Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 0067, 8 Juin 1844
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0067, 8 Juin 1844" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'ILLUSTRATION,

JOURNAL UNIVERSEL,

[Illustration.]

Nº 67. Vol. III--SAMEDI 8 JUIN 1844.
Bureaux, Rue de Seine 33.

Ab. pour Paris.--3 mois, 8 f.--6 mois, 16 f.--Un an, 30 f.
Prix chaque Nº 75 c.--La collection mensuelle br., 2 f. 75 c.

Ab. pour les Dép.--3 mois, 9 f.--6 mois, 17 f.--Un an, 32 f.
Pour l'Étranger           --    10           --    20          --    40



SOMMAIRE.

Histoire de la Semaine. _Portrait de S. M. Nicolas 1er, empereur
Russie.--Théâtres. Théâtre-Français: Le Mari à la campagne; Variétés;
le Chevalier de Grignon.--Courrier de Paris, _Mademoiselle Tagliani dans
la Sylphide.--Exposition des produits de l'Industrie. (6e article).
Éclairage; Produits divers. _Congélateur, glacière des familles;
Fragment d'un Lustre à Gaz par M. Lacarrière; Cadre et Bas-Relief en
chanvre imperméable, par M. Marcuzi de Aguirre; Garniture de cheminée en
bronze doré, par M. Rodel; Lampes par MM. Joanne et
Dehennault.--Académie des Sciences. Compte rendu. Sciences médicales.
(Suite et fin.)--La Fête-Dieu à Aix et le roi René d'Anjou. _Dix-huit
Gravures.--Le Dernier des Commis Voyageurs, roman par M. XXX. (Suite et
fin.)--La police correctionnelle de Paris. _Un vagabond; Costume du
jeune détenu; un Ban rompu; le faux Baron; le faux Paralytique; Vol à
l'Américaine; Vol ou Bonjour; Vol à la Tire.--Bulletin
bibliographique.--Modes. Voiture nouvelle. _Calèche à grandes
guides--Caricature par M. Lacoste. _Décidément, je ne suis pas dans une
belle position_.--Rébus.



Histoire de la Semaine.

L'empereur Nicolas a subitement quitté sa capitale le 21 mai. Avant que
Saint-Pétersbourg eût trouve l'explication de ce brusque départ et eût
connu le but véritable de ce voyage, avant même que nous pussions en
être directement informés à Paris, nous apprenions par les journaux de
la Hollande que le czar avait traversé Berlin et La Haye, et s'était
embarqué le 31 pour l'Angleterre. Le baron de Brunow est allé recevoir
son souverain à son débarquement à Woolwich. De grands préparatifs ont
été improvisés à Buckingham-Palace et à Windsor pour une réception dont
les feuilles anglaises célèbrent d'avance la magnificence et la
splendeur. Le roi de Saxe avait précédé à Londres l'empereur de Russie.
Il semblerait que Sa Majesté saxonne ignorât qu'elle dût se rencontrer
avec ce monarque, car un bal au profit des réfugiés polonais ayant été
organisé à Londres et fixé depuis un certain temps au 30 juin, le roi de
Saxe, auquel une grande fête devait être donnée ce même jour par le
comte de Wilton, s'est prêté à ce qu'elle fut remise pour ne nuire en
rien à la souscription des réfugiés. Quand l'arrivée du czar a été
annoncée, les dames patronnesses se sont réunies pour délibérer sur
l'ajournement du bal polonais à une époque ultérieure; mais il a été
décidé qu'il aurait lieu néanmoins le 10 juin, et que la cour et la
ville pourraient ainsi en même temps, et au besoin chacune de leur côté,
fêter le vainqueur et sympathiser avec les vaincus. Du reste, la visite
de l'empereur Nicolas n'occupe pas seulement la fashion et les curieux
de Londres. Les diplomates trouvent à ce fait toutes les proportions
d'un événement. Sans doute d'autres têtes couronnées se sont mises en
route dans ce même mois de mai; mais le roi des Belges, le roi de Saxe,
le roi de Bavière, ont le privilège de pouvoir quitter leurs sujets et
leurs États sans que l'Europe s'en émeuve beaucoup. Les démarchés de
l'empereur de Russie donnent plus à penser, et les chancelleries,
parodiant le mot de Vestris, se disent: «Que de choses dans une visite!»

[Illustration: Nicolas 1er, empereur de Russie.]

Si celle-ci est de nature à faire songer nos gouvernants, elle ne doit
pas du moins détourner notre attention de ce qui s'est passé chez nous
cette semaine. Notre dernier bulletin a laissé M. le ministre des
affaires étrangères occupant vendredi dernier la tribune de la chambre
des députés, et cherchant à détruire l'effet que M. Thiers avait produit
dans la séance précédente. M. Guizot a été éloquent et habile. Il s'est
attaché à prouver que la conduite qu'il a tenue lui était toute tracée,
lui était imposée par le traité avec Rosas, signé par l'ordre du
président du cabinet du 1er mars. Les termes, en effet, un peu ambigus
de l'article 4 de ce traité, commentés d'une certaine façon, pouvaient
se prêter à faire croire qu'en l'écrivant on n'avait rien voulu dire, et
que l'indépendance de la république de l'Uruguay, quoique stipulée,
était laissée à la merci d'une guerre qu'il était loisible au président
de Buenos-Ayres, non pas même de reprendre plus tard, mais de continuer
immédiatement. M. Thiers est remonté à la tribune; et, muni de documents
officiels, armé notamment du procès-verbal de conférences dressé par le
signataire du traité, M. l'amiral Mackau, aujourd'hui ministre de la
marine, il a déterminé le véritable sens de cet article 4, et prouvé
toute la portée qu'il avait. Il a montré qu'alors qu'on faisait entendre
la menace au président Rosas, et qu'on l'amenait à une satisfaction, la
France n'avait à faire valoir contre Buenos-Ayres que pour deux millions
de réclamations; que, depuis cette époque, et au mépris du traité, le
chiffre de celles que nous aurions exercer se monte à dix millions. Nos
intérêts et notre dignité nous font donc, à ses yeux, une loi de mettre
un terme aux exactions de Rosas, comme l'humanité nous impose le devoir
d'entendre la voix de nos compatriotes de Montévidéo. M. Thiers avait
été rarement plus pathétique en même temps que plus énergique. Nous
dirions qu'il a entraîné la Chambre entière, s'il n'avait rencontré
quelques interrupteurs, dont les contradictions lui ont fourni plusieurs
beaux mouvements d'éloquence. Il a vu et il a dit que le sentiment
manifeste de la Chambre devait le rassurer et lui suffire; que le
ministère ne s'y méprendrait pas; qu'il comprendrait dans cette
occasion, comme dans celle du droit de visite, qu'il y avait un parti
meilleur à prendre que celui qu'il avait précédemment adopté. M. Guizot
a cru ne pas devoir contredire ces paroles; il s'est engagé à prendre
toutes les mesures nécessaires pour assurer les personnes, les
propriétés et les droits des Français établis à Montévidéo. Nous ne
saurions donc croire à la nouvelle que le _Times donnait pendant que
cet engagement se prenait à notre tribune; «L'amiral français Lainé est
arrivé, dit cette feuille, le 25 février, à Montévidéo. On annonçait que
ses instructions étaient d'insister sur _le désarmement des Français.»

La discussion des crédits supplémentaires, à laquelle cette mémorable
lutte oratoire avait servi d'ouverture, a ensuite paisiblement et
solitairement suivi son cours. Après des émotions aussi vives, une
attention aussi soutenue, les chiffres amènent promptement la fatigue,
et on les vote par ennui et pour en finir. Cependant un débat et une
lutte se sont engagés à l'occasion d'une somme demandée par le ministre
des finances pour être employée par lui en subventions et indemnités aux
maîtres de postes dont l'établissement des chemins de fer a pu rendre la
position difficile. On a fait observer d'un côté que l'État, après
s'être imposé d'aussi grands sacrifices que ceux que met à sa charge la
loi de 1812, et après avoir établi le réseau de fer, doit se regarder
comme dispensé d'en consentir de nouveaux pour le maintien des relais de
poste; que les voies nouvelles de communication seraient présumées bien
insuffisantes et deviendraient doublement ruineuses, si l'on se croyait
forcé d'entretenir toujours, comme _en cas, des relais de poste à côté
d'elles, et de le faire aux dépens de l'État; que les conseils
municipaux des villes qui avaient adopté l'éclairage au gaz n'avaient
pas cru devoir pousser la précaution jusqu'à continuer à entretenir les
réverbères. D'autres opposants à la mesure ont fait observer que le
gouvernement devait, s'il entrait dans un pareil système, le mettre
franchement aux voix et demander, sauf à se la voir refuser, la somme
nécessaire pour l'entretien de tous les relais; mais que s'engager et
engager la Chambre dans une dépense insignifiante d'abord et volée à
titre de secours individuels, c'était ou trancher la question sans la
mettre en délibération, ou, si l'on n'avait pas d'arrière-pensée,
prendre une mesure évidemment insuffisante et qui ne donnerait lieu qu'à
des actes de favoritisme impropres à assurer le bien du service.
L'allocation a été rejetée malgré l'insistance de M. le ministre des
finances.--La discussion s'est ouverte ensuite sur les crédits demandés
pour l'Algérie. La solidité qu'a prise depuis deux ans notre
établissement en Afrique a ramené au maintien de l'occupation beaucoup
de députés qui jusque-là s'y étaient montrés opposés; aussi la
commission proposait-elle sans conteste l'adoption de toutes les
demandes. Elle s'était bornée à proposer une seule réduction de 10,000
f. sur les travaux du génie; c'était une sorte de critique du parti que
le gouverneur général avait adopté de faire établir cinq postes
fortifiés sur la limite qui sépare le Tell du Sahara algérien. Cette
extension de notre domination, cette occupation de l'intégralité de la
régence, avait effrayé quelques esprits. Mais la considération que c'est
là la terre nourrice de toute cette partie de l'Afrique, que c'est là
que les tribus du sud sont forcées, pour vivre, de venir chercher leurs
céréales, et que, par conséquent, le dominateur du Tell est maître du
Sahara algérien, en a touché beaucoup d'autres. Toutefois il a été
évident que la guerre pour la guerre n'était, dans la Chambre, approuvée
par personne, et que l'expédition faite récemment, sans aucune bonne
raison, contre les Kabyles, était désapprouvée par la majorité et
compromettait seule le maintien des cinq postes mis en cause, bien qu'il
n'y eût nulle connexité entre les deux questions. Cette disposition a
été plus manifeste encore quand M. le ministre de la guerre, qui croyait
par là déterminer la Chambre à ne pas compter, est venu lui annoncer que
nous étions menacés d'une prise d'armes par les tribus fanatiques du
Maroc, voisines de nos frontières. On n'a vu là que des hostilités
maladroitement provoquées, et l'on craint d'encourager par un vote des
expéditions et des provocations nouvelles. Ainsi s'est trouvée
confirmée, par M. le président du conseil lui-même, le bruit qui
circulait depuis plusieurs jours que l'empereur du Maroc avait prêché
contre nous la guerre sainte. Abd-el-Kader a soulevé, sur le territoire
de l'empire, des tribus assez indépendantes. Ce mouvement a intimidé
l'empereur, qui a cru devoir s'y associer et se mettre à sa tête. Une
partie de notre escadre d'évolution, qui se trouvait aux îles d'Hyères,
a reçu l'ordre de se rendre en vue des côtes du Maroc. Cette
démonstration plaira fort à l'Espagne qui a à tirer vengeance de la mort
de son consul; elle sourit moins, dit-on, à l'Angleterre, qui craint
toujours de voir, par suite d'une conquête, s'élever sur la côte
d'Afrique un pendant à Gibraltar, et qui a ordonné à son ambassadeur
d'échanger à ce sujet, une note avec notre ministre des affaires
étrangères.--Une autre bien triste nouvelle nous est également,
parvenue. La citadelle de Biskara a été surprise par le kalifah
d'Abd-el-Kader. Voici les détails de ce crue! événement. Pendant notre
séjour à Biskara, il avait été décidé que le bataillon turc garderait
provisoirement cette nouvelle conquête: le commandant Thomas avait été
chargé, d'y organiser une troupe de 300 indigènes. Il termina cette
affaire en un mois, et repartit avec son bataillon. Biskara avait alors
une garnison ainsi composée: un lieutenant du bataillon turc, M.
Petigaud, commandant supérieur; un sous-lieutenant, M. Crochard; un
chirurgien sous-aide-major, M. Arcelin; le sergent-major Pelisse, le
fourrier Fischer, un brigadier d'artillerie et deux artilleurs; enfin,
deux soldats d'administration. Avec ces dix Français se trouvait une
jeune fille de dix-neuf ans, Marianne Morati, dont le père est sergent
au 2e de ligne. Le nombre des soldats indigènes était d'environ 300,
dont une quarantaine seulement appartenaient au bataillon turc des
tirailleurs de Constantine, et étaient d'anciens soldats. Les autres
étaient des hommes recrutés dans le pays même, et la plupart, d'entre
eux avaient déserté le bataillon régulier du kalifah d'Abd-el-Kader,
après la journée de Mehounech; quelques autres étaient des gens de
Sidi-Okbah. Le kalifah d'Abd-el-Kader, dans la famille duquel la charge
de cheik de Sidi-Okbah est héréditaire, noua sans peine des intrigues
avec des hommes qui lui avaient longtemps obéi et dont plusieurs lui
étaient particulièrement attachés. Une nuit que les principaux postes de
la Casbah étaient occupés par ses adhérents, il se présenta avec un
petit nombre d'hommes (c'était dans la nuit du 12 au 13, à deux heures
du matin), et il fut introduit aussitôt, ainsi que cela avait été
arrangé depuis plusieurs jours. Le premier acte des traîtres fut de se
porter sur les officiers français; tous trois furent assassinés au
milieu du sommeil. Le sergent-major Pelisse, grâce au tumulte qui alors
eut lieu, parvint à s'échapper. Les trois artilleurs furent épargnés, de
même que la jeune Marianne Morati. Les autres Français et quelques
indigènes restés fidèles et qui se défendirent, succombèrent dans une
lutte trop inégale. On a su qu'après cette boucherie, la jeune fille
avait, à force de larmes et de prières, obtenu de faire enterrer les
trois officiers. Elle-même les entoura du linceul, et les artilleurs
creusèrent les fosses. Le sergent-major Polisse s'était sauvé à
Tonalgha, peuplade dévouée au cheik El-Arab, où il demeura en sûreté. De
là, il fit savoir l'affreuse nouvelle à Belna. M. le duc d'Aumale
prévenu se mit en marche, et quand il est entré à Biskara, il a trouvé
le brave Pelisse maître de la Casbah, qu'il avait occupée avec quelques
hommes qu'il avait fait rentrer dans le devoir. On a retrouvé une grande
partie des approvisionnements en vivres, mais tout le matériel, 350
fusils, 70.000 cartouches, 10 fusils de rempart, deux mortiers avec
leurs approvisionnements, tout le magasin d'habillements et 78.000 fr.,
avaient été enlevés par l'ennemi. Les trois artilleurs ont été emmenés
pour servir les mortiers. La jeune fille, Marianne Morati, a été
également forcée de suivre. Le prince a rétabli l'ordre dans la ville.
La justice militaire va prononcer sur le sort des rebelles saisis.

La Chambre, comme nous l'avions annoncé, s'est vue appelée jeudi à
prononcer sur la validité de l'élection de M. Charles Laffitte par le
collège électoral de Louvier. Le bureau chargé de la vérification avait,
par l'organe de son rapporteur, conclu à l'annulation. M. Charles
Laffitte a demandé la parole, et il est venu lire, en son nom et au nom
des électeurs qui l'ont jugé digne de les représenter, un factum dans
lequel se trouvaient plusieurs passages dont celui-ci peut faire
apprécier la convenance et la dignité:

«Attendu, y est-il dit, que te collège de Louviers ne peut être, plus
que les autres collèges de France, privé du droit de choisir son
représentant, quand même il serait prouvé qu'il a manqué à ses devoirs
en trafiquant de son vote.» La Chambre a trouvé que le cynisme était
poussé un peu loin, et, sur des réclamations parties de tous les bancs,
M. Laffitte a été rappelé à l'ordre par le président. Après cette
incroyable allocution, la Chambre a voté sur l'élection, et les
conclusions du rapporteur ont été adoptées à une très-grande majorité.

La cour de Dublin a rendu son jugement contre O'Connell et ses
coaccusés. La condamnation, pour être prévue, n'en a pas causé une
moindre impression. Le juge Norton, en prononçant l'arrêt, n'a pu
dissimuler son émotion, qui lui vaut d'être amèrement tourné en ridicule
par le _Times. Tout autre cependant qu'un organe du ministère de sir
Robert Peel doit comprendre qu'il puisse en coûter à un magistrat de
prononcer une peine d'une année d'emprisonnement contre un vieillard
considéré et considérable, de lui voir infliger une amende de 50,000
francs, et l'obligation de fournir caution, jusqu'à concurrence de
250,000 autres francs, de ses dispositions pacifiques pendant sept ans,
ce qui est, comme on l'a fait observer, un équivalent honnête de la
surveillance de la haute police. Lorsqu'on songe que ce procès n'a été
qu'un procès de tendance, et qu'on n'a trouvé à reprocher aux accusés
aucun acte incriminable en particulier, mais qu'on leur a fait un crime
d'un ensemble d'actes et de paroles innocentes isolément; quand on se
rappelle que les catholiques se sont trouvés exclus du jury, qui est
devenu par là une commission et a cessé d'être la justice du pays; quand
on vient d'entendre déclarer que le pourvoi ne serait pas suspensif, et
que la sentence, bien que pouvant être cassée, serait immédiatement
exécutée, il est bien permis à un honnête homme s'être ému; nous disons
plus: il a dû l'être. Aussi, quand O'Connell a protesté, en déclarant
que justice ne lui avait pas été rendue, les juges ont baissé la tête,
et la salle des séances a retenti des applaudissements du barreau et du
peuple. O'Connell et les autres accusés, condamnés tous à neuf mois, et
à des amendes et cautions beaucoup moins fortes que celles du principal
et illustre condamné, ont été immédiatement conduits, par le haut
shériff, dans la prison de South-Circular-Road. Avant de passer le seuil
du pénitencier, O'Connell avait signé une proclamation au peuple
d'Irlande. Le ton de ce manifeste témoigne de l'autorité qu'il se sent
et qu'il exerce sur la nation, autorité que ne fera qu'accroître le
jugement odieux dont il est victime. «La sentence est rendue, dit
O'Connell à ses concitoyens, mais j'ai interjeté appel. L'appel est
devant la chambre des lords, et il y a tout espoir de succès. Ainsi,
paix et tranquillité; qu'il n'y ait ni bruit, ni tumulte, ni violence.
Voilà la crise où le peuple montrera s'il m'obéit ou non. Toute personne
qui violerait la loi, porterait atteinte à la sûreté des personnes ou
des propriétés, enfreindrait mon ordre et serait mon ennemi ainsi que
l'ennemi le plus redoutable de l'Irlande. Les Irlandais modérés,
honnêtes, religieux, ont, jusqu'à ce jour, obéi à ces ordres, et se sont
tenus tranquilles. Que chacun reste chez soi, que les femmes et les
enfants restent chez eux, n'encombrent pas les rues, et que personne
surtout ne s'approche de l'enceinte du palais. Maintenant, peuple de
Dublin et d'Irlande, je saurai, et le monde saura si vous m'aimez et me
respectez. Témoignez-moi votre amour et votre estime par votre
obéissance à la loi, votre conduite paisible, et en vous abstenant de
toute violence. Paix, ordre, tranquillité; restez en paix, et la cause
du rappel triomphera!» Voilà, certes, un bien fier langage; mais le
ministère anglais, par ses persécutions, a donné à O'Connell assez de
puissance pour le tenir, et au peuple irlandais assez de fanatisme pour
l'entendre, et, nous l'espérons, pour y obéir.--Nous avons annoncé qu'un
renfort considérable de troupes anglaises avait été envoyé dans l'île de
Guernesey. On ignorait jusqu'ici la cause de ce débarquement de forces.
A en croire le _Guernesey-Star, le cabinet anglais aurait été tout
simplement l'objet d'une mystification. «Un ministre protestant, M.
Dobrée, dit cette feuille, avait reçu chez lui un nommé Moulin, qui
mourut subitement le 15 mai. M. Dobrée eut des soupçons
d'empoisonnement, et il alla communiquer au gouverneur que M. Moulin lui
avait révélé que lui et cinq ou six autres individus avaient formé un
complot pour tirer un coup de feu sur le gouverneur à la première revue
des troupes, et qu'il était probable que, devenu suspect aux autres
conspirateurs, M. Moulin avait été empoisonné. Le gouverneur Napier crut
tout ce que lui dit le révérend M. Dobrée, et il demanda aussitôt dans
une dépêche au ministre l'ordre d'examiner le cadavre. Sans doute qu'il
ajouta aussi quelques détails sur la révélation du complot; car on sait
la précipitation avec laquelle le gouvernement expédia 600 hommes dans
l'île. La crédulité du général Napier est déplorable, car les habitants
de Guernesey sont certainement les plus tranquilles du globe, et ne
pensent nullement à ôter la vie à qui que ce soit.» Dans la chambre des
communes, le ministre de l'intérieur, sir J. Graham, auquel il en eût
coûté sans doute de convenir que le gouvernement avait été dupe d'une
mystification, a déclaré que cet envoi de troupes avait eu lieu par
suite d'excitation tenant à des causes locales. Mais, a-t-il ajouté, le
gouvernement n'a pas d'appréhensions sérieuses. Les lecteurs du
_Guernesey-Star le croiront aisément.

