Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 1596, 27 Septembre 1873
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 1596, 27 Septembre 1873" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'ILLUSTRATION
JOURNAL UNIVERSEL

31e Année.--VOL. LXII.--1596
SAMEDI 27 SEPTEMBRE 1873

[Illustration.]

Prix du numéro: 75 centimes
La collection mensuelle, 3 fr.; le vol. semestriel,
broché, 18 fr.; relié et doré sur tranches, 23 fr.

Abonnements
Paris et départements: 3 mois, 9 fr.;--6 mois,
18 fr.;--un an, 36 fr.; Étranger, le port en sus.

[Illustration: M. COSTE.
D'APRÈS LA PHOTOGRAPHIE DE M. REUTLINGER.]



SOMMAIRE

        TEXTE

        Histoire de la semaine.
        Courrier de Paris, par M. Philibert Audebrand.
        Les Théâtres, par M. Savigny.
        Bulletin bibliographique.
        Nos gravures.
        Les dix-huit régions militaires par M. Wachter.
        Revue comique du mois, par Bertall.
        La libération du territoire (fin).
        Revue financière: Le Crédit foncier suisse.
        Eaux gazeuses: M. Mondollot fils.

        GRAVURES

        M. Coste.
        L'évacuation: Le dernier bataillon allemand passant la frontière.
        Espagne: La place du marché à Valence;
        Le bombardement d'Almeria;
        Les carlistes devant Tolosa;
        Vue générale de Bilbao.
        Types et physionomies de Paris; Le cavalier du dimanche.
        Revue comique du mois, par Bertall.
        Exposition de Vienne: Appareil pour la fabrication des eaux
        gazeuses. Rébus.


HISTOIRE DE LA SEMAINE

FRANCE

Le voyage à Frohsdorf d'une délégation de la droite ayant pour but de
mettre fin aux incertitudes qui planent depuis deux mois sur les
résolutions du comte de Chambord, vient d'être pleinement confirmé. Ce
sont MM. Merveilleux-Duvignaux et de Sugny qui ont été choisis comme
ambassadeurs; les deux honorables députés doivent, disent les journaux
bien informés, rendre compte de leur mission aux délégués du centre
droit «de manière à raffermir les espérances de ceux qui croient que le
salut de la France est dans le rétablissement prochain d'un régime
définitif».

En attendant, nous devons nous contenter d'un récit de l'entrevue publié
par le Times et qui, bien que visiblement erroné sur certains points,
n'en est pas moins accepté comme exact dans ses traits principaux. Voici
ce récit:

«MM. Merveilleux-Duvignaux et de Sugny, qui sont allés à Frohsdorf et
dont on a tant parlé depuis quelques jours, sont de retour. Comme ce
voyage donnera lieu à beaucoup de récits, il est essentiel d'en faire
connaître les détails authentiques et d'être exactement renseigné sur ce
qui s'est passé.

«Voici, d'après les renseignements les plus certains, le récit des
entrevues qui ont eu lieu entre les délégués et le comte de Chambord:

«MM. Merveilleux-Duvignaux et de Sugny ont eu deux entrevues avec le
prince. Dans la première, ce sont eux seuls qui ont parlé. Ils ont
déclaré au comte de Chambord qu'ils n'avaient pas à lui poser un
ultimatum, et que leur mission consistait à lui exposer la situation
actuelle réelle, telle qu'elle ressortait des réunions tenues à
Versailles; ils ont attiré son attention sur la question religieuse, sur
la Constitution et sur le drapeau.

«Le lendemain ils ont eu une seconde entrevue, dans laquelle le comte de
Chambord a parlé. Le comte les a remerciés de leur exposé et de ne pas
s'être chargés d'un ultimatum. Il s'est montré très-affecté des efforts
de ses adversaires pour faire croire que son retour serait le signal
d'une guerre religieuse. Il a déclaré qu'il considérait que la politique
de la France devait être une politique de paix et de recueillement, et
que, tout en étant un catholique convaincu, il ne se croyait pas en
droit d'engager les destinées de la France pour une cause, quelque
sacrée qu'elle fût à ses yeux.

«Sur la question de la Constitution, le comte de Chambord a déclaré
qu'il n'avait nullement l'intention d'octroyer une Charte, pas plus
qu'il n'avait l'intention de gouverner le pays au moyen d'une
Constitution quelconque. Il a donné à entendre que la Charte de 1814,
appropriée aux circonstances actuelles et débattue avec l'Assemblée, lui
semblait pouvoir satisfaire tout le monde. Il a pourtant ajouté que, sur
la question du suffrage universel et de la décentralisation, il avait
des idées qu'il n'abandonnerait qu'à son corps défendant.

«Quant à la question du drapeau, le comte de Chambord n'a pas paru y
attacher toute l'importance qu'elle comporte. Tout ce que les délégués
ont pu dire, c'est qu'un arrangement était possible, pourvu que le comte
de Chambord déclarât que c'était cette Assemblée et non pas une autre
qui ferait la monarchie. Les délégués ont repris: Cette Assemblée ne
fera jamais la monarchie sans le drapeau tricolore. Le comte de Chambord
a ajouté: «Je n'en sais rien.»

«Dans les cercles bien renseignés, on conclut de ces informations que le
comte de Chambord publiera avant la rentrée un Manifeste conciliant et
libéral.»

Parmi les inexactitudes manifestes de cette relation, il en est une que
l'agence Havas relevait dès le lendemain de son apparition, c'est celle
que contient le paragraphe relatif au drapeau. «Je le sais», et non pas
«Je ne sais», aurait répondu le comte de Chambord aux délégués qui lui
faisaient observer que jamais l'Assemblée ne ferait la monarchie sans le
drapeau tricolore. Mais c'était là un lapsus du traducteur, et il
demeure avéré que, quant au fonds et dans son ensemble, le récit du
journal anglais est exact. On ajoute que le comte de Chambord ne
tarderait pas à publier un manifeste conciliant et libéral.

Nous avons tenu à enregistrer ici le texte même du Times; comme
toujours, les déductions qu'en tirent les journaux sont fort exagérées,
soit dans un sens, soit dans un autre; quelque importantes que soient,
en effet, les déclarations qu'on vient de lire, elles sont trop
générales pour n'être pas en même temps un peu vagues, et laissent dans
l'obscurité plus d'un point d'une importance capitale. Cela n'empêche
pas quelques journaux de considérer dès à présent comme complet le
succès de la campagne fusionniste, et de s'écrier que la République est
bien décidément morte et enterrée, comme le fait notamment le Soleil,
en ces termes: «La France est en train d'assister à un spectacle qui
l'intéresse vivement. Quelqu'un va mourir chez elle dont la clientèle
est très-affairée. Ce quelqu'un est la République.» Il est vrai que
les organes officieux du centre droit, le Français en tête, se
montrent beaucoup plus réservés, et ce journal paraît avoir un sentiment
plus exact de la situation, lorsqu'il dit, par exemple, qu'«il n'y a pas
de gouvernements qui soient par eux-mêmes le salut, pas de princes qui
soient à eux seuls des sauveurs».



COURRIER DE PARIS

On ne chasse pas qu'à Ferrières chez le baron de Rotschild; on ne chasse
pas seulement non plus à Chantilly, chez le duc d'Aumale. Il n'y a plus
à l'heure qu'il est, depuis l'évacuation, un seul département où on ne
batte les buissons. Conséquences logiques: Paris ne se nourrit plus
guère que de venaison. Le gibier pleut autour de nous. Les wagons de fer
en charrient des monceaux. Un faiseur de statistique, dilettante des
halles, fournit des chiffres à ce sujet. Chaque jour, 153,000 francs de
gibier à plume; plus, 125,000 fr. de gibier à poil.

J'ai parlé d'un statisticien. L'espèce abonde en indiscrets. Tout homme
qui fait profession de grouper des chiffres ne cherche qu'à découvrir,
des pot-aux-roses. Celui-là agite une question assez neuve, presque
impertinente. Il s'agit du gibier confisqué. En dépit de la vigilance
exercée par le comte de Nicolaï, le braconnage s'exerce toujours en
grand chez nous. Tous les ans, les chasseurs sans permis abattent plus
de 500 mille pièces, petites et grandes, ce qui est bien quelque chose.
Mais à bon rat, bon chat. Sur le nombre, on fait aussi une assez belle
rafle; on parvient à saisir un bon tiers du gibier des délinquants, un
gibier qui a la saveur du fruit défendu.

Ce butin, que devient-il? Qu'en fait-on? Il est stipulé dans la loi sur
la chasse que chacune des pièces sera l'aubaine des hôpitaux. Telle est
la question que débat l'indiscret. Va-t-il réellement aux hospices ce
gibier confisqué? Cherchez, regardez par vous-même, informez-vous. Il
est sans exemple qu'on ait vu un lapin de venaison dans un hôpital. Qui
a jamais rencontré un malade de l'Hôtel-Dieu piquant du bout de sa
fourchette une hure de sanglier ou un convalescent de la Pitié suçant le
jus d'une gelinotte? Encore un coup, où tout cela va-t-il? L'homme aux
chiffres a l'air de le savoir, mais il n'ose pas le dire nettement.
C'est qu'il y aurait des braconniers, du braconnage.

Le Congrès des Orientalistes vient de clore ses travaux pour 14873; il
s'ajourne à septembre prochain, dans Londres, attendu qu'il ne peut être
tenu deux sessions successives dans le même pays. Messieurs les
Orientalistes ne s'occupent pas uniquement de choses parasites ou
oiseuses, comme on l'avait supposé. Ils ne recherchent qu'accessoirement
si Cakya-Moisni avait réellement un oeil bleu et un oeil noir; les
choses usuelles figurent volontiers parmi les thèses qu'ils étudient.
Par exemple, la géographie de l'extrême Orient, encore si peu connue,
est un des objets qu'ils traitent de préférence. Ils ne dédaignent pas
non plus de descendre à des détails de floriculture et, en même temps, à
la grande affaire de l'acclimatation en Occident des gallinacés du
Japon.

Il faut bien le dire, le Japon a été le point de mire le plus souvent
visé par les honorables savants. C'est déjà considérable le nombre de
japonistes qu'il y a dans leur sein. Il y a quinze ans, le vent était
pour les sinologues. Pourquoi la Chine a-t-elle baissé dans l'estime de
la science? C'est ce que je ne saurais dire. Voilà que le japonisme
absorbe tout. Dans la foule des discoureurs sur le Nippon et son idiome,
on a même remarqué un lettré japonais, un Oriental couleur pain d'épice,
l'honorable M. Imamura, qui, dans un français très-lucide, a prononcé un
discours sur les effets de la doctrine de Confucius introduite dans son
pays. Cette allocution a été écoutée avec une attention voisine de
l'enthousiasme. S'il y avait eu dans la salle une panoplie de sabres et
de poignards, plus d'un auditeur aurait pu s'ouvrir le ventre en signe
d'assentiment.

Cependant la femme japonaise a été mise le tapis, peut-être trop
inconsidérément. M. F. Madier de Montjau, qui est allé l'étudier sur les
lieux, affirme qu'elle est libre, licencieuse même. D'autres ont soutenu
la même assertion. De là, grande mêlée oratoire. Un peu plus, on se
prenait aux cheveux. Il a fallu clore ce débat qui n'était déjà plus en
harmonie avec la gravité du Congrès. Un orateur a fait pourtant une
remarque digne d'être relatée; c'est que, si la race d'Adam vient à
perdre ses cheveux, comme la chose a l'air d'être probable, on les
retrouvera dans la branche des Japonaises. Déjà, en 1840, M. de Balzac,
parlant des femmes du Japon, d'après M. de Bocarmé, son ami, disait:
«Les cheveux les plus solides et les plus beaux du monde sont chez
elles.» En 1867, lors de l'Exposition universelle, il y avait un
compartiment pour le Japon. C'était une sorte de petit salon où l'on
voyait dix Japonaises grattant une guitare sur des sophas. On courait
les voir.

--N'y allez donc pas si vite, disait Henri Monnier: ce sont des
Japonaises qu'on a prises à Villejuif ou au Gros-Caillou.

Autre histoire.

Elle s'est passée à Paris, c'est une légende du Ranelagh, qui a égayé
autrefois les premières années du règne de Louis-Philippe.

Un lord francisé avait donné à une jeune et jolie femme un brougham
jaune, deux gris-pommelés et un cocher habillé en vert. C'était la
première voiture. Vous pensez si la belle en était heureuse! Le jour où
elle lui fut amenée, elle en usait et en abusait en femme qui ne savait
pas ce que c'était. Elle s'était promenée dans sa voiture, du matin au
soir. A la fin du jour, après dîner, elle s'était fait conduire au bal
du Ranelagh, le Mabille de ce temps-là.

