Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 1589, 9 Août 1873
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 1589, 9 Août 1873" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'ILLUSTRATION,
JOURNAL UNIVERSEL

[Illustration]

        RÉDACTION, ADMINISTRATION, BUREAUX D'ABONNEMENTS
        33, rue de Verneuil, Paris.

        31e Année.--VOL. LXII--Nº 1589
        SAMEDI 9 AOUT 1873.

        SUCCURSALE POUR LA VENTE AU DÉTAIL
        60, rue de Richelieu, Paris.

        Prix du numéro: 75 centimes
        La collection mensuelle, 3 fr.; le vol. semestriel,
        broché, 18 fr.; relié et doré sur tranches, 23 fr.

        Abonnements
        Paris et départements: 3 mois, 9 fr.;--6 mois,
        18 fr.;--un an, 36 fr.; Étranger, le port en sus.



                                   SOMMAIRE

TEXTE: Histoire de la semaine.--Courrier de Paris.--Nos gravures.--La
Cage d'or, nouvelle, par M. G. de Cherville (suite).--L'École des
Beaux-Arts.--Les mystères de la Bourse.

GRAVURES: L'évacuation: départ du corps d'armée d'occupation de
Toul;--Aspect des rues de Nancy au moment du départ des troupes
d'occupation (2 gravures);--La prière du soir;--L'artillerie allemande
quittant Belfort.--_La Répétition_, d'après le tableau de M.
Torrents.--Les tremblements de terre en Italie: Bellune, aspect des
ruines du choeur de l'église;--Le château Buzatti et le Bureau
télégraphique;--L'église de Notre-Dame des Grâces;--La place
Campitelli;--L'église de Conegliano;--Vue générale de Bellune;--L'hôtel
de ville.--Le général J. Kohler, commandant en chef l'expédition
hollandaise d'Atschin.--Les invalides de Bronbeek.--Types et
physionomies militaires: la revue de détail.--Rébus.

[Illustration; L'ÉVACUATION.--Départ du corps d'armée d'occupation de
Toul.]



HISTOIRE DE LA SEMAINE

FRANCE.

Après des tentatives si souvent renouvelées depuis deux ans, la
réconciliation s'est faite, enfin, entre les deux princes représentant
les deux branches de la maison de Bourbon. Le comte de Paris s'est rendu
à Frohsdorf, où il a été reçu par le comte de Chambord; l'entrevue,
disent les dépêches télégraphiques transmises jusqu'à présent à ce
sujet, a été très-cordiale, et le comte de Paris s'est retiré
«très-satisfait de sa visite»; mais les questions politiques ont été
évitées avec soin, le prince ne se considérant pas comme ayant mandat
pour les traiter. Tels sont les renseignements assez vagues que nous
possédons jusqu'à présent sur cette entrevue annoncée dès la veille de
la prorogation de l'Assemblée nationale, puis démentie, puis enfin
officiellement confirmée. Faut-il en conclure que la fusion entre le
parti orléaniste et le parti légitimiste soit un fait accompli? Telle
est la question que tout le monde se pose depuis huit jours et que
chacun résout à sa manière en attendant que les événements y répondent.

Constatons tout d'abord que la presse légitimiste et orléaniste s'est
montrée jusqu'à présent d'une extrême réserve, et que les autres
journaux, dépourvus d'informations précises, ne peuvent baser leurs
appréciations que sur des conjectures et sur des considérations de
parti. Quoi qu'il en soit, le voyage de M. le comte de Paris, d'abord
démenti, comme nous venons de le dire, aurait eu pour but, a-t-on assuré
ensuite, non pas d'arriver à une entente rendue depuis longtemps
impossible, mais tout au contraire de démontrer l'impossibilité d'un
accord, de manière à rallier au parti orléaniste un certain nombre
d'adhérents qui, sans renoncer absolument à leurs préférences
personnelles, se décideraient à en faire le sacrifice pour arriver à la
seule solution désormais possible.

Cette hypothèse, il faut le dire, semblait jusqu'à un certain point
rendue plausible par une lettre adressée par M. le comte de Chambord à
M. Cazenove de Pradine et dans laquelle le représentant de la légitimité
félicitait l'honorable député de la droite de la conduite tenue par lui
dans la séance du 21 juillet. On se rappelle que M. Cazenove de Pradine
fut un de ceux qui se prononcèrent avec le plus d'ardeur pour la
consécration au Sacré-Coeur de la nouvelle église de Montmartre; dans la
séance du 24 juillet il proposa qu'une députation fut chargée de
représenter officiellement l'Assemblée à la cérémonie d'inauguration, et
cette proposition ne fut pas adoptée. La lettre de M. le comte de
Chambord, félicitant M. de Pradine de son énergique résistance «dans la
lutte dont il est sorti, comme à Patay, le _glorieux vaincu_», et lui
donnant un témoignage public d'admiration, semblait peu faite pour
encourager les espérances fusionnistes, si l'on songe que c'est
précisément contre le groupe orléaniste que cette lutte avait dû être
engagée. Cependant, aujourd'hui que la réconciliation paraît décidément
accomplie, on se décide à envisager la question sous ce nouveau jour, et
l'on se demande si la fusion, alors même qu'elle serait décidée entre
les chefs des deux familles royales, aurait pour elle la sanction de la
représentation nationale; on fait ressortir à ce sujet que la majorité
qui, le 24 mai, s'est prononcée contre M. Thiers, était de 14 voix
seulement; qu'elle comprenait non-seulement les fractions monarchiques
de toutes les nuances réunies, mais même un petit groupe de
républicains, et qu'elle verrait se détacher d'elle, le jour où la
fusion serait mise en question, tout le parti bonapartiste, représenté à
la Chambre par 50 voix environ à lui seul. Nous n'avons pas besoin de
faire remarquer combien tous ces calculs sont hypothétiques et combien
il est difficile de rien prévoir lorsqu'il s'agit d'intérêts aussi
considérables et aussi complexes. Quoi qu'il en soit, il est certain que
nous sommes à la veille d'événements graves, et que l'année ne
s'écoulera probablement pas sans que cette question du rétablissement de
la monarchie ou du maintien de la République, si vivement controversée
depuis trois ans, ait fait un pas décisif.

L'évacuation des places encore occupées par l'armée allemande s'est
achevée sans qu'aucune scène de désordre se soit produite. Nos lecteurs
trouveront dans une autre partie de journal le récit de la manière dont
s'est effectuée cette opération; mais nous devons signaler ici un
incident dont l'évacuation de Belfort a été l'occasion et dont la portée
a été malheureusement dénaturée par quelques journaux; nous voulons
parler de la visite faite à M. Thiers par M. et Mme Koechlin-Schwartz
qui, au nom des dames de Mulhouse établies à Belfort, sont venus offrir
à l'ex-président de la République un bijou patriotique en témoignage de
la reconnaissance de leurs compatriotes. M. Thiers, en répondant à
l'allocution de Koechlin-Schwartz, a fait justice du même coup et des
critiques passionnées d'ennemis aveugles et des exagérations d'amis
maladroits. Voici le texte de son discours, à l'élévation, à la modestie
et au patriotisme sincère duquel tout esprit impartial ne pourra
s'empêcher de rendre hommage:

«Je vous remercie, Madame; je remercie vos amies et tous vos concitoyens
de ce souvenir qui me sera précieux, parce qu'il sera la preuve pour moi
des efforts que j'ai pu faire pour l'oeuvre si importante de la
libération du territoire, laquelle exigeait à la fois des négociations
heureuses et des opérations financières et administratives aussi
laborieuses que difficiles.

«Mais je vous supplie de ne pas prononcer le mot d'ingratitude. Quand je
vous vois ici, quand je vous entends, quand je lis tout ce qui m'est
adressé de toutes les parties de la France, je serais ingrat si je
laissais parler d'ingratitude.

«L'Assemblée nationale, à mon égard, a usé de son droit. Elle entendait
la politique à suivre aujourd'hui autrement que moi. Son droit, dès
lors, était de reprendre le pouvoir qu'elle m'avait conféré. J'aurais
tort de me plaindre, et je ne me plains pas de ce qui s'est passé,
heureux de retrouver un repos dont j'avais besoin, heureux surtout de
quitter sans faiblesse un poste difficile qu'il n'était honorable de
garder qu'en le gardant par dévouement et avec le plein assentiment de
la représentation nationale.

«Je vous remercie de nouveau de témoignages qui me touchent
profondément, et qui sont une récompense bien suffisante de ce que j'ai
pu faire pour le pays depuis près de trois années.»

ESPAGNE.

La lumière ne tardera pas à se faire d'une manière complète sur
l'incident relatif à la capture de la _Vigilante_, dont nous avons parlé
dans notre précédent bulletin; ce navire a été rendu à l'Espagne par le
commandant de l'escadre allemande; d'autre part, ce dernier a été
rappelé à Berlin par son gouvernement, qui a pourvu à son remplacement.
Les insurgés de Carthagène, après avoir échoué, comme nous l'avons dit,
dans leur tentative contre Almaria, ont dirigé leurs navires sur Malaga
en menaçant cette ville d'un bombardement si elle se refusait à leur
payer une contribution de guerre; mais ils sont activement surveillés
par le Fredéric-Charles, qui les a empêchés de mettre leur menace à
exécution.

L'activité et la vigueur dont fait preuve le nouveau gouvernement de
Madrid continuent à être couronnées de succès; Cadix, rempart de
l'insurrection en Andalousie, est tombée au pouvoir du gouvernement;
l'attaque de Valence continue et l'on s'attend d'un jour à l'autre à sa
reddition; Grenade ne tardera pas à subir le même sort et est, en
attendant, le théâtre des derniers excès. Pour donner une idée du degré
d'insanité auquel sont arrivés les fous furieux que la populace a mis à
sa tête dans cette dernière ville, nous ne saurions mieux faire que de
citer le procès-verbal, reproduit ces jours derniers par le journal _le
Soir_, d'une séance du Comité de salut publie dans laquelle a été décidé
la démolition de l'arc des Pesos, un des chefs-d'oeuvre de
l'architecture mauresque. Décidée dans le but de procurer du travail aux
ouvriers, cette démolition a fait l'objet d'une observation du citoyen
Alfaro, demandant qu'on la retardât jusqu'à ce qu'on eût exproprié un
citoyen rémouleur qui, ayant l'habitude d'y repasser des couteaux les
dimanches, avait des droits dominicaux sur cet emplacement. Après une
discussion approfondie, le Comité de salut public décide, avec le plus
grand sérieux, qu'il nommera une commission pour établir la question et
présenter un rapport.

RUSSIE.

Le _Golos_, de Saint-Pétersbourg, vient de publier le texte du traité de
paix conclu entre la Russie et le khan de Khiva.

Voici les clauses principales de ce traité, telles qu'elles ont été
sommairement transmises par le télégraphe:

1º Le khanat de Khiva versera entre les mains du gouvernement russe une
contribution de guerre de 2 millions de roubles, payable en sept ans;

2º Comme garantie du payement de cette contribution, les villes de
Schurachan et de Humkrad demeureront, jusqu'à cette échéance, occupées
par les troupes russes;

3º Le khanat de Khiva conservera son autonomie avec le gouvernement du
khan actuel;

4º La rivière d'Amour-Daria formera désormais la frontière du khanat de
Khiva;

5° La portion de territoire que le khanat possédait sur la rive droite
de l'Amour-Daria est cédée à l'émir de Bokhara, en récompense du
concours prêté par lui à l'armée russe;

6º La peine de mort est abolie dans le khanat;

7° L'évacuation de la ville de Khiva par les troupes russes placées sous
le commandement en chef du général Kaufmann est fixée au 15 (27) août
1873.



