des marchands vénitiens,
pour sûreté de quelque argent qu'il leur empruntait[261].

[Note 261: Ei solùm urbis Constantinopolis moenia remanserunt, quem
et tam diù generis hujus afflixerunt, ut filium suum, Philippum
nomine, quibusdam burgensibus constantinopolitanis coactus fuit, pro
certâ quantitate pecuniæ obligare; qui dictum puerulum, securioris
custodiæ causâ, Venetias postmodum transmiserunt. Et nonnulla palatia
sua, plumbo cooperta nobiliter ab antiquo, discooperire, et plumbi
vendere cooperturam, et alia plura agere, ut vivere posset augustæ in
convenientia dignitati.

  (Marin SANUTO. _Secreta fidelium crucis_; liv. 2,
  4e partie, chap. 18.)]

[Note en marge: X. L'empereur grec Paléologue fait la guerre aux
Latins.]

Paléologue, maître de tout le pays des deux rives du Bosphore,
voyait avec dépit la ville impériale reconnaître d'autres lois. Il la
resserra peu-à-peu, assiégea même, quoique sans succès, le faubourg
de Galata, et obtint de ses alliés les Génois[262] une flotte pour
bloquer le port.

[Note 262: Et acceptans (Paleologus) negotium pro quo iverant (legati
Januenses), utpotè quòd Venetos intimo cordis exosos habebat,
confoederationem et pacta inivit cum eis, in quâ nomine communis
Januæ immunitatibus multis concessis, civitatem Smyrnarum liberaliter
tradidit et donavit. Ità quod Januenses ad partes Romanioe
navigantes, tanquam ad eorum propriam terram, portum facerent et
accessum haberent.

(Barthelemi Scriba, _continuateur des Annales de Gênes_, par Caffari,
liv. 6. Collection de MURATORI, t. VI, p. 528.)]

[Note en marge: Surprise de Constantinople. 1261.]

L'empereur latin avait pratiqué quelques intelligences avec le
gouverneur de Daphnusie, place appartenant à l'empereur grec, sur le
Pont-Euxin, à quarante lieues de la capitale. La flotte vénitienne,
sous le commandement du podestat de la colonie, Marc Gradenigo,
partit pour aller surprendre cette place.

Pendant qu'elle était occupée à cette expédition, Paléologue envoya
son général Stratégopule, avec huit cents chevaux et quelque
infanterie, au-delà du Bosphore, pour faire une diversion dans la
Thrace. Ce général avait ordre, en passant près de Constantinople,
d'observer l'état de cette place; mais il n'y avait aucune apparence
de tenter, avec une poignée de soldats, une entreprise sur la
capitale de l'Orient. Ce détachement grec se grossit de paysans des
environs. Stratégopule s'avança près des murs pendant la nuit du 25
juillet 1261, dans l'intention de faire une reconnaissance, laissant
même le gros de ses gens derrière lui. Il apprit que la plupart
des troupes de Baudouin étaient parties, pour aller assiéger une
ville de Thrace. Un Grec, qu'on lui amena, lui offrit d'introduire
quelques soldats dans Constantinople par un souterrain. Il fallait
pénétrer dans la ville, égorger un corps-de-garde, s'emparer d'une
porte, l'ouvrir à sa petite troupe, et devenir maître de cette grande
capitale, avant que les Français eussent le temps de se reconnaître.
Il fallait sur-tout ne point échouer dans une entreprise pour
laquelle on s'écartait des instructions de l'empereur. Quinze soldats
se glissent par le souterrain jusque dans la maison du Grec qui les
conduisait. Ils partent sur-le-champ et se dirigent vers la porte
dorée. Dans leur chemin ils rencontrent une seule sentinelle qu'ils
égorgent. Arrivés devant cette porte qui ne s'ouvrait plus depuis
long-temps, ils veulent l'abattre à coups de hache, mais elle se
trouve maçonnée. La démolition exige beaucoup d'efforts; le temps
s'écoule. Ceux qui étaient cachés à l'entrée de la ville attendaient
avec impatience le signal convenu: Stratégopule était dans la plus
grande anxiété. Le mur tombe, la porte s'ouvre, une poignée de braves
se précipite dans les rues voisines. À mesure que la petite armée
arrive, elle se range en bataille, s'empare de quelques positions,
mais n'avance qu'avec circonspection. On enveloppe et on massacre
les faibles détachements de troupes qu'on rencontre. Tout-à-coup
la flamme s'élève dans quatre quartiers; la ville est remplie de
cris, de feu, de soldats. Les Latins surpris courent aux armes,
les assaillants au pillage; les habitants, éveillés en sursaut, se
cachent pour attendre l'évènement, ou viennent se ranger sous les
drapeaux du vainqueur. Il n'y a point d'ordre dans la défense; la
résistance devient impossible. L'empereur se sauve de son palais, se
dépouille en courant des marques de sa dignité, se précipite dans une
barque. Les bâtiments qui restaient dans le port coupent leurs câbles
et s'éloignent de cette ville en flammes, emportant vers Négrepont
quelques-unes des principales familles, et cet empereur, nouvel
exemple des vicissitudes humaines. Des soldats grecs trouvent sous
leurs pas l'épée, le diadême de Baudouin; ces trophées sont portés
au bout d'une lance. Au point du jour, l'ennemi se trouve maître de
Constantinople.

Le flotte vénitienne arrivait en ce moment de sa fatale expédition
de Daphnusie. Elle avait vu pendant une partie de la nuit la lueur
d'un vaste incendie, qui lui annonçait un grand désastre; mais elle
ne pouvait en soupçonner la cause. Quelques barques avertissent
l'amiral; il veut attaquer sur-le-champ; mais ses trente galères,
à mesure qu'elles approchent, sont entourées de bateaux chargés de
familles fugitives qui viennent demander un asyle. On voit le rivage
couvert de malheureux à qui le danger n'avait pas même laissé le
temps de se vêtir. On demande aux vainqueurs de leur permettre au
moins la retraite; et, dès que cette dernière grâce est obtenue, ils
se précipitent en si grand nombre dans des barques, pour atteindre
cette flotte mal pourvue de vivres, que plusieurs périssent de misère
avant d'arriver à Négrepont. Les chefs de ces familles fugitives
et ruinées trouvèrent à Venise non-seulement des secours, mais
des honneurs; on en admit dix-neuf dans le grand conseil. Cette
république eut constamment la sage politique de bien accueillir les
habitants de ses colonies après leurs désastres.

Il y avait cinquante-sept ans que la capitale de l'Orient avait
été prise par la bravoure d'une petite armée de Latins; elle venait
d'être enlevée par une troupe encore moins nombreuse. Ce n'était là
qu'un coup-de-main, un hasard de la fortune; mais plusieurs causes
anciennes et permanentes devaient amener tôt ou tard la chute de
l'empire fondé par les croisés. Ces croisés étaient une poignée
d'aventuriers, dont le nombre avait été diminué considérablement
par les premiers combats; il n'en restait pas un au bout de
cinquante ans. Aucune nation n'était intéressée à la conservation
de cet empire; le gouvernement de Venise et le pape devaient seuls
la désirer; mais ni l'un ni l'autre ne pouvaient y envoyer des
forces suffisantes pour le soutenir. La protection du pape tenait
à l'abdication du schisme, et le schisme était précisément ce qui
rendait les vainqueurs plus odieux aux vaincus. Par un défaut de
politique assez ordinaire dans les coalitions, on avait conquis un
empire, non pour fonder un état capable de résistance, mais pour s'en
partager les lambeaux. Il était évident que la population grecque
chasserait avec le temps la population latine.

Michel Paléologue s'empressa de venir se faire couronner dans la
capitale que la fortune lui avait donnée. Il y trouva les colonies de
marchands vénitiens, pisans et génois, qui y étaient restés après
la conquête; il leur conserva les priviléges et les franchises dont
ils jouissaient, et le droit d'avoir parmi eux des juges de leur
nation. Seulement il prit des précautions pour que cette population
latine ne pût pas se réunir. Les Génois fiers de s'être déclarés pour
l'empereur de Nicée avant sa nouvelle conquête, crurent pouvoir se
permettre tout impunément; ils assaillirent et pillèrent le palais du
podestat vénitien; l'empereur saisit ce prétexte, pour les obliger de
se retirer au-delà du golfe, dans le faubourg de Galata, dont il fit
démolir les fortifications. Les Vénitiens cessèrent d'être souverains
dans Constantinople; mais ils conservèrent le droit d'avoir un chef
de leur nation, sous le titre de bailli ou baile. Ils furent exempts
envers l'empereur des corvées dues par les sujets ou par les vassaux;
et tel est l'esprit du commerce, que cette colonie a toujours
subsisté, malgré les guerres survenues depuis entre la république et
Constantinople.

[Note en marge: XI. Observations sur l'établissement des Vénitiens à
Constantinople.]

On ne peut pas douter que les Vénitiens n'eussent dès long-temps
senti combien leur puissance dans l'Orient était mal affermie.
L'emploi continuel de leurs forces en prouvait l'insuffisance. Il
n'était pas dans la nature des choses qu'une population étrangère,
qui diminuait tous les jours, restât maîtresse paisible d'un grand
empire, à qui elle demandait le sacrifice de ses richesses et de sa
religion.

Il n'y avait aucune proportion entre la colonie et la métropole.
Aussi dit-on que, dès l'année 1225, pendant le règne déplorable du
second des Courtenai, on mit en délibération, dans le conseil de
Venise, s'il ne convenait pas de transférer le gouvernement et la
population tout entière de la république dans ces nouveaux états
qu'il s'agissait de défendre. On ajoute que les avis furent tellement
partagés sur cette importante question, que la proposition contraire
ne prévalut que d'une voix, qu'on appela la voix de la providence.
Ce devait être une délibération bien solennelle que celle où l'on
agitait le déplacement de la capitale, un changement de patrie.
Cependant la plupart des historiens n'en font aucune mention; leur
silence ne peut qu'inspirer des doutes sur la réalité de ce fait;
d'un autre côté on cite d'anciennes chroniques qui l'attestent[263].
Cette idée est d'ailleurs si naturelle qu'il est impossible qu'elle
ne se soit pas présentée à des hommes continuellement occupés de la
conservation de cette précieuse conquête. Il ne peut donc y avoir
d'incertitude que sur le nombre plus ou moins grand des partisans de
cette proposition hardie.

[Note 263: Voyez _Principj di storia civile di Venezia_, de SANDI;
les chroniques qu'il cite sont manuscrites; il les désigne sous les
noms de _Savina_ et de _Barbaro_.

Dans son _Essai sur l'histoire de Venise_, l'abbé Tentori, tom. IV,
chap. 9, cite aussi la même chronique, et une histoire manuscrite;
mais il ne croit pas que cette délibération ait jamais eu lieu ni
pour Constantinople, ni pour Candie.

L'architecte Thomas Temanza, dans sa _Dissertation topographique,
historique et critique_, sur l'ancienne ville de Venise, rapporte
les discours attribués au doge Pierre Ziani, qui proposait la
translation, et au procurateur Ange Falier qui s'y opposa.]

Quoiqu'on ne puisse pas, sur une simple tradition rapportée dans des
manuscrits dont il est difficile d'apprécier l'autorité, admettre un
fait si important au nombre des vérités historiques, il peut être de
quelque intérêt de consigner ici l'extrait du récit qu'on en lit dans
la chronique dite de Barbaro.

Le doge Pierre Ziani, après avoir eu sur ce grand projet des
conférences avec les principaux de l'état, assembla le grand
conseil et y proposa la délibération. Il commença par faire valoir
l'importance des établissements que la république possédait dans
le Levant, la force et la fertilité de Corfou, l'étendue et
l'heureuse situation de Candie, toutes les côtes de la Grèce, les
meilleures îles de l'Archipel soumises aux Vénitiens, le reste
occupé par des maîtres si faibles qu'ils seraient trop heureux de
se ranger sous la protection du pavillon de Saint-Marc; au fond
de cet Archipel, une ville superbe, populeuse, assise entre deux
mers. Il n'existait pas dans le monde entier un site plus attrayant
et plus avantageux. C'était là qu'avec toutes les commodités de
la vie on pouvait se promettre une sûreté parfaite: c'était de là
que, par une communication facile avec les colonies, on pouvait
les protéger efficacement, ou en tirer des secours au besoin. Ces
colonies d'ailleurs, sans cesse révoltées contre une métropole
éloignée et située au fond de l'Adriatique, obéiraient sans murmure
à la dominatrice naturelle du commerce de l'Europe et de l'Asie.
La conservation de toutes ces colonies et les avantages à en tirer
dépendaient donc de l'occupation de Constantinople.

Que si l'on considérait l'état précaire d'un reste de Français,
leur petit nombre, leurs divisions, leur pénurie, il n'était pas
douteux que la république ne fût appelée à la gloire de réunir sous
sa domination la totalité d'un empire qu'elle avait fondé. Si elle
ne se chargeait de le défendre, elle perdait tout le fruit de
ses anciennes victoires, et laissait avorter les bienfaits de la
providence. Bientôt les Grecs allaient renverser le trône des Latins;
au contraire, ces Grecs ne seraient plus que de faibles ennemis en
présence des Vénitiens établis sur le canal du Bosphore.

D'ailleurs, si ce voisinage n'était pas exempt de dangers, la
république, dans sa situation actuelle, n'avait-elle rien à
craindre? Les Padouans, le patriarche d'Aquilée, le roi de Hongrie,
ne l'avaient-ils pas fatiguée de guerres continuelles, depuis sa
fondation, et ces guerres pouvaient-elles être regardées comme
terminées? «Quand elles le seraient, ajoute l'orateur, quand il
serait permis de se confier avec une entière sécurité à une paix
suspecte, quelle est notre situation? Nous avons un état et nous
n'avons point de territoire; sans territoire comment espérer de voir
notre population s'accroître; et sans population comment maintenir
notre puissance, comment accomplir les destinées auxquelles nous
devons nous croire appelés? Tant que nous resterons renfermés dans
ces lagunes, au fond d'un golfe orageux, les peuples que nous avons
soumis, et à qui notre domination n'assure aucun avantage, ne
pourront se considérer comme formant avec nous une nation; nous en
tirerons quelques tributs, mais ils seront absorbés par les efforts
continuels que nous aurons à faire pour contenir les tributaires
dans l'obéissance. Nous n'avons rien à vendre à nos îles qu'elles ne
pussent se procurer avec avantage de par-tout ailleurs. Pour qu'elles
nous soient profitables, il faut que nous nous emparions de leurs
productions, et que notre commerce soit un monopole; mais ce monopole
excite le désespoir des colons, et des révoltes continuelles vous
l'attestent.

«Je veux que vous repoussiez vos voisins, que vous conteniez vos
sujets, que votre commerce florissant vous procure de nouvelles
richesses; comment en jouirez-vous dans ce marais où vous manquez de
toutes les choses nécessaires à la vie; où l'air est impur quand les
eaux viennent à baisser, où ces mêmes eaux, quand elles s'élèvent,
menacent votre ville? déjà elles ont détruit Malamocco qu'il a fallu
abandonner. Vos digues renversées tous les ans par des tempêtes,
vos îles submergées, vos ports ensablés, vous annoncent que tôt ou
tard ces lagunes seront envahies par la mer; et, quand vous voudriez
croire ce danger plus éloigné qu'il ne l'est peut-être, n'en est-il
pas un autre dont vous avez été souvent avertis? En vain vous vous
efforcez de consolider vos habitations sur cette arène mouvante,
les tremblements de terre viennent de temps en temps les renverser;
tout vous dit que vous êtes sur un sol contre lequel les éléments
sont conjurés. Ce n'est point là le siége d'un empire puissant. Il
dépend de vous de changer cette plage aride, cette mer orageuse, ces
marais infects, où vous vous trouvez loin de vos ressources et au
milieu de vos ennemis, pour le plus beau site de l'univers, dont vous
interdirez à votre gré l'approche aux Pisans et aux Génois, d'où vous
dominerez les îles de l'Archipel, toute la Grèce et les côtes d'Asie,
heureuses de vous obéir, et où vous appellerez à vous, sans efforts
comme sans rivaux, le commerce du monde.»

Cette perspective brillante, l'attrait de la nouveauté séduisait une
partie de l'assemblée, mais les esprits moins hasardeux craignaient
de se laisser entraîner dans un avenir inconnu, et les hommes
sur qui l'amour de la terre natale et les habitudes conservaient
plus d'empire, éprouvaient une répugnance invincible à changer de
patrie. Le conseil était agité; un bruit confus de voix annonçait
la diversité des opinions, lorsqu'un personnage vénérable, le
procurateur Angelo Falier, monta à la tribune.

«Quelque répugnance que j'éprouve, dit-il, à combattre le sentiment
du prince à qui je dois obéissance et respect, je le fais cette
fois avec confiance, parce que je viens plaider devant vous la
cause de la patrie; je me croirais ingrat envers elle, envers cette
terre natale où mes aïeux ont été honorés, où moi-même j'ai été
nourri, élevé, comblé de bienfaits, si je consentais aujourd'hui
à l'abandonner pour aller chercher d'autres biens sur une terre
étrangère. Et quels sont-ils donc ces biens? un air plus pur, un
site plus riant, un sol plus fertile, la richesse, un commerce plus
étendu, une domination plus vaste et plus facile. Ah! lorsque les
habitants de Padoue s'enfuirent du plus beau pays de la terre pour
venir chercher un asyle dans les lagunes, ils surent gré à ces plages
d'être stériles, incultes, inhabitées, situées au milieu des eaux.
Si elles eussent été riches, si elles n'eussent été cachées par la
mer qui les environne, nos pères n'y auraient pas trouvé leur sûreté,
notre république, notre patrie n'existerait pas, nous serions nés
sujets de quelqu'un des petits princes de l'Italie, et nous ne nous
verrions pas aujourd'hui occupés à délibérer s'il nous convient de
trahir notre mère commune pour aller dominer dans l'orient. Nos
pères songèrent-ils à la quitter lorsqu'ils n'eurent plus besoin
d'un asyle? ils s'attachèrent à ces tristes plages en reconnaissance
du bienfait qu'ils en avaient reçu. Ils travaillèrent pendant huit
cents ans à les assainir, à s'y fortifier contre leurs ennemis et
contre les tempêtes; ils les couvrirent d'édifices somptueux; ils y
appelèrent toutes les commodités de la vie; ils y suspendirent dans
les temples les trophées de leurs victoires; et nous qui jouissons
de tous ces biens, nous voulons les méconnaître pour en chercher de
nouveaux. Nous reprochons à notre terre natale son insalubrité; et,
aveugles que nous sommes, nous oublions que les contagions les plus
redoutables viennent de l'Orient, où l'on veut nous conduire! Nous
nous plaignons de la stérilité de notre sol, comme si quelque chose
manquait à nos besoins, à nos caprices: comme si les eaux qui nous
environnent ne nous fournissaient pas à-la-fois et une nourriture
abondante, et un moyen d'industrie. On nous parle de tremblements
de terre: Eh! quel pays y est plus exposé que Constantinople? Des
inondations: les Romains quittèrent-ils leur ville, parce que le
Tibre menaçait d'en renverser les remparts? De sûreté, de richesses:
n'est-ce pas ici que vous avez trouvé votre sûreté? que vous avez
acquis ces richesses qui vous rendent ambitieux? De colonies: et
sur qui donc avons-nous conquis les plus belles de celles que
nous possédons? sur les maîtres de cet empire à qui ces colonies
tiennent, dit-on, indissolublement. Nos colonies grecques sont
importantes sans doute; mais sont-elles les seules que nous ayons à
conserver? L'Istrie, la Dalmatie, n'auraient-elles plus de prix à nos
yeux? Et si nous allions à Constantinople pour être plus à portée de
surveiller Candie et la Grèce, ne serait-ce pas abandonner au roi de
Hongrie nos provinces de l'Adriatique?

«Ce prince est un voisin dangereux; la jalousie des Padouans et
l'inimitié du patriarche d'Aquilée vous fatiguent; vous allez mettre
les mers entre eux et vous; mais dans quel pays allez-vous vous fixer
où l'ambition de la domination et des richesses ne vous suscitent
bientôt des ennemis? Déjà il s'agit de transporter le siége de votre
nouvel état dans une ville que nous ne possédons pas tout entière.
Il faudra commencer par en chasser ou par assujettir les Français;
ensuite, vous aurez à vous assurer de l'obéissance des naturels
du pays; enfin, il vous restera à repousser vos nouveaux voisins,
c'est-à-dire le roi des Bulgares, le prince de Thessalie, l'empereur
de Trébizonde et celui de Nicée, dont le territoire s'étend jusqu'aux
faubourgs de Constantinople. Il y a plus, on parle d'un nouveau
peuple déjà établi dans la Natolie, peuple redoutable par son
courage, par son fanatisme, et par la haine qu'il a vouée au nom
chrétien.

«Voilà pourtant les ennemis que vous iriez chercher pour échapper
à l'incommodité d'avoir pour voisins les Padouans et le patriarche
d'Aquilée.

«Avez-vous formé le projet de vivre en paix avec tous ces peuples
dont vous allez vous rapprocher? Mais l'amitié des Grecs est toujours
suspecte; celle des Français, impuissante et onéreuse; enfin, je
suppose que vous conserviez la paix avec les uns et les autres; quel
moyen de la conserver avec les infidèles?

«De deux choses l'une, ou vous partez pour faire des conquêtes, et
alors les projets de votre politique sont subordonnés aux évènements;
ou bien vous allez vous établir paisiblement dans un quartier de
Constantinople; mais conçoit-on l'existence de deux gouvernements
dans l'enceinte d'une même ville? Où sera notre sûreté dans un
pareil établissement? Quelle sera la condition de nos concitoyens
transplantés sur cette terre nouvelle? Quelle sera la destinée de
nos vieillards, de nos parents, de tout ce que nous laisserons ici?
Abandonnés au fond de ce golfe, c'est alors qu'ils s'apercevront que
ces plages sont tristes et stériles. Le commerce, la richesse, la
puissance, s'évanouiront à-la-fois; un voisin ambitieux ne tardera
pas à se montrer entreprenant: nous apprendrons de loin que notre
patrie est devenue sujette. Ceux d'entre nous qui pourront encore
y aborder trouveront la ville dépeuplée, les canaux ensablés, les
digues renversées, les lagunes infectes, nos édifices démolis,
leurs débris précieux transportés ailleurs, nos trophées dispersés
chez l'étranger, quelques religieux errants sur les ruines de
monastères autrefois magnifiques, le peuple sans travail et sans
pain, la religion sans pompe, le magistrat de quelque ville voisine
dictant des lois dans ce palais où nous délibérons; et l'histoire
dira que, pour écouter une ambition inquiète et peu réfléchie, nous
avons renoncé aux bienfaits les plus signalés de la providence,
et détruit l'un des monuments les plus admirables de l'industrie
humaine.» «Non», s'écria l'orateur, en se jetant aux pieds d'un
Christ qui écorait la salle, «Non, vous ne permettrez pas, ô notre
divin Sauveur, que nous abandonnions la patrie que vous nous aviez
assignée; c'est vous qui en avez posé les fondements sur l'abyme des
mers; c'est vous qui l'avez défendue et gouvernée. Daignez toucher le
coeur de ce peuple qui vous fut toujours fidèle; qu'il ne se montre
pas ingrat envers vous, et qu'il accomplisse, sous une protection
dont il a reçu tant de témoignages, les destinées que vous lui
réservez.»

Falier descendit alors de la tribune, les yeux pleins de larmes; on
alla aux voix: et une boule ou deux décidèrent du sort de Venise.

Sous une infinité de rapports, la situation de Constantinople
était certainement préférable. Mais de tels avantages ne sont que
relatifs, et, si les Vénitiens délibérèrent en effet sur le choix,
ils firent sagement de préférer une position moins brillante, où ils
trouvaient leur sûreté, et que leurs forces maritimes suffisaient à
défendre. Transporté dans l'Orient, ce peuple de commerçants et de
marins, plus braves sans doute que les Grecs, mais moins lettrés, et
considérés par eux comme des barbares, n'aurait pu y être supporté
qu'en se confondant avec la population indigène et en en prenant la
mollesse. Mais les différences de religion, de langue et d'intérêts,
étaient autant d'obstacles à cette fusion. Jamais ils n'auraient
eu assez de bras pour contenir la population, pour détruire trois
ou quatre empereurs inquiets de leur voisinage, ni sur-tout pour
arrêter le nouveau torrent de barbares qui devaient bientôt fondre
sur ces belles contrées. Ce n'était pas avec une trentaine de galères
qu'on pouvait défendre une ville comme Constantinople. D'ailleurs
les Vénitiens ne possédèrent jamais que le quart de la ville, et
quand ils auraient pu devenir maîtres de toute cette capitale, que
serait devenu le gouvernement de Venise au milieu de cette nouvelle
population? Un gouvernement municipal pouvait convenir à un état
qui était tout entier dans une ville. On peut admettre même chez
une grande nation un gouvernement collectif; mais il faut que les
intérêts du peuple et ceux de l'administration soient homogènes; il
faut que ceux qui exercent les droits de tous, soient revêtus de
leur magistrature par la confiance; que les patriciens, s'il y en
a, soient dès long-temps environnés de considération: or conçoit-on
ce que serait une poignée de citadins et de nobles, qui viendraient
dans un pays, où leurs noms ne seraient pas même connus, imposer
silence à toutes les vanités? De deux choses l'une: ou on aurait
appelé les habitants du pays à siéger dans les conseils investis de
la souveraineté, et alors les Vénitiens n'auraient plus été que des
Grecs, et l'empire d'Orient aurait été une république; ou bien les
Vénitiens auraient prétendu gouverner sans partage, et pour soutenir
un tel gouvernement (en supposant la chose possible), il aurait
nécessairement fallu donner une telle puissance à celui qui en
aurait été le chef, que bientôt les conquérants n'auraient pas été
plus libres que le peuple conquis.

La puissance, la liberté, la conservation de la république, tenaient
à sa position insulaire. Comme Athènes, elle dominait sur la mer;
comme Athènes, elle avait vaincu le grand-roi; mais elle avait un
avantage de plus, celui de ne point tenir à la terre. Ceci rappelle
cette réflexion de Xénophon, dont il a été fait une application si
brillante: si les Athéniens étaient à-la-fois maîtres de la mer et
insulaires, ils seraient terribles sans être vulnérables.

[Note en marge: XII. Nouvelle révolte des colonies vénitiennes.]

Pendant que les Latins perdaient l'empire d'Orient, il était naturel
que les colonies vénitiennes essayassent de nouveaux efforts pour
secouer le joug de la métropole. C'est un des inconvénients attachés
au gouvernement républicain, que cette méfiance déclarée contre tous
les dépositaires du pouvoir, qui le fait passer rapidement dans
une multitude de mains, parmi lesquelles il y en a nécessairement
de malhabiles. Le sénat de Venise changeant continuellement les
gouverneurs de ses provinces, ceux-ci administraient nécessairement
sans expérience: les plus capables n'osaient rien hasarder: il
semblait qu'on ne voulût laisser à aucun d'eux le temps de réparer
ses fautes ou d'achever ce qu'il avait heureusement commencé. De là
résultaient pour les colons de justes sujets de plainte. Quelquefois
l'administrateur était tenté d'abuser d'un pouvoir qui allait lui
échapper, et souvent les peuples éprouvaient la tentation non
moins vive de profiter, pour ressaisir leur liberté, de l'occasion
favorable que leur offrait un mauvais choix.

Les villes de Pola et de Zara chassèrent le podestat vénitien, et se
mirent, comme de coutume, sous la protection du roi de Hongrie. Il
fallut armer une flotte, et réduire ces deux places par des siéges.

[Note en marge: 1241.]

Les Candiotes, qui avaient un asyle plus sûr dans leurs montagnes,
fatiguaient sans cesse la république de leurs insurrections. Deux
frères, Georges et Théodore Cortazzi, se mirent à la tête de celle
qui éclata en 1241. Ils rassemblèrent assez de forces pour que cette
révolte devînt une guerre. Le gouverneur Marin Geno y fut tué.
Ses successeurs, sur-tout Marin Gradenigo, remportèrent quelques
avantages, et ramenèrent une paix qui fut scellée du sang de quelques
rebelles obscurs.

[Note en marge: 1243.]

Un autre habitant de l'île, nommé Alexis Calerge, homme considérable
par sa naissance, redoutable par sa prudence et sa ténacité,
préparait, non une révolte momentanée, mais une résistance opiniâtre.
Le sénat, averti de ses pratiques, soupçonna son dessein, et voulut
le faire enlever. Calerge, également bien servi par ses espions,
s'évada sur-le-champ, et l'insurrection éclata dans la nuit même de
son évasion. Ce fut un embrasement général, une guerre qui, pendant
dix-huit ans, conduite et soutenue avec des succès divers, fatigua,
épuisa les troupes de la république.

L'Europe eut pour la première fois le spectacle d'une puissance
maritime luttant contre une grande colonie. La métropole attaquait
toujours les rivages avec succès. Les colons trouvaient toujours
un asyle assuré dans les terres. Les Vénitiens, après une première
victoire, se trouvaient trop faibles pour en recueillir le fruit.
Quand les Candiotes étaient victorieux à leur tour, leur ennemi
leur échappait; ils ne pouvaient le suivre sur les mers, et
porter la guerre dans son territoire. Ces deux peuples étaient
dans l'impuissance de se détruire; ils sentirent l'inutilité de
leurs efforts; on négocia, et dans la négociation le gouvernement
vénitien reprit sa supériorité. Il ne lui en coûta que de gagner
le chef de l'insurrection. On accorda à Calerge des honneurs, des
priviléges, l'exemption de tous les impôts: on l'éleva au rang de
noble vénitien; et, contre l'ordinaire de cette sorte de traité entre
le maître offensé et le sujet rebelle, on ne conserva ni sentiment
de vengeance, ni projet de trahison. Pour affermir cette paix, la
métropole envoya dans l'île une nouvelle colonie, qui fonda la ville
de la Canée, sur les ruines de l'ancienne Cydon.

[Note en marge: Nouvel envoi de familles vénitiennes à Candie. Terres
qu'on leur assigne. Elles fondent la ville de la Canée.]

Le système de colonisation que les Vénitiens adoptèrent mérite de
fixer l'attention; ils divisèrent l'île en trois parts. La première
pour la république, la seconde appartenait à l'église, la troisième
aux colons; celle-ci était divisée en 132 lots pour les cavaliers
ou nobles, et 405 pour les fantassins. L'ancienne Crète pouvait
reconnaître dans ce partage une imitation de la méthode des Grecs
et des Romains[264]. Les lots de terre n'étaient point égaux; aux
plus considérables était attachée l'obligation de fournir, en cas
de guerre, un cavalier et deux écuyers avec leurs armes et leurs
chevaux; les autres devaient fournir dix soldats à pied. Plus tard la
colonie eut un gouvernement calqué sur celui de la métropole, un duc,
ou vice-doge, un grand conseil et un livre d'or[265], pour y inscrire
les noms d'une noblesse sans pouvoir.

[Note 264: Thucydide rapporte plusieurs exemples de partages
semblables ordonnés par les Grecs après la soumission d'une
colonie révoltée. Les Athéniens rentrent dans Mitylène, qui avait
été infidèle à leur alliance: ils ordonnent la mort de tous les
habitants, à l'exception des femmes et des enfants. Le vaisseau,
porteur du contre-ordre, arrive quelques instants avant l'exécution;
mais il apporte en même-temps un décret qui divise les terres de
l'île en trois mille lots; trois cents pour être consacrés aux
dieux, et le reste pour être réparti par le sort entre les citoyens
d'Athènes envoyés pour en prendre possession.

Platée, dépendance de Thèbes, et qui était devenue l'alliée des
Athéniens, est forcée de se rendre; une sentence solennelle condamne
tous les habitants à mort, les femmes sont réduites en servitude, les
Thébains envoient une colonie de Mégariens pour peupler la ville, et
les terres deviennent une propriété du trésor public.]

[Note 265: _Ricerche storico-critiche sull'opportunità della laguna
veneta pel commercio, sull'arti e sulla marina di questo stato_, par
le comte FILIASI.]

[Note en marge: XIII. Différends entre le pape et l'empereur Frédéric
II.]

Pendant ce temps-là des intérêts temporels brouillaient l'empereur
Frédéric II et le pape. L'empereur s'était engagé à faire le voyage
d'outre-mer; déjà héritier du royaume de Naples, il avait exigé
de Jean de Brienne, son beau-père, la cession de la couronne de
Jérusalem; mais, depuis sept ans, il différait d'accomplir son voeu.
Grégoire IX eut beau lui écrire: «Le Seigneur nous a mis en ce monde,
comme un chérubin armé d'un glaive tournoyant, pour montrer à ceux
qui s'égarent le chemin de l'arbre de vie[266].» Il eut beau lancer
l'excommunication, pour se débarrasser d'un voisin dangereux, en
l'envoyant au-delà des mers; Frédéric disait que si Dieu avait connu
le royaume de Naples, il n'aurait pas fait choix du stérile pays de
la Judée; et il répondait au pape[267]: «L'église romaine brûle d'une
telle avarice, que les biens ecclésiastiques ne lui suffisent plus;
elle n'a pas honte de dépouiller les princes souverains. Je ne parle
point des simonies, des exactions qu'elle exerce sur le clergé, des
usures manifestes ou palliées dont elle infecte le monde. Cependant
ces sangsues insatiables usent de discours tout de miel, disant que
la cour de Rome est l'église _notre mère et notre nourrice_, tandis
que c'est une marâtre, et la source de tous nos maux. Elle envoie
de tous côtés des légats, avec pouvoir de punir, de suspendre,
d'excommunier, non pour répandre la parole de Dieu, mais pour amasser
de l'argent, et moissonner ce qu'ils n'ont point semé; et maintenant
ces Romains, sans noblesse, sans courage, vains de leur littérature,
aspirent aux royaumes et aux empires.»

[Note 266: _Histoire ecclésiastique_, liv. 79e.]

[Note 267: Ibid.]

C'étaient là de singuliers sentiments pour un croisé; aussi le pape
prononça-t-il l'anathème contre Frédéric[268]. «Voyant que l'empereur
négligeait son salut, en refusant d'accomplir son voeu, nous avons,
dit-il, tiré contre lui le glaive médicinal de saint Pierre, et
publié, en esprit de douceur, la sentence d'excommunication. Tous les
lieux où il arrivera seront frappés de l'interdit ecclésiastique;
tant qu'il y sera présent, on n'y célébrera aucun office; s'il
assiste au service divin, nous procéderons contre lui comme contre
un hérétique qui méprise les clefs de l'église; et s'il ne se soumet
à l'excommunication, nous absoudrons de leur serment tous ceux qui
lui ont juré fidélité: car on n'est point obligé de garder la foi
que l'on a jurée à un prince chrétien, quand il s'oppose à Dieu et à
ses saints, et méprise leurs commandements.» Cette terrible maxime
montrait un digne successeur d'Innocent III, qui, en excommuniant
Louis de France, fils de Philippe-Auguste, avait pris pour texte ces
paroles d'Ézéchiel: «Glaive, glaive, sors du fourreau, et aiguise-toi
pour tuer.»

[Note 268: Ibid.]

[Note en marge: Frédéric passe en Palestine.]

Frédéric, sans être ébranlé par les anathèmes du pape, jugea
cependant que les intérêts de son royaume de Jérusalem pouvaient
réclamer sa présence. Il se disposa à partir pour la Palestine.
Grégoire lui signifia qu'il ne pouvait pas prétendre à y passer
comme croisé, jusqu'à ce qu'il fût absous des censures qu'il avait
encourues. Ce prince ne tint aucun compte de cette défense. Pendant
qu'il allait combattre les Sarrasins, il laissa en Italie une
armée qui attaqua l'état de l'église; et par une singularité assez
remarquable, il y avait dans cette armée des Sarrasins-siciliens
qu'il avait enrôlés dans ses troupes.

[Note en marge: Il conclut une trêve avec le soudan d'Égypte.]

Arrivé dans la Terre-Sainte avec vingt galères et cent chevaliers, il
y trouva un clergé décidé à le méconnaître, et les soudans d'Égypte
et de Damas campés à Gaza et à Naplouse. Frédéric jugea fort sagement
qu'attendu la difficulté de conquérir par les armes ces saints lieux,
qui avaient déjà coûté tant de sang, c'était rendre un grand service
à la chrétienté, que de s'assurer, au moins pour quelque temps, par
la négociation, la possession non contestée du royaume de Jérusalem.
Il eut le bonheur, ou l'habileté, de conclure avec le soudan d'Égypte
une trêve de dix ans, par laquelle celui-ci lui cédait Jérusalem,
Bethléem, Nazareth et Sidon, avec la faculté de fortifier ces places;
seulement le soudan se réservait, dans Jérusalem, une mosquée que
les musulmans avaient bâtie à la place de l'ancien temple, détruit
par Titus, et qui avait été changée en église, après la conquête de
Godefroi de Bouillon.

Cette restriction excita la colère du patriarche. Il se plaignit
de l'impiété qui laissait le temple de Salomon entre les mains des
infidèles, et poussa l'emportement jusqu'à défendre de réconcilier
les saints lieux, d'y faire aucun pélerinage, d'y célébrer le service
divin.

[Note en marge: Il arrive en Italie.]

Au mépris de toutes ces censures, l'empereur fit faire les cérémonies
de la religion dans l'église du Saint-Sépulcre; et comme il n'y avait
point d'évêque pour le couronner, il prit lui-même la couronne sur
l'autel, et se la mit sur la tête; deux jours après il partit pour
Ptolémaïs. Le clergé ne lui pardonnait pas d'avoir signé la trêve.
Des moines s'étant permis de prêcher contre lui, il les fit fustiger
par ses soldats. Le patriarche mit les lieux saints en interdit.
Frédéric se rembarqua, et fit voile pour l'Italie, où les succès de
l'armée du pape réclamaient sa présence.

Son arrivée changea l'état des affaires, et lui attira une troisième
excommunication. Le pape délia tous les sujets de l'empereur de leur
serment de fidélité. Ce grand éclat fut suivi d'une assez prompte
réconciliation; mais quelque temps après les guerres de l'empereur
contre les villes insoumises de la Lombardie, et ses prétentions
sur la Sardaigne, attirèrent sur lui de nouveaux anathèmes et la
publication d'une croisade. «Il y a, disait le pape, plus de mérite
à combattre Frédéric, ennemi de la foi, qu'à retirer la Terre-Sainte
d'entre les mains des infidèles[269].» Grégoire déposa Frédéric,
et donna l'empire à Robert, frère de saint Louis; mais le roi
lui fit une fort belle réponse, dont la sagesse contrastait avec
l'emportement du pontife. L'empereur marcha sur Rome.

[Note 269: Lettre de Grégoire IX à saint Louis: «Un curé de Paris
ayant reçu l'ordre de publier cette excommunication, dit en chaire:
J'ai ordre de dénoncer l'empereur comme excommunié; j'ignore
pourquoi. J'ai appris seulement qu'il y avait un grand différend
entre lui et le pape. Je ne saurais dire de quel côté est le bon
droit. En conséquence, autant que je le puis, j'excommunie celui des
deux qui a tort. Le pape ne manqua pas de punir cette hardiesse, et
l'empereur de la récompenser.»]

[Note en marge: XIV. Guerre en Italie.]

Ce pontife violent, qui luttait depuis quatorze ans contre le plus
puissant prince de la chrétienté, était presque centenaire; il
mourut. Son successeur ne régna que quelques jours. Les cardinaux
furent près de deux ans à s'accorder sur un choix. Lorsque ce choix
fut connu, on en félicitait Frédéric. «Le cardinal de Fiesque,
répondit-il, était de mes amis; vous verrez qu'Innocent IV sera
mon ennemi le plus acharné.» En effet, le nouveau pape ne se
montra pas plus disposé que son prédécesseur à rien abandonner des
prétentions de l'église. Les hostilités recommencèrent, et avec
elles les excommunications. Le pape poussait si loin la violence
dans l'exercice de son autorité spirituelle, qu'en même temps
qu'il déposait l'empereur et publiait une croisade contre lui,
il excommuniait deux autres rois, Jacques d'Arragon et Sanche de
Portugal. Tandis qu'il offrait la couronne de Sicile à un prince
français, il la proposait à un fils du roi d'Angleterre[270]; enfin
il entrait en négociation avec le soudan d'Égypte, pour l'engager à
rompre la trêve jurée entre lui et Frédéric, comme roi de Jérusalem.
Il y eut des conspirations contre la vie de l'empereur[271]; il y en
eut pour tuer le pape. Frédéric fit pendre son médecin pour lui avoir
présenté du poison.

[Note 270: Cette bulle d'Innocent IV au roi d'Angleterre a été
imprimée pour la première fois par le savant et judicieux auteur de
l'_Essai sur la puissance temporelle des papes_, tom. II.]

[Note 271: Presque tous les conjurés condamnés à mort, après la
découverte de la conjuration tramée par les frères mineurs pour
assassiner Frédéric, déclarèrent que le pape en avait connaissance.
(_Lettres de_ Pierre DESVIGNES, liv. II.)]

[Note en marge: Commencement des deux factions connues sous le nom de
Guelfes et de Gibelins.]

Tant d'animosité ne pouvait manquer de donner naissance à des
factions. Il s'en forma deux en Italie, sous le nom de Guelfes et
de Gibelins, noms dont on ignore l'origine, mais à qui de longs
malheurs, fruit de tant de discordes, donnèrent une déplorable
célébrité.

À la faveur de ces troubles, Azon, marquis d'Este, réclama
l'assistance du pape et des Vénitiens, pour recouvrer ses états,
dont il avait été dépouillé par l'empereur, et mit le siége devant
Ferrare, qui tenait pour la faction gibeline. Le doge alla en
personne à ce siége, après avoir laissé le gouvernement de Venise
à son fils Jean[272], et Ferrare s'étant rendue, le marquis, en en
prenant possession, s'acquitta envers la république par la concession
de divers priviléges, dont les commerçants vénitiens devaient jouir
dans ses états. Ces priviléges furent, dans la suite, l'occasion
d'une guerre.

[Note 272: _Storia veneziana di_ Andrea NAVAGIERO.]

[Note en marge: La république arme une flotte contre l'empereur.]

L'empereur avait beaucoup à faire pour soutenir ses droits en
Allemagne, en Lombardie, en Sicile, en Syrie. Le pape, qui lui
suscitait des ennemis de tous côtés, ne manqua pas de s'adresser
aux Vénitiens, dont la politique constante fut de contrarier
l'agrandissement des empereurs en Italie. La république arma une
flotte, qui, sous le commandement de Pierre Thiepolo, fils du doge,
alla croiser dans les mers de Naples, fit quelques dégâts sur les
côtes, et se retira, sans avoir livré bataille, devant la flotte
impériale.

[Note en marge: Le fils du doge va combattre contre l'empereur; il
est pris et décapité.]

Pour réparer la honte de cette retraite, le jeune Thiepolo alla
combattre à la tête des Milanais. Vaincu par Erzelin, l'un des
partisans de l'empereur, il fut fait prisonnier et envoyé à Frédéric,
qui, contre toutes les lois de la guerre et de l'humanité, lui fit
trancher la tête, pour se venger du doge et insulter le gouvernement
vénitien. Non-seulement la république ne témoigna aucun ressentiment
de cet outrage, mais après la mort de l'empereur, qui survint en
1250, elle fournit à son fils Conrad une flotte pour passer à Naples,
quoiqu'il fût poursuivi avec la même animosité, et frappé des mêmes
anathèmes que son père.

[Note en marge: Guerre contre Erzelin, tyran de Padoue.]

La vengeance du sénat de Venise tomba sur Erzelin. C'était un homme
de basse extraction, qui, à la faveur des troubles qui désolaient
l'Italie, s'était fait chef du parti des Gibelins, c'est-à-dire des
Impériaux dans la Lombardie. Il avait établi sa résidence à Padoue,
dont il était devenu le tyran, et répandait encore plus la terreur
par ses cruautés que par ses armes. Le pape, pour se délivrer d'un
ennemi si dangereux, publia, contre ce fils de perdition, cet homme
de sang, réprouvé par la foi[273], une croisade, dans laquelle les
Vénitiens s'engagèrent avec l'ardeur qu'inspirent le désir d'une
juste vengeance, et l'inquiétude que donne toujours le voisinage
d'un tyran. Dans le traité qui fut conclu à cette occasion avec le
pape, le doge ne stipula point en son nom, comme avaient fait souvent
ses prédécesseurs, mais au nom du conseil et de la communauté des
Vénitiens[274]. Ils armèrent des troupes, des vaisseaux. Padoue, la
place d'armes d'Erzelin, fut emportée d'assaut, et pillée pendant
sept jours par ceux qui se disaient ses libérateurs. Le tyran,
furieux en apprenant la perte de cette ville, fit égorger tous les
Padouans qui étaient dans son armée; poursuivi dans Vérone, dans
Vicence, dans Brescia, il mourut enfin d'une blessure qu'il avait
reçue en combattant. Ce fut en reconnaissance de ce service, rendu
au parti de l'église, que le pape accorda au doyen du chapitre de
Saint-Marc le droit de porter la mître et le bâton pastoral.

[Note 273: Ce sont les expressions de la bulle. (RAYNALDI _Annales_,
1255.)]

[Note 274: _Memorie storico-civili sopra le successive forme del
governo de' Veneziani_ da Sebastiano CROTTA.]

[Note en marge: Abdication du doge Jacques Thiepolo. 1249.]

Je n'ai pas voulu interrompre le récit de ces évènements, pour faire
mention de l'abdication du doge Thiepolo. Accablé d'années et du
chagrin d'avoir perdu si malheureusement son fils, il se démit de sa
dignité en 1249. Savant jurisconsulte, il avait recueilli, coordonné
les lois de sa patrie, et réformé le code vénitien.

Il y avait à-peu-près un siècle que les Pandectes de Justinien
avaient été retrouvées[275]; la vive lumière qu'avait répandue
ce recueil de lois, fut une des principales causes du retour
de la civilisation. Ce que les Triboniens avaient fait pour la
législation de l'empire, Pantaléon Justiniani, depuis patriarche de
Constantinople, Thomas Centranigo, Jean Michieli, et Étienne Badouer,
l'exécutèrent pour leur patrie. Tels sont les noms de ceux que la
reconnaissance publique cite comme coopérateurs de Jacques Thiepolo
dans cet utile travail. L'orgueil national des habitants de Sienne,
et peut-être la jalousie ont accrédité parmi eux l'opinion que les
Vénitiens leur avaient demandé communication de leurs statuts, et les
avaient pris pour modèle[276]. Il serait fort difficile de vérifier
ce fait, dont assurément les Vénitiens ne demeureraient pas d'accord.

