Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Chronique du crime et de l'innocence, tome 1/8 - Recueil des événements les plus tragiques;...
Author: Champagnac, J.-B. J. (Jean-Baptiste Joseph)
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Chronique du crime et de l'innocence, tome 1/8 - Recueil des événements les plus tragiques;..." ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



Libraries.)



Note sur la transcription: Les erreurs clairement introduites par le
typographe ont été corrigées. L'orthographe d'origine a été conservée
et n'a pas été harmonisée.

Il y a un problème de numérotation de pages dans ce projet. Après
renseignement pris auprès la Bibliothèque Nationale, il s'avère que
«le document numérisé visible dans Gallica est conforme au document
papier cote F-31228: dans l'exemplaire papier, on passe également de
la page 384 (comportant en bas de page la mention «Fin du premier
volume»), à la page 393 (qui est le début de la table du premier
volume).»

Cette numérotation a été préservée.



    CHRONIQUE
    DU CRIME
    ET
    DE L'INNOCENCE.



    IMPRIMERIE DE MARCHAND DU BREUIL,
    rue de la Harpe, n. 90.



    CHRONIQUE
    DU CRIME
    ET
    DE L'INNOCENCE;


  Recueil des Événemens les plus tragiques; Empoisonnemens, Assassinats,
    Massacres, Parricides, et autres forfaits, commis en France, depuis le
    commencement de la monarchie jusqu'à nos jours, disposés dans l'ordre
    chronologique, et extraits des anciennes Chroniques de l'Histoire
    générale de France, de l'Histoire particulière de chaque province, des
    différentes Collections des Causes célèbres, de la Gazette des
    Tribunaux, et autres feuilles judiciaires.


    PAR J.-B. J. CHAMPAGNAC.


    Tout ce qui me fait peur m'amuse au dernier point.
      C. DELAVIGNE, _École des Vieillards_.


    Tome Premier.


    Paris.

    CHEZ MÉNARD, LIBRAIRE, PLACE SORBONNE, No 3.

    1833.



AVANT-PROPOS.


«Aimer à lire, disait Montesquieu, c'est faire un échange des
heures d'ennui, que l'on doit avoir en sa vie, contre des heures
délicieuses.»

Cette pensée de l'un des plus puissans génies du dernier siècle ne
saurait rencontrer beaucoup de contradicteurs dans le nôtre. La
lecture est devenue une des passions de notre époque. On en peut
juger, non seulement par les feuilles sans nombre et de toute espèce
qui alimentent périodiquement le public, mais encore par cette foule
de livres nouveaux qui semblent se disputer une petite place sur
les façades de nos cabinets littéraires, comme les tableaux de nos
artistes au salon.

Toutefois, parmi toutes ces productions nouvelles, objets de
l'empressement général, il est des genres privilégiés qui attirent
plus particulièrement l'attention, et que l'on recherche avec une
sorte de friandise. La lecture a ses modes changeantes, comme la
toilette; du temps de madame de Sévigné, on se laissait _prendre
comme à la glu_ par les romans de la Calprenède; on se plaisait
aux sentimens exaltés et aux grands coups d'épée des héros de
mademoiselle de Scudéry. Les mœurs de la licencieuse Régence firent
éclore en foule des livres licencieux comme elle. Les ouvrages
philosophiques leur succédèrent, et dès lors, l'instruction gagnant
de proche en proche, les lectures instructives ramenèrent la nation
aux choses sérieuses de la vie. Au commencement de ce siècle, les
victoires de l'empire et son inexorable censure imposèrent un pénible
régime à la classe des lecteurs: grâce aux bulletins de nos armées
triomphantes, il fallait, à toute force, ne se repaître que de gloire.

Aujourd'hui, convenons-en, c'est toute autre chose; jamais revanche
ne fut si complète; nous nous dédommageons largement de notre longue
abstinence. Mais le goût du public a changé. Le genre qu'il aime,
qu'il affectionne par-dessus tout, c'est l'horrible, genre à part,
que d'Arnaud-Baculard, il y a soixante ans, voulait impatroniser sur
la scène française, et qu'il regardait comme une source d'intérêt
non moins féconde que la terreur et la pitié classiques. Que
demande-t-on à présent à la lecture comme au théâtre? De fortes
secousses nerveuses, des palpitations quasi-anévrismales, des
émotions spasmodiques; on se plaît à passer par tous les effrayans
prestiges du galvanisme; on veut des peintures sanglantes jusqu'à
l'horreur, des caractères monstrueux jusqu'au dégoût; et, comme
le disait dernièrement un journal: «Depuis quelques années, nous
avons une soif croissante de connaître l'histoire des crimes et des
calamités humaines.»

C'est dans le but de répondre à cette nécessité du moment, c'est dans
l'espoir de plaire à la majorité des lecteurs, que nous publions
la CHRONIQUE DU CRIME ET DE L'INNOCENCE. Il nous a paru curieux,
intéressant, et même instructif, de présenter, comme dans un vaste
panorama, les actions les plus criminelles dont la France fut le
théâtre.

C'est un spectacle bien affreux sans doute, mais aussi bien digne
de réflexion, que celui du crime dans toutes ses métamorphoses les
plus hideuses, tour-à-tour et quelquefois en même temps assassin,
empoisonneur, incendiaire, parricide; tantôt échappant, comme un
Protée, à toutes les investigations de la justice; tantôt faisant
tomber sur l'innocence le glaive de la loi levé sur lui; trop souvent
même assez audacieux pour venir siéger parmi les juges.

Le titre détaillé de notre ouvrage fait suffisamment connaître
la marche que nous avons suivie. C'est l'histoire à la main, que
nous avons rédigé toute la portion de notre travail qui traite des
temps reculés. Quelques vieilles chroniques, l'histoire générale
de France, l'histoire particulière de chaque province, celle d'un
grand nombre de villes, des mémoires historiques, telles sont les
principales mines que nous avons exploitées. Ce n'est pas que
nous ayons la prétention d'avoir tout mentionné. Plus d'une fois
l'absence totale de détails nous a forcé de négliger des faits
susceptibles d'être de notre domaine. Dans ces temps d'ignorance
et de barbarie, on n'enregistrait pas, comme à présent, presque
jour par jour, les actions des hommes; souvent dans les chroniques
et autres monumens historiques de ces siècles de rouille, les
événemens sont à peine indiqués sommairement; encore n'est-il jamais
mention que des hommes du plus noble lignage. L'histoire alors,
essentiellement aristocratique, écrite par des moines, courtisans
intéressés du pouvoir et de la richesse, privée d'ailleurs du secours
de l'imprimerie, ne tenait note que des faits et gestes des nobles
seigneurs, qui étaient tout dans la nation, et gardaient le silence
sur ce qui concernait les gens du peuple, qui n'étaient rien. C'est
pourquoi, ne pouvant avoir prise que sur ces hauts personnages, nous
nous sommes attachés à eux, comme aux représentans de leur époque.

Mais, à partir du dix-septième siècle, l'abondance des matériaux,
progressivement croissante, nous a mis plus à l'aise. Les divers
recueils de _causes célèbres_ nous ont ouvert une source féconde. La
collection de Gayot de Pitaval, celle de Richer, celle de Dessessarts
et plusieurs autres du même genre ont été fouillées avec soin. Rien
de ce qu'elles offrent de curieux, d'extraordinaire, de monstrueux,
n'a été omis. Plus occupés des faits que des procédures auxquelles
ils ont donné lieu, nous les avons dégagés des plaidoiries et des
dissertations juridiques qui les étouffaient et qui embarrassaient la
marche du récit. Enfin nous avons fait tous nos efforts pour donner
à nos analyses une forme piquante et dramatique, sans altérer la
vérité.

L'ordre chronologique généralement adopté pour cet ouvrage, comme
plus favorable au déroulement du tableau moral que nous voulions
présenter, n'a pas toujours été scrupuleusement observé. On y a
dérogé quelquefois, quand l'intérêt et la variété le demandaient,
mais en veillant toujours à ce qu'il n'y eût jamais confusion entre
les diverses périodes de la monarchie.

Quant aux nombreux emprunts que nous avons faits pour
l'enrichissement de notre CHRONIQUE DU CRIME, il ne nous serait
nullement pénible de les signaler. C'est quelquefois un moyen sûr de
se donner à bon marché un air tout poudreux d'érudition. Mais notre
livre n'ayant d'autre ambition que d'offrir une lecture intéressante,
nous n'avons pas cru devoir le hérisser de notes et de renvois. Un
_index_ sommaire, placé à la fin de l'ouvrage, mentionnera les livres
qui nous ont été le plus utiles, et décèlera par conséquent les
sources de nos larcins.

Mais, dira-t-on peut-être, à quoi bon exhumer tant de forfaits et
tant d'horreurs? Pourquoi ne pas les laisser enfouis? Ne doit-on
pas craindre que cette lecture n'exerce une funeste influence sur
quelques esprits faibles ou enclins au mal?

A quoi bon, répondrons-nous, l'histoire du Bas-Empire, long et
monotone récit d'assassinats, d'empoisonnemens, de strangulations?
A quoi bon l'histoire de tous les peuples d'Europe, au moyen-âge,
époque si riche en atrocités, si savante en barbaries? A quoi bon
ce livre, première lecture de l'enfance, _l'Ancien Testament_, qui
débute presque par le meurtre d'Abel; qui montre Joseph vendu par ses
frères prêts à l'assassiner; qui narre les impudicités de plusieurs
rois cruels, et les massacres de tant de nations innocentes?

Notre livre mériterait sans doute la réprobation universelle, si, par
une inspiration satanique, nous cherchions, comme on ne le fait que
trop souvent sur certains théâtres, à plaisanter cruellement avec les
droits les plus sacrés de la nature, à badiner avec les violations
faites aux lois de la société. Mais la _Chronique du Crime_ est d'un
bout à l'autre une protestation contre le crime. Le vernis odieux
dont nous avons colorié tout forfait, le détail des punitions qui les
accompagnent presque toujours, prouvent assez que nous avons pris à
tâche d'inspirer de l'horreur pour tout ce qui est criminel. N'est-ce
pas implicitement faire le plus bel éloge de la vertu?

En dire davantage sur ce sujet, ce serait prêcher de vieux convertis.
Si, malgré nos bonnes intentions, nous sommes coupables en quelque
point, nous avons le public pour complice et pour instigateur; c'est
lui, c'est son goût dominant qui nous a fait concevoir l'idée de cet
ouvrage; et, comme nous l'avons aussi pour juge, nous osons compter
sur sa bienveillante indulgence.



CHRONIQUE

DU CRIME

ET

DE L'INNOCENCE.



FRÉDÉGONDE ET BRUNEHAUT.


Les premiers temps de notre vieille monarchie française ne furent
que trop tristement féconds en forfaits et en cruautés, déplorables
fruits de l'ignorance et de la barbarie qui régnaient alors.
L'histoire des cours de cette époque (on n'écrivait pas celle des
peuples) n'offre, en masse, qu'un tissu d'horribles atrocités,
rapportées vaguement, sans détails et presque toujours avec
partialité. De tels récits, fatigans par leur affreuse monotonie,
n'inspireraient que de l'horreur sans intérêt. Toutefois, deux
figures terribles, imposantes, apparaissent avec un sombre éclat au
milieu de toutes ces scènes de meurtre et de carnage, et doivent
fixer l'attention. Frédégonde et Brunehaut ou Brunichilde, toutes
deux reines, toutes deux rivales de gloire, d'ambition et de crimes,
représentent, pour ainsi dire, leur siècle, et tiennent avec
Clovis la plus grande place dans nos premières chroniques. Il leur
appartient donc de figurer en première ligne dans ce livre d'horreurs.

Frédégonde, femme ambitieuse, belle, fière, adroite et dissimulée,
qui à toutes les grâces de son sexe joignait la volonté d'un tyran,
l'esprit d'un rhéteur et le courage d'un homme, commença sa carrière
par supplanter la reine Andovère, femme de Chilpéric, et en la
faisant reléguer dans un monastère.

Sigebert, frère de Chilpéric et roi d'Austrasie, avait épousé la
belle Brunehaut, fille d'Athanagilde, roi des Visigoths. Chilpéric,
sachant que cette princesse avait apporté de grands biens à son
frère, feignit d'abandonner Frédégonde, afin d'épouser Galsninde,
sœur de Brunehaut. Cette femme infortunée quitta sa patrie; belle
mais triste et baignée de pleurs, elle fit son entrée en France sur
un char d'argent traîné par des taureaux blancs. Le cruel Chilpéric
lui jura d'éternelles amours, mais bientôt cette princesse fut
trouvée étranglée dans son lit. A cette mort inattendue, la cour de
Chilpéric fut indignée et tous les yeux accusèrent Frédégonde qui se
rassurait en pensant que le roi était son complice.

Dès ce moment, Brunehaut rêva la vengeance. Aussi belle que
Frédégonde, elle avait, comme elle, une énergie peu commune à son
sexe; si, plus tard, elle l'égala en cruauté, il faut peut-être
en chercher la cause dans le malheur qui bouleversa sa destinée.
Entourée d'ennemis qu'elle abhorrait, sa haine la rendit barbare et
elle franchit tous les degrés du crime.

Cependant Chilpéric, poussé par l'avidité, se jeta sur les terres
de Sigebert, alors triomphant hors de France. Ce dernier reparut,
repoussa son frère et lui pardonna; trait sublime à cause des temps.
Mais Chilpéric, étranger à la bonne foi, viola la paix à plusieurs
reprises et fut vaincu et pardonné autant de fois par son frère.
Enfin, Chilpéric, ayant lassé sa patience, est obligé de se renfermer
dans Tournai avec sa famille. Il courait le plus grand danger.
Sigebert, partout vainqueur, assiégeait Tournai; mais Frédégonde
que rien ne pouvait effrayer, plus audacieuse, surtout depuis que
Chilpéric avait osé la proclamer reine, séduisit par ses charmes et
ses promesses deux habitans de Tervana, et leur donna une mission
digne d'elle, celle d'assassiner Sigebert. Quelques heures après
l'attentat était consommé.

Ce crime délivra Tournai et fit rentrer Chilpéric dans ses
possessions. Il envoya aussitôt à Paris des satellites pour y
arrêter Brunehaut et son jeune fils, héritier de l'Austrasie. Un des
officiers de cette reine parvint à sauver son enfant de sa prison,
et, le descendant du haut des remparts dans une corbeille de jonc, il
arriva, par des chemins détournés, dans la ville de Metz où il fit
proclamer cet héritier de Sigebert.

Chilpéric et Frédégonde revinrent à Paris, où était encore Brunehaut.
Cette reine dans les fers, n'en était que plus séduisante. Chilpéric
avait un fils de la reine Andovère, appelé Mérovée. Ce prince vit
Brunehaut, l'aima, en fut aimé; cet amour fut malheureux. Le jeune
Mérovée poursuivi par les gardes de Frédégonde et craignant de tomber
entre les mains de cette forcenée, mit fin à ses jours. Des trois
fils de la reine Andovère, il ne restait plus que le jeune Clovis,
désormais l'obstacle unique aux projets ambitieux de Frédégonde, qui
portait dans son sein l'espérance d'un héritier auquel elle réservait
en secret la couronne.

Grégoire de Tours raconte que le jeune Clovis ayant parlé
indiscrètement sur la conduite de sa belle-mère, elle s'en plaignit
au roi qui fit désarmer et couvrir de haillons ce jeune prince.
Conduit en cet état vers Frédégonde, cette marâtre impitoyable
ordonna à ses gardes de le massacrer, puis publia qu'il s'était tué
lui-même, et le fit enterrer sous la gouttière d'une chapelle; mais
craignant ensuite que le corps ne fût découvert et qu'on ne lui fit
des obsèques honorables, elle ordonna l'exhumation du cadavre et
le fit jeter dans la Marne. Cet assassinat fut commis à Noisy près
Nogent-sur-Marne, dans une maison de campagne que Chilpéric habitait
souvent avec sa cruelle Frédégonde.

Un pêcheur, en retirant ses nasses sur les bords de la rivière,
trouva le corps du malheureux prince. Il reconnut le fils des rois
aux longues tresses de sa chevelure, et couvrit ses restes d'un peu
de gazon.

La fureur de Frédégonde n'était point assouvie par la mort des
fils d'Andovère; la vie de cette reine l'importunait, quoiqu'elle
s'achevât tristement au fond d'un cloître; elle la fit étrangler, et
livra sa fille Basine aux désirs odieux d'une horde de satellites,
afin de flétrir à jamais cette jeune princesse.

Frédégonde ne borna pas là ses coups. Noisy fut encore le théâtre
d'un autre crime. Chilpéric, avant de partir pour la chasse,
étant venu voir la reine qui achevait sa toilette et avait le dos
tourné, la frappa légèrement d'une houssine qu'il tenait à la main.
Frédégonde, le prenant pour un seigneur, nommé Landry, avec qui elle
entretenait une liaison adultère, s'expliqua de manière à ne laisser
à son mari aucun doute sur sa conduite. Chilpéric se retira, et
partit pour chasser dans les bois de Chelles aujourd'hui forêt de
Bondi, où il fut assassiné par les ordres de Frédégonde qui redoutait
les effets de sa colère.

Le cadavre de ce monarque fut trouvé dans la forêt, où
l'abandonnaient aux corbeaux ceux qui avaient été ses courtisans
et ses flatteurs. Ce crime excita l'horreur et l'indignation, mais
Frédégonde aussi adroite que scélérate, eut l'art d'apaiser les
esprits, gouverna au nom de son jeune fils Clotaire et reprit chaque
jour une attitude plus menaçante; mais ses habitudes de crimes la
suivaient partout; elle voulut faire assassiner Gontran, lui tendit
des embûches, aposta des meurtriers. Celui-ci, pour se mettre à
l'abri de ses coups, l'exila près de la ville de Rouen, où l'évêque
Prétextat, ami dévoué de Brunehaut, périt bientôt sous les coups
dirigés par elle. Frédégonde, outrée de voir chaque jour ce prélat,
se fait un complice, et le dispose si bien que ce forcené frappe
Prétextât à l'autel même où il célébrait les saints mystères au
milieu des fidèles. Tandis qu'on l'emportait mourant dans sa demeure,
Frédégonde osa se mêler à la multitude consternée; et cachant le
forfait sous l'audace, elle demanda quel bras avait répandu le sang
qu'elle voyait; alors l'évêque, couvert de ses habits sacerdotaux que
souillait le meurtre, se souleva avec effort, et regardant fièrement
Frédégonde, il lui dit: «Athalie, ne reconnais-tu pas à ma blessure
la main qui a tué les rois?» Voyant qu'elle feignait de ne pas le
comprendre, il lui rappela tous ses attentats; mais elle l'entendit
sans s'émouvoir, et s'étonna seulement qu'un coup si bien frappé le
laissât parler plus long-temps. Prétextat rendit bientôt le dernier
soupir, et Frédégonde s'en revint avec tranquillité. Un seigneur,
ami de Prétextat, irrité plus que tous les autres spectateurs,
la suivit jusque dans son palais, en l'accablant de reproches et
d'imprécations. Frédégonde vint à lui, le séduisit en peu de paroles
et le fit asseoir tout enchanté à sa table où elle lui versa avec
grâce une coupe de vin empoisonné qui le fit mourir à l'instant.
Cependant il lui faut des victimes moins vulgaires, c'est pour
Childebert, Brunehaut et Gontran, qu'elle prépare pendant la nuit des
sucs mortels.

Elle chargea un ecclésiastique d'aller assassiner la reine Brunehaut.
Le projet de cet émissaire ayant été découvert, il fut battu de
verges par ordre de Brunehaut, et de retour auprès de Frédégonde,
cette dernière lui fit couper un pied et une main. Ainsi, puni pour
avoir tenté le crime, il le fut encore plus gravement pour ne l'avoir
pas consommé. Grégoire rapporte que Frédégonde avait un clerc ou
ecclésiastique au rang de ses domestiques, et qu'elle s'en servait
pour assassiner ses ennemis. Le même historien l'accuse d'avoir tenté
d'étrangler sa fille Rigonthe; voici comment il rapporte le fait: Ces
deux princesses vivaient entre elles en fort mauvaise intelligence;
toujours en querelle, elles se battaient à coup de poings. Un jour,
la mère, battue, dit à Rigonthe: «Fille, pourquoi me maltraites-tu?
Voilà les richesses que ton père a mises à ma disposition; prends-les
et fais-en ce que tu voudras.» Elle entre dans un cabinet, ouvre un
coffre, en tire divers ornemens précieux; puis elle dit à sa fille:
«Je suis lasse; tire toi-même de ce coffre tout ce qu'il contient.»
Rigonthe se penche dans l'intérieur du coffre; aussitôt la mère en
fait tomber le couvercle sur le cou de sa fille, le presse avec
effort, l'étrangle, de sorte que les yeux de la patiente étaient
près de lui sortir de la tête. Une des suivantes de Rigonthe voyant
le danger, s'écrie: «Au secours! accourez vîte! on étrangle ma
maîtresse; c'est sa mère qui l'étrangle!» On accourt, on enfonce
les portes du cabinet, on délivre Rigonthe près d'expirer. Cette
scène fut suivie de plusieurs autres semblables. Ces deux princesses
s'injuriaient, se battaient continuellement, et leur animosité avait
pour cause les débauches de Rigonthe.

Après la mort de Gontran qui mourut de mort naturelle, chose
étonnante pour un ennemi de Frédégonde, Childebert, fils de
Brunehaut, arma de concert avec sa mère, contre ce monstre couronné.
Mais Childebert fut vaincu et mourut peu après. Brunehaut se saisit
avidement de la tutelle de ses enfans, méditant toujours de se venger
de son ennemie. Ses longs malheurs et les crimes toujours nouveaux
de Frédégonde, avaient tellement aigri son cœur, naguère pur et
généreux, qu'elle y sentait fermenter les fureurs de l'ambition et de
la vengeance; elle s'était insensiblement dégoûtée de la vertu, et
les assassins commençaient à lui paraître de bons serviteurs.

Elle rassembla les troupes de ses deux petits-fils et les deux armées
se rencontrèrent à Luco-Fao, marchant toutes les deux sous les
ordres de leurs reines. La victoire se déclara pour Frédégonde et peu
de temps après, cette femme, qui avait répandu le sang d'une famille
entière de rois, qui avait payé tant de meurtres et distribué tant de
poisons, mourut, sans remords, paisiblement, dans son lit.

Clotaire, son fils, hérita de toute sa haine pour Brunehaut, et
celle-ci reporta sur lui celle qu'elle avait jurée à Frédégonde. Elle
mène contre lui Théodebert et Thierry, ses petits-fils, le bat à
plusieurs reprises, et resserre son royaume en d'étroites limites.

Brunehaut était devenue si dure, si impérieuse, que la cour de
Théodebert, où elle résidait, était révoltée de ses injustices et de
ses excès. Un matin, les seigneurs austrasiens l'ayant surprise dans
son palais, lui commandèrent de quitter sa parure et de prendre des
vêtemens grossiers, et la conduisirent en cet état aux frontières de
l'Austrasie et de la Bourgogne, et là, l'abandonnèrent seule. Elle
fut recueillie par un pâtre, qui lui donna asyle dans sa chaumière.
Brunehaut passa la nuit au coin de son foyer, et le lendemain se fit
conduire à Châlons, où son fils Thierry, roi de Bourgogne, la reçut
en mère et en reine.

Brunehaut chercha de nouveau à s'emparer des rênes du gouvernement,
et, selon quelques historiens, elle endormit Thierry sur le trône
dans les langueurs de la mollesse et de la volupté et s'offrit à
lui parée pour l'inceste. Quoiqu'il en soit, elle alluma la guerre
entre Thierry et Théodebert, qui l'avait laissé chasser de sa cour.
Théodebert fut vaincu, et s'étant retiré dans Cologne, les citoyens
de cette ville, assiégés par Thierry, voulant s'épargner les horreurs
d'un long siége, jetèrent par-dessus leurs murailles la tête de
Théodebert, qui vint rouler aux pieds de son frère. Les enfans de ce
prince infortuné étant tombés entre les mains de leur oncle Thierry,
furent écrasés sur la pierre.

Thierry mourut, laissant quatre enfans; mais les Austrasiens,
indignés du meurtre de leur roi Théodebert, et redoutant surtout
la régence de Brunehaut, refusèrent de se donner à la postérité de
l'assassin de leur ancien maître, et reconnurent pour souverain
Clotaire, fils de Frédégonde et ennemi juré de Brunehaut.

Une nouvelle guerre éclate. Brunehaut est trahie par Varnachaire,
maire de Bourgogne, à qui elle avait confié la conduite de la guerre.
Les quatre fils de Thierry, livrés par le perfide maire, sont
massacrés par les ordres de Clotaire. Brunehaut fuit; elle se réfugie
dans le château d'Orbe, près du lac de Neufchâtel; elle tombe enfin
au pouvoir de Clotaire, qui se montra digne fils de Frédégonde.

Il ordonna que Brunehaut fût amenée au milieu de son camp; et, placé
sur un trône, il se constitua l'accusateur de cette reine, lui
reprochant le meurtre de dix rois, et comprenant dans ce nombre ceux
que Frédégonde et lui-même avaient fait assassiner. Cette accusation
était mensongèrement atroce; car il l'accusait d'avoir fait périr
les enfans de Thierry, dont lui-même avait ordonné le massacre.
«Mais, comme le remarque l'auteur de la _Gaule poétique_, toute
accusation était bonne au milieu d'une armée assemblée en tumulte
pour condamner, et où l'on comptait plus de bourreaux que de juges.
Un murmure sourd se fait entendre au loin; une pâleur mortelle couvre
les traits de la souveraine détrônée; la soldatesque insolente
prononce qu'elle a mérité la mort.

«Alors tout fut fini pour Brunehaut; il ne lui resta plus qu'à
mourir: c'est le seul exemple que donne l'histoire d'une femme jugée
militairement. L'artiste ne pourrait donc trouver ailleurs un sujet
de tableau plus original que le moment où Brunehaut entend prononcer
sa sentence. Déjà ses mains sont enchaînées; près d'elle, deux
robustes guerriers ont peine à contenir le cheval indompté auquel la
malheureuse princesse doit être attachée. Mais avant de subir cet
horrible supplice, elle est promenée sur un chameau dans les rangs
de l'armée; les longues risées et les clameurs la suivent dans cette
marche douloureuse. Bientôt ses cheveux, que pendant si long-temps
avait couronnés le diadème, servent de liens pour l'attacher au
coursier, qui l'emporte en se cabrant à travers les pierres et les
ronces. L'animal fougueux, dont le sang et les lambeaux marquent
la trace, s'arrête enfin au bout de son horrible carrière, et y
laisse quelque chose d'immobile et défiguré, qui avait été la grande
Brunehaut. On livra son corps aux flammes, et ses cendres furent
portées à une abbaye qu'elle avait fondée. Son tombeau ayant été
ouvert dix siècles après, on y vit la poussière de l'infortunée
mêlée à quelques charbons. On trouva aussi parmi ces tristes
débris l'éperon qu'on avait attaché aux flancs du coursier pour le
rendre plus furieux, et qui, tombé par hazard dans les vêtemens de
Brunehaut, fut jeté avec elle dans le bûcher, et recueilli avec ses
restes.»

Ce nouveau genre de supplice eut lieu en 613. Brunehaut était alors
octogénaire. L'horrible mort qui termina sa longue et orageuse
vie, les crimes royaux que nous venons de passer en revue, peuvent
donner une idée de ce que pouvaient être ceux des particuliers. On
ne connaissait ni droit des gens, ni humanité: le plus fort tuait le
plus faible; le plus faible tendait des embûches à son oppresseur.
C'était un cercle de sang humain, rempli des forfaits les plus
abominables, et dans lequel les malheureux peuples furent parqués
long-temps encore.



LA COMTESSE DE GATINAIS.


Sous le règne de Louis-le-Bègue, roi de France, et vers l'an 878, le
comté de Gâtinais, donna lieu à un événement qui mérite de prendre
rang dans ce recueil. Geoffroy, comte de Gâtinais, avait laissé en
mourant une fille unique dont l'histoire n'a pas conservé le nom.
Louis-le-Bègue voulut donner la main de cette jeune comtesse à l'un
de ses principaux favoris, nommé Ingelger, qu'il avait élevé à la
dignité de grand sénéchal du palais. Le monarque porta lui-même
les premières paroles de ce mariage à la comtesse; mais celle-ci
lui répondit avec respect qu'Ingelger étant né son vassal, les
bienséances lui défendaient de le prendre pour mari. «Je laisse à
penser aux dames d'à-présent, dit la chronique, si cela leur serait
un suffisant prétexte pour ne point espouser un favori de roy.»

Après cette réponse, Louis-le-Bègue, loin de vouloir user de
contrainte, remit son projet à un autre temps; seulement, pour
mieux y disposer l'esprit de la comtesse, il lui donna une place
parmi les dames d'honneur de la reine; puis ayant appris, au bout
de quelque temps, que la jeune demoiselle était devenue beaucoup
plus traitable dans la société des dames de la cour, il manda et
convoqua les seigneurs et feudataires du comté de Gâtinais, et quand
ils furent arrivés, il les entretint du projet qu'il avait formé de
marier leur comtesse, leur demandant quel seigneur leur pourrait
agréer davantage. Ceux-ci répondirent, par déférence, qu'ils s'en
rapportaient au choix de sa majesté, bien plus capable que personne
de donner un mari convenable à leur dame et comtesse.

Le roi leur apprit alors qu'il la destinait à Ingelger, son grand
sénéchal. Les seigneurs lui répondirent que sa volonté fût faite,
pourvu que leur maîtresse y donnât son consentement. La comtesse,
après quelques difficultés, crut devoir satisfaire au vœu du
monarque; et le mariage fut célébré avec pompe et magnificence.

Cette union ne fut pas heureuse: pendant dix années qu'elle dura,
Ingelger fut toujours malade. Enfin un matin, la comtesse, en se
réveillant, le trouva mort à ses côtés.

Aussitôt de violens soupçons planèrent sur elle; on l'accusa de
poison et même d'adultère; «parce qu'en matière de femme, dit
l'historien, ces deux crimes ne vont guère l'un sans l'autre.»
Gontran, brave et hardi chevalier, cousin du défunt, accuse
formellement la comtesse, en présence du roi, de toute la cour de
France et des barons du comté de Gâtinais; il jette son gant au
milieu de l'assemblée et défie au combat quiconque osera prendre
la défense de la comtesse. Grandes étaient les présomptions de
culpabilité contre elle; et ce qui leur donnait encore plus de
vraisemblance, c'est qu'on se rappelait qu'elle n'avait épousé
Ingelger que par contrainte. Aussi, le roi et tous les seigneurs de
sa cour jugèrent-ils qu'il y avait lieu à la preuve du duel, selon
l'usage du temps. Néanmoins, soit que l'on craignît le roi, soit que
chacun se défiât de l'innocence de la comtesse, il ne se présenta
aucun de ses parens ni de ses vassaux pour prendre sa défense.

Elle se trouvait ainsi abandonnée à elle-même dans son infortune,
lorsque la Providence lui envoya un défenseur. Tout-à-coup, au refus
de tous les autres, un jeune homme, à peine âgé de seize ans, se
lève, s'avance d'un pas ferme et assuré, relève le gant avec joie et
déclare qu'il accepte le combat, pour soutenir contre tous l'honneur
de sa dame et maîtresse. Ce jeune homme était page et filleul de la
comtesse, et se nommait Ingelger, comme son défunt mari.

Le roi ordonne le combat, et quand le jour fixé par lui est arrivé,
on dresse les lices, on pose les barrières, et les champions sont
amenés en champ-clos. Le roi s'y trouvait, environné des princes et
seigneurs de sa cour. Un spectacle si étrange avait attiré une grande
affluence de peuple. La comtesse était à peu de distance des deux
combattans, dans un charriot couvert d'étoffe de deuil, suivant la
mode de cette époque.

La trompette donne le signal; soudain les deux champions s'élancent
et se ruent l'un sur l'autre. Gontran, fort et puissant chevalier,
porte à Ingelger un coup de lance terrible qui traverse son bouclier
et son bras, et lui fait une légère blessure au côté. Cependant
le jeune page n'en fût point désarçonné; au contraire, redoublant
de courage, il brandit sa lance, et en frappe si rudement son
adversaire, qu'il l'arrache de dessus son cheval, et lui fait mesurer
la terre. Alors profitant de ce moment de relâche, il coupe avec son
épée le tronçon de lance qui tenait son bras attaché à son bouclier,
et descendant de cheval, il va trancher la tête à Gontran, toujours
étendu sur la poussière.

De grands applaudissemens, des battemens de mains, de vives
démonstrations de joie accueillirent cette victoire. Ingelger et
la comtesse en rendirent grâce à Dieu. Le roi déclara celle-ci
innocente, et elle recouvra ainsi son honneur qui venait de courir un
si grand hasard.

Quand tout le bruit des acclamations eut cessé, la comtesse vint se
jeter aux pieds du roi, et lui fit entendre que, puisque sa mauvaise
étoile avait voulu que son honneur fût entaché, il n'y avait plus
rien qui pût la retenir dans le monde, et qu'elle avait résolu de
se confiner dans un monastère; seulement elle suppliait le roi de
considérer qu'il n'était pas juste que ses parens et ses vassaux
eussent son héritage, eux qui l'avaient abandonnée sans défense au
moment du péril; qu'il était bien plus équitable que le comté de
Gatinais fût donné à cet adolescent, qui, surpassant son âge en
valeur et en magnanimité, avait donné, au risque de sa propre vie,
une si grande preuve de son dévoûment et de sa fidélité à sa dame et
marraine.

Le roi et tous les seigneurs, d'un avis unanime, répondirent que
l'équité et l'intérêt public voulaient que le comté appartînt à
Ingelger; ce qui fut proclamé sur-le-champ, et dès lors le monarque,
estimant singulièrement le mérite d'Ingelger, l'honora de grandes
dignités, et même le fit comte d'Anjou.



ASSASSINAT DE GUILLAUME DIT LONGUE ÉPÉE, SECOND DUC DE NORMANDIE.


Guillaume, second duc de Normandie, prince très-pieux en son temps,
périt d'une manière tragique, qui donne une idée des mœurs de cette
époque.

Arnoul, comte de Flandre, avait surpris par intelligence la ville
de Montreuil, qui appartenait à Hersuin, comte de Ponthieu. Hersuin
s'adressa, pour avoir du secours, à Guillaume, duc de Normandie, qui
alla sur-le-champ reprendre Montreuil, passa tous les habitans de
cette ville au fil de l'épée, la munit de nouvelles fortifications,
et la rendit à son maître, en 941.

Le comte de Flandre, piqué d'un semblable affront, et ne pouvant s'en
venger à force ouverte, eut recours à la trahison.

Il envoya au duc Guillaume, une ambassade chargée de l'excuser
d'avoir attaqué Hersuin, et d'alléguer qu'il ignorait l'alliance et
l'amitié qui unissait ce comte au duc de Normandie. Les ambassadeurs
d'Arnoul avaient aussi mission de remettre à l'arbitrage du duc
Guillaume, le différent qui existait entre Hersuin et lui. Guillaume
acquiesça à toutes leurs demandes; et comme le comte Arnoul était
goutteux, et ne pouvait chevaucher, le duc de Normandie se rendit
jusqu'à Amiens, accompagné d'Hersuin, seigneur de Montreuil, de
Beranger et Alain, comtes de Bretagne, et d'autres seigneurs.

Hersuin avertit Guillaume de se tenir en garde contre le comte de
Flandre. Celui-ci se fondant sur ses forces, tint peu de compte de
cet avertissement, pour son malheur. Arnoul invita Guillaume à se
rendre à Pecquigny, au-dessous d'Amiens; chacun s'y rendit avec sa
suite; Arnoul était d'un côté de la Somme, Guillaume de l'autre. Au
milieu de cette rivière était une île dans laquelle les deux princes
devaient conférer ensemble, accompagnés chacun de douze chevaliers.
Le comte de Flandre, pour mieux marquer au duc la confiance qu'il
avait en lui, ne se fit accompagner que de quatre chevaliers, et de
deux domestiques sur lesquels il marchait appuyé, sous prétexte de
sa goutte. Tous les articles de paix arrêtés, chacun remonta dans
son bateau, après avoir échangé les protestations de la plus sincère
amitié. Mais à peine le duc eût-il démarré le sien (car il était
seul dans un bateau, et ses chevaliers dans un autre), un chevalier
normand, nommé Bause-le-Court, neveu de Rioul, comte de Cotentin,
accompagné de plusieurs soldats d'Arnoul, rappela le duc Guillaume,
lui disant: «Monseigneur, le comte Arnoul veut encore parler à vous;
il a oublié quelque chose à vous dire qui vous sera agréable; sortez
du bateau, laissez passer vos gens, le bateau vous reviendra quérir.»
Guillaume, plein de confiance dans les semblants d'amitié d'Arnoul,
ne soupçonnant aucune trahison, commanda au batelier de retourner à
l'île qu'ils venaient de quitter. Mais sitôt qu'il eut fait quelques
pas dans l'île, Bause-le-Court, haussant un aviron qu'il tenait, en
asséna un grand coup sur la tête de Guillaume, et l'abattit sans
mouvement. A l'instant les autres complices s'élancèrent sur le
duc, et le frappèrent de tant de coups d'épée et de dague, qu'ils
le mirent à mort; puis ils allèrent rejoindre le comte Arnoul qui
avait déjà traversé la rivière. Les gens du duc Guillaume, placés
à l'autre rive, eurent la douleur de voir massacrer leur prince,
sans pouvoir lui porter secours assez à temps. Ils se hâtèrent
néanmoins de traverser la Somme, et trouvèrent Guillaume encore tout
palpitant, qui rendit le dernier soupir entre leurs bras. Son corps
fut transféré à Rouen, et inhumé dans l'église de Notre-Dame de cette
ville. Cet événement arriva en l'an 942.



ROI DE FRANCE, VOLEUR DE GRANDS CHEMINS.


Philippe Ier, roi de France, reçut une éducation vicieuse. Il n'avait
que sept ans, lorsqu'il succéda, en 1060, à son père Henri Ier.
Il régna d'abord sous la tutelle de sa mère, puis sous celle de
Baudouin V, comte de Flandre. Ce fut sous son règne que s'établit,
à Paris, une nouvelle magistrature, à la fois fiscale, judiciaire
et militaire, et qui fut nommée _Prévôté_. On croit que le premier
prévôt fut Étienne, homme rapace, de mauvais conseil, très-indigne en
tout point de remplir ces fonctions délicates.

Étienne détermina le roi Philippe, encore jeune, à piller l'église
de Saint-Germain-des-Prés. L'or, l'argent, les pierreries des
reliquaires, devaient être la proie du prince et de son prévôt. Tout
était disposé pour ce projet sacrilège, mais un miracle, disent
les légendaires, vint à propos en arrêter l'exécution. L'audacieux
prévôt qui convoitait surtout la précieuse croix que Childebert avait
apportée d'Espagne, sur le point de porter la main sur cet objet
sacré, devint subitement aveugle. Effrayé de cet accident, le roi ne
voulut point passer outre, il se retira.

C'est sans doute par suite des mauvais conseils de ce prévôt, que
l'on vit ce roi adopter les habitudes des seigneurs de son temps,
et guetter les marchands sur les chemins pour les voler. Le pape
Grégoire VII adressa, sous la date du 10 septembre 1074, une lettre
à tous les évêques de France, dans laquelle il donnait une esquisse
des brigandages de ce prince. Il y signale les désordres de toute
espèce qui désolaient la France à cette époque, puis continuant:
«Votre roi, dit-il, ce roi que l'on doit plutôt qualifier de votre
tyran, inspiré par le diable, est le principal auteur de ces
désordres. Il a souillé de débauches et de crimes tout le cours de sa
vie. Ce misérable a pris les rênes du gouvernement sans savoir les
tenir: il a, par sa trop grande faiblesse, favorisé la dépravation de
ses sujets, et, par ses exemples, les a autorisés aux attentats que
je viens de signaler..... De plus, lui qui devrait être le défenseur
des lois et de la justice, n'a pas eu honte d'agir comme un chef de
voleurs. Dernièrement des marchands de divers pays se rendaient à une
foire qui se tient en France, lorsque ce roi, en vrai brigand, les
arrêta et leur enleva une somme considérable d'argent.»

Dans une autre lettre adressée à Guillaume, comte de Poitou et duc
d'Aquitaine, le même pontife retrace les mêmes excès. «Poussé par
une cupidité que rien ne peut excuser, dit-il, il n'a pas rougi de
souiller la majesté du trône, en pillant des marchands d'Italie, qui
se rendaient dans votre pays.»

Dégoûté de sa première femme, Philippe enleva avec violence, en
1092, Bertrade, femme du comte d'Anjou, et trouva un archevêque et
deux évêques qui consacrèrent ce rapt, en bénissant cette alliance
criminelle.

Philippe fut le premier roi franc qui altéra les monnaies; il fit
frapper des pièces d'argent où il entrait un tiers d'alliage en
cuivre. Il fit, comme son père, un trafic scandaleux des bénéfices
ecclésiastiques, et donna l'exemple de plusieurs crimes.

Un de ses plus puissans vassaux, le duc de Bourgogne, Odon ou Eudes
Ier, surnommé le _Boucher_ ou le _Bourreau_, ne rougissait pas non
plus d'arrêter et de dépouiller les passans. Instruit qu'Anselme,
archevêque de Cantorbéry, traversait ses états pour se rendre à
Lyon, et qu'il portait avec lui de grandes richesses, il vint avec
une force suffisante s'embusquer sur son passage. L'archevêque,
avec ceux de sa suite, s'était arrêté dans un lieu commode pour se
rafraîchir; le duc, escorté d'un grand nombre de chevaliers armés,
fond brusquement sur ces voyageurs, en disant: «Lequel de vous est
l'archevêque?» Le prélat monte aussitôt sur son cheval, s'avance
vers le duc, et d'un air fier et imposant, lui dit: «_C'est moi!_»
Alors le duc, saisi de confusion, rougit, baisse la tête, reste
interdit. Anselme profitant de son embarras, lui dit: «Seigneur duc,
vous plaît-il que je vous embrasse?» Le duc entraîné par l'accueil
de l'archevêque, y répond par ces mots: «Seigneur, je suis prêt à
vous embrasser et à vous servir, et me réjouis de votre arrivée.» Le
duc et le prélat se séparèrent bons amis en apparence. Ce dernier,
content d'avoir échappé au danger, donna sa bénédiction au prince, et
se hâta toutefois d'aller coucher à Clugny.



CRIMES ET CRUAUTÉS DE GUILLAUME TALVAS, COMTE D'ALENÇON ET DE BELESME.


Suivant les chroniques de Normandie, cette famille de Belesme, sembla
traîner à sa suite la cruauté, l'impiété, la tyrannie. Guillaume
Talvas, _ours en cruauté, mais timide comme un lièvre_, et qui
n'avait rien d'humain que la face, voyant que le duc de Normandie,
encore trop jeune, ne pouvait songer à tenir la loi en vigueur, fit
deux actions qui prouvaient sa scélératesse et sa lâcheté.

Il avait épousé Hildeburge, fille d'un noble et vertueux chevalier,
nommé Arnulphe; cette femme réunissait toutes les qualités
nécessaires pour se faire aimer. Néanmoins, comme sa grande piété la
poussait trop fréquemment à blâmer son mari de ses actions perverses
et dénaturées, et que ses reproches l'importunaient, il résolut
de s'en affranchir. Un matin qu'elle se rendait à la messe, il la
fit prendre par deux de ses brigands soldés et leur ordonna de
l'étrangler, au milieu de la rue, en présence de tout le peuple.

Cette action, digne des antropophages, ne tarda pas à être suivie
d'une autre qui semble encore plus cruelle. Peu de jours après
cet assassinat, Talvas demanda en mariage la fille du vicomte de
Beaumont. Cette demande fut agréée dans l'espérance que Talvas ne
traiterait pas sa seconde femme comme il avait fait la première.
Le jour arrêté pour la célébration des noces, il invite tous les
seigneurs ses amis et voisins, entr'autres Guillaume Giroye comte
de Montreuil et baron d'Eschauffou, auquel il avait de grandes
obligations, pour en avoir été secouru en plusieurs circonstances. Or
ce Giroye avait un frère, nommé Raoul, et surnommé Malle-couronne,
parce qu'il avait quitté la cléricature pour la carrière des
armes. C'était un homme très-lettré et singulièrement versé dans
la connaissance des secrets de l'astrologie judiciaire. Le jour
que Talvas avait invité son frère à venir à ses noces, Raoul avait
découvert, par la puissance de son art, que le comte de Montreuil
était menacé d'un grand malheur qu'il ne pourrait éviter, s'il
assistait aux noces de cet homme dénaturé. Il conjura donc son frère,
de ne pas s'y rendre. Mais ses avis et ses prières furent inutiles.
Guillaume Giroye, au-dessus de la crainte, partit pour Alençon,
accompagné seulement de douze de ses serviteurs. Talvas lui fit une
flatteuse réception et le traita splendidement pendant plusieurs
jours: puis il le fit secrètement arrêter, à l'insu de tous ceux qui
assistaient aux noces, et le fit emprisonner étroitement. Après un
banquet magnifique, il emmena toute la compagnie à la chasse, moins
pour le plaisir lui-même, que pour donner le temps à ses satellites
d'exécuter ses ordres à l'égard du comte de Montreuil. Ces bourreaux
que la cruauté avait allaités de sang et nourris de carnage, obéirent
ponctuellement à leur maître; ils conduisirent le prisonnier innocent
hors du château; et là, sous les yeux du peuple d'Alençon fondant
en pleurs, et maudissant leur seigneur, ils crevèrent les yeux au
malheureux comte de Montreuil, et lui coupèrent le nez, les oreilles
et les parties génitales.

Ainsi mutilé et défiguré, Guillaume Giroye s'alla réfugier dans le
monastère du Bec, et se fit moine sous le vénérable abbé Hessoin,
vers l'an 1045. Plusieurs gentilshommes touchés de l'injure qu'il
avait reçue, se joignirent à ses deux frères, Raoul Malle-couronne
et Robert, et vinrent ravager, piller, incendier sur les terres de
Talvas, espérant le forcer de se mettre en campagne; mais celui-ci,
aussi lâche que cruel, renfermé dans un château fortifié, n'eût
jamais le courage d'en sortir; et ses crimes seraient restés impunis,
si son propre fils, digne en tout de son origine, ne se fut chargé de
son châtiment. Ce fils nommé Arnulphe, arma toute la noblesse contre
son père et le chassa honteusement de ses villes et châteaux, le
forçant de traîner une vie misérable et vagabonde.

«Si la cruauté de Guillaume Talvas fut grande, dit le chroniqueur
normand, l'impiété de son fils la passe de bien loin, et Dieu ne
laissa ni l'un ni l'autre impuni. Un jour comme Arnulphe était à la
picorée, il prit le petit cochon d'une religieuse qui vivait dans la
forest Utique près St.-Euroult, et importuné de le lui rendre, il
commanda à son cuisinier de le tuer et l'apprester pour son souper;
ce fut son dernier repas; car soit pour punition du sacrilége, ou
pour tout autre sujet inconnu, il fut la nuit même trouvé étranglé
dans son lit.»

Mabile de Talvas, qui épousa le comte de Montgommery, vicomte
d'Hyesme, ne démentit nullement sa race et causa la mort de plusieurs
de ses proches, en leur administrant des poisons qu'elle préparait
elle-même.



GABRIELLE DE VERGY, OU VENGEANCE ATROCE DU CHATELAIN AUBERT DE FAYEL.


Voici un fait du douzième siècle qui peut soutenir la comparaison
avec l'horrible festin d'Atrée. Il appartient peut-être moins aux
mœurs de cette époque chevaleresque quoique barbare encore, qu'à une
passion qui est capable de tous les excès de violence, la jalousie.

Raoul ou Renaud, châtelain de Coucy, fut épris des charmes de
Gabrielle de Vergy, femme du châtelain Aubert de Fayel. Le château de
Coucy était voisin de celui de Fayel et situé à peu de distance de
la ville de Saint-Quentin. La belle châtelaine ne fut pas insensible
à l'amour de Raoul; et leur passion mutuelle donna bientôt lieu à
des rendez-vous secrets. On redoutait la jalousie de Fayel; mais ces
alarmes semblaient rendre leur flamme encore plus vive; nos deux
amans savouraient à longs traits le bonheur d'aimer et d'être aimé,
lorsque la croisade vint appeler Raoul en Palestine. Il balança
un moment entre l'amour et l'honneur, mais en noble chevalier,
il préféra l'honneur pour ne pas se montrer indigne de l'amour;
toutefois avant son départ, il composa une chanson qui peignait bien
vivement l'état de son cœur. «Amour, amour, dit-il dans un couplet,
il n'y a plus à balancer; il faut partir. J'ai tant fait, qu'un plus
long délai m'est impossible. Si ce n'était la crainte de m'avilir en
restant et de m'attirer un reproche, j'irais demander à ma Dame, la
permission de retourner sur mes pas; mais la noblesse des sentimens
qu'on prise en elle, s'oppose à une complaisance qui ferait manquer
à l'honneur son ami.» Dans un autre couplet, il exprime ainsi ses
regrets: «Jamais tourterelle qui perd son tourtereau ne fut plus
désolée. On pleure en quittant le pays et les foyers qui nous ont vus
naître; on pleure ses amis quand on s'en sépare; mais il n'est point
de séparation plus douloureuse que celle de deux vrais amans.»

Raoul part, s'embarque à Marseille avec le roi Richard, arrive en
Palestine et trouve la ville d'Acre déjà au pouvoir des Chrétiens.
Dans un combat, il est blessé d'une flèche empoisonnée; et malgré les
soins du médecin, sa blessure devient incurable. Alors languissant,
sans espoir de guérison, il s'embarque pour la France. Quelques
jours après, sentant les approches de la mort, il appelle son fidèle
écuyer, lui remet une boîte d'argent contenant les présents qu'il
avait reçus de sa maîtresse, lui recommande de placer son cœur dans
cette même boîte quand il aura rendu le dernier soupir, et de porter
le tout à la dame de Fayel. Ce triste présent était accompagné d'une
lettre, qu'il eut à peine la force de signer. Il expire.

L'écuyer, fidèle aux dernières volontés de son maître, arrive
auprès du château de Fayel: mais le seigneur du lieu le reconnaît,
soupçonne qu'il est porteur d'une lettre pour son épouse, l'arrête,
le fait dépouiller, et trouve sur lui le dernier don et les dernières
expressions de l'amour de Raoul.

Transporté de jalousie et de fureur, il ne se calme que pour méditer
une vengeance de tigre. Il ordonne à son cuisinier d'apprêter le
cœur de Raoul et de le faire servir à table à la châtelaine.

Gabrielle ne soupçonnant rien, le mange. «Avez-vous trouvé cette
viande bonne? lui dit Fayel, avec un sourire satanique.--Je l'ai
trouvée excellente, répond l'infortunée.--Je le crois bien, réplique
le scélérat; elle doit être délicieuse pour vous, car c'est le cœur
du châtelain Coucy.» Il lui jeta en même temps la lettre que Raoul
lui avait écrite en mourant, et se plut à repaître ses yeux du
spectacle du désespoir de cette femme malheureuse. Après cet horrible
repas, Gabrielle n'en voulut plus faire d'autres, et se laissa mourir
de faim et de douleur.



HÉLOISE ET ABAILARD. ATTENTAT DU CHANOINE FULBERT.


Il y a un si grand charme attaché aux noms d'Héloïse et d'Abailard,
leurs intéressantes amours ont obtenu une célébrité si populaire,
que, même sans connaître le fond de leur histoire, on éprouve une
douce émotion, seulement à les entendre nommer. Ces deux êtres
délicats, ingénieux et sensibles, contrastaient singulièrement avec
le douzième siècle qu'ils ont illustré; siècle barbare, de mœurs
obscènes et de grossière ignorance. Nos deux amans sont presqu'à eux
seuls toute la poésie de ces temps d'obscure mémoire.

Abailard, issu d'une noble famille de Bretagne, manifesta, dès
l'enfance, un goût déclaré pour l'étude. A seize ans, sa science
était prodigieuse; il avait lu tous les orateurs et les poètes
grecs et latins, et tous les docteurs de l'église; il savait les
principales langues des anciens, et toutes celles de l'Europe
moderne, et possédait la logique et la jurisprudence. Tourmenté du
besoin de connaître et d'être connu lui-même, il cède à ses frères
ses droits d'aînesse, et parcourt les villes et les monastères de
France, cherchant de doctes personnages, pour jouter avec eux de
savoir et d'éloquence. Il devint bientôt le plus vigoureux athlète
dans les luttes théologiques, luttes qui souvent dégénéraient en
haine forcenée, en combats sanglans. Toutefois, si Abailard n'eût eu
que ce mérite, il serait oublié comme tous ses antagonistes. C'est à
l'amour et à l'infortune qu'il doit sa célébrité.

Après avoir visité les provinces de la France, Abailard vint à Paris,
et suivit les leçons de Guillaume de Champagne, qui reconnaissant
dans son nouvel écolier, un rival qui lui était supérieur, et jaloux
de son étonnant mérite, ne tarda pas à lui susciter des embûches.
Contraint de quitter Paris, Abailard parcourut successivement
plusieurs villes, et partout surpassant ses maîtres et ses
concurrens, il s'en fit d'implacables ennemis qu'il aigrissait encore
par son orgueil dédaigneux.

Il revint à Paris où la principale chaire d'enseignement était
vacante; il l'obtint et excita l'enthousiasme de ses élèves par son
élocution, sa grâce et son esprit.

Sa réputation s'étendit jusqu'en Angleterre et en Allemagne, d'où
l'on venait en foule pour l'écouter. Mais au milieu de sa gloire,
il apprend que dans Paris habite une jeune beauté qui, du fond de
sa retraite modeste, partage avec lui l'admiration publique; on
la disait la plus belle des Françaises; mais on vantait surtout
son esprit et ses connaissances. On la nommait Héloïse. Son oncle,
le chanoine Fulbert la retenait près de lui, dans le cloître de
la cathédrale, l'éloignant avec un soin jaloux, des fêtes et des
relations du monde dont elle eut été l'ornement.

Abailard, sur les simples récits qu'il en entendait, conçut pour
Héloïse qu'il ne connaissait pas, une passion pleine d'enthousiasme.
Par une merveilleuse sympathie, celle-ci prévenue par la réputation
du jeune docteur, ne voyait que lui, sur la terre, digne de plaire
et d'être aimé. Elle se le représentait sous les formes les plus
séduisantes; heureusement qu'Abailard avait un extérieur propre à
réaliser les illusions d'Héloïse. Les auteurs de sa vie s'accordent
à dire qu'il était le plus bel homme de son temps. Héloïse et
Abailard se virent enfin. Bientôt l'oncle Fulbert eut l'imprudence
de seconder les mutuels désirs des deux amans au delà même de leur
espoir, en souhaitant que sa nièce reçut des leçons d'Abailard. Pour
voir son élève avec plus de liberté, le maître prétexta que ses
travaux et ses occupations le retenaient tout le jour loin d'elle,
et qu'il ne pouvait lui consacrer que les heures de la soirée. Au
moyen de cet arrangement, ces visites nocturnes n'avaient rien de
surprenant, et il trouvait ainsi l'occasion d'entretenir Héloïse
sans témoins, dans ce cloître paisible. Animé par la présence de
sa maîtresse, Abailard se surpassait lui-même dans ses leçons
mystérieuses et enivrait Héloïse de savoir, d'éloquence et d'amour.
C'est dans les lettres originales de ces deux amans, écrites en
latin, qu'il faut lire les détails pleins de charme et de passion de
ces délicieuses soirées, où l'amour finit par tenir beaucoup plus de
place que l'étude.

