Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: La Puce de Mme Desroches
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "La Puce de Mme Desroches" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



Note sur la transcription: Les erreurs clairement introduites par le
typographe ont été corrigées. L'orthographe d'origine a été conservée
et n'a pas été harmonisée.



    LA PUCE

    DE

    MME DESROCHES

    [Logo]

    PARIS
    _Cabinet du Bibliophile_
    M DCCC LXVIII



    LA PUCE
    DE
    MME DESROCHES

    _CABINET DU BIBLIOPHILE_
    No III



TIRAGE.


     300 exemplaires sur papier vergé.
      15     »       sur papier Whatman.
      15     »       sur papier de Chine.
       2     »       sur parchemin.
    -----
     332 exemplaires numérotés.

    No ***



    LA PUCE
    DE

    MME DESROCHES

    PUBLIÉE PAR D. JOUAUST

    [Ornement]


    _A PARIS_
    CHEZ D. JOUAUST, IMPRIMEUR
    RUE SAINT-HONORÉ, 338

    MDCCCLXVIII



[Ornement]


AVANT-PROPOS


Le seizième siècle a été par excellence l'époque de la poésie. Le
mouvement littéraire qui se produisit alors entraîna tous les esprits
cultivés; la mode fut de faire des vers, et l'on versifia, comme on
aurait fait toute autre chose. Tous, poëtes, savants, magistrats,
furent pris de l'ardeur de rimer, et chacun voulut enfourcher son
Pégase. Combien restèrent en route dans cette course effrénée vers le
sommet du Parnasse, nul ne pourrait les compter, l'ingrate histoire ne
nous ayant pas transmis leurs noms. Mais, à côté de ceux dont elle a
pris soin de nous conserver les écrits, il en est bon nombre dont
elle a laissé survivre les essais, et souvent il peut y avoir profit
et plaisir à s'arrêter à ceux-là.

Une autre cause vient encore expliquer la profusion de rimeurs éclos à
cette époque. On ne voyait pas alors, comme aujourd'hui, les talents
se localiser dans une spécialité littéraire ou scientifique; souvent
le poëte était un savant, et le savant un poëte; il n'y avait pas
entre les différentes branches des connaissances humaines cette
séparation profonde qui existe aujourd'hui, et qui souvent se trouve
accentuée par des aversions réciproques. L'homme instruit ne voyait
rien d'indigne de lui dans tout ce qui pouvait exercer son
intelligence. Il en fut ainsi pendant longtemps encore; Descartes et
Pascal sont deux exemples merveilleux de cette union des sciences et
des lettres. Nous aurons encore de très-grands écrivains et de
très-remarquables savants, mais il est peu probable qu'il s'en
rencontre encore qui soient l'un et l'autre à un degré aussi élevé.

On devra donc moins s'étonner de voir toutes les pièces que nous
réimprimons dans ce volume signées par des personnages connus comme
magistrats, mais fort ignorés comme poëtes. Voici, du reste, en
quelques mots, dans quelles circonstances elles virent le jour.

La haute société du pays poitevin s'honorait alors de deux dames
appartenant à la lignée des _précieuses_ de Molière et des _bas-bleus_
de nos jours: c'étaient Madelène Neveu, épouse du sieur Desroches, et
Catherine, sa fille. Poëtes elles-mêmes, mais dans une mesure
très-restreinte, Mmes Desroches réunissaient autour d'elles une
société de poëtes; c'était à elles que revenait de droit la primeur du
sonnet nouvellement éclos: l'auteur accourait dans le cénacle, à
l'heure dite, pour débiter ses _petits vers_ devant un auditoire dont
les applaudissements lui étaient assurés, car dans chacun de ses juges
il avait un complice en poésie dont il devait être le juge à son tour.

Si l'on était attiré chez ces dames par l'amour des vers, on l'était
aussi par les charmes de demoiselle Catherine, qui, du reste, ne les
dérobait pas trop aux regards, comme nous l'apprend l'aventure de la
puce. Mais Catherine est aussi sage que belle; c'est, au dire de ceux
qui chantent sa beauté, une _roche_ contre laquelle viennent
s'émousser les traits les mieux aiguisés de l'_Archerot idalien_.
Aucun de ses soupirants ne se vante, en effet, d'avoir obtenu d'elle
la moindre faveur, et si parfois, dans la description de ses charmes,
ils s'égarent au delà de la limite qu'elle a elle-même assignée à
leurs regards, ils se reprennent de leur témérité, et se hâtent, en
honnêtes rimeurs qu'ils sont, de rentrer dans le devoir:

    _Car la mesme pudeur honneste
    Doit voiler le front du poëte
    Comme l'habit couvre le cors._

Conseil excellent pour certains poëtes de notre temps!

Les Grands-Jours tenus à Poitiers en 1579 furent une nouvelle occasion
de faire briller le mérite de Mmes Desroches; c'est dans leur salon
que se rencontraient tous les magistrats appelés dans la ville par
cette solennité. Un jour qu'on était réuni, Étienne Pasquier,
apercevant une puce qui s'était «parquée au beau milieu du sein» de
Mlle Desroches, fit remarquer la témérité de l'animal. Il s'ensuivit
quelques propos badins, et l'incident se termina par l'échange de deux
pièces de vers entre Pasquier et Catherine Desroches.

Il n'en fallut pas davantage pour mettre en mouvement l'humeur
poétique de tous ces honnêtes magistrats, qui se prirent à célébrer
la puce en français, en espagnol, en latin, voire même en grec.
Étienne Pasquier recueillit les différentes pièces qui se produisirent
dans ce tournoi poétique, et c'est leur réunion qui constitue le
recueil connu sous le titre de _Puce de Mme Desroches_. Le vrai titre
eût été _la Puce de Mlle Desroches_, puisque c'est Catherine qui fut
l'héroïne de l'aventure.

On se demanderait volontiers comment des hommes aussi graves que
l'étaient les Pasquier, les du Harlay, et tant d'autres, purent
s'exercer sur un sujet aussi frivole. Mais qu'on ne l'oublie pas,
quelque influence que les grands esprits exercent sur les pensées et
les opinions de leur temps, ils reflètent toujours en eux cette teinte
générale qui caractérise une époque et qui est le résultat de la
marche forcée des événements. Or le badinage était alors le ton de la
société; on savait _desipere in loco_, et les choses n'en allaient pas
plus mal. Les esprits ne trouvaient pas dans la lecture des journaux
cet aliment que la presse quotidienne nous fournit aujourd'hui avec
tant de libéralité; on n'avait pour s'occuper ni le jeu, ni les
courses de chevaux, ces nobles amusements de la haute vie que nous
devons à la civilisation moderne. Au lieu de parier sur un cheval, on
rimait sur une puce. C'était bien naïf sans doute, mais, si l'esprit
ne gagnait pas beaucoup à ce délassement puéril, il en sortait reposé,
sans y rien laisser de sa vigueur ni de sa dignité.

Ces productions légères n'ont pas une telle importance littéraire
qu'il y ait lieu de leur consacrer une étude. Nous les donnons donc
sans aucun commentaire, les abandonnant à l'appréciation des lecteurs
qui seront curieux de se faire une idée du bel esprit au XVIe siècle.

Nous ne leur offrirons pas, pour les éclairer, l'opinion de Pasquier,
juge et partie dans la question, puisqu'il figure en tête des
chanteurs de la puce, et qu'il qualifie hardiment de _braves poëtes_
ses confrères en Apollon.

Mais ce qui est peut-être curieux, c'est de rapprocher de cet éloge,
nécessairement exagéré, ce que Pasquier dit ailleurs, se plaignant du
trop grand nombre de poëtes éclos de son temps.

«On ne vit jamais en la France, écrit-il quelque part, telle foison de
poëtes; je crains qu'à la longue le peuple ne s'en lasse. Mais c'est
un vice qui nous est propre, que, soudain que nous voyons quelque
chose succéder heureusement à quelqu'un, chacun veut être de la
partie.»

Quoi qu'il en soit, le recueil de la _Puce de Mme Desroches_ a son
intérêt, en ce qu'il donne un échantillon du savoir-faire poétique des
gens du monde au XVIe siècle. Il porte en lui, ainsi que toutes les
poésies secondaires de cette époque, comme un écho affaibli des
accents éclatants du chef de la Pléiade. L'uniformité du sujet donne à
toutes ces pièces une certaine teinte de monotonie, mais la forme en
est toujours agréable, et elles offrent de gracieux détails.

Nous avons réuni dans cette réimpression les deux éditions de la Puce
de Mme Desroches, de 1583, in-4º, et de 1610, in-8º; mais c'est le
texte de cette dernière que nous avons suivi. Nous avons adopté pour
chaque pièce la place qu'il nous a paru le plus logique de lui
laisser. Des titres courants placés en haut des pages nous ont servi à
classer plus clairement les poésies par noms d'auteurs.

Quant aux variantes, nous n'avons relevé que les principales, laissant
de côté celles qui ne consistaient qu'en de simples mots. On les
trouvera à la fin du volume, page 117, avec la description des deux
éditions.

Nous n'avons pas reproduit les pièces latines, grecques et
espagnoles: notre publication ne peut être intéressante que pour
l'étude de la poésie française, et des vers en langue étrangère n'ont
pas de raison d'y figurer.

La _Puce de Mme Desroches_ est devenue un livre rare; elle atteint
toujours dans les ventes un prix assez élevé. Nous croyons donc être
agréable aux littérateurs et aux bibliophiles en donnant aujourd'hui
une réimpression de ce recueil.

    D. JOUAUST.


[Illustration: page titre d'origine]


[Ornement]


AU LECTEUR


Tu en riras, je m'asseure (Lecteur); aussi n'a esté fait ce petit
Poëme que pour te donner plaisir, et en riras d'avantage, quand tu
entendras le motif. M'estant transporté en la ville de Poictiers, pour
me trouver aux Grands Jours qui se devoient tenir sous la banniere de
Monsieur le President de Harlay, je voulu visiter mes Dames des
Roches, mere et fille, et apres avoir longuement gouverné la fille,
l'une des plus belles et sages de nostre France, j'aperceu une Puce
qui s'estoit parquee au beau meillieu de son sein. Au moyen dequoy,
par forme de rizée, je luy dy que vrayment j'estimois cette Puce
tres-prudente et tres-hardie: prudente d'avoir sceu entre toutes les
parties de son corps choisir cette belle place pour ce rafraichir,
mais tres-hardie de s'estre mise en si beau jour, parce que, jalouz de
son heur, peu s'en falloit que je ne meisse la main sur elle, en
deliberation de luy faire un mauvais tour, et bien luy prenoit
qu'elle estoit en lieu de franchise. Et estant ce propos rejetté d'une
bouche à autre par une contention mignarde, finalement ayant esté
l'Autheur de la noise, je luy dy que, puisque cette Puce avoit receu
tant d'heur de se repaistre de son sang et d'estre reciproquement
honoree de nos propos, elle meritoit encores d'estre enchassee dedans
nos papiers, et que tres-volontiers je m'y emploierois, si cette Dame
vouloit de sa part faire le semblable, chose qu'elle m'accorda
liberalement. Cette parole du commencement sembloit avoir esté jettee
à coup perdu, toutesfois soigneusement par nous recueillie, meismes la
main à la plume en mesme temps, pensant toutesfois chacun de nous à
part soy que son compagnon eust mis en oubly, ou nonchaloir sa
promesse, et parachevasmes nostre tasche en mesme heure, tombants en
quelques rencontres de mots les plus signalez pour le subject. Et
comme un Dimanche matin, pensant la prendre à l'impourveu, je luy
eusse envoyé mon ouvrage, elle, n'aiant encores fait mettre le sien au
net, le meist entre les mains de mon homme, afin que je ne pensasse
qu'elle se fust enrichie du mien. Heureuse certes rencontre et
jouyssance de deux esprits, qui passe d'un long entregét toutes ces
opinions follastres et vulgaires d'amour. Que si en cecy tu me permets
d'y apporter quelque chose de mon jugement, je te diray qu'en l'un tu
trouveras les discours d'une sage fille, en l'autre les discours d'un
homme qui n'est pas trop fol: ayants l'un et l'autre par une
bienseance de nos sexes joué tels roolles que devions. Or voy, je te
prie, quel fruict nous a produit cette belle altercation, ou, pour
mieux dire, symbolization de deux ames. Ces deux petits Jeus poëtiques
commencerent à courir par les mains de plusieurs, et se trouverent si
agreables que, sur leur modelle, quelques personnages de marque
voulurent estre de la partie, et s'emploierent sur mesme subject à qui
mieux mieux, les uns en Latin, les autres en François, et quelques uns
en l'une et l'autre langue. Ayant chacun si bien exploité en son
endroict qu'à chacun doit demourer la victoire. Pour memorial de
laquelle j'ay voulu dresser ce trophee, qui est la publication de
leurs vers, laquelle je te prie vouloir recevoir d'aussi bon cœur
qu'elle t'est par moy presentee. De Paris le dixiesme septembre 1582.

[Ornement]



[Ornement]


SUR LA PUCE.

    _Ne nous trompetez plus vostre Troyen Cheval,
    Dont vindrent tant de Ducs, ô trompeuses trompettes!
    Vos superbes discours n'ont rien à nous d'egal,
    Puisque une Puce esclost tant de braves Poëtes._

    E. PASQUIER.


A SCEVOLE DE SAINTE MARTHE.

