Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 0065, 25 Mai 1844
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0065, 25 Mai 1844" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'ILLUSTRATION,

JOURNAL UNIVERSEL.

[Illustration.]

        Nº 65. Vol. III--SAMEDI 25 MAI 1844.
        Bureaux, Rue de Seine 33.

        Ab. pour Paris.--3 mois, 8 f.--6 mois, 16 f.--Un an, 30 f.
        Prix chaque Nº 75 c.--La collection mensuelle br., 2 f. 75 c.

        Ab. pour les Dép--3 mois, 9 f.--6 mois, 17 f.--Un an, 32 f.
        Pour l'Étranger         --    10            --    20          --    40



SOMMAIRE.

Histoire de la Semaine. _Portrait du vice-amiral Lalande; Portrait du
prince de Joinville. Carte du Texas_.--Courrier de Paris.--La Chasse au
Poste. _Deux Gravures_.--Des Vitraux anciens et modernes. _Vitraux de
MM. Galimard et Lami de Nozan, à Saint-Germain-l'Auxerrois._--Les Salles
d'asile.--Exposition des produits de l'Industrie. 4º article. Bronzes et
Ébénisterie. _Ostensoir de M. Froment-Meurice; Bénitier en bronze par M.
Quesnel; Fauteuil et Chaise en bois sculpté, par M. Émile Grimpré;
Candélabre en bronze, par M. Denière; Meuble de milieu d'un Salon et
Prie-Dieu, par M. Grohé; Buffet par M. Ringuet._--Courses de
Chantilly.--Le Dernier des Commis voyageurs, roman par M. XXX. Chapitre
IX. Récit; les catastrophes de Potard,--Marguerite, romance. Paroles de
M. A. de La Fizelière, musique de M. Léon Dusautoy.--_Une
Gravure_.--Romanciers Contemporains. Charles Dickens, (Suite et fin.)
Séjour dans Éden; départ du paradis terrestre. Modes. _Une
gravure._--Antiquités trouvées à Hérouval. _Deux Gravures._--Rébus.



Histoire de la Semaine.

[Illustration: Portrait du vice-amiral Lalande.]

Nous avons, la semaine dernière, annoncé la publication de la _Note_ de
M. le prince de Joinville sur _l'état des forces navales de la France_.
Ce n'était, il y a huit jours, qu'un document remarquable, plein de
reproches fondés et surtout de conseils utiles; aujourd'hui cet écrit
est devenu un événement par l'émoi qu'en a ressenti le cabinet; la
colère qu'ont témoignés nos feuilles étrangères les mieux disposées
d'ordinaire pour les ministres, et par la leçon que des journaux
français qui reçoivent leurs confidences les plus intimes ont été
chargés de faire au jeune amiral. Le _Morning Chronicle_ ne trouve pas
plus de «sagesse que de dignité et de noblesse dans cette brochure de
_boucanier._» _L'Observateur de Bruxelles_ y cherche vainement «l'acte
d'un bon citoyen et n'y voit qu'une démarche propre à jeter une espèce
de froideur entre le prince de Joinville et ses frères, et à mécontenter
le duc de Nemours, qui a horreur de la publicité, que son frère vient de
rechercher avec autant d'éclat que de succès.» La presse ministérielle
française, dans ses reproches, brave un peu moins l'honnêteté, mais
néanmoins il est facile de voir que, sans sa dignité de prince, le jeune
marin eût été traité comme le caporal Bach. Il a dû se rendre au château
de Compiègne.

Presque au même moment où paraissait cette brochure qui renferme un
éloge si fier, si national, si senti de l'escadre que la France avait en
1840 dans la Méditerranée, des matelots exercés qui la montaient, de
leur chef habile et actif, à ce même moment, en quelque sorte, la mort
enlevait ce regrettable amiral, la tombe se refermait sur ses restes, et
la marine française avait à ajouter sur ses tables funéraires chargées,
depuis quelques années, de noms si glorieux et si prématurément
inscrits, aux noms de l'habile de Rigny, de l'intrépide Gallois, du
savant Dumont d'Urville, le nom de Lalande.

Il était né au Mans le 13 janvier 1787. A seize ans à peine, en 1803, il
entra dans la marine en qualité de mousse. La rupture de la paix
d'Amiens recommençait pour la France la lutte maritime soutenue depuis
près d'un siècle et demi, en même temps que nous avions à lutter sur les
champs de bataille contre l'Europe continentale. Le jeune marin se fit
promptement remarquer, obtint des grades par ses bons services, et se
vit toujours confier des postes et des missions supérieurs à ses grades.

Parvenu à celui d'enseigne de vaisseau, il se distingua dans le combat
acharné à la suite duquel les frégates _l'Italienne, la Calypso_ et la
_Cybèle, capitaines Jurien, Jacob et Cocault_, attaqués le 24 février
1809 dans la rade des Sables-d'Olonne, forcèrent à la retraite une
division anglaise composée de trois vaisseaux, deux frégates et une
corvette aux ordres du vice-amiral Stepford.

En 1814, se trouvant aux Antilles, il prit part aux divers engagements,
et se fit de nouveau remarquer par un sang-froid qui s'alliait en lui à
la plus brillante valeur. La paix ne découragea point son ardeur, et on
le vit en déployer autant pour la protection de notre pavillon sur
toutes les mers, qu'il en avait montré au jour du combat pour sa gloire.
De 1822 à 1836, il s'éleva du grade de capitaine de frégate à celui de
contre-amiral. Chaque avancement fut le prix de signalés services. En
1837, il fut nommé commandant de l'escadre d'Afrique, et fut mandé
devant Tunis pour y faire respecter le drapeau de la France. En 1838, il
fut nommé commandant de l'escadre de la Méditerranée; et, en 1840, il
avait réuni autour de lui vingt vaisseaux, quand il reçut l'ordre
douloureux de quitter ces eaux, où sa présence seule eût empêché la
catastrophe de Syrie. En 1844, le département du Finistère l'envoya
prendre place à la chambre des députés. L'autorité de sa parole était
immense dans toutes les questions maritimes, et sa réserve habituelle
ajoutait encore au poids de ses observations quand on y entrevoyait la
critique d'une mesure proposée. Élevé au grade de vice-amiral en 1843,
il fut, presque à la même époque, exposé aux redoublements acharnés de
la maladie dont il avait ressenti, il y a vingt-cinq ans, les premières
atteintes, et qui l'a conduit au tombeau après une année entière de
souffrances.

[Illustration: Portrait du Prince de Joinville.]

Pendant que nous avions à rendre les derniers devoirs à un des hommes
les plus braves et les plus prudents de notre armée de mer, la nouvelle
est venue que l'armée d'Afrique avait à déplorer la mort d'un chef
d'escadron et d'un certain nombre de soldats qu'un courage aventureux a
engagés avec des précautions insuffisantes dans une partie non explorée
de la province de Constantine. M. le duc d'Aumale s'est trouvé lui-même,
pendant quelques instants, prisonnier, et n'a dû la vie qu'au sacrifice
qu'un généreux commandant a fait de la sienne pour dégager le prince.

La chambre des députés a enfin, dans sa séance du samedi 18, terminé la
discussion du projet sur la réforme des prisons, et voté au scrutin sur
l'ensemble de cette loi, qui a réuni 234 voix sur 359 votants. Du jour
de sa présentation à celui du scrutin, elle a subi de bien nombreuses et
de bien profondes modifications, ce qui ne lui a rien fait gagner, on le
comprend, en unité et en ensemble, quel que soit d'ailleurs le mérite
des changements introduits. De toutes les peines que prononce notre code
pénal, il en est une seule que l'on n'a pas songé à appliquer: c'est la
peine de la déportation. En vérité, à voir ce qui se passe dans les
colonies pénales de l'Angleterre, et le regret où en est cette puissance
de ne pouvoir renoncer du jour au lendemain à des établissements qui lui
ont été aussi dispendieux à fonder, et qu'elle n'est pas en mesure de
remplacer immédiatement par autre chose, on devait être peu porté à
présumer que nous en viendrions à vouloir entrer dans la voie où nos
voisins se désespèrent d'être engagés, et à restaurer une peine qui n'a
été appliquée que dans les mauvais jours de notre histoire. Malgré tout,
on s'est amusé à écrire, par amendement dans la loi nouvelle, la peine
de la _transportation_, qui n'est pas écrite dans le _Dictionnaire de
l'Académie_, et dont le sens vrai ne sera jamais, nous l'espérons bien,
déterminé et défini par l'application. C'est tout aussi menaçant que
l'est aujourd'hui la déportation; c'est plus neuf, et ce sera tout aussi
inoffensif. Ce projet de loi, si longuement discuté, n'aboutira pas en
définitive, et c'est la conviction où était la Chambre de son
impossibilité qui lui a valu bon nombre de boules blanches. Du moment
qu'on a eu la certitude que le résultat indigeste de cet interminable
débat ne pourrait jamais prendre place dans nos codes, sur les bancs du
centre comme sur ceux de l'opposition, beaucoup d'adversaires du projet
n'ont plus vu d'inconvénient à donner au cabinet et à la commission la
satisfaction de leur adhésion apparente. Pour nous, cependant, nous
voyons quelque chose de bien grave dans la déclaration solennelle qui a
été faite par le ministère, par la majorité, par le scrutin, que la
détention cellulaire aggravait la punition à ce point que sa durée
devrait être, dans ce système abrégée d'un cinquième. Vous avez tous
reconnu et proclamé cela, et vous avez aujourd'hui à Tours, à Bordeaux,
des prisonniers qui subissent cellulairement le temps d'emprisonnement
ordinaire auquel ils ont été condamnes. C'est donc une aggravation de
leur sort que l'administration s'est permise: elle vient de l'avouer,
et, ce qui est bien grave encore, c'est quelle ne va pas être en mesure
de la faire cesser, comme elle croyait le pouvoir quand elle a fait cet
aveu. La réduction du cinquième du temps reconnue indispensable par le
nouveau projet tombe comme lui; il ne demeurera donc de tout cela qu'une
souveraine injustice, reconnue telle par ses auteurs, confessée, mais
continuée.

La précédente législature a voté une loi pour l'établissement d'une
ligne de fer de Montpellier à Nîmes. Acquisition de terrains, travaux
d'art et de terrassement, pose de la voie de fer, l'État avait tout
fait; il s'était même pourvu d'une partie du matériel roulant. Il n'y
avait plus qu'à lancer une locomotive quand on s'est dit; Mais qui
exploitera? Sera-ce l'État? Sera-ce une compagnie? Le gouvernement et la
commission de la Chambre s'étaient prononcés pour l'exploitation par une
compagnie. Un projet de bail a été dressé, il fixe le maximum de la
durée de la jouissance à douze ans, et détermine le minimum du prix de
fermage à cinq pour cent de la dépense des rails évaluée à cinq
millions. M. Boissy-d'Anglas avait présenté un amendement tendant à
attribuer à l'État l'exploitation du chemin jusqu'en 1849. M. Berryer
l'a appuyé avec toute la précision, la netteté, la sûreté de
raisonnements qui distinguent l'éminent orateur. La Chambre en a décidé
autrement; elle s'en est tenue à l'exploitation par les compagnies,
malgré les raisons graves et particulières qui, en cette occasion,
semblaient devoir faire donner la préférence à l'exploitation par
l'État. Cependant les députés partisans exclusifs de l'exploitation par
les compagnies ne devraient pas perdre de vue que chacune des lois de
concession de chemins de fer renferme un article qui donne à l'État la
faculté de racheter la concession elle-même. Pour que l'État sache, la
convenance d'user de cette faculté se présentant, s'il serait en mesure
de faire face aux devoirs qu'elle lui imposerait, il faut que ses agents
aient pu fonctionner sur un chemin et en diriger l'exploitation,
autrement on demeurerait dans l'inconnu, et la faculté de rachat
deviendrait illusoire ou bien périlleuse. La Chambre a-t-elle pensé que
la ligne de Montpellier à Nîmes était trop peu importante pour mettre
l'État à même de faire une épreuve sérieuse et de nature à l'éclairer
complètement? Nous voudrions bien que c'eût été là le seul et
déterminant motif de son vote.

[Illustration.]

La Chambre des pairs a continué la discussion de la loi sur
l'enseignement secondaire. La semaine dernière, M. Martin (du Nord)
avait dit que les jésuites et leur enseignement seraient peut-être moins
hostiles si on les laissait s'établir en France, qu'en les refoulant à
nos frontières. Cette semaine, M. Guizot, à son tour, a émis la pensée
que beaucoup de préventions disparaîtraient, beaucoup de difficultés
seraient résolues, si le cabinet comptait un prélat parmi ses membres,
et si la Chambre avait encore des évêques sur ses bancs. Le langage de
M. le garde des sceaux, celui de M. le ministre des affaires étrangères,
ont été relevés avec vivacité à la tribune du Luxembourg. En dehors de
cette Chambre ils ont également produit beaucoup d'effet: mais cet effet
doit donner une certitude plus complète encore que la Chambre des
députés ne sera saisie que le plus tard qu'on pourra d'une question
qu'on a déjà cependant rendue plus irritante par les hésitations et les
délais.

Les nouvelles d'Haïti ne nous sont venues cette semaine que par la voie
de l'Angleterre. Elles étaient peu concordantes, mais cependant, en
général, très-défavorables à la cause des mulâtres. On a annoncé,
démenti, puis répandu de nouveau le bruit de la mort du
général-président Hérard.

Un traité, qui semble devoir trancher définitivement une question dont
la solution a été longtemps différée, vient d'être conclu entre le Texas
et les États-Unis. Il est convenu, par ce traité, que le Texas sera
annexé au territoire de l'Union, et nommera un député ou représentant au
congrès. Les États-Unis se chargent de payer les dettes du Texas jusqu'à
concurrence de la valeur des terres situées dans te Texas, qui seront
mises en vente. Le traité ne parle point de l'esclavage. Ce point sera
sujet à discussion entre les États à esclaves et ceux qui n'en ont pas,
dans l'examen que le sénat a présentement à en faire pour la
ratification qui devra être donnée dans les trente jours de la
communication du traité à cette assemblée. L'Angleterre pourra bien,
elle, ne pas se contenter d'un délai aussi court pour se résigner à voir
cet arrangement d'un bon oeil. Ses démarches auprès du Texas n'ont pas
été plus secrètes qu'heureuses. Elle ne cherchera probablement pas à
dissimuler davantage son dépit, mais ce sera probablement aussi sans
plus de profit. Quant à la France, qui a reconnu l'indépendance du
Texas, elle ne pouvait élever des objections contre l'annexation que
dans le cas où elle s'offrirait à préserver cet État de la guerre dont
le menace le Mexique, qui le confine, et contre lequel il n'est pas en
état de lutter. Nos griefs contre Santa Anna sont grands sans doute;
mais rien n'annonce en ce moment que nos escadres soient armées en
guerre.--Les négociations entamées entre le ministre américain et le
chargé spécial de l'Angleterre, M. Pakenkam, sur la question concernant
le territoire de l'Orégon, sont suspendues; M. Pakenkam attend de
nouvelles instructions de son gouvernement.

La cour de Dublin a remis à trois mois le prononcé du jugement contre
O'Connell. Cette remise est considérée comme un ajournement indéfini;
car on peut, dans trois mois, demander de nouveau à entamer des
plaidoiries; et, en supposant que la cour s'y refuse, il resterait
encore aux défenseurs des accusés la faculté de former une opposition au
jugement, et de plaider sur cette opposition. Il est évident que
l'embarras seul empêche sir Robert Peel de déclarer franchement qu'il
renonce à toutes poursuites.--M. Hume avait déposé sur le bureau de la
chambre des communes une motion pour la suppression, dans l'intérêt de
l'Irlande et de l'Angleterre elle-même, de la charge de lord-lieutenant
d'Irlande. Après un discours dans lequel le ministre n'a pas combattu
cette proposition d'une manière absolue, son auteur l'a retirée sur
l'observation faite par M. Peel qu'il aurait à s'occuper de cette
question, et qu'un vote de la Chambre, pour ou contre, pourrait lui
rendre la solution plus difficile.--Les négociations diplomatiques entre
les États Unis et l'Angleterre à l'occasion du Texas viennent de donner
lieu à une motion du même genre de la part de M. Hume, qui a encore eu à
se contenter de la même réponse.--Dans la chambre des lords, l'affaire
du Maltais que le consul anglais avait livré à la justice de Tunis,
malgré les réclamations des consuls des autres nations, et en violation
des franchises accordées aux étrangers, a donné lieu à des
interpellations de la part de lord Beaumont. Mais, bien entendu, elles
n'avaient pas pour but de blâmer l'étrange conduite du consul anglais
que nous avons précédemment exposée. C'est au contraire la fermeté du
consul général de France, lequel a montré une sollicitude si active et
si éclairée pour ne pas laisser établir un précédent, menaçant dans
l'avenir la sûreté de tous les chrétiens, c'est M. de Lagau qu'on
accuse. Lord Aberdeen, bien qu'avec plus de réserve, a jeté aussi
quelque blâme sur la conduite de notre agent; mais il a fait observer
que cette affaire devait plutôt être traitée par correspondance
diplomatique entre les deux puissances qu'à la tribune de l'une d'elles.
Il a promis le dépôt sur le bureau de la Chambre des dépêches échangées
à cette occasion avec le cabinet des Tuileries. Le débat ne s'est pas
prolongé davantage.--Des troubles ont éclaté dans l'île de Guernesey.
Dans la journée du dimanche 19, on y a transporté 4 à 500 hommes de
l'île de Wright.

En Espagne, les deux reines, l'infante et Narvaez, après nous avoir fait
savoir, par le télégraphe, qu'ils vont prendre les eaux de Caldas en
Catalogne, nous donnent aujourd'hui l'assurance que c'est bien
uniquement pour la santé de la jeune Isabelle, et non pour la faire se
rencontrer avec le fils de don Carlos dans une vue d'union matrimoniale
et de fusion politique. Pendant cette absence, comme on suppose trop de
force aux progressistes, dans les cortès actuelles, pour songer à les
réunir, on se préparera à des élections nouvelles qu'une dissolution ne
tardera pas à nécessiter. On espère que la nouvelle Chambre sera d'assez
bonne composition pour consentir à donner au ministère un blanc-seing
pour gouverner sans elle et à se laisser congédier. Cela fait, si les
choses se passent ainsi, il faudra convenir que l'Espagne aura bien
profité des leçons que Louis XVIII donnait à Ferdinand VII, par la main
de son secrétaire Paul Louis Courier, sur le gouvernement représentatif
et la manière de s'en servir commodément.--M. Gonzalès-Bavo a reçu, pour
consolation du portefeuille qui lui est tombé des mains, l'ambassade de
Lisbonne.

L'attention se porte sur le Maroc. On a menacé, à Tanger, les Européens
de la prochaine arrivée des Kabyles de l'intérieur. Le corps consulaire
a écrit au pacha pour protester d'avance contre cette infraction aux
ordres avoués de l'empereur. Des mesures ont été immédiatement prises
pour appeler en vue de la côte des bâtiments anglais et un bâtiment
français. On s'attend à une réponse négative de la part de l'empereur à
l'ultimatum espagnol. Dans ce cas, le consul général de cette nation
amènera son pavillon et s'embarquera, si toutefois il peut le faire.

Le canton du Valais est divisé en deux partis: celui de la Vieille
Suisse et celui de la _Suisse Nouvelle._ Craignant de ne pouvoir
maintenir la paix entre eux, le gouvernement de ce canton s'était
adressé au vorort, dont le siège, cette année, est Lucerne, pour
demander son intervention. Lucerne, qui penche pour la Vieille Suisse, a
ordonné à des troupes fédérales de se rendre dans le canton qui en
réclamait; mais les cantons libéraux se sont opposés à cette mesure.
Celui de Vaud avait été désigné pour fournir un contingent d'infanterie;
son conseil d'État a décliné la compétence du vorort et repoussé cette
demande de troupes jusqu'à ce qu'il en fût décidé par une diète
extraordinaire. En attendant, la guerre civile a éclaté en Valais. La
Vieille Suisse s'est emparée de Sion. La Jeune Suisse se lève en masse:
chaque parti a des pièces de canon; toute la population prend part à
cette lutte. Des prêtres marchent en tête des colonnes improvisées.

La ville de Geseeke, près de Paderhorn, en Prusse, a été le théâtre d'un
événement déplorable. Le 5 de ce mois, vers neuf heures, la populace se
réunit, s'arma d'une grande quantité de pierres, et les lança contre les
maisons habitées par les juifs; toutes celles de ces maisons qui étaient
en bois ont été démolies, et les autres fortement endommagées. Une seule
des maisons des Israélites a été ménagée par les perturbateurs, parce
que parmi ses habitants se trouvait une femme nouvellement accouchée.
Par suite de ces actes de vandalisme, des familles entières, des femmes,
des vieillards, des enfants, se trouvent sans abri. Heureusement le
peuple n'a commis aucun attentat contre les personnes. Voici ce qui a
excité sa fureur contre les Israélites: dans la matinée, un prêtre
catholique reçut par la poste une lettre anonyme portant le timbre de
Paderhorn, et qui contenait les insultes les plus grossières contre le
culte catholique et contre tout ce qui est sacré aux yeux de ceux qui le
professent. Le prêtre communiqua cette lettre à quelques-uns de ses
amis, qui en parlèrent à d'autres personnes, de sorte que peu à peu le
contenu de la lettre reçut une grande publicité, bientôt le bruit courut
que c'étaient les juifs de Geseeke qui auraient fait écrire cette
missive. La populace devint furieuse, elle résolut de se venger sur les
juifs, et elle commit les dévastations que nous avons rapportées. Un
grand nombre d'arrestations ont été faites, et la justice informe.

Un épouvantable accident est arrivé sur le chemin de fer de Bruxelles à
Anvers. Une partie des voitures composant un convoi est sortie des rails
en arrivant au Vieux-Dieu. Plusieurs wagons ont été brisés; trois
personnes ont expiré dans les vingt-quatre heures. Le nombre des blessés
et la gravité des blessures ne permettaient guère d'espérer que l'on ne
comptât pas bientôt un plus grand nombre de victimes.

Le général Sainte-Aldegonde, l'un des pairs éliminés en 1830, vient de
mourir à l'âge de quatre-vingt-quatre ans.--M. le lieutenant-général
Durocheret, directeur du personnel au ministère de la guerre, a été
enlevé subitement dans un âge bien moins avancé.



