Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 0066, 1 Juin 1844
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0066, 1 Juin 1844" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'ILLUSTRATION,

JOURNAL UNIVERSEL,


[Illustration.]

        Nº 66. Vol. III--SAMEDI 1 JUIN 1844.
        Bureaux, Rue de Seine 33.

        Ab. pour Paris.--3 mois, 8 f.--6 mois, 16 f.--Un an, 30 f.
        Prix chaque Nº 75 c.--La collection mensuelle br., 2 f. 75 c.

        Ab. pour les Dép--3 mois, 9 f.--6 mois, 17 f.--Un an, 32 f.
        Pour l'Étranger         --    10            --    20          --    40



SOMMAIRE.

Jacques Laffitte. _Portrait de Jacques Laffitte; Obsèques de Jacques
Laffitte._--Histoire de le Semaine.--Exposition des produits de
l'Industrie (6e article). Agriculture. _Machine à faucher de M. Gargan;
Charrue de M. Le Bachelle; Crible à plan incliné, Hache-Paille et
Concasseur, par Quentin-Durand_.--Chronique musicale. Antigone et les
Chanteurs espagnols. _Duo de Casta diva_, par M. Ojéda et mademoiselle
Masson; _Duel de deux fanfarons andalous; Scène de Contrebandiers.
Dernière scène d'Antigone; six costumes_.--Le dernier des Commis
Voyageurs, roman par M. XXX. Chap. X. L'ancien et le moderne. Chap. XI.
A Lyon.--Les Sales d'asile (2e article). _Entrée des enfants dans la
salle d'asile Cochin; la Prière; la Lecture; Vue générale intérieure: le
Jury._--Académie des Sciences. Compte rendu. Sciences
médicales.--Courrier de Paris.--Théâtres. Théâtre-Français: Catherine
II, tragédie en cinq actes et en vers, de M. H. Romand. _Scène du 3e
acte; Médaillon de mademoiselle Rachel avec son fac-similé_. Palais
Royal. Le Troubadour omnibus. _Les douze arrondissements de
Paris._--Bulletin bibliographique.--Modes.--Amusement des Sciences. _Une
Gravure._--Rébus.



Jacques Laffitte.

Toutes ces gloires qui avaient éclaté à la voix de Napoléon, toutes ces
vertus civiques qu'avait appelées hors des rangs de la foule la grande
voix de notre révolution; généraux d'armée, grands citoyens, tous
meurent, tous s'en vont.

[Illustration: Jacques Laffitte]

Hier Paris entier, au nom de la France, rendait hommage à l'un des
enfants de la révolution de 1789, à l'un, des auteurs de la révolution
de 1830. En 1767, Bayonne avait enregistré la naissance du fils d'un
charpentier; Paris, hier, l'a suivi à sa dernière demeure après une vie
marquée par les travaux les plus assidus, par les faveurs, les revers et
les retours de la fortune, par les dignités les plus éminentes, par
l'amour le plus tendre pour le pays, par un entier dévouement à la
France dans les jours de gloire comme dans les jours malheureux, par la
bienfaisance envers toutes les infortunes, par la bienveillance même
envers ses ennemis.

Jacques Laffitte, dont nous n'avons point à retracer la vie, car elle
est écrite presque tout entière dans notre histoire, est du petit nombre
de ces hommes que les partis, alors même qu'ils se respectent assez peu
pour les calomnier, pour les outrager de leur vivant, sont forcés, par
un dernier reste de pudeur, d'honorer, de glorifier à leur mort. Nous
assistons à ce spectacle; nous n'avons donc point à le louer; ceux qui
le déchiraient hier encore se sont chargés aujourd'hui de son oraison
funèbre. Nous n'avons en quelque sorte qu'à le défendre contre leurs
éloges.

[Illustration: Convoi de Jacques Laffitte.]

Dès le matin, le tambour a retenti dans les rues de Paris, appelant aux
armes les citoyens commandés pour la cérémonie funèbre, et conduisant
aux abords de l'hôtel offert à M. Laffitte par une souscription
nationale, les troupes de la garnison qui devaient en occuper les abords
et former la haie du cortège. Le gouvernement, pour rendre hommage au
grand citoyen, n'avait pas voulu, sous le rapport des honneurs
militaires, qu'il fût considéré comme un simple légionnaire; il avait
voulu voir en lui l'ancien président du conseil des ministres, et, à ce
titre, qui permettait d'ailleurs de conjurer toute crainte de désordre,
le cortège militaire a été composé de six bataillons d'infanterie, de
deux escadrons de cavalerie, d'une batterie d'artillerie, sous les
ordres d'un maréchal de camp, d'un bataillon et d'un escadron de la
garde municipale à cheval.

Bientôt après, les salons de l'hôtel, son jardin, sa cour, se sont
trouvés remplis par le concours des députés, des pairs de France, des
notabilités de la science, de la littérature, des arts, de la finance et
de l'industrie. Trois membres du cabinet, M. le maréchal président du
conseil, et MM. les ministres du commerce et des finances, s'y étaient
rendus. Des étrangers de distinction étaient aussi présents.

A midi et demi, le cortège s'est mis en marche. Le cercueil avait été
déposé sur un char funèbre traîné par quatre chevaux, derrière lequel on
portait la croix de simple membre de la Légion d'honneur et la croix de
Juillet, seules décorations du défunt. Les cordons du poète étaient
tenus par MM. Sauzet, Odilon Barrot, d'Argout, Lebaudy, l'un des chers
de la maison J. Laffitte et Cie, MM. Dupin aîné, Arago, Thiers et
Béranger marchaient derrière le char. Les députés, une députation de la
ville de Rouen, dont M Laffitte était représentant, des groupes nombreux
de gardes nationaux sans armes, appartenant à la ville de Paris et à la
banlieue, des citoyens de toutes les classes, des députations des
écoles, une députation d'ouvriers du chemin de fer de Rouen avec une
bannière, une autre d'ouvriers imprimeurs; tout cela marchait un peu
confusément d'abord, mais se rangeait ensuite.--Trois voitures de la
cour, qui avaient amené des aides de camp du roi et de la reine,
suivaient; une voiture en grand deuil était désignée comme appartenant à
madame la duchesse d'Orléans.

Le cortège a suivi la rue Laffitte, le boulevard, la rue de la Paix, la
place Vendôme, en passant à droite de la colonne, et la rue.
Saint-Honoré, jusqu'à l'église Saint-Roch. L'entrée dans l'église n'a
pas eu lieu sans quelque confusion, tant la foule était considérable;
mais dans l'église, le service a été célébré au milieu du plus grand
recueillement. La nef était tendue de noir; à la croisée de l'église
s'élevait une riche estrade surmontée d'un baldaquin à huit pans d'où
descendaient quatre longs rideaux en velours noir doublés d'hermine; des
étoiles d'argent et le chiffre du défunt formaient les seuls ornements;
des feux funèbres brûlaient aux angles du catafalque. La messe a été
chantée, avec accompagnement d'orgue, par les chantres ordinaires de
Saint-Roch; les solos ont été exécutés par M. Alexis Dupont, avec un
accent qui a vivement impressionné les assistants.

Il était une heure et demie quand on est entré à l'église; sorti à deux
heures et demie, le cortège s'est reformé aussitôt dans le même ordre.
MM. Odilon Barron, Sauzet et d'Argout s'étaient retirés, et les cordons
du poèle étaient tenus par MM. Thiers, Dupin aîné, Arago et Béranger.

Le cortège, qui grossissait à chaque rue, de la foule qui attendait sur
son passage, a suivi la rue Saint-Honoré, la rue Richelieu et les
boulevards; il a fait le tour de la colonne de Juillet, et s'est rendu
au cimetière du Père-Lachaise par la rue de la Roquette. Sur toute la
ligne immense qu'il a parcourue, les trottoirs des rues, les
contre-allées des boulevards étaient encombrés; pas une croisée n'était
vide; les toits des maisons, les arbres des boulevards étaient couverts
de spectateurs.

Il était plus de cinq heures lorsque la tête du cortège est arrivée au
cimetière, où des mesures avaient été prises pour le maintien du bon
ordre. Le caveau destiné aux membres de la famille Laffitte est placé au
bout d'une petite avenue, voisine du rond-point au milieu duquel s'élève
le monument de Casimir Périer. On a pensé que ce lieu ouvert
conviendrait, mieux pour prononcer les discours, et à l'arrivée du char
funèbre, le cercueil a été descendu et placé sur une estrade préparée à
la hâte. Un cercle s'est formé, et après les salves exécutées par
l'artillerie et l'infanterie, le silence s'étant établi, M. Pierre
Laffitte a prononcé un discours que son émotion a souvent interrompu.
«C'est le plus ancien ami de Jacques Laffitte, c'est son frère, a-t-il
dit, qui prend la parole devant vous.» La voix altérée de M. Pierre
Laffitte a permis à peine aux personnes les plus rapprochées de saisir
quelques mots; des marques de sympathie ont accueilli ce témoignage
d'affection fraternelle.

M. Arago a pris ensuite la parole. Il a raconté la vie de M. Laffitte,
en y rattachant un tableau des temps qu'il avait traversés. Des marques
d'une chaleureuse sympathie ont accueilli le passage où il a montré M.
Laffitte sollicité de toutes parts pour le choix d'un gendre, allant
chercher le fils d'un des hommes qui avaient illustré la France dans ses
grandes luttes, et qui était tombé victime des réactions. L'orateur a
aussi semé son discours de quelques anecdotes touchantes.

D'autres discours ont été prononcés par MM. Visinet (de Rouen) et
Garnier-Pagès. Enfin M. Dupin aîné a dit un adieu touchant à cette tombe
dont on s'est ensuite éloigné.

A la sortie du cimetière, une ovation qu'on a voulu décerner à Béranger,
en dételant les chevaux de la voiture dans laquelle il venait de monter,
a fait craindre un moment une collision. Mais l'intervention de la force
armée, et plus encore les exhortations de ce fidèle ami de Laffitte, ont
fait comprendre aux jeunes gens qui s'étaient avancés qu'ils lui
devaient de le laisser tout entier à son deuil, et de se retirer comme
lui en silence.



Histoire de la semaine.

La loi sur l'enseignement secondaire a été votée par la chambre des
pairs; 85 boules blanches ont donné une majorité à cette loi; 51 boules
noires ont protesté contre son admission. Ce dernier chiffre est bien
élevé sans doute, pour un chiffre d'opposition au Luxembourg; mais, il
en faut convenir, il le paraît bien plus encore quand on songe que la
même urne a vu se réunir et se confondre les boules blanches de M.
Villemain et de M. de Montalembert, de M. Barthélémy et de M. de
Montalivet. Lorsqu'une coalition de ce genre éveille des craintes et des
manifestations aussi nombreuses dans une assemblée où les opinions sont
bien calmes et les passions habituellement bien éteintes, que de boules
noires ne doit-elle pas rencontrer dans un pays où, il ne faut pas se le
dissimuler, les fils des croisés ne sont pas en majorité. Nous sommes
donc, plus que jamais, portés à croire, et nous nous pensons autorisés à
dire que, pour avoir été très-pénible et très-long, le débat n'en sera
pas moins stérile: et que si, pour la forme, on croit devoir porter au
palais Bourbon, dans le courant de cette session, le projet adopté, on
ne se souciera pas de le faire arriver à l'état de rapport ni cette
année, ni aucune autre année de la législature.

La chambre des députés a entendu développer, samedi dernier, la
proposition relative aux conditions de cens que quelques conservateurs
désirent de voir imposer à la faculté de translation du domicile
politique. Cette proposition a été prise en considération, en quelque
sorte à l'unanimité; mais des motifs bien différents ont déterminé ce
vote uniforme. Pour les uns, c'était un moyen de jouir en paix, dans
leur arrondissement, de la majorité qu'ils sont arrivés à s'y créer, et
de ne pas avoir à redouter que des déplacements d'électeurs, que des
mutations d'inscription viennent créer des chances à un rival. Pour les
autres, cette proposition, qui restreint sans profit et sans
compensation la liberté de l'électeur, tout inadmissible qu'elle est,
offre toutefois un avantage, celui de fournir l'occasion de remettre en
question notre législation électorale, que les amis politiques des
auteurs de cette motion déclaraient, il y a peu de mois, une arche
sainte qu'il fallait conserver intacte. Il y a donc eu calcul des deux
côtés; il est probable que le bon ne sera pas, en définitive, celui des
nombreux parrains de la proposition. Quant à ses adversaires, le démenti
que le parti conservateur vient de se donner est une bonne fortune, dont
l'effet moral pourra leur profiter un peu plus tôt, un peu plus tard.

Lundi s'est engagé, dans la même enceinte, un de ces débats solennels
qui marquent d'ordinaire les premiers temps d'une session, mais que l'on
voit rarement captiver encore l'attention d'une chambre réunie depuis
six mois. La gravité de quelques questions étrangères; l'enchaînement
fatal des concessions faites, sans compensation aucune, à l'Angleterre
par le cabinet actuel, dans la question de la Nouvelle-Zélande, dans
celle de Taïti et à l'occasion des rapports à établir avec la Chine,
tout cela, le souvenir de l'effet produit par la brochure de M. le
prince de Joinville, et le talent de M. Berrier, qui a posé le débat,
lui ont donné d'abord une importance et concourront à lui valoir un
retentissement qui ne le cédera en rien à ceux des plus grands jours
oratoires du commencement de la même session. Mais après une réponse de
M. Guizot et une réplique de M. Billault, qui avaient maintenu la
discussion à cette même hauteur, après quelques mots fort graves de il.
Lanjuinais, qui tendaient à prouver que l'art de grouper les chiffres
n'est employé dans le budget de la marine que pour persuader à tort au
pays que le développement nécessaire est donné au matériel de ce
département; après ce premier combat, qui avait rempli deux séances, M.
Thiers est monté mercredi à la tribune. Son discours a roulé en entier
sur les affaires de Montevideo. Jamais cet homme d'État n'avait su mieux
captiver l'attention de la Chambre, n'avait rendu plus claire la
proposition qu'il avait à développer, et mieux fait suivre à son
auditoire la série de faits et de mesures sur lesquels il se fondait
pour condamner le ministère. Il a rappelé que les nationaux que nous
comptons sur les bords de la Plata, et dont M. le ministre de la marine
avait dit la veille une poignée de Français, étaient au nombre de quinze
à dix-huit mille; que presque tous ceux qui se trouvaient en état de
porter les armes les y avaient prises à l'instigation du gouvernement
français, pour faire une diversion contre Rosas, auquel nous avions
alors satisfaction à demander. Il a montré que si cette légion étrangère
ne s'était pas dissoute après le traité que nous avions signé, c'est que
nous avions laissé Rosas violer immédiatement ce traité, attaquer
l'indépendance de Montevideo, égorger des Français sur la rive orientale
de la Plata, et tenir assiégée depuis quinze mois entiers la ville où se
trouvent réunis nos compatriotes, leurs familles et tous leurs intérêts.
Il a montré nos premiers agents diplomatiques français, ceux qui avaient
été le plus à même de suivre et d'apprécier les faits, désavoués par le
cabinet et remplacés par d'autres agents dont les premiers actes ont été
de déclarer dénationalisés ceux qu'il était de leur devoir de défendre,
et de rompre avec l'État dont nous avions stipulé l'indépendance, pour
se mettre à la suite de l'homme qui s'était fait un jeu de nos
stipulations et de la vie des nôtres. Il a demandé la médiation entre
Montevideo et Buenos-Ayres, ou de concert avec l'Angleterre, ou sans
elle si elle refuse de s'en mêler. Il a demandé enfin que le blocus fût
levé et interdit à Rosas comme violateur des engagements pris avec nous.
M. le ministre des affaires étrangères, qui ne pouvait se dissimuler
l'effet produit sur la Chambre par cet exposé accusateur, a demandé,
pour pouvoir y répondre, que la parole lui fût accordée le lendemain;
mais sur l'observation faite par M. Thiers que le lendemain, lui, qui
sans doute aurait à répliquer au ministre, serait éloigné de la Chambre
par des devoirs que plus que personne il avait à remplir; sur la motion
faite par M. Odilon Barrot de faire trêve un jour à tous débats
politiques pour se réunir dans un seul et même sentiment, et rendre tous
ensemble un hommage funèbre à l'un des principaux fondateurs de notre
liberté, la discussion a été ajournée au vendredi. Au moment où nous
mettons sous presse, M. Guizot vient de rengager le débat. Force nous
est donc de renvoyer à notre bulletin prochain l'analyse du complément
de cette discussion si grave.

Nous avons dit les dangers qu'avait courus, les difficultés que n'avait
pas su conjurer le chef d'expédition de la province de Constantine. M.
le gouverneur général, qui en a entrepris une de son côté contre les
Kabyles de l'est obéissant encore à Ben-Salem, a, le 12, rencontré un
rassemblement de 8 à 10,000 Kabyles, aux environs de Delhys, qui a été
défait par cinq bataillons faisant partie de la colonne expéditionnaire
et par 600 chevaux arabes, soutenus par 80 chevaux de notre cavalerie.
La perte des Kabyles, dans cette première affaire, a été évaluée à 300
ou 350 hommes. Elle ne nous a coûté que 3 hommes tués et environ 20
blessés.--Le 17, la même colonne a eu un nouvel et sérieux engagement.
L'ennemi a laissé encore 3 à 400 hommes sur le terrain; mais, dans cette
journée, nous avons eu à déplorer la mort de 40 des nôtres, dont
l'officier de zouaves, et nous avons compté 60 blessés dans nos rangs.

Nous avons donné la première nouvelle du soulèvement du Valais. En une
semaine, ce canton a été remué de fond en comble par des événements fort
graves, dont le mouvement se fera sentir plus loin. L'insurrection
véritable, qui était une réaction bien calculée, est partie du sein même
du grand conseil; et, avec l'appui du conseil d'État, elle a soumis par
la force des armes le parti qui lui résistait. Ce parti, appelé la Jeune
Suisse, avait fait, en 1840, une révolution, un mouvement victorieux
qui, en changeant l'injuste disposition par laquelle le Haut-Valais
était maître du Bas-Valais, plaça ses hommes de talent à la tête des
affaires. Profitant de la circonstance favorable d'un vorort catholique,
le Haut-Valais organisa un coup de main pour rétablir cet ancien état de
choses, puis réclama une intervention, que les cantons de Vaud et de
Berne refusèrent au vorort, se fondant sur leur manière de comprendre le
pacte qui ne donne pas au canton-directeur, mais à la diète seulement,
une telle initiative dans les affaires cantonales. Au même instant, la
levée en ruasse de la Vieille Suisse se fit, aidée par les milices
régulières du gouvernement. Tout était préparé pour cela. Les compagnies
du Bas-Valais, qui se portaient sur Sion, se laissèrent prévenir, et
l'arsenal fut livré à leurs adversaires. Ceux-ci, d'ailleurs, trouvaient
des auxiliaires sur le territoire, même de leurs ennemis. Plusieurs des
vallées transversales du Bas-Valais et leurs montagnards appartenaient à
la Vieille Suisse et surtout au clergé. Ce sont ces paysans qui, postés
derrière les colonnes _Jeunes Suisses_ en marche sur Sion, leur ont
coupé la retraite lorsqu'elles se repliaient devant les Hauts-Valaisans,
ont intercepté leurs communications avec Saint-Maurice, et les ont
forcées à se dissoudre en les mettant entre deux feux. Il y a eu un
combat acharné au passage d'un torrent nommé le Trient. Les vaincus ont
dû se sauver à travers le Rhône et les montagnes, avec mille périls. Ils
se sont réfugiés dans le canton de Vaud, qui avait déjà donné asile à
leurs familles effrayées. Les populations vaudoises, fort agitées,
voulaient se mêler à la lutte et secourir leurs voisins. On a eu
beaucoup de peine à dompter l'élan général. Mais des troupes ont été
placées sur la Frontière, et le conseil d'État du canton de Vaud a
envoyé en Valais l'un de ses membres avec une mission conciliatrice. Il
s'agit maintenant de protéger le sort des vaincus dans leurs personnes
et dans leurs biens; car leur cause politique est perdue pour le moment,
et leur position, leur précédente conquête, anéantie. Le Haut-Valais a
des troupes dans tout le pays. Il est de nouveau le maître. Comment
usera-t-il de cette grande victoire, qui en est une aussi, dans toute la
Suisse, pour le parti catholique et pour le parti conservateur? C'est la
question grave qui reste à résoudre.

Oscar 1er, roi de Suède, de Norvège, des Goths et des Vandales, vient de
rendre une ordonnance beaucoup moins ridicule que ce préambule: il a
révoqué le décret du 10 décembre 1812, qui, à la suite des événements de
1809 et 1810, interdit toute communication avec la famille de
Gustave-Adolphe, à laquelle la couronne venait d'être retirée. Cette
ordonnance est motivée sur la confiance que le nouveau roi a dans
l'attachement de la nation pour lui et pour sa dynastie, et sur la
conscience de la pureté de ses intentions propres. C'est là une noble
action et un bon exemple.

Si l'attention s'est portée depuis quelques années sur l'Inde anglaise,
sur les expéditions militaires qui y ont été faites et sur les
gouverneurs généraux qui ont été plus ou moins brusquement appelés à
régner à Calcutta, ce qui se passe dans la partie de l'Inde qui confine
la Perse ne mérite pas moins qu'on l'observe. La Russie, qui, en 1837,
n'avait pu, en prêtant à la Perse, sa vassale, ses officiers et ses
armes, lui conquérir la place de Hérat, était depuis arrivée sans bruit
au même but par d'autres moyens. Yar Mohamed, qui, en 1841, à la mort du
shah Kamzan, s'était emparé de Hérat, a aussitôt reconnu solennellement
la suzeraineté de la Perse. Voilà donc à quoi devait aboutir la
courageuse défense de sir Potinger. Mais ce n'est pas tout: un envoyé'
d'Yar Mohamed, le nouveau khan de Hérat, s'est présenté le 24 décembre
1843 à Caboul, où il a négocié et conclu le mariage de la fille de son
maître avec le fils de Dost-Mohamed, le vainqueur des Anglais. Il se
forme ainsi solennellement une alliance appuyée par la Russie, dans le
but de réunir toute l'Inde centrale contre les oppresseurs de l'Inde
orientale.