(Traduit du latin.)

    _Quand je feis ceste Puce en langage François,
    Comme œuvre d'une nuit, mocquer je me pensois.
    Va, Puce, pren ton vol, mais aux ans ne te fie:
    Tu mourras aussi-tost que tost tu pris ta vie._

    E. PASQUIER.


A UN ENVIEUX.

(Traduit du latin.)

    _Peut-estre adviendra-il qu'un babouin d'envieux
    Rongnonnera nos vers: tay toy, sot, ou fay mieux._

    E. PASQUIER.


A MESSIRE ACHILLES DE HARLAY,

Seigneur de Beaumont, Conseiller d'Estat, et President en la grand
Chambre au Parlement de Paris.

    _Pendant que du HARLAY, de Themis la lumiere,
    Pour bannir de Poitou l'espouventable mal,
    Exerçant la Justice à tous de pois égal,
    Restablissoit l'Astrée en sa chaire premiere,_

    _Quelques nobles esprits, pour se donner carriere,
    Voulurent exalter un petit animal,
    Et luy coler aux flancs les aisles du cheval
    Qui prend jusques au Ciel sa course coutumiere._
    HARLAY, _mon_ ACHILLES, _relasche tes espris,
    Sousguigne d'un bon œil tant soit peu ces escris:
    Ils attendent de toy ou la mort ou la vie:_

    _Si tu pers à les lire un seul point de ton temps,
    Ils vivront immortels dans le temple des ans,
    Malgré l'oubly, la mort, le mesdire et l'envie._

    E. PASQUIER.

[Ornement]



[Ornement]


LA PUCE DE CATHERINE DES ROCHES


    PETITE _Puce fretillarde,
    Qui d'une bouchette mignarde
    Sucçotes le sang incarnat
    Qui colore un sein delicat,
    Vous pourroit-on dire friande
    Pour desirer telle viande?
    Vrayment nenni, car ce n'est poinct
    La friandise qui vous poingt,
    Et si n'allez à l'adventure
    Pour chercher vostre nourriture,
    Mais, pleine de discretion,
    D'une plus sage affection,
    Vous choisissez place honorable
    Pour prendre un repas agreable:
    Ce repas seulement est pris
    Du sang le siege des espris.
    Car, desirant estre subtile,
    Vive, gaye, prompte et agile,
    Vous prenez d'un seul aliment,
    Nourriture et enseignement.
    On le voit par vostre allegresse
    Et vos petits tours de finesse,
    Quand vous sautelez en un sein,
    Fuyant la rigueur d'une main._

    _Quelquesfois vous faites la morte,
    Puis, d'une ruse plus accorte,
    Vous fraudez le doigt poursuivant,
    Qui pour vous ne prent que du vent.
    O mon Dieu! de quelle maniere
    Vous fuiez cette main meurtriere
    Et vous cachez aux cheveux longs
    Comme Syringue entre les joncs!
    Ah! que je crain pour vous, mignonne,
    Ceste main superbe et felonne!
    Hé! pourquoi ne veut-elle pas
    Que vous preniez vostre repas?
    Vostre blesseure n'est cruelle,
    Vostre pointure n'est mortelle,
    Car, en blessant pour vous guerir,
    Vous ne tuez pour vous nourrir.
    Vous estes de petite vie,
    Mais, aymant la Geometrie,
    En ceux que vous avez espoint
    Vous tracez seulement un point,
    Où les lignes se viennent rendre.
    Encor avez vous sceu apprendre
    Comment en Sparte les plus fins
    Ne se laissoient prendre aux larcins.
    Vous ne voulez estre surprise:
    Quand vous avez fait quelque prise,
    Vous vous cachez subtilement
    Aux replis de l'acoutrement.
    Puce, si ma plume estoit digne,
    Je descrirois vostre origine,
    Et comment le plus grand des Dieux,
    Pour la terre quittant les Cieux,
    Vous fit naitre, comme il me semble,
    Orion et vous tout ensemble.
    Mais il faudra que tel escrit
    Vienne d'un plus gentil esprit;
    De moy je veux seulement dire
    Voz beautez et le grand martire
    Que Pan souffrit en vous aymant,
    Avant qu'on vit ce changement
    Et que vostre face divine
    Prit cette couleur ebenine,
    Et que vos blancs pieds de Thetis
    Fussent si gresles et petis.
    Puce, quand vous estiez pucelle,
    Gentille, sage, douce et belle,
    Vous mouvant d'un pied si leger,
    A sauter et à voltiger,
    Que vous eussiez peu d'Atalante
    Devancer la course trop lente,
    Pan, voyant voz perfections,
    Sentit un feu d'affections,
    Desirant vostre mariage.
    Mais quoy? vostre vierge courage
    Aima mieux vous faire changer
    En Puce, à fin de l'etranger,
    Et que, perdant toute esperance,
    Il rompit sa perseverance.
    Diane sçeut vostre souhait;
    Vous le voulustes, il fut fait:
    Elle voila vostre figure
    Sous une noire couverture.
    Depuis, fuyant tousjours ce Dieu,
    Petite vous cherchez un lieu
    Qui vous serve de sauvegarde,
    Et craignez que Pan vous regarde.
    Bien souvent la timidité
    Fait voir vostre dexterité;
    Vous sautelez à l'impourveuë,
    Quand vous soupçonnez d'estre veuë,
    Et de vous ne reste, sinon
    La crainte, l'adresse et le nom._

[Ornement]



[Ornement]


LA PUCE DE EST. PASQUIER,

Advocat en Parlement.


    PUCE _qui te viens percher
    Dessus cette tendre chair,
    Au milieu des deux mammelles
    De la plus belle des belles;
    Qui la picques, qui la poingts,
    Qui la mors à tes bons poincts,
    Qui, t'enyvrant sous son voile
    Du sang, ains du nectar d'elle,
    Chancelles et fais maint sault
    Du haut en bas, puis en haut;
    O que je porte d'envie
    A l'heur fatal de ta vie.
    Ainsi que dedans le pré,
    D'un vert émail diapré,
    On voit que la blonde avette
    Sur les belles fleurs volette,
    Pillant la manne du Ciel,
    Dont elle forme son miel,
    Ainsi, petite Pucette
    Ainsi, Puce pucelette,
    Tu volettes à taton
    Sur l'un et l'autre teton,
    Puis tout à coup te recelles
    Sous l'abri de ses aisselles;
    Or, panchée sur son flanc,
    Humes à longs traits son sang;
    Or, ayant pris ta pasture,
    Tu t'en viens à l'adventure
    Soudain apres heberger
    Au millieu d'un beau verger,
    Ains d'un Paradis terrestre,
    D'un Paradis qui fait naitre
    Mille fleurs en mes espris,
    Dont elle emporte le pris,
    Paradis qui me reveille
    Lors que plus elle sommeille:
    Là, prenant ton bel esbat,
    Tu lui livres un combat,
    Combat qui aussi l'esveille
    Lors que plus elle sommeille._

    _Las voulut Dieu que pour moy
    Elle fut en tel esmoy!
    Toy seule par ton approche
    Fais esmouvoir cette Roche,
    Que mes pleurs, ains mes ruisseaux,
    Que mes soupirs à monceaux,
    Quelque veu que je remue,
    N'ont jamais en elle esmeue._

    _Ha! mechante, bien je voy
    Que j'ay ce malheur par toy.
    Car, quand folle tu te joues
    Maintenant dessus ses joues,
    Puis, par un nouveau dessein,
    Tu furettes en son sein,
    Et que tu la tiens en transe,
    Madame en toy seule pense,
    Et luy ostes le loisir
    De soigner à son plaisir;
    Ou cette mesaventure
    Pour laquelle tant j'endure,
    Ce mal où suis confiné,
    Vient d'un astre infortuné
    Qui est entre toy et elle,
    Entre la Puce et pucelle,
    Ayans par un mesme accort
    Toutes deux juré ma mort.
    En toi seule elle se fie
    Comme garde de sa vie.
    Car, si en faisant tes jeux
    Tu la piques, et je veux
    Te tuer, fascheuse puce,
    Au lieu où tu fais ta musse,
    Ell' craint, pour ne rien celer,
    Que c'est la depuceler,
    Et bannir à jamais d'elle
    Ce cruel nom de pucelle.
    Ainsi, par commun concours,
    Vous jouez en moy voz tours,
    Et faut que pour un tel vice
    Mon ame à jamais languisse._

    _Mais toy, Puce, cependant
    Te vas, grasse, respandant
    Dessus le Ciel de Madame;
    Et de là tirant ton ame,
    Tout autant que tu la poins,
    Autant tu luy fais de poins;
    Ains graves autant d'estoilles
    En la plus belle des belles.
    Je ne veux ni du Taureau,
    Ni du Cyne blanc oiseau,
    Ni d'Amphitrion la forme,
    Ni qu'en pluie on me transforme,
    Puis que Madame se paist
    Sans plus de ce qu'il te plaist.
    Pleust or à Dieu que je pusse
    Seulement devenir Puce:
    Tantost je prendrois mon vol
    Tout au plus beau de ton col,
    Ou d'une douce rapine
    Je succerois ta poitrine,
    Ou lentement, pas à pas,
    Je me glisserois plus bas,
    Et d'un muselin folastre
    Je serois Puce idolatre,
    Pinçottant je ne sçay quoy
    Que j'ayme trop plus que moy.
    Mais las! malheureux Poëte,
    Qu'est ce qu'en vain je souhaite?
    Cest eschange affiert à ceux
    Qui font leur sejour aux Cieux.
    Et partant, Puce pucette,
    Partant, Puce pucelette,
    Petite Puce, je veus
    Adresser vers toi mes veus.
    Quelque chose que je chante,
    Mignonne, tu n'es méchante,
    Et moins fascheuse, et je veus
    Pourtant t'adresser mes veus.
    Si tu piques les plus belles,
    Si tu as aussi des ailes,
    Tout ainsi que Cupidon,
    Je te requiers un seul don
    Pour ma pauvre ame alterée:
    O Puce, ô ma Cytherée,
    C'est que Madame par toy
    Se puisse esveiller pour moy,
    Que pour moy elle s'esveille
    Et ayt la Puce en l'oreille._


A CATHERINE DES ROCHES.

(Traduit du latin.)


    _Soit que des vers Latins ou des François je trace,
    Tu les chantes partout, ores qu'ils soient sans grace,
    Et si ne puis sçavoir d'où me provient cet heur,
    Si ce n'est que tu veus qu'ils vivent par ta bouche._
    _Je le croy; mais, helas! ô fortune farouche!
    Tu fais vivre mes vers et mourir leur autheur._

    E. PASQUIER.


A E. PASQUIER.


    _Vostre encre est de ce just qui change l'homme en Dieu
    Dont Glauque se nourrist quand il quitta son lieu
    Pour les ondes, laissant nostre terre fleurie;
    Comme le clair flambeau de ce grand univers
    Ternit les moindres feus, la grace de vos vers
    Fait mourir mes escris et me donne la vie._

    C. DES ROCHES.


LA MESME DES ROCHES

AU MESME PASQUIER.


    _O second Apollon, je n'eus jamais l'audace
    De penser honorer vostre excellente grace,
    Je sçay que vostre honneur est hors d'accroissement.
    De vostre beau Soleil je suis l'obscure nue,
    Qui, au lieu d'exprimer vostre gloire cogneue,
    Meurtris de vostre los le plus digne ornement._


A E. PASQUIER.


    _Tu dis, Pasquier, qu'en consultant,
    Sur la puce tu fais des vers;
    Ne plain point le temps que tu pers,
    Puis qu'en perdant tu gagnes tant._

    ACH. D. H.

[Ornement]



[Ornement]


LA PUCE DE BRISSON.

(Traduit du latin.)