[Note 275: À Amalfi, en 1137, ou en 1135, suivant Tiraboschi.
Cet historien prétend au reste que le manuscrit qu'on trouva à
Amalfi, était, ou l'original, ou au moins une copie très-ancienne
des Pandectes; mais que l'existence de ce recueil était connue
avant cette époque; et il cite à l'appui de son opinion plusieurs
jurisconsultes qui l'avaient déjà expliqué; quoi qu'il en soit, les
Pisans emportèrent ce trophée du pillage d'Amalfi, et s'en virent
dépouillés à leur tour par les Florentins.]

[Note 276: Voici ce que je lis dans une note de M. le bibliothécaire
de la ville de Sienne, sur un manuscrit intitulé: _Collezione di
leggi Venete: è costante tradizione che da Siena fossero mandati i
nostri statuti a Venezia_.]

Ce fut, dit-on, sous le règne de Jacques Thiepolo, en 1446, que
furent commencés le pont de Rialte et les embellissements de la place
Saint-Marc[277].

[Note 277: Cronica di Venezia, e come lo fù edificata, e in che
tempo, e da chi fino all'anno 1446.

(_Manuscrit de la bibliothèque de St.-Marc_, nº 21.)]

[Note en marge: Marin Morosini, doge. 1249.]

Thiepolo fut remplacé par Marin Morosini, pour l'élection duquel on
éleva le nombre des électeurs à quarante et un, afin d'éviter les
inconvénients du partage.

C'est au règne de celui-ci qu'il faut rapporter la première
croisade de saint Louis, dont je ne fais mention que parce que un
vieil historien reproche aux Vénitiens de n'avoir pas voulu se
laisser fléchir pour fournir à ce prince des vaisseaux à un prix
raisonnable[278].

[Note 278: Et li messages furent en Acre; ils ne porent en nule
manière fléchir les Genevoys, ne les Véniciens, que ils vousissent
mettre resnable pris en leur vaissiaus.

(_Annales du règne de St.-Louis_, par Guillaume de NANGIS.)]

[Note en marge: Renier Zeno, doge. 1252.]

Morosini ne régna que trois ans. Après sa mort, les quarante-un
électeurs firent choix de Renier Zeno, et annoncèrent cette élection
au peuple. C'est l'expression de l'historien Dandolo[279] que je
consigne ici, parce qu'elle fait voir ce qui restait alors au peuple
vénitien de son ancien droit d'élire le doge.

[Note 279: Ducem creatum populo nuntiaverunt. (_Chronicon._ lib. 10,
cap. 7.)]

[Note en marge: XV. Guerre contre les Génois. 1256.]

Le règne de Zeno fut rempli par une guerre continue de onze ans que
la république de Venise eut à soutenir contre celle de Gênes. Ce
fut vers l'an 1256 qu'éclata entre les deux peuples cette haine
née de la jalousie du commerce; haine si funeste dans ses effets
qu'elle compromit tour-à-tour l'existence des deux états. Gênes,
sans territoire comme Venise, tirait toute sa puissance de la
navigation. Cette navigation avait pour objet de fournir à l'Europe
les marchandises de l'Asie. À cette époque, la boussole n'avait pas
encore ouvert les routes de l'océan. Quatre puissances principales
possédaient de vastes côtes sur la Méditerranée, mais aucune d'elles
n'avait une marine commerçante. Les chrétiens et les Sarrasins se
disputaient encore l'Espagne; la France divisée ne songeait pas à
s'enrichir par le commerce, qu'elle semblait même dédaigner; le
royaume de Naples et de Sicile était devenue une proie que plusieurs
familles se disputaient; l'empire grec, déchiré de toutes parts,
était pressé par les peuples orientaux. C'était un immense avantage
que le privilége exclusif d'aller acheter, dans le fond de la
Méditerranée, tous les objets de luxe et de nécessité que l'Asie
fournissait à l'Europe, d'en fixer à son gré le frêt et le prix. Ce
privilége était exploité par les trois républiques de Venise, de
Pise et de Gênes. Les deux dernières n'avaient pu voir sans envie
les établissements que la première avait acquis dans l'Archipel et
dans la Morée. Si les Vénitiens avaient pu garder toutes leurs
conquêtes, ils auraient certainement fini par interdire à leurs
rivaux la navigation de la mer Noire, du Bosphore et de l'Archipel.
Sans en venir même à cette extrémité, ils auraient eu sur eux tant
d'avantages, que la concurrence serait devenue impossible; aussi
le sentiment de leur intérêt avait-il allié les Génois avec les
empereurs grecs, pour la destruction de l'empire latin en Orient.

[Note en marge: Discorde pour la possession d'une église à
St.-Jean-d'Acre.]

Sur les côtes de la Palestine, les avantages avaient été moins
inégalement partagés. On a vu que les Génois et les Vénitiens avaient
des comptoirs dans les ports principaux. Ils possédaient les uns et
les autres des quartiers dans plusieurs places; ils y étaient sous la
juridiction de leurs magistrats. Dans la ville de Saint-Jean-d'Acre
il ne se trouvait malheureusement qu'une église pour les deux
nations. Les Génois en réclamaient la possession exclusive, les
Vénitiens voulaient qu'elle fût commune; le pape jugea le différend
en faveur de ceux-ci. Les Génois, au lieu de se soumettre à cette
décision, s'emparèrent de l'église, la fortifièrent et chassèrent
tous les Vénitiens de la ville.

Ils devaient s'attendre à être bientôt attaqués. Venise arma treize
galères, qui forcèrent l'entrée du port, et brûlèrent trente
bâtiments génois qui s'y trouvaient. Quelques troupes mises à
terre marchèrent sur l'église qui était le sujet de la querelle,
l'emportèrent d'assaut, la détruisirent entièrement, forcèrent les
Génois à se réfugier dans Tyr, s'emparèrent de leurs comptoirs, et
pillèrent leurs magasins.

Les Génois établis à Tyr se mirent aussitôt en mer avec quelques
vaisseaux, pour tirer vengeance de cette perte. L'escadre vénitienne
sortit du port de Saint-Jean-d'Acre, pour aller à leur rencontre, et
les battit complètement. Mais ce n'était là que le prélude de combats
plus sérieux. Les deux républiques armaient avec la plus grande
activité. Les Vénitiens ne se bornèrent pas à déployer leurs propres
forces. Ils invoquèrent la haine que les Pisans avaient vouée au nom
génois, et oubliant pour un moment leurs propres rivalités, parce
qu'il y avait un ennemi commun à détruire, Venise et Pise s'allièrent
par un traité offensif et défensif, dont la durée était fixée à dix
ans[280].

[Note 280: Il est dans les dissertations de MURATORI, _sur les
antiquités du moyen âge_. (Dissertation 49e, p. 403.)]

[Note en marge: Bataille navale. 1258.]

Quarante-neuf galères et quatre gros vaisseaux partis de Venise
arrivèrent devant Saint-Jean-d'Acre, presque dans le même temps où
quatre gros vaisseaux et quarante galères génoises entraient dans
la rade de Tyr. Les deux flottes remirent en mer, animées d'une
ardeur égale; elles s'aperçurent mutuellement vers le soir du 25
juin 1258. On passa la nuit à s'observer. Les Génois avaient pour
capitaine Guillaume Buccanigra. La flotte vénitienne était commandée
par André Zeno, fils du doge, et Laurent Thiepolo. Au point du jour
on s'attaqua avec fureur, la ligne des Génois fut rompue dès le
commencement de l'action; ils redoublèrent d'efforts pour réparer ce
désavantage. Mais la victoire se déclara en faveur des Vénitiens.
Vingt galères prises les suivirent lorsqu'ils rentrèrent triomphants
dans le port; le reste de la flotte génoise se retira vers Tyr; elle
avait perdu plus de deux mille hommes. Arrivés à Saint-Jean-d'Acre,
les vainqueurs se jetèrent sur ce qui restait dans cette ville de
négociants génois, détruisirent leurs habitations et les firent
prisonniers. Ainsi la guerre civile venait de s'allumer entre
les chrétiens dans la Terre-Sainte; et tandis que les infidèles
pouvaient voir, de leurs côtes, les fureurs de ces deux peuples qui
s'entre-détruisaient, ce qui restait de chrétiens dans la Palestine
se déclarait, au gré de ses passions, pour l'un ou l'autre parti; les
chevaliers du Temple, les hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem
devinrent les auxiliaires des deux républiques rivales[281].

[Note 281: En me conformant à la version de la plupart des
historiens, je préviens qu'elle n'est pas tout-à-fait d'accord avec
les annales génoises, liv. 6. Les annales génoises sont de Caffari,
et le 6e livre de Barthelemi Scriba son continuateur.]

[Note en marge: XVI. Guerre des Vénitiens contre l'empereur grec.]

[Note en marge: Les Génois s'allient à l'empereur. 1261.]

Les Vénitiens n'avaient pas renoncé à recouvrer les possessions
qu'ils avaient conquises, cinquante ans auparavant, vers le Bosphore;
ils faisaient avec peu d'avantage une guerre opiniâtre à l'heureux
Michel Paléologue, qui les avait chassés de Constantinople. Mais
que pouvaient des flottes d'une vingtaine de galères, contre le
nouvel empire grec? Les exploits des généraux de la république se
réduisaient à désoler le commerce, à menacer toutes les côtes et
à incendier quelques villages. Ce fut en vain que la république
sollicita, et que le pape fit prêcher une croisade contre l'empereur
schismatique. Aucun prince de l'Occident ne voulut prendre les
armes contre lui. Bien loin de-là, il trouva des alliés, grâce à
l'irréconciliable haine qui divisait les Génois et les Vénitiens. Les
Génois, au lieu de s'armer pour mériter les indulgences, encoururent
l'excommunication, en s'alliant avec Michel Paléologue, qui leur
offrait des priviléges et des établissements, aux dépens de leurs
rivaux[282], notamment la possession de l'île de Scio, où ils se
sont maintenus pendant plus de trois siècles[283]. L'empereur leur
donna aussi le palais et le comptoir de la colonie vénitienne
de Constantinople. Ces implacables ennemis le démolirent et en
transportèrent les pierres à Gênes[284].

[Note 282: Voyez le traité dans la collection Bysantine, à la suite
de l'_Histoire de Constantinople_, sous les empereurs français, par
DUCANGE; il est du 13 mars 1261.]

[Note 283: Jusqu'en 1566.]

[Note 284: Idem imperator palatium amplum et latum ad formam castri,
quod Veneti in dictâ civitate obtinebant, Januensibus donavit,
quodque Januenses cum tabis, buccinis et chordibus cadunatis funditùs
diruerunt; et ex lapidibus ipsius palatii in ipsâ nave Januam
transmiserunt, quorum quidam adhuc exstant in domo communis ædificatâ
ad clapam olei.

(_Annales genuenses ubi suprà._)]

Une flotte génoise vint se réunir à la flotte grecque. Cette
armée combinée fit quelques prises de médiocre importance; on se
partagea les prisonniers. Les Grecs firent crever les yeux aux
leurs; les Génois massacrèrent tous ceux qui leur étaient échus
en partage[285]. Ces atrocités trouvèrent leur juste punition au
commencement de la campagne suivante. La flotte de Venise attaqua
et battit complètement la flotte génoise sur les côtes de la Morée.
Non contents d'ensanglanter la Syrie et l'Archipel, les Génois
vinrent insulter leurs ennemis dans l'Adriatique. Ceux-ci, pour
interdire l'approche de leurs côtes, envoyèrent trente-sept galères
dans le canal de Malthe. En interceptant ce passage, elles coupaient
toute communication entre Gênes et Constantinople. Les Génois, avec
cette diligence que l'animosité seule peut donner, en équipèrent
trente-deux; elles mirent aussitôt à la voile pour rompre cette
barrière qui séparait tout le Levant de la partie occidentale de la
Méditerranée.

[Note 285: L'historien génois ne rapporte que la moitié de ce fait:
«Imperator autem ad dedecus Venetorum omnibus nasum abscindi, et
oculos erui fecit, præter quibusdam, qui, precibus Januensium, dictam
poenam evaserunt.»]

[Note en marge: Bataille de Trapani.]

Ce fut à la hauteur de Trapani, port de la Sicile, que les Génois
aperçurent enfin le pavillon de Saint-Marc. La fortune ne l'avait
point encore abandonné, mais la victoire fut achetée par un horrible
carnage. Les Génois combattirent avec une telle fureur, que leur
défaite fut désastreuse; pas un de leurs vaisseaux ne chercha son
salut dans la fuite; tous furent pris, brûlés ou engloutis dans la
mer; il ne resta de leur armée que deux mille et quelques cents
prisonniers. Les vainqueurs n'étaient pas en état de poursuivre
vivement leurs succès après une victoire si long-temps disputée;
cependant ils en recueillirent le fruit. L'empereur grec, ne comptant
plus sur les secours de ses alliés, se hâta de conclure, en 1268,
avec les Vénitiens, une trêve de cinq ans, dont la ratification
fut signée par le doge assisté de son conseil et de neuf autres
citoyens, qui apparemment avaient été nommés pour délibérer sur cette
affaire[286]. L'empereur, en désespérant de la cause des Génois,
n'avait pas apprécié tout ce que peuvent fournir de ressources le
commerce, le patriotisme et la haine.

[Note 286: Fù ratficato dal doge con li suoi consiglieri e nove altri
cittadini che saranno stati insigniti delle dignità più cospicue.

(_Memorie storico-civili sopra le successive forme del governo de'
Veneziani_ da Sebastiano CROTTA.)

Ce traité est rapporté textuellement dans l'histoire de Venise, par
André Navagier; mais il le met sous la date de 1265.]

Quatre batailles perdues coup sur coup, une grande flotte détruite,
n'avaient point ébranlé la constance de ces implacables rivaux.
Pendant qu'à Constantinople Michel Paléologue signait une trêve sans
avoir combattu, à Gênes toutes les fortunes, tous les bras étaient
employés à préparer un nouvel armement. Trop faibles encore pour
ressaisir la victoire, les Génois ne voulaient point abandonner le
champ de bataille, et cherchaient à se consoler de leur malheur
par des ravages. Tout-à-coup on apprit à Venise qu'une expédition
partie de Gênes avait débarqué des troupes dans l'île de Candie,
attaqué brusquement, emporté d'assaut, pillé, livré aux flammes, rasé
entièrement la ville de la Canée, nouvelle fondation de la colonie
vénitienne. Les flottes des deux nations se rencontrèrent, l'année
suivante, sur la côte de Tyr; les Génois furent encore défaits sans
être découragés. Ne pouvant plus rassembler des armées, ils firent
une guerre de corsaires. Il y avait huit ans que cette fureur des
deux peuples rivaux ensanglantait la Méditerranée; leur rage, loin de
se consumer, trouvait sans cesse de nouvelles armes.

[Note en marge: Trêve. 1269.]

Trois autres campagnes ne purent l'affaiblir, et laissèrent indécis
de quel côté il y avait le plus d'opiniâtreté et de haine. Les
vaincus n'étaient pas plus disposés à la paix que les vainqueurs; il
fallut que des circonstances indépendantes de leur volonté vinssent
suspendre cette lutte terrible.

Saint Louis préparait alors (en 1269), sa seconde et déplorable
expédition pour l'Afrique; mais tel était dans ce temps-là le
système de l'administration, qu'un roi de France entreprenait une
guerre au-delà des mers, sans avoir les moyens d'y transporter son
armée; il fallait, pour effectuer le passage, emprunter les vaisseaux
des Vénitiens ou des Génois, et pour qu'ils pussent en fournir, il ne
fallait pas qu'ils eussent un ennemi à poursuivre.

Toute la chrétienté s'interposa pour déterminer les deux républiques
à cesser de mettre obstacle, par leurs divisions, à la délivrance
des lieux saints; mais tout ce qu'on put en obtenir, ce fut une
suspension d'armes momentanée, qui devint cependant une trêve de
quelques années, par la médiation de Philippe-le-Hardi, successeur de
saint Louis. On accusa les Génois d'avoir retenu leurs prisonniers,
quoiqu'ils fussent convenus de les rendre, et d'en avoir fait périr
deux mille de misère[287].

[Note 287: Mon savant confrère, M. Raynouard, m'a communiqué des vers
en langue romane, qui attestent les plaintes des Vénitiens.

_Fragment d'une pièce de Barthelemi Zorgi._

    Quar judeus ni reneiatz
      Non deuria voler
      Preizoniers destener
    Al sos guerriers accordats;
      E lur ven a plazer
    Prop dos mil prés tener,
    Ben qu'il sion accordat
      Qu'a tort et à pechat
    En moran tuit malamen
      E saboun veramen
  Qu'à negun d'els tan ne valou li sieu
  Que ja per els si dechaia ni s. leu.
      Quant sol per far parer
    Qu'il si tengron per paiat
    Dels près com an coindat
      Laisson morir tanta gen.

(_Manusc. de la bibliot. du Vatican_, nº 3204, fº 81.)]

Venise fournit quelques vaisseaux à saint Louis[288]: les deux
républiques employèrent le temps de cette trêve forcée à d'autres
guerres et à des révolutions. Si on a été étonné de l'opiniâtreté du
peuple génois à soutenir, pendant dix ans, une guerre si ruineuse,
on le sera bien davantage en se rappelant que cette ville, d'où
partaient continuellement des flottes pour réparer des désastres et
en éprouver de nouveaux, était en proie aux discordes civiles. Le
peuple jaloux du pouvoir des nobles, redoublait ses efforts pour
ressaisir sa liberté intérieure, comme pour disputer l'empire de la
mer. Il renversait des familles puissantes, à l'aide de quelques
autres qui usurpaient à leur tour l'autorité, et il repoussait en
même temps l'armée de Charles d'Anjou, dont l'ambition voulait
envahir toute l'Italie.

[Note 288: Le contrat entre saint Louis et les Vénitiens pour le
loyer des bâtiments qui devaient porter l'armée française, se trouve
dans le _Codex Italiæ diplomaticus_ de LUNIG, tom. II, part. 2,
sect. 6, XII. Il y en a plusieurs copies dans les manuscrits de la
Bibl.-du-Roi.]

[Note en marge: XVII. Révolte du peuple de Venise.]

Tandis que Gênes combattait pour échapper à l'aristocratie, Venise
était agitée par d'autres causes, qui préparaient aussi des
troubles domestiques. La guerre avait été brillante, mais ruineuse;
il fallut recourir à des impôts; et pour atteindre toutes les
fortunes, on s'arrêta à l'idée de lever une taxe sur les farines.
Le renchérissement du pain, excita de violents murmures; le peuple
s'assembla en tumulte, environna le palais du gouvernement, et
demanda à grands cris la suppression du nouvel impôt[289]. Le doge
se présenta accompagné de ses conseillers, il essaya de haranguer
le peuple; mais, au lieu de réussir à calmer la sédition, il se
vit accablé de huées, de menaces, et contraint de rentrer dans son
palais, pour échapper aux pierres qu'on lui lançait. Les séditieux
se répandirent dans la ville, attaquèrent et pillèrent les maisons
de plusieurs nobles odieux ou suspects à la populace. Ce fut une
confusion épouvantable qui mit la république en péril. Des troupes
accourues à la hâte des garnisons les plus voisines, parvinrent
cependant à la faire cesser. Aussitôt que le sénat eut ressaisi son
autorité, il la vengea par un grand nombre d'exécutions; mais les
supplices ne procurent jamais qu'une tranquillité imparfaite. La
discorde avait jeté des racines même parmi les nobles. Déjà, quelque
temps auparavant, un homme considérable, illustré par une victoire,
Laurent Thiepolo, avait failli d'être victime de l'inimitié de deux
autres hommes d'un grand nom. Laurent et Jean Dandolo l'avaient
attaqué et blessé grièvement, en plein jour, au milieu de la place
publique[290]. Cet acte de violence avait divisé les principaux
habitants de la ville en deux partis. Les Thiepolo paraissaient alors
les ardents défenseurs des prétentions des anciennes familles.
Les Dandolo, quoique leur origine remontât aussi au berceau de la
république, s'étaient déclarés les chefs de tous ceux en qui les
richesses ou une illustration récemment acquise, avaient fait naître
une ambition nouvelle. Venise portait dans son sein le germe des plus
fatales dissensions.

[Note 289: Marin SANUTO, _Vite de' duchi R. Zeno_.]

[Note 290: DANDOLO (_Chron_. ch. 7, p. 37) dit: _Mortiferè vulneratus
est_, ce qui semblerait annoncer que Thiepolo fut tué; mais on voit
qu'ensuite il fut élu doge, et sa réconciliation avec les frères
Dandolo est même racontée plus bas par l'historien.]

Ce fut dans ces circonstances que le doge Renier Zeno mourut.
Son règne avait été signalé par un grand revers, la perte de
Constantinople, et par des victoires sur les Génois chèrement
achetées. Cependant la ville avait reçu, pendant son administration,
des embellissements considérables; le pont de Rialte avait été
achevé, et les rues avaient été pavées en briques.

[Note en marge: XVIII. Changement dans la forme des élections.]

Les passions qui agitaient les esprits, les rendaient moins sensibles
aux désastres de la guerre. Aux yeux de chaque faction, la plus
grande des calamités était le triomphe de la faction opposée. On
chercha à éviter les brigues, les coalitions, en faisant intervenir
le sort dans le choix des électeurs; cette idée donna naissance à une
forme d'élection, que je ne puis me dispenser de faire connaître,
parce qu'elle est singulière, et qu'elle a été maintenue jusqu'à ces
derniers temps.

Pendant les six premiers siècles de la république, le droit d'élire
le doge avait été exercé par le peuple entier.

En 1173, ce choix fut confié à onze électeurs: cinq ans après on
procéda différemment; le grand conseil nomma quatre commissaires, qui
désignèrent chacun dix électeurs. Le nombre des électeurs fut porté à
quarante-un, en 1249.

Tel était l'ordre existant en 1268, à la mort de Renier Zeno.

On régla, pour l'avenir, que trente membres du grand conseil,
désignés par le sort, se réduiraient par un second tirage, au
nombre de neuf. Ces neuf conseillers désignaient quarante électeurs
provisoires (savoir les quatre premiers cinq chacun, et les cinq
derniers quatre chacun). On allait aux voix pour la confirmation
des quarante électeurs désignés, et sur les neuf voix il fallait en
réunir sept pour que la nomination fût confirmée; on exigeait que ces
électeurs provisoires fussent âgés de plus de trente ans.

Ces quarante électeurs provisoires se réduisaient, par le sort, à
douze. De ces douze, le premier désignait trois personnes, chacun des
autres en désignait deux; il en résultait une liste de vingt-cinq
autres électeurs, dont la confirmation était le sujet d'un ballottage
dans lequel il fallait obtenir neuf voix, pour être maintenu sur la
liste.

Ces vingt-cinq nouveaux électeurs se réduisaient, par le sort, à
neuf. Chacun des neuf proposait cinq personnes, d'où résultait une
nouvelle liste de quarante-cinq, où l'on n'était maintenu qu'à la
pluralité de sept voix sur les neuf.

Les quarante-cinq électeurs de ce troisième choix se réduisaient
à onze par le sort. Les huit premiers nommaient chacun quatre
personnes, et les trois derniers chacun trois. Ces désignations
produisaient une liste de quarante-une personnes, qui devaient être
les électeurs définitifs. On allait au scrutin, et on excluait celles
qui ne réunissaient pas neuf suffrages sur onze.

Cette opération terminée, on soumettait au grand conseil la liste des
quarante-un électeurs présentés, pour procéder au choix du doge; le
grand conseil délibérait successivement au scrutin sur chacun d'eux,
et si quelqu'un ne réunissait pas la majorité absolue des suffrages,
les onze électeurs provisoires étaient obligés d'en désigner un autre.

Ainsi la nomination des quarante-un électeurs était le résultat
de cinq tirages au sort entre-mêlés de cinq scrutins[291].
Immédiatement après leur nomination, ils passaient dans une salle, où
ils demeuraient enfermés jusqu'à ce qu'ils eussent fait l'élection du
doge. Là, on les traitait splendidement, aux frais de la république,
on leur accordait tout ce qu'ils demandaient, et on donnait également
à tous ce que chacun avait demandé[292]. Mais toute communication
au-dehors leur était interdite.

[Note 291: J'ai trouvé dans un manuscrit quelques vers populaires qui
expriment assez bien cette opération si compliquée:

  Trenta elegge il conseglio,
  De quei nove hanno il meglio:
  Questi elegon quaranta,
  Ma chi più in lor si vanta
  Son dodeci, che fanno
  Vinti cinque: ma stanno
  Di questi soli nove,
  Che fan con le lor prove
  Quaranta cinque a ponto
  De quali undeci in conto
  Eleggon quarant'uno,
  Che chiusi tutti in uno,
  Con venti cinque al meno
  Voti, fanno il Sereno
  Principe che coregge
  Statuti, ordini e legge.

_De l'État présent de la république de Venise_, etc., par H. D. V.,
chevalier de l'ordre de Saint-Michel. (_Man. de la Bibliot.-du-Roi_,
nº 10,465).]

[Note 292: Léopold Curti rapporte, dans ses Mémoires historiques
et politiques sur le gouvernement de Venise, que quelquefois les
membres du conclave faisaient des demandes un peu singulières.
Il y en eut un qui un jour demanda un chapelet, on leur envoya
quarante-un chapelets; une autre fois un des électeurs demanda les
fables d'Ésope, il fallut courir toute la ville pour en trouver
quarante-et-un exemplaires.]

Les électeurs assemblés commençaient par se choisir trois présidents,
qu'on désignait sous le nom de _priori_. Ils demandaient ensuite deux
secrétaires, qui devaient rester enfermés avec eux. L'assemblée ainsi
constituée, ils étaient appelés, par rang d'âge, devant le bureau
des _priori_; là, chacun écrivait de sa main sur un billet, le nom
de celui qu'il désignait pour doge, et jetait le billet dans une
urne. Deux conditions seulement étaient exigées des candidats, d'être
membres du grand conseil, et âgés de plus de trente ans.

Après avoir compté les billets, l'un des secrétaires en tirait un et
lisait le nom qui y était porté; alors chacun des électeurs pouvait
énoncer librement les reproches qu'il croyait devoir faire au sujet
proposé.

Si le nom sorti de l'urne était celui de l'un des électeurs, il était
obligé de passer dans un cabinet séparé, pour laisser une entière
liberté aux accusations. Après qu'on avait développé hors de sa
présence tous les griefs énoncés contre lui, il était rappelé; le
président lui en faisait part, et on entendait ce qu'il avait à dire
pour sa justification.

Cette information sur tous les noms contenus dans l'urne étant
terminée, on ballottait successivement les noms de tous les
candidats, au moyen de deux urnes, dont l'une était pour les
suffrages affirmatifs, l'autre pour les boules d'exclusion, et
aussitôt que l'un des noms avait obtenu vingt-cinq suffrages,
l'élection était consommée.

Tel était ce mode d'élection, qui a été jugé fort diversement.
Les uns y ont trouvé un chef-d'oeuvre de sagacité et de prudence;
d'autres n'y ont vu qu'une complication de formes, dont il était
impossible de prévoir et de diriger le résultat selon les besoins
de la république. Tous sont demeurés d'accord que des procédés si
méthodiques, si lents ne pouvaient convenir qu'à un peuple grave et
fidèle à ses usages.

En dernière analyse, il s'agissait de choisir quarante-un électeurs
sur les quatre cent soixante-dix citoyens qui composaient le grand
conseil. Le sort désignait d'abord neuf personnes, mais c'était là
toute la part qu'on laissait à l'aveugle hasard. Le choix raisonné
de ces neuf personnes, formait une liste de quarante. Celles-ci
avaient déjà une présomption en leur faveur. Le tirage les réduisait
à douze; mais cela n'empêchait pas que les douze ne fussent le
résultat d'un choix. Une seconde opération de ces douze produisait
une liste de neuf autres électeurs, qui devaient avoir aussi des
droits à la confiance, puisqu'ils avaient été élus. Ces neuf en
élisaient onze, et enfin l'opération des onze se réduisait à former
la liste des électeurs définitifs proposés au grand conseil. Tout le
résultat de ce système était donc de mettre obstacle à la brigue, en
ne permettant pas de deviner qui serait chargé de faire la liste de
proposition; mais cette liste une fois faite, l'intrigue reprenait
tous ses droits. Dans la suite, on prit le plus sûr moyen de n'avoir
pas à se plaindre d'un mauvais choix; ce fut de rendre la place de
doge moins importante.

[Note en marge: XIX. Laurent Thiepolo, doge. 1268.]

Le premier essai de cette forme d'élection, éleva au dogat Laurent
Thiepolo, alors à la tête du parti aristocratique, et qui, dix ans
auparavant, avait remporté une victoire sur les Génois, dans la mer
de Syrie. Les marins le portèrent en triomphe jusqu'à son palais,
et de-là vint l'usage que les ouvriers de l'arsenal soutinssent sur
leurs épaules la chaise ducale du doge, lorsqu'on lui faisait faire,
après sa nomination, le tour de la place de Saint-Marc[293]. Ce fut
toute la part qui resta définitivement au peuple dans l'élection du
chef de l'état.

[Note 293: _Hist. di Venetia_, di Paolo MOROSINI, lib. 8.]

[Illustration: Gran Consiglio.]

[Note en marge: Création de la charge de grand-chancelier.]

On créa immédiatement après une charge importante, celle de
grand-chancelier de la république. C'était un ministre dépositaire
du sceau de l'état, prenant séance à tous les conseils, mais sans
voix délibérative, environné de beaucoup d'honneurs, portant la
robe sénatoriale, doté d'un revenu considérable[294], élu par le
grand conseil, inamovible, et par conséquent indépendant du prince.
Cette institution offre une particularité remarquable sous un
autre rapport. En même temps qu'on donnait au grand-chancelier
la prééminence sur les membres de tous les conseils, excepté les
conseillers du doge et les procurateurs de Saint-Marc, on réglait
que le titulaire de cette dignité serait toujours choisi dans le
corps des secrétaires: or les secrétaires n'étaient pas tirés des
familles nobles, mais de la bourgeoisie, qu'on appelait à Venise la
citadinance. Jusques-là on n'avait établi aucune distinction entre
les citoyens nobles ou non nobles, pour l'éligibilité à tous les
emplois. Il y avait, par le fait, des familles patriciennes; elles
avaient la plus grande part à toutes les dignités; elles dominaient
dans les conseils par le nombre comme par l'influence; mais rien
ne consacrait en leur faveur un droit que n'eussent pas les autres
citoyens.

[Note 294: Sorenzo, dit qu'il était de trois mille ducats.

La chancellerie se subdivisait en plusieurs espèces d'archives: il
y en avait une qu'on appelait _la Secreta_, où se déposait, sous
la responsabilité du chancelier, tous les actes et documents dont
personne ne pouvait prendre connaissance sans une autorisation
spéciale; les autres papiers du gouvernement et de l'administration
formaient les archives proprement dites; ce qu'on appelait la
chancellerie ducale, était le lieu où devaient être déposés tous
les testaments. On prétend que ce dépôt rendait au chancelier neuf
mille livres de France par an; enfin, il y avait la chancellerie
prétorienne qui était le dépôt des bulles de Rome et autres actes
relatifs au clergé ou aux affaires ecclésiastiques; les droits du
chancelier sur ces actes s'élevaient à dix-huit cents livres.

On sent bien que toutes ces distinctions et toutes ces évaluations ne
se rapportent pas au moment où cette charge fut créée.]

Ce fut un trait d'habileté de l'aristocratie, de concéder un
privilége aux citadins; c'était supposer qu'il pouvait y avoir des
priviléges, et que la noblesse avait déjà les siens. Leur assurer
la possession de la seconde place, c'était déclarer qu'ils étaient
exclus de la première.

[Note en marge: XX. Disette à Venise. 1269.]

[Note en marge: Les voisins de Venise lui refusent des grains.]

Une cité comme Venise, remplie d'une population immense, qui
quelquefois s'accroissait rapidement, par l'affluence des étrangers,
par l'armement ou le retour d'une flotte, devait faire une
consommation considérable de tous les objets nécessaires à la vie.
Cette même ville était sans territoire, et ne possédait que des
colonies moins florissantes par la culture que par le commerce. Pour
les peuples commerçants, les moissons naissent du sein des eaux.
Mais les côtes de la Grèce n'ont jamais été fertiles; l'Afrique
était depuis plusieurs siècles en état de guerre perpétuelle avec
l'Europe; la côte orientale de l'Espagne était encore occupée par
les Sarrasins; il n'y avait donc que le royaume de Naples et la
Sicile qui pussent offrir à Venise le pain que devaient consommer
ses habitants. Telle était la sécurité du gouvernement, telle était
son excessive confiance dans les ressources du commerce, que cette
capitale se trouva sans approvisionnements, lorsqu'une mauvaise
récolte dans la Sicile et dans la Pouille vint faire prohiber
l'exportation des grains de ces deux provinces. Le gouvernement
vénitien, qui n'en avait guère que pour un mois, envoya sur-le-champ
dans toute la Lombardie; il écrivit aux magistrats des villes de
Padoue, de Ferrare et Trévise, pour demander à partager l'abondance
dont elles jouissaient. On rappelait dans ces lettres les services
que la république avait rendus à ces villes, notamment pour la
destruction du tyran de Padoue. Mais les Vénitiens éprouvèrent
ce qu'on doit attendre, dans la détresse, de voisins dont on a
excité la jalousie par sa prospérité. Il fallait que déjà Venise
eût mérité de l'inimitié, puisque toutes les villes de la côte
voisine refusèrent à la reconnaissance ce que l'humanité avait
droit d'exiger. Ce ne fut qu'avec beaucoup de peines, de dangers et
de sacrifices, qu'on parvint à faire venir de la Dalmatie, et de
quelques autres points éloignés, des secours tardifs, incertains
et toujours insuffisants. Cette disette dura tout l'hiver de 1269.
On créa, à cette occasion, une magistrature, chargée de prévenir
désormais un semblable malheur. Mais les soins de cette magistrature
auraient été sans effet, si Venise n'eût su mettre à profit son
influence, pour s'assurer la faculté de puiser à volonté sur tous les
points qui pouvaient lui fournir des approvisionnements abondants.

Elle n'avait point de territoire en Italie; celui qu'elle possédait
sur les côtes de la Dalmatie était hérissé de rochers; par conséquent
la population vénitienne sur les deux rives de l'Adriatique pouvait
être exposée fréquemment à la disette.

L'île de Candie était un pays fertile; mais les révoltes de cette
colonie en interrompaient souvent le commerce, et ne permettaient pas
à la métropole de compter sur cette ressource.

[Note en marge: Mesures pour éviter le retour de ce fléau.]

Quand la république renouvela ses traités avec l'empereur grec
Michel Paléologue, après l'expulsion des Latins du trône de
Constantinople, elle eut soin d'y faire insérer la condition expresse
qu'elle pourrait extraire, sans aucune opposition, autant de grains
qu'elle voudrait de la Crimée, et de tout le territoire que l'empire
grec possédait encore en Europe et en Asie[295]. Elle se fit
autoriser par le soudan de Tunis à exporter des grains de cette côte,
jusqu'à concurrence de la cargaison de douze bâtiments à-la-fois,
tant que le froment ne s'élèverait pas au-dessus du prix de trois
bisans et demi la mesure[296].

[Note 295: Le document est à la suite du tom. 4 de l'_Histoire du
commerce de Venise_, par MARIN.]

[Note 296: _Id._ tome V, liv. 1, ch. 3.]

Elle obtint des concessions à-peu-près semblables des autres régences
barbaresques et des royaumes de Naples et de Sicile, où elle payait
moins de droits d'exportation que les naturels du pays[297]. Elle
soumit ses voisins, le patriarche d'Aquilée, le comte de Gorice et
le seigneur de Ferrare, à souffrir ces extractions, quelquefois même
gratuitement.

[Note 297: _Ibid._]

Grâce à tous ces priviléges et à l'activité du commerce, l'abondance
fut assurée; l'Angleterre même, alors riche en grains, en couvrit
les ports de Venise, lorsque les récoltes manquèrent sur les côtes
de la Méditerranée[298]; et non-seulement cette capitale se vit
approvisionnée, mais elle devint le grenier de toute l'Italie
septentrionale et la régulatrice du prix des denrées.

[Note 298: Relation dell'illustrissimo signore D. Francesco de Bera,
cavalier di S. Jago, ritornato di ambasciadore dalla serenissima
repubblica di Venezia all'invittissimo e serenissimo cattolico rè di
Spagna.(_Manuscrit de la Bibliot.-du-Roi_, nº 221-92.)

«Conducono tanta quantità di formenti che ben spesso ne sono pieni li
porti di quella città delle loro navi.»]

[Note en marge: XXI. La république établit un droit de navigation
dans l'Adriatique.]

Ainsi donc, si l'administration vénitienne avait commis une faute
d'imprévoyance, elle sut la réparer habilement. Un gouvernement
qui sent sa force, tire quelquefois avantage de l'adversité, qui
donne toujours des ingrats à punir. La république, impatiente de
faire sentir à ses voisins son ressentiment de leurs procédés,
établit un impôt considérable sur tous les vaisseaux, sur toutes les
marchandises, qui navigueraient dans l'Adriatique, au nord du cap de
Ravenne, d'un côté, et du golfe de Fiume de l'autre.

Quand on eut établi cet impôt, il fallut le soutenir, et, comme
tout impôt dérive nécessairement de la souveraineté, la république
se trouva engagée, sans en avoir peut-être conçu le projet, à se
déclarer maîtresse de l'Adriatique, c'est-à-dire d'une mer dont elle
ne possédait pas même tous les rivages. Cette prétention était une
nouveauté dans le droit public. Il est difficile de concevoir un
droit de propriété sur une mer ouverte et commune à des riverains
de diverses nations. Il fallait être bien déterminé à faire usage
de sa puissance, pour tracer d'un bord à l'autre cette ligne que
les étrangers ne pouvaient passer sans devenir tributaires, et bien
fort, pour les assujettir à venir dans Venise même se soumettre à une
vérification et acquitter le tribut.

Les Génois, les Pisans, les Siciliens, les Levantins, étaient fondés
à se plaindre; mais les premiers étaient en état d'hostilité avec la
république; ni les uns ni les autres ne possédaient les rivages de
cette mer dont elle s'arrogeait la propriété. C'était bien pis pour
les peuples qui, à titre de riverains, y avaient absolument les mêmes
droits que Venise, pour Trévise, Padoue, Ferrare, Bologne, Ravenne,
Ancône, qui, si elles ne repoussaient cette usurpation, ne pouvaient
plus mettre un vaisseau à la mer, ni communiquer l'une avec l'autre,
ni recevoir, ni expédier des marchandises, sans payer un tribut aux
Vénitiens.

[Note en marge: Les Bolonais arment pour s'opposer à cette
innovation.]

Les premiers qui appuyèrent par les armes leurs justes réclamations
furent les Bolonais. Ils reçurent des secours de quelques villes de
la Lombardie, et, ce qui était un prodige pour ce temps-là et pour un
état de cette étendue, ils parvinrent à mettre en campagne une armée
de quarante mille hommes, composée sans doute de milices; mais un tel
effort prouve jusqu'à quel point la république avait encouru la haine
de ses voisins.

[Note en marge: Ils sont forcés de s'y soumettre.]

Quelques galères, qu'elle envoya contre les Bolonais, insultèrent
ou ravagèrent vainement les rives du Pô. Les Vénitiens, quoiqu'ils
eussent le doge à leur tête, furent repoussés par-tout pendant la
première campagne. Au commencement de la seconde, Marc Gradenigo
fut envoyé pour commander la petite armée que Venise opposait aux
Bolonais. Il leur livra une bataille générale, dont le succès complet
lui ouvrit tout le territoire ennemi, et força Bologne à demander
la paix. La première condition fut le maintien du droit exigé par
Venise sur tout ce qui traverserait la mer qui l'entoure. Seulement
elle consentit, en faveur des Bolonais, à quelques modifications dans
le tarif. Le sénat jugeait bien qu'un tarif est, de sa nature, une
chose variable; l'essentiel était de donner à une taxe arbitraire le
caractère d'un droit reconnu.

[Note en marge: Ancône implore la protection du pape. 1275.]

[Note en marge: Les Vénitiens assiégent Ancône, et la forcent à
céder.]

Ancône, voyant le mauvais succès des armes des Bolonais, implora
l'autorité du pape contre les prétentions des Vénitiens, qu'elle
traitait de pirates et de brigands. Le pape, qui n'aurait pas mieux
demandé que d'être choisi pour arbitre de ce différend, en écrivit à
la république. Mais le sénat, sans s'écarter des formes de respect
qu'il garda toujours avec le chef de l'église, montra une telle
fermeté dans sa résolution, que le médiateur n'osa compromettre son
autorité, et les Ancônitains se virent obligés de subir la loi qui
leur était imposée. Ils essayèrent de l'éluder. Le sénat envoya
une flotte pour forcer l'entrée de leur port. Cette flotte fut
repoussée, une tempête la dispersa, les Ancônitains s'emparèrent de
quelques vaisseaux. Le pape, croyant la circonstance favorable pour
parler avec plus de hauteur, reprocha amèrement aux ambassadeurs
de la république les violences que leur gouvernement se permettait
contre une ville que le saint-siége avait prise sous sa protection.
Ce gouvernement fut inébranlable; une seconde armée partit pour
aller mettre le siége devant Ancône; et cette ville fut réduite à
reconnaître que la souveraineté du golfe appartenait exclusivement
aux Vénitiens.

On rapporte à l'époque de cette guerre contre les Ancônitains, la
création d'un petit nombre de conseillers, pour renforcer le conseil
intime du doge, et qui, dans la suite, sous le nom de Sages-grands,
devinrent les directeurs de la politique extérieure et les ministres
d'état de la république[299]. On remarque que le doge, dans les
traités qu'il eut à signer après cette guerre, stipula au nom du
grand conseil et de la commune de Venise. L'autorité du prince
diminuait de jour en jour.

[Note 299: _Memorie storico civili sopra le successive forme del
governo de' Veneziani_, da Sebastiano CROTTA.]

Ainsi fut soutenu, contesté, et enfin établi pour toujours, ce
singulier droit de souveraineté sur une chose qui, de sa nature, ne
paraissait pas pouvoir être une propriété exclusive. Ce droit, que la
république avait fondé par la force, elle a voulu le défendre par le
raisonnement.

[Note en marge: Examen du droit de la république sur cette mer.]

Lorsque les premiers Vénitiens se jetèrent dans des îles à-peu-près
désertes, ce n'était pas un domaine, mais un asyle qu'ils venaient y
chercher. Peu-à-peu ils s'y fixèrent; ils y bâtirent; ils peuplèrent,
enrichirent ces plages incultes, les couvrirent d'édifices, et rien
de plus légitime sans doute que la propriété de cette création. Leur
ville n'avait pour remparts que ses lagunes, pour postes avancés
que ses vaisseaux. La mer assurait leur défense, pourvoyait à leur
nourriture, leur fournissait du sel pour leurs besoins et pour leur
commerce, leur ouvrait une source de richesses; mais de ce qu'ils
tiraient de cette mer plus d'avantages que tous leurs voisins,
il ne s'ensuivait pas qu'ils eussent le droit de se l'approprier
à l'exclusion des autres riverains. Ils avaient pu combattre,
soumettre, détruire ceux qui troublaient leur navigation; il n'y
avait rien à en conclure contre les voisins paisibles, à moins que
ceux-ci ne vinssent d'eux-mêmes se mettre sous la protection de saint
Marc. C'était sous le prétexte de cette protection que la république
avait conquis la Dalmatie, en même temps qu'elle exterminait les
pirates de Narenta. Ses conquêtes, en s'étendant sur la côte
orientale du golfe, diminuaient la sûreté, mais non pas les droits
des peuples établis sur la côte d'Italie.

Le pape Alexandre III avait dit au doge: «Que la mer vous soit
soumise comme l'épouse l'est à son époux, puisque vous en avez
acquis l'empire par la victoire.» Ces paroles pouvaient passer pour
un titre, à une époque où les souverains pontifes se donnaient
pour dispensateurs des couronnes. Cependant on voit que les papes
eux-mêmes furent étonnés de la conséquence que les Vénitiens
voulaient en tirer. Deux siècles de possession n'avaient pas
légitimé ce droit aux yeux du pape Jules II, lorsqu'il demandait
à l'ambassadeur de Venise où était le titre qui constatait la
concession du golfe à la république: il est vrai que Jérôme Donato
lui répondit, que ce titre se trouvait écrit au dos de la donation du
domaine de saint Pierre faite au pape Silvestre par Constantin.

Dans la suite la cour de Rome reconnut ce droit plus formellement,
en accordant au gouvernement vénitien la permission de lever un
décime sur les revenus du clergé, pour prix de la défense du golfe.
Cette permission était renouvelée périodiquement par une bulle;
c'était, si l'on veut, un subside que le pape, comme souverain d'une
partie du littoral de l'Adriatique, accordait aux Vénitiens, pour la
protection qu'en recevait le commerce de ses sujets; mais il leur
payait ce tribut avec leur propre bien; d'ailleurs cette concession
d'un prince ne pouvait porter atteinte aux droits de tous les autres;
et, en dernière analyse, lorsque le pape Paul V disait: «Je ne sais
pas pourquoi les Vénitiens se prétendent souverains du golfe; je fais
lire tous les ans une bulle qui excommunie les pirates; en parlant de
cette mer je me sers dans tous mes actes de cette formule _notre mer
Adriatique_;» il argumentait d'après un titre qui avait tout juste la
même valeur que celui des Vénitiens.

Il est évident que, dans les règles de l'équité naturelle, les
prétentions des Vénitiens à la souveraineté du golfe ne pouvaient
être justifiées; il n'en est pas de même si on considère la question
sous un autre rapport, et si on part de cette maxime du droit
politique, qu'une nation a, quand elle le peut, le droit d'exiger des
autres ce qui lui est nécessaire pour sa conservation.

La question posée ainsi se réduit à un point de fait: il s'agit
de savoir si Venise, pour jouir d'une pleine sécurité au fond du
golfe, avait besoin d'en interdire l'entrée aux vaisseaux des
autres nations; mais c'est avec des armes et non pas en alléguant
des droits, qu'on se défend de ses ennemis; ainsi la prétendue
souveraineté des Vénitiens aurait été illusoire, s'ils n'eussent pas
été assez puissants pour la faire respecter.

