Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Carnet d'une femme
Author: Lano, Pierre de
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Carnet d'une femme" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



  NOTE SUR LA TRANSCRIPTION

  * Les erreurs clairement introduites par le typographe ont été
    corrigées.
  * L'orthographe d'origine a été conservée et n'a pas été
    harmonisée.



CARNET D'UNE FEMME



OUVRAGES DU MÊME AUTEUR


    ROMAN

    JULES FABIEN. (_Mœurs du Second Empire._)--4e
      édition.--E. Flammarion, éditeur.--Collection
      des Auteurs célèbres                                 1 vol.

    LE ROMAN D'UN PRINCE. (_Mœurs de la République._)
      4e édition.--Dentu, éditeur                          1 vol.

    SÉDUCTRICE, (4e édition.--Dentu, éditeur)              1 vol.

    CARNET D'UNE FEMME (H. Simonis Empis, éditeur)         1 vol.


    HISTOIRE ANECDOTIQUE

    L'IMPÉRATRICE EUGÉNIE, (9e édition. Victor-Havard,
      éditeur)                                             1 vol.

    LA COUR DE NAPOLÉON III, (10e édition. Victor-Havard,
      éditeur)                                             1 vol.

    JOURNAL D'UN VAINCU, (Épuisé. Victor-Havard,
      éditeur)                                             1 vol.

    L'EMPEREUR (NAPOLÉON III), (6e édition. Victor-Havard,
      éditeur)                                             1 vol.

    LES BALS TRAVESTIS ET LES TABLEAUX VIVANTS
      SOUS LE SECOND EMPIRE, illustré de 25 aquarelles
      hors texte, par Léon Lebègue. (H. Simonis
      Empis, éditeur.)                                     1 vol.

    LA COUR DE BERLIN, (6e mille. H. Simonis Empis,
      éditeur.)                                            1 vol.

    APRÈS L'EMPIRE, (3e mille. H. Simonis Empis,
      éditeur)                                             1 vol.

    UN DRAME AUX TUILERIES SOUS LE SECOND
      EMPIRE, (3e mille. H. Simonis Empis, éditeur)        1 vol.


    EN PRÉPARATION

    L'AMOUR A PARIS SOUS LE SECOND EMPIRE                  1 vol.


Tous droits de traduction et de reproduction réservés pour tous les
pays, y compris la Suède et la Norvège.

S'adresser, pour traiter, à M. H. Simonis Empis.



    CARNET D'UNE FEMME

    RECUEILLI ET PUBLIÉ
    PAR
    PIERRE DE LANO

    [Illustration]

    PARIS
    H. SIMONIS EMPIS, ÉDITEUR
    21, RUE DES PETITS-CHAMPS, 21
    1895
    Tous droits réservés.



    _A FÉLICIEN CHAMPSAUR_


    _Mon vieil ami_,

_Quoique je ne sois que l'introducteur de ce livre, auprès du public,
je te le dédie. Nul mieux que toi, le poète et le prosateur, aussi,
des Parisiennes élégantes, aimantes et aimées, n'appréciera, en
effet, le charme subtil qui s'en dégage._

_Ce livre a son histoire._

_Une jeune femme, très connue dans la société parisienne, m'a remis,
un jour, un petit album relié et cadenassé dont elle a bien voulu me
confier la clef et qui contenait des pages, des tableaux fort curieux
sur l'amour._

_Ce sont des extraits de ces pages, ce sont quelques-uns de ces
tableaux, qu'autorisé, j'ai réuni en un volume et que je publie
actuellement, sans le nom de leur auteur qui veut demeurer cachée._

_Au bal, un galant homme ne relève jamais le loup endentelé d'une
femme. En littérature, le masque doit être également respecté._

_Quelques esprits chagrins verront peut-être dans cette œuvrette,
dans cet essai amusant et très piquant de psychologie intime et
féminine, de physiologie d'amour, l'expression d'une pensée perverse,
l'examen trop minutieux, trop exact d'un péché que l'on aime tant à
commettre, en dépit des gens qui ne savent plus qu'être sages._

_Je les supplie d'être assurés que la personne dont je parle ne croit
pas s'être damnée pour avoir écrit ce livre et ne croit pas davantage
à la damnation de ceux--de celles, surtout--qui le liront._

    _P. de L._



CARNET D'UNE FEMME



CE QU'APPREND LE MARIAGE


Hier, pour la première fois depuis mon mariage, je suis retournée
dans le monde.

Lorsque j'étais jeune fille, j'éprouvais un émoi, chaque fois que ma
mère me conduisait en soirée. J'allais au bal, le cœur battant très
fort, comme si j'eusse dû y rencontrer des êtres extraordinaires,
comme si j'eusse dû y voir des choses très défendues.

Je croyais que le mariage m'eût guérie de cette inquiétude. Eh bien,
pas du tout. Je me suis retrouvée, hier, en allant à cette fête,
chez les de Sorget, exactement comme j'étais au temps--tout récent
encore--où l'on m'appelait «mademoiselle.»

En vérité, oui, j'ai ressenti cette même anxiété qui me faisait
interrogative, naguère, devant les gens et devant les choses que
j'allais frôler, cette même nervosité qui m'agitait au point de
m'empêcher de manger.

Cependant--le mariage est un grand initiateur--je dois avouer que
mon émotion actuelle, que mon trouble de _femme_, ne ressemblent en
aucune façon à mon trouble et à mon émotion de jeune fille; que mes
sentiments et mes sensations d'aujourd'hui n'ont, avec ceux d'hier,
de commun que l'apparence.

Jeune fille, je me rendais au bal, d'abord pour les jouissances
intimes et inconscientes que le bal me procurait; ensuite, pour me
rapprocher, tout en m'en éloignant au plus vite, avec quelque effroi
même, des groupes d'hommes ou de femmes auxquels il ne m'était
pas permis de me mêler; pour y chercher, peut-être aussi, la fine
moustache du Prince Charmant que quelque rêve m'avait montrée.

Ce n'est point cette innocente curiosité qui m'a tourmentée, hier.

Je suis entrée chez les de Sorget avec l'espérance d'entendre et de
voir ce que je n'avais, jusqu'alors, ni vu ni entendu--d'entendre des
paroles que l'on ne dit qu'aux femmes mariées, de voir des visages
qui ne sourient qu'à elles. S'il faut être franche, il y avait même
plus que de l'espérance en moi; il y avait du désir et une forte dose
de complaisance préméditée, à l'appui de ce désir.

Eh bien, j'ai été satisfaite.

On nous a mariés, Jean et moi, vers la fin de la saison mondaine. Il
y a sept mois environ que nous vivons en tête à tête, ayant voyagé,
et mon mari semblait tout heureux de revenir à ses amis, à ses
habitudes. Sa hâte à marquer ce plaisir a même manqué de galanterie.
Dès notre arrivée chez les de Sorget, il m'a «plaquée,» comme il
dit, avec les femmes, et il s'en est allé serrer un tas de mains au
fumoir, dans la serre, je ne sais où.

Cette fuite précipitée m'a un peu chagrinée. J'aime beaucoup Jean,
malgré ses brusqueries fréquentes, ses façons de penser sans cesse,
depuis quelque temps, à toute autre qu'à moi, l'ennui profond qu'il
semble traîner après lui, mais qui n'est qu'un «chic,» qu'une
attitude d'homme du monde, paraît-il. En le voyant me quitter aussi
vite, j'ai eu comme un serrement de cœur, et je n'affirmerais point
qu'une pauvre petite larme n'aurait pas noyé ma paupière si l'on
m'avait laissé le loisir de ruminer ma peine.

Mais à peine Jean se fut-il éloigné, que je me vis prise d'assaut par
une dizaine d'habits noirs, parmi lesquels je reconnus plusieurs de
mes anciens danseurs--de mes assidus valseurs d'autrefois.

Je remarquai que tous, en dansant, m'enlaçaient beaucoup plus
étroitement que jadis. Il y en eut, même, qui se livrèrent autour de
ma taille et, à la dérobée, sur ma personne, à une sorte de «massage»
qui m'agaça fort.

Les compliments qu'on m'adressait n'étaient plus les mêmes. Naguère,
c'était après mille et une contorsions de phrases très comiques,
souvent, que l'on osait me faire entendre que j'étais charmante.
Hier, on n'a point pris tant de précautions, et l'on ne m'a plus
dit que j'étais charmante. On a remplacé cet adjectif banal par
d'autres plus accentués. Hier, selon mes danseurs, j'ai été tour à
tour divine, prenante, sorcière, attirante; il y en eut un qui voulut
absolument voir en moi une beauté perverse. Je l'assurai, en riant,
car dans le monde il faut rire de tout et de tous, que je ne possède
certainement aucune des qualités ou aucun des défauts qu'il me
prêtait, et comme je lui donnais à supposer que je le croyais poète,
il se récria:

--Moi, poète, non, madame, non. A peine musicien.

Je l'interrogeai:

--Instrumentiste?... compositeur?

Il parut réfléchir.

--Mon Dieu, ni l'un, ni l'autre... ou plutôt, instrumentiste.

--Pianiste?... violoniste?

--Non... tout ça... trop commun... Je joue du tambour.

--Du tambour?

--Oui; et comme, à Paris, jouer du tambour est défendu, j'ai fait
capitonner, sur toutes ses faces, une chambre dans mon appartement
où, sans gêner personne, je passe mes journées à «battre.»

Je ne pus tenir mon sérieux. Cet homme qui joue du tambour, durant
toutes ses journées, qui est le duc de Blérac et qui trouve en moi
tant de choses perverses, m'apparut comme le type le plus réjouissant
qu'il fût offert de rencontrer. J'éclatai de rire, et, comme il ne
comprit pas la cause de ma gaîté, il se mit à rire avec moi.

En me reconduisant à ma place, il m'a invitée à venir voir son
installation musicale. Je l'ai remercié.

Comme la soirée s'achevait, je pensai: des mains se sont promenées
sur tout ce que mon corps laissait à leur portée; des bouches ont
prononcé, à mes oreilles, des mots que la correction mondaine
empêchait tout juste d'être inconvenants; des regards ont fixé mon
regard, dans une convoitise à peine dissimulée.

C'étaient donc là, les choses que j'ignorais, jeune fille, et
au-devant desquelles j'allais, tout à l'heure, presque émue?

J'eusse dû m'indigner. Je ne m'indignai pas, je le confesse, et,
quoique je reconnusse la sottise de ceux qui m'avaient ainsi ennuyée,
je trouvai quelque attrait que je ne saurais expliquer au danger que
cachaient leurs paroles ou leurs gestes et que, dans un instinct, je
devinai.

Je me faisais un plaisir de conter tout cela à Jean, lorsque nous
sortirions.

Mais, aux premiers mots que je lui adressai, dans la voiture, à ce
sujet, il m'arrêta:

--On vous a fait la cour, tant que cela?... Eh bien, vous ne devriez
pas me le dire. Une femme, dans notre monde, ne dit jamais à son mari
qu'on lui fait la cour.

Etonnée, je répliquai:

--Je ne vous comprends pas.

Alors, un peu brusque, Jean conclut:

--C'est simple, pourtant.--Une femme ne peut empêcher qu'on lui fasse
la cour. Cela ne l'engage en rien et ne regarde qu'elle.

En mettant son mari au courant de tous ces détails de salon, elle le
rend ridicule. Songez-y.

Je restai muette et, comme le désirait Jean, je songeai... je songeai
que le mariage apprend, aux femmes, de singulières choses... dans
notre monde.



L'INCONSTANCE DU MARI


J'ai appris, aujourd'hui, une chose abominable... une chose qui m'a
fait un mal affreux.

J'ai appris que mon mari, que Jean a une maîtresse, c'est-à-dire ne
m'aime plus, sans doute.

Cette révélation explique bien des faits que je ne comprenais pas
depuis le retour de notre voyage de noces.

Jean, dès le lendemain de ce retour, presque, s'était montré nerveux,
ennuyé et, comme une sotte que j'étais, je pensais que cet état
d'esprit correspondait, chez lui, à un simple «chic» de mondain.
C'était une femme qui le changeait ainsi, et cette femme a été plus
forte que moi, puisque je n'ai pas su la deviner et lui retirer mon
mari, même, et surtout, sans connaître qu'elle était ma rivale.

Je n'oserais affirmer que Jean n'avait pas un peu lassé ma patience
par ses singularités de caractère et d'attitude, en ces derniers
temps; je n'oserais affirmer que je l'aime autant que jadis.
Cependant, en apprenant qu'il a une maîtresse, j'ai éprouvé un gros
chagrin et, l'avouerai-je, un froissement d'orgueil très profond.

On assure que lorsque l'orgueil se mêle à un sentiment de tendresse,
cette tendresse est à son déclin. Je ne sais si cette observation
est juste; mais il me semble très naturel qu'une femme, jeune,
jolie--parfaitement, jolie!--à peine mariée, comme je suis, se sente
humiliée à la pensée qu'une autre femme lui prend celui qu'elle a
aimé ou qu'elle aime.

Je ne suis pas une niaise et j'eusse pardonné, à Jean, un
caprice--une passade--selon l'expression de cette folle d'Yvonne,
après laquelle passade l'infidèle me fût revenu tout entier, au
moins moralement. Mais non; il a une maîtresse, une maîtresse qu'il
adore, sans doute, et auprès de laquelle il vit le plus grand nombre
de ses heures.

Comment ai-je su l'inconstance de Jean? Très simplement et,
probablement, comme on sait ordinairement ces choses-là. Une
imprudence de mon mari m'a mise au courant des faits.

Etant entrée, cette après-midi, dans sa chambre, je ne l'y trouvai
pas, mais j'y vis, en revanche, traînant sur un meuble, une lettre
dont il m'a semblé reconnaître l'écriture. La tentation fut plus
puissante que mon désir de ne pas lire, que l'avis de ma conscience
qui me conseillait de ne pas être curieuse; j'ouvris la lettre et
je la parcourus. Je ne me trompais pas. L'épître était de cette
petite peste de Rolande qui, mariée au duc de Blérac--le monsieur
qui passe ses journées à jouer du tambour et qui m'a fait la cour
récemment--s'ennuie et se distrait, je le vois, en volant, à ses
amies, leurs maris.

Il y avait, là, quatre pages d'extraordinaire passion exprimée dans
un langage, par des mots que je n'ai pas très bien compris, toujours.
Je ne croyais pas Jean, dans ses grands airs froids, guindés et
cérémonieux, que jamais le rire n'éclaire, capable de parler un
tel patois amoureux, capable, surtout, d'inspirer à une femme
l'enthousiasme que témoigne Rolande.

Ce fait présente, à mes yeux encore mal ouverts de petite mariée,
comme on me nomme depuis mon retour à Paris, une énigme qui
m'intrigue et que je ne devinerai jamais, si je reste ce que je suis,
une pauvre bête d'épousée que tout étonne.

J'ai pleuré en lisant la prose de Rolande--cette prose où il y a
des phrases d'amour si précises, que je n'ai pu douter une seconde
de l'intimité de ses relations avec Jean--des phrases aussi qui me
feraient supposer que cette intimité date de plus loin que notre
retour à Paris, existait avant notre mariage.

J'ai pleuré. Mais Jean ne saura pas ma peine. Je ne suis pas si
naïve que je ne sache qu'un plaisir se double par la douleur ou,
simplement, par l'ennui qu'il procure à autrui, dans un contre-coup
logique. En apprenant que j'ai pleuré, Jean qui considère sa
trahison, peut-être, ainsi qu'une incidence insignifiante dans sa
vie, l'envisagerait comme une chose sinon méritoire, du moins fort
appréciable, et en goûterait le charme d'autant plus délicieusement
qu'il se saurait deviné, qu'il se croirait surveillé.

Je ne l'ai pas vu, d'ailleurs, aujourd'hui, et j'ai des «chances»
pour ne le point voir jusqu'à demain.

Yvonne seule--ma meilleure amie du Sacré-Cœur--cette tête folle
d'Yvonne de Mercy, est venue me troubler dans mes méditations et me
tirer, un peu aussi, de mon chagrin.

Elle a dîné avec moi et sa présence m'a certainement consolée.

C'est un cœur excellent, mais quelle cervelle détraquée!

Mariée depuis deux ans, elle parle de tous et de tout sur un ton qui
n'admet pas de réplique. Elle professe une grande expérience des
choses d'amour, surtout, et comme je ne suis pas assez savante, en
cette matière, pour la contredire, je suis bien forcée de m'incliner
devant ses raisonnements.

On lui fait une cour terrible, dans le monde, et elle a, sans cesse,
un troupeau d'amoureux sur ses pas. On l'a baptisée, pour cette
cause, la Bergère.--Gare au loup, madame; les moutons attirent le
loup qui croque même les bergères.

On ne peut rien lui cacher, et elle s'est aperçue que j'avais les
yeux rouges... que j'avais pleuré. Elle m'a questionnée et quoique
j'eusse voulu ne pas révéler le secret humiliant qui me faisait
souffrir, elle m'a obligée, par ses instances, par ses caresses, à le
lui avouer.

Je m'attendais à ce qu'elle s'indignât avec moi contre la conduite de
Jean. Mais elle s'est mise à rire, à rire, à tellement rire, que sa
gaîté m'a choquée. Voyant qu'elle me contrariait, elle est redevenue
sérieuse et m'a dit:

--Ton mari te trompe, et tu te lamentes, et tu pleures, au risque
d'abîmer tes jolis yeux. C'est insensé.

--Tu ne voudrais pas, pourtant, que je me réjouisse, répliquai-je.

--Non. Mais je tiens à ce que tu ne perdes pas ton temps et ta
beauté en des gémissements inutiles. La surprise que tu éprouves,
actuellement, tu l'aurais éprouvée demain. Un peu plus tôt, un peu
plus tard, va, c'est ainsi dans le mariage, pour nous autres, femmes,
et le mieux, souvent, est quand c'est un peu plus tôt.

--Que signifie cela?

--Cela signifie qu'on a, ainsi, plus de temps devant soi, pour se
consoler.

--C'est affreux ce que tu dis là.

--Mais non, ce n'est pas affreux. C'est simplement conforme à la
morale mondaine.

Comme je ne trouvais rien à répondre à cette étrange théorie,
Yvonne se rapprocha de moi et, s'emparant de mes mains, me parla
affectueusement.

--Ecoute-moi bien. Jean t'a aimée pendant sept mois d'une façon à
peu près exclusive. Eh bien, résigne-toi s'il ne t'aime plus ainsi,
et songe que tu es parmi les heureuses. Combien de femmes, dans le
monde, pourraient avoir le souvenir d'amour que tu possèdes et y
puiser une compensation à leur abandon? Nous donnons beaucoup, en
entrant dans le mariage, ma pauvre chérie, tandis que l'homme ne
nous offre qu'un cœur fatigué d'avoir battu la charge, un peu sur
tous les champs de bataille, qu'un désir superficiel, émoussé, qui
ressemble à un feu prêt à s'éteindre, sans cesse, et en lequel il est
nécessaire de jeter, à toute minute, de nouveaux fagots. Nous sommes
des fagots, aux yeux de ces messieurs; lorsque nous sommes consumés,
ils vont au bois en chercher d'autres. Pourquoi nous plaindre et
pourquoi leur demander plus qu'ils ne peuvent donner? La vie--la vie
mondaine--est ainsi et rien ne la changera. Dans ton cas particulier,
tu dois te féliciter. Après huit mois de mariage, ton mari ne t'a
pas rendue mère et tu restes libre, par conséquent.--Un enfant est
un élément consolateur, pour la femme délaissée, dans le monde
bourgeois. Mais, chez nous, il n'apporte, souvent, qu'une amertume de
plus. On ne saurait prévoir ce que l'avenir réserve à une mondaine
dédaignée par son mari. Or, quoi qu'elle fasse, quelqu'aventure dont
elle soit l'héroïne, si elle n'a pas d'enfant, elle sera excusée.
Un bambin, au contraire, lui vaudrait la sévérité, le contrôle des
gens qu'elle fréquente, et ces gens la condamneraient, la mettraient
à l'index si le plus léger incident venait rompre la monotonie de
son existence. Je ne te souhaite ni te conseille cet incident, ma
chérie, mais, enfin, s'il survenait, tu es indépendante et ton mari
lui-même se réjouirait de te savoir dégagée de tout devoir envers
un enfant--fille ou garçon--qui porterait son nom. Je n'ai pas eu
d'enfant, et lorsque M. de Mercy m'a oubliée, je me suis bien trouvée
de n'être pas mère; m'as-tu comprise?

J'ai compris, certes, le discours d'Yvonne, ou plutôt--car elle
n'a pas voulu m'en dire davantage, aujourd'hui, et s'en est allée
en coup de vent--je sens que ma vie d'innocence, si je puis ainsi
m'exprimer, est finie; je sens que j'ai l'âme et tout l'être
troublés, et il me semble que je quitte une demeure familière et
paisible, pour entrer dans une maison inconnue et en laquelle, au
bruit de chacun de mes pas, répond un écho mystérieux.



PSYCHOLOGIE DE LA FEMME TROMPÉE


Décidément, Yvonne est une gentille, une sincère amie. Depuis qu'elle
sait ma situation de demi-veuve, elle ne m'abandonne pas et vient
assidûment me voir. Ses visites m'ont consolée. Sans cette folle, en
effet, je me serais certainement laissé prendre par un chagrin naïf
et sot, tandis que me voilà sinon guérie de la blessure que m'a faite
mon mari, du moins fort disposée à en être guérie.

Yvonne est une savante doctoresse et les amants heureux ou malheureux
devraient bien la consulter.

Ce matin, nous avons fait ensemble une longue promenade, à cheval,
dans le Bois, et nous avons bavardé.

Comme je lui disais que j'avais médité ses paroles et que j'étais
résolue à accepter, paisiblement, ma situation de femme trompée, elle
s'est mise à rire et s'est tournée vers moi.

--Ce ne sont pas mes paroles qui t'ont ainsi calmée, déclara-t-elle,
qui t'ont ainsi amenée à ne point te révolter contre l'infidélité de
ton mari. Si tu avais été une femme sentimentale, au lieu d'être ce
que tu es--une nerveuse, une sensuelle, mes discours n'auraient guère
servi à te rendre raisonnable.

--Quelle folie me contes-tu là?

--Je ne plaisante pas, ma mignonne.

--Cependant...

--Il n'y a pas de cependant. Tu es la femme que je dis et, si tu ne
l'étais pas, tu n'agirais pas comme tu te promets d'agir.

Devant cette appréciation un peu vive, une confusion me
saisit.--Yvonne vit mon attitude et reprit:

--Ne rougis pas, voyons; je ne te demande pas tes secrets intimes:
d'abord, parce que je ne tiens pas à les connaître; ensuite, parce
qu'ils ne doivent pas être, au point de vue spécial de la psychologie
amoureuse, très curieux. En affirmant que tu es une nerveuse, une
sensuelle, je n'ai pas voulu indiquer que tu as l'expérience, la
pratique qui caractérisent les femmes nerveuses et sensuelles; j'ai
simplement constaté qu'en te «faisant une conduite» semblable à
la leur, tu te montres à moi comme une sensuelle instinctive. Si
tu rencontres jamais un homme dont tu acceptes l'affection, si tu
possèdes jamais un... ami, ce n'est pas lui qui me démentira.

--Explique-toi.

Yvonne s'assujettit un peu sur sa selle, ainsi qu'un professeur sur
sa chaise; puis, elle continua:

--Une femme sentimentale, en amour, se reconnaît à l'absolutisme,
à l'exclusivisme intérieurs qu'elle apporte en toutes choses, en
ses paroles, comme en ses actions. Elle est sans fièvre apparente
sous les baisers, elle est sans indulgente compréhension devant
les petits accidents qui peuvent troubler son intimité.--Déçue
dans la propriété du mari ou de l'amant, par exemple, trompée,
comme c'est ton cas, elle demeure atterrée, elle ne parvient pas à
concevoir nettement l'inconstance de celui qu'elle aime, elle ne peut
s'habituer à cette idée qu'il ait été séduit par d'autres attraits
que les siens, qu'il ait répondu à l'appel d'une bouche qui n'est pas
la sienne. Elle ne s'indigne pas violemment; elle s'écroule toute,
elle gémit, elle se traîne dans une désespérance, comme ces malades
qui agonisent, lentement, en une langueur douce et délicieusement
triste, parfois.--La femme sensuelle qui vit, en amour, beaucoup plus
physiquement que moralement, dont tout l'être matériel appartient au
désir, qui ne livre que très peu de cérébralité, d'âme si tu veux, à
l'homme, au plaisir qu'elle en retire, plutôt, est moins exclusive
dans sa pensée, dans ses actes. Si elle est naturellement jalouse de
celui qu'elle aime et à qui elle se confie, elle admet très bien,
dans un instinct qui découle de la franchise de ses impressions,
qu'elle _pourrait_ n'être pas seule à le rendre heureux, et s'il
lui arrive d'être dédaignée, de traverser une crise d'abandon, elle
éprouve du dépit sans doute, mais ses larmes sont vite séchées. La
femme sentimentale ne voit pas la possibilité d'une rivalité d'amour
en son existence, se refuse à deviner la séduction qui peut naître,
contre elle, d'une autre femme. La femme nerveuse examine loyalement
les choses et les êtres dont elle a le contact habituel. Elle a un
regard intérieur--ce regard invisible des amoureuses de race--qui
lui montre que telle femme la vaut, que telle femme est redoutable,
et comme elle a la compréhension intime du désir, elle déplore sa
défaite lorsqu'elle est trompée, mais elle ne hait réellement, ni
celui qui la délaisse, ni celle qui passe, ainsi, dans sa vie.--Tu es
cette femme, je le répète.

Les théories d'Yvonne sont intéressantes, mais elles me paraissent
quelque peu fantaisistes.

Comme elle se taisait, je ne pus m'empêcher de protester contre ses
paroles. Elle se redressa, au risque de faire cabrer son cheval, et
me dit:

--Tu crois que je m'amuse à «paradoxer.» Soit. Réponds donc à mes
questions: sincèrement, affirmerais-tu que tu hais ton mari, parce
qu'il te trompe; que tu hais Rolande, parce qu'elle est sa maîtresse?
Sincèrement aussi, nierais-tu que cette petite peste fût très jolie?

Je souris:

--Je n'éprouve, en effet, de haine véritable ni contre Jean, ni
contre Rolande, et j'avoue que ma... rivale est charmante.

Yvonne, radieuse, s'écria:

--Tu vois, tu confirmes mon raisonnement. Ce qui le fait
indiscutable, surtout, c'est que tu n'as pas fermé ta chambre à ton
mari--je le parierais;--c'est encore que si, tout à l'heure, demain,
il te regarde d'une certaine façon, tu oublieras son crime. Si tu
t'en souviens, de ce crime, ce ne sera même, crois-le, que pour mieux
aimer celui qui l'a commis. Il y a de ces incohérences apparentes en
amour. Elles ne forment, en réalité, que les éléments du désir.

La science me manquait pour suivre Yvonne dans sa discussion, et je
tentai de détourner l'entretien.

--Quoi qu'il en soit de toutes ces choses, fis-je, Jean n'est pas
excusable de me tromper.

Yvonne eut un grand éclat de rire.

--Encore! Tu songes encore à trouver ou à ne pas trouver des excuses
à la conduite de ton mari! Mais, ma chérie, mets-toi donc bien dans
la tête que les actes d'un homme, en amour, n'ont aucune importance.
Un homme marié, dans le monde, trompe nécessairement sa femme.
L'homme qui a reçu une spéciale éducation, qui appartient, soit à un
milieu mondain, soit à un milieu artistique, n'est pas responsable,
à proprement parler, de ses entraînements passionnels. Il va à la
femme, dans un mouvement inconscient, comme il va au restaurant
lorsqu'il a faim. Sa main se tend vers nos jupes, fatalement, sans
que nous puissions considérer son audace comme un outrage, sans que
nous puissions lui garder rancune de cette audace, même lorsqu'elle
est inspirée par une autre que par nous. L'homme qui ne donnerait pas
sujet de plainte à sa femme, en amour, ma pauvre chérie, serait...
manchot, et au diable soient les invalides!

--Fort bien, dis-je, c'est là une morale très commode et très
amusante. Mais pourquoi ne profite-t-elle qu'à l'homme? Pourquoi la
femme n'en bénéficierait-elle pas?

Yvonne me regarda et il me sembla qu'un étonnement, mêlé d'un peu de
pitié, se dessinait sur son visage.

Elle murmura:

--La femme... la femme... oh, ma mignonne, comme tu es innocente!...
La femme... mais elle en bénéficie autant que l'homme, de cette
morale. Si elle ne récrimine pas devant les caprices du mari, je ne
vois pas que le mari récrimine devant les siens.

--Quoi, tu penses que M. de Blérac, par exemple, apprenant que
Rolande est la maîtresse de Jean...

--Ne dirait rien.

--Oh!

--C'est comme cela, conclut Yvonne.