A onze heures du soir (il faisait beau, par hasard), elle grignotait une
glace à la framboise et des biscuits de Reims. Le cocher n'avait rien
pris depuis le matin; il tombait d'inanition. Quant aux deux chevaux, la
tête basse, l'estomac creux, ils se plaignaient moins haut, mais ils
crevaient autant de faim que leur infortuné conducteur.

A la fin, Dominique (c'était le nom du cocher) prit un parti violent. Il
s'élança dans la salle du bal, pénétra jusqu'à sa maîtresse, lui exposa
la détresse des gris-pommelés, et attendit.

--Comment! s'écrie la jeune femme, les pauvres bêtes sont à jeun depuis
si longtemps! Je les plains de tout mon coeur. Tenez, Dominique,
portez-leur, s'il vous plaît, cette glace et ces biscuits.

Gavarni, si grand philosophe le crayon à la main, avait dessiné, un
jour, dans des Androgynes, la silhouette d'une affreuse vieille, jolie
mondaine d'autrefois, qui, pendant ses beaux jours trop vite passés,
avait eu non pas une, mais dix voitures. Esquisse instructive mais
lamentable! En guise de moralité, il ne faut pas oublier non plus ce
qu'on a entendu dire à Mlle Flore, des Variétés, si justement applaudie
jadis dans les Saltimbanques. La pauvre actrice était alors
sexagénaire et reléguée parmi les piétons.

--J'ai eu une voiture, moi aussi; de beaux chevaux, un cocher qui ne se
grisait pas trop, un chasseur vert à épaulettes d'or qui n'était qu'à
moitié impoli, mais je n'ai pas su garder le foin, l'avoine et la cire à
moustaches de toutes ces bêtes-là, et je vais en omnibus!

Il est un fait bien plus actuel et cent fois plus parisien que tout ce
qui précède; c'est la retraite de Jules Janin. Après quarante-deux ans
d'un prodigieux travail, le charmant écrivain se tait sur les théâtres.
Il quitte ce Journal des Débats qu'il a tant illustré de sa prose
étincelante. S'il faut le dire, ça été un grand étonnement. Ceux qui
lisaient l'homme sans le voir de près se sont dit: «Mais pourquoi cette
retraite?

En quoi a-t-il vieilli? Tel il était le premier jour, tel il est encore.
L'esprit de sa critique, la forme si originale de sa parole, ses
portraits, ses épisodes, ses anecdotes, rien de tout cela n'a subi les
rudes atteintes du temps.» Ils disaient vrai. Cependant pour les amis de
Jules Janin, pour ceux qui sont admis à aller voir dans le petit chalet,
de Passy, ce Tibur in-trente-deux qu'il a dessiné et embelli, cette
aspiration au repos a son excuse.

Jules Janin, nul ne l'ignore, n'a pas cessé d'être jeune; mais la goutte
le cloue sur un fauteuil. Elle lui défend de sortir. Impossible de
s'écarter du jardin. Impossible d'aller au théâtre. Il ne saurait plus
aller même à la maison de Molière, cet abri du beau style qu'il aimait
tant et en l'honneur duquel il a usé tant de plumes et desséché tant de
bouteilles d'encre. Pendant plusieurs années, les dernières, sa femme,
ses amis, le menaient en voiture au Théâtre-Français. A peine entré, on
l'entourait. Les contemporains et les plus jeunes s'arrondissaient en
couronne autour de lui; c'était à qui le saluerait et lui serrerait la
main. Mais que vous dire? Voilà que le mal ne permet plus ces échappées.
Dites adieu à ces soirées littéraires.

Il faut demeurer au chalet où, par bonheur, les soins touchants ne lui
manquent pas. Mais j'avais à noter pour quel motif réel Jules Janin
s'est retiré. Sans la goutte, il serait encore sur la brèche. Dieu
merci, la tête, le coeur, l'oeil, la parole, la main, l'inépuisable
bienveillance, tout cela est toujours et sera longtemps encore plein de
jeunesse. Aussi n'abandonne-t-il pas les lettres, ce lettré plein de
passion. Il fera des livres, à l'ombre de ses arbres, l'été; au coin du
feu, l'hiver. Seulement il ne sera plus journaliste.

Ne plus être journaliste, croyez que c'est pour lui le chagrin le plus
vif. L'auteur de Barnave sait être conteur, historien même. Il est
humoriste, il est savant, quand il le faut. Il s'entend à traduire le
latin en français mieux qu'aucun autre. Il a popularisé Horace. Il a
fait revivre Ovide, il a pris les épigrammes de Martial, une à une, pour
en faire une curieuse biographie du poète de Bilbilis. A l'heure même où
je vous parle, il traduit en prose les églogues de Virgile, et il y a
six ans que ce travail le captive, car vous le savez, le vin pur des
vers du Mantouan n'est pas aussi facile qu'on le croit à transvaser de
sa langue dans la nôtre. Il fait donc tout cela, et des contes, et des
commentaires. Il fera aussi, je l'espère, et je le lui ai demandé, un
volume de Souvenirs, de ceux qu'il raconte avec un si puissant attrait
quand la goutte lui laisse du répit. Mais avant tout, mais surtout,
Jules Janin aura été journaliste. C'était pour cette raison qu'ils
s'étaient liés d'amitié, lui et Armand Carrel, ce brillant chevalier de
l'ancien National. C'est pour mériter ce titre de journaliste qu'il a
protesté, il y a vingt-cinq ans, dans la Revue de Paris, contre le
Grand homme de province au moyen duquel H. de Balzac calomniait la
petite presse. C'est pour le même motif qu'il a engagé, en 1843, avec
Alexandre Dumas, à propos des Demoiselles de Saint-Cyr, une brillante
polémique où il devait avoir le dernier mot. C'est en raison du même
point d'honneur à soutenir qu'il a eu un duel avec Capo de Feuillade, un
procès avec Félix Pyat, une passe-d'armes avec Nestor Roqueplan, une
querelle d'un jour avec George Sand, une bouderie constante, je pourrais
dire une guerre de tous les instants, avec l'empire.

Cet empire, qui paraissait faire trembler l'Europe, hélas! tremblait
devant une écritoire, la première venue. Il exilait, il emprisonnait, il
ruinait, il flétrissait les journalistes, et Jules Janin, pareil à ce
personnage de Shakespeare qui, rien qu'avec un brin de paille, perçait
l'armure de fer d'un tyran, frappait l'empire et étonnait l'empereur,
qui n'a jamais pu réussira l'avoir au nombre de ses courtisans. Vous
rappelez-vous les Mères Repenties, un beau drame de Félicien
Mallefille? On voulait l'interdire, ce drame, parce que l'auteur était
un républicain avéré; Jules Janin, royaliste de vieille date, intervient
et, dans son feuilleton, en vrai journaliste, il fit voir tout ce qu'il
y avait de grand, de moral, de viril et de noble dans cette pièce, et la
censure se tut.

--O Dieux! s'écriait-il, vous savez si j'aime et si j'honore en toutes
sortes de reconnaissance et de respect la profession qui me fait vivre;
elle est toute ma vie et toute ma fortune; elle est ma force et mon
oeuvre, et ma fête de chaque jour; mais s'il me fallait renoncer à mon
camarade, à mon ami, à mon poète; s'il me fallait jeter la haine et le
fiel sur tout ce qui ressemble à la vie, au mouvement, au style, à
l'invention, au bel esprit, à la vertu; s'il me fallait peser dans la
même balance et Virgile et Racine, l'affranchi Narcisse et Lucain tué
par Néron; si j'étais forcé d'écouter, impassible et muet, les oeuvres
des esprits que j'aime et des talents que j'honore, et n'applaudir
personne, et n'aimer personne, et ne m'incliner devant personne, et
contempler les riens du jour pour toute compensation, j'aimerais mieux
briser ma plume et renoncer au métier qui me défendrait d'aimer et
d'admirer mes amis!

J'aurais eu encore beaucoup à dire, vous le devinez, sur cet événement,
la retraite de Jules Janin. Mais le papier fuit sous ma plume, et il
faut savoir se borner.--Jules Janin, au reste, a trouvé dans le journal
la récompense de son opiniâtre fidélité.

Un jour, peu après la révolution de Février, il habitait encore la rue
de Tournon. Il voit entrer tout à coup chez lui un homme pâle, effaré,
tout dépaysé. C'était un ambassadeur que le mouvement nouveau venait de
renverser; c'était un très-bel esprit, un critique, un conteur qui avait
couru après les grandeurs et qui tombait du haut de son piédestal.

Jules Janin tendit la main à Loëve-Veimars, le brillant auteur du
Népenthès, l'ancien consul de Bagdad.

--Vous êtes toujours rose, Janin, vous êtes toujours gai! On voit bien
que les révolutions ne vous atteignent pas.

Les révolutions ne m'atteignent pas, elles ne m'atteindront jamais,
répondit philosophiquement le journaliste, parce que je ne serai jamais
assis que sur cette chaise d'où j'écris mes feuilletons.

Philibert Audebrand.



LES THÉÂTRES


Théâtre-Français.--Phèdre.

Le Théâtre-Français a joué Phèdre. Je n'aurais pas parlé de cette
reprise si je n'avais à rendre compte que des interprètes actuels de ce
chef-d'oeuvre. Peu préoccupé des acteurs qui me laissaient indifférent,
non à la tragédie de Racine, mais à sa représentation, je suivais
l'autre soir les mouvements du public, et je cherchais à me rendre
compte de ses très-sincères applaudissements. Il faut dire toute la
vérité.

Mlle Rousseil, qui jouait pour la première fois le grand rôle de Phèdre,
est complètement insuffisante, l'actrice est écrasée sous une aussi
grande tâche. La voix est sans accent tragique, sans puissance
dramatique. Elle ne donne aucune note de ce rôle merveilleux qui
parcourt toutes les passions, dans les nuances infinies de l'amour, de
la jalousie, du remords ou de l'effroi. Le geste est sans dignité, sans
grandeur; la physionomie s'immobilise et à peine un éclair du regard
l'illumine-t-elle de temps à autre. L'actrice dit le texte dans une
déclamation correcte sans en faire jaillir la puissance. Pourtant la
salle l'a saluée plus d'une fois de ses bravos et s'est déclarée de la
sorte absolument satisfaite. Le spectateur est de très-bonne foi dans
son enthousiasme, il le témoigne et il a raison. Si je n'avais pas vu
Mlle Rachel, si je n'avais pas entendu, comme si la tragédienne, eût été
encore sous mes yeux, les grands accents tragiques pleins d'un amour
mortel et d'une douleur antique, si je n'avais pas été instruit par un
interprète de génie des incomparables beautés de ce rôle, j'aurais fait
comme mes voisins et j'aurais acclamé la Phèdre nouvelle.

Pour peu que le comédien ait quelque valeur, le public ne prend que ce
qu'il lui donne. Il ne voit pas par-dessus facteur et au delà.
Impressionnable comme il est, il se contente de l'émotion reçue, sans se
demander s'il est en droit d'exiger une émotion plus grande encore, et
il ne se fait pas même l'idée d'une supériorité. Il accepte bien, comme
vrai, ce qu'on lui dit du comédien d'autrefois, mais il ne voit, lui,
que le comédien du présent, et il reste dans son admiration tant qu'un
talent éminent ne lui apprend pas à rejeter ses faux dieux. Voilà
pourquoi facteur n'a rien à craindre des comparaisons du passé. Quelques
spectateurs s'en souviennent, mais la salle, qui s'est renouvelée, ne
pouvant faire ces dangereux rapprochements, écoute et applaudit. En quoi
le public n'a pas tort. Ce qui fait qu'à défaut de Mlle Rachel, Mlle
Rousseil est une tragédienne.

Mlle Sarah Bernhardt débite de sa jolie voix, musique délicate et
plaintive, le rôle de la tendre Aride. Mlle Sarah Bernhardt a trouvé
dans cette élégie l'occasion d'un nouveau succès, moins grand il est
vrai que celui qu'elle a obtenu dans Andromaque, mais la faute en est à
Racine; il est vrai que la jeune tragédienne murmure la première partie
de son rôle sur une note endormie trop longtemps tenue, mais elle se
réveille en quelques endroits. Cette voix chanteuse trouve alors tout
son charme et toute sa poésie.

