Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 1599, 18 Octobre 1873
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 1599, 18 Octobre 1873" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'ILLUSTRATION
JOURNAL UNIVERSEL

31e Année.--VOL. LXII.--N° 1599
SAMEDI 18 OCTOBRE 1873



[Illustration.]

Prix du numéro: 75 centimes
La collection mensuelle, 3 fr.; le vol. semestriel,
broché, 18 fr.; relié et doré sur tranches, 23 fr.

Abonnements
Paris et départements: 3 mois, 9 fr.;--6 mois,
18 fr.;--un an, 36 fr.; Étranger, le port en sus.



SOMMAIRE

_Texte:_ Le général Pourcet.--Histoire de la semaine.--Courrier de
Paris, par M. Philibert Audebrand.--La Soeur perdue, une histoire du
Gran Chaco, par M. Mayne Reid.--Nos gravures.--Les Théâtres.--Les
frayeurs de M. Pommier, par M. Jean Bruno.--L'esprit de Parti
(suite).--M. Léon de Rosny et le Congrès international des
Orientalistes.--Bulletin bibliographique.--Exposition universelle de
Vienne; les Bronzes de M. Domange Rollin.

Gravures: Le général Pourcet, commissaire spécial du gouvernement.--Sir
Edwin Landseer.--Le dernier soldat prussien ayant foulé le territoire
français.--Remise à la Prusse d'un convoi de forçats ayant opté pour la
nationalité allemande. --La pêche des huîtres (6 gravures).--Un intrus,
dessin de M. K. Bodmer.--M. Léon de Rosny, président du Congrès
international des Orientalistes..--La nouvelle caserne d'infanterie de
marine construite à Saïgoun.--Exposition universelle de Vienne: les
Bronzes de M. Domange Rollin.--Rébus.



LE GÉNÉRAL POURCET

Le général Pourcet, commissaire spécial du gouvernement près le conseil
de guerre appelé à juger le maréchal Bazaine, porte gaillardement ses
soixante automnes. La moustache et les cheveux sont blancs, mais bien
fournis et bien plantés; la chevelure est fine et soyeuse, la moustache
et la mouche coupées court, selon l'ordonnance. Les traits du visage
sont d'une grande ténuité, seul le front a un certain développement; la
bouche, le nez, les yeux vifs et noirs sont petits. Le teint indique que
le général a été brun; sa taille est un peu au-dessous de la moyenne des
officiers; mais avec sa tournure droite et élancée, le général n'en a
pas moins fort bon air en uniforme. Dans sa jeunesse, avec sa figure
fine et distinguée, il a dû passer pour fort joli garçon.

Au repos, l'aspect du général Pourcet est toujours charmant; mais quand
son esprit est tendu et qu'il darde les yeux sur le maréchal Bazaine
afin de saisir au passage ses impressions en même temps qu'il écoute ses
paroles, ses traits prennent une sévérité, une dureté qui ne nous
rassurent que médiocrement sur l'attitude du ministère public, qui ne
s'est encore manifesté que par quelques monosyllabes, de même du reste
que la défense.

Le général est entré à Saint-Cyr en 1832; deux ans après il passait à
l'école d'état-major, et nommé lieutenant au commencement de 1835, il ne
tardait pas à partir pour l'Afrique, où il allait faire un séjour de
près de trente ans.

[Illustration: LE GÉNÉRAL POURCET Commissaire spécial du gouvernement.]

Le général Changarnier, qui l'avait distingué pendant ses expéditions,
le prit pour aide-de-camp en 1841, pour ne se séparer de lui qu'en 1850,
époque à laquelle le général Régnault d'Angely osa renverser l'idole des
Parisiens.

Pourcet retourna aussitôt en Afrique, où il remplit pendant plusieurs
années les fonctions de chef d'état-major de la division d'Oran, sous un
chef exigeant et difficile, le terrible Pélissier. Le subordonné n'ayant
pas un caractère beaucoup plus souple que le supérieur, nous croyons
savoir que leurs rapports laissèrent à désirer et que les torts
n'étaient pas du côté du colonel Pourcet.

Nommé général de brigade, Pourcet fut désigné pour l'emploi de chef
d'état-major du grand commandement de Toulouse. Son avancement,
très-rapide au début, s'était singulièrement ralenti; chef d'escadron en
1848, il ne devenait divisionnaire qu'en 1869, malgré ses beaux services
de guerre, son zèle et son instruction pourtant très-appréciés. Il avait
eu les bénéfices des aides-de-camp d'un général en vue; il en connut les
inconvénients, toujours nombreux et souvent graves dans les pays qui
changent souvent de gouvernement et où les influences sont comme les
branches d'une girouette. Pourcet ne voulant pas, comme tant d'autres,
devenir un indicateur des vents, resta fidèle au souvenir de son vieux
général, et marqua invariablement le nord, signe de froid.

La guerre le trouva général de division du 24 février 1869 et commandant
de la province d'Alger. Maintenu dans la colonie au début de la
campagne, il évita ainsi d'être pris à Sedan ou à Metz. En octobre, M.
Gambetta le rappela en France pour lui confier un commandement digne de
son incontestable valeur militaire, celui du 16e corps d'armée alors en
voie de formation derrière la Loire.

Avec ses habitudes de sévère discipline et de commandement sans
réplique, le commandant du 16e corps ne put supporter les nombreux actes
d'indiscipline qui se commettaient dans ces amas de recrues auxquelles
manquaient les soins matériels et la direction morale, faute de temps et
de cadres.

Lorsque M. Gambetta, à la suite de la capitulation de Metz, fit sa
célèbre proclamation, le général Pourcet manifesta son indignation en
termes éloquents. Un de ses meilleurs divisionnaires, le général Barry,
le surpassa encore par la véhémence de son langage.

Le général en chef d'Aurelles raconte, dans son _Histoire de l'armée de
la Loire_, la scène émouvante qui eut lieu, le 1er novembre, à
Marchenoir, lors de la réunion des officiers généraux, commandants de
régiments, les membres de l'intendance et les chefs des divers services
du 16° corps. «Au fond du coeur; dit le général d'Aurelles, je partageai
l'indignation de mes officiers; mais, comme général en chef, j'avais des
devoirs à remplir, et je m'efforçai de faire entendre des paroles
d'apaisement.»

Très-peu de jours après, le général Pourcet envoyait sa démission, qui
était acceptée. Cependant, cinq semaines plus tard, touché des malheurs
de la France, il accepta le commandement du 25e corps, en voie de
formation dans le Cher, et destiné à couvrir le grand vide qui allait
s'élargissant entre les armées de Bourbaki et de Chanzy. En quelques
jours, le nouveau commandant en chef sut faire preuve de coup d'oeil et
d'audace dans l'exécution.

Décidé à gêner les communications des Prussiens, il dirigea sa première
division, Bruat, sur Nevers, et se porta avec la seconde dans une
direction tout opposée, vers Blois, par Romorantin. Ce mouvement fut
exécuté avec un mystère et une célérité bien rares chez nous à cette
époque, et le 29 janvier il refoulait brusquement les avant-postes
prussiens en avant du faubourg de Vienne, sur la rive gauche de la
Loire. Chassé de leurs embuscades et maisons crénelées, l'ennemi se
rejeta en désordre dans Blois, abandonnant à Pourcet une centaine de
prisonniers, désarmés et des munitions. Pour arrêter la poursuite, ils
brûlèrent le tablier provisoire en bois établi par eux sur l'arche du
pont, détruite lors de la retraite de Chanzy sur le Mans.

C'est sur ce beau fait d'armes que l'armistice arrêta le général
Pourcet. A la paix, il fut appelé au commandement de la 12e division
militaire à Toulouse, et nous ne serions pas étonné de le voir appelé à
remplacer prochainement le doyen de nos commandants de corps d'armée,
après l'accomplissement de la tâche difficile qui lui a été confiée dans
le procès du maréchal Bazaine.

A. Wachter.



HISTOIRE DE LA SEMAINE

FRANCE

L'événement de la semaine a été la quadruple élection du 12 octobre. Il
faut le reconnaître le succès des candidatures républicaines a été
écrasant.

En effet, dans la Loire, M. Reymond a été élu par 59,886 voix contre
24,588 données à son concurrent, M. Faure-Belon. Dans la Nièvre, la
différence en faveur de M. Turigny a été de 11,617 voix. Dans les
élections du 27 avril dernier, où les mêmes candidats s'étaient déjà
trouvés en présence, l'écart n'avait été que de 1,150. L'Assemblée avait
cru devoir alors annuler l'élection de M. Turigny et mettre le suffrage
universel en demeure de faire connaître avec plus d'éclat ses
préférences: le suffrage universel a répondu. Dans le Puy-de-Dôme, où le
parti monarchique n'avait point tenté d'opposer une candidature à celle
de M. Girot-Pouzol, celui-ci a été élu par 79,825 voix. Enfin, dans la
Haute-Garonne, où le parti monarchique avait produit la candidature de
M. Niel, et paraissait nourrir quelque espérance de succès, M. de
Rémusat l'a emporté de 39,577 voix.

Ne semble-t-il pas que l'on doive conclure de ce quadruple échec infligé
par les électeurs aux candidats du parti monarchique que le pays,
partout où il est appelé à faire connaître ses désirs, se prononce pour
la république, et que c'est encore sa parole qui seule peut trancher la
grave question de la forme du gouvernement? Cependant les journaux de la
fusion y trouvent des raisons impérieuses de conclure dans un sens tout
différent et de marcher avec plus de résolution que jamais dans la voie
où tente d'entraîner la France la majorité du 24 mai. Le _Français_
parle de la nécessité de ne pas prolonger d'un seul jour les retards qui
ont fait battre son parti aux élections du 12 octobre. De même la
_Patrie_ «appelle l'attention des promoteurs de la restauration
monarchique sur les inconvénients qu'offrent la prolongation de
l'incertitude touchant les conditions de cette restauration».

Pour l'_Univers_, c'est «la révolution qui a triomphé partout», et il
conclut: «Pour arrêter le radicalisme il faut la monarchie». Et
l'_Union_: «Voyez et jugez, parti conservateur, écrit-elle; voyez où est
l'opinion en France, jugez s'il est temps d'y apporter remède.» Le
_Journal de Paris_ conclut également au rétablissement de plus en plus
indispensable d'une monarchie: «L'heure des résolutions viriles va
sonner, dit-il. Il s'agit du salut même de la patrie. En vérité, si vous
ne rétablissez pas la monarchie par le légitime souci de rejeter la
révolution hors du gouvernement; si, après avoir rétabli la monarchie,
vous ne vous pourvoyez point d'une loi municipale qui permette à
l'autorité de gouverner, six mois ne se passeront pas avant que l'on
n'acclame le général qui réprimera l'audace des nouvelles couches
sociales, comme Tarquin le Superbe faisait des pavots de son jardin.»
Enfin, car il faut en finir, toutes semblables sont les conclusions de
l'_Assemblée nationale_: «Les élections du 12 octobre, écrit cette
feuille, sont le suprême avertissement qui nous est donné. La logique
des faits est marquée d'avance: c'est la monarchie immédiate, quelles
qu'en soient les conditions; ou bien c'est, avec des étapes qui
paraissent devoir être rapidement parcourues, retomber en Thiers, et de
Thiers en Gambetta, et de Gambetta en Turigny, et de celui-ci en Pyat,
Vermesch et Gaillard.»

Nous ne saurions voir, quant à nous, les choses sous une couleur si
foncée, et il nous semble qu'entre le drapeau blanc et le drapeau rouge,
il y a encore une place pour le drapeau tricolore. Au fond, ce qui est
en cause ici, comme le fait remarquer le _Journal des Débats_, ce n'est
plus la république, c'est le suffrage universel. Après le 24 mai, on se
faisait fort de ramener le pays le plus facilement du monde et de
dompter le suffrage universel en le «moralisant». L'expérience a prouvé
qu'il y avait beaucoup de présomption dans cet engagement. Le ministère
du 24 mai n'a rien ramené, et chaque jour le suffrage universel témoigne
qu'on avait trop compté sur sa docilité. En présence de cette
déconvenue, il serait téméraire d'espérer qu'un changement dans la forme
du gouvernement serait plus efficace pour modifier les tendances bien
connues de l'esprit national. Veut-on modifier ces tendances par la
force? Qu'on le tente. Il nous semble toutefois qu'au lieu de montrer le
poing à son temps avant de lui tourner le dos, il serait plus sage de
s'accommoder avec lui, afin de tirer de ses nécessités, au profit des
intérêts sociaux, tout le parti et le meilleur parti possible.

En attendant, tandis que le comité Changarnier délibère dans l'ombre et
le mystère, les députés fusionnistes continuent leurs tentatives auprès
de M. le comte de Chambord. Un membre du cercle des Réservoirs est parti
ces jours derniers pour Salzbourg, où se trouve en ce moment le
prétendant, auprès duquel il déploie les plus grands efforts pour
l'amener à certaines concessions capables de grouper la majorité de
l'Assemblée en un seul faisceau. A-t-il réussi? je ne sais. D'après les
bruits qui courent, M. le comte de Chambord se montrerait disposé à
céder sur le drapeau, mais en insistant sur son droit supérieur et
inhérent, et sur la nécessité pour la France de le reconnaître avant
tout. Quoi qu'il en soit, nous ne tarderons pas à être renseignés et
édifiés à cet égard, et il est probable que la réponse de M. le comte de
Chambord sera connue quand paraîtront ces lignes.

Le procès du maréchal Bazaine poursuit son cours à Trianon. Après le
rapport du général Rivière, M. le président du conseil de guerre a
ordonné, usant de son pouvoir discrétionnaire, la lecture d'un mémoire
justificatif de l'accusé, qui n'est que la reproduction de celui que le
maréchal avait lui-même publié antérieurement à son arrestation. Puis on
a passé à l'interrogatoire. Avant d'y procéder, M. le président a fait
connaître aux juges, au parquet, à la défense et au maréchal Bazaine les
divisions qu'il se proposait d'introduire dans cet interrogatoire et qui
doivent être reproduites dans l'audition des témoins.

Ces divisions sont au nombre de neuf. Les voici:

1° Prise de possession du commandement;

2° Opérations militaires depuis le 13 jusqu'au 19 août;

3º Communications avec l'empereur, le gouvernement, le maréchal de
Mac-Mahon et divers;

4° Opérations du 19 août au 1er septembre 1870;

5º Défense et approvisionnement de la place de Metz;

6° Incidents et démarches diverses pendant le mois de septembre;

7° Communications avec le gouvernement de la défense nationale;

8° Dernières négociations;

9º Capitulation.