D'ailleurs, en admettant que, pour leur sûreté, il pussent interdire
la navigation du golfe aux vaisseaux armés des autres nations, cette
sûreté n'exigeait pas qu'ils levassent un tribut sur les bâtiments
du commerce, sur les marchandises. Il faut donc reconnaître que ce
droit n'avait d'autre fondement que la force. Cependant telle est
l'influence des habitudes et l'empire des anciennes institutions, que
toutes les puissances s'étaient accoutumées, même dans un temps où
elles auraient pu le contester avec succès, à reconnaître le droit
de souveraineté de Venise sur l'Adriatique. Peut-être les réflexions
de Vittorio Siri[300]. sur cette prétention sont-elles ce qu'il y a
de plus raisonnable à en dire: Il faut convenir, dit-il, que si les
Vénitiens ne gardaient le golfe il serait bientôt infesté de pirates.
Qui pourrait se charger de cette garde? Serait-ce le gouvernement
de Naples confié à des vice-rois temporaires et ambitieux? Le
gouvernement pontifical, dont les richesses sont presque toujours
détournées par une famille avide? L'Autriche, qui ne possède qu'un
port au fond de cette mer? Quel autre que la république aurait pu
faire consentir les Turcs à ne pas y envoyer des vaisseaux armés?
Sans doute c'est un mal que tous les riverains de l'Adriatique n'y
jouissent pas d'un droit égal. Sans doute il est dur pour eux de
payer un tribut au gouvernement vénitien; mais ôtez-lui ce privilége,
bientôt arriveront les pirates, après eux les flottes turques, toutes
les côtes seront menacées et cette mer cessera d'être paisible,
d'être navigable.

[Note 300: _Mémoire recondite_, tome V, p. II.]

[Note en marge: Les diverses puissances le reconnaissent
successivement.]

C'était pour faire un acte de souveraineté sur l'Adriatique que tous
les ans, le jour de l'Ascension, le doge sortait du port de Venise,
sur le Bucentaure[301], entouré de toute la noblesse, et s'avançait
jusqu'à la passe du Lido, où il épousait la mer en y jetant un anneau
béni, et en prononçant ces paroles: _Desponsamus te mare in signum
veri perpetuique dominii._ Le nonce du pape et les ambassadeurs de
tous les souverains reconnaissaient tacitement les prétentions de la
république en assistant à cette cérémonie.

[Note 301: Le Bucentaure était un grand vaisseau d'apparat tout
doré. On ignore l'étymologie de ce nom; les uns le font dériver de
la particule augmentative _Bu_ et de _Centaure_, qui était le nom
d'un vaisseau fameux dans l'antiquité; d'autres y reconnaissent le
vaisseau d'Énée, qui portait le nom de _Bis Taurus_; d'autres enfin
ont cru que _Bucentaurum_ n'était que la corruption de _Ducentorum_,
c'est-à-dire bâtiment à 200 rameurs.

Au reste, on a remarqué que cet usage de prendre possession de la
mer, ou de se rendre le dieu de la mer favorable, était pratiqué
chez les anciens. Athénée rapporte, liv. XI, que les Syracusains y
jetaient tous les ans un vase rempli de parfums; et le doge placé sur
la proue du Bucentaure, rappelle Énée qui:

  Stans procul in prorâ, pateram tenet, extaque salsos
  Porricit in fluctus, ac vina liquentia fundit.]

Les Vénitiens, à mesure qu'ils étendirent leur influence, exigèrent
des faibles un aveu plus formel d'un droit qui n'existait pas[302].
Quand les petites puissances établies sur les rivages de cette mer
eurent des guerres entre elles, elles réclamèrent le secours des
Vénitiens; et, pour être plus sûres de l'obtenir, elles sollicitaient
leur protection comme souverains du golfe[303].

[Note 302: Outre les deux traités dont nous avons parlé avec Bologne
et Ancône,

  En 1269, traité avec Ravenne.
  En 1321, avec Bologne.
  En 1337, avec Ancône.
  En 1381, avec le roi de Hongrie.]

[Note 303:

  En 1377, les habitants de Firmo et d'Ascoli contre les
    Ancônitains.
  En 1393, ceux de Spolette contre les mêmes.
  En 1458, le prince de Tarente contre les Génois.
  En 1464, Ferdinand, roi de Sicile, contre les pirates.
  En 1483, le roi de Hongrie contre les pirates.
  En 1486, le légat du pape contre les Turcs, qui infestaient
    l'Adriatique et menaçaient Ancône.
  En 1577, Grégoire XIII contre le marquis de Vico, qui
    faisait la course dans cette mer.]

Les exemples sont fréquents de demandes adressées à la république
pour obtenir le libre passage[304] de grains, de marchandises, de
munitions, de vaisseaux. Tantôt on demandait l'exemption du péage,
ou la dispense d'aller subir à Venise une vérification: tantôt
on sollicitait une protection spéciale pour le transport dont il
s'agissait; mais il n'en résulte pas moins que la suprématie de la
république était avouée. On voit Béatrix reine de Hongrie écrivant au
doge pour obtenir le transit de bijoux qu'elle faisait venir d'Italie
pour son usage.

[Note 304:

  En 1399, Guillaume, archiduc d'Autriche, pour le
    passage de sa femme avec douze navires.
  En 1457, le roi de Hongrie pour des bois.
  En 1478, l'empereur Frédéric, pour des grains venant
    de la Pouille.
  En 1481, Béatrix, reine de Hongrie, pour ses bijoux.
  En 1482 et en 1502, le roi de Hongrie, pour des grains.
  En 1505, le pape Jules II, pour des grains.]

La république était sur-tout jalouse d'interdire la navigation de
l'Adriatique à tous les bâtiments de guerre étrangers. Jamais elle
ne laissa échapper une occasion de constater et de soutenir son
privilége à cet égard. Avec les Turcs elle traita: avec Naples elle
employa la voie des sommations, pour requérir le roi Ferdinand de
faire sortir du golfe quelques galères qu'il avait envoyées sur les
côtes de la Pouille[305]. Elle refusa au pape Pie II[306] la liberté
d'envoyer deux galères à Ancône, alléguant qu'il était reconnu par
tous les princes que la défense du golfe appartenait à Venise. Elle
ne voulut pas permettre que l'empereur et le roi de France[307] y
envoyassent des vaisseaux armés.

[Note 305: En 1460.]

[Note 306: En 1463.]

[Note 307: En 1542 et 1543.]

À une époque même où elle était déjà fort déchue de sa puissance et
où d'autres nations avaient une marine bien autrement respectable
que la sienne, en 1630, le sénat ne se relâcha nullement de ses
prétentions, malgré une guerre malheureuse, qu'il avait alors à
soutenir. L'ambassadeur d'Espagne prévint la république que l'infante
Marie devait aller de Naples à Trieste, sur l'armée navale du roi son
frère, pour épouser le roi de Hongrie, fils de l'empereur; et, comme
la cour d'Espagne voulait que cet avis n'eût que l'apparence d'une
communication officieuse et sans conséquence, le ministre ajouta,
que si l'infante était obligée de relâcher dans quelqu'un des ports
de la république, il demandait qu'elle y fût reçue avec toute la
bienveillance qu'avait droit d'attendre la soeur du roi son maître de
la part d'une puissance amie.

Le gouvernement vénitien, qui vit dans cette communication l'essai
d'une prétention contraire à ses droits, s'empressa d'offrir sa
flotte pour le voyage de l'infante, en ajoutant qu'il ne pouvait
permettre l'entrée du golfe à aucun bâtiment de guerre étranger.
La cour de Madrid, alléguant que la flotte vénitienne avait été
infectée de la peste, ce qui était vrai, insista pour que la
princesse fît le trajet sur les vaisseaux du roi son frère. Le sénat
se montra inébranlable dans son refus, et envoya ordre à son amiral
de repousser les navires espagnols s'ils se présentaient[308].
L'infante finit par demander le passage sur la flotte de Venise, où
elle fut traitée avec tous les honneurs dus à son rang, et toute
la magnificence dont la république faisait vanité dans ces sortes
d'occasions[309].

[Note 308: _Histoire de Venise_, par NANI, liv. 8.]

[Note 309: Le gouvernement vénitien a fait faire plusieurs livres
pour établir son droit de souveraineté sur l'Adriatique. Voici le
titre des principaux.

_Angeli Mathiaci de jure Venetorum et jurisdictione maris Adriatici._
Venezia 1617, in-4º.

_Julii Pacii de dominio maris Adriatici disceptatio pro republicâ
venetâ._ LUG. 1619, in-4º.

_Articolo delle ragioni del dominio della repubblica veneta sopra il
suo golfo proposto dal Cirillo Michele,_ Venezia 1618, in-4º.

_De jurisdictione reipublicæ venetæ in mare Adriaticum, epistola Fr.
De ingenuis, vel potius F. Pauli veneti, adversus J. B. Valenzolam et
Laurentium Morinum lat. a_ Nic. CRASSO. Eleuteropolis 1619, in-4º.

_Del Dominio del mare Adriatico, overo golfo de Venezia, discorso di_
Piet. ZAMBONO J. C. Vicenza 1620, in-4º.

_Theodori Graswinckelii maris liberi vindiciciæ adversus Pet. Bap.
Burgum ligustici maritimi dominii assertorem._ Hagæ COMITIS 1652,
in-4º.

_Theodori Graswinckelii maris liberi vindiciæ adversus Guill.
Weiwodum britannici maritimi dominii assertorem._ Hagæ COMITIS 1653,
in-4º.

_De Dominio maris juribusque ad dominium præcipuè spectantibus
assertio brevis Guillelmi Wilwot._ Hagæ COMITIS 1653, in-4º.

_De dominio maris libri duo, autore Joanne Palatio._ Venetiis 1663,
in-12.

Cet ouvrage est un fatras de la plus indigeste érudition. Trois ou
quatre cents pages sont employées à prouver par l'Écriture sainte,
par les pères, par les conciles, par les jurisconsultes et par les
poëtes, que la mer peut être une propriété particulière. Il n'y a pas
l'ombre d'un raisonnement, quoique l'auteur ergotise toujours. La fin
du second livre seulement contient quelques faits.

_Dominio del mare Adriatico della repubblica di Venezia descritto
da Fr. Paolo Sarpi suo consultore d'ordine pubblico._ Venezia 1686,
in-12.

Celui-ci est au contraire l'ouvrage d'un homme supérieur, mais la
cause n'en est pas meilleure.]

[Note en marge: XXII. Nouveaux réglements intérieurs.]

Laurent Thiepolo était mort le 16 août 1274, pendant les guerres que
le droit de navigation avait occasionnées. À cette époque l'ambition
des doges ne pouvait plus avoir pour objet de perpétuer cette dignité
dans leur famille; mais ils profitaient de leur élévation pour
s'assurer, par de grandes alliances, des richesses et des appuis.
Nous en avons déjà vu quelques exemples. Laurent Thiepolo les avait
renouvelés: il avait épousé la fille d'un ban de Servie, avait marié
l'aîné de ses fils à une princesse du sang esclavon et donné au
second une riche héritière de Vicence. On pouvait voir dans tous ces
soins autre chose que la sollicitude paternelle; aussi le sénat en
fut-il alarmé ou au moins mécontent.

[Note en marge: Défense aux doges d'épouser, ou de faire épouser à
leurs enfants, des femmes étrangères.]

Dès que la mort de Thiepolo laissa le trône vacant, on profita de
cette institution des correcteurs, si heureusement imaginée, qui
donnait les moyens de réformer les lois à chaque interrègne, et on en
rendit une, par laquelle il était défendu aux doges d'épouser, ou de
faire épouser à leurs enfants, des femmes étrangères, en ajoutant que
ces sortes de mariages seraient à l'avenir une cause d'exclusion de
la dignité ducale.

[Note en marge: La république adopte une fille de la maison Morosini,
qui devait épouser un prince.]

La république poussa même plus loin ses précautions, pour interdire à
tous ses citoyens le secours d'un protecteur étranger; car, quelques
années après, Étienne, prince de Hongrie, ayant demandé en mariage
une fille de la maison Morosini, le sénat ne voulut pas permettre
que cette famille pût tirer avantage ou vanité de cette illustre
alliance. La république adopta cette demoiselle, et la donna, comme
princesse, au prince qui la demandait. Par une suite de ce système,
qui tendait à empêcher les citoyens considérables d'acquérir au
dehors du crédit ou des richesses, on leur défendait d'accepter
aucune fonction publique chez l'étranger.

[Note en marge: Défense aux Vénitiens d'accepter des fonctions
publiques chez l'étranger.]

Un usage singulier s'était introduit en ce temps-là dans les diverses
républiques de l'Italie. Jalouses de leurs citoyens, livrées à
d'interminables discordes, redoutant sur toutes choses l'ambition
ou l'influence d'un indigène, elles appelaient souvent, sur sa
réputation de bravoure ou de capacité, un étranger, pour exercer,
pendant un temps déterminé, l'autorité du gouvernement[310]. Il
semblait que ces républiques n'eussent rien tant à redouter que le
triomphe de l'un des partis qui les divisaient. On faisait jurer
à ce magistrat emprunté de se démettre de son pouvoir à l'époque
qui devait en être le terme, et on lui assurait des avantages
proportionnés à sa dignité.

[Note 310: MURATORI, _Dissertation_ 45.]

Plusieurs membres des grandes familles vénitiennes avaient été
invités à remplir ces hautes fonctions chez leurs voisins; un
Querini, un Badouer à Padoue[311], un Tiépolo à Milan, un Morosini
à Pise. Mais avant que ces villes eussent senti tout le danger de
confier les rênes de leur gouvernement à des mains étrangères,
Venise s'aperçut qu'il y en avait un pour elle à laisser prendre à
quelques-uns de ses citoyens l'habitude d'une grande autorité.

[Note 311: Padoue avait coutume, dès le XIIe siècle, de se choisir
tous les ans un premier magistrat, qui, sous le titre de Podestat ou
de Consul, présidait à ses conseils et à son gouvernement; elle les
prenait quelquefois parmi ses concitoyens, le plus souvent parmi les
hommes les plus considérables des villes voisines. Voici la liste
des Vénitiens qui furent appelés à cette magistrature; je l'extrais
des listes générales imprimées par MURATORI (_Rerum italicarum
scriptores_, tom. VIII, p. 365 et suiv.)

  1201, Pierre Ziani.
  1213, Marin Zeno.
  1228, Étienne Badouer.
  1229, Jean Dandolo.
  1230, Étienne Badouer.
  1257, Jean Badouer.
  1261, Jean Badouer.
  1264, Laurent Thiepolo.
  1265, Gerardin Longo.
  1270, Thomas Justiniani.
  1272, Michel Auro.
  1277, Mathieu Gritti.
  1278, Marin Valaresso.
  1281, Henri Auro.
  1291, Thomas Querini.
  1293, Paul Querini.
  1294, Nicolas Morosini.
  1303, Marin Badouer.
  1318, Jean Camolino.
  1319, Marc Gradenigo.
  1327, Gerard Morosini.
  1337, Marc Cornaro.
  1338, Marin Falier.
  1339, Jean Contarini,
  _Id._ Pierre Badouer.
  1340, Jean Ziani.
  1341, Pierre Zeno.
  1342, Jean Gradenigo.
  1343, Pierre Zeno.
  1344, Bernard Justiniani.
  1346, Jean Dandolo.
  1347, Pierre Badouer.
  1348, Jean Contarini.
  1350, Mathieu Contarini.
  _Id._ Marin Falier.
  1351, Jean Foscari.
  1354, Pierre Badouer.
  1355, Mathieu Contarini.
  1356, Marc Cornaro.
  1357, Marin Morosini.

On voit quelle influence des choix aussi fréquents, faits parmi leurs
concitoyens, devaient donner aux Vénitiens sur Padoue.]

[Note en marge: Les enfants illégitimes exclus du droit de siéger
dans les conseils.]

[Note en marge: Défense aux Vénitiens de posséder des immeubles en
pays étranger.]

À ces innovations dans la législation il faut en ajouter une autre,
qui fut adoptée vers le même temps. Une loi déclara les enfants
non légitimes inhabiles à entrer dans le grand conseil. Cette
exclusion des bâtards prouve qu'ils n'étaient pas soumis à d'autres
incapacités. C'est à la même époque que quelques historiens[312]
rapportent le réglement qui défendait à tous les Vénitiens d'acquérir
des possessions sur la terre-ferme, c'est-à-dire en Italie.

[Note 312: _Storia della città e repubblica di Venezia_, di Paolo
MOROSINI, lib. 8º.]

[Note en marge: XXIII. Jacques Contarini, doge. 1274.]

[Note en marge: Révolte en Istrie.]

Le successeur de Laurent Thiepolo fut Jacques Contarini, vieillard
de quatre-vingts ans, dont la famille, anciennement illustre, avait
été élevée sur le trône deux cents ans auparavant. Le règne de
celui-ci fut rempli par la guerre d'Ancône, que j'ai déjà racontée,
et par une révolte en Istrie. La ville de Capo-d'Istria essaya de
secouer le joug des Vénitiens; Trieste suivit cet exemple. Ces villes
invoquèrent le secours du patriarche d'Aquilée, toujours prêt à
susciter des embarras à la république. Il fit une alliance offensive
avec le comte de Gorice. Venise fut obligée d'envoyer successivement
dans l'Istrie deux armées, qui éprouvèrent même d'assez grands
revers; mais qui finirent par soumettre les révoltés; comme cela
arrive toujours, lorsque des peuples, qui veulent secouer le joug,
n'ont pour alliés que des voisins jaloux, dont l'objet est de nuire à
la métropole plutôt que d'affranchir les colonies. Sanuto dit que le
patriarche fut fait prisonnier, promené dans Venise sur une mule dont
il tenait la queue et avec cet écriteau sur le dos: _Ecce sacerdos
pravus qui in diebus suis displicuit deo et inventus est malus_[313].

[Note 313: Il y a sur cette guerre un passage assez remarquable de
l'autre Marin SANUTO, l'auteur du livre, _Secreta fidelium crucis_,
liv. 2, 2e partie, ch. 8.]

[Note en marge: Acquisition d'Almissa en Dalmatie.]

[Note en marge: De Montone en Istrie.]

[Note en marge: De Cervia dans la Romagne.]

La république fit vers ce temps-là quelques acquisitions d'une
médiocre importance: la petite ville d'Almissa dans la Dalmatie
fut conquise, sous prétexte que ses habitants s'étaient emparés
de quelques bâtiments appartenant aux Vénitiens. La ville de
Montone[314] en Istrie, et celle de Cervia dans la Romagne,
renoncèrent, dit-on, à la liberté qu'elles avaient conservée jusque
alors, pour se mettre sous l'empire, ou sous la protection, des
Vénitiens. Cervia fut la première possession de Venise sur la
terre-ferme d'Italie. On sait assez combien on doit se défier de ces
récits où l'on présente un peuple faisant volontairement le sacrifice
de son indépendance; en effet, cette ville de Montone se révolta
bientôt après, et plus d'une fois.

[Note 314: Des historiens disent qu'elle se donna volontairement à la
république, mais Dandolo dit formellement (_Chron._ ch. 9, part. 5)
qu'elle fut assiégée et conquise.]

[Note en marge: XXIV. Jean Dandolo, doge. 1280.]

[Note en marge: Tremblement de terre.]

Jacques Contarini occupa le trône à-peu-près six ans: accablé de
vieillesse, il demanda et obtint la permission d'abdiquer sa dignité,
qui fut conférée à Jean Dandolo. Cette élection fut un triomphe
pour le parti opposé à l'aristocratie. Sous ce nouveau règne, un
tremblement de terre renversa quelques maisons de Venise en 1280.
L'année suivante, les flots de l'Adriatique, refoulés par les vents
du midi, s'élevèrent à une hauteur menaçante, envahirent les parties
inférieures des maisons, détruisirent les approvisionnements,
les marchandises, et firent craindre le renversement de tous les
édifices[315].

[Note 315: Item codem millesimo et anno in festo sancti Thomæ
apostoli in V{â} feriâ, et sequenti nocte in VI{â} feriâ circà horam
matutinalem, factæ sunt coruscationes et audita sunt tonitrua magna,
quod erat insolitum, ut tali tempore tonitrua audirentur. Et tunc in
Venetiis factæ sunt inundationes magnæ maris et fluctuum, quales non
fuerunt, ut dicunt antiqui, ex quo civitas illa fuit fundata super
aquas usque ad dies nostros. Et submersæ sunt naves, et necati sunt
homines; et mercationes, quæ in solariis domorum non erant, penitùs
sunt destructæ. Simile infortunium fuit in civitate Cluginâ, scilicet
Cluzâ quæ est in lacunis marinis, ubi fit sal. Et dicebat cardinalis
romanæ curiæ dominus Bernardus legatus, qui in Bononiâ habitabat,
quod adeò accidit hoc infortunium Venetis quia excommunicati erant ab
eo, quòd contra Petram Aragonum Regi Karulo succursum dare volebant,
cùm de voluntate Martini papæ procederet. (_Memoriale potestatum
regiensium gestorumque iis temporibus ab anno 1154 usque ad annum
1290. Autore anonymo._) Collection de MURATORI, _Rerum italicarum
scriptores_, tom. VIII, page 1166.]

[Note en marge: Interdit jeté sur Venise par le légat du pape.]

Le pape, qui favorisait le roi de Naples, Charles d'Anjou, publia
une croisade contre le compétiteur de ce prince. La république ne
voulut pas armer pour une cause qui lui était étrangère, ni permettre
que ses citoyens y prissent part. Le légat du pape fut tellement
irrité de ce refus qu'il confondit, dans sa colère, les Vénitiens
avec les princes excommuniés, et jeta un interdit sur leur ville.
Mais le gouvernement prouva dans cette affaire tout ce qu'a de force
une résistance accompagnée de modération; il ne souffrit pas que ses
sujets fissent la guerre sans son aveu.

On supporta l'interdit sans récriminer contre le souverain pontife.
On n'essaya point de forcer les ecclésiastiques à violer la défense
du pape, qui suspendait la célébration des saints mystères; on se
soumit, pendant trois ans, à la privation des secours spirituels; on
se borna à adresser au saint-siége des réclamations respectueuses.
Pendant ce temps-là les circonstances changèrent, la tiare passa sur
une autre tête, et le nouveau pontife, qui vit qu'on n'avait rien
gagné à interdire les Vénitiens, les réconcilia avec l'église en
1286. L'un des fruits de cette réconciliation fut l'établissement du
saint-office à Venise.

[Note en marge: XXV. Établissement du saint-office à Venise. 1286.]

Il y avait à-peu-près un siècle que les papes avaient imaginé
d'établir cette espèce de tribunal contre les hérétiques. D'abord on
n'envoyait contre eux que des missionnaires. Quand on eut éprouvé
l'insuffisance du zèle et de l'éloquence pour les convertir, on
voulut les effrayer. Les missionnaires furent autorisés à requérir
l'assistance de la puissance temporelle et à s'assurer de son
obéissance par la menace de l'excommunication.

Il en résulta que les prêtres, envoyés pour éclairer ceux qui
erraient dans la foi, se trouvèrent armés du glaive, se crurent
chargés de découvrir, de poursuivre, de punir ceux qui étaient dans
l'erreur, au lieu de les convertir, et devinrent une commission de
recherches, un sanglant tribunal.

Les gouvernements espérèrent que ce tribunal les préserverait de
l'hérésie, toujours si funeste à la tranquillité des états.

Celui de Venise était vivement pressé par la cour de Rome de
permettre l'introduction de l'inquisition dans son territoire.
Vers le milieu du XIIIe siècle, il consentit à prendre des mesures
contre les hérétiques; mais sans se dessaisir, en faveur des
ecclésiastiques, de l'autorité inaliénable qui appartient aux princes
temporels.

Il fut réglé qu'il y aurait des juges séculiers chargés de recevoir
les dénonciations contre l'hérésie; que ces magistrats renverraient
à des docteurs ecclésiastiques l'examen de la doctrine soupçonnée
d'erreur; que ceux-ci en feraient leur rapport et qu'ensuite les
magistrats civils prononceraient sur la culpabilité des accusés et
sur l'application des peines.

C'était assurément tout ce qu'on pouvait faire de plus sage au XIIIe
siècle. La cour de Rome était loin de s'en contenter; elle voulait
que les juges ecclésiastiques eussent la plénitude de la juridiction,
et que le magistrat civil n'intervînt nullement dans les choses qui
ne sont point de l'ordre temporel. Cette doctrine aurait pu être
soutenue si les peines n'eussent été que spirituelles comme les
délits; mais ses peines allaient jusqu'à la confiscation des biens, à
la privation de la liberté, même de la vie.

Le gouvernement vénitien négocia long-temps pour obtenir que l'église
se relâchât de ses prétentions, il résista aux bulles de dix
papes[316]; enfin on trouva un tempérament qui laissait aux juges
du saint-office la plénitude de juridiction qu'ils réclamaient, et
qui cependant en empêchait l'abus, parce qu'on ne leur permettait
d'exercer cette autorité que sous la surveillance des magistrats.

[Note 316: Alexandre IV, Urbain IV, Clément IV, Grégoire X, Innocent
V, Adrien V, Jean XIX, Nicolas III, Martin IV, Honoré IV.]

[Note en marge: Concordat de 1289, avec le pape.]

[Note en marge: Limites des pouvoirs de l'inquisition.]

Voici ce qui fut réglé par le concordat du 28 août 1289[317]. Dans
la capitale, le tribunal du saint-office devait se composer du
nonce pontifical, de l'évêque de Venise et d'un religieux; les deux
derniers, malgré leur commission du pape, ne pouvaient exercer
ce ministère qu'après avoir reçu des provisions du doge. Dans les
provinces, le pape nommait également les inquisiteurs; mais, quand
ils n'étaient pas agréés par le gouvernement, ils ne recevaient point
de provisions, et la cour de Rome se voyait obligée de faire un autre
choix.

[Note 317: L'abbé Laugier se trompe quand il fait honneur de ce
concordat à Pierre Gradenigo successeur de Jean Dandolo: celui-ci
régnait encore au mois de septembre; on peut s'en convaincre par une
délibération du 5 des Kal. de septembre rapportée dans une bulle du
pape Nicolas IV, et qu'on trouve dans la continuation des _Annales de
Baronius_, par RAYNALDI, tom. IV.]

Trois sénateurs à Venise, dans les provinces trois magistrats,
assistaient à toutes les assemblées du tribunal; tout ce qui s'y
passait hors de leur présence était nul de plein droit. Ils pouvaient
suspendre les délibérations, empêcher l'exécution des sentences,
lorsqu'ils les jugeaient contraires aux lois ou à l'intérêt de la
république: ils juraient de ne rien celer au sénat de ce qui se
passerait au saint-office: ils devaient s'opposer à la publication,
même à l'insertion sur les registres de l'inquisition, de toute
bulle qui n'aurait pas été approuvée par le grand conseil. Jamais
les magistrats assistants du tribunal de l'inquisition ne pouvaient
être pris parmi ceux qui avaient, soit par eux-mêmes, soit par
leurs proches, quelques intérêts à la cour pontificale; jamais
les procès ne pouvaient être évoqués à Rome, ni ailleurs. À ce
sujet on cite l'exemple d'un hérétique de Padoue, contre lequel le
grand-inquisiteur de Rome avait informé et qu'il réclama pendant
cinq ans. Le gouvernement vénitien ne voulut jamais permettre
l'extradition de l'accusé, qui finit par être mis en liberté sans
jugement, apparemment parce que les erreurs dont on l'accusait
pouvaient ne pas être des hérésies aux yeux de la puissance séculière.

[Note en marge: Sa juridiction.]

La juridiction du saint-office était rigoureusement restreinte au
crime d'hérésie. Les Juifs établis sur les terres de la république
n'étaient point justiciables de ce tribunal, et on en donnait cette
raison, que l'autorité ecclésiastique ne pouvait s'étendre sur ceux
qui n'étaient pas du corps de l'église.

Cette juridiction ne s'étendait pas non plus sur les Grecs; parce
qu'il n'était pas juste que la cour romaine fût juge dans sa propre
cause: ni sur les bigames; parce que, le second mariage étant nul,
il ne pouvait y avoir abus du sacrement, mais seulement violation de
l'ordre civil: ni sur les blasphémateurs, et à plus forte raison sur
les usuriers: ni enfin sur les sorciers ou magiciens, à moins qu'ils
n'eussent fait abus des sacrements.

Les biens des condamnés restaient à leurs héritiers naturels.

Quant aux écrits, on ne pouvait pas, à cette époque, en prévoir le
danger; l'imprimerie n'était pas encore inventée. Dans la suite,
l'inquisition eut le droit d'examiner les livres, mais seulement
ceux qui pouvaient intéresser la foi. La permission et la défense
d'imprimer furent exclusivement réservées aux magistrats. On pouvait
s'en rapporter à leur vigilance: l'aristocratie est à cet égard le
moins tolérant des gouvernements.

Enfin les délits temporels des ecclésiastiques restèrent, sans
exception, dans les attributions de l'autorité séculière.

Les fonds mêmes destinés au service du tribunal étaient confiés à un
trésorier vénitien, et qui était tenu de rendre compte de leur emploi
à l'autorité civile.

[Note en marge: Efforts du clergé pour étendre le pouvoir de
l'inquisition.]

Telles furent les limites que le gouvernement trouva le moyen
d'opposer à une autorité si souvent abusive[318]. Les inquisiteurs
ont constamment essayé de s'affranchir de ces entraves; mais ni les
subtilités, ni les menaces n'ont jamais pu obtenir à cet égard la
moindre concession[319]. L'historien de l'église rapporte[320] que
l'inquisiteur de Venise, s'étant permis de faire emprisonner quelques
Juifs convertis qui étaient suspects d'hérésie, les magistrats firent
arrêter les familiers de l'inquisition. En 1518, l'inquisition
poursuivit à outrance de prétendus sorciers de la province de
Brescia. On fut révolté du nombre des condamnations, et de la
sévérité des peines: le conseil des dix cassa la procédure, manda les
inquisiteurs, et renvoya les accusés devant d'autres juges.

[Note 318: On peut voir les réglements qui furent arrêtés à cette
époque sur l'inquisition, et ceux qui y ont été ajoutés depuis,
dans l'_Histoire des inquisitions_, par l'abbé MARSOLLIER; mais
il faut remarquer, 1º que cet auteur, qui annonce dans son titre
l'_Histoire de l'inquisition d'état de Venise_, l'a confondue avec,
l'_inquisition ecclésiastique_, et ne parle que de celle-ci; 2º qu'il
a abusé de la permission d'emprunter à un étranger, car son troisième
livre est copié de l'ouvrage de Fra Paolo sur l'_inquisition de
Venise_, sans qu'il en fasse la moindre mention: ce qui a donné à cet
emprunt le caractère du plagiat.]

[Note 319: On peut voir dans la _correspondance_ de l'archevêque
d'Embrun la Feuillade, ambassadeur de France à Venise, que
l'inquisition avait imaginé une subtilité, pour se débarrasser de la
surveillance des magistrats laïques, en prétendant que la présence
de ceux-ci n'était indispensable que pour le jugement des affaires,
et non pour les informations préliminaires; cette prétention fut
repoussée. (_Correspondance de l'archevêque d'Embrun_, dépêche du 23
août 1659. _Man. de la Bibl.-du-Roi_, nº 1125-745).]

[Note 320: L'abbé FLEURY, liv. 96.]

Il y avait à Brescia un capucin, qui avait le malheur d'errer dans
les opinions que l'on doit avoir de l'ante-christ. L'inquisition
voulut le juger comme hérétique, et, sur ce fondement que le délit
et l'accusé étaient également soumis à la juridiction ecclésiastique,
elle prétendit que les assistants séculiers ne devaient point
intervenir au procès: le gouvernement se maintint dans ses droits
par sa fermeté. Les exemples sont innombrables des tentatives que
les inquisiteurs ont faites, dans tous les temps, pour étendre leur
pouvoir, et pour s'affranchir de la surveillance des magistrats.

[Note en marge: XXV. Premiers sequins frappés à Venise.]

Ce fut, dit-on, sous le règne de Jean Dandolo qu'on frappa, pour la
première fois, à la monnaie de Venise, ces ducats d'or si connus sous
le nom de sequins, nom qui leur vient du mot _Zecca_, qui désigne
l'atelier monétaire. L'empreinte de cette monnaie portait le nom et
la figure du doge: d'abord on l'y voyait assis; dans la suite on
le représenta debout, enfin à genoux, recevant des mains de saint
Marc l'étendard de la république. C'était l'histoire de la puissance
ducale. Mais une chose plus remarquable, c'est que, pour battre ces
sequins, la république eut à solliciter un privilége de l'empereur
et du pape. Il est difficile de comprendre qu'un état, qui existait
depuis huit cents ans, n'eût pas de monnaie; il paraît naturel de
croire que ce privilége ne fut demandé qu'à l'occasion de la monnaie
nouvelle, mais enfin il fut demandé. Le fait est consigné dans la
chronique de Sanuto[321], l'un des historiens les plus exacts de la
république.

[Note 321: Nel 1285 sotto questo doge avendo avuto i privilegi del
papa e dell'imperatore di poter far stampare e coniare monete di
rame, d'argento e d'oro, fino a questo giorno stampatone d'argento,
etc.

(_Vite de' duchi_, G. DANDOLO).]

Jean Dandolo mourut en 1289.



LIVRE VI.

     Élection de Pierre Gradenigo. -- Désastres en Orient. -- Guerre
     contre les Génois. -- 1289-1299. -- Considérations sur les
     gouvernements d'Italie au XIVe siècle. -- Révolutions dans
     le gouvernement de Venise. -- Clôture du grand conseil. --
     Établissement de l'aristocratie. -- 1289-1319.


[Note en marge: I. Conséquences du nouveau système d'élection.]

On a vu par quels procédés le gouvernement de Venise avait peu-à-peu
diminué l'influence populaire. Ce gouvernement, purement démocratique
dans son origine, était devenu tout-à-coup monarchique, par
l'institution d'un prince à vie, qui disposait de toutes les places,
et qui souvent désignait son successeur. Mais les monarchies sont
de ces grands édifices qui veulent être vus de loin, pour conserver
tous leurs droits au respect des hommes. Quand tous les intérêts
de l'état, et tout l'état même, sont concentrés dans une seule
ville, il est impossible que la population n'ait pas mille occasions
de juger ce qui se passe sous ses yeux, de s'opposer à ce qu'elle
censure, et de se croire capable de faire mieux, parce qu'elle a
assez de discernement pour être mécontente. Il est impossible que le
chef du gouvernement ne soit pas souvent irrité par la résistance,
tenté de la surmonter, et quelque fois victime de ses efforts pour y
parvenir. Vingt doges massacrés, ou précipités du trône, attestent
combien ce trône était un poste périlleux.

Quand les hommes du peuple concouraient à la nomination du prince, il
était naturel qu'ils se crussent en droit de le punir.

Quand le doge ne leur demanda plus que d'applaudir à son élection,
ils se baissèrent pour ramasser l'argent qu'il leur faisait jeter.

Lorsqu'il ne fut plus du tout leur ouvrage, ils courbèrent leur tête
sous ses pieds pour le porter en triomphe.

Après qu'on eut établi que la nomination serait faite par un petit
nombre d'électeurs, on ne crut cependant pas pouvoir se dispenser de
faire agréer leur choix par la multitude assemblée. On proclamait
devant le peuple le résultat de l'élection, et il le confirmait
par ses acclamations. Jamais il ne s'était permis de désapprouver
un choix; mais ces acclamations, si faciles à obtenir, étaient
un exercice de son ancien droit. Sous prétexte que ces assemblées
générales étaient nécessairement tumultueuses, on en était venu à
faire représenter le peuple par un syndic, qui d'abord donnait sa
sanction au choix, qui plus tard était réduit à reconnaître le doge
nommé, qui enfin n'était plus admis que pour prêter, au nom de tous,
le serment d'obéissance.

La nation avait été dépouillée de ses droits, mais ce n'était pas au
profit du prince, dont le pouvoir éprouvait tous les jours quelques
nouvelles restrictions; c'était au profit de cette partie de la
population ancienne, illustre, riche, éclairée, et par conséquent
influente, qui remplissait le grand conseil, le sénat, et toutes les
places de l'administration.

Ces usurpations successives avaient humilié le peuple. Un impôt, qui
pesait principalement sur lui, l'avait irrité, une famine récente
lui avait donné le droit d'accuser son gouvernement. Il voyait des
divisions parmi ceux qui voulaient retenir le pouvoir. Quelques
revers inévitables à la guerre fournissaient un prétexte pour dire
que les affaires étaient mal conduites. Les peuples voisins faisaient
fréquemment l'essai de leurs forces contre leurs magistrats. L'esprit
de révolte qui s'était manifesté dans Venise, à l'occasion de
l'impôt sur les farines, avait été puni, mais non pas éteint. Il n'y
avait pas jusqu'aux calamités naturelles, aux tremblements de terre,
aux inondations, dont on ne pût tirer avantage. Le malheur affaiblit
et déconsidère les particuliers; il n'en est pas de même du peuple
pris collectivement; plus il a de quoi gémir, plus il a de forces. Le
droit de se plaindre lui rend tous ses droits.

[Note en marge: II. Le peuple déclare qu'il veut pour doge Jacques
Thiepolo. 1289.]

[Note en marge: Jacques Thiepolo s'enfuit.]

Le parti qu'on pouvait tirer de toutes ces circonstances n'était
pas analysé, mais senti par la masse de la population mécontente.
Ce mécontentement éclata après la mort de Jean Dandolo: des deux
factions qui s'agitaient dans Venise, l'une avait fait porter au
trône, quelques années auparavant, Laurent Thiepolo, le soutien du
parti aristocratique; l'autre venait d'y appeler Jean Dandolo, que
la faction contraire reconnaissait pour son chef. Il paraît que les
Thiepolo ne tardèrent pas à changer de parti, car pendant la pompe
des funérailles du doge, au moment où les électeurs venaient de se
réunir, pour procéder à un nouveau choix, le peuple répandu plutôt
que rassemblé sur la place publique, annonça par ses cris qu'il
voulait pour doge Jacques Thiepolo, accompagnant cette proclamation
tumultueuse d'injures, d'imprécations contre le gouvernement
actuel[322]. Ce mouvement était si spontané qu'aucune mesure n'avait
été préparée pour en assurer le résultat; s'il y eût eu là un homme
pour le diriger, pour intimider et disperser les conseils, Venise
courait la chance d'avoir un gouvernement populaire, si elle n'avait
pas un tyran. Mais Jacques Thiepolo fut plus effrayé que tout autre
de ces cris qui l'appelaient au trône, qu'avaient occupé son père
et son aïeul. Les qualités populaires qui lui avaient concilié la
bienveillance de la multitude, n'étaient point celles d'un chef
de parti. Loin de se montrer infidèle envers l'ordre de citoyens,
auquel il appartenait par sa naissance, il se jeta dans leurs bras,
épouvanté de l'idée de s'attirer de si puissantes haines, et tâcha
même de négocier, pour apaiser ce tumulte élevé en sa faveur. Ne
pouvant y réussir, il prit le parti le plus propre à jeter le
peuple dans l'irrésolution, et à donner aux conseils le temps de se
reconnaître; il s'évada pour ne point régner, et se réfugia dans le
Trévisan.

[Note 322: Cum trepidatione undique eo concursum, voces amarissimæ et
invidiæ plenæ in patricios jactatæ nominatim, jacobum Tepulum ducem
populus postulabat. (SABELLICUS, _décad._ I, l. 10.)]

Il serait difficile de juger si Thiepolo avait eu connaissance de ce
dessein qu'il fit lui-même avorter: on serait tenté de le croire,
aux regrets qu'en témoigna sa famille, et aux entreprises qu'elle
hasarda quelque temps après, pour réparer ce mauvais succès; mais
dans toute conspiration la première condition est le choix d'un bon
chef. On avait compté sur Jacques Thiepolo, on l'avait mal connu;
s'il abandonna ceux qu'il avait compromis, il ne fut qu'un lâche:
appelé au trône sans son aveu, s'il sacrifia les intérêts de son
ambition à la tranquillité de sa patrie, ce fut l'acte d'un noble
et digne citoyen: tant il est difficile quelquefois d'apprécier la
conduite des hommes à travers les incertitudes de l'histoire.

La multitude cherchait vainement celui qu'elle voulait couronner.
Quand on veut la tenir pendant quelque temps en effervescence, il
faut que cet état lui soit profitable par le pillage, ou qu'au moins
elle ne soit pas rappelée par le besoin à de paisibles travaux.
Rien de tout cela n'avait été prévu: cette flamme, n'ayant plus
d'aliment, s'éteignit au bout de huit à dix jours, et les électeurs,
qui avaient fait semblant de délibérer, pendant qu'ils temporisaient,
proclamèrent le nouveau prince qu'ils avaient donné à la république.

[Note en marge: III. Pierre Gradinego, doge. 1289.]

C'eût été une faiblesse de nommer Jacques Thiepolo. La faveur du
peuple, et peut-être sa propre connivence, lui donnaient évidemment
l'exclusion pour toujours. On ne pouvait pas non plus, comme cela
arrive souvent dans les élections où l'on est embarrassé par des
ambitions rivales, ne hasarder qu'un choix provisoire, en le faisant
tomber sur un vieillard. La place de doge, que la politique du
conseil avait amoindrie, reprenait en ce moment toute son importance.
Il fallait un chef d'une capacité éprouvée, plein de courage et de
vigueur, et sur-tout imbu, dès sa jeunesse, de toutes les maximes
du patriciat. Cet homme se trouvait dans Pierre Gradenigo, alors
gouverneur de la colonie de Capo-d'Istria, et qui n'était pas encore
âgé de quarante ans. Il est toujours beau, aux yeux d'un homme
courageux, d'être choisi pour être à la tête des affaires de sa
patrie dans un temps d'orage. Dix galères, envoyées au-devant de
Gradenigo, le ramenèrent dans Venise, où son entrée fut un triomphe,
mais un triomphe incomplet, car le morne silence du peuple condamnait
cette élection.

[Note en marge: Insultes du patriarche d'Aquilée.]

Ce règne commençait sous de sinistres présages. Le patriarche
d'Aquilée défit complètement l'armée chargée de défendre Trieste; il
poursuivit sa victoire, pilla Caorlo, et vint jusqu'à Malamocco, où
il mit tout à feu et à sang, insultant ainsi la république jusques
dans ses faubourgs; et, après avoir déployé ses bannières à la vue
de la capitale, il embarqua paisiblement son butin, et se retira dans
ses ports sans être poursuivi. C'était une médiocre gloire pour un
archevêque de faire une guerre de pirate; mais c'était une honte pour
la république d'être bravée par un tel voisin.

[Note en marge: IV. État des affaires des chrétiens en Orient.]

Les affaires des chrétiens en Orient étaient ruinées. Une flotte
de vingt galères, que les Vénitiens avaient envoyée en Syrie, pour
secourir la ville de Tripoli, n'avait pu empêcher cette place de
succomber. Le soudan d'Égypte, après l'avoir prise d'assaut, l'avait
réduite en cendres, et les chrétiens n'avaient conservé que par une
trêve incertaine un reste d'établissement précaire sur la côte de la
Palestine: ils avaient perdu Antioche; ils étaient réduits aux villes
de Sidon, de Bérythe et de Ptolémaïs.

[Note en marge: Discorde dans Ptolémaïs.]

Cette dernière ville était partagée entre des Européens de diverses
nations, non-seulement insubordonnés, indisciplinables, mais divisés
entre eux, ayant des intérêts divers, des passions opposées. Les
Génois, les Pisans, les Vénitiens, hasardaient leurs spéculations
commerciales, à la faveur d'une trêve momentanée, et chacune de ces
trois colonies cherchait sur-tout à nuire à ses rivales. Les rois de
Chypre et de Jérusalem, le prince d'Antioche, les comtes de Tyr et de
Tripoli, étaient venus chercher un asyle et porter leurs prétentions
à Ptolémaïs; un légat du pape compliquait encore les difficultés en
réclamant l'autorité. Les chevaliers du Temple, les hospitaliers
de Saint-Jean, des aventuriers de toutes les nations, fort peu
occupés de l'intérêt des marchands, ne songeaient qu'à acquérir des
possessions où ils pussent dominer. Quelques-uns n'étaient que des
turbulents, d'autres des fanatiques. Ils n'étaient venus que pour
s'enrichir en tuant des infidèles, et ils prétendaient accomplir leur
voeu, expier leurs péchés, en commettant d'horribles désordres, en
portant le ravage sur les terres des Sarrasins, au mépris de la trêve
à laquelle ils devaient eux-mêmes un reste de sûreté.

Les conseils, les prières de ceux qui avaient quelque chose à perdre,
ne purent les retenir. Ces imprudents, s'autorisant de cette maxime
du droit public d'alors, qu'on n'était pas obligé de tenir une trêve
que le pape avait désapprouvée, se répandirent dans les campagnes,
interceptèrent les caravanes, dévastèrent les villages voisins, et
signalèrent leur zèle par le pillage et le massacre.

[Note en marge: V. Le soudan d'Égypte vient attaquer cette place.
1290.]

Le soudan irrité se borna cependant à demander qu'on lui livrât
les principaux coupables. On voulut qu'il se contentât de quelques
explications, de mauvaises excuses; mais il n'en tint aucun compte,
et il marcha en Syrie, sur la fin de l'année 1290, avec une armée,
que des récits, vraisemblablement exagérés, font monter à plus
de cent cinquante mille hommes d'infanterie, et à soixante mille
chevaux[323].

[Note 323: Marin Sanuto dit seulement vingt mille chevaux et trente
mille fantassins.]

Quelle que put être la force de cette armée, Ptolémaïs n'aurait pas
été dans l'impuissance de résister, si ses défenseurs eussent été
capables de s'entendre. Il y avait, dit-on, dans la ville dix-huit
mille croisés, et une population qui pouvait fournir trente mille
soldats. Une telle garnison, bien conduite, aurait pu défendre de
bonnes murailles, dans lesquelles le soudan ne pouvait l'affamer, ni
la bloquer par mer, n'ayant point de flotte.

[Note en marge: Prise de Ptolémaïs. 1291.]

On sentit cependant la nécessité de se donner un chef, et le
grand-maître du temple, Guillaume de Beaujeu, fut chargé de ce
difficile emploi; mais il fut tué dans une des premières attaques,
et on ne songea point ou on ne parvint pas à le remplacer. Dès-lors
ce ne fut plus dans la ville qu'une horrible anarchie; les ennemis
poussèrent si vivement leurs attaques, que le 18 mai 1291, après un
siége d'environ quarante jours, ils livrèrent un assaut général,
auquel les assiégés ne purent résister.

