Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Oeuvres, vol. IV; Tableau du climat et du sol des États-Unis d'Amérique
Author: Volney, C.-F. (Constantin-François)
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Oeuvres, vol. IV; Tableau du climat et du sol des États-Unis d'Amérique" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



produced from images available at The Internet Archive)



                                TABLEAU

                                  DU

                           CLIMAT ET DU SOL

                      DES ÉTATS-UNIS D’AMÉRIQUE;

                                 SUIVI

 D'ÉCLAIRCISSEMENTS SUR LA FLORIDE, SUR LA COLONIE FRANÇAISE A SCIOTO,
        SUR QUELQUES COLONIES CANADIENNES ET SUR LES SAUVAGES.

                           PAR C. F. VOLNEY,

       COMTE ET PAIR DE FRANCE, MEMBRE DE L'ACADÉMIE FRANÇAISE,

               HONORAIRE DE LA SOCIÉTÉ SÉANTE A CALCUTA.

                              [colophon]

                                PARIS,

                  PARMANTIER, LIBRAIRE, RUE DAUPHINE.

                FROMENT, LIBRAIRE, QUAI DES AUGUSTINS.

                              M DCCC XXV.



                                OEUVRES

                           DE C. F. VOLNEY.

                      DEUXIÈME ÉDITION COMPLÈTE.

                               TOME IV.



                      IMPRIMERIE DE FIRMIN DIDOT,
                           RUE JACOB, Nº 24.



PRÉFACE.


Le nouvel Ouvrage que je présente au Public est le fruit de trois ans de
voyages et de résidence aux _États-Unis_, dans des circonstances de
temps et dans une situation d'esprit bien différentes de celles de mon
voyage en Turquie.

Lorsqu'on 1783, je partais de Marseille, c'était de plein gré, avec
cette alacrité, cette confiance en autrui et en soi, qu'inspire la
jeunesse: je quittais gaiement un pays d'abondance et de paix, pour
aller vivre dans un pays de barbarie et de misère, sans autre motif que
d'employer le temps d'une jeunesse inquiète et active à me procurer des
connaissances d'un genre neuf, et à embellir, par elles, le reste de ma
vie, d'une auréole de considération et d'estime.

Dans l'an III, au contraire (en 1795), lorsque je m'embarquais au Havre,
c'était avec le dégoût et l'indifférence que donnent le spectacle et
l'expérience[1] de l'injustice et de la persécution. Triste du passé,
soucieux de l'avenir, j'allais avec défiance chez un peuple _libre_,
voir si un ami sincère de cette liberté profanée trouverait pour sa
vieillesse un asile de paix dont l'Europe ne lui offrait plus
l'espérance.

Ce fut dans ces dispositions que je visitai successivement presque
toutes les parties des États-Unis, étudiant le climat, les lois, les
habitants et leurs mœurs, principalement sous le rapport de la vie
sociale et du bonheur domestique... et tel fut le résultat de mes
observations et de mes réflexions, que considérant d'une part la
perspective orageuse et sombre de la France et de l'Europe entière; les
probabilités de guerres longues et opiniâtres, à raison de la lutte
élevée entre des préjugés au déclin et des lumières croissantes; entre
des despotismes vieillis et de jeunes libertés insurgentes;... d'autre
part, l'avenir pacifique et riant des États-Unis, de la facilité à
devenir propriétaire à raison de l'immense étendue des terres à peupler;
de la nécessité et des profits du travail; de la liberté des personnes
et de l'industrie; de la douceur du Gouvernement, fondée sur sa
faiblesse même; par tous ces motifs, j'avais pris la résolution de
rester aux États-Unis, lorsqu'au printemps de 1798, une épidémie
d'animosité contre les Français, et la menace d'une rupture immédiate,
m'imposèrent la loi de me retirer. Ce serait peut-être ici l'occasion de
me plaindre des violentes attaques publiques dirigées contre moi dans
les derniers temps de mon séjour, sous l'influence d'un personnage
tout-puissant; mais l'élection de 1801, en faisant justice de celle de
1797, m'a rendu une indemnité suffisante[2].

De retour en France (prairial an 6), il me sembla utile de faire, pour
mes concitoyens, un travail dont j'avais senti le besoin pour moi-même;
je conçus le projet de rassembler dans un cadre resserré, outre mes
propres notions, celles qui étaient éparses en divers livres, en
rectifiant quelques préjugés établis à une époque d'enthousiasme. Dans
le plan que je traçai, je posais d'abord pour base le climat et le sol;
puis suivant la méthode que je crois la plus riche en résultats (celle
par ordre de matières), je considérais la quantité de la population; sa
répartition sur le territoire; sa distribution en genres de travail et
d'occupation: les habitudes, c'est-à-dire les _mœurs_, résultant de ces
occupations; la combinaison de ces habitudes avec les idées et les
préjugés de l'origine première. Remontant à cette origine par
l'histoire, le langage, les lois, les usages, je faisais sentir l'erreur
romanesque des écrivains qui appellent _peuple neuf_ et _vierge_, une
réunion d'habitants de la vieille Europe, Allemands, Hollandais, et
surtout Anglais des trois royaumes. L'organisation de ces éléments
anciens et divers en corps politiques me conduisait à rappeler
succinctement la formation de chaque colonie; à montrer dans le
caractère de ses premiers auteurs, le levain d'esprit qui a servi de
moteur à presque tout le système de conduite de leurs successeurs, selon
cette vérité morale trop peu remarquée, «que dans les _corporations_
comme dans les individus, les premières habitudes exercent une influence
prédominante sur tout le reste de l'existence.»--L'on eût vu dans ce
levain une des principales causes de la différence de caractère et
d'inclination, qui se fait de plus en plus remarquer entre diverses
parties de l'_Union_.--La crise de l'indépendance, en m'obligeant de
retracer sommairement ses causes et ses évènements, m'eût fourni des
remarques nouvelles sur ses suites moins connues, moins observées: une
foule de faits omis ou défigurés eût établi entre la révolution
d'Amérique et la nôtre, une ressemblance bien plus grande qu'on ne la
suppose vulgairement, et dans les motifs, et dans les moyens
d'exécution, et dans la conduite des partis, et dans les fluctuations,
même rétrogrades, de l'esprit public; enfin jusque dans le caractère des
trois assemblées principales, dont la première, chez les deux peuples,
passe également pour avoir devancé d'une génération les connaissances
régnantes, et la dernière, pour avoir été en arrière des principes
acquis (1795): en sorte que ces grands mouvements politiques, appelés
_révolutions_, semblent avoir quelque chose d'_automatique_, qui
dépendrait moins des combinaisons de la prudence, que d'une marche et
d'une série mécanique de passions.

En traitant de la période trop peu connue depuis la paix de
l'indépendance, jusqu'à la création du gouvernement fédéral, j'eusse
démontré l'influence de cette époque d'anarchie sur le caractère
national; l'altération de l'esprit public et de ses principes, par la
rentrée des mécontents _Loyalistes_, et l'immigration d'une foule de
marchands anglais _Torys_: l'altération de la bonne foi et de la
simplicité primitives, d'abord par le papier-monnaie et le défaut de
lois et de justice, puis par la richesse temporaire et le luxe permanent
que la guerre d'Europe a introduit dans ce pays neutre: j'eusse fait
sentir les avantages que toute guerre d'Europe procure aux États-Unis;
l'accroissement sensible qu'ils ont retiré de la dernière, malgré la
politique faible et vacillante de leur gouvernement; la direction
naturelle et progressive de leur ambition vers l'archipel des Antilles
et le continent environnant; la probabilité de leur extension, malgré
les divisions de parti et les germes d'un schisme intérieur; j'eusse
développé les différences d'opinion et même d'intérêt qui partagent
l'_union_ en _États de l'Est_ (New England), et en États du Sud; en pays
atlantiques et en pays de Mississipi: la prépondérance de l'_intérêt
mercantile_ dans les uns; celle de l'_intérêt agricole_ dans les autres:
la faiblesse de ceux-ci, causée par les esclaves; la force de ceux-là,
causée par leur population libre et industrieuse: j'eusse indiqué une
cause de schisme encore plus active dans le choc de deux opinions
contraires, dites _républicaine_ et _fédéraliste_; l'une soutenant la
prééminence du gouvernement monarchique ou plutôt despotique sur toute
autre forme de gouvernement; la nécessité du pouvoir arbitraire et
absolu dans toute espèce de régime, motivée sur l'ignorance, les
passions, l'indocilité de la multitude, et autorisée par l'expérience et
l'exemple de la plupart des gouvernements et des peuples anciens et
modernes; en un mot, toute l'ancienne doctrine politico-religieuse, de
la _prérogative royale_ des _Stuart_ et des ultramontains: l'autre
opinion soutenant, au contraire, que le pouvoir absolu est un principe
radical de destruction et de désordre, en ce qu'il n'exempte les
gouvernants ni des passions, ni des erreurs, ni de l'ignorance communes
aux autres hommes: qu'il tend au contraire à les produire en eux, à les
exalter: que la facilité de pouvoir tout, menant à vouloir tout, a une
tendance immédiate et directe à l'extravagance, à la tyrannie: que si la
multitude est ignorante et méchante, c'est parce qu'elle reçoit une
telle éducation de tels gouvernements: qu'en supposant que les hommes
naissent vicieux, l'on ne peut les redresser que par un régime de raison
et de justice: que cette raison et cette justice ne peuvent s'obtenir
que par des connaissances qui veulent étude, travail, débat
contradictoire, toutes choses qui supposent une indépendance d'esprit,
une liberté d'opinion dont les hommes tiennent le droit de la nature
même, etc., etc. En un mot, toute la doctrine moderne de la _déclaration
des droits_, sur laquelle s'est élevée l'indépendance des
États-Unis.--J'eusse discuté, d'après ce que j'ai ouï des hommes les
plus impartiaux, quelles conséquences peuvent avoir ces dissensions:
s'il est vrai qu'une scission en deux ou trois corps de puissance, à une
époque plus ou moins reculée, serait aussi orageuse, aussi fâcheuse
qu'on le croit vulgairement; si, au contraire, trop d'unité et de
concentration dans le gouvernement n'aurait pas des effets pernicieux à
la liberté, dénuée d'asile et de choix; et si trop de sécurité, trop de
prospérité ne corrompraient pas radicalement un _jeune peuple_[3] qui,
en affectant de se donner ce nom, avoue bien moins sa faiblesse
actuelle, que ses projets de grandeur future; peuple qui mérite surtout
ce nom de _jeune_, par l'inexpérience et l'emportement avec lesquels il
se livre aux jouissances de la fortune, et aux séductions de la
flatterie.

J'eusse alors considéré, sous un point de vue moral, la conduite de ce
peuple et de son gouvernement, depuis l'époque de 1783, jusqu'en 1798;
et j'eusse prouvé par des faits incontestables, qu'il n'a régné aux
États-Unis, proportionnellement à la population, à la masse des
affaires, à la multiplicité des combinaisons, ni plus d'économie dans
les finances[4], ni plus de bonne foi dans les transactions[5], ni plus
de décence dans la morale publique[6], ni plus de modération dans
l'esprit de parti, ni plus de soin dans l'éducation et l'instruction[7],
que dans la plupart des États de la _vieille Europe_: que ce qui s'y est
fait de bon et d'utile, que ce qui y a existé de liberté civile, de
sûreté de personne et de propriété, a plutôt dépendu des habitudes
populaires et individuelles, de la nécessité du travail, du haut prix de
toute main-d'œuvre, que d'aucune habile mesure, d'aucune sage police du
gouvernement: que sur presque tous ces chefs, la nation a rétrogradé des
principes de sa formation: qu'à l'époque de 1798, il n'a manqué à un
parti que d'autres circonstances pour déployer une usurpation de
pouvoir, et une violence de caractère tout-à-fait
contre-révolutionnaires: en un mot, que les États-Unis ont dû leur
prospérité publique, leur aisance civile et particulière, bien plus à
leur position insulaire, à leur éloignement de tout voisin puissant, de
tout théâtre de guerre, enfin à la facilité générale de leurs
circonstances, qu'à la bonté essentielle de leurs lois, ou à la sagesse
de leur administration.

Sans doute, après tous les éloges prodigués par des écrivains d'Europe,
et amplifiés par les nationaux, après la proposition faite en congrès de
se déclarer la nation _la plus éclairée et la plus sage_ du globe, c'eût
été là d'audacieuses censures; mais parce qu'une censure quelconque
n'est pas une preuve certaine de malveillance; parce qu'une censure même
injuste a moins d'inconvénients que la flatterie; et parce
qu'aujourd'hui je ne serai pas soupçonné de ressentiment, je me fusse
permis des observations dont la vérité, même sévère, eût été utile et
avouée des bons esprits: et en rendant ce service d'un ami désintéressé,
j'eusse cru rendre un hommage d'admiration à l'institution qui, en ce
moment, honore le plus les États-Unis, la _liberté de la presse_ et des
_opinions_[8].

Enfin, considérant ce pays relativement aux immigrants français, j'eusse
examiné, d'après mes propres sensations et l'expérience de beaucoup de
mes concitoyens, quel genre de ressources et quels agréments de société
peuvent trouver dans les villes nos rentiers et nos commerçants; de
quelle espèce de bonheur ils pourraient jouir dans les campagnes;
j'avoue qu'à cet égard mes résultats eussent pu paraître bizarres; car,
après avoir été sur le point de me fixer aux États-Unis, je n'eusse pas
néanmoins encouragé beaucoup de nos Français à suivre mon exemple. La
raison en est, qu'autant ce pays offre de facilité aux Anglais, aux
Écossais, aux Allemands, même aux Hollandais, par l'analogie du système
civil et moral de ces peuples, autant il oppose d'obstacles aux Français
par la différence du langage, des lois, des usages, des manières, et
même des inclinations; je le dirai avec regret: mes recherches ne m'ont
pas conduit à trouver dans les Anglo-Américains ces dispositions
fraternelles et bienveillantes dont nous ont flattés quelques
écrivains; j'ai cru au contraire m'apercevoir qu'ils conservent envers
nous une forte teinte des préjugés nationaux de leur métropole
originelle: préjugés fomentés par les guerres du Canada; faiblement
altérés par notre alliance dans l'_insurrection_; très-fortement ravivés
dans ces derniers temps par les déclamations en congrès, par les
adresses des villes et corporations au président M. J. A***, à
l'occasion des pillages de nos corsaires; enfin encouragés jusque dans
les colléges par des prix d'amplifications et de thèses diffamatoires
contre[9] les Français. L'on ne peut d'ailleurs nier qu'il existe entre
les deux peuples un contraste d'habitudes et de formes sociales peu
propres à les unir étroitement: les Anglo-Américains taxant les Français
de légèreté, d'indiscrétion, de babil; et les Français leur reprochant
une roideur, une sécheresse de manières et une taciturnité qui portent
les apparences de la morgue et de la hauteur; enfin une telle négligence
de ces attentions, de ces égards auxquels nous attachons du prix, que
sans cesse l'on croit y voir l'intention de l'impolitesse, ou le
caractère de la grossièreté. Il faut qu'en effet ces plaintes ne soient
pas sans fondement, puisque je les ai également recueillies de la part
des Allemands et des Anglais. Pour moi, à qui les Turks ont de bonne
heure fait une éducation peu exigeante sur les formes, je me suis plutôt
attaché à rechercher la cause qu'à sentir les effets de celles-ci, et il
m'a semblé que cette _incivilité_ nationale tenait moins à un système
d'intentions, qu'à l'indépendance mutuelle, à l'isolement, au défaut de
besoins réciproques où les circonstances générales placent tous les
individus aux États-Unis.

Tel était le plan dont j'avais tracé l'esquisse, et dont quelques
parties déja étaient assez avancées; mais entravé par les affaires
tantôt privées et tantôt publiques, arriéré surtout depuis un an par de
graves incommodités, j'ai senti que le temps et les forces me manquaient
pour porter le travail à son terme, et je me suis décidé à ne publier
que le _Tableau du climat et du sol_, qui, sans nuire au reste, peut en
être séparé.

En mettant au jour ce nouvel Essai, je suis loin d'avoir la confiance
que plus d'un lecteur pourrait me supposer; car le brillant succès de
mon Voyage en Egypte, loin de me donner la certitude d'en obtenir un
semblable, me donne au contraire la présomption de la défaveur, soit
parce que le sujet de l'ouvrage actuel est effectivement moins varié,
plus sérieux, plus scientifique; soit parce que trop d'éloges accumulés
sur un livre, finissent par lasser la bienveillance sur l'auteur, et
qu'en tout temps il existe de ces Athéniens qui donnent la _coquille
noire_, uniquement par l'ennui d'entendre toujours dire du bien de ce
_pauvre Aristide_. J'ai même pensé quelquefois qu'il eût été plus
prudent, plus habile à mon amour-propre d'écrivain, de ne plus écrire du
tout; mais il m'a semblé qu'avoir bien fait un jour, n'était pas une
raison de ne plus rien faire le reste de la vie; et comme j'ai dû la
plupart des consolations de l'adversité au travail et à l'étude, comme
je dois les avantages de ma situation présente aux _lettres_ et à la
considération des bons esprits, j'ai désiré de leur rendre un dernier
tribut de gratitude, un dernier témoignage de zèle.

D'autre part je dois m'attendre à de scrupuleuses critiques de la part
des intéressés directs, les _Américains_, dont la plupart des écrivains
semblent prendre à tâche de réfuter les _Européens_; comme si, par une
fiction bizarre, ils s'établissaient les représentants et les vengeurs
des indigènes, leurs prédécesseurs; sans compter le zèle presque
fanatique que les _loyaux anti-Gallicans_ mettent à décrier tout ce qui
vient d'une nation de jacobins et d'athées; mais le temps qui nivelle
tout, fera justice de la détractation comme de la flatterie; et parce
que je n'ai pas eu la prétention d'être exempt d'erreur, il me restera
du moins le mérite d'avoir attiré l'attention et provoqué de nouvelles
lumières sur divers sujets auxquels l'on n'eût peut-être pas sitôt
songé.

La table des matières va indiquer l'ordre que j'ai suivi, et les sujets
que j'ai traités.

Je n'ai point adopté pour l'orthographe des noms anglais la méthode de
la plupart des traducteurs, qui se contentent d'écrire les mots tels
qu'ils les trouvent: les Anglais n'attribuant pas aux lettres les mêmes
valeurs que nous, il en résulte une grande différence dans la
prononciation d'un même mot tracé, ainsi le nom respectable de
_Washington_, est prononcé par eux presque _Oua-chinn-tonn_: et ils ne
nous comprennent pas quand nous le défigurons en _Vazingueton_[10]. J'ai
donc trouvé commode pour mes lecteurs de leur présenter la vraie
prononciation francisée, sauf à renvoyer en note la manière d'écrire en
anglais; ainsi j'ai dit _Soskouâna_, au lieu de _Susque-hanna_: _grîne_
(vert), au lieu de _green_; _strît_ (rue), au lieu de _street_; _Ouait_
(blanc), au lieu de _white_, etc.--C'était la méthode de nos écrivains
au commencement du siècle dernier; et je n'ai pas d'aversion pour les
anciens _us_, quand il leur arrive d'être raisonnables.

Les cartes que j'ai jointes ne portent pas de grands détails sur l'état
politique, parce que ce n'est pas de lui que j'ai traité; mais ils sont
nombreux, soignés, et la plupart nouveaux sur l'état physique dont je me
suis spécialement occupé.



TABLEAU

DU CLIMAT ET DU SOL

DES ÉTATS-UNIS.



CHAPITRE PREMIER.

Situation géographique des Etats-Unis, et superficie de leur territoire.


Pour donner l'idée la plus simple de la situation géographique des
_États-Unis_, je devrais dire que leur territoire occupe cette partie de
l'Amérique du nord, qui a pour bornes, à l'orient, l'océan d'Afrique et
d'Europe; au midi, la mer des Antilles et le golfe du Mexique; au
couchant, le _grand fleuve_ de la Louisiane[11]; au nord enfin, celui
du Canada, et les cinq grands lacs dont il tire ses eaux. Dans un temps
où l'on reconnaît si bien l'avantage des limites _naturelles_, celles-ci
sont tellement caractérisées, qu'il est difficile de croire qu'elles ne
se réalisent pas tôt ou tard; mais la précision de l'état politique
actuel veut que l'on en retranche, au midi, la presqu'île et le littoral
des Florides; et au nord, le cours inférieur du Saint-Laurent depuis le
lac Saint-François, ainsi que l'Acadie et le nouveau Brunswick,
c'est-à-dire, presque toutes les anciennes possessions des Français dans
le Canada inférieur.

Mesuré du nord au sud, ce vaste territoire comprend plus de 16 degrés de
latitude, savoir: depuis le 31e précis, jusque vers le 47e
latitude nord. De l'est à l'ouest, il a plus de 25 degrés de longitude,
ce qui semble produire une surface immense; mais parce que la côte
atlantique fuit diagonalement du nord-est au sud-ouest, et parce que les
cinq lacs du Canada rentrent par une grande courbe, jusqu'au 40e
degré de latitude, la superficie réelle se trouve diminuée de plus d'un
tiers.

Le géographe _Hutchins_ qui, le premier après la paix de l'indépendance
(1783), essaya de calculer cette surface, l'estima un million de milles
anglais carrés (environ 112,000 anciennes lieues carrées de France): en
sorte que le territoire des États-Unis égalerait près de quatre fois
l'étendue de la France, à l'époque de 1789; presque autant de fois
l'étendue de l'Espagne et du Portugal réunis, et près de sept fois celle
de la Grande-Bretagne, y compris l'Irlande. Les _anglo-américains_
citent ces comparaisons avec complaisance, et leur amour-propre, qui
aime à anticiper sur l'avenir, mesure déja les étrangers sur cette
échelle de proportion: cependant, si l'on observe que sur ce vaste pays,
il n'existe, en 1801[12], que 5,214,801 habitants, dont environ 880,000
esclaves noirs, c'est-à-dire, un sixième du tout; et que ces habitants y
sont en grande partie disséminés, l'on sentira que cette étendue est,
dans le temps présent, une véritable cause de faiblesse, et ne promet
pas dans le temps à venir, d'être un moyen d'union; d'ailleurs
_Hutchins_, qui n'a point connu les sources du _Mississipi_, et pas
très-bien le nord de _l'Ohio_,[13] a amplifié beaucoup de terrains, et
les calculs de ce géographe, quoique homme estimable, et quoique
suffisants à mon objet, n'ont point l'autorité péremptoire que ses
successeurs lui attribuent par écho.

Maintenant, si nous comparons les États-Unis à notre hémisphère, sous
le rapport des latitudes, nous trouvons que leurs parties méridionales,
telles que la _Géorgie_ et la _Caroline_, correspondent aux pays de
Maroc et de la côte barbaresque, presque au rivage d'Égypte; et il est
remarquable que l'embouchure du _Mississipi_ coïncide en sens inverse à
celle du Nil, l'une par les 29, l'autre par les 31 degrés de latitude,
le Nil venant du sud, le Mississipi du nord, tous les deux avec des
phénomènes de débordement, de richesse et de bonté presque semblables.
L'analogie des pays américains se continue sur la _Syrie_, le centre de
la _Perse_, le _Tibet_ et le centre de la _Chine_. Savanah, Tripoli,
Alexandrie, Gaza, Basra, Ispahan, Lahor, Nankin, sont à un degré près
sous le même parallèle. Les parties du nord au contraire, telles que le
_Massachusets_ et le _Newhampshire_, correspondent au sud de la France,
au centre de l'Italie, à la Turkie d'Europe, à la mer Noire, au centre
de la Caspienne, aux déserts tartares et au nord de la Chine: Boston et
Barcelone, Ajaccio, Rome, presque Constantinople et Derbend, ont aussi,
à un degré près, la même latitude: de tels rapports indiquent de grandes
diversités de climats; et en effet, les _États-Unis_ cumulent les
extrêmes de tous les pays que je viens de citer; seulement l'on y
observe une gradation relative aux latitudes, et plus encore au niveau
des terrains, dans laquelle certains caractères particuliers me font
distinguer quatre nuances principales.

La première, celle du climat le plus froid, comprend les _états_ dits de
_Nord-Est_, ou _Nouvelle-Angleterre_, dont la limite physique est tracée
par la côte méridionale de Rhode-Island et de Connecticut sur l'Océan;
et dans l'intérieur du pays, par la chaîne montueuse qui verse les eaux
de la _Delaware_ et de la _Susquehannah_.

La seconde nuance, que j'appelle climat moyen, s'applique aux États du
milieu, c'est-à-dire, au sud de _New-York_,[14] à la _Pensylvanie_, au
_Maryland_, jusqu'au fleuve _Potomac_, ou plus précisément, jusqu'à la
rivière _Patapsco_.

La troisième, celle du climat chaud, comprend les _états au sud_,
c'est-à-dire, le plat pays de la Virginie, des deux Carolines, de la
Géorgie jusqu'à la Floride, où les gelées cessent d'être connues par le
29e de latitude.

La quatrième enfin, est le climat des _pays d'Ouest_, tels que le
_Tennessee_, le _Kentucky_, le _Nord-d'Ohio_, ou _North-west-territory_,
placés derrière la chaîne des montagnes _Alleghany_, et au couchant des
états précédents; ce climat a pour caractère distinctif d'être plus
chaud de près de trois degrés de latitude que les pays qui lui
correspondent sur la côte Atlantique, avec la seule séparation des
montagnes _Alleghany_, ainsi que je l'exposerai par la suite.



CHAPITRE II.

Aspect du pays.


Pour un voyageur européen, et surtout pour un voyageur habitué, comme
moi, aux contrées nues de l'Égypte, de l'Asie et des bords de la
Méditerranée, le trait saillant du sol américain est un aspect sauvage
de forêt presque universelle qui se présente dès le rivage de l'Océan et
qui se continue de plus en plus épaisse dans l'intérieur des terres.
Pendant le long voyage que je fis en 1796, depuis l'embouchure de la
Delaware par la Pensylvanie, le Maryland, la Virginie et le Kentucky,
jusqu'à la rivière Wabash; de là au nord, à travers le
North-west-territory, jusqu'au _Fort-Détroit_; puis par le lac Érié à
Niagâra, à Albany, et l'année suivante, de Boston jusqu'à Richmond en
Virginie, à peine ai-je marché trois milles de suite en terrain nu et
_déboisé_:[15] sans cesse j'ai trouvé les chemins, ou plutôt les
sentiers bordés et ombragés de bois-taillis ou de futaies, dont le
silence, la monotonie, le sol tantôt aride, tantôt marécageux; et
surtout dont les arbres renversés par vétusté ou par tempête, gisants et
pourrissants, sur la terre; dont enfin les essaims persécuteurs de
taons, de mosquites et de _gnats_,[16] n'ont pas les effets _charmants_
que rêvent au sein de nos cités d'Europe, des écrivains romanciers. Il
est vrai que sur la côte atlantique, cette forêt continentale offre déja
d'assez grands vides, à raison des marais saumâtres et des champs
cultivés qui s'étendent chaque jour davantage autour du foyer absorbant
des villes: elle a également des lacunes considérables dans le _pays
d'Ouest_, surtout depuis la Wabash jusqu'au Mississipi, et vers les
bords du lac Erié, du Saint-Laurent, dans le Kentucky et le Tennesse, où
la nature du sol, et plus encore les incendies anciens et annuels des
Sauvages ont occasioné de vastes déserts, appelés _Savanas_ par les
Espagnols, et _Prairies_ par les Canadiens et par les Américains qui
adoptent ce mot; je ne compare point ces déserts à ceux que j'ai vus en
Syrie et en Arabie, mais plutôt à ce que l'on nous dit des _steps_ ou
déserts de la Tartarie, les _prairies_ étant comme les _steps_ couvertes
de plantes ligneuses, épaisses et hautes de trois et quatre pieds, et
formant pendant l'été et l'automne, un brillant tapis de fleurs et de
verdure que l'on trouve bien rarement dans les déserts chauves et pelés
de l'Arabie. Dans le reste des États-Unis, et surtout dans la partie
montueuse de l'intérieur, d'où les fleuves se versent en sens opposés à
l'Océan atlantique et au Mississipi, l'empire des arbres n'a reçu que de
faibles atteintes, et l'on peut dire, par comparaison à notre France,
que le pays n'est qu'une vaste forêt.

Si l'on pouvait rassembler sous un seul coup d'œil l'ensemble de ce
pays, l'on verrait que cette forêt est divisée en trois grands _cantons_
distincts, à raison des genres, des espèces, et de l'aspect des arbres
qui la composent: les espèces de ces arbres, selon la remarque des
Américains, sont indicatives de la nature et des qualités du sol qui les
produit.

Le premier de ces cantons, que j'appelle _forêt du sud_, embrasse la
partie maritime de la Virginie, des deux Carolines, de la Géorgie, des
Florides, et s'étend généralement depuis la baie de Chesapeak jusqu'à la
rivière de Sainte-Marie, sur un terrain de gravier et de sable, large
depuis 30 jusqu'à 50 lieues: tout cet espace, peuplé de pins, de sapins,
de mélèses, de cèdres, de cyprès et autres arbres résineux, offre à
l'œil une verdure constante, mais qui n'en serait pas moins stérile,
si les banquettes des fleuves et les terres d'alluvion et de marécages
n'y traçaient des veines que l'agriculture rend très-productives.

Le second _canton_, ou _forêt du milieu_, comprend la partie montueuse
des Carolines et de la Virginie, toute la Pensylvanie, le sud du
New-York, tout le Kentucky et le nord de l'Ohio, jusqu'à la rivière
Wabash. Toute cette étendue est peuplée de diverses espèces de chênes,
de hêtres, d'érables, de noyers, sycomores, acacias, mûriers, pruniers,
frênes, bouleaux, sassafras et de peupliers, sur la côte atlantique; et,
en outre, dans le pays d'ouest, de cerisiers, de marroniers d'Inde, de
papâs, d'arbres concombres, de sumacs, etc., toutes espèces qui
indiquent un sol productif, base véritable de la richesse présente et
future de cette partie des États-Unis: cependant ces espèces forestières
n'excluent jamais entièrement les résineux qui se montrent épars dans
toutes les campagnes, et par massifs sur les montagnes, même d'un ordre
inférieur, tel que le chaînon de Virginie appelé _Sud-ouest_, où par un
cas singulier ils dérogent à leur signe habituel de stérilité; car le
sol rouge foncé et gras de ce chaînon est très-fertile.

Le troisième _canton_ ou _forêt du nord_, encore composé de pins,
sapins, mélèses, cèdres, cyprès, etc., part des confins du précédent,
couvre le nord du New-York, l'intérieur du Connecticut et de
Massachusets, donne son nom à l'état de _Vermont_[17], et ne laissant
aux arbres forestiers que les rives des fleuves et leurs alluvions, il
s'avance par le Canada vers le nord, où il fait bientôt place au
genévrier, et aux maigres arbustes clair-semés dans les déserts du
cercle polaire.

Telle est en résumé la physionomie générale du territoire des
États-Unis: une forêt continentale presque universelle; cinq grands lacs
au nord; à l'ouest, de vastes _prairies_; dans le centre, une chaîne de
montagnes dont les sillons courent parallèlement au rivage de la mer, à
une distance de 20 à 50 lieues, versant à l'est et à l'ouest des fleuves
d'un cours plus long, d'un lit plus large, d'un volume d'eau plus
considérable que dans notre Europe; la plupart de ces fleuves ayant des
cascades ou chutes depuis 20 jusqu'à 140 pieds de hauteur; des
embouchures spacieuses comme des golfes; dans les plages du sud, des
marécages continus pendant plus de 100 lieues; dans les parties du nord,
des neiges pendant 4 et 5 mois de l'année; sur une côte de 300 lieues,
10 à 12 villes toutes construites en briques ou en planches peintes de
diverses couleurs, contenant depuis 10 jusqu'à 60,000 ames; autour de
ces villes, des fermes bâties de troncs d'arbres (_log houses_),
environnées de quelques champs de blé, de tabac ou de maïs, couverts
encore la plupart des troncs d'arbres debout brûlés ou écorcés: ces
champs debout, c'est-à-dire non gisants, séparés par des barrières de
branches d'arbres (_fences_), au lieu de haies; ces maisons et ces
champs encaissés, pour ainsi dire, dans les massifs de la forêt, qui les
englobe; diminuant de nombre et d'étendue à mesure qu'ils s'y avancent,
et finissant par n'y paraître du haut de quelques sommets que de petits
carrés d'échiquier bruns ou jaunâtres, inscrits dans un fond de verdure:
ajoutez un ciel capricieux et bourru, un air tour-à-tour très-humide ou
très-sec, très-brumeux ou très-serein, très-chaud ou très-froid, si
variable, qu'un même jour offrira les frimas de Norwége, le soleil
d'Afrique, les quatre saisons de l'année, et vous aurez le tableau
physique et sommaire des États-Unis.



CHAPITRE III.

Configuration générale.


Pour bien concevoir la construction générale de ce vaste pays, il faut
prendre une connaissance plus détaillée de la chaîne des montagnes qui
en est le trait dominant. Cette chaîne part du Canada inférieur et de
l'embouchure du Saint-Laurent sur sa rive méridionale, où ses caps sont
appelés par les marins _monts de Notre-Dame et de la Magdeleine_: en
remontant le fleuve, elle s'en écarte peu à peu, et séparant les eaux de
son bassin vers nord-ouest, d'avec les eaux du _Nouveau-Brunswick_, de
_Nova-Scotia_ et du district de _Maine_[18] vers sud-est, elle tracé de
ce côté la frontière des États-Unis, jusqu'au Newhampshire: là elle
pénètre par une ligne presque sud dans l'intérieur du Vermont, sous le
nom de _Green-mountains_, divisant le bassin de la rivière Connecticut
d'avec celui des lacs Champlain et Georges; et après avoir jeté de ce
côté des rameaux qui repoussent à l'ouest et au nord-ouest les sources
de l'Hudson, elle vient traverser ce fleuve à _West-point_, par un
chaînon très scabreux, qui a mérité le nom de _High-lands_
(_Terres-hautes_): ici l'on peut dire que la chaîne subit une double
interruption, soit parce qu'elle est coupée par des eaux, soit parce
qu'ayant jusque-là été de granit, son prolongement ultérieur va être de
grès. La tête de ce prolongement remonte plus haut sur la rive ouest de
l'Hudson, au groupe de Cats-Kill, et dans une masse de montagnes qui
donnent les sources de la Delaware. De ce local part un faisceau de
sillons montueux qui, après s'être incorporé la chaîne précédente,
s'avance du nord-est au sud-ouest, à travers les États de New-York, de
Pensylvanie, de Maryland et de Virginie, s'écartant de la mer à mesure
qu'il marche au midi: par un cas singulier en géographie, plusieurs de
ces sillons coupent à l'angle droit le cours des plus grands fleuves de
ces états sur la côte atlantique, et ils ne leur laissent de passage que
par des brèches, qui attestent que la violence seule des eaux a pu
rompre l'obstacle de leur digue: arrivés à la frontière de la Virginie
et de la _Caroline-nord_, ces sillons, jusqu'alors parallèles, se
réunissent en un nœud que j'appelle l'arc de l'Alleghany, parce que ce
chaînon principal y enveloppe par une courbe tous ses collatéraux de
l'est: un peu plus loin au sud, encore dans la Caroline-nord, un second
nœud réunit à l'Alleghany tous ses collatéraux de l'ouest[19], et forme
un point culminant de têtes de fleuves, d'où partent, vers le nord, le
grand _Kanhawa_; vers l'ouest, le _Holstein_, branche nord de la
_Tennessee_; et vers l'est, les rivières _Pédee_ et _Santee_, et toutes
les autres des deux Carolines. De ce nœud part encore vers l'ouest une
branche de montagnes qui, par une première bifurcation au nord-ouest,
fournit les nombreux rameaux de Kentucky, et par une seconde, droit à
l'ouest, s'avance sous le nom de montagnes _Cumberland_, à travers
l'état de Tennessee, où elle divise nord et sud, le bassin des rivières
_Cumberland_ et _Tennessee_, jusqu'à leur embouchure dans l'Ohio; tandis
que la chaîne propre d'_Alleghany_, restée presque seule, continue sa
route au sud-ouest, et achève de limiter les deux Carolines et la
Géorgie, où elle reçoit les noms divers de montagne _du
Chêne-Blanc_[20], _du Grand-Fer_, de montagne _Chauve_, et même de
montagne _Bleue_. Parvenue à l'angle de la Géorgie, elle change de
direction et encore de noms, et sous ceux d'_Apalaches_ et de
_Cherokees_, se portant droit à l'ouest jusqu'au Mississipi, elle
devient la ligne de partage entre le bassin de la Tennessee au nord, et
les nombreuses rivières qui versent au sud dans le golfe du Mexique, par
les Florides. La longue continuité de cette chaîne l'avait fait appeler
par les sauvages du nord montagne _sans fin_: les Espagnols et les
Français, qui la connurent d'abord par la Floride, appliquèrent à toute
son étendue le nom d'_Apalache_, qui était celui d'une tribu sauvage
conservé encore dans une rivière considérable du pays[21]; mais les
géographes anglais et anglo-américains, qui l'ont connue par le nord,
l'ont constamment désignée sous celui d'_Alleghany_, que je crois être
sa dénomination sauvage, traduite dans le mot _Endless_, ou _sans fin_,
par le géographe Évans, qui semble mettre ces deux mots en comparaison
synonyme. Quoique moins sonore qu'_Apalache_, le nom d'_Alleghany_ a
obtenu dans l'usage une préférence que je ne lui disputerai point; mais,
pour plus de clarté, j'appellerai _Apalache_ le rameau qui, comme je
l'ai dit, se détourne à l'angle de la Géorgie, et qui, moins élevé et
moins rapide, se divise en une foule de monticules et de sillons dont
est couvert le pays jusqu'au Mississipi: là ils se terminent brusquement
en escarpements scabreux, appelés _Cliffs_, régnant depuis le coteau de
_Natchez_ jusque vers l'embouchure de l'Ohio: ils ne traversent point le
Mississipi, dont l'autre rive, basse et plate, est un marécage de 20
lieues de largeur moyenne, depuis son embouchure jusqu'à celle d'Ohio,
distante de 7 degrés (140 lieues); là finit la forêt continentale, et
commencent les immenses _steps_ ou _savanes_ qui se prolongent vers
l'ouest, jusqu'aux montagnes nord du Mexique et aux _Stony-mountains_,
que j'appellerai dans le cours de cet ouvrage chaîne _Chipéwane_, du nom
générique de la race des sauvages qui l'habitent.

Il résulte de cette disposition de terrain que je viens de décrire une
sorte de partage physique des États-Unis en 3 longues contrées
parallèles, prises dans le sens de la côte, c'est-à-dire du nord-est au
sud-ouest, savoir:

Une 1re contrée orientale située entre l'Océan et les montagnes
(_vulgairement côte atlantique_).

Une 2e contrée occidentale située entre le Mississipi et les
montagnes (_pays d'ouest_ ou _Back-country_).

Une 3e enfin, celle de ces montagnes elles-mêmes, qui est
intermédiaire aux deux autres: et parce que chacune de ces contrées a
des caractères particuliers de climat, de sol, de configuration et de
structure intérieure, il me paraît convenable d'entrer dans quelques
détails relatifs à chacune.


§ I.

Côte Atlantique.

La _côte atlantique_, ainsi nommée de l'Océan qui la baigne, et où elle
verse toutes ses eaux, s'étend depuis le Canada jusqu'à la Floride, sur
une largeur croissante du nord au sud, qui varie depuis 20 jusqu'à 70
lieues. Elle est le siége originel et principal des États de l'Union,
qui y sont rangés dans l'ordre suivant.

_Georgie_, _Caroline-sud_, _Caroline-nord_, _Virginie_, _Maryland_,
_Delaware_, _Pensylvanie_, _New-Jersey_, _New-York_, _Connecticut_,
_Rhode-island_, _Massachusets_, _Newhampshire_, _Vermont_ et _Maine_.

Dans toute sa longueur, le pays est d'un niveau peu élevé, plus plat
dans les États du sud jusqu'au Maryland, même jusqu'en New-Jersey: plus
inégal et presque montueux dans les États du nord, surtout en
Connecticut, Massachusets et Rhode-island. L'on peut considérer
Long-island (_Ile longue_) comme un point de partage assez précis entre
ces deux caractères de terrain: car de cette île allant au nord jusqu'à
la rivière Sainte-Croix[22], et même jusqu'à l'embouchure du
Saint-Laurent, le rivage est élevé, rocailleux, parsemé de récifs qui
tiennent au noyau du continent adjacent: au contraire, allant de
Long-island vers le sud, la côte est continuellement une plage basse
presque à fleur d'eau et de pur sable: ce sable, qui s'annonce pour un
délaissement de la mer, se retrouve fort avant dans les terres. Il y
sert de lit à la forêt de pins, sapins, et autres résineux dont j'ai
parlé: à l'approche des montagnes, il se mêle avec une portion d'argile
ou de gravier que les eaux ont amenée des hauteurs voisines: il en
résulte un terrain jaunâtre, maigre, et meuble, qui domine dans la
lisière moyenne des États du sud, dans le Maryland, la Pensylvanie, et
le haut New-Jersey, à tel point que l'on peut considérer ces trois
derniers États comme de grandes alluvions des fleuves _Potômac_,
_Susquehannah_, _Delaware_ et _Hudson_. Plus au nord, spécialement en
Connecticut, Rhode-island et Massachusets, le pays est sillonné de
monticules et de chaînons qui rendent âpre et raboteuse toute la
_Nouvelle-Angleterre_ proprement dite: l'on serait même tenté de croire
cette contrée un prolongement de la _lisière montueuse_, si la nature
granitique de ses pierres et la confusion de ses sillons ne la
distinguaient des _Alleghanys_, essentiellement formés de _grès_, et qui
concourent sur une ligne plus intérieure et plus occidentale.


§ II.

Pays d'Ouest, on bassin de Mississipi.

La seconde _contrée_ qui est située à l'est des Alleghanys, mérite le
nom de _Bassin_ de Mississipi, en ce que la presque totalité des
rivières qui l'arrosent, versent médiatement ou immédiatement dans ce
fleuve. Ce bassin a pour limites, à l'est, les Alleghanys; à l'ouest, le
Mississipi; au nord, les lacs _Michigan_, _Érié_ et _Ontario_; au sud
enfin les Florides: l'on remarquera que vers le sud, dans la Géorgie
occidentale, la majeure partie des eaux se rend au golfe du Mexique, et
semble former une contrée distincte; mais le peu d'étendue qu'aurait
cette contrée, relativement aux autres, et l'analogie de son climat, de
ses productions, même de ses relations futures, m'engagent à comprendre
dans le pays d'ouest ou de Mississipi, tout ce qui est situé au couchant
de la rivière _Apalache_, que je regarde comme la limite naturelle de la
côte atlantique, dans l'intérieur et vers sud-ouest.

Les États contenus dans le bassin de Mississipi sont, la _Géorgie
occidentale_, le _Tennessee_, le _Kentucki_, le grand district
_Nord-d'Ohio_, appelé _Northwest-territory_, et quelques portions
occidentales des États de Virginie, de Pensylvanie et de New-York. Les
habitants de la côte atlantique donnent à toute cette partie le nom de
_Back-Country_ (_Pays de derrière_), indiquant par-là leur attitude
morale, constamment tournée vers l'Europe, berceau et foyer de leurs
intérêts et de leurs pensées: par un cas singulier et cependant naturel,
à peine eus-je traversé les Alleghanys, que j'entendis les riverains du
_grand Kanhawa_[23] et de l'_Ohio_, appeler aussi la côte atlantique
_Back-Country_ (_Pays de derrière_); ce qui prouve que déja leur
situation géographique a donné à leurs regards et à leurs intérêts une
direction nouvelle, conforme à celle des eaux qui leur servent de routes
et de portes vers le golfe mexicain, foyer principal de l'ambition
spéculative de tous les Américains.

Si l'on examine avec plus de détail cette grande contrée, l'on trouvera
que la nature du sol et certaines limites naturelles de fleuves et de
montagnes y forment une subdivision de 3 grands districts bien
distincts.

Le premier est le pays situé au sud de la rivière _Tennessee_ et du
chaînon de l'Apalache qui l'enveloppe, d'où les rivières se versent au
golfe du Mexique et au bas du Mississipi. Dans sa partie maritime, qui
est la Floride, le sol est absolument plat, sablonneux et stérile au
bord de la mer; marécageux, formant des prairies naturelles, quand on
avance dans les terres, et alors gras et fécond principalement sur les
banquettes des fleuves, où le riz et le maïs croissent de la plus grande
taille. A peine trouverait-on une pierre de 2 ou 3 livres à la distance
de 12 à 15 lieues du rivage. A mesure que l'on remonte vers l'intérieur,
le pays devient plus collineux, le sol plus rocailleux, et aussi moins
fertile, comme l'attestent les arbres de sa forêt, l'ilex, le pin, le
sapin, les chênes rouge et noir, le magnolia, les cèdres rouge et blanc,
le cyprès, et une foule d'arbustes indigènes des pays chauds. Un
voyageur botaniste anglais[24] en a fait un vrai paradis terrestre; mais
en renvoyant ses descriptions poétiques aux romans sentimentaux, ce
sera traiter raisonnablement ce pays, que de le comparer au Portugal ou
à la côte de Barbarie, et assurément ce lot est beau.

Le second district a pour limites, au sud, la rivière de Tennessee; au
nord, celle d'Ohio; à l'est, les Alleghanys; et à l'ouest, le
Mississipi. Il comprend l'État de Kentucki et celui de Tennessee, que
j'ai vu se constituer en 1796. Tout cet espace est prodigieusement brisé
de monticules et de sillons rapides, et cependant la plupart boisé. Il
est surtout traversé de l'est à l'ouest par le chaînon dit _Cumberland_
qui a jusqu'à 30 milles de largeur, et qui court entre la rivière du
même nom et celle de Tennessee. Dans les vallons et dans ce qu'il y a de
plaines, le sol est généralement d'une qualité excellente, étant une
espèce de terreau noir, gras, meuble, et profond depuis 3 jusqu'à 15
pieds, par conséquent d'une extrême fertilité. Les arbres forestiers
qu'il produit, bien supérieurs par leur diamètre et leur grandeur aux
arbres effilés et maigres de la côte atlantique, sont: les chênes rouge,
noir, blanc, les noyers hickorys, de 4 ou 5 espèces, les
peupliers-tulipiers, les vignes sauvages, grimpant à 20 et 30 pieds, les
frênes, les érables à sucre, les acacias, les sycomores, marronniers
d'Inde, arbres-à-gomme, pins, cèdres, sumacs, pruniers sauvages,
pruniers-persimons, et cerisiers sauvages, dont quelques-uns ont jusqu'à
un mètre 2 tiers de diamètre.

Cette nature meuble et perméable du terrain y occasione aux ruisseaux et
aux rivières une particularité que j'ai vue en quelques lieux de la
Syrie, même de la France, mais nulle part dans une proportion aussi
étendue; car, dans tout le Kentucky et le Tennessee, l'on ne cesse de
rencontrer des entonnoirs du diamètre depuis 50 jusqu'à 500 pas sur une
profondeur de 15 à 50, ayant dans leur fond un ou plusieurs trous ou
crevasses dans lesquels s'engouffrent, non-seulement les eaux pluviales
voisines, mais encore des ruisseaux et des rivières déja considérables.
Ils disparaissent tout à coup au sein des broussailles, devant le
voyageur stupéfait, et achèvent leur cours dans des lits souterrains. En
général, les ruisseaux et les rivières, dans leur cours visible, y
déchirent et y creusent la terre perpendiculairement jusqu'à un lit de
pierres calcaires qui lui sert de _noyau_, ou plutôt de _plancher
presque horizontal_. De ce mécanisme il résulte,

1º Que presque tous les ruisseaux et rivières du Kentucky et du
Tennessee sont encaissés comme dans des fossés, entre deux rives à pic,
hautes depuis 50 pieds, comme celle de l'Ohio, jusqu'à 400 pieds, comme
l'écore de la rivière _Kentucki_ à _Dixon's-point_;

2º Que le pays se trouve raboteux et sillonné de ravines profondes;
d'ailleurs, traversé des chaînons latéraux des Alleghanys, aussi
brusques dans leur pente, qu'ils sont étroits sur leurs sommets[25];

3º Que le terrain ne pouvant être arrosé par irrigation, les habitants
de Kentucky et un peu ceux du Tennessee se plaignent déja d'une aridité
qui s'accroît à mesure que le pays se déboise, et qui dissipe, d'une
manière fâcheuse, les illusions des _spéculateurs de terre_ et les
promesses des voyageurs romanciers.

Je dois citer ici un fait physique singulier, bien constaté en Kentucky,
savoir, que beaucoup de sources y sont devenues plus abondantes _depuis
que les bois des environs ont été coupés_; j'ai discuté sur les lieux
avec des témoins dignes de foi, les causes de ce phénomène: il nous a
paru que jadis les feuilles de la forêt accumulées sur la terre, y
formaient un lit épais et compacte, comme on le voit encore là où cette
forêt subsiste; et que ce lit retenant les eaux pluviales à sa surface,
leur donnait, surtout en été, le temps de s'évaporer avant qu'elles
pussent pénétrer dans l'intérieur: aujourd'hui que ce lit de feuilles
n'existe plus, et que le sein de la terre est ouvert par la culture, les
pluies qui ont la faculté de l'imbiber y établissent des réservoirs plus
durables et plus abondants; mais ce cas particulier ne détruit point la
doctrine plus générale et plus importante que la coupe des forêts,
particulièrement sur les hauteurs, diminue généralement la masse des
pluies et des fontaines qui en résultent, en empêchant que les nuages ne
se fixent et ne se distillent sur les forêts: le Kentucky lui-même en
offre la preuve ainsi que tous les autres États de l'Amérique, puisque
l'on y cite déja une multitude de ruisseaux qui ne tarissaient pas il y
a 15 ans, et qui maintenant manquent d'eau chaque été. D'autres ont
totalement disparu; et plusieurs moulins, dans le New-Jersey, ont été
abandonnés par cette cause[26].

Un autre phénomène remarqué en Amérique, trouve peut-être son
explication dans le fait que je viens de citer. L'on ne traverse point
de forêt dans ce continent sans rencontrer des arbres renversés; et l'on
observe que la racine n'est qu'un chevelu superficiel, en forme de
champignon, à peine de 18 pouces de profondeur pour des arbres de 70
pieds. Si ces racines ne pivotent point, n'est-ce pas afin de profiter
de l'humidité superficielle qui les couvre et du terreau gras résultant
des feuilles pourries dans lequel elles trouvent une substance bien
préférable aux couches de l'intérieur restées sèches, et par suite, plus
dures à pénétrer? Et maintenant, que par le laps des siècles ces
végétaux ont _contracté cette habitude_, il faudra des siècles pour la
changer.

Le troisième district a pour limites, au sud, le cours de l'Ohio; au
nord, les lacs du Saint-Laurent, et toujours à l'est et à l'ouest
l'Alleghany et le Mississipi. Cet espace, appelé par les Américains
_North-west-territory_, ne compte encore aucun État constitué, faute de
population suffisante:[27] sa surface est presque plane ou commodément
ondulée: à peine y citerait-on une montagne ou un sillon de 100 toises
d'élévation, et dans tout son ouest, depuis la rivière _Wabash_ jusqu'au
_Mississipi_, ce ne sont que vastes et plates prairies. Néanmoins c'est
d'un tel local que coulent en sens opposés une foule de rivières
considérables qui, les unes vont au golfe du Mexique par le Mississipi,
les autres à la mer du Nord par le Saint-Laurent, et d'autres encore à
l'Atlantique par le Mohawk, l'Hudson et la Susquehannah: d'où il résulte
que les monts Alleghanys, de qui ces derniers fleuves tirent leurs
sources, ne sont en quelque sorte que la rampe de ce plateau qui les
égale presque en niveau. Sur ce vaste espace les pentes opposées sont si
douces, que les rivières, hésitant dans leurs cours, s'y égarent en
sinuosités et en marécages; et que dans les crues de l'hiver il y a
jonction d'eaux navigables en canot, entre les sources de la Wabash qui
va à l'Ohio, du Miami, qui va au lac Erié, de la rivière Huron, qui
tombe à l'entrée de ce même lac, de la _grande-rivière_ qui tombe dans
le lac _Michigan_, et ainsi de plusieurs autres.

Par contraste avec le Kentucky, les rivières de _North-west-territory_,
coulent à fleur de terre, à raison non-seulement de ce niveau plat, mais
encore de la qualité _argileuse_ du sol, qui empêche l'eau d'y pénétrer:
circonstance heureuse pour le commerce et l'agriculture de cette
contrée: aussi l'opinion commence-t-elle à préférer ce pays au Kentucky;
je présume qu'un jour il sera la Flandre des États-Unis pour le blé et
les pâturages: j'ai vu, en 1798, au bord du grand _Sioto_, un champ de
maïs, à la vérité en première année de culture, où cette plante avait
généralement 4 mètres de hauteur, et des épis en proportion: à cette
même époque, à l'exception de quelques habitations éparses, ce n'était
au-dessus du _Moskingom_ qu'un désert de forêts, de marais, et de
fièvres: j'ai traversé 40 lieues de cette forêt depuis Louisville, près
des rapides de l'Ohio, jusqu'au _poste Vincennes_ sur la Wabash, sans
rencontrer une cabane, et, ce qui m'a étonné, sans entendre le chant
d'un oiseau (quoiqu'en juillet). Elle finit un peu avant la Wabash; et
de là au Mississipi, pendant 80 milles, l'on ne trouve que les
_prairies_, dont j'ai déja parlé comme de steps tartares; et là
réellement commence une _Tartarie américaine_, qui a tous les caractères
de la Tartarie asiatique; d'abord chaude dans sa partie méridionale,
elle devient de plus en plus froide et stérile vers le nord: dès le
48e de latitude, elle est glacée dix mois de l'année, dépourvue de
hauts bois, noyée de marécages, traversée de fleuves qui, dans une
espace de 1000 lieues, n'ont pas 15 lieues d'interruptions ou de
_portages_: elle offre à tous ces titres les caractères de la Tartarie;
il ne manquait que d'en voir les indigènes devenir cavaliers; et cette
circonstance vient d'avoir lieu, depuis 25 à 30 ans, par les vols que
les sauvages _Nihiçaoué_ ou _Nadouessis_[28], jusqu'alors piétons, ont
fait des chevaux espagnols errants dans les savanes du nord du Mexique.
Avant 50 ans ces nouveaux Tartares pourront devenir des voisins
incommodes à la frontière des États-Unis: et le système colonial des
bords du Missouri et du Mississipi éprouvera des difficultés que n'ont
pas connues les pays de l'intérieur de la confédération.


§ III.

Contrée des montagnes.

La troisième grande lisière parallèle est cette ligne de terrain
montueux, dont j'ai déja parlé, laquelle s'étend de l'embouchure de
Saint-Laurent aux confins de la Géorgie, partage les eaux de l'est et de
l'ouest, et forme comme une haute terrasse ou rempart entre les deux
contrées _Atlantique_ et _Mississipi_. On peut estimer à environ 400
lieues la longueur de cette bande, sur une largeur très-variable, mais
assez généralement de 30 à 50 lieues.

Cette contrée, quoique très-étroite comparativement, exerce néanmoins
une grande influence de température sur les deux adjacentes dont elle
diffère par le climat, le sol, et même par les productions. Vers le Sud,
l'air y est plus pur, plus sec, plus élastique, plus sain: vers le nord,
et dès le Potômac, les brumes et les pluies y sont plus communes, les
animaux plus grands et plus vifs; et les arbres forestiers, sans être
aussi gros que ceux de l'ouest, le sont plus que ceux de l'est, et
surpassent les uns et les autres en élasticité.

Cette chaîne de montagnes diffère de celles de notre Europe, en ce que
plus longue et plus régulière dans ses sillons, que les Alpes et les
Pyrénées, elle est cependant bien moins haute qu'elles. Des mesures
prises en divers points avec précision, vont en fournir des preuves
instructives et satisfaisantes.

En Virginie, le pic _Otter_, point dominant de tout le pays, n'a de
hauteur que 1218 mètres ⅔ (4000 pieds anglais)[29].

Dans le même canton, M. Jonathan Williams[30], parti du lieu où finit la
marée, au-dessous de Richmond, et mesurant sa route jusque sur la
première chaîne de _Blue-ridge_, a trouvé au col (_cap_) de _Rockfish_,
350 mètres d'élévation (1150 pieds anglais). Près de là, un pic dominant
lui a donné 554 mètres (1822 pieds anglais); plus loin, après la ville
de _Staunton_, montant un chaînon de l'_Alleghany_, il a trouvé 577
mètres (1898 pieds anglais); un second chaînon, celui de _Calf-pasture_,
lui a donné 683 mètres (2247 pieds anglais); enfin, un troisième
chaînon, celui qui partage les eaux, et qui n'est coupé par aucune,
mesuré à 6 milles sud-ouest de _Red-spring_ lui a donné 822 mètres (2706
pieds anglais).

En Maryland, Georges Guilpin et James Smith ont levé, en 1789, les
niveaux suivants:

Sur le fleuve Potômac, à partir du terme de la marée, c'est-à-dire, des
rapides de _George-town_, jusqu'à l'embouchure de _Savage-river_, dans
une étendue de 218 milles anglais (environ 73 lieues), le niveau est de
352 mètres ⅔ (1160 pieds anglais); dans ce compte, les rapides de
_Georgetown_ sont portés pour 11 mètres ¼ (37 pieds anglais), et la
grande chute de _Matilda_ pour 23 mètres 1/10 (76 pieds anglais), y
compris ses rapides qui se prolongent 3 milles au-dessus d'elle.

Depuis l'embouchure de _Savage-river_ jusqu'au lieu dit
_Moses-williams_, sur le sommet de l'Alleghany, dans un espace de 8 ¾
milles, le niveau est de 637 mètres ½ (2097 pieds anglais), total 990
mètres (3257 pieds anglais).

En sorte que l'Alleghany, que j'ai moi-même traversé dans cette partie,
et qui m'a paru y être le plus élevé, n'a pas, au-dessus de l'océan,
plus de 822 mètres, ou 405 toises. Blue-ridge, à la brèche de
_Harper's-ferry_, sous l'embouchure de la rivière _Chenando_, m'a paru
avoir à peu près la même hauteur qu'à Rock-fish-gap; ainsi son terme
moyen peut être évalué à 350 mètres, c'est-à-dire, moins de la moitié
de l'Alleghany (dans la Virginie).

En Pensylvanie, la hauteur de l'Alleghany, au-dessus du plat pays,
n'est, selon le docteur _Rush_, que de 395 mètres ⅕ (1300 pieds
anglais); et en effet, les voyageurs remarquent que l'on y arrive par
une suite de pentes douces et graduelles, sans beaucoup s'en apercevoir.

Dans l'État de New-York, aux montagnes appelées _Catskill_, le plus haut
pic mesuré en 1798 par _Peter de la Bigarre_[31], a donné de hauteur
1079 mètres (3549 pieds anglais) au-dessus des eaux de l'Hudson, qui
éprouve la marée jusqu'à 10 milles au-dessus d'Albany.

En Vermont, le pic de _Killington_ mesuré par _Samuel Williams_, comme
le plus élevé de toute la chaîne, n'a que 1049 mètres ⅔ (3454 pieds
anglais)[32].

Enfin, les montagnes _Blanches_ (White-hills) dans le New-Hampshire, qui
sont vues de trente lieues en mer, et que M. _Belknap_ évalue[33],
d'après des voyageurs, à 3040 mètres (10,000 pieds d'élévation), ne sont
portées, par M. S. Williams, qui en donne des raisons motivées, qu'à
2361 mètres (7800 pieds anglais).

La chaîne de l'Alleghany ne doit donc être considérée que comme un
rempart d'une hauteur moyenne de 700 à 800 mètres (environ 350 à 400
toises), ce qui diffère absolument des grandes chaînes du globe, telles
que par exemple les

  Alpes évaluées à      3000 mètres
  Les Pyrénées          2700
  Les Andes             5000
  Le Liban              2905

et l'on conçoit que cette circonstance doit beaucoup influer sur la
météorologie des États-Unis et de tout leur continent, ainsi que je le
développerai par la suite.

Les voyageurs européens remarquent tous avec surprise, que les montagnes
américaines ont dans leur direction plus de régularité, dans leurs
sillons plus de continuité, dans la ligne de leurs sommets plus
d'égalité que les montagnes de notre continent. Ce caractère est surtout
frappant en Virginie et en Maryland dans le sillon de _Blue-ridge_. Ce
sillon, que j'ai traversé ou suivi depuis la frontière de Pensylvanie
jusqu'au fleuve James, m'a toujours présenté l'aspect d'une terrasse de
1000 à 1200 pieds d'élévation sur la plaine avec une pente très-roide et
un sommet si égal, qu'à peine y voit-on des ondulations et quelques
_brèches_ ou _gap_ qui servent de passage. La base de cette masse
n'excède pas quatre à six milles (deux à trois lieues). En venant au
nord, cette chaîne s'abaisse ainsi que ses parallèles; et parce que
quelques bifurcations ont causé en Pensylvanie une confusion de noms qui
embarrasse même les géographes, je tenterai d'abord de les éclaircir.

En Virginie, l'on distingue nettement trois sillons principaux bien
caractérisés, qui sont:

1º Le sillon _Blue-ridge_, situé le plus à l'est, qui tire ce nom,
signifiant _Chaîne-bleue_, de son apparence bleuâtre lointaine quand on
vient du pays plat maritime: il porte le nom de _South-mountain_, ou
_Montagne du Sud_ dans les cartes d'Evans et d'autres géographes, sans
que l'on en puisse donner une bonne raison. En général, les montagnes
des États-Unis, nommées au hasard par les colons de chaque canton, n'ont
qu'une nomenclature insignifiante et souvent bizarre. Quoi qu'il en soit
de _Blue-ridge_, ce sillon part du grand arc ou nœud de l'Alleghany; il
est même le prolongement le plus direct de cette chaîne en venant du
sud: il traverse le fleuve James au-dessous de la jonction de ses deux
branches supérieures; le Potômac au-dessous de la _Shenandoa_; la
Susquehannah au-dessous de Harrisburg; et les voyageurs observent que le
lit de cette rivière, jusque-là navigable sur un fond calcaire, devient
intraitable à cause des rocs et des grès de _Blue-ridge_. En
Pensylvanie, ce sillon, moins continu et moins élevé, prend, selon les
cantons, les noms divers de _Trent_, de _Flying_, de _Holy-hills_; mais
il n'en est pas moins le même rameau qui traverse le _Schoolkill_ sous
Reading; la Delaware au-dessous de sa branche ouest et de la ville
d'Easton; d'où il va se perdre au groupe de _Catskill_, vers les bords
de l'Hudson.

La seconde chaîne, appelée _North-mountain_, montagne _du Nord_, sans
plus de raison que la précédente, part aussi du grand arc de
l'Alleghany, et se tenant parallèle, mais occidentale à Blue-ridge, elle
traverse les hautes branches du James, douze à quatorze milles au-dessus
de leur jonction; le Potômac vingt-quatre milles au-dessus de la
Shenandoa; mais lorsqu'elle atteint les branches ouest de la rivière
_grande Conegochigue_, elle se divise en plusieurs rameaux, qui jettent
de l'incertitude sur sa suite. Quelques géographes veulent voir son
prolongement dans le chaînon de _Tuscarora_, quoique divergent, lequel,
après avoir traversé la rivière _Juniata_, va se perdre dans les déserts
rocailleux et marécageux du nord-est de la Susquehannah: d'autres
suivent North-mountain dans le chaînon de _Kittatiny_, lequel, plus
direct, court parallèlement à Blue-ridge, jusqu'à la Delaware, qu'il
passe au-dessus de sa branche ouest et de Nazareth: après quoi il côtoie
la rive orientale de ce fleuve, et va se terminer, avec les sillons de
Blue-ridge, au groupe de Catskill et aux montagnes qui séparent les
sources de la Delaware du cours de l'Hudson.

En Pensylvanie, l'on confond assez généralement _Blue-ridge_ avec
_North-mountain_, parce que les caractères de l'un et de l'autre étant
moins marqués, chaque canton a donné l'épithète de _bleue_ à sa chaîne
la plus élevée, et des noms particuliers à chaque rameau différent; mais
la continuité géographique de North-mountain par _Kittatiny_, et de
Blue-ridge par les _Flying_ et _Holy-hills_, telle que je l'ai tracée,
me paraît la mieux établie par la direction générale de ces chaînes, par
la nature de leurs pierres et par leurs concours à former une vallée
calcaire qui se prolonge entre elles sans interruption depuis la
Delaware et les territoires d'Easton et de Nazareth, jusqu'aux sources
de la Shenandoa, par-delà Staunton[34].

La troisième chaîne principale, l'_Alleghany_ proprement dit, est le
sillon le plus élevé à l'ouest qui, partageant toutes les eaux, sans
être traversé d'aucune, a mérité le nom d'_Endless_ ou Sillon _sans
fin_. Celui-là pris à son extrémité sud, vient de l'angle de la Géorgie
et de la Caroline, où il reçoit les noms divers de montagnes _du
Chêne-blanc_, _du Grand-fer_, de montagne _Chauve_, et même de montagne
_Bleue_[35]. Là il verse à l'ouest quelques branches de la rivière
_Tennessee_; à l'est les fleuves des deux Carolines, auxquelles il sert
de limite occidentale: arrivé en Virginie, il forme l'arc dont j'ai
parlé, en se courbant vers le nord-ouest, et enveloppant les sillons
précédents; puis il reprend sa route nord nord-est, envoie à l'Ohio les
eaux du grand Kanhawa et de la Monongahéla; à l'océan Atlantique,
celles des fleuves James, Potômac, Susquehannah, etc.: mais vers les
sources de la branche ouest de ce dernier, il se divise en rameaux
divers, dont les plus considérables se dirigent à l'est, et vont à
travers toutes les eaux de la Susquehannah, se terminer au Catskill et
aux sources de la Delaware sur l'Hudson; tandis que d'autres rameaux à
l'est enveloppent les sources mêmes de la Susquehannah, et par _Tyoga_,
vont fournir celles des lacs Iroquois ou du Génessee: à moins que l'on
ne veuille attribuer ces rameaux à un sillon plus occidental qui, sous
les noms de _Gauley_, de _Laurel_ et de _Chesnut-ridge_, vient aussi se
terminer dans cette contrée.

Outre les trois chaînes principales de la Virginie que je viens de
décrire, il est encore plusieurs sillons intermédiaires, qui souvent les
égalent en hauteur, en roideur, en continuité: tels sont ceux de
_Calf-pasture_, de _Cow-pasture_[36] et de _Jackson_, que j'ai traversés
en me rendant de Staunton à _Greenbrïar_. C'est dans ces dernières
montagnes que sont situées les eaux thermales de diverses qualités,
célèbres en Virginie pour leurs cures, et désignées sous les noms de
_Warm-spring_, source chaude tempérée; _Hot-spring_, source très-chaude;
_Red-spring_, source rouge, etc.; _Warm-spring_ que j'ai vu, est une
source sulfureuse ammoniacale d'environ 20 degrés de chaleur: elle est
située au fond d'un profond vallon en forme d'entonnoir, que tout
indique avoir été le cratère d'un volcan éteint.

A l'ouest de l'Alleghany, vers le bassin d'Ohio, il est aussi plusieurs
sillons remarquables; j'en ai traversé un premier sous le nom de
_Reynick_[37] et _High-ballantines_, 8 milles à l'ouest du _town_ ou
village de _Green-brïar_, et il m'a paru aussi élevé, mais bien plus
large que Blue-ridge. De son plateau j'en vis une foule d'autres vers
sud-ouest et nord-est. Quinze milles plus loin, par une route tortueuse,
j'entrai dans une série d'autres chaînons que je ne cessai de traverser,
pendant 38 milles, au nombre de 8 ou 10 jusqu'à celui de Gauley, le plus
élevé, le plus rapide de tous, et le plus étroit sur sa crète. Je
regarde tout l'espace de ces 38 milles, comme une seule et même
plate-forme assez élevée. Par-delà le Gauley l'on ne traverse plus de
haut chaînon qu'avec le cours des eaux dont on suit la direction, et
souvent le lit; mais j'ai remarqué que le lit du grand Kanhawa se fait
souvent jour à travers l'un des pays les plus scabreux que j'y aie
rencontré. Beaucoup de ces sillons se dirigent sur l'Ohio, et nous
verrons que quelques-uns doivent l'avoir traversé: ce Gauley-ridge
prend son origine aux sources du grand Kanhawa, au sud-ouest de l'arc
d'Alleghany; et sous le nom de _Laurel-hill_, de _Chesnut-ridge_, il va
dans le nord se terminer aux têtes de la Susquehannah: au sud, les
colons de Kentucky et de Tennessee ont étendu le nom de grand _Laurel_
au rameau principal qui sépare le Kentucky de la Virginie; et ils ont
communiqué le nom de _Cumberland_ à sa continuation, qui côtoie et
limite la rivière de Cumberland jusqu'à son embouchure. Je n'ai pas de
renseignements suffisants sur cette partie. Le gouvernement des
États-Unis a en main un moyen très-simple de s'en procurer un corps
complet; ce serait de soumettre tous les arpenteurs par une ordonnance
du collége de William et Mary de Williamsburg, où ils subissent leur
examen et reçoivent leur patente, à ajouter des détails de topographie
aux stériles procès verbaux de leurs alignements. En peu d'années, l'on
aurait sans frais un système complet des montagnes et des eaux.

Il me reste à donner sur la structure intérieure de ces montagnes,
c'est-à-dire sur la disposition et la nature des bancs et couches de
pierre qui leur servent de noyau, les renseignements que j'ai pu me
procurer; quelque incomplets qu'ils puissent être, j'ai lieu de croire
qu'ils seront de quelque intérêt, ne fût-ce que par leur nouveauté;
leur ensemble et le soin que j'y ai donné pour satisfaire les lecteurs
qui attachent à la géographie physique l'importance que mérite cette
science. Pour qui sait observer des faits et en tirer de sages
inductions, la structure de notre globe est un livre bien autrement
instructif et authentique sur ses révolutions et sur leur histoire, que
les traditions, vagues d'abord et sans autorité, des peuples ignorants
et sauvages, érigées ensuite en systèmes dogmatiques chez les peuples
civilisés.



CHAPITRE IV.

Structure intérieure du sol.


Pendant le cours de mes divers voyages dans les États-Unis, j'ai attaché
un intérêt et un soin particuliers à recueillir des échantillons des
bancs et couches de pierres que j'ai trouvés les plus dominants et les
plus répandus: me trouvant quelquefois à pied plusieurs jours de suite,
je n'ai pu me charger que de petits volumes; mais ils ont suffi à mon
objet; et tous ces morceaux réunis ou comparés à ceux que des voyageurs
étrangers m'ont communiqués ou donnés à Philadelphie, m'ont servi à
déterminer à Paris, avec les secours de quelques minéralogistes, le
genre et les dénominations de leurs couches-mères, et à mettre en ordre
une espèce de géographie physique des États-Unis[38].

En jugeant d'après ces moyens d'instruction, je crois pouvoir établir
avec assez d'exactitude que le grand pays compris entre l'Atlantique et
le Mississipi est divisé en 5 régions ou natures différentes de sol
classées comme il suit.


§ I.

Région granitique.

La première région, qui est celle des granits, a pour limite la mer
Atlantique, à prendre depuis _Long-Island_ jusqu'à l'embouchure du
Saint-Laurent; de là une ligne remontant ce fleuve jusqu'au lac Ontario,
ou plutôt jusqu'à _Kingston_ (alias Frontenac), et au lieu appelé
_Mille-îles_; se portant, par les sources et le cours du Mohawk jusqu'au
fleuve Hudson, le long duquel elle revient à son point de départ,
_Long-Island_. Dans tout cet espace, le sol est assis sur des bancs
granitiques qui forment la charpente des montagnes, et qui n'admettent,
que par exception, des bancs d'autre nature. Le granit se montre à nu
dans tous les environs de la ville de New-York: il est le noyau de
_Long-Island_ (_Ile longue_), autour de laquelle des sables ont été
entassés et moulés par la mer: on le suit sans interruption sur toute la
côte de _Connecticut_, de _Rhode-Island_, de _Massachusets_, en
exceptant le cap _Cod_, qui est formé de sables apportés par le grand
courant du golfe du Mexique et de _Bahama_[39], dont j'aurai occasion de
parler. Le granit se prolonge encore sur le rivage de _New-Hamsphire_ et
de _Maine_, où il est mêlé de quelques grès, et aussi de pierres à
chaux, dont ce dernier pays approvisionne Boston. Il compose les
nombreux écueils de la côte d'_Acadie_ et le noyau des montagnes dites
de _Notre-Dame_ et de la _Madeleine_, situées à droite de l'embouchure
du Saint-Laurent. Les rives de ce fleuve sont généralement schisteuses,
cela n'empêche pas le granit de s'y montrer fréquemment en blocs
détachés, et en écueils adhérents au lit. On le retrouve dans tous les
environs de Québec; dans la masse du roc qui porte la citadelle; dans
les montagnes assez hautes, qui sont au nord-ouest de cette ville;
enfin, sous la cascade dite de Montmorency, où une petite rivière, qui
vient du nord, se jette dans le Saint-Laurent, d'une hauteur de 180
pieds: le lit immédiat de cette chute est un banc calcaire horizontal,
gris-noir, de l'espèce appelée primitive ou cristallisée: mais il est
porté sur des bancs de granit gris-brun, d'un grain très-serré, qui est
presque perpendiculaire à l'horizon: partout où ces bancs se montrent le
long du Saint-Laurent, ils sont plus ou moins inclinés, et jamais
parallèles à l'horizon: sur la rive droite de ce fleuve, en face de
Québec, abonde un granit coloré de rouge, de noir et de gris, le même
que j'ai trouvé au palais de la législature (_state-house_) à Boston,
dont les environs le fournissent; et tous deux semblables au
bloc-piédestal qui porte la statue du tsar Pierre Ier à
Saint-Pétersbourg; ce bloc, venu du lac Ladoga. L'île où est située la
ville de _Montréal_, est calcaire; mais tout le rivage qui l'entoure
offre des blocs de granit roulés, venus sans doute des hauteurs
adjacentes. Le sommet de la montagne de _Bel-œil_ est de granit, ainsi
que le chaînon des montagnes _Blanches_ de New-Hampshire, auquel on peut
dire qu'il appartient. Les rameaux de la Nouvelle-Angleterre sont aussi
de granit, excepté les environs de _Middleton_ et de _Worcester_, qui
sont de grès. L'on m'assure que le rameau occidental de
_Green-mountains_, et la majeure partie du lac Champlain qu'il limite,
sont calcaires, quoique les rocs de Ticonderoga soient de grès; et que
le rameau oriental, qui traverse l'état de Vermont, est de granit: alors
il paraît que le granit traverse le lac Saint-Georges, ou l'isthme qui
le sépare du fleuve Hudson pour remonter aux sources de ce fleuve et de
_Black-river_; de là il se porte jusqu'au Saint-Laurent, à Mille-îles et
à Frontenac, où on le trouve toujours rougeâtre, formé en gros cristaux,
et surchargé de feld-spath. M. Alexandre Mackenzie, dans son voyage
récemment publié[40], fournit les moyens d'en suivre les prolongements
bien plus loin dans le nord de ce continent. Cet estimable voyageur,
dont j'ai eu occasion de connaître à Philadelphie la personne et le
mérite, observe (tome III, page 335), «qu'un granit de couleur grise
obscure, se trouve dans tout le pays qui s'étend depuis le lac Winipik
jusqu'à la baie de Hudson; que même on lui a dit qu'il y en avait
également depuis la baie de Hudson jusqu'à la côte du Labrador.»

Par conséquent tout le nord de l'Amérique, jusqu'à Long-Island, est une
contrée granitique.

Quelques lignes auparavant, M. Mackenzie avait dit que des rochers de la
nature de la pierre à chaux, disposés par couches minces, et presque
horizontales, d'une pâte assez molle, se voyaient sur la rive _Est_ du
lac Dauphin, sur les bords des lacs du _Castor_, du _Cédre_, du lac
_Winipik_ et du lac _Supérieur_, ainsi que dans les lits des rivières
qui traversent la longue ligne de toutes ces eaux. Il ajoute: «Ce qui
est aussi bien remarquable, c'est que dans la partie la plus étroite du
lac Winipik, large de deux milles au plus, la rive ouest est bordée de
cette même qualité de rochers calcaires; escarpés de 30 pieds
d'élévation; tandis que sur la rive opposée, celle d'est, des rochers
encore plus hauts, sont du granit mentionné ci-dessus.»

De l'ensemble de ses descriptions que j'abrége, il résulte que la région
des mêmes pierres calcaires que nous verrons régner dans tout l'ouest
des Alleghanys, s'étend, par une ligne nord-ouest, au delà du lac
Michigan, jusqu'aux sources du Mississipi; et de là à celles de la
rivière _Saskatchiwayne_, rejoignant ainsi la grande chaîne des monts
_Stony_ ou _Chipawas_, qui elle-même est un prolongement de la
Cordillère des Andes; et il faut remarquer, dit encore M. Mackenzie,
«que c'est dans la ligne de contact de ces immenses chaînes de granit et
de pierres à chaux, que sont placés tous les grands lacs de l'Amérique
du nord.» Fait physique, vraiment digne de l'attention des naturalistes
géologues.

Revenant au sud du fleuve Saint-Laurent, le granit tapisse le comté de
Steuben jusqu'aux sources de la rivière Mohawk[41], dont il accompagne
le cours, sans que je puisse assurer qu'il la traverse, excepté à sa
petite chute au-dessus de Schenectady. On ne le voit point à sa grande
chute appelée _Cohoës_, dont le lit est de pierre serpentine de la même
espèce que j'ai trouvée à Monticello[42] en Virginie, espèce
très-répandue dans tout le chaînon dit _Sud-Ouest_; mais il reparaît dès
au-dessous d'Albany, sur la rive orientale de l'Hudson, qui coule
constamment entre deux côtes raboteuses et couvertes de maigres taillis
de chênes et de sapins: à 20 milles au-dessous de Poughkeepsie
commencent des sillons transverses, rocailleux et stériles qui m'ont
retracé la Corse et le Vivarais; ils brisent la route pendant 25 milles,
et de toutes parts ils montrent des blocs de granit grisâtres, disposés
par bancs inclinés à l'horizon de 45 à 50 degrés, et couverts de
mousses, de sapins et autres arbres verts rabougris. Le fleuve coule au
milieu de bancs semblables, jusqu'à _West-point_, où il a forcé la
barrière des rocs que lui opposait le dernier de ces sillons
transverses, au pied duquel finissent les _High-lands_
(_Terres-hautes_), et commencent les _Terres-basses_ ou _maritimes_.

Dans ce dernier pays, qui règne en plaine jusqu'à New-York, la rive
gauche du fleuve ne cesse de montrer des bancs de granit rougeâtre ou
grisâtre sortant de terre, de manière à faire penser qu'ils y pénètrent
fort avant.

Des recherches minéralogiques, entreprises par une société de médecins
de New-York[43], constatent que le granit traverse le territoire de
cette ville, le fleuve Hudson, la rivière de _Harlem_, et qu'il s'étend
dans tout le premier rang des collines de New-Jersey. La direction de
ces bancs, surtout depuis la frontière de Connecticut, est du nord-est
au sud-ouest, c'est-à-dire parallèlement à la côte; leur inclinaison est
presque verticale à l'horizon, et leur chaîne est jugée se prolonger
jusque dans le Vermont. Le docteur Mitchill, voyageur pour cette
société, observe, dans le compte qu'il lui a rendu de ces faits (en
1797), que depuis la mer jusqu'à _West-point_, c'est-à-dire dans les
terres basses et d'alluvion maritime, le granit est mêlé de _quartz_,
_feld-spath_, _schorl_, _mica_ et _grenat_, tantôt par grumeaux, tantôt
par feuillets; que la région granitique finit brusquement sur la rive de
l'Hudson, à l'île Pollepell, en face d'un gros roc de _Fish-kill_, (20
milles au-dessous de Poughkeepsee), et qu'à la distance de 40 _rod_ (200
mètres) plus loin commence une région _schisteuse_, qui sort de terre
sur la rive du fleuve, comme si elle y servait de lit au granit: il
conjecture que ce schiste s'étend jusqu'à Albany, et qu'il sert d'appui
à la chute de _Cohoës_; ce qui ne peut s'admettre qu'autant qu'il
appellerait _schiste_ la serpentine dont on m'a remis l'échantillon, et
qui elle-même est le lit immédiat de la chute. Ce schiste, ajoute M.
Mitchill, sert aussi de lit à des bancs calcaires épars dans le pays: il
cite un bloc de ce genre à un mille de Claverac, et à 4 milles du fleuve
_Hudson_ et du village du même nom, lequel présente une masse
proéminente de 800 acres de surface, remplie de coquillages, sans
analogues dans la mer voisine distante de 140 milles, c'est-à-dire de
plus de 46 lieues.

M. Mitchill cite d'autres bancs calcaires près de New-York, à l'endroit
où les eaux se partagent et versent, les unes dans l'Hudson, et les
autres dans le _Sound_, ou bras de mer en face de Long-Island; il pense
qu'à une époque inconnue de l'histoire l'Océan a séjourné sur ce
terrain, et son opinion s'étaie de tous les faits qu'il cite sur les
montagnes de _Catskill_.

Il a trouvé ces montagnes de Catskill composées du même grès que
Blue-ridge dont il les juge être un prolongement; ce fait fixe de ce
côté la limite réciproque des granits et des grès qui composent, comme
nous l'allons voir, une seconde région très-étendue. Ces grès à Catskill
sont portés sur un lit d'ardoise friable qui, au feu, rend une forte
odeur de bitume, et qui présente ses bancs tantôt bouleversés en
désordre, et tantôt inclinés à l'horizon, depuis 50 jusqu'à 80 degrés.
M. Mitchill crut d'abord ce terrain _primitif_, parce que les granits et
les grès ne contenaient pas de fossiles; mais bientôt plusieurs
indications contraires, telles que, 1º l'aspect des rocs formés de
gravier, de cailloux, de quartz rouge et blanc, de jaspe roux et de
grès, tous évidemment roulés et triturés par les eaux; 2º les couches
horizontales et très-régulières de ces rocs; 3º les coquilles fossiles,
inconnues dans ces mers (excepté le clam et le scolop), et trouvées sur
leurs cimes dans un terrain d'argile et de cailloux; tous ces faits
l'ont déterminé à voir, dans cette disposition de terrain, trois grandes
époques de formation: la 1re époque, celle qui plaça les sables; la
2e, celle des eaux qui les roulèrent et les triturèrent; la 3e,
celle de l'existence des coquillages vivants.

Enfin, il remarque que le côté escarpé de ces montagnes verse à l'ouest,
tandis que la pente d'_est_ est aisée et sans correspondance opposite.
Hors de la région des granits que je viens de décrire, il existe
quelques cas d'exception, dont les plus remarquables sont, 1º les
montagnes entre Harrisburg et Sunbury sur le Susquehannah, composées en
majeure partie de ce genre de pierre[44]; 2º une veine de
_granit-talkeux_ ou isinglass, dont je parlerai § IV; 3º des blocs
multipliés au pied de la chaîne _sud-ouest_ en Virginie, principalement
près de Milton sur Fluvannah.


§ II.

Région des grès.

Ces grès de Catskill forment le caractère distinctif de la 2e région
ou nature de sol, laquelle comprend tout le pays montueux de Blue-ridge,
d'Alleghany, de Laurel-hill; les sources du grand Kanhawa; le nœud ou
arc de l'Alleghany, et en général toute sa chaîne au sud jusqu'à l'angle
de la Géorgie et à l'Apalache: je perds sa trace à l'ouest dans l'État
de Tennessee et dans le chaînon de Cumberland; et je ne puis assigner sa
contiguité à la région calcaire avec précision: dans le nord et le
nord-est, ses limites paraissent être les sources de la _Susquehannah_,
même celles des lacs de Génésee, et généralement la rive droite de la
Mohawk et de l'Hudson. M. le docteur Smith-Barton, de Philadelphie, qui,
au retour d'un voyage à Niagara, en 1797, traversa toute la
Haute-Pensylvanie, ne cessa de voir les grès depuis _Tyuga_ jusqu'à 9
milles avant _Nazareth_. M. Guillemard, dans sa route de Philadelphie à
Pittsburg par Sunbury, ne les a quittés qu'à l'ouest de l'Alleghany (qui
dans le canton est appelé _Blue-hill_), en exceptant néanmoins quelques
vallées calcaires, dont je parlerai[45]: enfin, dans la Virginie, depuis
Charlotte-ville jusqu'à la rivière _Gauley_, je les ai moi-même trouvés
abondants sur les 10 ou 12 chaînons successifs que j'ai traversés, en
exceptant aussi les vallées calcaires de _Staunton_ et de _Greenbrïar_.
Quelquefois ces grès admettent le mélange du quartz blanc laiteux,
appelé pierre à flèche, que j'ai trouvé abondant sur _Blue-ridge_, en
allant de Frederick-town à _Harper's-ferry_; et quelquefois aussi du
quartz gris qui est le noyau de _Blue-ridge_, à là brèche que lui a
faite le Potômac sous Harper's-ferry; quelques-uns des rocs de cette
brèche se trouvent être de granit; mais ils sont en petit nombre.

Ces montagnes de grès ne sont pas aussi nues que cette nature de pierre
pourrait le faire penser. J'ai trouvé leurs plus hautes cimes en
Virginie, entre les rivières de _Greenbrïar_ et de _Gauley_, couvertes
de beaux arbres et d'herbes hautes et vivaces, végétant dans l'excellent
terreau noir _kentuckois_, qui est le caractère distinctif du pays
d'Ouest. La région élevée qui s'étend au-dessus du fort Cumberland
par-delà les sources du _Potômac_ jusqu'à celles de l'_Yohogany_, et qui
est connue sous le nom de _Greenglades_, est une véritable Suisse
très-riche en pâturages, dont la vigueur est entretenue pendant tout
l'été par des nuages, des brouillards et des pluies fines qui, à cette
époque, manquent dans la plaine. Ce bienfait est dû à l'élévation
d'environ 700 mètres, que nous avons ci-devant reconnue à ce local: il
faut néanmoins ne pas étendre ces avantages aux chaînons de _Gauley_ et
_Laurel-hill_, qui sont rocailleux et secs. Le géographe Évans n'évalue
leurs parties cultivables qu'à un 10e du tout; et ses nombreux
arpentages donnent à son opinion une autorité prépondérante. Ces
portions cultivables ne se trouvent que dans les vallées qui, là comme
ailleurs, enrichies des terres roulées des montagnes, sont généralement
les plus productives.

Du côté du nord-ouest, c'est-à-dire du côté des lacs de Génésee,
d'Ontario et d'Érié, les grès se terminent à une région de schistes
ardoisins et de marne bleue très-considérable, puisqu'elle paraît former
le lit de ces lacs, ainsi que l'attestent les sondes et les pierres du
fond et des rives; elle s'étend même jusque sur les lits de charbon de
la Pensylvanie occidentale. Cette marne est pleine de coquilles
fossiles. On retrouve les bancs de ces schistes à Niagara, et, comme je
l'ai dit, tout le long du Saint-Laurent jusqu'à Québec. Nous avons vu
qu'ils pavent aussi en grande partie le lit supérieur de l'Hudson; ce
sont là leurs plus grands domaines connus: on ne les aperçoit ailleurs
que par petits espaces.

Hors de cette vaste région des grès que je viens de décrire, l'on peut
citer quelques cantons de la même nature épars dans les contrées
granitiques et calcaires; mais ils y sont à leur tour dans des cas
d'exception; tel est celui du canton de _Worcester_ en Massachusets, le
plus considérable de cette espèce qui me soit connu. L'on ne peut
l'assigner à l'Alleghany, à moins que l'on ne prouve sa continuité à
travers les rivières et les pays de Hudson et de Connecticut.


§ III.

Région calcaire.