    VOUS, _grenouilles et souris,
    Animées des escris
    Du grand Prince des Poëtes,
    Heureuses vrayment vous estes._

    _Toy, Passereau fretillard,
    Caressé du vers mignard
    De Catulle, ô que ta vie
    Est à jamais annoblie!_

    _En cas semblable voit-on,
    Petit Coussin, ton renom
    Eternisé par le stile
    Du grave-docte Virgile._

    _Et toi, Puce, dont la main
    De quelque autheur incertain
    Immortalisa la gloire
    Dans le temple de memoire._

    _Mais cela n'esgalle point
    Nostre Pucette, qui poingt
    Ceste charnure marbrine
    De la docte Catherine._

    _Si ton heur tu cognoissois,
    Qu'heureuse, Puce, serois,
    De voir à l'envi ta vie
    Par deux braves mains cherie!_

    _Que si l'on marque les tours
    Que tu brasses tous les jours,
    Et ta petite pointure,
    Seul moien de ta pasture,_

    _Soudain l'on sent dans ses os
    Une flamme, ains un Chaos,
    On sent son ame envahie
    D'envieuse jalousie,_

    _Voyant, Puce, que tu peus
    En mille beaus petits lieux,
    Bannis de nostre lumiere,
    Seule t'y donner carriere,_

    _Qu'à toy il loist seulement,
    S'il te plaist, impunement
    Prendre folle ton adresse
    Dans le sein de ma maistresse,_

    _O que tu as de beaus traicts
    De plaisir dont tu te pais,
    Et dont se diversifie
    Le doux apas de ta vie,_

    _Car, s'il te vient à propos,
    Tu vas prendre ton repos,
    Ainçois te mets en dommage
    Dessus son tendre visage._

    _Là tu piques son œil rond,
    Voltiges sur son beau front,
    Sur ses levres tu te poses,
    Pareilles aux belles roses;_

    _Ou, s'il te vient à desir,
    Tu vas tes esbas choisir
    Dessus sa gorge albastrine
    Ou sur sa large poictrine._

    _De là tu viens suçoter
    Deux tetons pour t'alaicter,
    Et là, petite friande,
    Se trouve aussi ta viande._

    _Soulée d'un bon repas,
    Tu prens ton deduit plus bas,
    La part qui m'est, helas! close,
    Et que nommer je ne t'ose._

    _Bref, Pucette, s'il te plaist,
    Rien d'elle caché ne t'est;
    Quelque endroit où tu te porte,
    Là t'est ouverte la porte._

    _Tu peus exercer tes tours
    Par tout où tu prens ton cours:
    Il n'y a voile ni robe
    Qui tes plaisirs te desrobe._

    _Tu peus estancher sans fin
    La soif et la longue faim
    Dont tu te trouves saisie
    De Nectar et d'Ambrosie._

    _Voila, Puce, les presens
    De fortune que tu sens;
    Mais tu as pris en partage
    Un bien plus grand advantage:_

    _Estant celebré ton nom
    D'un Phebus, d'une Clion,
    Et que chacun d'eux te pousse
    Au ciel, de sa plume douce;_

    _Estant celebré ton nom
    Du Palatin Apollon,
    D'un vers gaillard dont il louë
    Les tours que l'Amour lui jouë;_

    _Estant celebré ton nom
    D'une vierge de renom,
    Qui merite d'avoir place
    Au haut sommet de Parnasse._

    _Ainsi, Puce, à qui mieux mieux
    Ils te trompettent tous deux,
    Se faisant chacun à croire
    D'en rapporter la victoire._

    _Un homme chante ton heur,
    Une vierge ton honneur;
    Les Roches encor te sonnent,
    Et les palais pour toy tonnent,_

    _Et font courir jour et nuit
    Par cet univers ton bruit,
    Pour voir une belle vierge
    Qui te serve de concierge._

    _Est-il aux Grands Jours venu
    Quelqu'un qui ne t'ayt cogneu
    Par les douces chansonnettes
    De ces renommez Poëtes?_

    _C'est pourquoy chacun de nous
    T'estime heureuse sur tous;
    Mais il y a bien encore
    Un point qui plus te decore:_

    _C'est que doux t'est le plaisir
    Soit de vivre ou de mourir;
    O point qui vraiment surpasse
    Tout autre de long espace!_

    _Car, si le sort inhumain
    Te fait mourir de la main
    De nostre gente pucelle,
    Veus-tu une mort plus belle?_

    _Et si, par un autre sort,
    Tu meurs de ta belle mort,
    Y a-t'il tombe plus belle
    Que le sein d'une pucelle?_

    _Quand les Parques de mes jours
    Auront devidé le cours,
    Vueillez, ô dieux, que je tombe
    Sous une si noble tombe._

    E. PASQUIER.

[Ornement]


A UN ENVIEUX.

(Traduit du latin de Brisson.)


    _Je ne doute, envieux, que d'une dent maligne
    Tu mordras nos escrits comme une chose indigne,
    Et diras que ces jeuz feurent pris pour object
    Par nous, dedans Poictiers, par faute de subject.
    La troupe qui battit par plaisir ceste enclume
    Consulte, et, pour autruy, met la main à la plume,
    Quand ta langue est muette et que tu n'as le don
    D'escrire, de plaider et faire rien de bon._


AUTRE.

(Traduit du latin de Brisson.)


    _Ne mesdy, nous lisant, ou je veux que tu sçaches
    Que Puce deviendras et rat, si tu nous fasches._


AUTRE.

(Traduit du latin de Brisson.)


    _Toy qui n'as main ny langue, es-tu bien si osé
    De mordre cil qui mesle à son estat ces jeus?
    Le mesdire de nous absens t'est bien aisé:
    Si nous ne te plaisons, fay quelque œuvre de mieux._


AUTRE.

(Traduit du latin de Brisson.)


    _Je me veux gouverner d'un folastre caquet,
    Et non estre un Caton sourcilleux au banquet;
    Que dedans nos repas la gaillarde franchise,
    La rencontre à propos, soit entre nous permise.
    Maintenant, me jouant sur la Puce, je viens
    M'esjouir à ta table avecq' toy et les tiens.
    Je te veux mal, Lecteur sobre, qui ne t'esgayes,
    Et me mocque de toy par escrits pleins de bayes._



[Ornement]


LA PUCE DE JOSEPH DE L'ESCALE.

(Traduit du latin.)


    PUCELETTE _noirelette,
    Noirelette pucelette,
    Plus mignarde mille fois
    Qu'un aignelet de deux mois,
    Et mille fois plus mignonne
    Que l'oisillon de Veronne,
    Comme pourra mon fredon
    Immortaliser ton nom?_

    _Pucelette noirelette,
    Noirelette pucelette,
    Diray-je que nostre bien
    Est petit au pris du tien,
    Lors que quand tu veux tu baise
    La bouche de ma mauvaise,
    Et moy je ne sçaurois pas
    En avoir aucun soulas,
    Sans plus je nourris ma vie
    D'une impatiente envie?_

    _Diray-je que nostre bien
    Est petit au pris du tien,
    Quand, cachée sous l'enflure
    De ceste belle vouture
    Qui éleve en rond son sein,
    Tu rassasies ta faim,
    Mordillant, audatieuse,
    Sa gorge delicieuse;
    Puis, sautelant tout autour
    De ce beau palais d'amour,
    Plaine de delicatesses,
    Plaine de douces liesses,
    Tu fais mille et mille jeus
    Dessus son sein amoureux;
    Et elle, sentant ta playe,
    Tousjours en embusche essaye
    De te prendre, et va jurant
    Ta mort si elle te prent.
    Mais d'un saut promt et agile
    Tu trompes sa main subtile,
    Et tu t'enfuys droit au lieu
    Où Amour, ce petit Dieu,
    Asseuré fait sa retraicte,
    Sa retraicte plus secrette,
    Et où un autre ne peut
    Arriver s'il ne le veut;
    Qu'oncques la main ny la veuë
    N'ont ny touchée ny veuë,
    Et dont le penser sans plus
    Me fait devenir perclus._

    _Pucelette noirelette,
    Noirelette pucelette,
    Diray-je que nostre bien
    Est petit au pris du tien,
    Quand, lors qu'un doux somme presse
    Les beaux yeux de ma maistresse,
    Seule tu cognois combien
    L'archerot Idalien
    Lui fait endurer de peine,
    De peine douce inhumaine;
    Seule tu sçais ses desirs,
    Seule tu oys les soupirs
    Dont seule, sous la nuit brune,
    Les astres elle importune.
    Puis, deçà de là, courant
    Et sautelant, et errant
    Dessus les rares merveilles
    De ses beautez nompareilles,
    Tu cueille un heur dont les dieux
    S'estimeroient bien heureux.
    Lasse en fin tu te reposes
    Sur ceste gorge de rozes,
    Et entre cent mille appas
    Tu goustes un tel soulas
    Qu'yvre de sa mignardise,
    Tu mourrois soudain éprise,
    Si ma belle, te sentant,
    Ne t'alloit point poursuivant.
    Bien heureuse sera l'heure
    Quand il faudra que je meure,
    Si, comme toy, je me meurs
    Entre ces douces douceurs._

    _Pucelette noirelette,
    Noirelette pucelette,
    Si d'aventure je veux
    Baiser sa bouche ou ses yeux
    Pendant que le sommeil flate
    Sa paupiere delicate,
    Garde de la mordiller,
    De peur de ne l'esveiller.
    Ainsi, pucette noirette,
    Noirelette pucelette,
    Puisse tu dedans les Cieux
    Luire entre les moindres feux,
    Estoille guide asseurée
    Des soldats de Cytherée._

    COURTIN DE CISSE.

[Ornement]



[Ornement]


LA PUCE D'ANTHOINE LOISEL.

(Traduit du latin.)


    J'ESCOUTE _ja pieça, et si lis à part moy
    La Puce qu'à l'envy trompeter je vous voy,
    Enjalouzez du los de l'incertain Poëte.
    Quoy me tairay-je seul? mon Beaumont je souhaite,
    Si tu le trouves bon, abandonner le frein,
    Puis qu'ainsi le permet le bon Pere Martin:
    Il n'y a nul si fier, ou si dur qui retive._

    _Je voy ce grand torrent de l'elloquence vive,
    Cest azile commun de l'ancienne loy,
    Au milieu du public se desrober à soy,
    Pour corner en tous lieux de la Puce la gloire;
    Je voy ce deux fois né, RENÉ fils de memoire,
    Quittant le triple droit dont il s'est annobly,
    Mettre de son Anjou la coustume en oubly,
    Et faire d'une Puce un bien grand orateur
    Et Poëte. Car quant à toy, premier auteur,
    Qui as fait que voions la Puce sauterelle,
    Toy dis-je qui premier dressas cette querelle,
    Ce n'est rien de nouveau: d'autant que des neuf seurs
    Et Graces en naissant tu suças les douceurs,
    Ayant du saint Laurier la temple couronnée,
    Si qu'arrivant icy comme un nouvel Orfée,
    Tu flechis les rochers, fais que ta dame ainsi
    Qu'un Echo te respond, tu luy respons aussi.
    Dont chacun estonné choisit ce mesme titre,
    Mangot, Rapin, Tournebe, et ce nouvel arbitre,
    Et celuy qui de Marthe emprunta le saint nom,
    Celuy qui de l'Escale a encor le surnom,
    Auquel Dieu octroya et l'esprit et l'usage
    De s'expliquer en trois manieres de langage.
    Ja void on dans Poictiers Apollon le divin
    De tous estre chanté comme vray Poitevin,
    Et prendre ce surnom quittant c'il de Pythie._

    _Je me trompe: une image en mes sens mal bastie
    D'un object fantastic vainement me repaist:
    Ce n'est point, croyez-m'en, une Puce, ce n'est,
    Si de bien augurer j'ay le nom de mon pere._

    _Cette saffre Sapphon du monde l'impropere.
    Vilaine, infame, duite à tremousser son corps
    Ingenieusement en mil honteux accors,
    Jalouse des vertus qui logent en la belle,
    Qui les hommes en meurs et doctrine precelle,
    Non fille vrayement, mais un Dieu Poitevin,
    Envoya de Lesbos son Demon sur le Clin,
    Qui se voulut voiler d'une noire vesture,
    De la Puce empruntant l'habit et la figure,
    Pour d'elle practiquer quelque folastre amour.
    Habile il obeit, et sans aucun sejour
    Se fait leger et noir tout ainsi qu'une Puce,
    Et sous ce masque là dedans son sein se musse,
    La prend à l'impourveu, et d'un doux aiguillon
    La pique doucement, ores sur le teton,
    Or' sur tous les endroits de son beau corps voltige.
    Et peut estre se perche au plus pres du beau tige
    (Que nul n'osa jamais, tant fut-il chaste, voir)
    Pensant par ses attraicts la vierge decevoir._

    _Je le sçay, je l'ay veu sans offenser ma veue,
    La fille fut espointe, et doucement esmeuë,
    D'un feu tout virginal, dout les traces je vis.
    Elle ne s'oubliant recourt aux doux devis
    De Pallas, à sa plume, ensemble à sa quenouille:
    Ne permets, ô Pallas (dit-ell'), que je me souille.
    Ce dit, ses pensements restent aussi entiers
    Comme font ces grands rocs, ou Roches de Poictiers.
    Ainsi sur les papiers veillant et sur la laine,
    Ell' vainquit le Demon de Sapphon la vilaine,
    Et la Puce-Demon en l'air s'esvapora._

    _Ou si c'est une Puce, elle ne s'engendra,
    Comme les autres font, d'une vilaine ordure,
    Ains est du chien d'en haut la vraie creature,
    Descendue du ciel avec Astrée icy,
    Astrée de Poictiers et Poictou le soucy,
    Laquelle avecq' Harlay par un commun office,
    Desirant restablir l'ancienne justice,
    Tout soudain le logis du grand Harlay a pris,
    Et la Puce le sein d'une sage Cypris.
    L'une et l'autre jouant diversement son roolle,
    A fait aux beaux esprits, renaistre la parolle,
    Qui trompettent d'un ton et chant au ciel ravy
    La Puce, la Pucelle, et l'Astrée à l'envy,
    Tellement que la Puce et Pucelle sont prestes
    D'estre au ciel, par nos vers, deux beaux Astres celestes._

    E. PASQUIER.


CHANSON.