M. Mounet-Sully est un Hippolyte d'une belle tournure, fort bien costumé
avec l'élégante désinvolture des Éphèbes antiques, dont la belle voix,
dans le registre intermédiaire, donne avec un grand bonheur d'expression
quelques-uns des vers du tendre fils de Thésée; il force bien de temps à
autre l'expression de sa figure et revient aux effets d'Oreste, comme à
ses premières amours de tragédie, mais qu'importe! il y a l'étoffe d'un
vrai tragédien dans M. Mounet-Sully. À mon avis, le meilleur interprète
de Racine est cette fois Mme Guyon, qui a fait de ce rôle si effacé
d'OEnone, un personnage des plus saisissants et des plus dramatiques.


Théâtre du Vaudeville.

Aline, drame en un acte et en vers, de MM. Hennequin et
Silvestre.--La Chambre jaune, comédie en un acte, de M. de la Rounat.

Quand j'aurai dit qu'Aline, jouée au Vaudeville, contient de beaux
vers, de très-beaux vers, je crois que j'aurai rendu compte du drame de
MM. Hennequin et Silvestre. Il me semble que les auteurs, gens de
talent, n'ont eu en vue qu'une seule scène, dans laquelle résonnent
leurs vers d'une facture très-solide et très-nerveuse. Aussi a-t-elle
une grande chaleur et un grand mouvement. On ne l'a pas assez applaudie
à mon avis. La faute en est au drame trop serré et trop douloureux, et
surtout à ce personnage de Vincent, ce républicain ambitieux et à l'âme
basse, qui a recherché Aline dans une noble maison, pour en faire sa
femme, en se donnant ainsi une fortune et des aïeux et qui, les
événements changeant, demande contre elle le divorce pour affirmer son
civisme et s'assurer les bonnes grâces de la Convention. C'est trop! il
est impossible dès lors de surmonter le dégoût que fait naître un tel
caractère. Sa mort volontaire ne peut même le racheter, et un tel
personnage nuit singulièrement à la pièce. Ce rôle d'Aline, que
l'actrice dit un peu trop bas, est joué avec un grand sentiment et une
expression des plus justes et des plus dramatiques, par Mlle Bartet, qui
est une comédienne de grande valeur.

Quant à la Chambre bleue, vous vous rappelez sous ce titre, une
nouvelle de Mérimée, un des chefs-d'oeuvre de ce maître conteur, si
sobre, si puissant dans sa sobriété. Que de pièces le livre chez Mérimée
n'a-t-il pas donné au théâtre. Cette fois encore, un homme d'esprit et
de talent s'est approprié les quelques pages du romancier et en a fait
une comédie excellente, à laquelle le public a fait le plus grand
succès. Toute cette histoire, un peu risquée, mais si merveilleusement
sauvée d'un amour caché dans une chambre d'auberge, est reprise à la
scène.

Avec ce voisinage tapageur d'officiers d'un régiment recevant leurs
camarades qui les remplacent en garnison, avec ce bruit de verres et ces
fanfares, ce meurtre d'un Anglais qu'une cloison sépare de la fameuse
chambre bleue et qui trouble le bonheur rêvé, par ce fantôme du gendarme
et du juge d'instruction, l'aurore venue recherchant les coupables, tout
cela nous a été donné avec un grand tact, une grande habileté, et la
salle a fait fête à l'auteur du conte et à l'homme d'esprit qui le
traduisait au théâtre. Mlle Antoine et Saint-Germain ont été des plus
applaudis, et c'était justice.

M. Savigny.



[Illustration: L'ÉVACUATION.--Le dernier bataillon allemand passant la
frontière.]


[Illustration: ESPAGNE.--La place du marché de la Lonja de Seda, à
Valence.]



BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE

La belle Olympe, par Charles Monselet (1 vol. in-18. Dentu.)--M.
Monselet ne se contente point d'être un critique narquois et un peintre
de moeurs d'un talent rare, mettant tout un volume dans un article et
faisant avec rien de petits chefs-d'oeuvre. De temps à autre, il aborde
le roman de longue haleine, comme dans les Frères Chantemesses ou dans
les Marges du Code. C'est précisément de cette dernière série que fait
partie la Belle Olympe, un roman d'aventures qui débute en Amérique et
se dénoue ou se noue à Paris, car ce volume n'est que la première partie
de l'ouvrage. Nous assistons à des scènes tantôt comiques,--par exemple
le banquet offert par l'américain Thomas Granter à ses hôtes,--tantôt
tragiques, comme le duel de deux français en pleine forêt américaine. La
belle Olympe, l'héroïne du livre, est une personne d'un naturel
énergique, mais tout à fait atroce. Elle est jeune, jolie, ambitieuse;
elle a épousé un vieux bonhomme, dont elle convoite l'héritage, et comme
elle trouve qu'il ne meurt pas assez vite, elle serait fort disposée à
lui donner, pour parler vulgairement, le coup de pouce. Un vieux
domestique de la maison s'aperçoit de ces dispositions, et la belle
Olympe, se voyant découverte, tue le valet, par mégarde, avec un
pistolet de tir.

Le volume laisse le lecteur en suspens. Il est évident que, dans un
prochain in-18, nous verrons la belle Olympe châtiée et la vertu
récompensée. M. Ch. Monselet n'a pas trop l'air de croire à toutes les
horreurs qu'il décrit. Son naturel enjoué semble railler ces moeurs
sanglantes, mais il a tant d'esprit qu'il se tire à merveille de ces
aventures et l'abbé du XVIIIe siècle papillonne agréablement dans le
domaine de Ponson du Terrail.

Les Phrases courtes, par M. Charles Chincholle (1 vol. in-32).--On se
rappelle l'anecdote de ce bonhomme qui se vantait de composer chaque
matin, avant son déjeuner, une Maxime de La Rochefoucauld. M. Ch.
Chincholle n'a point cette prétention; mais, sans avoir l'air d'y
toucher, il a écrit, sous ce titre, Les phrases courtes, un joli petit
livre de pensées, d'observations, où les idées se font humaines et tout
juste assez misanthropiques pour avoir de la saveur et pas d'aigreur.

«Il est impossible à un observateur de n'être pas misanthrope,» dit
M. Chincholle en commençant. Mais Béranger définissait la misanthropie:
Un amour rentré, et l'auteur des Phrases courtes lui donne raison
par son exemple.

Il y faudrait noter plus d'un trait:

L'homme est parfois tout étonné de ce que vient de faire un autre homme
qui était en lui.

Il n'y a que les créanciers qui soient fidèles.

Entre le bonheur et le malheur il y a l'ennui.

Les souvenirs d'amour sont les rentes du coeur.

Il y a soixante petites pages de ces Phrases courtes. Gavarni eût
souri, satisfait, à plus d'une.

Le Faust de Goëthe, traduction nouvelle de M. H. Bacharach. Préface de
M. Alexandre Dumas fils.--Une nouvelle traduction de Faust, après
Gérard de Nerval, Blage de Bary et la grande traduction Hachette?
Pourquoi pas? On a toujours quelque chose à gagner à fréquenter les gens
de génie. Cette fois d'ailleurs nous avons un Faust traduit
littéralement par un allemand francisé et de Germain devenu Gaulois. M.
H. Bacharach fut, au temps jadis, le professeur d'allemand de M.
Alexandre Dumas fils, et c'est pourquoi l'auteur de la Femme de Claude
a écrit, pour son ancien maître, une préface qui fera grand tapage au
delà du Rhin, mais qui intéressera beaucoup moins,--j'en ai peur pour
nous,--les esprits français. M. Dumas fils s'attache, dans cet alerte
travail, non pas à démolir Goëthe, comme on dit, mais à le juger et
son jugement est assez sévère. Je lui reprocherai d'avoir surtout
examiné Goëthe au simple point de vue de l'art du dramaturge et du
romancier. Il y a bien autre chose dans Goëthe, il y a le savant, le
philosophe, l'étonnant remueur d'idées qui, dans ses entretiens, crible
de vérités nouvelles, ce brave Eckermann tout étonné de tant de choses
et tout empressé à les jeter sur le papier. M. Dumas fils, dans sa
remarquable préface, reproche à Goëthe d'avoir été égoïste. On le
savait. Mais combien d'égoïste ont vécu qui n'ont écrit ni Faust, ni
Hermann et Dorothée?

M. Bacharach a jugé bon de ne traduire que le premier Faust. C'est
dommage. Le préjugé vaut que le second Faust soit absolument
inexplicable et nébuleux. La vérité est qu'il est, comme pensée, comme
tendances, bien supérieur au premier. Mais nous vivons, depuis trente
ans, sur ce cliché que le second Faust est incompréhensible. Il serait
temps cependant de renoncer aux idées toutes faites.

Contes d'Hamilton, publiés avec une notice de M. de Lescure
(librairie des Bibliophiles).--M. Jouaust nous a déjà donné, dans la
jolie collection qu'il appelle les Petits chefs-d'oeuvre, des oeuvres
bien diverses: le Voyage autour de ma chambre, Turcaret, Vert-Vert, la
Servitude volontaire, de la Boétie. Il publie aujourd'hui les Contes
d'Hamilton, et M. de Lescure a écrit, en tête, une notice sur cet
Écossais, plus Français que des Français, qui a composé les Mémoires de
Grammont et conté le Belier et Fleur d'Épine.

On lira avec un agrément infini ce dernier conte, qui vient de paraître,
et que suivrait Zénezde et les Quatre Facardins. Ce genre oriental
est fini depuis longtemps; mais ce qui est toujours durable, c'est la
verve et l'esprit, cet élégant esprit du temps passé que possédait
Hamilton et que j'aurais presque envie d'appeler, pour bien rendre ma
pensée, l'esprit en verrouil.

Maisonnette, par M. Antoine Campaux (1 vol. in-18. Librairie des
bibliophiles).--«En face des tristesses et des angoisses de l'heure
présente, je me suis souvent plu à faire un beau rêve: ce serait, à
l'aide d'une oeuvre d'imagination qui transporterait le lecteur dans
quelque fraîche et sereine région, de convier à une trêve de quelques
instants les nobles esprits qui, dans les camps les plus opposés, se
disputent, à armes courtoises, le gouvernement des intelligences avec
celui de la société.»

C'est ainsi que, dès sa préface, M. Campaux explique pourquoi il a
composé le poème rustique qu'il nous envoie. L'entreprise est louable,
le but est touchant. Certes nous en avons besoin, de ces oeuvres
apaisées et, si je puis dire, berçantes comme le murmure d'un clair
ruisseau! Il faut des oasis à la pensée, des bois pleins d'ombre, des
foyers pleins de paix. Et c'est justement à un de ces foyers rustiques
et calmes que nous fait asseoir M. Antoine Campaux. Ce lettré, qui
explique Virgile, a choisi dans les Vosges un coin «entre tous
souriant», où il s'est reposé en compagnie de livres et de paysans. Le
Journal de Marc-Antoine est une halte en pleine vérité. M. Campaux
envoie ses contemporains «à l'école des champs», et il a raison. Son
poème, très-simple et très-touchant, écrit en vers qui visent moins à
l'orfèvrerie qu'à l'harmonie et à la pensée, est tout à fait consolant
et sain. On y respire comme l'odeur résineuse des sapins. De jolis
paysages encadrent des acteurs sympathiques, et j'ai souvent songé, en
lisant Maisonnette, à une maison forestière, entrevue le lendemain de
Forbach, dans une forêt lorraine, toute paisible, avec un chien couché
sur le pas de la porte et des pigeons voletant sur le toit,--tandis que
l'air du ciel était encore ébranlé des canonnades de la veille!

Le suffrage universel et la République, par M. S. Vainberg (1 vol.
in-18. Ernest Leroux).--M. Vainberg est docteur en droit et avocat à la
cour de Paris. C'est donc quelque chose comme une consultation politique
qu'il nous donne ici. Son travail a pour but la défense du suffrage
universel et de la République. Il ne pouvait venir à un meilleur moment.
La République et le suffrage universel semblent également menacés, et on
ne reprochera pas à M. Vainberg de plaider certaines causes à l'heure de
leur triomphe. M. Vainberg prouve, en homme érudit et en dialecticien
habile, que le suffrage universel est la République et que toute
atteinte au premier est une restriction de la seconde. Cette
proposition, qui ne sera pas du goût de tout le monde, a du moins le
mérite de la vérité. M. Vainberg conclut ainsi: «La République seule
représente l'ordre et la liberté, car elle fournit les moyens
pacifiques pour introduire toutes les modifications nécessaires dans
notre vie sociale et politique. Maintenons-la donc, respectons-la, et
les Révolutions deviendront impossibles.» Cette doctrine est, en
effet, celle du parti républicain, qui a compris, je pense, qu'il ne
doit plus être un parti d'opposition, mais prouver qu'il peut être un
parti de gouvernement. M. Vainberg l'a bien senti et bien indiqué.

