Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Variétés Historiques et Littéraires (3/ 10) - Recueil de pièces volantes rares et curieuses en prose et en vers
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Variétés Historiques et Littéraires (3/ 10) - Recueil de pièces volantes rares et curieuses en prose et en vers" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



generously made available by the Bibliothèque nationale
de France (BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



  VARIÉTÉS

  HISTORIQUES

  ET LITTÉRAIRES,


  Recueil de pièces volantes rares et curieuses
  en prose et en vers

  _Revues et annotées_

  PAR

  M. ÉDOUARD FOURNIER


  TOME III



  A PARIS
  Chez P. JANNET, Libraire

  MDCCCLV



_Placet des amants au Roy contre les voleurs de nuit et les filoux[1]._

     [Note 1: Nous n'avons trouvé ce curieux placet et la réponse qui
     le suivit que dans le _Recueil de quelques pièces nouvelles et
     galantes tant en prose qu'en vers_, nouvelle édition, à Cologne,
     chez P. du Marteau, MDCLXXXIV, 2e partie, p. 125-128.]


  Prince, le plus aimable et le plus grand des rois,
  Nous venons implorer le secours de vos loix.
  Tous les tendres amants vous adressent leurs plaintes:
  Vous seul pouvez calmer nos soucys et nos craintes;
  Par vous seul nostre sort peut devenir plus doux;
  L'amour même ne peut nous rendre heureux sans vous.
  La nuit, si favorable aux ames amoureuses,
  A beau nous preparer ses faveurs precieuses,
  Sans respecter ce dieu, les voleurs indiscrets[2]
  Troublent impunement ses mystères secrets;
  Chaque jour leur audace augmente davantage.
  On ne va plus la nuit sans souffrir quelque outrage.
   On trompe d'un jaloux les regards curieux,
  Mais du filou caché l'on ne fuit point les yeux.
  Comme on n'ose marcher sans avoir une escorte
  On ne peut se glisser par une fausse porte,
  Et, seul au rendez-vous si l'on veut se trouver,
  On est deshabillé devant que d'arriver.
  La nuit, dont le retour ramenoit les delices
  Des paisibles moments à l'amour si propices,
  Destinez seulement à ses tendres plaisirs,
  Ne peut plus s'employer qu'à pousser des soupirs.
  Les maris rassurez, les mères sans allarmes,
  Dans un si grand desordre ont sceu trouver des charmes.
  La nuit n'est plus à craindre à leurs esprits jaloux:
  Ils donnent en repos sur la foy des filoux;
  Ils aiment le peril qui nous tient en contrainte,
  Et la frayeur publique a dissipé leur crainte.
  O vous qui dans la paix faites couler nos jours,
  Conservez dans la nuit le repos des amours!
  Que du guet surveillant la nombreuse cohorte
  Nous serve à l'avenir d'une fidelle escorte;
  Qu'il sauve des voleurs tous les amants heureux,
  Et souffre seulement les larcins amoureux;
  Qu'il nous oste la crainte, et qu'en toute assurance
  Nous goûtions les plaisirs à l'ombre du silence;
  En faveur de l'amour finissez nostre ennuy
  Vous n'avez pas sujet de vous plaindre de luy.
  Ce dieu, don le pouvoir domine tous les autres,
  En vous donnant ses loix semble avoir pris les vostres,
  Et garde pour vous seul ce qu'il a de plus doux;
  Il commande partout et n'obeit qu'à vous;
  Il separe de vous l'eclat et les couronnes;
  Il fait qu'on aime en vous vostre sainte personne:
  Plaisir que rarement les rois peuvent goûter,
  Et duquel toutefois vous ne pouvez douter.

                                                1664. B.[3].

     [Note 2: La police étoit alors fort mal faite. Le guet, à peu
     près désorganisé, étoit impuissant à garder la ville contre les
     voleurs, dont tous les jours le nombre augmentoit. (V. _Corresp.
     admin. de Louis XIV_, t. 2, p. 605, 691.) L'établissement des
     lanternes publiques pour l'éclairage de Paris devoit tarder
     trois ans encore. (V. notre brochure _les lanternes, histoire de
     l'ancien éclairage de Paris_, Jannet, 1854, in-8, p. 24.) Enfin
     tout ce qu'entreprit M. de La Reynie, à partir de 1667, pour la
     sûreté de la ville, étoit on ne peut plus nécessaire.]

     [Note 3: Cette initiale doit certainement désigner l'abbé
     Bétoulaud, l'un des beaux-esprits des samedis de Mlle de
     Scudéry. Tout ce qu'il écrivit donne raison à notre opinion.
     Nous ne connoissons, en effet, de lui, que des vers adressés
     à Mlle de Scudéry: _Epistre à Mlle de Scudéri sur la mort de
     Pellisson_; _le Parnasse_, _la Victoire_, _l'Anneau d'Horace_,
     _pièces adressées à Mlle de Scudéri_, par M. Bétoulaud, avec
     les _Réponses de Mlle de Scudéri auxdites pièces_, in-4. Il
     fit aussi sur le _Caméléon_ de la nouvelle Sapho un poème
     en 4 chants, inséré presque en entier dans la _Bibliothèque
     poétique_. «On sait à peu près la date de la mort du _Caméléon_,
     mais on ignore complétement celle de la naissance et de la mort
     de l'abbé Bétoulaud.» (_Annales poétiques_, t. 27, p. 154.)]

       *       *       *       *       *

_Reponse des filoux au Placet des amants au Roy_.

  Prince dont le seul nom fait trembler tous les rois,
  Suspendez un moment la rigueur de vos loix;
  Souffrez que des voleurs vous demandent justice
  Contre de faux amants tout remplis d'artifices.
  Si l'on croit leur placet, ils sont fort maltraitiez:
  Nous nous opposons seuls à leur felicitez;
  Nous troublons leur plaisir; les nuits les plus obscures
  N'ont plus pour leur amour de douces aventures.
  Où sont-ils, les amants que nous avons volez?
  Commandez qu'on les nomme, et qu'ils soient enrôlez.
  Helas! depuis dix ans que nous courons sans cesse,
  Nous n'avons seu trouver ni galant ni maîtresse,
  Et, pour notre malheur, nous n'avons jamais pris
  Ni portrait precieux ni bracelet de prix.
  En vain, sans respecter plumes, soutane et crosses,
  Nous savons arrester et chaises et carrosses,
  Nous ne trouvons, partout où s'adressent nos pas,
  Que plaideurs, que joueurs, qu'escroqueurs[4] de repas,
  Que courtisans chagrins, qu'escroqueurs de fortune,
  Dont la foule, grand Roy, souvent vous importune;
  Mais de tendres amants, vrais esclaves d'amour,
  On en trouve la nuit aussi peu que le jour.
  C'estoit au temps jadis que les amants fidelles,
  Pour tromper les argus, montoient par des eschelles,
  Que l'on voloit sans peine au premier point du jour,
  Et qu'ils cachoient leur vol autant que leur amour.
  Sous vostre grand ayeul, d'amoureuse memoire,
  Les filous nos ayeuls, celèbres dans l'histoire,
  Ne passoient pas de nuit sans prendre à des amants
  Des portraits enrichis d'or et de diamants,
  Et chacun, sans placet, sans tant de doléance,
  Rachettoit son portrait et payoit le silence.
  C'est ainsi qu'on aimoit en un siècle si doux,
  Sous un prince charmant qu'on voit revivre en vous;
  Mais aujourd'huy qu'amour daigne suivre la mode,
  Que le moindre respect passe pour incommode,
  Nous trouvons tout au plus quelques fameux coquets[5]
  Qui n'ont jamais sur eux que des madrigalets,
  Qui courent nuit et jour, se tourmentent sans cesse,
  Sans enrichir jamais ni voleur ni maîtresse;
  Qu'ils marchent hardiment: ils font peu de jaloux,
  Et n'ont à redouter ni maris ni filoux;
  Pour tous leurs rendez-vous ils peuvent prendre escorte,
  Sans besoin de la nuit et de la fausse porte.
  Mais la licence règne avec un tel excès,
  Qu'ils osent bien se plaindre et donner des placets.
  Ne les ecoutez pas, ils sont pleins d'artifice;
  Prononcez cet arrest tout remply de justice:

      Un amant qui craint les voleurs
      Ne merite point de faveurs.

                                      1664. Mlle DE SCUDÉRY.

     [Note 4: Ce mot commençoit à avoir cours, témoin le conte de La
     Fontaine: _A femme avare galant escroc_. On disoit aussi _croc_.
     (_Journal_ de Barbier, t. 2, p. 209.)]

     [Note 5: Mot alors assez nouveau dans la langue. Il ne remontoit
     pas plus loin que le temps de Catherine de Médicis, de l'aveu de
     Mlle de Scudéry elle-même. (_Nouvelles conversations de morale_,
     t. 2, p. 755; _Hist. de la coquetterie_.)]



_Recit veritable de l'attentat fait sur le precieux corps de Nostre
Seigneur Jesus-Christ, entre les mains du Prestre disant la messe,
le lendemain de la Pentecoste, 24e may de cette presente année 1649,
commis en l'eglise du village de Sannois, à une petite demy-lieüe
d'Argenteuil, par un grand laquais agé de 26 à 27 ans._

_A Paris._

M.DC.XLIX. In-4º de 7 pages[6].

     [Note 6: Cette pièce, fort rare, nous a été communiquée par
     notre ami P. Chéron, de la Bibliothèque impériale, qui l'avoit
     acquise à la vente Coste.]


Entre les passions qui agitent nos esprits et transportent nos ames,
il semble que la curiosité et la religion en soient les fleaux plus
poignants et plus violents, dont l'un nous esmeut et conduit autant
ardamment à nous porter aux recherches et connoissances des choses
incomprehensibles que l'autre nous defend de presomptueusement
vouloir penetrer ce dont la clarté nous peut esbloüir, d'autant que
la première, par la science, ne veut autre guide que la raison et
l'experience pour se rendre du tout sensible, et l'autre nous sousmet
à la foy, laquelle que plus nous voulons examiner et penetrer, il
semble que nous interpellons l'obscurité pour les tenèbres, et que nous
entreprenons sur la Divinité, et qu'avec les aisles de cette folle de
temerité et ambition nous nous elevons avec Lucifer pour nous abismer
et precipiter dans les peines éternelles.

C'est ce qui a donné sujet d'un scandale public au jour second ou
lendemain de la Pentecoste, vingt-quatriesme may de cette presente
année mil six cens quarante-neuf, au village de Sanois[7], distant
d'une demye-lieüe d'Argenteüil, commis et perpetré par un grand
laquais d'un bourgeois de Paris[8], agé de 26 à 27 ans, et qui a
demeuré quatorze ou quinze ans au service de son maistre sans qu'il
ait jamais donné soubçon d'heresie ou impieté aucune. Lorsqu'il
assistoit à la messe (son maistre ayant une maison proche de là) vers
les sept heures du matin, et que le prestre qui celebroit, après la
consecration, vint à elever le très sainct et très auguste corps de
Nostre Seigneur Jesus-Christ, ce laquais, qui estoit à genoux, se
leva, et, avec une main sacrilége, vint au point de l'elevation à
arracher la saincte hostie des mains du prestre qui celebroit, et
les assistants, y accourans, l'ont retirée de ses mains sans qu'elle
soit rompuë ny pliée; et, pour si horrible et detestable action, fust
aussitost apprehendé. Pendant ce temps, le prestre, qui estoit ravy
d'un estonnement qui le rendoit insensible, comme en extase pour un si
abominable attentat, revenant à soy, reprit le precieux Corps de Nostre
Seigneur, en fit sa communion et acheva sa messe. Le sainct sacrifice
parachevé, l'on mit ordre à faire conduire cet abominable à Paris,
dans un carrosse, accompagné du curé et de son vicaire et d'autres
paroissiens, et est en coffre dans les prisons avant qu'il y ait esté
consigné. Lorsque, comme par compassion, il fut interrogé de quelques
uns de sa connoissance comment, de qui et pourquoy il avoit esté induit
et poussé à commettre cest autant horrible qu'abominable crime; il a
respondu que c'estoit la curiosité de sçavoir et de reconnoistre si
celuy que monstroit le prestre en l'autel estoit le Roy des rois; et,
par tel attentat, il le tentoit à ce qu'il se fist paroistre.

     [Note 7: Gui Patin parle de ce sacrilége dans sa lettre à Spon
     du 11 juin 1649: «Un jeune père de l'Oratoire, qui est de la
     maison depuis huit jours, s'est aujourd'hui jetté sur celui qui
     disoit la messe, et lui a voulu arracher l'hostie. Le prestre
     s'est deffendu, mais l'autre a été le plus fort, l'a fait choir
     et lui a cassé les dents. L'hostie cheute, grand désordre dans
     l'église, etc. On dit que ce jeune homme est fol: je le crois
     ainsi. Un laquais fit autant, il y a quinze jours, au curé de
     Sannois, village près de Saint-Denis, le jour de la Pentecoste.
     Il a été condamné à avoir le poing coupé, être pendu, etranglé
     et brûlé, par le bailli de Montmorency. Il est encore à la
     Conciergerie par appel.» Gui Patin devoit être bien renseigné.
     Il avoit à Cormeille, près de Sannois, une maison qu'il tenoit
     de sa mère, et dont il ne reste plus qu'une allée de tilleuls.]

     [Note 8: Ce bourgeois avoit une maison de campagne à Cormeille.
     Nous tenons ce fait de M. Chéron, qui prépare une histoire de la
     commune de Sannois.]

Ce qui a frappé d'un second estonnement ceux qui ont connu ledit
laquais est qu'ils l'avoient tousjours cy-devant reconnu pour bon et
devot catholique en apparence, et l'avoient vu frequenter la sainte
communion, et regulierement les premiers dimanches des mois.

Les plus judicieux, qui fondent toutes les considerations qui peuvent
eschoir sur ce sujet avec le dioptre de la raison et perspicacité de
leur jugement, avoüent qu'il faudroit avoir fait voeu d'ignorance pour
ne connoistre cette verité, que la raison fait evidemment juger aux
capables qu'il n'y a pas de plus notable folie au monde que de ramener
les choses de la foy à la mesure de nostre capacité.

Puis que ce sont des abismes que nos esprits ne sçauroient sonder,
mais demeurent si fort estonnez dès l'entrée, qu'ils chancellent
et s'esgarent ainsi que les yeux de ceux qui sont sur le bord
d'un precipice ou abisme effroyable, dont nous devons estimer le
presomptueux qui croira penetrer ces hauts mystères estre enveloppé
dans une ignorance invincible plustost qu'esclairé du flambeau d'une
deuë connoissance, puis qu'il croit reduire cette infinie grandeur à sa
petite portée. Que si quelqu'un, après avoir admiré la toute-puissance
de l'autheur des choses admirables, sent des rayons esclatter dessus
ses esprits pour y penetrer plus avant que le commun, il faut croire
que c'est un pur effet de la grace de celuy qui est le père de lumière,
dont on ne peut rien voir qu'en luy et par luy.

Quel effort donc d'imagination vaine, penetrant dans les folies
humaines, peut-on appercevoir plus grand que celuy de ce laquais et de
ses semblables qui cherchent quelque chose de grossier et de palpable
en cest haut et incomprehensible mystère du très auguste sacrement de
l'autel, par une temeraire presomption de vouloir sçavoir jusques où
s'estend la Puissance divine, puis qu'au bout de la speculation qu'il
poursuit, la pointe de sa curiosité s'esmousse dans les merveilles et
demeure esbloüy dans l'esclat de sa majesté!

Pour arriver aux raisons accomodantes et necessaires à nostre salut,
mettons-nous à l'abry des preceptes de l'apostre, de nous rendre
sçavans jusques à la sobriété, et de nous sousmettre au joug de la foy
pour elever nos pensées et considerer à travers de quels nuages et
dans quelles obscuritez de l'ignorance humaine nous croyons acquerir
l'avantage d'avoir dans la teste les bornes et les limites de la
volonté et de la puissance de Dieu.

C'est une pierre d'achoppement et une taye et glaucome d'aveuglement,
voire une grande stupidité, de chercher des raisons et experiences ès
choses de la foy, d'autant que les lumières qu'ils y cherchent sont des
estincelles d'un grand embrasement.

Ce qui nous oblige de juger avec plus de reverence des saincts
Sacremens ou mystères admirables, et d'avoir proportionnement plus
d'aprehension d'y estre trompez pour ne connoistre les embuscades
que nous y dressent nostre ignorance et nostre foiblesse, et nous
sousmettons aux saincts decrets et volonté de la saincte Eglise,
puisque ce n'est pas à nous d'establir la part que nous luy devons
d'obeissance et d'admiration aux oeuvres de son espoux.

Ce qui fait voir et reconnoistre avec admiration que, comme catholiques
et apostoliques romains, nos affections et pensées nous unissent
en union de sentimens, qu'aussi nos intentions et desseins nous
transportent avec devotion à la vraye science et connoissance de la foy
qui nous unit à Dieu, à l'honneur et gloire duquel tout se rapporte.



_Histoire prodigieuse du fantôme cavalier solliciteur, qui s'est
battu en duel le 27 janvier 1615, près Paris_[9].

     [Note 9: Cette pièce est très rare «ou même inconnue»,
     lisons-nous dans le _Catalogue d'une curieuse collection de
     livres... concernant l'histoire de Paris... composant la
     bibliothèque de M. F..._ Paris, Delion, 1853, in-8, p. 107, nº
     763.]


Il est probable que les duels et les combats estoient frequents et
ordinaires en ces premiers siècles que les hommes vivoient dispersés
çà et là par les campagnes et dans les deserts, sans conduitte, sans
loix et sans frein, errants et vagabonds comme chevaux eschappez; la
raison cedoit à la force, le pouvoir estoit la seule règle du devoir et
la cupidité avoit toutes choses à l'abandon, si bien que la bravade et
l'usurpation estoient les seuls tiltres d'honneur et de valleur.

Mais depuis que les hommes, unis et assemblez, ont fondé des villes
et des loix pour se defendre de leurs ennemis et d'eux-mesmes, ils
ont commencé de cultiver leur pays et leurs moeurs; ils ont inventé
les sciences et les arts et se sont adonnez à la vertu; mesme les
nobles, c'est-à-dire ceux quy en font profession, desirant s'acquerir
quelque perfection par dessus le vulgaire, ont preferé la demeure
des champs à celle des villes et des citez, comme plus tranquille et
plus propre pour exercer esgallement leurs corps aux travaux et leurs
esprits aux sciences et à la contemplation. Mais comme le naturel des
hommes se glisse facilement du bien au mal, plusieurs d'entre eux ont
degeneré de ce genereux projet et n'ont embrassé que des exercices
d'excès et des contemplations d'un honneur imaginaire, quy les porte à
ceste première barbarie et cruauté quy divisoit les hommes quand ils
estoient divisez, comme si, en retournant en cette mesme solitude d'où
les premiers hommes sont partis, ils avoient peu reprendre ce premier
naturel insipide et inhumain quy rendoit autrefois les humains capables
et coulpables de la mesme brutalité, si ce n'est que les doemons, se
communiquant plus volontiers en plaine campagne dans les deserts et
lieux solitaires, leur eussent causé ces furieuses impressions de
s'entretuer et coupper la gorge les uns aux autres, jusque là que
quelque fantosme ait servy ces jours passez de second à un gentilhomme
quy s'est battu en duel contre deux siens ennemis, les noms desquels ne
sont que trop cogneus par leurs propres misères et calamitez.

Le faict est estrange et neantmoins veritable, qu'un gentilhomme ayant
deux querelles differentes et autant d'ennemis, et ayant accepté de
chacun d'eux en particulier le cartel de deffy, se rendist, il y a
fort peu de temps (comme chacun sçait), au lieu assigné où l'un de ses
adversaires se devoit trouver; de quoy l'autre, quy estoit à Paris,
estant adverty, fut merveillement indigné contre l'ennemy de son
ennemy de ce qu'il le prenoit au combat et le frustroit du fruict de
la victoire qu'il esperoit remporter luy-mesme; si bien que, montant
à cheval et courant à bride abattue au lieu où ils estoient, les
ayant rencontrez en la première posture que font les combattans quy
commencent à en venir aux mains, il leur feit le holà, et, adressant
incontinent la parole à celuy quy concuroit en haine avec luy, n'ayant
qu'un mesme ennemy, luy dist avec quelque leger blasphème qu'il ne
luy appartenoit pas de vider sa querelle auparavant la sienne, soit
qu'il fust le premier en date, soit que sa querelle fust de plus
grande consequence, soit que, le sort du combat venant à tomber sur
leur ennemy commun, il luy despleut de n'avoir plus qu'à combattre les
masnes du deffunct; l'autre, au contraire, desjà tout eschauffé, tout
ardent au combat encommencé, n'estimant pas bien sceant de quitter
la place à ce dernier venu, ne manquoit pas de vives raisons pour
monstrer qu'il se devoit battre le premier, avec une ferme resolution
d'empescher son dessein au cas qu'il eust voulu entreprendre sur son
marché: de sorte que peu s'en fallut que ces deux champions ne fissent
une eternelle paix avec leur ennemy, s'entretenant l'un l'autre sur
leurs differends quy survinrent entre eux, pour ce à quy seroit de se
battre le premier. Mais quoy! le courage ne manquoit pas au troisième
pour les empescher de se battre, parcequ'il les avoit desjà devoué
tous deux (l'un après l'autre toutesfois) à sa dextre. C'est pourquoy
il les prioit de se reserver au sacrifice qu'il en vouloit faire.

Enfin, après de grandes altercations, il fut resolust qu'il s'en
iroient tous trois sur le grand chemin passant quy conduit au
Bourg-la-Reine[10], peu esloigné du lieu où ils estoient, et que le
premier gentilhomme quy se presenteroit à leurs yeux seroit conjuré par
eux d'assister celuy quy estoit seul.

     [Note 10: Ce lieu, ainsi que le carrefour de la Croix-de-Berny,
     qui en est proche, fut souvent choisi pour les duels. Son nom
     lui viendroit même, selon quelques auteurs, d'un combat livré
     entre deux princes, et dont la main d'une reine à obtenir auroit
     été la cause et le prix. (P. Villiers, _Manuel du voyageur aux
     environs de Paris_, 1804, in-12, t. 1er, p. 127.)]

Ils n'attendirent pas long-temps qu'ils aperceurent un cavalier à
eux incogneu quy venoit à Paris, et auquel l'un d'eux luy demanda
s'il estoit gentilhomme; à quoy ayant fait responce que vraiment il
l'estoit, et d'ancienne extraction, ils luy expliquèrent aussy tost
que, puisqu'il estoit tel, il ne les refuseroit pas d'une prière
qu'ils luy vouloient faire, quy estoit de se battre entre eux et
servir de second à ce gentilhomme duquel ils estoient ennemis. Ceste
prière sembla de prime abord deplaire à ce cavalier, quy s'excusa
d'estre de la partie sur ce qu'il disoit estre pressé d'achever son
voyage et venir à Paris pour un procez de consequence, son procureur
et advocat luy ayant mandé que sa personne y estoit requise; mesme
il leur monstroit les armes dont il se devoit battre en ce conflict
judiciaire, quy ny estoit plus expedient que le diabolique auquel
on le vouloit faire entrer. Mais, voyant sa noblesse et son courage
estre revoqués en doute par ces deux jaloux aventuriers d'honneur,
il se sentist vivement piqué de cette pointille de mespris, et leur
dict assez froidement (non toutesfois sans jurer et comme par manière
d'acquit): Pourquoy m'importunez-vous tant? vous voyez qu'il ne m'en
prie pas. A peine eut-il lasché cette parolle, que de la bouche de
ce gentilhomme quy avoit besoin de luy sortirent des prières et
supplications, avec protestations de luy en avoir toute sa vie (s'il en
rechappoit) des ressentiments et obligations infiniment grandes, quy
eussent peu emouvoir un diable mesme à se battre, eust-il esté aussy
poltron que celuy de Rabelais[11].

     [Note 11: «Au temps que j'estudiois à l'escole de Tolette, dit
     Panurge, le reverend père en diable Picatris, recteur de la
     faculté diabologique, nous disoit que naturellement les diables
     craignent la splendeur des espées aussi bien que la lueur du
     soleil. De faict Hercules, descendant en enfer à touts les
     diables, ne leur feit tant de paour, ayant seullement sa peau de
     lion et sa massue, comme après feit Eneas estant couvert d'un
     harnois resplendissant et guarny de son bragmard bien appoinct,
     fourby et desrouillé à l'ayde et conseil de la sibylle Cumane.
     C'estoit peult-estre la cause pourquoy le seigneur Jean-Jacques
     Trivolse, mourant à Chartres, demanda son espée et mourut
     l'espée nue au poing, s'escrimant tout autour du lict, comme
     vaillant et chevalereux, et par ceste escrime mettant en fuitte
     tous les diables qui le guettoient au passage de la mort.»
     _Pantagruel_, liv. 3, ch. 23.]

Ce cavalier presta donc son consentement à ceste prière, et ne luy
sembla hors de propos de vuider cest incident auparavant que de faire
juger son procez, accompagne ces trois gentilhommes jusques au lieu
assigné, et là ces deux valeureux couples de combattants commencèrent
avec celuy que chacun d'eux avoit en teste un furieux combat. Le
cavalier incogneu (que les courtisans appellent aujourd'huy le
soliciteur de procez) renverse son homme du premier coup et le tue, et
se joinct en mesme temps avec celuy auquel il servoit de second pour en
faire autant de celuy quy restoit, et en vint à bout aussy facilement
et promptement comme du premier, sans aucun retardement de procedures.
Ce second victorieux, sans vouloir escoutter les remerciements de celuy
pour lequel il s'estoit exposé, moins encore descouvrir quy il estoit,
remonte à cheval, advertissant ce gentilhomme qu'il eust à soigner à
ses affaires et obtenir graces pour luy et son compaignon, et, quant à
luy, qu'il alloit faire les siennes; et, disant cela, pique son cheval
vers Paris, laissant ce gentilhomme autant estonné de la rencontre d'un
si brave second comme il estoit content de voir ses ennemis terrassez.

              Tepidumque recenti
  Cæde locum...

L'incertitude rend les hommes plus diligents à rechercher la vertu.
Le siècle present n'est pas steril en curieux quy se peuvent enquerir
quel est ce cavalier Solliciteur (ainsy l'appelle-t-on par risée). La
curiosité n'a rien servy jusqu'à présent; son nom, sa demeure, sa
retraicte, sont du tout incogneus; on ne rencontre personne quy luy
ressemble de visage, de parole, ni d'habit. Mais ceux approchent plus
près de la verité quy croient qu'il est un doemon quy a pris la figure
d'un cavalier, comme il a pu faire, puisque les diables se transforment
quelques fois en anges de lumière. C'est donc ce mesme cavalier quy
monta autrefois sur le dos de saint Hilarion, et qui lui apparoissoit
quelques fois en forme de gladiateur avec autres combattans à outrance,
comme recite sainct Hierosme:

  Psallenti gladiatorum pugnæ spectaculum prebit[12].

Car, si les demons se delectent à representer entre eux tels combats
de gladiateurs pour tenter les gens de bien, quy doute qu'ils ne
se plaisent beaucoup de venir aux mains avec les hommes pour les
precipiter à la mort? Il est souvent advenu que les desesperez et
ceux quy tentent Dieu, tels que sont ceux quy vont se battre en duel,
ont veu le diable en forme humaine quy les a incitez à se desfaire,
quy d'une façon, quy d'une autre; et quand ce sont personnes quy se
plaisent à manier les armes, il leur persuade de s'exercer au combat
avec luy, comme il advint, il y a quinze ou seize ans, à un pauvre
miserable desesperé quy avoit perdu quelque notable somme au jeu. Le
diable etant apparu à luy en la forme d'un soldat de sa cognoissance,
le suivist en sa maison, où estant, il luy persuada de tirer des armes
avec luy, comme par manière de passe-temps et pour se divertir, et
s'exercèrent à l'espée nue longtemps, teste à teste, en une chambre,
sans que le diable luy peust faire aucun mal, Dieu ne le permettant
ainsy, jusqu'à ce que ce vieux singe, mettant les armes bas, se mit
à faire mille tours de souplesse, et, feignant de luy en vouloir
apprendre quelqu'un, luy fit meltre le col dans un lacs attaché
au plancher, dont il eust esté estranglé sans le secours d'autres
personnes de la mesme maison quy survinrent à ce dangereux spectacle.
Il n'en est pas ainsy advenu à ces pauvres miserables quy se sont
battus avec ce cavalier, vrayment solliciteur, puisque bien souvent,
pour je ne sçay quelle frivolle imagination qu'il insinue dans les
esprits de cette courageuse noblesse, il la sollicite et la porte à un
evident et certain desespoir.

     [Note 12: V. _Sancti Hieronymi opera_, Paris, 1706, in-fol., t.
     4, 2e partie, col. 76, _Vita S. Hilarionis Eremitæ_.]

Chacun sçait le conte de ces deux seigneurs quy estoient prets de
s'entrecoupper la gorge parcequ'ils portoient les mesmes armes (à
sçavoir la teste d'un toreau), si le prudent et plaisant jugement
d'un roy d'Angleterre ne fust intervenu, par lequel il ordonna que
l'un porteroit pour ses armes la teste d'un taureau, et l'autre
d'une vache, et, par ce moyen, les rendit differends. Et quy sçait
si ces deux grandes querelles, sur le subjet desquelles ces deux
vaillants cavaliers sont demeurez sur la place, ne provenoient point
ou de ce que l'ombre de l'un d'eux s'estoit meslée avec celle de
son adversaire[13], et ce par la faute de l'un ou de l'autre, ou de
ce qu'ils avoient songé en dormant des songes desavantageux et qui
touchoient respectivement leur honneur, ou de quelque autre semblable
contention? C'est ainsy qu'il se faut tenir au point d'honneur et ne
prodiguer sa vie et son sang que pour des offres grandes et signalées.

     [Note 13: Au temps des raffinés, il n'en falloit pas davantage
     pour qu'un duel s'ensuivît. Ecoutez ce que dit, par exemple,
     Mercutio à Benvolio: «Tu ressembles à ces hommes qui, en
     entrant dans une taverne, prennent leur épée et la posent sur
     la table en disant: «Dieu me fasse la grâce de n'avoir pas
     aujourd'hui besoin de toi!» Et bientôt, au second verre de vin
     qu'ils avalent, les voilà aux prises avec le premier venu, sans
     motif et sans nécessité... Tu te prendrois de querelle avec un
     homme pour un poil de plus ou de moins que toi au menton, ou
     parcequ'il casseroit des noix et que tu as les yeux couleur de
     noisette. N'as-tu pas cherché querelle à un homme parce qu'il
     toussoit dans la rue, et que cela éveilloit ton chien, qui
     dormoit au soleil? à un artisan, parcequ'il portoit son habit
     neuf avant les fêtes de Pâques? à un autre encore, parcequ'il
     nouoit d'un vieux ruban ses souliers neufs?» (Shakspeare, _Roméo
     et Juliette_, acte 3, scène 1re.)]

Courage, vertueuse noblesse! vos armes ont passé par tous les coins du
monde; le reste des hommes ensemble ne peut pas resister à la pointe
trenchante de vos espées. Volontiers, que, ne pouvant trouver ailleurs
au monde de plus braves et courageux guerriers que vous-mesmes, vous
prenez un singulier plaisir, et ce vous est une insigne gloire de vous
esprouver les uns contre les autres; vous l'avez faict et le faictes
encore tous les jours, mais vous voyez à present que les demons veulent
estre de la partie; en voicy un quy a faict paroistre son courage en ce
dernier combat, et a faict acte de gentilhomme.

Souvenez-vous donc, desormais, que vous n'avez plus des hommes à
combattre, mais des diables,

  Nunc etiam manes hæc intentata manebat
  Sors rerum...

et que vous vous devez proposer la conqueste des enfers, et non pas
seulement empescher que l'enfer n'entreprenne sur la France.



_La Chasse au vieil grognard de l'antiquité._

1622. In-8.


C'est trop nous reprocher l'antiquité: nous ne faisons, n'operons, ne
disons aucune chose que l'on ne nous mette devant les yeux: «J'ay veu
le temps... Nos anciens faisoyent...» Comme s'ils avoyent esté plus
sages, plus sçavans, plus vaillans, plus modestes, plus riches et mieux
morigenez que nous! Ces reproches ne nous ont pas tant attristé qu'ils
ont esté le subject de nous faire estudier, songer, anquester, lire,
pour faire la comparaison du vieux temps au nostre; et tant plus j'ay
vouleu penetrer avant pour en cognoistre la verité, tant plus j'ay eu
du subject de me resjouir, recognoissant le contraire de ses reproches.

Pour ce faire, j'ay commencé par les rois, quy est la chose la plus
haulte, et suis descendu aux actions des peuples mesmes de plus basse
condition dont j'ay eu la cognoissance, soit par la lecture des livres,
ou par la frequentation des vieux, où j'ay trouvé et appris que
l'antiquité estoit une valeur sans conduitte, une simplicité ignorante,
un default de pouvoir, une chetreuse richesse, une resjouissance
mesquine et un contentement vil.

Je ne parle pas ny des Grecs, ny des Latins romains, que nous
sçavons estre venus au periode de vertu, de richesse, de pompe, de
magnificence, de science, de sagesse et de toutes autres sortes de
contentemens.

Je parle du royaume de France, des bonnes villes, et speciallement de
Paris, quy a acquis et est parvenuë, soubs le reigne de ce monarque
Loys XIII, à ce hault degré de perfection, pour estre à present
puissant en tout, florissant en doctrine, en hardiesse, en commoditez,
en sagesse et en toutes autres vertus, et en laquelle l'estranger
s'admire, quittant son pays pour y faire sa retraite, son trafic, ses
estudes, son exercice, comme en un lieu de delices et un paradis du
monde.

Je voy desjà un vieux grognart quy n'a pas la patience de lire le
reste, quy dit: Tu t'abuses, c'est un royaume plain d'inegalitez,
de vices, de peschez, où toutes sortes de gens mal vivans abondent,
où l'injustice reigne, où les loix ne sont point observées, où la
superfluité est en abondance? Quelle louange y peut-on apporter?

Bon homme de l'antiquité, quy avez l'esprit moroze, avant que de me
reprendre, monstrez-moy que l'antiquité _caruit vitio_, puis vous
desclarerez tout à vostre ayse et direz que j'ay manty; mais si la
vertu des hommes quy sont à present au respect du temps passé couvrent
le vice, pourquoy m'empescheras-tu de louer le temps, la grandeur,
les richesses, la science, la magnificence et le pouvoir d'un royaume
si riche et si abondant que nous le voyons à present? Est-ce pas
raisonnable que la posterité sçache plusieurs particularitez que
l'histoire ne decrit point?

Or escoute doncques, et aye patience.

Quelle comparaison peut-on faire à present de nos anciens rois avec
celuy quy reigne, quoy en grandeur, en conqueste? Sçache que sa face,
à l'aage de dix-huict ans[14], a plus espouvanté de villes rebelles
dedans son royaume, a plus affermy son estat contre la rage et la furie
d'un peuple mutiné, plus difficile à dompter que n'eussent faict 4
royaumes à conquester, tels que le Portugal, la Naple et la Cicille.

     [Note 14: Louis XIII, né le 27 septembre 1601, avoit vingt-un
     ans, et non dix-huit ans, en 1622, ce qui prouveroit que
     l'édition reproduite ici n'est pas la première qui eût paru
     de ce livret, mais qu'une autre, dont celle-ci est la copie
     textuelle, l'avoit précédée de trois ans.]

Nous ne deliberons pas de trouver sa vertu au detriment de la valeur de
nos roys anciens: ce n'est pas nostre subject; nous ne voulons montrer
sinon que la grandeur de nostre temps et que les actions des anciens
estoient en tout pueriles au respect des nostres.

Quand je contemple l'histoire, leurs richesses, leurs bastimens, leur
plaisir à la chasse, leurs revenus, leurs mariages, leurs ordonnances;
et pour les peuples, leurs vestemens, leurs banquets, leurs mariages,
leur science, leur pouvoir, leurs jeux, leurs discours, c'est un vray
miroir pour mepriser l'antiquité.

       *       *       *       *       *

_Des Rois et de la Noblesse._

Je n'oserois mettre par escript ce quy se void par ces anciens
comptes de la maison des rois, de leur argenterie, du miroitement de
leurs vestemens, de leur despense pour la bouche et de leurs dons
et liberalitez, car on ne le pourroit croire; il seroit pourtant
necessaire pour faire ma preuve. Non, je le tairay: je ne veux reciter
que ce que l'histoire m'enseigne.

Par l'histoire comme est decrite, je contemple ces vieux gentilhommes
gauloys, armés de toutes pièces, leurs chevaux chargez de caparaçons,
le tout à l'espreuve de toutes armes offensives, quy, avec le petit
braquemart[15] à leurs costés, s'en alloient affronter quelque païs
estranger où les peuples, timides de voir tant d'hommes de fer,
fuyoient leur presence. C'est ce que je trouve avoir été le plus grand
subject d'acquerir et de faire parler les histoires.

     [Note 15: Tout le monde sait ce qu'étoit cette sorte d'épée
     courte et à large lame, dont le nom, selon Fauchet, n'est que
     les mots grecs [Grec: bracheia machaira] francisé; mais ce qu'on
     sait moins, c'est que le diminutif du mot _braquemart_ étoit
     _braquet_, que nous trouvons dans _Francion_, 1673, in-8, p.
     299, et qui, sauf une très légère altération, est encore le nom
     donné au sabre de nos soldats d'infanterie.]

Tout au contraire en nostre temps nous avons une noblesse allègre,
hardie, combattant à la mode, la picque ou l'espée au poing, legerement
vestus, sans autre couverture que leur habit ordinaire; malgré la
mort, passer victorieux la barricadde, le retranchement, le boulevert,
quoyque munis d'hommes furieux quy devroient plus tost enjandrer
la craincte que la hardiesse. Aussy est-ce nécessaire d'effacer de
l'histoire ceste qualité donnée à Loys unze, duquel on dit avoir mis
les roys hors de page, et la transférer à Louis XIII, quy, sans user
d'astuce et de finesse comme jadis Loys unze, _sed cum manu potenti
et brachio excelso_, a remis en son obeissance six provinces[16] dans
son royaume en deux ans, possedées de force par les rebelles de la
religion, par une authorité suprême et contre l'advis de la plus part
des peuples, qui croyoient qu'il estoit impossible d'executer telle
entreprise.

     [Note 16: Ces six provinces plus ou moins revenues à
     l'obéissance du roi sont la Guienne, le Languedoc, le Poitou, la
     Saintonge, qui s'étoient soulevées pour cause de religion, puis
     l'Anjou ainsi que l'Angoumois, où la disgrâce de la reine-mère
     avoit excité des troubles.]

       *       *       *       *       *

_Des Batimens des roys._

Et des bastiments des anciens roys, quoy? Seroit-il besoin de produire
pour preuve de leur petitesse les lettres-patentes d'un roy, données
en son chasteau des Porcherons[17], près Montmartre, quy est une
petite maison à present possedée par un bourgeois de Paris? cette
maison royalle de Sainct-Ouyn, près Sainc-Denys[18], le chasteau de
Bisaistre[19], près Gentilly, et le chasteau de Vauvert[20], possedé
par les Chartreux de Paris, toutes anciennes maisons royalles de Paris?

     [Note 17: Le château du _Coq_ ou des _Porcherons_ ne fut jamais
     une résidence royale. Les rois s'y arrêtoient seulement, comme
     fit Louis XI avant son entrée à Paris le 15 août 1461. (_Chron.
     de Jehan de Troyes_, coll. Petitot, 1re série, t. 13, p.
     260.)--C'est lors d'une halte semblable que furent sans doute
     signées les lettres-patentes dont il est parlé ici, et que nous
     n'avons pu retrouver.]

     [Note 18: Saint-Ouen, en effet, se trouvoit, dès l'époque
     mérovingienne, un château royal, qu'au moyen âge on appeloit
     la _Noble-Maison_. Les _chevaliers de l'Etoile_, dont l'ordre
     y fut institué en 1351 par le roi Jean, se nommoient pour cela
     _chevaliers de l'Etoile de la Noble-Maison_.]

     [Note 19: Le château de l'évêque de _Wincester_, dont le
     nom n'est guère reconnoissable dans celui qu'il a conservé,
     appartint, il est vrai, à un fils de France, Jean, duc de Berry,
     mais ne fut jamais pourtant une résidence royale.]

     [Note 20: Le château du _Val-Vert_ ou _Vauvert_, dont le séjour
     de Philippe-Auguste, après son excommunication, avoit fait un
     lieu maudit et voué aux démons, fut donné aux Chartreux, en
     1257, par saint Louis, qui pensoit ainsi le désensorceler. (Du
     Breul, le _Théâtre des antiq. de Paris_, Paris, 1639, in-4,
     p. 345.) Le souvenir diabolique a toutefois tenu bon: il se
     retrouve dans le nom de la rue d'Enfer, voisine du manoir damné,
     et le _diable Vauvert_ est encore fameux.]

Sans nous amuser à descrire les bastimens de nos roys d'à present, leur
grandeur et leur magnificence, prenons le plus bas et considerons le
bastiment de la maison de l'hostel de Luxambourg[21], faict par une
royne, de laquelle la conduite et les fontaines des canaux ont plus
cousté que toute la despence et le revenu de six de nos autres roys.

     [Note 21: C'était alors l'admiration de tout le monde. On
     parloit partout du «magnifique palais» de Marie de Médicis,
     lequel, «commencé dès l'an 1612, est, dit Du Breul (_Id._,
     _Suppl._, p. 43), l'un des plus beaux hôtels de Paris, contenant
     entre le carré de ses grands bastiments un grand jardin, bois,
     allées, parterres, _fontaines_, cabinets et reposoirs.» V.
     l'éloge qu'en fait aussi J. Du Lorens dans sa 3e satire, Paris,
     1624, in-8, p. 17.]

       *       *       *       *       *

_De la Chasse._

Et bien! le plaisir de la chasse de nos anciens, quel? De s'egarer dans
les forêts, à la course d'un cerf mal accompagné, faire retraite à la
cabane d'un charbonnier, et avec luy se contenter d'un morceau de lard
mal appresté, la nuict se coucher sur la paille pour dormir, non sans
danger des voleurs et malveillans, comme un François premier[22];

     [Note 22: On connoît l'aventure à laquelle il est fait allusion
     ici, et qui a donné lieu au proverbe: _Charbonnier est maître
     chez lui_. Nous nous contenterons donc de renvoyer au livre 7
     des _Commentaires_ de Blaise de Montluc, où elle se trouve pour
     la première fois racontée.]

Ou bien d'aller chasser vers la plaine de Chelles avec deux pages,
comme Cilperic, et en chemin estre assassiné par un Landry; d'aller au
sanglier avec six gentilshommes comme Charles le sixième, y avoir eu
de la frayeur, quy depuis a faict troubler l'esprit. Ce sont de belles
grandeurs!

A present nostre roy y va en monarque, un capitaine et trente chevaux
casaqués[23], l'oiseau sur le poing, cents gentilshommes à sa suite,
cents chevaux-legers à la teste et pareil nombre à l'arrière-garde.

     [Note 23: Gardes du corps, ainsi appelés parcequ'ils portoient
     les _casaques_ les plus riches en broderies. Il n'étoit pas rare
     que les soldats dussent le nom par lequel on les désignoit à
     quelque partie de leur équipement ou de leurs armes. Ainsi les
     soldats bourguignons étoient appelés _Bourguignons salés_, à
     cause de la _salade bourguignotte_ ou du _morion salé_, comme
     dit Rabelais (liv. 4, ch. 29), dont ils étoient coiffés.]

       *       *       *       *       *

_Le Revenu._

Et le revenu du royaume, de leur temps, quel! Je ne veux pas parler de
deux et trois cents ans, car cela est admirable en chetiveté, je veux
parler de nostre temps; de l'an 526 seullement, où il appert par un
compte de l'espargne[24] que tout le revenu de la France ne montait
qu'à quatre millions deux cents vingt-huict mille livres[25], et à
present, du reigne de nostre grand Louys XIII, en 616, trente-quatre
millions; en 617, trente huict millions[26]; en 618, quarante-quatre
millions[27].

     [Note 24: C'est d'un des premiers comptes de l'épargne qu'il est
     parlé ici, puisque la création de ce «trésor central, où les
     receveurs devoient verser, dans le délai d'un mois, les deniers
     perçus sur chaque province», date seulement de cette époque.
     (Cheruel, _Hist. de l'administr. monarch. en France_, Paris,
     1855, in-8, t. 1er, p. 156.)]

     [Note 25: Ceci est une erreur évidente, si, comme il faut le
     croire, l'auteur entend par «revenu de la France» toutes les
     sommes que produisoient les divers impôts. Pour la _taille_
     seule, sous François Ier, on percevoit neuf millions. (Cheruel,
     _ibid._, p. 154.)]

     [Note 26: Cette date, qui semble être vraiment celle du livret,
     donne raison à l'une de nos précédentes notes.]

     [Note 27: Ce chiffre doit être exact. Dans le _Sommaire traicté
     du revenu et despence des finances de France_... par Nicolas
     Remond, Paris, 1622, in-8, nous trouvons indiqués, pour les
     revenus de l'Etat en l'année 1620, d'une part, 36,926,638
     livres, et, d'autre part, pour «la _creüe extraordinaire_,
     autrement dite _grande creüe des garnisons_», 4,400,000 livres,
     ce qui forme un total assez bien d'accord avec les sommes
     indiquées ici comme formant le revenu de l'année 1618.]

Ce n'est pas à moy à descrire ces dons et liberalitez[28], car chacun
le peut recognoistre par la mesme espargne; suffit seullement de dire
qu'ils sont plus grands en une année envers la noblesse que n'a esté le
revenu de six rois en tout du temps passé.

     [Note 28: Le détail de ces _dons_ et _liberalitez_ se trouve
     dans la brochure de Nicolas Remond citée tout à l'heure.]

       *       *       *       *       *

_Du Peuple._

Excusez, lecteurs, si par le menu je vous écris l'action et le
vestement des peuples du temps passé; que si je ne le faisois il
seroit impossible de monstrer la grandeur de nostre temps. Conjecturez
doncques que le marchant estoit facile à cognoistre: son habit estoit
un petit bonnet de manton, faict à la coquarde[29], un petit saye[30]
de drap quy ne passoit pas la brayette, une ceinture d'une grosse
lisière, un haut de chausse à prestre avec une brayette[31] quy passoit
le saye de demy-pied; une gibecière pendante à costé; des souliers qui
n'avoient du cuir que par le bout[32]. Et ainsy vestu, avec la barbe
raze, paroissoit un antique en figure.

     [Note 29: Bonnet s'attachant sous le menton, comme les béguins,
     et ayant la _plume de coq_ plantée sur le côté, où l'on mit
     plus tard la _cocarde_. Les _coquarts_ ou _coquardeaux_, comme
     ils sont appelés dans _le Blazon des faulces amours_, avoient
     été les jeunes gens à la mode de la fin du XVe siècle. V., sur
     le premier de ces mots, _Biblioth. de l'école des chartes_, 2e
     série, t. 1er, p. 369.--Les _bonnets à la coquarde_ nommés par
     Rabelais (liv. 4, ch. 30) étoient fort pesants. Dans le rebras
     doublé de frise qui se trouvoit derrière, il entroit jusqu'à une
     demi-aune de drap. Louis Guyon (_Div. leçons_, liv. 2, ch. 6)
     dit qu'il en vit un à Paris qui pesoit quatre livres dix onces.]

     [Note 30: C'étoit le justaucorps ou _hoqueton_, comme on disoit
     à l'armée.]

     [Note 31: Tout le monde connoît, par les images et les tableaux
     du temps et par la description qu'a faite Rabelais de la
     magnifique _braguette_ de Panurge, ce qu'étoit cette partie
     saillante du haut de chausses.]

     [Note 32: Ce sont ces _souliers échancrés_, fort à la mode du
     temps de François Ier et de Henri II, dont Calvin fit proscrire
     l'usage à Genève en 1555.]

Sa femme, grande et maigre, un long nez, n'ayant aucune dent de
devant, avec un grand chaperon detroussé par derrière jusques à la
ceinture[33], une robbe de drap sceau[34] bordée d'un petit bord de
veloux, une cotte de cramoisi[35] rouge et collets jusqu'aux mamelles,
et des souliers pareils à son mary, un demy-cint[36] d'argent,
trente-deux clés pendantes et une bource où dedans il y avoit toujours
du pain benit[37] de la messe de minuict, trois tournois fricassés[38],
une eguille avec son fil, deux dents qu'elle ou ses ayeuls s'estoient
fait arracher, la moitié d'une muscade, un clou de girofle et un billet
de charlatan pour pendre au col pour guarir la fièvre.

     [Note 33: Pour ces «grands chaperons destroussés à la mode
     ancienne», dont les bourgeoises gardèrent l'usage jusqu'au temps
     de Louis XIII, et que les dames nobles du XVIIe siècle portaient
     encore pendant le deuil de leur mari, V. une note de notre
     édition des _Caquets de l'Accouchée_, p. 21.]

     [Note 34: Pour drap _d'Usseau_, petit village de Languedoc
     près de Carcassonne, où un certain de Varennes en avoit établi
     les premières manufactures. On disoit ordinairement drap _du
     sceau_, comme fait Regnard dans _le Joueur_ (acte 1er, sc. 1re).
     Ménage lui-même admit cette mauvaise orthographe, pensant qu'on
     appeloit ainsi ce drap grossier à cause du sceau royal qu'on
     y apposoit autrefois. Furetière rétablit la vérité dans son
     _Dictionnaire_ (art. _Draps_), et, ayant lui-même à employer le
     mot dans sa satire _les Marchands_, il ne manqua pas d'écrire:

       On se vêt aussi bien avec du drap d'_Usseau..._]

     [Note 35: Le _cremesin_, dont le nom francisé est devenu notre
     mot _cramoisi_, étoit une étoffe italienne, rouge d'ordinaire,
     qui avoit eu une grande réputation en France à la fin du XVe et
     pendant la plus grande partie du XVIe siècle. V. le _Vasari_ de
     M. Le Monnier, Florence, 1852, in-12, t. 8, p. 73, note.]

     [Note 36: V. sur ce demi-ceint d'argent, qui resta l'une des
     parures les plus enviées des chambrières, une note de notre tome
     1er, p. 317.]

     [Note 37: Le pain bénit étoit un merveilleux talisman, surtout
     pour empêcher les chiens de devenir enragés. (_Les Evangiles des
     Quenouilles_, édit. Jannet, p. 75.) Celui de la messe de minuit
     avoit encore d'autres vertus. Dans quelques provinces, il est
     encore d'usage de garder dans un tiroir les morceaux de pain
     bénit donnés à la messe le dimanche.]

     [Note 38: C'est-à-dire ébréchés et polis par le frottement,
     _fricassé_, dans ce sens, venant du latin _frixus_.]

Si c'estoit un financier, il portoit une calotte à deux oreilles[39],
un bonnet de manton, des chausses à prestres, un manteau à manches, les
bras passés, la clé de son coffre à la cinture et un trebuchet[40] en
sa pochette, et si la monnoie du temps estoit des douzains et pièces de
six blancs.

     [Note 39: C'est-à-dire avec deux bandes pendantes sur le côté,
     comme les portoit Henry Estienne, dont il est dit dans le
     _Scaligerana_: «_erat vestitus à la parisienne_ avec des bandes
     de velours pendantes.»]

     [Note 40: «C'étoit une petite balance fort juste et fort
     délicate, que le moindre poids faisoit _trébucher_.» De là
     l'expression de pistoles bien _trébuchantes_ employée par
     Molière.]

Sa femme coiffée sans cheveux, son chaperon de veloux, une robbe de
mieustade[41] à double quëue, un cotillon violet de drap, des souliers
à boucles, une vertugalle[42], de longues patenotes blanches faites
comme des petites ruelles de raves[43], avec des grantz poignez fourrez
quy empeschoient qu'ils ne pouvoient mettre la main au plat.

     [Note 41: Je crois qu'il faut lire ici _mustabe_ ou _mistabe_.
     C'étoit une sorte d'étoffe de laine dont le nom étoit arabe, et
     qui se fabriquoit en Espagne et dans le midi de la France. Elle
     fut surtout en usage au moyen âge. (Fr. Michel, _Recherches sur
     le commerce... des étoffes de soie_, t. 1er, p. 258, 259.)]

     [Note 42: Elles avoient cessé d'être à la mode vers 1563. V. une
     note de notre tome 2, p. 190.]

     [Note 43: Chapelet à grains plats.]

Pour le mariage de leurs filles, il ne faut que voir les minutes
de _ita est_, on lira un contract portant un douaire de deux cens
couronnes d'or quy valoient trente-cinq sols pièces, encore c'estoit à
la charge que le marié donneroit aux père et mère de la future chacun
une robbe neufve.

Et leurs ceremonies, je n'oserois presque les descrire, pour ce qu'ils
apprestent à rire. L'on voyoit un père avec son vestement cy-dessus,
un moucheoir et des gants jaunes à la main, roides comme s'ils avoient
esté gelez, un bouquet trouvé, estoffé de lavande, conduire sa fille
au moutier, les fluttes et grands cornetz marchants devant l'espousée,
vestue comme la pucelle Sainct-Georges[44], la veüe baissée, une
escarboucle sur le front[45] quy luy battoit jusqu'à sur le nez; la
mère et toutes les autres parentes suivantes, avec leurs grandes
vertugalles en cloche et leur poignez fourrez, quy paroissoient comme
poules quy traisnent l'aisle.

     [Note 44: «Pour ce qui est de Mademoiselle sa femme, lisons-nous
     dans un passage de _Francion_ excellent à rapprocher de
     celui-ci, elle avoit une juppe de satin jaune toute grasse et
     une robbe à l'ange si bien mise et un collet si bien monté, que
     je ne la puis mieux comparer qu'à la pucelle sainct George qui
     est dans les églises, ou à ces poupées que les atourneresses
     ont à leurs portes.» (_La Vraye histoire comique de Francion_,
     etc., 1673, in-8, p. 248.)--Cette _Pucelle Saint Georges_
     ne seroit-elle pas la figure de la Cappadoce qui se trouve
     dans toutes les représentations de saint Georges combattant
     le dragon? La province de l'Asie Mineure y est toujours
     personnifiée sous les traits d'une jeune fille richement parée.]

     [Note 45: C'est l'ornement qui doit de s'appeler encore une
     _ferronnière_ à la croyance où l'on a été long-temps que le
     portrait peint par Léonard de Vinci, aujourd'hui au Musée du
     Louvre, représentoit la maîtresse de François Ier connue sous
     le nom de _la belle Ferronnière_. On sait maintenant que cette
     figure, qui porte en effet au front un joyau semblable à celui
     dont on parle ici, est celle de Lucrezia Crivelli.]

Au reste, les filles de l'âge de vingt-cinq ans estoient des innocentes
quy jamais n'avoient rien veu ny mesme communiqué avec personne; je
vous laisse à penser quels discours amoureux ils faisoyent!

Pour les garçons, ils avoyent l'esprit si grossier que rien plus; ils
ne portoyent de haults de chausse qu'ils n'eussent quinze ans; ils
n'avoient fait leur estude qu'à trente-six ans, et n'estoient mariez
qu'à quarante-cinq ans, encore n'estoyent-ils pas très subtilz.

Et leurs plus grandes desbauches, c'estoit que le jour du caresme
prenant ils mettoyent une chemise breneuse avec une bosse devant et
derrière, un masque de papier, du son à la main pour jeter à tous
venants.

Chetiveté miserable, de laquelle on se mocque, pour ce que l'on vit
plus honorablement cent fois à present.

Qu'est-ce qu'un marchand à present? Se voit-il rien de plus honorable?
Il n'est plus reconnu que par ses grands biens. Vestu d'un habit de
soye, manteau de pluche[46], communicquant sur la place de grandes
affaires avec toutes sortes d'estrangers, traficquant en parlant et
devisant d'un trafic secret, plein de gain, d'industrie et de hazard
inconnu à l'antiquité, et quy se rendra commun à la posterité.

     [Note 46: V., sur cette mode des _manteaux de pluche_ au
     commencement du XVIIe siècle, _Francion_, p. 219.]

Et du bourgeois de Paris, qu'en peut-on dire? Quand l'Ecriture parle de
l'excellence de l'homme, elle dict qu'il est creé un peu moindre que
les anges; et moy je dis du bourgeois qu'il n'est que un peu moindre
que la noblesse, et si je disois egal, je ne sçay si je faillerois, veu
que la noblesse, à present, se joint et s'annexe par alliance avec luy,
en telle sorte que ce n'est qu'un corps, une paranté, une bource, une
alliance, une consanguinité quy fait perdre ceste qualité de bourgeois
pour la changer en noble.

Et leurs femmes, en quelle comparaison les peut-on mettre, au respect
de l'antiquité. Premièrement il n'y a rien de mieux vestu, de plus
propre, de plus honneste, si bien avenantes que la plus part pourroient
plus tost estre recogneus nobles ès compagnies, pour estre agreables
dans leurs discours et entretiens, que bourgeoises et marchandes; que
outre que leurs grands biens sont cause qu'elles sont suivies de leurs
filles, quy portent habit d'attente de noblesse, et quy n'espèrent
rien moins pour leurs actions et leur gravité. Cela leur est commun, à
aucunes la diversité des langues, presque à toutes la sagesse et le bon
maintien.

Pour les mariages, ils sont tous autres que l'antiquité, soit pour
le douaire ou la ceremonie. A present un simple marchand donne cent
mille livres, tel bourgeois cinquante mille escuz, tel financier deux
cens mille escuz[47], ce quy est cause d'une suitte admirable en
despence extraordinaire, en chevaux, carrosses, serviteurs, et pour
les assemblées. Lors que les mariages se font, ce n'est que pompeux
vestements, chaînes de diamant et toutes sortes de dorures, non
empruntées ny louées comme à l'antiquité, mais à eux appartenans en
toute proprieté; et n'y a qu'une chose fascheuse en cela: c'est que les
honneurs changent les meurs en ceste grande vogue; ils meprisent le
limestre[48], et partant leur paranté. Mais quoy! c'est la grandeur du
temps.

     [Note 47: Il n'y a rien ici d'exagéré; aussi les gens de cour
     s'accommodoient fort bien, à ce prix, des filles de financiers.
     «Le comte de Lude, gouverneur de la personne de Gaston, duc
     d'Orléans, étant blâmé d'avoir épousé une Feydeau, qui lui avoit
     apporté cent mille pistoles: «Je ne pouvois pas mieux faire,
     disoit-il; poursuivi nuit et jour par mes créanciers, je me suis
     sauvé dans une boutique pour n'être pas traîné à l'hôpital.»
     (Amelot de La Houssaye, _Mémoires hist._, t. 3, p. 8.)--V., sur
     ce même mariage, notre t. 2, p. 140.]

     [Note 48: Le _limestre_ étoit une sorte de serge drapée qui se
     fabriquoit à Rouen et à Darnetal. Selon quelques uns, entre
     autres Furetière, cette serge fut ainsi appelée du nom de celui
     qui en fabriqua le premier; mais Brossette et Le Duchat y voient
     une altération de _Licestre_ ou _Leicester_, comté d'Angleterre,
     d'où venoient en effet de bonnes serges, «ces _balles de
     Lucestre_» dont parle Rabelais, liv. 2, chap. 12. Regnier (sat.
     13, v. 114) dit dans le même sens qu'ici:

       Combien, pour avoir mis leur honneur en sequestre,
       Ont-elles en velours eschaugé leur _limestre_!]

Il faut que tout s'entresuive: la manificence des banquets à six
services[49], à quatre et six pistoles[50] par teste. Je croy que la
France est à sa dernière periode pour sa splendeur, et ne crois pas que
cela ogmente, mais plustot diminue.

     [Note 49: Ce luxe gastronomique avoit commencé sous le règne
     de Henri III: «On ne se contente plus, à un dîner ordinaire,
     de trois services, consistant en bouilli, rôti et fruit; il
     faut, d'une viande, en avoir de cinq ou six façons: des hachis,
     pâtisserie, salmigondis. Chacun veut aller dîner chez le Môre,
     chez Samson, chez Innocent, chez Havart.» Pièce citée par De
     Mayer, _Galerie philosophique du XVIe siècle_, in-8, t. 2, p.
     362.]

     [Note 50: V., sur ces écots si coûteux, une note de notre édit.
     des _Caquets de l'Accouchée_, p. 28, et notre t. 2, p. 202.]

Je vous defens pourtant, bonhomme de l'antiquité, d'en discourir mal à
propos, et de dire que ces grandeurs et braveries ne font qu'enjandrer
le vice, et que la modeste ancienne valoit mieux. Il n'y a nulle
comparaison. L'antiquité estoit un deffault de pouvoir et une innocente
sagesse pour le monstrer.

Nos anciens, pour estre pauvres et mal accommodés, laissoient-ils
d'estre vicieux et debauchez, d'une desbauche publique et mesquine.
Il me souvient de deux rues quy sont encore à Paris: l'une près de
Saint-Nicolas, appelé le Huleu[51], l'autre près Sainct-Victor, appelé
le Champ gaillart[52], où impunement le vice estoit permis avec les
femmes desbauchées, et qui plus est, quand on avoit quelque procez ou
querelle contre quelqu'un, en sollicitant ces femmes desbauchées, ils
venoient impudemment au son du tambour faire accroire à une honneste
femme bourgeoise qu'elle estoit vicieuse, et qu'elles la vouloient
emmener de force[53] au lieu destiné pour les garces[54], ce qui
apportoit un scandale public[55].

     [Note 51: Le _Huleu_, dont le nom altéré se retrouve dans
     celui des rues du _Grand_ et du _Petit-Hurleur_, venoit
     déboucher, en effet, rue Saint-Martin, assez près de
     Saint-Nicolas-des-Champs.--Un arrêt du 15 février 1565, rendu
     «sur la remontrance d'aucuns voisins habitant aux rues voisines
     de _Hulleu_, à Paris, fit vuider le bordeau accoutumé de tenir
     en laditte rue.» (Isambert, _Recueil de Lois_, t. 14, p. 176.)]

     [Note 52: Cette rue du _Champgaillard_, qui se trouvoit en
     dehors de l'enceinte de Philippe-Auguste, alloit de la rue
     _Saint-Victor_ à la rue des _Fossés_ du même nom. La partie
     voisine de Saint-Victor s'appeloit rue d'Arras, nom qui lui
     venoit du collége d'Arras, et qu'elle a gardé; l'autre partie
     s'appeloit, comme aujourd'hui encore, rue _Clopin_, à cause de
     la grande maison Clopin, qui y avoit été construite au milieu
     du XIIIe siècle.--Le _Huleu_ et le _Champgaillard_ sont nommés
     par Rabelais, entre autres mauvais lieux (liv. 2, chap. 6),
     dans les _Après-disnées du seigneur de Cholières_ (Paris, 1588,
     in-12, fol. 43, recto); le second est nommé _Champgaillard des
     bordeleries_.--En se trouvant placés, comme nous venons de le
     voir, l'un près de Saint-Nicolas, l'autre près de Saint-Victor,
     le _Huleu_ et le _Champgaillard_ contrevenoient à l'ordonnance
     de décembre 1254, par laquelle saint Louis avoit déclaré (art.
     11) que les filles de joie ne pourroient se loger que «loin des
     lieux saints et des cimetières.» _Ordonn. des roys de France de
     la troisième race_, t. 1, p. 79, 105.]

     [Note 53: On trouve racontée, dans le _Ménagier de Paris_, t. 3,
     p. 116, et _Additions et corrections_, p. 75, une affaire de ce
     genre.]

     [Note 54: Peu à peu les priviléges de ces lieux infâmes
     furent abolis. (Sauval, _Antiq. de Paris_, t. 2, p. 108.) Une
     ordonnance de 1697 en fit disparoître les dernières traces. V.
     notre livre _Paris démoli_, 2e édit., p. 36.]

     [Note 55: Dans les _Statuts_ de la reine Jeanne sur la
     discipline d'un lieu de débauche dont elle permettoit
     l'établissement à Avignon, statuts publiés par Astruc, _De
     morbis venereis_, on lit, art. 2: «Si quelque fille a déjà fait
     faute et veut continuer de se prostituer, le porte-clef ou
     capitaine des sergents, l'ayant prise par le bras, la mènera
     par la ville, le tambour battant et avec l'aiguillette rouge
     sur l'épaule, et la placera dans la maison, avec les autres;
     lui défendra de se trouver dans la ville, à peine du fouet en
     particulier pour la première fois, et du fouet public et du
     bannissement la seconde fois.» Ce passage, rapproché de ce
     qu'on lit ici, prouve au moins que, dans ces statuts, tout
     n'est pas, de la part du médecin Astruc, pure invention et pure
     mystification, comme M. Jules Courtet l'a voulu prouver dans un
     article de la _Revue archéologique_, t. 2, p. 158-164.]

Cela ne se voit plus: la modestie et la sagesse ont couvert ceste
coustume; que s'il y a de la desbauche à présent, ce ne sont ny filles,
ny femmes de maisons, ains de meschantes chambrières vestues en
demoyselles, quy font à croire à la jeunesse qu'ils sont de bon lieu,
et ce ne sont que coquines quy mesprisent tout le corps des honnestes
femmes.

       *       *       *       *       *

_De la Justice._

Pour faire la comparaison de la justice de nos anciens avec celle
d'à present, nous n'entendons pas affoiblir leur renommée, car nous
sçavons bien que ce n'estoit que gravité, que sagesse, science, grands
observateurs de loix et executeurs d'ordonnances, bonnes et simples
ames, authorisez, crains et redoubtez du peuple et de la noblesse, quy
ne faisoient aucune difficulté de quitter le chapperon[56] pour ne rien
faire du commandement des roys au prejudice du public. Ce n'est pas
nostre tesme ny ce que nous avons à prouver; nous ne voulons monstrer
que sinon qu'outre que toutes ces qualitez sont aux juges d'à present,
ce qu'ils ont d'avantage.

     [Note 56: Le chaperon rouge porté sur l'épaule, depuis qu'il
     n'étoit plus à la mode de s'en coiffer, étoit l'insigne de la
     magistrature.]

Je crains de faillir en monstrant l'opulence de nostre temps, pour ce
qu'elle est plus grande que je ne la puis decrire.

O brave senat de Paris, de Rouen, de Toulouze et des autres parlemens!
vous n'estes pas seullement à admirer, possedans toutes ces graves
qualitez de juges et d'avoir de vieux senateurs comme jadis, mais
d'estre accompagnez d'un grand nombre de jeunesse quy, à l'age de
vingt-cinq ans, ont esté receus au Parlement, aussy rempliz de science
et de sagesse qu'estoient nos anciens à septante ans, outre la valeur
des offices, quy coustent à present cens mille livres, et le grand
train que vous tenez, au respect du temps passé, où le mulet estoit
aussy empesché à porter le fumier aux vignes qu'à mener son maistre au
palais.

Il n'y a juge quy n'ait sa porte cochère[57], un ou deux carosses, six
chevaux à l'etable, double palfermiers, quatre laquais, deux valets de
chambres, un clerc, outre le train de madamoyselle, quy est égal.

     [Note 57: «Les procureurs étoient logés autrefois en petite
     porte ronde; maintenant, ils ont de grandes portes cochères.»
     (_Dict. de Trévoux._) V. notre édit. du _Roman bourgeois_, p.
     264, et notre t. 2, p. 283.]

C'estoit chose rare au temps passé de voir un homme riche, et le plus
riche s'appeloit milsoudier[58], c'est-à-dire quy pouvoit faire depence
de cinquante livres par jour; à present il n'est pas seulement commun à
la plus part des maisons, mais il passe en despence.

     [Note 58: V., sur ce mot, notre t. 2, p. 279, note.]

On verra bien clair se on lit par les histoires anciennes que les
officiers des cours souveresnes, bourgeois et financiers, ayent, à
la necessité de la guerre, fait toucher à leur roy, en trois mois,
dix millions de livres comptant par l'achat de nouveaux offices[59]
et aliénation de domaine, comme nous l'avons veu ces jours passés,
par le moyen desquels Sa Majesté a restauré son Estat, espouvanté ses
rebelles, regaigné ses villes et rendu un peuple furieux souple comme
un gant.

     [Note 59: Allusion à ces ventes d'offices que Chalange et les
     autres partisans faisoient décréter, et dont ils partageoient
     les profits avec les ministres. V. notre édition des _Caquets de
     l'Accouchée_, p. 183, 241, 258.]