    _Io! belle pepiniere,
    La fidelle jardiniere
    Des fleurs et fruits d'Helicon,
    Chantons, brigade, la gloire
    Des neuf filles de memoire
    Et de leur frere Apollon._

    _Ainçois plustost de l'Astrée
    Dedans le Poictou r'entrée
    Sous Harlay, le grand guerrier,
    Lequel, armé de justice,
    A exterminé le vice,
    Ceignant son front de laurier._

    _Chantons encor' la Pucelle
    Qui toutes autres precelle,
    Des vertus le parangon,
    Et cette Puce bien née
    Qui, sage, s'est obstinée
    De fureter son teton._
    _Pucelle en qui la nature,
    Aux autres avare et dure,
    A prodigué tout son beau,
    Pour puis apres, l'ayant faicte
    Une Pandore parfaicte,
    En faire un Astre nouveau,_

    _Jusques à ce qu'elle meure,
    Fay, Astrée, ta demeure
    En France au meillieu de nous.
    Si sa mort te donne envie
    De reprendre au ciel ta vie,
    Nous te prions à genous_

    _Que ceste vierge etherée
    Soit un Astre aveq' Astrée,
    Et que tu loges aux cieux,
    Pres l'estoille Poussiniere,
    Une estoille Puciniere
    Par un soin devotieux._

    E. PASQUIER.


TRADUCTION

De cinq vers latins signés _Petrus Pithæus_.


    _D'une continue concorde
    Phebus avecq' ses sœurs s'accorde:
    Ny la Puce ne nous a fait,
    Tant de Poetes, mais la Roche,
    Qui du Roch d'Helicon est proche,
    A produit cest œuvre parfait._

    E. PASQUIER.

[Ornement]



[Ornement]


LA PUCE DE CLAUDE BINET,

Advocat en la Cour de Parlement.


    MIGNARDE, _vous avez grand tort
    D'appeller Hercule à la mort,
    A la mort d'une pucelette,
    Qui tant mignardement furette,
    Comme un petit surion d'Essain
    Sur les roses de vostre sein.
    Je veux, je veux qu'on vous appelle
    Du nom de belle et de cruelle,
    Qui pour si petit animal
    Invoquez Hercul chasse-mal;
    Animal dont la petitesse
    Passe des autres la grandesse,
    Soit qu'on fasse comparaison
    Des parcelles de la raison,
    De la souplesse ou de l'astuce
    Qui recommande cette Puce._

    _Belle, si vous aimez le beau,_
    _Voyez quelle gentille peau:
    Ne diriez-vous pas qu'elle est teinte
    Ou des couleurs de l'Hyacinthe
    (Hyacinthe honneur des beaux mois),
    Ou de pourpre, couleur de Roys?_

    _Vrayment si la trouvez gentille,
    Sa proportion plus subtile
    Vous doit inciter à pitié,
    Pour luy porter quelque amitié,
    Si comme vous mignardelette,
    Elle est prompte, polie et nette._

    _Laissez vous picquer un petit,
    Sus, la voila en appetit,
    Voyez, belle, voyez, mignarde,
    Comme un éguillon elle darde,
    Eguillon en long eguisé,
    Et qui pourtant est pertuisé,
    Pour couler la douce ambrosie,
    Qu'en vostre sein elle a ravie.
    Je ne la sçaurois accuser,
    Sinon d'avoir l'heur de baiser
    Si long temps ceste peau tendrette,
    Qui un tel bon-heur ne me prette._
    _Mais, Puce, je t'excuse bien,
    Car par toy nous goustons le bien
    De mille amoureuses delices,
    Quand dans un beau sein tu te glisses,
    Et sçais les premiers fruits ravir
    Des filles neuves au plaisir,
    Tantost en baisottant leur face,
    Or sucçotant en autre place,
    Aprenant à l'homme grossier
    Comme il faut l'amour varier._

    _Encore que Venus s'en fache,
    Je veux que tout le monde sache
    Que la Puce eut l'honneur premier
    D'inventer le mignard baiser,
    Baiser qu'encor Amour farouche
    N'alloit sucçant dessus la bouche,
    Et que Venus n'eut sçeu sucrer,
    S'elle n'eut veu la Puce encrer
    Sa petite bouche ebenine
    Sur la moitte jouë Adonine.
    Depuis la gentille Cypris,
    Ayant le glout baiser appris
    D'une larronnesse languette,
    Languette mutuelle et moëtte,_
    _Sceut bien à l'envie du Ciel
    Coler deux bouchettes de miel._

    _Que diray-je de sa saignee
    Qui par elle fut enseignee?
    N'en déplaise à l'antiquité,
    La Puce a l'honneur merité,
    Et non le cheval qui se treuve
    Aux bras de l'Egiptien fleuve:
    Car la Puce, tant seulement
    Avec un doux chatoüillement,
    Tire sans aucune ouverture
    Le sang ennemy de nature._

    _O petit animant heureux,
    Utile aux hommes et aux Dieux,
    Si or je t'ay sauvé la vie
    Des mains de ma douce ennemie,
    Et si je t'ay fait tant d'honneur
    D'estre de deux biens inventeur,
    Succe de ma maistresse belle
    Ce gros sang qui la rend rebelle,
    Si qu'ayant rapuré son sang
    D'un courage amoureux et franc,
    D'un œil semonneur elle attise_
    _Le doux feu de ma convoitise,
    Et qui ne se puisse appaiser
    Que par la langueur d'un baiser._


A E. PASQUIER.

(Traduit du latin de Claude Binet.)


    _Pourquoy louëz-vous tant Orphee?
    Pourquoy d'un si brave trophee
    Honorez-vous, Poëtes saincts,
    Le bruit de sa lyre sonante,
    La voix aussi douce-coulante
    Que le miel des picquans essains?_

    _Pourquoy vostre chanson sacree,
    Qui aux Rois et aux Dieux agree,
    Sonne tant le loz d'Arion?
    Pourquoy vantez-vous le miracle
    De l'Ogygien habitacle
    Basti par la voix d'Amphion?_

    _Et toy_, PASQUIER, _qui par tes carmes
    Coulans de Permesse nous charmes,
    Arrosez du Nectar des Dieux,
    Pourquoy d'une docte faconde
    Vas tu chantant à tout le monde
    Saphon l'honneur des siecles vieux?_

    _Hé! pourquoy dis-tu que sa grace
    Toutes autres dames surpasse
    En beauté, vertu et sçavoir:
    Puis qu'en cette belle_ ROCHETTE,
    _Ainçois cette belle Rosette,
    Le Ciel ses tresors nous fait veoir?_

    _Cette Claniene Naiade,
    Cette montaignere Oreade
    En sagesse, en grace, en beauté,
    En vertus, en mœurs, en doctrine
    Surpasse la troupe plus digne
    Du mont des neuf sœurs frequenté._

    _Ha! mon Dieu! le teint de sa joüe
    Et la tresse d'or qui se joüe
    Sur son sein en flots ondoyans,
    Et ses yeux deux flames jumelles,_
    _Me font prendre dans leurs cordelles,
    Et ardre en leurs rais flamboyans._

    _Voy ses cheveux que l'Arabie,
    Ny le baume de l'Assyrie,
    N'egalent en bonnes odeurs;
    Cheveux dont Venus la doree
    Voudroit sa teste estre honoree,
    Et non des primeraines fleurs._

    _O beaux filets d'or de Minerve,
    Mon ame se plaist d'estre serve
    De vos nœuds mignardement tors:
    Il luy plaist bien d'estre contrainte
    Par vous d'une si douce estrainte
    Quittant la prison de son corps._

    _Sur tout la neige blanchissante
    Sur son front bien poly m'enchante,
    Et ce beau pourpre Tyrien
    Qui fait vermeiller son visage,
    Et ce double flambeau volage
    Du petit Dieu Cytherien._

    _Or si ces deux levres vermeilles,
    Plus douces que n'est des abeilles_
    _Le miel, et le thim Hyblean,
    Me permettoient un baiser prendre
    Plus sucré que la rose tendre
    Qui croist au champ Pestanean,_

    _Incontinant je rendroy l'ame
    Dedans le beau sein de Madame,
    Et par l'air de ce baiser pris,
    Pasmé sur sa levre jumelle,
    Nous ferions, moy et ma rebelle,
    Un doux change de nos esprits._

    _Mais que diray-je de la Grace
    Du reste de sa belle face,
    Et de son fourchelu menton
    Resemblant une poire franche
    Qui va meurissant sur la branche
    Sous l'abry d'un jeune bouton?_

    _Ce beau col de marbre, où Zephire
    Entre mille rameaux soupire,
    Un sang chaudement amoureux,
    Par une volontaire force
    Desrobe mon cueur, et l'amorce
    Sous l'apast d'un mal doucereux,_

    _Et fait que je porte une envie,
    O Puce, au bon heur de ta vie,
    Mais non plus Puce, à mon advis,
    Ains Amour, qui par fine astuce
    Dessous le teint noir d'une Puce
    N'agueres admirer te fis,_

    _Quand d'une subtile cautelle
    Tu vins au sein de la Pucelle,
    Qui d'un ingenieux conseil
    Te permit d'y faire retraite,
    Afin que ta couleur noirette
    Donnast lustre à son blanc vermeil._

    _Et par cette blanche campaigne,
    Où poingt une double montaigne
    D'Agathe blanchement douillet,
    Folastrement tu te promenes
    Entre les beautez sur humaines
    De ce sein blanc et vermeillet._

    _Ore d'un plein saut tu te jettes
    Sous les amoureuses cachettes
    De ses esselles mignotant,
    Et entre mille fleurs escloses_
    _Tu flaires ces boutons de roses
    Que tu mordilles sucçottant._

    _Puis d'une mignarde secousse
    Ce lait qu'un Zephire entrepousse
    Tu humes à longs traits goulus.
    O Puce, que tu fus heureuse
    Lors que d'un tel bien desireuse
    Loger en ce sein tu voulus!_

    _Ha Dieux! un enfant de sa mere
    Ne peut avoir chose plus chere
    Que le lait de ses deux tetins.
    Jamais Venus dedans Gargaphe
    N'en fit plus au mutin de Paphe
    En ses tendres mois enfantins._

    _Mais puis que d'une pudeur vierge,
    De ses chastes beautez concierge,
    La robe ne doit à nos yeux
    Permettre de voir, ny qu'on sache
    Ce que jalouse elle nous cache,
    Compaigne du bon heur des Dieux,_

    _Il ne faut_, PASQUIER, _que la plume
    Represente dans ce volume
    Ce que l'habit ne laisse hors:
    Car la mesme pudeur honneste
    Doit voiler le front du Poete
    Comme l'habit couvre le cors._

    _Quant à moy, brulant de la flame
    Dont son bel œil mon cœur entame,
    Je n'en puis longuement parler;
    Mais toy en qui le Ciel assemble
    Les Graces et vertus ensemble
    Pour les Dieux mesmes esgaller,_

    _Tu peux mieux les Graces connoistre
    D'elle, que Minerve a fait naistre
    Merveille unique de ce temps:
    Il suffit, pourveu qu'elle entende
    Que, mourant d'une amour trop grande,
    Je n'ay peu alonger mes chans._

    FRANÇOIS DE LA COULDROVE.


C. DES ROCHES A CL. BINET,

Sur ses vers latins.


    _Dy moy, Rochette, que fais tu?
    Ha, tu rougis: c'est de la honte
    De voir un portraict qui surmonte
    Ta foible et debile vertu._

    BINET _a voulu dextrement
    Representer une peinture,
    Qui est de celeste nature,
    Et la nommer humainement._

    _Ayant pillé dedans les Cieux
    Le pourtraict d'une belle idee,
    Ne voulant comme Promethee
    Irriter le courroux des Dieux,_

    _D'un artifice nompareil
    Il a voilé son beau visage
    D'un nom obscur, comme un nuage
    Qui cache les rais du Soleil._

    _C'est afin de n'estre repris,
    Rendant aux hommes manifeste
    Une beauté toute celeste,
    Digne des immortels espris._

    ROCHE, _tu ne sçaurois user
    D'un autre plus evident signe,
    D'estre de tant d'honneurs indigne,
    Que ne pouvoir t'en excuser._

    C. DES ROCHES.


MACEFER A CL. BINET.

SONET.


    _Ne croy pas, mon_ BINET, _qu'un baiser de Charite
    Face que son esprit, laissant si beau sejour,
    Se place dedans toy, et que d'un mesme tour
    Ton ame s'envolant, dedans son cors habite;_

    _Mais crain que ton esprit, par une sage eslite
    Amorcé du baiser nourrisson de l'amour,_
    _Choisissant ce beau cors, sans espoir de retour,
    Pour mieux s'habituer sa demeure ne quitte._

    _Ou bien crain que l'esprit de l'une des neuf Sœurs,
    L'esprit de ma Charite aymé de tant de cueurs
    N'attire à sa beauté ton ame enamouree:_

    _Ainsi, mon cher_ BINET, _l'aimant Magnesien
    Attire à soy le fer d'invisible lien,
    Qui le suit amoureux de sa force admiree._

    MACEFER.


AMOUR PIQUÉ.