Les dernières nouvelles de l'Inde, en date du 1er mai, n'offrent à
signaler que le meurtre de Sudjet-Singh, venu à Lahore sur la foi de
troupes jusque-là séditieuses, que son oncle Hira-Singh avait
secrètement reconquises à son autorité, et que celui-ci lui avait
proposées pour garde, afin de lui inspirer toute confiance. Sudjet-Singh
et son escorte particulière de cinq cents hommes ont été massacrés; mais
ils ont vendu chèrement et glorieusement leur vie.--Dans les mers de
Chine, un nouveau bâtiment anglais, porteur d'opium, vient encore d'être
saisi par les Chinois, remis aux autorités de Hong-Kong, et condamné à
une amende. Les contrebandiers anglais découverts sont nombreux, ce qui
porte à croire que ceux qui demeurent ignorés pourraient bien être en
nombre plus important encore.

Des troubles très-graves ont éclaté à Philadelphie. L'influence que les
émigrants irlandais naturalisés et admis aux droits de citoyens étaient
arrivés à exercer dans les élections politiques et municipales, causait
depuis plusieurs années de vives alarmes aux Américains natifs. Ceux-ci
voyaient avec ombrage cette intervention dans les affaires qu'ils
regardent comme étant particulièrement les leurs, d'hommes qu'ils ont de
la peine à ne pas considérer comme étrangers. La différence de religion
est venue ajouter à ces aigres dispositions. Les Américains de
Philadelphie sont protestants zélées; les Irlandais établis dans cette
ville sont au contraire, pour la plupart, des catholiques fervents.
Certaines démarches de l'évêque de ces derniers ont été fort mal prises
par les natifs. Ceux-ci ont tenu le 6 mai un meeting nombreux. Des
catholiques irlandais ont été exaspérés par les discours de quelques
orateurs; bientôt la mêlée est devenue complète et la collision s'est
étendue dans toute la ville. Après des phases diverses, les rangs des
natifs se recrutant à chaque instant de combattants nouveaux, les
Irlandais catholiques furent battus. Pendant deux jours la fureur des
natifs les poussa contre leurs adversaires à des actes de violence
sauvage: leurs maisons furent saccagées et incendiées, trois églises et
une école brûlées; la voix de l'autorité, qui voulait mettre un terme à
ces dévastations, fut complètement méconnue. Le surlendemain, le
gouverneur est arrivé à Philadelphie, la loi martiale y a été proclamée,
et l'ordre, nous ne dirons pas la paix, rétabli. Des correspondances
prétendent que la question de race n'est entrée pour rien dans cette
lutte sanglante, que les Irlandais protestants n'ont pas pris la défense
de leurs compatriotes catholiques; on va même jusqu'à leur imputer
d'avoir fait entendre des airs orangistes, tandis que les églises
catholiques tombaient sous les mains dévastatrices des natifs.--Le
projet de modification du tarif des droits d'importation a été rejeté
par deux votes successifs de 105 contre 99 et de 103 contre 98. M. Van
Buren et ses amis se sont prononcés contre l'abaissement. Le _Courrier
des États-Unis affirme que cette conduite compromet son élection à la
présidence.

En Espagne, les reines et Narvaez continuent à prendre les eaux. Nous
serions donc sans nouvelles n'étaient les bulletins d'exécutions. Douze
malheureux viennent encore d'être fusillés par derrière à Morella. Le
nombre des victimes passées par les armes depuis le 15 avril est de cent
vingt-cinq. Espérons qu'un temps viendra où toute puissance de l'Europe
aura la conviction que le jour où elle se livrerai! à de pareilles
horreurs, tous les ambassadeurs des autres souverains lui demanderaient
immédiatement leurs passe-ports.

Une catastrophe a eu lieu le 31 mai dans la houillère de Horloz, en
Belgique, par suite d'une explosion de gaz hydrogène, à une profondeur
de 285 mètres. Immédiatement quatre ouvriers ont été retirés
dangereusement fracturés et brûlés; un éboulement est venu en renfermer
vingt-six autres, dont ou ignorait alors la situation et l'état. Après
vingt-quatre heures de travaux et d'efforts, on est parvenu à retirer
successivement ces vingt-six victimes, qui n'étaient plus que des
cadavres.



Théâtres.

_Le Mari à la Campagne ou Rien de trop, comédie en trois actes et en
prose, de MM. Bayard et de Wailly. (Théâtre-Français.)--_Le Chevalier de
Grignon, vaudeville de MM. Melesville et Bayard. (Théâtre des
Variétés.)

        Faut d'la vertu, pas trop n'en faut!
        L'excès en tout est un défaut,

dit je ne sais plus quelle vieille chanson de nos pères. Ce refrain de
philosophie sensée et de morale pratique pourrait servir d'épigraphe à
la comédie de MM. Bayard et de Wailly; c'est le juste milieu en effet
qu'elle prêche avec gaieté: ne vous donnez pas trop au plaisir mondain!
ne vous jetez pas avec excès dans l'austérité! Amusez-vous honnêtement
quand l'heure de s'amuser arrive; Soyez raisonnable et sérieux à propos;
et MM. Bayard et de Wailly démontrent l'excellence de leur doctrine
ainsi qu'il suit.

Madame Aigueperse est une vieille femme très-peu tolérante et
très-rigide; la distraction la plus innocente la scandalise, et pour un
air de musette, elle jetterait les hauts cris et vous déclarerait damné.
Madame Aigueperse est poussée dans cette voie aride et maussade par un
certain M. Mathieu, qui affecte sur des riens de grands airs de
dévotion, et étale de grands scrupules à la moindre mouche qui vole;
véritable fesse-mathieu.

Madame Aigueperse ne se contente pas de pratiquer ce régime inflexible
pour son propre compte, elle y soumet sa fille et son gendre. M. et
madame Colombet; l'une, excellente personne qui obéit à sa mère et vit,
pour lui plaire, dans l'abstinence la plus complète de tout agréable
passe-temps; l'autre, bon petit homme, qui, de peur de troubler le
ménage, feint des airs de sainte-nitouche, et au fond n'en pense pas
moins.

Tournez les talons, respectable belle-mère, et laissez M. Colombet libre
de ses actions, vous verrez comme il s'en tirera! Ce n'est plus le même
homme; figurez-vous un prisonnier échappé de sa chaîne; il rit, il
gambade, il fait mille folies, le champagne, la galanterie, la bonne
chère, l'air débraillé, les gants glacés, la botte vernie, le frac
élégant, la rose à la boutonnière, voilà Colombet! c'est un vrai lion;
tout à l'heure, c'était un agneau.

Sobre chez lui, vêtu de noir, marié, le regard humble et timide, hors de
chez lui, Colombet se donne pour célibataire, affronte intrépidement le
premier venu, dévoile une soif formidable et veut épouser les veuves.

C'est au milieu de telle belle vie que madame Aigueperse, M. Mathieu et
madame Colombet elle-même le surprennent. Horreur! est-ce bien lui?
Quoi! mon gendre? quoi! mon mari? mais nous irons tous en enfer, et déjà
Satan prend sa fourche pour nous enfourcher!

Un ami de Colombet s'entremet dans cette aventure; c'est un homme de
sens, qui pratique la maxime: _Rien de trop; il entreprend d'en faire
profiter les Colombet et de la tourner à leur usage: «Si vous étiez,
moins austère, dit-il à madame Colombet, votre mari ne vous jouerais pas
de ces tours; mais vous lui offrez l'ennui à domicile, il va chercher le
plaisir ailleurs. Pourquoi ne dansez-vous pas un peu? pourquoi ne
riez-vous pas un peu? pourquoi cette perpétuelle sévérité de visages, de
discours et de costumes? Ne dirait-on pas que la vie est un prêche ou un
enterrement? Que n'allez-vous de temps en temps au bal? que ne
recevez-vous quelques amis? que ne souriez-vous par hasard?--Eh! mon
Dieu, dit la jeune femme, j'aimerais assez cela; mais danser, mais
sourire, bon Dieu! j'aurais peur de fâcher ma mère.»

On la décide cependant. Voici qu'elle rejette sa robe de couleur sombre,
et, toute blanche vêtue et couronnée de fleurs, se prépare au bal.
«Diable! dit Colombet, ma femme est charmante!» et déjà son humeur
maussade s'adoucit; puis il devient aimable, puis empressé, puis
heureux. Tout à l'heure il avait envie de sauter par la fenêtre pour
échapper à la monotonie et à la tristesse de sa maison; maintenant, il y
reste volontiers, et bientôt il y restera avec plaisir. Mais que dira la
belle-mère? mais que dira M. Mathieu?

Le sage ami éconduit M. Mathieu, qui, après tout, n'était qu'un Tartufe
réchauffé, convoitant la vieille Aigueperse pour son coffre-fort. Quant
à madame Aigueperse, le cas est plus difficile et la nuance plus
délicate; d'abord elle se fâche. «Mais, dit Colombet, je veux être
maître chez moi.--Mais vous êtes des païens,» réplique l'Aigueperse. Sur
ce ton, la querelle menace de s'achever par une rupture violente;
heureusement que Colombet est excellent et sa femme aussi.

«J'irai le soir au bal avec mon mari, dit la jeune femme à sa mère; et
le matin au prêche avec vous.» Cette espèce de compromis arrange
l'affaire, et tout le monde vivra désormais heureux dans la maison
Colombet, surtout une certaine petite fille naïve, dont nous n'avons pas
encore parlé, mais qui n'attendait que ce traité de paix entre le bal et
la pénitence, pour épouser son cousin Edmond.

Il y a de jolis mots, de jolies scènes et de la gaieté dans cette vive
comédie, qui a obtenu un succès très-décidé.

Elle est lestement et agréablement jouée par Provost, Brindeau et
Régnier, qui a été plein de verve dans le personnage de Colombet. Madame
Desmousseaux est une vraie douairière âpre et bigote; madame Volnys, une
charmante pénitente convertie au monde; mademoiselle Denain remplit avec
convenance son rôle de veuve; quant à mademoiselle Boze, que depuis deux
ans le public regrettait, elle a légitimé son retour par beaucoup
d'amabilité et de grâce. Aussi, le parterre l'a-t-il accueillie, comme
une jolie femme et un frais talent, de son bravo le plus doux.

Bouffé, cependant, se fait applaudir au théâtre des Variétés sous le nom
du chevalier de Grignon. Ce chevalier n'est rien moins que chevalier: il
s'appelle Nogent tout court. Or, Nogent n'est que le vieux valet d'un
certain duc de Morangies, très-aimable, très vertueux, très-excellent
jeune homme, mais sans un maravédis: la révolution l'a ruiné
complètement.

Pour dissimuler cette ruine des Morangies aux yeux du monde, pour la
cacher à M. le duc lui-même, ce bon Nogent fait comme le Caleb de Walter
Scott, il se démène, il invente mille ruses. Il fait plus encore; sous
ce nom de chevalier de Grignon, tantôt il donne des leçons de langue
française aux Prussiens (le duc s'est réfugié à Berlin), tantôt des
leçons de danse, et tantôt d'autre chose. Le fruit de ses travaux
clandestins, ce bon Nogent le transmet à son maître, en lui laissant
croire qu'il les tient d'un banquier chargé des affaires de M. le duc et
de son revenu. Il y a donc des moments où le duc fait grande figure,
joue, éclabousse les passants du haut d'un brillant équipage, et se
donne la contenance d'un gentilhomme millionnaire; mais le lendemain il
n'a plus le sou.

Or, c'est dans un de ces lendemains-là qu'il s'aperçoit de la ruse de
son bon Nogent. D'abord son amour-propre est blessé, et il s'emporte
jusqu'à la violence; puis il s'apaise et pleure dans les bras de son
vieux et excellent serviteur.

Mais enfin, comment M. le duc sortira-t-il de cette détresse? Nogent et
la Providence ne sont-ils pas là? Nogent, tout en donnant des leçons de
gavotte à une riche douairière, compte arranger le mariage de la nièce
avec son maître, M. de Morangies. Il s'agit d'un million, et déjà la
tante consent; mais cette même Providence qui travaille, concurremment
avec Nogent, pour le bonheur de Morangies fait découvrir à notre jeune
duc une riche marquise et une magnifique dot dans une simple grisette
dont il est aimé. Nogent n'a plus qu'à laisser faire et à jouir de la
restauration de la maison des Morangies. Que ce soit par le fait de la
Providence ou par le fait de Nogent, peu importe! Morangies est riche,
heureux et marié; c'est l'essentiel.

Le talent de Bouffé, des détails spirituels et touchants, et un
dénouement très-habile ont décidé le succès de cette joli pièce, à
laquelle on peut reprocher des développements un peu lents dans le
premier acte. Mais déjà le savoir-faire des auteurs avait fait
disparaître ce défaut dès la seconde représentation.



Courrier de Paris.

Vendredi dernier, vers sept ou huit heures du soir, si vous aviez
parcouru les rues de Paris, ses quais et ses boulevards, vous auriez vu
un spectacle assez original: toute la ville avait le nez en l'air;
j'entends les honnêtes Parisiens qui n'étaient pas restés ce soir-là
sous leur toit domestique, à lire leur journal en baillant, à faire
sauter leurs petits sur leurs genoux, à se quereller avec leurs femmes,
à gronder leurs servantes, à se décrocher la mâchoire dans un fauteuil,
à médire du voisin, à jouer au whist ou au jeu d'oie, à se ronger les
ongles, à se passer un cure-dent à travers les molaires, à se gratter
l'os frontal, à fumer un cigare, toutes récréations qui embellissent
l'existence et aident à faire passer les heures du soir si difficiles et
si lentes.

C'est du Paris ambulant, du Paris promeneur, du Paris vagabond que je
veux parler; or, ce Paris-là, je vous l'ai dit, s'était tout à coup
arrêté dans sa course criante, et, le ventre tendu, le menton levé au
ciel, le dos renversé, il plongeait son regard dans la patrie des
étoiles. N'est-ce pas, en effet, ce qui s'appelle avoir le nez en l'air?

Mais pourquoi avait-il le nez en l'air?

Il avait le nez en l'air parce qu'il regardait une éclipse de lune, et
que les éclipses de lune ne se passent pas d'ordinaire à la hauteur du
pavé?

C'était une récréation des plus comiques: tout le monde jouait à
l'astronome et à l'astrologue; les télescopes étaient braqués sur les
places publiques et à la face du bon Henri, le roi inamovible du pont
Neuf. Les petite garçons se hissaient sur le dos des pères, les petites
filles se dressaient sur les bras des nourrices.

On peut affirmer que, le lendemain, la moitié de Paris avait le
torticolis ou le tour de reins.

C'est peu du torticolis, c'est peu des reins endoloris et malades;
l'éclipse cause bien d'autres disgrâces: les larrons y nagent en pleine
rapine comme les poissons dans l'eau. Au lieu de vous occuper de ce qui
se passé dans la lune, mes très-chers Parisiens, que ne veillez-vous sur
vos goussets et sur vos poches? L'agile filou profite de ce moment
mémorable où le bon bourgeois voyage dans les astres, pour faire ses
coups impunément. Il grappille à droite et à gauche, il escamote de çà
et de là; et tout à l'heure, quand celui-ci cherchera sa montre,
celui-là son foulard, cette blonde son binocle, cette brune son
bracelet... éclipse totale! Montres, bracelets, foulards, binocles, tout
s'est éclipsé avec la lune. Profonde allégorie, moralité non moins
profonde, dont La Fontaine a placé l'explication au fond d'un puits!
Nous nous occupons de ce qui se fait chez Mars et chez Saturne, et nous
oublions de regarder si ou ne nous vole pas notre femme ou notre
coffre-fort; aussi les grands politiques n'ont-ils pas de science plus
certaine que de dire aux peuples qu'ils gouvernent: «Voyez-donc un peu
là-haut, dans la lune, si j'y suis!» et pendant ce temps-là, ils font
main-basse sur les libertés et la fortune publiques.

Du reste, il n'est question, depuis quelque temps, que de voleurs et
d'histoires de voleurs; ou dirait que Paris est couvert en forêt de
Rondy; ce n'est pas qu'on arrête les gens au coin des rues et que
d'horribles brigands vous demandent la bourse ou la vie, barbe noire au
menton et pistolet à la ceinture; nous sommes trop civilisés et trop
polis pour persévérer dans ces habitudes classiques du bandit de
mélodrame; messieurs les voleurs exercent avec un raffinement de
manières, avec une élégance de formes qui ne permettent pas le soupçon.
Comment s'imaginer que cette main délicatement revêtue d'un gant paille
fasse le mouchoir? Comment croire que ce fin habit d'Helbeuf et cette
botte d'un vernis irréprochable, chaussent et habillent un philosophe de
cour d'assises ou de police correctionnelle? Le voleur a l'air de si
bonne maison et d'une si honnête créature, que souvent le volé lui
confie sa douleur et lui demande main forte. «Je viens d'être volé,
monsieur.--Pas possible, monsieur.--Je vous assure que si,
monsieur.--Comment, monsieur, il y a des êtres assez mal élevés pour
voler une excellente tête comme la vôtre!--C'est une infamie, n'est-ce
pas, monsieur?--Certainement oui, monsieur.--Vous êtes trop bon,
monsieur.--Pas le moins du monde, monsieur.--Je vous remercie de
l'intérêt que vous prenez à mon infortune,--C'est si naturel, monsieur:
comment voir de sang-froid dévaliser un honnête homme?--Voulez-vous me
faire le plaisir, monsieur, d'accepter un petit verre?--Certainement,
oui, monsieur.--Je serais enchanté de faire une plus ample connaissance
avec vous.--Vous me faites honneur, monsieur.--Un si galant homme!--Ah!
monsieur!» Et sur cet ah! sentimental le voleur s'approchant du volé,
comme par une explosion de sensibilité irrésistible, escamote lestement
l'épingle en diamants qui s'étale orgueilleusement sur le collet de sa
chemise, et la glisse dans sa poche à côté de la tablette d'or qu'il
s'était préalablement appropriée.

Huit jours après, le volé, de retour dans sa ville natale, raconte sa
mésaventure et ajoute: «Mais ce qui me console, c'est qu'au même
instant, je fis connaissance avec un Parisien charmant qui m'a plaint de
toute son âme et a poussé la politesse jusqu'à échanger avec moi le
petit verre de l'amitié. Puis, l'exemple de M. de Pourceaugnac, il
s'écrie: «C'est le seul honnête homme que j'aie rencontré à Paris!» Si
le nombre des voleurs se perfectionne et s'accroît, le nombre de vieux
hôtels, des hôtels historiques chaque jour diminue. En voici un et
encore après tant d'autres. Le doux nom de Guimard lui servait de
caution, et vous n'entriez pas sous ses voûtes dorées sans respirer
comme un parfum de vie élégante et de voluptueux loisirs; on sentait que
l'esprit et les moeurs du dix-huitième siècle s'étaient occupés de bâtir
cet asile charmant et y avaient régné en maîtres.

La Guimard fut, comme chacun sait, la danseuse adorée du dix-huitième
siècle; le maréchal de Soubise chercha près d'elle, en qualité de
conquérant, à se tresser des couronnes de myrte pour remplacer les
lauriers qu'il n'avait pas cueillis en qualité de général; on ne saurait
dire précisément que Soubise travailla avec la Guimard comme à Rosback,
pour le roi de Prusse; mais si la bayadère lui accorda du myrte, elle en
éparpilla les feuilles et les branches sur bien d'autres assaillants; de
sorte qu'en vérité la victoire de Soubise fut très-partagée; il était
arrêté que nulle part, ni en guerre ni en amour, ce pauvre maréchal ne
resterait complètement maître du champ de bataille.