Courrier de Paris

Le soleil tout à coup a fait volte-face et nous a tourné le dos. O
soleil! voilà de les traits; tu nous souris avec le jour, tu viens
égayer notre réveil, tu cours sur nos rideaux en rayons joyeux, tu joues
sur nos tapis, sur nos plafonds et sur nos dalles. En te voyant, notre
tristesse se change en gaieté; sois le bienvenu, disons-nous, hôte
charmant, ami printanier! et nous n'avons pas assez d'ouvrir nos portes
pour te recevoir, nous t'ouvrons aussi nos fenêtres; quelle agréable
intimité! que l'aurore en est délicieuse et douce, quand tu mêles ta
vive lumière à la fraîcheur de l'air matinal! et peu à peu, quand le
jour s'avance et entre dans son midi, si ton amitié devient par trop
chaude, on la tempère par des moyens qui ne font que lui donner plus de
prix et de charme; et en effet, quel plaisir de te voir, comme un ami
fidèle et que rien ne rebute, rôder autour de la jalousie et de la
personne pour tâcher de le frayer passage; tandis que le maître du
logis, recueilli dans la fraîcheur et dans l'ombre, surprend avec
volupté quelques lueurs de ta lumière à travers ses rideaux de soie et
se dit: «Il est toujours là, ce cher soleil; je le retrouverai tout à
l'heure, si je le veux, ce soir, demain, quand bon me semblera.»

Non, mes braves Parisiens; si vous avez le soleil aujourd'hui, demain
vous ne l'aurez pas; le soleil est changeant et volage comme tous les
trésors qui ornent et échauffent la vie; changeant comme la jeunesse,
comme la beauté, comme la fortune; volage comme le plaisir, comme
l'amour, et,--faut-il le dire?--comme l'amitié, quoique l'amitié ait une
réputation de sagesse et de stabilité; profitez donc du soleil,
lorsqu'il vous visite, et, loin de vous casemater contre l'excès de ses
tendresses, abandonnez-lui vos fenêtres béantes, même au plus ardent de
la journée, au risque d'être rôtis tout vif; sinon, plus tard, vous le
regretterez, et plus lard il ne sera plus temps.

Qui ne préférerait, je vous le demande, un magnifique soleil de plein
midi à ce ciel noir et maussade qui étend depuis huit jours sur Paris
comme un funèbre linceul? Qui n'accepterait volontiers un soleil
africain à la place de cette pluie froide et taquine dont nous sommes
inondés? Ce ciel noir, c'est la mort, et le soleil est la vie.

A la ville, le soleil est un bon compagnon dont on peut,--nous l'avons
vu,--tempérer l'exagération et les excès; mais le mauvais temps, le ciel
sombre, horribles visiteurs auxquels rien ne peut vous soustraire!
Barricadez vos fenêtres pour les chasser, opposez-leur la double
cuirasse de vos rideaux et de vos jalousies, ce sera cent fois pis
encore; pour fuir la vue d'un ciel lugubre, vous vous mettez dans un
tombeau, vous changez votre logis en catacombes; oui, vous avez beau
faire, le mauvais temps est un ennemi acharné et inévitable; nul moyen
de le fuir; il vous saisit de tous côtés et se fait voir, quoi que vous
fassiez, ici sur les vitres humides, là sur les murs ruisselants, sur
l'escalier maculé de boue, par les teintes couleur de ténèbres qu'il
projette dans votre chambre; le mauvais temps met tout en deuil: il
agace les nerfs les plus paisibles, il attriste les coeurs les plus
joyeux, il ôte l'appétit aux plus gourmands, il vous donne l'ennui de
vivre et le désir d'aller chercher si par hasard là-bas, dans l'autre
monde, le ciel n'est pas toujours limpide et pur, et les beaux jours ne
sont point éternels.

Huit jours de froid et de pluie à Paris, dans cette belle saison du mois
de mai, huit jours de temps exécrable, n'est-ce pas un horrible tour que
le baromètre nous joue? Que de regrets et de déceptions! je ne parle pas
seulement des Parisiens, c'est-à-dire des naturels du pays qui, tout en
maugréant, se résignent et se barricadent chez eux, et rallument leur
foyer, comme si le maussade décembre était revenu abrité sous son
parapluie, mettant ses socques et grelottant dans les plis de son
manteau; non, le Parisien n'est pas le plus à plaindre; ce qui est
surtout digne de pitié, ce qui fait peine à voir, ce qui saigne le
coeur, c'est l'étranger, c'est l'honnête espèce venue du fond de quelque
département lointain pour passer quinze jours de printemps à Paris; race
malencontreuse qui tombe au milieu de cette inondation et de ces
journées lugubres; voyez-vous leur désespoir? ils se promettaient
d'aller d'un pied leste et pimpant visiter la grande ville, marchant
sans crainte sur le pavé et sur l'asphalte mis à sec par le mois de mai
à la tiède haleine; et voici que nos pauvres diables sont obligés de se
crotter jusqu'à l'échine, ou de s'entasser dans un omnibus humide, ou de
se mettre, à travers champs, à la poursuite d'un fiacre, ou de s'épuiser
la poitrine à héler un cabriolet qui leur répond fièrement ce mot fatal:
Chargé! A moins qu'ils ne préfèrent rester emprisonnés dans la chambre
étroite de leur hôtel garni, en attendant qu'il plaise à Dieu de
dissiper les nuages et de ramener le beau temps; dans cette situation,
vous devinez leurs souffrances; ils étaient venus à Paris pour chercher
le mouvement et le plaisir, et ils se trouvent réduits à y pratiquer une
espère de détention cellulaire.

Ne ressemblent-ils pas à des âmes en peine ou à des oiseaux nouvellement
enfermés dans la cage? Que de fois ils donnent des coups de bec contre
les barreaux de leur prison! que de fois ils consultent le baromètre
pour savoir s'il est de bon présage! que de fois ils ouvrent la fenêtre
et étendent la main dans la rue pour s'assurer s'il pleut ou s'il ne
pleut pas! que de fois enfin ceux qui craignent les coups d'air, les
rhumes de cerveau, les fraîcheurs et les rhumatismes, collent leur nez
contre les vitres d'un air attristé et qui semble dire, à la façon des
héros d'Homère: «O Jupiter! rends-nous le beau temps et combats contre
nous!»

Les plus à plaindre, ce ne sont pas les provinciaux du sexe masculin; le
mâle, en définitive, se glisse partout et barbote dans la boue avec
assez de résignation, dût-il relever sur ses bottes l'extrémité de son
pantalon; la gouttière lance-t-elle ses gerbes de pluie dans le nez du
mâle, un cabriolet l'éclabousse-t-il, sa semelle donne-t-elle en plein
dans un ruisseau, il soutient l'aventure assez courageusement, à la
maniéré de Caton d'Utique, et pense qu'après tout il en sera quitte pour
brosser, en rentrant, son chapeau et éponger son collet de velours; mais
les martyrs des martyrs, ce sont ces demoiselles et ces dames; comment
se hasarder dans ces rues immondes, quand on n'a pas le pied parisien?
Comment aventurer, au milieu de ce déluge, cette robe, ce chapeau, cette
écharpe qu'on a si précieusement encaissés au départ, dans ses cartons
et dans ses malles? Cher chapeau, robe non moins chère, dont on disait à
chaque relais, avec un soupir: «Pourvu que mon chapeau ne soit pas
bosselé! pourvu que ma robe ne soit pas fanée! Conducteur! conducteur!
ayez-en bien soin: je vous les recommande; s'il vous arrive le moindre
malheur, je,... je,... je vous arrache les yeux!»

Mais, ô Providence! tandis que je décris les petites misères du mauvais
temps, tandis que je pleure les infortunes des victimes de la pluie,
tandis que j'ai l'âme déchirée au spectacle de ces excellentes gens qui
ne savent où mettre le pied, de peur de se crotter, ni comment sortir,
ni comment rester, ni à quoi occuper leurs journées si aimables, si
douces, si faciles à dépenser quand le ciel est pur et souriant, tandis
que je médite, en un mot, sur toutes ces tribulations et sur toutes ces
disgrâces, voici un rayon de soleil qui se laisse entrevoir furtivement,
puis deux, puis trois, puis quatre; puis le ciel fait sa toilette, se
rase, si on peut se permettre de le dire, chasse les vilains nuages qui
assombrissaient sa face, et se montre de nouveau, tel que nous l'avions
vu pendant tout ce beau commencement de mai, frais, riant, couleur
d'azur et radieux.

Salut, ô soleil! sois le bienvenu! tu joues à la coquetterie et tu
disparais çà et là pour qu'on te regrette et qu'on t'aime davantage.
Vous tous cependant, tribus attristées, étrangers malheureux,
provinciaux affligés, qui aviez remis prudemment dans vos malles vos
robes neuves et vos habits de fête, consolez-vous, soyez contents,
reprenez votre air de badauds satisfaits; la rue est saine, le jour est
limpide, le pavé ne vous menace d'aucune éclaboussure; allez sans
crainte et sans parapluie, et donnez-vous-en du matin au soir, à droite,
à gauche, sur tous les ponts de la ville, oui, chers amis, visitez les
ours du Jardin des Plantes; flânez sous les marronniers des Tuileries;
entrez au Musée; entassez-vous dans les galeries de l'Industrie;
nourrissez-vous chez Véfour, glacez-vous chez Tortoni, entreprenez
l'ascension des tours de Notre-Dame et de la colonne, et, si l'Odéon ne
vous fait pas peur, si _Sophocle_ est quelque peu de votre connaissance,
poussez jusqu'au Second-Théâtre-Français pour y voir jouer Antigone,
tragédie grecque, représentée à la grecque, avec la mise en scène
antique.

Cette curieuse représentation, depuis si longtemps annoncée, a
définitivement eu lieu mardi dernier; on peut dire que ce n'est pas sans
peine; depuis un mois, l'Odéon imprimait ces mots sur son affiche:
Demain, _Antigone_, sans remise: demain arrivait, et _Antigone_ ne
venait pas; si bien que l'affiche de l'Odéon avait fini par ressembler à
cette enseigne de barbier qui annonçait: «Demain, on rasera ici gratis.»

Il est juste de dire, à l'honneur de l'Odéon, que l'entreprise n'était
pas facile et qu'il a fallu prendre de sérieuses précautions pour la
mener à fin. D'abord il y avait des difficultés d'exécution matérielles
incontestables; élever un théâtre sur le théâtre même, ce n'est pas
rien; établir ensuite, à la place de l'orchestre des musiciens, une
espèce d'avant-scène, ce que les anciens appelaient le _proscenium_,
lieu réservé au choeur, c'est bien encore quelque chose. Après ces
travaux de charpentier et de maçon restait l'étude de la tragédie
elle-même, c'est-à-dire la poésie après les planches et le rabot. Ce
dernier travail a souffert de l'indisposition de mademoiselle Planat,
chargée d'abord du rôle d'Antigone; il a fallu recourir à la bonne
volonté de mademoiselle Bourbier pour remplacer la jeune actrice alitée;
vous voyez donc que l'Odéon n'a pas gaspillé ses heures autant qu'il en
a l'air, à la poursuite de cette représentation d'_Antigone_, et que
très-probablement d'autres que lui n'auraient pas été plus prompts ni
plus expéditifs.

Tout le monde était inquiet, aussi bien l'Odéon que le public, et chacun
de son côté craignait la bizarrerie de ce spectacle; peut-être même en
redoutait-on le ridicule, malgré le grand nom de Sophocle. «Vous allez
voir une caricature des spectacles antiques, disaient quelques-uns;
comment voulez-vous qu'avec nos théâtres larges comme la main on fasse
quelque chose qui ressemble à ces vastes fêtes dramatiques qui tenaient
toute une ville présente et attentive? Oh! comme nous allons rire!»

On n'a pas ri le moins du monde; le public s'est montré continuellement
intéressé et sérieux; il semblait qu'il assistât scrupuleusement, avec
toute la gravité d'un disciple docile et curieux de s'instruire, à la
découverte d'un cours de poésie ancienne. Le public, il est vrai, était
approprié à la circonstance, c'est-à-dire qu'il se composait de
spectateurs qu'on retrouve dans toutes les solennités où l'art est
sérieusement engagé; poètes, artistes, écrivains, le tout saupoudré de
jolies femmes et de bas-bleus. Contentons-nous de dire aujourd'hui que
Sophocle a été reçu courtoisement et vivement applaudi; il aurait pu se
croire à Athènes. Plus tard, _l'Illustration_, qui se pique de religion
poétique, fera un récit complet de cette intéressante soirée, parlant
des acteurs, et des traducteurs, et de la musique que M. Mendelssohn a
écrite pour le choeur thébain, musique qui nous arrive en droite ligne
de Berlin.

--Il est toujours question du voyage du roi à Londres. On en fixe
l'époque au mois de septembre: toutefois, rien n'est officiel dans ce
projet d'outre-mer. Est-ce un bruit qui part de l'imagination des
fabricants de nouvelles, ou bien le roi a-t-il véritablement envie de
rembourser à la reine Victoria les avances qu'il en a reçues l'année
dernière? Attendons que le temps éclaircisse ce grave mystère, et donne
tort ou raison aux devins qui disent: «Oui, le roi ira! Non, le roi
n'ira pas!» Il est certain que le oui dit vrai, à moins que ce ne soit
le non. Cependant, S. M. Louis-Philippe est à sa maison des champs, et
les Tuileries sont en ce moment détrônées par Neuilly.

--Il a été célébré, mardi dernier, à l'église Notre-Dame-de-Lorette, un
mariage qui a fait grand éclat dans la finance et dans la haute
aristocratie parisiennes. Mademoiselle Sellières, fille du célébré
banquier, a épousé le prince de Berghes. Il n'y avait que des altesses
et des ducs du côté du mari, et du côté de la mariée que des caissiers
cousus d'or et des millionnaires. Mademoiselle Sellières est une des
riches héritières de Paris. On la recherchait plus encore pour sa grâce
et si beauté que pour sa fortune. Elle a dix-huit ans. M. le prince de
Berghes est âgé de vingt et un ans tout au plus. Il est lui-même
prodigieusement riche, et d'une fortune supérieure à celle de
mademoiselle Sellières, ce qui a fait dire au jeune prince: «On ne dira
pas du moins que je fais un mariage d'argent.» C'est en effet un mariage
d'inclination, assurent les gens bien informés, un mariage d'inclination
dans toute la force du mot. M. le prince de Berghes, élevé, dit-on, loin
du tourbillon où la jeunesse actuelle se plonge, et dans des principes
très-réservés et très-scrupuleux, M. de Berghes a fait tout récemment
son entrée dans le monde C'est une âme novice qui, prenant feu tout à
coup à la beauté de mademoiselle Sellières, commence sa jeunesse par le
mariage, comme les autres la finissent.

Le même jour, un autre mariage d'inclination s'accomplissait entre M. le
duc de Guiche et mademoiselle de Ségur; ici la finance n'entre pour
rien, et nous ne marchons que sur des blasons. Ah çà est-ce que nous
retournerions à l'âge d'or, qu'on ne s'épouse plus que pour ses beaux
yeux, et qu'on laisse les mariages d'argent de côté?--Soyez tranquille!
c'est une contagion sentimentale qui ne fera pas beaucoup de malades
dans ce siècle de métal.

--L'Académie française, qui avait longtemps repoussé Charles Nodier de
son vivant, comme suspect du crime de lèse-Académie, vient de commander
son buste après sa mort. Il n'y a rien de tel que de mourir, a dit un
philosophe.

--Le désastre de la maison Garcia a jeté l'effroi dans plus d'une
famille; le monde artiste est particulièrement compromis dans cette
ruine; M. Garcia aimait les arts, et ses salons leur étaient ouverts. On
parle d'une perte de 250,000 francs pour Tamburini, le célébré chanteur
italien. Que de roulades pour arriver à cette épargne! et en une seconde
tout cela roule dans l'abîme!

--M. Royer-Collard est gravement malade.

--Les inquiétudes que la santé de M. Jacques Laffitte donnait depuis une
semaine sont heureusement calmées.

Une diligence qui verse au détour de la rue Lafayette, quelques côtes
enfoncées, un malheureux jeune homme inconnu qui se brûle la cervelle
dans l'église Saint-Gervais, aux pieds du saint autel, voilà les
dernières tristesses de la semaine, en attendant l'autre.



La Chasse au poste.

Les chasseurs de la Provence sont en ce moment dans un état de
surexcitation fébrile; les journaux du pays retentissent de plaintes
amères contre la nouvelle loi sur la chasse. «Nous lie pourrons plus
chasser au poste, disent-ils; Marseille réclamera sans doute, Marseille,
où le poste à feu dans la pinède est devenu une nécessité de la vie,
dont la campagne est hérissée à chaque pas de ces innombrables petits
blockhaus où le chasseur, attentif derrière sa meurtrière, guette
l'arrivée d'un oisillon sur le cimeau, tout, en tournant la succulente
andouille qui chante sur le gril à l'unisson des merles et des bruants.
Mais que deviendrait une grande partie de notre population provençale,
si l'on voyait disparaître les marchés aux grives, si l'on était
condamné à ne plus entendre l'orchestre de la _chiquerie_ (1) aux
premières lueurs du matin, et à abandonner, comme un exilé, cette petite
cabane où l'on avait éprouvé de si vives jouissances?» (_La Provence,_
du 7 avril.)

      [Note 1: _Chic_ est le cri d'appel des grives; on nomme
      _chiquerie_ l'harmonie produite par plusieurs grives qui
      chantent.]

Mes chers compatriotes s'effraient à tort, et je suis bien aise de leur
porter des paroles de consolation. Les anguilles de Melun crient avant
qu'on les écorche, et vous, vous criez alors qu'on ne vous écorche pas.
Lisez donc l'article 2 de la loi nouvelle. Voici le texte: «Le
propriétaire ou possesseur peut chasser ou faire chasser en tout temps,
sans permis de chasse, dans ses possessions attenantes à une habitation
et entourées d'une clôture continue faisant obstacle à toute
communication avec les héritages voisins.» Est-ce clair? On dirait que
les deux Chambres ne songeaient qu'à vous en rédigeant cet article 2;
car les vingt mille bastides qui existent dans les environs de
Marseille, soit qu'elles aient un hectare ou un are de jardin, soit que
leur terrain soit grand comme un billard ou comme un châle de cachemire,
sont closes de murs faisant obstacle à toute communication avec les
héritages voisins: donc vous pouvez y chasser le cerf et le sanglier, le
lièvre et le lapin s'il s'en trouve; et si, par une espèce de fatalité,
ces quadrupèdes sont des animaux fabuleux sur vos heureux rivages, vous
pouvez continuer en toute sûreté de conscience à poser sur les branches
de la pinède vos appeaux de grives et de pinsons, d'ortolans et de
chardonnerets, et fusiller de la cabane voisine tous les oiseaux de
passage qui s'arrêteront pour se reposer au retour de leur longue
pérégrination ou bien avant de partir pour leur voyage d'outre-mer.
Ainsi la loi semble faite à votre taille, comme il semble qu'Alger fut
conquis dans l'intention de favoriser votre commerce; vous avez plaisir
et profit, un beau soleil et des figues bien mûres; ne vous plaignez
donc pas.

[Illustration: Vue extérieure d'un poste à feu pour la chasse dans les
environs de Marseille.]

Les chasseurs parisiens, accoutumés à tuer des perdreaux et des faisans,
des chevreuils et des lièvres, lèveraient les épaules de pitié en voyant
des milliers de chasseurs provençaux guettant une grive, un pinson, une
linotte. Eh! messieurs, tous les genres de chasse ont leurs émotions. A
Paris et partout ailleurs, on court après le gibier, mais à Marseille on
attend qu'il vienne à la pinède; voilà toute la différence, le plaisir
est le même au Midi comme au Nord. Vous ne savez peut-être pas ce que
c'est qu'une _pinède_; c'est un bouquet de pins sur lesquels viennent
s'abattre les oiseaux de passage attirés par les appeaux placés dans des
cages et sur les branches de ces arbres. Tout près de là, le chasseur
est blotti dans un trou recouvert de feuillage, ou confortablement
installé dans une cabane, un pavillon, un kiosque garni d'un râtelier de
fusils chargés, prêts à vomir la mitraille sur l'imprudent voyageur ailé
qui se posera n'importe où. Au faîte du pin le plus élevé on attache
plusieurs baguettes, deux horizontales, une verticale, qu'on nomme
_cimeaux_; quelquefois ces baguettes forment un éventail, on les pose de
manière que de la loge on puisse les voir de profil. Alors le coup de
fusil prend en écharpe tous les oiseaux qui s'y trouvent perchés. Dans
certains postes fashionables bien organisés, des fusils sont posés sur
un affût et toujours dirigés sur cette espèce d'éventail, de sorte que
sans viser on peut tuer. Les dames, les demoiselles qui n'osent pas
toucher un fusil tirent de loin une ficelle attachée à la détente; le
coup part, et le but est atteint. Cette chasse est fort amusante,
essayez-en pendant le passage des grives; ayez quelques bons appeaux
dans des cages, et vous ne regretterez pas votre abonnement à
_l'Illustration_; vous bénirez le jour où vous avez déposé vos 30 fr.
sur notre bureau.

[Illustration: Intérieur d'un poste à feu.]

La chasse au poste est à Marseille le rêve de toute la population. A la
bourse, les conversations sur les grives se croisent avec celles sur les
cotons; l'arrivée d'un nouvel oiseau de passage est quelquefois annoncée
avant celle d'un navire. Tout oiseau qui, le dimanche, se pose sur un
arbre, à Marseille, est un oiseau mort, plumé, rôti, mangé. Les
étrangers qui arrivent dans la capitale des Phocéens, un jour de fête,
s'étonnent de la fusillade continue qu'ils entendent, et plusieurs
s'arrêtent, hésitant d'entrer dans une ville qu'ils croient envahie par
l'émeute. A Marseille, tout homme qui se respecte a sa bastide et sa
pinède; celui qui n'en possède point passe sa vie à la désirer, à faire
des économies pour se procurer un jour cette jouissance. Dans le prix
d'une bastide, la pinède entre pour moitié; si les arbres sont beaux, si
la cabane est confortable, si tout se trouve dans une situation
favorable et dans une direction adoptée par les oiseaux du passage, eh!
alors, les prétentions du vendeur n'ont plus de bornes, il montre à
l'acquéreur le livre où sont inscrits, sincèrement à ce qu'il dit, les
oiseaux tués l'année précédente, et le démon cynégétique, le plus
tentateur de tous les démons, fait promptement dénouer les cordons de la
bourse.

La chasse au poste, à part l'amusement de tuer des oiseaux, offre
d'autres plaisirs encore. Les dames aiment beaucoup la pinède; on les
invite; et comme les Marseillais sont très galants de leur nature, elles
viennent embellir ces réunions par leur présence. Je dis par leur
présence, et non par leur conversation, car à la chasse au poste il faut
se taire, c'est un point essentiel: le moindre bruit ferait déguerpir la
grive prête à se poser sur le cimeau, elle irait chez le voisin, vous ne
la tueriez pas, et, pour comble de malheur, il la tuerait, ce serait une
double perte, à cause de la rivalité qui existe entre tous les postes.
Le silence est donc recommandé aux dames; on leur dit:

Contentez-vous des yeux pour vos seuls truchements.