Courrier de Paris

Toutes les gares sont encombrées de colis. En ce moment, 50,000
voyageurs vont et viennent, chaque jour, afin de prendre leurs tickets.
On part. Ceux-ci vont à la mer, ces autres à la montagne. Hier encore,
cela s'appelait aller en vacances. Il était de règle de courir les
champs. Il fallait voir du pays, se mettre au frais ou au vert. On vient
de changer ce langage pour un jargon de haut goût, mais d'un français
horrible. Tout en tenant à la main un sac de nuit, on dit: «Vous le
voyez, je ne suis plus à Paris. Me voilà en déplacement.» Childe Harold
faisait un pèlerinage, mistress Trollopo un tour, Alexandre Dumas des
voyages. De nos jours, on se déplace. Les plus rompus à la grammaire du
temps disent: «Je suis en déplacement de villégiature.» A première vue,
on pourrait prendre ces mots-là pour du chinois ou pour du persan. Non,
je le répète, c'est du français; c'est le français de la bonne compagnie
d'à présent. On cite des femmes qui écrivent cavalièrement à leurs
fournisseurs: «Inutile de présenter vos notes avant deux mois pleins.
Pendant tout août et tout septembre, je serai en déplacement.» Vous
pensez bien que l'élégante Mme Poudre-de-Riz s'arrange pour être
convenablement déplacée, et la jolie Mlle Fleur-de-Pêcher de même.

Après cet engouement pour un substantif absurde, la chose dont on
s'occupe est la question des égouts. Les quartiers du monde où l'on
s'amuse poussent de grands cris à propos d'odeurs insalubres venant du
sous-sol de Paris. Rome avait érigé un temple à Vénus Méphytis afin que
la mère d'Énée, protectrice des Quintes, écartât de la ville les
exhalaisons pestilentielles.

M. le préfet de police vient, de prendre une mesure plus conforme à
notre temps. Il a rassemblé une commission d'hygiène et de salubrité
publique avec charge de purifier nos cloaques. Deux ou trois académies
sont en déplacement à ce sujet; on les fait descendre à l'aide
d'échelles au fond des égouts.

Tout étranger qui a visité notre capitale affirme que le Paris
souterrain est une chose incomparable; MM. les académiciens ne sont pas
éloignés de partager cette opinion. Cependant chacun s'est prudemment
pourvu d'un flacon d'éther, bouché à l'émeri. L'étonnement de ces
personnages illustres n'est pas de voir la grandeur ni la perfection de
ces égouts au milieu desquels on peut se promener tout un jour à pied,
en voiture ou en bateau; non, ce qui excite le plus leur admiration,
c'est la bonne mine et la belle humeur des égoutiers.

 Qu'est-ce donc qu'un égoutier?

Tous les jours le passant s'écarte à dessein de l'égoutier. On ferme les
yeux, on se bouche le nez. Il faut fuir ce travailleur qui est toujours
courbé sur la poste, mais pour nous en garantir, il est couvert d'une
blouse sordide; il a sur la tête une casquette de cuir; il se chausse de
grosses bottes, maculées d'immondices. En voilà bien assez pour ne point
s'approcher. Eh bien, savez-vous quel est l'homme qu'on évite avec tant
de soin? Un idéal de pureté. N'est pas égoutier qui veut, croyez-le
bien. Antinoüs, le plus beau des anciens, aurait été égoutier,
peut-être, et encore n'est-ce pas bien sur. Sachez qu'on ne peut le
devenir qu'en s'assujettissant aux prescriptions d'un programme des plus
sévères. Un jury examine le candidat. Pas l'ombre d'une maladie
héréditaire, aucun défaut physique, nulle tare du sang ni de la peau.
Très-peu de contemporains sont à même d'offrir une surface
irréprochable. En sorte que Gratiolet disait, un jour:

--Trois membres du Jockey-Club ne formeraient pas un égoutier.

Rien n'est plus exact que ce que je dis là. Au point de vue corporel,
l'égoutier est donc, comme vous le voyez, le produit le plus parlait de
la civilisation actuelle. Voilà de quoi rabaisser l'orgueil de bien des
sots. Voilà aussi de quoi faire comprendre le mot d'un médecin en vogue
à un gros banquier. Le Crésus voulut un mari pour sa fille unique. Il
voulait, avant tout, un gendre bien portant, d'un sang rose, ce qui
était de mise pour prolonger sa lignée.

--Prenez un égoutier, répondit le docteur.

Il y eut une très-grande colère du banquier, on l'a deviné. Un égoutier
pour gendre! N'était-ce pas friser l'impertinence ou la grossièreté?

--Oui, un égoutier, reprenait le médecin.

L'homme d'argent n'a pas compris. Il est douteux qu'il comprenne même à
l'heure qu'il est.

Un mot, en passant, sur le procès des escargots.

Cette semaine, une députation de douze escargots, venus du bas
Languedoc, a comparu à la barre de l'Académie de médecine. On accusait
ceux de la tribu d'avoir causé l'empoisonnement de sept personnes.
Jusqu'à ce jour ces gastéropodes avaient été d'une innocence
incontestée. Qui les a pervertis? On a parlé d'un novateur du nom
d'Allix. Un jour, il y a vingt-deux ans, ce novateur a cherché à faire
d'eux, un télégraphe, d'une nouvelle espèce, qu'il appelait: les
escargots sympathiques. Mais la théorie n'a été couronnée d'aucune
espèce de succès. D'ailleurs Allix, qui est un ancien membre de la
Commune, expie à la maison des fous de Charenton sa témérité à cet égard
et d'autres peccadilles. Pour en revenir aux escargots, la science ne
s'expliquait pas qu'ils se fussent mis tout à coup à empoisonner sept
personnes à la fois. De là le procès en question.

Après la lecture de l'acte d'accusation, M. Claude Bernard, président, a
exposé que jusqu'au mois d'avril dernier, les prévenus n'avaient mérité
que des éloges pour la manière agréable dont ils se laissaient manger en
société, quand on les apprêtait avec du beurre de Bretagne, du gingembre
et des fines herbes. Comment donc sont-ils sortis d'une mansuétude si
louable?

Une voix.--Permettez, monsieur le président. Je suis escargot de père en
fils. C'est à moi qu'a été dévolu le soin de présenter la défense
commune. Voulez-vous me permettre de plaider les circonstances
atténuantes?

M. Claude Bernard.--Avocat, vous avez la parole.

L'escargot.--Messieurs les savants, nous ne prétendons pas nier le crime
qui est imputé à quelques-uns des nôtres; seulement il s'agit d'un crime
involontaire. A qui donc incombe la responsabilité des sept
empoisonnements? A ceux qui nous avaient placés dans celui des cantons
de Cette où il y a en abondance du buis, de l'euphorbe et du fusain.
Messieurs les savants, n'ayant pas eu, comme vous, l'avantage d'étudier
la chimie, quelques-uns des nôtres se sont nourris de feuilles qu'ils ne
savaient pas imprégnées de substances vénéneuses. Au bout du compte, ils
ont été les premières victimes de leur imprudence, puisqu'ils ont été
les premiers empoisonnés. _(Profonde sensation.)_ Messieurs les savants,
voulez-vous que nous redevenions les purs escargots d'autrefois?
Nourrissez-nous comme les vignerons de la Bourgogne ont le bon esprit de
nous nourrir, _id est_, c'est-à-dire avec des feuilles de vigne et des
branches de prunier sauvage. Si vous y ajoutiez des feuilles de
betteraves, vous pourriez voir que ni l'écrevisse des Marais, ni même
l'huître d'Ostende, ne sauraient nous être comparées. (_Ce dernier
mouvement oratoire est suivi de nombreux applaudissements._)

M. Claude Bernard, _avec des larmes dans la voix._-La cause est
entendue. Sur ce qui vient d'être dit si éloquemment, l'Académie de
médecine accorde aux escargots le bénéfice des circonstances
atténuantes. Les prévenus peuvent retourner dans leurs familles.
(_Nouveaux applaudissements._)

 Il est arrivé de Londres des artistes qui veulent absolument jouer
chez nous Shakespeare en anglais. On les a remisés au petit théâtre de
l'Athénée, construit en vue de l'opérette. Donner en cet endroit
_Othello, Hamlet, Macbeth_, c'est comme si l'on cherchait à faire
manoeuvrer une armée dans un appartement de garçon. La tentative n'en
est pas moins de celles qu'on doive encourager. Réussira-t-elle? Tout
bon esprit le souhaite; pour moi, j'en doute. En quarante années, il
aura été pratiqué trois essais de ce genre, et toujours sans succès.
Infatués de nous-mêmes, élevés dans la pratique d'un chauvinisme sans
nom, nous n'avons jamais pu nous résoudre à apprendre la langue des
autres. A plus forte raison nous arrangeons-nous pour ne jamais rien
admettre de leur théâtre. Je viens de parler de plusieurs immigrations
de comédiens anglais à Paris. La première a eu lieu pendant les beaux
jours du romantisme, par le fait d'artistes d'élite au milieu desquels
se trouvait la célèbre Mlle Smithson, qui est devenue depuis lors Mme
Hector Berlioz. Cette première entreprise a fait quelque bruit, mais, au
fond, elle a échoué. À cette époque-là, il n'y avait pour comprendre
l'anglais parlé que quelques employés du commerce: _English spoken
here_, comme disent les carreaux de vitres. Plus tard, nouveau
débarquement d'Argonautes dramatiques dont Macready faisait partie. Il
fallait l'entendre, Macready! Il pleurait presque de rage. Couvert de
fleurs à Londres, délaissé dans cette autre grande ville qui se flatte
d'être la capitale du monde, il n'y comprenait plus rien. Le grand Kean
lui-même, ressuscitant pour nous charmer, n'aurait attiré personne.
Voilà une troisième manifestation. Nous verrons ce qu'elle donnera.

Ne croyez pas que cet exclusivisme prenne uniquement l'anglais pour
point de mire. Faute de pouvoir entendre l'allemand, nous avons
poursuivi jadis du même dédain des acteurs d'outre-Rhin qui nous
apportaient Goethe et Schiller dans leur sac natif. En fait de théâtre
étranger, Paris n'accepte que l'italien, ce qui ne veut pas dire qu'il
l'entende. Il suffit d'avoir passé une seule soirée à la salle Ventadour
pour se convaincre qu'on ne l'écoute même pas. Notre public
aristocratique va là pour voir et pour être vu. Affaire de genre, rien
de plus. La musique chatouille agréablement nos oreilles de maroquin
quand elle est de Cimarosa, de Bellini ou de Rossini; mais c'est bien
plus des diamants de la loge voisine qu'on s'occupe.

 Méry, incomparable persifleur, se moquait avec une rare intrépidité
de ce prétendu culte du beau monde pour la musique italienne. Il fallait
le voir mimant les allures des petits crevés du temps de Louis-Philippe
et les singeries des belles dilettantes du même règne. C'était une
saynette tout entière.

--Sur quinze cents spectateurs, disait-il, je gage qu'il n'y en a pas
cinquante qui sachent la moitié d'un mot italien. C'est ce qui fait
qu'il est si drôle de voir un petit monsieur frisé expliquer le livret à
la belle dame qu'il accompagne. Tenez, voici de quelle façon il
s'exprime: «Je vous disais, madame, que _libretto_ signifie librement,
avec toute liberté. _Libretto_ vient de liberta, et c'est forcé. _Viva
la liberta!_ vive la liberté!»

--Ce que c'est, monsieur, répondit la dame avec un mouvement d'éventail,
que d'ignorer une aussi belle langue que l'italien! Je m'étais figuré
que _libretto_ signifiait bêtement livret, un petit livre. De livre
qu'on dit peut-être en italien _libro_. Mais veuillez m'expliquer la
pièce que nous allons avoir le bonheur d'entendre. Mon ignorance vous en
saura un gré infini.

--C'est la _Norma_, madame, la _diva Norma!_ la sublime _Norma_, la
_superba Norma!_

Il faisait une analyse tout de travers, cela va sans dire; puis tout à
coup la dame:

--Que signifient ces mots écrits au bas de la liste des personnages:
_Druidi, Bardi, Eubagi, Guerreri et Galli?_

--Ce sont les noms des acteurs qui ont joué la pièce en Italie. Ce sont
MM. Bardi, Guerreri et Galli: le fameux Galli, dont vous avez entendu
vanter la belle voix.