La Guimard fit élever l'hôtel en question avec les produits de ses
campagnes en pays d'Anathonte et de Cythère. Elle s'adressa d'abord à
Fragonard, l'illustre de ce temps-là; Fragonard se mit à l'oeuvre; puis,
un beau jour, sur je ne sais quelle plainte de la Guimard,--un caprice
de danseuse sans doute,--il prit la mouche et se fâcha. La Guimard, qui
n'était rien moins que patiente, l'envoya au diable; il y alla, mais en
se promettant une bonne vengeance que voici.

Dans le salon, d'un goût exquis, tout éclatant d'or et de peinture, la
Guimard était représentée en pied, dans le costume de Terspsychore,
souriant de son plus aimable sourire, regardant de son regard le plus
tendre et le plus charmant. Fragonard se glissa, un matin, dans ce
salon, sans être aperçu, prit son pinceau, en donna trois ou quatre
coups sur la bouche et sur les yeux de cette Terspsychore adorable, et
au lieu de l'air séduisant et tendre, y mit un air furieux et maussade;
cette trahison accomplie, il s'esquiva comme il était venu.

La Guimard revint escortée de ducs et de marquis conviés par elle au
plaisir d'admirer son portrait. Je vous laisse deviner sa colère en le
voyant si cruellement métamorphosé. Elle entra dans un terrible
emportement; et ducs et marquis de rire; et plus ils riaient, plus notre
Guimard devenait furieuse, conséquemment, plus elle ressemblait à la
Terspsychore enlaidie par Fragonard. Jamais vengeance ne fut plus
complète, car ce fut le lendemain le passe-temps de la ville et de la
cour.

Cette Guimard était toutefois une agréable et excellente fille; un peu
maigre, disent les gourmets de son temps. Grimm, qui n'était pas ce
jour-là en humeur de galanterie, l'appelle une araignée. Terspsychore
est bien loin!--Du reste, l'Opéra et surtout le corps des ballets a
toujours été en proie à cet insecte; voyez notre ballet de 1844; que de
danseuses se disent des Terspsychores, qui ne sont que des araignées
comme la Guimard, tendant leur toiles pour prendre les mouches de
l'orchestre et de l'avant-scène.

Non-seulement la Guimard était humaine, quelle danseuse ne l'est pas?
mais elle était charitable; témoin les 6,000 livres d'étrennes que lui
donna le maréchal de Soubise, et qu'elle convertit en aumônes pour les
pauvres frappés par le cruel hiver de 1768, allant elle-même de mansarde
en mansarde, de misère en misère, distribuer son bienfait. Ce généreux
dévouement la mit en grande réputation de chanté, et lui attira une
épître de Marmontel qui commence ainsi:

        Est-il bien vrai, jeune et belle damnée,
        Que du théâtre, embelli par tes pas.
        Tu vas chercher dans de froids taffetas
        L'humanité plaintive, abandonnée?

Ainsi Marmontel rima une mauvaise épître pour une bonne action; il n'en
a jamais fait d'autres!

Cet hôtel de la Guimard, dont l'amour fit les frais et dont le plaisir
dessina le plan, comme dit un contemporain, est déjà au niveau du sol.
La nichée de Cupidons qu'il cachait depuis quatre-vingts ans s'est
envolée, de peur d'être écrasée sous les gravois. Demain y amènera de la
toile, ou bien on y vendra des juliennes et des biftecks.--Passe encore
pour des côtelettes à la Soubise!

Après la Guimard, parlons de Taglioni; transition naturelle; de danseuse
à danseuse, il n'y a que le pied.

Nous dirons donc que mademoiselle Taglioni a commencé ses
représentations. C'est là une grande nouvelle, et si vous en doutez,
allez un peu voir la foule qui se presse au bureau de location; on se
dispute les stalles et les loges, et, le soir venu, mille bravos
accueillent la sylphide et la bayadère; aux bravos se mêlent les
bouquets de fleurs et les couronnes.

[25 lignes illisibles.]

C'est une sylphide qui s'envole comme l'âme d'une jeune fille qui meurt
d'amour; dans les collines fleuries de la Suisse, là ou s'abrite la
demeure de Guillaume Tell, l'oiseau léger ne saurait suivre ses pas; au
sérail, quand elle excite la révolte, quelle aimée a plus de charme et
de séduction, quelle vierge plus de décence, quelle amazone plus de
fierté? La Fille au Danube nous a révélé une délicieuse vision du Nord:
la fée des eaux qui vogue sur le grand fleuve comme un blanc flocon
d'écume, comme la plume détachée de l'aile du cygne.»

En 1838, Marie Taglioni quitta Paris, et se mit à voltiger à travers
l'Europe, à Berlin, à Vienne, à Londres, à Saint-Pétersbourg. Les
empereurs et les rois se la disputèrent; la grande-duchesse Alexandrine
de Mecklembourg-Schwerin écrivit à sa soeur l'impératrice de Russie,
pour obtenir que mademoiselle Taglioni vint danser à Dobberau. La reine
de Wurtemberg ne se sépara d'elle qu'en pleurant: «Ma soeur me
quitterait, que je n'aurais pas plus de chagrin,» dit-elle.

A Munich elle ne fut pas moins adorée. Le roi de Bavière lui présenta la
reine, en lui disant avec la simplicité germanique: «Mademoiselle, voici
ma femme!» Et quand vinrent ses deux filles, les princesses Marie et
Sophie, il ajouta: «Mesdemoiselles, saluez mademoiselle Taglioni;
faites-lui voir que vous profitez des leçons de grâce qu'elle vous donne
chaque soir.» Ainsi partout Marie Taglioni mit sur un pied d'égalité
parfaite l'aristocratie de naissance et l'aristocratie du talent. Elle a
toujours traité, du haut de sa royauté de théâtre, de puissance à
puissance avec les princes, les rois et les empereurs de l'Europe.

[Illustration: Mademoiselle Taglioni, dans la Sylphide.]

Paris s'était montré son admirateur le plus persévérant; Paris, en
quelque sorte, avait fait sa gloire; aussi est-ce à Paris que Marie
Taglioni donne son dernier sourire et son dernier triomphe. Après ces
soirées éclatantes dont nous sommes témoins depuis huit jours, tout sera
dit, Marie Taglioni quittera le théâtre; la sylphide ploiera ses ailes,
et se reposera de sa renommée au fond de quelque poétique et silencieuse
retraite. Profite donc, ô Paris, des dernières heures qu'elle te laisse
pour la voir encore et lui jeter sa dernière couronne.

Une grande fête se prépare à Versailles; il y aura spectacle à la cour;
les journaux l'annoncent. Mais que les temps sont changés! ce ne sont
pas les ducs étourdis, les petits chevaliers inutiles et les marquis
débraillés qui viendront s'asseoir sur les banquettes et au-dessous de
la loge du roi. L'aristocratie des titres a fait son temps;
l'aristocratie du travail la remplace. La fête annoncée aura pour
convives et pour spectateurs tous ces hommes ingénieux et actifs qui ont
enrichi l'exposition de l'industrie des magnifiques échantillons de leur
intelligence.

Monsieur, quel est ce marquis?--C'est un fabricant de fer laminé.--Et ce
duc, monsieur?--Un filateur célèbre.--Ce vicomte?--L'inventeur d'une
pompe admirable.--Ce chevalier?--L'auteur d'une machine à tiller le lin
et le chanvre.

On dit que le spectacle choisi par le roi se composera de la Lucrèce de
M. Ponsard, et de la jolie comédie de M. Augier, la Ciguë: cours complet
de grec et de latin. Un magnifique repas couronnera la fête; on y boira
du vin de Chio et de Falerne, et,--on peut s'y attendre,--plus d'une
amphore sera vidée.

Il ne nous reste qu'un fretin de nouvelles; des nouvelles de rien, des
nouvelles en l'air, des nouvelles sans importance. Par exemple, un
barbet s'est noyé hier sous le pont Neuf; une tuile, tombant d'un toit,
a éborgné un monsieur bien mis qui allait dîner en ville; l'empereur
Nicolas visite Londres à la barbe de Paris; M. Ancelot continue à jouer
au Vaudeville le rôle du directeur malgré lui; on annonce, pour la
millième fois, que Rossini nous apportera un opéra nouveau vers la fin
de juillet; un mari de la rue Beaubourg, ayant surpris un voisin dans
une situation suspecte, lui a matériellement coupé les deux oreilles.



Exposition des Produits de l'Industrie.

(6e article.--Voir t. III, p. 49, 133, 164, 180 et 211.)
ÉCLAIRAGE.--PRODUITS DIVERS.

[Illustration: Congélateur, glacière des familles.]

[Illustration: Fragment d'un lustre à gaz, exécuté pour le théâtre de la
reine d'Angleterre, par M. Lacarrière.]

Nous sommes loin du temps où, dans les campagnes comme dans la plupart
des villes, l'heure du couvre-feu était celle où chacun finissait sa
journée, où la unit commençait au moment où le soleil se couchait, pour
ne finir que lorsqu'il se levait; temps calme et paisible, temps de
jouissances matérielles peu mêlées de jouissances intellectuelles;
heureux temps peut-être, où l'esprit humain ne cherchait pas au-delà de
ce que ses pères avaient connu, et se reposait dans un sommeil
léthargique de travaux qui demandaient plus de routine que
d'intelligence. Dans ce temps-là, d'ailleurs, les sciences et les arts
domiciliaires surtout étaient dans l'enfance; rien des brillants
produits que nous voyons aujourd'hui ne venait révéler à l'homme qu'il
avait encore un pas immense à faire pour être véritablement le roi de la
création; il naissait, vivait et mourait, sans s'inquiéter si la terre
était ronde et tournait autour du soleil, s'il avait sur cette terre la
masse de jouissances auxquelles il pouvait atteindre.

[Illustration: Cadre et bas-relief en chanvre imperméable, par M.
Marcuzi de Aguirre.]

[Illustration: Garniture de cheminée en bronze doré, par M. Rodel.]

[Illustration: Lampes Carcel par M. Dehennault.]

Aujourd'hui, il faut l'avouer, la condition de l'homme est toute
différente; son esprit, excité, stimulé par les mille merveilles qu'il
voit naître autour de lui, par les découvertes qu'enfante le cerveau de
chacun, son esprit est toujours en avant de ce qu'il a; il conçoit le
mieux tout en ayant le bien, et sa bourse, et sa maison sont toujours
ouvertes à qui vient lui apporter une idée nouvelle qui augmente ou
complète son bien-être.

[Illustration: Lampes à gaz et à piston, par M. Joanne.]

On se rappelle comme un rêve ou comme un épisode des romans de
chevalerie les fameux éclairages des grandes salles des châteaux
antiques au moyen de torches de résine que soutenaient des bras en fer
sortant du mur; leur lueur rougeâtre et la fumée épaisse qui remplissait
bientôt la salle et luttait avec peine contre la flamme de chênes
entiers, que dévorait l'immense cheminée. C'était le luxe alors. Depuis,
chaque chaumière, pour qui la torche de résine était inabordable, chaque
chaumière eut sa lampe antique, où l'on brûlait une huile impure
provenant de graines oléagineuses imparfaitement triturées. Ces lampes à
bec allongé, à mèche ruineuse, on les voit encore dans nos
campagnes.--Mais que de progrès depuis lors! combien l'éclairage a
gagné! avec quelle ardeur la chimie et la physique ont concouru à en
faire un des arts les plus complets! sous quelles formes brillantes et
nombreuses chacun peut-il trouver l'éclairage qui convient le mieux à sa
fortune: chandelle, bougie de cire, bougie stéarique, huile épurée,
alcool, hydrogène, huile de schiste, gaz de houille, gaz de résine, gaz
ordinaire, gaz comprimé, telles sont les diverses inventions pour
lesquelles la physique et la mécanique ont de leur côté développé toutes
leurs ressources.

Nous allons essayer une revue rapide de ces diverses sortes d'éclairage,
et nous indiquerons, en passant, les améliorations obtenues dans chacune
de ces branches.

La fabrication des chandelles en est arrivée à un point où elle n'a plus
de grands progrès à faire. Les perfectionnements dont elle est
susceptible tiennent d'ailleurs au mélange du suif avec des matières
étrangères, telles que de la cire ou du blanc de baleine, ce qui leur
donne de la consistance et en rend l'usage plus agréable. On les
fabrique de deux manières, au moule ou à la baguette. Pour le moulage,
on place la mèche dans un moule qu'on remplit de suif; pour le second
procédé, on plonge la mèche dans un bain de suif, et on réitère cette
opération jusqu'à ce que les couches de suif accumulées donnent à la
chandelle la grosseur suffisante.

La cire est la matière la plus anciennement employée dans la fabrication
des bougies. On la blanchit en la fondant et en l'exposant à l'air en
rubans larges et minces. La plupart des bougies se fabriquent au moule
comme les chandelles.

Cependant la chimie préparait, dans le silence du laboratoire, le coup
le plus inattendu et le plus redoutable en même temps à tous les
systèmes d'éclairage direct par les substances employées à l'état
solide. On apprit, en effet, que le suif pouvait être divisé en
plusieurs substances, les unes solides, cristallisables; les autres
fluides à la température ordinaire. On parvint à éliminer économiquement
ces dernières, et à transformer les autres en véritables bougies, douées
des principales propriétés qui conviennent à l'éclairage de luxe. Telle
est l'origine de la bougie stéarique, dont la fabrication est
aujourd'hui une branche importante de l'industrie parisienne. Nous avons
remarqué à l'exposition les produits de M. de Milly, le fondateur de la
bougie dite de l'Étoile; ceux de M. Tresca, qui a créé la bougie de
l'Éclipse, et ceux de divers autres fabricants, dont les bougies
présentent de bonnes qualités.

Il résulte des observations faites par M. Peclet: l° que dans
l'éclairage par les chandelles de six ou de huit, les dernières sont
plus coûteuses que les premières pour produire la même quantité de
lumière; 2º que les prétendues chandelles économiques ne le sont
réellement pas, attendu qu'elles coûtent par heure plus que les
chandelles ordinaires et qu'elles donnent moins de lumière; qu'elles
présentent seulement l'avantage de moins couler, d'être plus sèches,
plus blanches et de ne pas donner d'odeur; 3º que l'éclairage par les
bougies de cire et de blanc de baleine diffère peu; que celles de blanc
de baleine sont préférées à cause de leur éclat et de leur
translucidité; que les bougies d'acide stéarique valent les deux autres
pour l'usage, mais qu'elles sont d'un aspect moins agréable.

Les huiles les plus propres à l'éclairage sont celles qui ne sont point
volatiles et qui ont la propriété de rester grasses à l'action de la
chaleur, quelque prolongée qu'elle soit. Telles sont les huiles d'olive,
de colza, de navette et d'oeillet qui sont communément employées dans ce
but. On les purifie d'ailleurs au moyen d'acide sulfurique concentré qui
décompose les matières étrangères et les précipite au fond du vase où se
fait l'opération.

Jusqu'en 1786 on ne s'était servi que de la lampe antique, de la lampe
de campagne, dont nous avons parlé plus haut; mais à cette époque, Ami
Argand fit la découverte des becs à double courant d'air, et c'est de là
que datent les perfectionnements introduits dans l'éclairage à l'huile.

Les avantages du système d'Argand sont faciles à saisir: la mèche, au
lieu d'être plate, est en forme de cylindre creux retenu entre deux
cylindres concentriques; l'air arrive ainsi des deux côtés et sur toutes
les parties de la mèche; la combustion de l'huile se fait plus
rapidement; on obtient une belle lumière, il ne se vaporise que peu
d'huile et on n'a ni fumée ni odeur. On augmente d'ailleurs le tirage en
protégeant la flamme par une cheminée en verre.

Les différentes méthodes suivies dans la construction des lampes ont
pour but de verser continuellement sur la mèche la quantité d'huile
nécessaire à la combustion. On a imaginé ainsi: 1° les lampes à
réservoir supérieur au bec; 2º les lampes à réservoir au niveau du bec;
3º les lampes hydrostatiques; 4º les lampes mécaniques. Dans ces deux
dernières, le réservoir est dans la partie inférieure au bec.

Nous n'avons rien de particulier à dire des lampes des deux premières
espèces: lampes de bureau, lampes astrales, lampes sinombres, telles
sont les principales variétés, modifiées plus ou moins, suivant le goût
ou le génie des constructeurs.

Quant aux lampes hydrostatiques, les premières furent inventées par les
frères Girard, et perfectionnées ensuite par M. Thilorier. Si l'on
suppose un siphon ouvert par les deux bouts et dont les branches
renferment des liquides de densité différente, les hauteurs de ces
liquides dans les deux branches seront en raison inverse de leur
densité; si on dispose un appareil de manière à ce qu'une colonne de
liquide agisse, au moyen d'un réservoir commun sur une colonne d'huile,
à mesure que l'huile se brûlera, le liquide pesant descendra dans le
réservoir commun et forcera l'huile à s'élever et à conserver
sensiblement le même niveau. Le liquide employé par M. Thilorier était
une dissolution de sulfate de zinc dans un égal poids d'eau. Nous devons
dire que ces lampes ont été généralement remplacées par les lampes
mécaniques ou lampes Carcel.

Dans ce dernier système, la partie inférieure du pied de la lampe est
occupée par un mouvement d'horlogerie; immédiatement au-dessus se trouve
le réservoir d'huile, au fond duquel est un système de pompes que le
mouvement d'horlogerie met en activité et qui fait monter l'huile dans
un petit tuyau qui aboutit à la partie inférieure au bec; l'huile en
excès retombe par les bords extérieurs du réservoir. Carcel employait
une pompe à piston horizontal et à double effet. M. Vissocq a introduit
un perfectionnement qui a pour but de supprimer l'intermittence qui
résulte du jeu de la pompe. Il emploie deux systèmes de pompe, l'une
verticale, l'autre horizontale, disposées de manière que la plus grande
pression de la première réponde au minimum de pression de la seconde, et
réciproquement.

Depuis que le système dont Carcel est l'inventeur est tombé dans le
domaine public, un grand nombre de fabricants ont envoyé à l'exposition
des lampes mécaniques dont les dispositions sont plus ou moins
ingénieuses et les détails plus ou moins bien soignés. Il nous semble
que maintenant ce qu'il faut atteindre, c'est le bon marché, et sous ce
point de vue il y a encore de grands progrès à faire, et ensuite
l'élégance des formes. Nous citerons, parmi ceux dont nous avons
remarqué les produits, M. Joanne, M. Dehennault et M. Silvant. Nous
retrouverons tout à l'heure M. Joanne dans une invention qui lui est
propre. M. Dehennault est le premier qui ait eu l'idée de substituer les
vases en porcelaine aux formes anciennes, et fait d'une chose nécessaire
un objet d'ornement pour nos salons et en rapport avec les ameublements
de nos jours. Rien de gracieux, de riche et de précieux comme les deux
modèles que nous reproduisons aujourd'hui, l'un en porcelaine de France,
l'autre en porcelaine de Chine garnie, en bronze doré.

M. Silvant a exposé un système de lampe qui porte son nom et qui nous a
frappé par sa simplicité. L'air y fait l'effet du liquide de la lampe
hydrostatique; la pression exercée par l'huile qui tombe dans un
réservoir inférieur sur l'air qui y est contenu réagit sur l'huile du
réservoir supérieur et la force ainsi à monter et à alimenter la mèche.
Ces lampes sont, du reste, garanties pendant cinq ans par l'inventeur.

Le système pour lequel M. Joanne a été breveté consiste en ce que, dans
sa lampe, l'huile est élevée par la seule pesanteur d'un piston
comprimant la surface; l'écoulement régulier est maintenu par l'addition
d'un flotteur régulateur placé dans un réservoir île distribution
interposé entre le bec et l'extrémité de la colonne comprimée. M. Joanne
a ajouté, de plus, un cône métallique placé au centre de la mèche pour
forcer le courant d'air à frapper plus vivement la flamme. Ce mécanisme,
comme ou le voit, est excessivement simple; de plus, il est peu coûteux
et d'un entretien facile; les réparations sont pour ainsi dire
insignifiantes. Avant la découverte de M. Joanne, on avait en vain
cherché à unir, dans ce système, la simplicité à la solidité et à
l'économie; toutes les tentatives avaient échoué, aussi l'inventeur
est-il à se défendre contre de nombreux contrefacteurs pendant presque
toute la durée de ses brevets. Ce n'est qu'aujourd'hui que son invention
est dans le domaine public qu'il lui est donné de respirer et de jouir
tranquillement du fruit de ses travaux.