L'interrogatoire du maréchal Bazaine a commencé lundi dernier. Il a déjà
porté sur les cinq premières divisions ci-dessus mentionnées. Ce qu'ont
été les réponses de l'accusé, nous n'avons pas à l'apprécier ici. Sur ce
point, nous croyons devoir garder pour nous nos impressions, et nous
sommes certains que tout le monde comprendra et approuvera ce sentiment
de réserve.

Une autre affaire, l'affaire Ranc, a été jugée le 13 octobre par le 3e
conseil de guerre, présidé par M. le lieutenant-colonel Deloffre. M.
Ranc n'ayant pas répondu à l'appel de son nom, le greffier a donné
lecture d'un rapport dans lequel est passée en revue toute la vie de
l'accusé et qui, sur les faits qui ont motivé les poursuites, n'apprend
rien que ne connaissent nos lecteurs depuis deux ans. À la suite de
cette lecture, le conseil, après en avoir délibéré, a condamné par
contumace M. Ranc à la peine de mort.

ESPAGNE

Les nouvelles d'Espagne sont relativement satisfaisantes. Carthagène est
investi par terre et par mer. Les insurgés font preuve d'énergie, mais
les vivres commencent à manquer. Une dépêche de Madrid, en date du 14
octobre, annonce qu'il en resterait seulement pour trois ou quatre
jours. On sait qu'un engagement a eu lieu le 11 entre l'escadre de
l'amiral Lobo et les frégates intransigeantes. L'issue de cet engagement
est d'un excellent augure. Après deux heures d'un combat acharné, dans
lequel a été tué M. Mova, député et membre de la junte
insurrectionnelle, les forces navales carthaginoises, fort maltraitées,
ont été obligées de regagner le port.

Voilà pour le midi; quant au nord, le combat de Cirauqui paraît avoir eu
plus d'importance qu'on ne l'avait d'abord supposé. Il semble que le
général Moriones qui, depuis plusieurs jours, essayait de forcer les
lignes ennemies, ait voulu surtout s'assurer de la valeur de ses troupes
en les lançant contre les bandes navarraises, qui constituent la grande
force des carlistes, attirer en Navarre une partie des insurgés du
Guipuzcoa et de la Biscaye, et offrir ainsi au général Loma l'occasion
de prendre l'offensive. Le général Moriones a atteint le premier but et
paraît devoir atteindre les deux autres; en effet, dans son rapport sur
le combat qui vient d'avoir lieu, il termine en disant que dans peu de
jours les heureuses conséquences du combat de Cirauqui se feront
certainement sentir, et que déjà l'on signale à Estella la présence de
don Carlos, venu du Guipuzcoa au secours de son lieutenant.

ITALIE.

Le Journal officiel de Berlin publie une curieuse correspondance que
viennent d'échanger le pape et l'empereur d'Allemagne. La lettre du pape
est du 7 août. Il s'y plaint que toutes les mesures prises depuis
quelque temps par le gouvernement allemand «ont de plus en plus pour but
de détruire le catholicisme», et il demande à l'empereur s'il n'arrivera
pas à se convaincre que «ces mesures n'ont d'autre effet que de miner
son propre trône ...»

Dans sa réponse du 3 septembre, l'empereur se plaint de son côté qu'une
partie de ses sujets catholiques aient, avec le concours de l'épiscopat,
«organisé un parti politique qui cherche à troubler, par des menées
hostiles à l'État, la paix religieuse qui règne en Prusse depuis
plusieurs siècles», et il espère que le pape voudra bien «employer son
autorité à mettre fin à une agitation fomentée à la faveur d'une
déplorable falsification de la vérité et d'un abus de l'influence
ecclésiastique». L'empereur se montre donc résolu à soutenir M. de
Bismark dans sa lutte contre les catholiques, et il repousse les prières
que le pape lui adresse, non-seulement comme chef de l'Église
catholique, mais comme prêtre et pontife. «Tous ceux qui ont reçu le
baptême appartiennent au pape», écrit Pie IX à l'empereur, qui proteste,
et répond: «La foi évangélique que mes ancêtres ont professée et que je
professe moi-même avec la majorité de mes sujets, ne nous permet pas
d'admettre, dans nos rapports avec Dieu, d'autre intermédiaire que
Notre-Seigneur Jésus-Christ.»

Le bruit court que par suite de l'absence prolongée de notre ambassadeur
à Rome, M. Fournier, M. Nigra, ministre d'Italie en France, vient d'être
autorisé par son gouvernement, à demander un congé et qu'il a quitté
Paris.



Courrier de Paris

--Avez-vous vu l'Homme-Chien? Avez-vous vu le fils de l'Homme-Chien,
plus chien encore que son père.

On s'abordait déjà en se faisant ces questions le moyen de s'amuser aux
bagatelles d'une baraque au moment où se joue, à côté de nous, le
drame de Trianon? Frivole, notre peuple l'est. Nul ne l'aura jamais été
au même degré. Un rien le distrait. Rabelais disait: «Rien qu'avec un
grelot à la main, vous le faites rire.» La moindre bizarrerie lui fait
tourner la tête. Mais ce qui n'est pas moins vrai non plus c'est que
tout ce qui se rapporte à son honneur le touche du premier coup au plus
vif de l'âme. Voilà comment, l'autre soir, en lisant l'épisode relatif
aux drapeaux que le maréchal Bazaine a livrés aux Prussiens dans les
forts de Metz, des millions de Français ont senti les larmes leur venir
aux yeux, larmes d'impuissance et de rage. A l'heure qu'il est, il ne
s'agit plus d'une manifestation partielle ou fragmentée; la France
entière s'emporte. On se demande en tout lieu comment cela a pu se
faire.

Que n'imitait-il l'héroïque Beaurepaire qui s'est si bien brûlé la
cervelle en rendant Verdun? se disait-on de tous côtés.

Au reste, l'étonnement a saisi chacun de nous à la gorge depuis
l'ouverture de ces lamentables débats. Cette aventure de notre
abaissement était pourtant assez connue. Mais en dépit des kilomètres
d'écrits qu'on a publiés là-dessus, on ne connaissait encore la vérité
qu'à demi. Le rapport du général de Rivière projette sur notre chute des
lueurs inattendues, une lumière qui ne laisse plus rien dans l'ombre.
Comme il est bien visible que nos revers nous viennent en grande partie
de nous-mêmes! Comme nous avions bien cent fois tout ce qu'il nous
fallait pour ne pas tomber!

A l'heure où tout cela n'en était encore qu'au prologue, les Italiens
s'égayaient de l'événement, les ingrats! Pasquin et Marforio engageaient
un dialogue de jolis coeurs.

«Marforio.--Qu'est-ce qu'il y a de neuf aujourd'hui?

«Pasquin.--Une nation de romanciers qui déclare la guerre à une nation
de géomètres.»

Le restant de la scène est fort piquant; je ne vous le rapporterai
cependant pas, parce qu'il nous oblige un peu trop à mettre le doigt sur
nos hontes. Tenons-nous-en au mot de Pasquin:

«Une nation de romanciers.» C'est de nous, bien entendu, qu'il s'agit.
Mon Dieu, oui, l'abus du roman nous a toujours perdus. Cette fois là
entre autres. Une femme veut empêcher qu'un Hohenzollern ne s'asseye sur
le trône d'Espagne, cherchant à garder ce fauteuil pour une autre, qui
en était descendue. En quoi cela nous intéressait-il, nous autres? Nous
savons bien, d'ailleurs, ce qui n'aurait pas tardé à arriver. Tout juste
ce qui est advenu dix-huit mois plus tard à Amédée de Savoie, le bien
avisé. Peut-être plus vite que ça encore, le Hohenzollern serait
retourné sans tambour ni trompette dans le pays de la bière brune et des
contes fantastiques. Mais non, il a fallu faire la guerre pour une idée
de femme. Premier chapitre du roman.

Les autres chapitres, passons-les rapidement sous silence. Frédéric II
avait dit: «Pourquoi je l'emporterai sur les Français? Tiens, parce que
Soubise a quatre-vingt-dix-neuf cuisiniers et un espion et que j'ai,
moi, quatre-vingt-dix-neuf espions et un seul cuisinier.» Cette même
situation s'est reproduite fait pour fait; n'est-ce pas, hélas!
suffisamment romanesque? Mais ce qu'il y a de plus inconcevable, c'est
ce qui se passe à Metz quand un inconnu se présente, amené par l'ennemi,
agitant son mouchoir au bout de sa canne. Qu'est-ce que c'est que
Régnier, si ce n'est un copiste du Rocambole de Ponson du Terrail?
Voyez-vous d'ici Bourbaki, le plus brave de nos soldats, poussé à se
déguiser comme un personnage de feuilleton? Bismark, tenant, à
Versailles, les fils de cette intrigue, a plus d'un point de
ressemblance avec l'esprit satanique qu'Eugène Sue a placé dans la
_Salamandre_. Hélas! d'un bout à l'autre, tout est roman là-dedans et,
en même temps, c'est la plus cruelle et la plus sérieuse des histoires!

Trianon est devenu méconnaissable. Nous voilà bien loin du temps où, au
spectacle des bergeries de Marie-Antoinette, le chevalier de Florian
disait que les deux palais et leur beau parc formaient ne «île de
Calypso». Trianon est, pour le moment un corps-de-garde, une forteresse.
Il y pousse des faisceaux de fusils; il y croit des sabres. On a vu un
canon de sept à cent pas de cette chapelle païenne qu'on appelle le
Temple d'Idalie. Et toute cette mise en scène ne se comprend que trop
après qu'on a lu le rapport du général de Rivière. Attendez. Nous ne
sommes qu'à un commencement. Les conséquences de la capitulation de Metz
vont se dérouler une à une, sous nos yeux. Tant de soldats de tout
grade, entrant de plein-pied dans un domaine autrefois voué seulement à
l'idylle, c'est une préface. Toutes les mères le disent à leurs enfants
à la mamelle: il faudra songer à reconquérir un jour ce que Bazaine et
ses coopérateurs nous ont fait perdre.

Il n'y a donc pas de mal à ce que le bruit du tambour se mette, dès à
présent, à dissiper les échos trop élégiaques des anciennes résidences
royales. Tout doit concourir à nous ramener à des moeurs guerrières.

C'est là aussi ce qu'on ne peut s'empêcher de dire en voyant la _Savoie
armée_.--Qu'est-ce que c'est que ça, la _Savoie armée?_--va-t-on dire.
Une oeuvre patriotique enrichie de quatre superbes dessins de M. Am.
Champod, de Genève. L'artiste a décrit avec son crayon quatre grandes
scènes de la lutte désespérée de 1870-1871. Ici le paysage du champ de
bataille ne doit rien à la fantaisie; M. Champod s'est religieusement
attaché à reproduire jusqu'aux moindres accidents du terrain, tous les
détails des localités dont l'histoire a enregistré les noms. Il a montré
les Savoisiens répandant leur sang pour la France, leur nouvelle patrie,
et ces pages sont du plus bel effet. Les quatre dessins, au surplus, ont
été mis sous les yeux du maréchal de Mac-Mahon, qui a fait répondre à
leur auteur une lettre qui est tout à fait en harmonie avec ce que nous
disions tout à l'heure à propos du retour aux allures
militaires.--Lisez:

«Le président me charge de vous remercier de cet envoi auquel il a été
très-sensible. Votre oeuvre n'est pas seulement un hommage rendu aux
courageuses victimes de notre dernière guerre. Elle sert encore à
perpétuer des souvenirs qui doivent fournir, à ceux qui ont survécu, un
bien douloureux, mais bien utile enseignement ...»

Il nous faut pourtant descendre de ces hauteurs épiques pour revenir au
_Chien-Homme_ ou à l'_Homme-Chien_, comme il vous plaira.--On vient,
rien de plus vrai, de nous amener deux échantillons d'une espèce encore
inconnue en Europe. Un chien se présente qui est un homme, tenant par la
main, oui, par la main, non par la patte, son fils Fédor, qui est un
chien. Arrangez cela, si vous pouvez. Pour les lettrés, cette exhibition
n'a rien qui choque absolument l'esprit. Il a existé, à travers les
siècles, des temps mal éclairés par le réverbère de l'histoire. A ces
époques là, le monde était à l'état d'enfance, il a existé en assez
grand nombre des natures mixtes; c'est ainsi que les Grecs, les
Étrusques et les premiers Romains (mettez les Quirites) ont connu les
Faunes, les Satyres, les Egipans, moitié hommes, moitié boucs; c'est
dans les mêmes cycles qu'ont vécu les Centaures, moitié hommes, moitié
chevaux, les Syrènes, moitié femmes, moitié poissons, les sphynx, partie
femmes, partie oiseaux. Hérodote lui-même, le père des historiens, parle
d'un dieu d'Égypte du nom d'Anubis, lequel avait un corps d'homme
surmonté d'une tête de chien. A la vérité, nous autres, enfants d'un âge
réaliste, nous disons que tout cela remonte au temps des fables; et,
pour ce qui est de l'assertion d'Hérodote, nous nous rappelons que c'est
du nom de ce conteur qu'on a formé le verbe radoter. Oui, tout ce que
vous voudrez, mais je vous défie bien d'expliquer d'une façon
satisfaisante ce que c'est que l'Homme-Chien.