Je ne répondis rien à cette affirmation. Nous prîmes un temps de
galop et nous rentrâmes pour le déjeuner.

Jean m'attendait. Il fut aimable, et je mangeai comme une paysanne.

Ah, ça, est-ce que, vraiment, les discours de cette folle d'Yvonne
seraient sérieux?



LE PÉCHÉ


Yvonne n'est pas seule, paraît-il, à posséder des opinions spéciales
sur les choses d'amour, et cette après-midi, au thé de la vieille
marquise d'Oboso, une Espagnole parisianisée, ces dames ont rivalisé
de discours étranges à ce sujet.--Yvonne n'était pas la moins
empressée à se faire remarquer par ses aperçus originaux, mais ce
n'est pas elle qui a obtenu le prix d'éloquence. Le croirait-on?
C'est la marquise qui a émis les avis les plus subversifs et qui nous
a toutes «collées.»

Rolande était là; mais elle n'a rien dit. Je ne l'ai pas boudée et
elle a semblé un peu étonnée de mon attitude indifférente. Je profite
des leçons d'Yvonne.

Comme on était fatigué de médire des hommes, de les calomnier même,
la toute blonde et toute mignonne Mme de Sorget s'est tout à coup
écriée:

--Si nous parlions des femmes... Ça serait peut-être plus suggestif.

Et l'on a parlé des femmes, ou plutôt de la femme. Il y a une nuance,
m'a-t-on assuré, entre ce pluriel qui généralise et ce singulier qui
synthétise.

Je commence à penser que la femme ne devient intéressante qu'autant
qu'elle s'émancipe, se pervertit, car on ne s'est entretenu, chez Mme
d'Oboso, que des conditions en lesquelles elle est amenée à commettre
des... irrégularités.

Ces conditions ont été classées, par la marquise, en quatre questions
principales. Je les transcris, sur ce carnet, aussi exactement qu'il
est en mon pouvoir.

_1º La femme commet-elle le Péché en prenant un amant qu'elle aime
et dont elle est aimée?_

«--Je serai nette, a dit Mme d'Oboso avec une certaine onction dans
la voix. Ecartant, tout d'abord, la qualité sociale de la femme,
négligeant son état de fille, de veuve, ou d'épouse, l'envisageant
simplement comme femme, je répondrai qu'elle ne commet aucunement
une faute en se donnant à l'homme que son cœur ou que ses sens ont
désiré.

«Je suis en désaccord, ici, avec ce qu'on appelle, un peu
pompeusement, les conventions sociales, je le sais; mais je pense
que les conventions sociales, faites, le plus souvent, d'injustes
appréciations, d'égoïsme, d'hypocrisie, sont surtout appliquées à la
femme dans l'exagération inique d'un rigorisme intéressé.

«Les conventions sociales ne veulent point admettre que la femme peut
avoir les mêmes appétits physiques, les mêmes entraînements d'esprit
et de chair qui, chez l'homme, sont regardés comme étant sans
importance; et parce qu'elle porte, en elle, une maternité possible,
elles la condamnent, elles l'enchaînent dans toute l'évolution de son
existence.

«La morale ordinaire est établie sur une fausse vision des choses, et
la femme qui, aimant, ose la braver en se livrant à l'homme qu'elle
souhaite, à l'homme qui la fait irrésistiblement tressaillir en son
âme comme en son sang, n'est pas coupable. Et elle n'est pas coupable
parce qu'elle obéit à une impulsion plus puissante que sa volonté,
que ses hésitations, que son instinctive pudeur, à une impulsion qui
la rend inconsciente de l'acte qu'elle va accomplir.

«Un affamé à qui l'on présente un morceau de pain, se jette sur ce
morceau de pain et le dévore, sans connaître son mouvement. Une femme
amoureuse cède à la même influence mystérieuse qui s'impose aux êtres
dans toute occasion extrême de la vie, en allant vers celui de qui
elle attend la satisfaction de ses intimes joies.

«Je n'assure pas que ce que je viens de dire soit pour être agréable
aux duègnes, aux jaloux et aux maris. Toute leur surveillance, toute
leur autorité ne sauraient détruire le mécanisme de l'être humain.
Un mari jaloux et trompé, d'ailleurs, m'a toujours paru ressembler à
un aveugle qui, dans son regret de la lumière, voudrait que tous les
hommes fussent privés de la vue.»

Il y eut de petits rires, parmi nous. Mais Mme d'Oboso posait la
seconde question et l'on écouta.

_2º La femme commet-elle le Péché en prenant un amant qu'elle n'aime
pas, dans le seul souci de son intérêt?_

La marquise se fit très sévère et c'est d'un ton indigné, presque,
qu'elle formula cette déclaration:

«--La femme qui, n'aimant pas, devient la maîtresse d'un homme dans
le but de tirer, de cet homme, un contentement d'intérêts matériels,
est consciente de son action.

«Afin de s'attacher l'amant, elle doit lui offrir, sans cesse,
la certitude d'une affection, d'une sympathie qu'elle n'éprouve
pas.--Elle est obligatoirement hypocrite. Partant, coupable.

«Son cas est pareil à celui d'un commerçant qui vendrait une
marchandise frelatée et qui abuserait ainsi de la confiance de
l'acheteur.»

Toutes les têtes restèrent droites, tous les regards sans confusion,
et nulle n'interrompit la marquise qui s'apprêtait à poursuivre son
cours de psychologie amoureuse.

_3º La femme commet-elle le Péché en prenant, à la fois, deux amants
qu'elle aime différemment?_

Un sourire malicieux éclaira la face ridée de notre vieille amie, et
c'est avec un accent presque mystérieux qu'elle donna son avis:

«--La question est subtile et faite, encore, pour déranger l'ordre de
la morale ordinaire.

«Une femme peut, sans pécher, aimer deux hommes à la fois, soit que,
séparément, ils provoquent en elle des sensations et des sentiments
qui la réjouissent, la font vivre de manières diverses et nécessaires
à son tempérament, soit que réunis, en sa pensée, ils complètent,
l'un par l'autre, son idéal et son désir.

«Elle ira vers ces deux hommes, alternativement, dans la même
inconscience qui caractérise toute femme recherchant le baiser de
l'amant unique, et elle pourra oublier son ami brun dans les bras de
son ami blond, comme aussi elle pourra songer à son ami blond, en se
livrant, sans illusion sur la présence réelle de la personne, aux
caresses de son ami brun.

«Son plaisir même, alors, s'accroîtra de toute la somme de désir
qui la porte vers l'un et vers l'autre; il sera plus complet. Dans
la possession effective de l'un et dans le souvenir de l'autre,
intimement rapprochés au moment suprême de l'abandon, elle goûtera
l'ivresse absolue.»

Un peu de houle se produisit autour de la marquise qui l'apaisa
d'un geste bénisseur et qui formula la quatrième et redoutable
interrogation.

_4º La femme commet-elle le Péché en se laissant aimer par une femme
et en l'aimant?_

Quelques joues devinrent très rouges, des «oh» pudiques se firent
entendre, mais Mme d'Oboso continua sa démonstration et l'on fut tout
oreilles.

«--Si l'on prenait, sur cette question, l'avis des Anciens, fit-elle,
on répondrait négativement. Mais la société mondaine actuelle n'a pas
la liberté de pensée des Anciens et l'amour de la femme pour la femme
se présente à elle comme une monstruosité.

«Au risque, pourtant, de paraître ce que je ne suis pas--une
dépravée--je dirai, avec ceux d'autrefois, que la femme qui aime une
femme, ne me semble pas coupable.

«La femme a une vision toute particulière des choses et, dans l'amour
qu'elle ressentira pour une femme, elle obéira tout autant à cette
vision qu'à une perversion de son esprit ou de ses sens.

«L'aspect physique des choses--je répète ce mot--a une influence
considérable sur la femme et une femme, dans sa grâce, dans sa
beauté, dans le coquet agencement de sa mise, frappera le regard de
l'une de ses pareilles avec plus d'intensité passionnelle, souvent,
que l'homme le mieux bâti, le plus élégant. Gracieuse, jolie,
coquette, elle se sentira attirée par ces attraits reproduits en
sa compagne, comme son propre reflet, et l'aimera--c'est peut-être
le cas le plus fréquent--comme une autre elle-même. Elle sera
heureuse de retrouver en une femme ce qu'elle adore en elle, de se
mirer en une femme ainsi qu'en un miroir et, dans la caresse qui la
chatouillera à son contact, elle oubliera l'homme, elle éprouvera
même l'effroi de sa possession un peu brutale, elle s'alanguira
dans la maligne jouissance d'un rêve déguisé, d'une réalité à peine
palpable.

«Il y a, ici, inconscience encore; il y a, ici, une force physique et
psychique qui commande à la femme et qui la fait irresponsable de ses
actes. Il ne peut donc y avoir Péché.»

S'étant ainsi exprimée, la marquise, sans prêter attention à
des chuchotements qui couraient dans le salon, se reposa; puis,
s'adressant à nous toutes, comme un professeur à ses élèves, elle
a conclu par cette anecdote qui nous apparut, dans sa simplicité,
ainsi qu'une fine et énigmatique ironie:

«--J'ai connu une dame, délicieuse vieille toute imprégnée de
dix-huitième siècle, qui se montrait fort bienveillante aux amoureux
et qui avait coutume de murmurer, en parlant du péché d'amour, sous
quelque forme qu'il se présentât à elle:

«--C'est les deux tiers de la vie.

«Je reprendrai la phrase de la vieille et spirituelle femme et, la
corrigeant un peu, je dirai:

«--C'est toute la vie.

«Nous compterons, plus tard, mes mignonnes, si je suis encore de
ce monde, combien il se trouvera de femmes, parmi vous, qui me
démentiront.»

J'ignore ce que, plus tard, je serai en mesure de confesser à la
marquise. Mais ce que je sais bien, actuellement, c'est que je ne
regrette pas d'être allée, aujourd'hui, chez Mme d'Oboso.



L'AMANT


Que dois-je penser de moi?--Au moment où je m'apprête à griffonner
mes quelques lignes habituelles, j'hésite et me sens toute troublée.

Hélas!--pourquoi hélas, après tout?--les énervantes théories
d'Yvonne, les opinions libérales de la vieille marquise d'Oboso sur
le péché intime de la femme, ne m'ont pas trouvée indifférente, ont
rencontré en moi une écouteuse docile et--comment avouer cela, même à
mon papier?--me voilà classée, désormais, dans la catégorie de celles
qui ont un masque, car, pour tout dire d'une phrase, d'une vilaine
phrase qui sonne mal à l'oreille:--j'ai un amant.

Devant ces mots:--«J'ai un amant»--j'éprouve comme un sentiment de
tristesse et de joie, en même temps. Et ce qui «corse» ma situation
morale, c'est que je ne saurais franchement indiquer laquelle de ces
deux choses me possède davantage. Il y a des minutes où il me semble
que la terre se dérobe sous mes pieds, que tout tourne autour de
moi, que je suis ivre; et, alors, je pleurerais volontiers. Il y a
des instants où je me sens plus affermie dans l'existence, où j'ai
la certitude qu'une force mystérieuse est entrée en moi; et, alors,
je me laisserais délicieusement envahir par de l'exaltation. J'ai la
fièvre sûrement, et je suis une malade.

Quoi qu'il en soit, un fait existe que j'ignorais hier, et j'en porte
la responsabilité.

Mon... ami--l'autre mot, le vrai, ne me plaît pas,
décidément--m'aime-t-il, et moi-même, pourrais-je déclarer que je
l'aime? Ce sont là questions de psychologue.

Tout s'embrouille, en cette heure, en ma pensée, et je ne suis
capable que de constatations très matérielles.

Il n'est ni beau, ni laid. C'est un assidu de tous les salons que
je fréquente, et si je me souviens qu'il m'a fait une cour très
sérieuse, une cour que j'ai acceptée pour passer le temps, mon Dieu,
dans une intuition d'un danger aimable, sans doute, mais en dehors de
toute intention de me donner à lui, en n'envisageant cette extrémité
que comme très lointaine--si je me souviens, donc, qu'il m'a fait la
cour, je ne saurais dire quels moyens il a employés pour s'emparer
aussi rapidement, aussi complètement de moi.

Cette folle d'Yvonne prononcerait qu'il a eu la main prompte, tout
simplement, et elle aurait peut-être raison.

Là, je crois, est le secret de sa victoire, en effet. Il n'est point,
à coup sûr, un sentimental, et je le préfère ainsi, puisque je me
suis mise dans le cas d'avoir des préférences.

Non, vraiment, je ne me sens aucun goût, quoique je sois à peine
entrée dans la vie, quoique je n'aie, par conséquent, aucune opinion
déterminée sur les choses mondaines, pour les fadaises, pour les
élégies. Une impertinence loyale me va mieux qu'une audace hypocrite
et me permet de prendre l'attitude qui me convient, d'être indulgente
ou rebelle à l'attaque.

Dans la circonstance qui m'occupe, j'ai été indulgente,
abominablement indulgente.

Car, enfin, si j'analyse mes sentiments, mes sensations plutôt, je ne
puis m'empêcher de dresser devant moi quelques points d'interrogation
auxquels je me vois forcée de répondre.

Me suis-je donnée par amour, par intérêt?--Non.--Par dépit,
par vengeance, pour opposer à la trahison de mon mari une
trahison?--Non.--Par curiosité?--Oui et non, dirais-je, si j'étais
Normande. Je suis franche et je dis: oui, mais avec un correctif: un
peu.--Sous l'influence d'un désir, d'une excitation nerveuse?--Oui,
encore.

En somme, mon cas est pareil à celui de toute femme qui, dans le
monde, a un amant.

Peu de femmes, n'en déplaise aux affirmations des romanciers,
poétisent, dramatisent ou machiavélisent leurs liaisons. Peu de
femmes éprouvent, dans le monde, un réel amour, une réelle passion
pour un homme, s'il en est qui deviennent leur maîtresse par
intérêt. Peu de femmes, encore, vont à l'amant, inspirées par le
proverbe:--«Œil pour œil, dent pour dent.»--Une femme trompée par
son mari n'a guère le désir d'exercer, contre lui, des représailles
de certain ordre et n'obéit presque jamais à l'irritation d'un
sentiment de dépit ou de jalousie. Son orgueil est à l'abri des
infidélités du mari, par cela seul qu'elle _sait_ qu'elle n'a qu'un
signe à faire pour lui infliger la peine du talion. Cette vengeance
est trop facile à la femme pour qu'elle lui reconnaisse beaucoup de
prix.

Quant à l'amour, quant à la passion, une femme, dans le monde, y
est rarement accessible. Sa vie, toute de pratiques et immédiates
jouissances, l'éloigne du rêve, de la méditation, et le monsieur qui
viendrait murmurer à son oreille de très jolies paroles, sans doute,
mais des paroles qui seraient comme des oiseaux qui n'auraient pas
d'ailes, l'ennuierait.

Reste l'abandon de la femme, par curiosité ou par sensualité.--Je
crois que c'est le plus général.--Curieuse, la femme l'est, puisqu'on
l'affirme assez banalement, d'ailleurs, et il ne lui est pas
désagréable de délaisser un peu le catéchisme du bon Dieu, parfois,
pour jeter un coup d'œil sur celui du diable. En outre, une femme,
quelque résolue qu'elle soit à éviter un... accident, ne s'appartient
plus dès l'heure où elle a permis à un homme d'exprimer devant elle,
et pour elle, certaines pensées, certaines phrases. Ces phrases,
ces pensées qu'elle écoute comme dans un jeu dont elle s'imagine
être maîtresse, la troublent à son insu, la caressent davantage
selon que l'atmosphère d'un salon est plus ou moins tiède, plus ou
moins parfumée, et il arrive que les réalités qu'elles promettent,
discrètement, l'attirent sans qu'elle ait bien conscience de leur
puissance, de sa propre faiblesse. Elle agit, alors, dans un élan
irréfléchi, un peu comme ces marcheurs qui, couverts de sueur et
assoiffés, oublient devant un verre d'eau glacée que la mort va les
frapper, s'ils le boivent, et l'avalent d'un trait.

Il en a été ainsi de moi, je dois le supposer. Je ne me rends
pas exactement compte de la folie qui m'a entraînée. J'ai pris,
évidemment, le verre qui m'était offert et je l'ai vidé d'un coup.

Ah, si mon mari, si Jean, pourtant, avait voulu!... Mais pourquoi
des regrets? Yvonne ne dit-elle pas que bien sotte est celle qui
s'attarde dans son isolement, et la vieille marquise d'Oboso
n'affirme-t-elle pas que la femme n'est presque jamais coupable dans
le don qu'elle fait d'elle-même?

La marquise puiserait en elle des trésors de logique pour prouver
que je ne suis pas en faute et Yvonne trouverait que je deviens
terriblement savante, en matière de philosophie amoureuse, si elles
lisaient ces lignes.

Je me confesserai à Yvonne, d'ailleurs, avant qu'elle n'apprenne mon
aventure par quelque excellente amie qui l'entourerait, certainement,
de trop intéressants commentaires.



LE REFUS DE LA FEMME


Les thés de la vieille marquise d'Oboso deviennent décidément très
intéressants, très suggestifs.

La conversation a été vive, chez elle, aujourd'hui, et un grand
émoi agitait ces dames. Il faut avouer qu'il était justifié. Il
n'était question, en effet, que de l'accident arrivé au petit vicomte
d'Arnoux--un gentil et aimable garçon--qui vient de se tuer pour la
«belle madame» de Sillé.

C'est toute une histoire.

Ce pauvre d'Arnoux aimait, paraît-il, la jolie baronne de Sillé et,
lui ayant fait l'aveu de son affection, n'avait point trop mal été
accueilli.

La baronne est une flirteuse enragée. Elle écouta, sans doute, les
propos de M. d'Arnoux comme elle avait écouté ceux de beaucoup
d'autres hommes; mais, dans le cas présent, elle se trouva en face
d'un «entreprenant,» et elle se vit engagée, dit-on, plus qu'elle
ne le voulait. On sait que Mme de Sillé n'a aucune liaison et se
refuse à toute aventure trop réelle. C'est l'une de ces femmes qui se
plaisent à jouer avec un homme ainsi qu'un chat avec une souris. Dès
qu'elle comprit que l'amabilité des entretiens qu'elle accordait au
petit vicomte ne le satisfaisait plus, semblait devoir être remplacée
par des témoignages moins platoniques de sympathie, elle se déroba et
ferma sa porte comme son cœur à son amoureux.

M. d'Arnoux, fou de passion, pria, pleura, menaça. Rien ne réussit à
lui rendre favorable sa flirteuse.

--J'ai goûté du charme dans votre conversation, lui dit-elle, et je
l'ai recherchée. Mais cela signifie-t-il que je vous aime, que je
vous aie autorisé à m'aimer? Non.--Le mieux est de nous séparer,
puisque notre rapprochement crée un tourment pour vous, un danger
pour moi. Je ne vous aime pas, d'ailleurs, comme vous le souhaitez
et, si je suis flattée de votre affection, je ne peux pas, dans le
seul but de la récompenser, vous donner un espoir qui ne doit pas
être.

Mme de Sillé a été très correcte, trop correcte même, puisque c'est
de cette correction que le pauvre d'Arnoux est mort.

--Vous ne m'aimez pas et vous me repoussez, répliqua-t-il.
Soit.--Mais avant d'oublier mon aveu, réfléchissez. Je vous aime,
moi. Or, si vous persistez dans votre résolution de n'être jamais à
moi, je vous jure que je me tuerai. Demain, je vous attendrai chez
moi, vers trois heures après midi. Si, à quatre heures, je ne vous ai
pas vue, vous pourrez commander une couronne pour mon enterrement. Ce
sera toujours cela que j'emporterai de vous.

Mme de Sillé crut-elle à une menace puérile ou, tout en devinant
la sincérité de ce discours, s'obstina-t-elle à ne point se livrer,
malgré elle, à un homme qu'elle n'aimait pas?

Le même fait répond à ces deux questions: elle n'alla pas au
rendez-vous du petit d'Arnoux, et le vicomte se tua--se logea, très
proprement, une balle sous le sein gauche.

Tel est l'événement qui enfiévrait les imaginations, aujourd'hui,
chez la marquise d'Oboso.

Des commentaires, des discussions étaient échangés à l'infini. Dans
tout ce flux de paroles, j'ai recueilli deux avis qui me paraissent
le plus dignes d'être rapportés.

D'aucunes--et parmi elles, très animées, la marquise et Rolande de
Blérac--blâmaient la baronne de Sillé, la traitaient de cruelle,
n'étaient pas éloignées de lui faire un procès et de la condamner
sévèrement. D'après ces dames, Mme de Sillé n'aurait pas dû se
dérober à la supplication du petit d'Arnoux, n'aurait pas dû
permettre qu'il se tuât, et, s'étant assurée qu'il était sincère,
n'aurait pas dû hésiter, même ne l'aimant pas, à se donner à
lui. La marquise rappela même, à ce propos, le mot d'une femme
d'esprit:--«_Cela_ coûte si peu à la femme et fait tant de plaisir à
l'homme.»

Si l'on s'en était tenu à l'opinion de Rolande et de Mme d'Oboso, Mme
de Sillé était, désormais, disqualifiée comme femme, dans le monde,
ainsi qu'un simple cheval de course qui révèle, aux amateurs, une
tare.

On l'a défendue, heureusement. Mme de Sorget, Yvonne--Yvonne très en
beauté--ont pris courageusement sa cause en main et ont plaidé, pour
elle--non coupable.

--Madame de Sillé a bien agi, a déclaré Yvonne. Ce petit d'Arnoux
n'était qu'un imbécile et qu'un goujat, n'en déplaise à sa mémoire.
Comment, parce qu'une femme a bien voulu l'admettre dans son
intimité, il en devient amoureux--ce qui est excusable--et il tente
de lui faire violence dans ses sentiments, dans ses sensations,
pour la posséder, alors qu'il sait qu'il n'en est pas aimé. C'est
de la pure démence. Et madame de Sillé a bien agi, je le répète,
en ne cédant pas à des menaces, en conservant son indépendance,
la propriété d'elle-même.--Un homme comme M. d'Arnoux n'est qu'un
vulgaire égoïste. Il ne voit, dans la femme, qu'un instrument de
plaisir personnel et n'a rien d'un amant véritable. Peu lui importe
qu'une femme pleure, souffre, s'humilie par lui, pourvu qu'il lui
arrache la soumission qui le fera heureux, pourvu que toute la
joie soit à lui et que tout le sacrifice appartienne à celle qu'il
convoite. De pareils sentiments sont monstrueux, et la femme qui les
excuserait ne serait qu'une sotte. Pourquoi la femme serait-elle
la victime de l'homme, en amour? Pensez-vous que si Mme de Sillé
avait aimé le petit d'Arnoux sans en être aimée, elle eût beaucoup
obtenu de son dévoûment, en lui exposant sa peine? Le petit d'Arnoux
aurait ri du «béguin de cette bonne baronne» et s'en serait allé
vers des satisfactions qui l'eussent davantage contenté. On ne le
condamnerait pas. Eh bien, je m'oppose à ce que l'on condamne madame
de Sillé.--L'homme qui n'aime pas une femme se détourne d'elle,
impitoyablement, et n'a aucun souci de ses larmes. Je demande qu'il
soit admis, une fois pour toutes, que la femme qui n'aimera pas un
homme ne s'émeuve que très relativement devant ses prières, ses
menaces ou ses folies.--Sommes-nous donc des bêtes, et n'avons-nous
pas la libre disposition de nous-mêmes?

L'opinion d'Yvonne a prévalu. J'avoue que j'en ai approuvé
l'expression.

J'y ajouterai, cependant, un amendement: il me semble équitable que
la femme, pour être tout à fait dans son droit, en se refusant à
l'homme qu'elle n'aime pas et qui la veut, qui la menace, férocement
égoïste, devrait lui témoigner une extrême réserve dans la cour qu'il
lui offre, devrait éviter de provoquer son désir.

Mme de Sillé ayant beaucoup flirté avec le petit d'Arnoux
n'aura-t-elle pas quelque remords?



LES ÉTAPES DE LA FEMME


Il semble qu'à Paris, la femme, en son existence, marche comme
dans une prédestination, parcourt, ainsi que dans une suggestion,
des étapes correspondant à chacun de ses états d'âme, ainsi qu'on
dit aujourd'hui, pareille au petit soldat qu'une feuille de route
arrête, ici et là--petit soldat aussi, enjuponné, allant à l'amour,
très brave, comme l'autre, celui qui a des culottes rouges, va à la
bataille; à l'amour, oui; que ce soit dans toute la virginité de son
âme et de son corps, que ce soit dans tous les désirs de son cœur,
dans toute l'initiation de ses sens.

A onze ans, communiante, en des voiles de fantôme, elle passe,
le regard animé d'une flamme dont elle ne comprend pas la
chaleur--vision charmeuse--sous les voûtes des temples; et dans
le brouillard odorant que jette l'encens autour des autels, elle
s'avance vers Jésus et lui fait offrande d'elle-même. Ses lèvres ont
des murmures et des chants. Elle prie et, dans sa prière, glisse
comme le frisson mystique d'un amour divin; elle gazouille un
cantique et, à la mélodie douce et monotone qui fuit de sa bouche, se
mêle comme un cri d'extatique attachement. Blanche d'âme et blanche
de corps, dans sa robe blanche, elle frémit à l'approche de son Dieu
et elle le reçoit comme dans une envolée parmi les anges, comme dans
un sommeil, comme dans une langueur qui mettent, en elle, de la force
et du bonheur.

Il est des femmes qui n'ont aimé qu'une fois dans leur vie: au jour
de leur première communion.

En parure de mariée, au pied de ce même autel qui la vit radieuse,
la femme ne retrouve plus les sensationnelles délices de sa prime
jeunesse. Les orgues qui harmonisent, l'encens qui fume et monte,
devant elle, troublant ses nerfs, et non plus sa seule âme, la
grisent comme naguère; mais sa griserie est matérielle; mais sa
méditation--si elle prie encore--va vers le Paradis terrestre, vers
le Paradis où l'on apprend et où l'on commet le Péché; mais les
fleurs qu'elle souhaite et dont l'odeur l'enivre, ne sont plus des
lis: sa pensée effeuille des roses.

Si elle est de bonne maison, elle s'endormira le soir, placidement,
et dans le silence de la chambre nuptiale, craintive, docile au
sacrifice, auprès de l'époux; si elle est du peuple, elle oubliera
l'écharpe de M. le maire ainsi que la bénédiction de M. le curé,
dans un festin, en une guinguette, et dans un déhanchement de
clodoches--souvenir des bals de mi-carême où elle fut reine,
peut-être--elle mettra toutes les promesses de sa nuit de noces.

Elle sera, un jour, l'infidèle. L'ennui--ce valet sans gages au
service de don Juan comme du plus simple imbécile--la prendra et
l'amènera, tranquillement, souvent, non sans révolte parfois, vers
l'Inconnu.

Elle aura des larmes, elle aura de la honte, après la faute; mais
elle ne s'appartiendra plus.

Elle ira dans le mensonge, dans l'hypocrisie, exaltant ses actes, les
excusant, en rejetant, avec raison souvent, toute la responsabilité
sur son mari; ne songeant à rien de toutes ces choses même et, un
beau matin, elle sortira de sa folie, abattue, isolée, comme meurtrie
par une longue lutte, comme brisée par un dur voyage, n'ayant plus
d'époux, n'ayant plus de nom--que celui de son baptême qu'elle
livrera aux galants, amateurs de joies faciles.

Et ce sera la courtisane; c'est-à-dire le sphynx parisien, non
point impassible comme l'autre--l'antique--celui dont le profil
se découpe, morne, sur l'infini du désert; mais rieur, aux yeux
accrocheurs et terribles, dont la lueur plonge au fond des
goussets et des portefeuilles--le sphynx parisien accroupi dans
l'étincellement féerique des lieux publics, des boulevards ou des
boudoirs--légendaire toujours, pourtant, et posant à l'homme l'Enigme
indéchiffrable de son cœur et de sa chair, sans craindre l'Œdipe
qui violera son secret.

Si elle est intelligente, après s'être arrêtée rêveuse, quelquefois,
devant les vitrines des papetiers pleines de photographies
d'actrices, elle se dira que le théâtre n'est point inaccessible aux
jolies femmes et elle forcera les portes de quelques coulisses où
l'on rencontre plus d'épaules décolletées et de mollets dévêtus que
de talents. Un soir, grâce à un couplet égrillard qu'elle aura obtenu
d'un auteur et qu'elle lancera dans un mince filet de voix accompagné
de gestes polissons, elle recevra un bouquet fait de fleurs qui
parlent et dès lors elle dosera ses baisers.

Paris est un enfer et les femmes sont les démones qui le peuplent.
Mais il est le ciel aussi--le ciel qui a des anges.