Abailard composa un poème sur la rose, emblême ingénieux et délicat,
sous lequel il célébrait Héloïse. Ces vers furent bientôt appris de
tous les amans de la capitale, qui les répétaient tous les soirs près
des puits d'amour.

Cependant, grâce à ce poème et à quelques chansons érotiques que
composait Abailard, les amours du cloître Notre-Dame n'étaient pas
restées secrètes. Héloïse, aveuglée par son imprudente passion, loin
de s'alarmer, était fière de voir toutes les dames de la ville et
de la cour envier, comme elle le dit elle-même, et sa joie et son
lit. Tout Paris s'entretenait ouvertement de l'union des deux amans;
Fulbert fut le dernier à la connaître, mais son courroux n'en fut que
plus terrible. Abailard redoutant les effets de sa fureur pour son
amante adorée, la conduisit dans la Bretagne, où elle mit au jour un
fils que sa grande beauté fit nommer Astralable, c'est-à-dire astre
brillant.

Cependant Abailard tenta de fléchir le chanoine Fulbert; fort de
son amour et se fiant aussi sur le pouvoir de son éloquence, il osa
affronter la colère de ce vieillard vindicatif; il lui demanda la
main de sa nièce et pupille; cette demande parut adoucir le chanoine,
mais l'étonnement d'Abailard fut extrême quand Héloïse, se refusant
à ce mariage, lui tint ce discours extraordinaire, comme l'atteste
la correspondance de nos deux amans. «Vous espérez vainement de
fléchir l'irascible Fulbert, en me faisant le sacrifice de votre
liberté. Il est inexorable et dur; sa réconciliation apparente n'est
qu'un piége artificieux où sa vengeance vous attend. Mais dut cette
réconciliation être sincère, ne croyez pas que j'achète mon pardon
et mon repos au prix de votre gloire qui m'est plus chère que la
vie. Vous le savez, mon ami, la pauvreté, l'exil, me paraitraient
plus doux avec vous, qu'une couronne avec un autre..... Si je
refuse l'engagement que vous vous résignez à former, ce n'est donc
pas dans la crainte de m'unir avec vous..... Peut-être croyez-vous
concilier vos importans travaux avec les soins obscurs d'un ménage;
détrompez-vous; votre âme, absorbée par les idées grossières d'un
amour sensuel, par les détails indiscrets d'une vie domestique et
minutieuse, saisira avec moins d'audace les conceptions supérieures.
Comment accorder les devoirs de votre état avec l'embarras d'une
famille?... Aimez-moi parce que l'amour est une des plus douces
récompenses de la gloire; mais qu'une femme ne soit pour vous qu'une
maîtresse toujours passionnée, et sans cesse occupée à vous tresser
des couronnes, à vous préparer des parfums, à vous enchanter par la
douceur de sa voix et la volupté de ses caresses; que rien de ce
qui est commun aux liaisons vulgaires, ne vienne ravaler nos divins
transports, faire un pacte d'un sentiment, et substituer peut-être le
dégoût, la satiété, la langueur aux rêves de notre imagination et aux
ardeurs de nos désirs toujours renaissans.»

Abailard étonné de cet étrange discours, mais non persuadé, insista
pour épouser Héloïse, il ne l'y détermina qu'avec peine, et à
condition que leur mariage serait secret. Cette condition déplut à
Fulbert; ce chanoine en prit occasion d'associer à sa vengeance tous
les parens d'Héloïse; il gagna par argent le valet d'Abailard, et
s'étant introduit pendant la nuit dans la chambre où il couchait, les
barbares le mutilèrent. Le chanoine Fulbert fut arrêté, dépouillé de
ses bénéfices et condamné à l'exil; deux de ses gens qui avaient aidé
à consommer ce crime, furent jugés et subirent la peine du talion.

Abailard, évanoui, baigné dans son sang, ne recouvre ses sens que
pour reconnaître sa honte et ses outrages. Il va cacher son désespoir
dans le cloître de Saint-Denis; mais avant de prononcer ses vœux
qui doivent élever une barrière éternelle entre le monde et lui, il
souhaite qu'Héloïse, fuyant elle-même le monde, se consacre à Dieu
dans le monastère d'Argenteuil.

Agée de vingt-deux ans, pleine d'attraits, entourée des hommages
publics, Héloïse n'hésite pas à consommer ce sacrifice, et malgré
les prières de ceux qui l'entourent, elle court s'enfoncer dans le
cloître désigné.

Cependant Abailard languissait dans l'abbaye de Saint-Denis; la
licence et les débordemens de cette maison le rendaient encore plus
malheureux. Ses remontrances irritèrent ses confrères, qui lui
suscitèrent des désagrémens et même des persécutions. Alors il quitta
leur abbaye et revint professer à Paris. Ses succès réveillèrent
les envieux que ses malheurs et son absence avaient assoupis. Ils
l'accusèrent d'hérésie: il fut cité au concile de Soissons où il
faillit être lapidé par les habitans de cette ville, aveuglés par le
fanatisme. Les pères du concile le condamnèrent à être renfermé dans
le couvent de Saint-Médard.

De nouvelles accusations l'atteignirent dans ce cloître. On le
considéra même comme atteint du crime de lèse-majesté. Déjà les
bruits les plus sinistres circulaient autour de lui, lorsque des
religieux, touchés de son infortune, le firent évader. Errant
pendant la nuit, redoutant le jour et l'approche des hommes, il
suit les chemins les moins frayés, et arrive enfin sur les bords de
l'Ardusson, non loin de Nogent-sur-Seine, dans un désert qui, par
son aspect stérile et sauvage, lui parut un séjour convenable à son
existence proscrite. Il ne fut pas long-temps inconnu dans cette
retraite, où il vivait d'herbes et de fruits âpres. Des disciples
vinrent en foule, et il y fonda avec eux un monastère, qu'il nomma
_le Paraclet_. Cette dénomination, où l'on prétendit trouver la
matière d'une hérésie, lui attira une nouvelle persécution.

Cependant Héloïse, élue par ses compagnes prieure de l'abbaye, est
expulsée avec ses religieuses de la maison d'Argenteuil. Elles errent
de village en village, réduites à implorer la charité publique.

Abailard apprend ce nouveau malheur; il va au-devant d'Héloïse, et
après douze ans d'absence et d'infortune, ils se rencontrent sur le
chemin de l'exil et de la pauvreté. Abailard conduit Héloïse et ses
compagnes dans son nouveau séjour, dont il leur fait l'abandon, et
leur apprend qu'il se nomme le _Paraclet_, ou le consolateur.

Peu après, Abailard reçut des députés du monastère de Saint-Gildas,
qui lui apprirent que leur chapitre l'avait élu abbé de cette maison.
Les moines de Saint-Gildas vivaient dans le désordre et les excès les
plus scandaleux. Abailard réforma leurs mœurs, et il s'attira leur
haine. On prépara plus d'une fois contre lui le fer et le poison.
Les moines allèrent même jusqu'à empoisonner le vin du calice dont
le malheureux Abailard devait se servir dans la célébration des
mystères, et plusieurs fois ils armèrent contre lui des assassins.
Leurs complots furent découverts: les plus criminels furent dégradés;
mais ils parvinrent à corrompre les autres, et tous ensemble, le
poignard à la main, ils entrèrent dans la chambre d'Abailard, qui
n'échappa à leur rage que par miracle. Enfin, ses derniers écrits
ayant été dénoncés au pape, le souverain pontife les fit brûler, et
donna l'ordre d'emprisonner leur auteur.

Abailard vint, en cette extrémité, demander un asyle au monastère
de Cluny, où il trouva des consolations et un appui dans les bras
de Pierre-le-Vénérable. Un ami d'Abailard, que le sort n'avait pas
non plus épargné, lui ayant écrit pour épancher ses douleurs et lui
demander des conseils, l'amant d'Héloïse ne crut pas pouvoir mieux
faire que de lui adresser le récit fidèle de ses maux. Cette lettre
touchante parvint jusqu'à la tendre Héloïse, dont les chagrins, les
larmes et l'absence n'avaient pas diminué la constance et l'amour. Ce
fut alors qu'elle écrivit à Abailard ces lettres latines dont nous
avons parlé, modèle de sentiment et de chaleur.

Dans ces lettres éloquentes et passionnées, Héloïse fait l'aveu de la
persévérance opiniâtre de son amour, de ses désirs, des premiers feux
de sa tendresse. «Le souvenir, écrit-elle à Abailard, le souvenir
de ces plaisirs délicieux auxquels nous nous abandonnâmes l'un et
l'autre est si présent à ma mémoire, que je ne puis l'en écarter un
seul instant; partout il me suit, il m'obsède, et la nuit il revient
troubler mon sommeil avec des illusions et des songes. Au milieu des
solennités et des mystères de l'Église, alors que la prière doit être
plus pure, que l'âme, plus dégagée de la terre, doit, libre de ses
liens, s'élancer vers l'Éternel, ces désirs séditieux me captivent
tout entière; je n'entends plus la pieuse oraison et les hymnes des
chœurs sacrés; je ne vois plus les feux de l'autel, ni l'encens qui
fume autour de moi; épouse adultère de Jésus-Christ, loin de gémir
sur ma faute, j'ose regretter de ne pouvoir plus en commettre.»

Après de nouveaux malheurs, Abailard mourut dans l'abbaye de
Saint-Marcel, âgé de soixante-trois ans. Héloïse était séparée de
lui depuis vingt ans, et pourtant cette nouvelle la plongea dans un
affreux désespoir. Le corps d'Abailard fut reçu au Paraclet au son
des instrumens religieux et des chants lugubres d'un clergé nombreux.
Héloïse resta évanouie une journée entière, et elle ne recouvra ses
sens que pour tomber dans une morne stupeur. Dès lors, et jusqu'à
la fin de sa vie, une pâleur mortelle couvrit ses traits, et elle
ne sortait de son appartement que pour aller gémir sur la tombe de
son cher Abailard, ou prier pour lui aux autels. Elle s'éteignit
ainsi dans les pleurs, et les derniers mots qui sortirent de sa
bouche furent pour supplier ses compagnes de l'inhumer avec son
époux. Il existe une tradition merveilleuse, fondée sur la constance
inaltérable de ces deux amans, qui rapporte qu'Abailard parut se
ranimer au moment où l'on ouvrit sa tombe, et qu'il ouvrit les bras
pour recevoir son Héloïse.

Le lecteur nous pardonnera sans doute tous ces détails sur les amours
d'Héloïse et d'Abailard, et sur les malheurs qui en furent la suite.
Cette marche nous a un peu éloigné du plan que nous nous sommes
tracé; mais il nous a semblé que toutes ces circonstances, d'ailleurs
si intéressantes, tenaient si étroitement au crime de Fulbert,
qu'il était impossible de les en séparer sans atténuer de beaucoup
l'impression du récit.



MORT TRAGIQUE DE RAYMOND TRENCAVEL, VICOMTE DE BÉZIERS ET DE
CARCASSONNE.


La vengeance exercée par les bourgeois de Béziers, au XIIe siècle,
contre Raymond Trencavel, leur seigneur et souverain, est un
témoignage de la barbarie des mœurs de cette époque.

Le gouvernement féodal était alors en vigueur dans presque toute
l'Europe, et les lois de la chevalerie partout à peu près les mêmes.
Les grands vassaux faisaient la guerre à leur suzerain toutes les
fois qu'ils se sentaient assez forts pour une telle entreprise; et,
par une conséquence toute naturelle, les petits vassaux guerroyaient
aussi contre les grands.

Raymond Trencavel, vicomte de Béziers et de Carcassonne, venait de
rompre la paix qu'il avait conclue avec le comte de Toulouse, son
seigneur, pour se tourner du côté du roi d'Aragon, son ancien allié.
Bernard-Aton, vicomte de Nîmes, son neveu, avait aussi embrassé le
parti de ce dernier prince. Trencavel, ayant rassemblé les milices de
Béziers et de Carcassonne, et s'étant mis en marche avec la noblesse
de ses domaines pour aller rejoindre son neveu, Bernard-Aton, il
s'éleva une querelle très-vive entre un bourgeois de Béziers et un
chevalier de la suite du vicomte. Le bourgeois enleva au chevalier
un cheval de charge, et refusa obstinément de le lui rendre. Le
chevalier, vexé de cette offense, et excité par les discours des
autres chevaliers, porta ses plaintes à Raymond Trencavel, lui
demandant qu'il lui fît faire réparation de cette injure. Ces
plaintes, appuyées par les murmures des autres chevaliers, qui
menaçaient d'abandonner la bannière du vicomte s'il déniait justice à
leur frère d'armes, déterminèrent Raymond Trencavel à leur accorder
satisfaction. Il eut la faiblesse de leur abandonner le malheureux
bourgeois, et les chevaliers le mutilèrent d'une manière déshonorante
pour le reste de ses jours.

Cependant les bourgeois de Béziers conçurent un vif ressentiment de
cette barbare punition, et méditèrent une vengeance plus barbare
encore. Quand la campagne fut terminée, ils allèrent prier Trencavel
de réparer la honte qui rejaillissait sur tous leurs compatriotes. Le
vicomte, qui était naturellement d'une humeur douce et conciliante,
fit tous ses efforts pour calmer leur exaspération et les ramener à
des sentimens plus modérés; mais ce fut inutilement: ils restèrent
sourds à tous les conseils de douceur et de paix; et Trencavel fut
obligé de leur promettre de les satisfaire en évoquant cette cause
à son conseil, qui reçut l'ordre de s'assembler à cet effet dans
l'église de la Madelaine de Béziers le 15 octobre 1167.

Au jour fixé, les principaux bourgeois de Béziers se rendirent de
leur côté à l'assemblée, armés de cuirasses et de poignards cachés
sous leurs vêtemens. Les conseillers, barons et autres gens de la
cour, prirent place dans l'église, selon leur rang et leur crédit. Le
vicomte, président de l'assemblée, fit ouvrir la séance.

Alors le bourgeois qui était le sujet des doléances de la
bourgeoisie de Béziers s'avançant le premier vers Trencavel: «Tu as
eu la lâcheté, lui dit-il, de permettre à tes chevaliers de flétrir
l'honneur des bourgeois de Béziers dans ma personne, notre honte ne
peut être lavée que dans ton sang.» Et en même temps les conjurés,
levant le masque, tirent leurs armes de dessous leurs habits, et
assassinent cruellement le vicomte devant l'autel de l'église, avec
un de ses fils, plusieurs de ses barons et des gens de sa suite.
L'évêque, effrayé de cet attentat sacrilége, fit d'inutiles efforts
pour arrêter le carnage; et son caractère sacré ne le mit pas
lui-même à l'abri des coups, car il reçut plusieurs blessures au
visage. Telle fut la mort misérable de Raymond Trencavel. Il périt de
la main de ses sujets, en punition de ce qu'ils appelaient déni de
justice.



CRIME HORRIBLE ATTRIBUÉ A DES JUIFS DE BRIE-COMTE-ROBERT.


Par suite des préjugés religieux qui, comme chacun sait, ne sont
ni moins haineux, ni moins intolérans, ni moins menteurs que les
autres préjugés, les chrétiens, et particulièrement les catholiques,
se plurent long-temps à calomnier les juifs, à leur imputer les
actions les plus atroces, les abominations les plus révoltantes. La
cupidité avait souvent plus de part à ces accusations que le zèle
pour la foi. Les juifs, quoique sans patrie, formaient, au moyen âge
comme aujourd'hui, une nation industrieuse et commerçante; beaucoup
d'entre eux étaient possesseurs de grandes richesses; mais malheur à
eux si quelque seigneur ou quelque autre personnage influent venait
à convoiter une part de leurs trésors; soudain les crimes de magie,
de sacrilége ou d'homicide leur étaient imputés; la haine qu'on
leur portait faisait croire sans peine à leur culpabilité; on les
saisissait, on les jugeait, on les condamnait, et l'on confisquait
leur or. De là tant de mensonges, tant d'histoires calomnieuses et
absurdes qui long-temps trouvèrent créance dans les esprits crédules
et prévenus des peuples.

Comme l'opprimé cherche toujours à se venger, les juifs durent
exercer parfois de cruelles représailles, quand l'occasion s'en
présentait. Mais, dans ce cas encore, une partie de l'odieux devait
retomber sur les oppresseurs, puisque ces actes de cruauté étaient
presque toujours le résultat de leur tyrannie.

Ces réflexions pourront expliquer le fait suivant, qui paraît moins
apocryphe que tant de fables débitées sur les juifs.

En 1191, Agnès de Branie, veuve de Robert, comte de Dreux, frère
du roi Louis VII, faisait sa résidence à Braye, aujourd'hui
Brie-Comte-Robert, petite ville située à quelques lieues sud-est de
Paris. Cette princesse avait attiré dans ce canton un grand nombre
de juifs commerçans. Ceux-ci accusèrent un chrétien des crimes de
vol et d'homicide, et obtinrent qu'on le leur livrât. En réalité,
ce malheureux n'avait commis d'autre crime que celui de leur avoir
emprunté des sommes d'argent qu'il ne pouvait leur rendre. Les juifs,
le jour du vendredi saint, dépouillèrent cet homme, lui lièrent les
mains derrière le dos, lui mirent une couronne d'épines sur la tête,
et le conduisirent dans toutes les rues du bourg, en l'accablant de
coups de fouet. Enfin ils l'attachèrent à une croix avec des clous,
et lui percèrent le côté d'un coup de lance.

Philippe-Auguste, instruit de cet attentat inhumain et sacrilége,
punit cette cruauté avec une justice non moins barbare. Il fit brûler
quatre-vingts juifs.

«On sait que cette nation, dit l'abbé Lebœuf en rapportant ce fait,
était accoutumée à crucifier un enfant chrétien dans le temps de
notre semaine sainte, lorsqu'elle pouvait en attraper un.» Cette
assertion ainsi généralisée pourrait bien n'avoir d'autre fondement
et d'autres preuves que les croyances populaires dont nous avons
parlé plus haut. De ce qu'un fait est peut-être arrivé une ou même
plusieurs fois, doit-on en conclure que c'était une coutume?



LE TROUBADOUR CABESTAING.


On trouve dans l'histoire générale de Provence un fait qui, par
quelques détails, rappelle l'aventure tragique de Gabrielle de Vergy.
Toutefois ce récit, dont plusieurs circonstances offrent une peinture
naïve des mœurs de ces temps encore barbares, ne laissera pas
d'intéresser vivement nos lecteurs.

Le troubadour Cabestaing était né en Provence de parens nobles, mais
si pauvres qu'il fut obligé de quitter de bonne heure la maison
paternelle. Au douzième siècle, les jeunes gentilshommes, nés sans
fortune, trouvaient une ressource assurée, pour leur éducation, dans
les maisons des seigneurs, soit de la cour, soit des provinces. Ils y
étaient élevés en qualité de varlets, c'est-à-dire de pages.

Cabestaing vint se présenter à Raymond de Roussillon pour être varlet
de sa cour. Raymond l'accueillit avec bonté, et le prit à son
service. Une physionomie spirituelle, un maintien noble, des manières
polies, prévinrent tout le monde en faveur du jeune page, qui sut
se faire aimer des grands et des petits, sans exciter la jalousie
de ses égaux. Raymond lui-même l'honora bientôt d'une affection
toute particulière; et pour se l'attacher par un emploi permanent,
il résolut d'en faire l'écuyer de sa femme. Cabestaing, élevé à un
emploi qui paraît avoir été la plus haute récompense des pages, ne
s'occupa plus que du soin de se rendre agréable à dame Marguerite,
femme du seigneur Raymond. Aux grâces de sa figure, le nouvel écuyer
joignait toutes celles que donnent la gaîté du caractère, la vivacité
de l'imagination et la galanterie de l'esprit. Il plut à Marguerite,
et cette dame se défia d'autant moins des premiers mouvemens de son
cœur, que l'extrême disproportion des rangs semblait devoir toujours
la mettre à l'abri d'une faiblesse. Elle vit bientôt que l'amour
rapproche les distances.

«Il advint un jour, dit l'auteur de la vie de ce troubadour, que la
dame, l'ayant tiré à l'écart, lui dit «Dis-moi, t'es-tu encore aperçu
si mon semblant est vrai ou faux?--Ainsi m'aide Dieu, répondit
Cabestaing, depuis l'heure bienheureuse que je me suis attaché à
votre service, je vous ai regardée comme la meilleure dame qui fût
jamais née, et la plus vraie dans vos dits et dans vos manières.
Certes je vous crois telle, et telle vous croirai toute ma vie.--Et
moi, reprit la dame, ainsi Dieu me garde, je te dis que jà par moi
ne seras trompé, et que je ne fausserai la première opinion que tu
as conçue de moi.» En disant ces mots elle l'embrasse, et ce fut là
la première époque de leur engagement. Peu de temps s'était écoulé,
continue l'auteur, et voilà que les médisans, que Dieu confonde! en
parlèrent assez haut, prenant, ainsi qu'il arrive, leurs soupçons
pour vérités. Tant allèrent en disant de toutes les espèces, que ces
discours en vinrent aux oreilles de monseigneur Raymond, qui en fut
vivement touché.»

Un jour que Cabestaing était allé à la chasse à l'épervier, Raymond
demanda où il était, et l'ayant su, il prend aussitôt ses armes qu'il
cache sous ses habits, se fait amener son cheval, et suit tout seul
le chemin qu'on lui avait montré. Il rencontre Cabestaing: celui-ci,
l'apercevant, se trouble, parce qu'il eut quelque pressentiment
des soupçons de son maître. Après les complimens ordinaires de
bienvenue, Raymond lui demande s'il n'y a pas quelque dame qui soit
l'objet de ses chansons, et s'il ne pourrait pas en savoir le nom.
Cabestaing s'en défend d'abord, sous prétexte que, suivant les lois
de la galanterie, on ne peut pas sans perfidie nommer celle que l'on
aime. «Vous savez, ajoute-t-il, que la fidélité qu'on doit à sa dame
consiste à lui tout dire et à ne rien dire d'elle.» Raymond insista
d'une manière si pressante, et avec tant d'honnêteté apparente, que
Cabestaing, forcé de s'expliquer, mais voulant lui faire prendre le
change, déclara qu'il aimait Agnès, femme de Robert de Tarascon, et
sœur de la dame Marguerite. Raymond ne put cacher la joie que lui
faisait cet aveu, et serrant la main du troubadour, il lui promit ses
bons offices, et lui proposa d'aller voir avec lui la dame Agnès,
car sa jalousie inquiète lui laissait encore quelques doutes sur la
passion de Cabestaing. Agnès acheva de les détruire lorsque Raymond
lui demanda quel était son amant. Comme elle vit, à l'air embarrassé
du jeune écuyer, de quoi il s'agissait, elle répondit que c'était
Cabestaing qu'elle aimait; et la conduite qu'elle tint pendant tout
le temps que les deux hôtes demeurèrent dans son château tendit à le
faire croire.

Cependant cet heureux stratagème eut un effet auquel il semble
qu'on n'aurait pas dû s'attendre, s'il n'y avait pas des occasions
où la vanité d'une femme peut l'entraîner à d'aussi grandes fautes
que l'amour. Marguerite crut que Cabestaing aimait effectivement
sa sœur, et dans son dépit elle accabla de reproches sanglans ce
malheureux écuyer, qui eut beau se justifier par le récit de ce qui
s'était passé. Marguerite exigea de lui qu'il déclarât dans une
chanson qu'il n'en aimait pas d'autre qu'elle. L'écuyer obéit; et la
manière dont il s'y prit pour dissiper les inquiétudes de cette dame
n'était que trop capable de réveiller les anciens soupçons du mari.

En effet, lorsque Raymond eut connaissance de cette chanson, il
en pénétra facilement le sens. Alors le dépit et la jalousie
s'emparèrent de lui, et il conçut une horrible vengeance. Ayant
conduit un jour Cabestaing hors du château, il fondit sur lui comme
un furieux, le tua, lui coupa la tête, lui arracha le cœur, et mit
l'un et l'autre dans un carnier. Étant ensuite revenu au château,
il manda le cuisinier, et lui donna le cœur de Cabestaing comme un
morceau de venaison, lui enjoignant de le faire cuire, et d'y mettre
un assaisonnement convenable. Ses ordres furent exécutés. Marguerite
aimait la sauvagine, et mangea comme sauvagine ce qu'on lui servit.
Puis Raymond lui dit «Dame, savez-vous de quelle viande vous venez
de faire si bonne chère?--Je n'en sais rien, répondit-elle, si
non qu'elle m'a paru exquise.--Vraiment, je le crois volontiers,
répliqua le mari, aussi est-ce bien chose que vous avez le plus
chérie; et c'était raison que vous aimassiez mort ce que tant aimâtes
vivant.» A quoi la femme étonnée repartit avec émotion: «Comment?
que dites-vous?» Alors montrant la tête sanglante de Cabestaing:
«Reconnaissez, ajouta le farouche Raymond, reconnaissez celui
dont vous avez mangé le cœur.» A ce spectacle, Marguerite tombe
évanouie, et peu après reprenant ses sens: «Oui, dit-elle, d'une
voix où la tendresse perçait à travers le désespoir, oui, je l'ai
trouvé tellement délicieux, ce mets dont votre barbarie vient de me
nourrir, que je n'en mangerai jamais d'autre pour ne pas perdre le
goût qui m'en reste; à bon droit m'avez rendu ce qui fut toujours
mien.» Raymond, transporté de fureur, court l'épée à la main sur sa
femme. Celle-ci échappe à ses coups par la fuite, va se précipiter
d'elle-même par la fenêtre, et meurt de sa chute.

La nouvelle de ce funeste événement se répandit bientôt dans toute la
contrée et dans toutes les terres d'Alphonse, roi d'Aragon, et elle
y causa une consternation générale. Les parens de Marguerite et de
Cabestaing, tous les comtes, tous les chevaliers des environs, tous
les amans se liguèrent et déclarèrent à Raymond une guerre sanglante.
Alphonse étant venu lui-même sur les lieux, pour s'informer plus
exactement de ce fait, fit arrêter Raymond, ravagea ses terres,
détruisit son château, et ordonna que les corps de Cabestaing et
de sa dame fussent mis, après de magnifiques funérailles, dans le
même tombeau, devant la porte de l'église paroissiale; leur aventure
fut représentée sur leur tombe. L'histoire a placé cet événement à
l'année 1181.



PIERRE DE LA BROSSE ET MARIE DE BRABANT.


Il n'est pas de spectacle plus touchant que celui de l'innocence aux
prises avec le crime et la calomnie. La force des émotions qu'on
éprouve est en raison du péril du personnage qui nous intéresse: nous
le suivons des yeux avec inquiétude, nous partageons ses angoisses,
nous voudrions pouvoir le défendre ou du moins l'avertir des piéges
qui lui sont tendus; nous passons enfin par toutes les péripéties
du drame. Mais si l'innocence triomphe de son calomniateur; si ce
calomniateur était lui-même l'auteur du crime qu'il voulait faire
peser sur un autre, alors on ressent une véritable joie, le cœur
satisfait se dilate, s'épanouit; et l'on ferait volontiers le vœu de
ne voir jamais que de semblables dénoûmens, surtout dans l'histoire,
c'est-à-dire dans les choses réelles de la vie.

Pierre de la Brosse, premier ministre de Philippe-le-Hardi, avait
été barbier de Saint-Louis; et c'est en rasant ce vaillant prince
qu'il avait commencé sa fortune. Doué d'un esprit fécond, il s'en
était servi pour amuser le roi par ses propos facétieux. D'ailleurs
très-habile dans les opérations manuelles de la chirurgie, il s'était
acquis une réputation qui lui donnait un certain crédit dans ces
temps d'ignorance (13e siècle).

Philippe-le-Hardi, fils du roi, se l'attacha particulièrement et
se laissa tellement séduire par ses manières, son langage et ses
petits talens, qu'il en fit son commensal et son favori. Quand
Philippe, après la mort de Saint-Louis, parvint au trône, il crut,
fasciné qu'il était par cet homme, devoir lui accorder toute sa
confiance et l'élever aux plus hautes dignités. Il le promut au rang
de grand chambellan et de premier ministre. Dans le premier moment,
cette élévation fut un scandale pour la cour; mais bientôt tous les
courtisans rampèrent aux pieds du nouveau parvenu.

Ce ministre jouissait de la plus solide faveur; mais le mariage de
son maître avec Marie, sœur du duc de Brabant, et l'ascendant marqué
que cette belle et jeune reine conquit dès l'abord sur le cœur de
son époux causèrent bientôt de l'ombrage à l'ancien barbier. Marie,
dans ses entretiens avec le roi, démasquait la turpitude de ce vil
usurpateur de la confiance royale. Pierre de la Brosse s'aperçut
qu'on l'accueillait plus froidement, que les courtisans n'épargnaient
sur son compte ni la satire, ni les bons mots; il entrevit sa
prochaine disgrâce, et songea au moyen de la prévenir.

Dans le même temps, le jeune Louis, fils aîné du mariage de Philippe,
mourut presque subitement dans d'affreuses convulsions. Aussitôt
Pierre de la Brosse vient trouver le roi, et après une foule de
circonlocutions insidieuses, il accuse Marie de Brabant d'avoir fait
périr le prince du premier lit pour assurer à ses enfans la couronne
qui lui appartenait. A cette accusation, Philippe tombe dans une
cruelle perplexité; son cœur est combattu par des sentimens divers;
il hésite à croire la femme charmante qui le séduit, capable du
forfait qu'on lui impute.

«Vous doutez que votre fils ait été victime du poison», lui dit
La Brosse, et il l'entraîne vers le lit du prince expiré: là, lui
montrant les symptômes du poison: «voyez-vous, lui dit-il, ces taches
livides, ces lèvres violettes, ces membres contournés et tordus par
les convulsions et la lutte d'une douleur violente? remarquez-vous
ces yeux dont la prunelle s'est éclipsée dans un orbite sanglant? O
vérité! continua-t-il, vérité, qu'il est cruel de te faire arriver
aux pieds des rois!.... Jamais je ne l'éprouvai mieux qu'en ce jour
où mon devoir me force à dénoncer un crime. Paraissez donc, témoin
irrécusable, témoin oculaire de ce crime avéré, venez éclairer mon
maître qu'une passion funeste aveugle encore.»

A ces mots, La Brosse introduit en présence du roi un homme qui
déclare avoir vu Marie de Brabant, la nuit, après le tintement du
couvre-feu, distiller des plantes vénéneuses et en composer un mets
exécrable, la veille de la mort du jeune prince. Il rapporte ensuite
plusieurs autres circonstances qui ne laissent aucun doute sur la
culpabilité de la reine. Le témoin affirme sa déposition par serment.

Bientôt cette affaire s'ébruite, agite les esprits; la populace si
crédule crie à haute voix que la reine a empoisonné le jeune prince,
qu'il faut que justice soit rendue.

Cependant le duc de Brabant, frère de la belle Marie, apprend
l'accusation d'empoisonnement imputé à sa sœur; il ne peut y croire
et s'indigne contre les infâmes calomniateurs qui la persécutent; il
prend la résolution de la venger. Il part armé de pied en cap; il
arrive à la cour de France et demande à combattre l'accusateur. Le
témoin produit par Pierre de La Brosse s'avance; le duel juridique
a lieu devant la cour et le peuple; le témoin est percé d'outre en
outre par le duc de Brabant.

D'après les idées de ce siècle, cette victoire prouvait l'innocence
de Marie. Le peuple applaudissait; mais Pierre de La Brosse,
exploitant la crédulité superstitieuse des esprits, en appelle du
duel qui souvent fait tomber l'innocent sous les coups du coupable,
et propose d'aller consulter plusieurs saints personnages qui, dans
ce siècle, prononçaient de pieux oracles.

Il y avait en effet dans ce temps-là, trois imposteurs qui, par de
feintes extases, la singularité de leur vie et les exercices d'une
piété hypocrite, avaient acquis une autorité surprenante.

La béguine de Nivelle était une des trois et la plus célèbre. Elle
était somnambule, et durant ce sommeil éveillé, elle faisait des
révélations et des prophéties que le peuple recueillait avidement;
elle se tenait dans un clocher ouvert aux quatre vents, et prêtait
l'oreille aux cris des corneilles et aux roucoulemens des ramiers qui
voltigeaient autour de sa demeure aérienne.

Philippe, aussi crédule que son peuple, envoya trois ambassadeurs
vers cette prophétesse; l'un d'eux était l'évêque de Bayeux,
beau-frère de Pierre de La Brosse. Cette ambassade ne rapporta qu'une
réponse ambiguë qui ne servait qu'à appesantir le soupçon sur la
malheureuse accusée.

Une autre ambassade fut envoyée vers la sainte Pythonisse qui, cette
fois, répondit:

«Le roi ne doit point ajouter foi à ceux qui lui parlent mal de son
illustre épouse; elle est innocente du crime qu'on lui impute; il
peut compter sur sa fidélité tant pour lui que pour les siens.»

Cette réponse révolta toute la France contre le ministre La Brosse.
On demanda son supplice et le roi allait l'ordonner, lorsque le
favori fit un dernier effort pour gagner sa cause. Il rappela que la
béguine de Nivelle avaient rendu deux réponses, l'une défavorable,
et l'autre favorable à la reine, et soutint qu'il était de toute
injustice de s'en tenir à la dernière. L'adresse du ministre
produisit encore son effet sur le roi dont les esprits étaient
toujours flottans.

La situation de Marie de Brabant devenait de jour en jour plus
pénible, elle ne voyait que des regards défians s'arrêter sur elle;
son époux n'était pas convaincu de son innocence. Elle ne trouvait
de consolation qu'aux pieds des autels; ses prières ferventes furent
exaucées.

Un soir, un solitaire vénérable se présente aux portes du palais et
demande une audience du roi; introduit près de Philippe, il lui remet
un paquet scellé des armes du grand chambellan Pierre de La Brosse,
en apprenant au prince qu'un religieux prêt à mourir, l'avait prié
d'aller porter au roi le paquet renfermant la preuve des trahisons du
premier ministre.

En effet, ce misérable, dépositaire des secrets de l'état, les avait
vendus au roi de Castille, et il résultait en outre de ces pièces
secrètes, que la perte de la reine était une machination politique
dont il s'avouait l'instrument.

Cette découverte leva tous les doutes. On apprit que La Brosse avait
empoisonné lui-même le prince Louis, afin d'imputer cet attentat à la
reine et de la perdre. On sut aussi que le témoin qu'il avait produit
n'était qu'un misérable gagné à force d'or et de promesses.

L'innocence de Marie de Brabant parut dans tout son éclat. Quant à
Pierre de La Brosse, il fut étranglé et son corps resta suspendu aux
fourches patibulaires.



PROCÈS DES TEMPLIERS, LEUR INNOCENCE ET LEUR CONDAMNATION. HÉROISME
DE JACQUES MOLAY, LEUR GRAND-MAÎTRE.


Le procès des Templiers est une de ces iniquités qui font époque dans
l'histoire d'une nation. L'illustration des accusés, la rapacité
et la mauvaise foi des accusateurs, l'absurdité des accusations,
les motifs odieux et vils qui dictèrent la sentence des arbitres
suprêmes, ont imprimé à cette cause un intérêt puissant et qui sera
toujours inséparable du souvenir glorieux de ces illustres victimes.

On sait que les Templiers avaient rendu d'éminens services à la
chrétienté pendant les croisades. Lorsque, par suite des succès des
armes chrétiennes, ces expéditions pieuses furent regardées comme
n'étant plus nécessaires, les Templiers revinrent jouir en occident
des biens immenses qu'ils avaient conquis sur les infidèles, à
la pointe de leur épée. Leur faste, les mœurs orientales que la
plupart d'entre eux avaient contractées étaient peu conformes aux
règles des religieux. L'église censura la conduite des Templiers qui
repoussèrent dédaigneusement ses remontrances.

Philippe-le-Bel, extrêmement jaloux de son autorité qu'il
avait défendue avec opiniâtreté et succès contre des vassaux
rebelles, conçut quelque ombrage de l'attitude altière de l'ordre
des Templiers, déjà si formidable; il crut qu'il aspirait à
l'indépendance et se refuserait désormais à plier sous la volonté
royale. Cette crainte aigrit son esprit, et des courtisans envieux ne
manquèrent pas d'entretenir ses terreurs. On lui disait que cet ordre
devait finir avec les causes qui l'avaient fait naître; qu'il fallait
redouter une milice religieuse qui ne professait ni la soumission des
guerriers, ni la vie claustrale et pacifique des cénobites.

Mais la crainte que ces chevaliers inspiraient était encore moins
forte que le désir que l'on avait de les dépouiller de leurs
immenses trésors. Pour assurer cette spoliation et lui donner
une couleur légale, il fallait juger l'ordre tout entier, et
par conséquent lui trouver des crimes. Dès-lors les courtisans
commencèrent à les décrier et à déclamer partout contre leur orgueil,
leurs débauches et leur impiété. Ces bruits trouvèrent de l'écho
parmi le peuple qui, selon sa coutume, exagéra encore les récits
qu'il entendait faire à l'occasion des Templiers.

Voici ce qui servit de fondement à l'accusation juridique intentée
bientôt après contre cet ordre célèbre.

Un chevalier apostat, Florentin de nation, nommé Noffodei, ayant été
arrêté pour un crime qui provoquait la peine capitale, fut renfermé,
dans un cachot, avec un autre misérable nommé Squin de Florian qui
était réservé au même supplice. Ils se préparèrent mutuellement à
la mort, en se confessant l'un à l'autre, suivant l'usage de la
primitive église. La confession du Templier était un débordement
d'aveux épouvantables; Squin de Florian en profita; il se persuada
qu'en chargeant tout l'ordre des crimes dont il venait d'entendre
le récit, il pourrait être gracié, même récompensé. Il demanda donc
aux magistrats à leur révéler un secret important; on l'écouta,
et sa déposition, quoique ignorée du peuple, suggéra d'avance les
commentaires les plus étranges, les plus révoltans.

Les Templiers, disait-on, avaient, par un pacte secret avec les
Sarrasins, promis de renier leur dieu et d'adorer Molock et
Béelzébuth. La réception de leurs novices, ajoutait-on, offrait des
actes d'impiété et d'indécence. Le blasphême et le parjure étaient
au nombre de leurs préceptes ténébreux. On prétendait aussi que
la sodomie était recommandée comme un point de règle dans leurs
abominables initiations; et l'on ajoutait qu'ils égorgeaient les
enfans qui naissaient de leurs liaisons clandestines avec les filles
et les femmes.

Voici ce que dit à leur sujet M. de Châteaubriand, dans ses _Études
historiques_: «Neuf gentilshommes français établirent, en 1118,
l'ordre des Templiers à Jérusalem. Cet ordre acquit d'immenses
richesses, et devint suspect aux peuples et aux rois. Les Templiers
étaient accusés de se vouer entre eux à d'infâmes voluptés, de
renier le Christ, de cracher sur le crucifix, d'adorer une idole à
longue barbe, aux moustaches pendantes, aux yeux d'escarboucle, et
recouverte d'une peau humaine, de tuer les enfans qui naissaient d'un
Templier, de les faire rôtir, de frotter de leur graisse la barbe et
les moustaches de l'idole, de brûler les corps des Templiers décédés,
et de boire leurs cendres, détrempées dans un philtre. On peut
toujours deviner les siècles, au genre des calomnies historiques;
brutales et absurdes dans les temps de grossièreté et de foi,
raffinées et presque vraisemblables dans les temps de civilisation et
de doute.»

Philippe apprenait avec une secrète joie toutes ces exagérations
calomnieuses, parce qu'elles favorisaient ses desseins. Il concerta
avec ses conseillers l'arrestation subite de tous les Templiers, le
même jour et par toute la France. Aussitôt leurs biens, cause de
leur perte, furent confisqués, et le roi vint, sans pudeur, prendre
possession de leur palais du Temple, qu'il avait remplacé pour eux
par d'obscures prisons.

Clément V, créature de Philippe, venait de succéder à Boniface VIII.
Il devait tout à Philippe, il lui promit de seconder toutes ses
volontés.

Philippe-le-Bel était implacable et expéditif dans ses vengeances.
On commença l'instruction du procès des Templiers, et, pour leur
arracher des aveux, on déploya dans leurs cachots tout l'appareil des
tortures les plus affreuses. Ceux qui refusaient de confesser les
faits dont on leur donnait lecture, étaient mis sur des chevalets
et livrés aux bourreaux; leurs membres disloqués, leurs os broyés,
le sang qui ruisselait sur leurs corps, les cris arrachés par la
douleur, faisaient frémir leurs compagnons, qui, privés à dessein
de sommeil et de nourriture, avaient perdu cette mâle énergie, ce
courageux stoïcisme, qui nous font triompher de la douleur. Ce qui
motive ce beau vers de la tragédie des _Templiers_:

    La torture interroge et la douleur répond.

Un grand nombre de ces religieux révélèrent donc quelques fautes,
qu'un greffier vendu aux juges avait la perfidie de travestir en
crimes exécrables.

Non-seulement les Templiers furent arrêtés en France: l'implacable
Philippe et Clément V les firent saisir dans toute la chrétienté.
Toutes les prisons regorgeaient de ces malheureux, entassés comme
de vils troupeaux. Mais en France, ceux à qui la torture avait fait
trahir la vérité, revenus de leur premier effroi, et reprenant cet
air héroïque qui naguère bravait la mort des batailles, se présentent
devant leurs juges, protestent que les aveux qu'ils ont faits leur
ont été arrachés par la violence et la douleur, qu'ils les rétractent
publiquement, et qu'ils veulent mourir pour expier cette honte.

Les juges, surpris de cette fermeté, semblent eux-mêmes des accusés.
Ils balancent, ne savent à quel parti s'arrêter; mais les instrumens
pervers des cours de France et de Rome, veulent qu'on les condamne
pour avoir trahi la vérité, la première ou la seconde fois. Ils
gagnent la majorité, et cinquante-neuf de ces chevaliers furent
dégradés, comme relaps, et jugés dignes du dernier supplice. Leurs
bûchers sont allumés; ils y montent avec calme et sérénité; ils
chantent les louanges de Dieu, au milieu des tourbillons de flammes
qui vont les dévorer. Le peuple ne put voir un trépas aussi héroïque
sans reconnaître aussitôt l'innocence de ces illustres chevaliers.
Déjà la superstition débite une foule de miracles faits à l'honneur
de ces martyrs; déjà les murmures éclatent de toutes parts contre
les inquisiteurs et les autres juges chargés de ce procès. Le roi de
France et le pape auraient bien voulu dès-lors assoupir cette affaire
et suspendre l'instruction commencée; mais il importait de prouver à
l'Europe la culpabilité de l'ordre mis en cause.

Jacques Molay, grand-maître, vieillard vénérable et courageux, fut du
nombre de ceux qui comparurent devant les commissaires désignés par
le pape. Sa dignité de grand-maître l'élevait au rang des princes;
son âge méritait des égards. Il fut traduit devant les juges, chargé
de fers et traité avec inhumanité. On lui demanda s'il avait quelque
chose à alléguer pour sa défense; il répondit que, né pour le métier
des armes, il était étranger à l'art de la parole, et demandait
un conseil éclairé. On lui répondit qu'en matière d'hérésie, on
n'accordait pas de défenseur; que d'ailleurs il devait se souvenir
qu'il avait avoué tous les crimes imputés.

A ces mots, Jacques Molay est saisi, frappé d'étonnement. Il demande
lecture de sa déposition; il l'entend avec une profonde indignation.
«Non, dit-il, jamais ces atroces impostures n'ont souillé mes lèvres;
j'ai pu, dans un instant de faiblesse que ma mort seule peut expier,
j'ai pu révéler quelques fautes; mais ces aveux, je dois l'affirmer,
à la honte des hommes, ont été dénaturés par ceux qui les ont
recueillis. Je méconnais donc cette déposition, œuvre ténébreuse de
la fraude, de l'artifice et d'une collusion coupable. Je proteste
contre elle, et puisqu'on me refuse un conseil, je bornerai ma
défense et celle de mes chevaliers à ce peu de mots, dont l'histoire
reconnaîtra la vérité:

«Nul ordre religieux ne pria plus que le nôtre avec ferveur et piété;
nul autre ne fit régner plus de recueillement et de magnificence dans
la maison du Seigneur, ne répandit plus d'aumônes parmi les pauvres,
n'essuya plus de larmes et ne guérit, par plus de soins et de zèle,
les malades et les infirmes.

«Nulle milice chevaleresque ne combattit avec plus d'avantage que la
nôtre, contre les Sarrasins, les Turcs et les Maures; ne supporta,
avec plus de courage, pour la délivrance de la ville sainte, les feux
du ciel africain, les pestes d'Antioche et de Tunis, les naufrages,
les privations, l'exil, la captivité, tous les fléaux et toutes les
vicissitudes de la fortune....»

Un des accusateurs interrompant alors le grand-maître: «Tout cela,
dit-il, n'est compté pour rien sans la foi.--Et sans la foi, reprit
Molay, rien de tout cela ne peut se supporter. Pour quel intérêt
d'ici-bas, pour quelle récompense mondaine aurions-nous pu combattre
et souffrir comme nous l'avons fait?»

Philippe ne savait comment sortir de cette grande procédure, où ses
passions l'avaient engagé. Pour paraître plus légal, il permit à tous
les Templiers d'occident de venir plaider la cause de leur ordre.
Plusieurs parlèrent avec une courageuse éloquence; quand ils eurent
cessé de parler, les commissaires désignés délibérèrent long-temps,
et la majorité se refusait à la condamnation. Mais le pape, indigné
de tant de résistance, s'écria que si l'on ne prononçait pas
judiciairement contre les Templiers, la plénitude de la puissance
pontificale suppléerait à tout, et qu'il les condamnerait par voie
d'expédient, plutôt que de scandaliser son cher fils le roi de France.

Le souverain pontife l'emporta, et la sentence fut prononcée.

Mais Jacques Molay et plusieurs autres chefs de l'ordre n'étaient pas
encore jugés; on espérait leur arracher des révélations qui pussent
justifier cette odieuse procédure. On offrit à Jacques Molay et à
ses compagnons la liberté et des pensions; mais ils repoussèrent
ces offres perfides avec indignation. On les menaça du bûcher.
«Apportez-y la flamme, dit le grand-maître; j'y vais monter comme
dans une chaire de vérité, où je répéterai: _Nous sommes innocens!
Tout ce dont on accuse les Templiers est calomnie: je le jure à la
face du ciel et devant Dieu, qui va me juger bientôt._»

Les légats, embarrassés, ne savaient à quel parti s'arrêter. Enfin,
ils livrèrent au prévôt Jacques Molay et Guy, frère du dauphin
d'Auvergne. Le roi assembla son conseil, et dès le soir les héros
condamnés furent conduits à la mort. Leur bûcher était élevé dans une
petite île de la Seine, à la pointe occidentale de la Cité, non loin
de l'emplacement qu'occupe la statue équestre de Henri IV.

Les chevaliers entrèrent dans les flammes avec une fermeté admirable.
Jacques Molay fit entendre alors ces mots prophétiques: «_Pontife
calomniateur, juge inique et cruel bourreau, je t'ajourne à
comparaître dans quarante jours devant le tribunal du souverain juge.
Et toi, Philippe, je t'ajourne devant lui à un an de ce jour._»

Après cette imposante assignation, le grand-maître et ses frères
moururent en chantant de saints cantiques.

Quarante jours après, le pape mourut; au bout d'un an, Philippe
descendit aussi au tombeau, et l'on se rappela les dernières paroles
du dernier grand-maître des Templiers.

Philippe-le-Bel se fit donner deux cent mille livres, et Louis Hutin,
son fils, prit encore soixante mille livres sur les biens des
Templiers. Ce qui prouve assez quel était le principal motif de la
condamnation de cet ordre célèbre.

«Le Parlement, dit Voltaire, n'eut aucune part à ce procès
extraordinaire, témoignage éternel de la férocité où les nations
chrétiennes furent plongées jusqu'à nos jours.»



ENGUERRAND DE MARIGNY.


Enguerrand de Marigny, ministre sous le règne de Philippe-le-Bel,
était issu d'une famille ancienne et illustre. Il avait reçu de la
nature tous les dons qui relèvent encore l'éclat de la naissance.
Figure remarquable, esprit aimable, manières élégantes et gracieuses,
connaissances vastes et profondes; il réunissait tout ce qui peut
faire réussir dans les cours. Aussi sa fortune fut-elle rapide;
Philippe-le-Bel le combla de bienfaits, le fit chambellan, comte de
Longueville, châtelain du Louvre, surintendant des finances; enfin
Enguerrand de Marigny, devint son principal ministre et son intime
confident. Tant de faveurs ne manquèrent pas d'exciter l'envie des
courtisans; et de l'envie à la haine, la transition est si facile!

A la tête de ces envieux était le comte de Valois, frère du
monarque, prince orgueilleux, dissimulé, vindicatif. Valois
s'indigna de l'ascendant que Marigny exerçait sur le monarque. Il
conçut dès lors pour le ministre une aversion insurmontable. Plus
tard, la contestation qui eut lieu entre les sires d'Harcourt et
de Tancarville, vint augmenter encore son ressentiment. Marigny,
n'écoutant que sa conscience, ne craignit pas de se déclarer contre
le protégé de Valois; et une explication extrêmement violente éclata
entre le frère du roi et le premier ministre.

Néanmoins l'animosité de Valois fut tempérée long-temps par l'immense
crédit de Marigny. Mais Philippe-le-Bel étant mort, Louis-le-Hutin,
son fils et son successeur, voulut prendre connaissance de l'état des
finances du royaume. Valois jugea le moment favorable pour perdre
Marigny.

Les malheureuses expéditions de Flandre avaient appauvri le
gouvernement sous le règne précédent; on avait cru combler le
deficit en altérant les monnaies et en chargeant le peuple d'impôts
exorbitans. Mais ces ressources avaient été insuffisantes, de manière
qu'à l'avénement du nouveau monarque, on n'avait pu trouver dans
l'épargne royale de quoi subvenir aux frais du couronnement.

Le roi demanda, en plein conseil, quel usage on avait fait des impôts
considérables qui avaient été levés sur le peuple et sur le clergé.
Alors, Valois, inspiré par sa haine, s'écria: «_Sire, Marigny eut
l'administration des fonds que réclame avec raison votre Majesté,
ordonnez que ce ministre vous en rende compte._»

Marigny qui n'avait rien à craindre d'une enquête sur sa conduite
publique, offrit au roi de rendre ce compte quand il l'ordonnerait.
«_Que ce soit à l'instant même_,» s'écria le comte de Valois,
avec l'impatience de la vengeance. Le jeune roi n'osa réprimer
les emportemens de son oncle, mais Enguerrand fut d'autant plus
irrité, que son accusateur lui-même, s'était fait remettre une
partie des deniers dont il voulait rendre le ministre responsable.
Il répondit au comte: «_Vous qui demandez que je rende compte sur
l'heure, je vous ai donné une portion de ces fonds, le reste a libéré
l'état_.....--_Vous en avez menti_, répliqua le prince.--_C'est
vous-même_, reprit Marigny, _qui vous rendez coupable de mensonge,
et j'en atteste le ciel_.» Alors Valois n'écoutant plus que sa
fureur, et foulant aux pieds toutes les convenances, tira son épée
en présence du roi et s'élançant sur Marigny, il voulait le tuer sur
la place. Tous les membres du conseil se précipitèrent entre eux,
et le roi leva la séance. Le comte écumait de rage au milieu de ses
nombreux partisans, tous ennemis déclarés de Marigny. Celui-ci sortit
seul et tranquille.

Cependant le faible monarque est circonvenu par son oncle et par
tous les envieux du ministre. On lui persuade que le peuple impute
à Marigny les guerres qui avaient ruiné l'état, et l'altération des
monnaies; qu'on accuse ce ministre de trahison et de concussion et
que sa mort seule peut étouffer la sédition qui menace de toutes
parts.

Marigny, au lieu de se tenir en garde contre ses accusateurs et
contre leurs sourdes manœuvres, conservait toute sa sécurité au
milieu de l'orage qui s'amoncelait autour de lui. Sa longue habitude
des cours aurait dû lui apprendre qu'il est des accusations sous
lesquelles succombe l'innocence la mieux prouvée. Il n'hésite pas
un instant à se rendre au conseil où l'appellent les devoirs de son
ministère. Agitée par un pressentiment sinistre, Alix de Mons, son
épouse, s'efforce de le détourner de son dessein et d'éveiller sa
défiance. Trois fois elle s'enlace dans ses bras, il insiste, elle
redouble de prières et de caresses. La sœur de Marigny vient aussi
le conjurer avec larmes de rester. Marigny embrasse l'une et l'autre
et se dérobant à leurs efforts pour l'arrêter, il se rend au palais
du roi. Tandis qu'il en montait les degrés, des agens apostés par
Valois, arrêtent Marigny au nom du roi, lui demandent son épée et le
conduisent dans la tour du Louvre; de là ses persécuteurs le firent
transporter à Vincennes dans un cachot où l'air et la lumière ne
pénétraient qu'avec peine.

Enguerrand de Marigny avait un ami, un véritable ami; trésor bien
rare, surtout dans les cours. C'était Raoul de Presle, l'un des
hommes les plus doctes et les plus savans de son siècle. Valois
et ses adhérens craignaient beaucoup qu'il ne lui fût permis de
plaider la cause de son ami et qu'il ne leur arrachât la victime
qu'ils convoitaient depuis si long-temps. Ils lui intentèrent à
lui-même un procès, afin d'avoir un prétexte pour le faire mettre en
prison. On l'accusa donc, au hasard, d'avoir conspiré contre la vie
du feu roi; et sans autres formalités, on ordonna son arrestation
et la confiscation de ses biens. Toutes les autres personnes
recommandables, attachées à Marigny devinrent aussi, de la part du
prince Valois, les objets des plus iniques et des plus arbitraires
persécutions.

Il fallait donner à ce procès une forme juridique. L'implacable
Valois voulait non seulement immoler son ennemi, mais encore le
diffamer par une sentence ignominieuse, le flétrir par un supplice
infamant et rendre sa mémoire à jamais odieuse.

La seule chose qui embarrassa le dénonciateur; c'est qu'une
instruction et une procédure légale étaient indispensables. Il fit
publier dans toutes les provinces de France que tous les individus
qui avaient à se plaindre du ministre et qui savaient quelque chose
contre lui, étaient engagés à se présenter devant le tribunal chargé
de le juger. On promettait bon accueil et protection à ceux qui
voudraient déposer dans ce sens. Mais l'espoir de Valois fut déçu;
il ne se présenta personne; et ce silence, en une telle conjoncture,
était, ce semble, une éclatante justification.

Valois ne pouvait produire ni témoins, ni preuves; cependant il fit
poursuivre le procès de son ennemi, et siégea lui-même sans pudeur
parmi les juges. Il avait choisi pour accusateur public un homme
entièrement dévoué à sa vengeance.

Cet orateur mercenaire, à travers un déluge de comparaisons bizarres
et ridicules dont nous faisons grâce aux lecteurs, énuméra les
prétendus crimes imputés à Marigny. Il l'accusa d'abord d'avoir
altéré les monnaies, accusation inique et absurde, puisque l'on
savait que cette fraude avait été conseillée au roi par deux
intrigans florentins.