Que disais-je donc tout à l'heure en parlant de traditions primitives,
de fables, de poésie et d'historiens qui ne savent pas ce qu'ils disent?
Mais ces légendes bizarres se sont remises à vivre dans la science
moderne. Il n'y a pas bien longtemps, moi qui vous parle, j'ai vu se
promener sous les arcades du Palais-Royal, de midi à quatre heures, un
grand esprit, un beau génie, un réformateur, un homme qui, ayant pris le
globe terrestre dans ses mains comme un statuaire prendrait un bloc de
terre glaise, l'a pétri et façonné d'une façon nouvelle. Je parle de
Charles Fourier, un Prométhée bourgeois, le téméraire auteur de la
Théorie des quatre mouvements, le créateur du Phalanstère. Celui-là, je
vous le répète, avait tout remanié: les astres, le ciel, la mer, la
terre, l'homme, le végétal, la bête. C'est ainsi qu'il est arrivé à nous
dire à quel point parviendra un jour le progrès.--Un jour l'homme
dessalera la mer, et il en fera un lac de limonade. Un jour l'homme
assouplira les cétacés, et, de quatre baleines attelées à un navire, il
fera les coursiers qui mèneront ces omnibus nautiques à travers les
océans.--Un jour, l'homme forcera le cèdre à porter une poire plus douce
que la pêche de Médie, et la ronce des haies à produire un raisin opale
comparable à l'ambroisie d'Homère.--Un jour l'homme accouplera le cheval
et le terrible quadrupède que les Arabes ont nommé le _Seigneur à la
grosse tête_, et de cet hymen il résultera l'hippo-lion, le plus fier,
le plus rapide des porteurs.--Il nous faut hausser les épaules de pitié,
MM. les sportmen de la Marche, qui croisent à grand'peine un cheval
anglais et un cheval du désert pour donner le jour à d'innocentes
pouliches qui font un kilomètre en dix minutes. Qu'est-ce que c'est que
ces lourdes bêtes comparées à l'hippo-lion de Charles Fourier qui, dès
sa naissance, en l'an 2500 ira en trois secondes de la butte Montmartre
à Montsouris?

En attendant cette heure tant désirée du rajeunissement de la planète,
où l'on entendra hennir l'hippo-lion, plus agile que la licorne de
Zoroastre, descendons pour cinq cents ans encore sur l'indigent petit
tas de boue où nous nous agitons sans cesse les uns les autres comme des
vers coupés. On a beaucoup chassé cette semaine, notamment chez M.
Olympe Aguado. On s'est remis à courir au bois de Boulogne. Le prince
Milan Obrenowitch, souverain de la Serbie, était de toutes les fêtes.
Une bonne et heureuse pensée; cet étranger de distinction n'a pas voulu
quitter Paris sans emporter son portrait photographié par Nadar.

Nadar a quitté le boulevard des Capucines pour la rue d'Anjou; c'est
dire qu'il n'a pas cessé d'être le photographe par excellence. Comme le
roi Léopold de Belgique, comme le shah de Perse, le prince régnant de
Serbie dont je vous parlais tout à l'heure s'est dit: «--Allons chez
Nadar», et en sortant, un jour, de la chapelle expiatoire du boulevard
Haussmann, il est entré dans les grands ateliers photographiques de ce
quartier, les mêmes qui sont devenus une des curiosités de Paris pour
tous les étrangers de distinction.--Nadar, à l'aide de ses nouveaux
procédés, a fait alors un de ces portraits qu'il fait toujours si bien.

À propos de nouvelles théâtrales, un mot en passant.

On avait prétendu que Jules Noriac faisait une pièce nouvelle sous ce
titre: _le Peuple souverain_. L'auteur de la _Timbale_ s'est empressé
avec raison de dire qu'il n'en était rien: «Il est possible, écrit-il,
que je fasse une opérette nouvelle, mais, pour sûr, elle ne portera pas
le titre qu'on a dit. Je trouve que le peuple est trop peuple pour que
je le flatte et pas assez souverain pour que je me moque de lui.»



[Illustration: SIR EDWIN LANDSEER.]



--Comment trouvez-vous ces quatre lignes là?--A ce propos, qu'on me
permette une indiscrétion touchant leur auteur. Jules Noriac compose
effectivement une opérette nouvelle; celle-là, j'en suis sûr, a pour
titre: _la Branche cassée._

Un jeune compositeur d'un très-bel avenir fait la musique de cet
ouvrage. Celui-là n'est autre que M. Gaston Serpette, qui est quelque
chose comme un grand prix de Rome. Il faut ajouter que ce jeune maître,
emporté par la violence d'une irrésistible vocation, a tout sacrifié à
la musique. Dès son enfance, on l'a chapitré, mais en vain, afin de
l'éloigner de l'art de cultiver les croches et les doubles croches. Les
siens l'ont maudit, son père, un vénérable millionnaire, l'a presque
déshérité et ne lui fait, à cause de ce fait, qu'une modique pension de
deux cents francs par mois. N'importe, M. Gaston Serpette a tenu bon. Il
s'est dit: «Je suis musicien et je ne serai jamais autre chose.» C'est
là un bon préjugé en faveur de la _Branche cassée._--Voilà ce que Paris
entier constatera très-prochainement.

Nous sommes plus que jamais en temps de chasse, il n'y a pas le moindre
doute là-dessus, n'est-ce pas.



[Illustration: Le dernier soldat Prussien ayant foulé le territoire
français. D'après la photographie de M. Bruneau.]



A ce sujet on parle beaucoup depuis quelques jours des exploits
cynégétiques d'une célèbre chanteuse.

Christine Nilsson, aujourd'hui Mme Rouzeaud, réside souvent en Russie.

Il y a quelque temps, à cinquante verstes de Saint-Pétersbourg, Ophélia
eut une fantaisie.

Qui n'aura un caprice si ce n'est la pâle et extravagante fiancée du
noble et extravagant Hamlet?

Christine Nilsson voulut assister à une chasse à l'ours.

Il y a mieux, écrit-on, elle a tué un solitaire.

Est-ce bien vrai, cet ours tué par la chanteuse? Il en est qui refusent
d'y croire. Mais à l'Opéra, les bonnes petites camarades glosent
joliment sur cette prouesse, réelle ou supposée. Il faut entendre
surtout Mlle Z***! En voilà une qui raconte vivement la chose.

--Voilà, s'écrie donc Mlle Z***, comment le fait s'est passé. Christine
cherchait un ours noir. Fi donc! c'est un ours blanc qui est venu, un
des plus féroces, avec une gueule comme doublée de satin rose et de
grandes dents de diamants. Christine a pris son remington; elle a visé
l'ours, a tiré, l'a tué, abattu, dépouillé, découpé, fait cuire et
mangé, le tout, en dix minutes de temps!

Ah! les bonnes petites camarades!

Philibert Audebrand.



[Illustration: Remise à la Prusse d'un convoi de forçats ayant opté pour
la nationalité allemande.]



LA SOEUR PERDUE

Une histoire du Gran Chaco

CHAPITRE I

EL GRAN CHACO.--DEUX VOYAGEURS

Étendez devant vous une carte de l'Amérique du Sud; fixez vos yeux sur
le confluent de deux grandes rivières: le Salado, qui vient des
montagnes des Andes dans une direction sud, et le Parana, qui descend du
nord. Remontez le premier fleuve jusqu'à la ville de Salta dans
l'ancienne province de Tucuman; puis, le long du second fleuve et de son
tributaire le Paraguay, allez jusqu'au fort brésilien de Coïmbra;
joignez ces deux points par une ligne légèrement recourbée, tournant sa
convexité vers la grande Cordillère des Andes, et vous aurez tracé la
frontière qui limite une des contrées du continent d'Amérique les moins
connues, et pourtant l'une des plus intéressantes. C'est une région
aussi romantique dans son passé que mystérieuse dans son présent, aussi
fermée de fait à la civilisation qu'à l'époque où les bateaux de Mendoza
essayèrent vainement de l'atteindre du côté du sud et où les chercheurs
d'or, désappointés à Cusco, tentèrent de l'explorer du côté de l'ouest.
C'est la région de «El gran Chaco». Vous avez certainement entendu citer
ce nom, et si vous avez étudié la géographie, vous n'êtes pas sans
connaître un peu le territoire ainsi désigné. Mais vous ne connaîtriez
que très-imparfaitement le Gran Chaco, alors même que vous en sauriez
autant que ceux qui en habitent les frontières. Tout ce qu'ils en ont
appris se résume en deux mots: souffrance et angoisses.

Vous avez été élevé dans la croyance que les peuples de sang espagnol,
au jour de leur grandeur et de leur gloire, soumirent tout le continent
d'Amérique, ou du moins la portion qu'ils prétendaient en coloniser, et
qui, partiellement encore, est restée sous leur domination.

C'est une erreur historique comme il y en a beaucoup. Poussés par la
soif de l'or, et sous la protection de fortes expéditions militaires,
les _conquistadores_ parcoururent une grande portion du territoire; mais
il y eut d'immenses étendues où ils ne pénétrèrent jamais et qu'ils
colonisèrent encore moins. Tels furent Navajoa au nord, le pays des
Guajiros au centre, les terres de Patagonie et d'Arauco au sud, et une
vaste contrée de plaines qui s'étend entre les Cordillères des Andes
péruviennes et les eaux du Paraguay,--c'est-à-dire le Gran Chaco.

Ce territoire que nous venons de nommer, assez vaste pour y fonder un
empire, non-seulement n'a pas été encore colonisé, mais il reste même
complètement inexploré. En effet, la demi-douzaine d'expéditions qu'on y
a timidement tentées et qui furent promptement abandonnées, ne méritent
pas le nom d'explorations.

Nous en dirons autant des faibles efforts des Pères jésuites ou
franciscains. Les sauvages du Gran Chaco ont refusé de se soumettre
aussi bien à la croix qu'à l'épée.

A quelle cause faut-il attribuer l'abandon de ce singulier territoire?
Est-ce un désert stérile comme la majeure partie du pays des Apaches et
des Comanches, comme les plaines de Patagonie et les sierras de Arauco?

Est-ce une forêt humide et impénétrable, périodiquement inondée comme la
vaste vallée de l'Amazone ou les deltas de l'Orénoque? Rien de tout
cela. Le Gran Chaco possède, au contraire, tout ce qu'il faut pour
attirer la colonisation: de vastes clairières naturelles couvertes d'une
herbe nourrissante; des forêts d'arbres tropicaux où le palmier
prédomine; un climat d'une salubrité qui n'a jamais été mise en doute;
un sol capable de produire tout ce qui est nécessaire pour les besoins
et les agréments de la vie. En résumé, on peut le comparer à un immense,
ou à une série de vastes et pittoresques jardins dont la culture aurait
été laissée aux seuls soins du Créateur!

Pourquoi n'a-t-il pas été soumis au travail de l'homme?

La réponse est facile: parce que l'homme qui l'habite est un chasseur et
non un agriculteur.

Ce pays est resté le domaine de ses propriétaires à peau rouge,
seigneurs primitifs de son sol, race d'indiens belliqueux qui, jusqu'à
présent, ont défié toutes les tentatives faites pour les rendre
esclaves, par le soldat, par le mineur, le missionnaire ou le Mameluco
(1).

[Note 1: Los Mamelucos de l'Amérique du Sud forment un peuple de races
mélangées, portugaise, africaine et indienne, dont le centre, est à
San-Paulo, au Brésil. Ils sont les plus féroces chasseurs d'esclaves du
continent méridional, et leur histoire est un tissu de cruautés et de
meurtres.]

Ces sauvages indépendants, montés sur des chevaux infatigables qu'ils
dirigent avec une habileté de centaures, parcourent les plaines du
Chaco, rapides comme l'oiseau emporté par le vent. Dédaignant les
résidences fixes, ils voyagent sur ces plaines verdoyantes et à travers
ces bois parfumés, comme l'abeille voltigeant de fleur en fleur, et ils
ne plantent leurs lentes que là où le charme de l'endroit les retient.
On les appelle sauvages; mais qui n'envierait parfois leur insouciante
et poétique existence? Voulez-vous mieux connaître ces peuples?

Alors, suivez-moi et entrons ensemble dans le Gran Chaco.

Une plaine d'un vert d'émeraude s'étend sous un ciel combinant les
teintes du saphir et de la turquoise. Malgré leurs nuances vives,
l'aspect est monotone: quelques petits nuages blancs épars et le globe
d'or du soleil qui brille au zénith tranchent, seuls sur l'uniformité du
ciel; et à travers la plaine, l'oeil ne se repose que sur quelques
bouquets de palmiers, un groupe de rhéas et un couple de grands oiseaux
blancs à gorge orange et à crête écarlate, les rois des vautours (2).
Mais ces derniers, planant dans les hauteurs de l'éther, appartiennent
également à la terre et au ciel.

[Note 2: _Cathartes papa._ C'est le plus bel oiseau de la famille des
vautours.]

Tel se présente le Gran Chaco, que le pied de l'homme blanc n'a presque
jamais foulé; aussi frais et aussi virginal que le jour où il est sorti
des mains de Dieu.

Je dis: «Presque jamais foulé.» En effet, tandis qu'avec des yeux ravis
nous admirons le paysage, nous voyons deux formes d'êtres vivants se
détacher sur l'horizon lointain.

Jusqu'à présent, elles ne semblent que deux points et pourraient être un
couple d'autruches, ou bien le mâle et la femelle du guazuti (3), car il
y a une différence dans leur taille.

[Note 3: Une grande espèce de daim sud-américaine, et particulière à la
région des Pampas.]

Mais non, ce ne sont pas de simples animaux. Ce sont bien véritablement
des êtres humains, _ils marchent vers le centre de la plaine_; ils
s'approchent; déjà on distingue en eux des cavaliers; les voici plus
près encore: leur visage est blanc.

L'un d'eux, le plus grand, est vêtu d'un costume à la fois imposant et
pittoresque. Le vêtement de laine qui couvre ses épaules, avec ses
larges bandes alternées blanches, bleues et rouges, est le _poncho_, ce
manteau porté par tous les habitants des plaines de la Plata.
Par-dessous se trouve une jaquette ressemblant au justaucorps
d'autrefois, et ornée de riches broderies et de _pesetas_ ou pièces de
vingt-cinq sous à l'effigie de la république argentine. De larges
culottes de coton, les _calzoncillos_, attachées à la façon des zouaves,
couvrent les jambes, mais laissent près du sommet de la botte une partie
du genou nue.

De lourds éperons et un chapeau à grands bords avec un ruban de couleur
vive complètent le costume du cavalier, facile maintenant à reconnaître
pour un _gaucho_ au seul aspect du harnachement de son cheval, à sa
bride et à ses courroies plaquées d'argent, et à sa _carona_ ou
couverture de selle soigneusement cousue et brodée.

L'autre cavalier est aussi couvert d'un manteau, mais l'étoffe en est
foncée et il est si ample que ses autres vêtements ne peuvent
s'apercevoir. Ses pieds reposant sur des étriers en bois, sont chaussés
de bottes, et des culottes de velours les recouvrent presque jusqu'à
leur extrémité. Sur sa tête est un _sombrero_ dans le genre de celui de
son compagnon; ce chapeau semble avoir été récemment bossué et comme
écrasé. Sa monture caparaçonnée avec plus de simplicité que celle du
gaucho, garde une allure tranquille.