Le jour qui vit l'irruption des Sarrasins dans cette dernière
retraite de la chrétienté, fut marqué par un des plus épouvantables
carnages dont l'histoire fasse mention. Les fortifications
renversées, les magasins pillés, toutes les richesses dispersées,
la ville en flammes de tous côtés, tous les asyles souillés, trente
mille personnes égorgées, et le reste de la population réduit en
esclavage; tels furent les résultats de l'inconduite et de la
discorde des chrétiens.

Tandis que des malheureux de toutes nations se précipitaient vers le
rivage pour échapper au massacre, que le roi de Jérusalem se sauvait
honteusement sur une galère, et que le patriarche se noyait dans
une barque surchargée de monde, au milieu du port[324]; d'autres
se réfugiaient dans le temple, et l'abbesse de Sainte-Claire,
assemblant ses chastes filles, leur disait: «Méprisons cette vie pour
nous conserver pures à notre divin époux.» À son exemple, toutes
se coupèrent le nez, se mutilèrent, et offrirent à des vainqueurs
furieux le spectacle horrible d'un dévouement dont le martyre fut la
récompense.

[Note 324: Dominus rex Cypri cum suis evasit. Dominus verò patriarcha
Hierusalem, dum intraret in navem ut evaderet, propter nimiam
multitudinem personarum intrare volentium in navem cum eo, submersus
est cum omnibus in mare qui secum erant.

  (Chronicon parmense auctore anonymo synchrono.
  _Rerum italicarum scriptores_, tom. IX, p. 821.)]

[Note en marge: Ruine des établissements de commerce en Syrie.]

Ce désastre fit perdre totalement le courage au peu de chrétiens qui
restaient encore sur cette côte désolée; ils abandonnèrent Bérythe
et Sidon. Il ne paraît pas que les Vénitiens aient eu une part plus
considérable que les autres dans ce siége mémorable; mais je n'ai
pu passer sous silence un évènement, qui, en renversant pour jamais
cet empire, que les chrétiens avaient fondé et défendu, au prix de
tant de sang, sur la côte de Syrie, détruisit les établissements de
commerce que la république y avait formés.

[Note en marge: Les marchands expulsés de cette côte arrivent à
Venise.]

On vit arriver à Venise quelques vaisseaux chargés de fugitifs et de
débris, qui annoncèrent à cette capitale qu'elle venait de perdre un
grand nombre de ses citoyens, et ses comptoirs, la source de tant de
richesses depuis deux siècles. Les principaux de ces fugitifs furent
admis dans le grand conseil[325].

[Note 325: Marin SANUTO, _Vite de' duchi_, P. Gradenigo. Jean Charles
SIVOS en donne la liste composée de sept noms, et il l'intitule:
«_Famiglie che furono fatte del gran consiglio l'anno 1296, 1º
maggio, le quali vennero con grandissime richezze dalla città di
Ptolemaide e non volsero entrar nel porto di Venezia se prima non
erano fatti del gran consiglio e così gli fù concessa la gratia._»
(_Casade nobili di Venetia_, manusc. de la bibliot. de Monsieur, nº
62.)

Ces prétentions ne convenaient guères à des fugitifs: il est probable
qu'ils n'avaient pu sauver toutes leurs richesses. Où seraient-ils
allés s'ils n'étaient pas entrés à Venise? Mais il faut remarquer que
cette république avait accueilli avec la même faveur les fugitifs de
Constantinople, et qu'elle en usa de même dans la suite pour ceux de
Candie.]

Ces nouvelles, qui devaient répandre une désolation générale,
ne produisirent qu'une médiocre consternation. On apprenait ces
désastres au moment où l'on se promettait d'en faire éprouver de
pareils à d'irréconciliables ennemis. La trêve avec Gênes venait
d'expirer; tout Venise retentissait du bruit des armes; la haine
imposait silence à toutes les autres passions. Serait-il vrai qu'elle
en fût la plus violente?

[Note en marge: VI. Guerre contre les Génois. 1293.]

Les Génois étaient alors en guerre avec les Pisans, leurs voisins,
leurs rivaux, et par conséquent leurs ennemis naturels. Venise
devenait nécessairement l'alliée de ceux-ci. C'était sous le
commandement d'un de ses citoyens[326], alors podestat de Pise, que
les Pisans, quelques années auparavant, avaient disputé aux Génois,
sans succès à la vérité, l'empire de la mer de Ligurie.

[Note 326: Albert Morosini, qui perdit la bataille de Miloria contre
la flotte de Gênes, en 1284.]

Gênes, quoique sa dernière guerre contre Venise eût été malheureuse,
avait alors une puissance maritime égale, ou peut-être même
supérieure, à celle des Vénitiens. Elle renversait son gouvernement
aristocratique pour revenir à la démocratie. Dans Venise, au
contraire, l'aristocratie faisait continuellement des progrès. Les
deux républiques avaient au loin des colonies considérables. Les
Vénitiens étaient maîtres de la côte orientale de l'Adriatique, de
toute l'île de Candie, d'une partie de celle de Négrepont et de
plusieurs ports de la Morée. Les Génois avaient battu complètement
les Pisans, et comblé la passe du port de Livourne: ils étaient
alliés avec l'empereur grec; maîtres de l'île de Scio, établis dans
le faubourg de Péra, de l'autre côté du port de Constantinople: ils
possédaient plusieurs comptoirs sur les côtes de la mer Noire, et
avaient conquis depuis trente ans, sur les Tartares, ou acheté[327]
la ville de Théodosie, aujourd'hui Caffa, à l'entrée du canal qui
communique de la mer Noire aux Palus-Méotides. Ils avaient, comme
on voit, succédé à toute la puissance des Vénitiens dans les mers
qui sont au-delà du Bosphore. Ils ne possédaient Péra que comme
fief[328]: ils n'avaient pas le titre de maîtres du quart de l'empire
romain; mais ils étaient parvenus à en faire exclusivement le
commerce, et ces audacieux marchands finirent par être les maîtres
d'affamer ou d'approvisionner Constantinople, par s'en approprier la
pêche, les douanes, par faire la guerre à l'empereur grec, et par lui
interdire le droit de mettre à la mer un seul vaisseau.

[Note 327: Nicéphore GREGORAS, _Hist. bysantine_, liv. 13, ch. 2.]

[Note 328: _Histoire de la décadence de l'empire romain_, par GIBBON,
ch. 63.]

Pour se faire une juste idée du commerce de la mer Noire, il faut
considérer que les fleuves qui s'y jettent, le Tanaïs, le Borysthène,
le Niester, le Danube, traversent dans leur cours immense des
pays fertiles, qui alors n'avaient que très-peu de débouchés pour
l'écoulement de leurs productions. La ville la plus populeuse de
l'Europe se trouvait située à l'embouchure de cette mer; elle avait
droit d'être la capitale du commerce du monde; mais il n'y a point de
commerce là où l'on dispute sur des dogmes et sur la lumière incréée
du mont Thabor. Cette capitale déchirée par des guerres civiles
et religieuses, avait besoin de grains, de bois, de bestiaux. Ses
habitants professaient un culte qui, dans certains temps, fait du
poisson une nourriture nécessaire; l'embouchure du Tanaïs en fournit
une quantité inépuisable. Le luxe de Constantinople appelait toutes
les marchandises de l'Asie; la Perse les fournissait aux vaisseaux
qui venaient les recevoir au fond de la mer Noire. Ces vaisseaux
appartenaient aux Génois; le port de Théodosie était leur entrepôt.

C'était à la faveur d'un commerce si étendu, qu'une petite
république, assise sur d'arides rochers, au bord de la Méditerranée,
entretenait une quantité innombrable de marins, couvrait les mers de
ses navires, en promettait cent à l'empereur grec, en fournissait
deux cents à saint Louis, et cela après une guerre de dix ans, dans
laquelle elle avait vu plusieurs de ses flottes détruites. Cette
puissance du commerce, qui renouvelle sans cesse les capitaux et qui
multiplie les hommes, se développa dans la guerre que les Génois
recommencèrent contre les Vénitiens, en 1293. Les deux républiques
firent des armements, que tous leurs contemporains ensemble
n'auraient pu égaler, et dont l'appareil n'était ni moins dispendieux
ni moins formidable, sauf les différences qui résultent de l'état de
l'art, que les flottes des plus puissantes nations de nos jours.

[Note en marge: Pillage de Péra par les Vénitiens.]

Les Vénitiens prirent l'avantage de l'offensive. Soixante galères
sorties de leurs ports, firent voile vers l'Archipel, sous le
commandement de Roger Morosini. Au mépris de l'empire grec, cette
flotte passa les Dardanelles, traversa la Propontide, et vint jeter
l'ancre dans la baie de Constantinople, pour attaquer le faubourg de
Péra. Cet établissement n'était pas fortifié; les Génois se jetèrent
dans Constantinople, abandonnant leurs comptoirs et leurs magasins à
l'ennemi, qui, après le pillage, signala son départ par un incendie.
Michel Paléologue n'eut pas assez d'énergie pour témoigner son
ressentiment de cet outrage autrement que par les plaintes de ses
ambassadeurs.

Les Génois surent tirer un grand avantage de leur désastre. La
conquête trop facile de Péra leur fournit un prétexte pour demander
et obtenir de l'empereur grec la permission de s'y fortifier, et ce
poste, mis à l'abri de toute attaque avec une étonnante diligence,
devint le boulevard de leur puissance, la clef du Bosphore, et
bientôt après l'effroi de Constantinople.

[Note en marge: Ils détruisent les comptoirs des Génois dans la mer
Noire.]

Cependant la flotte vénitienne entra dans la mer Noire, renversa
les établissements que les Génois avaient sur ces côtes, et reprit
ensuite la route de l'Archipel, après avoir détaché, sous les ordres
de Jean Soranzo, une escadre de vingt-cinq galères, chargée de
détruire Théodosie. Cette ville n'était pas plus en état de défense
que Péra. Les Vénitiens s'en emparèrent facilement; mais l'hiver
surprit leur escadre au fond de cette mer; les glaces fermèrent
le bosphore Cimmérien, le froid fit périr plus de la moitié des
équipages, et Jean Soranzo eut plus de peine à en ramener les
restes, au retour de la belle saison, qu'il n'en avait eu à ruiner
l'établissement des Génois.

Ceux-ci venaient de mettre à la mer une flotte de cent soixante
galères, dont chacune, dit-on, était montée par deux cent vingt
matelots ou soldats. C'était une armée de trente-cinq mille hommes,
et on ajoute qu'on n'y avait admis que des Génois. Mais cet armement
si formidable avait inutilement cherché l'ennemi dans les mers de la
Sicile.

[Note en marge: VII. Une flotte génoise entre dans l'Adriatique et
bat la flotte vénitienne à Curzola.]

Soixante-six galères de cette armée, sous le commandement de Lamba
Doria, vinrent attaquer Venise dans cette mer dont elle se disait
souveraine. Charles et André Dandolo allèrent à sa rencontre avec
une flotte de quatre-vingt-quinze bâtiments. Les deux armées
combattirent devant Corcyre-la-Noire, ou Curzola, l'une des îles de
la Dalmatie. Malgré l'infériorité du nombre de ses vaisseaux, Lamba
Doria en détacha quinze, qui devaient s'élever au vent de la flotte
vénitienne, et fondre sur elle pendant l'action. Avec le reste il
n'hésita point à engager le combat, qui fut long et vivement soutenu.
Le choc des quinze galères qui avaient pris le vent détermina la
victoire. Jamais il n'y en eut de plus complète. Le feu couvrit et
dévora en un instant toute la flotte de Venise; douze vaisseaux
seulement parvinrent à s'échapper, soixante-cinq furent brûlés,
et dix-huit tombèrent au pouvoir du vainqueur, avec sept mille
prisonniers, au nombre desquels étaient un fameux voyageur vénitien
nommé Marc Pol, qui avait parcouru l'Asie pendant un grand nombre
d'années, et l'amiral André Dandolo lui-même. Ce malheureux général,
assis sur le banc d'une galère, les mains enchaînées, se voyait
conduire à Gênes. Mais il ne voulut pas servir au triomphe de son
ennemi, et, montrant qu'un homme de coeur a toujours des ressources
contre la honte, il se fracassa la tête contre le bord du navire, et
déroba au peuple de Gênes le cruel plaisir de voir un amiral vénitien
chargé de fers[329].

[Note 329: Il y a un récit très-détaillé de cette bataille, dans
un ouvrage intitulé: _Ferreti Vicentini historia rerum in Italiâ
gestarum ab anno 1250, ad annum usque 1318._ (_Rerum italicarum
scriptores_, tom. IX, p. 987.) Suivant cet historien, les Génois
n'avaient que soixante-deux galères, et les Vénitiens 96; mais
les premiers furent renforcés vers la fin du combat par treize
de leurs vaisseaux qu'ils avaient laissés en arrière. André
Dandolo ne fut point fait prisonnier, mais tué dans le combat, en
embrassant son pavillon. Quatorze galères vénitiennes se sauvèrent,
quatre-vingt-deux tombèrent au pouvoir du vainqueur avec six mille
six cent cinquante-quatre hommes.

André Navagier dit positivement: «Il generale della signoria, avanti
di giungere a Genova, disperato, non volendo prender cibo, e battendo
la testa sopra un banco della galera, si diede la morte.»]

Lorsque les douze vaisseaux échappés de ce combat entrèrent dans
Venise, on craignit de voir paraître presque aussitôt la flotte des
Génois; mais elle n'était pas en état de tenir la mer. Deux de leurs
galères osèrent venir seules jusqu'à Malamocco, et braver la flotte
de la république. On commença une information contre les officiers
qu'on accusait de n'avoir pas fait leur devoir à la bataille de
Curzola. Les historiens ne sont pas d'accord sur le résultat de cette
procédure. Il y en a qui disent que plusieurs coupables furent punis
du dernier supplice; d'autres prétendent que tous les accusés furent
absous[330]. La première version serait plus conforme aux maximes des
républiques, maximes qui ne doivent jamais être plus inflexibles que
dans l'adversité.

[Note 330: Voyez les additions à la _Chronique de_ DANDOLO, tom. II,
rapportées dans l'édition de MURATORI, d'après un exemplaire _manusc.
de la bibliot. Ambrosienne_.]

[Note en marge: VIII. La flotte vénitienne battue à Gallipoli. 1294.]

La campagne suivante, la fortune ne cessa pas d'être contraire aux
Vénitiens. Marc Baseio, leur amiral, rencontra et combattit la flotte
ennemie devant Gallipoli, à l'entrée des Dardanelles. De vingt-cinq
galères qu'il commandait, seize furent prises ou détruites; les
autres allèrent répandre la consternation dans leurs ports, et
laissèrent la mer libre aux Génois. Ils en profitèrent pour faire une
descente en Candie, et pillèrent encore une fois la ville de la Canée.

Déjà, dans cette guerre, Venise avait perdu plus de cent vaisseaux,
et nécessairement un grand nombre de marins et de soldats. La
principale de ses colonies était ravagée, les autres pouvaient
l'être; cependant les négociants couvraient encore les mers de
bâtiments armés en course, désolaient le commerce de l'ennemi,
insultaient ses côtes; et on cite un capitaine Sclavoni, qui, avec
quatre galères, eut l'audace d'aller brûler un vaisseau dans le port
même de Gênes.

Cette ville, qui soutenait depuis six ans une guerre si terrible,
était alors déchirée par les factions. Les Gibelins en avaient
expulsé les Guelfes. Venise n'était pas moins agitée par des passions
rivales. Les deux républiques, sous la médiation de Mathieu Visconti,
duc de Milan, consentirent, en 1299, à une paix qui n'était qu'une
suspension d'armes, pour faire les préparatifs d'une nouvelle guerre.
Par ce traité, la mer Noire et la mer de Syrie furent interdites,
pendant treize ans, aux bâtiments armés des Vénitiens[331].

[Note 331: Jean VILLANI, _Hist. de Florence_, liv. 8, ch. 27.]

[Note en marge: Une autre flotte vénitienne dévaste les côtes de
l'Archipel.]

L'empereur grec Andronic Paléologue devait à la république une somme
assez considérable, dont il éludait depuis long-temps le paiement,
sous divers prétextes. Ce prince était à bon droit irrité contre les
Vénitiens, qui étaient venus attaquer les Génois, ses alliés, jusque
dans les faubourgs de sa capitale. Le gouvernement de Venise le jugea
assez faible ou assez timide pour ne pas être ménagé. Une flotte
de trente-sept galères vint bloquer le détroit des Dardanelles,
désola le commerce des Grecs, mit tout à feu et à sang, depuis Péra
jusqu'à Argire, et s'empara d'un grand nombre de vaisseaux, dont
tous les équipages furent impitoyablement massacrés. L'auteur de
cette abominable exécution se nommait Bellet, et était de l'illustre
famille des Justiniani. Un de ses parents, qui a écrit l'histoire
de Venise, dépose de ce crime, qu'il rapporte avec la plus froide
indifférence. Il dit que Bellet Justiniani rentra vainqueur à Venise,
c'est-à-dire qu'il y revint avec la somme que l'empereur Paléologue
s'était empressé de faire porter sur cette flotte dévastatrice[332].

[Note 332: «Bellet Justiniani fit pendre tous les Grecs qui furent
trouvés sur les vaisseaux, parce que peu auparavant ils avaient, par
leur perfidie, fait perdre Constantinople aux Vénitiens. Il saccagea,
il brûla tout sur la côte. À l'aspect de la flotte les habitants des
rivages se retiraient dans les montagnes. Il revint ensuite vainqueur
à Venise apportant quinze mille perperi: c'est une monnaie grecque.»

(_Histoire de Venise_, de Pierre JUSTINIANI, liv. 3), il faut
entendre _liv. de perperi_, voyez l'_Histoire du commerce de Venise_,
par MARIN, tom. III et V, liv. 3, chap. 1.]

[Note en marge: IX. État de la noblesse en Italie au XIVe siècle.]

Je n'ai pas cru devoir interrompre le récit des évènements
militaires, pour raconter une partie des évènements bien autrement
importants qui se préparaient dans l'intérieur, et qui changèrent
définitivement la constitution de la république. Quelques écrivains,
jaloux de frapper l'imagination de leur lecteur, ont raconté que
ces institutions inattendues, qui opérèrent une révolution dans
l'essence du gouvernement de Venise, furent conçues, proposées,
arrêtées tout-à-la-fois par le doge Gradenigo[333]. Mais ce n'est
point ainsi que s'opèrent les révolutions politiques quand elles
doivent être durables. Il faut, lorsqu'on veut profiter de l'histoire
et comprendre les évènements, tenir compte des circonstances qui les
ont préparés, et suivre attentivement toutes les mesures qui les ont
graduellement amenés.

[Note 333: M. SIMONDE SISMONDI, dans son _Histoire des républiques
italiennes du moyen âge_, (Ch. 28), reproche fort justement à
plusieurs historiens, et notamment à Laugier, d'avoir présenté
cette révolution comme l'ouvrage d'un jour. Les écrivains vénitiens
ne pouvaient que la louer sans l'approfondir; mais l'abbé Laugier
qui avait des lumières, et qui, en sa qualité d'étranger, aurait
pu montrer de l'indépendance, aurait dû être plus exact, plus
véridique. Il existe une preuve incontestable que la révolution
aristocratique n'était pas entièrement consommée même au mois de juin
1310, c'est-à-dire à l'époque où éclata la conjuration de Thiepolo,
dont nous parlerons dans le livre suivant; ce sont les sentences du
tribunal des quarante, contre les conjurés, sentences que Muratori a
imprimées à la suite de la chronique de Dandolo. Les condamnés y sont
divisés en deux classes, savoir: les nobles, _nobiles qui erant de
majori concilia vel esse poterant_, et tous ceux qui étaient exclus
du grand conseil, _reliqui qui non erant de majori concilia nec esse
poterant_. Voilà la ligne de démarcation bien établie: ce fut la
cause de la conjuration; mais ces mots _qui esse poterant_ indiquent
qu'il y avait encore une élection annuelle parmi les nobles; donc la
loi qui supprima les élections, et y substitua pour toujours le droit
de la naissance, est postérieure au mois de juin 1310. Condillac,
dans le ch. 4, du liv. 9 de son _Histoire moderne_, place sous la
date de 1289, la nouvelle loi qui investit du pouvoir souverain et
perpétuel un certain nombre de familles; c'est une erreur de trente
ans, cette révolution ne fut consommée qu'en 1319.]

Le moyen âge vit se former et se détruire en Italie une multitude
de gouvernements; mais on n'avait nullement étudié la théorie de
leur organisation. On ignorait presque généralement alors la langue
et l'existence des philosophes de l'antiquité, qui avaient cherché
à concilier l'indépendance naturelle de l'homme avec l'ordre de
la société. Le droit public se composait de quelques traces des
institutions romaines, et des usages apportés par des conquérants
barbares. On en faisait l'application suivant les intérêts locaux ou
les circonstances, et les passions turbulentes venaient tour-à-tour
les modifier.

Quand la théorie de l'organisation des sociétés n'aurait pas été
presque généralement inconnue, la pratique du gouvernement aurait été
fort difficile. On conçoit que, dans un temps où les routes étaient
à-peu-près impraticables; où les postes, les lettres de change,
l'imprimerie, n'étaient pas encore inventées; où peu de gens même
savaient lire et écrire, il devait être impossible de gouverner, et
sur-tout d'administrer un état de quelque étendue. Faute de pouvoir
l'exploiter soi-même, on l'affermait à des vassaux. L'ignorance des
grands et des peuples fit la fortune des clercs. L'impuissance de
correspondre rapidement et de se faire obéir au loin, fut une des
causes de l'anarchie féodale. Les communications rapides sont le
meilleur moyen de gouvernement; les réunions faciles sont le plus sûr
garant de la liberté des peuples.

La force tendit toujours à s'arroger du pouvoir, ou au moins des
priviléges; la force, la supériorité des talents, ont dû assurer
par-tout et toujours une supériorité sociale; mais ces circonstances
sont passagères de leur nature, et il n'y aurait jamais eu de classes
privilégiées, si, pour y être admis ou s'y maintenir, on n'eût pu
trouver hors de soi l'origine de son droit. La domination du fort,
de l'habile n'est qu'un fait; c'est dans le droit de jouir par
représentation que consiste le privilége. Ce droit, qui n'est point
en nous, ne peut donc avoir de réalité qu'à proportion de l'assentiment
plus ou moins général qu'y donnent les autres.

[Note en marge: Son origine.]

Toutes les circonstances d'où l'on peut faire découler la possession
des priviléges, se réduisent à celles-ci, la conquête, la propriété
territoriale, la richesse et l'ancienne illustration par les
fonctions publiques.

[Note en marge: La conquête.]

La conquête n'est que le droit de la force; ce droit a pour limite ce
qu'exige la conservation et le juste intérêt du vainqueur, et pour
terme la durée de la force.

[Note en marge: La propriété.]

La propriété territoriale donne deux sortes de droits, celui qui
résulte de l'intérêt qu'a le propriétaire à l'administration des
affaires générales, et celui qui dérive de ses rapports soit avec
le souverain, soit avec le colon de la terre. S'il doit service
à l'un et protection à l'autre, il faut bien qu'il commande à
celui-ci pour servir celui-là; il faut bien que l'un s'acquitte des
services qu'on lui rend par des priviléges, et que l'autre paie la
protection qu'il reçoit par des soumissions. Cet état de choses est
l'intermédiaire entre l'esclavage et la liberté; cette condition
fut celle d'une partie des peuples de l'Europe, lorsqu'ils eurent
reçu le christianisme, qui n'est guère compatible avec l'esclavage,
tel que les anciens le connaissaient. On vit des serfs plus ou
moins assujettis, des seigneurs plus ou moins privilégiés; mais,
d'une part, les vassaux tendaient à s'affranchir, et de l'autre,
s'établissait la maxime qu'il ne pouvait y avoir de terre sans
seigneur.

L'application de cette maxime et l'exercice des droits féodaux
éprouvèrent de plus grandes difficultés dans les villes, sur-tout
lorsqu'elles devinrent riches et populeuses. Les hommes rassemblés
sont toujours tentés de profiter du moment où leurs forces se
trouvent réunies, pour réclamer les concessions qu'ils croient leur
être dues. De là l'affranchissement des communes, qui fut le premier
pas de l'Europe moderne vers la liberté.

[Note en marge: La richesse.]

Dès le milieu du douzième siècle, on avait vu presque toutes les
villes du nord de l'Italie, secouer le joug des empereurs. Vers la
fin du treizième, l'empereur Rodolphe, au lieu de chercher à leur
disputer leur indépendance, avait consenti à la leur vendre pour de
l'argent[334].

[Note 334: MACHIAVEL, _Histoire de Florence_, liv. 1.]

Dans ces communes affranchies, on ne put plus avouer la prétention
d'asservir ses concitoyens, mais on conserva celle de les gouverner.
Les richesses devinrent un titre pour prendre part à l'autorité, à
raison du plus grand intérêt qu'avait le riche à la conservation et à
l'ordre de la société.

On voit que le droit qui résulte de la richesse est moins étendu que
celui qui dérive de la propriété territoriale. Or, dans les villes,
il ne peut y avoir de propriété territoriale proprement dite. On y
occupe un toit, mais on ne peut y conserver de ces domaines qui,
par leur étendue, leur position et le nombre des hommes qui les
cultivent, donnent de la puissance à leur possesseur. Aussi les
privilégiés des villes se distinguaient-ils de ceux des campagnes par
la modération de leurs prétentions. Ceux-ci se montraient à cheval,
la cuirasse sur le corps, le heaume en tête, avec des armes dont ils
s'étaient réservé l'usage. Ils rappelaient toujours que leur droit
était fondé sur leur force, sur leur vaillance. Dans les villes, cet
appareil ne pouvait être d'aucun usage; c'était par la richesse qu'on
se faisait des clients, et par la séduction qu'on gagnait des amis.

[Note en marge: Les fonctions publiques.]

Peu-à-peu l'exercice de l'autorité, à mesure qu'elle avait été
prolongée, heureuse, applaudie, devenait un droit à de nouvelles
marques de confiance, parce qu'elle supposait une dette des
administrés envers l'administrateur, et dans celui-ci un
accroissement d'expérience, une transmission de lumières, de bonnes
maximes, et la juste ambition d'ajouter à l'illustration de son nom.

C'est de toutes ces choses que s'est composée l'idée de ce qu'on a
appelé la noblesse.

Mais remarquons que, soit qu'elle dérive de la propriété territoriale
ou des richesses, soit qu'elle ait été acquise par les fonctions, la
noblesse ne peut se séparer de l'idée de services rendus à la société
dont on est membre. Si cette circonstance ne lui concilie le respect
des peuples, elle n'est plus que tyrannie. À Rome, les nobles étaient
ceux qui pouvaient montrer les portraits de leurs ancêtres revêtus
des charges curules.

Une des folies des hommes est de vouloir lier aux institutions
anciennes leurs institutions nouvelles, et d'exiger que celles-ci
obtiennent, dès l'origine, tout le respect que les siècles avaient
imprimé à celles-là. On ne tient point compte de la différence des
temps; on veut concilier à la dignité qu'on possède tous les droits
possibles à la considération, anciens et nouveaux. Une fois en
possession de quelques avantages, les hommes qui avaient su s'en
saisir voulurent envahir tous les priviléges dont avaient joui dans
les temps passés, et sous des gouvernements divers, ceux dont ils
se croyaient les pareils. Ils voulurent réunir dans leur personne
les honneurs de l'ancien patriciat, et la puissance féodale, et la
souveraineté aristocratique, et jusqu'à la faveur du courtisan. Ils
ne voyaient pas que toutes ces prétentions étaient contradictoires;
qu'on ne peut être à-la-fois sujet, souverain, courtisan et
magistrat; qu'à la cour des despotes il n'y a point de noblesse; que
la noblesse qui résulte de la force, de la conquête, est la moins
pure, la moins légitime de toutes. La véritable grandeur est celle
qui n'a pas besoin de l'abaissement des autres. Ils ne voyaient pas
que la domination féodale est de la puissance, mais n'est pas de la
noblesse; qu'il est de la nature de la puissance de résider dans le
fait plus que dans le droit, et que la conservation d'une grandeur
qui n'existe qu'aux dépens d'autrui tient à la durée de la force.
Leur puissance, incommode à ce qui était au-dessus d'elle, devint
encore plus odieuse à qui se trouvait au-dessous.

De-là cette ligue qui a souvent existé entre le plus puissant et
les plus petits, pour se débarrasser de toutes les puissances
intermédiaires. Cette ligue produisit des effets fort différents.

Dans le midi de l'Europe, les rois finirent par affranchir les
communes, pour diminuer le pouvoir de la noblesse féodale; dans les
états du nord[335], les peuples, pour faire descendre les nobles à
leur niveau, conjurèrent le souverain de prendre en main le pouvoir
absolu. Ils se jetèrent dans les bras du despotisme, pour échapper à
la tyrannie des seigneurs.

[Note 335: En Suède, en Danemarck, voyez l'_Histoire de la dernière
révolution de Suède_, par SHERIDAN.]

Peu de temps après l'époque de cette histoire à laquelle nous sommes
parvenus, deux grandes découvertes vinrent diminuer considérablement
les moyens de puissance de la noblesse. Les armes à feu rendirent
inutiles tous les avantages qu'elle s'était réservés dans le combat.
L'imprimerie, en facilitant l'instruction, rapprocha les classes
inférieures de la classe opulente et privilégiée; il ne put plus y
avoir de noblesse que dans les faits et dans les souvenirs; mais
n'anticipons pas sur les évènements.

[Note en marge: Diverses conditions des nobles.]

Au commencement du quatorzième siècle, on pouvait remarquer dans les
états d'Italie, la condition fort diverse de la noblesse, fondée sur
la puissance féodale, sur la richesse, ou sur les magistratures, et
trouver dans les circonstances locales l'explication de l'influence à
laquelle chacune de ces classes privilégiées était parvenue, ou de la
nullité à laquelle elle était réduite.

[Note en marge: Dans les monarchies.]

[Note en marge: Dans les républiques.]

Dans les pays restés monarchiques, la noblesse s'était soutenue,
grâce à son alliance naturelle avec le souverain. Elle avait conservé
des priviléges, mais sans obtenir aucune part au gouvernement. Dans
les communes qui non-seulement s'étaient affranchies de la servitude,
mais qui avaient même secoué l'autorité d'un monarque, les classes
privilégiées avaient accommodé leurs prétentions, comme elles
l'avaient pu, avec la volonté du reste de la population. Il y avait
en cela des nuances infinies.

[Note en marge: Padoue, Trévise, Vérone, Mantoue, Ferrare, Vicence.]

Le territoire offrait-il par sa richesse de grandes ressources aux
propriétaires: la ville n'était-elle que d'une médiocre importance:
les seigneurs territoriaux y dominaient, parce qu'ils pouvaient
affamer et assiéger la commune. Les barons se fortifiaient dans
leurs châteaux; les moins forts devenaient les auxiliaires des plus
puissants, pour avoir part au droit d'oppression. Telle était la
situation des républiques de la marche Trévisane. L'autorité y était
oligarchique, et devenait tyrannique par intervalles, lorsqu'un
de ces petits souverains se trouvait assez fort pour réduire tous
les autres à la condition de ses auxiliaires. Ce fut l'histoire de
Padoue, de Trévise, de Vérone, de Mantoue, de Ferrare, de Vicence;
toutes se qualifiaient de républiques, mais les trois premières
étaient sous l'autorité des seigneurs de la maison de Romano; Mantoue
sous l'influence du comte de Saint-Boniface; les deux dernières
étaient opprimées par le marquis d'Este: la plupart de ces pays
étaient sans gouvernement; ils n'avaient que des maîtres.

[Note en marge: Milan.]

Ces succès de quelques seigneurs avaient excité l'ambition de tous.
Mais, dans les grandes villes, la masse de la population leur
opposait une forte résistance. Milan obligeait ses patriciens à se
contenter d'une part dans la magistrature. Après avoir excité, par
l'envahissement de tous les emplois, une indignation générale, les
nobles milanais se virent réduits à signer avec les plébéiens un
traité, par lequel ceux-ci étaient admis au partage égal de toutes
les fonctions publiques, depuis la charge d'ambassadeur jusqu'à
l'emploi de trompette de la communauté[336]. Les plus fiers se
retiraient dans leurs châteaux, et se vengeaient de leur nullité en
dévastant les campagnes; mais ces dévastations mêmes augmentaient
la force des villes, c'est-à-dire leur population. Les habitants
dispersés dans un pays ouvert aux ravages des seigneurs, couraient
chercher, dans une enceinte de murailles, un asyle pour leur famille
et pour leurs biens. C'est la tyrannie des seigneurs féodaux qui a
peuplé les villes, où tant de ressentiments fermentaient contre eux,
et où les progrès de l'industrie et des richesses fournirent enfin
les moyens d'écraser ces petits tyrans.

[Note 336: Le 4 avril 1258, _Histoire milanaise_, de Bernard CORIO,
part. II.]

Lorsque la translation du saint-siége à Avignon laissa Rome livrée
à elle-même, le tocsin du Capitole obligea les barons à quitter
leurs retraites fortifiées, pour venir s'humilier devant le tribun
populaire; et l'histoire nous représente les Savelli, les Frangipani,
les Colonne, les Ursins, debout, tête nue, dans l'attitude de la
soumission, prêtant, en tremblant, le serment de fidélité à la loi de
_bon état_[337], entre les mains du fils d'un cabaretier.

[Note 337: Poi se faceva stare venante a se, mentre sedeva, li baroni
tutti, in piedi, ritti, co' le vraccia piegate, e co' li capucci
tratti. Deh! come stavano paurosi! (FORTIFIOCCA, _Hist. rom._, liv.
I, ch. 20.)]

Leurs palais n'étaient plus des asyles, leurs excès n'avaient plus
le privilége de l'impunité: une tentative de révolte les réduisit
à entendre leur condamnation comme les plus vils criminels, et à
recevoir une grâce plus humiliante encore.

[Note en marge: Usage des villes d'Italie de choisir un chef
étranger.]

Dans la plupart des républiques, où la guerre demandait un chef, mais
où l'abus du pouvoir avait rendu odieux tous les nobles indigènes,
les factions rivales appelaient au gouvernement un magistrat
étranger. On vit Rome demander un chef à Bologne[338], et Venise en
fournir à Padoue, à Pise, à Milan.

[Note 338: Brancaleone.]

[Note en marge: Gênes, Pise, Florence.]

Dans les états où un sol peu fertile n'invitait qu'une faible partie
de la population à l'agriculture, et n'offrait pas de grands moyens
de puissance aux seigneurs territoriaux, ils virent leur influence
décroître, à mesure que d'autres fortunes s'élevaient, à la faveur
du commerce. Ils eurent cependant, pour se maintenir, la ressource
du service militaire, et sur-tout les factions. Cette condition
était celle des nobles de Gênes, de Pise et de Florence. Lorsqu'ils
voulurent ressaisir violemment le pouvoir, ils furent comprimés,
punis; leurs forteresses furent rasées, et on porta la haine contre
eux jusqu'à l'injustice, en les dépouillant des droits communs à tous.

Ce fut dans ces villes commerçantes que des citoyens, enrichis
rapidement par d'heureuses entreprises, commencèrent à se comparer à
ces anciens possesseurs des priviléges, et à en réclamer le partage.
Une noblesse s'éleva qui avait une origine toute différente de la
première, et qui lui disputa l'autorité, disposée, comme l'autre, à
la retenir et à en abuser.

On voit que l'influence des classes privilégiées se modifiait selon
les circonstances. Les seigneurs établis en Italie par le droit de la
conquête, au temps de l'invasion des Goths et des autres étrangers,
cessèrent d'être des dominateurs, et ne furent plus que de puissants
vassaux, lorsque des monarchies régulières s'élevèrent.

Après que les communes se furent affranchies de la domination des
empereurs, les seigneurs féodaux conservèrent du pouvoir là où la
possession territoriale suffisait pour leur conserver la prééminence;
ils la partagèrent ou la perdirent là où d'autres causes, et
sur-tout le commerce, firent naître d'autres moyens de puissance qui
rivalisaient avec les leurs.

Quand ces deux espèces de noblesse cessèrent d'être rivales,
elles s'accordèrent pour dominer. La haine du peuple contre les
nobles précipitait les villes sous le joug de quelques-uns de ces
hommes puissants, qui avaient su faire croire qu'ils embrassaient
sincèrement le parti populaire; ce fut ce qui coûta à la république
de Milan son orageuse liberté.

À Gênes, quelques nobles ambitieux prirent le même moyen pour
conserver de l'influence. Les Doria, les Spinola, contractèrent une
alliance avec le peuple, et concoururent, avec un zèle peu sincère, à
l'introduction des formes démocratiques dans le gouvernement.

D'autres républiques, qui ne se jetaient pas dans les bras d'un
maître, tombaient dans l'excès de la méfiance; l'injustice
nourrissait d'éternelles haines, et privait l'état de ses plus
illustres citoyens.

À Florence, il fallait être marchand, être inscrit parmi ceux qui
professaient un art, ou qui exerçaient un métier, pour avoir part au
gouvernement de la république[339]. Les anciens nobles qui s'étaient
livrés au commerce, et ceux qui, pour conserver leurs droits de
citoyens, se firent inscrire sur le contrôle des artisans, n'en
devinrent pas moins l'objet de la jalousie, et les victimes d'une
injuste exclusion. Par une inconséquence ordinaire chez les hommes,
les marchands voulurent être ennoblis par leur profession même. On
vit _la noblesse de soie, la noblesse de laine_; et celle-là se crut
bientôt en droit de mépriser celle-ci.

[Note 339: 1283.]

[Note en marge: Sienne.]

À Sienne, les marchands exclurent non-seulement les nobles, mais le
peuple. Ce fut une oligarchie d'une nouvelle espèce, qui devint à
son tour suspecte, tyrannique et odieuse, comme celle qu'elle avait
remplacée[340].

[Note 340: _Chronique de Sienne_, par André DEI, tom. XV, année 1283,
et _Histoire de Sienne_, de MALAVOLTI, part. 2, liv. 3.]

[Note en marge: Pistoia.]

À Pistoia, les gentilshommes furent déclarés pour toujours
inhabiles à gouverner; et la peine des roturiers qui encouraient
la dégradation, consista à être inscrit sur le registre de la
noblesse[341].

[Note 341: _Mémoires historiques de la ville de Pistoia_, par Jacq.
Marie FIORAVANTI, ch. 16.]

Pise, en se vengeant cruellement du cruel Ugolin, dont un poëte
contemporain a rendu le supplice si célèbre, montra la même
partialité contre l'ordre privilégié.

Gênes, Bologne, Modène, Padoue et Brescia, finirent par adopter
ce système de législation. Cette haine contre la noblesse fut, en
Italie, le trait caractéristique de l'esprit du treizième siècle.

L'ouvrage des passions est rarement durable: cette autorité
arrachée aux uns pour être concentrée dans la main de quelques
autres, mérita et excita de nouveaux mécontentements; et comme les
hommes, quand ils souffrent dans une situation, se jettent toujours
imprudemment dans une situation opposée, on ne voulut point se
rappeler que le gouvernement oligarchique des marchands avait fait
fleurir l'agriculture, l'industrie, les arts, enrichi et embelli
les cités; on ne se souvint que de l'insolence de ces parvenus, et
presque toutes ces républiques tendaient à se rapprocher des formes
monarchiques.

[Note en marge: X. De la noblesse vénitienne.]

Venise n'avait jamais été conquise; aucun droit, par conséquent, ne
pouvait y dériver de la force. Venise n'avait point de territoire; le
système féodal ne pouvait y être connu. Point de seigneurs, point de
vassaux, point de serfs, point de droits résultant de la propriété
territoriale. Les biens que les citoyens pouvaient posséder, soit
dans les colonies, soit en Italie, ne leur donnaient dans la capitale
aucune autre influence que celle des richesses. Mais Venise existait
depuis neuf cents ans; pendant ce long intervalle, un grand nombre de
ses citoyens avait été appelé successivement aux fonctions publiques.
Plusieurs avaient fait de grandes choses, beaucoup avaient acquis une
grande opulence.

Cette administration qui offrait tant d'occasions de s'illustrer,
cet immense commerce, qui fournissait tant de moyens de s'enrichir,
avaient créé une noblesse la plus respectable de l'Europe, parce que
sa source était pure, son origine antique, sa filiation constatée,
ses services connus, ses honneurs mérités: elle était digne de la
liberté qu'elle avait su défendre. Chaque fois que le peuple ou
l'un des corps de l'état, élevait d'anciens citoyens à une place
éminente, cette nomination semblait rappeler les services de leurs
aïeux, et renouer les liens d'une famille avec la république. Si la
situation de Venise se fût trouvée telle qu'il eût pu y avoir une
noblesse oisive, puissante, orgueilleuse de ses possessions, de ses
vassaux, de ses priviléges, la république n'aurait pas subsisté.
Un doge ambitieux se serait servi de ses auxiliaires pour changer
l'état en monarchie; ou bien la masse des habitants aurait expulsé la
classe privilégiée. Mais les principaux citoyens de cette république
avaient des richesses mobilières, du crédit, de la gloire, sans
aucun appareil de force qui avertît de se méfier d'eux. Ce fut la
modération qui les maintint, et qui leur donna le temps de prendre
des mesures pour s'emparer de la souveraineté.

[Note en marge: Sa tendance à l'aristocratie.]

C'eût été exiger des illustres citoyens de Venise plus qu'on ne doit
attendre de l'espèce humaine, que de leur demander d'oublier la
gloire et la splendeur de leur maison, pour s'élever au-dessus des
intérêts domestiques, pour ne voir que la grandeur de l'état, et
faire consister cette grandeur dans l'égalité de tous les citoyens.

La tendance à l'aristocratie ne fut pendant long-temps que le
résultat de l'influence donnée par les richesses, par les emplois,
par le souvenir des services rendus, par le respect qui s'attache
naturellement à un nom illustre. Cette espèce d'aristocratie exista
long-temps avant l'aristocratie légale. Dans l'ordre politique, on
ne distinguait pas les citoyens en nobles et plébéiens; et quand on
admettait un étranger, un prince même, à la qualité de Vénitien, on
lui disait: «_Te civem nostrum creamus_» nous vous faisons notre
concitoyen.

Mais les nobles vénitiens avaient fréquenté les hauts barons de
France, et avaient dû prendre quelques-unes de leurs opinions. De
leur côté, le peuple et la classe mitoyenne avaient le sentiment
de leur intérêt, comme les nobles. Si la fierté très-légitime de
ceux-ci les portaient à envahir le pouvoir, le bon sens des autres
leur conseillait d'en réclamer le partage. C'est de la lutte de ces
intérêts opposés que résulta une forme de gouvernement nouvelle. Un
historien s'est oublié jusqu'à dire que cette révolution ramena les
choses _à l'ordre naturel, qui veut que la partie haute domine sur la
partie basse_. Ce langage n'a pas plus de sens que de dignité[342].

[Note 342: L'abbé LAUGIER, _Hist. de Venise_, liv. 10. «Le
gouvernement vénitien qui faisait poursuivre l'ouvrage d'Amelot de
la Houssaye en 1700, montra toujours beaucoup de ménagements pour
l'abbé Laugier qui, en effet, les méritait bien. Victor Sandi, auteur
d'une Histoire civile de Venise, ayant remarqué un grand nombre
d'erreurs dans celle de l'ex-jésuite, fit imprimer en 1769, un livre
intitulé: _Estratti della Storia veneziana del signor abbate Laugier,
ed osservazioni sopra gli stessi_. Les inquisiteurs d'état firent
supprimer l'ouvrage: _ove di troppo offendevasi un uomo sempre bene
merito della veneta storia_.

Je tire ce fait de l'_Histoire de la littérature vénitienne_, pendant
le XVIIe siècle, par M. l'abbé MOSCHIMI, tom. II, p. 205. Au reste,
malgré tout son dévouement à l'aristocratie, l'abbé Laugier laisse
par fois échapper d'étranges naïvetés; par exemple, en parlant du
conseil des Dix, il dit: (discours sur les magistratures de Venise)
«Lorsque l'accusé est manifestement convaincu, il est exécuté à
la manière des criminels ordinaires; _hors le cas d'une pleine
conviction_, l'exécution se fait secrètement, ou en jetant les
criminels à la mer, ou en les faisant pendre la nuit.»]

Les désastres éprouvés en Orient, la défaite totale de l'armée
vénitienne à Curzola, étaient des circonstances peu favorables
au gouvernement pour dépouiller le peuple d'un reste d'autorité;
cependant Gradenigo suivit ce projet avec une invariable constance.
Au milieu des malheurs publics, qui fournissent toujours tant de
moyens d'accuser le gouvernement, l'autorité se montra fière et
ambitieuse; mais, ce qui n'est pas moins remarquable, elle se montra
prudente dans son ambition.

Le pouvoir ne résidait plus dans la personne du doge depuis plus d'un
siècle, c'est-à-dire depuis qu'on lui avait donné des conseillers
qui n'étaient pas de son choix, et qu'on l'avait environné de deux
assemblées, à qui appartenait la décision absolue de toutes les
affaires[343]. Ces assemblées étaient le grand conseil et le sénat;
mais le sénat n'était qu'une émanation du grand conseil: de sorte que
celui-ci était le véritable dépositaire de la souveraineté.

[Note 343: Voici la formule des actes du doge, à cette époque:
«Johannes (DANDOLO) dei gratia Venetiarum, Dalmatiæ atque Cratiæ dux,
dominus quartæ partis et dimidii totius imperii romani, de consensu
et voluntate minoris et majoris consilii sui et communis Venetiarum
ad sonum campantæ et voce proeconis, more solito congregati et ipso
consilio, etc.]

On n'avait pas pris, pour l'élection de ce conseil, des précautions
telles qu'en lui transmettant le pouvoir, on lui transmît les
sentiments qui devaient en diriger l'emploi. Douze magistrats de
la commune nommaient, chacun dans leur quartier, une quarantaine de
citoyens. Il est probable, mais il n'est pas certain, que ces douze
électeurs étaient désignés par le peuple. Au reste, quelle que fût
l'origine de leur mandat, on voit combien il devait être facile à un
homme jouissant de quelque influence, d'obtenir d'être porté sur une
liste de quarante personnes, faite par un seul citoyen. On conçoit
combien celui-ci devait craindre de se faire des ennemis, sur-tout
dans un corps qui nommait à tous les emplois, et qui exerçait
l'autorité principale dans la république. Les familles considérables
avaient entre elles des liens de parenté ou d'intérêt: la seule
précaution que l'on prit contre leur trop grande influence, fut de
régler qu'une même maison ne pourrait avoir à-la-fois plus de quatre
de ses membres dans le grand conseil.