On lui reprocha ensuite d'avoir excité des soulèvemens parmi
le peuple, d'avoir détourné à son profit des sommes que l'État
réservait à la cour de Rome; d'avoir eu des intelligences secrètes
avec les ennemis de la patrie; d'avoir extorqué au chancelier
plusieurs lettres scellées en blanc. Toutes ces imputations
étaient calomnieuses, et l'accusé avait entre les mains des pièces
authentiques capables de confondre ses calomniateurs.

On lui fit ensuite un crime d'avoir reçu des bienfaits du roi, comme
si les récompenses du souverain n'étaient point honorables pour
celui qui en est l'objet; on le taxa d'orgueil et de témérité, parce
qu'il avait érigé sa propre statue dans le palais du roi. La statue
d'Enguerrand de Marigny était en effet placée sur l'escalier du
palais, mais aux pieds de celle de son souverain.

Marigny eut pu, d'un seul mot, réduire au néant tous ces différens
chefs d'accusation, mais quand il se leva pour parler, on lui
commanda le silence, et, chose inouïe, on lui refusa tout moyen de
justification.

Des hommes recommandables par le rang qu'ils occupaient, par leur
mérite, par leur caractère, vinrent se jeter aux pieds du roi et lui
demander justice pour un infortuné que l'on privait d'un droit dont
jouissent les plus insignes scélérats, le droit de se défendre.
Louis accueillit ces plaintes avec bienveillance; mais, trop
faible pour oser s'opposer aux vengeances de son oncle, il proposa
de commuer en un exil temporaire, dans l'île de Chypre, la peine
capitale qui menaçait Marigny.

Mais cette sentence était loin de pouvoir satisfaire Valois; il
frémit en apprenant les intentions du roi. Ne pouvant toutefois
combattre ouvertement le dessein de son royal neveu, il eut recours
à la dissimulation, et, sous prétexte de rassembler des preuves,
il demanda que le jugement fut différé de quelques jours, espérant
trouver jusque-là un stratagème propre à assurer sa vengeance.

Valois, le lâche Valois, sut profiter du délai qui lui était accordé.
Les idées de magie, qui prenaient racine en France à cette époque,
furent une ressource dont il usa largement.

Sous le règne de Louis X, on croyait faire dépérir de langueur et
lentement trépasser ceux dont on imitait les traits en cire, et sur
les images desquels on faisait certaines conjurations enseignées par
l'art cabalistique.

Valois accusa la femme et la sœur de Marigny d'avoir fait faire
la figure du roi et des princes du sang, pour attirer sur eux la
maigreur, la maladie et la mort. L'état de faiblesse où se trouvait
alors Louis, donnait quelqu'apparence de vérité à cette ridicule
assertion. Le roi en fut frappé. Il crut que la famille de Marigny
attentait à sa vie, et voulant la punir dans la personne de son chef,
il donna libre carrière au sanguinaire Valois.

Celui-ci maître enfin de son ennemi, fit accélérer le procès, dicta
la sentence de mort, ordonna le supplice et fit dresser l'infâme
gibet ou fut attaché Enguerrand de Marigny, comte de Longueville,
premier ministre de France.

Après cette exécution, le royaume ayant été désolé par des épidémies,
la guerre, la disette, le peuple attribua ces malheurs à la
condamnation d'un ministre innocent, et la cour, partageant cette
opinion, en ordonna dans toutes les provinces des prières expiatoires
pour l'âme d'Enguerrand de Marigny.

Dix ans après, le comte de Valois, aussi malade d'esprit que
de corps, fit faire des aumônes publiques; et ceux qui les
distribuaient, disaient de sa part à chaque pauvre, _Priez Dieu pour
M. de Marigny et pour M. de Valois_. Le confesseur de ce prince,
sollicité secrètement par l'évêque de Beauvais et l'archevêque
de Sens, frères de Marigny, avait alarmé sa conscience sur la
condamnation de ce ministre.

Des écrivains ont affirmé que ce ministre avait été un des plus
ardens promoteurs de la proscription des templiers. Cette assertion
n'est pas prouvée. Quoiqu'il en soit, il fut, comme ces illustres
chevaliers, victime de l'iniquité des hommes.



LE FAUX BAUDOUIN.


Les histoires de presque tous les peuples font mention d'imposteurs
qui, à l'aide d'une certaine ressemblance, ont quelquefois réussi à
se faire passer momentanément pour de grands personnages et n'ont pas
laissé de causer bien des troubles, non seulement dans les familles,
mais même dans les états ou ils se présentaient.

En 1225, Bernard de Rains, ermite champenois, qui vivait dans les
bois de Glançon, entreprit de se donner pour Baudouin, neuvième
comte de Flandre et empereur de Constantinople. Ce prince avait été
couronné le 16 mai 1204. Le 15 avril de l'année suivante, ayant été
attaqué, devant Andrinople, par Joannice, roi des Bulgares, que les
grecs avaient appelé à leurs secours, pour chasser les français de
la capitale et du trône de l'empire d'Orient, Baudouin fut battu, et
pendant plus d'une année, on ne sut pas positivement s'il avait été
tué dans la bataille ou fait prisonnier.

Bernard de Rains s'était instruit, dans le plus grand détail, de tout
ce qui concernait Baudouin; et à l'aide d'un peu de ressemblance avec
ce prince et de l'incertitude où l'on était sur sa mort il réussit,
par son effronterie, à tromper une partie de la noblesse et du peuple
de Flandre qui lui donnaient déjà les titres de comte et d'empereur,
et lui rendaient tous les hommages dûs à ces hautes dignités.

Jeanne, fille de Baudouin, et héritière de ses états de Flandre,
refusa constamment de voir cet homme dont elle soupçonnait
l'imposture. Elle envoya cependant sur les lieux Jean de Mutelan et
Albert, tous deux bénédictins et Grecs d'origine, pour prendre des
informations certaines sur la mort de son père.

Bientôt elle apprit que l'on ne doutait nullement que Baudouin n'eût
été fait prisonnier et qu'il passait pour constant que Joannice,
après l'avoir tenu près d'un an dans les fers, lui avait fait couper
les bras et les jambes et jeter le tronc dans un précipice où il
était mort au bout de trois jours, dévoré par les oiseaux de proie.

Jeanne, instruite de tous ces détails, s'adressa à Louis VIII, roi de
France, et le pria d'intervenir dans cette affaire qui pouvait avoir
des suites fâcheuses.

Louis VIII se rendit à Péronne, d'où il manda au prétendu Baudouin
qu'il désirait le voir et l'entretenir. Bernard de Rains se présenta,
vêtu de pourpre, devant le roi, et le salua d'un air fier et
majestueux. Louis VIII lui adressa, sur la généalogie des comtes de
Flandre, plusieurs questions auxquelles il répondit avec beaucoup de
justesse, ainsi qu'à plusieurs autres demandes sur différens sujets.

Bernard de Rains était sur le point de sortir de cette épreuve à son
avantage, mais l'évêque de Beauvais vint mettre à nu son imposture.

Ce prélat suggéra au roi de demander à cet homme: 1º En quel lieu il
avait rendu hommage à Philippe-Auguste pour le comté de Flandre? 2º
par qui, et en quel lieu il avait été fait chevalier? 3º en quel lieu
il avait épousé Marguerite de Champagne?

A ces trois questions auxquelles il n'était pas préparé, Bernard de
Rains fut déconcerté et demanda du temps pour répondre.

A cette défaite, toute l'assemblée fut convaincue de l'imposture de
l'ermite. Le roi lui fit une verte réprimande et le chassa de sa
présence.

Bernard de Rains s'enfuit en Bourgogne où il se tint caché pendant
quelque temps. Ayant été découvert par Errard de Cartinac,
gentilhomme Bourguignon, celui-ci l'arrêta, le chargea de fers et le
mena à Lille, où il fut battu de verges, après avoir été appliqué à
la question, et promené, couvert de haillons, dans toutes les villes
de la Flandre et du Hainaut.



CROISADE CONTRE LES ALBIGEOIS.


Il y a de fort bons argumens à faire valoir en faveur des croisades
faites, au nom de la religion, pour l'affranchissement des lieux
saints. On peut affirmer que ces courses belliqueuses et lointaines,
ont été d'un grand avantage pour la civilisation. Mais que
pourrait-on alléguer pour justifier la croisade contre les Albigeois?
Ce massacre de chrétiens par d'autres chrétiens, n'avait d'autre
cause, d'autre motif que l'intolérance et la cruauté des hommes.

Les Albigeois, ainsi que les Vaudois, les protestans et tant d'autres
hérétiques qui furent persécutés comme eux, n'avaient d'autre tort
que d'avoir des opinions à part sur les dogmes du christianisme; du
reste, bons et paisibles citoyens, industrieux, actifs, attachés et
soumis à leur chef, Raymond VI, comte de Toulouse.

Cette croisade impie commença en 1206. Le pape Innocent III, Saint
Dominique, Raymond comte de Toulouse, Simon comte de Montfort,
furent les principaux personnages de cet abominable épisode de notre
histoire.

Simon de Montfort était à la tête de cette ligue. C'était un homme
dissimulé et ambitieux, vaillant du reste, réglé dans ses mœurs,
ayant comme tous les hommes à part, commandement sur la fortune.

Cette guerre, ou plutôt cette tuerie, vit naître l'inquisition et se
distingua par des auto-da-fé. On jetait les femmes dans des puits; on
égorgeait sans merci, et, pendant les massacres, les prêtres du comte
de Montfort chantaient le _Veni creator_; horrible profanation des
hymnes destinés à célébrer la gloire du Très-Haut.

Béziers fut emporté d'assaut par les massacreurs de la croisade «Là,
dit un chroniqueur, se fit le plus grand massacre qui se fut jamais
fait dans le monde entier, car on n'épargna ni vieux ni jeunes, pas
même les enfans qui tétaient; on les tuait et faisait mourir. Voyant
cela, ceux de la ville se retirèrent, ceux qui le purent, tant hommes
que femmes, dans la grande Église de Saint-Nazaire. Les prêtres de
cette église devaient faire tinter les cloches quand tout le monde
serait mort; mais il n'y eut son de cloche, car ni prêtre, vêtu de
ses habits, ni clerc ne resta en vie.»

Toulouse dont toutes les maisons étaient fortifiées et dont les
bourgeois se défendirent de rue en rue, fut prise et reprise, inondée
de sang, à moitié brûlée.

Le principal motif de cette croisade que l'on couvrait du manteau de
la religion, était de dépouiller le comte de Toulouse de ses états.
Outre le prétexte des Albigeois, on avait eu encore celui de la
mort d'un moine de Cîteaux, nommé Pierre Castelnau, l'un des légats
du pape en France. Ce moine avait été tué dans une querelle par un
inconnu; aussitôt on avait accusé le comte de Toulouse de ce meurtre,
sans en avoir la moindre preuve. Le pape en avait usé alors comme il
le faisait si souvent à cette époque à l'égard de presque tous les
princes de l'Europe. Il avait donné au premier occupant les états
du comte de Toulouse, l'un des descendans de Charlemagne. Celui-ci
avait d'abord été obligé de conjurer l'orage. Il fut assez faible
pour céder au pape sept châteaux qu'il avait en Provence. Puis
s'étant rendu à Vienne, il fut mené nu en chemise devant la porte de
l'Église: et là il fut battu de verges comme un vil scélérat et fit
amende honorable.

Long-temps après, les ossemens du vieux Raymond, comte de Toulouse,
qui ne furent jamais inhumés, se montraient dans un coffre tout
_profanés et à moitié mangés des rats_, chez des frères hospitaliers
de Saint-Jean-de-Toulouse.

Les Albigeois furent persécutés à plusieurs reprises, mais jamais
avec la même fureur que lors de cette horrible croisade dont, selon
l'expression brève du président Hénault, le pape Innocent III fut
l'âme, Dominique l'apôtre, le comte de Toulouse la victime, et Simon
comte de Montfort, le chef.



ACTE DE JUSTICE DE LA REINE BLANCHE, MÈRE DE SAINT-LOUIS.


Le régime féodal enfanta une foule de crimes que la puissance des
coupables étouffait dans le silence du despotisme. L'habitude
d'envahir, d'usurper, était si générale parmi les laïques et les
ecclésiastiques, qu'ils prenaient les uns envers les autres les
précautions les plus scrupuleuses. Si des inférieurs, des habitans
d'un village, pour obtenir la bienveillance de leurs supérieurs,
s'avisaient de leur rendre un service, de leur faire un présent; ces
habitans, ainsi que toute leur postérité, recevaient, au lieu de
preuves de reconnaissance, un châtiment presque semblable à celui
des Danaïdes. Ce service ou ce présent était, par la suite, converti
en redevance annuelle et perpétuelle, et les seigneurs forçaient à
payer toujours ce qu'on leur avait librement donné une fois. En cas
de refus, il n'était pas de cruautés qu'ils n'employassent pour se
faire obéir.

Voici un trait que nous trouvons dans l'_Histoire de Paris_ de M.
Dulaure, et qui pourra donner une idée de l'état de servitude dans
lequel les évêques et les moines tenaient les habitans des villages
dont ils étaient seigneurs.

Vers l'an 1252, le chapitre de Notre-Dame de Paris imposa sur
plusieurs villages dont il était seigneur, une contribution nouvelle;
les habitans de Châtenai refusèrent de la payer; alors le chapitre
fit arrêter, traîner à Paris, et jeter dans une prison très-étroite,
tous les hommes de ce village; ils pouvaient à peine s'y mouvoir,
manquaient de tout, même de l'air respirable.

La reine Blanche, mère de Saint-Louis, instruite de l'état des
prisonniers, envoya auprès des chanoines pour les prier de mettre
ces malheureux en liberté, et s'offrit même de les cautionner. A
cette demande, les chanoines répondirent fièrement que personne
n'avait droit de se mêler des intérêts de leurs sujets, qu'ils
pouvaient les faire mourir s'il leur plaisait, et, pour braver la
reine, avec laquelle ils étaient en procès, ils ordonnèrent aussitôt
l'arrestation des femmes et des enfans des prisonniers, et les firent
entasser dans la même prison.

Comprimés les uns par les autres, exténués par la chaleur, la soif et
la faim, empoisonnés par leurs propres exhalaisons, ils périssaient,
lorsque la reine, instruite de ce nouvel acte de cruauté, pénétrée
d'indignation, arrive, suivie de quelques serviteurs, à la porte de
la prison, et ordonne qu'elle soit enfoncée. On n'ose lui obéir, on
craint de porter atteinte _aux droits de l'église_; on redoute ses
censures. La reine impatientée et violente par caractère, frappe d'un
coup de canne cette porte si respectée: le prestige est détruit; on
imite la reine, et bientôt la porte est brisée.

Aussitôt, de cet affreux réduit, on voit s'élancer une foule
d'hommes, de femmes, d'enfans, pâles, défigurés, tombant d'inanition,
accablés par la souffrance, et qui, craignant d'être encore exposés
au même supplice, se jettent aux pieds de la reine et implorent sa
protection. Leur libératrice les rassura, et parvint dans la suite à
les affranchir des chaînes de ce hideux esclavage.



L'INQUISITION A TOULOUSE.


L'inquisition n'a jamais eu, en France, ce pouvoir redoutable, cette
omnipotence spirituelle et temporelle qui, en Espagne et en Portugal,
firent trembler long-temps les peuples et les rois. Néanmoins elle
est parvenue à s'implanter dans quelques-unes de nos provinces
méridionales; et plus d'une fois elle y eut ses beaux jours ou plutôt
ses stupides et hideuses saturnales.

On lit dans l'histoire générale du Languedoc, par D. Vaissette, la
relation d'une cérémonie solennelle qui eût lieu à Toulouse, dans
la cathédrale de Saint-Étienne, le dimanche 30 septembre de l'an
1319, pour le jugement de tous ceux qui étaient accusés d'hérésie et
détenus dans les prisons de l'inquisition.

Cette cérémonie, que l'on appelait pieusement dans le pays _Sermon
public_, et qu'on nommait en Espagne _Acte de foi_ (_Auto-da-fé_),
était déjà en usage dans cette province avant 1276, et il est
constant qu'elle fut pratiquée presque tous les ans depuis 1307,
jusqu'en 1316. On pourra juger de la sainteté, de la charité qui
présidaient à ces divers actes de foi, par celui du 30 septembre,
dont nous allons parler.

D'abord frère Bernard Guidonis, et frère Jean de Beaune, inquisiteurs
de l'hérésie dans le royaume de France, par l'autorité apostolique,
se rendirent en grand cortége dans la cathédrale de Toulouse, où l'on
avait amené tous les prisonniers de l'inquisition. Un grand nombre de
prêtres de divers diocèses, et une affluence considérable de peuple
remplissaient l'église.

Le sénéchal, le juge-mage, et le viguier de Toulouse, les autres
juges royaux, et les douze consuls de cette ville, prêtèrent serment
de conserver la foi de l'église romaine, de poursuivre et de dénoncer
les hérétiques, de ne confier aucun office public à des gens suspects
ou diffamés pour cause d'hérésie, enfin d'obéir à Dieu, à l'église
romaine, et à l'inquisition. Ce serment fut suivi d'une sentence
d'excommunication lancée par l'archevêque de Toulouse et les
inquisiteurs, contre tous ceux qui mettraient obstacle directement ou
indirectement à l'exercice de l'inquisition.

Après ces préliminaires, les inquisiteurs lurent publiquement
les noms de vingt personnes présentes qui avaient été condamnées
précédemment à porter des croix sur leurs habits pour fait d'hérésie,
et à qui on permettait par grâce de les quitter. Vinrent ensuite les
noms de cinquante-six _emmurés_, ou prisonniers pour le même crime,
tant hommes que femmes, auxquels on faisait grâce de la prison, à
la condition de porter des croix sur leurs habits, de faire divers
pèlerinages, d'accomplir d'autres pénitences avec privation d'office
public. Ils devaient porter deux croix cousues, l'une sur le devant,
l'autre sur le derrière de leurs habits, entre les épaules. Ces croix
devaient être sur tous les habits, excepté sur la chemise; et elles
devaient être de feutre, de couleur jaune. Ceux qui étaient condamnés
à les porter, étaient tenus de les refaire toutes les fois qu'elles
se déchiraient. Les inquisiteurs reçurent ensuite l'abjuration de
ces cinquante-six personnes, et leur donnèrent l'absolution de
l'excommunication lancée contre elles; d'autres individus furent
ensuite condamnés à porter des croix pour avoir seulement fréquenté
des hérétiques; d'autres qui avaient favorisé les hérétiques, furent
condamnés à une prison perpétuelle, au pain et à l'eau, à avoir les
fers aux pieds et aux mains; mais comme ils avaient abjuré leurs
erreurs, on leur donna l'absolution.

On donna lecture de la confession faite par neuf accusés morts dans
les prisons, qui sans cela auraient été détenus perpétuellement,
excepté un seul qui aurait été livré au bras séculier. Les biens de
ces neuf personnes étaient confisqués.

Les inquisiteurs publièrent ensuite la sentence d'un autre accusé,
mort _croyant_ des hérétiques; on déclara ses biens confisqués, et
s'il eut été encore vivant, et qu'il eût refusé de se convertir,
on l'aurait abandonné au bras séculier. Une autre sentence rendue
contre un homme mort fauteur des hérétiques, portait que ses
ossemens seraient exhumés, sans cependant être brûlés, et que ses
biens seraient confisqués. Un homme marié qui avait dit la messe
sans avoir été ordonné, et une femme relapse, morts l'un et l'autre
dans l'impénitence finale, furent condamnés à avoir leurs ossemens
déterrés et brûlés.

On gardait pour la fin les grands coupables. La cérémonie était
préparée avec art; c'était un véritable _crescendo_ de sottises et
de cruautés. Un prêtre bourguignon, qui avait embrassé l'hérésie
des Vaudois, et qui était relaps, fut condamné à être dégradé et
abandonné au bras séculier; on lui permit seulement, en cas qu'il fût
repentant, de recevoir les sacremens de pénitence et d'eucharistie.
On abandonna aussi au bras séculier deux Vaudois; et l'on condamna à
être brûlé vif, un accusé qui, après avoir été convaincu d'hérésie
en jugement, soit par sa propre confession, soit par témoins, avait
rétracté ensuite sa confession; prétendant qu'il l'avait faite par
la force de la torture; on lui donna cependant quinze jours pour se
reconnaître, et l'on déclara qu'en cas qu'il avouât son crime dans
cet intervalle, on ne le condamnerait qu'à une prison perpétuelle.

Ainsi finit cette longue, humiliante et sacrilége cérémonie: nous
disons sacrilége, car c'est insulter, c'est outrager la divinité, que
faire, en son nom, d'horribles parades de ce genre.



ISARDE DES BAUX.


Le Dauphiné fut, au quatorzième siècle, le théâtre d'un crime qui
fit d'autant plus d'impression sur les esprits, que la femme qui le
commit était d'une naissance et d'un rang très-élevés.

C'était en l'année 1346. Le dauphin Humbert II qui règnait alors sur
cette province, était parti pour une croisade contre les Turcs et
avait laissé pour gouverner en son absence, l'archevêque de Lyon,
Henri de Villars, avec le titre de régent.

Isarde des Baux, de l'illustre maison de ce nom, était sœur de
Bertrand des Baux, père de la dauphine. Elle avait épousé le seigneur
de Penne, et jouissait de la plus haute considération dans le pays.
Cette femme était d'un naturel jaloux et vindicatif. Soit que la
conduite de son mari lui eut donné lieu de soupçonner sa fidélité,
soit que sa jalousie naturelle lui eût fait prendre les chimères de
son imagination malade, pour des réalités, et se fût presque changée
en démence, elle conçut l'horrible projet d'assassiner son mari, et
se chargea elle-même du soin de le mettre à exécution, craignant sans
doute que la main d'un étranger fût moins sûre que la sienne.

Le retour d'une chasse longue et pénible à laquelle s'était trouvé
le seigneur de Penne, fut le moment que choisit Isarde des Baux pour
consommer son infernal dessein.

Fatigué de sa chasse et du poids de la chaleur de juin, le seigneur
de Penne se couche sans le plus léger soupçon du malheur qui le
menace. Pouvait-il en effet ne pas être dans une parfaite sécurité,
puisque sa compagne allait veiller près de lui pendant son sommeil?
L'infortuné.....! elle allait veiller, oui, mais pour l'immoler à
sa jalouse vengeance. Le seigneur de Penne s'endort d'un sommeil
profond. Isarde éloigne ses gens de son appartement, et quand elle
est bien certaine d'être seule avec sa victime, un sourire féroce
contracte ses traits, ses yeux sont ceux d'une furie; elle lance
des regards terribles sur son époux endormi, comme pour préluder
et s'enhardir à l'assassinat qu'elle va commettre. Puis elle va
prendre, dans le fond d'une armoire obscure, une hache, instrument de
sa rage, qui était soigneusement enveloppée de linge pour que son fer
brillant ne la fît pas découvrir dans le lieu où elle était cachée;
Isarde prend cette hache, en examine le tranchant avec soin; son air
annonce qu'elle est satisfaite; elle soulève cette arme, et simule
l'action de frapper. Cet essai lui prouve que son bras ne la trahira
pas. Plus de retard, il faut porter le véritable coup.

Elle s'approche du lit, place une lampe auprès d'elle pour diriger
sa main, saisit la hache, la lève au-dessus de sa tête; elle va
frapper..... mais le repentir traversant subitement son cœur, ses
bras retombent et refusent de la servir. En ce moment, le seigneur
de Penne, agité sans doute par quelque songe, balbutiait quelques
mots; quelques expressions de tendresse s'échappent de ses lèvres.
C'en est fait: il vient de prononcer son arrêt de mort. Isarde, un
moment désarmée, sent renaître toute sa rage; elle lève sa hache avec
ses deux mains, et cette fois la hache ne retombe pas sans frapper.
Le sang jaillit sur Isarde, le sang de son époux! Celui-ci, frappé
comme d'un coup de foudre, crie au meurtre; il veut s'élancer du lit,
il retombe sous un nouveau coup de hache. Ses yeux s'ouvrent encore
une fois pour reconnaître son bourreau. Alors, réunissant le peu de
force qui lui reste: «Comment! c'est vous, Isarde? lui dit-il d'une
voix mourante; que voulez-vous de moi?--Que tu meures!» répond le
monstre, en assénant un dernier coup de hache.

Cependant les cris plaintifs du seigneur de Penne expirant ont frappé
les oreilles de quelques domestiques vigilans: ils accourent alarmés;
Isarde, épouvantée de son crime, refuse d'ouvrir; ils enfoncent
les portes, et reculent d'horreur au spectacle qui s'offre à leurs
regards. La hache sanglante, leur maître égorgé, Isarde couverte de
sang, tout leur indique l'auteur du crime. Ils saisissent Isarde
malgré ses menaces; malgré ses efforts pour leur échapper, ils la
gardent à vue jusqu'au point du jour.

Bientôt le régent, instruit de cet attentat, donna des ordres
pour qu'Isarde des Baux fût remise entre les mains de la justice
et conduite au château de Vals, où le juge-mage de Viennois se
transporta pour lui faire son procès. François de Cagni, qui
exerçait cette charge, régla la manière dont elle devait être gardée
dans ce château. Ses gardiens furent obligés de s'engager, par
serment, à empêcher que la prisonnière communiquât avec qui que ce
fût, sans la permission expresse du régent. Toute contravention à cet
égard devait être punie de mort. Mais cet ordre fut changé par Henri
de Villars, au mois de septembre suivant. Il chargea le lieutenant du
châtelain de veiller sur la prisonnière et sur ceux qui la servaient.
Le procès fut instruit les jours suivans; et sans aucun égard à la
parenté d'Isarde des Baux avec la dauphine, cette misérable fut
mise à la question, quoique son crime ne fût pas douteux. Enfin,
convaincue d'avoir assassiné le seigneur de Penne, son mari, elle fut
condamnée à être brûlée; et la sentence fut exécutée le 6 février
1347, entre Saint-Paul et Romans, en présence d'une grande affluence
d'habitans des contrées voisines.



HISTOIRE DU JEUNE COMTE DE FOIX.


Gaston III, comte de Foix, vicomte de Béarn, était l'un des plus
illustres seigneurs français, au XIVe siècle. Recommandable par sa
valeur, son affabilité, son esprit, sa sagesse et d'autres grandes
qualités, il jouissait de l'estime universelle. Il était d'ailleurs
un des princes les mieux faits de son temps, et c'est ce qui lui
avait fait donner le surnom de Gaston-Phœbus. Il se distinguait
aussi par son goût pour les arts, par sa magnificence et par les
bâtimens qu'il fit construire. Il passait pour le plus riche comte
du royaume, et les trésors qu'il avait dans ses coffres faisaient
croire, dans ces temps d'ignorance, qu'il était nécromancien.

Ce prince avait épousé Agnès de Navarre, sœur du roi
Charles-le-Mauvais. Un fils était né de ce mariage, Gaston, jeune
prince d'une grande espérance, et tendrement aimé de son père. Ce
jeune homme croissait en perfections de tout genre, et devait servir
de lien de rapprochement aux deux maisons de Foix et d'Armagnac, si
long-temps rivales; car il était déjà le fiancé de Béatrix, fille
du comte d'Armagnac; et la cérémonie de leur mariage n'avait été
renvoyée qu'à une époque peu éloignée.

L'humeur inconstante et volage de Gaston-Phœbus avait depuis
long-temps obligé la princesse Agnès, sa femme, à se retirer auprès
du roi de Navarre, son frère. Elle n'avait pu se résigner à voir
chaque jour les maîtresses et les bâtards de son mari. Son frère,
appelé si justement Charles-le-Mauvais, n'était pas d'humeur à faire
renaître la paix dans ce ménage. Il n'avait jamais de plaisir qu'à
troubler le repos d'autrui; il n'éprouvait de contentement qu'en
mécontentant tout le monde; son plus grand bonheur était de voir
couler le sang de toutes parts, et d'apprendre le saccagement des
villes et des états de ses voisins. Le rôle qu'il va jouer dans cette
histoire ne sera pas au-dessous de l'idée que nous venons de donner
de lui.

Le jeune Gaston, désirant vivement revoir sa mère, depuis long-temps
absente du Béarn, pria son père de lui permettre de se rendre à
cet effet dans la Navarre. Le comte aurait bien voulu que son fils
n'entreprît pas ce voyage: il redoutait, avec raison, les artifices
de la perfidie de son beau-frère; mais, à la fin, vaincu par les
raisons du jeune homme, il consentit à son départ, se réservant de
lui faire quelques recommandations. «Je ne trouve pas mauvais, mon
ami, lui dit-il, que vous ayez de l'affection pour la comtesse, car
elle est votre mère, et, comme telle, vous lui devez respect et
hommage; mais, je ne vous le dissimule pas, j'aimerais mieux que vous
eussiez à la visiter partout ailleurs que dans la Navarre, à cause
du roi son frère, mon ennemi et le vôtre. C'est pourquoi je vous
recommande de ne voir Charles de Navarre que le moins que vous le
pourrez; sa société ne pourrait que vous être funeste.»

Après avoir ainsi admonesté son fils, il lui donna un train digne
de sa maison, lui renouvela ses avis, et reçut ses adieux avec une
tendresse toute paternelle. Du Béarn à la Navarre le trajet n'est
pas long; le jeune prince fut bientôt dans les bras de sa mère. Le
roi de Navarre, le plus dissimulé des hommes, reçut son neveu avec
toutes les démonstrations de l'affection la plus sincère; comme
dit la chronique, il entendait l'art de _pigeonner_ les hommes et
d'attraper ceux qui étaient à poils follets, tel qu'était le fils
de Gaston-Phœbus. Il n'y eut attentions ni gracieusetés qu'il
n'employât pour s'emparer de l'esprit de ce jeune homme, et il y
parvint: l'adolescence ne croit pas facilement qu'on puisse vouloir
la tromper.

Cependant ce monstre méditait le crime le plus abominable: il voulait
se défaire de son beau-frère par le poison, et c'était le jeune
prince qui, sans s'en douter, devait être le bourreau de son père.

Après avoir passé plusieurs jours auprès de sa mère et de son oncle
dans des fêtes et des divertissemens de tous genres, le jeune prince
de Foix vint prendre congé pour retourner en Béarn. Ce furent alors
de nouvelles caresses de la part du roi de Navarre; il fit de beaux
et riches présens à Gaston, à son gouverneur et aux gentilshommes
de sa suite; puis tirant son neveu à l'écart, il lui parla, avec
un air chagrin, de la mésintelligence qui divisait son père et sa
mère, des motifs qui l'avaient fait naître, des moyens de la faire
cesser; il attribuait les inconstances amoureuses du comte à des
charmes magiques employés contre lui par des femmes artificieuses et
perfides, et disait qu'il avait un secret merveilleux pour détruire
l'effet de ce sortilège. «J'ai, lui dit-il, une poudre si subtile et
d'un effet si prompt, que si le comte, votre père, en avait goûté,
soudain il éprouverait pour la comtesse votre mère l'affection qu'il
lui portait autrefois, et il ne serait plus possible de séparer à
l'avenir ces deux époux, redevenus des amans. Je veux donc vous
donner de cette poudre, afin que vous en mettiez sur les mets que le
comte mange le plus volontiers. Mais surtout gardez-vous que personne
ne puisse s'en apercevoir, car autrement vous gâteriez tout; la
poudre perdrait sa force et sa vertu naturelle.»

Le jeune homme, qui ne se doutait nullement de la méchanceté de son
oncle, et qui ajoutait foi à ses avis comme à ceux d'un ami, accepta
le présent qu'il lui faisait, et promit de suivre son conseil. Aussi,
dès qu'il fut retourné auprès de son père, il ne s'occupa que des
moyens de le mettre à exécution; mais son projet fut découvert avant
qu'il eût pu le mettre à fin.

Le comte avait deux bâtards, qu'il aimait beaucoup; l'un se nommait
Josseran, l'autre Gratian; Josseran était de même âge et de même
grandeur que Gaston, l'enfant légitime; de telle sorte que le comte
voulait qu'ils eussent des vêtemens tout-à-fait semblables; qu'ils
fussent toujours ensemble, à table, dans les récréations, et même
au lit. Seulement le gouverneur était chargé d'apprendre au bâtard
à reconnaître le fils légitime comme son seigneur. Ces deux jeunes
gens étant donc couchés ensemble, il advint qu'un matin le bâtard,
soit pour badiner, soit par inadvertance, prit le pourpoint du prince
Gaston, auquel était attachée une petite bourse qui contenait la
poudre merveilleuse, présent digne de Charles-le-Mauvais. Gaston
voulut lui retirer cette bourse des mains; Josseran demandait qu'on
lui apprît à quel usage elle était destinée; il en résulta une
altercation assez vive entre les deux frères, qui se refroidirent
beaucoup l'un pour l'autre, à tel point, que quelque temps après,
jouant à la paume, Gaston s'emporta jusqu'à frapper sur la joue
Josseran, qui, ne pouvant se venger sur son seigneur, alla se
plaindre, les larmes aux yeux, au comte Gaston-Phœbus, ajoutant
qu'il savait encore autre chose du prince, qui était bien plus digne
encore de châtiment.

Le comte, naturellement soupçonneux, voulut avoir sur-le-champ
l'explication de ces dernières paroles. Alors Josseran lui apprit que
Gaston portait au cou une bourse, à laquelle il attachait un grand
prix; qu'il ne l'avait que depuis seulement qu'il était de retour de
Navarre, et qu'elle était pleine de poudre; qu'il ignorait l'usage
qu'on en pouvait faire, à moins toutefois qu'elle ne servît à faire
rentrer la comtesse dans les bonnes grâces du comte, ainsi que le
prince se vantait d'y réussir.

Le comte ne douta plus que quelque trahison bien noire ne fût
cachée sous ce mystère: il fit venir son fils Gaston. Celui-ci, ne
se doutant de rien, s'avança tout près de son père, qui, au grand
étonnement de tous ceux qui étaient présens, ouvrit le pourpoint
de son fils, et avec un couteau coupa les cordons auxquels était
suspendue la bourse suspecte. Le prince, aussi confus, aussi éperdu
que s'il eût entendu son arrêt de mort, devint aussi pâle, aussi
tremblant que le pauvre criminel prêt à monter à l'échafaud. Ce fut
alors que ses yeux commencèrent à s'ouvrir sur la perversité de son
oncle.

Cependant le comte ouvre la bourse, en tire un papier, qu'il déploie
la poudre qu'il contenait était le plus subtil de tous les poisons.
On en mit quelques grains sur un morceau de viande, que l'on jeta
à un chien; au même instant, ce pauvre animal tomba, en proie à
d'horribles convulsions.

A cette vue le comte, transporté d'une violente colère, changea
plusieurs fois de couleur, et, apostrophant son fils avec
indignation, il lui jura qu'il paierait son attentat de sa vie.
En même temps, sa fureur étant au comble, il allait se précipiter
sur lui, un couteau à la main; mais les barons et autres seigneurs
qui étaient là présens s'opposèrent à l'action du comte, les uns
se mettant à genoux, demandant merci pour le prince, les autres le
retenant pour l'empêcher de tremper sa main dans le sang de son
enfant. Le comte était furieux de cette résistance; mais son frère
bâtard, messire Pierre de Béarn, parvint à le calmer, ou du moins
le fit renoncer à massacrer son fils sur l'heure; mais il n'en
persista pas moins dans le dessein de le faire mourir, et le fit
renfermer dans une des tours de son château, jusqu'à ce qu'il eût
prononcé définitivement sur son sort. Puis il fit arrêter la plupart
des gentilshommes qui avaient accompagné son fils dans la Navarre,
au nombre de quinze, tous dans la fleur de la jeunesse, tous d'une
naissance illustre, et les fit mourir cruellement, sans vouloir
rien entendre pour leur justification. Après cette sanguinaire et
inique exécution, il convoqua ses états de Foix et de Béarn, pour les
consulter sur la conduite qu'il devait tenir à l'égard de son fils.
Il ne dissimula point que son intention était de punir de mort cet
enfant dénaturé, qui avait voulu empoisonner son père. Cette cruelle
résolution du comte ne fut pourtant point une loi pour les membres
des états; ils dirent qu'ils ne souffriraient point que l'héritier
et successeur du comté de Foix mourût ignominieusement. Le comte
persistait néanmoins dans sa résolution, quand un ancien gentilhomme
du Béarn s'écria que, s'il était si désireux de la mort de son fils,
il fallait nommer des juges pour lui faire son procès, et non faire
tout à la fois les fonctions d'accusateur, de juge et de partie en sa
propre cause; qu'au reste le prince, comte héritier de Foix, était
justiciable du roi de France, devant lequel ils iraient demander
justice, si le comte s'obstinait à la leur dénier; que c'était un
fait de mauvais exemple de ne vouloir pas entendre un prisonnier, ni
en ses aveux, ni en ses moyens de défense.

A ces mots, prononcés avec l'énergie de la justice, Gaston-Phœbus se
radoucit, promit que son fils serait garanti de mort, mais que les
états ne trouvassent pas étrange qu'il le gardât quelque temps en
prison pour lui faire expier sa faute.

Cependant le jeune prince gisait tristement dans la tour; une noire
mélancolie s'était emparée de son cœur généreux, qui ne pouvait
supporter l'idée de l'infamie. Il résolut donc de se laisser mourir
de faim. Il ne touchait aux alimens qu'on lui apportait que pour les
jeter secrètement dans un coin de la chambre obscure qu'il habitait,
trompant ainsi ceux qui lui apportaient sa nourriture.

Le geôlier ayant découvert que le prince ne mangeait rien des mets
qu'on lui servait, et s'apercevant qu'il dépérissait de jour en
jour, crut devoir en avertir le comte, de peur qu'on ne s'en prît
à lui s'il venait à mourir prochainement, comme tout l'annonçait.
Il peignit à Gaston le triste état de son fils, le lui représentant
comme un cadavre ambulant. A cette nouvelle, le comte, partagé entre
sa tendresse paternelle et sa colère, alla droit à la prison, pour
engager ou pour contraindre son fils à prendre quelque nourriture. Il
tenait par malheur un petit couteau dont il se servait habituellement
pour rogner ses ongles. Voyant que le jeune prince s'obstinait à
ne vouloir point manger, et transporté de fureur, il le saisit
violemment, mais de manière que cet instrument tranchant qu'il avait
dans la main blessa le pauvre prisonnier à la gorge; puis il sortit
de sa prison sans se douter de ce qu'il venait de faire.

Mais il était à peine rentré dans ses appartemens qu'on vint lui
annoncer la mort de son malheureux fils. Il venait de succomber à
la blessure que lui avait faite son père; soit par le saisissement
que lui avait causé la fureur du comte, soit par la perte de son sang
dans l'état de faiblesse où il se trouvait, soit enfin que la veine
jugulaire eût été coupée.

Quoiqu'il en soit, le désespoir du comte fut inexprimable; la
nature reprit alors tous ses droits sur son cœur. Il se reprocha
amèrement sa conduite envers son fils, et l'expia dans de longs
remords. Quoiqu'il pût, pour s'excuser à ses propres yeux, alléguer,
comme première cause de son crime, la scélératesse consommée de
Charles-le-Mauvais, son beau-frère, il n'en est pas moins vrai
qu'abusant inhumainement de cette omnipotence dont jouissaient les
princes à cette époque d'ignorance, il avait commis un forfait
épouvantable, celui de condamner son fils innocent sans vouloir
l'entendre, sans chercher des preuves évidentes de sa culpabilité;
bien plus odieux en cela que le stoïque Brutus, qui, s'il fut père
dénaturé, se montra du moins juge équitable.



LE PREVOT TAPERET.


Le prevôt Taperet est loin d'être aussi connu que le fameux Tristan,
le compère et le familier du roi Louis XI. Il avait pourtant une
âme digne de rivaliser de scélératesse avec celle de cet exécuteur
d'atrocités royales. Il ne lui manqua qu'un théâtre aussi vaste pour
exercer en grand, comme le prevôt de Louis XI, sa barbarie et sa
perversité.

En l'an 1320, ce Taperet donna lieu à un horrible événement qui
arracha des pleurs de pitié à tous les habitans de Paris. Un criminel
renommé par ses brigandages tomba sous la main de la justice, et
fut condamné à mort. Ses crimes lui avaient procuré des richesses
immenses qu'il avait enfouies dans un lieu connu de lui seul. Ce
scélérat, jeté dans les cachots du Châtelet, ne devait en sortir que
pour être traîné à l'échafaud.

Le matin du jour qui devait être le dernier de sa vie, des pas se
font entendre dans l'escalier de sa prison; nul doute qu'on vient
le chercher, que sa dernière heure va bientôt sonner. Comment se
fait-il que des assassins, qui ont donné de sang-froid la mort à
tant d'individus, puissent ainsi la redouter pour eux? Le condamné
frissonne, l'idée seule de son supplice fait dresser ses cheveux sur
sa tête.

On ouvre les verroux, c'était le prevôt, l'infâme Taperet, homme
avare et cupide, capable de tout pour gagner de l'or. Plus coupable
que la plupart des prisonniers, il en avait la surveillance et les
tenait sous sa responsabilité. Il savait que le condamné avait enfoui
des trésors, il venait lui proposer la liberté en échange de ses
richesses. Surpris, enchanté de cette proposition inattendue, le
criminel accepte avec empressement, avec reconnaissance; il assure sa
fortune au prévôt, et va, par de nouveaux crimes, travailler à s'en
faire une nouvelle.

Mais comment Taperet mettra-t-il sa responsabilité à couvert? l'heure
est fixée pour l'exécution; l'échafaud est dressé; le bourreau attend
une victime, la populace un spectacle. Le croira-t-on? le monstre
substitue à la place du prisonnier qu'il vient de faire évader un
pauvre père de famille, honnête et bon artisan, dont les traits, pour
son malheur, avaient quelque ressemblance avec ceux du condamné.
Taperet le fait saisir par ses archers, et, sans pitié pour les
protestations de l'innocent infortuné, il étouffe ses plaintes et ses
sanglots dans les murs de l'obscure prison.

Ce pauvre malheureux n'en sortit que pour monter sur le tombereau
fatal où la sentence était attachée. Personne ne put soupçonner
l'affreuse substitution qui venait d'avoir lieu. Le peuple,
d'ailleurs, si facile à tromper, crut reconnaître dans l'homme
qu'on menait au supplice le scélérat, auteur de tant de crimes
épouvantables; pendant tout le chemin, il l'invectiva, le chargea
d'imprécations, et le couvrit de boue et d'immondices.

Vainement la victime proteste de son innocence, vainement l'infortuné
se nomme, indique sa demeure, ses voisins, ses amis; on ne lui répond
que par des huées qui couvrent sa voix; on est sourd à ses plaintes,
sans pitié pour ses pleurs. Voyant alors qu'il faut renoncer à tout
espoir du côté des hommes, il s'arme de résignation, et se tourne
du côté de Dieu, il demande un confesseur; cette consolation lui
est refusée. Ce ne fut que quelques années plus tard, en 1396, sous
Charles VI, qu'on permit aux condamnés de recourir à la confession.
L'innocent fut exécuté: son corps fut traîné sur une claie, et
demeura sans sépulture, exposé aux insultes des passans. Sa fille,
orpheline à jamais digne de compassion, étant venue la nuit pleurer
près des restes mutilés de son père, fut honnie et chassée comme
infâme.

Après ce forfait, qui le mettait en possession de grandes richesses,
le prevôt Taperet commença à mener un train qu'on ne lui avait pas
connu jusqu'alors. Bientôt il étala un luxe effronté, qui éveilla
les soupçons et fit ouvrir les yeux. On voulut remonter à la source
de cette opulence si rapidement acquise. Six mois s'étaient à peine
écoulés depuis l'exécution de l'honnête artisan; on se rappela ses
protestations d'innocence, les réclamations de sa fille; on fit une
enquête, et l'horrible substitution, le trafic sanglant faits par
Taperet, furent enfin dévoilés: ce misérable fut jugé et pendu,
punition bien douce d'un si grand crime, mais qui du moins avait
l'avantage d'empêcher qu'il ne se renouvelât.



JOURDAIN DE LISLE.


Sous le règne de Charles-le-Bel, prince sévère et justicier, les
criminels de tous genres, même les financiers, que l'on respecte tant
de nos jours, étaient poursuivis avec vigueur, sans aucun ménagement.
L'un des plus riches seigneurs de la Gascogne, Jourdain de Lisle,
homme d'un naturel arrogant, cruel, vindicatif, fut accusé et
convaincu de dix-huit crimes capitaux; il avait dix-huit fois mérité
la mort. Mais comme il avait trouvé le moyen de se faire craindre,
et même de s'attacher des partisans qui lui faisaient une escorte
en public, il semblait, comme un autre Catilina, braver la justice
et les lois jusque dans leur sanctuaire. Ce qui ajoutait encore à
l'impudente insolence de ce malfaiteur titré, c'est qu'il avait
épousé la nièce du pape, et qu'il pensait que cette alliance devait
lui assurer l'impunité de ses crimes. Quoi qu'il en soit, les juges,
déterminés sans doute par la terreur que leur inspiraient son crédit
et son audace, eurent la criminelle faiblesse de l'absoudre.

Jourdain de Lisle, après cet acquittement, redoubla d'arrogance; il
ne connut plus de bornes dans ses attentats, et se fit un passe-temps
de commettre des meurtres.

Mais un jour ayant tué, avec sa masse d'armes, un sergent royal,
le mécontentement général éclata en plaintes et en murmures. A
l'occasion de ce nouveau crime, on rappelait tous ceux dont on lui
avait fait grâce; on criait à l'injustice. Le roi, informé de ce qui
se passait, et regrettant un acquittement qui n'avait produit que de
nouvelles scélératesses au lieu du repentir, fit arrêter Jourdain
de Lisle, et ordonna qu'il fût jugé une seconde fois. L'arrogant
gentilhomme se présenta, suivant sa coutume, avec son escorte de
spadassins, croyant, par cet appareil, intimider encore la justice et
lui arracher un arrêt favorable.

Son espérance fut déçue; dès le début, les juges montrèrent une
contenance ferme et assurée qui imposa aux sicaires de Jourdain; et
bientôt, lorsqu'il fut question de rechercher ses adhérens et ses
complices, craignant pour eux-mêmes, ils abandonnèrent leur patron
aux rigueurs de la justice.

Jourdain de Lisle fut condamné à être traîné à la queue d'un cheval,
et à être pendu.



INIQUITÉS DE BÉTISAC, PUNIES PAR LE ROI CHARLES VI.


La démence de Charles VI fut un grand fléau pour la France; les
premières années du règne de ce monarque avaient donné de belles
espérances. Il s'occupait sincèrement et activement de la réforme
des abus et des injustices. Dans un voyage qu'il fit en Languedoc,
en 1389, il s'appliqua à purger le pays de divers tyrans qui
l'opprimaient; et après les avoir fait citer, il ordonna qu'on les
jugeât, et les fit condamner sans miséricorde. Il jugea lui-même
une partie des affaires, et se réserva la connaissance des autres,
qu'il n'eut pas le temps de terminer. Afin d'arrêter le cours des
concussions et des vexations des financiers, des juges, et des
autres officiers du pays, qui avaient ruiné les meilleures familles,
fait déserter les villes, et désolé les campagnes, il les destitua
tous, et nomma à leur place des gens d'honneur et de probité.

Jean Bétisac, natif de Béziers, secrétaire du duc de Berri, qui
l'avait tiré de la lie du peuple pour lui donner toute sa confiance,
commettait, à l'ombre de cette protection, une infinité de vexations
et de brigandages dans la province, et principalement dans sa ville
natale. On en fit des plaintes au roi, qui donna sur-le-champ des
ordres pour qu'on informât contre cet officier.

Charles VI donna encore en cette circonstance une preuve de sévérité
et de son amour pour la justice. Jean de Bétisac fut trouvé coupable
d'avoir réduit une infinité de familles de la province à la mendicité
par ses extorsions. Il avait levé injustement plus de trois millions
de livres sur le peuple, et avait amassé, par des moyens iniques, des
trésors immenses. Bétisac, pour sa justification, allégua les ordres
qu'il avait reçus du duc de Berri, son maître, qui prit hautement
sa défense, et envoya le sire de Nantouillet, et Pierre Mespin,
chevaliers, pour avouer toutes les levées qu'il avait faites, et
demander son élargissement.

Cette démarche du duc de Berri jeta les juges dans un grand embarras,
parce que le roi avait donné au duc une autorité presque absolue dans
le Languedoc. Heureusement que, dans l'intérêt de l'équité, Bétisac
fut trouvé coupable d'autres crimes qui le firent condamner.

Le roi, après son arrivée à Toulouse, avait fait délivrer de prison
Oudard d'Attainville, juge de cette ville, qui gémissait depuis
deux ans sous le poids d'une fausse accusation. Oudard était un
homme probe, qui ne devait son emploi qu'à son mérite; après son
élargissement, il supplia le roi de faire revoir ce procès. Le roi
accueillit sa requête, et nomma des commissaires pour y faire droit;
on trouva que cet officier avait été accusé de malversation dans sa
charge par des faux témoins, qui furent arrêtés; ils avouèrent qu'ils
avaient été gagnés par Bétisac, qui avait conjuré la perte de ce juge.

Bétisac, interrogé, confessa qu'il avait suborné des témoins, parce
que Oudard d'Attainville ayant condamné au feu un jeune gentilhomme,
son complice, coupable du crime de sodomie, il voulait par là se
dérober lui-même au supplice.

Indigné de ces actions infâmes, le conseil du roi condamna Bétisac à
être brûlé vif, et l'exécution eut lieu à Toulouse, le 22 décembre
1389.



MARGUERITE DE BELLEVILLE, OU LA MAGICIENNE DE PARIS.


La superstition, qui a tant de prise sur le cœur de l'homme, fit
long-temps croire aux opérations magiques. Jusque sous le règne de
Louis XIV, on vit des parlemens, composés d'hommes graves et plus
instruits que le vulgaire, condamner, de bonne foi, de prétendus
sorciers au supplice du feu. Quelle devait être la crédulité, à cet
égard, dans les siècles antérieurs?

Lorsqu'on voulait estropier, faire languir ou mourir un individu
dont on ne pouvait facilement approcher, on composait un _vœu_
ou _volt_, et on l'_envoultait_. Voici en quoi consistait
l'_envoultement_: on fabriquait une image en terre, le plus souvent
en cire, et autant que possible, on la façonnait à la ressemblance de
la personne à laquelle on voulait nuire; de plus, on donnait à cette
image le nom de cette personne, en lui faisant administrer par un
prêtre et avec les cérémonies et prières de l'église le sacrement de
baptême; on l'oignait aussi du saint-chrême; on proférait ensuite sur
cette image certaines invocations ou formules magiques.

Toutes ces cérémonies terminées, la figure de cire ou le _volt_
se trouvant, suivant l'opinion de ceux qui l'avaient fabriquée,
en quelque sorte identifiée avec la personne dont elle avait la
ressemblance et le nom, était à leur gré torturée, mutilée, ou bien
ils lui enfonçaient un stylet à l'endroit du cœur. On était persuadé
que tous les outrages faits, tous les coups portés à cette figure,
étaient ressentis par la personne dont elle portait le nom.

Les registres criminels du parlement de Paris qui ont été explorés
par M. Dulaure, que nous copions presque textuellement, parlent
d'une affaire curieuse relative à cette sorte d'enchantement.

En 1319, Marguerite de Belleville, magicienne de Paris, dite la _sage
femme_, déclara au parlement qu'une demoiselle (femme noble) nommée
Méline la Henrione, veuve de Henrion de Tartarin, épouse en secondes
noces de Thevenin de la Lettière, chevalier, était venue lui demander
_une chose_ pour faire périr son mari. Marguerite de Belleville lui
répondit qu'elle s'en occuperait, et que son mari, qui allait aux
joûtes et tournois, tomberait mort de son cheval; elle ajouta que
cette _demoiselle_, surprise par son valet, fut effrayée et jeta _la
chose_, ce qui l'empêcha d'en faire usage.

Quelque temps après, la demoiselle Méline vint de nouveau s'adresser
à Marguerite de Belleville; elle s'était adjoint un prêtre nommé
Thomas, chapelain en Marcilly. Tous trois composèrent contre le
mari de Méline un _volt_. Le prêtre baptisa ce volt, et lui oignit
le front avec du saint-chrême; il déclara que le _volt_ ne vaudrait
rien si on ne l'oignait trois fois du saint-chrême. Cette même Méline
revint une autre fois chez la magicienne Marguerite de Belleville;
elle y parut accompagnée de plusieurs personnes: d'un ermite, appelé
frère Regnaud, demeurant à l'ermitage de Saint-Flavy, près Villemort
en Champagne; d'un religieux jacobin du couvent de Troyes, nommé Jean
Dufay, et d'une femme, dite Perrotte la baille de Poissy, ou femme du
bailli de ce lieu. Tous les cinq, d'après la demande de Guischard,
évêque de Troyes, concoururent à la composition d'un _volt_ dans
le dessein de faire mourir la reine Jeanne de Bourgogne, femme de
Philippe-le-long, dont nous rapporterons les impudicités à l'article
des _trois reines adultères_.

Le _volt_ achevé, le frère jacobin le baptisa, et lui donna le nom de
Jeanne: la femme Perrotte fut la marraine.

La magicienne Marguerite de Belleville déclara dans son
interrogatoire qu'elle ignorait d'abord le nom de la personne contre
laquelle se faisait le _volt_, qu'elle n'en fut instruite que quinze
jours après. Elle déclara aussi qu'elle était _charmeresse_, qu'avec
certaines paroles elle faisait retrouver les objets perdus. Elle fut
mise dans les prisons du Châtelet. On ignore quel fut son châtiment.



TENTATIVE D'HOMICIDE DE PIERRE DE CRAON SUR LE CONNÉTABLE DE CLISSON.


Pierre de Craon, seigneur très-riche et d'une ancienne famille de
l'Anjou, avait déjà mérité le dernier supplice, et n'avait dû qu'à
sa naissance et à ses richesses la grâce qu'on lui avait accordée,
lorsqu'il se fit connaître par un nouveau crime qui réveilla le
souvenir du premier.

Le duc d'Orléans, frère de Charles VI, était fort amoureux d'une
juive qu'il allait voir secrètement. Ayant eu des raisons de
soupçonner que Pierre de Craon, son chambellan et son favori, avait
plaisanté de cette intrigue avec la duchesse d'Orléans sa femme, il
le chassa honteusement de sa maison.

Le duc d'Orléans, qui ne portait alors que le titre de duc de
Touraine, avait épousé la célèbre Valentine de Milan, qui l'aimait
avec passion, quoiqu'elle sût bien qu'il lui était infidèle; mais
elle ne connaissait point l'objet de ses secrètes amours. Pierre
de Craon, pour qui le duc n'avait rien de caché, avait eu un jour
l'indiscrétion, pendant un bal, de nommer à Valentine la personne
que le prince son époux aimait et entretenait comme sa maîtresse.
La duchesse, qui depuis long-temps cherchait à pénétrer ce mystère,
ne put contenir les mouvemens impétueux de sa jalousie; elle envoya
aussitôt dire à cette jeune personne que si elle avait le malheur de
revoir davantage le duc son mari, elle lui ferait couper le nez; et
elle l'aurait fait, car les grands avaient alors à leurs gages des
gens toujours prêts à exécuter leurs volontés.