Bien que les deux cavaliers chevauchent côte à côte, les étriers se
touchant, pas un mot n'est et n'a été échangé entre eux depuis le moment
où ils nous sont apparus au milieu de la plaine.

Un seul, d'ailleurs, le gaucho, semble être en état de parler. Son
compagnon, quoique installé solidement sur sa selle, porte la tête d'une
façon étrange. On dirait qu'elle tombe plus bas que ses épaules et
incline légèrement à droite. Malgré l'ombre projetée par son chapeau, on
distingue déjà que ses yeux sont fermés. On ne peut supposer qu'une
chose, c'est qu'il est tout au moins endormi.

Cette supposition n'aurait en elle-même rien d'étrange, si elle
s'appliquait au gaucho, car ces demi-centaures se donnaient rarement la
peine de quitter leur selle pour faire leur sieste. L'autre cavalier,
sans être un gaucho, peut encore être un habile écuyer. On monte bien à
cheval dans ces parties de l'Amérique du Sud.

Outre son attitude singulière, la nuance de sa peau est remarquable, son
teint de blond, rare sous ces climats méridionaux, est d'une pâleur
extraordinaire. Ses lèvres elles-mêmes sont complètement décolorées.
Éveillé ou endormi, ou aveugle, ce cavalier n'est évidemment pas en
bonne santé. Mais il se peut qu'il ne soit qu'endormi, car sa monture
s'avance sans qu'il la guide: ses mains pendent le long de son corps,
cachées par son manteau, et les rênes reposent, abandonnées, sur la
crinière du cheval.

L'animal s'en soucie peu. Il n'a pas besoin de se sentir conduit, et
règle son pas sur celui de l'étalon monté par le gaucho. L'un et l'autre
s'avancent lentement. Ils semblent comme plongés dans une sorte de
léthargie par la brûlante chaleur du soleil dont la hauteur, du reste,
leur assure tout le temps qui peut leur être nécessaire pour
l'achèvement de leur voyage.

Tout indique qu'ils ne sont pas pressés. Cela résulte des mouvements
mêmes du gaucho. En arrivant au centre de la plaine, il arrête
brusquement son cheval pour porter vers le zénith un regard plus
attentif.

«Nous avons six heures encore devant nous, et dans trois heures, même
avec cette allure de tortue, nous atteindrons l'_estancia._ A quoi bon y
arriver avant le coucher du soleil. Pobra senora! Pour ce qu'elle a à
voir, il vaut mieux qu'il fasse nuit.»

Bien que ses yeux soient tournés vers lui, ces mots ne s'adressent pas à
son immobile compagnon, ont le cheval s'est arrêté en même temps que
celui du gaucho. Ce temps d'arrêt n'a pas éveillé son cavalier. Les
paroles du gaucho ne sont qu'un monologue prononcé sur un ton lugubre
contrastant étrangement avec l'air naturellement gai et épanoui du
personnage. Son visage, tout bronzé qu'il est, semble plutôt fait pour
la bonne humeur que pour les noires pensées.

«Que faire? continue-t-il en se parlant encore à lui-même. Je vais
d'abord, car c'est le plus pressé, me débarrasser de ce poncho qui
m'étouffe. Il fait chaud sous ce soleil comme dans une fournaise.»

Il fit passer son manteau par-dessus sa tête et l'étendit en travers sur
le pommeau de sa selle; puis, regardant son compagnon, il ajouta:

«Il n'est, hélas! pas besoin de lui ôter le sien. Ce n'est pas la
chaleur qui le gênera, bien sûr.»

Cela dit, il reste tout pensif sur sa selle, puis il observe la plaine
comme s'il cherchait à y découvrir quelque chose. Son regard s'est
arrêté sur un bouquet d'arbres _algarrobas_ qui croissent à peu de
distance. Leurs troncs sont entrelacés par un réseau de plantes
parasites et ils apparaissent comme un îlot boisé sur la surface d'une
mer d'émeraude immobile.

«Je puis me permettre de me reposer sous leur ombre, reprit-il; j'ai
besoin de reprendre des forces, Dieu le sait, pour me donner le courage
d'accomplir ma tâche. _Pobre senora y los ninos!_ (Pauvre dame, pauvres
enfants!) Quelle terrible nouvelle je leur rapporte. _Sangre de Cristo!_
Pourrai-je jamais les regarder en face!» Cependant, l'autre voyageur ne
prononce pas un mot; il semble que rien ne puisse l'éveiller, car son
cheval, en tournant subitement dans une autre direction à côté de celui
du gaucho, l'a fait vaciller sur sa selle, sans que sa paupière se soit
relevée.

Le bouquet d'_algarrobas_ est atteint. Le gaucho prend le parti de
mettre pied à terre. Il attache à un arbre son cheval et celui de son
compagnon, mais il ne dit pas un mot au cavalier en manteau, toujours
immobile sur sa selle, toujours taciturne, et quand il a allumé le feu
sur lequel il fait griller quelques bandes de _chargui_ pour son repas
de midi, il ne l'invite même pas à partager son déjeuner. Il n'essaye
pas de causer avec lui, il le laisse sur sa monture, toujours plongé
dans le plus profond des sommeils.


CHAPITRE II

UNE ESTANCIA SOLITAIRE

Trois grandes rivières, le Salado, le Vermejo et le Pilcomayo, arrosent
le Gran Chaco. Toutes prennent leur source dans les montagnes des Andes,
et après avoir coulé au sud-est dans une direction presque parallèle,
elle débouchent à des distances inégales dans le Parana et le Paraguay.

On connaît peu ces cours d'eau; le Salado a été partiellement exploré
pendant ces dernières années. Il constitue la frontière méridionale du
Chaco, et l'une de ses rives est suivie par quelques voyageurs, mais
seulement dans la portion supérieure qui arrose les districts colonisés
de Santiago et de Tucuman. Du côté de son embouchure, sa rive
méridionale elle-même n'est pas sûre, car les sauvage du Chaco la
franchissent souvent dans leurs expéditions pillardes.

On connaît moins le Vermejo que le Salado, et moins encore le Pilcomayo
que le Vermejo. L'un et l'autre peuvent être approchés avec sécurité
dans leurs eaux supérieures, au milieu de la section inhabitée des États
argentins et de la république de Bolivie, mais dès qu'ils entrent dans
les solitudes du Chaco, ils sont ignorés de la science du géographe
jusqu'au moment où ils se déversent dans le Paraguay. Le Pilcomayo est
le plus septentrional et le plus long de ces trois fleuves, son cours
depuis sa source jusqu'à son embouchure dépasse mille milles. Il entre
dans le Paraguay par un double canal dont la branche septentrionale
débouche presque en face de la ville d'Asuncion, tandis que la bouche
méridionale est encore inconnue (4).

[Note 4: On la dit située à environ vingt milles plus bas, quoique Page,
dans son exploration ne l'ait pas découverte. Peut-être le Pilcomayo
débouche-t-il dans le Paraguay par un des nombreux _riachos_ qui
sillonnent le pays. Il n'y avait alors rien d'étonnant à ce qu'elle ait
échappé à l'observation de Page.]

Telles sont les données succinctes que l'on possède sur le Pilcomayo,
malgré plusieurs tentatives d'exploration faites autrefois par les
missionnaires et les mineurs, et de notre temps par une expédition sous
le patronage du gouvernement bolivien. Toutes ont échoué et n'ont guère
produit que des informations dérivées des Indiens, incomplètes presque
toujours.

La rivière arrose, paraît-il, une contrée généralement plate et des
savanes couvertes d'herbes et semées de bouquets de palmiers et d'arbres
tropicaux; la plaine est dominée par des montagnes isolées ressemblant à
de grandes tours. Tantôt le courant coule rapidement entre des rives
bien définies, tantôt il s'étend en marécages et en lacunes d'eau salée
ou saumâtre, ressemblant par leur étendue à des mers intérieures. Du
reste, cette dernière affirmation n'est vraie que dans la saison des
inondations.

Quoique l'embouchure connue du Pilcomayo soit presque à portée de canon
de la capitale du Paraguay, de la première ville fondée par les
Espagnols dans cette partie de l'Amérique du Sud, aucun Paraguayen n'a
jamais eu l'idée de la remonter: les habitants d'Asuncion sont aussi
ignorants de la région qui les entoure que le jour où Azara fit avancer
sa _periagua_ pendant une quarantaine de milles contre son rapide
courant.

On n'a jamais fait d'essai de colonisation sur le Pilcomayo, excepté
dans la portion tout à fait supérieure de son cours. Dans le Chaco,
aucune ville n'a été bâtie par les blancs, aucune église n'a projeté
l'ombre de son clocher sur les vagues encore vierges du fleuve.

Et cependant en l'année de Notre-Seigneur 18.., un voyageur remontant
cette mystérieuse rivière à une dizaine de milles au-dessus du point
atteint par le naturaliste espagnol, aurait pu apercevoir une maison
s'élevant sur une des rives et qui n'avait certainement été bâtie que
par un homme blanc, ou du moins par une personne initiée aux usages de
la civilisation. La maison était simplement en bois avec des murailles
de bambous et couverte en feuilles du palmier _cuberto_ (5). Cependant,
ses dimensions excédant de beaucoup celles de la hutte d'un Indien
Chaco, sa verandah, ombragée par la projection du toit, et surtout les
enclos qui l'entouraient, et dont l'un renfermait du bétail, tandis que
l'autre était soigneusement planté de maïs, de mauves, de bananiers et
de nombre d'autres produits du climat paraguayen, tout dénotait la main
d'un homme de race caucasienne.

[Note 5: Ainsi nommé de ce que ses rameaux servent à couvrir les
maisons.]

On se trouvait là en présence non pas d'une simple hutte ou _toldo_,
mais d'une riche _estancia_ (6). L'intérieur de la maison montrait d'une
manière encore plus frappante que le propriétaire était un blanc. La
plupart des meubles, bien qu'assez grossièrement fabriqués, affectaient
cependant les formes données par la civilisation moderne. Des chaises et
des tabourets en _cana brava_ ou bambou sud-américain, des lits avec de
blancs couvre-pieds, sur le sol des nattes faites de fibres de palmier,
quelques dessins exécutés d'après nature, un petit nombre de livres et
de cartes, une guitare, indiquaient des usages et une économie
domestique inconnue à l'Indien.

[Note 6: _Toldo_ Nom donné à la hutte d'un berger et au wigwam de
l'Indien Chaco. L'_estancia_ a de plus hautes prétentions; c'est
l'analogue de l'_hacienda_ mexicaine et la résidence d'un propriétaire.
On désigne souvent aussi sous ce nom l'ensemble de la propriété.]

Mayne Reid.

(_La suite prochainement._)



NOS GRAVURES


Le dernier soldat prussien ayant passé la frontière

Dans notre numéro du 27 septembre nous avons donné un dessin
représentant le dernier bataillon allemand passant, le 16, à neuf heures
et demie du matin, la nouvelle frontière française de l'Est. Aujourd'hui
nous donnons le portrait du dernier soldat prussien ayant foulé le sol
de la France.

Il a été photographié par un de nos collaborateurs à Rozerieulles, petit
village de la Moselle qui, hélas! ne nous appartient plus, en même temps
que deux de ses camarades qui le précédaient immédiatement.

Ce soldat se nomme Jahnke.

Il fait partie de la deuxième compagnie du huitième régiment
d'infanterie brandebourgeois, n° 64.

Les deux autres se nomment Guillaume Mittelstâdt et Charles Blümner, et
appartiennent à la même compagnie du même régiment.

Remise des forçats alsaciens à la gendarmerie prussienne.

Vers le milieu du mois de septembre arrivaient à Belfort une quarantaine
de forçats, marchant en colonne et attachés deux par deux à l'aide de
chaînettes cadenassées aux poignets. Six de ces forçats étaient en outre
reliés ensemble par une forte chaîne. Une huitaine de soldats et autant
de gendarmes armés les ont escortés à la gare, puis de là se sont
dirigés jusqu'à Montreux-Vieux, où ils les ont remis entre les mains de
la gendarmerie prussienne.

Ces individus sont des Alsaciens qui avaient opté pour l'Allemagne, et
que le gouvernement français a ramenés de Cayenne, pour les livrer au
gouvernement allemand.

Le costume de ces forçats était celui-ci: pour coiffure, chapeau de
paille; pour vêtement, vareuse et pantalon de coutil gris. Ils portaient
de la main qui était libre de petits sacs ou des mouchoirs noués
paraissant contenir du linge.

Il y en avait parmi eux qui sont très-âgés. Plusieurs marchaient la tête
baissée; quelques-uns avaient l'air insolent.

C'est le sixième cortège de ce genre qui a été expédié dans les landes
de la Poméranie. En échange la France a reçu un certain nombre de
pensionnaires nés en France, qui ont été internés à Clairvaux et
ailleurs.

P. Kauffmann.


La pêche des huîtres

Nous avons plusieurs fois parlé du naissain; nos lecteurs auront
certainement compris que nous désignions ainsi l'huître dans son état
embryonnaire, mais nous ne devons pas moins leur exposer les phénomènes
de la reproduction du mollusque, dire quelque chose des tentatives qui
ont été faites et qui se poursuivent pour en régulariser la
multiplication, ainsi que de cette industrie du parcage, auquel elle
doit une bonne part de ses qualités comestibles.

Si bas qu'elle soit placée dans l'échelle des êtres, l'huître obéit
comme les autres aux grandes lois qui assurent la conservation des
espèces. Le mois de mai est le mois des amours pour elle comme pour tous
les habitants de nos latitudes. Ces amours sont ce qu'ils doivent être
chez ces casanières personnes: s'ils occasionnent quelques modifications
dans leur organisme apparent, ils naissent, se développent et
s'évanouissent sans que ces embrasements printaniers aient occasionné le
moindre dérangement à ceux qui les éprouvent. Les signes distinctifs des
sexes deviennent plus apparents. Ces signes sont, suivant les pêcheurs
anglais, une tache noire à la membrane du mâle, _black sick_ (noir
malade), une tache blanche à la membrane de la femelle, _white sick_
(blanche malade).

La phase critique se caractérise par la teinte laiteuse que prend le
mollusque. Il est alors un aliment non-seulement malsain, mais
dangereux, et il lui faudra deux mois pour qu'il ait recouvré ses
qualités premières. Bientôt il émet son frai sous la forme d'un chapelet
blanchâtre.