Cette assemblée, qui disposait de toutes les charges, finit par
s'arroger jusqu'à la nomination des électeurs qui devaient la
renouveler elle-même. Du moment que les douze électeurs ne furent
plus que les mandataires, les créatures du grand conseil, il dut en
résulter deux choses; l'une, que ces électeurs se crurent obligés
de faire leur choix dans l'esprit du corps dont ils tenaient leur
mission; l'autre, que ce corps ne dut pas se considérer comme soumis
à ses mandataires. Quelque soin que pussent prendre les électeurs de
faire des choix agréables au grand conseil, ces choix ne purent plus
être considérés comme une élection définitivement consommée, mais
comme une désignation soumise à l'approbation de l'assemblée. Ainsi,
dès le XIIIe siècle, le grand conseil se renouvelait lui-même.

On ne doit pas s'étonner après cela du retour fréquent des mêmes
noms, et de voir les personnages distingués se perpétuer dans cette
assemblée, qui représentait la nation. Mais enfin, c'était l'autorité
nationale qu'elle était censée exercer; c'était au nom de la nation
qu'elle faisait des lois. Aucun des plus illustres citoyens de Venise
ne s'était encore avisé de prétendre qu'il prenait séance au conseil
pour lui-même, et non pour ses commettants; aucun des membres du
conseil n'était inamovible; personne n'était exclus du droit de le
devenir.

[Note en marge: XI. Première proposition pour restreindre les droits
d'admission au grand conseil. 1286.]

L'an 1286, ou à-peu-près, car la circonspection des historiens
vénitiens a laissé beaucoup de ténèbres sur les détails de ces
évènements, les trois chefs de la quarantie criminelle proposèrent
de donner pour règle aux électeurs chargés de renouveler la liste du
grand conseil, de n'y admettre que ceux qui y auraient déjà siégé; ou
dont les ancêtres y auraient pris place. Cette proposition créait un
privilége exclusif en faveur des familles admises au grand conseil
depuis sa création, c'est-à-dire depuis 1172.

Jean Dandolo, qui régnait alors, et qui n'était pas du parti
aristocratique, s'opposa à l'introduction de ce privilége[344].

[Note 344: _Memorie storico-civili delle successive forme del governo
de' Veneziani_, da Sebastiano CROTTA.]

On ne jugea pas les circonstances favorables pour hasarder une
pareille innovation.

[Note en marge: Dispositions du doge Pierre Gradenigo.]

Mais, dix ans après, le doge Pierre Gradenigo, dont le caractère
se distinguait par cette fermeté qui sait mépriser les clameurs
populaires, et braver même des ennemis puissants, réalisa le
projet conçu, comme on voit, depuis long-temps, de concentrer et
de perpétuer le pouvoir dans les principales familles. Il serait
difficile de dire quels sentiments l'y déterminèrent. Comme doge,
il n'avait nul intérêt d'accroître la puissance et l'indépendance
du conseil. Les populaires et les nobles étaient divisés; c'était
une occasion favorable pour dominer les uns et les autres. Mais on
ne s'élève pas facilement au-dessus des maximes qu'on a sucées avec
le lait. Gradenigo ne voyait rien au-dessus d'un illustre vénitien.
L'intérêt de son ordre prévalut sur celui de sa maison et de sa
patrie; il aima mieux être le mandataire de ses pareils, que le
prince d'une nation ou le chef d'une multitude. Peut-être aussi, car
il faut toujours faire une part à la faiblesse humaine, peut-être
le refus constant de la faveur populaire exalta-t-il dans ce coeur
altier l'orgueil et les préjugés du patriciat.

[Note en marge: XII. Proposition de n'y admettre que ceux qui en ont
fait partie depuis quatre ans. 1296.]

Le 28 février 1296, Léonard Bembo et Marc Badouer, alors chefs des
quarante juges criminels, après s'être concertés avec le doge,
exposèrent dans le grand conseil que, depuis un siècle, cette
assemblée se recrutait presque généralement dans les mêmes familles.
Il ne leur fut pas difficile de persuader à ceux qui les écoutaient,
que la continuation de cet ordre de choses était désirable. Ils
proposèrent, pour le consolider, de restreindre pour l'avenir le
droit d'éligibilité à ceux qui étaient actuellement membres du grand
conseil, ou qui l'avaient été dans les quatre années précédentes.

Il ne s'agissait plus d'admettre de nouveaux citoyens à l'exercice
du pouvoir, mais de choisir entre ceux qui en étaient seuls
susceptibles. Tout ce qui n'avait pas fait partie des quatre
dernières assemblées, se trouvait frappé d'incapacité; les
membres actuels, et ceux qui l'avaient été depuis quatre ans,
composaient désormais ce corps privilégié, auquel allait appartenir
exclusivement l'administration de la république.

Il n'y avait plus lieu de leur conférer ce droit par une élection, ce
droit leur était acquis; mais, pour éviter de former une assemblée
trop nombreuse, pour exciter une utile émulation, on pouvait
suspendre momentanément l'exercice de ce droit. En conséquence de
ces principes, qui furent adoptés, il fut décidé qu'on formerait la
liste de ceux qui avaient pris place dans l'assemblée depuis quatre
ans, que la quarantie criminelle ballotterait leurs noms l'un après
l'autre[345], et que ceux qui obtiendraient douze suffrages sur les
quarante seraient membres du grand conseil pour un an; après quoi on
procéderait à un nouveau scrutin: de sorte que le nombre des membres
n'était point fixe: il pouvait y en avoir autant que d'éligibles;
et, pour s'y perpétuer, il suffisait d'obtenir douze suffrages dans
l'élection annuelle.

[Note 345: Marin SANUTO, _Vite de' duchi_, P. GRADENIGO.]

[Note en marge: Modification à cette proposition.]

Cependant on sentait qu'il était rigoureux de prononcer l'exclusion
perpétuelle de tous les autres citoyens de l'assemblée qui
représentait le corps de l'état. Pour ne pas décourager leur
ambition, et pour en obtenir une soumission plus facile, on
ajouta que trois membres du grand conseil formeraient une liste de
citoyens, non compris sur le tableau de ceux qu'on venait de déclarer
perpétuellement éligibles; et que ceux de ces citoyens désignés,
qui obtiendraient douze voix dans le ballottage de la quarantie,
prendraient place avec les autres membres du conseil.

Il importait de limiter le nombre de ceux à qui, par ce moyen, on
conférait l'éligibilité; ce soin fut laissé au doge et à ses six
conseillers intimes.

Du moment que cette loi fut rendue, il y eut deux classes de
citoyens; les uns ayant par eux-mêmes le droit de faire partie du
corps souverain de la république, les autres ne pouvant y être admis
que sur la proposition de trois électeurs, qui sûrement n'useraient
de ce droit qu'avec beaucoup de sobriété.

Mais cependant l'exclusion absolue, perpétuelle, n'était pas
prononcée contre la masse des citoyens. Ceux qui avaient composé le
conseil pendant les quatre dernières années venant à s'éteindre, il
faudrait remplir les places vacantes, et ce remplacement laissait des
espérances au reste de la population.

On demeura pendant trois ans sous l'empire de cette nouvelle loi. La
quarantie confirma deux fois de suite tous ceux qu'elle avait élus
d'abord. Le pouvoir se perpétuait; il y avait encore à le concentrer.

[Note en marge: XIII. Nouvelles restrictions à l'éligibilité. 1298.]

Un décret de 1298 prescrivit aux électeurs chargés de former la liste
supplémentaire des éligibles, de n'y comprendre que des personnes
ayant anciennement fait partie du grand conseil, ou dont les ancêtres
y auraient siégé. Cette disposition complétait le système. La liste
des membres du conseil, depuis 1172, devenait le nobiliaire de Venise.

[Note en marge: 1300.]

Une loi de 1300 défendit formellement l'admission de ce qu'on appela,
pour la première fois, les hommes nouveaux.

[Note en marge: 1315.]

Pour mettre des obstacles à leur introduction, on ouvrit, en 1315, un
registre où tous les citoyens qui avaient appartenu au grand conseil,
par eux-mêmes ou par leurs ancêtres, se firent inscrire. Les notaires
du conseil furent chargés de la tenue de ce registre; les avocats de
la commune eurent ordre d'en vérifier l'exactitude.

[Note en marge: XIV. Le grand conseil déclaré permanent, et le droit
d'y siéger héréditaire. 1319.]

Enfin, en 1319, le doge proposa et fit décréter que désormais il
n'y aurait plus d'élection, plus de renouvellement de l'assemblée,
par conséquent plus de liste d'éligibles. Les membres du conseil
actuel conservèrent seuls le droit d'y siéger pour toujours, et le
transmirent à perpétuité à leurs descendants; et, pour marquer
encore mieux que c'était un droit personnel, les enfants furent admis
à prendre séance dans ce conseil, même du vivant de leur père, pourvu
qu'ils eussent atteint leur vingt-cinquième année.

Ainsi tout ce qui dans le moment ne faisait point partie du conseil,
quelle que fût d'ailleurs son illustration, se trouva exclus de la
souveraine puissance, et rentra dans la classe populaire. Un registre
de ceux qui composaient le conseil fut ouvert; ce fut le livre d'or.

Dès ce jour fut consommée la sujétion de presque toute la population
de Venise, la création d'une noblesse héréditaire, privilégiée,
souveraine, et l'organisation de l'aristocratie.

Si le peuple devait se débattre avec fureur dans de pareilles
chaînes, quels ne devaient pas être la surprise et le ressentiment
des citoyens illustres, qui, faute de se trouver membres de
l'assemblée actuelle, se voyaient exclus pour toujours de l'autorité,
par conséquent de presque tous les emplois, sacrifiés à des hommes
obscurs, et sujets d'une assemblée dont les membres les plus
distingués n'étaient que leurs égaux.

Des familles entières, des familles qui remontaient jusqu'aux
anciens tribuns, c'est-à-dire déjà honorées avant l'existence des
doges, se trouvaient rejetées hors d'un gouvernement qu'elles
avaient contribué à fonder. On remarquait parmi ces familles, les
Bérengues, les Bedelotes, les Balachins, les Verardes, les Dentes;
d'autres, n'ayant que quelques-uns de leurs membres dans le conseil,
se trouvaient partagées entre l'exclusion et le privilége, comme les
Mini, les Nani, les Malipiers, les Pasqualigo, les Navagiers, les
Darduini, les Bons, les Trévisans, les Zacaries.

Il paraît que le nombre des nobles, composant à cette époque le
conseil, et destinés par conséquent à réunir tous les droits de la
souveraineté, ne s'élevait pas à plus de six cents[346].

[Note 346: Voyez l'_Examen de la liberté originaire de Venise_, ch.
6, et la _Chronique_ de Marin SANUTO, qui ne compte que 297 familles.]

C'est cette révolution qu'on a désignée à Venise par le nom de
_serrar del consiglio_, que je ne puis traduire qu'imparfaitement par
clôture du grand conseil[347].

[Note 347: Cette révolution est racontée d'une manière
très-imparfaite dans un Manuscrit de la Bibliothèque-du-Roi, nº
10124, intitulé: _Sommario delle cose notabili concernenti la
repubblica_; mais il y a dans ce récit une simplicité qui explique
pourquoi cette histoire n'a pas été imprimée, je vais en transcrire
un passage: «Vedendose il doze Gradinigo odiado dal populo per causa
del Thiepolo, deliberò vendicarse o reformar et mazor conseio, con
cassar fora quelle casade che a lui gioveva, e fatto la proposition
con i so amici e parenti, fù presa la parte de confermar tutti
quelli che al presente se trovavano del mazor conseio e li altri
debbino esser a un ballottadi, con altre condizion strettissime
e pregiudiciali alle casade, molti capi dello quali insieme co'
fioli andavano dal doze e consegier a lamentarze de tal novità et
esclusione dal mazor conseio dove che poi quelli sierano fatti
passar in una camera secreta e la notte strangoladi, e poi la matina
attacadi con la corda al collo al palazzo, per le quali crudeltà il
popolo levatozi a rumor se portò insieme con molti delli esclusi
dal mazor conseio a saccheggiar le case de alcuni de' primarij
ammazzandoli, volevano far l'istesso al doze, ma, fortificatosi ben
in palazzo, assoldò molta gente, con la quale represse i congiurati,
e prese alcuni capi di essi che furono appiccati; cioè, Marin Bocho,
capitanio di tutti, Geremia Sabadin, Zamaria Dolze, Alessandro
Briora, Carlo Rechin, Dario Zochul, Saba Zordan, Dona Clera, Piero
Emo, Zuan Rosso, e Marco Gressoni, molti ne fuggirono che furono
perpetuamente banditi e confiscati tutti i suoi beni.]

[Note en marge: XV. Réflexions sur cette révolution.]

Il est inutile d'en discuter la justice. Il est évident que les
nobles, malgré leur richesse, leur influence, n'étaient pas
propriétaires de Venise; le plus pauvre pêcheur était peut-être
établi sur les lagunes plusieurs siècles avant eux. Rien ne donne le
droit de s'arroger la suzeraineté, là où l'on a reçu un asyle. Il
n'existait ni contrat, ni possession antérieure, ni droit dérivant
de la protection. Chacun avait son industrie, sa propriété; chacun
avait supporté sa part des charges publiques, contribué de son sang
à la défense et à la gloire de la patrie. Des familles anciennes,
opulentes, illustrées par des services, souvent honorées des
premières magistratures, se trouvaient, parce qu'elles avaient remis
leurs dignités au terme prescrit, sujettes de mandataires infidèles,
qui retenaient un pouvoir usurpé, en le déclarant absolu, perpétuel
et héréditaire. Un patricien vénitien, de famille ducale, le cavalier
Soranzo, a consigné l'aveu de l'illégitimité de cette révolution,
dans un écrit qui aussi n'a jamais été imprimé, à ce que je crois.
«Cette nouvelle forme de gouvernement, dit-il[348], ne fut point
établie d'un consentement unanime, ni par une délibération légitime
et régulière; ce fut l'ouvrage des puissants, et le résultat de la
subornation. Il en est des gouvernements comme de l'or, on n'en
trouve point qui soit absolument pur; l'autorité souveraine est
toujours, dans son origine, entachée de quelque usurpation.»

[Note 348: Non fù all'ora stabilito questo ripiego per assenso comune
e per deliberazione legitima; ma per subornazione e concerto de' più
potenti: onde ben si conosce esser vero quel detto che come non si da
oro di tutta purità, cosi non si trova dominio senza usurpazione.

     _Il governo dello Stato-veneto_ dal cav. SORANZO, _man. de la
     bibliot. de Monsieur_, nº 54.]

On a dit que, si le succès pouvait justifier une usurpation, celle-ci
serait légitimée par sa longue durée et par les effets qu'elle a
produits.

On pouvait dès-lors voir dans ce système de gouvernement deux
inconvénients; l'un que la puissance des patriciens n'y était
balancée par aucun contrepoids; l'autre, que cet état de choses
interdisait pour jamais toute espérance au mérite.

Nous verrons dans la suite de cette histoire quels furent les effets
de cette révolution.

Le premier fut de dénaturer entièrement le pouvoir du doge. La
veille, il était le magistrat de la république, le chef d'un
gouvernement représentatif; le lendemain, quand le grand conseil se
fut emparé de la souveraineté, le doge ne fut plus que le mandataire
d'un souverain héréditaire.

Le second résultat fut d'amener l'institution d'un tribunal terrible,
soupçonneux, affranchi de toutes les formalités protectrices
de l'accusé, et qui, pour assurer l'existence des usurpateurs
de l'autorité, les réduisit eux-mêmes à vivre dans une crainte
continuelle. Ce gouvernement devint, si je l'ose dire, un être
idéal, qui pénétrait dans l'intérieur des familles, dans le secret
des coeurs, et qui, non moins redoutable pour les maîtres que pour
les sujets, ne permettait ni les jouissances du pouvoir, ni aucun
sentiment de dignité, ni cette sécurité due à tous les citoyens qui
ne troublent pas l'ordre public.



LIVRE VII.

     Conjuration de Marin Bocconio. -- Affaires de Ferrare. -- La
     république usurpe cette ville. -- Excommunication des Vénitiens.
     -- 1302-1309. -- Conjuration de Thiepolo. -- Établissement du
     Conseil des Dix. -- 1309.


[Note en marge: I. Ressentiment des Vénitiens contre ceux qui avaient
usurpé le pouvoir.]

On ne peut reconnaître dans la société qu'un homme ou plusieurs
aient, par le seul acte de leur volonté, le droit de se déclarer les
maîtres des autres. On ne peut exiger que les autres souffrent qu'on
donne à leur résistance le titre de rébellion. Quels que soient les
raisonnements, les succès, les bons effets même, qui justifient une
usurpation, elle ne change pas de nature; elle est vicieuse dans son
origine. Il ne peut y avoir de légitime dans la société, que ce qui
se fait pour elle et de son aveu. Abuser de sa force, c'est donner
aux autres la tentation et le droit d'essayer la leur; se livrer à
sa passion, c'est provoquer les passions contraires. Telle était la
situation où la réforme du grand conseil venait de placer le nouveau
gouvernement et la population de Venise.

[Note en marge: Quelques familles rappelées dans le grand conseil.]

Les plus imprudents furent ceux qui les premiers laissèrent éclater
leurs ressentiments. Les nobles, rejetés dans la classe des sujets,
cherchaient à se mettre en état de revendiquer leurs droits; et
comme, dans ces changements, ils ne trouvaient à reprendre que le
hasard qui les avait exclus de l'autorité, ils n'attendaient pour
reconnaître la légitimité du pouvoir actuel, que d'être admis à
le partager. Gradenigo sentit qu'il importait de ne pas leur en
interdire l'espérance; il savait que, tant qu'il reste des voies
faciles pour parvenir à ce qu'ils désirent, les plus ambitieux
diffèrent l'emploi des moyens violents. On vit paraître un décret qui
appelait dans le sein du grand conseil quelques-uns des principaux
personnages qui ne s'étaient pas trouvés en faire partie au moment
de la réforme; il n'en fallut pas davantage pour faire entrevoir à
tous les autres ce qu'ils pouvaient attendre de la soumission. Mais
les familles non nobles, c'est-à-dire celles qui n'avaient pas eu
entrée dans le grand conseil, n'avaient rien à espérer; et bien loin
de se croire, par l'élévation de quelques citadins, dédommagées de
la condition humiliante où elles étaient réduites, elles ne virent
dans ces roturiers devenus souverains que les plus odieux de leurs
tyrans. Pour calmer le ressentiment des populaires[349], on leur
accorda quelques priviléges. Le doge voulut même se ménager dans le
bas peuple, qui ne prétend jamais à l'exercice du pouvoir, un appui
contre la classe des citoyens; il oublia sa hauteur jusqu'à donner un
banquet aux pêcheurs et à les embrasser. Les familiarités des grands
sont rarement sans conséquence. Cette cajolerie devint un usage; et
depuis, le prince de la république se vit assujetti à recevoir à jour
marqué les pêcheurs à sa table, et à se laisser baiser sur la joue
par chacun d'eux[350].

[Note 349: Per inorpellare la pillola, cosa per se stessa amara. (_Il
governo dello stato veneto_. Manuscrit de la bibliot. de Monsieur, nº
54.)]

[Note 350: Le cavalier Soranzo rapporte, (_ubi suprà_), que souvent
les doges avaient voulu s'affranchir de cette cérémonie, et que
Dominique Contarini avait pris le parti de s'y refuser absolument;
mais les pêcheurs se rassemblèrent dans son antichambre au jour
marqué, et ne voulurent point se retirer qu'ils n'eussent été admis.
Le doge se présenta enfin d'assez mauvaise grâce, car il se couvrait
le visage: ce qui n'empêcha point les convives de le baiser l'un
après l'autre; et pour constater leur droit, ils firent représenter
cette singulière audience dans un tableau qu'ils placèrent dans
l'église de Ste.-Agnès.]

[Note en marge: II. Marin Bocconio.]

Il y a toujours dans les grandes villes des hommes que la hardiesse,
si ce n'est l'élévation de leur caractère, porte à se déclarer les
censeurs amers de tous les abus de l'autorité. La véhémence de leurs
discours leur concilie facilement la faveur populaire; parce que, de
toutes les manières de faire parade de son courage, la plus commune
est d'applaudir à des invectives. Un homme existait alors à Venise
qui s'était fait le défenseur des griefs du peuple contre les grands.
Son nom était Marin Bocconio; son origine n'était point patricienne,
mais il ne venait pas de bas lieu, et ce n'est point un médiocre
avantage, dans un chef de parti comme dans la vie privée, d'être
également au-dessus du mépris et au-dessous de l'envie.

[Note en marge: Il conspire contre le doge.]

Il avait éclaté en plaintes, lorsque, sans égard pour le voeu public,
on avait déféré la couronne ducale à Gradenigo. Les évènements
malheureux qui survinrent, durant les premières années de ce règne,
lui fournirent une occasion naturelle de déplorer les désastres de
la république, l'honneur des armes compromis, le deuil de tant de
familles, et d'inculper le gouvernement qui n'avait pas su prévenir
de si cruels revers. Quand il démêla les vues du doge, et les mesures
qu'il prenait pour préparer à la classe patricienne l'usurpation
du pouvoir, il vit dans Gradenigo l'ennemi le plus dangereux de la
liberté, et son patriotisme ou son zèle populaire se confondit
avec la haine irréconciliable qu'il nourrissait contre le prince.
Déterminé à en délivrer la république, il fallut lui chercher des
complices. Entre ceux qui prirent part à son dessein, l'histoire
ne nomme qu'un Jean Baudouin. Il paraît qu'ils n'attendirent pas,
pour éclater, que la révolution aristocratique fût entièrement
consommée. On ne trouve, dans les récits qui sont venus jusqu'à nous,
aucun détail sur le plan et les moyens de cette conjuration. Elle
était assez nombreuse, puisqu'on convient généralement qu'elle mit
l'état en péril. Mais il ne faut pas s'attendre à trouver ces sortes
de faits bien éclaircis dans l'histoire d'un gouvernement aussi
mystérieux que celui de Venise. On dit que Bocconio voulait forcer
les portes du grand conseil et massacrer le doge; c'eût été ramener
la république à ces temps de violence, où le peuple se faisait
justice par lui-même: mais il y avait plus de cent ans que l'habitude
en était perdue; et, le pouvoir ne résidant plus sur une seule tête,
un projet de révolution devenait un problème plus compliqué. C'est
apparemment à celui-ci que l'auteur d'une ancienne chronique[351]
fait allusion, lorsqu'il raconte que plusieurs des nobles, exclus du
grand conseil, vinrent quelques jours après frapper tumultuairement à
la porte de cette assemblée, que le doge les fit introduire, arrêter,
et qu'ils furent pendus le lendemain.

[Note 351: _Le casade nobili di Venetia_, de Jean-Charles Sivos, man.
de la bibliot. de Monsieur, nº 62.]

[Note en marge: La conjuration est découverte.]

L'imprudence des conjurés, ou la vigilance du gouvernement, ne permit
pas que cette entreprise fût conduite jusqu'au jour de son exécution.
Bocconio et ses complices furent arrêtés, interrogés et exécutés dans
l'intervalle de quelques heures. Une conspiration découverte affermit
le gouvernement qui la punit, mais ne le réconcilie pas avec ceux
dont il s'est attiré la haine.

[Note en marge: III. Le fils naturel du seigneur de Ferrare implore
le secours des Vénitiens pour s'emparer de cette principauté.]

Dans l'aperçu que nous avons tracé des gouvernements qui se
partageaient à cette époque l'Italie septentrionale, nous avons fait
remarquer que les seigneurs avaient conservé la principale influence
dans les villes de la Lombardie et de la marche Trévisane, et que
la maison d'Este avait acquis peu-à-peu, un pouvoir souverain sur
quelques-unes de ces villes, notamment sur Ferrare. Il y avait
soixante ans qu'elle y dominait, lorsque Azon d'Este mourut, laissant
deux concurrents à l'héritage de son autorité, François son frère, et
Frisque son fils naturel.

Celui-ci implora le secours des Vénitiens, qui n'hésitèrent pas à
appuyer ses prétentions, dans la vue de conserver ou d'étendre les
priviléges qui avaient été accordés à leur commerce par cette maison.
Ce fils était en horreur aux Ferrarais, et à juste titre, puisqu'il
avait emprisonné et assassiné son père. Déterminés par leur intérêt,
les Vénitiens aidèrent le bâtard parricide à recueillir le fruit de
son crime.

[Note en marge: Ils assiégent et prennent Ferrare.]

[Note en marge: Les Vénitiens prennent cette ville sous leur
protection.]

Leurs troupes, au nombre d'à-peu-près six mille hommes[352], vinrent
assiéger la ville dont Frisque n'occupait que la moitié, et la
citadelle qui tenait encore pour l'oncle. Le légat du pape à Bologne
voulut interposer sa médiation, ou plutôt faire valoir d'anciennes
prétentions que le saint-siége avait sur cette place. On n'en tint
aucun compte. Les attaques furent pressées; on donna l'assaut, une
partie de la ville fut brûlée, le château fut emporté; mais cet
incendie, cette violence, rendirent Frisque tellement odieux, que,
tout vainqueur qu'il était, il fut obligé de sortir de Ferrare, et
ses alliés se hâtèrent de prendre sous leur protection une ville qui
était si fort à leur bienséance.

[Note 352: Marin SANUTO, _Secreta fidelium crucis_, liv. 2, 4e
partie, chap. 4.]

[Note en marge: Frisque leur cède ses droits.]

Le sénateur Paul Morosini[353] cherche à justifier l'usurpation des
Vénitiens, en disant dans son histoire que Frisque était né d'une
Vénitienne, et qu'ayant perdu l'espoir de régner, il avait cédé ses
droits à la république pour une pension de mille ducats.

[Note 353: _Histoire de la ville et de la république de Venise_, par
Paul MOROSINI, liv. 9. Verdizzotti (_de' fatti veneti_, lib. X) dit
en parlant de Frisque: «Et anco figlio di madre veneta.»]

[Note en marge: Les Ferrarais se donnent au pape.]

Mais les habitants de cette malheureuse ville, parmi lesquels le
saint-siége comptait beaucoup de partisans, députèrent à Clément V,
qui résidait alors à Avignon, pour être délivrés de leurs nouveaux
maîtres[354]. Le pape ne laissa point échapper une si belle occasion
de faire une acquisition importante. Il écrivit aux Ferrarais pour
les exhorter à se jeter entre les bras de l'église leur mère, et
envoya deux nonces pour recevoir leur serment.

[Note 354: Si aliquis Veneticus repertus erat per civitatem Ferrariæ
post vesperas, incontinenti à Ferrariensibus interfectus erat.
(_Chronicon estense. Rerum italicarum scriptores_, tom. XV, p. 365).]

Ce pape, qui se nommait auparavant Bertrand de Got, était un
Français, ancien archevêque de Bordeaux. Quant à ses droits sur la
ville de Ferrare, je ne puis mieux faire que de laisser le pontife
les exposer lui-même. Voici la bulle qu'il adressa à la commune de
Ferrare.

[Note en marge: IV. Bulle du pape.]

«Quoique les soins pieux de l'église, et sa tendre sollicitude
pour ses enfants, s'étendent généralement sur tous, sa bénignité
s'attache plus particulièrement à ceux que le malheur opprime, et que
l'injustice veut arracher des bras de leur mère. Elle ne pourrait
voir d'un oeil d'indifférence leur misère, leurs tribulations et leur
servitude. C'est sur vous qu'elle a eu sur-tout des larmes amères à
verser, depuis que vous êtes devenus la proie de la persécution et de
la tyrannie. Cependant le malheur des temps, et la malice qui règne
dans le monde, n'ont pas interdit toutes les consolations à l'épouse
de Jésus-Christ. Ni les artifices de Pharaon, ni la persécution
d'Hérode, n'ont pu parvenir à éteindre toute la race d'Israël; et,
malgré la haine des tyrans, l'église de Jésus-Christ, battue par les
orages, mais établie sur la pierre de la foi, n'a point été ébranlée
de ses fondements.

«Le monde sait que, depuis son origine, la ville de Ferrare avait été
soumise à des tributs envers le saint-siége apostolique, et avait
reconnu pleinement sa juridiction temporelle, au milieu des tempêtes
et des divisions qui la troublaient.

«Échappée à l'oppression du sacrilége Didier, roi des Lombards, par
la protection de Charlemagne de glorieuse mémoire, elle revint sous
la domination de l'église, qui avait sollicité pour elle ce puissant
secours. Depuis elle éprouva jusqu'à nos jours une longue succession
de diverses tyrannies. Enfin la droite du Seigneur s'est étendue sur
elle, et, par la sollicitude de l'église, elle s'est vue affranchie
d'un dur esclavage. Cette tendre mère lui a ouvert son sein.

«Mais Léviathan, ce serpent tortueux qui ne cherche que les voies
obliques, l'auteur de tout mal, a empoisonné les coeurs des
Vénitiens, et les a excités à assiéger, à renverser cette malheureuse
ville. L'église, dans sa tendre sollicitude, est accourue, et a
déployé sa puissance pour arracher ses enfants désolés à l'ennemi
rugissant, prêt à les dévorer.

«C'est pourquoi, pleins d'une fervente dévotion et d'une foi sincère,
touchés du souvenir de tant d'amour et de tant de bienfaits, vous
éprouvez humblement le désir de rentrer sous cet empire de bénignité,
et vous avez chargé notre vénérable frère, votre évêque, vos syndics
et vos envoyés, de reconnaître en votre nom que votre ville, vos
personnes, vos biens, votre territoire, appartiennent et ont
appartenu de tout temps à la sainte église romaine, avec haute et
basse juridiction, et que vous nous les soumettez pleinement et sans
restriction[355].».

[Note 355: L'acte par lequel les envoyés de Ferrare avaient reconnu
l'autorité du pape, dans un consistoire tenu à Avignon, est rapporté
textuellement. On y lit, au sujet de l'occupation des Vénitiens,
ces expressions: «Venetorum populus quærentes quæ sua non sunt, nec
fuerunt, nec erunt.» Cette bulle, qui est de février 1310, et le
document qui en fait partie, sont insérés dans diverses collections,
notamment dans celle imprimée à Rome, 1741, in-fº, tom. III, seconde
partie, p. 120.]

On voit que, si le droit des papes sur Ferrare avait existé, ce droit
remontait à un temps où les papes n'étaient pas encore investis du
caractère de souverains, et que, dans tous les cas, cette possession
avait éprouvé une interruption de cinq cents ans; mais l'obscurité
des droits de l'église ne rendait pas les prétentions des Vénitiens
moins injustes: aussi les envoyés de Ferrare, en parlant de
l'occupation de leur ville par l'armée de la république, disaient-ils
formellement qu'elle ne lui appartenait, ni ne lui avait appartenu,
ni ne lui appartiendrait jamais.

[Note en marge: V. Délibération des Vénitiens sur l'usurpation de
Ferrare.]

L'un des nonces se rendit à Venise pour obtenir que le gouvernement
se désistât de ce système d'usurpation. Dans le conseil où on
délibéra sur cette affaire[356], Jacques Querini s'éleva contre
l'injustice et la honte de cette conquête. Il y avait un noble
courage à parler ainsi; car non-seulement le doge et la majorité du
conseil étaient déterminés à la retenir; mais le peuple lui-même
était fort animé contre l'ambassadeur qui venait en réclamer
la restitution. L'avis de Jacques Querini ne laissa pas d'être
soutenu par les politiques consciencieux, par tous ceux à qui leurs
scrupules, ou leur prudence, faisaient redouter une brouillerie
avec la cour de Rome, et sur-tout par les censeurs déterminés
de l'administration du doge actuel. Ils ne manquèrent pas de
prédire tous les malheurs que cette guerre pouvait attirer sur la
république. Ils rappelèrent avec complaisance les désastres de la
guerre précédente; ils insinuèrent assez clairement que l'intérêt de
la patrie ne conseillait pas de se déshonorer par une usurpation,
de courir les chances d'une guerre, de s'attirer les censures
ecclésiastiques, de jeter le trouble dans les consciences de tous les
citoyens, pour servir l'ambition imprudente du chef de l'état. Ces
craintes étaient manifestées par des hommes du plus grand nom, dont
les ancêtres avaient occupé plusieurs fois le rang suprême, par les
Badouer, les Thiepolo: on pouvait leur supposer autant de jalousie
que de scrupule; mais ils n'en avaient pas moins raison, et leur
influence devait entraîner ceux qui craignaient de devenir rebelles à
l'église.

[Note 356: _Histoire de la ville et de la république de Venise_, par
Paul MOROSINI, liv. 9. Le discours de Jacques Querini et la réponse
de Gradenigo sont rapportés dans le 10e liv. des _Fatti veneti_, de
VERDIZZOTTI; il y a dans la harangue de Querini cette phrase: «Se
consideri che se i Francesi hanno adesso la gratia d'hospitar in quel
regno il pontefice e l'apostolica corte, non dobbiamo esser noi i
decisori a lor favore di quel merito, che da gran tempo si contende
quai sia maggiore, o di quella corona, o della nostra repubblica, in
defender da gli acerrimi nemici la chiesa.»]

Beaucoup de ces hommes nouveaux, qui devaient au doge leur existence
politique, soutinrent un chef sans doute infiniment sage, au moins
à leurs yeux, puisqu'il était l'auteur de leur élévation. Il
s'ensuivit des altercations très-vives entre eux et les Querini,
les Thiepolo, les Badouer; et, comme dans les discussions, où les
passions s'exaltent et s'aigrissent, on en vient toujours à des
dénominations injurieuses, on se qualifia réciproquement de papistes
et d'antipapistes, c'est-à-dire de guelfes et de gibelins. Ce fut
pour la première fois que ces noms de partis furent prononcés à
Venise. Ils furent bientôt en usage ailleurs que dans le conseil; ils
attestèrent l'existence de deux factions ennemies; on vit des hommes
en armes se rallier sous l'une ou l'autre de ces bannières, parcourir
les rues, et insulter ceux qui se déclaraient pour le parti contraire
au leur[357].

[Note 357: Albertino MUSSATO, dans son histoire de l'empereur Henri
VII, après avoir peint les fureurs des factions guelfe et gibeline,
ajoute: «Venetiæ solæ prudentiam suam perpetuò retinentes, contagione
teterrimâ caruere. Reliquæ urbes unius vel alterius factionis erant.»
Il y a un peu de flatterie dans ce passage.]

[Note en marge: Discours du doge P. Gradenigo.]

Gradenigo n'en persistait pas moins dans le dessein de retenir
Ferrare. «À Dieu ne plaise, dit-il[358], que je propose de nous
écarter jamais des égards que nos pères ont constamment manifestés
pour le saint-siége; il n'est point ici question de l'église, mais
des intérêts de la patrie, intérêts que le ciel a commis à ceux
qui sont appelés au gouvernement. Il s'agit de Ferrare; nous ne
l'avons point enlevée au pape, car il ne la possédait pas; ni à la
maison d'Este, car elle l'avait déjà perdue, et c'est parce qu'elle
l'avait perdue qu'elle a désiré nous voir hériter de ses droits,
nous ses amis, ses soutiens, ses bienfaiteurs, plutôt qu'un prince
ennemi. Cette cité elle-même s'est mise spontanément sous notre
tutelle; c'est elle qui nous a appelés. Si, aussitôt après, elle
s'est montrée inconstante, si elle s'est repentie, personne n'ignore
que ce changement dans ses affections n'est dû qu'aux suggestions
de François d'Este. Elle s'était donnée, elle s'était soumise,
elle ne pouvait plus se croire indépendante; nous ne pouvions plus
varier dans nos desseins au gré de l'inconstance populaire; il n'est
pas de la nature de la souveraineté de se donner et se reprendre
tour-à-tour. Se soumettre spontanément, c'est se démettre du pouvoir,
même de celui de changer; c'est un acte irrévocable. Quel peut-être
le motif de l'indignation dont le saint-père nous menace? Voudrait-il
voir Ferrare dans les mains d'un autre souverain? N'a-t-il pas
souffert pendant long-temps qu'elle restât sous la domination de
la maison d'Este? Sommes-nous moins puissants? Avons-nous moins
mérité par nos services? La comparaison serait injurieuse. Ferrare
est éloignée de Rome. Le souverain pontife, mieux informé et plus
sagement conseillé, sentira qu'il importe que cette ville reste,
au moins à titre de dépôt, entre les mains d'une nation voisine,
puissante, et dévouée au saint-siége: et nous, nous aurons montré que
nous sommes incapables d'inconstance, de faiblesse, en ne laissant
point échapper l'occasion que la Providence nous offrait d'agrandir
le domaine, et d'affermir l'indépendance de la république.»

[Note 358: _Fatti veneti_ di Franchesco VERDIZZOTTI, lib, 10.]

Après avoir cherché à prouver que la république possédait cette ville
en vertu d'une cession; que sa reddition avait été volontaire, il
fut moins difficile à Gradenigo de démontrer tous les avantages que
le commerce de Venise retirerait de la possession d'une place qui lui
assurait la domination du Pô, et lui ouvrait une communication facile
avec tout le nord de l'Italie. Ces raisons prévalurent; on énonça
dans la délibération que la république n'avait consenti à occuper
Ferrare qu'à titre de secours, et à la sollicitation des habitants;
qu'on y avait envoyé des troupes pour la protéger, et pour empêcher
d'autres princes, qui la convoitaient, de s'en rendre maîtres; que
l'urgence des circonstances n'avait pas permis d'en référer à sa
sainteté; que la résidence d'un magistrat vénitien dans cette ville
n'était pas une chose nouvelle, que cela s'était vu après qu'elle
avait été délivrée de la tyrannie d'Erzelin par les armes de la
république; que l'on continuerait en conséquence de la garder, mais à
titre de dépôt, et comme place de sûreté[359].

[Note 359: _Fatte veneti_ di Francesco VERDIZZOTTI, lib. 10.]

[Note en marge: VI. Le pape excommunie la république. 1309.]

La demande du nonce fut rejetée; et lui-même, au mépris de son
caractère, se vit outragé par le peuple, assailli de coups de
pierres, et obligé de quitter Venise, sur laquelle, en fuyant, il
lança l'excommunication.

Le pape fulmina aussitôt une bulle où l'on retrouve le successeur de
ce Boniface VIII, qui disait qu'il avait le pouvoir de gouverner les
rois avec la verge de fer, et de les briser comme des vases d'argile.

Après avoir reproché aux Vénitiens leur ingratitude, le pontife les
comparait à Dathan, à Abiron, à Absalon, à Lucifer; leur ordonnait
d'évacuer Ferrare dans un mois, sous peine, pour le doge et le
gouverneur, d'encourir l'excommunication, et, pour la république,
de voir tout son territoire mis en interdit. Il serait défendu,
sous les mêmes peines, à toutes les nations d'entretenir aucun
commerce avec les Vénitiens, de leur rien acheter, de leur vendre ni
marchandises ni provisions d'aucune espèce. Le doge et la république
seraient dépouillés de tous les priviléges, de tous les fiefs que le
saint-siége leur avait accordés. Tous leurs sujets seraient déliés
du serment de fidélité. Les Vénitiens seraient déclarés infâmes,
incapables d'exercer, même chez eux, aucunes fonctions publiques, de
comparaître en justice, soit comme demandeurs, soit comme défendeurs;
de tester et d'hériter. Leurs enfants, jusqu'à la quatrième
génération, seraient exclus de toutes les dignités ecclésiastiques et
séculières. Telle était la peine de la désobéissance après un mois
de délai. Que s'ils y persistaient un second mois, le pape déposait
de leurs charges le doge, et tous les officiers de la république,
affranchissait leurs débiteurs de leurs obligations, cassait tous
les contrats, confisquait les biens meubles et immeubles de tous les
Vénitiens, requérait toutes les puissances de leur courir sus, et de
réduire leurs personnes en esclavage.

Ce monument de délire porte la date du 27 mars 1309[360].

[Note 360: _Histoire ecclésiastique_ de l'abbé FLEURY, liv. 91.]

[Note en marge: Suite de l'excommunication.]

[Note en marge: VII. Guerre contre le pape. 1309.]

Ce scandaleux abus de l'autorité spirituelle, dans une cause toute
mondaine, n'ébranla point les Vénitiens; ils persistèrent dans leur
injuste détention, et le pape dans ses fureurs.

[Note en marge: Défaite des Vénitiens.]

L'évêque, le clergé, les moines de Venise, abandonnèrent une terre
frappée de malédiction; le service divin fut interrompu dans tout
l'état de la république, les fidèles furent privés de la parole
de Dieu et de tous les sacrements; on n'obtenait qu'avec peine le
baptême pour les nouveaux-nés. Une croisade fut prêchée; le trésor
des indulgences fut ouvert à ceux qui se dévoueraient pour la
délivrance de Ferrare, comme s'il se fût agi de la délivrance des
lieux saints. Un cardinal vint se mettre à la tête des croisés, dont
les Florentins renforcèrent l'armée par une nombreuse cavalerie. Les
troupes vénitiennes, sous les ordres de Marc Querini, étaient campées
à Francolino, entre les deux bras du Pô, qui se séparent au-dessus
de Ferrare. Cette position n'était que défensive; mais outre que les
Vénitiens ne se jugeaient pas assez forts pour attaquer, ils avaient
à garder la citadelle qui était leur point d'appui, à surveiller une
ville populeuse dont les habitants ne leur étaient pas affectionnés;
et ils ne pouvaient perdre de vue leur flottille stationnée sur le
fleuve. Les chaleurs de l'été rendirent très-pénible à tenir cette
position déjà malsaine naturellement: les subsistances devinrent
rares, les maladies firent des progrès, l'armée demanda des renforts.
Il n'y avait que la population de Venise qui pût les fournir; on
y concourut avec une ardeur digne d'une meilleure cause. Le sort
désignait les citoyens qui devaient marcher; on les relevait tous
les quinze jours. Jean Soranzo était le capitaine de cette milice;
mais quelque diligence qu'on pût faire, des secours suffisants
n'arrivèrent pas à temps pour prendre part à un combat que le
cardinal vint livrer à l'armée vénitienne. Celle-ci, complètement
défaite, se retira vers Ferrare. Les habitants, la voyant revenir
en désordre, saisirent ce moment pour éclater. Les troupes papales
arrivèrent au même instant; les bourgeois leur ouvrirent les portes;
beaucoup de Vénitiens furent égorgés; on porte le nombre de leurs
morts à quinze mille[361]: le reste se réfugia dans la citadelle, où
le cardinal se disposait à les forcer; mais, au lieu de se déterminer
à y soutenir un siége, et à attendre des secours, à la vérité fort
incertains, André Vitturi et Raymond Dardi, qui y commandaient,
se hâtèrent de sauver les débris de l'armée et la flottille. Ils
s'embarquèrent le 28 août 1309, abandonnant la forteresse, et
descendirent le Pô jusqu'à la mer[362], non sans encourir le reproche
d'avoir manqué de constance dans une de ces occasions périlleuses
que la fortune offre aux chefs pour que leur courage se distingue de
celui des soldats[363].

[Note 361: Quelques autres disent beaucoup moins:

«Fertur numerus occisorum unà die quinque millia. (_Vie de Clément V_
par Bernard GUIDON, recueillie par BALUZE, tom. I des _Vies des papes
qui ont résidé à Avignon_.) Le continuateur de Baronius dit six mille
dans le combat, et beaucoup dans la ville. La _Chronique_ de PARME
dit: «Tandem Venetiani conflicti et mortui fuerunt et necati bene
numero septem millium, et plus.»]

[Note 362: Je n'ai trouvé des détails sur cette campagne que dans
l'_Histoire_ de Paul MOROSINI, liv. 9, et dans le 10e liv. des _Fatti
veneti_ de VERDIZZOTTI.]

[Note 363: Verdizzotti, dans son 10e liv. des _Fatti veneti_, raconte
que l'évacuation de Ferrare n'eut lieu que par une délibération du
sénat; mais lui-même convient que le château fut abandonné pendant
que le cardinal l'assiégeait, et tous les autres historiens racontent
la prise de la ville comme je l'ai rapportée. Il faudrait pour
concilier les deux parties de son récit, que les Vénitiens eussent
tenu dans la ville plus long-temps que dans le château, ce qui n'est
guère vraisemblable. Remarquez encore qu'il ne parle pas de la
bataille perdue, ce qui indique assez son défaut d'impartialité.]

[Note en marge: VIII. Les Vénitiens poursuivis dans toute l'Europe.]

Pendant que les Vénitiens perdaient cette ville fatale à leur gloire
et à leur repos, le pape avait écrit par-tout pour leur susciter des
ennemis. Les rois de France, d'Angleterre, d'Arragon et de Sicile
avaient reçu ordre de mettre à exécution les menaces de la bulle dans
toute leur rigueur. Dans presque toute l'Europe, on eut la honteuse
faiblesse de violer le droit des gens, et l'asyle dû à des étrangers.
Les gouvernements eurent la mauvaise politique de consacrer par leur
obéissance une autorité si dangereuse pour eux-mêmes; mais il y avait
des jalousies à satisfaire, et des rapines à exercer.

En Angleterre, on confisqua les biens des excommuniés, on pilla les
comptoirs, on dépouilla les voyageurs. En France, ceux qui avaient
porté des marchandises pour les vendre dans les foires, les virent
saisies et dispersées par ordre du gouvernement. Leurs vaisseaux
furent arrêtés dans les ports. Ce fut bien pis sur toutes les
côtes d'Italie, dans la Romagne, en Calabre, en Toscane, à Gênes
sur-tout. Non-seulement tous les Vénitiens furent ruinés, mais il y
en eut de massacrés. Un grand nombre d'entre eux se virent réduits
en esclavage; et, devenus un objet de commerce, en vertu d'une bulle
du pape, des chrétiens furent vendus par des chrétiens à d'autres
barbares. Ce fut un grand bonheur pour nous, dit un historien
vénitien[364], que les Sarrasins ne fussent pas baptisés. Venise,
isolée de toute l'Europe par l'anathème, encore plus que par sa
position, était comme une plage empestée au milieu de la mer; nul ne
pouvait en sortir, et aucune voile amie n'osait y aborder.