Lorsque ensuite le duc se présenta chez sa maîtresse, celle-ci, tout
éplorée, vint à la porte le prier de se retirer, en lui apprenant que
Valentine était instruite de leur liaison, et qu'elle ne manquerait
pas de s'en venger comme elle l'en avait menacée, s'il entrait
seulement dans sa maison.

Le duc ne put soupçonner que Pierre de Craon de l'avoir trahi,
puisque lui seul était le confident de ses amours. Ce fut ce qui
causa la disgrâce de ce seigneur. Celui-ci, qui non seulement
ignorait quelles avaient été les suites de son indiscrétion, mais qui
l'avait oubliée lui-même, fut bien étonné de recevoir l'ordre de ne
plus paraître à la cour et de se retirer dans ses terres. Vainement
il sollicita une audience de congé; il fallut partir sur-le-champ,
sans voir ni le roi ni son frère. Il se persuada, dans son dépit,
qu'Olivier de Clisson, depuis long-temps son ennemi personnel, était
l'auteur de sa disgrâce; et dans l'espoir de se venger de lui et
de son souverain, il se décida à quitter la France pour passer en
Bretagne, dont il savait que le duc avait aussi à se plaindre de
Clisson, l'un de ses plus grands vassaux.

Pierre de Craon était parent du duc de Bretagne; après lui avoir
raconté ce qui venait de lui arriver à la cour de France, il lui fit
une vente simulée des biens qu'il possédait en Anjou, afin de les
soustraire par ce moyen à la confiscation qu'encourait un vassal
coupable de félonie, et il lui rendit ensuite foi et hommage comme à
son nouveau souverain.

La vengeance que Craon préparait contre Olivier de Clisson occupait
tous ses soins. Il avait un hôtel à Paris près le cimetière de
Saint-Jean en Grève. Des gens qui lui étaient dévoués y conduisirent
secrètement tout ce qui était nécessaire pour armer et faire vivre
pendant quelques jours quarante à cinquante hommes; ceux-ci s'y
rendirent au nombre de deux ou trois au plus à la fois et la nuit,
dans la crainte d'éveiller les soupçons des voisins. Enfin, lorsque
tout fut prêt, Pierre de Craon y vint aussi, et s'y tint renfermé
quelque temps, c'est-à-dire jusqu'à la Fête-Dieu (1391), qui arriva
trois ou quatre jours après. Il savait qu'à cette solennité le roi
donnait un grand festin aux principaux seigneurs de sa cour, au
nombre desquels serait Olivier de Clisson, connétable de France.

Le roi occupait alors l'hôtel Saint-Paul, quartier Saint-Antoine.
Cette maison était spécialement destinée aux banquets royaux. Celui
que Charles VI donna le 13 juin se prolongea fort avant dans la nuit.
Pierre de Craon avait aposté des gens, tant à pied qu'à cheval,
sur le chemin que devait prendre le connétable pour retourner chez
lui. Il était trois heures du matin, lorsque Olivier de Clisson
sortit de l'hôtel Saint-Paul, à cheval, accompagné seulement
de huit de ses gens sans armes. Quand il fut arrivé dans la rue
Culture-Sainte-Catherine, où l'attendait Pierre de Craon, celui-ci se
présenta, l'épée à la main, devant Clisson, tandis que ses satellites
éteignaient les flambeaux des gens du connétable, et les mettaient en
fuite. Olivier de Clisson prit cette rencontre pour une plaisanterie
des convives sortis avant lui, mais il fut bientôt désabusé,
lorsqu'il entendit le baron de Craon lui crier d'une voix terrible:
«A mort, à mort, Clisson, cy vous faut mourir.--Qu'es-tu? dit le
connétable.--Je suis Pierre de Craon, ton ennemi.» Clisson avait sous
son pourpoint une cotte de mailles; il se défendit long-temps contre
ses assassins; mais enfin un grand coup d'épée l'ayant atteint, il
tomba de cheval dans la boutique d'un boulanger, dont la porte brisée
transversalement, comme c'est encore l'usage dans quelques endroits,
était fermée par le bas et ouverte par le haut. Les assassins,
n'osant descendre de cheval, portèrent encore un grand nombre de
coups au connétable; mais la plupart ne purent l'atteindre à cause
de la porte inférieure; cependant ils le laissèrent pour mort, et
partirent en toute hâte pour se rendre à Chartres, où d'autres
chevaux les attendaient, et de là à Sablé, d'où Pierre de Craon était
parti pour faire cette expédition.

La nouvelle de cet assassinat parvint aussitôt aux oreilles du roi,
qui s'allait mettre au lit. _Il se vêtit d'une houppelande_, et _il
courut à l'endroit où l'on disait que son connétable venait d'être
occis_. Il le trouva dans la boutique du boulanger, baigné dans
son sang. Après qu'on eut visité ses blessures, qui n'étaient pas
dangereuses: «_Connétable_, lui dit le roi, _oncques chose ne fut
telle, ni ne sera si fort amendée_.» Il manda aussitôt le prevôt de
Paris, et lui donna l'ordre de poursuivre promptement l'auteur de ce
meurtre ainsi que ses complices. Un des écuyers et un des pages du
baron de Craon furent arrêtés et décapités aux halles: le concierge
de son hôtel fut aussi mis à mort pour n'avoir point fait connaître
l'arrivée de son maître à Paris. Un chanoine de Chartres, chez qui
le baron avait logé, fut privé de ses bénéfices et renfermé pour le
reste de ses jours. Tous les biens que Pierre de Craon possédait en
France furent confisqués et donnés au duc d'Orléans, frère du roi,
dont il avait été le favori; son hôtel fut rasé, l'emplacement
donné à la paroisse Saint-Jean-en-Grêve pour en faire un cimetière;
et la rue de Craon, où était l'hôtel, prit le nom de rue des
Mauvais-Garçons, qu'elle conserve encore aujourd'hui.

Ne se croyant pas en sûreté dans son château de Sablé, quoiqu'il
fût très-bien fortifié, le baron de Craon se retira auprès du duc
de Bretagne, qui lui dit, dès qu'il le vit arriver: «Vous avez fait
deux grandes fautes; la première d'avoir attaqué le connétable, et la
seconde de l'avoir manqué.» Cependant il l'assura de sa protection,
et l'invita à rester près de lui, lui promettant de prendre parti
dans cette affaire, selon les circonstances.

Richard II, roi d'Angleterre, demanda la grâce de Craon quelque temps
après et l'obtint. Pierre de Craon revint à la cour et s'y montra
hardiment, tandis que Clisson venait d'en être banni.



DUEL JUDICIAIRE DE CARROUGES ET LEGRIS.


Le sieur Jean de Carrouges, gentilhomme de la maison du duc
d'Alençon, partant, vers la fin du quatorzième siècle, pour un
voyage en la Terre-Sainte, laissa sa femme en la ville d'Argentan
en Normandie, ou, selon d'autres, en sa maison de Carrouges, située
à environ quatre lieues de cette ville. Un de ses amis, le sieur
Jacques Legris, également gentilhomme de la maison du duc d'Alençon,
profita de l'absence de Carrouges pour aller courtiser sa femme. Un
jour entre autres, il entra en matière avec la jeune dame, et usant
de tous les artifices à l'usage des amans en semblable circonstance,
il fit la déclaration formelle de son amour, et, comme le dit
naïvement le narrateur des _Annales de Paris_, des propos il en vint
aux offres de service; mais la dame, fidèle à son mari, repoussa
honnêtement ses attaques; de sorte qu'il s'avisa de gagner, par des
dons ou des promesses, une servante de la dame de Carrouges, qu'il
jugeait propre à seconder ses projets. La servante en effet consentit
à le favoriser selon son désir. Les moyens furent donc concertés
entre eux, et le jour fixé.

Le soir du jour convenu, le sieur Legris étant obligé, par sa charge,
de servir à table le duc d'Alençon, se voyait avec impatience empêché
de se rendre au rendez-vous. Mais les amans ont le génie inventif. Il
laissa tomber à dessein la coupe pleine de vin qu'il présentait à son
maître; et feignant d'être tout honteux de sa maladresse, il sortit,
monta à cheval, et courut à toutes brides à la maison de la dame de
Carrouges. Une échelle préparée par la perfide servante l'attendait;
à l'aide de cette échelle il s'introduit dans la chambre de la dame
endormie, lui fait violence, sort de la maison, remonte à cheval, et
arrivant au lever du duc son maître, laisse tomber le bassin qu'il
lui présentait pour laver, de même qu'il avait fait pour la coupe.

La dame de Carrouges céla soigneusement cet outrage jusqu'au retour
de son mari. Celui-ci, indigné en apprenant cet affront, alla porter
sa plainte au duc d'Alençon, le suppliant avec instance d'en faire
justice, ou de lui permettre le combat contre Legris, au cas qu'il
niât son crime. Mais le duc, se rappelant que Legris l'avait servi
le jour même de l'attentat qu'on lui imputait, s'imagina que c'était
pour se venger d'une autre injure que Carrouges voulait se battre
avec lui, et refusa la permission qu'il sollicitait.

Carrouges, ne pouvant obtenir justice du duc d'Alençon, s'adressa au
parlement de Paris qui, à défaut de preuves, assigna jour et camp
aux deux parties. Comme la dame de Carrouges avait dressé elle-même
l'accusation, et avait pressé son mari d'en demander et faire
justice, la cour ordonna qu'elle assisterait elle-même au combat,
et que, si son mari n'était pas vainqueur, elle serait sujette à la
peine des calomniateurs et faux accusateurs, qui était de souffrir
semblable peine à celle encourue par l'accusé s'il venait à être
condamné. Cette dame se soumit volontiers à cette condition, forte
de la justice de sa cause. Ce combat eut lieu en champ clos à Paris,
par autorité de justice, en 1386. Carrouges fut d'abord blessé à
la cuisse par Legris: mais, quoique déjà très-malade d'une fièvre
quarte, il rassembla toutes ses forces, et s'élançant impétueusement
sur son adversaire, il le terrassa, lui fit confesser son crime,
puis lui enfonça son poignard dans le cœur, laissant le cadavre au
bourreau, qui le traîna au gibet. Le roi Charles VI, présent à ce
combat, fit don au vainqueur de mille livres d'argent comptant et
d'une pension annuelle de deux cents livres.

Le sieur Legris, si l'on en croit le Laboureur, était innocent du
crime qu'on lui imputait; «et il paya, dit-il, de son honneur et de
son sang, le crime d'un malheureux qui fut depuis exécuté à mort
pour d'autres méfaits; et qui s'accusa de ce viol.» Tous les autres
historiens que nous avons pu consulter à ce sujet gardent le silence
sur ce point, et laissent croire que Legris était véritablement
coupable.

Gabriel Dumoulin, annaliste de Normandie, rapporte que sous
Guillaume-le-Conquérant, trois ans avant la bataille du
Val-des-Dunes, il y eut un duel entre Jacques du Plessis et Thomas
de l'Espinay, seigneur du Neubourg. «La cause de combat fut,
dit-il, que du Plessis avait publié que la femme de Jean, comte de
Tancarville, sœur dudit de l'Espinay, avait fait banqueroute à sa
pudicité, se prostituant à un nommé Edmond. Mais du Plessis, mourant
en ce combat, fit revivre la bonne renommée de cette dame.»

Cette coutume barbare de juger des procès par un combat juridique, ne
fut connue que des chrétiens occidentaux. «Il est évident, par ces
lois, dit Voltaire, qu'un homme accusé d'homicide était en droit d'en
commettre deux.» On pouvait se battre aussi par procuration. C'est
des lois de ces combats que viennent les proverbes: «les morts ont
tort; les battus paient l'amende.»

Pour compléter autant que possible l'idée que nous avons voulu donner
de la coutume barbare appelée _jugement de Dieu_, nous ajouterons,
avec Brantôme: «Celui qui avait été tué dans nos duels ou combats
judiciaires n'était nullement reçu de l'église pour y être enterré;
et les ecclésiastiques alléguaient, pour raison, que sa défaite était
une sentence du ciel; et qu'il avait succombé par la permission de
Dieu, parce que sa querelle était injuste.»



ABUS DES ASILES ET LIEUX DE REFUGE POUR LES CRIMINELS.


La religion chrétienne, ou plutôt le clergé du moyen âge, avait
emprunté au paganisme l'usage de ne pas toucher à un criminel, du
moment qu'il s'était mis sous la protection d'une chapelle ou d'une
église. Dans l'antiquité, un homme poursuivi qui se retirait près
d'un autel, ou dans un temple, devenait dès lors inviolable, quelque
scélérat qu'il fût d'ailleurs. En rétablissant cette coutume, le
clergé chrétien songeait sans doute davantage à étendre sa domination
qu'à la gloire de la religion. Il se constituait le protecteur de
l'assassinat et de l'empoisonnement; ce qui est tout-à-fait contraire
à la loi de Dieu, qui porte: «Si quelqu'un a tué son prochain de
dessein prémédité, vous l'arracherez de mon autel, afin qu'il soit
puni.»

En 1358, Perrin Macé, garçon changeur, assassina, dans la rue
Neuve-Saint-Merry, Jean Baillet, trésorier des finances. Le
dauphin, depuis le roi Charles V, régent du royaume pendant la
captivité du roi Jean, son père, ordonna à Robert de Clermont,
maréchal de Normandie, d'aller enlever ce scélérat de l'église
Saint-Jacques-la-Boucherie, où il s'était réfugié, et de le faire
pendre; ce qui fut exécuté. Mais Jean de Meulan, évêque de Paris,
cria aussitôt à l'impiété, prétendit que c'était violer les immunités
ecclésiastiques, envoya ôter du gibet le cadavre de cet assassin, et
lui fit faire, dans cette même église de Saint-Jacques-la-Boucherie,
d'honorables funérailles, auxquelles il voulut assister.

Quelques jours après, Robert de Clermont, ayant été tué dans une
sédition en soutenant les intérêts de son roi, croirait-on que ce
Jean de Meulan défendit qu'on lui donnât la sépulture dans une église
ou dans un cimetière, disant qu'il avait encouru l'excommunication,
en faisant enlever Perrin Macé d'un lieu saint, et qu'un excommunié
ne devait pas être inhumé parmi les fidèles?

Voici un autre exemple de l'abus de ces asiles. En 1365, Guillaume
Charpentier assassina sa femme. Son crime était public, prouvé,
avéré; il convenait lui-même qu'il s'en était rendu coupable. Des
sergens l'arrachèrent de l'Hôtel-Dieu, où il s'était réfugié, et
le traînèrent en prison. Il présenta sa plainte, sur laquelle le
parlement condamna les sergens à l'amende, et ordonna que Guillaume
Charpentier serait rétabli dans son asile; ce qui fut exécuté
ponctuellement. «Je ne sais pas ce qu'il devint, ajoute Saint-Foix,
et s'il se remaria; mais il est certain qu'il ne fut pas puni.»

Louis XII abolit entièrement ce droit absurde, dont jouissaient
plusieurs églises et couvens de Paris.



ÉTRANGE PROCÈS ENTRE DEUX JUIFS.


Les _registres criminels_ du Parlement fourniraient de nombreuses
pages pour remplir les lacunes que l'on rencontre souvent dans
l'histoire des mœurs. M. Dulaure, qui paraît avoir exploré cette
mine féconde, en a extrait beaucoup de faits neufs et curieux, dont
il a enrichi son histoire de Paris. Tel est celui que nous allons
rapporter d'après lui.

En 1364, un procès s'éleva entre deux juifs de Paris, Jacob de
Saint-Maxence, et Manassès de Vierzon. Ce dernier avait obtenu
du roi la faculté de lever une imposition de six gros sur chaque
juif, pour payer ce que le fisc exigeait. Jacob s'opposa sans
doute à cette perception. Les autres Juifs, et surtout Manassès,
s'irritèrent contre lui, le firent accuser par de faux témoins,
le battirent, le chassèrent de leur synagogue; et, sur quinze
cents francs qu'ils devaient payer, Jacob seul fut imposé à deux
cents francs. De plus, ils défendirent à leurs coreligionnaires de
communiquer avec lui, refusèrent de faire circoncire deux de ses
enfans. Enfin, Jacob accusait Manassès d'avoir conspiré sa mort, ou
au moins d'avoir chargé un particulier de lui crever les yeux, de lui
couper la langue, de lui rompre les bras, de lui couper les jambes,
enfin _d'avoir employé, pour commettre ces atrocités, un chevalier
chrétien_.

Le 11 février 1364, Manassès fut condamné, par le parlement de Paris,
à faire sans chaperon, sans ceinture, amende honorable au roi, à la
cour du parlement, et à Jacob; aux dépens et à la somme de cinq cents
livres tournois, et en celle de mille livres envers le roi; de plus,
à tenir prison jusqu'à l'acquittement de ces sommes.



LE CHIEN VENGEUR DE SON MAITRE, OU LE JUSTE JUGEMENT DE DIEU.


Tout le monde connaît l'histoire touchante du chien de Montargis. Le
théâtre en a popularisé la mémoire. Nous lui donnons place ici, non
seulement parce qu'elle mérite d'être conservée à cause de l'intérêt
qui s'y rattache, mais encore parce qu'elle est un monument des
mœurs du temps. Le fait eut lieu sous Philippe-Auguste ou sous Louis
VII, suivant Saint-Foix.

Guillaume Morin, dans son histoire générale du pays de Gâtinais,
dit très-formellement que le combat du chien et de l'assassin eut
lieu en présence du roi Charles VIII. Quoi qu'il en soit, ce trait
historique est rapporté par beaucoup d'auteurs, entre autres Expilly,
avocat-général au parlement de Grenoble; Olivier de la Marck, dans
son _Traité des duels_, et Jules-César Scaliger.

Aubry de Montdidier, traversant seul la forêt de Bondi, fut
assassiné et enterré au pied d'un arbre. Son chien resta plusieurs
jours sur sa fosse, et ne la quitta que pressé par la faim. Il vint à
Paris chez un ami du malheureux Aubry, et par ses tristes hurlemens,
sembla vouloir lui annoncer la perte qu'il avait faite. Après avoir
mangé, il recommence ses cris plaintifs, va à la porte, tourne la
tête pour voir s'il est suivi, revient à l'ami de son maître, et
le tire par son vêtement, comme pour l'inviter à venir avec lui.
La singularité de tous les mouvemens de ce chien, sa venue sans
son maître, qu'il ne quittait jamais, ce maître qui ne paraît pas,
et peut-être ce hasard, ou plutôt cette juste Providence, qui ne
permet guère que le crime demeure impuni, firent que l'ami d'Aubry
conçut quelque soupçon sinistre, et suivit le chien. Dès que ce
pauvre animal fut arrivé au pied de l'arbre, il redoubla ses cris en
grattant la terre, comme pour indiquer qu'il fallait creuser en cet
endroit; on y fouilla, et l'on y trouva le corps du malheureux Aubry.

Quelque temps après, le chien reconnaît, dans une foule, l'assassin
de son maître, que tous les historiens nomment le chevalier Macaire;
il lui saute à la gorge, et ce n'est qu'avec beaucoup de peine qu'on
lui fait lâcher prise. Chaque fois qu'il le rencontre, il l'attaque
et le poursuit avec le même acharnement. On remarque la fureur de cet
animal, naturellement doux, à la seule vue de Macaire; on se rappelle
l'attachement qu'il avait montré pour son maître; on rapproche de ces
faits plusieurs circonstances où ce chevalier Macaire avait manifesté
de la haine et de l'envie à l'égard d'Aubry de Montdidier. D'autres
particularités viennent encore fortifier les soupçons.

Le roi, informé de tous les discours qui se tenaient à cette
occasion, fait amener ce chien, qui paraît tranquille jusqu'au moment
où, apercevant Macaire au milieu d'une troupe de courtisans, il
tourne, aboie, et cherche à se jeter sur lui.

Dans ces temps-là, on ordonnait le combat entre l'accusateur et
l'accusé, lorsque les preuves du crime n'étaient pas convaincantes.
On nommait ces sortes de combats _jugemens de Dieu_, parce qu'on
était persuadé que le ciel aurait plutôt fait un miracle que de
laisser succomber l'innocence. Le roi, frappé de tous les indices
qui se réunissaient contre Macaire, jugea _qu'il échéait gage de
bataille_, c'est-à-dire qu'il ordonna le duel entre le chevalier et
le chien. L'île Notre-Dame, terrain alors vague et inhabité, fut
indiquée pour servir de champ clos. Macaire était armé d'un gros
bâton; le chien avait un tonneau pour sa retraite et ses relancemens.
On le lâche; aussitôt il s'élance, tourne autour de son adversaire,
évite ses coups, l'attaque tantôt d'un côté, tantôt de l'autre, le
fatigue, et enfin le saisit à la gorge, le renverse, et l'oblige de
faire l'aveu de son crime en présence du roi et de toute la cour.

D'après Saint-Foix, qui nous a fourni tous ces détails, un monument
de cette aventure a subsisté long-temps sur une des cheminées de la
grande salle du château de Montargis.

«On ne sera point étonné, ajoute Saint-Foix, que ce chien ait resté
plusieurs jours sur la fosse de son maître, ni qu'il ait marqué de
la fureur à la vue de son assassin: mais la plupart des lecteurs
ne voudront pas croire qu'on ait ordonné le duel entre un homme et
un chien; il me semble cependant que, pour peu qu'on ait parcouru
l'histoire et vécu dans le monde, on doit être tout au moins aussi
persuadé des travers de l'esprit humain que du bon cœur des chiens.»

L'attachement du chien à son maître est attesté par une foule
d'aventures étonnantes. L'histoire de ce fidèle animal s'est
quelquefois mêlée à l'histoire même de l'homme. Homère ne dédaigne
pas de parler, dans _l'Odyssée_, du chien d'Ulysse, qui fut le
premier à reconnaître son maître; et l'Écriture-Sainte parle du chien
de Tobie.

M. Bodin, dans ses _Recherches historiques sur l'Anjou_, parle d'un
monument que le maréchal de Gié avait élevé en mémoire d'un chien. Le
maréchal avait fait autrefois, dit-il, un pèlerinage à Saint-Jacques
en Galice, et il y avait mené un chien qu'il aimait beaucoup, mais
il le perdit en revenant. Déjà plusieurs mois s'étaient écoulés
depuis le retour du seigneur du Verger, lorsqu'un jour, se promenant
sur l'ancienne grande route de Paris à Angers, il aperçut son chien
accourant vers lui. Le fidèle barbet saute au cou de son maître,
lui lèche les mains, et tombe aussitôt à ses pieds, où il expire
de fatigue et de joie. Le maréchal fut très-sensible à la perte de
ce bon animal, et ce fut pour en perpétuer le souvenir qu'il fit
construire l'obélisque dont on voit encore les ruines, à l'endroit
même où il avait reçu ses derniers témoignages d'attachement et de
fidélité.

Les annales de notre révolution offrent aussi de nombreux exemples
de fidélité donnés par des chiens. Delille, dans son poème de _la
Pitié_, célèbre le dévouement de cet intéressant animal. Tout Paris
a pu voir, après les journées de juillet 1830, un pauvre chien qui
stationnait jour et nuit sur la tombe des combattans morts inhumés
en cet endroit. On ne pouvait entendre sans attendrissement les
hurlemens plaintifs de ce pauvre chien demandant son maître à tous
les passans.



LES TROIS REINES ADULTÈRES.


Les mœurs dissolues du quatorzième siècle se trouvent pour ainsi
dire résumées dans l'histoire des trois princesses qui épousèrent
les trois fils de Philippe-le-Bel; Marguerite de Bourgogne, femme de
Louis dit le Hutin, fille de Robert II, duc de Bourgogne; Jeanne de
Bourgogne, femme de Philippe-le-Long, fille d'Othon IV, comte palatin
de Bourgogne; et Blanche sa sœur, qui épousa le comte de la Marche,
depuis roi de France sous le nom de Charles-le-Bel.

La cour de France était alors le théâtre des plus hideuses débauches;
on y affichait le mépris des bienséances, et les dames se faisaient
gloire de se dépouiller du plus bel ornement de leur sexe, la pudeur.
Les trois princesses dont nous venons de parler étaient belles,
jeunes, sensibles à l'aiguillon de la volupté; elles suivirent
le torrent, et donnèrent bientôt des exemples scandaleux dans un
temps où on ne scandalisait pas facilement. C'était à l'abbaye de
Maubuisson que se passaient les scènes du libertinage des princesses.
Marguerite et Blanche furent convaincues d'adultère avec deux frères,
Philippe et Gaultier d'Aulnay. Ils avaient intéressé dans leurs
débauches l'huissier de la chambre de la reine de Navarre, confident
et complice de ces désordres. Philippe passait pour l'amant de
Marguerite, Gaultier pour celui de Blanche, comtesse de la Marche.

Louis-le-Hutin, qui venait de monter sur le trône, leur fit faire
leur procès comme à des traîtres et à des scélérats coupables du
crime de lèze-majesté. L'huissier, entremetteur de ces criminelles
galanteries, fut condamné à être attaché au gibet; mais Philippe et
Gaultier furent traités plus cruellement. Ils furent tous les deux
mutilés et écorchés vifs. Ils eurent ensuite la tête coupée, et leurs
corps furent pendus par dessous les bras, leurs têtes placées sur des
piliers. Cette exécution eut lieu à Pontoise. «Exemple terrible, dit
Dreux du Radier, qu'il eût peut-être été plus sage de ne pas donner,
mais qu'on crut nécessaire pour arrêter l'audace de quiconque serait
capable de se porter à un pareil attentat contre la majesté du trône
et l'honneur de son souverain.»

On fit des recherches sévères sur la conduite de tous ceux qui
avaient été dans la familiarité de Marguerite, de Blanche et de
Jeanne de Bourgogne, et plusieurs personnes furent arrêtées ou sur
des preuves ou sur des soupçons, et condamnées à la torture. Parmi
les coupables se trouva un moine de l'ordre des frères prêcheurs qui
fut accusé de distribuer de ces remèdes qui, en détruisant les fruits
malheureux de l'incontinence par un plus grand crime, invitent au
désordre celles qui n'en appréhendent que les suites visibles. Ce
moine fut d'abord conduit à Avignon, où l'on informa contre lui; il
fut ensuite condamné à mort et exécuté.

Quant à Marguerite et aux princesses ses belles-sœurs, elles furent
renfermées; Marguerite et Blanche au Château-Gaillard, et Jeanne au
château de Dourdan. Soit que Marguerite fût la plus coupable, soit
que Louis-le-Hutin fût le plus sévère, Marguerite fut étranglée avec
une serviette en 1315; elle avait vingt-cinq à vingt-six ans. Selon
quelques historiens, cette reine avait un _tempérament si emporté_,
que quand elle voyait un homme de bonne mine elle le faisait mener
dans son appartement, d'où il ne sortait que pour être précipité dans
la Seine, afin qu'il ne publiât pas ses débordemens.

Blanche de Bourgogne, qui, au jugement de Froissard, _fut l'une des
plus belles dames du monde_, demeura renfermée au Château-Gaillard
jusqu'en 1325; à cette époque, elle obtint la permission de prendre
le voile dans l'abbaye de Maubuisson, où elle acheva d'expier ses
fautes passées par une austère pénitence; elle y mourut en 1326.

Jeanne trouva dans son époux moins d'emportement, plus de penchant à
la clémence. Philippe, prince sérieux, appliqué aux affaires, était
d'ailleurs d'un caractère doux et plein d'affabilité. Il fit d'abord
reléguer sa coupable épouse au château de Dourdan, et environ un an
après il lui pardonna, la reprit, et vécut avec elle sans qu'il parût
avoir conservé aucun souvenir du passé. Cette bonne intelligence dura
jusqu'à la mort du roi, qui arriva le 3 janvier 1321.

Cette reine, pendant les huit années de son veuvage, séjourna au
fameux hôtel de Nesle qui lui appartenait. L'histoire l'accuse
d'horreurs semblables à celles que l'on impute à Marguerite de
Bourgogne. Elle appelait les jeunes écoliers qui avaient le malheur
de passer sous ses fenêtres, et après avoir assouvi avec eux sa
luxure effrénée, elle les faisait jeter du haut de la tour de Nesle
dans la Seine.

Voici ce que dit Brantôme à ce sujet: «Elle se tenait à l'hôtel de
Nesle à Paris, laquelle faisait le guet aux passans, et ceux qui lui
revenaient et agréaient le plus, de quelque sorte de gens que ce
fussent, les faisait appeler et venir à soi, et, après en avoir tiré
ce qu'elle en voulait, les faisait précipiter du haut de la tour qui
paraît encore, en bas, en l'eau, et les faisait noyer. Je ne veux pas
dire que cela soit vrai, mais le vulgaire, au moins la plupart de
Paris, l'affirme; et il n'y a si commun, qu'en lui montrant la tour
seulement et en l'interrogeant, qui de lui-même ne le die.»

Le poète Villon, qui écrivait au quinzième siècle, dans un temps plus
rapproché de l'événement, donne quelques autres détails, et nous
apprend que les malheureuses victimes de la luxure de cette princesse
étaient renfermées dans un sac, puis jetées dans la rivière.

Jeanne de Bourgogne mourut à Roye le 20 janvier 1329.



ASSASSINATS DES DUCS D'ORLÉANS ET DE BOURGOGNE.


Une haine héréditaire divisait, au quinzième siècle, les deux
puissantes maisons d'Orléans et de Bourgogne. Elle était
continuellement alimentée par une passion qui dans tous les temps
a fait couler des flots de sang humain, l'ambition. Philippe de
Bourgogne en mourant légua son inimitié à son fils Jean-sans-Peur.
Celui-ci, non moins ambitieux que son père, mais ne possédant
aucune de ses vertus, se jouait de la morale, de la religion et de
l'humanité. Il attaqua le duc d'Orléans, dont la conduite ne donnait
que trop de prise aux accusations de ses ennemis.

Jean-sans-Peur caressa le peuple en affectant de le plaindre, de
gémir sur l'énormité des impôts dont il était accablé. C'est le rôle
de tous les factieux. Jean-sans-Peur devint l'idole de la populace.
Certain de l'attachement des Parisiens, il va rassembler une armée
pour combattre le duc d'Orléans; celui-ci lève également des troupes
pour faire tête à son rival.

Cependant, au moment d'en venir aux mains, les deux ducs se
réconcilièrent. Chacun d'eux s'y prêta d'autant plus volontiers que
son hypocrisie voyait dans cette feinte réconciliation un moyen de
mieux tromper son ennemi. Ils se prodiguèrent les marques du plus
véritable attachement. Jean-sans-Peur coucha avec le duc d'Orléans,
communia avec lui, but dans sa coupe, contracta avec ce prince une
fraternité d'armes, et peu de temps après avoir édifié le public et
la cour par ces perfides démonstrations, il le fit assassiner, dans
la rue Barbette, par des sicaires qui, pour protéger leur fuite,
allumèrent derrière eux un incendie. Le 21 novembre 1407, vers sept
heures et demie du soir, le duc d'Orléans, n'ayant avec lui que deux
écuyers montés sur le même cheval, un page et trois valets de pied
qui marchaient devant pour l'éclairer, fut investi par dix-huit
hommes armés, à la tête desquels était un gentilhomme de Normandie,
nommé Raoul d'Ocquetonville: ce scélérat, d'un coup de hache
d'armes, lui coupa la main dont il tenait la bride de sa mule, et de
deux autres coups lui fendit la tête. Le page, nommé Jacob de Merre,
voulant couvrir son prince de son corps, fut tué sur lui. On remarqua
que le dernier coup fut porté au duc d'Orléans par un homme qui était
sorti brusquement d'une maison voisine, armé d'une massue, la tête
enveloppée de son chaperon; et le bruit courut que c'était le duc de
Bourgogne lui-même.

Le lendemain, Jean-sans-Peur assista aux funérailles de sa victime,
la plaignit et la pleura; mais voyant qu'on allait faire une enquête,
que la veuve et le fils du prince assassiné demandaient vengeance, il
s'enfuit en Flandre. Bientôt il revint, escorté de mille partisans,
et osa faire trophée de son attentat.

La chambre des pairs le cita à comparaître devant la table de marbre:
il parut armé de pied en cap et entouré de ses satellites, devant la
cour intimidée. Il osa plaider sa cause et s'honorer de l'assassinat
d'un prince qui dévorait la fortune de l'état et sapait les fondemens
du trône. Le cordelier Jean Petit, son avocat, non seulement
justifia le meurtre du duc d'Orléans, mais encore établit la doctrine
de l'homicide, qu'il fonda sur l'exemple de tous les assassinats dont
il est parlé dans les livres de l'Écriture-sainte. Ce Jean Petit,
dans l'intérêt de son client, osait faire un dogme de ce qui n'est
écrit dans ce livre que comme un événement, au lieu d'apprendre
aux hommes, comme on l'aurait toujours dû faire, qu'un assassinat
rapporté dans l'Écriture est aussi détestable que s'il se trouvait
dans les histoires des cannibales.

Le peuple, ébloui par ce discours qui flattait ses passions,
applaudit l'avocat, et porta en triomphe l'accusé.

Cette apologie monstrueuse, et l'ovation populaire qui l'avait
suivie, n'empêcha pas que le duc de Bourgogne n'eut à soutenir,
pendant sept ans, une guerre civile contre les frères et les
partisans de son ennemi. Sa faction s'appelait les _Bourguignons_,
et celle d'Orléans s'intitulait les _Armagnacs_, du nom du comte
d'Armagnac, beau-père du duc d'Orléans. La faction qui dominait
faisait conduire au gibet, assassiner, brûler ceux de la faction
contraire. Les bouchers de Paris, armés par Jean-sans-Peur, jouèrent
un rôle bien sanglant, dans cette guerre civile.

Jean-sans-Peur ayant surpris Paris, en 1418, fit un massacre horrible
des Armagnacs, et s'empara de la personne du roi et de toute
l'autorité.

Les satellites de Jean-sans-Peur se précipitèrent dans la ville,
reçus par les bouchers et par les écorcheurs, qui à leur tête avaient
le bourreau et ses aides. Ils se répandent dans les divers quartiers,
pillent, brûlent, démolissent les maisons des Armagnacs. On signale
comme suspects les gens les plus paisibles, on les met dans les fers,
on les traîne à l'échafaud. Les hommes connus par leur attachement
au roi, sont jetés du haut des tours sur les lances des Bourguignons
ou par dessus les parapets dans les flots de la Seine. Les voleurs,
profitant de l'occasion, se rangeaient parmi les factieux, et se
faisaient assassins pour mieux exercer leur infâme métier. Les
Armagnacs étaient surtout l'objet de vengeances atroces. Après les
avoir mis à mort, ces cannibales tailladaient leur peau, mordaient
dans leur cœur, mutilaient leurs membres, et les jetaient à la
voirie. Les femmes n'étaient point épargnées: les détails de leur
mort font frémir; on les égorgeait, on leur arrachait jusqu'à leurs
derniers vêtemens, et les femmes enceintes étaient éventrées, à la
risée féroce de toute une populace stupide.

Le malheureux Charles VI, privé de sa raison, trahi par sa femme,
l'infâme Isabeau de Bavière, cette nouvelle Messaline, qui passait
de la couche incestueuse du duc d'Orléans aux bras ensanglantés du
duc de Bourgogne, traînait une existence pire encore que celle de
ses malheureux sujets. Tandis que sa criminelle épouse ruinait le
trésor de l'état, il manquait de linge et d'alimens. Relégué dans
un appartement dont on avait arraché la tenture et enlevé les plus
beaux meubles, il restait des semaines entières sans voir d'autres
personnes que la femme qui le servait. Souvent la démence de cet
infortuné prenait un caractère sombre: il errait dans son palais en
proférant des mots entrecoupés. Un jour qu'il était dans un de ces
sombres accès, il surprit la reine en tête à tête avec un de ses
amans furieux, il fit saisir cet homme, le fit coudre dans un sac et
jeter dans la rivière, avec un écriteau portant: _laissez passer la
justice du roi_.

Ce n'était pas un semblable roi qui pouvait comprimer les factions
puissantes sous lesquelles gémissait la France. Le trône était
sans force, sans appui; la nation abattue, courbée sous le poids
d'une affreuse misère. Le duc de Bourgogne, qui briguait en secret
l'autorité suprême, crut les circonstances propices à son usurpation;
traînant à sa suite un ramas de séditieux et une soldatesque souillée
des plus infâmes brigandages, il entretenait toujours allumés les
brandons de la discorde.

Cependant Tannegui du Châtel, lors de la dernière invasion des
Bourguignons dans Paris, avait sauvé le dauphin, en l'enveloppant
dans son manteau, et l'avait conduit à Melun.

Soit dégoût, soit repentir, soit dissimulation, le duc de Bourgogne
parut fatigué de ses excès; il témoigna le désir de s'entretenir
avec le dauphin (depuis Charles VII), et de tenter un accommodement.
Le dauphin y consentit: on construisit pour cette entrevue une
cabane sur le pont de Montereau. Agité sans doute par un funeste
pressentiment, le duc de Bourgogne hésita un moment: il se présenta
enfin sur le pont avec dix de ses chevaliers, comme on en était
convenu. Mais à peine y était-il arrivé qu'il tomba sous le fer
des assassins. Suivant Voltaire, le coup fut porté par Tannegui du
Châtel, aux yeux même du dauphin. «Ainsi, ajoute-t-il, le meurtre du
duc d'Orléans fut vengé par un autre meurtre, d'autant plus odieux
que l'assassinat était joint à la violation de la foi publique.»
Cependant on accusa le dauphin d'avoir ordonné ce meurtre. La reine
Isabeau, mère du jeune prince, pleura la mort du duc de Bourgogne
son complice, et traita son fils d'assassin: elle ajouta à tous ses
crimes le trait de la plus exécrable des trahisons, elle appela les
Anglais dans Paris, et donna la couronne de France à leur roi Henri V.

Philippe, fils de Jean-sans-Peur, fit demander solennellement
justice de l'assassinat de son père. Le parlement s'assembla,
l'avocat-général prit des conclusions contre l'héritier de la
couronne, comme s'il parlait contre un assassin vulgaire. Il fit
citer le dauphin à la table de marbre, et le condamna par contumace.
Sa sentence portait la peine de mort contre lui, et déliait les
Français de toute obéissance et fidélité à son égard.

On sait que ce prince, grâce à l'héroïque Jeanne d'Arc, recouvra sa
couronne, et repoussa les Anglais.

Quelques historiens croient que le dauphin était innocent, non
seulement de l'assassinat prémédité, mais même du meurtre du duc
Jean. Il est croyable, suivant eux, qu'il n'y eut rien de prémédité
dans cet assassinat, qui n'eut pour cause que l'imprudente trahison
du duc de Bourgogne, qui voulait profiter de la faiblesse du dauphin
pour le forcer de le suivre, et la haine violente que lui portaient
d'anciens serviteurs du duc d'Orléans, qui saisirent ce prétexte pour
le tuer.

Ce duc de Bourgogne, d'odieuse mémoire, était le fils de Philippe,
qui avait mérité, à l'âge de quatorze ans, le surnom de _Hardi_,
pour la valeur qu'il avait montrée à la bataille de Poitiers. «Mais
je ne conçois pas, dit Saint-Foix, pourquoi l'on donna le surnom
de Jean-sans-Peur au duc de Bourgogne son fils, dont le cœur,
inaccessible aux remords, était sans cesse agité par la crainte
qu'on attentât sur sa vie. Après l'assassinat du duc d'Orléans,
il fit bâtir à son hôtel de Bourgogne une tour, et dans cette tour
une chambre sans fenêtre, et dont la porte était très-basse; il la
fermait le soir et l'ouvrait le matin, avec toutes les précautions
que la frayeur inspire aux scélérats. Il ne se familiarisait qu'avec
les bouchers; le bourreau était un de ses courtisans, allait à son
lever, et lui touchait dans la main. Les massacres que cet indigne
prince fit commettre dans Paris, ses trahisons envers la France, et
ses liaisons avec l'Anglais, rendront à jamais sa mémoire exécrable.»



DUEL DU CHEVALIER CLARY.


Le sire de Clary, au quatorzième siècle, faillit monter sur
l'échafaud, pour avoir fait preuve de bravoure contre un Anglais sans
l'autorisation du roi.

Pierre de Courtenay, chevalier anglais, était venu à Paris
pour défier, à la lance et à l'épée, Guy de La Trémouille,
porte-oriflamme, qui passait pour un des hommes de France des plus
braves et des plus adroits. Lorsqu'ils eurent rompu plusieurs lances
l'un contre l'autre, en présence de toute la cour, le roi ne voulut
pas permettre qu'ils se battissent à l'épée, puisqu'il n'y avait
entre eux qu'une émulation de gloire, et qu'aucun sujet de querelle
ne leur avait mis les armes à la main. Courtenay, en s'en retournant,
passa chez la comtesse de Saint-Pol, sœur du roi d'Angleterre; il
y répéta plusieurs fois qu'aucun Français n'avait osé _s'éprouver_
contre lui. «Le sire de Clary, dit la _Chronique de Saint-Denis_,
crut qu'il était de son honneur de faire sa querelle de l'injure que
ce bravache faisait à sa nation, et lui proposa, du consentement
même de la comtesse, le champ clos pour le lendemain, et s'y porta
si vaillamment, qu'il le mit hors de combat tout chargé de coups.»
«Il n'y a personne, ajoute la _Chronique_, qui n'estime cette action
digne d'un parfait chevalier, et qui ne demeure d'accord qu'il
châtia justement l'orgueil de cet Anglais; mais les jugemens de la
cour ne s'accordent pas toujours avec le mérite des personnes; il y
a des intérêts particuliers qui en décident tout autrement que le
public. Le duc de Bourgogne, qui enviait au sire de Clary la gloire
qu'il avait enlevée à La Trémouille, son favori, changea l'espèce de
l'affaire; il dit que c'était un crime impardonnable à un particulier
d'avoir osé _prendre une journée_ sans la permission du roi, et le
fit poursuivre avec tant de rigueur, que ce brave chevalier fut
long-temps en peine; et je l'ai vu chercher sa sûreté tantôt de çà,
tantôt de là, de crainte que ce qu'il n'avait entrepris que pour la
gloire de l'état ne fût expié dans son sang, comme s'il avait trahi
la patrie.»

La sœur de Guillaume Fouquet, écuyer de la reine Isabeau de Bavière,
osa faire mettre sur sa maison, à la gloire du sire de Clary, son
parent, un monument de deux pieds en carré, où l'on avait gravé
différentes figures; les principales étaient celles d'un homme
renversé de cheval, et d'un autre à qui une dame mettait sur la tête
_un chapeau de roses_. On lisait au haut ces mots: _Au vaillant
Clary_; et au bas: _En dépit de l'envie_. Ce monument subsista
long-temps sur la porte de la maison qui fait le coin de la rue
Zacharie et de la rue Saint-Severin.



PROCÈS INIQUE DE JACQUES CŒUR.


Jacques Cœur, fils d'un négociant de Bourges, fut d'abord maître des
monnaies de cette ville; il devint ensuite argentier du roi Charles
VII, c'est-à-dire trésorier de l'épargne.

Cet habile homme servit aussi bien le roi dans les finances que les
Dunois, les Lahire, et les Saintrailles, par les armes. Il prêta deux
cent mille écus d'or à Charles VII pour entreprendre la conquête de
la Normandie, que ce monarque n'aurait jamais reprise sans le secours
de Jacques Cœur.

Il avait établi le plus grand commerce qu'aucun particulier ait
jamais embrassé; son négoce s'étendait dans toutes les parties du
monde, en Orient avec les Turcs et les Persans, en Afrique avec les
Sarrasins. Ses vaisseaux sillonnaient les mers dans tous les sens;
trois cents facteurs, établis en divers lieux, recevaient ses envois
et ses commandes, et le secondaient dans ses opérations immenses. Il
n'y eut, depuis lui, que le seul Cosme de Médicis qui l'égalât.

Ce grand citoyen, par ses travaux, soutenait la gloire du trône, et
préparait la prospérité du pays. Mais les immenses richesses qu'il
avait acquises excitaient l'envie d'un grand nombre de courtisans
qu'importunait aussi le crédit dont Jacques Cœur jouissait auprès du
roi.

Charles VII l'ayant choisi, en 1448, pour faire partie des
ambassadeurs envoyés à Lausanne pour terminer le schisme de Félix
V, ses ennemis profitèrent de cette absence pour le perdre. Le roi,
aussi lâchement ingrat à l'égard de Jacques Cœur, qu'il l'avait été
pour Jeanne d'Arc, prêta l'oreille aux accusations dirigées contre
cet illustre citoyen, et l'abandonna à l'avidité des courtisans qui
voulaient se partager ses dépouilles.

Au retour de son ambassade, il fut mis en prison. Le parlement lui
fit son procès, et le condamna à l'amende honorable, et à payer
quatre cent mille écus, indépendamment de la confiscation de ses
biens et du bannissement perpétuel. On l'accusa de concussion; on
osa même lui attribuer la mort d'Agnès Sorel, qui, disait-on, avait
été empoisonnée. Mais on ne put rien prouver contre lui, sinon qu'il
avait fait rendre à un Turc un esclave chrétien, lequel avait quitté
et trahi son maître, et qu'il avait fait vendre des armes au soudan
d'Égypte. Ce fut sur ces deux actions, dont l'une était permise et
l'autre vertueuse, que les juges prononcèrent sa condamnation.

Jacques Cœur trouva dans ses commis une droiture et une
reconnaissance qui font l'éloge de son caractère, et qui furent pour
lui un dédommagement des persécutions intéressées des courtisans, et
de l'injuste oubli de son roi. Ils se cotisèrent presque tous pour
l'aider dans sa disgrâce. L'un d'entre eux, nommé Jean de Village,
qui avait épousé sa nièce, l'enleva du couvent des cordeliers de
Beaucaire, où il avait été transporté de Poitiers, et lui facilita
les moyens de se sauver à Rome. Le pape Calixte III, qui connaissait
son rare mérite, lui ayant donné le commandement d'une partie de la
flotte qu'il avait armée contre les Turcs, Jacques Cœur mourut en
arrivant à l'île de Chio, sur la fin de l'année 1456. Dans la suite
une partie de ses biens fut restituée à ses enfans.

«Je ne pense point, dit Pasquier, que la France ait jamais porté
homme qui, par son industrie, sans faveur particulière du prince,
soit parvenu à de si grands biens comme Jacques Cœur. Il était roi,
monarque, empereur en sa qualité..... Or, quant à son procès, si les
juges n'y eussent passé, je dirais presque que c'était une calomnie;
mais je ne mentirai point quand je dirai que la jalousie des grands
qui étaient près de Charles septième, lui trama cette tragédie.»



PROCÈS DE JEANNE D'ARC.


Notre intention n'est pas de retracer ici les circonstances
merveilleuses de la vie de cette illustre héroïne. Il nous faudrait
rapporter tous les faits qui se rattachent à cette époque de notre
histoire. Il nous suffira de dire que Jeanne, bergère de Vaucouleurs,
étant à garder ses moutons, fut saisie d'un enthousiasme surnaturel,
vint combattre sous la bannière de Charles VII, et sauva la France,
tombée presque tout entière au pouvoir des Anglais.

Beaucoup d'esprits sceptiques se refusent à croire aux choses
prodigieuses accomplies par l'intervention de cette fille sublime.
Cela ne doit pas étonner par le temps qui court; nous sommes
habitués depuis notre enfance à douter de tout, à mettre tout en
question. Pour nous, plus de certitude en rien, plus de croyance,
plus de foi, excepté pour les formules mathématiques. Certes, les
auteurs de l'Encyclopédie sont à l'abri du reproche de crédulité, et
cependant nous trouvons dans leur ouvrage cet aveu bien remarquable:
«Ce que nous avons rapporté de Jeanne d'Arc, disent-ils, et des
résultats de son procès, combiné avec le récit des historiens, se
sent sûrement beaucoup de l'enthousiasme qu'inspira cette fille
singulière. La philosophie peut en retrancher ce qu'elle voudra.....
Cet instrument fut du moins bien actif et bien efficace: peut-être en
tout ce phénomène historique est-il inexplicable. La condition, le
sexe, l'âge, les vertus, la piété, la valeur, l'humanité, la bonne
conduite, les succès de ce vengeur inattendu de Charles VII, offrent
un ensemble où le merveilleux domine, quelque effort que l'on fasse
pour l'écarter ou l'affaiblir.»

Après qu'elle eut repoussé les Anglais et assuré la couronne sur
le front du jeune roi de France, Jeanne voulait retourner dans le
village qui avait vu croître son enfance: elle semblait tourmentée
par un secret pressentiment de son tragique avenir: «_Ma mission est
terminée, disait-elle; plût à Dieu que j'eusse la liberté de renoncer
aux armes et de me retirer auprès de mes parens, pour les servir et
garder leurs troupeaux avec ma sœur et mon frère!»_

«On trouve dans le caractère de Jeanne d'Arc, dit M. de
Chateaubriand, la naïveté de la paysanne, la faiblesse de la femme,
l'inspiration de la sainte, le courage de l'héroïne.

«Lorsqu'elle eut conduit Charles VII à Reims et l'eut fait sacrer,
elle voulut retourner garder les troupeaux de son père; on la retint:
elle tomba aux mains des Bourguignons, dans une sortie vigoureuse
qu'elle fit à la tête de la garnison de Compiègne. Le duc de Bedfort
ordonna de chanter un _Te Deum_, et crut que la France entière était
à lui. Les Bourguignons vendirent la pucelle aux Anglais pour une
somme de dix mille francs. Elle fut transportée à Rouen dans une
cage de fer, et emprisonnée dans la grosse tour du château. Son
procès commença: l'évêque de Beauvais et un chanoine de Beauvais
conduisirent la procédure. _Cette fille si simple_, disent les
historiens, _que tout au plus savait-elle son Pater et son Ave, ne se
troubla pas un instant, et fit des réponses sublimes_. Condamnée à
être brûlée vive comme sorcière, la sentence fut exécutée le 30 mai
1431.

«Un bûcher avait été élevé sur la place du Vieux-Marché à Rouen,
en face de deux échafauds où se tenaient des juges séculiers et
ecclésiastiques, ou plutôt les assassins dans les deux lois. Jeanne
était vêtue d'un habit de femme, coiffée d'une mitre où étaient
ces mots: _Apostate, relapse, idolâtre, hérétique_. Jeanne n'avait
pourtant servi que les autels de son pays. Deux dominicains la
soutenaient; elle était garottée: les Anglais avaient fait lier par
leurs bourreaux ces mains que n'avaient pu enchaîner leurs soldats.

«Jeanne prononça à genoux une courte prière, se recommanda à Dieu,
à la pitié des assistans, et parla généreusement de son roi qui
l'oubliait. Les juges, le peuple, le bourreau, et jusqu'à l'évêque de
Beauvais, pleuraient.

«La condamnée demanda un crucifix; un Anglais rompit un bâton dont
il fit une croix: Jeanne la prit comme elle put, la baisa, la pressa
contre son sein, et monta sur le bûcher: Bayard voulut expirer penché
sur le pommeau de son épée, qui formait une croix de fer.

«Le second confesseur de la pucelle rachetait par ses vertus
l'infamie du premier; il était auprès de sa pénitente. Comme on avait
voulu la donner en spectacle au peuple, le bûcher était très-élevé,
ce qui rendit le supplice plus douloureux et plus long. Lorsque
Jeanne sentit que la flamme l'allait atteindre, elle invita le frère
Martin à se retirer avec un autre religieux, son assistant. La
douleur arracha quelques cris à cette pauvre et glorieuse fille. Les
Anglais étaient rassurés; ils n'entendaient plus cette voix que sur
le champ des martyrs. Le dernier mot que Jeanne prononça au milieu
des flammes fut _Jésus_, nom du consolateur des affligés et du Dieu
de la patrie.

«Quand on présuma que la pucelle avait expiré, on écarta les tisons
ardens afin que chacun la vît: tout était consumé hors le cœur qui
se trouva entier.»

Le procès de cette femme à jamais célèbre offrit une foule de
particularités qui tournent à sa gloire aussi bien qu'à la honte de
ses juges. On ne peut se faire une idée des questions insidieuses,
des menaces, des mensonges, des faux matériels qui furent mis en
usage pour donner à son innocence toutes les couleurs du crime;
mais l'énergie, la justesse et la dignité des réponses de l'accusée
confondirent plus d'une fois ses accusateurs. Elle subit plusieurs
interrogatoires où elle montra un courage inébranlable, joint à la
plus touchante douleur. Elle se soumit à l'examen des matrones pour
qu'on n'eût point à douter de sa virginité; mais le rapport de ces
femmes lui ayant été favorable, on se garda bien d'en faire mention
au procès, parce qu'il eût anéanti le principal chef d'accusation,
celui de magie et de sorcellerie.

Bien loin de nier qu'elle eût fait des prédictions, elle dit à ses
juges qu'avant sept ans les Anglais ne posséderaient plus rien en
France. Dans le cours de cette infâme procédure, Jeanne en appela au
jugement du pape. Mais Cauchon, évêque de Beauvais, qui joua le rôle
le plus odieux dans toute cette affaire, fit supprimer cette demande
au procès-verbal; sur quoi Jeanne lui dit: _Vous ne voulez écrire que
ce qui est contre moi, et vous ne voulez pas faire mention de ce qui
est pour moi._ Interrogée pourquoi elle avait osé assister au sacre
de Charles avec son étendard, elle répondit: _Il est juste que qui a
eu part au travail, en ait à l'honneur._ Réponse digne d'une mémoire
éternelle, selon l'expression même de Voltaire.

Lorsqu'on lui signifia sa sentence de mort, elle fondit en larmes,
et s'écria: _J'en appelle à Dieu, le grand juge des grands torts et
ingravances qu'on me fait._

Le croira-t-on? Charles VII, qui lui devait la conquête de ses états
et la conservation de sa couronne, ne fit rien pour venger la mort
de cette héroïne. En 1455, on s'adressa au saint-siége pour la
révision du procès de cette grande victime, et son innocence fut
facilement constatée. Le pape Calixte III réhabilita sa mémoire, et
la déclara martyre de sa religion, de sa patrie et de son roi.

On conserve encore à Domremy la chaumière des parens de Jeanne d'Arc.
Des Anglais avaient voulu l'acquérir pour la faire transporter dans
leur île, mais le propriétaire, quoique très-pauvre, repoussa leurs
offres qui auraient pu l'enrichir, et aima mieux conserver à son pays
ce monument de sa vieille gloire.



RÉPARATION D'UN MEURTRE COMMIS DANS LE COUVENT DES GRANDS-AUGUSTINS
DE PARIS.


C'est avec raison que l'on a dit que les monumens des arts sont les
conservateurs les plus curieux des faits historiques, des mœurs et
des coutumes des peuples. On voyait, avant la destruction de l'église
des Augustins de Paris, au coin de la rue et du quai du même nom, un
bas-relief gothique dont les figures représentaient une satisfaction
publique qui fut faite à la justice, aux Augustins et à l'Université,
pour réparation d'un crime commis sur la personne de deux religieux
dans l'intérieur de ce couvent.

En 1440, Jean Boyard, Colin Feucher et Arnoult Pasquier, tous
trois sergens à verge, accompagnés de Gilet Rolant, meunier, et de
Guillaume de Besançon, faiseur de cadrans, entrèrent dans le couvent
des Augustins sous le prétexte de quelque exploit. Leur véritable
motif était de tirer vengeance d'un affront que le père Nicolas
Aimeri, maître de théologie, avait fait à l'un d'entre eux. Ils
s'emparèrent violemment de la personne de ce religieux, et voulurent
l'entraîner hors du couvent: le religieux opposa une vive résistance,
ce qui occasionna un grand tumulte; d'autres augustins accoururent en
foule pour défendre leur confrère; et dans la mêlée, Pierre Gougis,
religieux de la maison, fut tué par un des huissiers.