Là-bas--dans un jour triste sans cesse, s'élève l'hôpital et,
dans son silence seulement rompu par les plaintes des malades et
des mourants, passent, légères--comme des vapeurs mystiques--des
silhouettes de femmes consolatrices et bonnes. Elles sont, elles
aussi, tout amour, et leur cœur s'est donné aux souffrants. Elles
sont restées les saintes, les pures qui, pour la première fois,
enveloppées de voiles virginaux, communièrent jadis dans l'église
populeuse ou dans la chapelle patricienne, et le jour qui vit tomber
sur leurs lèvres l'hostie, y mit, pour jamais, la foi. Elles vont
vers Dieu.

Il faut les vénérer, comme après tout il faut peut-être aimer celles
que la vie a faites épouses, infidèles, courtisanes ou cabotines.

Tous les chemins mènent à Rome, dit un proverbe. Qui sait si tous les
amours ne mènent pas à Dieu?...



LES DESSOUS


Depuis que j'ai une «liaison»--c'est le mot honnêtement consacré--je
sais et j'apprends une foule de choses dont je n'avais pas la moindre
idée, au temps où j'étais une pauvre petite femme résignée et fidèle,
et sur lesquelles je me sens prête à «conférencier» avec presque
autant de science qu'Yvonne.

Chez Mme de Sorget, hier, par exemple, on discourait sur les dessous
de la femme, et le prince de Palan qui se trouvait là, et dont
l'opinion fait loi en matière d'élégance ou de galanterie, a prononcé
une phrase que j'ai retenue:

--On reconnaît, presqu'à coup sûr, a-t-il dit, qu'une femme a un
amant, à l'inspection de ses dessous.

Dans un geste machinal, nous avons toutes, en riant, ramené nos jupes
sur nos pieds, afin que le prince, qui est très indiscret, ne devinât
point nos secrets. Un examen des dessous des femmes qui étaient là
eût été, en vérité, un spectacle bien amusant, bien suggestif. Que de
romans seraient sortis, peut-être, de nos froufrous--telle une légion
d'enfants de la robe de la mère Gigogne.

Je crois que le prince de Palan, qui a une grande expérience du
monde, pense juste: la femme qui a un amant doit se reconnaître
aisément aux dessous qu'elle porte. Mariée et fidèle, la femme n'a
qu'un relatif souci de sa mise intime, de son luxe invisible. Comme
un mari-amant est rare, elle n'a point à intéresser son époux par des
raffinements qu'il n'apprécierait pas, qu'il ne lui demande même pas.

L'attitude de la femme change totalement dès qu'elle a commis le
Péché. Tout l'incite, alors, à se parer, intimement, comme dans
l'extériorité de sa personne. Préoccupée d'être agréable aux regards
de celui qu'elle aime, elle a des attentions délicieuses pour lui
rendre plus engageante la route du désir ou du baiser, et comme
lui-même daigne discuter avec elle le charme de tel ou tel chiffon,
elle se l'attache d'autant plus, qu'elle lui réserve plus de
surprises, qu'elle lui offre plus de difficultés à fixer son choix.
Il y aurait un corollaire à ajouter au théorème d'amour qu'a formulé
le prince de Palan:--le plus ou le moins de durée d'une liaison
dépend du plus ou du moins de diversité, du plus ou du moins de
science que la femme apporte dans ses dessous.

Les dessous de la femme exercent--c'est un fait indéniable--une
influence considérable sur l'homme. Ils le tiennent en haleine, le
rendent gai alors qu'il va être morose, lui donnent de l'appétit
alors qu'il déclare n'avoir aucune faim.

Les courtisanes ont compris, les premières, toute la puissance que
peuvent renfermer quelques dentelles et quelques morceaux de fine
batiste ou de soie bien placés. La femme du monde, réfractaire tout
d'abord à l'emploi de ces artifices, a été longue à les adopter. Il
faut dire qu'elle en sait, maintenant, toute l'importance.

On ne saurait, vraiment, établir de règle quant aux dessous de
la femme.--Ils doivent s'harmoniser avec son genre de beauté ou
d'élégance, et c'est affaire à chacune d'entre nous de décider sur ce
qui lui va le mieux.

Le bas--l'antique bas--a subi, en ces derniers temps, de rudes
attaques. Quelques mondaines, en effet, ont tenté de le remplacer
par la chaussette. Mais cette innovation n'a été acceptée
qu'imparfaitement. La chaussette est terrible à porter, soit qu'elle
laisse la jambe nue, soit qu'elle s'applique sur un maillot couleur
chair. La jambe nue exige l'absence du pantalon, le maillot est fort
incommode. Le bas a bénéficié de ces deux observations, et la plupart
d'entre nous l'ont conservé. Il est une loi absolue, par exemple, qui
s'impose à toute femme, qu'il s'agisse du bas ou de la chaussette:
sa couleur doit être noire et il y aurait disqualification
d'élégance, pour une mondaine, à couvrir sa jambe de quelqu'autre
nuance.

A propos de bas, on a voulu supprimer la jarretière et le rattacher
soit au pantalon, soit au corset, afin d'éviter la marque rosée
qu'imprime la jarretière au-dessus du genoux. Je n'ai point admis
cette mode. Je suis, en cette question, une retardataire et rien, à
mon sens, ne rivalisera avec la jarretière, non seulement pour la
commodité qu'en dépit de légers inconvénients elle présente, mais
surtout pour le charme qu'elle crée. La jarretière est un des plus
jolis atours de la femme et je ne sache pas d'objet aussi gracieux
qu'une jambe bien faite coupée par ce mignon bibelot; je ne saurais
lui comparer qu'un bras orné d'un précieux bracelet. Et puis, tant
d'histoires d'amour sont nées de la jarretière qu'il serait dommage
de la répudier. Elle est presqu'un symbole. Elle évoque une promesse
souvent, et souvent aussi, une réalité. La marquise d'Oboso, quoique
vieille, mais fidèle à son origine, l'orne d'un minuscule poignard.
Yvonne la ferme à l'aide d'une petite clef d'or. Je n'en suis encore
qu'à la simple et traditionnelle agrafe.

Le pantalon et la chemise doivent être, rigoureusement, assortis--de
même couleur et de même étoffe.

Quelques femmes de la colonie américaine, principalement, ont inventé
de se débarrasser de la chemise et de porter le corset sur la chair
ou, au lieu de corset, une ceinture en peau de daim très souple,
lacée dans le dos, moulant la poitrine, assez semblable à celle
qu'employaient les Romaines, au temps où il y avait des Romaines. En
ce cas, une petite jupe, qui se raccroche au corset ou à la ceinture,
tombe sur le pantalon et donne l'illusion de la chemise.

Cette mode--c'est une mode, paraît-il--n'a été que peu appréciée.
Elle déshabille trop vite la femme et ne plaît, si l'on en croit les
confidences, que médiocrement aux hommes. Il y a de la brutalité dans
cette façon de s'alléger d'un vêtement si peu gênant et si plein de
grâces mystérieuses, si prenant dans sa souplesse, si amoureusement
réservé dans ses volontaires révélations.

Voilà un cours de lingerie qui effraierait bien des ménagères,
d'honnêtes ménagères!

Dans sa complication raffinée, il donne raison au prince de Palan. La
femme qui le connaît et qui s'en inspire, dans l'arrangement intime
de sa parure, a des motifs sérieux pour ne pas le dédaigner. Il donne
raison au philosophe, aussi, qui pleure sur la mort de l'amour naïf
et qui s'en va, vantant le goût simple du bon roi Henri qui détestait
qu'une femme versât même, sur ses cheveux, la plus petite goutte de
parfum.

Le naturel, en amour et en tout, n'est pas haïssable, certes.
Cependant, je lui préfère l'arrangement des choses et je crois que si
j'étais homme, je voudrais, à un gentil paysage, un cadre qui le mît,
habilement, en relief.



CHEZ LES EXOTIQUES


Je suis allée parmi les Exotiques, à une garden-party qu'offraient,
au grand et au petit faubourgs, les Johnson, des Américains perchés
tout en haut du quartier de l'Etoile et qui rendent des sons
métalliques--des sons d'or--en marchant. Je me suis fait longtemps
prier avant de paraître dans une maison américaine; mais Yvonne
m'ayant dit que «ces gens-là» sont très aimables, nous valent bien
puisqu'ils sont plus riches que nous, que je faisais la bête, j'ai
consenti à m'encanailler et, d'un bond, j'ai sauté par-dessus
l'Atlantique.

Je me suis fort amusée chez les Johnson qui m'ont accueillie avec
des transports de joie et qui, en effet, m'ont semblé être de très
charmantes gens. Il y a là, un père, une mère, et une fille. On
raconte que M. Johnson a fait sa fortune dans l'élevage des bœufs.
Pour un ancien bouvier, il n'est pas trop mal tourné et si sa fille
n'affectait de traiter les hommes comme son père traita, jadis, ses
bêtes à cornes, tout serait au point chez eux, car Mme Johnson est
bien la plus jolie, la plus délicieuse femme qu'on puisse voir.

Henner l'a peinte. Le portrait est exposé, en permanence, avec des
arrangements de cadre, d'étoffes, de lumière, dans l'un des salons
de l'hôtel et c'est une politesse à faire au couple américain que
de défiler devant la toile, lorsqu'on va chez lui. Mme Johnson est
brune, naturellement, assure-t-on. Mais pour se conformer à la
manière d'Henner qui ne peint que des cheveux roux, elle est devenue
rousse. Cette nuance lui allant bien, les grincheux n'ont qu'à se
taire.

Mme Johnson est au mieux avec l'ex-reine des Antilles--une
excellente femme que les Parisiens ont adoptée--et l'on cite d'elle,
au sujet de cette liaison, des faits prodigieux de faste et de
générosité. Il en est un, entr'autres, qui vaut la peine d'être
mentionné. Un jour, la reine des Antilles se trouvant obérée, eut
recours à l'obligeante richesse de son amie. Il lui fallait, au plus
tôt, la modique somme de deux millions et elle paraissait aux abois.
Mme Johnson la tira d'embarras et lui présenta les deux millions
avec un cérémonial peu ordinaire. Elle se procura cette fortune, en
or fraîchement frappé; puis elle invita la reine à la venir voir.
Lorsque Sa Majesté fut chez elle, une porte s'ouvrit et quatre grands
diables de laquais portant un immense plateau, sur lequel étaient les
deux millions, s'avancèrent.

La reine, sans montrer d'étonnement, regarda ce tas d'or, sourit et
dit:

--C'est zôli, oh, c'est bienne zôli.

Puis elle reprit la conversation interrompue, comme si aucun incident
n'avait eu lieu.

Mme Johnson, un peu dépitée, affirme-t-on, par l'indifférence
royale, ne renouvela plus jamais ce genre... d'intimidation envers
ses connaissances. Elle leur rend service, maintenant, sans
ostentation. Elle a compris que Paris n'est pas Chicago.

Mme Johnson s'est vite parisianisée, d'ailleurs, si l'on en croit les
mauvaises langues. Elle flirte, activement, avec le comte de Palerme,
un prince de la Maison de Bourbon, et l'on murmure très bas qu'elle
est, avec lui, du dernier mieux. Il est un fait certain: le comte de
Palerme vivotait, n'avait pas le sou, avant de connaître les Johnson.
Il a, aujourd'hui, un train luxueux et des voitures sur les panneaux
desquelles les fleurs de lys, resplendissantes d'or, s'étalent
victorieusement.

Ces Américains qui s'établissent chez nous, sont bien curieux à
observer. Dans leur pays, ils professent le mépris des classes
privilégiées et lorsqu'ils «passent l'eau,» ils ne recherchent que la
société des aristocrates. Si leurs femmes prennent un amant, on peut
être assuré que cet amant sera noble, comte, marquis, duc ou prince.
Si leurs filles se marient, on peut gager qu'elles achèteront un nom
et un titre, sans trop se préoccuper de celui qui les leur livrera.

Mlle Johnson flirte, actuellement, avec le petit prince de
Civita-Vecchia, qui, ruiné, usé par la vie de cabaret et de
coulisses, ne serait pas fâché de se reposer sur un lit dont les
matelas seraient bourrés de bank-notes.

Une société toute particulière que la reine des Antilles présidait,
était réunie chez les Johnson.

A côté des gens que j'ai coutume de rencontrer, tout un monde nouveau
pour moi a éveillé mon attention.

Pendant que le duc de Blérac, qui avait apporté son tambour, régalait
de batteries féroces les invités des Johnson, pendant que mon mari,
qui ne se gêne plus, pilotait Rolande, Yvonne m'indiquait du doigt
les personnes qui m'étaient inconnues.

Des galantins, des chercheuses d'aventures ont ainsi défilé, devant
moi, au gré du caprice de mon amie; mais je n'ai réellement été
intéressée que par la venue du célèbre poète, Georges Navarre, qu'une
foule de femmes ont, aussitôt accaparé.

M. Georges Navarre est--chacun sait ça--le conteur, le poète à la
mode, et ces dames manqueraient à tous leurs devoirs, paraît-il, si
elles ne se confessaient pas à lui, si elles ne lui soumettaient pas
les cas de conscience qui les embarrassent. M. Georges Navarre fait
concurrence à l'abbé traditionnel qui, n'étant plus «dans le train,»
est délaissé et, n'ayant plus rien à faire, se tourne les pouces.
Nul ne sait, affirme Yvonne, comme M. Georges Navarre, discourir sur
l'amour qui n'a aucun secret pour lui et à qui il reporte toutes
ses pensées. L'amour et toutes les questions qu'il soulève, sont le
monopole de cet écrivain qui n'a point son pareil pour nous dire les
causes qui amènent un baiser sur les lèvres d'une femme et celles qui
emplissent de larmes ses yeux.

Je ne suis pas, certes, une savante comme M. Georges Navarre; mais
je crois qu'il se donne bien du mal pour expliquer des choses très
simples. A mon humble avis, une femme n'a point tant d'inquiétudes
intellectuelles qu'il le déclare lorsqu'elle se donne à un homme. Si
elle prend un baiser, c'est tout bêtement parce qu'elle a envie d'un
baiser. C'est là une vérité de La Palice; mais M. de La Palice serait
presque réhabilité par toutes les chinoiseries amoureuses qui nous
viennent des romanciers ou des poètes.

Lorsque M. Georges Navarre est passé près de moi, il causait
doucement avec la «belle madame» de Sillé. Lui faisait-elle le récit
de son aventure, de son refus d'être au petit vicomte d'Arnoux et du
drame qui a suivi ce refus?--Elle portait, en vérité, fort bien le
suicide du pauvre garçon et, dans sa robe lilas--un demi-deuil, s'il
vous plaît--elle ne manquait pas d'être intéressante.

A propos de M. Georges Navarre, Yvonne a eu une phrase assez piquante.

--Certains auteurs, a-t-elle dit, ne parlent que de l'amour et ce mot
tombe de leur bouche plus de mille fois chaque jour. On pourrait,
les jugeant sur leurs discours, supposer qu'ils sont des amants
magnifiques. Eh bien, je parierais qu'un tel homme n'a jamais connu
intimement une de toutes ces femmes dont il reçoit les confidences.
Vois-tu, ma mignonne, en amour c'est, souvent, comme en religion:
ceux qui parlent le plus du bon Dieu, ne sont pas ceux qui le servent
le mieux.

J'étais un peu lasse en sortant de chez les Johnson. J'y retournerai,
car on s'y distrait, positivement. Mon mari, qui avait rendu Rolande
au duc, son noble époux, est venu nous prendre, Yvonne et moi, et
nous a conduites au cabaret, pour y dîner.

Que signifie tant d'amabilité?--Elle arrive un peu tard, car c'est le
merle, maintenant, qui siffle entre Jean et moi. Et il siffle bien,
le merle, j'en réponds.



PSYCHOLOGIE DU MARI ET DE L'AMANT


Depuis que j'ai un... ami, je voulais me confesser à Yvonne et je
remettais de jour en jour, mon aveu.

Je lui ai dit, enfin, mon «accident» et contrairement à ce que je
redoutais, elle n'a pas ri. Elle s'est faite très grave et, après
quelques secondes de réflexion, m'a interrogée.

--Jean, ton mari, ne sait rien?

--Pourquoi saurait-il, puisque toi-même tu ignorais?

--C'est vrai: les maris sont les derniers avertis en ce genre
d'information.--Es-tu heureuse, au moins?

--Très heureuse.

--Et tu as quelque chance de garder ton bonheur, M. de Nailes étant
célibataire. Lorsqu'il se mariera, par exemple...

--Eh bien?

--Tu pleureras, ma mignonne.

--Pourquoi?--Lorsque M. de Nailes se mariera, il pensera moins à
moi et je ne penserai plus à lui, voilà tout, en admettant que son
mariage entraîne, nécessairement, un changement dans nos relations,
ce qui n'est pas certain. Dans tous les cas, ce mariage ne saurait
effacer notre passé; et les heures que nous aurons vécues ensemble
seront toujours aimables, dans mon souvenir.

--Comme tu dis cela!

--Comme je le sens.

--Oh!

--C'est exact. Ma petite Yvonne, c'est toi qui, d'ordinaire,
m'enseignes un tas de choses sur l'amour. Veux-tu que, pour une fois,
ce soit moi qui te communique quelques impressions?

--Je suis tout oreilles.

--Je ne t'apprendrai rien, sûrement, mais je te donnerai peut-être
une meilleure opinion de moi, car, je le vois, tu me crois toujours
un peu... enfant.

--Parle et, si tu le mérites, je te ferai des excuses.

--Donc, j'ai un... amant, et depuis que j'ai un amant, je suis
heureuse. Voilà le fait brutal.--Je ne m'attarderai pas à analyser
le pourquoi de ma joie. Il en est qui discourraient, sur ce sujet,
pendant des heures. Je pense que les choses d'amour sont beaucoup
plus simples qu'on ne se les imagine, généralement. Je suis heureuse
pour deux causes principales: parce qu'en devenant la maîtresse de
M. de Nailes, j'ai mis de la diversité dans ma vie et parce que
l'intimité que j'ai trouvée avec lui, n'est pas la même que celle
que m'offrait mon mari.--Toute femme qui, ayant un amant, recherche
la genèse de son contentement en dehors de ces deux causes--toute
question d'intérêt étant écartée--travestit ses sentiments ou
ses sensations sous l'éclat de mots plus ou moins magiques, et
invoquant la fougue de la passion ou l'irrésistible élan de l'âme,
se ment à soi-même, tente de s'exciter dans la superficialité de sa
conduite, est pareille à un ivrogne qui se griserait de pensées ou
de paroles, avant de boire, pour se donner le courage de l'ivresse
réelle. Une femme est heureuse lorsqu'elle a un amant, parce que
le fait simple d'avoir cet amant, la distrait--tel un enfant à qui
l'on présente un jouet qui lui est inconnu. Une femme, encore, est
heureuse dans l'intimité qu'elle tient de son amant, parce que cette
intimité fait naître, en elle, des sensations qui lui paraissent
délicieuses auprès des banales tendresses du mari, de l'habituel et
tranquille «bonsoir» qu'il lui jette, lorsqu'il le lui jette.--Tout
l'amour est là--du moins l'amour tel que la femme du monde peut le
ressentir.--Les langueurs, les désespoirs, les excentricités, les
suicides qu'il provoque, certainement, appartiennent aux femmes des
classes inférieures et ne sauraient, dans cette discussion, être
considérés comme intéressants.--Il est une phrase, un peu vulgaire,
que j'hésite à prononcer et, cependant, elle résume trop l'intimité
passionnelle de la femme, dans une liaison irrégulière, pour que je
la taise:--«Une femme est heureuse avec l'amant, parce qu'avec lui,
_ce n'est pas la même chose qu'avec le mari_.»--Vois-tu, ma petite
Yvonne, les maris sont de grands sots. Ils prennent des maîtresses,
sous le prétexte que leurs femmes ne leur procurent aucune des joies
qui leur sont nécessaires ou familières--en souvenir de leurs années
de célibat--alors que, tout simplement, ce sont eux qui ne savent
ou qui ne veulent pas demander à leurs femmes ce qu'ils ramassent
chez les filles, ce qu'ils implorent de leurs amies mondaines ou
ce qu'ils créent en elles.--Une jeune femme mariée qui se livre à
un autre homme que son mari, est, le plus souvent, une innocente
dans le plaisir et ne connaît bien l'amour que dans la pratique
de l'adultère. Nous ne devenons des amoureuses, en vérité, qu'en
dehors du mariage et de ceux qui auraient dû comprendre, pourtant,
qu'ils pouvaient faire de nous, des amoureuses. Le mari se gante,
se cravate de blanc pour aimer sa femme; l'amant se met en bras
de chemise pour chérir sa maîtresse. Nous préférons le sans-gêne
de l'amant. Les maris sont de grands sots, je le répète. Ils nous
possèdent solennellement, ils nous respectent en des heures où nous
n'avons que faire de déférence et ils donnent, à leurs baisers,
l'allure édifiante du devoir accompli. Ils nous veulent soumises à
la continuation de leur race et réfractaires à toute curiosité, à
tout émoi. Nous ne sommes pas leurs amies, leurs compagnes, dans le
sens absolu des mots; nous ne sommes, pour eux, qu'un peu plus que
leurs bêtes d'écurie ou de haras; nous ayant placées en des box,
ils ne nous en feraient, volontiers, sortir que tous les neuf mois,
pour nous imposer une nouvelle expérience de fille ou de garçon,
après notre mise au vert.--L'amant agit tout différemment. Sa pensée
est la nôtre, sa science est la nôtre et s'il ne nous respecte en
aucun moment, il nous adore en toute heure, ce qui vaut mieux. Nous
trouvons en lui, et avec lui, une sensation de vie libre, affranchie
de toute convention, de toute contrainte, et nous sommes, dans ses
bras, comme des oiseaux qui se sentiraient pousser les ailes.--Dans
l'attitude du mari, que d'illogisme, aussi!--Le même homme qui
s'éloigne de sa femme, parce qu'il lui refuse l'initiation suprême,
s'en ira vers une amie, également mariée, de cette femme et chantera
avec elle, sans réserve, toute la gamme de l'amour. Et, dans son
incohérence, il ne songera même pas qu'un de ses amis, à lui, pourra
bien entonner avec celle qu'il dédaigne, le duo qu'il murmure avec sa
maîtresse; il ne songera même pas que sa maîtresse, avant de recevoir
et de goûter ses leçons, était pareille à sa femme et que sa femme
deviendra fatalement pareille à sa maîtresse.--Il est des maris qui
n'ont aimé leurs femmes qu'après la crise de l'amant. Ils auraient eu
plus de profit à les aimer dans la crise du mariage. Mais tout vient
à point à qui sait attendre, sans se fâcher, dit le proverbe, et il
me semble que nos maris s'en appliquent les conséquences avec quelque
naïveté.

Yvonne m'a écoutée attentivement. Lorsque j'eus terminé ma
démonstration, elle se leva, battit des mains et m'embrassa.

--Bravo, ma mignonne, s'écria-t-elle. Tu n'es plus tout à fait une
enfant, je le reconnais, et tu dois être, pour M. de Nailes, une
divine amie.

J'ai souri; car j'ai pensé que Rolande, aussi, doit être une «divine
amie,» pour Jean, et qu'il eût été si simple d'être ce que nous
sommes toutes deux, en restant chacune chez soi.



LES CARESSES


Je suis allée, aujourd'hui, à la campagne, avec Yvonne et,
naturellement, selon notre habitude, nous avons beaucoup bavardé.

Ma longue et dernière dissertation sur les divers genres d'intimité
qui existent entre la femme, le mari ou l'amant--dissertation qui
pouvait paraître, entre parenthèses, comme une atténuation cherchée
à ma situation personnelle--m'a semblé avoir extrêmement préoccupé
mon amie et elle me l'a rappelée, moitié riante, moitié sérieuse, en
y ajoutant des commentaires ou, plutôt, une sorte de conférence qui
m'a fort intéressée.

Nous étions à Saint-Germain, dans la forêt. Il faisait beau et bon.
Yvonne s'est assise sur la mousse, à l'ombre des grands arbres, et
m'a tout à coup interpellée.

--Sais-tu bien, ma mignonne, que sans t'en douter, l'autre fois, tu
as soulevé une question terrible--l'une des plus terribles questions
qui enfièvrent les amants.

--Vraiment, j'ai, tant que cela, été audacieuse?

--Oui; mais tu es excusable, car tu as fait de l'amour, je le crois,
comme M. Jourdain faisait de la prose--sans le savoir.

--Allons, dis-moi vite quelle énormité j'ai commise.

--Tu n'as commis aucune énormité. Tu as, simplement et très
gentiment, effleuré ce sujet qui déconcerte tant de graves
philosophes, tant d'aimables aventuriers aussi: les caresses.

--C'est possible; ne t'es-tu pas aperçue que je ne suis plus tout à
fait une ignorante?

Yvonne ne m'a pas répondu. Elle se prit à réfléchir et quand elle
reparla, on eût dit qu'elle discourait autant pour elle-même que pour
moi.

--Quelles divines choses que les caresses, fit-elle, et comme
je t'écoutais avec plaisir lorsque tu en évoquais, récemment,
la réalisation, la possession. Les caresses sont, à l'amour--et
j'entends strictement, par l'amour, l'acte brutal qui le caractérise
fatalement--ce que de jolies dentelles sont à la chair d'une
femme. Elles sont comme les froufrous, comme les chiffons précieux
de l'amour et quelle que soit leur nature, quelle que soit leur
insuffisance même, elles sont délicieuses toujours. Elles ont une
psychologie spéciale; elles renferment une délicatesse infinie,
même lorsqu'elles se font très matérielles. Comme toutes les
choses subtiles et de prix, elles exigent de celui qui les offre
un doigté, une habileté parfaits, et autant elles sont capables de
rendre agréable l'homme qui les prodigue, autant elles deviennent
susceptibles de le rendre odieux ou ridicule, s'il manque aux
promesses dont il les charge.--Les caresses doivent être complètes,
en effet, doivent être comme des jalons jetés sur une route et menant
à un but déterminé. Si le dernier jalon fait défaut pour atteindre
ce but, la femme ne pardonne point à celui qui lui inflige ainsi une
déception imprévue; elle le méprise autant qu'elle l'a aimé, ou bien
elle le raille autant qu'elle l'a ennobli.--De toutes façons, elle
s'éloigne de lui, dans sa désillusion, avec le même empressement
qu'elle a apporté à rechercher son contact.--La femme, qui veut
l'absolu, dans son désir, vit, cependant, presque exclusivement,
durant le temps d'un amour, par les caresses. Elles entrent en
tous ses sens, elles partent de ses cinq sens, dans un mouvement
de va-et-vient qui réjouit son être.--L'œil, l'oreille, la main,
la bouche et jusqu'au nez--ce malheureux nez tant bafoué--prennent
et donnent leurs caresses particulières et nul ne saurait dire
de quelles sources coulent les meilleures.--Tu as flirté, tu as
aimé, ma mignonne, et tu as dû observer, même involontairement,
combien nos cinq sens se développent dans les différentes phases
de ce qu'on appelle, dévotieusement, le Péché. L'observation que
je t'indique est aisée pour nous autres, femmes du monde, car
chez nous, l'amour se présente et finit à peu près, avec tous et
toutes, de même manière.--C'est la cour ou le flirt d'abord; le
simple contact, c'est-à-dire les rapprochements discrets, ensuite;
puis, viennent les frôlements plus directs, plus accentués--ce que
je nommerais les attouchements, si ce mot n'était, d'habitude,
trop vilainement interprété; enfin, c'est la possession.--Or, si
les caresses qu'échangent un homme et une femme, dans le flirt,
dans le simple contact, dans les rencontres discrètes, dans les
frôlements, sont, dans le monde, pour tous ceux et pour toutes
celles qui les offrent et les acceptent, les mêmes, elles diffèrent
essentiellement dans l'intimité complète. Et c'est dans l'intimité
complète que se révèlent seulement les vrais amoureux et les vraies
amoureuses.--L'intimité absolue ne commence pas, comme tant de gens
le pensent, qu'au moment où les amants tombent aux bras l'un de
l'autre. Elle naît quelques jours, quelques heures avant ce moment,
et c'est alors qu'un homme réellement digne des espérances qu'il
a provoquées, doit se montrer adroit et savant.--Tu disais, fort
justement, dernièrement, que les maris sont des sots parce qu'ils ne
savent ou ne veulent pas jouer auprès de leurs femmes, le rôle des
amants. Tu avais raison. Les maris sont pareils à des chasseurs qui,
après avoir battu la plaine, se mettent à table et dévorent goulûment
les mets qu'on leur sert, sans s'inquiéter de savoir si ceux qui les
entourent peuvent les suivre, dans cette course à la fourchette, avec
le même appétit. Les amants, au contraire des maris, sont ainsi que
des convives délicats qui comprennent qu'il est amusant et utile de
s'attarder aux hors-d'œuvre, de donner un coup de dent ici, un coup
de dent là, et qui permettent à leurs voisins de s'être entraînés à
bien manger lorsque le rôti sera présenté. Les amants savent qu'il
est des caresses d'avant, de pendant et d'après la possession. Ils
savent que nulles d'elles ne doivent être imitées des autres, que le
baiser d'avant ne doit pas être le baiser de pendant et le baiser
d'après. Pour continuer ma comparaison culinaire, ils font ainsi
que des mangeurs raffinés qui ont un coup de fourchette différent
pour chaque partie du repas.--Les caresses ne doivent pas être,
cependant, assez étrangères les unes aux autres, dans leur nature,
dans leur expression, pour que la femme soit amenée à désirer plutôt
celles-ci que celles-là. Un amant qui, tout en étant très savant,
ne saurait point empêcher ce choix des caresses par sa maîtresse,
serait un amant maladroit. La femme doit être aussi heureuse dans les
préliminaires de la possession que dans la possession même, qu'après
la possession. Elle doit souhaiter autant la minute sur laquelle
se pose son rêve naissant, que le moment où ce rêve s'accomplit,
que l'heure en laquelle il s'efface. Et il est nécessaire que, se
retrouvant satisfaite devant celui qui l'aime, elle s'en revienne
vers son extase en l'envisageant avec autant de fièvre en son début
qu'en sa fin, ainsi qu'un renouveau plein d'espoirs sans cesse,
ainsi qu'un plaisir non encore goûté.--Il est deux choses que la
femme doit rechercher, comme un inconnu toujours captivant: la joie
d'être mère, oublieuse des douleurs d'un premier enfantement; la joie
d'être une amoureuse, sans la crainte de la satiété.--Tels sont ce
que je pourrais qualifier, sans trop de moquerie, les commandements
de l'amour.--Tous les amoureux ne les appliquent point de même façon,
mais tous s'y conforment.--C'est ce qui les fait dangereux pour les
maris trop peu versés dans la connaissance de la femme en général, de
leurs femmes en particulier. C'est ce qui explique, aussi, la durée
de certaines liaisons. Nous sommes, un peu, comme des reines qui
auraient, pour les amuser, de gentils pages diseurs de beaux sonnets,
et nous tenons à nos pages.