--Ignorante que je suis! Ne m'étais-je pas figuré que Guerreri se
traduisait par guerriers, Bardi par bardes et Galli par gaulois?

Mais le grand prêtre entrait en scène, en chantant à pleine voix: _Ite,
sui colli!_

--Qu'est-ce que ça veut dire, monsieur?

--Ça veut dire: «Otez son collier!» Il s'agit d'un collier. Un collier
passé au cou d'une femme. _Ite sui colli!_ C'est à la clef de _fa: ô...
ô... ô...tez So...on co...ier!_

--En vérité! Sans vous, j'aurais cru tout simplement que _Ite_ était
l'impératif de _ire_, aller, et _sui_ la contraction de _sopra:_ ou de
_solli i sui_ et que _colli_ voulait dire les collines, les montagnes,
_Ite sui colli!_ «Allez sur les montagnes, ô druides!»

--Erreur, madame. Il ne s'agit pas de montagnes, mais de collier. «Otez
son collier.»

--Je vous suis reconnaissante de votre traduction, monsieur.

Méry régalait ses amis de ces scènes amusantes vers 1840. Les travers
qu'il s'entendait si bien à plaisanter fleurissent encore en 1873, tant
nous sommes un peuple changeant.

 Chateaubriand disait: «Les rois s'en vont»; George Sand écrit: «Les
châteaux passent». Que reste-t-il donc pour rappeler le droit du passé?
Les noms de l'industrie et souvent les noms de la structure la plus
bizarre.

Témoin un fait d'hier.

Rigollot avait fondé une pharmacie à Saint-Étienne; il la céda pour
venir en établir une autre à Paris. C'est alors qu'il imagina un
sinapisme connu de tout l'univers. Un beau jour, son successeur voulut
l'imiter. Il usurpa son nom; il le colla sur ses produits. De là,
procès. Les tribunaux ont prononcé. Ils donnent gain de cause au
fondateur de la dynastie. Leur sentence contient, en substance, une
sorte d'aphorisme:

--On ne peut pas plus toucher au nom des Rigollot qu'au nom des
Montmorency.

 Dans mon Courrier de la semaine dernière, je rapportais un trait de
Thibaudeau, l'ami d'Armand Carrel. Il paraît que le mot fait en ce
moment son tour de France. Combien d'autres on pourrait citer!

Thibaudeau avait une antipathie à part. Né en bon lieu, puisqu'il était
fils d'un Conventionnel, que Napoléon avait fait comte, il criblait de
brocards les bohèmes, qui, vivant dans une mansarde, ont la rage de
parler du grand monde. Toutes les fois qu'il apercevait un article sur
le _high-life_, il disait:

--Je parie cinq louis contre un sou que cela vient d'un pauvre diable
qui n'a pas de bottes!

Un jour, on vantait devant lui les romans de C*** conteur dépenaillé qui
ne pouvait se donner des airs de gentilhomme que dans ses livres.

--Il peint bien le faubourg Saint-Germain, lui disait-on.

--Le faubourg Saint-Germain! répliqua Thibaudeau. Si celui-là l'a vu, ce
n'a pu être qu'en le regardant à travers une chaise percée.

Philibert Audebrand.



L'ÉVACUATION

[Illustration: ASPECT DES RUES DE NANCY AU MOMENT DU
DÉPART DES TROUPES D'OCCUPATION.
CINQ MINUTES AVANT.                     CINQ MINUTES APRÈS.]

[Illustration: SCÈNES DE L'OCCUPATION ALLEMANDE.--La prière
du soir.]

[Illustration: L'ÉVACUATION.--L'artillerie allemande quittant Belfort.]



NOS GRAVURES

L'évacuation

C'est vers le 17 juillet que les cinquante mille Allemands qui formaient
l'armée d'occupation ont commencé à évacuer nos départements pour se
diriger vers l'Allemagne. Le 3 août seulement, le dernier Prussien
franchissait la frontière; une seule ville en France, celle de Verdun,
avait la douleur de subir encore pour quelques semaines l'occupation
étrangère.

Cet événement a une importance trop considérable pour que nous nous
bornions à lui consacrer quelques lignes: pas à pas, nous avons suivi
l'étranger, nous avons assisté à toutes les fêtes auxquelles a donné
lieu son départ, élan d'enthousiasme spontané qui, sauf à Charleville,
n'a provoqué aucun tumulte.

L'évacuation a commencé naturellement par les points les plus éloignés;
chaque jour amenait un nouveau départ. Rethel, puis Mézières,
Charleville, Sedan.

Un incident a marqué la marche des Bavarois de Charleville à Sedan.
Plusieurs soldats ont succombé à la fatigue et à la chaleur. En défilant
devant la statue de Turenne, plusieurs de ces malheureux sont tombés, et
les coups de leurs sous-officiers ont été impuissants à les relever.

La population a, dans cette circonstance, oublié tous les griefs qu'elle
avait contre ces mêmes soldats qui, trois années auparavant, avaient
incendié Bazeilles, tué des femmes, des enfants. Les pompiers de la
ville ont escorté à leur dernière demeure les victimes que les Allemands
avaient laissées derrière eux.

Les pompiers de Sedan honorant ceux que l'on a si justement nommés les
_pompiers de Bazeilles_, quel spectacle et quelle éloquente leçon!

Après Sedan est venu le tour de Toul: cette pauvre ville bombardée
pendant la guerre n'avait pas eu trop à souffrir de l'occupation; le
hasard lui avait donné pour commandant de place un enfant même de la
ville, un Prussien né à Toul en 1815. Aussi l'étranger n'a-t-il ici fait
aucune de ces démonstrations qu'il recherche si volontiers ailleurs. Pas
de musique bruyante, de bravades inutiles. A quatre heures du matin, les
troupes s'éloignaient par la porte de Metz, franchissant ces remparts
que leurs obus avaient à moitié détruits. Au même instant, les maisons
se couvraient de drapeaux, les rues étaient jonchées de mousse et des
ares de verdure et de fleurs enlaçant les croisées donnaient à
l'héroïque cité un aspect vraiment féerique.

A Nancy, l'évacuation avait une importance toute spéciale, à cause de
l'agglomération de la population et du nombre d'Alsaciens-Lorrains qui
s'étaient réfugiés dans cette ville pour conserver leur qualité de
Français.

Il n'y avait d'ailleurs à craindre ni trouble, ni tumulte; le contact
était forcément de chaque jour, et en toute circonstance les Nancéens
avaient prouvé que l'on pouvait se fier à leur patriotisme et à leur
sagesse. Entre les Allemands et les Français se dressait une barrière
plus inflexible que les sentinelles, qui ne permettait aucun
rapprochement.

Chaque soir, à neuf heures, au moment où les habitants se pressaient sur
la place Stanislas, la trompette allemande donnait le signal de la
prière, mélodie étrange, sauvage, qui rappelle le choral de Luther.
Aussitôt le poste prenait les armes et se rangeait sur deux lignes;
devant elles, l'officier psalmodiait une courte prière que les hommes
écoutaient tête nue.

La foule regardait ce spectacle si nouveau pour elle, et pas un cri, pas
une provocation ne se produisait.

On attendait avec impatience le moment du départ. C'est par les baraques
du Champ de Mars qu'il a commencé. La ville avait été obligée d'élever
ces logements spacieux pour loger les nombreux soldats que la méfiance
du gouvernement allemand avait accumulés à Nancy. Pour satisfaire toutes
les exigences des vainqueurs, il avait été nécessaire de matelasser
toutes les baraques, de façon à ne donner aucune prise à l'humidité. Ces
logements étaient presque élégants, ils renfermaient des ameublements
complets, mille objets chaque jour réclamés. Si l'on en juge par le
nombre des voitures que les Prussiens ont employées de ce côté, il est
permis de croire que le déménagement a été complet.

Le 1er août enfin, les quelques bataillons qui restaient dans la ville
se sont éloignés.

A six heures du matin, les troupes massées sur la place Stanislas furent
passées en revue par le général Manteufel, puis la colonne s'éloigna par
la porte des _Volontaires_.

Le pont qui traverse le canal avait été abaissé, et de nombreux bateaux
stationnaient le long du bord. A peine le dernier Prussien était-il
passé que le drapeau était hissé aux mâts. Toutes les maisons sont
pavoisées, et à côté des couleurs nationales on remarque avec
attendrissement les bannières de l'Alsace et de la Lorraine recouvertes
d'un crêpe.

Il s'en faut de beaucoup que les Allemands conservent dans la marche la
discipline sévère qu'ils observent dans les villes: les uns chantent,
d'autres boivent à même une dernière bouteille de vin de France; un
officier, le sabre au fourreau, fume gravement en marchant l'immense et
classique pipe de porcelaine.

Après Nancy, la ville industrielle, Belfort, la cité héroïque, qui porte
encore les traces du bombardement.

C'est à regret que les Prussiens s'éloignent de cette ville qu'ils
prétendaient garder. Ils sortent à cinq heures du matin par la porte de
Brisach. La route passe entre les forts de la Justice et de la Miotte,
presque aux pieds de cette tour qu'ils viennent de renverser, en
détruisant les étais qui la soutenaient.

C'est là que se trouve le cimetière de Belfort, et grâce à une
souscription publique on est en train d'élever un monument aux mobiles
tombés sous le feu de l'ennemi.

Derrière les Allemands, au moment même où le drapeau national est hissé
au sommet du château, on démolit les baraquements qui servaient de
logement aux Prussiens, et qui seront inutiles à nos soldats que l'on
attend avec une fiévreuse impatience.

L'évacuation est terminée, et dans moins d'un mois la libération du
territoire sera complète.

O. L. F.


La Répétition, par M. Torrents.

L'austère costume des deux capucins avec leurs robes brunes, leurs épais
capuchons, les cordes grossières qui leur ceignent les reins, contraste
étrangement avec le luxe de la pièce où nous les voyons; la richesse des
dessins qui ornent le dos du fauteuil où est assis l'un d'eux,
l'épaisseur des tapis, la magnificence du pupitre, les tentures, les
tableaux qu'on aperçoit dans le fond, tout concourt à faire ressortir
davantage encore les sévères figures des personnages qui semblent se
préoccuper si peu des belles choses qui les entourent; sans doute
sommes-nous dans quelque antique abbaye, dans un coin réservé des
anciens appartements du prieur. Qu'importe, d'ailleurs, aux deux moines?
Ils ont eu soin d'envelopper d'un tapis leur précieux livre de musique,
avant de 1e poser sur le pupitre, et ils sont tout entiers à leur étude;
ils doivent être prêts pour la fête de demain, et ce n'est pas dans
l'église, au milieu des fidèles, qu'il faudrait se tromper; ils n'ont
même pas droit d'hésiter. Aussi voyez comme ils travaillent, avec quelle
attention soutenue celui qui est assis déchiffre les notes l'une après
l'autre, tandis que son compagnon semble l'aider de la parole et du
geste; les deux têtes sont d'une rare puissance d'expression, d'une
remarquable énergie de caractère; elles se détachent avec un relief
étonnant sur ces fonds de richesses un peu assombries. L'oeuvre de M.
Torrents a obtenu un grand succès au Salon de cette année, et elle le
méritait, ne fût-ce que par ce cachet d'originalité toute personnelle
qu'il a su lui imprimer.


Les tremblements de terre en Italie

A la fin de juin et dans les premiers jours de juillet, de violentes
secousses de tremblement de terre se sont fait sentir dans la Vénétie,
et plus particulièrement dans la ville et dans la province de Bellune,
qui ont été fort éprouvées. La charmante villette de Fadalto, si
agréablement située sur le flanc d'une haute montagne, a été à moitié
détruite; de même Santa-Croce, Favra, Alpago. La désolation était
partout, où que ce fût que l'on regardât, au midi comme au nord. A San
Pietro di Feletto, les conséquences du tremblement de terre ont été
terribles. Le toit de l'église de ce bourg s'est écroulé, et comme
c'était la Saint-Pierre ce jour-là, beaucoup de personnes se trouvaient
à l'Église et ont péri écrasées sous les décombres. A Vittoria, il y a
eu des morts également. A Conegliano, les créneaux d'une vieille tour se
sont écroulés et ont crevé la toiture d'une église voisine et celle
d'une maison particulière. Il n'y a point eu de victimes, mais on se
figurera facilement l'épouvante des locataires voyant tomber au pied de
leur lit cette pluie de pierres. Après les premières secousses et leurs
suites, tous les habitants de ces localités, frappés d'une terreur bien
motivée, avaient fui dans la campagne, où ils campaient sous les tentes.