M. Joanne a encore imaginé une lampe à gaz pour la combustion de
l'hydrogène liquide. Ses lampes méritent à tous égards d'attirer
l'attention; il a innové encore de ce côté. Avant lui, pour éteindre la
lampe à gaz, on était obligé d'ôter le verre, de souffler et de mettre
un éteignoir sur la capsule à gaz; il a introduit dans ces lampes un bec
éteignoir qu'il suffit de tourner pour intercepter immédiatement le
passage du gaz. De plus, il fait brûler le gaz hydrogène comme l'huile
dans une mèche circulaire à courant d'air. Nous aurons occasion de
revenir plus tard sur l'avenir de l'hydrogène liquide et sur la place
qu'il doit occuper dans les produits de consommation usuelle, surtout
entre les mains d'hommes intelligents et inventifs comme ceux dont nous
venons de parler.

Les curieux s'arrêtent à l'exposition devant les énormes appareils de M.
François jeune, les phares catadioptriques et les lentilles colossales
qu'a exposées cet habile fabricant. Peut-être devrions-nous renvoyer ce
que nous avons à dire des phares à un article plus spécial; cependant
comme la puissance des phares et leurs effets viennent autant de
l'intensité de la lumière placée au foyer que des propriétés des verres
qui l'entourent, nous donnerons ici un aperçu historique sur cette
admirable invention.

Les principes sur lesquels repose la construction des phares sont dus à
un savant français, Augustin Fresnel. Un des grands dangers de la
navigation est l'approche, des côtes pendant la nuit. On conçoit donc de
quelle importance il est que les côtes soient éclairées, que les feux
soient visibles de loin et reconnaissables les uns des autres par des
signes distinctifs.

Les Romains, qui avaient élevé des tours d'une grande hauteur dans ce
but, allumaient simplement des feux de bois qu'on entretenait toute la
nuit; mais si la hauteur de ces tours permettait de voir de loin les
feux allumés au sommet, le peu d'intensité de la flamme, la diffusion
des rayons, qui ne pouvaient percer les couches épaisses de
l'atmosphère, en restreignaient l'utilité à une zone peu étendue autour
de chaque phare.

En principe un feu isolé envoie des rayons vers tous les points de
l'atmosphère: beaucoup d'entre eux sont donc perdus, et ceux qui
arrivent au navigateur sont tellement faibles qu'ils ne peuvent prévenir
la plupart des dangers auxquels il est exposé près des côtes. Détruire
cet éparpillement fâcheux de rayons, et profiter de toute la lumière de
la lampe, tel était le double problème qu'on avait à résoudre pour
étendre la portée des phares.

On a augmenté d'abord l'intensité du feu en se servant des lampes
d'Argand. Puis on a trouvé la solution du problème en employant des
miroirs métalliques profonds, connus sous le nom de miroirs
paraboliques. Une lampe placée au foyer d'un tel miroir envoie sur la
surface du miroir tous ses rayons, qui, par réflexion, sont ramenés à
une direction commune. L'inconvénient est que le faisceau ainsi réfléchi
n'a que la largeur du miroir, et il faudrait pour éclairer tous les
points de l'horizon beaucoup de miroirs diversement orientés.

Le même effet serait obtenu par l'interposition d'une masse de verre, en
forme de lentille entre la lumière et le navigateur. Cet essai, fait
d'abord par les Anglais, ne réussit pas, jusqu'à ce que notre
compatriote, Augustin Fresnel, appliquant à la construction des phares
les nouvelles lois de la lumière qu'il venait de découvrir, reprit la
question où l'avaient laissée les Anglais. Il vit qu'on ne rendrait les
phares lenticulaires supérieurs aux phares à réflecteurs métalliques,
qu'en augmentant considérablement l'intensité de la flamme éclairante et
en donnant aux lentilles d'énormes dimensions, qu'on demanderait en vain
à la fabrication ordinaire. Alors il composa ses lentilles de petites
pièces calculées suivant les lois de l'optique et imagina de plus toutes
les méthodes pour construire avec exactitude et économie les lentilles à
échelons.

Enfin il inventa une lampe à plusieurs mèches concentriques dont l'éclat
égalait vingt-cinq fois celui des meilleures lampes à double courant
d'air. Chaque lentille envoie à l'horizon une lumière équivalente à
celle de trois à quatre mille lampes à double courant d'air réunies. De
plus, pour rendre ces phares parfaitement distincts les uns des autres,
on imagina de leur donner un mouvement de rotation de manière à ce
qu'ils produisent des éclipses intermittentes et dont les intervalles
plus ou moins sépares suffisent au navigateur pour lui indiquer à quel
phare et à quelle côte il a affaire.

Les lampes mécaniques des phares lenticulaires, de premier, deuxième et
troisième ordre, ont été exécutées avec beaucoup de succès par MM.
Wagner et Lepaute. Depuis, d'antres fabricants ont été appelés à fournir
des lampes pour des appareils de moindre puissance. Les machines de
rotation, qui exigent la même perfection que les horloges, sont dues aux
artistes que nous venons de nommer.

Tel est le résumé succinct de l'une des plus admirables inventions de
l'esprit humain, dont l'honneur revient tout entier à un Français, et
telle que l'humanité n'aura jamais à en gémir.

Nous ne pouvons aujourd'hui donner sur la fabrication du gaz des détails
que, d'ailleurs, les lecteurs de _l'Illustration ont déjà eus dans un
précédent numéro. Nous nous bornons à leur donner le dessin d'un
admirable lustre commandé par la reine d'Angleterre à la maison
Lacarrière, dont la renommée est européenne. Le lustre, en bronze doré,
est destiné au théâtre royal, et soutient dignement la réputation des
produits de notre compatriote.

Nous donnons également le dessin d'une garniture de cheminée n bronze
doré, dont l'idée est des plus originales, et l'exécution excessivement
satisfaisante. L'artiste, M. Rodel, lui a donné le nom de
_pendule-candélabre. Les candélabres placés aux deux côtés de la
cheminée soutiennent, en se rejoignant, une pendule, qui se trouve ainsi
suspendue, et n'intercepte pas le coup d'oeil que toute dame est forcée
de donner de temps en temps à sa toilette. Un autre avantage est
d'obtenir un grand effet de lumière par la répétition des bougies dans
la glace; de plus, dans un salon dont le milieu est séparé par une glace
sans tain, l'heure est indiquée des deux côtés, les bougies éclairent
les deux pièces, et, cependant, rien n'intercepte la vie d'un salon à
l'autre. C'est une pièce élégante, et qui fera bientôt partie obligée de
tous les ameublements de luxe.

--Dans les précédentes expositions, on a remarqué des bas-reliefs, des
rondes-bosses, des ornements de tous genres, fabriqués en carton-pierre:
la décoration des appartements a surtout gagné en élégance par l'emploi
de ce nouveau plastique, qui, par son prix, est à la portée des fortunes
modestes. Aujourd'hui, nous avons à enregistrer l'apparition d'un
nouveau produit, qui ne le cède en rien, pour la malléabilité, la
netteté des contours, la solidité et la durée, à son prédécesseur, et
qui a sur lui l'avantage de la légèreté et du bon marché. Nous voulons
parler du chanvre imperméable, dû à M. Marsuzi de Aguirre.

Nous ne pouvons donner de détails sur la manière dont se fabrique ce
chanvre imperméable. Nous dirons seulement que les produits que nous en
avons vus sont éminemment remarquables, comme nos lecteurs peuvent en
juger par le bas-relief que nous mettons sous leurs yeux. Nous
ajouterons que si, dans les petits détails, ou peut en obtenir toute la
finesse et le fini de la fonte ou du bronze ciselé, il se plie également
aux grands ornements d'architecture, comme le prouvent les importante
travaux de décoration de l'intérieur et de l'extérieur des salles de
l'exposition, dont les corniches, les chapiteaux et les moulures sont en
chanvre imperméable. C'est une industrie éminemment française, qui
occupe en ce moment 150 ouvriers, absorbe pour 150,000 fr. de matières
premières provenant toutes du sol fiançais, et donne lieu à une
fabrication dont l'importance n'est pas moins de 500,000 fr. par an. Une
partie des produits est consommée en France: en 1843, l'étranger en a
acheté pour 120,000 francs. Nous ne pouvons que désirer les progrès de
cette industrie, qui est si bien en rapport avec les légères
constructions que ce temps-ci, les modiques fortunes et les appartements
exigus. Tout ce qu'on peut craindre, c'est qu'un goût sévère ne préside
pas au choix des modèles. Nous disons cela comme avertissement et non
comme reproche, car nous n'avons rien remarqué de choquant, comme goût,
dans les produits exposés cette année. C'est que rien ne doit être plus
épuré que ce qui est destiné aux masses, dont les premières impressions
sont vives et presque toujours ineffaçables.

_Congélateur, glacière des familles.--Réjouissez-vous, vous qui vivez,
dans les climats chauds, sous les rayons brûlants du soleil, ou qui, par
raison d'économie, répugnez à entrer chez Torloni dans les jours de
canicule. Pleurez, glaciers infortunés dont l'art n'est plus un secret,
et qui ne pourrez plus nous vendre 25 centimes ce que nous obtenons
aussi bien que vous pour 5 centimes; et vous, Dame-Blanche et
Reine-de-Castille, faites trêve à vos trop longues querelles; cessez de
vous agrandir et d'étaler ces énormes corbeilles d'ananas, ces cristaux,
ces porcelaines où l'or s'allie aux dessins les plus gracieux;
réunissez-vous contre l'ennemi commun qui vient bouleverser les
existences acquises et vos guerres intestines; conspirez contre le
congélateur, glacière des familles, appareil pour faire de la glace en
toutes saisons et par toutes les températures.

L'utilité de la glace est incontestable, et rien n'approche de la
sensation délicieuse qu'elle procure pendant les grandes chaleurs: aussi
avons-nous lu, je ne sais où, que Napoléon lui-même, brûlé sur son
rocher désert, éprouva une joie d'enfant en recevant d'Europe un
appareil pour faire de la glace. On sait qu'au moyen de la combinaison
de différents sels, on peut obtenir un refroidissement notable, et
arriver à plusieurs degrés au-dessous de zéro. C'est sur la propriété de
ces mélanges qu'est fondée la construction de la glacière des familles.
Elle se compose de plusieurs cylindres concentriques, qui renferment
entre leurs parois le mélange et les matières à glacer. La première
enveloppe comprend une substance non conductrice du calorique; la
seconde, de l'eau à glacer; la troisième, le mélange, et la quatrième,
qu'on nomme _sarbotière, les sorbets, fromages, glaces aux fruits, à la
crème ou au sirop.

Les mélanges réfrigérants sont de deux espèces: le premier se compose de
trois parties de sulfate de soude et deux parties d'acide muriatique;
l'autre, d'une partie de nitrate d'ammoniac et d'une partie d'eau. Ce
dernier opère moins vite; mais il présente l'avantage de pouvoir servir
continuellement et au moyen d'une simple évaporation de l'eau qui a
dissous le sel d'ammoniac.

Au-dessous des tubes, ou cylindres que nous venons d'indiquer, est un
autre vase cylindrique qui sert de récipient aux matières réfrigérantes.
Au bas de la partie supérieure de l'appareil est un robinet qui sert à
écouler l'eau suffisamment glacée.

Et maintenait! il ne nous reste plus, ami lecteur, qu'à vous engager à
faire l'essai de ce meuble indispensable, et nous sommes convaincu que
vous ne voudrez plus prendre d'autres glaces que celles faites par vos
propres mains.



Académie des Sciences.

COMPTE RENDU DES TRAVAUX PENDANT LE DERNIER
TRIMESTRE DE 1843 ET LE PREMIER TRIMESTRE DE 1844.

(Voir t. I, p. 217, 231, 238; t. II, p. 182, 198, 316 et 394; t. III, p.
25, 58, 134, 150, et 218.)

VII--Sciences médicales. (Suite et fin.)

M. Léon Dufour a répété ses dissections d'abeilles pour s'assurer de
nouveau si les organes sécréteurs de la cire, décrits par Huber,
existaient réellement. L'opinion de M. Milne Edwards, qui se rapprochait
de celle d'Huber, est le motif qui a déterminé M. Dufour à faire de
nouvelles recherches. Cette fois-ci comme la première, il n'a trouvé ni
glandes intérieures pour sécréter la cire, ni poches extérieures pour la
recevoir élaborée, ni communication d'aucune espèce entre la cavité de
l'abdomen où la cire est ingurgitée, et les intervalles des anneaux où
on la trouve en lamelles. En conséquence il croit devoir s'en tenir à
l'opinion de Réaumur, que l'abeille avale la cire brute, la vomit après
qu'elle s'est épurée dans ses organes digestifs, et la place entre les
anneaux de son abdomen, où elle se moule en lamelles pour être ensuite
employée à la construction des alvéoles.

M. Milne Edwards, qui n'est point convaincu par les observations
anatomiques de M. Dufour, donnera bientôt sans doute le résultat des
recherches et les dessins qu'il a promis d'exécuter dès que les beaux
jours seraient venus.

On doit à MM. Baudrimont et Martin-Saint-Ange un mémoire, fruit de
longues et patientes recherches, sur les phénomènes de l'incubation des
oeufs des gallinacés. Il résulté du travail de ces observateurs que
l'oxygène est indispensable à l'évolution organique de l'embryon; que
les oeufs, pendant l'incubation, perdent une partie de leur eau et
brûlent du carbone et de l'hydrogène. C'est une sorte de respiration qui
s'opère. Les auteurs s'occupent en ce moment d'étudier le rôle que peut
jouer l'azote pendant l'incubation.

Une note de MM. Gruby et Delafond contient des détails fort curieux sur
le développement d'animalcules nombreux dans l'estomac et l'intestin des
animaux herbivores et carnivores pendant la digestion. C'est surtout
chez les herbivores que ces animalcules se développent en grand nombre.

M. Roger a fait sur la température des enfants, à l'état physiologique
et pathologique, des recherches expérimentales, il a trouvé dans la
marche du thermomètre des indications pour le diagnostic de certaines
maladies, et principalement pour l'oedème des nouveau-nés.

M. Persoz a fait, sur l'engrais des oies par le maïs, des expériences
d'où il résulte que:

1° L'oie, en s'engraissant, ne s'assimile pas seulement la graisse
contenue dans le mais, mais qu'elle en forme elle-même une certaine
quantité aux dépens de l'amidon et du sucre de maïs, et peut-être aussi
à l'aide de sa propre substance, puisque la quantité de graisse formée
en elle est ordinairement plus du double de celle qui se trouvait dans
le maïs;

2º qu'après avoir été engraissée, une oie contient une quantité de
graisse supérieure à l'augmentation de poids qu'elle a subie;

3º Que, durant l'engrais, le sang des oies change de composition, qu'il
devient riche en graisse, et que l'albumine en disparaît ou s'y modifie;

4º Qu'enfin il semble exister une certaine relation entre le
développement du foie et la quantité de graisse produite.

Nous rendrons compte du rapport de la commission nommée pour l'examen de
ce mémoire.

L'Académie a reçu de M. Vrolik un extrait du rapport de la première
classe de l'Institut royal des Pays-Bas sur les qualités nutritives de
la gélatine. Il résulte des expériences faites par les savants
hollandais que la gélatine ne nourrit pas, et que, donnée isolément
comme aliment, elle fait naître un dégoût insurmontable.

M. d'Arcet, dans la séance suivante, a protesté contre les conclusions
de ce rapport, et, sans entrer dans la discussion des faits
d'observation, il s'est appuyé sur l'opinion du professeur Bergsma, dont
l'autorité aurait été invoquée à tort contre la gélatine; M. Bergsma est
un zélé défenseur de cette substance, qu'il croit alimentaire.

L'espace ne nous permet pas d'analyser un mémoire de MM. Prévost et
Lebert intitulé: _De la formation des organes et de la circulation du
sang dans les vertébrés; et un autre mémoire de M. Hébert sur la
tuberculisation.

_Médecine.--M. Pariset a fait un rapport des plus favorables sur un
mémoire relatif à une méthode d'éducation appropriée aux jeunes idiots,
par M. Séguin, instituteur des idiots à Bicêtre. Nous parlerons des
résultats admirables auxquels est arrivé M. Séguin, dans une notice sur
les aliénés, que _l'Illustration publiera incessamment.

M. Flourens, en présentant, au nom de MM. Baillarger, Cerise et Longet,
les deux premiers volumes des _Annales médico-psychologiques, donne des
détails sur le but de ce journal, rédigé par des hommes dont le nom est
une garantie, et qui est destiné à solliciter les travaux et à
recueillir les documents relatifs à la science théorique et pratique des
rapports du physique et du moral, et en particulier à la pathologie
mentale.

_Médecine légale.--MM. Flandin et Danger, poursuivant leurs travaux de
toxicologie, ont présenté à l'Académie un mémoire sur l'empoisonnement
par le plomb, suivi de quelques considérations sur l'absorption et la
localisation des poisons.

_Chirurgie._--M. Scoutetten a lu un mémoire sur la trachéotomie dans la
période extrême du croup. Le travail a pour base une observation
personnelle à l'auteur et qu'il a recueillie dans sa famille. Sa fille,
âgée de cinq semaines, avait été atteinte du croup, et toutes les
ressources de la médecine étaient épuisées, sauf une; l'ouverture de la
trachée-artère. Des confrères de l'auteur, appelés en consultation par
lui, déclarèrent même cette opération inutile, et s'avouèrent d'ailleurs
inhabiles à la pratiquer. Alors, placé dans l'alternative d'agir
lui-même ou de voir périr son enfant sous ses yeux, le père s'arma
courageusement du bistouri. Après bien des accidents redoutables qui
vinrent entraver l'opération, la trachée fut ouverte, et l'asphyxie
arrêtée dans sa marche. Les premiers jours après l'opération furent
difficiles à passer, cependant le dixième jour on put enlever
définitivement la canule; la plaie marcha rapidement vers la
cicatrisation, et l'enfant, âgée maintenant de quatre ans et demi, jouit
d'une santé parfaite.

Cette observation intéressante serait une nouvelle preuve, s'il en était
besoin, que c'est à un état spasmodique de la glotte, et non à
l'occlusion par les fausses membranes, qu'est due l'asphyxie dans le
croup. En effet, si les fausses membranes suffisaient pour amener
l'asphyxie, ce dénouement funeste ne pourrait être prévenu par une
ouverture pratiquée au-dessous du larynx, dans un point où les fausses
membranes se produisent comme dans le larynx même.

M. Magne, dans un mémoire présenté à l'Académie, a développé et confirmé
une idée ingénieuse de feu le professeur Samson sur le moyen de
diagnostiquer entre elles, dès leur début, certaines maladies de
l'organe de la vue, d'après l'absence d'une ou de plusieurs des trois
images qui se peignent dans l'oeil quand on présente devant la pupille
une bougie allumée.

M. Sédillot, professeur à Strasbourg, envoie une note sur un nouveau
procédé opératoire employé par lui pour l'ablation d'un cancer de la
base de la langue. Dans le but d'éviter les inconvénients graves qui
résultent des deux méthodes en usage, en opérant par la bouche ou par
l'intervalle maxillohyoidien, M. Sédillot a séparé par un trait de sure
les deux moitiés de la mâchoire intérieure vers la ligne médiane, et,
par leur écartement, il s'est ménage un espace de 10 centimètres de
large, sans intéresser aucun organe important. L'opération a été
prompte, bien supportée, et neuf jours après la malade allait fort bien.

M. Feldmann, de Munich, a envoyé un nouveau mémoire sur la
kératoplastie, c'est-à-dire le remplacement de la cornée devenue opaque
par une cornée prise sur un autre individu.

Ses opérations, faites sur des lapins et sur des chats, ont fort bien
réussi; espérons qu'on pourra quelque jour en faire l'application à
l'homme.

M. Leroy d'Étiolles a lu un mémoire sur l'évacuation artificielle des
débris de calculs urinaires sur leur pulvérisation; c'est au moyen
d'instruments nouveaux et de son invention qu'il obtient ces résultats.

Dans la séance du 26 février, l'Académie a décerné les prix de médecine
et de chirurgie pour l'année 1842 à MM. Stromeyer, Dieffenbach, Bourgery
et Jacob, Thibert, Longet, Valleix, Amussat, Serrurier et Rousseau,
Philippe Boyer.

Enfin, dans la séance du 18 mars, l'Académie a nommé membre
correspondant pour la section de médecine et de chirurgie M. Brodie, en
remplacement d'Ashley Cooper, et dans la section d'anatomie et de
zoologie, M. Ch. Buonaparte, prince de Cunino, en remplacement de
Jacobson.



La Fête-Dieu, à Aix, et le roi René d'Anjou.