Si le résultat, si même les détails bien exacts des événements d'Haïti
ne nous sont pas encore connus, nous savons un peu mieux les causes qui
ont servi de prétexte à cette crise. Une lutte très-vive entre
l'Assemblée et les ministres, des reproches d'inconstitutionnalité
adressés à ceux-ci, une tentative de leur part pour se débarrasser de la
censure des représentants, une répartition de la représentation trouvée
inégale par certaines parties de l'île, notamment par la partie
espagnole; l'ambition de la part de Santo-Domingo, à raison de son
ancienne illustration, d'être la capitale et le siège du gouvernement,
ont été autant de causes qui ont concouru à amener les événements qui
ensanglantent encore la république haïtienne. Le mouvement des Cayes,
qui s'est propagé jusqu'à Jérémie, a institué un nouveau pouvoir qui se
place sous l'égide de la constitution et en réclame toutes les garanties
contre le gouvernement de Port-au-Prince et son président le général
Hérard, qui combat en ce moment l'insurrection dans la partie espagnole,
et n'a pas succombé, comme en avait couru le bruit, au milieu de tant de
bruits contradictoires.

Un nouveau complot de nègres pour arriver à la liberté vient d'éclater à
la Havane. Les journaux de Londres ont publié des correspondances de
Cuba annonçant que quarante-cinq ou cinquante Anglais avaient été
arrêtés par ordre du gouvernement, jugés et exécutés, comme compromis
dans cette affaire, que trois cents autres étaient en ce moment détenus,
attendant leur jugement, et n'ayant que trop lieu de craindre le sort de
leurs malheureux compatriotes. Les nouvelles reçues au Havre
contredisent les exécutions annoncées. Quant aux détentions, elles
paraissent plus vraisemblables; mais on peut douter de l'exactitude du
chiffre. Du reste, le gouvernement espagnol doit être éclairé sur les
velléités de l'Angleterre pour la possession de l'île de Cuba, par le
rôle que jouent les agents de la Grande-Bretagne dans cette colonie, et
par ces récits exagérés à dessein pour se créer d'apparents griefs. Que
le cabinet de Madrid prépare donc lui-même l'affranchissement, s'il veut
déjouer sûrement toutes ces menées.

Le ministère portugais vient d'être modifié. M. Costa Cabral en fait
toujours partie; mais il a choisi de nouveaux collègues, tous pris dans
le parti absolutiste prononcé. Là encore la liberté ne pourra renaître
que des excès du pouvoir.

La chambre des députés nous promet encore deux séances qui offriront
tout le piquant des questions personnelles. M. Charles Laffitte vient
d'être réélu à Louviers pour la quatrième fois, et pour la quatrième
fois il va falloir se prononcer sur la validité de l'élection. Les faits
et la position étant demeurés les mêmes depuis la dernière annulation,
on annonce que la proposition sera faite de voter sans
Discussion.--L'autre débat sera relatif à M. Jourdan, préfet de la
Corse, que la cour royale de Bastia avait renvoyé devant la Chambre
d'accusation pour des actes d'administration incriminés. Le conseil
d'État a refusé de donner l'autorisation nécessaire pour la poursuite
d'un fonctionnaire public. Ces actes sont aujourd'hui dénoncés à la
Chambre par deux pétitions. Une Commission, qui a examiné l'une d'elles,
conclut à l'ordre du jour; l'autre conclut au renvoi au ministre. La
chambre va avoir à se prononcer entre ces deux conclusions
contradictoires.

Un sinistre accident est arrivé mardi soir près de Gentilly, à la porte
de Paris. Des ouvriers étaient occupés dans une carrière en exploitation
aux environs, quand tout d'un coup, vers la fin de la journée, un
éboulement considérable eut lieu et ensevelit ou coupa la retraite à
sept d'entre eux. Ceux qui avaient pu se sauver coururent aussitôt
avertir les autorités de la commune, qui se rendirent sur les lieux du
sinistre, accompagnées d'un grand nombre de travailleurs, et l'on se mit
immédiatement en mesure de faire les fouilles nécessaires pour arriver à
la découverte des sept hommes qui avaient disparu. Après trente-six
heures de travail, on a entendu la voix des malheureux ensevelis. On put
leur faire passer du pain et de l'eau-de-vie. Bientôt après ils étaient
rendus à leurs familles. Mais par une fatalité cruelle, alors qu'on
arrachait à la mort ces sept hommes qu'on pouvait regarder comme perdus,
on a eu à déplorer la perte d'un de leurs libérateurs, victime d'un
éboulement partiel.



Exposition des Produits de l'Industrie.

(5e article.--Voir t. III, p. 49, 133, 164 et 180.)

AGRICULTURE.

_Labourage et pâturage sont les deux mamelles de l'État._ Nous avons
rapporté, dans un de nos précédents articles, cette maxime du grand
ministre d'Henri IV, maxime qui servait de point de départ à toute sa
science économique, axiome duquel il a fait découler, comme corollaire,
la protection éclairée dont il entoura l'agriculture. Ne devons-nous pas
aujourd'hui inscrire en tête de ce que nous avons à dire de la science
agricole, cette maxime trop oubliée de nos jours, et rappeler à nos
gouvernants qu'il ne suffit pas, pour présider aux destinées d'une
grande nation, d'encourager le commerce et l'industrie, mais que c'est
surtout l'agriculture qu'ils doivent mettre en honneur, le territoire de
la France dont il faut améliorer et augmenter la production; car c'est
derrière la charrue que l'État a, de tout temps, trouvé ses défenseurs,
et le pays ses approvisionnements. Depuis quelques années, disons-le, on
semble entrer dans la voie des encouragements: les améliorations
agricoles attirent l'attention publique; mais qu'il y a encore loin de
là à la véritable science, à la saine exploitation du sol! Pour une
ferme remarquable, combien de milliers d'hectares présentent un
spectacle déplorable; pour une exploitation intelligente, combien de
méthodes routinières, combien de forces perdues, gaspillées!
L'imagination recule à se rendre compte de cette immense activité
dépensée en pure perte, de ces essais aveugles ou infructueux, parce que
la science fait défaut!

N'est-ce pas encore aujourd'hui le cas de dire avec Olivier de Serres et
dans son langage naïf: «_On laisse le cultivement de la terre à de
pauvres ignares, d'où vient qu'elle est si souvent adultérée._» Oui, il
est temps que l'agriculture soit estimée ce qu'elle vaut, et qu'elle
compte pour quelque chose dans les intérêts et les destinées du pays.
Elle est loin de nous, il est vrai, l'époque où, dans le royaume de
France, la libre circulation des grains était interdite, et où Paris
pouvait mourir de faim sans que le Limousin pût venir à son secours et
le faire participer à son abondance. Aujourd'hui, il n'y a plus de
barrières de douanes, mais il y a encore ignorance, et c'est surtout
l'ignorance qu'il faut combattre; quoi de plus affligeant, en effet, que
de voir une source aussi immense de richesses nationales périr entre les
mains qui devraient les faire valoir! La superficie de la France est de
52,700,279 hectares, consacrés, dans les proportions suivantes, aux
divers genres de culture:

        Terres labourables                       25 559 152 hectares.
        Prés                                              1 831 621
        Vergers, jardins                                643 698
        Cultures diverses                              951 934
        Landes, pâtis, bruyères                  7 799 672
        Étangs, mares, canaux d'irrigation.     209 431
        Bois                                              7 122 315
        Vignes                                           2 134 822
        Forêts                                           1 209 133

Total des superficies imposables. 50 765 078 hectares.

Ce tableau fait comprendre l'intérêt de premier ordre qu'il y a à
améliorer la culture des terres labourables; leur superficie, qui s'est
légèrement accrue par le défrichement des terres incultes et des bois,
doit suffire à la nourriture d'une population qui va sans cesse en
augmentant. Nous devons dire du reste que les progrès de l'agriculture,
quoique lents, ont permis déjà de subvenir avec la même quantité de
terres en culture, aux besoins de trente-quatre millions d'habitants, là
où il y a un demi-siècle vingt-cinq millions d'individus vivaient
misérablement. A quoi donc a tenu ce progrès? Nous n'hésitons pas à dire
que c'est à la division des propriétés, qui a fait qu'il y a eu un
intérêt attaché à chaque parcelle de terre, et un intérêt d'autant plus
vivace, que le propriétaire n'a souvent pas d'autre moyen d'existence.
Nous savons que beaucoup d'économistes, et surtout les économistes
anglais, se sont élevés avec force contre ce morcellement indéfini des
terres. Nous savons qu'un réformateur moderne, frappé des inconvénients
que présente en réalité la culture morcelée, a proposé de vastes
associations agricoles, où chacun conserve son intérêt propre, tout en
concourant au bien-être de tous. Nous sommes loin de regarder la division
extrême des terres comme exemple d'inconvénients, et nous serons les
premiers à appeler sur ce point de sages réformes. Mais nous disons que
le premier résultat de la propriété est d'attacher l'homme au pays, de
faire qu'il ne passe plus indifférent au milieu de ses semblables, car
il peut se dire avec orgueil qu'il n'est point un membre inutile de la
grande famille, que lui aussi il travaille _pro aris et focis_; et ce
sentiment de dignité qui l'ennoblit à ses propres yeux le moralise et le
rend ami de l'ordre et du progrès. Quant à la culture en commun, sans
pousser le système jusqu'à la création d'un phalanstère, nous dirons
qu'il existe en France une localité où les habitants ont mis en commun
tout ce qu'ils pouvaient mettre sans renoncer à leur propriété, à leur
individualité. Leur territoire, considéré comme appartenant à un seul, a
été couvert d'un réseau de routes si admirablement tracées, que chacun
peut arriver à son champ directement. Au moyen d'un fonds commun, ces
chemins sont toujours entretenus en parfait état de viabilité. Cette
localité, c'est celle que M. de Dombasle a illustrée, c'est Roville, et
c'est une des plus riches de France.

Les efforts d'hommes instruits et dévoués pour populariser la science
agricole n'ont cependant pas été tout à fait infructueux, nous serions
injustes de ne pas le reconnaître; un fait seul suffira d'ailleurs pour
le prouver. Dans les temps où la plus aveugle routine condamnait les
terres à rester en jachères ou à se reposer, comme on disait alors, une
année mauvaise amenait une famine et des décès multipliés. Maintenant
que le système des assolements est mieux entendu, qu'on a multiplié les
prairies artificielles, introduit dans la culture les plantes pivotantes
propres à la nourriture des bestiaux, cultivé en quantité la pomme de
terre et la betterave, on offre à l'homme et aux animaux une nourriture
plus variée, produite par des plantes que ne peuvent pas frapper à la
fois de stérilité les mêmes intempéries des saisons, et des lors les
grandes famines sont presque impossibles. Ainsi les disettes de 1789 et
1793 sont moins redoutables que celles de 1812 et 1817, et ces disettes
ne sont plus que des chertés en 1830 et 1831.

Que faut-il donc à l'agriculture pour progresser? Il lui faut encore,
nous devons le dire, bien des choses, dont nous allons indiquer
quelques-unes en passant. D'abord le crédit foncier. Une des plaies de
l'agriculture en France est le système hypothécaire: beaucoup de bons
esprits se sont préoccupés de cette grave question, et se sont apitoyés
sur le sort des infortunés cultivateurs rongés par les dettes
hypothécaires: on a proposé, pour remédier à ce mal, un grand nombre de
remèdes qu'il n'entre pas dans notre cadre de développer en ce moment.

Ensuite l'instruction pratique. Une des améliorations le plus vivement
réclamées est la création de _fermes-modèles_ dans tous les grands
centres agricoles du royaume, où viendraient se former des jeunes gens
qui, recevant là une instruction spéciale, substitueraient avec
discernement les nouvelles méthodes à la routine. La France peut devenir
le grenier de l'Europe; mais il faut que l'agriculture y soit honorée et
appuyée, que les encouragements et les récompenses aillent chercher
l'homme qui laboure lui-même son champ, aussi bien que le riche
agriculteur qui améliore sur une grande échelle.

Une réforme à faire marcher de front avec celle du système hypothécaire
est l'abolition de l'impôt du sel appliqué aux besoins agricoles C'est
la une des graves questions où se trouve engagé l'avenir de
l'agriculture. En effet, qui ne sait l'influence du sel sur la graisse
des bestiaux? Là où la mer a pris soin, en se retirant, de laisser du
limon salin, se trouvent les prés les plus beaux et les plus fameux
bestiaux de France. Cette reforme se réalisera tôt ou tard, car
l'agriculteur, l'économiste et le consommateur la réclament également.

Enfin, ce qui manque encore à l'agriculture, ce sont de bons instruments
pour la culture et les récoltes. Nous avons à examiner aujourd'hui si
les machines présentées à l'exposition cette année ont fait faire un
grand pas à la science pratique qui occupe aujourd'hui tant de bras en
France.

Commençons par signaler l'absence de l'homme qui a le plus fait pour
l'agriculture, d'un homme que la mort a enlevé il y a peu de mois, et
qui, à toutes les expositions précédentes, tenait le premier rang parmi
ceux qui s'occupent de la science agricole. M. de Dombasle avait établi
à Roville une fabrique d'instruments aratoires perfectionnés, et on y
venait de loin; et même des pays étrangers, entendre le bienveillant et
savant cultivateur, admirer ses créations et acheter ses instruments. Il
n'avait pas laissé une seule partie de l'agriculture en arrière: tout,
depuis la charrue qui ouvre le sillon où le blé doit germer jusqu'au
moulin qui doit le réduire en farine, depuis la plantation de la
betterave jusqu'à sa transformation en sucre, avait été l'objet de ses
études et de ses heureuses combinaisons. Il est mort; mais, après lui,
de nombreux élèves conservent ses traditions, et améliorent dans tous
les pays du monde la culture et le sort des cultivateurs.

Ce que nous avons remarqué en grande quantité à l'exposition, ce sont
des charrues: chaque contrée veut avoir la sienne, chaque cultivateur
qui réfléchit et raisonne fait son invention; mais, nous devons le dire,
bien peu nous ont paru avoir atteint le but, qui est d'ouvrir un sillon
bien égal et bien droit, et du diminuer le travail de l'homme et des
animaux employés à manoeuvrer la charrue. Quoique toutes les charrues ne
soient pas également propres à être employées dans les mêmes
circonstances, en raison de la diversité des terrains, il y a cependant
des conditions générales auxquelles toutes doivent satisfaire. Une des
plus perfectionnées, celle qui a fixé l'attention publique et attiré à
son auteur, simple garçon de ferme, les encouragements et les
récompenses, est la charrue Grangé; nous voudrions qu'il nous fût permis
de donner à nos lecteurs une description succincte de cet ingénieux
instrument, et ils verraient, en le comparant à ceux exposés cette
année, que les combinaisons auxquelles se sont arrêtés les exposants ne
présentent pas, à beaucoup près, les mêmes avantages; mais notre cadre
ne comporte pas cette description.

Nous nous bornerons à décrire une charrue nommée par son auteur, M. Le
Bachelle, araire avec support. L'auteur a cherché à réunir les
conditions qui doivent avoir pour résultat la moindre résistance
possible, au moyen du mode de répartition du frottement et de la
pression exercée par la terre qu'ouvre le soc de la charrue. Cette
répartition consiste à faire participer au frottement, dans une égale
proportion, toutes les parties de l'instrument qui contribuent au
déplacement de la terre. En outre, et par la raison qu'il est impossible
d'exécuter convenablement tous les genres de labour avec la même
charrue, l'auteur a disposé la sienne de manière à pouvoir employer des
versoir» de différentes formes. Le mode de traction adopté pour cette
charrue est le même que pour l'araire, qui, comme on sait, est privé
d'avant-train: mais on peut à volonté y adapter un support, dans les cas
assez nombreux où l'araire a besoin d'être maintenu; ce qui fait
participer cet instrument aux avantages de l'araire et de la charrue
ordinaire. Ajoutons que pour juger une charrue, c'est à l'oeuvre qu'il
faut la voir, et pas seulement dans un concours, mais dans une
exploitation courante. Nous nous garderons donc bien de recommander
celle dont nous venons de parler plutôt que telle autre; nous avons
seulement voulu signaler quelques ingénieuses combinaisons qui nous ont
semblé la distinguer.

Quand la terre a été ouverte, il faut y répandre la semence; on connaît
le mode barbare généralement suivi dans les campagnes, qui consiste à
jeter la semaille à la main et à faire ensuite passer la herse sur les
endroits ainsi ensemencés. Par cette méthode, on a calculé qu'on perdait
environ les deux tiers de la semence; aussi ne doit-on pas être surpris
de voir un grand nombre de machines à semer à l'exposition; nous ne nous
arrêterons pas à les examiner. Le problème à résoudre est de déposer
avec mesure et une parfaite égalité la semence dans le sillon et à le
recouvrir immédiatement. Mais il faut que la force dépensée pour obtenir
cet effet ne présente pas une augmentation de prix sur le système actuel
avec semaille à la main et recouvrement par la herse.

Puis viennent dans l'ordre des saisons, les machines à faucher, à
moissonner, à battre le blé.

M. Lanu, avocat, a exposé une machine à moissonner, composée d'une paire
de grands ciseaux portée sur des roulettes: les deux branches des
ciseaux sont deux longues tiges de fer, terminées par une poignets, que
l'homme manoeuvre debout. De plus, sur les lames des ciseaux sont deux
petites tringles de fer, qui déterminent, comme il convient, le
renversement du blé coupé. Nous ignorons la valeur de cet instrument,
qu'il sera bon de voir fonctionner.

M. Gaigan a exposé un faucheur mécanique. C'est une brouette à trois
roues, deux grandes au milieu et une petite en avant. Autour de la
petite roue et à égale distance l'une de l'autre, il y a trois faux qui
tournent à la fois et sont placées aussi près de terre que l'on veut: le
mouvement est donné par la marche de la brouette. Pour cette machine,
comme pour la précédente, il faudrait assister à des essais. Cependant
nous avons entendu dire à de bons agriculteurs qu'ils n'ignoraient pas
que cette machine pût servir là où le foin est d'un prix élevé.

Quant aux machines à battre le blé, il y en a un grand nombre: nous nous
bornerons à citer celles de M. Boulet, de M. Mittelette, de M. Lagrange,
de M. Midy et de M. Mothes de Bordeaux; cette dernière paraît réunir les
suffrages des connaisseurs, parce que le blé y est battu en ligne
droite, au lieu de l'être en ligne courbe, ce qui permet de conserver la
paille autant que possible. Dans cette machine comme dans les autres, le
blé est attiré par des rouleaux adducteurs.

L'innovation importante est d'avoir une aire mobile, qui rapproche ou
éloigne la couche de blé à battre, suivant que cette couche est plus ou
moins épaisse.

Il nous reste à entretenir nos lecteurs des machines de M.
Quentin-Durand, qui a monté à Paris un atelier de machines agricoles
perfectionnées et d'un prix tellement modéré, quelles sont abordables au
plus pauvre agriculteur. Nous avons chois, pour en offrir les dessins à
nos lecteurs, trois des machines les plus intéressantes, ce sont le
hache-paille rotatif, le concasseur français et le crible à plan
incliné. Le hache-paille est d'invention anglaise, mais il a été
perfectionné et grandement amélioré par M. Quentin-Durand. Il a trois
lames cintrées en hélice, et montées sur un cylindre en fonte. Le
tranchant de ces lames passe et glisse obliquement sur une entretoise
horizontale et près de deux cylindres tournant en sens contraire, et
dont l'un est cannelé. Ces cylindres servent à amener la paille sous les
couteaux. Il y a un avantage bien reconnu dans l'agriculture, à hacher
la paille pour en nourrir les bestiaux, et notamment les moutons, qui la
mangent avec avidité dans cet état.

[Illustration: Charrue de M. Le Bachelle.]

[Illustration: Machine à faucher de M. Gargan.]

Le concasseur français diffère du concasseur anglais à cylindres
cannelés, en ce que les cylindres y sont remplacés par des cônes
cannelés en hélices et trempés; il est moins difficile à manoeuvrer, ne
peut se déranger par la maladresse de l'ouvrier, et les cannelures
trempées permettent de raviver plusieurs fois les arêtes des hélices. Ce
concasseur sert pour l'orge des brasseurs, l'avoine, et même pour la
féverole et le blé de Turquie.

[Illustration: Concasseur, par M. Quentin-Durand.]

[Illustration: Crible à plan incliné, par M. Quentin-Durand.]

Nous ne parlerons pas ici des diverses inventions relatives au nettoyage
du blé. Il y a un grand nombre de tarares qui produisent d'assez bons
effets, et M. Quentin-Durand en a exposé un qu'il intitule moulin
ventilateur cribleur, et dans lequel il a introduit de notables
perfectionnements. Mais nous donnons le dessin d'un nouveau crible à
plan incliné, qui se compose d'une trémie et de deux grilles
superposées: la première arrête les pierres et les ordures, qui se
réunissent, au moyen de deux baguettes inclinées, dans une blouse qui
les expulse; la seconde reçoit le blé, et laisse passer à travers ses
mailles très-fines la poussière; la trémie est soutenue par une échelle
en arc-boutant, qui permet à l'ouvrier de monter avec un sac ou un
panier, et de la remplir. Ce crible a été adopté pour les magasins des
régiments de cavalerie. Un ouvrier peut, au moyen de ce crible, nettoyer
vingt hectolitres de grain par heure.