Yvonne ayant terminé sa conférence sur les caresses, se leva et nous
sortîmes de la forêt.

Je ne sais si M. de Nailes, mon ami, serait flatté d'être comparé à
un page; mais ce que je puis affirmer, c'est qu'il sait, à merveille,
selon la métaphore d'Yvonne, dire de beaux sonnets.



UN CAS PATHOLOGIQUE


J'ai rencontré, cette après-midi, chez la vieille marquise d'Oboso,
une femme dont la réputation est étrange. C'est une divorcée--la
marquise n'est pas collet-monté et admet, volontiers, du bric-à-brac
mondain chez elle--dont l'ex-mari ne parle qu'avec mystère, qu'avec
une sorte d'effroi, paraît-il.--Les hommes disent d'elle:--«C'est un
cas pathologique,»--et ils la fuient. Elle n'est pas restée longtemps
chez Mme d'Oboso et, après son départ, elle a fait--elle peut s'en
vanter--les frais de la conversation. Ce que j'ai appris d'elle,
alors, m'a singulièrement intéressée.

Mariée au comte d'Inguerland--un grand seigneur et un bon
enfant--elle semblait fort heureuse en ménage lorsque, soudain, elle
a quitté le domicile conjugal et s'est séparée, irrémédiablement, de
son compagnon.

Comme cet événement, que rien ne faisait prévoir, a étonné, on en a
cherché les causes et les gens bien informés affirment que ces causes
sont d'un ordre tout intime.

Mme d'Inguerland qui, actuellement, a à peine vingt-cinq ans, fut,
chuchote-t-on, la femme de son mari durant les premiers mois de
son union, mais cessa de l'être pendant les deux années qu'ils
demeurèrent auprès l'un de l'autre et qui précédèrent la crise
suprême du divorce.

Pourquoi cette séparation, pourquoi cette rupture?--L'aventure est
piquante et digne d'être enregistrée.

La comtesse qui aimait son mari avec son corps comme avec son âme, et
qui en était aimée pareillement, s'avisa un beau soir, raconte-t-on,
de lui reprendre la moitié de ce qu'elle lui donnait habituellement,
de se refuser physiquement à lui, de ne l'aimer et de n'en être
aimée que moralement.

Elle ne lui permit plus de lui offrir que des tendresses... parlées,
elle mit une barrière entre sa personne et la sienne et se complut
dans une extase platonique qui, pour être originale, ne laissait
pas que d'inquiéter M. d'Inguerland. Croyant, tout d'abord, à une
fantaisie passagère, à un jeu malicieux et excitant de sa jeune
femme, le comte tenta d'accepter, de gracieuse humeur, le caprice qui
lui était imposé et s'égaya même de la bizarrerie de ce caprice. Mais
lorsqu'il s'aperçut que ce qu'il considérait comme une gaminerie,
avait le caractère d'une résolution sérieuse et réfléchie, il se
révolta et voulut ressaisir les joies dont on l'avait privé.--Hélas,
il se heurta à une obstination, à une répugnance qu'il ne pouvait
comprendre, et comme il demandait des explications à sa femme, au
sujet de son attitude, elle lui fit cette réponse:

--Je vous aime autant aujourd'hui qu'hier. Mais comme je n'éprouve
aucune satisfaction dans l'acte charnel de l'amour, j'ai décidé de
ne plus m'y soumettre. Dans l'obéissance que je vous ai témoignée
jusqu'à présent, il y avait un peu de curiosité et beaucoup
d'espérance. Je voulais connaître cette chose pour laquelle tant de
femmes brisent leur existence et je pensais qu'il me viendrait d'elle
le bonheur qui les enchante. Mes sens sont restés muets. En revanche,
mon âme a ressenti quelque émoi lorsque vos lèvres, maintes fois, ont
prononcé de tendres paroles. J'ai conclu, de cette impression toute
intellectuelle, que l'amour vit autant par les choses du cœur que
par celles de la chair, et c'est vers les premières que, désormais,
je veux me porter tout entière.

En écoutant ce discours, M. d'Inguerland fit la grimace; comme il
était galant, il évita de violenter sa femme dans les sentiments
nouveaux et étranges qu'elle exprimait et il attendit, patiemment,
qu'elle changeât d'opinion sur les fins dernières de l'amour. Mais
la comtesse fut inébranlable dans sa résolution et une séparation
résulta de la division intime qui existait entre elle et son mari.

Cette histoire devient stupéfiante, en vérité, lorsqu'on affirme que
Mme d'Inguerland aimait réellement le comte et qu'elle a préféré
s'éloigner de lui, plutôt que de subir, docilement, et sans lui
révéler l'état exact de sa pensée, ses caresses. On peut, on doit
admettre que, ne trouvant aucun plaisir dans l'abandon suprême,
elle n'ait point été très friande des obligations qu'il entraîne.
Mais est-elle excusable d'avoir mutilé l'existence de celui qu'elle
prétendait chérir--à sa manière--en refusant, impitoyablement,
d'entretenir son illusion?--Combien de femmes--elles sont rares, mais
elles sont--ne goûtent aucun contentement dans les bras d'un époux
ou d'un amant même, et se prêtent à ses désirs parce qu'elles savent
que l'homme n'aime, absolument, que dans la possession matérielle de
celle qu'il convoite?

Mme d'Inguerland, depuis son divorce, a continué de se montrer dans
le monde et a, dit-on encore, perdu un peu le souvenir de son mari.
On lui a, en effet, connu diverses intrigues qui, toutes, se sont
terminées comme son mariage--par un étonnement profond du galant et
par sa retraite précipitée.

La réputation de Mme d'Inguerland est établie actuellement. C'est
une «amuseuse.» Elle autorise toute privauté, toute audace, même,
de parole ou de regard, mais elle se défend contre tout acte, si
timide qu'il soit. Elle est ainsi qu'une hôtelière qui, à l'approche
d'un voyageur, entr'ouvrirait simplement la porte de son auberge et
lui souhaiterait une bien-venue relative. Le voyageur demeurerait
peut-être quelques instants à faire les cent pas, devant la maison,
mais il se lasserait de l'attente et poursuivrait son chemin. Les
amoureux font ainsi, pour Mme d'Inguerland, et comme ceux qui ont
tenté d'obtenir inutilement ses faveurs sont nombreux, on peut
prévoir le moment où on ne la regardera plus que comme une belle
pièce de musée médical et secret.

Le docteur Lescot qui était chez Mme d'Oboso, pendant la visite
de Mme d'Inguerland et qui, après son départ, s'est mêlé à notre
causerie, nous disait que ces messieurs ont raison de voir en elle
«un cas pathologique.»--Ayant toutes les séductions extérieures,
toutes les aspirations intimes de la femme, elle est la victime d'une
fatalité. Elle est sans sexe, ou plutôt elle est sous l'influence
constante d'une atrophie de ses sens. Réfractaire à la volupté
physique, elle a pu subir, un temps, les tendresses matérielles de
l'homme, mais la nature particulière de son être l'a vite reconquise
et, voulût-elle la duper, à nouveau, elle ne le pourrait pas. Elle
cherche, dans une intellectualité intime, c'est-à-dire dans le
partage d'une passion incomplète, l'apaisement, le plaisir d'amour
qui la fuient, et elle ne sème autour d'elle que des déceptions, que
des moqueries, que des dédains.--C'est un monstre; mais il faut la
plaindre.

Yvonne qui, en apparence, dans le monde, ne prend rien au sérieux, a
surnommé Mme d'Inguerland «la Jambe de Bois.»

Le mot a eu du succès. Mme d'Inguerland n'est-elle pas, en effet,
un peu comme une jambe de bois--pauvre membre factice qui marche
souvent, lorsqu'il est bien agencé--ainsi qu'un vrai membre, mais qui
ne saurait avoir la sensation et la jouissance du sol sur lequel il
se pose?



LES CADEAUX DE L'AMANT


Hier, il y a eu une petite réunion chez les de Sorget, et il paraît
que je m'y suis montrée d'un «fin-de-siècle» scandaleux. Oui,
vraiment, le mot a été dit par ce laideron de Mme Berthaud--une
bourgeoise revêche et pudibonde égarée dans le monde, et qui doit aux
grands services que son mari a rendus au parti royaliste, ainsi qu'à
son énorme fortune, d'être admise, d'être tolérée parmi nous.

Rassemblées dans un coin--Mme de Sorget, Mme Berthaud, Yvonne,
Rolande, la marquise d'Oboso, Mme et Mlle Johnson que l'on commence
à recevoir un peu partout--tandis que ces messieurs étaient occupés
par la cote de la Bourse ou des courses, nous nous querellions sur le
point de savoir si une femme peut accepter des cadeaux ou de l'argent
de son amant, et nous étions fort divisées d'opinions, quand j'ai
pris la parole, soudain, au lieu d'écouter, selon mon habitude, et
quand j'ai carrément tranché la question. Si ma sortie a quelque peu
étonné mes amies, nulle ne s'en est indignée et cette bégueule de Mme
Berthaud a, seule, maudit ma franchise.

--Vous êtes toutes ridicules dans vos avis, me suis-je écriée, soit
que vous refusiez à une femme le droit de partager la richesse de
l'homme qui l'aime et dont elle accepte la tendresse, soit que vous
imposiez des atténuations hypocrites à ce droit. Il n'y a point de
distinction à établir, en cette matière, et le problème qu'elle
renferme doit se poser nettement. La solution m'en semble toute
naturelle: une femme peut, sans déchoir dans sa pensée comme dans
celle de son amant, recevoir des cadeaux de celui qu'elle aime et à
qui, librement, elle appartient.--La femme mariée, tout au plus,
serait susceptible d'inspirer quelques réserves à ce sujet. Il
lui est moins facile de faire agréer, par son mari, les présents
de l'amant que cet amant même. La morale mondaine veut, en effet,
qu'un époux ne soit pas déshonoré parce qu'il permet à sa femme
de chercher en dehors de lui, les joies qu'elle ne trouve pas en
lui, mais elle condamne sévèrement celui qui se fait complaisant
devant la générosité d'un... collaborateur. Un mari, selon la morale
mondaine, peut, sans craindre le ridicule ou l'infamie, jouer à
l'aveugle devant l'infidélité de sa compagne, pourvu qu'il veille
à ce que cette infidélité soit gratuite. Donc, laissant la femme
mariée à l'arbitraire, à l'illogisme qui la frappe, et ne nous
inquiétant que de la femme libre--fille, veuve ou séparée--je dis
que cette femme peut, hardiment, et sans encourir le blâme des gens
à principes, accepter de son amant des présents--bijoux, chiffons,
voitures, chevaux, maisonnette--ou de l'argent. La plus grave, la
plus solennelle objection qui ait été faite à cette acceptation
d'une récompense, en amour, est que la femme qui l'admet imite la
courtisane, se place à son niveau social. Rien n'est plus faux. La
courtisane vend ses faveurs à Pierre et à Paul, indifféremment,
exerce un commerce, une industrie et ne demande à ses... clients que
de payer régulièrement la marchandise qu'elle leur débite. La femme
qui se donne sans conditions, qui ne met point de calcul dans son
abandon, qui ne prévoit même pas que celui qu'elle fréquente pourra,
un jour, la récompenser de son affection, autrement que par des
baisers toujours aussi sincères que les premiers qu'elle a reçus, ne
saurait décemment être comparée à la courtisane, et quand l'heure
viendra où ses doigts joueront avec une riche parure choisie par
l'amant, elle ne songera point que cette parure peut représenter le
prix de sa tendresse, de sa passion, mais elle se dira, simplement,
et mieux, qu'elle lui a été apportée pour la rendre belle davantage,
pour la faire plus séduisante. Il lui pourra être malaisé,
évidemment, de tenir le même raisonnement, lorsqu'il lui sera
offert un gentil portefeuille rempli de non moins gentils billets
bleus. Elle sera bien obligée, alors, de constater que ces billets
sont mis à sa disposition pour augmenter non seulement son luxe
public ou intime, mais aussi pour accroître son bien-être matériel.
Eh bien, dans ce cas extrême--le plus délicat de la question qui
nous occupe--je me demande encore en quoi la femme qui s'incline
devant le don de son amant, ressemble à une courtisane?--L'amour
est absolu, dans ses manifestations, de quelque nature qu'elles
soient. Si l'on refuse, à une femme, la faculté honnête de recourir
à la richesse de son amant, il n'y a pas de motifs pour qu'on ne
lui refuse pas la liberté d'aimer et pour qu'on n'oppose pas à la
passion qui l'entraîne vers un idéal étranger aux conventions de la
vie ordinaire, la stricte observation de ces conventions. On s'en
va répétant, sur tous les tons, que la femme qui prend une part
de la fortune de son amant, est méprisable; mais je mets au défi
le plus habile casuiste de nous dire pourquoi elle est, en cette
occurrence, méprisable. Comment! Deux êtres mêlent leur existence,
vivent l'un par l'autre, l'un pour l'autre, n'ont de joie vraie que
lorsqu'ils se rencontrent, n'ont de peine réelle que lorsqu'ils se
quittent, et si l'un d'eux dit à l'autre:--«Je suis à toi et tout
ce qui est à moi t'appartient,»--d'amoureux qu'il était, il est,
soudain, métamorphosé en marchand d'esclaves; et si la femme répond
à ces paroles par un acquiescement reconnaissant, elle est, soudain,
changée en prostituée!--Qui oserait soutenir la vraisemblance d'un
tel jugement?--En amour, je le redis, il n'y a, moralement, ni
d'en-deça, ni d'au-delà. En amour, tout tient dans une formule unique
et exclusive: qui donne le baiser, donne tout ce qui rayonne autour
du baiser; qui accepte le baiser, accepte, tacitement, tout ce qui
peut provenir du baiser.

Comme je me taisais, affectant, après cette belle tirade, un petit
air crâne de soldat qui aurait emporté, d'assaut, une redoute, ce
laideron de Mme Berthaud m'a dit en se pinçant les lèvres:

--Vos théories, madame, réjouiraient bien des femmes et leur
procureraient l'excuse qui leur est nécessaire. En vérité, vous ne
pensez pas tout à fait ce que vous venez d'exprimer, car si vous le
pensiez, on serait amené à vous demander si votre indulgence s'étend
à l'homme qui partage la fortune de sa maîtresse. N'avez-vous pas
déclaré, en effet, que l'amour est absolu dans ses manifestations.
Renversez donc un peu les rôles et vous me direz ce que vaut votre
discours.

En entendant ce persiflage, un peu de colère m'a agitée et j'ai
répliqué--trop vivement peut-être--à Mme Berthaud:

--Votre observation est subtile, madame, et faite, je n'en doute
pas, pour m'embarrasser. Je n'en suis pas gênée, pourtant, et j'ai
le regret--si c'est un regret--de vous affirmer que je pense tout à
fait ce que j'ai dit. Quant à renverser les rôles, entre amants, non;
les gens mariés se chargent de cette besogne et vous ne blâmez pas,
que je sache, les hommes qui, n'ayant pas le sou, épousent des femmes
riches?--Votre indulgence vaut la mienne, il me semble.

Mme Berthaud m'a jeté un regard qui n'avait rien de bienveillant
et Mme de Sorget qui présidait notre cercle, a conjuré l'orage qui
s'amassait sur nos têtes, en m'entraînant à l'autre bout du salon.
Elle m'a appris que M. Berthaud était pauvre comme Job au temps de
ses épreuves, lorsqu'il a épousé son laideron.

Cette révélation explique la méchanceté et la vertu dudit laideron.

J'ai commis une gaffe, évidemment; mais, tout de même, je suis
contente de moi.



LE RÊVE, EN AMOUR


Il m'est arrivé, la nuit dernière, une chose étrange--si étrange
que j'ose à peine me la rappeler, la consigner sur ce carnet. Avec
le plus de réserve possible, je vais, cependant, essayer de me la
raconter.

Je m'étais couchée d'assez bonne heure et comme j'étais lasse d'une
promenade en mail à laquelle nous avait conviés cette excellente
marquise d'Oboso, je m'étais endormie vite. Je reposais paisiblement
lorsque, soudain--le souvenir de ce moment est très précis en ma
mémoire--j'éprouvai une sensation bizarre, pénible, douloureuse et
exquise en même temps. Je m'éveillai dans l'émoi d'une véritable
crise passionnelle, dans l'agitation, dans le trouble d'une caresse
d'amour donnée et reçue.

Cette impression, toute nouvelle pour moi, me causa non seulement de
la surprise, mais, aussi de la frayeur. Je crus sentir, auprès de
moi, comme la présence d'un être extraordinaire et sous l'influence
de cette conviction, je regardai machinalement autour de moi. J'étais
seule, bien seule, dans mon grand lit où j'ai tant de satisfaction à
m'étendre, et nulle trace de séducteur mystérieux ne se révélait.

J'avais rêvé, tout simplement; et en recouvrant mon calme, je
pus reconstituer le songe qui m'avait tourmentée.--Est-ce bien
tourmentée, que je devrais dire?--Je laisse ce mot, puisque je me
suis promis d'être réservée.

Sur le mail de Mme d'Oboso, mon mari qui, depuis quelque temps,
me témoigne des amabilités que, d'ailleurs, je feins de ne pas
remarquer, s'était appliqué à m'être agréable, à me faire une sorte
de cour, comme si je n'eusse pas été sa femme, et lorsque nous
rentrâmes, son petit manège occupa mon imagination durant les
minutes que je mis à me déshabiller.

Sous l'action des réflexions que Jean avait fait naître en moi, je
me mis tout bêtement à le revoir, à lui parler, à badiner avec lui,
en rêve. Il m'apparut, même, je m'en souviens fort bien et j'en ai
presque du dépit, très gentil ainsi, plus gentil que dans la vie
réelle; et comme, en ce rêve, je n'avais aucune raison pour repousser
sa galanterie, je m'abandonnai à lui et je fus sa femme ainsi qu'aux
jours où je l'étais pour de bon.--Lorsque je m'éveillai, dans toute
la félicité de cette originale réconciliation, tout était consommé,
ainsi que dirait l'abbé de Mervil--le plus élégant et le plus
psychologue des abbés parisiens--et j'avais, pour la première fois,
trompé mon ami, mon pauvre ami M. de Nailes.--L'infidélité, quoique
involontaire, quoique ne portant qu'une signature factice, était
certaine, en effet, et très flagrante.

En vérité, lorsque je pense à cette... aventure, j'éprouve comme une
vague confusion et comme une appréhension qu'atténue, cependant, le
charme énigmatique qu'elle m'a procuré.

Ma confusion provient de ce que n'étant pas une femme pervertie, une
vicieuse--je devine que mon être cherche des sensations en dehors de
son actuel contentement; mon appréhension prend sa source dans la
certitude instinctive que de semblables phénomènes me troubleront
encore et que, désormais, je ne pourrai empêcher mon mari ou un autre
homme, peut-être, de s'emparer de moi, imaginativement.--Cette façon
d'aimer et d'être aimée ne serait point banale, sans doute, mais je
n'ai, pour elle, en me consultant, aucun goût.

Quoi qu'il en soit, et malgré le trouble que je ressens, je ne
puis que rire en songeant à la situation que créait mon sommeil
à mon mari et à M. de Nailes--le premier dormant non loin de
moi, le second rentrant, guilleret, du club, peut-être, sans se
douter de l'événement heureux et malheureux dont ils étaient les
héros.--L'homme a des côtés bien comiques, et la femme des perfidies
bien subtiles, décidément.

Je voudrais, sincèrement, m'expliquer... l'accident dont je viens
d'être l'objet; mais je ne réussis qu'à peine à le comprendre.

Je conçois aisément qu'une femme dont les nerfs ont subi certaines
secousses, peut n'être plus la maîtresse de son imagination ou de
ses sens, pendant le sommeil. La caresse ayant passé en elle, dans
la douceur et dans la brutalité délicieuses de la possession, il est
facile d'admettre qu'elle frémira au contact, même fictif, de l'amant
durant la période de temps qui la sépare de la vie active et qui
annihile toute expression consciente de sa volonté.

Mais ce que je ne parviens pas à établir, c'est la cause morale ou
physique qui fait qu'une femme éprise d'un homme peut l'oublier, en
un rêve, et accepte sans révolte logique la venue d'un autre homme,
auquel elle se livre et par lequel elle éprouve toutes les sensations
que lui procure celui qu'elle aime.

Il me semble qu'elle devrait, même dans l'inconscience qui découle
du sommeil, conserver l'attraction intellectuelle ou matérielle de
l'être qu'elle préfère et, si elle est sujette à des émois intimes,
ne subir que par lui ces émois.

Il y a là, dans cet état particulier qui est aussi celui de l'homme,
si j'en juge par le magnétisme qui les jette l'un vers l'autre, un
mystère infiniment poignant, presque cruel.

La question qui en relève est inquiétante: quelle que soit
l'affection, quelle que soit la passion qui lient un homme et une
femme, l'un à l'autre, ni cet homme ni cette femme ne peuvent être
assurés d'une communion complète, ne peuvent posséder la quiétude
parfaite de leurs sentiments ou de leurs sensations. Lorsque,
éveillés, leurs bouches murmurent des serments de fidélité, leurs
corps, leurs âmes, dans le sommeil, se dégagent d'eux-mêmes, les
font étrangers l'un à l'autre, et ils ne se retrouveront que dans
l'amertume d'une désillusion, que dans le doute de la joie absolue
qu'ils s'offrent mutuellement.--Ayant été parjures involontaires,
dans leurs nuits, ils mettront moins de force, moins de conviction
dans la foi qu'ils échangeront, en leurs jours.--Le rêve qui les aura
séparés, créera entre eux, un au-delà vers lequel, fatalement, se
porteront leurs regards, leurs désirs, et amènera l'affaiblissement
du plaisir qu'ils goûtaient l'un par l'autre. Le rêve qui les aura
séparés, en généralisant leur idéal, en l'émiettant, en l'éparpillant
sur d'autres personnalités que les leurs, les obligera à penser
qu'ils se trompaient en demandant à une unité, embellie de tous
les mensonges d'une vision, l'exaltation de l'esprit et de la
chair, et à considérer que l'amour est pareil à toutes les choses
humaines--bonnes ou mauvaises--qu'il se donne et se reçoit, un peu,
de toute main.

Mon rêve qui était gai, m'a rendue triste. Je voudrais l'entourer
d'une signification plus conforme à mes joies présentes et je sens
que ma pauvre petite tête se fêle à le trop comprendre, et je me mets
à philosopher sottement.

Yvonne, peut-être, me l'arrangera au mieux de mes sympathies. Je le
lui raconterai et, vraiment, j'ai bien besoin qu'elle me l'explique
comme elle sait expliquer tant de réalités.



PSYCHOLOGIE DU RÊVE, EN AMOUR


J'ai fait connaître à Yvonne le rêve qui m'a inquiétée. Elle n'en
a point paru surprise et en a reçu la confidence comme elle aurait
entendu celle d'un fait tout naturel, attendu.

--Tu as tort, m'a-t-elle dit, de t'alarmer au sujet de ce rêve et des
conséquences qu'il a eues. Quant à la cause morale ou physique qui
l'a déterminé, elle est fort simple. Cette cause est tout entière
dans cette vérité que la femme qui n'est plus une ignorante, en
amour, ne vit pas seulement d'exclusivité. Etant à un homme, elle
peut reporter sur cet homme l'absolu de son affection spirituelle,
mais elle ne saurait être la maîtresse souveraine de sa chair. Or,
ma chérie, les sens de la femme ont des points communs avec ceux de
l'homme; de même que ceux de l'homme s'émeuvent à l'approche de telle
ou telle créature, de même ceux de la femme parlent au contact de
l'être qui, passionnellement, correspond avec eux. Ce trouble intime
se produit, chez la femme, tout autant dans la vie réelle que dans le
rêve. Le rêve lui est plus profitable parce que la conscience étant,
alors qu'il se forme, anesthésiée, ne peut en détruire les effets.
Il ne crée donc aucun danger pour la joie que goûtent, entre eux et
l'un par l'autre, deux amants.--Eveillés et revenus aux bras l'un de
l'autre, ils ne songent point à l'infidélité involontaire qui les
a séparés, et s'ils y songent, ce n'est que pour mieux s'adorer.
Tout au plus, tenant compte de tes craintes, la sensation étrangère
à eux-mêmes qu'ils auront éprouvée, les incitera à des curiosités
qu'ils ne satisferont peut-être jamais ou qu'ils satisferont d'un
commun accord. Il est à peu près inadmissible que l'homme, en ce
cas, permette à sa maîtresse de recevoir d'autres caresses que les
siennes; mais il est vraisemblable de penser qu'il obtiendra d'elle
l'absolution de baisers vagabonds. Ces baisers ne susciteront aucun
péril pour elle. Son ami lui reviendra, après les avoir distribués,
plus épris qu'avant la crise. Le péril n'existerait réellement qu'à
la suite d'une liaison déjà vieille et dont le charme déclinerait.
Ce n'est pas ton cas, et nous n'avons point à examiner les désordres
qui résulteraient de cette situation.--L'accident, comme tu dis, dont
tu as été victime--une victime fort peu à plaindre, avoue-le--est
particulier aux natures sensuelles, à ceux et à celles qui ont été
initiés aux secrets délicieux de la possession et, dès maintenant, tu
dois en prévoir le retour.

--Sais-tu bien, fis-je, que ta conclusion n'est guère rassurante pour
M. de Nailes.

Yvonne eut un gentil rire.

--Oh, tant qu'il n'y aura, entre toi et lui, qu'un rêve, il ne sera
point trop malheureux.--Tes rêves ne renfermeront peut-être pas
toujours, pour lui, des infidélités, d'ailleurs. Celui que tu m'as
conté t'a surprise. Tu n'es pas au bout de tes étonnements, ma
mignonne.

--Quelle abomination encore me menace?

--Une abomination qui menace toute femme, sans qu'elle s'en déclare
trop indignée lorsqu'elle la subit.--Il t'arrivera cette chose plus
singulière, certainement, que celle qui te préoccupe, cette chose
qui consiste à être bouleversée, dans le sommeil, et en l'absence
du rêve même, par le plaisir d'amour--par un plaisir anonyme qui
prend sa source en soi, et dont l'effet ne se reporte qu'à soi.
Nulle crise passionnelle et transitoire ne le détermine. Il s'empare
de l'être, le secoue et le laisse stupéfait, pareil, un peu, à un
enfant qui verrait lui tomber dans la bouche une friandise, alors
qu'il se trouverait seul et loin de tout marchand de douceurs.--Des
savants, des philosophes, des romanciers ont tenté d'expliquer
cette bizarrerie sensuelle. Tous leurs discours ne contiennent que
des sottises, que des subtilités physiologiques ou psychologiques
étrangères à la question.--L'homme et la femme qu'un spasme
voluptueux non provoqué par l'amant ou la maîtresse, non provoqué par
le souvenir de l'amant ou de la maîtresse, saisit, dans le sommeil,
sont, simplement, des instinctifs--passionnés ou chastes--les
extrêmes se touchent ici--en qui le désir monte, se développe
soudain, à qui la force vitale qu'ils exploitent ou qu'ils ignorent,
s'impose dans un viol de leur chasteté ou dans une continuité
mécanique de leurs penchants.--Lorsqu'un écrivain, après plusieurs
heures de travail, se couche, il ne peut arrêter la marche de son
cerveau et s'endort tardivement, hanté, malgré lui, par les aventures
ou par les personnages qu'il a imaginés.--Lorsqu'un être a coutume
d'aimer, il ne saurait davantage mettre un frein à l'activité de ses
sens et, dans le repos même, il ne pourra empêcher le fonctionnement
de leur jeu naturel.--Les chastes ne sont chastes, ordinairement,
que charnellement; leur pensée est, à leur insu, contre toute leur
volonté même, impure, en certaines heures. Si les amants subissent
l'influence des contacts, les chastes subissent l'influence des
visions.