On a observé sur des huîtres placées au bord de l'eau que c'était
toujours au commencement du flot que se produisait le phénomène, alors
que l'eau, arrivant attiédie par l'action du soleil, recouvrait le
coquillage de quelques centimètres à peine. On a également remarqué que
les innombrables embryons huîtriers, au moment de leur sortie de
l'huître-mère, obéissaient à un mouvement ascensionnel assez rapide à la
surface de l'eau, puis à un autre mouvement qui les portait vers le
fond. Il n'est pas douteux que l'action du soleil ne soit pour quelque
chose dans cette viabilité momentanée. Il est probable que sa chaleur
contribue au durcissement du premier test calcaire de l'animal,
durcissement qui lui permet de se fixer au fond sur les objets qu'il y
rencontre, vieilles écailles, pierres ou morceaux de bois. Après
vingt-quatre heures, l'enveloppe est déjà solide, et la jeune huître
puise désormais dans le milieu où elle vit les éléments nécessaires à sa
croissance.

Le naissain ou frai d'une seule huître peut s'évaluer à plus d'un
million; mais bien des causes, telles que la violence des courants, les
fonds infestés de parasites et particulièrement d'étoiles de mer, le
fléau du naissain, viennent entraver cette exubérante multiplication.
Le manque de bons collecteurs où le frai puisse se fixer est encore une
de ses principales causes d'avortement. Il est encore évident que le
naissain des huîtres placées à une grande profondeur doit être plus
exposé à périr que celui des coquillages qui se trouvent à courte
distance de la surface, c'est-à-dire dans de bonnes conditions pour
recevoir le principe vivificateur dont nous avons parlé.

Ces diverses observations servirent de point de départ à
l'ostréiculture. De sérieux essais furent tentés par les soins du
ministère de la marine à Primel, Tréguier, Paimpol; soit que ces
premières expériences eussent été mal conduites, soit que les stations
choisies ne fussent pas favorables à la reproduction, ils ne donnèrent
pas de résultats satisfaisants. En revanche, dans le vaste bassin
d'Arcachon, le succès fut complet et dépassa toutes les espérances.

Le choix des collecteurs employés à Arcachon fut certainement pour
quelque chose dans cette merveilleuse réussite. Ils consistent en tuiles
creuses oblongues, superposées par étages et entrecroisées de façon à
former une espèce de ruche. Après le frai, chacune de ces tuiles se
trouve couverte de 50 à 200 petites huîtres. Au bout d'une année on
démonte la ruche; la tuile est alors placée dans un parc, où elle
séjourne jusqu'à ce qu'elle soit assez forte pour être détachée et
traitée comme les huîtres draguées, c'est-à-dire mise à l'engrais dans
un milieu nourricier. Il lui faut trois ans pour avoir atteint sa
croissance et être livrée à la consommation.

[Illustration: LA PÊCHE DES HUITRES.--Maraudeuses surprises la nuit.]

Les excellents résultats de l'huîtrière d'Arcachon tenant beaucoup aux
conditions spéciales dans lesquelles se trouve cette baie, peut-être ne
serait-il pas hors de propos, sans renoncer pour cela à renouveler ces
tentatives sur d'autres points, d'emprunter à nos voisins les Anglais
les errements pratiques à l'aide desquels ils favorisent la
multiplication et assurent la conservation des bancs naturels. D'une
tolérance exagérée nous avons passé à une réglementation excessive. La
pêche, jadis permise en tous lieux et en tout temps, n'est plus tolérée
qu'aux jours et endroits désignés par la commission nommée par le
ministère de la marine. Cependant il a été constaté que le draguage sur
un banc où l'on ne rencontre pas de naissain n'était jamais nuisible.

Non-seulement les Anglais raclent les fonds pendant l'été pour les
dégager des végétations sous-marines, mais une partie du littoral reste
pendant toute l'année ouverte à la drague. Nous citerons notamment les
environs de l'estuaire de la Tamise. Seulement le pêcheur anglais se
garde bien de faire proie de tout ce que lui rapportent ses engins.
Quand il récolte du _brood_ ou naissain, il le détache soigneusement du
_culch_ ou collecteur naturel, vieille écaille, pierre ou débris,
rejette ce dernier à la mer et vend le naissain aux parcs de Witstable,
Bukersham, Briekel, Burnham, etc.; celui-ci, qui produit l'huître verte,
a une grande renommée; son exportation est considérable. Il est évident
que si le nombre des établissements éducateurs était augmenté, si tout
notre littoral en était pourvu, nos pêcheurs y trouvant le placement du
naissain qu'ils ramassent ne le gaspilleraient plus comme autrefois, et
par suite il deviendrait possible d'élargir les périodes de pêche dans
une certaine mesure.

[Illustration: AVISO DE L'ÉTAT SURPRENANT DES PÊCHEURS SUR UN BANC
INTERDIT.]

Le parc n'est pas seulement le réservoir où l'on place les huîtres pour
les en tirer au fur et à mesure des demandes de la consommation, il est
surtout une station nécessaire où le coquillage se trouvant placé dans
des conditions de lumière et de nourriture les plus favorables, perd
l'âcreté qui le caractérisait lorsqu'il a été extrait de ses bancs, et
acquiert, comme nous l'avons dit, sa finesse en gagnant encore en
embonpoint.

Il y a deux espèces de parcs, les parcs naturels, dénommés _claires_
dans le pays de Marennes, aujourd'hui ruinés, et qui ne sont à
proprement parler que des sortes de dépôts placés, avec l'autorisation
administrative, soit sur quelque point du littoral, et plus souvent à
l'embouchure d'un petit fleuve, et les parcs artificiels, qui sont
immergés au moyen d'écluses, et constituent par conséquent des créations
assez dispendieuses.

[Illustrations: Costumes cancalais: Pêcheurs au ras de l'eau.]

Nos principaux parcs artificiels sont ceux de Dunkerque, Dieppe,
Courseuilles, Saint-Waast, Cancale, Loc-Tudy, Pont-l'Abbé, Marennes et
Arcachon.

Ce genre d'établissement consiste dans un réservoir alimenté par un
conduit souterrain, lequel communique directement avec le chenal. Le
réservoir est rempli toutes les vingt-quatre heures par la marée
montante; l'eau y est reçue par une écluse; l'huîtrière proprement dite
se compose d'un mur d'enceinte en briques, de 1m40 de hauteur; le fond
est garni d'un plancher formant de petites cases destinées à retenir les
coquillages quand l'eau s'écoule; elle est divisée en un certain nombre
de fosses séparées par des cloisons praticables sur lesquelles marche
l'homme chargé des soins de l'huîtrière.

[Illustrations: LA PÊCHE DES HUITRES.--Parcs artificiel: Nettoyage des
huîtres.]

[Illustrations: Mise en bourriches.]

Tous les jours, à la marée basse, l'écluse du parc est ouverte; l'eau
s'écoule, les huîtres restent à sec. A la mer montante on ferme cette
écluse, et la vanne ayant été ouverte, l'huîtrière se trouve de nouveau
remplie.

Le remarquable phénomène du verdissement de l'huître s'obtient dans des
fosses munies d'écluses, et de 1 mètre de profondeur, qui donnent un
maximum de 50 centimètres d'eau. La composition chimique du sol agissant
de concert avec l'action du soleil, colore le mollusque en quatre ou
cinq jours. Plus on l'y laisse, plus la nuance devient intense.

Certaines fosses ne communiquent une teinte verdâtre à l'huître que
pendant l'été; telles sont celles de Solesbury, en Angleterre. D'autres
au contraire, celles de Briekel, par exemple, les verdissent dans toutes
les saisons.

[Illustration: Matelots dragueurs d'huîtres, côtes anglaises.]

Le coquillage qui a passé par les parcs verdissants est moins salé
non-seulement que les huîtres qui arrivent du large, mais que celles qui
ont séjourné dans les parcs ordinaires.--On a observé que l'huître
élevée dans les parcs artificiels aussi bien que celle qui y avait été
transportée devenait _mule_, c'est-à-dire perdait ses facultés de
reproduction; celle des _claires_ seule peut fournir du naissain.

L'huître est extrêmement sensible aux variations atmosphériques. Son
immobilité prétendue n'est que relative. A la marée montante elle repose
sur celle de ses écailles dont l'intérieur est convexe; lorsque la mer
se retire elle se retourne sur l'écaille plate. Lorsqu'il fait froid
elle s'enfonce dans la vase. Son alimentation se compose des infusoires
dont l'eau de la mer tient des myriades en suspension. Ce que nous lui
reprochons comme un perpétuel bâillement est en réalité l'acte de la
fonction la plus importante de tout organisme, elle mange. Bien qu'il
mange souvent, le mollusque est susceptible de vivre assez longtemps
hors de son élément sans qu'il paraisse souffrir beaucoup de son jeûne.

Un parc exige des soins multiples et une surveillance incessante. La
principale opération du parqueur consiste à balayer le limon que l'eau
des fosses, toujours un peu stagnante a laissé sur les coquilles.--Cette
opération lui permet de vérifier l'état de l'huîtrière, elle lui permet
d'enlever les malades et les morts, dont le voisinage pourrait infecter
les huîtres saines. Quant à la surveillance, facile dans les parcs
artificiels auxquels attient presque toujours une maison de garde, elle
est bien plus difficile à réaliser quand il s'agit des parcs naturels ou
_claires._ Ces dépôts, situés le plus souvent loin des habitations,
offrent un appât auquel les amateurs de la pêche du prochain résistent
d'autant plus difficilement qu'en raison du prix élevé auquel est arrivé
le mollusque ils réalisent ainsi des bénéfices aussi élevés que faciles.
Les maraudeurs sans cesse aux aguets autour de cette proie opime
profitent des nuits obscures, des temps de brume ou de grosse mer pour
faire main basse sur le trésor sous-marin. Quelquefois, ils chargent le
produit de leur vol sur une embarcation, tandis que les auteurs de la
rapine donnent le change en s'éloignant par terre. Il est arrivé aussi
que le ciel s'est chargé de la punition du coupable: parfois on a
entendu un cri d'angoisse qui traversait le silence de la nuit; il était
jeté par quelque malheureuse femme qui, craignant d'être surprise, ayant
pris la fuite avec précipitation, a glissé sur les pierres roulantes et
humides et que le courant emporte. Ce lugubre épisode s'est présenté
dernièrement sur le Saudy, où la mère et la fille ont trouvé la mort
sans pouvoir être secourues.

La statistique des bateaux et des équipages employés à la drague des
huîtres ne fournit pas la mesure complète de l'importance de cette pêche
pour les populations maritimes; si elle représente une des principales
ressources de la partie valide et navigante de ces populations, elle
apporte aussi quelque secours à une de ses fractions les plus
intéressantes. Que de veuves de marins,--et elles sont nombreuses les
veuves chez ces braves gens,--ont trouvé dans de mauvais jours, en se
livrant à la pêche à pied, du pain pour leur pauvre petite famille.
Cette pêche à pied est toujours passablement fructueuse dans les jours
de grandes marées.

Les physionomies toujours si caractérisées, quelquefois si originales,
les costumes si pittoresques des habitants de nos côtes fournissent
encore aux artistes d'attrayants modèles à étudier. Que ce soit le
pêcheur du Nord, son vénérable brûle-gueule à la bouche, enfoui dans ces
bottes qui font songer à celles de l'ogre du Petit-Poucet, que ce soit
son confrère l'Anglais, le _suroi_ sur la tête, fumant avec calme sa
longue pipe, veillant avec autant de soin au bon échouage de son
_butler_ qu'à ne pas laisser une goutte de whisky dans son verre, tous
présentent des types curieux à reproduire et à conserver. Le sexe
féminin fournit également un large appoint à son album; il se gardera
bien d'oublier nos gracieuses Cancalaises, à la coiffure provocante,
surtout lorsque le vent tourmente les longues brides qui la nouent avec
tant de coquetterie sur des joues d'un rose un peu maladif.

L. Faudacq.


Sir Edwin Landseer

L'Angleterre a perdu la semaine dernière un de ses artistes les plus
distingués: sir Edwin Landseer.

Le célèbre peintre d'animaux était né en 1802.

Il fit son éducation artistique sous la direction de son père, qui était
un graveur de talent. Landseer montra pour l'art dans lequel il devait
s'illustrer une précocité extraordinaire. A l'âge de cinq ans, il
dessinait déjà des animaux avec une exactitude et une vigueur
remarquables. C'est sur le _Commun_ d'Hampstead qu'il allait étudier
d'après nature les moutons, les chèvres, les chevaux. On conserve encore
au Musée de Kensington ses premiers dessins. En 1815, il exposa pour la
première fois deux tableaux qui furent remarqués. En 1818, il avait
conquis la célébrité qui depuis s'est constamment attachée à son nom.

Peu de peintres ont été plus féconds que sir Edwin Landseer.

La gravure a reproduit une partie de ses oeuvres, et surtout ses
tableaux d'animaux que tout le monde connaît. Mais ce que l'on sait
moins c'est qu'il a fait aussi de la sculpture et qu'il est l'auteur des
lions placés, dans Trafalgar square, aux pieds de la statue de Nelson.

Landseer exposa fréquemment aux Salons de Paris. A l'Exposition
universelle de 1867 figurait un tableau de lui: La jument domptée. C'est
le dernier qu'il ait exposé en France.

Ses toiles les plus célèbres sont:

_Les chiens du mont Saint-Gothard_ (1821);

_La chasse aux faucons_ (1832);

_Sir Walter Scott et ses chiens_ (1833);

_Les animaux à la forge_ (1855);

_Sauvé!_ (1856).

Membre associé de l'Académie dès 1827, il en devenait membre titulaire
en 1830, était créé chevalier en 1850, nommé en 1847 membre de
l'Académie royale de Belgique, et recevait en 1855 du jury international
de Paris, une des grandes médailles d'honneur.

Sir Edwin Landseer était âgé de soixante-dix ans.

La nouvelle caserne d'infanterie de marine de Saïgoun

La nouvelle caserne d'infanterie de marine de Saïgoun, commencée à la
fin de 1868, a été livrée aux troupes le 15 mai dernier.

Cette construction avec ses bâtiments annexes (cuisines, cantine,
lavoir, piscine, etc.), construite en 1700, par le colonel français
Victor Olivier, occupe dans l'ancienne citadelle un carré de terrain
d'environ 250 mètres de côté; la caserne a 80 mètres de longueur sur 20
de large. Elle est entièrement en pierres de taille, briques et fer. Les
portes et persiennes seulement sont en bois.

Près de 800 mille kilogrammes de fer y ont été employés.