Les augustins portèrent aussitôt leur plainte de cet attentat;
le recteur de l'Université et le procureur du roi au Châtelet se
joignirent à eux.

Le prevôt de Paris, faisant droit à ces plaintes, rendit sa sentence
le 13 septembre, de la même année, par laquelle les huissiers
furent condamnés à aller en chemise, sans chaperon, nu-jambes et
nu-pieds, tenant chacun en sa main une torche ardente du poids de
quatre livres, faire amende honorable au Châtelet, en présence du
procureur du roi; à aller faire également amende honorable au lieu où
la violence et le meurtre avaient été commis; et pareille cérémonie
à la place Maubert ou en un autre lieu désigné par l'Université.
De plus, ils furent condamnés à faire élever une croix de pierre
de taille près du lieu où le meurtre avait eu lieu, avec images,
c'est-à-dire bas-reliefs représentant ladite réparation; en outre,
tous leurs biens, meubles et immeubles furent confisqués au profit du
roi, avec injonction de prélever sur eux une somme de mille livres
parisis pour être employée en messes, prières et oraisons pour l'âme
du défunt, et une somme semblable pour être appliquée au profit du
religieux Nicolas Aimeri, de l'Université, du prieur et des religieux
augustins, et de ceux qui avaient poursuivi les susdites réparations.
Enfin, par la même sentence, les coupables furent bannis du royaume
de France à perpétuité.



CRIMES ET PUNITION DU MARÉCHAL DE RETZ.


Les cruautés commises au nom de la religion et de la politique ne
sont que trop communes dans les histoires de toutes les nations.
Souvent elles tiennent si étroitement à l'esprit des temps, elles
comptent de si nombreux complices, qu'elles n'offrent aucun des
caractères qui distinguent les crimes isolés. Elles n'en feront pas
moins partie du cadre que nous nous sommes tracé. Déjà plusieurs
traits de ce genre ont passé sous les yeux du lecteur. Mais des
sacrifices de victimes humaines, faits en l'honneur du démon, pour
en obtenir des richesses, quoique marqués du signe d'une crédule
superstition, méritent d'être signalés à part comme de tristes
preuves des atrocités auxquelles peuvent pousser l'intérêt et la
cupidité.

Gilles de Laval, seigneur de Retz et d'un grand nombre d'autres
terres et seigneuries, tant en Anjou qu'en Bretagne, était maréchal
de France sous le règne de Charles VII, dans la première partie du
quinzième siècle. Il était un des plus riches seigneurs du royaume;
mais ayant eu le malheur de perdre son père à l'âge de vingt ans,
et se trouvant, si jeune encore, maître d'une aussi grande fortune,
il fut bientôt entouré d'une foule de flatteurs, de parasites, qui
excitèrent son goût naturel pour le faste et les dépenses excessives
ou même ridicules. Rien n'égalait la magnificence de sa maison, qui
était composée de plus de deux cents hommes à cheval, non compris sa
chapelle, dont il avait décoré le premier aumônier du titre d'évêque.
Les villes d'Angers et d'Orléans furent plus particulièrement témoins
de ses prodigalités et de ses folies. Les jours de grandes fêtes,
telles que l'Ascension et la Pentecôte, il faisait jouer des mystères
sur des théâtres élevés à ses frais sur les places publiques, et
ses gens distribuaient en abondance aux spectateurs toutes sortes de
rafraîchissemens. Mais ses revenus, quoique très-considérables, ne
pouvant néanmoins suffire à tant de dépenses, il fallut emprunter
d'abord, et ensuite vendre les châtellenies, les baronnies, pour
rembourser les prêteurs.

Ainsi toutes ces belles et grandes propriétés furent dissipées en
peu de temps. Gilles de Laval, se voyant ruiné et ne voulant rien
retrancher de ses folles dépenses, se livra à des charlatans qui lui
promettaient les moyens de trouver des trésors, et par conséquent de
recouvrer sa fortune. Il s'adonna à ce qu'on appelait alors la magie.
Un médecin poitevin et un Florentin, nommé Prelati, qui prétendaient
avoir commerce avec le diable, se chargèrent de l'endoctriner: ils
lui firent avoir des visions; mais on découvrit par la suite que ces
visions étaient un jeu de ces empiriques. On ajoute qu'il signa de
son sang une promesse au démon de lui livrer tout ce qu'il exigerait,
excepté sa vie et son âme. Il n'exécuta que trop fidèlement sa
promesse. Les deux charlatans qui avaient entrepris de l'exploiter,
n'avaient qu'à lui demander, au nom du diable, une certaine quantité
de sang humain: aussitôt il faisait enlever et renfermer dans les
châteaux de Machecoul et de Chantocé les plus jolis enfans des deux
sexes, pour les faire mourir dans d'horribles tourmens, et faire
servir leur sang aux évocations et autres opérations alchimiques
et magiques. On répugne à rapporter les détails des sacrifices
abominables qu'il fit à la prétendue divinité infernale avec laquelle
il avait fait pacte. Cet homme féroce et crédule avait recours à
plusieurs préservatifs lorsqu'il s'exposait aux apparitions du
démon, préparées par les intrigans qui se jouaient de lui. Tantôt il
récitait une prière à la Vierge, ou faisait le signe de la croix;
il avait aussi l'intention secrète de se convertir et d'aller à la
Terre-Sainte; mais ce qui est le plus caractéristique pour l'époque,
c'est qu'il traitait quelquefois les diables de _vilains_, croyant
ainsi placer un homme de grande qualité comme lui au-dessus de leurs
atteintes. Il avait en outre un préservatif plus puissant que tous
les autres, c'est qu'il tenait son épée en main, et les diables
savaient qu'il la maniait avec autant d'habileté que de vigueur.

Trop élevé, selon lui, au-dessus du vulgaire pour se croire obligé
de cacher ses folies et ses crimes, le maréchal de Retz les laissa
en peu de temps parvenir à la connaissance de toute la province.
Depuis long-temps la clameur publique dénonçait ses rapts d'enfans,
les supplices atroces qu'il leur faisait subir, et l'usage horrible
auquel il réservait le sang de ces malheureuses victimes, mais
c'était vainement que ses vassaux, sur lesquels il prélevait de force
cet affreux tribut, versaient des larmes sur le sort de leurs enfans
immolés de la sorte, et dont le nombre s'élevait à plus de cent;
c'était vainement qu'ils faisaient entendre partout, dans les villes,
dans les campagnes, les sanglots du désespoir; le nom, le rang de
l'accusé, sa fortune, qui avait été si considérable, imposaient
à la justice, et jusqu'alors l'avaient rendue sourde et aveugle.
Mais enfin les attentats de ce monstre devinrent si révoltans, si
exécrables, la voix publique s'éleva si haut contre lui, que l'évêque
de Nantes et le sénéchal de Rennes, juge général du pays, furent
obligés de l'entendre; et craignant peut-être que les Bretons et
les Angevins, exaspérés par une si cruelle tyrannie, ne se fissent
eux-mêmes justice, ils le traduisirent devant un tribunal.

La lecture des pièces de ce procès si long-temps différé fait
frémir d'indignation. On y voit que le maréchal se présenta devant
le tribunal avec une fierté, un dédain qui pouvaient rappeler que
pour lui les diables n'étaient que des _vilains_, et qu'il croyait
ne voir dans ses juges que des gens de cette classe. Dans un de ses
interrogatoires, ce scélérat eut l'audace de répondre d'un très-grand
sang-froid qu'il avait commis plus de crimes qu'il n'en fallait
pour faire condamner à mort _dix mille hommes_! «Quel temps, ajoute
l'historien qui me fournit ce récit, quel temps que celui où la
justice pouvait, ou plutôt devait attendre une aussi longue série de
forfaits pour oser en arrêter le cours et punir un grand coupable,
lorsqu'il était protégé par un grand nom et de nobles aïeux!»

Le maréchal de Retz fut condamné à être brûlé vif dans la prairie de
Nantes, ce qui fut exécuté le 23 décembre 1440.



CRIMES DE LOUIS XI, ROI DE FRANCE. SUPPLICE DE JACQUES D'ARMAGNAC,
DUC DE NEMOURS.


Le règne de Louis XI ne rappelle partout que de tristes et pénibles
souvenirs. «Les temps précédens, dit Voltaire, avaient inspiré des
mœurs fières et barbares dans lesquelles on vit éclater quelquefois
de l'héroïsme. Le règne de Charles VII avait eu des Dunois, des La
Trémouille, des Clisson, des Richemont, des Saintrailles, des Lahire,
et des magistrats d'un grand mérite; mais sous Louis XI pas un grand
homme. Il avilit la nation. Il n'y eut nulle vertu; l'obéissance tint
lieu de tout, et le peuple fut enfin tranquille comme les forçats
le sont dans une galère. Ce cœur artificieux et dur avait pourtant
deux penchans qui auraient dû mettre de l'humanité dans ses mœurs:
c'était l'amour et la dévotion. Il eut des maîtresses, il eut trois
bâtards; il fit des neuvaines et des pèlerinages. Mais son amour
tenait de son caractère, et sa dévotion n'était que la crainte
superstitieuse d'une âme timide et égarée. Toujours couvert de
reliques et portant à son bonnet sa Notre-Dame de plomb, on prétend
qu'il lui demandait pardon de ses assassinats avant de les commettre.
Il donna par contrat le comté de Boulogne à la sainte Vierge. La
piété ne consiste pas à faire la Vierge comtesse, mais à s'abstenir
des actions que la conscience reproche, que Dieu doit punir, et que
la Vierge ne protége point.»

Louis XI, fils de Charles VII, fut le premier roi absolu en Europe
depuis la chute de l'empire de Charlemagne. Sa vie fut une longue
trame de perfidies et de crimes. Fils dénaturé, frère barbare,
mauvais père, despote sanguinaire, il sut réunir dans son cœur tous
les penchans les plus pervers.

Il remplit d'amertume les dernières années de la vie de son père:
il fut l'auteur de sa mort. Le malheureux Charles VII mourut par
la crainte que son fils n'attentât à ses jours; le poison qu'il
redoutait fit qu'il se laissa mourir de faim. Une telle crainte de la
part d'un père prouve suffisamment contre le caractère du fils.

Parjure à tous ses sermens, à moins qu'il ne jurât par un morceau de
bois qu'on appelait la vraie croix de Saint-Laud, on le vit, après le
traité de Conflans, faire jeter dans la Seine plusieurs bourgeois de
Paris qu'on soupçonnait d'être attachés à la _ligue_ dite du _bien
public_ qui s'était formée contre lui. On liait ces malheureux deux à
deux dans un sac, et on les plongeait ainsi dans le fleuve.

Comme il redoutait son frère, le duc de Guienne, il ne balança pas
à s'en défaire; il le fit empoisonner presque en sa présence par un
moine bénédictin, nommé Favre Vesois, confesseur de ce prince. Cet
empoisonnement n'est point un de ces prétendus crimes qu'invente
souvent la malignité humaine, surtout à l'occasion de la mort des
grands. Le duc de Guienne avait pour maîtresse la comtesse de
Montsoreau, une des plus belles et des plus aimables femmes de son
temps. Le prince soupait un jour entre cette dame et son confesseur;
à la fin du repas, le moine présenta au duc une pêche dont on admira
la grosseur et la beauté; elle était empoisonnée. Presque aussitôt
après en avoir mangé, la comtesse de Montsoreau mourut, et le prince
tomba dans d'affreuses convulsions, auxquelles il succomba peu de
temps après. Odet Daidie, brave seigneur, fidèlement attaché au duc
de Guienne, voulut faire punir l'empoisonneur. Il se saisit de la
personne du moine, et le conduisit loin de Louis, en Bretagne, pour
qu'on lui fît son procès. Mais le jour qu'on devait prononcer la
sentence de ce moine, on le trouva mort dans son lit. Pour imposer
à la clameur publique qui l'accusait de ce crime, Louis XI se fit
apporter les pièces du procès, et nomma des commissaires; mais
ceux-ci, fidèles observateurs de leurs instructions secrètes, ne
décidèrent rien, et furent comblés de bienfaits par le monarque.

Ce qui prouve la bassesse de son âme, c'est qu'il prenait
ordinairement dans la fange ses confidens les plus intimes, ses
ministres les plus importans. Ainsi Olivier-le-Daim ou le Diable,
son barbier, était en même temps l'homme le plus puissant et le
plus redouté de la cour; et Louis XI appelait son compère le trop
fameux Tristan, grand prevôt des archers, dont il faisait sa
société habituelle. Ces deux misérables, complaisans ministres
des vengeances de leur maître, étaient en horreur à tous les gens
de bien. Ce Tristan ne se contentait pas d'obéir quand on lui
commandait d'ôter la vie à des hommes qui n'avaient été convaincus
d'aucun crime, mais encore il le faisait avec une précipitation
singulièrement barbare. Il arrivait souvent de là que, afin de
réparer ses méprises, il fallait qu'il tuât deux personnes au lieu
d'une.

Louis XI fut un des plus cruels tyrans des temps modernes. Il y
en a peu qui aient fait périr plus de citoyens par les mains des
bourreaux et par des supplices plus recherchés. On a évalué à
quatre mille le nombre de ses sujets mis à mort par ses ordres,
soit publiquement, soit en secret. Philippe de Comines a donné une
effrayante description des prisons qu'il avait fait construire,
espèces de cages de fer qu'il appelait _ses fillettes_. Cet historien
rapporte qu'elles _étaient de bois, couvertes de pattes de fer; qu'il
avait fait faire à des Allemands des fers très-pesans et terribles
pour mettre au pied, et y était un anneau pour mettre au pied, fort
malaisé à ouvrir comme un carcan, la chaîne grosse et pesante, et
une grosse boule de fer au bout, beaucoup plus pesantes que n'était
de raison, et les appelait-on les fillettes du roi_. Ce monstre se
plaisait souvent à être spectateur des supplices qu'il ordonnait.
La plupart des victimes étaient exécutées sans forme de procès,
plusieurs noyées une pierre au cou, d'autres précipités en passant
sur une bascule d'où elles tombaient sur des roues armées de pointes
et de tranchans, d'autres étouffées dans les cachots; Tristan, son
_compère_, était lui seul le juge, les témoins et l'exécuteur. Les
avenues de son château de Plessis-les-Tours offraient un spectacle
bien digne de repaître ses yeux. On y voyait un grand nombre de gens
pendus aux arbres, et les maisons circonvoisines étaient autant de
prisons d'où sortaient nuit et jour les cris et les gémissemens de
malheureux prisonniers en proie aux plus cruelles tortures.

Mais le supplice le plus mémorable dont Louis XI fût l'ordonnateur,
est celui de Jacques d'Armagnac, duc de Nemours, descendant reconnu
de Clovis.

«Les circonstances et l'appareil de sa mort (1477), le partage de ses
dépouilles, les cachots où ses jeunes enfans furent enfermés jusqu'à
la mort de Louis XI, sont, dit l'auteur de l'_Essai sur les mœurs_,
de tristes et intéressans objets de la curiosité. On ne sait point
précisément quel était le crime de ce prince. Il fut jugé par des
commissaires, ce qui peut faire présumer qu'il n'était pas coupable.
Quelques historiens lui imputent vaguement d'avoir voulu se saisir
de la personne du roi et faire tuer le dauphin. Une telle accusation
n'est pas croyable; un petit prince ne pouvait guère, du pied des
Pyrénées où il était réfugié, prendre prisonnier Louis XI, en pleine
paix, tout-puissant et absolu dans son royaume. L'idée de tuer le
dauphin encore enfant, et de conserver le père, est encore une de ces
extravagances qui ne tombent point dans la tête d'un homme d'état.
Tout ce qui est bien avéré, c'est que Louis XI avait en exécration la
maison des Armagnacs; qu'il fit saisir le duc de Nemours dans Carlat,
en 1477; qu'il le fit enfermer dans une cage de fer à la Bastille;
qu'ayant dressé lui-même toute l'instruction du procès, il lui envoya
des juges parmi lesquels était ce Philippe de Comines, célèbre
traître, qui, après avoir long-temps vendu les secrets de la maison
de Bourgogne au roi, passa enfin au service de la France, et dont on
estime les mémoires, quoique écrits avec la retenue d'un courtisan
qui craignait encore de dire la vérité, même après la mort de Louis
XI.»

Le roi voulut que le duc de Nemours fût interrogé dans sa cage
de fer, qu'il y subît la question et qu'il y reçût son arrêt. On
le confessa ensuite dans une salle tendue de noir. La confession
commençait à devenir une grâce accordée aux condamnés; l'appareil
noir était en usage pour les princes. C'est ainsi qu'on avait exécuté
Conradin à Naples, et qu'on traita depuis Marie Stuart en Angleterre.
On était barbare en cérémonie chez les peuples chrétiens occidentaux,
et ce raffinement d'inhumanité n'a jamais été connu que d'eux; toute
la grâce que ce malheureux prince put obtenir, ce fut d'être enterré
en habit de cordelier, grâce digne de la superstition de ces temps
atroces qui égalait leur barbarie.

Mais ce qui ne fut jamais en usage, et ce que pratiqua Louis XI, ce
fut de faire mettre sous l'échafaud, dans les halles de Paris, les
jeunes enfans du duc, pour recevoir sur eux le sang de leur père.
Ils en sortirent tout couverts; et en cet état on les conduisit à
la Bastille, dans des cachots faits en forme de hottes, où la gêne
que leurs corps éprouvaient était un continuel supplice. On leur
arrachait les dents à plusieurs intervalles. Ce genre de tortures
aussi petit qu'odieux était en usage..... Le détail des tourmens
inouïs que souffrirent les princes de Nemours serait incroyable
s'il n'était attesté par la requête que ces princes infortunés
présentèrent aux états, après la mort de Louis XI, en 1483.»

Pendant le cours du procès du duc de Nemours, si toutefois on doit
appeler procès cet horrible assassinat, Louis XI avait changé
plusieurs fois les juges et même le lieu des séances. Après le
jugement, il cassa quatre conseillers au parlement qu'il avait
trouvés disposés à adoucir la peine, et il écrivit au parlement tout
entier en ces termes: «Je pensais, vu que vous êtes sujets de la
couronne de France et y devez votre loyauté, que vous ne voulussiez
approuver que l'on fît si bon marché de ma peau, et parce que je vois
par vos lettres que si faites, je connais clairement qu'il y en a
encore qui volontiers seraient machineurs contre ma personne; et afin
d'eux garantir de la punition, ils veulent abolir l'horrible peine
qui y est: par quoi sera bon que je mette remède à deux choses; la
première, expurger la cour de telles gens; la seconde, faire tenir le
statut que jà une fois en ai fait, que nul en ça ne puisse alléger
les peines de crime de lèze-majesté.» Cette lettre porte avec elle
son commentaire; elle semble avoir été écrite par une plume altérée
de sang humain.

M. Casimir Delavigne, dans sa tragédie de _Louis XI_, a donné un
tableau remarquable du supplice de l'infortuné Jacques d'Armagnac.
Comines exhorte le jeune Nemours à renoncer à son ressentiment, à
réconcilier Louis XI avec le duc de Bourgogne dont il est l'envoyé.
Cédez, lui dit-il,

    Cédez, le roi pardonne, et va tout oublier.

Nemours lui fait cette réponse du pathétique le plus touchant:

    Oublier! lui! qu'entends-je? oublier! quoi? son crime,
    Ce supplice inconnu, l'échafaud, la victime?
    Quoi! trois fils à genoux sous l'instrument mortel,
    Vêtus de blancs tous trois comme aux pieds de l'autel?
    On nous avait parés pour cette horrible fête.
    Soudain le bruit des pas retentit sur ma tête.
    Tous mes membres alors se prirent à trembler,
    Je l'entendis passer, s'arrêter, puis parler.
    Il murmura tout bas ses oraisons dernières;
    Puis prononçant mon nom et ceux de mes deux frères:
    Pauvres enfans! dit-il, après qu'il eut prié;
    Puis, plus rien. O moment d'éternelle pitié!
    Tendant vers lui mes mains pour l'embrasser sans doute,
    Je crus sentir des pleurs y tomber goutte à goutte;
    Les siens... Non, non, ses yeux éteints dans les douleurs,
    Ses yeux n'en versaient plus, ce n étaient pas des pleurs,
        C'était du sang, du sang, celui d'un père.

Louis XI, ce roi assassin de ses sujets, placé au-dessus de la
justice des hommes, commença à expier en partie ses forfaits dès
cette vie, par les maux qui assaillirent sa vieillesse. Renfermé
au château du Plessis-les-Tours, inaccessible à ses sujets, dévoré
d'ennui, d'inquiétudes, de remords et de craintes, il n'offrait plus
aux yeux de ses gardes que le spectacle d'un spectre ambulant. La
terreur de la mort le poursuivait sans cesse, et pour ranimer les
restes de sa vie presque éteinte, il s'abreuvait du sang qu'on tirait
à des enfans, dans la fausse espérance de corriger l'âcreté du sien.

Tel est, en raccourci, le tableau des crimes de ce monarque qui, le
premier des rois de France, prit toujours le nom de très-chrétien, et
qui appelait la sainte Vierge sa PETITE MAITRESSE, sa GRANDE AMIE.



LE CARDINAL DE BALUE.


On vient de voir que Louis XI choisissait presque toujours ses
ministres et ses plus intimes confidens parmi les hommes de la plus
basse extraction. Un des favoris de ce monarque, très-digne valet
d'un tel maître, fut Jean Balue, fils d'un pauvre meunier du Poitou.
Dévoré d'ambition, d'un caractère bas et rampant, Jean Balue avait
embrassé l'état ecclésiastique comme étant le moyen le plus sûr de
s'insinuer auprès des grands, et de parvenir plus tôt aux honneurs et
à la fortune.

Il s'était attaché pendant quelque temps à Juvénal des Ursins,
évêque de Poitiers, qui l'avait fait son exécuteur testamentaire,
et dont il trouva le moyen de s'approprier une grande partie de
la succession. Jean Balue, après cette première forfaiture, vint
à Angers, trouver Jean de Beauvau, qui en était évêque. Celui-ci,
trompé par les manières insinuantes et par le langage patelin de
Balue, le prit en affection, le nomma son grand-vicaire, et lui
donna un canonicat dans son église. L'extérieur modeste et simple de
ce tartufe en imposait à tout le monde. Il capta la bienveillance
de Charles de Melun, grand-maître de France, qui, trompé comme les
autres, le présenta au roi Louis XI, comme un sujet d'un mérite
distingué, et capable de servir utilement l'état.

Par analogie de caractère, Jean Balue plut au monarque, qui
bientôt le fit son aumônier, le gratifia de plusieurs riches
abbayes, le nomma ensuite évêque d'Évreux, puis enfin le fit son
premier ministre, et le chargea de la distribution des bénéfices
ecclésiastiques.

Si, du point où il était parvenu, Balue avait voulu regarder en
arrière, et considérer celui d'où il était parti, il aurait pu se
croire arrivé au faîte des grandeurs. Mais son insatiable ambition
était loin d'être satisfaite; il était devenu l'égal de ceux qui
l'avaient protégé, et il ne voulait point d'égaux; la vue de ses
protecteurs était un affront pour cet homme pervers; il résolut de
les perdre.

Jean de Beauvau, son bienfaiteur, appartenait à l'illustre maison
d'Anjou; et à ce titre il était suspect à Louis XI. Balue n'eut
pas de peine à persuader à ce prince soupçonneux que Beauvau avait
conspiré contre lui. Par ses accusations, il parvint à faire déposer
ce prélat, et s'empara de son évêché d'Angers, dont le séjour était
plus à sa convenance que celui d'Évreux.

Son ingratitude infernale ne s'en tint pas là; le grand-maître,
Charles de Melun, qui l'avait introduit à la cour, devait aussi
éprouver sa reconnaissance. Balue lui fit perdre la confiance du
monarque, l'accusa d'avoir entretenu des liaisons secrètes avec
le duc de Bretagne, et à force d'intrigues, de mensonges et de
perfidies, il parvint à faire monter sur l'échafaud, et à faire
tomber sous la hache du bourreau la tête de l'homme qui avait le plus
contribué à son élévation.

Louis XI, qui ne savait rien refuser à ce scélérat mitré, avait
demandé et obtenu pour lui, quoique avec peine, le chapeau de
cardinal. Cette nouvelle dignité augmenta encore sa faveur et son
insolence; rien ne pouvait plus augmenter son audace. Seul, il
voulait gouverner le monarque et son royaume; il se trouvait aux
revues des troupes, en faisait dresser les contrôles sous ses yeux,
et payait les soldats lui-même. Malgré le mécontentement général, sa
faveur fut longue; mais enfin Louis XI, qui, tôt ou tard, finissait
par soupçonner tout ce qui l'approchait, lui retira sa confiance.
Le cardinal, irrité, se ligua avec les ennemis de son prince,
principalement avec le duc de Bourgogne. Le but de ses intrigues
était d'arrêter le roi et son frère, le duc de Guyenne, à Péronne;
le duc de Bourgogne espérait, par là, se faire roi, et le cardinal
pape. Ce projet audacieux fut découvert; les lettres de Balue ayant
été interceptées, son crime fut avéré: on l'arrêta; tout autre que
lui, aux yeux de Louis XI, eût mérité mille fois la mort; mais, par
une sorte de courtoisie que les plus grands malfaiteurs observent
souvent entre eux, le roi fit commuer la peine en celle d'une prison
perpétuelle.

Le cardinal Balue fut enfermé dans le château d'Angers, dans une
de ces cages dont nous avons déjà parlé, et dont l'invention lui
appartenait. Celle de Balue existe encore, et mérite d'être conservée
comme un des monumens du règne de Louis XI. Jean Balue resta onze
ans renfermé dans cette cage, et n'en sortit, au bout de ce temps,
que par les instances et les sollicitations réitérées du pape, qui
le réclamait comme membre du sacré collége. Ainsi, tandis que tant
d'innocentes victimes de l'arbitraire périssaient dans ce supplice
d'invention satanique, un homme qui ne reconnaissait ni souverain,
ni patrie, ni religion; un homme qui était le type de la trahison et
de la perfidie; qui ne s'était élevé aux honneurs que par les degrés
du crime, qui avait dépouillé l'un de ses bienfaiteurs, et fait
couler le sang de l'autre, obtint grâce, recouvra sa liberté, et alla
intriguer à Rome, où il obtint des dignités et des biens qu'il ne
méritait pas. Il mourut à Ancône, en 1491. Sa vie, comme on le voit,
était un appendice obligé du récit des crimes de son maître Louis XI.



HISTOIRE DE LA COMTESSE DE CHATEAUBRIANT, JUGÉE ET CONDAMNÉE A MORT
PAR SON MARI.


Cette histoire, dont la catastrophe ressemble beaucoup à la scène
horrible qui forme le dénoûment de celle de Gabrielle de Vergy, est
encore un triste monument de la jalousie et de la vengeance.

Mademoiselle de Foix, fille de la célèbre maison de ce nom, et
sœur du fameux Lautrec, était d'une beauté accomplie; son esprit
facile et délicat avait une tournure sérieuse et mélancolique. Dès
l'âge de douze ans, elle fut recherchée en mariage par le comte de
Châteaubriant, de la maison de Laval, qui la demanda à sa famille, et
l'obtint.

En consentant à cette union, la jeune comtesse obéit à sa famille,
mais non à son cœur. Elle n'éprouvait aucun penchant pour son mari.
Celui-ci était bizarre et jaloux; dès qu'il fut en possession de
sa jeune épouse, la regardant comme un trésor qu'on pouvait lui
enlever, il s'enferma avec elle dans son château, en Bretagne. Il eut
d'elle une fille qui ne fit que redoubler sa passion jalouse et sa
surveillance tyrannique.

Un procès l'appela à la cour chevaleresque et galante de François
Ier. Ce monarque, adorateur idolâtre de la beauté, réunissait à
sa cour les femmes les plus remarquables par leurs attraits. Il
invita le comte de Châteaubriant à y présenter la sienne, qu'il
savait devoir en être un des plus beaux ornemens. Le comte, dont la
prévoyante jalousie avait pressenti cette invitation, avait exigé de
la comtesse qu'elle ne viendrait point à la cour, quelque instance
qu'il lui fît, à moins qu'il ne lui envoyât un petit bracelet
qu'elle lui avait fait de ses cheveux blonds. Il promit au roi qu'il
manderait à sa femme de venir, mais qu'il n'espérait pas réussir,
parce qu'elle haïssait le grand monde et chérissait la solitude.

Plusieurs seigneurs, pour faire leur cour au roi, se liguèrent
contre le comte, pour le déterminer à prendre les mesures propres à
satisfaire le désir du monarque. Lautrec souhaitait ardemment voir
sa sœur; il entretenait une liaison galante avec une demoiselle
charmante qui vivait auprès de la comtesse, et lui servait
d'intendante et de compagnie. Cette demoiselle apprit à Lautrec la
convention faite entre la comtesse et son mari, et lui envoya en même
temps un bracelet qu'elle avait fait des cheveux de sa maîtresse,
pareil à celui que le comte avait entre les mains. Lautrec n'eut pas
plus tôt le secret du comte, qu'il en fit part au roi, qui engagea
les seigneurs qui devaient agir auprès du comte à lui demander une
lettre pour sa femme, où il lui ordonnerait de venir à la cour.

Le comte, ne pouvant soupçonner le piége qui lui était tendu, fit
ce qu'on lui demanda. Mais quelle fut sa surprise, lorsque, peu
de jours après, la comtesse de Châteaubriant parut devant lui. Sa
colère fut d'abord sur le point d'éclater; mais Lautrec prévint cet
orage en confessant au comte la supercherie dont on avait usé à son
égard. Le comte fut convaincu que sa femme avait été surprise; mais
cette croyance ne le rassura pas sur les craintes que lui inspirait
l'air de la cour. Un noir chagrin s'empara de lui; il regarda
comme inévitable, comme certain, le malheur qu'il avait toujours
redouté; et, de désespoir, il se retira brusquement dans son château,
abandonnant son procès et sa femme.

Alors le roi, de qui le cœur avait été profondément touché des
charmes de la comtesse, mit tout en œuvre pour réussir à faire
partager le violent amour qu'il éprouvait. La comtesse était naïve
comme une recluse qui n'a jamais vu le monde; son amour-propre
était flatté des hommages que toute la cour lui rendait: elle ne se
dissimulait pas les séductions, les périls qui l'entouraient, mais
elle avait la fausse confiance que sa vertu la ferait triompher de
tout: elle s'abusait cruellement elle-même. D'un autre côté, son
ambitieuse confidente travaillait à la pousser dans l'abîme, en lui
mettant incessamment sous les yeux la fortune qui venait s'offrir à
elle.

Le roi éprouva d'abord les rigueurs de la comtesse; mais, loin de
se rebuter, il dispensa des grâces à ses trois frères, qu'il mit
au niveau des plus grands seigneurs de France, et lui fit gagner à
elle-même le grand procès peut-être injuste qui avait attiré son mari
à la cour, et sur lequel reposait toute sa fortune.

Cependant le cœur de la comtesse s'engageait insensiblement, et même
à son insu. Sa vertu combattit long-temps; enfin elle succomba.....
Le défaut d'expérience, la faute que son mari avait faite en
l'abandonnant à elle-même, sa trop grande présomption, l'avaient
conduite à sa perte.

Elle ne tarda pas à être la maîtresse en titre de François Ier, et
cette particularité de la cour fut bientôt connue de tout le royaume.
Le comte ne tarda pas non plus à être instruit de son infortune. Son
chagrin n'en devint que plus poignant encore. Il refusa avec hauteur
les dignités que le monarque lui fit offrir. Plus scrupuleux que tant
d'autres, il ne voulait pas qu'on pût dire qu'il donnait volontiers
les mains à son déshonneur puisqu'il en acceptait le prix. Dans sa
douleur, il querellait tout le monde.

Un jour qu'il faisait sentir, d'une manière mortifiante, à un
officier subalterne l'infériorité de son grade, il reçut cette
réponse: «Nous sommes, vous et moi, ce que le roi nous a faits.»
C'est ainsi qu'en mettant en parallèle son grade avec la disgrâce
du comte, il lui faisait sentir son déshonneur pour se venger de son
mépris.

La comtesse se fut bientôt façonnée à sa nouvelle condition; elle fit
pleuvoir les faveurs sur ceux qui s'attachaient à elle.

Le moment du repentir approchait; la guerre appela François Ier
en Italie: la défaite de Pavie le fit tomber entre les mains de
Charles-Quint, son rival de puissance et de gloire.

La comtesse avait perdu son protecteur: tous ses flatteurs
l'abandonnèrent; elle resta en proie à toute la haine de la duchesse
d'Angoulême, mère du roi, régente du royaume. Abreuvée de chagrins,
elle ne vit d'autre refuge que le château de son mari. Elle lui
demanda la permission d'aller se jeter à ses pieds. Il consentit
à son retour. A peine entrée dans le château, il la fit conduire,
sans la voir, dans un appartement tendu de noir, d'où elle n'aurait
pas la liberté de sortir. Rien ne put le fléchir. Elle sollicita
vainement la grâce de le voir; mais lui, se défiant de l'amour qui
était au fond de son cœur, demeura inflexible. Enfin elle lui
écrivit une lettre extrêmement touchante, dans laquelle, après avoir
énuméré toutes les raisons qui pouvaient, sinon la justifier, mais
la faire excuser, elle continuait: «Mais je ne veux chercher aucune
excuse, je vous confesse mon crime, pénétrée de toute l'horreur
qu'il m'inspire. Je vous ai offensé cruellement; je vous en demande
pardon, en embrassant vos genoux, les yeux baignés de larmes: je suis
indigne du titre de votre épouse; regardez-moi comme votre esclave,
faites-moi subir le traitement le plus dur, je l'ai mérité, mais
ne me confondez pas avec ces femmes nées, ce semble, pour le crime
qu'elles commettent sans aucun remords, etc.»

Cette lettre n'amollit pas le cœur du comte; ce cœur était consumé
par le désir de la vengeance. Plus d'une fois il aurait trempé ses
mains dans le sang de la comtesse, s'il n'eût été retenu par la
présence de sa fille, qui le désarmait lorsqu'il s'abandonnait aux
transports de sa rage.

L'infortunée captive demanda plusieurs fois la grâce de voir,
d'embrasser sa fille. Cet enfant, qui avait près de huit ans,
était le portrait frappant de sa mère. Le comte se refusa à cette
entrevue. Mais un jour on trompa sa vigilance; on amena l'enfant près
de sa mère. Celle-ci l'arrosa de ses larmes, et ne put lui dire que
ces mots entrecoupés de sanglots: «Aimez votre père, n'ayez pas pour
moi de l'horreur, et ne m'imitez pas.»

Ce fut la seule entrevue qu'elle eut avec cet enfant. Le comte,
d'un endroit où il ne pouvait être vu, venait voir quelquefois la
comtesse; sa beauté, qui était encore dans tout son éclat, loin de
l'attendrir, redoublait sa fureur, quand il pensait que tant de
charmes avaient été possédés par un amant.

Deux événemens vinrent décider du sort de la comtesse. Sa fille,
dont les caresses enfantines avaient le don de calmer le comte, fut
atteinte d'une maladie qui la mit au tombeau. D'un autre côté, le roi
François Ier recouvra sa liberté. Le comte craignit que ce prince
ne rappelât la comtesse à sa cour. Rien ne retint plus sa jalouse
frénésie.

Il entre dans l'appartement de sa femme avec six hommes masqués,
et lui dit, l'œil en feu: «_Meurs pour expier ton infamie et la
mienne._--Satisfaites votre fureur, lui dit-elle avec une tendre
sérénité, mais ne vous en prenez pas à moi, si l'idée de mon
supplice vous persécute après ma mort. Depuis quelques jours, j'ai
désespéré de vous fléchir, vous prévenez ma prière! Toute la grâce
que je voulais vous demander était une prompte mort.»

Elle cessa de regarder le comte, et se livra aux ministres de sa
cruauté; quatre la tinrent pendant que les deux autres lui ouvrirent
les veines des bras et des jambes. Le comte eut l'inhumanité de
rester présent jusqu'à ce que les veines de la comtesse fussent
taries et qu'elle eût fermé les yeux.

Ce monstre de jalousie se retira ensuite en Angleterre, afin d'être
à l'abri des poursuites de la maison de Foix. Plus tard il s'attacha
au connétable de Montmorency, qui eut le crédit de faire taire la
justice; et François Ier, entre les bras d'une nouvelle maîtresse,
oublia sans peine la vengeance que lui demandait la mort de la
comtesse de Châteaubriant.

Cette tragique histoire a été révoquée en doute par plusieurs
historiens. D'autres auteurs l'ont donnée comme vraie. Il ne nous
appartient pas de décider ce point. Les faits sont intéressans; nous
avons cru ne pas devoir en priver nos lecteurs. Les détails contenus
dans ce récit sont extraits d'un manuscrit tiré des archives de
Châteaubriant. Ce manuscrit, écrit en latin, en lettres gothiques,
avait été confié à Guyot de Pitaval, qui en donna une traduction dans
ses _Causes célèbres_.



LE BARON DE SAMBLANÇAY, SURINTENDANT DES FINANCES SOUS FRANÇOIS Ier.


Jacques de Beaune, baron de Samblançay, surintendant des finances
sous François Ier, est un terrible exemple de l'inconstance de la
faveur des rois.

Il jouissait d'un immense crédit à la cour; depuis long-temps il
administrait les finances à la satisfaction de François Ier; ce
prince aimait ce vieillard, il l'appelait son père. Tout-à-coup
Lautrec laisse perdre le Milanais, et allègue, pour se justifier,
qu'il a manqué d'argent, qu'il n'a pas touché les sommes qui lui
avaient été destinées.

Ces plaintes retombent sur Samblançay; le roi lui en fait de vifs
reproches; Samblançay s'excuse en disant que, le même jour que les
fonds avaient été préparés, la reine-mère était venue elle-même à
l'épargne, pour lui demander tout ce qui lui était dû de ses pensions
et des revenus du Valois, de la Touraine et de l'Anjou, dont elle
était douairière, l'assurant «qu'elle avait assez de crédit pour le
sauver s'il la contentait, et le perdre s'il la désobligeait.» Le
roi ayant mandé sa mère, elle avoua qu'elle avait reçu de l'argent,
mais elle nia qu'on lui eût dit que c'étaient les fonds destinés au
Milanais.

Alors le malheureux Samblançay fut sacrifié. La haine que lui portait
le chancelier Duprat, fortifiée de celle de la reine-mère, consomma
sa perte. Il fut jugé par des commissaires, forme de procédure
ordinairement usitée quand on voulait immoler des innocens.

Samblançay fut condamné à être pendu au gibet de Montfaucon, en 1527,
pour crime de péculat. Il fut long-temps à l'échelle avant d'être
exécuté, espérant toujours sa grâce, mais il l'attendit en vain.
Lorsqu'on lui annonça qu'il fallait mourir, il s'écria «J'ai bien
mérité la mort pour avoir plus servi les hommes que Dieu.»

Le public, cette fois, fut moins crédule qu'à l'ordinaire. On regarda
généralement la mort de Samblançay comme le résultat d'une intrigue
de cour.

On lit dans les mémoires d'Amelot de la Houssaie, que «Réné Gentil,
premier commis de l'épargne, avait rendu à la reine-mère les
quittances qu'elle avait remises à Samblançay, en recevant l'argent
de l'armée d'Italie.» Ce fut là peut-être une des causes de son
malheur. Du reste, ce Gentil fut puni de cette insigne prévarication;
quinze ans après il fut pendu à son tour.

La mémoire de Samblançay fut réhabilitée quelque temps après sa mort;
preuve tardive, mais irrécusable, de son innocence.



LE PRÉSIDENT MEYNIER D'OPPÈDE ET L'AVOCAT-GÉNÉRAL GUÉRIN, OU
MASSACRES JURIDIQUES DE CABRIÈRES ET MÉRINDOL.


Les Vaudois, sectaires dont la doctrine avait beaucoup de points
de ressemblance avec celle qui fut professée plus tard par les
chefs de la réformation, occupaient, depuis le douzième siècle, des
vallées situées entre la Provence et le Dauphiné. Leurs terres,
d'abord en friche et stériles, devinrent productives et fécondes
sous leurs mains laborieuses. Leur nombre, très-petit dans les
commencemens, s'était multiplié jusqu'à près de dix-huit mille.
Leurs mœurs étaient douces et paisibles; ils décidaient entre eux
leurs différens. Leurs seigneurs, qu'ils enrichissaient par leurs
travaux, loin de se plaindre d'eux, étaient très-satisfaits de les
avoir pour vassaux. Enfin, pendant plus de deux siècles, malgré
la différence de leur culte, ils jouirent du bonheur qui devrait
toujours accompagner une innocente existence. Mais tout-à-coup, au
commencement du seizième siècle, la réforme prêchée par Luther vint
tirer les Vaudois de l'obscurité qui faisait leur bonheur. Les édits
rendus par plusieurs gouvernemens contre les nouveaux hérétiques
les condamnaient au feu; les Vaudois furent enveloppés dans cette
proscription. Le parlement de Provence, pour manifester son zèle,
décerna la peine du bûcher contre dix-neuf des habitans les plus
notables du bourg de Mérindol, tous Vaudois, et ordonna que leurs
bois seraient coupés et leurs maisons démolies. Cette sentence jeta
l'épouvante parmi tous leurs coreligionnaires. Ils députèrent vers le
cardinal Sadolet, évêque de Carpentras, pour le conjurer d'intercéder
pour eux. Ce digne prélat, dont l'humanité égalait les lumières,
plaida leur cause avec tant de zèle, qu'il fit surseoir l'exécution
de la sentence. Le roi François Ier leur pardonna, mais à condition
qu'ils abjureraient; condition qui ne fut pas, qui ne devait pas être
remplie, parce qu'aucun pouvoir sur la terre, excepté celui de la
force brutale, n'avait le droit de l'imposer. On ne déracine pas à
volonté une croyance dans laquelle on est né.

Irrité de l'opiniâtreté des Vaudois, que le jésuite Maimbourg appelle
_une canaille révoltée_, le parlement de Provence, composé d'esprits
ardens et fanatiques, résolut de continuer la procédure. Jean Meynier
d'Oppède, alors premier président, se distingua surtout par son
acharnement.

Les Vaudois s'attroupèrent pour délibérer sur le parti qui leur
restait à prendre. D'Oppède, dans de faux rapports adressés au
roi, donna à leurs réunions le caractère d'une sédition, et obtint
permission d'exécuter l'arrêt qui était suspendu depuis cinq années.
Secondé par l'avocat-général Guérin, homme d'une cruauté froide et
réfléchie, d'Oppède songea à exécuter sans délai la _sainte_ mission
qu'il s'était donnée; il fallait des troupes pour cette expédition.
D'Oppède et Guérin en prirent, et se mirent à leur tête. Cependant
les Vaudois n'étaient point disposés à la révolte, puisqu'ils
n'opposèrent aucune résistance et prirent la fuite de tous côtés.

Ayant réuni toutes leurs troupes, les deux magistrats guerriers
fondirent en même temps sur tous les villages vaudois, tuèrent tout
ce qu'ils rencontrèrent, et brûlèrent les maisons, les granges, les
récoltes, les arbres. Les fugitifs étaient poursuivis à la clarté de
l'embrasement général. Il ne restait dans le bourg de Cabrières que
soixante hommes et trente femmes. Ils se rendent, sous la promesse
qu'on leur épargnera la vie; mais à peine se sont-ils rendus qu'on
les massacre.

Quelques femmes, réfugiées dans une église, en sont tirées par
l'implacable d'Oppède; il les enferme dans une grange à laquelle
il fait mettre le feu. «Lorsqu'elles se présentaient à la fenêtre
pour se jeter en bas, dit le continuateur de Fleury, on les
repoussait avec des fourches, ou on les recevait sur les pointes des
hallebardes. Ceux qui se sauvèrent sur les montagnes ne furent pas
plus heureux: la faim et les bêtes sauvages les firent périr, parce
qu'on leur coupa tous les chemins. On défendit, sous peine de la
vie, de leur donner aucun aliment. Ces misérables députèrent vers
d'Oppède, pour obtenir de lui la permission d'abandonner leurs biens,
et de se retirer la vie sauve dans les pays étrangers. Le baron de
la Garde, quoique aussi cruel que l'autre (d'Oppède), paraissait
y consentir; mais le président lui répondit brusquement _qu'il les
voulait tous prendre sans qu'aucun s'échappât, et les envoyer habiter
aux enfers_. Huit cents personnes périrent dans cette action. On alla
ensuite à Lacoste, dont le seigneur avait promis aux habitans qu'il
ne leur serait fait aucun dommage, pourvu qu'ils portassent leurs
armes dans le château, et qu'ils abattissent les murailles de la
ville en quatre endroits. Ces bonnes gens firent ce qui leur était
ordonné; mais à l'arrivée du président, les faubourgs furent brûlés
et les habitans taillés en pièces, sans qu'il en restât un seul. Les
femmes et les filles, qui, pour se dérober à la première furie du
soldat, s'étaient retirées près du jardin, dans un château, furent
toutes violées et si cruellement traitées, que plusieurs moururent
de faim, de tristesse, ou des tourmens qu'on leur fit souffrir. Ceux
qui étaient cachés dans Mussi ayant enfin été découverts, éprouvèrent
le même sort que les autres; et ceux qui erraient dans les forêts
et sur les montagnes désertes cherchaient plutôt la mort que la vie
dans leurs retraites, ayant perdu leurs biens, leurs femmes et leurs
enfans. Il y eut vingt-deux bourgs ou villages saccagés ou brûlés.»

L'avocat-général Guérin ne fit pas de moindres exploits. Il fit tuer
tout ce qu'il rencontra. Un jeune homme de Mérindol ayant excité la
compassion des soldats, qui demandaient sa grâce, le sanguinaire
magistrat s'écria: _tolle, tolle_; et ce malheureux fut arquebusé.

Le peu de Vaudois qui échappa à la fureur des bourreaux se sauva
vers le Piémont. Lorsque les flammes furent éteintes, la contrée,
auparavant florissante et peuplée, ne présenta plus qu'une solitude
affreuse jonchée de cadavres.

François Ier eut horreur de cette épouvantable exécution. L'arrêt
auquel il avait donné son consentement portait la mort de dix-neuf
hérétiques; et d'Oppède, assisté de Guérin, en avait fait périr plus
de quatre mille, hommes, femmes et enfans. Les seigneurs dont les
villages et les châteaux avaient été la proie des flammes demandèrent
justice au roi, qui, en mourant, recommanda expressément à son fils,
Henri II, de faire punir les auteurs de cette barbarie.

Ces scènes d'horreur avaient eu lieu en 1545. Le parlement de
Paris fut chargé, en 1551, d'examiner cette affaire, qui fut
solennellement plaidée, pendant cinquante séances consécutives. Le
président d'Oppède plaida lui-même sa cause, et le fit d'une manière
remarquable. Le crédit de ses nombreux protecteurs fit le reste. Il
fut absous.

Il protestait qu'il n'avait fait qu'exécuter les ordres du roi; mais
cependant on le soupçonna d'avoir des motifs personnels de haine
contre les Vaudois. «Un de ses fermiers, dit Garnier, lui avait
dérobé le prix de sa terre, et s'était caché parmi eux. La comtesse
de Cental, qui n'était devenue riche que parce qu'elle avait peuplé
ses terres d'habitations vaudoises, avait rejeté avec mépris l'offre
de sa main. Ce ressentiment secret, qu'il se dissimulait à lui-même,
put bien le porter aux atrocités dont il se souilla.»

Quant à l'avocat-général Guérin, il ne fut pas aussi heureux que son
complice d'Oppède: traduit aussi devant le parlement de Paris, on
lui chercha des crimes, et l'on n'eut pas de peine à lui en trouver.
Il fut condamné à être pendu, non pour le massacre de Cabrières et de
Mérindol, mais pour plusieurs faussetés, calomnies, prévarications,
abus et malversations des deniers du roi et d'autres particuliers,
sous couleur et titre de son état de procureur du Roi. Son arrêt fut
exécuté à Paris, en 1554, à la grande satisfaction des bons citoyens.



LE COMTE SÉBASTIEN MONTÉCUCULLI, CONDAMNÉ COMME EMPOISONNEUR DU
DAUPHIN, FILS DE FRANÇOIS Ier.


«Ce procès funeste, dit Voltaire, peut être mis dans la foule des
cruautés juridiques que l'ivresse de l'opinion, celle de la passion,
et l'ignorance, ont trop souvent déployées contre les hommes les plus
innocens.»

Le dauphin François, fils de François Ier, jouait à la paume,
à Lyon; il but beaucoup d'eau fraîche dans une transpiration
abondante; il en résulta une pleurésie, ou une autre maladie du même
genre, qui causa la mort du prince. Soudain le vulgaire, toujours
crédule et souvent atroce dans ses conjectures, imputa sa mort à un
empoisonnement. La cour adopta aussi cette présomption, soit par
crédulité, soit par d'autres motifs encore moins excusables.

Bientôt les soupçons s'arrêtèrent sur le comte de Montécuculli,
gentilhomme italien, échanson du dauphin, qui jouissait d'une grande
faveur, et qui, par cela même, devait avoir beaucoup d'ennemis parmi
les courtisans. C'était lui qui avait versé l'eau fraîche qu'avait
bue le prince; on l'accusa de l'avoir empoisonné. Ce comte était
né sujet de Charles-Quint; il lui avait parlé avant de venir à la
cour de France; c'en était assez pour bâtir un complot. On arrêta
Montécuculli, et on le mit à la torture.

Ce malheureux, vaincu par la douleur, avoua le crime qu'on lui
imputait, et déclara qu'Antoine de Lève et Ferdinand de Gonzague,
attachés tous deux à Charles-Quint, l'avaient porté à le commettre.

Outre la nullité d'un aveu arraché dans les tourmens de la question,
si l'on apporte sur ce fait historique quelque esprit d'examen, on
verra que ce prétendu crime est tout-à-fait dénué de fondement.
D'abord Charles-Quint, à qui l'on n'a jamais pu reprocher aucune
action qui ressemblât à une telle atrocité, n'avait aucun intérêt
à commander l'empoisonnement du dauphin. Outre ce prince, François
Ier avait deux autres fils, tous deux en âge de lui succéder, et il
était lui-même dans la vigueur de l'âge. L'accusation était absurde:
Montécuculli n'avait pas plus d'intérêt à la mort du dauphin; il
était aimé de ce jeune prince, et attendait de son maître une grande
fortune.

Les juges ne voulurent entrevoir aucune de ces raisons: ils avaient
mission de trouver un empoisonneur et non de justifier l'accusé: ils
condamnèrent Montécuculli. L'arrêt portait que le comte Sébastien
Montécuculli, _convaincu_ d'avoir empoisonné François, dauphin et
duc propriétaire de Bretagne, fils aîné du roi, avec de la poudre
d'arsenic sublimé, et de s'être mis en devoir d'empoisonner le roi
lui-même, serait traîné sur la claie jusqu'au lieu de la Grenette,
où il serait tiré et démembré à quatre chevaux.

Cet arrêt infâme fut exécuté à Lyon en 1536.

On prétendit que, lors de la visite des papiers de Montécuculli, on
avait trouvé un traité de l'usage des poisons écrit de sa main, de
la poudre d'arsenic sublimé, et le vase de terre rouge dans lequel
il avait présenté au dauphin le breuvage qui lui avait donné la
mort. Ces allégations après coup ne prouvent rien, surtout quand
on sait que de pareils procès se faisaient à huis-clos et par des
commissaires dont les noms étaient souvent ignorés du public.



SUPPLICE D'ANNE DUBOURG, CONSEILLER AU PARLEMENT DE PARIS.


Sous le règne de Henri II, lorsque la France était gouvernée par
les Guises, on nomma des inquisiteurs qu'on admit pour juges dans
les procès extraordinaires que l'on faisait à ceux de la religion
prétendue réformée; ces inquisiteurs étaient des prêtres. L'un d'eux,
le fameux Mouchy, pour qui l'on inventa le sobriquet de _mouchards_
donné aux espions, suborna deux jeunes gens pour déposer que les
prétendus réformés avaient fait, le jeudi saint, une assemblée dans
laquelle, après avoir mangé un cochon en dérision du sabbat, ils
avaient éteint les lampes et s'étaient abandonnés, hommes et femmes,
à une prostitution générale. Sur cette déposition, les protestans
furent en proie à toutes les rigueurs de la justice ecclésiastique,
on institua des chambres ardentes pour les juger, et les flammes des
bûchers exécutaient les jugemens.

Ces supplices excitèrent enfin la pitié, et quelques membres du
parlement pensèrent que l'église devait plutôt réformer ses abus que
faire brûler des hommes.

Au mois d'avril 1559, dans une assemblée qu'on nomme _mercuriale_,
les plus savans et les plus modérés du parlement proposèrent d'user
de moins de cruautés, et de chercher à réformer l'église. Anne
Dubourg appuya surtout cet avis avec chaleur. Un de leurs confrères,
sans respect pour son serment de conseiller, qui est de tenir
secrètes les délibérations de la cour, sans égards pour l'honneur et
l'équité, les dénonça au roi.

Henri II, excité par les Guises qui régnaient sous son nom, se
rendit au parlement sans être attendu, le 15 juin 1559. Il était
accompagné du cardinal Bertrandi, garde des sceaux, du connétable de
Montmorency, et de plusieurs autres grands officiers de la couronne.
Instruit que la délibération roulait sur la conduite à tenir à
l'égard des réformés, le roi voulut que l'on continuât à parler en
sa présence: c'était un piége tendu à la loyauté des conseillers:
plusieurs y tombèrent. Dubourg parla avec plus de véhémence que ses
confrères; il montra combien il était affreux de voir régner à la
cour l'adultère, la débauche, la concussion, l'homicide, tandis qu'on
livrait à la mort des citoyens qui servaient le roi selon les lois,
et Dieu selon leur conscience.

Dubourg était un magistrat intègre, homme d'une vie irréprochable, et
bon citoyen. Il était diacre, et ses études théologiques l'avaient
conduit à adopter l'opinion des réformateurs.

Le roi donna au connétable l'ordre de l'arrêter ainsi que plusieurs
autres conseillers qui avaient parlé dans le même sens. Les présidens
aux enquêtes, Saint André et Minard, tant pour prouver leur zèle que
pour satisfaire leur haine personnelle, poursuivirent la mort d'Anne
Dubourg. Comme ce conseiller était diacre, il fut d'abord jugé par
l'évêque de Paris du Bellai, assisté de l'inquisiteur Mouchi. Il
appela comme d'abus de la sentence de l'évêque, et réclama la faculté
d'être jugé par ses pairs. Cette justice lui fut refusée. Il fut jugé
successivement à l'officialité de Paris, à celle de Sens et à celle
de Lyon, et condamné par toutes les trois à être dégradé et à être
livré au bras séculier comme hérétique.

On le mena d'abord à l'officialité; là, étant revêtu de ses habits
sacerdotaux, on les lui arracha l'un après l'autre. Après cette
cérémonie, on le ramena à la Bastille, et des commissaires du
parlement que ses persécuteurs avaient choisis, le condamnèrent à
être étranglé et brûlé.

Il entendit son arrêt avec résignation et courage, et dit à ses
juges: «Éteignez vos feux, renoncez à vos vices, convertissez-vous
à Dieu.» Ce malheureux, victime du fanatisme et de l'iniquité, fut
pendu et brûlé dans la place de Grève. Il déclara, à la potence,
qu'il mourait serviteur de Dieu, et ennemi des abus de l'église de
Rome.