La troisième région, celle des _terres calcaires_, embrasse la totalité
des _pays d'Ouest_ ou _Back-country_, situés au couchant des Alleghanys,
et se prolonge, selon la remarque de M. Mackenzie (citée page 45), dans
le nord-ouest, à travers les rivières et les lacs jusqu'aux sources de
la _Saskatchawine_ et à la chaîne des monts _Chipawas_. Tout ce qui
m'est connu de ce pays, depuis le Tennessee jusqu'au Saint-Laurent,
entre les montagnes et le Mississipi, a pour noyau un immense banc de
pierres calcaires, disposé presque horizontalement, par lames ou
feuillets d'un ou plusieurs pouces d'épaisseur, d'un grain uni, serré,
généralement gris; dans le nord, cette pierre calcaire est de l'espèce
cristallisée, dite _calcaire primitif_. Ce banc porte immédiatement une
couche tantôt d'argile, tantôt de gravier, et par-dessus elle, à surface
de terre, une couche d'excellent terreau noir, laquelle est plus épaisse
dans les bas-fonds où elle a jusqu'à 15 pieds, et plus mince sur les
ondulations et hauteurs où elle n'a quelquefois que 6 à 8 pouces. Cette
circonstance, de même que le feuilletage du _banc_, attestent évidemment
un travail antérieur des eaux de l'Océan.

Dans le pays de Pittsburg, sur l'Ohio, dans le canton de _Greenbrïar_,
sur le _Kanhawa_, et dans tout le Kentucky, la sonde manifeste ce banc
fondamental: je l'ai vu à nu dans le lit de toutes les rivières et de
tous les ruisseaux du Kentucky, depuis le _Kanhawa_ jusqu'aux _Falls_ ou
_Rapides_ d'Ohio, près Louisville. Sur la route de _Cincinnati_ jusqu'au
lac _Érié_, je l'ai trouvé servant de _plancher_ à tout le lit de la
_Rivière-aux-glaises_ et du _Miami_ du lac Érié; il paraît que ce lac
est assis sur un fond de schiste noirâtre, mais parmi ses échantillons,
l'on trouve beaucoup de calcaire. C'est encore un banc calcaire qui
porte le Saint-Laurent à la chute de _Niagara_, et qui de là se
prolongeant dans le Génésee, semble accompagner le lit du Saint-Laurent
jusqu'à Québec. Il est vrai que dans toute cette partie du nord, le
calcaire est de l'espèce dite calcaire _primitif_ et cristallisé, comme
me l'ont indiqué des échantillons que les colons de Génésee tirent en
perçant leurs puits.

Ce sont les dislocations et les fractures de ces bancs qui causent les
entonnoirs et gouffres dont j'ai parlé (chap. III, § Ier), où se
perdent les eaux des pluies et même des rivières. J'en ai vu des
exemples curieux à Greenbrïar, en Virginie, et à _Sinking-spring_ en
Génésee, où une source se montre au fond d'un entonnoir, et
immédiatement à six pieds de là se replonge sous terre: ce sont aussi
ces cours d'eaux souterraines qui produisent les vents de quelques
cavernes, telle que celle citée par M. Jefferson, dans le chaînon de
_Calf-pasture_[46].

Depuis Louisville jusqu'à la _rivière[47] blanche_, où il finit
brusquement, j'ai encore trouvé tous les ruisseaux et rivières coulant à
nu sur le banc calcaire kentuckois. Quelques voyageurs américains, en
voyant mes échantillons, m'ont assuré que le _Holstein_, branche nord de
la _Tennessee_, coulait sur un fond semblable: je regrette de n'avoir
pu obtenir de bons renseignements sur le sol qui s'étend au delà, dans
la Georgie et dans la Floride.

A Louisville, la première couche superficielle sur la haute _banquette_
du fleuve est un terreau noir de 3 pieds d'épaisseur; sous ce terreau
est une couche de sable maigre de 14 à 15 pieds d'épaisseur _sans_
coquillages, puis une autre couche de sable de 6 à 10 pouces _avec_
coquillages; puis un gravier assez gros jusqu'au fond du fleuve, dont
l'écore à 25 pieds de hauteur totale.

A quatre milles de Louisville, vers l'Est[48], en rentrant dans
l'intérieur des terres, la première couche superficielle de terreau n'a
plus que 20 pouces d'épaisseur; et plus loin, à 4 milles de
Francfort[49], elle n'a plus que 15 pouces: dans ces deux endroits elle
a sous elle une couche d'argile de 24 à 36 pouces, qui ne se trouve
point auprès du fleuve. Sous cette argile est le banc calcaire, qu'il
faut percer avec beaucoup de peine pour arriver à un lit de gravier et
d'argile où reposent les eaux non tarissantes des puits.

A l'endroit que j'ai cité près de Louisville, le banc a 3 pieds
d'épaisseur, et l'on trouve ces eaux non tarissantes à 18 pieds de
profondeur totale, depuis la surface du sol; en d'autres endroits
l'épaisseur du banc paraît plus considérable: les roches qui forment les
_Falls_ ou _rapides_ de l'Ohio, sous Louisville, appartiennent à ce
grand banc calcaire. Dans les basses eaux, l'on a recueilli beaucoup de
pétrifications à sa surface, mais elles y étaient importées et non
incrustées. Je n'ai jamais vu de fossiles incrustés dans la pâte du
grand banc souterrain. Ce fait m'a d'autant plus étonné, que, près de
Francfort, à l'habitation de M. _Inès_, juge, me promenant avec lui sur
la cime d'un chaînon élevé d'environ 100 pieds au-dessus du ruisseau
_Elk-horn_, qui le perce, nous trouvâmes dans le bois une multitude de
grosses pierres totalement pétries de coquilles fossiles. A
_Cincinnati_, sur la seconde banquette de l'Ohio, j'ai retrouvé les
mêmes pierres pétries de coquilles; enfin le docteur Barton en a
recueilli de semblables sur les hauteurs d'_Onondago_, dans l'État de
New-York, à une distance de plus de 190 lieues, avec la seule différence
que ses échantillons sont bleu-ardoise, et les miens de couleur
rose-violet[50].

Hors du _pays d'Ouest_ et de la région que je viens de décrire, il
n'existe que deux _cantons_ calcaires, dignes de faire exception par
leur étendue: l'un situé dans la longue vallée que forment entre eux
les sillons de _Blue-ridge_ et de _North-mountain_, depuis la Delaware,
au-dessus d'Easton et Bethléem, jusqu'aux sources de la rivière
_Shenandoa_, et même par-delà le fleuve _James_, au grand arc de
l'Alleghany; car le comté de _Botetourt_ qui occupe cette dernière
partie, est appelé le _comté de la Chaux_, attendu qu'il en fournit tout
le pays à l'est de Blue-ridge où l'on n'en a pas. Rockbridge est aussi
en grande partie calcaire, ainsi que tout le pays de _Shenandoa_
jusqu'au Potômac.

Une seconde partie de la vallée, celle qui s'étend du Potômac à la
_Susquehannah_, comprend le bassin des rivières _Grand-Connegocheague_
et _Connedogwinit_, où sont situés les territoires de _Chamber's-burg_,
de _Shipen's-burg_, et de _Carlisle_, célèbres par leur fertilité. La
troisième partie, qui s'étend de la _Susquehannah_ à la _Delaware_,
occupe le bassin de la rivière _Swetara_; traverse avec quelques lacunes
les branches du _Schuylkill_, et se termine vers _Easton_ et _Nazareth_,
dont les terrains ont aussi de la réputation. Sa limite montueuse, au
nord-est, est le sillon _Kittatini_, prolongement de _North-mountain_;
et au _sud-est_, le sillon connu dans le pays sous les divers noms de
_South-mountain_, _Flying-hills_, _Holy-hille_; mais qui, comme je l'ai
dit, n'est que le prolongement direct de Blue-ridge. Cette
circonscription d'une même vallée calcaire, depuis l'arc d'Alleghany
jusqu'à Easton, par 2 chaînes latérales, devient elle-même une preuve
de l'identité que j'attribue à leurs prolongements.

L'autre canton calcaire, contigu à celui-ci, s'étend au revers oriental
de _Blue-ridge_, depuis la brèche du Potômac jusqu'aux approches du
Schuylkill dans le comté de Lancastre. Il a pour limites précises au
sud-ouest et au sud, le Potômac et le lit du Grand-Monocacy, qu'il ne
traverse pas à l'est: il comprend le territoire de Frederick-town, la
majeure partie du cours du Pataspco, et les pays d'York et de Lancastre,
qui sont considérés à juste titre comme les greniers de la Pensylvanie;
enfin il paraît se perdre entre Noristown et Rocksbury sur le
Schuylkill: le reste de sa frontière, depuis le Monocacy jusqu'au
Schuylkill, n'est point tracé par des hauteurs, quoique ce soit un point
de partage de plusieurs eaux, et il ne donne point à ce canton le
caractère de vallée que l'on observe dans les autres districts
calcaires.

Il y a, entre le calcaire de l'_Ouest_ et celui de ces deux cantons de
l'_Est_, deux différences remarquables: la première est que la pâte des
bancs calcaires de l'Est est généralement de couleur bleue assez foncée,
et très mêlée de veines blanches de quartz, tandis que la pâte de la
grande couche calcaire de l'Ouest, surtout en Kentucky, est de couleur
grise, d'un grain homogène et feuilleté.

La seconde différence est que le banc de l'Ouest est, ainsi que je l'ai
dit, presque horizontal, et formant comme une table universelle sous le
pays. Dans l'Est, au contraire, c'est-à-dire dans les comtés de
_Botetourt_, de _Rockbridge_, de _Staunton_, de _Frederick-town_,
d'_York_, de _Lancastre_, et jusqu'à _Nazareth_, le calcaire est
généralement confus et comme bouleversé: lorsque ses bancs observent des
inclinaisons régulières à l'horizon, on remarque que c'est le plus
communément de 40 à 50 degrés; avec cette nuance singulière, que dans la
vallée entre _North-mountain_ et de _Blue-ridge_, l'angle est toujours
moins considérable, c'est-à-dire au-dessous de 45°, tandis que dans les
pays de Lancastre, York et Frederick-town (hors des montagnes), l'angle
est plus habituellement au-dessus de 45°; et ce cas a lieu pour tous les
autres bancs, soit de granit, soit de grès, qui sont moins inclinés dans
les montagnes, et plus inclinés en s'approchant de la mer. A la cascade
du _Schuylkill_, près Philadelphie, les bancs d'isinglass sont inclinés
à 70°: sur l'Hudson, ils vont jusqu'à 90°.

De ces derniers faits, l'on a droit de conclure que toute la côte
atlantique a été bouleversée par des tremblements de terre auxquels nous
verrons ci-après qu'elle est très-sujette, tandis que le pays à l'ouest
des Alleghanys n'en a pas été tourmenté. Aussi le docteur Barton
assure-t-il que les mots _tremblements de terre_ et _volcan_ manquent
aux langues des indigènes de l'ouest, tandis qu'ils sont usités et
familiers dans les dialectes de l'est. Aux tremblements de terres,
s'associent ordinairement les volcans, et l'on trouve en effet beaucoup
de basaltes dans l'Alleghany et dans ses vallées; il faudrait des
recherches expresses pour mieux désigner les anciens cratères. Je ne
puis dire s'il y a ou s'il n'y a pas de coquillages fossiles dans les
bancs de l'est dont je viens de parler; seulement je sais que l'on en a
observé dans le calcaire primitif des environs du lac Ontario et de
Niagara[51].

L'on pourrait encore citer des veines et rameaux calcaires hors de ces
régions principales; il y en a dans le district de Maine qui fournissent
la chaux à Boston. La _Pointe-aux-roches_, sur le lac Champlain, est
calcaire, et sans doute d'autres parties de ce lac; plusieurs cantons le
sont aussi aux environs de New-York; mais l'exemple le plus singulier
que je connaisse dans les États du _sud_, est celui d'un sillon qui n'a
pas plus de 15 yards ou 14 mètres de largeur moyenne, et quelquefois
seulement 3 mètres, et qui cependant s'étend plus de soixante-six
lieues, continuées depuis le Potômac jusqu'au Roanoke: comme cette veine
est habituellement à la surface du sol, on suit sa trace avec d'autant
plus de certitude qu'elle est la seule à fournir de chaux tout le plat
pays. Elle ne s'écarte pas de plus de 3 à 5 milles du sillon _rouge_ ou
_south-west-mountain_ auquel elle est parallèle.


§ IV.

Régions de sables marins.

La quatrième région, formée de sables marins, comprend toute la plage
depuis _Sandy Hook_, en face de l'_Ile-Longue_ jusqu'à la Floride: sa
limite dans l'intérieur des terres est un _banc_ ou _sillon de granit_
talqueux, dit _roche feuilletée_[52] ou _isinglass_, qui court
constamment dans le sens de la côte, c'est-à-dire de nord-est à
sud-ouest; ce sillon ou banc part de l'extrémité des chaînes granitiques
de la rive droite de l'Hudson, peut-être même du rivage en face de
l'_Ile-Longue_, d'où je présume que les rocs se continuent sous la mer,
et il s'étend jusqu'à la Caroline du nord par-delà le fleuve _Roanoke_,
sous la forme d'un mince sillon, large au plus de 2 à 6 milles, sur une
longueur de près de 500. Dans toute cette ligne, ce sillon, comme l'a
très-bien observé Evans, marque sa route par les cascades qu'il fait
subir à tous les fleuves avant leur arrivée à la mer; ces cascades
elles-mêmes sont la limite extrême du flux et du reflux des marées.
Ainsi le sillon d'Isinglass coupe la _Delaware_ à _Trenton_, le
_Schuylkill_ 2 milles au-dessous de Philadelphie, la _Susquehannah_
au-dessus du _Creek_ ou ruisseau _Octarora_; le _Gunpowder_ au-dessus de
_Joppa_; le _Patapsco_ au-dessus de _Elk-ridge_; le _Potômac_ à
_George-town_; le _Rappahannock_, au-dessus de _Fredericksburg_; le
_Pamunky_, au-dessous de ses 2 branches (50 milles au-dessus de
_Hanover_); le _James_ à _Richmond_; l'_Appamatox_ au-dessus de
_Petersburg_, et le _Reanoke_ au-dessus d'_Halifax_. L'on n'a point
observé de fossiles dans tout ce banc.

Entre lui et la mer, le sol dans une largeur variable de 30 à 100
milles, est un sable évidemment apporté par l'Océan, qui jadis eut pour
rivage la ligne du sillon lui-même. Aux embouchures et sur les bords des
rivières, quelques terres argileuses venues des montagnes par des
débordements, forment avec ce sable un mélange fertile: le géographe
Evans a même reconnu un banc souterrain d'argile jaune, de 3 à 4 milles
de largeur, placé longitudinalement entre le sillon et le rivage, et
qui, donnant du corps aux sables adjacents, les rend propres à faire de
bonnes briques, ainsi qu'on le voit à Philadelphie: hors ces deux cas,
ce sable est le même que celui de la mer voisine, c'est-à-dire blanc,
fin et profond jusqu'à 20 pieds.

_Peter Kalm_, voyageur suédois, en 1742, a observé qu'en Pensylvanie et
en New-Jersey, les couches sont comme il suit:

  1º Terre végétale, 10 à 12 pouces, ci         1^{pd.}

  2º Sable mêlé d'argile, 6 à 7 pieds, ci       7

  3º Graviers et cailloux roulés tenant
  des huîtres et des _clams_, tels qu'ils vivent
  encore sur la côte, de 3 à 5 pieds, ci        5

4º Une couche de vase noire, fétide, remplie de roseaux et de troncs
d'arbres, dont il ne donne pas l'épaisseur. Cette couche qui gâte toutes
les eaux des puits, se trouve à Philadelphie entre 14 et 18 pieds de
profondeur: à _Raccoon_ en _New-Jersey_, entre 30 à 40 pieds; à
_Washington_, je l'ai vue moi-même à 18 pieds dans la maison de M.
_Law_, dont elle corrompt le puits.

5º Sous tous ces bancs, une couche d'argile où s'arrêtent les eaux: l'on
me demandera peut-être sur quoi porte cette couche d'argile, mais je ne
connais point de sondes inférieures, et puis il faut bien s'arrêter
quelque part, sous peine d'arriver, comme les Indiens, à la tortue qui
porte le monde.

Lorsque l'on considère que le noyau de l'île Longue est un granit
talcqueux; que les pointes de roche et les récifs qui se montrent
d'espace en espace jusqu'à la baie _Chesapeak_, et même par-delà
Norfolk, sont de ce même granit; que toutes les roches du cap
_Hatteras_ en sont encore, on est tenté de le regarder comme le noyau
fondamental de la côte; mais l'inclinaison des bancs dans la ligne des
cascades, qui est de 70 degrés à celle du Schuylkill, et jamais de moins
de 50 degrés de l'est à l'ouest, en offrant une direction contraire,
tend plutôt à prouver que ces bancs servent de soutien à la région
intérieure sous laquelle leurs tables s'enfoncent[53].


§ V.

Régions d'alluvions fluviales.

La cinquième et dernière _région_ est le pays qui, depuis le sillon des
cascades, s'élève en ondulation jusqu'au pied des montagnes de grès ou
de granit. Sa limite est moins facile à tracer dans la Géorgie
occidentale où le sillon d'isinglass ne se montre pas. Ce terrain a pour
caractère d'être ondulé, tantôt par mamelons isolés, tantôt par sillons
de petites collines: d'être composé de diverses espèces de terres et de
pierres, tantôt confuses, tantôt rangées par couches, qui s'interrompent
ou se succèdent plusieurs fois depuis les montagnes jusqu'à la plage
maritime, en offrant toujours les caractères de matériaux roulés par les
eaux des pentes supérieures: et telle est en effet l'origine de toute
cette contrée. Lorsque l'on calcule le volume, la rapidité, le nombre de
tous ses fleuves; de la Delaware, du Schuylkill, de la Susquehannah, du
Potômac, du Rapahannock, de l'York, du James, etc.: lorsqu'on observe
que la plupart d'entre eux, long-temps avant leurs embouchures, ont des
lits larges depuis 600 jusqu'à 2,000 toises, sur une profondeur de 20 à
50 pieds: que dans leurs débordements annuels ils noient quelquefois le
plat pays à 20 pieds de hauteur, l'on conçoit que de telles masses
d'eaux ont dû opérer des mouvements prodigieux de terrain, alors surtout
que dans les siècles reculés les montagnes plus élevées donnaient plus
d'impétuosité à leur cours; que les arbres des forêts entraînés par
milliers donnaient plus de force et d'aliments à leurs ravages; que des
glaces amoncelées pendant des hivers de 5 à 6 mois produisaient des
débâcles énormes, telles qu'en 1784 la Susquehannah en montra en exemple
effrayant, lorsqu'elle amoncela, au détroit de _Mac Calls' Ferry_ sous
Colombia, une digue de plus de 30 pieds de glaces, dont l'obstacle
faillit de noyer toute la vallée. A ces époques de la nature où l'Océan
baignait immédiatement le pied des montagnes, comme le prouvent les
délaissements que l'on y rencontre de toutes parts, ces montagnes plus
élevées, en ce qu'elles n'avaient encore rien perdu de ce que leur ont
enlevé depuis les siècles et la chute continuée des eaux, donnaient, par
leur hauteur et par la roideur de leurs pentes, une action bien plus
puissante à ces eaux; leurs sommets plus froids étaient couverts plus
long-temps de neiges plus abondantes, de glaciers plus considérables: et
lorsque la chaleur des étés plus courts sans doute, mais non moins
intenses, fondait ces neiges et ces glaces, les torrents qui en
résultaient déchiraient les pentes plus garnies de terres, creusaient
des ravins plus profonds, y faisaient tomber les arbres minés par leurs
racines, et entraînaient d'immenses débris qui s'entassaient sur les
dernières rampes des montagnes: dans les années suivantes, d'autres
débris venaient embarrasser les routes des années antérieures; les
torrents arrêtés par leurs propres digues acquéraient de nouvelles
forces en croissant de volume, et, les attaquant sur plusieurs points,
il les renversaient par les parois les plus faibles: alors ils se
frayaient des routes nouvelles et variables à travers des vases plus
molles, parce que les matériaux les plus pesants restaient toujours en
arrière, faute de pente et d'impulsion; par ce mécanisme continué
pendant des siècles, d'anciens lits de torrents devinrent des vallons;
d'anciens rivages et terrains d'alluvion devinrent des côtes et des
plaines; et les fleuves descendant de niveaux en niveaux, abandonnant
de pente en pente leurs plus lourds fardeaux, déposant successivement
les plus légers et les plus solubles, empiétèrent sans cesse sur le
domaine de l'Océan par des comblements de sables, de vases, de cailloux
roulés et d'arbres qui lièrent tous ces matériaux. Le Mississipi encore
aujourd'hui nous offre le spectacle instructif de toutes ces grandes
opérations. L'on calcule que depuis 1720 jusqu'en l'année 1800,
c'est-à-dire en 80 ans[54], il a poussé son comblement d'environ 15
milles dans la mer, c'est-à-dire environ 26,000 mètres: ainsi, sous les
yeux de trois générations, il a créé à son embouchure un pays nouveau
qu'il accroît chaque jour, et dans lequel il entasse des mines de
charbon pour les siècles futurs. Telle est la célérité de son comblement
qu'à la _Nouvelle-Orléans_, à 100 lieues au-dessus de l'embouchure
actuelle, un canal creusé dernièrement par le gouverneur baron de
Carondelet, depuis le fleuve jusqu'au lac Pontchartrain, a mis à
découvert un terrain intérieur totalement formé de _vases noires_, et de
troncs d'arbres entassés à plusieurs pieds de profondeur, qui n'ont
encore eu le temps ni de se pourrir, ni de se convertir en charbon. Les
deux rives ou banquettes du fleuve tout entières sont formées de troncs
d'arbres ainsi enfoncés et maçonnés de vase, dans une étendue de plus
de 300 lieues, et il les a tellement exhaussées, qu'elles lui forment
une digue latérale de 12 à 16 pieds d'élévation au-dessus du sol
adjacent, généralement plus bas, et que dans les crues de chaque année,
qui sont d'environ 8 mètres, les eaux exubérantes ne peuvent plus
rentrer dans le fleuve, et forment des marais vastes et nombreux, qui un
jour deviendront des moyens de richesses, mais qui présentement sont des
obstacles à la culture et à la population.



CHAPITRE V.

Des lacs anciens qui ont disparu.


Il existe encore dans la construction des montagnes des États-Unis une
autre circonstance plus caractérisée que partout ailleurs, qui a dû
singulièrement augmenter l'action et varier les mouvements des eaux:
lorsqu'on examine avec attention le terrain et même les cartes qui le
représentent, l'on remarque que les chaînes principales ou sillons
d'_Alleghany_, de _Blue-ridge_, etc., se trouvent tous dirigés en sens
transverse au cours des grands fleuves, et que pour se faire jour du
sein des vallées vers la mer, ces fleuves ont été contraints de percer
les sillons et d'en renverser la barrière. Ce travail se montre avec
évidence dans la James, le Potômac, la Susquehannah, la Delaware, etc.,
lorsque ces fleuves sortent de l'enceinte des montagnes pour entrer dans
le pays inférieur; mais l'exemple qui m'a le plus frappé sur les lieux
est celui du Potômac, 3 milles au-dessous de l'embouchure de la
Shenandoa. Je venais de _Frederick-town_, distant d'environ 20 milles,
et je marchais du sud-est vers le sud-ouest par un pays boisé et ondulé;
après avoir traversé un premier sillon assez bien marqué, quoique de
pente aisée, je commençai à voir devant moi, à 11 ou 12 milles vers
l'ouest, le chaînon de Blue-ridge, semblable à un haut rempart couvert
de forêts et percé d'une brèche du haut en bas. Je redescendis dans un
pays ondulé et boisé qui m'en séparait encore, et enfin m'étant
rapproché, je me trouvai au pied de ce rempart qu'il fallait franchir,
et qui me parut haut d'environ 350 mètres[55]. En me dégageant des bois,
je vis dans son entier une large brèche que bientôt je jugeai être de 12
à 13 cents mètres de largeur. Au fond de cette brèche coulait le
Potômac, laissant de mon côté sur sa gauche une rive ou pente
praticable, large comme lui-même, et sur sa droite serrant
immédiatement le pied de la brèche: sur les deux parois de cette brèche,
et du haut en bas, beaucoup d'arbres sont implantés parmi les rocs, et
masquent en partie le local du déchirement; mais vers les deux tiers de
la hauteur du flanc droit du fleuve, un grand espace à pic qui a refusé
de les recevoir, montre à nu les traces et les caricatures de l'ancienne
attache ou muraille naturelle, formée de quartz gris, que le fleuve
vainqueur a renversée, en roulant ses débris plus loin dans son cours;
quelques blocs considérables qui lui ont résisté demeurent encore comme
témoins à peu de distance. Le fond de son lit à l'endroit même est
hérissé de roches fixes qu'il ne brise que peu à peu. Ses eaux rapides
tournoient et bouillonnent à travers ces obstacles, qui dans un espace
de 2 milles forment des _falls_ ou _rapides_ très-dangereux. Je les vis
couverts des débris de bateaux naufragés peu de jours auparavant[56],
qui avaient perdu 60 barils de farine.

A mesure que l'on s'avance dans ce défilé, il se resserre au point que
le fleuve ne laisse plus libre qu'une voie de charrette, qui même est
inondée dans ses hautes crues. Les flancs de la montagne donnent jour à
une foule de sources qui dégradent encore cette voie en plusieurs
endroits; et comme sa majeure partie est de pur roc, de quartz gris et
de grès, et même de granit, je tiens pour impossible le canal que l'on y
projette: au bout de 3 milles on arrive au confluent de la rivière
_Shenandoa_: elle sort brusquement à main gauche du revers escarpé de
Blue-ridge, qu'elle serre et ronge dans son cours. J'estime sa largeur,
à cet endroit, environ le tiers de celle du Potômac, qui m'a paru avoir
200 mètres. Un peu plus haut, on traverse ce dernier fleuve au bac de
_Harper_ (_Harper's Ferry_), et par un coteau rapide on monte à
l'auberge du lieu. De ce point saillant, le défilé se présente comme un
grand tuyau où la vue resserrée ne rencontre que des rocs et la verdure
des arbres, sans pouvoir pénétrer jusqu'à l'extrémité, vers la brèche.
Quand on vient de _Frederick-town_, l'on ne voit pas non plus la riche
perspective dont les notes de M. Jefferson font mention; sur
l'observation que je lui en fis peu de jours après, il m'expliqua qu'il
tenait sa description d'un ingénieur français qui, pendant la guerre de
l'indépendance, s'était porté sur le haut de la montagne; et je conçois
qu'à cette élévation la perspective doit être aussi imposante que le
comporte un pays sauvage dont l'horizon n'a pas d'obstacles.

Plus j'ai considéré ce local et ses circonstances, plus je me suis
persuadé que jadis le sillon de _Blue-ridge_, dans son intégrité,
fermait absolument tout passage au Potômac, et qu'alors toutes les eaux
du cours supérieur de ce fleuve privées d'issue, et accumulées au sein
des montagnes, formaient plusieurs lacs considérables. Les nombreuses
chaînes transverses qui se succèdent depuis le fort Cumberland n'ont pu
manquer d'en établir à l'ouest de _North-mountain_. D'autre part, toute
la vallée de Shenandoa et de Conegocheague dut n'en former qu'un seul
depuis _Staunton_ jusqu'à _Chambersburg_; et parce que le niveau des
collines, même d'où ces deux rivières tirent leurs sources, est de
beaucoup inférieur aux chaînes _Blue-ridge_ et _North-mountain_, il est
évident que ce lac dut n'avoir d'abord pour limites que la ligne
générale du sommet de ces deux grands sillons; en sorte qu'aux premières
époques il dut s'étendre et s'appuyer comme eux jusqu'au grand arc de
l'Alleghany vers le sud. Alors les deux branches supérieures du fleuve
_James_, également barrées par Blue-ridge, devaient l'augmenter de
toutes leurs eaux; tandis que, vers le nord, le niveau général du lac ne
trouvant point d'obstacles, dut se prolonger entre Blue-ridge et le
sillon de Kittatini, non-seulement jusqu'à la Susquehannah et au
Schuylkill, mais encore par-delà le Schuylkill et même la Delaware.
Alors tout le pays inférieur, celui qui sépare Blue-ridge de la mer,
n'avait que de moindres rivières fournies par les pentes orientales de
Blue-ridge, et par le trop plein du grand lac, versé du haut de ses
sommets. Par suite de cet état les rivières devaient y être moindres,
le sol généralement plus plat; le sillon de granit talkeux ou isinglass,
devait arrêter les eaux et former des lagunes marécageuses. La mer
devait venir jusqu'à son voisinage, et y occasioner d'autres marais de
l'espèce de _Dismal Swamp_, près de Norfolk; et si le lecteur se
rappelle la couche de _vase noire_ mêlée de roseaux et d'arbres que la
sonde trouve partout enfouie sous la côte, il y verra la preuve de toute
cette hypothèse. Avec le secours des tremblements de terre
très-fréquents sur toute la côte atlantique, ainsi que je l'expliquerai,
les eaux, qui ne cessèrent d'attaquer et de miner les sommets qui leur
servaient de digues, s'y formèrent des issues; du moment que des volumes
plus considérables purent s'échapper, les brèches s'accrurent davantage
et plus rapidement; et l'action puissante des cascades, démolissant le
sillon du haut en bas, finit par livrer passage à la plus forte masse du
lac: cette opération a dû être d'autant plus facile, que _Blue-ridge_,
en général, n'est pas une masse homogène cristallisée par de vastes
bancs, mais un amas de blocs séparés, plus ou moins gros, entremêlés
d'une terre végétale qui se délaie facilement: c'est une véritable digue
maçonnée de terre grasse; et, comme ses pentes sont très-escarpées, il
arrive fréquemment que les dégels et les grandes pluies, enlevant cette
terre, privent les blocs de leur appui, et alors la chute d'une ou de
plusieurs masses y cause des éboulements et des espèces d'_avalanches
de pierres_ très-considérables, et qui durent pendant plusieurs heures;
par cette circonstance les cascades du lac dûrent exercer cette action
d'autant plus rapide et plus efficace. Leurs premières tentatives ont
laissé des traces dans ces _gaps_ ou _cols_ qui, d'espace en espace,
font des dentelures à la ligne des sommets; l'on voit clairement sur les
lieux que ce furent de premiers _versoirs_ du _trop-plein_, abandonnés
ensuite pour d'autres versoirs qui se démolirent plus aisément. L'on
conçoit que l'écoulement des lacs dut changer tout le système du pays
inférieur: alors furent roulées toutes ces terres de seconde formation
qui composent la plaine actuelle. Le banc d'Isinglass, forcé par des
débordements plus fréquents et plus volumineux, creva sur plusieurs
points, et ses marécages, mis à sec, écoulèrent leurs vases et les
joignirent à ces vases noires du littoral, qu'aujourd'hui nous trouvons
enfouies sous les terres d'alluvions, apportées depuis par les fleuves
agrandis.

Dans la vallée entre Blue-ridge et North-mountain, les changements
furent relatifs à la manière dont se fit l'écoulement. Plusieurs
brèches, ayant à la fois ou successivement livré passage aux cours
d'eaux appelés maintenant James, Potômac, Susquehannah, Schuylkill,
Delaware, leur lac général et commun se partagea en autant de lacs
particuliers séparés par les ondulations de terrain qui excédèrent
leurs niveaux; chacun de ces lacs eut son versoir particulier, jusqu'à
ce qu'enfin ce versoir se trouvant miné au plus bas niveau, les terres
furent totalement découvertes. Cet événement a dû être plus ancien pour
les rivières James, Susquehannah et Delaware, parce que leurs bassins
sont plus élevés. Il a dû arriver plus récemment au fleuve Potômac, par
la raison inverse que son bassin est le plus profond de tous: il serait
à désirer que quelque jour le gouvernement des États-Unis, ou quelque
société savante du pays voulût charger d'habiles ingénieurs de faire des
recherches sur cet intéressant sujet; il en résulterait infailliblement,
à l'appui de ce que je viens de dire, des preuves de détail et des vues
nouvelles du plus grand avantage pour la connaissance des révolutions
qu'a subies notre globe.

Je ne puis déterminer jusqu'où la Delaware étendit alors, vers l'orient,
le reflux de ses eaux. Il paraît que son bassin fut borné par le sillon
qui côtoie sa rive gauche, et qui est le prolongement apparent de
Blue-ridge et de North-mountain. Il est probable que son bassin a
toujours été séparé de celui de l'Hudson, comme il est certain que
l'Hudson en a eu un particulier dont la limite et la digue furent
au-dessus de West-Point, à l'endroit appelé _Highs-lands_
(_Terres-hautes_). Pour tout spectateur de ce local, il semble
incontestable que le chaînon transverse qui porte ce nom a autrefois
barré le fleuve et contenu ses eaux à une hauteur considérable; et
lorsque j'observe que la marée remonte jusqu'à 10 milles au-delà
d'Albany, ce niveau si bas dans une si grande étendue, comparé à
l'élévation des montagnes qui enveloppent ce bassin, me fait penser que
le lac dut se prolonger jusqu'aux rapides du fort Édouard, peut-être
même communiquer avec les lacs George et Champlain, et dans cet état
rendre insensible la chute de la Mohawk (le Cohoes) dont il dépassait le
niveau: cette chute ne put se former qu'après l'écoulement du lac par la
brèche de _West-point_: et l'existence de ce lac, en expliquant les
traces d'alluvions, de coquilles pétrifiées, de bancs de schistes et
d'argiles cités par le docteur Mitchill, prouve la justesse des
inductions de cet observateur judicieux sur la présence stationnaire
d'anciennes eaux.

Ce sont aussi ces lacs anciens, maintenant à sec par la rupture de leurs
digues, qui expliquent les banquettes correspondantes à 1 ou 2 étages,
que l'on observe sur les rives de la plupart des rivières d'Amériques;
elles sont surtout remarquables dans celles du pays d'Ouest, telles que
la Tennessee, la Kentucky, le Mississipi, le Kanhawa et l'Ohio: je vais
développer ce fait par la figure du lit de ce dernier fleuve, à
l'endroit appelé _Cincinnati_, ou fort _Washington_, quartier-général de
_Northwest-territory_.

_aa_ est le du lit fleuve dans les plus basses eaux, tel que je l'ai vu
au mois d'août 1796.

_bb_ est son écore, presque verticale, formée de couches de gravier, de
sable et de terreau, et minée par les grandes eaux de chaque printemps;
cette écore a presque 50 pieds de hauteur.

_cc_ est une première banquette large de 400 pas ou 900 pieds, aussi
formée de gravier et de cailloux roulés: les hautes crues arrivent sur
cette banquette, et lavent de plus en plus le gravier et les
cailloux[57].

_dd_ est un talus à rampe douce d'environ 30 pieds de hauteur, composé
de diverses couches de gravier et de terreau pleins de coquilles
fossiles et de substances fluviatiles que l'on observe également dans
l'écore: les hautes eaux ne dépassent jamais ce talus.

_ee_ est une seconde banquette qui s'étend jusqu'au pied des collines
latérales, et sur laquelle est assise la ville récente de
Cincinnati[58]: telle est la rive droite du fleuve.

Sa rive gauche répète à l'opposite les mêmes banquettes, les mêmes
talus, par niveaux correspondants: en d'autres endroits ces banquettes
ne se montrent que d'un côté; mais alors la rive opposée est tantôt une
côte escarpée sur laquelle le fleuve n'a pu marquer de traces fixes,
tantôt une plaine si large, que l'œil ne va pas chercher au pied des
collines lointaines les traces qu'il y trouverait.

Lorsque l'on examine la disposition de ces banquettes, de leurs couches,
de leurs talus, et la nature de leurs substances, l'on demeure convaincu
que même la partie la plus élevée de la plaine, celle qui s'étend de la
ville aux collines, a été le siége des eaux, et même le lit primitif du
fleuve, qui paraît en avoir eu 3 à des époques différentes.

La première de ces époques fut le temps où les sillons transverses des
collines, encore entiers, comme je l'ai expliqué plus haut, barrèrent le
fleuve, et, lui servant de digues, tinrent ses eaux au niveau de leurs
sommets. Alors tout le pays soumis à ce niveau était un grand lac ou
marécage d'eaux stagnantes. Par le laps des temps, et par l'effet annuel
et périodique des fontes de neiges et de leurs débordements, les eaux
rongèrent quelques endroits faibles de la digue: l'une des brèches
ayant cédé au courant, tout l'effort des eaux s'y rassembla, la creusa
plus profondément, et abaissa ainsi le niveau du lac de plusieurs
mètres. Cette première opération dégagea la plaine ou banquette
supérieure _ee_, et les eaux du fleuve, encore _lac_, eurent pour lit la
banquette _cc_, et pour rivage le talus _dd_.

Le temps où les eaux demeurèrent dans ce lit fut la seconde époque.

La troisième eut lieu lorsque la cascade ayant encore été surbaissée par
le courant plus concentré et plus actif, le fleuve se creusa un lit plus
étroit et plus profond, qui est l'actuel, et laissa la banquette _cc_
habituellement à sec.

Il est probable que l'Ohio a été barré en plus d'un endroit, depuis
Pittsburg jusqu'aux rapides de Louisville: lorsque je le descendis
depuis le Kanhawa, n'étant pas prévenu de ces idées qu'un ensemble
postérieur de faits m'a suggérées, je ne dirigeai pas une attention
spéciale sur les chaînons transverses que je rencontrai; mais je me suis
rappelé en avoir remarqué plusieurs assez considérables,
particulièrement vers Gallipolis et jusqu'au Sciotah, très-capables de
remplir cet objet; ce ne fut qu'à mon retour de Poste-Vincennes sur
Wabash, que je fus frappé de la disposition d'un chaînon situé
au-dessous de _Silver-creek_[59], à environ 5 milles des _rapides_
d'Ohio: ce sillon, désigné vaguement par les voyageurs canadiens, sous
le nom des _côtes_, traverse du nord au sud le bassin de l'Ohio: il a
forcé le fleuve de changer sa direction d'est vers ouest, pour aller
chercher une issue qu'en effet il trouve au confluent de _Salt-river_;
et même l'on dirait qu'il a eu besoin des eaux abondantes et rapides de
cette rivière, et de ses nombreux affluents pour percer la digue qui le
barrait. La pente assez rapide de ces _côtes_, quoique par un sentier
commode, exige environ un quart d'heure pour être descendue; et par
comparaison à d'autres élévations, elle m'a paru donner une élévation
perpendiculaire d'environ 400 pieds. Le sommet est trop couvert de bois
pour que l'on puisse voir le cours latéral de la chaîne; mais l'on
aperçoit qu'elle se prolonge fort loin au nord et au sud, et qu'elle
ferme le bassin d'Ohio dans toute sa largeur. Vu du sommet, ce bassin
présente tellement l'aspect et les apparences d'un lac que l'idée de son
ancienne existence, déja préparée par tous les faits que j'ai exposés,
prit pour moi tous les caractères de la probabilité et de la
vraisemblance: d'autres circonstances locales viennent à l'appui de
cette vraisemblance; car j'ai remarqué que depuis ce chaînon jusqu'au
delà de _White-river_ (la rivière blanche), à huit milles de
Poste-Vincennes, le pays est entrecoupé d'une foule de sillons souvent
élevés et rapides, qui rendent la route âpre et pénible: ils sont tels,
surtout après Blue-river et sur les deux rives de White-river; ils
tiennent partout une direction qui les fait tomber sur l'Ohio en sens
transverse. D'autre part, j'ai su à Louisville que la rive Kentukoise ou
méridionale de ce fleuve qui leur correspond, avait des sillons
semblables; en sorte que dans cette partie, il existe un faisceau de
chaînons propres à opposer aux eaux de puissants obstacles. Ce n'est que
plus bas sur le fleuve, que le pays devient plat, et que commencent les
immenses savanes de Wabash et de _Green-river_, qui s'étendant jusqu'au
Mississipi, excluent de ce côté l'idée de toute autre digue[60].

Un autre fait général favorise encore mon hypothèse. L'on remarque en
Kentucky comme une bizarrerie, que toutes les rivières de ce pays
coulent plus lentement près de leurs sources, et plus rapidement près de
leur embouchure; ce qui en effet est l'inverse de la plupart des
rivières des autres pays; d'où il faut conclure que le lit supérieur des
rivières de Kentucky est un pays plat, et que leur lit inférieur aux
approches de la vallée d'Ohio est une rampe déclive. Or, ceci coïncide
parfaitement à mon idée d'un ancien lac; car, à l'époque où ce lac
occupa jusqu'au pied des Alleghany, son fond, surtout vers ses bords,
dut être assez uni et plane, aucun travail des eaux n'en déchirant la
superficie; mais lorsque la digue qui retenait cette masse d'eaux
paisibles se fut abaissée, le sol découvert commença d'être sillonné par
les écoulements; et lorsqu'enfin le courant concentré dans la vallée
d'Ohio démolit plus rapidement sa chaussée, alors les terres de cette
vallée, brusquement enlevées, laissèrent comme un vaste fossé, dont les
escarpements sollicitèrent toutes les eaux de la plaine d'arriver plus
vite, et de là ce cours, qui malgré leurs travaux subséquents, s'est
conservé plus rapide jusqu'à ce jour.

Admettant donc que l'Ohio ait été barré, soit par le chaînon de
Silver-creek, soit par tout autre contigu, il dut en résulter un lac
d'une très-vaste étendue: car depuis Pittsburg, la pente du terrain est
si douce que le fleuve en eaux basses ne court pas 2 milles à l'heure:
ce que l'on estime donner une pente d'environ 12 pouces par lieue; or
la distance de Pittsburg aux rapides de Louisville, en suivant les
détours du fleuve, ne s'évalue pas actuellement à 590 milles, que l'on
peut réduire à environ 180 lieues[61].

Il en résulte par aperçu une différence de niveau d'environ 180, ou si
l'on veut, 200 pieds: à défaut de mesures précises pour la hauteur du
sillon _des côtes_, supposons-lui-en 200: il sera encore vrai qu'une
telle digue a pu contenir les eaux, et les refouler jusque vers
Pittsburg: et le lecteur trouvera une telle hypothèse encore plus
probable, quand il se rappellera ce que j'ai déja dit (pag. 26), _que
tout l'espace compris entre l'Ohio et le lac Érié, est un grand plateau
d'un niveau presque insensible_: assertion qui se démontre par plusieurs
faits hydrauliques incontestables.

1º L'Ohio dans ses débordements annuels, même avant de sortir de son lit
sur la première banquette, c'est-à-dire avant d'atteindre à 50 pieds de
son fond, refoule le grand Miami jusqu'à _Grenville_, lieu situé à 72
milles au nord dans les terres; il y a causé stagnation, et même
inondation, ainsi que me l'assurèrent les officiers que je trouvai à ce
poste, quartier-général de l'expédition du général Wayne en 1794.

2º Dans les inondations du printemps, la branche nord du grand Miami se
confond avec la branche sud du Miami du lac Érié (ou rivière
Sainte-Marie)[62]: alors le _portage_[63] d'une lieue qui sépare leurs
têtes, disparaît sous l'eau, et l'on passe en canot du fort _Loremier_ à
_Guertys-town_, c'est-à-dire, d'un affluent d'Ohio dans un affluent
d'Érié, comme je l'ai vu sur les lieux, en 1796.

3º A ce même lieu de _Loremier_, vient aboutir une branche orientale de
la Wabash, qu'un simple fossé joindrait aux deux rivières précédentes;
et cette même Wabash par une branche nord, communique au-dessus du fort
_Wayne_, toujours dans la saison des grandes eaux, au Miami du lac Érié.

4º Pendant l'hiver de 1792 à 1793, deux pirogues furent expédiées du
fort Détroit sur le Saint-Laurent, par une maison de commerce, de qui je
tiens le fait, et elles passèrent immédiatement et sans portage de la
rivière _Huron_, qui verse au lac Érié, dans la rivière _Grande_, qui
verse au lac Michigan, par les eaux débordées des têtes de ces deux
rivières.

5º La rivière Moskingom, qui coule dans l'Ohio, communique également par
ses sources et par de petits lacs aux eaux de la rivière _Cayahoga_, qui
verse dans l'Érié.

De tous ces faits, il résulte que le sol dominant du plateau entre
l'Érié et l'Ohio, ne saurait excéder de plus de 100 pieds le niveau de
la première banquette de ce fleuve, ni de plus de 70 celui de la
seconde, qui est la surface générale du pays: par conséquent une digue
de 200 pieds seulement, placée à Silver-creek, a suffit non-seulement à
refouler les eaux jusqu'au lac Érié, mais encore à les étendre depuis
les dernières rampes de l'Alleghany jusqu'au nord du lac supérieur.

Au reste, quelque élévation que l'on admette à cette digue naturelle,
soit même que l'on suppose en divers lieux plusieurs digues qui
auraient versé successivement les unes sur les autres, l'existence
d'eaux sédentaires dans cette contrée de l'_Ouest_, et de lacs anciens
tels que je les ai démontrés entre Blue-ridge et North-mountain, n'en
est pas moins un fait incontestable pour tout observateur du terrain; et
ce fait explique, d'une manière satisfaisante et simple, une foule
d'accidents locaux qui, par contre-coup, lui servent de preuve: par
exemple, ces anciens lacs expliquent pourquoi dans la totalité du bassin
d'Ohio, les terres sont toujours nivelées par couches horizontales;
pourquoi ces couches descendent par ordre graduel de pesanteur
spécifique; pourquoi l'on trouve en divers lieux des débris d'arbres, de
roseaux, de plantes et même d'animaux, tels que les ossements des
_mâmouts_ entassés entre autres au lieu appelé _Bigbones_, 36 milles
au-dessus de l'embouchure de la rivière Kentucky, et qui n'ont pu être
ainsi rassemblés que par l'action des eaux: enfin ils donnent une
solution aussi heureuse que naturelle de la formation des couches de
charbon fossile qui se trouvent de préférence dans certains cantons et
dans certaines situations du pays.

En effet, d'après les fouilles que l'industrie des habitants multiplie
depuis 20 ans, il paraît que c'est spécialement au-dessus de Pittsburg,
dans l'espace compris entre le chaînon de _Laurel_ et les hautes
branches des rivières _Alleghany_ et _Monongahéla_, qu'il existe une
couche presque universelle de charbon de terre à la profondeur moyenne
de 12 à 16 pieds: cette couche est appuyée sur le banc horizontal de
pierres calcaires, et recouverte de couches de schistes et d'ardoises;
elle ondule avec le banc et avec ces couches sur les coteaux et dans les
vallons; elle est plus épaisse dans ceux-ci, plus mince sur ceux-là, et
en général elle a 6 à 7 pieds d'épaisseur: par sa situation
topographique, l'on voit qu'elle affecte le bassin inférieur des 2
rivières dont j'ai parlé, et de leurs affluentes, _Yohogany_ et
_Kiskéménitas_, qui versent toutes par un terrain assez plane dans
l'Ohio sous Pittsbourg: or, dans l'hypothèse du _grand lac_ dont j'ai
parlé, cette partie se serait trouvée primitivement être la queue de ce
lac, et le point des eaux mortes causées par son refoulement: il est
reconnu par les naturalistes que les charbons fossiles ne sont que des
amas d'arbres entraînés, puis recouverts de terres par les rivières et
les torrents: ces amas ne se font point dans le courant, mais dans les
lieux de remous où ils sont abandonnés à leur propre poids: ce mécanisme
se montre encore aujourd'hui dans beaucoup de rivières des États-Unis,
mais surtout dans le Mississipi qui, comme je l'ai dit, entraîne
annuellement une immense quantité d'arbres: quelques portions de ces
arbres se déposent dans les anses ou baies de ses rivages où les eaux
tournoient et reposent; mais la plus grande masse arrive aux bords de
la mer; et parce que là il y a équilibre entre le cours du fleuve et les
marées de l'océan, les arbres, s'y fixent par un mouvement stationnaire,
et ils y sont enfouis par la double action du reflux de la mer et du
courant du fleuve, sous les vases et les sables. De même, dans les temps
anciens, les rivières qui versent des Alleghanys et du chaînon de
_Laurel_ dans le bassin d'Ohio, trouvant vers Pittsburg les eaux mortes
et la queue du grand lac, y déposèrent les arbres que chaque année elles
entraînent encore par milliers dans les fontes de neiges et les grands
dégels du printemps; ces arbres y furent entassés par couches nivelées
comme le liquide qui les portait: et parce que la digue du lac se
surbaissa successivement, ainsi que je l'ai expliqué, sa queue descendit
aussi de proche en proche; et par ce mécanisme le local des dépôts se
prolongeant à sa suite, forma cette vaste nappe qui, par le laps des
temps postérieurs, s'est recouverte de terre, de graviers, et a pris
l'état que nous lui voyons. Si nous pouvions connaître la durée
nécessaire à convertir en charbon fossile les arbres enfouis avec de
telles circonstances, ces opérations de la nature deviendraient pour
nous des échelles chronologiques d'une autorité bien différente de celle
des chronologies rêvées par des visionnaires chez des peuples barbares
et superstitieux.

Les charbons fossiles se retrouvent en plusieurs autres lieux des
États-Unis, et toujours dans des circonstances, analogues à celles que
je viens d'exposer.

Évans parle d'une mine située près du _Moskingom_, vis-à-vis de
l'embouchure du ruisseau _Laminski-cola_, laquelle prit feu en 1748, et
brûla pendant une année entière. Cette mine appartient au même système
dont je viens de parler, et les grandes rivières qui versent dans
l'Ohio, doivent presque toutes avoir des dépôts de ce genre dans leurs
parties plates et dans leurs cantons de remous.

La branche supérieure du Potômac, au-dessus et à la gauche du fort
Cumberland, est devenue célèbre depuis quelques années pour des couches
de charbon fossile disposées en dunes sur ses rives, de telle manière
que les bateaux se mettent au pied de la berge et font un chargement
immédiat: or ce local porte toutes les apparences d'un lac qui aurait
été formé par un ou plusieurs des nombreux sillons transverses qui
barrent le Potômac au-dessus et au-dessous du fort Cumberland.

En Virginie, le lit du fleuve James, dix milles au-dessus des rapides de
_Richmond_, s'appuie sur une couche de charbon fossile
très-considérable: aux deux ou trois endroits où on l'a fouillé sur sa
rive gauche, l'on a trouvé, sous environ 120 pieds anglais d'argile
rouge, un banc de charbon d'environ 24 pieds d'épaisseur assis sur un
banc de granit incliné: il est évident que les rapides qui se trouvent
plus bas et qui font encore obstacle au fleuve, l'ont autrefois
totalement barré; alors il y eut dans ce local une eau stagnante, et
très-probablement un lac; le lecteur observera que partout où il y a
_rapide_, il y a stagnation dans la nappe d'eau qui le précède, comme il
arrive aux vannes des moulins: les arbres durent donc s'entasser dans ce
lieu: lorsque le fleuve eut creusé sa brèche et abaissé son niveau, les
crues de chaque année y vinrent déposer cette argile rouge que l'on y
trouve; et elle y décèle avec évidence une origine étrangère, en ce que
cette qualité de terre appartient au cours supérieur du fleuve, et
spécialement au sillon dit de _sud-ouest_.

Il serait néanmoins possible que l'on citât ou que l'on découvrît _sur
la côte atlantique_ des veines ou des mines de charbon fossile qui se
refusassent à cette théorie; mais un ou plusieurs exemples ne
suffiraient pas à la renverser, parce que toute la côte atlantique,
c'est-à-dire tout le pays situé entre l'Océan et l'Alleghany, depuis
l'embouchure du Saint-Laurent jusqu'aux Antilles, a été bouleversé par
des tremblements de terre dont les traces se rencontrent partout, et ces
tremblements ont altéré et presque détruit, dans toute cette étendue,
l'ordre horizontal régulier des couches de terres et des bancs de
pierres qui les supportaient.

Désormais j'ai assez développé l'état et les circonstances du sol des
États-Unis: il me reste à dire un mot sur l'une des singularités
physiques les plus remarquables de cette contrée, celle-même qui la
caractérise le plus particulièrement, puisque le reste du globe n'a pas
encore offert son pendant; je veux parler de la chute du fleuve
Saint-Laurent à Niagara.



CHAPITRE VI.

De la chute de Niagara et de quelques autres chutes remarquables.


Quelques voyages publiés récemment[64] ont déja donné sur la chute de
Niagara des détails propres à faire connaître ce phénomène gigantesque;
mais parce qu'ils me paraissent s'être attachés à en décrire plutôt
l'imposant spectacle que les circonstances topographiques, dont
néanmoins il n'est que l'effet, je crois devoir m'occuper spécialement
de cette dernière partie, qui a son genre d'intérêt.

C'est un incident réellement étrange en géographie, qu'un fleuve de 700
mètres de largeur (c'est-à-dire la longueur du jardin des Tuileries),
sur une profondeur moyenne de 15 pieds de courant, à qui tout-à-coup
manque le sol de la plaine où il serpente, et qui, d'un seul jet,
précipite toute sa masse de 144 pieds de hauteur, dans un terrain
inférieur ou il poursuit son cours, sans que d'ailleurs l'œil du
spectateur aperçoive aucune montagne qui ait gêné ou barré sa route.
L'on n'imagine point par quelle localité singulière la nature a disposé
et nécessité cette scène prodigieuse; et quand on l'a reconnu, l'on
demeure presque aussi surpris de la simplicité des moyens, que de la
grandeur du résultat.

Pour que le lecteur saisisse facilement l'ensemble de ce tableau, il
doit d'abord se rappeler que tout le pays compris entre le lac d'Érié et
l'Ohio, est un vaste plateau d'un niveau supérieur à presque tout ce
continent, comme il est prouvé par les sources des différents fleuves
qui en découlent, les uns au golfe du Mexique, les autres à la mer du
Nord et à l'océan Atlantique. Du côté de l'ouest et du nord-ouest, ce
plateau vient sans interruption des Savanes situées par-delà le
Mississipi et les lacs auxquels il sert d'appui; du côté du sud et de
l'est, il se joint aux rampes des Alleghanys; mais du côté du nord,
lorsqu'il a dépassé le lac Érié, environ 6 à 7 milles avant le lac
Ontario, le terrain subit tout-à-coup une forte dépression, et, par une
pente brusque, il verse dans une autre plaine d'un niveau inférieur de
plus de 230 pieds, dans laquelle s'assied le lac Ontario. Lorsqu'on
vient du côté de ce lac, on saisit facilement cette disposition de
terrain; de très-loin sur la nappe d'eau douce, l'on aperçoit devant soi
comme un haut rempart, dont l'escarpement garni de forêts, semble devoir
interdire tout passage ultérieur: l'on entre dans le Saint-Laurent, que
l'on remonte jusqu'au village de Queens-town, et bientôt l'on aperçoit
sur la gauche une gorge étroite et profonde, d'où sort le fleuve assez
rapide, mais calme: la cascade reste encore une énigme: cet escarpement
vient de _Toronto_, ou même de plus loin, et côtoyant la rive nord du
lac Ontario à la distance variable d'un et deux milles, il tourne par
une courbe à l'est, sur la rive méridionale du lac, traverse le
Saint-Laurent à 7 milles de son embouchure, la rivière _Génésee_ à huit
de la sienne, puis se recourbe encore vers le sud, et par une ligne
distante de 5 à 6 milles ouest du lac Seneca, où je reconnus sa
rampe[65], il va se rejoindre, presque de plain-pied, aux rameaux des
Alleghanys, d'où ce lac tire ses principales eaux.

L'on peut même dire, que presque de niveau dans cette partie avec ces
montagnes, le plateau se prolonge avec elles jusqu'au fleuve _Hudson_,
où il se termine comme à Niagara par une rampe également haute et
rapide; ce qui présente un autre incident également remarquable en
géographie, d'un terrain où la marée pénètre à plus de 166 milles
précisément au pied d'un autre où viennent prendre leurs sources des
rivières, telles que la Delaware, dont le cours en a plus de quatre
cents.

L'artifice du local de Niagara est plus difficile à saisir pour ceux qui
viennent du côté du lac _Érié_, ainsi qu'il m'arriva le 24 octobre 1796.
Depuis ce lac, et même voguant sur ses eaux, l'on n'a en vue aucune
montagne, excepté par le travers de Presqu'île, où l'on découvre
quelques têtes basses et lointaines dans le nord-ouest de la
Pensylvanie. Le pays où coule le Saint-Laurent ne présente qu'une vaste
plaine couverte de forêts; et le cours du fleuve, qui _file_ à peine 3
milles à l'heure, n'indique point encore l'accident qui l'attend plus
bas. Ce n'est que vers l'embouchure du ruisseau _Chipéwas_, six lieues
au-dessous du lac Érié, que l'eau devenant plus rapide, avertit les
rameurs de serrer le rivage et de prendre port au village situé à cet
endroit: là, le fleuve déploie une nappe d'eau d'environ 350 toises de
large, de toutes parts bordée de futaies. L'on n'est plus qu'à 2000
toises (2 milles et demi) de la cascade: l'on entend un bruit sourd et
lointain, comme des vagues de la mer; et ce bruit est plus ou moins
grand, selon le vent régnant; mais l'œil n'aperçoit encore rien. L'on
suit à pied une route sauvage tracée par des charrettes, sur la rive
gauche du fleuve, que les arbres empêchent de voir en avant. Au bout
d'un mille l'on aperçoit le fleuve tournant sur sa gauche, et
s'engageant un mille encore plus bas parmi les écueils qu'il couvre
d'écume.... Par-delà ces brisants, l'on voit sortir d'un enfoncement
dans la forêt un nuage de vapeurs.... et plus aucune trace de fleuve: le
bruit est bien plus violent, mais l'on ne voit point encore la chute:
l'on continue de marcher sur le rivage, qui d'abord n'excédait que de 10
à 12 pieds la surface de l'eau, mais qui bientôt s'approfondit à 20, à
30 et 50, et indique, par cette pente, l'accélération du courant. Alors
quelques ravins obligent de faire encore sur la gauche un détour qui
écarte du fleuve: pour y revenir, il faut traverser les terrains d'une
ferme déja établie, et enfin, se dégageant des arbres et des
broussailles, l'on arrive sur le flanc de la cataracte[66]: c'est là
qu'on voit le fleuve se précipiter tout entier dans un ravin ou canal
creusé par lui-même, d'environ 66 mètres (200 pieds) perpendiculaires de
profondeur sur une largeur d'environ 400 mètres (1200 pieds). Il y est
encaissé comme entre deux murailles de rochers dont les parois sont
tapissées de cèdres, de sapins, de hêtres, de chênes, de bouleaux, etc.
Ordinairement les voyageurs contemplent la chute de ce local, où un roc
proéminent domine sur l'abîme: quelques voyageurs de la société dont je
faisais partie lui donnèrent en effet la préférence; d'autres, auxquels
je me joignis, informés que l'on pouvait descendre 5 à 600 toises plus
bas, au fond du ravin, par les échelles du gouverneur _Simcoe_,
pensèrent que l'on y jouirait mieux de toute la grandeur du spectacle,
les objets de ce genre produisant plus d'effet lorsqu'ils sont vus de
bas en haut. Nous descendîmes, non sans difficulté, par ces échelles qui
ne sont que des troncs d'arbres entaillés et fixés contre la paroi du
précipice: parvenus au fond, nous pûmes remonter vers la chute par une
rive de roches écroulées et de sables déposés, où nous trouvâmes des
cadavres de daims et de sangliers que la cataracte avait entraînés
lorsqu'ils voulaient passer à la nage au-dessus d'elle. Le courant près
de nous était très-rapide sur un lit de rocs, mais il n'offrait aucun
danger. Sur notre gauche, en avant, était une portion de la chute
d'environ 200 pieds de large: une petite île la sépare de la grande
cataracte. Au delà, en avant et en face du spectateur, celle-ci forme un
_fer-à-cheval_ d'environ 1200 pieds de développement, masqué sur la
droite par les rocs saillants du flanc du ravin. A plus de 300 toises de
distance, la pluie causée par les rejaillissements de l'eau qui se
précipite et se relève en colonnes était déja si forte, que nous en
étions pénétrés. Convalescent d'une fièvre maligne que j'avais essuyée
au fort _Détroit_, je n'eus ni la force ni le désir d'aller plus avant:
quelques-uns de mes compagnons entreprirent de pénétrer jusqu'à la
cascade; mais ils furent bientôt rebutés par des obstacles supérieurs à
l'idée qu'ils s'en étaient faite: un voyageur anglais, avec qui je
traversai le lac Érié, avait été plus-heureux que nous deux mois
auparavant. Dirigé par d'excellents guides, et disposant de moyens et de
temps que nous n'avions pas, il pénétra aussi loin qu'il est possible
sans y périr; et pour satisfaire la juste curiosité du lecteur, je vais
extraire la description qu'il en a faite dans l'ouvrage intitulé:
_Voyage au Canada_, et qui a été traduit en français[67].

«En arrivant au pied des échelles de _Simcoe_ au fond du ravin, l'on se
trouve au milieu d'un amas de rochers et de terres détachées du flanc du
coteau. On voit ce flanc garni de sapins et de cèdres suspendus sur la
tête du voyageur, et comme menaçant de l'écraser: plusieurs de ces
arbres ont la tête en bas et ne tiennent au coteau que par leurs
racines. La rivière, en cet endroit, n'a qu'un quart de mille de largeur
(un peu plus de 200 toises) et sur la rive opposée[68] l'on a une
très-belle vue de la petite cataracte. Celle du fer-à-cheval est à
moitié cachée par le coteau.

«Nous suivîmes la rivière jusqu'à la grande cataracte: nous marchâmes
une bonne partie du chemin sur une couche horizontale de pierres à chaux
couverte de sable, excepté en quelques endroits où il fallut gravir des
amas de rochers détachés du coteau.... Ici, l'on trouve beaucoup de
poissons, d'écureuils, de renards et d'autres animaux qui, surpris
au-dessus des cataractes par le courant qu'ils voulaient passer à la
nage, ont été précipités dans le gouffre et jetés sur cette rive; l'on
voit également des arbres et des planches que le courant a détachés des
moulins à scier: le bois ainsi que les carcasses des animaux, et
particulièrement les gros poissons, paraissent avoir beaucoup soufferts
par les chocs violents qu'ils ont éprouvés dans le gouffre. L'odeur
putride de ces corps répandus sur le rivage, attire une foule d'oiseaux
de proie qui planent habituellement sur ces lieux... Plus on approche de
la chute, plus la route devient difficile et raboteuse: en quelques
endroits où des parties du coteau se sont écroulées, d'énormes amas de
terre, d'arbres et de rochers qui s'étendent jusqu'au bord de l'eau
s'opposent à la marche, présentent une barrière qui paraît impénétrable,
et qui le serait en effet, si l'on n'avait un bon guide pour les
franchir. Il faut, après être parvenu avec beaucoup de peine jusqu'à
leur sommet, traverser en rampant sur les mains et sur les genoux, de
longs passages obscurs formés par des vides entre les crevasses des
rochers et des arbres; et lorsque l'on a franchi ces amas de terres et
d'arbres, il faut encore gravir les uns après les autres les rochers qui
sont le long du coteau; car ici la rivière ne laisse qu'un très-petit
espace libre, et ces rochers sont si glissants, à cause de l'humidité
qu'y entretiennent les vapeurs ou plutôt la pluie de la cataracte, que
ce n'est qu'en prenant les plus grandes précautions que l'on peut se
préserver de la plus terrible de toutes les chutes. Nous avions encore
un quart de mille à faire pour arriver au pied de la chute, et nous
étions aussi mouillés par ses vapeurs que si nous avions été trempés
dans la rivière.

«Arrivé là, aucun obstacle n'empêche d'approcher jusqu'au pied de la
chute. On peut même avancer derrière cette prodigieuse nappe d'eau,
parce que, outre que le rocher du haut duquel elle se précipite a une
forte saillie, la chaleur[69] occasionée par le violent bouillonnement
des eaux, a causé, dans la partie inférieure du roc, des cavernes
profondes qui s'étendent au loin sous le lit de la cataracte. En
entendant le bruit sourd et mugissant qu'elles occasionent, Charlevoix a
eu le mérite de deviner l'existence de ces cavernes[70]. Je m'avançai de
5 ou 6 pas derrière la nappe d'eau, afin de jeter un coup-d'œil dans
l'intérieur de ces cavernes; mais je faillis d'être suffoqué par un
tourbillon de vent qui règne constamment et avec furie au pied de la
chute, et qui est causé par les chocs violents de cette prodigieuse
masse d'eau contre les rochers. J'avoue que je ne fus pas tenté d'aller
plus avant, et aucun de mes compagnons n'essaya plus que moi de pénétrer
dans ces antres terribles, séjour menaçant d'une mort certaine. Aucune
expression ne peut donner une juste idée des sensations qu'imprime un
spectacle si imposant: tous les sens sont saisis d'effroi; le bruit
effrayant de l'eau inspire une terreur religieuse qui s'augmente encore,
lorsque l'on réfléchit qu'un souffle de ce tourbillon peut subitement
enlever de dessus le rocher glissant le faible mortel qui s'y place, et
le faire disparaître dans le gouffre affreux qu'il a sous ses pieds, et
dont aucune force humaine ne pourrait le sauver.» Tel est le récit de M.
Weld.

Il me restait à savoir comment le fleuve se dégageait du ravin où il
était captif. Je continuai ma route à pied à travers les bois, par un
sentier toujours en pente, l'espace de 6 milles: je cherchais à deviner
quelle en serait l'issue, lorsqu'enfin j'arrivai au bord de
l'escarpement dont j'ai parlé: les Canadiens appellent cet endroit le
_Platon_, au lieu du _Plateau_, et l'on dirait encore mieux la
_Plate-forme_. Ma vue, alors dégagée des arbres, découvrit tout à coup
un horizon immense; en avant, au nord, le lac Ontario semblable à une
mer; plus près de moi, une longue prairie par laquelle le Saint-Laurent
s'y rend, en formant 3 coudes; sous mes pieds, et comme au fond d'une
vallée, le petit village de Queenstown assis sur sa rive ouest, tandis
que vers ma droite, le fleuve sortait enfin comme d'une caverne, par
l'issue du ravin dont le bois me masquait le bord et l'ouverture.

Pour quiconque examine avec attention toutes les circonstances de ce
local, il devient évident que c'est ici que la chute a d'abord commencé,
et que c'est en sciant, pour ainsi dire, les bancs du rocher, que le
fleuve a creusé le ravin, et reculé d'âge en âge sa brèche jusqu'au lieu
où est maintenant la cascade. Il y continue son travail séculaire avec
une lente mais infatigable activité: les plus vieux habitants du pays,
comme l'observe M. Weld, se rappellent avoir vu la cataracte plus
avancée de plusieurs pas: un officier anglais, stationné depuis 30 ans
au fort Érié, lui cita des faits positifs, prouvant que des rochers
alors existants avaient été minés et engloutis: dans l'hiver qui suivit
mon passage (1797), les dégels et le débordement détachèrent des blocs
considérables qui gênaient l'élan de l'eau: et si, depuis que les
Européens y ont abordé la première fois, il y a plus d'un siècle et
demi, ils eussent tenu des notes précises de l'état de la chute, nous
aurions déja quelques idées de ses progrès, attestés d'ailleurs par le
raisonnement et par une foule d'indications locales que l'on rencontre à
chaque pas[71].

Pendant 5 jours que je passai chez M. Powel, juge, qui a formé son
établissement à 4 milles du _Platon_, j'eus le loisir d'aller visiter le
ravin à un endroit où se trouve une espèce de grande baie dans l'un de
ses flancs: cette baie a cela de remarquable, que les eaux y forment un
grand remous ou tournoiement dans lequel s'engagent la plupart des corps
flottants qui n'en peuvent plus sortir. L'on voit à cet endroit que le
fleuve arrêté par la dureté du rocher, a porté sa chute sur plusieurs
points, et que ce n'est qu'en les tâtant qu'il en a trouvé un plus
faible par lequel il a continué sa route.

A cet endroit le banc du rocher à fleur de terre, est calcaire ainsi
qu'à la brèche du _Platon_; et l'on a droit de le croire tel dans tout
le cours du ravin, puisque la table sur laquelle s'appuie la cataracte
l'est aussi, et de l'espèce appelée _calcaire primitif_ ou
_cristallisé_. M. le docteur Barton, qui l'a examiné avec plus de loisir
que je n'ai pu le faire, évalue son épaisseur à 16 pieds anglais; il
croit ce banc calcaire assis sur des bancs de schiste bleu qui
contiennent une forte dose de soufre[72]. J'ai trouvé beaucoup, de ces
schistes sur les bords du lac Érié, et il est probable que ce même banc
tapisse son fond et le lit du Saint-Laurent: avec les siècles, si le
fleuve poursuivant son travail, cesse de trouver la roche calcaire qui
l'arrête, et s'il rencontre des couches plus molles, il finira par
arriver au lac Érié, et alors s'opérera dans l'avenir l'un de ces grands
desséchements dont les vallées du Potômac, de l'Hudson et de l'Ohio nous
ont offert des exemples dans le passé. Ce grand incident pourrait être
aidé et hâté par des causes qui paraissent avoir joué un grand rôle dans
toute la structure de ce pays, je veux dire les volcans et les
tremblements de terre dont les traces physiques et les souvenirs
historiques se retrouvent en grand nombre sur toute la côte atlantique,
ainsi que je l'exposerai dans un instant.

La chute de Niagara est sans contredit la plus prodigieuse de toute
cette contrée; mais l'on y en compte beaucoup d'autres dignes de
l'attention des naturalistes, les unes par leur volume, les autres par
leur élévation.

  Sur le prolongement du même coteau, d'où
  tombe le Saint-Laurent, et aussi sur la rive méridionale
  du lac Ontario, la rivière Génésee subit 2
  ou 3 chutes dont la somme additionnée égale celle
  de Niagara, et prouve que l'escarpement conserve
  son niveau avec une régularité remarquable: j'ai
  dit 2 ou 3 chutes, parce que les voyageurs diffèrent
  entre eux sur ces nombres, et que n'étant pas
  témoin, je ne puis résoudre la question. M. Arrow-Smith
  n'en compte que 2, dont la plus voisine
  du lac a 75 pieds anglais de hauteur, ci        75

  et la seconde, au-dessus d'elle, 96 pieds, ci   96
                                                 ---
  ce qui fait 171 pieds anglais. Total           171
                                                 ---
  et revient à environ 157 pieds de France, ci   157

M. Pouchot, officier français en Canada, dans la guerre de 1756, compte
3 chutes[73];

  la première large de 2 arpents et haute de
  60 pieds, ci                                   60

  La seconde peu considérable

  La troisième large de 3 arp. et haute de
  100 pieds                                     100
                                                ---
                                        TOTAL   160
                                                ---

Cette somme de 160 pieds coïncide très-bien, comme l'on voit, avec les
157 de M. Arrow-Smith, dont les auteurs paraissent avoir négligé la
seconde cascade.

  Bougainville, le célèbre navigateur autour du
  monde, qui fit aussi la guerre en 1756 au Canada,
  évalue, dans son journal manuscrit qu'il m'a communiqué,
  cette seconde chute à 20 pieds: ce serait
  donc une hauteur totale d'environ 180 pieds,
  ci                                            180

  Or Niagara compte pour sa chute 144
  pieds, ci                                     144

  Plus, pour la pente des rapides qui la
  précèdent, environ 50 pieds anglais, à
  peu près 46 de France, ci                      46
                                                ----
                                       TOTAL    190^{P}[74]
                                                ----

La différence se réduit à 10 pieds, et si l'on considère que ces
élévations varient selon les époques des eaux basses et dés
débordements, l'on conviendra que des mesures prises en temps divers,
par diverses personnes, peuvent difficilement mieux cadrer.

Au-dessous de Québec, sur la rive nord du Saint-Laurent, une rivière
médiocre forme une chute célèbre sous le nom de _Montmorency_: elle a
220 pieds de hauteur sur une nappe de 46 à 50 de large, et elle présente
des effets très-pittoresques, par l'apparence blanche et neigeuse
qu'elle prend dans cette énorme chute.

Au-dessus de la même ville, sur la rive sud, est la chute d'une autre
rivière appelée la _Chaudière_; elle est moins haute de moitié que les
précédentes; mais sa largeur est de 225 à 230 pieds[75].

Une troisième chute, nommée le _Cohoes_, est celle de la Mohawk, 3
milles avant son embouchure dans le fleuve Hudson: ce nom de _Cohoes_ me
paraît un mot imitatif conservé des sauvages, et par un cas singulier,
je l'ai retrouvé dans le pays de Liége, appliqué à une petite cascade, à
trois lieues de Spa: le Cohoes de la Mohawk est évalué par les uns à 65
pieds, par d'autres à 50 seulement: la nappe d'eau a environ 800 pieds
de large: elle est brisée par beaucoup de roches.

Une quatrième chute est celle du Potômac, à Matilda, 6 milles au-dessus
de George-town: elle a environ 72 pieds de hauteur, sur 8 à 900 de
large. Le fleuve qui jusqu'alors avait coulé dans une vallée bordée de
coteaux, sauvages comme ceux du Rhône en Vivarais, tombe tout à coup
comme le Saint-Laurent, dans un profond ravin de pur roc, granit micacé,
taillé à pic sur les deux rives: il s'en dégage quelques milles plus bas
par un évasement de la vallée dans le pays inférieur.

L'on compte encore plusieurs autres chutes remarquables plutôt par leur
hauteur que par leur volume: telle est celle de _Falling-spring_, sur
l'une des hautes branches de la rivière James, venant de _Warm-spring_:
M. Jefferson, qui la cite dans ses notes sur la Virginie[76], l'évalue à
200 pieds anglais de hauteur, mais sa nappe n'a que 15 pieds de largeur.

Telle encore celle de _Paissaik_, dans le New-Jersey, haute de 66 à 70
pieds, large d'environ 110; quant à celle appelée _Saint-Antoine_, sur
le Mississipi, au-dessus de la rivière Saint-Pierre, je dirai seulement,
d'après M. Arrow-Smith, qu'elle a 29 pieds anglais, c'est-à-dire 8
mètres ⅘.

A tous ces grands accidents de la nature, notre Europe n'offre de
comparable que la chute de _Terni_ en Italie, et celle de _Lauffen_,
sous _Schaffouse_, où le Rhin se précipite, selon M. Coxe, de 70 à 80
pieds: ce voyageur observe que la nappe d'eau est brisée par de grandes
massés de rochers, et c'est, avec sa hauteur, un second motif de la
comparer à celle du Potômac. Quant à la chute de _Terni_, elle est la
plus haute de toutes, puisqu'elle a 700 pieds de hauteur; mais le volume
d'eau n'est pas très-considérable. Ce que l'on pourrait citer des autres
cascades des Alpes et des Pyrénées, ne mérite pas de mention après de si
grands objets; et maintenant que nous connaissons avec précision les
cataractes du _Nil_, jadis si vantées, et que nous savons qu'elles ne
sont réellement que des _rapides_ depuis 4 pouces jusqu'à un pied par
chaque banc de granit, en eaux basses, nous avons une preuve nouvelle de
l'esprit exagérateur des Grecs, et de leur faible instruction en
géographie et en histoire naturelle.



CHAPITRE VII.

Des tremblements de terre et des volcans.


Quoique l'Amérique du nord ne nous soit connue que depuis moins de deux
siècles, cet intervalle, si court dans les annales de la nature, a déja
suffi à nous prouver, par de nombreux exemples, que les tremblements de
terre ont dû y être fréquents et violents dans les temps passés; et
qu'ils y ont été l’agent principal des bouleversements dont la côte
atlantique offre des traces générales et frappantes. En remontant
seulement à l’an 1628 (époque de l’arrivée des premiers colons anglais),
et terminant à 1782, dans une période de 154 ans, M. Williams, à qui
nous devons des recherches curieuses sur ce sujet, a trouvé mention
authentique de plus de 45 tremblements de terre: les détails qu’il en a
consignés dans plusieurs mémoires[77], établissent en faits généraux:

«Que les tremblements de terre s’annonçaient par un bruit semblable à
celui d’un vent violent, ou d’un feu qui prend dans le tuyau d’une
cheminée: qu’ils abattaient les têtes des cheminées, quelquefois même
les maisons: qu’ils ouvraient les portes, les fenêtres, séchaient les
puits et même plusieurs rivières: qu’ils donnaient aux eaux _une couleur
trouble, et l’odeur fétide du foie de soufre_ (_sulfure ammoniacal_), et
qu’ils _jetaient par de grandes crevasses du sable ayant la même odeur_:
que leurs secousses semblaient partir d’un foyer intérieur qui soulevait
la terre de dessous en dessus, et dont la ligne principale courant
nord-ouest et sud-est, suivait la rivière Merrimac, s’étendait au sud
jusqu’au Potômac et au nord par-delà le Saint-Laurent, _affectant
surtout la direction du lac Ontario_.»

Quelques phrases de ce texte sont remarquables par leur analogie avec
des faits locaux que j’ai présentés. Cette odeur de foie de soufre (ou
sulfure ammoniacal) donnée _aux eaux et aux sables, vomis du sein de la
terre par de grandes crevasses_, n’aurait-elle pas été fournie par la
couche de schistes que nous avons vue à Niagara sous la couche calcaire,
et qui lorsqu’on la sommet au feu, _exhale fortement le soufre_; il
n’est, à la vérité, que l’un des éléments du produit cité, mais une
analyse exacte pourrait y découvrir l’autre: cette couche de schistes se
retrouve sous le lit de l’Hudson et reparaît dans beaucoup de lieux de
l’État de New-York et de la Pensylvanie parmi les grès et les granits:
l’on a droit de supposer qu’elle règne autour de l’Ontario, et sous le
lac Érié, par conséquent qu’elle forme l’un des planchers du pays où les
tremblements ont leur principal foyer.

La ligne de ce foyer courant nord-ouest et sud-est, _affecte_ surtout la
direction de l’Atlantique au lac Ontario. Cette prédilection est
remarquable à raison de la structure singulière de ce lac: les autres
lacs, malgré leur étendue, n’ont point une grande profondeur; l’Érié n’a
jamais plus de 100 à 120 pieds: l’on voit en nombre d’endroits le fond
du lac _Supérieur_: l’Ontario, au contraire, est en général
très-profond, c’est-à-dire, passant 45 et 50 brasses (250 pieds); et
dans une étendue considérable l’on a essayé des sondes de 110 brasses
armées de boulets, sans rien toucher ni rapporter. Cet état a lieu
quelquefois près de ses bords: d’où il résulte une indication presque
évidente que le bassin de ce lac est un cratère de volcan éteint: cette
induction se confirme, 1º par les produits volcaniques déja trouvés sur
ses bords: et sans doute des yeux exercés en trouveront beaucoup
d’autres; 2º par la forme du grand talus ou escarpement qui entoure
presque circulairement le lac, et qui annonce de toutes parts à l’œil
et au raisonnement, que jadis le plateau de Niagara s’étendait jusque
vers le milieu du lac Ontario, et qu’il s’y est affaissé et englouti par
l’action d’un volcan alors en vigueur. L’existence de ce fourneau se
lie parfaitement avec les tremblements de terre cités: et ces deux
agents que nous trouvons ici réunis, en nous confirmant d’une part celle
d’un grand foyer souterrain, à une profondeur inconnue, mais
considérable, donne de l’autre une explication heureuse et plausible de
la confusion de toutes les couches de pierres et de terres qui a lieu
sur toute la côte atlantique: elle explique aussi pourquoi les bancs
calcaires et même granitiques, y sont inclinés depuis 45 jusqu’à 80
degrés à l’horizon, leurs tables fracturées ayant dû rester dans le
déplacement occasioné par les grandes explosions. C’est à cette fracture
du banc d’Isinglass que sont dues ses petites cascades; et ce fait
indiquerait que jadis le foyer s’étendit au delà du Potômac dans le sud,
comme ce banc lui-même. Sans doute il avait des communications avec
celui des Antilles. J’ai dit ailleurs que ces tremblements de terre
n’ont point de traces dans le pays de l’Ouest: que les sauvages même
n’en connaissent point le nom: j’ajoute que, selon le docteur Barton,
ils ne connaissent pas non plus celui de _volcan_ dont en effet l’on
n’aperçoit aucun vestige au midi des lacs, mais dont le Alleghanys en
offrent plusieurs. L’on m’a dit au fort Détroit que les sauvages du nord
du Canada font mention d’un volcan qui fume encore quelquefois dans
l’intérieur du pays; mais ce fait a besoin de rapports plus
authentiques.

Il est à désirer, et l’on a droit d’espérer, que par la suite du temps
des sociétés savantes formées aux États-Unis, pourront appliquer à ce
genre de recherches géologiques des soins et des dépenses qui passent
les moyens des voyageurs étrangers et isolés. L’on peut assurer d’avance
qu’elles en obtiendront des résultats très-nouveaux et très-précieux
pour l’histoire du globe, et qu’elles porteront jusqu’à l’évidence une
conjecture déja formée par plusieurs physiciens, et dont je demeure
convaincu; savoir, que le continent de l’Amérique du nord n’a été dégagé
que postérieurement à la majeure partie de l’ancien hémisphère et de
l’Amérique du sud, des eaux soit océaniques, soit douces et fluviatiles,
qui ont jadis couvert la totalité de notre planète, à une hauteur
supérieure aux plus hautes montagnes, et pendant une durée si longue
qu’elle a suffi à la dissolution des matériaux qui se sont cristallisés
depuis leur évaporation ou depuis leur retraite..... mais j’ai désormais
assez parlé de l’état du sol; il est temps d’occuper le lecteur de celui
du climat.



CHAPITRE VIII.

Du climat.


Par _climat_[78], on devrait, selon le sens littéral du mot, n’entendre
que le _degré_ de latitude d’un pays; mais parce qu’en thèse générale
les pays se sont montrés froids ou chauds, selon leurs degrés de
latitude, l’idée accessoire s’est tellement associée à l’idée
principale, que le terme _climat_ est devenu synonyme de _température
habituelle_ de l’air; et néanmoins il n’est pas vrai que la température
soit essentiellement déterminée par la latitude: une foule de faits
prouvent au contraire qu’elle est modifiée et même dénaturée par
diverses circonstances du sol, telles que sa surface aride ou aqueuse,
nue ou boisée, son élévation ou son abaissement au niveau de la mer, son
exposition à tel ou tel aspect du ciel, enfin et par-dessus tout, par
l’espèce et la qualité des courants de l’air, c’est-à-dire des _vents_
qui parcourent cette surface; d’où il suit que le sol devient un élément
constituant de la température, et par conséquent du _climat_ tel qu’on
l’entend; et ce que je vais exposer des divers phénomènes de celui des
États-Unis, ajoutera de nouvelles preuves à cette vérité.


§ I.

Le climat de la côte atlantique est plus froid en hiver et plus chaud en
été que ses parallèles d’Europe.

Depuis long-temps les historiens de l’Amérique et les physiciens ont
remarqué avec surprise que le climat sur la côte atlantique était de
plusieurs degrés plus froid en hiver que ses parallèles d’Europe, et
même d’Asie et d’Afrique sur le bassin de la Méditerranée; mais ils me
paraissent n’avoir pas donné assez d’attention à une seconde
circonstance également remarquable; savoir, que la température y est
aussi généralement plus chaude en été de plusieurs degrés. Je vais
développer l’un et l’autre cas par des exemples détaillés.

Dans les parties nord de la Nouvelle-Angleterre, par une latitude
moyenne de 42 à 43°, des observations faites à _Salem_ près Boston,
pendant sept ans, par M. Edouard Holyhoke[79], et comparées à 20 autres
années d’observations recueillies à Manheim[80] constatent que le climat
de Salem est à la fois plus froid en hiver et plus chaud en été que
celui d’un nombre de villes données en Europe, ainsi qu’on le voit dans
le tableau suivant:

                  Latitude.  Max. de froid.  Max. de chaud.  Éch. de variat.

  Rome.           41° 53´      0                  24            24°
  Marseille.      43° 17´      4                  25            29°
  Padoue.         45° 22´     10                  29            39°
  Salem.          42° 35´     19½                 31½           51°

L’on remarquera, dans ce tableau, qu’à Salem la différence du froid au
chaud est de 51°, tandis qu’à Rome elle n’est que de 24°, à Marseille de
29°, et à Padoue de 39°.

En général, dans les États de Maine, Vermont, New-Hampshire et même
Massachusets, pays situés entre les 42 et 45°, c’est-à-dire,
correspondants au midi de la France et au nord de l’Espagne, la terre
demeure chaque hiver assez couverte de neiges pendant trois et quatre
mois, pour rendre habituel et général l’usage des traîneaux. Le
thermomètre, qui varie alors depuis la glace jusqu’à 8 et 10°
au-dessous, descend quelquefois à 12, à 14 et jusqu’à 18° sous zéro.
L’historien de New-Hampshire, M. Belknap, l’a vu à 18 ¼ à Portsmouth,
sur la côte au nord de Salem; et l’historien de Vermont, M. S. Williams,
l’a vu à 26° sous zéro à Rutland, au pied des _Montagnes-Vertes_.

Un peu plus avant dans le nord, c’est-à-dire en Canada, par les 46 et
47° de latitude, ce qui correspond au milieu de la France, la neige
s’établit dès le mois de novembre et dure jusque vers la fin d’avril,
c’est-à-dire pendant six mois, épaisse de 4 à 6 pieds, par un ciel
très-clair et un air très-sec: elle est telle surtout vers Québec, où le
thermomètre descend ordinairement à 20 et 24° sous glace; l’on y a même
vu en 1790, geler le mercure, ce qui suppose 38 à 40°[81]; or, un tel
cas n’arrive en Europe que sous les parallèles de Stockholm et de
Pétersbourg[82], par les 60° de latitude.

Ces froids ont donné lieu à quelques expériences curieuses sur la force
expansive de l’eau à l’instant de sa congélation. M. le major Édouard
Williams se trouvant à Québec, a rempli d’eau des bombes de fer; il en a
bouché l’orifice avec des tampons de bois frappés fortement, et il les a
exposées à la gelée.

Lorsque les bombes ont eu des fêlures ou d’autres vices, elles ont
éclaté à l’instant de la congélation, et il en a sailli subitement des
proéminences en formes d’ailes ou de nageoires: mais ordinairement le
tampon de bois a été lancé avec détonation, à des distances depuis 60
jusqu’à 415 pieds, quoiqu’il pesât 2 ½ livres (poids anglais), et
l’on a toujours trouvé à sa place une mèche ou fusée de glace saillante
de 6 à 7½ pouces: l’on a déduit de ces expériences que l’eau en se
congelant se dilate entre 1/17 et 1/18 de son volume.

Je remarquerai par la suite qu’à Montréal, au-dessus de Québec, les
neiges durent moins long-temps de près de deux mois, qu’au bas du
fleuve; et qu’à Niagara, bien au-dessus de Montréal, elles sont de deux
mois encore plus courtes que dans cette ville; ce qui est précisément le
contraire de la règle générale des niveaux, observée sur le reste de la
côte; je me borne en ce moment à prendre note de cette singularité, qui
viendra par la suite à l’appui d’une théorie que j’exposerai.

Dans ces mêmes États de Maine, Vermont, New-Hampshire, etc., les
chaleurs, à dater du solstice d’été, sont d’une intensité aussi
excessive: pendant 40 ou 50 jours, l’on voit souvent le mercure monter à
21 et 22°, et quelquefois à 24°, même à 26°: il se passe peu d’années à
Salem sans qu’il monte à 30 et 31°, ce qui est la température du golfe
Persique et des côtes arabes. Cet état a lieu dans beaucoup d’autres
endroits de la Nouvelle-Angleterre où l’on n’a pas fait d’observations:
à _Rutland_, déja cité, M. _Williams_ a vu le mercure à 27°. Mais ce qui
surprendra davantage, c’est qu’à Québec, et jusque sur la baie de
Hudson, aux forts d’York et de Wales, par le 59° de latitude, l’on
éprouve pendant 20 ou 30 jours des chaleurs de 28 à 31°, d’autant plus
accablantes que les corps n’y sont point accoutumés, et qu’elles sont
accompagnées d’un calme _plat_, ou d’une brise de sud chaude et humide
qui suffoque: or, comme en hiver le froid en ces contrées descend
jusqu’à 30 et 32° sous glace, et même à 37° au fort Wales, il en résulte
une échelle de variation de 60 à 66° de Réaumur du froid au chaud.