[Illustration: Hache-Paille, par M. Quentin-Durand.]

Nous voudrions que des hommes comme M. Quentin-Durand, qui a consacré sa
vie à des améliorations économiques, fussent signalés à la
reconnaissance publique par les soins du gouvernement; et nous répétons,
en terminant, à ceux qui sont à la tête de l'administration de
l'agriculture, qu'il faut prodiguer les encouragements à la science
agricole, et qu'ils doivent se rappeler qu'une des grandes solennités de
l'empire chinois est le jour où l'empereur mène de sa main la charrue en
présence de toute sa cour.



Chronique musicale.

_Antigone_, tragédie de Sophocle, traduite en vers français, par MM.
Meurice et Vacquerie. Musique des choeurs par M.
Mendelssohn-Bartholdy.--Les Chanteurs espagnols.

_L'Illustration_ a déjà raconté par quelle série de vicissitudes a passé
cette oeuvre antique, et quelles épreuves il lui a fallu subir avant
d'arriver devant le public, un public français du dix-neuvième siècle!

L'entreprise était hardie, et plus d'un directeur aurait reculé à
l'aspect de tant de difficultés et de périls. Celui de l'Odéon s'est
obstiné. Grâces lui en soient rendues! Le brillant résultat qu'il a
obtenu prouve à quel point les préoccupations de l'intérêt matériel sont
encore loin d'avoir éteint parmi nous le goût des plaisirs de l'esprit,
le culte raisonné, sérieux, sincère de l'art.

[Illustration: Scènes espagnoles: M. Ojéda, mademoiselle Masson.]

Il eût été sans doute matériellement impossible de représenter cette
simple et noble tragédie d'Antigone comme on la représentait jadis dans
Athènes, et de reproduire le spectacle grec sans aucune modification.
Les théâtres anciens étaient des cirques immenses, où le peuple tout
entier venait s'asseoir. L'acteur se perdait au milieu de cet espace:
ses traits s'effaçaient dans l'éloignement, et tous ces mouvements de
physionomie, qui, chez nous, sont la source de si beaux effets, ne lui
étaient d'aucun secours. Il était obligé de se grandir, de s'exagérer en
tout, pour qu'il y eût moins de disproportion entre lui et les objets
qui l'environnaient, le cothurne l'exhaussait de plusieurs pouces; il
allongeait ses bras par des gantelets, il s'épaississait la taille, il
s'affublait d'un masque beaucoup plus grand que son visage, et dont la
bouche, toujours ouverte et revêtue de lames de métal, doublait la
sonorité naturelle de sa voix. En un mot, l'acteur antique n'était, en
réalité, qu'un grand mannequin dans lequel un homme s'enfermait pour lui
donner le mouvement et la parole.

L'usage, les moeurs, et la loi elle-même, défendaient aux femmes de
paraître en public sur un théâtre, et l'on peut facilement conclure de
ce qui précède que l'habit et la forme du masque devaient suffire pour
indiquer le sexe des personnages.

La déclamation des Grecs n'était point _parlée_, comme chez nous, mais
_chantée_: elle consistait en une suite d'intonations régulières, et se
développait au son de la lyre, qui en dirigeait les inflexions. C'était
une sorte de récitatif qui, d'ailleurs, devait différer essentiellement
du nôtre par sa marche et par son caractère. Nous savons seulement qu'il
était coupé quelquefois par des ritournelles instrumentales, comme notre
récitatif obligé.

[Illustration: Duel entre deux fanfarons andalous:--MM. Ojéda et
Cacérès.]

[Illustration: Scène de Contrebandiers espagnols.]

[Illustration: Dernière scène d'_Antigone_; Créon pleurant sur le corps
de Hémon, son fils.]

[Illustration: Costumes: Ismène, Mlle Vollet. Tirésias, M. Rouvière.
Eurydice, Mlle Dupont, Créon, M. Bocage. Antigone, Mlle Bourbier. Hémon,
M. Milen.]

Quant à leur chant proprement dit, on ne peut s'en faire aujourd'hui
qu'une idée approximative en écoutant certains chants religieux dont
l'origine remonte aux premiers temps de l'Église. Mais qui oserait
soutenir que le cours de dix-huit siècles, les révolutions politiques,
l'invasion des races septentrionales et la longue barbarie du moyen âge
ne les ont pas profondément altérés?

Il fallait donc prendre un parti, et ne tenter que ce qui était
possible. C'est ce qu'a fait l'administration de l'Odéon avec beaucoup
de tact et d'intelligence.

La décoration, réduite aux proportions de la scène moderne, reproduit en
petit la décoration antique. Au fond, le palais du roi thébain; à droite
et à gauche, deux entrées qui s'ouvrent l'une vers la ville, et l'autre
vers la campagne. Sur le devant, l'avant-scène, plus basse que la scène
de quelques pieds, et destinée aux évolutions du choeur. Au milieu de
l'avant-scène, l'autel de Bacchus, en l'honneur duquel ces solennités
étaient célébrées. Puis un double escalier qui réunit la scène et
l'avant-scène.

Les costumes ne sont pas moins exacts que la disposition du théâtre. Ils
ont été dessinés par M. L. Boulanger, d'après les modèles antiques qu'on
a eu lieu d'estimer les plus fidèles.

La traduction suit l'original pas à pas, phrase pour phrase, souvent
même vers pour vers. Elle ne se borne pas à rendre le sens du poète
grec: elle reproduit jusqu'à un certain point la couleur de son style,
la nature de ses images, la forme et l'allure de ses périodes, l'élan de
ses mouvements passionnés Le travail qu'avaient entrepris MM. Meurice et
Vacquerie présentait des difficultés effrayantes: ils les ont surmontées
avec un rare bonheur.

Non pas qu'ils n'aient subi quelquefois de dures nécessités, et fait, de
parti pris, quelques sacrifices. C'est un rude labeur que de faire
entrer de force dans un moule nouveau des pensées qui ont déjà reçu
antérieurement une autre forme! Souvent l'arrangement et le bon choix
des mots en souffre, et aussi l'harmonie du vers. Mais ce qu'on aurait
le droit de reprocher à MM. Meurice et Vacquerie dans un ouvrage
original, il faut les en louer dans une traduction. Ils se sont oubliés
en présence de leur auteur; ils se sont immolés à Sophocle: noble
dévouement qu'on ne saurait trop applaudir!

Au surplus, ces sacrifices dont nous parlons ont été rares. Leur ouvrage
abonde en vers heureux, et il y en a de très-remarquables. Jamais poète
ancien ou moderne,--Virgile excepté,--n'a été traduit en français avec
une précision plus simple à la fois et plus élégante.

Rien de moins compliqué que le drame de Sophocle; rien qui soit plus
pauvre d'événements et de péripéties, et plus étranger à tous ces moyens
d'effet qu'a inventés l'art moderne. Une seule question s'y débat:
Polynice recevra-t-il, ou non, les honneurs de la sépulture? Créon l'a
condamné à errer éternellement sur les bords du Styx, et menace de mort
quiconque enfreindra ses ordres: Antigone se dévoue. On la saisit, on
l'amène au tyran, qui ordonne son supplice.

Après le crime vient l'expiation. Hémon, le fils unique et chéri du roi,
aimait Antigone: il va se tuer sur son cadavre. La reine apprend la mort
d'Hémon, et se poignarde à son tour en maudissant son époux. Créon reste
seul, vaincu, brisé, appelant la mort à son secours, et déjà plus mort
que les morts, comme il dit lui-même.

Voilà tout; mais n'est-ce point assez? et n'imagine-t-on pas quel
puissant intérêt doit s'attacher à cet héroïque dévouement de la fille
d'OEdipe, et au poétique développement des nobles passions qui
l'animent? Et quand le roi, si longtemps cruel et inflexible, reparaît à
la fin, rapportant dans ses bras le corps inanimé de son fils; lorsque,
agenouillé devant ce cadavre sanglant, il écoute l'esclave qui lui
apprend la mort de sa femme, et qu'il reste là, courbé sous la main des
dieux, abattu, gémissant, et criant quatre fois _Malheur!_ ne voit-on
pas combien un tel spectacle et une si grande leçon doivent frapper
l'imagination des hommes?

Il ne faut donc pas que l'on s'étonne de la foule qui assiège chaque
soir les abords de l'Odéon, ni du respect religieux avec lequel on
assiste au lent développement de cette action si simple et si
attachante, ni des émotions qui agitent l'auditoire, et des transports
d'admiration qu'il fait éclater pour ces sublimes beautés du poète grec,
auxquelles des poètes français viennent de rendre la vie et la jeunesse.
L'art grec n'a pas une allure aussi régulière que le nôtre, à beaucoup
près, ni des formes aussi savamment étudiées; mais le fond fait oublier
la forme, et, de quelque manière qu'on les présente, les grandes
pensées, les nobles passions et les beaux vers font toujours leur effet
sur les esprits délicats de tous les pays.

Quel malheur que le travail de M. Mendelssohn n'ait pas la même valeur
que celui de MM. Meurice et Vacquerie! Sans faire précisément de la
musique grecque, on pouvait essayer du moins de s'en rapprocher. Il nous
en reste quelques échantillons: nous connaissons le principe de leur
tonalité, qui n'avait rien de commun avec la nôtre, et, si la tradition
ecclésiastique n'a pas fidèlement conservé les habitudes musicales
d'autrefois, elle met du moins sur la voie l'artiste savant et
consciencieux qui en voudrait tenter la restauration. M.
Mendelssohn-Bartholdy pouvait en essayer une à peu près semblable à
celle qu'exécutent nos architectes modernes, à qui deux colonnes rongées
par le temps et un pan de muraille à demi écroulé suffisent quelquefois
pour reconstruire sur le papier un monument antique.

M. Mendelssohn n'a pas poussé l'ambition si loin. Il est resté dans la
tonalité moderne. Il a fait de la mélodie, du rhythme, de l'harmonie, de
l'instrumentation modernes, et c'est au point de vue moderne que son
oeuvre doit être examinée.

M. Mendelssohn est un homme d'un grand talent et qui a déjà fait ses
preuves. Nous n'avons pas besoin de dire que son instrumentation est
habilement traitée, que ses voix sont généralement bien disposées, que
son harmonie est très-correcte. Cela est connu d'avance: un ouvrage de
M. Mendelssohn ne saurait être autrement. Mais y a-t-il dans celui-ci, à
une dose suffisante, de l'inspiration, de la verve, du mouvement, de
l'expression, de l'intérêt mélodique ou harmonique? Nous voudrions bien
dire: oui, et notre respect pour la vérité nous oblige à dire: non.

«Que cela est beau!» s'écriait-on de toutes parts dans une réunion où
Chapelain venait de lire un poème de cette célèbre Pucelle, aujourd'hui
si complètement oubliée. «Sans doute, dit tout bas la duchesse de
Longueville en étouffant un bâillement; c'est bien beau mais c'est bien
ennuyeux!»

La bruyante admiration que certains auditeurs, à la première
représentation, prétendaient éprouver pour les choeurs d'_Antigone_,
nous a remis en mémoire l'histoire de madame de Longueville et son
observation si naïvement judicieuse.

Nous n'analyserons pas les sept ou huit morceaux que renferme la
partition de M. Mendelssohn. Nous serions exposés à répéter trop souvent
les mêmes remarques elles mêmes reproches. Peu d'invention mélodique,
peu ou point d'expression, rhythmes lourds et monotones... Mais
n'insistons pas sur des vérités pénibles, et terminons, en faisant une
exception pour le choeur du cinquième intermède, l'hymne à Bacchus, qui
a du moins une partie des qualités dont les autres morceaux sont
dépourvus.

--Il y a eu dernièrement, au Théâtre-Italien, une représentation
curieuse à quelques égards. Deux chanteurs espagnols, MM. Ojéda et
Cacérès, ont exécuté plusieurs morceaux d'un opéra espagnol, composé à
Madrid par M. Basili. L'introduction de cet opéra ouvrait la marche. Ce
sont des contrebandiers réunis dans une posaja, qui boivent, chantent,
et aussi se querellent et se gourment un peu, ce nous semble. La musique
de M Basili rend avec une certaine vivacité ces divers incidents.

Un autre morceau de ce compositeur a fixé l'attention de l'auditoire.
Une cantatrice exécute la cavatine de _Norma_. Un dilettante castillan
ne peut contenir son admiration, et l'exprime en chantant de la manière
la plus plaisante, pendant que la prima donna poursuit sa tâche avec un
sang-froid imperturbable. Ainsi l'air tragique de _Norma_ devient tout à
coup un duo bouffe. Cette idée est originale, et l'effet du morceau est
assez piquant.

Il est à regretter seulement que les airs espagnols aient tous le même
rhythme et la même physionomie. Toujours du plaisir n'est plus du
plaisir, dit Zadig.--Toujours du boléro... Mais respectons les goûts
d'autrui, même quand nous ne les partageons pas.



Le dernier des Commis Voyageurs.

(Voir t. III, p. 70, 86, 106, 118, 138, 150, 170, 186 et 202.)

X.

L'ANCIEN ET LE MODERNE.

«Jeune homme, poursuivit Potard en donnant à sa voix un accent de plus
en plus solennel, vous vous tromperiez étrangement si vous ne voyiez
dans ma confidence que le désir de vous distraire et d'intéresser votre
curiosité. Voici bien des années que ce secret demeure enseveli dans mon
coeur, et vous êtes le seul homme en faveur de qui je me sois départi de
ma réserve. C'est la fatalité qui le veut; ce secret doit être désormais
le vôtre comme le mien. Il est des choses qu'il fallait vous apprendre
avant de vous demander compte de vos intentions et de vos desseins.
Maintenant, monsieur Beaupertuis, répondez-moi d'une manière
catégorique, avec franchise, avec loyauté. Songez-vous à mettre à
couvert l'honneur d'une jeune fille que vous avez séduite?
Consentez-vous à épouser ma Jenny, l'enfant d'Agathe? Voyons,
expliquez-vous.»

Pendant tout ce récit, Édouard avait eu le temps de prendre une
détermination et de préparer son rôle. Aussi fut-ce de l'air le plus
naturel du monde qu'il répondit;

«Mais vraiment, père Potard, je ne sais ce que vous voulez me dire!
L'amour paternel vous égare; en quoi puis-je être mêlé à tout ceci?

--Jeune homme, reprit le voyageur en s'emparant de ses deux mains,
prenez-y garde, votre sang-froid m'exaspère. Voilà une dissimulation qui
est bien de notre époque! L'hypocrisie à côté de la trahison!

--Monsieur Potard! s'écria Beaupertuis s'animant à ce reproche.

--A la bonne heure, vous vous fâchez; j'aime mieux çà. Jeune homme, vous
devez penser qu'à mon âge on ne se jette pas dans les choses à
l'étourdie. Les modernes sont des roués, je le sais; mais ils n'en sont
point encore à peloter les anciens. Donc, pas de mauvaises défaites; ce
serait du temps perdu. Traitons ceci d'après les procédés d'autrefois,
s'il vous plaît. Dites-moi tout uniment non, et je verrai ce qui me
reste à faire; mais quant à battre la campagne et à me glisser entre les
mains, ne l'espérez pas, Beaupertuis! Je vous tiens, saprelotte, et je
ne vous lâcherai pas.

--Monsieur Potard, reprit le jeune homme d'un ton calme, vous êtes monté
et prévenu; vous êtes le jouet d'un malentendu et d'une méprise; cela
excuse à mes yeux ce que vos paroles peuvent avoir de blessant. Parlez
donc, expliquez-vous avec plus de détail, et que je sache au moins sur
quoi vos soupçons sont fondés.»

En prononçant ces mots, Édouard avait pris des airs si diplomatiques et
un aplomb si étudié que l'irritation du voyageur ne lit que s'en
accroître.

«Ah! il faut des preuves? s'écria-t-il; nous marchons le code à la main;
je joue au magistrat! Encore la méthode moderne! Les séducteurs
d'aujourd'hui se mettent en règle avec la loi! A moins de les prendre la
main dans le sac, ils se tirent de qualité. Très-bien! Vous voulez des
preuves, monsieur Beaupertuis? alors écoutez!

--J'écoute! répondit Édouard sans rien perdre de sa tranquillité.

--Je veux bien, jeune homme, que vous ayez une pauvre idée de la
perspicacité de vos chefs de file. Le mépris de l'âge et de l'expérience
est encore une invention récente; mais il ne faut pas en abuser. Par
exemple, si simple que soit un homme, croyez-vous qu'il puisse se
méprendre sur le motif qui vous guidait, lorsque je vous surpris dans ma
maison, sur le palier de mon appartement?

--Mais il me semble, dit Édouard, que je vous donnai alors une
explication, et qu'elle parut vous satisfaire.

--Vous voyez que non, Beaupertuis. Et plus tard, quand nous eûmes quitté
la place Saint-Nizier pour aller loger aux Brotteaux, pensez-vous que je
me sois trompé sur l'apparition nocturne qui troublait mon repos? Vous
entriez alors chez moi à la faveur des ténèbres, jeune homme, et par le
chemin des voleurs.

--L'accusation est grave, monsieur; quelles sont vos preuves? répliqua
Édouard avec son calme imperturbable.

--C'est cela, des preuves! toujours des preuves! Procédé moderne! Nous
sommes ici comme aux assises. On fait un appel à la conscience d'un
homme, et il vous répond par des arguments d'avocat. Vous verrez qu'il
faudra désormais faire constater les séductions par huissier, et fournir
le témoignage judiciaire du déshonneur de nos enfants! Oh! les modernes!
les modernes! Mais où avez-vous donc le coeur, malheureux!

--Voyons, père Potard, dit Édouard en l'interrompant, ne vous exaspérez
point ainsi. Vous êtes la victime d'une illusion, c'est tout ce que je
puis vous dire. Voici trois ans que je n'ai pas mis les pieds à Lyon.
Toujours en voyage! toujours!

--Je vous attendais là, jeune homme. C'est vrai: vous êtes un tacticien
habile; quand le moderne se mêle d'intriguer, il n'y épargne pas la
façon. Vous avez dressé ce finaud d'Eustache, et il vous sert à dépister
les chiens. Pour tromper un Argus incommode, rien ne vous a coûté, ni
les lettres venues de loin, ni le timbre de la poste, ni la complicité
de votre commis. Ah çà! vous nous prenez donc pour des buses, pour des
oies domestiques, pour des pingouins? ajouta le voyageur en se croisant
les bras avec indignation. Est-ce que vous vous imaginez que nous sommes
nés d'hier, jeune homme, et que nous ne voyons pas des ficelles qui sont
grosses comme des câbles?»

Potard était si évidemment monté, que Beaupertuis, malgré toute son
assurance, n'osa pas l'interrompre d'une manière ouverte, et se contenta
de jeter les yeux à droite et à gauche comme un homme qui voudrait
quitter la partie.

«Ah! des preuves! poursuivit son interlocuteur; il vous en faut
absolument? Cherchons donc s'il n'en existe pas quelqu'une. Qui sait si
le hasard, dans sa justice aveugle, n'aurait pas trahi le coupable?»

Édouard devint plus attentif et examina le vieux voyageur avec défiance.
De son côté, Potard cherchait à le pénétrer avec un regard plein de
menace et d'ironie. En même temps il étendait la main vers l'oreille
gauche du jeune homme.

«Qu'avez-vous donc là, monsieur?» lui dit-il.

Beaupertuis ne put se défendre d'un moment de trouble; mais ce ne fut
qu'un oubli imperceptible, la durée d'un éclair.

«Où donc, monsieur? répondit-il froidement.

--Ici, poursuivit Potard avec quelque impatience, sous mon doigt;
touchez donc votre cartilage.»

Le jeune homme, comme pour se rendre à l'invitation de Potard et avec
une insouciance affectée, porta la main à son oreille.

Bah! dit-il, une écorchure!

--Une écorchure! s'écria Potard dont les yeux s'enflammaient de colère.
Bien trouvé! explication moderne! Monsieur, monsieur, ajouta-t-il en
s'échauffant, les écorchures ne laissent pas des cicatrices de ce
calibre: c'est un trou de grenaille que vous avez là, monsieur; et ce
trou, c'est mon fusil qui l'a fait, la nuit où vous sortîtes de chez moi
à la dérobée, en fuyant devant ma vengeance comme un filou, comme un
malfaiteur.

--Vous m'injuriez gravement, monsieur Potard, dit Beaupertuis avec
quelque fierté.

--Vous n'êtes pas au bout, jeune homme, et vous me traînerez en police
correctionnelle si cela vous convient. Genre moderne; vous êtes digne
d'en user. Voyez-vous, je vous ai conduit ici avec l'intention de vous
prendre par les sentiments. C'est dans ce but que je vous ai raconté mes
aventures et les circonstances romanesques au milieu desquelles ma Jenny
est née. Je voulais vous toucher, vous amener ainsi à un aveu. En me
dépouillant entièrement pour ma fille, je croyais faire une part
suffisante à la question d'intérêt, et je comptais sur votre
désintéressement pour ajouter ce qui peut manquer de ce côté. C'était
une expérience; il s'agissait de savoir si vous aviez de l'âme: j'ai
trouvé chez vous un caillou en place du coeur.

--Monsieur!

--Oui, monsieur, et vous n'êtes pas le seul. C'est encore une découverte
moderne; l'égoïsme et l'intérêt pétrifient tout aujourd'hui. Voici un
quart d'heure que je vous observe: vous n'avez pas eu un seul élan
généreux, pas une inspiration naturelle. Vous avez tout calculé; vos
gestes, vos paroles, votre contenance.