Une partie de la population de Bellune en avait fait autant, l'autre
s'était réfugiée sur le Campitelli, où régnait une véritable terreur. En
effet, ou comptait dans la ville un certain nombre de morts, et beaucoup
de maisons et d'édifices publics avaient subi les plus graves dommages.
Nos dessins représentent quelques-uns de ces édifices, après le
tremblement de terre. C'est d'abord l'intérieur du choeur de la
cathédrale, absolument détruit; puis l'église de la Madone des Grâces,
joli petit temple prostyle d'ordre ionique, si endommagé, que l'autorité
a dû en ordonner la démolition, qui est un fait accompli aujourd'hui.
C'est enfin le castello Buzatti et le bureau télégraphique, dont
l'aspect est lamentable. Ces ruines ont été choisies entre cent autres,
car ce numéro n'eut pas suffi à en contenir seulement la dixième partie.
Aussi, quel désastre pour la population, et combien de positions,
naguère prospères, actuellement perdues! N'appuyons pas sur ce tableau
lugubre.

D'après notre correspondant, la sensation produite par le terrible
phénomène météorologique de la fin de juin a été des plus
extraordinaires. La terre solide semblait s'être tout à coup transformée
en une masse liquide sur laquelle les maisons éprouvaient un mouvement
de tangage analogue à celui que subit le navire, en mer sous l'influence
de vagues se succédant les unes aux autres avec rapidité. Il y eut en
tout quatorze ondulations, dont sept de l'arrière à l'avant et sept de
l'avant à l'arrière, chacune de ces ondulations ayant une seconde de
durée et la régularité du mouvement d'oscillation du pendule d'une
horloge. Au dernier mouvement, tout s'arrêta subitement sur le point
central, la terre redevint solide comme auparavant, et instantanément
les maisons se redressèrent et se replacèrent dans leur équilibre
naturel. Si ces vagues terrestres se fussent succédé avec plus de
rapidité et n'eussent pas conservé un mouvement lent et uniforme, les
ruines, déjà trop nombreuses, eussent été incalculables.

L. C.


Le général Johan Kohler

Nous avons rendu compte en son temps de l'expédition dirigée par la
Hollande contre le sultan d'Atschin (Sumatra); notre numéro 1576
contenait même un dessin représentant l'attaque du Kraton. On sait le
malheureux résultat de cette tentative, dans laquelle fut tué le
commandant en chef du corps expéditionnaire, le brave général Kobler,
dont nous donnons aujourd'hui le portrait.

Le général Kohler était né à Groningue, le 3 juin 1818. A quatorze ans
il s'engagea et fit, comme simple soldat, de 1832 à 1831, la campagne de
Belgique. Nommé sergent en 1838, il passa en cette qualité dans l'armée
des Indes, où il obtint en 1840 le grade de sous-lieutenant. Capitaine
en 1852, il obtint en même temps le commandement militaire des Lampongs,
partie sud-est de Sumatra; et, dans l'expédition qui eut lieu en 1856
dans cette région, il se distingua de telle sorte que le roi de Hollande
le nomma chevalier de l'ordre militaire de Guillaume, dont la devise:
«Pour le courage, la capacité et la fidélité,» lui était de tous points
applicable.

C'est sa belle conduite dans cette campagne et la connaissance qu'il
avait de l'île de Sumatra qui le fit appeler, au commencement de cette
année, au commandement du corps expéditionnaire dirigé contre le sultan
d'Atschin. Inutile d'ajouter qu'il était alors arrivé au grade de
général, après avoir passé par tous les grades intermédiaires.

Au moment du départ, les troupes défilèrent à Batavia devant le
gouverneur général, qui exprima au commandant en chef ses voeux pour le
succès de l'expédition.

--Excellence, nous ferons notre devoir, répondit simplement le général
Kohler.

Il tint sa promesse, sa mort en fut la preuve bien douloureuse. Disons
comment il fut frappé, mais rappelons d'abord en quelques lignes les
diverses péripéties de la lutte qui allait s'engager.

Le corps expéditionnaire se composait des 3e, 9e et 12e bataillons
d'infanterie, et d'un bataillon de Barisans, miliciens madurais
mobilisés. Aux Indes néerlandaises, il n'y a pas de régiments. Les
quatre bataillons formaient un effectif de 2730 hommes, auxquels il faut
ajouter un détachement de cavalerie, un détachement du génie et une
batterie attelée de 4 obusiers. En tout 4000 hommes environ, sans
compter les forçats destinés au service des corvées, bien entendu. Le
débarquement eut lieu le 8, au matin, sans grande résistance de la part
de l'ennemi, qui, après une perte de 80 hommes, se retira dans une
fortification faite de fragments de rocs et située sur le bord de la
mer. Cette fortification, infructueusement attaquée le jour du
débarquement, ne put être enlevée que le lendemain. Le 10, attaque et
prise de la mosquée d'Atschin, le _Missigit_, prononcez Missiguite.
Malheureusement des retranchements établis par l'ennemi, au delà de la
mosquée, à l'extrémité d'une petite plaine carrée de 600 pas d'étendue
environ, rendait la place intenable, et le Missigit dût ce jour-là être
abandonné. Le 11, repos. Le 12, combat violent qui dura jusqu'à cinq
heures du soir autour de la mosquée. Rien d'important le 13; la journée
fut employée par les Hollandais à fortifier leur camp sur le bord de la
mer, mesure de précaution que la résistance inattendue des Atschinois
rendait nécessaire. Le lendemain 14, les troupes s'emparèrent pour la
seconde fois du Missigit et établirent leur bivouac au contre de
l'édifice, qui les protégeait de ses murailles en ruines. Pendant
l'assaut, l'avant-garde s'était portée en avant, sous une pluie de
projectiles, et peut-être serait-elle parvenue à enlever les positions
ennemies, si elle n'eut été contrainte de s'arrêter devant un obstacle
infranchissable: une rivière dont les Hollandais ignoraient complètement
l'existence. Un rapport fut aussitôt adressé au général Kohler qui,
désirant s'assurer de l'importance de l'obstacle qu'on lui signalait,
voulut, malgré toutes les instances, se transporter en personne sur les
lieux. Lorsqu'il y arriva, la fusillade y était dans toute son
intensité, et les projectiles y pleuvaient. Aussi, quelques minutes
s'étaient à peine écoulées que le général, atteint au coeur d'une balle,
tombait foudroyé. Deux jours plus tard, les Hollandais retournaient à
leur campement, d'où ils ne devaient plus sortir que pour se rembarquer.

C'est ainsi qu'est mort le général Johan Kohler, et que l'armée
hollandaise a perdu en sa personne un officier distingué, estimé de tous
pour sa bravoure, ses capacités et son humanité. Son corps fut ramené à
Batavia par la flotte, et ses obsèques eurent lien dans cette ville, en
présence d'une foule immense et douloureusement émue. Le général laisse
une veuve et plusieurs enfants. Son père vit encore. Il est âgé de
quatre-vingt onze ans et habite Groningue.

L. C.


Les Invalides de Bronbeek

(Kolonial-Militair-Invalidenhuis)

Amsterdam, 30 juillet 1873.

AU DIRECTEUR.

«Vous avez pensé, avec juste raison, qu'au moment où l'on s'occupe en
France de réformer, ou plutôt de transformer l'hôtel des Invalides, il
était bon que le public fût mis au courant de ce qui se passe à
l'étranger, et vous m'avez demandé d'étudier la question en Hollande. Je
viens aujourd'hui m'acquitter de ma tâche, et je m'empresse de vous
faire savoir qu'elle m'a été d'autant plus agréable, que l'établissement
de Bronbeek est fort intéressant et mérite toute l'attention de nos
graves législateurs.»

Au reste, jugez vous-même.

Aussitôt votre lettre reçue, j'ai pris le chemin de fer rhénan qui m'a
conduit à Arnhem. D'Arnhem à Bronbeek la distance n'est pas grande. On a
pour une demi-heure d'agréable promenade. La route est belle, ombragée
par de grands arbres centenaires, bordée de frais ruisseaux et de
délicieuses villas, dont les jardins admirablement soignés viennent,
sans barrières ni clôtures, s'étaler jusqu'au bord du trottoir.

Bronbeek est situé dans cette partie de la Gueldre qu'on appelle la
Suisse néerlandaise.

Là, au milieu d'un parc immense, précédé par une pelouse magnifique,
s'élève le _Kolonial-Militair-Invalidenhuis._ (Maison des Invalides de
l'armée coloniale.)

Devant la façade de l'établissement se trouve un gracieux pavillon. Ce
pavillon, qui fut jadis habité par le comte de Chambord, sert
aujourd'hui de demeure au Generaal-Majoor J. C. J. Smits, gouverneur de
Bronbeek. C'est vers ce point que j'ai tout d'abord porté mes pas.

J'avais l'honneur de connaître, déjà depuis quelque temps le brave
général Smits, qui est un des officiers généraux les plus remarquables
qu'ait produits l'armée des Indes. Aussi, dès qu'il connut le but de ma
visite, voulut-il me fournir lui-même tous les renseignements qui
m'étaient nécessaires et me montrer en détail les bâtiments, les
dépendances et les différents services.

Les invalides sont au nombre de 210, parmi lesquels environ 40
sous-officiers. Ils habitent un vaste bâtiment élégamment construit en
briques et en fer, dont je vous envoie le dessin, et qui ne ressemble en
rien à une caserne. L'établissement a deux étages. Au rez de chaussée se
trouvent les services généraux: salles à manger, salles de conversation,
cuisines, cantine et café, la salle de billard et deux autres pièces sur
lesquelles j'aurai occasion de revenir, la bibliothèque et la chapelle.

Le premier sert d'habitation aux invalides. Ils logent dans de vastes
nièces bien aérées, hautes de quatre à cinq mètres, larges à proportion
et munies de grandes et belles fenêtres qui donnent sur la campagne.

Toutes ces chambres sont desservies par une longue galerie pleine de
fleurs, et dont les murs sont tapissés d'armes et de drapeaux enlevés à
l'ennemi. Cette galerie sert de promenoir aux pensionnaires quand le
temps ne leur permet pas d'aller faire un tour dans le parc.

Celui-ci, qui ne comprend pas moins de neuf hectares entièrement clos,
est fort joliment vallonné et planté de beaux arbres. Il est arrosé par
une gentille rivière dont le cours sinueux est agrémenté de gracieuses
cascades. Les cygnes blancs comme la neige, les canards aux mille
couleurs s'ébattent joyeusement sur ses bords ou sillonnent son courant.
A droite et à gauche des massifs de fleurs, tranchant sur le vert sombre
du gazon, viennent mirer dans ses eaux leurs corolles diaprées.

Les invalides sont très-fiers de leur rivière. Ils en sont amoureux.
Mais cet amour n'est pas absolument platonique. Car en échange de leurs
bons soins, la gentille rivière leur donne (grâce à la pisciculture),
des truites magnifiques et des carpes non moins belles.

Ce n'est pas du reste la seule ressource qu'offre à ces braves gens leur
installation rustique. Ils ont une vacherie qui ne contient pas moins de
douze bêtes à cornes, et qui leur fournit du lait et du beurre autant
qu'ils en peuvent désirer. Ils ont une porcherie qui renferme une
cinquantaine de ces animaux peu gracieux, dont les flancs recèlent des
mines de saucisses, de boudins et de lard. Ajoutez à cela un potager
considérable, une basse-cour bien garnie et une provision de mille à
douze cents lapins, et vous comprendrez qu'il n'y a point à s'inquiéter
de l'ordinaire de ces bons invalides.