L'institution de la fête du Saint-Sacrement ou la Fête-Dieu ne remonte
qu'au treizième siècle. Ce fut une jeune fille, la bienheureuse
Julienne, religieuse hospitalière du Mont-Cornillon, près de Liège, qui
en eut la première idée. Un jour, ravie en extase, elle vit un croissant
splendide dont la courbure avait une brèche, et il lui sembla que cette
vision s'expliquait clairement ainsi; le croissant, c'était l'Église, et
la brèche signifiait qu'il manquait une fête au calendrier, la fête du
Saint-Sacrement. La jeune religieuse ne déclara cependant qu'après de
longues hésitations l'avis qu'elle avait reçu du ciel. On trouve dans
les _Hollandistes le récit des tribulations qu'elle éprouva lorsque,
devenue supérieure du Mont-Cornillon, elle entreprit d'accomplir sa
mission, et qu'elle fit célébrer dans son monastère l'office qu'elle
avait composé pour la fête du Saint-Sacrement. Soutenue par l'évêque de
Liège et par quelques autres prélats contre les membres du clergé qui
n'approuvaient pas les innovations en matière de culte, elle passa sa
vie entière à lutter contre la persécution, et mourut âgée de plus de
soixante ans sans avoir eu la satisfaction d'achever son oeuvre. Une
autre fille dévote, son amie et sa confidente, soeur Ève, recluse de
Saint-Martin de Liège, jouit de ce triomphe; elle obtint du pape Urbain
IV que la Fête-Dieu serait célébrée non-seulement dans les monastères
des Pays-Bas, mais encore dans toute la chrétienté, le jeudi après
l'octave de la Pentecôte.

Deux cents ans plus tard, René d'Anjou, comte de Provence, roi titulaire
de Sicile, de Naples et de Jérusalem, composa pour cette solennité le
spectacle original qu'on appelle les jeux de la Fête-Dieu. René d'Anjou
était un prince assez semblable à ce bon roi d'Yvelot, qui dormait fort
bien sans gloire, sous un simple bonnet de coton; bien qu'il fût d'un
grand coeur et d'un grand courage, il n'eut pas de bonheur à la guerre;
le roi d'Aragon, qui avait déjà son royaume de Sicile, lui prit encore
son royaume de Naples, et les infidèles n'eurent garde de lui rendre son
royaume de Jérusalem. Il se résigna philosophiquement à son rôle de roi
_in partibus et vint tenir sa cour à Aix, l'ancienne cité romaine, la
ville capitale de son comté de Provence. Ce beau pays de Provence était
à peu près tout ce qu'il lui restait de ses États, et il pouvait se
considérer comme le plus pauvre souverain de la chrétienté. Pourtant il
protégea magnifiquement les lettres et tint une cour plus brillante que
son beau-frère le roi Charles VII, que son neveu le roi Louis XI et que
son gendre le roi d'Angleterre, Henri de Lancastre.

Après la mort de sa première femme, Isabelle de Lorraine, il épousa la
belle Jeanne de Laval, de laquelle, disent les historiens, il était
depuis longtemps et en tout honneur secrètement épris. René d'Anjou
avait alors près de cinquante ans, et, d'après les portraits
authentiques qui sont restés de lui, il n'était pas beau de visage.
Pourtant sa nouvelle reine l'aima si tendrement, qu'elle mettait en
action avec lui les galantes pastorales dont les poètes espagnols et
provençaux ont donné les premiers modèles. Souvent le royal couple
prenait de rustiques habits, et le bon roi René, la houlette à la main,
conduisait ses petits montons dans les prairies riantes qu'arrose l'Arc.
Un poète de l'époque, Georges Chatelain, a consacré ce fait dans sa
chronique en vers:

        J'ai le roi de Sicile
        Vu devenir forger,
        Et sa femme gentille
        De ce propre métier,
        Portant la panetière,
        La houlette et chapeau,
        Longeant sur la bruyère
        Auprès de leur troupeau.

Ce fut au milieu de ces délassements bucoliques que René d'Anjou imagina
les jeux de la Fête-Dieu. Peintre, musicien et poète, il inventa toutes
les scènes de son drame, dessina les costumes des personnages, et
composa les airs naïfs qu'on joue encore aujourd'hui dans cette
solennité. Cette pièce, tout à la fois profane et religieuse, n'avait
pas moins de vingt-quatre actes qui se jouaient simultanément à tous les
carrefours de la ville. A la vérité les acteurs étaient muets, et leur
rôle se réduisait à une pantomime expressive. Ce gigantesque spectacle,
qui dut paraître au monde élégant de cette époque une composition
sublime, une oeuvre magnifique, n'est plus aujourd'hui qu'un curieux
spécimen des divertissements de la société du quinzième siècle. Du
reste, la pièce du roi René a fourni une aussi longue carrière que les
chefs-d'oeuvre de la scène française. Jouée pour la première fois en
1162 et reprise d'année en année jusqu'en 1790, elle a eu trois cent
vingt-huit représentations, sans compter quelques reprises données de
loin en loin sous l'empire et sous la restauration.

Voici le programme de cette fête, dont une tradition non interrompue a
conservé dans leur originalité tous les détails.

Trois personnages, choisis entre les plus considérables de la cité,
représentaient les trois ordres, et présidaient, chaque année, aux jeux
de la Fête-Dieu; c'étaient le prince d'Amour, pour la noblesse; l'abbé
de la Jeunesse, pour le clergé; et le roi de la Basoche, pour le
tiers-état. La veille de la fête, vers le soir, les bâtonniers du roi de
la Basoche et de l'abbé de la Jeunesse parcouraient la ville, précédés
des tambourins et des galoubets, qui jouaient l'air de la passade, et se
rendaient à l'hôtel de ville pour se joindre à la procession nocturne,
qu'on appelle _ou qué. Cette étrange cavalcade, où figurent tous les
dieux de l'antiquité païenne, met fort en relief l'érudition
mythologique du roi René; l'Olympe et les Enfers y sont au grand
complet. La Renommée ouvre la marche, vêtue d'une robe jaune, à travers
laquelle sortent deux grandes ailes d'oie; elle porte au cou une ample
fraise, et tient à la main sa classique trompette; un bonnet rouge, orné
de quatre petites ailes, complète le costume de la déesse aux cent voix,
laquelle, comme toutes les autres divinités, est représentée par quelque
jeune garçon au teint fauve, aux traits fins et hardis, à l'air grave et
malin.

[Illustration: La Passade.]

[Illustration: Marche de la Passade.]

[Illustration: Les lanciers du prince d'Amour.]

[Illustration: Marche du prince d'Amour.]

[Illustration: Les Lépreux.]

[Illustration: L'Abbé de la Jeunesse.]

[Illustration: Le Veau d'or.]

Après la Renommée marche en bel ordre la foule des poétiques divinités
que René a naïvement costumées suivant les traditions de l'antiquité et
la mode du quinzième siècle, Pluton a quelque chose des allures du
diable avec sa robe noire semée de flammes et sa collerette bordée de
rouge. La sombre Proserpine l'accompagne en robe de deuil, une torche à
la main. Neptune et sa jeune épouse sont couronnés de roseaux et portent
des habits du plus beau vert de mer. La troupe joyeuse des nymphes et
des satyres entoure le dieu Pan, lequel est vêtu d'une peau de bouc et
coiffé d'un petit chapeau à plumes de dessous lequel ressortent ses
cornes. Le costume des autres divinités est dans le même goût: Apollon
est charmant, surtout avec son rebec, dont il brandit glorieusement
l'archet, et sa couronne de lauriers entremêlés de rosettes en papier
rose. Le grand char qui ferme la marche porte le maître des dieux
couronné d'une tiare de fer-blanc; son altière moitié trône près de lui,
un bouquet de plumes de paon à la main, en guise de sceptre, ce qui nous
semble une économie d'attributs tout à fait ingénieuse; Vénus et son
fils sont sur le même char, environnés d'une foule de Jeux, de Ris et de
Plaisirs, lesquels sont représentés par les plus déterminés polissons de
la ville. La belle Aphrodise a pour sceptre un bouquet et minaude
derrière un grand éventail. Enfin, derrière le char, marchent les trois
livides soeurs; Ctotho tient une énorme quenouille, et Atropos, armée
d'une grande paire de ciseaux de tondeur, coupe à chaque instant la
ficelle que Lachésis lui tend avec un geste lugubre. Tous ces
personnages sont à cheval et accompagnés de lampadophores qui portent
des torches de résine dont les clartés fumeuses environnent les dieux
d'une espèce de nuage.

[Illustration: Le prince d'Amour.]

[Illustration: Le Bâtonnier du roi de la Basoche.]

[Illustration: La belle Étoile.]

[Illustration: Les Apôtres.]

Cette étrange cohorte parcourt les rues jusqu'à minuit; c'est le
triomphe des divinités païennes, la dernière de ces riantes fêtes, de
ces magnifiques théoxénies dont les Grecs avaient transmis le programme
aux habitants de Massilie; le paganisme régnait encore un moment dans
l'antique Provence; mais au premier rayon du jour ces fantômes
disparaissaient; le christianisme sortait radieux des ténèbres, et les
saints personnages évoqués par le roi René commençaient à représenter
les pieuses légendes de l'Ancien et du Nouveau Testament.

[Illustration: Les Centaures]

[Illustration: Marche des Centaures.]

[Illustration: Le roi Salomon et la reine de Saba.]

[Illustration: Marche de la reine de Saba.]

[Illustration: Saint Christophe.]

[Illustration: Capitaine des gardes du roi de la Basoche.]

_La reine Sabo, la reine de Saba, s'avance, entourée des dames de sa
cour; elle vient, dans les atours d'une dame du quinzième siècle,
visiter le roi Salomon et tâche de le séduire avec des révérences et des
minauderies un peu vives pour une personne de son éminente condition. Le
roi Salomon, sensible à ses grâces, danse devant elle au son du
tambourin et des grelots attachés à ses jarretières, et la salue en
baissant épée, laquelle est surmontée d'un petit château représentant
probablement le temple de Jérusalem.

_Leis chivaou frus les centaures, décorés du scapulaire de
Notre-Dame-du-Mont-Carmel, exécutent des manoeuvres et des évolutions,
et forment ainsi une espèce de contredanse, dont la mesure est marquée
par les tambourins et les galoubets.

[Illustration: Le massacre des innocents.]

_La bello estelo, la belle étoile. L'astre radieux, porté au bout d'un
bâton, guide les rois mages, lesquels ont des pantalons turcs de filasse
et des couronnes dorées. Ces grands potentats sont suivis chacun d'un
page, qui salue à chaque instant l'étoile par un mouvement des reins; ce
geste gracieux, qu'on appelle _lou réguigneau, charme d'autant plus les
assistants qu'il est très-difficile à exécuter; c'est une invention
chorégraphique du roi René dont la tradition est près de se perdre.

[Illustration: Le porteur de cierge.]

[Illustration: La Mort.]

[Illustration: Le grand jeu des Diables.]

[Illustration: La petite âme.]

_Lou juech d'oou cat, le veau d'or. Moïse s'avance; il tient d'une main
une baguette et de l'autre les tables de la loi; à ses côtés marche le
grand prêtre coiffé de la cédaris et portant le pectoral. Ces deux
vénérables personnages cherchent à ramener les Israélites infidèles;
mais ceux-ci se moquent d'eux et dansent autour du veau d'or, représenté
par un matou, lequel hissé sur une planchette, au bout d'un bâton,
miaule et roule des yeux effroyables à la grande satisfaction de ses
impies adorateurs.

_Leis tirassouns, le massacre des innocents. Hérode paraît la couronne
en tête et un soleil d'or sur la poitrine; il est suivi d'un tambour,
d'un porte-drapeau et d'un fusilier; une douzaine de marmots en chemise
fuient devant lui. Le barbare Hérode lève son sceptre, le drapeau
s'agite, le tambour bat, le coup de fusil part, et les ennemis tombent
les uns sur les autres comme des capucins de carte; ordinairement, ils
choisissent pour se laisser choir quelque endroit propice, un tas de
boue par exemple, ou le milieu d'un ruisseau, d'où ils se relèvent aux
applaudissements de la foule, crottés jusqu'à la nuque et barbouillés
jusqu'aux yeux.

_Leis apotros, les apôtres. Judas ouvre la marche; il tient la fatale
bourse, prix de sa trahison; saint Paul le suit, portant la grande épée,
instrument de son supplice; les autres apôtres viennent après avec leurs
attributs et vêtus d'une dalmatique ornée de rubans; tous ont à la main
un morceau de bois semblable à la batte d'Arlequin. Cette troupe de
saints personnages environne le traître Judas, et le frappe sans
miséricorde devant le Sauveur, qui les suit en traînant sa croix.

_Lou juech deis diables, le jeu des diables. Satan et sa cour viennent
en grand costume, les cornes à la tête, une fourche à la main, et des
grelots à la ceinture. Le diable est marié; sa femme, représentée par
quelque rustre d'une taille gigantesque et d'un affreux visage, est
vêtue d'après le journal des modes. Avant, la révolution, elle portait
la poudre et les paniers. On l'affubla, sous l'empire, d'une robe de
satin rose et d'un chapeau à la comète. Cette troupe maudite entoure le
roi Hérode et le harcèle avec ses fourches, pour venger sans doute le
meurtre des innocents; le roi tâche de les écarter avec son sceptre, et
fait en fuyant des bonds prodigieux. Quand il leur échappe enfin, il
saute encore et célèbre en dansant sa délivrance; mais le groupe
infernal ressaisit sa proie, et la diablesse cabriole alors pour marquer
sa satisfaction à son funèbre époux.

_L'armette, la petite âme. Un adolescent s'avance, vêtu de blanc et les
cheveux épars; il tient une grande croix et l'embrasse avec ferveur,
tandis qu'une légion de diables et son bon ange gardien se battent
derrière lui. Les démons tâchent de l'enlever avec leurs bâtons
fourchus; l'ange le défend, et reçoit sur son dos garni d'un épais
coussin les coups qu'on veut lui porter; enfin l'enfer est mis en fuite,
et le bon ange danse en agitant ses ailes dorées, tandis que la petite
âme prie au pied de la croix.

_Lei rascassetos, les lépreux. Tout le monde danse dans la pièce du roi
René; le lépreux immonde danse, tandis que d'autres lépreux peignent,
brossent et accommodent une grosse perruque posée sur la tête de l'un
d'entre eux. La tradition n'a pas conservé l'explication de cette scène,
qui fut peut-être, dans l'origine, une allégorie fine et hardie.

_Sun Christoou, saint Christophe, le géant du paradis, se mêle à ces
groupes, portant sur son bras le petit enfant Jésus. D'autres troupes
succèdent à celles dont nous venons de parler; ce sont les grands et les
petits danseurs, et enfin la Mort, qui passe seule et silencieuses,
balayant le sol de sa faux, et traînant sur les pas de la foule joyeuse
ses pieds décharnés.

L'ensemble de cette étrange représentation peint bien, ce me semble,
l'humeur pacifique, l'esprit tolérant et libéral de René d'Anjou. Rien
dans son drame ne rappelle les fêtes guerrières de cette époque. Après
la grande cavalcade où elles triomphent, les divinités païennes ne sont
point poursuivies à outrance et exterminées par les saintes légions du
vrai Dieu; elles disparaissent aux premières lueurs de la foi nouvelle,
devant l'aurore du christianisme. Aucune trace des moeurs féodales ne
paraît non plus dans cette fête; la noblesse n'y est point représentée
par quelque seigneur puissant accompagné de ses écuyers, de ses hommes
d'armes, et le prince d'Amour n'a d'autre suite que les officiers de sa
cour, troupe jeune et galante qui porte le pourpoint de soie en guise de
cuirasse, et un bouquet à la main au lieu de l'épée et de la lance.
Aussi le peuple a-t-il conservé la mémoire du débonnaire et pieux
souverain qui imagina les jeux de la Fête-Dieu, et l'appelle-t-on
encore, en Provence, le bon roi René.



Le dernier des Commis Voyageurs.

(Suite et fin.--Voir t. III, p. 70, 86, 106, 118, 138, 150, 170, 186,
202 et 214.)

XII.

LE COUP DE GRÂCE.

Dès que Potard se vit assuré de la disparition de Jenny, il n'hésita pas
sur le parti qui lui restait à prendre. Remontant à la hâte dans son
cabriolet de voyage, il se fit conduire à la rue du Griffon, (l) où les
Beaupertuis et les Blainval avaient le siège de leur établissement, mit
pied à terre devant, leur porte, et pénétra avec vivacité dans le
magasin où les commis procédaient à l'emballage des étoffes. Sans
échanger avec eux la moindre parole, le vieux voyageur marcha vers le
cabinet du chef de la maison, comme un homme qui dédaigne de s'expliquer
avec les subalternes. Le père Beaupertuis était absent; Eustache se
trouvait seul dans le bureau.

[Note 1: C'est par erreur qu'on a mis _du Gaillon dans le premier
chapitre; il n'y a pas de rue du Caillon à Lyon.]

«Tiens! c'est encore ce cher troubadour! s'écria-t-il en reconnaissant
Potard et allant à sa rencontre. Comment la passons-nous, vieux?
Toujours frais, toujours vermeil, à ce que je vois!

--Pas de mots perdus, Eustache; j'ai à parler au patron,» dit Potard en
l'interrompant.

En même temps son oeil sondait tous les recoins du bureau, comme pour y
découvrir celui qu'il cherchait.

«Absent par congé, reprit Eustache; en course pour une affaire, vieux.
Tu ne l'as manqué que de cinq minutes! Mais si tu n'es pas pressé,
attends-le sur cette chaise. Il va revenir.

--J'aimerais mieux savoir où il est, répliqua Potard, dont la patience
était à bout; j'irais le rejoindre.

--Ah! pour ça, troubadour, tu m'en demandes plus que je n'en sais. Ce
sont les secrets du patron; il ne doit de comptes à personne. Mais
qu'as-tu donc, vieux? Tu frétilles comme un poisson. On dirait que tu as
des inquiétudes dans les jambes.

--Le chef tardera-t-il à rentrer? reprit Potard en insistant; j'ai
quelque chose de très-urgent à lui dire.

--Eh hum! sois calme, répondit Eustache; le père Beaupertuis ne
s'éclipse jamais pour longtemps; il sait ce que vaut l'oeil du maître.
Allons! voyons, assieds-toi, troubadour.»

Au lieu de se rendre à cette invitation, Potard continuait à arpenter le
bureau à grands pas et à jeter de temps en temps un regard impatient
vers le magasin, pour s'assurer si le chef de la maison n'arrivait pas.
Eustache suivait ses mouvements avec un air de défiance et de curiosité.

«Sur quelle herbe as-tu marché ce matin? lui disait-il. Comme te voilà
effarouché, troubadour! On t'a soufflé une commission majeure, à ce
qu'il paraît. Vrai, l'on dirait un lièvre qui a manqué son gîte. Voyons,
Potard, déboutonne-toi. Que risques-tu, vieux! Devant un camarade, un
ami?

--Un ami! s'écria le voyageur, comme s'il se fût réveillé à ce mot. Un
ami, toi! un ami!!! Il n'y a plus d'amis! ajouta-t-il avec douleur.
Entre anciens, c'était bon; les modernes ont supprimé cela. Toi, mon
ami? allons donc!

--Comme tu le prends! répondit Eustache un peu démonté par cette brusque
sortie. En voilà des bourrades! Tu tournes décidément à l'homme des
bois; tu deviens sauvage. Que t'ai-je fait, vieux?

--Ce que tu m'as fait, Eustache? Peu de chose; tu t'es joué de moi,
voilà tout. Quand je suis venu, il y a quelque temps, le demander où
était Édouard Beaupertuis, que m'as-tu répondu?

--La vérité, Potard, répliqua le commis, qui perdait de plus en plus
contenance. Je t'ai dit qu'il était en voyage; nous avions là des
lettres.

--Oui, des lettres, fabrication moderne, n'est-ce pas? dit amèrement le
voyageur. Et, à cette heure, où est-il, votre beau fils?

--Mais, toujours en voyage, vieux, répondit Eustache, dont l'attitude
était de plus en plus embarrassée. Mon Dieu, oui, en voyage, demande à
ces messieurs.

--Et il y a des lettres, reprit Potard, encore des lettres, en veux-tu,
en voilà? Toujours du même tonneau.

--Sans doute il doit y en avoir.

--Assez, Eustache, assez. Il ne faut pas traiter un ancien comme si ou
avait affaire à des recrues. Bon pour une fois, mon garçon. Comment,
toi, avec qui j'ai si longtemps battu l'estrade, poursuivit le voyageur
en s'animant; toi, qui es mon contemporain, qui sais ce que je vaux,
quel coeur il y a dans cette poitrine, toi, me tromper!