--Monsieur Potard...,

--Laissez-moi achever, jeune homme, et nous réglerons nos comptes
ensuite. J'ai donc essayé de toucher votre coeur: il est resté
insensible. Maintenant, retenez bien ceci: le séducteur de ma Jenny
n'aura de repos ici-bas que le jour où sa faute aura été réparée. Je
n'ai pas placé toutes mes affections sur une seule tête, tremblé pour
elle toute ma vie, épuisé ce que la tendresse d'un père peut imaginer de
dévouement et de soins, sacrifié à cette enfant mon bonheur, mon repos,
ma gaieté même, pour que l'oeuvre de tant d'années vienne se flétrir au
contact d'un Machiavel blasé avant l'âge, d'un tartufe, d'un Escobar,
d'un jésuite...

--Monsieur, ces insultes...

--Prenez-les comme vous voudrez, jeune homme, s'écria Potard avec
emportement: je ne rétracte rien. Allez, vous n'êtes pas au bout. Ah!
vous voulez ruser avec moi, jouer au fin et me gorger de couleuvres! Eh
bien! je m'attache à vos pas pour ne plus vous quitter: je deviens, dès
aujourd'hui, votre cauchemar, votre spectre, votre statue du commandeur:
je vous entraînerai aux enfers s'il le faut, plutôt que de vous lâcher.
Si vous voulez que nous nous battions, nous nous battrons, à l'épée, au
pistolet, à la carabine, au canon-Paixhans, comme vous voudrez; nous
nous battrons dix fois, vingt fois, trente fois, jusqu'à ce que je vous
aie laissé sur le carreau. Vraiment, ce serait un rôle trop commode que
celui de séducteur. On aperçoit une jeune fille à la promenade, on la
suit, elle a le malheur de remarquer cette attention, l'imprudence d'y
répondre, et, de faiblesse en faiblesse, elle en vient jusqu'à l'oubli
de son honneur. C'est bien: il ne reste plus au suborneur qu'à s'en
vanter lâchement avec quelques amis, et à voler vers d'autres conquêtes.
Voilà de vos calculs, messieurs les Lovelaces! Et l'avenir de cette
jeune fille brisé en un jour, et les larmes de sang que va verser un
père en voyant le deuil et la honte assis sur le seuil de sa maison,
tout cela vous importe peu; il n'y a pas même place dans vos âmes pour
le remords. Monsieur Beaupertuis, ajouta Potard en élevant la voix avec
véhémence, avec moi il n'en ira point ainsi: vous ne porterez pas aussi
gaiement le poids de votre crime; vous ne m'aurez pas plongé dans le
coeur un poignard empoisonné sans que j'essaie de vous rendre mal pour
mal, blessure pour blessure. Plutôt que de laisser un pareil outrage
impuni, voyez-vous, monsieur... je ferais un exemple... un exemple
épouvantable... je vous assassinerais.»

En prononçant ces derniers mots, Potard avait porté les mains sur son
interlocuteur et l'avait saisi au collet. Sa figure bouleversée, ses
yeux injectés de sang, indiquaient à quel degré d'exaspération il était
parvenu, Beaupertuis comprit, à la vigueur des phalanges qui le
contenaient, que la partie ne serait pas égale pour lui; sans rien
perdre de son sang-froid, il essaya de conjurer le danger par une
diversion:

«Monsieur Potard, dit-il, ne vous laissez pas emporter; cela n'arrange
rien. En aucune manière, il ne me convient de paraître céder à la
violence.»

Le voyageur ne lâchait pas prise et continuait à secouer le jeune homme
sous son poignet de fer.

«J'en aurai le coeur net, s'écriait-il, je vous briserai en dix mille
morceaux. Perdre mon enfant! Beaupertuis, vous me pousserez au crime.»

Cependant, cette fureur s'étant un peu calmée, Édouard put espérer de se
faire entendre.

«Monsieur, poursuivit-il, avant de descendre à une scène indigne de vous
et de moi, peut-être auriez-vous dû vous assurer davantage de
l'exactitude de vos soupçons. Et si vous vous trompiez!

--Encore! répondit Potard que l'impatience regagnait.

--Assez de voies de fait, s'il vous plaît, monsieur. Je me mets à vos
ordres. Que vous faut-il? La preuve de votre méprise? je vous la
fournirai.

--Comment cela, jeune homme?

--Chez moi, dans trois jours, le temps d'écrire à Lyon. Je vous quitte
peur aller me mettre en mesure.»

En même temps Édouard fit un pas vers la porte, mais le voyageur le
prévint et lui barra le passage.

«A merveille! dit-il, encore une combinaison moderne; une fois hors
d'ici, vous prendriez la clef des champs, et il me faudrait retrouver
votre piste. Le jeu est vieux, monsieur Machiavel, tâchez de nous en
servir d'un autre.

--Mais vraiment...

--Non, vous dis-je, je vous tiens, vous ne m'échapperez plus. Il faut
que tout ceci s'éclaircisse, voyez-vous; je ne suis pas un père de
comédie. Cependant, causons. Vous demandez du temps, vous en aurez, mais
sans me quitter d'une semelle. Voici ce que nous allons faire.
Écoutez-moi.

--Je vous écoute.

--Nous allons rouler hors de Dijon tous les deux; nous prendrons le
coupé pour Lyon. Une fois là, je vous conduis auprès de Jenny et de
Marguerite, et vous vous expliquerez devant elles. Après cette entrevue,
si j'ai tort, je vous offrirai toutes les réparations du monde, qu'en
dites-vous?»

Pendant que Potard livrait ainsi son dernier mot. Beaupertuis avait
rapidement réfléchi, et ce fut sans la moindre hésitation qu'il répondit
au voyageur;

«J'accepte vos conditions.

--Eh bien! venez, s'écria Potard; et pour que Je vous aie toujours sous
la main, nous n'aurons plus qu'une seule chambre. Avec les modernes, il
faut avoir l'oeil ouvert.»


XI.

A LYON.

Avant de suivre Potard et son compagnon dans l'épreuve décisive qu'ils
poursuivent, il convient de jeter un coup d'oeil en arrière pour fixer
la situation de quelques personnages du cette histoire.

L'instinct paternel n'avait pas trompé notre héros: sa Jenny avait été
séduite par Édouard, et cette séduction ne différait guère de celles qui
atteignent les jeunes filles du peuple dans leur premier épanouissement.
Les circonstances en étaient toutes simples, toutes vulgaires;
l'ignorance de l'enfant avait merveilleusement servi les calculs
d'Édouard; quelques mots d'amour suffirent pour l'exalter et la vaincre.

Comment eût-elle résisté? Marguerite n'était pour elle ni un conseil ni
un guide. Une mère seule peut deviner les premières impressions qui
naissent dans un coeur, surveiller cette effervescence, la dominer et
empêcher qu'elle n'aille jusqu'à une faute. Jenny avait reçu des
éléments d'éducation, et Marguerite avait soin de la maintenir dans
quelques pratiques de piété; mais ce qui devait être une sauvegarde se
changea précisément en écueil. En fait de lectures, la jeune fille se
sentit bientôt entraînée vers celles qui parlaient à son imagination et
la peuplaient de héros de fantaisie. Elle lut des romans, et son âme
naïve fut troublée par les passions fiévreuses qui y règnent. Aussi le
premier regard d'amour que lui adressa un jeune homme fut-il le signal
de sa défaite; l'occasion seule manquait encore, mais elle ne tarda pas
à se présenter.

Potard avait séjourné à Lyon, il aurait pu opposer à la séduction les
ressources de l'expérience, écarter de Jenny le poison que versent les
cabinets de lecture, défendre la place contre les ruses des assiégeants.
Mais les affaires tenaient le voyageur éloigné pendant plus de dix mois
dans le cours de l'année, et sa fille disposait ainsi d'une liberté à
peu près sans limites. D'ailleurs, par la position équivoque qu'il avait
prise, Potard s'était volontairement privé d'une partie de son ascendant
sur Jenny. Elle l'aimait sans le craindre, et, loin de lui obéir, elle
en avait fait l'esclave de ses caprices. Notre héros portait ce joug
avec plus d'amour que de sagesse; les mutineries de son enfant
l'enchantaient, il en provoquait chaque jour de nouvelles; et ce fut
ainsi qu'elle s'éleva, libre comme l'air, et contenue seulement par son
excellente nature. Marguerite, quand on la poussait à bout, grondait
bien de temps à autre; mais la bonne femme ne savait pas résister non
plus aux caresses de sa Jenny. Il suffisait que la jeune fille se jetât
dans ses bras pour que la Bourguignonne fondit en larmes et se sentit
désarmée.

Ainsi grandit la fille d'Agathe, marquée, comme sa mère, du sceau de la
fatalité. Tous les dimanches, sa nourrice, en bonne chrétienne, la
conduisait à l'église du Saint-Nizier; cette circonstance, hélas!
précipita la chute. Au nombre des élégants qui venaient papillonner
autour des fleurs de beauté répandues dans la nef et dans les chapelles,
Édouard Beaupertuis était l'un des mieux gantés et des plus assidus. Il
remarqua Jenny, et fit tout au monde pour en être remarqué. Rien ne
prête autant au trouble des sens que le recueillement du lieu saint, les
parfums qu'on y respire et ces sons de l'orgue, voilés ou impétueux, qui
semblent vibrer à l'unisson des cordes de l'âme. Bien des passions
mondaines naissent dans une enceinte ou ne devraient éclore que des
pensées chastes et des inspirations spirituelles. Notre nature est si
prompte au péché qu'elle s'arme de ce qui est destiné à la vaincre; tout
lui sert de prétexte; elle se joue des chaînes qu'on lui impose. Pendant
que Marguerite, agenouillée sur les dalles du temple, le rosaire en main
et la prière sur les lèvres, s'absorbait consciencieusement dans ses
devoirs religieux, Jenny échangeait avec Édouard des regards pleins
d'ivresse et les signes d'intelligence à l'usage des amoureux. Une fois
arrivée là, rien ne pouvait la défendre, et sur cette pente glissante
elle roula promptement vers l'abîme. Aucune difficulté de position,
aucun embarras de surveillance ne la protégeaient; elle n'essaya pas
même de se garantir d'un péril qu'elle ignorait, et s'abandonna à ce
premier penchant avec l'imprudence du son âge. A seize ans calcule-t-on
jamais?

Dés ce jour Édouard fut le maître absolu des volontés de cette enfant;
il exerça sur elle un empire sans bornes. Elle devint son esclave et ne
s'appartint plus. Ni Potard, ni Marguerite ne furent plus rien pour
elle: elle attendait le mot d'ordre du dehors, prête à tout trahir
plutôt que de déplaire à celui qu'elle aimait. Beaupertuis, on l'a vu,
était un de ces esprits froids qui pèsent leurs actions et ne se
déterminent qu'après un long calcul. Il façonna Jenny à sa guise, la
rendit impénétrable pour d'autres que lui, s'en fit un instrument
docile, et l'isola des influences qui pouvaient balancer la sienne.
C'est ainsi qu'il était parvenu à maintenir dans leurs rapports un
mystère qui en doublait le charme et en garantissait la sécurité. La
jeune fille se trouvait fascinée à ce point que jamais elle n'avait
interrogé Édouard sur ses intentions, ni étendu sa pensée jusqu'aux
conséquences de sa faute.

Beaupertuis avait besoin de ce dévouement aveugle: il servait ses plans
et aidait à ses projets. Le jeune homme trouvait dans Jenny une
maîtresse qu'il lui eût été difficile de remplacer; il y tenait donc, et
beaucoup, mais à ce titre seulement. Il avait tout pesé, il ne pouvait
pas en faire sa femme. C'était un jeune homme prudent et avisé, comme
tous les enfants du siècle. Il avait calculé une sa figure, sa fortune
et sa position représentaient une dot du deux cent mille francs, et il
s'était dit qu'il ne marcherait vers l'autel qu'à ce prix. Encore, en
véritable commerçant, tenait-il ses prétentions plus haut afin de
pouvoir au besoin en rabattre quelque chose. En attendant, Jenny était
une distraction fort convenable, un moyen de passer, sans ennui et sans
impatience, les heures du célibat. A vingt-cinq ans, d'ailleurs, rien
n'est pressé en fait d'établissement, Édouard pouvait prolonger pendant
quelques années encore cette chasse aux grosses dots et aux riches
héritières. Tels étaient les calculs de cet habile jeune homme, et
eussent ils été moins sages, son père aurait pris soin de les rectifier.
Le chef de la maison Beaupertuis était un de ces hommes qui n'apprécient
les choses qu'en raison de ce qu'elles rendent, et qui demandent à un
sentiment à quoi il est bon et ce qu'il peut rapporter. Cette race qui
peuple aujourd'hui notre corps électoral et nos deux Chambres, trouvait
dans le chef et fondateur de la maison Beaupertuis la personnification
complète de ses préjugés et de ses tendances. L'honneur, mot sonore et
creux! l'amour, agréable chimère! Le dévouement, erreur d'un autre âge!
Le désintéressement, utopie! Vive l'intérêt! c'est le dieu et le culte
du temps! Hors du domaine des intérêts, qu'y a-t-il du réel ici-bas, si
ce n'est la privation et la misère? et sous la royauté de l'argent, quoi
de plus glorieux que de se faire, à force de millions, une place parmi
les seigneurs de l'atelier et de la finance?

Voilà dans quelles mains Jenny était tombée; c'est à ce rôle que la
réduisaient les calculs du fils et les opinions bien connues du père. On
a vu qu'Édouard ne démentait pas le sang des Beaupertuis, et quel
honneur il faisait à son auteur sous le rapport de la prudence. C'est ce
que Potard appelait, dans son langage, les procédés modernes. Ce brave
garçon, tout expansif, ne pouvait pas croire à une habileté si réfléchie
et si soutenue. Aussi, quand il sortit avec Beaupertuis du restaurant
borgne où avait eu lieu sa conférence, un doute involontaire s'empara de
son esprit à la vue d'un jeune homme si calme, si maître de lui-même. Il
eut peur de s'être trompé, d'avoir obéi trop promptement à une première
impression. Cette hésitation ne fut pas toutefois de longue durée. Il
s'agissait de sa fille, ce motif justifiait tout à ses yeux. Il s'était
d'ailleurs avancé de manière à ne pouvoir reculer, et trop de
circonstances accusaient Édouard pour qu'il ne poussât pas jusqu'au bout
cette douloureuse enquête.

Affermi dans ses projets, il ramena donc Beaupertuis à l'hôtel du
Chapeau-Rouge et l'installa à ses côtés, dans sa propre chambre. De
toute la soirée il ne lu quitta pas, alla arrêter avec lui deux places à
la diligence de Lyon qui devait partir le lendemain, acheva ses
préparatifs dans la soirée et ne se coucha que vers minuit. Depuis dix
heures, Édouard avait pris ce parti, et quand Potard gagna son lit, le
jeune homme était plongé dans un profond sommeil.

«Décidément, je me serai trompé, se dit le vieux voyageur en le
regardant; un coupable ne dort pas ainsi, surtout côte à côte de son
bourreau.

Sur cette réflexion, il s'assoupit, et grâce au vin de la Côte-d'Or, il
ne se réveilla qu'au jour. A peine ses yeux se furent-ils ouverts qu'il
les dirigea vers le lit de son compagnon. Les rideaux étaient fermés, et
aucun indice ne trahirait la présence d'un être vivant. Potard se leva,
alla brusquement vers cette couche... elle était déserte. Il agita les
sonnettes à les briser; les garçons de l'hôtel accoururent. Éperdu, il
les interrogea; les réponses étaient désespérantes. Édouard Beaupertuis
était parti depuis deux heures; il avait pris une voiture de poste, et
roulait sur la route de Lyon. A cette nouvelle, Potard bondit comme un
tigre blessé, s'habilla à la hâte, ramassa ses effets pêle-mêle et alla
se jeter dans un cabriolet de voyage pour s'élancer à la poursuite du
fugitif.

«Deux heures d'avance! s'écriait-il; avec de l'argent, cela se rattrape.
Postillons, six francs de guides, et si vous crevez un cheval, je le
paie.»

Mais Édouard avait fait le même calcul, et sa générosité dépassait
encore celle de Potard. Le désir d'échapper à cette poursuite lui
donnait des ailes et lui suggérait une foule d'expédients. Souvent le
vieux voyageur trouvait le relais démonté ou garni seulement de bêtes
poussives. Il s'arrachait les cheveux de rage, mais son désespoir ne
réparait rien. Il perdit ainsi huit heures sur le fugitif, qui détalait
devant lui avec la rapidité de la foudre. Enfin un cabriolet entra au
grand trot dans le faubourg du Vaize, traversa la ville et les deux
fleuves, et vint déboucher sur l'allée sablonneuse des Brotteaux.
Quelques minutes après, il descendait sur le seuil de son logement. Au
premier appel, personne ne répondit; il redoubla avec force; même
silence Il s'adressa aux voisins, personne ne put le satisfaire; il fit
enfoncer la porte, et se précipita comme un furieux dans la maison.

O déception! la cage était vide; les oiseaux venaient de dénicher.

XXX.

(_La fin au prochain numéro._)



Les Salles d'Asile.

(Voir t. III; p. 198.)

Nous avons montré dans notre précisent article la pieuse origine des
salles d'asile. On les a vues civiliser et moraliser un vallon des
Vosges sans que durant de longues années ce bienfait et cette salutaire
action se révélassent au reste du pays. On a vu ensuite les efforts
également ignorés, tentés à Paris au commencement de ce siècle; puis,
enfin, l'application plus large, parce quelle fut mieux secondée, de
cette même idée en Angleterre et en France. L'institution s'est depuis
répandue dans tous les centres de population de ces deux grands États.
Dès 1835, Strasbourg comptait dix salles d'asile, Lyon, cinq;
Versailles, cinq; un grand nombre d'autres villes en étaient déjà
dotées. Aujourd'hui, grandes ou petites, toutes les cités ont leur salle
d'enfants, et tout conseil municipal qui a la conscience et
l'intelligence de ses devoirs, inscrit une fondation de ce genre au
premier rang des dépenses de la commune. Le nombre s'en accroît
journellement.

La Suisse, cette contrée ardente à saisir toutes les espérances
d'amélioration morale et tous les moyens d'affermir le bonheur et la
prospérité de ses habitants, est une des nations qui entrèrent des
premières dans la voie ouverte. Genève et Lausanne fondèrent des écoles
de petits enfants, qui, dirigées, l'une par M. Monod, l'autre par M.
Penchaud, devinrent bientôt des établissements modèles, imités dans les
autres cantons.--En Lombardie, s'élevèrent des _Scuole Infantili_, et,
par une sorte d'extension de l'idée première de l'institution, plusieurs
de ces écoles furent destinées aux enfants des parents dans
l'aisance.--A Naples et dans le Piémont, des salles furent également
ouvertes; mais la Toscane exige une mention particulière pour le zèle
qu'elle a apporté à multiplier ces fondations, pour leur excellente
organisation et pour les innovations quelle y a introduites.

[Illustration: Entrée des Enfants dans la Salle d'asile Cochin.]

[Illustration: La Prière.]

Il y a maintenant à Florence, à Livourne, à Pise et dans tout le grand
duché vingt de ces asiles contenant 2,000 enfants. La dépense annuelle
de chacun de ceux-ci revient à vingt-cinq francs, y compris le loyer de
la maison, le salaire des maîtres, les gages des domestiques, et la
soupe qui est donnée chaque jour à tous les enfants. Là les asiles sont,
comme chez nous, institués pour les pauvres. Ils sont généralement
divisés en deux classes, ayant chacune une salle séparée et une
maîtresse particulière; la première pour les enfants depuis dix-huit
mois ou deux ans jusqu'à quatre ou cinq ans; l'autre pour les enfants de
quatre à cinq ans, à sept ou huit. L'introduction de travaux manuels
dans les asiles en Italie est générale, et on procède maintenant à des
essais pour continuer l'habitude de cette industrie précoce, en donnant
quelques travaux à faire dans les écoles primaires. Un comité de
marchands et d'artisans fait partie de la société pour les asiles à
Florence; ils fournissent aux enfants une besogne facile et leur donnent
plus tard les moyens d'exercer un art ou un métier. On s'attache à ce
que les travaux manuels des enfants soient de nature à être longtemps
prolongés individuellement, de manière à ce que l'élément social de la
vie de famille se soutienne paisiblement parmi eux, et que cette jeune
population soit aussi longtemps que possible préservée des dangers des
manufactures. Des exercices de gymnastique dans les récréations, dans la
classe, des exercices calculés pour développer les facultés physiques et
intellectuelles des enfants, sans leur faire éprouver la moindre
fatigue; le soin de ne jamais les astreindre à demeurer assis plus d'un
quart d'heure de suite, telles sont les précautions dont un des effets
les plus frappants est l'amélioration de la santé des enfants qui
fréquentent les salles. Les cas de mort dans les asiles sont d'environ
deux ou trois sur cent, tandis que la mortalité des enfants, entre deux
et six ans, qui ne les fréquentent pas est à Florence de seize sur
cent.--Les résultats probables ne s'arrêteront pas aux enfants, mais ils
s'étendront jusqu'aux parents.

Une grande partie des enfants reçus dans les asiles de Florence viennent
de l'hospice des Enfants-Trouvés, et, sur six cents, quatre cents
appartiennent à cette classe. Une extrême misère avait forcé leurs
auteurs à les abandonner; mais aussitôt que l'existence des asiles fut
connue, la tendresse paternelle reprit ses droits sur le coeur de ces
malheureux parents; ces infortunés enfants furent appelés à goûter les
douceurs de la famille et se virent réintégrés dans leur condition
civile. Dans les trois années antérieures à l'ouverture des asiles, le
nombre des enfants retirés de l'hospice de Florence avait été d'environ
176; mais en 1833, aussitôt que les salles furent ouvertes, ce nombre
s'éleva à 214, et en 1837 il s'accrut jusqu'à 404. Peu de faits aussi
féconds en importantes et heureuses conséquences ont jamais été mis en
lumière dans la statistique morale d'un pays.