Ils ont même quelques plats que je recommanderai d'une manière toute
particulière aux gourmets. Entre autres le jeune lapin accommodé au riz
et au karrie. C'est un manger délicieux dont ils se régalent souvent et
qui leur rappelle les Indes, c'est-à-dire la jeunesse.

La cuisine est, comme le reste, d'une propreté appétissante. Tout y est
net, immaculé. Les cuisiniers eux-mêmes sont irréprochables! On sent
qu'on a affaire à de méticuleux Hollandais.

J'ai dit que je parlerai de la bibliothèque et de la chapelle. La
bibliothèque ne renferme pas moins de 1200 volumes, qui sont à la
disposition des invalides et dont ceux-ci usent largement.

Il y a des livres de toutes sortes, mais ce sont les romans qui sont le
plus recherchés.

Quant à la chapelle, elle sert à la célébration des deux cultes
dominants: le culte catholique et le culte protestant. La chaire du
_prédicant_ est en face de l'autel. Tous deux sont munis de grands
rideaux verts. Quand le prêtre officie on voile la chaire du pasteur, et
l'on voile l'autel quand le pasteur monte en chaire pour expliquer la
parole de Dieu.

Je vous laisse là-dessus faire tels commentaires qu'il vous plaira. Pour
moi, j'ai été profondément ému de cette naïve simplicité. Il m'a semblé
toucher du doigt la solution d'un gros problème. Mais, hélas! est-il
donc besoin d'être invalide pour avoir au fond du coeur un peu de
charité et de tolérance.

Au moment où nous achevions notre visite:

--Je voudrais savoir, me demanda le général, ce qui vous a le plus
frappé dans notre établissement.

--C'est, répondis-je, l'excellente tenue de vos hommes, leur propreté,
leur air de contentement et de santé, trois choses peu communes chez les
vieillards.

--Cela provient de ce que nous avons une discipline de fer. Avec des
gaillards qui appartiennent à toutes les nations (car il y a des Belges,
des Espagnols, des Allemands, des Russes et même des Français), il faut
que personne ne puisse s'écarter de la règle. En outre, toute notre
organisation repose sur deux grands principes: travail et distractions.
Chacun de nos invalides doit donner à ses camarades la somme de travail
que ses forces lui permettent. De cette façon, nous augmentons, dans une
mesure considérable, le bien-être de la maison. Nos hommes le
comprennent et travaillent de bon coeur. Aussi, grâce à notre
exploitation agricole, il n'y a guère que le pain et la viande qui nous
viennent du dehors. Tout se fait ici. Nous avons des charrons, des
menuisiers, des bottiers, des tailleurs, tous les corps d'état en un
mot; nous avons même un atelier de reliure.

Le résultat pratique de tout ceci, c'est que nos dépenses se trouvent
singulièrement amoindries et que nos ressources s'augmentent d'autant.
De sorte que nous pouvons, hiver et été, prodiguer à tous ces braves les
distractions qui leur sont chères. Je ne vous parle pas des trente ou
quarante journaux que nous recevons, des jeux de cartes, de quilles, de
boules, de dominos, non plus que de la salle de billard et des
promenades en musique. Tout cela est de droit. Mais nous avons en outre
des concerts, des conférences, des soirées théâtrales, des soirées
gymnastiques et des soirées littéraires.

Dès que j'apprends qu'il se trouve à Arnhem un prestidigitateur, un
virtuose ou quelque artiste de passage, il est mandé ici. A défaut
d'artistes étrangers, le café-concert nous envoie régulièrement ses
chanteurs et ses chanteuses, qui nous mettent de belle humeur pour
quelques jours. Puis pour mêler l'utile à l'agréable, je complique le
tout de conférences sur l'hygiène, l'histoire ou les merveilleuses
découvertes du siècle.

--Pour compléter la liste des distractions, ne pus-je m'empêcher de
dire, il ne vous manque guère que des bals.

--Y pensez-vous? 11 nous faudrait pour cela admettre des femmes chez
nous, et elles sont sévèrement exclues, car elles seraient ici un
élément de discorde, et...

--Comment, vous croyez que ces vieux débris...

--Il n'y a pas d'heure pour les braves, interrompit en riant mon aimable
cicérone.

N'ayant rien à objecter, je me mis également à rire.

--L'établissement, continua le général, est très-sain et le régime
très-hygiénique. Nos hommes vivent longtemps et meurent sous à un âge
très-avancé. Cependant il leur faut, pour être admis ici, au moins
quarante ans de service. Or, le service aux Indes est affreusement
pénible. Pour un oui, pour un non, on entre en campagne, et les
expéditions durent quelquefois six mois, huit mois, un an. Le climat est
terrible. Les fatigues sont énormes. Il faut subir tout cela pendant
quarante années pour avoir ce que vous voyez et une haute paye destinée
aux menus plaisirs.

--Et cette haute paye, de combien est-elle?

--De 10 cens (21 centimes) pour les soldats et de 20 cens (42 centimes)
pour les sous-officiers.

--Ce n'est pas énorme, fis-je, mais il faut ajouter à cela qu'ils sont
logés comme des princes, nourris comme des diplomates et divertis comme
des rois.

--Ils doivent cela à leur travail, me répondit le général, car sans
travail et sans discipline nous ne pourrions leur donner ni bonne chère,
ni distractions.

Je demandai ensuite au gouverneur de dessiner deux de ses vieux braves,
permission qui me fut gracieusement accordée.

Lorsque je commençai à _pourtraicturer_ celui qui possède une jambe de
bois, j'essayai de causer avec lui et lui fis quelques questions en
langue hollandaise.

--Vous perdez votre temps, me dit le général, car celui-là ne sait que
l'allemand. C'est un allemand pur sang.

--Pardon, mon général, répondit le vieux mutilé, je suis français et je
parle alsacien.

Inutile de vous dire combien je fus ému de cette revendication _in
extremis_.

Ma visite était terminée. Après avoir remercié le général gouverneur, je
repris le chemin d'Arnhem, non sans avoir jeté un dernier coup d'oeil
sur les arbres du parc, les corbeilles de fleurs, le gazon vert, les
cascades, les cygnes et les canards. Par un mirage assez singulier, je
vis alors repasser dans mon esprit l'hôtel des Invalides de Paris, tel
qu'il était au temps de ma jeunesse. Je revoyais les gros canons et les
petits jardins avec leurs monuments en rocailles et l'inévitable
statuette de plâtre coiffée du chapeau légendaire--les vieux grognards
ennuyés et ennuyeux, l'énorme marmite, la grande esplanade poudreuse et
brûlée par le soleil, tout cela m'apparaissait à la fois.--Malgré moi je
comparais... et franchement la comparaison n'était pas à l'avantage de
mes vieux souvenirs.

George Français.



[Illustration: LA RÉPÉTITION. D'après le tableau de M. Torrents.]



LES TREMBLEMENTS DE TERRE EN ITALIE.

[Illustration: Bellune.--Aspect des ruines du choeur de l'église.]

[Illustration: Bellune.--Le château Buzatti et le Bureau télégraphique.]

[Illustration: Bellune.--L'église de Notre-Dame des Grâces.]



La revue de détail

Cette revue a lieu tous les trois mois. La foule n'y court pas comme à
celles du bois Boulogne, car c'est pure affaire de ménage. Elle est
passée par un général ou par un intendant, et a pour but d'inspecter le
hâvre-sac du troupier, et de s'assurer s'il n'y manque rien des objets
qu'il doit réglementairement contenir.

Ces objets sont; une paire de souliers (le troupier en a deux), une
chemise (le troupier en a trois), quatre ou six mouchoirs, une patience,
un sac à brosses, une trousse et un nécessaire d'armes. La trousse
renferme un poinçon, du fil et des aiguilles; le nécessaire d'armes,
tous les ustensiles nécessaires au démontage et au remontage du fusil;
enfin le sac à brosses, quatre brosses différentes: brosse à habit, à
boutons, à étendre le cirage, à faire reluire.

Tous ces objets portent le numéro matricule de l'homme à qui ils
appartiennent.

Le jour de la revue venu, les hommes se rassemblent dans la cour de la
caserne, ou dans tout autre lieu. Ils se mettent en lignes comme on les
voit représentés dans notre dessin, debout, ayant à leurs pieds le
havre-sac, devant lequel ils ont préalablement étalé ce qu'il contient
sur un mouchoir symétriquement étendu. De plus, chaque soldat a posé son
livret sur le havre-sac. Ce livret est l'extrait, en ce qui concerne son
titulaire, de la main-courante, registre tenu par le fourrier et où est
inscrit le compte de chaque homme. Le livret contient donc la
nomenclature de tous les objets que doit renfermer le havre-sac.
L'inspecteur, général ou intendant, qui passe devant les lignes, n'a,
comme on voit, qu'à le consulter pour savoir tout de suite si rien ne
manque à l'appel. Ajoutons qu'il arrive rarement que tout ne soit pas au
grand complet, attendu que cette revue de détail est précédée, dans les
chambrées, de fréquentes revues qui ont le même objet et la rendent par
conséquent à peu près inutile.

L. C.



LA CAGE D'OR

NOUVELLE

(Suite)

Cependant, ayant réfléchi que dans des circonstances aussi graves, une
erreur, un mécompte, un retard dans une réponse pouvaient compromettre
non-seulement le succès de la grande entreprise, mais encore la vie de
milliers de braves gens, elle se décida à briser le cachet de
l'enveloppe et elle lut ce qui suit:

«Frère Makovlof, le tonneau si impatiemment attendu arrive d'Arkangel.
Comme, chez moi, les yeux sont aussi indiscrets que les langues y sont
babillantes, ne doutant pas que l'approche de la grande nuit ne t'ai
déjà ramené d'Odessa, je l'envoie à ta demeure. Tu n'ignores sans doute
aucune des précautions dont son contenu doit être entouré; ne les
néglige pas. Veille sur ce précieux dépôt avec la minutieuse sollicitude
d'une mère, si tu veux qu'au jour du triomphe, les _Enfants des
ténèbres_ boivent à ta santé.»

Ce billet était signé de Babovskine, le marchand d'étoffes orientales
dont Nicolas avait parlé à sa femme.

Bien que l'authenticité des confidences de son mari ne lui eût jamais
été suspecte, Alexandra fut satisfaite de les voir confirmées avec si
peu d'ambiguïté par cette lettre. Non-seulement la conspiration
existait, mais encore elle touchait à son dénouement. Elle commença par
imiter Nicolas en livrant aux flammes un papier aussi dangereux pour
celui auquel il était adressé que pour celui qui l'avait écrit, et elle
se disposa à recevoir le tonneau qu'on lui annonçait.

Les précautions recommandées indiquaient assez clairement que ce tonneau
devait renfermer de la poudre, des bombes, enfin quelques matières
explosibles qui auraient probablement leur emploi dans la «grande nuit»
dont parlait le marchand Babovskine. Elle chercha dans quel endroit de
la maison elle allait le placer; un seul lui parut sûr: c'était un assez
vaste cabinet attenant à sa chambre. Ce redoutable voisinage ne
L'effrayait pas; elle n'était pas fâchée de cette occasion de prouver à
son mari que son courage, son dévouement à la sainte cause n'étaient pas
au-dessous de ceux qu'elle avait admirés en lui.

Quand l'envoi d'Arkangel eût été porté dans cette pièce, elle en ferma
la porte et elle en prit la clé.

Une heure après, une des femmes de service descendait toute éperdue et
racontait que la chambre de sa maîtresse était le théâtre d'une
inondation dont il lui avait été impossible de découvrir l'origine.

Tremblant pour le dépôt des _Enfants des ténèbres_, Alexandra monta
précipitamment, elle ouvrit la porte du cabinet, et elle reconnut la
cause du désastre dans ce tonneau même; l'eau ruisselait de ses douves
disjointes comme d'une source. Un coup de hachette en fit sauter le
couvercle, et la pauvre femme resta pétrifiée en voyant combien elle
s'était abusée dans ses conjectures.