[Note 364: _Storia civile e politica del commercio de' Veneziani_, di
Carlo Antonio MARIN, tom. V, lib. 3, cap. 1.]

[Note en marge: IX. Haine contre P. Gradenigo.]

Gradenigo ne comptait pas seulement pour ennemis ceux que ses
nouvelles lois avaient exclus de toute participation au pouvoir;
il en avait aussi parmi les personnages, qui, accoutumés à une
longue possession de l'autorité, étaient irrités de la partager
avec des hommes nouveaux. Outre cela, tout ce qui pouvait frapper
l'opinion populaire se réunissait contre lui. Son règne n'avait eu
d'éclat que par de grands revers, et l'interdit jeté par le pape
mettait le comble à toutes les calamités publiques. La disette, la
cessation absolue du commerce, la difficulté de gagner sa vie, la
privation de toutes les consolations que la religion peut offrir aux
malheureux, étaient de tristes résultats, dont la classe indigente
devait sur-tout se ressentir, et qu'elle devait attribuer à la juste
sévérité de la Providence, provoquée par les fautes du gouvernement.
C'est une situation bien déplorable que d'avoir appelé à-la-fois
sur sa tête la haine qui s'attache naturellement au pouvoir, et le
blâme qui suit toujours le malheur. Il est moins permis aux princes
qu'aux particuliers de braver la haine, parce qu'ils ne règnent que
par une espèce de concession, et pour mériter l'amour des peuples. Le
mépris de l'opinion publique est en contradiction avec les sentiments
qu'ils doivent manifester: c'est toujours une faute de le laisser
apercevoir: mais la nature avait donné à Gradenigo une de ces âmes
inébranlables, sur lesquelles la fortune et la contradiction ne
peuvent rien.

C'était personnellement contre lui qu'étaient dirigées les
imprécations. Il avait amené les choses à ce point que l'on pouvait
croire faire un acte de patriotisme en renversant le chef de l'état.
Quoique la révolution aristocratique ne fût pas entièrement
consommée, car on n'était encore qu'en 1310, et elle ne le fut qu'en
1319, cette animadversion, qui avait coûté la vie à Bocconio et à ses
complices, était partagée par des hommes bien plus dangereux.

[Note en marge: Ses principaux ennemis.]

Trois familles, non-seulement patriciennes, mais des plus illustres,
et que le sort n'avait pas exclues du conseil, devinrent des points
de ralliement, autour desquels se groupèrent tous ceux qui désiraient
un nouvel ordre de choses. Elles ne laissaient pas échapper une
occasion de susciter des embarras au doge, et de porter atteinte à sa
considération. Le doge, de son côté, se servit de son influence pour
leur faire subir plusieurs mortifications, même des condamnations
pécuniaires. Plus d'une fois les rixes du conseil furent sur le point
de devenir sanglantes[365].

[Note 365: _Casade nobili di Venetia_, de Jean Charles SIVOS, man. de
la bibliot. de Monsieur, nº 62.]

[Note en marge: Les Querini.]

Les Querini étaient une maison puissante. Ils se prétendaient issus
de l'illustre famille romaine des Sulpiciens; et, comme tels, ils
comptaient parmi leurs aïeux l'empereur Galba, dont le nom avait été
porté par trois membres de cette famille, élevés au dogat dès le
huitième siècle[366].

[Note 366: Maurice Galbaio d'Héraclée, doge en 764, Jean Galbaio son
fils en 779, et Maurice Galbaio, fils de Jean, associé au dogat en
796.]

[Note en marge: Les Badouer.]

Les Badouer, qui sont les mêmes que les Participatio, avaient été
élevés sept fois à cette suprême dignité.

[Note en marge: Les Thiepolo.]

Les Thiepolo comptaient deux princes qui avaient occupé le trône
pendant une partie du siècle qui venait de finir; mais le plus
fort de leurs droits, ou du moins le plus juste sujet de leur
ressentiment, ils le tiraient de ce Thiepolo qui n'avait point régné,
quoique appelé au dogat par le suffrage du peuple. Si l'élévation des
uns leur enflait le coeur, l'exclusion de l'autre les blessait encore
plus sensiblement.

Ce Jacques Thiepolo, qui avait manqué à sa fortune, en ne secondant
pas le mouvement du peuple déclaré en sa faveur, avait un fils
nommé Boémont Thiepolo: celui-ci, marié à la fille de Marc Querini,
trouvait dans son beau-père l'ambition et le courage que son père
n'avait pas su montrer. Querini avait commandé pendant quelque
temps la flotte de Venise, et quoiqu'il n'eût rien fait de bien
remarquable, il avait reçu quelque lustre de ce commandement, parce
qu'on le lui avait ôté, et que son successeur, André Dandolo, avait
eu le malheur de perdre contre les Génois la désastreuse bataille de
Curzola.

[Note en marge: X. Ils conspirent contre le doge.]

Ce fut chez Marc Querini que se tinrent les premières conférences,
où l'on s'occupa de remédier aux maux de l'état; car c'est toujours
sous ce prétexte que se trament les conjurations. Ce patricien était
le chef d'une nombreuse maison, dans laquelle il trouva beaucoup
d'hommes qu'il jugea dignes d'être admis à la confidence de ses
desseins. Outre son fils Benoît et un de ses petits-fils, Boémont
Thiepolo son gendre, et Jacques Querini son frère, le même que nous
avons vu si animé dans le conseil contre l'usurpation de Ferrare, il
initia dans ses projets huit autres personnages de son nom[367], dont
un était procurateur de S. Marc. On voyait dans cette conspiration
trois générations à-la-fois, le fils, le père et l'aïeul; deux
Badouer[368] et plusieurs autres hommes, presque tous considérables,
entre lesquels l'histoire nomme André Dauro, Jean Maffei, Pierre
Beccario, Marin Baffo, Marc Venier, dont la famille, depuis la prise
de Constantinople, possédait l'île de Paros, Borsellino, Babilone,
Michel Tetolo, Nicolas Vandalin, François Basilio, Nicolas Barbaro,
et plusieurs membres de la famille Barozzi.

[Note 367: Laurent, Nicolas, Paul, Durante, deux Pierre, Simon, et
Thomas.]

[Note 368: Pierre Badouer et Badouer-Badouer. Tous ces noms sont
dans l'_Histoire vénitienne_, de DOGLIONI, liv. 4, dans les _Annales
vénitiennes_, de FAROLDO, et quelques-uns dans la _lettre du doge_,
où cette conspiration est racontée. Marin Sanuto en donne une liste
encore plus nombreuse.]

[Note en marge: XI. Assemblée des conjurés.]

[Note en marge: Discours de Marc Querini.]

Dans une de leurs assemblées, Marc Querini fit à ses amis un exposé
rapide de la situation de Venise depuis l'élection du doge régnant.
Cette république, accoutumée à dominer sur les mers, avait vu son
armée battue par les troupes d'Aquilée. Les barques du patriarche
avaient porté la désolation dans l'île de Caorlo, et emmené le
gouverneur prisonnier. Enfin de Venise on avait vu flotter sur
Malamocco l'étendard d'un ennemi qui devait être si peu redoutable,
et on n'avait pas tiré vengeance de pareils affronts.

Une flotte avait été envoyée à Ptolémaïs, mais elle n'avait fait que
s'y montrer, et était revenue, laissant cette ville en proie à des
dissensions, qui avaient amené bientôt après la perte des précieux
établissements de la république en Syrie, la ruine, la captivité
ou la mort de presque tous les Vénitiens qui s'y trouvaient. Les
vaisseaux avaient manqué à ces malheureux, non-seulement pour se
défendre, mais même pour se sauver.

Dans la guerre contre les Génois, on avait commencé par des
dévastations qui n'étaient pas plus profitables que glorieuses.
L'escadre engagée si imprudemment dans les glaces de la mer Noire
avait perdu la moitié de ses équipages, et on avait fini par éprouver
les plus honteuses défaites. Deux des plus belles flottes que la
république eût jamais mises en mer avaient été anéanties.

Bellet Justiniani avait déshonoré les armes vénitiennes par ses
pirateries dans l'Archipel, et par le massacre des prisonniers.

Enfin venait la guerre de Ferrare. On avait soutenu un usurpateur
pour usurper ses prétendus droits. Et quels étaient-ils ces droits?
d'être bâtard et parricide. À quel titre Venise devait-elle en
hériter? parce que ce monstre était né d'une courtisane vénitienne.
Quels étaient les fruits de cette criminelle entreprise? la haine de
Ferrare, la honte d'une injustice et d'une défaite, la perte d'une
armée, la guerre contre tous les peuples, l'interdit, l'isolement de
Venise d'avec tout le reste, de l'Europe: au-dehors les propriétés
saisies, les citoyens massacrés ou vendus comme esclaves; au-dedans
la disette, la misère, l'excommunication, et les factions.

Et c'était au milieu de tant de circonstances désastreuses que le
doge, n'écoutant que son orgueil, comme aurait pu le faire un prince
couvert de gloire, dépouillait le peuple de ses droits les plus
sacrés, outrageait d'illustres familles, en les déclarant sujettes,
dans un état où la souveraineté était l'apanage de tous, et cimentait
ses odieuses usurpations par le sang du généreux Bocconio.

«Ce doge, s'écria Querini, ce doge animé de l'esprit infernal[369],
a dégradé tous les bons citoyens; il a semé la division dans les
familles, en en réduisant les membres à des conditions inégales[370].
Il a foulé aux pieds les droits de ceux dont les glorieux ancêtres
ont élevé la puissance de cet état. Il a oublié le courage des
Vénitiens, qui n'hésitèrent jamais à hasarder leur vie pour le salut
de la patrie. Aussi a-t-il encouru la haine de tous. Grands et petits
ont à lui reprocher le deuil de leurs familles, l'envahissement de
leurs droits, la décadence, le péril de la république. Ce péril est
imminent; mais le remède est dans nos mains.

[Note 369: Questo dose spinto da spirito diabolico, etc. Ce discours
est rapporté par Amelot de la Houssaye, dans ses remarques à la
suite de son _Histoire du gouvernement de Venise_. Il est aussi en
substance dans l'_Histoire_ de P. Morosini, liv. 9.]

[Note 370: _Histoire du gouvernement de Venise_, par AMELOT de la
Houssaye, page 4.]

[Note en marge: Discours de Boémont Thiepolo.]

Là-dessus Thiepolo, prenant la parole, se livra à toute sa haine
contre le doge, et prouva qu'on ne pouvait sauver l'état qu'en
arrachant le pouvoir aux mains qui en abusaient. Il ne manqua pas,
en accusant l'ambition du prince actuel, de rappeler la modération
du sage Jacques Thiepolo, qui, un siècle auparavant, avait abdiqué
cette dignité. Il compara les désastres dont on avait à gémir avec
le règne glorieux de Laurent Thiepolo, son aïeul, vainqueur des
Génois en Syrie, et qui avait forcé l'Italie à reconnaître, la
souveraineté de Venise sur l'Adriatique. «Si mon trisaïeul, dit-il,
s'est dépouillé volontairement du pouvoir, après avoir donné de
sages lois; si son fils a péri sur un glorieux échafaud, victime de
la haine de l'empereur qu'il avait encourue par son dévouement à la
république; si mon aïeul a illustré Venise par des victoires, j'ai
vu ces éminents services noblement récompensés par l'amour de tous
les bons citoyens, lorsque leurs suffrages unanimes appelaient mon
père à la dignité suprême. Les ambitieux qui conspiraient dès-lors
contre vos droits, sentirent que, sous un pareil doge, ils ne
pourraient consommer leur usurpation. Il leur fallait un esprit dur,
altier, opiniâtre, pour favoriser l'établissement de la tyrannie, et
Gradenigo fut élu au mépris de la voix publique.

«Cette exclusion de mon père ne fut pas seulement une insulte à ma
famille; ce fut un outrage pour tous les citoyens. J'ignore quels
nouveaux malheurs peuvent menacer la patrie après son asservissement
et sa ruine; mais je sais qu'il m'est réservé, pour prix des services
de mes aïeux, de passer honteusement ma vie sous les lois d'un maître
insolent. Si je m'y résignais, je ne me souviendrais pas de ma
naissance, et je ne serais pas digne de me trouver ici[371].»

[Note 371: La substance de ce discours est dans l'_Histoire_ de Paul
MOROSINI, liv. 9.]

Il n'y avait que la perte du doge qui pût sauver l'honneur des
familles, et assurer la paix de l'état. Thiepolo proposa d'attaquer
Gradenigo, de le renverser, d'arracher le pouvoir à tous ses
adhérents, et de massacrer quiconque entreprendrait de faire
résistance.

[Note en marge: Discours de Jacques Querini.]

Jacques Querini, le frère de celui chez qui se tenait l'assemblée,
trouva que son neveu avait laissé percer dans son discours trop
d'emportement et sur-tout trop d'ambition. Ce patricien était un
esprit sage et modéré, qui, par la même raison qu'il s'était opposé
à l'imprudente usurpation de Ferrare, croyait devoir écarter tous
les partis violents. «Sans doute, dit-il[372], il serait à désirer
que les chefs du gouvernement montrassent plus de sagesse, plus de
modération, plus d'abnégation de leurs intérêts personnels; mais
est-ce en imitant leurs excès qu'on espère en trouver le remède? Un
ancien a dit que les hommes doivent révérer le passé, se soumettre
au présent, désirer de bons princes, et supporter les leurs tels
qu'ils sont[373]. Je ne sais rien de si fatal à un état que les
commotions, les changements de gouvernement: ces révolutions ne
laissent pas même à ceux qui en sont les auteurs le pouvoir d'en
arrêter les funestes conséquences. Entraînés imprudemment par leur
patriotisme, ils deviennent bientôt les instruments des pervers, qui
se sont réunis à eux. Je vous conjure de vous défier de votre zèle,
de ne pas prendre la passion, la vengeance pour un sentiment plus
noble. Vous voulez sauver l'état: est-ce qu'il n'y a pas d'autre
moyen que de le déchirer? Ne vaudrait-il pas mieux s'unir pour faire
prévaloir dans les conseils tout ce que réclame le véritable intérêt
de la république? Venise est divisée par des factions; mais si nous
cédons à nos ressentiments, quelque justes qu'ils puissent être, ne
rendons-nous pas le retour de la paix plus difficile? Je vois ici des
hommes dont les noms rappellent les actions les plus glorieuses et
les plus utiles à la patrie; qu'ils daignent se souvenir de ce qu'ont
fait leurs aïeux, et qu'ils n'exposent pas cet illustre héritage au
gré d'une passion qui conseille la révolte et le meurtre pour ramener
l'ordre et la paix.»

[Note 372: _Histoire_ de Paul MOROSINI, liv. 9.]

[Note 373: Ulteriora mirari, præsentia sequi; bonos imperatores votis
expetere, qualescumque tolerare.

(TACITE, _Hist._, liv. 4.)]

[Note en marge: Réplique de Marc Querini.]

«Mon frère, reprit Marc Querini, vous avez dit qu'il n'y avait rien
de si fatal à un état que les révolutions: tout le monde le sent
comme vous; mais c'est précisément ce que nous avons à reprocher au
gouvernement actuel de notre république. Il déplace et dénature le
pouvoir; il nous fatigue par ses usurpations, il nous plonge dans
une inquiétude humiliante sur la stabilité de notre condition. Vous
seriez-vous attendu que les hommes les plus honorables fussent
rejetés dans la classe des sujets; qu'il leur fût interdit même
de mériter à l'avenir un rang déjà si noblement acquis? C'est là
cependant ce que nous voyons; et au profit de qui se sont opérés
ces changements? Le peuple a été dépouillé de tous ses droits. Les
citadins ont été réduits à la condition des populaires, et sont
plutôt blessés que dédommagés par l'élévation de quelques-uns des
leurs. Les anciennes familles sont divisées en trois classes; les
unes sont sujettes, les autres en proie à la discorde. Les plus
favorisées sont celles qui ont été maintenues dans un rang où elles
auront désormais des inconnus pour égaux. On a dit peut-être que
ces changements avaient pour objet le maintien de l'ordre dans la
république; mais depuis cent cinquante ans, depuis qu'un doge fut
massacré pour avoir perdu une armée, et apporté la peste, l'ordre
public n'a été troublé que deux fois: en 1268, lorsqu'au milieu de la
disette on voulut établir un impôt sur le pain, et, dans ces derniers
temps, lorsque le peuple voulut recouvrer son droit de nommer le
doge. La république ne peut pas trouver un avantage là où aucun de
ses citoyens ne trouve le sien. Cette révolution n'a donc favorisé
aucun intérêt. Je me trompe; elle a servi la passion de Gradenigo,
son ressentiment contre le peuple et sa haine contre les nobles qui
n'avaient pas partagé ses projets criminels. Il n'y a plus de nobles
que ceux qu'il a bien voulu choisir; désormais nous datons tous de
son règne. Maintenant, je le demande, croyez-vous qu'il soit possible
de le ramener à des sentiments plus justes, à cette modération
que nous devons tous nous proposer? Espérez-vous acquérir assez
d'influence dans les conseils pour la faire prévaloir? Est-ce avec de
la modération qu'on réprime la violence?

«Sans doute nos aïeux nous ont frayé un honorable chemin; mais ils
rougiraient de nous si nous consentions lâchement à être dépouillés
des prérogatives qu'ils nous ont acquises, et de la liberté qui
appartient au moindre citoyen de cet état. Nous tirons aujourd'hui de
l'illustration de nos ancêtres, ce précieux avantage qu'on ne peut
nous supposer aucune ambition personnelle, lorsque nous réclamons la
conservation des droits de tous. Le trône même n'a rien qui puisse
ajouter à la grandeur de nos familles; vos aïeux et les miens l'ont
occupé dans un temps où la couronne était plus indépendante; les
Badouer ont fourni sept doges, aux premiers siècles de la république;
les Thiepolo y sont montés avec gloire, et ont su en descendre.
Qu'auraient fait nos ancêtres si on eût tenté de leur ravir leurs
droits? L'histoire nous répond en nommant vingt doges chassés du
trône; précipitons-en celui-ci, et que sa chute, vengeant le peuple
et nos familles, rende à la république la paix et la splendeur
qu'elle a perdues sous le règne et par la faute de Gradenigo. Son
insolence nous met dans la nécessité de tout souffrir ou de tout
oser.»

Après ce discours, ce ne fut qu'un cri dans l'assemblée contre le
doge. On résolut de tout hasarder pour sa perte, et le sage Jacques
Querini, en déplorant les suites que pouvait avoir cette résolution,
resta fidèle à un parti dans lequel il comptait presque tous les
siens.

[Note en marge: XII. Projet des conjurés.]

Il ne fut pas difficile aux conjurés de faire entrer dans leur projet
beaucoup de citadins. Chacun de ces personnages disposait d'un grand
nombre de populaires, et ils s'étaient associé une vingtaine de
prêtres[374]. Quand ils firent le recensement de leurs forces, ils se
jugèrent en état d'attaquer à main armée un gouvernement qui, dans
un moment de surprise, n'avait que peu de troupes à appeler à son
secours.

[Note 374: Jean Charles SIVOS les nomme dans sa _Chronique_.]

Cependant Badouer leur fit observer qu'au moment de l'exécution on
ne trouverait peut-être pas prêts tous ceux sur lesquels on aurait
compté. Il proposa de s'assurer, dans tous les cas, la supériorité
des forces, en appelant du secours de Padoue, qui pourrait fournir un
renfort considérable.

Padoue était une cité jalouse dans laquelle il ne devait pas être
difficile de trouver des ennemis du gouvernement vénitien. Badouer y
exerçait une grande influence; cette ville avait été le berceau de
sa maison; quoique Vénitien, il en était dans ce moment le premier
magistrat[375]. Il s'offrit à négocier pour l'envoi de ce secours
dont on reconnut unanimement l'utilité.

[Note 375: _Fatti veneti_ di Francesco VERDIZZOTTI, lib. II.]

Toutes les confidences délicates, qui pouvaient lier à ce grand
dessein ceux qui devaient concourir à son exécution, furent faites
avec la prudence et l'adresse convenables. Chacun s'assura, par
divers moyens, du dévouement des prolétaires qu'il comptait parmi ses
clients. Quant à ceux avec qui on ne pouvait se dispenser de quelque
révélation, on ne leur fit entrevoir que le projet de réclamer des
droits que tout le monde regrettait, mais de les réclamer assez
hautement pour obtenir justice.

Pendant que tout cela se tramait, la conduite de chacun des
principaux conjurés fut tellement circonspecte, que pas un n'attira
sur lui le moindre soupçon, et ne fournit à la fortune l'occasion de
le trahir.

Badouer réussit complètement à s'assurer d'un puissant secours qu'on
ferait venir de Padoue.

Il fallait se pourvoir des armes que l'on mettrait à la main de tous
les prolétaires réunis au moment de l'exécution. Les armes étaient
alors conservées dans les anciennes maisons, comme objet de luxe
ou comme trophée. Tous ces nobles guerriers en avaient une grande
quantité; la fréquence des armements pour le commerce maritime,
donnait beaucoup de prétextes et de moyens pour en rassembler. On en
fit venir du dehors, et les palais des principaux conjurés devinrent
des arsenaux où se préparait en silence la perte du gouvernement et
du doge.

Quand toutes ces dispositions furent terminées, on se réunit pour
arrêter le plan et le jour de l'exécution. On vit avec joie qu'on
avait des forces suffisantes pour compter sur le succès; tout l'avait
secondé, rien ne l'avait compromis.

[Note en marge: XIII. Leur plan.]

Venise est divisée en deux parties principales par un grand canal,
sur lequel il n'y a qu'un pont. Ce pont joint la petite île de Rialte
au quartier qu'on appelle la Mercerie, quartier populeux, rempli de
boutiques, et dont les rues conduisent à la place Saint-Marc, où
est le palais ducal. Le palais Querini était situé sur la place de
Rialte. On conçoit de quelle importance était l'occupation de ce
pont qui établissait la communication entre les deux moitiés de la
ville, et quel avantage les rues étroites, qui forment le labyrinthe
de Venise, offraient à des conjurés. Maîtres du pont de Rialte, ils
pouvaient se porter par-tout, et l'ennemi, en supposant qu'il eût
des forces, ne pouvait les déployer que sur un seul point, sur la
place Saint-Marc. Il fallait donc le prévenir dans cette position; et
s'il y était prévenu, ses troupes ne pouvaient plus qu'errer sans se
réunir, exposées à être arrêtées, dans chaque rue, par une poignée
d'hommes.

On était alors au mois de juin 1310. On convint que les principaux
conjurés rassembleraient pendant la nuit tous ceux qu'ils avaient
engagés dans le parti, qu'avant le jour ils les conduiraient sur la
place de Rialte, devant le palais Querini; que là, Boémond Thiepolo
prendrait le commandement, qu'il traverserait rapidement le pont,
se porterait avec sa troupe sur la place Saint-Marc, investirait
le palais ducal, en forcerait l'entrée, et s'emparerait du doge,
sans hésiter à le massacrer en cas de résistance; qu'on proclamerait
sur-le-champ la révolution opérée dans le gouvernement, c'est-à-dire
le retour de l'ancien ordre de choses existant avant la réforme
du grand conseil, et qu'on resterait sous les armes dans la place
Saint-Marc, jusqu'à l'arrivée des Padouans amenés par Badouer. Ce
renfort arrivé, les diverses troupes des conjurés, devaient se
répandre dans les quartiers de la ville, se rendre maîtresses de tous
les établissements publics, notamment de l'arsenal, et agir selon les
occurrences contre ceux qui voudraient s'opposer à la révolution. Tel
était le plan; l'exécution en fut fixée au 15 juin.

[Note en marge: XIV. Exécution de l'entreprise. Ils marchent contre
le palais. 1310.]

Le 14, Badouer partit pour Padoue, où il alla se mettre à la tête
de ceux qu'il avait gagnés. Dans la soirée et pendant la nuit,
tous ceux qui devaient prendre part à cette grande entreprise, se
glissèrent sans affectation, en silence, et par diverses issues,
dans les maisons où des armes avaient été préparées pour leur être
distribuées. La nuit avançait; ces troupes de conjurés se mirent en
marche avant le jour, et se rendirent sur la place de Rialte; là,
Querini sortit de son palais avec Thiepolo; les principaux chefs de
l'entreprise se répandirent dans les rangs, exaltèrent l'imagination
de leurs gens par tout ce qu'il y a de plus puissant sur les hommes,
le butin, la gloire, la vengeance, la patrie et la liberté. Thiepolo
et son beau-père portaient sur le front une noble assurance. Tous
étaient également déterminés à délivrer Venise de la tyrannie.

Au lever du soleil, un de ces violents orages qui sont assez
fréquents dans cette saison, vint retarder ce jour si impatiemment
attendu, et qui allait être si terrible. Le tonnerre, l'obscurité,
la pluie qui tombait par torrents, mirent quelque désordre parmi
les troupes des conjurés, ou ralentirent les dispositions que leurs
chefs avaient à faire. Le vent soufflait avec impétuosité, les vagues
en fureur assiégeaient Venise, sinistres avant-coureurs d'une autre
tempête qui allait éclater. Les conjurés virent, dans ce désordre
de la nature, un favorable présage. Thiepolo, pour occuper cette
multitude, lui laissa brûler les archives d'un tribunal qui se
trouvait dans ce quartier; de cette expédition on passa au pillage
d'un grenier public, et du pillage du grenier à celui des boutiques
voisines. Cependant la tempête continuait; il était impossible qu'un
rassemblement si tumultueux, qui avait déjà éveillé une partie de
la ville, n'eût pas répandu l'effroi dans d'autres quartiers, le
doge devait en être déjà informé; on ne pouvait guère espérer de le
surprendre; il avait eu le temps de se dérober à la recherche des
conjurés.

Thiepolo se décida à se mettre en marche au milieu de cet
épouvantable orage. Sa troupe se divisa en deux parts: Marc Querini
et son fils Benoît conduisaient l'une; Thiepolo prit l'autre sous
son commandement. Ces longues files de gens armés traversaient des
rues étroites, en agitant leurs épées et leurs drapeaux, sur lesquels
on lisait le mot liberté: cette ville, toujours si silencieuse,
retentissait du bruit des armes. Ce fut la troupe de Querini qui
déboucha la première sur la place Saint-Marc. Quel fut l'étonnement
de ce chef des conjurés d'y voir une ligne d'hommes sous les armes,
qui n'étaient ni la troupe de Thiepolo, ni les Padouans que devait
amener bientôt Badouer!

[Note en marge: XV. Mesures prises par le doge.]

Voici ce qui s'était passé pendant la nuit. Aucune imprudence, aucune
indiscrétion n'avait été commise dans une affaire qui exigeait le
concours de tant de personnes; mais le doge était aussi vigilant que
hardi. La réunion des conjurés dans les maisons où on leur avait
donné rendez-vous pendant la soirée du quatorze, n'avait pu se faire
sans être remarquée. Il en avait été rendu compte à Gradenigo, qui
sur-le-champ avait pénétré l'objet de ces rassemblements, et vu
toute l'étendue du péril sans s'en laisser effrayer.

D'une part il avait dépêché des agents pour observer les maisons
qu'on lui avait désignées; de l'autre, il avait envoyé aux
gouverneurs des îles les plus voisines, notamment à Ugolin
Justiniani, qui commandait à Chiozza, l'ordre de venir en toute
diligence à Venise, avec le plus de troupes qu'ils pourraient
rassembler. En même temps il avait appelé auprès de lui ses
conseillers, les officiers de nuit, les chefs de la quarantie, les
avogadors, et plusieurs des nobles qu'il connaissait pour dévoués à
son parti. Là, il leur avait déclaré ce qu'il venait d'apprendre, et
ce qu'il jugeait qu'on avait à craindre: à chaque instant, les agents
qu'il avait répartis dans la ville venaient lui rapporter qu'on
avait remarqué pendant toute la nuit du mouvement dans telle maison;
qu'on y distribuait des armes; puis, qu'une troupe s'était mise en
marche, et se dirigeait vers la place de Rialte, vers le palais
Querini. On vit clairement que cette place était le point principal
de ralliement, et que cette entreprise avait pour chefs les Querini
et les Thiepolo. On n'avait que le reste d'une nuit très-courte pour
se préparer à la défense.

Sur-le-champ on dégarnit les postes les moins importants de Venise,
pour porter sur la place Saint-Marc toutes les troupes dont on
pouvait disposer. On fit venir des ouvriers de l'arsenal. Tous les
membres du conseil furent avertis, chacun amena ce qu'il avait de
gens sûrs. Marc Justiniani, à qui, dans cette importante conjoncture,
le commandement fut confié, se trouvait à la tête d'une force déjà
imposante, lorsque Marc Querini déboucha sur la place suivi de tous
les siens.

[Note en marge: XVI. Combat sur la place Saint-Marc.]

Dès qu'elles se virent, les deux troupes n'hésitèrent pas à se
charger, et ce fut avec la fureur qui caractérise les guerres
civiles. Elles criaient l'une et l'autre Vive Saint-Marc; on
combattait sans pouvoir juger encore pour quel parti la fortune
allait se déclarer. Dans cet instant les troupes que le gouverneur
de Chiozza amenait, d'après l'ordre que le doge lui avait expédié
dans la nuit, arrivèrent sur le champ de bataille, et prirent part à
l'action. La partie devint inégale; cependant Querini soutenait le
combat, mais avec désavantage. Thiepolo, Badouer, ne paraissaient
point.

La marche du premier avait été retardée par le désordre que le
pillage avait mis dans sa troupe; enfin il déboucha sur la place
par la rue de l'Horloge, et le doge en personne s'avança pour le
repousser avec ce qui restait de troupes disponibles, et les nobles
qui formaient un corps, de réserve.

Pendant ce combat général, le bruit se répandit que Querini venait
de voir tomber son fils à ses côtés; un moment après on dit qu'il
était lui-même frappé d'un coup mortel. Cet évènement exalta les uns,
jeta du découragement ou de l'hésitation parmi les autres. La troupe
de Querini mit en effet moins de vigueur dans sa résistance. Marc
Justiniani sut en profiter, redoubla vivement ses attaques et refoula
cette partie des assaillants dans les rues voisines, où les moins
déterminés profitèrent de quelques détours pour s'échapper.

[Note en marge: XVII. Défaite des conjurés.]

Thiepolo voyant qu'il restait seul à combattre sur la place
Saint-Marc, désespéra du succès de son attaque; il replia sa troupe
sans beaucoup de désordre, ce qui est assez difficile dans de telles
occasions et avec de tels soldats, et opéra sa retraite vers le pont.
Comme il passait dans la rue de la Mercerie, suivi d'un page à cheval
qui portait un étendard, une femme du peuple lui lança du haut d'une
fenêtre une énorme pierre, qui n'atteignit que le page, qu'elle
écrasa.

Arrivé au pont du grand canal le chef des conjurés s'empara de toutes
les barques, les fit passer sur l'autre bord, coupa le pont, garnit
de soldats une maison qui le dominait et se fortifia dans Rialte.
Cela prouve que sa troupe n'était pas en désordre, et qu'il n'était
pas vivement poursuivi.

Pendant ce temps-là Badouer débarquait dans Venise avec les Padouans;
mais au même instant arrivaient des troupes que François Dandolo
et Marin Delfino amenaient des îles voisines. Elles chargèrent ces
étrangers qui croyaient venir au pillage et non pas au combat.
Badouer mal secondé par ses soldats se vit environné et tomba vivant
entre les mains de ceux qu'il venait détrôner.

Thiepolo retiré dans Rialte, pouvait y prolonger sa résistance;
il paraît qu'il s'y maintint pendant quelques jours; mais cette
résistance n'avait plus d'objet, il devait être forcé dans ce poste
tôt ou tard, il ne pouvait pas se flatter de retenir plus long-temps,
dans une cause si périlleuse et désormais désespérée, une multitude
à qui il suffisait de se débander pour être à-peu-près sûre de
l'impunité.

Le doge, pour hâter la défection des conjurés, fit annoncer une
amnistie. Il envoya même des parlementaires à Thiepolo pour
l'exhorter à faire cesser l'effusion du sang vénitien. Thiepolo
comprit qu'il n'y avait point de résultat à espérer d'une
négociation, ni de foi à faire sur de telles promesses. Les troupes
marchaient pour l'assaillir, on allait lui couper la retraite. Il
s'embarqua avec quelques amis, et se réfugia hors du territoire de la
république[376].

[Note 376: Les détails de cette action m'ont été fournis
principalement par Verdizzotti, dans le liv. II des _Fatti
veneti_, et par une lettre de Gradenigo lui-même, où il raconte
la conjuration. Cette lettre est rapportée par le continuateur de
Dandolo, et par Raynaldo, dans ses _Annales ecclésiastiques_, qui
font suite à celles de Baronius, tom. IV. Le doge y déclare qu'il
n'eut connaissance de ce dessein que dans la nuit qui en précéda
l'exécution.]

[Note en marge: Réflexions.]

Telle fut l'issue de cette mémorable journée, de cette grande
entreprise conduite avec tant de prudence, et déjouée par le courage
et l'activité d'un homme. Querini avait médité ses moyens à loisir et
les avait disposés habilement. Gradenigo créa les siens en quelques
heures. On ne peut reprocher qu'une faute aux conjurés, ce fut le
pillage qui leur fit perdre du temps; mais quand Thiepolo serait
arrivé sur la place Saint-Marc aussitôt que son beau-père, ils n'en
auraient pas moins trouvé les troupes du doge prêtes à les recevoir;
les gouverneurs des îles voisines n'en seraient pas moins arrivés
avec des renforts. Il aurait fallu combattre là où l'on s'était
flatté de surprendre; le reste aurait été remis à la fortune. Les
conjurations étant en général une entreprise du faible contre le
fort, le mérite de celui qui les conçoit n'est pas de risquer un
combat où l'on ne puisse espérer le succès que du courage ou du
hasard, mais de faire des dispositions telles, que l'ennemi n'ait pas
le temps ou les moyens de déployer ses forces: l'habileté, sur-tout
quand on est le plus faible, consiste à attaquer avec avantage.

[Note en marge: XVIII. Punition des conjurés.]

Après la victoire on s'occupa non moins vivement de la punition des
conjurés. Marc Querini, Benoît son fils, furent trouvés parmi les
morts, ainsi que Jean Maffei et Pierre Beccario. Badouer et Marin
Barozzi, qui avaient été faits prisonniers dans le combat, furent
décapités; la corde fit justice de tous les populaires pris les armes
à la main. La république ne connaissait pas cette maxime, que, dans
les temps postérieurs, Élisabeth reine d'Angleterre recommandait à
Henri IV[377]: Après une conspiration découverte, le moyen le plus
sûr de disperser ou de ramener les complices, c'est de n'avoir pas
l'air de les connaître; au lieu que les poursuites les obligent à se
tenir unis et à chercher de nouveaux partisans. Plusieurs conjurés
qui s'étaient soustraits au supplice, et dont la tête avait été mise
à prix, furent assassinés. Les historiens ajoutent que les autres se
virent relégués à Milan, à Parme, à Gênes, à Trévise, avec défense
de rompre leur ban, sous peine de la vie. Je ne saurais comprendre
comment la république les aurait exilés dans des pays où son pouvoir
et sa surveillance ne s'étendaient pas. Cette clémence n'était pas
dans le caractère des hommes qui gouvernaient alors. Il est plus
vraisemblable que ces conjurés ne durent la vie qu'à l'asyle qu'ils
trouvèrent chez l'étranger. Jacques Querini porta sa tête sur
l'échafaud, victime de sa fidélité dans une entreprise dont il avait
combattu le projet.

[Note 377: _Memorie recondite_ di Vittorio SIRI, tom I, p. 169.]

Les palais des Querini et des Thiepolo furent rasés; on effaça
par-tout leurs noms et leurs armes; leurs biens et ceux de beaucoup
d'autres furent confisqués; on assigna une pension à la femme qui
avait voulu écraser Thiepolo, et un service solennel fut institué
pour rendre grâces à la Providence et perpétuer le souvenir de
la victoire remportée sur ceux qu'on était désormais en droit de
qualifier de rebelles[378].

[Note 378: Il existe aux archives des aff. étr. un manuscrit
intitulé: _Memorie intorno all'accaduto per il consiglio de' dieci_
1628, dans lequel, à propos d'une sentence d'exil prononcée contre
le cavalier Zeno, on rapporte un discours de ce patricien, où il dit
que Sabellicus a débité beaucoup de faussetés sur la conjuration
de Boëmond Thiepolo, et que cet homme qu'il a représenté comme un
traître, n'avait fait que poursuivre la vengeance d'anciennes injures
qu'il avait reçues du doge P. Gradenigo.]

[Note en marge: XIX. Nomination d'une commission pour découvrir
toutes les ramifications de la conjuration.]

Quand on revint sur toutes les circonstances de ce grand évènement,
on frémit du danger qu'on avait couru. Si une conjuration dans
laquelle étaient entrés tant de personnages, qui avait mis en
mouvement une partie de la population et appelé du secours d'une
ville voisine, avait pu être tramée dans Venise sans qu'on en
soupçonnât même l'existence; que n'avait-on pas à craindre encore
tous les jours sur-tout tant qu'il existerait quelques restes de ce
levain qui avait occasionné une si grande fermentation? La terreur
dure plus que le danger, et souvent nous précipite dans un autre.

Les membres du grand conseil encore épouvantés crurent qu'ils ne
pourraient jouir avec sécurité de leur nouvelle puissance, qu'après
qu'une commission aurait découvert et signalé tout ce qui restait
d'ennemis secrets du gouvernement, comme si une autorité qui tend à
s'agrandir ne s'en faisait pas tous les jours de nouveaux.

On jugea le péril encore tellement imminent que l'on créa une
autorité dictatoriale après la victoire.

Un conseil de dix membres fut nommé pour veiller à la sûreté de
l'état. On l'arma de tous les moyens; on l'affranchit de toutes les
formes, de toute responsabilité; on lui soumit toutes les têtes.

[Note en marge: XX. Cette commission se perpétue; elle devient le
conseil des dix.]

Il est vrai que sa durée ne devait être que de dix jours, puis de dix
encore, puis de vingt[379], puis de deux mois, mais il fut prorogé
six fois de suite pour le même temps. Au bout d'un an d'existence,
il se fit confirmer pour cinq. Alors il se trouva assez fort pour
se proroger lui-même pendant dix autres années. Tout ce qu'on
put obtenir à l'expiration de ce terme, ce fut que la nouvelle
prorogation serait prononcée par le grand conseil; enfin, en 1325,
cette terrible magistrature fut déclarée perpétuelle.

[Note 379: Per indagazione del delitto e de' complici fù presa
deliberazione del maggior conseglio di creare per dieci giorni il
conseglio de' dieci, fù prorogato per altri dieci giorni, poi venti.

(_Governo dello stato veneto dal cav._ SORANZO, man. de la bibliot.
de Monsieur, nº 54.)]

Ce qu'elle avait fait pour prolonger sa durée, elle le fit pour
étendre ses attributions. Institué seulement pour connaître des
crimes d'état, ce tribunal s'était emparé de l'administration. Sous
prétexte de veiller à la sûreté de la république il s'immisça dans
la paix et dans la guerre, disposa des finances, fit des traités avec
l'étranger, et finit par s'arroger le pouvoir souverain, puisqu'il
en vint jusqu'à casser même les délibérations du grand conseil, à
en dégrader les membres de leur droit de souveraineté, à les faire
rentrer à son gré dans la classe des sujets, et à destituer un doge.
Nous verrons successivement ces envahissements sur l'autorité.

Enfin ce tribunal en créa dans la suite un autre plus terrible que
lui-même.

Cependant, pour ôter tout sujet de ressentiment aux anciennes
familles patriciennes que le hasard avait exclues du grand conseil,
on y admit toutes celles qui n'avaient pris aucune part à la
conjuration.

Pierre Gradenigo mourut deux mois après son triomphe. Il n'avait pas
encore cinquante ans. Sa mort fut attribuée au poison, mais on n'a
acquis à cet égard aucune certitude, et ce soupçon prouve seulement
la haine dont il était l'objet.



LIVRE VIII.

     Levée de l'interdit. -- Expédition contre les Génois. --
     Révolte de Candie. -- Guerre contre le seigneur de Vérone. --
     Acquisition de Trévise et de Bassano, 1310-1343. -- Croisade
     de Smyrne. -- Septième révolte de Zara. -- Peste à Venise,
     1343-1348. -- Nouvelle guerre contre les Génois, 1348-1354 --
     Changements dans l'organisation du conseil du doge. -- Élection
     et conjuration de Martin Falier, 1354-1355.


[Note en marge: I. Marin Giorgi, doge. 1310.]

[Note en marge: Révolte de Zara.]

Après la mort de Pierre Gradenigo, on mit à sa place un vieillard de
quatre-vingts ans, ce qui annonçait l'existence de plusieurs factions
rivales qui se balançaient. Marin Giorgi n'occupa le trône que
quelques mois[380]; son règne ne fut signalé que par une entreprise
infructueuse contre la ville de Zara, qui s'était révoltée pour la
sixième fois, s'autorisant de la bulle par laquelle les sujets de la
république étaient déliés de leur serment de fidélité.

[Note 380: L'histoire attribuée à André Navagier, fait régner Marin
Giorgi pendant dix ans et dix jours; mais en cela elle diffère de
toutes les autres chronologies, et notamment de l'_Art de vérifier
les dates_.]

[Note en marge: Jean Soranzo, doge. 1311.]

Sous le règne de Jean Soranzo, successeur de Marin Giorgi, on entama
une négociation avec les rebelles, et on les ramena dans le devoir
par la persuasion.

[Note en marge: Réconciliation avec le pape; levée de l'interdit.]

Il était important de se réconcilier avec le pape, dont la
malédiction avait de si dangereuses conséquences. Déjà la république
lui avait envoyé des ambassadeurs qui n'avaient pu même être admis.
On fit partir une seconde ambassade à la tête de laquelle était
François Dandolo. Il se rendit à la cour de Clément V, et après
avoir sollicité une audience, qui lui fut refusée, il se présenta
tout-à-coup pendant que le pontife était à table, se jeta à ses
pieds, demandant, avec beaucoup de larmes, la grâce des Vénitiens. On
a écrit que l'ambassadeur, pour rendre cette action plus touchante,
s'était revêtu des habits d'un suppliant, qu'il avait une corde au
cou. Cela peut être; ces marques extérieures de soumission n'avaient
rien de nouveau dans ce siècle, et avaient exalté dès long-temps
l'orgueil de l'autorité pontificale. On ajoute que les cardinaux qui
étaient présents oublièrent la charité chrétienne jusqu'à traiter
Dandolo de chien, et que cet ambassadeur, prosterné aux pieds du
vicaire de Jésus-Christ, ne murmura point d'un si indigne outrage.
La plupart des historiens racontent que Dandolo, ayant réussi dans
sa négociation, devint l'objet de la reconnaissance publique, et que
ce nom injurieux de chien, qui lui avait été donné par des prêtres
insolents, devint un sobriquet honorable, parce qu'il attestait le
souvenir que conservaient ses concitoyens de l'important service
qu'il avait rendu à sa patrie. Cette anecdote, peu digne de la
gravité de l'histoire, est démentie par un auteur d'un grand poids,
par le doge Foscarini qui démontre[381] que plusieurs ancêtres de
Dandolo avaient porté le surnom de _Cane_.

[Note 381: _Della Letteratura veneziana_, lib. 3, note 333. Il est
possible que les courtisans du pape aient fait allusion à ce nom, en
injuriant l'ambassadeur.]

[Note en marge: Guerre contre les Génois. 1324.]

Le pape, après avoir joui quelque temps de l'humiliation des
Vénitiens, écouta leurs prières et leva l'excommunication. Une paix
de douze ans succéda enfin à tant d'orages. Le commerce ramena
l'abondance; on fit des travaux pour diriger les eaux de la Brenta,
qui, en ensablant les lagunes, diminuaient la sûreté de Venise et la
salubrité de l'air. L'arsenal dévasté par des incendies, épuisé par
des guerres malheureuses, s'agrandit et reprit une nouvelle activité.
Aussi, lorsqu'en 1324 quelques entreprises des Génois rallumèrent
momentanément la guerre, vit-on quarante vaisseaux sortir du port et
forcer, par une victoire, les négociants de Péra à payer les frais de
cette expédition.

[Note en marge: II. Révolte de Candie.]

Cette époque fut celle d'une nouvelle révolte en Candie. Le
gouverneur obtint quelques avantages assez signalés, sans cependant
se rendre maître du chef des rebelles. Pour y parvenir, il lui
écrivit en termes flatteurs, lui annonçant le projet de le
réconcilier avec la république, lui faisant même entrevoir des
récompenses, des honneurs. L'exemple d'Alexis Calerge, que la
république avait reçu en grâce, séduisit ce nouveau chef; il oublia
qu'un rebelle ne doit jamais se fier à ceux contre qui il a pris
les armes; il se rendit auprès du gouverneur, qui, sans autre forme
de procès, le fit lier, mettre dans un sac et jeter à la mer. Cette
perfidie ralluma la guerre et il fallut encore répandre du sang
pendant deux ans pour recouvrer, sur ces peuples, une autorité si
souvent méconnue.

Jean Socanzo mourut en 1327. Ce doge, qui, avant de monter sur le
trône, avait paru à la tête des armées de la république, fut un de
ceux qui méritèrent le mieux de la patrie. Zara recouvrée sans
effusion de sang, une courte guerre avec les Génois terminée par
une victoire, une longue paix, furent les fruits de sa sagesse. Il
prouva que, même dans les états où on ne laisse aux chefs qu'une
autorité très-bornée, leur caractère influe, pour le bonheur ou pour
le malheur public, dans les résolutions du gouvernement, et que les
princes ont toujours de l'autorité quand ils ont de la modération.

[Note en marge: III. François Dandolo, doge. 1327.]

Venise vit avec joie François Dandolo élevé sur le trône; la couronne
était un juste dédommagement des affronts qu'il avait essuyés à la
cour pontificale.

[Note en marge: Guerre contre les Génois.]

[Note en marge: L'escadre vénitienne battue.]

On avait, sous le règne précédent, forcé les Génois de Péra à
payer une contribution, mais on ne s'était pas réconcilié avec
cette république. Elle avait en mer une escadre de six galères qui
rencontra et prit deux vaisseaux vénitiens. Aussitôt huit galères
de Venise sortirent pour venger cette insulte; malheureusement le
commandement en avait été donné à un officier inhabile. Thomas
Viari, ayant rencontré les six galères génoises, les attaqua sans
savoir profiter de l'avantage du nombre. Battu complètement, ayant
vu cinq de ses vaisseaux pris par l'ennemi, il se réfugia, avec les
trois autres, dans Venise, où cette défaite excita une indignation
générale. La voix publique réclama hautement la punition de l'amiral;
il fut condamné à terminer ses jours dans une prison.