En Autriche, en Bavière, en Prusse, de nombreux établissements sont
venus rivaliser avec les nôtres. Dans le grand-duché de Saxe-Weimar, il
n'y a pas un village qui ne soit depuis dix ans déjà pourvu d'une de ces
salles hospitalières; et le Danemark n'a pas voulu être le dernier État
d'Europe à recueillir leurs bons effets.

[Illustration: La Lecture.]

Les États-Unis d'Amérique entrèrent largement dans cette voie, et dès
1835, la seule ville de New-York avait ouvert vingt-sept salles dans
l'intérieur de ses murs.--Les colonies anglaises ne devaient pas non
plus demeurer dépourvues de ces écoles pour le premier âge.
Missionnaires de l'enfance, de nombreux maîtres quitteront leur patrie,
et, parmi eux, deux fils de James Buchanan ont, dès 1829, obtenu des
succès dans le sud de l'Afrique, en dirigeant des _Infant Schools_,
ouvertes aux enfants des Cafres, des Hottentots, et d'autres tribus à
demi sauvages.

[Illustration: Vue générale de la Salle d'asile Cochin.]

Il ne nous reste plus maintenant qu'à faire connaître l'emploi de la
journée dans nos asiles. Disons, avant de retracer ce qui se passe dans
tous, que, dans un certain nombre seulement, on a fait pénétrer le
travail, qui joue, comme nous l'avons fait voir, un si grand rôle dans
les établissements de ce genre en Toscane. Son introduction devrait,
nous le pensons, être générale; nous le voudrions simple, sans fatigue
aucune, peu prolongé, pour qu'il fût comme une variété ou même comme une
distraction des autres exercices; il occupe les enfants, les rend
attentifs, permet d'obtenir du silence, et porte chacun des petits
travailleurs à la réflexion. On peut, pendant ce court labeur, diriger
les pensées de l'enfant par quelques récits, quelques questions, par
l'explication des paroles, des chants et des prières qu'il répète
journellement.

A Strasbourg, depuis longtemps déjà, toutes les petites filles des
salles d'asile en état de tenir des aiguilles tricotent; le nombre de
paires de bas confectionnées par elles est considérable. Chaque année on
les distribue en prix aux enfants.

[Illustration: Le Jury.]

Les garçons sont occupés a parfiler de la soie, qui se file ensuite et
peut se teindre, puis être tricotée. A Lyon, dans quelques autres villes
encore, et dans plusieurs des asiles de Paris, le travail a également
été adopte comme propre à faire contracter aux enfants une habitude qui,
inculquée à cet âge, devient un goût, bientôt après une seconde nature,
et plus lard les doit préserver de la misère et de ses maux. A Paris,
pendant l'année 1843, plus de huit mille enfants ont été reçus dans les
vingt-quatre salles d'asile pendant la journée de travail de leur mère.
Des souscriptions ont permis de fournir aux plus pauvres d'entre eux les
vêtements qui leur manquaient. Plus de deux mille huit cents enfants ont
profité de ce bienfait. Aux termes des règlements, les enfants, pour
être admis, doivent avoir atteint l'âge de deux ans, et n'avoir pas
dépassé celui de six. On les y conserve jusqu'à sept: mais, par
humanité, on feint souvent de croire à la déclaration peu exacte d'une
mère pauvre, et sur les huit mille enfants accueillis, il en est plus
d'un qui n'a guère plus de dix huit mois, et se trouve par conséquent
avoir à justifier, par un air encore plus grave et plus raisonnable que
celui de son âge réel, les six mois dont sa mère l'a vieilli par une
fraude bien excusable, et sur laquelle la situation de la famille
détermine à fermer les yeux.

Le règlement imprimé qu'on remet aux parents qui amènent pour la
première fois leurs enfants à l'asile, nous fait connaître quelques-unes
des sages mesures qui sont prescrites dans ces établissements.--Les
parents, avant d'envoyer leurs enfants, doivent, chaque matin, leur
avoir lavé les mains et le visage, les avoir peignés, et avoir veillé à
ce que leurs vêtements ne soient ni troués ni déchirés. De fréquentes
inobservations de cette règle entraîneraient le renvoi; mais, chaque
matin, à l'arrivée et avant l'entrée dans la salle, on passe ce qu'on
appelle la revue des mains, et l'établissement est pourvu d'une fontaine
et des éponges nécessaires pour réparer les infractions au
règlement.--Les enfants doivent arriver à l'asile à huit heures et demie
au plus tard. Ceux qui se présentent après neuf heures ne sont reçus
qu'en cas d'excuse valable.--Chaque enfant doit être porteur d'un panier
qui contienne sa nourriture pour la journée.

L'heure de l'entrée en classe est indiquée par une cloche.

Aussitôt les enfants dispersés se réunissent, le maître ou la maîtresse
les place sur deux files. Le maître prescrit le silence et fait faire
_front._ Alors est passée la revue de propreté dont nous parlions tout à
l'heure. Lorsqu'elle est terminée, le maître donne un coup de sifflet
pour indiquer qu'on va se mettre en marche, et, avec une touche en bois,
il marque la mesure du chant qu'il va entonner. Quand le chant commence,
le maître fait marquer le pas aux élèves jusqu'à ce une la mesure soit
battue juste, et ce n'est que lorsqu'elle est bien établie, que l'on se
met en mouvement. Pendant la marche, on veille à ce que les enfante se
tiennent droit et aient les mains jointes derrière le dos. L'une des
marches les plus usitées dans les asiles de Paris est celle que Wilhelm a
mise en musique et qui se trouve dans le 16e cahier de son _Orphéon_. Le
chant continue jusqu'à ce que tous les enfants soient entrés dans les
intervalles des bancs; les premiers arrivés marquent le pas, et lorsque
les derniers sont en place, le maître donne un coup de sifflet en
disant: _Halte!_ Après une légère pause, qui permet de s'assurer si le
mouvement s'est arrêté au commandement, le maître dit: _front_. Alors
les enfants, au moyen d'un quart de conversion, font face au milieu de
la classe, en attendant le signal de la prière.

«L'usage de la faire répéter, phrase par phrase, à tous les enfants, dit
madame Nau de Champlouis, dans une _Instruction élémentaire pour la
formation et la tenue des salle d'asile_, a beaucoup d'inconvénients, et
surtout celui de réduire à un exercice purement machinal ce qu'un doit
désirer de rendre une oeuvre de réflexion. J'ai vu, dans quelques
asiles, cet usage remplacé par une autre méthode que je lui préfère de
beaucoup. Le maître dit la prière à haute voix, tous les enfants la
suivent en silence; dès qu'un d'eux a prouvé qu'il l'a bien retenue par
coeur, il obtient, comme récompense, de la dire tout haut en place du
maître. J'ai pu remarquer plus d'une fois combien ils attachaient de
prix à cette faveur; bientôt tous l'ont réclamée à leur tour et s'en
sont montrés dignes. Le but qu'on se proposait par la répétition
immédiate de chaque phrase a été aussi bien atteint, et l'esprit de la
prière a mieux pénétré ces jeunes coeurs.» L'auteur de cet utile manuel
recommande judicieusement aux maîtres et aux maîtresses de ne pas
multiplier les prières, afin d'éviter l'inconvénient de rendre, en
quelque sorte, banal ce pieux exercice par sa répétition trop fréquente.
Elles doivent, bien entendu, être courtes, simples, en rapport enfin
avec l'âge le plus tendre.

On comprend que ces écoles gardiennes ont presque uniquement pour but
l'éducation des enfants, et qu'on ne doit y avoir en vue leur
instruction que secondairement. Voici donc l'emploi de la journée
prescrit par le _Journal des Salles d'Asile_: «Après la prière
commencent des chants, les uns vifs et animés, les autres simples et
touchants, qui expriment toutes les idées les plus appropriées à la vie
des enfants, aux sentiments et aux habitudes morales dont on veut les
pénétrer; puis viennent les évolutions, les exercices qui les occupent,
les amusent, les tiennent sans cesse en haleine et en action. Toute
l'instruction consiste en exercices, pour satisfaire au besoin continuel
du mouvement et à la surabondance de vie et d'activité qui sont propres
à l'enfance. Tout exercice ne doit pas durer au delà de dix minutes pour
ne point fatiguer l'attention des enfants.--Toute punition corporelle,
ou même sévère, est interdite, les enfants ne devant être conduits,
surtout dans le premier âge, que par une discipline douce et maternelle.
La seule punition est l'isolement de leurs petits camarades, pendant
quelques minutes. Il s'agit, avant tout, de rendre aimable et de faire
aimer la salle d'asile, le maître ou la directrice, les enseignements
donnés, sous la forme de conversations familières, par demandes et par
réponses, ou d'exercices et de jeux. On a beaucoup fait quand on a
disposé l'enfant à se plaire dans la salle d'asile, à s'y trouver
content et heureux, à ne la quitter qu'à regret, à y revenir chaque
matin avec empressement.--Pour qu'une seule personne, assistée d'une
seule aide, puisse suffire à la surveillance de deux cent cinquante ou
trois cents enfants, elle les divise en fractions de huit ou dix, même
de trois ou quatre, sous la direction d'un petit moniteur pour les
garçons, d'une petite monitrice pour les filles. De plus, un ou deux
enfants, de deux, trois ou quatre ans, sont confiés à un enfant de cinq
ou six ans, qui, tout fier et heureux d'avoir à exercer une sorte de
patronage et d'autorité, donne les soins les plus touchants à ses petite
pupilles, et apprécie d'autant mieux tout ce qui peut leur être
nécessaire ou agréable, qu'il se rapproche plus de leur âge, qu'il
comprend mieux leur faiblesse, leurs petits chagrins, leurs moindres
désirs, et fait exactement pour eux ce que la mère la plus tendre et la
plus attentive pourrait faire pour l'enfant le plus chéri et le mieux
choyé.--Tour à tour, les enfants apprennent à lire les lettres, les
syllabes, les mots, les phrases que la directrice ou le maître trace sur
un grand tableau noir exposé à tous les yeux. Ils s'amusent et
s'exercent à compter au moyen de petites billes rondes, de différentes
couleurs, figurant les unités, les dizaines, les centaines, qui sont
enfilées dans de petites barres de fer: c'est ce qu'on appelle un
boulier.--Les chants reviennent à des intervalles assez
rapprochés.--Les plus âgés sont exercés à former les lettres sur le
tableau noir. On peut leur donner aussi quelques autres notions bien
élémentaires (1) d'arithmétique, de géographie, d'histoire naturelle,
d'histoire sainte, mais en évitant avec un grand soin la fatigue, une
attention prolongée et une immobilité qui est contraire à leur
organisation, et qui le deviendrait à leur santé.

[Note 1: Le comité central d'instruction primaire y a introduit cette
année, avec un plein succès, l'enseignement des poids et mesures, à
l'aide du tableau figuratif de M. Dalechamps, instituteur communal du
onzième arrondissement de Paris.]

On s'est très-bien trouvé de l'épellation chantée. Ainsi, toute la
classe chante l'alphabet en suivant les lettres et en les chantant comme
s'il était question de solfier des notes. Ainsi, sur l'air _Ah! vous
dirai-je, maman?_ au lieu de chanter do, do, sol, sol, la, la, sol, la
classe, en suivant la baguette qui lui montre les lettres, chante A, B,
C, D, E, F, G; le plus faible enfant saisit à la fois la note et la
lettre, et la leçon est prise; ou bien, sur l'air d'un accord parfait,
sol, si, ré, sol, on indique chaque lettre l'une après l'autre:

je vois un A,

je vois un B;

et l'alphabet se trouve ainsi enseigné jusqu'à Z. L'éloquence du geste
est permise dans ce mode de lecture, comme accompagnement de la voix. On
peut, le bras tendu, montrer les lettres du bout des doigts, fermer le
poing, battre la mesure, frapper des mains, lire vite, lire doucement,
élever la voix, la baisser, le tout à commandement; l'oreille s'habitue
à un certain rhythme, le corps est tenu en activité; le mouvement des
bras, celui des pieds, entretiennent la vivacité de circulation, la
plénitude de respiration, la turbulence d'action et la précision
d'exécution; dans tout cet ensemble l'enfant est entraîné, il vit, il
oublie qu'il apprend à lire; et en effet la lecture n'est pas, comme on
le voit, le seul résultat de sa leçon. Lorsque ce procédé fut usité pour
la première fois par les fondateurs des salles d'asile à Paris, l'un
d'eux s'avisa de dire un jour au ministre de l'instruction publique
(c'était en 1828): «Monseigneur, nous avons le moyen d'apprendre à lire
aux enfants en chantant.--Pourquoi pas en dansant? repartit le ministre,
qui croyait repousser une plaisanterie.--Vous avez raison, monseigneur,
répliqua l'interlocuteur, _ce serait encore mieux; nous y penserons._»
Depuis ce temps il fut mis en usage de gesticuler et de sauter en
mesure, tout en chantant: _Je vois un A._ Cette méthode, dit le _Journal
des Salles d'Asile_, fait la joie de nos petite disciples. Nous
n'assurons pas qu'elle soit la méthode sans pareille, la méthode par
excellence; nous n'afficherons pas sur les murailles qu'elle peut
procurer une lecture courante en vingt leçons, mais nous affirmerons
qu'elle familiarise les enfants des salles d'asile avec la connaissance
des lettres, avec celle des sons, avec l'habitude de la mesure, et
qu'elle réunit l'utile à l'agréable pour un âge qui a besoin de
mouvement autant et plus que d'enseignement.

La mise en rang des enfants avant leur entrée dans la salle, la prière,
la lecture, ont été retracés par le crayon des artistes de
_l'Illustration._ Ils ont voulu donner aussi à nos lecteurs une vue
générale de l'intérieur de la salle de l'asile Cochin, et leur y faire
voir jusqu'au lit de camp sur lequel on étend, durant les exercices,
ceux des enfants que le sommeil a gagnés. Comme on retient cette jeune
population jusqu'au soir, pour donner aux parents la disposition libre
de leur journée entière, cette précaution, en quelque sorte maternelle,
a plus d'une fois son utilité.--Enfin un dernier dessin représente le
prononcé d'une des peines bien légères dont nous avons parlé plus haut.
Les lignes suivantes du _Cours normal_ de M. de Gérando expliquent et
font apprécier cette innovation heureuse; «On a introduit depuis quelque
temps, disait-il, l'institution d'un petit jury, formé par les enfants
eux-mêmes, pour prononcer sur les fautes de leurs camarades. Vous
trouverez dans cette institution, employée à propos et avec réserve, un
moyen d'une heureuse efficacité pour faire réfléchir les enfants sur la
moralité des actions, et pour les conduire à consulter le témoignage
intime de leur conscience. Et ce qui nous prouve que la conscience leur
dicte, en effet, naturellement, les règles du bien et du mal, lorsqu'ils
l'interrogent avec une attention sincère et impartiale, c'est que les
arrêts prononcés par ces petite jurys sont ordinairement empreints d'une
équité remarquable.»

On a vu que tout est calculé pour que chacun des exercices fût une sorte
de récréation. Mais pour satisfaire au besoin d'air et pour permettre
aux enfants des mouvements plus vifs et plus animés, on les exerce dans
les préaux à courir, à gravir, à sauter, à se livrer enfin à des
exercices de gymnastiques simples, qui leur développent les muscles en
les mettant souvent en activité.

C'est après une journée ainsi remplie que l'enfant retourne, le soir,
dans sa famille gai, heureux, n'ayant recueilli que des impressions
bienveillantes et morales qu'il reporte au milieu des siens.



Académie des Sciences.

COMPTE RENDU DES TRAVAUX PENDANT LE DERNIER
TRIMESTRE DE 1843 ET LE PREMIER TRIMESTRE DE 1844.

(Voir t. I, p. 217, 234, 258; t. II, p. 182, 198, 396 et 394; t. III, p.
26, 58, 134 et 154.)

VII.--Sciences médicales.

_Anatomie et physiologie._--Une note de M. Lacauchie contient la
description de nouveaux organes appartenant au système chylifère des
mésentères. Ces organes n'existent que dans les replis mésentériques du
péritoine; on les suit depuis le commencement de l'intestin jusque dans
le méso-rectum, et leur nombre est d'autant plus grand qu'on les observe
sur un point plus rapproché de l'estomac. Ce sont de petite corps
ellipsoïdes de plus d'un millimètre de longueur dans le sens de leur
grand axe, transparents, parcourus dans leur centre par une ligne
blanchâtre. Placés entre les deux feuillets du péritoine, ils abondent
au voisinage du pancréas et vers la fin de l'intestin grêle autour de la
glande chylifère dite pancréas d'Aselli.

Quelle est la nature, quels sont les usages de ces organes? Ces
questions sont encore à résoudre. L'auteur de la note pense qu'ils
produisent une matière particulière qui vient se mêler au chyle pour le
modifier.

Depuis la publication de cette note, M. Pacini a écrit de Pise pour
réclamer la priorité de la découverte de ces organes qu'il a décrite en
1840 et qu'il considère comme des dépendances du système nerveux. Il les
a rencontrés chez plusieurs mammifères et chez l'homme, sur les nerfs de
la vie animale aux mains, aux pieds comme dans le mésentère sur les
nerfs de la vie organique. M. Henle, de Zurich, les a également
observées chez le chat comme M. Lacauchie et antérieurement à lui. Il
partage les opinions de M. Pacini sur la nature de ces organes.

M. Flourens, en présentant à l'Académie un mémoire sur la moelle
épinière par M. Misco, anatomiste italien, a fait une courte analyse de
ce mémoire. L'auteur conclut de ses recherches qu'au lieu des huit
faisceaux que l'on considère comme formant la moelle épinière, il faut
en compter dix; il décrit ces faisceaux, dont il a modifié la
nomenclature, suivant un usage que nous ne saurions approuver; ne
serait-il pas, en effet, plus simple et plus juste de donner, seulement
aux deux faisceaux décrits pour la première fois, des noms qui les
distinguent des autres, en laissant à ceux-ci les noms sous lesquels on
les a toujours connus et qu'ils ont reçus des savants qui les ont
découverts. C'est une chose fâcheuse pour la science, et notamment en
anatomie, que ce changement de noms qui ne peut que troubler la mémoire
et finit par accumuler sur un seul organe quatre ou cinq dénominations,
au grand détriment de la clarté du style et au grand désespoir du
lecteur.

On doit à M. Gunsburg l'observation d'un fait curieux d'anatomie
pathologique qui rappelle les cas analogues communiqués par M. Serres en
août 1843. Nous hésitons cependant à considérer comme une dégénérescence
ganglionnaire le fait observé par M. Gunsburg. A la suite d'un rhumatisme
général très-intense, et pendant lequel les mouvements des membres
étaient impossibles, le malade avait recouvré la faculté de mouvoir les
bras, mais dans les extrémités inférieures la motilité, resta presque
nulle et finit même par cesser complètement. La paralysie du rectum et
de la vessie se joignit à celle des jambes; le malade mourut, et à
l'autopsie on trouva les quatre troncs nerveux de la troisième et de la
quatrième paire sacrée se terminant de chaque côté, après un cours de
douze centimètres, à une tumeur blanchâtre de la forme d'une poire,
longue, à droite, de deux centimètres sur un centimètre de largeur et
trois millimètres d'épaisseur au milieu; la tumeur de gauche avait
environ le tiers de la droite en grandeur; les deux troncs nerveux ne se
prolongeaient pas au delà de la tumeur.

Ces renflements terminaux examinés au microscope se composaient de
fibres nerveuses ramifiées, entrelacées et comprenant entre elles des
cellules transparentes aplaties, dans lesquelles on distinguait un noyau
et des globules. L'examen des autres nerfs moteurs ni rien offert de
particulier.

Nous serions tentés de voir un arrêt de développement plutôt qu'une
dégénérescence dans ces troncs nerveux terminés brusquement. La
dégénérescence ganglionnaire sur un point n'aurait pas fait disparaître
le reste du nerf; d'ailleurs la troisième et la quatrième paire se
rendent principalement aux organes génito-urinaires et au rectum; leur
altération fait comprendre la paralysie de ces parties, mais les
anastomoses qui les unissent entre elles et au reste du plexus sacré ne
suffisent pas à expliquer la perte complète du mouvement dans les
membres abdominaux dont les nerfs étaient à l'état normal dès leur
origine principale.

MM. Sucquet et Dupré ont présenté à l'Académie des mémoires sur
différents moyens d'assainir les amphithéâtres d'anatomie et de
conserver les cadavres. Le procédé de M. Sucquet consiste à faire
macérer les sujets dans une solution de sulfate neutre de zinc. M. Dupré
propose de faire pénétrer par une des artères principales les substances
antiseptiques, sous forme gazeuse.

M. Maunoir, de Genève, a envoyé à l'Académie un mémoire sur la
muscularité de l'iris; nous en rendrons compte lorsque la commission
nommée pour l'examiner aura fait son rapport.