    _Amour, ce méchant petit Dieu,
    Un jour s'en vint aupres du lieu
    Où les Poitevines Nymphettes
    Aux rives du Clain doux-coulant
    Chantoient de l'Amour nonchalant
    Les presque inutiles sagettes._

    _Si tost que Cupidon entend
    Des Nymphes le plaintif accent,
    Ha, dict-il, voicy belle prise:
    Ainsi d'un amoureux desir
    La bergere de trop dormir
    Son amy reprend et mesprise:_

    _Alors l'oiseau Cytherien,
    Oubliant son vol ancien,
    Se vint parquer au milieu d'elles.
    C'est icy, dict-il, où il faut
    Esprouver si le cœur me faut
    Et l'effet à mes estincelles._

    _Les Nymphes l'aiant aperceu,
    Comme un enfançon l'ont receu,
    Egaré de sa triste mere.
    Ne cognoissant pas qu'il estoit,
    Chacune à tour le baisottoit
    D'une faveur non coutumiere._

    _Amour s'apprivoise, et soudain
    Il cache en sa petite main
    Une flamme vive et segrette,
    Il se mire au sein le plus beau
    Et range son petit flambeau
    En vain sur le cœur de Rochette._

    _De fortune, entre le destour
    De son teton franc de l'amour
    Une Puce faisoit son giste,
    Qui pour son hostesse vanger
    Piqua le bras porte danger,
    Y traçant sa marque petite._

    _Soudain Amour, remply de dueil,
    La plaie au bras, la larme à l'œil,
    S'envolle au secour de sa mere,
    Disant, un petit chose noir
    M'a piqué, vous y pouvez voir
    La flamme et la place meurtriere._

    _C'est, dict-il, c'est un Serpenteau
    Qui va sautellant sur la peau,
    Puce est nommé par les Pucelles.
    Las! je n'eusse jamais pensé
    D'un si petit estre offensé
    Si pres de mes flammes mortelles._

    _Lors Venus, souriant, voy-tu,
    Vois-tu, dit-elle, sa vertu
    A la tienne du tout semblable?
    Sinon que petit, aux grans dieux
    Et aux humains dardant tes feux,
    Tu fais une plaie incurable._

    CL. BINET.


A ANTHOINE LOISEL.


    _J'ay dit que c'est Amour, le plus rusé des Dieux,
    Qui, surpris des beautez de ma belle Charite,
    Se vint loger au sein, où la chaleur subite
    Brula ses ailerons et son cœur Amoureux._

    _De fait sentant griller ses plumes et cheveux,
    Et voyant basaner sa peau à demi cuite,
    Petit Puceau prent forme en la Puce petite,
    Par la mesme couleur voulant tromper nos yeux._

    _Las il estoit à nous, sous un ongle severe
    Je me fusse vangé de ma longue misere:
    Mais le finet sauta sur toy, Docte_ LOISEL.
    _Ainsi que Ganymede eslevé dessus l'aile
    De l'aigle genereux, par ta plume immortelle,_
    SOLEIL, _tu l'as conduit avec toy dans le Ciel._

    CL. BINET.


A MADAME DES ROCHES.


    _Je ne m'esbahi plus des murs de la Rochelle
    Obstinez contre un Roy, ni du Roc Melusin,
    Puisque contre Amour mesme au pays Poitevin
    Une autre Roche encor se declare rebelle._

    _La Rochelle à son Roy se monstre ore fidelle,
    Lusignan a ployé sous le joug du destin:
    Et vous osez tenir encontre un Roy divin,
    Deffiant jusqu'icy sa puissance immortelle._

    _Amour ayant en vain vostre Roc assiegé,
    Ainsi qu'un espion en Puce s'est changé,
    Pour surprendre le fort de vostre tour jumelle._
    _Mais il fut descouvert par maints doctes esprits._
    ROCHE, _ne craignez plus que vostre fort soit pris,
    Quand les enfans des Dieux font pour vous sentinelle._

    CL. BINET.

[Ornement]



[Ornement]


LA PUCE D'ODET TOURNEBUS,

Advocat en la Cour de Parlement.


    PUCE, _qui se fut advisé
    Que tu deusse estre tant redite
    Par un vers si favorisé
    Du troupeau qui Parnasse habite?
    Et qu'un animal si petit
    Eut peu espoindre les courages
    De tant de sçavans personnages
    Quy de toy ont si bien escrit?_

    _C'est à bon droit que l'on peut croire
    Que Poictiers est le vray sejour
    Des doctes filles de Memoire,
    Du jeu, des Graces et d'Amour.
    Si quelqu'un ne le croit, qu'il voye
    Ces deux_ ROCHES _qui jusqu'aux Cieux
    Elevent leur chef sourcilleux,
    Qui comme deux astres flamboye._

    _Qu'il oye l'armonieux chant
    De leurs poësies divines,
    Et il cognoistra à l'instant
    Que les Muses sont Poetevines.
    Il verra que les vers chantez
    Des Muses qui Poictiers habitent
    Plus que ceux la des Grecs meritent
    Estre par dessus tous vantez._

    _Il cognoistra que ceste troupe
    De deux Muses vaut beaucoup mieux
    Que celle qui loge en la croupe
    De ce mont qui se fend en deux.
    Que donques plus on ne s'estonne
    Si l'on te chante volontiers,
    Puisque dans tes murs de Poictiers
    Les Muses logent en personne._

    _Je sçay bien que quelque envieux
    Voudra incontinant reprendre
    Les Poëmes ingenieux
    Par lesquels on a fait entendre
    Tes plaisirs et tes passetemps,
    Disant que chose si petite
    Comme une Puce ne merite
    Que l'on employe tant de temps._

    _Ce n'est d'aujourd'huy que l'envie
    Vomit sur les bons son venin:
    Elle fit bien perdre la vie
    A ce grand Socrate divin:
    Quand d'une semblable imposture
    Elle disoit qu'il employoit
    Tout son temps lors qu'il mesuroit
    Tes sauts et cherchoit ta nature._

    _Virgile l'ame, le soleil
    Et l'honneur de la Poësie,
    Auquel n'y a rien de pareil,
    Des mouches chanta bien la vie.
    Belleau chanta le papillon,
    Et Ronsard, ce divin Poëte,
    A chanté l'huitre, l'alouëtte,
    Le fourmy, le chat, le freslon._

    _Petite Puce, ta fortune
    Surpasse celle des oyseaux,
    Des troupeaux nageans de Neptune
    Et des terrestres animaux,
    Pour avoir eu des Cieux la grace
    De te loger en si beau lieu,
    En ce sein le temple d'un Dieu,
    Ce sein qui tous les seins surpasse._

    _As-tu bien peu sans te brusler
    Fureter entre ses mamelles?
    As-tu bien osé te couler
    Dessus ces deux fraises jumelles
    Qui, comme charbons allumez,
    Pourroient soudain reduire en cendre
    La main qui voudroit entreprendre
    De taster ses doux bouts aymez?_

    _As tu bien esté si osée
    De te pendre à ses beaux cheveux,
    Sans t'y prendre et estre enlacée
    De mille las, de mille neus?
    Veu que le plus brave courage,
    S'il veut tant soit peu s'hazarder
    De les vouloir bien regarder,
    S'empestre en un si beau cordage?_

    _As-tu approché de ses yeux,
    Dedans lesquels amour se jouë,
    Et dont il emprunte ses feux?
    As tu peu baiser ceste joue,
    Sans sentir une vive ardeur
    Approchant ses flammes cruelles,
    Qui de leurs vives estincelles
    Consument le plus brave cœur?_

    _Ha vrayment tu es amoureuse,
    Car toujours tu cherches les lieux
    Que cache la vierge honteuse,
    Et qu'elle ne monstre à nos yeux.
    Tu as ce bon heur que de boire
    Du sang de ces membres polis,
    De ce ventre plus blanc que lis,
    De ces cuisses et flancs d'ivoire._

    _Tu as cet heur que de nicher
    Sous les replis de sa chemise;
    Quand tu veux, tu te viens coucher
    Dessus elle en toute franchise.
    Las! que d'hommes souhaiteroient
    De ces faveurs la plus petite:
    Mais tel bien passe leur merite,
    Car par là Dieux ils deviendroient._

    _Puce, je me pers quand je pense
    A tes plaisirs, à tes esbas,
    Lors que doucement tu offense
    Cette Nymphe or' haut, ore bas.
    Je conçoi telle jalousie
    Quand je pense à la privauté
    Que tu as à ceste beauté
    Que je reste quasi sans vie._

    _Puce, je sens un petit feu
    S'eprandre au dedans de mon ame,
    Qui tousjours croissant peu à peu,
    En fin me mettra tout en flamme,
    Par l'erreur de ce souvenir
    Qui m'a si fort l'ame offensee,
    Que je n'ay plus d'autre pensee
    Que vouloir Puce devenir._

    _Mais ay-je bien la hardiesse
    De vouloir seulement songer
    De voir à nu telle Deesse,
    Qui encor pourroit bien changer
    Ma forme en celle d'une pierre,
    Tout ainsi que Meduse fit
    Au pauvre Phiné qui la vit,
    Eschangeant les noces en guerre._

    _Un party si avantageux
    N'est pour creature mortelle,
    Il appartient sans plus aux Dieux
    De jouyr de chose si belle.
    Anchise baisa bien Venus,
    Mais aussi tost la repentance
    Talonna de pres son offense,
    Quand il se vit estre perclus._

    _Puce, tu as cet avantage
    Que l'homme ne sçauroit avoir,
    De jouyr de ce beau corsage
    Et le regarder nu au soir:
    Puis, lors que plus elle sommeille
    Estendue dedans son lit,
    La pinçotant un bien petit,
    Tout doucement tu la reveille._

    _Sous le silence de la nuit,
    Lors que reposent toutes choses
    Et que l'on n'entend aucun bruit,
    Tu tastes ses lis et ses roses.
    Puis, te coulant d'un pas larron
    Sur sa poitrine et sur ses cuisses,
    Enyvrée de ces delices,
    Tu t'endors dedans son giron._

    _Et puis, quand l'Aurore vermeille
    Encourtine le Ciel de feux,
    Et que cette Nymphe s'eveille,
    Tu ne pers pour cela tes jeux.
    Mais si l'obscurité nuitale
    A esté propre à tes desirs,
    Le jour tu sens mesmes plaisirs
    Et une volupté egale._

    _Pleut à Dieu que j'eusse la voix
    Assez forte pour entreprendre
    De te chanter, je ne craindrois
    Apres tant d'autres faire entendre
    Quel est ton plaisir et ton bien,
    Quelles les douceurs de ta vie,
    Qui font que je te porte enuie,
    Pour n'avoir tel heur que le tien._

    _Mais aurois-je bien telle audace,
    Serois-je bien si mal appris,
    De vouloir imiter la grace
    Des vers de ces braves espris,
    Lesquels par leur muse divine
    Et par leurs vers plus doux que miel
    T'ont eslevée jusqu'au Ciel,
    Pour t'y faire luire un beau signe?_

    _Serois-ie bien tant hors du sens,
    Serois-je bien si temeraire,
    De vouloir par mes rudes chants
    Les belles chansons contrefaire,
    Que tant de chantres plus qu'humains
    Ont à qui mieux mieux fait rebruire
    Dessus une plus douce lyre
    Que celle des sonneurs Thebains?_

    _Qui oseroit suivre les traces
    Du grand_ BRISSON, _en qui les Cieux
    Ont respandu toutes leurs graces
    Jusqu'à rendre jaloux les Dieux?
    Et toy, belle et docte pucelle
    Qui estonnes tout l'univers,
    Qui oseroit suivre les vers
    Que nous trace ta main si belle?_

    _Oserois-je suivre les pas
    D'un_ PASQUIER, _honneur de la France?
    Oserois-je d'un stile bas
    Imiter la grave cadance
    Des doctes chansons de_ CHOPIN,
    _De_ LOYSEL, _honneur de nostre âge,
    Qui a les Muses en partage,
    Et du_ SAINTE MARTHE _divin?_

    _O Puce, que tu es heureuse
    Si tu pouvais sentir ton heur!
    Que tu dois estre glorieuse
    D'avoir_ L'ESCALE _pour sonneur,
    Et mon_ BINET, _ausquels la Muse
    A donné ses riches presens,
    Qui vaincront l'envie et les ans,
    Et le temps qui toute chose use._

    _Je ne suis pas si glorieux
    Ni outre cuidé, que je tente
    Imiter les vers doucereux
    Que_ MANGOT _si doctement chante.
    Je laisse à un meilleur que moy,
    Comme à ce gentil_ LACOUDRAYE,
    _Dire d'une chanson plus gaye
    L'heur de ta maistresse et de toy._

    _Et moy cependant en silence
    J'ecouteray les doux accors
    Que ces doctes maistres de France
    Chantent pour un si petit corps:
    Puis que mes chansons ne sont dignes
    De mesler leurs sons discordans
    Parmy les tons si accordans
    De ces belles gorges divines._


LE MESME A LA MESME.

(Traduit de l'italien et de l'espagnol.)


    _J'ay cent fois contemplé les beaux yeux amoureux
    De celle qu'on jugeoit en France la plus belle,
    J'ai veu les bors pourprez de sa levre jumelle,
    Qui eust de son baiser mesme tenté les Dieux._

    _J'ay veu mille beautez dont l'appas doucereux
    Eut peu ensorceler l'ame la plus rebelle,
    Mais jamais je n'en vi qui fut égale à celle
    Qui rend de ses vertus Poictiers si orgueilleux._

    _J'ay ouy les propos d'une Dame sçavante,
    J'ay gousté les accors d'une voix qui enchante,
    Mais jamais je n'ouy rien qui peust approcher_

    _Des discours excellens et de la voix mignarde
    De_ DES ROCHES, _qui peut transformer en rocher
    Celui la qui l'escoute ou bien qui la regarde._


RESPONSE AU SONNET PRECEDENT

FAITE SUR LE CHAMP.