       *       *       *       *       *

_Des Hommes doctes et de la Religion._

Je suis contrainct de confesser qu'au temps passé il y avoit de doctes
personnages quy ont monstré leur science en public aux concilles.
Je ne pourrois les mespriser sans faillir; mais tout ainsy que les
propositions et allegations contraires à la doctrine de l'Eglise
estoient legères au respect de ce que les heretiques ont inventé
depuis et mis par escrit, aussi la solution en estoit plus facile; et
si quelle peyne avoit-on pour trouver ces doctes-là, l'un appelé du
Lionnois, l'autre de Paris, l'autre d'Angleterre, quelsques uns tirez
des monastères, et, ainsy assemblez, faisoient une doctrine parfaicte,
selon le temps et les propositions; mais qu'il se soit trouvé, au temps
passé, un du Perron pour promptement recognoistre l'erreur et respondre
en public à un Duplessis Mornay[60]; un Draconnis[61] pour chausser
les esperons à un subtil Dumoulin[62]; un Coiffeteau[63] pour faire
la barbe à un Durand[64]; un Cotton pour promptement respondre, par
son livre de l'_Instruction catholique_[65], à toutes les batteries
proposées contre les seremonies de l'Eglise par un Calvin, je n'en ay
point veu.

     [Note 60: Allusion à la conférence publique qui eut lieu à
     Fontainebleau, le 4 mai 1600, entre Du Plessis Mornay et Du
     Perron, dans laquelle celui-ci combattit avec avantage les cinq
     cents erreurs qu'il avoit découvertes dans le livre du premier
     sur l'_Eucharistie_.]

     [Note 61: Il s'agit ici, soit du P. Ange de Raconis, qui publia
     vers cette époque _le Petit Anti-Huguenot_ (Paris, 1618), soit
     plutôt encore de Ch. Fr. Abra de Raconis, plus tard évêque de
     Lavaur, qui venoit de faire paroître _Traité pour se trouver
     en conférence avec les hérétiques_, Paris, 1618, in-12. V.
     _Mémoires_ de l'abbé d'Artigny, t. 7, p. 259.]

     [Note 62: C'est le fameux ministre de Charenton dont il fut tant
     question alors. V. notre édition des _Caquets de l'Accouchée_,
     p. 88.]

     [Note 63: Comme théologien et controversiste, il s'étoit mêlé à
     la dispute de Du Perron et de Du Plessis Mornay; ses réponses à
     celui-ci comptent parmi ses bons ouvrages.]

     [Note 64: C'est Durand de Saint-Pourçain, fameux dominicain du
     XIVe siècle, qui, dans ses livres de théologie, avoit souvent
     combattu saint Thomas d'Aquin. Ses opinions contraires à la
     transsubstantiation avoient été foiblement réfutées par Du
     Perron, dans la conférence citée tout à l'heure. (_Longueruana_,
     p. 11-12.) Coeffeteau les combattit avec plus d'avantage.]

     [Note 65: _L'Instruction catholique_, Paris, 1610, 2 vol.
     in-fol.]

Neantmoins (_excipientur ab hac regula_) sainct Hierosme,
sainct Thomas, sainct Augustin, et les autres anciens docteurs
ecclésiastiques, desquels nous ne voulons point parler, car ils
avoient le Sainct-Esprit et sçavoient tout et encores plus qu'on ne
sçauroit dire, comme vrais pivots sur lesquels tous les docteurs ont
esté bastis; et, toutefois, si je disois qu'à present il se trouve des
hommes quy sçavent et peuvent discourir promptement de ce que tous les
doctes de l'Eglise ancienne ont escript, quy n'ignorent rien du contenu
en leurs livres, je croy que je n'en serois pas repris, et parlant, un
ou plusieurs de ce temps sçavent tout ce que trente de l'antiquité ont
escrit.

Et pour le monstrer, qui a veu et assisté aux harangues publiques
faictes par ce docte Mauricius Bressius[66], principal du collége
de Lizieux, quy, sans hesiter, en trois heures, d'un latin esgal à
celuy de Ciceron, disoit en abregé tout ce quy estoit contenu dans
l'impression de quatre cents doctes livres, disoit les meurs et façons
de vivre de toutes les nations du monde, la forme de leurs vestemens,
de leurs combats, de leurs gouvernements, de leurs religions, et de
tout ce quy s'est passé depuis Adam jusqu'à notre temps, ce qu'il a
monstré en huict jours et en huict assemblées en la presence des plus
doctes de Paris, quy l'admiraient.

     [Note 66: Maurice Bressieu. Ce qu'on en dit ici semble d'autant
     plus surprenant qu'il s'occupoit des sciences plus encore que de
     l'histoire et de la littérature. Il finit par être _professeur
     royal_ en mathématiques. Il mourut après 1608. V. Goujet, _Mém.
     sur le Collége royal_, in-12, t. 2, p. 95.]

Trouvez-moi de telles gens à l'antiquité; j'en nommerois sans faillir
un cent de pareils, se je ne craignois de faire tort à mille quy
paroissent en public par leurs publications, et en particulier par
la lecture de leurs livres, quy me fait dire, et à bon droict, qu'en
nostre temps nous avons des hommes remplis de toutes sortes de
sciences, de langues, d'arts et de mestiers, speciallement à Paris, où
ils abondent en quantité.

Qu'il vienne un peu de nouveaux Collampades, Calvins et Bezes,
planter leurs nouvelles heresies et faire accroire aux assemblées de
Poissy[67] qu'ils ont raison par leurs fardez discours; qu'ils viennent
prescher au Patriarche[68] et à Poupincourt[69] et faire accroire aux
chambrières et aux savetiers que les ceremonies de l'Eglise ne servent
de rien, que les prières n'ont aucune efficacité après la mort, que le
purgatoire est une invention du pape, et mille autres allegations que
nos anciens docteurs ont laissé couver cinquante ans durant, faute de
veiller, d'ecrire et prescher.

     [Note 67: Allusion aux assemblées dites _colloques de Poissy_,
     qui eurent lieu du 9 au 26 septembre 1561, entre les catholiques
     et les réformés, mais qui n'amenèrent aucun résultat pacifique.]

     [Note 68: Grande maison située au faubourg Saint-Marcel, qui
     devoit son nom à Bertrand de Chanac, _patriarche_ de Jérusalem,
     et à Simon de Chamault, cardinal et _patriarche_ d'Alexandrie,
     qui l'avoient possédée au XIIIe et au XIVe siècle. Les Huguenots
     y avoient tenu quelques unes de leurs premières assemblées. En
     1562, la populace catholique s'y rua, et chaires, bancs, etc.,
     tout y fut brûlé. (Pasquier, _Recherches de la France_, liv. 3,
     chap. 49, et _Lettres_, édit. in-fol., t. 2, p. 451)--Il existe
     encore un passage et un marché des _Patriarches_, qui vont de la
     rue d'Orléans-Saint-Marcel à la rue Mouffetard.]

     [Note 69: Pasquier parle aussi (_loc. cit._) des assemblées de
     Calvinistes qui se tenoient à _Popincourt_ ou _Pincourt_, alors
     hors des murs de Paris, et qui furent envahies et troublées
     comme celles du _Patriarche_.]

Ils trouveroient à qui parler, ils trouveroient de fermes rochers, qui,
par leur diligence et leurs études assidues ont relevé ce quy estoit
cheu, reveillé ce quy dormoit, et decouvert ce quy estoit caché à nos
anciens; aussy, comme la negligence des docteurs et la simplicité des
hommes estoit lors, l'observation de la religion estoit pareille:
quelle religion paroissoit-il à nos anciens d'aller ouïr une petite
messe les festes, mespriser les vespres, une fois l'an se confesser,
encore falloit-il dire leurs peschés, tirer de leur bource un tournois
fricassé pour donner à l'offrande, ne tenir compte des festes, n'aller
au sermon que les bons jours, aller le jour de Noel à la messe de
minuict pour dormir sur la paille que l'on mettait aux églises, chanter
des noels de l'antiquité, qui commençoient: «Viens çà, gros Guillot»;
se souler après la messe pour dormir le lendemain jusqu'à midi, et,
quand on estoit mort, de faire de belles epitaphes, comme il s'en suit:

  Cy dessous gist le grand Pierre,
  Enterré sous ceste pierre,
  Quy s'est toute sa vie
  Meslé de la friperie.

La postérité avoit bien affaire de le sçavoir! Voilà les actions de
l'antiquité, leurs plus grandes observations en la religion, leurs
subtiles poesies et leur grand merite.

       *       *       *       *       *

_Des Delectations du temps passé._

Voyons quel estoit leur plaisir, si c'estoit à voir jouer la comedie.
A la vérité il faisoit bon la voir, car il y avoit anciennement de
certains chartiers et crocheteurs quy, vestuz en apostres, jouoyent la
Passion à l'hostel de Bourgongne, ou la Vie de saincte Catherine[70],
auxquels on souffloit au cul tout ce qu'ils recitoient, où tout le
monde estoit receu à un double pour teste, et la plupart n'y alloit que
pour voir les actions de Judas, dont les uns se rejouissoient et les
autres en pleuroient à chaudes larmes.

     [Note 70: Le mystère de la _Vie de sainte Catherine_, divisé en
     trois journées. Il fut joué en 1434. C'est un notaire nommé Jean
     Didier qui jouoit le rôle de la sainte.]

Ou bien suivoient pas à pas maistre Gonin[71], quy, avec sa robbe
mi-party, le nez enfariné, jouant de sa cornemuse, faisoit danser son
chien Courtault, ou, par une subtilité de la main, faisoit courir sur
son bras sa petite beste faicte d'un pied de lièvre, qu'ils croyoient
fermement estre vivant, tant ils avoient l'esprit innocent. C'estoit
là le plesir des bourgeois; et au sortir de là, pour discourir de
ce qu'ils avoient veu, ils s'embarquoyent dans un cabaret, où ils
faisoient un gros banquet à dix-huict deniers l'escot, où la pièce de
boeuf aux navets servoit de perdrix.

     [Note 71: C'est le maitre farceur qui égaya si bien la cour de
     François Ier. Brantôme raconte plusieurs de ses tours (_Hommes
     illustres_, édit. in-12, t. 3, p. 383). Son petit-fils, qui
     vivoit sous Charles IX, fit le même métier, mais il l'enjoliva
     de certaines adresses qui le menèrent tout droit à la potence,
     en 1570. «Là, dit Delrio, il fit si bien par son art magique,
     que le bourreau, croyant le pendre, pendit à sa place la mule du
     premier président.» (_Diquisit. magiq._, liv. 3.)]

Pour le menu peuple et gens de boutique, pour la peyne qu'ils avoient
eue toute la sepmaine à travailler, ils prenoient congé les festes,
pour jouer à la savatte parmy les rues, ou à frappe-main[72], où les
maistres et maistresses prenoient moult grand plesir, à cause de quoy
ils avoient le soir demy-setier par extraordinaire, et non davantage,
encore que le muids de vin ne coustoit lors que cinquante sols[73].

     [Note 72: C'étoit en effet l'usage, et l'on sait l'histoire de
     la grande émeute soulevée à Sens, du temps de Louis XI, par
     un apothicaire qui, après s'être mêlé dans la rue à l'une de
     ces parties de main-chaude ou de _taquemain_, comme on disoit
     aussi, ne voulut pas consentir à prendre la place du patient. V.
     _Almanach de Sens_ pour les années 1763, 1764 et an III (1795).]

     [Note 73: Il étoit plus cher déjà sous Henri lit: il se vendoit
     deux sols la pinte. _L'ordonnance sur le faict de la police
     générale du royaume_, qui en régloit ainsi le tarif, fut mise en
     chanson:

       Le plus cher vin vendu la pinte
       Partout ne sera que deux sols;
       Qui le vendra plus cher, sans feinte,
       Payera l'amende tout son saoul.

        (_La Fleur des chansons nouvelles_, édit. Techener, p. 6-11.)]

Pour les officiers des Cours souveraines et subalternes, à cause de
leur gravité ils n'osoient hanter le menu peuple; leur delectation
estoit de s'assembler l'après-dinée aux festes pour jouer aux deniers,
à devoir, à trante-et-un, et au trou-madame, une tarte de trois sols,
et, au surplus, grands observateurs des ordonnances de Philippe le
Bel[74], qui défendoit à ceux qui n'avoient que cinquante livres de
rante de manger du rosty plus d'une fois la sepmaine.

     [Note 74: Sur la teneur de l'ordonnance somptuaire de 1294, où
     se trouvent les prescriptions indiquées ici, Voy. une note de
     notre édition des _Caquets de l'Accouchée_, p. 32.]

Pour les procureurs et advocats du Palais, leur plus grande desbauche
c'estoit de se promener les festes hors les portes, sur le rempart ou
au Pré-aux-Clercs[75], avec la robbe et le bonnet carré et le petit
saye qui ne passoit pas la brayette, disputans et devisant ensemble
de l'appoinctement en droict et du default pur et simple, et par
intervalle juger lequel des Bretons couroit mieux la poulle[76], ou de
celuy qui saultoit le mieux[77] en trois pas le sault.

     [Note 75: Ils alloient aussi, en robe et en bonnet carré, sur
     le quai des Augustins. Tiraqueau et Michel de l'Hospital s'y
     rendoient chaque soir d'été, et, ayant le dos tourné vers la
     rivière, ils devisoient familièrement avec les passants. V.
     notre _Histoire du Pont-Neuf_, Rev. françoise, 1er oct. 1855, p.
     543.]

     [Note 76: C'étoit le prix de la course. L'expression _jouer,
     gagner une poule_, en vient.]

     [Note 77: Les Bretons étoient les meilleurs sauteurs parmi les
     écoliers. Le _saut breton_ étoit célèbre. V. notre t. 2, p. 186.]

Puis, estant de retour de ceste delectation, venoient souper ensemble
chacun avec sa parenté, où on ne souloit point son hoste, car chacun
faisoit porter son pot à frein et sa vinaigrette, et celuy qui avoit
prié la compagnie avoit une epaule ou une esclanche quy revenoit à deux
carolus, par extraordinaire, avec un plat de carpes.

Je laisse à juger aux lecteurs si ce n'est pas mal à propos nous
reprocher l'antiquité. Et que faict-on à présent quy ressemble à
cela! Voyez les nobles, les officiers des cours souveraines, les bons
bourgeois, de quoy ils se delectent: ils meprisent ce qui anciennement
estoit le plaisir des roys et des princes: la paume, elle est trop
violente; la comedie, elle est trop commune; la boule, elle est trop
vile; et quoy donc? faut aller aux cours avec le carrosse à quatre
chevaux au petit pas, pour deviser, chanter, rire, conter quelque
nouvelle impression, voir et contempler les actions des hommes qui s'y
trouvent, et, à l'exemple des plus honnestes, se rendre agreable aux
compagnies.

Pour le peuple et les marchands, leur trafic se fait par commis, car,
pour les maistres, ils vivent honorablement: le matin on les void sur
le change, vestuz à l'avantage, incognus pour marchands, ou sur le pont
Neuf, devisant d'affaires[78] sur le palmail[79], communicquant avec un
chacun: si c'est un peuple docte, ils escoutent les leçons publiques;
s'ils sont devocieux, ils frequentent mille belles eglises, escoutant
infinis bons predicateurs quy, tous les jours, preschent en quelque
lieu où on faict feste.

     [Note 78: Celles de l'Etat n'y étoient pas oubliées. Tous s'en
     mêloient, jusqu'au savetier. «Quand le savetier a gagné, par son
     travail du matin, de quoi se donner un oignon pour le reste du
     jour, il prend sa longue épée, sa petite cotille et son grand
     manteau noir, et s'en va sur la place décider des intérêts
     d'Etat.» (_Entretiens du Diable boiteux et du Diable borgne_, p.
     26.)]

     [Note 79: Le _mail_ du quai des Ormes, près les Célestins. Celui
     qui étoit proche de la porte Montmartre, et dont la rue qui en
     a gardé le nom ne prit la place que de 1633 à 1636, étoit aussi
     très fréquenté.]

Si le roy est à Paris, ils prennent plaisir à voir une académie remplie
de jeune noblesse instruicte à picquer, tirer des armes, à combattre
à la barrière, à la bague, et à mille autres exercices qui font honte
à ceux quy, pour les sçavoir, quitteroient la France, et occuperoient
l'Italie.

       *       *       *       *       *

_Des Batiments et du Plaisir des champs._

Les ignorants et ceux quy ne penètrent point assez avant à la
cognoissance de toutes choses disent que les hommes du temps passé
estoient aussi riches avec leur peu, comme nous avec notre abondance.
Je le nie, car leur contentement estoit borné par force, d'autant
qu'ils avoient un default de pouvoir, ou bien ce contentement estoit
mesquin. S'ils avoient de la richesse, pourquoy laissoient-ils nos
villages denuez de belles maisons? Il y a deux cens ans que nos maisons
des champs, mesme des meilleurs bourgeois des villes, n'estoient que
des cabanes couvertes de chaume; leurs jardinages clos de hayes, leurs
compartiments des carreaux de choux, leurs palissades des hortyes,
leurs plus belles vues une ou plusieurs fosses à fumier, et, quand il
estoit question de bâtir l'estable à cochon de fond en comble, ils
estoient trois ou quatre ans à en faire la despence: autrement ils
eussent esté ruinez.

Voyez les plus beaux et les plus anciens bastimens des villes, de
quelle structure ils estoyent! Les architectes estoient de venerables
ingenieurs pour bastir force nids à rats; ils faisoyent une petite
porte; d'autres une petite estable à loger le mulet, de bas planchers,
de petites fenêtres, des chambres, antichambres et garderobes
estranglées, subjectes les unes aux autres, le privé près de la
salle, un grand auvan à loger les poulies et une grande cour pour les
pourmener[80].

     [Note 80: V., pour une description à peu près semblable à celle
     qui est faite ici, et la complétant en quelques détails, De
     Mayer, _Galerie du XVIe siècle_, t. 2, p. 363.]

Leurs meubles des champs estoient pareils: une grosse couche figurée
d'histoire en bosse, un gros ban, un buffet remply de marmousets, une
chaise à barbier de Naples[81], et pour vaisselle des tranchoirs de
bois, des pots de grais, une eclisse à mettre le fourmage sur la table,
un bassin à laver de cuivre jaune, et sur le buffet deux chandelles des
roys riollées, piollées[82], une vierge Marie enchassée et un amusoir à
mouche, le maistre père et compagnon avec le paysan de la maison, quy
sentoit toujours le bran de vache et la merde de pourceau; au surplus,
ils estoient si pauvres, qu'ils se trouvoient contraincts en hyver de
se chauffer à la fumée d'une aiteron pour faute de bois.

     [Note 81: Comme celle du barbier de Pezenas, dans laquelle on
     prétend que s'étoit assis Molière, qui se trouve représentée
     avec son siége et son haut dossier de bois dans le _Magasin
     pittoresque_, t. 1er.]

     [Note 82: Il étoit d'usage de se servir, le jour des Rois,
     de chandelles _bariollées_ (riolées) ou seulement mi-parties
     (_piolées_), comme le plumage d'une _pie_. «Voilà qui est
     _riolé, piolé_, comme la _chandelle des Rois_», lit-on dans _la
     Comédie des proverbes_, acte 2, scène 5.]

Ainsy nos anciens sculpteurs n'avoient aucun plus beau subject pour
mettre en figure que ceste perspective champestre, où tout ce que
dessus est figuré à la rustique et où nous avons cognoissance de ceste
chetiveté.

O siècle d'or! mais à present l'on voit nostre campagne enrichie
de superbes edifices, la vue desquels fait abolir la memoire de
l'antiquité, et, outre les maisons bourgeoises quy se voient en
quantité, basties d'une structure admirable, couvertes d'ardoises,
garnies de fontaines et de magnifiques vergers, esloignées des cours
basses où le paysan fait sa retraicte, encores voit-on les superbes
chasteaux des officiers des cours souveraines, nobles et financiers,
quy, à moins d'un an, ont par un nouvel edifice renversé mille maisons
rustiques pour en former une noble.

Et pour les bastiments des villes, quoy? ce sont autant de chasteaux,
et toutefois peu prizés si la despence n'en excède cent mille livres,
fonds quy n'est à rien compté sur le revenu du proprietaire, ny sur les
superbes meubles, tapisseries et vaisselle d'argent dont on se sert
ordinairement.

       *       *       *       *       *

_Des Livres._

Ce sera peut-estre par la composition des livres que l'antiquité l'aura
gaigné? Et toutes fois, pourveu que l'on ne mette point en compte
l'antiquité des Grecs et des Latins, dedans l'antiquité de nostre
France je n'y trouve que de la chetiveté, quand je me représente ces
venerables escrivains qui ont composé le roman de la belle Éloïse, les
valeureux faits de Jean de Paris, la guerre des quatre fils Aymon,
la hardiesse de Reignaud de Montauban et de Richard-sans-Peur, la
folie de Rolant-le-Furieux, la conqueste du roy Artus[83], la gloire
de Morgan[84] et les faicts de Jeanne-la-Pucelle; ce sont livres de
l'antiquité françoise, qui ne ressemblent nullement, ny en discours
ny en subject, à un Bellaut, à un Ronsard, à un Desportes, ni à un
Dubertas, pour la poésie; à un de Thou, à un Mathieu, et infinis autres
pour la prose.

     [Note 83: Ce sont à peu près les mêmes livres qui sont indiqués
     par Antoine de Saix (1532) dans son _Esperon de discipline_:

       ..... le livre des Quenoilles,
       Le Testament maistre Françoys Villon,
       Jehan de Paris, Godefroy de Bouillon,
       Artus le Preux, et Fierabras le Quin,
       . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
       Roland, Maugis d'Ardennes la forest...]

     [Note 84: Sur ce roman, dont Pulci fit son poème en vingt-huit
     chants, V. _Biblioth._ de Du Verdier, p. 899.]

Je ne veux pas pourtant nous tant priser que l'on ne nous reproche
qu'en nostre temps nous n'ayons des plus grands quy ont escrit
obscurement quand ils ont parlé d'estre emondés et repurgés, et qui
peut-être nous diminuroit en gloire; mais il les faut passer comme on
a passé dedans le livre de Tevet[85] Clopinel et Rabelais pour hommes
illustres.

     [Note 85: André Thevet, de qui l'on a, entre autres ouvrages,
     une _Histoire des hommes illustres_, dont l'édition donnée en
     1671 a 8 vol. in-12.]

       *       *       *       *       *

_Pourquoy plus d'abondance de pauvres qu'au temps passé._

Je ne sçavois plus par quel endroict on pouvoit me reprendre d'avoir
tant mesprisé l'antiquité pour nostre temps, si ce n'est que l'on me
mette devant les yeux la grande quantité de pauvres quy sont en ce
reigne mandiant, veu la grande richesse quy y est, au respect du temps
passé, où ils s'en trouvoit fort peu.

S'il en falloit monstrer la source et d'où elle vient, j'auroy trop à
discourir: suffira d'en dire deux ou trois raisons quy monstreront que
c'est la grandeur du royaume quy en est cause.

Comme doncques, au temps passé, les bourgeois et habitants des
villes se contentoient chacun en son pays de trafiquer, vivre et
mourir, faisant mesme difficulté de prendre alliance ailleurs, de
peur de perdre la vue de leur heritage et patrimoine, les autres
villes estoient desertes d'estrangers, et Paris, avec sa petitesse,
se contentoit de ne point traficquer ailleurs, et vivoient
escharcement[86]; et de faict, on ne tenoit conte des maisons, quy
lors estoient louées à vil prix faute de peuple[87]; mais depuis
que l'estranger a gousté de la grande liberté d'y vivre, et on
ne s'enqueste de rien, cela a faict descendre en foule l'Italie,
l'Angleterre, l'Allemaigne, la Flandres, la Hirlande[88], et tous les
religionnaires du royaume, pour y habiter comme en un lieu de refuge
asseuré, et, partant, si grande abondance de maneuvres de toutes
sortes, d'ouvriers à mestiers, que les vrais regnicolles ont esté
frustrés de leur travail: c'est la première raison.

     [Note 86: _Mesquinement_, _chichement_. «J'en sais, dit
     Montaigne (liv. 3, ch. 9), qui donnent plutôt qu'ils ne rendent,
     prestent plutôt qu'ils ne payent, font plus _escharsement_ bien
     à celuy à qui ils en sont tenuz.»]

     [Note 87: Monteil, analysant un manuscrit fait avec des
     _extraits des registres du Châtelet_ des XIVe et XVe siècles,
     etc., dit: «Je vois, en suivant successivement les feuillets de
     ce manuscrit, que, sous Charles VI et Charles VII, plusieurs
     quartiers avoient été abandonnés, que les maisons crouloient
     ou bien étoient écroulées, et que les propriétaires s'en
     disputoient le sol et les ruines.» (_Traité de matériaux
     manuscrits_, t. 2, p. 306.)--Comme les maisons inhabitées
     devenoient des repaires de voleurs, on forçoit le propriétaire
     d'y mettre un gardien. V. notre brochure _les Lanternes, hist.
     de l'ancien éclairage de Paris_, Jannet, in-8, p. 19.]

     [Note 88: Sur les Irlandais qui encombroient Paris et y
     _bélistroient_ de la plus dangereuse manière à la fin du XVIe
     siècle, V. notre _Histoire du Pont-Neuf_, Revue franç., 1er
     octobre 1855.]

La seconde, la permission de tenir boutique sans chef-d'oeuvre et la
trop grande quantité de maistres par lettres[89].

     [Note 89: Les chanceliers Poyet et de l'Hôpital avoient essayé
     de supprimer les confréries; mais ils n'y étoient pas parvenus.
     De leur tentative, toutefois, étoient restés quelques abus, que
     signale De Mayer dans sa _Galerie du XVIe siècle_, t. 2, p.
     363. Celui dont il est parlé ici, et qui tendoit à exempter du
     chef-d'oeuvre et des autres épreuves l'artisan voulant devenir
     maître, étoit du nombre. Les maîtrises, comme on le voit,
     pouvoient s'obtenir par simples lettres.]

La troisième et la plus forte, c'est qu'à present il se trouve en
court de petits partisans quy font la fonction et la charge de mille
mestiers: car ils fournissent à la noblesse tous les jours à changer:
chapeau, fraize, colet, chemise, bas de soie et souliers, en rendant
les vieux, à quatre escus par mois[90], et partant ils sont cause du
peu de travail, du labeur et du gain de mille maistres de boutiques.

     [Note 90: Au XVIIe siècle, nous trouvons un trafic de la même
     espèce, une façon pareille de se tenir à la mode par abonnement,
     à tant par année. «Le sieur Fournerat, marchand fripier sous
     les piliers des halles, est-il dit dans _le Livre commode des
     adresses_ (1691), entretient bourgeoisement et honnêtement
     d'habits pour quatre pistoles par an.»]

Mais de mepriser notre temps pour cela, tant s'en faut. Cela monstre
l'abondance de toutes choses au royaume, la subtilité des esprits, la
facilité d'avoir ses commoditez sans avoir affaire à tant de personnes,
et si d'avantage et par un bel ordre qu'il est aisé d'y apporter, on
peut facilement nourrir les indigents, parceque la richesse y est.

       *       *       *       *       *

_Des Hommes de bonne conscience en notre temps._

Et bien! bon homme de l'antiquité, avec vostre robe courte de marchand,
vostre petit saye de drap, vostre gibecière, vos pantouffles de
pantalons[91] et vostre barbe de Melchisedec, sur quoy fonderez-vous
maintenant vos raisons pour nous reprocher vostre temps? Voulez-vous
que nous soyons, comme vous, chetifs, mesquins et innocens? Ah! je
sçavois bien que vous aviés encore quelque chose à nous reprocher, que
vous aviez meilleure conscience et que vous faisiés plus de bien aux
eglises en vostre temps que nous.

     [Note 91: Sorte de _caleçons_ ou _hauts de chausses_ à pieds
     auxquels tenoient les pantoufles. Le _Pantalon_ des farces
     vénitiennes avoit mis cet habillement à la mode. Il étoit
     suranné alors, mais nous l'avons remis en usage avec son premier
     nom. Furetière se moque des procureurs qui y étoient fidèles
     de son temps. Il dit, dans sa satire _le Jeu de boule des
     procureurs_:

       Je vois dans leurs habits les modes surannées.
       . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
       Tel a le chapeau plat, tel autre l'a trop haut;
       Tel a talon de bois, tel soulier de pitaut;
       Tel haut de chausse bouffe, et tel serre la cuisse;
       L'un tient du _Pantalon_, et l'antre tient du Suisse.]

Hé! bon homme! vous ressemblez à ceux qui composent les almanachs: à
faute de bien calculer, vous nous predisez de la pluye au lieu de beau
temps. S'il falloit mettre à la balance les gens de bien de vostre
temps avec ceux du nostre, il faudroit, par necessité, pour vous rendre
esgaux, y mestre encore avec vos bons tous les meschans ensemble,
encore vostre costé monteroit.

Si de vostre temps les rois, les princes et la noblesse ont fondé de
beaux temples que nous avons encore à present, n'en attribuez point
l'honneur aux peuples, car ils n'y ont jamais songé et n'en avoient pas
le moyen; mais à present, combien on a veu de liberalité à nos peuples,
par le moyen de laquelle on a basti tant de nouvelles eglises et tant
de monastères, quy, en moins de deux ou trois ans, d'une structure
admirable, ont esté parachevés, et dont la despense d'un seul de ces
monuments a plus cousté que six de l'antiquité! Eglises remplies
de religieux, quy, fuyant l'avarice, ont quitté et abandonné leur
patrimoine pour vivre en un lieu de pauvreté.

Avez-vous veu en nostre temps des hommes quy, sans quitter leur
vacation ordinaire, continuant dans le monde la fonction de leur
charge, donnent tout ou la plus grande partie de leur gain aux pauvres
en cachette, ne se reservant que le _victum et vestem_?

Avez-vous veu de vostre temps vos temples ornez, decorez et tapissez,
adorez et servis sans discontinuation comme les nostres? Avez-vous veu
en un jour la sanctification de quatre, que saincts, que sainctes,
dont le renom a esté esgal à ceux de l'antiquité, sans comter ceux
qui meritent sanctification, dont nous avons ample preuve par leurs
miracles?

Ne parlez plus, et sachez que votre simplicité ancienne est le subject
qu'il faut dire de vous:

  Oderunt peccare boni formidine poenæ;

et des peuples de maintenant:

  Oderunt peccare boni virtutis amore.



_L'Onophage ou le Mangeur d'asne[92], histoire veritable d'un
Procureur qui a mangé un asne._

  Improbius nihil est hac... gula.
                     (Mart., ep. 51, lib. 5.)

_A Paris_, M. DC. XLIX. In-4.

     [Note 92: Cette pièce, qui est moins, je pense, la relation
     satirique d'un fait véritable qu'une imitation de la charmante
     pièce de Gilles Durant: _A Mademoiselle ma Commère, sur le
     trépas de son asne, regret funèbre_, a déjà été donnée par
     Sautereau de Marsy dans _le Nouveau siècle de Louis XIV_, t.
     1er, p. 229. Elle en inspira une autre, qui est détestable:
     _l'Asne du procureur ressuscité, en vers burlesques_, Paris,
     1649, 11 pages. (V. Moreau, _Bibliogr. des Mazarinades_, nº 84.)]


AUX SAVANTS.

EPIGRAMME.

      Enfans d'Apollon et des Muses,
      Sçavans dont les doctes ecrits
      Charmeront tous les beaux-esprits,
      Lors que vous decrirez les rases
      De cet affamé procureur,
      Ou plustost de cet ecorcheur
      De qui la devorante pance
  Engloutit des vivants l'animal le plus doux,
  Que si de ce baudet vous prenez la defence.
  En ecrivant pour luy vous parlerez pour vous.

       *       *       *       *       *

_L'Onophage ou le Mangeur d'asne._

    Il faut avoüer cette fois
  Que Paris estoit aux abois,
  Bien que chacun fist bonne mine,
  Puis qu'un procureur de la cour
  A mangé pendant la famine
  L'asne du moulin de la Tour[93].

    Cette ville estoit donc sans pain,
  Et tout le monde avoit grand faim;
  On y faisoit fort maigre chère;
  Enfin tout s'en alloit perir,
  Quand pour vivre on aveu le frère
  Avoir fait son frère mourir.

    Il estoit assez renommé
  D'estre un procureur affamé;
  Mais durant la disette extrême
  Il falloit qu'il fût enragé,
  Et, si chacun eût fait de même,
  Paris se fût entremangé.

    Que de veufves! que d'orphelins!
  Que l'on auroit veu d'assassins!
  Le fils auroit mangé son père,
  Le cousin meurtry le parent,
  Et je croy mesme que la mère
  Auroit devoré son enfant.

    Mais le Ciel, quittant son couroux,
  Nous regarda d'un oeil plus doux:
  Car, s'il n'eût appaisé son ire,
  Tous les baudets estoient peris,
  Et puis après on eût pu dire:
  Il n'y a plus d'asne à Paris.

    Sauvez-vous, clercs et procureurs;
  Gaignez au pied, soliciteurs;
  Lors qu'il n'aura plus de pratiques,
  Prenez garde à vous, advocats,
  Il vous prendra pour des bouriques
  En vous voyant porter des sacs[94].

    Marchands, bourgeois et artisans,
  Eseoliers, docteurs et pedans,
  Allez nuds pieds, quittez vos chausses,
  Afin d'eviter le trepas;
  Car il vous mangera sans sausses,
  S'il vous rencontre avec des bats.

    Menez vos asnes, plastriers[95],
  Avecque ceux d'Aubervilliers,
  Que ce gourmand ne les attrape;
  Courez viste, et doublez le pas:
  Car, mesme à la mule du pape,
  Il ne luy pardonneroit pas.

    Pauvres meusniers, que je vous plain,
  Puis qu'il faudra dessus vos reins
  Porter le bled et la farine,
  Comme des chevaux de relais!
  Car, si l'on avoit la famine,
  Il mangeroit tous vos mulets.

    Fuyez la rage de ses dents,
  Poètes, rimeurs impudents:
  Vostre ignorance vous condamne,
  Vos burlesques n'en peuvent plus,
  Vostre Pegase n'est qu'un asne,
  Et tous ceux qui montent dessus.

    Escrivains dont les sots discours
  Que l'on imprime tous les jours
  Sont temoins de vos asneries,
  L'on vous donnera des licous,
  Et, pour finir vos railleries,
  Ce loup vous egorgera tous.

    Ou bien implorez le secours
  Des mulets d'Auvergne[96] et de Tours;
  Tenez bon, consultez l'oracle;
  Vous n'irez pas tous seuls aux coups,
  Car tous les asnes du Bazacle[97]
  Ont le mesme interest que vous.

    La procureuse est en danger:
  Il la pourroit aussi manger,
  Si la faim quelque jour le presse,
  Excitant ses boyaux goulus;
  Il croira que c'est une asnesse
  Quand il sera monté dessus.

    Parisiens, où est vostre coeur
  De souffrir que ce procureur
  Vous traitte comme des canailles,
  Qu'il ait vos citoyens meurtris?
  Car, estant né dans vos murailles,
  Cet asne est enfant de Paris.

    Prenez les armes, vangez-vous,
  Et luy donnez cent mille coups;
  Despeschez tost, vous l'avez belle,
  Maintenant qu'on est en repos;
  Si la guerre se renouvelle,
  Il vous mangera jusqu'aux os.

    On dit que le brave Samson
  De la maschoire d'un asnon
  A sceu très vaillamment combattre
  Et defaire les Philistins;
  Mais ce procureur en a quatre,
  Dont il tuera tous ses voisins.

    D'une seule Caïn cruel
  En assomma son frère Abel,
  Ainsi que disent les histoires;
  Pourquoy faut-il donc que ce chien
  Se soit servy de deux maschoires
  Afin de devorer le sien?

    Partout se trouve des mechans,
  A la ville aussi bien qu'aux champs,
  Qui sont plus malins que le diable
  Pour commettre mille delits;
  Mais pour ecorcher son semblable
  Ce procureur est encor pis.

    On dit qu'il a changé son nom,
  Qu'il n'est plus qu'un pauvre pieton,
  Pour avoir mangé sa monture,
  Et que sa femme et Fagotin,
  N'ayans point d'autre nourriture,
  En ont fait bien souvent festin.

    Mais qui l'auroit jamais pensé,
  Que ce procureur insensé
  Eust fait cet horrible carnage!
  Plaideurs, cessez vos differens,
  Fuyez ce mechant dont la rage
  N'a pas epargné ses parens.

    Sa femme dit qu'il est prudent
  D'avoir serré le curedent,
  Qu'il cherit comme des merveilles,
  Pour faire avec elle la paix,
  Et qu'il a gardé les oreilles,
  Qu'il monstre à tous ceux du Palais.

    Du sang il en fit du boudin,
  Qu'il envoya par Fagotin
  A tous ceux de son voisinage,
  Et de la peau un bon tambour,
  Afin d'animer le courage
  De tous les grans clercs de la cour.

    Il est un fort bon menager
  De tout ce qu'il n'a peu manger,
  Mesme des choses les plus ordes;
  Veu que des boyaux les plus longs
  Il en a fait faire des cordes,
  Pour servir à des violons.

    Ce bel asne estoit si parfait,
  Qu'on dit que Midas l'avoit fait.
  Il ne demandoit rien qu'à rire,
  Et parloit si haut et si clair,
  Que, s'il eût appris à escrire,
  Il eût esté le maistre clerc[98].

    Dis-moy donc, monstre plein de fiel,
  Procureur barbare et cruel,
  Infame et vilain onophage,
  Loup affamé plus que brutal,
  Pourquoy exerce-tu ta rage
  Contre cet aimable animal?

    Tes sens contre toy revoltez
  Te bourellent de tous costez;
  Ta conscience te gourmande,
  Le sang de ton frère epanché
  Demande à tous que l'on te pende,
  Afin de punir ton peché.

    Puis j'ecriray sur un tableau:
  Cy gisent dessous ce tombeau
  Deux gros asnes qui par envie
  Les uns pour les autres sont morts;
  Ils estoient deux pendant leur vie,
  Et maintenant ce n'est qu'un corps.

     [Note 93: Peut-être faut-il voir ici le moulin des religieuses
     de Montmartre, qui, ayant en effet la forme d'une _tour_,
     avoit fait donner, dès cette époque, à l'une des rues près
     desquelles il se trouvoit, le nom de _rue de la Tour-des-Dames_.
     Il existoit déjà à la fin du XVe siècle, et en 1816, selon
     la Tynna, on en voyoit encore les restes. Le nom cité tout à
     l'heure se déplaça vers 1769; il passa de la rue, qui s'appela,
     dès lors, _rue de La Rochefoucauld_, à la ruelle _Baudin_, qui
     l'a gardé. V. le singulier mais très curieux livre de M. de
     Fortia d'Urban, _Recueil des titres de propriété d'une maison et
     terrain sis à Paris... rue de La Rochefoucauld_, 1812, in-12,
     _passim_.]

     [Note 94: Les sacs de procès que les gens de palais portoient
     toujours à leur ceinture, et d'où est venue la locution que
     nous avons déjà fait remarquer dans _le Roman bourgeois_ de
     Furetière: _J'ai votre affaire dans le sac_.]

     [Note 95: Les plâtriers de Montmartre.]

     [Note 96: C'étoient les plus estimés. Dans le conte de Voltaire,
     c'est à vendre des mulets que le père de Jeannot fait une si
     belle fortune.]

     [Note 97: _Bazacle ou Bazadois_, le pays de Bazas, en Guienne.]

     [Note 98: Ceci fait souvenir des vers de Gilles Durant dans la
     pièce citée tout à l'heure:

       Au surplus, un asne bien faict,
       Bien membru, bien gras, bien refaict;
       Un asne doux et debonnaire.
       Qui n'avoit rien de l'ordinaire,
       Mais qui sentoit avec raison
       Son asne de bonne maison.]


AUX LECTEURS.

EPIGRAMME.

  De ce fratricide execrable
  Les vrays temoins sont Fagotin
  Et tous les mangeurs de boudin.
  Ce discours n'est pas une fable:
  C'est pourquoy je croy que mes vers
  Luy mettront l'esprit de travers,
  Car tout le monde le condamne;
  Que si cet ecrit voit le jour,
  Un chacun dira que son asne
  Avoit des amis à la cour.



_Les Regrets des Filles de joye de Paris sur le subject de leur
bannissement[99]._

_A Paris, chez la veuve Jean de Carroy, rue des Carmes, à la Trinité._

In-8.

     [Note 99: Cette pièce est de la fin de l'année 1620, comme nous
     le prouverons dans les notes.]


Tout est perdu, dame Massette[100]! Nos bons amis sont morts: tous les
jours de nostre vie ne seront desormais qu'une continuelle misère.
Nous avions depuis vingt-cinq ans tenu librement nos grands jours dans
cette grande et bonne ville. Les François et les estrangers y estoient
accourus de toutes parts pour jouir de nos caresses et embrassemens.
Ce n'estoit que plaisantes festes et agremens entre nous. L'avarice,
l'usure et tant d'autres vices quy ont un merveilleux credit en ce
siècle, estoient bannis de nos compagnies. Que deviendras-tu, dame
Massette, et tant d'autres esprits de ta sorte? Tes inventions s'en
vont estre du tout inutiles. Il ne faut plus esperer de r'abiller et
vendre cinquante fois un pucelage. Les changemens de bourgeoises en
demoiselles et de demoiselles en villageoises ne sont plus de saison.
Les garces du puits Certain[101] ne seront plus femmes de secretaires
au puits de Rome[102], et celles du faubourg Saint Germain ne feront
plus de pelerinage à Charenton pour tenter les braguettes reformées.
Que celles-là sont heureuses quy de bonne heure, ayant pris l'essor
aux extremitez des fauxbourgs, s'estoient accoustumées aux aspretés du
soleil et à se retirer dans les masures et cavernes[103] en temps froid
et pluvieux! Elles n'auront pas à combattre les rigueurs auxquelles
elles se sont endurcies. Tant de faces plastrées auront bien plus à
souffrir. Quelle peine à tant de visages nourris à l'ombre, à tant de
corps qui ne cheminoient que sur les fesses! Encore si la verole et
ses avant-coureurs n'avoient point miné nostre vigueur, si nos forces
estoient entières, il y auroit esperance de faire quelque visage en
attendant le changement que la vicissitude des choses humaines peut
faire esperer! Mais tout manque, au besoin. L'absence de la cour[104]
a fait cesser le trafic ordinaire. Il a cependant fallu vendre et
engager jusques à la chemise: quelle pitié! O nos chères compagnes!
que vous avez esté bien conseillées à ce printemps dernier de faire le
voyage de Touraine[105]! Vous avez rencontré vos bons amis dans ce beau
jardin de la France, et nous, au contraire, sommes demeurées en butte
au malheur et à l'infortune. Quelqu'un de nos entremetteurs, disnant
avant-hyer avec la Samaritaine[106], feit rencontre d'un vieux routier
quy l'assura sur son honneur que, si nous pouvions nous rendre, sur
nos poulains ou autrement, en cinq ou six bonnes villes de ce royaume,
nous pourrions encore, en travaillant (comme il est raisonnable),
remettre nostre train. Un autre nous conseille de nous deguiser, les
unes en nourrices, les autres en servantes, chacune selon l'invention
de son esprit, et en cette sorte il promet de nous faire trouver divers
partis, mesme des mariages heureux, selon la rencontre. Divers advis
nous sont donnés de toutes parts, mais nous avons ce malheur qu'ayant
sceu tant de resolutions aux occasions amoureuses, nous ne pouvons
en prendre aucune sur ce subject de nos misères. Rappelle un peu tes
merveilleuses subtilitez, dame Massette, et pense si tu n'as point
autant d'inventions pour nous sauver comme ta malice en a formé pour
nous perdre. Du moins, si nous sommes à nostre dernier maistre et que
toute esperance nous soit ostée, que nous ayons ce contentement d'avoir
pour compagnes tant d'autres de nostre cabale quy ne sont que par le
nom de maistresses et de garces; nous ne differons que du plus et du
moins, quy ne change point la chose, car la garce particulière est
aussy bien garce que la publique: il n'y a que la rencontre d'une bonne
bource quy empesche l'une de faire comme l'autre, et encore tel pense
bien en avoir seul la jouissance quy se trompe: une beste quy a deux
trous sous la queue est de difficile garde. Nos academies sont autant
frequentées de ces bonnes dames-là que des autres; il est bien ignorant
des pratiques amoureuses dans Paris, quy pense posseder seul une
maîtresse qu'il a. Elles leur en font bien accroire: tel pense estre
père quy n'en a que le nom et la despence; au reste un mauvais garçon
parisien disoit ce jourd'huy à sa mère:

  J'entends depuis quelques matins
  Qu'on chasse toutes les putains[107];
  Mesme on tient que les maquerelles
  Sont de ce nombre: en bonne foy,
  Ma mère, je suis en esmoy
  Quy lavera nos escuelles.

     [Note 100: C'est encore la Massette de la 13e satire de Régnier:

       La fameuse Macette, à la cour si connue,
       Qui s'est aux lieux d'honneur en credit maintenue...]

     [Note 101: V. une note de notre édition du _Roman bourgeois_,
     p. 222-223, sur la situation de ce puits banal au mont
     Saint-Hilaire.]

     [Note 102: Il étoit très loin du Puits-Certain, à l'extrémité
     de la rue Frépillon. On en retrouve un souvenir dans le nom du
     _cul-de-sac de Rome_, qui dépend de la même rue. Une vieille
     enseigne placée près de la rue des Gravilliers représente
     encorece _puits de Rome_.]

     [Note 103: Les carrières servoient, en effet, de refuges aux
     filles, alors nombreuses dans le faubourg Montmartre, et surtout
     dans le faubourg Saint-Jacques. Le nom argotique de _pierreuses_
     leur en étoit venu. Dès le XVIe siècle, les mauvais garçons
     s'étoient donné les mêmes repaires. V. notre brochure _les
     Lanternes_, etc., page 17.]

     [Note 104: Le roi étoit parti en mars 1620 pour aller jusqu'à
     Tours au devant de sa mère, avec laquelle on le réconcilioit.]

     [Note 105: Lors de ce séjour du roi dans la capitale de la
     Touraine, il avoit paru un pasquil dans lequel Paris, abandonné
     de la cour, recevoit les condoléances de la ville favorisée.
     (_Lettre de la ville de Tours à celle de Paris_, Recueil A-Z, E,
     p. 130.)]

     [Note 106: Les filles de joie affluoient le soir autour de la
     Samaritaine du Pont-Neuf, comme on peut le voir dans _le Tracas
     de Paris_ de Fr. Colletet. Dans une chanson qui se fit à propos
     de l'un des embarquements, si fréquents au XVIIe siècle, des
     filles de joie pour l'Amérique, on ne manque pas de leur faire
     adresser de tristes adieux à ce rendez-vous de leurs plaisirs:

       Adieu, Pont-Neuf, _Samaritaine_,
       Butte Saint-Roch, Petits-Carreaux,
       Où nous coulions des jours si beaux.

                  (Bussy-Rabutin, _Amours des Dames illustres de notre
                   siècle_, Cologne, 1681, in-12, p. 374.)]

     [Note 107: C'est de cette chasse donnée aux filles de joie que
     veut sans doute parler Saint-Amant, quand il dit, dans _le Poëte
     crotté_:

       Adieu, maquerelles et garces;
       Je vous prévois bien d'autres farces
       (Poëtes sont vaticinateurs):
       Dans peu, vous et vos protecteurs,
       Serez hors de France bannies,
       Pour aller planter colonies
       En quelque Canada lointain.
       Le temps est près et tout certain:
       Ce n'est pas un conte pour rire.]



_Histoire joyeuse et plaisante de Mr de Basseville et d'une jeune
demoiselle, fille du ministre de Sainct-Lo, laquelle fut prise et
emportée subtilement de la maison de son père par un verrier, dans sa
raffle; ensemble le bien quy en est provenu par le moyen d'un loyal
mariage quy s'en est ensuivy, au grand contentement d'un chacun._

_Prins sur la coppie imprimée à Rouen par Jacques de la Place, en
1611. In-8._


STANCES.

    Ce n'est pas un discours de Cour;
  Ce sont parolles bien plus belles,
  Car elles viennent de l'amour:
  Aussy sont elles immortelles.

    Autre que vous n'eust sceu escrire
  Ces belles parolles d'amour
  Si l'amour, quy vous les inspire,
  N'eust rendu parfaict ce discours.

    Beaux esprits à quy les faveurs
  D'Amour et du Ciel sont données,
  Puissiez-vous avec cest honneur
  Parachever vos destinées!

    Finissant ensemble vos ans
  Unis d'une amour mutuelle,
  De vostre amitié immortelle
  S'engendreront de beaux enfans.

       *       *       *       *       *

Voicy des parolles, mais non telles qu'on les donne en cour; pures,
simples, dont l'art sans fard est le lustre manifeste et l'ornement
principal. A la verité, mon desseing estoit de le marquer en mon
esprit, non de les donner en public pour la vanité. Le los[108] ne
s'acquière à si bons petits traits; mais, regarde le pouvoir des
beautez, quy a forcé mon ame à cest entreprise, et tu jugeras que mon
obeissance ne pouvoit refuser à faire le contenu de ce present discours.

     [Note 108: _Los_, louange. Ce mot, qui est purement latin, avec
     une différence d'orthographe, est l'un de ceux que regrettoit le
     plus Ménage.]

Comme je vous veux raconter d'un vaillant guerrier nommé le capitaine
Basseville, lequel, traitant l'amour d'une jeune demoiselle, fille de
M. Guiot, bourgeois de la ville de Sainct-Lô, en Normandie, ministre
et pasteur de l'Église reformée, luy ayant traité l'amour l'espace
d'un an et demy, ne treuvant le moyen de la pouvoir avoir, et estoit en
grand' peine comment il en pourroit venir à bout.

La fortune veut qu'il rencontre un marchand verrier quy venoit de
la ville de Sainct-Lô, auquel il conta sa fortune et l'amitié qu'il
porioit à cette jeune demoiselle, lequel estoit fort en peine comme
il pourroit trouver le moyen de la voir, d'autant qu'il ne pouvoit
frequenter la maison de son père si souvent qu'il avoit de coustume,
à cause de la colère qu'il avoit; en quoy le verrier commence à
s'enquester du capitaine de Basseville quy estoit sa maistresse, et luy
respondit que c'estoit la fille de M. Guiot.

Le verrier luy respond qu'il venoit de son logis, et qu'il avoit parlé
à elle-mesme, qu'il luy avoit vendu des verres et luy avoit promis d'y
retourner de près. Le capitaine Basseville luy dit alors que, s'il luy
vouloit faire un plaisir, qu'il regardât qu'il luy donneroit, et luy
dire le jour qu'il y retourneroit.

Alors le verrier luy respond que, si c'estoit chose qu'il peut faire,
qu'il ne s'y refuseroit pas, et chose de quoy il peut venir à bout.
Lors le capitaine luy dict: Ne pourrions-nous point trouver le moyen et
subtilité de la sortir de la maison de son père?

Le verrier luy respondit: Ouy, moyant[109] qu'il y voulut consentir.
Pour moy, je prendray bien ma raffle[110] et la porteray dans le logis
de M. Guiot cependant que le presche se dira dimanche, et l'emporteray
hors la ville sans que personne s'en donne garde, je vous le promets.

     [Note 109: Pour _moyennant_.]

     [Note 110: Espèce de hotte ou de grand panier dans laquelle le
     verrier portoit sa marchandise. On n'appelle plus ainsi qu'une
     sorte de filet.]

Le capitaine luy dit qu'elle le voudroit bien, et qu'il ne desiroit
autre chose que sa compagnie; et, ceste resolution prise, le capitaine
le faict demeurer à un logis hors de la ville, et qu'il fisse bonne
chère cependant qu'il alloit parler à elle. Incontinent le capitaine
Basseville entre dans la maison de sa maistresse sans que personne le
vit, et luy fist la reverence. En la baisant luy dict: Ma mie, si vous
ne me croyez aujourd'huy, vous ne me verrez jamais ceans. Alors elle
se prit à plorer.--Et pourquoy me dictes-vous ces parolles, voyant
l'amitié que je vous porte et que je vous ay toujours porté?

Le capitaine luy dict alors qu'il avoit fait une certaine
entreprise.--Hélas! mon Dieu! quelle entreprise avez-vous faicte, mon
amy?--C'est que le verrier quy partit hier d'icy reviendra aujourd'huy,
faignant de vous apporter des verres. Et faut, si vous me portez
amitié, que vous faciez ce que je vay vous dire. Ne faictes faute,
aussy tost qu'il arrivera, de le faire entrer dans la grande salle,
puis après vous direz à vos servantes que vous voulez aller voir vostre
commère Mme Daussy, par compagnie avec vostre nièce, qui vous attend
là bas à la porte. Alors vous descendrez et vous vous mettrez dans sa
raffle, et ne craingnez rien de luy, car il ne vous fera aucun tort, et
vous apportera droict à la maison de mon fermier des bois, là où vous
me trouvrez, et tiendrai là deux pièces de grands chevaux pour aller
où nostre coeur desire.

Alors la jeune demoyselle luy promit de ce faire. Aussy le capitaine,
en la baisant, prit congé d'elle, en soupirant tous deux du regret
qu'ils avoient de se laisser l'un l'autre pour si peu de temps.

Tout aussy tost M. de Basseville s'en va bien rejouy, arrive à
l'hostellerie où estoit le verrier, quy, le voyant entrer, luy demanda:
Hé bien! Monsieur, quelles nouvelles apportez-vous de bon? Ferons-nous
quelque marché nous deux?--Ouy, si vous voulez.--Hé bien! que me
donnerez-vous, Monsieur, si je vous mets aussy dessus vos affaires?--Je
vous donneray cent escus. Lesquels luy furent accordez vistement, et à
l'instant luy en fit toucher cinquante, et le reste au retour.

Alors le verrier, bien rejouy, charge sa raffle à son col, et s'en va
tout droict au logis de M. Guiot et descharge sa raffle dans la court.
La demoyselle, quy se tenoit sur ses gardes pour quand il arriveroit,
descendit les desgrez et le fit entrer dans la grande salle et lors
jette dix escus en luy disant: Mon amy, je te prie, sauve-moy mon
honneur! ne permect qu'il me soit faict tort! Ce que le verrier luy
promit, et qu'aucun tort ne luy seroit faict, et qu'il la conserveroit
le plus doucement possible. Tout aussy tost elle s'en va en sa chambre,
ouvre son cabinet, prend tous ses thresors, piereries, bagues et
joyaux, et emporta tout dans la raffle du verrier; puis elle monta en
sa haute chambre, et va trouver ses servantes et leur dict qu'elle
alloit voir sa commère Mme Daussy, quy se porte mal, avec sa niepce,
quy l'attendoit en bas. Aussy tost qu'elle fut descendue, elle entre
dans la salle où estoit le verrier et se couche dans sa raffle, si bien
que le monde pensoit que c'estoit des verres; mais le pauvre verrier
ne pouvoit presque aller dessous, tant sa raffle pesoit; neantmoings,
pour mieux jouer son personnage, il se mit à chanter, et fit tant qu'il
arriva au logis du capitaine Basseville, lesquels demenèrent[111] une
grande joie, aussitost montèrent à cheval et s'en allèrent droict au
chasteau de M. de Basseville, qui s'appelle de Mesnil, à deux lieues
de Falaise, là où ils s'allèrent retirer pour y faire leurs nopces et
festins.

     [Note 111: Du verbe _demener_, qui se prenoit alors comme ici
     dans le sens actif, on avoit fait le mot _demaine_, mouvement,
     agitation. Ce mot, qui s'emploie encore à Orléans, se trouve au
     premier vers du blason en acrostiche de la ville de Paris, par
     P. Grognet:

       Paisible demaine.....]

Or, laissons un peu cette affaire et retournons à parler de monsieur
Guyot, lequel, arrivant à sa maison, ne treuva que ses servantes,
et leur demanda où estoit Ysabeau, sa fille; les servantes luy
respondirent qu'elle estoit allé voir madame Daussy, sa commère, quy
estoit malade. Voyant qu'il estoit tard, il leur commanda d'y aller et
luy dire qu'elle s'en revienne. La servante s'en va droict à la maison
de madame Daussy, la treuva en sa porte et luy dit: Dieu vous doint
le bon soir, Madame; je viens chercher mademoiselle Ysabeau. Elle luy
respond qu'elle ne l'avoit point veue et qu'elle n'estoit point veneue.
La servante, bien etonnée, s'en retourne en la maison de son maistre,
et luy dict qu'elle n'y estoit point.

Alors il envoye par toutes les maisons de la ville là où elle avoit
coustume de frequenter, en quoy n'en entendirent aucune nouvelle; s'en
revient vers monsieur Guyot, leur maistre, et luy dict qu'elle ne la
trouvoit point et que personne ne l'a veu aujourd'huy.

Je vous demande en quel état doit être un père à tel accident qui
arrive. Bref, voilà monsieur Guyot quy se met à crier d'une voix si
pitoyable que tous les assistans en ploroient. Helas! mon Dieu! ma
fille Ysabeau est perdue! Et il s'evanouit à l'instant. On eut grand
peine à le remettre; les servantes, d'ailleurs, se mirent à crier:
Hélas! mes amis! mademoiselle Ysabeau est perdue! nous ne la saurions
treuver. Incontinent la maison fut pleine de monde, de ses voisins et
parens qui entrèrent, faisans plusieurs signes de regrets, demandant:
Mon Dieu! y a-t-il longtemps que vous ne l'avez veue? Les servantes
repondirent: Depuis dix heures du matin. Voyant que Monsieur estoit
fort triste du regret de sa fille, ses parens ne savoient que dyre
ni de quel costé tirer. Neanmoings, monsieur Guillouard et monsieur
de Bordes, oncle de la fille, et plusieurs autres de ses parens,
se depescherent d'envoyer des hommes après elle pour chercher de
ses nouvelles; de quoy on partit au nombre de dix, tant à pied qu'à
cheval, lesquels sejournèrent environ huict journées. Voyant qu'ils
n'en apprenoient aucune nouvelle, ils s'en revinrent les uns après les
autres, disant qu'ils n'en avoient point ouy de nouvelles. Ses pauvres
parens, de plus en plus fort tristes, et principalement monsieur
Guyot, lequel se mit à faire une petite requeste à Dieu, le priant de
luy en donner des nouvelles.

Le soir arriva à la ville de Sainct-Lô un passant, lequel alla loger
à Saincte-Barbe, et, comme le bruict couroit en la ville et qu'on
ne parloit d'autre chose que de cette fille, le passant, entendant
compter cette affaire, aussy tost va dire qu'il savoit bien où elle
estoit, et qu'il l'avoit veue, et que plusieurs personnes de ce pays-là
ne savoient d'où elle etoit venue ni quand elle estoit arrivée. Ces
parolles ouyes furent incontinent rapportées à monsieur Guyot et à
tous ses parens, lesquels vistement vinrent trouver ce passant, et luy
demandèrent d'où il venoit. Il leur repondit qu'il venoit de Rouen.
Helas! mon Dieu! n'avez-vous pas ouy parler en ce pays-là d'une jeune
demoiselle de cette ville quy a esté desbauchée depuis dix jours en ça?
Avez-vous ouy? dictes-le nous, et nous vous ferons un don de ce que
vous voudrez. Alors il leur dict qu'il venoit de quelque lieu là où il
en avoit ouy parler.

Presentement le menèrent au logis de monsieur Guyot et le firent diner
avec eux, en devisant toujours de ceste affaire. Apres le disner faict,
ils luy donnèrent dix escuz pour qu'il les menast là où elle estoit.
Incontinent le pauvre passant, bien rejouy, leur respondict qu'il les
meneroit tout droict où elle se treuvoit. Le lendemain monsieur Guyot,
monsieur Guillard, monsieur de Bordes, et plusieurs autres de ses
parens, montèrent à cheval au nombre de treize, et le passant avec eux,
et chevauchèrent tant qu'ils arrivèrent à quatre lieues près, et firent
ainsy seize lieues. Le lendemain à sept heures furent à la porte du
chasteau de Mesnil. Ils se trouvoient fort empeschés sur le moyen de
parvenir à luy parler, parce qu'ils n'estoient pas asseurez qu'elle
fut audict chasteau, et ils craignoient la fureur de M. Basseville,
d'autant que la fille perdue luy avoit esté refusée pour femme, et
mesme qu'il y avoit longtemps qu'on ne l'avoit veu frequenter la maison
de M. Guyot, comme ils pensoient.

Et fortune voulut qu'ils se fussent levez encore plus matin qu'eux, car
ils venoient de l'eglise espouser sa fiancée, et estoit le chasteau
tant plein de noblesse que c'estoit merveille à ouyr le bruict du monde
et la musique quy retentissoit dedans, du costé de M. de Basseville,
quy l'assistoient. Au mesme instant sortit du chasteau l'homme de
chambre de M. de Basseville, quy treuva ces seigneurs à la porte,
et leur demanda ce qu'ils demandoient. Ils luy respondirent qu'ils
vouloient parler à mademoiselle Ysabeau, qui estoit en ceste maison. Ce
qu'entendant, l'homme de chambre de la mariée, en souspirant, respondit
ouy. Incontinent il monta en haut, où il les treuva qui parloient de
leurs amours. Incontinent, Monsieur luy demande ce qu'il luy vouloit
dire; et fut suivy ledict homme de chambre de plusieurs seigneurs quy
montèrent avec luy pour entendre quy estoient ceux quy attendoient à la
porte du chasteau.

Alors il commença à dire: Monsieur, il y a nombre d'honnestes gens
à cheval quy demandent mademoiselle Ysabeau, et quy sont venus
expressement pour luy parler. Se sentant blessée de la faute qu'elle
avoit faicte, alors la demoiselle, entendant ces parolles, se jetta à
l'instant au col de son époux, luy disant: Helas! mon Dieu! mon amy,
que feray-je? C'est M. Guyot, mon père, quy me vient chercher.--A la
bonne heure, il sera le très bien venu avec toute sa compagnie: il vous
trouvera en un bon ordre et bonne compagnie. Sur ce, promptement fit
aller ouvrir la porte du chasteau, et allèrent les recevoir tous deux
ensemble, baiser les mains de M. Guyot et à toute sa compagnie; ce quy
se fit tant d'une part que d'une autre avec grande rejouissance de M.
Guyot d'avoir retreuvé sa fille en si belle assistance de noblesse
et très belle alliance. Incontinent et à l'heure sortit mademoiselle
Ysabeau de sa chambre et s'alla jeter à genoux devant son père, luy
demandant mercy de la faute qu'elle avoit commise.

Mais le pardon fut aisé à obtenir d'un père quy ne demandoit que
l'avancement de sa fille, et surtout la voyant en telle pompe et si
bien accompagnée, chose quy ne luy estoit pas trop commune.

Ainsy la tristesse et la fascherie se convertirent en joye et en
allegresse pour chacun. De cette façon fut mariée et de cette façon fut
assistée la fille de monsieur Guyot.



_L'Ordre du Combat de deux gentilz hommes faict en la ville de
Moulins, accordé par le Roy nostre sire[112]._

     [Note 112: Ce duel eut lieu en 1537, le 14 janvier. (Vulson de
     la Colombière, _le Vray théâtre d'honneur et de chevalerie_, t.
     2, p. 409.) Il eut alors un long retentissement, parceque c'est
     un des derniers qui furent faits par ordonnance du roi. (Allier
     et Batissier, _Bourbonnois ancien et moderne_, t. 2, p. 46.)
     Brantôme en a parlé dans son _Discours sur les duels_.]


  François fera fermement florir France.
  Raison regnant riche roy regnera,
  Aymant accordz acquerra alliance,
  Nostre noble noblesse nourrira,
  Ostant oultrages, oppressions, offence,
  Incessamment juste justice ira
  Si seront seuls soustenus sans souffrance.

       *       *       *       *       *

Le camp a barrières dedans la court du chastel.

Les deux combattans l'on nomme le seigneur de Sarzay[113], et
l'autre, François de Sainct-Julian, seigneur de Denyères[114].

Ledit Sarzay, assaillant; ledict de Denyères, deffendant.

Le seigneur de Dillebon[115], prevost de Paris, parrain dudit Sarzay.

Le capitaine Bonneval, parrain dudit Denyères.

     [Note 113: Hélyon de Barbançois II, seigneur de Sarzay. Il étoit
     d'une famille originaire de la Marche, qui, dès le XIIe siècle,
     étoit venue habiter, dans le Berry, la terre de Sarzay, dont
     elle avoit pris le nom. (La Thaumassière, _Hist. du Berry_, p.
     602.)]

     [Note 114: La Colombière l'appelle de Veniers, et c'est, en
     effet, son véritable nom.]

     [Note 115: Le seigneur de Villeban ou de Villebon.]

_Maistres du camp_: Monseigneur le connestable[116]; Monseigneur Loys
de Nevers; Monseigneur le conte de Sainct-Pol[117]; Monseigneur le
marechal d'Anebault. Chacun d'eulx une halebarde et vestus de mesme
parure, assavoir: d'une saye de velours figuré avec parement et
pourmailleure en plates bordures de fil d'or auxditz connestable et
de Nevers, et de fil d'argent aux deux autres. Deux eschauffaults:
l'ung pour le roy et les princes, et l'aultre pour les quatre herauls
d'armes.

     [Note 116: Anne de Montmorency, qui venoit d'être fait
     connétable.]

     [Note 117: Le comte de Saint-Pol, duc d'Estouteville.]

       *       *       *       *       *

Le matin, après soleil levé, entra ledit Sarzay en la cour, passant par
le camp, allant à la chambre de la retraicte, conduit et accompagné des
tabourins et phiffres du roy et son parrain, avec grosse compaignie
de gentilz hommes, ses parens et amys, et bon ordre, car à la dicte
heure convenoit se comparoir, et devans soleil couchans rendre son
ennemy vaincu. Tantost après arrive Denyères, en semblable ordre comme
dessus, avec son parrain; à l'eschauffault des quatre herauls estoient
aux deux coings fichez en deux tableaux les armes des deux combattans;
tost après sonnent trompettes et clerons par les quatre herauls par
trois fois, et lors est publié l'arrest du roy par luy donné en son
conseil privé, par lequel le seigneur de Chasteauroux[118], demandeur
en cas d'honneur, est declaré et deschargé par le roy du faict contre
luy mys en avant, qu'est de la fuyte au roy de la bataille de
Pavie[119] et la querelle demourant à desmesler entre ledict Sarzay
et de Denyères, jusques au combat en quoy le roy, par ledit arrest,
proposoit les recevoir. Après vint ledit assaillant, accompaigné de
tabourins, phiffres, herauls, et la compaignie devant dicte, armée
de hallecret[120], tassettes[121] et cotte de mailles[122], la teste
descouverte, sans baston nul, faire la monstre à l'entour de la lisière
du camp par le dehors, sans entrer dedans, puis s'en retourne à sa
retraicte. Tantost après, autant en faict le deffendeur, et par aprez,
eulz retirez, publie l'edict de par le roy monseigneur le connestable
et mareschauls de France, à tous les assistans pendant le combat, ne
mouvoir, ne faire signes de pieds ne de mains, ne parler, ne tousser,
moucher et cracher, sur peine d'avoir le poing couppé. Après revient
l'assaillant, accompaigné comme dessus, cabasset[123] en teste, que de
rechief fait monstre, comme dessus, et puis entre dedans le camp en un
carré, où il se assiet dedans une chaire sans baston; après vient le
deffendeur, en pareil ordre, et se assiet dedans le camp, à l'autre
carré opposite. Euls là estans, est parlementé au roy de la manière
des armes par lesditz quatres maistres du camp, et deux parrains est
trouvé, et dict que le deffendeur doit choisir. Le dit deffendeur dit
qu'il veult combattre avec deux espées nues à chacune main nue pour
le premier combat; et, pour le second, une espée à une main et ung
poignard à l'autre. Les deux espées sont parties à l'assaillant et
mises au poing, _idem_ au deffendeur. Cela faict, est publié un autre
edict par les hérauls, de par le roy, et comme dessus, de la permission
du combat, signifiant que les dictes armes du vaincu seroient trainées
et villanées, et celles du vainqueur exaltées, et le dit vaincu, mort
ou vif, pugny à la discretion du roy. Le prevost de Paris, parrain
dessus nommé, prent l'assaillant à costé, le meine tournoiant à
l'assaut; _idem_ en fait le dit deffendeur, et cependant crioyt ung
herault par trois fois: Laissez-les aller, les vaillans combatans!
Et tant les laissent aller, et commencent à ruer grands coups; fust
blessé le deffendeur au pied gauche, jusques à grant effusion de sang,
un grand coup qui vint cheoir de dessus la teste sur la cuisse et
sur le pied vers le tallon[124]. Le roy, voyant ce, leur cria qu'ils
cessassent, et jetta ung baston qu'il tenoit du camp[125]. A tant se
rapprochèrent les quatres maistres du camp et les deux parrains, qui
les departirent et les retirèrent en leurs premiers lieux. Après le
roy declara qu'il n'y a vaincu ne vainqueur, et les repute gens de
bien tous deux et gentilz hommes; dit qu'il se contente d'euls et leur
deffend ne plus eulx molester. Et à tant sont tous deux mis hors du
camp l'ung quant et l'autre, signifiant egalité; pendant le combat les
archiers estoient à l'entour du camp par le dehors faisant lisière.
Depuis ordonna le roy à monseigneur le connestable mander le dit Sarzay
à son lever le lendemain au matin, et vouloit qu'il luy fust baillé
cinq cens escus et autant au dict Denyères[126], et pour ce que les
aucuns disputoient du combat, disant que le dit Denyères estoit vaincu,
et que sur ce dresseroient querelles, le roy le lendemain fist crier et
deffendre à son de trompe, sur grosses peines, de ne blasmer du dict
combat l'ung non plus que l'autre[127].