La république avait une grande flotte toute prête pour transporter
dans la Palestine l'armée du roi de France, Charles IV, qui
avait embrassé le dessein d'une nouvelle croisade; mais, au lieu
d'entreprendre cette expédition, le roi tourna ses armes contre
l'Angleterre; et la flotte, devenue disponible, alla désoler, dans le
Levant, le commerce des infidèles. Elle rentra dans ses ports avec un
riche butin, mais sans avoir eu occasion de combattre.

[Note en marge: IV. Mastin de la Scala, seigneur de Vérone.]

Les révolutions des villes de l'Italie septentrionale avaient fini
par établir la domination de quelques seigneurs puissants. Les
divisions du saint-siége et de l'empire avaient favorisé toutes
ces usurpations faites aux dépens de l'un ou de l'autre. Le pape
Benoît XI, pour s'attacher les seigneurs, mécontents de l'empereur
Louis V, les déclara possesseurs légitimes des places qu'ils avaient
envahies. L'empereur, voyant avec quelle libéralité le souverain
pontife disposait des terres de l'empire, ne se montra pas moins
généreux du bien d'autrui, et confirma dans leurs usurpations tous
ceux qui s'étaient emparés des domaines de l'église[382]. Mastin de
la Scala, que nous appelons l'Escale, et qui était déjà seigneur de
Vérone, avait réuni sous son obéissance Trévise, Vicence, Bassano,
Brescia, Parme, Reggio, Lucques, et avait dépouillé les Carrare
de la souveraineté de Padoue. C'était, comme on voit, une grande
principauté, puisqu'elle s'étendait depuis les bords de l'Adriatique
jusqu'à la mer de Toscane. À Vérone, tout annonçait la grandeur
du maître; un ambassadeur envoyé vers lui le trouva entouré de
vingt-trois princes détrônés, dont sa cour était devenue la prison
ou l'asyle. Sa capitale était le centre des lettres et des lumières.
Tout ce qu'il y avait dans ce temps-là d'hommes remarquables par
leurs talents, trouvait un accueil flatteur à la cour de la Scala, ou
était prévenu par des marques de sa munificence.

[Note 382: MACHIAVEL, _Histoire de Florence_, liv. Ier.]

Tant de prospérités n'avaient pu que lui faire beaucoup d'ennemis,
entre lesquels Marsile de Carrare était d'autant plus dangereux qu'il
cachait son ressentiment sous toutes les apparences de la soumission
et même du dévouement. On prétend que la Scala avait séduit la femme
de Carrare. Celui-ci n'en avait fait éclater aucun ressentiment;
cependant il avait fait surmonter de deux cornes d'or le cimier qui
couronnait ses armes, pour éterniser le souvenir de son injure.

La Scala était trop puissant pour être attaqué à force ouverte;
mais il était enivré par la prospérité, et par conséquent facile à
entraîner dans des entreprises qui pouvaient lui devenir funestes.
Tel fut le plan que Marsile Carrare se traça.

L'historien Sanuto raconte, qu'envoyé à Venise par le seigneur de
Vérone, Carrare saisit l'occasion d'une cérémonie publique, où il se
trouvait placé près du doge, pour lui dire tout bas: «Si quelqu'un
vous rendait maîtres de Vérone, comment le récompenseriez-vous? «À
quoi le doge répondit: «Nous la lui donnerions.» Ce fut la première
base de l'alliance secrète entre les Vénitiens et l'époux offensé.

Revenu à Vérone, Carrare représenta à son maître que, puisque son
territoire s'étendait jusqu'aux lagunes, il y aurait un immense
avantage pour lui à y établir des salines; qu'il était honteux de
laisser le privilége et les bénéfices de ce commerce aux Vénitiens,
lorsqu'on était assez puissant pour le leur arracher.

[Note en marge: V. Il se brouille avec la république. Guerre. 1334.]

L'ambition de la Scala donna dans ce piége; il fit construire un fort
vers l'extrémité de son territoire, à Bovolenta; les travaux pour la
fabrication du sel furent commencés, et une chaîne fut tendue sur
le Pô, à Ostilia, où l'on exigea un péage sur tous les bâtiments qui
remontaient le fleuve.

Aussitôt les Vénitiens, déterminés à soutenir un privilége dont
ils jouissaient depuis plusieurs siècles, se préparèrent à la
guerre. Ils formèrent une ligue de la plupart des états de l'Italie
septentrionale, qui avaient vu l'agrandissement de la Scala avec
inquiétude ou jalousie.

L'armée de la république était, disait-on, de trente mille hommes,
dont un tiers d'étrangers. Un historien rapporte qu'à cette occasion
on fit un dénombrement des hommes de vingt à soixante ans[383] et
qu'il s'en trouva quarante mille; ce qui supposerait une population
de cent cinquante-sept mille âmes dans Venise et dans les îles
environnantes, comprises sans doute dans ce dénombrement. La guerre,
entreprise avec animosité, fut poussée avec vigueur. Dès la fin de
la première campagne, le roi de Bohême entra dans la coalition. La
Scala, si vivement pressé de tous côtés, trahi par Carrare, qui fit
ouvrir aux Vénitiens les portes de Padoue, perdit successivement ses
principales places, et réduit, après quatre campagnes malheureuses,
à la dernière extrémité, fut obligé de signer un traité dont la
république dicta les conditions.

[Note 383: _Histoire de la ville et de la république de Venise_, par
Paul MOROSINI, liv. 10.

E fù descritto il popolo di Venezia, d'anni 20 fino a 60, e ritrovato
al numero di 40,100.

(_Storia veneziana di_ Andrea NAVAGIERO.)]

[Note en marge: VI. Paix. 1338.]

[Note en marge: La république acquiert Trévise et Bassano.]

Venise, protectrice du nord de l'Italie, devint un centre de
négociations, où l'on vit à-la-fois plus de soixante ministres de
divers états solliciter la bienveillance du gouvernement, pour être
traités favorablement dans le partage de la dépouille du seigneur
de Vérone. Les Vénitiens tracèrent à chacun la limite de ses
prétentions, signèrent le traité seuls, le 18 décembre 1338[384], et
le communiquèrent ensuite à leurs confédérés.

[Note 384: _Codex Italiæ diplomaticus._ LUNIG., tom. I, addenda.]

Ils firent raser le fort élevé dans les lagunes, retinrent pour
eux-mêmes Trévise et Bassano, assignèrent aux Florentins quatre
villes de l'état de Lucques: Feltre et Bellune, à Jean, fils du roi
de Bohême; Parme, aux seigneurs de Rozzi; Brescia et Bergame, aux
Visconti seigneurs de Milan, et établirent Carrare dans la seigneurie
de Padoue, en lui disant: «N'oubliez jamais que cette ville est, pour
la seconde fois, redevable de sa délivrance à la république, et, que
vous la tenez de sa générosité»[385].

[Note 385: Muratori a inséré parmi ses dissertations sur les
antiquités du moyen âge, un fragment historique dont on ne connaît
pas l'auteur, mais qui est assez curieux, soit par l'ancienneté du
langage, soit par les détails naïfs qu'on y trouve. Voici un extrait
de ce qu'il contient relativement à la guerre des Vénitiens contre
Mastin de la Scala:

«Quesso missore Mastino fo homo assai savio de testa, justo signore:
pe tutto lo sio renno givase sicuro con aoro in mano. (On pouvait en
sûreté circuler dans tous ses états avec de l'or sur la main.) Granne
justitia facea, fo homo bruno, peloso, varvuto, con uno grannissimo
ventre, mastro de verra (de guerre). Cinquanta palafreni havea de
soa casa. Onne di mutava roba: doi milia cavalieri cavaicavano con
esso, quanno cavaicava; doi milia fanti da pede armati, cletti, co le
spate in mano, givanoli intorno. E soa persona, mentre che seguitao
la vertute, crebbe. Poi che in supervia comenzao a corromperse de
lussuria, forte deventao lussurioso: che havesse detoperate cinquanta
polzelle in una quatraiesima se avantao. Poi manicava la carne lo
venerdi e lo sabato e la quatraiesima. Non curava de scommunicazione.
Lo modo che cadè de soa aitezza fo quesso.

Havea uno sio frate, lo quale havea nome Missore Alberto. Fo mannato
a reiere Padova. Quesso Missore Alberto tenea quessa via. Entrava ne
le monasteria de le donne religiose. Demoravace tre o quatro dii;
po' visitava lo aitro. Dounqua era una bella monaca, detoperava.
Missore Marsilio da Carrara, e Missore Ubertiello da Carrara, erano
li maiuri de Padova; quelli, li quali li haveano dato la signoria.
E soi parienti erano. Quesso Missore Ubertiello havea una soa bella
donna. Per tutta die, per tutte hore non finava Missore Alberto de
spacciare e dicere: _O Missore Ubertiello, manuca bene, cha te haio
fatto re doi vaite quessa notte._ Mai non finava. Ad onne tratto
quesso diceva. Missore Ubertiello rideva. Co lo riso se la passava.
Lo ridere non dessegnava. Tuttavia dice a Missore Ubertiello: _Tre
voile te haio fatto cocoro in quessa notte._ Missore Ubertiello de
cio creppava.

Marsilio fo uno savio cavalieri, e molto scaitrito e secreto. De
coipo cavaicavo a Verona e parlao con Missore Mastino. E deoli ad
intennere, che potea essere lo più granne homo, che fussi mai ne
la contrada. E che potea domare lo rogoglio e le grannezze de'
Venetiani. E deoli lo muodo e l'ordene pe quessa via, etc. Crese lo
Tiranno a li fallaci detti. Allhora incontinente commanna, che ne
la villa de Bovolenta, canto la marina a li Starni, fosse fatto uno
belle castiello de Ienname. E liberamente fo comenzato a fare lo
sale. Como ordinato era, gionze a Venetia Missore Marsilio, e disse:
_Signori Veneziani, Missore Mastino intenne de fare lo sale ne lo sio
terreno, per havere quella pecunia, la quale voi avete, e torvela
de mano, pe signioriarve, e per abbassare le vostre saline. Se
quesse perdete, non sete cobelle. Lo frutto de la cammora de Venezia
è lo sale. Moito bene operate in que' lochi i fatti vostri._ Più
non disse. Assai habe fatto e detto, che habe acceso lo fuoco tra'
Veneziani e Missore Mastino.

Allhora Veneziani fecero fare una ammasciata. Quanno li ammasciatori
fuoro entrati in Verona, tutta Verona curze a bederli. Così li
guardava homo fitto, como fossino lopi. E quesso perché lo avito loro
era moito devisato da lo avito de li cortisciani.

  _Surprise de Padoue par les Vénitiens._

Non se lassao da lo muro cacciare. Mustrano de havere core. Non
curano de valestra nè de minaccie. Lo romore ene granne. Lance e
saette volavano. Deh quanto ene cosa horribbele! Allhora Missore
Pietro Roscio, con sie belle masnade se tenne secreto. E quesso de
fora ad una porta, la quale se dice porta de Ponte-Cuorvo. E là
stette, mentre che la vattaglia era a la porta de Santa Croce. Quessa
porta de Ponte-Cuorvo havea in vardia Missore Marsilio da Carrara. Sù
ne la miesa terza lo fattore di Missore Marsilio opierze la porta,
et abassao li ponti, e mise dentro Missore Pietro Roscio, senza
coipo de spata. Hora ne veo pe la strada a la piazza lo capitanio de
Venetiani, con moita gruossa pedonaglia e cavallaria. Sull'hora de
terza era in esso ponte. Missore Alberto se era levato da dormire.
Cavaicava sio bello palafreno, bestuto con uno solo guarnello,
accompagniato con solo Missore Marsilio. Una vastoncella in mano
tenea. Pe la terra giva trastullanno. _Omnis ejus armatorum multitudo
pugnans resistebat ad portam._ Como Missore Alberto accapitao in
capo de la strada, vide lo grannissimo confalone de Santo Marco de
Venetia. Vide che ne la piazza giogneva granne stuolo, granne masnade
de iente. Oldio tromme e ciaramellc. Maravigliaose forte, e disse a
Missore Marsilio: _Que ientes ene quessa?_ A ciò Missore Marsilio
respuse e disse: Quesso ene Missore Pietro de Roscio, la quale hao
havuta gola de bedere te. Disse Missore Alberto: _Moreraio io?_
Disse Missore Marsilio: _Nò. Torna in reto. Va ne la mia camora_.
Cosi fo fatto. Tornao Missore Alberto, e misesi ne la camora di
Missore Marsilio, e là fo inzerrato con una chiave Venetiana. La
piazza presero, e toizero le arme e li cavalli a tutta la foresteria
di Missore Alberto. E preso esso con soa Baronia, sopra una nave lo
mannaro in presone a Venezia, e là stette fi' che la verra fo imita.
Vao Missore Pietro de Roscio ardenno e conzumanno le ferre. Prese pe
forza Monscilice, e là fo occiso.

Allhora perdio la cittate de Brescia. Onne perzona se li rebella.
Nulla resistentia fao. La verra durao bene anni doi. Ultimamente
Missore Mastino era straccato, ne potea più. Venne a pace con
Veneziani, et a patti. Li patti fuoro quessi. Lo primo esso fece
refutanza de la moneta, la quale havea in Venezia, la quale haveano
despesa i Veneziani. Lo secunno; che mannao le robe de lo communo
de Venezia, la quale buttao ventiquattro milliara de fiorini; per
onne roba doi millia. Lo tierzo; che i Veneziani voizero Trevisi;
si che convenne, che, pe la fatica de' Veneziani, Missore Mastino
li donasse Trevisi. Verona e Vicenza li lassaro per lo amore di Dio
e pe misericordia. Le aitre terre, como Padova e Civitale remasero
a puopôlo. Allhora li Veneziani li remmannaro Missore Alberto lo
fratiello con quelli nuobbeli, li quali teneano presoni. A tutta
quessa verra Fiorentini tennero mano, e fecero con loro denari quello
aiutorio che bastao.]

Ce fut le premier établissement des Vénitiens dans le continent
qui avoisinait leurs îles. Jusques-là, ils ne paraissaient pas
avoir songé sérieusement à acquérir des possessions dans ce qu'ils
appelaient la terre-ferme, si ce n'est, peut-être, pendant
l'occupation si malheureuse de Ferrare. Cette conquête du Trévisan
produisit une révolution dans leur système politique, ouvrit une
nouvelle carrière à leur ambition, leur occasionna deux cents ans
de guerre, et mit plusieurs fois leur république en péril. Il y
avait neuf cents ans que Venise florissait à deux lieues de la côte
d'Italie, qu'elle était puissante et en possession d'un gouvernement
organisé, et elle n'avait pas encore porté ses vues ambitieuses sur
le continent voisin. La terre n'était pas l'élément des Vénitiens,
ils trouvaient ailleurs l'emploi de leur activité.

Dans cette guerre, la république confia son armée à un étranger,
Pierre de Rozzi, ancien seigneur de Parme. C'est un système qu'elle
suivit constamment depuis. On plaçait, auprès du général, deux nobles
pour le surveiller[386]: quelque inconvénient qui pût résulter de
la nature de ces choix, de la méfiance qui les accompagnait, de la
mésintelligence inévitable entre le général et les provéditeurs,
on ne redoutait rien tant que de voir un patricien acquérir cette
influence que donne le commandement des armées. C'est un inconvénient
inhérent au gouvernement aristocratique. Les hommes ne peuvent y
développer toutes les facultés qu'ils ont reçues de la nature; les
uns, parce que la constitution les condamne à n'être rien; les
autres, parce qu'on ne leur permet pas de montrer tout ce qu'ils
valent. Chez un gouvernement ombrageux, le talent est toujours
suspect.

[Note 386: Les fonctions des provéditeurs sont fort bien expliquées
dans la _Vie d'André Gritti_, par Nicolas BARBADICO. «Sunt autem
legati apud Venetos e patricio ordine duo viri, imperatori, qui de
gente peregrinâ semper eligitur, ut eorum consilio quæ ad bellum
pertinent administret, socii attributi; iis invitis aut inconsultis,
imperatori quicquam agere decernereve, quod alicujus momenti sit,
non licet: præcipuum vero munus eorum est publicam pecuniam, quoe
exercitui in stipendium persolvenda est, tractare; rem frumentariam
expedire; quæque in bello gerantur cognoscere e de iis patres
certiores facere; si quem habeant usum in re militari, rem ipsi
plerumque suo ductu gerunt, absente præsertim imperatore.»]

Cette même guerre me donne occasion de faire remarquer une innovation
d'une autre espèce. Le prince de Vérone, en se réconciliant avec
Venise, demanda à être inscrit sur le registre des nobles de cette
république, qui venait de le dépouiller; c'est le second exemple de
l'admission d'un étranger parmi les nobles vénitiens. La maison de
Carrare obtint le même honneur quelques années après[387]. Nous
verrons dans la suite le livre d'or s'honorer du nom des plus grands
princes de l'Europe[388].

[Note 387: Jacobus minor de Carraria, Nicolai filius, Venetiis semper
amicus atque benevolus fuit et ad extremum amicitiam eorum impensiore
studio coluit; cum ob id, quod paci servandæ amicitiisque parandis
apud omnes studebat, tum maxime, quod Nicolaus pater, qui diù
Venetiis habitavit, multam illi et privatim et publicè benevolentiam
comparaverat; quamobrem ultrò citròque in funere complura amoris ac
fidei inter hos merita. In primis namque Veneti, Andreâ Dandulo duce,
Jacobum, cum omni posteritate, civitatis jure, uti optima maximaque
esset, donaverunt: qui honor visus est illis temporibus non exiguus
et monimentum novitèr parti regni non leve. Hujus rei causâ Jacobus,
cum suorum lecto comitatu, ad referendas gratias, Venetias est
profectus; magnoque cum honore et lætitiâ ab eis susceptus est, et
postea quoque amplum ei in urbe eorum palatium, ut benemerito civi
largiti sunt.

(Petri Pauli VERGERII _Carrariensium principum historia_.)]

[Note 388: On en peut voir la liste au commencement de la _Chronique_
de Marin SANUTO.]

Je ne me suis point arrêté aux détails des opérations militaires de
ces quatre campagnes; on dit que Pierre de Rozzi y montra beaucoup
d'habileté. Il y eut peu d'évènements importants. Ce fut une guerre
de positions, dont le récit, pour être utile, devrait être fait avec
une étendue que le plan de cet ouvrage ne comporte pas. Ces détails
appartiendraient moins à l'histoire de Venise qu'à l'histoire de
l'art militaire.

Je me propose aussi de ne raconter que sommairement les moyens par
lesquels la république devint maîtresse de plusieurs provinces dans
le continent de l'Italie. On devine que du moment où Venise convoita
ces provinces, elle prit part à toutes les querelles des petits
états, y sema la division, protégea les uns, combattit les autres,
également dangereuse comme protectrice et comme ennemie, et qu'enfin
elle ne jouit paisiblement de toutes ces possessions qu'après les
avoir acquises et perdues plus d'une fois. Il faudrait quitter et
reprendre tour-à-tour le fil des évènements relatifs à toutes les
villes qui finirent par rester dans le domaine de la république.
Chacune a une longue histoire.

[Note en marge: VII. Barthélemi Gradenigo, doge. 1339.]

François Dandolo occupa le trône pendant onze ans. Le choix qu'on fit
de Barthélemi Gradenigo pour lui succéder, indique assez de quelle
faveur jouissait, dans le grand conseil, le nom du fondateur de
l'aristocratie. Ce nouveau règne, qui dura trois ans, fut troublé par
une révolte de Candie, qui donna lieu à de terribles combats et à des
exécutions plus terribles encore.

On rapporte à l'année de la mort de François Dandolo (en 1339), le
décret qui interdit aux doges la faculté d'abdiquer cette dignité,
à moins d'en avoir reçu la permission du grand conseil. Cela prouve
combien cette couronne avait perdu de ce qui pouvait exciter
l'ambition et l'envie.

On avait déjà ôté aux fils des doges le droit de faire aucunes
propositions dans le conseil; quelques années après, on les déclara
exclus de toutes les magistratures pendant le règne de leur père.

[Note en marge: André Dandolo, doge. 1343.]

André Dandolo, qui fut élu pour succéder à Barthélemi Gradenigo,
n'avait pas borné sa gloire à porter un nom déjà illustre. C'était un
des plus savants hommes de son siècle, et il fut un des princes les
plus sages entre ses contemporains. La supériorité de ses lumières
le fit parvenir de bonne heure aux honneurs que lui promettait sa
naissance. Il n'avait pas encore trente-six ans lorsqu'on l'éleva à
la dignité suprême. Nous lui devons une chronique, qui est le plus
ancien monument de l'histoire de sa patrie.

[Note en marge: VIII. Croisade de Smyrne. 1343.]

Les papes, pour qui les croisades avaient été une si grande occasion
d'étendre leur autorité, n'avaient point renoncé à faire prêcher dans
l'Europe ces fatales expéditions. Clément VI, affligé des progrès
que faisaient les Ottomans, dans la Grèce et dans l'Asie mineure,
parvint à former contre eux une ligue, dans laquelle il ne put
cependant entraîner que les puissances plus spécialement intéressées
à arrêter ces dangereux voisins. C'étaient la république de Venise,
Hugues de Lusignan, roi de Chypre, et les hospitaliers de Saint-Jean
de Jérusalem, alors établis à Rhodes. Cette ligue ne s'annonçait
pas pour devoir être très-formidable; car le pape, dans sa lettre
au grand-maître de Rhodes[389], disait que la chambre apostolique
faisait armer quatre galères, que le roi de Chypre en fournirait
autant, et que le contingent de la république de Venise était fixé
à cinq. En même temps il prescrivait à l'ordre d'en fournir six.
C'était donc en tout une flotte de dix-neuf galères.

[Note 389: _Histoire de Malte_, par l'abbé de VERTOT, liv. 5.]

Le rendez-vous de cette flotte était à Négrepont, à la fin de
l'année 1343, ce qui doit paraître assez étrange, puisque les Turcs
assiégeaient alors cette place. Il est vrai que les historiens
vénitiens assurent que la seule apparition de la flotte de la
république détermina les assiégeants à se rembarquer, et à s'enfuir
précipitamment sans avoir combattu.

Il n'est guère vraisemblable que la vue de cinq galères ait pu
produire un pareil effet; les historiens, qui ont prévu cette
objection, portent le nombre de ces galères à vingt; mais, quoi
qu'il en soit, l'armement des Vénitiens était peu considérable; et
ce qui le prouve, c'est que le commandement de la flotte combinée
ne fut point déféré à Pierre Zeno, leur amiral, mais au Génois
Martin Zacharie, qui commandait les quatre galères du pape. Ce fut
sur la capitane que le patriarche latin de Constantinople, revêtu
du caractère de légat, arbora son pavillon. Adolphe, neveu du roi
de Chypre; Jean de Biadra, prieur de Lombardie, qui conduisait les
galères de la religion; et le général vénitien, firent, sous les
ordres de Zacharie, la première campagne commencée à la fin de 1343,
et qui se réduisit à des courses sur les vaisseaux turcs, fort
profitables à l'amiral génois et même au patriarche.

Les chevaliers, quoiqu'on leur reprochât dès-lors la soif des
richesses, furent indignés de cet esprit mercantile, qui se mêlait
aux soins de la guerre, et qui déshonorait également le prélat et le
général. Ils réclamèrent le commandement pour l'amiral de Rhodes,
et celui-ci proposa aux alliés d'aller attaquer la ville de Smyrne.
Cette ville, que son heureuse situation et la beauté de son port
ont désignée dans tous les temps pour avoir la plus grande part
au commerce du Levant, avait été fréquentée par les Génois et les
Vénitiens, qui regrettaient de s'en voir exclus par les infidèles.

[Note en marge: IX. Prise de Smyrne. 1344.]

Ce fut à la fin de septembre 1344 que la flotte parut devant la
rade. On se distribua les attaques; les Vénitiens se chargèrent de
rompre l'estacade qui fermait le port; les chevaliers assiégèrent la
ville par terre, de concert avec les troupes du pape et celles du roi
de Chypre. Les premiers efforts furent repoussés; mais on multiplia
les assauts, et, le 28 octobre, on emporta la place l'épée à la main.

Toute la population musulmane fut égorgée sans pitié. Le zèle furieux
des croisés alla jusqu'à massacrer les enfants, les vieillards, les
femmes; et, après que ces horreurs eurent souillé leurs armes pendant
plusieurs jours, le légat s'occupa de purifier les temples qui
avaient été convertis en mosquées, et fit sculpter les deux clefs de
l'église sur les portes du château, où on les voit, dit-on, encore.

Les vainqueurs, après ce succès, devaient songer à se mettre en
état de défense; on fit beaucoup de travaux autour de la place. Des
vaisseaux y vinrent de divers ports de la Méditerranée, amenant des
renforts, apportant des munitions; et, pendant qu'on s'occupait à
Smyrne de ces préparatifs, l'escadre du pape et celle de Venise
allèrent ravager les côtes voisines, et désoler le commerce des
Ottomans.

[Note en marge: X. Les croisés y sont assiégés. 1345.]

À peine les croisés étaient-ils en possession de cette conquête,
qu'ils virent se déployer autour de leurs remparts une armée
conduite par Morbassan, l'un des lieutenants de l'émir d'Ionie. On
ne peut guère concilier la prise de Smyrne, par dix-neuf galères,
avec ce que les historiens racontent de la puissance de ce prince.
Selon les uns[390], cet émir était sorti de cette même ville, peu
de temps avant l'attaque des chrétiens, sur une flotte de trois
cents voiles et avec une armée de vingt-neuf mille hommes. D'autres
assurent que Morbassan commandait une infanterie innombrable et
trente mille chevaux. Sûrement il y a beaucoup à rabattre de toutes
ces exagérations; et il le faut bien, puisque les troupes turques se
consumèrent, pendant trois mois, en efforts infructueux devant cette
place. On dit même que l'émir, qui était venu pour les diriger en
personne, fut tué dans un de ces combats.

[Note 390: Nicéph. GREG., l. 12,7; liv. 13, 4--10; liv. 14,1--9; liv.
16, 6; et CANTACUZÈNE, liv. 3.]

Morbassan, soit qu'il eût besoin d'étendre son armée pour la faire
subsister, soit qu'il jugeât ces vaillants assiégés capables d'une
imprudence, ne laissa autour de la ville qu'un corps peu nombreux
pour la bloquer, et retira la plus grande partie de son armée à
quelque distance.

Les croisés, jugeant l'occasion favorable pour faire lever
entièrement le siége, firent, le 17 janvier 1345, une vigoureuse
sortie, fondirent sur les lignes des Ottomans, tuèrent tout ce qui
voulut tenir ferme, mirent le camp au pillage; et le légat, pour
rendre grâces à Dieu de cette victoire, commença à célébrer la messe
au milieu des tentes et sur les débris de l'armée des infidèles: mais
il fallait que Morbassan fût bien peu éloigné, et que l'imprudence
des chrétiens fût extrême; car, pendant le saint sacrifice l'armée
ottomane tout entière tomba sur les chrétiens et les enveloppa.

Le patriarche, jetant ses habits pontificaux, prit le casque et
l'épée: Zeno, Zacharie, Adolphe, rassemblant leurs soldats, Fleur
de Beaujeu, à la tête des chevaliers de Rhodes, se précipitèrent
au milieu des Turcs, sans espoir de se faire jour au travers de
cette multitude, et tombèrent l'un après l'autre percés de coups. À
peine quelques-uns de ceux qui avaient pris part à cette brillante
et funeste sortie, purent regagner leurs remparts où cette perte
répandit la consternation[391].

[Note 391: Voyez, sur cette croisade, les fragments historiques que
MURATORI a insérés dans le IIIe vol. de ses Dissertations sur les
antiquités du moyen âge, p. 353.]

[Note en marge: XI. Ils rendent la place. 1346.]

Cependant les restes de cette petite armée, privée de la plupart de
ses généraux, ne songeaient point à se rendre. Ils se fortifièrent,
demandèrent des secours en Europe, les attendirent, n'en reçurent
que de très-insuffisants, et ce ne fut que deux ans après qu'ils
entrèrent en négociation avec les Turcs; encore ne le firent-ils
que lorsqu'ils en eurent reçu la permission du pape. Le pape ne
consentait point à une paix avec les infidèles, mais il approuva
qu'on signât une trêve. Les Vénitiens eurent l'habileté de saisir
cette occasion, pour conclure avec l'émir un traité de commerce
plus avantageux pour eux que tout ce qu'ils auraient pu espérer des
victoires les plus signalées.

[Note en marge: Trêve et traité de commerce avec les infidèles.]

Par ce traité, les Turcs s'obligèrent à respecter désormais le
pavillon de la république, à ne point attaquer ses colonies; tous les
ports de l'Asie mineure, de la Syrie et de l'Égypte furent ouverts
à ses vaisseaux. On y établit des comptoirs; un consul vénitien
fut reçu à Alexandrie; et tandis que les Génois achetaient les
marchandises de l'Inde et de l'Asie, au fond de la mer Noire, les
Vénitiens allèrent les chercher à l'isthme de Suez. Le commerce est
comme les fleuves, il s'ouvre des canaux par-tout où il peut se faire
jour. Mais, à cette époque, on se faisait un scrupule d'entretenir
même des relations commerciales avec les infidèles. Il fallut
solliciter, pour l'exécution de cette convention, une permission du
pape, qui en limita la durée à cinq ans, et n'autorisa que l'envoi de
dix vaisseaux par an[392].

[Note 392: Furono firmati i capitoli con certe condizioni, le quali,
per non esser molto lecite, massime di aver commercio christiani con
infedeli i nostri facendosi conscienza, mandarono due ambasciadori
a papa, i quali impetrarono che per anni cinque prossimi si potesse
in Alessandria e nelle altre terre de' Mori mandare sei galere al
viaggio e quattro navi, e così in Soria per mercatantare colle
condizioni conchiuse col soldano.

(Marin SANUTO, _Vite de' duchi_, A. Dandolo.)]

[Note en marge: XII. Révolte de Zara. 1346.]

Cette même année, c'est-à-dire en 1346, les Zaretins, excités par
le roi de Hongrie, secouèrent encore le joug de la république; ces
révoltes fréquentes ne prouvent pas tant l'inconstance des sujets
que l'injustice des maîtres[393]. Marc Justiniani, qui fut envoyé
avec vingt-sept mille hommes[394] pour les soumettre, les assiégea
d'abord sans succès. Les Zaretins coulèrent leurs propres vaisseaux
dans le port, pour le rendre inaccessible aux galères ennemies.
Les Vénitiens battirent la place avec des efforts qui paraîtraient
aujourd'hui incroyables. Il y avait dans leur armée un mécanicien
nommé maître François delle Barche, qui était parvenu à construire
des machines capables, dit-on[395], de lancer des blocs du poids de
trois mille livres; il peut y avoir de l'exagération dans ce récit,
quoiqu'on en conte à-peu-près autant des machines que les Génois
employèrent, quelques années après, au siége de Chypre[396]. La
difficulté de concevoir l'extraction, le transport, le jet de ces
masses énormes, nous porte à refuser toute croyance à des faits
qui semblent appartenir à la guerre des géants; mais ces détails
n'en donnent pas moins une idée de l'état de la balistique et de
la puissance à laquelle l'industrie humaine était déjà parvenue.
On ajoute que l'auteur de cette invention en fut une des premières
victimes, et qu'au moment où il disposait une de ces catapultes,
elle partit et le lança lui-même au milieu de la ville qu'il voulait
écraser.

[Note 393: Il existe une histoire de ce siége par un auteur
contemporain, dont le nom est demeuré inconnu: elle a été publiée
pour la première fois en 1796, par le savant bibliothécaire de
Saint-Marc, M. MORELLI, dans un volume intitulé: _Monumenti veneziani
di varia litteratura_. Voici comment l'auteur parle de la révolte
des Zaretins: «La città di Zara si trovava sotto la dizione e
benignità ducale: improvvisamente diventò arrogante e molto ingrata
dei beneficii ricevuti; e non conoscendo se stessa, ebbe tanta
presunzione di partirsi dal vero suo prencipe e da così amabile
signore, a cui servire è piuttosto regnare.»]

[Note 394: _Annali veneti_ di Julio FAROLDO. Il ajoute que sur ce
nombre il y avait quatre mille arbalétriers.

On va savoir tout-à-l'heure pourquoi il en fallait tant.]

[Note 395: _Storia dell' assedio e della ricupera di Zara fatta da'
Veneziani nell' anno 1346, scritta da autore contemporaneo._ C'est le
titre de l'ouvrage que je viens de citer.]

[Note 396: Voici la note de M. Morelli sur ce passage:

«Li meccanici di que' tempi, mancanti della polvere da fuoco, che
venne poi ben tosto a far nascere strumenti di distruzione molto
più efficaci, s'industriavano di trovar macchine da gettar sassi
di quanto maggior peso potevano. Una chiamata Troia ne avevano i
Genovesi l'anno 1373 all' assedio di Cipro, di cui s' è fatta questa
memoria da Giorgio Stella, negli annali di Genova: _Fuerunt latæ
machinæ plures magni ponderis lapides jacientes, et præ aliis machina
una quæ Troia vocata, jaciens lapidem ponderis, quod cantariorum
duodecim usque in decem octo vocatur._ Il peso di un cantaro
genovese era di libbre cencinquanta, secondo Alessandro de' Passi
nella tariffa de' pesi e misure stampata in Venezia l'anno 1503; e
il Ducange nel glossario lo conferma: ciò si osserva affinchè allo
scrittore nostro più facilmente venga creduto.»

La livre vénitienne équivalant à 477 millièmes de kilogramme, il en
résulte que les machines employées au siége de Chypre, lançaient des
poids de 1287 kilogrammes, et celles du siége de Zara de 1421; mais
je ne sais pas si en 1346 le poids de la livre de Venise était le
même que dans ces derniers temps.]

[Note en marge: Les Vénitiens battent l'armée du roi de Hongrie.]

Ces moyens d'attaque devaient être lents, dispendieux et d'un
effet très-incertain; l'opiniâtreté des assiégés était soutenue par
les secours qui leur avaient été promis. On annonçait que le roi
de Hongrie marchait, pour les délivrer, à la tête d'une armée de
quatre-vingt mille hommes; son approche obligea les Vénitiens à se
renfermer dans leurs lignes, et à s'y fortifier. Ils y manquaient
d'eau, il fallut en faire venir de Venise. Marin Falier, qui
depuis fut doge, et qui avait pris le commandement du siége, fit
faire des retranchements en bois en avant de son camp. Bientôt les
Hongrois se déployèrent autour de l'armée vénitienne, l'attaquèrent
avec impétuosité; mais repoussés dans plusieurs assauts donnés
coup-sur-coup, et ayant perdu sept à huit mille hommes, ils se
retirèrent dans leur pays.

L'armée victorieuse reprit les opérations du siége avec autant
de vigueur que de constance, força les rebelles de se rendre à
discrétion, après une résistance de plus de six mois, et le général
usa des droits de la victoire avec une noble modération[397].

[Note 397: Tel est le témoignage que lui rendent la plupart des
historiens; cependant l'auteur anonyme de la Chronique d'Este, lui
attribue un trait de cruauté. Selon cette chronique, Justiniani
défendit aux Zaretins, non seulement de se montrer avec des armes,
mais même d'en avoir chez eux. Quelques nobles ayant enfreint cette
défense, il leur demanda de quel droit ils osaient se montrer armés:
parce que nous sommes gentilshommes, répondirent-ils; et sur cette
réponse, le gouverneur vénitien leur fit trancher la tête.

(_Rerum italicarum scriptores_, tom. XV, p. 433.)]

Cette guerre, ou plutôt ce siége, coûta à la république plus de trois
millions[398] de ducats, c'est-à-dire dix-huit millions de notre
monnaie. Le gouvernement se vit obligé de recourir à des emprunts
forcés, répartis suivant la fortune présumée des citoyens.

[Note 398: Si ha nel pubblico archivio che per questa travagliosa
guerra tre millioni di ducati fossero spesi.

(_Histoire de_ Paul MOROSINI, liv. II.)

Per questa guerra di Zara ch' era da ducati quaranta in sessanta mila
al mese, que' di terra valevano ducati sedici mila al mese, e poi la
spesa di trenta galere, furono spesi più di trè millioni di ducati,
onde fù caricata di molto la camera degli imprestiti.

(Marin SANUTO, _Vite de' duchi_, And. Dandolo.)]

Puisque la république s'obstinait à vouloir garder Zara et Candie,
elle aurait épargné beaucoup de sang et de trésors, en faisant
construire dans ses colonies de bonnes forteresses, et en y
entretenant constamment une garnison suffisante pour contenir la
population.

Jacques Carrare, alors seigneur de Padoue, avait fourni quelques
secours aux Vénitiens pour cette guerre; il vint à Venise, où il fut
reçu avec de grands honneurs. Toute la noblesse alla à sa rencontre,
et le doge lui dit: «Nous vous admettons parmi nos concitoyens, vous
et votre postérité.» Carrare, en cette qualité, prêta serment de
fidélité à la république. On lui donna un festin où des vases d'or
et d'argent furent étalés; et, pour manifester sa joie, il donna la
liberté à un grand nombre de ses serfs ou de ses esclaves[399].

[Note 399: _Historia Gulielmi et Albrigeti Cortusiorum de novitatibus
Paduæ,_ lib. 9, cap. 5.]

[Note en marge: XIII. Calamités de Venise. 1348.]

[Note en marge: Tremblement de terre.]

Le 25 janvier de l'an 1348, Venise éprouva un violent tremblement
de terre dont les secousses, réitérées pendant quinze jours,
renversèrent plusieurs édifices, notamment trois clochers, et
répandirent la terreur parmi les habitants. On dit qu'un tremblement
de terre se fit ressentir, vers la même époque, dans le royaume
de Casan. À cette calamité en succéda une autre plus grande. Des
Génois apportèrent en Sicile, des bords de la mer Noire, une maladie
contagieuse, premier fruit peut-être du commerce avec les Turcs. La
peste, car c'était ce terrible fléau, gagna la Toscane, puis le nord
de l'Italie, et s'étendit jusqu'à Venise, où elle fit d'effroyables
ravages; enfin elle passa les Alpes, couvrit toute l'Europe, et alla
dépeupler l'Islande.

On commença à la remarquer à Venise dans les premiers jours du
printemps; l'intensité du mal fit des progrès jusqu'à la fin d'avril;
il se soutint à son plus haut période pendant les mois de mai et
de juin. Ensuite sa fureur parut se ralentir et s'éteignit enfin
peu-à-peu.

C'est cette même peste dont Bocace a fait la description; il assure
qu'elle n'emporta pas moins de cent mille personnes dans Florence.
Naples perdit soixante mille de ses habitants; Sienne, quatre-vingt;
Gênes, quarante: on a prétendu que ce fléau avait enlevé les trois
cinquièmes de la population de l'Europe.

Il est fort difficile d'évaluer avec quelque précision la perte que
cette calamité de six mois fit éprouver à la population de Venise.
Les historiens vénitiens se bornent à nous dire que le nombre des
membres du grand conseil se trouva réduit de 1250 à 380. Cela paraît
une exagération, parce qu'à cette époque le grand Conseil n'était pas
si nombreux; mais il en résulte toujours que la noblesse perdit au
moins la moitié de ses membres, et par conséquent que la population
non-noble dut perdre proportionnellement encore davantage.

[Note en marge: XIV. Puissance des Génois en Orient.]

Le trône de Constantinople avait été occupé successivement par
plusieurs empereurs du nom de Paléologue. Un seigneur, qui était
parvenu à la plus haute faveur du prince, s'éleva de la charge de
grand domestique à celle de général, de ministre, puis de tuteur d'un
empereur en âge de minorité, puis enfin il devint son collègue et son
compétiteur: le nom de cet ambitieux était Jean Cantacuzène.

Les Génois prêtèrent leur secours au fils des Paléologues. Ce secours
avait tous les caractères de la protection, et ils se le firent payer
par de nouvelles concessions, qui consolidaient leurs établissements
sur toutes les côtes de l'empire d'Orient. Théodosie avait bravé
pendant deux ans toutes les attaques du kan des Tartares. Péra était
devenue une véritable forteresse. Maîtres de l'étroit passage par
lequel on pénètre dans la mer Noire, ils voulurent s'arroger, sur
cette mer, la souveraineté que les Vénitiens avaient usurpée sur
l'Adriatique, y percevoir des droits sur tous les vaisseaux qu'ils
voudraient bien y laisser pénétrer, et en interdire l'entrée à tous
les bâtiments de guerre, même à ceux de l'empereur grec, leur
allié[400]. Leur droit fut reconnu par le soudan d'Égypte, à qui
ils accordèrent la permission d'envoyer tous les ans un vaisseau
sur la côte de Circassie pour l'achat des esclaves. On a dit qu'ils
retiraient annuellement de leurs douanes quatre millions de notre
monnaie[401], et qu'ils en abandonnaient à peine un dixième à
l'empereur. Ce produit de l'impôt peut donner une idée de ce qu'était
ce commerce.

[Note 400: Ces audacieux républicains coulèrent bas un vaisseau de
Constantinople, qui avait osé pêcher à l'entrée du port, ils en
massacrèrent l'équipage et poussèrent l'insolence jusqu'à demander
satisfaction, quand ils auraient dû solliciter le pardon de cet
odieux, brigandage.

(_Histoire de la décadence de l'empire romain_, par GIBBON, chap,
63.)]

[Note 401: Nicéphore GREGORAS liv. 17, de l'_Histoire Byzant._, ch.
1, dit trois cent mille pièces d'or. Gibbon a expliqué, dans le
chapitre 17 de son _Histoire de la décadence de l'empire romain_, que
la livre d'or de cinq mille deux cent cinquante-six grains poids de
Troys, se divisait en soixante-douze pièces ou bisants: l'or valait
quatorze fois et demie un poids égal d'argent.]

Les historiens rapportent un fait qui paraît se lier avec les
évènements qui vont suivre. Ils disent qu'un des marchands génois ou
vénitiens, établis à Tana, eut querelle avec un Tartare et en reçut
un soufflet qu'il vengea sur-le-champ en perçant l'agresseur de
son épée. Les Tartares s'en prirent à toute la colonie européenne,
pillèrent les comptoirs et massacrèrent plusieurs chrétiens. Les
Vénitiens et les Génois convinrent de cesser toute communication
avec cette côte barbare, pour faire repentir leurs ennemis de cette
rupture, par l'interruption de tout commerce; mais les Vénitiens, à
qui les Tartares étaient moins odieux que les Génois, ayant renoué
secrètement leurs relations avec les premiers, les autres voulurent
tirer vengeance de cette infidélité.

[Note en marge: Ils saisissent tous les vaisseaux vénitiens. 1348.]

On apprit à Venise, sur la fin de 1348, que tous les vaisseaux
sortis de ce port, ou des diverses colonies, pour trafiquer dans
la mer Noire, venaient d'être saisis par les Génois. Malgré l'état
déplorable auquel la peste venait de réduire la république, on ne
voulut pas laisser cette insulte impunie.

[Note en marge: XV. La flotte génoise surprise à Caristo. 1349.]

Une flotte de trente-cinq galères, sous le commandement de Marc
Ruccinio et de Marc Morosini, mit à la voile pour devancer, dans
l'Archipel, une escadre génoise dont on avait appris le départ.
À la hauteur de Négrepont, une tempête, qui assaillit la flotte
vénitienne, l'obligea de relâcher à Caristo. Elle cherchait un asyle
dans cette baie, et, en s'y présentant, elle vit à l'ancre quatorze
navires génois chargés de troupes, qui allaient renforcer la garnison
de Péra.

Ruccinio, se hâtant de profiter de l'occasion que la fortune lui
offrait, disposa son armée en ligne dans toute l'ouverture de la
rade, depuis l'un des caps qui la formaient jusqu'à des ressifs qui
environnaient le promontoire opposé. Il mit rapidement des troupes à
terre, pour aller prendre poste derrière l'escadre ennemie, couper
toute retraite aux équipages et attaquer du rivage les vaisseaux qui
seraient à la portée des armes de trait.

Les Génois, surpris dans cette situation désavantageuse par des
forces si supérieures, se préparèrent vaillamment au combat; Philippe
Doria, leur général, remarqua que les Vénitiens n'avaient pas osé
occuper l'intervalle rempli de ressifs; il ne pouvait se flatter
de leur résister, il conçut l'espoir de leur échapper. La marée
montait en ce moment, car elle n'est pas insensible dans cette mer.
Les quatorze navires génois soutinrent long-temps le choc de toute
la flotte vénitienne, et les décharges des troupes débarquées;
tout-à-coup ils déployèrent leurs voiles, et, se jetant au milieu des
rochers dont un côté de la rade était hérissé, ils s'avancèrent pour
passer un à un entre la côte et la flotte ennemie.

Cette manoeuvre frappa les Vénitiens d'un tel étonnement, que quatre
des bâtiments génois étaient déjà hors de la baie avant qu'on se fût
opposé à leur passage. Morosini, pour couper la retraite aux autres,
hasarda sa propre galère, et vint se mettre lui-même en travers des
ressifs parmi lesquels ils voulaient passer.

Alors il ne resta plus aux Génois aucun espoir de retraite; entourés,
assaillis, ils virent successivement les dix vaisseaux qui restaient
pris à l'abordage.

L'amiral vénitien, impatient de courir après les quatre galères qui
s'étaient échappées, voulut en vain rétablir l'ordre dans sa flotte
et rappeler ses gens à leurs postes; ils étaient occupés à piller
les bâtiments capturés; furieux de leur désobéissance, il fit mettre
le feu aux vaisseaux génois, pour forcer ses matelots à revenir sur
les leurs. Cinq de ces vaisseaux furent consumés, cinq restèrent au
pouvoir des vainqueurs; on ne put atteindre les quatre qui avaient
déjà gagné la haute mer.

Cet heureux évènement excita dans Venise les transports de joie que
fait éclater l'apparence d'un retour de la fortune. Quoique cette
victoire ne fût pas aussi glorieuse que beaucoup d'autres qui avaient
illustré les armes vénitiennes, on voulut en perpétuer le souvenir
par une cérémonie annuelle, qui avait lieu le 29 août. La flotte
cependant rentra dans le port sans avoir obtenu d'autre succès,
et après s'être présentée inutilement devant Péra que les généraux
jugèrent à l'abri de leurs attaques.