    _Comme la lumiere brillante
    Du soleil, ornement des Cieux,
    Nous rend toute couleur plaisante,
    Eclairant promptement nos yeux,_

    _Si bien que cette splendeur vive,
    Penetrant doucement un œil,
    Fait que l'objet qui luy arrive
    Luy resemble un autre Soleil,_

    _Ainsi vostre ame sage et belle,
    Ayant tourné long temps vers soy
    Pour voir sa beauté immortelle,
    La pense voir encore en moy._

    _Mais des graces et vertus rares
    Qui vous font admirer de tous,
    Les dieux m'en ont esté avares
    Pour les prodiguer dedans vous._

    C. DES ROCHES.

[Ornement]



[Ornement]


LA PUCE DE MACEFER.


    PUCE _qui as entamé
    D'un petit bec affamé
    Le teton de ma Charite,
    Pour y puiser la liqueur
    Nourrice du petit cœur
    Qui ton petit corps agite,_

    _Du sang que tu y as pris
    Sont animez les espris
    Qui donnent vie à Madame;
    Du sang que tu as sucçé
    Ores dans ton corps mussé
    Tu t'es composée vne ame._

    _Promethe vola le feu
    Qui anima peu à peu
    Le corps de l'homme de terre:
    Du sang que tu as osé
    Derober est composé
    L'esprit que ton corps enserre._

    _Mais un vautour ravissant
    Va tous les jours punissant
    Le larcin du vieil Promethe:
    Tu veux par un tel forfait
    Que de ton corps il soit fait
    Une huitiesme Planete._

    _Di moy, qui eust peu penser
    Qu'on voulut recompenser
    D'un loyer si honorable
    Le larcin qui, odieux
    Et aux hommes et aux Dieux,
    Leur a semblé punissable?_

    _Entre le nombre infini
    Des hommes qui ont puni
    Une si cruelle offense,
    Un Lycurge s'est trouvé
    Qui ce vice a approuvé,
    Et l'a passé en souffrance._

    _Qu'il n'appelle cette fois
    Le Dieu autheur de ses loix
    Fauteur de sa volerie,
    Qui hait encor, ce dit-on,
    Cet ingenieux larron
    Qui vola sa bergerie._

    _Et bien, si tu veux user,
    Pour ton vol authoriser,
    De la regle Laconique,
    Puce, au moins contente toy
    De ce que la douce loy
    Ne punit ton fait inique._

    _Et ne crois que dans les cieux
    D'un courage ambitieux
    Ores ton petit cors saute:
    Car le celeste pourpris
    Ne peut estre juste pris
    D'une si injuste faute._

    _Tu peux bien, pour t'excuser
    De ce tien vol, accuser
    Ceste marastre nature
    Qui veut qu'un sang rougissant,
    Lequel tu vas ravissant,
    Soit ta seule nourriture._

    _Nature, qui t'a donné
    Ton estre, a bien ordonné
    Que tu vivrais de rapine:
    Mais, pour punir ton peché,
    Ell' veut qu'un ongle fasché
    Creve ta foible poitrine._

    _L'effort de ton petit saut
    Ne te peut guinder si haut
    Comme lon te fait accroire,
    Ni des beaux vers le monceau
    Qu'apprend ce docte troupeau
    Au temple de la Memoire._

    _Que si tu veux emprunter
    Des aisles pour y monter,
    Je crains que la cire en fonde,
    Et que, cherchant un bon heur,
    En desastre et en malheur
    Icare tu ne seconde._


SONNET DU MESME.


    _Archer ingenieux qui, par moyens rusez
    Avez en tant de lieux percé mon cœur fragile,
    Qui frappez seurement de la flesche subtile
    Aussi tost que de l'œil le but où vous visez,_

    _Faites, je vous supply, et si bien m'instruisez,
    Que je puisse percer, par une adresse habile,
    Ce Rocher endurcy, ce rocher qui à mile
    Aprentis de voz ars a mille traits brisez._

    _J'ay tant de fois voulu à ce Roc faire breche,
    Tant de fois decoché de mon arc une fleche,
    Et tant de fois j'ay veu ma fleche reboucher._

    _Faudroit-il, je vous pri, pour luy donner entrée,
    Qu'elle eut la pointe humide en lieu d'estre acerée,
    Veu que la goute d'eau entame le Rocher?_



[Ornement]


LA PUCE DE RAOUL CAILLER.

POITEVIN.


    BIEN _que plusieurs doctes espris
    T'ayent vanté en leurs escris,
    Loüans ta vie tant heureuse,
    On n'a point encor toutesfois
    Chanté comme tu meritois
    Ce qui te rend plus merveilleuse._

    _Puce, je te veux donc chanter,
    Puce, je te veux donc vanter,
    Si je puis, selon ton merite;
    Puis te donray, t'ayant chanté,
    A celle qui a merité
    Une loüange non petite._

    _Mais, Puce, pour te bien vanter,
    Mais, Puce, pour te bien chanter,
    Il faut entendre ta naissance:
    C'est la corde qu'il faut sonner
    Auparavant que d'entonner
    Tes mignardises on commence._

    _Ceux là qui te veulent blasmer,
    Ceux qui te veulent diffamer,
    Reprochent que tu prens naissance
    D'un puant et sale sujet,
    Et que tel est souvent l'effect
    Que la cause qui le devance._

    _Mais ce n'est parler contre toy,
    C'est reprendre l'ordre et la loy
    Et le reglement de ce monde:
    Tout ce qui prend commencement
    S'engendre par corrompement,
    En l'air, en la terre et en l'onde._

    _Si tousjours demeuroient entiers
    Du monde les corps semanciers,
    Tout cherroit en un piteux estre:
    Mais de leur putrefaction
    Ressort la generation
    De toutes choses qu'on fait naistre._

    _Dieu veut que d'un corps le tombeau
    D'un autre corps soit le berceau.
    Telle est ça bas sa pourvoyance:
    Ces loix à nature il donna,
    Quand de ses doits il ordonna
    Les Cieux et leur nombreus dance._

    _Aussi tout ce grand univers,
    Ce beau bastiment tant divers,
    Est sorti du goufreux desordre
    Du chaos en soy mutiné,
    Et dedans le rien d'un rien né,
    Sans pois, sans mesure et sans ordre._

    _Le petit monde, qui comprend
    Toutes les parties du grand,
    De qui prend-il son origine?
    D'un excrement surabondant
    Petit à petit s'amassant,
    Semblable à l'escume marine._

    _Il ne te faut doncques blâmer,
    Il ne faut pas te diffamer,
    Ores que tu sois engendrée
    De quelques sales excremens:
    Petis sont les commencemens
    De l'œuvre bien elabourée._

    _Mais plustost loüer je te veux,
    Et l'on devroit estre envieux
    De ta naissance si soudaine,
    Veu que les autres animaux,
    Presageant leurs futurs travaux,
    Naissent avecques si grand peine._

    _De peur que par un mouvement
    En un si long retardement
    Leur matiere soit difformée,
    Dans le ventre d'un vaisseau neuf
    Ou dans la coquille d'un œuf
    Elle a besoin d'estre enfermée._

    _Toy, te hastant de veoir le jour,
    Tu ne veux faire long sejour
    Dedans ta bourbeuse matiere:
    Aussi t'est aisément acquis,
    Puce, tout ce qui est requis
    A te faire veoir la lumiere._

    _Sans plus, du Soleil la chaleur
    Et de la terre la moiteur
    Sont requises à ta naissance,
    Aussi la nature se plaist
    A ramener sans autre apprest
    En effect soudain ta puissance._

    _Pour ton espece conserver,
    Tu n'as la peine de couver
    Mille petits œufs sous ton ventre:
    Et si n'es sujette à la loy
    Des autres bestes, car en toy
    La semence du masle n'entre._

    _Comme sans l'aide de Cypris
    Ton premier estre tu as pris,
    Tu te peux bien passer encore
    (Sans faire hommage à cet enfant
    Qui des hommes va triomfant)
    De celle qu'en Paphe on adore._

    _Heureuse puis que le flambeau
    Qui brule mesme dedans l'eau
    N'attrape ta petite masse;
    Puis que le froid, qui sans repos_
    _Nous va penetrant jusqu'aux os,
    Ta chair tendrelette ne glace._

    _Il est bien vray qu'un autre yver,
    Qu'une grande froideur de l'air,
    Esteint la chaleur qui t'avie;
    Mais ce n'est à toy seulement
    Que la froideur d'un element
    Si penetrant ravit la vie._

    _Le chaud de nature est amy,
    Mais le froid est son ennemy,
    Contraire à toute bonne chose,
    Aux herbes ostant la vigueur,
    Aux bois ravissant leur honneur,
    Et reserrant la fleur esclose._

    _O Puce, qu'heureuse tu es
    De naistre ainsi comme tu nais!
    Mais encor es tu plus heureuse
    De vivre ainsi comme tu vis,
    Sucçant le sang dont tu nourris
    Ta petite ame vigoureuse._

    _T'accrochant sur un marbre blanc,
    Tu en fais decouler le sang
    Dont tes levres sont enyvrées,
    Ou bien tu baises quand tu veux
    La bouche, le nez et les yeux
    Des pucelettes empourprées._

    _Tu mors et remors le beau sein,
    Les blanches mains et le tetin
    De la pucelle qui s'amuse
    A filer, coudre ou s'attifer;
    Et quand sa main te veut gripper
    Soudain tu descouvres sa ruse._

    _Ja desja preste à t'escacher,
    Elle te roule sur sa chair,
    Mais si bien tu sçais te deffendre,
    Que d'un tremoussement divers
    Dans sa chemise tu te perds,
    Où tu n'es pas facile à prendre._


SONET DU MESME A MAD. DES ROCHES.


    _Si d'un vers mal-coulant j'ose ennuyer vos yeux
    Et vous faire present de chose si petite,
    Je prie que vostre œil contre moy ne s'irrite,
    Et supplie vos doits de m'estre gracieux._

    _Madame, un jour viendra que ma main sçaura mieux
    Coucher sur le papier la loüange non dite,
    Que vostre noble esprit sur tout autre merite,
    Quand m'auront esclairé vos Soleils gracieux._

    _Ou si j'ay merité vous sentir rigoureuse,
    Embrazez ce papier d'une œillade flammeuse,
    Vos yeux seront vangeurs du tort qu'on leur a fait._

    _Mais ce n'est au papier que vous vous devez prendre:
    Punissez moy d'avoir osé tant entreprendre,
    Pardonnant au papier qui ne vous a forfait._

[Ornement]



[Ornement]


SUR L'APOTHEOSE DE LA PUCE.

SONET.


    DU _meurtrier d'Orion la venimeuse panse
    Et les bras estendus, plus qu'en leur part des cieux,
    Avoient empoisonné tous ces terrestres lieux,
    Si qu'on n'oyoit que mort, que sang, que violence._

    _On void aneantis par la juste balance
    De ce signe nuisant les effets odieux,
    Et le ciel l'a vomi dans le lac stygieux,
    Espoir pour l'avenir de meilleure influence._

    _Pour remplir l'ornement du Baudrier estoilé,
    La Puce, humble animant, au lieu vuide a volé,
    Et, fait astre nouvel, aux mois tardifs rayonne._

    _Par l'heureuse faveur des suffrages exquis
    De la docte Pleiade ell' a ce rang acquis
    Et par la douce voix de la belle Erigone._

    DE LA GUERINIÈRE.

[Ornement]



[Ornement]


LA PUCE DE LOMMEAUD,

SAUMUROIS.


    QUE _vous estes bien abusez,
    Poëtes qui vous amusez
    A descrire cette puçette
    Qui travaille cette Rochette
    Que, sous un petit animal
    Qui jour et nuit luy fait du mal,
    Remplis de fureurs poetiques,
    Vous honorez de vos cantiques!
    Devriez-vous, ô bons esprits,
    Graver en vos divins escris
    La Puce qui sans fin mordille
    Cette belle pucelle fille?
    Ell' se musse dans ses cheveux,
    Frisez, retors de mille neus;
    De ses cheveux elle sautelle
    Sur son sein vermeil qui pommelle,
    Puis ell' s'ecoule bondissant
    Sur un petit rond fleurissant,
    Rond vermeillet comme une rose,
    Où la puce souvent repose.
    Cessez donques de loüanger
    Cette Puce qui veut manger
    D'une charneure si doüillette.
    Que d'entre vous quelque Poete
    S'efforce, sans nous le celer,
    Cette dame depuceler,
    (Cette dame toute divine
    Ornée de rare doctrine)
    Si d'elle il a quelque pitié,
    Ou luy porte quelque amitié._

[Ornement]



[Ornement]


VERS DE PIERRE SOULFOUR,

PRESIDENT.

(Traduit du latin.)


    AUX _Grands Jours n'y a rien d'égal,
    Et rien de petit ne s'y treuve:
    La Puce, un petit animal,
    Logée au Ciel, nous en fait preuve._


A LA PUCE.