Le supplice d'Anne Dubourg fit plus de prosélytes protestans en un
jour que les livres et les prédications n'en avaient fait pendant
plusieurs années.



SAINT-JEAN DE LIGOURE, GENTILHOMME LIMOUSIN, MEURTRIER DE SA FEMME ET
DE SES ENFANS.


De toutes les passions humaines qui enfantent des crimes, la plus
vile, la plus ignoble, la moins digne d'excuses, c'est la cupidité.
Que d'attentats, que de forfaits inouïs ont été suggérés par la soif
de l'or! Elle rend capable de tous les genres de barbarie, étouffe
les plus doux sentimens de la nature, en un mot sacrifie tout à
elle-même. L'histoire suivante fournira un exemple de plus des
étranges excès auxquels peut s'abandonner le cœur humain guidé par
l'intérêt.

Au seizième siècle, sous le règne de Henri II, un gentilhomme
Limousin, nommé Saint-Jean de Ligoure, jouissait d'une excellente
réputation et vivait heureux au sein de sa famille, lorsque le goût
de l'alchimie vint tout-à-coup détruire son bonheur domestique et
ouvrir la porte de sa maison aux plus grands malheurs; bientôt,
par suite de ses spéculations métallurgiques, il fut soupçonné
de fabriquer de la fausse monnaie. Ce soupçon donna lieu à des
poursuites; le beau-père du gentilhomme fut même arrêté et conduit
prisonnier au Châtelet d'Angoulême.

A la nouvelle de l'emprisonnement de son beau-père, Ligoure, en proie
à de vives inquiétudes, ne savait à quelle résolution il devait
s'arrêter. Il s'adressa au maréchal de Saint-André, comme faisant
partie de sa suite, et lui demanda sa protection. Le maréchal la lui
promit, s'il était innocent; mais il ajouta que, s'il était coupable
du crime de fausse monnaie qu'on lui imputait, il l'abandonnerait à
toute la sévérité des lois; cette promesse n'avait rien de rassurant
pour Ligoure; elle ne faisait même qu'aggraver sa position. Torturé
par l'inquiétude, il alla trouver un prêtre de sa connaissance, et
lui fit part du danger qu'il courait.

Ce prêtre était un homme abominable, tout à fait indigne de son
ministère; comme complice de Ligoure pour l'affaire de la fausse
monnaie, il était personnellement intéressé à trouver des moyens
de soustraire Ligoure aux mains de la justice. On va voir l'infâme
projet que conçut son âme horrible. Il conseilla d'abord à Ligoure
de passer en pays étranger; mais, pour mettre sa fuite à l'abri de
toutes recherches, il fallait, disait ce monstre, que le gentilhomme
se débarrassât auparavant de tous ceux de sa famille et de sa maison
que les tortures de la question pouvaient forcer de déposer contre
lui. «Votre avis me paraît concluant, dit Ligoure; mais, pour le
mettre à exécution, il faudrait que je consentisse à massacrer tout
ce que j'ai de plus cher au monde.--Et quelle chose y a-t-il sur la
terre qui doive nous être plus chère que nous-mêmes? Ne vaut il pas
mieux que votre femme et vos enfans meurent innocens, que d'être
exposés à causer votre ruine, en vous accusant devant la justice?
Vous en ferez ce que bon vous semblera, mais, s'ils demeurent en vie,
vous aurez beau quitter la France, vos biens seront confisqués, et
vous-même serez livré à la justice en pays étranger, par suite des
révélations de votre femme, de vos enfans ou de vos domestiques.»

Ces raisons monstrueuses frappèrent l'esprit de Ligoure, et le
prêtre, l'éperonnant par d'autres paroles astucieuses, le décida au
forfait horrible qu'il venait de lui conseiller. Le gentilhomme donna
les mains à tout ce que cet affreux démon lui inspirait, et celui-ci
se chargea de l'exécution du meurtre projeté. En conséquence, il se
rendit au château, accompagné d'un individu aussi pervers que lui,
et qui était un des domestiques du gentilhomme. Un peu auparavant
leur arrivée, les enfans de Ligoure étant occupés à jouer, le plus
petit d'entre eux ramassa quelques petites bûchettes, et comme il
avait vu que l'on présentait la croix aux mourans, il fit de ses
bûchettes autant de croix qu'il y avait de personnes dans la chambre,
et les distribua à chacune d'elles; sa mère étonnée de cette idée,
lui demanda ce qu'il fallait faire de ces croix. «Gardez-les, dit
l'enfant, pour les tenir en main, parce que la mort va bientôt vous
assaillir, ainsi que moi et toute la compagnie.»

Cette sorte d'avertissement fit peu d'impression sur la mère;
mais elle ne tarda pas à reconnaître tout ce qu'il renfermait de
prophétique. Les bourreaux venaient d'entrer dans le château; ils
demandent à un petit laquais où se trouve la maîtresse de la maison,
lui commandant de se tenir à la porte et de ne laisser entrer
personne. Ils montent dans l'appartement, trouvent la mère et les
enfans tenant encore à la main les croix de bois, ferment la porte de
la chambre, massacrent les enfans en présence de leur mère éplorée:
puis le prêtre, s'élançant sur cette malheureuse femme, lui perça le
cœur d'un violent coup de dague, et tua aussi une demoiselle qui se
trouvait en leur compagnie. Les meurtriers cherchèrent ensuite le
petit laquais pour lui faire subir le même sort; mais cet enfant,
effrayé des cris qu'il avait entendus, s'était sauvé dans la cave et
caché sous un muid. Le ciel semblait le réserver pour servir d'indice
d'un si grand forfait et pour dévoiler les circonstances d'un crime
aussi épouvantable. Les meurtriers, fâchés que ce petit laquais leur
eût échappé, mais certains d'ailleurs qu'il n'était point hors du
logis, sortirent, fermèrent la porte et mirent le feu à la maison.

Cependant les paysans du voisinage, apercevant les flammes et la
fumée qui sortaient du château de Saint-Jean de Ligoure, accourent
de tous côtés. On trouve les portes closes, on heurte, on crie;
mais, ne recevant aucune réponse, on enfonce aussitôt les portes.
Quel spectacle horrible se présente à tous les regards! Les cadavres
des enfans et de leur mère sont là gisans à moitié consumés par
les flammes; pour comble d'atrocité, la mère était enceinte, et en
découvrant son ventre, on y voit une pauvre créature suffoquée par
les flammes. Le petit laquais, entendant le bruit du peuple, et bien
sûr du départ des meurtriers, se mit à appeler à son aide; aussitôt
la multitude courut à l'endroit d'où partaient ces cris; on rompit la
porte de la cave, et l'on mit en liberté ce pauvre enfant plus mort
que vif.

Quand il fut un peu revenu de sa terreur, il raconta les principales
circonstances de la tragédie qui avait eu lieu dans le château.

On le conduisit ensuite à Limoges, où il fut nourri et entretenu aux
frais de la justice, jusqu'à ce que les auteurs d'un tel attentat
fussent arrêtés. Le prêtre et son complice n'échappèrent pas
long-temps aux recherches de la police; on leur fit leur procès, et
ils périrent sur la roue. Quant au gentilhomme, il s'était sauvé à
Genève en Suisse, croyant de là braver le glaive de la loi. Mais
le roi de France, instruit du crime de Ligoure et du lieu de sa
retraite, le réclama au sénat de Berne, qui donna des ordres pour le
faire arrêter et chargea de cette commission un sieur la Renoudie,
fugitif de France.

La Renoudie fit si grande diligence et procéda si adroitement, qu'il
vint arrêter Ligoure à Lausanne, tout en ayant l'air de venir tout
simplement lui faire visite. Le criminel fut incontinent conduit à
Berne, d'où l'on envoya en Limousin des magistrats pour faire une
enquête à son sujet.

Le roi de France fit plusieurs fois demander par son ambassadeur
l'extradition de Ligoure; mais ses démarches à ce sujet furent
inutiles. Le sénat de Berne ne voulut pas condescendre à cette
demande. Il fit lui-même le procès du criminel, et le condamna à
avoir la tête tranchée publiquement.

L'arrêt fut exécuté peu de temps après à Berne, et les pièces du
procès furent envoyées au roi de France.



MASSACRE DE LA SAINT-BARTHÉLEMY.


Notre langue manque d'expressions pour caractériser ce monstrueux
attentat, qui heureusement est unique dans l'histoire. Quoi de plus
horrible, en effet, que de voir un roi faire lâchement assassiner,
la nuit, à un signal convenu, une partie de ses sujets qui vient de
se ranger sous son obéissance? On conçoit, bien qu'en frémissant
d'horreur, l'épouvantable catastrophe connue sous le nom de _Vêpres
siciliennes_; c'étaient des vaincus opprimés qui voulaient, d'un seul
coup, se débarrasser d'orgueilleux conquérans. Mais qu'un roi qui
devrait être le père de tous ses sujets ose, en pleine paix, méditer
la mort d'un grand nombre d'entre eux, parce qu'ils n'ont pas la même
religion que lui; qu'il emploie la plus perfide dissimulation pour
les attirer dans un piége infâme; qu'il s'efforce d'endormir leur
défiance par de faux semblans d'amitié; et que, profitant de l'heure
du sommeil, il lance dans leurs maisons fermées ses satellites avides
de carnage; qu'il seconde lui-même leur fureur, en versant de ses
mains royales le sang des malheureux protestans; on ne peut attribuer
de tels excès qu'à la plus furieuse démence ou à la plus profonde
scélératesse.

Les protestans de France venaient de faire leur paix avec Charles
IX. Ce jeune roi, soumis à toutes les volontés de sa mère, Catherine
de Médicis, n'opposa aucune résistance au projet infernal qu'elle
avait formé de détruire les chefs de ce parti redoutable. Tout fut
concerté, les piéges furent tendus; on proposa aux protestans des
conditions avantageuses. L'amiral de Coligny, fatigué de la guerre
civile, les accepta avec autant de confiance que d'empressement.
Charles IX, pour ôter tout sujet de soupçon, donna sa sœur en
mariage au jeune Henri de Navarre. Trompée par des apparences aussi
séduisantes, Jeanne d'Albret vint à la cour, avec son fils, l'amiral
de Coligny, et tous les chefs des protestans. Le mariage fut célébré
avec pompe; toutes les manières obligeantes, toutes les assurances
d'amitié, tous les sermens furent prodigués par le roi et par son
astucieuse mère; on ne s'occupa pendant plusieurs jours que de fêtes,
de jeux et de mascarades.

Enfin une nuit, la veille de la Saint Barthélemy, au mois d'août
1572, l'ordre du massacre fut donné à minuit. On fit sonner le
tocsin à Saint-Germain l'Auxerrois; et, peu après, la grosse cloche
du Palais, que l'on ne sonnait que dans les grandes réjouissances,
répondit à ce signal horrible. Toutes les maisons des protestans
furent forcées et ouvertes en même temps.

Quelques jours auparavant, Coligny sortant du Louvre avait reçu un
coup d'arquebuse qui l'avait blessé au bras gauche et à la main
droite. «Voilà, s'était écrié l'amiral, voilà le fruit de ma
réconciliation avec le duc de Guise.» Le roi de Navarre, le prince
de Condé, se plaignirent au roi de cet attentat. Charles IX affecta
une douleur extrême, fit rechercher les coupables, et donna le nom de
père à Coligny. «Mon père, lui dit-il, la blessure est pour vous, et
la douleur pour moi.» Tel était le langage qu'il tenait à la veille
du massacre des protestans.

L'amiral était logé dans la rue de Bétizi, dans une maison qui depuis
fut une auberge sous le nom d'hôtel Saint-Pierre.

Une troupe d'assassins, à la tête desquels était un certain Besme,
bohémien, domestique de la maison de Guise, entra l'épée à la main
et trouva l'amiral de Coligny assis dans un fauteuil. Il lui dit:
«Est-ce toi qui es Coligny?--C'est moi-même, répondit l'amiral.
Jeune homme, poursuivit le héros, d'un air calme et tranquille, et
lui montrant ses cheveux blancs, tu devrais respecter mes cheveux
blancs: mais fais ce que tu voudras, tu ne peux m'abréger la vie que
de quelques jours.» Besme Bianowitz plongea son épée dans le sein de
l'amiral, et lui donna un coup de revers sur le visage. On rapporte
que Coligny, se sentant frappé, s'écria: «Au moins, si je périssais
par la main d'un homme de cœur, et non par celle d'un misérable
valet!»

Les lecteurs, amis des beaux vers, nous sauront gré de leur remettre
sous les yeux ceux de la Henriade où se trouve si bien peinte
l'héroïque mort de Coligny:

    Le héros malheureux, sans armes, sans défense,
    Voyant qu'il faut périr et périr sans vengeance,
    Voulut mourir du moins comme il avait vécu,
    Avec toute sa gloire et toute sa vertu.
    Déjà des assassins la nombreuse cohorte
    Du salon qui l'enferme allait briser la porte!
    Il leur ouvre lui-même et se montre à leurs yeux
    Avec cet œil serein, ce front majestueux,
    Tel que, dans les combats, maître de son courage,
    Tranquille, il arrêtait ou pressait le carnage,
    A cet air vénérable, à cet auguste aspect,
    Les meurtriers surpris sont saisis de respect,
    Une force inconnue a suspendu leur rage.
    «Compagnons, leur dit-il, achevez votre ouvrage,
    Et de mon sang glacé souillez ces cheveux blancs,
    Que le sort des combats respecta quarante ans;
    Frappez, ne craignez rien; Coligny vous pardonne;
    Ma vie est peu de chose, et je vous l'abandonne...
    J'eusse aimé mieux la perdre, en combattant pour vous.»
    Ces tigres, à ces mots, tombent à ses genoux;
    L'un, saisi d'épouvante, abandonne ses armes;
    L'autre embrasse ses pieds qu'il trempe de ses larmes,
    Et de ses assassins ce grand homme entouré
    Semblait un roi puissant de son peuple adoré.
    Besme, qui dans la cour attendait sa victime,
    Monte, accourt, indigné qu'on diffère son crime;
    Des assassins trop lents il veut hâter les coups;
    Aux pieds de ce héros il les voit trembler tous.
    A cet objet touchant lui seul est inflexible,
    Lui seul, à la pitié toujours inaccessible,
    Aurait cru faire un crime et trahir Médicis
    Si du moindre remords il se sentait surpris.
    A travers les soldats il court d'un pas rapide:
    Coligny l'attendait d'un visage intrépide;
    Et bientôt dans le flanc ce monstre furieux
    Lui plonge son épée en détournant les yeux,
    De peur que d'un coup d'œil cet auguste visage,
    Ne fît trembler son bras et glaçât son courage.
    Du plus grand des Français tel fut le triste sort,
    On l'insulte, on l'outrage encore après sa mort;
    Son corps, percé de coup, privé de sépulture,
    Des oiseaux dévorans fut l'indigne pâture;
    Et l'on porta sa tête aux pieds de Médicis,
    Conquête digne d'elle et digne de son fils.

Le jeune Henri, duc de Guise, qui fut depuis assassiné à Blois, était
à la porte de la maison de Coligny, attendant la fin de l'assassinat,
et cria tout haut: _Besme, cela est-il fait?_ Besme jeta le corps de
l'amiral par la fenêtre après l'avoir traîné jusque là par les pieds.
Coligny tomba aux pieds du duc de Guise, qui eût l'infamie de frapper
du pied le corps de ce grand homme expirant, et de le livrer à la
populace, qui le mit en pièces. Besme, lui ayant marché sur le corps,
dit à la troupe d'assassins qu'il avait sous ses ordres: C'est bien
commencer; allons continuer notre besogne!

Le cadavre de l'amiral fut exposé pendant trois jours à la fureur
populaire, et enfin pendu par les pieds au gibet de Montfaucon, où
Charles IX alla le voir, répétant, dit-on, le mot de Vitellius,
«Qu'un ennemi mort n'a rien d'horrible, et ne sent pas mauvais.» Un
Italien ayant coupé la tête de l'amiral, pour la porter à Catherine
de Médicis, cette princesse la fit embaumer et l'envoya à Rome.

Cependant tous les amis de Coligny étaient attaqués dans Paris,
hommes, enfans, tout était massacré sans distinction; toutes les
rues étaient jonchées de corps morts. Quelques prêtres, tenant un
crucifix d'une main et une épée de l'autre, couraient à la tête des
meurtriers, et les encourageaient au nom de Dieu, à n'épargner ni
parens, ni amis.

Le maréchal de Tavannes, soldat ignorant et superstitieux, qui
joignait le fanatisme religieux à la haine politique, courait à
cheval dans Paris, criant aux soldats: «Du sang! du sang! La saignée
est aussi salutaire dans le mois d'août que dans le mois de mai.»

Le palais du roi fut un des principaux théâtres du carnage, car
le prince de Navarre logeait au Louvre et tous ses domestiques
étaient protestans. Quelques-uns d'entre eux furent tués dans leurs
lits avec leurs femmes; d'autres s'enfuyaient tout nus, et étaient
poursuivis par les soldats sur les escaliers de tous les appartemens
du palais, et même jusqu'à l'antichambre du roi. La jeune femme
de Henri de Navarre, éveillée par cet affreux tumulte, craignant
pour son époux et pour elle-même, saisie d'horreur et à demi morte,
sauta brusquement de son lit pour aller se jeter aux pieds du roi
son frère. A peine eut-elle ouvert la porte de sa chambre, que
quelques-uns de ses domestiques protestans coururent s'y réfugier.
Les sicaires entrèrent sur leurs pas, et les poursuivirent en
présence de la princesse. Un d'eux, qui s'était caché sous son lit,
y fut tué, deux autres furent percés de coups de hallebarde à ses
pieds; elle fut elle-même couverte de sang.

Laissons parler cette princesse elle-même. Voici ce qu'elle
dit, dans ses mémoires, sur les horreurs de la nuit de la
Saint-Barthélemy: «Lorsque j'étais le plus endormie, voici un homme
frappant des pieds et des mains à la porte, criant: _Navarre,
Navarre!_ Ma nourrice, pensant que c'était le roi mon mari, court
vitement à la porte; c'était un gentilhomme, nommé M. de Téjan, qui
avait un coup d'épée dans le coude, un coup de hallebarde dans le
bras, et qui était encore poursuivi par quatre archers, qui entrèrent
tous après lui dans ma chambre. Lui, voulant se garantir, se jeta sur
mon lit. Moi, sentant ces hommes qui me tenaient, je me jette à la
ruelle; et lui, après moi, me tenant toujours au travers le corps,
nous crions tous les deux et étions aussi effrayés l'un que l'autre.
Enfin Dieu voulut que M. de Nançai, capitaine des gardes, y vint,
qui, me trouvant en cet état, encore qu'il y eût de la compassion,
ne put se tenir de rire. Ayant changé de chemise, parce que j'étais
toute couverte de sang, et m'étant fait jeter un manteau de nuit, je
passai à l'appartement de madame de Lorraine, ma sœur. Entrant dans
l'antichambre, un gentilhomme nommé Bourse, se sauvant des archers
qui le poursuivaient, fut percé d'un coup de hallebarde à trois pas
de moi.»

Un jeune gentilhomme, favori de Charles IX, le comte de La
Rochefoucauld, avait passé la soirée avec le roi. Celui-ci éprouva
quelques remords, et fut touché d'une sorte de compassion pour lui;
il lui dit deux ou trois fois de ne point retourner chez lui, et de
coucher dans sa chambre. Mais La Rochefoucauld répondit qu'il voulait
aller trouver sa femme. Le roi ne l'en pressa pas davantage, et dit:
Qu'on le laisse aller; je vois bien que Dieu a résolu sa mort. Ce
jeune homme fut massacré deux heures après.

Le comte de Téligny, qui venait d'épouser la fille de l'amiral,
périt aussi sous les coups des assassins. Il avait un visage si
agréable et si doux, que les premiers qui étaient venus pour le tuer
s'étaient laissés attendrir à sa vue; mais d'autres plus féroces le
massacrèrent. Antoine de Clermont-Resnel, se sauvant en chemise, fut
égorgé par le fils du fameux baron des Adrets, et par son propre
cousin Bussy-d'Amboise. Le marquis de Pardaillan tomba à côté de
lui. Guerchi se défendit long-temps dans la rue, et tua plusieurs
meurtriers avant de succomber sous le nombre; mais le marquis de
Lavardin n'eut pas le temps de tirer l'épée.

Parmi les autres victimes notables de la Saint-Barthélemy, on doit
citer le célèbre sculpteur et architecte Jean Goujon, protestant,
qui fut tué d'un coup de carabine, pendant qu'il travaillait aux
magnifiques bas-reliefs dont il a orné le Louvre. Le savant Ramus ou
La Ramée, professeur distingué au collége royal, fut jeté par une
fenêtre du collége de Presle, dont il était principal.

Il y en eut fort peu qui échappèrent à ce massacre général. Parmi
ceux-ci, la délivrance du jeune La Force a quelque chose de
miraculeux. C'était un enfant de dix ans. Son père, son frère aîné et
lui, furent arrêtés en même temps par les soldats du duc d'Anjou. Ces
meurtriers tombèrent sur tous les trois à la fois, et les frappèrent
au hasard. Le père et les enfans, couverts de sang, tombèrent à
la renverse les uns sur les autres. Le plus jeune, qui n'avait
reçu aucun coup, contrefit le mort, après avoir eu la prudence de
s'écrier: _Je suis mort._ Il se laissa tomber entre son père et
son frère, dont il reçut les derniers soupirs. Les meurtriers, les
croyant tous morts, s'en allèrent en disant: «Les voilà bien tous
trois.» Quelques malheureux vinrent ensuite dépouiller les corps;
il restait un bas de toile au jeune La Force; un marqueur du jeu
de paume du Verdelet voulut avoir ce bas de toile; il s'amusa à
considérer le corps de ce bel enfant: «Hélas! dit-il, c'est bien
dommage, celui-là n'est qu'un enfant, que peut-il avoir fait?» Ces
paroles de compassion engagèrent le petit La Force à lever doucement
la tête et à lui dire à voix basse: «Je ne suis pas encore mort.» Ce
pauvre homme lui répondit: «Ne bougez, mon enfant; ayez patience.»
Sur le soir, il le vint chercher, et lui dit: «Levez-vous, ils n'y
sont plus.» Puis il lui mit sur les épaules un méchant manteau. Comme
il le conduisait, quelqu'un des bourreaux lui demanda: «Qui est
ce jeune garçon?--C'est mon neveu, répondit-il, qui s'est enivré;
vous voyez comme il s'est accommodé! Je m'en vais bien lui donner
le fouet.» Enfin le pauvre marqueur le mena chez lui et lui demanda
trente écus pour sa récompense. De là le jeune La Force se fit
conduire, déguisé en gueux, jusqu'à l'arsenal, chez le maréchal de
Biron, son parent, grand-maître de l'artillerie; on le cacha quelque
temps dans la chambre des filles; enfin, sur le bruit que la cour
le faisait chercher pour s'en défaire, on le fit sauver en habit de
page sous le nom de Beaupin. Cet enfant fut depuis le maréchal de La
Force, et vécut quatre-vingt cinq ans.

Jean de Beaumanoir, marquis de Lavardin, depuis maréchal de France,
était allé passer la nuit avec la veuve d'un conseiller, bonne
catholique et dame de charité de sa paroisse; il resta caché chez
elle pendant trois jours, au bout desquels elle l'emmena habillé en
fille et comme sa chambrière, à sa terre située à douze lieues de
Paris.

Cependant plusieurs de ces infortunées victimes, échappées au fer
des bourreaux, fuyaient du côté de la rivière. Quelques-uns la
traversaient à la nage pour gagner le faubourg Saint-Germain. Charles
IX les aperçut de sa fenêtre qui avait vue sur la rivière, et ce
jeune monstre tira sur eux avec une carabine. Voici ce que Brantôme
ne fait pas difficulté d'avouer dans ses Mémoires: «Quand il fut
jour, le roi mit la tête à la fenêtre de sa chambre, et voyant aucuns
dans le faubourg Saint-Germain qui se remuaient et se sauvaient, il
prit une grande arquebuse de chasse qu'il avait, et en tirait tout
plein de coups à eux, mais en vain, car l'arquebuse ne tirait pas
si loin; incessamment criait: «_Tuez, tuez._» Catherine de Médicis,
conservant un front calme au milieu de ce carnage, regardait du haut
d'un balcon ces scènes d'horreur, enhardissait les assassins et riait
d'entendre les cris des mourans. Ses filles d'honneur descendirent
dans la rue avec une curiosité effrontée, digne des abominations de
ce siècle; elles contemplèrent le corps dépouillé d'un gentilhomme
nommé Soubise, qui avait été soupçonné d'impuissance, et qui venait
d'être massacré sous les fenêtres de la reine.

Pour justifier cet horrible massacre, le roi alla au parlement
accuser l'amiral de Coligny d'une conspiration, et le parlement
rendit un arrêt contre le mort, par lequel il ordonna que son
cadavre, après avoir été traîné sur une claie, serait pendu en
Grève, ses enfans déclarés roturiers et incapables de posséder
aucune charge, sa maison de Châtillon-sur-Loing rasée, les arbres
coupés, etc., et que tous les ans on ferait une procession le jour
de la Saint-Barthélemy, pour remercier Dieu de la découverte de
la conspiration, à laquelle l'amiral n'avait pas songé. Malgré cet
arrêt, la fille de l'amiral, veuve de Téligny, épousa peu de temps
après le prince d'Orange.

Quelques années auparavant, le parlement avait mis à prix la tête de
Coligny. «Il est impossible de savoir, dit Voltaire, s'il est vrai
que l'on envoya la tête de l'amiral à Rome. Ce qu'il y a de bien
certain, c'est qu'il y a à Rome, dans le Vatican, un tableau où est
représenté le massacre de la Saint-Barthélemy avec ces paroles: _Le
pape approuve la mort de Coligny._»

Le jeune Henri de Navarre, depuis Henri IV, fut épargné, moins par
compassion que par politique; il fut retenu prisonnier jusqu'à la
mort du roi, comme caution de la soumission des protestans. Quelque
temps avant la Saint-Barthélemy, Jeanne d'Albret, mère d'Henri IV,
était morte presque subitement. Le bruit courut alors qu'elle avait
été empoisonnée par l'odeur d'une paire de gants de senteur, que lui
avait vendue Réné, Italien, grand scélérat, et parfumeur attaché à
la cour de Catherine de Médicis. Quoique cette opinion ne fût pas
ridicule, il paraît qu'elle était fausse. Le corps de la princesse
fut ouvert, et les chirurgiens rapportèrent qu'ils n'y avaient point
trouvé de marques de poison.

Le massacre de la Saint-Barthélemy ne se borna pas à la ville
de Paris. Les mêmes ordres de la cour furent envoyés à tous les
gouvernemens des provinces de France. Le massacre s'exécuta dans
plusieurs villes, entre autres à Lyon et à Toulouse, où le parti des
Guises dominait. Dans cette dernière ville, le 3 septembre, on fit
arrêter tous les religionnaires qui n'avaient pas pris la fuite,
et on les entassa dans les prisons de la Conciergerie; sur des
ordres secrets de la cour, sept à huit assassins, armés de haches
et de coutelas, furent introduits dans les prisons, le 4 octobre,
avant le lever du soleil, se firent amener, l'un après l'autre,
tous les prisonniers qui y étaient rassemblés, et les massacrèrent
impitoyablement sur les degrés du palais, au nombre de trois
cents environ, parmi lesquels se trouvaient trois conseillers au
parlement, deux conseillers au sénéchal et plusieurs autres personnes
de distinction. Après cette sanglante exécution, on dépouilla
entièrement les cadavres des malheureuses victimes, et on les laissa
tout nus pendant deux jours, exposés à la vue du peuple, excepté les
trois conseillers au parlement, qui, revêtus de leurs robes rouges,
furent pendus à l'ormeau du palais. Deux jours après on creusa des
fosses dans la cour de la sénéchaussée, située dans le voisinage,
et on y jeta pêle-mêle toutes les victimes, après qu'on eut saccagé
leurs maisons et celles des autres religionnaires.

Mais, dans un grand nombre de villes, les chefs catholiques
s'opposèrent à l'exécution de ces ordres sanguinaires. Parmi ces
hommes courageux, on doit citer le comte de Tende, en Provence;
Gordes, de la maison de Simiane, en Dauphiné; Saint-Hérem, en
Auvergne; Charni, de la maison de Chabot, en Bourgogne; La Guiche, à
Mâcon; le brave d'Ortez, à Bayonne; Villars, consul de Nîmes.

«On attribue communément les forfaits de Catherine de Médicis, dit
Saint-Foix, à l'ambition de gouverner, et à l'embarras où elle se
trouvait entre les Guises et les chefs du parti calviniste; pour
moi, continue-t-il, après avoir lu, examiné et discuté tout ce qui
a été écrit pour et contre, je pense que, formée pour brouiller et
détruire, il en était de son âme comme d'un être infecté dans son
germe, et qui devint un fléau; qu'une autorité sans trouble ne l'eût
point flattée; qu'elle ne se plaisait qu'au milieu des orages, et
qu'elle aurait semé la discorde et la division dans la cour la plus
tranquille et la plus soumise. Rien ne dévoile mieux toute l'horreur
de son caractère, que l'éducation de ses enfans. Elle voulait que des
combats de coqs, de chiens et d'autres animaux, fussent une de leurs
récréations ordinaires. S'il y avait quelque exécution considérable
à la Grève, elle les y menait. Et, pour les rendre aussi lascifs que
sanguinaires, elle donnait de temps en temps de petites fêtes, où ses
filles d'honneur, les cheveux épars, couronnées de fleurs, servaient
à table à demi nues. Charles IX, avec le caractère le plus impétueux,
avait d'ailleurs de grandes qualités; l'éducation le pervertit
entièrement. Papire Masson rapporte qu'un des grands plaisirs de ce
prince était de montrer son adresse à abattre d'un seul coup la tête
des ânes et des cochons qu'il rencontrait dans son chemin, en allant
à la chasse; et qu'un jour, Lansac, un de ses favoris, l'ayant trouvé
l'épée à la main contre son mulet, lui demanda gravement: Quelle
querelle est donc survenue entre sa majesté très-chrétienne et mon
mulet?

«Catherine de Médicis, les Guises, le chancelier de Birague et
les Gondis étaient des étrangers qui gouvernaient le royaume:
ils formèrent et dirigèrent le complot du massacre de la
Saint-Barthélemy. Il me semble, ajoute Saint-Foix, qu'on doit en
reprocher un peu moins l'horreur à notre nation, que celle des
proscriptions aux Romains; Sylla et Auguste étaient Romains.»

Quoi qu'il en soit, environ soixante-dix mille Français furent
égorgés au sein de la capitale, sans compter ceux qui furent
assassinés dans les provinces, ceux qui périrent les armes à la main,
et les protestans immolés au massacre de Vassy, qui avait été comme
le prélude de celui de la Saint-Barthélemy.

Enfin, quoique de fanatiques historiens aient été les apologistes de
cette infernale journée, quoiqu'on ait loué à Rome le zèle pieux de
Charles IX, et le terrible exemple qu'il avait fait, disait-on, des
hérétiques; quoique le cardinal Baronius ait dit que cette action
était nécessaire; quoique le parlement de Paris ait ordonné alors une
procession annuelle en mémoire de cette exécution; quoique le pape
Grégoire XIII (Buoncompagno) ait été transporté de la joie la plus
vive lorsqu'il en reçut la nouvelle, et en ait fait rendre grâce à
Dieu; il n'en est pas moins vrai qu'aujourd'hui il n'est plus qu'une
opinion sur cette infâme journée; on ne se la rappelle qu'avec une
horreur profonde; l'on s'indigne, et l'on tremble pour l'humanité,
quand on voit la dissimulation, jointe au fanatisme et à la cruauté,
produire de si grands attentats.

Cette Saint-Barthélemy, au moyen de laquelle on croyait extirper
toutes les causes de troubles, n'eut pas même l'avantage de produire
l'effet qu'on s'en était promis. La guerre civile éclata de nouveau
avec plus de fureur; les protestans échappés au massacre coururent
à la vengeance. Ils combattirent avec ce désespoir qui fait acheter
chèrement le triomphe aux vainqueurs.



ANNIBAL COCONAS.


Cet Annibal Coconas, gentilhomme piémontais, exerça les plus
affreuses cruautés sur les calvinistes, pendant l'horrible massacre
de la Saint-Barthélemy. Voici ce qu'en disait Charles IX, peu de
jours avant de mourir:

«Coconas était un gentilhomme railleur et brave, mais méchant, voire
un des plus méchans qui fust en mon royaume. Il me souvient lui avoir
ouï dire entre autres choses, se vantant de la Saint-Barthélemy,
qu'il avait racheté des mains du peuple jusqu'à trente huguenots,
pour avoir le contentement de les faire mourir à son plaisir, qui
était de leur faire renier leur religion, sous la promesse de leur
sauver la vie; ce qu'ayant fait, il les poignardait et faisait
languir et mourir à petits coups, cruellement.»

Coconas ayant été accusé d'avoir voulu, avec La Mole, enlever le
duc d'Alençon, pour le mettre à la tête des rebelles, fut mis
en jugement et condamné à avoir la tête tranchée; ce qui fut
exécuté à Paris en 1574. Sa mémoire fut réhabilitée deux ans après,
circonstance qui semblerait prouver que son crime n'était pas bien
avéré.

Saint-Foix rapporte, d'après les _Mémoires de Nevers_, que Henriette
de Clèves, femme de Louis de Gonzague, duc de Nevers, alla elle-même
enlever de nuit la tête de Coconas, son amant, qu'on avait exposée
sur un poteau dans la place de Grève, et la porta à l'hôtel de Nesle,
où elle faisait sa résidence; qu'elle la fit soigneusement embaumer,
et la garda long-temps dans l'armoire d'un cabinet, derrière son
lit. Ce même cabinet fut arrosé des larmes de sa petite-fille,
Marie Louise de Gonzague de Clèves, dont l'amant, le grand-écuyer
Cinq-Mars, eut la même destinée que Coconas.



ASSASSINAT DES GUISES.


Dans les guerres civiles, il est bien rare que les bourreaux ne
deviennent victimes à leur tour. Le parti le plus puissant commence
par décimer tous les autres, et lorsque son triomphe est assuré,
il finit par se décimer lui-même. L'histoire de nos longs troubles
révolutionnaires en est une preuve encore toute palpitante.

Les Guises avaient été les plus ardens promoteurs de la
Saint-Barthélemy: ils devaient périr sous les coups de l'un de leurs
complices, le duc d'Anjou, depuis Henri III. Déjà François de Guise
avait succombé devant Orléans sous le poignard de Poltrot. Son fils
Henri de Guise, quoique appelé à jouer un plus grand rôle, lui fut
néanmoins inférieur; mais, comme son père, il périt par un lâche
assassinat.

Henri de Guise, chef de la Ligue, était à l'apogée de sa puissance,
et touchait peut-être au moment de placer sur son front la couronne
de France.

Voici quel était son plan: offrir au roi sa démission de
lieutenant-général du royaume; demander à se retirer, afin d'obtenir
des états l'épée de connétable; alors, devenu maître de toutes les
forces du royaume, déposer Valois et l'enfermer dans un couvent. Le
cardinal de Guise, son frère, jurait qu'il ne voulait pas mourir
_avant d'avoir mis et tenu la tête de ce tyran entre ses jambes,
pour lui faire la couronne avec la pointe d'un poignard_. «C'était
un propos de famille, dit M. de Chateaubriand. Madame de Montpensier
portait suspendus à son côté des ciseaux d'or _pour faire_,
disait-elle, _la couronne monachale à Henri, quand il serait confiné
dans un cloître_. Cette femme ne pardonna jamais à Henri III, ou des
faveurs offertes et dédaignées, ou quelques paroles échappées à ce
monarque sur des infirmités secrètes. Ces petits détails seraient peu
dignes de la gravité des fastes de l'espèce humaine, si, en France,
l'histoire de l'amour-propre n'était trop souvent liée à celle des
crimes.»

Au moment où ce projet allait recevoir son exécution dans les états
assemblés à Blois, Henri III se réveilla. Mais laissons parler le
grand écrivain qui vient d'être cité; il peint cette période de
notre histoire comme s'il l'eût vue de ses propres yeux. «Henri
III, dit-il, se conduisit avec une profondeur de dissimulation qui
ne semblait plus possible dans une âme aussi énervée et un homme
aussi avili. Il commença par habituer le cardinal de Guise à venir
fréquemment au château, sous le prétexte de lui parler du maréchal
de Matignon. Le roi voulait maintenir ce maréchal en sa charge de
lieutenant-général en Guyenne; le cardinal de Guise, qui désirait
obtenir cette charge pour lui-même, poussait les états à demander
le rappel de Matignon. Le roi flattait doublement les passions du
cardinal, en s'adressant à lui pour modérer les états, et en lui
laissant l'espérance d'obtenir la place qu'il ambitionnait.

«Henri feignit ensuite un redoublement de ferveur; il fit construire
au-dessus de sa chambre de petites cellules, afin d'y loger des
capucins, résolu qu'il était, disait-il, de quitter le monde et de
se livrer à la solitude. _En un temps où il s'agissait de sa vie et
de sa couronne, il paraissait à vue presque privé de mouvement et
de sentiment._ Il écrivit de sa propre main un mémoire _pour faire
dépêcher des paremens d'autels et autres ornemens d'église aux
capucins_. Le duc de Guise fut tellement trompé à ces marques d'une
imbécile faiblesse, qu'il ne voulait croire à aucun projet du roi.
_Il est trop poltron_, disait-il à la princesse de Lorraine; _il
n'oserait_, disait-il à la reine-mère, qui semblait l'avertir, en
conseillant peut-être sa mort.

«Henri régla d'avance tout ce qu'il ferait dans la semaine de
Noël, semaine qu'il avait fixée pour la catastrophe, y compris le
vendredi, jour auquel il annonçait un pèlerinage à Notre-Dame de
Cléry. Les plus zélés serviteurs de ce prince, le voyant se livrer
à ces soins, et le croyant sincère, désespéraient de sa sûreté. De
même que le duc de Guise recevait de continuels renseignemens des
desseins du roi, Henri ne cessait d'être averti des machinations
du duc de Guise: le duc d'Épernon lui en mandait les détails dans
ses lettres, et ce qu'il y a de plus étrange, le duc de Mayenne et
le duc d'Aumale étaient au nombre des dénonciateurs; l'un dépêcha
à Blois un gentilhomme, et le second sa femme, pour instruire le
roi de tout. On ne saurait douter de ce fait, puisque Henri III le
relate dans sa déclaration publique de février 1589 contre le duc
de Mayenne. Il affirme que ce duc lui avait fait dire que, s'il ne
venait pas lui-même révéler le crime projeté de son frère, c'est
qu'étant à Lyon, il craignait de ne pouvoir arriver assez tôt; ce
fait est encore confirmé par le duc de Nevers, dans son traité _de la
prise des armes_. Et pourtant, malgré la déclaration d'Henri III, la
ligue, faute de mieux, mit Mayenne à sa tête. Ce même Mayenne avait
refusé d'entrer dans les complots contre la vie du roi, notamment
dans celui qui devait être exécuté le jour du service funèbre de la
reine d'Écosse, et il avait voulu une fois se battre contre son frère
le duc de Guise.

«Quant à la duchesse d'Aumale, elle s'était engagée, dès la naissance
de la ligue, à avertir le roi de tout ce qui se tramerait contre lui;
malheureusement Villequier, qui trahissait Henri III, avait souvent
reçu les confidences de cette femme. Le 10 de novembre 1588, elle
écrivit à la reine-mère; Catherine envoya chercher son fils, qui lui
dépêcha Miron, son médecin, pour prendre ses ordres. «Dites au roi,
répondit-elle, que je le prie de descendre dans mon cabinet, pour ce
que j'ai chose à lui dire qui importe à sa vie, à son honneur et à
son état.» Le roi descendit, accompagné d'un de ses familiers et de
Miron. Catherine et son fils se retirèrent dans l'embrasure d'une
fenêtre; quand le roi sortit, les deux témoins, qui se tenaient
à l'écart à l'autre bout du cabinet, entendirent la reine-mère
prononcer distinctement ces paroles: «Monsieur mon fils, il s'en faut
dépêcher; c'est trop long-temps attendre; mais donnez si bon ordre
que vous ne soyez plus trompé comme vous le fûtes aux barricades de
Paris....»

«On remarqua que le duc, qui avait eu connaissance de la conférence,
se promena plus de deux heures à pas agités, en donnant des marques
d'impatience, au milieu des _pages_ et des _laquais_, sur la terrasse
du donjon du château, appelée la Perche-au-Breton.

«Ce château de Blois était joint à la ville par un chemin pratiqué
dans le roc, vaste édifice où était empreinte la main de divers
siècles, depuis les bâtisses féodales des Châtillons et la tour du
Château-Renaud, jusqu'aux ouvrages demi-grecs et demi-gothiques de
Louis XII, de François Ier et de ses successeurs; c'est là qu'eut
lieu une des catastrophes les plus tragiques de l'histoire.

«Trois jours avant, le _Balafré_ avait invité à souper le cardinal
son frère, l'archevêque de Lyon, le président de Neuilly, La
Chapelle-Marteau, prevôt des marchands de Paris, et Mendreville,
tous de sa faction. Le duc, par un de ces pressentimens vagues qui
avertissent du péril, avait quelque intention de faire un voyage à
Orléans; il dit à ses convives qu'on l'avertissait d'une entreprise
du roi sur sa personne, et il leur demanda conseil.

«L'archevêque de Lyon s'éleva avec force contre tout projet de
retraite; c'était, selon lui, manquer une occasion qui ne se
retrouverait jamais, après avoir eu le bonheur d'avoir fait convoquer
les états, et d'y avoir réuni tant de membres de la Sainte-Union;
il soutint que le duc de Guise disposait du tiers-état, du clergé
et de plus du tiers des membres de la noblesse. Le président de
Neuilly était tout alarmé; La Chapelle-Marteau prétendait qu'il n'y
avait rien à craindre; mais Mendreville déclara, en jurant, que
l'archevêque de Lyon parlait du roi comme d'un prince sensé et bien
conseillé; mais que le roi était un fou, qu'il agirait en fou; qu'il
n'aurait ni appréhension, ni prévoyance; que s'il avait conçu un
dessein, il l'exécuterait mal ou bien; qu'ainsi il se fallait lever
en force devant lui, ou qu'autrement il n'y avait nulle sûreté.

«Le duc de Guise trouva que Mendreville avait plus raison qu'eux
tous, mais il ajouta: «Mes affaires sont réduites en tels termes,
que, quand je verrais entrer la mort par la fenêtre, je ne voudrais
pas sortir par la porte pour la fuir.»

«Le roi, de son côté, avait assemblé son conseil, composé des
seigneurs de Rieux, d'Alphonse Ornano et des secrétaires d'état. «Il
y a long-temps, leur dit-il, que je suis sous la tutelle de messieurs
de Guise. J'ai eu dix mille argumens de me méfier d'eux, mais je n'en
ai jamais eu tant que depuis l'ouverture des états. Je suis résolu
d'en tirer raison, mais non par la voie ordinaire de justice, car M.
de Guise a tant de pouvoir dans ce lieu, que si je lui faisais faire
son procès, lui-même le ferait à ses juges. Je suis résolu de le
faire tuer présentement dans ma chambre; il est temps que je sois
seul roi: qui a compagnon a maître.» (_Pasquier_). Le roi ayant cessé
de parler, un ou deux membres du conseil proposèrent l'emprisonnement
légal et le procès en forme; tous les autres furent d'une opinion
contraire, soutenant qu'en matière de crime de lèze-majesté la
punition devait précéder le jugement.

«Le roi confirma cette opinion: «Mettre en prison le _Guisard_,
dit-il, ce serait mettre dans les filets le sanglier qui serait plus
puissant que nos cordes.» (_L'Estoile_).

«On délibéra sur le jour où le coup serait frappé; le roi déclara
qu'il ferait tuer le duc de Guise au souper que l'archevêque de
Lyon lui devait donner le dimanche avant la saint Thomas; ensuite
l'exécution fut retardée jusqu'au mercredi suivant, jour même de la
saint Thomas, et enfin renvoyée au 23, avant-veille de Noël.

«Le 22, le duc de Guise, se mettant à table pour dîner, trouva sous
sa serviette un billet ainsi conçu: «Donnez-vous de garde; on est sur
le point de vous jouer un mauvais tour.» Il écrivit au bas au crayon:
«On n'oserait.» Et il jeta le billet sous la table. Le même jour,
le duc d'Elbeuf lui dit qu'on attenterait le lendemain à sa vie. «Je
vois bien, mon cousin, répondit le Balafré, que vous avez regardé
votre almanach, car tous les almanachs de cette année sont farcis de
telles menaces.» (_L'Estoile_).

«Le roi avait annoncé qu'il irait, le lendemain 23, à La Noue, maison
de campagne au bout d'une longue allée sur le bord de la forêt de
Blois, afin de passer la veille de Noël en prières. Rassuré par le
projet de ce prétendu voyage, le cardinal de Guise pressa son frère
de partir pour Orléans, disant qu'il était assez fort, lui, cardinal,
pour enlever Henri et le conduire à Paris. Une fois remis aux mains
des Parisiens, les états l'auraient déposé, comme incapable de
régner, puis confiné dans un château avec une pension de deux cent
mille écus, le duc de Guise eût été proclamé roi à sa place. C'était
le dernier plan, car les plans variaient. Catherine avait elle-même
songé à priver son fils de la couronne, mais en lui donnant dans sa
retraite des femmes au lieu d'or comme chaînes plus sûres; elle eût
alors demandé le trône pour le duc de Lorraine, son petit-fils par
sa fille. Deux grands conspirateurs cherchaient donc à se devancer
pour s'arracher mutuellement le pouvoir et la vie; leurs complots
respectifs étaient connus de l'un et de l'autre. Le plus dissimulé
l'emporta sur le plus vain.

«Le 22, le roi, après avoir soupé, se retira dans sa chambre, vers
les sept heures; il donna l'ordre à Liancourt, premier écuyer, de
faire avancer son carrosse à la porte de la galerie des cerfs, le
lendemain matin, 23 décembre, à quatre heures, toujours sous prétexte
d'aller à La Noue. En même temps, il envoya le sieur de Marle inviter
le cardinal de Guise à se rendre au château à six heures, parce
qu'il désirait lui parler avant de partir. Le maréchal d'Aumont, les
sieurs de Rambouillet, de Maintenon, d'O, le colonel Alphonse Ornano,
quelques autres seigneurs et gens du conseil, les quarante-cinq
gentilshommes ordinaires furent requis de se trouver à la même heure
dans la chambre du roi.

«A neuf heures du soir, le roi mande Larchant, capitaine des
gardes-du-corps; il lui enjoint de se tenir le lendemain, à sept
heures du matin, avec quelques-uns des gardes sur le passage du duc
de Guise quand celui-ci viendrait au conseil. Larchant et les siens
présenteraient à ce prince une supplique tendant à les faire payer
de leurs appointemens. Aussitôt que le duc serait entré dans la
chambre du conseil, qui formait l'antichambre de la chambre du roi,
Larchant se saisirait de la porte et de l'escalier, ne laisserait ni
entrer, ni sortir, ni passer personne. Vingt autres gardes seraient
placés par lui, Larchant, à l'escalier du vieux cabinet, d'où l'on
descendait à la galerie des cerfs.

«Tout étant disposé de la sorte, Henri rentra dans son cabinet avec
de Termes; c'était Roger de Saint Lary de Belgarde, si connu depuis.
A minuit, Valois lui dit: «Mon fils, allez vous coucher, et dites
à Duhalde qu'il ne faille de m'éveiller à quatre heures, et vous
trouvez ici à pareille heure.....» Le roi prend son bougeoir, et va
dormir avec la reine.

«Le duc de Guise veillait alors auprès de Charlotte de Beaune,
petite-fille de Samblançai, mariée d'abord au seigneur de Sauve,
et en secondes noces à François de la Trémoille, marquis de
Noirmoutiers. Aussi belle que volage, elle allait, selon l'expression
libre du Laboureur, coucher d'un parti chez l'autre. Liée jadis avec
le duc d'Alençon et le roi de Navarre, les secrets qu'elle dérobait
au plaisir, elle les redisait à Catherine de Médicis et au duc de
Guise. Cette fois elle essaya de l'éclairer sur les dangers qu'il
courait: elle le conjura de fuir; mais il crut moins à ses conseils
qu'à ses caresses, et il resta; il ne rentra chez lui qu'à quatre
heures du matin; on lui remit cinq billets qui tous l'admonestaient
de se précautionner contre le roi. Le duc mit ces billets sous son
chevet. Le Jeune, son chirurgien, et beaucoup d'autres cliens qui
l'environnaient, le suppliaient de tenir compte de cet avis «Ce
ne serait jamais fini, dit-il; dormons, et vous, allez coucher.»
(_Miron._)

Le 23, à quatre heures du matin, Duhalde vint heurter à la porte de
la chambre de la reine; la dame Piolant, première femme de chambre,
accourt au bruit «Qui est là? dit-elle.--C'est Duhalde, répond
celui-ci; dites au roi qu'il est quatre heures.--Il dort, et la reine
aussi, répliqua la dame de Piolant.--Éveillez-le, dit Duhalde, ou je
heurterai si fort que je les réveillerai tous deux.»

«Le roi ne dormait point, ses inquiétudes étaient trop vives. Ayant
appris la venue de Duhalde, il demande ses bottines, sa robe de
chambre et son bougeoir; il se lève, et laissant la reine tout émue,
se rend dans son cabinet, où l'attendaient déjà de Termes et Duhalde.
Il prend les clefs des cellules destinées aux capucins; il monte
éclairé par de Termes, qui portait le bougeoir devant lui; il ouvre
une cellule et y enferme Duhalde effrayé; il redescend, et à mesure
que les quarante-cinq gentilshommes de sa garde se présentent, il les
conduit aux cellules, dans lesquelles il les incarcère un à un, comme
Duhalde. Les personnages convoqués au conseil commençaient d'arriver
au cabinet du roi; on y pénétrait à travers un passage étroit et
oblique qu'Henri avait fait pratiquer exprès dans un coin de sa
chambre à coucher, laquelle précédait ce cabinet. La porte ordinaire
de la chambre avait été bouchée. Lorsque les ministres et les
seigneurs sont entrés, le roi va mettre en liberté ses prisonniers,
les ramène en silence dans sa chambre, leur recommandant de ne faire
aucun bruit à cause de la reine-mère, qui était malade et logée
au-dessous.

«Ces précautions prises, le roi revient au conseil, et redit aux
assistans ce qu'il leur avait déjà dit sur la nécessité où il se
trouvait réduit de prévenir les complots du duc de Guise. Le maréchal
d'Aumont hésitait, parce que le roi avait promis et juré, le 4
décembre, sur le saint sacrement de l'autel, parfaite réconciliation
et amitié avec le duc de Guise. «Mon cousin, lui avait-il dit,
croyez-vous que j'aie l'âme si méchante que de vous vouloir mal?
Au contraire, je déclare qu'il n'y a personne en mon royaume que
j'aime mieux que vous, et à qui je sois plus tenu, comme je le ferai
paraître par bons effets, d'ici à peu de temps.»

«On calma les scrupules du maréchal d'Aumont en s'efforçant de lui
prouver que le duc de Guise avait manqué le premier à sa parole.

«Le roi passa du cabinet du conseil dans la chambre où étaient
assemblés les gentilshommes, et il leur parla de la sorte:

«Il n'y a aucun de vous qui ne soit obligé de reconnaître combien
est grand l'honneur qu'il a reçu de moi, ayant fait choix de vos
personnes sur toute la noblesse de mon royaume, pour confier la
mienne à leur valeur, vigilance et fidélité. Vous avez été mes
obligés, maintenant je veux être le vôtre en une urgente occasion, où
il y va de mon honneur, de mon état et de ma vie. Vous savez tous les
insultes que j'ai reçues du duc de Guise, lesquelles j'ai souffertes,
jusqu'à faire douter de ma puissance et de mon courage, pensant par
ma douceur allentir ou arrêter le cours de cette violente et furieuse
ambition. Il est résolu de faire son dernier effort sur ma personne,
pour disposer après de ma couronne et de ma vie. J'en suis réduit à
telle extrémité qu'il faut que je meure ou qu'il meure, et que ce
soit ce matin. Ne voulez-vous pas me servir et me venger?»

«Tous ensemble s'écrièrent qu'ils étaient prêts à tuer le rebelle; et
Sariac, gentilhomme gascon, frappant de sa main la poitrine du roi,
lui dit: _Cap de Diou! sire, iou lou bous rendis mort!_

«Henri les pria de modérer les témoignages de leur zèle, de peur
d'éveiller la reine-mère: «Voyons, dit-il ensuite, qui de vous a des
poignards?» Huit d'entre eux en avaient; le poignard de Sariac était
d'Écosse. Ces huit gentilshommes, pourvus de l'arme des assassins,
furent particulièrement choisis pour demeurer dans la chambre et
porter les premiers coups; le roi leur adjoignit un autre garde nommé
Loignac, qui n'avait qu'une épée; douze autres des quarante-cinq
furent placés dans le vieux cabinet, où le roi devait mander le duc:
ils reçurent l'ordre de le tuer ou de l'achever de tuer à coups
d'épée, lorsqu'il lèverait la portière de velours pour entrer dans le
cabinet. Le reste des gardes prit poste à la montée qui communiquait
du cabinet à la galerie des cerfs. Nambu, huissier de la chambre,
ne devait laisser entrer ni sortir personne que par le commandement
exprès du roi. Le maréchal d'Aumont s'assit au conseil pour s'assurer
du cardinal de Guise et de l'archevêque de Lyon, après la mort du duc.

«Le roi se retira dans un appartement qui avait vue sur les jardins,
ayant tout ordonné avec le sang-froid d'un général qui va donner une
bataille décisive; il ne s'agissait que de l'assassinat et de la mort
d'un homme; mais cet homme était le duc de Guise. Henri, demeuré
seul, ne garda pas cette tranquillité; il allait, venait, ne pouvait
demeurer en place, se présentait à la porte de son cabinet; plein
d'intérêt et de pitié pour les meurtriers, il les invitait à bien
se prémunir contre le courage et la force de cet autre Henri qu'ils
étaient chargés d'immoler. «Il est grand et puissant, leur disait-il,
s'il vous endommageait, j'en serais marri.» On lui vint apprendre
que le cardinal de Guise était entré au conseil; mais son frère
n'arrivait pas, et le roi était cruellement travaillé de ce retard.

«Le duc dormait; il cherchait dans le sommeil le renouvellement de
ses forces épuisées aux voluptés de cette même nuit qui vit préparer
sa mort: il allait entrer dans une nuit plus longue où il aurait le
temps de se reposer, prêt à tomber qu'il était des bras d'une femme
entre les mains de Dieu. Ses valets de chambre ne l'éveillèrent qu'à
huit heures, en lui disant que le roi était près de partir. Il se
lève à la hâte, revêt un pourpoint de satin gris, et sort pour se
rendre au conseil.