--Mon Diou, Potard...

--Pas de mauvaises défaites; je sais ce que je sais. Tu m'as trompé,
Eustache! et, pour qui? Pour un misérable, pour un Machiavel, qui
m'enlève ma tille!

--Ta fille, vieux, est-ce possible?

--Oui, Eustache, ma fille, mon enfant, mon seul amour. Elle court les
champs avec cet infâme.

--Dis-tu vrai, Potard?

--Vrai, comme j'existe! La foudre est tombée sur ma maison: je n'avais
qu'une joie au monde, et la voilà détruite. Autant vaudrait être cloué
entre quatre planches avec dix pieds de terre sur le corps. Si je vis,
c'est pour me venger.

--Écoute, vieux, dit le commis ému de cette confidence; j'ignorais tout
cela, foi de camarade. Je ne voyais là-dedans qu'une aventure de jeune
homme. Aussi, que ne parlais-tu plus tôt?

--Ce secret ne m'appartenait pas tout entier, Eustache.

--A la bonne heure; mais ce n'en est pas moins une fatalité, poursuivit
Eustache. Si je l'avais su! N'importe, ajouta-t-il, peut-être est-il
temps encore! Viens, Potard.»

En même temps le commis cherchait à entraîner son interlocuteur dans une
pièce plus éloignée, d'où le son de sa voix ne pût pas parvenu;
jusqu'aux oreilles des employés, lorsqu'en se retournant il aperçut son
patron qui venait d'entrer dans le magasin. Cette vue suffit pour opérer
un changement de scène. Par un mouvement machinal, et comme une personne
prise en faute, Eustache se remit à la besogne, et laissa Potard seul en
face du chef de la maison Beaupertuis, qui, le mesurant d'un regard
froid et soupçonneux, lui dit;

«Qu'y a-t-il pour votre service, monsieur?»

Le père Beaupertuis possédait une de ces physionomies qui glacent et
intimident. C'était un petit, homme sec, jaune, au teint bilieux, d'une
santé grêle, mais soutenu par cet amour du gain qui donne du ressort aux
constitutions les plus chétives. Ses manières, ses paroles avaient
quelque chose de dur et, pour ainsi dire, de cassant; son commandement
affectait des formes impérieuses et militaires. Dans sa famille comme
dans son comptoir, il ne souffrait pas d'autre opinion, d'autre volonté
que la sienne. L'orgueil du parvenu se lisait sur ses traits; sa lèvre
était pincée, son oeil dédaigneux. Aussi, malgré son sang-froid habituel
et les griefs qui l'amenaient, Potard ne put-il se défendre d'un
sentiment de trouble à l'aspect de ce visage hautain, où l'égoïsme avait
marqué son empreinte.

«Monsieur, répondit-il, je voudrais avoir avec vous un entretien
particulier.

--Parlez, monsieur, dit le vieillard; il n'y a point ici d'oreilles
indiscrètes.

--Pourtant, monsieur...

--Parlez, vous dis-je, et soyez bref. Quand on est dans les affaires,
les moments sont comptés.»

Une explication en présence de tant de témoins embarrassait Potard.
Cependant, comme il y avait urgence, il n'hésita pas. Avec tous les
ménagements possibles, il déclara au chef de la maison Beaupertuis le
motif qui le conduisait auprès de lui, raconta brièvement la séduction
dont sa fille avait été la victime, et laissa entrevoir quelle
réparation il en attendait. Quoique le voyageur fit tout au monde pour
se contenir, on voyait, à mesure qu'il avançait dans son récit, se
réveiller en lui les bouillonnements tumultueux de sa colère. Sa voix,
d'abord sourde et étouffée, trouva par degrés un accent plus énergique,
son geste s'anima, ses joues se colorèrent, son oeil prit un éclat
menaçant et sombre. Cependant le calme ironique du vieillard ne se
démentait pas; il écoutait cette confidence comme si elle ne l'eut
touché que très-indirectement. Au lieu de se préoccuper de l'émotion
toujours croissante de son interlocuteur et de la fureur concentrée qui
éclatait dans ses gestes et dans ses paroles, il semblait porter son
attention ailleurs, et parcourait d'un air distrait quelques papiers
qu'il venait de prendre dans l'un de ses cartons. Ce dédain exaspéra
Potard; quand il vit que le chef de la maison Beaupertuis s'obstinait
dans ce manège, il s'arrêta brusquement, et se posant devant lui en
athlète et les bras croisés;

«Eh bien! monsieur, dit-il brusquement.

--Excusez-moi, mon garçon, répliqua froidement le vieillard; je tenais à
vérifier un fait qui vous concerne. C'est éclairci maintenant; vous êtes
décidément le numéro dix.

--Le numéro dix! Qu'entendez-vous par là, monsieur?

--J'entends, mon cher, ajouta l'industriel, que vous êtes le dixième
père, ou oncle, ou tuteur, qui vient ici me rabattre les oreilles des
fredaines de mon fils. Est-ce que cela me regarde? Il est majeur,
adressez-vous à lui.

--Monsieur....

--Trêve à ces balivernes, mon garçon; c'est du temps perdu. Je vous
répéterai le mot de cet ancien; Mon coq est lâché, gardez vos
poulettes.»

En prononçant ces mots, le chef de la maison Beaupertuis adressa à
Potard un salut qui équivalait à un congé, et lui tourna le dos, comme
un homme pressé de retourner à ses affaires. Notre héros écumait, un
tremblement nerveux parcourait tous ses membres, il sentait s'élever en
lui des transports de rage et avait toutes les peines du monde à se
contenir. Cependant il parvint à vaincre sa colère, et, rejoignant le
vieillard, il ajouta;

«Vous me renvoyez à votre fils, monsieur: soit; c'est avec lui que je
m'expliquerai. Veuillez seulement me dire où je pourrai le rencontrer.

--Eh! parbleu, mon camarade, répliqua le vieillard avec vivacité; ce ne
sont pas là mes affaires. Vous me brisez la tête, avec vos histoires de
péronnelles.

--Ah! c'est ainsi que vous prenez! s'écria le voyageur éclatant à la
fin; ah! vous croyez que je me laisserai traiter sous jambe, monsieur le
marquis de l'organsin et de la trame. Attendez, nous allons changer
d'antienne. Vous me direz où se cache votre fils, monsieur! vous me le
direz sur-le-champ, de votre plein gré, ou je vous ferai sortir les mots
de la gorge.»

A cette menace, le chef de la maison Beaupertuis comprit qu'il fallait
changer de tactique; il fit quelques pas vers le magasin et s'écria; à
toi, Joseph!»

Cet ordre amena sur-le-champ à ses côtés une espèce de colosse qui
remplissait dans la maison les fonctions de garçon de peine. C'était un
Alsacien, taillé en bloc de marbre et qui semblait avoir toutes les
qualités d'un homme d'exécution. L'industriel l'avait habitué à obéir en
aveugle et à deviner ses désirs. Sur un signe, cet Hercule venait de
comprendre ce que son maître voulait de lui; il tenait Potard en arrêt.
En même temps le bataillon entier des employés étain accouru, de sorte
que le père Beaupertuis se trouvait entouré d'une sorte de garde
prétorienne.

Quoique l'exaspération du voyageur fût au comble et qu'il en fût arrivé
au point où la prudence n'a plus d'empire, il était impossible qu'il ne
vit pas combien la partie devenait inégale. Désormais tout ceci ne
pouvait aboutir qu'à un esclandre sans résultat; il le comprit à temps
et s'épargna un échec inutile. Remettant brusquement son chapeau sur sa
tête et jetant à la ronde des regards de défi. «Dix contre un! c'est
trop, monsieur Beaupertuis, s'écria-t-il. Peste, quel état-major! Je
mets bas les armes, mais je saurai bien vous retrouver, monsieur.»

Ces mots dits, il se retira lentement et gagna l'escalier. Il venait
d'atteindre l'allée lorsque, dans là partie la plus obscure, il entendit
une voix qui l'appelait. C'était celle d'Eustache:

«Vieux, disait-il, écoute ici.»

Potard alla vers lui; le commis le prit par la main et ajouta avec une
émotion qu'il déguisait mal: «Deux mots seulement et ne me trahis pas.
Il y a complot entre le père et le fils; il s'entendent comme deux
larrons en foire. Et dire que je traîne le boulet dans cette baraque!

--Au fait, Eustache.

--Eh bien! mon pauvre troubadour, on te joue. Édouard Beaupertuis est
parti depuis ce matin pour l'Angleterre. C'était arrangé depuis
longtemps.

--Pour l'Angleterre!

--Oui, vieux, et là il s'embarquera sur le _Great-Western. On l'envoie
aux États-Unis pour les affaires de la maison. Les Américains sont de
mauvais payeurs, et ils nous doivent cent mille écus. Tu comprends!

--Dis-tu vrai, Eustache? N'est-ce pas encore un piège?

--Non, Potard; fie-toi à un ancien. Édouard est sur la route de Calais;
il n'a pas un instant à perdre, le paquebot part le 10.

--Le 10! Et nous sommes au 7! Et ma fille est avec lui! Dieu du ciel,
inspire-moi!»

Par un geste prompt comme la pensée, le voyageur repoussa vivement le
pauvre Eustache, qui s'apprêtait à lui répondre, et courut comme un fou
vers le cabriolet de voyage qui l'attendait toujours à la porte.

«En route, dit-il. Par le Bourbonnais, postillon. Cinq lieues à l'heure;
je paie comme un prince du sang.»

La voiture s'ébranla, et le malheureux père reprit sa course au clocher.

XIII.

UN RAYON DE SOLEIL.

La fatalité s'en mêlait. Quelque diligence qu'il mit dans sa poursuite,
Potard ne, put rejoindre le ravisseur, dont les mesures étaient prises
avec une précision désespérante. Sur le chemin notre héros retrouvait
les traces du couple fugitif, mais à vingt heures de distance. Au terme
de son douloureux itinéraire, une dernière épreuve lui était réservée.
Quand il arriva sur les quais de Liverpool, le _Great-Western venait à
peine de se laisser glisser sur les eaux de Mersey. On l'apercevait au
loin agitant ses grandes nageoires, et se couronnant d'une aigrette de
fumée. Potard, à cette vue, sentit ses forces l'abandonner; ce spectacle
le terrassa. Le vertige s'empara de lui; il chancelait comme un homme
ivre, et ce fut avec toutes les peines du monde qu'il gagna l'hôtel le
plus voisin, où une fièvre ardente le retint routine pendant six
semaines. Affaibli par le mal et par la douleur, il put, au bout de ce
temps, repasser la Manche et reprendre le chemin de sa petite maison des
Brotteaux.

Dès lors entre lui et le monde il y eut rupture complète; la solitude
devint son seul abri contre le désespoir. Il ne restait plus rien du
grand Potard, de ce troubadour incomparable qui avait grandi au milieu
de flots de bière et de mélodie. Tout ce qui se rattachait à sa vie
passée lui était devenu odieux; la pipe, cette dernière compagne de
l'isolement, n'avait plus pour lui le moindre charme. Il avait brisé de
ses mains tout un arsenal de ce genre, laborieusement amassé, et où il
avait prodigué le souffle de sa jeunesse. C'était une abdication
complète, un de ces actes décisifs qui tirent de Charles-Quint un simple
profès ilu Saint-Juste, et du voluptueux de Rancé, le fondateur de
l'ordre le plus sévère qui ait jamais édifié la chrétienté. Comme eux,
Potard se déclara mort au monde; il renouvela les grands exemples des
vallons de la Castille et des marécages du Perche; il fit voeu de
silence et de misanthropie, et y persista en dépit de tous ses amis,
même des Grabeausec.

Un bonheur lui restait pourtant et semblait lui suffire: sa fille, en
quittant le toit paternel, n'avait pas pu y effacer les traces d'un long
séjour, ni emporter avec elle ces mille riens qui acquièrent tant de
prix par l'absence. C'était la joie du bon Potard de découvrir à chaque
instant quelque souvenir de ce genre: tantôt un vêtement oublié, tantôt
un ouvrage d'aiguille qu'un brusque départ avait interrompu. Pour ces
petits détails, hochets d'un coeur aimant, la mémoire du malheureux père
le servait à merveille. Il savait reconnaître dans le parfum quelles
fleurs Jenny avait plantées, sur quel banc de gazon elle aimait à
s'asseoir. Un oiseau, élevé par ses soins, était devenu l'hôte favori de
la maison; le piano sur lequel ses doigts agiles s'étaient promenés, le
couvert, le gobelet dont elle se servait à table, le fauteuil qu'elle
préférait, les meubles de sa chambre, la glace qui avait souvent reflété
ses traits, tout était devenu pour Potard l'objet d'un culte qui allait
presque à l'idolâtrie. Il ne vivait plus que dans ces restes d'un passé
évanoui, et repeuplait ainsi sa maison d'images qui lui étaient chères.

Dans les heures les plus pénibles du regret, jamais Potard n'avait songé
à sa Jenny pour la maudire; il ne savait que la pleurer et la plaindre.
Les torts qu'il n'imputait pas à Édouard Maupertuis, c'était sur
lui-même qu'il les rejetait. Il se reprochait avec des larmes amères de
n'avoir pas obéi au dernier voeu d'Agathe, d'avoir négligé cette enfant
à qui il n'avait manqué, pour tourner au bien, qu'une tutelle plus
éclairée et une surveillance plus attentive. Cette pensée accablait
Potard; son malheur, si grand qu'il fût, ne lui semblait qu'une
expiation incomplète de ses torts. Pouvait-il exiger qu'une jeune fille,
à peine éclose à la vie des passions, eût le sentiment de ses devoirs,
quand lui, avec sa tête grisonnante et une longue expérience des
faiblesses du coeur, avait à ce point méconnu les siens? Ainsi
raisonnait le vieux voyageur, s'accusant lui-même, se frappant la
poitrine, et jetant sur la faute de sa Jenny un voile miséricordieux.

Huit mois s'écoulèrent sans que Potard se départit de sa règle de
conduite. Il n'avait pas quitté un seul jour sa maison des Brotteaux; il
n'y recevait que de rares visiteurs, et seulement pour des objets
d'affaires. Une vieille servante présidait à son ménage, et respectait
le silence et la mélancolie de son maître. Un jour pourtant que notre
héros parcourait son jardin en donnant çà et là quelques soins à des
plantes préférées, un violent coup de sonnette retentit à sa porte, et
Eustache entra chez lui avec une impétuosité qui ne lui était point
ordinaire.

«Potard, dit-il. Potard!

--Qu'y a-t-il donc, Eustache? te voilà bien effaré.

--Il y a, vieux, que le père Maupertuis est au plus bas; une attaque de
paralysie! Il n'ira pas loin. Qui aurait imaginé? Un homme que je
croyais sensible comme une pierre à fusil!

--Mais encore, Eustache.

--C'est juste, vieux; il faut commencer par le commencement. Hier donc,
il nous arrive une lettre de la Nouvelle-Orléans; la maison Fichenall et
compagnie, de bons correspondants que nous avons là-bas. Le père
Maupertuis décachette le pli et se met à lire; je le suivais du coin de
l'oeil. Te figures-tu mon étonnement quand je vois le patron se pâmer et
tomber roide entre mes bras? Un homme sec comme un caillou!

--Et la cause, Eustache, la cause?

--Ah! la cause, c'est une autre histoire. N'empêche que je n'aurais
jamais cru ça du père Beaupertuis. Un homme dur comme du métal!

--En finiras-tu?

--M'y voici, vieux. La lettre des Fichenall annonçait tout uniment que
le petit Édouard venait d'être pincé par la lièvre jaune et qu'avant
vingt-quatre heures il serait entièrement tordu. Il paraît que c'est un
mal qui ne plaisante pas.»

A mesure que le commis parlait, on voyait le visage de Potard
s'épanouir.

«Bonté du ciel, s'écria-t-il, me voilà donc vengé! Frappés tous deux! le
père et le fils! Je savais bien que j'aurais mon tour! Et mon enfant,
ajouta-t-il avec inquiétude, ma Jenny, qu'est-elle devenue, Eustache?

--Ah! pour cela, vieux, j'en ignore. Les Fichenall n'en disent rien.»

Le retour sur les dangers que courait sa fille changea à l'instant même
les dispositions de Potard. Il oublia tout pour ne plus songer qu'à
elle; il se demandait avec effroi si le fléau l'aurait respectée, si
elle n'aurait pas succombé aux atteintes d'un climat meurtrier. Cette
idée remplissait son âme d'épouvante. Il voulait partir sur-le-champ,
aller arracher son enfant à ce ciel maudit, la ramener sous le toit
paternel. Eustache eut beaucoup de peine à obtenir de lui qu'il
attendrait l'arrivée du prochain paquebot porteur de nouvelles
décisives.

Quinze jours se passèrent dans cette attente; quinze jours, c'est-à-dire
un siècle. Pas du lettres, rien qui put mettre un terme aux inquiétudes
de Potard. Le père Beaupertuis venait de mourir, emporté par une
secousse trop rude pour son âge. Cette perte touchait peu notre héros;
son oraison funèbre consista en quelques jurons qui durent réjouir la
tombe du défunt. Une autre préoccupation dominait sa pensée et
l'absorbai tout entier. L'impatience le gagnait, et, pressé d'aller à la
recherche de sa fille, il faisait déjà ses préparatifs de départ.

L'une des habitudes du vieux voyageur était d'entrer une fois par jour
dans la chambre de sa fille, et d'y tromper sa douleur par les souvenirs
que cette, vue réveillait en lui. Un matin, quelle fut sa surprise,
lorsqu'il aperçut, à demi voilée dans l'ombre et étendue sur le sopha,
une femme vêtue d'une robe blanche. Il marcha rapidement vers la
croisée, l'entr'ouvrit, et chercha à s'assurer quelle pouvait être cette
apparition. Qu'on juge de ses transports! c'était sa Jenny, qui se
précipita éplorée dans ses bras. Potard crut qu'il allait mourir; il
tomba sans forces sur un fauteuil, et retint sa fille par une vive
étreinte, comme s'il eût craint de la voir s'échapper. Pendant quelques
minutes, on n'entendit dans cette chambre que des sanglots entrecoupés.
Le père passait les mains sur le visage de son enfant, pour s'assurer
qu'il n'était pas le jouet d'un rêve, d'une illusion; la fille,
silencieuse et craintive, continuait à fondre en larmes.

«Eh! eh! vieux, je le savais bien, que je te la ramènerais.» dit une
voix à leurs côtes.

C'était Eustache, l'inévitable Eustache.. Depuis le jour où Potard
l'avait pris pour confident. Eustache ne songeait plus qu'à réparer ses
premiers torts. Dès ce moment, il se dévoua à son ami, silencieusement,
mystérieusement, et suivit cette affaire à son intention. Prévenu de
l'arrivée de Jenny, il avait arrangé cette mise en scène et conduit la
reconnaissance. Pour le remercier, Potard ne trouva pas un seul mot; il
se contenta de lui tendre la main.

«Ce n'est pas tout, vieux, reprit le commis, il y a ici près un second
coupable. Quand la tourterelle se montre, c'est que le tourtereau n'est
pas loin.

--Qu'est-ce à dire, Eustache? Et la lièvre jaune?

--On en revient, à ce qu'il paraît, vieux. L'amour est un si grand
médecin: demande à la fille.»

Le commis avait à peine achevé ces paroles, qu'Édouard parut sur le
seuil de la chambre, et alla se jeter aux genoux de Potard. Les larmes
recommencèrent à ruisseler, et l'émotion gagna jusqu'à Eustache. Le
voyageur releva Beaupertuis et compléta l'amnistie.

«Ah! jeune homme, jeune homme, disait-il, quel mal vous m'avez fait!»

On s'expliqua. Édouard Beaupertuis, frappé en effet de la fièvre jaune,
n'avait dû la vie qu'aux soins de Jenny; et la voix de la reconnaissance
avait fini par étouffer chez lui la voix de l'intérêt. La mort de son
père, en le laissant maître de ses volontés, avait achevé ce retour à de
meilleurs sentiments. Il venait demander à Potard la main de sa fille.

Quand notre héros fut certain de tant de bonheur, sa physionomie changea
comme par un coup de théâtre. Ce n'était plus le même homme; l'ancien
Potard avait reparu; le troubadour était retrouvé.

«Ouf! s'écria-t-il, il était temps! J'en serais mort! Allons, il y a
encore des coeurs sous le ciel; et répétons avec la romance:

        Pas de chagrin qui ne soit oublié
              Entre l'amour et l'amitié.