Jules Claretie.



NOS GRAVURES


M. Coste

Le célèbre naturaliste dont le nom sympathique était depuis longtemps si
universellement populaire, est né en 1807, à Castries, au milieu de ce
riche et fécond département de l'Hérault, véritable jardin de la France
méridionale, patrie de tant d'hommes célèbres dans tous les genres.

Dès sa plus tendre enfance, M. Coste donna les marques de cette riche et
puissante organisation, qui lui permit d'acquérir sans travail apparent,
par une sorte d'intuition artistique, les connaissances les plus ardues,
les plus précises. Les séductions de cette heureuse nature méridionale
lui valurent, au sortir du collège, et pendant qu'il était encore sur
les bancs de l'Académie de Montpellier, l'amitié de Delpech. Ce grand
médecin lui prouva son attachement en l'associant aux dangers de la
glorieuse mission qu'il venait de recevoir lui-même.

Il s'agissait d'étudier sur place, en Angleterre, le choléra, fléau
inconnu qui faisait explosion pour la première fois, et qui avant 1834
excitait des terreurs si folles, parfois si sanguinaires.

Admis au retour de ce voyage mémorable au Jardin des Plantes comme
préparateur du cours d'anatomie, il ne tarda point à attirer l'attention
de Cuvier. Il faisait partie du petit nombre d'amis qui reçurent les
derniers soupirs du législateur de la paléontologie française.

M. Coste parvint même à exciter l'intérêt de Blainville, ce savant
farouche, inabordable, dont il fut le préparateur et dont il devait être
le successeur à l'Académie des sciences.

Deux ans plus tard, il recevait de cette illustre assemblée une médaille
d'or, décernée pour un mémoire Sur le développement des êtres
organisés, qui devenait bientôt un volumineux ouvrage, perfectionné,
généralisé lui-même, et publié de nouveau bien des années plus tard sous
le titre de Recherches sur le développement des corps vivants.

Le succès de cette oeuvre remarquable, précédée par une introduction
d'une rare éloquence, décidait M. Guizot à créer pour M. Coste la chaire
d'embryologie comparée au Collège de France.

Ce grand et sérieux travail avait été précédé par de nombreux essais
littéraires, même des poésies légères, que l'auteur détruisait comme
étant indignes d'un vivant qui se doit tout à la science, mais qui n'en
montraient pas moins la souplesse de ses qualités littéraires. Son éloge
de du Trochet et son Histoire de l'Épinoche, dont il a si
gracieusement peint les moeurs, sont des morceaux d'un grand style,
dignes de la plume d'un maître.

Le cours que M. Coste a commencé en 1837 au Collège de France fut la
grande affaire de sa vie. Il le continua sans interruption jusqu'en
1873. Pendant trente-six ans il parvint à réunir auprès d'une chaire qui
semblait vouée à la solitude, tant le sujet était aride, près d'une
centaine d'auditeurs.

Son laboratoire, que l'on venait voir de loin, était une des curiosités
de Paris. C'est là que sont nés les aquariums. C'est là qu'il recevait
les têtes couronnées et qu'il eut pu s'enrichir. Mais c'était surtout la
science qu'il rêvait, somptueuse, opulente.

Quoiqu'il ne fut pas pauvre, comme on l'a dit, il ne laisse pas de
fortune. Il se contentait de la grande aisance que lui donnaient ses
différentes fonctions. Il n'aurait jamais voulu faire de ses recherches
métier et marchandise.

M. Guizot l'avait pris en affection. Peut-être entrevoyait-il dans son
jeune protégé un futur ministre de l'instruction publique. Mais la
Révolution de Février éclata, et ce fut M. Coste qui, appelé en toute
hâte, dirigea l'évacuation de l'hôtel du boulevard des Capucines!

Tant que l'empire fut prospère, il ne refusa à M. Coste aucun moyen
d'action. L'empereur et l'impératrice ne juraient que par sa science.
C'était lui qui dirigeait les pêches de Villeneuve-l'Étang, où l'on
mangeait ensemble d'excellentes fritures.

On mettait alors à la disposition de M. Coste, avec une générosité
retentissante, les ressources nécessaires pour créer l'établissement
d'Huningue, puis celui de Concarneau.

Mais quand la guerre du Mexique eut ébranlé la machine impériale, on
agit comme si l'on se repentait d'avoir nommé M. Coste inspecteur
général de la pêche maritime et fluviale. On prêta l'oreille aux
sarcasmes des ignorants, et aux dénigrements systématiques de la routine
officielle.

Pour M. Coste, la pisciculture n'était pas seulement un art riche
d'avenir mais encore le développement normal de ses idées
embryologiques. Déjà la partie de ses recherches qui a rencontré le plus
d'incrédules, celle qui a trait à la propagation de l'huître, a produit
malgré l'apparent démenti d'un renchérissement progressif, des résultats
incontestables. Il suffit que la culture des fonds inondés augmente la
masse des matières végétales que broutent les poissons herbivores, pour
que la sagesse des prévisions du savant aimable et profond dont nous
déplorons la perte, apparaisse dans tout son éclat.

M. Coste ne pouvait céder, il résista avec toute l'opiniâtreté de son
tempérament méridional. Peut-être eut-il été, comme M. Leverrier,
sacrifié au besoin de popularité de la onzième heure, si les événements
n'avaient fait perdre de vue les orages de la pisciculture.

C'est en 1851 que M. Coste fut appelé à faire partie de l'Académie des
sciences. Il ne tarda point à exercer sur ses collègues les mêmes
séductions qu'au dehors.

Il prit une part active aux polémiques relatives à la génération
spontanée et à l'origine de l'espèce. Sans blesser personnellement aucun
de ses adversaires, on le vit attaquer avec une égale ardeur les
doctrines de M. Pouchet et celles de M. Darwin. II se mesura avec M.
Claude Bernard, à qui il reprocha avec verve une méthode d'analyse
procédant par détails et en somme beaucoup plus germanique que
véritablement française.

C'est M. Coste qui remplit les fonctions de secrétaire perpétuel pour la
section des sciences physiques pendant les trois dernières années de la
vie de Flourens. Peut-être eut-il été appelé à l'honneur de le remplacer
si la faiblesse excessive de sa vue n'eut fourni un argument puissant
aux partisans de son savant compétiteur.

Mais on ne tarda point à le dédommager en l'appelant aux honneurs si
enviés de la présidence.

Malheureusement, sa santé ébranlée ne lui permit point de prendre
possession du fauteuil. S'il n'avait ressenti, dès le commencement de
1870, les atteintes lointaines du mal qui devait l'emporter, l'année
terrible l'eut vu chargé de la lourde mission de représenter le premier
corps savant du monde devant la Commune ignorante et la Prusse jalouse.

Depuis cette époque, M. Coste luttait énergiquement contre les progrès
du mal. Jamais son intelligence n'avait été si lucide et si prompte.
Jamais sa pensée n'avait nourri plus de projets, caressé plus de rêves.
Une heure avant sa mort il s'en entretenait encore avec l'élève dévoué
qui lui prodiguait les secours, hélas impuissants, de la science.

Un neveu qu'il avait élevé et auquel il était profondément attaché, M.
Émile Coste, avait débuté comme simple chancelier dans la carrière
diplomatique. S'élevant de grade en grade il avait été successivement
consul à Manille, à Tien-tsin, où son successeur immédiat fut massacré,
à Porto-Rico, où ses deux prédécesseurs étaient morts de la fièvre
jaune. M. Émile Coste venait d'être nommé consul à Carthagène lorsqu'il
succomba à une maladie douloureuse dont il avait contracté le germe dans
les contrées tropicales. Un mois à peine s'écoule et M. Coste, jour pour
jour, presque heure pour heure, rendait le dernier soupir. Il venait de
succomber aux suites d'un étranglement intestinal.

La catastrophe arrivait au lendemain d'un voyage d'exploration dans le
bassin d'Arcachon, à la veille d'une mission ayant pour but la
réglementation de la pêche de la sardine.

La mort saisissait M. Coste dans un délicieux château de Normandie où le
retenait une amitié des plus vives.

Les soins les plus affectueux, les plus délicats n'ont pas manqué à sa
maladie, les pleurs ne manqueront point non plus à sa tombe.

W. de Fonvielle.


L'évacuation

De Verdun, les Prussiens ont gagné Étain, patriotique petite ville qui
n'a pas marchandé son enthousiasme, lorsqu'au bout de deux jours
d'occupation, les Allemands se sont retirés par la route qui conduit à
la frontière par Jeandelize, Conflans, Jarny et enfin Doncourt, dernier
village français qui se trouve situé sur la route.

Le 16, à 7 heures du matin, les 6,000 hommes du général Manteuffel sont
en marche; ils suivent la même route et se retirent par échelons de
façon à passer successivement la frontière.

Il n'est pas tout d'abord facile de découvrir la séparation des deux
États.

Au bas d'une côte assez ardue, un petit bois jeté de chaque côté de la
route plantée de peupliers, une borne à demi enfoncée en terre et
portant les initiales F (France) et D (Deutschland, Allemagne), un
poteau de douane bariolé des couleurs allemandes, voilà ce qui rappelle
la conquête.

En face de la borne, se trouve une croix blanche enfoncée dans l'herbe,
sentinelle avancée qui précède des milliers de tombes, dans cette vaste
plaine qui s'étend au delà de Saint-Privat depuis Gravelotte.

A gauche et à quelque cents mètres, une ferme massive, Bagneux. A voir
ces épaisses murailles, on comprend l'héroïque résistance qu'ont pu
opposer à tous les efforts des Prussiens ces fermes désormais
historiques, Liepsicket, Moscou, que l'on devine au loin à travers la
brume.

A huit heures environ, le premier détachement allemand, celui qui est
parti de Conflans, arrive à la frontière. Les tambours battent, les
hommes portent les armes, et sur un signe de l'officier, les soldats
entonnent un chant national: L'homme allemand.

On nous avait dit qu'en passant la frontière, les Prussiens présentaient
les armes à la France; cette nouvelle est inexacte.

À neuf heures, un brillant état-major arrive de Metz: il comprend, avec
le gouverneur et les généraux, les principaux officiers de la garnison.
Parmi eux se trouve un officier russe, reconnaissable aux longues plumes
blanches qui surmontent son casque, et un journaliste anglais, M.
Forbes, qui a fait toute la campagne aux côtés du général Manteuffel.

Cet état-major s'éloigne au galop dans la direction de la France. Il va
au-devant du général commandant en chef l'armée d'occupation. Il est
neuf heures et demie lorsque nous apercevons briller les casques au haut
de la côte?

Cette fois, ce sont les derniers.

Les hommes ont fait halte. Le général Manteuffel s'avance le premier,
suivi de son brillant état-major. À la vue de la borne-frontière, il
s'arrête et fait faire demi-tour à son cheval, qui de ses pieds de
derrière touche la pierre.

L'escorte se range à la droite du général. Sur un signe d'un officier,
la musique se place sur le talus de la route, en face le général
Manteuffel; puis les deux ou trois compagnies défilent lentement dans
l'intervalle, en portant les armes.

Au moment où le dernier Allemand vient de franchir le sol français, un
cri de: Vive la France! retentit, et les quelques témoins de cette
scène aperçoivent un ouvrier qui vient de déployer le drapeau tricolore,
sous lequel nous nous pressons, la tête découverte.

La scène est d'une grandeur inouïe; à ce cri, tout l'état-major prussien
jette les yeux sur le drapeau. L'officier russe, par un mouvement
très-remarqué, fait cabrer son cheval, comme pour se séparer des
Allemands, et se tient sur notre territoire, en face de nous.

Au même instant, deux gendarmes français arrivent au galop, leurs
chevaux s'arrêtent devant la borne, et ces braves soldats qui ont voulu
reconduire l'étranger jusqu'à la frontière se découvrent devant les
couleurs nationales.

Au bout de quelques minutes fiévreuses, le général Manteuffel donne le
signal du départ et la troupe s'éloigne, prenant la route qui conduit à
Gravelotte.

La France est libre.