M. Foville a présenté à l'Académie, par l'entremise de M. Flourens, le
premier volume d'un ouvrage sur l'anatomie, la physiologie et la
pathologie du système nerveux cérébro-spinal, dont le savant secrétaire
a donné une courte analyse. Cet ouvrage a pour objet principal de faire
connaître la structure de la moelle épinière et du cerveau. L'auteur
expose, dans une série de recherches historiques, les idées des anciens
sur le système nerveux, et les méthodes successives de dissection
employées depuis Galien jusqu'à nos jours. Vient ensuite; un exposé de
l'état actuel de la science, puis une idée, générale du système nerveux
suivie de la description extérieure de la moelle et de l'encéphale. Les
différences qui séparent le cerveau de l'homme de celui des animaux sont
tracées d'après la forme extérieure seulement. M. Foville décrit ensuite
la structure intime de l'axe cérébro-spinal, en suivant dans la moelle,
le cervelet et le cerveau les fibres nerveuses et les fibres sensoriales
motrices. Enfin l'étude de certaines déformations artificielles du crâne
est jointe à la description de ses formes normales.

M. Flourens a également fait connaître à l'Académie des faits curieux
dont on doit la découverte ou l'observation plus complète à M. Coste.
Ces faits se trouvent consignés dans une nouvelle livraison de
l'_Histoire générale et particulière du développement des êtres
organisés_. Un des plus remarquables est l'existence de chaque côté du
cou du foetus des mammifères et de l'homme même, de quatre fentes
transversales s'ouvrant dans le pharynx et séparées par des cloisons
correspondant aux arcs branchiaux des poissons. Viennent ensuite des
recherches fort intéressantes sur le système vasculaire de l'allantoïde.

L'Académie a reçu également de MM. Jacquart et Maignier une lettre
contenant des détails sur les recherches délicates auxquelles se sont
livrés ces deux anatomistes pour éclairer une question intéressante
d'ovologie. Il résulte de leurs observations que, dans les premières
semaines de la gestation, l'embryon humain est situé en dehors de la
cavité amniotique et adhère seulement à l'amnios par son extrémité
caudale et sa face dorsale.

--On connaît les belles expériences de Réaumur et de Spallanzani sur le
suc gastrique et les digestions artificielles. Ces naturalistes se
procuraient le suc gastrique au moyen d'éponges introduites dans
l'estomac d'animaux à jeun, puis expulsées par le vomissement provoqué.
Spallanzani s'en procurait souvent en prenant lui-même un vomitif à
jeun; quelques hommes peuvent même en rendre presque sans effort et sans
autre provocation qu'une gorgée d'eau ou une bouchée de pain avalée à
jeun; c'était ainsi que Pinel en rendait jusqu'à une demi-livre. On
conçoit que de pareilles manoeuvres ne sauraient être répétées
fréquemment sans nuire beaucoup à l'estomac de l'expérimentateur, et
qu'on ne peut se procurer par ces moyens du suc gastrique d'animaux
souvent, en grande quantité et bien pur.

Beaumont, médecin anglais qui a longtemps observé les phénomènes de la
digestion chez un homme qui portail une fistule stomacale, se procurait
du suc gastrique facilement, et sans nuire à son malade, en introduisant
des éponges par cette fistule.

Tel est le procédé que M. Blondlot a mis en usage sur un chien; il a
ouvert une fistule stomacale par laquelle il a pu librement communiquer
avec l'intérieur de l'estomac, et en extraire du suc gastrique ou
diverses substances à différents degrés de la digestion. Il a réuni ses
observations dans un ouvrage intitulé: _Recherches sur les phénomènes de
la digestion et spécialement sur la composition du suc gastrique_. Le
même chien lui sert depuis deux ans, et, quoique de petite taille, peut
fournir en une fois cent grammes de suc gastrique pur.

M. Blondlot a trouvé le suc gastrique constamment acide; cette acidité
paraît tenir à la présence du phosphate acide de chaux; il en a étudié
l'action sur les aliments simples et composés, soit dans l'estomac, soit
hors de l'estomac et sous l'influence d'une température artificielle. Le
principe essentiellement actif du suc gastrique paraît être une matière
organisée particulière qui fonctionne à la maniéré des ferments. Son
action n'a lieu qu'en présence d'un acide et sous l'influence d'une
température comprise entre 10 et 40 degrés, MM. Flourens et Payen ont
répété dans leurs laboratoires les expériences de M. Blondlot, et sont
arrivés aux mêmes résultats. M. Payen est parvenu, par un procédé qu'il
n'a pas encore décrit, à extraire du suc gastrique son principe actif
qu'il propose de nommer _gasterase_ et non _pepsine_, comme le principe
extrait par Schwann et Müller de l'estomac du veau au moyen de l'acide
chlorhydrique.

Une question fort importante soulevée par M. Biot est celle de savoir
quelles modifications la fécule éprouve quand on la met en contact avec
le suc gastrique par les procédés suivis pour les autres substances. En
effet, suivant le résultat que donnera l'expérience, on saura si le
sucre contenu dans l'urine des diabétiques et analogue au sucre de
fécule est préalablement formé dans l'estomac par la décomposition des
matières féculacées, ou s'il se produit dans l'acte de la formation de
l'urine. On comprend quelle influence peut avoir la solution de cette
question sur le choix du régime alimentaire à prescrire aux diabétiques.

Il serait encore important, a dit M. Biot, de savoir si certains sels
composés qui agissent sur l'économie animale quand ils sont ingérés dans
l'estomac, sont simplement dissous par le suc gastrique, ou s'ils sont
décomposés par lui dans leurs éléments constituants. M. Payen, en
promettant de faire des expériences à ce sujet, annonce que, d'après les
observations de M. Blondlot, la fécule n'éprouverait pas d'altération
dans le suc gastrique.

Une autre question non moins importante pour l'humanité souffrante,
c'est celle de la vertu lithontriptique du suc gastrique. M. Millot,
dans une lettre à l'Académie, annonçait qu'ayant observé que des calculs
urinaires se ramollissaient ans l'urine de diabétique, il avait essayé
de l'action du suc gastrique sur ces calculs et les avait vus s'y
désagréger quelle que fût leur nature.

M. Leroy d'Étiolles, dans une autre séance, en rapportant un passage de
Sennebier, qui rappelle qu'un élève de Spallanzani avait découvert la
propriété lithontriptique du suc gastrique, annonça qu'ayant voulu
vérifier les expériences faites sous les yeux du grand naturaliste, il
était arrivé à des résultats tout a fait négatifs, sauf pour les calculs
alternants dont les couches s'étaient séparées, mais sans ramollissement
des fragments. Plus tard, M. Leroy d'Étiolles ayant placé dans l'estomac
du chien de M. Blondlot un fragment de calcul urinaire du poids de 95
centigrammes, après quarante-huit heures de séjour dans l'estomac, ce
calcul ne pesait plus que 80 centigrammes; cette déperdition s'est
opérée, dit M. Leroy, sans ramollissement ni disgrégation, mais par une
sorte d'usure superficielle.

Ce dernier résultat nous semble donner gain de cause à Spallanzani et à
M. Millot; en effet, on sait que dans l'acte de la digestion l'estomac,
par un mouvement qui lui est propre, agite et ressasse pour ainsi dire
les substances qu'il contient, on a même longtemps, et jusqu'à
l'expérience des tubes et des boules creuses de Spallanzani, attribué à
ce frottement des parois de l'estomac la dissolution des aliments que
l'on considérait comme une trituration. Nul doute que, si notre estomac
était organisé comme celui des gallinacés, nous ne pussions comme eux
détruire à la longue, par des frottements répétés des matières dures,
des noyaux siliceux: mais, sans aller si loin, on conçoit que le
frottement des parois de l'estomac, surtout chez le chien, qui digère
facilement les os, puisse désagréger la superficie d'un calcul dont le
ciment est dissous d'une manière égale à la superficie, il va sans dire
que c'est de la circonférence au centre, et couche par couche, que la
destruction du calcul doit avoir lieu: et l'on ne peut expliquer que par
cette double action du suc gastrique et de l'estomac l'usure
superficielle dont parle M. Leroy d'Étiolles.

Maintenant faut-il de cette expérience conclure que le suc gastrique
injecté dans la vessie débarrassera les calculeux de leurs pierres? Nous
ne le croyons nullement. Entre le suc gastrique d'un chien, dans
l'estomac de ce chien qui en produit sans cesse, et ce suc gastrique
placé à certaine dose dans la vessie d'un homme, entre un calcul placé
dans l'estomac d'un chien, et ne pouvant qu'y diminuer, et ce même
calcul dans la vessie d'un malade où il est, à proprement parler, chez
lui, où il s'augmente chaque jour et se trouve dans d'excellentes
conditions de conservation, il y a trop de différence, et nous ne
pensons pas que le suc gastrique remplace jamais le lithotome et
l'instrument dont on doit la découverte à M. Leroy d'Étiolles.

M. Scharling a rendu un service aux personnes qui s'occupent
d'expériences sur la respiration, en précisant les circonstances
principales dont il est important de tenir compte et de faire mention
dans ces expériences.

(_La fin à un prochain numéro._)



[Illustration: COURRIER DE PARIS]

Le grand événement qui occupe Paris depuis quarante-huit heures, c'est
la mort de M. Laffitte. Nous laissons à un autre le soin de raconter
cette vie patriotique et dévouée, et de tracer l'esquisse de ce fin
esprit et de ce caractère aimable et bienveillant; mais un courrier de
Paris ne saurait se mettre en route le lendemain de la mort d'un tel
homme, sans partager le deuil de la ville, sans mettre un crêpe à son
chapeau et une fleur funèbre à sa boutonnière. Les jours de fête, les
courriers parés de bouquets joyeux et de rameaux verdoyants, s'élancent
bride abattue sur la route et font claquer leur fouet en signe de
réjouissance. Il faut les voir, vils, ardents, intrépides, une main
appuyée crânement sur la hanche, et de l'autre agitant dans l'air ce
fouet à triple carillon, leur sceptre et leur épée. Comme ils partent!
comme ils volent! connue ils dévorent l'espace! La poussière
tourbillonne autour d'eux; du pied des chevaux jaillit l'étincelle. Qui
peut les arrêter? Ils sont les messagers d'heureuses nouvelles, et les
bonnes nouvelles n'arrivent jamais trop vite. Aussi leur course rapide
ressemble-t-elle à un divertissement: ils ont des égards pour tous les
bouchons, des bons mots pour tous les originaux qui passent, des regards
amoureux et des gaillardises pour toutes les châtelaines d'auberge et
pour les Amaryllis en sabots et en jupon court qu'ils rencontrent le
long du chemin.

Cette joie, cette allure fringante, cette insouciante ardeur nous sont
aujourd'hui détendues; au moment de partir et de quitter Paris, notre
courrier est arrêté par un immense convoi funèbre. C'est aujourd'hui
jeudi le 30 mai 1844, et les restes mortels de l'homme aimable, de
l'homme bienfaisant, du citoyen éprouvé, traversent la ville, escortés
et pleurés par une foule immense. Ailleurs nous vous raconterons les
détails de cette touchante et vaste solennité de la mort. En ce moment,
notre courrier n'est occupé qu'à guider son cheval à travers cette
multitude innombrable, le tenant en bride, de peur d'accident, et
cherchant une issue pour gagner l'espace et se mettre en route pour
l'étranger et les départements, qui l'attendent.--Silence! voici le char
funèbre. Notre courrier s'arrête respectueusement, salue avec tristesse,
et, après cet hommage rendu à un homme de bien et cette dette de piété
acquittée envers la mort, il reprend sa course et passe d'un air morne.

Le ciel semble avoir prévu ce grand deuil que Paris devait éprouver; il
a gardé l'air sombre et le voile lugubre qui le recouvre depuis quinze
jours. Des nuages tristes rendent sa face maussade; une pluie froide
l'inonde. On grelotte à Paris comme au mois de décembre; Paris a les
pieds mouillés, Paris reprend son paletot; et si les groom, les femmes
de chambre et les portières pestent contre cette distraction du mois de
mai qui leur donne, en plein printemps, à brosser des bottes et des
pantalons qui semblent sortis des pieds boueux de l'hiver, les
décrotteurs en plein vent et en boutique s'en félicitent. Vous le voyez!
le mauvais temps, comme les mauvaises actions, profite toujours à
quelqu'un. C'est pour cela, sans doute, ô Jupiter! que tu as mêlé ce bas
monde de pluie et de soleil, de bien et de mal; ne faut-il pas que tout
le monde vive?

En parlant de vivre, voici une mort singulière et touchante: il y a huit
jours, dans un village voisin de Paris, une jeune fille de seize ans,
naïve alerte, épanouie, de cette espèce joyeuse et rapide qui vole à
travers les prairies, cueille la pâquerette et la fleur d'aubépine et
court après les papillons; un jeune fille échappant dès le matin à la
sollicitude maternelle qui voulait la retenir, s'écria en sautant
par-dessus la haie voisine: «Je vais chercher des nids de fauvettes!» La
mère savait son goût innocent d'aventures bucoliques et la laissa faire,
bien certaine qu'au retour elle lui rapporterait de son air le plus
heureux, de son sourire le plus frais et le plus doux, quelque bouquet
de fleurs sauvages cueilli dans les bois ou glané dans les prés
verdoyants, sur le bord des fontaines. Quelle joie pour une mère!
Théocrite, Virgile et M. de Florian vous diraient cela mieux que moi.

Elle partit donc... on l'attendit toute la matinée; le soir, on
l'attendait encore, et la blanche jeune fille n'était pas revenue. Qu'y
a-t-il? Que lui est-il arrivé? Où est ma Tille? Avez-vous vu ma fille?
ma fille! ma fille! au nom du ciel! L'éveil est donné, l'effroi se
répand partout, la mère pleure, les valets, d'un air affairé et lugubre,
courent le village et la campagne, interrogeant celui-ci, apostrophant
celui-là: enfin, après bien des recherches vaines, après un flux et
reflux d'espérances et de terreurs sans nombre, on arrive au pied d'un
bel églantier en fleur, incliné sur une nappe d'eau limpide; et sur
cette onde voilée d'arbustes embaumés, qu'aperçoit-on? un voile blanc,
puis un chapeau de paille agité par la brise comme une fragile nacelle,
et enfin,--le dirai-je?--un cadavre pâle et flottant à la surface.
C'était la jeune fille, ce matin encore vivant de sa vie de seize ans,
c'est-à-dire avec un horizon charmant devant ses yeux, et qui semblait
l'appeler au loin à un bonheur sans fin.

On approcha du cadavre et on le relira de l'eau;--elle était bien morte;
nul espoir de ranimer cette joue livide et ce coeur éteint;--dans sa
main droite, contractée violemment, la pauvre enfant tenait quelques
restes de mousse, de brins d'herbe et de plumes légères, tels que les
oiseaux en composent leur nid, tristes débris mêlés à une feuille
d'églantier.

Ces arbres fleuris, le chant des fauvettes gazouillant sous leur dôme de
feuillage, l'eau murmurante l'avaient attirée; et là, sans doute, ravie
et se promettant d'apporter à sa mère les trophées de sa conquête, elle
s était suspendue à la branche fragile pour saisir et la fleur et le nid
de la fauvette; mais la branche cédant tout à coup et se brisant, la
fleur, le nid et la jeune fille disparurent dans l'eau placée là comme
un piège et comme un abîme. Qui sait,--mais sommes-nous au temps de la
mythologie?--qui sait si quelque hamadryade, jalouse de voir
l'imprudente venir ainsi dépouiller ses domaines et détruire l'espoir de
ses hôtes harmonieux ne brisa point la branche d'une main irritée? ou
peut-être trompée par une fallacieuse image, la malheureuse jeune fille
s est-elle noyée dans l'onde perfide en croyant s'y mirer?

Ce qui suit vous semblera moins poétique; mais si la poésie est bonne,
la réalité a bien son prix: j'en atteste l'ordre du jour que vient de
rendre M. le général Jacqueminot, commandant de la garde nationale de
Paris et de la banlieue: il s'agit de pantalons et non pas d'autre
chose; ce n'est pas le cas d'invoquer la muse de Virgile et d'Ovide. Or,
voici mon histoire de pantalons en deux mots.

Voyant dernièrement le soleil en pleine ardeur et les chaudes haleines
du printemps caresser amoureusement la garde nationale, M. le général
Jacqueminot l'avait officiellement autorisée à prendre ce que nous
autres vieux grognards nous appelons la tenue d'été. Le chasseur donc,
et le grenadier, et le capitaine, et le colonel, et le sergent, et le
tambour s'en allaient, d'un pied leste et d'un air pimpant, vêtus du
pantalon léger, toile grise ou toile blanche, suivant le poste où ils
devaient avoir l'honneur de se livrer aux ineffables charmes de la
faction et aux attraits délirants de la patrouille Que vous dirai-je? La
garde nationale était blanche, depuis quinze jours, comme un acacia en
fleur, et s'épanouissait au soleil. Mais la bise a ses malices et la
pluie aime à jouer des tours. Si elles abattent les fleurs par leurs
efforts combinés, si elles glacent et tuent les fruits dans leurs
calices, elles n'ont pas plus de respect pour les pantalons blancs des
douze légions. La seule différence, c'est que les fleurs n'ont pas
d'autre vêtement que leur enveloppe parfumée et fragile:--il faut, bon
gré mal gré, qu'elles y périssent;--tandis que la garde nationale peut
changer de pantalons, et passer à sa fantaisie de la toile glaciale au
drap réconfortant.

M. le général Jacqueminot, en César prudent, n'a pas manqué de profiter
de cette situation magnifique et de cette double culotte; les pantalons
blancs, tirés de l'armoire par un ordre du jour printanier, viennent d'y
rentrer sur un autre ordre du jour, et le pantalon de drap, recommençant
son règne interrompu, triomphe en ce moment sur toute la ligne. La garde
nationale est en pleine tenue d'hiver depuis une semaine C'est une
insulte au mois de mai, n'est-il pas juste de lui rendre injure pour
injure? D'ailleurs les pituites, les rhumes de cerveau, les
éternuements, les maux de gorge et le jujube allaient grand train dans
les douze légions, et il était temps d'y mettre ordre, sauf à s'aliéner
les médecins et les apothicaires.

Dans le monde politique et parlementaire que M. le général Jacqueminot
fréquente et dont il est un des héros, n'y a-t-il pas beaucoup de braves
qui changent d'opinion et de parti comme la garde nationale change de
culottes, selon le vent qui souffle?

Ce temps désagréable, qui contraint les soldats citoyens à se casemater
et à se draper, commence à disperser la foule départementale qui s'était
précipitée sur Paris; en même temps la pluie fait peur aux hordes qui se
tenaient encore dans leurs foyers, n'attendant que le moment où les
hôtels garnis et les spectacles parisiens seraient un peu dégagés pour
prendre la poste et la diligence, et y faire invasion à leur tour. On
commence donc à respirer dans notre bonne ville de Paris, et à voir
clair dans cette multitude d'étrangers qui s'écoulent peu à peu et
rentrent chez eux. Paris se tâte, s'interroge, se retrouve et
s'aperçoit, Dieu merci, qu'il n'est pas devenu tout à fait Bar-sur-Aube
ou Quimper-Corentin.

Nous conseillons cependant à nos chers frères et féaux amis des
départements qui sont encore ici, de patienter et de ne pas ployer leur
tente étourdiment, et en voici la raison; mademoiselle Taglioni va
donner décidément six représentations à l'Opera; au moment même où mes
honorables lecteurs liront ces lignes, l'illustre danseuse aura fait sa
première pirouette et son premier entrechat. La foule y sera, et déjà on
s'arrache les yeux pour avoir des loges. Cela ne vaut-il pas la peine de
rester à Paris au risque de forcer madame Marlborough de monter à sa
tour pour voir pourquoi M. Marlborough ne revient pas?

Une sylphide comme Taglioni est une rareté; on n'en verra probablement
jamais de pareille. Ce qu'il y a de certain, du moins, c'est qu'après
ces six apparitions, personne ne la reverra plus, ni Paris, ni la
province, ni l'Allemagne, ni l'Angleterre, ni l'Ancien, ni le
Nouveau-Monde; mademoiselle Taglioni est décidée à ployer ses ailes et à
faire souche de simple bourgeoise et de mère de famille: assez voltigé
comme cela!

Voici les conditions proposées par mademoiselle Taglioni pour ses six
représentations, et acceptées par l'Académie royale de musique:
mademoiselle Taglioni prélèvera deux mille francs sur la recette de
chaque soirée; il lui sera, en outre, accordé une représentation
exclusivement à son bénéfice, et dont le total est garanti à quinze
mille francs.

C'est donc une trentaine de mille francs que la sylphide récoltera en un
mois et emportera sur son aile, au risque d'alourdir un peu son vol. On
se déciderait pour beaucoup moins à aller terre à terre.

Mademoiselle Taglioni, après cette dernière apparition, aurait, a-t-on
dit, l'intention de se retirer sur le lac de Côme. Cette nouvelle est
fausse: le lac de Côme sent encore la sylphide et la poésie; et
mademoiselle Taglioni est bien résolue à ne plus vivre que dans la
prose; elle vient de louer, à cet effet, un appartement au Marais, rue
Saint-Louis, tout près de la rue des Minimes; mademoiselle Taglioni se
propose d'y couler ses heureux jours en paix, se promenant tous les
matins et tous les soirs à la place Royale, et passant son dimanche à
jouer aux dominos au café Turc.

Ainsi finissent les déesses de notre temps!

Un homme de beaucoup d'esprit qui a essayé un peu de tout en ce monde.
M. Harel, s'est décidé à essayer de l'éloquence académique, et ce
nouveau coup d'essai lui a parfaitement réussi. Le prix proposé l'année
dernière par l'Académie Française, et dont l'_Éloge de Voltaire_ était
le sujet, vient d'être donné au travail de M. Harel; ceci ne s'est point
passé sans difficultés et sans lutte; non pas que le mérite littéraire
de l'ouvrage de M. Harel fût mis en question, mais c'était le droit de
Voltaire lui-même aux honneurs d'un éloge qui était attaqué et contredit
par un certain parti philosophique qui a sa part d'influence à
l'Académie. Enfin, les voltairiens l'ont emporté, et, M. Harel tient sa
couronne. Qu'en vont dire Fréron et le père Garasse?