--Ma petite Yvonne, murmurai-je, tu aurais un bien joli succès à la
Bodinière, si tu consentais à y faire une conférence sur l'amour.

--Ne te moque pas, répliqua la folle, le sujet que nous traitons est
plus sérieux que tu ne le crois. On pourrait le baptiser, par à peu
près, ainsi qu'une comédie célèbre: «_Les Surprises de l'Amour_,»
et dans l'étrange accumulation de faits qu'il présente, il en est
de déconcertants. L'inconscience des amants--cette inconscience qui
les rend infidèles, dans le sommeil, ou qui les jette, solitaires,
dans un émoi qu'ils n'ont point souhaité, s'explique par des causes,
après tout, naturelles et conformes à leur constitution physique ou
morale. Mais que penser de la femme, par exemple, qui étant sous la
caresse d'un homme--mari ou amant--éprouve toutes les joies, toutes
les sensations de l'amour le plus ardent en dehors de cet homme,
qui n'est pour elle, alors, que le véhicule de son désir, et reporte
toutes ces sensations, toutes ces joies, vers un autre que celui
qui la possède effectivement, vers un autre qu'elle aime ou qui,
simplement, dans sa forme plastique, provoque en elle une excitation
physique? Que penser de cette tromperie, sur la présence réelle dans
l'amour, entre deux êtres qui, cependant, sont intimement mêlés?--Je
t'accorde, ma mignonne, que la plupart des femmes à qui ce genre
d'accident est fréquent, sont ou des vicieuses ou des femmes qui,
éprises, n'ont jamais appartenu à ceux qu'elles souhaitent. Il est
curieux de constater, en effet, que la femme infidèle, pratiquement,
à son mari ou à son amant, n'est plus que rarement sujette à cette
sorte d'erreur, ne s'abuse presque jamais sur la personnalité de
celui à qui elle se donne. Parmi les femmes atteintes de cette
déviation spéciale du sens amoureux, il en est donc que l'on appelle
des femmes honnêtes--épouses irréprochables dans l'extériorité
de leur vie, maîtresses n'ayant jamais encouru le blâme de ceux
qu'elles ont choisis.--Tu semblais effrayée par le mystère du fait
qui te concerne. Le fait que je t'indique, ne doit-il pas provoquer
davantage ton effarement?--Quelle énigme, en vérité, contient la
dissimulation perverse des unes, ici, l'absence d'immédiate sensation
chez les autres, ou plutôt la faculté qui les caractérise de se faire
étrangères au lieu, à l'heure, à l'homme qui marquent leur abandon,
de substituer à cet homme, à cette heure, à ce lieu, une figure, un
théâtre, un temps qui n'ont rien de commun avec leur intimité?

J'interrompis Yvonne.

--Tais-toi, dis-je.--Si l'on réfléchissait trop à ces choses, on
haïrait l'amour.

Mon amie haussa les épaules.

--Non, conclut-elle, on ne haïrait pas l'amour qui est l'élément le
plus exquis de la vie, mais on l'envisagerait peut-être avec moins
d'exclusivité. On ne songerait plus autant à l'égoïsme qu'il crée
et l'on se dirait qu'il est sage de ne le considérer que dans ses
fins dernières--que dans la minute qu'il embellit, dans la pensée
qu'il charme, dans la sensation qu'il procure. On le débarrasserait
de toutes les fictions, de toutes les conventions, de toutes les
inquiétudes dont on a l'habitude de le charger et l'on s'en irait
avec lui, plus léger, sous le soleil et dans les fleurs. Il ne nous
apparaîtrait plus qu'ainsi qu'un étincelant papillon dont l'élégance
affinée et les chatoyantes couleurs seules séduiraient.

--Gentil docteur, combien votre leçon?

--Un baiser.

Je payai bien volontiers, avec la monnaie exigée, le discours
d'Yvonne. Son bavardage, exempt de tout pessimisme, m'avait rassurée
sur moi-même et sur les autres.--Comme «les autres,» actuellement,
pour moi, c'est M. de Nailes, je me refusai à discuter plus
longtemps. Je mis mon amie à la porte et je m'habillai pour un dîner,
chez les Johnson, où je devais la retrouver.



PSYCHOLOGIE DES CARESSES


Depuis le très subtil entretien que j'ai eu avec Yvonne sur les
caresses, j'ai beaucoup réfléchi et il m'a paru curieux de rechercher
non pas le plus ou le moins d'importance qui leur appartient, dans
leur diversité, mais la nature propre à chacune d'elles, mais la
sensation qu'elles procurent, selon qu'elles viennent de l'un ou de
l'autre de nos sens.

Yvonne l'a dit fort justement: l'œil, l'oreille, la main, la bouche
et le nez, prennent et donnent leurs caresses particulières.

Ce théorème, extrait du Traité pratique de l'Amour que rédige si bien
ma folle amie, étant exposé, il s'agit d'en démontrer l'excellence.

L'œil et l'oreille semblent, tout d'abord, être les agents les
plus sérieux de l'amour. Ils ne sont, cependant, que des soldats
d'avant-garde qui reconnaissent le terrain avant la bataille, et la
main, la bouche, le nez, sont le gros de l'armée qui doit entrer en
ligne.

Je m'explique.

Par l'œil, par le regard, pour parler plus poétiquement, l'homme
ou la femme éprouve la première sensation qui déterminera le désir,
ainsi que pourrait prononcer M. de La Palisse. Par l'oreille, il
ou elle perçoit l'aveu, le charme moral de la passion naissante.
Ce n'est qu'après avoir bien établi ces deux points fondamentaux
de toute liaison, que deux amants--pareils à des joueurs
d'échecs--avanceront leurs pions et en appelleront à la main qui crée
le contact, à la bouche qui sourit et qui goûte, au nez qui recueille
les parfums, en faveur du succès de leur sympathie.

Dans les préliminaires d'une aventure, dans le temps de cour que
l'on consacre à toute liaison, régulière ou clandestine, l'œil et
l'oreille, le regard et la voix ont une extrême importance. Cette
importance cesse dès la possession.

Les amants se préoccupent moins, alors, de se contempler, de
s'entendre parler que de s'abîmer, charnellement, l'un en
l'autre.--L'homme, si sa maîtresse est d'une silhouette élégante
et fine, s'amusera tout au plus encore à la voir se dévêtir, à la
voir s'apprêter à l'abandon; la femme, quelque attractif que soit
son amant, n'aura, pour lui, qu'un coup d'œil gai ou moqueur qui
ne lui montrera plus rien. L'homme pourra écouter sa maîtresse,
si elle est bavarde, lui débiter quelque propos mondain, mais il
restera silencieux et attendra même que le calme se soit fait en son
alcôve, pour mieux goûter le plaisir qui lui sera offert. Les heures
douces et aimables des phrases bien tournées, des regards pleins de
sentimentalité émue, auront vécu, entre eux, et c'est aux contacts
plus précis de leur être qu'ils demanderont leur joie.

La main, la bouche et le nez leur apporteront cette joie.

Ne m'occupant, ici, que des impressions reçues par la femme,
j'ajouterai que la main de l'amant, tantôt soumise, tantôt
autoritaire--câline et hardie dans la même seconde--a sur elle cette
sorte d'influence que possède la main du magnétiseur sur son sujet.
La préparant à l'amour, elle la jette dans l'amour; elle sème, sur
tout elle, des frissons et des brûlures, des douceurs et des piqûres.
Elle est l'instrument magique et pervers qui précipite le désir et
qui le fait inassouvi. Elle prend, vole, pille tout ce qui se livre à
elle, et, cependant, elle laisse le tout entier et seulement disposé
à être pris, volé, pillé.

La bouche communique à la femme une sensation fort subtile. Il
semble qu'elle lui verse une ivresse particulière dont la nature
absolue, au point de vue de l'extase, exclut toute impression qui ne
vient pas d'elle.--On a dit, avec raison, que la femme qui tend sa
bouche au baiser, se donne tout entière. Les caresses de la main,
en effet, peuvent ne pas entraîner, nécessairement, la chute d'une
femme. Les ayant acceptées, elle a le droit, elle est libre encore
de se ressaisir. Cette liberté, ce droit ne lui appartiennent plus
dès qu'elle a permis qu'une lèvre d'homme effleure la sienne. Si
elle est, comme Mme d'Inguerland, une «amuseuse,» elle conservera
toujours la faculté froide de se reprendre; mais si elle est une
amoureuse, elle sera à l'homme qui l'aura ainsi frôlée. Il n'est
pas de volonté, il n'est pas de remords, il n'est pas de vertu qui
tiennent devant la caresse d'une bouche sachant offrir et recevoir
le baiser.--Le baiser crée le contact intime et doux après lequel le
contact suprême et puissant apparaît comme une conséquence logique
et obligée de l'exaltation subie. Le baiser a un goût et c'est de ce
goût, indéfinissable, que jaillit sa caresse.

Le nez--ce pauvre nez dont Yvonne, l'autre jour, avait fort envie de
se moquer, tout en plaidant sa réhabilitation, a un rôle important,
également, dans la possession. Il est comme le conducteur des
mouvements passionnels--physiques ou intellectuels--de l'amant,
et dans la recherche à laquelle il s'habitue, soit qu'il hume,
délicieusement, l'odeur préférée de la femme aimée, soit qu'il
recueille plus spécialement les effluves qui s'échappent de son être,
il atténue ou accroît le désir. Il me semble que les voluptueux
préféreront toujours, au charme d'un produit de parfumeur, le charme
moins banal d'un corps de femme.

A la minute exquise et douloureuse de l'abandon, les trois caresses
de la main, de la bouche et du nez--du toucher, du goût et de
l'odorat--formeront, dans un ensemble, la joie mystérieuse en dehors
de laquelle rien n'existe, parce qu'elle est absolue, parce que sa
genèse est dans la vie même.

Je parlais, plus haut, du baiser, et je m'essayais à en fixer la
psychologie--une psychologie très sommaire et exempte de pédantisme,
je crois.

Je ne veux pas terminer ces feuillets, aujourd'hui, sans en compléter
l'expression.

Il y a trois sortes bien distinctes de baisers: le baiser d'avant,
le baiser de pendant et le baiser d'après la possession.

Le baiser d'avant la possession doit être timide, prudent, doux,
discret et modeste. Il doit être pareil, un peu--pour employer une
comparaison--à un voyageur qui frapperait à une porte et qui se
ferait humble pour qu'on lui accorde l'hospitalité. Si le voyageur
est un bandit ayant l'intention de mettre à feu et à sang la maison,
il se gardera bien, alors, de révéler son véritable état; si le
baiser est un baiser terrible, un brigand de baiser, il se gardera
bien de montrer l'ardeur qui l'anime, de laisser deviner les méfaits
dont il compte se rendre coupable.

Le baiser de pendant la possession a tous les droits, tous les
devoirs même d'un conquérant. Qu'il saccage, qu'il morde la bouche
qui l'agrée, il sera pardonné--tel un soudard, en une ville vaincue,
est souvent excusé par la belle fille qu'il vient de trousser.

Le baiser d'avant et le baiser de pendant la possession, doivent être
assez bien entendus de la plupart des hommes et tous en observent,
probablement, les nuances presque instinctivement.

Je doute que le baiser d'après la possession soit aussi bien, aussi
communément compris.

Les uns doivent le faire trop brutal, les autres trop indifférent.

M. de Nailes le donne fort gentiment et, à mon avis, tel qu'il faut
qu'il soit donné.

C'est, avec lui, comme une caresse délicate, reposante, qui court sur
les lèvres, sur les yeux, sur tout ce qu'il vient d'aimer; c'est,
avec lui, comme le muet remerciement, comme le sentiment matérialisé,
mais reconnaissant, de la joie qu'il a éprouvée.

La femme la plus voluptueuse--la moins pudibonde, par conséquent--se
sent envahie, après l'abandon, par l'involontaire regret de cet
abandon. Or, si les hommes avaient l'intuition de sa pensée, en
cette heure, si les hommes savaient la récompenser de son émoi, de
sa secrète alarme, en mettant dans leur baiser de... clôture, de la
chasteté presque, ils seraient doublement aimés.

Yvonne dirait qu'ils seraient, alors, trop parfaits et trop heureux.

Mon Dieu, pourquoi non, après tout?... M. de Nailes est ainsi, ou du
moins m'apparaît ainsi, et je ne m'en plains pas.



LA FEMME ET LES CARESSES


Je croyais en avoir fini avec le chapitre des caresses, mais il
paraît qu'il est plus compliqué que je ne le pensais.--Yvonne, à qui
j'ai fait part des réflexions qu'il m'avait inspirées, m'a joué le
méchant tour, cette après-midi, chez la marquise d'Oboso, pendant que
ces dames savouraient, avec des mines friponnes, de nombreuses tasses
de thé, de répéter ce que je lui avais confié.

Tout de suite, alors, la conversation s'est animée, a pris un tour
de galanterie piquante, et l'abbé de Mervil qui s'occupait à nous
confesser, sans en avoir l'air, a fait: «--Hum... hum...»--et cette
bégueule de Mme Berthaud s'en est allée, donnant comme prétexte à sa
sortie, des visites de charité fort urgentes.

J'étais un peu sur la sellette, comme auteur des
théories--subversives, au dire de l'abbé--que colportait Yvonne et
j'avoue que je me sentais intimidée. J'espérais même que l'entretien,
sur les caresses, se terminerait ainsi que la plupart de nos
entretiens, lorsque l'abbé est présent--par quelque reposante et
morale leçon; mais je comptais sans mon hôte, sans la curiosité
de ces dames qui, lancées en des demandes et en des réponses
embarrassantes, n'écoutaient aucune prudence, n'avaient aucune pitié
pour ma confusion.

Soudain, en effet, la voix chantante de la toute blonde Mme de Sorget
s'éleva et je mentirais si j'affirmais que la question qu'elle
formula, n'excita point, en moi, de l'intérêt.

--Yvonne et Luce--Luce, c'est moi: Luce de Rosnay, pour vous servir,
mesdames et messieurs--Yvonne et Luce, fit-elle, ont merveilleusement
établi la psychologie et la physiologie des caresses. Mais leur étude
est incomplète. Elles n'ont examiné les caresses que dans le courant
qui les porte de l'homme à la femme. Si nous les envisagions un peu
dans le courant contraire, dans le courant qui les porte de la femme
à l'homme?--Que répondriez-vous si l'on vous interrogeait afin de
savoir si la femme doit rendre à l'homme toutes les caresses qu'elle
en reçoit?

Mme de Sorget s'étant tue, il y eut un gros murmure autour d'elle et
jamais je ne vis le salon de la vieille marquise si houleux.

Chacune de nous «brûlait» de l'envie de connaître le mot de l'énigme
qui venait d'être si audacieusement posée, mais nulle d'entre
nous--même parmi celles qui le devinaient--n'avait la hardiesse
de le prononcer. Nous en serions, certainement, restées pour nos
frais d'imagination, si Mme d'Oboso, avec la franchise qui lui est
habituelle et avec l'autorité que lui vaut son âge, ne nous avait
satisfaites et tirées de notre perplexité, à la grande frayeur de
l'abbé qui lui faisait des gestes et qui lui jetait des regards
significatifs pour qu'elle ne parlât point.

La marquise s'aperçut de ces objurgations muettes et s'en montra
agacée.

--Voyons, l'abbé, dit-elle, vous n'êtes point madame Berthaud et vous
n'allez pas m'empêcher d'instruire ces mignonnes. Vous entendez des
choses bien autrement défendues, dans votre confessionnal.

L'abbé eut une inclinaison onctueuse:

--Permettez-moi de vous faire remarquer, madame la marquise,
qu'alors, il y a le bon Dieu entre les pénitentes et moi.

--Le bon Dieu est partout, l'abbé, ne l'oubliez pas--autant chez moi
qu'à l'église.--Par conséquent, puisqu'il vous protège là, il vous
protégera ici, si toutefois il est nécessaire que vous soyez protégé.

M. de Mervil sourit, salua et s'adossa à la cheminée.

Mme d'Oboso reprit:

--La question qui vient d'être faite paraît subtile, tout d'abord,
et cependant elle ne l'est pas.--La femme doit-elle rendre à
l'homme toutes les caresses qu'elle en reçoit?--Absolument, et
si nous choisissons comme types de notre examen, deux êtres qui
s'aiment vraiment, qui sont dans la recherche constante de l'un et
de l'autre, qui se désirent assez pour faire abstraction, entre
eux, de toutes conventionnelles mondanités, de toute pudeur, de
toute réserve, il n'est pas douteux que ce que l'un offrira à
l'autre, cet autre le lui rendra. Le chemin parcouru par le baiser
de l'homme sera suivi par le baiser de la femme et leurs deux
êtres s'unifieront dans l'harmonie parfaite d'une même joie. Une
comparaison fera-t-elle mieux comprendre mes paroles?--Lorsqu'un
soldat montre à l'un de ses camarades, le maniement du fusil, tous
deux ont les mêmes mouvements, tous deux agissent de même façon. On
dirait, à les voir, deux marionnettes articulées tant leurs gestes
sont identiques.--L'amour veut aussi qu'entre deux êtres, il y
ait un instructeur--l'homme; un conscrit--la femme; et que cette
dernière soit le reflet exact de son maître. L'avenir d'une liaison
dépend, souvent, il faut le reconnaître, de la compréhension que
témoigne la femme à s'assimiler les tendresses de son amant, à
lui procurer le même bonheur qu'elle goûte par lui. Sa légendaire
passivité disparaît, alors, et l'initiative par laquelle elle la
remplace, lui vaut, sûrement, un attachement plus sérieux. Combien
d'hommes se désintéressent de la femme que, pourtant, ils aiment?
Combien d'épouses, de maîtresses qui, radieuses au début d'une union,
pleurent quelques mois après cette union, en cherchant vainement la
cause de leur délaissement?--Cette cause est tout entière dans la
trop grande timidité qu'elles ont apportée dans leur alcôve, dans le
défaut d'initiative, de sens voluptueux qui les caractérise. Je sais
la grave objection que l'on oppose à mon argumentation: une femme
mariée, une maîtresse dont la liaison est consacrée mondainement,
doivent être respectées par l'homme, dans l'intimité même et ne
peuvent être regardées comme ces demoiselles vers qui, cependant, vos
chers maris et vos beaux amis, mesdames, s'en vont, malgré tous vos
charmes incontestables. Eh bien, cette objection est absurde. Il n'y
a point, en amour, deux sortes de femmes; il n'y a point plusieurs
façons de chérir. Il n'y a qu'une femme--la femme désirée--et qu'un
baiser--le baiser partagé dans ses plus extrêmes conditions, dans
ses plus troublants aspects. La femme que l'on respecte, en amour,
n'est ni l'épouse, ni la maîtresse dont on garde le contact, dont
on souhaite la joie. C'est la femme sacrifiée, sorte de mercenaire
du foyer, sorte d'esclave de l'alcôve, bonne seulement à faire des
enfants. Dans sa maternité même, il n'entre aucune douceur. Cette
maternité, comme son sexe, subit le lourd égoïsme de l'homme qui la
féconde, soit qu'il obéisse à des traditions familiales surannées,
soit qu'il soit atteint de ce que j'appellerai «le mal d'être père.»
Car, ne nous y trompons pas, certains hommes sont tourmentés par
le besoin de procréer, après quoi ils dorment, ainsi que certains
autres, par le besoin de boire ou de jouer, après quoi, également,
ils ronflent.

A cet endroit du discours de Mme d'Oboso, l'abbé se moucha
bruyamment.

La marquise que, décidément, il agaçait, se tourna vers lui.

--Je sais ce que je dis, l'abbé, fit-elle, et vous n'avez que faire
de vous moucher, pour m'interrompre. En parlant ainsi, je rends plus
de femmes heureuses et de maris fidèles, que tous vos sermons.

Puis, s'adressant, de nouveau, à nous, elle continua:

--Mes mignonnes, je ne me dissimule pas que ma théorie pourra
paraître impraticable à quelques femmes, aux sentimentales, par
exemple. Les voluptueuses seules l'adopteront.--Le monde n'est point
parfait et je n'ajouterai à cette constatation, qu'une remarque: les
voluptueuses seront seules satisfaites dans leurs désirs et dans la
joie à donner et à recevoir l'amour; les sentimentales resteront ce
qu'elles ont été toujours, charmantes dans un salon, un peu ternes
dans l'intimité.--L'amour est comme toutes les choses de la vie: il
veut de la diversité. Le regard, la bouche, l'oreille, se fatiguent
du même paysage, du même mets, de la même chanson. L'amour est
ainsi et il n'est pas réfractaire aux variations--aux articles
additionnels, comme on dit à la Chambre--que ses fervents savent
introduire, par leur science, par leur curiosité, dans ses lois
habituelles et générales.

La marquise se tut et contempla l'abbé qui, les mains croisées sur sa
ceinture, les yeux obstinément fixés sur un dessin du tapis, était
immobile et muet. Cette attitude, encore, l'impatienta et elle se fit
moqueuse:

--Eh bien, l'abbé, j'ai terminé ma leçon. Vous ne dites rien?

M. de Mervil eut une petite toux sèche:

--Je ne dis rien, non, madame la marquise, mais je pense que vous
paraphrasez bien spirituellement une parole de Notre-Seigneur. Vous
criez à ces dames:--«Allez et péchez!»--Vous n'attendez pas que je
vous approuve, que je les approuve, surtout, si elles observent vos
commandements?

La marquise se redressa, un peu coléreuse:

--Pardon, pardon, l'abbé, il ne faut être en rien plus royaliste que
le roi. Or, comme Notre-Seigneur a excusé Madeleine, j'espère bien...

Yvonne interrompit Mme d'Oboso.

--Soyez sans inquiétude, chère madame, sur notre sort. M. de Mervil
n'aura ni à nous absoudre, ni à nous damner. Il y a des péchés qui ne
s'avouent pas.

Mme de Sorget, toute rose et plus blonde sous le rose de ses joues,
s'avança et conclut, mettant tout le monde d'accord:

--Parce qu'il y a des péchés qui ne sont pas des péchés.

Cette déclaration exprimait-elle l'impression de toutes celles qui
étaient chez Mme d'Oboso? On pourrait le croire au joli rire qui
l'accueillit et dont l'abbé profita pour s'enfuir, dissimulant ainsi
sa défaite.

Il prendra, certainement, sa revanche dans son confessionnal et gare
à celles qui, cette semaine, auront l'imprudence de lui demander
l'absolution. Je ne serai pas de celles-là.



LE LANGAGE EN AMOUR


Si l'on demandait à une jeune fille dont le cœur s'éveille, ou à une
toute nouvelle épousée, s'il y a un langage spécial, en amour--un
langage qui développe l'imagination, qui affole les sens, la jeune
fille ou la toute nouvelle épousée resterait, certainement, bouche
bée, surprise, embarrassée.

En dehors du:--«Je t'aime»--habituel, en dehors des mille et une
douceurs parlées que comportent la cour que l'on fait à une femme,
ainsi que les premiers temps de la possession, elle ne devinerait
rien, aucun des mots inquiétants qui, cependant, caractérisent
l'amour et jaillissent des lèvres des amants.

J'ai été pareille à cette jeune fille, à cette épousée, et il a fallu
que ce qui est, fût--que je trompasse mon mari pour que ces mots
me fussent révélés, pour que je comprisse que l'amour a un langage
particulier--délicieux, enivrant, dans sa brutalité même--pour que je
comprisse, également, que la volupté a deux folies bien distinctes
auxquelles rien ne résiste: la folie de l'action et la folie de la
parole.

Il en est du langage, en amour, comme des caresses qui, elles,
appartiennent à la folie de l'action.

Le langage d'avant et le langage d'après ne sont point le langage de
pendant.

Le langage d'avant, fait de tendresses, de syllabes musicales--si
je puis ainsi m'exprimer--est comme le prélude d'un opéra à grand
spectacle, et prépare à bien recevoir les accords plus puissants,
plus pathétiques, plus intimes aussi, des scènes qui vont se jouer.
Rien de trop vif, de trop audacieux, ne doit en atténuer la mélodie,
en rompre le charme--l'illusion même. Car toute femme qui va se
donner, malgré la conscience très nette des faits qu'elle accepte,
a comme le besoin instinctif de se tromper soi-même sur la réalité
de ces faits; elle se livre sans vouloir songer, entre les bras de
l'homme qui s'empare d'elle, sous ses baisers légers, sous sa voix
murmurante, qu'elle fait l'offre de son corps, de tout ce qui est
elle--réfractaire presque, durant un éphémère moment non exempt de
subtiles délices, à l'exaltation de son âme, à la démence de sa chair.

Le langage d'après ressemble beaucoup à celui d'avant. Il est comme
le ressouvenir de l'heure d'entraînement--de l'heure chaste--et dans
sa câline expression, il doit ramener la femme au rêve, il doit
lui faire oublier, presque, l'instant douloureux et exquis, à la
fois, en lequel elle s'est perdue. La femme, après la possession, a
non seulement un peu le regret de sa faiblesse, ainsi que je l'ai
dit précédemment, mais elle en a aussi la honte, la rancune. A la
confusion de s'être dévoilée devant l'amant, s'ajoute, en elle,
la colère de se sentir physiquement moins forte que l'homme. Cette
constatation, qui lui mettrait peut-être de la rage dans le cœur,
la fait sourire bientôt, si celui qui l'a vaincue sait dissimuler
son triomphe par des mots opportuns, par des paroles appropriées à
la situation toujours très délicate que crée, entre deux êtres, la
minute de l'apaisement, du repos, de la séparation.

Le langage de pendant l'amour exige une analyse beaucoup plus
complète. Composé d'idéalisme et de réalisme, il doit exagérer les
sensations de la femme et se produire à la seconde psychologique
où elle est disposée à l'entendre, au risque de la froisser
profondément. Autant une femme passionnée pardonnera les audaces
de langage de son amant, si ces audaces frappent son oreille
alors qu'elle est prête à tout, autant elle les repoussera si la
plus mince lucidité d'esprit ou de sens lui permet d'en définir,
d'en apprécier la brutalité. La femme veut être seule, ou dans la
compagnie de personnes de son sexe, lorsqu'elle ouvre un livre
défendu. Elle ne saurait admettre que, dans le calme de son être,
on lui fît entendre des paroles qui la violent, comme pourrait la
violer quelque bête humaine en quête de sensualité. L'amant qui
n'a pas le don de deviner l'instant où sa maîtresse n'a plus de
pudeurs, est un faux amant, un amant manqué, et chantera rarement
deux fois victoire sur la même redoute conquise. Les mots hardis,
les mots crus, en amour--ces mots que l'on croirait glanés dans une
encyclopédie diabolique--n'effraient donc pas, en principe, la femme
qui se donne et que touchent les émois, les nervosités, les joies de
la possession. Prononcés en leur temps, ils lui semblent comme le
complément naturel de l'acte qui s'accomplit, comme l'accompagnement
obligé et impulsif des caresses qu'elle reçoit. Si elle n'ose les
dire elle-même, elle les écoute et leur arrache de la volupté; si
elle est assez enthousiaste ou assez initiée pour ne pas craindre de
les répéter, elle en tire une sorte de jouissance qui, la faisant
vibrer, moralement et physiquement, se communique à l'amant et
double ses facultés passionnelles. Il est une remarque, fort
importante, en amour: certaines caresses demandées ou offertes, dans
le langage habituel de la correction mondaine, ne seraient jamais
obtenues ou acceptées. Prises ou proposées, dans l'irritante folie
d'une parole, elles naissent spontanément.

Je ne suis pas un philosophe, mais si j'en étais un, je m'amuserais
à étudier l'influence du langage réaliste, sur la femme, dans la
possession. Il y aurait, sur ce sujet, un bien suggestif chapitre à
écrire. D'où vient cette exaltation intellectuelle, d'où vient cette
ivresse physique qui découlent du mot cru, du mot polisson--pourquoi
bouder sur un qualificatif?--en amour?