Dans les États dits _du Milieu_, tels que la partie sud de New-York, la
totalité de la Pensylvanie, de New-Jersey et du Maryland, les hivers
sont moins longs, les neiges moins abondantes, moins durables; rarement
persistent-elles plus de 15 à 20 jours; mais les froids ne sont guère
moins piquants ni moins rigoureux. Ils s’établissent ordinairement vers
le solstice, et durent 6 à 7 semaines en pleine vigueur; mais on
commence à sentir leurs atteintes dès la fin d’octobre.

Par exemple, à Philadelphie, par les 40° moins 5´, ce qui répond aux
latitudes de Madrid, de Valence, de Naples, etc., le thermomètre descend
chaque hiver pendant plusieurs jours à 8 et 10° sous zéro, et pendant
quelques-uns à 12 et à 14°: en deux hivers de suite, 1796-97 et 1797-98,
je l’ai vu tomber à 17 et 18° plusieurs jours de suite. Le froid alors
est si vif, que malgré le mouvement d’une marée de 6 pieds, la
Delaware, large de 800 toises, se trouve gelée en 24 heures: elle reste
ainsi fermée chaque hiver pendant 20, 30 et quelquefois 40 jours, en une
ou deux reprises; car il y a chaque hiver deux ou trois dégels, surtout
entre le 30e et 40e jours après le solstice: en 1788, du 4 au 5
février, le thermomètre, en une nuit, tomba depuis 2 ½ degrés sous
zéro jusqu’à 16 ¼ et la rivière fut gelée ferme le lendemain au soir.
En 1764, le 31 décembre, entre dix heures du soir et huit heures du
matin, elle gela de même au point de porter les passants. Dans cette
conversion presque subite du liquide au solide, l’on voyait, dit le
docteur _Rush_, une vapeur fumeuse s’élever de sa surface avec tant
d’abondance, que le peuple étonné s’assemblait pour considérer ce
phénomène.

Cependant, à partir du solstice d’été, et même une vingtaine de jours
auparavant, Philadelphie éprouve des chaleurs si accablantes, que les
rues sont désertes depuis midi jusqu’à 5 heures, et que la plupart des
habitants se couchent après leur dîner. Le thermomètre atteint assez
souvent 25°; l’on cite un ou deux exemples de 28 et de 30°: du jour à la
nuit, il varie depuis 15 et 16 jusque vers 22 et 23°, c’est-à-dire de
8°. Mais ce qui rend la chaleur plus insupportable, c’est le défaut
presque absolu de vent, surtout depuis trois heures après midi, et
l’humidité dont l’air est chargé sur toute cette côte.

Il résulte de ces termes extrêmes une échelle de variation pour les
États du milieu, d’environ 46 à 48°. Le docteur _Rush_ a été l’un des
premiers à observer que le climat de Pékin offrait la plus grande
analogie; et en étendant cette comparaison, l’on trouve en effet que
l’Amérique-nord a les rapports les plus marqués de climat et même de
sol, avec le nord de la Chine et avec la Tartarie adjacente.

Dans les États du sud, tels que la Virginie, les Carolines et la
Géorgie, la durée et l’intensité du froid diminuent assez régulièrement
comme les latitudes: la ligne du Potômac, et plus exactement celle du
_Patapsco_, forme à cet égard une démarcation tranchante. L’empire des
neiges s’arrête là, et le voyageur venant du Nord, qui jusqu’alors avait
vu des traîneaux à la porte ou dans la cour de chaque ferme, n’en
aperçoit plus sitôt qu’il a descendu le coteau rapide au pied duquel
coule le Patapsco: mais dans l’intérieur des terres, vers Blue-ridge,
les neiges prolongent un peu leur limite à raison de l’élévation du
sol..... Cette côte néanmoins éprouve des attaques de gelées assez vives
dans les quarante jours qui suivent le solstice d’hiver. A Norfolk, le
14 février 1798, il tomba dans une nuit 4 pieds de neige; et à
Charlestown même, par le 32° de latitude, c’est-à-dire, par le parallèle
de Maroc, le mercure tombe jusqu’à 4 degrés sous zéro (selon Liancourt),
et la terre gèle ferme jusqu’à 2 pouces d’épaisseur dans une seule
nuit[83].

Par inverse, sur toute la côte, depuis le Potômac, les chaleurs, dès un
mois avant le solstice d’été, sont si fortes que pendant 4 mois le
mercure s’élève communément après midi, entre 22 et 24°, malgré une
petite brise de mer: il va même jusqu’à 32 et 33° à Savanah, ce qui est
bien plus que l’Égypte, où 25 est le terme ordinaire à l’ombre, sans
compter qu’un vent vif et constant et un air très-sec rendent ce degré
très-supportable: le 17 juillet 1788, _Henri Ellis_ observait à Savanah
le mercure à 31°; il se plaignait que depuis plusieurs nuits il ne
baissait pas au-dessus de 29. Dans sa cave il restait à 21°[84], et sous
son aisselle à 29°. Le docteur Ramsay, qui a fait des observations
suivies à Charlestown, ne l’y a vu monter à 28° ½, qu’une seule fois
en 5 ans: mais Charlestown, situé à l’embouchure d’une petite rivière
qu’agite la marée, jouit des brises littorales, et passe tellement pour
un lieu frais relativement au reste du pays, que tous les planteurs
aisés viennent s’y réfugier en été, et qu’il ne reste que les noirs sur
les habitations.

Il résulte de ces faits pour les États du sud, une échelle de 32 à 34°
de variation; et sans doute le lecteur observe que cette échelle va
toujours décroissant du nord au midi: elle était de 66 à la baie de
Hudson; de 51 dans le Massachusets, de 48 en Pensylvanie; elle se réduit
à 35 ou 36 en Caroline; et si l’on s’avançait encore plus vers les
tropiques, on ne trouverait en beaucoup d’endroits que 18 et 20° de
variation annuelle: à la Martinique, par exemple, à Porto-Rico et autres
îles du Vent, le thermomètre, grâce aux brises régnantes, ne s’élève pas
au-dessus de 28°, ne tombe pas au-dessous de 10 au-dessus de zéro,
différence 18. Sur la chaîne des montagnes de Caracas, par les 10° de
latitude nord, à une élévation de plus de 1,200 toises au-dessus de
l’océan, le mercure se balance entre 10 et 21° sur zéro; à Surinam, près
du rivage de la mer, il joue entre 15 et 27°; aussi les voyageurs venant
de ces parages en été, trouvent-ils que la chaleur devient plus
insupportable à mesure qu’ils s’avancent au nord; et moi-même je
préfère, sans aucune comparaison, celle du Kaire à celle de
Philadelphie. Il est vrai qu’en s’approchant des Alleghanys, et mieux
encore en s’élevant sur leurs sommets, l’air plus vif, plus élastique,
rend la chaleur plus agréable, quoiqu’elle y soit souvent aussi
piquante; mais en général, dans nos zones dites temperées, et surtout
dans les lieux bas et humides, elle est plus désagréable que dans ce
qu’on appelle les _pays chauds_, et il est encore vrai que dans la zone
dite _torride_, le climat est plus égal que dans nos zones moyennes, et
qu’il y serait plus favorable à la santé, à la force vitale, si l’air
n’y était souvent gâté par les exhalaisons des eaux croupissantes et des
corps organisés en putréfaction, et si les étrangers, surtout les
Européens, n’y portaient leur voracité de viande et l’abus des liqueurs
spiritueuses à qui la chaleur ne pardonne pas.

Les météorologistes anglais et américains qui, selon le génie national,
ramènent tout à des calculs positifs ou systématiques, en mentionnant
ces extrêmes, le chaud et le froid, ont coutume d’en déduire un terme
moyen auquel je ne puis souscrire: par exemple, étant donnés pour termes
extrêmes de température à Salem, 19° sous glace et 31° par-dessus glace,
ils en font une somme de 50°, et prenant pour terme moyen la moitié,
25°, qui donne 6° au-dessus de glace, ils supposent ces 6° être la
température fondamentale et habituelle du pays: ils appliquent également
cette méthode aux variations d’une même journée; et si, comme il arrive
souvent aux États-Unis, il y a 8, 10 et 12° de variation dans les 24
heures, ils en prennent pareillement le terme moyen comme la température
du jour; mais dans la réalité, cette température fictive n’a point lieu,
parce que dans le cours d’un même jour, l’air varie si brusquement,
qu’il passe aux termes extrêmes sans station au terme moyen, et que dans
le cours de l’année, ce prétendu terme moyen n’a peut-être pas lieu
pendant 100 heures. Cette règle d’arithmétique est un peu moins vicieuse
dans les additions sommaires, qu’ils font du nombre d’heures et de jours
où a régné un même vent; mais quand de pareils tableaux ne sont point
accompagnés de la correspondance du thermomètre avec le vent régnant, la
majeure partie de leur instruction est perdue, en ce que l’on ne peut
plus connaître la nature et les effets de chaque vent, ni les causes de
variation dans la température dont nous verrons bientôt qu’ils sont les
principaux, pour ne pas dire les seuls agens.

Un moyen plus convenable d’évaluer la température fondamentale d’un
pays, serait celui proposé par M. Williams qui, pour base de cette
température, prend la chaleur naturelle et constante dont est imprégné
le terrain, et en cherche la mesure dans l’air et l’eau, soit des puits,
soit des cavernes les plus profondes, et il cite à cette occasion des
faits, qui méritent d’être rapportés.

  [85]A Rutland, en Vermont, il a trouvé la température
  des puits à 45 pieds de profondeur de
  (5°¼ Réaumur) ci                               5° ¼

  En divers lieux de Massachusets 7°½,
  ci                                             7° ½

  A Philadelphie 9°⅕, ci                         9° ⅕

  En Virginie (selon M. Jefferson)[86] elle est
  de 11°, ci                                    11°

  A Charlestown (selon le docteur Ramsay),
  elle est de 14°, ci                           14°[87]

L’on voit, dans ce tableau, une gradation proportionnelle aux latitudes,
qui s’accorde avec les expériences de M. de Saussure pour réfuter la
vieille doctrine d’une température moyenne de 10° partout le globe, et
pour prouver que la chaleur de chaque lieu est en raison de la latitude,
ou plus exactement, de l’action du soleil sur le sol que ses rayons
imprègnent de chaleur.


§ II.

Les variations journalières sont plus grandes et plus brusques sur la
côte atlantique qu’en Europe.

Les variations excessives dont je viens de parler ne se bornent pas aux
saisons sur la côte atlantique; elles y ont encore lieu d’un jour à
l’autre, ou, pour mieux dire, très-fréquemment dans l’espace d’un seul
jour. On les remarque surtout dans les _États du milieu_, tels que le
sud du New-York, la totalité de la Pensylvanie et du Maryland; et dans
le pays plat, plutôt que sur les montagnes; par la raison sans doute que
ces _États du Milieu_, placés entre deux atmosphères opposées, celle du
pôle et celle du tropique, sont le théâtre où se passe la lutte
perpétuelle des grandes masses d’air froid et d’air chaud.

«Notre climat de Pensylvanie,» dit le docteur _Kush_[88], «est un
composé de tous les climats; l’humidité de l’Angleterre au printemps, la
chaleur de l’Afrique en été, le ciel de l’Egypte en automne, le froid de
la Norwège en hiver; et ce qui est bien plus fâcheux, quelquefois la
réunion de toutes dans un jour... Dans le cours de nos hivers, surtout
en janvier et février, il arrive souvent, en moins de 18 heures, des
variations de 6°, 8° et même de 12° (R)[89] du froid au chaud et du
chaud au froid, qui ont les plus fâcheux effets pour la santé. Du 4 au 5
février 1788, le mercure tomba, en moins de 10 heures, par un vent de
nord-ouest, depuis 2°¼ sous glace à 16°¼, différence 14° (R).
D’autres fois les vents de sud et sud-est amenant un air chaud de 10° et
12°, occasionent des dégels subits, et l’on a vu cette température,
persistant quelques jours, tromper la végétation, et faire éclore les
fleurs des pêchers en janvier; mais parce que le règne des froids ne
finit réellement qu’en avril, il ne manque jamais d’arriver de nouvelles
gelées par les vents de nord-est et nord-ouest, qui reproduisent les
alternatives que j’ai citées.

«Les mêmes variations ont lieu en été,» continue le docteur Rush, «et de
vives fraîcheurs remplacent presque chaque nuit les violentes chaleurs
du jour. L’on observe même que plus le mercure monte dans l’après-midi,
plus bas il tombe le matin au point du jour, car ce sont là les époques
extrêmes du froid et du chaud. Si à 2 heures après midi, il a monté à
22°, à la pointe du jour suivant, il sera vers 15° ou 16°; s’il n’a
monté qu’à 16° ou 17°, il tombera vers 11° ou 12°: ces chutes arrivent
surtout après une pluie d’orage; dans l’été de 1775, on a vu, en pareil
cas, dans l’espace d’une heure et demie, une chute de 8°½ (R)... En
général, excepté en juillet et août, il se passe peu de soirées sans
qu’on trouve le feu agréable. Ces variations ne sont point aussi
marquées dans la haute Pensylvanie vers les sources de la Susquehannah
et sur les plateaux de l’Alleghany: les froids en hiver y sont plus
fixes; en été les chaleurs y sont moins intenses; et sans doute la
qualité de l’air les rend aussi plus supportables que dans notre pays
inférieur où l’atmosphère est dense et humide».

Ce que nous venons de voir de la Pensylvanie, et qui convient également
au sud du New-York, au New-Jersey, au Maryland, s’applique encore avec
assez peu de différence à la côte de Virginie et des Carolines: dans la
ville de Charlestown, l’on éprouve fréquemment dans un jour d’été ou
d’hiver les variations de 8° et 10° (R). L’on a des exemples de 12° et
de 15°, et le docteur Ramsay en cite un de 22° (R) en moins de quinze
heures. Le 28 octobre 1793, le mercure tomba de 18° sur zéro à 3° sur
zéro, différence 15° en dix à douze heures[90]».

A Savanah, Henry Ellis, après s’être plaint des chaleurs d’été, ajoute:

«J’ai vu à la baie de Hudson tous les climats en un an; ici je les
éprouve en douze heures. Le 10 octobre 1757, le mercure était au soir à
24° (R); le lendemain 11, il fut à 2° ⅓; différence 21° ⅔[91]».

Les pays du nord ne sont pas moins exposés à ces vicissitudes; mais il y
a cette différence entre eux et ceux du midi, que dans les _États du
Sud_, les variations se font plutôt du chaud au froid, tandis que dans
les États du Nord, elles ont plus souvent lieu du froid au chaud; en
sorte que dans ces derniers, l’effet produit sur les corps arrive plus
souvent par dilatation, tandis que dans les premiers il arrive plutôt
par _constriction_. Je trouve dans le journal manuscrit de Bougainville,
des faits de ce genre qui méritent d’être cités.

«11 décembre 1756, à Québec: depuis trois jours, le thermomètre a monté
de 19° sous glace à zéro de glace. Aujourd’hui il pleut et dégèle par
_vent de sud, et le temps est aussi vain qu’au printemps_.

«14 décembre après midi: le vent vient de tourner à nord-ouest; la gelée
reprend ferme: déja 3°½ sous glace: le lendemain 15, le mercure est à
21°, le vent a passé du nord-ouest au sud-ouest, _ciel clair-fin_.

«Le 18 janvier par vent de nord-ouest, 27° sous glace; temps clair,
prodigieusement froid: les voyageurs arrivent avec le nez et les doigts
des mains et des pieds gelés: le froid est toujours moindre à la basse
ville qu’à la citadelle: l’élévation de celle-ci l’expose au vent de
nord-ouest dont la ville est garantie.»

A la baie de Hudson, Umfreville et Robson, observateurs également
exacts et judicieux, citent des faits semblables: ils remarquent que
pendant les vingt à trente jours que durent les chaleurs d’été, les
nuits se tiennent souvent assez chaudes; mais pendant l’hiver, il arrive
par les vents de sud de ces transitions d’un froid de 18° et 20° à zéro
de glace, qui occasionent cette sensation d’un _temps vain_, dont parle
Bougainville; sensation très-bizarre pour nous, qui à ce terme de zéro,
nous plaignons du froid; mais qui est réellement la même chose que
lorsque nous passons de zéro à 15° sur glace, et que lorsqu’un Africain
passe de 20 à 30 degrés, toujours effet de comparaison. C’est encore par
l’effet de cette habitude des organes, qu’à Charlestown on se plaint du
froid quand le thermomètre est à 10° ou 12° sur glace, et que l’on y
brûle, selon la remarque de Liancourt, autant de bois qu’à Philadelphie,
où le mercure tombe 15° plus bas.

En comparant les tables thermométriques des divers lieux dont je viens
de parler, et en faisant moi-même des observations journalières sur les
variations de l’air, je n’ai pu manquer d’apercevoir une harmonie
constante entre ces variations, et certains rumbs de vents qui leur sont
toujours associés: toujours j’ai vu les transitions du froid au chaud se
faire par le changement et le passage des vents de nord-est et
nord-ouest, aux rumbs de sud-est et de sud: et par inverse les
transitions du chaud au froid, se faire par le changement des vents de
sud et sud-est en vents de nord-est et nord-ouest, et cela depuis la
Floride jusqu’au Canada et à la baie de Hudson: de là un premier élément
de théorie applicable à tous les problèmes de ce climat; mais parce que
les bonne théories ne sont que la série méthodique et la réunion de tous
les faits d’un même genre, je ne veux point me hâter de résoudre ces
problèmes par des faits isolés, et je continue d’y procéder par
l’exposition de plusieurs singularités, qui au premier coup d’œil
sembleraient y faire exception.


§ III.

Le climat du bassin d’Ohio et de Mississipi est moins froid de trois
degrés de latitude que celui de la Côte atlantique.

Voici une de ces singularités qui mérite d’autant plus d’attention que
je ne sache pas qu’on l’ait décrite jusqu’à ce jour avec toutes ses
circonstances. Pour le fait principal j’emprunterai les paroles de M.
Jefferson dans ses notes sur la Virginie (p. 7).

«C’est une chose remarquable, dit-il, qu’en allant de l’est à l’ouest,
sous le même parallèle, notre climat devient plus froid à mesure qu’on
avance vers l’ouest, comme si l’on se rapprochait du nord. Cette
observation a lieu pour celui qui vient des parties du continent situées
à l’est des Alleghanys, jusqu’à ce qu’il ait atteint le sommet de ces
montagnes, qui sont les terres les plus hautes, entre l’Océan et le
Mississipi. De là, en se tenant toujours sous la même latitude, et
allant à l’ouest jusqu’au Mississipi, la progression se renverse; et si
nous en croyons les voyageurs, le climat devient plus chaud qu’il ne
l’est sur les côtes aux mêmes latitudes. Leur témoignage sur ce point
est confirmé par les espèces de végétaux et d’animaux qui subsistent et
se multiplient naturellement dans ces pays, et qui ne réussissent point
sur les côtes. Ainsi l’on trouve les catalpas sur le Mississipi jusqu’au
37° de latitude, et les roseaux jusqu’au 38°: on voit les perroquets,
même l’hiver, sur le Scioto au 39°. Dans l’été de 1779, lorsque le
thermomètre était à 90° Fahrenheit, (25° ¾ R.) à Monticello, et à 96°
F. (28° ⅓ R.) à Williamsburg, il était à 110° F. à Kaskaskia (34° ⅔
R.), etc.»

Comme voyageur je puis confirmer et développer l’assertion de M.
Jefferson: dans le trajet que je fis pendant l’été de 1796, depuis
Washington sur Potômac, jusqu’au poste Vincennes, sur la Wabash, je
recueillis des notes dont voici les principaux résultats;

5 mai 1796, premières fraises à Annapolis sur le rivage et au niveau de
l’Océan;

12 mai, les mêmes à Washington, sol déja plus élevé;

30 mai, les mêmes à Frédérick-Town, au pied de Blue-ridge, environ 180
pieds au-dessus de l’Océan (ici les cerises ne mûrissent pas mieux qu’à
Albany, 50 lieues plus nord; mais situé au niveau de la marée);

6 juin, premières fraises dans la vallée de Shenandoa à l’ouest de
Blue-ridge, et peut-être 150 toises au-dessus de l’Océan;

1er juillet à Monticello, chez M. Jefferson, la moisson de froment a
commencé sur les basses pentes de _South West mountain_, à l’exposition
de sud et sud-est, tandis que sur les revers exposés au nord-ouest, vers
Charlotteville, elle n’a commencé que du 12 au 14;

10 juillet; moisson à _Rock-fish-gap_, au sommet de Blue-ridge, 1150
pieds anglais d’élévation, 350 mètres: deux jours plus tôt elle a lieu
dans le vallon de Staunton, situé environ 70 mètres plus bas.

12 juillet, moisson sur les montagnes de Jackson, élévation de plus de
2,200 pieds anglais (683 mètres).

20 juillet, moisson sur l’Alleghany, élevé de plus de 800 mètres.

L’on voit que dans cette ligne ascendante, elle a constamment tardé en
proportion des niveaux.

En descendant l’autre pente de l’Alleghany, celle de l’ouest, je trouvai
qu’à Green-Briar, situé en plaine basse, elle avait eu lieu 5 jours
plus tôt (15 juillet).

Dans le vallon du grand Kanhawa, à l’embouchure de l’Elk, elle avait eu
lieu le 6.

Le 11, à _Gallipolis_; colonie des Français, au Scioto[92].

Le 15, à Cincinnati, situé plus au nord.

Je ne trouvai point de froment à Poste-Vincennes, sur la Wabash; on y
préfère le maïs, le tabac et le coton, produits qui caractérisent un
climat chaud.

Le 1er juillet, on avait moissonné à Kaskaskia, sur le Mississipi,
comme à Monticello.

Cette seconde ligne, depuis l’Alleghany, ne présente pas en apparence la
même régularité que la précédente, sans doute par une raison combinée de
la diversité des niveaux, des expositions, et même des latitudes qui y
sont plus variées; par exemple, si Cincinnati est plus tardif que
_Gallipolis_, ce doit être parce qu’il est un peu plus nord, et surtout
moins abrité des vents de cette partie, et moins ouvert au midi. Si le
vallon de Kanhawa est encore plus précoce, quoique plus élevé, ce peut
être à raison de son encaissement dont l’effet concentre la chaleur que
j’y trouvai réellement bien plus vive qu’ailleurs; et, dans nos propres
jardins, nous avons la preuve de cette action des divers aspects,
puisque nos espaliers mûrissent les mêmes espèces de fruits à des
époques différentes de huit et dix jours, selon qu’ils sont exposés au
midi, au levant ou au couchant, et encore, selon qu’ils sont abrités des
vents et frappés de la réverbération d’autres murs. Il n’en est pas
moins vrai que la règle des niveaux se trouve en général observée dans
la ligne décrite, et qu’il y a une identité remarquable d’époque de
moisson (1er juillet) entre _Kaskaskia_ et Monticello, situés sous le
même parallèle, et à une élévation que je présume très-ressemblante.

Néanmoins je suis loin de disconvenir qu’il existe dans le _pays
d’Ouest_ plusieurs phénomènes de température et de végétation, auxquels
ne peuvent satisfaire ni les niveaux, ni les expositions: au premier
rang de ces phénomènes, est celui que depuis quelques années les
botanistes observent et constatent davantage de jour en jour: ayant
comparé les lieux où croissent spontanément certains arbres et certaines
plantes à l’est et à l’ouest des Alleghanys, ils ont découvert qu’il y
avait une différence uniforme générale d’environ 3° de latitude plus
chaude, en faveur du bassin d’Ohio et de Mississipi; c’est-à-dire, que
les arbres et les plantes qui veulent un climat chaud, et des hivers
moins longs et moins froids, se trouvent 3° plus nord dans l’ouest des
Alleghanys, qu’à l’est sur la côte atlantique; ainsi, le coton, qui
réussit à Cincinnati, à Poste-Vincennes, par les 39° de latitude, n’a
encore pu se cultiver plus nord que 35 et 36° dans les Carolines. Il en
est de même des catalpas, des sassafras, des pâpâs, des pacanes ou noix
illinoises[93], et de beaucoup d’autres arbres et plantes dont le détail
exigerait des connaissances que je n’ai point en cette partie[94].

Ce genre de preuves qui est irrécusable se trouve d’ailleurs appuyé par
les phénomènes particuliers à chaque saison. Dans toute ma route sur
l’Ohio, et dans mes diverses stations en _Kentucky_, à _Gallipolis_, à
_Lime-stone_, à _Washington_ de Kentucky, à Lexington, à Louisville, à
Cincinnati, au Poste-Vincennes, les renseignements que j’ai recueillis
ont été unanimement les faits suivants.

«L’hiver ne commence que vers son solstice, et les froids ne se montrent
que dans les quarante à cinquante jours qui le suivent. Ils n’y sont pas
même fixes et constants; mais il y a des relâches de jours tempérés et
chauds. Le thermomètre ne descend ordinairement pas au-dessous de 5 et
6° (R) sous zéro; les gelées qui d’abord se montrent dans quelques jours
d’octobre pour disparaître, puis revenir vers la fin de novembre, et
cesser encore, les gelées, dis-je, ne s’établissent que vers janvier:
les ruisseaux, les petites rivières et les eaux dormantes gèlent alors,
mais restent rarement gelés plus de 3 à 15 jours.»

L’on a regardé comme un cas sans exemple celui de l’hiver 1796-97, où le
mercure a tombé à 15° sous zéro, et où les rivières Alleghany,
Monongahélah et Ohio, ont été scellées de glace, depuis le 28 novembre
jusqu’au 30 janvier, c’est-à-dire soixante-cinq jours: la Wabash gèle
presque chaque hiver, mais seulement de 3 à 15 jours.

Dans tout le Kentucky et le bassin d’Ohio, les neiges ne durent
ordinairement que de 3 à 8 ou 10 jours; et dans le cours même de
janvier, l’on a des jours vraiment chauds, à 15 et 18° par des vents de
sud-ouest et de sud, et par un ciel brillant et pur. Le printemps amène
des pluies et des giboulées par des vents de nord-est et de nord-ouest;
mais dès quarante jours après l’équinoxe, les chaleurs commencent à
s’établir. «Elles sont dans toute leur force pendant les 60 à 70 jours
qui suivent le solstice d’été: le thermomètre se tient alors entre 26 et
27° (R). On le remarqua en 1797 à Cincinnati et à Lexington, à 29°
(R)... Pendant tout ce temps, les orages sont presque journaliers sur
l’Ohio; ils y produisent une chaleur pesante que la pluie ne tempère
pas; tantôt ils arrivent par les vents de sud et de sud-ouest, tantôt
ils sont le produit de l’évaporation du fleuve et de la vaste forêt qui
couvre la contrée. La pluie qu’ils versent par torrents ne rafraîchit
qu’un instant le sol embrasé, et la chaleur du lendemain l’élevant en
vapeurs forme au matin d’épais brouillards qui se convertissent ensuite
en nuages, et recommencent le jeu électrique de la veille: l’eau du
fleuve est chaude à 14 et 15° sur zéro: les nuits sont calmes, et ce
n’est qu’entre 8 et 10 heures du matin que s’élève une légère brise
d’ouest ou de sud-ouest, qui cesse vers 4 heures du soir.»

Dans la totalité des saisons le vent le plus dominant est le sud-ouest,
c’est-à-dire, le courant d’air qui remonte dans la ligne du fleuve Ohio,
et qui vient par le Mississipi (où il règne sud) du golfe du Mexique. Je
trouvai ce vent chaud et orageux dès mon entrée dans le vallon de
Kanhawa, dont sans doute il élève la température en s’y arrêtant au pied
des montagnes: il change de ligne selon les courbures de l’Ohio, et on
le croirait quelquefois ouest et sud; mais toujours identique, il règne
10 parties de temps sur 12, et n’en laisse que 2 à tous les autres vents
réunis: il domine également dans tout le Kentucky; mais il n’y produit
pas les mêmes effets; car tandis que la vallée d’Ohio, dans une largeur
de 5 à 6 lieues, éprouve une humidité et des pluies abondantes, le reste
du pays est tourmenté de sécheresses qui durent quelquefois trois mois:
et les cultivateurs ont le chagrin de voir de leurs coteaux un fleuve
aérien de brouillards, de pluies et d’orages, qui serpente comme le
fleuve terrestre, et qui ne sort pas de son bassin.

A l’équinoxe d’automne arrivent les pluies par les vents de nord-est, de
sud-est, et _même de nord-ouest_: la fraîcheur qu’elles établissent
prépare les gelées: l’automne entière est sereine, tempérée, et est la
plus belle des trois saisons de l’année: car dans tout le _continent de
l’Amérique nord_ il n’y a pas de printemps.

Tel est le climat de Kentucky et de tout le bassin d’Ohio. Il faut
remonter bien avant dans le nord pour lui trouver des changements
remarquables, et surtout pour le retrouver en harmonie avec ses
parallèles de la côte atlantique.... A la hauteur de Niagara même, il
est encore si tempéré, que les froids ne durent pas plus de 2 mois avec
quelque âpreté; et cependant l’on est au point le plus élevé du plateau;
ce qui déconcerte totalement la règle de niveaux.

Dans tout le Genesee, les descriptions que l’on m’a faites de l’hiver ne
correspondent point avec les froids de cette saison sous les parallèles
de Vermont ni de New-Hampshire, mais plutôt avec le climat de
Philadelphie 3° plus sud. L’on a remarqué dans cette dernière ville,
comme chose singulière, qu’il y gèle dans tous les mois de l’année,
excepté en juillet; et pour retrouver la même circonstance, il faut
s’élever jusqu’au village d’Onéida en Genesee, par les 43° de latitude;
tandis qu’à l’est des monts, à Albany, il gèle dans tous les mois, et il
n’y peut mûrir ni pèches ni cerises.

Enfin, à Montréal, par les 45° 20´ de latitude, les froids sont moins
rigoureux et moins longs que dans la partie de Maine et d’Acadie à l’est
des montagnes; et les neiges à ce même Montréal durent deux mois de
moins qu’à Québec, quoique cette dernière ville soit située plus bas sur
le fleuve; ce qui contrarie encore la loi des niveaux et indique une
autre cause qui reste à trouver.

Avant d’y procéder, j’ajouterai encore quelques observations et quelques
faits qui en prépareront d’autant mieux le développement.

1º Il résulte des comparaisons que je viens de présenter, que pour
mesurer les divers degrés de température des États-Unis, il faut
appliquer, sur la totalité de ce pays, deux grandes échelles
thermométriques se croisant en sens opposé: l’une placée dans le sens
naturel des latitudes ayant son _maximum_ de froid vers le pôle, par
exemple, au Saint-Laurent; et l’autre son _maximum_ de chaud vers le
tropique, par exemple, en Floride: entre ces deux points extrêmes, la
chaleur, à circonstances égales de niveaux et d’expositions, décroît ou
augmente régulièrement selon les latitudes. L’autre échelle, placée
transversalement de l’est à l’ouest dans le sens des longitudes, est un
thermomètre à deux branches renversées, ayant une boule commune ou
_maximum_ de froid qui pose sur l’Alleghany, tandis que l’extrémité de
chacune des branches va chercher à l’est et à l’ouest son _maximum_ de
chaleur sur le rivage de l’Atlantique et au Mississipi; et les degrés de
chaleur se mesurent sur chacune en raison combinée des niveaux et des
expositions. Ce n’est qu’en ayant égard à ces règles compliquées que
l’on pourrait dresser un bon tableau général de température et de
végétation pour les États-Unis: l’idée que l’on en trouve jetée dans un
mémoire de la société de New-York, est une idée ingénieuse, et qui peut
devenir utile; mais pour remplir son objet avec exactitude, elle a
besoin de l’application et de l’emploi des principes que je viens
d’exposer.

2º La différence de climat entre l’est et l’ouest des Alleghanys, est
d’ailleurs accompagnée de deux circonstances majeures que je crois
n’avoir pas été remarquées. La première est que par-delà les 35 et 36°
latitude allant au sud, cette différence cesse d’avoir lieu, et la
température des Florides et de la Géorgie occidentale, depuis le
Mississipi jusqu’à la rivière Savanah et à l’Océan, est soumise à des
règles identiques et communes; en sorte que la chaîne des Alleghanys et
le retour des Apalaches, forment réellement de ce côté la limite de
cette différence, et par cela même se décèlent pour être une de ces
causes efficientes.

La seconde circonstance est que cet excès relatif de température cesse
encore presque subitement entre le 43 et 45° latitude nord, vers les
grands lacs de Saint-Laurent: à peine a-t-on passé la rive méridionale
du lac Érié, que le climat se refroidit de minute en minute dans une
proportion étonnante: au fort Détroit, il ressemble encore à celui de
Niagara son parallèle; mais dès le lac Saint-Clair, les colons trouvent
les froids beaucoup plus longs et plus rigoureux qu’à Détroit. Ce petit
lac reste gelé tous les ans, depuis novembre jusqu’en février: les vents
de sud et de sud-ouest, qui tempèrent l’Érié, deviennent plus rares ici,
et l’on ne peut y mûrir d’autres fruits que des pommes et des poires
d’hiver.

Au fort de Michillimakinac, 2°½ plus nord, des observations faites en
1797, sous la direction du général américain Wilkinson[95], constatent
que du 4 août au 4 septembre, le thermomètre en diverses stations depuis
le lac Saint-Clair, ne marqua jamais plus de 16°½ R. à midi; et qu’au
soir et au matin, il descendit souvent jusqu’à 5°½ R. (sur glace); ce
qui est plus froid que Montréal sous le même parallèle.

Ces faits s’accordent parfaitement avec les résultats généraux que M.
Alexandre _Mackensie_ a récemment publiés dans la relation de ses
intéressants voyages à l’ouest et au nord-ouest de l’Amérique: j’avais
déja eu occasion dans mon séjour à Philadelphie, de connaître cet
estimable voyageur et d’en obtenir divers renseignements sur ces objets:
l’un de ses associés, M. Shaw, avec qui j’eus aussi l’avantage de me
rencontrer en 1797, et qui arrivait d’un séjour de treize ans dans les
postes les plus reculés de la traite des pelleteries, eut également la
complaisance de satisfaire à mes questions, et il résulte de ces
informations réunies:

«Qu’à partir du lac Supérieur, allant à l’ouest, jusqu’aux _montagnes
Stony_ ou _Chipewans_, et remontant au nord jusqu’au 72°, le pays
maintenant bien connu par les traitants canadiens, offre un climat d’une
rudesse et d’une âpreté de froid qui ne peut se comparer qu’à la
Sibérie: que le sol généralement plane, dénué d’arbres, ou n’en ayant
que de rares et de rabougris, parsemé de lacs, de marais, et d’une
prodigieuse quantité de cours d’eaux, est sans cesse battu de vents
furieux et glacés, venant des parties de nord et surtout de nord-ouest:
que dès le 46° la terre _est gelée pendant toute l’année_: que dans
plusieurs fortins de la traite, entre les 50 et 56°, l’on n’avait pu par
ce motif établir des puits, cependant très-nécessaires: que M. Shaw
lui-même en avait creusé un au poste Saint-Augustin, à environ seize
lieues des montagnes; et quoiqu’il l’eût entrepris en juillet, il avait,
dès le troisième pied, rencontré le sol gelé; et le trouvant de plus en
plus ferme, il avait été contraint d’abandonner le travail à une
profondeur de vingt pieds.»

L’on ne peut douter de ces faits, tant à raison du caractère des
témoins, que de l’appui qu’ils trouvent dans d’autres semblables:
Robson, ingénieur anglais qui, en 1745, construisit le fort de Galles,
sur la baie de Hudson, par les 59°, raconte avec surprise et candeur:

«Qu’ayant voulu creuser un puits au mois de septembre, il trouva d’abord
trente-six pouces anglais de terre dégelée par les chaleurs antérieures;
puis une couche de huit pouces gelée ferme comme roc: sous cette couche,
un terrain sableux et friable, glacial et très-sec, dans lequel ses
sondes ne purent trouver d’eau, parce que, dit-il, le froid continuel
gelant les eaux superficielles, les empêche de pénétrer au-dessous du
point où les chaleurs de l’été parviennent à les dégeler[96].»

Édouard Umfreville, facteur de la compagnie de Hudson, depuis 1771
jusqu’à 1782, observateur plein de sens et d’exactitude, atteste
également que:

«La terre dans ces contrées, même au cœur de l’été, où les chaleurs
sont vives pendant quatre à cinq semaines, ne dégèle qu’environ quatre
pieds anglais, là où le sol est déboisé et soumis à l’action du soleil;
et deux pieds seulement là où il est ombragé des chétifs genévriers et
pins qui composent toute la végétation du pays[97].»

Il est donc évident qu’au delà d’une certaine latitude, le climat à
l’ouest des Alleghanys n’est pas moins froid que ses parallèles à l’est;
et cette latitude, dont le terme moyen paraît être vers les 44 ou 45°,
en prenant pour limite les grands lacs, et surtout la chaîne des
montagnes _Canadiennes_ ou _Algonkines_, circonscrit par cela même le
climat chaud du pays d’Ouest à un espace d’environ 9 à 10 degrés qui se
trouve enceint sur trois de ses côtés par des montagnes. Sans doute la
présence de ces montagnes contribue pour quelque partie à cette
différence; mais quelle en est la cause majeure et fondamentale? d’où
provient ce phénomène géographique réellement singulier? Voilà le
problème à résoudre; et parce que la comparaison de beaucoup de faits et
de circonstances m’a fait reconnaître pour agent principal un courant
d’air ou vent dominant habituellement dans le bassin de Mississipi, dont
les vents diffèrent de ceux de la côte atlantique, je crois devoir
fournir au lecteur les moyens d’asseoir son jugement, en lui développant
le système entier des courans de l’air qui règnent pendant l’année aux
États-Unis.



CHAPITRE IX.

Système des vents aux États-Unis.


En Europe, surtout en France et en Angleterre, nous nous plaignons de
l’inconstance des vents et des variations qu’elle produit dans la
température de l’air; mais cette inconstance n’est en rien comparable à
celle de l’atmosphère des États-Unis; j’oserais affirmer que dans une
résidence de près de trois ans[98], je n’ai pas vu un même vent régner
trente heures de suite, un même degré de thermomètre se maintenir
pendant dix heures; sans cesse les courants de l’air varient, non de
quelques degrés de compas, mais d’un point de l’horizon à son opposé; du
nord-ouest au sud et au sud-est; du sud et du sud-ouest au nord-est: ces
variations attirent d’autant plus l’attention, que les changements de
température sont aussi contrastants que subits; et dans un même jour, en
hiver même, on aura eu au matin de la neige, et zéro de glace par vents
de nord-est et d’est; vers midi, 6 et 7 degrés par vents de sud-est et
de sud; et dans le soir 1 et 2° sous glace par vent de nord-ouest: en
été, vers deux heures après midi, on peut avoir 24 et 25° de chaleur par
calme; un orage arrive par vent de sud-ouest; il pleut vers quatre ou
cinq heures; à six ou sept, le vent de nord-ouest se déclare frais et
impétueux à son ordinaire, et avant minuit le mercure sera à 17 et même
16°. L’automne seule, depuis le milieu d’octobre jusque vers la
mi-décembre, montre quelques jours continus de vent d’ouest, et d’un
ciel clair et serein; genre de temps que sa rareté rend d’autant plus
remarquable. Cette mobilité de l’air l’est elle-même d’autant plus
qu’elle a lieu sur une étendue de pays très-vaste, et que les mêmes
vents se font sentir presque à la fois sur toute l’étendue de la côte
atlantique, depuis Charlestown, jusqu’à Newport, et même Halifax, et
depuis le rivage de l’Océan jusqu’à l’Alleghany. Ce n’est pas qu’il n’y
ait de ces brises partielles qui, dans tous les pays maritimes,
affectent certaines localités et certaines positions du soleil sur
l’horizon: je veux dire seulement qu’à l’ordinaire, les courants de
l’air aux États-Unis parcourent de très-vastes surfaces, et que les
vents y sont _généraux_ beaucoup plus qu’ils ne le sont en Europe.

Tel est surtout le caractère de trois vents principaux, le nord-ouest,
le sud-ouest et le nord-est, qui semblent se partager l’empire de l’air
aux États-Unis. Si l’on supposait l’année divisée en 36 parties, l’on
pourrait dire qu’à eux trois ils en prennent 30 ou 32; savoir, 12 pour
le nord-ouest; 12 pour le sud-ouest, et 6 ou 8 pour le nord-est et
l’est: le surplus est distribué entre le sud-est, le sud et l’ouest. Le
nord pur n’a presque rien. Chacun de ces vents étant accompagné de
circonstances particulières, et devenant successivement dans
l’atmosphère effet et cause de phénomènes considérables et différents,
je vais entrer dans les détails nécessaires à faire connaître leur
marche respective.


§ I.

Des vents de nord, de nord-est et d’est.

Le vent du _nord_ direct est le plus rare des courants de l’air aux
États-Unis: d’après les tables météorologiques que j’ai pu consulter à
Boston, à Philadelphie, à Monticello, il ne souffle pas dans le cours
d’une année huit jours par ces latitudes. Il semble être plus fréquent
dans les plages du sud, d’après des observations faites à Williamsburg,
et citées par M. Jefferson[99]; mais outre que ces observations trop
sommaires sont vagues, il est probable que la direction de nord à
Williamsburg est locale et causée par la position de cette ville sur un
cours d’eau qui va droit au sud dans le fleuve James: il existe beaucoup
de ces cas où un vent général sur un pays se trouve en certains cantons
dévié de 30 à 80° par des bassins de rivière, par des sillons de
montagnes, par des massifs de forêts, etc.; il y a du moins ceci de
certain, que d’après tous les renseignements que j’ai recueillis, tant à
l’est qu’à l’ouest des Alleghanys, le vent de nord direct est le moins
fréquent des vents aux États-Unis[100].

Lorsqu’il se montre, il est plutôt humide que sec, plutôt nuageux que
clair, et toujours froid.

Cette rareté du vent de nord semble au premier coup d’œil contrarier la
théorie générale des vents, qui explique tout leur mécanisme par
l’action du soleil sur l’atmosphère terrestre; par la dilatation inégale
que ses rayons causent en diverses parties; par la lutte qui s’établit
entre les masses d’air froid plus pesant, et les masses d’air chaud plus
léger, pour rétablir l’équilibre et le niveau qui est la loi impérieuse
et constante des fluides: d’où il résulte que l’océan aérien éprouve une
agitation continuelle de courants qui se meuvent en divers sens; et que
l’atmosphère dense et froide du nord doit exercer une pression
habituelle et avoir une tendance constante à s’épancher et à se porter
vers l’atmosphère chaude et dilatée des tropiques; mais outre que ce
mécanisme général est soumis à certaines circonstances géographiques,
nous aurons occasion de voir dans le cours de ce chapitre, que le cas
actuel n’est pas même une exception au principe, et que la dette du vent
de nord est amplement acquittée par deux de ses collatéraux, les vents
de _nord-ouest_ et de _nord-est_, qui s’alimentent du même fonds, et
qui puisent aux mêmes sources que lui[101].


Vent de nord-est.

Ainsi que la plupart des vents, le vent de _nord-est_, en changeant de
pays, change de caractère ou du moins de qualités. En Égypte, sous le
nom de _gregale_, je l’avais trouvé froid, nuageux, pesant à la tête:
sur la Méditerranée je l’éprouvais pluvieux, bourru, sujet aux rafales:
en France, surtout au nord des Cévennes, nous nous en plaignons comme du
plus sec de tous les vents: aux États-Unis, au contraire, j’ai vu
qu’avec autant de raison l’on s’en plaint comme du plus humide et de
l’un des plus froids. Le problème de ces diversités ou de ces contrastes
se résout avec assez de facilité par l’inspection des cartes
géographiques. En effet, en Égypte le vent nord-est arrive du nord de la
Syrie et de la chaîne du mont _Taurus_, qui, par l’Arménie, va se
joindre au Caucase, et qui, pendant plusieurs mois de l’année, est
couverte de neiges: le courant de l’air qui en provient n’a pas le temps
de s’humecter dans son court trajet sur l’extrémité de la Méditerranée;
et il conserve sa froideur et presque sa sécheresse originelles: à
mesure que l’on navigue vers l’ouest, ce même courant d’air, qui
successivement décline de l’Asie mineure sur l’Archipel et sur la
péninsule grecque, devient plus tempéré; et parce qu’il traverse ensuite
la Méditerranée obliquement, sur une plus grande largeur, il y acquiert
plus d’humidité et de moiteur, et finit par être pluvieux,
particulièrement sur la côte d’Espagne.

En France, au midi des Cévennes, le _nord-est_ venant des Alpes, ne peut
être que sec et froid; mais il y est rare, parce qu’un autre courant
collatéral, le _mistral_ des Provençaux usurpe sa place: au nord des
Cévennes le nord-est ne nous arrive qu’après avoir traversé une des plus
longues lignes du continent, à travers les parties nord de l’Allemagne,
puis la Pologne et la Russie; et certes dans ce vaste trajet il acquiert
bien des raisons d’être sec, froid et de longue durée, tel que nous
l’éprouvons... Si l’on s’écarte un peu au nord de cette ligne, il prend
un caractère différent pour la côte de Suède, et il y devient _grand
pluvieux_, non-seulement parce qu’il traverse de biais la mer Baltique
et le golfe de Bothnie, mais encore parce qu’il vient de la mer
d’Archangel, et que la Finlande marécageuse l’abreuve au lieu de le
sécher. Par un nouveau contraste, la côte de Norwège, adossée
immédiatement à celle de Suède, en l’éprouvant encore froid, ne
l’éprouve cependant plus humide, et cela parce que le chaînon du
_Dofre_, qui court presque nord et sud entre les deux pays, arrête les
nuages, et purge de leur pluie le courant d’air qui les
transportait[102].

Aux États-Unis, le vent de nord-est vient d’une étendue de mers dont la
surface, prolongée jusqu’au pôle, le sature sans interruption d’humidité
et de froid: aussi déploye-t-il éminemment ces deux qualités sur toute
la côte atlantique: il n’est pas besoin de regarder le ciel pour savoir
s’il souffle: dès avant qu’il se déclare, on peut le pronostiquer au
sein des maisons, à l’état déliquescent que prennent le sel, le savon,
le sucre, etc. Bientôt l’air se trouble; et les nuages, s’il en
existait, n’en forment plus qu’un seul, sombre et universel. Dans les
saisons froides, ou seulement fraîches, ce vaste nuage tombe en neige;
et si l’air est chaud, il se résout en pluie opiniâtre.... Depuis le cap
_Cod_, jusqu’au banc de _Terre-Neuve_, le vent de _nord-est_ pousse sur
la côte les brouillards les plus froids, les plus _transissans_ que
j’aie jamais éprouvés; il appartient aux physiologistes d’expliquer
pourquoi à Philadelphie comme au Kaire, ce vent affecte la tête d’un
sentiment douloureux de pesanteur et de compression: ce qu’il y a de
certain, c’est que dans ces deux villes, j’ai senti également bien à mon
réveil, avant de voir le ciel, si le nord-est régnait. Or, si une telle
disposition de corps ou toute autre de ce genre est la conséquence
nécessaire d’un état donné de l’atmosphère; s’il en résulte aussi
nécessairement une disposition analogue d’esprit et de faculté pensante,
ne s’ensuit-il pas que l’air exerce une influence majeure sur nos
facultés physiques et morales, comme l’a si bien observé le plus grand
des médecins dans son traité des _airs_, des _eaux_ et des _sites_? et
ne serait-ce pas à des causes de ce genre qu’il faudrait attribuer la
différence frappante qui existe entre certains peuples, dont les uns ont
généralement l’esprit vif, la conception aisée et rapide, tandis que
d’autres ont l’esprit pesant et la perception obtuse et lente[103]?

Les qualités de vent de nord-est diminuent naturellement d’intensité sur
la côte atlantique, à mesure que l’on s’avance plus au sud; mais elles
demeurent reconnaissables jusqu’en _Géorgie_, et nommer ce vent depuis
Québec jusqu’à Savanah, c’est désigner un vent humide, froid et
désagréable.

Ce langage change lorsqu’on passe à l’ouest des Alleghanys: là, au grand
étonnement des émigrants de Connecticut et de Massachusets, le
_nord-est_ et _l’est_ sont des vents plutôt secs qu’humides, plutôt
légers et agréables que pesants et fâcheux. La raison en est que là
comme en Norwége, ces courants d’air n’arrivent qu’après avoir franchi
un rempart de montagnes, où ils se dépouillent dans une région élevée
des vapeurs dont ils étaient gorgés. Aussi n’est-ce que par des cas
accidentels et rares, surtout en été, qu’ils transportent sur l’Ohio et
le Kentucky les pluies que l’on y désire; et alors elles y durent au
moins vingt-quatre heures, et quelquefois trois jours consécutifs, parce
qu’il a fallu un vide considérable dans l’atmosphère du bassin de
Mississipi, pour déterminer l’irruption de l’atmosphère atlantique, et
qu’il faut un ou plusieurs retours du soleil sur l’horizon, pour que la
chaleur de ses rayons rétablisse le niveau entre ces deux grands lacs
aériens: ces ruptures d’équilibre sont plus fréquentes pendant l’hiver,
à raison de l’état tempétueux de l’atmosphère sur la mer et le
continent; alors il n’est pas rare que le _nord-est_ et _l’est_
traversent les Alleghanys, et jettent sur le pays d’Ouest des ondées de
neige ou de pluie; mais bientôt leur antagoniste perpétuel, le
_sud-ouest_, qui règne dans cette contrée dix mois sur douze, les chasse
de son domaine et les force de se replier sur les monts. Là, s’établit
entre eux une lutte habituelle, dont les efforts inégaux et variés sont
l’une des causes de l’agitation de l’atmosphère pendant cette saison. Si
par hasard ils se balancent l’un l’autre, leur double courant n’a
d’issue qu’en s’élevant verticalement dans la région supérieure où ils
se replient l’un et l’autre, glissent horizontalement ou se renversent
dans les couches inférieures; mais tantôt le _sud-ouest_ l’emporte, et
il se répand jusqu’à l’Océan; et tantôt le _nord-est_ est vainqueur, et
il envahit jusqu’au Mississipi et au golfe du Mexique. C’est surtout aux
équinoxes que le choc est violent et l’irruption impétueuse: alors que
le passage du soleil à l’équateur, en refroidissant l’un des pôles qu’il
quitte, et réchauffant l’autre qu’il éclaire, occasione un balancement
général dans l’océan aérien; il arrive entre les masses opposées et les
courants antagonistes, des ruptures d’équilibre dont les conséquences
sont plus violentes et plus étendues. Aussi est-ce de préférence à cette
époque, et dans les mois d’avril et d’octobre que se montrent les
ouragans dont le vent de _nord-est_ est l’agent le plus habituel aux
États-Unis. Ces ouragans ont cela de particulier, que leur furie se
déploie ordinairement sur une courte ligne d’un quart de lieue,
quelquefois de trois cents toises de largeur, et seulement d’une ou deux
lieues de longueur. Dans cet espace, ils arrachent et renversent les
arbres des forêts, et ils y font des clairières, comme si la faux d’un
moissonneur avait passé sur quelques sillons d’un champ de blé. En
d’autres occasions plus rares, ils traversent le continent dans toute sa
longueur, et cela par un mécanisme que j’aurai occasion d’expliquer à
l’article du vent de sud-ouest.

La fréquence des vents de nord-est sur la côte atlantique peut
s’attribuer en partie à la direction du rivage, et des montagnes de
cette contrée, laquelle favorise le cours du fluide aérien. Des
observations faites à Monticello, à Frederick-town, à Bethléem, prouvent
que souvent tout autre rumb souffle dans l’intérieur des terres; quant à
New-Port, à New-York, à Philadelphie, à Norfolk, des observations du
même jour attestent le _nord-est_. Quelquefois ce vent lui-même en porte
des preuves notoires sur sa trace, en versant sur le littoral des ondées
de neige qui ne pénètrent pas dix milles dans l’intérieur. Ce cas arriva
à Norfolk, le 14 février 1798, lorsque dans une seule nuit il tomba sur
cette ville et ses environs plus de 40 pouces de neige, par un vent de
_nord-est_, tandis qu’à dix lieues, au sein des terres, il n’avait pas
même plu, et qu’il régnait plutôt un vent de nord-ouest, ainsi que
l’observèrent plusieurs papiers publics.

Si le vent du nord-est varie ou dévie, c’est ordinairement pour passer à
l’est, et ce dernier vent peut se considérer comme son suppléant et son
alternatif naturel. Moins fréquent que lui, il participe à ses qualités
pluvieuses et froides, surtout au nord des 40 et 41°: à mesure que l’on
s’avance au sud, il devient plus tempéré, sans cesser d’être humide; ce
qui s’explique de soi-même, à raison de la température des mers de ces
latitudes. Il ne faut pas les confondre avec le vent d’_est alizé_ des
tropiques. Celui-ci ne s’élève jamais au delà des 30 ou 32° de latitude,
et seulement lorsque le soleil, au solstice d’été, entraîne de ce côté
la zone d’air qu’il gouverne, en établissant un foyer d’aspiration dans
les parties nord de ce continent. En hiver l’alizé d’_est_ se replie
jusque vers le 22 et 23°, étant d’une part repoussé par l’atmosphère
refroidie de l’Amérique nord, et de l’autre attiré par un nouveau foyer
établi dans l’Amérique sud par le soleil perpendiculaire au Paraguay.
Dans les deux cas, lors même que les vents irréguliers de _nord-est_ et
d’_est_ règnent sur l’Atlantique, leur empire est presque toujours
séparé de celui de l’alizé par une frontière, ou de calme ou de
contre-courants que cause leur inégalité en température, en densité, en
vitesse. Il y a d’ailleurs entre eux ce cachet distinctif que les vents
continentaux de _nord-est_ et d’_est_, malgré l’irrégularité de tout le
système de leur zone, affectent de paraître aux deux équinoxes pendant
les 40 ou 50 jours qui suivent le passage du soleil à l’équateur: aussi
est-ce la saison la plus favorable pour se rendre d’Europe en Amérique;
celle dont profitent les vaisseaux de commerce, qui plus tard ou plus
tôt sont exposés à de longs passages, à raison des vents de _sud-ouest_
et de _nord-ouest_ qui dominent l’Océan atlantique, l’un en hiver et
l’autre en été, et qui dans toutes les saisons ne permettent que des
apparitions courtes et interrompues aux vents de sud-est et de sud dont
je vais parler.


§ II.

Vents de sud-est et de sud.

Le vent du _sud-est_ aux États-Unis a plusieurs traits de ressemblance
avec le _scirocco_ de la Méditerranée, qui est aussi un _sud-est_: comme
lui, il est chaud, humide, léger, rapide; comme lui, il affecte la tête
d’un sentiment pénible de pesanteur et de compression; mais à un degré
infiniment moins fâcheux que le _scirocco_.

Si l’on remarque que le _kamsinn_, ou vent du sud, produit en Égypte la
même sensation; que dans d’autres pays tels que Bagdad, Basra, c’est le
vent du sud-ouest; et que dans tous, c’est toujours un courant d’air qui
a _balayé_ des surfaces terrestres brûlantes et sèches, l’on conclura
que cet effet physiologique est dû à l’action sur nos nerfs d’une
qualité ou d’une combinaison particulière du _calorique_ ou fluide igné.
La différence d’intensité qui existe entre ces divers vents favorise
elle-même cette induction; car si, comme il est de fait, le _sud-est_
américain est moins pénible que le _sud-est_ italien, l’on peut
l’attribuer au long trajet du premier sur l’Atlantique dont l’humidité a
neutralisé les exhalaisons du continent africain, tandis que le
_scirocco_ n’a pas eu le temps d’acquérir cet avantage sur le bassin
étroit de la Méditerranée; et cependant il le possède plus que le
_kamsinn_ et que le _sud-ouest_ de Bagdad, qui ne parcourent que des
continens. Or, si tels sont les effets physiologiques de certains airs,
qu’ils rendent le corps paresseux, la tête lourde, et l’esprit
inapte[104] à penser, serait-il étonnant que dans certaines parties de
l’Afrique où un tel air est habituel, les indigènes eussent réellement
contracté les habitudes paresseuses de corps et d’esprit que l’on
remarque à quelques peuples noirs, et que par le cours des générations
elles se fussent tournées en _nature_, qui par cela même pourrait à son
tour être changée par une habitude des circonstances contraires.

Revenant aux États-Unis, lorsque le sud-est se montre en hiver sur la
côte atlantique, ce qui arrive surtout aux approches de l’équinoxe, il
produit parfois, jusqu’au Canada, des dégels passagers qui ont le
fâcheux effet de gâter les provisions de viandes que l’on fait dans les
pays froids, dès le mois d’octobre, pour cinq ou six mois. Plus au sud,
ces dégels trompent perfidement la végétation, en provoquant, dès
janvier et février, des fleurs qui ne devraient paraître qu’après
l’équinoxe, et que le retour infaillible des gelées ne manque pas de
détruire.

Vers l’équinoxe, surtout vers celui de printemps, le sud-est produit,
particulièrement dans les embouchures de l’Hudson, de la Delaware, et
dans la baie de Chezapeak, des tempêtes courtes mais violentes; leur
durée est assez ordinairement de 12 heures; elles ont ceci de singulier,
que leur furie s’exerce comme un ouragan, sur un espace limité de 10 ou
20 lieues de longueur et de 4 ou 5 de large, sans que hors de cet espace
l’on s’aperçoive du moindre mouvement. J’ai connu deux exemples de ce
phénomène à New-York et un à Philadelphie, où pendant 12 heures l’on
avait essuyé une si violente tempête, que l’on croyait apprendre la
perte de tous les vaisseaux voisins de la côte; cependant, 12 heures
après, les vaisseaux arrivèrent sans avoir remué une voile, et sans
avoir senti le moindre vent extraordinaire.

Cette irruption violente d’un vent léger et chaud ne peut s’expliquer
par la théorie ordinaire des pesanteurs spécifiques, puisque tout autre
vent est plus froid et plus dense que le _sud-est_: il faut donc
admettre l’expansion d’une masse considérable de cet air chaud qui
repousse et chasse l’air plus froid dont il est environné. La forme de
cône ou d’entonnoir des baies et embouchures des fleuves, où ce
phénomène a lieu de préférence, prête à cette explication, en ce qu’un
grand volume d’air poussé dans ces entonnoirs est obligé de s’échapper
par un canal de plus en plus resserré: il y agit presque à la manière
des eaux d’un étang contenu par de hautes digues, auxquelles on ouvre
d’étroites issues: là où la résistance le tient en équilibre, le liquide
demeure calme: mais il s’élance avec impétuosité là où elle vient à
manquer; et cette impétuosité a pour double cause la pression qu’il
éprouve d’une part, et l’espace plus grand où il se développe de
l’autre, en sortant de ses conduits resserrés. Dans le cas dont il
s’agit, cet espace vide est nécessairement dans la région moyenne de
l’air, à une élévation peut-être de moins de 1000 mètres; et le torrent
du sud-est s’y échappe en _montant_ comme tous les airs chauds: il y est
ou condensé par la couche supérieure qui s’y trouve au terme de glace;
ou bien, glissant sous elle, il s’échappe horizontalement, et peut-être
se replie sur lui-même, et forme un tourbillon dont le centre ou l’axe
est en l’air à une hauteur de 5 ou 600 mètres, et dont la circonférence
balaye et rase la terre. Mais quelle est la cause première de ce vide
sans tonnerre et sans météores préalables, du moins sans qu’on en ait
vu? Il faudrait pour résoudre ce problème, avoir rassemblé toutes les
circonstances du phénomène; avoir connu sa manière d’agir, du moins, en
divers points de sa sphère d’action et de sa circonférence; connaître
enfin l’état de l’air et ses directions, avant et après la crise; or,
comme ces données positives m’ont manqué, je ne sait pas y suppléer par
de pures hypothèses.


Du vent de sud.

Le vent de _sud_ direct, que l’on croirait plus chaud que le sud-est,
est néanmoins plus tempéré aux États-Unis. Pendant l’été, saison où il
se montre plus fréquemment, on le regarde comme une brise agréable, et
presque rafraîchissante, à raison de la vapeur humide dont elle abreuve
l’air: j’ai trouvé que cette vapeur, tant à _New-York_ et à
_Philadelphie_ qu’à _Washington_, avait une odeur frappante de marécage
de mer, telle que celle des huîtres, laquelle décèle sa source d’une
manière moins agréable qu’on ne veut le dire. L’on ne peut cependant lui
refuser le mérite de tempérer l’excessive ardeur du soleil et la
réverbération encore plus brûlante de la terre dans les mois de juin,
juillet et août: c’est pour jouir de cette brise de sud, que dans tout
le continent américain l’on préfère l’exposition des maisons au midi,
comme en France nous préférons celle à l’est et au sud-est: dans les
États-Unis, elle a cet avantage qu’en été le soleil est assez élevé sur
l’horizon pour ne point s’introduire dans les appartements protégés par
les _porticos_ ou _piatzas_, dont l’usage est général. En hiver, l’astre
abaissé introduit dans les maisons ses rayons que l’on désire, et il y
fait sentir sa chaleur, en dépit du nord-ouest, qui trop souvent
accompagne sa clarté. Dans cette même saison, si le vent de _sud_ est
quelquefois assez froid, c’est qu’il a passé sur quelques neiges dont la
terre se couvre momentanément, même en Caroline. Et si d’autres fois il
en apporte lui-même au lieu de pluies, c’est parce que dans sa route
aérienne il a rencontré des nuages du nord-est et de l’est, qui n’ont
pas eu le temps de se replier. Mais de telles neiges fondent de suite,
ou deviennent de la pluie en tombant. Six heures de durée suffisent à
rendre au vent de sud le caractère de chaleur moite qu’il tire des mers
tropicales où il prend naissance: je lui ai vu donner à Philadelphie, le
10 mars 1798, une véritable température de Floride. En été, lorsqu’il
est plus rapide qu’à son ordinaire, il ne tarde pas d’amener des orages,
et l’on remarque à Louisville et en d’autres lieux situés sur l’Ohio,
que s’il dure 12 heures continues, il ne manque pas d’amener du
tonnerre; or, en calculant sa marche à un terme moyen de 16 ou 17 lieues
à l’heure, selon une estimation que des expériences sur la vitesse des
vents rendent plausible, c’est précisément le temps qu’il lui a fallu
pour apporter les nuages du centre du golfe mexicain, distant de 10 à
12°. La fréquence du vent de sud en cette saison prouve qu’il existe
alors un foyer d’aspiration dans le nord du continent: mais il reste à
savoir si ce foyer est au-delà ou en deçà de la chaîne _algonkine_, qui
borde les lacs à leur nord. Ce fait ne peut être constaté que par des
observations établies simultanément sur une ligne, depuis le rivage de
Floride par le Kentucky, les lacs Érié, Huron et la chaîne algonkine
jusqu’aux bords de la baie de Hudson; elles jetteraient un grand jour
sur le jeu correspondant de l’atmosphère du pôle et de l’atmosphère du
tropique, ainsi que sur la lutte et sur le balancement des courants du
nord-ouest et du sud-ouest, qui sont les principaux vents des
États-Unis.


§ III.

Du vent de sud-ouest.

Le vent de _sud-ouest_, l’un des trois grands dominants aux États-Unis,
y est plus fréquent pendant l’été que pendant l’hiver, et plus habituel
dans le pays de l’Ouest que sur la côte atlantique; en hiver, l’on
dirait qu’il a de la peine à franchir les Alleghanys; et réellement il
paraît que les vents de _nord-ouest_, de _nord-est_ et d’_est_, plus
puissants dans cette saison, lui interdisent le passage des monts.
Quelquefois néanmoins il profite de leurs déviations, ou surmonte leur
obstacle, et il se montre sur la côte atlantique plus impétueux, et
surtout plus froid qu’il n’appartient à son habitude et à son origine:
l’on eu sent aisément la raison, quand on considère qu’il a traversé la
région élevée des Alleghanys, souvent couverts de neiges pendant
l’hiver, et qu’il a trouvé dans l’Ouest une terre abreuvée de pluie,
dont l’évaporation ne peut que le refroidir.

Au printemps, devenu plus fréquent, il apporte lui-même des neiges
passagères, des ondées de pluie et même de grêle, qui cependant
paraissent plutôt dues aux vents de nord-est et de nord-ouest, dont il
replie et chasse les nuages amoncelés sur les Alleghanys: ces monts
deviennent eux-mêmes le champ clos visible des combats de ces courants
d’air opposés: souvent l’on peut de la plaine observer les nuages
marchant vers Blue-ridge, par les vents d’est ou de nord-est: bientôt
s’y arrêtant, y demeurant stationnaires, puis tantôt s’y fondant en
pluie, tantôt revenant sur leurs pas, chassés par le sud-ouest, qui à
son tour s’établit pour quelques heures. Je fus témoin de ce spectacle
dans la soirée que je passai à Rock-fish-gap, sur Blue-ridge; et mon
hôte, sans être physicien, m’en donna des raisons très satisfaisantes.

Ce n’est que vers le solstice d’été que le sud-ouest règne sur la côte
atlantique d’une manière plus constante qu’aucun autre vent. Il y
devient l’agent principal des orages qui se multiplient dans les mois de
juillet et d’août, et qui sont infiniment plus violents que les nôtres
en France. Souvent la brise du sud, qui a coutume de s’élever vers 10 ou
11 heures, fait place au sud-ouest, qui dans l’après-midi remplit le
ciel de nuages orageux: deux ou trois heures se passent en éclats de
tonnerre, d’un bruit prodigieux, et en éclairs, d’un volume vraiment
énorme; la crise se termine avant le coucher du soleil, par des ondées,
tantôt plus et tantôt moins abondantes.

L’équinoxe d’automne apporte un changement à cette direction du courant
de l’air, et c’est alors son opposé diamétral, le _nord-est_, qui
pendant 40 à 50 jours a la prépondérance sans néanmoins régner seul:
après cette période, le sud-ouest, qui n’avait pas été entièrement
éteint, se ranime et partage le reste de la saison avec le nord-ouest
qui s’éveille, et avec l’ouest direct qui est le plus égal, le plus
serein et le plus agréable des vents de ce continent.

La marche du sud-ouest dans le bassin du Mississipi et d’Ohio, jusque
sur le fleuve Saint-Laurent, est plus régulière et plus simple; l’on
peut dire en deux mots que ce vent domine depuis la Floride jusqu’aux
lacs, et à Montréal pendant dix mois de l’année. Les deux mois où il est
le plus silencieux, sont ceux du solstice d’hiver, pendant lesquels le
nord-ouest et le nord-est occupent l’atmosphère. Après cette époque, il
se ranime en proportion de l’élévation du soleil au zénith, et il
acquiert de telles forces qu’en juillet et en août, il est presque alizé
en Louisiane, en Kentucky, et jusque sur le lac Champlain, pendant 40 à
50 jours; il domine presque également sur le Saint-Laurent; et pour
remonter ce fleuve à la voile, l’on attend quelquefois un mois de suite
des vents d’est ou de nord-est, qui alors même sont peu durables. C’est
encore le sud-ouest qui, vers le 20 avril, fond les glaces du
Saint-Laurent, comme c’est le nord-ouest qui les établit à la fin de
décembre. Le _sud-ouest_ est, avec le _sud_, le vent chaud du Canada, du
Vermont, du Genesee; mais il n’a ce caractère bien marqué que pendant
l’été: il se rafraîchit dans les autres saisons, en proportion de
l’abaissement du soleil à l’horizon, et du rapprochement des terres vers
le pôle. Il se montre au contraire plus chaud, à mesure que l’on revient
vers le Kentucky, le Tennessee et le golfe du Mexique, qui est son foyer
originel.

A raison de ce voisinage, il procure à la Basse-Louisiane une
température si élevée, pendant les quatre mois d’hiver, que malgré
l’apparition assez fréquente des vents de nord-nord-ouest et d’_est_,
l’on peut s’y permettre la culture de la canne à sucre, surtout celle
d’Otahiti: mais il fait racheter cette faveur pendant les quatre mois
d’été, par des chaleurs accablantes et des orages extrêmement violents
et presque journaliers, de l’espèce de ceux qu’aux Antilles l’on appelle
_grains blancs_. La mousson de ces orages commencé après le solstice, et
suit une marche progressive digne d’attention. D’abord c’est vers les
cinq heures du soir, lorsque la chaleur étouffante et humide est
parvenue à son comble, que les nuées orageuses s’élèvent et accourent
du bas du fleuve et de la partie sud-ouest du golfe: chaque jour
l’apparition de ces nuées anticipe de quelques minutes; en sorte que
vers le milieu du mois d’août, les tonnerres se déclarent vers deux
heures après midi; de violentes ondées précèdent et suivent leurs éclats
effrayants; au coucher du soleil tout se pacifie; le ciel redevient
calme, tantôt serein, tantôt voilé de brouillards qu’exhalent d’immenses
marécages et un sol fumant; la nuit se passe tranquille, mais fatigante
par sa chaleur calme, et surtout par les _maringouins_. Le lendemain
matin, la chaleur se ranime à mesure de l’élévation du soleil à
l’horizon et de l’état calme de l’air; dans l’après-midi la crise de la
veille recommence[105]: le vent du sud-ouest pousse ces nuées orageuses
dans l’intérieur du pays, sur le Tennessee et le Kentucky, où elles en
rencontrent d’autres fournies par les rivières, les _swamps_ et les
lacs; par ce moyen, la série des orages s’étend et se prolonge avec des
forces renaissantes jusqu’au Canada.

Maintenant, pour bien apprécier les effets et l’action de ce grand
courant d’air sur la surface du sol qu’il parcourt, et qui lui sert en
quelque sorte de lit; pour bien calculer le caractère et la puissance
du foyer dont il émane, c’est-à-dire l’atmosphère du golfe mexicain, il
faut se retracer plusieurs circonstances géographiques et nautiques de
ces parages: il faut remarquer que le centre du golfe est immédiatement
situé sous le tropique; que pendant les six mois d’été, toute la surface
de ses eaux est frappée d’un soleil vertical et brûlant, qui provoque
une évaporation énorme. Que pendant les six mois d’hiver, l’action de
cet astre y est encore si vive, que les gelées n’approchent point de
cette mer: que les plages d’_Youcatan_, de _Campêche_, de la
_Vera-cruz_, des _Florides_ et de _Cuba_, sont connues pour être d’une
chaleur insupportable; qu’en effet la chaleur doit y être d’autant plus
intense, que le bassin presque circulaire du golfe, enclos d’îles et de
terres, n’admet pas une libre ventilation; qu’enfin les marins citent
cette mer pour être la plus féconde de toutes celles de la zone torride
en orages, en tonnerres, en _trombes_, en _tornados_ ou tourbillons, en
calmes étouffants et en ouragans, tous accessoires naturels d’un air
embrasé et pourtant humide.

Ces circonstances rendent déja raison des qualités que nous avons
reconnues au vent de sud-ouest sur le continent américain; mais
l’observateur ne doit point borner là ses regards; il doit encore
rechercher quelle source inépuisable et première fournit à la
déperdition journalière et immense de ce réservoir aérien: or, s’il
porte sur la carte un œil attentif[106], il remarquera que les deux
seules embouchures ou issues du golfe sont situées entre Cuba et les
presqu’îles d’Youcatan et de Floride; que par celle d’Youcatan, la plus
considérable des deux, le golfe reçoit les courants d’eau et d’air de la
mer de Honduras, qui elle-même les reçoit à son tour de la mer des
Antilles, ouvertes dans l’Océan atlantique; que par le canal de Floride
et de Bahama, le golfe perd et vide continuellement ses eaux dans le
même Océan, et que l’accès de l’air y est obstrué par une triple chaîne
d’îles; il remarquera que ces deux issues sont placées entre les 20 et
24° latitude nord, et que même celle d’Youcatan, par sa communication
médiate avec la mer des Antilles, ouvre et dilate réellement son
embouchure jusqu’au 10e degré; or, il sait que c’est précisément sous
les latitudes de 10 à 24° que les vents alizés du tropique soufflent
toute l’année des parties d’est sur l’Océan atlantique: il apprend des
marins que ces vents alizés naissent à 80 ou 100 lieues des côtes
d’Afrique; qu’ils traversent l’Océan avec un vitesse d’environ 32,400
mètres[107] (à peu près 8 lieues) à l’heure; qu’ils arrivent à la chaîne
des Antilles, sur un front d’environ 10° ou 200 lieues marines: il
conçoit que cet énorme fleuve d’air doit franchir les îles, comme un
fleuve d’eau franchit des rocs semés dans son lit; qu’il entre dans la
mer des Antilles, et que là, emprisonné à droite par les terres de
Saint-Domingue et de la Jamaïque, à gauche par celle du continent
méridional, il est forcé de poursuivre son cours dans la mer de
Honduras, et finalement d’entrer dans le golfe du Mexique..... et dès
lors le problème est éclairci et résolu.

En effet, c’est réellement le vent alizé de l’Atlantique qui, par la
marche que je viens de décrire, alimente l’atmosphère du golfe, et y
produit la plupart des phénomènes dont il est le théâtre. Il y arrive
d’autant plus puissant, que, depuis la chaîne des Antilles, il resserre
de plus en plus son courant, et accumule ses forces sur un moindre
espace: sans doute cette chaîne a d’abord brisé et morcelé son courant,
comme les rocs et les récifs divisent un torrent d’eau, ou même comme
les piles d’un pont divisent le courant d’une rivière. Comme les
courants d’eau, le torrent aérien a éprouvé un mouvement de remous et de
tourbillons aux avant-becs de ces îles qu’il heurte; il s’est partagé et
comprimé pour s’échapper par leurs détroits. Cette compression l’y rend
plus rapide: il se déploie avec plus de force à leur issue, et il forme
des tournoiements à leurs arrière-becs, dont chaque courant se dispute
le vide; la navigation locale des îles rend sensibles tous ces
accidents, par les directions diverses que prend le vent plus près ou
plus loin, au-dessus ou au-dessous de leurs masses émergentes: c’est
absolument le même mécanisme que celui d’un courant d’eau, à la légèreté
près du fluide; et l’étude attentive de tous les tourbillonnements qui
ont lieu sous un pont ou à travers les rocs d’un torrent, donne en petit
une idée exacte de ce qui arrive dans le cas actuel, et en général à
tous les courants aériens.

L’alizé de l’Atlantique, parvenu à l’isthme de _Mosquitos_, semblerait
devoir ou pouvoir franchir cette digue; mais malgré sa légèreté, il agit
encore plus qu’on ne l’imagine à la manière de l’eau, et il ne sort
qu’avec difficulté des canaux et des lits dans lesquels il coule ou
seulement repose: plusieurs faits ici prouvent que les montagnes de
l’isthme de Mosquitos, qui sont le prolongement de la chaîne des Andes,
lui opposent un obstacle efficace et l’empêchent d’entrer dans l’océan
Pacifique. Pour bien apprécier la distribution d’air qui se fait à ce
lieu; nous aurions besoin de deux données, savoir, la hauteur précise de
ces montagnes, et l’épaisseur de la couche ou courant d’air: il est
possible que cette couche soit moins épaisse qu’on ne serait porté à le
croire, les aérostats nous ayant appris que souvent les couches de
l’atmosphère n’excèdent pas 200 mètres, et qu’elles glissent et coulent
les unes sur les autres en sens quelquefois diamétralement opposé, de
manière que dans une ascension de 800 à 1200 mètres, l’on trouve ou l’on
peut trouver deux ou trois vents divers; de nouvelles applications des
aérostats à ce genre d’observation dans le cas dont je parle et dans
d’autres semblables, pourraient rendre à la science aérologique des
services que sous d’autres rapports ils ont jusqu’ici assez vainement
promis.

Quant à la chaîne transverse de _Mosquitos_, supposons-la seulement de
300 toises (600 mètres) d’élévation; elle sera déja capable de barrer le
courant alizé dans une étendue plus que suffisante à lui conserver toute
sa puissance: la portion supérieure qui s’en échapperait ne serait qu’un
_trop-plein_ inutile; et l’on a droit de croire que ce _trop-plein_
n’existe pas; car on ne trouve point sa trace au revers occidental de
ces montagnes, sur la côte de la mer Pacifique: les vents sur cette côte
suivent une marche tout-à-fait différente; l’on y a des brises locales
de terre et de mer qui s’étendent à plusieurs lieues du rivage d’une
manière indépendante de tout autre système que le leur: ce n’est qu’à
environ 40 lieues au large que soufflent des vents généraux, qui surtout
en été sont de la partie d’ouest, par conséquent diamétralement opposés
à l’alizé; ces vents règnent depuis le 10e degré de latitude jusqu’au
21e, c’est-à-dire sur toute la côte de Mexique, entre le
_Cap-corientes_ et le _Cap-blanc_ de _Costarica_. L’on ne saurait dire
que l’alizé s’échappe latéralement par l’isthme de Panama, puisque dans
ces parages, les vents de la mer Pacifique viennent en été des parties
de sud et sud-ouest opposées à l’est. Ainsi, il est constant que
l’isthme de _Mosquitos_ et sa chaîne, quelle que soit sa hauteur, sont
une frontière de séparation entre deux systèmes de vents différents.

L’alizé atlantique, ainsi barré, doit cependant trouver une issue: celle
du canal de la Jamaïque, large et libre, s’offre de préférence à toute
autre. Il y porte donc son courant, et il entre dans la mer de
Hondouras. Quelques portions latérales de ce vent effleurées par les
terres, paraissent se détacher de son courant: car les marins observent
que depuis le cap _Vela_, pointe de Maracaïbo, les vents varient et
diffèrent dans une ligne parallèle au courant principal, et en fermant
au sud les golfes de Sainte-Marthe, de Cartagène, du Darien et de
Porto-Bello; quelques-uns sont aspirés par les bassins des grandes
rivières et par les hautes montagnes de terre ferme, et soufflent de
nord-est à nord-ouest. D’autres soufflant ouest, sont de véritables
contre-courants semblables à ceux qu’on observe dans toutes les rivières
rapides, et dont le Mississipi offre des exemples si frappants qu’ils
aident en partie à remonter ce fleuve; tandis qu’à la droite du grand
courant aérien, une autre portion détachée forme les vents de sud qui
soufflent en été de juin en août, sur la côte méridionale de Cuba et de
la Jamaïque. Ainsi, par un dernier trait de ressemblance avec l’eau, le
courant aérien ne jouit de toute sa force que dans la ligne libre et
droite de son canal.

A son entrée dans la baie de Hondouras, il décline un peu, et devient
sud-est: et comme il ne rencontré plus d’obstacles, il entre sous cette
ligne dans le golfe du Mexique: je dis qu’il ne rencontre plus
d’obstacles, parce que la presqu’île d’Youcatan est une terre de sables,
si basse qu’elle ne lui en oppose aucun: aussi don Bernard de Orta, à
qui l’on doit une instructive dissertation[108] sur les vents de la
Vera-cruz, observe-t-il que le sud-est est le dominant de tous ces
parages.

Maintenant, représentons-nous un volume d’air d’environ 90 à 100 lieues
de largeur, sur 200 ou 300 toises de hauteur, affluant comme un torrent
qui court au moins 400 toises ou 800 mètres à la minute, et imaginons ce
que peut devenir cette immense quantité de fluide accumulé dans l’espèce
de cul-de-sac que forme le bassin circulaire du golfe. Il est évident
que par un effet composé et de la courbe des terres qui lui servent de
rivage, et de la diminution graduelle de sa force d’impulsion, ce
torrent aérien, d’abord vu en masse, prend un mouvement de tournoiement
dont l’axe ou _vortex_, variable, selon certaines circonstances,
s’établit principalement vers le nord du golfe, d’où le _trop-plein_ se
verse sur les terres adjacentes; de là une cause fondamentale de tous
les phénomènes que nous présentent et l’atmosphère de ce local, et le
sud-ouest continental qui en dérive.

Ensuite analysé dans ses détails, ce vaste courant se subdivise en
plusieurs branches qui suivent des lois qui lui sont propres et des
directions que les localités leur imposent.

La première et la plus latérale de ces branches, celle qui, après avoir
traversé l’_Youcatan_, prolonge les terres de la Vera-cruz et de
_Panuco_, obéissant à sa direction propre et à celle des montagnes de
_Tlascala_, se porte vers l’intérieur du Mexique et remonte par les
bassins des rivières de _Panuco_, de _Las-naças_, _Del-norte_ ou
_Bravo_, et de toutes leurs affluentes jusqu’aux montagnes de la
_Nouvelle-Biscaye_, du _Nouveau-Mexique_ et de _Santa-Fé_: j’oserais
dire sans connaître les vents de l’intérieur de ces pays, que les
dominans y sont du sud à l’est, dans toute la partie qu’arrosent les
rivières dont j’ai cité le nom.

Ce doit être cette même branche de vent qui, parvenue sur les montagnes
du Nouveau-Mexique, prend un autre caractère, et qui se versant sur la
côte de _nord-ouest_, si bien explorée par _Vancouver_, domine pendant
l’été sur les parages de _Noutkâ_: le capitaine _Meares_ qui, dès 1791,
y avait fait plusieurs bonnes observations, nous y représente ce vent de
sud-est comme un vent violent, tempétueux, pluvieux, brumeux, et d’_un
froid piquant_; ce qui est un cas nouveau pour le _sud-est_, dans tout
l’hémisphère boréal; mais ce vent acquiert cette qualité en passant sur
les neiges et sur les glaces qui couvrent les montagnes du
Nouveau-Mexique, glaces qui ont mérité à leur chaîne, parmi plusieurs
noms, ceux de _Icy_, ou _Monts de glace_ et de _Shining_ ou _Brillants_.
Il paraît que ces montagnes ont une élévation digne de la Cordillière
des _Andes_ dont elles sont le prolongement, et que le sud-est _Noutkan_
doit sa force à leur hauteur: car le même navigateur _Meares_ observe
que, plus loin au sud, le vent dominant sur cette mer, faussement
appelée _Pacifique_, est pendant l’été le vent d’ouest, qui règne
jusqu’au 30°, «où _commence_, ajoute-t-il, _la zone des vents alizés
d’est_[109];» c’est-à-dire que ce parallèle (le 30°) est la frontière de
deux vents diamétralement opposés: cas singulier en apparence et
pourtant naturel et commun: ce vent d’ouest, doux, serein, clair et
beau, étant le contre-courant de l’alizé d’est, torrent principal,
rapide et presque impétueux; c’est de leur frottement que naissent ces
tourbillons, ces vents variables, ces remous, ces calmes, qui ont été si
funestes aux vaisseaux qui, les premiers, firent leur retour en Chine,
en suivant ce même parallèle.

Retournant au golfe du Mexique, une seconde branche de l’alizé
atlantique, intérieure à la précédente, et formant la majeure partie de
ce courant, se dirige vers les plages de la Louisiane et des Florides:
sa ligne, comme l’on voit, devient sud-ouest: cependant, sur le
Mississipi même, elle est plutôt sud direct, car les navigateurs de ce
fleuve observent que sur son lit il ne règne proprement que deux vents,
le sud et le nord: la raison en est, comme pour toutes les rivières, que
la direction du vêtît y est maîtrisée et décidée par celle du lit et de
sa vallée. Il est d’ailleurs naturel qu’avant de tourner totalement
sud-ouest, une portion se soit détachée sud; et cette portion ou rumb
doit dominer sur les parages de la baie Saint-Bernard.

Une troisième branche en retour vers la presqu’île de Floride, essaie de
la franchir et de s’échapper sur l’Océan atlantique; mais elle est
forcée de se replier dans le golfe, parce qu’elle rencontre, surtout en
été, le vent alisé d’est, dont la zone s’étend alors sur l’atlantique
jusqu’aux 30 et 32°. Le reversement de cette branche et son addition à
la précédente, deviennent l’une des raisons pour lesquelles, à cette
époque, c’est-à-dire en juillet et août, le sud-ouest redouble de force
sur le continent des États-Unis.

Enfin la portion centrale du grand tourbillon, maintenue en une sorte
d’équilibre par des mouvements opposés, est l’agent et le siége des
vents variables, des calmes étouffants, des orages qui en sont la suite,
et de tous les incidents propres à ce golfe. Ces données du raisonnement
sont confirmées par les récits positifs des navigateurs. Don _Bernard de
Orta_, capitaine du port de la Vera-cruz, établit[110] que dans la
partie sud du golfe, les vents dominants, surtout en été, sont le
sud-est et l’est; qu’en hiver ils inclinent jusqu’au nord-est avec des
rafales de nord, courtes dans leur durée, mais terribles dans leur
action. Bernard _Romans_, voyageur anglais qui en 1776 publia sur les
Florides un ouvrage plein d’instruction et de sens, observe[111] que
dans la courbe qui attache la presqu’île de Floride au continent, les
vents dominants, surtout en automne, sont le nord-ouest et l’ouest; et
ces deux directions sont précisément la ligne du courant d’air en retour
dans son tournoiement. Enfin ces deux écrivains insistent, avec tous les
navigateurs, sur la fréquence des trombes, des tourbillons, des grains
orageux, des calmes et des ouragans de cette mer.

Quelques physiciens ont déja aperçu qu’entre les ouragans des golfes de
Mexique et ceux du continent, même en des lieux très-reculés dans le
nord, il existait une correspondance singulière d’action et de temps. En
1757, _Franklin_, comparant les heures où s’était fait sentir en divers
lieux un ouragan qui au mois d’octobre traversa le continent, depuis
Boston jusqu’à la Floride occidentale, trouva que le déplacement de
l’air n’avait commencé à Boston que plusieurs heures après avoir
commencé sur la côte du golfe, et que de proche en proche, l’avance ou
le retard avait été proportionnel aux espaces: c’est-à-dire que
l’ouragan s’était fait sentir d’abord au lieu où le vent allait, et
qu’il avait fini vers le lieu d’où le vent venait; ce qui à cette époque
où ce sujet était neuf, ne parut qu’une bizarrerie de physique; mais
Franklin en conçut avec sa sagacité ordinaire, que le foyer du mouvement
était placé sur le golfe, et que c’était par l’effet d’un vide subit
dans l’atmosphère de ce golfe, que l’air du continent, aspiré de proche
en proche, s’était précipité pour remplir le déficit.

Des faits postérieurs ont confirmé ce premier aperçu, et ils lui
ajoutent de temps à autre quelques preuves nouvelles: presque tous les
ans, du 10 au 20 octobre, l’on éprouve dans le nord des États-Unis, et
particulièrement sur le lac Érié, un ouragan de douze à quinze heures,
du quart de nord-est à nord-ouest; et précisément à la même époque, les
gazettes font presque toujours mention de quelque ouragan dans les
parages de la Louisiane et des Florides, _par des vents du quart de
nord_. L’attraction, ou plutôt l’aspiration, est bien indiquée; mais il
reste à expliquer comment se fait le vide, et pourquoi, dans la contrée
des Alleghanys, c’est le courant de nord-est qui est spécialement
attiré; car c’est lui qui est l’agent le plus habituel des ouragans
intérieurs, soit généraux, soit partiels. En m’occupant de l’histoire
des vents, et combinant les diverses idées que ce sujet m’a fournies sur
le mécanisme des orages, il m’a semblé que ce problème, assez curieux en
physique, ne m’était pas entièrement insoluble.

La chimie, il est vrai, n’a point encore analysé les nuages orageux, ni
leur manière d’agir les uns sur les autres; elle n’a point décomposé
leurs parties constituantes, au point de faire connaître tous les agents
et tous les effets des détonations, des dissolutions subites qui en sont
la suite, et des condensations aussi subites qui réduisent un volume
très-considérable d’eau vaporisée en un petit volume de pluie et d’air
refroidi: mais les faits matériels et plusieurs faits subséquents sont
connus, et d’induction en induction, ils conduisent à des résultats
satisfaisants.