     [Note 118: Messire Jean de La Tour, seigneur de Châteauroux.]

     [Note 119: «L'occasion de leur combat, dit La Colombière, fut
     que Sarzay, parlant du sieur de La Tour, avoit dit qu'il s'en
     estoit fuy de la bataille de Pavie; sur quoy, La Tour l'a fait
     appeler devant le roy, et luy demande s'il a tenu ce discours.
     Il répond que ouy, et qu'il l'avoit ouy dire à Gaucourt. Il
     semble donc que c'estoit à La Tour à s'en esclaircir avec
     Gaucourt; neantmoins, Gaucourt appelé, ce fut Sarzay qui luy
     demanda s'il n'estoit pas vray qu'il luy avoit dit que La Tour
     s'en estoit fui de la bataille. A quoy La Tour respondit sans
     l'advouer ni desadvouer: «Vous avez dit vous-mesme que vous le
     teniez de Veniers.»--«Il est vray, repartit Sarzay; Veniers
     me l'a dit.» Alors Gaucourt, ayant remonstré que, puisque
     Sarzay advouoit le tenir de Veniers, il n'estoit plus tenu de
     respondre, fut renvoyé, et Veniers incontinent appelé, qui donna
     un dementy à Sarzay.

     «Pour en connoistre la verité et sçavoir entre eux qui estoit
     le faux accusateur, le roy ordonna que Veniers et Sarzay
     combattroient en champ clos; et ce qui obligea ce brave et
     vaillant prince à leur donner si facilement le combat, fut
     qu'aucun de ces trois accusateurs ne s'estoient trouvés à la
     bataille de Pavie, mais estoient demeurez à leurs maisons
     bien à leur aise et bien esloignez des coups. Pourtant ils
     s'émancipoient de blasmer ceux qui s'y estoient trouvés,
     quoiqu'ils ne pussent pas bien juger de ceux qui avoient fuy ou
     combattu.»]

     [Note 120: Corselet léger fait de mailles.]

     [Note 121: Les _tassettes_ étoient le rebord de l'armure,
     rabattus sur les cuissards. Plus tard on appela ainsi les
     basques du pourpoint.]

     [Note 122: «Veniers, est-il dit dans _le Vray théâtre
     d'honneur_, porta les armes dont on estoit demeuré d'accord, à
     sçavoir: un corcelet à longues tassettes, avec les manches de
     mailles et des gantelets, le morion en teste, une espée bien
     trenchante à la main droite, et une autre plus courte à la
     gauche.»]

     [Note 123: Sorte de casque ou de _heaume_.]

     [Note 124: C'est Veniers qui reçut ce coup. On ne put étancher
     la plaie, et il en mourut.]

     [Note 125: «Ils s'abordèrent très courageusement, dit Vulson
     de La Colombière, et combattirent avec leurs deux espées; mais
     avec si peu d'adresse, comme gens qui n'estoient pas fort usitez
     à se servir de telles armes; ce qui les obligea enfin à les
     quitter pour se prendre au corps, et alors, Veniers ayant déjà
     le poignard au poing, et Sarzay aussi tirant le sien, le roy, ne
     voulant qu'ils passassent plus avant, jeta son baston entre les
     deux combattans, et tout incontinent ils furent separez par les
     gardes du camp.»]

     [Note 126: «Ils furent menez devant le roy, qui les mit
     d'accord, remettant en son honneur le sieur de La Tour, Sa
     Majesté affirmant devant tous les courtisans qu'il l'avoit
     vu le jour de la bataille faire son devoir près de lui.» (La
     Colombière, _id._)]

     [Note 127: Ce combat, selon La Colombière, se voyoit encore,
     au XVIIe siècle, représenté dans une galerie de l'hôtel de
     Montmorency.]



_La Responce des Servantes aux langues calomnieuses qui ont frollé
sur l'ance du panier ce caresme; avec l'Advertissement des Servantes
bien mariées et mal pourveues à celles qui sont à marier, et prendre
bien garde à eux avant que de leur mettre en mesnage._

_A Paris._

M.D.C.XXXVI. In-8.


Dame Lubine, estant revenue de pasmoison, commence à eslancer un soupir
qui provenoit de son debile estomach; avec un visage pasle et decoloré,
elle se force de recognoistre cette assemblée et de leur dire: Mes très
chères soeurs et bien aymées, qui est la cause que l'on nous a tant
couchées sur le tapis, n'est-ce point quelque chetif vendeur de gazette
qui auroit prins l'asseurance et qui se seroit émancipé de mettre le
pied dans nos fameuses assemblées, et de vouloir faire des trophées du
gouvernement de nos assemblées?

Elle n'eut pas plustost achevé sa harangue, qu'une petite camuze de la
rue Aubry-Boucher, s'efforça des premières à dire: La patience surmonte
toute chose. Je cognois bien le personnage; pour mon particulier, je
ne m'en soucie guères, car nos maîtresses ne sont pas si depourveues
de jugement de croire tout ce qui se publie contre nous, car le
papier est aussi doux qu'une fille de seize à dix-sept ans. Tous ces
discours ne me soucient pas tant que je me soucie que le jour de la
chaire Saint-Pierre je perdy vingt et deux quarts d'escu à la blanque:
j'allois pour acheter du linge et pour me faire une hongreline[128]; je
ne reportay qu'une boete peinte qui vaut bien cinq ou six sols.

     [Note 128: C'étoit une camisole à longues basques, comme celle
     que portent les Hongroises.]

Une autre de la rue de la Cossonnerie dit: Il ne faut pas aller si
loin pour perdre son argent. Samedy dernier je passay sur le pont de
bois[129]: un petit fripon disoit avoir trouvé une bague d'or avec un
mancheron[130], où il y avoit une blouque de cuivre doré. Je croyois
avoir pris la mère au nid; le tout me couste neuf quars d'escu et demy,
et je refuze douze sols du mancheron et deux carolus de la bague:
n'est-ce pas une bonne journée.

     [Note 129: Sans doute le Pont-Rouge ou Pont-Barbier, qui se
     trouvoit en face de la rue de Beaune. En 1636, il n'étoit établi
     que depuis quatre ans. Sa frêle charpente ne résista pas plus
     d'un demi-siècle. Après avoir été souvent ébranlé, et même à
     demi détruit, il fut emporté par la débâcle de 1684. V. _Lettres
     de Sévigné_, 1er mars 1684.]

     [Note 130: Sans doute un petit manchon s'attachant par une
     boucle à la ceinture.]

Sur ce propos, vint Marion Soufflé, qui demeure en la rue des
Graviliers: J'ay esté dix-huit mois à ferrer la mule; mes gaiges et
tous mes profits montoient à trente-sept escus. J'ay acheté un demy
ceing qui me coustoit trente et un escus, et demy douzaine de chemizes;
vendredy, allant au cimetière Saint-Jean, l'on a coupé mon demy ceing,
et deux pièces de cinquante-deux sols, qui faut que je rende à ma
maistresse.

Après il vint Alizon Gros-Pet: Je voudrois que l'inventeur de cela fust
en Tartarie, où les chiens pissent le poix. Depuis le commencement
de caresme, je perds plus de six escus, car ma maistresse va tous
les jours à la halle, et moy après elle avec un grand panier; je ne
gaigne pas pour faire mettre des bouts à mes souliers depuis que je ne
gouverne plus l'ance du panier.

Il y survint Janneton Boursouflée, qui demeure à la porte Baudets:
Que le grand diable emporte la reformation et ceux qui en ont amené
l'usage! car il faut que je fasse un autre mestier pour gaigner de
l'argent, puisque je ne puis plus ferrer la mule; il faut que je rende
conte jusques à une botte d'alumettes.

Après, il vint Nicolle Bec-Gelé: Mais d'où est ce malencontreux qui a
fait mettre nostre pauvre compagnie sur le tapis? et que devant hier
ce pauvre miserable faisant ses necessitez à la porte d'un escorcheur
de chiens, une grosse carongne de mal coiffée de servante luy fit un
casque d'un pot plain de merde; voylà la cause de nostre sinistre
affliction.

Après, Nicolle Soupe-Tard dit: Falloit-il pour une apprentie servante
nous mettre tous sur le tapis et servir de risée à tout le monde?
Depuis le premier siècle, l'on n'a jamais ouy tant bruire de crier
par les rues: tantost en voylà une qui n'est que trois semaines à
une maison; tantost l'autre est trop salle; tantost l'autre est trop
friande; et tantost l'autre est larronnesse ou est trop gourmande, elle
avalle une andouille tout à la fois; ou l'autre est trop amoureuse,
ou l'autre ne fait que riotter[131] avec les garçons et ne fait que
amuzer les serviteurs, ou est trop glorieuse ou trop delicate pour
estre servante, ou est trop rude aux enfants, ou est trop paresseuse,
ou il faut que l'on aille vilotter, tantost voir ma soeur ou ma
cousine. Ont-ils esté six mois en une maison, ils font comparaison
avec le maistre et ne tiennent plus conte de rien faire. Si c'est la
fille de quelque meschant savetier, elle a un demy ceing de quarante ou
cinquante francs sur ses costez; la voyez-vous cheminer par les rues!
Voylà madame qui fait piaffe[132], et elle marie à quelque porteur
d'eau. Est-elle dix-huit mois en mesnage, a-elle eu un enfant, voilà ma
pauvrette et glorieuse de servante à la merde jusques aux oreilles.

     [Note 131: Quereller, disputer. Je croirois plutôt qu'il faut
     lire _rioller_, c'est-à-dire se mettre en joie. Les ouvriers
     disent encore _être en riolle_ dans le même sens.]

     [Note 132: Par ce mot on entendoit l'ostentation dans les habits:

       Le peu qu'ils ont est pour la bonne chère;
       Vaine piaffe emporte le meilleur,
       Et le fripier fait tort aux rôtisseurs.
                           (Du Cerceau, _les Bottes de foin_, conte.)]

Si c'est la fille de quelque crocheteur qui serve à quelque bonne
maison, et que de petite marmitonne elle parvienne à estre fille de
chambre, elle se fardera aussi bien que sa maistresse, et elle se fera
croire qu'elle sera la fille de quelque bon marchant; toutefois elles
ont raison, car leur père sera marchant de paille, de cotterests ou de
fagots; il se trouvera quelque valet de chambre qui aura bonne mine,
et rien plus, croira que ma glorieuse aye force pistoles, et n'aura
que le cul et trois ou quatre paires de meschans habits, la prendra en
mariage. Ont-ils esté un an et demy, ont-ils grugé leur fait, il n'y a
plus personne au logis, il faut vendre tout pièce à pièce, et puis mon
cadet se met au regiment des Gardes, et ma glorieuse, toute crottée,
salle, puante de pauvreté, sera bien heureuse de trouver quelque maison
de procureur pour estre servante de cuisine.

Si c'est la fille de quelque fruicterie, et que pour l'honneur de Dieu
l'on la prenne en quelque bonne maison pour nettoyer les souliers,
ou bien laver la vaisselle, et qu'elle parvienne à estre servante de
cuisine, a-elle esté deux ou trois ans à cet exercice, elle deviendra
glorieuse, sans faire semblant de cognoistre ses parens, voire sa
propre mère, qui demandera un pauvre morceau de pain à la porte du
logis, et elle s'amusera à se faire brave aux despens de l'ance du
panier; après, aura-elle ferré la mule, il faut faire l'amour et
attraper le cocher ou le cuisinier du logis; sont-ils mariez, ils
auront soixante ou quatre-vingts escus, il faut faire bonne chère
et ne rien faire tant que l'argent dure; au bout de quatre ou cinq
mois, ils ont un petit Populo, car ils ont commencé de bonne heure à
faire cet enfant; l'argent est-il mangé, il faut commencer à vendre la
chaisne des ciseaux[133], et après les chaisnes du demy ceing; tout
est-il frippé, il faut vendre le corps, il n'y a plus que le fagot
qui demeure par après; tout cela est-il fricassé, s'il y a quatre ou
cinq bagues d'or, il les fault aller vendre chez l'orphèvre l'une
après l'autre, et après il en ira acheter à dix-huit deniers ou à deux
carolus la pièce soubs les charniers Sainct-Innocent; cela fait, faut
vendre la meilleure des cottes; tout est-il mangé, on ne dit plus: ma
fille, ny mon petit coeur, ny m'amour, ny ma mignonne; Martin-Baston
est employé et marche plus souvent que tous les jours.[134] Et puis les
maudissons vont leur train l'un à l'autre tous les jours à la maison:
Et va, carongne!--Tu en as menty, fils de putain! tu as tout mangé mon
bien!--Vous avez menty, vesse! vous avez tousjours dormy jusques à
dix ou unze heures; mais, par la serpe-bleu, je vous romperay le col,
double chienne. Et le mary s'en va à la guerre, et ma pauvre diablesse
reduite à la porte d'une eglise, avec trois ou quatre enfans: voylà une
de ces pauvres glorieuses.

     [Note 133: Toute servante un peu huppée s'attachoit ses ciseaux
     sur le côté avec une chaînette d'argent. De plus pauvres, comme
     Marinette, se contentoient de la chaîne de laiton que leur
     donnoit Gros-Réné.]

     [Note 134: V., sur cette parure des servantes, notre tome 1er,
     p. 317-318. «C'étoit, dit Cotgrave, une sorte de ceinture dont
     tout le devant étoit d'or ou d'argent et dont l'autre partie
     étoit de soie.» On l'enjolivoit encore, comme on le voit ici,
     de chaînes et de brimborions. C'étoient les premières choses
     vendues dans les temps de détresse.]

Si c'est la fille de quelque vendeuse de lunettes, et qu'elle demeure
chez quelque bon marchant, elle a bien moyen de ferrer la mule, car
sa maistresse est tousjours au contoir; elle sera six mois à faire
la bonne menagère, après elle se frotte au pillier, c'est encore pis
que les filles de chambre et de cuisine; elles s'amuseront à faire
comparaison au maistre du logis, ou bien au fils du logis, ou à
quelques garçons de la boutique, et la maistresse, voyant tout cela,
luy donne son sac et ses quilles. Et ma pauvre fretileuse sera deux ou
trois mois sans trouver condition; elle mangera tout son fait jusques
à ses habits. Il faut aller aux recommandaresses[135] pour trouver
condition, quelquefois trois semaines sans rien trouver, et ce passer
à manger pour un sol de pain et boire de l'eau tout le saoul: voilà ma
petite trotteuse bien esbahie. Quelquefois elles seront bienheureuses
de demeurer chez quelque cordonnier ou savetier. Ont-elles passé
l'hiver de la façon, ont-elles deux ou trois escus, il faut avoir
une cotte et quelque meschante hongreline à la fripperie, et de là
chercher quelque meilleure condition. Sont-elles r'adressées à quelque
bonne maison, ils ne se souviennent plus du mauvais temps; elles sont
plus glorieuses que jamais, et ferrer la mule comme il faut et amplir
leur bource; après il viendra quelque compagnon cordonnier, tailleur,
serrurier, ou savetier, ou marechal, pour luy faire l'amour; vous luy
verrez faire la roue comme un paon, sur l'ombre qu'elle aura soixante
ou quatre-vingts escus; neantmoins l'amour luy commande de se marier;
elle est si transportée qu'elle ne se soucie des moyens ny du travail,
pourveu qu'elle aye un beau polly, et qui luy mange bientost son faict.
Voylà mariée, il faut porter le mouchoir de col, les cheveux aux
boufons[136]; il est question d'aller promener à Vanve, à Vautgirard,
à Gentilly, à Belleville-sur-Sablon[137]. A-elle un petit enfant,
l'a-elle nourri quatre ou cinq mois, ont-ils tout grugé, il faut que le
pauvre mary s'en retourne travailler chez les maistres, et ma petite
muguette envoye son enfant nourrir au village, et elle est contraincte
d'aller estre nourrice chez madame. Voylà un très bon menage. Prenez-y
bien garde, mes petites glorieuses.

     [Note 135: V., sur ce mot, notre tome 2, p. 237-238.]

     [Note 136: C'est-à-dire à coques bouffantes.]

     [Note 137: Ce sont toujours les mêmes parties fines où s'en va
     la servante, donnant le bras à quelque soudard, comme on le voit
     dans _l'Apologie des chambrières qui ont perdu leur mariage à la
     blanque_:

       Pour danser pavane et vert gay,
       Le mois de may, au vert boscage,
       Escoutant le pinson ramage
       Et cueillant le gentil muguet.]



_Nouveau Reglement general sur toutes sortes de marchandises et
manufactures qui sont utiles et necessaires dans ce royaume,
representé au roy pour le grand bien et profit des villes et autres
lieux de la France; par M. le M. de la Gomberdière._

_A Paris, chez Michel Blageart, ruë de la Calandre, à la Fleur de
lys._

M.DC.XXXIV. In-8.


SIRE,

Dieu a tellement et abondamment versé ses sainctes benedictions
sur vostre royaume, qu'il semble qu'il l'aye designé pour avoir de
l'authorité et du commandement sur tous les autres de l'univers,
l'ayant si bien constitué et pourveu de tout ce qui est utile et
necessaire pour la vie et l'entretien de vos peuples, et en telle
abondance, que l'on peut veritablement dire que c'est la seule
monarchie qui se peut passer de tous ses voisins, et pas uns ne se
peuvent passer d'elle.

Par exemple, Sire, il est très necessaire de considerer le peu de
commoditez que tous vos sujets en general reçoivent des estrangers, et
encore de se peu de chose ils peuvent leur en passer.

D'autre part, les grands moyens que nous avons en France de tirer des
nations estrangères leur or et leur argent (et non pas eux le nostre,
comme ils font tous les jours) par les ventes de nos bleds[138],
vins, sels, pastels[139], toilles, draps[140], et d'un nombre infiny
de diverses marchandises et manufactures, desquelles vostre royaume
peut facilement (et sans s'incommoder en aucune façon que se soit)
les secourir, et desquelles marchandises et manufactures ils sont en
necessité.

     [Note 138: Alors la France produisoit assez de blé pour en
     pouvoir exporter à l'étranger. On en a la preuve non seulement
     par ce passage, mais par plusieurs autres écrits du temps. Palma
     Cayet, dans sa _Chronologie septennaire_ (1602, édit. Michaud
     et Poujoulat, p. 208), nous montre la France abondant «en blés,
     vins, huiles, fruits, légumes, guèdes ou pastels, outre les
     grandes et foisonneuses nourritures de bétail et haras.» Isaac
     de Laffemas, dans son _Histoire du commerce de France_, est plus
     explicite: «Il me semble, quant à moy, dit-il, que nous avons
     icy quantité de fer, de papier, de pastel, de bleds et de vins
     pour envoyer aux pays estranges, et que cela nous peut apporter
     un grand revenu.» (_Archives curieuses_, 1re série, tome 14,
     page 429.)]

     [Note 139: La culture du _pastel_ étoit une immense richesse
     pour les environs de Toulouse, et surtout pour le pays de
     Lauraguais. On exportoit chaque année deux cent mille balles
     de ces _coques_ par le seul port de Bordeaux. «Les étrangers
     en éprouvoient un si pressant besoin, que, pendant les guerres
     que nous avions à soutenir, il étoit constamment convenu que ce
     commerce seroit libre et protégé, et que les vaisseaux étrangers
     arriveroient désarmés dans nos ports pour y venir chercher ce
     produit. Les plus beaux établissements de Toulouse ont été
     fondés par des fabricants de pastel.

     Lorsqu'il fallut assurer la rançon de François Ier, prisonnier
     en Espagne, Charles-Quint exigea que le riche Beruni, fabricant
     de coques, donnât sa caution.» (Chapsal, _Chimie appliquée
     à l'agriculture_, t. 2, p. 352.)--Le pays de la richesse
     par excellence, le pays de _Cocagne_, n'étoit autre que
     le Lauraguais, l'opulente contrée des _coques_ de pastel.
     (Crapelet, _Dictons du moyen âge_, 1re édit., p. 47.) Quand on
     vouloit montrer qu'un homme étoit riche et cossu, on disoit
     qu'il étoit bien _guédé_, c'est-à-dire semblable à quelque
     marchand de _guède_ ou pastel. Peu à peu l'_indigo_ finit par
     détrôner ce riche produit. (Savary, _Dict. du commerce_, aux
     mots _Cocaigne_, _Pastel_.)]

     [Note 140: Malheureusement, l'exportation des draps étoit
     interdite. «Il ne nous est permis, dit Montchrestien, de porter
     en Angleterre aucune draperie, à peine de confiscation; au
     contraire, les Anglois, en pleine liberté, apportent en France
     toutes telles draperies qu'il leur plaist, voire en si grande
     quantité, que nos ouvriers sont maintenant contraints pour la
     plupart de prendre un autre mestier, et bien souvent de mendier
     leur pain.» (_Traicté de l'économie politique_, s. d., in-4, 2e
     partie, p. 92.)]

Neantmoins, depuis quelques années la grande negligence des François
a fait desbaucher les ouvriers, desquels les estrangers se servent
maintenant, comme de la drapperie de laines, toilles, gros cuirs,
cordages[141], bonnetteries et autres diverses manufactures, qu'à
present ils nous apportent en telle quantité, qu'ils enlèvent la
plus grande partie de l'or et argent de vos subjects, et icelles
marchandises et manufactures se faisoient par cy-devant en vostre
royaume, ce qui maintenoit vos peuples argenteux, faisoit vivre et
employer les pauvres, si bien qu'à present il s'en voit une si grande
abondance de toutes parts[142].

     [Note 141: Sous Louis XIV, nous manquions tellement d'ouvriers
     cordiers, dans nos ports, que Colbert fut obligé d'en faire
     venir, ainsi que des tisserands, de Hambourg, Dantzig et Riga.
     (Cheruel, _Hist. de l'administr. monarch. en France_, t. 2, p.
     235.)]

     [Note 142: V., dans l'avant-dernière note, ce que dit
     Montchrestien de cette misère des ouvriers sans travail.]

Nous avons les moyens plus faciles que toutes les nations du monde pour
manufacturer toutes sortes d'estoffes et marchandises qu'elles nous
sçauroient fournir, et de les réduire à meilleure condition, d'autant
que nous pouvons prendre tout ce qui est necessaire pour cet effet sur
nous, sans les requerir d'aucunes choses, ce qu'elles né peuvent faire.

L'Italie nous envoyé et apporte une infinité de diverses sortes
de draps de soye, comme toilles d'or et d'argent[143], sarges de
Florence[144], et de Rome et autres marchandises, de toutes lesquelles
les François se peuvent très facilement passer.

     [Note 143-144: Dès le règne de Henri II, des fabriques de
     draps d'or et de soie avoient été établies à Lyon. (_Anc. lois
     franç._, t. 13, p. 374.)--Mais sous Henri IV, à Paris même,
     cette industrie avoit pris une bien plus grande extension:
     «L'establissement de filer l'or, façon de Milan, qui se void
     introduit en la perfection et en grande quantité dans l'hôtel
     de la Maque, soubz le sieur Tirato, Milanois, qui faict
     espargner et fournir dans le royaume plus de douze cent mille
     escus par an, qui se transportoient pour avoir dudit fil d'or
     de Milan, pour ce qu'il est plus beau et à meilleur marché
     que celui qui se faisoit en France, en ce qu'on y employé la
     moitié moins d'or.» (_Recueil présenté au roy de ce qui se
     passe en l'assemblée du commerce, au Palais, à Paris_, faict
     par Laffemas, _contrôleur général dudit commerce_, Paris, 1604,
     in-8, § 6.) Palma Cayet (_Chronol. septennaire_, 1603, édit.
     Michaud, p. 253) parle aussi des sieurs Dubourg père et fils,
     établis comme Tirato, et pour la même industrie, dans la Maque.
     Cette immense manufacture étoit rue de la Tixeranderie (voy.
     notre _Paris démoli_, 2e édit., p. 333), et c'est sans doute
     avec intention qu'on avoit établi dans ce quartier de la misère
     une industrie capable, dit Laffemas le fils, «de faire vivre un
     nombre infini de pauvres.» (_Hist. du commerce_, loc. cit., p.
     420.)--_La serge de Florence_ étoit une sorte d'étoffe de soie
     épaisse dont on faisoit de grands manteaux et des mantelets.
     Elle étoit fort employée sous Henri III. V. L'Estoille, _Journ.
     de Henri III_, 24 juin 1584.]

Dans Paris[145], Tours, Lyon, Montpellier[146], et autres villes de
ce royaume, se trouvent d'aussi bons et meilleurs ouvriers qu'il s'en
puisse rencontrer pour faire des velours, satins, taffetas et autres
marchandises de soye, autant belles et bonnes qu'il s'en puisse faire
dans l'Europe.

     [Note 145: On y fabriquoit, dès 1603, toute espèce d'étoffes
     de soie, mais surtout des satins, façon de Gênes. (Laffemas,
     _Lettres et exemples de la feue royne mère_, Archiv. cur., 1re
     série, t. 9, p. 131.) Quant aux villes de Tours et de Lyon, on
     sait de reste que la fabrication des soieries y étoit, dès lors,
     très florissante.]

     [Note 146: C'est vers 1592 qu'on avoit commencé d'y fabriquer
     «des velours, satins, taffetas, et autres marchandises de soie.»
     (Laffemas, _Règlement général pour dresser des manufactures en
     ce royaume_, etc., Paris, 1597, in-8, fol. 25.)]

L'Allemagne nous fait amener des buffles[147], chamois, fustaines[148],
bouccasins[149] et grand nombre de quincaillerie et autres diverses
denrées.

     [Note 147: On faisoit avec le buffle tanné d'excellents
     justaucorps de guerre. On connoît la chanson de Bussy:

       Buffle à manches de velours noir
       Portoit le grand comte de More.]

     [Note 148: Les meilleures se faisoient, en effet, en France.
     «Et, quant aux futaines et autres manufactures de cotton, dit
     Laffemas le fils (_loc. cit._), nous ne devons point permettre
     que les estrangers nous en fournissent.» Montchrestien dit d'une
     façon plus ferme encore: «Toutes les futaines et camelots se
     doivent fabriquer en ce royaume, où l'industrie en est fabriquée
     aussi bien et mieux qu'ailleurs, où la commodité est pareille
     et possible plus grande... On parle parmy nous de futaines
     d'Angleterre et de camelots de l'Isle; mais on nous impose le
     plus souvent par l'estrangeté, car toutes ou la plupart de ces
     estoffes sont de la façon de France, et n'en sont pas pires.»
     (_Traicté de l'oeconomie polit._, in-4, 1re partie, p. 102-103.)]

     [Note 149: C'étoit une espèce de camelot, ordinairement noir,
     qu'on employoit comme doublure des manteaux de soie. Cette
     étoffe étoit déjà connue au moyen âge. (Fr. Michel, _Recherches
     sur le commerce..... des étoffes de soie_, in-4, t. 2, p. 47.)]

Nous avons dans Poictiers nombre d'ouvriers qui accommodent les peaux
de boeufs, vaches, chèvres, moutons et autres en façon de buffles[150]
et chamois[151], qui sont tous bons et de meilleur service que ceux qui
nous viennent d'Allemagne et autres lieux[152].

     [Note 150: «Un homme de Nerac, écrit Laffemas le fils, a endurcy
     les buffles et chamois a l'espreuve de la pique et de l'espée.»
     (_Hist. du commerce_, p. 419.)]

     [Note 151: Ce n'est pas seulement à Poitiers, mais aussi à
     Niort, qu'on faisoit d'excellents chamois. V. Savary, _Dict. du
     commerce_, à ce mot.]

     [Note 152: Laffemas le fils se plaint fort de ce que les cuirs
     de France «ont esté altérez de leur bonté.» Montchrestien s'en
     montre plus satisfait: «J'oubliois à parler de la tannerie,
     dit-il, art aussi necessaire que commun, lequel, pour le
     grand profit qu'il apporte, ne seroit point demeuré entier,
     comme il a fait jusqu'à present, en la main des François, si
     ceux qui l'exercent n'en avoient retenu, principalement dans
     les principales villes, la propriété libre et franche par le
     moyen de leurs exactes visitations sur les apprests des cuirs
     estrangers.» (_Loc. cit._, p. 107.)]

D'autre part, le Limosin et le pays de Forest sont plus que suffisants
à fournir vostre royaume de toutes sortes de quincaillerie aussi
belles, bonnes et bien faictes que l'on nous sçauroit apporter. Les
Espagnols (meilleurs mesnagers que nous), pour trouver le bon marché,
se viennent fournir de quincaillerie en ces deux provinces, pour porter
aux Indes et autres lieux[153].

     [Note 153: Les Espagnols emportaient des cargaisons de cette
     quincaillerie du Forez, dont le bon marché fut toujours
     proverbial, pour faire des échanges avec les nègres du Sénégal
     et des côtes d'Afrique.]

La Flandre, avec grand profit qu'elle gaigne sur nous par la vente
de ses tapisseries, peintures, toilles, ouvrages et passements, dans
lesquels il se fait une excessive despence (à quoy Vostre Majesté
a sagement et prudemment pourveu[154]), camelots, sarges, maroquins
et autres marchandises, toutes lesquelles nous doivent estre comme
indifferents.

     [Note 154: «Les marchands de Flandre faisoient avec nous
     de si gros profits que Henri IV avoit defendu, sous peines
     corporelles, toutes relations commerciales avec eux.» (Palma
     Cayet, 1604, _loc. cit._, p. 285-287.) Il paroît que Louis XIII
     avoit maintenu cette prohibition rigoureuse. C'est surtout
     à l'occasion de l'établissement à Paris de la fabrique de
     tapisserie des sieurs Laplanche et Comans que Henri IV prit de
     sévères mesures contre les importations flamandes. (_Extraits
     des registres de l'Hôtel-de-Ville_, Biblioth. imp., fonds
     Colbert, vol. 252, p. 533-534.) On menaça d'expulsion «les
     tuisliers et tapissiers flamands qui ne vouloient laisser le
     secret de leur industrie en France.» Ceux qui se soumirent
     obtinrent seuls des lettres de naturalité. (Laffemas, _Recueil
     présenté au roy_, etc., § 10.)]

Paris, dis-je, est maintenant sans pair par la manufacture des plus
belles et riches tapisseries du monde et pour les tableaux les plus
exquis. Nous avons aussi Sainct-Quentin, en Picardie; Laval, au Maine;
Louviers, en Normandie, et autres lieux qui sont remplis d'un nombre
infiny d'ouvriers, autant parfaicts en cet ouvrage qu'il s'en puisse
trouver dans l'Europe, et de present il se fait des toilles aussi
belles, bonnes et fines que celles qu'on apporte d'Hollande et autres
endroits[155], et aussi qu'il y a dans les provinces de vostre royaume
quantité de lins et chanvres plus commodement que dans la Flandre et
Pays Bas.

     [Note 155: Ce passage prouve que ce que Laffemas ne faisoit
     qu'espérer en 1604 s'étoit réalisé. «La manufacture nouvelle
     de toilles fines et façon d'Hollande, et autres semblables,
     qui sont si chères, dit-il, ne s'est faite jusqu'à present en
     France, et sommes contraints de les achepter des estrangers,
     où il se transporte une grande quantité d'or et d'argent,
     combien que nous en ayons les lins et autres principales étoffes
     abondamment en France plus que lesdits estrangers, qui les
     viennent prendre et achepter de nous pour les nous remettre
     manufacturés incontinent après, et y gagnent le quadruple
     et plus; ce qui ne procède que de la seule industrie de les
     blanchir, façonner et polir. Mais il s'est trouvé deux riches
     marchandz qui ont entrepris de les faire filer, manufacturer,
     blanchir et façonner dans les faubourgs de la ville de Rouen, en
     telle quantité qu'ils en fourniront la France. Leurs memoires
     et propositions ont esté examinés et deliberés en la compagnie
     desditz sieurs commissaires par commandement et renvoy à eux
     faict par Sa Majesté. Ils en ont donné leur advis soubz le bon
     plaisir de sa dite Majesté, duquel ils espèrent qu'il parviendra
     un grand tresor à la France quand il sera executé.» (_Recueil
     présenté au roi..._ § 24.)]

Pour les ouvrages et passemens, tant de point-couppé[156] qu'autres,
dont l'excessive despence, ainsi que dit est, a porté judicieusement
Vostre Majesté, pour oster le cours d'icelle (dont la despence
pouvoit avec le temps incommoder plusieurs familles[157]), d'en
deffendre l'usage, par vostre Declaration du dix-huictiesme novembre
1633, verifiée en vostre Parlement de Paris le douziesme decembre
ensuivant[158];

     [Note 156: C'étoient des passements de fil très délicatement
     travaillés et fort chers, pour lesquels nous étions encore
     tributaires de la Flandre. (P. Paris, _Manuscrits françois de la
     Biblioth. du roi_, t. 4, p. 379.)]

     [Note 157: Laffemas (_Règlement général_, etc.) évalue à huit
     cent mille écus la dépense annuelle de ces passements de toutes
     sortes, des bas de soie, etc. Monchrestien l'estime plus d'un
     million. (_Traicté d'oeconomie polit._, 1re partie, p. 102.)]

     [Note 158: C'est un édit dans le genre de celui précédemment
     rendu (voy. _Caquets de l'Accouchée_, édit. Jannet, p. 181-182)
     et de cet autre qui donna lieu à _la Révolte des passements_,
     pièce que nous avons publiée dans notre tome 1er, p. 224.]

Pour empescher icelle despence, il y a toute l'Isle de France[159]
et autres lieux qui sont remplis de plus de dix milles familles dans
lesquelles les enfans de l'un et l'autre sexe, dès l'âge de dix ans,
ne sont instruits qu'à la manufacture desdits ouvrages, dont il s'en
trouve d'aussi beaux et bien faits que ceux des estrangers; les
Espagnols, qui le sçavent, ne s'en fournissent ailleurs[160].

     [Note 159: Il y en avoit surtout un grand nombre à Paris même,
     dans le faubourg Saint-Antoine. (V. _Révolte des passements_,
     _loc. cit._, p. 240.) Sous Louis XIV, cette colonie s'augmenta
     beaucoup encore lorsque la nourrice du comte d'Harcourt, Mme
     Dumont, arrivant de Bruxelles avec ses quatre filles, eut
     obtenu par privilége le droit d'établir dans le même faubourg
     des ateliers de dentelles. «Seize cents filles, dit Voltaire,
     furent occupées des ouvrages de dentelles. On fit venir trente
     principales ouvrières de Venise et deux cents de Flandre, et
     on leur donna trente-six mille livres pour les encourager.»
     (_Siècle de Louis XIV_, ch. 19.)--A Louvres-en-Parisis, à
     Villiers-le-Bel, on faisoit des dentelles de soie. (Savary,
     _Dict. du commerce_, au mot _Dentelle_.)]

     [Note 160: Les Espagnols, on l'a déjà vu, se fournissoient de
     beaucoup de choses en France. Les magnifiques _pannes_ dont les
     plus riches se faisoient des manteaux, ils les achetoient à
     Tours. (Richelieu, _Maximes d'Etat_, chap. 9, sect. 6.)]

Amiens peut aussi fournir de camelots[161], serges, toilles, et
d'un grand nombre de diverses sortes de marchandises[162], dont les
manufactures donnent les moyens de vivre à un grand nombre de familles
qui sont residentes dans ladite ville, et fait que les nations
estrangères viennent en icelle faire de grandes emplettes, ce qui rend
ladite ville riche, et seroit à desirer, Sire, que les autres villes de
vostre royaume fissent le semblable.

     [Note 161: Les _camelins_ d'Amiens étoient déjà célèbres au
     moyen âge. (Ducange, au mot _Camelinum_; le _Roman du Renart_,
     édit. Méon, t. 4, p. 56.)]

     [Note 162: Il y avoit aussi d'excellents tisserands et
     _musquiniers_. V. leurs statuts (1502), Aug. Thierry, _Hist. du
     tiers-état_, t. 2, p. 490-493.]

Dans les villes de Roüen et La Rochelle, pour ce qui est des maroquins,
il s'y en fait d'aussi bons et beaux que ceux qui nous viennent de
Flandres, et les pouvons avoir à meilleur marché, si les ouvriers qui
sont dans lesdites villes estoient employez[163].

     [Note 163: C'est à peu près ce que dit Laffemas le fils pour
     tous les cuirs en général. «Nous avons, écrit-il, s'adressant
     au roi, nous avons encore les cuirs, qui s'offrent (si on remet
     les tanneries en leur ancien estat) de rendre une incroyable
     richesse à vos sujets.» (_Hist. du commerce_, Arch. curieuses,
     1re série, t. 14, p. 419.)]

L'Angleterre nous envoyé tous les ans plus de deux mille tans navires
que vaisseaux, chargez de diverses marchandises manufacturées, comme
draps, estamets, sarges, bas de soye et d'estames, fustaines[164],
burals[165] et autres denrées[166].

     [Note 164: Il a déjà été parlé plus, haut de ces _futaines
     d'Angleterre_. Nous ajouterons ici ce qu'es dit Laffemas: «Les
     futaines d'Angleterre sont ainsi appelées, combien qu'elles
     soient manufacturées en France, en Italie et en Allemagne en
     bien plus grande perfection qu'audit pays d'Anglelerre, où il ne
     s'en fait quasi point; mais elles y sont toutes portées pour un
     secret qu'ils avoient seuls au pays d'Angleterre de les sçavoir
     teindre, apprester et friser en perfection; mais ce secret est
     descouvert et introduit en France...» (_Recueil présenté au
     roi..._, § 23.)]

     [Note 165: _Buraux_, _bures_.]

     [Note 166: Il n'y avoit guère que la moire qu'on ne faisoit
     pas encore aussi belle qu'en Angleterre. (Richelieu, _Maximes
     d'Etat_, chap. 9, sect. 6.)]

Le Berry[167] et la Normandie[168] nous peuvent fournir de draps aussi
fins et de meilleurs services que ceux d'Angleterre.

     [Note 167: A Bourges, avec les laines du Berry, «fines et
     luisantes comme de la soye» (J. Toubeau, _les Institutes du
     droit consulaire_, 1678), on fabriquoit de fort bon drap, façon
     d'Elbeuf. V. _Dict._ de Savary, art. _Drap_.]

     [Note 168: La réputation des draps d'Elbeuf et de Louviers étoit
     déjà commencée.]

Sommières, Nismes[169], Sainct-Maixant, Chartres, et plusieurs autres
villes de ce royaume, fabriquent des sarges aussi fines et meilleures
que celles que les estrangers nous sçauroient fournir, et à beaucoup
meilleur marché.

     [Note 169: On y fabriquoit de belle écarlate. Monteil possédoit
     l'original d'une ordonnance de l'intendant Baville, commandant
     à Fraisse, fabricant de draps à Nîmes, deux pièces de drap
     écarlate pour Louis XIV. (_Hist des Français des divers états_,
     3e édit., XVIIe siècle, notes, p. 61, nº 43.)]

La duché d'Estampes et pays de Dourdan est remply d'un nombre infiny de
personnes qui s'occupent journellement de mieux en mieux à travailler
en bas de soye et d'estame[170], dont la plus grande partie surpassent
ceux de Milan, de Gennes, d'Angleterre et autres lieux.

     [Note 170: Laffemas, dans le _Règlement général four dresser les
     manufactures en ce royaume..._ (1597), parle de ces fabriques
     de _bas de soie et d'estame_, qui, depuis quelques années,
     s'étoient établies à Dourdan.--Dans le _Recueil présenté au
     roi..._, § 5, il rappelle aussi «les statutz et reglements
     faictz sur la manufacture des bas d'estame et de soye pour
     arrester les abbus et malversations qui s'y commettoient, et
     donner ordre à l'advenir que le public en soit mieux servy, et
     qu'elle se puisse continuer en la France en telle perfection que
     nous en puissions fournir aux pays estrangers.»]

Et ainsi, Sire, de tout ce qui est utile, tant pour les grands que pour
les petits, vostre France est plus que suffisante d'en fournir tous vos
sujets et les estrangers aussi, sans les requerir d'aucunes choses, et
aussi qu'il n'y a ouvrages que ce soit que les François (s'ils veulent)
ne contrefacent et rendent plus à la perfection que ne sçauroient faire
toutes les nations du monde.

Le commerce ne laisseroit d'aller de part et d'autre; les estrangers
nous apporteroient de leurs marchandises et viendroient prendre en
contreschange des nostres, et, par ce moyen, en chasque chose, chacune
leur prix, nos marchands pourraient gagner reciproquement sur les
marchandises estrangères, comme celles qu'ils auroient fabriquées,
et, ce faisant, le tout seroit reduit à meilleure condition, et ne se
verroit des banqueroutes si ordinaires[171].

     [Note 171: Laffemas avoit déjà parlé, dans son _Recueil
     présenté au roi..._ (1604), § 20, des moyens à prendre contre
     «les frauduleuses banqueroutes qui se font et desseingnent si
     communement aujourd'hui par la France.»]

Mais, Sire, vostre royaume auroit beau estre le plus beau, le plus
fertile et le plus opulent de l'Univers (ainsi que veritablement il
est), si les François (vos sujets) ne remettent en valleur les travaux
dans les manufactures, et d'employer eux-mesmes les biens que Dieu leur
donne.

Pour ce faire, il est donc très-nécessaire de nous passer de tout ce
que nous prenons des estrangers, et les faire fabriquer et manufacturer
parmy nous, ayant (comme dit est) les ouvriers et les matières en
abondance dans vos provinces pour ce faire. Ce faisant, on employra le
pauvre peuple, et le profit de leur employ les retirera de la grande
pauvreté qu'ils souffrent, et leur donnera les moyens de subvenir à
leurs necessitez.

Soubs le bon plaisir de Vostre Majesté, l'on establira dans les
principales villes et autres lieux de vostre royaume des bureaux et
maisons communes pour y faire travailler continuellement dans les
manufactures, et commencer à celles qui nous sont plus utiles, employer
en icelles nos laines et les soyes que nous peuvent fournir les
provinces de Tourraine, Lionnois, Provence[172], comté d'Avignon[173]
et autres endroits de ce royaume; faire choix des plus capables
ouvriers pour les establir dans lesdits bureaux et maisons communes,
pour que chacun d'iceux puissent monstrer et enseigner leurs arts et
mestiers aux peuples, qui seront destinez selon à quoy on les trouvera
capable d'estre employez.

     [Note 172: L'assemblée du commerce de 1604 avoit été saisie
     par «homme qualifié et bien cautionné» du projet «d'establir
     en Provence... l'art de la soye avec cent atelliers des
     principalles manufactures d'icelle.» (Laffemas, _Recueil
     présenté au roy..._, § 19.) Nous ignorons quelle suite eut ce
     projet.]

     [Note 173: Avignon, en digne ville papale, avoit fabriqué de
     tout temps des ornements d'église. (J. Chartier, _Hist. de
     Charles VII_, in-fol., p. 83 [1435].)--Sous Henri III, on y
     fabriquoit du velours commun. V. _Archives curieuses_, 1re
     série, t. 9, p. 211.]

Et, de cette façon, la France (vostre royaume), avec le temps, sera
remply et augmenté de toutes parts d'ouvriers qui se rendront parfaits
dans les ouvrages et manufactures, ce qui obligera les estrangers à
nous venir revoir (ainsi qu'ils faisoient le passé). En cette sorte,
l'or et l'argent des François ne passera les frontières, et demeurera
parmy nous pour subvenir aux necessitez du peuple.

Les villes et autres lieux où seront establis lesdits bureaux
et maisons communes, par le travail et desbit des marchandises,
deviendront riches et oppulents, par le moyen du grand abbord
des peuples qui arrivera de toutes parts pour le trafic desdites
marchandises; l'argent sera commun par tout; les peuples (pauvres par
faute d'employ) seront soulagez, et vivront des travaux qu'ils pourront
faire selon leurs forces et capacités, ainsi qu'il sera advisé par
personnes judicieux, qui auront à leur rang l'administration desdits
bureaux.

Si bien, Sire, que cet advis est le seul moyen de ne plus faire sortir
l'or et l'argent de vos sujets hors de vos frontières, de reduire les
estoffes et autres marchandises à bonnes conditions, et aux pauvres
peuples les moyens de leur subvenir, qui seront delivrez des pauvretez
qui les accablent, et tous vos sujets, en general et en particulier,
rendront graces à Dieu de cet heureux establissement, prieront sa
divine bonté pour la conservation et prospérité de Vostre Majesté et
des ministres de vostre Estat, comme fait de tout son coeur celuy qui
est en toute humilité,

SIRE,

Vostre très-humble sujet et très-fidèle obligé serviteur,

                                                    DE LA GOMBERDIÈRE.



_Le Trebuchement de l'Ivrongne._

_A Paris._

M.D.C.XXVII[174]. In-8.

     [Note 174: Cette pièce, de Guillaume Colletet, se trouve
     dans les _Poésies diverses..._, que son fils publia en 1656,
     Paris, in-12, p. 60-67. Elle y est intitulée _le Banquet des
     poètes_, titre que l'auteur lui avoit déjà donné quand il
     l'avoit réimprimée à Paris en 1646, chez Nicolas Boisset, in-8.
     L'édition que nous reproduisons ici est de la plus grande
     rareté. Le texte y est tout à fait différent de celui des
     autres, à ce point que, désespérant de pouvoir relever toutes
     les variantes, nous avons pris le parti de n'en donner aucune.
     Le plus court eût été non pas de remarquer les différences,
     mais les très rares similitudes de texte. Nous tenons là, en
     pleine verve de jeunesse, la première pensée d'un poète qui
     ne se permit pas souvent, et surtout avec autant de bonheur,
     de pareilles fougues et fantaisies bachiques. Quand il fit ce
     morceau, il étoit de la coterie littéraire de Salomon Certon,
     du sieur de la Charnaye, etc. (voy. Viollet-Leduc, _Biblioth.
     poétique_, p. 452), et ce dut être le contingent poétique auquel
     il étoit tenu comme membre de cette assemblée.]


  O vous de qui la gloire, à nulle autre seconde,
  Sur l'aisle des beaux vers vole par tout le monde,
  Qui, n'aspirans à rien qu'à l'immortalité,
  Ne languissez jamais dedans l'oisiveté,
  Quittez un peu ce soin de vouloir tousjours vivre
  Qui vous tient jour et nuit collez dessus un livre.
  Bacchus veut des honneurs aussi bien qu'Apollon
  Une table vault mieux que le sacré vallon,
  Et les charmes d'un luth, ou bien d'une guiterre,
  N'ont rien de comparable aux delices d'un verre,
  De qui la melodie et le doux cliquetis
  Sçavent l'art d'attirer Juppiter chez Thetis,
  Lors que, sollicité de son humeur plus douce,
  Avecque tous les dieux il veut faire carousse[175].
  Amis, soyons touchez d'un semblable desir;
  Ne mesurons le temps qu'aux règles du plaisir,
  Et, ne nous plongeans point dans ces vaines pensées
  Des choses advenir ny des choses passées,
  Sans que pas un de nous face le suffisant,
  Arretons nos esprits aux choses du present.
  Jouissons du bon-heur que le ciel nous octroye;
  Sacrifions au dieu qui preside à la joye,
  Et, sans parler des roys ou bien des potentats,
  Ny du dereiglement qu'on voit dans leurs estats,
  Ny des divers advis du conseil des notables[176],
  Ne nous entretenons que de mots delectables,
  Et tous expedions en nos particuliers
  Plus de verres de vin qu'ils ne font de cahiers.
  Les sages anciens, dont les academies
  Ont souvent resveillé nos ames endormies,
  Ont dit que nous sentions quatre sainctes fureurs
  Agiter nos esprits de leurs douces erreurs:
  Les Muses, Apollon, l'enfant que Cypre adore
  Et le dieu qui dompta les peuples de l'Aurore.
  Qu'aujourd'huy, chers amis, l'amoureuse liqueur
  De ce divin nectar agite nostre coeur!
  Que ce puissant demon qui preside aux bouteilles
  Soit l'unique sujet de nos plus longues veilles!
  Et, quand la soif viendra troubler nostre repos,
  Courons alaigrement l'esteindre dans ces pots
  Plus viste que tous ceux de nostre voisinage
  Ne coururent à l'eau pour appaiser la rage
  De l'infame Vulcan, dont le traistre element
  Embraza de Themis l'orgueilleux bastiment[177].
  Si ces vieux chevaliers qui couroient par le monde
  Ont esté renommez pour une table ronde,
  Nous qui suivons l'amour et reverons ses loix,
  Faisons tous aujourd'huy de si vaillans exploits
  Qu'on appelle en tous lieux ceste trouppe honorée
  Les braves champions de la table quarrée[178].
  Mais c'est trop discourir sur le point d'un assaut;
  Amis, advancez-vous tandis que tout est chaud.
  Voyez-vous point ces plats d'une odeur parfumée
  Espandre autour de nous une douce fumée,
  Que l'air de nostre haleine eslève dans les cieux
  En guise d'un encens que nous offrons aux dieux?
  Pour moy, qui suis contraire à ceste tirannie
  Qui seconde les loix de la ceremonie,
  Je me sieds le premier en ceste place icy;
  Despeschez, mes amis, asseiez-vous aussi,
  Ou vous irriterez le feu de ma colère,
  Qui ne s'appaisera que dans la bonne chère.
  Que ces mets delicats sont bien assaisonnez!
  Que ce vin est friant! qu'il va peindre de nez
  D'une plus vive ardeur que la plus belle dame
  N'en alluma jamais dans le fond de nostre ame.
  Inspiré de Bacchus, qui preside en ce lieu,
  Je vuide ceste tasse en l'honneur de ce dieu.
  Quoy! pour avoir tant beu, ma soif n'est appaisée!
  Je la veux rendre encor quatre fois espuisée.
  Amis, c'est assez beu pour la necessité:
  Ne beuvons desormais que pour la volupté.
  Que chacun, à ce coup, ses temples environne
  Des replis verdoyans d'une belle couronne
  De pampre, de lierre et de myrthes aussi:
  Il n'est rien de plus propre à charmer le soucy;
  Et, si, malgré l'hyver, qui ravit toutes choses,
  On peut trouver encor des oeillets et des roses,
  Semons-en ceste place, ornons-en ce repas;
  Non pour ce que l'odeur en est plaine d'appas,
  Mais pour ce que ces fleurs n'ont rien de dissemblable
  A la vive couleur de ce vin tant aimable,
  Qui resjouit nos yeux de son pourpre vermeil,
  Et jette plus d'esclat que les rais du soleil.
  Profanes, loing d'icy! que pas un homme n'entre
  S'il est du rang de ceux qui n'ont soin de leur ventre,
  Qui fraudent leur genie, et, d'un coeur inhumain,
  Remettent tous les jours à vivre au lendemain!
  Mal-heureux, en effect, celuy-là qui possède
  Des biens et des thresors, et jamais ne s'en ayde!
  Tandis qu'on a le temps avecque le moyen,
  Il faut avec raison se servir de son bien,
  Et, suivant les plaisirs où l'age nous convie,
  Gouster autant qu'on peut les douceurs de la vie.
  Quand nous aurons faict joug à la loy du trespas,
  Nous ne jouirons plus d'aucun plaisir là-bas;
  Nous n'aurons plus besoin de celliers ny de granges
  Pour enfermer nos bleds et serrer nos vendanges;
  Mais, tristes et pensifs, accablez de douleurs,
  Nous ne vivrons plus lors que de l'eau de nos pleurs.
  Chers amis, laissons là ceste philosophie;
  Que chacun à l'envy l'un l'autre se deffie
  A qui rendra plus tost tous ces vaisseaux taris!
  Six fois je m'en vas boire au beau nom de Cloris[179],
  Cloris, le seul desir de ma chaste pensée,
  Et l'unique suject dont mon ame est blessée.
  Lydas, verse tout pur, puisque la pureté
  A tant de sympathie avec ceste beauté;
  Et puis, ne sçais-tu pas que l'element de l'onde
  Est la marque tousjours d'une humeur vagabonde?
  Si je bois jamais d'eau, qu'on m'estime un oyson;
  Que personne, en beuvant, ne me face raison;
  Que tout autant que l'eau mon vers devienne fade;
  Que mon goust depravé rende mon corps malade;
  Que jamais de beauté ne me face faveur;
  Que l'on me monstre au doigt comme un pauvre beuveur;
  Enfin qu'aux cabarets, pour ma honte dernière,
  On escrive mon nom soubs celuy de Chaudière[180].
  Certes, je hais ces mots qui finissent en _eau_:
  Si j'eusse esté Ronsard, j'eusse berné Belleau[181],
  Quand, sobre, il entreprit ceste belle besongne
  D'interpreter le vers de ce gentil yvrongne
  Qui, dans les mouvemens d'un esprit tout divin,
  Honora la vandange et celebra le vin.
  Mais, à propos de vin, Lydas, reverse à boire:
  Aussi bien ce piot rafraischit la memoire;
  Il faict rire et chanter les plus sages vieillars;
  Il leur met en l'esprit mille contes gaillards,
  Et, quoy que l'on ait dit de la faveur des Muses,
  Il inspire le don des sciences infuses,
  Si bien que tout à coup il arrive souvent
  Que l'ignorant par luy devient homme sçavant:
  Nostre Arcandre le sçait, qui, pour aymer la vigne,
  Passe desjà partout pour un poète insigne;
  Arcandre, qui jamais ne fait rien de divin
  S'il n'a dedans le corps quatre pintes de vin.
  Ah! que j'estime heureux l'amoureux d'Isabelle!
  Non pour ce qu'il adore une fille si belle,
  Non pour ce que les rais qui partent de ses yeux
  Rendent plus de clarté que le flambeau des cieux,
  Non pour ce que dans l'or de sa perruque blonde
  Elle tient enchaisné le coeur de tout le monde,
  Non pour ce qu'à Paris elle a tant de renom,
  Mais pour ce qu'elle a tant de lettres en son nom,
  Et que l'affection que cet amant luy porte
  A tant de mouvemens, est si vive et si forte,
  Qu'il ne peut faire moins que de boire huit fois
  Au nom de cet object qui le tient soubs ses loix.
  Pour moy, soit qu'on me blasme, ou bien que l'on me prise,
  Je veux changer le nom de Cloris en Clorise,
  Ou bien prendre Clorinde ou d'autres mots choisis.
  Fais-en, mon cher Aminte, autant de ton Isis:
  Cela luy tiendra lieu d'une nouvelle offrande.
  Ce nom est trop petit et ta soif est trop grande.
  Mais insensiblement je ne m'advise pas
  Que la force du vin debilite mes pas:
  Je sens mon estomac plus chaud que de coustume;
  Je ne sçay quel brasier dans mes veines s'alume;
  Je commence à doubler de tout ce que je voy;
  La teste me tournoyé et tout tourne avec moy;
  Ma raison s'esblouit, ma parolle se trouble;
  Comme un nouveau Penthé je vois un soleil double;
  J'entens dedans la nue un tonnerre esclatant;
  Je regarde le ciel et n'y vois rien pourtant;
  Tout tremble soubs mes pieds; une sombre poussière
  Comme un nuage espais offusque ma lumière,
  Et l'ardante fureur m'agite tellement,
  Qu'avecque la raison je perds le sentiment.
  Evoé! je fremis; Evoé! je frissonne:
  Un vent dessus mon chef esbranle ma couronne,
  Et je me trouve icy tellement combattu,
  Que je tombe par terre et n'ay plus de vertu.
    Puissante deité, mon vainqueur et mon maistre,
  Si tu m'as autrefois advoué pour ton prestre,
  Si jamais tu m'as veu, plus qu'aucun des mortels,
  Espandre, au lieu d'encens, du vin sur tes autels,
  Race de Juppiter, digne enfant de Semèle,
  Appaise la fureur qui m'accable soubs elle,
  Dissipe les vapeurs de ce bon vin nouveau
  Qui tempeste, qui boult au creux de mon cerveau;
  Rends plus fermes mes pas, modère ta furie;
  Donne-moy du repos, ô père! je t'en prie
  Par ton thyrse, couvert de pampres tousjours vers;
  Par les heureux succès de tes travaux divers,
  Par l'effroiable bruit de tes sainctes orgies,
  Par le trepignement des Menades rougies,
  Par le chef herissé de tes fiers leopars,
  Par l'honneur de ton nom, qui vole en toutes parts;
  Par la solemnité de les sacrez mystères,
  Par les cris redoublez des festes trietères[182],
  Par ta femme qui luit dans l'Olympe estoillé,
  Par le bouc qui te fut autres fois immolé,
  Par les pieds chancelans du vieux père Silène;
  Bref, par tous les appas de ce vin de Surêne[183].
    Ainsi dit Cerilas d'un geste furieux,
  Roüant dedans la teste incessamment les yeux.
  Bacchus, qui l'entendit, d'un bruit espouvantable
  Fit trembler à l'instant les treteaux et la table,
  Sans que les vases pleins de la liqueur du dieu
  Fussent aucunement esbranlez en ce lieu:
  Tesmoignage certain qu'il ne mit en arrière
  De son humble subject la devote prière;
  Et de faict, luy sillant la paupière des yeux,
  Il gousta le repos d'un sommeil gratieux.

                                      G. COLLETET.

     [Note 175: _Faire débauche._ Rabelais écrit faire _carous_.
     C'est une expression qui vient de l'allemand _gar-auss_, tout
     vidé, que le Celtophile d'Henry Estienne (_Dial. du nouv.
     lang. franç. italian._) nous reproche d'avoir introduit dans
     notre langue à une époque où l'on se plaisoit non seulement à
     italianiser, mais aussi à «hespagnolizer, voire germaniser, ou,
     si vous aimez mieux un autre mot, alemanizer.» V. aussi Régnier,
     édit. elzevir., satire 2, vers 174.]

     [Note 176: Allusion à l'assemblée des notables qui s'étoit tenue
     à Fontainebleau à la fin du mois de septembre 1625.]

     [Note 177: Le poète veut parler de l'incendie du Palais en 1618.
     V. notre tome 2, p. 159.]

     [Note 178: Par opposition à la fameuse table ronde, qu'à cette
     époque même un cabaretier de Paris prétendoit encore posséder.
     Il avoit appelé pour cela son cabaret _la Table du valeureux
     Roland_ (voy. notre tome 1er, p. 195), et il montroit avec
     orgueil, parmi les titres de noblesse de sa taverne, le dernier
     écot des douze pairs de Charlemagne. V. _les Visions admirables
     du pèlerin du Parnasse..._, Paris, 1635, in-12.]

     [Note 179: C'étoit l'usage antique de boire à la santé d'une
     maîtresse autant de fois qu'il y avoit de lettres dans son
     nom. Ronsard et toute _la Pléiade_, dont Colletet suivoit la
     tradition, avoient repris cette galante coutume:

       Neuf fois, au nom de Cassandre,
           Je vois prendre
       Neuf fois du vin du flacon.
       Affin de neuf fois le boire
           En memoire
       Des neuf lettres de son nom.

            (Ronsard, _les Bacchanales, ou le folatrissime voyage
             d'Hercueil_, strophe 89e)]

     [Note 180: On lui avoit fait la réputation de buveur d'eau;
     mais, dans sa préface des _Oeuvres de M. de Saint-Amant_ (édit
     elzevirienne, t. 1er, p. 10), Faret prétend que c'est un tort,
     aussi bien que de le faire passer, lui, pour un ivrogne: «Et
     combien, dit-il de Saint-Amant, qu'il m'ait fait passer pour
     vieux et grand beuveur dans ses vers, avec la mesme injustice
     qu'on a escrit dans tous les cabarets le nom de Chaudière, qu'on
     dit qui ne beut jamais que de l'eau.»]

     [Note 181: Belleau avoit donné en 1556 une traduction en vers
     d'Anacréon. Ronsard le _berna_ quelque peu à ce sujet:

       Tu es trop sec biberon
       Pour un tourneur d'Anacréon.
       Belleau...

     «_Belleau_, comme qui diroit _Boileau_, par opposition au
     chantre divin, ainsi que l'a remarqué spirituellement M.
     Sainte-Beuve, ce n'est qu'un jeu de mots; mais à la manière dont
     Ronsard refit plus d'une de ces petites traductions, on peut
     croire qu'il ne jugeoit pas celles de son ami définitives.»
     (_Tableau historique et critique de la poésie française... au
     XVIe siècle_, Paris, Charpentier, 1843, in-18, p. 444.)]

     [Note 182: Les _Triétérides_ étoient les fêtes licencieuses qui
     se célébroient tous les ans dans la Béotie et dans la Thrace en
     souvenir de l'expédition de Bacchus dans les Indes.]

     [Note 183: Il faut dire, à la gloire de ces buveurs, qu'il
     ne s'agit point ici du vin de Suresnes près Paris, mais d'un
     autre, à peu près du même nom, dont le Vendômois Musset-Patay
     a expliqué ainsi la faveur assez passagère dans une note de
     sa _Bibliographie agronomique_, 1810, in-8: «Il y a, dit-il,
     aux environs de Vendôme, dans l'ancien patrimoine de Henri
     IV, une espèce de raisin que, dans le pays, on nomme _suren_.
     Il produit un vin blanc très agréable à boire, et que les
     gourmets conservent avec soin, parcequ'il devient meilleur en
     vieillissant. Henri IV faisoit venir de ce vin à sa cour, et le
     trouvoit très bon. C'en fut assez pour qu'il parût excellent aux
     courtisans, et l'on but, pendant son règne, du vin de suren. Il
     existe encore, près de Vendôme, un clos de vigne qu'on appelle
     _la Closerie de Henri IV_. Louis XIII n'ayant pas pour ce vin
     la prédilection de son père, ce vin passa de mode...» Un des
     _Annuaires statistiques_ du département de Loir-et-Cher a
     confirmé le fait. Ronsard, en bon Vendômois, avoit sans doute
     aidé à la renommée de ce vin de _suren_, lui qui, dans l'ode 21e
     de son livre 3, a chanté ainsi le vin de _Prépatour_, qui se
     récolte à peu près dans les mêmes vignobles:

       Que celui dans une coupe
       Toute d'or boive à la troupe
       De son vin de Prépatour,
       A qui la vigne succède,
       Et près Vendôme en possède
       Cinquante arpents en un tour.

     Il convenoit bien à Colletet, cet idolâtre de Ronsard, de vanter
     comme il le fait ici un vin de son pays, et qu'il avoit aimé.]

       *       *       *       *       *

_Autres gayetez de Caresme prenant, par le mesme autheur[184]._

     [Note 184: Ces _Gayetez_ se trouvent aussi dans l'édition des
     _Poésies_ de Colletet donnée par son fils.]

       *       *       *       *       *

_Sarabande._

Les parolles ont esté accommodées à l'air, qui estoit fait.

_Dialogue d'un Amant et d'un Yvrongne. L'un parle à sa
maistresse, et l'autre à sa bouteille._

L'AMANT.

  Rien ne contente si fort ma vie
  Que le bonheur de voir Silvie.

L'YVRONGNE.

  Rien ne chatouille mon oreille
  Comme le son de ma bouteille.

L'AMANT.

  Chère Silvie, quand je t'accolle,
  L'aise m'estouffe la parole.

L'YVRONGNE.

  Quand je t'embrasse, l'on m'entend dire
  Tousjours mille bons mots pour rire.

L'AMANT.

  Plus je t'adore, ma chère dame,
  Plus j'ay de feu dedans mon ame.

L'YVRONGNE.

  Plus je caresse ton doux breuvage,
  Plus j'ay de feux sur le visage.

L'AMANT.

  Chère Silvie, quoy qu'on dise,
  Aymer tousjours, c'est ma devise.

L'YVRONGNE.

  Chère bouteille, ma douce guide[185],
  Ma devise est: Plus plein que vuide.

L'AMANT.

  Afin, ma belle, que je te berse,
  Laisse-toy choir à la renverse.

L'YVRONGNE.

  Tien-toy, bouteille, tousjours dressée,
  Sinon ma joye est renversée.

L'AMANT.

  Ainsi, sans cesse, ma chère dame,
  Ton beau pourtrait vive en mon ame!

L'YVRONGNE.

  Ainsi sans cesse, qu'autre n'y touche,
  Ta liqueur soit dedans ma bouche!

     [Note 185: _Guide_ étoit alors du féminin. Théophile a dit,
     adressant sa _Requeste à Monsieur le premier président:_

       Saincte guide de tant de Dieux,
       Qui sur le modèle des cieux
       Donnez des règles à la terre.]

       *       *       *       *       *

_Adieu aux Muses._

Sonnet.

  Certes, il faut avoir l'esprit bien de travers
  Pour suivre en ce temps-cy les Muses à la trace
  Les gueuses qu'elles sont mettent à la besace
  Ceux à qui leurs secrets ont esté descouverts.

  Depuis que j'ay trouvé la fontaine des vers,
  Le bien s'enfuit de moy, le malheur me pourchasse;
  Je n'ay pour aliment que les eaux de Parnasse,
  Et n'ay pour tout couvert que des feuillages vers.

  Ingrates deitez, cause de mon dommage,
  Le temps et la raison me font devenir sage:
  Je retire aujourd'huy mon espingle du jeu.

  Je prefère à vos eaux un traict de malvoisie;
  Je mets, pour me chauffer, tous vos lauriers au feu,
  Et me torche le cu de vostre poesie.

       *       *       *       *       *

_Remonstrance à un Poëte buveur d'eau._

Sonnet.

  En vain, pauvre Tircis, tu te romps le cerveau
  Pour parvenir au point des choses plus parfaictes:
  Tu ne seras jamais au rang des bons poëtes,
  Si, comme les oysons, tu ne bois que de l'eau.

  Pren-moy, je t'en conjure, un trait du vin nouveau
  Que le Cormié recelle en ses caves secrettes[186],
  Tu passeras bien-tost ces antiques prophètes
  Qui sauvèrent leur nom de la nuit du tombeau.

  Bien que dessus les bords d'une vive fontaine
  Les Muses ay'nt choisi leur demeure certaine,
  Les fines qu'elles sont pourtant n'y boivent pas.

  Là, soubs des lauriers verds, ou plutost soubs des treilles,
  Le vin le plus friant preside en leur repas,
  Et l'eau n'y rafraischit jamais que les bouteilles.

     [Note 186: Fameux cabaretier dont Saint-Amant a dit, dans sa
     pièce des _Cabarets_:

       Paris, qui possède un cormier
       Qui des arbres est le premier.

     Sa maison, qui avoit pour enseigne parlante l'arbre dont il
     portoit le nom, se trouvoit près de Saint-Eustache. V. notre
     _Histoire des hôtelleries et cabarets_, t. 2, p. 322-324.]

       *       *       *       *       *

_Fantasie sur des diverses peintures de Priape._

Sonnet.

  Sur les rives de Seine une jeune Dryade,
  Lasse d'avoir reduit un sanglier aux abois,
  Se reposoit un jour à l'ombrage d'un bois,
  Sans craindre le peril d'une fine embuscade.

  Priape, qui la vid, fut pris de son oeillade,
  L'arreste et veult sur elle attenter ceste fois;
  Mais elle, qui resiste aux amoureuses loix,
  Desdaigne cet amant si laid et si maussade.

  Lors, pensant amolir ceste divinité,
  Il change sa laideur et sa diformité,
  Et prend nouvelle forme, ainsi que fit Protée;

  Mais la nature, en luy plus puissante que l'art,
  Ne se put pas cacher soubs la forme empruntée,
  Car tousjours à la queue on cognut le regnart.

       *       *       *       *       *

_Sur une Cheute causée par un bellier._

Sonnet.