Loin de receler des engins destinés à l'anéantissement des tyrans, la
futaille avait protégé le transport d'un de leurs aliments les plus
recherchés. Elle montrait dans ses flancs entrouverts un de ces poissons
rarissimes que l'on pêche dans les eaux glaciales de la Dwina, qui sont
le luxe des dîners fastueux de Saint-Pétersbourg et de Moskow, et les
délices de leurs gourmets; un magnifique sterlet frétillant entre les
morceaux de glace dont il avait été entouré pour le conserver vivant, et
qui se fondaient à la chaleur de l'appartement.

Ce sterlet était pour Alexandra le sujet d'une effroyable déception et
celui d'une révélation lumineuse; il avait suffit d'un coup de sa queue
pour culbuter de fond en comble l'échafaudage des roueries diplomatiques
du marchand, en leur restituant leur caractère ainsi que le seul nom
qu'elles méritassent, celui du mensonge.

S'il avait été donné à Nicolas Makovlof d'assister à cette scène, si,
par la physionomie douloureusement bouleversée avec laquelle son adorée
Sacha, muette, immobile, pétrifiée, contemplait le tonneau effondré d'où
l'eau et la vérité s'échappaient pêle-mêle, il avait pu juger de ce qui
se devait se passer dans l'âme de sa femme, ses amoureuses espérances
auraient reçu le coup de grâce.


XIV

Nicolas Makovlof venait de quitter Odessa au moment même où, à trois
cents lieues de là, ce dieu borgne qu'on appelle le Hasard lui jouait le
mauvais tour de dévoiler les fourberies que l'amour conjugal lui avait
imposées.

Elles pesaient médiocrement sur sa conscience, il s'était mis en route
l'esprit joyeux. Il avait terminé, à sa complète satisfaction, une
importante opération commerciale;--il s'était raccommodé avec les cuirs
depuis quelque temps.--D'ailleurs, quand bien même il eût été moins
heureux dans cette grosse affaire, la joie de retrouver sa femme
suffisait complètement à le maintenir en belle humeur.

Pour ce qui était de cette propagande révolutionnaire qui avait donné un
vernis si poétique à son voyage, il n'avait commencé à s'en inquiéter
qu'au moment où sa voiture, ayant dépassé les dernières maisons du
faubourg, entrait dans la campagne. Il s'était mis alors à préparer le
canevas du bulletin de l'état incendiaire dans lequel il avait trouvé
l'esprit public, bulletin qu'il voulait assez pathétique pour satisfaire
les ardeurs patriotiques de madame Makovlof. Nous n'avons pas besoin de
l'ajouter, sa mission dans la Russie méridionale appartenait, comme le
reste, à la catégorie des chimères.

Dans toute cette fantasmagorie de conjurations, la société des _Enfants
des ténèbres_ était seule une réalité, à cela près qu'elle n'avait
jamais conspiré que contre l'estomac de ses membres, qu'en fait
d'exterminations elle ne se souciait que de celles du _tchi_--soupe de
chou et de gruau--des _piroggi_--petits pâtés au poisson--du
_bitok_--hachis de viandes--et autres mets nationaux. Elle avait été
constituée par quelques riches marchands qui, une fois par semaine,
après la clôture de leurs magasins, se réunissaient au
_Novo-Troïstkoï-Tratkir_, le plus célèbre cabaret de Moskow, pour s'y
livrer aux joies de la bonne chère extra-conjugale.

Par ce point de départ, on peut juger de quel prodigieux essor dont
l'imagination de Nicolas Makovlof était susceptible.

On s'étonnera peut-être qu'un homme, dont nous avons vanté le bon sens,
comptât sur la perpétuité du succès de ses fables et ne prévit pas que
tôt ou tard, un incident surgirait qui éclairerait Alexandra sur la
valeur exacte de ces hyperboles. Mais d'abord, c'est le propre des
artificieux de croire à l'éternelle puissance de leurs artifices; et
puis celui-là avait des raisons particulières d'être tranquille. Si de
loin en loin assez rarement, l'éventualité d'un dénouement fâcheux se
présentait à son esprit, il découvrait à ses torts des circonstances
atténuantes qui lui semblaient de nature à amortir singulièrement la
vivacité des reproches que l'intéressée aurait à lui adresser. S'il
avait quelque peu exagéré, amplifié, inventé, n'y avait-il pas été
contraint et forcé? Avant de s'y résigner n'avait-il pas, à vingt
reprises, essayé de démontrer à sa femme l'inanité de secs illusions
émancipatrices? S'il avait feint de se prêter à ce rôle de libérateur de
ses concitoyens, qu'elle avait rêvé pour lui et dont il avait si peu
l'étoffe, n'était-ce pas parce que c'était là l'unique moyen de
conserver ses bonnes grâces? Il concluait logiquement de tout cela, que
les plus éclatantes preuves de son amour pour Sacha étaient précisément
ses mensonges. Et puis, il espérait bien n'en être jamais réduit aux
désagréables extrémités d'une justification sur ce point; il savait
l'importance de l'imprévu, il comptait sur lui pour obtenir, avant de
l'avoir trop gagné, le prix que sa femme réservait à son héroïsme, ce
qui naturellement eut tout arrangé.

Notre héros roulait donc vers Moskow dans d'assez agréables
dispositions. La confession dont nous venons d'être les interprètes ne
nous empêchera pas d'affirmer que la pensée de la bien-aimée ne
l'absorbait pas moins qu'à l'époque où son amour pour elle l'avait
plongé dans un si lamentable désespoir; cependant, nous devons
reconnaître aussi que certaines préoccupations subalternes avaient pris
chez lui une importance qu'elles n'avaient nullement au temps que nous
rappelons. Il était un point sur lequel la fréquentation des _Enfants
des ténèbres_ l'avait gâté. Jadis, le rude mougik se préoccupait
médiocrement du contenu d'un plat, pourvu que ce plat fut plantureux, et
il broyait d'une mâchoire indifférente le salmis de gelinottes comme les
concombres salés, la galantine de saumon comme les champignons au
vinaigre. Ses nombreuses séances au restaurant de Troitza l'ayant initié
aux recherches et aux finesses de l'art de la _gueule_, il y avait pris
goût. Il était resté gros mangeur; mais il était devenu gourmet. Aussi,
avant de quitter Odessa, avait-il bondé son drowski des primeurs rares
que Constantinople expédié dans cette ville, et de provisions de
conserves de toute espèce. Les premières devaient figurer dans les
agapes fraternelles de la fameuse société; quant aux autres elles
étaient destinées à suppléer au médiocre ordinaire que le voyageur
devait trouver dans les maisons de poste, un genre d'auberges que l'on
ne rencontre qu'en Russie et qui ne sont pas sans quelque rapport avec
le radeau de la Méduse. C'est ainsi qu'avec l'idée que chaque tour de
roue le rapprochait d'Alexandra, et les intermèdes gastronomiques que
lui ménageait son caisson, le marchand fut à peu près insensible aux
fatigues de ce long voyage, fatigues d'autant plus grandes cependant
qu'il retrouva la neige dans les environs de Kiew.

En approchant de Kalouga, son coeur se serra et sa physionomie
s'assombrit. Tous les incidents de la visite qu'un an auparavant il
avait rendu à son seigneur se représentèrent à son esprit, mais au lieu
de s'emporter en vaines malédictions comme autrefois, il se demanda s'il
ne se trompait pas lui-même sur les dispositions d'Alexandra et, pour la
première fois peut-être, il douta de l'infaillibilité de ses ruses et de
ses subterfuges; après force réflexions, il resta convaincu que, dans la
tâche qu'il poursuivait, le rachat de son obrosk, fallût-il le payer un
million de roubles, était encore un moyen plus sûr et plus pratique que
la conquête même imaginaire du trône séculaire des Romanoff.

Lorsqu'il s'était rendu à Odessa, il avait évité Kalouga; il n'avait
point voulu passer dans le voisinage du maître excentrique et vindicatif
auquel il avait le malheur d'appartenir; mais maintenant, sa manière de
voir était complètement modifiée.

«Qui ne risque rien n'a rien,» se disait-il; d'ailleurs, ce n'est qu'au
figuré que les injures, que les menaces sont sanglantes; elles ne
trouent point la peau comme les balles auxquelles Alexandra voudrait que
j'exposasse la mienne. Dieu sait s'il m'en a accablé le vieux renard,
et, en vérité, n'étaient les singuliers caprices de ma femme, je n'en
aurais pas été plus malade. Enfin ne se peut-il pas qu'au seuil de sa
tombe, ce pécheur endurci ait été touché de la grâce divine; elle lui
inspirera peut-être la miséricorde?

Le traîneau avait fait du chemin pendant que Nicolas se livrait à ce
petit monologue; on était à la maison de poste, où aussitôt qu'il eût
manifesté son intention de se rendre au château, on lui apprit une
nouvelle à laquelle il ne s'attendait guère.

Le comte Laptioukine, qui se portait si bien alors que Nicolas enfonçait
des aiguilles dans des figurines de cire, afin d'envoyer celui qu'elles
représentaient dans l'autre monde, s'était décidé à ce petit voyage
depuis que son riche serf ne s'occupait plus de lui! Il y avait
précisément quinze jours qu'il était mort.

G. de Cherville.

(_La suite prochainement._)



ÉCOLE DES BEAUX-ARTS

LES PRIX DE ROME

L'exposition des concours aux grands prix de Rome a eu lieu cette
semaine et comme chaque année a attiré la foule à l'École des
Beaux-Arts. C'est toujours une émotion dans le monde artistique, un long
sujet de discussions, d'appréciations, aussi bien parmi les élèves que
parmi les jurés, dont beaucoup savent par expérience l'importance qu'il
y a pour un jeune homme à entrer dans la carrière cette palme à la main.
Vivre à Rome dans ce centre intelligent de la _Villa Médici_, en contact
quotidien avec les chefs-d'oeuvre de l'art moderne et les merveilles de
l'antiquité, n'est-ce pas le plus beau rêve de nos jeunes artistes et le
plus doux souvenir de ceux qui les y ont précédés.

Le dénigrement est à l'ordre du jour, les _fruits secs_ cherchent depuis
longtemps à dénigrer cette utile institution, mais leurs efforts seront
impuissants tant qu'elle produira des peintres tels que David, Gros,
Ingres, Benouville, Cabanel, Baudry, Regnault; des sculpteurs comme
Gortot, Duret, Dumont, Perraud, Mercié.

Le concours de peinture a révélé, cette année, un talent hors ligne; M.
Morot, élève de M. Cabanel, a remporté le prix à la presque unanimité
des voix, vingt-six sur trente. Il était entré le premier en loge avec
une figure peinte que le jury avait beaucoup remarquée; toutefois, son
tableau a dépassé toutes les prévisions: c'est l'oeuvre d'un talent
fait, un des meilleurs prix qui aient encore été exposés.

Le sujet choisi était tiré du CXXXVIe psaume de David «Super flumina
Babylonis»: «Nous nous sommes assis sur les bords des fleuves de
Babylone et nous avons pleuré en souvenir de Sion. Nous avons suspendu
nos instruments de musique aux saules qui sont au milieu de Babylone,
car ceux qui nous avaient amenés captifs nous demandaient de chanter les
cantiques de Sion, et nous leur répondions; On ne chante pas sur la
terre d'exil.»