L’on sait qu’il n’y a pas de nuages sans surfaces humides; que les
nuages sont le produit de l’évaporation des eaux et des principes
volatils qu’elles contiennent; que cette évaporation est abondante en
raison de la chaleur, de la sécheresse et du renouvellement de l’air;
que par conséquent les vapeurs nuageuses sont une combinaison des
molécules de l’eau avec les molécules du _calorique_ ou _fluide igné_,
ou _électrique_; car tous ces mots ne représentent à mon esprit qu’un
même principe, soit pur, soit modifié. Ce principe léger et centrifuge
de sa nature, enlève l’eau essentiellement pesante, et il en forme, si
j’ose le dire, de petits ballons, capables de flotter, ou voguer dans
l’air, et pareillement électriques en plus ou moins grande proportion:
ainsi l’on peut dire que les nuages sont des espèces de sels neutres
volatils composés de _calorique_, d’_air_ et d’_eau_, dont les élémens
constituants redeviennent sensibles à l’instant de leur réduction ou
détonation: savoir, l’eau par la pluie qui tombe, le calorique par
l’éclair qui brille et s’échappe, et l’air d’une manière quelconque
moins sensible aux yeux: cependant tous les nuages ne sont pas orageux
ou _tonnerriques_: pour être tels, il paraît qu’ils ont besoin d’une
quantité plus forte de calorique, et qu’ils sont susceptibles de s’en
charger à des doses diverses: il paraît encore que sur la mer,
l’abondance du fluide aqueux, et la température, toujours plus modérée
que sur terre à égalité d’atmosphère, ne leur permettent pas de se
charger d’autant de calorique, ni d’être aussi _orageux_ ou
_détonnants_; et en effet, les marins remarquent qu’il y a moins
d’orages sur la pleine mer; qu’ils y sont moins violents, et que c’est à
l’approche des terres qu’on les trouve plus fréquents et plus forts: par
conséquent l’intensité de la chaleur, ou l’abondance du calorique,
occasionée par la réverbération des terres, est une cause déterminante,
un principe constituant d’orage; il faut y ajouter une foule d’autres
matériaux abondants sur la terre, et rares ou nuls sur l’eau, tels que
les substances minérales volatiles, le soufre, les gaz de diverses
espèces qui se dégagent en quantités très-considérables des corps
animaux et végétaux, en putréfaction ou en simple macération: cet état a
lieu surtout dans les terrains marécageux et fangeux, dont la pâte est
susceptible d’un degré de chaleur bien plus élevé que l’eau pure: or,
cette circonstance se trouve jointe, de la manière la plus remarquable,
à toutes les autres dans le local dont nous traitons; car tout le Delta
du Mississipi est un terrain à demi submergé d’eaux, partie douces,
partie saumâtres. Toute la rive droite ou occidentale de ce fleuve, sur
une longueur de plus de cent cinquante lieues et une largeur moyenne de
vingt, est un terrain noyé chaque année par les débordements: toute la
côte nord du golfe, depuis la baie de Mobile jusqu’à la baie
Saint-Bernard, et même à la rivière _del Norte_, sur un développement de
deux cents lieues, n’est formée que de marécages. Enfin, les plages
d’Youcatan, de Cuba, de Campêche et de la presqu’île de Floride, en sont
abondamment parsemées; et l’on conçoit que toutes ces surfaces qui
composent plusieurs centaines de lieues carrées, doivent fournir une
énorme quantité de gaz inflammable et d’autres matériaux d’orages...

Il est encore assez bien démontré que lorsque des nuages diversement
chargés s’approchent et se touchent, il se produit entre eux une action
tendante à mettre en équilibre le fluide _électrique_ ou _igné_ et tout
autre gaz; que dans cette action le fluide électrique ne se conduit pas
aussi lentement que l’air ou l’eau; qu’à raison de son excessive ténuité
toutes ses parties se mêlent à la fois, et que leur dégagement de toute
autre combinaison est subit et simultané: l’effet de ce dégagement sur
l’eau qui est combinée, est de l’abandonner à sa pesanteur naturelle; de
là ces gouttes de pluie plus ou moins grosses qui suivent à la fois, et
l’éclair dont la lumière montre le _pur fluide igné_ au moment où il se
dégage, et le coup de tonnerre dont le bruit est le choc de l’air qui se
précipite dans le vide formé par la condensation ou réduction de la
vapeur en eau. Or, si l’on considère que l’eau bouillante développée en
vapeurs est estimée occuper dix-huit cents fois son premier volume, et
qu’à de moindres degrés elle l’occupe encore plus de mille fois; que par
conséquent un nuage de 1000 toises cubes peut subitement se réduire à
une seule, ou si l’on veut compter au plus bas, seulement à 10 toises;
si l’on ajoute que la vitesse de l’air qui rentre dans le vide est égale
à celle du boulet de canon, c’est-à-dire, qu’elle parcourt 422 mètres
par seconde, l’on ne sera plus étonné de la force prodigieuse de ces
coups de vent qui, sous le nom de _grains_, de _rafales_, de _trombes_
et d’_ouragans_, arrachent les arbres, renversent les édifices,
soulèvent les eaux, et jettent du haut de leurs remparts des canons de
vingt-quatre avec leurs affûts, comme on en a vu plusieurs exemples aux
Antilles, et l’on concevra que ce sont réellement des vides pneumatiques
subitement formés qui sont la cause habituelle et puissante de tous les
mouvements violents de l’atmosphère.

Ils expliquent très-bien, ces vides, le cas particulier des ouragans par
vent de _nord-est_ ou de _nord-ouest_ qui ont lieu aux États-Unis; car
si l’on suppose, comme il est de fait, qu’il y a continuité d’atmosphère
depuis les Alleghanys et le lac Érié jusqu’à la chaîne de l’isthme du
Mexique, il est évident que lorsque les orages du golfe condensent
subitement une partie considérable de l’air de son atmosphère, celle du
bassin de Mississipi s’ébranle immédiatement, et s’élance pour remplir
le vide: si, dans ces cas, la colonne de nord-est est le plus souvent
affectée et mue, c’est parce que son antagoniste diamétrale, la colonne
de sud-ouest, est celle-là même qui manque et qui se retire; en sorte
que dans cette circonstance l’on peut dire que le vent de _nord-est_ est
le repli du vent de sud-ouest. L’on doit d’ailleurs considérer comme un
lac ou océan d’air tout l’espace que je viens de désigner, ayant pour
rivages et pour digues les chaînes des montagnes et les terres des
Antilles: l’Alleghany qui forme une de ces digues sur tout le côté
oriental, y sert d’appui en même temps à un autre lac aérien qui est
l’atmosphère de la côte atlantique: or, ce dernier lac contigu à
l’atmosphère du nord et nord-est qui l’alimente, est composé d’un air
froid et dense, tandis que celui du pays d’ouest est composé d’un air
chaud et dilaté; par conséquent le _lac atlantique_ pèse sans cesse à sa
frontière sur le _lac d’ouest_, et par les lois de l’équilibre il tend
sans cesse à s’y verser: du moment donc que l’effort habituel de l’air
chaud dilaté cesse de soutenir et de repousser le poids qu’il soutient,
ce poids se détend et se verse par un effort aussi puissant que naturel,
et le vent de _nord-est_ s’établit.

Cependant je conviens que le retour constant de l’un de ces ouragans à
l’époque du 10 au 20 octobre, tient à quelque circonstance particulière
et déterminée. Je crois la voir dans le changement général que le
passage du soleil à l’équateur opère alors dans la totalité de
l’atmosphère. Tandis que cet astre s’était tenu au nord de la ligne, et
surtout dans le voisinage du tropique du cancer, ses rayons appliqués
sur le continent septentrional, en y excitant de vives chaleurs, y
établissaient un foyer d’aspiration vers lequel se dirigeaient tous les
courants de l’air; en sorte que l’atmosphère de la zone même du tropique
se reversait jusque vers le cercle polaire, et y restreignait l’empire
et les limites des vents froids du nord... Lorsqu’au contraire le soleil
a repassé la ligne, précisément vingt à vingt-cinq jours après vers la
mi-octobre, il se trouve perpendiculaire au plus grand diamètre de
l’Amérique méridionale: dans cette situation, échauffant ce vaste
continent sur sa plus large surface, il y établit un autre foyer
d’aspiration qui attire vers lui un volume immense d’air dont il a
besoin, et qui détourne ainsi à une grande distance, les courants de
l’air, ou vents, de leur direction antérieure: alors l’atmosphère
boréale a la faculté de se reverser jusqu’au tropique du cancer; et de
là le repli et la retraite des vents alisés d’_est_, qui se rapprochent
de l’équateur jusqu’au 20 et même jusqu’au 18e degré; de là ces vents
périodiques de nord-est, qui de l’atlantique affluent sur la Guyane
depuis décembre jusqu’en mars et avril, quand le soleil est sur le
Paraguay, et qui, après avoir versé leur excessive humidité sur cette
Guyane, continuent leur route par-dessus le continent vers les Andes; de
là ces vents de la partie de nord qui, à dater d’octobre, se montrent
plus fréquents sur le golfe de Mexique, et arrivent jusqu’à l’isthme de
la mer Pacifique. Le passage du soleil au sud de l’équateur est donc un
moment de secousse qui ébranle à la fois l’atmosphère de l’une et de
l’autre zone polaire. Au premier instant où se fait l’un de ces
reversements, l’air du golfe mexicain venant tout à coup à se porter
vers le sud, il en résulte un vide immense dans lequel se reverse à son
tour l’atmosphère du bassin de Mississipi; et si l’on considère que la
durée d’environ douze heures qu’affectent les ouragans du lac Érié, et
en général de ces contrées, est à peu près un temps proportionnel à
l’espace qui doit être parcouru et comblé, l’on regardera comme d’autant
plus probable la cause que je leur attribue.

Les vides par détonation me paraissent aussi le seul moyen d’expliquer
ces grêles incompréhensibles, où, contre toutes les lois de la
pesanteur, l’on voit descendre du haut de l’air des glaçons de plusieurs
livres[112]. L’explosion électrique ayant subitement purgé de calorique
et condensé un volume immense de vapeurs, l’air glacial de la haute
région fond tout à coup dans le vide, comprime l’eau qu’il gèle en même
temps, et par cette même force d’élan qui arrache les arbres et renverse
les édifices, il saisit et transporte les masses glacées dans la région
de l’air; aussi ne voit-on jamais de grêle sans vent plus ou moins
violent, et l’on peut même dire que la force du vent est toujours
proportionnée à leur grosseur.

Un mécanisme semblable peut encore expliquer les _trombes_, qui sont des
tourbillons de vent et d’eau que l’on voit ordinairement en temps
orageux et calmes, et toujours nuageux, se promener ou plutôt courir sur
la mer, quelquefois sur la terre, en forme de cône renversé, ayant sa
base dans les nuages, tandis que sa pointe, en forme de spirale, verse
en bas un torrent d’eau qui a quelquefois submergé des vaisseaux. L’on a
cru d’abord, par comparaison aux jets d’eau, que les _trombes_ étaient
un effet des volcans sous-marins qui les lançaient, pour ainsi dire,
comme les baleines lancent des fusées d’eau par leurs _évents_. Sans
doute il est possible que de tels cas soient arrivés; et alors le jet
d’eau a dû être stationnaire et très-considérable: mais les _trombes_
dont il s’agit, étant mobiles, errantes, et même rapides dans leur
course comme dans leur tournoiement, il faut leur reconnaître une cause
toute différente: il paraît que par suite de l’état orageux de l’air, et
de quelques détonations imparfaites, il se fait dans la région moyenne
de l’atmosphère des vides moins étendus ou moins subits, dans lesquels
les nuages sont néanmoins entraînés par l’air qui y afflue; quelque
couche d’air plus froide que les autres condensant ces nuages, comme
fait la goutte d’eau froide dans la pompe à feu, il s’y établit un
mouvement de dissolution, et de résolution en pluie; mais, soit parce
que la couche inférieure résiste par sa densité ou par sa chaleur, soit
parce que le tourbillonnement de l’air maîtrise et tient à demi
suspendue l’eau qui veut tomber, les divers filets de cette pluie
finissent par se rassembler inférieurement en un même faisceau, et cette
masse prend la forme d’un entonnoir qui a sa bouche dans la nue en
dissolution, et sa pointe sur la mer où se fait le versement de l’eau
rendue à son poids naturel. Cette forme de cône ou d’entonnoir a
exactement la même cause mécanique, quoiqu’en sens inverse, que les
flammes des grands incendies dont les défrichements offrent de fréquents
exemples aux États-Unis: lorsqu’on y déboise un terrain pour le
cultiver, on rassemble les arbres abattus en un seul monceau au milieu
du champ devenu libre, afin de les mieux brûler, et de ne pas
communiquer le feu aux arbres qui entourent encore de toutes parts: l’on
allume l’énorme bûcher, qui couvre quelquefois un arpent entier, et
quand les flammes l’ont saisi de tous côtés, l’on remarque qu’elles ne
montent pas perpendiculairement chacune à elle même, mais que toutes se
courbent et vont se rassembler en un faisceau au centre du bûcher, où
elles s’élèvent en cône droit ou en entonnoir renversé dont la pointe
s’élance dans l’air, toujours avec ce mouvement de tourbillon et de
spirale qui a lieu en sens inverse dans le cône de la trombe: de tous
les points de la circonférence, l’air afflue et se porte également au
centre du brasier, auquel il porte l’aliment: la seule différence entre
ces deux opérations, est que dans la trombe c’est un liquide pesant qui
gravite, tandis que dans l’incendie, c’est un fluide essentiellement
léger qui s’élève; tous les deux réunissant leurs parties pour percer
plus facilement l’obstacle qui les presse, et dont la pression cause la
forme spirale, et tous les deux se versant à leur manière, l’un en bas
et l’autre en l’air.

Il serait possible aussi que la trombe fût occasionée par le frottement
de deux courants d’air en sens opposés, puisque ce frottement serait une
cause efficace du mouvement tourbillonnaire; il suffirait que l’un des
deux fût plus frais que l’autre pour faire entrer ses nuages en
dissolution: mais tous les autres effets et termes de comparaison n’en
restent pas moins les mêmes.

Résumant les faits énoncés dans le cours de ce long article, je pense
avoir clairement démontré que le vent de _sud-ouest_ aux États-Unis,
n’est autre chose que le vent alisé des tropiques dévié et modifié, et
que par conséquent l’atmosphère du pays d’ouest n’est autre chose que
l’atmosphère du golfe de Mexique, et primitivement de la mer des
Antilles, transportée sur le Kentucky: de cette donnée découle une
solution simple et naturelle du problème, qui au premier aspect a pu
paraître embarrassant, savoir: pourquoi la température du pays d’ouest
est plus chaude de 3 degrés de latitude que celle de la côte atlantique,
avec la seule séparation de la chaîne des Alleghanys: les raisons en
sont si palpables, que ce seroit fatiguer le lecteur que d’y insister:
une autre conséquence de cette donnée est que le vent de sud-ouest étant
la cause d’une température plus élevée, il en étendra d’autant plus la
sphère qu’il aura plus de facilité à pénétrer dans le pays; et de là un
présage favorable aux contrées situées sur son passage et sous son
influence, c’est-à-dire aux pays voisins des lacs Érié et Ontario, et
même à tout le bassin du fleuve Saint-Laurent, dans lequel le sud-ouest
pénètre. L’on peut espérer de ce côté une amélioration de climat plus
prompte, plus sensible que dans des parties beaucoup plus méridionales
de l’autre côté des monts: or, cette amélioration arrivera à mesure que
l’on abattra les forêts qui ferment le passage au fleuve aérien.--Et
déja cette cause a commencé de produire ses effets, puisque depuis les
premiers temps de la colonie du Canada, les époques de la clôture du
fleuve par les glaces ont retardé de près d’un mois, et qu’au lieu
d’assurer les vaisseaux sous la condition d’être sortis à la fin de
novembre, comme il étoit spécifié au commencement du siècle dernier, la
clause actuelle d’assurance n’a plus lieu que pour le vingt-cinq
décembre, ou jour de Noël: malheureusement de plus grandes espérances à
cet égard sont fortement contrariées par le vent de nord-ouest dont il
me reste à tracer l’histoire. Mais avant d’examiner le pour et le contre
de cette question d’amélioration, je ne puis me dispenser de dire un mot
d’un phénomène intimement lié au sujet que je quitte, et qui dans nos
études géographiques ordinaires, n’occupe pas la place qu’il mérite: je
veux parler du _courant_ du golfe mexicain, très-bien connu des Anglais
et des Américains sous le nom de _Gulph-stream_.


§ IV.

Du courant du golfe de Mexique.

Les effets de l’alisé du tropique ne se bornent pas à entasser l’air
dans le golfe du Mexique: à force de souffler depuis les côtes d’Afrique
vers celles d’Amérique, et de pousser les flots dans un même sens sur
une ligne de douze cents lieues de longueur, le vent d’est finit par
amonceler les eaux dans le cul-de-sac formé par les rivages du Mexique
et de la Louisiane; il est fâcheux que nous n’ayons pas à cet égard des
données précises de hauteur, et que le gouvernement espagnol, qui s’est
quelquefois occupé de la communication des deux mers par l’isthme de
Panama, n’ait pas fait mesurer leurs niveaux respectifs; mais je n’en
assurerai pas moins avec confiance que les eaux du golfe de Mexique sont
effectivement élevées de plusieurs pieds au-dessus de l’espace qu’elles
laissent derrière elles, même à partir des Antilles, et davantage encore
au-dessus de l’océan Pacifique qui est de l’autre côté. Je me fonde sur
l’analogie de ce qui arrive dans la Méditerranée et dans les lacs et les
étangs d’une certaine étendue, où les vents qui soufflent deux ou trois
jours du même point occasionent à l’extrémité opposée une espèce de
reflux de deux ou trois pieds de hauteur perpendiculaire: cet effet est
sensible dans le port de Marseille, dont j’ai vu les eaux monter jusqu’à
28 pouces par les vents d’est; et il a lieu en inverse par les vents
d’ouest et de sud-ouest sur les côtes de Syrie et d’Égypte, où les
ingénieurs français ont trouvé jusqu’à 31 pouces de variation. J’oserais
assurer que dans le cas présent leur élévation est beaucoup plus
considérable à raison de la puissance et de la continuité de la cause
efficiente; et lorsque je considère que ces mêmes ingénieurs français
ont constaté que la mer Rouge à _Suez_ est élevée d’environ 28 pieds
au-dessus de la Méditerranée à _Peluse_[113], je suis porté à croire
que quelque chose de semblable a lieu dans le golfe de Mexique
relativement à la côte de l’océan Pacifique, et à celle des États-Unis.
Mais, me dira-t-on, admettant un excédant quelconque de niveau, il faut
bien néanmoins que l’équilibre du liquide se rétablisse de quelque
côté.--Oui, sans doute, il le faut; or, cela ne se peut par le canal
entre Youcatan et Cuba, attendu que le double courant de l’air et de la
mer arrive de ce côté dans toute sa force. La surabondance des eaux n’a
donc de ressource et d’issue que par le canal de Bahama: et en effet,
c’est de cet autre côté que les eaux, après avoir tournoyé sur les
rivages du Mexique, de la Louisiane et de la Floride, s’échappent à la
pointe de la presqu’île, sous la précaution et l’abri de la terre de
Cuba et des nombreux écueils et îles Lucayes, qui de ce côté rompent les
efforts de l’Océan et le cours du vent alisé. La rapidité du courant de
ces eaux dans le canal de Bahama, en même temps qu’elle est un fait trop
connu pour y insister, devient une preuve de l’élévation de leur source
dans le golfe. Au sortir du canal, elles conservent dans l’Océan un
caractère très-distinct, non-seulement par la vitesse de leur courant
qui est de 4 et 5 milles à l’heure, c’est-à-dire plus vif que la Seine;
mais encore par leur couleur et par leur température, plus chaude de
cinq à dix degrés (R.) que celle de l’Océan qu’elles traversent; cette
espèce singulière de fleuve prolonge ainsi toute la côte des États-Unis
avec une largeur variable que l’on estime, terme moyen, à 15 ou 16
lieues; et il ne perd sa force et ses caractères que vers le grand banc
de Terre-Neuve, où il se dilate comme dans son embouchure alors dirigée
vers le nord-est: il paraît que l’habile navigateur François Drake est
le premier qui, dès la fin du 16e siècle, remarqua ses effets et
devina sa cause; mais l’une des plus curieuses circonstances, celle de
la température, lui échappa: ce ne fut que vers 1776 que le docteur
Blagden, faisant des expériences sur la température de l’Océan à
diverses profondeurs, trouva que vers le 31° de latitude nord à la
hauteur du cap _Fear_, le thermomètre plongé dans l’eau, après avoir
marqué 72° Fahrenheit (17¾ R.), vint tout à coup à marquer 78 (20½
R.), continua tel pendant plusieurs milles, et ensuite baissa
graduellement à 16½, puis à 14⅔ R., en s’approchant, de la côte,
quand la sonde prit fond et que l’eau devint olivâtre. Ce phénomène,
alors nouveau, fit sensation en Angleterre, et Franklin, qui, dans la
même année, venait en Europe et faisait les mêmes observations, lui
donna encore plus de célébrité. Son neveu et compagnon de voyage, M.
Jonathan Williams, a continué et multiplié les recherches sur ce sujet;
et maintenant l’on peut établir comme théorie complète les faits
suivants:

1º Le _courant_ du golfe marque sa route depuis le canal de Bahama
jusqu’au banc de Terre-Neuve.

2º Il côtoie les rivages des États-Unis à une distance que les vents
rendent variable, mais qui, en terme moyen, s’estime à un degré ou vingt
lieues.

3º A mesure qu’il s’éloigne de son origine, il dilate son volume et
diminue sa vitesse.

4º Il paraît qu’au fond de l’Océan il s’est creusé un lit particulier
très-profond; car les sondes y perdent terre ou deviennent tout à coup
très-longues.

5º Il ronge la côte sud des États-Unis, malgré la résistance des écueils
_Hatteras_ qui le détournent vers l’est d’une pointe et demie de
compas[114], et il menace de les détruire eux-mêmes tôt ou tard. Les
îles sableuses de Bahama, les atterrissements de même nature sur la côte
du continent, les bas-fonds de Nantoket, paroissent n’être que des
dépôts formés par lui; et je suis tenté de dire que les bancs de
Terre-Neuve ne sont que la barre de l’embouchure de cet énorme fleuve
marin.

6º Sur chacun de ses côtés il forme un _eddy_ ou _contre-courant_ qui,
aidé du côté de terre par les fleuves du continent, arrête les dépôts
vaseux qu’on nomme les _sondes_.

7º De longs vents de sud-ouest le rendent moins sensible, parce qu’ils
poussent les flots dans son sens; mais les vents de nord-est, en le
heurtant de front, le rendent plus saillant, et comme disent les marins,
_creusent_ tellement sa vague, que les navires à un seul pont et à haut
bordage courent risque de _sombrer_ sous les fortes lames qu’ils
embarquent.

8º On entre sur son domaine quand on voit la couleur de l’eau devenir
bleue-indigo au lieu de bleue-ciel qu’elle est en plein Océan, et de
verdâtre ou olivâtre qu’elle est du côté de terre, sur les sondes de la
côte. Cette eau vue dans un verre est sans couleur comme sous les
tropiques, et d’une salure plus forte que l’eau de l’Atlantique qu’elle
traverse.

9º Beaucoup d’herbes sur l’eau n’assurent pas de la présence du courant:
elles en sont seulement l’indice.

10º L’on sent son atmosphère plus tiède que celle de l’Océan: en hiver,
la gelée fond sur le pont du vaisseau qui y entre: l’on se trouve
assoupi, et l’on étouffe de chaleur dans les entreponts.

Quelques expériences donneront des idées fixes de cette différence de
température.

Au mois de décembre 1789, M. Jonathan Williams parti de la baie de
Chesapeak, observa que le mercure marquait dans l’eau de l’Océan,

                                        Fahrenheit.  Réaum.

  1º Sur les sondes ou bas-fonds de la côte  47°       6° ¾

  2º Un peu avant d’entrer dans le courant   60       12⅔

  3º Dans le courant                         70       17¼

  4º Avant Terre-Neuve, dans le courant même 66       15¼

  5º Sur Terre-Neuve hors du courant         54       10

  6º Au delà du banc en pleine mer           60       12⅔

  7º Puis en approchant des côtes
  d’Angleterre, il baissa graduellement à    48        7⅓

  En juin 1791, le capitaine Billing
  allant en Portugal, observa à son départ,
  sur la côte d’Amérique, et dans
  les eaux des sondes                        61       13

  Puis dans l’eau du _courant_               77       20

C’est-à-dire, une différence de 7° Réaumur, ou 16° Fahrenheit. En hiver,
M. Williams avait trouvé 47° et 70°; différence 23° F. ou 10° de R.;
donc en été la différence est moindre qu’en hiver; et cela devait être.

Ces recherches ont conduit à une autre découverte qui peut devenir utile
aux navigateurs: à force d’essayer la température de l’Océan en des
lieux divers, l’on s’est aperçu qu’elle était d’autant plus froide que
l’eau avait moins de profondeur, et l’on en a tiré un double indice,
tantôt de l’approche des terres et des rivages, tantôt du voisinage des
écueils sous-marins. En juillet 1791, le même capitaine Billing observa
que, trois jours avant de voir la côte de Portugal, le thermomètre avait
baissé en peu d’heures de 65 F. (15 R.) à 60 (12⅔ R.), et cette
différence arriva précisément sur la frontière de l’Océan sans fond, et
de la mer _sondable_ qui borde notre continent. M. Williams observa
également au mois de novembre, dans un autre voyage, qu’à l’approche des
côtes d’Angleterre le thermomètre tomba de 53 (9⅔) à 48 (7⅔); et
il remarque avec le capitaine Billing, que, si en mer le thermomètre
baisse subitement, c’est l’indication d’un écueil sous l’eau; soit parce
que sous mer la terre serait plus froide que l’eau[115], soit parce que
l’effet refroidissant de l’évaporation se fait plus sentir dans les eaux
_minces_ que dans les eaux _profondes_.

Ce que je viens d’exposer de la marche du _courant_ du golfe mexicain,
devient un moyen satisfaisant d’expliquer deux incidents d’histoire
naturelle, dignes de remarque, sur la côte des États-Unis.

1º Admettant, comme je l’ai avancé, que le _courant_ est la cause des
atterrissements qui bordent son lit, par l’abandon que son remous y fait
des matières charriées, l’on trouve une raison naturelle et simple de la
présence des produits fossiles du tropique à des latitudes très-avancées
vers le nord. Il est très-probable que les bancs de coquilles
pétrifiées, découvertes en fouillant et sondant les rivages
d’Irlande[116], et qui n’ont leurs analogues que vers les Antilles,
doivent leur origine à cette cause ou à toute autre semblable; du moins
son action jusqu’au delà du banc de Terre-Neuve est incontestable.

2º En considérant la dilatation du _courant_ sur ce même banc de
_Terre-Neuve_, comme l’embouchure de cette espèce de fleuve marin, l’on
obtient encore une raison plausible de l’affluence des poissons-morues à
cet endroit, et de leur prédilection pour ses eaux: car, en prolongeant
toute la côte du continent depuis la Floride, le courant devient le
véhicule de toutes les substances végétales et animales charriées et
jetées en mer par les fleuves nombreux et volumineux des États-Unis; et
ces matières légères, telles que poissons, insectes, vermisseaux, etc.,
ne cessant de flotter que là où l’eau amortit son cours, il est
très-naturel que les morues qui s’en nourrissent se rassemblent au lieu
de la _subsidence_ ou du dépôt.

3º Enfin j’y vois l’explication des éternels brouillards qui affectent
ce parage, et à qui l’on ne connaît pas de cause spéciale. En effet, le
courant déposant là continuellement un volume d’eaux tropicales, dont la
température est plus chaude de 4½ de R. ou 9 de F. que celle de la
mer environnante, il en doit résulter le double effet d’une évaporation
plus abondante, provoquée par la tiédeur de ces eaux exotiques, et d’une
condensation plus étendue, à raison de la froideur des eaux indigènes et
de leur atmosphère, qui précisément se trouve dans la direction et sous
l’influence des vents du nord-est, et de ceux de la baie glaciale de
Hudson... Mais il est temps de revenir à mon sujet dont je ne me suis
cependant pas écarté, puisque parlant de _courants_ en général, ceux des
eaux ne sont pas une digression étrangère à ceux de l’air, qui en sont
habituellement la cause motrice[117].


§ V.

Du vent de nord-ouest.

Le vent de nord-ouest, le troisième et presque le principal dominant aux
États-Unis, diffère du sud-ouest sous tous les rapports; il est
essentiellement froid, sec, élastique, impétueux et même tempétueux; il
est plus fréquent l’hiver que l’été, et plus habituel sur la côte
atlantique qu’à l’ouest des Alleghanys, c’est-à-dire dans les bassins du
Saint-Laurent, de l’Ohio et du Mississipi: l’on ne peut mieux le
comparer qu’au _mistral_ provençal, qui est aussi un vent de nord-ouest,
mais d’une origine très-différente; car le _mistral_, inconnu au nord
des Alpes, des montagnes du Vivarais et de l’Auvergne, ne va point
chercher sa source par-delà notre Océan tempéré; il la tire évidemment
de la région supérieure des montagnes qui environnent les bassins du
Rhône et de la Durance, théâtre spécial de sa furie; et il me paraît
venir principalement des sommets des Alpes, dont la couche d’air
refroidie par les neiges et par les glaciers, se verse dans les vallées
pendantes au midi, et surtout dans celle du Rhône où son cours réfléchi
et dévié par les chaînes vivaraises, prend la direction de nord-ouest
pour toute la Provence; il s’y précipite avec d’autant plus de violence
qu’outre sa pesanteur spécifique et la pression de l’atmosphère élevée
d’où il se verse, il trouve encore sur la Méditerranée un vide habituel
occasioné par l’aspiration des côtes et du continent brûlant de
l’Afrique. Aussi se fait-il toujours sentir d’abord sur la mer, et il ne
s’établit que successivement et en remontant dans l’intérieur des
terres; peut-être à ce torrent aérien qui tombe des Alpes, se mêle-t-il
des courants du haut des chaînes du Vivarais et de l’Auvergne; mais ils
n’y sont qu’accessoires, et le foyer ou réservoir principal est
évidemment le haut pays alpin, sans lequel il serait impossible
d’expliquer et de concevoir les apparitions du mistral, subites comme un
coup de canon après chaque pluie, surtout dans la saison chaude.

Le nord-ouest américain a bien quelque chose de cette vivacité; et
j’aurai occasion de montrer que dans plusieurs cas il dérive aussi de la
couche supérieure de l’atmosphère; mais à l’ordinaire et dans ses
longues tenues, il vient jusque des mers glacées du pôle, et des déserts
également glacés qui sont au nord-ouest du lac Supérieur. Dans les
premiers temps, l’on a cru que ce lac et les quatre autres qui lui sont
contigus, étaient la cause principale et même première du froid que le
vent de nord-ouest apporte sur la côte atlantique. Aujourd’hui que tout
le continent est mieux connu, cette opinion ne conserve de partisans que
dans le vulgaire; de bons observateurs avaient déja remarqué que dans
les cantons du Vermont et du New-York, qui ne sont point sous le vent
des lacs, le froid n’était pas moins violent qu’ailleurs; les récits des
Canadiens qui vont à la traite des fourrures bien au delà des lacs, ont
achevé de dissiper tout doute: ces traitants attestent unanimement que
plus ils s’avancent dans le grand-nord[118], plus le vent de nord-ouest
est violent et glacial, et qu’il est leur principal tourment dans les
plaines déboisées et marécageuses de cette Sibérie, et même en remontant
le _Missouri_ jusqu’aux monts _Chipewans_; il faut donc reconnaître que
primitivement le nord-ouest américain tire sa source, et de ces déserts
qui depuis les 48 et 50° sont glacés pendant neuf et dix mois de
l’année, et de la mer Glaciale qui commence vers le 72e degré, et
enfin de la partie nord des monts _Stony_ ou _Chipewans_ qui paraît être
couverte de neige pendant toute l’année; il est à remarquer que par-delà
ces monts, sur la côte de _Vancouver_, le nord-ouest qui vient de
l’Océan et du bassin de _Baring_, est déja plus humide et moins froid;
et comme il souffle bien moins habituellement, il appartient à un autre
système[119].

Sur la côte atlantique, le vent de nord-ouest qui a parcouru le
continent, amène aussi quelquefois des ondées de neige ou de pluie, ou
même de grêle; mais ces nuages appartiennent plutôt à d’autres courants
d’air, tels que le nord-est et le sud-ouest qu’il force de se replier,
et qu’il dépouille en les chassant; d’autres fois ils sont le produit
des surfaces humides qu’il trouve sur sa route; tels les cinq grands
lacs du Saint-Laurent, les marécages, et même les fleuves pris dans les
longues lignes de leur cours; c’est par cette raison que sous le vent de
ces lacs et des longues lignes du Mississipi et de l’Ohio, le vent de
nord-ouest prend un caractère humide en hiver, et orageux en été qu’on
ne lui trouve point en d’autres cantons. Car depuis Charleston jusqu’à
Halifax, parler du nord-ouest, c’est désigner un vent violent, froid,
incommode, mais sain, élastique et ranimant les forces abattues.
Seulement il a cela de perfide en hiver, que tandis qu’un ciel pur et un
soleil éclatant réjouissent la vue et invitent à respirer l’air, si en
effet l’on sort des appartements, l’on est saisi d’une bise glaciale
dont les pointes taillent la figure et arrachent des larmes, et dont les
rafales impétueuses, massives, font chanceler sur un verglas glissant.
Moins rude en été, on le désire pour calmer la violence des chaleurs; et
en effet, il lui arrive alors assez souvent de se montrer après une
ondée de pluie d’orage; et comme il est impossible que le laps d’une
demi-heure lui ait suffi à venir de loin, il est évident qu’il tombe de
la région supérieure qui, à ces latitudes, n’est pas distante de plus de
2,800 à 3,000 mètres: le vide étant formé près de terre par la
condensation des nuages en pluie, la couche supérieure s’y abaisse pour
le remplir; sa direction de nord-ouest vers sud-est lui est imprimée,
parce que l’atmosphère du côté de l’Océan jusqu’au tropique, est
composée d’un air léger et chaud qui ne peut soutenir l’équilibre contre
ce courant froid et lourd; et cette direction n’est pas du nord vers le
sud, parce que de ce côté elle serait repoussée par le reflux du vent de
sud-ouest et de l’alisé tropical, dont le contre-courant vient remplir
les latitudes moyennes. Il paraît que tous ces courants se joignent
ensemble pour former sur l’Océan atlantique depuis les 35 jusqu’aux 48
et 50 degrés de latitude, ce vent d’ouest que nous voyons être le
dominant presque perpétuel des côtes d’Angleterre, de France et
d’Espagne.

Cette attraction ou aspiration de l’atmosphère atlantique est constatée
par l’observation de M. Williams: «On remarque, dit-il, que nos vents de
nord-ouest et d’ouest commencent toujours du côté de la mer;
c’est-à-dire que si plusieurs voiles se trouvent à la file, c’est la
plus avancée en mer qui s’enfle la première, et successivement les
autres jusqu’à la plus voisine du rivage qui s’enfle la dernière[120]».

Les marins font journellement la même observation sur les brises
littorales, dont celle de jour, appelée _brise de mer_, commence
toujours dans l’intérieur des terres au sommet des montagnes et des
collines, qui vers midi deviennent le foyer de chaleur, je dirais
presque la cheminée d’aspiration: en sorte que le vent y est senti un
quart d’heure ou une demi-heure avant de l’être au rivage, et cela
proportionnellement à la distance entre les deux points, ainsi que je
l’ai souvent remarqué en Syrie et en Corse; la brise dite _de terre_
commence aussi sur ces mêmes sommets, parce que là se fait le premier
refroidissement, et que l’air se verse par son poids du haut des
montagnes en bas vers la mer, comme un courant d’eau. Cette différence
dans la manière d’agir de certains vents ou courants d’air, mérite
d’être étudiée, comme servant à caractériser la nature de l’air qui les
compose; mais elle n’est pas moins dans tous les cas l’effet des vides
relatifs, et des densités alternatives que cause l’absence ou la
présence du soleil, tantôt sur la terre, tantôt sur la mer; effet qui
est une sorte de diastole et de systole qu’éprouve l’air tour à tour
échauffé, dilaté, grimpant, ou refroidi, condensé et retombant[121].

Une objection me reste à lever contre un fait qui n’a pu manquer de
frapper le lecteur.--J’ai dit que le vent de nord-ouest était beaucoup
plus fréquent à l’est qu’à l’ouest des Alleghanys: l’on demandera
comment il est possible qu’il arrive au second pays sans avoir passé sur
le premier qui est sur sa route: comme le fait est avéré, il faut bien
qu’il ait un moyen de solution, et ce moyen est de l’espèce du précédent
que je viens de citer (à la note); c’est-à-dire, que les Alleghanys sont
la digue d’un lac aérien dont le fond, nivelé par cette digue, est, sous
sa protection, dans un état de repos ou de fluctuation indépendant de
la couche au-dessus du trop-plein; en sorte que tandis que le vent de
sud-ouest traverse le bassin de Mississipi et le pays de Kentucky,
d’Ohio, etc., jusqu’au bassin du Saint-Laurent, par lequel il s’écoule,
le courant de nord-ouest glisse par-dessus lui diagonalement, et va
par-dessus les Alleghanys et au niveau de leur cime, se verser sur la
côte atlantique, où il acquiert trois motifs d’accélération; savoir: 1º
le poids de son fluide; 2º la pente du terrain; 3º le vide de l’Océan
dans la direction de sud-est.

Le même cas a lieu pour le Saint-Laurent et le Bas-Canada, où les
voyageurs s’accordent à dire que le vent le plus habituel est le
sud-ouest, et après lui le nord-est; très-souvent le nord-ouest n’est
point senti à Québec, tandis qu’il l’est dans le Maine et dans l’Acadie.
Il est évident qu’il a glissé par-dessus le lit concave du fleuve
Saint-Laurent, sans déplacer l’air qui y est stagnant; et si l’on fait
attention que dans un appartement où deux fenêtres sont ouvertes en face
l’une de l’autre, il passe un vent très-vif sans éteindre et sans même
agiter une chandelle placée dans les coins ou dans les côtés, hors du
courant, l’on concevra que l’air a quelque chose de tenace et d’huileux
qui le rend plus difficile à déplacer que ne le supposent les idées que
l’on en a vulgairement.

Enfin, un dernier fait curieux à citer sur le vent de nord-ouest, c’est
qu’aux États-Unis le ciment et le mortier des murs exposés à son action
directe, sont toujours plus durs, plus difficiles à démolir qu’à aucune
des autres expositions; sans doute à raison du hâle extrême qui
l’accompagne: pareillement dans les forêts, l’écorce des arbres est plus
épaisse et plus dure de son côté que de tout autre: et cette remarque
est l’une de celles qui guident les sauvages dans leurs courses à
travers les bois, par le ciel le plus brumeux.--C’est à des faits, à des
observations de cet ordre, aussi simples et aussi naturels, que cette
espèce d’hommes doit la sagacité que nous admirons en elle; et lorsque
des voyageurs romanciers ou des écrivains qui jamais n’ont quitté le
coin de leur cheminée, s’extasient sur la _finesse_ des sauvages, et en
prennent occasion d’attribuer à leur _homme de la nature_ une
supériorité _absolue_ sur l’homme civilisé, ils nous prouvent seulement
leur ignorance en fait de chasse, et du perfectionnement des sens de
l’odorat et de la vue par l’habitude et la pratique d’un exercice
quelconque. Aujourd’hui que l’on a aux États-Unis des exemples
innombrables de _colons de frontière_, irlandais, écossais, kentokais,
qui sont devenus en peu d’années des _hommes-de-bois_ aussi habiles et
aussi rusés, des guerriers plus vigoureux et plus infatigables que les
_hommes-rouges_[122], l’on ne croit plus à la prétendue excellence ni du
corps, ni de l’esprit, ni du genre de vie de l’homme _sauvage_; et ce
que j’aurai occasion d’en exposer ailleurs avec plus de détail et avec
un esprit impartial, excitera sans doute bien moins les sentiments de
l’admiration ou de la jalousie, que ceux de l’effroi et de la pitié.



CHAPITRE X.

     Comparaison du climat des États-Unis avec celui de l’Europe quant
     aux vents, à la quantité de pluie, à l’évaporation et à
     l’électricité.


D’après tout ce que j’ai dit des vents, de leurs lits, de leur marche,
de leurs qualités propres ou respectives aux États-Unis, il devient de
plus en plus facile de se faire une idée nette et générale du climat de
ce vaste pays. De ce que l’on sait que les vents les plus habituels y
viennent presque immédiatement, les uns de la zone du tropique, les
autres de la zone polaire, l’on conçoit pourquoi ils ont des qualités de
froid et de chaud si contractantes, et pourquoi le climat est si
variable et si bourru: de ce que l’on sait que l’un des dominants (le
sud-ouest) vient d’une mer chaude, l’autre (le nord-est) d’une mer
très-froide, le troisième (le nord-ouest) de déserts glacés, l’on sent
pourquoi chacun d’eux est sec et clair, pluvieux ou brumeux.--L’on
devine même les cas d’exception que quelques localités peuvent et
doivent apporter à ces règles générales, et l’on infère naturellement
qu’un vent sec peut devenir pluvieux s’il rencontre sur sa route des
surfaces humides, telles que des lacs, des marais, et des lignes
prolongées de rivières, ainsi qu’il arrivé au pays de _Genesee_, où il
pleut par vent de nord-ouest à cause des lacs Ontario et Huron; par vent
du sud-ouest à cause du lac Érié: tandis que le nord-est et l’est, si
pluvieux à la côte, y sont secs[123]: par inverse un vent pluvieux peut
devenir sec en se dépouillant sur les montagnes de l’humidité qu’il
transporte: enfin, dans les violentes agitations de l’atmosphère, les
courants venant à se mêler, ils peuvent momentanément échanger et
confondre leurs attributs et leurs propriétés.

D’autre part, en considérant que le territoire des États-Unis n’est
traversé que par des montagnes d’un ordre inférieur, et qui n’offrent
pas un obstacle suffisant à rompre la marche des courants, l’on aperçoit
pourquoi les vents y sont et y doivent être presque toujours généraux,
c’est-à-dire _balayer_, selon l’expression anglaise, toute la surface du
pays en long et en large. Et en effet, à cette règle générale, il n’y a
d’exception remarquable que les brises littorales qui ont lieu pendant
les six mois d’été, et qui se modifient selon le gisement soit de la
côte, soit des lits de rivières, et à raison de la distance, de la pente
et de la direction des chaînes et sillons de montagnes. Par exemple,
depuis la Floride jusqu’au New-Jersey, la brise incline au sud-est, et
l’on voit que le terrain verse, et que la côte tourne de ce côté. Au
contraire, depuis le New-York jusqu’au cap _Cod_, la brise est de sud
direct; et du cap _Cod_ jusqu’à l’Acadie, elle vient de l’est et du
nord-ouest, toujours par l’application du même principe à des cas
divers: de même encore elle est plus lente ou plus vive, plus forte ou
plus faible, plus en avance ou plus en retard, selon le degré plus ou
moins intense de la chaleur, selon la pente plus ou moins inclinée des
terres, et l’éloignement plus ou moins grand des hauteurs où se trouve
le foyer d’aspiration[124], ainsi que l’on en a l’expérience très-connue
en marine.

De ces faits dérivent deux vérités lumineuses en géographie physique;

L’une, que ce sont les courants habituels de l’air, les _vents_, qui
déterminent la température, ou le climat d’un pays.

L’autre, que la configuration du sol exerce sur ces courants une
influence de direction ordinairement décisive, et qu’elle devient par là
un agent constitutif, une partie intégrante du climat.

Notre Europe offre l’exemple et l’application de ces deux principes dans
un sens inverse de l’_Amérique-nord_. Dans l’Europe occidentale, les
vents d’ouest sont les grands pluvieux, parce qu’ils viennent de l’Océan
atlantique; et ils se montrent plus frais en Angleterre, plus chauds en
France et en Espagne, à raison des latitudes d’où ils viennent sur ce
même Océan: aux États-Unis, les vents d’ouest sont les plus secs, parce
qu’ils y viennent de la partie la plus large du continent: en France,
ils sont les plus généraux, les plus habituels, parce que la haute
chaîne des Alpes, est un foyer d’aspiration et de condensation, qui sans
cesse les appelle vers elle: aux États-Unis, ils sont les plus rares,
parce qu’il n’y existe pas de point dominant d’aspiration. En Europe,
les vents ne sont presque jamais généraux, mais plutôt divisés en
systèmes indépendants, parce que les hautes chaînes des montagnes,
telles que les Pyrénées et les Alpes, forment des enceintes et comme de
grands lacs d’atmosphère séparés et distincts; et parce qu’ensuite une
foule de chaînes secondaires, telles que les Asturies et les autres
sillons de l’Espagne[125], les Cévennes, les Vosges, les Ardennes, les
Apennins, les Krapatz, le _Dofre_ de Norwège et les montagnes d’Écosse,
presque toutes supérieures aux Alleghanys forment d’autres subdivisions
également caractérisées.

Dans la France seule nous avons autant de systèmes de vents que de
bassins de rivières principales, telles que le Rhône, la Garonne, la
Loire et la Seine. La Belgique a son système distinct du nôtre par les
Ardennes; elle tire du canal de la Manche un courant d’air, qui
primitivement ouest, puis dévié dans la direction de sud-ouest, y est la
cause de cette humidité qui la rend si fertile et si _pâturagère_.

D’autre part, si notre Europe occidentale est plus tempérée que
l’orientale, ce peut être, comme l’a dit Pallas, parce qu’elle est
abritée par les montagnes d’Écosse et de Norwège; mais c’est encore
plus parce que les vents les plus généraux et les plus régnants sont de
l’ouest et du sud-ouest, et qu’ils y arrivent par la mer, toujours plus
tempérée que la terre.

C’est par cette raison que la côte de Norwège diffère totalement de
celle de Suède, et que la température de Berghen ne ressemble pas plus à
celle de Stokholm, que la température de Londres ne ressemble à celle de
Saint-Pétersbourg: c’est aux vents d’est et de nord-est, originaires de
la Sibérie, que l’orient de l’Europe doit son climat froid, sec et
salubre; et si de hautes montagnes eussent fermé la Russie sur sa
frontière orientale; si quelques remparts eussent abrité la Sibérie vers
la mer du pôle, cette contrée, ainsi que la Pologne et le pays de
Moscou, ne seraient pas plus froids que le Danemarck et la Saxe.

Cette différence de configuration entre l’Europe et l’Amérique-nord, me
paraît être la cause principale, et peut-être unique, de plusieurs
différences météorologiques que l’on remarque dans les atmosphères de
ces deux continents. L’on y trouve une explication satisfaisante de deux
ou trois phénomènes et problèmes singuliers, savoir: par exemple,
pourquoi la quantité de pluie annuelle et moyenne est plus grande aux
États-Unis qu’en France, en Angleterre, en Allemagne:--Pourquoi la chute
de ces pluies est généralement plus brusque et leur évaporation ensuite
plus vive en Amérique qu’en Europe:--Pourquoi enfin les vents sont
habituellement plus forts, les tempêtes et les ouragans plus fréquents
dans le premier de ces pays que dans le second: quelques détails
deviennent nécessaires pour rendre ces faits plus précis, et leur
solution plus probable et plus persuasive.


§ I.

De la quantité de pluie qui tombe aux États-Unis.

Des observations exactes et multipliées, faites par divers savants
américains, en différents lieux de la côte atlantique, ont désormais
constaté que la quantité annuelle et moyenne de pluie qui tombe aux
États-Unis est beaucoup plus considérable que dans la plupart de nos
pays d’Europe, en exceptant toutefois certaines localités des pays de
montagnes[126] ou des fonds de golfe. Le tableau suivant en fournit la
preuve. Aucun lieu du _pays d’Ouest_ n’y est mentionné, parce que ce
genre d’observation n’y a pas encore été pratiqué, du moins à ma
connaissance.

                                              pouc. angl.

  A Charlestown (selon Ramsay), en 1795       71⅘
  Par terme moyen, de 1750--à 1759[127]       41¾
  A Williamsburg[128]                         47
  Cambridge, près Boston[129]                 47½
  Andover (en Massachusets)                   51
  Salem[130]                                  35
  Rutland en Vermont[131]                     41
  Philadelphie[132]                           30

En Europe, au contraire, il ne tombe que les quantités suivantes,
savoir:

                                pouc. franç.

  A Saint-Pétersbourg               12
  Upsal                             14
  Abo                               24
  Londres                           21
  Paris                             20
  Utrecht                           27
  Brest, aucune observation[133].
  Marseille                         20
  Rome                              28½
  Naples                            35
  Alger                             27½
  Padoue                            33
  Bologne                           24
  Vienne                            42

  D’où il résulte qu’en Europe, par terme moyen,
  il tombe un tiers moins de pluie que dans l’Amérique-nord:
  néanmoins, dans son Mémoire déja
  cité, M. Holyhoke cite vingt villes d’Europe, qui,
  par terme moyen de 20 ans, ont eu 122 jours de
  pluie tandis que Cambridge n’en a eu que         88
  et Salem                                         95

Ainsi plus de pluies en moins de jours indique évidemment que les pluies
ont tombé par ondées plus vives et plus fortes en Amérique, par
arrosements plus doux, en Europe; et nous avons vu que les faits sont
conformes à ce raisonnement.


§ II.

De l’évaporation et de la sécheresse de l’air.

D’autre part, des observations également exactes et nombreuses attestent
que l’évaporation de ces mêmes pluies se fait beaucoup plus vite aux
États-Unis qu’en Europe, et que par conséquent l’air y est
habituellement plus sec et plus agité: Franklin avait déja fait et
publié cette remarque, si contraire aux assertions du docteur
_Paw_[134], en citant l’anecdote d’une boîte d’acajou à tiroirs,
exécutée avec le plus grand soin par le célèbre _Nairne_: les tiroirs de
cette boîte, justes et même serrés à Londres, s’étaient trouvés trop
lâches à Philadelphie, et lorsqu’elle eut été renvoyée à Londres, ils
redevinrent justes et serrés comme auparavant. Franklin en avait induit
avec raison une plus grande sécheresse à Philadelphie qu’à Londres: mais
le cas de ces deux villes était trop particulier pour en faire une règle
générale: M. J. Williams[135] l’a mieux établie et développée par les
faits suivans. Il a trouvé, par des expériences et des recherches
suivies, que la quantité moyenne d’évaporation pendant 7 années à
Cambridge près de Boston

                                         pouc. angl.
  avait été de                             56

  tandis qu’en sept villes d’Allemagne
  et d’Italie, par terme moyen de 20     pouc. franç.
  ans, elle n’a été que de                 46

  il est vrai que les 56 pouces anglais
  se réduisent à 54 pouces des nôtres,
  moins environ ¼. Différence               7¼

Et cependant les villes d’Italie sont sous une latitude bien plus
favorable à l’évaporation que le voisinage de Boston adjacent à l’Océan.

                                        Jours clairs.
  Dans un an, l’on a eu à Salem           173

  Dans vingt villes d’Europe, l’on en
  a eu                                     64

  Dans ces mêmes vingt villes, en        Jours nuageux.
  1785, l’on a eu                         113

  A Cambridge près de Boston               69

  A Salem, par terme moyen de 7
  ans,                                     90[136]

Ainsi, en termes généraux, il tombe aux États-Unis plus de pluie en
moins de jours qu’en Europe, et l’on y compte moins de jours nuageux,
plus de jours clairs, plus d’évaporation qu’en Europe: or, la cause de
ces faits divers me paroît absolument univoque et simple; elle existe
dans l’état particulier de l’atmosphère de chacun des deux continents,
selon la modification que leur configuration respective y apporte.

Si donc aux États-Unis il pleut davantage qu’en Europe, c’est parce qu’à
l’exception du nord-ouest, tous les autres rumbs, surtout les plus
fréquents, y viennent de quelque mer, et par conséquent arrivent chargés
de vapeurs.

Si les pluies y sont plus vives et plus brusques, c’est parce que les
qualités des vents y sont très-contrastantes en chaud et en froid, ce
qui est un premier moyen de dissolution; et le mélange de ces courants
froids et chauds, y est fréquent, ce qui est une seconde cause
d’abondance et de vivacité de pluie: nos pluies fines et douces y sont
tellement étrangères, qu’on les appelle des _pluies anglaises, un temps
anglais_; et lorsque l’on en voit, ce qui arrive quelquefois après
l’équinoxe, il est du bon ton de sortir sans parapluie pour s’en faire
mouiller comme des oiseaux d’eau. Or, ce mélange fréquent, qui constitue
l’air variable, arrive parce que le pays est presque plat, et que les
vents n’y trouvent aucun obstacle qui les arrête.--Ainsi, la
configuration du sol influe radicalement sur l’abondance et la vivacité
des pluies.

En Europe, au contraire, de hautes montagnes rompant les courants de
l’air, l’atmosphère est plus calme, plus stationnaire; les mélanges de
courants froids et de courants chauds sont moins faciles, moins
fréquents; par suite, les dissolutions sont moins vives; les pluies sont
plus lentes, plus douces; l’air reste plus chargé de vapeurs et
d’humidité; il y a plus de brouillards et de jours nuageux, etc., et
l’évaporation est plus lente.

Si aux États-Unis l’évaporation est rapide, c’est encore parce que les
courants sont libres, à raison de la planimétrie générale, et parce que
l’un de ces courants, le nord-ouest, vent d’une sécheresse extrême,
domine pendant les deux cinquièmes de l’année.

En Europe, au contraire, le grand dominant est le vent d’ouest, et il
est aussi le grand humide.

Enfin, c’est encore cette forte évaporation de l’air aux États-Unis qui
y cause des rosées énormes, inconnues dans nos climats tempérés. Elles y
sont si fortes en été, que les premières nuits où je couchai dans les
forêts désertes de l’Ohio et de la Wabash, je crus à mon réveil qu’il
pleuvait à verse; et cependant, en considérant le ciel, je le trouvai
clair et serein; bientôt je m’aperçus que les grosses gouttes qui
tombaient avec bruit de feuille en feuille sur les arbres, n’étaient que
la rosée du matin, c’est-à-dire, l’évaporation du jour précédent,
dissoute et précipitée par la fraîcheur de l’aube du jour. Enfin, si les
vents y sont plus rapides, et les ouragans plus fréquents que dans notre
Europe, l’on peut dire que ce n’est pas seulement parce que le tropique
est plus voisin, mais parce que les courants de l’air ne trouvent sur le
continent aucun point d’appui qui les arrête et les fixe; et si le
chaînon de l’Apalache avait 8 à 900 toises d’élévation, le système
atmosphérique de tout le bassin d’ouest serait changé.


§ III.

De l’électricité de l’air.

Un dernier point météorologique sur lequel l’air du continent américain
diffère encore de celui de l’Europe, est la quantité de fluide
électrique dont l’air du premier est imprégné dans une proportion
beaucoup plus forte: l’on n’a pas besoin des appareils mécaniques et
artificiels pour rendre ce fait sensible; il suffit de passer vivement
un ruban de soie sur une étoffe de laine pour le voir se contracter avec
une vivacité que je n’ai jamais remarquée en France: les orages
d’ailleurs en fournissent des preuves effrayantes par la violence des
coups de tonnerre, et par l’intensité prodigieuse des éclairs. Dans les
premières occasions où j’eus ce spectacle à Philadelphie, je remarquai
que la matière électrique était si abondante, que tout l’air semblait en
feu par la succession continue des éclairs; leurs zig-zags et leurs
flèches étaient d’une largeur et d’une étendue dont je n’avais pas
d’idée, et les battements du fluide électrique étaient si forts qu’ils
semblaient à mon oreille et à mon visage être le vent léger que produit
le vol d’un oiseau de nuit. Leurs effets ne se bornent point à la
démonstration, ni au bruit; les accidents qu’ils occasionent sont
fréquents et graves. Dans l’été de 1797, depuis le mois de juin jusqu’au
28 août, je comptai, dans les papiers publics, dix-sept personnes tuées
par le tonnerre; et feu M. _Bache_, petit-fils de Franklin, auteur du
journal _Aurora_, à qui je fis part de ma remarque, me dit qu’il avait
compté quatre-vingts graves accidents. Ils sont fréquents en rase
campagne, surtout sous les arbres; et l’on n’y connaît pas assez
l’efficacité des toiles et des taffetas cirés ou vernissés, qui en
pareil cas sont le meilleur préservatif, en même temps qu’ils
garantissent de la pluie.

Cette abondance du fluide électrique est une nouvelle preuve de la
sécheresse de l’air, de même que sa moindre quantité en France et en
Europe est une preuve d’humidité: il paraît constant que le calorique
est absorbé et neutralisé par l’eau réduite en vapeur, et qu’alors il ne
développe plus ses propriétés naturelles; lorsqu’au contraire l’air est
très-sec, fût-il d’ailleurs froid, la matière ignée qui ne trouve pas à
se combiner surabonde et manifeste sa présence partout où le lui
permettent ses lois. Ce doit être l’une des raisons pour lesquelles la
végétation une fois développée est bien plus active aux États-Unis qu’en
France; et l’on ne peut pas dire que la chaleur de la saison ou du
tropique soit une cause nécessaire de l’abondance du fluide électrique
ou igné, puisqu’il n’est jamais plus abondant que par le froid vent de
nord-ouest, et que d’après les observations des savants russes Gmelin,
Pallas, Muller et Georgi, etc., l’électricité est d’une abondance
excessive dans l’air glacial et sec de la Sibérie[137]..... Ainsi la
configuration plane de l’Amérique, en occasionant la rapidité des
courants de l’air, la célérité de l’évaporation de l’eau et la
sécheresse de l’atmosphère, devient une cause primordiale de l’abondance
de l’électricité.

J’ajoute une remarque qui peut avoir son importance en physiologie. Il
est connu que les brouillards et l’humidité sont une cause constante et
féconde de maladies; qu’ils occasionent spécialement les catarrhes, les
rhumes, les rhumatismes, c’est-à-dire, l’obstruction et l’atonie de tout
le système vasculaire; qu’ils produisent des fièvres d’espèces variées,
mais toutes avec le symptôme commun de frisson, auquel succède une vive
chaleur. Or, si l’effet de l’humidité, soit en gouttes d’eau, soit en
vapeurs, est d’attirer et de s’approprier le fluide _électrique_ ou
_igné_, de le soutirer des corps dans lesquels il est engagé; si ce
fluide _électrique_ ou _igné_ dans notre organisation est un des
principes de la vie, un des agents de la circulation du sang et des
autres humeurs; s’il est surtout l’un des principes constituants,
peut-être le principe radical du fluide _nerveux_, ne peut-on pas
conclure que c’est en nous soustrayant ce principe de la vie, que l’eau
en gouttes ou en vapeurs nous devient si nuisible? Que c’est en
l’aspirant de notre tissu cellulaire et de nos nerfs qu’elle les
_paralyse_, les réduit à l’atonie, à l’obstruction passagère ou durable,
selon la force et la durée de l’action; et alors, outre l’indication du
préservatif, celle du remède ne serait-elle pas de trouver le moyen de
restituer ce feu par un procédé inverse, de la même espèce: les
fomentations, les frottements de corps chauds, même des fers de
tailleurs, ont un effet confirmatif de cette idée; mais il reste à
découvrir une opération plus radicale, plus chimique, qui appelle les
talents et les expériences des gens de l’art[138].



CHAPITRE XI.

     Conclusion: la lune influe-t-elle sur les vents? Action du soleil
     sur tout leur système, et sur le cours des saisons. Changements
     opérés dans le climat par les défrichements.


Je n’ai fait aucune mention jusqu’ici des influences que quelques
physiciens attribuent à la lune sur l’atmosphère et sur le cours des
vents. Cette opinion, jadis très-accréditée, mais qui chez les anciens
appartint plus à l’astrologie qu’à l’astronomie et à la physique, s’est
renouvelée dans ces derniers temps avec des moyens plus capables de lui
acquérir des partisans: raisonnant par analogie aux marées, l’on a dit
que puisque la lune était la cause du flux et du reflux de l’Océan,
puisqu’elle exerçait sur la surface liquide du globe une pression qui la
refoulait, cette pression ne pouvait avoir lieu sans l’intermédiaire de
l’atmosphère, qui par conséquent devait avoir aussi son flux et reflux,
et de là toute une théorie des vents; mais parce que toute théorie,
quelque plausible qu’elle soit, finit par n’être qu’un roman si les
faits ne viennent à son secours, il a fallu produire des faits en
preuve, et c’est la tâche qu’a entreprise l’un de nos plus habiles
naturalistes, M. Lamarck; quelle sera l’issue de ses recherches n’est
pas ce que j’entends préjuger; je remarquerai seulement que l’on ne peut
refuser de l’estime à la méthode qu’il a adoptée: en publiant un
annuaire météorologique, et prédisant une année d’avance les vents et la
température que les _constitutions_ boréales ou australes de la lune
doivent déterminer, M. Lamarck a soumis son système à l’épreuve la plus
loyale comme la plus délicate: chaque mois, chaque quartier, tout
observateur peut comparer les résultats au pronostic énoncé; cette
comparaison devient même un complément nécessaire à joindre au travail
de M. Lamarck, et l’on a droit d’attendre que l’historique d’une année
écoulée soit inséré au calendrier de l’année suivante; je le répète,
quelle que soit l’issue de ce travail, il n’en aura pas moins le mérite
d’avoir démontré une vérité; car lors même qu’il en résulterait contre
son but, que le système général, ou que certains systèmes particuliers
de vent sont indépendants de la lune, cette vérité négative n’en serait
pas moins un résultat très-précieux, et n’en aurait pas moins toute
l’utilité que comporte son sujet; j’en appelle au lecteur lui-même, dans
les diverses branches de nos connaissances, ou plutôt de nos opinions,
combien d’erreurs seraient dissipées, si nous acquérions beaucoup de
vérités négatives?

Dans le cas présent, mon opinion s’était déja nourrie de trop de faits
antérieurs pour demeurer indécise; mais eût-elle dû ne se former que
d’après les résultats de l’expérience dont je parle, il me serait
impossible de reconnaître à la lune aucune action immédiate ou sensible
sur le système général des vents. Je ne prétends point nier que cette
planète soit la cause du flux et du reflux de l’Océan; mais en admettant
comme prouvée toute hypothèse de pression de sa part, rien n’est encore
prouvé pour les vents; car l’océan aérien peut subir une pression qui
roule sur sa masse, sans que ses mouvements intestins en soient dérangés
ni affectés; de même que l’océan aqueux subit son balancement sans que
les courants intérieurs en soient troublés ni changés. L’effet des
marées ne se marque, ne se sent bien que sur les rivages, c’est-à-dire
à l’interruption du liquide homogène, et à son choc contre des masses et
des niveaux étrangers: or l’océan aérien, rond comme le globe, n’a rien
de semblable: l’ondulation, s’il y en a, roule sur sa surface, et la
vaste lame atmosphérique qui ne rencontre ni écueils, ni rivages, court
mollement sans éprouver de ressac. Si les vents, ces courants d’air si
variables, si divers, dépendaient de la lune, ils devraient, comme les
marées, être corrélatifs à ses phases; ils devraient avoir une marche
périodique soumise à la régularité ou aux anomalies de cette planète, et
l’on n’aperçoit rien de tel; dans ces changements de temps journellement
annoncés par les almanachs et attendus par le vulgaire pour chaque
quartier, sur vingt exemples, quinze sont en défaut; et il ne serait pas
étonnant, vu le petit nombre des chances, qu’il en réussît davantage
sans produire rien de plus concluant. Sur la mer même, où l’on prétend
que les règles sont plus fixes, les marins impartiaux conviennent que
les changements de temps n’ont rien de fixe, rien de régulier; que c’est
bien plutôt à l’approche des terres, au voisinage des caps, à l’entrée
ou à la sortie de certains parages, qu’il faut rapporter leurs causes;
enfin, les astronomes reconnaissent que la période même de 19 ans, qui
ramène les mêmes positions lunaires, ne ramène pas la moindre
ressemblance dans le cours ni dans la succession des vents: de manière
que rien n’établit, rien ne prouve une action immédiate et sensible de
la lune sur ces courants de l’air.

Il n’en est pas ainsi de l’action du soleil qui se manifeste, et dans
leur formation première, et dans leurs mouvements généraux ou partiels,
enfin jusque dans leurs irrégularités toujours occasionées par les
degrés divers et variables de chaleur que sa présence ou son éloignement
excite sur les mers et sur les continents, et par les circonstances
topographiques des montagnes plus ou moins élevées, des terrains plus ou
moins nus ou boisés qui empêchent ou permettent le passage des vents.
C’est le soleil qui, placé à l’équateur, y établit d’abord le grand
courant du vent alisé qui influence tous les autres, et qui comme le
cours de l’astre, est dirigé de l’est vers l’ouest, non par l’effet
mécanique de la rotation du globe qui laisserait en arrière son
enveloppe aérienne, mais parce que le soleil établit sous sa
perpendiculaire un foyer de chaleur qui sans cesse anticipe avec lui de
l’est sur l’ouest, et qui est immédiatement remplacé par la colonne
d’air frais laissée en arrière, aspirée et courant après lui: de là
cette particularité du vent alisé toujours plus vif à midi, c’est-à-dire
au moment de la plus grande chaleur, et se relâchant vers minuit: le
soleil passe-t-il au tropique du sud, la zone alisée s’y porte avec lui,
et délaisse d’un nombre égal de degrés le nord de la ligne équinoxiale.
Le soleil revient-il au tropique du nord, l’alisé y revient à sa suite
et resserre son lit austral dans la même proportion. Sur l’océan
Pacifique, ce courant suit des lois plus régulières que partout
ailleurs, parce que l’action du soleil est plus égale, plus uniforme,
sur l’immense surface de cette mer; mais parce que les terres sont
susceptibles d’un degré de chaleur plus élevé que les eaux, cette action
change à l’approche des continents, et avec elle, le courant de l’air se
modifie près des côtes de l’Inde, de l’Afrique et de l’Amérique
méridionale, selon leur gisement, leur configuration, et selon la
manière dont y agit le soleil; ainsi, parce qu’en été ses rayons
frappent verticalement tout le bassin du Gange, il s’établit à l’orient
de la chaîne des Gâtes, séparant le Malabar du Coromandel, un foyer de
chaleur et d’aspiration qui occasione le courant appelé _mousson_ d’été:
ce courant est _sud-ouest_ pluvieux, orageux, et chaud sur le pays de
Malabar, parce qu’il vient de la mer arabico-africaine; tandis que sur
le pays de Coromandel il est _nord-ouest_, sec et frais, parce qu’il a
passé par-dessus la région élevée des Gâtes où il s’est purgé de pluie
et de chaleur[139].

En hiver au contraire, lorsque l’atmosphère indienne est rafraîchie par
l’éloignement du soleil, une autre _mousson_ a lieu dans la direction de
nord-est, parce qu’alors les montagnes neigeuses du Tibet versent leur
couche d’air froid sur le plat pays et sur le golfe du Bengale, dont
l’air moite et léger ne leur offre qu’un vide relatif sans résistance.

D’autre part sur l’Atlantique, entre l’Afrique et le Brésil, un
mécanisme semblable produit des effets différents, parce que les
circonstances géographiques diffèrent: le continent africain n’ayant
aucunes hautes montagnes sous l’équateur, n’appelle impérieusement aucun
grand courant d’air sur sa surface; seulement ses rivages aspirent
jusqu’à la distance de 80 ou 100 lieues, l’air qui est nécessaire au
foyer dont ils sont le siége, et le vent alisé ne prend son cours que
hors de cette sphère littorale.

L’Amérique, au contraire, éprouve et cause des incidents différents et
divers:

1º Par la configuration singulière de ses deux continents qui forment
comme deux grandes îles;

2º Par le grand vide ou cul-de-sac qui se trouve entre ces deux
îles-continents;

3º Par l’isthme montueux de Panama qui fait le fond de ce cul-de-sac, et
lie les deux Amériques;

4º Enfin par la chaîne de ses montagnes, les plus hautes du globe, qui
courant au bord de l’océan Pacifique par le Chili, le Pérou, l’isthme de
Panama, le Mexique, etc., laissent à l’est un immense pays plat, tandis
qu’à l’ouest elles n’ont pour rivage qu’une pente aussi haute qu’elle
est rapide.

De cette constitution topographique, il résulte relativement à
l’Amérique méridionale, que le soleil, frappant verticalement pendant 6
mois[140] ce continent sur sa plus grande largeur, établit sur tout le
pays à l’orient des Andes, c’est-à-dire sur le Brésil, l’Amazone, etc.,
un foyer d’aspiration qui redouble de ce côté l’activité du vent alisé
venant de la mer. Ce foyer étend même son action par-delà et au nord de
l’équateur, et il y fait dévier et incliner, sous une direction de
nord-est, l’alisé qui alors apporte sur la Guyane toute l’humidité de
l’Atlantique. La chaîne des Andes est le point commun où viennent
aboutir tous ces vents: et parce que son extrême élévation leur ferme
tout passage sur l’océan Pacifique, ils accumulent leurs nuages sur son
flanc oriental; aussi les provinces de _Cuyo_, de _Tucuman_,
d’_Arequipa_, sont-elles alors un théâtre renommé de pluies, de
tonnerres et de chaleurs excessives; tandis que le revers occidental des
Andes, le Chili, jouit d’un ciel clair et tempéré sous l’influence des
vents que nous appelons _sud-ouest_, mais qui sont le véritable
nord-ouest des pays situés par-delà l’équateur[141]. Ces vents qui
grimpent aussi sur les Andes, contribuent à obstruer le passage de ceux
de la partie d’est; aussi l’historien récent du Chili[142] observe-t-il
que les vents d’est passent si rarement jusqu’à ce pays, que l’on ne
cite d’ouragan de ce rumb qu’en l’année 1633. Par conséquent il faut que
les deux courants d’air opposés se heurtent l’un l’autre, s’élèvent
ensemble dans la région supérieure où ils sont condensés, et sans doute
repliés en d’autres courants qui glissent ou se reversent dans les
régions moyennes et inférieures.

Par inverse, lorsque le soleil repasse l’équateur, et s’avance à son
nord jusqu’au zénith de la Havane et du centre du golfe de Mexique, sa
proximité excite sur le continent septentrional d’Amérique un foyer de
chaleur et d’aspiration qui détourne et attire de ce côté le courant
alisé, et cela avec d’autant plus de puissance, que le foyer de
l’Amérique méridionale s’éteint ou languit par l’éloignement de l’astre:
de là l’empiétement des vents d’est après le solstice, jusque vers les
30 et 32° nord, par les parallèles de la Géorgie et presque de la
Caroline-sud: et de là à la suite de leur courant dominateur, l’_afflux_
des vents de la zone tempérée, qui se portent vers la zone polaire avec
les circonstances développées plus haut: ainsi le soleil se montre sans
cesse le régulateur suprême, s’il n’est pas l’unique, de tout le système
des vents, soit dans leur création, soit dans leurs mouvements; et sa
puissance se manifeste ou s’indique jusque dans l’irrégularité apparente
ou vraie de leur rotation annuelle, et dans la marche singulière que
suivent les saisons aux États-Unis, marche qui dérive uniquement de
celle des vents.

En effet, il est remarquable que, dans un pays où les froids sont si
rigoureux, l’hiver soit cependant plus tardif, plus lent à s’établir
qu’en Europe: chez nous, par les 45 et même par les 42° de latitude, à
peine la mi-octobre est-elle arrivée, que les brouillards, les pluies,
et des gelées presque journalières bannissent pour quatre et cinq mois
les beaux jours: en Amérique, au contraire, la mauvaise saison ne
commence réellement, le ciel ne se gâte à demeure, même dans les États
du Nord, que peu de temps avant le solstice d’hiver (mi-décembre), et il
faut trois ou quatre tentatives, trois ou quatre grandes crises dans
l’air pour que les vents boréaux parviennent à changer la température
générale, en chassant les vents méridionaux qui la protègent et
l’entretiennent.

La première de ces crises arrive régulièrement à l’équinoxe d’automne
dans les 10 jours qui précèdent ou dans les 10 qui suivent le passage du
soleil à l’équateur. A cette époque, il y a toujours un _coup de vent_
général de la partie de _nord-est_ à _nord-ouest_: et cela, comme je
l’ai dit, parce que l’atmosphère boréale se reverse dans l’espace que le
soleil abandonne et cesse de dilater: ce coup de vent est pour ainsi
dire le premier flot de la grande marée _sémestrale_ de l’_océan
aérien_: il est accompagné de pluies qu’apportent les flots de cet
_océan_, lesquels dans leurs ondulations et leurs tournoiements ont
balayé la surface des mers. Ces pluies, par leur évaporation, causent
dans l’atmosphère un premier refroidissement qui commence à calmer les
chaleurs de l’été, et qui, à partir de la ligne du _Patapsco_ sur la
côte atlantique, et de la ligne de l’Ohio dans le pays d’ouest,
occasione les premières gelées de la saison. Ces gelées ne se font pas
sentir dans le plat pays du sud, par-delà les lignes du Potomac et de
l’Ohio; dans le nord et dans les montagnes elles hâtent la maturité du
maïs en dépouillant de leurs graines épaisses ses épis, qui se trouvent
exposés à toute l’action du soleil. L’équilibre de l’air ne tarde pas de
se rétablir: les vents de _sud-ouest_ et d’ouest reprennent leur cours,
et ramènent des chaleurs quelquefois aussi fortes qu’en été, auxquelles
il faut attribuer l’apparition périodique, et la force accidentelle des
fièvres automnales.

Une seconde crise arrive du 15 au 20 octobre, c’est-à-dire quand le
soleil s’est déja avancé de 20 à 25 degrés au sud de l’équateur. Alors
se fait un second coup de vent, encore de nord-est à nord-ouest, comme
si le soleil, par quelque position particulière, causait une nouvelle
rupture d’équilibre dans l’atmosphère, et comme si en effet, devenu
vertical au grand cap oriental de l’Amérique méridionale, compris entre
San-Roquo et San-Augustino, il déterminait tout à coup le courant alisé
à doubler ce cap, et à se jeter sur la côte du Brésil qui, par sa
retraite, favorise un plus vif épanchement. Avec ce coup de vent,
nouvelles pluies, nouvelle évaporation, nouveau refroidissement,
nouvelle époque de gelées, qui pour cette fois s’étendent jusqu’en
Caroline et en Géorgie: dès lors l’hiver s’annonce sur tout le
continent. Ces gelées flétrissent les feuilles dans les forêts, et de ce
moment la verdure prend des nuances de violet, de rouge mat, de jaune
pâle, de brun mordoré, qui au déclin de l’automne donne aux paysages
d’Amérique un éclat et un agrément que les nôtres n’ont pas. Les vents
de nord-est et de nord-ouest deviennent plus fréquents; le sud-ouest
perd de sa vigueur et décline vers l’ouest; l’air devient plus frais,
mais le ciel reste clair; le soleil est toujours chaud au milieu du
jour, et vers novembre, reparaît une série de beaux jours, appelés l’été
_sauvage_ (_Indian-summer_): c’est ce que nous appelons en France l’été
de la Saint-Martin; mais il est devenu si rare et si court, que nous
n’en parlons plus que par tradition.

Une troisième crise plus longue, plus opiniâtre, a lieu vers la fin de
novembre; les pluies et les gelées se multiplient, les feuilles tombent,
les nuits deviennent plus longues, la terre plus froide; les vents de
nord-ouest _prennent pied_, comme disent les marins; mais les
brouillards n’existent pas comme chez nous; il n’y a pas là de
_hanging-month_ (_mois de pendaison_), comme en Angleterre; le ciel est
serein, surtout dans le nord: novembre et une partie de décembre se
passent en _gels_ et en _dégels_. Vers la mi-décembre, la glace et la
neige s’établissent en Vermont, en Maine, en New-Hampshire, et
s’étendent successivement comme un voile jusqu’aux terres hautes de
New-York; janvier amène souvent un dégel, mais il est suivi d’un froid
plus violent. En février, arrivent les plus grandes neiges, et les
froids les plus piquants; à l’intensité près, la marche de tous ces
phénomènes est la même en Pensylvanie, en Maryland et en Virginie:
Ramsay observe que même en Caroline, février _est le tueur d’orangers_,
et cela, parce qu’après quelques jours chauds-moites, par vents de
_sud-est_ et de _sud_, revient subitement le nord-ouest, plus violent.
Mars, c’est-à-dire le temps qui approche de l’équinoxe du printemps, est
tempétueux et froid, avec des ondées ou giboulées de neiges qu’amènent
les vents de nord-est et de nord-ouest. Il semblerait que le retour du
soleil en deçà de l’équateur dût ramener promptement les chaleurs; mais
la prédominance des vents de nord-est à cette époque, la continuation du
nord-ouest devenu plus tempétueux, le refroidissement de la terre par
les neiges et les fortes gelées, retardent tellement la végétation,
qu’avril tout entier s’écoule dans la même nudité de sol que mars: ce
n’est que dans les premiers jours de mai, même en Virginie, par les
36e et 37e degrés, que les forêts se revêtent de feuilles: cas
d’autant plus étonnant, que les rayons du soleil dans le milieu du jour
y sont d’une ardeur insupportable dès la mi-avril: et que la différence
de saison avec le Canada n’est pas de dix jours; la feuillaison ayant
lieu, même à Québec, avant le 15 mai, 25 jours seulement après la
débâcle des glaces et des neiges[143], en sorte que le changement de
saison se fait à la manière d’une décoration de verdure ou de frimas qui
s’étend ou se replie sur une scène de 300 lieues d’étendue. D’où il
résulte que, selon une remarque dès long-temps faite par les Européens,
il n’y a point de printemps aux États-Unis, et que l’on y passe
brusquement d’un froid rigoureux à des chaleurs violentes avec les
circonstances bizarres d’un vent glacial, d’un soleil brûlant, d’un
paysage d’hiver et d’un ciel d’été: lorsque enfin la végétation a
éclaté, elle suit la marche la plus rapide; les fruits succèdent
promptement aux fleurs[144], et mûrissent plus vite que chez nous. Alors
que le soleil au plus haut de l’horizon échauffe tout le continent, les
vents du quart de nord sont comprimés par les vents de sud et de
sud-ouest; juin amène les chaleurs les plus vives: juillet les chaleurs
les plus longues avec les orages les plus fréquents: août et septembre
les chaleurs les plus accablantes, à cause des calmes qui les
accompagnent: et si dans aucun de ces mois il y a trois semaines de
sécheresse; l’ardeur est si forte que Belknap, Rush et d’autres
écrivains, assurent que le feu prend spontanément dans les marais et
dans les forêts[145]: comme je ne conçois pas cette ignition spontanée,
je ne puis ni l’admettre ni la rejeter, et en attendant qu’elle me soit
démontrée par le raisonnement ou par les faits, je l’attribue aux
tonnerres ou à la négligence des voyageurs qui n’éteignent point ou qui
éteignent mal les feux que chaque nuit ils allument à l’endroit de leur
bivouac dans les bois.

L’équinoxe arrive enfin, et la série des phénomènes que j’ai décrits
recommence, toujours variée dans ses détails, mais assez uniforme dans
la généralité du système, lequel consiste à ramener en hiver les vents
de nord-est et de nord-ouest, qui sont la cause majeure du
refroidissement de l’air; à reproduire en été les vents de sud et de
sud-ouest, qui sont la cause radicale des chaleurs, des calmes, des
orages: à passer des chaleurs aux froids par les vents du couchant
pendant l’automne, qui est le soir et le _couchant_ de l’année; et par
les vents de la partie d’orient pendant le printemps, qui est le matin
ou l’_orient_ de l’année: distribuant ainsi à ce pays, dans le cours
d’une révolution complète du soleil, quatre mois de chaleur, cinq mois
et presque six de froid et de tempêtes; et seulement deux ou trois mois
de temps modéré.

Depuis quelques années on a généralement fait la remarque, aux
États-Unis, qu’il s’opéroit dans le climat, des changements partiels
très-sensibles et qui se manifestaient en proportion des défrichements,
c’est-à-dire du déboisement des lieux. «Dans tout le Canada, dit
Liancourt, l’on observe que les chaleurs de l’été deviennent plus fortes
et plus longues, et les froids de l’hiver plus modéres.»--Dès 1749, le
docteur Peter Kalm avait recueilli le même fait. En 1690, Lahontan
écrivait: «Je partis de Québec, et je fis voile le 20 novembre; ce qui
ne s’était jamais vu auparavant.» Et en effet, les registres du commerce
constatent, comme je l’ai déja dit, que vers 1700, les assurances pour
la sortie des eaux du Saint-Laurent, étaient closes au 11 novembre, et
maintenant elles ne le sont qu’au 25 décembre.

L’historien de Vermont, M. S. Williams, cite une foule de faits à
l’appui de ce-phénomène: «Lorsque nos ancêtres, dit-il[146], vinrent en
_New-England_, les saisons et le temps étaient uniformes et réguliers:
l’hiver s’établissait vers la fin de novembre et continuait jusqu’à la
mi-février. Pendant cette durée, il régnait un froid clair et sec, sans
beaucoup de variation. L’hiver finissoit avec février; et lorsque le
printemps arrivait, il venait tout à coup et sans nos variations
brusques et réitérées du froid au chaud et du chaud au froid. L’été
était très-chaud, étouffant; mais il était borné à six semaines:
l’automne commençait avec septembre: toutes les récoltes étaient closes
à la fin du mois. Aujourd’hui cet état de choses est très-différent dans
la partie de la _Nouvelle-Angleterre_, habitée depuis lors: les saisons
sont totalement changées; le temps est infiniment plus variable; l’hiver
est devenu plus court, et interrompu par des dégels subits et forts. Le
printemps nous donne une fluctuation perpétuelle du froid au chaud, du
chaud au froid, extrêmement fâcheuse à toute la végétation: l’été a des
chaleurs moins violentes, mais elles sont plus prolongées; l’automne
commence et finit plus tard; et les moissons ne sont achevées que dans
la première semaine de novembre: enfin, l’hiver ne déploie sa rigueur
qu’à la fin de décembre.»

Tel est le tableau curieux de la partie nord.

Pour les États _du milieu_, le docteur _Rush_ présente en Pensylvanie
des faits parfaitement semblables[147]. «Selon nos vieillards, dit-il,
le climat a changé. Les printemps sont plus froids; les automnes plus
longues, plus chaudes; les bestiaux paissent un mois plus tard: les
rivières gèlent plus tard, et restent moins long-temps scellées, etc.»

Dans la Virginie, M. Jefferson (p. 17) dit également: «Il paraît qu’il
se fait un changement très-sensible dans notre climat. Les chaleurs
ainsi que les froids sont moindres qu’autrefois, au rapport de personnes
qui ne sont pas encore fort âgées: les neiges sont fréquentes, moins
abondantes.»

Enfin moi-même, dans tout le cours de mon voyage, tant sur la côte
atlantique que dans le pays d’ouest, j’ai recueilli les mêmes
témoignages: sur l’Ohio, à Gallipolis, à Washington de Kentucky, à
Francfort, à Lexington, à Cincinnati, à Louisville, à Niagara, à Albany,
partout l’on m’a répété ces mêmes circonstances; _des étés plus longs,
des automnes plus tardives, et les récoltes aussi retardées; des hivers
plus courts, des neiges moins hautes, moins durables, mais non pas des
froids moins violens_; et dans tous les nouveaux établissements l’on
m’a dépeint ces changements non comme graduels et progressifs, mais
comme rapides et presque subits, proportionnés à l’étendue des
déboisements.

Un mouvement sensible dans le climat des États-Unis est donc un fait
hors de contestation; et lorsqu’après en avoir fourni les preuves, le
docteur Rush, frappé de la rigueur de plusieurs hivers depuis huit ans,
élève des doutes sur les récits des anciens, sur la précision de leurs
observations, faute de thermomètres, ces doutes disparaissent devant la
multitude des témoignages et des faits positifs. La cause de ce
changement, sans avoir un égal degré d’évidence et de certitude, en a
cependant un de vraisemblance capable d’obtenir l’assentiment. L’opinion
de M. Williams, qui l’attribue au déboisement du sol et aux grandes
clairières que les défrichements ont ouvertes dans les forêts, me paraît
d’autant plus raisonnable qu’elle explique le fait par l’analyse de ses
circonstances.

«Dans tout canton, dit-il[148], où l’on abat les bois pour établir la
culture, l’air et la terre subissent en deux et trois ans des
changements considérables de température: à peine le colon a-t-il
éclairci quelques arpents de la forêt, que la terre exposée à toute
l’ardeur des rayons solaires s’imprègne à dix pouces de profondeur,
d’une chaleur plus forte de 10 à 11° de Fahrenheit (5 de Réaumur) que le
terrain qui est couvert de bois.» M. Williams a déduit cette évaluation
de quelques expériences qu’il a pratiquées en cette vue. Ayant plongé le
23 mai 1789 deux thermomètres, l’un dans le sol d’un champ cultivé et
nu, l’autre dans le sol de la forêt ou bois environnant, même avant que
les feuilles fussent écloses, tous les deux à dix pouces de profondeur,
il trouva:

  Époq. de l’obs.| Chal. dans le ch.|Chal. dans la for.|  Différence.
                 | Fah.     Ré.     |  Fah.    Ré.     | Fah.   Ré.
  Mai.       23  | 50        9¼     | 46        6½     |  4      2¾
             28  | 57       11⅓     | 48        7⅓     |  9      4
  Juin.      15  | 64       14½     | 51        8½     | 13      6
             27  | 62       13½     | 51        8½     | 11      5
  Juillet.   16  | 62       13½     | 51        8½     | 11      5
             30  | 65½      15      | 55½      10¼     | 10      5¼
  Août.      15  | 68       16⅓     | 58       11⅔     | 10      4⅔
             31  | 59½      12½     | 55       10½     |  4½     2
  Sept.      15  | 59½      12½     | 55       10½     |  4½     2
  Octob.      1  | 59½      12½     | 55       10½     |  4½     2
             15  | 49        7⅔     | 49        7⅔     |  0      0
  Novemb.     1  | 43        5      | 43        5      |  0      0
             16  | 43½       5⅙     | 43½       5⅙     |  0      0

D’où il résulte qu’en hiver la température du sol couvert et celle du
sol découvert, se trouvent au même degré de froid; mais en été la
différence devient d’autant plus grande que la chaleur de l’air est plus
forte; ce qui coïncide très-bien, 1º avec la remarque d’_Umfreville_,
qui dit qu’à la baie de _Hudson_, la terre, aux endroits découverts,
dégèle de 4 pieds, et seulement de 2 pieds sous les bois; 2º avec celle
de Belknap, qui rapporte que dans le New-Hampshire, la neige disparaît
des champs cultivés dès le mois d’avril, parce que le soleil a déja
assez de force vers midi pour la fondre; mais qu’elle persiste jusqu’en
mai dans les lieux boisés, quoique sans feuilles, où elle est protégée
par l’ombre des branches, des troncs, et la fraîcheur générale de l’air.
Cela rend encore très-bien raison de l’ancien état des choses exposé par
M. Williams, c’est-à-dire, de la durée des hivers, alors plus égale et
plus longue, et des neiges plus abondantes et plus hautes
qu’aujourd’hui.

Or, continue cet observateur, «les 10° (4½ R.) de chaleur ajoutés au
sol découvert, se communiquent à l’air qui est en contact.»--Et j’ajoute
que par cela même, cet air échauffé se lève de suite, et fait place à un
autre latéral venant des bois, ce qui augmente considérablement la masse
d’air chaud.

«2º Le déboisement cause l’évaporation des eaux et le desséchement du
terrain, ainsi que l’on en fait journellement la remarque dans toutes
les parties des États-Unis où des ruisseaux se tarissent, et où des
marais et swamps sont mis à sec.»--Raison nouvelle de diminution de
fraîcheur et d’accroissement de chaleur dans l’atmosphère.

«3º Le déboisement causé la diminution très-sensible de la durée et de
l’abondance des neiges, qui couvraient, il y a moins d’un siècle, toute
la Nouvelle-Angleterre, pendant trois mois non interrompus,
c’est-à-dire, depuis les premiers jours de décembre jusqu’aux premiers
jours de mars; et tel est encore le cas de la partie boisée, tandis que
maintenant, dans la partie cultivée, elles ne sont ni aussi durables, ni
aussi hautes, ni aussi continues.

«4º Enfin, il y a dans les vents,» continue M. Williams, «un changement
très-marqué: l’ancienne prédominance des vents d’ouest paraît diminuer
chaque jour, et les vents d’est gagnent en fréquence et en étendue de
domaine. Il y a cinquante ans, à peine pénétraient-ils à trente ou
quarante milles du rivage de la mer (dix à treize lieues); maintenant
ils se font sentir très-souvent au printemps, à soixante milles, et même
jusqu’à nos montagnes distantes de soixante-dix et quatre-vingts milles
(vingt-sept lieues) de l’Océan. L’on s’aperçoit fort bien qu’ils
avancent exactement à mesure que le pays se défriche et se déboise.»--Ce
qui vient encore de ce que le sol découvert, étant plus échauffé, attire
mieux ou admet plus facilement l’air de la côte atlantique.