--Bien! bien! disait Eustache en battant la mesure; tu n'as rien perdu
de les moyens, vieux.

--Quelle noce! ajoutait Potard, quelle noce!

--Et quelle bosse, troubadour! Ancien style, n'est-ce pas? Les petits
plats dans les grands?

--Tu verras, Eustache, cela fera du bruit dans Lyon. Je veux que ma
Jenny soit parée comme une reine.

--Mon père! dit la jeune fille l'embrassant.

--Chère enfant! ajouta Potard attendri. Et vous, Édouard, je vous dois
une réparation; je vous avais condamné à la légère.

--Au fait, tu es un peu vif, vieux, dit Eustache.

--Eh bien! réparation aux modernes. Mais c'est égal, Beaupertuis, reprit
Potard en hochant la tête, je n'en persiste pas moins à dire que le beau
temps du voyageur de commerce est passé. L'institution est en baisse,
mon cher; croyez-en l'ancien des anciens.

        Ah! pour un rien,
        Oui, pour un rien,
        Nous laisserions finir le monde
        Si nos femmes le voulaient bien.

--Adjugé, dit Eustache; je suis garçon.»

XXX.



La Police correctionnelle de Paris.

(Voir t. I, p. 83 et t. III, p. 171.)

Les causes qui défraient la première partie de l'audience sont celles
des vagabonds, des mendiants, des repris de justice en état de rupture
de ban.

Les enfants figurent en grand nombre sur le banc de la police
correctionnelle; nous retrouvons parmi eux ces pauvres petits ramoneurs,
joueurs de vielle, montreurs de singes ou de cochons de lait que nous
avons rencontrés dans les rues, sur les boulevards de Paris, dans notre
revue des petites industries. Arrêtés par les sergents de ville, en état
de vagabondage, ou se livrant à la mendicité, ils comparaissent devant
lu justice, débarbouillés, décrottés, et dans le costume de la maison de
correction.

Ce costume se compose, en hiver, d'une veste et d'un pantalon de gros
drap gris et d'une paire du sabots; en été, la veste et le pantalon sont
en toile écrue, et les sabots sont remplacés par des souliers. Les
pauvres enfants font la plus triste figure du monde dans ces disgracieux
vêtements, que, par précaution, on a taillés sur le modèle le plus
ample; leurs petites mains se perdent dans des manches interminables; le
pantalon trop large et trop long, retenu à la ceinture par une lisière
de drap, dépasserait de beaucoup les sabots, s'il n'était retroussé à la
hauteur de la cheville, et s'il ne dépensait dans d'innombrables plis sa
longueur démesurée.

Le banc de la police correctionnelle est chaque jour encombré par une
foule de petits mauvais sujets que leurs parents surveillent mal, ou ne
surveillent pas du tout.

Le matin, le père va à sa journée, la mère sort pour faire des ménages,
les enfants abandonnés à eux-mêmes courent les rues, jouent sur les
boulevards, mendient et volent pour acheter des friandises, et se font
arrêter par les agents; puis, les voilà en casaques grises devant le
tribunal. Les parents sont appelés: ils rencontre parmi ceux-ci des
pères adonnés à l'ivrognerie, des mères fainéantes et dénaturées qui
sont bien aises de se décharger sur la justice des soins et des dépenses
que leur coûtent leurs enfants. Ils refusent de les réclamer, et disent
aux juges: «Faites-en ce que vous voudrez; quant à nous, nous n'en
pouvons rien faire; envoyez-les en correction.» C'est en vain que
l'enfant pleure et promet d'être plus sage à l'avenir, c'est en vain que
le président s'efforce de rappeler ces mauvais parents aux sentiments de
la nature et du devoir. Leur résolution est bien prise: elle est
inébranlable, et le tribunal se voit forcé d'envoyer le petit prévenu
dans une maison de correction, à moins qu'il ne se trouve dans
l'auditoire, parmi les témoins ou les curieux, quelque personne
charitable qui déclare réclamer l'enfant et se charger de lui faire
apprendre un état.--Ces exemptes de charité se présentent fréquemment
aux audiences de la police correctionnelle, et forment une compensation
consolante aux tristes spectacles qu'on y rencontre trop souvent.

Après l'enfance, la vieillesse a son tour. Le banc se couvre de
malheureux en guenilles que les agents ont surpris se livrant à la
mendicité, pour quelques-uns, la misère, le grand âge, les infirmités,
sont des moyens d'excuse que les juges comprennent et admettent; pour
d'autres, la mendicité n'est que le résultat de la paresse, de
l'ivrognerie, de l'inconduite; ce n'est point un délit accidentel, c'est
une profession avec ses roueries. Celui-ci joue l'aveugle, et se fait
guider par un chien, qu'il guide lui-même dans une rue détournée à
l'approche des sergents de ville; cet autre feint d'être paralytique, il
se traîne péniblement sur deux béquilles, qu'il jette, en cas d'alerte,
dans les jambes des agents pour se sauver sur les siennes, qui sont
excellentes, quand elles ne sont pas par trop avinées.

Notre système pénal, si vicieux sur tant de points, si peu efficace pour
protéger la société et pour corriger les malfaiteurs, ramène devant les
tribunaux un grand nombre de condamnés frappés de la peine de
surveillance. Certains voleurs incorrigibles, certains hommes dangereux,
des vagabonds même, pauvres diables inoffensifs, et coupables seulement
d'une grande misère, sont soumis à la surveillance de la police à leur
sortie de prison. Le séjour des grandes villes leur est interdit, ils
doivent choisir pour lieu de résidence une ville de second ordre, et
n'en pas sortir sans permission durant un certain nombre d'années. C'est
là mi triste cadeau que Paris fait à la province. Mais Paris pense à lui
avant tout. Or, qu'arrive-t-il? c'est que la plupart de ces malheureux
sont repoussés de tous les ateliers, dans les villes où ils doivent
séjourner, et qu'ils sont rejetés par le besoin, autant que par leurs
mauvais instincts dans le vol et dans le crime. Ils s échappent donc de
lien de leur résidence et reviennent à Paris: c'est là qu'ils retrouvent
leurs amis, leurs complices, leurs camarades de prison, et souvent aussi
leurs sergents de ville, qui les reconnaissent, les arrêtent et les
réintègrent à la Force, à la Conciergerie, aux Madelonnettes, leurs
domiciles habituels.

Et bientôt on les revoit sur le banc de la police correctionnelle,
prévenus d'avoir fait infraction à leur ban de surveillance. Le tribunal
les condamne, ils subissent leur peine, sont du nouveau renvoyés en
province, reviennent encore à Paris, et sont de nouveau condamnés. Il en
est un grand nombre qui passent ainsi leur vie dans une continuelle
alternative de captivité et de liberté. Dernièrement, un de ces hommes
comparaissait devant le tribunal avec une effrayante escorte de dix-sept
condamnations antérieures. Il était âgé de quarante-deux ans; il avait
passé vingt-cinq ans en prison, et le tribunal l'y renvoya pour cinq
autres années. Voilà un exemple des corrections qu'opère la police
correctionnelle.

Quant aux vagabonds, leur nombre est grand aussi, surtout aux approches
de l'hiver. Un vagabond est un individu qui n'a ni feu ni lieu, ni
moyens d'existence; le vagabondage est une sorte de délit préventif, et
nos institutions pénales, qui le répriment par mesure de sûreté,
l'engendrent plus souvent encore. Dans certaines prisons, à la Force,
par exemple, le travail, qui permettait aux détenus d'économiser une
masse pour le jour de leur libération, a été supprimé. L'individu qui
vient de subir sa peine, et devant qui s'ouvrent les portes de la
prison, se trouve donc en état de vagabondage dès le premier pas qu'il
fait sur le pavé libre de la rue. Il n'a ni le moyen de payer un gîte,
ni celui de se procurer légalement le pain nécessaire à la vie. Sa
triste qualité de libéré lui ferme tous les ateliers. Le voilà donc
livré aux tentations de la misère, et s'il échappe comme vagabond aux
agents de la police, ceux-ci ne tarderont pas à l'arrêter comme voleur
récidiviste.

[Illustration: Le vagabond.]

Il y a des maisons de dépôt pour les mendiants condamnés; il n'y en a
pas pour l'ouvrier qu'une maladie ou que le manque d'ouvrage laisse sans
ressources, et place en état de vagabondage. La misère honnête n'est
point un titre suffisant pour obtenir un lit et un morceau de pain dans
une maison d'asile: cette faveur ne s'accorde qu'aux prévenus qui ont
mendié: c'est une prime réservée au délit de mendicité.

Mais une nouvelle catégorie de prévenus vient s'asseoir sur la fatale
sellette. Ce sont les voleurs, race nombreuse d'industriels vivant aux
dépens du prochain, et qui, dans ce siècle de classifications et de
spécialités, se subdivise en mille espèces variées.

Un statisticien prétend qu'à Paris il y a chaque matin vingt mille
individus qui se lèvent sans savoir comment ils feront pour dîner. Or,
le soir arrive, et ces vingt mille individus ont dîné. Ce qui établit
une balance de vingt mille vols par jour et d'autant de dupes. Vous
m'objecterez peut-être que les agents n'arrêtent pas vingt mille voleurs
par vingt-quatre heures: non, certes; ils en arrêtent tout au plus dix
ou douze. S'ils les prenaient tous en un jour, où les mettrait-on?

[Illustration: Costume du Jeune détenu.]

[Illustration: Le Ban rompu.]

Et puis, le lendemain de cette immense capture, qu'auraient donc à faire
ces estimables protecteurs de la sûreté publique? ils se croiseraient
les bras et verraient leur brigade éclaircie faute d'occupation. Au lieu
qu'en ménageant économiquement les arrestations, ils se maintiennent
dans un état d'utilité permanente, et fournissent aux prisons et aux
tribunaux le contingent nécessaire. Il y a bien, au résultat, quelques
vols de plus, mais cela ne fait de mal à personne, excepté aux personnes
volées. Après tout, il faut que tout le monde vive.

[Illustration: Le Faux Paralytique.]

Mais n'oublions pas que nous sommes à la sixième chambre, que les
voleurs arrêtés sont assis sur le banc. Tâchons de nous instruire de
leurs divers moyens d'opération, afin de pouvoir protéger nos poches
contre leurs habiles tentatives.

Faisons d'abord connaissance avec le voleur à la tire, ainsi nommé dans
l'argot de la rue Jérusalem, parce que son industrie consiste à tirer
des foulards, des montres, des bourses, des portefeuilles, des
lorgnettes de la poche des passants pressés dans une foule. Il exerce
habituellement à l'entrée et à la sortie des spectacles, dans les
attroupements de curieux qui se forment devant un magasin, autour d'un
accident; il est assidu dans les églises les jours de solennité; les
fêtes publiques qui attirent et rassemblent la population sur un point
quelconque de la ville, les expositions du Louvre, celles de
l'Industrie, sont d'excellentes aubaines pour lui.

[Illustration: Le faux Baron.]

Un M. Gadiffet, gros et honnête provincial venu à Paris pour affaires,
se plaignait la semaine dernière, devant la sixième chambre, contre un
voleur à la tire qui lui avait volé sa montre, sa chaîne et ses
breloques. Ce n'était pas tant la perte de son bijou qui indignait M.
Gadiffet, bien que ce fût un vénérable joyau de famille, que la ruse
audacieuse et perfide au moyen de laquelle le voleur l'avait ainsi
dépouillé.

«Messieurs, disait-il aux juges, je traversais tranquillement la cour du
Louvre, me rendant à l'exposition du Musée, lorsqu'un individu, qui
marchait en sens inverse de mon chemin, me saute brusquement au cou, me
presse dans ses bras, en s'écriant: «Ce cher ami! quelle heureuse
rencontre! que je suis ravi de le revoir!» Je réponds machinalement à
son étreinte, ne pouvant d'ailleurs voir son visage, car il m'embrassait
frénétiquement sur les favoris. Quand cet accès de tendresse fut passé
et que mon homme se recula un peu, je reconnus que je ne le connaissais
pas du tout, et lui-même, se confondant en excuses, «Ah! monsieur,
dit-il, mille pardons; je vous ai pris pour un de mes amis à qui vous
ressemblez horriblement.» Ce qu'il m'avait pris, messieurs, ajoutait M.
Gadiffet, c'était ma montre et tous ses accessoires. Je m'en aperçus
quand il était déjà loin. Je dis que c'est profaner le sentiment sacré
de l'amitié que de l'appliquer à de pareilles manoeuvres. Aussi
m'empressai-je de faire ma déclaration, et M. mon _ami fut arrêté le
lendemain, au moment où il cherchait à vendre ma montre à un brocanteur.
Je demande pour lui le maximum de la peine.»

Le tribunal a fait droit aux réquisitions de M. Gadiffet.

Le voleur au bonjour procède d'une manière moins perfide. Il monte le
matin dans un hôtel garni, ouvre la première porte dont la clef est sur
la serrure, entre à pas discrets dans l'appartement, prend l'argent, les
bijoux posés sur les meubles par le voyageur, qui dort paisiblement dans
le demi-jour de l'alcôve. Si quelque bruit éveille le dormeur, et s'il
demande: «Qui est là?» le voleur répond le plus poliment du monde;
«Bonjour, monsieur; excusez-moi de troubler votre sommeil: c'est moi, le
tailleur que vous avez fait demander.

--Ce n'est pas ici... Je n'ai pas fait demander de tailleur...

Allez au diable!» Le visiteur salue et sort. Le tour est fait.

Le vol à l'américaine est une petite comédie à trois personnages, deux
compères et une dupe. Cette sorte de manoeuvre est d'autant plus
ingénieuse, d'autant plus infaillible, qu'elle s'adresse à la cupidité
de la victime, et qu'elle tient jusqu'au bout celle-ci dans la ferme
persuasion que c'est elle qui trompe le naïf étranger à qui elle a
affaire. Hier encore un vol de cette espèce amenait un filou en présence
du tribunal.

[Illustration: Vol au bonjour.]

[Illustration: Vol à l'Américaine.]

Un naïf Auvergnat, vitrier de profession, était venu à Paris dans
l'espoir d'y faire fortune; mais, au bout de quelques mois, il s'aperçut
que le nombre de ceux qui courent le même lièvre était beaucoup trop
grand dans la capitale pour qu'il lui fût seulement possible de gagner
son pain quotidien. Notre homme pensa sagement qu'il ferait mieux de
retourner au pays avant d'avoir mangé jusqu'à son dernier sou. Il arrête
sa place aux messageries royales, et comme il devait partir le soir
même, il se disposa à se promener dans Paris jusqu'à l'heure du départ.
Notez qu'il était porteur de toute sa fortune, consistant en une montre,
un parapluie et une somme de 150 francs. En sortant des bureaux des
messageries, il est accosté dans la rue Notre-Dame-des-Victoires par une
espèce d'Anglais qui lui demande le chemin de l'obélisque, et lui promet
cinq francs s'il veut l'accompagner. Un Auvergnat ferait cent lieues
pour cent sous. Le nôtre trouva l'aubaine bonne, et accepta. On marche,
on chemine; ou rencontre bientôt un monsieur qui entre en conversation
avec les deux flâneurs. L'Anglais parle de ses richesses; il montre des
rouleaux d'or. En traversant le jardin des Tuileries, il exprime le
désir d'être conduit à l'exposition du Musée; mais il craint d'être volé
dans la foule; il voudrait cacher son or quelque part. L'Auvergnat est
prié de creuser un trou au pied d'un arbre; l'Anglais feint d'y enfouir
son trésor; puis on s'éloigne, on entre dans un café. Ici, nouvelle
crainte de l'Anglais. «Si on m'avait vu enterrer mes rouleaux! dit-il;
si quelqu'un allait les exhumer!...» L'Auvergnat offre d'aller bien vite
les chercher. «Oui, mais qui me répond de votre fidélité? Laissez-moi du
moins quelque garantie.» L'Auvergnat remet aussitôt entre les mains de
l'Anglais ses 150 francs, sa montre, son parapluie et sa blouse. Il
court aux Tuileries; pas de trésor, le trou est vide.

Il revient au café; pas plus d'Anglais que de trésor.--Penaud, confus,
miné, désespéré, l'Auvergnat montait, le soir, sur l'impériale de la
diligence, maudissant Paris, où il avait si mal fait fortune.

La voiture part; elle traverse la place des Victoires. Tout à coup notre
enfant de l'Auvergne pousse un cri, il fait arrêter, il saute à terre,
court après un passant et s'écrie: «C'est mon voleur! c'est mon filou!»
Un sergent de ville s'empare du faux Anglais; il était encore nanti de
la montre de sa victime style judiciaire. Le complice n'a pas été
retrouvé; mais notre Américain, qui était tout simplement un repris de
justice natif de Saint-Omer, a été condamné à cinq années de prison et à
cinq années de surveillance.

La fièvre des commandites, qu'il ne faut pas confondre avec les _fièvres
de l'âme de madame Gatti de Gaumont, a amené des filous plus élégants
et plus habiles sur les bancs de la police correctionnelle. On se
rappelle le scandaleux procès des mines de Saint-Bérain et vingt autres
de même espèce; il s'agissait là, non point de 150 misérables francs et
de la montre d'un Auvergnat, mais de millions dévorés par d'audacieux
escrocs, mais de la ruine complète de cent familles. La banqueroute du
notaire Lehon a présenté ces effroyables résultats, et pourtant le
notaire Lehon et le voleur à l'américaine ont été condamnés à la même
peine; je crois même que le dernier a de plus à subir, comme supplément
de peine, la mesure de la surveillance... mesure qu'on n'a pas jugé à
propos d'appliquer au notaire félon, comme étant moins coupable ou moins
dangereux sans doute.

La police correctionnelle a vu naguère, sur son banc, un chevalier
d'industrie d'une audacieuse espèce. Jeune, assez beau garçon, intrépide
viveur, ami des plaisirs, de la table, du luxe, mais sans fortune
aucune, notre chevalier s'était décoré, de son chef, du titre de comte
ou de baron; il affichait des airs de grand seigneur, parlait bien haut
de ses châteaux et de ses terres, et inspirait ainsi à de crédules
fournisseurs une confiance illimitée. Il habitait un appartement garni
dans une maison de la rue d'Argenteuil, mais il avait exigé qu'on
enlevât du dehors les écriteaux désignant une maison meublée; par ce
moyeu, il faisait croire aux marchands qu'il était dans ses meubles; de
plus, il leur montrait de vieilles peintures qui ornaient les murs,
disant qu'elles représentaient les portraits de ses nobles ancêtres. La
soir, l'appartement était illuminé avec une profusion de bougies
extraordinaire: le garçon épicier, le commis du marchand de vin, éblouis
par ce faste seigneurial, laissaient leurs fournitures sans méfiance et
n'osaient déranger M. le baron pour exiger de lui le montant de leurs
factures; or, pendant ce temps, M. le baron sablait le champagne et
savourait les mets les plus exquis dans le salon voisin, en tête-à-tête
avec de joyeux amis et de jeunes et jolies femmes, qui fort souvent
l'aidaient dans ses manoeuvres, et qui plus lard figuraient avec lui sur
le banc de la prévention.

[Illustration: Vol à la tire.]



Bulletin bibliographique.

_Les Caractères ou les Moeurs de ce Siècle; par La Bruyère. Nouvelle
édition collationnée sur celle de 1696.--Paris. 1 vol. in-8. _Lefevre.

«C'est un sujet continuel de scandale et de chagrin pour ceux qui aiment
les bons livres et les livres bien faits, que de voir avec quelle
négligence les auteurs classiques se réimpriment journellement.» Ainsi
débute l'avertissement dont M. Auger a fait précéder plusieurs éditions,
néanmoins fort négligées, des _Caractères de La Bruyère. M. Lefevre,
qui les avait publiées, a pensé qu'il était possible de mieux faire que
n'avait fait son éditeur. Il l'a tenté et il y a facilement réussi. Il a
suivi très-évidemment la neuvième et dernière édition, publiée par
l'auteur en 1696; il a eu le soin de reproduire avec fidélité toutes les
dispositions typographiques auxquelles l'auteur avait eu recours pour
rendre sa pensée plus claire, et même de faire regraver en ancien signe
typographique qui n'existait plus depuis longtemps dans les casses
d'imprimerie, appelé _la patte de mouche, signe qui indique que
l'auteur passe à une autre idée, et que, sans néanmoins entamer un
chapitre nouveau, il veut séparer ce qu'il va dire de ce qu'il vient de
terminer plus nettement que par un simple alinéa.