Le tableau de M. Morot se distingue par un grand aspect, une _maestria_
d'ordonnance, c'est une oeuvre forte où tout est bien exprimé; chaque
mouvement est absolument juste et par cela même porte avec lui son
impression. La scène se passe au bord d'un fleuve qui bat des roches
crayeuses sur lesquelles se développe une heureuse composition. Le
groupe du premier plan est composé d'un homme dans la force de l'âge,
assis, sur la poitrine, duquel s'appuie une femme désolée dont les
genoux servent de berceau à deux beaux enfants; ce couple représente
bien dans un genre différent la douleur de l'exil, l'un avec l'énergie
mâle d'un héros enchaîné, l'autre avec l'épuisement et la douleur
féminine. C'est bien là une famille pourchassée, et les deux enfants
inconscients qui rient sur les genoux maternels sont d'un heureux
contraste. La jeune femme est un admirable type juif; elle conserve
quelques débris d'un luxe babylonien: une riche draperie violacée rayée
d'or, un voile de gaze fine brune, un cercle d'or et de pierreries d'où
s'échappe à flocons sa luxuriante chevelure; à ses pieds, et baignant
dans le fleuve, comme abandonnée, une harpe d'ivoire incrusté, d'un
charmant effet de coloris. Au second plan, à droite, une esclave
agenouillée, crispant ses bras, dans un mouvement rempli d'impression;
cette figure dans la demi-teinte est d'un grand effet, d'un grand
accent. Plus loin à gauche, des groupes enlacés, et enfin au fond,
appuyés au rocher, deux hommes debout se serrant la main dans une
étreinte solennelle, en jetant un regard désespéré sur la ville qu'on
aperçoit à l'horizon, aux rayons d'un soleil couchant. Pour affirmer la
composition, une suite de captifs descendant la montagne; plusieurs
suspendent aux branches du chemin leurs lyres, «on ne chante pas sur la
terre d'exil». Enfin, un soldat abyssinien, un noir au regard hautain,
veille sur les prisonniers dans l'attitude audacieuse d'un vainqueur que
rien ne saurait attendrir.

M. Morot a fait preuve d'une extrême habileté de peintre et d'un talent
déjà mûr, il n'a pourtant que vingt-trois ans, c'est en outre un
dessinateur scrupuleux doué d'un tempérament de coloriste; parmi les
morceaux remarquables je citerai la poitrine et la tête de la femme,
dont la carnation nacrée forme un heureux contraste avec les chairs
basanées de l'homme.

Le deuxième prix a été donné à M. Ponsan, également élève de M. Cabanel.
M. Ponsan a fait un bon tableau, dans lequel j'ai remarqué une
excellente figure de vieillard, espèce de Jérémie, assis à gauche près
d'un groupe bien composé et habilement exécuté. Mon reproche consiste
dans le manque total de caractère oriental donné par ce jeune artiste
aux personnages de sa toile; c'est d'un aspect moderne et septentrional
qui ôte le style à sa composition. Le ciel gris est très-joliment
reflété dans le fleuve, mais mal adapté au sujet. On voit au second plan
un cavalier barbare, gardien de ce groupe de captifs, dont la silhouette
est d'un charmant effet sur le paysage. M. Ponsan est un artiste
d'avenir que nous ne doutons pas de retrouver une autre année au premier
rang de cette jeune cohorte.

Le deuxième second grand prix a été décerné à M. Rixens, élève de M.
Gérome. Il a interprété le sujet d'une manière biblique qui a son
mérite; la donnée et l'effet de son tableau sont d'un joli sentiment,
mais c'est une peinture froide et ronde qui ne m'est point sympathique.

Je citerai néanmoins le groupe du jeune adolescent, vu de dos, qui
pleure dans les bras de sa mère; le mouvement est heureux et bien rendu.

Somme toute, le concours était fort, les tableaux de MM. Médard, Vimont,
Commère, ont été fort appréciés; mais ces jeunes artistes ayant obtenu
des deuxièmes prix aux précédentes expositions, ne concouraient que pour
le premier grand prix, qui a été donné sans hésitation et par
acclamation à l'oeuvre supérieure et désignée par l'opinion publique de
M. Morot.

Le concours de sculpture était très-fort, et quatre concurrents
semblaient devoir se disputer le prix, avec des qualités différentes;
leurs bas-reliefs avaient des mérites qui rendaient le jugement
difficile.

Le sujet donné par l'Institut était pris dans le XVe livre de Télémaque:
«Philoctète blessé au pied par les flèches d'Hercule est ramené au camp
des Grecs apportant ces mêmes flèches qui, selon les oracles, doivent
contribuer à faire tomber les murs de Troie. Soutenu par Ulysse et
Néoptolème, il se fait panser sa blessure par Machaon et Podalyre, fils
d'Esculape.»

Le numéro 1, de M. Peinte, élève de M. Guillaume, est traité avec, une
sauvagerie qui lui donne un grand caractère. Ce sont de vrais humains,
des être ramenés à la réalité. Ulysse est particulièrement bien compris.
Machaon agenouillé soutient le pied du blessé dans sa main gauche,
tandis que de la droite il prend, sans y regarder, des linges qui lui
sont présentés par Podalyre, placé en arrière de lui. Philoctète, assis,
la jambe droite allongée, est d'un bon mouvement; tout cela est calme,
sévère, d'une dureté vraie que l'Institut a trouvée un peu trop
réaliste.

Le numéro 2 entrait en lice; c'était une composition d'une bonne
ordonnance et d'un joli goût d'art. Philoctète debout, soutenu par
Ulysse et Néoptolème, recevait les soins du savant accroupi, soulevant à
peine son pied. Il y avait de la recherche et du savoir dans cet
ouvrage.

Le numéro 4 se faisait remarquer par l'heureux agencement des groupes;
les deux médecins debout devant le blessé étaient admirablement posés et
drapés à l'antique.

C'est ce bas-relief qui a remporté le premier second grand prix. Son
auteur, M. Hugues, est élève de M. Dumont; il a obtenu vingt-trois voix
sur vingt-neuf votants.

Le numéro 5 eut dû être meilleur; on attendait plus de M. Dumilâtre; il
avait eu l'an passé un succès qui le désignait au grand prix. Mais il a
compris le sujet d'une manière trop classique; tout pose, tout est d'une
saillie exagérée et son Philoctète n'a rien de la simplicité de l'exilé
de Lemnos. C'est une revanche à prendre; il y a dans ce travail des
qualités qui font de M. Dumilâtre un vainqueur de l'avenir, surtout s'il
se défie du genre maniéré et du trop d'effet qu'il a voulu produire
cette fois.

Je passerai sous silence 6, 7 et 8, qui ne sont pas de force à figurer
auprès des autres bas-reliefs; cela m'a paru jeune, faiblement conçu,
froidement exécuté, et j'arriverai au numéro 9 qui m'a vivement
impressionné, et pour lequel j'eusse voté de grand coeur si j'étais l'un
des immortels; malgré mon infériorité il paraît que je ne m'étais pas
trompé, car M. Idrac, élève de M. Cavelier, a remporté le grand prix de
Rome avec vingt-trois voix.

Son bas-relief est d'un bel effet, il commande l'attention, la
composition est largement établie et chaque figure a bien l'aspect qui
lui est propre. Cette fois encore voilà un prix très-mérité; le
Philoctète assis, la jambe droite allongée et se retenant du bras gauche
à Ulysse, placé derrière lui, est d'un excellent mouvement, d'un grand
art. Néoptolème, qui tient les précieuses flèches, a une expression
charmante et fière.

Disons-le, cette année les concours sont très-bons; les prix de musique,
de peinture et de sculpture sont tout à fait exceptionnels, et nous en
félicitons le directeur et les professeurs de l'École des Beaux-Arts;
leur zèle, à guider les élèves a produit des fruits qui doivent les
récompenser de leurs soins, de leur sollicitude et de leur studieux
exemple: les Massé, Cabanel, Dumont, sont de beaux modèles à suivre dans
la carrière des arts.

L'exposition d'architecture a eu lieu les vendredi, samedi et dimanche
1er, 2 et 3 août. Concours excellent.

Le sujet indiqué était «_un Château d'Eau_». C'est l'édifice qui
renferme les réservoirs où se rassemblent, avant d'être livrées à la
consommation, les eaux amenées par les aqueducs pour la salubrité,
l'alimentation et l'embellissement des villes. Les célèbres fontaines
Pauline, Trevi et Felice, à Rome, sont des châteaux d'eau abondamment
fournis par les aqueducs antiques. Nous n'en sommes pas là à Paris;
aussi le programme du grand prix n'est-il qu'un prétexte donné aux
candidats d'architecture pour mettre en lumière leur mérite artistique.
C'est donc avec un intérêt particulier que je me suis livré à l'examen
des projets exposés à l'École des Beaux-Arts.

Le premier grand prix a été décerné à M. Lambert, élève de MM. Pacard et
André.

Le premier second grand prix a été accordé à M. Barth, élève de MM.
André et Coquart.

Un deuxième second grand prix a été obtenu par M. Ratouin, élève de MM.
Pacard, Vaudoyer et Coquart.

A bientôt l'étude des envois des pensionnaires de la Villa Médici,
récemment arrivés et dont l'exposition sera prochaine. Il y a, dit-on,
en peinture comme en sculpture, des choses remarquables. L'appréciation
des oeuvres d'art est un travail rempli d'intérêt. Mais aucun ne saurait
être aussi sympathique que celui qui se porte sur cette jeunesse
militante qu'on voit se former, qu'on suit dès ses débuts et sur
laquelle une critique consciencieuse produit les meilleurs effets; sans
les connaître personnellement on devient l'ami de tel ou tel par ses
productions seulement; on l'applaudit, on le blâme, il y a là un lien
spirituel qui, pour un homme artiste et impartial, a beaucoup d'attrait
et rend la critique un ministère.

Jacq. Rozier.



[Illustration: LE GÉNÉRAL J. KOHLER, Commandant en chef l'expédition
hollandaise d'Atschin, tué le 14 avril 1873.]


LES TREMBLEMENTS DE TERRE EN ITALIE.

[Illustration: Bellune.--La place Campitelli]

[Illustration: L'église de Conegliano.]

[Illustration: Vue générale de Bellune.]

[Illustration: L'hôtel de ville.]


[Illustration: Les Invalides de Bronbeek.]



LES MYSTÈRES DE LA BOURSE

III

LES OPÉRATIONS QUE L'ON FAIT A LA BOURSE

Continuons à marcher du connu à l'inconnu. Si nous nous sommes bien fait
comprendre, il nous semble que nos lecteurs ne doivent plus douter de la
vivifiante influence de la Bourse qui est au corps social ce que la sève
est à tous les rameaux de l'arbre. Le revenu de la richesse mobilière
est de deux milliards par an, et il continue à grandir.

Dépouillons-nous donc de nos vieux préjugés, et ne disons plus: Ah! oui,
la Bourse, la roulette en trois pour cent! A peu près comme ce naufragé
qui s'écriait, en abordant une terre inconnue: Ah! mais, c'est une terre
civilisée, j'aperçois une potence!

Ainsi il est bien entendu que les jugements rendus par la cote sont purs
de toute condescendance et de toute flatterie. Apportez à la Bourse les
titres d'une République et d'une monarchie, et, sans se laisser éblouir
par les dorures de l'une et le beau langage de l'autre, la Bourse, en
véritable Gobsec, les mettra indifféremment dans sa balance et se
contentera de dire ce qu'ils pèsent.

L'argent est aussi un souverain, et c'est lui qu'on pourrait à coup sûr
appeler le Roi des Rois. _Sancta divitiarum majestas_, dit l'Écriture.
Or, l'argent ne relève que de lui-même et se conduit toujours de manière
à bien montrer que charité bien ordonnée commence par soi-même.

Songez, en effet, que l'argent n'a jamais eu et n'aura jamais d'autre
préoccupation que l'idée du gain;

Songez que la réalisation de ce gain peut se faire sur des valeurs de
toutes sortes, rentes, chemins de fer, banques, sociétés industrielles,
commerciales, maritimes;

Songez que toutes ces valeurs sont incessamment placées sous le coup de
ce _delirium tremens_ qu'on appelle la hausse et la baisse;

Songez qu'il suffit d'un écart de 10 c. sur la rente,--un rien!--pour
vous donner sur la moindre des opérations, un achat ou une vente de 3000
fr. de rente, un écart de 100 fr.

Donc, pour vous guider dans ce labyrinthe, pour apprécier toutes les
valeurs qu'on fera papilloter à vos yeux, n'ayez jamais d'autre règle
que celle-ci: le revenu du titre qu'on vous offre et sa sécurité.