«Arrivé sur la terrasse du château, il est accosté par un gentilhomme
d'Auvergne, nommé Lasalle, qui le supplie de ne passer outre: «Mon
bon ami, lui répondit-il, il y a long-temps que je suis guéri
d'appréhensions.» Quatre ou cinq pas plus loin, il rencontre un
Picard appelé d'Aubencourt, qui cherche à le retenir; il le traite de
sot. Le matin même, il avait reçu neuf billets qui lui annonçaient
son sort, et il avait dit, en mettant le dernier dans sa poche:
«Voilà le neuvième.» Au pied de l'escalier du château, le capitaine
Larchant lui présenta, comme il en était convenu avec le roi, une
requête, afin d'obtenir le paiement des gardes; et c'étaient ces
mêmes gardes qui allaient assassiner celui dont ils imploraient la
bonté: on profitait du généreux caractère du duc pour lui ôter les
soupçons qu'il eût pu concevoir à la vue des soldats.

«Arrivé dans la chambre du conseil, il parut cependant étonné de
la présence du maréchal d'Aumont, car on ne devait traiter que de
matière des finances. Il s'assit, et dit un moment après: «J'ai
froid, le cœur me fait mal, qu'on fasse du feu.» Quelques gouttes de
sang lui chûrent du nez, et quelques larmes des yeux; affaiblissement
qu'on attribua plutôt à une débauche qu'à un pressentiment. S'étant
établi devant le feu, il laissa tomber son mouchoir, et mit le pied
dessus, comme par mégarde. Fontenai ou Mortefontaine, trésorier de
l'épargne, le releva; sur quoi le duc de Guise pria Fontenai de le
porter à Péricart, son secrétaire, pour en avoir un autre, et de
dire en même temps à ce secrétaire de le venir promptement trouver.
«C'était, comme plusieurs ont cru, dit Pasquier, afin d'avertir ses
amis du danger où il pensait être.» Saint-Prix, premier valet de
chambre du roi, présenta au duc quelques fruits secs qu'il avait
demandés au moment de sa défaillance.

«Henri, ayant appris l'arrivée du duc de Guise, envoya Réval
l'inviter à lui venir parler dans le vieux cabinet. L'huissier de
la chambre, Nambu, refusa, d'après sa consigne, le passage à Réval;
celui-ci revint vers son maître avec un visage effaré: «Mon Dieu!
qu'avez-vous? dit le roi; qu'y a-t-il? Que vous êtes pâle! vous
me gâterez tout. Frottez vos joues; frottez vos joues, Réval.» La
cause du retour de Réval expliquée, Henri ouvre la porte du cabinet,
ordonne à Nambu de laisser passer Réval.

«Marillac, maître des requêtes, rapportait une affaire des gabelles,
quand Réval parut dans la salle du conseil: «Monsieur, dit-il au duc
de Guise, le roi vous demande, il est en son vieux cabinet;» et
Réval se retire. Le duc de Guise se lève, enferme quelques fruits
secs dans un drageoir, répand le reste sur le tapis, en disant: «Qui
en veut?» Il jette sur ses épaules son manteau, qu'il tourne comme en
belle humeur, tantôt d'un côté, tantôt de l'autre; il le retrousse
sous son bras gauche, met ses gants, tenant son drageoir de la main
du bras qui relevait son manteau: «Adieu, messieurs,» dit-il aux
membres du conseil, et il heurte aux huis de la chambre du roi; Nambu
les lui ouvre, sort incontinent, tire et ferme la porte après lui.

«Guise salue les gardes qui étaient dans la chambre; les gardes se
lèvent, s'inclinent, et accompagnent le duc comme par respect. Un
d'eux lui marcha sur le pied. Était-ce le dernier avertissement d'un
ami?

«Guise traverse la chambre; comme il entrait dans le corridor étroit
et oblique qui menait à la porte du vieux cabinet, il prend sa barbe
de la main droite, se retourne à demi pour regarder les gentilshommes
qui le suivaient. Montléry l'aîné, qui était près de la cheminée,
crut que le duc voulait reculer pour se mettre sur la défensive: il
s'élance, le saisit par le bras, et lui, enfonçant le poignard dans
le sein, s'écrie: «Traître, tu en mourras.» Effranats se jette à ses
jambes, Sainte-Malines lui porte un autre grand coup de poignard de
la gorge dans la poitrine, Loignac lui enfonce l'épée dans les reins.

«Le duc, à tous ces coups, disait: «_Eh! mes amis! eh! mes amis!_»
Frappé du stylet de Sariac, par derrière, il s'écrie à haute
voix: «_Miséricorde!_» Et, bien qu'il eût son épée engagée dans
son manteau, et les jambes saisies, il ne laissa pourtant de les
entraîner, tant il était puissant, d'un bout de la chambre à l'autre.
Il marchait, les bras tendus, les yeux éteints, la bouche ouverte,
comme déjà mort. Un des assassins ne fit que le toucher, et il tomba
sur le lit du roi. Jamais lit plus honteux ne vit mourir tant de
gloire. Le cardinal de Guise, assis au conseil avec l'archevêque de
Lyon, entendit la voix de son frère qui criait: «Merci à Dieu!» «Ah!
dit-il, on tue mon frère!» Il recule sa chaise pour se lever; mais le
maréchal d'Aumont, la main sur son épée: «_Ne bougez pas, morbleu!
monsieur, le roi a affaire de vous!_» L'archevêque de Lyon, joignant
les mains, s'écria: «Notre vie est entre les mains de Dieu et du
roi.» Le cardinal et l'archevêque furent d'abord enfermés dans les
cellules des capucins, et de là transférés à la tour de Moulins.

«Henri, informé que la chose était faite, sortit de son cabinet pour
voir la victime; il lui donna un coup de pied au visage, comme le duc
de Guise en avait donné un à l'amiral de Coligny, lors du massacre de
la Saint-Barthélemy. Il contempla un moment le Lorrain, et dit: «Mon
Dieu, qu'il est grand! il paraît encore plus grand mort que vivant.»
Derechef il le poussa du pied, et parlant à Loignac: «Te semble-t-il
qu'il soit mort, Loignac?» Alors Loignac, le prenant par la teste,
répondit à Henri de Valois: «Je crois qu'ouy, car il a la couleur de
mort, sire.» (_L'Estoile._)

Deux heures après, le corps du duc de Guise fut livré à Richelieu,
prévôt de France, aïeul de ce cardinal qui n'épargna pas les grands,
mais qui les fit mourir par la main du bourreau.

«Le lendemain, le cardinal de Guise fut tué dans la tour du Moulin, à
coups de hallebarde. Il se mit à genoux, se couvrit la tête, et dit
aux meurtriers: «Faites votre _commission_.» Ils étaient quatre au
salaire de cent écus, chaque.

«Le jour et le lendemain de la mort des Guises, Henri III fit arrêter
le cardinal de Bourbon, la duchesse de Nemours, le duc de Nemours son
fils, le prince de Joinville, le duc d'Elbeuf, et l'archevêque de
Lyon. Les autres seigneurs de la ligue, qui se trouvaient à Blois,
se sauvèrent de vitesse. Toutes les boutiques furent fermées; il
tomba des torrens de pluie. Les corps du duc et du cardinal de Guise,
transportés dans une des salles basses du château, furent découpés
par le maître des hautes-œuvres, puis brûlés en lambeaux pendant
la nuit, et leurs cendres, enfin, jetées dans le fleuve. Un roi de
France couchait au-dessus de cette boucherie; il pouvait entendre
les coups de hache qui dépeçaient les corps de ses grands sujets, et
sentir l'odeur de la chair des victimes.»

Tel est le récit détaillé de ce crime horrible, chef-d'œuvre
de dissimulation et de perfidie. Nous avons cru faire plaisir à
nos lecteurs, en leur donnant, au lieu d'une narration sèche et
rapide, ce morceau historique de M. de Châteaubriand, espèce de
procès-verbal solennel, rédigé sur les dépositions des historiens
contemporains, par la première plume de notre siècle.

Ce forfait de Henri III fut commis le vendredi 23 décembre 1588.



LE BARON DES ADRETS.


Le baron des Adrets fut un des hommes les plus sanguinaires du
seizième siècle. Il se livrait aux actes de férocité, par goût, par
tempérament; on ne peut, à son sujet, alléguer pour excuse, ni le
fanatisme, ni son opinion politique; car il tenait peu à son parti et
à sa religion. Ayant eu à se plaindre des Guises, il se jeta dans la
religion réformée, et se signala, en 1562, à la tête des protestans
du Dauphiné, par sa cruauté et sa barbarie. Lamotte-Gondrin,
lieutenant du duc de Guise, fut assassiné dans sa maison, et des
Adrets fut seul accusé de ce meurtre.

Des pillages, des massacres, des incendies, étaient ses exploits
ordinaires. Dans plusieurs villes de la Provence et du Dauphiné, il
commit des cruautés qui firent horreur dans un temps où les actes
de cruauté étaient fort communs. Il recherchait, il inventait les
supplices les plus bizarres, et goûtait la barbare satisfaction de
les faire endurer à ceux qui tombaient entre ses mains. A Montbrison
et à Mornas, les soldats qu'on fit prisonniers furent obligés de se
jeter, du haut des tours, sur la pointe des piques de ses satellites.
Ayant osé reprocher à un de ces malheureux de s'être déjà présenté
deux fois, et d'avoir reculé au lieu de faire le saut: «Monsieur le
baron, lui dit le soldat, tout brave que vous êtes, je vous le donne
en dix.» Cette réponse plaisante désarma cet homme féroce, et sauva
la vie à ce malheureux soldat.

Ce monstre, voulant rendre ses enfans aussi cruels que lui, les
força, dit-on, de se baigner dans le sang des catholiques dont il
venait de faire un carnage effroyable. De quelque fureur que fussent
animés les gens de son parti, ils ne purent approuver toutes ses
barbaries. L'amiral de Coligny écrivait qu'il fallait se servir de
lui comme d'un lion furieux.

Ayant été dépouillé du gouvernement du Lyonnais, des Adrets piqué,
voulut se refaire catholique; mais on le fit saisir à Romans, et,
sans la paix qui fut conclue à cette époque, il aurait péri par le
dernier supplice.

Des Adrets ayant envoyé un cartel à François de la Baume, comte de
Suze, pour se battre trois contre trois; celui-ci lui répondit qu'il
n'exposerait jamais personne que pour le service du roi; mais que
s'il voulait se rendre seul à l'endroit indiqué dans son cartel, il
l'y trouverait seul. Des Adrets accepta; ils se battirent. De Suze
l'ayant renversé à ses pieds de deux coups d'épée, lui demanda: «_Que
ferais-tu de moi, si tu m'avais mis dans l'état où te voilà?--Je
t'achèverais_, répondit des Adrets.--_J'en suis persuadé_, répondit
de Suze, _comme tu dois l'être, que je n'ai jamais tué, et que je ne
tuerai jamais un ennemi à terre_.» Il le fit porter dans la maison la
plus voisine, et ne le quitta pas qu'on n'eût pansé ses blessures qui
n'étaient pas dangereuses.

Quelque temps avant sa mort, des Adrets s'étant rendu à Grenoble, où
était alors le duc de Mayenne, voulut se venger de Pardaillan, qui
l'avait accusé du meurtre de son père. Il répéta plusieurs fois en
public: «Qu'il avait quitté sa solitude pour faire savoir à ceux qui
auraient à se plaindre de lui, que son épée n'était pas si rouillée
qu'il ne pût leur rendre raison.» Pardaillan ne crut pas devoir faire
attention à cette bravade d'un ferrailleur octogénaire, et des Adrets
s'en retourna, content de son impudente rodomontade.

Cet homme, noir de crimes, qui avait décimé par ses barbares
exécutions la plupart des familles, se promenait seul, dans sa
vieillesse, comme s'il n'eût eu rien à redouter de la vengeance des
enfans de ses nombreuses victimes. L'ambassadeur de Savoie l'ayant
rencontré un jour sur un grand chemin, et lui ayant demandé de ses
nouvelles: «Je n'ai rien à vous dire, répondit froidement des Adrets,
sinon que vous rapportiez à votre maître, que vous avez trouvé le
baron des Adrets, son très-humble serviteur, dans un grand chemin,
avec un bâton blanc à la main et sans épée, et que personne ne lui
dit rien.»

Cet homme cruel mourut en 1587, méprisé et abhorré des deux partis
qu'il avait servis tour à tour.



LE MARÉCHAL DE MONTLUC.


Blaise de Lasseran-Massencome, seigneur de Montluc, fut, pour la
bravoure et la cruauté, le digne pendant du baron des Adrets. Sa
valeur lui mérita le bâton de maréchal de France en 1574; et sa
mémoire eût passé avec honneur à la postérité, s'il ne l'eût pas
souillée par des actes de férocité qui la rendent à jamais odieuse.

Il avait été nommé, le 9 juillet 1564, lieutenant-général au
gouvernement de Guienne, mais il était bien éloigné d'avoir les
qualités qu'exigeaient d'aussi importantes fonctions; car, comme il
le dit lui-même dans ses _Commentaires_, son naturel tendait plus à
remuer les mains qu'à pacifier les affaires; aimant mieux frapper et
jouer des couteaux que faire des harangues. Les troubles occasionés
par la diversité des opinions religieuses et par l'ambition de
quelques courtisans, exaltèrent ses dispositions à la cruauté. Il
abusa de l'autorité que la cour lui avait confiée, en se livrant à
des actes sanguinaires qui ne firent qu'allumer, au lieu d'éteindre
le feu de la guerre civile.

Au reste, il s'est peint lui-même sous les couleurs les plus
odieuses, et il n'est pas probable qu'il se soit plu à se calomnier.
Il ne s'accuse pas, mais il se vante de plusieurs actes d'injustice
et de cruauté qui font horreur, et rend croyable tout le mal que ses
ennemis ont raconté de lui.

Un jour ayant appris que quelques protestans avaient parlé avec
irrévérence du roi Charles IX, il les fit attacher dans un cimetière.
Voici son récit à ce sujet: «J'avais les deux bourreaux derrière moi,
bien équipés de leurs armes, et surtout d'un marassan bien tranchant.
De rage, je sautai au cou de ce Verdier (l'un des protestans), et
lui dis: _O meschant paillard, as-tu bien osé souiller ta meschante
langue contre la majesté du roi?_ Il me répondit: _Ha! monsieur, à
pécheur miséricorde!_ Alors la rage me prit plus que devant, et lui
dis: _Meschant, veux tu que j'aye miséricorde de toi, et tu n'as
point respecté ton roi?_ Je le poussai rudement en terre, et dis au
bourreau: _Frappe, vilain._ Ma parole et son coup fust aussitôt l'un
que l'autre....... Je fis pendre les deux autres à un orme qui était
tout contre.» Il en restait un quatrième, Montluc ne voulut pas le
faire mourir, parce qu'il n'avait que dix-huit ans. «Mais, dit-il, je
lui fis bailler tant de coups de fouet par les bourreaux, qu'il me
fust dit qu'il en était mort; et voilà la première exécution que je
fis au sortir de ma maison, sans sentence ni escriture.»

Les protestans de Cahors, autorisés par les édits de pacification,
s'étaient assemblés dans une maison pour célébrer leur culte. Les
catholiques mirent le feu à cette maison. Plusieurs protestans
périrent dans les flammes, et ceux qui cherchaient à s'échapper,
étaient massacrés au-dehors. La cour nomma des commissaires pour
informer à l'occasion de ce massacre, et en punir les auteurs.
Plusieurs chanoines de la cathédrale, et surtout l'archidiacre Viole,
en furent déclarés coupables. Montluc, instruit que la sentence
allait être prononcée, arrive à Cahors, entre dans la salle des
commissaires au moment où le président allait lire la sentence. Il
le menace de le tuer, s'il en commence la lecture. «Dès le premier
mot qu'il ouvrira la bouche, je le tuerai.» Il lui dit ensuite: «Je
te pendrai moi-même de ma main; car j'en ai pendu une vingtaine de
plus gens de bien que toi. Je te pendrai toi et tes compagnons aux
fenestres de cette maison.» Et dit à M. de Burie: «Laissez-moi tuer
tous ces meschants traistres au roi.» Sur quoi je tirai mon épée, et
les eusse bien gardés de faire sentence ni arrest; mais M. de Burie
me sauta au bras, et me pria de ne le point faire, et alors tous
gagnèrent la porte, et se mirent en fuite...... Je voulais aller
après les tuer.... Je crois que j'en aurais étranglé quelqu'un.»
Quelque temps après, il fit pendre aux fenêtres de la maison de ville
de Villefranche deux protestans que les mêmes commissaires avaient
déclarés absous. Il ne marchait qu'accompagné de deux bourreaux.
«Je recouvrai, dit-il, deux bourreaux, lesquels, depuis, on appela
mes laquais, parce qu'ils étaient souvent avec moi.» Un ministre
protestant vint un jour implorer sa justice. «Je commence à jurer,
dit Montluc, et l'empoignai au collet, lui disant: Je ne sais qui me
tient que je ne te pende moi-même à cette fenestre, paillard; car
j'en ai étranglé de ma main une vingtaine de plus gens de bien que
toi.»

Autant de protestans il rencontrait, autant il en faisait pendre ou
poignarder. Il en découvrit qui s'étaient réfugiés à Gironde. «Je les
fit attraper, dit-il, et pendre soixante-dix aux piliers des halles,
sans autre cérémonie.» Sa route était marquée par les nombreux
cadavres de ceux qu'il faisait pendre aux arbres. C'est encore
lui-même qui se glorifie de cette cruauté. «On pouvait connaître par
là où j'étais passé, car, par les arbres sur le chemin, on trouvait
les enseignes.»

Il serait trop long de rapporter tous les traits qui, dans ses
propres Mémoires, caractérisent défavorablement l'âme de Montluc. «Il
apprenait, dit un historien, à ses enfans à être tels que lui, et
à se baigner dans le sang, dont l'aîné ne s'épargna pas à la saint
Barthélemy.»

Cet homme farouche fut blessé à l'assaut de Rabasteins, d'une
arquebusade qui lui perça les deux joues, et lui enleva une partie du
nez; il cacha sous un masque, le reste de sa vie, ses traits déchirés
à la guise de ses victimes; il eut l'intention de finir ses jours
dans un ermitage, au haut des Pyrénées, comme les ours. Il mourut en
1577, âgé de 77 ans.

Le fameux connétable de Montmorency avait aussi beaucoup de cette
férocité, mêlée à une grande dévotion. «On disait aux armées qu'il se
fallait garder des patenôtres de M. le connétable, car en les disant
en murmurant, il disait: «Allez-moi prendre un tel; attachez celui-là
à un arbre; faites passer celui-là par les picques tout à cette
heure, ou les arquebusez tous devant moi; taillez-moi en pièces tous
ces marauds qui ont voulu tenir et clocher contre le roy, brûlez-moi
ce village; boutez-moi le feu partout à un quart de lieue à la ronde.»

Telles étaient, en général, les mœurs des prétendus grands hommes de
cette époque. C'était le temps de l'apprentissage des massacreurs de
la saint Barthélemy.



CRUAUTÉS POPULAIRES, COMMISES A TOULOUSE, PENDANT LES TROUBLES DE LA
LIGUE.


La ligue, prétendue sainte, formée par les Guises, s'était propagée
dans toutes les provinces de France, et couvrait ce beau royaume
comme d'un immense réseau. Le Languedoc, où le nombre des protestans
était considérable, fut surtout le théâtre des crimes de cette
association rebelle envers le roi. Après le meurtre du duc de Guise
et du cardinal son frère, le fanatisme des partisans de la ligue, à
Toulouse, prit un caractère de fureur qu'il n'avait pas eu jusque
là. Ils firent tous leurs efforts pour entraîner toutes les autres
villes de la province, et députèrent un ancien capitoul à Paris pour
y jurer l'union. Le parlement de Toulouse et le conseil des dix-huit,
manœuvrèrent aussi dans le même sens, et parvinrent, à l'aide de
leurs émissaires, à gagner quelques villes importantes; puis le
parlement et le corps de ville de Toulouse écrivirent séparément
au pape, pour lui rendre compte de leurs démarches, demander sa
protection, et le consulter pour savoir si Henri de Valois (c'est
ainsi qu'ils appelaient le roi), ayant été frappé d'excommunication,
avait toujours droit à leur obéissance.

Cependant le premier président Duranti, fidèle à l'autorité du
souverain, lui rendit compte de ces désordres. Le roi l'exhorta
à ramener les factieux par la prudence. Les troubles néanmoins
croissaient de jour en jour. Des prédicateurs furibonds ne cessaient
d'ameuter le peuple contre le roi et contre ceux qui lui restaient
attachés; le président Duranti était surtout le sujet de leurs
saintes fureurs; tous les jours de fête, on affichait, soit aux
portes des églises, soit dans les carrefours, des libelles infâmes
contre ce respectable magistrat.

Le duc de Montmorency, averti du péril où se trouvait l'autorité
royale à Toulouse, écrivit aux habitans pour les faire rentrer dans
le devoir; mais les conjurés, loin de lui obéir, firent assembler le
conseil de ville et déclarèrent que Duranti devait être éloigné de
toute administration publique. Le président Bertrand, qui présidait
l'assemblée, imposa silence aux factieux, malgré les plaintes d'un
avocat, nommé Grégoire, qui criait à l'oppression des suffrages.
Les factieux, qui étaient en majorité, firent conférer la garde de
la ville au conseil des dix-huit, qui s'empara aussitôt de toute
l'autorité. Le conseil de ville, qui ne devait être composé que
d'un certain nombre des plus notables habitans de Toulouse, fut
aussitôt envahi par six cents autres qui avaient été apostés, et qui,
armés pour la plupart, prétendirent avoir part aux délibérations.
Le tumulte devint si grand que les capitouls furent obligés de
rompre l'assemblée, sans qu'aucune détermination eût été prise;
plusieurs furent d'avis d'appeler à l'avenir le premier président aux
délibérations, pour que sa présence imposât aux chefs des factieux.

Duranti, malgré le péril éminent dont sa personne était menacée,
ne balança pas à se rendre à l'hôtel-de-ville. Il s'y rendit sans
gardes, avec une contenance ferme et assurée, assista aux séances
pendant trois jours consécutifs, et tâcha de calmer, par son
éloquence, cette populace effrénée. La paix et la tranquillité
semblaient prêtes à renaître à Toulouse, lorsque, le troisième jour,
une question incendiaire vint enflammer de nouveau les esprits. On
demanda s'il fallait obéir au roi ou se soustraire à son autorité,
et s'il ne convenait pas d'exiler ou d'emprisonner tous ceux qu'on
appelait politiques et qui persistaient dans leur fidélité au roi.
Cette proposition excita de violens débats. Pendant la dispute, un
avocat nommé Tournier se leva, et soutint avec véhémence qu'on ne
devait plus l'obéissance au roi, et qu'on était délié du serment de
fidélité qu'on lui avait prêté. Un autre membre, nommé Chapelier,
se retournant vers le portrait du roi, s'écria qu'il fallait le
faire disparaître de la salle. Jacques Daffis, beau-frère du premier
président Duranti, et avocat-général au parlement, s'éleva avec force
contre de pareilles propositions, et soutint avec beaucoup de courage
les droits du roi. Duranti, voyant cette contestation, fit enfin
consentir l'assemblée à s'en rapporter à la décision du parlement.

L'avocat-général Daffis, désespérant de faire entendre raison à ce
peuple mutiné, prit le parti de se retirer à sa maison de campagne,
située à deux lieues de Toulouse.

Comme Duranti ne se pressait pas d'assembler le parlement pour lui
demander sa décision, le peuple s'attroupa autour de sa maison le 29
janvier 1589, et l'obligea, soit par prières, soit par menaces, à
convoquer extraordinairement les chambres. Les avis furent partagés,
et Duranti rompit l'assemblée sans que rien fût décidé. Un grand
nombre de gens armés avaient entouré le palais, en attendant le
résultat de la délibération; et la plupart, qui étaient émissaires
des principaux ligueurs, avaient résolu d'assassiner le premier
président. En effet, ce magistrat ne fut pas plus tôt monté dans
son carrosse, qu'on l'assaillit de plusieurs coups d'épée et de
hallebarde, qui percèrent les mantelets du carrosse en divers
endroits; mais ayant eu la précaution de se tapir dans le milieu de
la voiture, Duranti n'eut aucun mal. Son cocher lança ses chevaux
à toutes brides, et il était déjà arrivé près de la maison du
magistrat, lorsque le carrosse heurta contre la margelle d'un puits
avec tant de violence qu'il en fut renversé.

Obligé de descendre, Duranti se réfugia à l'hôtel-de-ville, où il
demeura cinq jours, et où peu de ses amis osèrent l'aller visiter.
Les habitans de Toulouse restés fidèles au roi prirent la fuite ou se
cachèrent; on ferma toutes les boutiques; on tendit les chaînes des
rues, et l'on fit des barricades.

Le parlement ordonna, le 1er février, la translation de Duranti au
couvent des jacobins. Duranti s'y rendit le jour même, accompagné des
évêques de Comminge et de Castres, de deux capitouls et d'une troupe
de gardes. On établit à la porte du couvent un corps de garde, avec
consigne de ne permettre à personne de voir le prisonnier, pas même à
sa fille unique. On permit seulement à Rose de Caulet, sa femme, et
à deux domestiques, de se renfermer avec lui, à condition de ne pas
sortir et de ne communiquer avec personne. On fit une perquisition
minutieuse dans la maison et dans les papiers du premier président,
on ne put rien y découvrir qui lui fût préjudiciable.

Mais les factieux ayant résolu de se défaire de ce magistrat, dont
la présence gênait l'exécution de leurs desseins, et voyant qu'ils
ne pouvaient que très-difficilement consommer leur complot dans le
couvent des jacobins, proposèrent de le transférer dans la grosse
tour de Saint-Jean, comptant bien que la populace se jetterait sur
lui dans le marché et le tuerait. Mais Duranti étant tombé malade,
il ne fut pas en état d'être transporté. Sur ces entrefaites, on
intercepte, le 2 février, des lettres que l'avocat-général Daffis
écrivait à Bordeaux pour demander du secours; on va aussitôt enlever
ce magistrat de sa maison de campagne, on le conduit aux prisons de
la conciergerie et on l'interroge. Il soutient, dans sa réponse,
qu'il n'a fait que remplir les fonctions de son ministère, en
écrivant ces lettres; et comme ces lettres portaient, entre autres
choses, que le premier président n'était pas encore mort, les
conjurés prennent la résolution de le faire mourir sur-le-champ, de
crainte qu'il ne s'évadât et ne ruinât leurs desseins.

Le 10 février 1589, vers quatre heures du soir, des assassins
apostés, suivis d'une vile populace, au nombre de deux mille, tant
hommes que femmes, aveugle multitude, à qui on avait insinué que
Duranti voulait remettre Toulouse aux hérétiques, se rendent devant
la porte des jacobins, et essaient d'abord de l'enfoncer; ne pouvant
y réussir, ils y mettent le feu, et entrent librement dans le
couvent, sans que les gardes fassent la moindre résistance.

Chapelier, l'un des chefs de cette tourbe effrénée, aborde le premier
président, et lui dit que le peuple le demande; Duranti se met
aussitôt à genoux, et, voyant qu'il allait à la mort, il fait ses
adieux à sa femme, en termes pleins de fermeté, de courage et de
soumission à la volonté de Dieu. Chapelier l'entraîne avec violence
sur la porte qui vient d'être brûlée, et dit au peuple, en élevant
la voix: «_Voilà l'homme!_--Oui, ajoute Duranti, qui était en robe
et qui montrait un visage tranquille, me voici: mais quel est donc
le grand crime que j'ai commis, qui puisse m'attirer une haine aussi
implacable que celle que vous faites paraître contre moi?» Ces
paroles, prononcées d'une voix ferme et d'un ton grave, contiennent
un moment la fureur du peuple; et un reste d'autorité répandu sur
le visage de Duranti, soutenu du témoignage de sa conscience, fait
succéder à la tempête quelques instans de silence. Mais l'un des
ligueurs, que rien ne pouvait émouvoir, l'ajuste avec son mousquet,
l'atteint au milieu de la poitrine et le renverse, tandis que ce
magistrat, levant les mains au ciel, demandait à Dieu la grâce de ses
assassins. Aussitôt le peuple, comme une bête féroce, se précipite
sur lui, le perce de coups, assouvit sa rage sur son cadavre,
puis l'attache avec une corde par les pieds, et le traîne ainsi
tout ensanglanté au milieu de la place de Saint-George, au bas de
l'échafaud de pierre, où l'on avait coutume d'exécuter les criminels;
comme il n'y avait pas de potence dressée, on le met sur ses pieds
et on l'attache au pilori, où il demeure exposé toute la nuit, ayant
derrière lui l'effigie du roi Henri III. Les uns lui arrachent la
barbe, les autres le suspendent par le nez, en disant: «Le roi
t'était si cher; te voilà à présent avec lui.»

Aussitôt après cette scène sanglante, les assassins, suivis de la
populace, accourent à la conciergerie, arrachent l'avocat-général
Daffis de sa prison, se jettent sur lui, le massacrent impitoyablement,
et laissent son cadavre sur la place. En même temps on met la maison
du premier président au pillage; une riche bibliothèque, que Duranti
avait formée à grands frais, fut entièrement détruite. Le peuple, ou
plutôt la tourbe de la populace, court à l'hôtel-de-ville, arrache le
portrait du roi qui décorait l'une des salles, l'attache à une corde,
et le traîne dans la rue, en criant, comme s'ils l'avaient mis à l'encan:
_A cinq sous le roi tyran, pour lui acheter un licou._ Le lendemain
l'un des capitouls fit mettre le corps de Duranti dans un drap avec
le portrait du roi, et le fit porter, sans autre cérémonie, aux
Cordeliers du grand couvent, où il fut inhumé. On enleva le même jour
le corps de Daffis, et on l'inhuma dans l'église des Cordeliers de
Saint-Antoine.

Ainsi périrent ces deux courageux magistrats, ces deux vertueux
citoyens, aussi recommandables par l'intégrité de leur vie et
par leurs lumières que par leur zèle pour le bien public et leur
attachement à leur roi. Zélés et sincères catholiques, ils avaient
été partisans de la ligue, tant qu'elle eut le roi pour protecteur,
et qu'ils ignorèrent les projets ambitieux de ceux qui en étaient
les chefs. Mais dès qu'ils avaient vu que les princes de la maison
de Guise songeaient moins au soutien de la religion qu'aux intérêts
de leur maison, et qu'ils avaient osé aspirer au trône, ils étaient
alors devenus les ennemis de tous les ligueurs ennemis du roi, et
avaient été leurs premières victimes.

Le roi, indigné de ce double assassinat et des circonstances qui
l'avaient accompagné, fit transférer le parlement à Carcassonne, et
les autres cours et juridictions de Toulouse dans d'autres villes.

Telle est la justice populaire, dans les temps de crise politique ou
religieuse; elle peut bien faire le pendant de la justice despotique.



ASSASSIN TUÉ PAR SA VICTIME.


Lors des troubles de la ligue, la Provence fut loin d'être exempte
des fureurs de la guerre civile. Les catholiques et les protestans
rivalisèrent d'acharnement et de cruauté. Henri, bâtard de Valois,
comte d'Angoulême, grand-prieur de France, était gouverneur de cette
province. Il poursuivit les ligueurs avec fermeté, et se fit un
assez grand nombre d'ennemis. Soit que sa conduite ne fût point à
l'abri de la censure, soit que la calomnie cherchât à le perdre, on
fit contre lui des plaintes qui parvinrent jusqu'au trône: les plus
vives furent celles de Philippe Altovitis, capitaine des galères.

Ce gentilhomme, originaire de Florence, était mari de Rénée de
Rieux, surnommée la belle de Châteauneuf, qui avait été maîtresse du
roi Henri III, et qui n'avait consenti à cette alliance que parce
qu'elle n'en avait point trouvé de plus brillante. Cette femme
avait tué de sa propre main son premier mari, nommé Antinotti. Elle
était alors à la cour, où elle conservait par sa beauté, encore
plus que par sa naissance, le crédit qu'elle y avait acquis par ses
criminelles faiblesses. Elle voyait souvent la reine, qui n'aimait
point le grand-prieur, parce qu'il était ennemi de la faction qu'elle
protégeait.

Altovitis écrivant un jour à sa femme, lui mandait que ce gouverneur
opprimait le pays par ses exactions, et que, pour se rendre
nécessaire, il prolongeait une guerre qu'il était en son pouvoir de
terminer.

Altovitis était alors à Aix pour l'assemblée des états. Sa lettre
tomba entre les mains du roi ou du ministre, et fut renvoyée au
grand-prieur, qui, après en avoir pris lecture, ne put maîtriser sa
colère.

Dans son premier transport, oubliant ce qu'il devait à son rang et à
sa naissance, ce qu'il se devait à lui-même, il court, l'air effaré,
tout bouillant de fureur, à l'auberge où logeait Altovitis: il entre
précipitamment dans sa chambre, et, lui lançant un regard foudroyant,
il lui crie en lui montrant sa lettre: _As-tu écrit cela?_ Altovitis
n'a pas le temps de se remettre, de répondre un seul mot. Le
grand-prieur fond sur lui l'épée à la main, et lui en porte deux
coups. Altovitis, aussi effrayé que surpris, lui demande la vie. Le
grand-prieur redouble; alors Altovitis, rassemblant le peu de force
qui lui restait, et poussé par le désespoir, frappe le gouverneur
d'un coup de poignard dans le ventre: celui-ci, se sentant grièvement
blessé, s'écrie en tombant: _Je suis mort, Altovitis me tue._

A ces cris quelques gentilshommes de sa suite, qui étaient à portée
de l'entendre, accourent, et, voyant le grand-prieur baignant dans
son sang, se précipitent, transportés de rage, sur Altovitis, qui
perdait le sien par ses blessures, achèvent ce malheureux et jetent
son cadavre par la fenêtre.

Le grand-prieur ne survécut pas long-temps à sa victime. Il ignorait
que sa blessure fût mortelle; on lui en dissimulait même le danger;
mais un cordelier qui lui servait de confesseur lui ayant dit
nettement qu'il ne fallait plus songer à la vie, le grand-prieur lui
répondit sans émotion: _Il ne faut plus songer à vivre? Eh bien!
pensons donc à mourir._ Il expira le lendemain 2 juin 1586, ayant
terni par un indigne assassinat une vie qu'il aurait pu illustrer par
ses brillantes qualités.

Suivant Anselme, ce prince avait été un de ceux qui avaient assisté à
l'affreuse résolution de la journée de la Saint-Barthélemy, et fut,
avec le duc de Guise, celui qui donna les ordres pour cette horrible
boucherie. Nous apprenons même du président de Thou que, pour être
bien assuré du meurtre de l'amiral de Coligny, il lui essuya le
visage avec un mouchoir, et que, l'ayant reconnu, il lui donna un
coup de pied, en ajoutant à cette barbare action ces mots qu'il
adressait à ceux qui étaient avec lui: _Courage, mes amis, nous avons
bien commencé, finissons de même._



HENRI III ET JACQUES CLÉMENT.


Henri III avait aposté des sicaires pour faire lâchement assassiner
le duc de Guise; la duchesse de Montpensier, sœur de cette illustre
victime, eut recours au fanatisme de la religion et à celui de
l'amour pour trouver à son frère un vengeur. Cette fière princesse ne
craignit pas de se livrer à un moine pour lui mettre le poignard à la
main.

Ce moine, de l'ordre des dominicains, se nommait Jacques Clément. Il
était né à Sorbon, village de Champagne, à trois lieues de Rhétel,
et était âgé de vingt-quatre ans et demi lorsqu'il se chargea de
cet horrible message. Sa farouche piété et son esprit noir et
mélancolique le rendaient propre à cet attentat. Il se crut appelé à
devenir le libérateur et le martyr de la sainte ligue. Ses amis et
ses supérieurs l'encouragèrent et le canonisèrent d'avance.

Clément se prépara à son régicide par des jeûnes et par des prières
continuelles pendant des nuits entières. Il se confessa, reçut
les sacremens, puis acheta un bon couteau. Les armées combinées
de Henri III et du roi de Navarre étaient en ce moment campées
dans les environs de Paris. Henri III avait pris son logement à
Saint-Cloud dans la maison de Gondy. Jacques Clément sortit de Paris
le dernier juillet 1589, et fut mené à Saint-Cloud par La Guesle,
procureur-général. Celui-ci, qui soupçonnait un mauvais coup de la
part de ce moine, l'envoya épier pendant la nuit dans l'endroit où
il était retiré. On le trouva plongé dans un profond sommeil; son
bréviaire était auprès de lui, ouvert et tout gras au chapitre du
meurtre d'Holopherne par Judith.

Le lendemain, Clément, arrivé au quartier du roi, demanda à être
présenté à ce prince, sous prétexte de lui révéler un secret dont il
lui importait d'être promptement instruit. Ayant été conduit devant
le roi, il se prosterna avec une modeste rougeur sur le front, et
il lui remit une lettre qu'il disait être écrite par Achille de
Harlay, premier président. Tandis que le roi lit, le moine le frappe
dans le ventre et laisse le couteau dans la plaie; ensuite, avec
un regard assuré et les mains sur sa poitrine, il lève les yeux au
ciel, attendant paisiblement les suites de son assassinat. Le roi se
lève, arrache le couteau de son ventre, et en frappe le meurtrier au
front. Plusieurs courtisans accoururent au bruit. «Vous pouvez juger,
monsieur, écrit La Guesle, témoin oculaire, quel était ce piteux et
misérable spectacle de voir, d'un côté, le roi ensanglanté tenant
ses boyaux entre ses mains, de l'autre, ses bons serviteurs qui
arrivaient à la file, pleurant, criant, se déconfortant.» Le devoir
des gens du roi était d'arrêter le moine pour l'interroger et tâcher
de découvrir ses complices; mais ils le tuèrent sur-le-champ avec une
précipitation qui les fit soupçonner d'avoir été trop instruits de
son dessein.

Cependant Henri fit dresser un autel vis-à-vis de son lit; son
chapelain y dit la messe. Au moment de l'élévation, le roi prononça
ces paroles: «Seigneur Dieu, si tu connais que ma vie soit utile et
profitable à mon peuple et à mon état, conserve-moi et me prolonge
mes jours; sinon, prends mon corps et sauve mon âme; ta volonté soit
faite.»

Le roi de Navarre arriva, Henri III lui tendit la main: «Mon frère,
lui dit-il, vous voyez comme vos ennemis et les miens m'ont traité;
il faut que vous preniez garde qu'ils ne vous en fassent autant.»
Puis il déclara le roi de Navarre son légitime successeur, et invita
les seigneurs présens à le reconnaître en cette qualité.

Henri III expira le mercredi 2 août, deux heures après minuit, ayant
pardonné à ceux qui _avaient pourchassé sa blessure_. Cette nouvelle
se répandit bientôt dans Paris, et remplit les ligueurs d'une folie
joie. Madame de Montpensier sauta au cou du premier qui vint la
lui apporter. «Ah! mon ami, soyez le bien-venu, lui dit-elle; mais
est-il vrai, au moins? Ce méchant, ce perfide, ce tyran est-il mort?
Dieu, que vous me faites aise! Je ne suis marrie que d'une chose,
c'est qu'il n'ait su, avant de mourir, que c'est moi qui l'ai fait
faire.» Elle courut chez madame de Nemours, sa mère, monta avec elle
en carrosse, et s'en alla distribuant de rue en rue des écharpes
vertes, couleur d'une espèce de deuil dérisoire consacré aux fous.
«Bonne nouvelle, mes amis, s'écriait-elle, bonne nouvelle! le tyran
est mort; il n'y a plus de Henri de Valois en France.»

Madame de Nemours, du haut des degrés du grand hôtel des cordeliers,
harangua le peuple; on fit des feux de joie; les prédicateurs
canonisèrent Jacques Clément; on publia les _actes du martyre de
frère Jacques Clément, de l'ordre de Saint-Dominique_. On vendait à
la foule le portrait du moine, avec des vers dignes du héros:

    Un jeune Jacobin, nommé Jacques Clément,
    Dans le bourg de Saint-Cloud, une lettre présente
    A Henri de Valois, et vertueusement
    Un couteau fort pointu dans l'estomac lui plante.

L'attentat de Clément fut approuvé à Rome. Le pape Sixte-Quint,
en plein consistoire, déclara que le régicide Jacques Clément
était comparable pour le salut du monde à l'incarnation et à la
résurrection, et que le courage du religieux jacobin surpassait celui
d'Éléazar et de Judith. «Ce pape, dit M. de Châteaubriand, avait trop
peu de conviction politique et trop de génie pour être sincère dans
ces comparaisons sacrilèges; mais il lui importait d'encourager des
fanatiques prêts à tuer des rois au nom du pouvoir papal.»

Le parlement de Toulouse ordonna qu'une procession solennelle aurait
lieu, tous les ans, le jour de l'assassinat du roi. Telle est la
folie du fanatisme en tous les genres, qu'il est toujours prêt à
déifier les crimes qu'il suscite et ceux qui les commettent.



LA BELLE ANGEVINE; HISTOIRE DU JEUNE PRÊTRE CONDAMNÉ A ÊTRE PENDU, OU
A L'ÉPOUSER.


La singularité de cette histoire, les circonstances intéressantes qui
s'y rattachent, lui assignent une place dans ce recueil, quoi qu'elle
n'offre ni coups de poignard, ni coupe empoisonnée, ni aucun autre
des instrumens de l'assassinat. Ici les principaux personnages ne
sont pas à l'abri de tout reproche; mais le crime est tout entier
du côté de la justice, qui, au seizième siècle, et bien plus tard
encore, se montrait si prodigue de bûchers et de potences.

Rénée Corbeau, fille d'un simple bourgeois de la ville d'Angers,
était d'une si grande beauté, qu'on l'avait surnommée la belle
Angevine; les églises, les promenades publiques où l'on savait
qu'elle devait se trouver, attiraient toujours une affluence
considérable, curieuse de la voir et de l'admirer. Son esprit, son
caractère, le doux son de sa voix, n'étaient pas moins séduisans que
son visage et les grâces de sa personne. Son amour-propre était sans
doute agréablement flatté de tant d'empressement, mais son cœur
restait indifférent au milieu d'une foule d'adorateurs, qui lui
offraient en vain leur fortune en sollicitant sa main.

L'université d'Angers était alors très-florissante; un jeune
gentilhomme de Séez y arriva en 1594. La présence de cet étudiant
produisit sur les dames le même effet que celle de Rénée faisait sur
les hommes. Sa beauté devint le sujet de toutes les conversations;
tout le monde voulait voir le beau Normand, et pendant quelque temps
il partagea avec la belle Angevine l'attention de la ville. Cependant
le public, toujours avide de sensations nouvelles, désirait les
voir ensemble pour décider lequel des deux emportait le prix de la
beauté. Ils ne le désiraient pas moins vivement eux-mêmes, mais cette
curiosité devait troubler pour long-temps le repos de leur vie. Dès
qu'ils se virent, ils sentirent au même instant, elle qu'il était le
plus beau des hommes; lui, qu'elle était la plus accomplie des femmes.

L'amour ne tarda pas à succéder à leur admiration mutuelle. Rénée,
sensible pour la première fois, se livra à ce sentiment nouveau
avec toute la naïve ardeur d'une jeune fille; elle prenait plaisir
à entendre louer celui que tout le monde vantait, et nommait déjà
son amant celui que toutes les femmes admiraient d'autant plus qu'il
répondait avec froideur aux avances de la coquetterie; enfin tout,
jusqu'aux vœux du public qui se prononçait hautement pour l'union
d'un si beau couple, tout concourut à séduire Rénée, à l'enivrer
d'amour.

Bientôt les deux amans, malgré la surveillance des parens de Rénée,
se donnèrent de secrets rendez-vous, où les sermens de fidélité
éternelle ne furent pas épargnés. La suite de cette liaison est
facile à deviner; le beau Normand, dont le nom ne nous est pas
parvenu, fit à la belle Angevine une promesse de mariage, et se mit
préalablement en jouissance des droits d'époux.

Cette union clandestine ne put être long-temps un mystère. Les parens
de Rénée, instruits de l'état de leur fille chérie, surprirent
dans sa chambre le jeune homme, qui s'y rendait secrètement toutes
les nuits. Il ne fallut employer ni menaces ni contrainte pour
l'obliger à réparer l'honneur de sa maîtresse; il dit qu'il la
regardait déjà comme sa femme, et qu'il était prêt à l'épouser. On
dressa sur-le-champ le contrat de mariage, qu'il signa avec un vif
empressement.

Cette formalité remplie, le jeune homme partit pour son pays, afin de
solliciter le consentement de ses parens; mais ils le lui refusèrent.
Soit inconstance de sa part, soit déférence pour sa famille, qui
regardait ce mariage comme une mésalliance, soit peut-être aussi
désespoir, le jeune gentilhomme entra dans l'état ecclésiastique, et
reçut bientôt après les ordres sacrés.

Le père de Rénée, informé de cet abandon qu'il considérait comme
une perfidie, se pourvut en accusation de rapt devant le lieutenant
criminel d'Angers, et fit informer et décréter contre le séducteur de
sa fille. Celui-ci en appela au parlement de Paris, qui confirma la
procédure criminelle, et rendit un arrêt qui le condamnait _à être
pendu, si mieux n'aimait épouser la fille_.

Cet arrêt était pour le beau Normand le cercle de Popilius: de
quelque côté qu'il se tournât, il rencontrait la mort. Le parlement
n'ignorait pas qu'un obstacle absolu s'opposait à ce que le condamné
pût choisir l'une des deux peines que le jugement lui infligeait;
son intention était qu'il mourût en punition de la violation de
son contrat de mariage, et surtout pour avoir trahi tout à la fois
Dieu et les hommes, en abusant d'un sacrement pour éluder l'autre.
Aujourd'hui que la peine de mort, même à l'égard des plus grands
criminels, trouve de si nombreux adversaires parmi les publicistes
et dans tous les échos de l'opinion publique, l'arrêt du parlement,
quelque fondé qu'il soit sur la sainteté de la morale et de la
religion, ne nous en paraît pas moins d'une sévérité inique et
révoltante. Mais tel était l'esprit du temps.

Le jeune condamné, loin de chercher à pallier sa faute, reconnaît
lui-même qu'il mérite la mort, et l'attend avec résignation. On
le conduit à la chapelle du Palais-de-Justice, où il trouve un
confesseur; l'instrument de son supplice est dressé sur la place
publique, et déjà l'infortuné est au pouvoir de l'exécuteur.

A cette nouvelle, la belle Angevine devint pâle comme la mort;
l'amour si violent qu'elle avait éprouvé se ranime plus violent
encore dans son cœur déchiré. Le désespoir exalte ses forces; son
amant, celui qu'elle a si tendrement aimé, va périr du dernier
supplice; elle ne balance plus; guidée par son amour, elle se fraye
un passage à travers les archers, et hors d'elle-même, éplorée, dans
le plus grand désordre, elle pénètre dans la salle où la cour était
assemblée, se jette aux pieds des juges, et les conjure dans les
termes les plus touchans, d'avoir pitié de deux malheureux.

«Je viens offrir à vos yeux, leur dit-elle, l'amante la plus
infortunée qui ait jamais paru à la face de la justice. En condamnant
mon amant, vous avez cru que je n'étais pas coupable, ou du moins que
mon crime pouvait s'excuser, et cependant vous me faites mourir du
même coup qui lui donnera la mort; vous me faites souffrir la plus
cruelle de toutes les destinées, puisque l'infamie de la mort de mon
amant rejaillira sur moi, et que je mourrai déshonorée aussi bien
que lui. Vous avez voulu qu'il réparât l'outrage qu'il a fait à mon
honneur; et le remède que vous apportez au mal me rend l'opprobre
de tout le monde. Ainsi, malgré l'opinion où vous êtes que je suis
plus malheureuse que criminelle, vous me punissez de la plus horrible
de toutes les peines. Comment accordez-vous avec votre équité le
sort que vous me faites subir? Vous ne pouvez pas ignorer, puisque
vous êtes hommes avant d'être juges, et que vous avez éprouvé les
lois de l'amour, quels tourmens souffre une personne qui aime bien,
lorsqu'elle peut se reprocher d'être la cause de la mort, et d'une
mort infâme, de celui qui est l'objet de son amour. Y a-t-il un
supplice qui puisse égaler cette idée insupportable? La mort qui la
termine n'est-elle pas un présent du ciel?»

Rénée Corbeau cherche ensuite à excuser son amant en rejetant sur
elle-même, sur sa propre faiblesse, le crime de séduction. «Si vous
voulez punir une faute, à laquelle entraîne un sentiment trop vif,
s'écrie-t-elle, mais qui est aussi celle d'un âge où la raison se
fait à peine entendre, c'est sur moi que la vengeance des lois doit
tomber; si vous ne pardonnez pas à mon amant, que je subisse la même
peine, je suis la plus coupable. Mais si vos cœurs peuvent s'ouvrir
à la pitié, ils trouveront le moyen de satisfaire à la justice
et d'apaiser mes parens offensés. Dieu, dans sa miséricorde, ne
semble-t-il pas avoir envoyé exprès le légat pour concilier ce qui
paraît si opposé? Il doit arriver dans peu de jours avec tous les
pouvoirs de Sa Sainteté, et il pourra, par des dispenses, mettre le
malheureux condamné en état d'opter, suivant votre arrêt, et réparer
mon honneur. Mais si vous êtes tous inflexibles, ne me refusez pas du
moins la grâce de mourir avec mon amant, du même supplice.»

Jusqu'à ce moment, Rénée Corbeau avait paru la plus belle des femmes,
mais ses larmes, ses sanglots, son éloquence, ses traits animés de
tous les sentimens qu'elle exprimait, semblaient lui communiquer
quelque chose de supérieur à la beauté terrestre. Les juges, les
assistans, tous sont profondément émus et frappés d'admiration
par cette scène aussi attendrissante qu'inattendue. Accoutumés à
rester froids et impassibles sur leur tribunal, les magistrats
étonnés se regardent les uns les autres; tous cèdent spontanément
au sentiment qui les domine, et ils ordonnent aussitôt qu'il sera
sursis à l'exécution, afin que le condamné puisse se pourvoir devant
l'autorité ecclésiastique.

Le légat, qui depuis fut pape sous le nom de Léon XI, étant arrivé à
Paris, prit connaissance de cette affaire, et, après en avoir conféré
avec les prélats et docteurs de sa suite, il jugea le condamné
indigne d'aucune grâce, et il lui refusa les dispenses nécessaires
pour le mariage, quoiqu'il fût sollicité à cet égard par les plus
grands seigneurs du royaume.

Il restait encore aux malheureux amans un moyen de salut; c'était de
recourir à la clémence royale. Le trône de France était alors occupé
par le bon Henri,

    Le seul roi dont le peuple ait gardé la mémoire.

Ce prince connaissait par expérience toutes les fautes que peut faire
commettre l'amour; et, contre l'ordinaire des autres hommes, surtout
de ceux qui peuvent tout impunément, cette connaissance du cœur
humain le disposait à l'indulgence. Aussi reçut-il avec une bonté
infinie la requête des deux infortunés, et il sollicita lui-même le
légat, qui, ne pouvant résister aux vives et pressantes instances du
monarque, accorda enfin les dispenses demandées.

Le mariage des amans ne tarda pas à être célébré, et la belle
Angevine suivit son mari en Normandie, où ils vécurent dans une union
digne de servir de modèle.

De nos jours, la mémoire de la belle Angevine, si célèbre de son
temps, est presque entièrement oubliée, même en Anjou; ce n'est que
dans la poussière du greffe d'Angers que l'on retrouve des traces de
son existence.



CAUSE DE MEURTRE PLAIDÉE DEVANT HENRI IV


Un jeune homme, nommé Jean Prost, avait été envoyé à Paris par sa
mère pour y faire ses études en droit. Il se logea en chambre garnie
chez un nommé Boulanger. Ce jeune homme, ayant reçu de sa mère une
somme assez considérable, disparut tout-à-coup. La justice, informée
de cette disparition, se transporta dans la chambre de Prost, trouva
ses coffres enfoncés et l'argent enlevé; on arrêta Boulanger et on
instruisit son procès. A l'interrogatoire il soutint toujours qu'il
ignorait ce que Prost était devenu, et qu'il n'avait eu aucune part
au vol de son argent. Les enfans de Boulanger furent aussi arrêtés;
ils déposèrent que, le lendemain de la disparition de Prost, ils
avaient vu deux inconnus s'introduire dans sa chambre; le plus jeune
ajouta que le même jour Boulanger, son père, avait enlevé l'argent
de Prost, et l'avait porté chez son beau frère, qui l'avait caché
dans un endroit qu'il indiqua. Tous ces faits se trouvèrent conformes
à la vérité; Boulanger fut condamné à la question ordinaire et
extraordinaire; il la soutint sans faire aucun aveu, et fut mis en
liberté, à la charge de se représenter en justice toutes les fois
qu'il en serait requis.

A quelque temps de là, trois Gascons, voleurs de profession, furent
arrêtés dans Paris. La justice les condamna à être pendus pour un
vol fait avec effraction. Celui qui devait être exécuté le dernier,
voyant son tour arrivé, déclara, avant de monter au gibet, que
Boulanger était innocent du meurtre de Jean Prost; que c'était lui
qui avait commis ce crime, de concert avec l'un de ses deux camarades
que l'on venait d'exécuter. Ils avaient appris que la mère du jeune
Prost lui avait envoyé de l'argent, et s'étaient promis de se rendre
maîtres du numéraire en question. Mais comme en assassinant Prost
dans sa chambre, le bruit qu'il aurait fait en se défendant aurait pu
les déceler et les faire prendre en flagrant délit, ils résolurent
de l'attendre le soir dans la rue et de le tuer; le voleur ajouta
que s'étant défait du jeune homme comme ils l'avaient projeté, ils
étaient montés, sans bruit, dans sa chambre dont ils avaient pris
la clef dans sa poche; qu'ils avaient forcé les coffres, mais que
l'argent qu'ils y cherchaient, n'y était déjà plus.

On lui demanda ce qu'il avait fait du cadavre de Prost. Il répondit
que son camarade et lui l'avaient jeté dans les latrines de la maison
qu'ils habitaient ordinairement. On fit perquisition dans le lieu
indiqué et l'on y trouva en effet les restes d'un cadavre.

Instruit de cette révélation, Boulanger présenta sa requête à la
cour, par laquelle il demandait qu'on le déclarât innocent de
l'assassinat et que la mère de Jean Prost, qui l'avait poursuivi
comme assassin de son fils, fût condamnée à lui faire réparation
d'honneur, avec dépens, dommages et intérêts.

Cette affaire fut plaidée vers le commencement de 1600. Le roi
Henri IV et le duc de Savoie, qui se trouvait en France au sujet du
marquisat de Saluces, assistaient à l'audience. Henri IV, après avoir
entendu les plaidoyers des deux avocats adverses, fut si satisfait de
leurs raisonnemens, que, dans l'incertitude où ils l'avaient jeté,
il ne put que leur dire qu'ils avaient raison tous deux.

Par arrêt du 27 janvier 1600, Boulanger fut déclaré absous de
l'assassinat; et sur la demande en dommages et intérêts, les parties
furent mises hors de cour, sans dépens.



PUNITION D'UN FRÈRE INCESTUEUX.