Mais, sans parler, il y a bien des moyens de s'entendre, et les yeux des
Marseillais pourraient en apprendre aux plus jolies bouches du Nord. Et
puis on déjeune; avec leurs belles mains blanches les dames font les
apprêts du festin, les carnassières sont vidées; à la ville on les a
beurrées de jambons et de poutargues, de poissons et de volailles; car,
à Marseille, on va toujours à la chasse avec la carnassière pleine, on
la rapporte vide, cela fait compensation; c'est le contraire dans les
autres pays. Le déjeuner commence lorsque le passage est fini; alors on
peut parler, rire et chanter, les joyeux propos circulent avec les
bouteilles; et si quelque oiseau vient, malgré le bruit, se poser sur le
cimeau, un domestique aux aguets en prévient les convives, et le pauvre
petit tombe mort entre deux verres de vin de Champagne.

Le chien étant le compagnon obligé du chasseur, bien des gens se croient
obligés d'aller chasser au poste avec un chien. Ils font cela par acquit
de conscience et pour se donner un air. Le pauvre Médor rougit en allant
ramasser un pinson blessé; il sent bien qu'il fait un métier
déshonorant; mais son obéissance, son dévouement au maître, lui font
surmonter son dégoût. Quelle noble abnégation! C'est Paganini jouant des
contredanses dans un bastringue. A la chasse au poste on ne ramasse les
morts qu'après la bataille. Les chiens servent quelquefois à poursuivre
les chats qui, sur le mur voisin, guettent la chute du petit oiseau pour
l'enlever à la barbe du chasseur; en sorte qu'on a souvent, en chassant
au poste, le spectacle d'une chasse au chien courant en miniature.

En résumé, j'estime fort cette chasse quand il s'agit de grives, et
lorsque je suis fatigué de courir la plaine. Cela fait diversion; on
chasse en se reposant; on peut le faire avec intérêt même dans les pays
où l'on rencontre du gibier plus noble; mais je suis d'avis de laisser
vivre les pinsons, les linottes, les chardonnerets; j'aime mieux les
entendre chanter que de les voir rôtis sur ma table. Cependant! si
j'habitais Marseille, si j'en étais réduit à ce seul menu gibier, qui
sait où ne m'emporterait pas l'envie de brûler de la poudre?

_La Provence_ du 3 mars s'indigne de l'article de la loi qui défend la
chasse sur la propriété d'autrui, sans la permission du propriétaire;
elle dit que cette disposition est criante, qu'elle équivaut à une
prohibition complète. Cet article n'est pas nouveau; il n'est que la
reproduction de l'article 1er de la loi de 1790. «Il est défendu à
toutes personnes de chasser, en quelque temps et de quelque manière que
ce soit, sur le terrain d'autrui, sans son consentement, à peine de
vingt livres d'amende envers la commune du lieu, et d'une indemnité de
dix livres envers le propriétaire des fruits, sans préjudice de plus
grands dommages-intérêts, s'il y échet.» Tout cela est basé sur le droit
commun; car enfin charbonnier est maître chez lui, et, ne posséderait-il
qu'un centiare de terre, vous n'avez pas le droit d'y entrer sans sa
permission.



Des Vitraux anciens et modernes.

VITRAUX DE MM. GALIMARD ET LAMI DE NOZAN,
A SAINT-GERMAIN-L'AUXERROIS.

Depuis quelques années, la peinture sur verre fait d'honorables efforts
pour reconquérir dans nos édifices religieux la place qu'elle y occupait
autrefois; nous avons à constater aujourd'hui un des plus beaux succès
qu'elle ait encore obtenus: nous voulons parler de la fenêtre que
viennent de placer à Saint-Germain-l'Auxerrois MM. Galimard et Lami de
Nozan.

Pour mieux faire comprendre les éloges que nous avons à donner en ce
moment et les critiques que nous nous permettrons, nous allons entrer
dans quelques détails qui ne seront pas sans intérêt pour la plupart de
nos lecteurs.

Une verrière ne se peint pas comme un tableau; l'artiste ne dispose pas
du verre comme le peintre de sa toile, ni de ses couleurs comme ce
dernier de sa palette. Les verres employés dans les vitraux sont colorés
d'avance, teints dans leur pâte; ce sont des verres de couleur, en un
mot. Ainsi, lorsque l'on voit une draperie rouge, par exemple, briller
sur un fond bleu, le rouge et le bleu ne sont pas deux couleurs
appliquées sur un même morceau de verre blanc, mais bien deux morceaux
de deux feuilles de verre différentes mis à côté l'un de l'autre, et
réunis au moyen d'un plomb qui les maintient invariablement dans le même
plan. On voit de suite quel travail complexe exigent les vitraux. Il
faut d'abord composer sa fenêtre avec un grand soin, en arrêter le
dessin et les couleurs. Cette première opération demande un grand
talent, une grande habitude, un goût sûr et une entente peu commune de
l'harmonie des couleurs. On possède alors ce qu'on appelle un carton.
Sur ce carton on découpe avec soin des verres de couleur, en ayant soin
que les plombs destinés à les réunir tracent les contours du dessin
représenté par le peintre. Ces plombs, loin de nuire à l'effet de la
verrière, font au contraire l'office d'un trait vigoureux sans lequel
les couleurs juxtaposées arrivaient confusément à l'oeil du spectateur.

Les verres une fois découpés, on trace alors sur eux, avec une couleur
fusible au feu, les ombres et les plis des draperies; on passe les
teintes des chairs qui se peignent sur verre blanc, ainsi que certains
jaunes, et on les fait cuire à la manière de la porcelaine, dans une
moufle. Le feu fixe d'une manière indélébile ces couleurs à la surface
des verres. Il ne reste plus qu'à les réunir par des plombs, et à monter
la fenêtre au moyen de ferrures qui lui donnent la solidité nécessaire
pour résister aux énormes pressions qu'exerce le vent sur les grandes
ouvertures des églises.

Ces opérations demandent donc bien des talents divers, il est rare que
la même main les exécute toutes. Nous verrons tout à l'heure les plus
grands peintres faire des cartons, et leur exécution paraître chose
assez difficile pour que des artistes du premier ordre se chargent de
les traduire en vitraux.

[Illustration: Peinture sur verre.--Fenêtre de Saint-Germain-l'Auxerrois
par MM. Galimard et Lami de Nozan.]

Un mot maintenant sur l'histoire de la peinture sur verre.

On ne connaît pas de vitraux antérieurs au douzième siècle. Parmi
ceux-ci il faut citer deux fenêtres de l'abbaye de Saint-Denis,
réservées de l'ancien édifice du temps de l'abbé Suger. L'inauguration
en avait été faite en 1140. La peinture n'est alors qu'une mosaïque; les
dessins sont au trait, sans ombre. Au treizième siècle on ajoute
quelques hachures pour donner du relief aux draperies. Les deux rosaces
latérales de Notre-Dame, les vitraux de la sainte Chapelle sont de cette
époque. On peut juger de la prodigieuse activité des artistes du temps:
les vitraux de la sainte Chapelle furent exécutés en un an, de 1247 à
1248. Jusque-là les sujets affectent le style légendaire; ce sont de
petites figures, divisées en panneaux. Le quatorzième siècle, au
contraire, voit exécuter des figures colossales portées sur des
piédestaux et surmontées de dais; on essaie des rinceaux, des fleurons
en pièces de rapport; enfin apparaissent les premières armoiries; les
plus anciennes sont du règne de Charles VI. L'église de Saint-Sévérin
nous offre quelques fenêtres de ce siècle. Les grands portraits de la
cathédrale de Strasbourg doivent aussi y être rapportés. Mais, quelques
années plus tard, le gothique se perd, la renaissance apparaît de toute
part, les élevés d'Albert Durer enseignent la perspective. Loin de
perdre à ce mouvement universel, la peinture sur verre lui doit ses plus
brillants chefs-d'oeuvre. A la fin du quinzième siècle, à Beauvais, les
vitraux de Saint-Étienne, de Notre-Dame-de-Lorette, de Saint-Jean,
s'exécutaient sur les cartons de Raphaël, et Jules Romain dessinait les
vitres de Saint-Sébastien et l'arbre de Jessé. Au seizième siècle l'art
est dans toute sa splendeur: Arnault des Molles, en 1517, peint toutes
les fenêtres du sanctuaire de la cathédrale d'Auch, et l'ensemble
admirable produit par l'unité de composition et de manière en fait un
chef-d'oeuvre encore plus peut-être que le mérite de l'exécution et du
goût. Bernard de Palissy travail le à Saint-Gervais avec Jean Cousin, et
ce dernier, s'écartant de la destination religieuse des vitraux, peint
en grisaille, pour le château d'Éconen, les amours de Psyché d'après des
cartons de Raphaël.

Nous touchons à la décadence; la peinture sur verre, comme tous les
arts, en fut atteinte; cependant, au commencement du dix-septième
siècle, se peignaient encore les vitraux de Saint-Méry et ceux de
Saint-Paul; les Leviel travaillaient à Rouen, famille de peintres
verriers dont le dernier descendant laissa un traité complet sur la
matière, traité qui n'est pas assez rare pour qu'on puisse s'expliquer
comment s'est accréditée cette universelle croyance de prétendus secrets
perdus et retrouvés. Mais une autre cause que celle que nous venons de
signaler contribua à accélérer la ruine de l'art. On voulut se passer de
ces plombs qui assemblent les verres de couleurs différentes. Jean de
Bruges trouva des émaux qui, appliqués sur le verre blanc et fondus au
feu, donnaient les mêmes tons que ceux qu'offraient les verres teints en
pâte. Il fit ces délicieux petits panneaux si recherches des amateurs.
Pinagrier le suivit et le surpassa dans cette voie. On peut admirer
plusieurs de ses chefs-d'oeuvre à Saint-Etienne-du-Mont. Mais la
peinture sur verre est de son essence une décoration; elle doit être
traitée comme un décor; les émaux en firent une peinture de chevalet. Le
public se dégoûta des vitraux; la nouvelle architecture s'en accommoda
difficilement; le gothique, à cette époque, était traité de barbare.
Cependant un des Leviel fut mandé de Rouen pour peindre les vitraux des
Invalides; le projet resta sans exécution. Les fenêtres de la chapelle
de Versailles reçurent des bordures coloriées en bleu et en jaune. Plus
tard, à Saint-Sulpice, on fit des essais encore plus malheureux. Enfin,
en 1811, Pâris, émailleur de la Légion d'honneur, peignit un panneau
qu'on voit encore dans la chapelle des chanoines à Saint-Denis.

Lors donc que, de nos jours, il y eut réaction dans le goût du public en
faveur de l'art gothique de la renaissance, la tradition des vitraux
était à peine perdue. Puisqu'on restaurait nos vieilles basiliques, il
était tout naturel qu'on cherchât à les éclairer telles qu'elles
l'étaient à l'époque de leur construction. Dans le premier moment de
ferveur, de lourdes bévues furent commises; ainsi, à
Saint-Germain-l'Auxerrois, église du commencement du quinzième siècle,
on plaça des vitraux qui, outre qu'ils sont fort mauvais, ne peuvent,
par leur style et l'agencement des figures, dater que du treizième
siècle. En première ligne, parmi les faiseurs de vitraux, parut la
manufacture de Sèvres, qui, par un déplorable abus de l'emploi des
émaux, une mauvaise direction, et de malheureuses habitudes de peintres
sur porcelaine, est loin de produire ce qu'on pourrait espérer d'elle
avec les beaux talents dont elle dispose; puis vinrent se placer à côté
d'elle, sans pouvoir cependant lui être comparés, M. Thevenot de
Clermont, la verrerie de Choisy, M. Laurent, et plusieurs autres
fabricants plus ou moins habiles; mais les vitraux faits en fabrique ne
sont pas des vitraux; c'est ce qu'on ne saurait trop répéter à MM. les
architectes; la peinture sur verre est un art, et une fabrique n'est pas
plus apte à faire une verrière qu'un marchand de couleurs à couvrir une
toile.

Aussi avons-nous hâte de citer M. Maréchal, dont les pastels ont fait
tant de sensation lors de leur apparition. M Maréchal est un artiste, il
a étudié les beaux vitraux de Metz; et, sans chercher à les copier, il a
voulu créer des verrières qui ne relevassent d'aucune époque, mais de
son seul talent. On peut voir ses essais dans l'église de
Saint-Jacques-du-Haut Pas.

Ce n'est pas dans cette voie qu'ont tenté de le suivre, quant à présent,
MM. Galimard et Lami de Nozan; ils ont pensé que, dans une église d'une
époque et d'un style donné, il valait mieux s'en tenir au simple
pastiche; l'harmonie du monument y gagne assurément, et le choix d'une
telle verrière fait autant d'honneur au goût de l'architecte qui sait
l'apprécier qu'aux artistes qui l'ont exécutée. Nommer d'ailleurs M.
Lassus, quand il s'agit de goût, c'est mettre tout le monde de son côte.

Donnons donc une description de cette fenêtre.

Elle appartient évidemment, par son style, à la seconde moitié du
quinzième siècle, et elle est du genre historié le plus brillant de
cette époque. Les costumes rappellent ceux du temps de Louis XII.

Les trois panneaux d'en bas représentent, ainsi que nous l'apprend la
légende: «Comment le corps de monseigneur saint Landry fut porté en
terre.» Le premier panneau, où se trouvent le sonneur, le porte-étendard
et les deux enfants de choeur, est au-dessus de tout éloge; comme style,
inspiration religieuse, on ne peut rien imaginer de mieux. Composition
et exécution, c'est assurément ce qu'il y a de plus remarquable dans
toute la fenêtre. Placez ce panneau au milieu des vitraux de Beauvais,
il soutiendra la comparaison. Les deux autres panneaux sont aussi dignes
d'éloges; la procession marche bien, il y a du deuil et de la solennité
tout à la fois.

On sait que lors de l'invasion des Normands, au septième siècle, les
reliques de saint Landry, ancien évêque de Paris et patron de
Saint-Germain-l'Auxerrois, furent transportées dans la cité. Les trois
panneaux supérieurs nous montrent donc «comment ceux de
Saint-Germain-l'Auxerrois translatèrent le corps de monseigneur saint
Landry.» Ici l'effet est tout différent: tout à l'heure la composition
était calme et triste, maintenant elle est étincelante; peut-être même
trouverions-nous à blâmer cet éclat. Les Normands approchaient;
c'étaient de terribles barbares, idolâtres, sans pitié ni merci, et ce
n'est pas avec cet air de fête que des gens frappés de terreur vont
cacher l'objet de leur culte et de leur dévotion. Il semble, du reste,
que le peintre ait prévu notre critique en plaçant à la fin du cortège
ce guerrier qui, s'appuyant sur sa longue épée, semble honteux d'une
aussi triste prévoyance, et cet enfant qui regarde derrière lui d'un air
effrayé. Après tout, le brillant combiné avec l'harmonie n'est pas chose
assez commune pour que nous tenions à notre objection, et nous
signalerons, pour en terminer avec ces panneaux, le seigneur en robe
rouge doublée d'hermine qui porte la châsse. On le croirait arraché à
une de ces inimitables verrières de Saint-Patrice, à Rouen.

Les trèfles sont fort sagement décorés; c'est ordinairement un écueil
que ne savent pas éviter les faiseurs de vitraux modernes; il semble
qu'ils n'aient pas assez de couleurs criardes pour garnir les meneaux du
haut de leurs fenêtres. Ici, au contraire, tout est calme et harmonieux.

Des dais à clochetons surmontent la procession des reliques et relient
ainsi, d'une manière ingénieuse, avec la bande d'architecture qui occupe
la partie supérieure des panneaux d'en bas, tout l'ensemble de la
composition. Si nous avons des éloges à donner à cet ange à ailes rouges
et à robe verte qui est si admirable d'effet, nous sommes forcés de
trouver bien maigres les guirlandes qu'il tient suspendues; ne
pouvait-on pas, sans nuire à la composition, faire quelque chose de plus
étoffé?

Le trèfle supérieur représente saint Landry fondant l'Hôtel-Dieu. Ce
panneau est digne de ceux qu'il couronne et termine glorieusement
l'ouvrage. Les anges qui l'entourent sont d'un goût exquis. Nous
recommandons l'ange qui est au faîte de la fenêtre, et, pour terminer
par une critique, nous voudrions que celui qui est à sa droite eût les
ailes moins noires; elles font presque tache.

Quant à cet éclat trop vif qui choque toujours nos yeux dans les vitraux
modernes, comme il ne vient pas ici de l'assemblage de couleurs en
désaccord les unes avec les autres, que les critiques prennent un peu de
patience, et la poussière et la crasse auront bientôt donné à cette
verrière cette profondeur de ton et cette harmonie que nous admirons
tant chez les anciens. Qu'en n'oublie pas que nous les voyons après
plusieurs siècles de mise en place, et qu'on regarde les vieilles
fenêtres nettoyées de l'abbaye de Saint-Denis.

C'est, nous croyons, la première fois qu'on tente de reproduire le style
du quinzième siècle, et ce coup d'essai est un coup de maître; il laisse
bien loin derrière lui tous les pastiches essayés des autres époques.
Mais aussi MM. Galimard et de Nozan sont des artistes, et non des
fabricants; là est le secret de leur succès.

M. de Nozan a, depuis quelques années, enrichi plusieurs églises du Midi
de vitraux, qu'il a faits à lui seul, composition et exécution, et qui,
dit-on, sont dignes de son dernier ouvrage en collaboration. Il n'a pas
craint de mettre tout amour-propre de côté en exécutant des cartons
composés par M. Galimard, élève de M. Ingres; et ce dernier, qui lui
aussi a fait des vitraux, ne s'est pas cru déshonoré en s'associant à un
homme de talent. Ils ont sagement pensé et agi en gens qui aiment l'art;
car, pour faire de bons cartons, il faut avoir exécuté des vitraux, et
pour traduire en vitraux les cartons d'autrui, il faut soi-même être
capable d'en faire. Le beau succès dont leur oeuvre est l'objet doit
être aujourd'hui leur plus douce récompense.



Les Salles d'Asile.

Nous avons fait connaître l'institution des Enfants-Trouvés; nous avons
dit les titres à la reconnaissance et à l'admiration de l'humanité que
cette fondation pour de faibles et innocentes créatures, délaissées au
moment de leur naissance et vouées à une mort presque certaine, avait
donnés à Vincent de Paul. Mais on ne peut se dissimuler qu'à côté de ses
immenses bienfaits, cette oeuvre n'ait pu quelquefois favoriser le vice
et l'inhumanité. Une mère dénaturée, ou plus souvent encore une mère ne
puisant pas dans le sentiment maternel l'énergie nécessaire pour lutter
contre la misère, peut être excitée à abandonner ses droits en déposant
sur le seuil hospitalier l'enfant qui, dès ce moment, lui devient
presque toujours étranger. Une société, la société de charité
maternelle, s'est formée dans le but de combattre cette nécessité
cruelle, de resserrer des liens si puissants et si doux; mais les
secours que cet établissement accorde aux mères indigentes cessent à
l'instant où les enfants quittent le sein maternel. Plus tard, les
écoles primaires et de charité les reçoivent dans leur enceinte;
néanmoins il s'écoule toujours un intervalle de plusieurs années pendant
lequel un grand nombre d'enfants languissent dans le plus cruel abandon.

Les premières années de la vie des enfants, si précieuses et si
décisives pour leur développement moral et physique, sont, pour les
enfants des classes pauvres, une époque de dangers de toute nature, et
la source de mille maux. La corruption du coeur en est souvent la suite,
et un trop grand nombre de ceux qui, à l'âge de sept ou de huit ans,
entrent dans les écoles, y apportent le germe de bien des vices. La
grossièreté du langage, l'habitude du blasphème, le mensonge, la
propension au vol, ne leur sont que trop familiers, et la voix de la
conscience est étouffée dans leur coeur avant que d'avoir pu s'y faire
entendre. Comment pourrait-il en être autrement? Une mère, dès qu'elle
est chargée d'enfants en bas âge, serait forcée, si elle ne voulait pas
les quitter, de renoncer à toute occupation extérieure. Cependant le
travail est la condition d'existence du pauvre; s'il est forcé de
suspendre ses pénibles efforts, une horrible perspective s'ouvre devant
lui: le dénûment, la faim, la misère, le désespoir, l'assaillent et le
pressent. Il faut mourir ou solliciter les secours toujours insuffisants
de la charité publique. Des milliers de familles sont dans ce cas. Le
prix de la journée de l'ouvrier qui est père ne peut, dans une ville
surtout, fournir à l'existence de plusieurs personnes, suffire à tous
leurs besoins Qu'arrive-t-il alors? La mère, obligée aussi de contribuer
au soutien de la famille, abandonne ses enfants pendant la plus grande
partie du jour, ou bien elle les confie à une voisine inattentive, ou
bien elle s'en remet à une de ces femmes dont le métier est de garder
les enfants. Dans le premier cas, à combien d'accidents ne sont-ils pas
exposés, soit que, renfermés sous clef, ils courent la chance de devenir
victimes du feu et de tous les dangers que leur imprudence peut faire
naître, soit qu'errants dans les rues, ils y trouvent d'autres périls en
même temps qu'ils y reçoivent les plus tristes leçons et les plus
dangereux exemples! Dans le second cas, ils sont retenus dans une
chambre étroite et malsaine, repaire infect dans lequel quinze, vingt ou
trente enfants se trouvent entassés, et où le défaut d'espace les
condamne à une inaction dangereuse pour cet âge. Combien ces
inconvénients ne deviennent-ils pas plus graves encore, lorsque la
personne chargée du soin de garder ces enfants, et qu'on n'a choisie que
parce qu'elle demandait le salaire le moins élevé, se montre indigne de
remplir une telle tâche. Nulle surveillance n'est alors exercée sur eux;
leurs mauvais penchants naissent et se développent sans qu'on y fasse
attention, et la contrainte, souvent même la violence et la brutalité,
répriment leurs joies enfantines en excitant chez eux des sentiments
d'irritation.

Il était donc naturel que la condition des petits enfants des pauvres,
en serrant douloureusement le coeur de quiconque l'observe, inspirât des
efforts en leur faveur. On s'est dit qu'en prenant ses enfants à une
pauvre mère, en les lui gardant tout le jour, en la mettant à même
d'employer avec courage les forces que Dieu lui donne, et de joindre son
gain au gain de son mari, on secourrait puissamment la famille. On s'est
dit qu'il est de plus grandes misères encore, que telle est celle d'une
malheureuse veuve. Quelque déchirement de coeur qu'elle ressente, il lui
faut quitter ses enfants, et, l'âme pleine d'angoisses, aller gagner le
pain de chaque jour. On a pensé que les salles d'asile subviendraient à
ces cruelles nécessités, et que la mère de famille qui aurait déposé ses
enfants dans leur enceinte pourrait se livrer à un travail assidu, sans
que nulle inquiétude vînt troubler son coeur. Mais, pour que ce bienfait
ne devînt pas un encouragement à la paresse et à l'imprévoyance des
mères de famille indigentes, on a pensé en même temps qu'il ne fallait
admettre que les enfants dont les parents justifieraient d'une
occupation quelconque, et que l'habitude de la mendicité fût un motif
invariable d'exclusion. Telle fut la pensée mère de ces établissements.