La forme! la forme! disait Brind'hoison; l'argent! l'argent! dit la
Bourse.

Ainsi constituée, comme la chair de notre chair et l'âme de notre âme,
comme l'ombre qui accompagne chacun de nos mouvements et l'écho qui
redit chacune de nos paroles, la Bourse n'est plus que le mouvement
perpétuel de notre civilisation enfiévrée.

Il n'est pas une nouvelle, pas une impression qui ne vienne là faire
subir à la cote son contre-coup. La paix et la guerre, l'abondance et la
rareté de l'argent, les disettes et les gelées, les bons et les mauvais
gouvernements, la hausse et la baisse du taux de l'escompte, la bonne
santé ou la maladie des ministres, les bonnes et les mauvaises nouvelles
financières, la politique et les grèves, la sécheresse et la pluie,
tout, absolument tout vient se répercuter sur ce marché. Vous ne pouvez
toucher une seule note du clavier social sans que cette note vienne
immédiatement se faire sentir sur le balancier de la hausse et de la
baisse.

Aussi les nouvelles ont-elles une importance énorme sur le va-et-vient
des valeurs, et les faiseurs ne se gênent pas pour en inventer. La
dépêche du Tartare; a laissé à la Bourse un souvenir impérissable.

À l'heure où se préparait la guerre d'Orient, et pendant que le paletot
gris du général Mensikoff faisait trembler le Divan, un spéculateur vint
annoncer un jour à la Bourse que les Russes étaient entrés à
Constantinople. La dépêche avait été apportée à travers les provinces de
la Turquie par un Tartare, dont on donnait l'itinéraire.

La Bourse accueillit par une baisse rapide la terrible nouvelle.

Le lendemain, la dépêche n'était plus qu'une invention qui faisait rire
le public. Mais les habitués de la Bourse tonnaient comme des matelots
qui ont vu passer une trombe sur leur tête.

Vous n'avez certainement pas tous les jours une dépêche du Tartare; mais
vous pouvez vous attendre à un télégramme batailleur de l'Italie contre
Rome et de Rome contre l'Italie, à un froncement du sourcil de M. de
Bismark, à la mauvaise humeur de l'Angleterre et de la Russie, à tous
les mille incidents de la vie politique de chaque jour, et alors vous
devez suivre la devise du sage et vous tâter le pouls neuf fois avant de
toucher à la rente.

Ceci posé, abordons les opérations de la Bourse, c'est-à-dire, en
d'autres termes, déchiffrons les rébus de ces opérations; car de tous
les curieux, de tous les visiteurs inexpérimentés qui assistent au
vacarme de ce marché, qui ressemble à un charivari, il n'en est pas un
qui ne s'écrie: «--Mais tous ces boursiers sont des échappés de
Charenton! C'est l'arche de Noé! Ils sont fous!»

C'est bien pis encore, lorsque l'observateur veut s'initier aux mystères
de ces opérations dont le vocabulaire n'est pour lui qu'un argot
véritable.

L'un n'est occupé qu'à chercher des _Arbitrages._

L'autre ne parle que de son échelle de _Primes._

Celui-ci ne fait que du _Ferme._

Celui-là, vendeur enragé, passe son temps à vendre _Ferme contre Prime._

Un troisième, acheteur quand même, fait le contraire de son voisin et
prend _Ferme contre Prime._

Et le spectateur ballotté entre le _Ferme_, la _Prime_ et l'_Arbitrage_
finit par se dire: C'est la tour de Babel!

Déchiffrons chacune de ces énigmes.

Il est clair, tout d'abord, que cette foule tumultueuse et glapissante
se partage, comme la foule de tous les marchés, en deux moitiés bien
distinctes: les acheteurs et les vendeurs.

Les acheteurs eux-mêmes se partagent en deux camps. Les uns se,
contentent d'acheter ce qu'ils appellent un titre de tout repos--rente
ou obligations--l'enferment dans leur portefeuille et se contentent d'en
toucher les revenus, sans jamais mettre le pied à la Bourse. Ce sont
incontestablement les plus sages.

Mais il y a des acheteurs qui, tout en ne faisant que des affaires au
comptant, tiennent à faire de la Bourse la poule aux oeufs d'or, et qui
passent leur temps à calculer le meilleur emploi de leur argent. Ainsi,
par exemple, les coupons de toutes les valeurs ne se paient pas aux
mêmes époques. Eh bien! les acheteurs dont nous parlons vendent les
titres dont ils ont encaissé les coupons, pour en acheter d'autres dont
les coupons ne sont pas encore échus. C'est ce qu'ils appellent faire la
chasse au coupon. D'un autre côté, les nouvelles qui pleuvent sur le
marché modifient les avantages que peuvent présenter les valeurs. Ces
acheteurs se tiennent également à la piste de ces nouvelles, pour en
profiter au plus vite. Ils vendent les titres qu'ils ont en main pour en
acheter d'autres qu'ils considèrent comme plus profitables.

Eh bien! Ce sont ces opérations qui consistent à vendre un titre pour en
acheter un autre qui s'appellent, en termes de Bourse, des _Arbitrages._

Il y a des boursiers malins, rusés, retors, qui font rapporter quinze à
vingt pour cent par an à leur argent par la pratique dès arbitrages.
Mais il faut bien avoir le pied marin pour rie pas tomber sur ce
plancher mobile. Tout n'est là que mensonges, clinquant, tromperie, et
bien souvent, en faisant un arbitrage, on arrive à vendre un titre
excellent pour acheter un rossignol. Que de bonnes gens qui dormaient
tranquilles sur l'oreiller de leurs rentes, et qui se sont réveillés sur
la paille, après avoir fait un arbitrage!

                                                   *
                                                 * *

Écoutez, à propos de ces déceptions, le petit dialogue que j'ai entendu
un jour dans une sous-préfecture importante, entre une vieille moustache
grise et un vieux paletot d'Orléans étriqué.

--Vous vous intéressez donc toujours à cette _pancarte_, monsieur
Coussinet?

--Oh! si peu, commandant... Un malheureux petit titre de rente... Une
misère!

--Bah! bah! On sait que vous en avez des paquets de ces papiers, qui
haussent et qui baissent!...

--Autrefois, je ne dis pas, commandant. Mais j'ai bien vite _lâché_ tous
ces _chiffons._

--Et pourquoi donc, papa Coussinet?

--Vous me le demandez? Vous le devinez bien, commandant. J'ai été
_pincé!..._

Ici une grimace qui fait penser à celle d'un chat qu'on écorche.

--Ah! vous avez été _pincé._ Vous êtes plus heureux que moi, papa
Coussinet. Moi, j'ai été _rincé!_

Ici un juron qui ébranlerait un régiment.

--Vraiment! Vous avez été _rincé_, commandant?

--Comme je vous le dis. C'était dans les _Mouzaia..._

Tout y a passé.

--Moi, c'était dans la _Gastronomie._ Il ne m'est pas resté un radis. Le
jour qu'on m'y _pincera!..._

--Le jour qu'on m'y _rincera!..._

Et les deux interlocuteurs se regardent avec des yeux qui dégoûteraient
de toute affaire les chercheurs de commandite.

                                                   *
                                                 * *

Passons aux Primes.

On fait à la Bourse des primes de 1 fr., de 50 c., de 25 c., de 10 c. et
de 5 c. Les primes de 1 fr., de 50 c. et de 25 c. se font pour la fin du
mois; les primes de 10 c. et de 5 c. se font du jour au lendemain.

C'est un marché immense, et à la manière dont on en parle, il est clair
que le public n'en comprend pas le premier mot. Un de nos plus
spirituels chroniqueurs, faisant un jour la guerre aux millionnaires et
aux boursiers, finissait un de ses paragraphes par ce trait: «Saluez,
piétons, ce sont les princes don Deux Sous qui passent!»

La phrase était bien troussée; mais notre chroniqueur écrivait don Deux
Sous comme il aurait écrit don Carlos, et cette faute d'orthographe
montre assez qu'il ne connaît rien aux opérations de primes.

Il faut écrire dont deux sous, et nos lecteurs vont le comprendre en se
rendant compte de l'opération.

Exemple.

La rente 5 p. 100 est à 91 fr. Pour un motif ou pour un autre, vous
prévoyez une grande hausse et, en conséquence, vous ordonnez à votre
agent ou à votre coulissier de vous acheter 5, 10, 15 ou 20,000 fr. de
rente. Mais comme en cas d'insuccès vous désirez limiter votre perte,
vous ordonnez de les acheter à prime, soit à prime dont 1 fr., dont 50
c., dont 25 c.

Cela veut dire que si la hausse que vous prévoyez n'arrive pas, vous
vous réservez le droit d'abandonner votre marché moyennant le payement
de la prime que vous avez stipulée, soit 1 fr., soit 50 c., soit 25 c.
sur les rentes que vous achetez.

La prime de 1 fr. pour 5000 fr. de rente représente 1000 fr., et par
conséquent la prime de 50 c. représente 500 fr. et la prime de 25 c. 250
fr. Ce sont là les primes qui se liquident à la fin du mois.

Il est clair que cette faculté de continuer ou de résilier votre marché
vous donne un avantage qui doit être compensé pour votre vendeur par un
avantage égal. Cet avantage est représenté, pour le vendeur, par un prix
au-dessus du cours du jour. Ainsi, dans l'exemple que nous citons, en
prenant la rente à 91 fr,, l'acheteur à prime la paiera, je suppose, 92
fr. dont 1 fr., 92 fr. 50 c. dont 50 c. et 92 fr. 75 c. dont 25 c.

Naturellement, moins on risque d'argent et plus la prime est élevée.
C'est logique.

D'après ces explications, on voit maintenant que l'acheteur à prime
tient au vendeur ce langage:--Je vous achète 5000 fr. de rente, dont je
vous paierai 1 fr. (soit 1000), si les cours tournent contre moi.

A la fin du mois, et tous les jours, pour les primes de 10 et de 5
centimes, l'acheteur à l'heure fixée pour la réponse des primes, déclare
s'il _lève_ ou s'il _abandonne_ les rentes qu'il a achetées.

Le marché à primes représente donc pour l'acheteur une opération
facultative qu'il continue ou qu'il abandonne suivant son intérêt.

Or, vous saurez que depuis le commencement du mois jusqu'il la fin, la
spéculation jette sur le marché, comme une pluie, des primes de toutes
sortes pour la fin du mois, pour le lendemain, et comme cette cote des
primes hausse et baisse, comme la rente elle-même, il y a donc pour
toutes les liquidations une _échelle_ de primes qui influe puissamment
sur les cours de la Bourse à la fin de chaque mois.

Et, en effet, il y a ainsi des millions de rentes achetées et vendues à
prime, et l'on comprend que ces millions de rentes pèsent sur le marché,
suivant qu'ils sont _levés_ ou _abandonnés._

Il y a, pour le règlement de ces milliers d'opérations, un jour
sacramentel que l'on appelle le jour de la réponse des primes. C'est le
dernier jour du mois, à deux heures, que sonne ce quart d'heure de
Rabelais. Si les primes sont abandonnées, la Bourse double paisiblement
ce cap des tempêtes. Mais si les premiers échelons de l'échelle des
primes sont atteints, et si les acheteurs lèvent ces primes, on voit
alors les vendeurs courir après leurs primes, comme disent les
boursiers, c'est-à-dire acheter les rentes qu'ils ont vendues et qu'ils
n'ont pas, et déterminer ainsi une hausse rapide. On a vu des réponses
de primes faire 1 fr. de hausse.

--Mais, me direz-vous, c'est là le jeu de la Bourse.

--C'est vrai. Nous y sommes en plein; mais vous verrez que le jeu de la
Bourse comprend bien d'autres choses.

Léon Creil.



[Illustration: TYPES ET PHYSIONOMIES MILITAIRES.--La revue de détail.]



RÉBUS

EXPLICATION DU DERNIER RÉBUS:

En chemin de fer l'on a pas le temps de voir bien.

[Illustration: Nouveau rébus.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 1589, 9 Août 1873" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home