A. L. F...


Les cavaliers du dimanche

Vous souvenez-vous de l'ancienne porte Maillot? A côté des
fortifications, à deux pas du bois de Boulogne se trouvait un manège
borgne où une demi-douzaine de rossinantes étiques mangeaient leur
avoine au milieu d'une vingtaine d'ânes à l'aspect malheureux. C'est là
que tous les dimanches, des cavaliers de hasard venaient se livrer au
douloureux plaisir de l'équitation. Des amazones non moins expérimentées
accompagnaient parfois ces gentlemen-riders de derrière le comptoir.
Il y avait les promenades du matin, les promenades de l'après-midi et
les promenades du soir. Le matin c'était un déjeuner à la Tête-Noire de
Saint-Cloud qui servait de prétexte à l'excursion; dans la journée
c'étaient des courses effrénées à travers le bois; le soir c'était la
cavalcade sentimentale,--prologue de romans au clair de lune,--à
laquelle les montures harassées se prêtaient admirablement.

Dès le dimanche matin les chevaux, comme s'ils avaient le pressentiment
de la corvée qui les attendait, se montraient plus nerveux qu'à
l'ordinaire. C'est alors qu'arrivaient leurs persécuteurs impitoyables:
les cavaliers du dimanche.

Le cavalier du dimanche est facile à reconnaître à sa tenue. Il a
généralement un chapeau trop étroit destiné à l'occuper toute la journée
et que, malgré toutes ses précautions, il perdra certainement plus d'une
fois en chemin. Une jaquette trop longue et dont les pans retombent de
chaque côté de la selle. Pas de sous-pieds; le pantalon remonte
au-dessus du genou. Des éperons, par exemple, et une forte cravache.
Quelquefois des bottes à l'écuyère et une culotte blanche qui le font
ressembler à un écuyer du cirque. Invariablement, une fleur à la
boutonnière et un cigare à la bouche!

--Môssieu est cavallié, sans doute? demandait le loueur.

L'autre avait l'air légèrement formalisé de cette question et se
frappait le mollet du bout de sa cravache en faisant sonner ses éperons
sans daigner répondre.

--Alors, continuait le loueur, on va vous donner Palmyre.

En entendant prononcer son nom, Palmyre secouait brusquement le cou et
semblait dire: «Mon vieux, je ferai tous mes efforts pour me débarrasser
de toi!»

--Est-ce qu'elle n'est pas un peu vicieuse? demandait alors le cavalier
légèrement impressionné par l'attitude hostile de la bête.

--Oh! répliquait l'homme, elle a du sang... voilà tout. C'est une
ancienne bête qui a gagné des prix à la course.

Le cavalier commençait alors à être inquiet. Mais son amour-propre était
en jeu; il n'y avait plus à reculer.

On donnait un coup de brosse à Palmyre, on lui passait un peu d'eau
sur la crinière, on lui ajustait sur la tête une vieille bride racornie,
on lui mettait sur le dos une serviette pliée en quatre, puis une selle
rembourrée avec des noyaux de pèche, et l'on marquait l'heure du départ.
Ici le cavalier, un peu pâle, s'approchait de Palmyre, qui couchait
les oreilles à la vue de la cravache.

--Môssieu va ajuster ses étrivières? demandait le gamin.

--Je les mettrai à mon point quand je serai à cheval.

Et il le montait si peu légèrement que les trois quarts du temps il
faisait tourner la selle et qu'on était obligé de resangler. Il passait
un quart d'heure à ajuster ses étrivières qu'il laissait trop longues
d'un point; chaussait complètement les étriers en baissant la pointe du
pied et en la tournant en dehors, et, réalisant ainsi la paire de
pincettes légendaire, enchevêtrant au hasard la bride avec le filet, il
s'en allait avec Palmyre, qui poussait deux ou trois petites ruades en
quittant l'écurie.

Pour les amazones, la cérémonie durait bien un quart d'heure de plus.

--Jamais je ne monterai là-dessus! s'écriait la demoiselle au moment où
on lui présentait son cheval.

Il fallait apporter une chaise, imposer à l'animal une immobilité
absolue, hisser la promeneuse sur la selle et la mettre d'aplomb en
ramenant le plus possible sa jupe trop courte sur ses pieds trop longs.

Les ânes étaient réservés aux enfants et partaient accompagnés de petits
gamins armés de fouets qui les dirigeaient.

Depuis longtemps déjà la porte Maillot a vécu, et on n'en retrouve guère
les usages qu'à Montmorency ou à Sceaux. Les cavaliers du dimanche vont
maintenant louer dans les manèges. C'est un peu plus cher, mais les
chevaux ne sont pas meilleurs. On les rencontre souvent deux à deux,
mais il est à remarquer que dans une promenade il ne leur arrive jamais
de se trouver côte à côte. Il y en a toujours un qui va plus vite que
l'autre, un qui trotte pendant que l'autre galope; quand le premier se
met au pas, le second n'arrive à ce résultat que cinquante mètres plus
loin. Contrairement aux autres cavaliers, qui considèrent que la
promenade à cheval est surtout agréable aux allures douces: au pas, au
petit trot, au petit galop, le cavalier du dimanche trouve que le
plaisir pour lui n'est qu'en raison de la vitesse, et ne tarde pas à
mettre son cheval en écume, tandis qu'il sue lui-même à grosses gouttes.
A la suite de sa partie de plaisir, il descend de cheval courbaturé,
moulu, brisé et dans une situation qui rappelle l'enseigne du boeuf à la
mode. Cela n'empêche qu'on ne peut parler devant lui du système Baucher
sans qu'il se mêle à la conversation et sans qu'il dise:

--Moi, je ne suis pas du tout partisan de cette méthode-là!

Correspondance d'Espagne

Saint-Sébastien, 21 septembre 1873.

Je vous envoie une brassée de croquis relatifs aux faits et gestes des
carlistes par ici, et notamment à l'affaire de Tolosa, dont on a tant
parlé. Le général Santa-Pau et la colonne de Loma, opérant de concert,
ont bien véritablement battu Lizarraga dans cette région du Guipuzcoa.

Voici comment les choses se sont passées.

Les carlistes menaçaient Tolosa. Alors le général Santa-Pau, qui était à
Alsasua, se dirigea sur cette ville par une marche rapide. A son
approche, les carlistes, qui comptaient une douzaine de mille hommes et
avaient du canon, se concentrèrent et prirent position vers Asteasu et
Aspeitia. Le général Santa-Pau dressa son plan en conséquence. Il envoya
l'ordre à Loma, dont la colonne occupait Villabona, de marcher
directement sur Asteasu et de refouler les carlistes sur la côte, tandis
qu'avec le gros de l'armée, il sortirait lui-même de Tolosa par la route
qui mène à Aspeitia.

Le 12, au point du jour, Loma se mit en marche et atteignit bientôt
Asteasu, où un violent combat ne tarda pas à s'engager. Il était alors
neuf heures du matin au plus. Les carlistes se défendirent
très-énergiquement, et à plusieurs reprises firent tête aux colonnes
assaillantes. Enfin, abordés à la baïonnette par les miquelets, ils
furent obligés de céder, et perdirent Asteasu. Suivant leur habitude,
ils se dispersèrent en groupes de tous côtés, sans doute pour aller se
reformer plus loin, sur un point convenu d'avance en cas d'échec.
Malheureusement pour eux, un certain nombre de ces groupes allèrent
donner contre les colonnes de Santa-Pau, qui leur firent essuyer de
nouveau des pertes importantes.

Telle a été cette affaire de Tolosa, sur laquelle il a couru tant de
versions, mais qui s'est passée comme je viens de vous le dire.

Au moment où je vous écris, Loma est à Tolosa, qui a été bien fortifiée,
et est à l'abri d'un coup de main. C'est une jolie petite ville de 7,000
à 8,000 habitants, parfaitement située, au confluent de deux rivières,
dans une vallée formée par les monts d'Izazcun et de Montescue. Quant à
Santa-Pau, il est parti, se dirigeant, croit-on, sur Vitoria, en Alava,
ce qui est assez vraisemblable, car les carlistes semblent vouloir
maintenant passer en Biscaye et prendre Bilbao pour objectif. Mais la
présence de Santa-Pau à Vitoria rendrait d'avance presque impossible un
blocus un peu sérieux de la place. Néanmoins, comme Bilbao peut d'un
jour à l'autre devenir le théâtre d'événements intéressants, je vous en
envoie une vue très-exacte.

C'est une ville d'un bel aspect, avec ses toits avancés, formant auvent.
Elle est située sur la rive droite du Nervion et comme enchâssée dans un
pli de cette rivière. Trois anciens forts, à peu près remis en état et
placés sur des élévations, la protègent suffisamment du côté opposé au
Nervion. Ce sont les forts de Solocoecho, del Circo et de Mallona. On ne
trouve à Bilbao aucun édifice qui mérite d'être signalé, sauf peut-être
la basilique de Santiago, très-ancienne église gothique. En revanche,
les deux promenades del Arenal et du Campo-Volantin, placées l'une à
côté de l'autre, sur les bords de la rivière, à l'entrée nord de la
ville, sont parfaitement belles.

Le vieux Bilbao, le couvent de la Merced, la gare du chemin de fer et le
faubourg de Ripa occupent la rive gauche du Nervion.


[Illustration: ESPAGNE.--Bombardement d'Almeria.]

[Illustration: Les carlistes prenant position devant Tolosa.]

[Illustration: Vue de Bilbao.]

Rappelons pour mémoire que le port de Bilbao, situé à 8 kilomètres de la
capitale de la province, forme une petite ville à part, la ville de
Portugalete, et est un des plus importants du nord de l'Espagne.

C'est donc du côté de Bilbao que les carlistes vont diriger leurs
efforts; mais croyez ce que je vous dis, et c'est ici l'opinion de tous
les gens qui voient clair, il n'y a au bout de tout cela rien de bien
redoutable. Les carlistes n'ont été jusqu'ici forts que de la faiblesse
du gouvernement et de l'indiscipline de ses troupes, et il y a cent pour
cent à rabattre des triomphes que leurs journaux leur attribuent dans un
but facile à comprendre. En réalité ils en sont toujours, au même point
et n'ont pu s'emparer d'aucune ville importante. Leur contingent s'est
accru, c'est vrai, mais par les réquisitions et la violence, et quand M.
Castelar a parlé à la tribune de leur organisation et de leur armement
redoutable, il avait sans doute des raisons que je ne puis connaître
pour faire un puissant navire d'un simple bâton flottant sur l'onde.

En Catalogne, les milices ont éprouvé, près de Reuss, un échec assez
sensible. Cercos et le curé de Flix, que les lauriers de l'ex-cabecilla,
curé Santa-Cruz empêchent sans doute de dormir, leur avaient tendu une
embuscade, dans laquelle elles sont tombées.

[Illustration: TOLOSA: Entrée par la porte d'Irun.]

Tristany se tient avec deux mille hommes entre Belsarens et Berga, et
Saballs est avec des forces à peu près pareilles à Sampedor. La province
de Valence a été aussi envahie par quelques bandes, dont quelques-unes
se sont même avancées jusqu'à quatre kilomètres de la capitale. Valence
se prépare à les recevoir vigoureusement. Je vous ai déjà envoyé
quelques croquis de cette ville, lors de l'insurrection cantoniste. Je
vous adresse aujourd'hui la vue d'un de ses coins les plus curieux: la
place du marché. C'est un long espace irrégulier, situé à peu près au
centre de la ville. La quantité d'objets divers qui se vend là, sans
compter les comestibles, est vraiment incroyable. Aussi vous vous doutez
de l'animation qui y règne! La célèbre Casa longa et l'Église des
Santos-Juanes donnent sur cette place qui, vous le savez, rappelle la
plupart des vieux souvenirs de Valence. C'est là qu'autrefois les
chevaliers rompaient des lances et que le bourreau coupait des têtes. Là
avaient lieu également les courses de taureaux. Inutile d'ajouter que
les derniers événements ont enlevé à la place du marché quelque peu de
son animation habituelle. Mais, ce n'est qu'un temps d'arrêt. Un rayon
de soleil à l'horizon politique, et vous verrez!

X.



LES 18 RÉGIONS MILITAIRES

Conformément à la loi sur l'organisation de l'armée, le territoire de la
France doit être divisé en dix-huit régions militaires, dont chacune est
occupée par un corps d'armée qui y tient garnison. L'Algérie forme une
dix-neuvième région à laquelle est affecté un corps d'armée spécial.

Chacun des corps d'armée des dix-huit régions comprend deux divisions
d'infanterie, une brigade de cavalerie, une brigade d'artillerie, un
bataillon du génie, un escadron du train des équipages, ainsi que les
états-majors et les divers services nécessaires (Art. 6 de la loi). La
composition détaillée de ces corps d'armée sera réglée ultérieurement
par une loi spéciale. En attendant, l'Assemblée nationale a invité le
pouvoir exécutif à préparer le règlement d'administration publique
portant délimitation des régions.