M. Jefferson cite un fait parfaitement semblable en Virginie: «Les
brises de l’est et du sud-ouest[149],» dit-il, page 10, «paraissent
pénétrer par degrés plus avant dans le pays.... Nous avons des habitants
qui se souviennent du temps où elles ne passaient pas
_Williams-burg_;--maintenant elles sont fréquentes à Richmond (soixante
milles plus loin), et elles se font sentir de temps en temps jusqu’aux
montagnes. A mesure que les terres se défricheront, il est probable
qu’elles s’étendront plus loin dans l’ouest.»

Il faut donc attribuer le changement qui s’opère dans le climat des
États-Unis à deux circonstances majeures, 1º au déboisement du sol, et
aux clairières percées dans la forêt continentale, lesquels produisent
une masse d’air chaud qui s’augmente chaque jour.

2º A l’introduction des vents chauds par ces clairières; ce qui dessèche
plus rapidement le pays et échauffe davantage l’atmosphère: par
conséquent il se passe en Amérique ce qui a lieu dans notre Europe, et
sans doute dans l’Asie et dans tout l’ancien continent, où l’histoire
nous représente le climat comme beaucoup plus froid jadis qu’il n’est
aujourd’hui. Horace et Juvénal nous parlent des glaces annuelles du
Tibre, qui maintenant ne gèle jamais. Ovide nous peint le Bosphore de
Thrace sous des traits que l’on ne reconnaît plus; la Dacie, la
Pannonie, la Crimée, la Macédoine même, nous sont représentées comme des
pays de frimas égaux à ceux de Moscow, et ces pays nourrissent
maintenant des oliviers et produisent d’excellents vins: enfin notre
Gaule, du temps de César et de Julien, voyait chaque hiver tous ses
fleuves glacés de manière à servir de ponts et de chemins pendant
plusieurs mois; et ces cas sont devenus rares et de bien courte
durée[150].

Néanmoins, je ne puis partager l’opinion de M. Williams sur la
diminution qu’il suppose être arrivée dans l’intensité du froid depuis
le siècle dernier. Quelque plausible que soit son raisonnement pour
prouver que le froid de 1633, avec les mêmes accidents, fut plus fort
que celui de 1782, et qu’ils furent tous deux le _maximum_ connu, ce
raisonnement n’est qu’une hypothèse qui ne peut suppléer au défaut
d’observation thermométrique en l’année 1633. (Les thermomètres n’ont
été usités en Amérique que vers 1740.) L’on a surtout le droit de
récuser son hypothèse, si, comme je crois l’avoir prouvé, le vent de
nord-ouest est l’agent radical du froid sur ce continent: rien n’indique
que le caractère de cet agent ait dû changer; l’on est de plus autorisé
à nier cette diminution d’intensité du froid à raison de l’analogie
d’une expérience précise du docteur Ramsay. Ce médecin ayant comparé les
observations du docteur Chalmers, continuées de 1750 à 1759 avec les
siennes propres, faites de 1790 à 1794, n’a trouvé qu’un demi-degré de
différence dans l’intensité du chaud: or, un demi-degré de Fahrenheit,
valant moins d’un quart de Réaumur, est une si petite quantité que l’on
ne peut l’attribuer qu’à la différence des instruments; et si la chaleur
qui devrait croître n’a pas varié, il est naturel de penser que le froid
reste le même: il me semble donc que les seules circonstances démontrées
quant à présent sont, _les hivers plus courts, les étés plus longs, les
automnes plus tardives_, sans que les froids aient perdu de leur
vivacité; et c’est ce que les dix dernières années ont assez bien
prouvé. M. Mackenzie[151], qui confirme les changements dont j’ai parlé,
leur cherche une cause secrète et inhérente au globe, parce qu’il a vu
ces changements se montrer en des lieux où le défrichement n’a pas
encore eu lieu; mais si ces lieux, qu’il ne désigne pas, se trouvent en
Canada, ils viendraient eux-mêmes à l’appui de la théorie que je
propose, puisqu’il suffirait que certains rideaux de bois situés sur des
crêtes de montagnes et de sillons eussent été coupés en certains cantons
de Kentucky et de Genesee, pour que des courants considérables du vent
de sud-ouest se fussent introduits dans l’intérieur du haut et bas
Canada. L’on n’a point jusqu’à nos jours donné assez d’attention à cette
marche des courants aériens qui vont rasant la terre, ni aux effets qui
en résultent; mais l’expérience et l’observation finiront par prouver
qu’ils jouent dans les températures locales comme dans les températures
générales, un rôle bien plus influent qu’on ne l’a pensé[152].
D’ailleurs, je ne conteste point la possibilité de toute autre cause
qui, comme à M. Mackenzie, me serait inconnue.

Une question d’un intérêt plus grand, est de savoir si le climat des
États-Unis s’est amélioré par ces changements; et cette question se
trouve presque résolue par la comparaison que M. Williams a présentée de
l’état actuel à l’état ancien, ce qui n’est pas le côté le plus
favorable. Malheureusement les observations des médecins confirment ce
résultat: le docteur Rush, dont les recherches sur le climat de
Pensylvanie sont le fruit d’une correspondance étendue avec ses
confrères, ne peut s’empêcher de déclarer «que les fièvres bilieuses
suivent partout l’abatis des bois, le défrichement des terrains, le
desséchement des marécages (_swamps_); qu’il faut plusieurs années de
culture pour les faire disparaître ou les atténuer;--que les pleurésies
et autres maladies purement inflammatoires, qui jadis étaient presque
les seules, sont maintenant bien moins communes; ce qui prouve une
altération évidente dans la pureté de l’air alors plus oxygéné, etc.» Ce
sont là des effets si naturels des théories connues sur les émanations
des bois, et sur celles des terres nouvellement remuées, qu’il est
inutile d’y insister; mais parce qu’un exposé détaillé des inconvénients
attachés à ce climat peut avoir le mérite d’indiquer leurs préservatifs,
en montrant leurs causes, je vais en faire le sujet particulier de mes
recherches dans le chapitre suivant et dernier.



CHAPITRE XII.

Des maladies dominantes aux États-Unis.


Laissant à part les maladies communes à tous les pays, il m’a paru qu’il
en existait aux États-Unis quatre principales, que leur fréquence et
leur universalité donnent le droit de regarder comme le produit spécial
du climat et du sol.

Au premier rang de ces maladies se placent les rhumes, les catarrhes, et
tout ce qui dépend des transpirations supprimées, dont les symptômes et
les accidents se diversifient, comme l’on sait, à raison des organes
affectés. L’on peut dire que les _rhumes_ sont la maladie endémique des
États-Unis: ils règnent dans toutes les saisons, et naturellement
davantage en hiver et à l’équinoxe de printemps; ils ont pour cause
évidente ces brusques variations de température, qui sont le trait
caractéristique du climat; ils affectent les femmes plus que les hommes,
soit à raison de leur peau plus fine, de leur vie plus sédentaire et
plus renfermée, soit à raison des vêtements légers et découverts, dont
les modes françaises ont déja passé jusqu’en Amérique: il est vrai que
pour s’y introduire, au fort même de la révolution, il leur a fallu
prendre des lettres de naturalisation en Angleterre; car je dois dire,
pour l’instruction des amateurs et pour l’histoire importante des modes,
que j’ai vu arriver en 1795 à Philadelphie, celle qui régnait à Paris en
1793; puis celle de 1794, arriver en 1796; et lorsque je m’inquiétai de
ce qu’elle devenait dans l’année intermédiaire, l’on m’expliqua qu’elle
la passait à Londres, où elle recevait les formes anglaises pour
lesquelles les Anglo-américains ont conservé un goût et un respect
filial. Dans les villes de la côte, où l’on s’empresse d’imiter
l’Europe, ces rhumes ont aussi pour causes les appartements trop chauds,
les bals, les parties de thé, et les lits de plume, quelquefois à
l’allemande, c’est-à-dire, plume dessous et plume dessus le corps. Les
secousses de la toux, déja si fatigantes pour le poumon, lui deviennent
surtout pernicieuses par la répétition des rhumes: pendant deux hivers
j’en ai remarqué jusqu’à quatre et cinq récidives chez un grand nombre
de personnes de la _bonne société_, car les riches y sont sujets de
préférence: il en résulte qu’en peu d’années le poumon s’affaiblit,
s’excorie, s’ulcère, et que devenant le siége et presque le _cautère_
des humeurs viciées de tout le corps, le mal se termine par l’incurable
_consomption_ pulmonaire.

Tous les voyageurs aux États-Unis ont parlé de la fréquence de cette
funeste maladie qui y moissonne principalement les jeunes femmes et
filles dans la fleur de l’âge et de la beauté: elle est plus commune
dans la Nouvelle-Angleterre et dans les États du Milieu, que dans les
États du sud et de l’ouest. Le docteur _Currie_, de Liverpool, me paraît
en expliquer très-bien la raison, lorsqu’il dit[153] que dans les
Carolines et la Virginie, l’air chaud attire vers la peau, et dissipe
par la transpiration abondante les humeurs morbifiques et les matières
crues des mauvaises digestions (qui elles-mêmes sont effets et causes
des rhumes); tandis que dans les États du _Milieu_ et du _Nord-est_,
l’air humide et froid, fermant l’exutoire puissant de la peau, concentre
au dedans du corps les humeurs qui, pour se faire issue, attaquent
chaque organe et se fixent sur celui qui offre le moins de
résistance[154]. J’ai lieu de croire que le thé très-chaud, dont les
Anglo-américains chérissent l’usage, contribue encore à multiplier les
rhumes; car j’ai souvent remarqué sur eux comme sur moi, que la moiteur
qu’il occasione rend la peau plus sensible au froid, et que très-souvent
j’ai pris un rhume après un déjeuner de thé, en sortant par un temps
frais. L’on m’a dit que de ma part c’était faute d’habitude; mais si tel
est sur un corps neuf l’effet de cette boisson, pour être moins vif, il
n’est pas moins réel sur un corps habitué. J’aurai d’ailleurs bientôt
occasion de remarquer que tout le régime alimentaire des Américains est
_calculé_ pour détruire la meilleure santé, et qu’ils vivent dans un
état habituel d’indigestion extrêmement favorable aux rhumes. En ce
moment je me résume à dire, que puisque les phthisies et les
consomptions dérivent des rhumes habituels; les rhumes dérivant
eux-mêmes de l’état habituel de l’air et de ses trop brusques
variations, l’on a droit de regarder ces maladies comme un effet spécial
du climat.

2º Les voyageurs sont également d’accord sur les fréquences des fluxions
aux gencives, de la carie des dents et de la perte précoce de ces
précieux instruments de la mastication. L’on peut dire que sur cent
individus au-dessous de 30 ans, il n’y en a pas dix qui soient intacts à
cet égard: l’on est surtout affligé de voir presque généralement de
jeunes et jolies personnes qui, dès l’âge de 15 à 20 ans, ont le dentier
perdu de taches noires, et souvent détruit en majeure partie. Les
opinions, celles des médecins même, diffèrent sur la cause d’un mal si
universel: les uns veulent que ce soit l’usage effectivement habituel et
universel des viandes salées; d’autres prétendent qu’il faut l’attribuer
au thé et à l’abus des sucreries. Le médecin suédois Peter Kalm, en
comparant les régimes de diverses nations et de diverses classes de la
société, me paraît avoir démontré que ce n’est point comme boisson
sucrée, ni comme plante acrimonieuse que le thé nuit aux dents, mais
comme boisson _trop chaude_; et en effet, il est d’expérience ancienne
et connue, que toute boisson trop chaude, même du bouillon, donne aux
dents une sensibilité douloureuse, qui se manifeste lorsque ensuite on
leur fait toucher des corps froids: il s’établit réellement dans leur
partie osseuse un ramollissement qui les rend, comme l’on dit,
_gelives_, et les prépare à la dissolution: voilà sans doute pourquoi
les dents gâtées sont un mal universel dans tout le nord de l’Europe,
parce que dans les pays froids, boire chaud est une sensation agréable
au palais, à l’estomac et à tout le corps; de même que, par inverse,
boire frais est la sensation desirée dans les pays chauds, et il est
remarquable que dans ces derniers pays les dents sont en effet
très-généralement saines et belles, comme nous le voyons chez les
Nègres, chez les Arabes, chez les Indiens, etc.

A l’appui de cette théorie, vient un fait remarqué depuis 20 ans aux
États-Unis: jusqu’alors l’on n’avait jamais vu de sauvages ayant le
dentier gâté; et les sauvages mangent ordinairement froid. Quelques
individus, et particulièrement des femmes des tribus _Onéidas_,
_Senecas_ et _Tuscaroras_, qui vivent dans l’enceinte des États-Unis,
ayant pris l’usage du thé, leurs dents en moins de trois ans sont
devenues semblables à celles des _blancs_, tachées de points noirs et de
carie. Un autre fait cité par le navigateur Bougainville, y est encore
parfaitement analogue, lorsqu’il dit que les misérables ichthyophages de
la terre de feu (_les Pecherés_), ont tous les dents gâtées; et ils
vivent, ajoute-t-il, presque uniquement de coquillages, non pas crus,
mais qu’ils font griller et _qu’ils mangent brûlants_.

Cependant je ne crois pas que l’on puisse exclure comme raison
auxiliaire, l’usage des viandes salées, puisqu’il est constant que le
scorbut, ennemi spécial du dentier, affecte le sang de tous les peuples
qui usent de cet aliment. Si même l’on remarque que l’un des symptômes
de cette maladie est l’odeur putride de l’haleine, et que cette odeur a
lieu plus ou moins dans ceux qui ont les dents gâtées, l’on conclura que
ce sont les viandes salées, dont la digestion et même le chyle alkalin
et à demi putrescent portent au poumon ce genre d’exhalaisons, qui sont
réellement la cause radicale et première des caries; et les boissons
_trop chaudes_ en y disposant immédiatement le dentier, et par
elles-mêmes et par le contraste subséquent de l’air froid, y concourront
encore par la propriété qu’elles ont de débiliter l’estomac, et de
vicier les digestions. L’on ne saurait faire les mêmes reproches aux
viandes fraîches, puisque les Tartares, les sauvages de l’Amérique du
nord, les Patagons, et tous les animaux carnassiers, lions, loups,
chiens, etc., ont des dents parfaitement belles et saines: l’on ne peut
non plus inculper le sucre ni les sucreries, puisque les Africains, les
Indiens, et tous les peuples qui usent et abusent de la canne à sucre et
de fruits sucrés, ont des dents admirables, et que les sucs acides même
des digestions (cas habituel des pays chauds) ne sont propres qu’à les
nettoyer. D’après ces remarques, il seroit digne de la tendresse des
parents et de la sagesse des médecins en tous pays, et surtout aux
États-Unis, de décréditer l’usage des boissons chaudes, des viandes
salées, et de les proscrire du régime, surtout de celui de l’enfance et
de la jeunesse. Alors les fluxions, dues aux variations de l’air, et qui
ne sont qu’un agent secondaire de la perte des dents, n’exerceraient
qu’une très-petite portion d’influence.

3º Les fièvres d’automne avec _frisson_, appelées _fever_, _an ague_,
les intermittentes, les tierces, les quartes, etc., sont un autre mal
régnant aux États-Unis, à un point dont on ne se fait pas d’idée; elles
sont surtout endémiques dans les lieux nouvellement défrichés et
déboisés, dans les vallées, sur le bord des eaux soit courantes, soit
stagnantes, près des étangs, des lacs, des chaussées de moulins, des
marais, etc. Dans l’automne de 1796, sur une route de plus de 300
lieues, je n’ai pas trouvé, j’ose le dire, 20 maisons qui en fussent
parfaitement exemptes; tout le cours de l’Ohio, une grande partie du
Kentucky, tous les environs du lac Érié, et principalement le Genesee,
et ses cinq ou six lacs, le cours de la Mohawk, etc., en sont
annuellement infectés. Étant parti du poste de _Cincinnati_ le 8
septembre avec le convoi du payeur-général de l’armée, major _Swan_,
pour nous rendre au fort _Détroit_, distance de plus de 100 lieues, sur
25 têtes que nous étions, nous ne campâmes pas une seule nuit sans
acquérir un nouveau fiévreux. A _Grenville_, dépôt et quartier-général
de l’armée qui venait de conquérir le pays, sur environ 370 personnes,
300 étaient attaquées: quand nous arrivâmes à Détroit, j’étais le
troisième resté sain, et le lendemain le major Swan et moi, nous
tombâmes dangereusement frappés de fièvre maligne. Cette fièvre maligne
visite chaque année la garnison du fort _Miâmi_, et elle y a pris déja
plus d’une fois le caractère de la fièvre jaune.

Ces fièvres automnales ne sont pas mortelles, mais elles minent peu à
peu les forces, et abrègent très-sensiblement la vie. D’autres voyageurs
ont remarqué avant moi, que par exemple, dans la Caroline du Sud, qui y
est très-sujette, l’on est vieux à 50 ans, comme on l’est en Europe à 65
et 70; et j’ai ouï dire à tous les Anglais que j’ai connus aux
États-Unis, que leurs amis établis depuis peu d’années dans la partie
méridionale et même moyenne, leur paraissaient vieillis du double de ce
qu’ils eussent été en Angleterre et en Écosse. Ces fièvres une fois
établies chez un sujet à la fin d’octobre, ne le quittent plus de tout
l’hiver, et le jettent dans une langueur et dans une faiblesse
déplorable. Le bas Canada et les pays froids adjacents n’y sont presque
pas sujets. Elles sont plus communes dans le plat pays tempéré, et
surtout au bord de la mer que dans les montagnes: par cette raison, il
semblerait que les cultivateurs dussent préférer les pays élevés; mais
comme le sol en est maigre et moins productif, ils préfèrent la plaine.
Instruit par les Américains à réduire tout en calcul, je leur ai
quelquefois fait ce raisonnement: «La plaine, dites-vous, et les
bas-fonds, vous rendent par an 40 boisseaux de maïs ou 20 de froment:
les terrains de côte ou de montagne en Kentucky et en Virginie ne vous
en rendent pas la moitié: fort bien; mais en plaine vous êtes malade six
mois, et en montagne l’on travaille pendant les douze; donc tout est
égal, excepté qu’en montagne on est gai et alerte: or, gaieté vaut mieux
que richesse, dit le bon homme Richard; et en plaine on est triste, et
souffrant une moitié de l’année; et l’on passe l’autre moitié à se
rétablir et se préparer à retomber encore.»--«Fort bien, monsieur, me
répondit un jour un ministre (curé); mais dans votre équation, vous
oubliez un terme très-puissant, plus puissant peut-être ici qu’en
Europe; l’avantage d’être six mois sans rien faire.» Et ce ministre
avait raison; car j’ai fréquemment entendu assurer en Virginie que les
habitants de la côte de Norfolk préfèrent leur séjour fiévreux, mais
abondant en poisson et en huîtres, qui ne coûtent presque rien, à la vie
salubre des pays montueux, où l’on ne garnit sa table qu’à force de
travail.

Par suite de ces raisonnements, le remède qui plaît le plus à ces
malades, est celui qu’ils appellent _bitters_, les _amers_, dont
l’eau-de-vie, le rhum ou le vin de Madère sont la base: et ce qui pourra
étonner mon lecteur, c’est que réellement ce remède est l’un des plus
efficaces: j’ai recueilli plusieurs exemples en Virginie et en
Pensylvanie de familles cultivatrices, dont tous les membres ne buvant
que de la bierre ou de l’eau étaient sujets à la fièvre, tandis que le
mari qui usait et même abusait des boissons spiritueuses en était
constamment exempt: il paraît même qu’en Hollande on a généralement
cette opinion, et que l’on y regarde la fumée de tabac et les boissons
fortes comme des préservatifs de la fièvre et de l’humidité. J’ai aussi
connu deux cas où le desséchement d’un petit étang et du canal d’un
moulin ont radicalement délivré deux familles des visites annuelles des
fièvres d’automne.

Quelques observations que j’ai recueillies en Corse pendant ma résidence
en 1792, se lient si bien à ce sujet important, que je ne puis les
passer sous silence. Des fièvres de la même espèce infestent
régulièrement chaque année plusieurs postes militaires en cette île et
entre autres le petit port de Saint-Florent, qu’avoisine un pernicieux
marais de 72 arpents: elles y prennent sur la fin de l’été, et dans les
six premières semaines de l’automne, le caractère putride et malin, à
raison de l’intensité de la chaleur et des exhalaisons; il faut alors
tous les 15 ou 20 jours en renouveler les garnisons françaises en tout
ou en parti, sous peine de voir les soldats en subir les suites graves
et finalement mortelles; nos médecins, après l’essai de beaucoup de
remèdes, remarquèrent que deux seuls postes dans toute l’île étaient
absolument privilégiés, et que jamais aucune fièvre n’approchait des
forts de _Vivario_ et de _Vitzavona_ sur _Bogognano_. Le hazard, comme
il arrive toujours, rendit encore plus saillante la vertu salubre et
même curative de ces deux situations: un officier suisse-grison tomba
dangereusement malade de la fièvre à Saint-Florent, et ayant désiré
d’être transporté au fort de Vivario, dont la garnison était de son
régiment, il y recouvra en moins de 15 jours et la vie et la santé: le
médecin répéta cette expérience sur les soldats français de son hôpital:
et elle réussit si bien, que l’usage s’est établi d’y envoyer des
fiévreux presque désespérés; et sans autre remède, jamais la fièvre n’a
persisté au delà du onzième jour.

Or, ces deux postes diffèrent de tous les autres, en ce que non
seulement ils sont éloignés de tout marais, de toute eau stagnante, mais
qu’en outre ils sont placés comme deux nids d’aigles sur la chaîne des
monts qui partagent l’île par son centre et dans sa longueur.
L’élévation des forts au-dessus de la mer est d’environ 1100 toises:
leur température ressemble à celle de la Norwège ou des Alpes moyennes,
bien plus qu’à celle de l’île. Les plus vives chaleurs n’y excèdent
jamais 16 à 17 degrés, et ne sont telles que dans les trois mois d’été;
les neiges les environnent pendant 3 ou 4 mois, et quelquefois
interrompent toute communication pendant huit ou dix semaines. La
ventilation y est constante et souvent très-violente, parce qu’ils sont
situés aux deux extrémités d’une gorge ou _détroit_, qui à ce lieu
sépare la ligne des sommets formés de rocs généralement impraticables.
L’on a remarqué que le fort de Vitzavona au revers occidental des
montagnes, était plus humide que celui de Vivario, et un peu moins sain:
jusqu’en 1793 la garnison de ces deux forts, consistant en quinze à
vingt soldats pour chacun, avait été composée de Grisons, parce que ces
montagnards y trouvant un climat analogue au leur, s’y plaisaient,
quoiqu’en y menant une vie propre à ennuyer. Leur régime consistait,
surtout en hiver, en viandes salées, en _saur-craout_ ou choux
fermentés, en bière et vin de basse qualité, et très-souvent en biscuit
au lieu de pain. A peine avaient-ils autour du fort et parmi les rocs
quelque espace libre pour se promener; pendant les six mois de la
mauvaise saison, il leur arrivait fréquemment d’être enfermés huit et
quinze jours de suite, _à huis clos_, par les tempêtes furieuses, les
pluies, les neiges, les brouillards, dont cette région des nuages est
alors le théâtre; en un mot, leur vie était celle d’une garnison de
vaisseau. Je parle de ces faits comme témoin, ayant visité l’intérieur
de ces deux singulières habitations, où la maladie la plus dominante est
la pleurésie.

Un tel régime ne peut être la cause de tant de salubrité, puisque dans
le pays inférieur il eût certainement donné la fièvre et le scorbut. Le
principe de la santé ne peut donc s’attribuer qu’à la qualité de l’air,
qui, à cette élévation de onze cents toises, est pur, subtil, frais,
tandis qu’à la plage il est _chaud_, _humide_, et chargé d’exhalaisons
de tout genre.

De là, une première indication curative très-simple, qui consiste à
changer d’atmosphère, et à choisir un air reconnu pour élastique et pur,
tel qu’il se trouve assez ordinairement dans nos climats, sur les lieux
élevés: je ne fais pas une règle générale ni absolue de cette condition
_des lieux élevés_, parce que même en France, nous avons des lieux
élevés qui sont malsains et fiévreux[155], et cela parce qu’ils sont au
voisinage ou _sous le vent_ de terrains humides et marécageux: le cas
est beaucoup plus commun dans les pays chauds; et une foule de coteaux
et de hauteurs en Corse et en Italie sont tout-à-fait inhabitables,
parce qu’encore qu’ils soient quelquefois très-distants des marais, ils
ont l’inconvénient grave d’être placés dans la ligne et dans le _lit_ du
vent le plus habituel qui leur en apporte les exhalaisons.

La même chose a lieu dans le Bengale où les troupes anglaises ont trouvé
sur des hauteurs boisées, de l’aspect le plus séduisant dans un pays
chaud, la fièvre décrite par leurs médecins sous le nom de _fièvre de
colline_ (hilly fever). L’on n’imaginerait pas qu’avec ce nom elle fût
la même que celle des lieux bas et marécageux, et néanmoins elle est
réellement telle, ayant pour causes non-seulement une humidité locale
excessive, établie par les pluies énormes des moussons, mais encore
l’évaporation de toute la plaine du Bengale, dont les nuages sont
arrêtés et fixés par les bois qui couvrent ces monts ou chaînons. L’on
ne doit donc désigner les lieux élevés comme salubres qu’autant qu’ils
joignent les conditions de sécheresse locale, d’abri des courants d’air
infectés et de ventilation fraîche et libre.

Une seconde indication plus compliquée, est de procurer par art cette
espèce ou qualité d’air que la nature produit en certaines circonstances
sur les hauteurs, et de neutraliser les gaz morbifiques des lieux
infectés. La chimie a fait depuis 20 ans d’heureuses et savantes
découvertes en ce genre, et la sagacité que semble inspirer cette
science donne le droit d’en attendre d’autres des esprits distingués qui
la cultivent. Ils ont prouvé que dans l’air atmosphérique, le principe
favorable à la respiration et à la vie était le gaz appelé _oxygène_:
que de sa dose plus ou moins grande dépendait cette plus ou moins grande
_pureté_ ou _salubrité_ dont on parlait sans la bien connaître. Les
expériences de Lavoisier ont porté la dose de ce gaz oxygène à 27
parties sur 100 d’air ordinaire, les 73 restantes étant de l’_azote_ ou
_air fixe_: plus récemment celles de Berthollet l’ont réduite à 22 et
demie; et peut-être cette différence n’implique-t-elle pas erreur ou
contradiction, puisqu’il est probable que la dose varie selon les vents
régnants. Elle doit également varier selon les contrées; il serait
intéressant d’appliquer ces recherches à des pays de température
très-diverse, et de comparer l’air sec et froid de la Sibérie à un air
tantôt chaud et humide comme celui des Antilles[156], tantôt chaud et
sec comme celui d’Égypte et d’Arabie, et aussi de comparer l’air des
couches terrestres à l’air des couches moyennes et supérieures. Les
ballons peuvent rendre d’utiles services pour cet objet: quant à présent
il paraît certain que dans nos zones tempérées, l’air n’est plus pur sur
les hauteurs que parce qu’il contient plus d’oxygène, et moins de _gaz
exhalés_; et dans le cas cité de Vitzavona et de Vivario, le poids
spécifique de l’oxygène, qui est un peu plus fort que celui de l’air
atmosphérique, n’est pas une circonstance contradictoire, puisque la
fraîcheur du local doit l’y retenir et l’y fixer de préférence à la
plage brûlante dont il serait chassé.

D’autre part, des expériences récentes ont constaté que l’_acide
muriatique oxygéné_ possède à un degré éminent la qualité de désinfecter
l’air atmosphérique, c’est-à-dire de neutraliser et détruire les _gaz
morbifiques_ qu’il contient: ce moyen ne fût-il que préservatif, il
serait encore un nouveau bienfait précieux par sa simplicité et son
énergie. Mais il nous reste beaucoup à connaître sur les diverses
espèces des gaz pernicieux qui flottent dans l’air, et sur leur manière
d’attaquer la santé et la vie; je dis _diverses espèces_, parce qu’en
effet il en est de si subtiles, que jusqu’à ce jour les instruments
n’ont pu les saisir. A juger ce _gaz_ par leurs effets, l’on peut les
considérer comme des poisons dont les particules agissent sur les
humeurs, du système tantôt sanguin et tantôt nerveux, à la manière des
_levains de fermentation_, qui, appliqués à une masse, y développent un
mouvement intestin d’un progrès croissant rapidement. L’action de divers
gaz, et particulièrement du muriatique oxygéné, qui sans secousse et
sans avertissement anéantit la vie, non-seulement par la respiration,
mais encore par l’absorption de la peau, est un exemple de l’activité
que d’autres peuvent avoir. C’est à de telles causes qu’il faut
attribuer ces épidémies dont l’invasion est si brusque en certaines
constitutions de l’atmosphère et en certains pays: et quant aux
affectations fébriles, spécialement celles avec frisson et avec retours
périodiques, si l’on remarque que dans ces retours réguliers de 12, de
24, de 36 heures, etc., elles suivent une marche semblable à celle de
plusieurs fonctions essentielles de la vie, telles que le sommeil, la
faim, etc., l’on sera porté à croire que le foyer de perturbation n’est
ni dans les premières voies, ni dans le sang, mais dans l’organe
immédiat de la vitalité, dans le système nerveux: c’est par une action
quelconque sur le fluide qui abreuve la pulpe des nerfs, que la fièvre
en général se déclare si subitement, qu’elle n’a besoin que d’un coup de
soleil, d’un coup de vent frais, d’une ondée de pluie, d’une transition
brusque du chaud au froid, et même du froid au chaud. Si l’on ajoute
qu’elle se déclare de préférence dans les saisons et dans les lieux
sujets aux vicissitudes de froid et de chaud; qu’elle-même n’est qu’une
sensation alternative de chaud et de froid; que la sueur qui suit le
paroxysme est un symptôme spécial de toute crispation des nerfs: le
foyer que j’indique acquerra une nouvelle vraisemblance; et alors le
mécanisme des contagions deviendra évident, simple, puisque le poumon et
les parois du nez mettent d’immenses faisceaux de nerfs en contact
immédiat avec les miasmes flottants dans l’air respiré, et l’on concevra
pourquoi les _drogues_ et les remèdes bus et mangés pendant plusieurs
mois, ont moins d’efficacité à guérir les fièvres, surtout automnales,
que le changement d’atmosphère et la respiration de l’air oxygéné de
_Vitzavona_ et de _Vivario_.


De la fièvre jaune.

Une maladie qui devient de plus en plus fréquente aux États-Unis est la
fièvre trop connue sous le nom de _fièvre jaune_. J’en parlerai avec
quelque détail à cause de l’importance du sujet, et parce que,
profitant de quelques anciennes études en médecine, état auquel je
m’étais destiné, j’ai pu raisonner de cette maladie avec des personnes
de l’art et discuter des opinions diverses, avec la réserve toutefois
qui convient à celui qui n’a fait qu’apercevoir l’étendue de la
carrière. Sans cette sorte de compétence je me garderais de m’en mêler;
car parler médecine sans l’avoir étudiée, c’est vouloir parler
astronomie, mécanique, ou art militaire sans instruction préalable;
encore serait-il possible de mieux raisonner de ces sciences, attendu
que leurs principes sont simples et fixes; au contraire, ceux de la
médecine, quoiqu’ils aient une sphère de régularité, sont soumis à des
circonstances compliquées et variables, qui exigent une finesse de tact,
une justesse de coup d’œil, une prestesse d’application dont la
difficulté constitue le mérite: dire, comme on l’entend tous les jours,
qu’en médecine tout est hasard et conjecture, cela est un travers
d’autant plus bizarre, que l’on commence par déclarer qu’on n’y entend
rien: or, comment juger de ce que l’on ignore? Aussi à la moindre
égratignure, ces Hippocrates innés font-ils courir chez le médecin,
heureux, en l’attendant, de trouver une garde-malade qui elle-même est
une première ébauche de science médicale, à raison des faits et des
observations dont elle a acquis la pratique. Revenons à la fièvre
jaune.

Elle a tiré ce nom d’un de ses symptômes distinctifs, la couleur de
_citron foncé_, que dans la dissolution des humeurs, prennent les yeux,
puis la peau de tout le corps. Les Français l’appellent _fièvre_ ou _mal
de Siam_, soit parce qu’elle vint d’abord de ce pays, soit parce que la
couleur de ces Asiatiques est assez semblable. Chez les Espagnols elle a
le nom de _vomito preto_, _vomissement noir_, autre accident grave qui
la caractérise. Les symptômes les plus ordinaires et les plus généraux
sont les suivants qui se succèdent rapidement dans le court espace que
met cette maladie à se _juger_ pour la mort ou la convalescence
(ordinairement trois jours).

Dans les jours qui précèdent l’attaque, il y a sensation de lassitude
générale, _rouement de membres_, assoupissement, quelquefois stupeur...
La fièvre se déclare par un violent mal de tête, surtout au-dessus des
yeux et derrière les orbites; l’on se plaint de douleurs le long de
l’épine dorsale, dans les bras et dans les jambes: des chaleurs vives et
des frissons se succèdent alternativement... La peau est sèche, brûlante
et souvent parsemée de taches rougeâtres, puis violettes; le blanc des
yeux est injecté de sang et humide d’une rosée brillante: la respiration
est oppressée, les soupirs fréquents; l’air exhalé du poumon est
brûlant: le pouls varie selon les tempéraments et selon certaines
circonstances: en général, il est dur, fréquent, irrégulier, même
intermittent; s’il ressemble à l’état naturel, le danger est plus grand:
les évanouissements et la surdité au début du mal sont aussi un signe
fâcheux; la soif est ardente; la langue d’abord rouge, se couvre d’un
limon noirâtre qui devient fétide. Le malade se plaint d’une violente
chaleur à l’estomac; les vomissements passent du glaireux à l’acide le
plus corrosif, quelquefois sans bile, plus souvent avec de la bile verte
et jaune, puis une matière noirâtre, comme de la lie d’encre ou du marc
de café, avec odeur d’œufs pourris, et tellement âcre, que la gorge en
est excoriée: la constipation a souvent lieu, d’autres fois c’est une
diarrhée noirâtre... Alors le mal a déja parcouru la période
d’inflammation, par suite de laquelle les humeurs se trouvent
décomposées; la fièvre semble s’abattre, mais c’est à raison de la chute
même des forces vitales; le pouls devient petit, convulsif, déprimé: le
malade est agité, mal à l’aise, quelquefois délirant: les déjections
colliquatives et fétides, le _vomissement noir_ comme de grains de café,
l’affaiblissent de plus en plus par leur fréquence et leur abondance: il
affecte la position sinistre d’être _couché sur le dos, élevant ses
genoux et glissant vers le pied du lit_; les yeux deviennent jaunes, et
de suite la peau de tout le corps: alors la dissolution des humeurs est
complète. S’il a été saigné au commencement de la maladie, les
cicatrices se relâchent et s’ouvrent; la macération et la gangrène
gagnent les solides, et se manifestent de toutes parts avec l’odeur
infecte qui annonce une mort prochaine.

Depuis long-temps la _fièvre jaune_ était connue dans les parties
chaudes et marécageuses de l’Amérique méridionale et dans l’Archipel des
Antilles; ses exemples étaient fréquents à Carthagène, à Porto-Bello, à
la Vera-Cruz, à la Jamaïque, à Sainte-Lucie, à Saint-Domingue, à la
Martinique; la Louisiane même, et le littoral des Florides, de la
Géorgie, des Carolines et de la Virginie, y participaient par les mêmes
motifs de chaleur et d’humidité; la Nouvelle-Orléans, Pensacola,
Savanah, Charlestown, Norfolk, comptaient rarement 4 ou 5 années sans en
recevoir quelque atteinte. Il semblait que le Potômac dût lui servir de
limite, puisque vers la fin du siècle qui vient de finir l’on ne citait
que les années 1740 et 1762, où elle se fût montrée au nord de ce
fleuve, d’abord à New-York, puis à Philadelphie; mais depuis 1790, ses
apparitions ont été si répétées et si funestes, qu’elle semble s’y être
naturalisée comme dans le sud. Quelques cas individuels l’avaient
annoncée à New-York en 1790; elle y devint un fléau épidémique en 1791,
et y laissa des traces même en 1792. L’année suivante, 1793, elle
ravagea Philadelphie comme une peste; et ses germes déposés ou ranimés
se développèrent encore dans les étés de 1794 et 1795. Elle attaqua
New-York derechef en 1794 et 1796.... Philadelphie en 1797.... A la
même époque elle désolait Baltimore, Norfolk, Charlestown, Newburyport.
Ses avant-coureurs s’étaient montrés à Sheffields, et même à Boston.
Enfin, l’on en citait encore d’autres exemples, l’un à Harrisburg en
1793, un autre à Baltimore, un à Oneida en Genesee, à quoi je puis
ajouter des cas nombreux au fort anglais sur le Miâmi du lac Érié.

Les médecins anglo-américains pour qui cette maladie a été une
nouveauté, ont eu à se créer une méthode curative adaptée à leur climat
et à la constitution de ses habitants. Malheureusement, j’ose le dire,
la plupart se sont trop pressés de croire l’avoir trouvée dans les
principes théoriques de _Brown_, dont la doctrine a été accueillie aux
États-Unis avec un engouement scolastique: ce système qui explique tout
par deux états simples de débilité directe ou indirecte, et par la
soustraction ou l’application de stimulants aussi directs et indirects,
a fait d’autant plus de prosélytes qu’il a ce caractère tranchant et
positif qu’aime la jeunesse, et qu’il dispense des lenteurs de
l’expérience que redoute la paresse de tous les âges. Raisonnant donc
avec cette dangereuse confiance de certitude qui exclut le doute et
l’observation, ils ont le plus souvent administré les cordiaux et les
toniques les plus actifs, au début de la maladie, prétendant qu’il
fallait _relever_ les forces _accablées_, quand il fallait relâcher les
fibres trop tendues; ils y ont joint les purgatifs drastiques les plus
stimulants pour chasser les humeurs morbifiques, quand ces humeurs
n’étaient pas encore à l’état de coction.

Ce traitement fut surtout mis en usage à Philadelphie dans la funeste
année de 1793. La pratique la plus générale des médecins de cette ville,
fut de donner le jalap à 20 et 25 grains; la préparation mercurielle,
dite _calomel_, à 10 et 15; la gomme-gutte même, le tout par doses
répétées. Pour boissons, on ordonnait les eaux de camomille, de menthe,
de cannelle, et le vin de Madère, jusqu’à plus d’une pinte par jour. Or,
l’on sait qu’il entre une portion d’eau-de-vie dans la fabrication
primitive du meilleur Madère. En outre, dans les mois d’août et de
septembre, et dans un pays chaud à 25° de R. par temps calme et
étouffant, l’on tenait les malades hermétiquement clos dans leurs
chambres; on surchargeait de deux et trois couvertures de laine leurs
lits de _plumes_, et quelquefois l’on faisait du feu dans la cheminée;
l’objet était de provoquer impérieusement une sueur, que l’état
inflammatoire et crispé de tout le système refusait encore plus
opiniâtrément.

Les effets de ce traitement furent ce qu’ils devaient être; une
mortalité effrayante par le nombre et par la rapidité; peu de malades
passaient trois jours, et l’on peut dire que sur 50 il ne s’en sauvait
pas deux. Tous portaient des signes de suffocation gangréneuse, suite
naturelle d’une inflammation _fomentée_. La terreur s’empara des
esprits; le mal fut regardé comme contagieux et pestilentiel, son
atteinte comme incurable. Quelques médecins, influents par leur esprit
et leur activité, accréditèrent cette rumeur pernicieuse, même dans les
papiers publics. Tout malade fut abandonné: le mari par sa femme, les
parents par leurs enfants, les enfants même par les parents. Les maisons
désertes restèrent infectées par les cadavres. Le gouvernement
intervint, d’abord pour faire enlever les corps, puis pour faire
transporter de force les malades à l’hôpital. Les maisons furent
marquées à la craie comme en temps de proscription, et les habitants
éperdus s’enfuirent dans les villages voisins, ou campèrent en rase
campagne, comme si l’ennemi eût pris leur ville. Le hasard voulut que
dans ces circonstances quelques médecins et chirurgiens français,
fugitifs du _Cap_ incendié, vinssent chercher un asile sur le continent;
l’un d’eux, conduit à Philadelphie[157], eut occasion d’être appelé, et
appliquant au mal dont il avait vu les analogues à Saint-Domingue, le
traitement de l’école française, il obtint des succès qui attirèrent
l’attention du gouvernement, et qui le firent placer à la tête de
l’hôpital de _Bushhill_. Le compte qu’il rendit l’hiver suivant de sa
méthode curative[158], ne fait pas moins d’honneur à son cœur qu’à son
esprit, puisque ce compte répandit des idées neuves et salutaires dans
tout le pays. L’on voit par cet écrit, qu’il considère la maladie comme
divisée en trois périodes, que l’on ne doit pas confondre; mais qui
quelquefois marchent si rapidement, qu’à peine le médecin a-t-il le
temps de les saisir. La première est un état d’inflammation violente,
compliquée d’engorgement au cerveau et de spasme nerveux, qui demande
non les _toniques_, mais les calmants et les relâchants. La seconde est
un état de dissolution et de ségrégation des fluides, dont la chaleur
inflammatoire a rompu la combinaison, état qui ne peut se terminer que
par l’évacuation des humeurs devenues inaptes et nuisibles au mouvement
vital; l’art doit s’y borner à aider la crise, en suivant la nature,
plutôt qu’en la prévenant. Enfin la troisième est un état de
recomposition et de recombinaison, qui n’a besoin du médecin que pour
diriger le régime du convalescent.

En conséquence, au début du mal, il fit de légères saignées lorsque le
sujet était trop plein de sang; il administra les délayants, les
acidules aromatisés, et il obtint d’heureux effets de l’acide
carbonique en boisson. Il essayait quelle espèce de boisson plaisait le
plus à l’estomac, cet organe si capricieux; il rassurait les esprits
contre l’idée de contagion, de laquelle il nie entièrement l’existence
pendant toute l’épidémie. Il procurait un air frais, et il ne provoquait
point les sueurs, dont il remarque que presque jamais la nature ne fit
son moyen de crise.

Lorsque ce premier traitement avait modéré la fièvre, il épiait dans la
seconde période les tentatives de la nature pour opérer la crise, et
choisir un organe qui en devînt le foyer. Ordinairement ce furent des
suppurations abondantes; il les favorisa, et tâcha de les diriger par
des vésicatoires, par des cataplasmes appliqués au-dehors, tandis qu’au
dedans il aidait le travail épuratif par des boissons aromatiques de
cannelle, de menthe, même de vin de Bordeaux, trempé d’eau et mêlé de
sucre; par quelques purgatifs doux et à petites doses, et enfin par le
kina. L’opium, si vanté par les médecins du pays, ne lui montra jamais
de bons effets.

L’on conçoit que par un cas commun à tous les pays, ce ne fut pas sans
lutte et sans contradiction qu’un étranger isolé obtint tant de
confiance et de succès; mais enfin par une marche également naturelle,
la raison et la vérité se firent jour à force de preuves et de faits.
Les malades appelèrent de préférence le médecin qui guérissait le plus,
et plusieurs médecins finirent par l’imiter.

Soit que l’écrit et les cures de M. de Vèze et des autres Français aient
eu une heureuse influence sur les esprits; soit que par leur propre
raisonnement et leurs expériences, ils aient modifié leurs idées et
dissipé d’anciens préjugés: il est du moins vrai qu’à dater de cette
époque, il a commencé de s’introduire dans la pratique et la théorie des
changements heureux. Dès l’année suivante (1794), dans l’épidémie de
New-York, plusieurs médecins de cette ville substituèrent aux purgatifs
violents divers sels, et entre autres le sel de Glauber, qui réussit
dans les délayants. Ils ne prodiguèrent plus les toniques ni le vin de
Madère; ils usèrent de la saignée avec discrétion: s’ils provoquèrent
encore les sueurs, ce fut par des bains et des fomentations de vinaigre
qui quelquefois soulagèrent; et de ce moment il s’est formé dans les
divers colléges un schisme salutaire qui a ébranlé les vieilles
habitudes et ouvert les routes nouvelles à la science et à l’esprit
d’observation.

Ce schisme a surtout éclaté sur la question de l’origine de la fièvre
jaune. Les uns ont prétendu qu’elle était toujours apportée du dehors,
spécialement des Antilles, et qu’elle n’était et ne _pouvait en aucun
cas être le produit du sol des États-Unis_. En preuve de leur opinion,
ils ont cité la non-existence, ou l’extrême rareté des épidémies avant
la paix de 1783, et ils ont attribué leur fréquence depuis cette époque
aux relations de commerce plus actives et plus directes avec les îles et
avec la terre-ferme espagnole: ils ont même inculpé nominativement
certains vaisseaux comme auteurs et importateurs de la _contagion_ dont
ils ont supposé l’existence à un degré peu inférieur à la peste.

D’autres médecins, au contraire, ont soutenu que par sa nature même, la
fièvre jaune pouvait naître dans les États-Unis, toutes les fois que ses
causes disposantes et occasionelles de temps et de lieu se trouvaient
réunies; et d’abord remontant à la source des prétendus faits
d’importation, ils ont démontré par les témoignages les plus positifs,
que non-seulement les vaisseaux accusés n’avaient point apporté avec eux
la maladie ou son germe, mais encore qu’elle ne s’était déclarée à leur
bord que depuis leur ancrage aux quais, et dans le voisinage des lieux
notés à New-York et à Philadelphie comme foyers du mal; avec cette
particularité additionnelle que même elle avait commencé par les gens du
bord qui avaient eu le contact le plus immédiat avec le lieu
infecté[159]: puis, rassemblant toutes les circonstances de la maladie,
quant aux lieux, aux saisons, et aux tempéraments affectés, ils-ont
démontré: 1º qu’elle attaquait les villes populeuses plutôt que les
villages et les campagnes.

2º Que dans les villes populeuses, telles que New-York, Philadelphie,
Baltimore, elle affectait constamment et presque exclusivement les
quartiers bas, remplis d’immondices, d’eaux croupies, les rues non
aérées, non pavées, boueuses, et surtout les quais, et leur voisinage,
couverts d’ordures à un point inimaginable; où chaque jour à marée
basse, les banquettes fangeuses sont exposées à un soleil brûlant. Par
exemple, à New-York, M. Richard Bayley a calculé que pour combler
l’égout et le bassin de _White-hall_, les propriétaires y avaient fait
verser dans un an 24,000 tombereaux de toutes les ordures de la ville et
même de charognes de chevaux, de chiens, etc.; d’où il résulta qu’en
juillet l’infection devint si exaltée et si forte, qu’elle excitait le
soir, dans le voisinage, des nausées et des vomissements qui furent le
début de l’épidémie.

3º Que dans le cours des saisons, elle n’apparaissait qu’en juillet,
août et septembre, c’est-à-dire, à l’époque où les chaleurs opiniâtres
et intenses, de 24 et 25 degrés R. excitent une fermentation évidente
dans ces amas de matières végétales et animales, et en dégagent des
miasmes que tout indique être les corrupteurs de la santé. Ces médecins
ont remarqué que l’épidémie redoublait par les temps seulement humides,
par les vents de sud-est, et même de nord-est; qu’elle diminuait par le
froid et la sécheresse du nord-ouest, et même par les pluies abondantes
du vent de sud-ouest; que dans la diversité des années, la fièvre
choisissait celles où les chaleurs de l’été étaient accompagnées de plus
de sécheresse, et de calme dans l’air; sans doute parce qu’alors les
miasmes accumulés exercent une action plus puissante sur le poumon, et
par son intermède, sur tout le système de la circulation.

Enfin, ils ont constaté que dans le choix des sujets, elle attaque de
préférence les habitants mal nourris et sales des faubourgs et des
quartiers pleins d’ordures et de marécages: les ouvriers exposés au feu,
tels que les forgerons, les bijoutiers, ceux qui abusent des liqueurs
fortes; observant que très-souvent la fièvre jaune a immédiatement
suivi l’ivresse: qu’elle attaque encore de préférence les gens replets,
sanguins, robustes, les adultes ardents, les étrangers des pays du nord,
les noirs, les gens épuisés de la débauche des femmes: qu’elle ménage
les étrangers des pays chauds, les gens sobres dans le boire et surtout
dans le manger; les personnes aisées, propres, vivant plutôt de végétaux
que de viande, et habitant des rues pavées, aérées, et des quartiers
élevés.

Enfin, poursuivant le mal jusque dans les lieux désignés pour être le
berceau et le foyer de son origine, ils ont démontré qu’aux Antilles
même, aux îles de la Grenade, de la Martinique, de Saint-Domingue, de la
Jamaïque, la fièvre jaune ne naissait que là où se réunissent les mêmes
circonstances; qu’elle ne s’y montre qu’en certains lieux, en certaines
années précisément semblables aux cas cités dans les États-Unis; que là
où il n’y a ni marécages, ni ordures, comme à _Saint-Kits_, à
_Saint-Vincent_, à _Tabago_, à la _Barbade_, la santé est constamment
excellente; que si la fièvre s’est montrée à Saint-Georges (Grenade) et
à Fort-Royal (Martinique), c’est dans le local du carénage, voisin de
marais infects, et dans un moment où la surabondance des vaisseaux, la
sécheresse excessive de la saison avaient contribué à développer les
ferments; que si elle n’eût dû son apparition dans les villes de
New-York, Baltimore, Philadelphie, qu’à l’importation, elle aurait dû y
être importée habituellement des villes de Norfolk et de Charlestown,
avec lesquelles l’on avait des relations multipliées et où la réunion de
toutes les causes citées les rendait presque endémiques chaque été.

Les faits qui établissent ces résultats se trouvent répandus en divers
écrits, publiés depuis 1794 jusqu’à l’année 1798, époque à laquelle je
quittai les États-Unis[160].

L’on ne peut les lire avec attention, sans être frappé de la corrélation
et de l’harmonie constante qui existe partout entre les causes premières
et secondes, médiates ou immédiates, les circonstances accessoires et
les effets, soit isolés, soit réunis en série. Partout l’on voit la
fièvre naître et s’augmenter en raison composée de la température chaude
de l’air, de sa sécheresse opiniâtre ou de son humidité temporaire, du
calme de l’atmosphère, du voisinage des marais, de leur étendue, et
surtout en raison des masses entassées de matières animales formant un
foyer de putréfaction et d’émanations délétères. L’on voit même les
fièvres se graduer selon l’intensité de toutes ces causes; n’y a-t-il
qu’excès de chaleur, sans amas putrides et sans marécages, elles sont du
genre simplement inflammatoire, c’est-à-dire, scarlatines et bilieuses,
sans complication de malignité; y a-t-il des marais boueux et fangeux,
mais non infectés de matières animales, les miasmes causent déja des
esquinancies gangréneuses, des vomissements bilieux atroces, appelés
_cholera-morbus_, des dyssenteries pernicieuses; s’y joint-il des amas
de matières animales en putréfaction alors le mal se complique
d’accidents et de symptômes qui toujours dénotent l’affection du genre
nerveux par une sorte de poison; quand le mal est à son _maximum_, tous
les autres degrés tendent à s’y assimiler. D’où il résulte que l’on
pourrait graduer et mesurer les fièvres par les degrés du thermomètre;
et par l’intensité des miasmes putrides, et suivre dans le cours d’une
même saison d’été et d’automne leur progrès et leur affinité, depuis la
simple synoque jusqu’à la peste, qui n’est que le dernier échelon et le
_maximum_ des causes réunies. Dans un tel état de choses, il est évident
que tout pays qui réunira chaleur et foyers putrides à un degré
suffisant, sera capable d’engendrer toutes ces maladies. J’avais déja
cru remarquer en Égypte et en Syrie, que 24 degrés de Réaumur étaient un
terme auquel s’établissent dans le sang une disposition et un mouvement
fébrile d’un genre pernicieux et désigné par le nom de _fièvres
malignes_; j’ai vu avec plaisir et surprise que la même opinion avait
été inspirée par les mêmes faits au docteur G. Davidson, à la
Martinique, et qu’il pense, comme moi, qu’à partir de ce degré (86° de
F.) en montant, le caractère de malignité et de contagion s’exalte
jusqu’à former la peste.

Par tous les écrits et faits que j’ai cités, ces principes ont acquis
aux États-Unis un tel degré d’évidence, que la très-grande majorité des
médecins de New-York, Boston, Baltimore, Norfolk et Charlestown, s’est
réunie à déclarer que la fièvre jaune pouvait naître et naissait aux
États-Unis. Le seul collége de Philadelphie a persisté dans
l’affirmative de l’importation, et cette opinion qui a en sa faveur
l’avantage de la primauté dans l’esprit du peuple, conservera long-temps
des partisans dans toutes les classes, par plusieurs motifs
très-puissants.

1º Parce qu’elle flatte la vanité nationale, et que beaucoup de gens ne
demandent qu’un prétexte pour autoriser la leur.

2º Parce qu’elle caresse l’intérêt mercantile de la vente des terres, et
de l’émigration des étrangers dans un pays qui aurait le privilége de ne
pas engendrer la fièvre. Il est vrai que se l’inoculer aussi aisément
ne serait guère moins fâcheux; mais les partisans de l’importation
n’entendent pas raillerie; et j’ai trouvé beaucoup d’Américains à qui la
contradiction sur ce point devenait un sujet sérieux de mauvaise humeur.

3º Parce que les médecins, qui les premiers ont établi cette croyance,
ont pris de tels engagements avec leur amour-propre ou avec leur
persuasion[161], qu’ils se sont presque interdit toute modification; et
parce qu’ils ont fait prendre au gouvernement des mesures si tranchantes
et si gênantes pour le commerce, que si aujourd’hui elles se trouvaient
sans motif, ils encourraient une véritable défaveur. Et cependant je
regarde comme une sage institution celle des bureaux de santé ou
lazarets dans les ports des États-Unis, surtout quand on y veut faire le
commerce avec la Méditerranée et les échelles turques.

4º Enfin, parce que le caractère contagieux presque pestilentiel que
l’on joint au préjugé de l’importation, excuse très-heureusement les
non-succès de ceux qui ne guérissent pas souvent. En me rangeant à
l’opinion des médecins qui regardent la fièvre jaune comme un produit
indigène des États-Unis, je suis loin d’attaquer les intentions de ceux
qui soutiennent la thèse contraire; mais je tiens pour dangereuse et
imprudente la doctrine de l’importation, 1º à cause du ton dogmatique et
intolérant qu’elle a déployé, jusqu’à attaquer la sûreté et la liberté
domestiques, et à compromettre le gouvernement; 2º parce qu’en
provoquant des mesures exagérées au-dehors, elle a endormi sur les
mesures bien plus nécessaires à prendre au-dedans, et qui découlent
immédiatement de l’opinion contraire.

Quant à la question du caractère contagieux, je ne puis admettre ni la
négative absolue que soutiennent quelques médecins, ni le cas général
et constant que supposent plusieurs autres: cette dernière alternative
est exclue par trop de faits incontestables; et la première,
c’est-à-dire, la négative, me semble contradictoire avec l’origine même
du mal; car dès que les miasmes des marais et des matières putrides ont
la propriété de l’exciter, à plus forte raison les miasmes du corps
humain infecté auront cette vertu, eux qui ont bien plus d’affinité avec
les humeurs vivantes. Aussi a-t-on remarqué en 1797, à Philadelphie, que
plusieurs familles au retour de la campagne, rentrant dans leurs
maisons, où il y avait eu mort ou maladie, sans avoir pris soin de
désinfecter, furent immédiatement saisies du mal, quoique la saison fût
froide et qu’il eût cessé. A Norfolk, on a fait la remarque encore plus
générale, que ceux qui s’absentent de la ville y deviennent plus exposés
que ceux qui restent constamment dans son atmosphère; et ce cas
correspond avec celui des _étrangers_, surtout ceux du nord, que l’on a
remarqué à Philadelphie et à New-York, etc., être spécialement attaqués.

Des théoriciens veulent expliquer cette singularité, en disant que c’est
par une surabondance de _gaz oxygène, infusé_ dans le sang, par l’air
plus pur de l’Europe et de la campagne, que _les étrangers_ sont plus
susceptibles de la fièvre; mais outre que cette _surabondance_ est
hypothétique, les notions que l’on a du gaz oxygène, essentiellement
salubre, y sont si contraires, que l’on a droit d’exiger de plus fortes
preuves; et prétendre, comme ils le font, que l’oxygène est plus
abondant dans les lieux bas que dans les lieux élevés, est une
supposition nouvelle en chimie, d’autant plus inadmissible que les plus
savants chimistes de l’Europe regardent le contraire comme prouvé; ce
n’est pas l’oxygène que leurs expériences trouvent se dégager des marais
et des matières putrides, mais le carbone, l’hydrogène et l’azote; il
paraît même que la combinaison des deux premiers de ces gaz a la
propriété spécifique d’engendrer les fièvres intermittentes et
rémittentes, et qu’elles ne deviennent putrides malignes que par
l’addition de l’azote à cette combinaison.

De nouvelles études développeront sans doute l’action de tous les gaz
morbifiques: pour le présent, les meilleurs moyens curatifs paraissent
être, de combattre l’inflammation, premier degré du mal, par les
délayants et les tempérants; peut-être les bains à la température du
léger frisson[162] seraient-ils un des plus efficaces, administrés dès
le premier soupçon, et prolongés à huit et dix heures. C’est aux maîtres
de l’art à prononcer sur les bains très-froids, et presque à la glace,
dont quelques médecins d’Amérique prétendent avoir retiré de bons
effets: il est certain que dans des cas de frénésie, ils ont quelquefois
opéré des cures étonnantes; l’époque de leur application a une
influence décisive, puisque leur effet, dans la période d’inflammation,
est très-différent de ce qu’il sera dans la période de _décomposition_.
Les antiasphyxiques peuvent aussi avoir leur utilité, puisque des gaz
pernicieux paraissent jouer un rôle. L’objet essentiel est d’empêcher
l’inflammation de s’élever jusqu’au point de décomposer les humeurs, car
alors rien ne peut empêcher le mal de parcourir ses trois phases; par
cette raison, les premières heures sont décisives et demandent toute la
célérité possible; la saignée à petites doses peut y être très-utile. Un
préservatif tout-puissant est la diète la plus absolue[163], avec les
boissons aqueuses, sitôt que l’on a la sensation de pesanteur, de
lassitude et de perte d’appétit; et il faut la continuer deux ou trois
jours rigoureusement, jusqu’au retour de la faim et de l’alacrité de
corps et d’esprit.

A l’égard des préservatifs généraux, applicables aux villes des
États-Unis, ils dépendent du gouvernement central, et ils consistent:

1º A mesurer la sévérité des lazarets établis, sur l’exigeance bien
constatée des cas de maladies importées par les vaisseaux. Les vaisseaux
de la Méditerranée méritent le plus d’attention.

2º A interdire les abus de prétendu droit de propriété et de liberté
des particuliers qui se permettent au voisinage et au sein des grandes
villes des comblements de terrains bas à force d’immondices, et même de
charognes. Les Américains vantent leur propreté, mais je puis attester
que les quais de New-York et de Philadelphie, avec certaines parties des
faubourgs, surpassent en saleté publique et privée, tout ce que j’ai vu
en Turkie, où l’air a l’avantage d’être d’une sécheresse salutaire.

3º A établir des règlements de police jusqu’à ce jour inusités ou
méprisés pour le pavage des rues, des faubourgs, et même du centre des
villes. On a remarqué en Europe que les grandes épidémies de Paris, de
Lyon, de Londres, et autres villes très-peuplées ont cessé depuis
l’établissement du pavage général et régulier.

4º A empêcher toute eau croupissante, et tout amas de matières putrides;
à écarter du sein des villes les vastes cimetières, dont l’usage
pestilentiel est généralement conservé avec un respect superstitieux.
Philadelphie a dans ses plus beaux quartiers quatre énormes cimetières,
dont j’ai très-bien senti l’odeur en été, et n’a pas une seule promenade
ni allée plantée de salutaire verdure.

5º A obliger les citoyens à murer et paver les fosses d’aisance qui,
dans l’état actuel, communiquent si immédiatement par un sol sableux,
avec les puits et les pompes aussi non murés, que, dans les fontes de
neiges en hiver, et dans les sécheresses en été, l’on voit les eaux des
uns et des autres se niveler: il est si vrai que les eaux bues dans les
parties basses de la ville reçoivent les filtrations des cimetières et
des fosses, que j’ai remarqué en _Front-Street_, l’eau de mes carafes
devenir _filante_ le troisième jour en mai, et finir par une infection
cadavéreuse[164].

Enfin, le gouvernement, en dirigeant sur ces objets de police domestique
l’attention des habitants des États-Unis, devrait provoquer leur
instruction sur l’une des causes les plus essentielles et les plus
radicales de toutes leurs maladies, je veux dire sur le régime
alimentaire qu’à raison de leur origine ils ont conservé des Anglais et
des Allemands. J’ose dire que si l’on proposait au concours le plan du
régime le plus capable de gâter l’estomac, les dents et la santé, l’on
ne pourrait en imaginer un plus convenable que celui des
Anglo-Américains. Dès le matin à déjeuner, ils noient leur estomac d’une
pinte d’eau chaude chargée de thé ou de café si léger, que ce n’est que
de l’eau brune; et ils avalent presque sans mâcher du pain chaud à peine
cuit, des rôties imbibées de beurre, du fromage le plus gras, des
tranches de bœuf ou de jambon salé, fumé, etc., toutes choses presque
indissolubles. A dîner, ce sont des pâtes bouillies, sous le nom de
_pouding_; les plus graisseuses sont les plus friandes; toutes les
sauces, même pour le bœuf rôti, sont le beurre fondu; les turneps et
les pommes de terre sont noyés de saindoux, de lard, de beurre ou de
graisse: sous le nom de pye (_païe_), de _pumkine_, leurs pâtisseries ne
sont que de vraies pâtes graisseuses, jamais cuites: pour faire passer
ces masses glaireuses, on reprend le thé presque à l’issue du dîner, et
on le charge tellement qu’il est amer au gosier: dans cet état, il
attaque si efficacement les nerfs, qu’il procure, même à des Anglais,
des insomnies plus opiniâtres que le café. Le souper amène encore
quelques salaisons ou des huîtres, et comme le dit Chastelux, la journée
entière se passe à entasser des indigestions l’une sur l’autre; pour
donner du ton au pauvre estomac fatigué et relâché, l’on boit le madère,
le rum, l’eau-de-vie de France ou celle de genièvre et de grain, qui
achèvent d’attaquer le genre nerveux. Un tel régime put convenir aux
_Tartares_, souche primitive des Germains et des Anglo-Saxons, qui
n’usaient d’aucun de ces stimulants dangereux: leur vie équestre et
nomade les rendait et les rend encore capables de tout digérer; mais
quand les nations changent de climat, ou que se poliçant elles
deviennent oiseuses et riches, elles éprouvent en masse les altérations
des particuliers. Les paysans ou les manœuvres d’Allemagne et
d’Angleterre peuvent encore sans inconvénient se nourrir comme leurs
ancêtres: il n’en est pas de même des citadins; et moins encore de ceux
qui, émigrant de leur humide et froid climat, vont s’établir dans des
pays chauds, tels que la Géorgie, les Carolines, la Virginie, etc. La
puissance même de l’habitude natale ne parviendra point à y naturaliser
un système essentiellement contraire au climat. Aussi de tous les
peuples d’Europe, voyons-nous que les Anglais sont ceux qui résistent le
moins aux climats du tropique; et si leurs enfants, les Anglo-Américains
ne modifient pas leurs vieilles habitudes à cet égard, ils en
éprouveront les mêmes inconvénients.--Il est tellement vrai que leur
régime est une des grandes causes prédisposantes aux maladies et à la
fièvre jaune, que dans le plus fort des épidémies, jamais un seul
accident ne s’est montré dans l’enceinte de la prison de Philadelphie,
et cela évidemment parce que le système alimentaire y est calculé sur
une échelle de tempérance qui ne laisse prise à aucune surcharge
d’estomac, ni par conséquent à aucune dépravation des sucs. L’abus des
boissons spiritueuses est surtout banni totalement de cet établissement
admirable; et cet abus est si général dans le peuple des États-Unis, que
l’ivrognerie y est un vice aussi dominant que chez les sauvages: croire
que l’on puisse aisément et promptement changer sur tous ces chefs les
mœurs et les goûts d’une nation, n’est point mon erreur; j’ai trop bien
appris à connaître l’automatisme de l’espèce humaine, et la puissance
machinale de ce qu’on appelle _habitude_; mais je pense qu’un
gouvernement qui emploierait à éclairer le peuple, à diriger sa raison,
la moitié des soins employés si souvent à l’égarer, obtiendrait des
succès dont n’ont point d’idée ceux qui le méprisent: s’il est ignorant
et sot, ce peuple, c’est parce que l’on met beaucoup d’esprit à cultiver
son ignorance et sa sottise; et en supposant qu’une génération vieillie
dans de mauvais usages n’eût pas la force de s’en corriger, elle serait
néanmoins capable, par tendresse pour ses enfants, d’établir un système
d’éducation qui leur procurerait un bonheur dont elle sentirait avoir
été privée.

Je termine cet article, qu’un tel vœu m’a fait prolonger, par une
remarque sur la cause qui a suscité la fièvre jaune depuis l’époque si
précise de 1790. Cette cause me paraît être l’accroissement subit que
les villes maritimes des États-Unis, et New-York entre autres, ont
retiré des effets de la guerre française, et de la convulsion des
colonies des Antilles. Les richesses mobiliaires, les capitaux, les
émigrants fugitifs, en affluant tout à coup dans ces villes, ont
occasioné une multitude de constructions hâtives, et l’emploi de
terrains non préparés qui ont causé une sorte de révolution. Le
commerce y a versé dans le peuple une aisance auparavant inconnue, et
l’ouvrier qui a gagné un dollar et demi et deux dollars par jour (7 à 10
l.), l’agriculteur qui a vendu depuis 8 jusqu’à 14 piastres le baril de
farine qui ne se vendait que quatre et cinq, se sont livrés à des
jouissances dont la plus désirée, la plus pratiquée a été l’usage du vin
et de l’eau-de-vie; ainsi, en même temps que des ferments de putridité
et d’inflammation se sont établis, les corps se sont trouvés plus
disposés à en recevoir l’impression, et intempérance, l’imprévoyance et
la saleté ont produit leurs effets constants et accoutumés.

Tels sont les caractères principaux du climat et du sol des États-Unis
dont j’ai tracé un tableau aussi exact que le permet un modèle si divers
dans son étendue, si sujet à exceptions de localités. Maintenant c’est
au lecteur d’asseoir son jugement sur les avantages et les inconvénients
d’un pays devenu si célèbre, et que sa situation géographique comme son
génie politique, destinent à jouer un rôle si important sur la scène du
monde. Je prétends d’autant moins influencer l’opinion à cet égard, par
l’expression de la mienne, que j’ai souvent éprouvé que sur ce sujet
plus que sur aucun autre, les goûts diffèrent selon les sensations et
les préjugés de l’habitude. Souvent aux États-Unis, dans des réunions de
voyageurs de toutes les parties de l’Europe, j’ai vu exprimer des avis
tout-à-fait contrastants. L’Anglais et le Danois trouvaient trop chaude
la température que l’Espagnol et le Vénitien trouvaient modérée; le
Polonais et le Provençal se plaignaient de l’humidité là où le
Hollandais trouvait l’air et le sol un peu secs; tous jugements
produits, comme l’on voit, par la comparaison du climat originaire et
habituel de chaque opinant. Il est cependant vrai que nous tous
Européens, nous accordions à reprocher à ce climat son excessive
variabilité du froid au chaud et du chaud au froid; mais les
Anglo-Américains qui se tiennent presque offensés de ce reproche,
défendent déja _leur_ climat comme une propriété, et ils y portent trois
motifs puissants de partialité;

1º L’amour-propre individuel, commun à tous les hommes, et la vanité
nationale qui chaque jour s’exalte davantage:

2º Une habitude déja contractée par la naissance, et qui se convertit en
nature;

3º Un intérêt pécuniaire aussi cher à l’état qu’aux particuliers,
l’intérêt de vendre des terres et d’attirer des hommes et des capitaux
étrangers.

Avec de tels motifs, il serait difficile de leur persuader que les
États-Unis ne sont pas le meilleur pays du monde; néanmoins, si
l’émigrant qui veut se fixer, recueille les avis d’État à État,
l’habitant du sud le dégoûtera de s’établir dans le nord à raison des
trop longs hivers, des froids pénibles et rigoureux, des besoins
dispendieux de tout genre qui en résultent pour se loger, se vêtir, se
chauffer, etc., de la nécessité d’entretenir pendant six mois les
bestiaux clos à l’étable, et par suite, de faire des provisions et des
cultures de fourrages, des constructions de granges, etc.; enfin, à
raison de la modicité des produits du sol... De son côté, l’habitant du
nord vantant sa santé, son activité, effets du froid de son climat, de
la maigreur de son sol, et de la nécessité du travail, décriera les
États du sud à cause de l’insalubrité de leurs marais et de leurs
cultures de riz, de l’incommodité de leurs insectes, mosquites et
mouches, de la fréquence de leurs fièvres, de la violence de leurs
chaleurs, de l’indolence et de la faiblesse de constitution qui en
résultent et qui produisent les habitudes oiseuses, la vie dissipée,
l’abus des liqueurs, l’amour du jeu, etc., tout cela favorisé encore par
l’abondance même du sol et la richesse des produits; de plus, l’habitant
de la Caroline s’accordera avec celui du Maine pour décréditer les États
du Centre comme ayant les inconvénients des extrêmes sans en avoir les
avantages; ainsi, j’ai entendu moi-même à Philadelphie les Caroliniens
se plaindre de la chaleur, et les Canadiens du froid, parce que l’on ne
sait y prendre de précaution ni contre l’un, ni contre l’autre; enfin,
si dans un même canton reconnu pour insalubre, l’émigrant veut prendre
des informations précises, chaque habitant l’assure que ce n’est pas sur
sa ferme, mais sur celle de son voisin qu’est le foyer d’insalubrité,
et que c’est d’_un sol étranger_ que lui vient la fièvre... En résultat,
le fait est que chaque individu, chaque nation, tout en se plaignant de
leur sol, de leur situation, préfèrent néanmoins leur pays, leur ville,
leur ferme, par égoïsme, par intérêt, et par-dessus tout, par un motif
moins senti, mais bien plus puissant, le motif de l’_habitude_.
L’Égyptien préfère son fleuve, l’Arabe ses sables brûlants, le Tartare
ses prairies découvertes, le Huron ses immenses forêts, l’Indien ses
plaines fertiles, le Samoïède et l’Eskimau, les rivages stériles et
glacés de leurs mers boréales; aucun d’eux ne voudrait changer, abjurer
son sol natal; et cela uniquement par la puissance de cette _habitude_
dont on parle si souvent, mais dont on ne connaît toute la magie que
quand on est sorti de son cercle pour éprouver les effets des habitudes
étrangères. L’habitude est une atmosphère physique et morale que l’on
respire sans s’en apercevoir, et dont l’on ne peut connaître les
qualités propres et distinctives qu’en respirant un air différent. Aussi
les gens qui ont _le plus d’esprit_, lorsqu’ils ne sont pas sortis de
leurs habitudes, et qu’ils veulent parler de celles d’autrui,
c’est-à-dire, de sensations qu’ils n’ont pas éprouvées, sont-ils de
véritables aveugles qui veulent parler des couleurs: et parce que la
sobriété à porter de tels jugements, constitue l’_esprit raisonnable_ si
décrié par les _aveugles_ ou les _hypocrites_, sous le nom _d’esprit
philosophique_, je me bornerai à dire que, comparativement aux pays que
j’ai vus, et sans renoncer aux préjugés de mes sensations et de ma
constitution natale, le climat de l’Égypte, de la Syrie, de la France et
de tout ce qui entoure la Méditerranée, me paraît très-supérieur en
bonté, salubrité et agrément aux États-Unis; que dans l’enceinte même
des États-Unis, si j’avais à faire un choix sur la côte atlantique, ce
serait la pointe de Rhode-Island, ou le chaînon de _Sud-ouest_ en
Virginie, entre le Rappahannok, et le Rônoake; dans le pays d’Ouest, ce
serait les bords du lac Érié en cent ans d’ici, lorsqu’ils n’auront plus
de fièvres; mais pour le présent, ce serait, sur la foi des voyageurs,
les coteaux de la Géorgie et de la Floride lorsqu’ils ne sont pas sous
le vent des marais.



APPENDICE (_Voyez page 159_).


Les débordements excessifs qui, pendant l’été de 1800, eurent lieu en
Suède, sans que l’on pût en rendre raison par les pluies tombées dans le
pays, m’ayant fait soupçonner que ces débordements étaient dus aux
nuages accumulés sur des montagnes limitrophes par un courant d’air ou
vent dominant, je m’adressai pour éclaircir ce fait à un ami zélé des
sciences et des arts, le C. Bourgoing, ministre de la république à
Copenhague, et je le priai de me procurer des réponses exactes à
diverses questions que je lui envoyai. Il communiqua ces questions à
plusieurs savants, tels que MM. Melanderhielm, Svanberg, Loevener,
Schoenhenter, Wibbe, Grove, Buch; et les notes séparées qu’ils eurent la
complaisance de lui fournir, m’ayant présenté dans leur comparaison un
ensemble de faits corrélatifs, je crus devoir en envoyer le résumé au
ministre, à titre de remercîments. Comme ce résumé se lie au sujet que
j’ai traité dans cet ouvrage, je l’insère ici avec l’intention
ultérieure et additionnelle, d’attirer l’attention des météorologistes
sur la totalité du système des vents de la zone polaire, et de parvenir
à connaître le jeu correspondant du nord-ouest et du nord-est
d’Amérique, avec les vents de la Russie et de la Suède.


_Lettre au citoyen Bourgoing, ministre de la république française près
le roi de Danemarck._

            Paris, 1er ventôse an 9 (10 février 1801).

Vos obligeantes notes, citoyen ministre, me sont parvenues précisément
dans l’ordre inverse de leurs dates.... et par cette raison j’ai dû
attendre la dernière pour vous faire tous mes remercîments; j’ai
d’ailleurs désiré de vous envoyer un résultat de travail qui me
disculpât près de vous et près de quelques-uns de vos consultés, de
l’emploi de votre temps en systèmes et en théories sans fondement comme
sans utilité. Quel que soit le résultat de mon travail, il ne serait pas
sans utilité s’il prouvait qu’_il y a_, ou _même qu’il n’y a pas_ de
marche fixe dans les courants de l’air; et que l’on peut ou que l’on ne
peut pas juger du vent qui règne dans un lieu par le vent qui a régné ou
qui règne dans un autre. La navigation, l’agriculture, sont intéressées
à ce problème, puisque sa solution influerait beaucoup sur les
spéculations de commerce, d’achats ou de ventes de grains.--Quant au
reproche d’_esprit systématique_, j’en suis peu affecté, parce que je ne
me sens point du tout atteint de l’engouement qui en fait le vice et le
ridicule.--A vingt ans j’avais des systèmes dont j’étais
très-persuadé.--Nos maîtres, vous le savez, citoyen ministre, nous
enseignaient à ne point douter, à tout prouver par _atqui_ et _ergo_, à
tout expliquer sans demeurer _à quia_; mais à mesure que l’expérience a
refait mon éducation, j’ai vu qu’il fallait renoncer à l’esprit
doctoral, et s’il m’est resté une doctrine à suivre et à prêcher, c’est
celle de douter beaucoup; de ne pas être pressé d’_assurer_, et d’être
toujours prêt à revoir la question et à écouter d’autres faits. Après
cela, je n’ai pas néanmoins la duperie d’accorder à mes adverses plus
d’infaillibilité qu’à moi; et quel que soit d’ailleurs leur mérite,
s’ils n’ont pas fait une étude particulière de la question en débat,
s’ils prétendent en juger par aperçu et analogie, je leur rétorque à mon
tour l’esprit de système, et j’invoque le jury des faits; car je suis,
selon l’expression de S***, _de la faction des faits_. Or, voici mon
dire dans le cas présent.

Il résulte des diverses notes que vous m’avez envoyées, et entre autres
de l’exposé court, clair et méthodique de M. Schoenhenter (évêque de
Drontheim):

1º Que la Norwège est traversée de l’est à l’ouest, par un chaînon
appelé _Dovrefield_ ou _Dofre_, qui la partage en sud et en nord.

2º Que ce chaînon, l’un des plus élevés de ce royaume, a environ trois
mille pieds rhinlandais d’élévation (--2901 pieds de Paris--941
mètres--483 toises).

3º Qu’il forme dans le système de l’air, une ligne de démarcation
tellement positive, que le nord et le sud n’ont presque jamais les
mêmes vents en même temps. S’il pleut dans le pays d’Agherrhous,
Christiansandt, etc., il fait sec dans le Drontheim, dans le Nordland,
etc.: M. Buch dit les mêmes choses.

4º Ce dernier cas a été surtout remarquable dans l’été de 1800, où le
pays de Drontheim, nord du Dofre, a éprouvé des pluies continuelles, au
point de perdre toute la récolte; tandis que les gouvernements
d’Agherrhous et de Berghen, sud du Dofre, ont éprouvé une sécheresse
excessive.--Dans le Drontheim, les vents, depuis juin jusqu’au vingt
août, furent si constamment nord-ouest, qu’à peine y eut-il vingt jours
d’exception; et le thermomètre variant de six à huit, ne passa point 11°
de Réaumur.--Dans l’Agherrhous et le Berghen, les vents furent
habituellement sud, sud-est, même sud-ouest, le mercure variant de 14 à
18°; à peine y eut-il sept jours pluvieux, avec cette différence
remarquable, que les tables météorologiques de Drontheim et de
Christiansandt, comparées l’une à l’autre, offrent plus de vingt
exemples, où il pleuvait dans le Drontheim par le vent nord-ouest,
tandis qu’il faisait beau et sec dans l’Agherrhous par le vent sud-est;
c’est-à-dire, qu’il régnait à la fois deux vents diamétralement opposés.
M. Schoenhenter observe que le Iempterland en Suède, à l’est du
Drontheim, essuya les mêmes pluies, mais il ignore si le vent y fut le
même.--

D’accord avec MM. _Wibbe_, _Grove_ et _Buch_, il dit que sur la côte de
Norwège les vents dominants sont du quart de l’ouest; qu’ils y sont les
vents pluvieux (à raison de l’océan), tandis que le nord-est, le sud-est
et l’est, y sont les vents secs: qu’au nord du Dofre, le nord-ouest
domine avec le sud-ouest; que l’ouest pur et l’est pur sont rares: que
sur la côte de Berghen et dans le bassin de Louken, les dominants sont
le sud-ouest et l’ouest, tous deux pluvieux: et que dans le bassin du
Glomen et tout le golfe d’Agherrhous, ce sont le sud-ouest grand
pluvieux, et le sud-est tantôt sec et tantôt pluvieux: voilà pour la
Norwège.

A Stockholm, MM. Svanberg et Melanderhielm, disent que les vents
dominants sont l’ouest et le sud-ouest qui sont secs: que les vents
pluvieux, plus rares, sont l’est, le nord-est, et en été le sud-est;
mais que la péninsule de Scanie et le Smaland, participent au climat du
golfe d’Agherrhous: ils observent que juin et juillet, dans l’été de
1800, furent très-pluvieux à Stockholm; mais ils n’ont point joint les
tables des vents (qui durent souffler de l’est); alors le nord-ouest
régnait à Drontheim, le sud et le sud-est dans l’Agherrhous, et l’est
sur le golfe Bothnique; de manière que le Dofre était le point de
rencontre et de choc de trois courants opposés.

Expliquer ce qui se passait dans l’air en ce lieu, me menerait trop
loin; je me borne à vous observer: 1º Que les inondations de la Suède
n’ont pu provenir de la fonte des neiges, comme le pense M***; en juin
et juillet les neiges d’hiver sont fondues: 2º qu’il est évident que le
Dofre, encore qu’il ne soit pas une chaîne pleine comme muraille, a
cependant exercé sur les courants de l’air une action incontestable: si
M*** le nie, ce sera de sa part une _théorie_ plus que _hasardée_.
Quoique des groupes de montagnes ne soient pas immédiatement joints,
surtout quand leurs vallons marchent en sens divers, il n’en résulte pas
moins un obstacle capable de ralentir le fleuve aérien, de la même
manière que des files de rocs dans les lits des rivières, barrent et
ralentissent le courant des eaux. Au reste, j’aurai l’occasion de
développer plus amplement ma _théorie_ à cet égard.--Agréez mes
remercîments de l’exemplaire de la Théorie des vents de la Coudraye, qui
se trouve être exactement ce que j’attendais d’un marin instruit et
observateur.



ÉCLAIRCISSEMENTS

SUR DIVERS ARTICLES

INDIQUÉS DANS CET OUVRAGE.



ARTICLE PREMIER.

SUR LA FLORIDE.

     Et sur le livre de BERNARD ROMANS, intitulé _A concise natural and
     moral History of east and west Florida_; New-York, 1776, sold by
     Aitken, in-12.

Courte Histoire naturelle et morale de la Floride orientale et
occidentale.


«L’auteur, qui a passé plusieurs années dans le pays en observateur et
en médecin éclairé, distingue deux climats en Floride; l’un qu’il
appelle _climat de nord_, lequel s’étend du 31° au 27° 40´ latitude;
l’autre, le _climat de sud_, qui s’étend du 27° 40´ au 25°: il fonde
cette distinction sur ce que dans l’un les gelées sont habituelles
pendant l’hiver, tandis que dans l’autre elles sont extraordinairement
rares: il eût été simple et plus clair de dire qu’_il gèle dans tout le
parallèle du continent_, et qu’_il ne gèle point dans la presqu’île
propre_.

«Dans ce pays l’air est pur et clair. L’on ne voit de brouillards que
sur la rivière Saint-John; mais les rosées sont excessives. Le printemps
et l’automne sont extraordinairement secs; l’automne très-variable du
chaud au frais. Le commencement de l’hiver, c’est-à-dire janvier, est
humide et tempétueux; février et mars sont secs et sereins; de la fin de
septembre à la fin de juin, il n’y a peut-être pas au monde de climat
plus doux; mais juillet, août et septembre sont excessivement chauds; et
cependant les variations du froid au chaud sont bien moindres qu’en
Caroline, et la gelée bien plus rare.

«En toute saison, à midi, le soleil est cuisant; jamais le froid
n’affecte même l’oranger chinois, dont le fruit est exquis.
Saint-Augustin est sur la frontière des deux climats.

«Sur la côte _est_ ou _atlantique_, règne le vent alisé d’_est_. Sur la
côte _ouest_ ou du _golfe mexicain_, les brises de mer venant de l’ouest
au nord-ouest rafraîchissent en été toute la presqu’île. Tous les genres
de fruits y prospèrent sans y être desséchés de chaleur ou de froid.
Dans toute la presqu’île la pluie s’annonce 24 et 48 heures d’avance,
par l’excès de la rosée ou par son manque total. Les vents y sont
également moins variables qu’un peu plus au nord en remontant vers le
continent. Pendant une grande partie du printemps, de même que pendant
l’été et le début de l’automne et dans la première partie de l’hiver,
ils sont au quart de nord-est; à la fin de l’hiver et dans le
commencement du printemps, ils sont ouest et nord-ouest.

«Les quinze à vingt jours qui précèdent l’équinoxe d’automne et les deux
ou trois mois qui le suivent, sont redoutables en Floride et dans la mer
adjacente; c’est-à-dire, que du commencement de septembre jusqu’au
solstice d’hiver, il arrive fréquemment de violentes tempêtes. B. Romans
n’a jamais ouï parler de grands accidents à l’équinoxe de printemps. Les
terribles ouragans de 1769 arrivèrent le 29 octobre et jours suivants;
celui de 1772 fut les 30, 31 août, 1er, 2 et 3 septembre: il souffla
d’abord _sud-est_ et _est_ à _Mobile_; en allant plus ouest il était
nord-nord-est. Notez que depuis Pensacola il ne fut pas sensible dans
l’est. Le vent fit gonfler toutes les rivières; et, par un cas étrange,
il fit pousser une seconde moisson de feuilles et de fruits aux mûriers.

«Les vents sud et sud-ouest donnent un air épais et fâcheux aux poumons:
il en est de même de cet air étouffé dont on se plaint si fort en
juillet et août.--Les vents, depuis le sud-est jusqu’au nord-est, sont
humides et frais et donnent de fréquentes ondées qui rendent le sable
même fertile. De l’est au nord les vents sont frais et agréables; du
nord au nord-ouest ils sont presque froids. Le thermomètre est
habituellement entre 84 et 88° Fah. (22½ à 25° R.) à l’ombre, là où
l’air circule. Pendant juillet et août il est à 94° (27½ R.); mais au
soleil, il est promptement à 114° (36½ R.). Il ne tombe jamais de
plus de deux degrés au-dessous du point de la gelée. Il est impossible
de se figurer combien l’air est charmant depuis la fin de septembre
jusqu’à la fin de juin. La côte orientale de la presqu’île est plus
chaude que l’occidentale, et que tout le climat nord dont le rivage est
exposé aux piquants vents de l’hiver.

«_La pointe de Floride, à sa partie d’ouest, est très-sujette aux
rafales et aux tornados, depuis mai jusqu’en août; ils viennent chaque
jour du sud-sud-ouest et du sud-ouest; mais ils passent vite._» (Voyez
la carte des vents, où la théorie des courants de l’air s’accorde
précisément à placer les tournoiements à cet endroit.)

«Le docteur Mackensie, médecin (différent du voyageur) a beaucoup parlé
de la moisissure, de la rouillure et de la liquéfaction du sel, du
sucre, etc. Tout cela, il est vrai, se voit plus à Saint-Augustin
qu’ailleurs; et cependant il n’est pas de lieu plus sain dans tous ces
parages. L’on y vit très-vieux et très-sain. Les Havanais y viennent
comme à leur Montpellier.

«Le climat nord, c’est-à-dire la partie ouest et continentale de
Floride, a les mêmes caractères que la partie nord de la péninsule; mais
il y fait des vents plus froids. L’on a beaucoup parlé de l’épidémie de
la Mobile en 1765: la vraie cause fut l’excessive intempérance des
soldats. Les Anglais, même les médecins, conseillent dans tous ces
climats de boire le _verre de vin; mais on fait ce verre trop large et
trop fréquent_.

«Le plus dangereux de tous les inconvénients en Amérique, _n’est ni le
chaud, ni l’humide, ni le froid, c’est le terrible et subit changement
des extrêmes_ qui vous donne 30° (14° R.) de différence en 12 heures, et
cela est _pire au nord qu’au sud_. Le sol de Floride est généralement un
sable blanc qui a par-dessous lui une couche d’argile blanche. Le rivage
de la mer est sans arbres; l’intérieur est plein de pins.

«_Oldmixon_, dans son ouvrage du _British empire_, est le seul qui ait
dit des choses raisonnables sur le caractère des sauvages. _Tous les
Européens, avec leurs rêves de la belle nature, n’ont dit que d’absurdes
folies._»

Bernard Romans, dans les pages 38 et suivantes, peint les sauvages tels
que je les ai vus; sales, ivrognes, fainéants, voleurs, d’un orgueil
excessif, d’une vanité facile à blesser, et alors cruels, altérés de
sang, implacables dans leur haine, atroces dans leur vengeance, etc.,
etc. Il représente les _Chicasaws_ pires que les autres. «Les _Chactas_
valent mieux; ils ont de la bonne foi, quelque idée de propriété
mobilière et personnelle. Ils sont plus laborieux que tous les autres.
Ils vendent tout aux passants; mais ils sont adonnés au jeu.» (L’auteur
déduit de cela même l’idée qu’ils ont du _mien_ et du _tien_.) «Le
suicide n’est pas rare chez eux ni chez les autres. Ils sont aussi
pédérastes que les _Chicasaws_, et les Chicasaws le sont autant que les
Grecs. (Ces honnêtes gens-là auraient bien besoin du missionnaire
_Atala_.)