Mais qu'est-ce qu'une salle d'asile? Un asile s'ouvre d'ordinaire pour
la souffrance, le malheur: bien des larmes sont versées dans son
enceinte; mais de celui-ci partent des cris joyeux, des chants, des
accents de bonheur. Qu'est-ce donc qu'une salle d'asile?

La salle d'asile reçoit l'enfant du pauvre pendant la journée de travail
de la mère. Là il est gardé avec soin, surveillé, instruit avec
discernement et douceur, il apprend à connaître ses devoirs; il
contracte des habitudes pures et paisibles; à l'abri des dangers de
l'isolement et de funestes exemples, il croît en force de corps et
d'âme. Quand la première éducation de l'enfance a été essentiellement
morale, l'impression reçue d'elle ne s'efface pas. Le but des salles
d'asile est donc éminemment social, car en préservant les enfants de
tous les périls auxquels les expose un affreux abandon, on empêche qu'un
jour ils ne deviennent menaçants pour la société. Cette oeuvre, si
humble dans sa forme, peut donc être immense par ses résultats. Disons
comment elle a pris naissance, puis nous exposerons ses développements
successifs et sa situation présente à l'étranger, en France et surtout à
Paris.

«Dans la partie la plus âpre de la chaîne des Vosges, a dit Cuvier dans
un rapport fait à l'Académie en 1829, un vallon, presque sépare du
monde, nourrissait chétivement, il y a soixante ans, une population
restée à demi sauvage; quatre-vingts familles, réparties dans cinq
villages, en composaient la totalité: leur misère et leur ignorance
étaient également profondes; elles n'entendaient ni l'allemand ni le
français: un patois, inintelligible pour tout autre qu'elles, faisait
leur seul langage; des haines héréditaires divisaient les familles, et
plus d'une fois il en était né des violences coupables. Un vieux
pasteur, Jean-Frédéric Oberlin, entreprit de les civiliser; et, pour cet
effet, en habile connaisseur des hommes, il s'attaqua d'abord à leur
misère; de ses propres mains, il leur donna l'exemple de tous les
travaux utiles. Leur agriculture une fois perfectionnée, il introduisit
différentes industries pour occuper les bras superflus. Il créa une
caisse d'épargnes. Dès l'origine il s'était fait leur maître d'école, en
attendant qu'il en eût formé pour le seconder. Dès qu'ils aimèrent à
lire, tout devint facile; des ouvrages choisis venant à l'appui des
discours et des exemples du pasteur, les sentiments religieux, et avec
eux la bienveillance mutuelle, s'insinuèrent dans les coeurs; les
querelles, les délits disparurent; et lorsque Oberlin fut près de sa
fin, il put se dire que dans ce canton, autrefois pauvre et dépeuplé, il
laissait trois cents familles réglées dans leurs moeurs, pieuses et
éclairées dans leurs sentiments, jouissant d'une aisance remarquable, et
pourvues de tous les moyens de la perpétuer.» Voilà les résultats
qu'obtint le digne pasteur. Son principal moyen pour y arriver fut de
donner tous ses soins à l'éducation des enfants dès leur plus jeune âge.
Il institua, pour les instruire gratuitement, des conductrices que
lui-même dirigeait; il établit ainsi, dans cinq villages et trois
hameaux, ce qu'on y appela des écoles à tricoter, car les enfants, dés
l'âge de quatre ans, y étaient exercés à ce travail. En même temps on
les faisait prier de coeur et sans formule apprise; on les exerçait à
chanter des cantiques Des images représentant les faits principaux de
l'histoire sainte, d'autres reproduisant des plantes, des animaux,
servaient à les instruire. Secondé activement par sa femme, le bon
pasteur le fut aussi par le dévouement admirable d'une jeune fille
entrée chez lui comme servante à l'âge de quinze ans. Son zèle et ses
nobles élans ne pouvant se renfermer dans une sphère aussi étroite, elle
partagea, pendant quarante-sept ans, toutes les peines et tous les
soucis de son maître, et fut son plus ferme appui dans toutes ses
entreprises. Quand Oberlin mourut, il légua cette excellente et pieuse
femme à ses sept enfants qu'elle avait élevés, et il lui légua, à elle,
le soin de poursuivre encore après lui leur oeuvre commune. Voici ce
qu'il dit de cette Louise Scheppler dans la lettre testamentaire où il
retraça aux siens toutes les obligations qu'il avait contractées envers
elle: «Vrai apôtre du Seigneur, elle alla dans tous les villages où je
l'envoyais, assembler les enfants autour d'elle, les instruire dans la
volonté de Dieu, prier avec eux, et leur communiquer toutes les
instructions qu'elle avait reçues de moi et de votre mère. Tout ceci
n'était pas l'ouvrage d'un instant, et les difficultés insurmontables
qui s'opposaient à ces saintes occupations en auraient découragé mille
autres. D'un côté, le caractère sauvage et revêche des enfants; de
l'autre, leur langage, patois qu'il fallait abolir; puis, une troisième
difficulté étaient les mauvais chemins et la rude saison qu'il fallait
braver. Pierres, eaux, pluies abondantes, vents glaçants, grêles, neiges
profondes en bas, neiges tombant d'en haut, rien ne la retenait; et,
revenue le soir, essoufflée, mouillée, transie de froid, elle se
remettait à soigner mes enfants et mon ménage.» Ce qui s'accomplissait
au Ban-de-la-Roche, c'est ainsi que s'appelait ce lieu, fut d'abord
ignoré; mais lorsque toute cette contrée fut métamorphosée et régénérée
sous le rapport matériel et sous le rapport moral, on reconnut combien
avait d'importance le mode d'éducation employé à l'égard des petits
enfants.

C'était en 1770 que ce bienfaiteur de l'humanité était parvenu à établir
ses écoles. Trente et un ans plus tard, en 1801. une femme pieuse, se
dérobant aux attraits et aux plaisirs du monde, et consacrant ses jours
à l'exercice de la charité, entreprit de fonder à Paris le premier
établissement destiné à recueillir, pendant les travaux journaliers de
leurs mères, les petits enfants au-dessous de quatre ans. Plusieurs
accidents cruels, arrivés à des enfants en l'absence de pauvres femmes
qui ne gagnant la plupart du temps que vingt-cinq sous par jour, n'en
pouvaient donner huit ou dix pour les faire garder, firent naître dans
le coeur de madame de Pastoret l'idée des salles d'asile ou
d'hospitalité. Elle recueillit dans une chambre de la rue de Miroménil,
et confia pour la journée aux soins d'une soeur hospitalière et d'une
bonne femme, des enfants à la mamelle que leurs mères devaient venir
allaiter une ou deux fois dans le cours de leurs travaux.
L'établissement était pourvu de douze berceaux, de linge, de lait et de
sucre; mais il n'y avait que deux femmes, leurs forces furent à bout,
et, malgré les vifs regrets de madame de Pastoret, il fallut renoncer à
augmenter le nombre des enfants. La pieuse fondatrice éleva tous ceux
qui avaient pris place dans ses berceaux, et la salle d'hospitalité fut
transformée en une école gratuite qui n'a pas cessé d'exister. Le germe
des salles d'asile fut ainsi arrêté dans son premier développement.

On a supposé, on a même affirmé qu'alors cette idée avait été recueillie
et portés en Angleterre. Sans doute les étrangers qui avaient pu voir
l'asile des berceaux, avaient dû en être vivement touchés et en avaient
emporté cette impression dans leurs patries. Mais rien de semblable ne
fut entrepris en Angleterre avant l'année 1817. A cette époque M. Owen,
qui dirigeait à New-Lamark, dans le nord de l'Écosse, un grand
établissement de filature de coton, s'affligeant de voir dans l'abandon
les petits enfants des nombreux ouvriers qu'il employait, conçut la
pensée de les faire amener le matin par leurs parents et de les confier
aux soins d'une personne sure. Il choisit un simple tisserand, dans
lequel on ne soupçonnait qu'un grand amour pour les enfants et une
patience infatigable avec eux. Cet homme dont le nom a pris rang dans la
Grande-Bretagne parmi ceux des hommes utiles, c'était James Buchanan. Il
réussit à porter l'école au delà de cent cinquante enfants de l'âge de
deux à six ans, et à créer pour eux des moyens d'amusement et
d'instruction. L'imitation de la discipline militaire, déjà suivie dans
les écoles de Lancaster, lui fut particulièrement utile en éveillant
l'attention, en excitant l'intérêt, en réglant les rapides et uniformes
mouvements de ses jeunes élèves. Le chant ne lui facilita pas moins sa
tâche. Deux ans après Buchanan fut appelé à Londres par lord Brougham,
et la méthode d'enseignement des _Infant-Schools_ fut bientôt portée à
un haut degré de perfection. Ces établissements se multiplièrent
rapidement en Angleterre.

En 1823, quelques Français qui avaient visité ces écoles exprimeront à
Paris l'admiration qu'elles avaient fait naître en eux. Un petit nombre
de femmes dévouées forma un comité, dont madame de Pastoret fut élue
présidente. Elles se réunirent pour la première fois le 4 mars 1826,
publièrent un prospectus, et provoquèrent des dons et des souscriptions.
Le conseil général des hospices leur accorda, au mois de mai de la même
année, un don de 3,000 francs et une maison dépendant de l'hospice des
Ménages. Le comité confia la direction de la salle d'asile d'essai à
deux soeurs prises dans l'ordre de la Providence, établi à Portruix
(Vosges), cette communauté seule ayant consenti à en accorder pour cette
tentative nouvelle. M. l'abbé Desgenettes, alors curé des Missions
Étrangères, s'associa aux travaux du comité, élevé au nombre de douze,
dont trois dames protestantes. Mais le zèle des fondatrices de l'oeuvre,
le soin qu'elles avaient pris de faire venir les manuels anglais, de les
faire traduire, la bonne volonté des soeurs, les efforts persévérants de
chacun n'avaient pu encore faire posséder bien complètement et
naturaliser chez nous cette méthode d'enseignement dans laquelle se
trouvent mille détails qu'on ne peut bien saisir que par les yeux.

Le besoin de se voir désigner une personne capable et dévouée, qui
voulût bien aller en Angleterre étudier les _Infant-Schools_, mit le
comité en rapport avec M. Cochin, alors maire du douzième
arrondissement. Cet administrateur, qui ignorait les efforts nouveaux et
l'organisation récente de l'oeuvre, qui n'avait pas eu davantage
connaissance de la tentative faite, vingt-cinq ans auparavant, par
madame de Pastoret, venait, de son côté, dans le but d'arriver à alléger
un peu la triste position des nombreuses familles indigentes de son
quartier, en laissant aux mères la faculté de se livrer à un travail
lucratif, de faire disposer deux chambres dans la rue des Gobelins, pour
y recevoir, durant le jour, un certain nombre de petits enfants. M.
Cochin, que son étude et ses observations personnelles mettaient par
conséquent déjà à même de bien calculer toutes les exigences d'une
pareille mission, et n'apprécier les qualités qui seules pouvaient en
assurer le succès, indiqua au comité madame Millet comme la personne qui
lui paraissait convenir le mieux, uniquement peut-être, à cette lâche
qui devait commencer par l'étude et finir par l'organisation. Madame
Millet se rendit en Angleterre en 1827; elle vit avec les yeux d'une
femme d'esprit et sentit avec le coeur d'une bonne mère. Étrangère à la
langue anglaise, l'instinct du bien, la charité, l'amour de l'enfance,
furent ses guides, et en deux mois elle sut si bien comprendre la
méthode et se pénétrer de ses avantages, qu'elle revint l'importer en
France avec les modifications nécessitées par la différence des moeurs,
des usages, et avec des améliorations qui lui ont été suggérées par la
pratique.

A son retour, madame Millet organisa, avec un plein succès, une nouvelle
salle d'asile ouverte par le comité des dames, rue des Martyrs; et M.
Cochin fonda dans le même temps, l'établissement si vaste et si complet
qui depuis a été considéré comme _asile modèle_. Le comité ouvrit
successivement trois autres salles d'asile; mais les ressources étaient
précaires, et, pendant quatre années, il ne les obtenait qu'avec peine
et irrégulièrement. Ce ne fut qu'à la fin de 1829 que le conseil général
des hospices, cédant aux vives sollicitations du comité des dames se
décida à prendre cette institution sous son adoption et sa tutelle. Un
arrêté du conseil, approuvé par le ministre de l'intérieur, consacra
l'oeuvre des salles d'asile, qui, dès ce moment, furent rangées dans la
catégorie des _Établissements d'utilité publique et de charité_.
L'administration des hospices commença dès lors à s'en occuper, de
concert avec les dames du comité, auxquelles furent donnés des
règlements approuvés par M. le préfet de la Seine. La Comptabilité des
salles d'asile revêtit les formes administratives et fut soumise au
contrôle de l'autorité. Dans l'espace de onze années, le comité obtint
de la charité publique en dons et en souscriptions, 113,116 fr.
Du conseil général des hospices,                            80,695
Du conseil municipal,                                            23,000
Des bureaux de bienfaisance,                                21,100
Total,                                                                 247,911 fr.

L'administration des hospices se chargea de payer en outre les loyers et
les frais de premier établissement. Le nombre des salles s'éleva
successivement à vingt-quatre dans l'espace de ces onze années.

Les allocations de la ville, que les progrès de l'institution avaient
rendues nécessaires, lui avaient donné un caractère municipal. Bientôt
l'autorité remarqua que les enfants n'étaient pas seulement recueillis
et surveillés, qu'ils étaient élevés, que les salles d'asile formaient
en réalité le premier degré de l'éducation de l'enfance, et qu'à ce
titre, elles devaient passer sous le contrôle de l'administration, dont
la mission est de veiller à la direction intellectuelle et murale de
l'éducation à tous les âges et dans tout le royaume. Par une circulaire
qui suivit la publication de la loi sur l'enseignement primaire du 28
juin 1833, le ministre de l'instruction publique s'en saisit. Les salles
d'asile étaient considérées comme la base de l'instruction primaire. Le
nouveau caractère qu'elles recevaient amena quelque incertitude sur la
part de direction qui pouvait être laissée à leurs fondatrices. Par
suite d'une sorte de conflit elles se trouvèrent, pendant l'année 1837,
privées de la surveillance maternelle dont elles ont besoin. Cet état de
choses était contraire aux intérêts des salles existantes et aux progrès
de l'institution. Il importait d'y mettre un terme, et ce fut le but
d'une organisation nouvelle que M. de Salvandy, ministre de
l'instruction publique, soumit à l'approbation royale le 22 décembre
1837. Cette ordonnance reproduit les dispositions de la loi du 28 juin
1833, relative aux écoles primaires, mais avec des modifications exigées
par ce qu'il y a de spécial dans l'institution.

Telle est l'origine, tels furent les notables progrès des salles d'asile
en France. On a peine à concevoir aujourd'hui combien elles
rencontrèrent d'abord d'obstacles et de préventions, et combien il
fallut de temps et d'efforts pour en faire apprécier les résultats si
utiles et si incontestables. Cette institution est portée maintenant au
budget de l'instruction publique pour la somme de trois cent mille
francs, et cette somme est annuellement et entièrement employée en
subventions accordées aux salles d'asile naissantes ou à celles qu'il
s'agit d'améliorer.--Il serait impossible d'indiquer avec une entière
exactitude quel est en ce moment en France le nombre des salles d'asile,
car on donne parfois ce nom à des établissements trop peu nombreux ou
trop mal organisés pour le mériter; mais on est fondé à croire qu'il ne
s'élève pas de beaucoup au-dessus de mille.

Pendant dix ans, à une ou deux exceptions près, on ne pouvait obtenir
des communautés religieuses d'accorder des soeurs pour la direction des
salles d'asile, et toutes les instances demeuraient vaines; mais en
1836, M. l'abbé Dupuch, maintenant évêque d'Alger, établit à Bordeaux
plusieurs salles d'asile, et depuis cette époque le nombre des
établissements fondés par le clergé et dirigés par des soeurs de
diverse» congrégations s'est accru rapidement. On doit s'en réjouir,
mais il est à désirer que la méthode d'enseignement lancastrienne y soit
conservée avec soin. Elle rend les enfants plus heureux et plus faciles
à diriger.

Dans un prochain article nous passerons en revue quelques innovations
essayées à l'étranger, et nous ferons connaître l'emploi de la journée
d'un enfant dans une salle d'asile de Paris (2).

      [Note 2: Nous avons emprunté la plupart des renseignements
      contenus dans cet article à des notes communiquées par une des
      femmes à qui ou est redevable et de l'institution et d'une partie
      de ses développements. Nous les avons complétés à l'aide du
      _Journal des Salles d'Asile_, auquel ces bienfaitrice de l'oeuvre
      ont souvent fourni également d'excellents travaux. En nous
      remettant ces documents, on a imposé à notre reconnaissance la
      dure condition de garder le silence. Si cette réserve n'était pas
      dictée uniquement par une modestie aussi noble que sincère, nous
      aurions pu être tenté d'y voir en temps une leçon donnée aux
      philanthropes à grand orchestre.]

(_La suite au prochain numéro._)



Exposition des Produits de l'Industrie.

(4e article.--Voir t. III, p. 49, 153, 164 et 180.)

BRONZES.

L'industrie des bronzes est une des plus intéressantes dont nous ayons à
nous occuper: c'est une industrie éminemment parisienne, qui appelle à
son aide les artistes les plus habiles et les ouvriers les plus infimes,
qui s'adresse aux fortunes les plus considérables, pour lesquelles elle
se fait grandiose, imposante et puissante, et aux plus petits rentiers,
chez lesquels elle fait pénétrer le goût des choses solides et
confectionnées avec art. Les jurys de 1835 et 1839 s'étaient plaints de
ne pas voir arriver aux expositions ce qu'ils appelaient la partie
industrielle de la fabrication des bronzes, celle qui va trouver la
grande masse des petits consommateurs, et de n'avoir à récompenser que
les grands fabricants, ceux qui, par l'importance de leurs ateliers, le
choix de leurs modèles et le fini de leur exécution, se recommandent
d'eux-mêmes à l'attention publique; tandis qu'ils auraient désiré
appeler aussi les récompenses sur les fabricants de troisième et
quatrième ordre, sur ceux qui versent leurs produits courants dans le
petit commerce. En sera-t-il différent cette année, et le jury de 1844
signalera-t-il l'arrivée au grand jour de ces bronziers qui font tout
pour répandre dans le public le goût des bronzes, et qui se dérobent
obstinément à la reconnaissance publique? Nous ne saurions l'affirmer;
cependant il nous a semblé remarquer cette année un assez grand nombre
de produits usuels, qui marquent un pas fait depuis la dernière
exposition, et qui ne sont pas indignes de figurer, même au point de vue
de l'art.

L'industrie des bronzes remonte à la plus haute antiquité. Les Hébreux,
les Égyptiens, les Grecs en faisaient usage: à Rome, des portes de
temples, des statues, les tables des lois étaient en bronze, qui prenait
le nom de métal sacré. Puis il disparaît dans les orage» qui ont suivi
la chute de la civilisation romaine, pendant les premiers temps de la
chrétienté et une partie du moyen âge. On ne le voit reparaître qu'à la
renaissance, avec Donatello, Ghiberti et Benvenuto Cellini; c'est
seulement en 1624 qu'il se naturalise en France: d'abord sous forme de
canon, puis, quand la dorure au mat est inventée, comme objet de luxe et
d'ameublement. Dès lors ses progrès devinrent rapides: à l'exposition de
1806, ses produits placent l'industrie des bronzes au premier rang, et,
depuis cette époque, elle ne connaît pas de rivale. Le chiffre de son
commerce augmente tous les ans. Les principaux marchés qui lui servent
de débouchés à l'extérieur sont l'Angleterre, la Belgique, l'Italie,
l'Allemagne et la Russie. Chaptal, dans son livre de l'industrie
française, écrit en 1818, évaluait le mouvement commercial à 35
millions, et le nombre d'ouvriers à 6,000. Les fabricant» contestèrent
ces évaluations, et les réduisirent de moitié, c'est-à-dire à 18
millions de francs et 3,000 ouvriers. En 1834, le mouvement commercial
avait peu augmenté; mais, en 1839, le jury l'évalua à 23 millions de
francs, dont un tiers pour l'étranger et deux tiers pour la France. Nous
pensons qu'il y a encore eu amélioration depuis 1839; car, comme nous le
disions plus haut, les produits de cette industrie tendent à s'adresser
aux masses, qui commencent à apprécier l'avantage de trouver un objet
d'art dans un meuble usuel.

On sait que le bronze n'est pas un métal pur: c'est un alliage,
c'est-à-dire une combinaison de plusieurs métaux. Les proportions en
sont très-variées, suivant qu'elles s'appliquent aux canons, aux
cloches, aux statues, aux médailles, ou aux produits que nous voulons
plus spécialement examiner. Dans l'état où se trouve actuellement
l'industrie, des progrès de la fonderie en bronze, autrement dit de la
composition du métal, dépend, pour cette fabrication, la possibilité de
satisfaire aux exigences de l'art et à celles du bon marché. La plupart
des fabricants de bronze ne font pas eux-mêmes leur métal: ils remettent
leurs modèles à des fondeurs qui exercent spécialement cette industrie.

On conçoit l'influence de la composition du métal sur l'objet que le
bronzier doit ensuite travailler, ciseler et dorer. Aussi une des
opérations les plus importantes est-elle celle du dosage des différents
métaux qui doivent entrer dans le bronze. Malheureusement, dans cette
industrie, on a encore recours à des règles empiriques, où même les
fondeurs tendent à abaisser le titre du bronze et à substituer le plomb
ou le zinc au cuivre. Aussi, en général, l'alliage livré par les
fondeurs n'est pas le plus convenable pour l'ajustement, le tour, la
ciselure et surtout la dorure. Il paraît certain que l'alliage le plus
complètement satisfaisant est celui qui se compose ainsi:

Cuivre.   82 parties.
Zinc       18
Étain        3
Plomb     1 1/2

Il est bien entendu qu'il s'agit ici des bronzes destinés à la dorure.
Celui de la colonne de juillet, par exemple, a une composition toute
différente: sur 100 parties, il y a 91.40 de cuivre, 5.53 de zinc, 1.70
d'étain, 1.37 de plomb; cette composition est, du reste, la même que
celle qu'avaient adoptée les frères Keller, célèbres fondeurs du siècle
de Louis XIV, pour tous les grands objets sortis de leurs ateliers.