  Transporté de plaisir comme un valet de feste,
  Ou comme un qui s'employe à forger un cocu,
  Je pensois à Cloris, de qui l'oeil m'a vaincu,
  M'estimant trop heureux de vivre en sa conqueste,

  Lorsque dans l'Arcenal une puissante beste,
  Qui n'a pour mon malheur que trop long-temps vescu,
  Me vint publiquement planter dedans le cu
  Ce qu'en secret je plante aux autres sur la teste.

  Lycandre, que devins-je à ce puissant effort!
  Soudain je tombe à terre estourdy, demy-mort,
  Ruminant en mon coeur mes sainctes patenostres.

  Alors dit un passant, riant de mon ennuy:
  Faut-il qu'un coup de corne ait fait mourir celuy
  Qui par des coups de corne en fit naistre tant d'autres!



_Lettres nouvelles contenantes le privilège et l'auctorité d'avoir
deux femmes, concedé et octroyé jusques à cent et ung an à tous
ceulx qui desirent estre mariez deux fois, datées du penultième jour
d'avril mil cinq cens trente six._


Nos très chiers et amys roys très chretiens,

Salut et benediction authentique donnée par nous et nostre puissance,
et par le conseil de nos amez et feaulx les gens de nostre sang, et
gens de nostre grand conseil.

Vous, messeigneurs[187] les cardinaux du Pontalectz[188], le cardinal
du Plat-d'Argent, de cardinal de la Lune, les evesques de Gayette,
de Joye et de Platebourse[189], les abbez de Frevaulx, de Croullecul
et de la Courtille; Messeigneurs le prince des Sots, le prince de
Nattes, le géneral Defance, le prince de la Coqueluche, l'abbé des
Conards[190], le Verdier du Houlx, et plusieurs autres grands et
notables personnages. Et pour ce que aucun cas est advenu à nostre
notice et cognoissance touchant la grande armée et puissance que les
Turcz et ennemys de la foy catholique ont mise sur la mer pour venir
destruire la saincte chrestienneté[191], quy est chose bien doutable,
et pour obvier à la mauvaise volumté et persuasion des dicts Turcz.
Nous avons ordonné et ordonnons que doresnavant tous hommes naturels,
tant mariez que non mariez, tant du royaume de France que d'autres
royaumes, puissent avoir et prendre en mariage deux femmes, si bon
leur semble, pour accomplir le commandement de Dieu, quy a dict de sa
bouche: _Crescite et multiplicamini et replete terram_. Aussy, pour
cause du grand voyage que nous avons entreprins de faire sur la mer,
et pour obvier et resister à la grande malice des dicts Turcz, quy
sont cent contre un seul chrestien, et seroit un très grand dommaige
et dangier à toute la chrestienté, si par nous n'y estoit pourveu de
remède et justice convenable.

     [Note 187: Les personnages dont les noms suivent figurent, pour
     la plupart, dans la farce de Gringore, _le Jeu du prince des
     Sots_. V. l'analyse que le V. Menestrier a faite de cette pièce,
     dans son traité des _Représentations en musique_, p. 56, etc.]

     [Note 188: Maistre Jean du Pontalais, «dont il y a bien peu
     de gens qui n'aient ouï parler», comme dit Bonaventure Des
     Periers (_Nouvelles XXII_). Il étoit, selon Du Verdier (voy. sa
     _Biblioth._, in-fol., p. 749), _chef et maistre des joueurs de
     moralitez et farces_. Sans répéter tous les contes débités à son
     sujet, et auxquels La Monnoye a été l'un des premiers à ne pas
     ajouter foi, nous nous contenterons de dire qu'il devoit son nom
     au petit _pont des Alles_ (pont Alais) jeté sur l'égout près de
     la pointe Saint-Eustache, et à deux pas duquel il dressoit ses
     tréteaux, et faisoit tapage de paroles grasses et de tambourins,
     à la grande indignation des _prêcheurs_ de l'église voisine
     (voy. Des Periers, _id._). Marot, dans son _Coq-à-l'âne_, Bèze,
     dans son _Passavant_ (p. 19), ont parlé de lui, et Regnier
     a signé de son nom son épistre IIIe.--La pierre nommée _le
     Pont-Alais_ n'a disparu des halles qu'en 1719.]

     [Note 189: Les dénominations de ce genre étoient alors très
     populaires. Dans le livre d'Henri Estienne, _Dialogues du
     nouveau langage françoys italianisé_, etc., se trouvent déjà des
     plaisanteries sur M. d'Argencourt, et M. Arnold Morel Fatio a
     très ingénieusement découvert que le nom de seigneur de _Neri en
     Verbos_, pris par l'auteur des _Excellents traits de vérité_,
     n'étoit que l'anagramme d'une dénomination pareille: seigneur de
     _rien en bourse_.]

     [Note 190: Sur ce chef d'une des confréries joyeuses les plus
     célèbres alors, surtout à Rouen et à Evreux, voy. le _Mercure de
     France_, avril et juin 1725, Thiers, _Traité des superstitions_,
     t. 4, p. 546. Brantôme nomme les Conards de Rouen. V. _Oeuvres_,
     édit. du Panthéon, I, pag. 301.]

     [Note 191: Soliman menaçoit la Hongrie et la flotte de
     Barberousse tenoit la Méditerranée. C'est en France, toutefois,
     qu'on devoit avoir le moins de peur des Turcs, puisqu'à cette
     époque même François Ier avoit fait alliance avec eux contre
     Charles-Quint.]

Et pour ce, nous voulons que le dict royaulme de France, auquel nous
avons plus de fiance qu'en nul autre, ne demeure sans multiplication,
laquelle chose ne se peult faire sans avoir compagnie suffisante, avons
ordonné et ordonnons, par le conseil de nos amez et fealx, ainsy qu'il
est de coustume à faire en tel cas. Et pour ce qu'il est plus grand
nombre de femmes que d'hommes aux dictz royaulmes, avons donné et
octroyé à tous chacun des hommes des dictz royaulmes plain pouvoir,
auctorité et puissance; du jourd'huy jusques à cent et ung an, que
chacun, sur peine d'encourir nostre malediction, ait à prendre les
dictes deux femmes, afin de multiplier et d'accomplir les commandements
de Dieu, ainsy comme il est escript cy-dessus, et pour ogmenter la
foy catholique et subvenir à l'encontre desdictz Turcz. Et si le cas
advenoit que les dictes deux femmes ne se pussent accorder ensemble,
nous voulons et ordonnons que l'homme ait son arbitre d'expulser hors
de sa compaignie celle quy fera aulcun bruict et la mettre hors de sa
maison et la remettre à ses parents et amys, et qu'il puisse prendre
une autre femme que celle qu'il aura dejectée. Et oultre voulons par
ces presentes, sur peine d'encourir la malediction cy-dessus enoncée,
que la dernière venue soit servie par la première en toutes choses
qu'il appartiendra au faict de la maison.

Et s'il advient qu'il y eust jalousie entre les dictes femmes, voulons
par ces presentes que les curez et recteurs des villes et paroisses
ayent puissance d'excommunier les dictes femmes quy auroyent commis le
dict cas, et soyent maudictes de dame Venus et de Junon, les quelles
soyent dejectées de la compagnie des aultres et mises recluses en une
prison expressement pour elles faicte.

Et pour entretenir paix et concorde entres les dictz hommes en leurs
maisons, voulons et ordonnons, sur peine de la dicte malediction, que
les dictes femmes soyent doresnavant tondues de leurs cheveux de moys
en moys, et les ongles des doyts rongnez de sept jours en sept jours
pour le plus.

Et pour eviter toutes noises et desbatz quy pourroyent survenir
entre elles, et affin qu'elles ne se battent, ne s'esgratignent et se
tyrent par les cheveulx, mandons et commandons à tous nos officiers et
recteurs de nostre grande confrairie, ma dame saincte Souffrete[192],
qu'ils ayent à publier et denoncer les dictes graces et ordonnances
par nous faictes par toutes les villes et citez des dicts royaulmes
chrestiens, et excommunier tous ceulx et celles quy viendront et
murmureront contre le present mandement. Et aussy la femme quy sera
desobeissante à nos dicts mandemens et quy ne fera le commandement de
son mary sera maudicte de Cupidon et Venus, dieux des amoureux. Sauf
l'opposition des dictes femmes contredisantes à ladicte ordonnance, à
laquelle opposition elles seront receues en baillant bonne et seure
caution.

Donné en Papagosse, le penultième jour d'avril 1536.

                                            Ainsy signé: DIROLON[193],

_Conseiller des amoureux_.

     [Note 192: Sainte misère. Borel écrit _souffreté_ avec le même
     sens.]

     [Note 193: Pour _Darolon_ ou _Dariolon_, sans doute. Ce seroit
     ainsi le diminutif de _Daron_, mot qui conserva jusqu'au XVIIIe
     siècle (voy. le _Tableau parlant_ d'Anseaume) un sens assez
     deshonnête, et d'accord d'ailleurs avec celui qu'on donnoit à
     _dariolette_, son dérivé féminin. Regnier même emploie ce mot au
     masculin avec une acception peu équivoque dans le vers 200 de sa
     5e satyre:

       Doncq' la mesme vertu, le dressant au poulet,
       De vertueux qu'il fut le rend _dariolet_.]

       *       *       *       *       *

_La Complaincte du jeune Marié._

  D'avoir deux femmes je n'ay pas grande envie,
  Car la mienne a trop mauvaise teste:
  Toujours sans fin après moy noise[194] et crie;
  Je la crains plus que fouldre ne tempeste.

  Seigneurs, marchantz et gens d'eglise,
    Quy lisez ce petit livret,
  N'adjoustez foy à ma folye:
  Pour courser[195] les femmes l'ay faict.

     [Note 194: Le verbe _noiser_, souvent employé dans les
     _fabliaux_ et dans le _Roman de la Rose_, commençoit à vieillir.
     V. Barbazan, _Fabliaux_, t. 2, Glossaire.]

     [Note 195: Dans le sens de _courroucer_ ou bien encore de
     _poursuivre_. Dans l'Orléanois, ce mot s'emploie encore ainsi.]



_Reigles, Statuts et Ordonnances de la Caballe des filous reformez
depuis huict jours dans Paris, ensemble leur Police, Estat,
Gouvernement, et le moyen de les cognoistre d'une lieue loing sans
lunettes._


Athenée, le plus falot des hommes après Lucian, dit que de son temps
tous les filous, tire-laines, coupeurs de bourses, destrousseurs de
passans, et autre telle canaille qui ayment autant le bien d'autruy que
le leur, avoient accoustumé de s'assembler à Rome aux Ides de juin, et
illec donner ordre au gouvernement et estat de leurs affaires, recevoir
les plaintes, punir les delinquans, c'est-à-dire ceux qui laissoient
leurs oreilles en chemin ou se laissoient espousseter par le bourreau.

Il semble que tous les frères de la Samaritaine[196], soldats de la
courte espée et gens de telle farine, ayent leu ce passage et en ayent
voulu renouveller la coustume: car jeudi dernier, sur les onze heures
du soir, ils s'assemblèrent sur le pont Neuf, du costé de l'escolle,
et, comme chats-huants taciturnes, vindrent à tastons de toutes parts,
pour deliberer de leurs affaires et apporter un nouveau reglement à
l'entretien de leur chetive, pauvre et miserable vie.

     [Note 196: On sait que les abords de _la Samaritaine_ étoient le
     quartier général des _tire-laine_ et _coupe-bourse_. Maynard a
     dit, dans un de ses sonnets:

       Paul, vous êtes le capitaine
       Des voleurs qui toute la nuit
       Courtisent la Samaritaine
       Et font plus de mal que de bruit.

     Et on lit dans la _satire_ 9e de Du Lorens:

       Mon manteau, dieu merci, ne craint pas le serein.
       Je passe hardiment près la Samaritaine
       Lorsque les assassins courent la tirelaine.]

Fouille-Poche, general de l'assemblée, oncle en dernier ressort de
Carfour[197] et proche parent du petit Jacques, comme ayant le plus
d'interest en la conservation de son ancien droit, qui est de prendre
ce qu'il rencontre, s'y trouva le premier; et pour son siége plia
trois ou quatre manteaux en quatre, qu'il venoit de desrober, et qu'il
portoit vendre au frippier Gueulle-Noire[198], maistre recelleur des
halles; et, après avoir longtemps attendu ses camarades, voyant que
minuit s'approchoit, il commença ainsi: «Mes confrères, il est à-propos
de faire un bon reglement pour l'etablissement de nos affaires; je voy
que de jour à jour nostre nombre diminue, et que le plus souvent les
nouveaux receus, pour ne sçavoir l'art de la vollerie, sont troussez en
malle[199], et sont conduits à Mon-faucon, pour là faire la sentinelle
et faire des cabriolles en l'air. Je suis d'advis, pourveu que me
prestiez l'espaule, de nous exempter de cet affront, et laisser, si
nous pouvons, les eschelles en leurs places, sans aller attaquer ou
prendre le ciel par escalade.» Tous les coupeurs de bourses, grands
et petits, trouvèrent l'advis très bon et approuvèrent son conseil,
desirans infiniment d'estre exempts d'un tas de coups de baston qui
greslent quelquefois sur leurs espaules.

     [Note 197: Le capitaine Carrefour, fameux voleur de ce temps-là,
     sur les exploits et la _prinse_ duquel nous publierons quelques
     pièces curieuses dans nos prochains volumes.]

     [Note 198: Ce n'est point au hasard que ce nom de
     _Gueulle-Noire_ est donné au fripier. Il fait allusion à ces
     huis des caves par lesquels les voleurs, de connivence avec
     leurs recéleurs des halles, jetoient «ce qu'ils avoient butiné
     par la ville.» V. notre tome 1er, p. 198.]

     [Note 199: On disoit d'un homme mort en peu de temps qu'il avoit
     été troussé en malle. (_Dict._ de Furetière.) L'expression _être
     vite troussé_ en est restée.]

«Premierement, dit-il (ce qui est bien difficile à faire), il faudroit
que nous puissions faire revivre le legislateur Lycurgue, afin de
persuader aux François que le larcin est une très bonne chose, et qu'on
le doit permettre pour deniaiser le monde; toutesfois, puisque les
machoires luy sont tombées, et que le pauvre hère ne peut plus parler,
je feray mes ordonnances au mieux qu'il me sera possible.»

       *       *       *       *       *

_Règles, Statuts et Ordonnances des coupeurs de bourses._

Premierement, tous novices et apprentifs de nostre estat et mestier
seront tenus d'avoir fortes espaules pour porter les coups de baston
qu'on leur donnera, venant à estre descouverts et pris en deffault.

II.

Voulons et ordonnons que personne ne puisse estre receu maistre
passé en l'art s'il n'a les deux oreilles coupées[200], et quatre ou
cinq estafilades sur le nez; et parce qu'en diverses rencontres ils
pourroient se trouver en lieu dangereux, seront tenus lesdits postulans
de porter des oreilles d'escarlatte dans leurs pochettes, et s'en
servir aux occurrences.

     [Note 200: La punition des filous étoit d'avoir les oreilles
     coupées, ou, comme on disoit alors, d'être essorillés. Ces
     exécutions se faisoient près la Grève, au carrefour qui
     s'appeloit pour cela _Guigne-Oreille_, et par altération
     _Guillori_. Brantôme nous dit que, de son temps, l'armée étoit
     pleine de vagabonds «essorillés, et qui cachoient les oreilles,
     à vray dire, par de longs cheveux hérissés.» (Edit. du Panthéon,
     t. 1er, p. 580.)]

III.

Voulons que tout homme qui aspire à nostre mestier soit de la famille
des Rougets et des Grisons, autrement descheu de tous priviléges,
munitez, exemptions, etc.

IV.

Quiconque postulera pour estre receu maistre de nostre dit office et
estat sera contraint, en entrant en nostre communauté, de bailler son
nom et monstrer les armoiries du roy gravées en beau caractère sur ses
epaules.

V.

Entrera ledit suppléant en charge, aura son quartier, rendra bon compte
de ses expeditions, ne songera en aucune façon à la paulette[201]:
car sa place, venant à vaquer, par mort civile ou criminelle, galère,
fuitte, exil, bannissement, foüet, etc., sera donnée au plus vaillant
et plus subtil de la trouppe, sans qu'aucuns de ses heritiers y
puissent prétendre.

     [Note 201: En vertu d'un édit rendu en 1604, à l'instigation du
     secrétaire du roi Charles Paulet, et nommé à cause de lui _la
     Paulette_, les officiers de judicature ou de finance étoient
     frappés d'une taxe considérable, payable au commencement de
     chaque année. Faute de l'acquitter, ils perdoient le droit de
     conserver leur charge à leurs veuves et à leurs héritiers. Sitôt
     qu'ils étoient morts, elle devenoit vacante au profit du roi.]

VI.

Ordonnons que nostre boutique sera principalement ouverte les
grandes festes et jours solennels, dimanches et autres jours; que
nous dresserons nostre banque dans les assemblées, marchés, places
publiques, pour là debiter nostre drogue aussi bien que Padel, et
attraper les marchands.

VII.

Que si quelque pauvre diable, par malheur, est pris sur le fait en
coupant quelque chaisne, tablier, pochette, bourse, sera tenu de jouer,
escrimer, estramaçonner de l'espée à deux jambes; laisser plustost à
la pluie toute sorte d'engins, ciseaux, couteaux, tenailles, sur peine
d'estre eslevé sur une busche de quinze pieds de haut, et d'espouser
ceste vefve qui est à la Grève[202]. Voulons en outre, quand quelqu'un
s'enfuira et qu'il sera poursuivi par les bourgeois, archers et autres
gens, que trois ou quatre de nos filous arrestent les plus hastez,
fassent passage au delinquant, sous ombre de s'enquerir du fait et de
courir après.

     [Note 202: En argot, la guillotine est encore appelée _la
     veuve_.]

VIII.

Seront d'ordinaire bien habillez, manteaux de taffetas satin,
pourpoints decoupez, effrontez, hardis à l'entreprise, fins et subtils,
hauts à la main, bonne mine, bon pied, bon oeil, marquent une chasse
pour le lendemain, diligens, actifs, forts et puissants, afin que si,
par cas fortuit, ils sont envoyez à Marseille pour servir le roy, ils
aillent gaillardement avec ceste rodomontade: _Valeamus à galeras por
servir el re nuestro seignor_, et qu'estant là arrivez ils escrivent
dans l'eau avec une plume de quinze pieds de long[203], et tiennent
bonne posture.

     [Note 203: C'est ce qu'on appeloit obtenir un brevet d'espalier.
     Regnard n'a pas craint d'employer cette expression tout
     argotique:

       ... Et l'on ne vous a pas fait présent en galère
       D'un _brevet d'espalier_...
                                       (_Le Joueur_, acte I, sc. 10.)]

IX.

Lorsqu'on pendra quelqu'un des nostres, les officiers de la Samaritaine
seront tenus d'en faire rapport à l'assemblée, afin de le degrader
comme un poltron et un coquin, faineant et inhabile; et neanmoins
deputeront quatre des principaux pour assister à sa mort, voir s'il
n'accuse personne; et dans l'affluence du peuple qui se trouve à telle
deffaite, joueront lesdits deputez des deux mains, qui deça, qui delà,
et tascheront à venger la mort du patient sur ceux qui le regardent.

X.

Auront nos dits supots pour attraper les niais des chaisnes en façon
d'or, qu'ils laisseront tomber exprès, afin qu'estant recueillies,
qu'ils en tirent leur part[204]; ne manqueront de lettres feintes,
demanderont le chemin, se feront conduire dans quelque cabaret; là,
detrousseront leur conducteur, contreferont les etrangers, auront deux
ou trois frippiers apostez pour vendre et distribuer leur vol, seront
courtois, et feront la courtoisie entière, c'est-à-dire osteront le
chapeau et manteau tout ensemble, prendront l'argent sans compter
et l'or sans peser; iront tant de nuict que de jour, sans crainte du
serain; s'il fait froid ne porteront gans, ains eschaufferont leurs
mains dans les pochettes de leurs voisins[205]; ne rendront rien de
ce qu'ils auront pris, fouilleront partout; tiendront d'ordinaire
le gros de leur caballe dans le faux-bourg Saint-Germain, marets du
Temple[206], faux-bourgs Saint-Marcel et Montmartre, sans oublier le
Pont-Neuf.

     [Note 204: Genre de vol pratiqué encore aujourd'hui avec succès.]

     [Note 205: Cette plaisanterie a été reprise bien des fois à
     propos des ministres concussionnaires. M. Scribe ne l'a pas
     oubliée dans sa comédie de _l'Ambitieux_, à propos de Walpole,
     qui peut fort bien se passer de manchon, puisqu'il a ses mains
     dans les poches de tout le monde.]

     [Note 206: V., sur ces diverses bandes de voleurs, notre édition
     des _Caquets de l'Accouchée_, p. 71, et notre tome 1er, p. 122,
     200.]

XI.

Seront les principaux maistres du mestier subjets un tantinet au
maquerellage, cognoistront tous les couverts de Paris, sçauront les
bons lieux, afin d'y mener et conduire les niais et nouveaux venus,
et illec les desplumer comme corneilles d'Esope et chercher la source
de leur fouillouse[207]; que si par copulation, conjonction féminine,
plantation d'homme, quelque pauvre diable va au païs de Suède,
Claquedent, Bavière[208], etc., nos maqueraux et coupeurs de bourse se
donneront garde d'estre recogneus, et fuiront les coups la queue entre
les jambes, comme vieux chiens deratez.

     [Note 207: La bourse, la poche, en argot. Rabelais s'est
     plusieurs fois servi de ce mot.]

     [Note 208: Locutions trop connues pour qu'on prenne la peine de
     dire ici à propos de quel mal on les employoit. Sorel, dans son
     _Francion_, donne une variante de la dernière: «C'est assez de
     vous apprendre, fait-il dire par un de ses héros, que j'allois à
     Bavières voir sacrer l'empereur.» (Edit. de 1673, in-8, p. 91.)]

XII.

S'il y a quelque foire S.-Germain, Landy[209] ou autre, seront tenus
nos dits supposts de s'y trouver des quatre coins du royaume, et là
attraper les marchands au piège, les affronter, envahir, tromper,
decevoir, seduire tout le monde, et fuir le bourreau comme une peste
très dangereuse et abominable.

     [Note 209: La fameuse foire de _l'Indict_ annuel, ou, par
     altération, du Landit, qui se tenoit, comme on sait, à
     Saint-Denis.]

Telles sont les loix contenües en nos statuts, que je, Fouillepoche,
veux estre soigneusement gardées par nous, et en partie par un tas de
larrons domestiques et un as de mercadans[210] qui vont parmy le monde
et qui empruntent la faveur de nostre nom.

     [Note 210: «_Mercadent_, terme de mépris qui signifie un
     marchand de petites merceries, un marchand ruiné. Il est pris de
     l'italien, un _povero mercadente_.» (_Dict._ de Trévoux.)]

La compagnie approuva ces statuts comme très bons et valables, estant
estroictement observez, pour la manutention et entretien de leur estat
et office de coupeurs de bourses.

       *       *       *       *       *

_Le moyen de cognoistre les filous d'une lieue loing sans lunettes._

Premierement, il faut que vous sçachiez qu'ils ont un nez, une bouche
et deux yeux comme un autre homme, et partant il n'est point difficile
de les trouver. On en rencontre partout, et ressemblent mieux à un
singe qu'à un moulin à vent ou à un fagot: toutes leurs actions sont
vrayes singeries; mais ne leur baillez jamais la bourse à garder, car
ils savent fondre l'or et l'argent, et sont les plus grands alchimistes
du temps present, du passé et de l'advenir. Quand vous verrez un
Allemand contrefaict, un homme bigarré comme un valet de carreau ou
le roy de picque, un maquereau, un minois du Palais, un joueur de
dez, un chercheur de repuë franche, un poète qui prend les vers à la
pipée, un entreteneur de dames, un homme de chambre botté, fraisé
comme un veau, gaudronné comme un singe[211]; un laquais vagabond, un
joueur de tourniquet, un faiseur de passe-passe, Jean des Vignes et
sa sequelle[212], un sauteur, un plaisantin, un Gascon sans argent,
un Normand sans denier ny maille, un visiteur de foires, un courtisan
des halles, un traffiqueur de vieux habits, un receleur frippier,
un traisneur d'espée sans maistre, un capitaine sans compagnie,
imaginés-vous de voir autant de filous; et quand vous rencontrerez
telles gens, serrez vostre bourse, et mettez la main dessus avec ces
mots: _Au premier occupant_. Que si vous les voulez voir de loin sans
lunettes, allez vous planter sur la montaigne de Montmartre, et croyez
que la moitié de ceux qui sortent ou entrent dans Paris sont tous
filous, sans en rabattre la queüe d'un seul; et si vous en voulez la
raison, c'est le temps qui le porte, et le siècle le requiert ainsi,
dans la corruption où nous sommes. Adieu: souvenez-vous de l'anneau de
Hans Carvel, on ne prendra jamais votre bourse.

     [Note 211: Par raillerie, les montreurs de bêtes savantes
     habilloient leurs chiens et leurs singes à l'espagnole, avec
     larges fraises _gaudronnées_ (voy., sur ce mot, notre tome 1er,
     p. 163). Une vieille enseigne de Paris représentoit un de ces
     magots ainsi accoutré, avec cet affreux calembour pour légende:
     _Au singe en batiste_.]

     [Note 212: V. sur ce joueur de farces, qui faisoit partie de la
     sequelle de l'hôtel de Bourgogne, notre édition des _Caquets de
     l'Accouchée_, p. 281-282.]



_Privilège des Enfans Sans-Soucy[213] quy donne lettre patente à
Madame la comtesse de Gosier-Sallé, à Monsieur de Bricquerazade, pour
aller et venir par tous les vignobles de France avec le cordon de
leurs ordres._

In-8.

     [Note 213: Il ne s'agit point ici des _Enfants sans soucy_,
     joyeux compères et joueurs de farces du XVIe siècle, pour
     lesquels Marot écrivit en vers un _cri_ resté célèbre; dans
     cette pièce, du XVIIe siècle, ce nom n'est pris que par
     souvenir.]


Bacchus, par grâce du Destin, empereur des Enfans-sans-Soucy, prince
des Gosiers-Brûlans, comte de Bois-sans-Soif, marquis de l'Alteration,
de l'Haleine-Vineuse et Haut-Appetit, commandeur absolu et universel
sur les vignobles de Bacarat, Rheims, Ay, Tesse, Chablis, Tonnerre,
Beaune, Vermanton, Langond, Coulange, Costerotie, l'Hermitage,
Cahors, Medoc, Grave, Saint-Emilion, la Palu, Caberpton, S.-Laurent,
Frontignan, Chambertin, Malvoisie, Canarie, Madère, Port-en-Port[214]
et autres que le soleil eclaire sous la vaste etendue des cieux.

     [Note 214: Ou plutôt Port-à-Port, nom francisé de la ville de
     Porto.]

A tous passez, presens et à venir, salut. Ayant remarqué que le plus
sûr moïen de maintenir nostre monarchie bachique estoit d'establir en
differens endroicts de nostre empire des ordres composés de plusieurs
sortes de dignités, pour recompenser ceux de nos sujets quy auront esté
les plus fidèles et les plus attachés aux interests de nostre trongne
vineuse, afin qu'en leur donnant par ce moyen esperance d'estre un jour
recompensés sur des services qu'il nous auront rendus, nous puissions
les exciter à la pratique de la vertu, qui se trouve parmi les pots et
les verres, que nous avons toujours possedez à un si sublime degré:

A ces causes, ayant fait mettre cette affaire en deliberation sur
nostre table, après avoir bien bu en la compagnie de nostre ancien amy
l'ivrogne Silène et les bacchantes, nos chères nourrices, de leurs
advis et de leurs consentemens, nous avons creé, estably, creons et
establissons par ces presentes, perpetuelles et irrevocables, un ordre
general sous le tiltre de l'ordre du Tonneau[215], que nous voulons
reserver à notre personne; d'un chancelier, d'un secretaire, de quatre
commandeurs et de quatre chanceliers, lesquels officiers cy-dessus,
creez et etablis à perpetuité, jouiront de tous les priviléges,
prerogatives, immunitez, franchises et exceptions bachiques, même du
droit de bourgeoisie, dans tous les cabarets, lieux de bonne chère
de notre obeissance, où nous voulons qu'ils soient reçuz gratis sans
qu'on les en puisse chasser, pour quelque chose que ce puisse être, à
la charge toutefois que tous les aspirants auxdits offices et dignitez
seront tenus de faire preuve de leurs capacités dans l'exercice de la
vendange, en buvant chacun vingt-cinq razades le jour qu'ils voudront
estre admis dans toutes les dignités desdites charges, à la reserve
toutefois de notre chère et bien-aymée la comtesse de Gosier-Sallé,
que nous avons gratifié de la charge de chancelier de nostre ordre,
et de nostre bon yvrogne Biguerazade, à qui nous avons aussy donné
celle de secretaire du mesme ordre, lesquels, en consideration des
services qu'ils nous ont rendus en plusieurs occasions et de la
certitude que nous avons de leurs capacitez aussy bien de boire,
nous les avons dechargés de toutes preuves à faire pour parvenir à
la possession desdites deux dignitez de chancelier et de secretaire.
Et tous lesdits officiers releveront de la comtesse de Gosier-Sallé,
notre chancelière, et seront tenus de prendre d'elle le cordon de notre
ordre et des lettres-patentes signez et contresignez par Biguerazade,
son secretaire, pour ce quy concerne les affaires dudit ordre, qu'ils
seront tenuz de porter à perpétuité, sous peine d'estre declarés
incapables de frequenter jamais nos assemblées bachiques, et d'y estre
traictez comme infracteurs de nos ordres, rebelles à nostre estat;
defendons à tous les officiers dicts de boire de leur vie goutte d'eau,
de manger aucunes sortes de confitures, fruits, lactage ny autres
choses capables de prejudicier à nos interests, en ce que tous ces
choses peuvent empescher la soif; defendons semblablement de repandre
jamais goutte de vin, si mechant qu'il puisse être; de casser verres,
bouteilles ny flacons; et enjoignons de faire toujours ruby-sur-l'ongle
après avoir beu; de manger force cervelats, fromages, persillages,
harangs sorets, force jambons de Mayence, saucissons de Boulongne,
cuisses d'oyes, gorges de porcs, et generallement tout ce quy pourra
procurer l'alteration[216]; surtout de ne point oublier à mettre dans
leurs sausses nos chers amis le marquis de la Poivrade et le baron de
Salinieri[217] partout comme nos plus intimes bienfaiteurs.

     [Note 215: Nous n'avons pas trouvé d'autres traces de cet ordre
     bachique, constitué, sans doute, comme celui de _la Grappe_, que
     Damas de Gravaison établit à Arles à la fin du XVIIe siècle,
     et dont les statuts et ordonnances furent publiés en 1697,
     in-12. On peut trouver, dans le _Glossaire_ du Rabelais de de
     l'Aulnaye, la liste des ordres bachiques institués du XVIe au
     XVIIIe siècle, et dont l'ordre de _la Boisson_, fondé en 1700 à
     Avignon par de Pesquière, fut l'un des plus célèbres.]

     [Note 216: Rabelais appelle tous ces mets _aiguillons de vin_.]

     [Note 217: Ces noms rappellent ceux que prirent les membres
     de l'_Ordre de la Boisson_. La Gazette qu'ils publioient, et
     qui étoit rédigée en partie par Mogier et l'abbé de Charnes,
     avoit pour titre _les Nouvelles de l'Ordre de la Boisson, chez
     Museau-Cramoisi, au Papier Raisin_. Les noms des bachiques
     rédacteurs étoient à l'avenant: _Frère des Vignes_, _frère
     Mortadelle_, _natif de Saint-Jean-Pied-de-Porc_; _dom Barriquez
     Caraffa y Fuentez Vinosas_, _M. de Flaconville_, _le sieur
     Villebrequin_...]

Pourra partout notre dict chancellier pourvoir à quy bon luy semblera
de nos officiers de l'ordre, quy porteroient toutefois les noms
suivans, savoir:

Le premier des commandeurs s'appelle Long-Boyaux; le second,
Bequillard[218]; le troisième, Bois-sans-Façon; et le quatrième, de la
Goinfretière.

     [Note 218: C'est aussi un frère Béquillard, et l'on sait ce que
     ce mot signifie en argot, qui rédigea en 1724 les statuts d'un
     autre ordre bachique, dit la _Société de la Culotte_.]

Les chevaliers s'appellent par les noms suivans, savoir:

Le premier, Longue-Haleine; le second, Large-Avaloire; le troisième,
Pretatrinquer; et le quatrième, Gosier-Coulant.

Et tous les dits officiers par elle pourvus jouiront des privileges
cy-dessus specifiez, sans trouble ny empeschemens, car ainsy nous
l'avons resolu et ordonné.

Si nous donnons en mandement à tous les confrères de la jubilation
et gens tenans nos sièges bachiques, cabarets, tavernes, tabagies
et autres qu'il appartiendra, de tenir chacun en droit la main à
l'execution des presentes, sans diminution ny ogmentation que ce puisse
être, à peine de ne boire que de la lie du vin de Brie: car tel est
notre plaisir.

Donné en notre conseil, sur le cul d'un tonneau, dans notre cave
imperiale, après être bien saoûl.

_Signez_: BACCHUS, _Dieu des Vendanges_;

                                                          SILÈNE,

Et sur les replis: Cher Bouchon.

La comtesse de Gosier-Sallé, garde des bouteilles, protectrice de
l'université vineuse et chancelière de l'ordre bachique du Tonneau,
salut: Nous etant entierement fait informer de la capacité de notre bon
amy le sieur de Chifle-Museau, et lui ayant trouvé toutes les qualités
requises pour être de l'ordre excellent du Tonneau, après avoir de
lui pris et receu le serment prevu, prealablement faict dessoubz
l'experience au fait bachique, nous l'avons pourvu de la dignité de
commandeur de Bois-Sans-Façon, pour en jouir sa vie durante sans
trouble ny empeschements; pour marque de quoy nous luy avons accordé le
cordon de l'ordre du Tonneau, en luy enjoignant d'observer les statuts,
reiglements et privileges portez par ladite creation dudict ordre de la
part du souverain Bacchus, à peine d'estre degradé et declaré indigne
de posseder la dite dignité, et comme tel estre dechu du benefice de
ces presentes, aux quelles nous avons grifonné notre signe, après y
avoir fait apposer le cachet de nos armes.

Donné en nostre hotel de la Halle-au-Vin, et moy presente, à moitié
grise,

                                          La comtesse de GOSIER-SALLÉ.

_Avec permission._



_La Rencontre merveilleuse de Piedaigrette avec Maistre Guillaume
revenant des champs Elizée, avec la Genealogique des Coquilberts,
traduit de chaldeam en françois._

M. VI{c.}VI. In-8.


L'année mil je sçay combien après le deluge de Noé, et aprez le
joieux advenement du grand Jubilé d'Orléans[219], le Père aux pieds,
autrement dit Piedaigrette, s'estant remplumé des naufrages de milles
et milles taverniers qu'il avoit envoyez avec monsieur de Mouts[220]
en Canadas querir du safran[221]; se resouvenant de noz mal-heurs
derniers, et du voyage qu'il avoit fait avec le père Gascart à Damery,
et des bons tours qu'ils avoyent faict ensemble, faisant enterrer
avec une magnificque solemnité et pompe funèbre la fressure d'un
porceau plus gros et gras que vous, lecteur benevolle, au lieu des
parties nobles d'un gras chanoine de la Saincte-Chapelle, qui estoit
son amy, me raconta un jour, comme à son Acathée, tous les hazards,
crainctes, voyages et inconveniens qui luy estoyent advenus depuis
que les Coquilberts avoyent fait leur entrée en France, et le grand
voyage qu'il avoit fait ès champs Elizée, où il avoit veu et beu avec
plusieurs de ses amis; le sejour qu'il y fit, les plaisirs qu'il y
avoit eus avec ses bons amis qui estoyent partis de ce monde tout à
bon; et comme, ayans rencontré M. Guillaume, qui fait tant parler de
luy, qui revenoit de paradis parler à son oncle Noé pour les affaires
d'Estat, ils allèrent boire ensemble. Mais, me dit-il, mon frère, mon
amy, à nostre rencontre il y eut bien du hasart: car, M. Guillaume
ayans laissé le bon homme Noé planter sa vigne, et passans par les
champs Elizée, il avoit fait une remonstrance aux vieux loups à un
soldat affamé qui demandoit la guerre, et n'estant asseuré en son ame
quel parti il devoit prendre, ou la paix, ou la guerre (encores qu'il
ne se soucie ny de l'un ny de l'autre), voyans venir à soy Piedaigrette
avec ses jambes de fuzeaux et son ventre creux comme une aulge à
porceaulx, et sa grosse teste de veau sur ses espaules voutées, l'un
devant l'autre, à la portée du canon, ce demandoient: Qui va là? qui va
là? par plusieurs fois. M. Guillaume, qui pensoit que ce fust quelque
diable de soldat, parle le premier fort honnestement, disant ces
mots: C'est moy! Monsieur;--Qui es-tu? dit Piedaigrette.--C'est moy!
Monsieur.--D'où viens-tu? où vas-tu? Es-tu chrestien ou mahometiste?
Ventre sainct Quenet[222]! dis-le moy, ou tu es mort!--C'est moy!
Monsieur, dit maistre Guillaume. Piedaigrette s'aprochant de plus
près, encore qu'il ne fust pas trop asseuré, maistre Guillaume le
recogneut, et, criant comme un veau, luy dit: C'est moy! c'est moy!
de par le diable, mon amy, tes fortes fiebvres quartaines! c'est moy,
Piedaigrette, mon amy. Luy, estonné de ceste rencontre, luy dit:
Eh! c'est donc toy, maistre Guillaume? Çà, çà, que je t'acolle! Hé,
hé, mon bon amy! qui t'ameine en ces quartiers?--C'est moy-mesme,
dit maistre Guillaume. Mais toy, de quel quartier viens-tu? je te
prie de me le dire. Après les acolades et bien venues faictes l'un à
l'autre, Piedaigrette luy dit: En bonne foy, mon amy, je viens des
champs Elizée.--Et quoy faire? dist maistre Guillaume.--De veoir le
bon père Anchises.--Qui t'y a conduict?--La Sibille.--Laquelle?--D'un
pressouer[223].--Ha, ha! et je te prie, conte-moy des nouvelles du
pays, et par quelles contrées tu as passé.--Par ma foy! je te le dirai
volontiers, pourveu que tu me veuille escouter.--Je t'escouteray aussi
volontiers comme je fais l'evangile, maistre Guillaume.--Après que je
fus lavé de tous mes pechez, dit Piedaigrette, par le moyen du grand
jubilé d'Orléans, je ne sçay quels esprits m'aportoient en ces lieux,
où j'ay esté et vescu l'espace de long-temps de la manne celeste des
enfants d'Israël, durant lequel temps j'ay veu une partie du pays, qui
est fort bon, Dieu merci. En premier lieu, je me trouvay en un pays
de contracts, duquel pays j'eus grand peine à me desbrouiller, car je
fus lié et garotté à coups de plume comme un pauvre forçaire[224];
et, n'eust esté Pajot et Bobie, qui venoient de parler à Matthieu
Aubour pour retirer une minutte, j'estois en grand hazart. Eschapé
de ce danger, j'entrai au pays de consultation, où il y a force gens
d'honneur et gens de bien qui gouvernent le pays assez modestement,
comme Messieurs Versoris, Canaye, Dulac[225], et autres gens de palais
dont la renommée vit encores; mais là on n'y boit point, qui est un
grand malheur, et, n'eust esté le pays de consignation où j'entray,
j'estois mort de la mort de Roland. O mon amy, quel meschant pays! Tout
le monde y a bon droit, mais il y a toujours quelqu'un qui perd. L'on
me demande: Quoy! Piedaigrette, as-tu affaire de quelque chose? Veux-tu
consigner? Quel chemin veux-tu aller?--Messieurs, je cherche le pays
de Sapience, je vous prie me l'enseigner.--Ha, ha! mon amy, vous aurez
bien de la peine à le trouver, car il vous faut passer par la comté de
Folie, où il y a tant de peuple que rien plus: car tous les sages de
vostre monde et ceux qui le pensent estre y sont habituez.--Encores,
Messieurs, s'il ce peut faire, il faut trouver moyen d'y parvenir.
Ayans pris congé d'eux, je passé une petite contrée qui estoit fort
belle et plaisante à voir de loing, où il y a plusieurs belles maisons,
vaste en grosses fermes et bien accommodées; mais je vous asseure
qu'il y faut avoir bon nez: car, tant plus j'approchois, tant plus je
sentois une odeur qui estoit plus forte que musc. Je trouvay un jeune
homme, auquel je demanday: Mon amy, quel pays est-ce icy?--Monsieur,
me dit-il, couvrez-vous, c'est le pays de Medicination. Vous voiez
tous ces beaux lieux-là: croyez, Monsieur mon amy, que toutes les
etoffes et materiaux ont été pris chez les apoticaires de Paris, et des
plus fines rubarbes qu'ils ayent en leurs boutiques, et soyez asseuré
que, si ce n'estoit un _remedium contra pestem_[226] que l'on vend au
palais, il y auroit bien du danger à passer par icy. Ayans prins congé
de cestui-là, je passe dans une grande forest bruslée, où on ne voyoit
goute, à l'issue de laquelle je trouvay deux venerables vieillards, qui
me demandèrent où j'allois; je leur responds: Messieurs, je cherche
le pays de Sapience. L'un commence à rire comme un fol, l'autre à
pleurer comme un veau; je fus tout estonné de cette façon de faire.
Ils me demandèrent neanmoins tous deux qui j'etois, et moy je leur
fais la mesme demande. L'un me dit: Je m'appelle Democrite.--Et moy
Heraclite.--Et moy Piedaigrette, leur dis-je.--Or, puis que tu as dit
ton nom, passe maintenant, te voilà entré au pays de Folie, par lequel
il te faut passer avant que d'entrer en Sapience. Je ne fus pas une
demi-lieue dans le pays, Monsieur Guillaume, mon ami, que je rencontrai
un grand vieillard, qui, avec une torche ardente, cherchoit le jour en
plein midi. Un peu plus avant, je vis un petit noirault qui aprenoit à
nager sur une rivière avec deux pierres à son col, comme deux vessies
de charcutier, et tant d'autres fols de ce monde que rien plus, qui
briguoient en court pour estre enregistrez pour aller faire la guerre
aux Turqs[227]. Ayans passé tout ce pays du monde, de ce pays-là
j'approchois d'une grande ville pour y entrer, pour me reposer et
loger; mais, à l'entrée d'icelle, je rencontray, comme en sentinelle
perdue, un grand vieillard, qui s'appeloit O Sapientia, lequel, avec
cinq ou six autres grands O, alloient chercher Noël[228]. Je m'adresse
à luy, et luy demande assez doucement: Seigneurs, pourray-je bien
loger en vostre cité? Il me respond: Qui es-tu? mon ami.--Helas!
Monsieur, luy dis-je, je suis le pauvre Piedaigrette, qui, ayans passé
la plus grande part de ma vie au pays de Folie, sur mes vieux jours je
desirerois me retirer avec la Sapience. Ha! maistre Guillaume, si tu
sçavois quelle responce il me fist, tu serois estonné. Il commence à
me dire: Vas-t'en d'icy, affronteur! charlatan! trompeur de marchands!
effronté! coquilbardier! mangeur de morue de Flessingue! Vas-t'en à
tous les diables! vas-t'en d'icy! Il n'entre en ce pays que gens
de biens et d'honneur! Moy, estonné comme un fondeur de cloches, au
petit pas je me retire de là, et estois assez faché de n'entrer en
ce pays-là, veu la peine que j'avois eue à le chercher; mais je vis
bien qu'il n'y va pas qui veut. Ayans quitté le père Sapientia avec
ma courte honte, j'aperceu neantmoins sur les limites du pays le
bon père et homme de bonne memoire, Monsieur de Chavignac[229], qui
composoit un livre, _De reconciliatione successori suo cum vicario
suo antiquo_, avec la glose de Belin et Sageret; il estoit prest à
l'envoyer à Patisson[230], mais Monsieur de Bonport estoit engrené
le premier. Il y avoit trois jours que j'en estois party quand je
t'ay trouvé.--Vrayment, dit maistre Guillaume, je ne m'estonne pas de
t'ouïr parler, tu as bien veu du pays. Mais quoy! Piedaigrette, se
resouvenant encores de tous les bons tours, tant bons que mauvais,
qu'il avoit faits, ne pouvoit bonnement faire l'accolade à maistre
Guillaume, lequel, d'un visage à demy fasché, luy dit: Il semble, à te
voir, Piedaigrette, que tu aye le coeur failli; tien une tranche de
ce jambon, que m'a fait bailler Monsieur de Saint-Paul[231], passant
par son cartier. Piedaigrette, revenant comme d'un profond sommeil,
et ses yeux plains de chassie à demi-ouverts, luy dit: Par ma foy!
maistre Guillaume, mon amy, je songeois au bon temps que j'avois lors
que les coquilberts firent leurs entrées en France, la guerre cruelle
qu'ils eurent contre les mousches[232], leurs batailles, le nombre
des bons capitaines coquilbardiers, et comme du temps et du règne du
bon père Louvet ils vivoyent; et comme aussi, d'autre part, nostre
bon maistre, depuis peu de temps en çà, a descouvert toutes sortes de
coquilberts, soit ceux de messieurs les petits dieux du monde, soit sur
leurs saincts, et qu'à présent il n'y a qu'un general en matière de
coquilbarderie, qui est cause que les pauvres mousches ne tirent plus
de miel de leurs ruches.

     [Note 219: Le jubilé d'Orléans est de 1600. Henri IV y vint en
     personne. L'argent qu'il produisit servit à la reconstruction
     de la cathédrale, à moitié renversée par les calvinistes. Un an
     après, le roi put venir en poser la première pierre, réparant,
     comme roi catholique, le dommage que les huguenots avoient fait
     lorsqu'il étoit l'un de leurs chefs. V. notre histoire d'Orléans
     dans l'_Histoire des villes de France_, t. 2, p. 598.]

     [Note 220: L'un des compagnons du commandeur de Chaste
     et de Champlain qui allèrent en 1603 fonder les premiers
     établissements françois sur les bords du fleuve
     Saint-Laurent.--De Mouts eut grande part à la découverte des
     côtes de l'Acadie en 1604, puis, en 1605, à l'expédition du cap
     Malebarre.]

     [Note 221: La nouvelle colonie ne s'étoit formée que de gens
     sans aveu, et entre autres de marchands ayant fait banqueroute,
     ou _safraniers_, comme on disoit alors, le _jaune_ étant la
     couleur infamante aussi bien pour les banqueroutiers que pour
     les traîtres.]

     [Note 222: Ce juron se trouve souvent dans Rabelais. Nous ne
     savons pourquoi le patron breton saint Quenet ou saint Kent y
     est invoqué de préférence. On juroit aussi par _la dive oye
     Guenet_.]

     [Note 223: Jeu de mot sur la sebille de bois dans laquelle
     s'égoutte le pressoir.]

     [Note 224: On avoit d'abord dit _forcé_, comme on lit dans les
     premières éditions de Rabelais, puis on dit indifféremment
     _forsaires_ et _forsats_. «Nous appelons ces pauvres gens
     attachez à la rame _forsats_, parcequ'ils rament par force.»
     (Vincent de La Loupe, _Origine des dignitez et magistrats de
     France_, Paris, 1573.)]

     [Note 225: Il étoit conseiller au Châtelet. «Le dimanche
     29 (septembre 1596), dit L'Estoille, Du Lac, conseiller en
     Chastelet, mourut à Paris de la maladie qu'on disoit qu'une
     garce avec qui il avoit couché lui avoit donnée.»]

     [Note 226: Il régnoit alors à Paris une dangereuse contagion que
     Malherbe appelle _peste à la gorge_. (V. lettre à Peiresc du 10
     octobre 1606.) C'étoit une maladie semblable à celle qui ravagea
     Barcelone en 1822. V. _Journal de l'Estoille_ édit. Lenglet, t.
     3, p. 378, 385.]

     [Note 227: Un grand nombre de François s'étoient enrôlés sous M.
     de Mercoeur pour combattre les Turcs en Hongrie. V. _Journal de
     l'Estoille_, 3 mars 1601.]

     [Note 228: Le _O Sapientia_ étoit, avec _O Adonaï, O Radix_,
     un des O de Noël, c'est-à-dire l'une des antiennes ou prières
     ainsi nommées à cause de l'interjection qui en étoit le
     commencement.--Il y a ici une équivoque évidente sur le nom du
     marquis d'O, qui, de 1578 à 1594, c'est-à-dire jusqu'à sa mort,
     fut surintendant des finances. Il fut, fameux par ses exactions.
     Piedaigrette devoit donc rechercher un enrôlement chez lui.]

     [Note 229: C'est le docteur en théologie Chevignard ou Chevigny,
     le même au sujet duquel s'est trompé Du Verdier quand il en
     a fait deux personnes, _Jean de Chavigny_ et _Jean-Aimé de
     Chavigny_. Il semble qu'il est fait allusion ici au livre qu'il
     fit sur l'avénement de Henri IV, _Henrici IV fata_, Lyon, 1594.
     Il mourut en 1604, âgé de plus de 80 ans.]

     [Note 230: Mamert Patisson l'imprimeur.]

     [Note 231: Sans doute le capitaine Saint-Paul, qui commandoit
     à Reims, et fut tué par M. de Guise pour quelques paroles trop
     hautaines. V. l'Estoille, 28 avril 1594.]

     [Note 232: Ce mot, d'où est venu celui de _mouchard_,
     s'employoit depuis long-temps déjà, et même bien avant l'entrée
     en fonctions de l'inquisiteur de Mouchy (Democharès), pour
     lequel, selon Ménage et le président Hénault, on l'auroit
     d'abord créé en équivoquant sur son nom. Il se trouve déjà
     dans le poème d'Antoine du Saix, _l'Esperon de discipline
     pour inciter les humains aux bonnes lettres..._, Paris, 1539,
     in-16.--Selon le _Martyrologe des protestants_ (1619, in-8, p.
     530), les espions de l'inquisition d'Espagne s'étoient d'abord
     appelés _mouches_. «Plusieurs de ces mousches, y est-il dit,
     volent si haut et si loin que, passant la mer, ils iront en
     estranges et loingtains pays espier ceux qui, se bannissants
     eux-mesmes d'Espagne, se seront à seureté retirez en quelque
     part.»]

Ha! ha! Piedaigrette, mon amy, je te prie me declarer quelles bestes
sont-ce que coquilberts; j'ay veu beaucoup de bestes après toy, mais
je n'ay encore point veu de coquilberts. Sont-ils plus grands que les
chameaux de M. de Nevers? Sont-ils de la race de Bucefal ou du cheval
Pegasus? Je te prie de me le dire ou m'en figurer un comme tu sçais
bien qu'ils sont, et je te bailleray à boire dans ma gourde de ce bon
vin que l'on m'a baillé chez M. Asdrubal. Piedaigrette, ayant fait un
pet, un rot et un siflet, commença à faire un long discours, en disant
en langage commun: Au temps des bons pères Rouselay[233], Sardini[234],
Bonnisi, Cenami et autres pères anciens sortis du fin fond de la
Lombardie, les coquilberts commencèrent à naistre en nostre France, et,
faisant des petites legions, s'escartèrent par tout nostre royaume.
Douane commença à gouverner à Lyon: traites foraines, partout nouvelles
impositions à Paris; enfin le père Louvet fut deputé pour empescher
les coquilberts de vivre, et fit une armée de mousches pour faire le
degast des vivres des coquilberts, desquelles il fit Benard capitaine,
Molart lieutenant, Honoré enseigne, Poupart sergent, et pour le moins
deux cens apointez qui faisoient garde jour et nuit, tellement que
tous les pauvres coquilberts estoient en danger de mourir de faim,
sans l'invention de Greffier de Saint-Lubin, bon soldat coquilbardier,
lequel, voyant les vivres faillir en l'armée, trouva moien et inventa
nouvelles inventions pour vivre, sçavoit lier les moutons par les
pieds, et cacher derrière les pierres de taille pour passer avec le
gros qui avoit acquitté; fit les metamorphoses de boeufs en vaches, de
porcs gras en truyes maigres, et les bahus pleins de cochenille[235]
pour du vieux linge pour vendre au bout du pont Saint-Michel; et,
tant que dura ceste invention, les mouches mouroient de malle rage de
faim, tellement qu'elles ne pouvoient plus voller, et messieurs les
coquilberts vivoient à discretion.--Mais, Piedaigrette, tu m'as promis
de me figurer un coquilbert, je te prie, fais-le.--Aga, mon amy, je ne
te mentirai d'un seul mot: les coquilberts ont la teste faite comme un
gros boeuf ou une vache; le corps, par les parties de devant, comme un
porc gras; depuis les espaules jusques au train de derrière, comme un
veau; la cuisse droite comme un mouton et la gauche comme un chevreau.
Il a la queue fort grosse et d'une estrange façon, car elle est faite
de mille et mille martres sublimes, de renardeaux, de fouines, de
loutres et de toutes autres sortes de fourrures pour l'hiver. Au temps
passé ils avoient de grandes cornes, sur lesquelles vous eussiez
trouvé en toute saison mille hotées de beure, paniers pleins de
poulets, perdris, agneaux, oisons, fésants, et de toutes autres sortes
de volatilles; quand ils sont bastez comme chameaux, leurs bats sont
fort creux: car il y tiendroit bien cent pièces de velours, autant de
satin, damars, que taffetas, toilles fines, rubarbes, cochenille, et
de mille sortes de marchandises sujetes à l'imposition. Ils sont à
part soi plus forts que cent boeufs attelez; ils vont jour et nuict,
et aussi asseurement sur eaüe que sur terre; il n'y a mousches,
mouschars ni mouscherons qui les puissent empescher d'aller où bon
leur semble; ils sont quelquefois comme les cameleons, ils changent
de toutes couleurs; ils font faire plusieurs passages invisibles; ils
font passer la douzaine de boeufs aussi gaillardement sans acquiter
comme moi; ils font les uns de pauvres riches et de riches pauvres;
quand ils dorment, tirez-leur un poil de dessus eux, il vous servira à
vous faire un manteau, un pourpoint, un chapeau, voire, quand il est
bien tiré et choisi, il vous servira à faire un habit complet; ils font
porter à madame la controleuse, à madame la garde, la petite cotte de
taffetas, de camelot, de soye ou de telles estoffes qu'elles desirent,
le petit demi-ceint d'argent, la bague mignardelette au doigt, le petit
bas de soye, etc.; tellement, mon bon ami M{e} Guil., les coquilberts
ont de terribles perfections, et, si je l'osois dire, leur eaüe est
meilleure que le vin de Vaugirard: car il y a plus d'un mois que j'en
boy, je vous en parle comme sçavant, et si j'en bois encore quelquefois
quand je suis au monde. De la nourriture de tels animaux, je ne t'en
veux rien dire: car tu peux assez juger, estant juge comme tu es,
que, sortant telles eaux de telles chapelles alambiques, que le dedans
n'est que rosée et fleurs d'estrange vertu; les bons coquilberts sont
recherchez de toutes sortes de gens de bien, et qui n'ont point l'âme
de travers comme toi.

     [Note 233: Il faut lire Ruccellaï. C'est un de ces Italiens
     qui faisoient alors les grosses affaires de finances. V. notre
     édition des _Caquets de l'Accouchée_, p. 40-41.]

     [Note 234: Scipion Sardin fut le plus fameux de ces Italiens
     enrichis. V., sur lui, le _Journal de l'Estoille_, édit.
     Lenglet-Dufresnoy, t. 1er, p. 102, 485, et t. 2, p. 5.--Il
     possédoit une fort belle maison au faubourg Saint-Marcel, dans
     une rue qui s'appelle encore, à cause de lui, rue Scipion. Sa
     maison, devenue la _manutention_ des hospices de Paris, porte
     aussi ce nom.]

     [Note 235: La cochenille du Mexique étoit alors l'objet d'un
     très grand trafic.]

Je te veux conter, puisque nous sommes à loisir, comme deux honnestes
dames de nostre cartier, s'estant accostées de petis coquilbardeaux, et
coquilbardant avec eux, jouans à frape main, faisoient et engendroient
de gros coquilberts, les envoyans loger à Paris à la place aux Veaux,
chez leurs bons amis.

Un gros, voulans faire son entrée à Paris, advertit cinq ou six de
ses amis pour le recevoir à la porte de Bussy le lendemain de Noel M.
V{c.} LXXXXV. C'estoit la bonne année des coquilberts; ils estoient
en aoust[236] en ce temps-là. Le capitaine la Rue, gouverneur de la
porte de Bussy, fut prié d'assister à sa reception, et moi je le vis
entrer; tu ne croiras l'estrange façon qu'il entra: premièrement,
marchoit le père aux boeufs, en bel ordre et piteux estat, accompagné
de deux cens moutons, tous couverts de laine blanche et noire jusques
aux yeux; après cette bande passa quatre-vingt ou cent boeufs conduits
par le jeune Fontaine, qui estoient nouvellement venus de Poissy,
et qui s'estoient reposez en son chasteau de la Bouverie; en après,
comme un entremets, entrèrent deux cens autres moutons, tout ainsi que
les autres precedés; après ceux-ci passèrent six autres gras boeufs
malheureux, car ils avoient laissé la peau chez le père Audouart, et
s'en allèrent cacher à Beauvais. Cela fait, monsieur le coquilbert
entra aussi secretement comme une souris, et le receut le capitaine
la Rue avec tant d'amitié que rien plus; et après les acolades et
bienvenues faites, allèrent boire chez le père Valenson; mais partout
il y a du malheur et du peril, comme dit le saint apôtre: car une
meschante mousche, qui estoit en sentinelle, fut presque cause de
ruiner les coquilberts, et en fut le père Louvet[237] adverti;
tellement que la paix qui avoit esté si longtemps entre les coquilberts
et les mouches fut rompue.

     [Note 236: C'est-à-dire en temps de moisson.]

     [Note 237: C'est «ce grand fermier Louvet» dont il est parlé
     dans la _première journée_ des _Caquets de l'Accouchée_. (V.
     notre édition, p. 40-41.) Il n'en est nulle part ailleurs parlé
     aussi longuement qu'ici.]

Louvet lève une compagnie nouvelle de mousches bovynes, picquantes
et ardentes; il envoie commissions de tous costez, Poupart de çà,
Poupart de là, Benard à pied, Benard à cheval, les gardes renforcées
à toutes les portes, tellement que jamais la guerre des Guelphes et
Gibelins ni fit oeuvre pareille. On avoit desjà le pied dans l'estrier
pour donner le combat, les petites collations estoient cordées, elles
coquilberts, estonnez comme fondeurs de cloches, ne savoient à quel
sainct se vouer; l'on fait plusieurs assemblées, le conseil se tient
par plusieurs fois; enfin monsieur du Pied-Fourché[238] envoye à
madame de la Douane la republique de la nouvelle imposition; envoya
ambassadeur à messieurs de la Marée et de la Draperie; monsieur du
Port Saint-Paul à monsieur du Port Saint-Nicolas, anges de grève[239]
à la Tournelle, et le rendez-vous à Malaquest[240], où la paix fut
traictée, Maistre Guillaume, mon amy, et les coquilberts, mouches et
moulcherons s'allièrent ensemble par un lien indissoluble d'amitié, et
firent comme les Romains et les Sabins, s'espousans les uns les autres;
tellement que par le moyen de cette alliance le pauvre père Louvet fut
metamorphosé comme Acteon, qui fut mangé de ses chiens propres: car
toute son armée de mousches, tant capitaines que soldats, devindrent
coquilberts, et fut traicté à la Turque; et, n'eust esté Maubuisson
où il se sauva, il eust esté mangé tout en vie. Ce neantmoins il luy
demeura encore quelques mousches qui estoyent des vieilles bandes,
qui ne se voulurent acorder, comme le capitaine Boucher, le sergent
Poupart et autres capitaines reformez, qui vivent encore en esperance
de remonter au dessus de leurs affaires avec le temps. Comme de fait le
capitaine Boucher surprint un coquilbert qui s'estoit venu loger à la
Nostre-Dame de Mars aux faulxbourgs Saint-Germain, qui fut plumé comme
un canart; il s'estoit caché dans les chausses de Gerbault, et s'estoit
rendu invisible à plusieurs mouches durant la guerre; il s'estoit formé
en bottes de soye et avoit passé sous cette forme par plusieurs fois,
mais il y vint à la malheure.

     [Note 238: Le _pied fourché_ étoit la ferme d'un impôt établi
     aux portes de quelques villes sur les animaux ayant, comme le
     boeuf, le mouton, le porc, la chèvre, le pied fourché.]

     [Note 239: Les crocheteurs de la place de Grève. Le nom qu'on
     leur donne ici leur venoit de leurs crochets, simulant des ailes
     sur leur dos. On lit à la scène 3 de l'acte 3 de _l'Eugène_ de
     Jodelle:

         FLORIMOND.

       Laquais, trouve des crocheteurs.

         PIERRE.

       J'y vais, monsieur; et, quant à eux,
       Ils voleront bien tost icy:
       N'ont-ils pas des aisles aussy?]

     [Note 240: Le quai ou plutôt le _port Malaquest_, ainsi qu'on
     l'appeloit alors. (_Registres de l'Hôtel de Ville pendant
     la Fronde_, t. 1er, p. 107.) Ce nom de _Malaquest_, qui n'a
     jamais été expliqué d'une façon satisfaisante, pourroit bien
     trouver son origine dans les assemblées de contrebandiers qui
     se tenoient, comme on le voit ici, sur ce port alors désert,
     et d'autant plus propice à cacher ces bandes et à recéler
     leurs vols qu'il étoit couvert de piles de bois de chauffage.
     (_Registres de l'Hôtel de Ville..._, t. 1er, p. 184.)]

Quand il est grand'année de coquilberts, tu ne vis jamais tant de
fermiers devenir marchands de safran. Il n'est pas les chambrières
de cuisine et filles de chambre qui ne coquilbardent; l'on ne parle
plus de ferrer la mule, il n'y a plus que les coquilberts en campagne:
voilà, M. Guil., comme le monde vivoit de ce temps-là et vit encore au
monde.--Escoute, escoute, Piedaigrette, dit M. Guil.: nostre maistre
y prend bien garde, et de près; allons-nous-en d'icy; as-tu le rameau
d'or d'Æneus? Allons, allons, voilà le père Caron qui nous attend sur
le bord du Stix pour passer; aussi bien ay-je la teste rompue des cris
et urlements de ces usuriers de l'autre monde et de ces avaricieux qui
sont là-bas dans ces paluz infernaux jugés par Minos et Radamanthe; il
me tarde que je ne sois chez M. Jamet[241].--Allons, dit Piedaigrette,
quand tu voudras, et sortons hors d'ici. Ayant donc passé Stix, nous
beusmes ensemble avec le père Caron, qui est vrayement bon vieillard,
et, estant sorti des Champs-Élisées, Piedaigrette dit: Allons par
quelque chemin écarté, de peur des mousches de monsieur Largentier de
Troyes[242], qui est venu de nouveau faire la guerre aux coquilberts
de Paris.--Et quelle guerre est-ce? dit monsieur Guil: C'est pis que
celle de Louvet; il s'est emparé du château des quatre fils Aymon; il
a pris pour maistre mousche le père Adam; il l'envoye sous terre et
fait plus de trouble au royaume avec son escritoire. Estant doncques
le Père aux pieds et M. Guil. prests à se separer, Piedaigrette luy
recommanda toutes ses affaires, atendu la faveur qu'il avoit en court,
le pria d'avoir souvenance en son _memento_ des folles enchères d'un
pauvre coquillebardier; et, s'estant dit l'un à l'autre un long _vale_,
et adieu! M. Guil., adieu! Piedaigrette, adieu! adieu! M. Guil. s'en
va au Louvre, et Piedaigrette à la taverne chez le père Charpin, où
il rencontra le père Gauderon qui beuvoit demi-setier du muscat de
Vitry, auquel ayant compté plusieurs choses, recommencèrent à succer le
tampon, et de là en sa maison, ou à grand'peine ses jambes de fuzeaux
peurent reporter sa teste de veau, et atend au coing de son feu le
paquet pour porter aux Champs-Élisées.

     [Note 241: Le financier Sébastien Zamet, seigneur de trois cent
     mille écus de rente, comme il s'appeloit lui-même.]

     [Note 242: G. L'Argentier, administ. du bail des fermes sous
     Henri IV. V. Grosley, _Oeuvres posthumes_, 1, p. 14-19.]

Et quant à maistre Guillaume, estant près du Louvre, il s'en va
chez M. de Montauban[243], auquel il donna advis de la descente des
coquilberts, qui se preparoient à luy faire la guerre, et qu'il se tint
bien sur ses gardes, qu'il acheptast un resveil-matin[244] à messieurs
ses commis pour n'estre endormis en ses affaires; et que pour luy il
achetast des lunettes pour y voir plus clair, et qu'il advertist en
passant M. de Soisy pour les trente sols; que Marquenat n'oubliast ses
galoches quand il iroit aux portes, à cause des boues, et que, quand il
iroit voir messieurs les receveurs à cause du temps, il les advertist
de ne se point battre et esgratigner, et puis boire à cline-musette,
et qu'il print bien garde que ses mousches ne devinssent coquilberts
comme du temps du père Louvet, et beaucoup d'autres bons advertissemens
touchant la coquillebarderie, et de là en sa maison, atendant nouvelles
du temps.

  Ne faut-il point parler de rire quelquefois
  Ou dire verité en paroles couvertes,
  Estre toujours caché comme un sauvage aux bois?
  La porte d'un bon coeur a tout bien est ouverte;
  Mais que pourroit-on dire d'avoir ceste arrogance,
  Avoir tracé la voye à mille inventions,
  Voire tousjours avoir une vaine esperance,
  Retrouver le chemin de mes conceptions.
  Après que mon destin aura repris son cours,
  J'espère que j'auray quelque contentement,
  S'il y a de l'espoir en tous mes vains discours
  Je ne manqueray point à mon avancement;
  Nul ne peut parvenir sans avoir du tourment.

     [Note 243: Moysset, dit Montauban, du nom de sa ville natale,
     étoit trésorier de l'épargne. V., sur lui et sur ses manoeuvres
     financières faites de connivence avec M. de Luynes, notre
     édition des _Caquets de l'Accouchée_, p. 184, 241.--V. sur sa
     querelle avec l'Argentier, qu'il fit arrêter en 1609, Grosley,
     _ibid._]

     [Note 244: C'étoit une invention qui commençoit à être en usage.
     Quand Henri III, la veille de l'assassinat du duc de Guise, eut
     commandé à du Halde de le réveiller à quatre heures, celui-ci
     régla son _réveil_ pour cette heure, et fut exact.]



_Les Ballieux des ordures du monde[245], nouvellement imprimé pour la
première impretion par le commandement de nostre Puissant l'Econome._

_A Rouen, chez Abraham Cousturier, tenant sa boutique près la grande
porte du Palais, au sacrifice d'Abraham._

In-8.

     [Note 245: Nous connoissons plusieurs éditions de cette pièce,
     qui, toutefois, n'en est pas restée moins rare. Une seule porte
     une date: c'est celle où notre pièce, ayant pour titre _les
     Bailleurs des ordures du monde_, se trouve à la suite de _la
     Gazette..._, Paris, _jouxte la coppie imprimée à Rouen_ par Jean
     Petit, 1609, in-12. (V. Viollet-Leduc, _Biblioth. poétique_,
     p. 349-350.) Nous n'avons pu retrouver l'édition originale de
     Jean Petit. En revanche, nous en avons trouvé une autre qui
     avoit échappé à tous les bibliographes. Elle a pour titre: _le
     Donnez-vous garde du temps qui court_, s. l. n. d., et est,
     en plusieurs parties, beaucoup plus correcte que celle donnée
     par Abraham Cousturier et reproduite ici. Elle nous a donc été
     fort utile pour les corrections. Nous n'indiquerons que les
     principales variantes. On a donné à Chartres, chez Garnier
     fils, en 1833, une réimpression à 32 exemplaires de l'édition
     d'Abraham Cousturier.]