Je ne suis, hélas, qu'une pauvre petite femme curieuse que l'on
s'accorde à ne pas trouver trop laide, et ce sont là questions de
doctes savants. Cependant, s'il m'était permis d'exprimer mon avis,
à cet égard, je n'hésiterais pas à déclarer que la recherche ou
que l'acceptation du langage réaliste, pendant l'abandon, chez la
femme, est liée au désir habituel qui la mène, dans les occasions les
plus infimes comme les plus graves de la vie, vers un au-delà sans
cesse entrevu, sans cesse fuyant--vers cet au-delà qu'elle place,
obstinément, en toute chose et qu'elle tente vainement de saisir.
Il y a, pour la femme, de l'Inconnu, dans le vocabulaire dont je
m'entretiens--un Inconnu qui dérange son éducation, ses mœurs,
l'ordinaire train de son existence--un Inconnu qui jette l'effroi en
son âme, qui met un frisson en sa chair; et c'est cet Inconnu qui
la trouble, dans son mystère même brutal, qui l'indigne peut-être
lorsqu'elle en évoque la sensation, mais qu'elle souhaite comme un
auxiliaire de sa joie, lorsqu'elle revoit l'amant. La volupté naît,
chez la femme, de mille sentiments, de mille sensations divers
qu'elle-même aurait beaucoup de peine à démêler. Dans le cas présent,
la bousculade de sa vie, l'énigme qui la traverse, fougueusement, aux
heures de crise amoureuse, développent, en elle, le germe du plaisir,
et si l'on ajoute à ces éléments multiples, qui forment la source
de son bonheur, l'instinct qui la porte à connaître, à s'assimiler
les choses dont, publiquement, s'éloignent sa délicatesse d'âme, son
affinement charnel, on aura peut-être le secret très simple de ses
plus ardents émois.

J'avoue, sans trop rougir, devant ces pages de mon carnet, que
j'éprouve un peu de toutes ces impressions, quand M. de Nailes...
Mais, chut!... M. de Nailes serait furieux s'il pouvait se douter que
je dissèque ainsi nos amours.



CHEZ LE COUTURIER


Yvonne et Mme de Sorget sont venues me chercher, cette après-midi,
et ensemble nous sommes allées voir une chose extraordinaire: le
nouveau salon d'essayage de Riffle, le grand couturier, chez qui je
n'avais pas mis le bout du nez depuis longtemps. Ce salon d'essayage
vaut la peine d'être connu, en effet, et va prendre place parmi les
curiosités du Paris élégant.

Habituellement, dans les maisons de couture, l'essayage se pratiquait
d'une façon à peu près naturelle--très naturelle, même, si l'on
applique ce mot au dévêtement dont il est l'occasion.

Les femmes attendues pour la retouche d'une robe, d'un manteau,
étaient introduites en de petits salons ou cabinets ornés de glaces,
de quelques meubles plus ou moins luxueux, d'un guéridon sur lequel
se trouvaient, gentiment disposés, des rafraîchissements et de menues
friandises.

Une jeune personne, coquette et jolie le plus souvent, nous aidait
à nous déshabiller, puis à nous couvrir du vêtement en cours
d'exécution.--Le maître se présentait, allant d'un cabinet à
l'autre, par ordre d'arrivée des clientes, jetait un coup d'œil sur
l'ensemble de la toilette qui lui était commandée, rectifiait une
ligne ici, un point là, et saluant gravement, sans avoir prononcé
un seul mot, parfois, se retirait. Cette manière de procéder était
imposante peut-être, mais manquait essentiellement d'attrait. La
sécheresse, l'indifférence apparentes du maître qui ne daignait même
pas remarquer que les femmes qu'il visitait, ainsi, étaient souvent
à moitié nues, offraient aux regards des splendeurs physiques qui
eussent ému un saint, la sécheresse, l'indifférence affectées de
l'artiste étaient correctes sans doute, mais laissaient à l'essayage,
tout son côté d'ennui, toute son impression de corvée.

Riffle, qui est un malin, s'est dit que ce moyen de prendre la mesure
des femmes et de les parer, était usé, et il a imaginé une chose
inouïe, un truc merveilleux pour les distraire en même temps que pour
leur être utile.

Il a supprimé les petits cabinets en lesquels on nous enfermait
jadis, et son salon d'essayage est devenu un véritable théâtre.

Je ne plaisante pas. Je sors enthousiasmée de chez lui et Yvonne, Mme
de Sorget, ainsi que moi, lui avons commandé une toilette de bal tout
exprès pour expérimenter, par nous-mêmes, son invention.

Voici en quoi elle consiste.

Dans la vaste maison qu'il occupe, Riffle, dans le plus absolu
mystère, a fait construire une mignonne, une minuscule salle de
spectacle éclairée à l'électricité, avec scène, fauteuils et
quelques loges-baignoires.

On s'installe là comme au Vaudeville ou au Gymnase et l'on attend.

Je n'ai pas besoin de déclarer que la consigne est des plus sévères,
chez Riffle, pour être admis à l'essayage d'une cliente. Les seules
personnes, amies de cette cliente et acceptées par elles, sont
autorisées à entrer dans la salle et à y séjourner.

Cette après-midi, nous avons eu comme une sorte de répétition
générale, et c'est l'une des plus charmantes filles de la maison qui
a simulé la cliente. Nous étions une quinzaine de femmes du monde et,
dans les loges-baignoires, se cachaient, nous a-t-on affirmé, deux
ou trois cocottes de haute volée. Malgré tous mes efforts pour les
dénicher, je n'ai pas réussi à les apercevoir.

Donc, on attend, et quand le moment solennel est venu, on se trouve
subitement plongé dans l'obscurité la plus complète.

Mais un voile formant rideau s'écarte à droite et à gauche du
spectateur, une rampe ainsi qu'une herse s'allument soudain, et la
scène apparaît étrangement agencée. Elle est tendue de drap noir mat,
sur toutes ses faces, et le tapis qui couvre le plancher ainsi que le
plafond sont de la même étoffe.

Dans un angle--je ne sais si c'est du côté cour ou du côté jardin,
étant peu initiée aux choses des coulisses--un jeu de glaces
habilement dissimulées permet à la personne qui essaie de se rendre
compte de sa parure.

Lorsque tout est bien préparé, la cliente fait son entrée sur la
scène, par une ouverture qui se referme aussitôt derrière elle.

La herse et la rampe s'éteignent, alors, et un jet unique de lumière
électrique tombe sur la femme et la suit dans les évolutions, dans
les poses, dans la marche, dans tous les mouvements que lui indique
Riffle, qui, placé au dernier rang des fauteuils, est attentif aux
moindres détails de sa féerie, car c'est bien une féerie qu'il offre
ainsi aux familiers de sa maison.

La belle fille qui tenait lieu, aujourd'hui, de cliente essayeuse,
portait une robe de bal très piquante et sa nudité était presque
entière. Son corsage, ajusté à une simple ceinture qui moulait ses
reins et ses hanches, s'avançait jusqu'à la naissance des seins et
était dépourvu d'attaches pour les épaules. C'est par un miracle
d'équilibre et de coupe qu'il se faisait décent vers le haut et dans
l'ombre des bras.

Yvonne m'a dit, tout bas, que Riffle a eu là une idée géniale, et
que s'il était un homme sans préjugés, il pourrait, par elle, gagner
beaucoup plus d'argent qu'avec sa couture. On le paierait cher,
paraît-il, pour assister aux exhibitions de son salon d'essayage,
sans le consentement des femmes qui s'y montreront.

Cette réflexion d'Yvonne m'a effrayée. Si Riffle, en effet, allait
se servir de nous pour augmenter sa fortune?... On n'est jamais sûr
de rien avec ces couturiers. Ils savent tant de choses, ils sont si
adroits, si parisiens, ils connaissent tant de nos secrets! Ne s'en
rencontre-t-il pas qui nous en inventent, lorsque nous ne leur en
fournissons pas?--Mais non, Riffle est un brave homme et n'abusera
pas, pour la plus grande... émotion de vieux messieurs, de notre
beauté.

C'est une grande demi-mondaine, Aline de Dreux--ces demoiselles
empruntent leurs noms aux rois--qui a eu la primeur du théâtre
Riffle. Elle s'y est présentée, nous a-t-on raconté, dans le plus
provocant des déshabillés: en maillot chair extrêmement collant et
sans le plus léger voile aux endroits qui, ordinairement, s'étoffent
discrètement. Elle a imité, avec des gazes, avec des écharpes de
couleurs diverses, la fameuse danseuse Loïe Füller, et ses amis ainsi
que ses amies lui ont fait une ovation.

On ne s'ennuie pas, en vérité, chez Riffle. Son invention me semble
devoir obtenir un immense succès; elle plaira certainement aux femmes
qui ne craignent pas qu'on critique trop leurs épaules, leurs bras
ou leurs jambes. Mais elle soulèvera des clameurs indignées, j'en
suis convaincue, parmi celles qui sont obligées d'avoir recours aux
artifices du maître, pour corriger leurs imperfections physiques.

Yvonne, qui est malicieuse, se promet de mettre à la mode le théâtre
de Riffle et d'y organiser comme une sorte de concours de beauté.

Pour donner du courage aux timides, elle veut convier le ban et
l'arrière-ban de ses amies, à son prochain essayage.

Par elle, l'essayage va devenir un sport, je le parie.

Je ne sais si je l'imiterai. Si j'ai cette audace, je n'irai pas la
confesser à... mon mari?... Non; mon mari n'a nulle inquiétude de mes
actions; à M. de Nailes qui a toutes les indulgences pour mes péchés,
mais qui, je le devine, ne me donnerait pas l'absolution de celui-là,
puisqu'il n'en profiterait pas.



IMPUDEUR DE LA FEMME

CHEZ LE COUTURIER


En dehors des singularités, des attractions que l'on rencontre chez
Riffle, la question du couturier, du tailleur pour femmes, inspire
quelques réflexions.

Au premier rang de ces réflexions, apparaît celle qui concerne la
pudeur--notre pudeur dont nous sommes si jalouses envers ceux qui
nous fréquentent, dans le commerce habituel de la vie, et que nous
semblons oublier, totalement, dès que nous posons le pied sur le
parquet de l'un de nos «grands faiseurs.»

A partir de la minute où une femme entre chez le couturier, elle se
sent prête à obéir au moindre de ses ordres, en effet, à révéler à
ses coupeurs les secrets de sa chair, et elle ne suppose pas qu'elle
doive même rougir de se mettre nue devant eux.

La pudeur de la femme, comme tant d'autres choses qui la touchent
ou qu'on lui prête, ne résulterait-elle que d'un sentiment
conventionnel? Je serais presque tentée d'adopter cette opinion, si
je compare l'attitude de la femme, chez son couturier, à celle qui
lui est particulière dans le monde--au bal, au théâtre, dans un dîner.

Elle se déshabille autant qu'elle le peut--et non plus dans un
but d'utilité personnelle, mais pour la joie ou dans l'espérance
malicieuse d'éveiller des désirs--lorsqu'elle va manger en ville,
lorsqu'elle va entendre un opéra quelconque ou lorsqu'elle se
dispose à danser.--En ce dernier cas, même, elle se livre davantage,
puisqu'elle s'abandonne, dévêtue, au bras du premier valseur qui
passe à la portée de sa jupe, puisqu'elle lui permet de la saisir,
de perdre, quelquefois, l'esprit, sous l'irritation nerveuse qu'elle
provoque en lui, de vivre, durant l'espace de quelques instants, des
effluves qui s'échappent d'elle, de son intimité physique.

Cependant, il y a une nuance à observer dans le déshabillé, dans le
défaut apparent de pudeur, chez la femme placée dans le cabinet du
couturier, dans les salons, et en la seule présence d'un homme de son
monde.

Chez le couturier, au bal, au théâtre ou dans un dîner, il n'y a
pas impudeur à se montrer nue, parce que: premièrement, chez le
couturier, la femme, dans une vision spéciale des choses--du sexe,
surtout, de celui qui la touche, qui la regarde, fait abstraction de
son intimité et ne tient aucun compte de «l'animalité» de l'homme,
qui est auprès d'elle.--Cet homme, en sa pensée, n'est pas de ceux
qui la peuvent prendre, qui la doivent prendre plutôt, et l'idée
qu'elle pourrait lui appartenir, subir, accepter son amoureux
hommage, ne la trouble nullement; secondement, dans les salons, la
femme s'offrant à tous et non à un seul, perd le sens mystérieux de
sa pudeur, et il lui semble être autant protégée, dans cette pudeur,
par les cent yeux qui la voient que par le plus impénétrable de tous
les voiles.

L'indépendance passionnelle qui défend la femme, contre tout risque,
dans ces circonstances, n'existe plus lorsqu'elle se trouve, dévêtue
et seule, en face d'un homme de son monde. Elle sait, elle a la
certitude, alors, que cet homme est de ceux qui la peuvent prendre,
qui doivent même tout essayer pour la prendre, et sous son unique
regard, elle se sent possédée autant que si elle se donnait.

S'il y a, donc, convention dans le principe de pudeur chez la femme,
il est juste de remarquer que cette convention n'est pas absolument
exempte de raisons sérieuses et plausibles.

Il peut arriver, pourtant, objectera-t-on, que chez le couturier,
une femme soit exposée au désir d'un homme qui, tout en la mesurant
consciencieusement et selon son devoir professionnel, ne saura
dissimuler son... émotion et ne restera point, bêtement et seulement,
un couturier.

Le fait n'est pas improbable et c'est, en cette occasion, à la femme
qu'il appartient d'en demeurer maîtresse ou de se laisser séduire par
une bizarre curiosité.--Si elle accepte le fait, je crois qu'elle
en fera l'examen avec la même insouciance de sa réelle pudeur, avec
la même impersonnalité, que si elle s'apprêtait à un... essayage
ordinaire. Qu'elle croise, dans la rue, celui qui l'aura ainsi
connue, j'affirme qu'elle n'en aura cure et qu'elle ne rougira point
davantage, devant lui, que si au lieu d'une caresse, il avait posé
sur elle l'habituelle longueur de son mètre. Il n'en serait pas de
même avec un homme de sa caste qui aurait vécu, avec elle, l'une de
ses heures intimes.

La marquise d'Oboso nous racontait, récemment, que l'une de nos
amies dont elle s'est obstinée à taire le nom, a été l'héroïne d'un
événement de ce genre.

Elle essayait une culotte de cheval, chez Troost, la voulait
très collante et retenait auprès d'elle, plus que la prudence
ne l'autorisait, le coupeur--un très gentil garçon--qui
l'habillait.--Celui-ci fut audacieux, eut la main prompte, et
souhaita d'examiner mieux et de plus près les choses que lui
révélait le collant de la trop suggestive culotte. Notre amie
était-elle, ce jour-là, sous l'influence de pensées spéciales ou bien
cherchait-elle, plus simplement, l'aventure qui venait à elle?--Cette
dernière hypothèse me paraît plus vraie si l'on songe qu'elle ne
sortit de chez Troost qu'après y avoir laissé le meilleur d'elle-même.

Elle eût dû être satisfaite.--Eh bien, le piquant de l'histoire ne
consiste pas dans la «passade» qu'elle s'est offerte, mais dans le
sentiment qu'elle éprouva à la suite de cette équipée. Elle se montra
furieuse contre elle-même, d'abord, de sa faiblesse; contre son
séducteur, ensuite, à cause de sa sottise. Si l'on s'en rapporte, en
effet, à la confession de la pauvre victime de cet oubli, le beau
coupeur fut très au-dessous de ce qu'il semblait être, et si le
rêve qu'il promettait était d'une forme acceptable, la réalité qu'il
offrit fut désastreuse--laide et niaise.

Le conte est amusant et j'en ai beaucoup ri.--Ne rappelle-t-il pas la
fable de certain renard qui se moque d'une magnifique tête qui n'a
point de cervelle?--Notre pauvre amie pourra la méditer, à son aise,
désormais.

Il y aurait bien des paroles à dire sur cette question de la pudeur
féminine appliquée aux usages courants de la vie.

En résumé, les hommes, nos maîtres, seraient mal venus à nous
reprocher l'insouciance que nous manifestons à cet égard. L'instinct
de la pudeur, chez nous, est ce qu'ils ont désiré qu'il fût,
en définitive.--Pourquoi ne nous accompagnent-ils pas, chez le
couturier, et pourquoi déclarent-ils qu'une robe ne nous habille bien
qu'autant qu'elle ne nous habille pas?

Gustave Droz cite un gentil ménage en lequel c'était le mari qui
prenait les mesures des formes de sa femme, et qui les criait au
couturier caché dans une pièce contiguë à celle où avait lieu
l'essayage.--Ce mari-là était sage et la petite femme qui était la
sienne avait, certainement, une opinion de la pudeur, différente de
la nôtre.

Mais combien de maris sont pareils à celui de Gustave Droz, et s'il
en existait ne les aimerions-nous pas trop?



LA NUANCE INTIME DE LA FEMME


J'ai vu M. de Nailes, aujourd'hui, et il a été, comme toujours,
charmant. Je veux bien, dans ce carnet, consigner les diverses
impressions qui émeuvent ou qui charment ma vie mondaine, mais je me
suis imposé la règle de ne jamais mentionner le récit détaillé de mes
rencontres avec mon ami. Je ne parlerais donc pas de notre entretien
d'aujourd'hui, si vraiment cet entretien ne se rattachait, par la
passionnelle philosophie qui s'en dégage, aux quelques pages qui
précèdent. Pour la première fois, en effet, j'ai discuté avec M. de
Nailes et traité avec lui l'une de ces questions d'amour qui me sont
familières avec Yvonne ou auxquelles sait si bien nous intéresser la
marquise d'Oboso.

Cette question est un peu scabreuse et elle est de celles qu'un
homme doit savoir mieux expliquer qu'une femme, il faut le dire, car
elle se rapporte tout entière à des sensations particulières que
l'homme seul peut éprouver dans la possession. Elle est relative
à l'influence exercée par la couleur--le brun, le blond ou le
roux--chez la femme, sur le désir de l'amant.

Je suis brune et M. de Nailes m'a déclaré que ses préférences
sont pour le brun. J'ai pensé qu'il ne s'exprimait ainsi que par
galanterie et je me disposais à n'accepter son opinion qu'avec
réserve. Mais il paraît qu'il a été très sincère en la formulant et
il m'a prouvé que son choix est raisonné.

Je vais essayer de reproduire ses paroles ou plutôt de résumer ici
notre conversation.

Dans leur aspect visible, c'est-à-dire dans leur chevelure, toutes
les femmes, quelle que soit la nuance qu'elles portent, se valent et
sont, au même degré, susceptibles d'éveiller le désir.--Le piquant
d'une tête brune, la poésie d'une tête blonde, l'étrangeté d'une tête
rousse, ont d'égales chances d'être choisis par l'homme et, s'il ne
s'arrête qu'à cette extériorité féminine, il ne saurait, faisant
abstraction de ses dispositions personnelles, donner loyalement de
prix plutôt à l'une qu'à l'autre des femmes qui la possèdent.

Si l'on veut se rendre un compte exact de la valeur sensuelle de la
femme, il est nécessaire d'entrer en son intimité et c'est de la
couleur réelle de cette... intimité que résulte le plus ou le moins
de passion physique qu'elle inspire.

Le blond et le roux, chez la femme, ont de grandes analogies quant
aux impressions qu'ils provoquent, si j'en crois M. de Nailes, le
roux n'étant qu'une accentuation outrée du blond. Cependant, un
homme peut trouver dans l'un, peut demander à l'autre, des pensées
différentes.

Le roux, par exemple, dans la rutilante irritation qu'il fait
naître, ne convient qu'aux natures bizarres et enthousiastes. Sa
tache étant plus nette, plus précise, sur le corps, que celle du
blond, fixe mieux l'imagination et attire le regard ainsi que le
geste, avec plus de résolution. Il ferait, par là, comme une sorte
de concurrence au brun; mais il diffère du brun en ce qu'il invite
à un entraînement plus capricieux, plus temporaire, en ce qu'il n'a
point le don d'immobiliser l'ardeur de l'amant, en ce qu'il ne laisse
aucune place à l'intellectualité. Le roux est comme une fleur sauvage
que l'on respirerait avec délices, dans la montagne, comme une algue
précieuse dont on goûterait la saveur, sur quelque grève, mais qui
ne retiendraient ni la volupté, ni le souvenir du promeneur. Cette
définition du roux, chez la femme, ne signifie pas que cette nuance
ait, en amour, une infériorité. Il n'y a pas d'infériorité, dans les
choses d'amour comparées les unes aux autres. Elles renferment une
même somme de séductions, de jouissances, et les préférences qui les
distinguent ont leur cause, simplement, dans leur généralité plus ou
moins étendue.--Le roux est plus rare que le blond et que le brun;
il n'a point, comme eux, à son actif, l'habitude de l'homme et, si
je voulais le flatter, je dirais que la superficialité apparente qui
l'enveloppe est la marque d'une aristocratie passionnelle. M. de
Nailes m'a paru assez bien résumer l'impression de l'homme, à cet
égard, en affirmant que la femme rousse ira au plus profond d'un
cœur masculin, en deux heures, tandis que tout un jour, que toute
une nuit, suffiront à peine à la femme blonde ou brune pour connaître
la valeur d'un amant. Avec la femme rousse, on prend le train express
de l'amour. C'est le train omnibus avec sa sœur blonde ou brune.

L'intimité blonde, chez la femme, est trompeuse. Dans sa discrétion,
dans sa modestie, dans sa timidité, elle semble être contraire à
toute violente émotion, à tout abandon trop complet ou trop rapide.
Si l'on s'en tenait à cet aspect, on jugerait vite ainsi. On jugerait
mal, pourtant. Il est des femmes blondes qui sont des simples ou des
insensibles, même, en amour; mais si l'on considère la femme blonde
d'une façon absolue, il faut s'empresser de reconnaître qu'elle a
toutes les fougues, tous les énervements des rousses et des brunes.
Elle ne leur ressemble pas dans l'expression de sa joie, et c'est
peut-être là ce qui a contribué à accréditer la fausse légende de son
indifférence passionnelle.--Elle met de la douceur, dans son abandon,
et cette douceur est l'une de ses plus vraies séductions.--La
blonde ne saurait faire naître, chez l'homme, cette vivacité, cette
spontanéité, dans le désir, que la rousse et que la brune, dans un
mode différent, jettent en lui. Le charme paisible et affiné du
blond l'invite à des épanchements modérés, mais qui portent en eux
une profonde satisfaction.--Le blond est la nuance intellectuelle
de l'amour. S'il n'exige aucune violence de gestes ou de paroles,
aucune perversion dans le plaisir--auxquelles il n'est nullement
réfractaire, d'ailleurs--il dépose en l'âme de l'amant des pensées
d'éternité, des impressions fortes de tendresses. Le roux fera d'un
homme une sorte de satyre pâmé dans la frénésie de la possession. Le
blond en fera un poète et les rimes qu'il rêvera, alors, pour être
harmonieuses, n'en seront pas moins puissantes.--Le roux et le brun
ne permettent point à l'homme, dans la minute suprême du bonheur,
dans la joie partagée dont elle est pleine, de jouir consciemment
de son exaltation et de celle de sa maîtresse. Le blond lui laisse
cette faculté. Dans l'union de la chair et de l'âme, il permet à
l'homme d'éprouver un plaisir double--de goûter, par le regard, la
frémissante ivresse qui s'empare de la femme, en même temps qu'elle
se communique à tout son être. C'est en cela, surtout, qu'est la
caractéristique de l'intimité blonde de la femme. Cette intimité est,
en outre, sculpturale. Elle ne coupe pas la ligne de son corps par
la violence de sa tache. On peut presque affirmer que l'homme épris
d'une femme blonde est intelligent, est un écrivain original ou un
artiste délicat.

Je suis brune, je l'ai dit, et je me vois embarrassée pour
reproduire, sincèrement, les paroles de M. de Nailes sur le brun,
chez la femme.--La femme brune, selon mon ami, est l'amoureuse par
excellence. Elle a toutes les qualités passionnelles de la rousse
et elle peut s'assimiler toutes les qualités sentimentales de la
blonde.--Elle est ardente, elle met de la fièvre en son baiser et
elle ne se refuse pas, suivant l'éducation sensuelle qu'elle a
reçue, au charme doux, à la légèreté de la caresse.--Son intimité
qui s'affirme violente, attirante, est l'un de ses attraits les
plus puissants. L'amant ne résiste pas à son magnétisme. Il va vers
elle, dans l'entraînement de tout son corps, de tout son esprit.
Il se dégage, de cette intimité, d'imaginatives images qui le
rendent fou, et il s'abîme en elle comme en un rêve trop fortement
vécu.--Ce que l'homme n'a pas le loisir de tenter avec la rousse,
dans la rapidité de mouvement qu'elle lui commande; ce que l'homme
n'ose pas demander à la blonde, dans l'apparente chasteté de son
attitude, il le goûte avec la brune. Il lui offre et lui arrache la
caresse perverse et savante qui met du délire dans la possession;
il la prend toute, par le geste et par la voix. Il l'initie aux
audaces charnelles comme aux hardiesses de langage. Le sentiment
qu'inspire le blond--l'immuabilité dans l'amour--acquiert, en face
du brun, une acuité plus intense. On a remarqué, en effet, qu'une
liaison brune a une durée plus longue, plus stable qu'une liaison
blonde. La femme brune, on ne saurait le contester, apporte une plus
grande diversité de sensations, en amour, que la femme blonde. Son
baiser est exempt de monotonie, n'admet pas l'habitude.--L'homme
trouve, en elle, chaque fois qu'il la rencontre, comme une maîtresse
nouvelle, différente de celle qui lui a appartenu déjà, et cette
multiplicité d'aspects accroît et maintient son goût, son désir.
Mais c'est, surtout, par la tache accrocheuse, par la tache voyante
de son intimité que la femme brune arrête la volonté passionnelle
de l'homme. L'émoi physique que cette intimité, d'un charme
mystérieux--intellectuel et matériel en même temps--fait naître,
est absolu. L'homme se laisse saisir par lui, irrésistiblement.
L'intimité brune de la femme est la nuance exaspérée de l'amour. Elle
est, si l'on veut accepter cette comparaison--comme le rouge qui
attire l'attention du taureau, le fait meugler, l'appelle, le mène,
fatidiquement, vers la joie ou vers la mort.--Le brun, chez la femme,
dans une autorité qui ne s'explique pas, ou plutôt qui ne s'explique
que par l'existence d'affinités physiques ignorées des philosophes
ou des savants, s'impose aux sens de l'homme et s'en empare sans lui
permettre de se dérober à son attraction.--La loi de la pesanteur est
l'une des lois qui dirigent le monde.--Il y a des lois, en amour,
aussi, et celle de la couleur intime de la femme est l'une d'elles,
auxquelles il est impossible d'échapper.

Telle est la leçon de physiologie et de psychologie amoureuses que
m'a donnée, aujourd'hui, M. de Nailes. Est-elle concluante?--Un
nouvel et moderne aréopage seul pourrait, sur un tel sujet, se
prononcer. Mais quelles sont les Phrynés qui se prêteraient à son
examen?



LES JEUX DE L'AMOUR


Je ne sais quel ignorant, quel sot ou quel morose a dit, dans l'aigre
satisfaction de calomnier l'amour--la femme, surtout, qui en reçoit
directement l'empreinte--que toutes les femmes se ressemblent dans la
possession, dans la recherche et dans l'expression du plaisir, dans
la façon de le donner aussi.

Rien n'est moins exact que cette opinion. Celui qui l'a émise n'avait
guère aimé et n'avait jamais été aimé, sans doute.--La pratique
habituelle du baiser lui aurait inspiré un avis plus réfléchi en ce
qui concerne la femme. N'eût-il même connu qu'une seule femme, en
sa vie, il eût tiré de sa liaison, une expérience assez complète des
attitudes d'une amante, dans l'intimité, pour s'éviter la boutade
ridicule et faussement misanthropique qui l'a rendu célèbre.

Cet homme m'apparaît comme un cuisinier qui n'aurait su accommoder un
gibier que d'une seule manière et qui l'aurait servi, à ses maîtres,
sans cesse entouré de la même sauce. Les maîtres s'en seraient
fatigués et ils auraient eu raison.

Il eut une compagne, peut-être, une fois, en son existence; il l'aima
méthodiquement, conventionnellement, sans le souci aimable de varier
les témoignages secrets de sa tendresse et comme de la monotonie, de
l'insuffisance de sa science, il résulta un ennui, une indifférence,
une lassitude, chez celle qui partageait ses heures, il s'en prit à
la malheureuse de la déception que lui apporta l'amour, alors qu'il
aurait dû juger sainement et condamner la médiocrité de ses procédés.

Daphnis et Chloé qui étaient des primitifs, n'imaginaient-ils pas
cent manières diverses de s'adorer, sans réussir à mettre une
conclusion à leurs entretiens? Malgré leur naïveté, ils étaient des
docteurs ès-sciences comparés au philosophe bilieux auquel je viens
de faire allusion.