En exécution des ordres de l'Assemblée, M. le maréchal de Mac-Mahon a
chargé le conseil supérieur de la guerre, devenu aujourd'hui Conseil de
défense, de préparer un projet de division du territoire, projet soumis
en ce moment à la sanction du conseil d'État. Après une discussion
approfondie qui fait honneur au conseil de défense et à laquelle ont
surtout pris part les généraux Douay, Ducrot, d'Aumale, A. de Rivières,
on a délégué à une sous-commission le soin d'arrêter les bases d'un
travail définitif. C'est ce travail que nous faisons connaître
aujourd'hui, en faisant observer qu'il est encore susceptible d'être
amendé par le conseil d'État, et que les résidences désignées pour les
commandants de corps sont provisoires et pourraient bien être changées
en partie. Ainsi, pour le troisième et le quatrième corps, les membres
du conseil, tous appelés à commander en chef, ont demandé comme
quartiers généraux les charmantes résidences de Compiègne et de
Fontainebleau, quand la seule inspection de la carte indique qu'ils
seraient mieux placés, au point de vue du service, à Amiens et à
Orléans, vers chacun desquels convergent cinq lignes de chemin de fer.
Ce qui prouve qu'il est difficile, même aux hommes animés des meilleures
intentions, de se dégager entièrement de toute préoccupation d'intérêt
personnel.

La sous-commission chargée de diviser le territoire en dix-huit parts,
aussi égales que possible, a dû nécessairement tenir compte des
considérations suivantes:

1º Répartir les contingents de la Seine, de Seine-et-Oise et du Rhône
entre plusieurs corps d'armée. Cette nécessité n'a pas, pensons-nous,
besoin d'être démontrée; les populations de ces départements émettant en
toute occasion des votes qui donnent une idée précise des sentiments qui
animent la majorité de la population.

2° Veiller à ce que chaque région pût fournir le même nombre de jeunes
gens; ce n'est qu'avec le temps que l'on pourra régler exactement la
répartition des recrues et des réservistes, dont les premières sont
fournies par toute la France et les seconds par la région seulement.

3º S'assurer que toutes les régions, sans exception, auraient à leur
disposition une ou plusieurs lignes de chemin de fer pour opérer leurs
concentrations et se procurer facilement les approvisionnements
nécessaires.

La sous-commission nous paraît avoir fort bien compris la tâche qui lui
incombait et les personnes qui, sur des informations vagues, affirmaient
qu'elle avait adopté le système longitudinal, c'est-à-dire en long sur
une ligne de chemin de fer, calomniaient involontairement les auteurs du
projet. L'examen de la carte indique que la plupart des régions
affectent une forme ramassée; elles ne se développent en longueur que
sur les côtes où il était du reste utile de ne pas multiplier les
commandements en cas de guerre.

La zone parisienne comprend quatre corps d'armée ayant leurs quartiers
généraux à Rouen, Compiègne, Fontainebleau et le Mans; chacun d'eux
fournira une division d'infanterie à Paris. Ces quatre divisions réunies
à la garde municipale, à la gendarmerie, à plusieurs brigades de
cavalerie, aux brigades d'artillerie de Vincennes et de Versailles,
seront sous les ordres d'un gouverneur de Paris, en ce qui concerne la
sûreté de la capitale, la police du département de la Seine. Pour
l'instruction et l'administration, ces troupes resteront soumises à
l'action de leurs chefs directs.

Lyon aura également un gouverneur et cinq corps d'armée pouvant au
besoin y détacher des troupes: ceux de Bourges, de Besançon, de
Clermont, de Grenoble et de Marseille. Mais on a pensé avec raison que
les 7e et 8e corps auraient besoin de tout leur monde; il y avait du
reste intérêt à pousser les troupes de Besançon et de Bourges vers le
nord, à proximité des Vosges, de la Moselle, du plateau de Langres et de
Belfort. C'est sous cette impression que le comité de défense, après
quelques tâtonnements, a décidé que le corps de Marseille, le 15e,
serait poussé en pointe sur Lyon par l'Ardèche.

Une disposition particulièrement heureuse est celle qui groupe six corps
d'armée sur la frontière du nord-est. Le 6e corps occupe seul cette
frontière, mais il a pour voisins les 1er, 3e, 4e, 8e, et 9e corps, dont
les troupes peuvent déboucher dans le 6e par des voies ferrées de
premier ordre et de nombreuses routes. Le département de la Haute-Marne
avait été compris d'abord dans le 6e corps, mais le général de Rivières
ayant fait observer que la défense du plateau de Langres était liée à
celle de la zone traversée par le chemin de fer de Paris à Mulhouse par
Belfort, la Haute-Marne a été rattachée à Besançon et remplacée dans le
6e corps par l'Aube.

Dans l'un des projets soumis à la sous-commission, la frontière des
Pyrénées formait un seul commandement. On a fait observer avec justesse
que les parties orientale et occidentale de cette frontière n'avaient
aucune solidarité, que de plus il était impossible de jamais établir une
ligne de fer allant de Perpignan à Bayonne, tandis que du sud au nord il
existe plusieurs débouchés partant de Saint-Jean-de-Luz, d'Argelès, de
Lourdes, de Saint-Girons, de Foix, de Prades et d'Argelès (des
Pyrénées-Orientales). On a donc divisé la zone frontière en trois
parties: celle de l'ouest se rattachant à la grande ligne de Bordeaux,
avec embranchement à Morceux; du centre qui se relie à la France par
Toulouse et les lignes partant de l'ancienne capitale du Languedoc;
celle de l'est qui débouche par le chemin de Perpignan à Cette,
Montpellier, Nîmes.

Les principes une fois posés, et en tenant compte des considérations qui
précèdent, le groupement des départements de chaque région devenait une
chose si simple qu'en donnant le même travail à vingt personnes
différentes au courant de la géographie de la France et du tracé des
grandes lignes ferrées, les résultats eussent été pareils à trois ou
quatre départements près.

Les renseignements accessoires que nous donnons ci-après sont tirés de
l'excellente brochure sur l'organisation militaire de la France, du
commandant Corbin, ancien aide de camp du maréchal Niel, actuellement
secrétaire de la commission parlementaire de l'armée, par suite en
situation de se procurer des documents exacts.

Le 1er corps aura son quartier général à Lille et se compose des
départements du Nord et du Pas-de-Calais; son contingent annuel est de
9,651 hommes; il a des ressources de casernement pour 39,522 hommes et
5,392 chevaux.

2e corps.--Rouen.--Seine-Inférieure, Calvados, Eure: contingent 4,916,
casernement 9,411 hommes et 2,100 chevaux; plus environ un tiers de
Paris et de Seine-et-Oise.

3e corps.--Compiègne ou Amiens.--Somme, Oise, Aisne: contingent 7,503,
plus un cinquième de Paris; casernement 11,226 hommes, 3,292 chevaux.

4e corps.--Fontainebleau.--Seine-et-Marne, Loiret, Loir-et-Cher, Yonne:
contingent 7,014, plus environ un quart de Paris; casernement 11,983
hommes, 4,279 chevaux.

5e corps--Le Mans.--Sarthe, Mayenne, Orne, Eure-et-Loir: contingent
7,203, plus environ un cinquième de Paris; casernement 4,659 hommes,
1,378 chevaux.

6e corps.--Châlons-sur-Marne.--Aube, Marne, Ardennes, Meuse,
Meurthe-et-Moselle, Vosges: contingent 8,431; casernement 34,177 hommes,
8,998 chevaux.

7e corps.--Besançon.--Haute-Marne, Haute-Saône, Doubs et Belfort, Jura,
Ain: contingent 8,744; casernement 22,797 hommes et 2,865 chevaux.

8e corps.--Bourges.--Côte-d'Or, Saône-et Loire, Nièvre, Cher: contingent
7,292, plus une fraction du Rhône; casernement 8,045 hommes et 1,772
chevaux.

9e corps.--Tours.--Indre-et-Loire, Indre, Vienne, Deux-Sèvres,
Maine-et-Loire; contingent 8,756; casernement 11,239 hommes et 4,493
chevaux.

10e corps.--Rennes.--Manche, Ille-et-Vilaine, Côtes-du-Nord: contingent
8,910; casernement 10,633 hommes et 2,318 chevaux.

11e corps.--Nantes--Vendée, Loire-Inférieure, Morbihan, Finistère:
contingent 10,510; casernement 10,954 hommes et 1,498 chevaux.

12e corps.--Limoges.--Creuse, Corrèze, Dordogne, Charente, Haute-Vienne:
contingent 7,992; casernement 6,627 hommes et 975 chevaux.

13e corps.--Clermont.--Allier, Loire, Haute-Loire, Cantal: contingent
7,583, plus une fraction du Rhône; casernement 6,808 hommes et 972
chevaux.

14e corps.--Grenoble.--Haute-Savoie, Savoie, Hautes-Alpes, Drôme, Isère:
contingent 7,805, plus une fraction du Rhône; casernement 20,273 hommes
et 2,707 chevaux.

15e corps.--Marseille.--Basses-Alpes, Alpes-Maritimes, Var,
Bouches-du-Rhône, Gard, Ardèche, Vaucluse, Corse: contingent 10,995;
casernement 35,309 hommes et 2,911 chevaux.

16e corps.--Montpellier.--Lozère, Aveyron, Tarn, Hérault, Aude,
Pyrénées-Orientales: contingent 8,216; casernement 19,878 hommes et 997
chevaux.

17e corps.--Toulouse.--Lot, Lot-et-Garonne, Tarn-et-Garonne, Gers,
Haute-Garonne, Ariége: contingent 7,487; casernement 13,755 hommes et
3,096 chevaux.

18e corps.--Bordeaux.--Charente-Inférieure, Gironde, Landes,
Hautes-Pyrénées, Basses-Pyrénées: continrent 8,415; casernement 14,779
hommes et 2,162 cnevaux.

Avec les renseignements qui précèdent chacun peut se faire une idée des
dépenses à faire dans chaque région pour le logement des hommes et des
chevaux, en observant qu'avec l'Alsace et la Lorraine nous avons perdu
un casernement énorme et que nous avons la prétention d'entretenir sous
les drapeaux 50 mille hommes de plus qu'en 1870. Algérie déduite, nous
ne pensons pas que nous puissions entretenir en hiver plus de 250 mille
hommes et 80 mille chevaux. Or, les casernements de Paris et de Lyon
donnent pour la première de ces villes 48 mille hommes et 6,178 chevaux;
pour la seconde 29,190 hommes et 3,033 chevaux. Il restera donc à loger
un peu plus de 170 mille hommes et 70 mille chevaux. La question est
tellement complexe qu'elle ne saurait être résolue avant de longues
années, car les locaux actuellement disponibles sont d'une insuffisance
notoire, puisqu'il faut pour chaque corps qui ne détache aucune troupe à
Paris, Lyon ou Alger, du casernement pour 15 mille hommes et 4 mille
chevaux. Nous renvoyons ceux qui trouveront ces chiffres un peu faibles
à l'examen du prochain budget; en l'examinant de près, ils verront que
nos effectifs s'élèvent au chiffre de plus de 400 mille hommes en été
seulement.

La 19e région formée par l'Algérie se composera de trois divisions:
Alger, Oran et Constantine. La garnison permanente de la colonie
comprendra trois régiments de zouaves, trois de tirailleurs algériens,
un régiment étranger, trois de spahis, trois de chasseurs d'Afrique; le
surplus sera fourni par les troupes de l'intérieur.

Le chiffre du contingent annuel afférent à chaque région devrait être
exactement de 100 mille, contingent total, divisé par 18 ou de 8,888
hommes; mais outre que cette exactitude était impossible à obtenir dans
la répartition par départements, il fallait tenir compte des corps
spéciaux et des réserves de cavalerie qui ne pourront rappeler leurs
réserves régionalement. La loi autorise du reste à verser les
réservistes en excédant dans les régions voisines de celle qui présente
un trop-plein; en outre, les contingents de Paris et de Lyon permettent
d'équilibrer les huit corps d'armée qui confinent à ces grandes villes.

Nous espérons avoir donné des notions suffisantes pour apprécier la
division territoriale proposée par le conseil de défense. Il nous eût
été difficile de nous étendre davantage sur ce sujet, du moment où la
loi réglant la composition du corps d'armée n'est pas encore votée.

A. Wachter.

CARTE DE LA NOUVELLE DIVISION DE LA FRANCE EN
DIX-HUIT RÉGIONS MILITAIRES

      COMMANDANTS DES RÉGIONS MILITAIRES

Nº de      Quartier                Généraux               Brigades
Région    généraux.                                           d'artillerie.