    _Puce, tu t'es bien abusée
    De te prendre à un tel morceau:
    Où penses-tu estre posée,
    Volant sur ce tertre jumeau?_

    _Tu ressemble à ce taon champestre
    Qui droit dessus la peau vola,
    Pour y cuider son bec repaistre,
    Du taureau que Myron tailla._

    _L'airain pur, et non la chair vive,
    Luy repoussa son petit soc:
    O Puce! la blancheur naïve
    Que tu picotes, c'est un roc,_

    _Un roc de marbre que la Muse
    A basti loin de Cytheron,
    D'autre artifice et plus grand' ruse
    Que n'est le Taureau de Myron._


TRADUCTION DU LATIN.


    _Ce que la mouche fit au Taureau de Myron,
    Toy, petit animal, tu l'as fait au giron,
    Ou quelque peu plus haut, au sein d'une Deesse.
    Tous deux estes trompez d'une mesme simplesse:_

    _L'un s'est pris à l'airain, l'autre s'abuse au roc.
    Mais toy, plus avisé, poussant ton petit soc
    Sur l'yvoire poli de sa chaste mamelle,
    En touchant l'immortel tu te rens immortelle._


APOLLON EN PUCE.


    _O Puce, vien donc mon esprit
    De ta vive fureur attaindre,
    Afin que par le mien escrit
    Ton loz en mon vers puisse empraindre._

    _Puce Muse, ô Puce Apollon,
    Je te reclame, il n'y a ame
    Qui n'ait senti ton aiguillon
    Et ton puissant entousiasme._

    _Apollon, jadis, en tirant
    L'oreille de ce grand Virgile,
    Luy donna le stil doux coulant
    Pour chanter Chromis et Mnasile._

    _Ta vertu est certainement
    A celle de Phœbus pareille,
    Tu nous eschaufe également,
    Chacun a la Puce à l'oreille._

    _O Puce des Puces l'honneur,
    Puce des pucelles compagne,
    Tu as mis en rut et fureur
    La France, l'Itale et l'Espagne._

    _Moymesme qui suis de bien loin,
    Et qui cloche apres la grand' bande,
    Si suis-je attaint du mesme soin,
    Qui me violente et commande._

    _Un Elephant et un Grifon
    Sont plus grands que toy de corsage,
    Mais si nous posons ton renom,
    Tu as bien sur eux l'avantage._

    _Un Elephant, si grand soit-il,
    Ne peut musser sa grandeur vaine
    Au beau sein où toy, plus subtil,
    Puce, tu caches ton ebene._

    _Un Elephant ne pourroit pas,
    Comme l'oyseau porte-tonnerre,
    Par l'air subtil guider ses pas,
    Sans se laisser tomber à terre._

    _Mais toy tu fais encore mieux
    Que cest oyseau qui son œil darde
    Vers le plus clair flambeau des cieux,
    Car seulement il le regarde._

    _Toy, tu as trop mieux regardé,
    Puis franchi d'un brave courage,
    De plein vol, et puis possedé
    Le plus bel astre de nostre âge._

    _Volans droit, tu sçeus te percher
    Sur cette colline jumelle
    Où devant toy se vint nicher
    La Muse et la Grace avec elle._

    _Icarus ainsi ne vola
    Avecques sa plume cirée;
    Mais en trebuchant il bailla
    Le nom à la mer Icarée._

    _C'est pourquoy je ne pense pas
    Que comme une Puce commune
    Tu nous apparaisse icy bas,
    Ton vol ne despend de fortune._

    _Tu es quelque Demon mussé
    Finement là, si dire j'ose;
    Tu es Apollon deguisé
    Dessous cette Metamorphose._

    _Apollon a jadis hanté
    Son Helicon et son Parnasse,
    Et s'en est longtemps contenté,
    Fuyant le bruit du populace,_

    _Car tousjours a hay les lieux
    Où ce sot peuple l'accompagne,
    Et suivi les rocs sourcilleux,
    Et les costaux et la montagne._

    _Estant seul, un jour s'apperçeut
    Que la Muse avoit fait eschange
    De la roche où le cheval beut
    Avec une autre Roche estrange._

    _Et que mesme elle avoit laissé
    La double roche Parnasine,
    Et son nouveau temple posé
    Dans une Roche Poitevine._

    _Alors droit en Poitou tira
    Et, se formant en une Puce,
    Sur ce double yvoire vola
    Sur lequel à présent se musse._

    _O Puce, n'est-ce pas cela?
    Je l'ay trouvé, c'est par ta grace.
    Ne puisses tu bouger de la:
    A un tel hoste telle place._

[Ornement]



[Ornement]


LA CONTRE-PUCE DE RAPIN.


    PUCE _que tant de bons espris
    Pour sujet de leurs vers ont pris,
    Qui t'ont trouvée si habile
    Que, la Muse les échaufant,
    Ils t'ont fait un grand Elefant,
    Par leur invention gentille,_

    _Tu as eu cet heur aux Grans jours,
    Aussi c'est volontiers tousjours
    Le temps que tu te fais conoistre,
    Quand le Soleil plus haut monté,
    Des moites chaleurs de l'esté
    Dans la poussiere te fait naistre._

    _Mais s'il se falloit amuser
    A la verité deguiser
    D'une flateuse couverture,
    J'aymerois mieux chanter le poux,
    Qui s'engendre et se paist de noux
    Plus amy de nostre nature._

    _Je dirois la punaise aussi,
    Et le morpion racoursi,
    Qui s'attache à nostre substance;
    Mais je ne sceu jamais traiter
    Un sujet où il faut vanter
    Le mal contre la conscience._

    _Ceux qui t'elevent jusqu'aux cieux
    Toutesfois ne t'ayment pas mieux
    Que moy qui te blasme et despite;
    Et quand visiter les voudras,
    Ils te chasseront de leurs dras,
    Pour belle qu'ils t'ont descrite._

    _Encor dit-on que l'argument
    Où ils ont pris le fondement
    De te louer par artifice
    Meritoit mieux d'estre vangé,
    Et à ces Grans jours corrigé
    Par les voyes de la Justice._

    _On conte que, de guet à pend
    Peu à peu glissant et rampant,
    Du bas où tu fais ta retraite
    Tu t'estois perchée en un lieu
    Duquel Prince ni demidieu
    N'aproche la main indiscrette._

    _Entre deux tertres arrondis
    Tu acrochois tes pieds hardis
    Au fonds d'une campagne belle,
    Et apres mille petits sauts
    Et mille cauteleux assauts,
    Tu osois poindre une pucelle._

    _Ainsi que dans un large estang,
    A plain gosier tu beus son sang,
    Et pour reste de ton audace,
    Comme les taons veneneux font,
    Tu fis encor d'un pourpre rond
    Marqueter et rougir la place._

    _Pour une telle cruauté,
    Puce, tu avois merité
    Qu'entre deux presses cristallines
    On te fit le ventre crever,
    Qui s'estoit osé abreuver
    De belles liqueurs nectarines._

    _L'assassinat qualifié,
    Par deux tesmoins verifié,
    Te convainquoit d'estre coulpable;
    Mais ceux qui te devoient punir
    Les premiers osent maintenir
    Que ton fait estoit excusable._

    _He! sangsue du cors humain,
    Les deux premiers doits de la main
    Comme sergens te devoient prendre,
    De salive un peu preparez,
    Et les deux pouces acerez
    Par beau millieu te devoient fendre._

    _Le Prince fort bien ordonna
    Qui un gros salaire donna
    Au page qui t'avoit surprise
    Dessus sa robe sautelant,
    Et secrettement te coulant
    Dans le colet de sa chemise._

    _Mais il trompa l'espoir de ceux
    Qui prirent le poux paresseux,
    S'atendans à plus grosse somme:
    Car, comme il respondit, tu viens
    De la sale ordure des chiens,
    Et le poux ne vient que de l'homme._

    _On conte que quand Jupiter
    Se voulut un jour despiter
    Contre ses fermiers de la terre,
    Au lieu où son foudre arriva
    Mille vermines on trouva
    Future domestique guerre._

    _Les taons, les guespes, les cheussons,
    Qui ont des plus picquans fissons,
    Et les Aragnes y nasquirent,
    Les punaises, les morpions,
    Les souris et les scorpions
    Aupres de toy, Puce, en sortirent._

    _Mais entre tous ces animaux
    Qui sont nos plus familiers maux,
    Puce, tu nous fais plus de peine:
    Les autres sont pris aisément,
    Et tu as un fretillement
    Qui empesche qu'on ne te prenne._

    _L'ennemy plus lourd et pesant,
    Encores qu'il soit malfaisant,
    Et toutesfois est moins à craindre:
    A toute heure on le peut domter;
    Mais on doit celuy redouter
    Qui est plus difficile à joindre._

    _Tu nous fais éblouir les yeux
    Te remuant en divers lieux,
    Tant tu és agile et rusee:
    La main qui te pense écacher
    Te tournoyant dessus la chair
    Bien souvent se trouve abusée._

    _La Pucelle, qui ne sçait pas
    Les lieux où tu prens tes repas,
    S'y trompe une serée entiere:
    La vieille ne fait que jouër,
    T'attendant à l'abreuvoër
    Où elle dresse sa panthiere._

    _Quantefois j'ay veu, au matin,
    De ma maistresse le tetin
    Picoté de tes noires traces!
    Et si là j'en voyois l'effet,
    Dieu sçait si tu n'avois point fait
    Encores pis en d'autres places._

    _Ceux qui t'ont fait par fiction
    Estre la fille d'Orion
    Ont bien trouvé ton origine:
    Car Orion est un pisseur,
    Et tu nais de l'orde espesseur
    Qui se detrampe avec l'urine._

    _Puis ce qu'on faint que Pan t'ayma
    Quand Jupiter te transforma
    En cette petitesse noire,
    Si Pan n'estoit qu'un vieil bouquin,
    Salle et ord, puant et faquin,
    Celà n'est pas fascheux à croire._

    _Quant à moy, je ne te crains rien,
    Car Dieu mercy j'ay le moyen
    D'eviter ta salle morsure:
    Je me sçay tenir nettement
    Au linge et en l'accoustrement,
    C'est la recepte la plus seure._

    _La chambre souvent balloyer,
    Le haut et le bas nettoyer,
    S'esloigner de tous lieux infames,
    Est le moyen de s'exempter
    De toy, qui ne veut adjouter
    Ne coucher point avec les femmes._

    _Et quand cela je n'aurois point,
    Encores sçay-je un autre point
    Pour brider ta gueule alterée:
    Dés le soir je m'enyvreray,
    Et toute la nuit dormiray
    Sans sentir ta pointe acerée._

[Ornement]



[Ornement]


QUATRAINS DE CATHERINE DES ROCHES

AUX POETES CHANTE-PUCES.


    LA _Puce sauteloit au sommet d'une Roche
    D'où premiere elle vid le soleil radieux:
    Puis, dressant vers le Ciel son vol audacieux,
    Plus son pouvoir l'elogne et son desir l'aproche._

    _Lors elle recognoist le danger qui s'apreste,
    Pensant au vol d'Icare, au cours de Phaeton,
    L'un mal-heureux oyseau, l'autre mauvais charton,
    Se repent et reprend d'avoir haussé la teste._

    _O le digne ornement de la parfaite bande,_
    PASQUIER, _de qui le nom, l'oraison et les vers
    Volent par la rondeur de ce grand Univers,
    La Puce maintenant vostre secours demande._

    _Haussez la, grand_ CHOPIN, _de qui la voix exquise
    A souvent contenté ce fils de Jupiter,
    Ce_ DU HARLAY _qu'on void les hauts Dieux imiter,
    Que tout le monde admire, estime, honore et prise;_

    _Le Pillier, le miroir, l'oracle de la France,
    Qui soutient, represente et anime sans fin
    Peuples, Princes et loix, brise l'air Poitevin,
    Pour conduire la Puce avec plus d'asseurance;_

    MANGOT, _le verd printemps à la vertu chenue,
    Le favory des Dieux, le Mercure facond,
    Qui est premier de tous et n'a point de second,
    La sousleve, et luy fait outrepasser la nue._

    _Que diray-je, ô_ ESPRIT ORNÉ DE BEAUTÉ DINE,
    _De vos vers doux-coulans, sinon que les neuf Sœurs
    Ont versé dedans eux leurs mielleuses douceurs
    Pour attirer au Ciel la Puce Poitevine._

    _Celuy qui la reprend d'estre injuste et cruelle
    L'honore en la blasmant; il ne fait voir sinon
    Qu'elle est Puce fameuse et digne de renom,
    Et la faisant mourir il la rend immortelle._

    _Ell' a pour son flambeau l'agreable lumiere
    Des deux freres germains par les Muses élus,
    Plus divins mille fois que Castor et Pollus,
    Car ils ne changent point leur lampe journaliere._

    _Cet excellent rameau de la noble racine
    Qui commandoit Verone a voulu prendre soin
    De la petite Puce: aussi elle a besoin,
    Pour monter dans les Cieux, d'une_ ESCALE _divine_.

    _Ainsi qu'elle approchoit du throne de sa gloire,
    Amour la vint saisir. Ce petit affeté
    En vain en est jaloux: car il est arresté
    Que les vers de_ BINET _luy donnent la victoire_.