  «Les Chicasaws comptaient en 1771   250 guerriers
  «Les Chactas                       2600
  «Les Creeks confédérés             3500

«_Tous ces sauvages s’arrachent la barbe avec des petites pincettes ou
avec des coquilles._

«Les enfants lancent à 20 et 30 _yards_ (mètres) des flèches longues
d’un pied, qui sont garnies de coton sur les 4 pouces du gros bout. Ils
usent pour cet effet de sarbacanes de 8 pieds, et ils tuent des oiseaux
et des écureuils.

«Au reste, le pays des _Creeks_ est de la plus excellente terre et du
plus agréable paysage, susceptible de toute production.

«Celui des Chactas est très-bon aussi; mais celui des Chicasaws est une
haute plaine sèche, ayant peu d’eau et mauvaise. Leur nord jusqu’à
l’Ohio est très-montueux.»

L’auteur a joint trois gravures, représentant les traits physionomiques
de ces trois peuples; et quoiqu’elles paraissent avoir été exécutées sur
bois ou sur étain, le caractère n’est pas mal saisi.

Tout le livre de Bernard Romans est d’un détail intéressant sur leurs
mœurs, leurs manières, et sur les productions du sol.

Il traite avec intelligence des maladies du pays, réfute les assertions
du docteur _Lind_, en ce qu’elles ont d’exagéré; il convient de
l’excessive humidité rouillante et moisissante à _Saint-John_ et à
_Saint-Augustin_, et pourtant Saint-Augustin est très-sain, parce qu’il
n’a pas les marais de Saint-John.

Les grandes variations subites du chaud au froid, avec de fortes rosées,
sitôt après le coucher du soleil, sont le cas de _Saint-John_, de la
rivière _Nassau_, de _Mobile_ et de _Campbelton_; mais à _Pensacola_ et
à son est, à New-Orléans et sur le Mississipi, il ne les a point vues,
et l’on ne s’en plaint pas. Ces variations d’ailleurs, et cette
humidité, ne sont pas comparables à celles de la _Géorgie_, et surtout
des _Carolines_. L’on s’en préserve avec du feu dans la maison, et un
vêtement de laine le soir. Il n’y a de marais saumaches qu’à
_Saint-John_, tandis que la _Géorgie_ et les _Carolines_ en sont
infectées, ainsi que de mosquites et de puantes exhalaisons.

Les mouches et les mosquites n’abondent qu’aux rizières et aux
indigoteries. Il faut convenir que le Mississipi en est couvert au delà
de toute idée. L’on n’y vit que sous la mosquetière. Ils disparaissent à
mesure que l’on cultive. En résultat, B. Romans conseille aux gens
replets, aux biberons, aux gloutons d’Europe et aux pléthoriques, de ne
pas venir ici sans changer entièrement de régime.

Les fièvres sont très-répandues depuis la fin de juin jusqu’au milieu
d’octobre, c’est-à-dire précisément après les grandes pluies, combinées
avec les violentes chaleurs. Elles sont plus tenaces près des rizières
et des indigoteries. Il entre dans de très-bons détails sur cet article,
dans les pages 131 et suivantes.

Les marais doux ou saumaches sont malsains, mais non pas les marais
d’eaux salées. Au reste, la figure et le teint des habitants suffisent à
indiquer leurs maladies.

«Les mosquites ne sont pas si abondants sur les eaux fraîches et sur le
courant du Mississipi, qu’au bas de la rivière et sur toute la plage
maritime, où ils sont intolérables;» (mais ils le sont tellement dans
les bois le long du fleuve depuis l’Ohio, que le soir quand on allume
le feu il faut les écarter de l’homme qui prend ce soin, car ils
l’aveugleraient).

Le _tétanos_ est terrible en Floride, et il est commun aux gens qui
_abusent des liqueurs et qui couchent au frais_.

Enfin l’auteur parle du naufrage de M. _Viaud_ et de madame _Lacouture_,
comme d’un fait réel et positif qui eut lieu sur le rivage
d’_Apalachicola_; mais ils en ont fait un roman. Les œufs qu’ils
trouvèrent ne furent pas des œufs de dinde, mais de tortue. Il cite des
personnes qui ont secouru ces deux naufragés.

Il est fâcheux pour la science que ce ne soit pas le livre de Bernard
Romans qui ait été traduit à la place de celui de _Bartram_.



ARTICLE II.

SUR

L’HISTOIRE DE NEWHAMPSPHIRE.

Par JÉRÉMIE BELKNAP, Membre de la Société philosophique de Philadelphie;

     Et sur l’Histoire du _Vermont_, par Samuel Williams, membre de la
     Société météorologique d’Allemagne, et de la Société philosophique
     de Philadelphie.


§ I.

L’ouvrage de M. Belknap, intitulé _The History of Newhampshire_ que j’ai
plusieurs fois cité, et qui n’est point traduit en français, est composé
de trois volume in-8º, imprimés à Boston. Dans les deux premiers,
l’auteur n’a eu pour but que de faire connaître les événements
historiques de la colonie de cet État, depuis son premier établissement;
le tableau qu’il en présente est d’autant plus curieux, que l’on y
trouve l’origine d’une foule d’usages qui, alors établis par des lois
coactives et très-sévèrement exécutées, ont tourné en _habitudes_, et
composent aujourd’hui plusieurs parties du _caractère_ des
Anglo-américains.--L’on y voit l’esprit intolérant des premiers colons,
prescrire par des réglements rigoureux les formules de communication,
soit entre hommes, soit entre les deux sexes; la manière de faire
l’amour avant de se marier, le maintien et la contenance, soit dehors,
soit dedans la maison, comment on doit porter la tête, les bras, les
yeux, causer, marcher, etc., etc. (d’où sont venus le ton cérémonieux,
l’air grave et silencieux, et toute l’étiquette guindée qui règne encore
dans la société des femmes des États-Unis). Il était défendu aux femmes
de montrer les bras et le cou; les manches devaient être fermées aux
poignets, le corset clos jusqu’au menton; les hommes devaient avoir les
cheveux coupés courts, pour ne pas ressembler aux femmes; il leur était
défendu de porter des santés, comme étant un acte de _libation païenne_;
défendu même de faire de la bière dans le jour du samedi, de peur
qu’elle ne _travaillât_ le dimanche: tous ces délits étaient
susceptibles de _dénonciation_, et la dénonciation emportait _peine_;
ainsi régnait une véritable _inquisition terroriste_, et les esprits
durent contracter toutes les habitudes que donne la persécution;
habitudes de silence, de réserve dans le discours, de dissimulation, de
combinaisons d’idées et de plans, d’énergie dans la volonté, et de
résistance lorsqu’enfin la patience est à bout. Comme ouvrage moral, ces
deux premiers volumes sont intéressants à consulter, vu le soin qu’à
pris l’écrivain de recueillir des faits constatés. Mais la quantité
d’autres détails en rendrait peut-être la traduction trop longue pour
nous autres Français, auxquels ils sont étrangers.

Il n’en est pas ainsi du troisième volume, qui est une description
méthodique du climat, du sol, de ses produits naturels et artificiels,
de la navigation, du commerce, de l’agriculture, et de tout l’état du
pays. L’on peut comparer ce volume à celui de M. Jefferson sur la
Virginie: l’un et l’autre sont des statistiques aussi exactes, aussi
instructives qu’il est permis aux forces et aux moyens de simples
particuliers d’en produire. M. Jefferson, en publiant dès 1782, a eu le
mérite de surmonter les principales difficultés, en traçant le premier
plan d’un travail alors inusité. M. Belknap, en publiant le sien en
1792, après 22 ans d’observation, a celui d’avoir profité de ce que les
progrès de la science ont accumulé de faits et de méthode: son livre
(volume troisième), composé de 480 pages, gros caractère, y compris
l’appendice, serait susceptible de quelques réductions, à raison de
divers détails qui nous sont superflus; et quoique l’auteur y paie un
double tribut à son caractère d’Américain et de ministre du saint
Évangile, en déclamant quelquefois contre les _philosophes_ et contre
les _voyageurs européens_, cet ouvrage n’en est pas moins l’un des plus
_philosophiquement_ instructifs, dont on puisse faire présent à notre
langue sur les États-Unis.


§ II.

J’en dirai autant de l’Histoire du Vermont, par M. Samuel Williams; elle
forme un volume in-8º d’environ 400 pages, d’un caractère plus fin
(petit-romain), y compris aussi un appendice sur divers
sujets.--L’ouvrage est partagé en 17 chapitres d’une division
méthodique.--Situation, limites, superficie, sol, aspect du pays,
montagnes, leurs hauteurs, leurs directions, les cavernes, sources,
etc., rivières et lacs, climat et saisons, productions végétales et
animales, sont les sujets des six premiers chapitres. Le septième et le
huitième traitent des sauvages, de leur caractère, de leur éducation, de
leur état moral et politique. Les neuf, dix et onze détaillent tous les
incidents de la formation de l’État de Vermont et de l’origine de ses
premiers colons. Les six autres, sous le titre d’_État de la Société_,
font connaître, 1º l’_emploi du temps_ en arts et en commerce; 2º les
_coutumes et usages_, comprenant l’éducation, le mariage, la vie civile,
etc.; 3º la _religion_ et l’importance du principe _de la parfaite
égalité_ des cultes (l’auteur est ministre du saint Évangile); 4º le
gouvernement du pays; 5º la population; 6º la _liberté_, qu’il dit être
bien moins le produit du _gouvernement_ américain que de la condition
et situation du peuple.

L’on pourrait quelquefois trouver que l’auteur entre dans trop de
détails, d’explications et de digressions; mais il en résulte tant de
faits et d’observations utiles et instructifs, que je regarde ce livre
comme l’un de ceux qui ont le plus répandu de connaissances physiques
dans le peuple des États-Unis. J’en avais fait exécuter la traduction
littérale, ainsi que du troisième volume de Belknap, dans l’intention de
la _franciser_[165] à mon premier loisir, et de la publier: mais outre
que ce travail excéderait maintenant mes forces, j’apprends qu’il est
entrepris par une personne qui ne doit pas tarder d’en enrichir le
public.



ARTICLE III.

GALLIPOLIS,

OU

COLONIE DES FRANÇAIS SUR L’OHIO.


L’on ne doit pas encore avoir oublié à Paris une certaine compagnie du
_Sioto_ qui, en 1790, ouvrit avec beaucoup d’éclat une vente de terres
dans _le plus beau canton des États-Unis, à six livres l’acre_. Son
programme, distribué avec profusion, promettait tout ce que l’on a
coutume de promettre en pareil cas: «un climat délicieux et _sain_; à
peine des gelées en hiver;--une rivière, nommée par excellence _la belle
Rivière_[166], riche en poissons excellents et monstrueux; des forêts
superbes, d’un arbre qui distille le sucre (l’érable à sucre), et d’un
arbuste qui donne de la chandelle (myrica cerifera);--du gros gibier en
abondance, sans loups, renards, lions, ni tigres; une extrême facilité
de nourrir dans les bois des bestiaux de toute espèce; les porcs seuls
devaient, d’un couple unique, produire sans soins en trois ans 300
individus; et dans un tel pays l’on ne serait sujet ni à la taille, ni à
la capitation, ni à la milice, ni aux logements de guerre, etc., etc.,
etc.» Il est vrai que les distributeurs de tant de bienfaits ne disaient
pas que ces belles forêts étaient un obstacle préliminaire à tout genre
de culture; qu’il fallait abattre les arbres un à un, les brûler,
nettoyer le terrain avec des peines et des frais considérables; que
pendant au moins une année il fallait tirer de loin toute espèce de
vivres; que la chasse et la pêche, qui sont un plaisir quand on a bien
déjeuné, sont de très-dures corvées dans un pays désert et sauvage; ils
ne disaient pas surtout que _ces terres excellentes_ étaient dans le
voisinage d’une espèce d’animaux féroces, pires que les loups et les
tigres, les hommes appelés _sauvages_ alors en guerre avec les
États-Unis.--En un mot, qu’au cours actuel des marchés d’Amérique, ces
terres ne valaient effectivement que six à sept sous l’acre; et qu’aucun
acheteur du pays n’en eût offert davantage:--mais en France, mais à
Paris, alors surtout, qu’une sorte de contagion d’enthousiasme et de
crédulité s’était emparée des esprits, le tableau était trop brillant,
les inconvénients étaient trop distants, pour que la séduction n’eût pas
son effet; les conseils, l’exemple même de personnes riches et
supposées instruites, ajoutèrent à la persuasion; l’on ne parla dans les
cercles de Paris que de la vie champêtre et _libre_ que l’on pouvait
mener aux bords du _Sioto_: enfin, la publication du Voyage de M.
Brissot, qui précisément à cette époque revenait des États-Unis, acheva
de consolider l’opinion: les acquéreurs se multiplièrent, principalement
dans les classes moyennes et honnêtes où les mœurs sont toujours les
meilleures.--Des individus, des familles entières vendirent leurs fonds,
et crurent faire un marché excellent d’acheter des terres à six francs
l’arpent, parce qu’autour de Paris le moindre prix des bonnes était de
cinq ou six cents. Muni de ces titres, chaque propriétaire partit à son
gré, s’embarqua dans le cours de 1791, l’un au Havre, l’autre à
Bordeaux, d’autres à Nantes, à la Rochelle, et le public parisien,
toujours occupé ou distrait, n’a plus entendu parler de cette affaire.

Dès mon arrivée à Philadelphie, en octobre 1795, j’en demandai des
nouvelles; mais je n’en pus obtenir de suffisantes.--L’on me dit
seulement d’une manière vague, que cette colonie devait être sur l’Ohio
_en terres sauvages_, et qu’elle n’avait pas prospéré. L’été suivant je
dirigeai ma route par la Virginie, et après avoir fait plus de 120
lieues de Philadelphie à _Blue-Ridge_ près Staunton; après avoir
traversé plus de 80 lieues de pays montueux et presque désert, depuis
Blue-Ridge jusqu’au delà du chaînon de _Gauley_ ou _Great Laurel_; puis
encore avoir descendu 22 lieues en canot la rivière du _Grand-Kanhawa_,
encore plus déserte depuis l’Elk jusqu’à son embouchure dans l’Ohio, je
me _trouvai le 9 juillet 1796_, au village de _Pointe-Plaisante_,
distant d’une lieue et demie de _Gallipolis_: là, j’eus des nouvelles
positives de cette _ville des Français_, puisque tel est le sens du nom
grec qu’il leur a plu de se donner; l’empressement de voir des
compatriotes, d’entendre parler ma langue, que déja je _désapprenais_
dans un pays tout anglais, me fit désirer de m’y rendre sur-le-champ: et
le colonel _Lewis_, parent du général _Washington_, m’en facilita les
moyens; mais pendant ma route, au déclin du jour, songeant que j’allais
voir des Français déçus de leurs espérances, mécontents de leur sort,
blessés dans leur amour-propre, et peut-être humiliés de leur situation
devant un ex-constituant, qui pouvait l’avoir pronostiquée à
quelques-uns, je trouvai des raisons de calmer mon impatience. La nuit
commençait lorsque j’atteignis le village de _Gallipolis_; je pus
reconnaître seulement deux rangs de petites maisons blanches, placées
sur la banquette de l’Ohio, qui en cet endroit est encaissé de 50 pieds
à pic: les eaux étant très-basses, je grimpai cette banquette par un
talus rapide, pratiqué dans l’écore. L’on me conduisit à une hutte de
_troncs d’arbres_ (log-house), qui a le nom d’auberge.--Les Français
que j’y trouvai me firent quelques questions, mais bien moins que je
n’en attendais, et je pus m’apercevoir de la justesse de ma réflexion
antérieure.

Le lendemain mon premier soin fut de visiter le local: je fus frappé de
son aspect sauvage, du teint hâve, de la figure maigre, de l’air malade
et souffrant de tous ses habitants.--Ils ne recherchaient point ma
conversation. Leurs maisons, quoique blanchies, n’étaient que des
_huttes de troncs_ (log-houses), mastiquées de terre grasse, couvertes
de bardeaux, et par conséquent mal abritées et humides. Le village forme
un carré long, composé de deux rangs de maisons bâties en file contiguë,
sans doute afin de brûler toutes par un seul accident fréquent aux
États-Unis: c’est la compagnie qui a commis cette faute grossière parmi
une foule d’autres. Quelques jardins clos d’épines et nus d’arbres, mais
passablement fournis de légumes, adossent le village au nord-ouest;
derrière ces jardins, et au-delà de quelques taillis, est un gros
ruisseau qui coule presque parallèlement au fleuve où il se verse, et
forme une presqu’île de tout le sol du village. Ce ruisseau, en eaux
basses, est plein de boues noirâtres, et quand l’Ohio déborde, il reflue
et nourrit de fâcheux marécages. Du côté du _sud-est_, l’on a sous les
yeux le vaste lit de l’Ohio; mais les coteaux en face et au nord, les
vallées à l’est et à l’ouest, ne présentent à la vue que
l’_universelle_ forêt. Au-dessus du village, le sol d’argile retient
opiniâtrement les eaux, et forme encore des marécages malsains en
automne.--Chaque année les fièvres intermittentes s’établissent dès la
fin de juillet, et durent jusqu’en novembre.--Je ne trouvai personne
dans cette colonie qui m’eût été précédemment connu; mais comme les
Français refusent rarement leur confiance à qui leur témoigne de
l’intérêt, j’obtins de trois ou quatre Parisiens qui m’en inspirèrent,
des renseignements dont la substance est: «qu’environ cinq cents colons,
tous artistes ou artisans, ou bourgeois aisés et de bonnes mœurs,
arrivèrent dans le cours de 1791 et 1792 aux ports de New-York,
Philadelphie et Baltimore; ils avaient payé chacun cinq à six cents
livres de passage, et leurs voyages par terre, tant en France que dans
les États-Unis, leur en avaient coûté pour le moins autant; ainsi épars
sans direction centrale, sans rassemblement combiné, ils s’acheminèrent
sur des renseignements presque vagues vers Pittsburg et le cours
inférieur de l’Ohio où le terrain était désigné; après bien du temps et
des frais perdus en fausses routes, ils parvinrent à un point
géographique, où la compagnie de Sioto faisait construire des baraques:
bientôt après, cette compagnie de _Sioto_ faillit envers la compagnie
d’Ohio, vendeur et propriétaire primitif, qui ne se tint point liée par
les actes de son débiteur, et refusa aux Français la terre que déja ils
avaient payée: il s’ensuivit un grave procès d’autant plus fâcheux pour
les colons, que leur argent était déja dévoré. Pour comble de malheur,
les États-Unis étaient en guerre avec les _sauvages_, qui contestaient
cette partie du pays, et qui, fiers d’avoir dissipé l’armée du général
_Saint-Clair_ sur le grand Miâmi (4 novembre 1791), bloquèrent les
colons de Gallipolis pendant 1792 et 1793, en enlevèrent quatre et en
_scalpèrent_ un cinquième, qui a survécu à cette horrible opération; le
découragement s’empara des esprits.--Le plus grand nombre abandonna
l’entreprise et se dispersa, partie dans le pays peuplé, partie en
Louisiane; enfin, après quatre ans de vexations et de litiges de toute
espèce, ceux qui demeurèrent obtinrent de la compagnie d’Ohio un terrain
de neuf cent douze acres pour une nouvelle somme de onze cents
piastres.--_Cette faveur_ fut due surtout à la bienveillance de l’un des
membres de la compagnie, le fils du général _Putnam_, qui y ajouta un
service encore plus important pour la communauté, celui de refuser
l’offre de douze cents piastres que firent deux des colons, dans le
dessein d’accaparer le tout, et de rançonner ensuite à leur gré leurs
infortunés compagnons.--(Quel nom donner à cette lâche avarice, qui ne
sait se faire de richesse que de la misère d’autrui...?)--Par un autre
bonheur, à la même époque, le congrès de 1795, mû d’un sentiment de
compassion et d’équité, décréta un don de vingt mille acres, à prendre
en face de _Sandy-Creek_, pour ces pauvres Français dépouillés:» et cet
acte est d’autant plus digne d’une respectueuse gratitude, que déja
prévalaient dans ce corps les sentiments d’animosité qui éclatèrent
l’année suivante contre le gouvernement et le peuple français. De ces
vingt mille acres, quatre mille appartiennent à celui ou à ceux dont les
soins avaient promu le don, et le reste dut se répartir entre
quatre-vingt-deux à quatre-vingt-quatre têtes subsistantes du nombre
premier.

Il n’y avait qu’un an lors de mon passage que tous ces arrangements
venaient d’être conclus, et déja l’industrie s’était ranimée de manière
à faire sentir et regretter tout ce qu’elle eût opéré, sans des
contre-temps si longs et si cruels; néanmoins, l’existence des colons
était loin d’être agréable; chaque famille était obligée de vaquer à
tous les travaux pénibles d’un établissement nouveau; l’on n’y trouvait
qu’à des prix grévants ces bras mercenaires dont l’utilité n’est bien
sentie que là où ils manquent. Il était dur à des gens élevés dans la
vie aisée de Paris, d’être obligés de semer, de sarcler, de scier le
blé, de faire les gerbes, de les porter au logis, de cultiver le maïs,
l’avoine, le tabac, les melons d’eau ou pastèques, par des chaleurs de
24 à 28 degrés; il est vrai que toute culture réussissait à souhait,
même le coton; pendant l’automne et l’hiver, la livre de daim coûtait un
sou ou six liards; le pain, de deux à quatre sous; mais l’argent était
d’une excessive rareté. L’érable à sucre exploité en février, donnait à
quelques familles qui couraient les bois, jusqu’à cent livres de grosse
cassonade noire, souvent brûlée, toujours mélasseuse. L’on trouve dans
les îles du fleuve une espèce de vigne basse à grain rond, rouge et
assez doux, que l’on suppose venue des plants que les Français avaient
faits au fort _Duquesne_, et dont les semences ont été répandues par la
friandise des ours; mais son vin, que l’on m’a qualifié de _méchant
surêne_, diffère peu de celui des vignes indigènes qui croissent dans
les bois jusqu’à soixante pieds de hauteur, et qui ne produisent qu’un
raisin noir, petit, dur et sec. Les porcs ont été d’une bonne ressource,
et ces colons ont appris des Américains à les préparer si parfaitement,
que dans ma route ultérieure je consommai un jambon entier, que je crus
avoir été cuit, et qui se trouva être cru et seulement fumé; quelquefois
on les préfère tels, et on a toute raison; car la partie maigre de leur
viande, lorsqu’on ne la sale pas trop, ou qu’on la fait dessaler à
point, est reconnue pour être plus légère et moins maladive en pays
chaud que la viande de bœuf.

Telle est la situation de la colonie projetée au _Sioto_; il y a un peu
loin de là au bonheur poétique chanté par le _cultivateur américain_, et
aux délices de la capitale future de l’_empire d’Ohio_ prophétisé par un
autre écrivain. Si les faiseurs de pareils romans pouvaient s’entendre
panégyriser sur place, sûrement ils se dégoûteraient de ce banal talent
de rhétorique, qui dans le cas présent a détruit l’aisance de cinq cents
familles. Partout aux États-Unis, j’ai entendu, de la part des Français,
des plaintes amères à ce sujet. Cependant, pour être entièrement juste,
il faut avouer que tous les torts ne sont pas d’un seul côté; car si
l’on observe que plusieurs expériences notoires auraient dû mettre en
garde contre la séduction; qu’en promettant des avantages exagérés, les
auteurs n’avaient cependant pas prétendu à une extravagante crédulité,
ni exclu les précautions de la prudence; et si j’ajoute que malgré cet
exemple, et depuis mon retour à Paris, il s’est encore trouvé des
spéculateurs de ce genre qui n’ont pas désiré, qui ont même évité d’être
éclairés, l’on sera obligé de convenir que ce sont les _dupes_, qui à
force d’engouement et de niaise crédulité, provoquent et créent l’art
des charlatans.

J’aurais voulu emporter l’idée que cette colonie pourrait s’affermir et
prospérer; mais outre le vice radical de sa situation trop mal choisie,
il m’a paru que les impressions de découragement avaient encore trop de
motifs subsistants pour pouvoir s’effacer; d’ailleurs j’ai cru
m’apercevoir dans mes voyages aux États-Unis, que les Français n’ont pas
la même aptitude à y former des établissements agricoles, que les
immigrants d’Angleterre, d’Irlande et d’Allemagne.--De quatorze à quinze
exemples de _farmers_ ou _cultivateurs_ français que j’ai ouï citer sur
le continent, deux ou trois seulement promettaient de réussir; et quant
aux établissements en _masse de villages_, tels que _Gallipolis_, tous
ceux que les Français avaient ci-devant entrepris ou formés sur les
frontières de Canada ou de Louisiane, et qui ont été abandonnés à leurs
seules forces, ont langui et fini par se détruire, tandis que de simples
individus irlandais, écossais, ou allemands, s’enfonçant seuls avec leur
femme dans les forêts, et jusque sur le sol des sauvages, ont
généralement réussi à fonder des fermes et des villages solides. A
l’appui de mon opinion ou plutôt des faits, je vais citer l’exemple de
la colonie française du _Poste-Vincennes_ sur la Wabash, que je visitai
après Gallipolis;--et dans cette visite je portai des dispositions
d’autant plus propres à bien observer, qu’outre l’intérêt de la question
générale, j’avois l’intérêt particulier et personnel de savoir quel
genre d’asile le sol si vanté du Mississipi et de la Haute-Louisiane
pouvait, dans un besoin éventuel, offrir à des Français d’Europe amis
d’une sage liberté.



ARTICLE IV.

DE LA COLONIE

DU POSTE-VINCENNES

SUR LA WABASH;

Et des colonies françaises sur le Mississipi et le lac Érié.


Ayant descendu l’Ohio par _Preston_, _Washington_[167], _Charleston_ (de
Kentucky), et par _Cincinnati_, chef-lieu de North-West Territory,
j’arrivai à Louisville, distant d’environ trois cent cinquante milles
(cent seize lieues) de Gallipolis. Tout cet espace est encore si peu
habité, qu’à peine put-on me montrer cinq villages et huit fermes en
embryon. Louisville est un lieu de Kentucky d’environ cent maisons,
situé deux milles au-dessus des _falls_ ou _chutes_ d’Ohio, qui sont
seulement des _rapides_ que l’on me fit franchir en canot. Pendant huit
jours j’y attendis la formation d’une caravane de quatre à cinq
cavaliers, nécessaire pour traverser trente-six à quarante lieues de
forêts et de _prairies_, si parfaitement désertes, qu’on n’y trouve pas
une cabane pour gîter. Après trois jours de marche forcée, nous
arrivâmes le 2 août 1796 au village louisianais, nommé
_Poste-Vincennes_, sur la rivière _Wabash_; l’aspect du local est une
_prairie_ irrégulière d’environ trois lieues de long sur une de large,
bordée de tous côtés de l’_éternelle_ forêt, parsemée de quelques arbres
et d’une grande quantité de plantes à ombelle, hautes de trois à quatre
pieds; des champs de maïs, de tabac, de blé, d’orge, de pastèques, même
de coton, entourent le village, composé d’une cinquantaine de maisons,
dont la blancheur égaie la vue après la longue monotonie des bois. Ces
maisons sont rangées sur la rive gauche de _la Wabash_, qui est large
d’environ cent toises, et qui en basses eaux est inférieure de vingt
pieds au sol du village. Ici il n’y a pas de banquettes comme sur
l’Ohio; au contraire, la berge forme une espèce de digue avec talus,
dominant de plusieurs pieds le niveau de la prairie. Ce talus est
l’ouvrage des débordements successifs de _la Wabash_. Chaque maison,
selon la bonne coutume canadienne, est isolée de toute autre, et
environnée de sa cour et de son jardin, clos de palissades. Mon œil fut
réjoui de la vue des pêchers chargés de fruits, mais attristé de celle
de l’odieux _stramonium_, qui foisonne universellement aux lieux habités
depuis Gallipolis et plus haut. Attenant au village et à la rivière, est
un enclos fermé de pieux pointus de six pieds de hauteur; un fossé de
huit pieds de large au plus règne tout autour: cela s’appelle un _fort_;
et en effet, c’en est assez pour se défendre d’un coup de main des
sauvages.

J’étais adressé à l’un des principaux propriétaires né hollandais,
parlant bien français; je reçus chez lui pendant dix jours, tous les
bons offices d’une hospitalité aisée, simple et franche. Le lendemain de
mon arrivée, il y avoit audience des juges du canton; je m’y rendis pour
faire mes observations sur le physique et le moral des habitants
rassemblés. Dès mon entrée, je fus frappé de voir l’auditoire partagé en
deux races d’hommes totalement divers de visage et d’habitude de corps;
les uns ayant les cheveux blonds ou châtains, le teint fleuri, la figure
pleine, et le corps d’un embonpoint qui annonçait la santé et l’aisance;
les autres ayant le visage très-maigre, la peau hâve et _tannée_, et
tout le corps comme exténué de jeûne, sans parler des vêtemens qui
annonçaient la pauvreté. Je reconnus bientôt que ces derniers étaient
les colons français établis depuis environ soixante ans dans ce lieu,
tandis que les premiers étaient des colons américains qui depuis quatre
à six ans seulement y avaient acheté des terres qu’ils cultivaient. Les
Français, à la réserve de trois ou quatre, ne savaient point l’anglais;
Les Américains, presqu’en totalité, ne savaient guère plus de français;
comme j’avais appris, depuis un an, assez d’anglais pour converser avec
eux, j’eus l’avantage, pendant mon séjour, d’entendre les récits et les
rapports des deux parts. (_Extrait de mon Journal._)

«Les Français, lamentant leur détresse, me racontèrent que depuis
quelques années, et particulièrement depuis la dernière guerre des
sauvages (1788), la fortune avait pris à tâche de les accabler de pertes
et de privations; auparavant, et depuis la paix de 1763, époque de la
cession du Canada à l’Angleterre, et de la Louisiane à l’Espagne, ils
avaient joui sous la protection de cette dernière puissance d’un degré
et d’un genre singulier de bien-être. Presque abandonnés à eux-mêmes, au
sein des déserts, éloignés de soixante lieues du plus prochain poste sur
le Mississipi, sans charge d’impôts, en paix avec les sauvages, ils
passaient la vie à chasser, à pêcher, à faire la traite des
pelleteries, à cultiver quelques grains et quelques légumes pour le
besoin de leurs familles. Plusieurs d’entr’eux avaient épousé des filles
de sauvages, et ces alliances avaient consolidé l’amitié des tribus
environnantes. Le _Poste_ avait compté jusqu’à trois cents habitants.
Pendant la guerre de l’indépendance, l’heureux éloignement où ils
étaient de son théâtre les préserva long-temps d’y être compromis; mais
vers 1782, sur des motifs bien ou mal fondés, un officier kentokois
ayant dirigé contre eux un petit corps, ils furent pillés, et leurs
bestiaux, richesse principale, dévorés et enlevés. Le traité de 1783
annexa leur colonie aux États-Unis, et sous ce régime ils commencèrent
de réparer leurs pertes. Malheureusement, vers 1788, des hostilités se
déclarèrent entre les sauvages et les Américains. Il fut dur d’opter
entre deux amis; mais le devoir comme la prudence les ayant joints aux
Américains, les sauvages commencèrent contre eux une guerre d’autant
plus cruelle, qu’elle fut celle d’une amitié déçue et irritée. Les
bestiaux furent tués, le village bloqué, et pendant plusieurs années, à
peine les habitants purent-ils cultiver à la portée du fusil; des
réquisitions militaires vinrent se joindre à ces calamités; cependant en
1792, le congrès, ému de pitié, donna quatre cents arpents à chaque tête
contribuable, et cent arpents de plus à chaque homme de milice. C’eût
été la fortune de familles américaines; ce ne fut pour ces colons,
plutôt chasseurs que cultivateurs, qu’un don passager que sans prudence,
sans lumières, ils vendirent chacun moins de deux cents livres à des
Américains; encore ceux-ci les payèrent-ils en toiles et autres
marchandises leur rapportant vingt et vingt-cinq pour cent de bénéfice.
Ces terres, de qualité excellente, se vendaient déja en 1796, deux
dollars l’arpent (total, 2000 livres au lieu de 200 livres), et
j’oserais assurer qu’aujourd’hui elles en valent dix. Ainsi réduits la
plupart à leurs jardins ou au terrain le plus indispensable, les
habitants du _Poste_ n’ont plus eu pour vivre que le secours de leurs
fruits, de leurs légumes, des pommes de terre, du maïs, et très-rarement
quelque viande de chasse. Il n’est donc pas étonnant qu’ils soient
devenus maigres comme des Arabes.--Ils crient à la supplantation, à la
spoliation, et surtout ils se plaignent qu’en tout procès et
contestation, étant jugés par des lois américaines qu’ils n’entendent
pas, et par cinq juges, dont deux français n’entendent que médiocrement
les lois et la langue, il leur est impossible de soutenir la
concurrence. Les Américains repoussent ces reproches par ceux de
l’ignorance, du défaut de toute industrie et d’une indolence _indienne_.
Il est vrai que cette ignorance est extrême en tout genre; jamais dans
ce village il n’avait existé d’école avant que la révolution française y
eut poussé M. l’abbé R.... que j’y trouvai missionnaire, et missionnaire
poli, instruit, bien élevé, et, chose admirable! _tolérant_. Sur
quatre-vingt-dix têtes françaises, à peine en pouvait-on citer six qui
sussent lire et écrire; tandis que parmi les Américains, sur cent
individus, hommes ou femmes, quatre-vingt-dix au moins savent l’un et
l’autre. Le langage de ces Français n’est pas un patois comme on me
l’avait dit, mais un français passable, mêlé de beaucoup de termes et de
locutions de soldat. Cela devait être ainsi, tous ces postes ayant été
primitivement fondés ou habités en majeure partie par des troupes; le
régiment de Carignan a servi de souche au Canada. Je voulus savoir
l’époque de fondation et l’histoire première du Poste-Vincennes; mais en
dépit de l’autorité et du crédit que quelques savants attribuent aux
traditions, à peine pus-je tirer quelques notions précises sur la guerre
de 1757, quoiqu’il y ait là des vieillards de temps antérieur. Ce n’est
que par aperçu que je suppose l’origine première vers 1735.»

De leur côté, les colons américains me confirmèrent la plupart de ces
récits; mais envisageant les faits sous un autre point de vue «Si les
_Canadiens_[168], me dirent-ils, se trouvent dans une fâcheuse
situation, ce n’est pas à nous, c’est à eux mêmes ou à leur gouvernement
qu’ils en doivent adresser le reproche. Ce sont, il est vrai, de bonnes
gens, hospitaliers et sociables; mais il sont d’une ignorance, d’une
paresse demi-sauvages; ils n’entendent rien en affaires ni domestiques,
ni civiles, ni politiques; leurs femmes ne savent ni coudre, ni filer,
ni faire du beurre: elles perdent tout leur temps à voisiner, à
babiller, et la maison reste sale et en désordre. Les maris n’ont de
goût que pour la chasse, la pêche, les voyages de long cours, et une vie
toute dissipée. Ils ne font jamais comme nous des provisions d’une
saison à l’autre; ils ne savent ni saler, ni fumer le porc, le daim, ni
faire la bière, le _saour-crout_, ni distiller le blé ou les pêches,
toutes choses _capitales_ pour un cultivateur. S’ils ont quelques
denrées ou marchandises, ils veulent, pour s’indemniser de la petite
quantité, les vendre quinze et vingt pour cent plus cher que nous qui
avons abondance; et tout leur argent s’en va en achats de babioles, de
futilités, et en amourettes de _sauvagesses_, espèce de filles aussi
coquettes et bien plus gaspilleuses que les blanches: de même tout leur
temps se consume en causeries, en narrations interminables d’aventures
insignifiantes, et en courses _à la ville_[169] pour voir leurs amis.
Lorsque la paix de 1783 rendit ces habitans _citoyens_ des États-Unis,
au lieu de _sujets_ du roi d’Espagne qu’ils étaient, leur première
demande fut celle d’un _officier commandant_; et ils eurent toute la
peine possible à comprendre ce que c’était qu’une administration
municipale, choisie par eux et dans leur sein. Aujourd’hui même ils
n’ont pas de sujets capables de la former. Ils ne veulent pas apprendre
notre langue; et nous, qui sommes les maîtres du pays, nous ne sommes
pas faits pour apprendre celle d’une peuplade de quatre-vingts à
quatre-vingt-dix personnes qui demain se dégoûteront et s’en iront en
Louisiane, et qui feront bien; car avec leur peu d’industrie, ils sont
incapables de soutenir notre concurrence, etc.»

D’après les récits des Américains et des _Canadiens_, pareil état de
choses a lieu dans les établissements illinois et de la Haute-Louisiane;
le découragement, l’apathie, la misère, règnent également chez les
colons français de Kaskaskias, de Cahokias, de la Prairie du Rocher, de
Saint-Louis, etc.; la nature du gouvernement y a contribué d’une part,
en ce que le régime, d’abord français, puis espagnol, étant purement
militaire, l’officier commandant est un véritable aga ou pacha, qui
donne, vend, ôte à son gré les priviléges d’entrée, de sortie, d’achat
et d’accaparement de denrées; en sorte qu’il n’existe aucune liberté, ni
de commerce, ni de propriété, et que pour deux ou trois maisons riches,
la totalité des habitans est dénuée et pauvre. C’est absolument le
régime turk, au sabre près; car j’aime à rendre cette justice aux
Espagnols de nos jours, que leur gouvernement n’est pas sanguinaire
comme ci-devant.

D’autre part, les mœurs et les habitudes des premiers colons ont été
une cause originelle et fondamentale de non-succès et de ruine: soldats
dans le principe, ou contraints de le devenir par leurs guerres avec les
voisins, ces colons ont été conduits par la nature des choses à préférer
une vie tour-à-tour agitée et dissipée, indolente et oiseuse, comme
celle des sauvages, à la vie sédentaire, active et patiente des
laboureurs Anglo-Américains. Aussi, lorsque dans ces dernières années,
ceux-ci ont pu s’introduire dans les établissemens illinois sur la rive
gauche du Mississipi, qui dépendent d’eux, leur industrie y a pris un
tel ascendant, qu’en cinq ou six ans ils sont devenus les acquéreurs et
les possesseurs de la majeure partie des villages. Les anciens colons
en détresse leur ont vendu à vil prix, comme au Poste-Vincennes, leurs
inutiles possessions; et tel a été le progrès de leur supplantation,
qu’en 1796, le village de Kaskaskias, presque en son entier, appartenait
à la seule maison E...., et que la maison V...... possédait ailleurs
60,000 acres d’excellentes terres. Sur la rive droite du Mississipi,
_terrain espagnol_, quelques Américains se sont liés avec les plus
riches maisons du pays, et déja, par ce moyen, ils sont devenus
négociants et propriétaires principaux. D’autre part, le gouvernement
espagnol, pour donner de la valeur à ses terres, ayant adopté la mesure
de les concéder à des Américains qui se _naturalisent_, ces Américains
supplantent en commerce, en agriculture, en industrie, en activité, les
colons français qui se retirent peu à peu devant eux, et passent en
Canada ou en Basse-Louisiane. Deux de mes quatre compagnons de voyage
Kentockois se rendaient ainsi au Missouri pour s’y établir; ils me
dirent que déja plus de huit cents Américains étaient fixés dans le
pays, et que si l’on continuait d’afféager des terres, il y passerait
sous trois ans quatre ou cinq mille familles du Kentucky, où les terres
sont devenues trop chères, et où les titres de propriété ont été de tout
temps trop sujets à procès.

J’avais eu l’intention de passer avec eux jusqu’à Saint-Louis, distant
de soixante-dix lieues du Poste-Vincennes; mais plusieurs inconvénients
m’en détournèrent. Je me contentai de prendre note des faits que
m’attestèrent plusieurs témoins oculaires qui, cette année même, et dans
les quatre précédentes, avaient visité les lieux; d’après ces
informations, il y a du Poste-Vincennes au _Kas_ (c’est-à-dire
Kaskaskias), quarante-trois heures de marche[170], estimées par M. Arrow
Smith environ cent soixante milles. Le pays, à partir du ruisseau
_Ombra_, à trois lieues du Poste, n’est plus une forêt continue, mais
une _prairie_ tartare, clair-semée en quelques endroits de petits
bouquets de bois, plate, nue, venteuse et froide en hiver: elle est
garnie en été de plantes hautes et fortes qui froissent tellement les
jambes du cavalier dans l’étroit sentier où l’on marche, que l’aller et
le venir usent une paire de bottes. Les eaux y sont rares, et l’on peut
s’y égarer, comme l’avait fait un de mes compagnons qui, lui troisième,
y avait erré dix-sept jours trois ans auparavant. Les orages, les
pluies, les mouches, les taons y sont excessivement incommodes en été.
Il y a cinq ans, l’on ne traversait point ces prairies sans voir des
troupes de quatre à cinq cents buffles; aujourd’hui il n’en reste plus:
ils ont passé le Mississipi à la nage, importunés par les chasseurs, et
surtout par les sonnettes des vaches américaines. A l’extrémité de ces
prairies, près du Mississipi, est le village de _Kas_, situé en vallée
excessivement chaude; il est tellement ruiné qu’il n’y reste pas douze
familles _canadiennes_, et cependant en 1764, le colonel _Bouquet_ y
comptait quatre cents têtes: en face, à l’autre bord du fleuve, était
ci-devant _Sainte-Geneviève_, assez gros village cité pour sa saline: le
Mississipi, dans ses débordements, l’a totalement balayé: les habitants
se sont retirés à deux milles de là, sur des hauteurs, où ils vivent
dans des maisons à pans de bois, chacun sur sa terre. Cinq lieues
au-dessus du _Kas_ et du même côté, était le fort de _Chartres_,
construit en murailles, avec une magnificence extraordinaire: le
terrible fleuve l’a pareillement renversé; il attaque déja un bastion de
la _Nouvelle-Madrid_, établissement formé en 1791, en face de
l’embouchure d’Ohio, à cent toises du Mississipi qui en a miné le pied
de manière qu’aux premières pluies, une forte partie s’éboulera. Ce
grand, ce magnifique Mississipi, vanté comme une terre promise par M.
B...., est un très-mauvais voisin; fort d’une masse d’eaux boueuses et
jaunâtres, large de mille à quinze cents toises, que chaque année il
fait déborder de vingt-cinq pieds perpendiculaires, il va poussant cette
masse à travers un terrain meuble de sable et d’argile; il forme des
îles et les détruit; charrie des arbres qu’ensuite il bouleverse; varie
sa route à travers les obstacles qu’il se donne, finit par vous
atteindre à des distances où vous ne l’auriez jamais soupçonné:
semblable en ceci à la plupart des grands agens de la nature, volcans,
orages, etc., qui sans doute sont admirables, mais que la prudence
conseille de n’admirer qu’à distance: ajoutez que ses rives chaudes et
humides sont très-fiévreuses pendant l’été et l’automne. Tel est le cas
du village de la _Prairie du Rocher_, où l’on compte dix familles; et
tel celui de _Cahokias_ ou _Caho_, qui n’a pas plus de quarante feux, au
lieu de quatre-vingts qu’il avait en 1790: en face de _Caho_ (rive
droite), est _Saint-Louis_ ou _Pancore_, ville ou bourg de soixante-dix
maisons rassemblées, ayant un beau et utile fort en pierre, de deux
acres de superficie, avec seulement cinq ou six familles riches, sur
cinq cents têtes blanches d’un peuple pauvre, indolent et fiévreux. Ces
cinq ou six familles possèdent le peu qu’il y a d’esclaves noirs, et
elles les traitent avec douceur; les lois espagnoles sur les noirs dans
la Louisiane, sont les plus douces de tous les codes européens. Cela
n’empêcha pas qu’il n’y eût, de la part de ces Africains, en 1791, une
insurrection en _Basse_-Louisiane; et cette insurrection fut cause
qu’ayant fait armer dans la _Haute_ tous les blancs enregistrés, l’on
connut que leur nombre précis était de cinq cents. M. le colonel
_Sargent_, secrétaire-général du North-West-Territory, homme d’un
esprit distingué, qui, dans l’année 1790, inspecta les établissements de
la rive gauche, dits _illinois_, m’a attesté que la totalité des
familles françaises n’excédait pas cent cinquante; ainsi toute la
ci-devant _Haute_-Louisiane ne peut s’estimer à sept cents hommes de
milice, c’est-à-dire à plus de deux mille cinq cents têtes françaises.

Ces récits, je l’avoue, sont très-différents de ceux que l’on a faits à
Paris dans ces derniers temps, où l’on représentait ce pays comme un
empire bientôt florissant. Mais je les tiens de plusieurs témoins
oculaires sans intérêt de _spéculation de terres ou d’emplois_, et je
les raconte impartialement, comme j’ai fait de l’Égypte et de la Syrie,
sans prétendre empêcher qu’on aille les vérifier. Je me trouve trop bien
de mon système pour le changer.

Ce dépérissement général des établissements français sur les frontières
de la Louisiane et même du Canada[171], comparé à l’accroissement non
moins général de ceux des Anglo-Américains, a été pour moi un sujet
fréquent de méditation, afin de connaître les causes d’une issue si
diverse dans des circonstances semblables de sol et de climat. Croire
avec quelques personnes que les Français ne supportent pas bien ce
climat, est un moyen d’explication que je ne puis admettre; car
l’expérience a convaincu tous les officiers et médecins de l’armée
_Rochambeau_, que le tempérament français résiste mieux au froid, au
chaud, aux variations et aux fatigues que le tempérament
anglo-américain. Il paraît que notre fibre a plus d’élasticité et de
_vie_ que la leur; et la balance penche encore en notre faveur par le
vice de leur régime diététique que j’ai exposé, et par l’abus des
spiritueux auxquels ils sont presque aussi adonnés que les sauvages. On
a remarqué, dans l’expédition du général Wayne et dans d’autres, que les
buveurs d’eau-de-vie résistent moins que les buveurs d’eau: et quant aux
sauvages, l’on sait que l’eau-de-vie va extirpant leur race bien plus
activement que la guerre et la petite-vérole.

En analysant ce sujet très-digne d’intérêt, il m’a paru que les
véritables raisons de la différence d’issue se trouvaient dans la
différence des moyens d’exécution et de l’emploi du temps; c’est-à-dire,
de ce qu’on nomme _habitudes_ et _caractère national_; or, ces habitudes
et ce caractère ont pour causes principales le système d’éducation
domestique et la nature du gouvernement, l’un et l’autre plus puissans
que le fond même du tempérament physique. Quelques traits comparés de la
vie journalière des colons des deux peuples, rendront sensible la
vérité de cette opinion.

Le colon américain de sang anglais ou allemand, naturellement froid et
flegmatique, calcule à tête reposée un plan de ferme; il s’occupe sans
vivacité, mais sans relâche, de tout ce qui tend à sa création ou à son
perfectionnement. Si, comme quelques voyageurs lui en font le reproche,
il devient paresseux, ce n’est qu’après avoir acquis ce qu’il a projeté,
ce qu’il considère comme nécessaire ou suffisant.

Le Français, au contraire, avec son activité pétulante et inquiète,
entreprend par passion, par engouement, un projet dont il n’a calculé ni
les frais, ni les obstacles; plus ingénieux peut-être, il raille son
rival allemand ou anglais, sur sa lenteur, qu’il compare à celle des
bœufs; mais l’Anglais et l’Allemand lui répondent avec leur froid bon
sens, que, pour le labourage, la patience des _bœufs_ convient mieux
que la fougue de _coursiers_ fringants et piaffants; et en effet, il
arrive souvent qu’après avoir commencé et défait, corrigé et changé,
après s’être tourmenté l’esprit de désirs et de craintes, le Français
finit par se dégoûter et par tout abandonner.

Le colon américain, lent et taciturne, ne se lève pas de très-grand
matin; mais une fois levé, il passe la journée entière à une suite non
interrompue de travaux utiles: dès le déjeuner, il donne froidement des
ordres à sa femme, qui les reçoit avec timidité et froideur, et qui les
exécute sans contrôle. Si le temps est beau, il sort et laboure, coupe
des arbres, fait des clôtures, etc.; si le temps est mauvais, il
inventorie la maison, la grange, les étables, raccommode les portes, les
fenêtres, les serrures, pose des clous, construit des tables ou des
chaises, et s’occupe sans cesse à rendre son habitation sûre, commode et
propre.--Avec ces dispositions se suffisant à lui-même, s’il trouve une
occasion, il vendra sa ferme pour aller dans les bois, à dix et vingt
lieues de la frontière, se faire un nouvel établissement; il y passera
des années à abattre des arbres, à se construire d’abord une hutte, puis
une étable, puis une grange; à défricher le sol, à le semer, etc.; sa
femme, patiente et sérieuse comme lui, le secondera de son côté, et ils
resteront quelquefois six mois sans voir un visage étranger; mais au
bout de quatre ou cinq ans, ils auront conquis un terrain qui assure
l’existence de leur famille.

Le colon français, au contraire, se lève matin, ne fût-ce que pour s’en
vanter; il délibère avec sa femme sur ce qu’il fera, il prend ses avis;
ce serait miracle qu’ils fussent toujours d’accord: la femme commente,
contrôle, conteste; le mari insiste ou cède, se fâche ou se décourage:
tantôt la maison lui devient à charge, et il prend son fusil, va à la
chasse ou en voyage, ou causer avec ses voisins. Tantôt il reste chez
lui, et passe le temps à causer de bonne humeur, ou à quereller et
gronder. Les voisins font des visites ou en rendent; voisiner et causer
sont, pour des Français, un besoin d’habitude si impérieux, que sur
toute la frontière de la Louisiane et du Canada l’on ne saurait citer un
colon de cette nation, établi hors de la portée et de la vue d’un autre:
en plusieurs endroits, ayant demandé à quelle distance était le colon le
plus écarté: «Il est dans le désert, me répondait-on, avec les ours, à
une lieue de toute habitation, _sans avoir personne avec qui causer_.»

Ce trait, lui seul, est l’un des plus caractéristiques et des plus
distinctifs des deux nations; aussi, plus j’y ai réfléchi, plus je me
suis persuadé que le silence domestique des Américains, ce qui s’entend
aussi des Anglais, des Hollandais et des autres peuples du nord dont ils
dérivent, est l’une des causes les plus radicales de leur industrie, de
leur activité, de leur réussite en agriculture, en commerce, en arts;
avec le silence ils concentrent leurs idées et se donnent le loisir de
les combiner, de faire des calculs exacts de leurs dépenses et de leurs
rentrées; ils acquièrent plus de netteté dans la pensée, et par suite,
dans l’expression; d’où résulte plus de précision et d’aplomb dans tout
leur système de conduite publique ou privée. Par inverse, avec la
causerie et le perpétuel caquet domestique, le Français évapore ses
idées, les soumet à la contradiction, suscite autour de lui des
tracasseries féminines, des médisances et des querelles de voisins, et
finit par avoir gaspillé son temps sans résultats utiles à lui et à sa
famille. L’on croit que ces détails sont des bagatelles; mais ils sont
l’emploi _du temps_; et le temps, comme l’a dit _Franklin, est l’étoffe
dont nous fabriquons la vie_. Il faut que cette dissipation morale et
physique ait une efficacité particulière à rendre l’esprit superficiel;
car, ayant plusieurs fois questionné des _Canadiens de frontière_ sur
des distances de lieux et de temps, sur des mesures de grandeur ou de
capacité, j’ai trouvé qu’en général ils n’avaient pas d’idées nettes et
précises; qu’ils recevaient les sensations sans les _réfléchir_; enfin,
qu’ils ne savaient faire aucun calcul un peu compliqué. «Il y a, me
disaient-ils, d’ici à tel endroit, la distance d’une ou de deux _fumées_
de pipe; l’on peut ou l’on ne peut pas y arriver entre deux soleils,
etc.» Tandis qu’il n’est pas de colon américain qui ne réponde avec
précision sur le nombre des milles, des heures; sur les grandeurs en
pieds et _yards_, sur les poids en livres ou gallons, et qui ne fasse
très-bien un calcul composé de plusieurs éléments actuels ou
contingents: or, ce genre de science pratique a des conséquences
très-importantes et très-étendues sur toutes les opérations de la vie;
et ce qui pourra surprendre, il est bien moins répandu chez le peuple
français, même d’Europe, qu’on ne serait porté à le penser.

L’on pourra dire, comme je l’ai ouï assez souvent, que ce besoin de
conversation ou de causerie, est un effet de la _vivacité du sang_, et
d’une gaieté expansive de tempérament et d’esprit; mais si j’en juge par
ma propre expérience, il est bien plutôt un produit factice de
l’_habitude_ et de l’_opinion_; étant allé en Turkie, _causeur comme un
Français_, j’en revins après trois ans de résidence, _silencieux comme
un musulman_; de retour en France, je repris aisément mes habitudes
natives; mais à peine eus-je vécu quelques mois aux États-Unis, que je
contractai de nouveau la taciturnité américaine qui a encore disparu
depuis que je suis revenu en France; et je remarque que l’empire de ces
_habitudes nationales_ est d’autant plus puissant et plus subjuguant,
qu’il est fondé sur des préjugés d’amour-propre et de _bon ton social_;
chez les Turks et chez les Américains, parler beaucoup est un attribut
de basse classe, un signe de peu d’éducation; tandis que chez les
Français, se _taire_ est une affectation de _morgue_ et de _hauteur_;
_entretenir_ est un témoignage d’esprit et de politesse; et l’on manque
de l’un ou de l’autre si _on laisse tomber la conversation_.

C’est encore par un préjugé de ce genre, né de l’éducation et de
l’opinion, que souvent les Français taxent d’immoralité la facilité avec
laquelle les Américains vendent et abandonnent leur sol natal ou acquis
et amélioré par leurs soins, pour aller s’établir dans un autre; car
l’on ne voit pas quel genre de moralité il peut y avoir à rester dans un
lieu où l’on ne se trouve pas bien; mais quand on remonte à l’origine de
cette idée, l’on découvre qu’elle a été inventée par les lois et
entretenue par les gouvernants d’un peuple primitivement serf. Enchaîner
les hommes à leur glèbe par des préjugés d’affection, fut de tout temps
le but secret ou découvert d’une politique oppressive, et craintive de
perdre sa proie. Or, comme ce fut pour rompre de telles chaînes
religieuses et civiles, que les Américains émigrèrent d’abord, il ne
serait pas étonnant que l’_émigration_, en devenant pour eux un besoin
d’habitude, ne réunît encore à leurs yeux le charme d’user de leur
liberté. Au reste, les effets en sont et en seront bien autrement utiles
à la civilisation du monde que l’esprit végétatif des peuples
sédentaires, qui préfèrent de se consumer chez eux d’oisiveté et de
guerres, à s’en aller former au loin de brillantes et utiles colonies.

Ce serait peut-être ici le lieu de rechercher l’origine des _habitudes
taciturnes_ ou _causeuses_ des deux nations dont je m’occupe; d’examiner
quelle analogie existe entre un ciel habituellement brumeux, sombre, et
un tempérament mélancolique et sérieux; si un temps froid et humide
porte au _spleen_, par quelque action physique sur les nerfs et sur les
entrailles: si, par inverse, un ciel clair, un soleil brillant, portent
à la gaieté, par un effet stimulant du fluide lumineux sur le fluide
nerveux, électrique comme lui; mais parce qu’une telle question, traitée
sous tous ses aspects, se compliquerait d’une foule d’éléments divers;
qu’il faudrait discuter pourquoi des peuples méridionaux, tels que les
_Indous_, les _Turks_, les _Espagnols_, sont aussi _taciturnes_ que des
peuples septentrionaux; pourquoi en Angleterre même les habitans des
villes très-actives, telles que Londres, ne sont pas moins causeurs que
des Français; pourquoi dans ces derniers temps nous-mêmes avions cessé
de l’être, selon la remarque des étrangers; pourquoi dans tous les pays
les femmes le sont plus que les hommes, et les esclaves plus que les
libres; parce qu’enfin il faudrait analyser ce qu’on entend par
_nation_; voir si chaque classe, chaque profession n’a pas un caractère
moral propre, et si le caractère général politique est autre chose que
celui de la classe ou des individus qui gouvernent; je me bornerai à
dire que les prétendus principes généraux, hâtivement posés par quelques
écrivains politiques, sont en grande partie démentis par une analyse
exacte des faits; et que le climat et le tempérament, alors même qu’ils
sont une cause physique primordiale du _caractère_ d’un peuple, sont
soumis à une cause postérieure et secondaire encore plus énergique,
l’action des gouvernements et des lois qui ont la faculté de violenter
nos actions, de créer des habitudes nouvelles et contraires aux
anciennes, et par là de changer le _caractère_ des nations, ainsi que
l’histoire en fournit de nombreux exemples. Le sujet que j’ai traité
dans les deux articles précédents m’en fournirait un lui-même; car en
étudiant les mœurs des colons de Gallipolis et du Poste-Vincennes, j’ai
trouvé des différences remarquables à beaucoup d’égards, et je me suis
clairement aperçu que les Français de Louis XIV et de Louis XV, avec
leurs idées féodales et chevaleresques, étaient de beaucoup inférieurs
en industrie, en idées de police, à la génération qui, depuis 1771, a
reçu l’impression de tant d’idées libérales en organisation sociale.
J’ai vivement regretté que cette colonie de Sioto, précieuse par la
moralité et l’industrie de ses membres, n’ait pas été dirigée dès le
principe vers la Wabash ou vers le Mississipi: l’addition de ses moyens
à ceux des anciens colons y eût formé une masse capable de se défendre
de l’invasion des Sauvages et des agioteurs américains, et eût pu
devenir un noyau de ralliement pour d’autres Français prévoyants, et
désireux de laisser à leurs enfants un héritage de liberté et de paix.



ARTICLE V.

OBSERVATIONS GÉNÉRALES

SUR LES INDIENS[172] OU SAUVAGES

DE L’AMÉRIQUE-NORD,

Suivies d’un vocabulaire de la langue des _Miâmis_, tribu établie sur la
_Wabash_.


Mon séjour au Poste-Vincennes me fournit l’occasion d’observer les
Sauvages, que j’y trouvai rassemblés pour vendre le produit de leur
chasse _rouge_[173]; on portait leur nombre à quatre ou cinq cents têtes
de tout âge, de tout sexe, et de diverses nations ou tribus, telles que
les _Ouyas_, les _Péouryas_, les _Sakis_, les _Piankichas_, les
_Miâmis_, etc., tous vivant sur la haute Wabash. C’était la première
fois que je voyais à loisir cette espèce d’hommes déja devenue rare à
l’est des Alleghanys: leur aspect fut pour moi un spectacle nouveau et
bizarre. Imaginez des corps presque nus, bronzés par le soleil et le
grand air, reluisants de graisse et de fumée; la tête nue, de gros
cheveux noirs, lisses, droits et plats; le visage masqué de noir, de
bleu et de rouge, par compartimens ronds, carrés, losanges; une narine
percée pour porter un gros anneau de cuivre ou d’argent; des pendeloques
à trois étages tombant des oreilles sur les épaules, par des trous à
passer le doigt; un petit tablier carré couvrant le pubis, un autre
couvrant le coccyx, tous deux attachés par une ceinture de ruban ou de
corde; les cuisses et les jambes tantôt nues, tantôt garnies d’une
longue guêtre d’étoffe[174]; un chausson de peau fumée aux pieds; dans
certains cas, une chemise à manches larges et courtes, bariolée ou
chinée de bleu, de blanc, flottante sur les cuisses; par dessus elle une
couverture de laine ou un morceau de drap carré jeté sur une épaule, et
noué sous le menton ou sous l’autre aisselle: s’il y a prétention de
parure pour guerre ou pour fête, les cheveux sont tressés, et les
tresses garnies de plumes, d’herbes, de fleurs, même d’osselets: les
guerriers portent autour de l’avant-bras de larges colliers de cuivre ou
d’argent, ressemblants aux colliers de nos chiens, et autour de la tête
des diadèmes formés de boucles d’argent et de verroterie: à la main, la
pipe ou le couteau, ou le casse-tête, et le petit miroir de toilette
dont tout sauvage use avec plus de coquetterie pour admirer _tant de
charmes_, que la plus coquette petite-maîtresse de Paris. Les femmes, un
peu plus couvertes sur les hanches, diffèrent encore des hommes, en ce
qu’elles portent, presque sans cesse, un ou deux enfants sur le dos,
dans une espèce de sac, dont les bouts se nouent sur leur front. Qui a
vu des bohémiennes et des bohémiens a des idées très-rapprochées de cet
attirail.

Telle est l’esquisse du tableau, et je le montre du beau côté. Car si
l’on veut le voir tout entier, il faut que j’ajoute que, dès le matin,
hommes et femmes vaguaient dans les rues avec le but unique de se
procurer de l’eau-de-vie; que vendant d’abord les peaux de leur chasse,
puis leurs bijoux, puis leurs vêtements, ils quêtaient ensuite comme des
mendiants, ne cessant de boire jusqu’à perte absolue de facultés. Tantôt
c’étaient des scènes burlesques, comme de tenir la tasse à deux mains
pour y boire à la manière des singes; puis de relever la tête avec des
éclats de joie, et de se gargariser de la liqueur délicieuse et funeste;
de se passer le vase de l’un à l’autre avec de bruyantes invitations; de
s’appeler à tue tête, quoiqu’à trois pas seulement de distance; de
prendre leurs femmes par la tête et de leur verser de l’eau-de-vie dans
la gorge avec de grossières caresses, et tous les gestes ridicules de
nos ivrognes de place. Tantôt succédaient des scènes affligeantes, comme
de perdre finalement tout sens, toute raison; de devenir furieux et
stupides, de tomber ivres-morts dans la poussière ou dans la boue, pour
y dormir jusqu’au lendemain. Je ne sortais pas le matin sans les trouver
par douzaines dans les rues et chemins autour du village, vautrés
littéralement avec les porcs. Heureux si, chaque jour, il n’arrivait pas
des querelles et des batteries à coups de couteaux ou de casse-têtes
qui, année commune, produisent dix meurtres. Le 9 août, quatre heures du
soir, à vingt pas de moi, un sauvage poignarda sa femme de quatre coups
de couteau. Quinze jours auparavant, même accident était arrivé, et cinq
semblables l’année précédente. De là des vengeances immédiates ou
dissimulées des parents et de la famille, causes renaissantes
d’assassinats et de guet-apens. J’avais d’abord eu l’intention d’aller
vivre quelques mois avec eux et chez eux pour les étudier, comme je l’ai
pratiqué envers les Arabes bedouins; mais lorsque j’eus vu ces
échantillons de leurs mœurs domestiques; lorsque divers habitants du
_Poste_, qui leur servent d’aubergistes, et vont traiter parmi eux,
m’eurent attesté que le droit d’hospitalité n’existait point chez eux
comme chez les Arabes; qu’ils n’avaient ni subordination ni
gouvernement; que le plus grand chef de guerre ne pouvait, même en
campagne, frapper ni punir un guerrier, et qu’au village il n’était pas
obéi par un autre enfant que le sien; que dans ces villages ils vivaient
isolés, pleins de méfiances, de jalousies, d’embûches secrètes, de
_vindettes_ implacables; qu’en un mot leur état social était celui de
l’anarchie et d’une nature féroce et brute, où le besoin et la force
constituent le droit et la loi; que d’ailleurs, ne faisant point de
provisions, un étranger était exposé à manquer de tout nécessaire, de
toute ressource; je sentis la nécessité de renoncer à mon projet. Mon
plus vif regret fut de ne pas acquérir quelques notions sur leur
langage, et de n’en pouvoir obtenir un vocabulaire; livre dont j’ai
indiqué ailleurs[175] l’importance chez les peuples qui n’ont pas
d’autres monumens. Le missionnaire dont j’ai parlé, M. l’abbé R...., ne
me laissa aucun espoir à cet égard. Lui-même avait fait des tentatives
et avait rencontré des obstacles insurmontables: encore que plusieurs
habitants du Poste entendissent la langue de quelques tribus, leur
prononciation était si défectueuse, ils avaient si peu d’idées d’aucune
règle de grammaire, qu’il lui fut impossible d’en tirer parti. Il m’en
convainquit dans une conférence que voulut avoir avec moi un chef des
_Ouyas_, ancien et constant ami des Français. Nous ne pûmes jamais
astreindre l’interprète canadien à traduire littéralement, et phrase à
phrase.--Il résulta, de toutes mes informations sur cette matière, que
la personne la plus capable et presque la seule capable de remplir mes
vues était un Américain nommé M. Wels, qui, enlevé par les sauvages à
l’âge de treize ans, et adopté par eux, avait appris plusieurs de leurs
dialectes avec les moyens que lui donnait une bonne éducation assez
avancée. Depuis que les sauvages avaient été battus et soumis par le
général Wayne (août 1794), M. Wels avait eu la faculté de rentrer dans
son pays natal: il servait dans ce moment d’interprète au général Wayne,
qui concluait, au fort Détroit, un traité définitif avec plus de sept
cents sauvages réunis en grand conseil. Tout cela s’accordait fort bien
avec mon projet de me rendre par le lac Érié à Niagara: je retournai
donc sur mes pas à Louisville, traversai le _Kentucky_ par Francfort, sa
capitale, par Lexington, qui n’avait pas une maison en 1782, et qui en
a près de cinq cents, la plupart en briques, bien bâties; de là je me
rendis à Cincinnati, où, profitant d’un convoi d’argent qui se rendait à
Détroit, je pus commodément, grâce au major Swan, suivre la route
militaire que venait de tracer l’armée du général Wayne à travers une
forêt de cent lieues, où nous ne trouvâmes de gîtes que cinq forts
palissadés nouvellement construits. L’accueil que me fit ce général me
donna lieu de croire que j’avais atteint mon but au delà de mon espoir;
mais le tribut que je payai aux fièvres du pays et de la saison me priva
de tous mes avantages. Il fallut me résoudre à profiter d’un vaisseau
unique pour passer le lac avant l’hiver, et revenir à Philadelphie. La
fortune capricieuse m’y attendait pour m’y satisfaire à moins de frais:
elle y amena, l’hiver suivant (1797-98), M. Wels, accompagnant un chef
de guerre des Miâmis, célèbre chez les sauvages sous son nom de
_Michikinakoua_, et chez les Anglo-Américains sous celui de
_Petite-Tortue_, qui en est la traduction. Il fut l’un de ceux qui
contribuèrent le plus à la défaite du général Saint-Clair en 1791; et si
l’on eût suivi son plan de ne combattre le général Wayne qu’en
interceptant ses convois, il eût également détruit cette armée, ainsi
que je l’ai entendu exprimer à des officiers d’un mérite et d’un grade
distingués. Après avoir été un ennemi redoutable aux États-Unis,
_Petite-Tortue_, convaincu de l’impuissance finale de leur résister, a
eu le bon esprit de porter sa tribu à une capitulation raisonnable: par
un degré d’intelligence plus remarquable, il a senti la nécessité de la
faire vivre d’agriculture au lieu de chasse et de pêche comme vivent les
sauvages. C’était dans ce dessein qu’il venait à Philadelphie solliciter
le congrès et la bienfaisante société des _Amis_[176], de lui procurer
les moyens d’exécuter cette louable entreprise. Il avait d’ailleurs été
inoculé de la petite-vérole dès son arrivée, et il demandait à la
médecine, contre la goutte et les rhumatismes dont il était attaqué, des
secours que le gouvernement s’empressa de lui procurer. Cet incident me
présenta une occasion plus heureuse que je ne l’avais espérée, en
m’offrant non-seulement une bouche interprète pour communiquer mes
idées, mais encore une bouche indigène pour me fournir les sons dans
toute leur pureté. Je me fis donc introduire auprès de M. Wels et du
chef sauvage; je leur expliquai mon plan avec ses motifs; et ayant
obtenu leur agrément, j’employai neuf à dix séances, dont je pus jouir
dans les mois de janvier et de février 1798, à dresser le vocabulaire
que je publie: il fut la base de mon travail; mais par épisodes de
conversation, il s’y mêla beaucoup de notes curieuses que je recueillis
avec d’autant plus de soin, que les faits, venant sans préparation,
étaient par cela même moins suspects d’altération, et que l’habitude de
me voir, jointe à ma qualité de Français, diminua dans _Petite-Tortue_
cet esprit de méfiance et de soupçon que portent les sauvages dans tous
leurs discours. Chaque jour, après notre séance, j’écrivis ce qui
m’avait paru le plus intéressant; et ce sont ces observations qui,
réunies à celles que dans mes voyages j’avais recueillies des témoins
les plus judicieux, forment aujourd’hui le texte que j’ai mis en ordre.
Mon dessein n’est pas et n’a pu être de traiter généralement des
sauvages: un tel plan serait d’une trop vaste étendue, puisqu’il existe
une très-grande différence de genre de vie, d’habitudes et de mœurs,
entre les sauvages de divers climats, des pays chauds ou des pays
froids, boisés ou découverts, féconds ou stériles, arides ou baignés
d’eau. Je me borne uniquement aux sauvages de l’Amérique du nord, avec
l’intention de fournir, dans cette question obscurcie par des paradoxes,
le contingent de mon témoignage sur ce que j’y ai vu et reconnu de plus
certain et de mieux prouvé en faits. Je suppose même que mon lecteur
n’est point novice en cette matière, et qu’il a lu les relations des
voyageurs qui, depuis quarante ans, ont visité et décrit ces
contrées[177].

Notre premier entretien débuta par des renseignements sur le climat et
le sol des _Miâmis_. M. Wels me dit que cette tribu vivait sur les
branches nord de _la Wabash_, que son langage se parlait chez toutes les
peuplades répandues le long de cette rivière jusque vers le lac de
Michigan; telles que les _Ouyas_, _Péouryas_, _Piankichas_,
_Poteouatamis_, _Kaskaskias_, et les Indiens de la _longue île_; qu’il a
beaucoup d’affinité avec celui des _Chipéwas_, des _Outaouas_, des
_Chaûnis_, qui ne diffèrent que comme dialectes; mais il est tout-à-fait
distinct du _Delaouaise_; le son nasal est fréquent dans le Miâmi, et je
crus à la première fois entendre du turc. M. Wels m’ajouta que leur pays
était partie boisé, partie en _prairies_, et sensiblement plus froid que
le Poste-Vincennes. Ayant quitté ce dernier lieu après un dégel complet,
il avait retrouvé la même neige 50 lieues plus nord, sans avoir remarqué
d’élévation montueuse dans le terrain. L’air à Philadelphie lui semblait
moins piquant. Les vents régnants aux Miâmis sont presque les mêmes qu’à
la côte atlantique; en hiver nord-ouest rapide, clair et tranchant;
rare et doux en été. Alors domine le sud-ouest chaud, nuageux,
quelquefois orageux. Le sud est le grand pluvieux; le nord, le grand
neigeux en hiver, mais en été clair et doux. Le sud est rare; le nord
encore plus. Le sol est fertile, le maïs plus beau, la chasse plus
abondante que sur toute la côte atlantique. Aussi les naturels, surtout
les _Poteouatamis_, sont-ils une race grande et belle (et moi-même j’en
puis dire autant des _Chaûnis_ du fort Miâmi, dont les femmes m’ont
étonné par leur taille, mais nullement par leur beauté).

Pendant ce temps j’avais observé _Petite-Tortue_, qui faute d’entendre
l’anglais ne prenait point part à l’entretien; il se promenait en
s’épilant les poils de la barbe, et même des sourcils; il était vêtu à
l’américaine, en habit bleu, pantalon, et chapeau rond. Je lui fis
demander comment il se trouvait de cet habillement si différent au sien:
«L’on est d’abord gêné, dit-il; puis l’habitude vient, et comme cela
garantit du froid et du chaud, on le trouve bon.» Il avait retroussé ses
manches; je fus frappé de la blancheur de sa peau entre le pli du coude
et le poignet. J’y comparai la mienne; elle n’en différait point. Le
hâle avait bruni le dessus de mes mains autant que les siennes, et nous
paraissions tous deux avoir une paire de gants. Je trouvai sa peau
très-douce au toucher; en tout, la peau d’un Parisien. Alors s’engagea
entre nous une longue discussion sur la couleur des sauvages; cette
couleur dite de cuivre rouge, que l’on prétend leur être innée comme le
noir aux Africains, et les constituer une race distincte. Les faits
résultants de cette discussion furent «que les sauvages se désignent
eux-mêmes par le nom d’_hommes rouges_; qu’ils estiment, comme de
raison, leur couleur plus que le blanc; que cependant ils naissent
blancs comme nous[178]; que dans l’enfance ils sont tels[179] jusqu’à ce
qu’ils aient été brunis par le soleil et par les graisses et les sucs
d’herbes dont ils s’oignent; que les femmes même ont toujours blanche la
portion de la ceinture, des hanches et des cuisses qui ne cesse pas
d’être couverte de vêtements; en un mot, qu’il est radicalement faux que
cette couleur, prétendue cuivrée, soit innée, ni qu’elle soit la même
pour tous les indigènes de l’Amérique du nord; qu’au contraire elle
varie de nation à nation, et qu’elle est un de leurs moyens de se
reconnaître.»

J’observai que M. Wels, qui vit depuis quinze années chez eux et comme
eux, avait leur teint et non celui des Américains; et quant à la vraie
nuance de ce teint, elle m’a paru couleur de suie ou de jambon fumé,
nettoyé et luisant, parfaitement semblable au teint de nos paysans de
la Loire et du Bas-Poitou, qui, comme les sauvages, vivent d’un air
chaud et un peu marécageux; semblable encore au teint des Espagnols
andalous. Sur cette remarque que je communiquai, _Petite-Tortue_
répondit: «J’ai vu des Espagnols de Louisiane, et n’ai trouvé entre eux
et moi aucune différence de couleur; pourquoi y en aurait-il? Chez eux
comme chez nous, elle est l’ouvrage du _père des couleurs_, le soleil
qui nous brûle. Vous mêmes, blancs, comparez la peau de votre visage à
celle de votre corps.» Et cela me rappela qu’au retour de Turkie, quand
je quittai le turban, une moitié de mon front au-dessus des sourcils
était presque bronzée, tandis que l’autre près des cheveux était blanche
comme le papier. Si, comme la physique le démontre, il n’y a de couleur
que par la lumière, il est évident que les diverses couleurs des peuples
ne sont dues qu’à diverses modifications de ce fluide avec d’autres
éléments qui agissent sur notre peau, et qui même la composent. Tôt ou
tard il sera démontré que le noir des Africains n’a pas d’autre
origine[180].

Les traits de _Petite-Tortue_ me frappèrent par leur ressemblance avec
ceux de cinq Tartares chinois qui étaient venus à Philadelphie, à la
suite de l’ex-ambassadeur hollandais Vanbraam. Cette ressemblance des
Tartares avec les sauvages de l’Amérique du nord a frappé tous ceux qui
ont vu les uns et les autres; mais peut-être s’est-on trop pressé d’en
induire que ceux-ci sont originaires d’Asie. Comme les sauvages ont des
idées de géographie, je communiquai à _Petite-Tortue_ nos systèmes sur
cette question; et pour les lui faire mieux entendre, je lui portai une
mappemonde comprenant la partie orientale d’Asie et le nord-ouest
d’Amérique. Il reconnut fort bien les lacs du Canada, Michigan,
supérieur, et les fleuves Ohio, Wabash, Mississipi, etc.; il examina le
reste avec une curiosité qui me prouva la nouveauté du sujet pour lui.
Mais l’astuce d’un sauvage est de ne jamais marquer de surprise. Quand
je lui eus expliqué les moyens de communication par le détroit de
_Baring_ et par les îles _Aléutiennes_, «Pourquoi, me dit-il, ces
_Tartares_ qui nous ressemblent ne seraient-ils pas venus d’Amérique? y
a-t-il des preuves du contraire? ou bien pourquoi ne serions-nous pas
nés chacun chez nous?» Et en effet, ils se donnent une épithète qui
signifie _né du sol_[181] (_Metoktheniaké_). Je n’y vois pas
d’objection, lui dis-je; mais nos _robes noires_ ne veulent-pas le
permettre[182]. Il y a seulement la difficulté d’imaginer comment les
races quelconques ont commencé. Il me semble, dit-il en souriant, que
c’est tout aussi obscur pour les _robes noires_ que pour nous.

J’ai dit que ces sauvages d’Amérique ressemblent aux Tartares; mais pour
que cette assertion ait toute sa précision, il est nécessaire d’y faire
une exception; car les Eskimaux qui habitent le nord vers la mer
Glaciale, ne sont point _Tartares_; et la race d’hommes _aux yeux gris_
qui peuplent l’archipel de Noutka-Sund et tous les rivages adjacents,
sont également une race distincte. C’est à celle qui habite le reste du
continent et qui forme l’immense majorité, qu’appartient le caractère
_tartare_; et ici je mets encore les Kalmouks à part, car les sauvages
n’ont pas, comme eux, le nez écrasé, ni toute la face aplatie. En
général, leurs traits sont, un visage triangulaire par le bas et presque
carré par le haut; le front bien pris; les yeux très-noirs, enfoncés,
vifs, plutôt petits que grands; les pommes des joues un peu saillantes;
le nez droit; les lèvres plutôt fines qu’épaisses; les cheveux
noirs-jais, lisses, plats, sans aucun exemple d’un blond; le regard
soupçonneux et décelant un fonds de férocité. Telle est en général leur
physionomie, qui se modifie ensuite selon les peuplades et les
individus. Au Poste-Vincennes et au Détroit, je remarquai beaucoup de
leurs figures, qui me rappelèrent celles des _Fellahs_ d’Égypte, et même
de plusieurs _Bedouins_: outre la couleur de la peau, la qualité des
cheveux et plusieurs autres traits, ils ont cela de commun avec les uns
et les autres, que la bouche est taillée en requin, c’est-à-dire, les
côtés plus abaissés que le devant, et que les dents, petites, blanches,
et très-bien rangées, sont aiguës et tranchantes comme celles des chats
et des tigres[183]. La raison naturelle de ces formes ne serait-elle pas
leur habitude de mordre à plein morceau, sans jamais user de couteau?
Cette habitude donne évidemment aux muscles une attitude qu’ils
finissent par retenir, et cette attitude finit aussi par modifier les
solides. En partant de cette idée, la ressemblance des traits entre des
peuples, surtout sauvages, très-distants, n’est pas une preuve d’origine
ou de parenté, aussi certaine qu’on veut le dire; car il pourrait
très-bien arriver que ce fût l’analogie des influences du climat, du
sol, des aliments, des habitudes, en un mot, de tout le régime qui fût
la cause de la ressemblance des corps et des physionomies. Je ne dis
rien de leurs femmes, parce que leurs traits ne m’ont point paru
différents. Je ne m’oppose point d’ailleurs à ce qu’il y en ait de
jolies, comme le prétendent quelques voyageurs. En voyage, l’appétit
donne souvent du goût à des mets que l’on trouverait insipides ailleurs.
Je dirai très-peu de chose aussi de l’usage qu’a la tribu des _Chactâs_,
de donner au crâne des enfants nouvellement nés la forme d’une pyramide
tronquée, en pressant leur tête encore molle avec un moule fait de
petites planchettes: cette bizarre pratique est si efficace, que la
nation entière est reconnue à sa _tête plate_, qui est devenue son
épithète.

Quelques écrivains même de mérite ont prétendu que tous les sauvages se
ressemblaient si fort, que l’on avait peine à les distinguer les uns des
autres. Sûrement ces écrivains diraient aussi que tous les nègres et
tous les moutons se ressemblent; mais cela prouve seulement qu’ils n’y
ont pas regardé de si près que le berger et le marchand d’esclaves. «De
nation à nation, me dit _Petite-Tortue_, nous nous reconnaissons au
premier coup-d’œil: le visage, la couleur, la taille, les genoux, les
jambes, les pieds sont pour nous des indices certains; la piste
distingue non-seulement les hommes, les femmes et les enfants, mais
encore les peuplades. Vous autres blancs, vous êtes frappants avec vos
pieds en dehors: nous les portons tout droits pour trouver moins
d’obstacles dans les broussailles. Quelques peuples les portent plus en
dedans, ont le pied plus large, plus court, appuient plus du talon, ou
de l’orteil, etc».

Ce sont sans doute les mêmes écrivains, ou de semblables, qui ont
accrédité dans le monde l’erreur que les sauvages n’ont point de barbe:
il est vrai qu’ils n’en montrent point; mais c’est parce qu’ils prennent
un soin particulier, continuel, presque superstitieux, de se l’arracher
et de s’épiler tout le corps. C’est le témoignage unanime de tous les
voyageurs qui les ont bien observés, tels que Bernard Romans, Carver,
Jean Long, Umfreville, etc.: l’auteur du _British-Empire_ qui, en 1707,
écrivait sur la foi des meilleurs témoignages, Oldmixon dit, tom. I,
pag. 286: «Les Indiens n’ont point de barbe, parce que pour l’extirper
ils usent de certaines recettes qu’ils ne veulent pas communiquer.»
L’expérience a fait connaître que ces recettes étaient de petites
coquilles avec lesquelles ils la pincent: depuis qu’ils ont connu les
métaux, ils ont imaginé de rouler un fil de laiton sur un bois rond, de
la grosseur du doigt, et d’en faire une spirale ou boudin à ressort, qui
saisit entre ses plis et arrache une quantité de poils à la fois. Il est
inconcevable que le baron _Lahontan_ chez nous, et lord _Kaims_ chez
les Anglais, aient ignoré ou nié un fait si général; mais il est tout
simple que le paradoxal docteur _Paw_ se soit emparé de cette anomalie
pour en étayer l’édifice de ses rêveries. _Petite-Tortue_ et M. _Wels_
ne me laissèrent aucun doute sur cette question: le premier s’amusait
sans cesse à s’arracher même les poils des sourcils, comme les Turks
s’amusent à rouler leur barbe. Il ne serait pas étonnant que cet
exercice, continué sur plusieurs générations, affaiblît les racines de
la barbe. Quant aux poils du corps, j’ai vu moi-même à plusieurs
sauvages, ceux des aisselles longs et droits à m’étonner. Serait-ce
parce qu’étant exposés à l’air, ils croissent plus en liberté? cette
idée d’arracher la barbe a-t-elle eu pour cause première l’intention
d’ôter à l’ennemi une prise dangereuse sur la figure? Cela me semble
probable.

L’on vante, avec raison, la taille des sauvages: elle est, en général,
svelte et bien prise, plus grande, plus forte chez ceux qui ont un sol
arrosé et fertile comme ceux de la Wabash; plus mince, plus courte chez
ceux qui ont un mauvais sol, comme tous ceux du Nord, passé le 45°. Mais
si l’on ne voit jamais parmi eux ni boiteux, ni manchot, ni bossu, ni
aveugle, avant d’en tirer des inductions trop favorables pour leur genre
de vie, il est bon d’observer que tout sujet né faible périt
nécessairement de bonne heure par l’effet des fatigues il arrive même
que les parents délaissent ou détruisent l’enfant mal conformé qui leur
serait à charge. Ainsi, la loi de Lycurgue à Sparte se trouve en
activité chez les sauvages, non par transmission ou communication, mais
par identité de circonstances; parce que chez les peuples pauvres,
faibles et toujours en guerre, il n’y a pas de superflu pour nourrir des
bras inutiles. C’est par la suite de cette pauvreté que chez beaucoup de
sauvages, particulièrement au nord du Lac supérieur, quand les
vieillards deviennent à charge, _on les envoie vivre dans l’autre
climat_; c’est-à-dire qu’on les tue, comme il se pratiquait chez des
sauvages de la mer Caspienne et de la Scythie, selon le récit
d’Hérodote. Et pour prouver combien est misérable la vie sauvage, c’est
eux-mêmes ordinairement qui demandent à cesser d’exister. Si par
accident de maladie ou de guerre un sauvage est mutilé, c’est un homme
perdu. Comment un invalide pourrait-il résister à un ennemi muni de tous
ses membres? comment pourrait-il chasser, pêcher, se procurer une
subsistance quelconque, que personne, à défaut de lui-même, ne lui
donnera? Car chez eux personne n’a et ne peut avoir de réserves, et dans
ce genre de vie, chacun est réduit à ses propres moyens casuels et
variables. Par ces mêmes motifs, l’on ne voit chez eux ni hernies, ni
maladies chroniques; «Sois fort ou meurs,» semble leur dire la nature
sauvage qui les environne, et qui dans sa dureté ne laisse pas même
l’égalité du choix, puisqu’elle-même souvent rend les obstacles plus
grands que la force.

L’on a aussi vanté la santé robuste des sauvages: sans doute l’habitude
de toute intempérie donne à leur constitution une vigueur que l’on
n’attend pas de la vie efféminée des cités; mais pour apprécier leurs
avantages à cet égard, il faut observer que leur manière de vivre les
soumet à des irrégularités et à des excès incompatibles avec une santé
constante et un tempérament vraiment robuste. Haïssant la vie agricole,
sédentaire et captive, préférant la vie vagabonde et aventurière de la
chasse et de la pêche, ils n’ont et ne peuvent avoir de magasins ni de
provisions durables: par conséquent ils sont exposés à de dures
alternatives de famine et de satiété: quand le gibier abonde, quand ils
peuvent chasser sans crainte de surprise, c’est un temps de jouissance
et de gloutonnerie; mais lorsque le gibier manque plusieurs jours de
suite, comme il arrive chaque hiver, ou qu’ils n’osent s’écarter de
crainte de l’ennemi, alors ils sont souvent réduits à vivre comme des
loups, d’écorces d’arbres ou de bulbes terrestres. Ils ont bien imaginé,
et je crois depuis peu de temps, de sécher les viandes et de les réduire
en poudre très-fine; mais jamais ces secours ne sont capables de durer
toute une saison. Qu’après de violents jeûnes, il leur tombe une proie,
un daim, un ours, un bison, ils s’asseyent dessus comme des vautours, et
ne cessent de dépiécer et de dévorer le cadavre, jusqu’à ce qu’ils
tombent suffoqués d’aliments. Cet usage en fait des guides intraitables
dans tout voyage régulier. Ce qu’en de telles occasions leur estomac
engloutit, serait une chose incroyable, si des témoignages authentiques
et nombreux n’excluaient tout doute: il est notoire sur toutes les
frontières que deux sauvages affamés feront aisément, en un seul repas,
disparaître un daim tout entier, et ne seront pas encore rassasiés. Cela
rappelle ces _héros_ de la guerre de Troie, qui dévoraient des agneaux
et des moitiés de veaux; et cela nous prouve que ces héros n’étaient que
des sauvages vivant dans des circonstances semblables. Or, de tels excès
ne peuvent manquer de produire des désordres de santé: aussi est-il
maintenant constaté que les sauvages sont sujets aux maux d’estomac, aux
fièvres bilieuses, aux intermittentes, aux phthisies et aux pleurésies.
Les fractures et les luxations ne sont pas rares chez eux, mais ils les
remettent assez bien. Les rhumatismes les fatigueraient davantage s’ils
n’avaient pas l’usage des fumigations, au moyen des cailloux ardents.
L’on sait les ravages qu’exerce la petite vérole, sans doute par
l’obstacle qu’oppose à l’éruption une peau endurcie. M. Jefferson leur
procurera un bienfait immense en leur faisant enseigner l’art de la
vaccine, ainsi que l’ont publié les journaux. Depuis quelques années,
des missionnaires quakers et moraves, qui ont succédé aux jésuites, nous
ont appris que les tribus converties par ceux-ci étaient devenues plus
robustes, portaient de plus lourds fardeaux, étaient moins souvent
malades; et ils ont très-bien vu que la raison en était le régime plus
régulier, la nourriture plus égale, auxquels on les avait assujettis. Un
autre fait également notoire, est que tout Européen qui s’est adonné à
la vie sauvage est devenu plus fort, en a mieux supporté tous les excès
que les sauvages mêmes. La supériorité des Virginiens et des Kentockois
sur eux, a été constatée, non-seulement de troupe à troupe, mais d’homme
à homme dans toutes les guerres. Je ne citerai pas, en preuve de
faiblesse, le battement du pouls que M. le docteur _Rush_ prétend être
plus lent chez les sauvages: car dans le même temps et sur les mêmes
individus, M. le docteur Barton n’observait rien de semblable, et le
pouls de _Petite-Tortue_ m’a paru tout-à-fait semblable au mien. Je ne
citerai pas non plus la faiblesse de leurs appétits vénériens, parce
qu’elle tient à une cause tout-à-fait différente. C’est par principe,
par nécessité de conservation, que le sauvage est continent et presque
chaste: la moindre perte de ses forces par la débauche, pourrait lui
coûter la vie dès le lendemain, en diminuant ses moyens de défense ou
de résistance dans une attaque de la part des hommes ou de la nature.