La question si importante de l'eau potable, à l'étude depuis plus de dix
ans ici, a été résolue grâce aux actives recherches du service du génie.
Un puits, muni d'une pompe de service desservie par une machine à
vapeur, alimente un château d'eau, lequel fournit en abondance
d'excellente eau à la caserne, à la piscine, au lavoir; en un mot, à
tous les bâtiments. Ce puits peut fournir constamment de 4 à 500 litres
d'eau par minute, ce qui serait presque suffisant pour toute la ville.

Plus de cinq cents arbres ont été plantés dans la cour de la caserne.

Enfin, le conseil de santé et les commissions d'hygiène ont constaté une
immense amélioration dans l'état de santé des troupes depuis l'entrée à
la nouvelle caserne.

C'est sous la direction du génie militaire que la caserne a été
construite par l'entrepreneur Alb. Mayer.


Un intrus

C'est vers la fin du mois de septembre ou le commencement d'octobre que
commence pour le cerf la saison des amours. A ce moment son bois est
complètement poussé, et il est armé pour la bataille. Ce n'est plus
l'animal de la saison précédente, doux et timide, prêt à fuir d'un pied
rapide au premier soupçon du danger. Alors il est devenu audacieux, et,
à la vue d'un autre cerf, cette audace se change en fureur.

Cet animal toutefois ne s'attache pas, comme le chevreuil, à la même
femelle, mais il en change comme le daim. Naturellement, la biche le
paye de la même monnaie.

Elle ne se pique pas de fidélité, on sait cela, et elle aime qu'on se
dispute ses faveurs. Elle ne se donne qu'au plus vaillant. Aussi Dieu
sait les combats que, à cette époque de l'année les cerfs accourant à
l'appel des biches, se livrent dans les clairières des hautes futaies!
Combats successifs que le même tenant est obligé de livrer à tous ses
rivaux. Et quand il a vaincu le dernier, lorsqu'il s'est emparé du prix
de la victoire, souvent tout n'est pas dit encore. Un dernier appel de
quelque biche affolée lui amène un dernier rival, contre lequel il lui
faut se mesurer une dernière fois, malgré sa fatigue, malgré ses
blessures. Et dans ce cas là, malheur à lui! neuf fois sur dix, il lui
arrive de perdre le fruit de ses précédents efforts qui, finalement, ne
doivent profiter qu'au combattant de la dernière heure.

Ce n'est pas la seule circonstance dans laquelle les cerfs entrent en
lutte. Comme les daims, qui ont avec eux tant de points de ressemblance,
ils vivent en troupes ou hordes, sous le commandement du plus fort et du
plus âgé de la bande. Quand la troupe est trop nombreuse, elle se
fractionne. Dans ce cas, ces fractions ne tardent pas à devenir
ennemies. La possession de certaines régions de la forêt ou du parc où
elles sont cantonnées les met aux prises. Alors ce sont de véritables
guerres qui durent jusqu'à ce que, par une suprême défaite, le parti
vaincu soit forcé d'abandonner sans espoir de retour le champ de
bataille à l'heureux vainqueur.

L'hostilité qui règne entre les hardes ne s'arrête pas à la harde prise
en masse, elle s'étend encore à l'individu Ainsi un cerf ou un daim ne
s'aventure pas toujours impunément sur le territoire d'une harde
voisine. En temps ordinaire, il n'y songe guère; mais l'amour le
pousse-t-il, il ne craint plus de se risquer. Dans ce cas, je vous
Laisse à penser la réception qui est faite à l'_intrus._

Louis Clodion.



LES THÉÂTRES

Ambigu.--_Le Parricide_, drame en cinq actes de
M. Adolphe Belot.--Théâtre-Italien.--Débuts de Mlle Belocca.

M. Adolphe Belot a créé dans son imagination une sorte de bagne d'où il
tire, suivant les besoins du théâtre, une série de gredins fort propres
à la confection des drames. Ces héros du crime travaillent dans _Le
Parricide_ d'une façon plus adroite encore que leurs complices de
l'_Article_ 47 et du _Drame de la rue de la Paix._ Voilà de quelle façon
s'y prennent ces messieurs. La chose est bien simple, et pourtant elle
réussit par sa simplicité même:

Il s'agit d'abord de commettre un assassinat; en second lieu il faut
éviter la justice, et puisqu'elle cherche un coupable, le moyen le plus
ingénieux est de le lui servir tout prêt, avec les preuves habilement
arrangées d'une irréfutable culpabilité. Dans ce genre de crime on vise
une personne même de la maison où doit se commettre le meurtre: un fils
prodigue par exemple qui a bien quelques légers torts que la justice,
les faits aidant, aura le soin de grossir. On accumule sur sa tête les
indices, et pendant que le juge d'instruction se jette sur cette fausse
piste, les vrais criminels s'échappent en riant de l'accusé et des
juges.

C'est ce qui arrive à Laurent Dalissier. Le pauvre diable est accusé
d'avoir tué sa mère. Tout parle contre lui; il lui a demandé dix mille
francs qu'elle a refusés, et les dix mille francs ont été volés après le
meurtre. L'assassin a laissé dans Je jardin des traces de pas; le pied
de Dalissier se moule dans ces traces accusatrices. On a ramassé un
bouton de manchette; il est à Dalissier. Le poignard avec lequel on a
frappé lui appartient; l'accusé en convient. Enfin, preuve plus
convaincante encore, une jeune fille est accourue aux cris de la
victime; elle a été frappée, dans l'ombre, par l'assassin; elle le
reconnaît, c'est lui, c'est Dalissier. Voilà certes de quoi envoyer un
homme, si ce n'est à l'échafaud, du moins au bagne à perpétuité, si les
jurés sont en train d'indulgence.

Mais le jury y met de la complaisance, car il acquitte Laurent Dalissier
sur la plaidoirie de l'avocat, et surtout, je pense, sur la bonne mine
de l'accusé. C'est une justice un peu étrange, mais dont M. A. Belot
avait besoin; et remarquez que ce singulier verdict est plein de bon
sens, car Laurent est le plus honnête criminel qui ait jamais été traîné
devant les assises du drame. Les assassins l'ont suivi à la piste; ils
lui volent son bouton de manchette. C'est avec son poignard que sa mère
a été frappée. Si l'on a reconnu la trace de ses pas, c'est que
l'assassin s'était chaussé de ses bottines; si cette jeune fille l'a vu,
elle a pu se tromper, car c'était de ses habits que l'assassin s'était
revêtu. Ceci est le secret du drame, le dernier mot que l'auteur nous
dira à la fin de la pièce.

En attendant, voici Laurent en liberté; le tribunal l'a acquitté mais le
monde ne l'a pas absous. Il ne suffit pas que le jury ait proclamé son
innocence. C'est ce que comprend le malheureux, qui ne pourra marcher
tête haute que lorsqu'il aura trouvé le coupable, et pour être plus sûr
de ses recherches et de leur résultat, il se met lui-même dans les rangs
de la police et s'associe à un M. Roule, un fin chasseur de gredins
celui-là. A partir de ce moment le drame se lance dans ce chassé-croisé
de limier de la police et de gibier de bagne. Toujours émouvant ou
amusant, suivant le genre, depuis les _Talismans_, de E. Soulié, jusqu'à
_Tricoche et Cacolet_ de divertissante mémoire. Enfin tout se découvre
et M. Roule a éventé l'assassinat par substitution. Ce parricide n'était
pas un parricide, pas plus que le fou du _Beau-frère_ n'était un fou.
C'est la manière dramatique de M. Belot; il réhabilite ses titres de
pièce.

Ce drame du _Parricide_ aura du succès; il a pour lui quelques tableaux
qui ont été chaleureusement applaudis, entre autres celui des
saltimbanques, très-habilement fait et mis en scène d'une manière
très-pittoresque. Il est bien joué par Lacressonnière, excellent en
policier, par Vannoy, par René Didier, un jeune comédien d'avenir.
Montbars a été très-applaudi et Mlle Vannoy, qui est entrée à l'Ambigu
en possession de son talent dramatique égaré au Gymnase, a obtenu un
réel succès.

Si M. Strakosch ne remet pas sur pied le Théâtre-Italien, il faut
désespérer pour toujours de ce théâtre, car jamais impresario ne
déploya pareille activité et ne fit plus grandes tentatives. M
Strakosch, qui cherche du nouveau, n'en fût-il plus au monde, ne prend
aucun engagement de durée avec un artiste; c'est au public à se
prononcer entre le directeur et le chanteur; jusqu'à cette suprême
décision M. Strakosch ne répond de rien. Il cherche, il trouvera, j'en
suis sûr. La semaine dernière, il nous faisait entendre Mlle Belval;
aujourd'hui il nous présente Mlle Belocca. Mlle Belocca, qui débutait
dans le _Barbier_, est une fort jeune et fort jolie personne, pour
laquelle le public était déjà favorablement prévenu, puisque la
direction avait pris soin d'adresser son portrait avec les billets
d'invitation à cette soirée. Il y avait même une petite légende qui
circulait dans les couloirs au bénéfice de la débutante, mais cela ne
nous regarde pas. Toujours est-il que cette charmante Russe a la voix la
plus agréable du monde; une voix bien fraîche, bien timbrée et vivante
de toute la grâce de la jeunesse. Avec cette brillante musique du
_Barbier_, qu'elle nous rendait avec son contralto et dans laquelle elle
a été fort applaudie, elle a dit, à la leçon de chant, un air russe qui
nous plaît fort dans son caractère doux et mélancolique et comme
contraste, le Brindisi de la Lucrezia Borgia, où l'actrice lance
vaillamment le fameux trille, ce grand succès de l'Alboni. L'accueil
fait par la salle à la jeune virtuose a été des plus chaleureux.

Est-ce à dire qu'une étoile se soit levée au ciel du Théâtre-Italien?
Non, il faut attendre encore. Mlle Belocca est une chanteuse qui donne
les plus grandes espérances, mais qui, à l'heure qu'il est, chante avec
la timidité d'une élève et parfois même avec les hésitations d'une
écolière; mais le public l'a prise du premier coup en grande sympathie
et le succès, qui est le meilleur de tous les encouragements, sera aussi
le meilleur maître de Mlle Belocca.

M. Savigny.



LES FRAYEURS DE M. POMMIER

(A la campagne, M. et Mme Rambert se mettent à table pour déjeuner.)

_Mme Rambert_ (déployant sa serviette).--C'est entendu, mon ami; tu
consens à me conduire ce soir à Cernon?

_M. Rambert._--Et mon agent de change?

_Mme Rambert._--Il t'attendra ... La fête sera magnifique; il y aura
concert dans le parc, illumination sur la terrasse, joute aux flambeaux,
feu d'artifice sur la Marne ...

_M. Rambert_ (riant).--Allons, puisque tu le veux ...

_Mme Rambert_ (tendant la main à son mari).--Merci, Paul ...

(On sonne à la grille).

_Mme Rambert._--Une visite ...

_M. Rambert_ (à la fenêtre).--Ah!... M. Pommier ...

_Mme Rambert_ (fronçant les sourcils).--Lui ... c'est jour de malheur.
Je ne connais pas d'homme plus insupportable ...

_M. Rambert._--Voilà le moment de faire provision de courage.

_Mme Rambert._--C'est-à-dire de faiblesse; on devrait s'affranchir de
ces petites tyrannies ...

_M. Rambert_ (avec prière).--Hermandine ...

_Mme Rambert_.--J'ai tort, pardonne-moi ...

_Pommier_ (entrant vivement).--Je vous ai vu à la fenêtre, mon cher
Rambert ... cela va bien? moi aussi ... Tenez, François, portez ma
gibecière et mon parapluie dans ma chambre; car je viens m'installer
chez vous, mes bons amis ... Vous ne vous attendiez pas à cette
surprise, j'en suis sûr ... (A Mme Rambert). Oh! pardon, belle dame,
j'oubliais de vous demander des nouvelles de votre santé ...
(S'asseyant). Vous permettez ...

_Mme Rambert_ (d'un ton aimable).--Nous sommes très-flattés de votre
gracieuse visite, M. Pommier. Vous n'avez pas déjeuné?

_Pommier_.--Du tout; je suis parti à neuf heures.

_Mme. Rambert_.--François, un couvert ...

_Pommier_.--Ces choses n'arrivent qu'à moi ... Figurez-vous que ce
matin, en me levant, je vois ... J'en frissonne encore ...

_M. Rambert_.--Nous y voilà ...

_Pommier_.--Vous connaissez le canal qui longe mon parc ... Eh bien! on
a profilé de la nuit pour élever, à la hauteur de mes fenêtres, une
estacade qui empêche absolument l'écoulement des eaux ...

_M. Rambert_.--Je ne devine pas ...

_Pommier_.--Si l'estacade résiste, ma maison peut être emportée par
l'inondation; et de plus je serais exposé à attraper la fièvre en
respirant les miasmes pestiférés qui s'élèveront du lit du canal.

_Mme Rambert_.--C'est manifeste.

_Pommier_.--D'ailleurs, les grandes chaleurs que nous traversons
pourraient bien ramener le choléra parmi nous....

_Mme Rambert_.--Oh! certainement ...

_Pommier_ (faisant un soubresaut).--On en parle peut-être?

_Mme Rambert_.--Pas encore ... mais il a été question du _vomito ..._

_Pommier_ (pâlissant),--Le _vomito_ ... il est à Paris?

_M. Rambert_.--Non, mon cher ami; il n'a pas quitté les Antilles.

_Pommier_ (s'essuyant le front).--Ah! vous m'avez fait une peur ... car
je ne suis point un héros, moi, je l'avoue ...

_Mme Rambert_ (souriant; à part).--Cela se voit.

_Pommier_.--Vous permettez que je ferme cette fenêtre ... le vent du
nord est frais, et j'ai la poitrine si délicate ...

_Mme Rambert_.--A votre aise, M. Pommier ... nous pouvons même allumer
du feu.

_M. Rambert_ (bas à Mme Rambert).--Tu es cruelle ...

_Pommier_.--Merci, belle dame; je crois que ce n'est pas nécessaire
aujourd'hui ... (Il se rassied.)

_M. Rambert_.--Vous êtes arrivé bien tard; il y a peut-être eu un
accident au chemin de fer?

_Pommier_.--Je l'ignore; du reste cela ne m'intéresse guère, car j'ai
juré de ne plus employer ce mode de locomotion, depuis que j'ai lu, dans
un journal anglais, l'effrayante statistique des accidents arrivés sur
les voies ferrées pendant l'année ...