Les illustres mariages et les mariages riches continuent à pleuvoir de
tous côtes. Après ceux que nous avons annoncés la semaine dernière,
voici venir celui de M. le duc d'Albuféra, fils de l'illustre maréchal
Sachet, avec mademoiselle Schikler, fille du fameux banquier prussien
mort il y a un an en odeur de millions. Le laurier et le billet de
banque s'entrelacent dans cette affaire.

C'est à la fin du mois qu'Édouard Donon-Cadot, fils du riche banquier de
Pontoise, et prévenu de complicité dans l'assassinat de son père,
paraîtra devant la cour d'assises. M. Chaux-d'Est-Ange plaide pour ce
malheureux jeune homme. Nous tiendrons nos lecteurs au courant de cette
terrible aventure, et puissions-nous avoir un innocent à leur montrer!



Théâtres.

Théâtre-Français. _Catherine II_, tragédie en cinq actes, de M.
Hippolyte Romand.

On connaît la triste et lamentable aventure d'Iwan VI; encore enfant et
appelé au trône après la mort de l'impératrice Anne, une révolte le
renversa au bout de quelques mois et mit le sceptre impérial aux mains
de l'indolente et voluptueuse Élisabeth; Iwan, devenu une menace et un
danger, fut enfermé dans une forteresse; il y vécut pendant vingt ans,
sans relâche à sa captivité; un jour enfin, sous le règne de Catherine
II, on apprit que quelques soldats conduits par un officier, ayant tenté
de délivrer Iwan pour le proclamer empereur, le commandant de la prison
avait tué le prince à coups de sabre, plutôt que de le laisser au
pouvoir des rebelles; manière un peu violente de répondre d'un
prisonnier.

Quand Iwan périt de cette façon tragique, il avait vingt-quatre ans.

Bien que la tragédie de M. Hippolyte Romand porte le nom de Catherine,
Iwan y joue un rôle très-important et pourrait, sans trop de vanité,
réclamer son droit à baptiser l'ouvrage. C'est en effet la captivité,
c'est la mort d'Iwan qui en fait le fond et l'intérêt. Seulement, M. H.
Romand s'inquiétant fort peu du récit historique, le modifie à son gré,
le dénature à sa fantaisie, et, au lieu du fait connu, substitue
l'invention romanesque.

[Illustration: _Scène de Catherine II_, 3e acte; Iwan, M. Beauvallet;
Orloff, M. Guyon; Bestuchef, M. Maubant; Catherine, mademoiselle Rachel;
Augusta, mademoiselle Araldi.]

Il suppose Catherine éprise d'Iwan et projetant d'en faire son mari et
de l'élever au trône; c'est là une pensée peu vraisemblable dans une
femme comme Catherine, qui tenait tant à son autorité achetée par
beaucoup de hardiesse et si glorieusement exercée. Mais enfin, prenons
du poète ce qu'il lui convient de nous donner. Catherine aime donc Iwan
et songe à le rendre libre. De son côté Iwan a été séduit par la beauté
de Catherine, qu'il a vue plusieurs fois passer sur un traîneau rapide
au pied de sa prison; et même, si je ne me trompe, les deux amants ont
ou plus d'une entrevue sentimentale sous les verrons; mais par une idée
singulière, et qui n'est peut-être pas suffisamment digne de la sévérité
de la tragédie, Catherine a dissimulé son nom et sa personne, et s'est
donnée à Iwan pour une certaine princesse Augusta qui fait partie de sa
cour. Iwan donc croit aimer la princesse Augusta et non pas Catherine,
qu'il s'imagine au contraire n'avoir jamais vue.

[Illustration: Mademoiselle Rachel Félix, d'après un médaillon de M.
Adam Salomon.]

Tout irait à souhait, et probablement Catherine épouserait Iwan, mariage
qui ferait bien rire l'histoire, si Orloff n'était pas là; or, Orloff
n'a pas le moins du monde l'envie de céder à Iwan sa place dans la
confiance de Catherine, et de se dépouiller de son autorité. Il est donc
de son intérêt de jeter le trouble entre Iwan et Catherine, en attendant
mieux; c'est ce qu'il fait sans ménagement aucun, et voici à quelle
occasion: Catherine a résolu de faire sortir Iwan de sa prison et de
l'amener dans son palais; elle veut le préparer par là au bonheur
qu'elle lui réserve. Si j'ai bonne mémoire, c'est à l'aide d'un jeu
fantasmagorique qu'elle le tire de sa forteresse, et qu'elle l'introduit
dans sa cour. Il y a dans tout cela, ce me semble, une espèce de
philtre, qui fait d'Iwan une sorte de dormeur éveillé. Or, voici notre
prisonnier à Saint-Pétersbourg, dans le palais impérial, où Catherine va
venir accompagnée de tout l'éclat souverain, et suivie du cortège des
courtisans.

Orloff, qui craint pour son pouvoir le résultat de cette entrevue, a
pris ses précautions: il est allé trouver Iwan dans sa prison, et là il
lui a raconté les actions les plus compromettantes pour Catherine.
Orloff, en outre, a remis à Iwan une lettre qui contient des faits
très-graves sur la mort de Pierre III. Iwan a le coeur ingénu; il
s'indigne, et manifeste pour Catherine une antipathie très-peu
respectueuse. C'est ce que Orloff demandait, espérant bien qu'à
l'occasion il aurait le profit de cette indignation.

Ce profit, en effet, ne se fait point attendre. Iwan, comme nous l'avons
dit, arrive au palais; toute la cour est assemblée. Par continuation du
roman de là-haut, Catherine a posé une couronne sur la tête de la
princesse Augusta, pour donner le change à Iwan et lui faire croire
qu'Augusta est l'impératrice. Quant à elle, Catherine, elle continue à
remplir le rôle d'Augusta. L'impératrice se promet, sans doute, beaucoup
de satisfaction de ce quiproquo; que de joie quand Iwan apprendra le nom
véritable de celle qu'il aime! quelle charmante surprise quand il saura
qu'il a affaire à Catherine!

Il en arrive tout autrement, et la vertu d'Iwan ne donne pas le temps à
Catherine de se nommer. Voyant venir la princesse Augusta, il s'imagine
trouver en elle Catherine II; le récit d'Orloff lui revient à l'esprit;
alors il ne se contient plus et adresse à Augusta, sous prétexte qu'elle
est Catherine, les plus vives apostrophes. Cependant la véritable
Catherine est présente et reçoit ce déluge d'accusations en silence et
en continuant à garder, aux yeux d'Iwan, le plus strict anonyme. Je
vouss demande si la cour est scandalisée de l'aventure; on reconduit
Iwan en prison sur un signe de l'impératrice; Iwan cependant ne se
retire pas sans avoir montré violemment à la prétendue Catherine
(Augusta) la lettre qu'il tient d'Orloff et qui compromet la véritable
Catherine.--Je ne sais si je me fais comprendre au milieu de cet
imbroglio.

L'insulte a été violente et publique; mais Catherine ne désespère pas de
ramener Iwan et de conserver son amour; toujours cachée sous le nom
d'Augusta, elle se rend près de lui, dans sa prison. Iwan, encore tout
ému de la scène que nous avons racontée, continue à témoigner son
éloignement pour Catherine; Catherine cherche à l'excuser; c'est sa
propre cause qu'elle plaide sans qu'Iwan s'en doute; celui-ci, qui a
l'entêtement de la vertu convaincue, ne recule pas d'une ligne, et la
situation n'est déjà plus tenable pour Catherine, quand tout à coup
Orloff arrive; il écoutait aux portes sans doute. Orloff, en bon apôtre,
fait semblant de vouloir prendre le parti de l'impératrice outragée par
Iwan. «Je me défendrai bien moi-même!» s'écrie enfin Catherine poussée à
bout et laissant son amour-propre reprendre le dessus et dominer son
amour.

«Quoi, vous êtes Catherine! s'écrie Iwan.--Oui,» répond-elle. Dès ce
moment tout est dit; il n'y a plus d'erreur possible: c'est à Catherine
elle-même qu'Iwan s'adresse, et il ne la ménage pas plus maintenant
qu'il ne le faisait en croyant parler à Augusta.

Je n'ai pas besoin de dire que l'amour qu'Iwan ressentait pour la
soi-disant Augusta est complètement détruit par cette découverte qu'il
fait de Catherine dans cette Augusta jusqu'ici adorée: autant Iwan
l'adorait, autant il l'exècre maintenant. Catherine tente un dernier
effort pour reconquérir ce coeur révolté; mais elle y perd son
éloquence, et Iwan s'amende si peu qu'il va jusqu'à la menacer de son
poignard, ce qui est bien fort; que vous en semble?

En même temps, Iwan conspire contre Catherine et veut la renverser, du
fond de sa prison: ses amis sont tout prêts; dans un instant Catherine
sera au pouvoir d'Iwan; il a la complaisance de le lui annoncer.

Iwan se trompe, car Orloff veille; résolu de se défaire d'Iwan, de peur
d'un pardon de la part de Catherine, il aposte des gens dévoués à sa
cause, et les charge de tuer Iwan; ainsi font-ils. Catherine, sauvée par
ce coup de main, n'en donne pas moins un regret à Iwan, en même temps
qu'elle exprime son mécontentement à Orloff; Catherine déclare ensuite
qu'elle va chercher dans la gloire une compensation aux déceptions de
l'amour.

Telle est la table inventée par M. Romand; on peut lui reprocher
l'invraisemblance des moyens, et surtout ce quiproquo peu tragique et
cette substitution de personnes sur lesquels l'ouvrage repose presque
tout entier; peut-être aussi l'action flotte-t-elle çà et là dans le
vague, et les personnages font-ils comme l'action; la marche de l'oeuvre
et les caractères ne sont pas toujours assez nettement indiqués et
soutenus; mais ces défauts--qui n'a pas les siens?--sont rachetés par
des situations très-vives et très-dramatiques, par la chaleur des
sentiments et par des parties de style très-brillantes et
très-énergiques qui compensent amplement les faiblesses de quelques
tirades incertaines et flottantes. En un mot, _Catherine II_ est un
ouvrage qui n'est point sans taches, mais ces taches s'effacent à côté
de beautés incontestables. Heureux qui a ce partage! Félicitons donc M.
Romand de cette oeuvre, qui honore son talent; félicitons-le du succès
qu'il a obtenu.

Mademoiselle Rachel a reparu, dans le rôle de Catherine, après une
absence trop longue pour ses admirateurs; mademoiselle Rachel, dans ce
rôle, a été fière, impérieuse et pleine de mouvements dramatiques;
Beauvallet (Iwan) l'a très-tragiquement secondée. Les beaux vers de M.
Romand et mademoiselle Rachel maintiendront _Catherine II_ dans ce
succès du premier jour et ne feront que l'affermir.



THÉÂTRE DU PALAIS-ROYAL.--LE TROUBADOUR OMNIBUS!
LES DOUZE ARRONDISSEMENTS DE PARIS, PAR CHAM.

Nous ne sommes plus, grâce à Dieu, dans le tragique, tant s'en faut.
Quittons M. Beauvallet, et passons au théâtre du Palais-Royal. Le
théâtre du Palais-Royal est un garçon de bonne humeur, qui est bien loin
de conspirer et d'égorger les gens, comme ce scélérat de
Théâtre-Français, qui tire son poignard à tout propos; lui, au
contraire, divertit son public et met sur ses chagrins, s'il en a, le
baume d'un gros rire à gorge déployée. Telle est le suprême et excellent
spécifique que _le Troubadour Omnibus_ administre en ce moment aux
habitués du théâtre du Palais-Royal. Ce troubadour est représenté par M.
Levassor; quant à son nom ou à son titre d'_Omibus_, il ne l'a pas volé:
c'est bien un omnibus en effet, contenant un peu de tout, chantant,
dansant, déclamant, gambadant, selon la circonstance.

Mon troubadour se trouve au spectacle et dans une stalle d'orchestre. La
troupe tout entière est indisposée, et le spectacle va manquer faute de
pièces et d'acteurs. «Présent!... dit notre troubadour, quittant son
rôle de spectateur et s'offrant au directeur aux abois. Voulez-vous de
la tragédie? en voici; de la comédie? en voilà, du ballet, du mélodrame,
de la musique, de la danse? en voici et en voilà encore! Vous ne pouvez
pas nous donner les _Trois Quartiers_, comédie de MM. Picard et Mazères?
Je vais vous montrer les douze arrondissements de Paris. Racine et
Corneille sont malades? prenez ma lanterne magique. Et ainsi notre
troubadour console le directeur, et ravit le publie, surpris et charmé
de son aplomb, de son savoir et de son trésor de ressources burlesques
et inépuisables.

Il n'y a rien de tel que d'être tout à tous, et d'avoir plusieurs
muscades dans son sac.

[Illustration: La Halle.--Un poisson qui n'est pas inodore.]

[Illustration: Quartier Notre-Dame-de-Lorette.--Le cauchemar d'une
polkeuse.]

[Illustration: Exposition de l'Industrie.--Inconvénient d'un chapeau
hydrofuge pour un homme qui veut se noyer.]

[Illustration: Le Temple.--Un habit neuf d'occasion.]

[Illustration: Les Champs-Élysées.--Une promenade sentimentale sur des
chevaux de louage.]

[Illustration: Les Quais.--Les bains à 4 sous.]

[Illustration: École de Médecine.--Les semblables traités par les
semblables.]

[Illustration: Faubourg Saint-Antoine.--L'éléphant de la Bastille, mangé
par les rats, change de place.]

[Illustration: Le Marais.--Un vieil ivrogne engageant ses bottes pour se
mettre sur un bon pied.]

[Illustration: Quartier Mouffetard.--Fabrication d'un cheval au Marché
aux Chevaux.]

[Illustration: Observatoire.--La Lune observe les Astronomes.]

[Illustration: Gros-Caillon.--Un fumeur heureux de respirer les parfums
du tabac de la régie.]



Bulletin bibliographique.

_Histoire de la Chute des Jésuites au dix-huitième siècle_ (1750-1782);
par le comte Alexis de Saint-Priest, pair de France. 1 vol. in-8. Paris,
1844. _Amyot._ 7 fr. 50.

_Les Jésuites et l'Université;_ par M. Génin, professeur à la Faculté
des lettres de Strasbourg (deuxième édition).--Paris, 1844. _Paulin_. 1
vol. in-18. 3 fr 50.

_Lettres sur le Clergé et sur la Liberté d'enseignement;_ par M. Libri,
membre de l'Institut.--Paris, 1844. _Paulin._ 1 vol. in-8. 4 fr.

«Vers le déclin du dix-huitième siècle, la société de Jésus fut bannie
des principaux États catholiques et supprimée par le saint-siège, dit M.
le comte Alexis de Saint-Priest au début du premier chapitre de son
ouvrage. Quoique cet événement ait vivement frappé les contemporains,
l'histoire n'en a pas été écrite; du moins les faits qui s'y rattachent
ont été présentés sous les plus fausses couleurs. C'est une lacune
véritable dans les annales du dix-huitième siècle; il nous a paru utile
d'y suppléer. Nous l'essaierons avec d'autant plus de confiance que nous
pouvons appuyer un récit impartial sur des documents authentiques. Ce
n'est pas nous que l'on va entendre, ce sont les acteurs même du drame:
Pombal et Choiseul, Clément XIV et Pie VI, le cardinal de Bernis et le
père Ricci, Charles III et Louis XV, Frédéric et Joseph; puis (nous le
disons à regret), à côté de ces souverains et de ces hommes d'État, une
femme, une favorite, la marquise de Pompadour.»

Voyons donc comment M. le comte Alexis de Saint-Priest a comblé cette
lacune qu'il signale dans les annales du dix-huitième siècle.

D'abord, avant de commencer l'examen détaillé de la chute des jésuites,
il croit devoir protester contre une erreur généralement répandue, mais
répandue à dessein. Tous les partis vaincus cherchent au dehors les
causes d'une défaite dont ils trouveraient le principe en eux-mêmes. Les
panégyristes de la société la montrent succombant à une conspiration
préparée avec art, amenée de très-loin, rendue inévitable par des
machinations très-compliquées. A les en croire, les rois, les ministres,
les philosophes se sont ligués contre elle, ou, ce qui est la même chose
à ses yeux, contre la religion. Dans l'opinion de M. de Saint Priest, ce
point de vue est inexact. Pour renverser le jésuitisme, il n'y a eu,
dans l'origine, ni préméditation, ni plan, ni concert. La philosophie,
pas plus que la politique, ne peut être accusée de leur chute; le hasard
seul les a perdus Les hommes qui les premiers attaquèrent les jésuites
n'étaient point les adeptes de la philosophie française; ses maximes
leur étaient étrangères. Des causes toutes locales, toutes
particulières, toutes personnelles atteignirent la société dans son
pouvoir, si longtemps incontesté; et, pour comble d'étonnement, ce corps
si vaste, dont les bras s'étendaient, comme on l'a dit souvent, jusqu'à
des régions naguère inexplorées, cette colonie universelle de Rome, si
redoutable à tous, parfois même à la métropole; cette société de Jésus,
enfin, si brillante, si solide en apparence, reçut la première blessure,
non de quelque grande puissance, non sur un des principaux théâtres de
l'Europe, mais à l'une de ses extrémités, dans l'une de ses monarchies
les plus isolées et les plus affaiblies.

C'est du Portugal que partit le coup. Le marquis de Pombat, ministre
tout-puissant de Joseph 1er, parvenu à un crédit sans bornes après le
tremblement de terre de Lisbonne, ne songea plus qu'à exécuter les deux
grands projets qu'il avait conçus, rabaissement de l'aristocratie et
l'expulsion des jésuites. Les grands ne voulaient pas qu'il devint leur
égal; il résolut d'être leur maître. Quant aux jésuites, il les frappait
comme dangereux au bien public, et non comme dangereux à son crédit.
Leur établissement à la cour de Lisbonne coïncidait avec le déclin de la
monarchie portugaise. Ils avaient livré le royaume à l'étranger. Ces
deux projets, Bombal parvint à les exécuter. Le coup de pistolet tiré
sur le roi l'autorisa à faire décapiter les principaux _fidalgues_. La
noblesse abattue, il accusa les jésuites d'avoir fomenté la conjuration
tramée contre le roi; puis il consulta le saint-siège, et, comme la
réponse de Clément XIII tardait à venir, il enleva aux jésuites
portugais l'instruction de la jeunesse, les fit embarquer de force sur
des bâtiments de la marine royale et marchande, et jeter sur les côtes
d'Italie; il confisqua tous leurs biens et les déclara réunis à la
couronne. Enfin, profitant d'une démarche imprudente du nonce, il lui
envoya ses passe-ports, et rappela de Rome, avec un éclat affecté,
l'ambassadeur du Portugal accrédité près du saint-siège.

Au bruit de la chute des jésuites dans une contrée lointaine, leurs
ennemis s'étaient partout éveillés. On s'étonna, en France, de la
facilité avec laquelle l'ordre avait subi son arrêt. Le défaut de
résistance enhardit l'inimitié; la probabilité du succès doubla le
nombre des adversaires. Il ne fallait qu'une occasion, et, par une autre
loi de l'humanité, l'occasion ne se fit pas attendre: la ruine des
jésuites de France devint inévitable; une intrigue de cour l'avait
préparée, un scandale public l'acheva. Madame de Pompadour jura leur
perte parce que les confesseurs du roi refusaient de lui permettre
d'approcher des sacrements à moins qu'il n'éloignât de lui l'ancienne
favorite. A la même époque, la scandaleuse faillite du père Lavalette,
que la société fit la faute énorme d'abandonner, préoccupa vivement
l'attention publique. Non-seulement les jésuites, déclarés solidaires
pour la dette de leur supérieur, furent condamnés à payer un million
cinq cent deux mille deux cent soixante-six livres et à tous les dépens;
mais dans le cours du procès, on les somma de produire leur règle,
jusqu'alors soigneusement cachée aux regards profanes. Dès lors toutes
les petites questions disparurent: les maîtresses, les banqueroutes,
madame de Pompadour, le père Lavalette; tous les accidents de cette
affaire s'effacèrent devant la société elle-même. Partout on voulut
voir, on voulut toucher ces constitutions mystérieuses (2).

[Note 2: Les fameuses Constitutions des Jésuites viennent d'être
réimprimées, avec la traduction en regard, d'après l'édition de Prague.
1 vol, in-8. Chez _Paulin._ 3 fr. 60.]

Sa maîtresse demandait en vain à Louis XV l'expulsion des jésuites; il
résista longtemps: il craignait d'avoir pour ennemis les hommes qui
avaient armé le bras de plusieurs régicides. Madame de Pompadour mit
alors M. de Choiseul dans ses intérêts. Le ministre et la favorite lui
inspirèrent des frayeurs plus grandes en lui montrant le peuple et les
parlements prêts à se soulever contre la société de Jésus. Fatigué plus
que convaincu, il céda; toutefois, il ne consentit pas à la destruction
immédiate de l'ordre; il fit écrire à Rome pour obtenir une réforme. On
connaît la réponse des jésuites:--_Sint ut sint, aut non sint._--Qu'ils
soient comme ils sont, ou qu'ils ne soient plus.» Malgré les efforts
d'un parti puissant à la cour, Louis XV décida (1764) que les jésuites
ne seraient plus.