Contrairement à son appréciation, je crois qu'aucune femme ne se
ressemble dans l'offre et dans la réception du baiser; je crois que
c'est avec chacune, une étude nouvelle à tenter, une observation à
noter, non seulement au point de vue intellectuel, mais aussi au
point de vue physique.

Chaque femme a, en amour, son attitude préférée pour goûter la joie
que lui communique l'homme. Et, par là, même, déjà, elle présente
des marques particulières et non contestables qui la révêtent, dans
l'intimité, d'une originalité toute personnelle.

Elle ne provoque pas, certes, quoique le souhaitant, le savoir de
l'amant. Mais si cet amant n'est pas un niais, il sait deviner sa
pensée inavouée et il s'efforce à la satisfaire.

La femme, en amour, veut être étonnée sans cesse, a l'horreur
instinctive de la chose admise, apprise et répétée. Elle exige un
au-delà toujours nouveau, comme le viol reproduit à l'infini, de sa
pudeur. C'est dans ce sentiment que lorsqu'elle paraît vouloir se
dérober à l'initiation plus accentuée de la possession, elle ne doit
pas être entendue, obéie, car elle est prête--l'amant peut en être
certain--à accepter toutes les surprises.

Cette dissimulation, chez la femme, n'est pas ignorée des amants
adroits et ils font devant elle ce que font les bons conteurs devant
un auditoire attentif.--Ces derniers se gardent bien, malgré les
sollicitations qu'on leur prodigue, de dire, en une causerie, toutes
les histoires qui sont en leur mémoire, et ils s'arrangent de façon à
pouvoir intéresser, chaque fois, par une anecdote neuve--même s'ils
ont réédité l'anecdote de la veille.--Les amants adroits agissent
ainsi: ils apportent des changements en leurs baisers; ils les font
anecdotiques.

La femme est ce que la fait l'amant et celle qui a la chance
d'appartenir à un sensationiste, agrée non seulement avec joie ses
leçons, mais se révèle dans toute la puissance, dans toute la
spontanéité des impressions qu'elle subit, comme une très personnelle
amoureuse.

Yvonne me disait, récemment, que tout dans la femme, est bon pour
l'amour, que tout, en elle, est fait pour la caresse, que tout ce qui
est elle, physiquement, doit concourir à la recherche ainsi qu'à la
réception du plaisir.

Cet absolutisme, dans la possession, cette généralisation de la
sensibilité féminine, m'ont tout d'abord un peu effrayée. Je
reconnais, maintenant, qu'Yvonne a parlé avec vérité et qu'il n'y a
rien que de très délicieux, dans cet abandon entier de la femme à
celui qui la désire.

La femme est toute intimité, et nulle partie, nul recoin de son
intimité ne doivent être négligés par l'amant.

La femme que l'amant dédaigne, oublie de visiter en les plus
mystérieuses retraites de son corps, n'est point, réellement, à celui
qui la fréquente ordinairement, et elle le délaissera, sûrement, en
une heure de curiosité trop nerveuse.

J'ai lu, quelque part, qu'un homme à qui on avait présenté sa femme,
nue, mais la tête recouverte d'un épais voile, au milieu d'autres
femmes pareillement dévêtues et masquées, ne l'avait pas reconnue.

Cet homme, évidemment, était un primitif, en amour, et la stabilité
de son intimité conjugale devait être fort compromise.

Il aimait sa femme, peut-être; mais il l'aimait mal, puisqu'il ne
l'aimait que dans la nuit de son alcôve et dans celle de ses sens,
puisqu'il l'aimait avec simplicité.

L'amour--l'amour passionnel--veut la complication charmante de la
caresse, veut la diversité dans l'acte qui le caractérise.

Qu'on ne vienne pas me dire qu'en parlant ainsi, j'émets une
monstruosité.

L'amour sentimental, platonique, dont les puritains vantent les
vertus, se contente-t-il de la même chanson, de la même élégie, du
même son de voix?

Pourquoi refuserait-on, à l'amour physique, dans ses manifestations,
la diversité de la sensation, alors que l'on accorde à son timide
frère, l'amour platonique, la diversité des sentiments?

La chair, qui est visible, n'a pas moins de droits que l'âme qu'on ne
voit pas, et si l'on trouve bon que l'une aime à écouter différents
modes de concerts spirituels, on ne peut trouver mauvais que l'autre
souhaite d'éprouver des émois qui ne se ressemblent pas.

L'abbé de Mervil serait ou paraîtrait scandalisé par cette théorie.
Mais l'abbé de Mervil qui est terrible, dans son confessionnal,
serait plus indulgent aux pénitentes s'il y avait une Cour, en
France, encore, et s'il en était. Je la lui ferais connaître, alors,
ma théorie. Et je suis convaincue qu'en humant une prise, il se
donnerait le temps de la comprendre et de... l'approuver.



LES SENSATIONISTES


Il est, paraît-il--c'est la toute blonde Mme de Sorget qui a fait
cette révélation--c'en est une pour moi--dernièrement, chez la
marquise d'Oboso--un genre de femmes amoureuses que caractérise un
qualificatif tout spécial. On les appelle et elles s'intitulent des
sensationistes.

Une sensationiste, cela se comprend, est une femme qui dédaigne les
choses convenues, acceptées; qui pour se rendre à Rome, par exemple,
passerait par le pôle Nord, au lieu de monter tout simplement en
wagon, à Paris, et de se laisser voiturer vers son but.

Ce n'est donc pas sur le _mot_ que s'est engagée la discussion, mais
sur le _fait_, c'est-à-dire sur les divers points passionnels qui
constituent le sensationisme.

Cette discussion, en vérité, a été fort curieuse.

Après avoir énuméré les différents cas en lesquels une femme témoigne
le besoin presque instinctif d'étrangetés, d'à-côtés, en amour,
comme la circonstance où elle se fait conduire dans un mauvais lieu,
«pour voir,» pour s'emplir le regard, ainsi que la pensée et tout
l'être, d'images, de souvenirs qui l'écœurent, sans doute, mais qui
l'exalteront en de certaines heures, comme la circonstance encore où
frôlant, apercevant un beau gars, rustre ou élégant, elle se sent
prise du désir irrésistible de lui appartenir, sachant parfaitement
qu'elle l'oubliera après l'étreinte; après avoir énuméré, donc, ces
différents cas de perversion sensuelle, Mme de Sorget a abordé la
question d'une façon plus large, plus intéressante, plus directement
liée à notre intimité, à nos mœurs.

Et l'éternelle histoire de la femme inconstante, de la femme qui
change d'amants comme de gants, a été soumise à nos délibérations.

Bien des opinions ont été formulées soit en faveur, soit en défaveur
de la femme infidèle. Je ne les reproduirai pas et me contenterai de
résumer les conclusions qui ont clos notre dispute.

Une femme, si je m'en tiens à ces conclusions, reste friande du même
baiser ou recherche la caresse de lèvres sans cesse nouvelles.

Si elle est d'une nature calme, passive, si elle est une instinctive
satisfaite, exempte de toute inquiétude charnelle, elle ne trompe
point l'ami qu'elle s'est choisi et il n'y a pas lieu de la féliciter
de sa sagesse, puisque cette sagesse n'est qu'un corollaire de son
tempérament.

Si, au contraire, elle est une curieuse, une assoiffée de science
amoureuse, elle ne peut--en prît-elle la résolution--demeurer
fidèle, observer la correction d'allures qui distingue la femme
uni-passionnelle et, dans le dérèglement de son existence, il n'y
a pas lieu davantage de la blâmer de son ardeur au plaisir--à un
plaisir toujours neuf--puisque cette ardeur découle fatalement de
l'entraînement de ses nerfs.

C'est une sensationiste et, comme telle, elle se dérobe à toute loi
sociale ou mondaine, à toute chose consacrée par l'approbation, par
le respect de la foule.

Il est, en chimie, des corps simples et des corps composés. Or,
il est en amour, également, des femmes simples et des femmes
composées--compliquées serait mieux. Les premières sont les sages,
les secondes sont les dissipées--les sensationistes. De même qu'en
chimie, on traite les corps selon leur nature exacte, il paraît juste
qu'en amour, on traite les femmes selon l'aspect qu'elles présentent.

Il est admis qu'un homme peut, sans inconvénient, connaître plusieurs
femmes, non seulement en sa vie, mais dans l'espace d'une même
journée. On n'oppose aucune remontrance aux désirs qui le portent
vers les unes et vers les autres--vers les brunes et vers les
blondes--suivant l'inspiration ou l'aspiration des heures, et l'on
excuse même ces désirs en disant de celui qui les manifeste:--«Il
redoute la monotonie,»--une phrase bête, comme les phrases toutes
faites, remarquons-le, en passant. Si la phrase est bête, l'idée
qu'elle souligne ne l'est pas, cependant. C'est, en effet, parce
que l'homme a l'horreur de la monotonie qu'il va de femme en femme,
comme l'oiseau de branche en branche. Il peut aimer sincèrement sa
compagne habituelle, s'il est marié, sa maîtresse s'il a une liaison,
et vouloir que son regard, que sa main, se tendent vers une, vers
d'autres femmes. L'impulsion à laquelle il obéit alors a été décrite
très psychologiquement de cent manières différentes et subtiles.
Elle ne demande pas tant de discours, pas tant de rhétorique. Elle
est simple et simplement explicable. L'homme est un sensationiste
né, et sans réfléchir même aux instincts qui le mènent, il agit
sous l'influence de leur autorité. Lorsqu'il trompe sa femme ou sa
maîtresse, il n'a nulle intention de ne plus l'aimer; il éprouve
seulement le besoin de voir, de sentir, _d'apprendre_ une autre femme
que sa maîtresse ou que sa compagne. La femme qu'il possède, alors,
dans l'absolu du trouble passionnel qu'elle lui communique, est pour
lui l'X, l'inconnu, autant que celle qu'il a possédée, au temps
lointain de sa virginité, l'a été. Il se rua, jadis, sur l'inconnu
que lui offrait cette épouse éphémère, et il se rue, étant initié,
sur l'inconnu, sur l'X aussi magnétique, aussi mystérieux, que lui
montre «la femme nouvelle.»

Si donc, la recherche, la possession de «la femme nouvelle» sont
permises à l'homme, pourquoi refuserait-on à la femme qui a ses
mêmes inquiétudes, ses mêmes souhaits, ses mêmes violences sanguines
ou nerveuses, son même besoin d'un contact ignoré, la faculté, le
droit, l'excuse de se donner à «l'homme nouveau,» de goûter, par lui,
des sensations multiples, de créer en lui cet X, cet inconnu qui
fertilise la sève épuisée de don Juan?

La femme qui change d'amants n'est pas plus
coupable--passionnellement--que l'homme qui change de maîtresses.
Elle a, comme lui, l'impérieux vouloir de sensations et elle tourne
ses lèvres vers les dieux ou vers les démons qui sèment son jardin de
fleurs toujours fraîches, aux parfums divers.

En matière de sensations, il serait malaisé, d'ailleurs, d'établir
des limites aux pratiques des amants, de louer ceci, de condamner
cela.

La femme qui se refuse, comme Mme d'Inguerland, par exemple,
n'est-elle pas une sensationiste à sa façon et puisqu'on ne lui fait
pas un crime de sa rigueur systématique, pourquoi répudierait-on
celle qui trouve sa satisfaction dans la prodigalité, dans la
facilité de ses baisers?

Mme d'Inguerland est un cas particulier, c'est entendu; elle est sans
sexe, déclare le docteur Lescot, et réfractaire à l'acte effectif
de l'amour. Mais combien de femmes, ainsi qu'elle, se plaisent
dans un obstiné refus, sans avoir le prétexte d'une insensibilité
pathologique? Ces femmes puisent une jouissance physique et morale
à voir, à leurs pieds, un homme éperdu et à se dérober à sa caresse.
Ce sont, elles aussi, des sensationistes, mais des sensationistes
dont la perversion est mauvaise, comme en guerre avec toute humanité.
Elles jouent à l'éternelle fiancée et elles tentent, dans un ordre de
choses plus général, d'en perpétuer, pour leur intimité égarée en une
déviation monstrueuse d'impressions, les exquises, inconscientes et
chaudes alarmes.

M. Georges Ohnet a peut-être, sans s'en douter, inventé un jour
une femme de ce genre, en silhouettant l'héroïne du _Maître de
Forges_--Claire de Beaulieu, je crois. Cette femme était une
sensationiste au rebours de la femme qui jette son cœur à tous
les vents. Il est vrai que son attitude ne dura pas et qu'elle
s'humanisa. Mais telle qu'elle nous apparaît, tout d'abord, elle est,
je le répète, une sensationiste. Que M. Ohnet l'ait faite ainsi,
volontairement ou involontairement, sa conception n'est point aussi
dépourvue de réel, d'intérêt qu'on l'a dite.

Entre ces deux espèces--pour parler comme les savants naturalistes
du Muséum--entre la femme qui recherche des sensations en s'offrant
à l'expérience de multiples amants, et la femme qui quête des
impressions en provoquant à l'amour comme au travers d'une grille
cadenassée et verrouillée, mon choix, dussé-je passer, à mes propres
yeux, pour une petite folle, n'hésite pas: c'est la première--la
femme au baiser vagabond--qui a toutes mes sympathies.



LES CURIEUSES


La femme qui, imitant l'homme en ses désirs passionnels, change
d'amants au gré de ses inspirations, est une sensationiste d'un ordre
très primitif, très élémentaire, au dire de Mme de Sorget. Il est des
femmes qui appartiennent à une psychologie plus compliquée et que
le docteur Lescot n'hésite pas à considérer comme des malades.--Je
ne suis pas de l'avis du brave et savant docteur. A part les cas de
bestialité repoussante que les bulletins des hôpitaux enregistrent,
en matière passionnelle, et qui sont comparables à la déchéance
morale ou physique des alcooliques, je crois que l'être sain de
corps et d'esprit ne peut, pour cette raison qu'il recherche des
sensations en dehors des faits généralement admis socialement,
être classé parmi les fous ou les déséquilibrés. J'ai parlé des
alcooliques. Leur exemple servira ma conviction. Un homme peut aimer
à déguster de fines liqueurs, dans la mesure que lui permet son
tempérament, sans pour cela être un alcoolique, sans pour cela être
menacé, un beau jour, de se voir traîné à Sainte-Anne, dans une crise
de _delirium tremens_. C'est de même en amour; un homme, une femme
peuvent raffiner leurs plaisirs, peuvent multiplier autour d'eux les
causes de leur satisfaction, peuvent faire de la volupté une chose
complexe, sans pour cela tomber dans la bestialité, sans pour cela
encourir la condamnation du savant, ce savant fût-il le docteur
Lescot.

Les sensationistes sont, d'ailleurs, des intellectuels--ce qui écarte
d'eux toute idée de bestialité--et appartiennent au monde élégant--ce
qui les garantit de tout contact grossier.

Le ou la sensationiste éprouve, en effet, autant de joie morale,
dans l'expression du désir, que de joie physique. Il ou elle
spiritualise l'acte matériel de l'amour, ainsi que les caresses dont
cet acte n'est que le complément final et obligé.

Si je ne craignais de paraître m'offrir à moi-même du paradoxe,
je dirais que l'homme ou la femme que nulle émotion ne touche, en
dehors du baiser classique et... canonique, que nul enthousiasme
n'entraîne au delà des sentiers battus depuis que la terre est la
terre, devraient, à plus juste titre que les virtuoses de l'amour,
être accusés de bestialité. Ils agissent comme l'animal, en effet,
et font l'amour comme s'ils accomplissaient une fonction naturelle,
comme s'ils s'acquittaient d'une tâche quotidienne et ménagère.

Je ne pense pas que l'esprit de l'homme, que la beauté de la femme
n'aient été créés que pour cette simple et patriarcale besogne.
Je pense que l'esprit de l'homme, que la beauté de la femme ont
été faits pour s'unir dans le génie inventif des attractions, des
tendresses dont ils portent le germe.

En vérité, les conventions, les lois morales ou mondaines, sont fort
bizarres, fort illogiques, lorsqu'on les examine de près.

Il est admis, sans difficulté, que la bouche, que l'œil, que
l'oreille, que la main, que le nez, peuvent éprouver diverses
sensations, dans la même heure, dans la même journée--que la bouche
peut goûter de multiples friandises, que l'œil peut admirer
plusieurs peintures, que l'oreille peut écouter différents morceaux
de musique, que la main peut se plaire au contact d'étoffes
dissemblables, que le nez peut humer dix parfums délicieux, par
exemple, et il est défendu à tout l'être--à tous les sens réunis, et
pourtant si indépendants lorsqu'on les sépare--de percevoir, dans
l'amour, d'autres sensations que celles de la bête--que celles que se
procurent, gentiment, sans doute, mais très primitivement, les petits
oiseaux au printemps.

Je comprends peu l'ostracisme qui frappe ainsi la volupté dans ses
manifestations libres et intimes.

Je comprends peu que l'on défende au baiser d'être varié, alors
qu'on trouve aimable et bienséant de provoquer des sensations
multiples pour la satisfaction matérielle ou intellectuelle de tout
ce qui, en notre individu, s'en écarte.

Il y a des amoureux, de par le monde, et des gens qui ne le sont
pas--car ce n'est pas être un amoureux que d'aimer une femme à la
manière élémentaire de petits oiseaux. Il devrait donc exister des
lois charmantes en faveur des premiers, des lois qui ne relèveraient
que d'eux seuls. Le sort malin s'est amusé à les courber, au
contraire, sous le joug tyrannique des insensibles. Ce sont les
gens qui ne sont pas des amoureux qui ont réglementé la volupté et
toute l'intellectualité, toute la passionnelle imagination que les
sensationistes apportent dans leurs joies, ne sauraient prévaloir
contre leurs arrêts maussades.

Cette un peu longue digression m'a été inspirée non seulement par
les notes précédentes de ce carnet, sur la femme indépendante en
amour, mais aussi par cette catégorie de sensationistes auprès
desquelles, selon Mme de Sorget, la femme qui change d'amants est une
«élémentaire.»

Il est des femmes, nous a-t-elle affirmé, que ne visite non seulement
jamais le moindre sentiment de jalousie, mais qui ne se refusent pas,
en de certaines heures passionnelles, à se compléter par une autre
femme, dans le partage du plaisir que leur offre leur amant.

Ces femmes appartiennent, ainsi que je le disais plus haut, à une
psychologie assez compliquée et qu'_a priori_ il semble difficile
d'expliquer.

Le sentiment qui les conduit, cependant, à se doubler ainsi d'une
compagne, dans l'intimité, est analysable.

Il est le même, à peu près, que celui qui invite une femme à se
multiplier en des miroirs, aux minutes de la toilette, pour mieux
admirer, pour mieux goûter sa beauté, sa grâce. Il n'y a, ici, aucune
perversion de pensée en elle. Je crois que cette perversion--telle
qu'on serait tenté de la comprendre--est également exempte du
désir qui mène une femme à se donner une compagne, à se doubler
réellement, dans l'amour, comme elle se multiplie dans le jeu de ses
miroirs, en son cabinet de toilette.

Elle ne saurait être jalouse, aussi des... paroles qu'échange alors
son amant, avec cette compagne. Celle-ci, en effet, lui apparaît,
dans un reflet imaginatif, comme une autre elle-même, vivante,
palpable, et la tendresse qu'elle reçoit, elle la recueille comme
si elle lui était véritablement adressée. _Elle a la vue_ de cette
tendresse et c'est là tout ce qu'elle souhaite d'obtenir, dans cette
complication apparente, dans ce partage de son intimité.

Les sensations qu'elle peut ainsi éprouver peuvent assurément, si
l'on tient compte de son état d'esprit, acquérir une grande acuité:
elle aime comme si elle avait la faculté de donner deux baisers à la
fois.

Devant les faits, en amour, on ne saurait témoigner de surprise
qu'autant qu'on ne parviendrait pas à les concevoir. Je ne me sens
aucun penchant pour les originalités des sensationistes, mais je ne
les condamne pas, comme n'hésite pas à le faire le docteur Lescot,
sous prétexte de monstruosités maladives, et je m'ingénie, au
contraire, à démêler les impressions, les sentiments qui les animent.

Dans le cas qui m'occupe, je me trouve en présence d'une femme qui
n'abdique rien, en somme, de sa nature, de sa féminité et si je
n'approuve pas, pour moi-même, ses procédés, je ne me crois pas
autorisée à les blâmer.

La sensationiste dont je parle n'a rien de la femme qui, reniant
son sexe, cherche, en dehors d'elle-même presque, des satisfactions
étrangères à l'amour. Elle pourra s'attacher à la compagne qu'elle
aura choisie, la chérir même; mais elle ne s'attardera point, avec
elle, en des clandestinités; mais l'affection, la passion qu'elle
ressent pour son amant, ne souffriront en aucune façon de la dualité
qu'elle s'impose.

Elle est consciente et inconsciente, à la fois, de l'étrangeté de
son désir: consciente, en ce qu'elle a la volonté très nettement
formulée d'en goûter la volupté; inconsciente en ce que, dans
l'accomplissement de son contentement, elle perd la notion du moi et
du non-moi, se trouble, passionnellement, au point de vivre la vie
même de sa compagne.

Le cas est particulier, sans doute, mais il n'a rien d'odieux. Et
si je ne redoutais de m'exposer à la réprobation des simples, je
dirais qu'en amour, tout ce qui n'est ni odieux, ni grotesque, peut
être sinon accepté, du moins envisagé avec quelque philosophique
bienveillance.



LES COUPABLES


Pour qu'une femme consente à se doubler d'une compagne, dans
l'intimité, comme je l'ai dit, il faut qu'elle soit ou très
intelligente ou très perverse--qu'elle apporte dans la sensation
qu'elle recherche ou une extrême compréhension de la vie amoureuse
ou une très subtile curiosité.--Cette femme, on ne peut le nier, se
trouve rarement et forme, dans la catégorie des sensationistes, une
minorité.

Il est un genre de sensationiste dont la rencontre est plus
fréquente, plus banale aujourd'hui. C'est la femme qui se laisse
prendre au charme d'une amie, qui en est aimée et qui l'aime comme
si elle était ou sa maîtresse ou son amant.

Un jour, en l'une des conférences exquises dont elle a le secret,
la vieille marquise d'Oboso nous a expliqué la psychologie de cette
femme et a couvert son péché d'une si gentille indulgence qu'elle ne
nous a point semblé commettre une très grande faute. La psychologie
de la Lesbienne--il faut bien appeler les choses et... les femmes par
leurs noms--telle que nous l'a détaillée, un peu sommairement, mais
aimablement, la marquise d'Oboso, est la même, à peu près, que celle
de la femme dont il a été question dans la précédente méditation.

La femme est une amoureuse instinctive d'elle-même, de sa propre
personne et en chérissant une amie, en acceptant ses caresses,
elle s'adore simplement--à la manière du beau Narcisse--dans
l'inconscience de l'intérêt passionnel qu'elle puise en sa seule
individualité.

Il paraît que cette catégorie de femmes est très nombreuse, à Paris,
et comme je m'étonnais, devant Yvonne, du goût spécial qui les
inspire, qui les porte à s'éloigner de l'amant, la folle s'est mise à
rire.

--Tu seras donc toujours une fillette naïve, s'est-elle écriée, ma
petite Luce, et tu ne voudras donc jamais admettre que chacun ne
pense pas comme toi?

--Je ne crois pas être très naïve, aujourd'hui, ai-je répliquée un
peu piquée, et il ne m'est pas défendu de ne pas comprendre--dans le
sens passionnel et philosophique des mots--certaines choses, certains
faits.--On nous assure que la femme qui aime la femme pullule,
actuellement autour de nous. Je ne nie pas son existence; mais je me
permets de ne pas approuver son procédé.--Sais-tu bien que si, en
dépit des galantes théories de Mme d'Oboso, en dépit de la galante
bienveillance qu'elle professe pour tout ce qui, de près ou de loin,
touche à l'amour, on acceptait les doctrines de ces révoltées--car
la femme qui aime la femme est une révoltée--c'en serait fait de
nous autres, pauvres niaises qui croyons encore à notre _Pater_
d'amantes, à l'humanité telle que le bon Dieu l'a voulue; c'en
serait fait aussi des beaux airs vainqueurs de nos amis.--Je ne veux
pas que cela soit.--On nous dit qu'il s'est institué, à Paris, de
véritables associations, de véritables clubs de femmes, en lesquels
le regard d'un homme ne pénètre jamais. On nous dit que, dans ces
lieux clandestins, dans ces sortes de loges maçonniques, se pratique
un mode de tendresse particulière et que les initiées y prononcent le
serment de renoncer à l'amour tel qu'on le conçoit habituellement,
y prononcent des vœux pareils à ceux que les nonnes balbutient,
au jour de leur prise de voile, y abdiquent leur sexe presque, et
y jurent une haine à tout ce qui est de nature masculine.--Je ne
perds point mon temps à récriminer contre les opinions de celles
qu'un désir de mystère, qu'un réel sentiment de l'étrange, plutôt
qu'une sincère conviction, amènent en ces lieux. Mais je prétends que
ces femmes se trompent sur l'excellence de leur façon d'aimer, sur
l'absolu même des sensations qu'elles éprouvent, dans le don et dans
l'offre de leur particulière affection.--C'est une exaspération de
féminité qui conduit les unes à se refuser à l'amant, pour rechercher
la caresse d'une compagne; c'est une déviation des sens, c'est une
masculinisation de tout l'être qui jettent les autres vers des
plaisirs qui leur procurent l'oubli d'une passivité qui, entre les
bras de l'homme, les laisse insatisfaites.--Les premières sont des
exaltées trop éprises d'elles-mêmes, de leur grâce; les secondes sont
des «incomplètes» condamnées à la recherche éternelle d'aspirations
dont on retrouverait peut-être la cause dans un phénomène d'atavisme,
dans une monstruosité ascendante.

--Tu parles, dit Yvonne, comme l'abbé de Mervil ou comme le docteur
Lescot.

Sans répondre à cette interruption malicieuse, je continuai:

--Je suis de celles qui ne sont point exclusives, en amour, et qui
acceptent volontiers qu'une femme aime dans la femme, la grâce, la
séduction dont elle est faite. Je pourrais aimer une amie, dans
une heure nerveuse, et éprouver quelque joie à m'en sentir aimée.
Mais, dans l'expression même de ce sentiment, de cette impression,
un peu subversifs, je resterais et tiendrais à rester femme, je ne
renoncerais à aucune des émotions qui naissent de mon sexe, à aucune
des sensations qu'il provoque.--La femme qui retranche de sa vie
le contact de l'amant se place en dehors de l'amour, presque, et
crée comme une troisième espèce en somme peu intéressante. Cette
femme, en outre, lorsqu'elle n'obéit point, dans les manifestations
de ses goûts, à cette attraction toute individuelle dont parle Mme
d'Oboso--attraction inconsciente et partant étrangère à tout calcul
passionnel; lorsqu'elle agit, au contraire, dans toute la réflexion
d'un désir incompatible avec sa nature, dans toute la volonté brutale
d'une caresse préméditée, est coupable--coupable plus que la femme
qui s'adjoint une amie dans le partage du baiser.--Celle-ci, dans
la bizarrerie, dans la criminelle perversité, si l'on veut, de son
plaisir, n'abandonne rien de sa propre essence et, si tout en aimant
son reflet dans la personne de sa compagne, elle se laisse entraîner
par la séduction originale d'un contact troublant et inhabituel, elle
demeure ce qu'elle doit être--femme--et maîtresse de ses tendresses
comme de celles de l'amant.--En matière de sensations, il n'est point
d'abstractions. Or, la femme qui supprime de sa vie le contact, le
souvenir de l'homme, crée une abstraction. Celle, au contraire, qui
offre à une amie le partage de sa joie intime, qui se double de sa
silhouette, élargit ses impressions, complète la volupté dont elle
est friande.--Nous subissons l'influence d'une civilisation avancée
et la volupté, comme toutes les choses, dans l'état de problème,
de perfectibilité en lequel se trouve le monde, est hésitante,
s'en va comme à la découverte de «motifs» plus en rapport avec les
aspirations des cerveaux et des sens modernes que ne le serait
évidemment l'amour goûté par une société primitive. La volupté se
transforme, change d'aspect, modifie ses besoins, ses séductions,
selon le temps en lequel elle se manifeste. Sous l'action réflexe
des inventions qui nous effraient, qui nous stupéfient, parfois,
dans la trépidation matérielle et intellectuelle d'une époque toute
aux nouveautés, aux impatiences de vivre, la volupté ne saurait
demeurer stationnaire et j'admets qu'elle sorte de l'immuabilité à
laquelle veulent la contraindre les puritains. C'est pourquoi je ne
m'élève que médiocrement contre les désirs inquiets des uns, contre
les satisfactions extra... amoureuses des autres; c'est pourquoi
je me contente de constatations que je me refuse à faire amères ou
raisonneuses. Il me paraît, cependant, que la volupté est soumise à
des lois naturelles--physiques et morales--qu'elle ne doit, qu'elle
ne peut répudier sans qu'il résulte pour elle, de ce renoncement,
comme une sorte de désorientation contraire à l'essence même des
choses dont elle se réclame. Nul n'affirmera jamais que la vie
d'un être ne soit pas une chose sacrée à laquelle on ne saurait
attenter, que l'on ne saurait détruire, déguiser, sans commettre un
crime. Nul n'affirmera jamais que frapper d'impuissance sensuelle
un enfant, dès sa naissance, un homme adulte, ne soit pas également
un crime.--La volupté est assimilable à cette chose qui se nomme
la vie, à cette autre chose qui se nomme le pouvoir de créer, chez
l'homme, et quiconque porte atteinte aux affinités qui la composent,
commet un crime. On peut accroître la sensation de la vie, on peut
développer le pouvoir créateur de l'homme; on peut de même donner
plus d'intensité passionnelle à la volupté, mais nul n'a le droit
de l'amoindrir, de lui arracher l'un des éléments qui en assurent
l'expression.--La femme qui fuit la présence de l'homme, mutile la
volupté, accomplit une action blâmable, déforme l'esthétique du
baiser.--C'est le cul-de-jatte de l'amour.