  O la vicissitude estrange!
  Toutes choses courent au change;
  Le ferme est fondé sur le point;
  Autres fois l'on ne voyoit point
  Tant de crocheteurs par le monde,
  De vigilans faiseurs de ronde,
  De porteurs de paquetz pliez[246].
  De grands faiseurs de bons-adiez[247],
  Tant de faineans par la rue,
  De questeurs de franches repues,
  De sires Jeans escornifleurs,
  De piqueurs de dez, d'enjolleurs,
  De francs taupins, de fripelippes[248],
  De moyne-laiz, de francatrippes[249],
  De bouffons, de sots, de cocus,
  De truchemens, courtiers de culs,
  De charlatens planteurs de bourdes,
  D'ypocrites, de limes sourdes.
  De chicaneurs, de patelins,
  De trompeurs, de maistre Gonnins,
  De r'habilleurs de pucellages,
  De faiseurs de faux mariages,
  De nourrices avant le temps,
  De plaisants, de Rogers Bon-Temps,
  De flannières[250], de macquerelles,
  De faiseurs de laict aux mamelles;
  De faux tesmoins, faux rapporteurs,
  De fabulistes, de menteurs,
  De semeurs de fausses sciences,
  D'escamoteurs de consciences,
  De corrupteurs de magistrats,
  Bref, mille et mille autres fatras,
  Qui, pullulant parmy les hommes
  En ce maudit siècle où nous sommes,
  N'empoisonnoient l'antiquité.
  La Deesse de verité
  Sur son cube estoit toute nue;
  Justice marchoit retenue,
  Sans colère, faveur ne choix,
  Au gouvernement de ses loix;
  L'orrible vipère d'envie
  De l'enfer n'estoit point sortie;
  La noblesse aimoit la vertu;
  Le noble en estoit revestu;
  C'estoit son clinquant, son pennache,
  Son pend'-oreille, sa moustache;
  L'Esglise en sa splendeur estoit,
  Et dedans ses flancs ne portoit
  Tant de serviteurs d'Elisée;
  Sa robbe n'estoit divisée
  Par ces Simons magiciens[251],
  Et l'on ne donnoit point aux chiens
  Le pain des enfans légitimes;
  Le pasteur mesnageoit ses dismes,
  Sans les bailler aux hommes lais.
  Mais sus donc, prenons nos balais,
  Balions toutes ces ordures,
  Ostons premier ces charges dures,
  Ces porteurs de nouveaux capots,
  Ces subsides, empruns, impots,
  Fermiers, fermières et monopoles,
  Ces chaudepisses, ces verolles,
  Ces raptasseurs de nez pourris,
  Verds blez, par les camars devis,
  Ces Gilles Jeans, ces carrelages[252],
  Et aultres tels maquerellages,
  Sources de tant de potions,
  De poudres, de decoctions,
  De diettes, de robbes grises,
  Et de semblables marchandises
  Qui purgent la bource et le corps.
  Chassons en mesme temps dehors
  Ces subtilles revenderesses,
  Ces lampronières[253] manieresses,
  Qui, faisant semblant de porter
  A madame pour achapter
  Quelque chaisne d'or singulière,
  Ou luy lever sa penilière,
  Luy racoustrer son bilboquet,
  L'entrefesson et le brisquet,
  (Car ce sont là leurs doctes termes),
  Ces croche-cons à bouches fermes,
  Entremeslent dans leurs discours
  Mille petits propos d'amours,
  Et, mettant la main sur la motte,
  Glissent le poulet soubz la cotte.
  Chassons encor, jetons à l'eau
  Ces vieilles lampes de bordeau,
  Mamelles molles et fanées
  Comme vessies surannées,
  Culs de postillon endurcis,
  Cols de cigoigne restroissis,
  Dents dechaussées et pourries,
  Arrangées en dants de sies;
  Nez morfondus, yeulx enfoncez,
  Vieils fronts ridez et replissez
  Comme un gardecul de village;
  Vieille perruque à triple estage,
  Vieilles eschines de chameau,
  Poitrines de maigre pourceau,
  Ventres pendants, jambes de lates,
  Croupions pointus, fesses plates;
  Vieils hâvres ouverts à tous vents,
  Vieilles lanternes de couvents,
  Vieilles barques abandonnées,
  Vieilles masures ruinées,
  Vieilles granges, vieils culs rompus,
  Vieux fleaux de quoy l'on ne bat plus,
  Vieilles brayettes, vieilles bragues[254],
  Fourreaux crevez et molles dagues;
  Vieilles caisses et vieux cabas,
  Viel estalage, vieux haras.
  Videz, sortez, vieille antiquaille;
  Vous ne servez de rien qui vaille.
  Ballayons encor fermement
  Ces revendeurs d'entendement
  De memoire artificielle[255],
  Ces esponges de damoyselles,
  Leurs fards, leurs pignes, leurs miroers,
  Leurs affiquets, leurs esventouers,
  Leurs brusques branslemens de fesses,
  Leurs petits chiens excuse-vesses,
  Leurs cajols[256], leurs attraits charmeurs,
  Ris fardés, regars ravisseurs,
  Leurs finesses, leurs pomperies,
  Leurs passe-temps, leurs railleries,
  Leurs secrettes esmotions,
  Leurs desguisées passions,
  Leurs soupirs feints, leurs larmes feintes,
  Le flatter de leurs douces plaintes,
  Les bons coups qu'ils font à l'escart,
  Leurs servantes de chambre en quart,
  Leurs bals, festins, et mascarades,
  Leurs masse-pains et marmelades,
  Leur chaud satirion[257] confit,
  Et autres esperons de lict.
  Mais abatons la grande araigne
  Qui chasse aux bidets d'Alemaigne,
  Et cet autre qui en ce coing
  Estend ses voiles de si loing.
  Voyez-vous ces quatre araignées,
  Comme elles sont embesongnées
  A tendre leurs reths au passant!
  Allons donc vivement houssant
  Ceste petite libertine:
  Elle est chaste comme Faustine,
  Et de son venimeux poison
  Gâte mainte honneste maison.
  Sus donc, qu'elle soit balloyée.
  Cette place est bien nettoyée;
  La plus grosse ordure est dehors:
  Allons visiter d'autres bords,
  Et chassons de nos republiques
  Les histrions, les empiriques,
  Les beuveurs de vin par excez,
  Les rajeunisseurs de procez,
  Soliciteurs, faiseurs de clauses,
  Bailleurs d'avis, vendeurs de causes,
  Les Zizames[258], les Arabins,
  Les grands babillards aux festins,
  Les Carneades[259], les sophistes,
  Les sarcophages atheistes,
  Tous ces nouveaux reformateurs,
  Et ces alquimistes souffleurs,
  Qui, pour un lingot soubs la cendre,
  Trouvent un licol pour les pendre.
  Nous voulons aussi baloyer
  Le legiste[260] qui sçait ployer,
  Les bergers qui ont deux houlettes,
  Les collations de soeurettes,
  Tant de baiseurs par charité,
  Et petits presens de piété[261],
  Et autres pratiques devotes,
  Les causes de tant de riottes.
  De tant de licts privez d'amour,
  De tant de pains perdus au four,
  De tant de napes adirées[262],
  De tant de futailles vidées[263],
  De tant de lardiers tous videz,
  De tant de scandalles semez,
  Et qui font rire à plaine gorge
  Les saincts de la nouvelle forge,
  Car, parmy ces devotions,
  L'on voit bien peu d'Estochions[264],
  Paules, Marcelles, Fabiolles,
  Et de semblables christicolles,
  De S. Hierosme encore moins.
  Chassons encor tous faux tesmoins,
  Tous examens signez sans lire,
  Le prescheur qui n'ose tout dire,
  Le pescheur qui à toute main
  Prend tout poisson avec son ain[265],
  Les medecins qui sont trop riches,
  Les pharmacopolles trop chiches,
  Les chirurgiens trop piteux,
  Les pages qui sont trop honteux,
  Une nourrisse trop songearde,
  Une nonnain trop fertillarde,
  Un confesseur trop indulgent,
  Un contable[266] trop negligent,
  Un secretaire trop prolixe,
  Une trop jeunette obstetrice[267],
  Un brasseur près de mauvaise eau,
  Un paticier près d'un bordeau[268],
  Un boucher de puante alaine,
  Une servante trop mondaine,
  Un escolier près d'un tripot,
  Un tavernier auprès du pot,
  Un meusnier près de sa tremie,
  Un jaloux près d'une abbaye.
  Nous chassons aussi ces sorciers,
  Nourrissons d'esprits familiers,
  Permutations clericalles,
  Bigamies sacerdotalles,
  Ces aliances de nonnains,
  Advocats prenans des deux mains,
  Procureurs qui sont sans malice,
  Sergeans qui doivent leurs offices,
  Greffiers qui babillent souvent,
  Les commis qui n'ont point d'argent,
  Le juge qui n'a qu'une oreille,
  Celuy qui dit: à la pareille;
  Le regent qui ne fesse pas,
  Valets trop long-temps au repas,
  Laquets cheminans des machoires,
  Tabeillions sans escritoires,
  Le receveur qui s'apauvrit,
  Le financier qui s'enrichit,
  Le poète qui tient de la Lune,
  Le chantre qui tient de Saturne[269],
  Le barguigneur[270] Mercurial,
  Le contemplatif jovial,
  Les enucques qui veulent frire,
  Coquus qui veulent d'autres rire,
  Bègues qui veulent discourir,
  Les boiteux qui veulent courir,
  Aveugles jugeant du visible,
  Savetiers qui lisent la Bible[271],
  Les femmes qui veulent prescher,
  Ladre qui craint l'autre toucher,
  Cordonniers portant les pantoufles,
  Les chats qui veulent porter moufles[272].
  Sur tout gardons-nous aujourd'huy
  De l'envieux qui loue autruy,
  Du loup qui faict du charitable,
  Du pourceau qui dort sous la table,
  De la mouche sur l'elephant,
  Du singe qui berse l'enfant,
  De l'ours qui nous monstre sa patte,
  Du renard qui les pousles flatte,
  Du lion qui a beu du vin,
  Des syrènes du far messin[273],
  Du cancre qui hume les huistres,
  Et des asnes de franc arbitres.
  Il se faut conserver aussi
  Du ris du tiran endurcy,
  Des larmes d'une courtisane,
  Des finesses de la chicane,
  De la baguette d'un huissier,
  De la navette d'un telier[274],
  D'un _et cætera_ de notaire,
  D'un _qui pro co_ d'apotiquaire,
  Des blandices d'un macquereau,
  Des accolades d'un bourreau,
  De l'inquisition d'Espagne,
  Des coupe-bources de Bretaigne,
  D'un _fé dé de_[275] italien,
  Et d'un _certes_ à bon escien,
  D'un _veritablement_ de thraistre
  Et d'un chien qui n'a point de maistre,
  De la main d'un bon escrivain,
  De la cuisine d'un vilain,
  Du couteau du flamen[276] yvrongne,
  Et du _cap de Dious_ de Gascongne,
  Du _sacremente_ d'Allemant[277],
  Et de la fureur du Normant[278],
  De la goittre savoisienne,
  De la crotte parisienne,
  De la verolle de Rouen[279].
  Mais nous voicy à Sainct-Aignan,
  O dieux! que d'ordures estranges!
  Que de culs cachez dans les granges!
  Que de bouteilles, de flacons!
  Que de bons jans, que de jambons!
  Que de fleurettes refoulées!
  Que de filles despucelées!
  Que de beaux collets defraisez,
  De buscs rompus, de ceints brisetz!
  Que de mains sous les vertugades!
  Que d'andouilles, que de salades,
  De jonchée, de cervelats,
  De tables, de pots et de plats!
  Que de fringuantes damoiselles!
  Quel tintamarre de vielles,
  De violions et de hault-bois!
  Que de putains dedans les bois!
  Que de collerettes rompues!
  Et que de fesses toutes nues!
  Que de beaux tetins descouverts!
  Que d'enfans auront les yeux verts!
  Qu'il faudra eslargir de robbes,
  Et desplisser de garde-robbes!
  Que de matrones empeschées!
  Que de gardes! que d'accouchées[280]!
  Que de baptesmes clandestins!
  Et que de pères et parrains!
  Balions donc ces villenies,
  Ces dances, ces follastreries,
  Ces blancques, ces jeux de hazart,
  Ces discoureurs d'amour à part,
  Ces vivandiers de foires franches,
  Taverniers pour quatre dimanches,
  Et chassons encore au baley
  Ces beaux tireurs de pape gay[281].
  Que leurs arcs et leurs cordes roides
  Abattent les roupies froides
  Qui pendent aux nez morfondus
  Des enfans de Caulx refondus.
    Or voylà bien des places nettes:
  Nos tasches seront bientost faictes;
  Il ne reste qu'à balier
  La loyauté du couturier,
  La paresse du laquais basque,
  Le trop grand courage d'un flasque[282],
  Les gouttes d'un jeune sauteur,
  La grand blancheur d'un ramonneur,
  Le trop grand sillence des femmes,
  Les bastars des chastrez infames;
  Mais du tout dechassons allieurs,
  Ces fols poetastres rimailleurs,
  Dont la rithme est si mal limée
  Et la lime si mal rithmée,
  Qu'un bon rithmeur, rime limant,
  Leur rithme relime en rithmant.
  C'est faict, allons, quittons l'ouvrage,
  Ne nous lassons point davantage.
  Hercul bien empesché seroit
  Sy toute la terre il vouloit
  Rendre d'ordure repurgée
  Comme il fit l'estable d'Augée.

     [Note 246: On désignoit ainsi les espions. Plus tard, on
     n'appela _porte-paquets_ que les personnes qui rapportent à
     d'autres le mal qu'on dit d'eux. V. _Dict._ de Furetière.]

     [Note 247: Diseurs de bonjours inutiles, _bona dies_; grands
     faiseurs de protestations, comme le sont les Italiens, auxquels
     ce mot de _bonadié_ est emprunté.]

     [Note 248: _Gourmand._ Le peuple dit encore _frippe-sauce_.
     Leroux _Dict. com._, donne à ce mot un sens obscène.]

     [Note 249: Le _Franca-Trippa_ des farces italiennes. Son nom se
     trouve déjà francisé dans la 18e _Serée_ de G. Bouchet.]

     [Note 250: _Flâneuses_, _coureuses_. Pour toute femme prenant du
     plaisir, on disoit qu'elle étoit _flanière_. V. la 132e lettre
     de Voiture, à Mlle de Rambouillet.]

     [Note 251: Simon le Magicien, fameux hérésiarque du premier
     siècle, fut le chef de la secte dite des Simoniaques. V., sur
     lui, _les Actes des Apôtres_, liv. 8, ch. 4, et le mémoire de
     M. H. Schlurick, _De Simonis magi fatis Romanis commentatio
     historica et critica_ (Meissen, Klinkicht, 1844, in-4).]

     [Note 252: _Festin_, _ripaille_. Pour une bombance on disoit une
     _carrelure_, un bon _carrelage_ de ventre.]

     [Note 253: Coureuses de nuit, le _lampron_, petite lampe de deux
     sols en main. V. Richelet.]

     [Note 254: Hauts-de-chausses à l'ancienne mode, qui avoient fait
     donner aux _beaux_ de l'autre siècle le nom de _braguards_. Dans
     le patois gascon, ce mot désigne le pis d'une vache.]

     [Note 255: Depuis le milieu du XVIe siècle, les inventeurs de
     mnémonique avoient été nombreux. Sous François Ier, Giulio
     Camillo Delminio ne demandoit que trois mois pour rendre un
     homme capable de traiter en latin quelque matière que ce fût,
     avec une éloquence toute cicéronienne. Il reçut du roi trois
     cents écus pour rédiger son invention en principes, ce qu'il
     n'exécuta qu'imparfaitement dans ses deux petits traités: _Idea
     del teatro et Discorso in materia di esso teatro_. Etienne
     Dolet, dans ses lettres et dans ses poésies, parle de lui comme
     d'un escroc dont le roi avoit été la dupe. Sous Louis XIII,
     autre système: on apprit la grammaire à Gaston d'Orléans à
     l'aide d'une méthode qui mettoit en action noms, adjectifs,
     adverbes, etc., et en faisoit comme autant de régiments, de
     bataillons, s'accordant ou guerroyant entre eux. (V. de Meyer,
     _Galerie du XVIe siècle_, t. 2, p. 177.) Un peu plus tard,
     Sivestius, chanoine de Louvain, enseignoit l'espagnol en huit
     jours au vice-chancelier d'Anne d'Autriche, et en dix au P.
     Oliva, à Rome. Il s'en vante, du moins, dans une lettre écrite
     en 1671, et conservée à Mons dans la correspondance de Arnould
     Lewaitte. V. _Nouv. arch. histor. des Pays-Bas_, t. 6, p. 444.]

     [Note 256: On écrivoit _cageols_. C'étoient de petits piéges en
     forme de cages pour prendre les oiseaux. Son dérivé _cajolerie_
     n'a pas fait beaucoup dévier le mot de son premier sens.]

     [Note 257: La racine de cette plante passoit pour un
     aphrodisiaque énergique.]

     [Note 258: Les _zigannes_ ou _zingari_, bohémiens.]

     [Note 259: On sait qu'il y a un philosophe sceptique de ce nom.]

     [Note 260: Variante: _rigistre_.]

     [Note 261: Variante: _pitié_.]

     [Note 262: Variante: _égarées_.]

     [Note 263: Variante: _mantes deschirées_.]

     [Note 264: Sainte Eustochie ou Eustochium, qui, comme sainte
     Paule, avec laquelle elle se voua à la retraite, et comme les
     autres saintes femmes nommées ici, fut disciple de saint Jérôme.]

     [Note 265: Ce mot, qui vient du latin _hamus_ et signifie
     _hameçon_, est encore très en usage dans quelques provinces.]

     [Note 266: Var.: _un connétable négligent_.]

     [Note 267: _Sage-femme._ C'est le mot latin _obstetrix_.]

     [Note 268: Les pâtissiers tenoient cabaret dans leur
     arrière-boutique, et le _bordeau_ n'étoit jamais loin du
     cabaret. Il n'y avoit donc que la femme tarée qui s'aventurât
     chez le pâtissier, et qui même osât passer sans rougir devant sa
     porte. De là, selon l'abbé Tuet, dans ses _Matinées sénonoises_,
     de là le proverbe: _Elle a honte bue, elle a passé pardevant
     l'huis du pâtissier_. V. notre _Hist. des hôtelleries et
     cabarets_, t. 2, p. 279.]

     [Note 269: C'est-à-dire qui dévore tout ce qu'il trouve.]

     [Note 270: Le mot _barguigneur_ ou _barquineur_, qui, comme le
     verbe dont il est le dérivé, venoit d'une métaphore empruntée
     au jeu de l'oie (voy. _Biblioth. de l'école des chartes_, 2e
     série, t. 2. p. 304), signifioit marchander à outrance. Il étoit
     ancien dans la langue. (V. _Ducatiana_, t. 2, p. 458-459.)
     Parmi les _ordonnances_ que Monteil possédoit manuscrites,
     il s'en trouvoit une du XVe siècle sur la taxe du blé, par
     laquelle défense est faite aux _barguigneurs_ de _barguigner_,
     c'est-à-dire de marchander avant l'ouverture du marché. V.
     Monteil, _Traité des matériaux manuscrits_, t. 2, p. 306-307.]

     [Note 271: La profession très méditative des cordonniers,
     qui produit aujourd'hui tant de socialistes et envoie tant
     de recrues en Icarie, avoit fourni alors un grand nombre
     d'adeptes à toutes les sectes de nouvelle invention. Le
     _New-York-State-Herald_ du mois de septembre 1842 a donné de
     ces savetiers mystiques une longue liste, en tête de laquelle
     se trouvent: Fox, le fondateur de la secte des Quakers; Davis
     Parens, théologien allemand; Roger Sherman, homme d'Etat
     américain, etc. On nous signale une dissertation publiée
     en Allemagne au XVIIIe siècle sous le titre: _De Sutoribus
     fanaticis_. Les livres de religion se ressentaient par leur
     titre du premier métier de ceux qui les avoient écrits:
     c'étoient _les Pantoufles d'humilité_, _les Souliers à hauts
     talons pour ceux qui ne sont que des nains dans la sainteté_. V.
     Lud. Lalanne, _Curios. bibliogr._, p. 251, 254.]

     [Note 272: _Gants._ V. sur ce mot une curieuse anecdote dans les
     _Variétés_ de Sablier, 3, 200.]

     [Note 273: Le détroit de Messine, qui s'appelle le _phare_.]

     [Note 274: Var.: _tissier_.]

     [Note 275: Var.: _fe de fe_. C'est le _par ma foi_ italien.]

     [Note 276: Var.: _d'un flamand_.]

     [Note 277: Var.: _du sacramenn_. Juron des Allemands.]

     [Note 278: A Paris, on disoit encore, dans la litanie: _A furore
     Normanorum libera nos, Domine_. V. notre tome 1er, p. 97.]

     [Note 279: Un proverbe disoit: Vérolle de Rouen et crotte de
     Paris ne s'en vont jamais qu'avec la pièce. (_Francion_, 1663,
     in-8, p. 557.)]

     [Note 280: Ces deux vers manquent dans _le Donnez-vous garde_.]

     [Note 281: C'est l'ancien nom du _perroquet_. Il étoit resté
     pour désigner ces petits oiseaux de carte ou de bois qu'on
     mettoit au sommet d'une perche pour servir de but aux tireurs
     d'arquebuse.]

     [Note 282: Lâche, paresseux.]

       *       *       *       *       *

_Aux Dames[283]._

     [Note 283: Cette fin manque dans _le Donnez-vous garde_, etc.]

    Mignonnes, j'ay voulu, excusant vostre amour,
  A visages masquez jouer vos personnages,
  Ce seroit allumer la chandelle en plein jour;
  Aux pelerins cognus, il ne faut point d'image.

    Le poète qui a descouvert vos abus
  A senti la rigueur de vostre ame irritée;
  Mais ne le faictes plus, il n'en parlera plus:
  L'effet cesse à l'instant que la cause est ostée.

    S'il vous est malaisé de quitter ce plaisir,
  Il nous est encor plus malaisé de nous taire.
  Vous avez trop d'amour, et nous trop de loisir;
  Nous aymons d'en parler, vous aymez de le faire.

    Faictes doncque le voeu de quitter vos amours
  Quand vous aurez perdu vos chaleurs et vos flammes,
  Et nous vous promettons d'en quitter le discours
  Quand ses brusques fureurs auront quité vos ames.

    Mais pourquoy, direz-vous, nous blasmer en jaloux?
  Si nous faisons l'amour, il n'y va que du nostre.
  Mais, si nous en parlons, pourquoy vous fachez-vous?
  Nostre langue est à nous comme le cul est vostre.

    Donc, courtizan, alors qu'on te pique, il te faut
  En cacher l'aiguillon, n'en faire point de compte.
  Le singe, pour cacher sa honte, monte haut;
  Mais plus il est monté, plus il monstre sa honte.



_Discours veritable des visions advenues au premier et second jour
d'aoust dernier 1589 à la personne de l'empereur des Turcs, sultan
Amurat[284], en la ville de Constantinople, avec les protestations
qu'il a fait pour la manutention du christianisme, qu'il pretend
recevoir; ensemble la lettre qu'il a envoyée au roy d'Espaigne par
le conseil d'un chrestien, et les guerres qu'il a contre ses vassaux
pour ceste occasion, comme verrez par ce discours._

_A Lyon, par Jean Patrasson._

_Avec permission._

In-8.

     [Note 284: C'est Amurat III, successeur de Sélim II, son père,
     et le même qui, par l'un des épisodes de son règne, inspira à
     Racine sa tragédie de _Bajazet_. Il régna de 1574 à 1595.]


_Les Protestations chrestiennes du grand Empereur des Turcs, envoyées
par lettres au roy d'Espaigne._

Par plusieurs poincts de la saincte Escripture il se verifiera que
souvent Dieu nous advertit des choses qui nous touchent, et nostre
honneur, salut et santé, et de sa volonté aussi, par signes, visions,
songes et autres moyens qu'il luy plaist, ausquels, si nous y pensions
bien, nous et nos affaires se porteroient trop mieux qu'ils ne font:
tesmoins les songes de Joseph fils de Jacob, et de Joseph espoux de la
vierge Marie. Sainct Pierre, au second chapitre des Actes des apostres,
recite la prophetie de Joel, par laquelle il desmontre que ce n'estoit
point chose nouvelle si Dieu envoyoit des visions et des songes. Il y
a d'autres passages que je laisse aux theologiens. Quant aux histoires
humaines, on y a veu beaucoup d'issues et experiences, comme de la mère
de Virgile, qui songea, lorsqu'elle estoit enceinte de luy, qu'elle
voioit croistre une branche de laurier, et elle accoucha d'un poète
à qui on a attribué la couronne de laurier. Aussi la mère de Paris,
qui songea qu'elle enfantoit un flambeau ardent qui brusloit tout le
pays; ce qui advint, car Paris, dont elle estoit enceinte, fut cause
de la ruine et destruction de Troye. Le roy Astiages songea, quand sa
fille estoit enceinte, qu'il voioit sortir du corps d'icelle une vigne
croissant si fort que ses rameaux couvroient toutes les regions de son
domaine; ce qui advint: car elle engendra Cirus, roy de Perse, qui
fut maistre et seigneur de tous ses pays. Je pourrois encor alleguer
Philippes de Macedoine, père du grand Alexandre, dont Aristandre,
philosophe, interpreta le songe, selon laquelle interpretation
advint. Les songes aussi de Ciceron, d'Hannibal, de Calpurnie, mère
de Cesar, et plusieurs autres qui ont eu des visions nocturnes dont
les effects sont advenus. Ce qui m'a emeu (outre l'envie que j'ay de
faire part à tous catholiques de ce qui viendra à ma cognoissance pour
l'augmentation de nostre saincte foy) à mettre en lumière ce present
discours, lequel j'ay recouvré d'un marchant espagnol, et iceluy
traduit de langage espagnol en nostre langue françoise, afin que tout
homme de bien, en lisant iceluy, cognoisse de combien Dieu nous aime
et a souvenance de la chrestienté, voulant admettre en icelle pour
renfort le grand empereur de Turquie, qui commence à embrasser la loy
de Dieu et à quitter le paganisme, avec intention de rendre son peuple
chrestien, comme j'espère vous deduire par ceste vraye histoire[285].

     [Note 285: Loin de se relâcher de la rigueur des sultans ses
     prédécesseurs contre les chrétiens, et d'avoir les velléités
     de conversion qu'on lui prête ici, Amurat fut l'un de ceux qui
     déployèrent le plus de sévérité. Il alla jusqu'à vouloir changer
     en mosquées quelques unes des églises encore consacrées au
     culte: Saint-François à Galata, Sainte-Anne et Saint-Sébastien.
     Il en avoit déjà donné l'ordre, quand l'ambassadeur de France,
     M. de Germigny, intervint et le fit retirer à force de démarches
     et d'instances. V. Hammer, _Hist. de l'empire ottoman_, t. 7, p.
     139.]

Le grand seigneur turc, tenant sa cour le premier jour d'aoust dernier,
mil cinq cens quatre-vingts-neuf, à Constantinople, ville où il
s'aime et plaist merveilleusement, fait un grand festin, auquel il
convoque et appelle au disner tous les plus apparens seigneurs de la
Turquie et ses autres meilleurs amis, lesquels, receus qu'ils furent
de luy gayement et de bon oeil, ne parlèrent en tout le repas que des
diversitez des religions qui courent maintenant par le monde, estonnez
de quoy les rois n'y mettent ordre, et ne font de sorte que, si la
douceur n'y a lieu, par la contrainte tous leurs subjets soient reünis
en une seule foy; prisant et estimant le roy d'Espaigne par sus tous
autres rois, en ce qu'il soigne merveilleusement bien à telle chose. Ce
que le grand seigneur escoutoit diligemment et avec une joye indicible,
donnant son advis sur le tout, jusques à ce qu'il fut temps de se lever
de table, où incontinent, au son armonieux de divers instrumens, ils se
mirent à danser à leur mode avec les dames, qui s'estoient ce jour très
richement parées, chacune d'elles desirant et convoitant grandement
emporter le prix de beauté sur les autres.

Ainsi le jour se passa en toute jouissance et plaisir, et, venu le
soir, le grand seigneur mangea peu à son souper, resvant assiduellement
sur les devis et discours du disner, et se remettant en memoire toutes
les particularitez mises en avant touchant la loy chrestienne; enfin
il se couche tout pensif et s'endort; et, ayant jà faict deux sommes
et passé les deux tiers de la nuict, luy fut advis qu'il estoit en son
throsne assis et vestu de ses habits imperiaux, et tout devant luy le
grand pontife de la loi mahommetiste qui lisoit l'Alcoran avec grande
reverence, comme autrefois il avoit accoustumé de faire en sa presence.
Lors tout soudainement entre en son palais un grand et espouventable
lion, lequel avoit une croix un peu eslevée en l'air sur le chef, et
en l'une de ses pattes un flambeau fort gros allumé; ce lion, à son
arrivée, faict trois tours à l'entour du palais, puis se jecte sur le
pontife qui lisoit l'Alcoran, et lui arrache icelui et le brule en un
moment, puis prend le pontife, et de ses griffes le met en tant de
pièces que l'on ne les eust sceu nombrer. Le grand seigneur, voiant tel
massacre, se lève de son throsne et veut prendre la fuite; mais il est
arresté tout court par le lion, qui de griffes et dents met en pièces
tout son habit imperial, jusques à la chemise, de façon qu'il demeure
tout nud, appelant ses gens au secours, mais en vain, car personne ne
se presentoit pour lui aider. Lors, demi-mort de fraieur, il se jecte
à genoux devant le lion, qui, prenant de lui compassion, lui commence
à lecher les mains, et lui pose en icelles la croix qu'il portoit sur
son chef et lui dict en langage sarrazin: Ceci est la croix en laquelle
tu dois cheminer, sinon tu es perdu. Et, aiant le lion proferé telles
parolles, il s'esvanouit et laissa le grand seigneur en tel estat,
lequel, estant esveillé, demeura si esperdu et espouventé de son songe
qu'il fut longuement sans pouvoir parler. Enfin il appelle ses gens et
se faict habiller soudainement, et, levé qu'il fut, mande le souverain
pontife et les plus grands prestres de sa loy, lesquels, estonnez de
ce que le grand seigneur les envoioit querir si matin, vont en grande
haste vers Sa Majesté. Eux arrivez, tout tremblant encor il leur conte
ce songe, leur demandant l'explication d'icelui; mais tous, après
l'avoir oui par plusieurs fois discourir, asseurent ce monarque que ce
n'estoit qu'un songe leger et vain, auquel il ne devoit prendre garde,
et que cela procedoit d'une repletion d'humeurs qui lui faisoient faire
telz songes horribles.

L'empereur de Turquie ne se pouvoit contenter de telle response,
soustenant tousjours que cela lui presageoit quelque mal futur.
Toutefois, vaincu de leurs belles remonstrances, il est contrainct
de se contenter pour ceste fois et de les renvoier en leurs maisons.
Ce jour fut passé assez melancoliquement par le grand seigneur, qui
tousjours estoit triste et pensif. Le soir venu, il se coucha comme il
avoit de coustume; et, à pareille heure qu'il avoit faict ce songe le
jour precedent, il en faict ceste seconde nuict encores un semblable,
et y estoit d'abondant adjousté que le lion, après l'avoir mis nud,
le foulle aux piedz et lui met la croix en la bouche, puis avec son
flambeau brulle et redige en cendre le palais et le principal temple de
Constantinople, luy redisant les premiers propos, à sçavoir: Ceci est
la voye en laquelle tu doibs cheminer, sinon tu es perdu. L'empereur
de Turquie, eveillé, se lève soudainement, comme il avoit fait le
jour precedent, et envoie de rechef querir le grand pontife et ses
compagnons. Eux venus en toute diligence, il leur reitère ce songe
second, tout ainsi qu'il est cy-devant discouru, dont ils demeurent
grandement emerveillez, doutant que cela signifiast quelque sinistre
malheur à eux ou au païs. Toutes fois, aussi resolus que le jour
precedent, ils taschent d'affronter le grand seigneur par une excuse
semblable à la première, luy disant d'abondant qu'il ne se devoit
soucier de tels songes ny mettre cela en sa teste; qu'il estoit le
plus grand seigneur de tout le monde, le plus riche, le plus redouté,
et pouvant mettre de front deux cens mil hommes pour saccager ses
ennemis, si aucuns s'eslevoient encontre sa grandeur inexpugnable; et
pour autant, qu'il ne se devoit soucier que de faire bonne chère et
se donner du plaisir. Mais toutes ces piperies ne peurent contenter
l'esprit de ce monarque, qui, d'un sourcil refroncé, avec fortes
menaces, leur dit qu'il ne failloit point l'ensorceler de telles
parolles follement inventées, et qu'il sçavoit très bien que Dieu, par
tels songes, le vouloit advenir de quelque grande chose; au moien de
quoy il les interpelloit de luy dire sur-le-champ l'interpretation,
si mieux n'aimoient perdre la vie. Ces pauvres mahommetistes, voiant
l'empereur en telle collère, commencèrent à douter de leurs vies; au
moyen de quoy, pour adoucir son ire, se prosternèrent à ses genoux,
et, après luy avoir demandé misericorde, s'excusèrent en ce qu'ils
n'estoient pas bien fondez en l'astrologie, et que la divination leur
estoit cachée, pour ne s'estre jamais amusez à telles estudes; mais
que, pour monstrer qu'ils ne desiroient qu'à luy porter obeissance
comme à leur souverain seigneur, ils envoiroient querir certains
sçavans philosophes et magiciens, qui luy interpreteroient de point en
point les dits songes. Le grand seigneur, un peu appaisé, commande que
deux des dits prestres de la loy iroient querir lesdits philosophes, et
que cependant le grand pontife et les autres demeureroient en ostage
soubs bonne et seure garde. Suivant ceste jussion, deux d'entr'eux
sont deleguez, qui diligentent de telle façon que dans trois heures
après ils amènent quatorze philosophes et sages du païs, expers
negromanciens. Ces philosophes arrivez, le grand seigneur leur recite
ses songes de point en point, leur enchargeant, sur peine d'estre
demembrez par les mains des bourreaux (qui est une espèce de tourment
inventé en la Turquie depuis le règne dudit empereur), de luy dire
sur-le-champ l'interpretation desdits songes. A ce commandement, les
philosophes s'assemblent et consultent sur cette matière, qui leur
semble si ardue, difficile et haute, qu'ils ne peurent trouver en
toutes leurs explications aucune certitude ny tomber d'accord, occasion
que, pressez de dire ce qu'il leur en sembloit, ils declarèrent tout
haut qu'ils cognoissoient bien que cela denotoit quelque malheur futur
à la Turquie; mais de comprendre comment ny le moien de l'eviter, ils
ne le pouvoient; chose qui mist le grand seigneur en telle fureur,
qu'il ordonna que sur l'heure ils fussent livrez ès mains des bourreaux
et mis à mort; ce que les bachats alloient faire executer, quand l'un
des dits philosophes se prosterne aux genoux du grand seigneur, et,
lui baisant le soulier, le prie de lui donner audience avant que l'on
procedast à son jugement. L'empereur, vaincu de ses prières, ne lui
voulut denier une si honneste demande; au moien de quoi le philosophe,
d'un visage asseuré, lui dit que, s'il lui plaisoit de lui pardonner
une faute assez legère qu'il avoit commise envers Sa Majesté, il
lui feroit veoir un homme qui le mettroit hors de peine. Le grand
seigneur, joieux de telle chose, lui replique que non seulement il lui
pardonnoit telle faute, mais cent mille autres (si tant il en avoit
commises), tant grandes fussent-elles, et de ce lui jura et promit.

Lors le philosophe lui usa de tels propos: Monseigneur, il y a environ
quinze ans que j'achetay un chrestien, lequel avoit esté pris sur mer
par vostre grand admiral en une rencontre navalle. Cet homme est si
docte et si sçavant qu'autre qui vive (comme je croy) ne le sçauroit
surpasser, et n'y a science dont il n'aie cognoissance, ce que j'ay
esprouvé par plusieurs et diverses fois, tant pour moi que pour autrui;
et, pour recompense de ses labeurs, je luy ay permis tousjours de
vivre tacitement en sa religion, sans le molester d'aucune servitude
(chose qui contrevient à vostre edict). Mais, puisqu'il vous a pleu
me pardonner, si me voulez permettre d'aller chez moi, je le vous
ameneray, m'asseurant que par lui vous sçaurez ce que desirez. Le grand
seigneur, aise outre mesure d'un tel advertissement, lui enchargea
d'aller querir le chrestien duquel il se vantoit; ce que le philosophe
fit incontinent. Or est-il à noter que le chrestien, qui estoit un
homme de soixante ans, avoit eu revelation de ce songe la nuict au
precedent, par une voix divine, qui lui avoit manifesté le tout; au
moien de quoy tout aussi tost que le grand seigneur lui eut fait le
discours dudit songe sans attendre aucunement, il lui usa de tel
langage: Excellent monarque des Turcs, puisque tu as desir de tirer
de moy l'explication de ton songe, je te la donneray avec verité,
non que cela vienne de moy, mais de Dieu, qui m'a d'icelle adverti
pour te le communiquer. Croy donc que le lion pourtant une croix
au sommet de la teste et un flambeau allumé en l'une de ses pattes,
duquel il brulla l'Alcoran de Mahommet, puis depeça en mourceaux le
grand pontife qui le lisoit, ne signifie autre chose que la fureur
espouvantable du Dieu vivant, laquelle mettra en ruine et combustion
ta fausse loy et tous ceux qui te instruisent et maintiennent en
icelle dedans bref temps, et te rendra despouillé et denué de tous
les royaumes que tu possèdes[286], tout ainsi que le lion t'a mis
nud, ayant laceré tes habits royaux, si le plus tost que tu pourras
tu ne te fais chrestien, establissant la loy de Jesus-Christ en tous
tes païs, ce que te demonstre le lion, en ce qu'il te mist la croix
en la main, puis, au second songe, te la mist en la bouche. Regarde
donc à ce que tu auras à faire pour le mieux, et sauve ton ame et ton
pays. Le chrestien n'eut sitost achevé son dire, que le grand pontife,
enrageant de despit, luy donna sur la joue tel soufflet qu'il le
tomba[287] à la renverse, l'appellant faux prophète et seducteur,
soustenant qu'il falloit le faire mourir: de façon qu'il y eut grande
contension de part et d'autre. Pour laquelle appaiser, à cause qu'il
estoit jà tard, le grand seigneur remist la solution de tel affaire au
lendemain, et cependant ordonna que tous seroient mis pour la nuit en
bonne et seure garde; ce qui fut fait. L'empereur de Turquie, retiré
et couché, sur l'heure de minuict s'esveille et commence à se remettre
devant les yeux de l'esprit l'explication de son songe; et, comme il
estoit à y penser soigneusement pour en tirer quelque commodité de vie
heureuse, une grande lumière se presenta devant son lict qui remplit
toute sa chambre. Lors iceluy, levant les yeux en l'air, entend une
voix qui lui dit: Pauvre homme! à quoy penses-tu? Pourquoy tardes-tu à
prendre ma loy et à rejetter celle en laquelle tu vis diaboliquement?
Sçaches que, si tu ne fais ce que le chrestien t'a dit, ta ruine est
proche, et t'aviendra comme il t'a denoncé, car Dieu l'a ainsi arresté
et determiné, de laquelle chose je t'advertis pour la dernière fois.
Tels propos achevez, la voix se teut, et demeura le grand seigneur en
son lict tout perplex et transi jusqu'au jour, qu'il se leva et fist
appeller devant luy les plus grans princes et bachats de sa cour, et
semblablement le chrestien avec les philosophes et les prestres de la
loy de Mahommet, en la presence desquels il declara les propos que
la voix luy avoit revelez pour son salut; à ceste cause, qu'il avoit
deliberé de se faire chrestien, et quitter la loi damnable de Mahommet,
desirant se gouverner d'ores en avant par le conseil du chrestien son
fidelle interprète et expositeur de ces songes et visions nocturnes.
A ces mots, le grand pontife et tous ses compagnons demeurent bien
estourdis, se regardans l'un l'autre sans pouvoir dire mot, quand le
grand seigneur commanda qu'ils fussent pris et livrez ès mains des
bourreaux et mis en pièces, à la mode du pays, puis brullez et mis en
cendre; ce qui fut executé peu après, à laquelle execution plusieurs
Turcs, ayans sceu pourquoy on les faisoit mourir, prindrent les armes
et se ruèrent sur la justice pour les sauver. Mais le grand seigneur,
adverti de tel revoltement, y envoya ses gardes, qui taillèrent en
pièces tous les contredisans, et rendirent la justice maistresse
jusques à ce que la poudre des corps brullez de ces miserables fut
jettée au vent. La justice donc parfaicte, le grand seigneur demande
à ses princes et bachats s'ils vouloient pas comme luy prendre la loy
catholique, apostolique et romaine, qui luy respondirent que ouy,
hormis deux des plus apparens de l'assemblée, qui gaignèrent la grand
place de Constantinople, tout devant le grand temple de Mahommet, où,
avec une grande partie de mutins illec assemblez, opiniastres en leur
loy mahommetiste, se bandèrent contre ceux qui vouloient suivre le
vouloir du grand seigneur, tellement que à grans coups de cimmeterres
et à coups de traicts, furent deffaicts par le tout de la ville
environ huict mil, tant hommes que femmes; à quoy le seigneur remedia
incontinent, car il envoia si bon nombre d'archers et gendarmes, que
tous les rebelles furent deffaits et mis en route[288]. Cela fait,
et le lendemain, le chrestien, par le conseil duquel se gouverne à
present le grand seigneur, supplia ledit empereur d'envoier lettres
au roy d'Espaigne, contenant les adventures susdites, pour lui donner
à entendre son vouloir et faire paix avec luy, esperant avoir des
prestres pour enseigner la loy chrestienne au peuple et le baptiser;
à quoy s'accorda ledit empereur de Turquie, et envoia audit roy
d'Espaigne[289] lettres portant la teneur du present discours, outre
ce qu'il luy fist dire de bouche. Prions Dieu qu'il luy plaise que ce
commencement soit tel que toutes les nations du monde reçoivent sa
saincte loy, pour après ceste vie temporelle estre participans de la
gloire eternelle.

_Amen._

     [Note 286: Il est certain qu'alors déjà il couroit chez les
     Turcs des prédictions qui leur donnoient beaucoup à craindre de
     la part des peuples chrétiens, et surtout des François. On le
     sait par un très curieux passage du _Journal de l'Estoille_,
     qui jusqu'ici n'a pas été assez remarqué. Il y est dit, sous
     la date de mars 1601: «En ce mois arriva à Paris, de la
     part de Mahomet, empereur des Turcs, le nommé Barthélemy de
     Cuoeur, natif de Marseille, chrétien renié et médecin de Sa
     Altesse et son envoyé, sans pourtant avoir ni la suite ni le
     titre d'ambassadeur. Il présenta au roy un cimeterre et un
     poignard dont les gardes et les fourreaux estoient d'or garnis
     de rubis, avec un pennache de plumes de héron dont le tuyau
     estoit couvert de turquoises et autres pierres précieuses.
     Entre autres choses que cet envoyé demanda au roi, fut de
     rappeler le duc de Mercoeur de la Hongrie, qui estoit général
     des troupes de l'empereur. Le roy lui demanda pourquoy les
     Turcs craignoient tant ce duc. C'est, respondit-il, qu'entre
     les prophéties que les Turcs croyent, il y en a une qui porte
     que l'épée des François chassera les Turcs de l'Europe et
     renversera leur empire, et que, depuis que le duc de Mercoeur
     combattoit contre les Turcs, tous les bachas l'appréhendoient.
     Le roy luy dit alors que le duc de Mercoeur estoit à la vérité
     son sujet, mais qu'il estoit prince du sang de la maison de
     Lorraine, qui n'appartient pas à la couronne de France, et que
     les troupes qu'il a en Hongrie n'ont pas été levées en France,
     mais en Lorraine, et qu'il ne fait la guerre que comme vassal
     de l'empire, et qu'estant chrestien, il ne peut pas empescher
     qu'il ne serve l'empereur...» (_Supplément au Journal du règne
     de Henri IV_, 1736, in-8, t. 2, p. 271.)--D'autres prédictions,
     non moins bien démenties que celle-ci par ce qui se passe
     depuis deux ans, annonçoient, au contraire, l'expulsion des
     Turcs par les Russes. La plus curieuse, due à l'astrologue
     arabe Mousta-Eddin, fut imprimée a Saint-Pétersbourg en 1789,
     puis à Moscou en 1828. On peut consulter, sur les prophéties
     contre les Turcs, _le Télégraphe de Moscou_ (juin 1828, p. 510)
     et un curieux article de M. Alph. Bonneau (_Presse_, 21 mai
     1854). Nous en finirons avec ces prédictions par celle qui est
     la plus singulière, en raison de ce qui se passe aujourd'hui;
     nous devons de la connoître à M. L. Lacour: «ARTICULUS QUARTUS.
     Hoc regnum (Mahometistarum) et secta penitus destructa et
     abolita erunt anno domini 1854 (_sic_) vel 1856.» (Fr. Francisci
     Quaresmii _Elucidatio terræ sanctæ historica, theologica,
     moralis_, Antverpiæ, ex officina Balt. Moreti, 2 vol. in-fol.,
     MDCXXXIX, t. 1er, p. 265.)]

     [Note 287: On voit que l'expression des lutteurs, _tomber_
     quelqu'un, n'est pas nouvelle.]

     [Note 288: _Route_ ou _roupte_, pour déroute, de _ruptus_,
     rompu. Pasquier et Cl. Fauchet employent souvent ce mot dans ce
     sens.]

     [Note 289: Philippe II avoit en effet alors un ambassadeur près
     d'Amurat pour nouer avec lui des relations qui aboutirent à une
     longue trève, puis à une paix définitive. V. Hammer, _Hist. de
     l'empire ottoman_, t. 7, p. 52, 140.]



_Le Pasquil du rencontre[290] des Cocus à Fontainebleau[291]._

In-8.

     [Note 290: Ce mot, comme _doute_ et quelques autres, fut du
     masculin jusqu'à La Fontaine, qui a dit dans son conte de
     _Richard Minutolo_:

       . . . . . . . . Et les dieux
       En ce rencontre ont tout fait pour le mieux.]

     [Note 291: Dans le _Catalogue de l'histoire de France_ (t. 1er,
     p. 544), cette pièce est mise sous le nº 2165, avec la date de
     1623, et se trouve ainsi rangée dans la catégorie de celles qui
     furent faites cette année-là au sujet d'un assez long séjour de
     Louis XIII à Fontainebleau. V. notre tome 2, p. 134, note.]


  En m'acheminant l'autre jour
  A Fontainebleau, beau sejour,
  Pensant mon voyage parfaire
  Et consulter un mien affaire,
  Je rencontray en mon chemin
  Un subject de rire tout plein:
  Ce fut grand nombre de cocus
  De diverses plumes vestus,
  Les uns grands, les autres bien gros,
  Autres à voler bien dispos;
  Les uns, vestus à la legère,
  Tenoiont la place de derrière:
  Comme les grues, sans desordre
  Ils y voloient tous en bel ordre,
  Faisant, ainsy que fait la foudre,
  De tous cotez voler la poudre.
  D'airondelles si grand ensemble,
  Aucun n'a point veu, ce me semble,
  Soit qu'en voulant la mer passer
  Et nostre climat delaisser,
  Elles aillent en autre contrée
  Eviter les coups de Borée,
  Ou soit qu'arrière retournans
  En nostre saison au printemps;
  Au dedans de nos cheminées,
  Qui du feu ne sont enfumées,
  Ou bien en quelque autre endroict
  Elles se logent plus à droict.
    Egarez furent mes esprits,
  Me voyant tout à coup surpris
  Et partout d'eux environné;
  Cela me rendit estonné.
  Lors tout pensif je m'arrestay,
  Et les comptemplant m'apprestay
  Pour entendre ce qu'ils vouloyent
  Et pour quelle fin ils m'avoyent
  Ainsy de tout point entouré.
  L'un, plus que les autres avancé,
  D'un rouge plumage vestu,
  Commença à chanter: Cocu!
  Je suis vray cocu cocué,
  Car la huppe[292] quy m'a couvé
  S'est posé en mon nid le jour,
  Y faisant son plaisant sejour.
  Las! j'ay fait tout ce que j'ai peu
  Pour chasser du nid ce Peu-Peu[293],
  Et, n'en pouvant avoir raison,
  Ce m'a esté occasion
  Qu'à la justice me suis plainct;
  Mais j'ay esté enfin contrainct
  Me contenter de cent escus
  Pour estre du rend des cocus,
  Par la prière des amis
  Qui pour ce en peine se sont mis,
  Et ce quy m'a plus attristé,
  C'est que par après j'ay esté
  Contrainct de recognoistre un faict
  Qu'en verité je n'ay pas faict.
  Mais, comme font les malheureux,
  Je me conforte que plusieurs
  Sont en ce monde recogneus
  (Comme je suis) pour vrais cocus.
  Les cocus, se sentant picquez
  De ce chant, se sont ecriez
  Après luy de confuse voix:
  Pourquoy est-ce qu'avec abois
  Tu nous chante telle chanson?
  Ce n'est maintenant la saison
  Que les cocus doivent chanter.
  Laisse le printemps retourner,
  Car, bien que cocus en tout temps
  Chantent ès maisons doucement,
  Chacun sçait bien, non par abus,
  Que nous sommes hommes cocus,
  Et si l'on ne le diroit pas:
  Car le cocus a tant d'appas,
  Que, comme dit le bon Pasquin,
  Mieux vaut le cocu que coquin.
  L'un, de la goutte se plaignant,
  S'attristoit d'un aveuglement;
  Mais que pas ne se soucioit
  Si pour cocu l'on le tenoit.
  Un autre, qui est vrai badin,
  Pensant à ses chants mettre fin,
  Chanta: Que pensez-vous, cocus?
  Nul aujourd'hui n'a des escus
  S'il ne donne consentement
  A sa femelle doucement,
  Afin qu'ils soient tous recogneus
  Estre comme moy vrais cocus;
  Pour estre bientost en credit
  Et en tirer un bon profit;
  Pour acquerir un heritage
  Quy entretiendra le mesnage.
  Sus donc, point ne nous soucions,
  Quoy que vrais cocus nous soyons,
  Pourveu que nostre douce mille
  Nous face foncer de la bille[294],
  De rien il ne nous faut challoir[295];
  Il fait toujours bon en avoir.
  Il faut aussy que Landrumelle[296]
  Soit comme la maistresse belle,
  Et que du marpaut[297] le courrier
  Entendent fort bien le mestier;
  Mais il nous faut bien engarder
  Dessus l'endosse les ripper[298]
  Pour n'offencer point le marpaut,
  Afin qu'il ne face deffaut
  De foncer à l'appointement
  En jouissant de leur devant,
  Et pour ne point avoir du riffle[299]
  Sur le timbre[300] ou sur le niffle[301],
  Il nous faut bientost embier[302],
  Et en la taude[303] le laisser,
  En rivant fermement le bis[304]
  A la personne du taudis.
  Si vous n'entendez le narquois[305]
  Et le vray jargon du matois[306],
  Il ne faut pas aller bien loing,
  Mais seullement au port au foing:
  En peu de temps vous l'apprendrez,
  Et vrai narquoy en retiendrez.
    Je fus là longtemps arresté
  Et par ces chansons retardé
  De continuer mon chemin,
  Jusques à ce qu'un mien voisin,
  Quy avoit ouy tous ces desbats,
  Me dit: Eh bien! n'es-tu pas las
  De tous ces cocus escouter
  Et leur verité raconter?
  Un vray cocu en cocuage
  Se dit maintenant le plus sage;
  C'est le jouet de maintenant
  Et de plusieurs le passe-avant[307].
  Tu les vois souvent par les rues
  Cheminer hault comme des grues,
  Contrefaisant les gens de bien,
  Car toutes fois ce n'en est rien.
    Lors les cocus, sans plus rien dire,
  Chacun en son nid se retire,
  Se sentant par ces mots taxés,
  Et de mon voisin offensés.
  Pour moy, estant delivré d'eux,
  Je continuray fort joyeux
  Mon chemin à Fontainebleau,
  Pour là apprendre de nouveau
  D'autres cocus que je sçauray,
  Et tous leurs noms je vous diray;
  Mais durant ce voyage court,
  Ce bon fripon, ce frippetourt,
  Vous prie boire du matin
  Soit blanc ou cleret de bon vin.
    Toutefois, devant que partir,
  Nouvelles je veux departir,
  Si vos oreilles debouchées
  A les ouïr sont disposées;
  Ce qu'en bref à vous je veux dire,
  Ce sera pour vous faire rire:
  C'est que j'ay veu force corneilles
  Quy parloient et disoient merveilles,
  Et, comme apprises elles estoient
  De jeunesse à parler, disoient
  Que, s'estant sur arbres posées
  Et assez longtemps reposées,
  Elles avoient veu par un matin,
  Dessous la treille d'un jardin,
  Donner un barbarin clystère
  Par devant, et non par derrière,
  A quelqu'une que le cujus[308]
  Avoit pris cueillant du vert-jus;
  Mais que, la porte ouverte estant,
  Cela feut sceu tout promptement
  Par une femme de peu de prix
  Qui tiroit de l'eau à un puits,
  Quy dist: Pour moy ne vous ostez,
  Mais vostre besongne achevez.
  Deux bons compagnons rubaniers
  Qui travailloient à leurs mestiers,
  Par la fenestre regardant,
  Veirent bien tout ce mouvement,
  Et d'une très bonne manière
  Branler les quartiers de derrière,
  Et la femme du loup les branles
  Danser, la queue entre les jambes,
  Faisant à son homme porter
  Les cornes pour son front orner.
  Bien souvent à telle pratique
  Les femmes ouvrent leur boutique
  Pour acquerir à leurs cocus
  Un tresor infini d'escus.
  Bien peu de cocus ont souffrance;
  Cocus ont toujours abondance,
  Jamais ils ne manquent de rien,
  Et si, par un subtil moyen,
  Ils accumulent leurs richesses
  Par le doux mouvement des fesses
  De leurs femmes, quy, en branlant,
  Vont toujours tresors amassant.
  Ce n'est donc pas petite gloire,
  A ces cocus de plume noire,
  D'estre cocus sans s'irriter.
  Puis que nous voyons Jupiter
  En son front des cornes paroistre[309].
  Ne faut-il pas suivre son maistre?
  Ce dieu, qui regit les humains,
  Fait tout par de puissans desseins,
  Et rien de mortel ne respire
  Qui ne cognoisse son empire.
  Vulcain, par Mars rendu cocu,
  S'en est-il pas bien aperceu,
  Et, par sa plus forte vengeance,
  Forgeant des chesnes en diligence,
  Se pleust lui-mesme d'avoir pris
  En ses lacs Mars avec Cypris.
  Ce n'est donc pas sans un subject,
  Si l'amour estendit son traict
  Aux femmes quy font residence
  En la celeste demeurance
  Du fameux sejour de nos roys,
  (Où tout ploie sous leurs lois)
  A Fontainebleau, le village
  Où l'on ouyt souvent le ramage
  Des cocus, cornards habitans,
  De quy les femmes aux courtisans
  Servent bien souvent de monture,
  Picquées d'esperons de nature.
  Ne soyez donc pas trop marris,
  Marchands et bourgeois de Paris,
  Si la court fait sa quarantaine
  En ces bois où la douce haleine
  Des nymphes de Fontainebleau
  Captive les esprits plus beaux.
  Soyez donc cocus volontaires,
  Fort doux à vos bonnes commères,
  Et, lors que vous les trouverez
  Avec leurs amis accouplez,
  Feignez d'avoir, comme escarboucle[310],
  De l'air mauvais la veue trouble.
  C'est un honneur que d'endurer
  Des cornes sur son front germer:
  Rien n'est aussi beau que des cornes.
  Souvent on voit le capricorne
  Toujours quelque bien presager.
  Un autre signe mensonger
  Ne nous predit jamais merveille,
  Et jamais teste sans cervelle
  N'eust la patience de Job.
  C'est trop courre et aller au trot;
  Arrestons-nous vers la demeure
  D'un beau chef-d'oeuvre de nature
  Quy veut donner à son païsant
  Un très agreable present:
  C'est ceste corne d'abondance
  Qui fait que mon dessein s'avance
  A vous deduire à petit bruict
  Que les clairs astres de la nuict
  Sont obscurcis par la chandelle
  Qu'on offre au temple d'une belle
  Et sur l'autel ores vanté
  De la nouvelle deité.
  Mais je veux finir mon voyage,
  Vous apprenant, en homme sage,
  Qu'en ce lieu de Fontainebleau
  On entend partout l'air nouveau
  Du plaisant oiseau le ramage,
  Qui dit Coucou en son langage.
  Je n'ay pas maintenant loisir
  De davantage en discourir.

     [Note 292: On croyoit, d'après Aristote, que la huppe ne faisoit
     pas de nid et alloit pondre dans celui des autres oiseaux. Pline
     avoit fait au coucou la même réputation, et de là étoit venu le
     mot de _cocu_, pris, bien entendu, dans l'acception active, et
     non dans le sens passif, qui lui est indûment resté. Du temps de
     Henri Estienne, le _cocuant_, aussi bien que le _cocufié_, étoit
     appelé _cocu_. Le dernier même ne prenoit ce nom que par pure
     antiphrase. V. _Dial. du nouv. lang. franç. italianisé_, 1579,
     in-8, p. 93; les _Epithètes_ de De La Porte, Paris, 1571, p. 69;
     et la brochure de M. de Pétigny, _Dissertation étymologique,
     historique et critique, sur les diverses origines du mot_
     cocu... Blois, 1835, in-18.]

     [Note 293: _Puput_ est le nom onomatopique de la huppe. V.
     _Dict._ de Trévoux.]

     [Note 294: _Argent_, en argot. Il ne se trouve pas dans le
     dictionnaire argot-françois mis à la suite du poème de Grandval,
     _le Vice puni_, 1725, in-8, p. 106.--_Foncer_ pour _donner_ s'y
     trouve.]

     [Note 295: _Il ne faut nous soucier de rien._ L'expression _il
     ne m'en chaut_ est long-temps restée dans le peuple.]

     [Note 296: Nous ne savons quel est ce mot, qui désigne
     certainement ici une soubrette complaisante, une _dariolette_.]

     [Note 297: _Monsieur_, _maître_. Il se trouve dans le
     _Dictionnaire_ de Grandval. Sorel s'en est servi une fois dans
     _Francion_, édit. de 1663, in-8, p. 490.]

     [Note 298: C'est-à-dire les _étriller_, les _gronder pour leur
     peine_. _Avoir l'endosse_, _jeter l'endosse sur quelqu'un_, pour
     dire qu'on le fait responsable d'une chose, sont des locutions
     qui restèrent dans la langue populaire. Marivaux s'est servi de
     la dernière à la scène 15 de _l'Épreuve_.]

     [Note 299: Dans l'argot moderne, _riffle_ signifie _feu_; mais,
     dans celui du XVIIe siècle, il avoit un sens plus étendu, comme
     on le voit ici. Il s'entendoit pour _rebuffade_, _coup_, etc.]

     [Note 300: _La tête._ D'où le mot _timbré_, dans le sens de
     _fou_. V., dans le _Th. italien_ de Gherardi, _la Précaution
     inutile_.]

     [Note 301: _Nez._--_Renifler_ est un dérivé de ce mot, plus
     populaire encore qu'argotique. La _mornifle_ étoit un revers de
     main sur le _niffle_.]

     [Note 302: _S'en aller._ Dans le petit glossaire de Grandval,
     _bier_ signifie aller.]

     [Note 303: Le _taudis_, la _maison_.]

     [Note 304: _Far l'atto venereo._]

     [Note 305: On appeloit ainsi l'_argot_ ou _jargon_ des voleurs.
     «Un jour qu'on disoit à feu Armentières que M. d'Angoulême
     savoit je ne sais combien de langues: «Ma foi, dit-il, je
     croyois qu'il ne savoit que _le narquois_.» (Tallemant,
     _Historiettes_, édit. in-12, t. 1er, p. 220.)]

     [Note 306: _Matois_ s'entendoit alors pour mauvais garnement,
     filou, enfant perdu. «Mais, lit-on dans les _Contes d'Eutrapel_
     (Disputes entre Leupolde et Eutrapel), depuis que j'eus hanté
     les lieux d'honneur, la place Maubert, les Hales..., couru tous
     les basteleurs de la ville et assemblées des enfants perdus
     et _Matois_, je fus un maistre galant.» V. encore L'Estoille,
     _Journal de Henri IV_, 4 juin 1596. Une pièce publiée par
     notre ami M. de Montaiglon, dans son recueil de _Poésies du
     XVe et du XVIe siècle_, sous le titre de _le Valet à tout
     faire_, est intitulée, dans une autre édition, _le Mathois ou
     marchand meslé_. V. Ch. Nodier, _Nouv. mélanges d'une petite
     bibliothèque_, nº 583.--On appeloit aussi les _matois_ enfants
     de la _mate_. V. Cotgrave, Moizant de Brieux, _Origine de
     quelques coutumes et façons de parler_, p. 15, et _les Aventures
     du baron de Fæneste_, liv. 3, ch. 1er.]

     [Note 307: Laisser-passer que les douaniers donnent aux
     marchands et voituriers.]

     [Note 308: Pour le _quidam_.]

     [Note 309: Le Jupiter _Amoun_ étoit, en effet, représenté sous
     la forme d'un homme _criocéphale_, ou à tête de bélier. V.
     Jacobi, _Dict. mythologique_.]

     [Note 310: Entre autres faits racontés d'après Pline au sujet
     de l'_escarboucle_, on disoit que cette pierre lumineuse se
     ternissoit à l'air malsain.]



_Exemplaire punition du violentent et assassinat commis par François
de La Motte, lieutenant du sieur de Montestruc, en la garnison de
Mets en Lorraine, à la fille d'un bourgeois de la dite ville, et
executé à Paris le 5 decembre 1607._

M.DC.VII.

In-8.


_Exemplaire punition du violement et assassinat commis par François
de La Motte, sieur du dit lieu, et lieutenant de Montestruc, en la
garnison de Mets._

Comme ainsi soit que tous crimes soient poursuivis de la vengeance
divine, si est-ce que le ravissement et le viol en sont talonnez
le plus indefatigablement; la cause en est toute en posture: c'est
qu'estant la virginité le miroir où le grand Dieu et les anges se
mirent, celui qui, par le traict de quelque force et violence,
deshonore et souille un si beau miroüer et pourtraict, incite et
excite le grand Dieu et les anges à prendre la raison de sa faute;
faute non, mais forfaict, mais horrible crime, mais sacrilége, mais
parricide, mais execration abominable et abomination execrable. Et
combien qu'ailleurs le grand Dieu marche lentement à la punition du
crime, et se contente de s'eclater d'autant plus asprement sur les
testes criminelles, reparant par la pesanteur du suplice les delais de
la justice trop tardive, si est-ce qu'en ce regard elle ne veut prester
à usure, et veut le principal et l'interest presque sur-le-champ. Les
escritures, tant sacrées que profanes, ne sont peintes que de ces
sanglants discours; la justice n'a les oreilles journellement batues
d'autres plaintes, et les roües et potences ne sont accravantées[311]
que du poids de ces charongnes. Mais ce qui rend ce crime de violement
plus detestable, c'est qu'il met le criminel tellement au delà de toute
crainte de Dieu et de tous mouvemens et ressentimens d'humanité, qu'il
veut laver sa faute avec des crimes plus enormes et detestables. Voilà
comme, voulant fuir la justice, il s'y presente; voulant enterrer sa
faute, il la faict saillir en lumière, et, la voulant supprimer, il la
fait parler et crier plus haut vengeance au ciel. Il n'est icy question
de fouiller les escrits anciens ou modernes pour preuve, veu qu'il ne
faut que les rues et carrefours de Paris pour en faire la leçon aux
plus ignorans et grossiers. Aussi ne veux-je toucher qu'un seul de ces
forfaicts, perpetré à Mets en Lorraine, et chastié à Paris devant la
Croix du Tirouer[312] le 5 decembre 1607[313].

     [Note 311: _Accablées par le poids._ (_Dict._ de Furetière.)
     C'étoit, au XVIIe siècle, un mot très suranné.]

     [Note 312: La petite place qui se trouvoit à la jonction de la
     rue Saint-Honoré et de la rue de l'Arbre-Sec, devant la croix
     dite du _trahoir_ ou du _tiroir_, par altération, servoit
     souvent de lieu de supplice; mais on y pendoit seulement. C'est
     par exception qu'on y décapitoit, comme en cette circonstance.
     Ce supplice des condamnés de qualité étoit réservé à la place de
     Grève.]

     [Note 313: L'Estoille, qui est d'ordinaire si bien au courant de
     toutes ces exécutions, ne parle pas de celle-ci. Malherbe n'en
     fait pas non plus mention dans ses _lettres à Peiresc_.]

Il y avoit un capitaine de la citadelle de Mets, homme preux et
vaillant de sa personne, qui, durant ces dernières guerres, avoit
acquis beaucoup de preuves de sa valeur; mais plus valeureux eust-il
esté cent mille fois s'il eut recongneu et bien entendu que la valeur
des valeurs est celle par laquelle nous emportons la victoire sur
nous-mesmes et nos affections, et non pas sur les autres et sur les
places fortes. Comme aussi vrayement n'y a-il de plus glorieux trophées
que ceux que, sans le secours d'autres, nous erigeons nous-mesmes de
nous-mesmes, et à la gloire desquels autre ne peut avoir part que
nous-mesmes. Ce capitaine, jettant et tournant les yeux (esveillez
et hardis) sur les beaux objets et rencontres que la fortune luy
presentoit, allant par la rüe, avisa une fille d'âge encore tendre et
d'honeste maison, mais de taille relevée, et où la grace et la beauté
disputoyent ensemble pour l'honneur et le prix. Aussi ne croi-je que
jamais estocade luy porta plus dangereuse playe dans le corps que
la grace de ceste jeune beauté dedans l'ame. Aussi est-il retourné
de toute autre, mais en celle-cy il y est demouré pour les gages. Il
fust donc vaincu de l'amour que la beauté de ceste jeune fille lui
coula dedans l'ame. Je redoute d'appeller amour dont est sorty un
acte de haine si detestable, et d'appeler amant celuy qui a faict tel
traictement à la personne aimée.

Tant il y a que, l'esclair de ceste beauté luy avant penetré dedans
l'ame, il soubmist incontinent sa raison à ses sens, et sans coup
destourner ni ferir se donna en proye à ses salles appetits. Miserable!
que de prendre la loy de ceux qui la debvoyent recevoir de lui que
de s'abaisser aux pieds de tels maistres et tirans, suivre des
aveugles pour guides, et de se laisser commander de ceux qu'il debvoit
severement gourmander. Mais c'est un grand plaisir aux mal-heureux que
de se plaire en leurs mal'-heurs, et de n'accuser pour cause de leurs
mal'-heurs qu'eux-mesmes.

Ce pauvre mal-heureux donc, cognoissant que ce tyran d'amour s'estoit
saisi du fort de son coeur, et qu'il y commandoit à baguette, et
n'ayant jamais trouvé parmy les rencontres de la guerre place si
bien gardée et de si difficile accès et approche que ceste beauté,
se resolut de la marchander au prix de sa reputation, et l'achepter
au peril de sa vie et fortune, la payer de l'usufruict d'icelle et
en recevoir l'acquit des sanglantes mains d'un executeur de justice.
Ha! que l'ombre du plaisir est grande, et ce qu'il a de corps et de
solidité petit! Mais que la fin et commencement des plaisirs font une
estrange Heraclite et Democrite l'un vers l'autre! Il s'accosta pour
surgir au port de ses desirs d'une maquerelle, laquelle lui promet,
quoy qu'il couste, de faire choir le gibier dans ses filets. Pleust à
Dieu que par les royaumes et provinces il y eut de bons limiers pour
courir, eventer et lever ces pestes des monarchies, villes et citez, et
que, les forests estant suffisantes pour leur faire un bucher, un bras
justicier mist le feu au dedans et resjouït les cieux de l'odeur de si
belles fumées!

Mais quoy! le mestier en est trop commun! plusieurs en auroient trop
chaud en leur pourpoinct, et puis le bois seroit trop ardamment
recueilli en France.

Quoy qu'il en soit, ce capitaine, sans l'achoison[314] de ceste peste,
verroit encor sa vie et sa valeur debout; ceste jeune et tendre
pucelle, sa vie et son honneur; et ses parens, leur joye, support et
contentement.

     [Note 314: Vieux mot qui s'employoit pour _occasion_, et qui
     dérivoit aussi d'_occasio_, selon Huet. V. un article de M.
     Littré, _Revue des Deux-Mondes_, 15 juillet 1855, p. 372.]