Deux ans après, au moment où l'Espagne et l'Europe s'y attendaient le
moins, parut à Madrid un décret royal qui abolissait l'institut des
jésuites dans la Péninsule, et les chassait de la monarchie espagnole.
Quelles furent les causes de cette mesure imprévue? ou ne le sait pas
d'une manière positive. Les jésuites se trouvèrent fort embarrassés
d'expliquer la conduite de Charles III, et de justifier cette
flétrissure imprimée à leur société par un prince moral, sincère et
d'une dévotion exaltée; ils accusèrent les dominicains et le duc de
Choiseul. Quant au roi d'Espagne, il révéla en partie ses motifs à
l'ambassadeur de France, le marquis d'Ossun. Il n'avait contre les
jésuites aucune animosité personnelle; mais l'insurrection de 1766,
l'émeute des chapeaux,--lui ouvrit les yeux. Les jésuites l'avaient
fomentée, il en était sûr; il en possédait la preuve. «Si j'ai quelques
reproches à me faire, dit Charles III (dépêche du marquis d'Ossun au duc
de Choiseul), c'est d'avoir trop épargné ce corps dangereux.» Puis,
poussant un profond soupir, il ajouta: «J'en ai trop appris.»
Qu'avait-il appris? il ne le révéla pas.

La procédure contre les jésuites avait duré un an. Jamais secret ne fut
mieux gardé; le 2 avril 1767, le même jour, à la même heure, en Espagne,
au nord et au midi de l'Afrique, en Asie, en Amérique, dans toutes les
îles de la monarchie, les gouverneurs généraux des provinces, les
alcades des villes ouvrirent des paquets munis d'un triple sceau; la
teneur en était uniforme. Sous les peines les plus sévères, on dit même
sous peine de mort, il leur était enjoint de se rendre immédiatement, à
main armée, dans la maison des jésuites; de les investir, de les chasser
de leurs couvents, de les transporter comme prisonniers dans les
vingt-quatre heures à tel port désigné d'avance. Les captifs devaient
s'y embarquer à l'instant même, laissant leurs papiers sous le scellé,
et n'emportant qu'un bréviaire, une bourse et des hardes. Ces ordres
furent exécutés avec une précipitation nécessaire peut-être, mais
barbare. Après avoir erré pendant six mois sur les mers, sans secours,
sans espérance, accablés de fatigue, décimés par les maladies, repoussés
par leur ordre même, les jésuites espagnols trouvèrent enfin dans des
casemates de la Corse un asile misérable, et un sort peu différent de
leur détresse.

Las de toutes les querelles monastiques qui l'occupaient depuis si
longtemps, étonné, indigné de leur importance, Choiseul voulut en finir
avec elles à tout prix. Il profita de l'accès de colère du roi
d'Espagne, et lui proposa une démarche audacieuse, mais définitive. Il
l'engagea à demander au saint-siège, d'accord avec la France et Naples,
l'abolition complète et générale, la suppression de la société de Jésus.
L'histoire de ces négociations remplit entièrement les deux chapitres
les plus intéressants de l'ouvrage de M. de Saint-Priest. L'affaire de
Parme, la mort de Clément XIII, la réunion du conclave, la visite de
l'empereur Joseph II à Rome, l'élévation de Ganganelli, les intrigues du
comte de Florida-Blanca et du cardinal de Bernis, les indécisions de
Clément XIV, tels sont les faits principaux sur lesquels il publie une
suite de renseignements inédits que le défaut d'espace nous empêche
d'analyser. Enfin Clément XIV se détermina à céder aux instances
menaçantes de l'Espagne. Le 21 juillet 1773 parut le célèbre bref
_Dominus ac Redemptor_. Avant de le signer, Ganganelli avait dit en
soupirant:--La voilà donc cette suppression! Je ne me repens pas de ce
que j'ai fait... Je ne m'y suis décidé qu'après l'avoir bien pesé... Je
le ferais encore, mais cette suppression me tuera... _Questa
suppressions mi darà la morte._»

Cette prédiction ne devait pas tarder à s'accomplir. Le 22 septembre
1774, l'infortuné Clément XIV expira après six mois de tortures.
Personne alors ne douta d'une mort violente, et Rome entière s'écria:
«Clément XIV a péri par l'_aqua tofana del Peruggia!_» Les dénégations
vinrent plus tard. Bien qu'il n'accuse personne, M. de Saint-Priest
parait convaincu que Ganganelli mourut empoisonné. A l'appui de son
opinion, il cite des fragments curieux de la correspondance du cardinal
de Bernis.

Chose étrange, les jésuites, chassés de tous les pays catholiques,
trouvèrent dans les pays protestants une ressource inespérée. Après nous
avoir fait assister aux luttes bizarres de Joseph Il et de Pie VI, M. de
Saint-Priest nous montre, dans un dernier chapitre, les membres de la
compagnie de Jésus niant la légalité du bref de Clément XIV, en appelant
au futur concile, portant fièrement les enseignes d'Ignace à la face des
puissances qui les avaient hautement proscrites, trouvant enfin un appui
inespéré en Prusse et en Russie, auprès de Frédéric et de Catherine.
Tant que les philosophes n'attaquèrent que la religion, le roi de Prusse
les avait applaudis et défendus; le jour où ils abordèrent les questions
politiques, il les abandonna; il essaya de les neutraliser en soutenant
de sa main puissante les restes de la société de Jésus. Quant à
Catherine, elle chercha dans les jésuites des auxiliaires politiques. Sa
confiance en eux ne fut pas trompée: les jésuites la servirent
puissamment dans ses desseins sur la politique. Ce fut dans la
Russie-Blanche que se conserva la pépinière de la société. Un homme de
talent, reste désormais éteint de ces grands jésuites des derniers
siècles, un successeur véritable des Aquaviva et des Luynes, le père
Grouber, nommé général de son ordre, se maintint dans les bornes d'une
prudente politique. Plus tard, un prosélytisme ardent et indiscret fit
bannir les jésuites de l'empire qui leur avait ouvert un si constant
asile; mais leur établissement dans le Nord ne leur était plus
indispensable. Déjà Pie VII les avait relevés de leur déchéance, et la
bulle de ce souverain pontife (Sollicitudo omnium Ecclesiarum), datée du
7 août 1814, en révoquant le bref de Ganganelli, lui donna un démenti
formel, et rétablit la société dans toute l'étendue des deux mondes.

Cette histoire, que M. A. de Saint-Priest termine au 7 août 1814, MM.
Génin et Libri la continuent, pour ainsi dire, jusqu'à ce jour. La
nature même de leurs ouvrages ne nous permet pas de les analyser. _Les
Lettres sur le Clergé et sur la liberté d'enseignement et les Jésuites
et l'Université_ sont des documents qu'il faut lire. Ce sont des
collections d'articles publiés à diverses époques dans les journaux ou
dans les revues politiques. MM. Libri et Génin ont depuis longtemps
déclaré la Guerre aux jésuites, dont ils signalent les envahissements
redoutables, et cette lutte, ils la soutiennent encore avec autant
d'esprit que de courage. Tantôt ils attaquent, tantôt ils sont obligés
de se défendre. Ces deux volumes ne contiennent donc pas une histoire
grave, impartiale, complète de la congrégation de Jésus, depuis son
rétablissement par Pie VII; mais on y trouvera, quelque opinion que l'on
professe d'ailleurs, tous les éléments de cette histoire; une masse de
révélations curieuses qui n'ont pas été démenties, et un certain nombre
de passages qui rappellent les plus heureuses inspirations de Pascal et
de Voltaire.

_Les Jésuites et l'Université_ se divisent en trois parties. Dans la
première, M. Génin examine le tort que les jésuites font à la religion;
la seconde énumère leurs attaques contre l'Université, et la troisième a
pour titre l'_Enseignement des Jésuites_.

M. Libri a traité les mêmes sujets que M. Génin; mais, au lieu de les
reproduire en quelque sorte, ses _Lettres_ complètent _les Jésuites et
l'Université_. Elles sont Intitulées: 1º De la liberté de conscience; 2°
Y a-t-il encore des jésuites? 3° Les nouveaux casuistes; 4º Les luttes
de l'Université contre le clergé; 5º De la liberté d'enseignement.--A
cette discussion polémique, M. Libri a ajouté plusieurs documents
précieux, entre autres, le rapport fait par Portalis à la chambre des
pairs, en 1827, sur la pétition de M. de Montlosier.

_L'École éclectique et l'École française,_ par M. Saphary, professeur de
philosophie au collège Bourbon.--Paris, 1844. Joubert. 1 vol. in-8. 6
fr.

Ce livre est un plaidoyer en faveur de l'école française contre l'école
éclectique. M. Saphary attaque M. Cousin, son supérieur, et défend M.
Laromiguière, son maître et son ami. Il pense, avec Rousseau, que des
égards ne doivent pas l'emporter sur les devoirs.» Comme l'illustre
philosophe de Genève, il s'écrie: «Justice, vérité, voilà les premiers
devoirs de l'homme. Toutes les fois que des ménagements particuliers lui
font changer cet ordre, il est coupable.»

Le jeune professeur de philosophie du collège Bourbon le déclare
lui-même: il ne vient pas, en transfuge de l'Université, servir la cause
de ses éternels ennemis. Mais il appelle de toutes ses sympathies le
concours légitime et salutaire du clergé de France, «qu'on enveloppe,
dit-il, dans une funeste solidarité, et dont l'action religieuse est
affaiblie par le contact qu'on lui suppose avec une congrégation que
m'autorise pas la loi, et que repousse l'esprit public.» Aussi lui
conseille-t-il de désavouer ces liens secrets, cette domination
étrangère qu'on lui prête, s'il veut prendre la mesure d'influence qui
lui appartient, et que réclame le bien de la société. D'un autre côté,
il engage l'Université à ne pas confondre la cause d'une école étrangère
avec sa cause propre, qui est toute nationale; car il ne convient pas à
sa dignité d'abriter derrière les noms de Descartes, de Bossuet, de
Fénelon, des doctrines antipathiques à leurs doctrines, et dont le corps
épiscopal s'est vivement ému, alors qu'il défendait les prérogatives de
la raison, attaquée au sein même de l'instruction publique. «Pour dire,
en un mot, toute notre pensée, s'écrie M. Saphary, en terminant sa
préface, nous ne voulons ni les jésuites, ni les éclectiques; nous
désirons qu'une direction nouvelle soit donnée à l'enseignement
philosophique.»

Dans la première partie de son livre, l'École éclectique, M. Saphary
essaie de prouver que l'éclectisme n'a introduit aucune idée neuve dans
la science, ne l'a délivrée d'aucune erreur, et que, n'ayant pas pu
créer, après les grands maîtres de la philosophie, une oeuvre originale,
il s'est vainement efforcé de former, de leurs pensées diverses, une
doctrine unique qu'ils ne puissent pas désavouer.

Dans son opinion, l'éclectisme est un nom sans réalité. Appliqué aux
sciences, il en devient la dislocation. Il n'a pas de méthode fixe, il
est dépourvu de critérium pour discerner le vrai d'avec le faux; il
propose des transactions; il tend à effacer le caractère de la vérité, à
affaiblir les croyances, à énerver les âmes; enfin, il a porté le
trouble dans l'Université, et il a déconsidéré la philosophie autant par
ses pauvretés nébuleuses que par ses témérités provocatrices.

La seconde partie, intitulée _l'École française_, est le mémoire
couronné par l'Université au concours sur la philosophie de
Laromiguière. M. Saphary fait d'abord une esquisse de la philosophie
française, telle que l'a prise Condillac des mains de Locke et telle
qu'elle a été enrichie par lui et par ses vrais disciples jusqu'à
Laromiguière. Puis il considère successivement _son maître et son ami_
sous trois points de vue: il apprécie tour à tour le philosophe,
l'écrivain, l'homme. Ce panégyrique se termine ainsi: «Lorsqu'on
pressait ce modèle des philosophes de protéger au moins son oeuvre
contre les objections qu'on murmurait autour de lui, il répondait avec
un profond désintéressement: «Si mon livre renferme la vérité, c'est en
vain qu'on l'attaquera; sinon, qu'il périsse.» Il ne périra pas.»

_Catalogue des Livres_ composant la bibliothèque de feu M. F.-Fréd.
Poncelet.--Paris, 1844. _Delion._ 1 vol. in-8 de 400 pages. 6 fr.

C'est lundi prochain 3 juin que commencera à l'École de Droit la vente
de la belle bibliothèque de feu Fréd. Poncelet. Cette vente se
continuera sans interruption jusqu'au 6 juillet. Trente vacations
suffiront donc pour détruire et disséminer cette magnifique collection
que Poncelet, enlevé trop tôt à ses amis et à la science, avait mis plus
de quarante années à amasser. Aucun professeur n'est jamais parvenu à
recueillir une si grande quantité de matériaux rares concernant
l'histoire du droit. La bibliothèque particulière de Poncelet renfermait
un nombre considérable d'ouvrages français, mais surtout étrangers, dont
les plus riches collections publiques ne possédaient pas un seul
exemplaire, et dont les titres même étaient inconnus de savants. Il est
vivement à regretter que tant et de si précieux trésors, réunis avec
tant de peine et d'argent, soient dispersés en quelques jours dans une
foule de bibliothèques particulières, où la plupart resteront à tout
jamais enfouis sans profit pour la science. Heureusement du moins, il en
restera toujours un catalogue bien fait, dans lequel les hommes qui
s'adonnent au droit, ou qui s'occupent d'histoire ou de littérature,
seront sûrs de trouver une foule d'indications utiles qu'ils
chercheraient vainement ailleurs.

Musée Lambourg.--Une exposition intéressante est ouverte en ce moment
boulevard des Italiens, nº 4. M. Lambourg y montre tout un cabinet
d'histoire naturelle, plantes, fleurs et animaux de grandeurs
naturelles, exécutés en verre et en émail, avec une perfection
d'imitation qui accuse dans cet artiste, outre la possession complète
des procédés matériels, un sentiment et un goût que nos peintres et nos
sculpteurs admireront, et qui étonneront les gens du monde. Nous
parlerons plus en détail de cette curieuse exposition; mais dès
aujourd'hui, nous voulons engager nos lecteurs à la visiter. M. Lambourg
ne se borne pas à montrer les produits façonnés de son art, il exécute
devant les spectateurs des petits chefs-d'oeuvre d'imitation qu'on voit
naître d'une tige de verre exposée au feu d'une lampe, sous sa main
habile et sûre. C'est un art qu'il enseigne et qui doit, nous en sommes
certains, devenir un art à la mode dans le monde.



Modes.

Les dernières courses de Chantilly nous ont fourni des études sur la
mise des hommes, qui est comme toujours empruntée au pays des sportsmen.
Il y a dans l'ampleur des vêtements actuels un air britannique
très-prononcé, et l'habit croisé, dit à la française, n'a de français
que le nom.

L'habit du soir, en couleur de fantaisie, est à taille large, basques
larges et à grands revers; les manches ont aussi de l'ampleur et sont
ouvertes du bas sans boutons.

[Illustration.]

Les gilets très-élégants ont une broderie en soutache ou une petite
guirlande de broderie en soie et or le long des devants, et des boutons
espacés allant jusqu'en haut; les plus merveilleux sont en marcassite.

Les pantalons se font assez larges et se mettent avec ou sans
sous-pieds; ils couvrent le pied aux trois quarts.

Voici un costume d'Humann qui montre dans son ensemble les divers
vêtements que nous venons de détailler.

[Illustration.]

La robe de chambre, dessinée aussi sur un modèle de Humann, est en
velours grenat; elle a sur les devants, autour des poches et des
manches, une broderie en soutache; cette même broderie fait garniture
au-dessous des poches en forme de fer à cheval; les boutons sont espacés
et posés deux par deux, ainsi qu'on peut le voir sur le modèle.

Avec ce costume de chambre, la chemise doit toujours être sans col, mais
seulement froncée sur un poignet, afin de dégager le col. Le toquet
algérien est brodé en ganses d'or et ganses de soie dite soutache de
couleurs tranchées.

Pour les jeunes gens, on fait des redingotes droites très-dégagées;
elles ont presque l'air d'un habit; mais généralement on porte les
redingotes croisées à l'anglaise un peu larges, à taille longue et à
ceinture aisée.

Les gilets châle, ceux qui sont montants, boutonnés, coupés en biais
avec de fortes pinces, ont la plus grande vogue. Leurs étoffes sont de
couleurs claires, mais rien de tranché dans les nuances ne s'y voit. Il
en est de très-bien en piqué anglais à côte; d'autres en couleurs écrues
parcourues de lignes minces et espacées, bleu clair, mauve ou vert
tranché de noir.

Les cravates en foulard uni pour le matin, et en demi-toilette, le satin
fleuri et la soie écossaise sont toujours ce qu'il y a de meilleur air.

Le seul notable changement dans le costume des hommes, c'est le chapeau:
il est maintenant très-petit, bas de forme, un peu cintré vers le
milieu; les bords en sont aussi fort petits et relevés sur le côté.



Amusements des Sciences.

SOLUTION DES QUESTIONS PROPOSÉES DANS LE
SOIXANTE-QUATRIÈME NUMÉRO.

I. Rectifions d'abord l'énoncé de notre première question en excluant de
cet énoncé les pièces de 25 c. et de 50 c., dont les épaisseurs
n'atteignent pas un millimètre.

L'épaisseur des autres pièces de monnaie, depuis l'établissement du
système métrique, est, aussi bien que leur module, fixée en parties
décimales du mètre. Ainsi les pièces de 1 f., 2 f., 5 f., 20 f., 40 fr.,
ont respectivement des épaisseurs exprimées en millimètres par les
nombres

1, 1,9, 2,5, 1,25, 1,5.

Les dix premiers millimètres seront donc formés par les combinaisons
suivantes; savoir:

        1 millim. avec 1 pièce de 1 fr.
        2                    2              1 fr.
        3                    3              1 fr.,
                         ou 2            40 fr.
        4                    4              1 fr.
        5                    2              5 fr., ou 4 de 20 fr.
        6                    6              1 fr., ou 4 de 40 fr.
        7                   2               5 fr.,  et 2 de 1 fr.
        8                   2               5 fr.,  et 3 de 1 fr.
                       ou  2              40 fr., et 4 de 20 fr.
        9                   2                5 fr.,  et 4 de 1 fr.,
                       ou  6              40 fr.
      10                   4                5 fr.,
                      ou 10               1 fr,,
                      ou   8              20 fr.

Ainsi il y a 20 combinaisons que l'on peut employer pour obtenir les dix
longueurs croissant de millimètre en millimètre, jusqu'à 1 décimètre; et
comme il y en a 3 qui correspondent à cette dernière longueur, les
nombres de celles qui pourront servir pour 11, 12, 13 millimètres seront
triples des nombres que nous avons trouvés pour 1, 2, 3, etc. Il y aura
donc 3 fois 17 plus 3, ou 54 manières de former les longueurs comprises
entre 10 et 20 millimètres. Mais, de plus, on pourra former 12
millimètres avec 8 pièces de 40 fr., 15 millim. avec 10 pièces de 40
fr., 16 millim. avec 6 pièces de 5 fr. et 2 de 1 fr., 18 millim. avec 12
pièces de 40 fr., 19 millim. avec 10 pièces de 2 fr.

On n'éprouvera aucune difficulté à continuer cette énumération de
décimètre en décimètre; mais, comme elle nous entraînerait trop loin, il
nous suffira d'avoir indiqué ici la marche à suivre.

[Illustration.]

II. Prenez un parallélogramme articulé, tel que ABba formé par 4 règles
en bois égales deux à deux, et mobiles autour des articulations A, R, b,
a. Fixez les milieux F et f des deux plus longues règles sur un montant
vertical à l'aide de chevilles autour desquelles ces règles sont
mobiles. Par les milieux des deux courtes règles fixez solidement deux
traverses GH, LK assujetties à rester perpendiculaires à ces règles. En
quelque point F ou G de ces traverses que soit fixé chacun des deux
poids égaux P et Q, le système sera en équilibre. Ainsi, même en donnant
au parallélogramme articulé la forme Indiquée sur la figure par des
traits pointillés, l'équilibre aura lieu pourvu qu'il y ait égalité
entre les poids P et Q.

Ce singulier appareil, connu sous le nom de _balance de Roberval_,
présente une espèce de paradoxe mécanique, contraire en apparence à la
théorie connue du levier. Le paradoxe disparaît bientôt quand on
remarque que le parallélogramme articulé ABcd n'est pas un levier
unique, mais bien l'assemblage de deux leviers intimement unis l'un à
l'autre. L'explication du fait ne sera pas difficile si l'on admet le
principe très-égal et très-simple que deux poids égaux se font équilibre
dans une machine, lorsqu'on la dérangeant un peu de la position qu'ils
occupent à un instant déterminé par un mouvement imprimé à la machine,
on fait remonter l'un d'une hauteur précisément égale à celle dont on
fait descendre l'autre. Or, c'est ce qui arrive manifestement dans la
balance de Roberval, ainsi qu'on le voit à l'inspection seule de la
figure.

M. Poinsot, auteur de l'ingénieuse théorie des couples, a donné, dans
ses _Éléments de Statique_, une autre explication très-simple et
très-rigoureuse de la balance Roberval, fondée sur cette théorie. Nous y
renvoyons le lecteur.


NOUVELLES QUESTIONS A RÉSOUDRE.

I. On demande un procédé simple pour compter un million de francs en
pièces de 5 francs.

II. Pourquoi une toupie se soutient-elle debout lorsqu'elle tourne,
tandis qu'elle tombe dès que sa vitesse de rotation est épuisée?

III. D'où vient qu'on tient plus aisément en équilibre sur le bout du
doigt un bâton chargé d'un poids à son extrémité supérieure, que lorsque
le poids est au bas?



Rébus.

EXPLICATION DU DERNIER RÉBUS.

L'enseignement de l'Université a soulevé les murmures du Clergé.

[Illustration: Nouveau rébus.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0066, 1 Juin 1844" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home