Si, dans le bronze, la proportion de cuivre est trop forte, l'alliage
absorbe plus d'or, parce que ses pores sont plus ouverts, et que le
cuivre a plus d'affinité pour l'or que le zinc: s'il y a trop de zinc,
l'alliage perd la belle couleur jaune qui convient tant à la dorure, et
dans les recuits auxquels on est obligé de soumettre les pièces,
l'oxydation, plus rapide pour le zinc que pour le cuivre, nuit à la
qualité de la dorure. Or, la dorure entre, dans la dépense d'un bronze
doré, pour le quart et souvent la moitié de la valeur; et si l'on
considère que le ton et la dépense dépendent de la qualité du métal et
de son aspect primitif, on reconnaîtra la nécessité de demander aux
sciences chimiques le meilleur alliage: là est le progrès et la source
de beaux bénéfices pour l'avenir.

L'industrie des bronzes doit occuper aujourd'hui environ 6,000 ouvriers,
dont 800 ouvriers fondeurs, 600 tourneurs, 1,800 monteurs, 600 doreurs,
arpenteurs et vernisseurs, 1,200 ciseleurs, 400 sculpteurs-modeleurs et
600 hommes de peine. La profession la plus dangereuse, la seule
dangereuse même de celles que nous venons d'énumérer, est celle de
doreur. On sait que jusqu'à présent la dorure s'effectue en amalgamant
l'or et le mercure, dans la proportion de 10 d'or pour 90 de mercure. La
pâte ainsi faite est étendue sur la pièce à dorer, et chauffée sur des
charbons ardents. Le mercure se volatilise, laissant l'or dans un état
de division extrême; mais les vapeurs mercurielles, quand elles ne sont
pas attirées dans la cheminée du doreur par un courant d'air rapide,
attaquent bien vite la santé de l'ouvrier. Le problème à résoudre
consistait donc à trouver un moyen de ventilation énergique qui
entraînât le mercure volatilisé. C'est à quoi est parvenu M. d'Arent, au
moyen d'un fourneau d'appel et de diverses combinaisons fort
ingénieuses. Avons-nous fait un pas depuis cette époque, et le procédé
Ruolz pour la dorure doit-il à tout jamais dispenser d'employer le
mercure? pourra-t-on le plier à toutes les exigences les plus
capricieuses de la mode, donner à volonté les teintes différentes des
bronzes actuels? enfin, le procédé par la voie humide se
substituera-t-il partout au procédé meurtrier par le feu et le mercure?
Si cela était, cette invention serait non-seulement un grand fait
industriel, par le bon marché auquel elle permet de livrer les dorures
et les argentures, mais ce serait surtout un immense service rendu à
l'humanité, et le commencement de la moralisation des ouvriers doreurs,
qui cherchent aujourd'hui dans les spiritueux l'oubli de leurs terribles
prévisions, ou au moins à s'étourdir sur le terme d'une vie misérable
dont les jours sont comptés.

Les fabricants que nous trouvons les premiers cette année sont ceux que
nous sommes habitués à voir figurer également au premier rang à toutes
les expositions.

D'abord M. Denière, dont la réputation est européenne, et qui joint au
fini des pièces le goût sévère des modèles et la bonne composition de
son alliage, qu'il fabrique lui-même. Déjà aux précédentes expositions,
quoique ayant obtenu toutes les médailles et ayant été décoré de la
croix de la Légion d'honneur, il a tenu à prouver que le succès auquel
il était parvenu ne l'avait pas arrêté dans ses progrès. Cette année
encore, où il a été nommé, membre du jury, son exposition se distingue
de celle de ses confrères. Il a exposé une partie des pièces d'un
magnifique dessert que lui avait commandé le duc d'Orléans. Il est
impossible de voir rien de plus fin, de plus délicat et de plus élégant
tout à la fois. Ce dessert se compose de quatre-vingts pièces, dont il
n'y a guère que dix à douze d'exposées; mais c'est une oeuvre hors
ligne. Pour en donner une idée à nos lecteurs, nous leur dirons que le
dessert complet est évalué à 250,000 francs, et que, dans cette somme,
le bronze et la dorure entrent pour 160,000 francs, et les cristaux et
pierres précieuses pour environ 80,000 fr. M. Denière a exposé aussi des
candélabres renaissance. Nous offrons à nos lecteurs le dessin d'un
candélabre en bronze dont l'exécution ne laisse rien à désirer. Ce
candélabre serait bien placé dans un foyer de salle de spectacle. Nous
avons encore remarqué une table de porphyre soutenue par des griffons;
des girandoles, des lustres et des pendules, dont l'une en malachite; et
toutes ces pièces prouvent ce que nous avons dit plus haut, que M.
Denière ne s'est pas endormi dans son triomphe, et que sa fabrication
est encore en progrès.

[Illustration: Ostensoir de M. Froment-Meurice.]

Après lui vient M. Thomire, au père duquel l'industrie des bronzes doit
une partie de ses plus beaux succès. Ceux qui ont vu l'exposition de
1834 se rappelleront le temple commandé par M. Demidoff, et qui a tant
excité l'attention publique à cette époque. Cette année M. Thomire ne
présente pas de pièce aussi capitale: son exposition se compose, comme
celle de M. Denière, de pendules, candélabres, lustres surtout et pièces
de table. Nous n'avons rien de particulier à en dire, sinon qu'on trouve
chez lui plus de contourné et de rocaille que chez M. Denière.

Après ceux que; nous venons de nommer, se présentent MM. Paillard,
Chaumont et Serrurot, dont les produits soutiennent bien la vieille
renommée de leur industrie; M. Villemsens, dont la spécialité religieuse
ne repousse pas le progrès, surtout au point de vue de l'art, et dont
l'exposition laisse cependant un peu à désirer sous ce rapport.

[Illustration: Bénitier en bronze, par M. Quesnel.]

Parmi les bronziers fondeurs, nous placerons au premier rang MM. Quesnel
et Eck-Dorand. Ces derniers ont fondu la statue de Molière, qui figure
au-dessus de la fontaine de ce nom. Ils ont exposé cette année des
bronzes d'art d'une belle exécution, des statues, des médaillons, et la
comparaison de leurs produits avec ceux des fondeurs d'un ordre
inférieur nous a convaincu que ces habiles artistes ne s'en rapportaient
pas à des règles empiriques pour la composition de leur métal.

MM. Quesnel ont une exposition vraiment remarquable et qui attire
l'attention, parce que leurs produits s'adressent à tous ceux qui ont un
peu de goût (et qui n'en veut pas avoir beaucoup, dans ce temps-ci?).
Elle consiste en bronzes d'art, statues, statuettes, groupes: c'est
Mercure inventant la lyre, l'éducation de l'Amour, un groupe
d'Amphitrite; mais MM. Quesnel ne se sont pas bornés à la mythologie
païenne; ils ont fait aussi une incursion dans le domaine religieux: ils
ont un groupe de l'ange Michel et Gabriel, des chandeliers gothiques, et
surtout un bénitier en bronze doré, dont nous donnons aujourd'hui le
dessin. Ce bénitier est d'une composition sévère et les lignes en sont
harmonieuses. Les draperies des deux anges qui se tiennent au pied de la
croix tombent bien, et l'ampleur de ces vêtements convient tout à fait à
la couleur sombre du métal. MM. Quesnel ont réservé l'or pour la base et
la coquille du bénitier. Il n'y en a pas trop, et pour nous qui n'avons
jamais compris qu'une église fût une espèce de mine d'or, nous avons été
satisfait de voir que, dans cet objet d'art, il n'a pas été prodigué.

[Illustration: Fauteuil en bois sculpté par le procédé mécanique de M.
Émile Grimpré.]

Les bronzes, dont nous venons d'entretenir nos lecteurs, touchent de si
près à l'orfèvrerie, qu'ils ne seront pas surpris de nous voir les
transporter subitement et sans transition devant la case de M.
Froment-Meurice, dont l'exposition est si remarquable. Il y a, dans les
produits de cet artiste, du style, de la pensée et une excellente
composition. Son plus beau travail est un vase commandé par la ville de
Paris, comme témoignage de reconnaissance à M. Emmery, ingénieur des
eaux de la capitale, qui, pendant une carrière toute de travaux
intelligents, a su concilier la science avec l'humanité, et faire
d'excellents travaux avec des ouvriers moralisés par lui et qui lui
étaient attachés comme à un père. La forme du vase est grecque, et
l'ornementation, du seizième siècle, est riche et bien jetée. Ce vase
est ciselé avec une véritable perfection.

[Illustration: Candélabre en bronze, par M. Denière.]

Le dessin que nous empruntons à l'exposition de M. Froment-Meurice est
un ostensoir, style Louis XII. Nos lecteurs verront combien il s'écarte
des ostensoirs ordinaires, qui ont malheureusement l'air d'être tous de
la même famille. Celui de M. Froment-Meurice est d'une remarquable
composition; les amateurs peuvent y apprécier le passage du gothique à
la renaissance. C'est une mine nouvelle à exploiter. On a été jusqu'à
présent ou tout gothique ou tout renaissance. Cependant il y a dans
cette époque reculée de transition un certain charme indéfinissable, la
gaucherie du style qui s'éveille jointe à la rouerie de celui qui finit,
toute cette alliance à moitié avouée, à moitié cachée de deux styles si
différents, qui aurait pour nous tout l'attrait de la nouveauté et qui
ne risquerait pas de fausser le goût du public, comme certaines oeuvres
d'artistes que nous ne nommerons pas, et qui croient faire du nouveau en
faisant du bizarre. Il y a là, nous le répétons, pour notre orfèvrerie
surtout, une riche mine à exploiter, et nous convions les orfèvres qui
tiennent à ce que leurs produits conservent, sur les marchés étrangers,
leur réputation de bon goût, à entrer dans cette voie nouvelle.



[Illustration: Cabinet ou Meuble de milieu d'un salon, par M. Grohé.]

ÉBÉNISTERIE.

En 1834, tous les organes de la publicité et le jury central avaient
signalé et déploré le mauvais goût, la recherche et la forme
disgracieuse de l'ébénisterie française. A cette époque, en effet, les
formes de nos meubles n'étaient que la caricature des formes anglaises,
et on prétendait cependant travailler dans le genre _comfortable_, comme
si la commodité devait exclure la grâce. Nos meubles sont maintenant
tout autres; ils réunissent généralement le bon goût à l'élégance et à
la solidité. C'est une industrie toute nouvelle et qui a subi de grands
changements depuis vingt-cinq ans. Ici encore on peut reconnaître
l'influence de la révolution française. Avant cette époque, il y avait
en France quelques grands propriétaires dont les habitations grandioses
présentaient des salles de dimensions énormes, et pour lesquelles les
ameublements devaient être massifs et élevés de formes. Nous ne voulons
pas dire que le bon goût devait en être exclu; mais tout au moins les
lignes devraient être grandes et sévères pour être en rapport avec la
hauteur des appartements. Depuis la révolution, les terres ont été
divisées à l'infini; il n'y a presque plus de grandes fortunes, mais une
multitude de petites; plus de grands châteaux, de grands hôtels, mais
beaucoup de petites villas, de petits appartements. On fait maintenant
deux étages dans un seul d'autrefois, un appartement complet dans un des
salons de réception de nos ancêtres. Si le luxe est moins répandu, grâce
à la modicité des fortunes, le goût du _comfort_ est descendu dans les
derniers échelons de la classe bourgeoise. Voilà pourquoi nos fabricants
ont dû renoncer à l'exécution des grands meubles froids, mais dignes de
nos pères, et chercher à l'étranger des formes plus en harmonie avec, la
petitesse des appartements et le goût du bien-être. C'est à l'Angleterre
qu'ils ont emprunté leurs formes, parce que là la prospérité commerciale
avait fait depuis longtemps ce qu'a amené chez nous la division des
fortunes. Mais les premiers essais ont été défavorables, les premières
imitations d'un mauvais goût remarquable. Comme nous le disions plus
haut, on remarquait encore en 1834 cette invasion barbare.

[Illustration: Chaise en bois sculpté par le procédé mécanique de M.
Émile Grimpré.]

[Illustration: Buffet en chêne par M. Ringuet.]

[Illustration: Prie-Dieu de M. Grohé.]

Quelques fabricants, cependant, avaient su trouver des formes
gracieuses; mais ils avaient voulu en même temps réhabiliter les bois
indigènes et affranchir notre pays du tribut qu'il paie pour bois
exotiques. Cet essai n'a pas été heureux. C'est qu'en effet, il faut
bien le reconnaître, et notre amour-propre national n'est nullement
blessé par cet aveu, nos bois indigènes, à l'exception du noyer, qui
prend une teinte si chaude en vieillissant, tous nos bois n'ont pas
cette vivacité de couleur, cette variété de texture, cette richesse de
fibres que présentent les bois des climats chauds, produits d'un sol
vigoureux et d'une ardent atmosphère. Nos bois sont ternes et froids; le
temps ne leur ajoute qu'une apparence grisâtre et plombée, tandis que
les bois exotiques gagnent en couleur et en ton en vieillissant.

Les bois le plus généralement employés pour meubles sont l'acajou,
l'ébène et le palissandre. Nos fabricants font très-peu de meubles en
acajou massif, tandis que les Anglais en font très-peu en plaqué.
L'exploitation du palissandre a pris une très-grande extension, parce
que ce bois est celui qui se prête le mieux aux incrustations; il est
plus facile à découper que l'acajou, et n'exige pas tant de dextérité de
la part de l'ouvrier. Lorsque les courbes du bois découpé ne se
rencontrent pas bien avec les ornements à incruster et laissent des
vides, on les remplit avec de la poussière de palissandre détrempée dans
la colle; cette poudre prend corps, et, quand elle sèche, on peut polir,
poncer et vernisser le bois sans qu'elle se détache. Le palissandre est
aussi facile à scier mince que l'acajou, mais son grain est plus lâche,
il est plus mou, plus fibreux, ce qui augmente la difficulté de
l'opération du vernissage et explique la différence de prix avec
l'acajou. Après le palissandre, le bois le plus approprié aux
incrustations est le houx, bois totalement dépourvu de nervures, d'un
blanc mat et froid. Nous avons vu une table de houx incrusté d'amarante,
très-élégante, à une des expositions précédentes. C'est le triomphe de
ceux qui veulent, à tort, à notre avis, condamner l'ébénisterie à ne se
servir que des bois indigènes. L'apôtre de cette innovation, M. Vernet,
parmi un grand nombre de meubles en orme, en frêne, en noyer, en avait
exposé en 1839 plusieurs en chêne vert. Ce bois ressemble au plus bel
acajou moucheté, mais, ce qui empêche qu'il se vulgarise beaucoup, c'est
qu'il est d'une dessiccation difficile et que les fabricants, d'accord
d'ailleurs en cela avec le goût des consommateurs, préfèrent employer
des bois qui leur arrivent déjà secs. Cependant il serait à désirer que
l'usage du chêne vert devînt plus général: le département de la Corse en
possède des forêts magnifiques, et quinze départements du Midi en ont
aussi dont l'exploitation serait une source de richesse pour le pays.

La fabrication des meubles est concentrée presque tout entière à Paris,
où, depuis trente ans, elle s'est organisée sur une vaste échelle dans
le faubourg Saint-Antoine. «Ce faubourg lui-même, dit le jury de 1839,
avec ses 40,000 habitants, semble ne former qu'une seule usine dirigée
par les maîtres les plus intelligents et servie par les ouvriers les
plus habiles, tout y est soumis au principe fécond de la division du
travail. Les scieries mécaniques débitent le bois de placage en feuilles
légères, en baguettes sveltes et déliées. La hardiesse des découpures ne
connaît plus de bornes; elle s'est emparée des métaux, de l'ivoire, de
l'écaille naturelle et factice, pour en faire des fleurs, des
bordures...» Ce que disait le jury en 1839 est plus vrai encore
aujourd'hui où les cours industriels faits aux ouvriers ébénistes, les
modèles qu'on leur met sous les veux, la théorie qui vient détruire la
routine, a fait naître chez eux le goût du dessin et, par suite, le bon
goût des ornements. Nous n'avons pas remarqué, en effet, comme aux
expositions précédentes, ces formes affreuses et repoussantes, ces
espèces de barbarismes qui affligeaient l'oeil du curieux.

Ici d'ailleurs, comme dans d'autres industries que nous avons déjà
signalées, il y a progrès sous le rapport mécanique.

Déjà en 1839, le jury avait remarqué les procédés inventés par M Émile
Grimpré pour sculpter mécaniquement le bois et y produire, au prix du
travail le plus simple, les effets les plus inattendus et les plus
variés. Cette année encore le jury aura à constater un nouveau pas fait
dans les procédés de sculpture pour l'ébénisterie; nous voulons parler
des procédés imaginés par M. Wood, et dont nous offrons un spécimen à
nos lecteurs. Ici c'est la sculpture à chaud: on soumet le bois sur
lequel on veut sculpter à l'application d'un moule chaud qui porte en
creux le dessin qu'on veut produire en relief. On conçoit que la
première application ne produit pas le résultat attendu; mais on la
renouvelle un certain nombre de fois, et bientôt le morceau de bois est
devenu une oeuvre d'art sans ciseau, sans marteau, sans rabot, et il a
de plus acquis une teinte foncée qui lui donne plus de valeur. Ce que
nous avons dit sur un dessin en relief s'applique également pour la
moulure complète des colonnes, chapiteaux, dossiers, comme on le voit
dans la chaise et le fauteuil de bois sculpté par ce procédé.

Nous avons choisi, parmi les meubles dont l'exécution nous a semblé
remarquable, ceux qui ont été exécutés par MM. Grohé et Ringuet.

M. Grohé a exposé un prie-Dieu en chêne d'une forme gothique. Les
détails en sont bien soignés; nous critiquerons seulement la forme des
portes du bas surmontées de deux écussons: outre qu'il nous a toujours
semblé de mauvais goût de faire intervenir les insignes de l'orgueil
dans un meuble qui sert à s'agenouiller, à s'humilier, la caisse de ce
prie-Dieu nous a semblé trop basse et trop large pour les deux battants
de la porte, qui paraissent disproportionnés; sauf ces critiques de
détail, nous reconnaissons que le style de ce meuble est sévère et
parfaitement approprié à sa destination. Nous louerons sans restriction
un autre meuble de M. Grohé, le meuble de milieu de salon, qui est
irréprochable. Il est en ébène, à quatre pans, et les figurines, les
détails des ornements y ont été faits _con amore_; c'est une des plus
belles pièces de l'exposition de l'ébénisterie. Dans un genre différent,
nous signalerons aussi un meuble de salle à manger, un magnifique buffet
en chêne, dû à M. Ringuet. La couleur de ce bois, qui prend, d'ailleurs,
en vieillissant des teintes sombres, est convenable pour une salle à
manger, et les attributs que M. Ringuet a prodigués avec une sage
mesure, sont tout à fait appropriés à la nature de son service.

Nous arrêtons ici notre compte rendu de l'ébénisterie, en répétant
qu'elle nous a semblé cette année dans un progrès marqué. Le bon goût
tend à pénétrer dans les masses, et les fabricants commencent à
comprendre que s'il est lucratif de prendre à l'étranger ce qu'il a de
bon, il est mille fois plus honorable de chercher des bénéfices dans une
exécution irréprochable et mise à la portée de tous.

Erratum.--Dans notre article du numéro dernier, relatif au moulin à bras
portatif, nous avons par erreur désigné M. Tarin comme inventeur de ce
mécanisme. Nous nous empressons de rectifier cette erreur, et d'annoncer
à nos lecteurs que l'inventeur et le constructeur est _M. Bouchon_, de
la Ferté-sous-Jouarre.



Courses de Chantilly,

Quelques jours ont passé sur les courses du Champ-de-Mars, et déjà elles
sont vieilles.

Toutes ces courses ont été languissantes et insipides. Chevaux et
_sportsmen_, acteurs et spectateurs étaient engourdis: on s'ennuyait;
pour réveiller les dormeurs, une poule de _hacks, gentlemen riders_, est
improvisée. M. de Tournon s'élance sur _Olivia_, au marquis de Vidil.
Quel cheval résisterait à la marquise Olivia? M. de Tournon est un de
nos plus élégants et plus hardis cavaliers. Vainement M. de Caters et
_Phosphore_, M. de Larochette et _Maid_, MM. Lupin, de Perregaux et
Mosselman jouent des pieds et des mains, de l'éperon et de la cravache,
_Olivia_ vole et arrive la première. Déjà le matin, sous M. Edgar Ney,
elle avait battu MM. de Bernis et de Pracoutal, deux cavaliers
distingués. Mais pourquoi le marquis de Vidil, si rude chasseur, si
vaillant gentleman, a-t-il laissé à M. de Tournon toute la gloire de ces
deux succès?

Allons donc sur la pelouse de Chantilly, sans même jeter quelques fleurs
et quelques mots à ces pauvres défuntes.

Pour devenir populaires, il ne manque aux courses de Chantilly qu'un
chemin de fer. Tant qu'elles n'auront pas un railway économique au
service des demi-sportsmen, elles resteront la propriété exclusive des
membres du Jockey-Club. Allons, messieurs de Chantilly, cotisez-vous,
imposez-vous, fouillez dans vos bourses, mais ayez un chemin de fer, si
vous désirez que votre ville reste l'_Epsom_ français.

Jeudi passé, outre les désagréments et les fatigues du voyage, la pluie
s'était mise de la partie; il faisait froid, triste et humide. Cinquante
amateurs, armés de parapluies, de manteaux et de tweeds, étaient perdus
sur cette immense pelouse, qui serait trop vaste pour une armée de cent
mille sportsmen. Le prince de Beauvau a eu l'étrenne de la victoire. Sa
pouliche _Rachel_ s'est adjugé le prix de Chantilly, 1,200 francs.

Dans le prix du ministère du commerce, _Governor_ gagne les deux
épreuves, et M. de Rothschild 2,000 francs.

Voici surgir un vainqueur nouveau. Salut à _Mustapha!_ L'administration
des haras royaux lui doit 3,000 francs.

Prix de Diane, 6,000 francs. _Sido, Cavatine, Angelina, Lantere_,
promettaient une belle course. Vaines promesses! _Cavatine_ se dérobe,
_Sido_ s'endort, _Angelina_ regarde voler les oiseaux, _Lanterne_ seule
fait en conscience son métier de jument de course. Le prince de Beauvau
gagne 6,000 Francs.