Ceste vieille donc (peste de la jeunesse) avisa ceste fille qui
marchandoit des bouquets, et, voyant qu'elle ne se trouvoit d'accord
avec la jardinière, lui dist: Ma fille, venez avecques moy, et je
vous en monstreray de plus beaux, et de plus belles fleurs, à plus
raisonnable prix. Ce jeune tendron, portée de son jeune desir, et
conduite de sa simplesse, se met à la suite de la vieille, comme un
chevreuil qui, sous la conduite du boucher, va droit à la boucherie.
Helas! nous voyons bien le commencement des chemins que nous prenons,
mais nous n'en descouvrons pas les progrès et l'avancement, et moins
encor la fin. Ceste pauvrette s'en va pour trouver quelques bouquets et
fleurettes, et ne pense pas qu'elle va perdre (sou la cruauté d'un bouc
et vrayement boucquin) le bouquet des bouquets et la reine des fleurs,
qui est la rose de sa virginité, voires mesmes sa propre vie.

Elle ne fust donc si tost entrée en la maison de ce capitaine, que ce
fust de tirer les portes après elle, et d'elle extorquer par force ce
que par voye de consentement et d'honneur l'on ne pouvait impetrer. Icy
donc la simplesse fut opprimée par la malice, la trop legère creance
par le mensonge, et la foible pudicité par les efforts ravisseurs de la
lubricité.

Ce miserable donc tient et entretient quelques jours ceste fille en sa
chambre comme esclave, à ses contentemens debordez, et le subjet et
l'object de ses plaisirs non moins desreglez qu'aveuglez. Les parens
cependant font de tous costez recherches de leur enfant, et la justice,
importunée de leurs plaintes, faict assemblée de ceux sur qui pouvoit
tomber le soupçon du crime. Commandemens sur prières, menaces sur
commandemens, à quiconque la tient ou en entend parler, de l'enseigner
ou de la remettre entre les mains des parens. Ce coupable, qui estoit
present en l'assemblée, à qui toutes les paroles du juge sembloyent
des coups de tonnerres, toutes ses oeillades des eclairs poignans
comme estocades, et tous ses commandemens et menaces des foudres qui
canonnoient, tronçonnoient et fouldroioient en sa conscience, rapporte
de ceste assemblée mille craintes, terreurs et mortelles frayeurs à la
maison. Seroit-ce pas, dit-il, maintenant que la bonté divine seroit
en mon regard parvenue au dernier periode de sa patience? Sens-je pas
les coupables remors qui remuent mesnage et pincettent cruellement ma
conscience? Vois-je pas l'espée, non de Denis[315], mais d'un cruel
executeur, qui pend, attachée d'un simple fil, dessus moy, et menace
ma criminelle teste? Quoy! faudra-il que je serve de spectacle à tout
le monde sur un eschafaut, et qu'un glaive public limite et abrége
honteusement le terme de mes jours? Ay-je esté tant et tant de fois
prodigue de ma vie, en tant de dangereuses rencontres, pour estre
finalement reservé à ceste honteuse mort? Que ne me rend la fortune les
hazards des alarmes où je me suis tant de fois trouvé pour m'y faire
ouvrir l'estomac d'un beau coup de picque au travers des entrailles!
Que ne me fait le ciel plouvoir et gresler des milions de pruneaux
et dragées sur la teste, pour perdre en mes armes une vie glorieuse,
plustost que souffrir une mort si vergongneuse[316]!

     [Note 315: L'épée de Denys le Tyran au dessus de la tête de
     Damoclès.]

     [Note 316: Ce mot est plus rare que _vergogne_, dont il est
     dérivé. On le trouve pourtant dans Montaigne et dans ce passage
     du 1er livre des _Poèmes_ de Ronsard:

       Ils faisoient bien souvent, sans nulle autre poursuite,
       Tourner les ennemis en vergogneuse fuite.]

Mais que dis-je? où suis-je? Y a-il pas moyen d'esviter ce coup?
Suis-je desjà entre les bras de la justice, laquelle peut-estre ne
pense à autre chose qu'à me punir? Y a-il pas moyen de derober ce faict
à sa cognoissance, et quant et quant me delivrer de sa puissance?

Comme il estoit en ces altères[317], l'ennemy de nature, qui faict
que les meschancetez servent aux meschants de degrez à plus grandes
meschancetez, et qui, par les crimes execrables, leur en fraye le
chemin, coula ce propos et ceste resolution en sa pensée: Que penses-tu
faire? Que servent tant de plaintes et deliberations? Ne voy-tu pas que
les premiers actes de ceste tragedie sont jouez? La beste est prise,
tu en as faict curée et en as assouvi tes appetits; reste seulement la
catastrophe. Estrangle donc celle qui te tient en peine; et, celant ton
faict, tire-toy d'inquietude et tourmens. Toute asseurance est perdue
si tu ne trouves ta vie en sa mort, et si sa ruine ne te sert d'ancre
de salut.

     [Note 317: «Inquiétudes d'esprit, passions véhémentes.» (_Dict._
     de Furetière.) Ce mot étoit déjà vieux.]

Le miserable remache et embrasse aussitost ce meschant conseil, non
toutes fois sans se sentir merveilleusement esbranlé de ces raisons
au contraire: Quoy! de la Motte, pourras-tu concevoir une haine si
mortelle contre celle qui, par le rapt de sa virginité, a commencé
à t'aimer, et qui, par la perte de sa fleur, s'est domestiquée[318]
en ton amour? Hé! ne vois-tu pas que ces bourasques et tempestes
t'emportent d'abisme en abisme et de Scille en Caribde! Veux-tu joindre
à ce rapt, à cet inceste, à ce sacrilége abominable, un homicide, un
meurtre, un parricide execrable? Veux-tu amasser le vol sur le viol,
et te rendre voleur de sa vie aussi bien que violateur de sa pudicité?
Quoy! faut-il que les lacs de tes bras, dont tu te pendois à son col,
soyent maintenant deguisez en etoufans licols? Veux-tu changer tes
embrassemens en estranglemens, tes mignardises en cruautez, et ces
mots de: _Mon coeur et ma vie!_ en ces termes: _Meurs! meurs! il faut
mourir?_ Pourras-tu respondre d'une mine farouche et furieuse à ceste
face aprivoisée par le temps, et maintenant si gracieuse? Souffriras-tu
d'un oeil renfrongné ceste oeillade, laquelle dissipoit tes ennuis et
mettait la joye et l'allegresse en ton ame?--Que feray-je (repliquoit
à soy-mesme), et quel moyen de cacher ma faute aux hommes?--Miserable!
penses-tu la cacher à celuy qui tout oït et tout voit? Mais penses-tu
de te cacher à toy-mesme, et de faire que tu ne te trouves chez
toy-mesme pour insupportable fardeau de la terre?--Mais il ne m'en
chaud[319], pourveu que je puisse eviter la mort.--Si ne saurois-tu
pourtant eviter les remords, qui te forgeront tous les jours mille
espèces de mort en l'ame. Et puis penses-tu que la patience divine
tiendra tousjours la main au sein, et que sa vengeance ne suive à la
trace cette insupportable cruauté? Ces discours et raisons commençoyent
à le fleschir, lorsque quelqu'un, frappant à la porte, luy mist telle
frayeur en l'ame et telle apprehension de la justice, que sans plus
grand delay il estrangle ceste pauvre fille en son estable, et la fait
mettre dans une valise et porter par son serviteur (appelé Houppart)
dans la rivière. Ce forfaict fut quelques mois incongnu; mais ce qui
le mist en evidence, ce fut un autre viol que le dit de la Motte fist
en la personne de Nicolle Martel, fille de Claude Martel, soldat de
la citadelle de Mets, lequel en fist sa requeste et sa plainte à M.
d'Arquien, lieutenant pour Sa Majesté en la dite garnison. M. d'Arquien
renvoye la cause devant M. de Selve, president de la ville de Mets,
qui, ayant fait informer contre Louyse de la Villette, maquerelle, et
accusée de l'avoir vendue au dit de la Motte, il feit emprisonner le
dit sieur de la Motte, lequel recusant M. de Selve pour son juge, la
cause en fut evoquée devant M. de Poisisse, par lequel, finalement,
toutes informations et justifications faictes de part et d'autre, et
la question donnée à la dite Louyse de la Villette et à Claudine et
Houppart, serviteur et servante du dit de la Motte, il fut sceu et
confessé que le dit de la Motte avoit fait estrangler ceste innocente
fille du ministre de Combes et defloré la dite Louyse Martel.
Occasion pourquoy le dit de la Motte receut l'arrest de sa mort au
fort l'Evesque, à Paris, et fut condamné d'avoir la teste tranchée,
et Claudine et Houppart, ses serviteur et servante, condamnez estre
pendus; lesquels furent executez devant la Croix du Tirouer.

     [Note 318: Montaigne s'est servi du même mot à peu près dans le
     même sens: «Il faut, dit-il, oster à la mort son estrangeté et
     la _domestiquer_ à force d'y penser.»]

     [Note 319: V., sur cette locution, une note de la pièce
     précédente.]

Que peut servir au dit de la Motte d'avoir voulu receler son fait
aux hommes et d'avoir voulu monstrer sa ferocité lors que l'on le
vouloit lier pour le mener au suplice? Car il fust atterré par quatre
crocheteurs dans la prison, et chargé à force sur le chariot et conduit
sur l'echafaut, où, après avoir differé son supplice le plus qu'il
pouvoit, et attendu en vain sa grace du roy, qu'il pensoit obtenir par
le moyen de la royne Marguerite[320], la grace que le roy lui feist
fust qu'il auroit la teste tranchée et recevroit le digne salaire de
sa meschanceté. Sur quoy un chacun peut recognoistre que l'homme ne se
doit de la sorte precipiter à ses sensualitez, et que là où la crainte
de Dieu et des hommes ne l'en destourneroit, la crainte du supplice
doit pour le moins estre suffisante pour l'en destourner.

     [Note 320: Elle avoit encore certain pouvoir sur l'esprit de
     Henri IV, son époux divorcé. V. notre tome 1er, p. 207.--Au mois
     de juin de cette même année, le roi lui avoit encore accordé
     une grâce. V. L'Estoille, à cette date.]



_Le Satyrique de la Court._

M.DC.XXIIII[321]. In-8.

     [Note 321: Ce n'est qu'une réimpression du _Discours nouveau
     sur la mode_, Paris, Pierre Ramier, rue des Carmes, à l'Image
     Saint-Martin, 1613, in-8, reproduit en 1850 par M. Eus.
     Castaigne dans le t. 4 du _Bulletin archéologique et historique
     de la Charente_, et tiré à part à 100 exemplaires.--Le _Pasquil
     de la cour_, mis à la suite de l'édition reproduite ici, ne se
     trouve pas dans la première. Il avoit d'abord été publié à part
     sous le même titre, Paris, 1623, in-8 de 11 pages.]


  Un jour que mon humeur me rendoit solitaire,
  Tout pensif et songeard, contre mon ordinaire,
  Pour m'esgayer un peu et pour passer le temps,
  Je me deliberay d'aller jouer aux champs.
  Mais comme je sortois des portes de la ville,
  Je regarde venir devers moy une fille
  Toute nuë de corps, de qui les cheveux blonds
  Voletans descendoient jusques sur les talons,
  Changeante à tout moment la couleur de sa face,
  Et toutes fois tousjours avoit fort bonne grace.
  Dans une de ses mains elle avoit un ciseau,
  Et dans l'autre portoit un taffetas fort beau,
  Afin de s'en vestir; mais pour estre plus belle
  Elle sembloit chercher une forme nouvelle[322].
    Enfin, comme je vis qu'elle approchoit de moy,
  Je luy dis, tout surprins de merveille et d'esmoy:
  A voir vostre façon et vostre beau visage,
  Je croy que vous soyez de divin parentage;
  Vos yeux monstrent assez vostre divinité,
  Et que vous ne tenez rien de l'humanité;
  Mais sans passer le jour à plus long-temps m'enquerre
  Si vous estes des cieux ou fille de la terre,
  Au nom de Jupiter, dites-moy vostre nom,
  Que je fasse partout voler vostre renom.
  Elle, jettant sur moy une oeillade divine,
  Tire ce long discours du fond de sa poitrine:
    Je ne desire pas me faire des autels;
  Je ne suis que par trop cognuë des mortels;
  Je ne te cherche pas pour me faire paroistre:
  Ma force et ma vertu me font assez cognoistre.
  Toutes fois, je veux bien, puis que c'est ton plaisir,
  Te disant qui je suis, contenter ton desir.
  Je suis (comme tu dis) de la divine essence,
  Mère du Changement, et fille d'Inconstance.
  Jupin, Mars, Apollon, et le reste des dieux
  Qui ont commandement dedans l'enclos des cieux,
  N'ont pas tant de pouvoir en ceste terre ronde,
  Certainement, qu'en a mon humeur vagabonde.
  Je fais tous les humains sous mes loix se ranger,
  Mais les François premier, qui ayment le changer;
  Les François, qui leur nom ont rendu redoutable
  Dedans tous les cantons de la terre habitable,
  Viennent s'assubjetir à mon commandement,
  Aimans, comme je fais, beaucoup le changement.
  En leur langue commune ils me nomment la Mode:
  Car ainsi que je veux les hommes j'accommode.
  Je leur ay fait porter, pour commencer au corps,
  La moustache pendante[323] et les cheveux retors.
  La France, en ce temps-là, s'estant accoustumée
  Aux façons des bourgeois de la terre Idumée[324].
  Après, j'ay faict couper ces cheveux qui pendoient
  Et jusques au milieu de leur dos descendoient,
  Et avec le trenchant mis bas leur chevelure,
  Qui peu auparavant leur servoit de parure.
  Mille fois j'ay changé le blondissant coton
  Que l'avril de leurs ans leur fait croistre au menton;
  Fait leur barbe tantost longue, tantost fourchuë,
  Tantost large; à present on la prise pointuë[325];
  C'est celle maintenant dont plus de cas on fait,
  Qui ne la porte ainsi n'est pas homme bien fait;
  Non plus que l'on ne peut estre de bonne grace
  Si l'on n'a aux sourcils relevé la moustasse[326];
  Moustasse qu'on avoit jadis accoustumé
  Porter rase, qui lors vouloit estre estimé.
  Mais venons aux habits desquels leurs corps je couvre,
  Où mon authorité encor mieux se descouvre.
  Quelle nouvelleté n'ont souffert les chappeaux!
  Combien leur ay-je fait de changemens nouveaux[327]!
  Je leur ay fait donner la façon albanoise,
  Qui a pour quelque temps eu le nom de françoise,
  Puis je les ay fait plats avec un large bord.
  Ceste façon plaisoit aussi bien à l'abord;
  Mais elle a maintenant perdu toute sa grace;
  On n'en fait plus d'estat, une autre a prins sa place,
  Qui a la teste ronde avec les bords estroits,
  Et semble mieux turban que chappeau de François;
  Et comme le chappeau de façon renouvelle,
  Fais-je pas au cordon une forme nouvelle?
  Ne l'ai-je pas fait gros et puis après petit?
  Tantost plat, tantost rond, selon mon appetit?
  Je serois trop longtemps si je voulois te dire
  Combien je fais par là ma puissance reluire.
  Depuis deux ou trois ans seulement, les cordons
  Ayans plus de vingt fois rechangé de façons,
  Je leur ay pour un temps mis des boucles dorées;
  Personne n'en a plus, on les a retirées;
  Je les fais maintenant moitié d'un crespe fin
  Bouffant en quatre plis, et moitié de satin.
  Naguères l'on n'osoit hanter les damoiselles
  Que l'on n'eust le colet bien garny de dentelles;
  Maintenant on se rit et moque de ceux-là
  Qui desirent encor paroistre avec cela.
  Les fraizes et colets à bord sont en usage.
  Sans faire mention de tout ce dentellage,
  J'observe tout le mesme à l'endroit des rebras[328],
  Les quels j'ay fait porter tantost haut, tantost bas,
  Tantost pleins de dentelle, et quand je veux j'y prise
  Avec le point couppé[329] l'ouvrage de Venise.
  Mais ces braves rebras ont perdu leurs beautez;
  Ceux a bords maintenant sont les plus usitez.
  A leurs pourpoints je fais tousjours nouvelle forme:
  Ce qui plaisoit hier aujourd'huy est difforme.
  Je les ay fait porter larges, longs, courts, estroits,
  Je les ay fait changer de colet mille fois,
  Tantost façon de dents, maintenant de rondace[330];
  La nouvelle tousjours est de meilleure grace.
  J'ay fait les aillerons larges d'un demy-pié,
  Mesmes souvent pendans du bras jusqu'à moitié.
  Pour un temps l'esguillette y a esté prisée,
  Qui maintenant n'y sert de rien que de risée.
  Les aillerons estroits sont les plus estimez.
  Les busques ne sont plus comme jadis aymez.
  Avec quoy l'on avoit accoustumé paroistre,
  Les plus estroits pourpoints sont ceux qui sont en estre.
  J'ay avec le trenchant decouppé leur satin
  Pour monstrer le taftas bleu ou incarnadin
  Qu'ils font mettre dessous ceste large taillure,
  Qui est, à vray parler, vanité toute pure[331];
  Encor cela est-il peu prisé si l'on n'a
  Le satin verd aux gans ou velours incarna,
  Ou bien de franges d'or une paire bordée[332]
  Qui porte sur le bras une demy-coudée.
  Pour se ceindre l'on a quitté le taffetas;
  Personne maintenant n'en fait guère de cas,
  Si ce n'est un qui porte une longue sutenne[333]
  Qui soit ou de damas ou de velours de Genne:
  Car les ceinturons seuls maintenant sont receus
  Qui sont en broderie ou de soye tisseus.
  Je ne pense non plus que maintenant on puisse
  Paroistre avec la chausse estroitte ou à la suisse[334],
  Ou bien toute bouffante à l'entour de gros plis,
  De crains sous la doublure, ou de coton remplis[335],
  Aussi c'est estre fol que de penser paroistre
  Vestu d'une façon qui a perdu son estre;
  Il faut s'accommoder ainsi comme l'on fait,
  Refaire ses habits comme l'on les refait,
  Changer d'accoustrement aussitost que j'allume
  Dans les coeurs le desir de changer de costume:
  Car qui porte la chausse, encor que de velours,
  Qui n'est froncée en haut et dessus les genoux,
  Qui n'a de gros boutons aux costez une voye,
  Ou de rang cinq ou six grands passemens de soye,
  Appreste grand subject de rire à haute voix
  A ceux qui vont suivant mes inconstantes loix;
  On le monstre du doigt, quand mesmes en science
  Il seroit estimé des premiers de la France,
  Ainsi qu'un qui voudroit en la sale d'un grand
  Avec un bas de drap tenir le premier rang,
  Ou bien qui oseroit avec un bas d'estame
  En quelque bal public caresser une dame[336]:
  Car il faut maintenant, qui veut se faire voir,
  Aux jambes aussi bien qu'ailleurs la soye avoir,
  Et de large taftas la jartière parée
  Aux bouts de demy-pied de dentelle dorée[337],
  N'avoir pas les souliers camus comme autrefois[338],
  Ny plats, à la façon des lourdauts villageois;
  Il les faut façonner d'une juste mesure,
  Le talon eslevé et plein de decouppure.
  Qui les porte autrement, il entendra tout haut
  Que quelque courtisan l'appellera maraut;
  Comme qui trop hardy voudroit hanter le Louvre
  N'ayant pas sur le pied une rose qui couvre
  La moitié du soulier[339], ou qui en porte encor
  Qu'il n'y ait à l'entour de la dentelle d'or.
  Mais quiconque, d'honneur desireux, a envie
  Au modelle de court de conformer sa vie,
  Il ne faut pas tousjours estre chaussé ainsi;
  Il faut qu'il ait souvent la botte de Roussy[340],
  Et l'esperon aux pieds, encore qu'il ne pense
  Que de passer le jour à l'entour d'une dense;
  Qu'il ait tousjours le dos d'une escharpe couvert
  De taftas de couleur incarnat, bleu et vert,
  Ou d'autre qu'il verra plus propre à sa vesture,
  Aux deux bords enrichy d'or ou bien d'argenture,
  Qui pende pour le moins sur le manteau d'un pié,
  Et couvre du colet une grande moitié;
  Qu'il ait sur le costé pendant un cimeterre[341],
  Comme portoient jadis les Perses à la guerre,
  Court, mais de bonne trempe, inutil toutes fois
  Aux batailles que font maintenant les François;
  La garde faite en croix ou en forme aquileine,
  Toute luisante d'or ou d'esmail toute pleine;
  Qu'il ait le manteau court, car d'en porter de longs,
  Comme anciennement, qui battent les talons,
  L'usage en est perdu, si ce n'est quelque prestre
  Sage en théologie ou qui soit ès arts maistre,
  Ou quelque conseiller, ou quelque president,
  Ou un qui s'enrichit au Palais en plaidant:
  Car sans risquer l'honneur ceste mode est permise
  Aux hommes seulement de justice ou d'eglise,
  Qui ne vont pas s'ils n'ont la sutenne dessous,
  Qui leur pende beaucoup plus bas que les genous;
  Qu'il l'ait, dis-je, si court que sa longueur ne puisse
  Que couvrir tout au plus la moitié de la cuisse,
  Doublé tout à l'entour d'un velours cramoisy
  Ou d'autre qu'il aura chez un marchand choisy:
  Car par trop à present du taftas on abuse,
  Et chacun pour doublure à son manteau en use.
  Le bourgeois, cy-devant, allant à un festin,
  Avoit sur le manteau deux bandes de satin;
  Mais maintenant il faut, s'il veut estre honneste homme.
  L'avoir plein de taftas comme le gentilhomme;
  Pourquoy d'hanter la cour qui fait profession
  Que l'on ne voit jamais manquer d'invention
  Pour passer en beauté d'habits la populace.
  Qui veut des courtisans tousjours suivre la trace,
  Il lui faut le velours, et sur nostre orizon,
  Quand revient à son tour l'estivale saison,
  Il luy faut, pour servir de legère vesture,
  De simple taffetas un manteau sans doublure;
  Et s'il est quelque fois de chasser desireux,
  Le cerf viste courant, ou le lièvre peureux,
  Ou bien le loup, terreur de la rustique race,
  L'escarlatte est l'habit ordinaire de chasse,
  Aucune fois de court, pourveu qu'il soit paré
  De trois ou quatre rangs de passement doré.
  Mais mon pouvoir s'estend encor plus sur les femmes,
  Soit bourgeoises ou bien damoiselles ou dames:
  C'est moy seule qui fais leurs tresses et cheveux
  Noüez, poudrez, frisez ainsi comme je veux:
  Une dame ne peut jamais estre prisée
  Si sa perruque n'est mignonnement frizée,
  Si elle n'a son chef de poudre parfumé[342]
  Et un millier de noeuds, qui çà, qui là semé
  Par quatre, cinq ou six rangs, ou bien davantage,
  Comme sa chevelure a plus ou moins d'estage,
  Et qui n'a les cheveux aussi longs qu'il les faut;
  Elle peut aisement reparer ce deffaut:
  Il ne faut qu'acheter une perruque neuve[343];
  Qui a de quoy payer facilement en treuve;
  Mais c'est là la façon des dames: le soucy
  Des bourgeoises n'est pas de se coiffer ainsi;
  Leur soin est de chercher un velours par figure[344]
  Ou un velours rosé qui serve de doublure
  Aux chaperons de drapt que tousjours elles ont,
  Et de bien ageancer le moule sur le front,
  Luy face aux deux costez de mesure pareille
  Lever la chevelure au dessus de l'oreille.
  Aux dames je fais cas d'un visage fardé:
  A la court aujourd'huy c'est le plus regardé,
  Car, quand bien elle auroit une fort belle face,
  Si elle n'est pas fardée elle n'a pas de grace,
  Et principalement le doit-elle estre alors
  Que la ride commence à luy siller le corps,
  Et que de jour en jour une blanche argenture
  Va se peslemeslant dedans sa chevelure:
  Car c'est alors qu'il faut faire mentir le temps
  Pour se faire honnorer comme en ses jeunes ans;
  C'est lors qu'il est besoin se servir d'artifices
  Afin de rabiller les ordinaires vices
  Que la triste vieillesse ameine pour recors
  Aussi tost qu'elle vient se saisir de nos corps.
  Aussi faut-il, durant le temps de son jeune aage
  Soigneusement garder le teint de son visage;
  Il faut tousjours avoir le masque[345] sur les yeux,
  De peur que peu à peu le clair flambeau des cieux
  De ses traits eslancez ne bazanne la face,
  Où de la femme gist la principalle grace:
  Car ny les longs cheveux de son chef blondissant,
  Ni de son large sein le tetin bondissant,
  Ny les luisans esclairs de sa plaisante veüe
  Ny son gentil maintien, ny sa forme meneüe,
  Ne peuvent pas la rendre excellente en beauté
  Si elle a sur le front de la difformité.
  Mais je veux maintenant te dire en quelle sorte
  Une galante femme en habits se comporte:
  Il luy faut des carquans, chaisnes et bracelets,
  Diamans, affiquets[346] et montans de colets,
  Pour charger un mulet, et voires davantage,
  Dont on pourroit avoir aisement un village;
  Et telle bien souvent porte ces ornemens
  Qui n'aura pas cinq sols de rente tous les ans.
  Encor cela est-il aux dames tolerable;
  Mais la bourgeoise fait maintenant le semblable,
  Qui ose bien porter des diamans au doigt
  Qui cousteront cent francs, que peut-estre elle doit,
  Et ayme mieux payer tous les ans une rente
  Que n'avoir pas au col une chaisne pendante,
  Qu'elle acheptera plus beaucoup que ne vaut pas
  Ce que luy a laissé son père à son trespas.
  Encore n'est-ce rien si elle n'a sur elle
  Coliers et bracelets comme la damoiselle,
  Et ne porte cent mille autres tels ornemens,
  Toy-mesme tu peux bien cognoistre si je mens,
  Qui ne sont en effect qu'une vaine despence,
  Qui donne clairement preuve de ma puissance.
  Et quand bien elle aura cela, ce n'est pas tout:
  Sa vaine ambition n'est pas encore au bout;
  Il luy faut des rabas de la sorte que celles
  Qui sont de cinq ou six villages damoiselles,
  Cinq colets de dentelle haute de demy-pié[347],
  L'un sur l'autre montez, qui ne vont qu'à moitié
  De celuy de dessus, car elle n'est pas leste
  Si le premier ne passe une paulme la teste;
  Elle a pour ses rabas ses fraizes eschangé,
  Dont elle avoit jadis tousjours le col chargé
  Quand elle desiroit avoir belle apparence,
  Ou à quelque festin, ou bien à quelque dance;
  Et lors il n'y avoit que celles qui estoient
  D'une condition honneste qui portoient
  Deux colets joincts ensemble avec doubles dentelles,
  Et les estimoit-on à demy damoiselles.
  L'on ne parloit alors sinon de celles-là
  Qui avoient à l'entour du col ces colets-là.
  Les voilà maintenant laissez aux artisannes,
  Et je croy que bien tost aux pauvres paysannes
  La volonté viendra de s'en servir aussi,
  Et d'en couvrir leur col de halle tout noircy.
  La femme du bourgeois, qui aime l'inconstance
  Pour le moins tout autant que la dame de France,
  Pour se couvrir le sein la façon a appris
  D'user de points couppez ou ouvrages de pris,
  Et non d'avoir le haut de la robe fermée
  Comme elle avoit jadis de faire accoustumée,
  Et comme font encor beaucoup de nations,
  Où je ne fais pas tant qu'icy d'inventions;
  Mais les dames, au moins pour la pluspart, n'ont cure
  D'avoir en cest endroit aucune couverture:
  Elles aiment bien mieux avoir le sein ouvert
  Et plus de la moitié du tetin descouvert[348].
  Elles aiment bien mieux de leur blanche poitrine
  Faire paroistre à nud la candeur albastrine,
  D'où elles tirent plus de traits luxurieux
  Cent et cent mille fois qu'elles ne font des yeux.
  Des rebras enrichis d'une haute dentelle,
  La bourgeoise s'en sert comme la damoiselle;
  Mais ceux qui ne vont point jusqu'à moitié du bras
  De la dame de court bien venus ne sont pas.
  Aux robes le taftas a perdu son usage
  Envers celles qui sont de noble parentage.
  Il leur faut le satin ou velours figuré,
  Autour des aislerons[349] force bouton doré[350],
  La manche detaillée à grande chiquetade;
  Le taftas seulement sert dessous de parade,
  Voires le plus souvent les robes de satin
  Qui sont de couleur rouge ou bien d'incarnadin
  Des damoiselles sont les plus chères tenues,
  Et dont journellement on les voit revestues.
  La robe de taftas a prins d'ailleurs son cours:
  La bourgeoise s'en sert maintenant tous les jours;
  Encore, quand il est question d'être leste
  A quelque mariage ou bien à quelque feste,
  Elle ose bien porter la robe de damas,
  Qui pour se faire voir n'aguères n'avoit pas
  Rien que robes de drap, ou bien robes de sarges,
  Avec queuë par bas pendante et manches larges:
  Car aux robes alors hautes manches portoient
  Seulement celles qui de noble race estoient;
  Mesmes lors le burail[351] estoit très rare chose,
  Et le turc camelot, dont la bourgeoise n'ose
  En faire maintenant sa robe seulement
  Qui de son coffre soit le pire habillement.
  Le grand vertugadin[352] est commun aux Françoises,
  Dont usent maintenant librement les bourgeoises,
  Tout de mesme que font les dames, si ce n'est
  Qu'avec un plus petit la bourgeoise paroist:
  Car une dame n'est pas bien accommodée
  Si son vertugadin n'est large une coudée.
  Les cottes de taftas ont beaucoup de credit;
  La bourgeoise s'en sert, sans aucun contredit,
  Aussi communement qu'elle faisoit naguère
  De drap et camelot, son estoffe ordinaire:
  Car jadis celles qui damoiselles n'estoient
  Aux cottes ny taftas ny damas ne portoient.
  Le burail estoit lors l'estoffe plus commune
  A celles qui avoient à leur gré la fortune;
  Mais desjà, quand je dis commune, je n'entends
  Dire l'estoffe dont elle usoit en tout temps.
  Non, ce n'est pas ainsi comme je le veux prendre,
  C'est mon intention autrement de l'entendre:
  Je dis les cotillons qui plus en vogue estoient,
  Et lesquels seulement les plus riches portoient,
  Au lieu du taffetas dont à present chacune,
  Soit qu'elle ait favorable ou contraire fortune,
  Orgueilleuse se sert, enrichy bravement,
  A l'entour, de six rangs de large passement,
  Voire, mais du damas que j'avois en mon ame
  Designé de garder pour l'habit de la dame,
  Qui est contrainte avoir la robe de velours,
  Et d'autres de damas et de taftas dessous,
  Des bourgeoises en ce seulement dissemblable,
  Jaçoit bien qu'elle porte une estoffe semblable,
  Pour une cotte qu'a la femme du bourgeois,
  La dame en a sur soy l'une sur l'autre trois,
  Que toutes elle fait esgalement paroistre,
  Et par là se fait plus que bourgeoise cognoistre.
  A leur bas l'une et l'autre aime fort l'incarna,
  La bourgeoise l'estame, et si la dame n'a
  Sur les jambes la soye, elle n'est pas parée,
  Bien qu'au reste elle fust richement accoustrée.
  Les bourgeoises non plus que les dames ne vont
  Nulle part maintenant qu'avec souliers à pont[353]
  Qui aye aux deux costez une longue ouverture
  Pour faire voir leurs bas, et dessus, pour parure,
  Un beau cordon de soye, en noeuds d'amour lié,
  Qui couvre du soulier presques une moitié.
  Tout ordinairement prennent les damoiselles
  L'echarpe de taftas pour paroistre plus belles;
  La bourgeoise s'en sert tant seulement aux champs,
  Soit hiver, soit esté, soit automne ou printemps;
  Mesmes quand elle va dedans quelque village,
  D'un masque elle ose bien se couvrir le visage,
  Mais que fais-je? j'oublie à dire le plus beau:
  Mets-je pas sur le dos des dames le manteau
  Tout fourré par dedans, quand la froide gelée
  Arreste les sillons de la liqueur salée?
  Ne fay-je pas aussi les enfans des bourgeois
  Aussi braves que ceux des princes et des rois,
  Chargez de carquans d'or, et autour de leurs testes,
  Pleins d'ornemens perleux qu'ils nomment serre-testes[354],
  Avec accoustremens du moins de taffetas,
  Bien souvent de velours ou d'un riche damas?
  Leur fay-je pas tousjours pendre au bas des aureilles
  Quelques perles de prix ou bien choses pareilles?
  La chaisne d'or au col[355], aux mains les bracelets,
  Au doigt les diamans, au front les affiquets,
  Et autres tels fatras qui valent davantage
  Que tout le revenu du bien de leur mesnage;
  Mais je ne monstre pas seulement ma vertu
  Aux façons des habits dont on est revestu:
  C'est moy seule qui fais desguiser leur parole.
  On a beau consommer tout son temps à l'ecolle,
  Il faut, quiconque veut estre mignon de court,
  Gouverner son langage à la mode qui court;
  Qui ne prononce pas _il diset_, _chouse_, _vandre_,
  _Parest_, _contantemans_[356], fut-il un Alexandre,
  S'il hante quelquefois avec un courtisan,
  Sans doute qu'on dira que c'est un paysan,
  Et qui veut se servir du françois ordinaire,
  Quand il voudra parler sera contraint se taire.
  Qui peut trouver un mot qui n'est pas usité
  Est attentivement de chacun escouté,
  Et celuy qui peut mieux desguiser son langage
  Est aujourd'huy partout estimé le plus sage,
  Encore qu'il ne soit autre qu'un jeune sot,
  Qui de latin ny grec n'ait veu jamais un mot,
  Qui n'ait jamais rien fait que tenir des requestes,
  Hanter les cabarets et faire force debtes.
  Et si quelqu'un prononce ainsi comme il escript,
  Quand de France il seroit le plus galand esprit,
  Qui auroit employé sa jeunesse à apprendre,
  Sans s'exercer à rien dont on l'ait peu reprendre,
  Il sera bafoüé de quelque jeune veau
  Qui ne prisera rien que ce qui est nouveau.
  Bref, il faut observer, qui veut paroistre en France,
  Au parler aussi bien qu'aux habits l'inconstance.
  Mais pendant que je vay discourant avec toy,
  La court pour mon absence est en un grand esmoy.
  A Dieu! je m'en vay voir s'il faut que je reforme
  Quelque chose aux habits qui paroisse difforme;
  Je voy les courtisans desjà las de porter
  Les façons que je viens de te representer.
  Les passemens dorez reviendront en lumière;
  Je m'en vay les remettre en leur vogue première.
  Les marchands se faschoient de voir si longuement
  Demeurer dans leur coffre un si beau passement:
  Il faut les contenter, et que ceste richesse
  Serve de parement à toute la noblesse.
    Si tost que ceste dame eust cessé de parler,
  Soudain s'esvanouit comme fait un esclair,
  Et moy, tout estonné, plus longtemps ne sejourne;
  Mais dedans ma maison soudain je m'en retourne,
  Jugeant bien à par moy que c'estoit verité
  De ce qu'elle m'avoit jusqu'icy recité[357].

     [Note 322: Henri Estienne, dans ses _Deux dialogues du nouveau
     langage françois italianisé_, à propos d'une discussion de son
     Celtophile et de son Philausone sur la mobilité perpétuelle
     de la mode, raconte l'anecdote de ce peintre qui, ayant à
     représenter tous les peuples de l'Europe avec leur costume
     national, n'imagina rien de mieux, pour figurer le François, que
     de le peindre nu avec une pièce d'étoffe sous le bras et une
     paire de ciseaux à la main. C'est certainement à ce tableau,
     ou plutôt à cette caricature, que l'auteur fait allusion ici.
     Une autre pièce du temps, _le Courtisan à la mode_, etc.
     (1625), p. 9, en parle d'une façon plus directe et avec plus de
     détails: «Il ne faut s'estonner, y est-il dit, si dans Rome,
     dans la gallerie du cardinal Fernèze (_sic_), que l'on estime
     estre l'une des plus admirables pour les peintures et autres
     singularitez qui s'en puissent trouver dans l'Europe, où, entre
     autres choses, l'on voit toutes les nations despeintes en
     leur naturel, avec leurs habits à la mode des pays, hormis le
     François, qui est despeint tout nud, ayant un roulleau d'estoffe
     soubs l'un de ses bras et en la main droicte des cizeaux, pour
     demonstrer que, de toutes les diversitez de l'univers, il n'y a
     que le François qui est seul à changer journellement de mode et
     façon pour se vestir et habiller, ce que les autres nations ne
     font jamais.»]

     [Note 323: On sait qu'on appeloit _moustaches_ les cheveux
     tombant sur les côtés. Dans _la Mode qui court_, pièce du même
     temps (p. 3), il est parlé d'une «perruque acheptée au Palais,
     garnie de sa moustache derrière l'oreille.»]

     [Note 324: Les Juifs portoient toujours les cheveux pendants.]

     [Note 325: Ce fut la mode jusqu'au jour où Louis XIII, s'étant
     ingéré du métier de barbier barbant, «coupa, dit Tallemant, la
     barbe à tous les officiers de sa maison, et ne leur laissa qu'un
     petit toupet au menton.» Richelieu, à qui l'on ne faisoit pas
     si facilement la barbe, conserva seul la royale pointue. Une
     chanson faite alors, et conservée par Tallemant, disoit:

         Helas! ma pauvre barbe,
       Qu'est-ce qui t'a faite ainsi?
         C'est le grand roi Louis
         Treizième de ce nom,
       Qui toute a ebarbé sa maison.
       . . . . . . . . . . . . . . .
       Laissons la barbe en pointe
       Au cousin de Richelieu,
         Car, par la vertudieu!
         Ce seroit trop oser
       Que de la lui pretendre raser.
                 Tallemant, _Historiettes_, édit. in-12, t. 3, p. 68.]

     [Note 326: C'étoient ces moustaches en croc ou recroquillées en
     cerceau dont se moque Naudé dans le _Mascurat_, p. 187. La mode
     en venoit des Espagnols. Les courtisans s'en faisoient gloire:
     «Ils vous respondront que leur habit, leur desmarche et leur
     barbe est à l'espagnolle.» (_Le Courtisan à la mode_, p. 8.)]

     [Note 327: On trouve dans une pièce déjà citée, _la Mode qui
     court_ (_ibid._), des détails sur ces diverses formes de
     chapeaux, ronds, pointus, hauts de forme, en _pot à beurre_,
     comme dit G. Naudé, ou à _l'albanoise_, comme on dit ici; sur
     les cordons, les panaches, etc. «Les chapeliers, y est-il
     dit, se plaignent que tant de chouses (modes) nouvelles leur
     font perdre l'escrime en la fabrique des chappeaux. L'un les
     veut pointus en pyramide, à la façon des pains de sucre, qui
     dansent en cheminant sur la perruque...; d'autres les veulent
     plats à la cordelière, retroussez, en mauvais garçon (par signe
     seulement), avec un pennache cousu tout autour, de peur que le
     vent l'emporte; d'autres en veulent en façon de turban, ronds et
     peu de bords...» _Le Courtisan à la mode_ (p. 5) parle aussi de
     ces diverses formes, _chapeaux en preneurs de taupes_, _chapeaux
     hors d'escalade_, c'est-à-dire très pointus, très à pic. Dans
     _les Loix de la galanterie_, la même expression est employée, et
     il y est dit en outre: «L'on a porté des chapeaux fort hauts, et
     si pointus qu'un teston les eût couverts.» M. Castaigne cite en
     note sur _ces hauts chapeaux d'Albanois_ un passage des _Oeuvres
     morales, etc._, de Jean des Caurres, fol. 602, verso.]

     [Note 328: _Repli, revers, parement._]

     [Note 329: Le _point-couppé_ étoit une dentelle à jour qu'on
     faisoit en collant du filet sur du quintin, et en perçant et
     emportant la toile qui étoit entre deux. V., sur le commerce du
     _point-couppé_, les notes d'une des pièces précédentes.]

     [Note 330: _Rondache_, bouclier rond.]

     [Note 331: «Chouse (_la mode_) a encore fait ceci de bon,
     qu'elle a ramené l'antique origine des François, descendus de la
     belliqueuse nation d'Allemagne; car les hommes s'accoustument à
     porter chausses bouffantes de taffetas ou velours sortant par
     fentes dehors.» (_La Mode qui court_, etc., p. 6.)]

     [Note 332: Ces _gants à franges_ étoient depuis long-temps à la
     mode. Dans une très curieuse pièce parue en 1588, _le Gan de
     Jean Godard, Parisien..._, nous lisons (_ad finem_):

       Les hommes d'à present, qui connoissent combien
       Ils (les gants) nous font de profit, de plaisir et de bien,
       Les honorent aussi de mainte broderie
       Faite subtilement de riche orfevrerie,
       De senteurs, de parfums: les uns sont chiquetés
       De toutes parts à jour, les autres mouchetés
       D'artifice mignard; quelques autres de franges
       Bordent leur riche cuir, qui vient des lieux estranges.]

     [Note 333: _Soutane._]

     [Note 334: Furetière, dans sa satire _le Jeu de boule des
     procureurs_, renvoie le _haut de chausses à la suisse_ aux
     petits praticiens; la braguette y étoit très saillante. V.
     Montaigne, _Essais_, liv. 3, chap. 5, et _Vers à la Fronde sur
     la mode des hommes..._ 1650.]

     [Note 335: Cette manière de _crinoline_ non tissue étoit depuis
     long-temps en usage, surtout pour la toilette des femmes:

       Deça des dames plus fines,
       Pour leur grossesse cacher.
       On voit la rue empescher,
       Portant de larges vasquines;
       Là marchent à graves pas.
       Renforcées par le bas,
       Celles qui deux culs supportent
       Sous les robes qu'elles portent.
       Desquels l'un, de chair, la nuit
       Leur sert à prendre deduict;
       L'autre, de crins et de bourre,
       Autour leurs fesses embourre.

            (P. Le Loyer, _la Nephelococugie_, ou _la Nuée des Cocus_,
            comédie. Abel Langelier, 1579, in-12.)]

     [Note 336: Il n'appartenoit qu'aux lourdauds de province de
     paroître au bal avec des bas d'étame. «Le bal, dit Scarron, se
     donnoit tous les soirs, ou de très méchants danseurs dansèrent
     de très mauvaises courantes, et où plusieurs jeunes gens de la
     ville dansèrent en bas de drap de Hollande ou d'Ussaa et en
     souliers cirés.» (_Le Roman comique_, 2e partie, chap. 17.)]

     [Note 337: «Après ce que dessus, Chouse (la mode), a inventé
     l'usage des jarretières chasse-mouches, larges, à grandes
     franges, pour défendre à la crotte de toucher au bas, etc.» (_La
     Mode qui court_, etc.)]

     [Note 338: Ces souliers camus sont ce que Scarron, dans son
     _Epistre burlesque à madame de Hautefort_, appelle avec tant
     d'esprit:

       Galoches à dormir debout.]

     [Note 339: «Mais voicy un autre tintamarre: tous se plaignent
     que les laitues pommées et roses sont fort renchéries depuis peu
     de temps. Les jardiniers n'en sont pas marris; ils en rient tant
     qu'ils peuvent, car elles n'estoient en usage il y a environ
     deux ou trois mois qu'en salade; maintenant Chouse (la mode) les
     fait servir en souliers, voire des laquais, palfreniers et gens
     de néant. Je croy que c'est pour tenir le soulier ferme, selon
     l'ordonnance:

       _Ne vagus in laxa pes tibi pelle natet,_

     afin que le soulier ne branle dans le pied.» (_La Mode qui
     court_, etc.)]

     [Note 340: Les bottes en cuir de Russie étoient alors à la mode.
     Tout le monde en vouloit, vieilles ou neuves, avec éperons
     rouillés ou fourbis: «Les maistres cordonniers sont sur le
     poinct de se battre (quoi qu'il soit defendu) avec les savetiers
     de la Savaterie et de la Potterie, vers les halles; car il n'y
     a qu'eux qui vendent des bottes frippées et des vieux esperons
     de la dernière guerre de Perpignan. Encore une aultre grande
     question s'esmeut entre les maquignons, vendeurs de chevaulx,
     avec les susdits savetiers; car ils veulent savoir _sive jure,
     sive injuria_, d'estoc et de taille en un besoing, pourquoy
     ils vendent tant de bottes, et qu'eux ne vendent point de
     chevaux. La chose ayant esté desbattue, _in utramque partem,
     pro et contra_, les savatiers ont fanatiquement représenté
     que l'incommodité des boues étoit vrayement cause d'une telle
     confusion de bottes, mais qu'ils n'en estoient cause; mais
     qu'un homme avoit plus tost trouvé vingt sols ou demy-escu pour
     une paire de bottes que vingt escus pour un cheval, joinct que
     les bottes sont fort propres pour espargner les souliers...,
     se garentir de crottes, espargner le foin, l'avoine, qu'il
     fauldroit pour un cheval; et ce qui est plus considérable, c'est
     que, par ce moyen, un homme botté et esperonné est estimé homme
     d'honneur et presque gentil homme. Quoy qu'il n'ait pas de
     cheval, c'est tout un; n'importe, l'estable en est plus nette.»
     (_La Mode qui court_, etc.) V. dans _Francion_, 1663, in-8, p.
     557-559, l'éloge des bottes.]

     [Note 341: «Ceste meschante Chouse fait porter aujourd'huy......
     l'escharpe sur l'espaule, à grandes franges pendantes en bas,
     sortant soubs le manteau, qui sert pour porter un petit coutelas
     de paix, à la façon des Arabes et Levantins.» (_La mode qui
     court..._)]

     [Note 342: Hommes et femmes s'enfarinoient les cheveux de poudre
     de Chypre parfumée. V. _la Dispute et interrogatoire faicte par
     deux poètes françois_, 1610, in-12, p. 15; _Francion_, p. 267;
     _Vers à la Fronde, sur la Mode des hommes_..... Scarron, dans
     l'_épistre_ citée, reproche aux jouvençaux:

       Trop de gallons dessus les reins,
       A la tête de trop longs crins,
       Crins où, nonobstant la farine,
       L'humide graisse trop domine.]

     [Note 343: Les perruques commençoient d'être à la mode pour
     les hommes comme pour les femmes. Les hommes qui les vouloient
     longues et tombantes se les faisoient faire avec des cheveux de
     femme. (Mézeray, _Abrégé de l'Hist. de France_, 1698, in-12,
     t. 1, p. 253.) Une perruque blonde du bon _faiseur_ se vendoit
     jusqu'à mille écus. Les cheveux propres aux perruques des dames
     valoient 150 livres l'once.]

     [Note 344: C'est-à-dire assorti à la figure, ce qui étoit un
     grand point. L'assortiment des diverses parties de la toilette
     fut une question non seulement de goût, mais de bienséance,
     pendant tout le XVIIe siècle. V. _l'Extraordinaire du Mercure_,
     janvier 1698, art. _Garde-robe des femmes_.]

     [Note 345: V. sur cet usage des masques notre t. 1, p. 307,
     note, et notre édition des _Caquets de l'Accouchée_, p. 105.
     Scarron, dans l'_épistre_ citée, parle ainsi des masques à
     dentelle qu'on portoit de son temps:

       Dirai-je comme ces fantasques
       Qui portent dentelle à leurs masques
       En chamarrent les trous des yeux,
       Croyant que le masque en est mieux?]

     [Note 346: Les _affiquets_, qu'on trouve appelés _affiques_ dans
     le _Blason des faulses amours_, étoient les longues épingles
     fichées (_affixæ_) dans les cheveux ou la coiffure. «Les
     _affiquets_, dit Nicot, s'affichent aux bonnets, aux chapeaux et
     choses semblables.» V. aussi Jacq. Bourgoing, _De origine et usu
     vulgarium linguarum_.]

     [Note 347: V. sur ces collets notre édition des _Caquets_, p.
     49 et _passim_. Ce qui est dit ici se retrouve en prose dans
     _la Mode qui court_, etc., page 8. «Le col garny d'affiquet, de
     collet à quatre ou cinq estages, d'un pied et demy pour monter
     au donjon de folie, voire telles qui n'ont un seul denier de
     rente; danger même que les porteuses de laict n'en prennent
     envie, comme elles ont faict autrefois sur le vin muscat; je
     n'en dy mot, puisqu'on en aura toujours des nouvelles à la
     pierre au laict.»]

     [Note 348: Parmi les poésies qui accompagnent l'_Adonis_,
     tragédie de Guillaume Le Breton, Nivernois, Paris, Ab.
     L'Angelier, 1597, p. ... in-12, s'en trouve une qui a pour
     titre: _Paradoxe que les femmes doivent marcher avec le sein
     découvert_. «Chouse, est-il dit aussi dans la _Mode qui court_,
     p. 8, a encore inventé de représenter le teton bondissant et
     relevé par engins au dehors, à la vue de quy voudra, pour donner
     passe-temps aux alterez, et suivant cela on dit:

       Jeanne qui faict de son teton parure
       Faict voir à tous que Jeanne veut pasture.»

     D'après une autre pièce du temps, on voit qu'à l'église même la
     décence dans la parure n'étoit pas mieux observée: «Mais encore
     le pire, si vous entrez dans une église pour ouyr le sermon,
     vous voyrez ces poupines dames le tetin descouvert jusqu'au
     nombril, lequel en vous amusant à regarder, vous perdrez la
     sainte parole.» (_La dispute et interrogatoire faicte par deux
     poëtes françois..._ Paris, 1610, _ad finem_.)]

     [Note 349: Ces _aislerons_, qui n'étoient que de gros noeuds de
     ruban largement étalés, avoient fait donner à l'ensemble de la
     garniture le nom de _petite oie_. V. une note de notre édition
     du _Roman bourgeois_, p. 70. C'est pour continuer la comparaison
     qu'on avoit appelé _jabot_ «l'ouverture de la chemise sur
     l'estomach, laquelle il faut toujours voir avec ses ornements de
     dentelle.» (_Les Loix de la galanterie_, édit. Aug. Aubry, p.
     16.)]

     [Note 350: «Ceste Chouse a apporté aussy du pays des Bottonières
     la façon des botons sans usage sur les manches, sur les
     chausses, devant, derrière, de costé et d'aultre, et n'y a moyen
     de paroistre autrement.» (_La Mode qui court_,... etc., p. 7.)]

     [Note 351: La _bure_ ou _bureau_. V. plus haut, pag. 120.]

     [Note 352: Les _vertugales_, passées de mode, ainsi que les
     _vasquines_, dans la seconde moitié du XVIe siècle (voy. notre
     tome 2, p. 190), avoient reparu sous Louis XIII, agrandies et
     perfectionnées, avec le nouveau nom de vertugadin.]

     [Note 353: C'est-à-dire exhaussés d'un talon qui leur donnoit,
     posés à terre, la forme d'une arche de pont. Scarron, dans son
     _Épistre_ déjà citée, parlant de la chaussure des dames, nous
     représente

       Leur pied, que grand pont-levis hausse.]

     [Note 354: M. Castaigne a remarqué qu'il s'agit ici de la parure
     de tête dont a parlé d'Aubigné dans ses _Tragiques_, lorsqu'il
     nous a représenté Henri III

       De cordons emperlez la chevelure pleine.]

     [Note 355: «Entre les femmes, il y a bien d'autres _niveleries_,
     j'entends entre les bourgeoises: celles qui ont les cheveux
     tirez ou la _chaisne sur la robbe_ sont estimées davantage que
     les autres qui ne sont pas ainsi parées.» (_Hist. de Francion_,
     1663, in-8, p. 260.)]

     [Note 356: «...Plusieurs de ce siècle... disent à tout propos
     _chouse_, _souleil_, etc.» (_Le Courtisan à la mode_,... Paris,
     1625, in-8, p. 4.) V., sur cette prononciation à la mode
     du temps de Louis XIII, _le Banquet des Muses..._ du sieur
     Auvray (_les Nonpareils_), et notre _Essai historique sur
     l'orthographe_, Paris, 1849, in-8, p. 52-53.]

     [Note 357: Dans l'édition qu'a reproduite M. Cassaigne la pièce
     se termine par les mots: _A Dieu_.]

       *       *       *       *       *

_Pasquil de la Court pour apprendre à discourir._

  O vous, dames et damoiselles,
  Qui desirez passer pour belles,
  Et que sur vous on ait les yeux
  Comme dessus les demy-dieux,
  Si vous voulez, quoy que l'on gronde,
  Apprendre le trictrac du monde
  Et y vivre morallement
  Sans fausser loy ne parlement,
  C'est pour discourir à la mode,
  Sans le Digeste et sans le Code;
  Et puis, quand vous sçaurez parler,
  Pour proprement vous habiller,
  C'est une façon très nouvelle
  Apportée de la Rochelle
  Et reformée plusieurs fois
  Par la marquise de Vallois.
  A vous seule je la dedie
  Avecque mon coeur et ma vie;
  Vous la verrez, par cest escrit,
  Digne de vostre bel esprit.
  Lisez-le d'aussi bon courage
  Que je vous le rends pour hommage.
  Il faut doncques, en premier lieu,
  Apprendre à bien parler de Dieu;
  Et, bien que l'on n'y sçache notte,
  Si faut-il faire la devoste,
  Porter le cordon sainct François[358],
  Communier à chasque mois,
  Admirer tout, tout veoir, tout faire,
  Aller à vespre à l'Oratoire[359],
  Sçavoir où sont les stations,
  Que c'est que meditation,
  Visiter l'ordre Saincte-Ursule[360],
  Cognoistre le père Berulle[361],
  Luy parler de devotion,
  Des soeurs de l'Incarnation,
  Participer à son extase,
  Aller voir le père Athanase,
  La marquise de Menelé[362],
  Jeusner en temps de jubilé,
  Sçavoir où sont les quarante heures[363],
  Ne veoir aucun sans controller.
  Ses moeurs, sa façon de parler,
  Se reserver pour sa conduicte
  Père Chaillou, un jesuiste;
  Aller conferer avec eux
  Chasque journée une heure ou deux,
  Avoir des tantes et cousines
  Dans le convent des Carmelines[364]
  Pour aller joüer en esté;
  Veoir madame de Breauté[365],
  Amasser force grains de Rome,
  Avoir veu de près le sainct homme[366],
  Garder de sa robbe un morceau
  Pour enchasser en un tableau,
  Parler des cas de consciences,
  Selon qu'on voit les occurrences,
  Appeller tousjours à garand
  Arnoux, Granger et Seguerand[367],
  Raconis[368], le petit minime;
  Discourir un peu de la rime,
  Et, si l'esprit n'est trop fasché,
  Songer aux amours de Psiché;
  Mettre un petit de sa science
  A bien faire la reverance
  A la Bocane[369] et la Dupont[370],
  Ainsi que les autres la font;
  Et puis, pour ornement de teste,
  Fussiez-vous une grosse beste,
  Il faut faire tenir l'iris[371]
  Sur le poil noir ou sur le gris,
  Et pour cela sur la toilette
  Avoir tousjours la boistelette,
  Plaine de goume[372] de jasmin;
  Visiter madame Gamin[373]
  Avecque la coiffe bessée,
  La veue demi renversée,
  Vous fourer dans son amitié,
  Entendre d'elle avec pitié,
  Et croire que la romanesque,
  Le corps mort du comte de Fiesque,
  Peut rendre aux aveugles les yeux
  Et la jambe droicte aux boiteux,
  Tout ainsi que faisoient les autres
  Qui estoient du temps des apostres.
  Si on veut la mode imiter,
  Il faut pour habit inventer
  Se coiffer à la culebutte[374],
  Relever ses tetons en butte,
  Encore qu'ils fussent pendans,
  Ou par l'aage ou par accidens;
  Que si l'on a les dents gastées,
  Faut les pommades frequentées,
  L'opiate, le romarin,
  Que l'on trouve chez Tabarin;
  Faire de la petite bouche,
  Sçavoir friser à l'escarmouche,
  Avoir la poincte sur le front,
  Qui ne s'estonne d'un affront
  Si par hazard quelqu'un arrive,
  L'emplastre paroistre excessive,
  Puis que l'artifice aujourd'huy
  A mis le naturel sous luy;
  Faire des sourcils en arcade,
  Les moustaches à l'estocade,
  Et puis des yeux à l'assassin,
  Pour faire naistre le destin,
  Et, pour prendre l'amour par l'esle,
  Mettre la mouche en sentinelle[375]
  Sur un teint poly et bien net;
  Avoir gands à la Cadenet,
  Ou à la Philis tant aymable,
  Le mouchoir à la conestable,
  Et la chesne d'un bleu mourant
  Qui tue le coeur de l'amant;
  Des perles grosses à la Branthe[376],
  D'une blancheur très excellente,
  A la Guimbarde le collet[377],
  De la vraye croix au chapelet,
  Du point couppé à la chemise
  Pour parer celle qui l'a mise,
  Et pour plus grande gayeté
  La robbe à la commodité,
  Si ce n'est que pour prendre l'aise
  On laisse en arrière la fraise.
  Il faut sçavoir s'accommoder,
  Aux saisons et leur commander:
  En hiver il faut la ratine[378],
  En esté celle de la Chine,
  Et le soulier à la Choisy,
  De satin bleu ou cramoisy,
  Avecques les bas de fiamette[379],
  L'or esmaillé à l'esguillette.
  Après, il faut de la maison
  Retirer quelque salisson
  Pour en former une servante,
  Qui fera de la suffisante
  Quand son collet sera bien mis;
  Luy monstrer qui sont ses amis
  Qui sont esprouvez à la touche[380],
  Et qui sçache, pour tout discours,
  Redire cent fois tous les jours:
  _Asseurement, En conscience_;
  Qui responde quand on la tance,
  Et qui puisse dire: Il est vray;
  Ma foy, Madame, je le croy.
  Bref, ce sera la damoiselle
  Qui aura lavé la vaisselle.
  Plus faut un carosse nouveau,
  D'escarlatte ou de drap du sceau[381],
  Avec le cocher à moustache,
  Orné de son petit panache.
  Laisser reposer le velour
  Pour s'aller reposer en cour,
  Et, pour le faire mieux paroistre,
  Luy faut rehausser la fenestre,
  Après avoir tout son galant
  Qui contreface le vaillant,
  Encor que jamais son espée
  N'ait esté dans le sang trempée,
  Et qu'il n'ait jamais veu Sainct-Jean[382]
  La Rochelle ny Montauban;
  S'il en discourt, sont ses oreilles
  Qui luy ont appris les merveilles.
  Voilà, pour le vous faire court,
  La vraye Mode de la court.

     [Note 358: V. notre tome 2, p. 341, note.]

     [Note 359: V. sur ces offices de l'Oratoire, dont l'église
     venoit d'être bâtie, notre édition des _Caquets de l'Accouchée_,
     p. 82, note.]

     [Note 360: Les Ursulines s'étoient établies rue Saint-Jacques en
     1612. On achevoit alors de bâtir leur église. C'est là que fut
     élevée Mlle d'Aubigné. V. _Fragm. des mémoires_ du P. Laguille,
     _Archiv. litt. de l'Europe_, nº XXXV, p. 370.]

     [Note 361: Fondateur de l'Oratoire en France. V. notre édit. des
     _Caquets_, p. 79-80.]

     [Note 362: Nous n'avons pu trouver de renseignements sur le
     P. Athanase ni sur cette marquise, dont le nom doit être de
     Maignelay et non Menelé.]

     [Note 363: Prières publiques et continuelles faites pendant
     trois jours devant le Saint-Sacrement en des circonstances
     importantes. Il manque un vers à la suite de celui-ci.]

     [Note 364: Les Carmélites de la rue du Bouloi, chez lesquelles
     se faisoient les retraites des dames de la cour. V. _Lettres de
     Sévigné_, 15 octobre 1677 et 25 mai 1680.]

     [Note 365: Femme d'Adrien de Bréauté, gentilhomme de la chambre,
     mort en 1610. V. le P. Le Long, t. 3, nº 31,885.]

     [Note 366: Le Pape.]

     [Note 367: Le P. Seguirand, confesseur du roi. V. notre tome 2,
     p. 134. Le père Arnoux l'étoit aussi.]

     [Note 368: V. plus haut une note de _la Chasse au vieil grognard
     de l'antiquité_.]

     [Note 369: C'est-à-dire à la manière de Bocan, le fameux maître
     de danse. V. sur lui une note de notre tome 1, p. 135.]

     [Note 370: Autre maître de danse, dont le nom est resté consacré
     par l'air encore si populaire de _Dupont, mon ami_, sur lequel
     se dansoit, au commencement du XVIIe siècle, cette fameuse danse
     de la guimbarde que ce Dupont avoit peut-être réglée et mise à
     la mode. V. notre édit. des _Caquets_, p. 59.]

     [Note 371: Poudre d'iris, dont on se blanchissoit et parfumoit
     les cheveux «pour corrompre une plus mauvaise odeur...» (_La
     Mode qui court_, p. 7.)]

     [Note 372: _Gomme._]

     [Note 373: Espèce de devineresse dans le genre de celle dont
     nous avons parlé dans notre tome 1er, p. 29, note. Il paroît,
     d'après ce qui suit, qu'elle avoit rapporté d'Italie, entre
     autres philtres, de la _poudre romanesque_ et des reliques du
     comte Jean-Louis de Fiesque, dont elle se servoit pour ses
     enchantements. Ce comte de Fiesque est celui qui mourut en 1547,
     à Gênes, dans le plein succès de cette fameuse conspiration dont
     le cardinal de Retz s'est fait l'historien.]

     [Note 374: La _culebutte_ étoit un noeud de rubans rejeté
     derrière la _coiffe-cornette_. (_Dict._ de Furetière.)]

     [Note 375: V. sur cette mode des _mouches_, qui faisoit alors
     fureur, une pièce du _Recueil de pièces en prose_ de Ch. Sercy,
     1661, in-12, t. 4, p. 54-55. V. aussi une longue pièce de M. L.
     de Laborde, _Palais-Mazarin_, p. 318, note 368.]

     [Note 376: Tous ces mots (_gants à la Cadenet_, _mouchoirs à
     la connestable_, _perles à la Branthe_) prouvent à quel point
     le connétable de Luynes et ses deux frères Cadenet et Branthe
     étoient alors les rois de la mode.--Sur le luxe des mouchoirs
     parfumés, à glands, à franges, etc., V. _Vers à la fronde sur la
     Mode des hommes_.]

     [Note 377: V. une note de notre édition des _Caquets_, p. 59.]

     [Note 378: Petite étoffe de laine à poil frisé, dont la
     meilleure venoit de Florence, et qui servoit à doubler les
     habits d'hiver.]

     [Note 379: C'est-à-dire de couleur rouge clair, comme la flamme.]

     [Note 380: Il manque ici un vers.]

     [Note 381: V. plus haut, sur cette étoffe commune, une note de
     _la Chasse au vieil grognard de l'antiquité_.]

     [Note 382: Saint-Jean-d'Angely, que M. de Soubise avoit rendu au
     roi le 25 juin 1621.]



_Les estranges tromperies de quelques Charlatans nouvellement arrivez
à Paris (histoire plaisante et necessaire à toutes personnes pour
s'en garantir), descouvertes aux despens d'un plaideur[383], par C.
F. Duppé._

_A Paris, chez Robert Daufresne, rue S. Jacques, au Petit Jesus._

M.DC.XXIII. In-8.

     [Note 383: A cause de ce mot du titre, M. Leber a placé cette
     pièce dans un portefeuille de _facéties anciennes sur les
     plaideurs_ (voy. son _Catalogue_, nº 2405), bien que rien ne s'y
     rapporte à des affaires de palais, comme on le verra.]


Je ne croy pas que, de tous les proverbes qui ont jamais esté inventez
par les hommes, il y en aye un plus veritable que celuy qui dit:

  _Heureux celuy qui, pour devenir sage,
  Au mal d'autruy fait son aprentissage!_

Mais aussi croy-je que celuy que je vay faire et inventer, estant très
asseuré, treuvera son passeport parmi ceux qui ont faict des leçons de
sagesse à leurs despens.

Je dy donc que

  _Malheureux est celuy qui fait les autres sages,
  Enseignant des leçons par son mauvais mesnage._

Ce que je prouve par ce discours:

Sçachez donc, mes frères plaideurs (espèce infinie d'hommes distinguée
du genre suprême des autres par la difference accidentelle de nos
procez), qu'estant arrivé il y a environ trois sepmaines de mon païs
en cette ville (ventre affamé de nostre argent) pour y poursuivre et
solliciter quelques procez, comme vous faites, je fis premierement
rencontre d'une hostesse, laquelle, outre le grand argent qu'elle
tiroit de mon giste, ferroit la mule sur tout ce qu'elle m'acheptoit.
Sur cela je pensay à par-moy: Puisqu'on te vole visiblement l'argent
mesme que tu portes sur toy, et que tu mets entre leurs mains, que
fera-t'on de celuy que tu laisses en un buffet dedans ta chambre,
duquel on peut avoir deux clefs? Je me resolus donc à porter tout mon
balot sur moy, joinct aussi qu'il falloit souvent mettre la main à la
bourse pour estre amy de mes advocats, procureurs, clercs, copistes,
etc.