_M. Rambert_ (l'interrompant).--Vous avez pris votre voiture?

_Pommier_.--Je ne me sers pas de mes chevaux en été, dans la crainte des
taons ... Je suis venu sur un chariot conduit par des boeufs; c'est
moins prompt, mais plus sûr ...

_Mme. Rambert_.--Personne ne pourra vous contester le monopole de la
prudence ... Voulez-vous accepter des radis?

_Pommier_.--Mille grâces, madame, les crudités sont un vrai poison pour
les gens nerveux.

_Mme. Rambert_.--Alors je vous offrirai du saucisson ...

_Pommier_ (vivement).--Du saucisson ... Comment, vous persistez à braver
les animaux meurtriers que ce perfide aliment renferme.

_M. Rambert_.--Vous croyez donc sérieusement aux trichines?

_Pommier_.--Si j'y crois ..., comme à toutes les vérités prouvées par la
science ... Si vous le permettez, je prendrai un peu de rôti ...

_Mme. Rambert_ (jetant un regard à son mari).--Arrêtez, M. Pommier, mais
ce rôti ...

_Pommier_ (inquiet).--Eh bien?

_Mme. Rambert_.--Il a été bardé de lard ...

_Pommier_ (philosophiquement).--Je me contenterai alors d'un oeuf à la
coque.

_M. Rambert_ (à part).--Hermandine est sans pitié ...

_Pommier_ (se levant tout à coup).--Hum!... le ciel s'obscurcit d'une
façon inquiétante ... Voilà de gros nuages noirs qui ne me disent rien
de bon ... Votre paratonnerre est-il en bon état?...

_Mme. Rambert_.--Pas trop ... le conducteur est rompu ...

_Pommier_ (soucieux).--Vous avez tort de négliger ces choses-tà ...

_M. Rambert_ (à part).--Oui, c'est une idée. (Haut, sortant.) Veuillez
me pardonner, messieurs, mais j'ai quelques ordres à donner à la cuisine
...

_Pommier_ (se rasseyant).--Ces chaleurs ne sont pas naturelles; il y a
là-dessous quelque dangereuse perturbation atmosphérique.

_M. Rambert_.--C'est possible, mais je ne me suis jamais mieux porté.

_Pommier_.--Oh! la sécheresse engendrera indubitablement la disette, les
épidémies et une foule d'autres fléaux ...

_M. Rambert_ (à part).--Décidément Hermandine a raison, la conversation
de M. Pommier manque de charme.

_Pommier_ (faisant un soubresaut).--Un éclair!.. (On entend deux
détonations du côté de la cuisine.) Ah!... qu'est-ce que c'est, mon
Dieu!...

_Mme. Rambert_ (accourant).--Ciel!... quel accident!

_M. Rambert_ (vivement).--Que se passe-t-il?

_Mme. Rambert_ (bas à son mari).--Tais-toi ... (Haut.) Deux flacons de
pétrole viennent de faire explosion dans la cave ...

_Pommier_ (se relevant en proie à un grand trouble).--Du pétrole?...

_Mme. Rambert_.--Si le feu se communique au baril, je crains pour la
maison ...

_Pommier_ (poussant un cri de terreur).--Ah!... nous sommes perdus?...
(Il s'élance vers l'antichambre.) Ma gibecière, mon parapluie!... (Il
saisit ses bagages et se précipite dehors en s'écriant.) Faites comme
moi ... sauvez-vous ... adieu!...

_Mme. Rambert_ (riant à gorge déployée).--Ah! ah! bon voyage M. Pommier
... Ah! ah! j'en mourrai ...

_M. Rambert_ (vivement).--Explique-toi donc?

_Mme. Rambert_.--Ah! ah!... j'ai dit au jardinier de mettre le feu à
deux pétards ...

_M. Rambert_.--Ainsi, l'histoire du pétrole?

_Mme. Rambert_.--Mon ami, pardonne-moi, je tiens à aller à Cernon ...

Jean Bruno.



L'ESPRIT DE PARTI

LE CHARIVARI

1833

On assure que la fête de Quelqu'un sera désormais fixée au 19 novembre,
jour de la Saint-Ladre.

Lorsque les journaux ministériels disent que «l'ordre _le plus parfait_
règne en France», nous aimons à croire qu'ils ne parlent pas de l'Ordre
de choses.

L'insurrection carliste a principalement gagné dans les montagnes
situées sur les frontières de l'Espagne, dont les habitants, comme on
sait, sont tous contrebandiers. Il est question de leur envoyer M. de
Broglie pour _s'entendre_ avec eux.

L'hiver s'annonçant comme devant être très-rigoureux, chacun s'empresse
de faire ses provisions de bûches. C'est sans doute pour ce motif que le
juste milieu rassemble ses députés.

L'industrie des tourneurs de chaises est, dit-on, dans une grande
détresse. Cela n'est pas étonnant avec un Ordre de choses si mal assis.

Jules Rohaut.

(_A suivre._)



[Illustration: UN INTRUS.--Dessin de M. K. Bodmer.]



M. LÉON DE ROSNY
ET LE CONGRÈS INTERNATIONAL
DES ORIENTALISTES

Le Congrès international des Orientalistes a été l'événement de la
première quinzaine de septembre 1873. Répondant à la tendance actuelle,
qui veut que tout tourne à une application humanitaire utile et
immédiate, le Congrès a produit tout de suite des résultats pratiques
importants. C'est l'entrée spontanée de l'empire du Japon dans le
concert des peuples européens, par la création rendue possible de la
presse, c'est-à-dire par la solution du grand problème de l'unité
orthographique de la transcription européenne des textes japonais par
les caractères romains; c'est l'application raisonnée et pratique de
plusieurs _desiderata_ de la sériciculture et de l'industrie des soies;
c'est, enfin, l'exposition scientifique, faite au Palais de l'Industrie,
des produits étonnants d'une civilisation étrangère, dignes de notre
admiration et sur plusieurs points dignes même de notre imitation.

M. Léon de Rosny, notre savant professeur à l'école spéciale des langues
orientales, a été le promoteur, l'organisateur et le président de ce
premier Congrès international des Orientalistes: belle oeuvre
essentiellement d'initiative privée (premier mérite trop rare en France)
et dont la réussite a été complète (deuxième mérite prisé en tout pays).

Il appartenait à la voix autorisée de ce savant (jeune d'âge mais vieux
de réputation), de faire un appel fructueux à tous les orientalistes de
l'univers pour se réunir dans un grand congrès et inaugurer une ère
nouvelle.

[Illustration: M. de Rosny, président du Congrès international des
Orientalistes.]

La presse française et la presse étrangère ont suivi, avec une curieuse
et bienveillante attention, les travaux du congrès. Leurs premières
impressions lui ont été complètement favorables, mais elles ne pourront
se prononcer définitivement, et en toute connaissance de cause, qu'après
la publication du volume des procès-verbaux des séances, et des mémoires
justificatifs à l'appui des opinions et des thèses émises par les
orateurs.

L'oeuvre du congrès est acceptée par l'opinion publique et elle va se
poursuivre régulièrement. En 1874, sa seconde session sera tenue en
Angleterre. Ce pays, en effet, a été choisi de préférence à l'Italie, la
Suisse, le Portugal et le Luxembourg, qui auront plus tard leur tour.
L'étude des langues hindoustaniques sera l'objet principal de ses
travaux, de même que le Japon a été l'objectif du premier congrès, et
que les études orientalistes en général n'y ont obtenu que la moitié du
nombre des séances.

C'est le 1er septembre que le congrès a ouvert ses travaux au palais de
la Sorbonne, sous la présidence d'honneur de M. l'amiral Roze, et c'est
le 11 qu'il les a clos, également sous la présidence de ce savant marin.
M. de Rosny, avec la haute modestie qui est un des traits de son
caractère, n'a voulu présider que les séances où sa présence au fauteuil
était indispensable pour mieux diriger et soutenir les débats; mais,
quant aux autres séances, il a toujours cédé son fauteuil aux savants
français et étrangers qui étaient davantage familiarisés avec les sujets
qui en faisaient l'objet.

                                                      *
                                                     * *

M. Léon de Rosny naquit à Loos (Nord), le 5 avril 1837. Dès son enfance,
il annonça ce qu'il devait être un jour par sa grande aptitude à l'étude
de la grammaire, de la géographie et de l'histoire. Élève de l'École
spéciale des langues orientales, il s'y distingua par sa merveilleuse
facilité à l'étude des langues de l'extrême Orient et il en fut le
brillant élève.


[Illustration: La nouvelle caserne d'infanterie de marine construite à
Saïgoun.]


A l'âge de vingt ans, il débuta dans la carrière de la presse politique
comme rédacteur successivement de la _Presse_, le _Courrier du dimanche_
et le _Temps._ Il fit aussi la correspondance politique quotidienne de
plusieurs journaux étrangers. Cette même année 1857, il reçut, pour
services politiques, la décoration du Lion et Soleil de Perse, et, peu
après, la médaille d'or de l'Académie des sciences de Saint-Pétersbourg.
M. de Rosny a été décoré depuis d'un grand nombre d'ordres étrangers.

En 1858, le ministre de l'instruction publique l'envoya en Angleterre
pour la composition d'un grand Dictionnaire
_japonais--français--anglais._ Cette même année, il fonda la _Revue
orientale américaine_ (première série, 10 volumes in-8°), et, en 1859,
il fonda la Société d'ethnographie, belle institution dont il est resté
secrétaire jusqu'en 1873, époque à laquelle les suffrages des membres
l'appelèrent aux fonctions de président.

En 1861, un fragment de son _Histoire de la langue chinoise_ lui valut,
au concours Volney, le grand prix de 1,200 francs. Nommé premier
interprète de la légation de France à Yedo, il fut chargé, en 1862, par
le ministère des affaires étrangères, d'accompagner la première
ambassade japonaise en Europe et il voyagea avec elle en Hollande, en
Prusse et en Russie.

Une chaire de japonais manquait à l'École des langues orientales. En
1863, M. de Rosny y fut appelé comme professeur libre. Cette même année
il fonda le _Comité d'archéologie américaine_, et, en 1865, la société
de l'Athénée oriental, la jeune et brillante rivale de la Société
asiatique de Paris. Cette même année, 1865, M. de Rosny fut chargé de
traduire en chinois, pour le gouvernement espagnol; le traité conclu par
cette puissance avec la Chine.

En 1866, il fut envoyé à Marseille par le ministère de l'agriculture et
du commerce pour diriger une mission chargée d'examiner les graines de
vers à soie données par le Taïkoun à l'empereur des Français, affaire de
haute importance en présence de l'épidémie qui, depuis vingt ans, ravage
nos magnaneries. Il fit, à cette époque, un voyage scientifique en
Suisse et en Italie, qui attira l'attention. En 1867, il fut nommé
membre de la commission scientifique de l'exposition universelle pour
l'ethnographie.

En 1868, un décret impérial ayant transformé la chaire d'arabe de M.
Sylvestre de Sacy à l'École spéciale des langues orientales en chaire de
japonais, M. de Rosny y fut nommé le premier titulaire, juste récompense
qui consacrait définitivement la haute place que ce jeune professeur
avait conquise dans le monde orientaliste.

Le cours d'_ethnographie de la race jaune_ qu'il ouvrit au Collège de
France en 1869, réunit un nombreux public. Enfin, la grande oeuvre de
l'organisation et de la conduite du premier congrès international des
Orientalistes est venue confirmer la réputation de M. Léon de Rosny
comme savant et comme organisateur progressif.

M. Léon de Rosny est l'auteur d'un grand nombre d'ouvrages techniques
sur l'extrême Orient et de vocabulaires japonais, chinois, coréen et
aïno, qui tous ont été remarqués par leur haute valeur. On en trouve le
détail dans le Dictionnaire des contemporains, de G. Vapereau, arrêté à
1869. Les limites de cette notice ne nous permettent pas de les
mentionner ici, mais nous dirons que depuis dix ans, de Rosny s'occupe
d'une histoire de la race jaune, grand ouvrage qui résumera ses immenses
travaux et formera quatre forts volumes in-8°.

Bon Textor de Ravisi.



BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE

_Le fond de la société sous la Commune_, par M. Dauban (1 vol. in-8º, E.
Plon et Cie).--Le bruit avait couru un moment que ce volume,--un des
plus intéressants qu'on ait publié sur les événements et les hommes de
la Commune,--avait été saisi chez les libraires. On se demandait
pourquoi? Était-ce parce que M. Dauban avait décrit l'état de la société
parisienne d'après les documents qui constituent les archives de la
justice militaire? Mais il avait été légalement autorisé à les
consulter. Était-ce parce qu'il avait mis en tête de son livre le
fac-similé d'un dessin publié en Allemagne, _en septembre_ 1870, huit
mois avant les incendies de la Commune, et où l'artiste allemand avait
prophétisé quelques-uns des tragiques événements qui allaient suivre?
«_Gefallen, Gefallen ist Babylon die stolze!» «Tombée, tombée, la
Babylone orgueilleuse!» s'écriait insolemment le Germain au bas de ce
dessin, d'ailleurs assez médiocre, mais extrêmement curieux. Était-ce
plutôt parce que M. Dauban, dans la conclusion de son livre, demandait à
la fois justice pour la Commune (qu'il condamne) et justice pour tous,
puis s'écriait: «On s'étonne que les ministres qui ont pris, vis-à-vis
du pays, la première, la plus grave des responsabilités, celle de la
déclaration de guerre et des malheurs qui l'ont suivie, puissent venir
se promener, le front serein, au milieu de ceux auxquels leurs fautes
ont imposé un deuil éternel, et qu'on n'ait même pas le droit de les
interroger!»

M. Dauban, dont on connaît les idées modérées, ajoute en effet que la
paix sociale, cette paix tant souhaitée par un pays plein de passions
souterraines et menaçantes, n'a pas de meilleure base que l'égalité des
droits. Il eut donc fallu juger à la fois tous les coupables et, avant
tout, les coupables de la première heure. Cette conclusion avait
peut-être effarouché bien des gens, mais elle était si juste qu'on n'a
pas cru devoir plus longtemps retenir un livre plein de faits, de
renseignements, de pièces authentiques et indispensables à tous ceux qui
veulent se rendre compte de la dernière crise civile traversée par notre
pays.