Le samedi était le jour consacré à la chasse. La pluie et le vent ne
servent pas le nez des chiens; en dépit du mauvais temps, la chasse
s'annonçait sous de brillants auspices. Attaqué à Ermenonville, l'animal
de meute se fit chasser pendant quatre heures, puis les défauts
arrivèrent: découragés et mouillés, les chiens ne retombèrent plus sur
la voie. Au lieu d'un victorieux hallali, on dut sonner la _retraite
manquée_. Quelle _bredouille!_

Dimanche, malgré le mauvais temps, les tribunes sont désertes. Nos
frères de Normandie, de Bretagne ou de Picardie ont préféré Versailles
et Saint-Germain à Chantilly; ils ont mieux aimé galoper eux-mêmes sur
les chevaux du bois de Boulogne, que de voir s'escrimer les fils de
_Royal-Oak_ et _Ibrahim._

En tout autre temps, la journée eût été bonne pour l'écurie Rothschild,
qui a gagné deux courses sur quatre: avec _Drummer_, le prix de Nemours
et ses 3,000 fr.; avec _Governor_, le prix de l'Oise et ses 2,000 fr.
Mais, aujourd'hui, qu'importaient ces luttes anodines, ces mesquines
récompenses? Aujourd'hui, il n'y a qu'un prix: c'est le prix du
Jockey-Club, tous les autres ne sont que du remplissage. La leçon reçue
l'année dernière par des parieurs extravagants n'a pas été perdue: à
peine si quelques cent mille francs sont en jeu. _Lanterne_ est première
favorite, et, par hasard, la favorite a justifié les espérances qu'elle
avait fait naître. Encore le prince de Beauvau! Cette victoire sera le
plus beau fleuron de sa couronne d'éleveur, honorifiquement et
spéculativement parlant: elle lui a rapporté au moins 60,000 francs.

Une course de haies, ornée de _gentlemen riders_, a couronné cette
mémorable séance sur le turf. Notre amour-propre national n'est pas peu
flatté d'avoir à constater la supériorité d'un rider français sur les
riders anglais. Le vicomte de Tournon a brillamment monté _Cattoman.
Tiger_, le vainqueur des vainqueurs, timidement monté, et
_Wild-Irish-Grit_ ont dû céder la victoire à un cavalier plus habile et
plus intrépide.



Le dernier des Commis Voyageurs.

(Voir t. III, p. 70, 80, 106, 118, 138,150, 170 et 186.)

IX.

RÉCIT.--LES CATASTROPHES DE POTARD.

La chaleur du récit semblait désormais emporter le conteur, et ce fut
sous l'empire d'une émotion croissante qu'il en reprit la suite. Édouard
lui-même devenait de plus en plus attentif, et l'intérêt qu'il prenait à
cette histoire n'était pas entièrement exempt de préoccupation.

«Beaupertuis, poursuivit le voyageur, jugez de l'horreur de ma punition.
A la vue de cet homme et des éclairs funèbres qui s'échappaient de ses
yeux, je compris que nous étions menacés d'une affreuse catastrophe. Un
instant il hésita, se tint comme en arrêt devant sa proie, en la
dévorant du regard; mais bientôt la colère prit le dessus, il se
précipita vers le lit où gisait la malheureuse Agathe. J'avais suivi ces
mouvements avec le sang-froid que donne l'imminence du danger, et au
moment critique, je prévins ce furieux et fis à sa victime un rempart de
mon corps. Une lutte s'engagea entre nous.

«--Arriére, pékin! s'écriait-il. Tu auras ton tour; laisse-moi expédier
d'abord la complice.

«--Non, dis-je avec énergie, vous n'approcherez pas de cette couche que
la douleur rend sacrée.

«--Infâme! continuait-il tout en cherchant à me repousser et en
brandissant le poing vers l'accouchée, voilà ou t'ont conduite tes
déportements! Tu as déshonoré mon nom; il n'y a que le sang qui puisse
laver cette injure. Et toi, misérable, ajoutait-il en me secouant de
toute sa force, tu paieras cher ta trahison.

«Aux cris de ce forcené, le docteur était accouru et s'interposa. Agathe
venait de tomber dans un évanouissement profond; il invoqua les égards
dus à tout malade, et les devoirs de son ministère. Poussepain ne
voulait entendre à rien: il avait soif de carnage; les remontrances de
l'ami qui l'accompagnait étaient elles-mêmes impuissantes.

«--Major, disait-il au médecin, ce n'est pas à vous que j'en veux, mais
il faut que je dépèce cet homme et cette femme. Ôtez-vous de là.

«Enfin, quelques villageois étant survenus, on put se rendre maître de
l'énergumène, et on l'entraîna de force dans une chaumière voisine, où
il fut gardé à vue jusqu'à ce que l'accès de colère fut passé. J'étais à
peine remis de cette émotion, qu'une nouvelle épreuve vint m'assaillir.
L'ami de l'ex-dragon reparut sur le seuil de notre porte, et me fit un
geste à la fois mystérieux et hautain auquel il était impossible de se
méprendre. Il s'agissait de quelques minutes d'explication. Je sortis.

«--Monsieur, me dit cet homme en me toisant avec majesté, vous comprenez
que je ne suis pas venu ici pour faire du sentiment. Un ex-major des
cuirassiers ne se dérange que pour des motifs plus militaires. Il s'agit
de se couper la gorge avec mon camarade Poussepain. En vous attaquant à
l'épouse légitime d'un ancien, vous deviez comprendre qu'un moment
viendrait où il ferait chaud. Nous y voici, que vous en dit le coeur?

«Je ne suis point un bretteur, Beaupertuis, ni un pilier de tir au
pistolet ou de salle d'escrime; je n'ai jamais joué le rôle d'un
spadassin, d'un casseur d'assiettes; mais quand on me force dans mes
derniers retranchements, jamais je ne recule. C'était ici le cas; aussi
ma réponse ne se fit-elle pas attendre.

«--Je suis prêt, monsieur, dis-je à l'ex-major.

«--A la bonne heure, jeune homme, voilà qui est parler, répliqua-t-i! Et
avez-vous quelqu'un pour vous assister?

«--J'emmènerai le docteur, répondis-je; il peut nous être utile.

«--Très-bien, monsieur, poursuivit l'ancien cuirassier, que mon ton
ferme rendait plus poli; il ne reste plus qu'à régler le choix des
armes. Ces lattes sont-elles de votre goût?

«En même temps il déboutonnait sa redingote à brandebourgs, et me
montrait deux longs sabres de cavalerie. Je n'avais aucune idée de la
manière dont on pouvait se servir de ces instruments, et j'aurais
préféré tout autre moyen de vider la querelle. L'ex-major s'aperçut de
mon hésitation.

«--Qu'à cela ne tienne, monsieur, dit-il en fouillant dans les vastes
poches de sa polonaise. Si les lattes ne vous sourient pas, voici deux
petits brûlots qui feront tout aussi bien notre affaire.

«Ces petits brûlots consistaient en une paire de pistolets d'arçon du
plus fort calibre, et chargés jusqu'à la gueule.

«--Soit, dis-je, je préfère ceci.

«--Au mieux, jeune homme. Il y a plaisir de traiter avec vous. Les
choses marchent comme sur des roulettes. Et la distance, maintenant?

«Comme vous l'entendrez, major.

«--Bravo! alors ce sera quarante pas à marcher l'un sur l'autre. Quant à
l'heure, mettons demain matin à la pointe du jour. D'ici là, je
veillerai sur Poussepain. Au revoir, jeune, homme.

«Nous nous séparâmes sur ces mots, et je retournai près d'Agathe. La
syncope avait cessé; mais une fièvre violente venait de se déclarer, et
il s'y mêlait un tel délire, qu'il fallait surveiller les mouvements de
la malade. Deux fois elle s'était, précipitée hors de son lit en
poussant des cris d'effroi et de désespoir. Une vision fatale
l'obsédait; son oeil égaré se promenait dans tous les coins de la
chambre, comme s'il eût cherché un spectre. La nuit se passa ainsi, sans
autre relâche que de légers intervalles d'un assoupissement mêlé de
soubresauts convulsifs. Quand l'aube parut, il fallut songer à notre
rendez-vous. J'avais prévenu le docteur; il consentait à m'accompagner;
mais, par une sorte d'instinct, Agathe s'était emparée de l'une de mes
mains, et ne semblait pas vouloir s'en désaisir. A mesure que je faisais
un effort pour la dégager, je sentais ses doigts exercer une pression
plus vive, et son bras se roidir avec une vigueur fiévreuse. Pour
m'arracher à cette étreinte, la violence fut presque nécessaire, et
quand elle sentit que je lui échappais, la pauvre femme exhala un soupir
si déchirant qu'on eût pu le prendre pour son dernier souffle. Enfin
nous quittâmes le logis au moment où le jour commençait à se faire, et à
peu de distance du seuil parurent nos deux antagonistes, enveloppés dans
leurs manteaux. L'ex-major prit la conduite de l'affaire, et marcha vers
une clairière qu'il était allé reconnaître dès la veille. Nous le
suivîmes en silence.

«Depuis quelques heures, j'avais profondément réfléchi à la lutte dans
laquelle j'étais engagé. Entre Poussepain et moi, la partie n'était pas
égale. Il y apportait une haine violente et légitime, un coeur aigri par
les blessures de l'amour-propre et la honte d'un affront public. Rien de
pareil de mon côté; les torts que pouvait avoir l'ancien dragon ne
m'étaient pas personnels et ne me touchaient que d'une manière
indirecte. Sans doute un homme, totalement gelé en Russie, n'aurait pas
dû prendre une femme de dix-sept ans pour en faire une garde-malade;
mais il payait cher son erreur, et j'étais l'instrument de cette
expiation. C'était assez. J'allai donc à ce combat sans haine et sans
colère. Comme une victime et non autrement. Mon plan était fait; je
voulais risquer ma vie sans attenter à la sienne, essuyer son feu et
décharger mon arme à tout hasard. Avec un champion aussi exaspéré, cette
résolution était pleine de périls, car il s'agissait d'un duel à
outrance; mais l'esprit de conservation ne fut pas assez fort chez moi
pour me faire désirer la mort d'un homme contre lequel je n'avais aucun
sujet de ressentiment. Telles étaient mes dispositions quand nous
arrivâmes sur le terrain.

«Le lieu du combat avait été admirablement choisi; on voyait que
l'ex-major des cuirassiers était un connaisseur. Des rideaux de chênes
nains entouraient un vaste espace découvert, où le sol conservait un
niveau égal; le soleil, l'ombre, le vent avaient été calculés de manière
à ce que les avantages fussent balancés D'ailleurs tout devait être
réglé par le sort: le choix de la place, celui du pistolet. Quant au
droit de tirer, il restait à la volonté des combattants, libres de se
devancer ou d'attendre en marchant l'un vers l'autre. On vérifia les
charges, et, après les préliminaires d'usage, les témoins se retirèrent
à l'écart. Quoique je fusse à quelque distance de Poussepain,
l'expression farouche de son visage me frappa. La soif de mon sang y
était écrite d'une manière si visible que le désir de me défendre me
revint. Au lieu ne tenir mon pistolet abaissé, comme j'en avais fait le
projet, je le mis en ligne à la hauteur du sien, de manière à gêner son
point de mire et à lui créer une préoccupation qui nuisit à la justesse
de son tir. C'était tout le résultat que je me proposais d'atteindre.
Nous fîmes ainsi quelques pas, lui rapidement, moi avec une lenteur
calculée, l'oeil fixé sur ce tube terrible, qui pouvait vomir la mort
d'un instant à l'autre J'attendais le feu de mon adversaire, et de son
côté. il semblait décidé si ne tirer qu'à coup sûr. Enfin, quand il fut
arrivé à une très-petite portée, je le vis s'arrêter et froncer
horriblement le sourcil: une détonation se fit entendre, et je ressentis
une vive secousse dans l'épaule droite. Il faut que la contraction
occasionnée par la douleur ait déterminé chez moi, dans les phalanges de
la main, un mouvement involontaire, car mon coup suivit immédiatement le
coup qui m'était destiné, et presque en même temps j'aperçus Poussepain
Tournoyant sur lui-même et tombant sur le gazon, tandis que je
m'affaissais de mon côté en proie à une forte hémorragie. Le médecin
accourut; j'avais une balle dans l'épaule; l'ex-dragon une balle dans
l'oeil. Les deux blessures étaient graves. Il nous donna les premiers
soins. Quoique affaibli par la perte de mon sang, aucun détail de cette
scène ne m'échappait. Poussepain se roulait à dix pas de moi, le visage
ensanglanté, la bouche écumante; il se relevait sur ses poignets et
cherchait, en rampant sur le sol, à parvenir jusqu'à moi. Sa fureur,
loin de s'éteindre, semblait acquérir plus d'énergie.

«--Misérable! criait-il, tu n'es donc pas mort!... Attends!...
attends!... que j'aille l'achever!... Vous y passerez tous... toi.. la
mère... l'enfant... le fruit du crime... tous... tous... infâmes!... Je
veux tout exterminer...

«A ces derniers mots, ses forces le trahirent et il retomba épuisé sur
le gazon. Je n'étaie guère mieux accommodé que lui, et bientôt les
objets prirent à mes yeux une forme vague, et les sons n'arrivèrent plus
à mon oreille que d'une manière confuse. Quand je revins à moi, le lieu
de la scène avait changé. J'étais étendu sur un lit de sangle dans la
même chambre qu'Agathe, la seule qui fût habitable dans notre
maisonnette. Le docteur enlevait le premier appareil et cherchait à
extraire la balle qui était restée dans ma blessure. Je jetai vivement
les yeux du côté de l'accouchée; elle semblait plus calme, mais l'ardeur
de la fièvre était encore empreinte sur ses joues; sa respiration,
courte et saccadée, parvenait jusqu'à moi et me serrait le coeur.

«--Beaupertuis, j'abrège ces tristes détails. Pendant trois semaines la
même pièce renferma deux agonisants que dévorait le mal. Dans les heures
lucides, Agathe et moi nous nous penchions l'un vers l'autre et
échangions de douloureux regards. On nous avait défendu de parler:
eussions-nous voulu enfreindre cette défense, la force nous aurait
manqué pour cela. La maladie d'Agathe était une fièvre puerpérale,
qu'aggravaient la somnolence et des congestions au cerveau. Le délire ne
la quittait pas; le sang battait les artères avec une telle force, qu'on
entendait presque les pulsations. Quant à moi, ma plaie s'était
envenimée et demandait des soins continuels; l'aspect en était du plus
mauvais caractère, et des escarres dangereuses donnèrent plus d'une fois
de l'inquiétude à notre bon docteur. Le digne homme se montra d'un
dévouement à toute épreuve, il plaça près de nous à demeure un de ses
meilleurs aides, et venait nous voir lui-même tous les trois jours.
Aucun secours ne nous manqua; les villageoises se relevaient pour passer
les nuits à notre chevet, et le curé du lieu ne quittait plus la
maisonnette.

«Hélas! rien ne put sauver Agathe. L'épreuve avait été trop rude; elle y
succomba. La vigueur de sa constitution ne servit qu'à prolonger son
agonie et à la rendre plus affreuse. Pendant les deux derniers jours
qu'elle passa dans ce momie, des scènes déchirantes se succéderont sous
mes yeux. Aux approches de la mort, sa tête s'était dégagée; la malade
avait retrouvé toute la netteté, toute la sérénité de ses idées. Elle
fit approcher mon lit du sien, et me prenant la main, elle me dit d'une
voix douce comme celle des anges:

«--Mon ami, je vais partir. J'ai commis une faute; le ciel me punit, je
me soumets à sa justice. Mais je te laisse une enfant; tâche qu'elle
soit plus sage et plus heureuse que sa mère. D'en haut, je veillerai sur
vous; toi, écarte d'elle les mauvaises pensées. Et surtout,
ajouta-t-elle en poussant un soupir, soustrais-la à la vengeance de mon
mari. C'est un homme implacable; il la tuerait.

«Sur le désir qu'elle en exprima, on lui apporta alors sa fille, qu'elle
combla de caresses et berça sur son sein jusqu'au moment où ses forces
la trahiront. Deux heures après, c'en était fait de la pauvre femme;
elle exhalait son dernier souffle en tendant les bras vers moi.

«Jugez de ma douleur, Édouard: elle me jeta dans une nouvelle crise et
amena une longue rechute. A diverses reprises, le médecin désespéra de
me sauver; ma plaie était horrible à voir, et des accidents nerveux
éloignaient l'emploi d'un traitement énergique. Pour que je sois sorti
vivant de cette épreuve, il fallait la richesse d'organisation et la
vigueur du sang qui me sont échus en partage. Cent autres à ma place ne
se seraient pas relevés de ce lit de douleur. Enfin, les plus fâcheux
symptômes disparurent, la fièvre céda, j'entrai en convalescence. La
jeunesse fit le reste, et à part un sentiment de langueur qui persista
pendant quelques mois, il ne me resta bientôt plus aucune trace de cette
rude secousse. La blessure morale fut plus lente à guérir. On ne perd
pas ce que l'on a aimé sans qu'un vide se fasse dans l'existence et sans
qu'on cherche longtemps autour de soi les joies évanouies et le bonheur
disparu. Ma pensée ne pouvait s'habituer à l'absence d'Agathe; il me
semblait qu'elle n'était pas loin et qu'elle allait venir. Je la voyais
partout, dans tous les sentiers ou nous avions l'habitude de marcher
ensemble. Quelques instances que fit le docteur pour m'arracher au
Val-Suzon, je m'obstinais à y séjourner, comme si j'eusse dû la voir
reparaître, me sourire encore et embrasser son enfant. Peut-être
aurais-je persisté dans cette misanthropie et cet isolement, si le chef
de la maison Grabeausec n'était venu en personne pour vaincre ma
répugnances et m'emmener dans sa voilure.

«Ce fut alors que je songeai à ma Jenny, ce seul et précieux legs de la
mourante. L'enfant venait à souhait: sa nourrice, Marguerite, était une
villageoise qui avait passé la jeunesse, et dont l'âge roulait entra
trente-cinq et quarante ans. Robuste, bien constituée, elle avait de
plus l'expérience et la maturité qui inspirent la confiance. Déjà elle
s'était attachée à son poupon comme l'eût fait une mère, avait songé
pour moi à mille petits détails, au baptême, au vaccin, à tout ce
cortège de soins qu'exige l'enfance. Quand je quittai le Val-Suzon,
Jenny était une belle et grosse fille, et elle ne pouvait que gagner à
passer encore quelque temps dans cette vive atmosphère de la montagne.
Je le sentais, et pourtant une inquiétude vague pesait sur mes
résolutions. Les menaces de Poussepain les recommandations et les
prières d'Agathe me revenaient à la mémoire. Si cet homme allait
déchirer de ses mains ce dernier gage d'une triste union, assouvir sa
vengeance sur cette faible créature! Cette idée m'obsédait, et à peine
arrivé à Dijon, je m'informai de l'état de mon adversaire.

«Quoique l'ex-dragon n'eût pas quitté le lit, on avait l'espoir de le
tirer d'affaire. L'oeil était perdu; la balle en avait brisé le globe,
mais l'obliquité du coup avait diminué la gravité de la blessure, et
aucun organe essentiel n'était lésé. La cure demandait des soins et du
temps, surtout du repos. Cette dernière circonstance me rassura; je crus
Jenny en sûreté au Val-Suzon, et résolus de l'y laisser pendant quelques
mois encore. La nourrice était une femme prudente; mes générosités
devaient d'ailleurs stimuler son zèle. Plus tranquille de ce côté, je
recommençai le cours de mes voyages, et y cherchai une diversion à mes
regrets. Fragile et changeante nature que la nôtre, Édouard! Au bout de
quelques semaines, j'avais repris goût à la vie; le souvenir d'Agathe
n'était plus ni aussi amer, ni aussi sombre; il avait quelque chose de
doux et de mélancolique, et réchauffait mon coeur au lieu de le dévorer.
Peu à peu je m'habituai à porter sur l'enfant qu'elle me laissait la
tendresse que m'avait inspirée la mère, et je croyais rester fidèle à
cette mémoire chérie en me dévouant à ce fruit de ses entrailles.

«Les choses allèrent ainsi pendant plusieurs mois. J'arrangeais mes
itinéraires pour passer quelques jours au Val-Suzon et y jouir des
caresses de ma fille; je m'informais de ses besoins, je jouissais de ses
progrès. Les dents poussaient, et avec elles commençait ce premier babil
si charmant à entendre. Les visites me rendaient fier et heureux; je
m'ouvrais aux illusions de la paternité, je m'abreuvais à une nouvelle
source de joies. Cependant un jour ma sécurité fut troublée Au dire de
la nourrice, un individu étranger au pays avait paru au Val-Suzon et
semblait rôder autour des chaumières. Je pressai Marguerite de
questions; je lui demandai quelques détails sur cet homme, sur son
signalement; elle ne put rien me dire, sinon qu'il était grand, sec et
borgne. Cette dernière circonstance me frappa; je retournai à Dijon
très-préoccupé et résolu à éclaircir mes doutes. J'y achevai mon enquête
au sujet de Poussepain; il commençait à sortir et c'était lui
probablement que l'on avait aperçu du côté de la montagne. Sitôt que je
fus certain du fait, je pris un parti décisif.

«Le lendemain j'étais en route pour le Val-Suzon dans une bonne voiture.
Tout y avait été disposé pour un voyage; quelques provisions, des
oreillers, un manteau, rien n'y manquait. Je fis part de mes projets à
la nourrice et lui proposai de m'accompagner. Son mari et son dernier
enfant venaient de mourir, elle restait seule au monde; la pauvre femme
n'hésita pas; elle se déclara prête à me suivre. Je fis mes conditions
et dictai des ordres. Marguerite devait garder le plus profond silence
sur ce quelle avait vu au Val-Suzon.

Il était inutile que Jenny connût le mystère de son origine et les
catastrophes qui avaient accompagné sa naissance. Pour tout le monde
c'était une orpheline dont je prenais soin, et l'enfant elle-même ne
devait me regarder que comme son meilleur ami. Pour éloigner d'elle les
vengeances de Poussepain, ces précautions me semblaient nécessaires, et
j'organisai ainsi, dès le premier jour, une espèce de cordon sanitaire
contre les caquets et la curiosité. Les événements me prouveront que
tant de prudence n'était pas vaine.

«Le chemin qui conduit au Val-Suzon débouche sur la grande route par une
allée d'ormes qui le masque en grande partie. Ma voiture, qui portait la
nourrice et l'enfant, arriva jusqu'à ce point sans faire de fâcheuse
rencontre; mais là, à travers une éclaircie, se dessina une apparition
qui vint me glacer d'effroi. Un homme montait la côte à cheval, et sa
figure était trop caractéristique pour que je pusse m'y méprendre.
C'était mon inévitable ennemi, auquel l'accident récent donnait tous les
airs d'un cyclope. De son dernier oeil il interrogeait les environs, et
si j'eusse continué à tenir le même chemin, en moins de dix minutes nous
devions nous trouver face à face. Par un mouvement rapide comme la
pensée, je grimpai sur le siège à côté du conducteur, et, tournant sur
la gauche, j'engageai la voiture au soin d'un fourré épais. Quand elle
se trouva hors de vue et couverte par le feuillage, je descendis et
allai surveiller les mouvements de l'ennemi. Je ne m'étais pas trompé;
Poussepain quitta la chaussée pour prendre la longue avenue qui conduit
au village. Son air était plus farouche que jamais, et quand il passa
devant le petit bois où nous étions cachés, il s'arrêta comme l'ogre qui
sent la chair fraîche, tint son oeil fixé sur cette masse de verdure, et
parut hésiter. Si j'eusse fait le moindre mouvement, le secret de notre
retraite était trahi et peut-être un nouveau drame eût-il commencé dans
ces solitudes. Heureusement l'immobilité du feuillage détourna les
soupçons de Poussepain, et nous entendîmes le pas de son cheval
s'éloigner peu à peu. Dès qu'il fut hors de vue, je ramenai rapidement
la voiture dans le sentier, et me dirigeai au trot vers la grande route.
Là, au lieu de suivre la direction de Dijon, je pris à droite pour
gagner Sombernon et Beaume par des chemins de traverse. Je me crus en
sûreté que lorsque j'eus atteint Lyon et déposé mon précieux fardeau
dans mon modeste logement.