Comme donc un jour, estant quasi estouffé de la poussière de la salle
du Palais, je pensois prendre de l'air sur le Pont-Neuf, et aprendre
quelques nouvelles de ce temps, j'en appris, à la verité, de bien
nouvelles pour moy, bien que mon aage, qui excède soixante ans, et la
longue experience des affaires du monde, me deust, à vostre advis,
avoir fait sçavant de ce que je ne sçavois pas. Mais aussi croyez
qu'au temps passé et aux lieux où je fay mon séjour ordinaire on use
d'une plus grande franchise et sincerité. Comme donc je fus un peu
au delà de la maison qui est sur la rivière (je croy qu'on l'appelle
Seurmitaine[384]), deux hommes me vindrent aborder, l'un desquels
commence à me dire: Mousseur, ce pistole n'est y pas bon? Je regarday
la pistole et dis qu'elle estoit bonne. Ce drole me dit: Moy la baille
à Mousseur pour mener o logis de moy, Polonnois, et perdu le truchement
mien; moy logé à trois petits bestes blanches. Je croy qu'il vouloit
dire: Aux trois pigeons blancs. Son compagnon ne faisoit pas semblant
de rien, et monstroit vouloir vistement mener l'estranger en son logis,
lorsque ce franc Polonnois me tira à part et me dit en son jargon qu'il
me bailleroit une pistole si je le voulois aider à conduire, parce
qu'il n'avoit pas beaucoup de fiance à celuy qui le menoit, et qu'il
avoit ouy dire que dans Paris il y avoit force charlatans et trompeurs
(il le sçavoit bien, car il estoit du nombre); qu'il craignoit que
celui-cy, au lieu de le bien conduire, ne le menast en quelque lieu
pour le devaliser et oster ses pistoles; et en disant cela tira de ses
pochettes ses pleines mains d'or (ce qui m'a consolé lorsque depuis
j'y ay pensé, disant que je ne suis pas seul et premier duppé). Ce
pauvre estranger me fit quelque pitié, joint aussi qu'il se disoit
estre malade, car il en avoit assez la mine, à cause de sa couleur
blesme, et qu'un petit garçon l'avoit trompé et emporté un quart
d'escu qu'il luy avoit baillé pour se faire conduire à son logis.
Moy qui, en mon jeune aage, avois couru le païs, et qui sçavois la
peine qu'il y a de se voir parmy des gens inconnus, fus tout aussitost
esmeu de compassion, et, me laissant emporter à ses prières, je me
mis en chemin pour le conduire. En marchant il me contoit la fidelité
qu'en son païs on gardoit aux estrangers, et que c'estoit une grande
oeuvre de charité d'oster un homme des mains des voleurs et de le
remettre en son chemin et lieu de seureté. Bref, tous ses discours
m'excitoient à commiseration. Or, voicy, comme il se vit proche d'un
cabaret, qu'ils avoient, à mon advis, atitré, il commence à dire que
le coeur luy faisoit mal, qu'il n'avoit plus la force de se soustenir,
et qu'une foiblesse l'avoit pris, et, se jectant sur moy, me supplia
de ne l'abandonner point. Je fus en grande peine et tout estonné.
Son compagnon, ou plustost le mien pour lors, car il m'aidoit à le
conduire, qui estoit le medecin ordinaire d'une telle maladie, luy
dit: Monsieur, il vous faut icy reposer dans ce cabaret et prendre un
doigt de vin, cela vous passera. Le Polonnois feignoit d'avoir perdu la
parole et ne respondoit point. Le compagnon me dit: De peur qu'il n'y
tombe entre nos mains, menons-le dans ce cabaret. Ce que nous fismes,
et entrasmes dans une petite chambre. Tout aussitost que nous fusmes
dedans, le Polonnois s'appuye sur les coudes et dit que la teste lui
faisoit mal. Son compagnon, qui entendoit le pair et la prèze[385],
luy dit: Monsieur, c'est qu'il nous faut resjouyr, chanter, boire un
doigt et prendre quelque recreation; cela ne sera rien: ce n'est que le
changement d'air qui vous cause ceste douleur. Enfin, ces deux droles
joüoient si bien leurs personnages que je n'y recognoissois rien de
mauvais. Croy que plus fin que moy y eust esté trompé. On nous allume
donc du feu; on mit du vin sur un bout de table, des cartes sur une
autre. Nous luy presentons à boire et luy baillons courage. Ses esprits
luy reviennent; il nous remercie fort honnestement de la peine que nous
avions pris pour luy, disant que veritablement sans nous il fust mort;
et en revanche il dit qu'il nous vouloit faire boire. Les discours
que nous eusmes en beuvant seroient trop longs à raconter. (O! que je
payerai bien tantost mon escot!) Après donc que nous eusmes beu, il
prit les cartes, et dit qu'il vouloit monstrer un jeu auquel il avoit
depuis peu perdu cinquante-cinq pistoles; mais il croyoit que c'estoit
contre un magicien: car autrement il ne pouvoit pas perdre, et qu'il
sçavoit bien le jeu. Aussi vrayment l'entendoient-ils bien tous deux;
mais je ne l'entendois pas. Le Polonnois donc, ayant fait trois piles
ou monceaux de cartes, nous fit regarder la carte du dessus du premier
monceau, puis il nous monstra celle de dessous du second monceau, et
nous fit mettre ce second monceau sur le premier; par ainsi la carte
que nous avions veu la seconde estoit sur celle que nous avions veu la
première. Il appelloit ceste seconde l'horloge. En troisiesme lieu, il
nous donnoit une carte du troisiesme monceau, et la faisoit mettre où
on vouloit dans le jeu. Or, cela estant fait, il disoit que la première
carte ne se trouveroit point après la seconde, qui estoit l'orloge,
et que neantmoins ce magicien la faisoit tousjours trouver, et luy
gaigna beaucoup d'argent. Mon compagnon de conduite, mais non pas de
fortune, dit qu'il comprenoit bien le jeu et qu'il y joüeroit un escu
si monsieur le Polonnois vouloit. Le Polonnois, qui ne demandoit pas
mieux, accepta ceste offre. Ils commencèrent donc à joüer, et moy à
les regarder et à apprendre le jeu, ce que je fis incontinent, à cause
de sa grande facilité, bien que je n'eusse jamais joué aux cartes.
Tout aussi-tost donc que j'en eus la cognoissance, je vay plaindre
la fortune de ce pauvre estranger, pensant à par moy qu'il perdroit
tout son argent à ce jeu, et croyois qu'il estoit yvre ou insensé, et
avois compassion de sa folie[386]. Sur ces entrefaites, deux hommes qui
estoient de leur caballe entrèrent dedans la chambre, et avec nostre
permission s'approchèrent fort courtoisement de la table et du feu,
faisant semblant de ne se point recognoistre. O! qu'ils joüèrent bien
tous leurs personnages! Comme ceux-cy eurent veu jouer une partie ou
deux, ils dirent au Polonnois: Monsieur, nous vous conseillons de ne
pas jouer davantage, car vous perdriez tout vostre bien à ce jeu-là. Je
croyois, ayant ouy cela, qu'ils s'estoient emeus de la mesme compassion
que moy, et fus bien aise de ce qu'ils avoient dit, car je ne l'osois
dire. Neantmoins l'estranger françois disoit qu'il sçavoit bien le
jeu, et qu'il y joüeroit trente pistoles, car il estoit picqué. Mon
compagnon, qui avoit demeuré long-temps sans me rien dire, commença
à me parler en cette sorte, cependant que l'estranger parloit aux
deux survenus: Si j'avois assez d'argent pour joüer tout cela, je le
joüerois: car vous voyez combien je suis asseuré de gaigner; mais si
vous voulez en mettre la moitié, j'iray vistement emprunter d'un de
mes amis, qui demeure là devant, ce qui me manque pour faire une telle
somme; il fera bon porter chacun un habit aux despens du Polonnois.
Les deux survenus s'offroient à estre de moitié. Moi, voyant que,
puisque cet estranger estoit resolu à joüer, il valoit autant que
j'eusse son argent comme les autres, je dis que je mettrois au jeu
tout ce que j'aurois. Incontinent mon compagnon sort de la chambre
et faict semblant d'aller emprunter de l'argent, pour couvrir leur
meschanceté. Cependant je foüille en un petit recoin de ma pochète,
et descouds un petit sachet dans lequel estoient bien vingt escus.
Mon compagnon, estant venu, jette sur la table quinze pistoles pour
sa part, et moy je dis que je n'avois que vingt escus. Le Polonnois,
après avoir fait quelque difficulté de jouer si peu, consentit qu'on
ne joüeroit que quarante escus de part et d'autre. Il conte donc ses
quarante escus et les met dans un mouchoir, et nous fait mettre nostre
argent dans un autre. C'estoit afin de l'emporter plus aisement. Cela
fait, mon compagnon me dit: Or sus, prenez les cartes, vous joüerez
aussi bien que moy: car nous sommes asseurez de gaigner. Moy, qui
pensois ne pouvoir perdre, pris le jeu, et, l'ayant divisé en trois et
veu la première carte, je regarday la seconde, qui estoit l'orloge,
c'est-à-dire que lorsqu'elle viendroit elle me signifieroit que la
première ensuiviroit; et, afin de ne l'oublier pas, je la regarday
plus de trois fois. Mon compagnon me dit: Monstrez-moy l'orloge, que
je le recognoisse, afin que quand il viendra je vous en advertisse. En
disant cela il prit les cartes, et, feignant de regarder l'orloge, en
mit une subtilement entre les deux, c'est à sçavoir entre l'orloge et
la première, puis me rendit les cartes. Moy qui ne soupçonnois rien
moins que cela, ne regarday pas après luy, et, ayant pris la troisiesme
carte, je la mis bien au dessous de l'orloge, de peur qu'elle ne se
trouvast entre les deux. Alors je commençay à tourner attentivement
les cartes les unes après les autres, et frappois deux petits coups
sur chacune, comme il falloit faire, en disant: Ce n'est pas celle-là,
ce n'est pas celle-là, jusqu'à ce qu'ayant trouvé l'orloge, et mon
compagnon m'ayant adverty, je dis: C'est celle-là, c'est celle-là: car
j'en pensois estre bien asseuré. Mais l'orloge fut bien menteur, car
au lieu de sonner une heure il en sonna cinq; d'autant que, pour un as
de coeur que je devois trouver, je rencontray un cinq de carreau. Je
vous laisse à penser si la sueur me monta au visage! Je demeuray aussi
muet et fixe qu'une statuë de sel. Le Polonnois, au contraire, se leva
de dessus son siége, prit les deux mouchoirs, fut guery, et trouva
bien le chemin de son logis sans le demander. Ce ne fut pas tout: mon
compagnon commence à crier contre moy, et dire que je luy avois fait
perdre son argent; qu'au lieu de mettre la troisiesme carte au dessous
des autres, je l'avois lardée entre les deux (car la troisiesme carte
estoit aussi un cinq de carreau). Neantmoins il me fit plus de peur
que de mal, car il gaigna tout aussi-tost la porte avec les autres, et
je restay seul, estonné comme un fondeur de cloches[387], ayant perdu
le bon droict de mes procez et toute ma sepmaine par un samedy. A la
sortie du cabaret, je pensois conter mon infortune à quelqu'un de mes
amis, mais ils se gaussèrent de moy, et me dirent que je n'estois pas
le premier pris, que quelques uns estaient attrapez aux merelles,
d'autres au filou[388], d'autres aux gobelets, d'autres aux dez, et
beaucoup d'autres jeux que je vous conseille de fuyr, et ne practiquer
qu'avec gens de cognoissance. Pour conclusion, la misère et fascherie
où ceste perte m'a reduit m'ont fait avoir pitié et compassion de
tous les vrays estrangers qui viennent en ceste ville, principalement
de vous, mes confrères plaideurs, occasion de quoy je vous ay voulu
addresser ce discours pour vous faire riches de ma pauvreté et sçavans
de mon ignorance.

     [Note 384: _Samaritaine._ L'auteur fait exprès mal prononcer par
     son provincial ce nom si connu des Parisiens.]

     [Note 385: Meyer donne ainsi l'origine de l'expression _entendre
     le pair_, qui s'introduisit dans la langue commerciale vers
     le milieu du XVIe siècle: «Un si grand concours d'étrangers,
     dit-il, et surtout d'Italiens nés dans des souverainetés
     différentes, dont chacune et même chaque ville avoit son marc
     différent, devoit produire une confusion dans les monnoies en
     France, où tout avoit cours, même les fausses monnoies. De là
     vint ce proverbe: _Il entend le pair_, quand on vouloit annoncer
     un homme rompu aux affaires et habile; car rien n'étoit plus
     difficile que de suivre le cours des changes de toutes les
     monnoies...» (_Galerie du XVIe siècle_, t. 1er, p. 147.)--Le mot
     _la preze_ ajouté ici, et qui doit venir de l'italien _prezzo_,
     prix, valeur, ne dément pas cette explication.]

     [Note 386: C'étoit une manoeuvre de ces fourbes de commencer par
     perdre. Le petit suisse qui gagna tant d'argent au chevalier de
     Grammont se donna aux premières parties une veine d'autant plus
     déplorable qu'il savoit bien qu'il auroit sa revanche. V. _Mém._
     de Grammont, chap. 3.]

     [Note 387: Il faut ajouter: _dont la fonte ne réussit pas_. Ce
     proverbe se trouve dans tous les écrivains du XVIe siècle. Au
     lieu de _étonné_, on disoit souvent _ébahi_, _penaud_, ou bien
     encore _matté_, comme un _fondeur de cloches_.]

     [Note 388: On y jouoit avec un dé sexagone nommé _filou_, qui,
     roulé sur une table bien unie, gagnoit lorsqu'il ne se posoit
     pas sur celui de ses six pans qui n'étoit pas marqué de noir.
     Son nom lui venoit de ce qu'il étoit très facile de tromper à
     ce jeu, «soit en chargeant de plomb quelqu'un des endroits du
     dé, soit en inclinant un peu le plan sur lequel on le poussoit.»
     (_Dict._ de Furetière.)]

_Fin._



_La Pièce de cabinet, dédiée aux poètes du temps._

_A Paris, chez Jean Pasle, au Palais, à l'entrée de la salle
Dauphine, à la Pomme d'or couronnée._

M. DC. XLVIII.

_Avec permission._ In-4.


_A Messieurs les Poètes._

MESSIEURS,

Cette pièce de cabinet ne s'estime pas indigne de l'entrée des vôtres,
et pretend quelque place parmy les curiositez d'esprit dont ils sont
enrichis. C'est une bouteille qui parle et qui raisonne, estant pleine
de ce qui fait faire raison à la santé des plus grands princes d'une
manière bien plus douce que leurs canons, que l'on nomme leur dernière
raison, ne la font faire à leur puissance; et, bien qu'elle ne parle
qu'en gazouillant, elle ne laisse pas d'exprimer assez adroitement
son origine, et les effects de la plus digne liqueur qui luy puisse
acquerir de l'estime, s'en acquittant neantmoins un peu obscurement
pour cacher ses mystères au vulgaire indiscret, qui a coustume de les
profaner. Elle merite singulièrement d'estre considerée, lorsque, comme
une autre Semelé, elle porte dans ses flancs ce gentil dieu de la
joye et de la liberté, dont il a tiré son nom, à qui les plus sevères
Catons n'ont pas refusé leurs hommages, quand ils vouloient delasser
leur esprit du soin des affaires publiques, ou du chagrin d'une trop
profonde meditation. Elle n'a que des charmes innocens pour les
honestes gens qui en usent de mesme, et n'est pas complice des excez
que commettent les brutaux quand ils abusent de ses dons, que l'on
compte entre les principaux lenitifs des misères humaines. L'auteur
de cette pièce, qui ne vous est pas inconnu, se promet tant de vos
bontez, qu'il s'asseure que l'adresse qu'il vous en fait ne vous sera
pas desplaisante, et que vous agreerez la veneration qu'il voüe à vos
belles qualitez par celle qu'il prend,

Messieurs,

  De vostre très humble et très obeyssant serviteur,

                                                         CARNEAU[389].

     [Note 389: Etienne Carneau, né à Chartres en 1610, entré
     dans l'ordre des Célestins en 1630, mort en 1671. Ayant
     été-guéri de la fièvre par le _vin émétique d'antimoine_, il
     composa en faveur de cette panacée, et contre ses ennemis,
     _la Stimmimachie, ou le grand combat des médecins modernes
     touchant l'usage de l'anti-moine, poème histori-comique_, dédié
     à Messieurs les médecins de la faculté de Paris, par le sieur
     C. C. Paris, Jean Paslé, 1656, in-8. M. Viollet-Leduc possédoit
     un exemplaire de _la Stimmimachie_. Il en a parlé dans sa
     _Bibliothèque poétique_, p. 545; mais il ne semble pas avoir
     connu la pièce reproduite ici, et qui est une preuve que le goût
     du bon Célestin pour le vin ne s'arrêtoit pas au vin émétique.
     Quand il mourut, le P. Carneau étoit revenu aux idées pieuses.
     On le voit par l'épitaphe qu'il se composa lui-même en latin et
     en françois. Nous ne l'avons trouvée que dans le petit volume de
     Bordelon: _le Livre à la mode, ou Diversitez nouvelles_, Paris,
     1696, in-8, p. 241, où elle est donnée d'après une histoire
     manuscrite des Célestins. Voici l'épitaphe françoise; nous vous
     ferons grâce de la latine, dont celle-ci, du reste, n'est que la
     traduction:

       Ci-gît qui, s'occupant et de vers et de prose,
       A pu quelque renom dans le monde acquérir:
       Il aima les beaux-arts; mais, sur toute autre chose,
       Il médita de plus celui de bien mourir.]

       *       *       *       *       *

_La Pièce de cabinet._

STANCES ÉNIGMATIQUES.

    Vous qui par le nectar de vos doctes merveilles
  Adoucissez le fiel des plus fascheux ennuis,
  Prenez le passe-temps d'entendre qui je suis,
  Et prestez à ces vers le coeur et les oreilles.

    Je nais d'un fort brasier et d'un soufle traitable,
  Et j'enfante sans peine un fruit qui tient du feu,
  Qui par de vifs attraits s'acquiert un doux aveu,
  Pour forcer le donjon de l'ame raisonnable.

    J'ay fort peu de beauté, quoy qu'on me treuve belle,
  N'ayant rien que le ventre, et la bouche, et le cou;
  Toutesfois mon amour rend tant de monde fou,
  Qu'aux plus paisibles lieux il sème la querelle.

    Pour sauver des dangers le tresor que je porte,
  Un art industrieux m'arme jusqu'au gosier;
  Une belle tissure, ou de jonc ou d'osier,
  Compose mes habits de différente sorte.

    L'on me void jusqu'au coeur quand je suis toute nue,
  Et l'oeil qui me regarde en moy-mesme se peint;
  Mais, si dans cet estat quelque estourdy m'atteint,
  Souvent du moindre choc il me brise et me tue.

    Je me plais neantmoins où je suis harcelée,
  M'y voyant à la fin tout le monde soumis.
  Ceux que je mets à bas sont mes meilleurs amis,
  Et parfois nous tombons ensemble en la meslée.

    Chez eux souvent je meurs, souvent je ressuscite,
  Perdant cent fois mon sang, le recouvrant cent fois;
  En me caressant trop on se met aux abois,
  Et plus je fais de mal, d'autant plus on m'excite.

    Je sçay, comme Circé, l'art de metamorphose
  Pour transformer l'esprit de tous mes courtisans,
  Les rendant furieux, ou brutaux, ou plaisans,
  Selon que le climat ou l'humeur les dispose.

    J'anime l'eloquence, et n'en suis pas pourveue:
  Si l'on m'entend parler, ce n'est qu'en vomissant;
  Mes trop frequens baisers rendent l'homme impuissant,
  Et font errer ses pas en egarant sa veue.

    D'une humeur sans pareille un dieu m'emplit le ventre,
  Le teignant tour à tour des aimables couleurs
  De la rose et du lys, les plus belles des fleurs,
  Et le rouge et le blanc sont chez moy dans leur centre.

    Le pauvre, me tenant quand je suis ainsi pleine,
  Ne porte point d'envie aux tresors de Croesus,
  Et, traisnant des souliers et des bas descousus,
  Il marche avec orgueil comme un grand capitaine.

    Avec mon elixir le plus lasche courage
  Triomphe quelquesfois des plus braves guerriers;
  J'ay des foudres pour nuire aux plus dignes lauriers,
  Et pour faire un affront à leur illustre ombrage.

    Sans moy, ce dieu fougueux qui preside à la guerre
  Verroit ses gens sans coeur errans à l'abandon,
  Et ce doux assassin qu'on nomme Cupidon
  Verroit ses traits sans moy plus fresles que du verre.

    On void fort peu la joye aux lieux d'où je m'absente,
  Et l'on void la sagesse où je n'excède pas;
  Je preste à celle-cy quelquesfois des appas,
  Animant ses raisons d'une emphase puissante.

    Caton, à ce qu'on dit, recherchant quelque pointe
  Pour attirer les coeurs à suivre ses discours,
  La faisoit mieux paroistre et de mise et de cours
  Quand ma bouche s'estoit à la sienne conjoincte[390].

    Je me fais estimer la dixiesme des Muses,
  Polissant les esprits sans beaucoup de façons;
  Et les moindres bergers font admirer leurs sons
  Quand mon enthousiasme enfle leurs cornemuses.

    Je montre au plus grossiers une amitié prodigue;
  M'admettant à leur table, ils joüissent de moy;
  Là je leur fais mesler tout à la bonne foy
  Aux gazettes du temps cent contes de la Ligue.

    Je leur fais estaler d'une grace authentique
  Les guerres du passé, les siéges du present,
  Et leur fais penetrer, en les subtilisant,
  Les desseins du futur par esprit prophetique.

    Mais les ingrats pour moy n'ont qu'une amitié feinte,
  Puis qu'ayant espuisé mon sang et mes espris
  Ils ne me voyent plus qu'avecques du mespris
  Tant que d'un nouveau fruict je redevienne enceinte.

    En effect, sans ce fruict je serois peu de chose,
  Et n'aurois pas sujet de beaucoup me vanter;
  Mesmes il pourroit bien dans mes flancs se gaster
  Si l'on ne m'ordonnoit d'avoir la bouche close.

    Je ne suis que la gaine où ce glaive liquide
  Recèle sa valeur et cache sa beauté[391]:
  Tant qu'il loge chez moy, j'ay de la vanité;
  Lors qu'il en sort, je pleure, et deviens toute aride.

    Je porte en le portant poison et medecine,
  Selon que l'abus regne ou la discretion;
  Debitant le remède et la corruption,
  J'offense et je gueris la teste et la poitrine.

    C'est par luy qu'on me loue et que l'on me caresse
  Luy seul fait que mon nom est par tout reveré,
  Et que tant de mortels, d'un accent alteré,
  M'invoquent au besoin comme quelque deesse.

    Le voyageur lassé, l'artisan hors d'haleine,
  Et le soldat recreu[392] s'empressent pour m'avoir,
  Sçachans que mon genie a l'excellent pouvoir
  De resveiller la force et d'adoucir la peine.

    S'il faut faire un marché, l'on veut que je m'en mesle;
  S'il s'agit d'un contrat, j'en conduis les ressors;
  Si parmi les plaideurs il se fait des accors,
  Pour les mieux affermir il faut que je les scèle.

    Le malade en son lict, où la fievre le mate
  Et le tient attaché d'un vigoureux lien,
  Souvent pour m'aborder rebute Galien,
  Et prise plus mon nom que celuy d'Hipocrate.

    Plusieurs, pour m'accueillir, me font des sacrifices
  De langues, de jambons, de fromages pourris,
  Où l'on n'oit que mots gras entremeslez de ris,
  Et les plus doux encens n'y sont que des espices.

    Tout ce que la debauche a pris pour ses amorces,
  Ces fusils de la soif, ces ragousts parfumez,
  Par qui les intestins sont enfin consumez,
  Donnent à mes attraits de merveilleuses forces.

    J'ay par tout du renom, hormis chez les infames
  Dont l'orgueil s'est armé des cornes du croissant,
  Qui, pour me tesmoigner un coeur mesconnoissant,
  Sont traistres à leurs corps aussi bien qu'à leurs ames.

    Je triomphe en ces jours qui rameinent les festes
  De ce folastre Dieu que l'on feint deux fois né,
  Qui, ne portant qu'un dard de pampre environné,
  Fit voir aux Indiens ses premières conquestes.

    Je n'ay pas moins d'honneur lors que la canicule,
  Respandant ses brasiers jusqu'aux lieux plus secrets,
  Fait que Diane sue aux plus fraisches forests,
  Et craint que Cupidon, s'y glissant, ne la brûle.

    Alors mes bons amis prennent beaucoup de peines
  Pour eloigner de moy les rayons du soleil,
  Et, pensans m'obliger d'un plaisir nonpareil,
  Ils me font un beau lict du cristal des fonteines.

    Flotant autour de moy, cet element m'agrée,
  Mais je souffre à regret qu'il penetre au dedans,
  Parce qu'il rompt la pointe à mes bouillons ardans,
  Dont un coeur abatu s'eveille et se recrée.

    Sa froideur, me privant de chaleur naturelle,
  Prive mes nourrissons de mes riches douceurs,
  Qui ravissent la gloire au ruisseau des neuf soeurs
  En eschauffant l'esprit d'une fureur plus belle.

    Mais, quand les intestins, debiles ou malades,
  Se sentent menacez de quelques maux sanglans,
  Pour moderer le dieu que je porte en mes flancs,
  On me contraint par fois d'admettre les nayades.

    Je ne sçaurois pourtant treuver bon ce meslange,
  Aimant mieux tenir seul ce dieu, qui me cherit
  Et fait qu'en tant de lieux tout le monde me rit,
  Que tous les flots dorez du Pactole et du Gange.

    Son odeur, preferable au doux parfum des roses,
  Sçait donner à ma bouche un baume precieux,
  Pour qui les dieux d'Ovide abandonnent les cieux,
  Et font de meilleurs tours qu'en ses Metamorphoses.

    Ils quittent le nectar que verse Ganymède,
  Pour celuy que l'on gouste en mes baisers charmans;
  Mesmes ce Jupiter, le plus chaud des amans,
  Contre le mal d'amour cherche en moy du remède.

    Apollon, degousté des liqueurs du Parnasse,
  Qui n'eurent qu'un cheval pour premier eschanson,
  M'appelle quand il fait quelque bonne chanson,
  Et pour bien entonner ardemment il m'embrasse.

    Cette eau de Castalie où l'on devient poète
  N'inspire à ses poumons qu'un accent enrumé;
  Mais quand il me courtise il se sent animé
  D'un air qui rend sa voix plus divine et plus nette.

    Les mignons de ce dieu font par moy des miracles
  Et me doivent l'honneur de leurs plus beaux desseins;
  Ma feconde vertu les produit par esseins,
  Et mon gazouillement leur dicte des oracles.

    C'est erreur de penser que dans la poesie
  L'on puisse reussir à moins que de m'aymer;
  Tous ceux que mes appas ne peuvent enflammer
  N'ont jamais qu'une veine infertile et moisie.

    Ce lyrique excellent de la muse romaine
  Que Mecène appelloit le Pindare latin,
  Eust-il pourveu ses vers d'un si fameux destin
  Si ma douce fureur n'eust enrichy sa veine?

    Sitost que son esprit sentoit la pituite
  Offusquer tant soit peu ses nobles fonctions,
  J'accourois au secours de ses conceptions,
  Dont il m'attribuoit la gloire et le merite.

    Fuyant la medecine et ses plus sçavans maistres,
  Qui m'esloignoient de luy pour conserver ses yeux[393],
  Il jugeoit leurs avis sots et pernicieux,
  De nuire au bastiment pour sauver les fenestres[394].

    Le copieux Ronsard, l'industrieux Jodele,
  Le grave du Bellay, l'agreable Baïf,
  Le tragique Garnier, et Belleau le naïf,
  Me consultoient souvent comme oracle fidele.

    Desportes m'invitoit à ses mignards ouvrages;
  J'entretenois Bertaud dans ses divins élans,
  Et, pour faire des vers plus forts et plus coulans,
  Du Perron me mandoit par quelqu'un de ses pages.

    Pour louer un vainqueur tout couvert de trophées,
  Pour descrire un amant nageant dans les plaisirs,
  Et pour sonder un coeur jusqu'aux moindres desirs,
  Mon odeur seulement les rendoit des Orphées.

    Malherbe fut après des premiers de la liste
  De ceux que j'ay placez parmy les demi-dieux,
  Et si je ne poussois mon charme dans ses yeuz,
  Il n'en voyoit aucun dans les yeux de Caliste[395].

    Racan, Maynard, Gombault, Saint-Amant, Theophile,
  Corneille, Scudery, Tristan, Metel[396], Rotrou,
  Ont plus puisé chez moy de tresors par un trou
  Qu'Ilion n'en perdit cessant d'estre une ville.

    Par moy Faret, Beys[397], Colletet, Bensserade,
  Desmarets, Mareschal[398], Sainct-Alexis, du Rier,
  L'Estoile, Maistre Adam, Robinet[399], Pelletier[400],
  Avoisinent les cieux d'un autre air qu'Encelade.

    Ce malade plaisant, dont la folastre verve
  Dispute le laurier aux plus sages autheurs,
  Cet aimable Scaron est de mes amateurs[401],
  Et pour me courtiser il quitteroit Minerve.

    Lysis, quoyque prelat, et Carneau, quoyque moine[402],
  Lorsque leur veine cède à quelque infirmité,
  Cherchent plustost en moy la perle de santé,
  Qu'aux bouëtes de sené, de casse et d'antimoine.

    Tous ces heros du temps, dont les rares genies
  Tiennent ce que les arts ont de riche et de beau,
  Ne pourroient pas sauver leurs oeuvres du tombeau,
  Si je ne gouvernois leurs doctes harmonies.

    Je suis une des clefs du temple de Memoire;
  Je l'ouvre aux bons esprits qui m'aiment sobrement,
  Et le ferme aux bruteaux qui vivent salement,
  Comblant ceux-cy de honte, et les autres de gloire.

    Je declare la guerre à la melancolie,
  Et fais lever le siege à ses illusions,
  Pour remplir le cerveau de belles visions
  Qui donnent de l'esclat à ma douce folie.

    Que je suis obligée à cette illustre plante
  Qui me fait renommer par son fruict savoureux,
  Et que je veux de bien à ce pilote heureux
  Qui logea tout le monde en sa maison flotante!

    Ce vieillard fut prudent de le mettre en usage,
  Descouvrant le secret d'en faire une liqueur,
  Pour se vanger des maux d'un element vainqueur
  Et dissiper l'ennuy d'un general naufrage.

    Sans ce fruict, je serois ainsi qu'un corps sans ame,
  Qu'une ame sans esprit, qu'un esprit sans raison,
  Qu'un debile arbrisseau planté hors de saison,
  Et qu'un fidele amant eloigné de sa dame.

    C'est par luy que je règne et regis les puissances
  De l'homme, qui se dit le roy des animaux;
  Par luy je suis l'arbitre et des biens et des maux,
  Des noises et des ris, des combats et des danses[403].

     [Note 390:

       Narratur et prisci Catonis
       Sæpe mero caluisse virtus.
                                (HORAT.)

     Ce que J.-B. Rousseau paraphrase ainsi, dans son ode à l'abbé
     Courtin:

       La vertu du vieux Caton,
       Par les Romains tant prônée,
       Etoit souvent, nous dit-on,
       De salerne enluminée.]

     [Note 391: Cette métaphore nous rappelle un amusant lazzi
     d'Arlequin. «Mezetin vient sur le théâtre, portant quelque chose
     sous son manteau. Arlequin lui demande: Que portes-tu?--Un
     poignard, dit Mezetin. Arlequin cherche, et voit que c'est une
     bouteille; il la boit, et la rend ensuite à Mezetin en lui
     disant: Je te fais grâce du fourreau...» (_Biblioth. de cour_,
     1746, in-8, t. 2, p. 177.)]

     [Note 392: Pour _fatigué_, _harassé_. Ce mot commençoit à
     vieillir. Racine l'a souligné comme suranné dans l'exemplaire du
     _Quinte-Curce_ de Vaugelas (1653, in-4, p. 248) qu'il possédoit,
     et qui est aujourd'hui à la Bibliothèque impériale.]

     [Note 393: On sait qu'Horace avoit les yeux malades, _lippi
     oculi_.]

     [Note 394: Ce trait a peut-être été inspiré par cette jolie
     épigramme de Marot:

       Le vin, qui trop cher m'est vendu,
       M'a la force des yeux ravie;
       Pour autant il m'est défendu,
       Dont tous les jours m'en croist l'envie;
       Mais, puisque luy seul est ma vie,
       Maugré des fortunes senestres!
       Les yeux ne seront pas les maistres:
       J'aime mieux perdre les fenêtres
       Que perdre toute la maison.]

     [Note 395: Plusieurs stances et sonnets de Malherbe sont
     adressés à cette Caliste, qui n'étoit autre que la vicomtesse
     d'Auchy. V. Tallemant, édit. in-12, t. 1er, p. 169; et notre t.
     1er, p. 128.]

     [Note 396: Le fameux Metel de Boisrobert, le poète et le bouffon
     de Richelieu.]

     [Note 397: Charles Beys, le poète ami de Molière.]

     [Note 398: Antoine Maréchal, de qui l'on a un grand nombre
     d'oeuvres dramatiques données de 1638 à 1645. V. _Catal. de la
     bibliothèque de M. de Soleinne_, n{os} 1045-1048.]

     [Note 399: Ch. Robinet, auteur de _Momus et le Nouvelliste_, et
     continuateur de _la Muse historique_ de Loret.]

     [Note 400: Pierre Le Pelletier, dont s'est tant moqué Boileau.]

     [Note 401: Scarron buvoit bien, en effet. On trouve dans ses
     oeuvres un grand nombre de vers de remercîments pour les vins
     fins dont on lui faisoit envoi. Aucun présent ne lui agréoit
     davantage. V., dans notre _Paris démoli_, le chapitre, _les
     Maisons de Scarron_, p. 338-339.]

     [Note 402: L'auteur, du moins, y met de la franchise. Il ne
     dissimule rien, ni son goût bachique, ni son état. Plus loin il
     médit de son cher antimoine, et dément sa _Stimmimachie_.]

     [Note 403: Nous dirons, pour en finir avec ce livret, qu'il
     a été mis en prose, sous le titre de la _Pièce charmante du
     cabinet découverte_. (Moreau, _Bibliographie des Mazarinades_,
     t. 1, p. 15.)]

       *       *       *       *       *

_Sonnet sur le mesme sujet._

    Quand, par un double effort d'adresse et de courage,
  Promethée enleva du haut du firmament
  Ce qu'avoit de plus pur le plus noble element
  Afin de donner vie à sa nouvelle image,

    Il vid proche d'un muid plein de fort bon breuvage
  Bacchus, tout jeune encore, estendu plaisamment,
  Assoupy de vapeurs, ronflant profondément,
  Sans soucy des mortels et sans crainte d'outrage.

    Luy, voyant qu'il pourroit, sans troubler son repos,
  Le prendre adroitement, l'emporta sur son dos;
  Et, pour luy preparer un sejour qui fust leste,

    Il façonna mon corps comme un ciel portatif,
  Clair, poly, transparent ainsi qu'un corps celeste,
  Pour y garder chez luy cet illustre captif.



_Priviléges et Reglemens de l'Archiconfrerie vulgairement dicte des
Cervelles emouquées[404] ou des Ratiers._

Sans lieu ni date. In-8.

     [Note 404: C'est-à-dire _émouchées_, d'où l'on a chassé les
     _mouches_, les _idées noires_. Comme trace de l'existence de
     cette confrérie, nous n'avons trouvé que cette seule pièce, qui
     suffit du reste pour témoigner de l'esprit qui y présidoit.
     Quant au nom de _ratiers_, que se donnoient les membres, il
     est bon de dire qu'au XVIIe siècle ce mot s'entendoit pour un
     homme de folle gaîté, d'imagination plaisamment extravagante.
     L'expression avoir des _rats_, c'est-à-dire des idées folles,
     est restée. Elle avoit été consacrée sous la Régence par une
     chanson dont le refrain, encore connu, étoit:

               Oui ce sont les rats
       Qui font que vous ne dormez guères, etc...

     et sur l'air de laquelle avoit été réglée la fameuse contredanse
     nommée, à cause d'elle, _contredanse des Rats_.]


Les Capitouls, Consuls et Jurats[405] de l'archiconfrerie des Cervelles
emouquées, ou Ratiers, s'estant assemblez au son du timble[406],
suivant l'usage, le syndic d'icelle, surnommé Agoranome[407],
mareschal des logis dans la compagnie des porte-ferule, a remontré à
leurs seigneuries que le defaut de cognoissance des prerogatives et
statuts de l'archiconfrerie estoit cause que plusieurs personnages qui
ont toutes les dispositions requises pour y estre agregés, et mesmes
talens propres à luy attirer de plus en plus l'admiration des sages,
differoient de s'y enroler.

     [Note 405: Ces mots de _Capitouls et Jurats_, qui
     n'appartiennent qu'aux municipalités du midi, de Toulouse,
     Bordeaux, etc., nous indiquent au moins, faute d'autres
     indications locales, dans quelle partie de la France se tenoient
     les assises de la folle confrérie.]

     [Note 406: _Timbre_, _cloche_. L'auteur joue sur les mots
     _timbre_, _timbré_, à cause de leur sens figuré, qui convenoit à
     son sujet.]

     [Note 407: Celui qui avoit le soin de la police des marchés.
     Il y avoit dix magistrats de ce nom à Athènes; leurs fonctions
     correspondoient, pour la plupart des attributions, à celles des
     édiles curules chez les Romains.]

A quoy il importoit d'autant plus de pourvoir que, l'archiconfrerie
ayant resolu de publier un catalogue exact de tous et un chacun ses
suppots, avec des remarques en forme de glose ou commentaire sur
leurs caractère et exploits particuliers, les sujets en question ne
manqueroient point, à la vue du recueil des priviléges et reglements,
de donner au plustost leurs noms et qualités.

Ledit syndic ayant laissé ses conclusions sur le bureau de Dom Cyclope,
greffier en chef des Cervelles emouquées ou Ratiers, et la matière
mise en deliberation, tout considéré, iceux Capitouls, Syndics et
Jurats, après avoir applaudi au zèle dudit syndic Agoranome pour la
propagation de l'Archiconfrerie, ont unanimement ordonné et ordonnent
le recueil et publication desdits priviléges et reglements, à condition
de n'y inserer que ceux que l'on voit authorisés et maintenus par
l'exemple de quelqu'un des notables d'icelle archiconfrerie, et qu'au
préalable l'original d'iceux soit omologué dans la chancellerie du
père Aigremine, conservateur desdits priviléges, comme aussi que
copies d'yceluy original, duement timbrées, soient portées aux bureaux
ordinaires, et notamment rue des Agaches[408], des Gauguiers[409]
et des Baudets à Sainct Andru[410], à la place des jongleurs, à la
fontaine aux Moucrons[411], etc.

     [Note 408: _Agaces_, _pies_.]

     [Note 409: Lisez _goguier_, homme toujours de belle humeur, et
     en ses _gogues_, comme on lit en la 29e des _Cent Nouvelles
     nouvelles_, toujours _goguelu_, comme dit Rabelais, liv. 5,
     chap. 13.]

     [Note 410: Saint-André, petite ville du Bas-Languedoc, à peu de
     distance de Clermont, entre Montpellier et Lodève.]

     [Note 411: _Moucherons._]

S'ensuivent les priviléges, tant communs que speciaux, de tous et
un chacun des suppots de l'archiconfrerie des Cervelles emouquées
ou Ratiers, et tout ensemble les reglemens jugez necessaires pour
fortifier lesdites Cervelles contre tous abus, forfaitures et meschefs
par lesquels elles pourroient deroger aux hauteurs et preeminences de
l'archiconfrerie.

_Prime._--Toutes Cervelles emouquées ou Ratiers ont, par especial, le
privilege de la singularité du raisonnement, qui les garantit de la
contusion de se voir jamais ravalés jusqu'au sens commun.

_Item._--Icelle archiconfrerie a le droit de s'incorporer personnages
de toute espèce, figure et profession, tant laïquale qu'ecclesiastique
et monacale, ci: comme porte-robbes, porte-perucques, porte-estolle,
porte-aulmusse, porte-sabots, porte-sandales, porte-corde,
porte-capuce, porte-ferules et porte-barbe.

_Item._--Nuls postulans ne peuvent estre admis qu'ils n'aient souffert
toutes les eclipses de raison à ce suffisantes et pertinentes pour
meriter le susdit privilège fondamental, à savoir la singularité du
raisonnement.

_Item._--Nul acte ecrit, avertissement ou autre pièce quelconque,
ne sera approuvée par les superieurs et officiers majeurs de
l'archiconfrerie s'il n'est original[412] ou timbré.

     [Note 412: Ce mot commençoit alors à s'employer pour désigner
     un homme ayant dans l'esprit quelque chose de ridicule et
     d'extravagant. (_Dict._ de Furetières.) V. aussi, sur cette
     expression, un article philologique de l'académicien Arnault,
     _Revue de Paris_, 1re série, t. 9, p. 187.]

_Item._--Tous suppots d'icelle ont privilége, ès jours de jeune et de
carême, d'avaler hors du repas toute sorte de liquide, pourveu que
toujours ils rejettent ce quy sera proposé de solide; et, advenant le
cas qu'aucun y veuille contredire ou pratiquer le contraire, iceluy
sera condamné au tribunal de l'archiconfrerie, comme fauteur d'une
morale rigoureuse pour lui-mesme.

_Item._--Indulgence en faveur de tout agregé ecclesiastique qui dit
precipitamment son breviaire, et mesme la messe, pourveu qu'il lise
gravement le _Mercure_ et la _Gazette_[413].

     [Note 413: On eût pu trouver lecture plus attrayante, comme, par
     exemple, ces contes de _haulte gresse_, dont certain prêtre du
     XVIe siècle disoit en soupirant, après les avoir lus seulement
     deux ou trois fois: _Que n'est-ce breviaire_?]

_Item._--Indulgence pour les maisons et communautés incorporées en
icelle archiconfrerie qui jugeront de l'importance de leur estat et de
la suffisance de leurs personnes par la grandeur de leurs robes, rabats
et perruques, et regarderont comme vraie bienseance et gravité ce qui
paroît à d'autres hauteur et pedenterie.

_Item._--Indulgence pour tous religieux ou autres qui le matin, en vue
de mieux passer la journée, seront attentifs à prendre l'eau bénite
de l'archiconfrerie, c'est à savoir eau-de-vie, fenouillette[414],
ratafiat, rossoly[415], etc.

     [Note 414: Sorte d'eau-de-vie de fenouil, dont la meilleure se
     faisoit avec du fenouil de Florence.]

     [Note 415: Le _rossoli_ se faisoit avec de l'eau-de-vie brûlée,
     du sucre et de la cannelle. Les Italiens de la cour de Marie
     de Médicis l'avoient mis à la mode. Le meilleur est celui dont
     le Dictionnaire de Trévoux donne la recette d'après Dionis. On
     l'appeloit _rossoli du roy_, parceque Louis XIV en usa pendant
     un temps considérable, et s'en trouva toujours fort bien.]

_Item._--Indulgence pour ceux et celles quy, à la place du Testament,
liront avec foy le supplement de la Gazette de Hollande, comme
l'evangile des archiconfrères.

_Item._--Est permis aux eclesiastiques agregés de publier et debiter
de faux brefs, sans crainte aucune de l'excommunication portée contre
les falsificateurs de lettres apostoliques.

_Item._--Droit de sauvegarde et protection en faveur d'iceux
quy seroient grevés de la meme peine pour avoir sçu, en matière
spirituelle, décliner les juges d'eglises nonobstant toutes bulles et
decrets à ce contraires.

_Item._--Droit de franchise pour tous ceux qui tiendront
estaminets[416] et academies de jeu, surtout les dimanches et festes et
pendant le service.

     [Note 416: Ce mot étoit alors bien nouveau chez nous. Il y étoit
     venu de la Flandre espagnole, où il désignoit une _réunion_,
     un _cercle_, une _assemblée_, de même que le mot _estamiente_,
     dont il étoit le dérivé. V. notre _Histoire des Hôtelleries et
     Cabarets_, t. 2, p. 166.]

_Item._--Indulgence au religieux confesseur quy, pour avoir l'oeil sur
sa devote, la menera le soir sous le bras à la promenade.

_Item._--Indulgence pour tous ceux quy, n'estant en usage de chanter en
leur eglise les louanges du Seigneur, chanteront sur le theatre celles
de Bacchus ou autres divinités païennes, y feront sonner les violons et
batront la mesure.

_Item._--Indulgence en faveur des religieux quy, ne pouvant recevoir
les honoraires pour la celebration de leurs messes, auront volonté
respective de soy respecter et dedommager aux derniers sacrements, en
se faisant constituer heritiers et legataires universels par testamens
et codicilles, et mesme sans le secours d'icelles pièces, en emportant
bources, bagues et joyaux.

_Item._--Advenant qu'iceux religieux ne trouvent en icelles bources que
des jetons au lieu de louis, iceux gagneront les pardons de l'ordre, à
condition de ne plus se meprendre.

_Item._--Indulgence pour tous monastères et communautés dont les caves,
refectoires et maisons de campagne[417] seront fournis de vin en
abondance, à effect d'estre plus sobres ès maisons d'autruy.

     [Note 417: Pour se faire une idée de l'abondance gastronomique
     des _villæ_ monastiques, il faut lire ce que dit, dans ses
     _Mémoires_, l'abbé Blache, des immenses provisions entassées
     dans les caves de Montlouis, alors maison de campagne du P.
     La Chaise, aujourd'hui le cimetière auquel le fameux jésuite
     a donné son nom. V. _Revue rétrospect._, 1re série, t. 1, et
     _Journal des Débats_, 8 juillet 1836.]

_Item._--Indulgence pour tous prieurs et autres suprieurs de couvents
quy supposent que leurs inferieurs sont en voyage, tandis qu'ils sont
encore dans la ville à boire, manger, jouer, ripailler, le jour et la
nuit.

_Item._--Indulgence pour le religieux quy, voyant demoiselle soy
retirer en abbaye pour y voiler et vouer sa virginité au Seigneur,
luy suggerera le retour au siècle[418] en vue de lui faire preferer
l'alliance d'un homme à celle d'un Dieu.

     [Note 418: Ce mot, d'où dérive directement l'adjectif
     _séculier_, se disoit pour monde en morale, par opposition
     à _céleste_ et à _spirituel_. (_Dict._ de Trévoux.)--Cette
     expression étoit déjà employée au XVe siècle. «Celle bonne
     dame, lit-on au chapitre 25e du _Livre du chevalier de la
     Tour-Landry_, estoit jeune et avoit bien le cuer au siècle, et
     chantoist et dansoyt voulentiers.» (Edition elzevirienne, donnée
     par M. de Montaiglon, Paris, 1854, p. 55.)]

_Item._--Indulgence en faveur des religieux lesquels, ayant droit
de dresser theatre pour le divertissement des archiconfrères, le
dresseront en temps de caresme, et mesme de la passion, pour y donner
farces avec dances et chansons bachiques[419].

     [Note 419: On sait que, dans les colléges de jésuites, il étoit
     d'usage de donner, à certaines occasions, des représentations
     dramatiques, des tragédies, des comédies, même des opéras,
     puisque celui de _Jonathas_ fut écrit par Carpentier pour le
     collége des jésuites de Paris. C'étaient les élèves qui jouoient
     et qui chantoient les rôles; à chaque distribution, il y avoit
     un prix pour celui qui avoit le mieux fait son personnage. Le
     livre donné en récompense portoit cette mention: _Alumnus... pro
     bene actam personam... præmium feret_. Il en résulta que ces
     colléges de jésuites furent ce qu'est à peu près aujourd'hui
     notre Conservatoire. Une foule de bons chanteurs et de bons
     comédiens en sortirent, notamment Molière, Dancourt, Tribou de
     l'Opéra, et beaucoup d'autres dont les jésuites du collége de
     Clermont, à Paris, préparèrent la vocation, sauf à les faire
     excommunier lorsqu'ils prouvèrent trop bien qu'ils étoient leurs
     dignes élèves.--Il est dit ici que les religieux avoient _droit
     de dresser théâtre_, etc., et c'est à tort. La comédie n'étoit
     permise chez eux que par tolérance, en depit même de l'article
     80 d'une ordonnance rendue à Blois en 1579, par laquelle toute
     espèce de comédies, même les petites représentations des
     bucoliques et des églogues, leur étoient interdites. Il est vrai
     que l'ordonnance ne fut jamais exécutée. On peut voir, sur ces
     spectacles des colléges, les _Mémoires de Bassompierre_, sous
     la date du lundi 7 septembre 1619; _les Aventures de Francion_,
     liv. 4; Lémontey, _Hist. de la régence_, t. 2, p. 350.]

_Item._--Privilége à iceux religieux d'employer pour ceste bonne
oeuvre les couronnes d'argent à eux leguées pour la decoration des
autels et des images.

_Item._--Iceux pères qui n'auront faculté de confesser leurs devotes
dans les eglises les pourront confesser sous les moulins champestres.

_Item._--Iceux, nonobstant les bulles qui leur defendent de negocier,
sous peine d'excommunication, pourront s'engager dans quelque commerce
non repugnant à l'exterieur de leur institut, si comme avec marchand de
charbon, etc.

_Item._--Advenant que parmi les confrères se trouve un ecclesiastique
qui n'ose donner sa decision lorsqu'il sera consulté, iceluy sera
regardé comme l'oracle de l'archiconfrerie.

_Item._--Tous suppots d'icelle, tant ecclésiastiques et religieux,
se contenteront, et pour eux-mêmes et pour l'utilité du prochain, de
la science que les docteurs appellent science moyenne[420], hoire
et ayant-cause du feu P. Molina[421], guidon en la compagnie des
porteferules.

     [Note 420: La science troisième ou moyenne, selon les
     théologiens, celle, disent-ils, par laquelle Dieu connoît ce que
     les anges et les hommes feroient en certains cas, en certaines
     circonstances, s'il avoit résolu de les y mettre.]

     [Note 421: le fameux jésuite espagnol Louis Molina, dont
     le livre _De la concorde de la grâce et du libre arbitre_
     (Lisbonne, 1588, in-4) suscita les fameuses disputes sur la
     grâce et sur la prédestination. Molina, apôtre des _Molinistes_,
     étoit mort à Madrid le 12 octobre 1600.]

_Item._--Tous clercs et coutres[422] ou beneficiers de paroisse et
autres eglises, sans distinction ny exception quelconque, pourront,
pendant le service divin, se rendre aux porteaux et sacristies
d'icelles pour y apprendre ou debiter nouvelles et y juger le prochain.

     [Note 422: Le _coutre_ ou _coustre_ étoit celui qui avoit le
     soin de sonner les cloches et qui étoit gardien (_custos_, d'où
     son nom) des clefs de l'église. V. Ménage, _Hist. de Sablé_,
     liv. 2, chap. 3.]

_Item._--Tout frère questeur et proviseur, de couvent qui soy
advancera de traicter des matières de doctrines les plus relevées
dans les boutiques, parloirs et autres lieux, sera escouté de tous
archiconfrères et consoeurs ni plus ni moins qu'un lecteur de jubilé.

_Item._--Pourront les dames et demoiselles agregées à l'archiconfrerie
aller à la messe poudrées et parées ainsy comme au bal, comme aussi
preferer les messes basses aux grandes, et surtout la dernière: le tout
pour le plus d'edification du prochain.

_Item._--Pourront lesdites archiconsoeurs se poster par humilité à
genoux, sur des bancs ou chaises, et prendre sur leurs eventails le
sujet de leurs meditations.

Tous ceux et celles qui, se trouvant ès eglises, y auront causé
de nouvelles et d'affaires en attendant le prédicateur, pourront
s'abandonner au sommeil pendant la predication.

_Item._--Y doit avoir en lieux competens inquisiteurs secrets et
censeurs des livres, pour interdire, suprimer, enlever et même
decacheter tous livres pernicieux à l'archiconfrerie et defendus par
icelle, si comme epitres, evangiles, ordinaires de la messe, etc.

_Item._--Est loisible à tous laïques agregés quy se meslent de corriger
ou reprendre ceux qui offencent le Seigneur d'appuier sa reprimande ou
correction de moult maledictions et imprecations.

_Item._--Es lieux de public instruction où les maistres comme les
disciples ne peuvent cacher aux clairvoyans l'insuffisance de leur
doctrine, on pourvoira à l'honneur des escoles dans l'esprit du
bourgeois et père de famille par l'appareil des thèses[423] et
tragedies, et par la beauté des bâtimens.

     [Note 423: On déployoit une très grande pompe pour la réception
     des docteurs en toutes sortes de sciences, médecine, théologie,
     etc. On peut voir par le _Journal du voyage_ de Locke en France
     (18 mars 1676) que l'appareil dont Molière entoure la réception
     d'Argan comme docteur n'a rien d'exagéré. (_Revue de Paris_,
     1re série, t. 14, p. 13-14.) La thèse si pompeusement soutenue
     étoit elle-même illustrée d'une magnifique gravure. Elle étoit
     toujours bonne à prendre pour l'image, comme dit Toinette du
     _Malade imaginaire_.]

_Item._--L'inscription d'iceux bâtimens designera ceux quy ont receu
l'argent pour les construire, et nullement ceux qui l'ont donné.

_Item._--Tout ecclesiastique meditant l'erection de communauté nouvelle
ne prendra ailleurs qu'au bureau de l'archiconfrerie les bulles et
patentes que les autres vont demander au pape et au prince.

_Item._--Et ceux patriarches de nouvelle espèce pourront se faire
baiser les piés, ny plus ny moins que le pape.

_Item._--Advenant qu'aucuns catholiques se fourvoient jusqu'à manquer
de respect pour l'archiconfrérie, iceux catholiques seront, par le seul
faict, réputés chimatiques, et jansenistes, qui pis est; voire meme, si
metier est, pendus en effigie aux yeux des souffre-ferules.

_Item._--Au cas qu'iceux catholiques allèguent, pour soy justifier,
certains decrets des papes bien et dument approuvés ès saints conciles,
suivis et omologués en toutes provinces catholiques, apostoliques et
romaines, sera maintenu par les archiconfrères qu'iceux decrets ne sont
munis de lettre de placet à ce necessaire de par l'archiconfrerie.

_Item._--Tout confrère qui voudra montrer son courage envers iceux
catholiques redoutera leur presence et ne pourra signaler sa bravoure
que par la fuite.

_Item._--Pour lesdits cas d'esclipse et desertion, iceux archiconfrères
tiendront pour certain que le scandale peut être preferé au danger du
raisonnement et la faveur des ignorans l'emporter sur l'exemple des
sages.

_Item._--Attendu que la science, si elle n'est science moyenne[424],
est le poison le plus funeste, comme est dit cy-dessus, à
l'archiconfrerie, tous suppots et agregés d'icelle mettront en arrière
les saints pères de l'eglise, en leur substituant les saints pères de
la société, si comme abandonneront saint Augustin pour suivre Escobar
et debusqueront saint Thomas[425] pour subroger à ses droits le
porteferule Francolin.

     [Note 424: V. une des notes précédentes.]

     [Note 425: La lutte avoit d'abord eu lieu entre les dominicains
     _Thomistes_ et les jésuites _Molinistes_, tant à cause du livre
     de Molina cité tout à l'heure qu'au sujet de ses _Commentaires_
     sur la première partie de la Somme de saint Thomas.]

_Item._--Nul archiconfrère ne manquera d'observer pour ses demarches et
entreprises les phases de la lune, comme estant l'astre tutelaire de
l'archiconfrerie, et feront eclater leur ferveur surtout au temps de
la première sève et du renouvellement d'icelle, comme faisant les deux
principales solemnitez des Cervelles emouquées ou Ratiers.

_Item._--A eux permis de raper, prendre et donner tabac[426] en leurs
prières, messes et offices, pour eviter plus seurement les distractions.

     [Note 426: Les priseurs râpoient encore leur tabac à chaque
     prise. M. du Sommerard possédoit une de ces _râpes-tabatières_,
     sur laquelle le Sganarelle du _Festin de Pierre_ étoit
     représenté frottant sur sa râpe la carotte de tabac, au moment
     où il entre en scène sur ces vers:

       Quoi qu'en dise Aristote et sa docte cabale
       Le tabac est divin, il n'est rien qui l'égale.]

_Item._--Les directeurs et confesseurs agregés se proposeront
soigneusement le bien des familles dans leur ministère.

_Item._--Quiconque s'ingerera de blasmer iceux confesseurs, les
accusant d'avarice, ou qui censurera leur intention à employer pour
des visites les temps destinez à la prière, retraite et silence, sera
deferé à l'archiconfrerie comme coupable de violer la charité du
prochain.

_Item._--Tout archiconfrère qui debource pour soy divertir florins,
patacons[427] et ducats, en ne donnant aux pauvres que la plus basse
des espèces de monnoie, sera tenu pour aumonier.

     [Note 427: Ou _patagon_, monnoie d'argent qui de 48 sols finit
     par monter à 58. L'orthographe employée ici donneroit raison à
     Ménage, qui pense que ce mot venoit de _patac_, ancienne petite
     monnoie d'Avignon.]

_Item._--Les predicateurs religieux prescheront eux-mêmes dans leurs
eglises lorsqu'ils voudront critiquer les censeurs de leur morale; mais
ils choisiront des predicateurs estrangers pour en recevoir des eloges
devant le public.

_Item._--Tout religieux quy, se trouvant accompagné d'un sien frère
ou convers, rencontrera un ecclesiastique, iceluy aura soin que le
dit frère salue le premier l'ecclesiastique, afin que iceluy salue le
premier le religieux.

_Item._--Tout chasseur agregé prendra son mousquet pour tuer les
souris, mais doit espargner les rats, comme animaux privilégiés par
edits et patentes de l'archiconfrerie.

  _Collationné à l'original par moi_,

                                                      SONGECREUX[428].

     [Note 428: Nom de haute folie consacré par le livre de Gringore,
     _les Contreditz de Songecreux_; par un passage de Rabelais (liv.
     1er, ch. 20), et aussi par _la Prenostication de maître Albert
     Songecreux Biscain_ (1527), fameux almanach dont a parlé H.
     Estienne au chapitre 39 de son _Apologie pour Hérodote_.]



_Advis de Guillaume de la Porte, hotteux ès halles de la ville de Paris._

Sans lieu ni date, in-8.


Le vaudeville des bouchers et le reglement faict pour la police
publié[429] m'a donné subject de tracer ces lignes, pour vous declarer
que, pensant apporter du remède, vous courés au mal. La raison en est
parceque vous voulez paroistre de grands oeconomes, et vous n'estes
qu'abecedaires de maisons. D'où vient que, voulant retrancher le mal,
vous le fomentés et le faictes pululler? Que si vous aviez consulté
toutes sortes de qualités de personnes, ne vous attachant tant au
pourpre[430], qui n'a le plus souvent que l'apparence ou l'appuy de
l'argent, sans doute vous auriés faict tout autre reglement. Qui est
celuy qui ne recognoisse le signalé defaut sur le prix du mouton, veu
que chacun sçait qu'il y a grande disproportion du moindre au meilleur?
A vostre compte, le plus gras mouton ne vaudroit que seize sols
davantage que le plus chetif[431], veu qu'il y, a mouton de neuf livres
et autres de trois livres. Pour le veau, pareille raison. Ma cousine
la Moignotte, que Dieu veulle conserver et luy restablir la santé!
estant fermière de la grande ferme de Paré, elle avoit douze vaches,
dont l'une avoit nom la Bourelière, laquelle faisoit des veaux aussi
puissants que des boeufs du Poitou. Je vous laisse à penser quelle
perte elle eust receu de les vendre à six livres, et le grand profit de
vendre des avortons à pareil prix de six livres. Ces considerations, et
autres que je veux deduire cy-après, font que je ne puis approuver ce
reglement. Et d'autant qu'estant bourgeois de Paris, je faicts partie
d'icelle, il me semble qu'au peril de la famine qui nous menace, je
doibs dire mon opinion, pour estre receue ainsi qu'on le verra bon
estre. Que si quelqu'un me debat mon droict de bourgeoisie, Pierre de
la Porte et Guillemette des Rosières, surnommée Dix-sept-demi-septiers,
mes père et mère, vous leveront ceste difficulté et vous diront qu'ils
ont porté les crochets et la hoste vingt ans, servants à porter viandes
et fruicts des halles. Je vous laisse à penser si j'ay quelque memoire
du vineux mestier qui fait dire la verité. Ma qualité prouvée, venons
au subject qui se presente. Toute ville, republique ou royaume se
maintient principalement de bled, vin, chair et bois: c'est pourquoy
les bien reglées ont donné toute liberté de trafiquer à toutes sortes
de personnes sans y imposer aucune dace[432] ny impost, afin que
l'affluence y apporte vilité de prix, ce qui est très certain par
l'abord des marchands, qui ne trafiquent que sur l'esperance du gain.
Je sçay que le malheur du temps a apporté des subsides sur lesdits
vivres; mais lesdits subsides ne sont suffisans pour faire telle cherté
qu'on s'en puisse plaindre, et je m'asseure que quelque jour nostre bon
prince et roy retranchera en partie lesdits subsides: car je m'asseure
que, Gondy et Jamet[433] à present estant morts, on ne verra plus tant
de partisans composés d'Italiens et d'Espagnols, que je desirerois les
uns estre placés au pol arctique, les autres au pol antarctique. _Dios
me libre de tal gente!_ Je ne parle des femmes desdits païs, car elles
passent en la famille des maris.

     [Note 429: Nous ne savons quel est ce règlement de police
     concernant la boucherie; peut-être est-ce celui du 30 mai 1618.
     V. _Traité de la police_, t. 2, liv. 5.--Nous n'en trouvons pas
     qui se rapproche davantage de la date de cette pièce.]

     [Note 430: C'est-à-dire à la puissance.]

     [Note 431: En 1600, le prix d'un beau mouton étoit de 4 livres.
     (Dupré de Saint-Maur, _Essai sur les monnaies_, année 1600.)]

     [Note 432: _Taxe._]

     [Note 433: Partisans italiens qui alors accaparoient toutes les
     affaires. V. la pièce précédente, _Rencontre de maître Gaillaume
     et de Piedaigrette_. Jamet n'est autre que le fameux Zamet, mort
     en 1614.]

Il est donc necessaire de donner liberté aux marchands forains de
vendre leurs troupeaux et marchandises le prix qu'ils pourront,
parceque, si vous leur faictes delivrer leur marchandise à perte, sans
doubte ils n'y retourneront pour la seconde fois: je m'en raporte à la
Verdure de Juvisi, s'il veut venir perdre sur chaque chartée de veaux
dix-neuf livres qu'il perdit vendredy dernier.

Il est utile de donner permission à tous maistres bouchers et
compagnons ou autres vendre viandes en destail, afin de n'estre subject
à un nombre[434].

     [Note 434: On voit que l'idée de demander la liberté du commerce
     de la boucherie n'est pas chose nouvelle.]

Il est à propos de vendre les viandes à la livre, et le prix d'icelles
en soit faict au rabais, ainsi qu'il se practique en Languedoc,
Gascogne et autres provinces.

Davantage (avec permission de MM. les bouchers), parceque je vois
plusieurs bonnes maisons où il faut quantité de moutons, d'autres
familles qui se peuvent passer d'un quartier, et qu'ils se pourroient
plaindre, soit de la maigreur des viandes, soit sur la difficulté
d'avoir un quartier de derrière, que l'on appelle, en Musarabie[435],
_trasero_, pour eviter à cet inconvenient, je voudrois faire dresser
des escorcheries au dessus et au dessoubs de nostre ville de
Paris[436], et près icelles quelques halles, où les marchands forains,
deux fois la sepmaine, pourroient venir vendre leur bestail, les
manants et habitans de nostre ville, ou leurs domestiques pour eux, se
joignant deux, trois, plus ou moins, se transporteroient ausdits lieux
et feroient achapt de leur necessité, et à l'instant feroient tuer leur
mouton ou plusieurs, moyennant trois ou quatre sols qu'ils donneroient
à des compagnons bouchers, qui seroient bien aises de faire ce profict.
En après, le mouton pesé, l'on regarderoit la montance de chaque livre,
et chacun puis après prendroit sa provision. C'est un mesnage qui se
faict en plusieurs endroits de l'Europe, sur lequel vous faictes le
tiers de profict. Je le sçay par experience. Ma mère Guillemette me
disoit bien qu'en voyant le monde on voit du pays, et qu'à ne voir que
des charbons on ne cognoist que des tisons.

     [Note 435: C'est le nom qu'on donnoit à la partie de l'Espagne
     chrétienne placée sous la domination des Arabes.]

     [Note 436: L'établissement des tueries sur la rivière, au
     dessous de Paris, avoit souvent été demandé. On l'avoit même
     ordonné par arrêt du 7 septembre 1366 (_Traité de la police_,
     t. 2, liv. 5); mais jamais l'ordonnance n'avoit pu avoir
     d'exécution. (_Mélanges d'une grande bibliothèque_, Hh., p.
     16-17.)]

Or, d'autant que l'abondance est la mère de vilité, je voudrois, pour y
parvenir, faire defences de tuer des aigneaux, sur peine du fouet[437],
despuis le premier jour de janvier jusques au dernier juillet. Vous
faictes, en ce faisant, profiter les troupeaux, accroistre les fumiers
des laboureurs, qui s'abonissent par la fiante de ces animauls, qui par
après multiplient les grains à foison par l'amendement que l'on faict
aux soles et jachères. Vous empeschés les bergers de vendre les dits
agneaux: vous retranchez la perte des troupeaux que l'on donne à moitié.

     [Note 437: Charles IX en 1563, Henri III en 1577, avoient fait
     défense de vendre la chair des agneaux; mais leurs ordonnances
     ne furent pas exécutées, et il fallut les faire revivre en 1714,
     après beaucoup de réclamations du genre de celle qu'on formule
     ici.]

Pareil remède sur les veaux et autres espèces de vivres, lesquels ne
voyent a peine la lumière par la friandise de ce temps.

Je voudrois faire defenses aux marchands de bled residans à Paris de
serrer du grain dans Paris outre leur provision: car ils enlèvent le
bled de deux ou trois marchés à bas pris pour vous le vendre puis après
cherement. Je portois un jour à monsieur Criton du pain de la hale, et
il montroit une oraison grecque à ses escoliers, escripte contre des
marchands traficquans en bled, residans à Athènes[438], de la qualité
susdicte; et les dits escoliers, à cause que je portois du pain, ils me
prenoient pour l'un de ces monopolistes, et me vouloient lapider; et
si le dit sieur ne fut venu, leur donnant à entendre que je n'estois
marchand blatié grec[439], c'estoit faict de Guillaume de la Porte! Il
sera bien fin qui me fera vivre avec ces toques de malice!

     [Note 438: Ce discours est celui de Lysias _contre les marchands
     de blé_. V., sur cette très intéressante _oraison_, le livre
     d'Auguste Boeckh, _Economie politique des Athéniens_, trad. par
     Laligant, t. 1, p. 138-141.]

     [Note 439: Les _blastiers_ étoient ces marchands qui alloient
     acheter du blé dans les greniers de la campagne et qui le
     revendoient aux marchés des villes. Il y avoit à Paris une
     communauté de marchands _blastiers_ sous saint Louis, qui leur
     donna des statuts. (_Traité de la police_, t. 2, liv. 5, ch.
     2.) Plus tard, leur commerce déchut, et ils ne furent plus
     considérés que comme simples _regrattiers_ et _grainiers_.
     (_Id._, t. 6, liv. 5.) On agita même la question de l'utilité de
     leur commerce, et l'on fut sur le point de le défendre. (_Id._,
     _ibid._)]

Pour le bois, j'observerois les reglements anciens, à peine de
contravention de la perte de la marchandise contre les marchans, et de
privation et de confiscation des offices des officiers, qui, en leur
presence, voyent enfraindre la taxe de la ville; à quoy pour remedier,
il y auroit des poteaux dans lesquels il y auroit une table (ce que les
Arabes appellent _Arauzel_)[440] contenant la taxe de la ville, afin
qu'un chascun fut adverti du prix de la marchandise[441].

     [Note 440: Chez les Chinois il y a une table pareille dressée
     sur la place publique, et indiquant, en outre du prix des
     vivres, celui des remèdes qui se vendent chez les apothicaires.]

     [Note 441: On trouve le commencement d'exécution d'un projet
     pareil dans l'ordonnance de mars 1577, par laquelle il étoit
     ordonné à l'hôtelier d'écrire sur la principale porte de son
     auberge le taux de tout ce qui se prenoit chez lui, le manger,
     le boire et le coucher. Deux ans après, une ordonnance du 21
     mars compléta la première en réglant le tarif de toutes les
     denrées à consommer. C'est cette ordonnance qui se trouve
     mise en chanson dans la _Fleur des chansons nouvelles_ (édit.
     Techener, p. 6-11).]

Seroit fait defences d'acheter des bois, n'estoit pour estre
promptement coupés et vendus à la saison, afin d'eviter aux monopoles.
Il y a plusieurs bourses qui s'assemblent et enlèvent les bois, et les
gardent un, deux, trois ans, jusques à cherté, et n'en font venir qu'à
la derobée. Je vous donne advis qu'il y a un marchand d'Auxerre qui,
sous la bourse d'un nommé Giman, bourgeois de Paris, a enlevé tout
le marin[442] du pays de Morvan. Je vous laisse à penser s'il faudra
passer par ses mains si le bois tortu chemine droit[443]; mais je
m'asseure que monsieur le lieutenant general d'Auxerre y donnera bon
ordre. Le commencement de la santé est de cognoistre la maladie, _el
comienso de la salud, es conocer la dolencia del enfermo_.

     [Note 442: Bois _merrain_, bon surtout pour les tonneliers, les
     treillageurs et les menuisiers.]

     [Note 443: Si la vigne donne.]

Messieurs les maistres des forests, vous ne serez negligens de faire
planter à la place des bois de haute futaye que l'on abat.

Je voudrois faire defendre aux cabaretiers d'asseoir en leurs tavernes
fors pain et vin[444], et ce à personnes estrangers seulement.

     [Note 444: C'étoit le droit des cabaretiers et taverniers «de
     vendre vin, donner à manger ou souffrir qu'on mange dans leur
     maison.» Colbert lui-même n'osa l'enfreindre: V. sa lettre à M.
     de Miromesnil du 16 octobre 1681, _Correspondance administrative
     de Louis XIV_.]

Il y a un tas de gueules enfarinées qui n'ont pour leur dieu que la
Pomme de pin, la Croix blanche, le Petit saint Anthoine[445], le
cuisinié de monsieur de Bethune, que l'on dit à la Bastille, avec mille
autres de ce poil, sans comprendre les logis où l'on traicte à deux,
trois et quatre escus pour teste. Quelle abysme de despense! Et le vice
chatouille tellement les hommes qu'il n'y a fils de bonne mère qu'il
n'y porte sa chandelle. Si compère Gaultier arrive, il faut le recevoir
en un cabaret. Là, on trouve toute sorte de vins d'Orleans, de Beauce,
Gascogne, d'Espagne, de Ciudad Real, Perogomez, Frontignan; là, vous
ne pouvés desirer aucun genre de viande qu'il ne vous soit servi. La
colation ou dessert seconde l'entrée, tellement que vous estes servi
plus qu'en roy. Au partir de là, pour faire chère entière, il faut
aller voir les dames, ou plustost la verole.

     [Note 445: On connoît la célébrité du cabaret de la
     _Pomme-de-Pin_, situé dans la Cité, près de l'église de la
     Madeleine et presqu'à l'entrée du pont Notre-Dame. Celui de la
     _Croix blanche_ se trouvoit près du cimetière Saint-Jean, dans
     la petite rue, aujourd'hui détruite, à laquelle il avoit donné
     son nom. Le cabaret du _Petit-Saint-Antoine_ s'appeloit ainsi à
     cause de la maison de chanoines près de laquelle, il étoit situé
     dans la rue Saint-Antoine. V.; notre _Histoire des hôtelleries
     et cabarets_, t. 2, p. 304, 333.]