Toute cette partie matérielle est irréprochable. Mais l'éditeur nous
paraît avoir reculé devant les soins que demandait une amélioration bien
autrement importante, Quand La Bruyère publia, en 1688, la première
édition de son livre, il l'intitula les _Caractères de Théophraste,
parce qu'en effet la traduction du moraliste grec formait la plus grande
et la première partie du volume, et il ajouta _avec les Caractères ou
les Moeurs de ce Siècle, parce, qu'à la suite de sa traduction, qui
occupait la plus belle et la plus large place, il glissa timidement une
addition peu en vue, où, auteur inconnu et homme du monde encore peu
répandu, il esquissait quelques-uns des rares caractères qu'il avait pu
étudiée jusque-là. Mais bientôt un plus grand nombre d'originaux
passèrent sous ses yeux; bientôt surtout les attaques dont il devint
l'objet échauffèrent sa verve, et, d'édition en édition, de la seconde à
la neuvième, on peut établir la progression du ses observations et de la
vivacité de ses traits. Voilà ce qu'il eût été curieux pour le lecteur
de lui montrer; voilà ce qu'il aurait fallu le mettre à même de suivre,
en indiquant par des notes au bas des pages, ou par un chiffre gravé sur
le fond noir de la patte de mouche, le numéro de l'édition dans laquelle
parurent les additions successives.

Elles devinrent bientôt assez nombreuses et assez importantes pour que
le moraliste français n'eût plus besoin d'introducteur auprès du
lecteur, et pour que Théophraste se trouvât relégué au second plan.

S'il reste encore à se livrer à ce travail pour donner une édition
complètement satisfaisante de La Bruyère, celui qui voudrait en publier
une définitive aurait à entreprendre de bien autres recherches pour
recueillir des détails biographiques sur l'auteur. Ce ne serait pas les
dictionnaires historiques qu'il lui faudrait feuilleter; car, à
commencer par la _Biographie universelle, ils ne consacrent à La
Bruyère que quelques lignes dont chacune renferme au moins une erreur.
L'auteur de la plus ingénieuse notice sur lui, M. Sainte-Beuve, a dit:
«On ne sait rien ou presque rien sur La Bruyère... S'il n'y a pas une
seule ligne de son livre unique qui, depuis le premier instant de la
publication, ne soit venue et restée en lumière, il n'y a pas, en
revanche, un détail particulier de l'auteur qui soit bien connu. Tout le
rayon du siècle est tombé juste sur chaque page du livre, et le visage
de l'homme qui le tenait ouvert à la main s'est dérobé.» Pour
entreprendre des recherches avec quelques chances de résultat, il
faudrait donc compter plus sur les documents manuscrits que sur les
livres imprimés; mais rien ne serait à négliger, car une erreur dont ou
arrive à trouver l'explication vous met la voie de la vérité. La notice
qui est en tête du nouveau volume ne renferme absolument rien de
nouveau, et se tait sur des circonstances que nous ont fait connaître
des recherches que nous n'avons cependant pas poussées très-loin.

La _Revue rétrospective avait signalé une lettre non recueillie de La
Bruyère au comte de Bussy, imprimée dans la correspondance de celui-ci,
à la date du 9 décembre 1691; le nouvel éditeur ne l'a point omise cette
fois, mais il a négligé de faire ressortir les points biographiques et
d'histoire littéraire qu'elle peut servir à mettre en lumière. La
Bruyère y remercie le comte de Bussy des efforts obligeants, mais vains
néanmoins, qu'il a tentés pour le faire entrer à l'Académie française.
«Les altesses à qui je suis, dit le pensionnaire de l'hôtel de Condé,
seront informées de tout ce que vous avez fait pour moi, monsieur. Les
sept voix qui ont été pour moi, je ne les ai pas mendiées, elles sont
gratuites; mais il y a quelque chose à la vôtre qui me flatte plus
sensiblement que les autres.» En se reportant à la chronologie
historique de l'Académie française, on voit que cette compagnie perdit
Benserade le 19 octobre, 1691; c'était donc lui qu'il s'agissait de
remplacer, et un passage de l'éloge de Pavillon, son successeur, par
l'abbé Tallement, nous fait connaître comment Pavillon l'emporta sur ses
concurrents qu'il ne nomme pas. «Je n'oublierai pas ici la manière
extraordinaire et nouvelle dont il fut mis à l'Académie française. Je
lui avais souvent dit qu'une place dans cette célèbre compagnie lui
convenait extrêmement, surtout puisqu'il n'était guère occupé. Mais sa
modestie le retenait, et les sollicitations qu'il croyait nécessaires
l'en avaient toujours détourné. L'Académie se trouva balancée entre deux
personnes qui partageaient les voix, et formaient deux partis qu'on ne
pouvait accorder. Je ne sais par quel instinct il me vint dans l'esprit
de parler de M. Pavillon; mais, des que je l'eus nommé, il se fit un
applaudissement général. On abandonna les deux partis auxquels on
paraissait si attaché, et tout se réunit en un moment en faveur d'un
mérite qui parut supérieur à tout autre. Cette élection peu usitée
étonna tout le monde, et M. Pavillon, à qui j'en portai la nouvelle, en
fut lui-même dans une, surprise qui n'est pas croyable; mais, vaincu par
la manière obligeante d'un tel choix, il fut très-sensible à l'honneur
qu'il en recevait, et son remerciement fit connaître avec éclat et la
grandeur de sa reconnaissance et la justice d'une si singulière
élection.» Pavillon fut reçu le 17 décembre 1694 En rapprochant cette
date de celle de la lettre de La Bruyère, on voit que cette
qualification de _singulière est bien la plus honnête que cette
nomination puisse recevoir, et que c'est, sans doute aucun, l'auteur des
_Caractères qui fut un des deux candidats auxquels Pavillon fut préféré
tout d'une voix, comme d'un mérite _supérieur à tout autre.

En poursuivant ces rapprochements, on pourrait montrer plus tard La
Bruyère tirant vengeance, non pas de cette préférence injuste, mais de
mauvais procédés qui en furent comme le complément. Ce ne fut que deux
ans après qu'il fut admis à prendre seance à l'Académie. De nombreuses
cabales avaient fait différer jusque-là cet acte de justice, et elles
seraient parvenues à en obtenir encore l'ajournement, si son concurrent,
Pelisson, n'eût eu la délicatesse de se retirer devant lui au moment
même de l'election. Le discours de réception du nouvel élu fut l'objet
des plus violentes attaques, et La Bruyère, en les repoussant dans la
préface de ce morceau avec le mépris qu'elles lui inspiraient si
légitimement, dit qu'elles étaient dirigées en secret par des
académiciens. «Il faut les nommer, dit-il: ce sont des poètes. Mais
quels poètes!... Des faiseurs de stances et d'élégies amoureuses; de ces
beaux esprits qui tournent un sonnet sur une absence ou sur un retour,
qui tout une épigramme sur une belle gorge, un madrigal sur une
jouissance.» Ne faut-il pas voir là une désignation assez claire de ces
mêmes Pavillon et Tallement, qui vous traçaient le _Portrait du pur
Amour, et vous rédigeaient une _Gazette galante, datée _De l'Ile des
Passions, ce 1er du Mois d'Inclination.

Il existe dans la collection d'autographes de M. Moumerque une lettre
adressée à l'abbé Bossuet, neveu de l'évêque de Meaux, à la date du 21
mai 1696, dans laquelle se trouvent des détails sur la mort de La
Bruyère, dont on ignorait jusqu'à la date certaine, et sur laquelle
l'abbé d'Olivet n'avait recueilli et n'a donné que des renseignements
fort peu exacts.

«... Je viens à regret à la triste nouvelle du pauvre M. de La Bruyère
que nous perdîmes le jeudi 10 de ce mois, par une apoplexie, en deux ou
trois heures, à Versailles. J'avais soupé avec lui le mardi; il était
gai et ne s'était jamais mieux porté. Le mercredi et le jeudi même,
jusqu'à neuf heures du soir, se passèrent en visites; il soupa avec
appétit, et, tout d'un coup, il perdit la parole; sa bouche se tourna,
M. Fagon, M. Foelix et tous les médecins de la cour vinrent à son
secours. Il montrait sa tête comme le siège de son mal; il eut quelque
connaissance. Saignée, émétiques, lavement de tabac, rien n'y fit; il
fut assisté jusqu'à la fin de M. Gaïon, que M. Fagon y laissa, et d'un
aumônier de M. le prince. Il m'avait fait boire à votre santé deux jours
auparavant; il m'avait lu des _Dialogues qu'il avait faits _sur le
Quiétisme, non pas à l'imitation des _Lettres provinciales, car il
était toujours original, mais des dialogues de sa façon. Il disait que
vous seriez bien étonné quand vous le verriez à Rome; enfin il parlait
toujours de coeur. C'est une perte pour nous tous: nous le regrettons
sensiblement.»

L'auteur de cette lettre eût été plus exact en donnant la date du 11 à
la mort de La Bruyère, qui en effet fut frappé le 10 au soir, mais ne
mourut qu'après minuit, ainsi que le prouve son acte de décès, sur la
trace duquel ces renseignements précis mettaient naturellement. Le
voici: «_Extrait du registre des actes de décès de la paroisse
Notre-Dame de Versailles. Ce douzième de mai mil six cent
quatre-vingt-seize, Jean La Bruyère, écuyer, gentilhomme de monseigneur
le duc, âgé de cinquante ans ou environ, est décédé à l'hôtel de Condé,
le onzième du mois et auque dessus, et inhumé le lendemain dans la
vieille église de la paroisse, par moi soussigné, prêtre de la mission,
faisant les fonctions curiales, en présence de Robert-Pierre de La
Bruyère, son frère, et de M Charles Laboreys de Bosbèze, aumônier de son
altesse la Duchesse, qui ont signé, et de M. Huguet, concierge de
l'hôtel de Condé, qui ont signe.»

Ce dernier document prouve que jusqu'ici les biographes de La Bruyère,
qui ont tant varié sur la date de sa naissance, et qui se sont trouvés
d'accord sur la date assignée par eux à sa mort, n'ont pas plus
rencontré la vérité dans leurs contradictions que dans leur unanimité,
mais il est évident surtout, par les résultats auxquels nous ont fait
arriver des recherches qui n'ont été ni bien nombreuses ni bien
persévérantes, que si un éditeur de La Bruyère avait à coeur de remplir
complètement sa mission, il parviendrait, avec un peu de suite dans ses
efforts, à nous tracer la vie ignorée de l'auteur des _Caractères.

T.

_Des Tendances pacifiques de la Société européenne, et du Rôle des
Armées dans l'Avenir; par le capitaine Ferdinand Durand. Deuxième
édition, augmentée d'une nouvelle préface. 1 vol. in-8.--Paris, 1844.
_Dumaine. 6 fr.

La dissertation de M. Ferdinand Durand, intitulée: _Des Tendances
pacifiques de la Société, européenne, et du Rôle des Armées dans
l'avenir, a paru pour la première fois en 1841: elle est réimprimée
telle qu'elle avait été publiée à cette époque. Fidèle à la devise de
_l'Illustration, l'actualité, nous ne nous occuperons donc, en
annonçant cette seconde édition, que de sa partie vraiment nouvelle,
c'est-à-dire de sa préface.

M. Ferdinand Durand défend son livre contre les attaques auxquelles il a
été exposé. C'est à tort qu'on l'a accusé de vouloir tuer l'esprit
militaire; on lui fait trop d'honneur, en vérité. Ce qui tue l'esprit de
la guerre en France, c'est le progrès des sciences politiques et
sociales, c'est l'industrie et le commerce. Ne doit-on pas s'en
féliciter? Est-il une pensée plus consolante pour l'homme que celle qui
lui montre la vie terrestre comme une marche incessante vers un état
meilleur, vers un état de paix et d'association?

De ce fait découle naturellement une importante question d'économie
politique. Les armées permanentes peuvent-elles rester toujours ce
qu'elles sont actuellement, très-nombreuses ou exclusivement organisées
pour combattre? La raison publique, l'intérêt des nations, répondent
non. Cependant les gouvernements croient encore à la nécessité de se
tenir prêts à se faire la guerre, bien que les nations désirent
conserver la paix. Ne devrait-on pas, pour dédommager les nations, pour
mettre d'accord leurs intérêts et les restes de velléités guerrières des
gouvernants, utiliser les loisirs des années en les consacrant à
l'exécution de grands travaux civils?

Telle est l'opinion de M. Ferdinand Durand. D'après des calculs qu'il
croit plutôt au-dessous de la vérité qu'au-dessus, l'Europe a dépensé,
depuis 1830 seulement, pour l'entretien de ses armées et du ses flottes
de guerre, la somme de 25 milliards de francs «Avec cette énorme masse
d'or, dit-il, on aurait sillonné l'Europe de chemins de fer et de
canaux; on aurait amélioré le lit de tous les fleuves, reboisé les
hauteurs, défriché toutes les terres incultes, assaini les marais,
embelli nos villes, etc... On aurait ouvert ainsi aux nations des
Sources immenses de nouvelles richesses, et, par conséquent, de
bien-être. Que reste-t-il aujourd'hui de ces 23 milliards consacrés à
des provisions de guerre, qui moisissent ou se rouillent dans nos
magasins, dans nos arsenaux, et dont l'entretien coûte encore
très-cher?»

Après avoir réfuté les principales objections de ses adversaires contre
l'emploi de l'armée dans les grands travaux publiques, M. Ferdinand
Durand passe rapidement en revue «tout ce qui manque à la France sous le
rapport matériel, tout ce qu'il lui faudrait encore de travaux pour que
la misère, source de tant de crimes, ne rongeât plus héréditairement le
quart de sa population, pour qui les maladies endémiques ou épidémiques
ne vinssent plus périodiquement la décimer, pour que les inondations ou
les sécheresses ne détruisissent plus chaque année une partie de ses
récoltes; et enfin, pour que les habitants du beau pays de France, dont
la prospérité est proclamée si hautement par quelques heureux du siècle,
pussent, non pas jouir d'un bien-être complet, mais seulement recevoir
leur pain quotidien.» Les travaux innombrables touchent à tous les
points du sol; ce sont: l'achèvement des routes royales,
départementales, vicinales; l'achèvement de nos lignes de navigation, la
création d'un système de canaux d'irrigation; le reboisement du sol,
l'exécution des chemins de fer, le défrichement des landes,
l'assainissement des villes, etc., etc.

M. Ferdinand Durand a eu raison de le dire au début de son introduction,
«une idée nouvelle, offrit-elle dans sa réalisation les avantages les
plus positifs, les plus grands, n'est jamais adoptée qu'après de longues
discussions et de vives résistances; à sa naissance, elle est toujours
accueillie avec une défiance presque générale, et quelquefois avec un
méprisant dédain. Les masses populaires, les hommes éclairés eux-mêmes,
la repoussent sans prendre souvent la peine de l'examiner. La postérité
aura-t-elle à nous reprocher aussi l'aveuglement routinier qui entrava
si longtemps la marche du progrès? Comme dans un passé plein d'ignorance
et de superstition, attachons-nous sur le rocher, les Prométhées
nouveaux? N'aurions-nous jamais que la ciguë pour les Socrate? que la
croix pour les Jésus de l'avenir? La prison s'ouvrira-t-elle encore pour
les Roger Bacon et les Galilée? la misère sera-t-elle toujours le lit de
Kepler? les sarcasmes et les quolibets, celui des Saint-Simon et des
Fourier? N'est-il pas temps enfin que nous, si fiers de nos lumières, si
vains de notre civilisation, bien imparfaite encore cependant, nous
brisions ce lit de Procuste où nous voulons tout mesurer, hommes et
choses?»

_La Ciguë, comédie en deux actes et en vers; par M. Émile
Algier.--Paris, 1844. _Furne. 1 vol. in-18. 1 fr. 50.

_La Ciguë a paru cette semaine à la librairie Furne dans le même format
que _Lucrèce. L'Illustration a déjà analysé et loué (page 179 de ce
volume) la spirituelle comédie du petit-fils de Pigault Lebrun. Nous n'y
reviendrons pas aujourd'hui. Constatons seulement que M Émile Augier a
obtenu, connue M. Ponsard, autant de succès à la lecture qu'à la
représentation. Cette charmante édition de _la Ciguë a sa place marquée
sur les tables de tous les salons de Paris et de la province. Les gens
de goût et d'esprit, qui ne peuvent aller à l'Odéon, éprouveront un vif
plaisir à s'assurer par eux-mêmes que les éloges de la presse parisienne
n'ont point été exagérés, et que ce brillant début promet à la France ce
qu'elle attend et ce qu'elle espère en vain depuis si longtemps: un
poète comique.

_Réponse à la Note sur l'état des forces navales de la France, suivie
de quelques considérations sur la marine et le commerce; par M. G. de la
Landelle, ancien officier de marine.--Paris, 1844.

La première partie de cette brochure est une réponse à la Note du prince
de Joinville, sur _l'état des forces navales de la France. M. G. de la
Landelle résume ainsi lui-même la discussion à laquelle il se livre:

En cas de collision navale, la guerre d'agression, la course semble être
le voeu de l'auteur de la _Note._

Il voudrait appliquer à ce système la marine à vapeur, dont il demande
l'extension sur une vaste échelle.

Jusque-là, nous avons complètement partagé ses opinions fondamentales.

Mais dans le dessein d'atteindre un but louable, il réduirait la flotte
à voiles à des proportions exiguës, il supprimerait en quelque sorte les
vaisseaux de ligne.

Nous ne pensons pas qu'il convienne de se priver si prématurément de
cette armée défensive, qui devrait constituer notre corps de réserve
jusqu'à ce que l'expérience d'une guerre ait décidément tranché la
question de sa plus ou moins grande utilité.

Enfin, l'auteur de la _Note veut, au moyen de croisières de frégates,
obtenir la réduction de nos petits bâtiments stationnés sur les rades
étrangères.

Ici, nous accepterions comme un bienfait les croisières vigilantes qu'il
demande, mais en regardant la suppression des bricks et corvettes comme
une grande imprudence et un véritable malheur.

Dans les considérations sur la marine et le commerce qui suivent la
_Réponse, M. de la Landelle signale une foule de plaies honteuses,
saignantes, qu'il ne nous est pas permis de montrer ici. Il a cru faire
oeuvre de bon citoyen en parlant haut et en ne déguisant rien de ce
qu'il savait.

_Les Lois nouvelles annotées; par MM. Loiseau et Ch. Vergé, avocats à
la Cour Royale.--En vente: _la Loi sur la Chasse, 75 c.; _la Loi sur
les Patentes, 75. c.--4 fr. par an, toutes les les lois de l'année; rue
des Maçons-Sorbonne, 11.

Faire connaître et surtout faire comprendre les lois nouvelles, en
répandre la lettre, en expliquer l'esprit, tel est le double but de
cette publication. A dater de la session de 1844, _les lois nouvelles
annotées paraîtront en volumes sépares, au moment même de leur
insertion au _Bulletin des Lois. Une introduction historique, un
commentaire, des notes explicatives, l'analyse des exposés des motifs,
rapports et discussions parlementaires, la doctrine des auteurs, la
jurisprudence, les nouvelles circulaires et les instructions
ministérielles, accompagneront toujours le texte de chaque loi.

Aucuns jurisconsultes n'étaient plus capables de bien diriger cette
utile entreprise que ces deux jeunes avocats qui rédigent avec tant de
talent et de succès, sons la direction de M. Mignet, le compte rendu
mensuel des séances et travaux de l'Académie des sciences morales et
politiques.

Mémoires de la Société royale d'émulation d'Abbeville. 1841, 1842, et
1843».--Abbeville.

La Société royale d'émulation d'Abbeville vient de publier en un fort
volume in-8 les principaux résultats de ses travaux pendant les années
1841, 1842 et 1843. Parmi les articles dont se compose ce recueil, nous
avons remarqué une longue dissertation sur _l'éducation du pauvre, par
M. Boucher de Perthes, président de la société; la _Sténographie
musicale, ou méthode simplifiée pour l'enseignement, la lecture et
l'écriture de la musique et du plain-chant, par M. de Rambures; des
_recherches archéologiques sur le Crotoy, par M. A. Labourt, et des
_vers de M. Pougerville. La Société royale d'émulation d'Abbeville
continue à se maintenir au rang où elle s'est placée parmi toutes les
sociétés de ce genre dont s'honore la France.



[Illustration: Modes.--Calèche à grandes guides.]



[Illustration: Étude de moeurs.--Décidément, je ne suis pas dans une
belle position]



Rébus.

EXPLICATION DU DERNIER RÉBUS,

L'homme entraîné par une femme élégante et coquette aura beau faire, il
tombera dans le piège.

[Illustration: Nouveau rébus.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0067, 8 Juin 1844" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home