«Depuis cette époque. Beaupertuis, et il y a dix-sept ans de cela, j'ai
revu vingt fois ici, à Lyon, ailleurs même, cet oeil terrible, cet oeil
vengeur qui, de loin en loin, m'apparaissait et venait se fixer sur moi.
Poussepain ne m'adressait point alors de provocation, mais il me suivait
obstinément; il s'attachait à mes pas comme s'il eût voulu arriver par
ce moyen jusqu'à l'asile de sa victime. Il m'a pardonné peut-être, mais
non au fruit de l'adultère. Aussi jugez de mes transes pour cet enfant,
et quel soin j'ai mis à entourer son existence du plus profond mystère.
Je n'arrivais chez moi qu'après mille détours; je changeais de logement
tous les trimestres; aucun bail n'était contracté sous mon nom. Quand
mes amis voulaient pénétrer les secrets de mon intérieur, j'entrais dans
des colères affreuses: je me cachais de tout le monde, de ma fille même,
de Marguerite, dont je craignais les indiscrétions. Ma vie s'est écoulée
au milieu d'angoisses pareilles, et je craignais, à chaque retour de
voyage, de trouver ma maison inondée de sang.

«Heureusement une grande joie effaçait toutes ces peines. Ma fille était
là; je la voyais croître, se développer sous mes yeux. Je passais des
heures entières à écouter son babil, à me mêler à ses jeux, à épier ses
caprices ou à essuyer ses larmes. C'était mon Agathe qui semblait
revivre et me sourire encore. Quel bonheur m'a valu cette enfant! que de
tendresses j'ai versées sur elle! Nul mobile n'a exercé plus d'influence
sur ma vie! Je n'ai rien fait d'essentiel qui ne fut à son intention;
pour elle le travail me semblait léger; je portais gaiement le harnais
du voyageur, et songeais aux colifichets que je lui achèterais à mon
retour. Avant que j'eusse une fille, je n'avais pas d'autre ambition que
celle d'exceller dans ma partie; ni la grandeur ni la fortune ne me
tentaient. Assez d'éclat s'attachait à mon nom pour que je voulusse
rajouter une certaine auréole de désintéressement. J'étais Potard le
prodigue, le don Juan des cafés, le Balthazar des tables d'hôte;
toujours prêt à offrir, tenant presque consommation ouverte. Mes
épargnes s'en allaient en verres d'absinthe, en punchs à la romaine, en
vins d'extra, en bichoffs homériques, sans compter d'innombrables
cruches de bière. Des que Jenny fut là, une révolution s'opéra dans mon
humeur: si j'avais pu devenir avare, je le serais devenu. Toujours
est-il que je serrai mon jeu, que je ne fis plus le magnifique à tout
propos, que je ne poussai plus avec le même acharnement au débit des
liquides. Dame! Jenny grandissait; il fallait songer à lui amasser une
dot. La dot de Jenny! Quel courage ce mot m'a donné! Les Grabeausec lui
doivent une partie de leur fortune.

«Il faut vous dire, mon jeune ami, que j'avais un intérêt dans les
bénéfices de la maison: c'était bien le moins, après huit ans de
voyages. Là-dessus je fondai l'établissement de ma fille. J'y travaillai
avec une ardeur, avec un élan dont vous n'avez pas d'idée; un père a
tant de courage! Le ciel et la droguerie ont béni mes efforts.
Aujourd'hui, Édouard, ma petite Jenny est à la tête de quatre-vingt
mille francs; oui, quatre-vingt mille francs en beaux écus! Vous pouvez
le demander aux Grabeausec; la Somme est en compte courant chez eux.
Quatre-vingt mille francs, c'est un chiffre assez rond, n'est-ce pas,
Beaupertuis? ajoute Potard en prenant la main du jeune homme.

--Certainement, répliqua Édouard, dont l'embarras avait été croissant
pendant cette dernière confidence; certainement, troubadour; la dot est
convenable. On pourrait être plus mal partagé.

--Avec quatre-vingt mille francs, poursuivit Potard, on n'épouse pas le
fils d'un pair de France, encore moins un prince du sang; mais nous
autres, gens du commerce, nous ne portons pas nos vues si haut. Qu'il
vienne seulement un honnête garçon, fils de négociant ou de
manufacturier, et je lui dirai, en lui frappant dans la main. Touchez
là; ma fille est à vous.»

Tous ces mois étaient dits avec une intention telle, et accompagnés de
gestes si expressifs, qu'il devenait impossible de ne pas comprendre le
sens qu'y attachait Potard. Cependant le jeune nomme demeurait aussi
froid que si cette histoire ne l'eût pas touché directement. A la vue de
ce flegme, le voyageur ne put réprimer son humeur.

«Hum! Édouard, ajouta-t-il avec quelque insistance, y êtes-vous?

--Mais non, père Potard, répliqua celui-ci en feignant un air dégagé,
non, je vous assure.

--Ah! vou» n'y êtes pas, monsieur Beaupertuis, dit alors Potard d'un ton
sévère; eh bien! je vais m'expliquer plus clairement.»

XXX.

(_La suite au prochain numéro._)



        Partition musicale

        MARGUERITE

        PAROLES DE
        H. A. DE LA FIZELIÉRE.

        MUSIQUE DE
        M. LÉON DUSAUTOY.

        DÉDIÉ A MADAME A.-A.

        Il m'aime un peu beaucoup. Il m'aime infiniment
        Disait une fillette effeuillant la corolle
        D'une fleur et ses doigts abandonnaient au vent
        Les rayons arrachés à la blanche auréole.
        Marguerite
        Si petite
        Fleur des champs
        Des amants
        Marguerite
        Parle vite
        Car mon coeur
        Bat de peur.

        2e Couplet

        Petite fleur réponds me sera-t-il fidèle
        Celui qui dans mon coeur a surpris mon amour.
        Va ne me cache rien de grâce dis ma belle
        Si mon bonheur naissant aura plus d'un beau jour.
        Marguerite
        Si petite
        Fleur des champs
        Des amant
        Marguerite
        Parle vite
        Car mon coeur
        Bat de peur.
        3e Couplet.

        La symbolique feuille au vent tourne en spirale
        Voltige autour de moi s'enfuit et monte au ciel.
        Mon bonheur suivra-t-il le hasard deux pétale
        Dans sa course rapide au voyage éternel.
        Marguerite
        Si petite
        Fleur des champs
        Des amants
        Marguerite
        Parle vite
        Car mon coeur
        Bat de peur.

        4e Couplet.

        La pauvre enfant tremblait, les feuilles prophétiques
        Avaient parlé trois fois la fleur était à bout
        lnfiniment beaucoup répondez mots magiques
        Le destin a proscrit le triste pas du tout.
        Marguerite
        Si Petite
        Fleur des champs
        Des amants
        Marguerite
        Parle vite
        Car mon coeur
        Bat de peur.

        5e Couplet.

        De ses plus frais attraits dépouillez la prairie
        Jeune fille effeuillez, effeuillez tour à tour
        Vos désirs et ses fleurs que votre âme ravie
        Dans leurs débris épars lise un serment d'amour.
        Marguerite
        Si petite
        Fleur des champs
        Des amants
        Marguerite
        Parle vite
        Car son coeur
        Bat de peur.



ROMANCIERS CONTEMPORAINS.

CHARLES DICKENS.

Séjour dans Éden.--Départ de ce Paradis terrestre.--Martin quitte
l'Amérique.

(Suite et fin.--Voir t. II, p. 28, 56, 103, 139, 155, 214, 325, 347, et
t. III, p. 37.)

Un peu ranimé par la contemplation de leurs communs malheurs, et
laissant le pauvre Martin au bureau de l'agence générale d'architecture
et de cadastre, Mark Tapley poursuivit sa course en quête de secours.
Chemin faisant, il se félicitait de la situation digne d'envie à
laquelle il se voyait parvenu.

«J'ai bien souvent songé, se disait-il, que rien ne m'irait mieux que
d'échouer en quelque île déserte; mais là je n'aurais eu, au bout du
compte, à m'inquiéter que de moi-même; moi, si peu difficile, si aisé à
contenter, le beau mérite! Au lieu qu'ici, il me faudra prendre soin de
mon associé, et c'est presque juste mon fait. Que me fallait-il? un
homme dont les jambes fléchissent à l'heure où il en a le plus besoin;
un homme si mal dans ses affaires, que le premier chiffre posé sur son
livre de recette ne puisse jamais gagner de compagnon; un homme fait
comme son manteau et son habit, même étoffe dessus que dessous, l'un
n'enveloppant jamais que l'autre, et cet homme, poursuivit Mark Tapley
après un moment de silence, l'homme qu'il me faut, je l'ai trouvé, je le
tiens! quelle chance!»

Il s'arrêta pour regarder autour de lui, se demandant vers laquelle de
ces misérables huttes il valait mieux se diriger d'abord.

«Je ne sais où frapper, sur ma foi, reprit-il. Toutes d'un extérieur
aussi engageant, également commodes à l'intérieur sans doute,
approvisionnées de tout le luxe, de tout le confortable que pourrait
désirer un alligator dans l'état de nature! Voyons un peu: le citoyen
que nous avons rencontré hier dans sa tournée du soir demeure au-dessous
de l'eau, dans ce chenil là-bas, au tournant. Si je le puis, je voudrais
éviter de déranger celui-là. Pauvre hère! Il fait une si triste figure;
vrai colon dans toutes les règles! Ah! ici nous avons une hutte à
fenêtre, c'est de quoi rendre les propriétaires trop fiers; et par là
une porte! pure aristocratie! C'est égal, en avant, et va pour le
premier bouge venu!»

Il marcha droit à la cabane la plus proche, heurta de la main; on lui
cria d'entrer; il entra.

«Voisin! dit Mark, car je suis votre voisin, quoique vous ne me
connaissiez pas; je viens vous demander... Eh! holà! oh!... Suis-je au
lit? Rêvé-je?...»

Son nom venait d'être prononcé; ses pans d'habit étaient tiraillés, ses
jambes embrassées par deux petits garçons dont il avait fréquemment
débarbouillé les riants visages, et fait souvent chauffer la soupe à
bord du noble et rapide paquebot le _Screw._

«Ai-je la berlue? poursuivit Mark, se récriant toujours. C'est à n'en
pas croire ses yeux! Mais, si ce n'est pas là ma compagne de voyage,
soignant sa petite fille, que j'ai regret à voir si délicate; si ce
n'est pas la son mari, qui était venu à sa rencontre à New--York: si ces
petits drôles ne sont pas mes ci-devant jeunes amis, certes, il faut
convenir que la ressemblance est à tromper.»

Dans sa joie de le revoir, la femme avait laissé échapper quelques
larmes; le mari serrait cordialement les deux mains de Mark dans les
siennes, et il les y retint tandis que les marmots se pendaient aux
jambes du nouveau venu, et que l'enfant malade, bercée sur les genoux de
sa mère, étendait vers lui ses petits doigts amaigris et brûlants, tout
en murmurant du fond de sa gorge desséchée le nom si souvent répété de
Mark Tapley.

Il était bien la même famille, passablement changée, grâce au salubre
climat d'Éden, mais cependant toujours la même.

«Eh bien! je dis que voilà un réveil-matin qui compte! s'écria Mark
reprenant haleine; il y a de quoi perdre l'esprit. Attendez, une minute
seulement, et dans un tour de main je suis à vous. Nous y voilà!... Ces
messieurs ne sont, pas de ma société? seraient-ils sur la liste des amis
de la maison?»

Ces derniers mois avaient trait à certains cochons étiques, entrés à la
suite de Mark, et qui paraissaient s'affectionner beaucoup aux talons de
la famille. Comme ils n'appartenaient point au logis, ils furent chassés
par les petits garçons.

«Je n'entretiens nulle prévention contre les crapauds, reprit Mark, qui
d'un coup d'oeil avait parcouru la chambre, pas la moindre; mais si mes
deux jeunes amis pouvaient engager à sortir, par la même occasion, ceux
qui nous tiennent compagnie, ils trouveraient l'air du dehors
rafraîchissant, je n'en fais nul doute. Ce n'est pas, encore une fois,
que je nourrisse contre eux aucune inimitié, poursuivit-il, s'asseyant
sur un escabeau. Le crapaud est, j'en conviens, un joli animal,
agréablement tacheté, à l'oeil brillant, à la peau lisse et polie, tout
lustré, des plus frais, et qui se rengorge à la façon d'un vieux
gentilhomme; mais n'importe, ses qualités se déploient avec plus
d'avantage dehors que dedans, à mon avis du moins.»

Affichant, à l'aide de ce bavardage, autant d'insouciance et de gaieté
que possible, Mark avait cependant l'oeil à tout. L'aspect débile et
abattu de la malheureuse famille, le déplorable changement de la pauvre
mère, l'état désespéré de l'enfant fébrile qu'elle tenait sur son sein,
l'air de découragement répandu sur toutes choses, lui allaient au coeur;
leurs souffrances, leur misère, étaient aussi évidentes à ses yeux que
la tonne de farine en fermentation qui servait de table, que les
couvertures moisissantes et les instruments de labourage rouillés qui
pendaient aux murs, que l'humidité malsaine qui tachetait le sol, que la
moisson de végétations croupissantes qui tapissaient chaque trou.

«Mais, dites-moi donc un peu qui vous amène? demanda l'homme, après les
premières exclamations de surprise.

--Tout uniment le dernier bateau à vapeur. Nous venons ici faire
fortune, à force d'exactitude et d'activité, puis réaliser au plus vite
et nous retirer sur notre petit bien. Et vous autres, comment vous va?
Comme des princes, on dirait?

--Nous sommes un peu maladifs pour l'instant, répliqua la pauvre femme
en se penchant sur sa petite fille. Quand nous serons acclimatés, cela
ira mieux.

--Le climat en dévorera plus d'un d'ici là, pensa Mark tout bas; tout
haut il ajouta gaiement: Mieux, dites-vous? certainement que cela ira
mieux pour tous. Nous n'avons qu'à nous maintenir en bonne humeur et bon
courage, à vivre en bons voisins, et tout tournera à merveille. A
propos, cela me rappelle, mon pauvre associé, assez mal en ce moment, et
pour lequel je venais vous demander secours. Je voudrais bien, maître,
que vous pussiez venir le voir tout de suite, et nous en dire votre
avis.»

Il eût fallu une demande bien déraisonnable pour que les reconnaissants
amis de Mark n'y fissent pas droit sur-le-champ. L'homme se leva prêta
l'accompagner, non sans que Mark eût d'abord soulevé l'enfant malade
entre ses bras, en s'efforçant de réconforter la mère; mais la main de
la mort était déjà sur la pauvre petite créature, et il le vit.

Ils trouvèrent Martin étendu par terre, enveloppé de ses couvertures. Il
paraissait fort malade; ses dents claquaient, et le frisson convulsif
qui ébranlait tous ses membres ressemblait plutôt à un terrible spasme
qu'au frémissement que donne le froid. L'ami de Mark déclara que c'était
une fièvre d'accès du caractère le plus grave, assez commune dans le
canton. Il prédit que le lendemain n'apporterait nul soulagement au
malade, qui, pendant plusieurs jours encore, irait de mal en pis.
Lui-même, atteint de cette fièvre, avait langui une couple d'années
entre la vie et la mort, heureux, après en avoir vu succomber tant
d'autres, d'en pouvoir retirer ses os.

«Et peu de chose avec, pensa Mark, regardant les formes amaigries du
colon. Vive Éden!»

Le coffre des nouveaux arrivés contenait quelques médicaments; et, guidé
par l'expérience personnelle de son ami, Mark put les employer au
soulagement, de Martin. Les services de l'habitant d'Éden ne se
bornèrent pas là; il allait et venait sans relâche, rendant à Mark
toutes sortes de bons offices dans les tentatives variées du brave
garçon pour améliorer leur situation, qui semblait désespérée. Cependant
l'homme ne pouvait offrir d'espoir dans l'avenir, car la mauvaise saison
commençait et la colonie n'était qu'une vaste tombe. La nuit même
l'enfant du colon mourut, et Mark, qui aida le père le lendemain à
enterrer le pauvre petit cadavre sous un arbre, eut grand soin d'en
faire un secret à Martin.

Indépendamment de ses nombreux devoirs, en sa qualité de garde-malade
d'un associé qui ne le laissait pas manquer d'occupations, et qui
devenait plus exigeant à mesure qu'il souffrait davantage, Mark, de
grand matin et tard dans la nuit, travaillait au dehors. Avec l'aide de
son ami et de quelques autres, il labourait, s'efforçant de tirer partie
de leur misérable terroir. Ce n'était pas que la moindre espérance
stimulât son énergie, ce n'était pas qu'il eût quelque but fixe pour
tendre ses nerfs et raffermir son courage, il agissait sous l'habituelle
impulsion de son inaltérable bonne humeur, de son activité joyeuse, de
l'étonnante élasticité de ses esprits. Au fond, il regardait leur
position comme sans ressource; et, fidèle à sa devise, il se retrempait
dans la souffrance.

«Quant à me faire fort, là, bien à ma guise, disait-il à Martin en
confidence, dans un de ses moments de loisir (c'est-à-dire un soir, en
lavant le linge de la maison, après une rude journée de travail), c'est
à quoi je renonce, voyez-vous. C'est un coup de fortune sur lequel
j'aurais tort de compter.

--En êtes-vous à souhaiter des circonstances plus difficiles? demanda
faiblement Martin, de dessous sa couverture, en poussant un gémissement.

--Eh! monsieur, elles pouvaient si aisément le devenir, n'eut été le
bonheur dont je suis enguignonné! La nuit de notre arrivée promettait,
j'en conviens; je pensais vraiment que cela allait en valoir la peine,
et que les choses prenaient tournure.

--Que vous faut-il donc, si vous n'en trouvez pas assez? murmura
tristement Martin.

--Oh! monsieur, regardez comme tout a tourné maintenant! voyez plutôt! A
peine ai-je mis le pied dehors, qu'il faut que je tombe sur une famille
de connaissance; bonnes gens, toujours en l'air, toujours prêts à nous
venir en aide: était-ce à cela que je devais m'attendre? Si j'avais
trébuché sur un serpent pour m'en faire mordre; sur un patriote de
première volée, pour y gagner un bon coup de couteau de Bowie; ou sur
une bande d'associés du club de Sympathie universelle, pour qu'ils
fissent de moi une bête curieuse, à la bonne heure! il y avait occasion
de montrer son courage, de gagner quelque crédit à ses propres yeux. A
présent, comme vont les choses, le grand but de mon voyage est manqué.
Toujours même guignon! Mais vous, monsieur, comment vous sentez-vous ce
soir?

--Pis que jamais, dit le pauvre Martin.

--Cela peut compter, assurément, reprit Mark; mais ce n'est pas assez,
il me faudrait tomber grièvement malade moi-même, et n'en demeurer pas
moins gaillard et joyeux jusqu'au bout!

--Au nom du ciel, ne parlez pas ainsi! s'écria Martin avec un
tressaillement d'horreur. Et que ferais-je, moi, si vous tombiez
malade?»

Quoique l'exclamation n'eût rien de bien flatteur, elle releva
singulièrement les esprits de Mark; et, frottant son linge avec un
redoublement de vigueur, il déclara que son baromètre était en train de
remonter.

«Car il y a une chose encore qui me va dans ce canton, poursuivi t-il,
c'est qu'on y trouve un petit échantillon au grand complet de la
meilleure des républiques. Il nous est resté trois colons américains
dans toute la force du terme. Ils vous jureront sérieusement et de
sang-froid, ici-même, monsieur, que nous sommes dans le plus salubre et
le plus agréable coin du globe. Comme ce coq qui se cachait pour sauver
sa vie, et que son chant fit découvrir, à tout prix il faut qu'ils se
vantent; ils sont nés et mis au monde pour cela.»

En parlant il regardait à travers la porte ouverte, et ses veux
tombèrent sur un maigre individu, en souquenille bleue, coiffé d'un
chapeau de paille, ayant entre ses lèvres une courte pipe noire, et à la
main un immense gourdin en bois d'hickory des plus noueux. Le personnage
marchait, fumait, chiquait, crachait, tout à la fois, marquant son
passage par une longue trace de tabac décomposé.

«Justement, en voilà un! cria Mark. Hannibal Chollop, en personne.

--Ne le laissez pas entrer! murmura faiblement Martin.

--Oh! il n'en demandera pas la permission,» répliqua Mark.

Il avait dit juste; Hannibal Chollop entra gravement. Sa figure était
presque aussi dure, aussi noueuse que son bâton, ses mains à l'avenant;
sa tête ressemblait à un vieux balai de bruyère noire, et un
inébranlable chapeau la surmontait. Il s'assit sur le coffre des
Anglais, croisa ses jambes, regarda Mark, et dit, sans déranger sa pipe:

«Eh bien, monsieur _Compagnie_ (Mark s'était sérieusement présenté sous
ce nom à tous les Édennéens), comment vous tirez-vous d'affaires?

--A merveille! répondit celui-ci.

--N'est-ce pas M. Chuzzlewit que vous avez là? demanda à haute voix le
visiteur. Et vous, monsieur, comment vous tirez-vous d'affaires?»

Martin secoua la tête, en s'abritant instinctivement sous sa couverture,
il s'apercevait qu'Hannibal, l'oeil fixé sur lui, se préparait à
cracher, et comme le recommande la chanson, «il prenait garde.»

«Ces précautions sont superflues, monsieur, dit M. Chollop avec
complaisance; je suis à l'épreuve de la fièvre, même la plus maligne.

--J'agissais par un motif tout personnel, reprit Martin, levant les yeux
de nouveau avec inquiétude; vous sembliez sur le point de...

--Je sais calculer mes distances à un pouce près, monsieur.»

Et sur l'heure, M. Chollop donna la preuve de cette merveilleuse
faculté.

«Je ne demande monsieur, poursuivit-il, que deux pieds dans une
direction circulaire, et je m'engage à ne pas les dépasser. J'ai pris
une fois dix pieds, en cercle bien entendu, mais c'était une gageure.

--J'espère que vous l'avez gagnée, monsieur? dit Mark.