Je me proposois vous toucher quelques remèdes, mais il m'est souvenu
que monseigneur de Verdun (que chascun ne sauroit assez admirer, pour
estre les louanges inferieures à ses vertus) est à present premier
president au parlement de Paris, premier parlement de France[446].
Ma plainte suffit; la paix qu'il a establie entre les mondains de
Toulouse, y rendant la justice en qualité de premier president, asseure
qu'il la donnera aux enfans de Paris, ou plustost à la confusion
du siècle corrompu. Nous estions perdus (mes concitoiens) si nous
n'eussions recouvert l'Hercule de nostre pays. Desjà j'avois faict
resolution de vendre ma hotte et ma bonne casaque de toille, ayant
perdu l'esperance de gagner ma vie aux halles pour tirer des coups
de pistolets aux portes en tirant pays pour aspirer la qualité de
gondolier à Venise. A Dieu, jusques _al veder_.

  _L'an de grace 1611[447] le 2. jour de may, et de Guillaume de la
  Porte[448], de nostre aage le 27._

     [Note 446: Messire Nicolas de Verdun avoit succédé en 1616 à
     M. Achille du Harlay dans la charge de premier président du
     parlement de Paris, qu'il occupa jusqu'en 1627. V. Blanchard,
     _Eloges de tous les premiers présidents_, 1645, in-8, p. 81.]

     [Note 447: Il faut lire 1621.]

     [Note 448: Je serois tenté de croire que pour cette pièce,
     où il est tant question du commerce de la boucherie, le nom
     de Guillaume de la Porte a été pris en souvenir de Guheri
     de la Porte, qui au XIIIe siècle fit don aux religieux de
     Saint-Martin de la maison où fut établie la grande boucherie de
     l'Apport-Paris.]



_Les Misères de la Femme mariée, où se peuvent voir les peines et
tourmens qu'elle reçoit durant sa vie, mis en forme de stances par
Madame Liebault_[449].

_A Paris, chez Pierre Menier, demeurant à la Porte Sainct Victor._
In-8.

     [Note 449: Cette madame Liébaut, dont les talents poétiques nous
     sont ici révélés, est Nicole Estienne, fille de l'imprimeur
     Charles Estienne, et femme du médecin Jean Liébaut, dont on a
     plusieurs ouvrages importants pour l'agriculture et la médecine.
     Elle étoit, dit-on, fort savante; ce qui suit prouve qu'elle
     avoit aussi beaucoup de sens et d'esprit. M. Brunet, dans son
     _Manuel_, t. 3, p. 131, parlant de cette pièce, dont il cite
     une autre édition publiée à Rouen, donne à l'auteur le nom grec
     d'Olympe, qui convenait assez à la fille d'un Estienne.]


_A Madame de Medine, religieuse aux Ammurez de Rouen._

Madame, les hommes, en general, sont si divers en leurs opinions, que,
par manière de dire, chacun veut maintenir la sienne particulière
avecques des raisons bien souvent qui sont du tout alienées de
raison. Les philosophes du temps passé nous ont laissé à la memoire
que la nature, qui est le Dieu supresme, avoit mis entre mains aux
hommes, pour s'en servir, certaine espèce de biens qu'ils appelloient
indifferens, c'est-à-dire qui n'apportoient ny bien ny mal aux hommes,
si non autant que les hommes les applicquoient à l'usage, fust à bien
ou à mal, comme l'on peut dire de l'or, l'argent, le fer et autres
metaux, et bref de toutes choses inanimées. Ainsi avons-nous en la
police, tant civile que mesme en l'ecclesiastique, certaines choses
qui sont indifferentes, et non pas necessaires du tout, comme, en
celle-cy, nous autres, qui sommes plus zelés, ne sommes tenus de croire
outre et pardessus ce qui est comprins dans les tables de la loy que
Dieu nous a données par le bon père Moyse, et ce que l'Eglise nous
commande de croire, le reste demeurant à la discretion d'un chacun.
Que si l'on nous propose quelque chose davantage, c'est plustost par
conseil que par ordonnance et commandement exprès. Tout de mesme en
la police civile, prenant pour exemple le subjet du present livret
que je vous ay adressé: car c'est bien une chose que le mariage, qui
demeure entierement à la disposition volontaire des hommes contre les
necessitez qu'y apportoient jadis les anciens ethniques et payens, ne
differans en beaucoup de choses des bestes bruttes que de la seule
parole. Et ce vaisseau d'election, monsieur sainct Paul, en parlant en
ses epistres, dit en ces termes, que qui se marie fait bien, mais qui
ne se marie pont fait encore mieux. Comme s'il vouloit entendre que
l'on s'en abstînt pour vouer à Dieu sa virginité, ce qui ne se peut
toutes fois maintenir aisement ny observer un tel voeu sans y apporter
pour aide et support la prière, le jeusne et la solitude, ainsi que
vous faites, Madame, qui est un genre de vie, à la verité, qui excelle
d'autant le mariage, que la contemplative a tousjours esté preferée à
l'active; ce que Dieu mesme confirme de sa propre bouche en son sainct
Evangile, parlant des deux soeurs qui avoient suivy divisement et l'une
et l'autre vie, quand il dit que celle qui avoit delaissé la cure des
choses terriennes pour vacquer à la prière avoit esleu la meilleure
part, sans le prendre au subjet qui est traicté dans ce livret, ny
pour les occasions qu'il rapporte concurer souvent avec le mariage,
ce que vous verrez plus amplement comme le permettra vostre loisir,
vous suppliant, au reste, de le prendre en bonne part, et que par la
souvenance que j'ay eue de vous, vous, en pareil, ayez souvenance de
moy en vos bonnes prieres, que Dieu vueille exaucer. Adieu.

  _Votre très humble et très affectionné_,

                                                     CLAUDE LEVILLAIN.

       *       *       *       *       *

_Sonnet à la dicte dame._

  Mon Dieu! que l'homme est souvent miserable!
  Souvent je dy, mais, las! c'est pour tousjours,
  Le long des nuicts, tout le long de ses jours,
  Estant debout, ou assis à la table.

  C'est un sablon inconstant et muable
  Comme le vent; c'est un fourneau d'amours,
  Suivant ses veux par mille ordes destours,
  Subjet d'envie et la chasse du diable.

  Que s'il desire arrester ses malheurs,
  Ainsi que toy, qu'il monstre ses douleurs
  Au Medecin et de mort et de vie,

  Disant: Mon Dieu, aye pitié de moy;
  Donne-moy paix et me retire à toy,
  Car mon ame est de trop de maux suivie.

       *       *       *       *       *

_Les Misères de la Femme mariée_[450].

    Muses, qui chastement passez vostre bel aage
  Sans vous assujettir aux loix du mariage,
  Sçachant combien la femme y endure de mal,
  Favorisez-moy tant que je puisse descrire
  Les travaux continus et le cruel martyre
  Qui sans fin nous tallonne en ce joug nuptial.

    Du soleil tout voyant la lampe journalière
  Ne sçauroit remarquer, en faisant sa carrière,
  Rien de plus miserable et de plus tourmenté
  Que la femme subjette à ces hommes iniques
  Qui, depourveuz d'amour, par leurs loix tiraniques,
  Se font maistres du corps et de la volonté.

    O grand Dieu tout-puissant! si la femme, peu caute[451],
  Contre ton sainct vouloir avoit fait quelque faute,
  Tu la devois punir d'un moins aigre tourment;
  Mais, las! ce n'est pas toy, Dieu remply de clemence,
  Qui de tes serviteurs pourchasses la vengeance:
  Tout ce malheur nous vient des hommes seulement.

    Voyant que l'homme estoit triste, melancolique,
  De soy-mesme ennemy, chagrin et fantastique,
  Afin de corriger ce mauvais naturel,
  Tu luy donnas la femme, en beautez excellente,
  Pour fidèle compagne, et non comme servante,
  Enchargeant à tous deux un amour mutuel.

    O bien heureux accord! ô sacrée alliance!
  Present digne des cieux, gracieuse accointance,
  Pleine de tout plaisir, de grace et de douceur,
  Si l'homme audacieux n'eust, à sa fantaisie,
  Changé tes douces loix en dure tyrannie
  Ton miel en amertume, et ta paix en rigueur!

    A peine maintenant sommes-nous hors d'enfance,
  Et n'ayons pas encor du monde cognoissance,
  Que vous taschez desjà par dix mille moyens,
  Par presens et discours, par des larmes contraintes,
  A nous embarasser dedans vos labyrintes,
  Vos cruelles prisons, vos dangereux liens.

    Et comme l'oiseleur, pour les oiseaux attraire
  En ses pipeuses rhets, sçait sa voix contrefaire,
  Aussi vous, par escrits cauteleux et rusez,
  Faites semblant d'offrir vos bien humbles services
  A nous, qui, ne sçachant vos fraudes et malices,
  Ne pensons que vos coeurs soient ainsi desguisez.

    Nous sommes vostre coeur, nous sommes vos maistresses[452];
  Ce ne sont que respects, ce ne sont que caresses;
  Le ciel, à vous ouïr, ne vous est rien au pris;
  Puis vous sçavez donner quelque anneau, quelque chaisne,
  Pour nous reduire après en immortelle gesne.
  Ainsi par des appas le poisson se sent pris.

    Mais quelle deité ne seroit point surprise
  En vous voyant user de si grande feintise?
  Et voyant de vos yeux deux fontaines couler,
  Qui penseroit, bon Dieu! qu'un si piteux visage,
  Avec la cruauté d'un desloyal courage,
  Couvassent le poison sous un brave parler?

    Ainsi donc, nous laissons la douceur de nos mères,
  La maison paternelle, et nos soeurs et nos frères,
  Pour à vostre vouloir, pauvrettes, consentir;
  Et un seul petit mot promis à la legère
  Nous fait vivre à jamais en peine et en misère,
  En chagrin et douleur par un tard repentir.

    Le jour des nopces vient, jour plein de fascherie,
  Bien qu'il soit desguisé de fraude et tromperie,
  Borne de nos plaisirs, source de nos tourmens.
  Si de bon jugement nos ames sont atteintes,
  Nous descouvrons à l'oeil que ces liesses feintes
  Ne servent en nos maux que de desguisement.

    Le son des instrumens, les chansons nompareilles,
  Qui d'accords mesurez ravissent les oreilles,
  Les chemins tapissez, les habits somptueux,
  Les banquets excessifs, la viande excellente,
  Semblent representer la boisson mal plaisante,
  Où l'on mesle parmy quelque miel gracieux.

    Encore maintenant, pour faire un mariage,
  On songe seulement aux biens et au lignage,
  Sans cognoistre les moeurs et les complexions;
  Par ainsi, ce lien trop rigoureux assemble
  Deux contraires humeurs à tout jamais ensemble,
  Dont viennent puis après mille discensions.

    On ne sçauroit penser combien la jeune femme
  Endure de tourment et au corps et à l'ame,
  Subjette à un vieillard remply de cruauté
  Qui jouit à son gré d'une jeunesse telle
  Pour ce qu'il la veut faire ou dame ou damoiselle,
  Et pour ce qu'il est grand en biens et dignité.

    Luy qui avoit coustume auparavant, follastre,
  De diverses amours ses jeunes ans esbattre,
  Entretenant sa vie en toute oisiveté,
  Se sent or' accablé de quelque mal funeste,
  Qui, malgré qu'il en ait, dans son lit le moleste,
  Assez digne loyer de sa lubricité.

    La femme prend le soin d'apprester les viandes
  Qui au goust du vieillard seront les plus friandes,
  Sans prendre aucun repos ny la nuict ny le jour;
  Et luy, se souvenant de sa folle jeunesse,
  Si tant soit peu sa femme aucune fois le laisse,
  Pense qu'elle luy veut jouer un mauvais tour.

    Et lors c'est grand pitié: car l'aspre jalouzie
  Tourmente son esprit, le met en frenaisie,
  Et chasse loin de luy tout humain sentiment.
  Les plus aigres tourmens des ames criminelles
  Ne sont pour approcher des peines moins cruelles
  Que ceste pauvre femme endure injustement.

    Aussi voit-on souvent qu'un homme mal-habille,
  Indigne, espouzera quelque femme gentille,
  Sage, de rare esprit et de bon jugement,
  Mais luy, ne faisant cas de toute sa science
  (Comme la cruauté suit tousjours l'ignorance),
  L'en traitera plus mal et moins humainement.

    Au lieu que si c'estoit un discret personnage,
  Qui avec le sçavoir eust de raison l'usage,
  Il la rechercheroit et en feroit grand cas,
  Se reputant heureux que la grace divine
  D'un don si precieux l'auroit estimé digne.
  Mais certes un tel homme est bien rare icy-bas.

    Si le cynique grec, au milieu d'une ville,
  N'en peut trouver un seul entre plus de dix mille,
  Tenant en plain midy la lanterne en sa main,
  Je pense qu'il faudroit une torche bien claire
  En ce temps corrompu, et se pourroit bien faire
  Qu'on despendroit le temps et la lumière en vain.

    Car vrayment c'est l'esprit et ceste ame divine,
  Recognoissant du ciel sa première origine,
  Qui fait le vertueux du nom d'homme appeller,
  Et non pas celuy-là qui seulement s'arreste
  Au corruptible corps, commun à toute beste
  Qui vit dessous les eaux, sur la terre ou en l'air.

    Il seroit donc besoin de grande prevoyance
  Ains que faire un accord d'une telle importance,
  Qui ne peut seulement que par mort prendre fin,
  Attendu pour certain que ce n'est chose aisée,
  A quelque homme que soit une femme espouzée,
  De la voir sans ennuy, sans peine et sans chagrin.

    S'elle en espouse un jeune, en plaisirs et liesse,
  En delices et jeux passera sa jeunesse,
  Despendra son argent sans qu'il amasse rien.
  Bien que sa femme soit assez gentille et belle,
  Si aura-il tousjours quelque amie nouvelle,
  Et sera reputé des plus hommes de bien.

    Car c'est par ce moyen que l'humaine folie
  A du grand Jupiter la puissance establie,
  Pour ce que, mesprisant sa Junon aux beaux yeux,
  Sans esclaver[453] son coeur sous le joug d'hymenée,
  Suivant sa volonté lasche et desordonnée,
  Il sema ses amours en mille et mille lieux.

    Et quoy! voyons-nous pas qu'ils confessent eux-mesmes,
  Si l'on se sent espris de quelque amour extrême,
  Pour en estre delivre il se faut marier,
  Puis, sans avoir esgard à serment ny promesses,
  Faire ensemble l'amour à diverses maistresses,
  Et non en un endroit sa volonté fier.

    Si c'est quelque pauvre homme, helas! qui pourroit dire
  La honte, le mespris, le chagrin, le martyre
  Qu'en son pauvre mesnage il luy faut endurer!
  Elle seulle entretient sa petite famille,
  Eslève ses enfans, les nourrit, les habille,
  Contre-gardant son bien pour le faire durer.

    Et toutes fois encor l'homme se glorifie
  Que c'est par son labeur que la femme est nourrie,
  Et qu'il apporte seul ce pain à la maison.
  C'est beaucoup d'acquerir, mais plus encor je prise
  Quand l'on sçait sagement garder la chose acquise:
  L'un despend de fortune, et l'autre de raison.

    S'elle en espouze un riche, il faut qu'elle s'attende
  D'obeir à l'instant à tout ce qu'il commande,
  Sans oser s'enquerir pour quoy c'est qu'il le fait.
  Il veut faire le grand, et, superbe, desdaigne
  Celle qu'il a choisie pour espouze et compaigne,
  En faisant moins de cas que d'un simple valet.

    Mais que luy peut servir d'avoir un homme riche,
  S'il ne laisse pourtant d'estre villain et chiche?
  S'elle ne peut avoir ce qui est de besoin
  Pour son petit mesnage? Ou si, vaincu de honte,
  Il donne quelque argent, de luy en rendre compte,
  Comme une chambrière, il faut qu'elle ait le soin.

    Et cependant monsieur, estant en compagnie,
  Assez prodiguement ses escus il manie,
  Et hors de son logis se donne du bon temps;
  Puis, quand il s'en revient, fasché pour quelque affaire,
  Sur le sueil de son huis laisse la bonne chère[454].
  Sa femme a tous les cris, d'autres le passe-temps.

    Il cherche occasion de prendre une querelle,
  Qui sera bien souvent pour un bout de chandelle,
  Pour un morceau de bois, pour un voirre cassé.
  Elle, qui n'en peut mais, porte la folle enchère,
  Et sur elle à la fin retombe la colère
  Et l'injuste courroux de ce fol insensé.

    Ainsi de tous costez la femme est miserable,
  Subjette à la mercy de l'homme impitoyable,
  Qui luy fait plus de maux qu'on ne peut endurer.
  Le captif est plus aise, et le pauvre forçaire
  Encor en ses mal heurs et l'un et l'autre espère;
  Mais elle doit sans plus à la mort esperer.

    Ne s'en faut esbahir, puis qu'eux, pleins de malice,
  N'ayans autre raison que leur seulle injustice,
  Font et rompent les loix selon leur volonté,
  Et, usurpans tous seuls, à tort, la seigneurie
  Qui de Dieu nous estoit en commun departie,
  Nous ravissent, cruels! la chère liberté.

    Je laisse maintenant l'incroyable tristesse
  Que ceste pauvre femme endure en sa grossesse;
  Le danger où elle est durant l'enfantement,
  La charge des enfans, si penible et fascheuse;
  Combien pour son mary elle se rend soigneuse,
  Dont elle ne reçoit pour loyer que tourment.

    Je n'auray jamais fait si je veux entreprendre,
  O Muses! par mes vers de donner à entendre
  Et nostre affliction et leur grand' cruauté,
  Puis, en renouvellant tant de justes complaintes,
  J'ay peur que de pitié vos ames soient atteintes,
  Voyant que vostre sexe est ainsi maltraicté.

     [Note 450: Ces stances semblent avoir été faites pour être la
     contrepartie de celles de Desportes _contre le mariage_.]

     [Note 451: Du latin _cautus_, prenant ses précautions,
     prévoyant.]

     [Note 452: Ce mot, qui correspond, et, comme dit Henri Estienne
     (_Traicté de la conformité du langage françois avec le grec_,
     Paris, 1569, p. 46), qui «a convenance avec le latin _domina_»,
     n'étoit pas d'un usage très ancien dans le langage des amoureux.
     Brantôme, en faisant remarquer que «ce mot de _maistresse_ ne
     s'usoit» du temps du petit Jean de Saintré, semble indiquer,
     ce qui est probable, qu'il datoit de son temps à lui. (_Dames
     galantes_, disc. 4.)--Il est employé ici dans le vrai sens qu'il
     dut d'abord avoir.]

     [Note 453: Ce vieux mot, dont la perte est très regrettable, se
     trouve dans Montaigne (_Essais_, liv. 1, ch. 29). Desportes l'a
     employé dans les stances citées plus haut, ainsi que Ronsard
     dans son 49e sonnet:

       Ni ses beautés, en mille coeurs écrites
       N'ont esclavé ma libre affection.]

     [Note 454: C'est-à-dire bon accueil, bon visage. _Chère_, qui
     vient de l'italien _chiera_ (mine), ne s'employoit pas alors
     dans un autre sens.]



_Les Priviléges et Fidelitez des Chastrez. Ensemble la responce
aux griefs proposez en l'arrest donné contre eux au profit des
femmes_[455].

_A Paris_. In-8.

1619.

     [Note 455: Il s'agit ici de quelque sentence burlesque du genre
     de celle-ci: _Arrest notable donné au profit des femmes contre
     l'impuissance des maris...._ Paris, 1626, in-8º; ou bien même
     d'une sentence sérieuse, comme celle qui fut rendue le 8 février
     1659 dans le procès si fameux de Mme de Langey contre son mari.
     V. Tallemant, édit. in-12, t. 10, p. 201.]


Le phylosophe ne dit jamais rien de plus vray, que tout ce quy est fait
au monde a quelque fin ordonnée et quelque bien sans apparence auquel
il tend: le feu sert contre le froid, l'eau contre le chaud, le noir
contre le blanc, et tous les deux ensemble meslez pour la fortification
de la veue.

Et comme la nature, voire l'autheur de la nature, ne fait aucune chose
pour neant et quy ne porte avec soy quelque sorte de bien et d'utilité
publique: _Deus et natura nihil faciunt frustra_, aussy les choses
quy semblent inutiles au monde ont toutesfois quelques proprietez
sans lesquelles la commune societé des estres ne se pourroit aisement
conserver.

Il n'y a rien au monde quy semble plus ridicule que la personne d'un
chastré. C'est grande pitié d'en entendre parler en l'audience des
lavandières du pavé de la Grève et de l'Ecole Sainct-Germain[456],
et principallement quelle melancholie pour une jeune dame quy a tel
mary couché à ses costez! Ce ne sont que regrets, que soupirs, que
larmes et que sanglots; il n'y a que gronderie, que haine et jalousie,
pour ce que la dame desire ce que Monsieur ne luy peut donner, en luy
deffendant de jouer au reversis avec son voisin, sur peine du baston.
Voilà une estrange diablerie à l'hostel! La bosse, la peste, la fiebvre
carte, rien n'est oublié en ceste douce musique quy vient de nature
en becarre et de becar en becmol. Il n'y a rien de si fiasque que luy
quand on traite de combattre; la coyonnerie, la poltronnerie s'ensuit,
et le bonhomme s'evanouit à la porte au dedans de laquelle il ne peut
parvenir qu'avec la teste et l'umble grève basse, tant il a les reins
foibles et quy ne peuvent pas le soustenir! Et qu'au diable soit telle
sorte de gens! dit l'adverse partie; au diable les chatrez qui mestent
bien le feu au logis, mais ne le peuvent esteindre! Voilà ce que l'on
peut dire et produire contre les chastrez sur la plainte des femmes.

     [Note 456: C'est-à-dire quai de l'École de
     Saint-Germain-l'Auxerrois.]

Mais aussy voicy les priviléges qu'ont telles manières de gens par
dessus les autres hommes du monde.

En la cour du grand Turc et en la cour du prestre Jan, dit l'empereur
des Abyssins, il n'y a hommes mieux gagez et respectez que les
chastrez; ils sont honorez de ces grands princes pour leur fidelité:
le Turc en fait estat en son serail pour la garde de ses femmes,
le prestre Jan pour la garde des siennes. Les deux empereurs sont
bien asseurez que, de la part desdits eunuques, ils ne seront jamais
cornards.

Le deuxième privilége des chastrez est qu'ils se peuvent resjouir en
asseurance sans courir aucun risque de recevoir des affronts comme
les autres hommes, quy ne se peuvent jouer sans danger et fascherie:
car, pour un pauvre coup fait à la derobée, le tablier lève, un
enfant arrive au bout des neuf mois; il s'envoye à la porte du drôle;
les voisins le voyent, les passans le cognoissent: chacun descouvre
le secret du jeu. Voilà un pauvre decrié, condamné aux frais de
l'accouchement, à la provision de la dame, à reparer son honneur et
à prendre le fruict de son jardin. Or, les chastrez ne sont point en
ceste peine-là; on ne les peut accuser de ces accouchements desrobez,
ny moins encore les condamner aux frais et despens des gardes et sages
femmes, et les femmes ne sont point en danger de perir en travail avec
eux.

Le troisième privilége des chastrez est qu'ils sont fort renommez en
leurs fidelitez en fait de maquerellage: ils font seure garde de
ce qu'ils ont en despot, et livrent fidellement la marchandise sans
effort, sans qu'au moins le fruict y paroisse.

Le quatrième et dernier privilége est que moins que les autres ils
sont subjects à estre jeannins et cornards: car une femme quy espouse
un chastré vend sa liberté à vil prix, passe sa liberté en douleurs et
regrets, et n'ose jouer avec asseurance, pource que, si une fois les
maux de coeur et d'estomach arrivoient ou quelque colique venteuse et
extraordinaire aux reins, le diable seroit bien au logis. Il n'y auroit
pas moyen de faire croire au maistre de la maison qu'il seroit cause du
bruit.

Voyez quel proffit apporte au mesnage d'espouser un chastré, puis qu'il
rend les femmes femmes de bien, en depit de leur courage et de leur
desir; et, pour ce, c'est à tort qu'elles se plaignent des chastrez,
lesquels, à bon droict, demandent absolution de l'arrest, avec despens.



_Le Pont-Neuf frondé_.

_A Paris_.

M.DC.LII[457].

In-4.

     [Note 457: Cette pièce est curieuse et rare, selon M. Moreau.
     (_Bibliographie des Mazarinades_, t. 2, p. 364, nº 2819.)]


  Mazarins, il faut tous partir;
  Ma muse vous vient advertir
  Que vous couriez comme des Basques
  Deguisez en habits fantasques,
  Pour vous fourer je ne sçais où,
  C'est-à-dire en un petit trou.
  La ville est ores trop suspecte
  Pour des messieurs de votre secte;
  Les cailloux y volent à tas
  Sur tous ceux qui ne crient pas:
  Vive le roy! vive les princes!
  Vive ces apuis des provinces!
  Ils vont recoigner les voleurs,
  Partisans et monopoleurs,
  Et par eux, tous tant que nous sommes,
  Nous aurons pour rien pain et pommes.
  Mais, quand vous diriez tout cela,
  Vous ne mettriez pas le hola:
  On vous connoistroit à la mine;
  Chacun diroit: Eschine! eschine!
  Ce sont pendars de Mazarins.
  Et lors je vous tiendrois bien fins
  Si, par un tour de passe-passe,
  Vous amusiez la populace,
  Qui viendroit à grands coups de poing
  Faire tôpe sur vostre groing,
  Sur tout si dans l'autre semaine,
  Auprès de la Samaritaine,
  Dame Anne[458] eust peu vous descouvrir:
  Vous auriez eu bien à souffrir.
  Branquas, qui n'est pas une beste,
  Ne fut jamais à telle feste
  Qu'il se vit, un certain mardy,
  Sur le Pont-Neuf, après midy,
  Encore qu'il soit pour la Fronde,
  Comme il le jure à tout le monde.
  Il entendit crier bien fort:
  Assomme! il en veut à Beaufort.
  Lors, estourdy d'un: Tue! tue!
  Il sent que sur luy l'on se rue;
  Il perd de ses cheveux dorez;
  Il voit ses habits deschirez,
  Et, s'il n'eust bien dit: Ouy et voire,
  On l'auroit contraint de trop boire.
  Toutes fois, pour leur peine encor,
  Il donna quelques louys d'or:
  Si bien, pour seureté plus grande,
  Que le battu paya l'amende;
  Encor ne fut-il pas fasché
  D'en estre quitte à ce marché[459].
  Ce vacarme cessoit à peine,
  Et l'on alloit reprendre haleine,
  Quand un carrosse orné de vert
  Par fortune fut descouvert.
  Il trainoit avecque vitesse
  Vers le palais de son Altesse
  La mareschale d'Ornano,
  Qui souvent, comme un Godeno,
  Montroit le nez à la portière,
  Et puis se tiroit en arrière.
  A voir son habit un peu neuf,
  On la crut madame d'Elbeuf,
  Qui (cecy dit par parenthèse)
  Est dehors de ce diocèse[460].
  A l'instant, sans plus consulter,
  Le cocher vint à culbuter,
  Et, frappé de plus d'une pierre,
  Donna bien-tost du nez en terre.
  Les laquais ne furent pas mieux:
  Les rondins volèrent sur eux,
  Mais avec tant de violence,
  Que c'est un fort grand coup de chance
  Qu'ils ne furent pas ajustez
  Comme chair à petits pastez.
  La mareschalle, epouventée,
  Fut un peu trop près visitée:
  Un chacun la vint saluer,
  Non pas sans plusieurs coups ruer,
  Et luy faire une reverence
  Qui luy deplut, comme je pense:
  Car, sans qu'elle le treuvast bon,
  On la deschargea d'un manchon,
  Pendant que les pauvres suivantes
  Se laissoient foüiller dans leurs fentes,
  Et ne gagnoient rien à crier
  A haute voix, à plein gozier,
  Les meschans ayant peu d'envie
  De leur sauver bagues ny vie.
  Or les anneaux on fricassa,
  Et la vie on ne leur laissa
  Qu'après que leur beau corps d'albastre
  Eust esté battu comme plastre.
  La populace, après cela,
  N'en voulut pas demeurer là:
  De mesme qu'un hidre feroce,
  Elle deschira le carrosse;
  Le cuir n'eut aucune mercy;
  Les essieux sautèrent aussy,
  Et les deux rideaux d'escarlatte
  Tombèrent encor souz sa pate.
  Les chevaux eurent du bon-heur,
  Car on les mit en lieu d'honneur
  Dans un cabaret assez proche,
  Où loge un Suisse sans reproche,
  Qui, de ce gage faisant cas,
  Fit à la trouppe un grand repas,
  Cependant que la mareschalle
  Fut voir son altesse royale
  Sur la mule des cordeliers,
  Aux depens de ses beaux souliers.
  Mais, tandis que je vous amuse,
  J'oy desjà, si je ne m'abuse,
  Un bruit de gens determinez
  Dont vous serez fort mal menez.
  Sus, pour sauver vos belles trongnes
  Du baston ferré des yvrongnes,
  De la fronde des escoliers,
  Du tire-pied des savetiers,
  De la griffe des harangères,
  Du croc des dames chifonnières
  Et du levier des porte-fais,
  Dites-nous adieu pour jamais.

     [Note 458: Revendeuse des halles qu'on produisoit «comme une
     femme mystérieuse, parcequ'elle étoit la plus insolente et
     la plus hardie de son quartier.» (_Advis desinteressé sur la
     conduite de M. le coadjuteur_... (6 juillet 1651,) _ad finem_.)
     Dans une _mazarinade_ portant la même date: _Lettre d'un
     marguillier de Paris à son curé sur la conduite de monseigneur
     le coadjuteur_, dame Anne et un nommé Pesche, son compère en
     rébellion, sont représentés comme étant «des enfans de choeur
     elevez par monseigneur le coadjuteur..., l'un et l'autre
     chantant les leçons du bréviaire qu'il leur avoit enseignées.»
     Les leçons de ce bréviaire, selon Mme de Motteville, étoient des
     «chansons infâmes contre le respect qui étoit dû à la reine.»
     Dame Anne, cette _coureuse_ qui les chantoit, fut arrêtée. «Je
     le dis à la reine, continue Mme de Motteville, à la prière de
     Mme de Brienne, qui ne voulut pas lui en parler, par quelque
     motif que je ne pus savoir. Cette princesse ne me répondit rien,
     et je ne lui en parlai plus. Quelques jours après, la même Mme
     de Brienne me dit qu'elle avoit été voir cette dame Anne et
     qu'elle ne l'avoit plus trouvée dans sa prison, qu'elle étoit
     alors dans une chambre voisine, bien servie, bien couchée et
     bien nourrie, et qu'on ne savoit pas d'où pouvoit procéder cette
     merveille. Nous sûmes alors que la reine seule avoit fait cette
     belle action, et, quand nous lui en parlâmes, elle ne voulut pas
     nous écouter. Et l'histoire finit ainsi.» (_Mémoires de Mme de
     Motteville_, coll. Michaud, 2e série, X, 422.)]

     [Note 459: Cette vive algarade faite à M. de Brancas eut lieu,
     en effet, sur le Pont-Neuf, dans la semaine de Pâques 1652,
     au moment où tout ce qu'il y avoit de noblesse dans Paris
     se rendoit au devant de M. le Prince, qui revenoit après sa
     victoire de Bleneau. Brancas ne fut pas le seul maltraité: la
     duchesse de Châtillon, Fontrailles, le marquis de Mouy, le
     commandeur de Saint-Simon, le prince de Tarente, le commandeur
     de Mercé, Mme de Bonnelle, la fille de Bullion, furent aussi
     insultés. Mme d'Ornano, comme on va le voir avec plus de détail,
     fut injuriée et volée. C'étoit un coup de main dont l'auteur de
     l'_Avis important et necessaire donné aux Parisiens_, qui entre
     à ce sujet dans quelques détails, accuse tout ensemble Mazarin
     et le coadjuteur.]

     [Note 460: Catherine Henriette, fille légitimée de Henri IV et
     de Gabrielle d'Estrées, et femme du duc d'Elboeuf, étoit en
     Angleterre depuis que ses intrigues contre Richelieu l'avoient
     fait exiler de la cour.]



_La Tromperie faicte à un Marchand par son Apprenty, lequel coucha
avec sa femme, qui avait peur de nuict, et de ce qui en advint; avec
le Testament du Martyr amoureux._

_A Paris, par François Du Chesne, imprimeur, demeurant rüe des
Lavandières, près la place Maubert; et Anthoine Rousset, libraire,
demeurant en la rüe Frementel._

_Avec permission._

In-8.


_En ceste histoire vous sera depainte l'esprit d'un homme conduit à
une charnelle affection, lequel, cuidant tromper sa moitié, se trouva
trompé du tout._

En la riche ville de Lyon demeuroit un marchand, lequel avoit
l'entendement plus propre à conduire l'estat de sa marchandise qu'à
sagement faire l'amour; et, d'autant qu'il faisoit grand train par
le moyen de son credit, l'un de ses compagnons lui bailla un sien
filz pour apprenty, et de l'aage de dix-huict à vingt ans, marché
conclud que, pour le tenir deux ans en sa maison et luy apprendre le
commencement de l'estat qu'il conduisoit, luy forniroit content la
somme de quarante escus d'or. Ce marchand (à grand peine estoient
six mois passez) avoit espousé une jeune dame lyonnoise de riche
maison et d'assez passable beauté. Comme advient souvent qu'une jeune
femme, n'entendant les ruses qui despendent d'un mesnage, prend
volontiers servante de son aage, sans soy deffier du changement,
qui plaist souvent aux mariz, le semblable fit cette jeune dame, le
mary de laquelle, dispost et assez bien nourry, devint amoureux de
ceste chambrière[461], jeune, affettée[462] et grassette, laquelle il
poursuivit si vivement, tant par belles paroles que promesses, que
ceste garse, ou pour obeïr au commandement de son maistre, pensant
faire service très agreable à sa maistresse, ou pour avoir quelquefois
experimenté le mal qui fait les filles femmes, ne fut long-temps sans
accorder liberalement la requeste du sire, qui se trouva fort content
d'un si favorable accord; restoit seulement le moyen du joindre, qui
fut tel que, la nuit ensuivant, il iroit coucher avec elle, et luy
donneroit, outre ses gages, un corset[463] du plus fin drap de sa
boutique. La chambrière, tant pour le plaisir qu'elle attendoit que
pour l'esperance du corset, fut contente. Ainsi le marchand, voyant
que son entreprise succedoit selon l'intention de son coeur, bruslant
d'un costé d'une longue attente, d'autre estant envelopé d'une crainte
d'estre decouvert de sa femme, ne peut trouver autre remède en sa
lourde teste que de tirer en secret son apprenty, et, se fiant plus en
sa sotte jeunesse qu'en son apparente folie, luy dit: Escoute, j'ay une
entreprinse necessaire où il me faut aller cette nuict pour le fait
de ma marchandise, en laquelle je pourrois avoir grande perte sans ma
presence; mais parce que ta maistresse (craignant qu'il ne survinst
quelque ennuyeuse fortune) ne me voudroit donner congé, au moyen de ce
qu'elle est jeune, craintive de nuict et ne veut coucher seule, pour ce
que je t'ay cogneu fidelle, quasi de son aage, et que tu as bon vouloir
de me servir loyallement pour l'honneur de tes parens, me fiant en
toy, sans luy rien dire, incontinent qu'elle sera couchée et endormie,
je te commande, pour l'asseurer, de te coucher en ma place. Mais
donnes-toy garde de parler ou remuer tant soit peu, de peur qu'elle
ne te cognoisse: car tu serois à jamais perdu. Ce lourdaut d'apprenty
(qui n'avoit accoustumé telle compagnie à son coucher) pleuroit quasi
de l'exécution d'une telle commission; mais, pour ce qu'il avoit receu
exprès commandement de son père d'obeyr en tout et partout à son
maistre, n'osa contredire, de crainte de quelque plainte qu'eust peu
faire le sire envers son père: de sorte qu'à l'heure qui luy avoit
esté ordonnée, avec une frayeur, tout tremblant se coucha auprès de la
dame. Le mari, d'autre costé (estimant avoir mis bon escorte pour son
embusche), alla d'une gayeté de coeur chercher sa marchandise non plus
loin que le lict de sa chambrière, de laquelle pour bien juger s'il fut
mieux receu qu'attendu, je m'en rapporte à ceux qui se sont trouvez au
labeur et plaisir d'un tel changement. L'apprenty, qui, au commencement
de son coucher, trembloit de froid et de peur, sentant la challeur du
lict et de la femme, commença à s'asseurer quelque peu. La dame, qui,
au milieu de son somme, eut affection de sentir son mary, s'approcha
plus près, estimant estre celuy duquel, selon Dieu, elle pouvoit
chercher contentement.

     [Note 461: V., sur ces connivences d'amour des maîtres et des
     chambrières, notre t. 1, p. 315 et suiv., et t. 2, p. 237-247.]

     [Note 462: _Recherchée_, _coquette_. Furetière veut que ce
     mot vienne du mot breton _affet_, baiser, «ce que les femmes
     coquettes cherchent.»]

     [Note 463: Corps de jupe sans manches, que portoient surtout les
     paysannes. Les plus coquettes les vouloient, comme celle-ci, en
     drap fin, en satin ou en damas.]

Ce jeune garçon, sentant ses approches, cuide reculer, suivant le
commandement de son maistre; mais plus il fuyoit, plus la dame coulloit
sa cuisse le long de la sienne, tellement qu'en ceste fuitte se
trouva bord à bord du lict sans pouvoir reculer davantage s'il n'eust
voulu tomber. En ses altères[464] demeura quelque temps si passionné
et pressé, qu'une chaleur autre que la première luy causa si chaude
fièvre, qu'oubliant le commandement du marchand, ne se peust garder
de remuer si dextrement que de la maistresse fut receu pour son mary,
et d'aprenty se fit tel maistre, que pour le bon traitement qu'ilz
receurent l'un de l'autre, ne le print envye de parler un seul mot.
Ainsi, tout estonné de s'estre trouvé en si nouveau travail, n'oublia
de soy lever plus matin, de peur d'estre cogneu, et s'en retourna tout
gay en la boutique, sans se vanter de la faveur qu'il avoit receu de
la dame, laquelle, sur les sept heures, prend le chemin du marché pour
acheter des vivres, et, retournant en la maison, rencontra son mary,
qui estoit en la bouticque, lequel, apercevant un gras chapon qu'elle
tenoit, luy demanda s'il y avoit quelqu'un de ses parens à disner au
logis. La dame, passant plus outre, lui respond que non. Le mary, qui
n'avoit accoustumé de tenir si gras ordinaire, ne fut content de cette
responce, et la poursuyvit l'interrogeant de son marché. Sa femme,
hochant la teste, lui replicque: Voire vrayement, un chapon! il me
semble que ne devez point tant faire le courroucé, veu que l'avez si
bien gaigné. Je ne sçay quel gibier aviez mangé: ceste nuict vous
estiez quasi enragé. A ce mot d'enragé, le mary fut fort estonné d'une
telle responce, et cogneut par là son evidente sottise; tellement
qu'en ceste extrême cholère, sans plus parler du chapon, rencontrant
ce jeune garson, lequel, voyant les estranges menaces, et craignant
la violence et fureur de son maistre, sort du logis et se retire chez
son père, qui commença soudain à le reprendre d'une rigoureuse façon,
luy disant que c'estoit un enfant qui estoit perdu, qui ne valoit rien
et qui ne demandoit qu'à fuyr la bouticque. Ce pauvre garson, ainsi
chassé de tous costez sans sçavoir où soy retirer, n'osoit retourner à
son maistre, et s'en alloit promenant par la ville pour chercher lieu
seur à se cacher. Mais le père, allant à ses affaires, le rencontre,
et, voyant que son filz avoit un visage si craintif et piteux, eust
soudain opinion qu'il eust desrobé le sire, de quoy voulant sçavoir
la verité, le rameine en sa maison, où tant d'amour que de rigueur le
contraignit de confesser assez piteusement la verité du premier essay
de sa jeunesse, et que le maistre, par force, l'avoit fait coucher
avecq' la dame, dont depuis il s'estoit si fort courroucé contre
luy qu'il l'avoit voulu tuer. Le père, ayant entendu un si bon tour
(advenu par la sottise du marchand), s'appaise, et le va au plus tost
chercher jusques en sa maison, où, après l'avoir salué, luy demande si
son filz l'avoit desrobé, veu qu'il l'avoit chassé comme un larron,
ce qu'où il se pourroit trouver veritable, luy-mesme en feroit la
punition si violante qu'elle serait exemplaire à tous, et que, au
surplus, satisferoit entierement au tort et au larrecin. A quoy luy fut
repondu par le sire (ayant encore le cerveau tout troublé de si recente
tromperie) que non, mais que c'estoit un mauvais et affeté garson
duquel il ne se serviroit jamais. Donc (dist le père), rendez-moy le
surplus de mes quarante escuz, et vous payez du temps que l'avez tenu
et qu'il vous a tant bien servy. Le marchand, despité outre mesure
qu'en ce service avoit fait une si facheuse rencontre, ne pensoit à
autre chose qu'à se plaindre et courroucer, tellement qu'ilz entrèrent
en telles picques, que le père, ennuyé du refus, fit adjourner le
marchand par devant le juge ordinaire de la ville pour luy payer le
reste de l'argent; et fut tellement procedé que, la cause playdée,
l'aprenty fut interrogé, le fait descouvert, et le pauvre sire, avec
une courte honte, condamné.

     [Note 464: Ce mot signifie _inquiétudes_, et ne doit pas être
     pris ici dans le sens que lui donne Rabelais (liv. 1, chap. 23).]

Si tous ceux (mes dames) qui aiment le change estoient punis de
semblable punition, je crois qu'outre que le nombre en seroit grand,
les maris seroient aussi d'autant plus sages à conserver leurs femmes,
des quelles ils peuvent user en pleine liberté, et non chercher les
chambrières pour en recevoir une fin si sote et honteuse. Mais où ce
malheureux vice prend une fois racine, il ne cesse de pousser jusques à
ce qu'il ait engendré en nos coeurs une tige si puante et infecte que
le fruict n'en vaut jamais rien.

       *       *       *       *       *

_Le premier Testament du Martyr amoureux._

    Puis qu'en dueil et tourment
  Je meurs par trop aymer,
  Je fais mon testament
  Dolent, triste et amer.
    Je prie à mes amis
  Qu'à la fin de mes jours,
  Mon petit coeur soit mis
  Dans le temple d'Amours.
    Douze torches j'auray
  De feu d'Ardent Desir;
  En ce cercueil seray
  Porté de Desplaisir.
    Ceux qui me porteront
  Auront chappeaux de saux[465],
  Les quelz demonstreront
  Mes amoureux assaux.
    Les porteurs soyent: Regret,
  Faux-Semblant et Reffus;
  Pour le quart, Dueil secret,
  Pour qui je meurs confus.
    Trois porteront le dueil:
  Rigueur, Ennuy, Soucy,
  Ayans la larme à l'oeil,
  Avecques Sans-Mercy.
    Puis les cloches de pleurs
  En bruit on sonnera.
  Cruauté de sonneurs
  S'il veut ordonnera.
    Mon service fera
  L'aumosnier de Pitié;
  Le dyacre sera
  Le prestre d'Amitié.
    Le soubz-diacre après,
  Ce sera Bel-Acueil[466],
  Qui ne se mettra près
  De mon piteux cercueil.
    Noires chappes auront,
  Beau-Parler, Regard-Doux,
  Qui l'office feront
  En larmes sans courroux.
    A la fin, Noble-Cueur,
  D'un cueur bien compassé,
  Dira dedans le cueur:
  _Requiescant in pace_.
    Ballades et rondeaux
  D'amours seront donnez
  Aux amoureux loyaux
  Qui sont abandonnez.
    Je fais mes heritiers
  Les habitants d'Honneur,
  Qui aiment volontiers
  Dames sans deshonneur;
    Et l'execution
  Du testament sera
  Dame Compassion,
  Le plus tost que pourra.
    Dessus moy soit escrit:
  Cy gist un douloureux,
  Le quel rendit l'esprit
  Par trop estre amoureux.
    Je vous pry', vrais amans,
  De n'aimer si très fort
  Que n'en soyez amens
  Et encouriez la mort.

     [Note 465: Fait avec des menues branches de saule. Jusqu'au
     XVIIe siècle on dit _saux_ pour _saule_; mais l'Académie réforma
     tout à fait la première orthographe. Voiture pourtant écrit
     encore à Costar: «On dit quelquefois au pluriel des _saux_ en
     poésie.» (Voiture, lettre 125e.)]

     [Note 466: On sait que c'est l'un des personnages allégoriques
     du _Roman de la Rose_.]



_Legat[467] testamentaire du Prince des Sots à M. C. d'Acreigne,
Tullois, advocat en parlement[468], pour avoir descrit la defaite de
deux mille hommes de pied, avec la prise de vingt-cinq enseignes, par
Monseigneur le duc de Guyse._

Sans lieu ni date. In-8.

     [Note 467: _Legs._ «Il ne se dit guère en ce sens que dans les
     pays de droit écrit.» (_Dict._ de Furetière.)]

     [Note 468: On a de ce maître Claude Dacreigne plusieurs pièces
     en faveur du parti du roi contre celui des princes: _Tombeau
     des Malcontents, dédié aux bons et fidèles François..._, 1615,
     in-8; _la Félicité des victoires et triomphes du roi pour
     l'accomplissement de son très auguste mariage..._, par M. D.;
     Paris, in-8; _Stratagème et valeureuse entreprise du marquis
     de Spinola pour reconnoître les forteresses de la ville de
     Sedan..._, Paris, 1615, in-8.]


Nostre amé et feal, sçachant qu'il n'y a rien si certain à l'homme que
la mort, ne si incertain que l'heure d'icelle, mesme me recognoissant
debile de corps, pour ma vieillesse, et par la grace de Dieu assez
fortifié d'esprit pour pourvoir à la substitution des honneurs ausquels
pour recognoissance j'ay esté promeu, et ne pouvant nommer pour nous
estre substitué aucun plus capable que vous, ayant depuis cinq jours en
çà conféré avec M. Agnan[469], qui nous est apparu embeguiné, enfariné,
tel que les sots de mon royaume l'ont veu et practiqué en nostre hostel
de Bourgongne, et luy, assez instruit de vos merites en ce cas requis,
nous ayant instamment prié de la preference en vostre recommandation,
pour luy complaire et satisfaire au desir que nous avons tousjours
eu de vous advancer, pour l'esperance que vous vous acquitterez bien
et loyaument de la charge à laquelle nous vous voulons appeler, le
cas advenant que Dieu face son commandement de nous, et que vous nous
surviviez, vous avons pour ces causes et autres à desduire cy-après
au long et au large, haut et bas, en bloc et en tasche[470], tant en
gros qu'en menu, donné nos lettres de nomination pour exercer icelle
nostre charge plainement et absolument, et en prendre la possession et
jouyssance incontinent après nostre trespas; et affin de voue installer
plus facilement en icelle nostre charge, vous avons associé avec nous
aux tiltres et priviléges desquels nous jouissons; et, pour eviter
les fraiz qu'il vous conviendroit faire, nous vous en relevons, vous
dispensant de comparoistre, tant en public qu'en privé, en l'estat
que nature vous a relevé, sans qu'aucun de nos dits subjects vous en
puisse porter envie, ausquels nous imposons silence, n'entendant qu'ils
se formalisent en aucune manière s'ils ne vous voyent enchaperonné
comme nous, pourveu que vous soyez tousjours en possession de vos
oreilles d'asne, desquelles nature a faict chef-d'oeuvre en vous,
pour admirable eschantillon de vostre future grandeur, et pour rendre
aucunement satisfaicts ceux qui pourroient contester avec vous, bien
que nous ne soyons tenus de raisonner avec nos subjects autrement que
selon nostre plaisir. Donné à Paris, etc. Nous voulons qu'ils sçachent
que, pour l'effronterie, vous avez faict merveilles; pour l'ignorance,
vous engendrez des monstres; pour l'estourdissement, vous le mettez en
pratticque autant que les dromadaires que nous avons veu à Paris au
bout du pont Neuf; pour les bourdes, vous en sçavez compter comme si
vous veniez de loing; pour un parasite et escornifleur, vous y estes
extremement naïf; pour le soldat, vous l'estes presque autant que
Thersite; pour enchomiaste[471] et louangeur historiographe, autant que
Cherille[472]; pour capitaine, autant que Crocodile, qui s'esvanouit
sur le tombeau d'une grenouille qui, tombée dans l'embuscade des rats,
fut escorchée toute vive[473]; pour frippon, vous en avez esté passé
maistre au collége de Lisieux; pour gibier de mouchard, vous en avez
faict chef-d'oeuvre à celui de Mans[474]; vous sçavez faire le mathois
comme les cappettes de Montaigu[475]; en gourmandise, vous surpassez
les souppiers de Reius.

     [Note 469: Comédien de l'hôtel de Bourgogne. Nous ne le
     connoissons que par cette phrase de Tallemant, qui est la
     première de la 349e historiette, _Mondory, ou l'histoire des
     principaux comédiens françois_: «Agnan est le premier qui ait eu
     de la réputation à Paris.» (Éd. in-12, t. 10, p. 39.)]

     [Note 470: Expression qui n'avoit cours que dans le peuple de
     Paris, selon le Dictionnaire de Trévoux, et qui correspondoit à
     celle-ci: _en bloc et en tas_.]

     [Note 471: _Faiseur d'éloges_, du mot grec [Grec: egkômion],
     louange.]

     [Note 472: Mauvais poète grec qui vivoit au temps d'Alexandre,
     et dont Horace a parlé dans l'Art poétique et dans la 1re épître
     du liv. 2.]

     [Note 473: Nous n'avons pu retrouver le passage de la
     _Batrachomyomachie_ auquel ceci semble faire allusion. Crocodile
     doit être mis ici pour Craugaside.]

     [Note 474: Le collége du Mans, moins célèbre que celui de
     Lisieux, étoit alors situé rue de Reims. C'est en 1683 seulement
     qu'il fut transporté rue d'Enfer, sur l'emplacement de l'hôtel
     Marillac. Il avoit été fondé en 1519 par Philippe de Luxembourg,
     évêque du Mans.]

     [Note 475: On appeloit _capettes_, à cause de leur petite _cape_
     étriquée, les écoliers du pauvre collége de Montaigu. V. notre
     _Paris démoli_, 2e édit., p. 74-75.]

Nous les renvoyons tous, pour estre plus amplement informez de vos
merites, en la lecture de ce recit veritable de la deffaicte des
troupes du prince de Condé par nostre cher et bien-aimé cousin le
duc de Guise[476], que vous avez ampliffiée, par la reigle de
multiplication arithmetique, de vingt pauvres malotrus à cinq cens
francs-archers, ou francs-taupins, tant à pied qu'à cheval: l'un est
aussi vray que l'autre. Ne m'en chaut, pourveu que dans Paris l'on
vende encores les salades en saulce verde[477], pour avaler à petits
morceaux les restes de la vache enragée de patience, exposée au collége
de Clermont[478] par les bons pères jesuistes[479], pour amplifier la
martyrologie du nombre des affidez à l'espagnole, en vertu des grains
benists, selon l'invention du père Ignace, renouvellant les formulaires
prattiqués par les heritiers de Salladin, en Amernie, contre les
princes de l'Europe qui avoient traversé l'Asie et vouloient restablir
un nouveau roy en Jerusalem[480]. J'ay veu representé en la sale de
ma principauté par des personnages qui, non tant pour mon plaisir
que pour faire argent, disoient avoir recouvert tous ces mystères de
nostre vieil archive. J'espère que, si vous nous succedez, vous y
serez recogneu franc archier, car vous ne dementirez point vostre mine,
qui ne nous promet rien moins en vous qu'un bon successeur, digne sur
tous les francs sots de tenir les resnes longuement, en tout heur et
felicité. Donné au Landy, le vingt et unziesme de nostre reigne, l'an
present qui suit les autres. Et à vous d'autant escrimez-vous de la
marotte; n'oubliez la bouteille quand vous visiterez les huissiers
de la Samaritaine, qui, attendant les passans pour continuer leurs
exploicts aux assignations quadrifessales, _Amen et sic per omnes
casus, amen_. Si je sçavois que vous entendissiez mon haut aleman, je
vous en dirois davantage; mais je m'impose silence pour ceste heure,
pour faire ouyr l'harmonie d'une chanson qui prophetise les veritez
passées, pour ne tromper personne à fausses enseignes, comme celles
qu'on porta à Nostre-Dame du temps de la Ligue.

     [Note 476: Il nous a été impossible de découvrir la pièce
     dont il s'agit, et que Cl. Dacreigne auroit faite à propos de
     quelque avantage, à peu près imaginaire, du duc de Guise, alors
     à la tête de l'armée royale, contre les troupes du prince de
     Condé. Nous ne connoissons, comme se rapportant aux faits dont
     il semble être ici question, qu'un livret sans nom d'auteur:
     _la Défaite des reitres et autres troupes de M. le prince de
     Condé, faite par monseigneur le duc de Guise devant la ville
     de Sainte-Foy, assiégée par les troupes du dit sieur prince_,
     Paris, 1615, in-8.]

     [Note 477: Régal de pauvres gens dont parle Rabelais, et qui se
     faisoit de blé vert et d'oseille pilée.]

     [Note 478: C'est le premier nom du collége de Louis-le-Grand,
     tenu par les jésuites.]

     [Note 479: On disoit indifféremment _jésuite_ ou _jesuiste_,
     «_jésuite_ toutefois plus communément», selon Voiture (_lettre
     citée_). Richelet, qui proscrit la seconde de ces deux
     orthographes, donne, pour prouver qu'on doit préférer l'autre,
     des exemples assez singuliers. V. la première édition de
     son _Dictionnaire_, si plein, comme on sait, d'allusions et
     d'équivoques satiriques.]

     [Note 480: Ce passage, qui est un spécimen du galimatias du
     sieur Dacreigne, doit avoir trait aux écrits qu'il publia pour
     célébrer le mariage du roi avec une princesse espagnole. (V. une
     des notes précédentes.) Il s'y trouve aussi peut-être quelque
     allusion à la singulière pièce qu'il publia vers le même temps,
     et dans laquelle il est fort question de Turcs, de Saladin et de
     Jérusalem: _Conclusion de la dernière assemblée faite par ceux
     de la religion pretendue reformée dans la ville de Montauban,
     au pays de Quercy, où est contenue la genereuse response de M.
     de Vic, conseiller d'Estat y desputé par Sa Majesté, avec deux
     predictions qui nous assurent la ruine de l'empire des Turcs en
     l'année 1616, moyennant une bonne intelligence entre les princes
     chrestiens_, par M. C. D. (M. C. D'Acraigne)..., Paris, 1615,
     in-8.--Nous ajouterons qu'en 1651 parut une pièce où il étoit
     dit que l'empire ottoman seroit détruit par un roi de France.
     (Moreau), _Bibliog. des Mazarin_. II, nº 1100.]

Ainsi signé: Angoulevent, prince des sots, et scellé de cire invisible;
et sur le reply: Par monseigneur le prince des sots.

                                                           BIGOT[481].

  Cet espouvantable carnage
  Qu'on oit publier dans Paris,
  Ce n'est qu'en un nouveau langage
  La mort des rats et des souris.
  D'Acreygne, d'estoc et de taille,
  Jouant çà et là des deux mains,
  Donne le gaing de la bataille
  A la vaillance des Lorains.
  Pour avoir descrite l'histoire
  De ces memorables assauts,
  Il joinct à ses tiltres la gloire
  D'estre nommé Prince des Sots.

     [Note 481: Cette pièce est très curieuse en ce qu'elle est, avec
     un siècle tout entier de priorité, complétement semblable à ces
     _calottes_ ou brevets de folie et de sottise que Aymon, et après
     lui M. de Torsac, envoyoient à tout personnage de leur temps
     qui s'étoit rendu digne, par actions, paroles ou écrits, d'être
     incorporé dans le régiment de la _calotte_. Ces brevets étaient
     en vers, et c'est une de leurs différences avec cette pièce.
     Gacon les a rimés pour la plupart. On en a fait un recueil
     considérable et fort difficile à compléter. V. les premières
     livraisons du _Journal de l'Amateur de livres_, le _Magasin
     pittoresque_, t. 9, p. 289-290, et les _Mémoires de Maurepas_,
     t. 3, p. 18-90.]



_Oraison funèbre de Caresme prenant, composée par le Serviteur du roy
des Melons andardois_[482].

M.DC.XXIII. In-8.

     [Note 482: C'est-à-dire _melons d'Angers_, _Andardois_ dérivant
     du mot _Andes_, ancien nom des Angevins. Les melons de l'Anjou
     étoient célèbres au moyen âge, à une époque où cette province
     eût mérité de partager le titre de _jardin de la France_,
     donné à la Touraine à cause des progrès qu'y avoit faits
     l'horticulture. V. _Théâtre d'agriculture_, in-4, t. 1, p.
     151.--De tout temps on avoit pris le mot _melon_ dans le sens
     burlesque qui lui est donné ici. Thersite, se moquant des Grecs,
     les appelle [Grec: pepônes], melons (_Iliade_, chant 2, vers
     235), et Tertullien reproche à Marcion d'avoir un melon à la
     place du coeur, _puponem loco cordis habere_. Notre expression
     _avoir un coeur de citrouille_ vient de là.]


  Pourquoi, cruelle Mort, trop injuste et sevère,
  Nous oste-tu si tost ce prince debonnaire?
  Pourquoy as-tu changé nostre contentement,
  Nos liesses, nos joyes, en douleurs et tourment,
  Nous privant de celuy dont les graces divines
  Esclattoient tous les jours au milieu des cuisines,
  Qui a fait que les princes ont quitté les combats
  Pour chercher les festins, les dances, les esbats;
  Qui mesme a fait changer aux grands chefs de milice
  La fureur en douceur, et quitter l'exercice
  Des armes pour chercher aux cuisines repos,
  Où aux combats des dents ils se monstroient dispos;
  Et, festoyans sans fin de viande assaisonnée,
  Comme chapons, poulets, langue de boeuf fumée[483],
  Perdris, cailles, faisans, patez de venaison,
  Lièvres, levraux, lapins, becasses de saison,
  Oys sauvages, canards, pluviers et courlie,
  Vaneaux et pigeonneaux, l'alouette jolie,
  Sans conter le boeuf gras, poulets de fevrier,
  Le veau, dont se traitoit l'artisan roturier,
  Les masques desguisez de diverses manières,
  En boesme, à l'entique, en paisans et bergères,
  Accompagnez les uns de musique de voix,
  Les autres de viollons, flageolets et hautbois,
  Les phifres, les tambours, les trompettes gaillardes,
  Faisoient retentir l'air en donnant les aubades?
  Chacun à qui mieux mieux alloient solemnisant
  De ce prince benin l'heureux advenement.
  Mais, quoy! cela n'est plus: ceste mort trop soudaine
  Finissant nos plaisirs, augmente nostre peine,
  Nous l'oste, meurtrière, aussitost que venu,
  Et quasi mesme avant qu'il fust de nous conu,
  Change tous ces plaisirs en amères tristesses,
  En jeûnes, en chagrins, en travaux, en angoisses,
  Nos chapons en harans, en febves nos poulets,
  Et nos langues de boeuf en vieux harans sorets,
  Nos perdrix en moulue[484], nos cailles en anguillettes,
  Et nos faisans en rais puantes et infectes.
  Pastez de venaison seront changez en noix,
  Nos lièvres et levraux et nos lapins en pois;
  Oys sauvages et canards, pluviers et courlies,
  Seront changez aussi pour des seiches pouries[485];
  Et bref, tout le surplus de ces frians morceaux
  Seront changez en raves, eschervises, naveaux;
  Nos dances, nos ballets, mousmons[486] et masquarades,
  Nos musiques de voix, en cris et hurlemant
  Qu'on fera pour la mort de Caresme prenant.
  Hé! qui sera celuy qui de ses deux paupières
  Ne fera distiler deux coulantes rivières,
  Lorsque, par le deceds de ce prince tant bon,
  Il se verra exclus de manger d'un jambon?
  Pleurez, pleurez, pleurez, pleurez en milles diables;
  Hé! pleurez pour celuy qui faisoit que les tables
  Estoient toujours remplies de mets delicieux,
  De vins clairets, vins blancs, vins nouveaux et vins vieux;
  Pleurez, broches et landiers[487]; pleurez, vous, lechefrites;
  Pleurez, casse[488] et chaudron; pleurez, grasses marmites,
  Pleurez, pleurez la mort de celuy qui faisoit
  Que servant tous les jours chacun vous cherissoit;
  Pleurez, pleurez aussi, vous, gentille lardoire,
  Et ayez comme nous de ce prince memoire;
  Disons-luy tous adieu, et tous ensemblement
  Faisons-luy de l'honneur à son enterrement;
  Pleurons à qui mieux mieux, jusqu'à ce qu'il revienne.
  Cul qui ne pleurera, que la foire le prenne,
  Et, ne le laschant point, aille tousjours foirant
  Jusqu'au nouveau retour de Caresme prenant!

      Puisse l'amour qui vous enserre
      Vous convier d'aimer un Pierre,
      Serviteur du roy des Melons,
      Et que l'astre qui vous void naistre
      Vous puisse; Charles et mon maistre,
      Unir de coeur comme de noms!

     [Note 483: Non seulement les ivrognes se faisoient un aiguillon
     de vin avec ces langues salées et fumées, mais aussi avec de
     longues tranches de boeuf salé «nommé communément _brésil_»,
     qu'on apprêtoit à la vinaigrette. V. un passage du _De re
     cibaria_ de Symphorien Champier, cité par Legrand d'Aussy,
     _Vie privée des François_, chap. 2, sect. 1re, et _Théâtre
     d'agriculture_, t. 2, p. 624.]

     [Note 484: C'est ainsi qu'on appeloit la _morue_ au XVIe siècle.
     «C'estoient moulues au beurre frais», dit Rabelais, liv. 4,
     chap. 32. Le Martinet de la 65e nouvelle de Des Perriers
     prononce aussi de cette manière: «Depuis, dit la Monnoye,
     commentant ce passage, on a dit _molue_, et enfin _morue_, qui
     est aujourd'hui le mot d'usage.»]

     [Note 485: Long poisson de mer dont la chair est très mauvaise
     à manger, et le même qui passoit alors pour produire l'encre
     nommée _sépia_. V. Lemery, _Traité des alimens_, p. 411.]

     [Note 486: _Momons_, sorte de mascarade qui, par son nom, est un
     souvenir évident du dieu Momus. Quelquefois c'étoit une idole
     burlesque ou obscène, comme dans le _Balet des andouilles porté_
     (sic) _en guise de momon_, 1628, in-8.]

     [Note 487: Gros chenet de fer. Le vrai mot est _andier_; mais,
     ainsi qu'il arrive souvent, l'article se fondit avec le mot, et
     l'on dit _landier_, de même que des deux mots _li hardit_, le
     _hardit_ (monnoie valant trois deniers), on a fait le seul mot
     _liard_, et de l'_hierre_ on a fait _lierre_.]

     [Note 488: Mot qui s'emploie encore à Orléans pour une sorte
     de marmite à anse et sans pieds. _Casserole_ n'en est que le
     diminutif.]


FIN DU TOME TROISIÈME.



TABLE DES MATIÈRES

CONTENUES DANS CE VOLUME.


  1 Placet des amans au roy contre les voleurs de nuit et les
      filoux.                                                        5

  2 Reponse des filoux (par Mlle de Scudery).                        9

  3 Recit veritable de l'attentat fait sur le precieux corps de
      N.-S. Jesus-Christ entre les mains du prestre disant la
      messe, le 24 mai 1649, en l'église de Sannois.                11

  4 Histoire prodigieuse du fantome cavalier Solliciteur qui
      s'est battu en duel le 27 janvier 1615, près Paris.           17

  5 La Chasse au vieil grognard de l'antiquité. 1622.               27

  6 L'Onophage, ou le mangeur d'asne, histoire veritable
      d'un procureur qui a mangé un asne.                           67

  7 Les Regrets des filles de joie de Paris sur le subject de
      leur bannissement.                                            77

  8 Histoire joyeuse et plaisante de M. de Basseville et d'une
      jeune demoiselle, fille du ministre de S.-Lo, laquelle fut
      prise et emportée subtilement de la maison de son père.       83

  9 L'Ordre du combat de deux gentilshommes faict en la ville de
      Moulins, accordé par le roy nostre sire.                      93

  10 La Response des servantes aux langues calomnieuses qui ont
      frollé sur l'ance du panier ce caresme; avec l'advertissement
      des servantes bien mariées et mal pourveues à celles qui sont
      à marier, et prendre bien garde à eux avant que de leur mettre
      en mesnage.                                                  101

  11 Nouveau reglement general sur toutes sortes de marchandises
      et manufactures qui sont utiles et necessaires dans ce
      royaume, par de la Gomberdière.                              109

  12 Le Trebuchement de l'ivrongne, par G. Colletet.               125

  13 Lettres nouvelles contenant le privilege et l'auctorité
      d'avoir deux femmes.                                         141

  14 Règles, Statuts et Ordonnances de la caballe des filous
      reformez depuis huict jours dans Paris, ensemble leur
      police, estat, gouvernement, et le moyen de les cognoistre
      d'une lieue loing sans lunettes.                             147

  15 Priviléges des Enfans Sans-Souci, qui donne lettre patente
      à madame la comtesse de Gosier Sallé.... pour aller
      et venir par tous les vignobles de France.                   159

  16 La Rencontre merveilleuse de Piedaigrette avec maistre
      Guillaume revenant des Champs-Elizée, avec la genealogique
      des coquilberts.                                             165

  17 Le Ballieux des ordures du monde.                             185

  18 Discours veritable des visions advenues au premier et
      second jour d'aoust 1589 à la personne de l'empereur
      des Turcs, sultan Amurat, en la ville de Constantinople,
      avec les protestations qu'il a fait pour la manutention du
      christianisme.                                               203

  19 Le Pasquil du rencontre des cocus à Fontainebleau.            217

  20 Exemplaire punition du violement et assassinat commis
      par François de La Motte, lieutenant du sieur de Montestruc,
      en la garnison de Metz en Lorraine, à la fille d'un
      bourgeois de ladite ville, et executé à Paris le 5
      décembre 1607.                                               229

  21 Le Satyrique de la court, 1624.                               241

  22 Les Estranges Tromperies de quelques charlatans nouvellement
      arrivez à Paris, descouvertes aux despens d'un plaideur,
      par C. F. Duppé.                                             273

  23 La Pièce de cabinet, dediée aux poètes du temps (par
      E. Carneau).                                                 283

  24 Privileges et reglemens de l'Archiconfrerie vulgairement
      dite des Cervelles emouquées ou des Ratiers.                 297

  25 Advis de Guillaume de la Porte, hotteux ès halles de
      la ville de Paris.                                           311

  26 Les Misères de la femme mariée, où se peuvent voir
      les peines et tourmens qu'elle reçoit durant sa vie, mis
      en forme de stances par Mme Liebault.                        321

  27 Les Privileges et fidelitez des Chastrez, ensemble la
      responce aux griefs proposez en l'arrest donné contre eux
      au profit des femmes.                                        333

  28 Le Pont-Neuf frondé.                                          337

  29 La Tromperie faicte à un Marchand par son Apprenty,
      lequel coucha avec sa femme, qui avoit peur de nuict,
      et de ce qui en advint; avec le Testament du Martyr
      amoureux.                                                    343

  30 Legat testamentaire du Prince des Sots à M. C. d'Acreigne,
      Tullois, pour avoir descrit la defaite de deux mille
      hommes de pied, avec la prise de vingt-cinq enseignes,
      par Monseigneur le duc de Guyse.                             353

  31 Oraison funèbre de Caresme prenant, composée par le
      serviteur du roy des Melons andardois.                       361



[Note au lecteur de ce fichier numérique:

Seules les erreurs clairement introduites par le typographe ont été
corrigées. L'orthographe de l'auteur a été conservée.

Les lettres supérieures unusuelles sont entre parenthèses.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Variétés Historiques et Littéraires (3/ 10) - Recueil de pièces volantes rares et curieuses en prose et en vers" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home