  1.         Lille.                       Clinchon               Douai.
  2.         Rouen.                    Lebrun                 Versailles.
  3.         Compiègne              Montaudon          Vincennes.
  4.         Fontainebleau           Bataille                 Orléans.
  5.         Le Mans                  Deligny                 Le Mans
  6.         Châlons-sur-Marne  Douay                   Châlons-sur-Marne.
  7.         Besançon                duc d'Aumale        Besançon.
  8.         Bourges                  Ducrot                   Bourges.
  9.         Tours                     de Cissey                Tours ou Poitiers.
 10.         Rennes                  Forgeot                   Rennes.
 11.         Nantes                   La Meniand             Vannes ou Sabl.-d'Ot.
 12.         Limoges                De Lartigue              Angoulème.
 13.         Clermont               Picard                      Clermont.
 14.         Grenoble               Bourbaki                  Grenoble.
 15.         Marseille               Espivent                    Nîmes.
 16.         Montpellier            Aymard                    Castres.
 17.         Toulouse               De Salignac-Fénelon Toulouse.
 18.         Bordeaux              D'Aurelle                  Tarbes.



[Illustration: TYPES ET PHYSIONOMIES DE PARIS.--Le cavalier du
dimanche.]



REVUE COMIQUE DU MOIS, PAR BERTALL

[Illustration: EXPOSITION DE BERLIN
Les brosse, d'honneur.--Distribution des récompenses à ceux qui ont été
exposés en 1870 et 1811.

--Chers amis, excellents Bavarois, Badois trés-précieux, délicieux
Saxons, adorables Mecklembourgeois, etc., etc., vous avez été à la
peine, il est juste que vous soyez au plaisir.

--Prenez donc plaisir à voir combien notre table est richement servie.

--Nous vous offrons à vous ces brosses d'honneur, brosses sanitaires et
hygiéniques.

--Lorsque vous vous brosserez le ventre, à l'aide de ces brosses
généreuses, vous vous direz avec fierté: Nous aussi, nous avons
travaillé pour le roi de Prusse!]


[Illustration: RETOUR DES BAINS DE MER

--Je me marie, mon ami, je t'invite à l'enterrement de ma vie de garçon,
ce soir, à 8 heures.

--Un enterrement civil alors.]


[Illustration: EXPOSITION DE VIENNE

--Tout ça, c'est délicieux, on en mangerait!]


[Illustration: RETOUR A PARIS

--Qu'est-ce que madame désire?

--Un pigeon.

--Un pigeon, caisse, boum! On va voir; nous n'avons plus que des pigeons
voyageurs, les autres sont on main.]


[Illustration: THÉÂTRE TIRELYRIQUE D'OFFENBACH

Le Garçon

--Capdébious! monsieur Orphée, vous voyez que j'emplis la tirelire;
restez dans l'antichambre. Quand vous seriez le petit caporal, vous ne
passerez pas.]


[Illustration: VARIÉTÉS.

--Toto chez Tata

Par Meilhac et Halévy

--Impossible de franchir plus lestement et plus gaiement une situation
embarrassante.--Vous n'en feriez pas autant.]



LA LIBÉRATION DU TERRITOIRE

LA SECONDE LIBÉRATION

(Fin)


LE TRAITÉ DE PAIX.

Un armistice conclu avec les Prussiens permet enfin de ravitailler
Paris. Le premier soin de l'ennemi est de frapper une contribution de
guerre: il reste fidèle aux souvenirs de 1815.

Des élections générales étaient nécessaires pour nommer une Assemblée
chargée de faire la paix avec l'Allemagne; le 19 février, la Chambre
réunie à Bordeaux nomme une commission de quinze membres chargés de
traiter de la paix. Le 21 février a lieu la première entrevue, et le 26
les préliminaires sont signés; ils sont officiellement ratifiés par la
Chambre le 1er mars.

Les conditions sont plus rigoureuses qu'on ne pouvait le croire.

En 1815, la Prusse avait réclamé l'Alsace et la Lorraine, rêvé un
démembrement complet de la France; l'influence de l'Angleterre et de la
Russie avait seule pu retenir ces convoitises ardentes; mais cette fois
nous sommes seuls: l'Europe assiste impassible à ces négociations, que
son intervention aurait pu sans doute rendre plus faciles.


CONDITIONS FINANCIÈRES.

La France payera une indemnité de guerre de cinq milliards.

Un milliard au moins sera versé dans le cours de l'année 1871. Un délai
total de cinq ans est donné à la France pour s'acquitter. Les cinq
milliards porteront intérêt. Chaque versement devra être opéré en
numéraire ou en traites sur l'Allemagne.

On conçoit l'empressement de la Prusse à exiger de l'argent des vaincus:
ses finances étaient épuisées et ce n'est qu'à grand'peine qu'elle était
parvenue à trouver les sommes qui lui étaient nécessaires pour continuer
la guerre.

La contribution de guerre devait servir à indemniser les divers États
allemands des dettes qu'ils avaient contractées, à récompenser les
officiers et les soldats, à subvenir aux besoins du trésor prussien,
enfin à perfectionner l'armement, et à améliorer les forteresses de
l'Empire.

Au lendemain même de sa victoire, la Prusse prenait ses précautions
contre une nouvelle guerre, jugeant bien que la France ne chercherait
qu'à se relever de son abaissement et à se venger de sa défaite.


CONDITIONS MILITAIRES.

Quelque excessives que soient les exigences de l'Allemagne au sujet de
l'indemnité de guerre, ce ne sont malheureusement pas les plus
rigoureuses.

L'Alsace, moins Belfort, et une partie de la Lorraine sont cédées à
l'Allemagne, «qui possédera ces territoires à perpétuité en haute
souveraineté et propriété».

Ce n'est qu'après de longues négociations que Belfort nous reste:
concession importante, car la ville si énergiquement défendue ferme sur
un point notre frontière.

Mais partout ailleurs elle est ouverte. Metz, Strasbourg, Bitche, toutes
nos forteresses, toutes nos places doivent être livrées aux Allemands.

Depuis vingt ans, en même temps quelle se préparait à la lutte, la
Prusse établissait à l'avance quel serait le prix de la victoire. Elle
recherchait l'importance du moindre village, et dans ce démembrement
depuis si longtemps convoité, elle s'étudiait à ne nous laisser aucun
avantage.

Cette carte que l'empereur Alexandre montrait au duc de Richelieu, en
lui affirmant qu'il ne consentirait jamais à un semblable démembrement,
les Prussiens l'ont précieusement conservée. Ils n'ont pas attendu que
la guerre fut terminée pour formuler leurs exigences. Le traité de paix
contient, en effet, cette phrase: «La frontière, telle qu'elle vient
d'être décrite, se trouve marquée en vert sur deux exemplaires conformes
de la carte, du territoire formant le gouvernement général de l'Alsace,
publiée à Berlin en septembre 1870.»

Sur tous les points, il fallut accepter ces dures conditions.

Au moment de la ratification du traité, les troupes allemandes
occupaient une grande partie de la France. Elles s'étendaient jusqu'aux
départements du Calvados, de l'Orne, de la Sarthe, d'Eure-et-Loir, du
Loiret, de Loir-et-Cher, de la Seine-Inférieure, de l'Eure, de
Seine-et-Oise, de Seine-et-Marne, de la Seine, de l'Aube, de la
Côte-d'Or.

Tous ces départements devaient être évacués dans un bref délai; les
forts situés sur la rive gauche de la Seine devaient être immédiatement
livrés aux troupes françaises.

Le traité continuait ainsi:

L'occupation durera autant que le payement de l'indemnité de guerre; au
fur et à mesure des versements, l'évacuation des départements situés
entre la rive droite de la Seine et les frontières de l'est s'opérera.
Après le premier demi-milliard, les départements les plus voisins de
Paris seront libérés.

Après le payement de deux milliards, l'occupation allemande ne
comprendra plus que les départements de la Marne, des Ardennes, de la
Haute-Marne, de la Meuse, des Vosges, de la Meurthe, ainsi que de la
ville de Belfort avec son territoire. Cette occupation servira de
garantie pour les trois milliards restant dus.

Le nombre, des troupes allemandes ne pourra dépasser 50,000 hommes après
le payement des deux premiers milliards.

L'entretien de l'armée d'occupation sera exclusivement à la charge de la
France.

Enfin, dans un dernier article, le gouvernement allemand se déclarait
disposé à substituer à la garantie territoriale, consistant en
l'occupation partielle du territoire français, une garantie financière,
dans le cas où elle serait reconnue suffisante par l'Allemagne.

Les prisonniers de guerre devaient être rendus immédiatement après la
ratification des préliminaires du traité de paix.

Telles sont les principales conditions de ce traité, le plus désastreux
que la France ait jamais été obligée de ratifier.


L'OCCUPATION.

En 1815, un auteur allemand écrivait, en présence des vexations de toute
sorte imposées à la France, qu'il fallait «organiser l'exploitation».
Cette parole n'a pas été perdue: l'exploitation a été bien organisée en
1870.

Ce qui frappe le plus profondément dans l'occupation du territoire
français par les Allemands, c'est le mépris souverain, absolu, de toutes
les lois divines et humaines. Plus qu'aucune nation en Europe,
l'Allemagne se tient au courant des progrès du droit international; ses
écrivains ont dans cette science une réputation légitime; c'est donc en
parfaite connaissance de cause que les chefs allemands ont toléré,
encouragé toutes les exactions. Ils n'ont vu qu'une chose: le but à
atteindre, et pour cela tous les moyens leur ont semblé bons.

Ici l'un d'eux, dans une proclamation adressée aux populations, fait
savoir que les Allemands admettent le principe de la responsabilité dans
son acception la plus inattendue. Les Français entrent-ils dans un
village? un fil télégraphique est-il détruit par les francs-tireurs? un
uhlan est-il attiré dans une embuscade? ce sont les habitants qui
doivent payer pour les coupables.

Les maisons sont saccagées, les biens confisques; le plus souvent
quelques notables sont fusillés.

A propos des espions, Frédéric II avait écrit: «Il est quelquefois utile
de prendre quelque gros bourgeois comme otage.» Les Allemands profitent
de la leçon. Ils placent des hommes, des femmes sur les locomotives
exposées aux coups de l'ennemi.

Sur le champ de bataille ils massacrent les blessés, comme à Bazeilles.
Après le triomphe, ils incendient les villes, comme à Châteaudun, à
Peltre, à Saint-Cloud. Enfin, fait plus grave, auquel on se refuserait à
croire s'il n'avait été publié une preuve indiscutable, le résumé d'une
enquête présenté par l'Académie de médecine de Paris, les médecins
prussiens refusent de soigner nos blessés, les maltraitent, quelquefois
les volent.

A tous ces faits, il n'y a pas d'excuse. Quelque terrible que soit la
guerre, il y a là des limites qu'elle ne doit pas franchir, des
prescriptions internationales qu'elle est tenue de respecter: les
Allemands n'en ont jamais tenu compte.

Du moins, c'était la guerre, guerre inexorable, guerre de sauvages. Mais
les hostilités terminées, la vengeance sera satisfaite, les procédés
vont s'adoucir?

Nullement.

La victoire est acquise maintenant; la France doit payer cinq milliards,
le trésor allemand va être rempli; mais à côté de l'État il y a
l'individu.

N est-il pas souverainement injuste, contraire au bon sens et à
l'équité, que le vaincu demeure plus riche que son vainqueur?

Voilà ce que se disent tous les Allemands, du général au soldat:
l'invasion a amené en France tout ce qui de l'autre côté du Rhin meurt
de faim. A côté du soldat, il y a le landwehrien, le juif, le convoyeur,
l'ambulancier, et tout cela pille avec d'autant plus d'acharnement qu'il
n'y a aucune résistance à craindre.

Ce n'est là d'ailleurs que le vol individuel, celui qui se contente
d'une pendule ou d'un bijou; mais à côté il y a un procédé plus
terrible, plus officiel, à l'usage des généraux et des chefs.

Passe pour le soldat de piller, l'officier réquisitionne.

Cela est plus digne et rapporte davantage.

Quoi de plus simple. Prenons un seul exemple, celui de Beaumont.

Aux environs de la ville se trouve un colonel prussien qui se désespère
sans doute, lui et ses officiers, de rentrer en Allemagne les mains
vides. On ne retrouve pas tous les jours de semblables occasions: la
France presque tout entière à rançonner, à dépouiller, et l'impunité
assurée!