--Moi, monsieur? j'ai raflé les enjeux. Oui, monsieur.» Chollop garda le
silence quelques instants, qu'il employa activement à compléter le
cercle magique au centre duquel il siégeait; puis il reprit la parole.

«Comment aimez-vous ma patrie, monsieur? demanda-t-il, fixant ses
regards sur Martin.

--Pas du tout,» répondit le malade.

L'Américain continua de fumer sans la moindre émotion, attendant que
l'envie de parler lui revint. Le moment arrivé, il ôta sa pipe et
reprit:

«C'est tout simple; pour nous apprécier, il faut une certaine
élévation.... L'âme de l'homme doit être préparée à la liberté, monsieur
Compagnie.»

Ces derniers mots s'adressaient à Mark; car, sous l'excitation d'une
fièvre ardente, que le bourdonnement monotone de cette insupportable
voix poussait jusqu'au délire, Martin, plus qu'à demi fou, fermait les
yeux, et, souhaitant le visiteur à tous les diables, s'était retourné
sur son misérable grabat.

«Et le corps, répliqua Mark, qu'en dites-vous? ne lui faudrait-il pas
aussi quelque utile préparation? surtout s'il est destiné à habiter un
béni petit marécage dans le genre de celui-ci?

--Appelez-vous Éden un marécage, monsieur? demanda gravement M Chollop.

--Mais il me semble qu'il n'y a pas de doute là-dessus, du moins pour
moi.

--Opinion tout à fait européenne, dit le major: aussi ne me
surprend-elle nullement. Que diraient vos millions d'Anglais s'ils
possédaient un pareil marécage au milieu de leur île mesquine, monsieur?

--Ils diraient que c'est un horrible trou, repartit Mark, et
préféreraient, je gage, qu'on leur inoculât la fièvre de toute autre
façon.

--_Europien!_ répéta Chollop avec une pitié sardonique: de plus en plus
_europien!_»

Il demeura alors immobile, silencieux, sombre, fumant; vraie cheminée de
haut fourneau.

«Vous ne vous sentez pas à l'aise, comme chez vous, dans Éden, pas vrai?
reprit enfin M. Chollop.

--Non, dit Mark; non assurément.

--Il vous manque les abus du vieux pays, n'est-ce pas? la taxe sur les
maisons?

--Les maisons, plutôt.

--Vous n'avez pas ici d'impôts sur les fenêtres! dit Chollop.

--Ni de fenêtres, ajouta Mark.

--Point de gibet, donjons, potences, tortures, menottes, poucettes,
échafauds, piloris! dit Chollop.

--Il faut nous contenter des pistolets à double batterie, des serpents à
sonnettes et des couteaux de Bowie; mais est-ce la peine d'en parler!»
dit Mark.

Il fut heureux pour l'Anglais que la conversation ne se terminât pas
d'une manière funeste. M. Chollop, fougueux patriote, muni d'une canne à
épée qu'il appelait agréablement sa _chatouilleuse_; d'un grand couteau
que, dans ses jours de bonne humeur, il nommait son _bistouri_, portait
constamment en poche, entre autre hochets, une paire de pistolets à sept
coups, et, par une singulière logique, se trouvait être tout à la fois
ardent avocat de la liberté et de l'esclavage, de la démocratie et de la
loi de Lynch. Lorsqu'il avait, selon sa phraséologie, coupé le sifflet,
ou frotté les oreilles d'un homme d'une opinion contraire à la sienne,
et réfuté les arguments d'un adversaire par l'envoi de quelques balles,
il s'applaudissait d'avoir «planté l'étendard de la civilisation dans
les jardins sans bornes de sa patrie.» Par bonheur, devançant toujours
les institutions de la grande république. Chollop se préparait à pousser
plus loin, et vu ses apprêts de départ et l'état de désolation de la
colonie, il se contenta de rire de bon coeur de l'admirable astuce dont
Scadder avait fait preuve en _flouant_ les Anglais. Après quoi, M.
Hannibal Chollop demeura silencieux, aussi fidèle à sa double occupation
qu'une des machines à vapeur de sa patrie et convaincu, à ce qu'il
paraissait, que la plus grande marque de déférence que l'on pût donner à
des étrangers était de passer trois heures à convertir leur maison en
crachoir.

A peine avait-il enfin disparu, lui, sa chatouilleuse, son bistouri et
ses pistolets à ressorts, que Mark s'adressa à Martin;

«Oh! vous pouvez mettre le nez hors de la couverture, monsieur, à
présent, nous en voilà débarrassés. Mais qu'est ceci? poursuivit-il,
s'agenouillant pour mieux voir les traits bouleversés de son associé, et
pour soulever sa main brûlante. «Beau résultat de tant de bavardage et
de rodomontades! Il a le transport maintenant, et ne me reconnaît plus!»

En effet, Martin, au plus mal, fut plusieurs jours à l'agonie, soigné
tout le temps par les pauvres amis de Mark, qui s'oubliaient eux-mêmes.

Quant à celui-ci, fatigué d'esprit et de corps, travaillant tout le
jour, veillant toute la nuit, soumis au plus maigre régime et aux plus
durs labeurs, entouré des circonstances les plus décourageantes, jamais
il ne laissa échapper un murmure, jamais il ne se montra las ou abattu.
Si parfois Martin lui avait paru égoïste ou brusque, s'il avait eu lieu
de juger que l'énergie de son compagnon, toute de boutade, tombait au
premier choc de la mauvaise fortune, il oublia tout pour ne plus se
souvenir que des meilleures qualités du malade et se dévouer à lui corps
et âme.

Plusieurs semaines s'écoulèrent avant que Martin eût repris assez de
forces pour faite quelques pas aidé d'une canne et soutenu par le bras
de Mark. Faute de bon air et d'une nourriture saine, son rétablissement
fut des plus lents, et sa convalescence durait encore, lorsque le coup
qu'il avait tant redouté les frappa; Mark tomba malade.

Il avait bravement lutté, mais la fièvre fut la plus forte.

«Tout à plat pour l'heure, monsieur, dit-il un matin en retombant sur
son lit, mais joyeux tout de même!»

Abattu de fait et sous un lourd fardeau, comme personne ne devait le
savoir mieux que Martin.

Si les amis de Mark s'étaient montrés bons et tendres pour un compagnon,
pour lui ils le furent cent fois davantage. Maintenant le tour de Martin
était venu: à lui de s'asseoir et de veiller près du triste chevet,
écoutant pendant les longues nuits chaque lugubre son qui vibrait à
travers la vaste et sombre solitude; à lui d'entendre le pauvre Mark,
dans ses rêveries délirantes, tour à tour jouer aux quilles dans la cour
du Dragon, faire de tendres remontrances à mistriss Lupin, chanceler à
bord du paquebot, parcourir les routes de la vieille Angleterre avec
l'ancien ami Tom Pinch, incendier les souches pourries des arbres de
l'Éden, tout cela à la fois.

Mais dès que Martin lui donnait à boire, lui administrait quelque
médicament, lui rendait n'importe quel service, ou rentrait au logis
après les corvées du dehors, l'inébranlable Mark se réveillait pour
s'écrier: «Toujours gaillard, monsieur, toujours content!»

A la fin le nouveau garde-malade ne put s'empêcher de remarquer la
conduite de celui qui jamais ne lui avait fait l'ombre d'un reproche,
jamais n'avait laissé échapper un soupir de regret, et qui s'efforçait
encore de demeurer immuable et ferme. Martin s'étonna qu'un homme, né
sans aucun des avantages qu'il possédait lui-même, montrât une aussi
réelle supériorité. La ruelle d'un malade, surtout celle du joyeux
compagnon que Martin avait toujours vu agir, et toujours pour autrui,
offre de favorables chances à la réflexion. Le maître en vint à se
demander pourquoi cette différence entre son serviteur et lui.

Les fréquentes visites de leur compagne de traversée, l'ancienne amie de
Mark, contribuèrent à la solution du problème, en suggérant à Martin
l'idée que, dans l'aide qu'il avait, ou plutôt qu'il n'avait pas prêtée
à cette femme, et celle qu'il en recevait, la différence n'était pas
moins saillante, et pas plus en sa faveur; de pensées en pensées, ces
méditations finirent par l'affecter profondément.

La nature de Martin était originairement généreuse et franche; mais il
avait été élevé dans la maison de son grand-père, et fréquemment les
vices domestiques les plus bas se propagent pour s'entre-dévorer
ensuite, l'égoïsme surtout. Martin, dès l'enfance, avait instinctivement
raisonné ainsi: «Mon tuteur pense tellement à lui, que si je ne songe à
moi de mon côté, je serai infailliblement oublié.» En conséquence, il
avait grandi pour devenir personnel. Mais il ne se l'était jamais avoué.

Si quelqu'un l'eût taxé d'égoïsme, il eût repoussé l'accusation comme une
infâme calomnie. Pour ébranler la bonne opinion qu'il avait de lui-même,
pour qu'il s'interrogeât sérieusement et à fond, il fallut qu'à peine
relevé de son lit de souffrance, il eût à veiller près de celui d'un
autre moribond, et pût toucher au doigt tout ce qu'avait de pauvre, de
dépendant, de misérable, ce _Moi_, qui venait à peine d'échapper à la
tombe.

En passe de réfléchir (il eut de longs mois pour le faire) sur sa propre
guérison et sur l'état désespéré de Mark il fut enfin amené à considérer
lequel des deux il eût mieux valu qui fut épargné, et pourquoi. L'épais
rideau tiré entre lui et sa conscience se leva alors quelque peu, et le
_Moi_, toujours le _Moi_ si perfectionné de nos jours, à l'étrange
satisfaction de nos modernes philosophes, commença à se laisser
entrevoir.

Durant ces longues heures où il semblait qu'il n'eût plus qu'à attendre
le dernier soupir de Mark, il se demanda, comme tout homme se serait
senti poussé à le faire en pareil cas, s'il avait rempli ses devoirs
envers cet ami dévoué. Avait-il mérité cette fidélité, ce zèle sans
bornes? y avait-il répondu?--Non.--Quelque courtes qu'eussent été leurs
relations, il s'avoua qu'en mainte et mainte circonstance, il avait
encouru le blâme: et comme il s'efforçait toujours de remonter à la
cause, le rideau lentement levé lui découvrit le _Moi_, encore le _Moi_,
toujours le _Moi_, de plus en plus élargi.

Il se passa longtemps, néanmoins, avant que Martin pénétrât assez avant
dans la connaissance de lui-même pour discerner l'entière vérité. Mais,
dans la terrible solitude de ce hideux désert, toute espérance brisée,
toute ambition éteinte, et la mort râlant constamment à la porte, la
réflexion régnait, comme sur une ville assiégée de la peste; et, frappé
à la fin de ce qui, en tout temps, avait manqué à sa vie, Martin
découvrit en plein la tache gangrenée.

Pour cette dure leçon, Éden était la bonne école, et cachait, dans ses
marécages infects, dans ses impénétrables taillis, dans son air
pestilentiel, d'admirables précepteurs, armés d'arguments sans réplique.

Convaincu qu'il avait nourri dans son sein un profond égoïsme, Martin
s'arrêta à la résolution solennelle, si jamais il recouvrait la santé,
de ne plus songer qu'à déraciner ce vice. En attendant, se déliant à
juste titre de lui-même, il ne voulut parler à son malade ni de repentir
du passé, ni de projets pour l'avenir, et se contenta de tenir les yeux
fermement attachés à son but. L'orgueil n'était pour rien dans cette
décision, c'était humilité pure, vrai courage, tant Éden l'avait jeté
bas, tant Éden le relevait haut.

Après de longues souffrances, de mortelles crises, pendant lesquelles,
lorsque la force de parler manquait au patient, il s'essayait à tracer,
sur l'ardoise, d'une main défaillante; «Toujours joyeux!» Mark commença
à aller moins mal; puis il retomba. Les symptômes, plus ou moins
favorables, alternèrent; enfin, la convalescence prit le dessus.

Dès que son compagnon fut en état de parler sans fatigue. Martin le
consulta sur un plan que, peu de mois auparavant, il eût exécuté sans
s'inquiéter de l'opinion de personne.

Notre situation est évidemment désespérée, lui dit-il; le lieu est
désert, le déplorable état de la colonie est connu; vendre le lot que
nous avons acheté, n'importe à quel rabais, deviendrait impossible,
quand ce ne serait pas déloyal. Le point vers lequel doivent tendre
toutes nos pensées, c'est de quitter Éden pour jamais, et d'aller revoir
l'Angleterre. Mais comment, par quels moyens? Il s'agit seulement de
retourner au pays, Mark!

--Seulement, monsieur: mais c'est tout! dit celui-ci. en insistant sur
le dernier mot.

--De ce côté de l'Océan, un seul homme nous peut venir en aide,
poursuivit Martin; c'est M. Bevan.

--J'y pensais lorsque vous étiez malade, dit Mark.

--Si ce n'était la perte de temps, j'écrirais à mon grand-père, et
j'implorerais de sa boute ce qu'il faut pour nous tirer de la trappe où
nous nous sommes si cruellement laissés prendre. Essaierons-nous d'abord
de M. Bevan?

--C'est un véritable gentilhomme, qui m'a toujours plu, répondit Mark.

--La petite cargaison, que tout notre avoir a payée, pourrait peut-être
encore produire quelque argent, ce qui aiderait à nous acquitter; mais,
ici, impossible de rien vendre.

--Pour chalands, on n'aurait que des cadavres, répliqua Mark, en
branlant tristement la tête; des cadavres et des pourceaux!

--Faut-il écrire et demander uniquement la somme nécessaire pour nous
faire atteindre New-York, ou tout autre port, ou nous pourrions ensuite
gagner notre passage par n'importe quel travail? D'ailleurs, je puis
expliquer à M. Bevan quelles sont mes relations de famille, et m'engager
à le rembourser dès que j'aurai mis le pied en Angleterre.

--Le pire serait qu'il dît non, et il peut dire oui. Si donc ce n'est
pas trop à contre-coeur que vous en essayez, monsieur...

--A contre-coeur! se récria Martin. Non, non: c'est par ma faute que
nous sommes ici, et il n'est rien que je ne fasse pour nous en tirer. Le
souvenir du passé est pour moi un remords. Ah! Mark, si je vous eusse
consulté plus tôt, jamais nous ne serions venus ici.»

Ebahi de cet aveu, Mark n'en protesta pas moins de toutes ses forces
qu'en tous cas les choses se seraient passées de même, puisqu'il avait
mis dans sa tête de voir Éden du moment qu'il en avait entendu parler.

Laissant de côté la lettre à M. Bevan, l'anxieuse attente de la réponse,
les étonnements de Mark à mesure qu'il s'apercevait du changement de son
associé, et acquérait la certitude que désormais il n'y aurait plus
aucun mérite à se maintenir de bonne humeur et joyeux auprès de lui;
passant même sur la triste mort des deux petits camarades qui avaient si
tendrement accueilli M. Tapley à sa première promenade dans Éden, nous
contemplerons nos voyageurs debout, au soleil levant, sur le pont du
navire qui les ramenait à New-York.

«Courage! cria Martin saluant de la main les deux maigres figures dont
les ombres s'allongeaient sur la rive aplatie, nous nous retrouverons
encore quelque jour dans le vieux monde!

--Ou plutôt dans l'autre, murmura Mark. Cela saigne le coeur de les voir
là côte à côte, immobiles, seuls! ah! c'est pis que tout!»

Les deux amis échangeront un regard, tandis que le vaisseau fuyait
rapidement; puis leurs yeux se reportèrent sur la plage qu'ils venaient
de quitter. La hutte, avec sa porte toute grande ouverte et les arbres
abattus à l'entour, la stagnante brume du malin et le rouge soleil
entrevu au travers, les vapeurs qui s'élevaient du rivage et du fleuve,
les rapides flots qui faisaient paraître et plus plate et plus triste la
boueuse grève qu'ils lavaient en courant; Éden enfin, plus d'une fois
depuis, hanta leurs rêves; et à quelle joie alors de s'éveiller et de
voir que ce n'était qu'une ombre, un mirage du passé!

Nos voyageurs atteignirent enfin New-York, où les attendait l'excellent
M. Bevan, et nous les retrouvons en sûreté à bord du même paquebot qui
les avait amenés jadis, heureux de voir l'Amérique disparaître et se
fondre avec les images.

«Eh bien! Mark, à quoi pensez-vous donc avec votre air grave? demanda
Martin.

--Eh! monsieur, je me demandais comment je m'y prendrais si j'étais
peintre, et chargé de faire le portrait de l'aigle américaine. Quelle
mine lui donnerais-je?

--La mine d'un aigle, à ce que je présumé.

--Non, monsieur, non, cela ne m'irait pas; je la ferais rassembler à la
chauve-souris, à cause de sa courte vue; au coq-d'inde, attendu sa
jactance, vu sa probité, à la pie; au paon, à cause de sa vanité; à
l'autruche, parce qu'elle croit, en cachant sa tête dans la boue, que
personne ne la verra.

--Et au phénix, interrompit Martin. Comme lui, elle peut s'élancer du
milieu ses cendres accumulées par ses fautes et par ses vices, et
prendre un nouvel essor vers le ciel.»



Modes.

Chaque jour amène une révélation sur les modes d'été, et cette mode,
nous la reconnaissons jolie et distinguée dans son ensemble, lorsqu'elle
se compose, d'abord, d'une redingote en soie changeante ou à larges
rayures nuées; ensuite d'une capote de crêpe couverte d'Angleterre, et
enfin d'un mantelet écharpe de dentelle noire.

Quant aux chapeaux, la paille à jour ornée de rubans et de fleurs forme
la coiffure du matin, comme le chapeau de crêpe sur lequel est posé un
saule marabout compose l'une des principales parures du soir. On
commence à voir aussi quelques chapeaux en paille de riz, ornés, pour la
plupart, de rubans de nuances foncées; quelquefois pour adoucir ce que
ces teintes ont de trop dur, on y mêle du tulle illusion.

[Illustration.]

Entre une foule de robes, nous signalerons les redingotes à revers très
décolletés, dans le genre de celle qui est représentée par notre dessin.
Puis les robes en taffetas broché, à rayure pompadour, garnies de hauts
volants en biais et dentelés, presque sans fronces, bordés, soit d'un
effilé, soit d'un ruban assorti à l'étoffe et plissés au bord; le
corsage plat décolleté et à pointe, avec berthe dentelée, ouverte sur
l'épaule et lacée.

On voit encore sur les robes du soir beaucoup de garnitures en
dentelles, et cela a très-bon air; mais dans cette saison, nous leur
préférons les garnitures de rubans, de fleurs ou de tulle illusion,
posées en biais et en forme de tablier.

Pour les toilettes de campagne dont un s'occupe déjà, il se fait des
redingotes amazones en coutil de fil blanc rayé de couleur. Les corsages
en sont très-montants et fermés par une rangée de boutons en ivoire; les
manches en amadis ont au bas un revers boutonné de même que le corsage.



Antiquités trouvées à Hérouval.

Lorsqu'on va de Paris à Rouen par la route d'_en haut_, on remarque,
avant d'arriver à Gisors, sur la gauche, une haute colline couronnée
d'une vieille tour en ruines. Comme tous les lieux élevés et faciles à
défendre, cette colline a été habitée dès les temps les plus reculés.
Les druides y construisirent un collège qui, si l'on en croit la
tradition, communiquait, par des signaux, avec celui de Montmartre. Plus
tard, un temple de Jupiter remplaça ce premier établissement druidique,
et à ce temple païen succéda, pendant l'ère chrétienne, la tour dont les
ruines existent encore, et qui prit le nom de _Montjavoult._

Sept hameaux composent le village disséminé autour du vieux château de
Montjavoult. De ces hameaux, le plus intéressant pour le géologue et
pour l'antiquaire est, sans contredit, celui de Hérouval, situé dans une
position charmante, à l'entrée d'un étroit vallon qui dut autrefois
servir d'amphithéâtre et de cirque. On ne peut y remuer profondément la
terre sans trouver des antiquités gauloises ou romaines. Il y a quelques
années, on y découvrit cinq tombeaux gaulois; tout récemment encore, un
cheval, en traînant la charrue, s'enfonça subitement dans une excavation
ouverte sous ses pieds, c'était un ancien tombeau. Un homme d'esprit et
de goût, qui a le bonheur de posséder une propriété dans ce beau pays,
ordonna immédiatement des fouilles, que ses ouvriers viennent d'achever.
Nous avons vu, dans son salon de Paris, les curieuses antiquités dont
nous croyons devoir offrir à nos abonnés un dessin fidèle.

[Illustration: Urnes en terre rouge et noire, épée en fer et chaise en
bronze provenant d'un tombeau antique découvert à Hérouval.]

[Illustration: Bracelet de verroterie, boucles et bague en bronze
trouvés à Hérouval.]

On trouva successivement, à un mètre environ au-dessous du sol, neuf
sarcophages en pierre placés du levant au couchant; mais les pierres
brisées avaient laissé pénétrer les terres, qui se trouvaient mêlées aux
débris humains. Un seul tombeau était intact. On l'ouvrit. Il renfermait
deux crânes, qu'à leurs dimensions différentes, on reconnut aisément
pour le crâne d'un homme et celui d'une femme; des bracelets de
verroterie de diverses couleurs étaient mêlés aux ossements de la femme
à la hauteur des bras.

Près des ossements de l'homme se trouvaient une épée en fer, des
anneaux, de nombreux ornements en bronze antique, un style et des
boucles de même métal parfaitement travaillés.

Parmi ces anneaux, on en remarquait un d'une forme si gracieuse, qu'on
pourrait le prendre pour une bague moderne. Il est surmonté d'un chaton
creux, destiné sans doute à renfermer des cheveux, des parfums ou du
poison. Enfin ce tombeau contenait encore, dit le journal auquel nous
empruntons ces détails, un ornement de bronze, garni de petites pierres
qu'on croirait montées sur argent et ayant la forme des médaillons que
les femmes du dix-neuvième siècle portent au col ou des broches qui leur
servent à attacher leurs châles et leurs robes.

Cette sépulture était sans doute celle d'une femme gauloise et d'un
guerrier romain. Le crâne de l'homme paraissait fracturé par une
blessure. Il était entouré d' ornements en fer rongés par la rouille, et
dont on ne pourrait reconnaître aujourd'hui l'usage; puis, enfin, près
de ses ossements était placée une urne en terre rouge, ornée de légers
dessins en creux. Les tombeaux voisins renfermaient deux autres urnes en
terre bleue de formes assez élégantes. Une médaille de
Faustiana-Augusta, trouvée à quelques pas de là et très-bien conservée,
peut indiquer l'époque à laquelle ces sépultures appartiennent.



Rébus.

EXPLICATION DU DERNIER RÉBUS

La fantaisie a ses limites.
La beauté, en général, court après les hommes qu'elle croit d'honneur.

[Illustration: Nouveau rébus.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0065, 25 Mai 1844" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home