[Note en marge: XVI. Triple alliance contre les Génois. 1350.]

Il était aisé de prévoir que la campagne prochaine serait plus
difficile. On chercha à former des alliances pour susciter aux Génois
de nouveaux ennemis. Dans la guerre civile de l'empire d'Orient, ils
tenaient pour Paléologue. Gantacuzène devait par conséquent entrer
avec joie dans la ligue des Vénitiens; cependant il hésitait, n'osant
se commettre avec ses dangereux voisins; ceux-ci se chargèrent
eux-mêmes de faire cesser son irrésolution. L'art de la balistique
était porté à cette époque à un degré de perfection tel, que les
Génois s'avisèrent de lancer, de Péra sur Constantinople, avec leurs
machines, de gros blocs de pierre. Cette insulte excita des plaintes,
ils y répondirent en réitérant. Cantacuzène irrité sortit de sa
circonspection, et signa le traité que les Vénitiens lui proposaient.

Le roi d'Arragon avait eu souvent des démêlés avec la république de
Gênes pour la possession de la Sardaigne et de la Corse; Venise lui
envoya des ambassadeurs, et on le détermina facilement à joindre une
escadre de vingt-quatre galères à la flotte de la république.

Pendant que cette triple alliance se formait, un amiral génois, avec
dix galères, se présentait devant Négrepont, prenait de vive force
la capitale de cette île, délivrait un millier de prisonniers que
Morosini y avait laissés, et mettait le feu à la ville.

Ce n'était là que le prélude de plus grands évènements.

[Note en marge: 1351.]

Le désir de prévenir l'ennemi fit sortir la flotte vénitienne de
ses ports un peu avant l'équinoxe d'automne de 1351. Elle était
composée de trente galères et d'un grand nombre de vaisseaux de
toute grandeur. Nicolas Pisani, qui passait pour un des plus habiles
marins de ce temps-là, en était l'amiral, et avait pour lieutenant
Pancrace Justiniani. Cette flotte opéra sa jonction avec celle
d'Arragon. Elles faisaient route ensemble vers Constantinople,
lorsque, en entrant dans l'Archipel, elles furent accueillies d'une
furieuse tempête. Une des galères vénitiennes s'entr'ouvrit et fut
submergée; quelques-unes furent brisées contre des rochers, d'autres
jetées jusque sur la côte de Sicile; celles qui purent gagner le
port de Modone dans la Morée, s'y réfugièrent, mais dans un état si
déplorable qu'elles ne pouvaient reprendre la mer sans de grandes
réparations. L'armée combinée avait perdu dans cette tempête deux
vaisseaux catalans et sept vénitiens.

Gênes avait préparé non sans d'étonnants efforts, une armée capable
de résister à de si puissants armements. Soixante galères,
commandées par Pagan Doria, vinrent tenter d'enlever pour toujours la
colonie de Négrepont à la république de Venise. Heureusement Pisani,
qui avait pénétré le dessein de l'ennemi, se jeta dans cette île avec
toutes ses troupes pendant qu'on radoubait sa flotte à Modone, et
força les Génois à se rembarquer avec perte de quinze cents hommes,
et le regret d'avoir manqué l'occasion que leur offrait, pendant
cette campagne, l'inaction forcée de la flotte combinée.

[Note en marge: XVII. Bataille des Dardanelles. 1352.]

Au commencement de 1352, les alliés traversèrent l'Archipel,
le détroit des Dardanelles, la Propontide, et découvrirent les
soixante-quatre Galères de Pagan Doria, rangées en bataille dans le
canal du Bosphore, pour leur disputer l'entrée de Constantinople.

Les courants forcèrent le général génois, qui avait pris cette
position pour ôter aux ennemis l'avantage du nombre, à serrer la
côte d'Asie, ce qui laissa l'entrée du port de Constantinople libre
aux alliés. Les Vénitiens avaient porté le nombre de leurs galères
à trente-sept; les Catalans en avaient armé trente, et l'empereur
Cantacuzène avait fourni un faible contingent de huit.

L'attaque commença vers le soir; on ne voulait pas donner aux Génois
le temps de choisir une meilleure position, Doria faisait des signaux
à son armée, pour la réunir dans une baie où la mer était moins
agitée. Cette manoeuvre commençait à s'exécuter lorsque le combat
s'engagea sur toute la ligne. Les Catalans pressaient des vaisseaux
embossés au milieu des écueils, et trois galères vénitiennes
entouraient la capitane que montait l'amiral génois. Le choc fut
violent et soutenu avec intrépidité. Les flottes de quatre nations
combattaient à la vue de l'Europe et de l'Asie.

À l'approche de la nuit six galères grecques prirent la fuite, sans y
avoir été forcées par aucune circonstance qui fît pencher la victoire
en faveur de l'ennemi.

Les Vénitiens et les Catalans ne furent que médiocrement étonnés, et
nullement découragés par cette défection. La nuit était commencée,
et la bataille continuait entre soixante-neuf galères d'un côté, et
soixante quatre de l'autre. C'étaient des forces à-peu-près égales;
car on dit que les vaisseaux génois surpassaient alors en grandeur
ceux des autres nations. Les courants avaient déjà mis le désordre
dans les deux armées.

Une tempête qui s'éleva n'empêcha point les combattants de s'acharner
à s'entre-détruire au milieu des ténèbres, et pendant le violent
orage qui multipliait les dangers. Dans cette obscurité profonde leur
fureur n'avait plus pour guide que les feux des vaisseaux; mais
on ne pouvait se reconnaître qu'après s'être combattu, et il n'y
avait pas moyen d'éviter les écueils dans une mer si fougueuse et
si resserrée. Enfin, après une longue nuit d'hiver, car on était au
13 février, le jour vint éclairer cette scène de carnage. On voyait
la mer couverte de débris, presque toutes les galères désemparées,
treize vaisseaux génois échoués sur les côtes voisines, six avaient
été entraînés vers la mer Noire; d'autres, abandonnés de leurs
équipages, erraient sur les vagues encore mugissantes. Chacun des
deux partis apprit que plusieurs de ses galères étaient tombées au
pouvoir de l'ennemi, en les reconnaissant dans la ligne opposée. Il
y en avait que l'on cherchait vainement des yeux; elles avaient été
englouties. La flotte génoise se trouvait diminuée de treize galères.
Les alliés en avaient perdu le double: quatorze vaisseaux vénitiens,
dix arragonais et les deux grecs qui n'avaient pas pris la fuite,
avaient été pris, brûlés ou submergés. Les Arragonais avaient fait
des prodiges de valeur. Ponsio de Santa Paz, leur général était au
nombre des morts, et parmi les Vénitiens on regrettait Pancrace
Justiniani, Thomas Gradenigo, Étienne Contarini, Jean Steno et Benoît
Bembo. Les Génois avaient acheté la victoire par des torrents de sang
patricien; car on dit qu'ils perdirent sept cents nobles dans cette
terrible bataille. Pisani fit voile le même jour pour sortir des
Dardanelles, laissant à-peu-près deux mille prisonniers au vainqueur,
qui, maître désormais de cette mer où il avait si fièrement combattu,
obligea bientôt Cantacuzène à se détacher de la triple alliance, et à
exclure les Vénitiens de tout commerce dans ses ports.

Séparées après un combat si sanglant, les flottes des deux nations
tournèrent leurs forces contre les vaisseaux isolés qui s'étaient
hasardés sur les mers. Tandis que l'amiral vénitien infestait
l'Archipel, des galères génoises pillaient tout ce qu'elles
rencontraient dans l'Adriatique. La multitude de blessés que Pisani
débarqua dans l'île de Candie y occasionna une maladie contagieuse.
Les Génois, qui vinrent attaquer cette colonie, contractèrent le mal,
et, dans le trajet de la Canée en Italie, ils eurent à jeter quinze
cents cadavres à la mer.

[Note en marge: XVIII. Bataille de Cagliari.]

Doria avait ramené sa flotte à Gênes; Pisani et Caprario, nouvel
amiral des Arragonais, résolurent d'aller la combattre de nouveau à
la vue de son propre port. Les Génois, qui ne les croyaient pas si
près d'eux, sortirent sous la conduite de Grimaldi, qui avait à ses
ordres cinquante-deux galères. Ils aperçurent vers le cap de Cagliari
vingt-deux voiles; c'était l'escadre d'Arragon, dans laquelle il
y avait trois grands vaisseaux portant chacun quatre cents hommes:
la flotte de Venise s'était tenue hors de la vue des Génois pour
les attirer au combat. Grimaldi s'élança sur les Espagnols qu'ils
croyaient avoir surpris. Ceux-ci reçurent la bataille sans hésiter,
et à peine était-elle engagée, qu'une quarantaine de bâtiments
vénitiens tournèrent le cap, se montrèrent, et fondirent sur l'armée
génoise aux prises avec les Catalans. Les ennemis firent de vains
efforts pour se dégager. Les Vénitiens sautèrent à l'abordage,
trente-une galères tombèrent en leur pouvoir, avec quatre mille
cinq cents prisonniers; plusieurs autres furent détruites. C'était
célébrer glorieusement l'anniversaire de la bataille de Caristo, et
réparer la défaite des Dardanelles; mais l'animosité des vainqueurs
déshonora la victoire. Il n'est que trop attesté qu'ils eurent
l'infamie de jeter leurs prisonniers à la mer. Quelques-uns des
historiens qui rapportent ce combat disent que des deux côtés on
avait enchaîné les galères les unes aux autres, en en laissant
seulement quelques-unes libres pour voltiger sur les ailes.

La fortune de Gênes venait d'être changée en un instant. Ses
prospérités s'étaient évanouies, et avaient fait place à un deuil
universel. La consternation des Génois fut si grande, quand ils
virent de toute cette belle flotte une seule galère, celle de
l'amiral, rentrer dans le port, qu'ils désespérèrent de leur liberté;
mais ils ne voulurent pas du moins renoncer à la vengeance.

[Note en marge: XIX. Gênes se donne à Jean Visconti.]

À cette époque la couleuvre des Visconti, comme disent les historiens
italiens, engloutissait tous les peuples du nord de l'Italie[402].
Les Génois, par une de ces résolutions précipitées, que conseille le
désespoir et qu'amène la discorde intérieure, cherchèrent leur salut
dans la servitude. Ce peuple si impatient de tout espèce de joug, se
donna à Jean Visconti archevêque de Milan, qui régnait alors sur la
Lombardie, et sur une partie du Piémont.

[Note 402: Les Visconti portent pour armes une couleuvre qui dévore
un enfant.]

Celui-ci, empressé de satisfaire la passion d'un peuple qui s'était
donné à lui, tira du trésor de Milan toutes les sommes nécessaires
pour l'armement d'une nouvelle flotte. Cependant, trop prudent pour
partager l'animosité des Génois contre les Vénitiens, qui déjà
s'étaient rendus redoutables sur terre comme sur mer, il envoya
offrir la paix à la république, en demandant que, dans tous les cas,
ses anciens états fussent considérés comme neutres.

Le négociateur de Visconti était l'homme le plus célèbre de
l'Italie. C'était le poëte Pétrarque, à qui nous devons encore plus
pour la part qu'il a eue à la renaissance des lettres, que pour les
beaux vers qu'il nous a laissés.

Pétrarque avait déjà des relations littéraires avec Dandolo; mais
il traita cette négociation en rhéteur, et le doge, en admirant son
éloquence, rejeta ses propositions[403].

[Note 403: L'excellente _Histoire littéraire de l'Italie_ de M.
GINGUENÉ m'appris que l'on conserve à Vienne, parmi les _manuscrits
de la bibliothèque impériale_, la harangue que Pétrarque prononça à
cette occasion.]

[Note en marge: XX. Les Vénitiens lui déclarent la guerre. 1354.]

La république déclara la guerre à Visconti. Tout-à-coup quelques
galères génoises se montrèrent dans le golfe, pillèrent les îles de
Faro et de Curzola, ravagèrent les côtes de la Dalmatie, de l'Istrie,
et échappèrent par un prompt départ, à l'escadre qu'on envoyait à
leur poursuite.

Pisani eut ordre de mettre à la voile. Il rassembla trente vaisseaux,
et alla croiser dans la mer de Gênes. Pagan Doria avait trente-trois
galères. Il ne voulut pas que le sort de sa patrie fût commis une
seconde fois au hasard d'une bataille; il manoeuvra de manière à
éviter l'ennemi, et arriva dans la mer de Venise, pendant que
son rival était encore sur les côtes de Sardaigne. L'apparition
inattendue d'une armée considérable répandit la terreur dans les
parages de l'Adriatique. Venise ignorait où était l'armée qui aurait
pu la défendre, et se trouvait exposée aux attaques d'un ennemi
audacieux. On apprenait tantôt que les Génois étaient sur la côte
d'Istrie, tantôt qu'ils avaient intercepté des bâtiments de commerce
richement chargés, le lendemain qu'ils se dirigeaient sur Venise,
qu'ils ravageaient les côtes opposées, enfin qu'ils avaient pris
et mis en cendres la ville de Parenzo, au fond du golfe. Toute la
population de Venise était sous les armes. La milice veillait sur
les bancs de sable les plus avancés dans la mer. L'effroi qu'inspira
l'approche des Génois fut tel que la capitale n'osa plus s'en fier à
ses vaisseaux du soin de sa défense contre une agression étrangère,
et qu'une forte chaîne de fer fut tendue entre les deux châteaux qui
gardent la passe du Lido[404].

[Note 404: Ne deve recar maraviglia se sul porto della dominante
veniva posta la catena essendochè nella insigne profondità che
allora aveva la fuosa, e nell'esser diretta quasi al levante, poteva
dirsi un porto aperto all'ingresso di qualunque naviglio anche
armato e carrico. È vero che le armate della repubblica abbastanza
assicuravano il golfo e coprivano la reale metropoli dagli insulti
de' nemici aperti, ma essendo l'anno 1331, il mare ripieno di corsari
contro i quelli aveva infelicemente combattutto a mezzo l'Adriatico
Tommaso Viaro, ciò fù motivo anche di riccorrere alle più intorne
e riservate di fese per l'indemnità di Venezia. Furono i Genovesi
quelli che rubando scorrevano il mare. Raconta la cronica inedita,
parlando del doge Andrea Dandolo, «In suo tempo per causa de'
Zenovesi al tempo delle guerre, e Massime quando l'armada venne in
Istria, fù tirada una cadena grossa di ferro alli do castelli al
lido. Ciò fù nel 1353.»

(_Memorie storiche dello stato antico e moderno delle lagune di_
Bernardino ZENDRINI, lib. I, p. 37.)]

Une multitude de petites embarcations étaient envoyées de tous côtés
pour observer les mouvements de l'ennemi, pour en porter l'avis sur
les points menacés, et l'on expédiait, coup-sur-coup, des bâtiments à
l'amiral vénitien pour l'appeler au secours de la capitale.

Pisani arrivait à toutes voiles; mais Doria, qui n'avait pas à
beaucoup près des forces suffisantes pour tenter une entreprise
sérieuse contre une ville comme Venise, venait de sortir de
l'Adriatique sans le rencontrer.

Ce fut au milieu de ces circonstances que, le 7 septembre 1354,
mourut le doge André Dandolo, laissant un honorable souvenir de
ses vertus, de sa sagesse, de ses lumières, et un recueil de lois
qui porte son nom[405]. Il fut le dernier prince de Venise enterré
dans l'église de St.-Marc. Le sénat ordonna qu'à l'avenir les doges
choisiraient ailleurs leur sépulture. Peut-être est-ce à la mort
tragique du successeur de Dandolo qu'il faut attribuer ce réglement.

[Note 405: Je l'ai connu ce doge, disait Pétrarque (_Variorum Epist._
19), je l'ai connu pour un juste incorruptible, rempli de zèle et
d'amour pour son pays, et de plus, savant homme, doué d'une rare
éloquence, sage, affable et humain.]

Ces deux grands hommes de mer, qui depuis quelques années balançaient
la fortune de Venise et de Gênes, Pisani et Doria, parcoururent les
eaux de la Sicile sans avoir occasion d'engager un combat général.

Pendant ce temps-là les négociations avaient été reprises. Le
gouvernement vénitien voulait traiter avec avantage; il attendait les
évènements, et cependant il avait recommandé à son amiral de ne pas
se compromettre.

Pisani, pour faire reposer ses équipages, et radouber ses vaisseaux,
relâcha dans le port de Sapienza, petite île à la pointe de la
Morée. Ce port, très-profond, présentait une ouverture assez large
que l'amiral voulut garder lui-même avec vingt galères et six gros
vaisseaux, tandis que le reste de ses galères, au nombre de quinze,
et tous les bâtiments de charge étaient au fond du port, sous le
commandement de Morosini, son lieutenant[406].

[Note 406: Matteo VILLANI, liv. 4, chap. 32.]

[Note en marge: XXI. La flotte vénitienne détruite à Sapienza. 1354.]

Doria sortait dans ce temps-là de l'Archipel pour retourner à
Gênes, où les ordres du sénat le rappelaient. Ses vaisseaux légers
l'avertirent que la flotte ennemie était dans le port de Sapienza.
Il se présenta, le 3 novembre, à l'entrée de la rade, tâchant
d'attirer les Vénitiens par des provocations; mais Pisani n'avait
garde d'accepter un combat dans lequel il n'aurait pu déployer toutes
ses forces. L'audace des Génois ne lui permit pas de l'éviter.
Tout-à-coup Jean Doria, neveu et lieutenant de l'amiral, faisant
force de voiles et de rames, s'avança rapidement avec sa galère,
et passa entre la côte et le dernier vaisseau des Vénitiens. En un
instant il fut suivi de douze autres, et les treize galères[407],
entrées dans la baie, se portèrent rapidement au fond du port, tandis
que le reste de l'escadre génoise attaquait de front la ligne des
vaisseaux de Pisani.

[Note 407: _Annali veneti di_ Julio FAROLDO.]

Ceux de Morosini n'étaient pas en ordre de bataille, quelques-uns
étaient en radoub; une partie des équipages se trouvaient à terre.
Cette attaque imprévue jeta dans cette division de l'armée, l'effroi
et la confusion. La manoeuvre de Jean Doria avait été téméraire;
sa victoire fut facile. Les matelots, pour lui échapper, se
précipitaient dans la mer[408]. Il s'empara de tous les vaisseaux de
Morosini, et vint, après y avoir mis le feu, attaquer par derrière
la ligne de Pisani, qui était aux prises avec toute l'armée génoise.
Quatre mille hommes avaient déjà été tués soit au fond du port, soit
à l'entrée de la rade. Le reste se rendit, et Doria amena à Gênes une
trentaine de galères capturées, et cinq mille huit cent soixante-dix
prisonniers, parmi lesquels était le redoutable Pisani.

[Note 408: Marin SANUTO dit: E così rotte e prese le galere i
Genovesi gridarono alla morte, porcaglìa, e molti de' nostri si
gittarono in aqua, credendo di scampare et s'annegavano.]

Cet évènement convainquit les Vénitiens de la faute qu'ils avaient
faite de ne pas terminer les négociations de la paix dans un moment
où la fortune leur était favorable. Ils tremblèrent que la flotte
victorieuse n'entrât une seconde fois dans l'Adriatique; heureusement
ils surent bientôt qu'elle avait pris une autre direction. Les
ressources de la république étaient tellement épuisées que l'on
fut obligé de recourir à de nouveaux emprunts[409]; mais il ne
restait pas une galère dans le port; quatre citadins patriotes en
armèrent chacun une à leurs frais. Ils méritent d'autant plus que
leurs noms soient conservés par l'histoire, qu'on ne voit pas que
cet exemple ait été suivi par les plus riches patriciens. Les noms
de ces citoyens étaient Marin Fradello, Beat Vido, Pierre Nani, et
Constantin Zucholo.

[Note 409: È da sapere che fino al giorno che fù rotta l'armata a
Porto-Lungo, per la guerra de' Genovesi fu fatta imposizione alla
camera degli imprestiti a ragione di 37 per 100, e dopo fù fatto 6
per 100 d'imprestiti.

(Marin SANUTO, _Vite de' duchi_, M. Faliero.)]

[Note en marge: Paix.]

Un tel armement pouvait tout au plus repousser quelques vaisseaux
armés en course, et était trop insuffisant pour inspirer de la
sécurité. On se hâta de reprendre les négociations à la cour de
Visconti, et ce fut avec une telle impatience de voir cesser les
hostilités, que l'on signa, le 5 janvier 1355, une trêve de quatre
mois. Elle fut convertie, au mois de mai suivant, en une paix sur les
conditions de laquelle les Vénitiens ne se montrèrent pas difficiles.

Ils consentirent à payer à Gênes deux cent mille florins pour les
frais de la guerre, et à interdire à leurs négociants tous les ports
de la mer Noire, excepté celui de Théodosie où les Génois leur
permirent d'établir un comptoir.

À peine les Génois avaient-ils terminé cette guerre si glorieuse pour
eux, qu'ils se montrèrent aussi incapables de supporter le joug d'un
maître que le triomphe d'un vainqueur; ils se révoltèrent, nommèrent
un doge, et chassèrent le gouverneur milanais que Visconti leur avait
donné.

[Note en marge: XXII. Nouvelle organisation du conseil du doge. 1354.]

Dans l'intervalle qui s'écoula entre la mort du doge André Dandolo
et l'installation de son successeur, les correcteurs institués pour
la réformation des lois firent adopter quelques changements dans
l'organisation du conseil du prince.

[Note en marge: Attributions des conseillers.]

On a vu que dans l'origine c'était le doge qui choisissait ses
conseillers, ensuite ce fut le sénat qui les lui donna, et enfin ils
durent être proposés par ce corps et confirmés par le grand conseil.

Leurs fonctions étaient de faire l'ouverture de toutes les dépêches
(car il était interdit au doge de les ouvrir hors de leur présence,
et au contraire, ils pouvaient y procéder sans lui), d'en faire
le renvoi aux chefs des diverses branches de l'administration, de
décider les réponses à adresser aux ministres étrangers, et les
instructions à donner aux ambassadeurs ou généraux de la république;
de présider, sous le doge, ou en son absence, le sénat et le grand
conseil, d'y porter les propositions à mettre en délibération. On
voit que ce conseil intime était le directeur suprême des affaires
politiques, le modérateur des délibérations des assemblées générales,
et le premier agent de l'administration.

Ses membres ne restaient que huit mois en charge; on en élisait trois
nouveaux tous les quatre mois; il ne pouvait y en avoir à-la-fois
deux du même nom ni du même quartier de la ville.

L'importance de leurs fonctions les avait fait appeler conseillers
_de sora_, membres du conseil d'en haut. C'était la réunion de ces
six conseillers, avec le doge, qui formait le gouvernement; ce qu'on
appelait la sérénissime seigneurie. L'usage de cette dénomination
paraît avoir commencé en 1360[410].

[Note 410: _Memorie storico-civili sopra le successive forme del
governo de' Veneziani_, da Sebastiano CROTTA.]

[Note en marge: Les présidents de la quarantie criminelle entrent au
conseil.]

Un tel conseil limitait suffisamment l'autorité du prince, puisque
le prince n'y avait qu'une voix comme les autres conseillers, et
ne pouvait rien faire valablement sans eux. Mais on jugea utile
d'y introduire une sorte de rivalité de corps, qui eut pour
objet l'exercice d'une surveillance sur ce conseil lui-même. En
conséquence, on décida que les trois présidents du tribunal criminel
des quarante prendraient séance avec les six conseillers du doge et
participeraient à leurs fonctions, sauf quelques modifications peu
importantes.

Le conseil du prince se trouva composé des six conseillers d'en
haut et des trois présidents de la quarantie. Ces magistrats n'y
siégeaient que deux mois, de sorte que peu-à-peu tous les membres
considérables du premier tribunal de la république avaient eu
successivement entrée au conseil, y avait pris une connaissance
générale des grandes affaires de l'état, et y avaient apporté cette
connaissance des lois, ce respect pour les formes, qui doivent
caractériser le magistrat. C'était une manière habile de donner
à la magistrature la surveillance de l'administration, en l'y
introduisant, en l'y faisant participer; mais en même temps elle ne
pouvait y dominer, parce qu'elle s'y trouvait en minorité, et que ses
membres n'y siégeaient chacun que deux mois de suite.

Telle fut la composition du conseil intime à partir de cette époque.

[Note en marge: Des sages.]

La nature des choses établit nécessairement des rapports entre
ceux qui ont à délibérer sur les affaires et ceux qui sont chargés
d'exécuter. La délibération est ordinairement subordonnée aux faits,
et ceux qui exécutent sont censés en avoir une connaissance plus
spéciale.

Les premiers agents d'exécution, les ministres, étaient six nobles
qu'on décorait du nom de sages du conseil, ou plus communément
_sages-grands_. On exigeait qu'ils eussent atteint l'âge de
trente-huit ans. Leurs fonctions ne duraient que six mois; ils ne
pouvaient être réélus qu'après l'intervalle d'un semestre, mais comme
l'expérience et la capacité donnent nécessairement des droits aux
places qui exigent des connaissances positives, on en a vu qui ont
été réélus jusqu'à vingt-quatre fois[411].

[Note 411: François Denato et Jean Pesaro.]

Ces six ministres, chargés spécialement de la politique extérieure,
devaient être appelés très-fréquemment dans le conseil de la
seigneurie; ils finirent par y prendre habituellement séance.

L'importance de certaines branches de l'administration procura,
dans la suite, le même privilége à ceux qui en furent chargés.
Ainsi, pendant que la guerre de mer était la principale affaire du
gouvernement vénitien, les fonctionnaires chargés spécialement de
tout ce qui avait rapport à la marine, et qu'on appelait les sages de
la mer, prirent séance dans le conseil.

Quand leur importance diminua, ils y furent supplantés, en 1420, par
des sages préposés à l'administration des provinces qu'on appela
depuis sages de terre-ferme; et enfin on admit dans le conseil, pour
y acquérir la connaissance des affaires, de jeunes nobles à qui
on donna le titre de sages des ordres, nom dont on ne connaît pas
l'origine.

Ainsi l'action du gouvernement était concentrée dans la seigneurie,
c'est-à-dire dans le doge, assisté de ses six conseillers et des
trois chefs de la quarantie criminelle. C'était là ce qui formait
le conseil, et ce conseil prenait le nom de collége, lorsqu'il se
renforçait des six sages-grands, des cinq sages de terre-ferme et des
sages des ordres, pareillement au nombre de cinq. Cette assemblée
se réunissait tous les jours. Peu-à-peu les affaires politiques
devinrent l'apanage exclusif des sages-grands, et les détails
d'exécution, c'est-à-dire les ministères, furent laissés aux sages de
terre-ferme.

[Note en marge: XXIII. Marin Falier, doge. 1354.]

On donna pour successeur à Dandolo Marin Falier de l'une des plus
anciennes maisons de Venise, qui avait déjà donné deux doges à la
république, Vital Falier en 1082, et Ordelafe mort en combattant
contre les Hongrois, en 1117. Après avoir occupé les principales
dignités de la république, Marin Falier, déjà presque octogénaire,
se trouvait en ambassade à Rome lorsqu'il apprit son élection. Le
changement qui venait de s'opérer dans l'organisation du conseil ne
portait aucune nouvelle atteinte à l'autorité personnelle du doge,
déjà fort restreinte par les réglements antérieurs.

L'élévation de Falier sur le trône ducal paraissait terminer
glorieusement une longue carrière. Venise ne devait pas s'attendre à
voir son prince à la tête d'une conjuration.

Nées ordinairement d'une ambition trompée, les conjurations sont
dirigées contre les dépositaires du pouvoir, par ceux qui s'en voient
exclus. Elles sont préparées par de longues haines, concertées entre
des hommes qui ont des intérêts communs. On n'y trouve guères ni
vieillards, parce qu'ils sont circonspects et timides, ni jeunes
gens, parce qu'ils sont peu capables de dissimulation.

Celle que j'ai à raconter s'écarte de tous ces caractères. Elle fut
entreprise par un homme, qui, parvenu à la première dignité de sa
patrie et à l'âge de quatre-vingts ans, n'avait rien à regretter dans
le passé, rien à attendre de l'avenir; et ce vieillard était un doge
ému par un sujet frivole, s'alliant, pour exterminer la noblesse, à
des inconnus, au premier mécontent que le hasard lui avait présenté.

Un autre doge, trente ans auparavant, s'était fait un point d'honneur
d'arracher au peuple le peu de pouvoir qui lui restait. Celui-ci
conspira avec des hommes de la dernière classe contre les citoyens
éminents; mais sans intérêt, sans plan, sans moyens; tant la passion
est aveugle, imprévoyante dans ses entreprises.

Les négociations qui suivirent le désastre de la flotte de Pisani
avaient rempli les premiers moments de l'administration du nouveau
doge et il avait eu du moins la consolation de signer la trêve qui
rendait le repos à sa patrie.

[Note en marge: XXIV. Il reçoit une offense d'un jeune patricien.
1355.]

Il donnait un bal le jeudi gras à l'occasion d'une solennité[412]:
un jeune patricien, nommé Michel Steno, membre de la quarantie
criminelle, s'y permit, auprès d'une des dames qui accompagnaient
la dogaresse, quelques légèretés que la gaieté du bal et le mystère
du masque rendaient peut-être excusables. Le doge, soit qu'il fût
jaloux plus qu'il n'est permis de l'être à un vieillard, soit qu'il
fût offensé de cet oubli du respect dû à sa cour, ordonna qu'on fît
sortir l'insolent qui lui avait manqué. Falier était d'un caractère
naturellement violent[413].

[Note 412: Je suis ici la version la plus généralement reçue, qui est
aussi celle de Marin Sanuto.]

[Note 413: «Non voglio restar di scrivere quello che ho letto in una
cronica, cioè che Marino Faliero trovandosi podestà e capitano a
Treviso, e dovendosi fare una processione, il vescovo stette troppo
a far venire il corpo di Christo; il detto Faliero era di tanta
superbia e arroganza che diede un buffetto al prefato vescovo, per
modo ch'egli quasi cadde in terra.» C'est à l'occasion de cet acte de
violence que l'historien (Marin Sanuto) ajoute que Dieu permit que
Falier perdît ensuite l'esprit jusqu'à entrer dans une conspiration
qui lui mérita la mort. Mais il ne dit pas qu'on le punit d'avoir
frappé l'évêque.]

Le jeune homme, en se retirant, le coeur ulcéré de cet affront, passa
par la salle du conseil et écrivit sur le siége du doge, ces mots
injurieux pour la dogaresse et pour son époux: _Marin Falier a une
belle femme, mais elle n'est pas pour lui_[414].

[Note 414: Marin Falieri dalla bella moglie, altri la gode ed egli la
mantiene.]

Le lendemain cette affiche fut un grand sujet de scandale. On informa
contre l'auteur, et on eut peu de peine à le découvrir. Steno arrêté
avoua sa faute avec une ingénuité, qui ne désarma point le prince,
ni sur-tout l'époux offensé. Falier s'oublia jusqu'à manifester un
ressentiment qui ne convenait ni à sa gravité, ni à la supériorité de
son rang, ni à son âge.

Il ne demandait rien moins que de voir renvoyer cette affaire au
conseil des Dix, comme un crime d'état; mais on jugea autrement de
son importance; on eut égard à l'âge du coupable, aux circonstances
qui atténuaient sa faute, et on le condamna à deux mois de prison que
devait suivre un an d'exil.

[Note en marge: Plainte d'un ouvrier de l'arsenal contre un de ses
chefs. Le doge encourage son ressentiment.]

Une satisfaction si ménagée parut au doge une nouvelle injure. Il
éclata en plaintes qui furent inutiles. Malheureusement le jour
même il vit venir à son audience le chef des patrons de l'arsenal,
qui, furieux et le visage ensanglanté, venait demander justice d'un
patricien qui s'était oublié jusqu'à le frapper. «Comment veux-tu que
je te fasse justice, lui répondit le doge, je ne puis pas l'obtenir
pour moi-même. Ah! dit le patron dans sa colère, il ne tiendrait
qu'à nous de punir ces insolents.» Le doge, loin de réprimander
le plébéien qui se permettait une telle menace, le questionna à
l'écart, lui témoigna de l'intérêt, de la bienveillance même, enfin
l'encouragea à tel point, que cet homme, attroupant quelques-uns
de ses matelots, se montra dans les rues avec des armes, annonçant
hautement la résolution de se venger du noble qui l'avait offensé.

Celui-ci se tint renfermé chez lui et écrivit au doge, pour
réclamer la sûreté qui lui était due. Le patron fut mandé devant la
seigneurie; le prince le réprimanda sévèrement, le menaça de le faire
pendre, s'il s'avisait d'attrouper la multitude ou de se permettre
des invectives contre un patricien, et le renvoya en lui ordonnant,
s'il avait quelques plaintes à former, de les porter devant les
tribunaux.

[Note en marge: XXV. Le doge conspire avec des hommes du peuple.]

La nuit étant venue, un émissaire alla trouver cet homme, qui
se nommait Israël Bertuccio, l'amena au palais et l'introduisit
mystérieusement dans un cabinet où était le prince avec son neveu
Bertuce Falier.

Là, l'irascible vieillard écouta avec complaisance tous les
emportements et tous les projets de vengeance du patron, lui demanda
ce qu'il pensait des dispositions des hommes de sa classe, quelle
était son influence sur eux, combien il pourrait en ameuter, quels
étaient ceux dont on espérait se servir le plus utilement. Bertuccio
indiqua un sculpteur, d'autres disent un ouvrier de l'arsenal nommé
Philippe Calendaro; on le fit venir à l'instant même, ce qui prouve
à quel excès d'imprudence la colère peut entraîner. Un doge de
quatre-vingts ans passa une partie de la nuit en conférence avec deux
hommes du peuple, qu'il ne connaissait pas la veille, discutant les
moyens d'exterminer la noblesse vénitienne.

Il était difficile qu'on soupçonnât un pareil complot, les
conférences pouvaient se multiplier sans être remarquées; cependant
il n'y en eut pas un grand nombre, car les conjurés se jugèrent, au
bout de quelques jours, en état de mettre à exécution cette grande
entreprise. Il fut convenu qu'on choisirait seize chefs, parmi
les populaires les plus accrédités; qu'on les engagerait à prêter
main-forte, pour un coup-de-main d'où dépendait le salut de la
république; qu'ils se distribueraient les différents quartiers de la
ville, et que chacun s'assurerait de soixante hommes intrépides et
bien armés. Ainsi c'était un millier d'hommes qui devait renverser
le gouvernement d'une ville si puissante; cela prouve qu'il n'y
avait pas alors des forces militaires dans Venise. On arrêta que le
signal serait donné au point du jour par la cloche de Saint-Marc: à
ce signal les conjurés devaient se réunir, en criant que la flotte
génoise arrivait à la vue de Venise, courir vers la place du palais,
et massacrer tous les nobles à mesure qu'ils arriveraient au conseil.
Quand tous les préparatifs furent terminés, on arrêta que l'exécution
aurait lieu le 15 d'avril.

[Note en marge: XXVI. Découverte de la conjuration.]

La plupart de ceux qu'on avait engagés dans cette affaire ignoraient
quel en était l'objet, le plan, le chef, et quelle devait en être
l'issue. On avait été forcé d'initier plus avant ceux qui devaient
diriger les autres. Un Bergamasque, nommé Bertrand, pelletier de sa
profession, voulut préserver un noble, à qui il était dévoué, du
sort réservé à tous ses pareils. Il alla trouver le 14 avril au soir
le patricien Nicolas Lioni, et le conjura de ne pas sortir de chez
lui le lendemain, quelque chose qui pût arriver. Ce gentilhomme,
averti par cette espèce de révélation, d'un danger qui devait menacer
beaucoup d'autres personnes, pressa le conjuré de questions, et n'en
obtint que des réponses mystérieuses accompagnées de la prière de
garder le plus profond silence. Alors Lioni se détermina à se rendre
maître de Bertrand jusqu'à ce qu'il eût dit tout son secret; il le
fit retenir, et lui déclara que la liberté ne lui serait rendue
qu'après qu'il aurait pleinement expliqué le motif du conseil qu'il
lui avait donné.

Le conjuré, qu'une bonne intention avait conduit auprès du patricien,
sentit qu'il en avait déjà trop dit, et qu'il ne lui restait plus
qu'à se faire un mérite d'une révélation entière. Il ne savait
probablement pas tout, mais ce qu'il révéla suffit pour faire voir à
Lioni qu'il n'y avait pas un moment à perdre.

Celui-ci courut chez le doge pour lui communiquer sa découverte et
ses craintes. Falier feignit d'abord de l'étonnement; puis il voulut
paraître avoir déjà connaissance de cette conspiration, et la juger
peu digne de l'importance qu'on y attachait. Ces contradictions
étonnèrent Lioni; il alla consulter un autre patricien, Jean
Gradenigo; tous deux se transportèrent ensuite chez Marc Cornaro; et
enfin ils vinrent ensemble interroger Bertrand, qui était toujours
retenu dans la maison de Lioni.

Bertrand ne pouvait dire jusqu'où s'étendaient les liaisons et les
projets des conjurés; mais il ne pouvait ignorer que le patron
Bertuccio et Philippe Calendaro y avaient une part considérable,
puisque c'était par eux qu'il avait été entraîné dans le complot.

Les trois patriciens que je viens de nommer convoquèrent aussitôt,
non dans le palais ducal, mais au couvent de St.-Sauveur, les
conseillers de la seigneurie, les membres du conseil des Dix, les
avogadors, les chefs de la quarantie criminelle, les seigneurs
de nuit, les chefs des six quartiers de la ville, et les cinq
juges-de-paix.

Cette assemblée envoya sur-le-champ arrêter Bertuccio et Calendaro.
Ils furent appliqués l'un et l'autre à la torture. À mesure qu'ils
nommaient quelque complice, on donnait des ordres pour s'assurer de
sa personne. Lorsqu'ils révélèrent que la cloche de Saint-Marc devait
donner le signal, on envoya une garde dans le clocher pour empêcher
de sonner. Il était naturel que les coupables cherchassent à atténuer
leur faute en nommant leur chef: on apprit avec étonnement que le
doge était à la tête de la conjuration.

Cette nuit même Bertuccio et Calendaro furent pendus devant les
fenêtres du palais; des gardes furent placées à toutes les issues de
l'appartement du doge. Huit des conjurés, qui s'étaient échappés vers
Chiozza, furent arrêtés, et exécutés après leur interrogatoire.

[Note en marge: XXVII. Marin Faliero jugé et décapité. 1355.]

La journée du 15 fut employée à l'instruction du procès du doge.
Le conseil des Dix, dont une pareille cause relevait si haut
l'importance, demanda que vingt patriciens lui fussent adjoints
pour le jugement d'un aussi grand coupable. Cette assemblée, qu'on
nomma la _Giunta_, fit comparaître le doge, qui, revêtu des marques
de sa dignité, vint, dans la nuit du 15 au 16 avril, subir son
interrogatoire et sa confrontation. Il avoua tout.

Le 16, on procéda à son jugement; toutes les voix se réunirent pour
son supplice.

Le 17 à la pointe du jour, les portes du palais furent fermées; on
amena Marin Falier au haut de l'escalier des géants, où les doges
reçoivent la couronne; on lui ôta le bonnet ducal en présence du
conseil des Dix. Un moment après, le chef de ce conseil parut sur
le grand balcon du palais, tenant à la main une épée sanglante, et
s'écria: Justice a été faite du traître. Les portes furent ouvertes,
et le peuple, en se précipitant dans le palais, trouva la tête du
prince roulant sur les degrés.

Dans la salle du grand conseil, où sont tous les portraits des doges,
un cadre voilé d'un crêpe fut mis à l'endroit que devait occuper
celui-ci, avec cette inscription: _Place de Marin Falier, décapité._

Pendant quelque temps on continua les recherches contre ceux qui
avait trempé dans la conjuration. Il y en eut plus de quatre cents de
condamnés à la mort, à la prison ou à l'exil. Le pelletier Bertrand
réclamait la récompense qu'il croyait due à sa révélation; il eut
l'insolence de demander un palais et un comté que Marin Falier
possédait, une pension de douze cents ducats, et enfin l'entrée du
grand conseil, c'est-à-dire le patriciat pour lui et sa postérité.

De tout cela on ne lui accorda qu'une pension de mille ducats
reversible à ses enfants, et il en témoigna si haut son
mécontentement, qu'on fut obligé de l'exiler à son tour; mais telle
était l'idée qu'on avait de cette nature de services, et telle était
la politique du gouvernement pour les encourager, que le conseil fut
sur le point d'admettre ce dénonciateur au nombre des patriciens[415].

[Note 415: In un'altra cronica ho veduto che lo volevano fare del
maggior consiglio. (Marin SANUTO, _Vite de' duchi_ Mar. Faliero).

André Navagier dit même formellement que toutes les demandes de
Bertrand lui avaient été accordées. «Beltrame, per deliberazione del
consiglio, fù dotato di ducati 1000 di provigione all'anno, e a lui
e a suoi heredi donata una casa di valuta di ducati 2000 e fù fatto
del maggior consiglio. Il quale non si contentando, ma richiedendo
che li fosse donato il contado di Val di Marino, confiscato al doge
decapitato, usava male parole contro la signoria; per le quali, nel
medesimo consiglio, fù proceduto contro di lui; essendo stato in
grazia liberato della forca, fù per anni 10 relegato a Ragusi.]

FIN DU TOME PREMIER.



TABLE DES MATIÈRES

CONTENUES DANS CE VOLUME.


                                                                 Page.

  LIVRE Ier. Description géographique. -- Origine des Vénitiens. --
  De l'état des Venètes sous les Romains. -- Invasion des Goths, des
  Huns, des Hérules, des Ostrogoths. -- Fondation de Venise, 421. --
  Expulsion des Ostrogoths. -- Établissement des Lombards en Italie,
  553. -- Création, abolition et établissement du dogat à Venise,
  697-742. -- Huit doges déposés. -- Guerre de Pépin contre Venise,
  743-809. -- Premiers doges de la famille Participatio. -- Arrivée
  du corps de saint Marc à Venise, 810-829.                          1

  LIVRE II. Divisions intestines. -- Entreprises de Jean Participatio
  sur le comté de Commacchio. -- La flotte vénitienne battue par les
  Sarrasins à Crotone, et par les Narentins à Micolo. -- Invasion
  des Hungres: ils attaquent Venise. -- Leur défaite, 830-900. --
  Doges de la maison Candiano. Pierre Candiano IV, massacré. --
  Abdication de quatre doges, 901-991. -- Règne de Pierre Urseolo
  II. -- Réunion de la Dalmatie à l'état de Venise, 991-1006. --
  Sédition. Usurpation du dogat par Dominique Urseolo. Expulsion
  de la famille Urseolo. -- Révolte de Zara. -- Guerre contre les
  Normands, 1006-1096. -- Première croisade. -- Expédition en
  Calabre. -- Guerre contre les Padouans. -- Incendie de Venise.
  -- Guerre contre les Hongrois, 1096-1117. -- Règne de Dominique
  Michieli. -- Nouvelle expédition en Syrie, ou deuxième croisade.
  -- Prise de Tyr, 1117-1130. -- Prise de Corfou. -- Expédition de
  Sicile. -- Dogat de Vital Michieli II. -- Singulier tribut imposé
  au patriarche d'Aquilée. -- Guerre contre l'empereur Comnène. --
  Désastre de l'armée. -- Peste à Venise. -- Le doge assassiné,
  1130-1173. -- Changement dans la constitution de l'état. --
  Élection de Sébastien Ziani, 1173.                                89

  LIVRE III. Règne de Sébastien Ziani. -- Outrages que l'empereur
  grec fait aux Vénitiens. -- Démêlés entre le pape Alexandre III et
  l'empereur Frédéric Barberousse. -- Ligue lombarde. -- Alexandre
  III à Venise (1173-1178). -- Règne d'Orio Malipier. -- Troisième
  croisade des Vénitiens, 1179-1191.                               200

  LIVRE IV. Règne de Henri Dandolo. -- Nouvelle croisade. -- Prise de
  Zara. -- Excommunication des Vénitiens, 1192-1203. -- Conquête de
  Constantinople. -- Partage de l'empire grec, 1203-1205.          263

  LIVRE V. Pierre Ziani, doge. -- Occupation de Corfou et de Candie.
  -- Guerre contre les Génois. -- Révoltes de Candie, 1205-1228. --
  Dogat de Jacques Thiepolo. -- Affaire de Constantinople. -- Chute
  de l'empire des Latins en Orient, 1228-1261. -- Nouvelle révolte
  de Candie. -- Rivalité du pape et de l'empereur Frédéric II. --
  Guerre de Venise contre Erzelin, tyran de Padoue, 1228-1252. Guerre
  contre les Génois, 1252-1269. -- Révolte du peuple de Venise. --
  Changement dans la forme des élections. -- Création de la charge
  de grand-chancelier. -- Disette. -- Établissement du droit de
  navigation dans l'Adriatique. -- Guerres qui en sont la suite. --
  Dogat de Laurent Thiepolo, de Jacques Contarini et de Jean Dandolo.
  -- Établissement du saint-office à Venise, 1269-1289.            350

  LIVRE VI. Élection de Pierre Gradenigo. -- Désastres en Orient.
  -- Guerre contre les Génois, 1289-1299. -- Considérations sur
  les gouvernements d'Italie au XIVe siècle. -- Révolution dans
  le gouvernement de Venise. -- Clôture du grand conseil. --
  Établissement de l'aristocratie. -- 1289-1319.                   468

  LIVRE VII. Conjuration de Marin Bocconio. -- Affaires de Ferrare.
  -- La république usurpe cette ville. -- Excommunication des
  Vénitiens, 1302-1309. -- Conjuration de Thiepolo. -- Établissement
  du Conseil des Dix, 1309.                                        525

  LIVRE VIII. Levée de l'interdit. -- Expédition contre les Génois.
  -- Révolte de Candie. -- Guerre contre le seigneur de Vérone. --
  Acquisition de Trévise et de Bassano, 1310-1343. -- Croisade de
  Smyrne. -- Septième révolte de Zara. -- Peste à Venise, 1343-1348.
  -- Nouvelle guerre contre les Génois, 1348-1354. -- Changements
  dans l'organisation du conseil du doge. -- Élection et conjuration
  de Marin Falier, 1354-1355.                                      577


FIN DE LA TABLE DES MATIÈRES DU TOME PREMIER.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Histoire de la République de Venise (Vol. 1)" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home