Aussi, après avoir bien réfléchi, le colonel et ses acolytes
s'arrêtèrent-ils à un plan bien simple: une nuit, deux ou trois poteaux
du télégraphe sont renversés aux environs de la ville. Un soldat
s'aperçoit par hasard de ce fait, et s'empresse d'en prévenir son
chef.

La ville est aussitôt frappée d'une contribution de guerre de cent mille
francs, payables dans les vingt-quatre heures.

Si l'argent est versé, on devine où il passe; s'il ne l'est pas, la
combinaison est encore plus fructueuse. Le commandant ordonne un jour,
ou un certain nombre d'heures de pillage.

Le mot est peut-être impropre: ce n'est plus une soldatesque avide qui
se précipite dans les maisons, maltraite les habitants et vole au
hasard.

Nous n'en sommes plus là; l'exploitation est mieux organisée, tout cela
se passe officiellement. Les officiers sont présents, ils ont été
commandés pour ce service, c'est par leurs ordres que tous les objets
qui garnissent les maisons sont enlevés. Derrière eux se trouvent des
juifs qui évaluent chaque objet et paient. Lorsque la somme fixée est
ainsi obtenue, l'opération s'arrête aussitôt.

On comprend sans peine ce que vaut cette estimation, qui profite autant
à l'acheteur qu'au vendeur. Pour atteindre les cent mille francs exigés,
il faut vendre pour un million d'objets de toutes sortes.

Il n'est pas un de nos départements envahis, pas une des villes occupées
qui n'ait été frappé de semblables contributions, sous les prétextes les
plus futiles.

Nous parlions des juifs plus haut; ce type mérite qu'on s'y arrête. Il a
été le fléau véritable de l'invasion.

Tant que dure la bataille, le juif reste en arriére.

Il craint les coups.

Mais l'ennemi a-t-il fui, le champ de bataille est-il libre, alors le
juif allemand accourt. Là il est maître et roi. C'est à lui
qu'appartiennent tous ces cadavres. Ce n'est pas impunément que le
soldat le désigne sous le nom caractéristique de corbeau.

En toute tranquillité, il dépouille les morts, il va de groupe en
groupe. A le voir ainsi penché, courant éperdu, avide, on dirait un
parent qui cherche un frère, un ami. Il ne cherche que de l'or. Parfois,
on entend un gémissement, un cri, c'est un blessé qui supplie, mais le
corbeau a bien le temps vraiment de s'arrêter pour de semblables
vétilles. N'a-t-il pas une mission à remplir? Car il ne faut pas oublier
ce côté, le digne personnage est fonctionnaire de l'État, il fait partie
de l'organisation allemande; il ne se contente pas de voler, c'est là le
côté personnel, il est espion.

C'est le corbeau qui, après la bataille, portera au quartier général
tous les papiers trouvés sur les officiers supérieurs.

On voit que ce n'est pas une sinécure; d'ailleurs, là ne se bornent pas
les fatigues. Il faut aller au devant de l'armée, s'enquérir des
ressources de chaque village, prendre des informations sur la situation
et les forces de l'ennemi.

Quelquefois, lorsqu'il est pris, le juif est fusille, mais cela arrive
bien rarement. D'abord à cause de cette inexplicable passion qu'il
nourrit à l'égard de sa triste personne, il prend toutes ses précautions
et ne se hasarde qu'à bon escient. Ensuite, si malgré toutes ses ruses
il tombe dans un piège, il en est le plus souvent quitte pour opérer
plus en grand. Il trahit les Allemands comme il espionne les Français, à
l'avenir il tiendra les renseignements en partie double, et le métier
n'en sera que plus lucratif.

Mais le triomphe, le rêve de cette étrange et repoussante personnalité,
c'est l'armistice; on est alors assez en paix pour n'avoir à redouter ni
corde ni balles, on est assez en guerre pour pouvoir exercer encore son
honnête métier.

Aussi que de profits!

D'abord, il y a les réquisitions qui rapportent, quoique l'on soit
obligé de céder la plus grosse part, mais on se rattrape avec le soldat,
il est bête le soldat, il donne pour un florin ce qui en vaut cent.

Puis, pour des gens industrieux, il y a encore d'autres ressources.

Nous avons, dans l'ouest de la France, aux environs du Mans, pu
constater par nous-même que les juifs que l'armée allemande traînait à
sa suite, louaient à la journée des soldats prussiens et se faisaient
accompagner par eux dans les villages. Frappant à une maison, les juifs
exhibaient un parchemin crasseux revêtu de timbres plus ou moins
authentiques. La traduction de ce papier, on la devine, un mot suffit à
la rendre: réquisition. Comment le paysan aurait-il pu résister; les
soldats étaient là comme une preuve menaçante. Ils livraient leurs
bestiaux que l'on allait vendre.

Dans cette malheureuse ville de Beaumont, que nous citions déjà plus
haut, un convoyeur trouva un moyen plus simple et plus expéditif de
s'enrichir. Un jour, il alla réclamer à quelques habitants plusieurs
milliers de francs; on le mit à la porte. L'Allemand docile attela sa
voiture et partit. Arrivé sur la place il abattit un de ses chevaux d'un
coup de pistolet, puis il se rendit auprès le commandant d'étapes pour
déclarer que les habitants avaient tiré sur lui. La ville fut sévèrement
imposée. A partir de ce jour, on ne refusa plus rien au convoyeur. Sa
réputation était bien établie, à vingt lieues à la ronde, il était le
maître.

Ce ne sont pas là des faits isolés; c'est l'histoire de nos malheureuses
provinces envahies.

Jusqu'au jour de la signature de la paix, elles appartenaient au
vainqueur qui les exploitait à merci. Sa volonté était la loi, la seule
à laquelle il fallut obéir.

Lorsqu'au mois de mars 1871, la paix fut enfin définitivement signée, la
situation s'améliora. Les autorités françaises réclamant chaque jour,
protestant contre ces pillages, ces violences et ces vols, l'état-major
allemand mit un terme aux exactions. D'abord, toute cette populace venue
d'Allemagne comme à la curée, ne tint pas compte des ordres, mais
quelques exécutions ayant eu lieu, elle comprit que l'heure du pillage
était passée; elle disparut, emportant avec elle le fruit de son honnête
travail.

A partir de ce moment, l'occupation changea de caractère. La discipline
allemande, un moment oubliée, reprit ses droits; dans son implacable
sévérité, elle confondit souvent l'habitant et le soldat, adoptant des
mesures arbitraires, rigoureuses. Mais du moins on n'eut plus à craindre
pour sa propriété ou pour sa vie.

Il faut le dire d'ailleurs, car il convient de rendre justice même à ses
ennemis, le commandement prussien s'efforça souvent de rendre moins
lourd le poids de l'occupation. En 1815, la France avait dû à Wellington
quelque peu de répit, le général de Manteuffel remplit en 1871 un rôle
analogue.



REVUE FINANCIÈRE

LE CRÉDIT FONCIER SUISSE.

Les Prussiens sont payés et partis. Notre crédit est intact. La Banque
de France a, dans ses caves, 700 millions de numéraire. Nos exportations
dépasseront, cette année, de plus de 300 millions les exportations de
l'année dernière. La rente 5 p. 100 reste fermement au-dessus de 92 fr.
N'est-ce pas là une situation rassurante?

Nous pouvons donc nous attendre à une énergique reprise des affaires, et
nous trouvons un signe incontestable de la vitalité financière qui reste
acquise à notre marché dans les émissions qui mettent déjà en ébullition
le monde de la finance et des affaires.

Au milieu des opérations qui occupent l'attention des capitalistes nous
devons signaler la transformation qui vient de s'accomplir dans la
Société du Crédit foncier suisse, et que nous croyons appelée à faire
fructifier l'important actif que possède encore la compagnie.

Une assemblée générale des actionnaires, tenue le 4 septembre à Genève,
vient d'approuver la réduction du capital social au chiffre de l'actif
réel de la compagnie, et si, à première vue, cette mesure semble
douloureuse au point de vue des pertes qu'elle est obligée de
reconnaître, on ne peut, en fin de compte, que l'approuver hautement au
point de vue de l'intérêt bien entendu des obligataires et des
actionnaires. On émonde le bois mort pour donner plus de sève aux
rameaux restés vivants. Il faut aussi, dans le monde des affaires, avoir
le courage de diminuer le champ de ses opérations, quand les pertes que
l'on a subies rendent cette réduction indispensable.

Les Anglais, avec leur esprit pratique, n'hésitent jamais à prendre ces
résolutions viriles et à constituer un nouveau capital, quand ils voient
la possibilité de tirer profit de leur affaire.

Or, l'actif du Crédit foncier suisse est encore de 19,700,000 francs,
chiffres ronds, et ce sont ces dix-neuf millions de propriétés,
d'immeubles, d'entreprises industrielles qu'il s'agit aujourd'hui de
mettre en valeur, avec un nouveau fonds de roulement.

Le capital à réaliser est d'ailleurs peu considérable. Avec 3,375,000
francs, la société pourra mettre en exploitation régulière tout son
avoir, et nous croyons fermement à la réalisation de ce capital, parce
que les intéressés, actionnaires et obligataires, seront les premiers à
souscrire les 45,000 bons de 100 francs qu'émet aujourd'hui la
compagnie. Les intéressés n'ont-ils pas, en effet, trois raisons
décisives qui doivent les porter à souscrire ces bons: La garantie
sérieuse qui est affectée à ces titres particuliers, l'intérêt
rémunérateur qu'ils rapportent et la nécessité de réaliser la somme
indispensable au salut de leur entreprise.

Léon Creil.



[Illustration: EXPOSITION UNIVERSELLE DE VIENNE.--Appareil pour la
fabrication des eaux gazeuses, exposé par M. Mondollot fils.]

EAUX GAZEUSES

M. MONDOLLOT FILS

Parmi les appareils industriels qui figurent à l'exposition française de
Vienne, nous avons particulièrement remarqué les appareils de M.
Mondollot, successeur de la maison Briel, pour eaux gazeuses, de toutes
grandeurs: appareils de ménage et appareils industriels, des vases,
siphons et, en général, tout le matériel employé dans l'industrie des
eaux gazeuses.

Les appareils de ménage sont les appareils si connus sous le nom de
gazogènes Briel et dont la supériorité a été consacrée par les titres
les plus sérieux: médaille à la Société d'encouragement, mentions et
médailles aux diverses expositions nationales et universelles de Paris,
de Londres, etc. Seuls approuvés par l'Académie de médecine, seuls admis
dans les hôpitaux et hospices de Paris, ces appareils sont aussi les
plus estimés du public; ils se vendent annuellement par milliers en
France et à l'étranger. Le succès constant de ces appareils est dû à la
supériorité incontestable du système et aux perfectionnements successifs
apportés par le constructeur dans tous les détails de la fabrication
(Voy. fig. 1, le dessin du gazogène Briel).

Les appareils industriels qu'expose M. Mondollot, sous le nom de
gazogènes continus, sont d'un système spécial récemment breveté, le
caractère distinctif de ce système consiste en ce que le jeu de la pompe
opère la distribution automatique de l'acide sulfurique et la production
continue du gaz. Par suite, plus de dangers ni de difficultés dans la
manoeuvre du robinet à acide, meilleure épuration du gaz dans des vases
laveurs de moindre dimension, suppression du gazomètre si encombrant des
autres systèmes.

Ainsi simplifiés, les appareils sont d'une conduite facile et sure;
toutes les pièces dont ils se composent étant groupées sur un bâti
unique, ils tiennent peu de place, s'expédient tout montés, prêts à
fonctionner sans nécessiter aucun frais d'installation (Voy. fig. 2, le
dessin d'un appareil gazogène continu complet, avec triage double). En
un mot, ils réunissent les avantages des appareils intermittents;
économie d'achat, de place, de transport et d'installation aux avantages
des autres appareils continus, économie de temps et de matières,
sécurité et régularité du travail.

Tous ces avantages réunis doivent décider les personnes qui désirent
monter une fabrique d'eaux gazeuses, petite ou grande, à visiter les
ateliers du constructeur, rue du Château-d'Eau, n° 72, à Paris, ou ils
verront installés et fonctionnant une série d'appareils de ce système,
pouvant produire ensemble plus de dix mille siphons par jour.

Le jury de l'exposition de Vienne a reconnu la supériorité des appareils
de M. Mondollot, et vient de lui décerner, pour l'ensemble de ses
produits, une médaille de mérite et un diplôme de mérite.



Rébus

[Illustration]

EXPLICATION DU DERNIER RÉBUS:

Que de femmes portant triomphalement les culottes à la maison!





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 1596, 27 Septembre 1873" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home