_La Sève_, poésies par M. Albert Pinard (1 vol. in-18).--De l'élan, de
la fièvre, d'une largeur d'idées unie à un sentiment intime, de la
grâce, beaucoup de foi et de verdeur, voilà ce qui distingue ce livre,
qui porte un titre jeune et hardi, _la Sève._ Il y a de la sève en
effet, et beaucoup, dans les vers de M. Pinard, et on y sent un amour
vrai de l'humanité et de la justice.


_Mémoires d'un journaliste_, par M. de Villemessant (1 vol. in-18,
Dentu).--C'est la seconde série d'un ouvrage piquant écrit sous forme de
causerie et qui nous initie, chemin faisant, à la vie privée de quelques
gens célèbres. L'auteur parle fort peu de lui-même dans ce volume et
beaucoup des autres, de ceux qu'il appelle «les hommes de mon temps».
Ceux-là sont ce spirituel Auguste Villemot, le bon bourgeois de Paris,
mort au moment où Paris assiégé semblait rayé du reste de la carte,
Félix Solar, que je n'ai connu que par sa catastrophe, Nestor Roqueplan,
le paradoxe fait homme et l'esprit incarné, mais l'esprit tendu, avec un
torticolis élégant. Quand je pense que Nestor Roqueplan, ce sceptique,
avait signé avec M. Thiers la protestation des journalistes en 1830. «Il
nous faut des noms, il nous faut des têtes», avait dit M. Thiers en
tendant le papier, Roqueplan avait donné son nom et risqué sa tête. Deux
portraits bien différents, celui d'Alexandre Dumas et celui du comte de
Chambord, complètent ce volume qu'on lit avec plaisir, sans fatigue,
comme on écoute un bon conteur.

Ces _Mémoires d'un journaliste_ seront-ils jamais terminés? Je le
souhaite, et M. de Villemessant, qui a connu tant de gens, en a bien
d'autres à nous présenter. On peut dire que tout ce qui a tenu une
plume, dans la jeune littérature militante, a passé chez lui, et franchi
ce seuil du _Figaro_ où nous avons connu, pour notre part, les écrivains
les plus disparates. Il y a dix ou douze ans de cela. Déjà! Je
n'oublierai jamais que l'auteur de ces _Mémoires_ m'ouvrit à moi,
très-jeune et fort ignoré alors, les colonnes d'un journal qui, d'un
bond, donnait la notoriété. J'étais fort ému en débutant. Mais il savait
donner lui-même la confiance. Et l'on écrivait! Et l'on allait! Combien
en a-t-il fait débuter de la sorte? Il a su se créer des ennemis en
foule, des ingrats en quantité, et quelques-uns seulement n'ont pas
oublié, malgré tout, ces heures de début. Pour moi, leur souvenir m'en
est revenu, à travers la fumée de la lutte et les escarmouches de la
politique, présent encore, en lisant ces pages alertes et ces anecdotes
qui amusent comme un roman.

Le troisième volume de ces _Mémoires_, qui vient de paraître, contient
des anecdotes fort curieuses sur quelques-uns des premiers rédacteurs du
_Figaro_, Louis Énault, M. B. Jouvin, dont son beau-père retrace la
physionomie de lettré et de bibliophile, et on lit ce volume nouveau
avec le même plaisir que les autres, réserves faites des attaques
politiques qu'on y peut trouver çà et là.


_Connaissance pratique du cheval_, par M. Vial (1 vol. in-8°. J.
Rothschild).--Tout le monde aujourd'hui parle hippologie. Le cheval est
entré, si l'on peut dire, dans les moeurs de tous, et même dans
l'estomac de quelques-uns. Mais on en parle très-souvent en toute
ignorance et par genre. J'avoue que, pour ma part, j'avais grand besoin
qu'un écrivain spécial, comme M. Vial, ancien élève de l'école de
Saumur, s'attachât à écrire, comme il l'a fait, un traité d'hippologie à
l'usage des sportsmen, officiers de cavalerie, éleveurs de chevaux,
vétérinaires et même simples hommes de lettres.

J'ai appris, dans son livre, un nombre infini de choses et M. Victor
Borie a grandement raison d'écrire, dans la Préface de cet ouvrage, qu'à
chaque ligne on y reconnaît la main de l'homme pratique, instruit par
l'expérience acquise. L'ostéologie du cheval, aussi bien que sa forme
extérieure, y est décrite avec clarté. _L'allure, la robe, les tares_,
les maladies, tout est étudié avec soin. M. Vial passe en revue les
races diverses des chevaux, l'anglo-arabe, le normand, le boulonnais, le
percheron, etc., etc. Bref, d'un bout à l'autre ce livre spécial est
instructif et utile. J'ajoute que l'éditeur, M. Rothschild, l'a publié
avec le luxe habituel qu'il donne à ses publications, gravures sur acier
et sur bois, un véritable ouvrage de haras qui mérite d'être un ouvrage
de bibliothèque.


_Notice sur Émile Deschamps_, par M. Achille Taphanel (1 broc.
in-18).--Émile Deschamps, académicien né, est mort sans avoir été de
l'Académie. Mais il occupe dignement le quarante-et-unième fauteuil.
C'était le plus aimable des causeurs, le plus railleur des poètes
romantiques, le plus accueillant des vieillards. M. Taphanel, qui l'a
beaucoup connu, s'est attaché à faire revivre cette souriante
physionomie dans une notice que je signale avec plaisir aux lettrés.
Mais qui s'occupe d'Émile Deschamps et qui lira ce joli travail d'un
jeune homme lettré et reconnaissant? Qui? Tout ce qui n'est pas ingrat
envers une mémoire sympathique et un poète de talent.


_Histoire de la troisième République_, par M. Adolphe Michel (tome
premier).--Les histoires particulières de la dernière guerre sont
nombreuses, mais les histoires générales sont rares, beaucoup ont
raconté, avec plus ou moins de talent et de vérité, les épisodes dont
ils avaient été témoins; bien peu ont eu la patience de faire la
synthèse de ces travaux divers et d'en tirer des vues d'ensemble et des
jugements généraux. M. Adolphe Michel, déjà apprécié comme historien
pour un travail très-érudit sur Louvois et les protestants, vient de
tenter l'entreprise de raconter ce qu'il appelle l'_Histoire de la
troisième république_, et j'ajoute qu'il vient d'y réussir. Nous
reviendrons sur cet ouvrage dès qu'il sera complet ou du moins terminé.
Qu'il nous suffise aujourd'hui de signaler à l'attention le premier
volume de ce livre, qui va de la déclaration de guerre (juillet 1870)
jusqu'au bombardement de Paris (janvier 1871). On ne peut demander à des
histoires de ce genre, palpitantes d'actualité, le calme et la
modération. Dieu nous garde de demeurer calmes en un tel sujet! M.
Michel s'indigne souvent, il a raison, et il prouve une fois de plus que
l'indignation, qui fait les poètes, fait même et fait aussi les
historiens.


_En faction_, par M. Albert Méral (1 petit volume in-32).--Ce sont
encore des vers et des vers patriotiques. _En faction_, le titre sent
les souvenirs du siège. Ce sont des impressions de remparts, des
épisodes de la prise de Montretout. Le style a souvent des hésitations,
mais ces pièces de vers méritent d'être lues, et c'est là un début
heureux.


_L'assassin du bel Antoine_, par M. Paul Parfait (1 vol. Michel
Lévy).--_La Chambre bleue_, de Prosper Mérimée, nous montrait deux
amoureux fort dépités en entendant, dans une chambre d'auberge, le bruit
de la chute d'un corps et se croyant les témoins _de auditu_ d'un crime
commis, pour parler comme au théâtre, _à la cantonade_. Ce que Mérimée
prit au comique, M. Paul Parfait l'a pris au tragique dans ce roman qui
est, je pense, son premier roman et qui s'appelle: _L'assassin du bel
Antoine._ Un peintre, Julien Grandier, a, dans un hôtel d'une petite
ville, un rendez-vous avec une femme mariée. Cette nuit même, un
marchand de bestiaux, le bel Antoine, est assassiné dans la chambre nº 6
de l'hôtel, et Julien occupe la chambre nº 5. Nécessairement on l'accuse
et, pour comble de malheur, c'est précisément le mari de Mme de
Marcillac, le juge Marcillac qui est chargé de l'instruction de
l'affaire. Julien n'hésite pas; plutôt que de compromettre celle qu'il
aime, il se laissera accuser d'un crime, bien plus, il déclarera qu'il
est, lui, Julien, l'assassin du bel Antoine. Mais à son tour, Hélène de
Marcillac cherche à sauver Julien; elle découvre l'assassin véritable,
un certain Floquart et le livre elle-même à son mari. M. de Marcillac,
après avoir un moment hésité à se venger d'une façon effroyable, fait
mettre Julien en liberté, mais il déclare qu'il veut sa vie. Un duel a
lieu. Julien tire sans viser et tue M. de Marcillac. «A l'heure où vous
recevrez cette lettre, écrit alors Hélène à Julien, je serai déjà
réfugiée dans un couvent. Ne cherchez pas à me revoir. Il y a du sang
entre nous.»

Ainsi finit ce livre, très-rapide, très-émouvant, écrit d'un style
preste et pittoresque. C'est un roman tout à fait attachant qui,
transporté au théâtre, ferait un excellent drame. Je féliciterai surtout
M. Paul Parfait d'avoir écrit là, non pas un récit de cour d'assises,
comme nous en avons tant et trop lu, mais un roman de passion où la
perspective du supplice ne fait que montrer sous un jour plus
sympathique les nobles caractères des personnages. Il y a un écrivain
remarquable et un romancier de race chez M. Paul Parfait, qu'on
connaissait déjà pour un polémiste érudit, spirituel et incisif.


_Cahiers de la Marche et Assemblée du département de Guéret_
(1788-1789), par M. Louis Duval, archiviste du département de la Creuse.
(1 vol. in-18 Limoges, Ducourtieux.)--On finira bien peu à peu par
connaître à fond l'histoire de la Révolution française s'il se trouve
partout des érudits et des curieux pour recueillir et mettre au jour les
documents relatifs à cette époque. M. Louis Duval. archiviste à Guéret,
vient de faire pour le département de la Creuse ce que fit M. Antonin
Proust pour l'Anjou, et ce qu'il faudrait faire pour tous les
départements français. Il a remis au jour les cahiers du département de
Guéret envoyés aux états généraux, ces fameux cahiers qui furent
l'immense voix de la France demandant des réformes à la royauté. La
plupart des doléances des habitants du Centre rappellent les autres
doléances, celles des provinces de Picardie, par exemple. Mais elles
n'en ont pas moins leur intérêt tout particulier, que M. L. Duval a
parfaitement fait ressortir.

L'introduction qu'il a placée en tête de ce livre et où, après avoir
justement insisté sur la nécessité de connaître la situation de la
France avant 1789, si l'on veut comprendre l'oeuvre de la Révolution et
l'importance des cahiers, cette introduction est un excellent morceau de
critique historique. M. Duval étudie les divisions territoriales de la
Marche, son organisation judiciaire, son organisation financière, les
impôts, les contributions indirectes, la gabelle, la corvée, les
banqueroutes royales, la milice, le tirage au sort, les enrôlements
forcés, la misère du soldat, les entraves apportées à la liberté du
travail multipliant le nombre des bandits, vagabonds, faux-sauniers, et
le paupérisme, les disettes, en un mot, tout ce qui amena l'explosion de
89, et la seule lecture de la table d'un tel livre donne à la fois une
idée de son importance et un tableau succinct de la vieille France. Un
tel ouvrage vaudrait d'être analysé longuement, étudié pas à pas. Je me
contente de le signaler et de le recommander tout particulièrement à
ceux qui veulent étudier de près les origines de la France nouvelle.


_La Dernière bataille_, par Frédéric Stampf, traduction de M. Edmond
Thiaudière (1 broch. chez Le Chevalier).--Il paraît que l'auteur de ce
poème, traduit de l'allemand, M. Frédéric Stampf, était officier dans le
3e régiment d'infanterie de la landwehr prussienne. Son père,
républicain, avait été tué en 1848, à Berlin. Après Sedan, il eut l'idée
de rimer un poème pacifique bientôt connu, qui le fit dégrader et
enfermer dans la citadelle de Spandau. Stampf s'échappa, gagna la Suisse
et il y mourut. Il n'avait pas trente-cinq ans. M. Thiaudière a traduit
avec amour ce poème d'un Allemand en l'honneur de l'affranchissement des
peuples, dont la pauvre France avait eu le glorieux vouloir. Il est rare
de rencontrer ces mots, «la pauvre France,» sous la plume d'un Allemand,
autrement qu'avec une intention ironique. Mais il paraît que ce
malheureux Stampf nous aimait. Que doivent penser de lui ses
compatriotes, qui tiennent un peu rigueur à Frédéric le Grand lui-même
de ses sympathies françaises? Le poème de Stampf est d'ailleurs, un peu
nébuleux; c'est par là qu'il est resté Allemand.

Jules Claretie.



EXPOSITION DE VIENNE

BRONZES DE M. DOMANGE ROLLIN

Chaque nouveau concours international met en évidence les admirables
qualités inventives de nos fabricants, depuis les plus grandes maisons
jusqu'aux plus modestes, et le monde entier est tributaire du goût
français. L'industrie du bronze, éminemment française, parisienne même,
peut être comptée au nombre de celles qui offrent le plus vaste champ à
l'imagination de nos artistes, soit qu'ils allient ce métal au marbre ou
bien au bois, soit qu'ils en combinent les effets avec des métaux plus
précieux, tels que l'or et l'argent. En dehors des pièces de grande
fabrication, dont le prix est excessivement élevé, nous trouvons
journellement des produits accessibles à toutes les bourses et qui se
recommandent par d'excellentes qualités de fabrication, la pureté du
style et le bon goût qui a présidé à leur création.

[Illustration: EXPOSITION UNIVERSELLE DE VIENNE.--Les Bronzes de M.
Domange Rollin.]

Tel a été d'ailleurs l'avis du jury de l'Exposition de Vienne, en
décernant un diplôme de mérite à M. Domange Rollin qui expose une
collection riche et très-variée de garnitures de cheminée et de petits
bronzes.

Les quelques pièces reproduites par notre gravure permettent de juger
par le détail des produits de cette maison.



RÉBUS

[Illustration.]

EXPLICATION DU DERNIER RÉBUS:

Souvent l'homme est porté à s'enrichir, et tourne le dos au bonheur.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 1599, 18 Octobre 1873" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home