Le sieur Gaultier de Bermondet, lieutenant-général au siége présidial
de Limoges, avait huit enfans, quatre fils et quatre filles. L'aîné
des fils, qui portait le nom de son père, devint maître des requêtes;
le second, Jean de Bermondet, doit jouer le principal rôle dans
cette histoire; le troisième prit le nom de baron de Duradour, et le
quatrième celui de baron de Langeat. Les filles étaient Marguerite,
Suzanne, Léone et Françoise. Marguerite épousa, en 1551, le sieur
Singareau, chevalier de Pressac; Léone fut mariée au sieur de
Lamothe, et Suzanne à M. de Marignac, conseiller au parlement de
Bordeaux. Cette nomenclature est nécessaire à l'intelligence des
faits.

Le sieur de Bermondet portait une affection toute particulière à
Jean, le second de ses fils. Il le fit recevoir avocat à Bordeaux,
où il l'envoya pour suivre le barreau, et en 1558 il lui fit une
donation d'une partie de ses biens. Jean de Bermondet ne se servit
de ces libéralités paternelles que pour se plonger dans la débauche
et dans toutes sortes de désordres. Le père crut qu'en le rappelant
auprès de lui, il le ramènerait à des sentimens plus honorables. Mais
le malheureux ne revint que pour porter l'opprobre au sein de sa
famille.

Une liaison criminelle s'établit entre sa sœur Françoise et lui;
et bientôt il devint impossible de cacher les suites de ce commerce
incestueux.

Les autres enfans du sieur de Bermondet, jaloux de la préférence
marquée dont jouissait Jean auprès de leur père, profitèrent de
cette circonstance pour s'en venger. Loin de prendre les mesures
nécessaires pour ensevelir dans le plus profond secret la honte de
leur maison, ils la révélèrent avec éclat à ce malheureux père, qui
chassa le criminel de chez lui.

Jean, dénué des ressources nécessaires pour fournir à ses
débordemens, pilla, ravagea les fermes de son père, et mit les
fermiers à contribution. A la nouvelle de ces nouveaux attentats,
le sieur de Bermondet désavoua par un acte authentique ce misérable
pour son fils, et fit publier ce désaveu dans toutes ses propriétés.
Celui-ci, qu'aucun frein ne pouvait retenir, et dont l'âme paraissait
faite pour le crime, loin de renoncer à sa liaison incestueuse, ne
songea qu'à l'entretenir. Il gagna une domestique de la maison de son
père, et se ménagea ainsi le moyen de s'introduire secrètement auprès
de sa sœur Françoise, qui ne tarda pas à devenir enceinte pour la
seconde fois.

Outré de colère, hors de lui, en apprenant ce nouveau malheur, le
père porta plainte devant le lieutenant du sénéchal du Limousin, et
déclara, dans sa plainte, qu'il désavouait le frère et la sœur pour
ses enfans, et qu'il les déshéritait.

L'accusé fut constitué prisonnier à Saintes, et condamné à la
question. La violence des tortures lui arracha l'aveu de son crime;
il confessa que sa sœur avait deux fois porté dans son sein les
fruits de leur inceste commun. Mais dans l'interrogatoire qu'il subit
le lendemain, il rétracta cette déclaration, et dit qu'elle ne lui
avait été arrachée que par la force des tourmens.

Françoise, ayant été interrogée, convint qu'elle était accouchée deux
fois par suite de sa liaison avec son frère; mais elle refusa de
signer cet interrogatoire.

Avant que l'on procédât au jugement définitif, Jean trouva le moyen
de sortir de prison, et recommença aussitôt à ravager les biens de
son père. Ce vieillard ne put résister à tant de peines multipliées;
il mourut bientôt après de chagrin.

Par son testament daté de 1566, époque de sa mort, il révoquait la
donation qu'il avait faite au profit de son second fils, confirmait
l'exhérédation des deux coupables, et instituait l'aîné de ses fils,
le maître des requêtes, héritier de tous ses biens, et en cas qu'il
décédât sans enfans, il lui substituait le baron de Langeat.

Le maître des requêtes, en vertu de ce testament, se mit en
possession de la succession, et donna à ses deux frères les portions
qui leur étaient réservées. Jean acquiesça à ces arrangemens et à
son exhérédation; il se réconcilia même avec ses frères, et vécut en
bonne intelligence avec eux.

Les barons de Duradour et de Langeat étant morts peu de temps après,
on prétendit que, sous le voile d'une réconciliation apparente,
Jean avait empoisonné ses deux frères. Mais cette accusation paraît
n'avoir eu d'autre fondement que la croyance fermement établie qu'il
n'était pas de crime dont Jean ne fût coupable. Ce qui est certain,
c'est que l'histoire du procès ne présente aucune trace de ce crime,
et qu'il n'est énoncé que comme une simple allégation qui ne donna
lieu à aucune instruction.

Françoise, complice de l'inceste de son frère, mourut en 1569, après
avoir institué le maître des requêtes son héritier universel; et
celui-ci se mit en possession de ses biens.

Enfin le maître des requêtes mourut aussi, et l'on trouva un
testament daté du 18 février 1573, par lequel Jean, son frère, était
institué héritier. On soutint dans la suite que ce dernier s'était
introduit chez le mourant, accompagné de plusieurs personnes; qu'il
l'avait voulu forcer à faire un testament en sa faveur; et que,
n'ayant pu y parvenir, il avait fabriqué celui qu'on avait trouvé.

Ce testament, quel qu'il fût, reçut néanmoins son exécution; et Jean
transigea avec sa sœur de Marignac pour la portion qu'elle avait
à prétendre dans cette succession collatérale. Il épousa ensuite
Marguerite de la Jomont.

Cependant la femme du sieur de Singareau, sœur de Jean, qui avait
obtenu, dès le vivant de son père, des lettres de rescission
contre la renonciation portée en son contrat de mariage à toutes
successions, tant directes que collatérales, voyant son frère Jean
possesseur de tous les biens, résolut de se les faire restituer, et
se détermina à reprendre la poursuite de l'inceste, prétendant que ce
crime excluait le coupable de toutes successions.

L'affaire fut évoquée au parlement de Paris. Singareau, pour écraser
son beau-frère sous le poids des accusations, fit instruire en
même temps du bris de prison dont on prétendait qu'il s'était
rendu coupable. Il y joignit une plainte en violences exercées par
l'accusé contre son frère, le maître des requêtes, et s'inscrivit en
faux contre le testament de ce magistrat. Il est facile de voir que
Singareau était plutôt mu par l'amour de l'or que par celui de la
justice.

Un double procès s'engagea: l'un criminel relativement à l'inceste,
l'autre civil pour le testament du maître des requêtes, attaqué
comme faux et supposé, par Singareau et sa femme. Jean de Bermondet
fut obligé de se constituer prisonnier, et reçut défense de vendre
ou aliéner aucun des biens provenant de la succession de son frère.
L'instruction dura six années, pendant lesquelles l'accusé obtint
quelques mains-levées sur ses revenus et sur ceux de la succession de
son frère.

Cependant la dame Singareau étant tombée malade, ses fils
poursuivirent le procès contre leur oncle. Celui-ci les attaqua
comme coupables de l'assassinat commis sur la personne d'un nommé
Cerbier, qui était occupé à solliciter pour lui. Ils soutinrent que
c'était lui-même qui avait ajouté ce crime aux autres crimes dont
il était déjà coupable, et qu'il n'avait eu d'autre but que de se
défaire d'eux en les faisant monter à l'échafaud par suite de cette
accusation calomnieuse. Quoi qu'il en soit, ils se justifièrent et
obtinrent des dommages et intérêts.

Enfin un arrêt du dernier jour de juillet 1585 déclara bonne et
valable la première procédure, faite à Saintes; confirma le testament
du sieur de Bermondet père; annula celui du maître des requêtes, et
rejeta la requête civile obtenue par Jean de Bermondet.

Jean fut déclaré atteint et convaincu d'inceste avec sa sœur,
d'exactions et de violences, et en conséquence condamné à avoir
la tête tranchée en place de Grève; ses biens situés en pays de
confiscation furent déclarés confisqués. Il fut exécuté le jour du
jugement; et l'on voit dans le journal de _l'Estoile_ qu'il soutint
jusqu'à la mort qu'il était innocent de l'inceste pour lequel on
l'avait condamné; mais qu'il reconnaissait le juste jugement de Dieu,
qui le punissait d'avoir été trois ans sans le prier et sans dire
seulement une _patenôtre_.

La mort de ce misérable ne rétablit pas la paix au sein de cette
famille; sa succession, qui n'était point sujette à confiscation, fut
un nouveau brandon de discorde entre ses parens, qui se disputèrent
sa dépouille avec l'acharnement de la haine et de la cupidité.



LE FAUX MARTIN GUERRE.


Cette histoire singulière fera voir jusqu'à quel point un imposteur
effronté peut, à l'aide de quelques traits de ressemblance, en
imposer, pendant long-temps, à toute une famille, à toute une
population.

Un nommé Martin Guerre, né au village d'Artigues en Biscaye, étant
âgé d'environ onze ans, avait épousé, en janvier 1534, une fille à
peu près de son âge et d'une famille de mince bourgeoisie comme la
sienne. Les deux jeunes époux jouissaient d'une honnête aisance. Ils
vécurent ensemble huit à dix ans, au bout desquels ils eurent un
fils, qui fut nommé Sanxi.

Vers ce temps, Martin Guerre, craignant d'être maltraité par son
père, à qui il avait dérobé du blé, s'absenta de sa maison, et se mit
à voyager. Il partit, et pendant dix ans on n'entendit plus parler de
lui.

Il y avait déjà quelques années qu'il avait quitté le pays, lorsqu'un
jeune homme dont le vrai nom était Arnauld du Tilh, dit Pansette, du
village de Sagias, entreprit de se faire passer pour Martin Guerre.
Il se présente tout-à-coup à la famille de l'absent, ainsi qu'à celle
de sa femme; et, grâce à une parfaite ressemblance, tous les parens
l'accueillent comme étant Martin Guerre. La femme elle-même y est
trompée, et reçoit l'imposteur comme son véritable mari; circonstance
bien surprenante, et qui pourrait donner matière à plus d'une
réflexion maligne.

Arnauld du Tilh était entreprenant, et avait tout l'esprit nécessaire
pour jouer son nouveau rôle. Ayant d'ailleurs connu Martin Guerre
dans ses voyages, il avait appris de lui jusqu'aux plus petits
détails de famille, jusqu'aux plus légères particularités, même
entre mari et femme; il pouvait soutenir son personnage dans tous
les cas possibles, et par là, se procurer un établissement et des
propriétés. Il s'imaginait aussi que l'on n'entendrait plus parler
du véritable Martin Guerre, et qu'il pourrait jouir paisiblement
des fruits de son habileté; il se flattait d'ailleurs que, si le
véritable mari se représentait, il lui serait facile de le faire
passer pour un imposteur.

Il vécut donc ainsi en famille pendant trois ans, sans trouble, sans
inquiétude; il avait la jouissance pleine et entière des biens; il
vendit même plusieurs héritages, et devint père de deux enfans. Mais
s'étant brouillé, à l'occasion de quelques débats d'intérêt, avec
un oncle de Martin Guerre, les yeux commencèrent à se dessiller;
toute la famille soupçonna véhémentement la supercherie, et les plus
proches parens persuadèrent à la femme, qui selon toute apparence
était facile à persuader, que son prétendu mari n'était qu'un fourbe.

Celle-ci, à leur sollicitation, se détermina à former sa plainte en
justice devant le juge de Rieux, demandant que le prétendu Martin
Guerre fût, comme criminel de faux, condamné à une amende de deux
mille livres et à tous les dépens, dommages et intérêts; le tout à
son profit.

Arnauld du Tilh répondit à cette plainte par des invectives contre
toute la famille, accusant plusieurs parens d'obséder sa femme pour
raisons d'intérêt, et demandant à son tour qu'elle fût mise à l'abri
de leur subornation.

Cependant il subit un interrogatoire détaillé, auquel il répondit
à merveille sur toutes les circonstances. Chose fort singulière et
surtout embarrassante pour la justice, les réponses de la femme,
qui fut interrogée séparément, se trouvèrent parfaitement conformes
aux siennes: de sorte que les juges, après quelque hésitation, lui
accordèrent ce qu'il avait demandé, le séquestre de sa femme, et
lui permirent de publier un monitoire pour avoir révélation de ceux
qui l'avaient subornée. On reçut néanmoins la déposition de cent
cinquante témoins environ, dont une partie le reconnaissait pour
Martin Guerre. Cependant le plus grand nombre soutenait qu'il était
Arnauld du Tilh; d'autres témoins, dans le doute, s'abstinrent de
prononcer. Enfin le juge de Rieux s'étant persuadé qu'il n'était
pas le vrai Martin Guerre, trancha la question par une sentence
définitive qui condamnait l'imposteur à avoir la tête tranchée et son
corps séparé en quatre quartiers.

Arnauld du Tilh ne resta pas oisif sous le coup de cette
condamnation; il en appela au parlement de Toulouse, qui fit
recommencer la procédure pour procéder à un examen approfondi de
cette affaire. On confronte séparément l'accusé et la femme de
Martin Guerre; même résultat qu'au premier procès. Les témoins,
entendus de nouveau, se trouvent encore partagés comme à la première
enquête; les uns reconnaissent Martin Guerre dans la personne de
l'accusé, d'autres ne le reconnaissent pas; d'autres se bornent
à douter. Nouvelles perplexités de la part des juges. L'affaire
était on ne peut plus épineuse; cette parfaite ressemblance, ces
réponses circonstanciées et conformes à la vérité; l'air de candeur
et d'assurance que montrait l'accusé; tout tendait à confondre les
juges, les témoins et les parens eux-mêmes; il paraissait impossible
que cet homme ne fût pas Martin Guerre. Il était donc sur le point de
sortir victorieux de ce procès.

Mais une péripétie inattendue vint amener un autre dénoûment.
Tout-à-coup le véritable Martin Guerre se présente, revenant
d'Espagne avec une jambe de bois. Dans ce pays, il s'était mis au
service du cardinal de Burgos, d'où il était passé à celui du frère
du prélat, qui l'avait emmené en Flandre: obligé de suivre son maître
à la bataille de Saint-Laurent, il s'était trouvé malgré lui au
milieu des combattans, et avait eu une jambe emportée.

Le nouveau venu ayant appris ce qui s'était passé en son absence, se
hâta de présenter sa requête à la cour, qui ordonna l'interrogatoire
dans lequel il fut confronté avec l'imposteur qui, beaucoup plus
ferme que lui dans ses réponses, poussa l'audace jusqu'à le traiter
d'homme aposté par son oncle. La confrontation eut lieu ensuite avec
la sœur, la femme et les principaux témoins on ajourna aussi les
frères d'Arnauld du Tilh, qui ne voulurent jamais paraître; tous
enfin reconnurent avec affirmation le nouveau venu pour le véritable
Martin Guerre. Ainsi Arnauld du Tilh fut à la fin complètement
démasqué, et convaincu de sept crimes capitaux, fausseté de noms,
supposition de personne, adultère, rapt, sacrilége, larcin et
plagiat. Sur quoi la cour prononça l'arrêt, qu'elle renvoya au juge
de Rieux, pour être mis à exécution.

Cet arrêt, daté du 12 septembre 1560, condamnait Arnauld du Tilh à
faire amende honorable devant l'église d'Artigues; à être conduit
dans tous les carrefours de Rieux; enfin à être pendu devant la
maison de Martin Guerre.

Avant de subir son arrêt, le coupable avoua tous ses crimes.



BENIGNA OU VANINA ORNANO.


Benigna Ornano était fille unique et héritière de François Ornano,
l'un des plus riches seigneurs de l'île de Corse. Cette dame avait
épousé Sanpietro, soldat de fortune, né à Basilica. Sanpietro, par
sa naissance, ne pouvait pas aspirer à une alliance aussi illustre;
mais en lui le défaut de noblesse était compensé par une grande
bravoure et par des talens militaires qui lui avaient valu, au
service de la France, le grade de colonel. Son ambition était de
soustraire la Corse, sa patrie, à la domination des Génois, et pour y
parvenir, il avait fait des prodiges de valeur pendant tout le temps
que la république avait été en guerre avec la France.

La paix entre ces deux puissances ayant mis un terme aux exploits
de Sanpietro, n'en mit point à la haine qu'il portait aux Génois.
Il chercha d'abord à soulever contre eux le grand duc de Toscane,
qui refusa d'entrer dans ses projets; il se tourna ensuite du
côté des Turcs, dont la puissance navale était formidable dans la
Méditerranée. Les Génois n'oublièrent rien pour neutraliser les
efforts de ce dangereux ennemi; ils résolurent même d'attirer à Gênes
sa femme et ses enfans, bien convaincus que quand ils les auraient en
leur pouvoir, ils forceraient Sanpietro à cesser ses menées, par la
crainte qu'il aurait de les perdre.

Benigna et ses enfans, qui avaient été bannis de Corse avec Sanpietro
par un arrêt du sénat de Gênes, étaient alors (1563) à Marseille.
Les Génois cherchèrent à gagner les domestiques de cette malheureuse
exilée, entre autres un prêtre nommé Michel, à qui Sanpietro, à son
départ, avait confié l'éducation de ses deux fils. Ce prêtre et les
domestiques persuadèrent à Benigna qu'il était de son intérêt de se
rendre à Gênes; que là il lui serait facile, soit par elle-même, soit
par le crédit de ses parens, d'obtenir la grâce de son mari et la
restitution de tous ses biens. Benigna était attachée à sa famille,
à son pays; elle n'était pas moins fatiguée de l'esclavage où la
réduisait l'humeur sombre et farouche de son mari, et elle désirait
passionnément pouvoir rendre un jour à ses enfans leur patrie et les
biens de ses pères. Il ne fut donc pas difficile de la persuader, et
le moment du départ fut fixé.

Elle envoya à bord ses meubles et ses bijoux, et s'embarqua avec un
de ses fils et le prêtre Michel, qui était chargé de la conduire.
Mais à peine avait-elle mis à la voile, qu'Antoine de Saint-Florent,
l'ami et le confident de Sanpietro, instruit de sa fuite, partit
sur un brigantin, et fit tant de diligence qu'il la joignit près
d'Antibes, et la mit entre les mains du comte de Grimaldi, seigneur
du lieu. Celui-ci, n'osant ni la garder dans son château, ni la
mettre en liberté, l'envoya au parlement de Provence, juge et
protecteur naturel de ces fugitifs.

Sanpietro arrive peu de temps après à Marseille; informé de ce qui
venait de se passer, il vole à Aix, se rend à la maison où est sa
femme, et demande à la ramener chez lui. Le parlement, avant de la
lui rendre, envoie des commissaires à Benigna pour savoir si elle
consentait à retourner vers son mari. Benigna avait un courage
au-dessus de son sexe, et dans cette circonstance, quoiqu'elle
connût le danger dont elle était menacée, elle crut qu'il était de
son devoir de reprendre les liens qui l'attachaient à son mari.
Elle répondit donc affirmativement, et la cour, après avoir attesté
l'innocence de cette femme, la remit à Sanpietro le 15 juillet 1563,
et lui enjoignit de la traiter avec tous les égards qu'elle méritait.

Arrivé à Marseille, Sanpietro sentit se rallumer toute sa colère,
quand il vit sa maison dépouillée de tous ses meubles. Ce spectacle
lui rappela avec encore plus de force que sa femme s'était enfuie
pour s'aller jeter dans les bras des Génois ses ennemis déclarés.
Alors n'étant plus maître de son ressentiment, il résolut de lui ôter
la vie; mais comme il n'avait jamais perdu pour elle ce respect dont
il s'était fait une longue habitude, par suite de la différence que
la naissance mettait entre elle et lui, il lui parla encore cette
fois la tête découverte et dans une contenance respectueuse; ce qui
ne l'empêcha pourtant pas de lui reprocher sa perfidie, et de lui
dire que sa faute ne pouvait s'expier que par la mort. Aussitôt il
ordonna à deux esclaves d'exécuter cet arrêt barbare.

Benigna, qui connaissait le caractère cruel et inflexible de son
mari, n'essaya pas de l'attendrir par ses prières et par ses larmes;
seulement elle le conjura avec instance, puisque sa mort était
irrévocable, de lui épargner la honte de mourir sous les coups de
vils esclaves. «Que je reçoive au moins la mort, lui dit-elle, de la
main de l'homme que j'ai choisi pour époux à cause de sa valeur et de
son courage!» Cet autre Othello, sans être ému par ces paroles, fait
retirer ses bourreaux, se jette aux pieds de Benigna, lui demande
pardon en termes respectueux et soumis, passe à son cou le cordon
fatal, et l'étrangle sans pitié. Le monstre fit ensuite subir le même
supplice à deux filles qu'il avait eues de Benigna.

Ce qui ne paraîtra pas moins inconcevable, c'est qu'il eut
l'audacieuse barbarie de se vanter publiquement à Marseille de ces
horribles assassinats. Le procureur-général du parlement en porta
plainte le 19 août de la même année. Sanpietro, effrayé, vint en
toute hâte à Paris pour justifier son crime. Il y trouva tous les
esprits remplis d'horreur, à l'occasion du meurtre de l'intéressante
Benigna. Les femmes surtout, qui redoutaient les suites d'un si
dangereux exemple, firent éclater toute leur indignation. La reine
refusa de le voir. On rapporte que cet homme, ayant un jour découvert
sa poitrine, cicatrisée pour le service de l'état, s'écria avec
fierté: «Qu'importe au roi, qu'importe à la France, que Sanpietro ait
bien ou mal vécu avec sa femme?»

Ces paroles, prononcées d'un ton ferme et par un homme féroce, mais
qui avait rendu de très-grands services à la couronne, firent
impression, et le roi lui pardonna ses crimes. Pour concevoir une
pareille grâce accordée par un souverain à un scélérat de cette
trempe, il faut songer que c'était dans un siècle où le courage
brutal tenait lieu, pour ainsi dire, de toutes les vertus.

Ce Sanpietro succomba sous les coups de la trahison, le 17 janvier
1566, dans une rencontre avec les Génois; il fut lâchement assassiné
par derrière d'un coup d'arquebuse que lui donna un de ses capitaines
nommé Vitetto.

Son fils, Alphonse Ornano, qui devint maréchal de France, exécutait
lui-même les sentences de mort qu'il rendait contre les soldats. Un
de ses neveux, ayant manqué à quelque devoir militaire, vint pour
dîner avec son oncle; Alphonse se leva, le poignarda, demanda à laver
ses mains, et se remit à table.



PUNITION ABSURDE ET IMMORALE.


«J'ai parlé, dit M. Dulaure, des processions où figuraient, à Paris,
des personnes _entièrement nues_. De pareilles nudités étaient
ordonnées par les tribunaux; ils condamnaient les accusés des deux
sexes à suivre les processions presque nus, et à porter dans leurs
chemises, leur unique vêtement, des pierres enchaînées. Quelquefois
on les condamnait à paraître en public entièrement nus. Je ne citerai
qu'un seul exemple qui n'a jamais été publié.

«Agnès Piedeleu, femme publique, tenant un lieu de débauche dans la
rue Saint-Martin, indisposa contre elle les bourgeois de cette rue;
ils s'en plaignirent au prevôt de Paris, qui ordonna à cette femme
de déloger de la rue Saint-Martin, et d'aller habiter dans un autre
quartier.

«Cette femme, furieuse, voulant se venger du prevôt, l'accusa de
plusieurs crimes, et produisit même à l'appui de son accusation de
faux témoins reconnus pour tels. Le parlement, au mois de février
1573, sur les conclusions de l'avocat du roi, condamna Agnès Piedeleu
à être menée par la ville _toute nue_, et n'ayant qu'une couronne
de parchemin sur la tête. Sur cette couronne était écrit ce mot,
_faussaire_. Elle fut en cet état conduite au pilori, situé aux
Halles, y resta pendant deux heures exposée aux regards du public, et
puis fut bannie de Paris et du royaume.»



D'ARCONVILLE JUSTIFIÉ DU MEURTRE DE PLUSIEURS PERSONNES.


Dans des cas d'assassinats, des innocens ont été plus d'une fois
condamnés, ou menacés de l'être, uniquement parce que, par droit de
succession ou de contrat, ils avaient un intérêt sensible à la mort
des personnes assassinées. Heureux quand la lumière de la vérité
vient frapper les yeux de la justice, et désarmer son bras prêt à
sévir.

Charles du Moulin, l'un des oracles du barreau français, n'ayant
aucun dessein de se marier, et voulant procurer à son frère, Ferri du
Moulin, avocat au parlement comme lui, un établissement avantageux,
lui avait donné, lors de son mariage, en 1537, la seigneurie de
Mignaud en Beauce. Dans le contrat, on avait stipulé un douaire de
deux cents livres de rente, rachetable moyennant trois mille livres,
en cas qu'il ne vînt pas d'enfans.

Charles du Moulin s'étant marié lui-même en 1538, avait voulu faire
annuler la donation qu'il avait faite au profit de son frère, et pris
en conséquence des lettres de rescision. Il avait perdu sa cause aux
requêtes du palais; mais sur l'appel en la grand'chambre, il avait
été ordonné qu'il rentrerait dans la terre de Mignaud, sans cependant
préjudicier au douaire qui était assigné à la belle-sœur sur la
seigneurie.

Les deux frères plaidèrent long-temps encore sur l'exécution de cet
arrêt; mais enfin ils transigèrent en 1543, et vécurent depuis en
parfaite harmonie.

Ferri du Moulin laissa une fille pour unique héritière. La succession
n'étant pas, sans doute, très-claire, le tuteur jugea à propos
d'attribuer à sa pupille mineure la qualité d'héritière par bénéfice
d'inventaire. La fille de Ferri n'était donc, par ce moyen, tenue
de payer les dettes de ses père et mère qu'autant que la succession
pourrait y suffire, mais elle ne pouvait pas exiger le douaire; et
comme la terre de Mignaud n'était chargée des deux cents livres de
rente qu'à cause de ce douaire, du moment qu'il n'avait plus lieu,
Charles du Moulin ou ses héritiers se trouvaient libérés de cette
charge.

Tel était l'état des choses lorsque le sieur d'Arconville, jeune
gentilhomme, allié de M. le chancelier de L'Hôpital, épousa
l'héritière de Ferri. Il comprit que la qualité d'héritière par
bénéfice d'inventaire, attribuée à sa femme, lui était onéreuse.
Leurs dettes liquidées, il restait beaucoup moins de bien que les
deux cents livres de rente du douaire, qu'elle ne pouvait plus exiger
comme héritière. On lui conseilla de profiter de la minorité de sa
femme, et de prendre des lettres de rescision contre cette qualité
d'héritière. Ces lettres remettaient les choses dans leur premier
état.

Sur ces entrefaites Charles du Moulin était mort, laissant une fille
unique, mariée à un sieur Bobie, avocat au parlement, et bailli de
Coulommiers. Cet homme était d'un caractère singulier, vivant mal
avec sa femme, et la maltraitant quelquefois au point de scandaliser
le voisinage.

D'Arconville, ayant obtenu ses lettres de rescision, alla voir son
beau-frère Bobie, le pria de ne point mal interpréter son procédé,
et l'assura qu'au surplus il ne voulait pas plaider, qu'il désirait
que l'affaire pût se terminer à l'amiable, moyennant l'arbitrage
de quelques personnes notables. Bobie trouva cette proposition
très-raisonnable, et y acquiesça.

D'Arconville avait deux terres, celle d'Arconville, située en Beauce,
et celle de La Châtre, en Brie. Au mois d'août 1570, il donna la
première à ferme, et fixa sa résidence à La Châtre. Au commencement
de 1571, il fit plusieurs voyages, tant pour prendre des arrangemens
avec son nouveau fermier que pour aller à Vigner, maison de campagne
de M. le chancelier de L'Hôpital, et ensuite chez le sieur de
Bellesbat, gendre de ce magistrat, qui demeurait dans le même canton.

Dans le même temps, Bobie avait reçu quatre mille huit cents livres
pour le remboursement d'une rente appartenant à sa femme. Il laissa
cette somme dans sa maison, sans prendre la précaution d'en dérober
la connaissance à ses domestiques; négligence bien coupable, qui
causa le malheur de toute une famille.

Un samedi du mois de janvier 1571, Bobie parle d'aller à Coulommiers,
change trois fois d'avis, et part enfin, laissant dans sa maison sa
femme, deux enfans, l'un âgé de huit ans et l'autre de vingt-deux
mois, son laquais et une servante.

Le dimanche et le lundi se passent sans que la porte de la maison
s'ouvre, sans qu'on y entende le moindre mouvement. L'inquiétude
s'empare des voisins; ils avertissent le lieutenant-criminel.
Celui-ci envoie sur-le-champ un commissaire, qui, accompagné de
plusieurs notables témoins, fait ouvrir la porte en sa présence.
Que voit-on en entrant? Un spectacle horrible, épouvantable! quatre
cadavres baignés dans leur sang! la mère, les deux enfans, la
servante, avaient été égorgés. Le laquais avait disparu. Les buffets
avaient été forcés, cependant toute l'argenterie s'y trouva; mais
tout l'or et tout l'argent monnayé avaient été enlevés. On trouva au
fond des latrines quelques bagues, quelques chandelles, et le manteau
du laquais. Le crime avait été commis la nuit même qui avait suivi le
départ du maître de la maison.

Un voisin de Bobie déclara qu'il avait entendu quelque bruit; mais
qu'ignorant le départ de son voisin, il avait dit de bonne foi
à ses gens que c'était sans doute querelle de mari à femme, qui
s'apaiserait d'elle-même sans qu'on s'en mêlât.

Cependant Bobie ignorait le malheur qui venait de lui arriver. Il
revient le jeudi; la nouvelle qui l'attendait le consterne; il songe
à tirer vengeance de ce meurtre; mais par une préoccupation étrange,
au lieu de poursuivre son valet qui s'était évadé, il rend plainte
contre d'Arconville son beau-frère, comme étant le plus intéressé à
la mort de sa belle-sœur et de ses neveux, contre lesquels il se
disposait à plaider. Sur cette plainte, le sieur d'Arconville est
décrété de prise de corps.

Déjà d'Arconville, mu par un sentiment bien naturel, s'était mis en
chemin pour venir à Paris se joindre à Bobie, afin de poursuivre la
vengeance du crime; il avait même eu la précaution de se munir de
quatre cents livres pour fournir aux frais de la poursuite.

Le lieutenant-criminel de robe-courte, chargé de l'arrêter, le
rencontre au village de Laqueue en Brie, le fait saisir, lier et
garrotter sur un cheval, et conduire en cet état à Paris. Les archers
qui l'accompagnaient disaient sur leur chemin que cet homme était
l'assommeur. Le lieutenant-criminel envoya ensuite à La Châtre, où il
fit arrêter la dame d'Arconville et tous ses domestiques: ils furent
tous amenés à Paris dans des charrettes; et la dame d'Arconville
était pareillement désignée aux passans par les archers comme la
femme de l'assommeur.

Les prisonniers furent mis dans des cachots différens; les biens
meubles et immeubles des deux époux furent saisis. On fit une enquête
sur les lieux touchant la vie et la moralité du sieur d'Arconville.
Ces recherches n'apprirent rien qui ne fût à l'avantage de l'accusé.

Le mari fut interrogé le lendemain de son emprisonnement. Il se
défendit contre l'accusation en justifiant que, lors du crime
commis, il était en voyage dans la Beauce. Les réponses de la femme,
interrogée de son côté, se trouvèrent parfaitement conformes à celles
du mari.

Après six semaines de prison, la femme et ses domestiques furent mis
en liberté, mais d'Arconville demeura sous la garde d'un commissaire.

Les deux époux cependant interjetèrent appel au parlement du décret
de prise de corps prononcé contre eux, de leur emprisonnement, de
la saisie de leurs biens. Ils dénoncèrent cet appel à Bobie, et
le sommèrent de soutenir contre eux la validité et la justice des
jugemens qu'ils attaquaient.

Mais Bobie refusa de se constituer partie civile, et se contenta du
rôle d'accusateur, sans vouloir se charger de la poursuite du procès,
qu'il abandonna au procureur-général.

Le célèbre Étienne Pasquier se chargea de la défense de d'Arconville.
Il avait vu dans les regards, dans les gestes, dans le maintien de
son client, qu'il avait l'assurance d'un homme innocent. Il n'y
avait pas de charges testimoniales contre lui; le crime qu'on lui
imputait n'était appuyé que par des conjectures. Mais pour faire
proclamer l'innocence de d'Arconville, il y avait un grand obstacle
à surmonter. Les juges et le public, qui prit beaucoup d'intérêt à
cette cause, étaient fortement prévenus contre l'accusé.

Au début de son plaidoyer, Pasquier fut accueilli par des huées
universelles. Mais sans se déconcerter, et soutenu par la justice de
sa cause, il parla avec tant d'éloquence, déploya avec tant de clarté
ses moyens de justification, que les applaudissemens succédèrent aux
huées, et que d'Arconville fut déchargé de l'accusation, et Bobie
condamné en tous les dépens et à trois mille francs de dommages et
intérêts.

Il était bien constant que le valet de Bobie était le meurtrier. Sa
disparition subite le prouvait suffisamment. Ce laquais était un
Gascon que Bobie avait pris à son service sans le connaître, sans
prendre d'informations. Le clerc de Bobie avait appris à son patron
que, depuis qu'il avait reçu le remboursement de quatre mille huit
cents livres, le Gascon se levait toutes les nuits, rôdait dans la
maison, et se remettait dans son lit tout transi de froid; et Bobie,
pour son malheur et celui de son beau-frère, n'avait tenu aucun
compte de cet avis.

On ignore si cet assassin reçut plus tard la peine due à son forfait.



LES DEUX BELLES-SŒURS VICTIMES DE LA JALOUSIE DE LEURS MARIS.


Louis d'Ongnies, comte de Chaulnes, gouverneur de Montdidier, Péronne
et Roye, était d'une famille originaire de Flandre. Son père avait
épousé Anne Juvenel des Ursins. Louis d'Ongnies était né de ce
mariage, ainsi que deux filles, Madeleine dont nous allons parler, et
Louise d'Ongnies qui, par la mort de son frère et de sa sœur, devint
l'héritière de sa maison. Louis d'Ongnies avait été promu chevalier
de l'ordre du Saint-Esprit en 1597.

Il épousa Anne d'Humières, et vécut quelque temps heureux de cette
union; mais soit que la calomnie, qui se mêle à tout pour tout
empoisonner, eût fait parvenir à son oreille des rapports outrageans
pour un mari; soit que la conduite d'Anne d'Humières prêtât
réellement aux propos malicieux de la médisance; soit enfin que le
caractère du comte fût naturellement porté à cette jalousie sombre et
fantasmagorique qui donne une existence réelle aux choses tout-à-fait
imaginaires, et qui fait le tourment de ceux qui en sont atteints;
Louis d'Ongnies conçut de violens soupçons sur la fidélité de sa
femme, et dès lors son cœur couva en silence le désir de s'en venger.

La dissimulation vint au secours du sinistre projet dont il préparait
l'exécution. Il feignit d'avoir oublié les motifs du ressentiment
qu'il avait fait d'abord éclater, et prodigua à la comtesse les
marques d'un véritable attachement. L'infortunée s'applaudissait
de cette heureuse métamorphose; elle voyait avec joie se dissiper
les nuages qui avaient quelque temps obscurci son bonheur; elle se
croyait revenue aux premiers jours de son mariage; elle s'endormait
au sein d'une perfide sécurité.

Un jour que le comte s'était montré encore plus affectueux que de
coutume, il proposa sur le soir à sa femme de venir respirer le frais
dans le jardin du château. La comtesse y consentit avec empressement.
La nuit était sombre, la température lourde et étouffante annonçait
un orage prochain; le silence n'était troublé que par le coassement
des grenouilles et les cris aigus et tristes de quelques oiseaux
de nuit. Le comte et la comtesse se promenaient lentement au bord
des fossés du château; leur conversation était languissante et sans
suite le cœur de Louis d'Ongnies était en proie aux déchiremens
du crime. Tout-à-coup l'orage éclate; l'éclair fend la nue à coups
redoublés; la foudre remplit les échos de ses roulemens terribles.
La comtesse veut rentrer dans le château; elle veut fuir effrayée...
Mais son barbare époux vient de prononcer sur son sort... Sans
proférer un seul mot, sans lui adresser le moindre reproche, il la
saisit dans ses bras, la porte près du parapet, la précipite et la
noie dans les fossés. Le bruit continu du tonnerre déroba le bruit de
sa chute; et les cris plaintifs que l'on entendit quelques instans
après passèrent sans doute auprès des gens du château pour le chant
sinistre de quelque chouette du donjon.

La puissance absolue dont jouissaient encore les seigneurs de cette
époque put seule soustraire Louis d'Ongnies au châtiment qu'il
méritait. Mais il prouva par sa conduite que le crime flétrit l'âme,
et que, dépouillée de cette force qui donne le courage, elle devient
insensible aux affronts. Quelque temps après son exécrable action,
cet homme, qui avait montré de la bravoure en plusieurs occasions,
se laissa provoquer, et refusa le combat dans un démêlé qu'il eut
avec La Baume-Montrevel. Toute sa vaillance s'était épuisée dans
l'assassinat de sa femme.

Sa sœur, Madeleine d'Ongnies, trouva un mari aussi barbare
dans Charles d'Humières, marquis d'Ancre, lieutenant-général au
gouvernement de Picardie. D'après les mémoires du temps, il paraît
vraisemblable que la jalousie du marquis d'Humières eut pour cause
la découverte d'une correspondance qui existait entre sa femme et le
duc de Longueville. Il surprit plusieurs lettres, et dès lors trop
certain de la perfidie, il jura d'en tirer vengeance.

Quelque temps après le duc de Longueville, faisant son entrée à
Dourlens, en avril 1595, reçut un coup de mousquet dans la tête,
dans une salve de mousqueterie qu'on lui faisait par honneur, et ne
survécut que deux jours à cette blessure. On soupçonna le marquis
d'Humières d'avoir aposté l'homme qui avait commis cet assassinat.

Mais ce qu'il y a de bien certain, c'est qu'à peu près à la même
époque, ce mari, qui devenait furieux au moindre sujet de jalousie,
méditait le meurtre de sa femme. Cet homme, au rapport des historiens
du temps, s'était appliqué à l'anatomie, au point qu'il y était
devenu très-expert: «Il me semble, dit Saint-Foix en rapportant ce
trait, que la pratique de cet art décèle je ne sais quoi de barbare
dans un homme dont la profession n'est pas de l'exercer.»

Charles d'Humières, pour consommer sa criminelle vengeance,
s'adjoignit deux hommes qu'il connaissait propres aux coups de
main de ce genre; et tous trois masqués, ils allèrent attendre
leur victime dans le parc du château. La marquise s'y promenait
seule ordinairement. Elle y vint à l'heure accoutumée. Les trois
meurtriers se précipitèrent sur elle, la saisirent, et Charles
d'Humières étrangla sa femme avec ses propres cheveux.

Ce meurtre dut le rendre d'autant plus odieux que le trouble dont son
esprit était souvent agité, après ce crime horrible, ne paraissait
point causé par ses remords, mais semblait être plutôt la suite de
la fureur jalouse qui le lui avait fait commettre. Ses domestiques
l'entendaient la nuit s'écrier, se lever, et le trouvaient, un
poignard à la main, courant dans sa maison, injuriant et croyant
poursuivre le fantôme de la malheureuse Madeleine d'Ongnies. Il périt
peu après, le 19 juin 1595, à la reprise de Ham sur les Espagnols.

Ce marquis d'Humières avait de grands talens pour la guerre, et
la plupart des historiens parlent avec éloge des services qu'il
rendit à Henri IV. On ajoute même qu'il cultivait les lettres et les
arts. Cette culture ne lui avait donc pas donné une forte dose de
philosophie, et n'avait eu aucune prise sur son âme féroce.



L'ERMITE IMPOSTEUR.


Pendant l'horrible peste qui ravagea la Provence en 1582, le peuple,
frappé de terreur, s'imagina que ce grand fléau devait avoir une
cause extraordinaire; il l'attribua à la malice d'un ermite dont les
historiens de Provence racontent des faits que l'ignorance seule de
ce temps-là pouvait accréditer.

Cet ermite, natif de Sainte-Colombe, diocèse de Lodi, cachait,
disait-on, l'âme d'un scélérat sous l'extérieur d'un pénitent. Il
s'appelait frère Valère-des-Champs, et, suivant les historiens, il
avait été condamné pour ses crimes à être pendu; mais il avait obtenu
sa grâce à condition qu'il servirait d'espion au roi d'Espagne.

Cet homme était vêtu d'un habit de bure grossière, sans manches,
ceint d'une corde à laquelle pendaient un crucifix et des chapelets.
Il marchait pieds nus. Le vulgaire croyait qu'en voyant un malade
il distinguait au premier aspect le genre de maladie dont il était
atteint, et s'il en mourrait ou s'il en guérirait. On s'imaginait
même qu'il était en son pouvoir de donner la vie ou la mort. Cette
croyance lui attirait des présens de la part d'un grand nombre de
personnes. Il se fit une si grande réputation de sainteté que l'on
vendait publiquement son portrait gravé avec cette inscription _le
saint Ermite_; et c'eût été rendre sa foi suspecte que n'avoir pas
à côté de son lit cette image devenue l'objet de la vénération
populaire. Cette espèce de culte s'introduisit sous les yeux des
magistrats, des curés et des évêques, sur lesquels cet ermite avait
pris le plus grand ascendant, autant par l'austérité de ses mœurs
que par la véhémence de ses discours; car on assure qu'il avait une
éloquence naturelle, quoiqu'il ne sût ni lire ni écrire. L'empire
qu'il exerçait sur les esprits était tel, qu'un jour il arracha des
mains du bourreau, sans que personne osât s'y opposer, un criminel
que l'on menait au supplice. Toutes les classes de citoyens étaient
dupes de ce jongleur: les procureurs lui offrirent cinquante écus
d'or au soleil pour sa dépense, lorsqu'il feignit de vouloir
faire un voyage à Rome; il n'en accepta que douze, et les états
ratifièrent ce don au mois de février 1583, comme un hommage rendu à
la vertu.

Cependant il était difficile de soutenir bien long-temps ce rôle
de saint: les passions de l'hypocrite percèrent à travers le voile
mystérieux dont il les couvrait. On s'aperçut qu'il entretenait
une femme de mauvaise vie, et que, pour soutenir sa réputation
de prophète, il empoisonnait ceux dont il avait prédit la mort.
Sur cette horrible donnée, le peuple fit une foule de fables plus
absurdes les unes que les autres. On disait que l'ermite portait la
peste et la faisait porter par ses disciples dans les endroits qu'il
voulait affliger; qu'il la communiquait aux maisons dont il voulait
faire mourir les habitans, en graissant le marteau des portes avec un
ingrédient contagieux, comme si un homme pouvait communiquer la peste
de la manière et autant de fois qu'il veut, sans en être atteint
lui-même.

L'ermite se trahit d'abord par le relâchement qu'il mit dans sa
manière de vivre. Il quitta ses habits grossiers pour prendre la robe
de cordelier à la grande manche; il porta des bas, des souliers, et
s'écarta de cette austère frugalité qui avait été le fondement de
sa réputation de sainteté. Pour justifier ce changement de conduite,
il disait qu'il n'avait embrassé son premier genre de vie que pour
accomplir un vœu; mais que le temps de sa pénitence étant passé, il
croyait pouvoir user des mêmes douceurs que le reste des fidèles.
Parmi ces douceurs il comprenait l'infâme privilége d'avoir une
concubine.

Le parlement avait enfin ouvert les yeux sur cet imposteur: il
résolut donc de le faire arrêter; mais il y avait de grands
ménagemens à prendre: le prestige n'était pas encore dissipé;
l'arrestation publique de cet homme, qui avait été si vénéré du
peuple, aurait pu exciter une sédition. On prit la résolution de le
faire prendre secrètement.

En conséquence, on ordonna au geôlier de l'arrêter quand il viendrait
visiter les prisons, ce qu'il faisait fréquemment, et avec une
ostentation vraiment ridicule. L'ordre ne tarda pas à recevoir son
exécution. Alors ceux que la crainte ou une pusillanime superstition
avait retenus éclatèrent; on découvrit des crimes secrets que jusque
là personne n'avait eu le courage de révéler.

Le coupable fut condamné, le 23 décembre 1588, à être brûlé vif, et
la sentence fut exécutée. On infligea la peine du fouet pendant trois
jours à sa concubine.

Telle fut la fin de ce personnage, qui ne dut la facilité qu'il eut
de commettre ses crimes qu'à l'ignorance superstitieuse du siècle;
car dans un temps plus éclairé, ou il n'aurait pas conçu le projet
d'une semblable imposture, ou il n'aurait pas trouvé les moyens de la
soutenir.



RENÉ DE VILLEQUIER ASSASSINE SA FEMME, ET RESTE IMPUNI.


René de Villequier, baron de Clairvaux, d'Aubigny et d'Évry,
chevalier de l'ordre du Saint-Esprit, était un des favoris de Henri
III, auquel il ne resta pas toujours fidèle; car on prétend qu'il
devint ligueur et qu'il favorisait le parti des Guises. Les mémoires
du temps le représentent comme un homme perdu de débauche, et lui
reprochent des raffinemens outrés de luxe et de plaisir. Il fut le
premier qui fit servir sur sa table une omelette saupoudrée de fines
perles broyées.

Cet homme, vrai sybarite, se rendit coupable d'un crime qui décelait
une âme féroce. Il avait épousé Françoise de la Marck. Soit que cette
femme eût imité les désordres de son mari, soit qu'elle lui fît de
trop fréquens reproches de ses nombreuses infidélités, il résolut de
s'en défaire. Étant, en septembre 1577, dans la ville de Poitiers
et dans le logis même du roi, il poignarda sa femme ainsi que sa
suivante qui voulait la défendre.

Françoise de la Marck était enceinte lorsqu'elle reçut le coup
mortel. «Ce meurtre, dit _L'Estoile_, fut trouvé cruel comme commis
en une femme grosse de deux enfans, et étrange comme fait au logis du
roi, sa majesté y étant, et encore en la cour où la paillardise est
publiquement pratiquée entre les dames qui la tiennent pour vertu;
mais l'issue et la facilité de la rémission qu'en obtint Villequier
sans aucune difficulté, firent croire qu'il y avait en ce fait un
secret commandement du roi, qui haïssait cette dame pour un refus en
cas pareil.»

Ce qu'il y a de certain, c'est que René de Villequier, loin de
recevoir le châtiment dû à son crime, continua à jouir de la faveur
du roi, et ne mourut qu'en 1570, en son château d'Évry en Brie.

Au reste, il est bon de remarquer qu'à cette époque féconde en
désordres, de tout genre, rien n'était plus commun que de voir des
assassinats exécutés par suite de haines particulières ou quelquefois
par des ordres secrets du roi; et ces crimes demeuraient toujours
impunis.



ASSASSIN SOUSTRAIT A LA VINDICTE DES LOIS PAR LA PRESCRIPTION.


Il paraîtra peut-être étonnant qu'il puisse y avoir, en justice,
prescription pour des crimes tels que l'assassinat, l'empoisonnement,
et autres attentats qui ne portent que trop souvent la désolation
dans les familles, l'effroi dans la société. On se demande s'il n'est
pas toujours temps de châtier un coupable, s'il est bien juste que
l'assassin obtienne, pour ainsi dire, sa grâce par le bénéfice des
années.

Mais la loi en a ordonné autrement, et ceux qui l'ont faite n'ont pu
agir légèrement dans une matière aussi importante, aussi délicate.
Ainsi tout crime qui n'a point été poursuivi pendant vingt ans est
prescrit; on ne peut, après ce laps de temps, inquiéter en aucune
façon celui qui en est coupable. C'est une maxime puisée dans la
jurisprudence romaine.

Le crime mérite, à la vérité, toute la haine et toute la sévérité
de la justice. Lorsque le crime lui est déféré dans un temps où les
preuves sont faciles à produire, et où l'accusé peut également faire
valoir tous ses moyens de défense, alors la justice le poursuit avec
rigueur. Mais si plusieurs années s'écoulent sans que le crime soit
constaté publiquement et juridiquement, alors cette même justice
favorise l'accusé; parce que, comme l'humanité veut que l'on présume
toujours pour l'innocence, elle suppose que la longueur du temps
a fait périr les preuves que l'accusé aurait pu fournir pour sa
justification. On verra l'application de cette jurisprudence dans le
fait qu'on va lire.

André du Sarron, écuyer, avait épousé Antoinette de Saint-Priest. Il
eut de ce mariage Pierre du Sarron, qu'il déshérita par suite de son
indigne conduite et des outrages qu'il en avait reçus. Il institua
donc, par son testament, la demoiselle de Saint-Priest, son épouse,
son héritière universelle.

Devenue veuve, la dame du Sarron convola en secondes noces. Le
sieur Pierre du Perrier, son nouvel époux, prit en amitié le jeune
du Sarron, son beau-fils, et ne négligea rien pour achever son
éducation. Mais, loin de répondre aux soins de son beau-père, du
Sarron le chasse violemment, ainsi que sa mère, de leur maison de
Forges, et s'en met en possession. Ceux-ci portent plainte de ces
violences en la sénéchaussée de Lyon, à l'effet d'être réintégrés
dans leur bien.

Pendant la poursuite du procès, la dame de Perrier mourut, laissant
quatre enfans de son second lit. Le sieur du Perrier reprit le
procès, tant en son nom que comme tuteur de ses enfans.

Du Sarron, déjà consommé dans le crime, en apprenant que son procès
prend une tournure défavorable pour lui, se détermine à faire
assassiner son beau-père. Ce monstre d'ingratitude et de scélératesse
charge de l'exécution du crime son domestique nommé Escofier, et six
soldats qui lui vendent leur service. Ils s'apostent, au mois de mai
1578, sur un grand chemin où devait passer la victime désignée à
leurs coups, et, cachés derrière une masure, ils tuent du Perrier, en
présence de du Sarron, qui feignait de chasser. Celui-ci fit ensuite
cacher Escofier dans la citadelle de Mâcon, où il demeura pendant
plusieurs années.

Le fils du sieur du Perrier était mineur. Les troubles de la
ligue bouleversaient alors tout le royaume. Ce jeune enfant avait
d'ailleurs tout à redouter des fureurs de son frère utérin. Il fut
même obligé pour s'en garantir de se retirer à Bourges. Ce ne fut
qu'en 1588, qu'ayant recueilli les circonstances de l'assassinat de
son père, il en fit informer la sénéchaussée de Lyon.

La mort tragique de Henri III redoubla les troubles qui déchiraient
la France; ces calamités ne cessèrent que lorsque Henri IV eut
reconquis son royaume. Pendant tout ce temps du Perrier fut obligé
d'interrompre ses poursuites, qu'il ne reprit que quand la paix eut
rendu à la justice son cours régulier. Il fit informer de nouveau par
autorité du prevôt du Beaujolais, et sur les informations il obtint
un décret de prise de corps contre Escofier.

Escofier fonda sa défense principalement sur les vingt ans écoulés
depuis le crime commis.

L'affaire fut portée au parlement de Paris par suite d'un appel
interjeté par Escofier; et par arrêt du 18 décembre 1599 le
parlement, jugeant conformément aux lois romaines dont nous avons
parlé, déclara du Perrier non recevable dans la poursuite du crime en
question, et fit sortir Escofier des prisons.


FIN DU PREMIER VOLUME.



TABLE DU PREMIER VOLUME.

                                                                  Page

    AVANT-PROPOS.                                                    v

    Frédégonde et Brunehaut.                                         1

    La comtesse de Gâtinais.                                        16

    Assassinat de Guillaume, dit Longue-Épée, second
     duc de Normandie.                                              22

    Roi de France; voleur de grands chemins.                        25

    Crimes et cruautés de Guillaume Talvas, comte
     d'Alençon et de Belesme.                                       30

    Gabrielle de Vergy, ou vengeance atroce du châtelain
     Aubert de Fayel.                                               34

    Héloïse et Abailard. Attentat du chanoine Fulbert.              38

    Mort tragique de Raymond Trencavel, vicomte de Béziers et
     de Carcassonne.                                                51

    Crime horrible attribué à des juifs de Brie-Comte-Robert.       55

    Le troubadour Cabestaing.                                       58

    Pierre de La Brosse et Marie de Brabant.                        65

    Procès des Templiers, leur innocence et leur condamnation.
     Héroïsme de Jacques Molay, leur grand-maître.                  73

    Enguerrand de Marigny.                                          85

    Le faux Baudouin.                                               95

    Croisade contre les Albigeois.                                  99

    Acte de justice de la reine Blanche, mère de Saint-Louis.      103

    L'inquisition à Toulouse.                                      106

    Isarde des Baux.                                               111

    Histoire du jeune comte de Foix.                               116

    Le prevôt Taperet.                                             128

    Jourdain de Lisle.                                             132

    Iniquités de Bétisac, punies par le roi Charles VI.            134

    Marguerite de Belleville, ou la magicienne de Paris.           137

    Tentative d'homicide de Pierre de Craon sur le connétable
     de Clisson.                                                   141

    Duel judiciaire de Carrouges et Legris.                        148

    Abus des asiles et lieux de refuge pour les criminels.         153

    Étrange procès entre deux juifs.                               156

    Le chien vengeur de son maître, ou le juste jugement de Dieu.  158

    Les trois reines adultères.                                    163

    Assassinats des ducs d'Orléans et de Bourgogne.                169

    Duel du chevalier Clary.                                       178

    Procès inique de Jacques Cœur.                                 181

    Procès de Jeanne d'Arc.                                        184

    Réparation d'un meurtre commis dans le couvent des
     Grands-Augustins de Paris.                                    191

    Crimes et punition du maréchal de Retz.                        194

    Crimes de Louis XI, roi de France. Supplice de Jacques
     d'Armagnac, duc de Nemours.                                   200

    Le cardinal de Balue.                                          211

    Histoire de la comtesse de Châteaubriant, jugée et condamnée
     à mort par son mari.                                          216

    Le baron de Samblançay, surintendant des finances sous
     François Ier.                                                 225

    Le président Meynier d'Oppède et l'avocat-général Guérin, ou
     massacres juridiques de Cabrières et Mérindol.                228

    Le comte Sébastien Montécuculli, condamné comme empoisonneur
     du dauphin, fils de François Ier.                             235

    Supplice d'Anne Dubourg, conseiller au parlement  de Paris.    238

    Saint-Jean de Ligoure, gentilhomme limousin, meurtrier de sa
     femme et de ses enfans.                                       242

    Massacre de la Saint-Barthélemy.                               249

    Annibal Coconas.                                               269

    Assassinat des Guises.                                         271

    Le baron des Adrets.                                           295

    Le maréchal de Montluc.                                        299

    Cruautés populaires, commises à Toulouse pendant les troubles
     de la ligue.                                                  305

    Assassin tué par sa victime.                                   315

    Henri III et Jacques Clément.                                  319

    La belle Angevine; histoire du jeune prêtre condamné  à être
     pendu, ou à l'épouser.                                        324

    Cause de meurtre plaidée devant Henri IV.                      334

    Punition d'un frère incestueux.                                337

    Le faux Martin Guerre.                                         345

    Benigna ou Vanina Ornano.                                      351

    Punition absurde et immorale.                                  358

    D'Arconville justifié du meurtre de plusieurs personnes.       359

    Les deux belles-sœurs victimes de la jalousie de leurs maris.  368

    L'ermite imposteur.                                            374

    René de Villequier assassine sa femme, et reste impuni.        378

    Assassin soustrait à la vindicte des lois par la
     prescription.                                                 380


  FIN DE LA TABLE DU PREMIER VOLUME.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Chronique du crime et de l'innocence, tome 1/8 - Recueil des événements les plus tragiques;..." ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home