En traitant des inconvénients de la vie sauvage, je demandai à M. Wels
s’il était vrai que beaucoup de blancs la préférassent, et pourquoi ils
la préféraient à la vie que nous appelons civilisée. Sa réponse, qui fut
longue et détaillée, s’accorda avec tout ce que j’ai appris en Kentucky,
au Poste-Vincennes et à Détroit, de personnes sensées et expérimentées.
Le résultat unanime des faits est que «les Canadiens, c’est-à-dire le
sang français, fournissent plus de ces sujets que les Américains,
c’est-à-dire que le sang allemand et anglais. Ces derniers ont pour les
sauvages une antipathie naturelle, que les cruautés des Indiens sur les
prisonniers ont encore exaltée. Les Anglo-Américains répugnent à mêler
leur sang avec les _Sauvagesses_, tandis que pour les Canadiens c’est
une friandise de libertinage. Néanmoins, le goût de la vie sauvage a
moins lieu chez les hommes faits que chez les jeunes gens au-dessous de
18 ans: parmi les Américains, ceux-là seulement s’y attachent, qui ont
été enlevés prisonniers en bas âge; parce que l’excessive liberté
qu’elle leur procure pour s’amuser, jouer et courir, plaît bien plus aux
enfants que la contrainte des écoles dans les bourgs, et que les
punitions que l’on y inflige à leur paresse. L’enfance, comme l’on sait,
ne respire que dissipation et désœuvrement. Il faut des années pour
lui faire contracter l’habitude du travail et de l’étude; il ne faut que
quelques jours de congé pour lui donner celle de l’indépendance et de
l’oisiveté. Il paraît que ce sont là les deux penchants naturels de
l’homme auxquels il revient machinalement. Quant aux adultes, surtout
Américains, pris et adoptés par les sauvages, presque aucun ne peut
s’habituer à leur vie: moi-même, dit M. Wels, quoique emmené à l’âge de
13 ans (il m’a paru en avoir 32), puis adopté, bien traité, jamais je
n’ai pu perdre le souvenir des jouissances sociales que j’avais déja
goûtées. A l’égard de ceux qui de plein gré passent chez les sauvages,
et la plupart sont des Canadiens, ce sont en général de mauvais sujets,
libertins, paresseux, de tempérament violent ou de peu d’intelligence.
L’espèce de crédit qu’ils acquièrent chez les sauvages, flatte leur
amour-propre, en même temps qu’une vie licencieuse avec les _sqaws_ ou
_sauvagesses_ séduit la passion dominante de leur fougueuse jeunesse;
mais lorsqu’ils vieillissent, réduits à l’extrême misère, ils ne
manquent presque jamais de se rapatrier, déplorant trop tard leurs
écarts. Parmi nous, dit M. Wels, pour peu que l’on ait d’industrie, l’on
se procure au présent une vie commode, et l’on se prépare pour l’avenir,
des douceurs dont la vieillesse fait sentir tout le prix. On crée une
ferme, on élève des enfants qui, lorsqu’on est impotent, vous closent
doucement les yeux. Dans l’état sauvage, au contraire, toute jouissance
se borne à boire, à manger (encore pas toujours), à chasser; toute
carrière d’ambition se réduit à être un grand guerrier, célèbre chez
cinq ou six cents hommes. L’âge vient, les forces baissent, la
considération décline, et l’on finit par les infirmités, le mépris,
l’extrême misère, et la nécessité ou le besoin de se faire tuer.
L’Indien n’en peut jamais employer un autre à son service: chez eux,
obéir et servir, même de bon gré, est une sorte d’opprobre réservé aux
femmes. Un grand guerrier ne doit rien faire que combattre et chasser.
Les femmes portent tout le fardeau du ménage, du labourage, s’il y en a,
et en voyage du transport des enfants et des ustensiles. Ce sont
littéralement des bêtes de somme. Elles n’héritent pas même des maris:
que demain _Petite-Tortue_ retourne chez lui et meure; tous les présents
qu’il a reçus, habits, chapeaux, colliers, seront partagés, presque
pillés; rien ne passera à ses enfants. C’est un usage de sa tribu,
commun à bien d’autres: vivants, ils ont la propriété de leurs meubles,
armes et bijoux; mais comme à leur mort leurs couteaux, leurs pipes même
ne passent point aux enfants, l’on peut dire qu’ils n’en ont que
l’usufruit. Encore moins connaissent-ils de propriété foncière en
maisons et en terres: ainsi, toute l’ambition du sauvage est concentrée
dans un petit cercle de besoins, plutôt défensifs qu’extenseurs de son
existence. Cette existence sans cesse menacée, est elle-même concentrée
au présent. La possibilité de périr à tout instant est la plus
constante, la plus radicale des pensées du sauvage; il use de la vie
comme d’un meuble prêt à se briser à toute heure par la foule des
accidents qui l’entourent. Familiarisé dès l’enfance avec cette idée, il
n’en est point affecté: c’est la nécessité, il s’y résigne ou il la
brave. Mais par une conséquence naturelle, il n’est attaché à rien au
monde qu’à ses armes, et peut-être à un compagnon ou ami, qui est pour
lui un moyen additionnel de défense et de conservation. Il caresse ses
enfants, comme tout animal caresse ses petits. Quand il les a ballottés,
embrassés, il les quitte pour aller à la chasse ou à la guerre sans y
plus penser; il s’expose au péril sans s’inquiéter de ce qu’ils
deviendront: ils lutteront contre le sort, contre la nature; ils
mourront jeunes ou vieux, peu importe, puisqu’il faut qu’ils meurent.
Aussi le suicide n’est-il point rare parmi eux; ils se tuent par dégoût
de la vie, quelquefois par dépit amoureux, par colère contre un grand
affront qu’ils ne peuvent repousser. Ils vivent tout en sensations, peu
en souvenirs, point en espérances. S’ils sont bien portants, ils
folâtrent, dansent et chantent: s’ils sont malades ou fatigués, ils se
couchent, fument et dorment; mais comme très-souvent leur repos et leurs
aliments ne sont point à leur disposition, il est difficile de voir là
de la liberté et du bonheur.»

Telle fut ce jour-là la substance de notre entretien, qui me frappa
d’autant plus, qu’il était le résultat d’une expérience de 12 à 15 ans.
Je voulais, par contre-partie, m’informer des motifs qui empêchent les
sauvages de s’établir chez les blancs, et qui ont déterminé en plusieurs
rencontres ceux que l’on y avait élevés à préférer le retour à leurs
habitudes natives; le temps et la convenance me manquèrent; mais peu de
jours après, je fus plus heureux, et ce fut _Petite-Tortue_ lui-même qui
m’en développa les raisons.

Des quakers étaient venus lui faire visite, et entre diverses offres de
service, ils lui proposèrent de rester aussi long-temps qu’il voudrait,
même pour toujours, l’assurant qu’il ne manquerait de rien. Quand ils
furent partis, je fis dire à _Petite-Tortue_: «Vous connaissez ces
gens-là; ils offrent peu et rarement, mais quand ils offrent, on y peut
compter. Qui vous empêcherait de rester chez les blancs? N’êtes-vous pas
mieux ici que sur la Wabash?» Il ne se pressa point de me répondre,
selon le caractère froid et réservé des sauvages. Quand il eut un peu
rêvé en se promenant et s’épilant, voici ce qu’il me dit: «Oui, je me
suis assez bien habitué à tout ceci; ces habits sont chauds et bons à ma
goutte; ces maisons garantissent bien de la pluie, des vents, du soleil;
on y a sous la main tout ce qui est commode; ce marché (celui de la rue
_Seconde_ était sous les fenêtres) fournit tout ce qu’on désire, et l’on
n’est pas obligé de courir après le daim dans les bois. Au total, cela
vaut mieux que chez nous; mais ici, moi, je me trouve sourd et muet. Je
ne parle pas comme vous; je n’entends et ne puis me faire
entendre.--Quand je vais dans les rues, je regarde chacun dans sa
boutique occupé à un travail. L’un fait des souliers, l’autre des
chapeaux, l’autre vend de la toile, et chacun vit de ce travail. Je me
demande, que sais-tu faire de tout cela? Rien du tout. Je sais faire un
arc, une flèche, prendre du poisson, tuer du gibier, aller à la guerre;
mais de toutes ces choses aucune ne sert ici. Apprendre celles que l’on
y fait serait long, difficile, incertain. L’âge vient; si je restais
avec les blancs, je serais un meuble inutile aux miens, inutile aux
blancs et à moi. Que fait-on d’un meuble inutile? Il faut retourner chez
moi.»

Ce peu de mots bien analysé, contient la solution du problème. Pour
toute transplantation, la langue est un obstacle majeur; car vivre dans
un pays sans y pouvoir converser, est un état insupportable; apprendre
cette langue est un travail d’esprit long et pénible. Long-temps après
qu’on la parle, s’énoncer avec correction et à volonté est encore une
difficulté sentie à chaque instant, et qui à chaque instant décourage.
Cet obstacle vaincu, et il ne l’est jamais bien que par la jeunesse, il
en reste trois autres puissants: 1º l’impression des habitudes premières
de l’enfance, dont l’effet est tel, qu’après bien des observations, il
me paraît certain que dès l’âge de cinq ans le système moral d’un homme
a pris la direction et le pli qu’il conservera toute sa vie. Il y a
développement selon les circonstances, mais il ne se produit rien de
neuf dans le caractère; tout part d’un même fond; 2º la privation des
parents et des amis, dont la fréquentation est un lien physique et
moral; 3º l’échafaudage de travaux et de peines qu’exige notre état
social de la part d’un sauvage, sans compter la difficulté physique de
se soumettre à la vie contrainte et captive de nos cités, et de renoncer
à ses habitudes insouciantes et vagabondes. Ces hommes sont réellement
dans l’état des oiseaux et des animaux farouches que l’on n’apprivoise
jamais quand on les prend adultes. Les missionnaires ont fort bien senti
cette vérité, et ils conviennent tous qu’on ne civilisera les sauvages
qu’en commençant leur éducation dès l’enfance, dès la naissance, et en
les prenant pour ainsi dire dans le nid, comme les petits oiseaux que
l’on appelle _Niais_. Ce penchant vers l’indépendance, qui est celui de
la paresse et de l’oisiveté, est si naturel, que l’on a fait aux
États-Unis l’observation suivante, savoir: que, parmi les artisans
émigrants de l’Europe, tous ceux qui n’ont pas assez de moyens
intellectuels pour se procurer de bons établissements dans les villes,
se hâtent, sitôt qu’il ont gagné une petite somme, d’acheter des terres
dans l’intérieur où elles sont à un demi-dollar ou un quart de dollar
l’acre, pour s’y établir propriétaires libres; et parce que bientôt ils
trouvent fort dure la vie d’abatteurs de bois, ils y mêlent la vie de
chasseur et de pêcheur, c’est-à-dire, qu’ils deviennent demi-sauvages;
mais de quel prix paie-t-on cette liberté sauvage? Nous en avons déja
quelques échantillons; continuons d’en examiner les détails.

«_Petite-Tortue_, me dit M. _Wels_, a toute raison de penser comme il
fait; s’il tardait de retourner chez lui, il perdrait son crédit parmi
ses compatriotes. Déja ce n’est qu’avec bien des ménagements qu’il peut
le conserver. En arrivant, il faudra qu’il reprenne d’abord le costume
et les usages indiens, qu’il ne dise pas trop de bien des nôtres, de
peur de choquer leur orgueil, qui est extrême. Dans ces villages, la
jalousie de chaque guerrier, de chaque sauvage, rend la situation des
chefs aussi délicate que celle d’un chef de parti dans l’état le plus
démocratique; et le leur est en effet une démocratie extrême et
terrible. Cet homme a chez lui de bons vêtements, du thé, du café; il a
même une vache; sa femme fait du beurre; mais il se garde d’user de ces
douceurs, il les réserve pour la réception des étrangers blancs. Dans
les premiers temps où il eut une vache, elle lui fut tuée de nuit,
méchamment, et il dut feindre de ne pas connaître l’auteur, et de la
croire malade.» Quoi! repris-je avec l’air de l’étonnement, est-ce que
_ces hommes de la nature_ connaissent l’envie, la haine, les basses
vengeances? Nous avons chez nous de brillants esprits qui assurent que
ces passions ne naissent que dans nos sociétés civilisées.--Eh bien!
répondit M. _Wels_, qu’ils viennent passer trois mois chez les sauvages,
et ils s’en retourneront convertis. Alors il me confirma tout ce que
j’avais appris au Poste-Vincennes et en Kentucky, de la vie anarchique
et tracassière des peuplades, soit errantes, soit sédentaires. Il
m’observa que les vieillards assemblés n’avaient aucun pouvoir coërcitif
sur les jeunes; que le premier jeune guerrier mutin ou superstitieux,
pouvait en un matin ameuter une jeunesse toujours turbulente, parce
qu’elle est oiseuse, et déterminer une guerre qui compromettait toute la
peuplade; que de tels accidents n’avaient pas seulement pour cause
l’ivresse, et par conséquent le commerce avec les blancs, mais des idées
superstitieuses communes à tous les sauvages, et une certaine
inquiétude d’esprit et de corps, une soif particulière de sang tenant de
la nature des tigres et des bêtes féroces. Il me donna des détails
curieux sur toutes les petites tracasseries de village et de voisinage,
sur les grandes et fortes animosités qui en résultaient, ainsi que sur
les haines implacables pour le moindre affront et sur les _vindettes_ ou
vengeances de talion, pour toute mort ou mutilation. J’en avais eu un
exemple saillant sous les yeux au Fort Miâmi, dans la personne du chef
célèbre _Blue-Jockey_; ce sauvage s’étant enivré, en rencontra un autre
à qui il gardait haine depuis 22 ans. Se voyant seul, il profita de
l’occasion, et le tua. Le lendemain, toute la famille en armes de
demander sa mort. Il vint au fort Miâmi trouver le capitaine Marshal,
commandant, de qui je tiens le fait, et il lui dit: «Qu’ils veuillent me
tuer, cela est juste; mon cœur a éventé son secret; la _liqueur m’a
rendu fou_, mais tuer mon fils, comme ils en menacent, cela n’est pas
juste. Père, voyez si cela peut s’arranger. Je leur donnerai tout ce que
je possède: deux chevaux, mes bijoux d’or et d’argent: mes plus belles
armes, excepté une paire. S’ils ne veulent pas accepter, qu’ils prennent
jour et lieu; je me rendrai seul, et ils me tueront.»

Cette loi du talion se trouve chez tous les peuples barbares,
c’est-à-dire, sans gouvernement régulier, parce qu’à défaut de
l’autorité publique, elle est le seul préservatif des individus et des
familles. Imaginer que ce soit une transmission ou une communication
des Hébreux ou des Arabes, est une rêverie qu’il faut laisser aux
visionnaires qui bâtissent toute l’histoire des nations sur un fétu. Ce
peut bien être les Arabes qui l’ont établie en Italie, en Espagne, en
Corse, etc.[184]; mais il serait très-possible que la barbarie l’y eût
établie avant eux et sans eux.

«Cependant, ajoute M. _Wels_, les Indiens de la Wabash, les Miâmis, les
Potéuottamis, etc., valent mieux qu’il y a 60 ou 80 ans. La paix que
l’abaissement de la ligue _iroquoise_ leur a procurée, leur a permis de
cultiver avec la houe, le maïs, les pommes de terre, même nos choux et
nos turneps; nos prisonniers ont élevé des pêchers, des pommiers;
enseigné à nourrir de la volaille, des porcs, depuis peu des vaches; en
un mot, les Chactâs et les Creeks de Floride ne sont pas plus avancés.»

Maintenant, lorsque je remarque que les premiers voyageurs et historiens
de la Virginie et de la Nouvelle-Angleterre nous peignent ces sauvages
dans un état encore plus avancé; qu’ils nous disent qu’à l’arrivée des
premiers colons, chaque peuplade avait un _Sêtchêm_ ou _Sêdjemore_,
exerçant une sorte d’autorité monarchique; qu’il existait des familles
privilégiées, presque nobles, à la manière des Arabes; et que ces
peuplades assez populeuses étaient renfermées dans des limites de peu
d’étendue: je me crois autorisé à en conclure qu’alors leur civilisation
était plus avancée; qu’ils auraient fini eux-mêmes par l’élever au degré
des peuples de l’autre continent; que leurs guerres avec les Européens,
en détruisant leurs gouvernements, les ont plongés dans l’anarchie; en
sorte que chez les sauvages il faut, comme chez les civilisés,
distinguer différentes époques d’histoire, et que leurs états ont aussi
leurs révolutions d’autant plus faciles, qu’ils sont plus petits et plus
faibles. «Avant la guerre (la dernière année de 1788 à 94), me disait le
chef _Ouya_, qui me harangua au Poste-Vincennes, nous étions unis et
tranquilles; nous commencions à cultiver le maïs comme les blancs.
Aujourd’hui nous ressemblons à une bande de daims poursuivie par des
chasseurs; nous n’avons plus ni feu ni lieu: chacun de nous se disperse,
et bientôt nous ne laisserons plus de traces si quelqu’un ne vient à
notre aide.»

Pendant ces éclaircissements, _Petite-Tortue_ me paraissait fort occupé
à regarder à travers le vitrage de l’une des fenêtres, ce qui se passait
dans le marché de _Second-Street_. Pour le ramener à la conversation,
je lui fis dire que j’avais voyagé chez un peuple étrangement différent
du sien; que là, une poignée d’hommes, peut-être de 5 à 6,000 cavaliers,
avait trouvé le moyen inconcevable d’emprisonner, pour ainsi dire, sur
une étendue de pays presque égale à l’Ohio, une nation entière de deux
millions et demi d’ames; en sorte qu’environ 370 individus se laissaient
piller, emprisonner, bâtonner, vexer de toute manière par un seul homme,
qui n’était pas plus fort que chacun d’eux. Je m’attendais, vu les idées
d’indépendance et de fierté que portent les sauvages, qu’il allait
beaucoup se récrier; mais en se frottant le menton d’un air rêveur:
«Sans doute,» me répondit-il; «avec tout cela, ils ont aussi leur
manière de se trouver bien.» J’avoue que ce fut moi qui fus étonné de
cette réponse, qui démontre un esprit dégagé des préjugés de sa nation,
de son éducation, et qui a su apprécier le pouvoir prodigieux de
l’habitude. Pour terminer notre séance, je lui demandai ce qui
l’occupait si fort dans la rue et dans le marché, et qu’est-ce qui le
surprenait davantage dans la ville de Philadelphie. «En regardant tout
ce monde, me dit-il (c’était jour de marché), je suis toujours étonné de
deux choses: l’extrême différence des visages et la nombreuse population
des blancs: nous autres hommes rouges, nous ne ressemblons pas l’un à
l’autre, chacun a sa figure, mais encore y a-t-il un air de famille.
Ici c’est une confusion où je n’entends rien. Il y a dix couleurs du
blanc au noir; et les traits, le front, le nez, la bouche, le menton,
les cheveux noirs, bruns, blonds, les yeux bleus, gris, roux, offrent
tant de diversité, que l’on ne sait comment l’expliquer.»--Alors je lui
fis sentir que Philadelphie étant l’abord des nations de toutes les
parties du globe, et ces nations se mêlant ensuite par le mariage, il en
résultait que les diversités des climats produisaient des
sous-diversités d’alliage, et des combinaisons à l’infini; mais,
ajoutai-je, si vous veniez dans l’intérieur de nos pays, soit en France,
soit en Angleterre, vous verriez que les habitants des villages, qui se
marient entre eux depuis plusieurs générations, ont une ressemblance
générale dans la physionomie. (Et c’est en effet ce que j’ai souvent
remarqué dans les paroisses du fond des campagnes, particulièrement dans
les pays forestiers de Rennes, Laval, Châteaubriant, etc.; en me plaçant
à la porte de l’église, au moment où le peuple sortait, j’observais des
caractères généraux frappants par leur ressemblance dans chaque lieu, et
par leur particularité d’un lieu à un autre.)

«Quant à la population,» me dit _Petite-Tortue_, «c’est une chose
inconcevable que la multiplication des blancs. Il ne s’est pas écoulé la
vie de plus de deux hommes (supposée de 80 ans pour chaque) que les
blancs ont mis le pied sur cette terre, et déja il la couvrent comme
des essaims de mouches et de taons; tandis que nous autres qui
l’habitons on ne sait depuis quand, sommes encore clair-semés comme des
daims.»--Le voyant sur la route d’une intéressante question: Et
pourquoi, lui dis-je, ne multipliez-vous pas autant?--«Ah! me dit-il,
notre cas est bien différent. Vous autres blancs, vous avez trouvé le
moyen de rassembler sous votre main en un petit espace, une nourriture
sûre et abondante; avec un terrain grand comme 15 ou 20 fois cette
chambre, un homme cueille de quoi vivre toute l’année; s’il y ajoute un
pièce de terre semée d’herbes, il élève des bêtes qui lui donnent de la
viande et du vêtement; et voilà qu’il a tout son temps de reste pour
faire ce qu’il lui plaît. Nous autres, au contraire, il nous faut pour
vivre un terrain immense, parce que le daim que nous tuons, et qui ne
peut nous nourrir que deux jours, a eu besoin d’un terrain considérable
pour croître et grandir. En en mangeant, ou en en tuant 2 ou 300 dans
l’année, c’est comme si nous mangions le bois et l’herbe de tout le
terrain sur lequel ils vivaient, et il leur en faut beaucoup. Avec un
tel état de choses, il n’est pas étonnant que les blancs nous aient,
d’année en année, repoussés des bords de la mer jusqu’au Mississipi. Ils
s’étendent comme l’huile sur une couverture; nous nous fondons comme la
neige devant le soleil du printemps; si nous ne changeons de marche, il
est impossible que la race des hommes rouges subsiste.» Cette seconde
réponse me prouva, et prouvera sans doute à tout lecteur, que ce n’est
pas sans raison que cet homme a acquis dans sa nation et dans les
États-Unis, la réputation d’un homme d’un sens supérieur à la plupart
des sauvages.

Ainsi, c’est un sauvage qui, contre les préjugés de sa naissance, de ses
habitudes, de son amour-propre, contre d’anciennes opinions encore
dominantes chez ses compatriotes, s’est trouvé conduit par la nature des
choses, à regarder comme base essentielle de l’état social, la _culture
de la terre_, et par une conséquence immédiate, la _propriété foncière_;
car il n’y a point de culture active et stable sans la possession
exclusive et illimitée qui constitue la propriété. J’ai dit, _contre
d’anciennes opinions encore dominantes_ chez ses compatriotes, parce que
chez toutes ces peuplades il existe encore une génération de vieux
guerriers qui, en voyant manier la houe, ne cessent de crier à la
dégradation des mœurs antiques, et qui prétendent que les sauvages ne
doivent leur décadence qu’à ces _innovations_, et que pour recouvrer
leur _gloire_ et leur _puissance_, il leur suffirait de revenir à leur
mœurs primitives[185].

Maintenant, que l’on compare à cette doctrine celle du citoyen de
Genève, qui prétend que la dépravation de l’état social dérive de
l’introduction du droit de propriété, et qui regrette que la horde
sauvage chez laquelle furent posées les premières bornes d’un champ, ne
les ait pas arrachées comme des entraves sacriléges mises à la liberté
naturelle[186]; que l’on pèse lequel des deux opinants a le plus de
droit et d’autorité à prononcer dans cette question, ou de l’homme
public qui, comme _Petite-Tortue_, a été à portée de connaître les
avantages et les inconvénients de l’un et l’autre genre de vie, en
passant 50 ans de sa vie à manier des affaires difficiles, des esprits
turbulents et ombrageux, et cela avec un succès qui lui a valu une
réputation non contestée d’habileté et de prudence; ou de l’homme privé
qui, comme Rousseau, ne mania jamais une affaire publique, ne sut pas
même gérer les siennes propres; qui, s’étant créé un monde
d’abstractions, vécut presque aussi étranger à la société où il naquit
qu’à celle des sauvages, qu’il ne connut que par des comparaisons tirées
de la forêt de Montmorenci; qui même ne traita d’abord cette question
sous son point de vue paradoxal, que par jeu d’esprit et par escrime
d’éloquence; et ne la soutint en thèse de vérité, que par le dépit d’une
humeur contrariée et d’un amour-propre offensé[187]. Il est d’autant
plus fâcheux que cet écrivain ait embrassé une si mauvaise cause, que la
question vue dans son vrai jour lui eût fourni encore plus de moyens de
développer son talent et de fronder la dépravation et les vices de la
société; car s’il eût d’abord établi ou admis les faits tels qu’ils
sont; si traçant le tableau vrai de la vie sauvage, il eût montré
qu’elle est un état de _non-convention_ et d’anarchie dans lequel les
hommes vagabonds, incohérents, sont mus par des besoins violents, par
des passions analogues à ces besoins, et réagissent sans cesse les uns
sur les autres avec des forces abusives, dont l’_inégalité_ empêche
l’_équilibre_ que l’on nomme _justice_; si ensuite définissant la
_civilisation_, il eût puisé le sens de la chose dans celui même du mot
radical (_civitas_), il eût montré que par _civilisation_ l’on doit
entendre la réunion de ces mêmes hommes en _cité_, c’est-à-dire, en un
enclos d’habitations munies d’une défense commune, pour se garantir du
pillage étranger et du désordre intérieur; il eût fait voir que cette
réunion emporte avec elle les idées de consentement volontaire des
membres, de conservation de leurs droits naturels de sûreté de personne
et de propriété; de supposition ou d’existence d’un contrat réciproque,
régularisant l’usage des forces, circonscrivant la liberté des actions,
en un mot, établissant un régime d’équité; ainsi, il eût démontré que la
_civilisation_ n’est autre chose qu’un état social _conservateur_ et
_protecteur_ des _personnes_ et des _propriétés_; qu’il n’y a de
véritablement civilisés que les peuples qui ont des lois justes et des
gouvernements réguliers; que ceux, au contraire, chez qui n’existe point
un tel ordre de choses, quelle que soit la nature et la dénomination de
leur gouvernement, sont dans une condition barbare et sauvage, et ne
méritent point le nom de peuples policés; il eût soutenu avec l’avantage
que donne la vérité, que si ces peuples sont vicieux et dépravés, ce
n’est point parce que la réunion en société y a fait naître des
penchants vicieux, mais parce qu’ils y ont été transmis de l’état
sauvage, souche originelle de tout corps de nation, de toute formation
de gouvernement; et cela par un mécanisme semblable à celui qui fait
qu’un individu élevé dans de pernicieuses habitudes, en conserve les
impressions pendant toute sa vie. D’autre part, examinant le rôle que
jouent les sciences et les beaux-arts dans le systême des corps
politiques, il eût pu contester que, particulièrement les beaux-arts,
poésie, peinture et architecture, soient des parties intégrantes de la
civilisation, des indices certains du bonheur et de la prospérité des
peuples; il eût pu prouver, par les exemples tirés de l’Italie et de la
Grèce, qu’ils peuvent fleurir dans des pays soumis à un despotisme
militaire ou à une démocratie effrénée, l’un et l’autre également de
nature sauvage; que pour faire fleurir, il suffit qu’un gouvernement
momentanément fort, quel qu’il soit, les encourage et les salarie; mais
que la conséquence ordinaire de ces encouragements portés au-delà de
leurs bornes, est la ruine même de ces gouvernements; par la même marche
qui fait que tous les jours des particuliers, amateurs imprudents,
renversent les plus belles fortunes par leurs fantaisies en tableaux, en
meubles, en luxe de tout genre, et par-dessus tout, en constructions de
bâtiments; en sorte que les beaux-arts fomentés aux dépens des tributs
des peuples, et au détriment des arts d’utilité grossière et première,
peuvent très-souvent devenir un moyen subversif des finances publiques,
et par suite, de l’état social et de la civilisation; et il eût pu
appuyer sa thèse sur les exemples d’Athènes, de Rome, de Palmyre, etc.;
et nous rendre l’important service de donner aux esprits une direction
mesurée et juste, qui eût empêché ou contrebalancé la direction fausse
et exagérée dont ces derniers temps nous ont montré les tristes
conséquences; mais revenons aux sauvages de l’Amérique et à leur genre
de vie.

Nous ayons vu le principal motif qui la rend incompatible avec une
nombreuse population: il serait intéressant de comparer, sous ce
rapport, ses résultats à ceux de la vie civilisée, soit commerciale,
soit agricole, et de connaître en général et par terme moyen, combien il
existe de têtes sauvages par lieue carrée de terrain. Malheureusement
nous manquons de données exactes pour la solution de ce problème;
néanmoins, comme nous en avons quelques unes approximatives, essayons de
nous en faire un aperçu.

Le voyageur _Carver_ qui, en 1768, vécut plusieurs mois chez les
_Nadouessis des plaines du Missouri_, établit comme un fait certain que
les huit tribus qui forment cette nation ne comptent pas plus de 2,000
guerriers: ce nombre ne comporte pas plus de 4,000 enfants, vieillards
et femmes; ainsi c’est un total de 6,000. Or, l’_immense pays_ que ces
huit tribus occupent paraît surpasser quatre ou cinq fois l’étendue de
la Pensylvanie; supposons 4 fois: la Pensylvanie contient 44,813 milles
carrés qui, quadruplés, donnent 179,242 milles carrés; pour les réduire
en lieues, prenons le neuvième, et nous avons 19,918 lieues carrées;
c’est-à-dire, qu’il n’existe pas tout-à-fait une tête de sauvage par
trois lieues carrées. Dans son voyage au pôle, _Maupertuis_ estime la
population de la Laponie à trois têtes par lieue carrée, et les Lapons
vivent en paix sous un gouvernement civilisé: cette donnée, quoique
inverse, prouve néanmoins que l’autre n’est pas une pure supposition.
Tous les traitants canadiens s’accordent à dire que, passé le 45° degré
allant au nord vers le pôle, les sauvages sont si clair-semés, le pays
est si stérile, que l’on ne peut guère admettre une évaluation plus
forte que pour les _Nadouessis_; mais parce que venant au sud le sol est
meilleur, et que les bords de la mer Pacifique paraissent plus peuplés,
admettons pour toute l’Amérique du nord une tête par deux lieues
carrées; l’on peut estimer la superficie de ce continent, non compris le
Mexique et les États-Unis, à six fois celle des États-Unis,
c’est-à-dire, six fois 112,000 lieues carrées; égal à 672,000 lieues
carrées: ce serait 336,000 têtes sauvages[188]; mais par impossible,
admettons 672,000 têtes; il n’en résulte pas moins que chez des peuples
civilisés, ce ne serait la population que d’une médiocre province de 7 à
800 lieues carrées. Et ce fait seul résout de quel côté est l’avantage
du genre de vie; il résout aussi, sans doute, la question de savoir si
des sauvages ont le droit raisonnable de refuser du terrain à des
peuples cultivateurs qui n’en auraient pas suffisamment pour subsister.

Sous ce double rapport de la population, et de la manière d’occuper le
territoire, il y a de l’analogie entre les sauvages américains et les
Arabes-Bedouins d’Afrique et d’Asie; mais il existe entre eux cette
différence essentielle, que le Bedouin vivant sur un sol pauvre
d’herbage, a été forcé de rassembler près de lui, et d’apprivoiser des
animaux doux et patients, de les traiter avec économie et douceur, et de
vivre de leur produit, lait et fromage, plutôt que de leur chair; comme
aussi de se vêtir de leur poil plutôt que de leur peau; en sorte que,
par la nature de ces circonstances topographiques, il a été conduit à se
faire pasteur et à vivre frugalement sous peine de périr tout-à-fait:
tandis que le sauvage américain, placé sur un sol luxuriant d’herbes et
de bocages, trouvant difficile de captiver des animaux toujours prêts à
fuir dans la forêt, trouvant même plus attrayant de les y poursuivre, et
plus commode de les tuer que de les nourrir, a été conduit par la nature
de sa position à être chasseur, _verseur de sang_, et mangeur de chair.
Or, de cette différence dans la manière de subsister, en a dérivé une
proportionnelle dans les inclinations et les mœurs. D’une part, l’Arabe
pasteur soumis à la nécessité habituelle de la parcimonie, n’osant se
livrer gratuitement au meurtre de ses bestiaux, s’accoutumant même à les
aimer par esprit de propriété, a naturellement contracté des mœurs
moins farouches; a été plus propre à se réunir en société, à prendre
l’esprit de famille, à connaître, à établir des droits de propriété,
d’héritage, et à recevoir tous les sentiments qui en découlent: et en
effet, il existe chez les Bedouins un état social bien plus avancé, un
véritable gouvernement tantôt patriarcal, c’est-à-dire, un gouvernement
de chef de famille étendu sur la parenté et sur les serviteurs: tantôt
aristocratique, c’est-à-dire, le gouvernement de plusieurs chefs de
famille associés; et comme les mœurs privées ont influencé et même
composé les mœurs des tribus entières, ces tribus n’éprouvant que des
besoins lents et graduels d’étendre leur domaine _pâturager_, n’ont
point déployé au dehors un caractère si guerrier, c’est-à-dire, si
querelleur et si sanguinaire: ayant plus d’objets de propriété, plus de
désirs et de besoins de conservation, elles ont eu plus d’idées
d’équilibre mutuel et de justice, des droits plus sûrs, des pactes plus
précis de possession territoriale, d’asile, de refuge hospitalier, en un
mot une civilisation plus avancée. Au contraire, le sauvage américain,
chasseur et _boucher_, qui a eu le besoin journalier d’égorger et de
tuer, qui dans tout animal n’a vu qu’une proie fugitive qu’il fallait se
hâter de saisir, a contracté un caractère vagabond, dissipateur et
féroce, est devenu un animal de l’espèce des loups et des tigres; il
s’est réuni en bandes et en troupes, mais point en corps organiques de
société; ne connaissant point l’esprit de propriété ni de conservation,
il n’a pas connu l’esprit de famille, ni par conséquent les sentiments
conservateurs qu’il inspire; borné à ses seules forces, il a été
contraint de les tenir sans cesse tendues au _maximum_ de leur énergie;
et de là, une humeur indépendante, inquiète, insociable; un esprit
altier, indomptable, hostile envers tous; une exaltation habituelle à
raison d’un danger permanent; une détermination désespérée de risquer à
chaque instant une vie sans cesse menacée; une insouciance absolue d’un
passé pénible, comme d’un avenir incertain; enfin une existence toute
bornée au présent: et ces mœurs individuelles formant les mœurs
publiques des peuplades, les ont rendues également dissipatrices, avides
et sans cesse nécessiteuses, leur ont donné le besoin habituel et
croissant d’étendre leur fief de chasse, leurs frontières de territoire,
et d’envahir le domaine de l’étranger: de là au dehors des habitudes
plus hostiles, un état plus constant de guerre, d’irritation et de
cruauté; tandis qu’au dedans l’excessive indépendance de chaque membre,
et la privation de tout lien social par l’absence de toute subordination
et de toute autorité, ont constitué une démocratie si turbulente et si
_terroriste_, que l’on peut bien l’appeler une véritable et effrayante
anarchie.

J’ai dit que chez les sauvages il n’existait point de droit de
propriété; ce fait, quoique vrai en général, demande cependant quelques
distinctions plus précises. En effet, les voyageurs s’accordent à dire
que le sauvage, même le plus vagabond et le plus féroce, possède
exclusivement ses armes, ses vêtements, ses bijoux, ses meubles; et il
est remarquable que tous ces objets sont le produit de son travail et de
son industrie propre; en sorte que le droit de ce genre de propriété,
qui entre eux est sacré, dérive évidemment de la propriété que chaque
homme a de son corps et de sa personne, par conséquent est une
propriété naturelle. Ces voyageurs ajoutent que la propriété foncière ou
territoriale est absolument inconnue; cela est vrai généralement,
surtout chez les peuplades constamment errantes; mais il existe des cas
d’exception chez celles que la bonté de leur sol, ou quelque autre
raison, a rendues sédentaires. Chez de telles peuplades qui vivent dans
des villages, les maisons construites soit de troncs d’arbres, soit de
terre mastiquée, soit même de pierre, appartiennent sans contestation à
l’homme qui les a bâties. Il y a propriété réelle de la maison, du fonds
qu’elle couvre, même du jardin, qui quelquefois lui est annexé. De tels
cas ont des exemples chez les Creeks, chez les Poteouttamis, et en ont
eu dès le commencement du siècle, chez les Hurons, chez les Iroquois et
ailleurs. Il paraît encore que chez certaines nations, où la culture
avait fait quelques progrès, les enfants et parents héritaient de ces
objets; par conséquent il y avait propriété plénière. Mais chez
d’autres, à la mort du possesseur, tout était confus, et devenait un
objet de partage par sort ou par choix. Alors il n’y avait qu’usufruit.
Si la tribu émigre pendant quelque temps et laisse à l’abandon son
village, l’homme ne conserve pas de droits positifs au sol ni à la hutte
dégradée, mais il a ceux de premier occupant et de travail émané de ses
mains.

Hors cette légère portion, le reste du terrain, chez toutes ces
nations, est indivis et en état de _commune_, comme nous le voyons
encore se pratiquer pour certaines portions de territoire dans quelques
cantons de la France, surtout dans les pays de la Loire-Inférieure, et
de la presqu’île Bretonne, mais bien plus généralement en Espagne, en
Italie, et dans tous les pays riverains de la Méditerranée. Ce que j’ai
vu en Corse, à cet égard, m’a frappé par son extrême analogie. Là comme
chez les sauvages, la majeure partie des terres de la plupart des
villages sont en _communes_; chaque habitant a le droit d’y faire paître
ses bestiaux, d’y prendre du bois, etc. Mais parce qu’en Corse la
culture est un peu plus avancée, une portion de quart ou de cinquième de
ces terres est ensemencée l’une après l’autre d’année en année; pour cet
effet, cette portion est divisée en autant de lots qu’il y a de familles
ou de têtes ayant droit. Chacune ensemence le lot qui lui est échu au
sort, et possède, pendant cette année, le terrain qu’elle a labouré;
mais sitôt le grain enlevé, ce lot redevient propriété publique, ou pour
mieux dire, _rapine_ et _dévastation publique_, car tout le monde a
droit d’y prendre et d’en ôter, et personne n’a le droit d’y rien
mettre; on ne peut y placer ni maison, ni arbre, et c’est un vrai désert
_sauvage_ livré au parcours et au vagabondage des troupeaux, qui sont en
grande partie des _chèvres_; or, comme ces ruineux animaux, ainsi que
leurs guides, ne demandent qu’à étendre leurs ravages, il en résulte
pour les propriétés particulières un besoin renaissant de clôture qui en
rend finalement la possession presque plus onéreuse qu’utile; aussi
ayant souvent recherché et analysé les causes de l’état de barbarie et
de _demi-sauvagerie_ où la Corse persiste depuis tant de siècles,
quoique environnée de pays policés, j’ai trouvé que l’une des plus
radicales et des plus fécondes, était l’état indivis et commun de la
majeure partie de son territoire, et le nombre petit et restreint des
propriétés particulières[190].

Il existe cette autre analogie entre les sauvages de l’Amérique et les
montagnards de la Corse, que les villages des uns et des autres sont
ordinairement formés de maisons éparses et distantes, en sorte qu’un
village de cinquante maisons occupera quelquefois un quart de lieue
carré. En recherchant les motifs de cette coutume totalement contraire à
celle des pays d’Orient, j’ai trouvé que pour le sauvage américain ils
sont l’aversion d’être observé et gêné par ses voisins, et surtout la
défiance des embûches dont il pourrait être investi par suite de haines
connues ou dissimulées, et d’offenses même involontaires envers des
hommes aussi irritables et aussi ombrageux, qu’il se connaît lui-même.
Une expérience journalière leur donne une si mauvaise opinion les uns
des autres, les rend si soupçonneux, si défiants, qu’ils se rencontrent
le moins possible, et ne sortent jamais qu’en armes. Le terrible usage
des _vindettes_ ou vengeances de talion, qui est commun à tous les
sauvages, ajoute encore à ces motifs de précaution et de cautèle. Ceux
qui connaissent la Corse savent si les mêmes usages, les mêmes
habitudes, y ont des causes différentes; et si cette comparaison, qui
pourrait se continuer sur bien d’autres objets, semblait fâcheuse et
mortifiante, je demanderai si c’est au peuple, victime de son ignorance
et de ses passions, que s’adresse le reproche de ses maux, ou à ce
gouvernement génois qui les maintint ou les causa par l’un des régimes
les plus pervers que présente l’histoire. Pour moi, que la douceur du
climat et la fécondité du sol, en certaines parties, avaient attiré dans
cette île avec l’intention d’y former un établissement agricole d’un
genre singulier[191], je me suis convaincu pendant un an d’étude et de
séjour, qu’il ne manquait à ce peuple, digne d’un meilleur sort, que
cinq ou six institutions fondamentales, calculées sur sa situation, pour
en faire un peuple aussi industrieux, aussi policé qu’aucun autre,
puisqu’il a des moyens intellectuels aussi parfaits que j’en aie
rencontré dans aucun pays, et que son sol est beaucoup plus productif
que l’on n’en a communément l’opinion; mais trouver en trois siècles 30
années continues d’un gouvernement pacifique et législateur, _voilà le
bienfait dont les dieux furent toujours avares_.

Ce que j’ai exposé des motifs de guerres entre peuples sauvages, fait
assez sentir qu’elles doivent être fréquentes et presque habituelles; et
déja c’est une raison de les rendre cruelles, puisque l’habitude de
verser le sang, ou seulement de le voir verser, corrompt tout sentiment
d’humanité; mais à cette raison s’en joignent plusieurs autres
très-actives, dérivées du fond et des accessoires du sujet.

1º L’égoïsme ou esprit de personnalité que chaque sauvage porte dans ces
guerres; égoïsme fondé sur ce que chaque membre de la peuplade, vu
l’état indivis du territoire, considère le gibier en général comme le
moyen fondamental de sa propre subsistance, et par conséquent se regarde
comme attaqué ou menacé dans son existence par tout ce qui tend à
détruire ce moyen.

Chez les nations policées et riches en propriétés particulières, la
guerre est un mal qui n’attaque immédiatement qu’une fraction souvent
assez faible de la masse totale, et qui n’enlève à la majorité, sous le
nom de tributs, qu’une partie de biens et de jouissances dont elle peut
rigoureusement se passer. Il est donc naturel qu’un tel genre de guerre
n’excite que des passions faibles dans ses moteurs et dans ses
instruments qui se battent et se font tuer, moins par nécessité que par
vanité, et par une sorte de commerce qui leur donne de l’honneur et de
l’argent.--Au contraire chez les peuples sauvages, pauvres et peu
nombreux, la guerre met directement en péril l’existence de toute la
société et de chacun de ses membres. Son premier effet est d’affamer la
tribu; son second est de l’exterminer. Il est donc également naturel que
chaque membre s’identifie étroitement au tout, et qu’il déploie une
énergie portée à son degré extrême, puisqu’elle est stimulée par
l’extrême besoin de la défense et de la conservation.

2º Une seconde raison de l’animosité de ces guerres, est la violence des
passions, telles que le point d’honneur, le ressentiment, la vengeance
dont chaque guerrier se trouve animé. Le nombre des combattants étant
borné, chacun est exposé aux regards de ses amis et de ses ennemis;
toute lâcheté y est punie d’une infamie dont la suite prochaine est la
mort. Le courage y est stimulé par la rivalité des compagnons d’armes,
par le désir de venger la mort de quelque ami ou parent, par tous les
motifs personnels de haine et d’orgueil, souvent plus actifs que ceux de
la conservation.

3º La nature des dangers de ces guerres, où l’on n’attend, ne reçoit, ne
donne aucun quartier; le moindre des périls est de perdre la vie; car si
le sauvage n’est que blessé ou fait prisonnier, sa perspective est
d’être scalpé immédiatement, ou brûlé vif et mangé sous quelques jours.
Veut-on savoir en quoi consiste le _scalpe_ ou _arrachement de la
chevelure_, écoutons un facteur anglais, Jean Long, témoin oculaire, qui
a aimé la vie des sauvages et habité 20 ans parmi eux.

«Lors, dit-il, que le sauvage a abattu son ennemi, il lui saisit à
l’instant une poignée de cheveux, la tortille fortement autour de son
poing pour détacher la peau du crâne; puis lui appuyant le genou sur la
poitrine, il tire le fatal couteau de sa gaîne, incise et cerne la peau
tout autour de la tête, et avec les dents il arrache la chevelure à
mesure que le couteau la détache; comme ils sont _fort adroits_, dit
Jean Long, l’opération ne dure que deux minutes, et elle n’est pas
toujours mortelle. L’on a vu, aux États-Unis, plusieurs personnes de
l’un et de l’autre sexe qui y ont survécu, et qui seulement sont
obligées de porter une calotte d’argent ou d’étain pour se préserver des
atteintes du froid. Cette chevelure ou perruque est ensuite tendue sur
trois cerceaux, puis lorsqu’elle est sèche, on la peint de vermillon, et
c’est un trophée de gloire; l’honneur consiste à en avoir beaucoup.»

Je puis ajouter que la colonie de Gallipolis en a fourni un exemple dans
la personne d’un Allemand.

Quant à être brûlé vif et mangé, il ne faut qu’avoir ouvert une relation
quelconque des guerres des sauvages, pour savoir que le sort ordinaire
des prisonniers de guerre est d’être attaché à un poteau près d’un
bûcher enflammé, pour y être, pendant plusieurs heures, tourmenté par
tout ce que la rage peut imaginer de plus féroce et de plus raffiné. Ce
que racontent de ces affreuses scènes les voyageurs, témoins de la joie
cannibale des assistants, et surtout de la fureur des femmes et des
enfants, de leur plaisir atroce à rivaliser de cruauté[192]; ce qu’ils
ajoutent de la fermeté héroïque, du sang-froid inaltérable des patients,
qui non-seulement ne donnent aucun signe de douleur, mais qui bravent et
défient leurs bourreaux par tout ce que l’orgueil a de plus hautain,
l’ironie de plus amer, le sarcasme de plus insultant; chantant leurs
propres exploits; énumérant les parents, les amis des spectateurs qu’ils
ont tués, détaillant les supplices qu’ils leur ont fait souffrir, et les
accusant tous de lâcheté, de pusillanimité, d’ignorance à savoir
tourmenter, jusqu’à ce que tombant en lambeaux, et dévorés vivants sous
leurs propres yeux par leurs ennemis enivrés de fureur, ils perdent le
dernier souffle de la voix avec celui de la vie: tout cela, dis-je,
serait incroyable chez les nations civilisées, et serait un jour traité
de fable par la postérité lorsqu’il n’existera plus de sauvages, si la
vérité n’en était pas établie par des témoignages incontestables. Chaque
jour des exemples se passent encore dans l’Amérique au-delà du
Mississipi, ont lieu d’année en année chez les sauvages de la Wabash,
quelquefois même chez ceux de la Floride. Qu’après cela des rêveurs
sentimentalistes viennent nous vanter la bonté de l’homme de la nature!
Une erreur presque égale est celle des écrivains qui, comme _Paw_,
supposent que ce peut être faute de sensibilité physique, que les
sauvages supportent si patiemment de si effroyables tourments. Certes,
il faudrait qu’ils fussent plus insensibles que des huîtres et des
arbres! La vérité est que ce phénomène physiologique tient à un état
particulier de l’ame, violemment exaltée par des passions; état dont
nous voyons des exemples nombreux dans les martyrs religieux et
politiques de toutes les nations et de tous les pays. Le sauvage, ainsi
que ces martyrs, est dans la disposition d’ame que l’on appelle
_fanatisme_, qui est une violente persuasion, une certitude aveugle
d’avoir tout droit, toute vérité dans sa cause; de voir, du côté de ses
ennemis, toute erreur et toute méchanceté; de n’admettre ni doute, ni
raisonnement: par ces motifs, d’être profondément imprégné, ainsi que
les martyrs, d’un sentiment d’orgueil qui, à ses yeux, l’élève
infiniment au-dessus de ses bourreaux; qui établit entre lui seul et eux
tous, une lutte d’amour-propre, une gageure de vanité à qui ne cédera
pas; et nous voyons dans la société que ce genre de lutte produit
journellement les effets les plus exaltés, tels que ceux de la fureur du
jeu, de la fureur de la guerre, des combats, des conquêtes, etc.--Le
fanatisme des martyrs religieux a communément pour mobile l’espoir d’une
autre vie: celui du sauvage manque de cet appui, et par cela même son
courage est plus étonnant, a en quelque sorte plus de mérite; mais il a
pour stimulant son désespoir et l’impossibilité de se sauver par une
rétractation ou par une faiblesse; il ressemble à ces animaux qui,
attaqués dans leur dernier point de retraite, se défendent sans aucun
espoir d’échapper; et l’on sait quels prodigieux efforts la nature sait
alors déployer chez les plus timides et chez les plus faibles. Chez le
sauvage, c’est l’action cumulée du fanatisme et de la nécessité, et
c’est sur cette double base que le Tartare _Odin_ a pu élever sa
religion forcenée; mais il n’en reste pas moins un problème
physiologique très-intéressant à résoudre, savoir: quel est cet état
singulier de nerfs, quel est ce mouvement du fluide électrique par
lequel la sensibilité s’émousse ou s’exalte au point d’annuler la
douleur. Cette question mériterait d’être un sujet de prix dans les
écoles de médecine[193]; de même que c’en serait un autre digne des
sociétés savantes qui s’occupent de morale, que de rechercher en quoi
consiste la situation d’esprit appelée _fanatisme_: quelles sont ses
causes disposantes et préparatoires, tant dans l’éducation que dans le
tempérament? quels sont les moyens d’y remédier? comme aussi d’examiner
si les effets du fanatisme appliqués à n’importe quelle opinion, sont
plus pernicieux à l’individu et à la société, que l’esprit de doute,
d’incertitude et de non crédulité?

4º Enfin, un dernier motif de férocité, dans les guerres des sauvages et
dans tout leur caractère, est le système entier de leur éducation et la
direction que, dès le plus bas âge, les parents s’efforcent de donner à
leurs penchants. «Dès le berceau,» dit Jean Long (chap. VIII), «les
mères s’attachent à inculquer à leurs enfants des sentiments
d’indépendance. Elles ne les frappent ni ne les grondent, de peur
d’affaiblir les inclinations fières et martiales qui doivent faire
l’ornement de leur vie et de leur caractère. Elles évitent même de les
contrarier en rien, afin qu’ils s’accoutument à penser et agir avec la
plus grande liberté.»--J’ajoute qu’ici, comme dans tout le système de la
vie sauvage, c’est encore le mobile de la conservation qui agit, car
c’est pour se donner des défenseurs plus intrépides que ces mères gâtent
ainsi leurs enfants, qui, un jour, selon la pratique générale de ces
peuples, les mépriseront, les asserviront, et même les battront.--Tantôt
elles emploient le temps des veillées à raconter les hauts faits, les
traits de courage des parents, des héros de la tribu; comment ils
tuèrent, scalpèrent, brûlèrent, pendant leur vie, tel nombre d’ennemis;
ou comment ayant eu le malheur d’être pris, ils endurèrent avec un
sublime courage les tourments les plus affreux; tantôt elles les
entretiennent des querelles domestiques de la tribu; des griefs contre
quelques voisins, des ménagements à garder pour s’en venger en temps
opportun; et ainsi elles leur donnent à la fois des leçons de
dissimulation, de cruauté, de haine, de discrétion, de vengeance et de
soif de sang. Elles ne manquent pas de saisir les premières occasions
d’un prisonnier de guerre pour faire assister leurs enfants au supplice,
pour les styler à l’art de tourmenter, et pour leur faire partager le
festin cannibale qui termine ces scènes. L’on sent quelle profonde
impression doivent faire sur de jeunes cerveaux de telles leçons. Aussi
leur effet constant est-il de donner aux jeunes sauvages un caractère
indocile, impérieux, mutin, ennemi de toute contradiction, de toute
contrainte, et cependant dissimulé, fourbe, et même poli; car les
sauvages ont une étiquette de politesse aussi composée que celle d’un
corps diplomatique; en un mot, elles parviennent à leur faire réunir
toutes les qualités nécessaires à atteindre le but de leur passion
dominante, la passion de la vengeance et du meurtre. Leur frénésie sur
ce dernier article est un sujet d’étonnement et d’effroi pour tous les
blancs qui ont vécu avec eux.

«L’on ne peut,» dit encore Jean Long (chap. VIII), «refuser aux sauvages
une connaissance parfaite de la vie des bois: ils se dirigent sans
soleil, sans étoiles, par l’aspect des arbres dont les branches sont
toujours plus fortes du côté sud que du côté nord, et par la mousse qui
s’attache au côté nord à l’exclusion de tout autre. Le sentiment de ce
genre de supériorité leur donne l’opinion la plus orgueilleuse de leur
intelligence: ils se regardent comme les plus fins et les plus sages de
l’espèce humaine; ils ont un grand mépris pour nous autres blancs, et
cependant les Virginiens, depuis vingt ans, les ont surpassés dans
toutes leurs pratiques chasseresses et guerrières. Quand ils viennent en
guerre avec nous, ils sont très-choqués si on ne suit pas leurs avis;
le grand Washington lui-même a, par ce motif, encouru leur censure. Ils
se moquent d’ailleurs de notre subordination, et trouvent ridicule que
l’on puisse obéir à des chefs et à des rois. Toute dépendance leur est
odieuse; ils s’offensent de toute contradiction; ils sont jaloux et
envieux de toute préférence, soupçonneux de toute parole, de toute
action; et une fois prévenus, ils ne se désabusent plus, et couvent une
rancune implacable. L’on peut admirer leur courage intrépide, leur
patience et leur fermeté; mais leurs meilleurs amis redoutent leur
humeur exigeante, ombrageuse, facile à heurter, qui s’aigrit sans motif,
sans bornes: flattez-les, ils sont insolents; réprimez-les, ils
s’irritent; leur accordez-vous ce qu’ils veulent, ils demandent
davantage; ils se font un droit de la moindre promesse; enfin les
refuse-t-on une seule fois, tous les bienfaits sont oubliés, et ils
deviennent de cruels ennemis. Leur soif du sang est surtout une rage
inconcevable; elle les porte à traverser des espaces immenses, à
souffrir des fatigues excessives, des famines cruelles pour avoir le
plaisir infernal de tuer et de scalper; et ce qui n’est pas moins
étrange, c’est le plaisir diabolique (voyez _Carver_, chap. IX et XVI,
et le voyage de _Hearne_) qu’à leur tour ils trouvent à raconter les
incidents de leur route et les tourments qu’ils ont fait endurer. Les
plus terribles excès de maniaques n’égalent pas une telle férocité.»

Ainsi, en résultat, l’on peut dire que les vertus des sauvages se
réduisent à un courage intrépide dans le danger, à une fermeté
inébranlable dans les tourments, au mépris de la douleur et de la mort,
et à la patience dans toutes les anxiétés et détresses de la vie. Sans
doute ce sont là d’utiles qualités, mais elles sont toutes restreintes à
l’individu, toutes égoïstes et sans aucun fruit pour la société; et de
plus, elles sont la preuve d’une existence réellement misérable, et d’un
état social si dépravé ou si nul, que l’homme n’y trouvant, n’y espérant
aucun secours, aucune assistance, est obligé de s’envelopper dans le
manteau du désespoir, et de tâcher de s’endurcir contre les coups de la
fatalité.

Cependant, pourrait-on me dire, ces hommes dans leurs loisirs rient,
chantent, jouent, vivent sans souci du passé comme de l’avenir; leur
refuserez-vous plus de bonheur qu’à nous?--A ceci je répondrai comme
_Petite-Tortue_: «Sans doute ils ont aussi leur manière de se trouver
bien.» L’homme est un être si souple, si divers, les habitudes exercent
sur lui un empire si puissant que, dans les situations les plus
fâcheuses, il trouve toujours quelque attitude qui le repose, qui le
console, et qui, par comparaison aux souffrances antérieures, lui paraît
_bien-être_ et _bonheur_; mais si rire, jouer et chanter constituent le
bonheur, il faut que l’on m’accorde aussi que les soldats sont des être
parfaitement heureux, puisqu’il n’est pas d’hommes plus insouciants et
plus gais dans les dangers et à la veille des batailles; il faut que
l’on m’accorde encore que dans ces derniers temps, dans la plus fatale
de nos prisons, à la Conciergerie, les prisonniers étaient très-heureux,
puis-qu’ils étaient généralement plus insouciants et plus gais que ceux
qui les gardaient, que ceux qui craignaient le même sort: hors des
prisons l’on avait des soucis, nombreux comme les jouissances que l’on
désirait conserver. Dans les prisons, les soucis se réduisaient à un
seul, celui de conserver la vie. A la Conciergerie, où l’on était
condamné en attente ou en réalité, l’on n’avait plus de soucis pour
rien; chaque instant de la vie devenait au contraire une acquisition,
une conquête sur un bien que l’on regardait comme perdu. Telle est à peu
près la situation du soldat en guerre, et telle est réellement celle du
sauvage dans le cours de toute sa vie. Si c’est là le bonheur, malheur
aux pays où l’on peut l’envier.

En suivant mon analyse, je ne me vois pas conduit à des idées plus
avantageuses de la liberté du sauvage; je ne vois au contraire en lui
qu’un esclave de ses besoins et des caprices d’une nature stérile et
avare. Les aliments ne sont point sous sa main, son repos n’est point à
sa volonté; il faut qu’il coure, qu’il se fatigué, qu’il endure la
soif, la faim, le chaud, le froid, toutes les intempéries de l’air,
selon les variations des saisons et des éléments; et parce que
l’ignorance dans laquelle il naît, dans laquelle il est élevé, lui donne
ou lui laisse une foule d’idées fausses et déraisonnables, de préjugés
superstitieux, il est encore l’esclave d’une foule d’erreurs et de
passions dont l’homme civilisé s’est affranchi par les sciences et par
les connaissances de tout genre qu’a produites l’état social
perfectionné.

Les limites de mon travail ne me permettant pas tous les développements
que comporte cet intéressant sujet, je me bornerai à dire que plus on
approfondit le genre de vie et l’histoire des sauvages, plus l’on y
puise d’idées propres à éclairer sur la nature de l’homme en général,
sur la formation graduelle des sociétés, sur le caractère et les mœurs
des nations de l’antiquité. Je suis surtout frappé de l’analogie que je
remarque chaque jour entre les sauvages de l’Amérique du nord et les
anciens peuples si vantés de la Grèce et de l’Italie. Je retrouve dans
les Grecs d’_Homère_, surtout dans ceux de son Iliade, les usages, les
discours, les mœurs des _Iroquois_, des _Delawares_, des _Miâmis_. Les
tragédies de _Sophocle_ et d’_Euripide_ me peignent presque
littéralement les opinions des _hommes rouges_, sur la nécessité, sur la
fatalité, sur la misère de la condition humaine, et sur la dureté du
destin aveugle. Mais le morceau le plus remarquable par la variété et
la réunion des traits de ressemblance, est le début de l’histoire de
Thucydide, dans lequel il rappelle et trace sommairement les habitudes
et la manière de vivre des Grecs, avant et depuis la guerre de Troie
jusqu’au siècle où il écrivait. Ce fragment me semble si bien adapté à
mon sujet, que je crois faire une chose agréable au lecteur en le lui
soumettant ici, afin qu’il fasse lui-même la comparaison.


_Extrait de l’histoire de_ Thucydide, _traduction de_ Levêque, _tom. 1,
pag. 2, art. 2_,

«Jusque vers le temps de la guerre du Péloponèse, le pays qui porte
aujourd’hui le nom de _Grèce_, ne fut point habité d’une manière
constante; mais il était sujet à de fréquentes émigrations, et ceux qui
s’arrêtaient dans une contrée, l’abandonnaient sans peine, repoussés par
de nouveaux occupants qui se succédaient toujours en plus grand nombre.
Comme il n’y avait point de commerce, que les hommes ne pouvaient sans
crainte communiquer entre eux, ni par terre, ni par mer; que chacun ne
cultivait que ce qui suffisait à sa subsistance, sans connaître les
richesses; qu’ils ne faisaient point de plantations, parce que, n’étant
pas défendus par des murailles, ils ne savaient pas quand on viendrait
leur enlever le fruit de leur labeur; comme chacun enfin croyait pouvoir
trouver partout sa subsistance journalière, il ne leur était pas
difficile de changer de place. Avec ce genre de vie, ils n’étaient
puissants ni par la grandeur des villes, ni par aucun autre moyen de
défense. Le pays le plus fertile était celui qui éprouvait les plus
fréquentes émigrations: telles étaient les contrées qu’on nomme à
présent _Thessalie_, la _Béotie_, la plus grande partie du Péloponèse,
dont il faut excepter l’Arcadie, et les autres enfin, en proportion de
leur fécondité: car dès que, par la bonté de la terre, quelques
peuplades avaient augmenté leur force, cette force donnait lieu à des
séditions qui en causaient la ruine, et elles se trouvaient d’ailleurs
plus exposées aux entreprises du dehors. L’Attique, qui, par
l’infertilité de la plus grande partie de son sol, n’a point été sujette
aux séditions, a toujours eu les mêmes habitants; et ce qui n’est pas
une faible preuve de l’opinion que j’établis, c’est qu’on ne voit pas
que des émigrations aient contribué de même à l’accroissement des autres
contrées. C’était Athènes que choisissaient pour refuge les hommes les
plus puissants de toutes les autres parties de la Grèce, quand ils
avaient le dessous à la guerre, ou dans des émeutes: ils n’en
connaissaient point de plus sûr; et devenus citoyens, on les vit, même à
d’anciennes époques, augmenter la population de la république: on envoya
même dans la suite des colonies en Ionie, parce que l’Attique ne
suffisait plus à ses habitants.»

(P. 7, art. VI.) «Sans défense dans leurs demeures, sans sûreté dans
leurs voyages, les Grecs ne quittaient point les armes; ils
s’acquittaient armés des fonctions de la vie commune, à la manière des
barbares. Les endroits de la Grèce où ces coutumes sont encore en
vigueur prouvent qu’il fut un temps où des coutumes semblables y
régnaient partout. Les Athéniens les premiers déposèrent les armes,
prirent des mœurs plus douces et passèrent à un genre de vie plus
sensuel.»

(P. 13, art. X.) «Sparte n’est pas composée de bâtiments contigus, mais
la population y est distribuée par bourgades, suivant l’ancien usage de
la Grèce.»

(P. 24, art. XX.) «Tel j’ai trouvé l’ancien état de la Grèce; il est
difficile d’en démontrer l’exactitude par une suite de preuves liées
entre elles: car les hommes reçoivent indifféremment les uns des autres,
sans examen, ce qu’ils entendent dire sur les choses passées, même
lorsqu’elles appartiennent à leur pays....

«Ainsi on croit que les rois de Lacédémone donnent chacun deux suffrages
au lieu d’un, et que les Lacédémoniens ont un corps de troupes nommé
_Pitanate_, bien qu’il n’ait jamais existé: tant la plupart des hommes
sont indolents à rechercher la vérité, et aiment à se tourner vers la
première opinion qui se présente.»

(P. 26, art. XXII.) «Quant aux événements, _je ne me suis pas contenté_
de les écrire sur la foi du premier qui m’en faisait le récit, ni comme
il me semblait qu’ils s’étaient passés: mais j’ai pris des informations
aussi exactes qu’il m’a été possible, même sur ceux auxquels j’avais été
présent. Ces recherches ont été pénibles, car les témoins d’un événement
ne disent pas tous les mêmes choses sur les mêmes faits; ils les
rapportent au gré de leur mémoire ou de leur partialité. Comme j’ai
rejeté ce qu’ils disaient de fabuleux, je serai peut-être écouté avec
moins de plaisir; mais il me suffira que mon travail soit regardé comme
utile par ceux qui voudront connaître la vérité de ce qui s’est passé,
et en tirer des conséquences pour les événements semblables ou peu
différents qui, par la nature des choses humaines, se renouvelleront un
jour.»

(P. 36, art. XXX.) «Après le combat naval, les Corcyréens dressèrent un
trophée à Leucymne, promontoire de Corcyre, et _firent mourir_ tous
leurs prisonniers, excepté les Corinthiens qu’ils tinrent en captivité.»

En lisant tous ces articles, il n’est pas une ligne dont on ne puisse
faire l’application aux sauvages de l’Amérique, à l’exception de ce qui
concerne l’Attique, dont les causes occasionelles de civilisation sont
trop remarquables pour que je les aie écartées.

L’on ferait un ouvrage extrêmement instructif, si l’on considérait et si
l’on représentait sous ce point de vue de comparaison l’histoire de
l’ancienne Grèce et de l’ancienne Italie. L’on y apprendrait à évaluer à
leur juste prix une foule d’illusions et de préjugés dont on égare, dont
on fausse nos jugements dans l’enfance et l’éducation. L’on y verrait ce
qu’il faut penser de ce prétendu âge d’or, où les hommes erraient nus
dans les forêts de l’Hellas et de la Thessalie, vivant d’herbes et de
glands: l’on sentirait que les anciens Grecs furent de vrais sauvages,
de la même espèce que ceux d’Amérique, et placés presque dans les mêmes
circonstances de climat et de sol, puisque alors la Grèce, couverte de
forêts, était beaucoup plus froide qu’aujourd’hui. L’on en induirait que
ces _Pelasges_, crus un seul et même peuple, errant ou répandu depuis la
Crimée jusqu’aux Alpes, n’ont été probablement que le nom générique des
hordes sauvages des premiers indigènes, vagabonds à la manière des
Hurons et des Algonkins, des anciens Germains et des Celtes; et l’on
supposerait avec raison que des colonies d’étrangers plus avancés en
police, venues des côtes d’Asie, de Phénicie, et même d’Égypte, en
s’établissant sur celles de la Grèce et du Latium, ont eu avec ces
indigènes des rapports, tantôt hostiles et tantôt conciliants, de la
nature de ceux des premiers colons anglais dans la Virginie et dans la
Nouvelle-Angleterre. Par ces comparaisons, l’on expliquerait et les
mélanges et les disparitions de quelques-uns de ces peuples; les mœurs
et les coutumes de ces temps inhospitaliers où tout étranger était un
ennemi, où tout brigand était un héros, où il n’existait de loi que la
force, de vertu que le courage guerrier; où toute tribu était une
nation, toute réunion de baraques une métropole; l’on verrait dans cette
époque d’anarchie et de désordre de la vie sauvage, l’origine de ce
caractère d’orgueil et de jactance, de perfidie et de cruauté, de
dissimulation et d’injustice, de sédition et de tyrannie, que montrent
les Grecs dans le cours entier de leur histoire: l’on y verrait la
source de ces fausses idées de gloire et de vertu, accréditées par les
poètes et les rhéteurs de ces temps farouches, qui ont fait de la guerre
et de ses lugubres trophées le but le plus élevé de l’ambition humaine,
le moyen le plus brillant de la renommée, l’objet le plus imposant de
l’admiration de la multitude ignorante et trompée: et parce que, dans
ces derniers temps surtout, nous avons pris à tâche d’imiter ces
peuples, et que nous regardons leur politique et leur morale, à l’égal
de leurs arts et de leur poésie, comme le type de toute perfection; il
se trouve en dernier résultat que c’est aux mœurs et à l’esprit des
temps sauvages et barbares que notre culte et nos hommages sont
adressés!

Les bases de la comparaison que j’établis sont si vraies, que l’analogie
se continue jusque dans les opinions philosophiques et religieuses; car
les principes de l’école _Stoïcienne_ des Grecs se retrouvent tous dans
la pratique des sauvages américains: et si l’on s’en prévalait pour
donner à ceux-ci le mérite d’être des _philosophes_, rétorquant le
raisonnement, je dirai qu’il en faut conclure par inverse que l’état
social dans lequel furent inventés des préceptes si contraires à la
nature humaine, avec l’intention de faire supporter la vie, fut un ordre
de choses et de gouvernement aussi misérable que l’état sauvage; et
j’aurais pour soutiens de mon opinion l’histoire entière de ces
peuplades grecques, même dans leurs plus belles époques, et la série non
interrompue de leurs séditions, de leurs massacres démocratiques, de
leurs proscriptions oligarchiques et tyranniques, etc. jusqu’à la
conquête de ces autres sauvages de l’Italie, appelés les _Romains_, qui,
par leur caractère, leur politique et leur agrandissement, ont une
analogie frappante avec les _cinq nations iroquoises_.

A l’égard des idées religieuses, elles ne forment pas un système
régulier chez les sauvages, parce que chaque individu, dans son
indépendance, se fait une croyance à sa manière. Il semble même que
l’introduction des missionnaires européens parmi eux a modifié leurs
opinions anciennes et propres néanmoins, à juger par les récits des
historiens des premiers colons, et par ceux des voyageurs actuels dans
le nord-ouest, il me paraît que les sauvages composent assez
généralement leur théologie de la manière suivante:

Un grand _Manitou_ ou _Génie_ supérieur, qui gouverne la terre et les
météores aériens dont l’ensemble visible compose tout l’univers pour un
sauvage.--Ce grand _Manitou_, placé en haut, sans qu’on sache trop où,
régit le monde sans prendre beaucoup de peine, donne la pluie, le beau
temps, le vent, selon sa fantaisie, fait quelquefois du bruit (du
tonnerre) pour se désennuyer, ne s’inquiète pas plus des affaires des
hommes que de celles des autres êtres vivants qui peuplent la terre; il
fait le bien sans y attacher d’importance, laisse faire le mal sans en
troubler son repos, et, au demeurant, livre le monde à une destinée ou
fatalité dont les lois sont antérieures et supérieures à tout. La
plupart de ces peuples lui donnent le nom ou l’épithète de _Maître de la
vie_ ou de _celui qui nous a faits_: mais cette dénomination pourrait
bien venir des missionnaires. Sous son commandement sont d’innombrables
_Manitous_ ou _Génies_ subalternes qui peuplent l’air et la terre,
président à tout ce qui arrive, et ont chacun leur emploi distinct. De
ces génies les uns sont bons, et ceux-là font tout ce qui se passe de
bien dans la nature; les autres sont méchants, et ceux-ci causent tout
le mal qui arrive aux êtres vivants. C’est à ces derniers _Génies_ de
préférence et presque exclusivement, que les sauvages adressent leurs
prières, leurs offrandes propitiatoires et ce qu’ils ont de culte
religieux: leur but est d’apaiser la malice de ces _Manitous_, comme
l’on apaise la mauvaise humeur des gens hargneux et envieux; ils
n’offrent rien, ou que très-peu de chose, aux bons génies, parce qu’ils
n’en feront ni plus ni moins de bien; ce qui prouve combien _Lucrèce_ a
eu raison de dire: _Primus in orbe deos fecit timor_.

    C’est la peur qui d’abord peupla de dieux le monde.

Cette peur des mauvais génies est une de leurs pensées les plus
habituelles, et qui les tourmentent le plus: leurs plus intrépides
guerriers sont, à cet égard, comme les femmes et les enfants; un songe,
un fantôme vu la nuit dans les bois, un cri sinistre, alarment également
leur esprit crédule et superstitieux; mais comme partout où il y a des
dupes, il croît des fripons, l’on trouve dans chaque tribu sauvage
quelque _jongleur_ ou prétendu _magicien_ qui fait le métier d’expliquer
les songes, et de négocier avec les Manitous les demandes et les
affaires de chaque _croyant_. Il joue exactement le rôle de ces anciens
valets de comédie, porteurs de paroles entre les amants qui ne peuvent
se voir: et l’on imagine bien que ce courtage n’est pas sans profit pour
son auteur. Les missionnaires ont une aversion particulière pour ces
jongleurs, qu’ils traitent de _charlatans_, d’_imposteurs_, de
_fripons_; et les jongleurs, qui les appellent _supplanteurs envieux_,
leur rendent les mêmes sentiments: malgré leurs entretiens avec les
génies, ils sont fort embarrassés à en expliquer la nature, la forme, la
figure.--N’ayant pas nos idées sur les _purs esprits_, ils les supposent
des êtres corporels, et pourtant légers, volatiles, de vraies ombres et
mânes à la manière des anciens.--Quelquefois, eux et les sauvages en
choisissent quelqu’un en particulier qu’ils imaginent résider dans un
arbre, un serpent, un rocher, une cataracte, et ils en font leur
_fétiche_, à la manière des nègres d’Afrique. L’idée d’une autre vie est
aussi une croyance assez générale chez les sauvages; ils se figurent
qu’après la mort ils passeront dans un autre climat et pays où
abonderont le gibier, le poisson, où ils pourront chasser sans fatigue,
se promener sans crainte d’ennemis, manger des viandes bien
grasses[194], vivre sans peines et sans soucis, en un mot, être heureux
de tout ce qui fait le bonheur dans la vie actuelle. Ceux du nord
placent ce climat vers le _sud-ouest_, parce que c’est de là que vient
le vent de la belle saison, et de la température la plus agréable et la
plus fécondante.--Les missionnaires ajoutent qu’ils mêlent à ces
tableaux des idées de récompense et de châtiments, une sorte d’Élysée et
de Tartare; mais ceci aurait besoin d’observateurs sans partialité.

Au reste, l’esquisse que je viens de tracer suffit pour prouver qu’il y
a une analogie réelle entre les idées théologiques des sauvages de
l’Amérique-nord et celles des Tartares d’Asie, telles que nous les ont
dépeintes les savants russes, qui les ont visités depuis 30 ans. Cette
analogie est également évidente avec les idées des Grecs; on reconnaît
le grand _Manitou_ dans le _Jupiter_ des temps héroïques, c’est-à-dire
sauvages, avec cette différence, que le _Manitou_ des Américains est
_triste_, _pauvre_ et _ennuyé_ comme eux; tandis que le _Jupiter_
d’_Homère_ et d’_Hésiode_ déploie toute la magnificence de la cour
d’_Éthiopie_, c’est-à-dire de _Thèbes Hécatompyle_, dont l’âge présent
nous a révélé les étonnants secrets[195].

On reconnaît également bien dans les _Manitous_, les dieux subalternes
des Grecs, les génies des bois, des fontaines, les _daimones_, honorés
d’un même culte superstitieux. Prétendre que les sauvages américains ont
tiré leurs idées de la Grèce ou de la Scythie, n’est point ma
conclusion; il est possible que d’un même foyer primitif, le
_Chamanisme_ ou système _Lamique_ de _Beddou_ se soit répandu chez tous
les sauvages de l’ancien monde où on le retrouve jusqu’aux extrémités de
l’Espagne, de l’Écosse et de la Cimbrique: mais il me paraît également
possible qu’il soit la production naturelle de l’esprit humain, parce
que son analyse le montre tout entier formé de comparaisons, tirées de
la condition et des affections des hommes et des peuples chez qui il
existe; j’ai développé ailleurs cette idée de manière à n’avoir pas
besoin de la reproduire ici[196].

Une transmission de ces idées religieuses qui supposerait une trop
longue série de générations me paraît surtout difficile, en ce qu’il
n’existe chez les sauvages ni livres, ni écriture, ni aucun moyen
monumental: tout s’y réduit à la tradition orale, c’est-à-dire à ces
récits qui, en passant d’une bouche à l’autre, s’altèrent tellement, que
même des faits voisins deviennent méconnaissables en peu de temps: je
crois avoir raisonnablement démontré en traitant des Arabes[197],
combien les traditions sont nulles chez les Orientaux, malgré le préjugé
contraire de quelques savants, et principalement des théologiens, qui
ont besoin de ce moyen pour appuyer diverses opinions: j’ai prouvé que
chez ces peuples les individus conservent à peine le souvenir des années
de leur âge et des événements de leur enfance; que ce caractère oublieux
ou négligent, leur est commun avec notre propre peuple, celui surtout
des campagnes, qui leur ressemble le mieux par son ignorance; et
qu’enfin ce caractère est inhérent à la nature humaine en général: les
sauvages d’Amérique sont un nouvel exemple à l’appui de mon opinion,
car tous les témoins que j’ai eu occasion de consulter et de citer si
souvent, se sont accordés à me dire qu’il n’existe chez eux aucun
souvenir régulier, aucune tradition exacte d’un fait qui ait cent ans de
date; et leur vie errante, vagabonde, leurs dispersions par la guerre,
leurs distractions par les malheurs et les calamités, enfin leur
insouciance foncière, seront, pour quiconque en calculera les effets,
autant de preuves évidentes que cela doit être ainsi.--Un seul moyen de
souvenir a lieu dans leur situation, c’est celui des phrases à _syllabes
comptées et rimées_, ce que plus noblement on appelle des _vers_, soit
déclamés, soit chantés: en effet, par les _mesures_ comptées de ces
_vers_ et par leurs rimes, les mots et les idées sont fixés d’une
manière précise et certaine dans le discours et dans la mémoire, et l’on
peut toujours s’assurer que le discours est entier et non tronqué: aussi
est-ce réellement à cette idée simple et rustique que l’art _divin_ de
la poésie doit son origine; et c’est par cette raison que ses premiers
essais, ses plus anciens monuments sont des contes extravagants de
mythologie, de dieux, de génies, de revenants, de loups-garoux, ou de
sombres et fanatiques tableaux de combats, de haines et de vengeances;
tels que les chants des Bardes d’Ossian et d’Odin, j’ose dire même du
chantre de la colère d’Achille, quoiqu’il ait eu plus de connaissances
et de talent; tous contes et tableaux analogues à l’esprit ignorant, à
l’imagination déréglée et aux mœurs farouches des peuples chez qui ils
se produisent.

L’on pourra me dire que les sauvages ont des espèces d’hiéroglyphes avec
lesquels ils se communiquent des idées; comme de dessiner un homme _la
main appuyée sur la hanche_, pour signifier un Français; un autre _les
bras liés_, pour signifier un prisonnier; mais l’on sent combien une
telle méthode est imparfaite, équivoque et bornée. La vérité est en
résultat, qu’ils n’ont ni moyens de transmission, ni monuments, pas même
des vestiges d’une antiquité quelconque. Jusqu’à ce jour, l’on ne cite
dans toute l’Amérique du nord (le Mexique excepté), ni un édifice, ni un
mur en pierre taillée ou sculptée qui atteste des arts anciens. Tout se
borne à des _buttes de terre_ ou _tumulus_ servant de tombeaux à des
guerriers; et à des dignes de _circonvallation_ qui embrassent depuis un
jusqu’à trente arpents de surface. J’ai vu trois de ces lignes, l’une à
_Cincinnati_, et deux autres en _Kentucky_, sur la route de ce même lieu
à _Lexington_ par _Georgetown_; ce sont tout simplement des crêtes de
fossés, ayant au plus quatre ou cinq pieds d’élévation et huit à dix de
base; la forme de leur enceinte est irrégulière, tantôt ovale, tantôt
ronde, etc., et elle ne donne aucune idée d’art militaire ou autre. Le
plus grand de ces ouvrages, celui de _Moskingum_, est à la vérité
carré, et à de plus grandes dimensions; mais d’après le dessin et la
description qu’en a donné M. le docteur _Barton_ dans ses _Observations
d’histoire naturelle_[198], l’on voit qu’il n’a ni bastions, ni tours,
comme on l’avait dit, et qu’il a dû être un simple retranchement de
défense, tel que _Oldmixon_ et ses autorités attestent que les sauvages
les pratiquaient à l’arrivée des Européens, lorsqu’ils avaient des
demeures plus fixes, et un équilibre plus égal de forces.--Tous ces
retranchements ont eu la même cause, et tous ont pu être faits avec des
houes et des paniers.

Quant aux _tumulus_, j’ai vu celui de _Cincinnati_, à six ou sept cents
pas du fort vers l’ouest; c’est un monceau de terre, en pain de sucre,
qui peut avoir quarante pieds de saillie au-dessus du sol; il est
recouvert d’arbres qui ont crû spontanément.--Il m’a rappelé les
_buttes_ du désert de Syrie et de sa frontière; mais elles sont
infiniment plus fortes, ayant eu pour objet de poser des tours. Il
paraît que dans la Tartarie russe et chinoise l’on en rencontre beaucoup
dont la taille a plus d’analogie. L’on a fouillé quelques-uns de ces
_tumulus_ américains, et l’on n’y a trouvé que des os, des arcs, des
haches, des flèches de guerriers sauvages.--Le général Sinclair ayant
fait scier l’un des plus gros arbres implantés sur leur pain de sucre,
y a compté plus de quatre cent trente-deux cercles de végétation; et
comme il paraît qu’il se forme un de ces cercles par année, cela
reporterait la date du tombeau de 1300 à 1350.

Au reste, il faut laisser de plus amples recherches et de plus solides
conjectures aux savants américains qui sont sur les lieux, et qui chaque
jour peuvent faire de nouvelles découvertes. Je me résume à dire que le
plus certain, le plus instructif de tous les monuments que présentent
les sauvages, c’est leur langage.--M. le docteur _Barton_ a publié sur
ce sujet un essai curieux[199], dans lequel il compare plusieurs mots de
leurs langues et dialectes. Il a même étendu ses confrontations aux
langues de quelques tribus tartares, à l’aide du recueil que le docteur
_Pallas_ en a fait et publié sur près de trois cents nations asiatiques
par ordre de l’impératrice _Catherine II_[200]. Les confrontations du
docteur _Barton_ l’on conduit à plusieurs conclusions intéressantes pour
la science; mais malgré les vœux d’estime et d’amitié que je forme pour
ses succès, je ne trouve pas toutes ses conclusions également fondées;
je ne puis admettre, par exemple, l’affinité qu’il établit entre les
dialectes caraïbes, brésiliens, péruviens, etc., et les langues ou
dialectes des Potéouattamis, des Delawares, des Iroquois, fondée sur la
ressemblance de deux ou trois mots. Il me semble être plus heureux dans
quelques rapports qu’il découvre avec les langues du nord-est de l’Asie;
l’on ne peut d’ailleurs que lui savoir gré d’avoir ouvert une mine
curieuse et riche en nouveauté; mais cette mine a besoin d’être
exploitée à fond et en grand, et ce travail veut les forces combinées de
plusieurs savants. Il serait à désirer que le congrès, sentant
l’importance du sujet, formât, ne fût-ce que temporairement, une école
de cinq ou six interprètes uniquement occupés à recueillir des
vocabulaires et des grammaires sauvages.--Dans cent ans, dans deux
cents ans, il n’existera peut-être plus un seul de ces peuples.--Depuis
deux siècles, déja un grand nombre a disparu; si l’on ne profite pas du
moment, l’occasion se perdra sans ressource de saisir le seul fil
d’analogie et de filiation de ces nations avec celles du nord-est de
l’Asie; la dépense d’un tel établissement est un bien mince objet pour
un pays économe et riche; d’ailleurs, ce genre de dépense a des
résultats avantageux, et même lucratifs, ne fût-ce que sous le rapport
des facilités de commerce qu’il donne, et des produits de librairie.--En
soumettant cette idée aux membres du congrès, amis des sciences et des
lettres, j’ose la recommander à leur attention avec d’autant plus
d’instance, que j’ai vu régner dans les États-Unis un préjugé
pernicieux; savoir qu’il ne faut pas que le gouvernement encourage la
culture des lettres et des sciences, mais qu’il les abandonne comme les
autres arts à _l’industrie des particuliers_; cette comparaison aux
_arts_ est totalement erronée, en ce que pour bien cultiver les sciences
et les lettres, il faut renoncer à toute ambition d’emploi, de place,
même de fortune; il faut avoir l’esprit libre des soucis de la richesse
et de la pauvreté; il faut n’aimer que le travail et la gloire, ou, si
l’on veut, la célébrité; or, pour bien remplir cette vocation, il faut
être au-dessus du besoin, posséder le nécessaire, même l’utile, et avoir
une douce médiocrité tout acquise.--C’est ce qu’effectuent les
dotations et les traitements alloués par les gouvernements, et les fonds
consacrés à l’établissement des corporations savantes. Si la France a
acquis en Europe une sorte de prééminence en ce genre, qui ne lui est
pas contestée, c’est à un tel régime qu’elle le doit; et les avantages
même pécuniaires, commerciaux, financiers, etc., qu’elle en a
constamment retirés sont si évidents, qu’aucune de ses diverses formes
de gouvernement n’a voulu changer de système. Il dépend du gouvernement
des États-Unis d’acquérir la même influence, la même prépondérance sur
tout le Nouveau-Monde, où leur peuple a pris l’initiative de la liberté.
Un fonds annuel de cent mille dollars serait une dépense bien médiocre
pour un tel peuple, et pourtant elle suffirait déja à y créer une
_académie_ ou _institut_ américain, qui rendrait en peu de temps
d’importants services, ne fût-ce que d’empêcher de dire, comme je l’ai
ouï, non-seulement aux étrangers, mais aux hommes les plus éclairés du
pays, que le goût et la culture des sciences, loin d’avoir fait des
progrès, se sont au contraire très-sensiblement refroidis aux
États-Unis, depuis leur indépendance, et que l’instruction et
l’éducation de la jeunesse y sont tombées dans un désordre et un abandon
effrayant.

Il me reste à joindre le Vocabulaire _miâmi_ que j’ai annoncé au
commencement de cet article: ce dialecte paraît appartenir à la langue
des nombreuses peuplades _chipéwanes_ qui, selon M. _Mackensie_, se
disent venues du _nord-est_ de l’Asie. Quelque imparfait que soit mon
travail, il a néanmoins assez d’étendue pour fournir des moyens de
comparaison aux savants russes et allemands qui connaissent les langues
de ces contrées; j’aurai rempli mon but, s’il sert à procurer de ce côté
quelques découvertes, et à provoquer aux États-Unis un plan de
recherches plus vastes et plus approfondies.



VOCABULAIRE

DE LA

LANGUE DES MIAMIS.



AVIS.


     Le lecteur est prévenu que l’_x_ a toujours la valeur du _jota_
     espagnol, et γ grec.

     L’H, celle de la forte aspiration arabe.

     Le _th_, la valeur anglaise.

     En représentant avec tout le soin possible la prononciation des
     mots _miâmis_ en français, j’ai joint quelques exemples de la
     manière dont les Anglais la représentent aussi, afin de faire
     sentir la confusion qui résulte de la valeur différente des lettres
     chez eux et chez nous, et de la nécessité d’un alphabet unique.

     Dans la colonne de l’orthographe anglaise, les mots marqués B. sont
     tirés du livre de M. _Barton_; les autres appartiennent à M.
     _Wels_.



VOCABULAIRE

DE LA LANGUE DES MIAMIS.