    _Qui seroit negligent à si loüable peine
    Pour donner à la Puce un gentil ornement?
    Le sçavant_ LA COUDRAYE _l'habille proprement,
    Ores à la Françoise et or' à la Romaine._

    _Courage, ma mignonne, il faut prendre la place
    Du meurtrier d'Orion, il faut prendre ce lieu
    Qui vous est préparé d'un homme, mais d'un Dieu
    Qui vous y fait guider par les mains de la Grace._

    _L'oyseau favorisé de l'archer du tonnerre,
    OEilladant cette Puce avec un doux regard,
    Luy veut prester son dos pour luy servir de chart,
    Et de ses ailerons mignardement l'enserre._

    _Elle est placée au Ciel, et le fourier Hygine
    N'a marqué son logis; mais cest oyseau sacré
    Qui fait entre les Dieux ce qui luy vient à gré
    A voulu qu'elle fut un favorable signe._

    _Bien-heureux qui l'aura au point de sa naissance
    Pour son astre ascendant, et bien-heureux aussi
    De qui elle prendra un gracieux soucy,
    Faisant couler sur luy sa celeste influence._

    _Mais qui luy a donné cette chesne dorée?
    Vrayment cest_ LE CLAIR OR, _qui par l'eclair luysant
    De ses beaux vers dorez luy a fait ce present,
    Et par l'honneur de luy la Puce est honorée._

    C. DES ROCHES.


TRADUCTION DU LATIN.


    _Ne t'estonne d'Ossan endossé sur l'Olympe,
    Ny du Gean qui, fol, vers les estoilles grimpe,
    Puis qu'on voit une Puce escheler le Rocher
    Qui peut de Jupiter la hauteur approcher.
    Pareils faits, non effetz: la terre enclost Typhée,
    La Puce piafant fait des astres trophée,
    Grands parreins les Geans bouleversez des Dieux,
    Puce qui par Pasquier prend son vol jusqu'aux cieux._

    E. PASQUIER.


A PASQUIER.


    _Sur le teton jumeau je vy la Puce prendre
    Et, riant, depucer la pucelle de pris.
    Puce et pucelle ensemble, en tes divins escris,
    Pasquier, tu veux et peux immortelles les rendre._

    FR. D'AMBOISE, ADVOCAT.


RESPONSE.


    _Tu t'abuzes, amy, la Puce ne feut prise,
    Et pourquoy doncq'? D'autant que, sage, elle sautoit
    Sur le sein de Madame, et là le suçotoit
    Sans crainte, comme estant en un lieu de franchise._

    E. PASQUIER.


    _Ce n'est point par ma main que la sage pucelle
    De Poictiers doit atteindre à l'immortalité:
    Son sçavoir, sa vertu, ses meurs et sa beauté
    La rendront à jamais de soy mesme immortelle._

    E. PASQUIER.


VOEU PASTORAL

EN FAVEUR DES POÈTES CHANTE-PUCES.


    _Celuy qui du_ PASCAGE _emprunte le surnom,
    Celle qui aux_ ROCHERS _donne tant de renom,
    Furent premiers motifs de cette Puce gaye.
    Celuy qui à la Puce encor' a bonne part,
    Et qui d'Amaryllis chante le sainct regard,
    Trouva dans les forests le nom de la_ COULDRAIE.

    _Icy maint bon pasteur diversement voit on
    Graver dans le sainct Roch sous l'a_ BRY SON _sainct nom;
    Icy le bel_ OYSEL _degoiser son ramage,
    Et le pastre_ TOURNEUR _chanter mil beaux couplés,
    Et tous abandonner la Deesse Palés
    Pour faire à qui mieux mieux à une Puce hommage._

    _Icy voit-on le mont de Parnasse_ ESCHELER,
    _Icy le forgeron sainctement_ MARTELER,
    _Icy pour, bien_ BINER, _les riches fruicts renaistre
    Au dessous des_ CHAUX PINS, _et le jeune berger,
    Et_ AMBOISE _des Dieux l'ambrosie_ MANGER
    _Et du mielleux nectar souëfvement se paistre._

    _Vous qui hantez les Rochz, les pastiz, les forez,
    Satyres chevrepieds et Faunes, quand orrez
    De voz humbles pasteurs la devote musique,
    Recevez dans vos monts, dans vos prés, dans vos bois,
    D'un favorable accueil, leurs doux sonantes voix,
    Mais gardez que comme eux la Puce ne vous picque._

    E. PASQUIER.


TRADUCTION DU LATIN.

(Voir les Notes.)


    _Sur la Puce maint manœuvre
    S'est joué: Loisel icy
    En fin sur ton nom descœuvre
    Une couronne, et ainsi
    La fin couronne ton œuvre._

[Ornement]



[Ornement]


DESCRIPTION DES DEUX ÉDITIONS

(In-4º, 1583, et in-8º, 1610)

QUI ONT SERVI A LA PRÉSENTE RÉIMPRESSION

_ET VARIANTES PRINCIPALES_


_Page 1._--Notre titre est celui de l'édition in-8º. Le titre de
l'édition in-4º est ainsi conçu: _La Puce de Mme Desroches, qui est un
recueil de divers poëmes grecs, latins et françois, composez par
plusieurs doctes personnages aux Grands Jours tenus à Poitiers l'an
MDLXXIX.--A Paris, pour Abel l'Angelier, au premier pillier de la
grande salle du Palais. MDLXXXIII. Avec privilege du Roy._--A la suite
de ce titre, l'in-8º donne un _Extrait du privilege_, et une dédicace
de Jacques de Sourdrai _à noble et vertueux seigneur Ant. de la P.,
gentilhomme poictevin_, que nous n'avons pas reproduite.

_Page 3._--La préface _au lecteur_ donnée par l'in-4º est tellement
différente de celle-ci qu'il est impossible d'en indiquer les
variantes. Pasquier ne s'y met pas lui-même en scène, mais il raconte
l'aventure comme étant arrivée à _quelque personnage assez cognu_.

_Pages 6 et 7._--Les deux pièces, _Quand je feis_, et _Peut-estre
adviendra-il_, se trouvent, dans l'in-8º, après la _Puce_ de Pasquier.

_Pages 29 et 30._--Les quatre pièces contenues dans ces deux pages ne
sont pas traduites dans l'in-4º. Mais il donne après elles une pièce
en grec, [Grec: Psullês enchhômion], qui ne se trouve pas dans
l'in-8º.

Puis viennent ici deux pièces non traduites, données par les deux
éditions: 1º _Jo. Bineti Bellovaci. J. C. Amatoris et Pulicis
Colloquutio. Cl. Binetus, fratris filius, restituit._--2º _Ren.
Chopini I. C. et in sup. curia advocati Pulex._

_Page 37, vers 16 à 18._--Variante de l'in-4º:

    Ja void on dans Poictiers ce Poëte divin
    Celebrer Apollon comme vray Poictevin,
    Qui quitte le surnom pour Poitou de Pythie.

_Page 39, vers 6 et suivants._--La pièce finit ainsi dans l'in-4º:

    Ou, si c'est une Puce, elle ne s'engendra
    D'une ordure, mais bien de ce beau chien celeste
    Tellement que la vierge et la Puce s'apreste
    De reparer les cieux de deux astres tous neufs,
    Lorsque les Dieux puissans, vaincus de tant de vœus
    Des Poëtes, mettront au ciel une autre vierge,
    Et qu'ils voudront encor que la Puce y heberge,
    Astres vrayment trois fois et quatre fois heureux
    D'estre honorez ça bas et aux celestes lieux.

_Page 40._--La chanson n'est pas traduite dans l'in-4º, non plus que
la pièce suivante.

Vient ensuite la pièce intitulée: _Jacobi Mangotii, in senatu
Parisiensi advocati, Pulex_, qui n'est traduite dans aucune des deux
éditions.

_Page 74._--Ici viennent deux pièces non traduites: _Ad consultissimos
supremi senatus Gallici patronos in Rupeæ Pulicem ludentes_,--et
_Raphael Gallodonius in curia Paris. Advocatus_.

_Page 79._--Ce sonnet de Macefer a été supprimé dans l'in-8º; c'est
pourtant une des pièces les mieux tournées. Peut-être a-t-il dû cette
exclusion à la vivacité du dernier tercet; mais alors l'éditeur aurait
fait preuve d'une pruderie qui n'était guère de son temps.

_Page 89._--L'in-8º ne donne pas non plus ce sonnet de la Guérinière;
mais cette fois l'oubli n'était pas regrettable, et, n'eût été le
désir d'exactitude, nous aurions bien laissé ce fatras poétique dans
l'obscurité à laquelle l'avait condamné l'éditeur de 1610.--Cette
pièce est suivie d'un distique latin du même, _Ad Pleiada et
Erigonem_, que l'in-8º n'a pas non plus reproduit.

Avant la Puce de Lommeaud se trouve une pièce latine, _Pulex ad
Claudium Binetum_, signée _L. Bochellus_.

_Page 93._--Après le premier quatrain de Pierre Soulfour vient une
pièce latine, _Quid magni peperere dies_.

_Page 100._--Avant la _Contre-Puce_ viennent deux pièces, également
de Rapin: _De pulice Pictavii decantato_, et _De eodem_.

_Page 107._--_La Contre-Puce_ est suivie des quatre pièces latines
suivantes: _Nicol. Rapini ad Paschasium epig._,--_Steph. Paschasii ad
Nicolaum Rapinum_,--_Jul. Cæsaris Bulengeri Juliodunensis in Pulicem
Catharinæ Rupeæ Pictaviensis_,--et _F. Coldraii propempticon carmen_.
Les deux dernières seulement sont données par l'in-4º.

C'est ici que vient dans l'in-4º la _Louange de la Puce_, une assez
longue pièce en prose, que nous n'avions pas à reproduire ici, vu
qu'elle n'a aucun rapport à l'aventure de Catherine Desroches.

L'in-4º finit ici, sans donner les pièces suivantes, à l'exception des
_Quatrains de Catherine des Roches_, qu'il met après le sonnet de la
Guérinière, page 90, et du _Vœu de Pasquier_, qu'il fait venir après
le sonnet de Macefer. Ces deux pièces sont bien mieux à leur place
dans l'in-8º.

Entre le _Vœu_ et la dernière pièce se trouve une pièce latine
intitulée: _In Stephani Paschasii Stephanoplocon_.

[Ornement]



[Ornement]


NOTES


   _Page 36._--Après le vers 14e devraient venir deux vers à rimes
   féminines, mais ils ne se trouvent dans aucune des deux éditions.

   _Page 39, vers 10._--Supprimer la virgule qui se trouve après
   _Poictiers_.

   _Page 64, vers 18._--_Le_ fourmy. _Fourmi_ a été du masculin, et
   comme tel il s'est écrit _fourmis_. La Fontaine l'a encore écrit
   ainsi deux fois de suite, pour le besoin du vers, quand il a dit,
   dans la fable _La Colombe et la Fourmis_:

    L'autre exemple est tiré d'animaux plus petits.
    Le long d'un clair ruisseau beuvait une Colombe,
    Quand, sur l'eau se panchant, une Fourmis y tombe,
    Et dans cet Océan l'on eust vû la Fourmis,
    Etc...

   Ici les arrangeurs d'éditions à la moderne ont le choix ou de
   faire deux vers faux, ou d'abandonner leur système.

   _Page 101, vers 15._--Le vers manque d'un pied; il les a tous
   dans l'édition in-4º, qui le donne ainsi:

    Pour belle qu'ils t'ayent descrite.

   _Page 115._--Le dernier quatrain fait allusion à une pièce latine
   d'Antoine Loisel, qui joue sur le mot grec [Grec: Ztephanos],
   signifiant également _couronne_ et _Etienne_ (prénom de
   Pasquier). Voici la pièce en question:

    IN STEPHANI PASCHASII STEPHANOPLOCON

    _Pausiæ, ut et Glyceræ tabulas, variasque coronas,
      Ardorumque jocos secula prisca canunt:
    Sic Stephani et castos Catharinæ Rupis amores,
      Puliceosque sales, postera suspicient;
    Quos tanta Stephanus noster contexuit arte,
      Ut Stephanoplocon hunc dicere jure queas._

   _Stephanoplocon_ veut dire «couronne de fleurs».

[Ornement]



TABLE DES MATIÈRES
                                                                 Pages

    Avant-Propos                                                     v
    _La Puce, ou jeus poetiques françois et latins. Paris,
      M.DC.X_                                                        1
        Catherine Desroches                                          9
        Etienne Pasquier                                            14
        Brisson                                                     22
        Joseph de l'Escale                                          31
        Anthoine Loisel                                             37
        Etienne Pasquier                                            40
        Claude Binet                                                43
        Odet Tournebus                                              62
        Macefer                                                     75
        Raoul Cailler                                               80
        De la Guérinière                                            89
        Lommeaud                                                    91
        Pierre Soulfour                                             93
        Rapin                                                      100
        Pièces diverses                                            108
    Description des deux éditions in-4º, 1587, et in-8º, 1610
      et variantes principales                                     117
    Notes                                                          121



_Imprimé par D. JOUAUST_

POUR LA COLLECTION

DU CABINET DU BIBLIOPHILE

NOVEMBRE 1868


[Ornement]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "La Puce de Mme Desroches" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home