  _Français._         _Miâmi._            _Orthogr. anglaise._
  ---------           ------              ------------------
  Je et moi         Nêlah[201]               Nalaugh.
  Toi et vous       On se sert du _vous_.
  Lui, elle         Voyez _Eux_, _elles_.    Awaleaugh.
  Nous              Kêlônah                  Calonough.
  Vous              Kêlah                    Calaugh.
  Eux et elles      Aouèloùa (_oua_, bref)   Awalewaugh.
  Mon, mien         Nêlâh-nénéh              Nalaugh-nenigh.
  Ton               Ki. Voyez _Votre_          Voyez _Votre_.
  Son, sien         Aouèla-nénéh             Awalelah-nennegh.
  Notre             Kêlônah                  Calonaugh.
  Votre             Kêlêla-nénéh             Kalelaug-nennagh.
  Leur              Voyez _Son_, _sien_.
  Père (mon)        Noxsâhé                { Nosh saugh.
                                           { Noch san. B.
  Pères (les)       Oxsema.
  Mère (votre)      Kekiah                   Kakecaugh.
  Mères (les)       Akêmêmah                 Aukeemeemauh. B.
  Fils              Akouissimà.
  Fils (son)        Akouissâléh              Augwissaulay.
  Fille (sa)        Atanâléh.
  Frère (mon)       Ouedsà-milâné            Sheemah, pris pour _sœur_.
  Frère (notre)     Ouedsa monkouà.
  Sœur (ma)         Ningo chema.
  Sœur (leur)       Agoz-chimouâlé           Augosshimwauley.
  Mari (mon)        Nèna pèma. Littéral.
                   _Maître de la faiblesse_
  Femme (ma)        Niouéouah                Neeweewah. B.
  Femme une         Métamsah.
  Homme (un)        Helaniah[202]            Hellanniare.
  Petit garçon (un) Apilossah                Apeelotsaugh.
  Vieillard (un)    Kéocha                   Kaowshaw.
  Un (_nombre_)     Ingôté                   Ingôtay.
  Deux              Nîchoué                  Neshsway.
  Trois             Nexsoué                  Nessweh.
  Quatre            Nîoué                    Neeway.
  Cinq              Yàlanoué                 Yallawnwee.
  Six               Kakotsoué                Cau cutsweh.
  Sept              Souaxtetsoué             Swattessweh.
  Huit              Pollâné                  Pullawneh.
  Neuf              Ingôté-ménéké            Ingotim maneeka.
  Dix               Matatsoué                Mautotsweh.
  Tête              Indêpékôné.
  OEil              Kéchékoué.
  Nez               Kiouâné.
  Nez (mon)         Nin-kiouâné.
  Nez (votre)       Ki-kiouâné.
  Oreille           Taouâké.
  Front             Mayaouinguilé.
  Cheveux et poil   Nélissah.
  Bouche            Tonénéh.
  Langue            Ouélâné
  Dent              Ouipîtâh.
  Barbe             Messetoningué.
  Main              Onexkà.
  Pied              Kâtah.
  Peau              Lôkaié.
  Chair             Ouioxsé.
  Sang (_V._ rouge) Nixpékénoué.
  Cœur              Tâhé.
  Ventre            Moïgué _ou_ Moïtczé, _Prononcé à la russe_.
  Vie (la)          Mahtsanéouingué.
  Mort (la)         Nahpingué                 Nipou (_il est mort_).
  Sommeil (le)      Nipangué                  Nipahanoué (_le froid_)[203]
  Tuer              Anguéchéouingué.
  Jour (le)         Ifpêté.
  Soleil (le)       Ifpêté-kilixsoua,
                      (_lumière de jour_).
  Nuit (la)         Pekontèoué.
  Lune (la)         Pekontèoué kili xsoua,
                      (_lumière de nuit_).
  Matin (le)        Cheïpaoué.
  Soir (le)         Elakouîkéx.
  Étoile            Alangouâ.
  Firmament         Kechekoué.
  Vent              Alamthenoué.
  Tonnerre          Tchingouia.
  Pluie             Petilenoué.
  Neige             Monê toua (génie).
  Glace             Achoukonéh.
  Chaud             Chilitèoué.
  Froid             Nipâhanoué.
  Été (l’)          Nihpênoué.
  Hiver (l’)        Piponoué.
  Terre (la)        AkiHkeoué.
  Ile               Menàhanoué.
  Eau (l’)          Népé.
  Feu (le)          Kohteoué.
  Flamme            PaHkouâleoué.
  Rivière           Sipioué.
  Lac               NipiHsi.
  Ruisseau          Maxtchékomeké.
  Mer               Kitchi-kâmé.
  Montagne          Atchioué.
  Colline           Ifpotêhkiké.
  Arbre (un)        Metèhkoué.
  Arbres (des)      Metèhkouah.
  Bois (du)         Taouânè.
  Forêt             MtèHkokè.
  Piste (une)       Pamehkaouangué.
  Chasser           DonamaHoua.
  Chasse (la)       NaHtonamaouingué.
  Arc (un)          Mêtèhkouapa.
  Flèche            Tàouanthalouà.
  Feuilles (les)    Mechipakoua
  ---- qui tombent  Papintingué.
  Homme (un)
    tombe           Mejechenouâ.
  Gibier            Aouâssâh.
  Poisson           Kikonassah.
  Guerrier          Atâthià.
  Guerre            Mejékatoué.
  ---- (aller en)   Dopaléouah.
  Casse-tête        Taka-kané.
  Peindre (se) la
    face            Ouèchihouingué.
  Couteau (un)      Malsé.
  Couteaux (des)    Malsa.
  Scalper           Laniok-koué.              Koué (chevelure).
  Prisonnier (un)   Kikiouna.
  Sentier (un)      Mioué.
  Calumet           Poàkâné.
  Fumée             Axkoleoué.
  Maison            Ouikâmé.
  Canot             Missôlé, _plur._ Missola.
  Filet             Sâpá, _plur._ Sapaké.
  Viande séchée     Pohtekia.
  ---- fumée        Oxkolé Saminguià.
  Tombeau           Eouissi-kâné.
  Paix (la)         Pèhkokia  (bon,
                      abondance).
  Bien (le)         Pèhkoké.
  Mal (le)          Mélèoxké.
  Bon (homme)       Tipêoua.
  Méchant           (Fortè) Matchi[204].
  Doux[205]           Ouêkapanké.
  Amer              Ouèssakangué.
  Long              Kenouaké.
  Court             Ixkouaké.
  Colline (haute)   Ifpatingué.
  Haut dans le ciel Ifpamingué.
  Bas               Mataxké.
  Lent, aisé        Ouêhkeoué.
  Prompt            Rinsehkaoué.
  Nuage (rapide)    Kintche seoué.
  Rivière (profonde)Kenonoué.
  Uni               Tétipaxkeoué.
  Grand             MaHchôké, Kitchi.
  Petit             Apilîké.
  Large             Metchahkeoué.
  Étroit            Apassianoue.
  Pesant            Ktchokouâné.
  Léger             Nanguétchéoué.
  Fer               Kepikàtoué.
  Cuivre            Naxpekacheké.
  Or                Honzaouéchoulé.
  Argent            Choûlé, _ou_ Tsoulé.
  Plomb             Lontsàh.
  Pierre            Sâné.
  Blanc             Ouàpekingué.
  Noir              MaHkateouekingué.
  Rouge             NèHpèkékingué.
  Bleu              Ixkepakingué.
  Jaune             Honzaouékingué.
  Vert              Anzanzékingué.
  Bison _ou_ Buffle Alanantsoua.
  Castor, v. p. Daim MoHsoké.
  Ours              Moxkoua, _plur._ Maxkôké.
  Chien             Alamo, _plur._ Alamòké.
  Maïs              Mintchepé.
  Oiseau            Ahouèhsensa.
  Ami               AouiHkanemah.
  Ennemi            KitaHkianouna.
  Amour (l’)        Têpaletingué.
  Rire (le)         Kéouélingué.
  Rire              Kéoueleouàh.
  Pleurer           Séhkouingué.
  Larme (une)       Sèhpingouah.
  Parler            Kilàkilàxkouingué.
  Discours          Atchimouna.
  Marcher           Pampelingué.
  Courir            Mahmikouingué.
  Respirer          Nêssingué.
  Souffler          Alamsenoué.
  Soupir            Kêouêneoua.
  Craindre          Kouahtamingué.
  Esprit (l’) _ou_
  Ame (l’)          Atchipaïa, _c’est-à-dire_, fantôme volant.
  Dieu              Kitchi Manê-toua
                    (_le grand esprit_), _ou_
                    Kajehelangouâ (_celui
                    qui nous a faits_).
  Génies _ou_ Esprits. Manêtouâ, _analogue
                    à_ manes, mani-um
                    _des Latins_.
  Diable            Matchi Manitou.
  Beau              PèHkesina.
  Laid              Molêïousina.
  Bon homme         Tipêoua-heleniah.
  Bonne femme       Tipêoua-metams.
  Sauvages (les)    Metoxthéniaké (_nés
                      du sol_).
  Européens (les)   Ouâbkilokèta (_peau
                              blanche_).
  Français (les)    Mêhtikôcha (Ouêmistergôch,
                      _bâtisseur
                      de vaisseaux_, en
                      langue Chipewa).
  Anglais (un)      Axàlàchima (Anglichman).
  Américain (un)    Mitchi-Malsà (_grand
                      couteau_).
  Oui               I-yé.
  Non               Moxtché.
  Avec              Mâmàoué, _en arabe_ Mà.

Ils n’ont point le verbe _être_.

Les adjectifs sont de commun genre, comme en anglais. Voyez les exemples
_bon homme_, _bonne femme_.

En général, le pluriel des substantifs se forme en ajoutant au singulier
la finale _ké_: _Métamsa_, une femme; _Métamsake_, les femmes.

  _Français._                               _Miâmi._
  ---------                             ------


                      Verbe _Manger_.

  Je mange                              Nioussini.
  Tu manges                             Kiouissini.
  Il _ou_ elle mange                    Ouissinioua.
  Nous mangeons                         Niouissini mina.
  Vous mangez                           Kiouissini moua.
  Ils _ou_ elles mangent                Ouissiniouàké.

  J’ai mangé                            Chaïani ouissiné.
  Tu as mangé                           Chaïaki ouissiné.
  Il _ou_ elle a mangé                  Chaïaé ouissinoua.
  Nous avons mangé                      Chaïaé kiouissini mina.
  Vous avez mangé                       Chaïaé kiouissini moua.
  Ils _ou_ elles ont mangé              Chaïaé ouissiniouaké.

  Je mangerai                           Nouissini-kâté.
  Tu mangeras                           Kioussini-kâté.
  Il _ou_ elle mangera                  Ouissinioua-kâté.
  Nous mangerons                        Kiouissini-mina-kâté.
  Vous mangerez                         Kiouissini-mo-kâté.
  Ils _ou_ elles mangeront              Ouissiniouaké-kâté.

  Le manger                             Ouessiningué.
  La faim                               Aïxouingué.
  J’ai faim                             Indâïexkoui.


                      Verbe _Boire_.

  Je bois                               Némênê.
  Tu bois                               Kimênê.
  Il _ou_ elle boit                     Mênouà.
  Nous buvons                           Kimênê mena.
  Vous buvez                            Kimênê moua.
  Ils _ou_ elles boivent                Mênò-ké.

  Le boire                              Mêningué.


                      Verbe _Battre_.

  Je bats                               Indâné èhoué.
  Tu bats                               Kidâné èhoué.
  Il _ou_ elle bat                      Anè èhoué.
  Nous battons                          Kidâné èhouemena.
  Vous battez                           Kidâné kioué _ou_ hioué.
  Ils ou elles battent                  Anêhé èhouaké.


                      Verbe _Passif_.

  Je suis battu                         Indâné ekoua.
  Tu es battu                           Kidâné ekoua.
  Il _ou_ elle est battu                Ané haouà.
  Nous sommes battus                    Kidâné ekona.
  Vous êtes battus                      Kidâné ekoha.
  Ils _ou_ elles sont battus            Anè haouaké.

  J’ai été battu                        Indâné nehèkoua.
  Tu as été battu                       Kidâné nehèkoua.
  Il _ou_ elle a été battu              Anènè haoua.
  Nous avons été battus                 Kidâné nehekomena.
  Vous avez été battus                  Kidâné nehekouà.
  Ils _ou_ elles ont été battus         Anènè haouaké.

  Je serai battu                        Indâné heko-kâté.
  Tu seras battu                        Kedâné heko-kâté.
  Il _ou_ elle sera battu               Anê haoua-kâté.
  Nous serons battus                    Kidâné hekomena-kâté.
  Vous serez battus                     Kedâné hekomo-kâté.
  Ils _ou_ elles seront battus          Ané haouaké-kâté.


FIN DU VOCABULAIRE.



TABLE DES MATIÈRES.


                                                                Page.

CHAPITRE PREMIER.--Situation géographique des États-Unis,
et superficie de leur territoire.--Comparaison
de quelques unes de leurs parties avec celles de l’ancien
continent                                                          1

CHAP. II.--Aspect du pays. Forêt presque universelle
divisée en trois grandes régions                                   6

CHAP. III.--Configuration générale. Division naturelle
du pays par les chaînes des montagnes. Élévation extrême
et moyenne de ces chaînes                                         11

CHAP. IV.--Structure intérieure du sol. Pierres et roches
fondamentales occupant diverses régions                           40

CHAP. V.--Des lacs anciens qui ont disparu. Conjectures
sur l’ancien état du pays                                         71

CHAP. VI.--De la chute de Niagara et de quelques autres
chutes remarquables                                               94

CHAP. VII.--Des tremblements de terre et des volcans             113

CHAP. VIII.--Du climat. Sa comparaison avec celui
d’Europe aux mêmes latitudes. Différence singulière
de température entre l’est et l’ouest des Alleghanys             118

CHAP. IX.--Système des vents aux États-Unis. Cause du
courant du golfe de Mexique                                      152

CHAP. X.--Comparaison du climat des États-Unis avec
celui de l’Europe quant aux vents, à la quantité de
pluie, à l’évaporation et à l’électricité                        222

CHAP. XI.--Conclusion: la lune influe-t-elle sur les
vents? Action du soleil sur tout leur système, et sur
le cours des saisons. Changements opérés dans le climat
par les défrichements                                            239

CHAP. XII.--Des maladies dominantes aux États-Unis               266

APPENDICE                                                        317

LETTRE sur les vents de la Suède et de la Norwège              _ibid._



ÉCLAIRCISSEMENTS.


ARTICLE Ier--Sur la Floride et sur le livre de Bernard
Romans, intitulé: _Courte Histoire Naturelle et morale
de la Floride Orientale et Occidentale_                          321

ART. II.--Sur l’histoire de Newhampshire, par Belknapp,
et sur l’Histoire de Vermont, par Samuel Williams                330

ART. III.--Sur Gallipolis, ou la Colonie des Français
au Scioto, en 1789                                               335

ART. IV.--Sur diverses Colonies Franco-Canadiennes               346

ART. V.--Observations générales sur les Indiens ou
sauvages de l’Amérique-Nord                                      371

VOCABULAIRE de la langue des _Miâmis_, tribu établie sur
la rivière _Wabash_                                              467

FIN DE LA TABLE.


NOTES:

[1] J’avais été dix mois dans les prisons, jusqu’après le 9 thermidor.

[2] Je ferai néanmoins remarquer aux Américains toute l’absurdité du
principal grief par lequel on me rendit _suspect_ (car à cette époque le
langage et le régime devinrent un vrai _terrorisme_). L’on me supposa
l’agent secret d’un gouvernement dont la hache n’avait cessé de frapper
mes semblables: l’on imagina une _conspiration_ par laquelle j’aurais
(moi seul Français) tramé en _Kentucky_, de livrer la Louisiane au
Directoire (qui naissait à peine), et cela quand des témoins nombreux et
respectables dans ce Kentucky, comme en Virginie et à Philadelphie,
pouvaient attester que mon opinion, manifestée à l’occasion du ministre
G****, était que l’invasion de la Louisiane serait un faux calcul
politique: qu’elle nous brouillerait avec les Américains, et
fortifierait leur penchant pour l’Angleterre; que la Louisiane ne
convenait sous aucun rapport à la France: que son colonisement serait
trop dispendieux, trop casuel; sa conservation trop difficile, faute de
marine et de stabilité dans notre gouvernement, lointain, variable,
embarrassé, etc., etc.; qu’en un mot, par la nature des choses, elle ne
convenait et finalement n’appartiendrait qu’à la puissance voisine, qui
avait tous les moyens d’occuper, de défendre et de conserver.--Cette
opinion, contraire à celle de la plupart de nos diplomates, m’a attiré
leur improbation, presque leur animadversion en Amérique et en France.
J’ai néanmoins continué de la défendre dans le temps où il y avait
quelque courage à la manifester. Aujourd’hui qu’elle a reçu la plus
haute des approbations, il doit m’être permis de m’en faire quelque
mérite.

L’on serait bien étonné si l’on savait que la colère de M. John A** à
l’époque même où le grand _Washington_ me donnait des témoignages
publics d’estime et de confiance, n’avait pour motif qu’une _rancune
d’auteur_, à cause de mes opinions sur son livre de _la Défense des
Constitutions des États-Unis_. Comme homme de lettres, et comme
étranger, souvent questionné dans un pays de toute liberté, j’avais été
dans le cas de manifester mes opinions, quand leur auteur n’était pas
encore au premier poste de l’État. Malheureusement j’avais adhéré au
jugement de l’un des meilleurs _reviseurs_ anglais, qui traitant ce
livre de compilation sans méthode, sans exactitude de faits et d’idées,
ajoute qu’il la croirait même _sans but_, s’il n’en _soupçonnait un
secret, et relatif au pays apologisé, que le temps seul pourra
dévoiler_. Or, en interprétant mon auteur, je prétendais que ce but
était de capter, par une _flatterie nationale_, la faveur populaire et
les suffrages des électeurs; quand le fait eut vérifié la prophétie, le
prophète ne fut pas oublié.

[3] Toutes les fois que l’on fait remarquer aux Américains quelque
imperfection ou quelque faiblesse dans leur état social, dans leurs arts
et leur gouvernement, leur réponse est: «_Nous sommes un jeune peuple_:»
ils sous-entendent _laissez-nous croître_.

[4] Affaire d’Alger, et construction des frégates à 1,700,000 fr. la
pièce.

[5] Traité _Jay_ comparé à celui de Paris.

[6] Affaire de M. Lyons en plein congrès.

[7] Scandaleux désordres du collège de Princetown, et nullité des
autres.

[8] Depuis l’avénement de M. Jefferson à la présidence, les fédéralistes
n’ont cessé de l’assaillir d’invectives dans les papiers publics; et
telle est la solidité des principes sur lesquels il opère, qu’il a tout
laissé dire sans que son caractère en fût ébranlé dans l’opinion
publique: peut-être même s’y est-il affermi.

[9] Voyez la notice des prix de Princetown, en 1797 et 1798.

[10] On a suivi en effet cette méthode dans la première édition. Mais,
soit que l’auteur n’ait pu se charger de revoir les épreuves, soit que
l’exécution ait présenté des difficultés auxquelles on ne s’était pas
attendu, le travail s’est trouvé très-défectueux. Ce système
d’imitation, suivi pour quelques mots, ne l’était pas pour quelques
autres; de sorte que, loin de se trouver diminuée, la confusion s’est
augmentée. Il fallait, ou mettre plus d’unité dans l’exécution ou
rétablir l’orthographe anglaise. Nous avons cru devoir prendre ce
dernier parti. L’étendue d’une note ne nous permet pas d’exposer les
raisons qui nous y ont décidé, nous les exposerons dans le second tirage
de la notice sur les écrits de Volney.

           (_Note des éditeurs_).


[11] Le _Mississipi_, mot altéré de _Metchin-sipi_, qui signifie _grande
rivière_ dans la langue des _Miâmis_, tribu de sauvages qui habite aux
sources des rivières _Miâmi_ et _Wabash_. Il est remarquable que les
premières notions que l’on eut en Canada sur le _Mississipi_, vinrent de
ce côté, et de la part de ces sauvages, qui tous les ans font une
excursion guerrière d’ancienne haine contre les _Chactâs_ et les
_Chikasaws_, situés vers le bas du _grand fleuve_.

[12] Recensement publié à Philadelphie le 21 septembre 1801 (_General
Advertiser_).

[13] J’ai vu dans les mains de M. Jefferson une lettre à lui écrite par
Hutchins, en date du 11 février 1784, dans laquelle il reconnaît avoir
commis de très-fortes erreurs dans le calcul du _North-west territory_.

[14] J’appellerai toujours l’état de New-York _le New-York_, et
n’appliquerai point l’article à la ville de ce nom.

[15] J’emploierai ce mot pour répondre au mot anglais _cleared_,
_éclairci_, c’est-à-dire, _nettoyé de tous bois_.

[16] Petit moucheron noir, pire que les _cousins_.

[17] Altération du mot français _Vert-Mont_, que les habitants ont
adopté par penchant pour les Français de Canada, et qui est la
traduction de l’appellation anglaise, _Green-Mountain_.

[18] _Maine_ n’est encore qu’un district de Massachusets; mais il ne
peut tarder d’être constitué en état.

[19] Les sillons du Kentucky.

[20] _White-oak_, _Great-iron_, _Bald-mountain_, _Blue-mountain_.

[21] _Apalachi-cola_, mot double dans lequel _cola_ signifie _rivière_
chez les sauvages _Creeks_.

[22] Frontière des États-Unis vers les possessions anglaises du Canada.

[23] Rivière considérable de la Virginie occidentale qui verse dans
l’Ohio.

[24] Bartram.

[25] C’est néanmoins sur ces sommets que les sauvages, imités en cela
par les Américains, avaient établi leurs sentiers ou routes: l’exemple
le plus pittoresque que j’en aie trouvé, est la route tracée sur la
_crête du Gauley_ (Gauley-ridge) dans les montagnes du Kanhawa; cette
crête n’a pas 15 pieds de large en plusieurs endroits de sa longueur,
qui est de plus d’un quart de lieue; et l’on a à droite et à gauche une
pente rapide de plus de 6 à 700 pas de profondeur.

[26] Il faut aussi remarquer que jadis les lits encombrés d’arbres
renversés, et de roseaux, gardaient mieux les eaux, et qu’aujourd’hui
nettoyés, ils les laissent écouler trop vite.

[27] Il faut 60,000 ames.

[28] Ces _Nihiçaoué_ forment 10 à 12 tribus établies entre le lac du
Cèdre et le Missouri, d’où ils paraissent venir originairement.

[29] Voyez les notes de M. Jefferson, page 49, édition de Paris, 1785.
Je préviens le lecteur, que j’ai évalué le pied anglais à raison de 304
millimètres, et que j’ai négligé les petites fractions.

[30] Neveu du docteur Franklin, auteur de plusieurs mémoires de
physique, insérés dans l’_American Musæum_, et dans les _Transactions de
la société philosophique de Philadelphie_.

[31] Transactions of the society of New-York, part. 2, page 128.

[32] Voyez History of Vermont by Samuel Williams, pag. 23, 1 vol. in-8º,
imprimé à Walpole, New-Hampshire, 1794. L’auteur observe qu’à ces
latitudes la région de la congélation constante est 2452 mètres (8066
pieds anglais): M. _Samuel Williams_, qu’il faut distinguer de M.
_Jonathan Williams_, a été professeur de mathématiques à Cambridge près
Boston, et est un ecclésiastique retiré dans le pays de Vermont.

[33] History of New-Hampshire by Belknap, page 49, tome III. Voyez aussi
_Samuel Williams_, page 23.

[34] Ce n’est pas sans avoir examiné cette question avec soin, que je
m’écarte de la projection de M. Arrow-Smith, qui, négligeant totalement
le sillon d’Holy-hill et de Flying-hill, détourne au-dessous de
Harrisbourg le chaînon de Blue-ridge dans Kittatiny: ce géographe peut
avoir eu des notes de voyageurs qui, influencés par l’opinion vulgaire
des colons de Pensylvanie, et par le nom de Blue-ridge qu’ils donnent en
quelques cantons au Kittatiny, ont adopté ce système. Mais outre que
l’autorité d’Évans, de Fry et de M. Jefferson, m’a paru d’un poids
supérieur, j’ai moi-même vu, en traversant la Susquehannah sur la route
d’York à Lancastre, un chaînon situé un mille au-dessus du bac de
Colombia, lequel prolonge évidemment Blue-ridge, que l’on voit
long-temps à l’ouest de cette route plus ou moins distant. Ce chaînon,
égal en hauteur sur les deux rives, ne laisse à la rivière qu’un étroit
passage, sur un rapide; et tout atteste qu’il a été forcé comme le
Potômac sous Harper’s-ferry.--Il continue sa route nord-nord-est.--Le
lit de la rivière est calcaire au bac de Colombia.

[35] White-oak, Great-iron, Bald, Blue-mountain.

[36] Pâture du veau et de la vache.

[37] Nom du colon primitif ou principal sur la route: presque tous les
noms de lieu aux États-Unis ont pareille origine.

[38] On peut voir ces échantillons chez M. la Métherie, rédacteur du
Journal de physique.

[39] Les Anglais le désignent sous le nom de _Gulph-stream_.

[40] Voyages d’Alexandre Mackenzie dans l’intérieur de l’Amérique du
nord, traduits par Gastera, 3 vol. in-8º.

[41] Il paraît que le lit de la Mohawk sépare la contrée granitique de
la contrée des grès.

[42] Habitation de M. Jefferson en Virginie, sur le chaînon appelé
_South-west-mountain_, que l’on devrait plutôt appeler le _Sillon
rouge_, à cause de sa terre argileuse de cette couleur, absolument
semblable au sol d’Alep en Syrie.

[43] Voyez Medical repository, tome 1er, nº 3, imprimé à New-York,
1797.

[44] Voyage de Liancourt, tome 1er, page 10.

[45] Le sol de toute la Haute-Susquehannah est mêlé de schistes, de
pierres, de geiss, de schorl, de feld-spath, coupé d’une foule de
sillons peu élevés, qui montent par gradins jusqu’à l’Alleghany; là
domine le grès. Il y a aussi des veines basaltiques, produits et témoins
d’anciens volcans. Partout les arbres sont rabougris et de faible
végétation. (_Note de M. Guillemard._)

[46] Voyez notes de M. Jefferson, sur la Virginie, page 63.

[47] White river.

[48] A l’habitation de M. Thompson.

[49] A l’habitation de M. _Inès_, juge.

[50] De retour à Paris, j’ai soumis ces coquillages à l’examen de l’un
de nos plus habiles naturalistes dans cette branche de science (M.
Lamark), et je ne puis mieux satisfaire la curiosité de mes lecteurs,
qu’en leur communiquant le jugement qu’il en a porté.

«Monsieur, j’ai examiné, avec le plus grand soin, les trois morceaux de
fossiles que vous m’avez confiés, et que vous avez recueillis dans
l’Amérique septentrionale.

«J’ai vu très-clairement, dans chacun d’eux, des _térébratules_
fossiles{*} entassées et sans ordre. Ces térébratules sont presque
toutes de la division de celles qui sont cannelées longitudinalement
en-dessus et en dessous, comme la térébratule que Linnée a désignée sous
le nom _d’Anomiadorsata_.

{*} Nouveau genre établi dans mon _Système des animaux sans vertèbres_,
page 138, avec un démembrement du genre _anomia_ de Linnée.

«On ne voit, de la part de ces coquilles fossiles, que le moule
intérieur, c’est-à-dire que la matière pierreuse, dont leur intérieur
s’est rempli pendant le long séjour de ces coquilles dans le sein de la
terre. Cependant, sur plusieurs d’entre elles, on retrouve encore des
portions minces et blanchâtres de la coquille même.

«--Dans le morceau qui vient de Cincinnati, on voit distinctement trois
sortes de coquilles fossiles: savoir, une espèce de térébratule à
grosses cannelures, et qui approche de celle figurée dans la nouvelle
Encyclopédie, pl. 241, fol. 3; une autre espèce de térébratule non
cannelée, mais pointillée, nacrée et à oreillettes; enfin, une coquille
bivalve à épines rares, dont je ne puis reconnaître le genre, n’en
pouvant examiner la charnière.

«--Dans le morceau pris dans le _Kentucky_, à cents pieds au-dessus du
lit des eaux, je remarque des individus de différents âges, d’une espèce
de térébratule cannelée, qui paraît se rapprocher de celle figurée dans
la nouvelle Encyclopédie, pl. 242, fol. 1, ayant ses cannelures plus
fines et plus nombreuses que dans la térébratule cannelée du morceau
précédent, et sa valve supérieure ou la plus petite, aplatie. Ce même
morceau contient un fragment de belemnite.

«--Enfin, dans le troisième morceau, pris sur les hauteurs ouest
d’Onondago, je vois de nombreux débris de deux térébratules cannelées,
différentes encore de celles des deux morceaux précédents; l’une
d’elles, un peu trigone, offre une gouttière sur le dos de la grande
valve, et s’approche beaucoup de celle qui est représentée dans la pl.
244, fol. 7, de la nouvelle Encyclopédie. L’autre térébratule du même
morceau est grande, aplatie presque comme un peigne; mais elle présente
des fragments trop incomplets, pour qu’il soit possible de la
caractériser, et d’en déterminer les rapports avec d’autres espèces.

«_Nota._ D’après la considération de ces trois morceaux, il me paraît
évident que les régions de l’Amérique septentrionale, où ces morceaux
ont été recueillis, ont fait autrefois partie du fond des mers{*}, ou du
moins qu’elles montrent actuellement à découvert la portion de leur sol
qui a fait partie du fond des mers et non de ses rives; car les fossiles
qu’on y trouve maintenant sont des coquillages pélagiens (voyez mon
_Hydrogéologie_, pages 64, 70 et 71), qui, comme les gryphytes, les
ammonites (les cornes d’Ammon), les orthocératistes, les bélemnites, les
encrinites (les palmiers marins), etc., vivent constamment dans les
grandes profondeurs des mers, et jamais sur les rivages. Aussi la
plupart de ces coquillages et de ces polypiers ne sont-ils connus que
dans l’état fossile.

{*} A l’appui de cette opinion, viennent encore les nombreuses salines,
dont est rempli tout le pays d’ouest. On les y désigne sous le nom de
_licks_, que l’on voit à chaque instant sur les cartes du Kentucky. La
source la plus riche est près du lac Oneïda; elle contient un
dix-huitième de sel de son poids. Les mers du Nord n’en contiennent que
1/32, et celles des tropiques 1/12 environ; il est remarquable que ces
sources salées sont rares sur la côte Atlantique. (_Note de l’Auteur_).

«Vos observations, monsieur, déterminent la nature des fossiles que
l’intérieur d’Amérique septentrionale laisse maintenant à découvert, et
il y a apparence que parmi ces fossiles l’on y chercherait vainement des
_coquilles littorales_.

              «LAMARCK.»


[51] Voyage de Liancourt, tome II.

[52] Le voyageur suédois Peter Kalm l’appelle _glimmer_.

[53] On remarque que cet _isinglass_ contient plus de parties de mica
dans les pays du sud, et plus de schorl dans les pays du nord de cette
côte.

[54] Voyage de Liancourt, tome IV, page 189.

[55] Faute d’instruments et de temps, mon moyen de mesurage fut de
choisir, vers le pied du sillon, plusieurs arbres d’une hauteur à peu
près connue de 25 mètres, et d’en répéter, d’échelon en échelon, la
mesure comparative, ayant égard à la réduction de perspective.

[56] La témérité des navigateurs américains rend ces accidents fréquents
dans leurs fleuves comme sur l’Océan.

[57] Cette banquette et les talus sur tout le cours de l’Ohio, sont
couverts de l’odieuse plante _stramonium_, que l’on m’a dit y avoir été
importée de Virginie, mêlée par accident à d’autres graines; elle s’est
tellement multipliée, que l’on ne peut se promener sur les banquettes
sans être infecté de son odeur narcotique et nauséabonde.

[58] Elle est composée d’environ 400 maisons de bois, en planches et en
troncs, que l’on a commencée d’y construire à l’époque de la guerre des
Sauvages, vers 1791: ce n’était qu’un camp de réserve et parc
d’artillerie.

[59] Ruisseau d’argent.

[60] Un colon du Tennessee m’a fait observer que toutes les rivières de
ce pays, qui versent immédiatement dans le Mississipi, ont également des
banquettes; ce qu’on attribue, a-t-il ajouté, à ce que chaque année,
dans le cours du mois de mai, le Mississipi a une crue d’environ 25
pieds anglais, laquelle force tous ses affluens de déborder et de se
faire un plus large lit. Mais cette crue fait pour ces rivières office
de digue temporaire, et confirme, en ce point, la théorie que j’ai
présentée pour d’autres cas. Au reste, je ferai observer à mon tour, que
sur sa rive gauche, du côté d’est, le Mississipi est constamment
restreint par une chaîne de hauteurs qui lui laissent rarement quatre ou
cinq milles de terrain plat pour se déployer, tandis que sur la rive
droite, du côté d’ouest, lorsqu’il a franchi sa berge, il perd ses eaux
sur un sol plat de plus de 20 lieues de largeur.

[61] Hutchins suppose près de 700 milles; mais il faut remarquer que ce
géographe n’eut aucun moyen exact et géométrique de mesurer l’Ohio: il
le descendit en bateau, dans un temps de guerre avec les sauvages,
calculant sa marche par le courant, sans faire de relevé à terre, dans
la crainte de surprises toujours menaçantes: depuis quelques années, la
navigation plus libre du fleuve a établi des calculs plus justes, et
prouvé que ceux de Hutchins pèchent tous par excès; ainsi, du petit
Miami aux rapides, l’on compte 145 milles, au lieu de 184 qu’il portait.
Du grand Kanhawa au petit Miami, 207, au lieu de 231; en général, on le
réduit d’un septième.

[62] Il y a trois _Miamis_, le _petit_, au-dessus de Cincinnati; le
second ou _grand_ Miami, au-dessous de ce même poste, tous deux versant
dans l’Ohio, et le troisième versant dans le lac Érié.

[63] _Portage_ est l’espace de terre qui se trouve entre deux eaux
navigables, parce que l’on est obligé de _porter_ le canot pour passer
de l’une à l’autre; c’est ce que les anglais appellent _carrying place_.

[64] Voyage dans les États-Unis d’Amérique, par
Larochefoucauld-Liancourt, tome II.

Voyage dans le Haut-Canada, par Isaac Weld, tome II.

Ces deux livres peuvent passer pour une bibliothèque portative des
États-Unis.

[65] A un mille et demi de _New-Geneva_, venant de Canandarké, je me
trouvai au bord d’un amphithéâtre d’une pente plus douce et plus longue
que celle dont je parlerai bientôt; mais d’une vue encore plus
magnifique, car l’on y découvre, sans obstacle et d’un seul coup d’œil,
un immense bassin parfaitement plane, composé, au nord-est, du lac
Ontario, et à l’est, d’une véritable mer de forêts, parsemée de quelques
fermes et villages, et des nappes d’eaux des lacs iroquois.

[66] Déja des colons ont profité de cette pente pour construire des
moulins à scie et à farine.

[67] Voyez le voyage de M. Weld, tome II, p. 298, traduit par M.
Castera.

[68] La traduction française, dit, _un peu sur la droite_: oui, quant au
fleuve; mais quant au spectateur, c’est incontestablement _sur la
gauche_.

[69] Cette chaleur a réellement lieu dans le dégagement de l’eau des
grandes meules de moulins, comme je l’ai éprouvé à Richmond, et elle est
assez forte; mais c’est au rejaillissement des eaux, et non à elle, que
l’on peut attribuer les cavernes.

[70] Voyez page 304. Je ne pense point d’ailleurs que M. Weld veuille
dire, avec quelques voyageurs, qu’il y ait un _vide_ capable de donner
passage. En considérant la petite cascade, nous avons remarqué que les
nappes supérieures pressent sur les inférieures, et les forcent de
s’écouler le long de la paroi du rocher; le raisonnement lui seul
indique ce mécanisme, et le passage est totalement impraticable.

[71] Il serait à désirer que le gouvernement des États-Unis, présidé en
ce moment par un ami des sciences et des arts, fit dresser le procès
verbal le plus précis de l’état de la cataracte. Cet acte deviendrait un
monument précieux, auquel, d’âge en âge, on pourrait comparer ses
progrès, et apprécier avec certitude les changements qui surviendraient.

[72] Il reste à savoir si les cavernes se trouvent dans cette nature de
pierre; l’examen attentif des parois du ravin donnera, à cet égard, des
lumières que je n’ai pas eu le temps d’acquérir.

[73] Voyez troisième volume, p. 159, des Mémoires de M. Pouchot, publiés
à Yverdun, 1781. Il appelle cette rivière _Casconchiagon_, ce qui est
son nom canadien.

[74] Voyez American Musæum, tome VIII, p. 215: un anonyme, qui paraît
avoir eu des notes précises sur Niagara, évalue ainsi toutes les pentes:

                                             mètres.  pied. ang.

  1º la pente des rapides à                  17½     58

  2º la hauteur de la chute à                47½    157

  3º et la pente du ravin jusqu’au _Platon_,
  pendant sept milles, à                     20⅓     67
                                             ------    ---
                         Total               85⅓    282


[75] Voyez la description détaillée de ces deux chutes dans le Voyage de
M. Weld, tome II, p. 86.

[76] Page 60, de l’édition française.

[77] Voyez American Musæum, tomes III et V.

[78] Le mot grec _klima_ ne signifie que _degré_, _échelon_.

[79] Voyez Transactions of the philosophical society of Philadelphia,
tome Ier, in-4º.

[80] Voyez Ephemerides Meteorologicæ Palatinæ, _Manheim_.

[81] Voyage de Liancourt, tome II, p. 207.

[82] Le _froid moyen_ de Pétersbourg, depuis 1772 jusqu’en 1792, selon
l’académie des sciences de cette capitale, a été de 24° ½; mais cela ne
nous dit pas quel a été le _maximum_; les gelées ont commencé le 27
septembre, et fini le 25 avril (comme à Québec).

[83] Cette circonstance empêche d’y élever l’oranger en pleine terre;
mais elle n’empêchera pas d’y cultiver l’olivier, dont M. Jefferson a
fait le présent précieux à ce pays; surtout si c’était l’olivier corse;
car j’ai vu en 1792, dans les montagnes de cette île, à _Corté_, qui est
élevé de cinq cents toises au-dessus de la mer, j’ai vu, dis-je, les
oliviers prospérer, malgré trois et quatre degrés sous zéro. Les Corses
même prétendent que huit jours de neige au pied, détruisent les insectes
et assurent la récolte.

[84] Voyez American Musæum.

[85] History of Vermont, page 42.

[86] Voyez notes sur la Virginie, page 63.

[87] Humboldt a trouve le même degré dans l’Amérique méridionale.

[88] Voyez les trois Mémoires d’observations de ce savant médecin, sur
le climat de Pensylvanie, dans les tomes VI et VII de l’American Musæum.

[89] Je traduis en degrés de Réaumur les degrés de Fahrenheit, usités en
Amérique comme en Angleterre.

[90] Voyage de Liancourt, tome IV.

[91] American Musæum, tome VIII.

[92] Fondée par suite des opérations de la compagnie de _Scioto_ qui, en
1789, fit tant de bruit à Paris pour vendre des terres qu’elle n’avait
pas, mais dont elle se faisait bien payer. J’aurai l’occasion d’en
reparler.

[93] Noix très-oblongues, d’une coquille fine et fragile, et en tout
infiniment supérieures aux noix ligneuses (hickorys) de la côte
atlantique.

[94] M. le docteur Barton m’a dit qu’il préparait sur ce sujet un
mémoire qui ne pourra manquer d’être très-intéressant.

[95] Voyez Medical Repository of New-York, tome Ier, page 530, où se
trouve un tableau météorologique dressé par le major Swan.

[96] An account of six years residence in Hudson’s bay, 1 vol. in-8º,
London, 1752.

[97] _Present state of Hudson’s bay_, 1 vol. in-8º, London, 1790. Les
mêmes faits se répètent dans le continent asiatique, et confirment
l’analogie de climat et de sol que j’ai indiquée. Les savants russes,
Gmelin, Pallas, Georgi, attestent que passé le 65°, et même dès le 60°
de latitude, en Sibérie, l’on trouve des marais éternellement gelés au
fond, dont la glace conserve, depuis une antiquité inconnue, des
ossements, et même des peaux d’éléphants, de rhinocéros, de mammouts.
(Voyez le Nord littéraire, nº Ier, page 380.)

Le célèbre voyageur américain _Ledyard_ atteste également qu’à
_Yakoutsk_, par moins de 62° de latitude, l’on n’a pu établir de puits,
attendu que les fouilles faites jusqu’à 60 pieds de profondeur ont
appris que la terre était gelée de plus en plus ferme. (Voyez American
Musæum, tome VIII, lettre de _Ledyard_, août 1790.) Le capitaine Phips
dit également que le 20 juin 1778, par 66° 54´, l’eau de la mer, puisée
à 780 brasses de profondeur, marqua 2° ⅔ sous glace (R). Parmi nous, M.
Patrin, naturaliste instruit, qui a voyagé plusieurs années en Sibérie,
rapporte que même, par les 54°, étant descendu, en juin 1785, dans un
puits récent de la mine d’_Ildikan_ en _Daourie_, il remarqua, à la
hauteur de 40 pieds, des gerçures remplies de glaçons (et cependant
c’était une mine métallique); _ce qui prouve_, ajoute-t-il, _que le feu
central n’a pas beaucoup d’activité en Daourie_ (Journal de physique,
mars, 1791, page 236). Mais, comme désormais la saine physique, aidée de
tous ces faits et des expériences ingénieuses de M. de Saussure, a
relégué au rang des vieux contes mythologiques cette vieille rêverie
d’un foyer central, et même la théorie hasardée sans preuves
suffisantes, d’une température moyenne de 10°, l’on a droit d’en
conclure contre les hypothèses de _Buffon_ et de divers autres
physiciens, que le globe est une masse cristallisée essentiellement
froide, dont la superficie seule est échauffée par les rayons du soleil,
en raison de la force et de la continuité de leur action. De là vient
que sous la zone torride l’on trouve, pour terme moyen, le sol impregné
d’environ 14° de Réaumur, à une profondeur qui probablement ne pénètre
pas plus de trois ou quatre mille toises: à mesure que l’on s’éloigne de
ce grand et principal foyer, vers le nord, la chaleur diminue par
proportion inverse des latitudes 11° en Virginie, 9° à Philadelphie, 7°
en Massachusets, 5° en Vermont, 4° en Canada, et finalement zéro et
moins de zéro sous le pôle: en sorte que si jamais le soleil abandonnait
notre pauvre planète, elle finirait par n’être qu’un amas de glaçons, et
par n’avoir, pour derniers habitants, que des ours blancs et des
Esquimaux.

[98] Depuis octobre 1795, jusqu’en juin 1798.

[99] Voyez notes sur la Virginie, page 7.

[100] Les tables du docteur Ramsay à Charlestown confirment pleinement
cette assertion; car sur quatre années, depuis 1791 jusqu’en 1794, elles
n’offrent que huit jours _où le nord ait soufflé_: il ne souffla pas un
seul jour en 1792, et la même rareté a lieu à Québec.

[101] Le lecteur peut avoir déja vu, ou peut consulter une esquisse de
cette théorie, dans le chapitre XX de mon Voyage en Syrie (publié en
1787). Novice alors dans cette branche de science, j’ignorais que de
grands maîtres, tels que Halley et d’Alembert, s’en fussent occupés. A
mon retour d’Amérique, lorsque j’ai voulu reprendre le cours de mes
idées et leur donner un développement conforme aux nouveaux faits que
j’avais rassemblés, j’ai dû me mettre au niveau des connaissances
acquises, et j’ai trouvé qu’un mémoire intitulé: _Théorie des Vents, par
le chevalier la Coudraye_, avait rempli la tâche que je me proposais. Ce
mémoire, couronné dès 1785 par l’académie de Dijon, est un traité
complet sur cette matière, et je ne puis mieux faire que d’en conseiller
la lecture à ceux qui veulent se former un tableau sommaire du jeu des
courants de l’air: ce n’est pas qu’il ne reste encore beaucoup à dire
sur le système général des vents par tout le globe, et qu’il n’y ait
beaucoup d’expériences et de calculs à établir sur le foyer, le lit, la
vitesse de chaque courant d’air: sur les directions diverses et souvent
contraires qu’ils suivent dans l’océan aérien; sur l’épaisseur de leurs
couches; sur la formation, la composition, la dissolution des nuages;
sur les causes et les effets des dilatations et des condensations plus
ou moins subites qui accompagnent les orages, etc. Mais, parce qu’un tel
travail veut la réunion des connaissances combinées d’un navigateur,
d’un physicien et d’un chimiste, et qu’elle exigerait des recherches
longues et même dispendieuses, dirigées sur un plan méthodique, ma tâche
se trouve naturellement réduite à fournir mon contingent de matériaux
pour cette opération; et c’est ce que je vais faire, en jetant dans les
chapitres suivants les faits qui m’ont paru les plus importants et les
plus certains.

[102] Voyez à l’appendice une lettre sur le système des vents de ces
deux contrées.

[103] _Boeotium crasso jurares aere natum_, a dit un poëte philosophe.

[104] Les Italiens disent d’un plat ouvrage, _c’est une composition de
scirocco_.

[105] Je tiens ces notes de M. Power, américain naturalisé sujet
d’Espagne, à la _Nouvelle-Madrid_, qui a observé le pays en homme
éclairé.

[106] Voyez la carte générale.

[107] Voyez Annuaire de la république, an 6, p. 59.

[108] Insérée dans le supplément de la gazette de Mexico, 29 octobre
1795.

[109] L’amiral Anson observe également que par les 30 et 32°, le
dominant est l’_ouest_, doux et agréable; mais que vers les 40 et 45°,
il devient plus vif et plus constant.

[110] Dissertation déja citée.

[111] Histoire naturelle et civile des Florides, 1 vol. in-12, imprimé à
New-York, déja très-rare à trouver.

[112] J’ai long-temps refusé de croire à l’existence de ces grêlons
pesans des onces et des livres, dont parlent trop souvent les gazettes
et les voyageurs; mais l’orage du 13 juillet 1788 m’a convaincu par mes
propres sens. J’étais au château de Pontchartrain, à quatre lieues de
Versailles. A six heures du matin, étant allé visiter un parc de
moutons, je trouvai les rayons du soleil d’une chaleur insupportable;
l’air était calme et étouffant, c’est-à-dire, très-raréfié: le ciel
était sans nuage, et cependant je distinguai quatre à cinq coups de
tonnerre: vers sept heures et un quart parut un nuage au sud-ouest, puis
un vent très-vif. En quelques minutes le nuage remplit l’horizon, et
accourut vers notre zénith avec un redoublement de vent alors frais, et
tout à coup commença une grêle, non pas verticale, mais lancée
obliquement comme par 45°, d’une telle grosseur, que l’on eût dit des
plâtres jetés d’un toit que l’on démolit. Je n’en pouvais croire mes
yeux; nombre de grains étaient plus gros que le poing d’un homme, et je
voyais qu’encore plusieurs d’entre eux n’étaient que les éclats de
morceaux plus gros; lorsque je pus avancer la main en sûreté hors de la
porte de la maison, où fort à temps je m’étais réfugié, j’en pris un, et
les balances qui servaient à peser les denrées, m’indiquèrent le poids
de plus de cinq onces: sa forme était très-irrégulière; trois cornes
principales, grosses comme le pouce et presque aussi longues,
proéminaient du noyau qui les rassemblait. Des témoins dignes de foi
m’assurèrent qu’à Saint-Germain l’on avait pesé un grêlon de plus de
trois livres, et je ne sais plus quel poids l’on peut refuser de croire.

[113] Voyez le Voyage en Syrie, tome Ier, page 179, troisième
édition; en rapportant l’opinion des anciens à cet égard, j’ai insisté
sur sa probabilité, motivée par la pente générale du sol et du cours du
fleuve, et par l’action que les vents exercent sur les surfaces
aqueuses. Le fait a constaté mon aperçu.

[114] _Les marins disent_: Quand on est hors des écueils en mer, fond de
quinze brasses, et que du haut du mât d’un sloup, l’on voit juste le cap
Hatteras, l’on va entrer dans le Gulph-stream, et de suite l’on perd les
sondes.

[115] Le savant voyageur Humboldt, à qui nous devrons tant
d’observations neuves et importantes, a aussi trouvé que sur les
bas-fonds, son thermomètre a baissé de 3° de R..... M. Lalande, qui a
publié ce fait comme une _découverte_, n’a pas sans doute connu ceux
dont je parle.

[116] Voyez _Transactions philadelphiques_, tome X, page 396, tome XIX,
page 298.

[117] Au moment où cette feuille s’imprime, je reçois des États-Unis le
cinquième volume des _Transactions de la société de Philadelphie_, et
j’y trouve, page 90, un Mémoire de M. _Strickland_ qui, par une série
d’observations faites en 1794, allant et revenant d’Europe, confirme
tout ce que j’ai exposé sur les indications du thermomètre. L’auteur
ajoute qu’il a reconnu une branche du Gulf-stream dans la direction de
l’île _Jaquet_, et il insiste sur la probabilité du transport des
fossiles tropicaux de la côte d’Irlande, par les eaux de ce même
_courant_: ses observations me confirment dans l’opinion que le banc de
_Terre-Neuve_ est la barre de l’embouchure de ce grand fleuve marin qui,
avant de l’avoir créée, marchait droit au nord-est sur l’Irlande, et qui
ne s’est dévié vers l’est que par suite de l’obstacle de cette barre
grossie et accumulée de siècle en siècle. Il faudrait comparer ses
graviers à ceux de la côte atlantique.

[118] C’est l’expression canadienne pour désigner tout le pays.

[119] Selon le capitaine Meares, c’est le vent de nord qui est le
dominant de ces parages.... Pour donner une idée du refroidissement que
les surfaces glacées occasionent dans l’air, il me suffira de citer une
observation de Charlevoix. Ce missionnaire rapporte que, traversant le
banc de Terre-Neuve, par un temps d’ailleurs doux, son vaisseau fut tout
à coup assailli d’une brise si glaciale, que tous les passagers furent
contraints de se réfugier dans l’entre-pont; bientôt l’on aperçut une de
ces îles de glaces qui, à chaque printemps, viennent du nord flotter
dans l’Atlantique, et tant que l’on resta sous le vent de cette île,
longue d’un quart de lieue, l’air resta insupportable. Cette expérience
se renouvelle presque chaque année pour les navigateurs de Terre-Neuve.

[120] History of Vermont, page 48.

[121] Ces versements d’air froid de la région, soit moyenne, soit
supérieure, sont attestés par Belknap, qui cite, dans le New-Hampshire,
un lieu où le vent semble toujours tomber d’en haut _comme l’eau d’un
moulin_: moi-même je pourrais en citer en France un exemple remarquable
sur le chaînon du Forez qui sépare le bassin du Rhône de celui de la
Loire: en plusieurs endroits, mais surtout au local du château de la
Farge, entre Belleville et Roanne, six à sept lieues au-dessus de
Tarare, l’on éprouve habituellement, que tandis que l’on monte ou
descend du côté du Rhône la pente rapide de ce chaînon, l’on ne sent
aucun vent; mais à peine a-t-on atteint la crête du sillon, et surtout à
peine commence-t-on de descendre le revers du côté de la Loire, que l’on
sent un vent d’une vivacité extrême, versant de l’est à l’ouest,
c’est-à-dire du bassin de Rhône, dans celui de la Loire; et si de suite
l’on revient sur ses pas, et que l’on redescende la pente d’est vers le
Rhône, l’on ne trouve plus de vent: la raison en est, que le bassin de
Rhône est un grand lac d’air frais et dense, qui communique avec
l’atmosphère des Alpes, tandis que le bassin de la Loire est un lac
d’air plus léger et plus chaud, qui vient de l’Océan par les vents
régnans d’ouest: le chaînon de _Forez_ est une digue qui les sépare, et
qui les tient l’un et l’autre calmes jusqu’à sa hauteur; mais par-dessus
cette digue, le trop-plein du bassin de Rhône se verse comme de l’eau,
et se montre d’autant plus froid et plus rapide, qu’il est l’écoulement
de la région moyenne d’air qui vient des Alpes et tombe en glissant sur
le lac.

[122] Nom que se donnent les sauvages.

[123] De même aux sources de la Wabash et des deux grands Miâmis, il
pleut par tous les vents; à Gallipolis, sur l’Ohio, il pleut surtout par
ouest sud-ouest, tandis que plus bas, à Cincinnati, l’ouest est sec, et
il pleut par nord-ouest.

[124] En Massachusets la brise commence dès huit et demi ou neuf heures
du matin au mois de juin, tandis qu’en Caroline elle ne commence qu’à
dix et onze; comparez les distances respectives des sillons à la côte,
et vous en voyez de suite la raison.

[125] Le chaînon qui sépare Saint-Ildephonse de l’Escurial, sépare
tellement l’atmosphère de ces deux lieux, que quoique rapprochés à six
ou sept lieues, ce sont deux climats différents.

[126] Par exemple, Udine où il tombe 62 pouces, et Garfagnana, 92
pouces: aux Antilles, il tombe plus de 100 pouces par an.

[127] Selon Chalmers, cité par Ramsay, _ibid._

[128] Jefferson, page 6.

[129] S. Williams, History of Vermont, page 51.

[130] _Idem._

[131] _Idem._

[132] Docteur Rush, observations sur la Pensylvanie, American Musæum,
tome VII.

[133] Mais en récompense j’ai vu un journal météorologique manuscrit, où
le nombre des jours pluvieux à Brest est de 349 jours par an, tandis
qu’à Marseille le nombre des jours clairs est de 352.

[134] C’est un étrange livre que les Recherches de M. Paw sur les
Américains. A mon retour d’Amérique, j’ai voulu le lire pour profiter de
tant de lumières dont on lui fait honneur; mais lorsque j’ai vu avec
quelle confiance il adopte des faits faux; avec quelle hardiesse il en
tire des conséquences chimériques, établit et soutient des paradoxes
divergents, et avec quelle acrimonie il attaque d’autres écrivains,
j’avoue que le livre m’est tombé des mains. Je ne conçois pas comment du
fond d’un cabinet on ose écrire avec assertion sur des faits qu’on n’a
pas vus, sur des témoignages insuffisants ou contradictoires; pour moi,
plus j’ai vu le monde et multiplié mes observations, plus je suis
convaincu _que rien n’est plus délicat et plus rare que de saisir les
objets, surtout compliqués, sous leurs véritables faces et sous leurs
vrais rapports: qu’il est presque impossible de parler raisonnablement
du système général d’un pays ou d’une nation sans y avoir vécu: qu’il en
est de même, et encore pis, pour les temps passés; et que le plus grand
obstacle aux progrès des lumières est l’esprit de certitude, qui
jusqu’ici a fait la base de l’éducation chez presque tous les peuples_.

[135] Transactions of the American philosoph. society.

[136]

  On a observé que l’eau mise une fois par        Pouc.  Lig.
  mois dans les vases, évaporait                    4     10

  Et que mise une fois par semaine elle évaporait   6     35

  Sans doute parce que dans le premier cas le vent
  n’atteint pas bien au fond du vase;

  2º Sur une rivière, un vase a évaporé             1    15

  En local sec il a perdu                           1    50

3º Quatre plantes pesant 118 grains, mises en caisse de pur sable et
bien arrosées, ont évaporé 10,944 grains, qui sont plus que n’eût donné
une surface de dix pouces carrés dans le même espace de temps.

[137] Ils remarquent en même temps que les habitants, et surtout les
femmes, y sont d’une extrême irritabilité.

[138] Dans plusieurs pays chauds, entre autres dans l’île de _Cuba_,
lorsqu’il pleut, les paysans qui travaillent en plein air ôtent leurs
vêtements, les tiennent à l’abri et ne les reprennent que quand le corps
est sec; alors ils ne prennent pas la fièvre; si au contraire ils
laissent mouiller et sécher leurs vêtements sur leurs corps, jamais ils
ne manquent d’en être saisis.

[139] Plusieurs physiciens géographes croient que le vent nord-ouest au
Bengale vient des montagnes situées au vrai nord-ouest du pays: mais,
outre qu’elles sont trop éloignées, le jeu des deux côtés des _Gâtes_
est tellement correspondant, que l’on ne peut lui admettre d’autre
source: c’est l’inclinaison de la pente orientale, caractérisée
nord-ouest et sud-est par le cours des fleuves, qui détermine le
reversement du vent; de même que c’est à raison de cette inclinaison,
que le soleil échauffant cette pente avant d’avoir échauffé le revers
des Gâtes, y cause un mouvement premier et antérieur par lequel l’air
des _Gâtes_ est attiré, et à sa suite l’air du Malabar.

[140] Depuis l’équinoxe d’automne jusqu’à celui du printemps, saison
d’été pour l’hémisphère austral.

[141] Ils viennent du quart entre l’ouest et le pôle: la qualité sèche
et froide de ces vents sur la côte du Chili, jointe à leur fréquence,
est un indice de la non-existence d’aucune grande terre vers le pôle
austral, et de la quantité des glaces qui y sont amoncelées.

[142] Molina, Italien, auteur d’une bonne _Histoire géographique,
naturelle et civile du Chili_, traduite en espagnol, par Mendoza.
_Madrid_, 1788, grand in-8º, belle impression.

[143] A Paris j’ai remarqué pendant nombre d’années, que les premières
feuilles des marronniers-d’Inde se montraient entre le 24 mars et le 5
avril, aux Tuileries, et que celles des chênes se déployaient presqu’un
mois plus tard dans les forêts.

[144] En 1798, je goûtai à Philadelphie et à New-Castle, les premières
cerises avant le 6 juin, et je goûtai à Bordeaux les dernières le 6
juillet: je pus constater l’opinion de tous les Français, qui trouvent
aux cerises américaines un acide mordant que les nôtres n’ont pas, et
qui se manifeste habituellement par des coliques. L’on en peut dire
autant des fraises.

[145] Quelques matières, telles que le charbon broyé fin avec de la
limaille et du soufre, de l’huile de chenevis avec du noir de fumée et
autres semblables, sont susceptibles d’inflammation spontanée à certains
degrés d’humidité et de chaleur si de tels mélanges se trouvent dans les
marais, il est réellement possible que l’inflammation ait lieu.

[146] History of Vermont, pag. 64 et suiv.

[147] Voyez plusieurs Mémoires de ce médecin, dans l’American Musæum,
tome VI et VII. Dans ce même tome VII, un Mémoire sur le climat de
New-York, confirme pour ce pays les mêmes résultats.

[148] History of Vermont, pag. 61, 62, 63.

[149] Je pense qu’il y a erreur d’impression ou de traduction: ce
doivent être les brises de l’est et de sud-est.

[150] Si depuis 1795 l’on éprouve en France une nouvelle altération dans
la température des saisons et dans la nature des vents qui la
produisent, j’oserais dire que c’est parce que les immenses abattis et
dégâts de forêts, causés par l’anarchie de la révolution, ont troublé
l’équilibre de l’air et la direction des courants?

[151] Tome III, page 339.

[152] Par exemple, c’est eux qui font que certains cantons sont
constamment affectés de grêles ou de tonnerres, tandis qu’à une
demi-lieue de là, le pays en est habituellement exempt.

[153] Voyez American Museum, tome V.

[154] J’ai éprouvé sur moi-même la justesse de cette théorie à mon
retour d’Égypte. Au Kaire, je prenais sans inconvénient cinq ou six
tasses de café par jour. Lorsque je fus sédentaire à Paris, il me devint
impossible, dès le mois d’octobre, d’en supporter même une tasse à jeun
sans ressentir un mouvement fébrile et nerveux. J’ajoute que pendant les
trois ans que j’ai passés en Syrie et en Égypte, je n’ai eu de toute
maladie que l’_influenza_ de 1783; tandis qu’aux États-Unis, en trois
ans aussi, j’ai eu deux fièvres malignes très-graves, cinq ou six gros
rhumes, et des affections rhumatiques devenues incurables; et cela en me
conformant en chacun de ces pays au régime suivi par les habitants.

[155] Par exemple, la plaine de _Trappes_, près Versailles, quoique
élevée et découverte, est infestée de fièvres par les étangs de
Saint-Cyr.

[156] Un médecin américain, en présence de quatre médecins anglais a
fait à la Martinique, en 1796, des expériences dont il a conclu que
l’air atmosphérique contenait en cette île soixante-sept parties
d’oxygène sur cent. J’ai communiqué cette expérience à M. Fourcroy, qui
pense que quelque erreur s’est introduite dans l’expérience; et que la
vie ne pourrait se soutenir long-temps à cette proportion. Les
expériences de Humboldt, dans l’Amérique méridionale confirment celles
d’Europe.

[157] M. Jean de Vèze, ancien chirurgien distingué et accrédité au
Cap-Français.

[158] Voyez _Recherches et Observations sur la maladie épidémique qui a
désolé Philadelphie_, depuis août jusqu’en décembre 1793, en anglais et
en français, _in_-8º, 145 pag. _Philadelphie_, 1794.

[159] C’est ainsi que toute la ville de Philadelphie a été persuadée que
l’épidémie de 1793 vint de l’île de la Grenade, où elle avait été,
disait-on, apportée de _Boulam_ (côte d’Afrique), par le vaisseau le
_Hankey_. Un médecin anglais, qui se trouvait dans cette île, avait
donné à cette seconde portion de l’histoire un caractère imposant
d’authenticité dans un écrit qu’il publia: et cependant trois ans après,
M. Noah Webster et le docteur E. H. Smith, ont publié à New-York un
journal de toute la navigation du Hankey, dressé par l’un des plus
respectables témoins oculaires, lequel rassemble une si grande masse de
preuves, et porte un cachet si particulier de candeur et de véracité,
que l’on demeure convaincu avec MM. Webster et Smith, que le médecin C.
s’est complètement trompé. De même M. Richard Bayley, dans son excellent
Rapport au gouverneur de New-York, prouve que les inculpations des
vaisseaux l’_Antoinette_ et le _Patty_, étaient des rumeurs de peuple
absolument dénuées de fondement, etc. _Voyez_ New-York repository, tom.
1er, pag. 470 et 127.

[160] Voyez le Rapport des médecins de Philadelphie au gouverneur de
Pensylvanie: celui de M. Richard Bayley au gouverneur de New-York; le
Mémoire du docteur Valentine Seaman de New-York, sur les causes de la
fièvre jaune à New-York.--Les Recherches du docteur Benjamin Rush sur la
même maladie, à Philadelphie, en 1793 et 1794. Lettre de G. Davidson,
sur le retour de la fièvre jaune à la Martinique en 1796. Origine de la
fièvre pestilentielle qui ravagea la Grenade en 1793, 1794, par E. H.
Smith. Thèse sur la fièvre maligne à Boston, par Brown. Récit des
fièvres bilieuses avec dyssenterie à Sheffield, par W. Buel: enfin la
collection très-intéressante de Lettres sur les fièvres de divers lieux,
par Noah Webster de New-York.

[161] L’on en pourra juger par la doctrine de l’un des professeurs les
plus influents de Philadelphie, dans un discours de clôture, dont
quelques auditeurs me firent immédiatement le récit. Après avoir
récapitulé les méthodes enseignées pendant l’hiver de 1797-1798, et
entre autres celle de la saignée à cent onces de sang, en divers cas de
la fièvre jaune: «Messieurs, dit-il à ses élèves, nous allons nous
séparer, et vous allez vous disperser sur la vaste surface des
États-Unis: répandez-y de toutes parts les vérités que vous avez
entendues ici; vous trouverez des contradicteurs, des ennemis!
résistez-leur avec courage, et soyez persuadés qu’avec de la fermeté et
de la constance, vous ferez triompher la _véritable doctrine_.» _Ite et
evangelizate._

Certes, s’il est une _doctrine dangereuse_, surtout en médecine, c’est
celle qui exclut le doute _philosophique_, sans lequel l’esprit demeure
fermé à toute instruction, à tout redressement; et cette doctrine est
surtout pernicieuse pour les jeunes gens, en qui le _désir de savoir et
le besoin de croire_ s’associent au _besoin d’aimer_, et qui
_s’attachent aux opinions_ par suite d’attachement pour les maîtres.
Aussi l’une des plus fécondes sources d’erreur, de fanatisme et de
calamités, a été et est encore ce funeste principe d’éducation
_musulmanique_, adopté dans tous les genres d’éducation.

[162] De 10 à 15 degrés, selon la sensation du malade.

[163] Voyez à ce sujet un très-bon Mémoire de M. Edouard Miller,
New-York repository, tom. 1er, pag. 195.

[164] Graces aux talents de l’ingénieur Latrobe-Bonneval, Philadelphie,
depuis mon départ, jouit d’une pompe à feu qui lui procure les eaux du
Schuylkill; pareille entreprise a été faite à New-York, et il est à
désirer que les habitants des autres ports imitent un si salutaire
exemple.

[165] Je fais cette remarque, parce que la seule bonne méthode que je
connaisse, consiste à traduire d’abord le plus littéralement et le plus
près possible du sens et de la valeur des mots.--Or, comme dans cette
opération il arrive ordinairement que les expressions et les
constructions de la langue étrangère écartent celles qui sont propres à
notre langue naturelle, il faut laisser reposer ce premier jet, et ne le
reprendre que lorsque l’on a presque oublié l’original; alors relisant
ce mauvais français, les formes naturelles du style viennent se
présenter d’elles mêmes, et l’on peut faire un _excellent_ travail. Ce
serait déja beaucoup d’en faire un _bon_, car il est bien peu de
traductions qui méritent cette épithète.

[166] C’est le nom que les Canadiens et les géographes français donnent
à l’Ohio. L’on y pêche entre autres poissons du _Cat-fish_, qui pèse
quatre-vingts et quatre-vingt-dix livres.

[167] Il y a plus de soixante endroits divers du nom de Washington aux
États-Unis. Il y a aussi une douzaine de Charleston; en général la
nomenclature géographique de ce pays est pleine de répétitions de ses
propres noms ou de noms d’Europe, par la raison que chaque colon,
anglais, irlandais ou écossais, donne à son nouveau séjour le nom de son
lieu natal: et l’on peut dire, sous plus d’un rapport, que les
États-Unis sont une seconde édition de l’Angleterre; mais cette copie
est tirée sur un bien plus grand format que l’original. On en jugera
dans un siècle.

[168] C’est le nom que les Américains donnent à tous les habitants
français des postes de leur frontière à l’ouest et au nord.

[169] C’est-à-dire _à la Nouvelle-Orléans_, distante de près de cinq
cents lieues par le fleuve. Au Poste-Vincennes on dit d’un homme qui va
à la Nouvelle-Orléans, _il va en ville_, comme si l’on était dans le
faubourg.

[170] Je joins l’itinéraire qui m’a été communiqué comme chose
très-connue. L’on y remarquera le peu d’accord qu’il y a entre les
lieues et les heures, et la trivialité des dénominations canadiennes,
indice du caractère et des mœurs des gens qui les ont imposées.


_Itinéraire du Poste-Vincennes à Kaskaskias._

                                              lieues ou heures

  Jusqu’au ruisseau _Ombra_                      3      2
  De là à l’Orme au milieu d’une prairie         4½     3
  De là à la rivière du Chat                     4½     3
  De là au Joug                                  5      3
  A la Saline                                    2      1½
  Au poteau de l’Esclave                         5      3
  A la grosse Pointe                             5      2½
  A la Cafetière                                 4      2
  A l’Écorce jaune                               5      3
  A la Pointe au Noyer (un joli ruisseau)        5      2½

  Après ce ruisseau est une chaussée détruite
  de castors: on prend à un carrefour le
  sentier gauche qui abrége; mais l’on est
  sans eau pendant cinq lieues; on rejoint à
  la pointe aux Fesses.

  De la Pointe au Noyer à la Chaussée            1½     1
  Au Fevier                                      4      2
  A la Pointe aux Fesses                         5      3
  A la prairie du Trou                           5      3
  A la Grande Côte                               5      3
  A l’Épronier                                   4      2
  Au Kas                                         6      4
                                                ---    ---
                                                73½    43½


[171] Par exemple, au _Fort Détroit_, le caractère ne diffère pas de
celui que je viens de citer; et lorsque j’y passai en septembre suivant,
le plus grand nombre des Français parlait de se retirer sur le terrain
_du Roi_ (_Georges_), plutôt que de se former au régime _municipal_ et
laborieux des Américains.

[172] Les Américains, d’après les Anglais, désignent les Sauvages par le
nom d’_Indian_, qu’ils prononcent presque _indigène_: et ils feraient
mieux de s’en tenir à ce dernier terme; car il est bizarre d’avoir donné
le nom des habitants de l’Indus d’abord à ceux de l’Amazone, puis de
toute l’Amérique; et cela par suite de la méprise de l’un des premiers
navigateurs portugais, qui, voulant se rendre dans l’Inde, s’écarta si
fort à l’ouest, qu’il se trouva au Brésil, à qui, pour se consoler, il
donna le nom d’_Inde occidentale_.

[173] Les Sauvages appellent _peau rouge_ celle de daim, dont la chasse
tombe en juillet et août.

[174] En Anglais, _leguins_ (_jambières_): les chaussons s’appellent
_mocassons_.

[175] Voyez la cinquième séance de mes leçons d’histoire professées à
l’école normale, imprimées séparément in-8º 1821, chez Bossange frères.

[176] Vulgairement appelés les _Quakers_, société dont on a peut-être
trop dit de bien en Europe, et trop de mal aux États-Unis (à cause des
Nègres), mais qui, tout bien considéré, me paraît la secte religieuse
dont la morale théorique et pratique est la plus favorable à
l’amélioration de la société et de la condition humaine en général. L’on
peut dire que tout ce qu’il y a de bons établissements de bienfaisance,
de bons règlements administratifs en Pensylvanie, est son ouvrage; et il
ne lui manque que d’introduire dans son plan d’éducation plus de
connaissances physiques, pour mériter d’être l’_église_ de tous les
hommes raisonnables. Comment des _dévôts_ peuvent-ils appeler _profane_
l’étude des ouvrages _de Dieu_?

[177] Tel est le capitaine Carver, voyageur en 1768, dont nous avons une
bonne traduction en 1784, un vol. in-8º. L’auteur paraît avoir été un
peu crédule et très-vaniteux; mais malgré son penchant pour les
sauvages, qui avaient flatté sa vanité, on voit dans ses récits de la
droiture et de la bonne foi. Les aveux qu’il fait de son peu
d’instruction, et de son incapacité à rédiger une grammaire et un
dictionnaire sauvage, me font beaucoup douter qu’il soit le rédacteur de
son ouvrage, et je pense que ce service lui a été rendu par son éditeur,
comme il est arrivé chez nous à un autre voyageur connu.

Un second voyageur est Jean Long, Anglais, commis et facteur pendant
vingt ans dans la traite des pelleteries du Canada: il a publié ses
voyages in-4º en 1791: ils ont été traduits et publiés in-8º en 1793. Il
est fâcheux que le traducteur se soit permis de supprimer les
vocabulaires pour quelque économie de librairie. Cet ouvrage mérite
réimpression avec corrections, car il est le plus fidèle tableau que je
connaisse de la vie et des mœurs des sauvages et des trafiquants
canadiens.

Un troisième est Bernard Romans, dont j’ai assez parlé.

Un quatrième est Umfreville que j’ai fait connaître. Je ne parle point
du livre d’Adair sur les Creeks et les Chérokis, parce que, à quelques
faits vrais, il a mêlé une foule de faits altérés ou faux, dans
l’intention de prouver que les sauvages descendent des juifs. Cette
extravagante idée, qui d’ailleurs, lui est commune avec plusieurs
missionnaires, ne l’a conduit qu’à faire envisager sous un faux jour
tout ce qui appartient aux sauvages. Ce n’est qu’avec de saines notions
sur la nature de l’entendement humain, sur sa marche, et sur tous les
principes qui gouvernent et modifient l’homme de la nature, que l’on
peut bien étudier et suivre l’histoire des nations.

[178] Le nègre aussi; mais il noircit dans les 24 heures.

[179] C’est ce que dit Oldmixon, tom. I, pag. 286.

[180] Chaque jour de nouveaux faits, en apparence bizarres, viennent
fournir de nouveaux moyens de solution; l’un des plus remarquables est
le cas du Nègre virginien, appelé _Henry Moss_ originaire du Congo,
troisième génération; lequel, dans l’espace de six à sept ans, est
devenu _homme blanc_, à cheveux longs, lisses et châtains, comme un
Européen: c’est lui dont Liancourt parle tome V, page 124. J’ai vu un
procès verbal authentique de sa transmutation de peau.

[181] Le _k_ est jota; et le _th_ a la valeur anglaise.

[182] C’est ainsi qu’ils désignent les missionnaires.

[183] Aussi percent-elles si facilement aux enfants, qu’ils n’éprouvent
jamais de maux de dents.

[184] Pendant treize mois que j’ai passés en Corse, j’eus la note
certaine de cent onze assassinats de guet-apens par effet de ces
_vindettes_, ou vengeances de talion: sous le gouvernement génois, il y
en a eu jusqu’à neuf cents par an. _Quel gouvernement! et quel peuple!_

[185] Il est curieux d’observer que ces vieillards raisonnent
précisément comme le coryphée des politiques italiens. (Machiavelli),
qui, dans ses Commentaires sur les décades de Tite-Live, lib. 3, chap.
1er, prescrit également pour restaurer les états, de ramener leurs
institutions civiles et religieuses à leur origine. Le paradoxe est
palpable dans le cas présent. Aujourd’hui, que je relis cet écrivain, je
trouve que la plupart de ses principes, s’ils étaient bien analysés, le
laisseraient beaucoup au-dessous de sa réputation de savoir et
d’habileté.

[186] Voyez le Discours sur l’origine de l’inégalité des conditions.

[187] Ce que j’avance ici se fonde sur des petits faits
très-intéressants dans l’histoire des grandes choses; je les tiens de
deux témoins dignes de confiance, feu M. le baron d’_Holbach_ et M.
_Naigeon_, membre actuel de l’Institut. Dans le temps où l’académie de
Dijon proposa son prix trop célèbre, Diderot était détenu au château de
Vincennes pour sa lettre _sur les Aveugles_. Rousseau allait le voir
quelquefois: dans l’une de ses visites, il lui montre l’annonce du prix.
«Ce sujet, dit-il, est piquant, j’ai envie de concourir.--Fort bien,
reprit Diderot; mais dans quel sens prendrez-vous la question? Dans son
sens, reprit Rousseau; est-ce qu’elle peut en avoir deux? Les sciences
et les arts peuvent-ils avoir d’autre effet que de concourir à la
prospérité des états?--Eh bien! reprit Diderot, vous serez un _enfonceur
de portes ouvertes_. (Ce furent ses propres termes). Il serait bien plus
piquant de soutenir l’inverse.» Rousseau part frappé de cette idée,
compose dans ce sens, et est couronné par l’_académie de province_.
Quelque temps après d’Holbach et Diderot se promenant au Cours-la-Reine,
rencontrent Rousseau, l’abordent, le complimentent sur _son tour de
force_, et Rousseau plaisante avec eux du succès de son paradoxe et de
la _bonhomie_ des académiciens. Les critiques et les contradictions
survinrent: Rousseau en fut irrité: d’Holbach et Diderot, compagnons
habituels de promenade, le rencontrent encore aux Tuileries: la question
revient sur le tapis, et ils sont étonnés de trouver Rousseau tellement
aigri et changé d’opinion, qu’il soutient sérieusement avec la véhémence
de son caractère, comme _vérité_, ce qu’il avait d’abord traité lui-même
de plaisanterie. D’Holbach en fut frappé, et dit à Diderot: _Mon ami,
cet homme, dans son premier ouvrage, fera marcher l’homme à quatre
pattes_; et la prophétie ne fut que trop vraie.--Ainsi voilà le point de
départ du système de l’homme qui a affiché pour devise: _Vitam impendere
vero_; et cet homme aujourd’hui trouve des sectateurs tellement voisins
du fanatisme, qu’ils enverraient volontiers à Vincennes ceux qui
n’admirent pas les _Confessions_.

[188]

  Ceci nous mène à évaluer d’une manière probable la
  population de tout ce continent. Les États-Unis
  sont connus pour une quotité de                    5,215,000

  Les Espagnols admettent le Mexique pour une
  population totale de                               3,000,000

  Le Canada, en 1798, comptait 197,000, supposons      200,000

  La Louisiane haute et basse ne peut s’admettre
  pour plus de                                          40,000

  Les deux Florides, à peu près même nombre,
  ci                                                    40,000

  Les Creeks, Chactas, Chicasaws, qui ont 8,000
  guerriers, total                                      24,000

  Tous les sauvages de la Wabash et de Michigan,
  au plus                                               15,000

  La masse de tous les autres sauvages de tout le
  continent jusqu’à la mer glaciale et à la mer de
  Nouthka-Sund                                         600,000

                                                    ----------
                                          Total      9,134,000

Ainsi l’Amérique-nord n’excède que très-peu neuf millions, et l’on peut
compter que le dernier article des sauvages est forcé peut-être de
moitié.

  L’Amérique-sud ne paraît pas atteindre même ce nombre.
  Les Espagnols instruits n’évaluent toutes leurs possessions dans
  cette partie, savoir: Pérou, Chili, Paraguay, Plata, même
  Caracas, qu’à une population de quatre millions
  d’ames                                             4,000,000

  Les Indiens non soumis n’y sont pas compris.
  Le Brésil compte 500,000 Portugais et 600,000
  Nègres                                             1,100,000
                                                     ---------
                                          Total      5,100,000

  Les Indiens non soumis ne peuvent guère s’évaluer
  avec précision; mais à raison de leur
  territoire, ils ne sauraient égaler la moitié des
  blancs; je ne les compte que pour                  1,000,000

  Les colonies des Antilles et de l’isthme de Panama,
  ne passent pas                                     1,800,000

  La Guyanne hollandaise et française ne comportent
  pas plus de                                           75,000
                                                     ---------
                                          Total      7,975,000

Voilà environ 8,000,000: supposons-en 10, il n’en est pas moins vrai que
les deux Amériques réunies ne sauraient arriver à plus de 20,000,000.

Ce calcul diffère beaucoup de ceux de mon honorable confrère de
l’Institut M. Lalande, astronome, qui, dans l’annuaire des années VIII
et IX, comptait 180,000,000 d’habitants dans le nouveau monde: il est
vrai que dans les années IX et X il s’est subitement réduit à
90,000,000, c’est-à-dire à la moitié. Enfin, cette année (XII) je le
trouve rangé à l’évaluation que j’établis, et que lui ont communiquée
des amis intermédiaires, membres du bureau des longitudes. Il devra
faire une opération semblable sur les 580,000,000 qu’il donne à l’Asie:
sans doute il compte la Chine pour deux ou trois cents millions, comme
on nous l’a dit depuis quelques années. Mais dans le dénombrement que
publièrent les Anglais l’an dernier, la population des campagnes ne
s’élève qu’à 55 millions. En supposant que celle des villes soit égale,
ce qui est beaucoup supposer, ce serait 110 millions, et par comparaison
à l’Europe, cet empire ne saurait excéder

                                                        têtes.
                                                     120,000,000

  La Perse, selon Olivier, n’a que                     3,000,000

  En détaillant toute la Turquie d’Asie, je ne
  puis trouver plus de                                11,000,000

  Et je ne crois pas que l’Asie entière en contienne
  plus de                                            240,000,000

  L’Europe est bien connue pour 140 à 142 millions,
  ci                                                 142,000,000

  L’Afrique, y compris l’Egypte, ne peut guère
  excéder l’Amérique; mais supposons                  30,000,000

  Enfin pour les îles de la mer du Sud, la
  Nouvelle-Guinée, etc., admettons (et c’est
  trop)                                                5,000,000

Nous avons pour tout le globe un total de 437,000,000 et l’on ne saurait
arriver à 500,000,000.

Il n’est pas étonnant que l’on se trompe beaucoup en calculs de
population dans les pays non civilisés, puisque chez nous-mêmes, nous
avons des exemples d’_erreurs inconcevables_; par exemple: jusqu’en 1792
la Corse ne comptait que 158,000 habitants, comme je l’ai vu porté sur
les états du directoire _à Corté_: aujourd’hui la Corse figure dans tous
nos tableaux officiels pour 230,000. On demandera comment cela se trouve
possible; le voici: en 1793, des _Patriotes corses_ trouvèrent utile
d’avoir deux départements au lieu d’un, afin d’avoir doubles salaires de
toute espèce, le tout payé par la France. L’on donna au département de
_Golo_ l’ancien nombre total de 158,000; et l’on ajouta au département
de _Liamôné_ les 72,000 têtes qu’il pouvait avoir, quoique déja
comprises dans le nombre premier; et la Corse, en un matin, acquit un
tiers de plus d’habitants, quoique bien certainement ils soient diminués
depuis 1790; et voilà pourtant un compte officiel sans réclamation.

[190] C’est à la même cause qu’il faut attribuer la pauvreté et la
grossièreté du peuple de _nos landes de Bretagne_. En Angleterre et en
Écosse, M. le chevalier Sinclair en a si bien développé les nombreux
inconvénients, qu’il me suffit d’indiquer au lecteur ses Mémoires sur
les _biens communaux_; mais j’ajouterai, quant aux Corses, que de cette
même source dérive chez eux la fréquence des assassinats de guet-apens,
attendu que les campagnes étant désertes, les assassins sont encouragés
par l’absence de tout témoin.--En méditant sur les moyens de civiliser
cette île et les autres pays de la Méditerranée, qui sont dans un cas
analogue ou semblable, je me suis convaincu que la première loi doit
être partout l’abolition de ces _communaux_. Une seconde loi non moins
indispensable, quoique moins évidente, devrait être une loi, qui, pour
empêcher la concentration des terres dans quelques familles, fixerait,
comme à Sparte, un nombre d’héritages indivisibles et non cumulables
dans une même main; en sorte qu’il y aurait autant de propriétaires,
cultivateurs aisés, qu’il y aurait de ces héritages. Les petits pays ne
peuvent pas se gouverner comme les grands; l’équilibre y est trop
variable. Notre coutume de Bretagne avait un _usement_ semblable dans
les domaines _congéables_ des pays de Cornouailles et de Rohan; ces
domaines passaient toujours au plus jeune des fils; les enfants aînés
recevaient seulement quelque légitime, comme étant plus en état de se
faire un autre établissement; et les cantons où cette loi avait lieu ont
été les mieux cultivés. La Corse pourrait nourrir 30,000 semblables
familles, aisées et industrieuses; elle n’en a pas davantage qui sont
presque toutes pauvres et indolentes. Or, sans aisance, point de
lumières, point d’agriculture, point d’industrie, point de caractère
individuel ni national.--Peut-être est-ce pour tout cela que _Pascal
Paoli_, à l’imitation des Génois, n’a jamais rien changé aux anciens
usages.

[191] Dès 1790 ayant pressenti les conséquences qu’auraient sur nos
colonies les principes et surtout la conduite de quelques amis des
noirs, je conçus que ce pourrait être une entreprise d’un grand avantage
public et privé d’établir dans la Méditerranée la culture des
productions du Tropique; et parce que plusieurs plages de Corse sont
assez chaudes pour nourrir en pleine terre des orangers de 20 pieds de
hauteur, des bananiers, des dattiers; et que des échantillons de coton,
de canne à sucre et de café, y avaient déja réussi, je conçus le projet
d’y cultiver ces denrées, et de susciter par mon exemple ce genre
d’industrie. Pour cet effet, j’achetai en 1792 un local très-favorable,
appelé le _domaine de la Confina_, près d’Ajaccio. Je comptais que
_Pascal Paoli_, traité avec tant de confiance et de générosité,
n’emploierait sa vieillesse qu’à maintenir la paix du pays et à le
garantir des secousses du reste de la France. Malheureusement les hommes
sont des machines d’habitude, qui, dans leur vieillesse, répètent comme
des automates les premiers mouvements qui les ont animées. _Paoli_
revint à tous ses anciens projets de domination personnelle, de
principauté de famille, et à sa manie de s’asseoir dans un trône qu’il
avait fait dresser dès 1768, et dont on m’a montré à Corté des restes de
crépines attachés à des embrasures de plancher. D’après ce système,
chassant les Français par les Anglais, pour chasser ensuite les Anglais
par les Corses, puis soumettre les Corses par son parti et sa parenté,
il me mit dans la nécessité de tout quitter; et par cette amitié
(_d’homme d’état_), dont il m’avait tant de fois donné l’assurance, il
mit à l’encan le domaine de mes _Petites-Indes_.... Mais le sort a été
plus juste: à son tour, ce grand politique italien se trouva déçu et
chassé comme un crédule Français, et son exemple a confirmé l’axiome de
ces moralistes, aujourd’hui vainement décriés, qui disent que les
machiavélistes, à force de tromper les autres, se trompent eux-mêmes, et
qu’il ne manque aux fripons que de vieillir pour être toujours dupes de
leur friponnerie. J’ai, depuis, revendu mon domaine avec peu de perte
(il est aux mains du cardinal _Fesch_), et je doute fort que _Paoli_
trouvât aucun homme d’honneur en France ou en Angleterre qui voulût
acheter pour aucun prix le seul bien qui lui reste, après la pension du
roi d’Angleterre, _la place de son nom dans l’histoire_.

[192] Voyez _Carver_, chap. IX; _Jean Long_, fin du chap. VIII et chap.
IX; _Lahontan_, _Adair_, etc.

[193] Les médecins et les chirurgiens des hôpitaux militaires ont
souvent occasion d’observer que des patients qui, dans un état calme
d’esprit et de sens, auraient jeté des cris de douleur dans les
amputations et autres opérations, montrent au contraire de la fermeté
s’ils sont préparés d’une certaine manière: cette manière consiste à les
_piquer_, comme l’on dit, d’_amour-propre_ et d’_honneur_; à prétendre
d’abord avec ménagement, puis avec contradiction irritante, qu’ils ne
sont pas en état de supporter l’opération sans crier: il arrive presque
toujours que cette irritation morale et physique établit un état
d’orgasme par lequel ils supportent la douleur avec une fermeté qui
autrement leur eût manqué. Dire ce qui se passe alors dans le système
nerveux et dans la circulation sanguine, est un des éléments du
problème.

[194] Tous ceux qui mènent la vie des bois finissent par n’aimer que la
graisse des viandes.--La partie maigre passe trop vite dans l’estomac:
par cette raison, les _traitants_ canadiens l’appellent _viande-pain_.
J’ai moi-même fait l’expérience de ce goût, et comme eux j’en étais au
point de préférer un morceau d’ours à une aile de dinde.

[195] Voyez dans le bel ouvrage de M. _Denon_ le haut degré de goût, de
luxe, de perfection, où étaient parvenus les arts de cette Thèbes, déja
ensevelie dans la nuit de l’histoire quand il n’était pas encore
question de la Grèce ni de l’Italie.

[196] Voyez les _Ruines. Généalogie des idées religieuses_: les
missionnaires chrétiens, catholiques, protestants, moraves, se sont
donné beaucoup de soins pour _convertir_ les sauvages: la société des
Jésuites, par ses manières insinuantes, avait mieux réussi à les
soumettre à des pratiques extérieures; mais le bon sens grossier de ces
hommes n’a jamais pu se plier ou s’ouvrir à la croyance des dogmes
incompréhensibles; ils allaient à office et disaient le chapelet
uniquement afin d’avoir le verre d’eau-de-vie et le pain qu’on leur
distribuait, et dont le don favorisait leur paresse. Je n’ai jamais ouï
citer aux États-Unis l’exemple d’un seul sauvage réellement chrétien;
aussi lorsque chez nous un auteur préconisé a fondé l’intérêt d’un roman
récent sur la _dévotion_ presque _monacale_ d’une _Sqwa_ ou _fille
sauvagesse_, il a manqué à la règle des vraisemblances, de laquelle naît
cet intérêt: mais s’il n’a eu en vue que de plaire à un parti et
d’arriver à un but, il a parfaitement réussi; et c’est particulièrement
le cas de dire: _Tout chemin mène à Rome_.

[197] Voyage en Syrie.

[198] Première Partie, in-8º, 76 pages, _Philadelphie_, 1787 Voyez la
page 30.

[199] Voyez _New Views on the origin of the tribes and nations of
America_, 1 vol. in-8º, _Philadelphia_, 1798.

[200] Ce travail, dont l’idée vraiment philosophique a pour but
d’éclaircir et de diminuer la confusion _Babelique_ des langues, a été
imprimé en _caractères russes_: me serait-il permis d’observer que ce
moyen d’exécution est contradictoire à l’intention? Les caractères
russes sont bornés à une nation peu riche en livres, peu avancée en
science: les caractères dit Romains, sont devenus ceux de toute
l’Europe; ils sont prêts à devenir les seuls en Allemagne, et le seront
dans toute l’Amérique; les Russes ne prétendent sûrement pas les
supplanter. N’eût-il pas été, ne serait-il pas encore plus convenable
aujourd’hui que les Russes les adoptassent, et se réunissent à la grande
masse, en faisant pour les prononciations qui leur sont particulières,
une opération semblable à celle que le gouvernement français vient de
faire pour les alphabets arabe, turk et persan; c’est-à-dire, en leur
adaptant des lettres également particulières? ils s’épargneraient bien
des frais et des difficultés.

[201] _ê_ vaut notre _éé_, c’est-à-dire, _e_ long.

[202] En _Delaware_, Lenno.

En _Chipèwâ_, Lenuis.

En _Chaoni_, Linni.

Pourquoi les anciens sauvages de la Grèce s’appelaient-ils _Hellènes_?
et une tribu tartare _Alani_?

[203] Il n’appartient qu’à des habitants du Nord de classer dans une
même famille les idées de sommeil, mort et froid.

[204] Le _p_ commence en général tous les mots qui désignent _beau_ et
_bon_, l’_m_ au contraire, tous les mots qui désignent _mauvais_ et
_laid_.

[205] Ils appellent l’abeille, la _mouche_ qui fait le _doux_; ils
disent qu’elle est _étrangère_, et qu’elle a précédé d’un an les
colons.... Amohouia se dit de tout le genre; Houzâoué-amohouia, _mouche
jaune_, veut dire un frelon.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Oeuvres, vol. IV; Tableau du climat et du sol des États-Unis d'Amérique" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home