J'étais fort sérieuse, paraît-il, en débitant cette tirade; et Yvonne
m'ayant complimentée sur mon éloquence, je me trouvai un peu ridicule.

Après tout, ai-je été si ridicule que cela?



L'INTIMITÉ


Yvonne vient de «renouveler,» ainsi qu'on dit, sa chambre à coucher,
et telle qu'elle se présente, maintenant, elle donne l'impression
très suggestive d'un nid d'amour. Cette impression devrait être
offerte, en vérité, par toute femme qui n'est point insensible
au baiser et Yvonne a parfaitement compris l'influence du milieu
favorable aux confidences, en se débarrassant du mobilier fort
beau, évidemment, qu'elle possédait, mais peu en rapport avec les
aspirations de son intimité.

Tout, dans sa chambre, prête à la méditation, à la sensualité, à
l'oubli de ce qui n'est pas l'amour.

Le lit, large et bas, semble inviter à la possession facile et sûre;
les sièges, fauteuils, chaise-longue, coins de feu, paraissent
faits pour de multiples et capricieux désirs; les emmitouflements
des portes et des fenêtres, permettent le silence et l'isolement
nécessaires au plaisir.--Aux murs tendus d'étoffe assortie à
la nuance de la gentille folle, pendent quelques tableaux--des
gravures choisies, des reproductions de Fragonard, de Vanloo. Sur un
chevalet, un cadre original: le ou plutôt les portraits d'Yvonne,
photographiée en diverses attitudes. Il y a là, une quinzaine de
poses véritablement merveilleuses. Cette façon peu banale d'exposer
son image devient une mode élégante; la toute blonde Mme de Sorget
l'a adoptée, également, et l'on m'apprend que plusieurs mondaines ont
suivi son exemple.

Il est peut-être inutile que je dise que tous ces portraits sont
signés Reutlinger, le photographe si parisien, si féministe. Nul
mieux que lui, en effet, ne sait silhouetter la femme moderne,
nul mieux que lui ne sait la rendre avec tout son charme, avec
toute sa grâce. C'est un très réel et un très sincère artiste. Le
premier, il a réussi à représenter, par la photographie, la femme
dans l'expression personnelle qui la fait séduisante. Il est de
ses portraits qui sont des chefs-d'œuvre et auxquels le peintre
le plus difficile n'aurait rien à retoucher. Reutlinger restera
certainement comme l'un des féministes, amants de la forme et de
la beauté modernes. Toutes les jolies femmes de Paris--mondaines,
demi-mondaines et actrices--passent ou sont passées par ses ateliers
et la collection de ses figures, formera, dans un temps, un document
précieux pour l'écrivain ou pour le peintre qui souhaitera d'établir
l'histoire de la femme, en notre curieux et troublant dix-neuvième
siècle.

Lorsqu'on entre dans la chambre d'Yvonne, à l'impression d'amour
que l'on éprouve, s'ajoute une impression plus spéciale et très
subtile. Il semble, en la voyant ainsi reproduite à l'infini, en des
attitudes différentes, que l'on ait la vision d'une multiplication
magique de sa personne et l'on comprend que l'amant qui franchit un
tel seuil, se sente saisi par une griserie délicieuse, comme par
l'enveloppement d'un baiser qui naîtrait, puissamment, de quinze
bouches confondues en une seule.

La femme est une idole--une idole qui entend et exauce, souvent,
les prières de ses fidèles--et sa chambre à coucher, plus que son
salon, plus que son boudoir, est l'endroit de sa maison où sa beauté
doit régner. C'est le tabernacle devant lequel tous s'agenouillent,
mais que le seul prêtre approche, ouvre et consacre de sa force, de
sa science. Qu'on le veuille ou qu'on ne le veuille pas, la femme a
imposé son culte à la société actuelle et on l'adore parce qu'elle
est tout ce qui reste d'affiné, de délicat, d'exquis, dans une
démocratie qui jette sur tous et sur tout, de la vulgarité.

Qu'elle soit--étant une amoureuse--fidèle ou inconstante--qu'elle se
garde pour la caresse unique de l'homme--mari ou amant--qu'elle a
choisi, ou qu'elle demande à l'aventureux hasard de ses mondanités
les sensations dont elle a besoin, elle doit avoir le souci de son
charme, de sa grâce, et elle doit les placer dans un cadre qui
les fasse valoir, qui permette de les goûter avec quiétude, avec
bien-être.

Elle ne saurait donc trop apporter de minutie passionnelle dans
l'arrangement de son appartement intime, de sa chambre à coucher,
surtout.

La volupté se dégage de l'extériorité des choses qui entourent une
femme, comme de la vue, comme du contact même de cette femme.

Or, l'amant sincère qui subit si profondément l'influence des objets
qui appartiennent à sa maîtresse, l'influence du cadre en lequel se
dessine sa silhouette, est d'autant plus apte, d'autant plus ardent
à chérir, d'autant plus disposé même à faire montre de son savoir,
que la femme qui le reçoit sait mieux établir, autour d'elle, et pour
lui, pour le baiser qu'elle attend, une atmosphère de tendresse, une
séduction ambiante à laquelle il lui est impossible de résister.

Le jeu d'amour, comme tant de jeux, exige de l'application, de
l'habileté, une intellectualité qui provoquent toutes les ressources
des partenaires en présence. En une époque où les nerfs exaspérés
ont acquis une sensibilité excessive, vibrent impérieusement, où
l'affinement, la recherche, la nouveauté des sensations font de
l'amour une chose compliquée et le privilège luxueux d'une minorité,
il est nécessaire que la femme comprenne, si elle tient à la durée
du culte dont elle est l'objet, que tout, en elle, doit s'offrir à
concourir à l'expression personnelle de son désir, comme à l'éclosion
des satisfactions, des espérances qui se lèvent devant elle, sous la
chaleur de son souffle, sous la douceur de son contact.

Une amoureuse, réellement digne de ce nom, ne devrait jamais laisser
de porte ouverte à l'imagination de l'homme qu'elle admet en son
intimité. Dès l'instant où l'homme pose son pied sur le tapis de sa
chambre, il devrait ne plus s'appartenir, il devrait se sentir pris
par l'âme comme par les sens et marcher vers l'oubli de tout ce qui
n'est pas sa maîtresse. Par la vue, par le toucher, par l'odorat,
par l'ouïe, par le goût, il devrait posséder non seulement la femme,
mais encore tout ce qui forme la nature, l'essence, la matérialité
même de son intimité. Sa pensée, sa chair, agrippées comme en un
piège--mais comme en un piège délicieux--devraient devenir étrangères
au monde et s'endormir dans le charme de la caresse donnée et reçue,
dans la volupté enveloppante, aussi, des choses, des objets au milieu
desquels naît cette caresse.

Je sais bien qu'il est malaisé à une femme, souvent, de revêtir ainsi
son intimité d'une sorte de décor magnétique qui en accroîtrait
l'influence. Il est, cependant, des femmes qui ne manquent pas
d'adresse et qui puisent leur force dans le souci constant qu'elles
prennent de leur attitude, des sensations qui se produisent à leur
approche.

On citait, récemment, une femme qui étant une très belle causeuse en
même temps qu'une superbe amoureuse, avait deux parfums spéciaux à
son usage--un parfum pour les heures de la conversation et un autre
pour celles de l'amour.

Le parfum de la conversation était doux, discret; c'était un parfum
paisible, honnête, bon enfant, qui laissait aux hommes toute leur
lucidité d'esprit, qui ne les incitait qu'à des propos pleins de
réserve.

Le parfum de l'amour était capiteux, étrange; c'était un parfum
nerveux, impudique, batailleur, qui mettait de la folie dans le
cerveau, qui inspirait des audaces, des aveux impatients.

Cette femme fut heureuse, ayant la double satisfaction de l'âme et de
la chair.

Toute amoureuse devrait songer à l'imiter et imprégner sa vie, sa
personne, son intimité de ces deux parfums, qui maintenaient sa
puissance.

Yvonne en connaît-elle le secret, comme elle connaît celui de tant
d'autres choses?

Je le lui demanderai.



DON JUAN


A propos de je ne sais quelle discussion philosophique, chez Mme de
Sorget, on en vint à parler de don Juan; et à ce nom, à l'évocation
du personnage légendaire qui le porte, il y eut des pâmoisons,
presque, autour de nous.

Don Juan, c'est-à-dire l'homme cruel aux femmes--à la femme
plutôt--l'égoïste froid qui ne cherche qu'une sensation personnelle,
qui regarde la femme comme l'instrument passif de son plaisir,
qui fait l'amour comme on accomplit une fonction naturelle, comme
on boit, comme on mange, comme on dort, mu par le seul besoin de
satisfaire son animalité, don Juan a la faculté encore d'émouvoir
des âmes, de troubler des sens, de soumettre à son autorité des
imaginations.

Je comprends peu l'engouement qu'il inspire; j'avoue même, en dehors
de toute impression individuelle, que son caractère me semble fort
vulgaire, fort banal, et que le bruit qu'il a fait, dans le monde, me
paraît exagéré.

Don Juan est un type commun et qui ne vaut pas d'être chanté en vers
ou en prose par tant d'écrivains de tous les pays. On le rencontre
partout, un peu, dans les salons, dans la rue, dans les mauvais
lieux; il est élégant ou haillonneux, selon le milieu en lequel il
s'agite; et la spéciale galanterie qu'il professe, qui l'a rendu et
qui le rend encore célèbre, ne présente qu'un médiocre intérêt.

Don Juan possède beaucoup de femmes, a toutes les femmes qu'il désire
et les abandonne toutes, dès la première caresse assouvie.

En vérité, cette façon d'aimer--qui est celle d'un sous-officier
qu'ennuie la caserne--renferme des séductions, une psychologie dont
je cherche vainement le côté non seulement attrayant, mais le sens
original.

Il n'est point difficile à un homme, à quelque classe de la société
qu'il appartienne, et dans le cercle ordinaire de ses relations, de
connaître un grand nombre de femmes, de les duper et de les oublier.

Si c'est là le procédé qui fait d'un homme un émule du héros
tragique, ce procédé est simple et à la portée de chacun. Il pouvait
être apprécié en un temps où l'amour était envisagé dans une
conception élémentaire, apparaissait comme l'expression très simple
d'un sentiment naïf ou comme la manifestation brutale d'une sensation
peu compliquée; mais, en notre époque, il ne saurait résister à
l'analyse de la volupté, à sa formule, il ne saurait contenter les
instincts.

Nous aimons autrement que nos devanciers, nous aimons avec toute
la sensitivité de notre esprit et de nos nerfs, et nous ne nous
attachons plus à un homme qui n'a que son animalité à nous offrir.

Don Juan, tel qu'il se présente à nous dans la légende, tel qu'il
se présente à nous dans la vie moderne, avec tous les caractères de
son passé, ne saurait éveiller l'attention d'une femme délicate,
sensuelle et consciente de son propre charme, consciente aussi de la
grâce de son baiser, de l'excellence de son intimité.

A vrai dire, don Juan, trousseur de grandes dames, de bourgeoises,
d'ouvrières et de paysannes, n'existe pas aujourd'hui. L'homme à
bonnes fortunes exerce son influence exclusivement dans le milieu
qui lui est familier et selon ses goûts particuliers. On voit
peu d'hommes élégants, retenus par l'attrait des femmes qu'ils
fréquentent, s'en aller à l'office pincer le menton des soubrettes,
et l'on peut être assuré que si un homme a quelque penchant pour la
femme étrangère à son monde, il se contente de mettre à profit ce
penchant, sans demander à celles qu'il coudoie dans les salons et
qui n'ont aucun effet sur ses sens, sur son imagination, un plaisir
inférieur à celui qu'il souhaite et qu'il poursuit.

L'universalité amoureuse de don Juan n'a peut-être jamais été.
En tous cas, elle n'est plus; et le bel amant impassible qu'a si
merveilleusement chanté Baudelaire, ressemble plus, actuellement,
à un misérable cabotin qui ne fait plus recette, qu'à un voleur de
baisers.

Don Juan, tel que je le conçois, dans l'atmosphère d'amour qui est la
nôtre, n'est donc pas l'homme qui va de femme en femme, sans autre
raison que celle de son animalité, mais bien l'homme qui repose son
regard sur quelques femmes, consciemment choisies, et qui puise
dans leur intimité une diversité de sentiments et de sensations,
par le détail, par l'originalité desquels il complète la pensée ou
l'impression qu'il demande à l'amour.

Don Juan, selon moi, est aussi celui qui n'apporte point à une femme
que la seule spontanéité de son désir, mais qui lui offre la caresse
dans une harmonie de paroles et d'actes habilement observés, dans la
curiosité sans cesse entretenue du baiser.

Celui-là seul est don Juan qui sait l'art de goûter l'intimité de la
femme et qui sait l'art d'émouvoir tout son être, dans l'initiation
savante de la possession.

Ce rôle est, certes, plus difficile à tenir que celui du don Juan
de la légende. Il est peu d'hommes qui le rempliraient avec succès
et c'est pourquoi, sans doute, l'attitude du goujat fabuleux--car,
n'en déplaise aux poètes, don Juan ne fut qu'un goujat--est encore
célébrée.

Il est des vérités qu'il ne faut pas craindre de faire entendre,
et la fausseté de caractère, la fausseté d'attitude du don Juan de
la comédie ou de la tragédie, est une de ces vérités.--C'était un
beau rustre, rien de plus, et aussi répugnant, dans ses facultés
amoureuses, que le goinfre--qu'on me pardonne ce mot--qui, jamais
rassasié, passe son existence à remplir son assiette, sans
s'inquiéter de la qualité des mets auxquels il touche.

La figure de don Juan, plutôt symbolique, d'ailleurs, que réelle,
aurait peu de chances d'être accueillie favorablement par la femme
moderne. Si elle n'a point trop de rigueurs pour l'homme que
l'on appelle «un mauvais sujet,» elle s'écarte avec une sorte de
répulsion de celui qui ne la souhaite que pour lui-même, qui, dans
une inintellectualité naturelle ou dans une obstination égoïste, se
refuse à la connaître et à se connaître en elle.

La femme actuelle est une amoureuse et veut un amant dans celui à qui
elle se donne.

Or, don Juan n'a rien d'un amant; il obéit à l'instinctif besoin
de s'accoupler, sans même déguiser l'impulsion qui le mène; c'est
l'être primitif, c'est la bête qui s'empare de la femelle, là où
il la rencontre, et qui la délaisse, indifférent, alors qu'il en a
obtenu l'apaisement de ses sens. Il n'a rien qui puisse satisfaire la
femme moderne dans ses goûts, dans ses curiosités, dans sa perversité
même, dans la sentimentalité aussi à laquelle elle ne renonce point à
l'heure de l'abandon.

La femme d'aujourd'hui, affinée, passionnée, veut être
aimée--dût-elle avoir la certitude que le baiser qu'elle reçoit ne
se renouvellera jamais--comme si ce baiser devait être durable,
immuable, constant. Elle pardonnera le baiser éphémère, l'oubli de
l'amant, si ce baiser lui a procuré l'impression d'une éternité, si
cet oubli n'a point laissé, derrière lui, une caresse incomplète. Ce
n'est donc point la frivolité, l'infidélité, la fugitive expression
d'une tendresse qui l'éloignent du don Juan historique; elle s'en
détourne simplement parce qu'elle sent, en lui, le mépris de sa
chair, l'insouciance de sa grâce, l'ignorance, l'incompréhensibilité
de son intimité.

Si l'on instituait un musée de l'amour, je voudrais qu'on y plaçât
en une vitrine, l'effigie de don Juan et qu'un gardien, en passant
devant elle, prononçât ces seuls mots:

--Voici celui qui servait, autrefois, à faire peur aux femmes.

Les visiteuses lui feraient la plus belle, la plus moqueuse
révérence, et c'est bien là, tout, en vérité, ce que mérite son
souvenir.



LES SEPT GRACES DE LA FEMME


La femme est la source d'amour inépuisable, et comme les fidèles
adorent la madone, dans ses Sept Douleurs, l'homme peut l'aimer--on
dirait que ce chiffre est fatidique--dans les Sept Grâces qui sont en
elle.

Ces grâces sont: les Cheveux, les Yeux, la Bouche, la Main, la Jambe,
les Seins, l'Intimité.

Il n'est point d'amant véritable qui, se contentant de la dernière
de ces grâces, dédaigne de demander à celles qui l'accompagnent, le
complément de sensation, l'exquise impression qu'elles renferment et
qui font, de la possession, une chose parfaite, une joie absolue.

Les Cheveux de la femme ont, par leur odeur, par leur toucher, une
caresse particulière et une influence spéciale sur le désir de
l'homme. Leur contact le prépare au baiser et, dans le magnétisme,
dans l'électricité qui se dégagent de leur masse--brune, blonde ou
rousse--il trouve les éléments nécessaires et progressifs de son
exaltation. L'homme, sous le frôlement des cheveux de la femme, sous
leurs émanations, est comme une bouteille de Leyde qu'on approche
d'une machine électrique, par exemple; il emmagasine une force qui
développe ses facultés et qui, dans l'expression plus effective de
la volupté, se manifeste pareillement à l'étincelle qui jaillit de
la bouteille de Leyde, lorsqu'on la met en relation avec un objet
conducteur du fluide.

On pourrait, sans doute, critiquer cette façon scientifique et trop
matérielle d'expliquer le jeu passionnel de l'un des principes
de l'amour. Je crois que l'on aurait tort. L'amour a beaucoup
d'analogie avec les phénomènes physiques et s'il n'est pas défendu
de le spiritualiser, s'il est bien même de le poétiser, il est
raisonnable de le traiter, parfois, presque chimiquement.

Toutes les grâces de la femme ne s'analysent pas, d'ailleurs, de la
même manière et si l'influence des cheveux supporte une démonstration
scientifique, les Yeux ne sauraient s'y prêter.

En amour, le plus souvent, la parole naturelle n'existe pas et c'est
par le seul regard que communiquent les amants. Les yeux disent la
pensée de la femme, ses émois, ses espoirs, ses satisfactions, ses
inassouvissements. Soit qu'ils se fixent, suppliants ou impérieux,
sur ceux de l'homme, soit qu'ils se ferment à demi et se perdent
mourants, comme en des espaces que la femme seule aperçoit, qu'elle
seule crée et traverse, ils expriment toutes les phases de la
possession et leur langage qui remplace celui de la bouche--leur
langage muet et fait de sensations éprouvées dans la spontanéité de
la caresse--dirige l'homme dans son baiser et lui inspire, presque à
son insu, de subtiles attentions.--Les yeux de la femme révèlent le
degré plus ou moins puissant de sa nature passionnelle. Il est des
femmes dont les yeux distillent l'amour, comme certaines plantes des
parfums délicieux; il est des femmes dont les yeux jettent un appel
auquel nul amant ne peut se dérober. Le désir, la folie de l'intimité
les prennent, à les contempler, et s'il ne leur est point permis de
les voir, dans le secret, dans le mystère du tête à tête, ils en
gardent le souvenir--comme, sur la chair, la marque profonde d'un fer
rouge.

La Bouche de la femme a plus de matérialité--son contact étant tout
charnel--que ses yeux.--Silencieuse dans l'amour, elle a, cependant,
ces deux caresses divines et suprêmes: la caresse du sourire et celle
du baiser.--Elle pose, tout à la fois, l'un et l'autre--le sourire et
le baiser--sur la lèvre de l'homme et elle l'attire, abîme charmant
et doux, comme dans le vertige d'un gouffre attractif.--La bouche
de la femme est comme la porte officielle de l'amour. L'amant la
franchit avec son âme et avec son corps, et c'est sur son seuil,
c'est sous son portique rose, qu'il sent, qu'il devine les joies qui
lui vont être offertes.--Sa matérialité même, la saveur qui s'en
échappe, le saisissent et le retiennent, dans le mélange d'un souffle
désormais unique, dans la communion invisible d'une tendresse, et
il lui semble qu'il voit l'âme et le désir de sa maîtresse, comme
si ses lèvres avaient un regard.--La bouche de la femme a des
mœurs vagabondes aussi. Elle est pareille à un gentil chanteur qui
parcourrait les rues, semant de l'harmonie, du charme devant toutes
les demeures. Elle n'ignore rien de l'amant et, dans l'essèmement de
baisers qu'elle verse sur lui, il goûte la mélodie tantôt nerveuse,
tantôt calme de l'amour--tel le refrain du gentil chanteur charme ou
exalte ceux qui l'écoutent.--La bouche de la femme est presque toute
la femme.--La femme prend et offre, par elle, plus peut-être que par
son intimité qui n'est que le complément obligé du baiser--que le
palais magnifique en lequel s'arrête et se repose le voyageur, après
une longue route.

La Main de la femme est l'une de ses grâces les plus réelles,
les plus chères.--Non seulement elle est agréable à regarder,
à effleurer des lèvres, à toucher, mais elle contient presque
toute l'intellectualité en même temps que toute la matérialité de
l'amour.--Dans son contact, il y a, en effet, autant d'intelligence
que de passion physique. Elle est l'initiatrice, la conductrice du
plaisir; elle détient la science et la pudeur de la possession;
elle est l'élément générateur de la caresse, en même temps qu'elle
en est l'instrument docile et soumis; son rôle fait d'activité et
de passivité à la fois, est très subtil, très délicat. La main de
la femme, dans la possession, est comme celle d'un pianiste, dans
un concert. Placée devant un clavier, il dépend d'elle de charmer
ou d'irriter, de séduire ou de lasser. C'est la dispensatrice du
plaisir, c'est la créatrice du désir, c'est l'enchanteresse sublime
qui pare du décor de la plus infinie tendresse, toute l'intimité, qui
revêt d'une intelligente attraction les matérialités de la volupté.

La Jambe de la femme possède une séduction particulière. Elle conduit
au mystère et, dans la vision qu'on en a, habituellement, perdue
en des froufrous soyeux, elle inspire à l'homme cette impression
spéciale qui le mène, dans la vie, à la recherche de l'inconnu.
Plus que toutes les autres grâces de la femme, elle est suggestive,
prenante et affolante; il est des hommes qui, ignorant le visage
d'une femme, la suivent obstinément, sans l'espoir même de lui
parler, pour n'avoir aperçu que le contour de sa jambe, au relevé
d'un trottoir, au milieu d'une chaussée.--La jambe, comme la main,
est susceptible d'intelligence et, dans l'amour, son influence
n'est pas moindre sur l'homme.--La jambe a sa caresse, son charme,
sa séduction particuliers. Elle peut être impudique ou exquisement
amoureuse. L'impudicité de la jambe, son inélégance, ne sont point
excusables et peuvent créer une séparation irrémédiable entre deux
amants. L'affinement de son attitude, au contraire, exalte le
désir.--J'ai dit que la jambe conduit au mystère. Elle est comme la
grand'route de la possession, en effet, et il est nécessaire que
tout, en elle, arrête le regard de l'homme.--L'homme, en amour, est
comme un promeneur qui s'en va, un peu à l'aventure, admirant des
paysages--ici, une vallée, là une colline. Plus la route est riante,
plus il s'attarde à la parcourir. Or, la jambe de la femme est assez
comparable à cette route. Selon qu'elle caressera l'œil de l'amant,
la possession--c'est-à-dire le repos, l'arrivée du voyageur, seront
plus ou moins délicieux.

Les Seins de la femme sont doux à l'amant, dans le calme, surtout,
dans l'apaisement qui succèdent au désir et au partage de la volupté.
Ils s'offrent à son baiser, avant la possession, et lui procurent
une impression d'art plutôt qu'une impression passionnelle. Ils
se prêtent à son repos, après la possession, dans le charme d'une
tendresse qui n'a presque plus rien de sensuel.--Les seins de la
femme sont une oasis où l'amant se retire, comme l'explorateur
africain, heureux et exténué, sous la brûlure d'un ciel de feu.

L'Intimité de la femme--sa septième et suprême grâce--la plus
désirable, ou mieux, la plus désirée--n'est peut-être pas de toutes
ses grâces, malgré la facilité apparente de sa possession, la moins
subtile, la moins empreinte d'intelligence.--Elle a son expression
passionnelle particulière; elle a son langage spécial et personnel,
et suivant que ce langage et cette expression sont plus ou moins
charmeurs, plus ou moins savants et élégamment observés, son pouvoir
est relatif ou absolu.--Elle est le mystère;--elle est la porte
secrète de l'amour, comme la bouche en est la porte officielle.
Pour que la possession soit entière, pour que la joie de l'abandon
soit goûtée infiniment, il est nécessaire que l'amant la connaisse,
se soumette à elle, à sa volonté, en même temps qu'il en reste le
maître.--L'intimité de la femme est comme une liqueur précieuse qui
demande à être dégustée lentement et qui, absorbée d'un trait, ne
laisse qu'une saveur indistincte.--C'est la fin dernière de l'amour
et c'en est aussi l'éternel recommencement.--Toutes les grâces de la
femme sont faites pour elle, concourent à sa satisfaction, conduisent
en elle la caresse, et la caresse meurt en elle pour renaître
plus intense, plus complète, plus sûre d'elle-même.--L'intimité
de la femme est divine, car l'homme oublie, par elle, qu'il est
homme--c'est-à-dire inassouvi sans cesse, malheureux. Sa misère
morale ou matérielle s'efface devant elle et, dans la séduction
immuable qu'elle porte, elle est toute l'âme, elle est tout le corps
de l'humanité--elle est la Vie.

Telles sont les Sept Grâces de la femme.--Combien de femmes en ont la
conscience et combien d'hommes savent les servir, les aimer?



RECOMMENCEMENT CONJUGAL


Il y a deux jours que je n'ai vu Yvonne et il y a quelques heures à
peine que je n'ai vu M. de Nailes.--Que de choses, en ces deux jours,
en ces quelques heures sont venues, brusquement, troubler ma paisible
existence!

Comment les leur apprendre?

Pour Yvonne, ma confession sera facile; mais pour M. de Nailes!...

En une phrase comme en cent, voici les faits: j'ai revu Jean, oui,
Jean de Rosnay, mon mari, que depuis longtemps je n'apercevais guère
qu'à la dérobée et... et c'est ici que ma langue s'embarrasse, que
ma plume hésite... et j'ai été à lui, pleinement, follement à lui,
ainsi qu'au temps de notre courte lune de miel.

Comment cet événement s'est-il accompli? Fort simplement, en vérité.
Jean a été charmant; la tête m'a tourné en le regardant et... et
lorsque je suis revenue à moi, j'avais trompé M. de Nailes, non plus
comme naguère, en rêve, mais en réalité.

Je devrais m'en vouloir, me mépriser, car enfin ce que j'ai fait là
est mal, stupide et inutile, sans doute, pour mon bonheur futur. Eh
bien, je l'avoue, je ne m'en veux pas, je ne me méprise pas et je ne
trouve ni si mal, ni si stupide, ni si inutile d'avoir accepté la
joie imprévue que j'ai goûtée.

Yvonne va bien rire lorsque je vais lui conter cette aventure. Elle
est indulgente à toutes les aventures, elle, comme la marquise
d'Oboso et ce n'est pas son jugement que je crains. Mais comment dire
à M. de Nailes?... Bah, je ne lui dirai rien; le silence simplifie
bien des choses dans la vie; pourquoi, en effet, irais-je lui faire
le récit de la faiblesse que j'ai eue pour mon mari, alors que j'ai
toujours évité que Jean se doutât que j'avais un amant?

«Que j'avais un amant...»--Voilà déjà que j'emploie le passé en
parlant de ce pauvre M. de Nailes. Comploterais-je, inconsciemment,
de me séparer de lui, de lui donner son congé? Non pas. Lui aussi
est charmant et possède des qualités qui me l'ont rendu, qui me le
rendent cher. Je lui laisserai ignorer mon escapade avec mon mari
et, puisque je continuerai de l'aimer comme si--selon une parole
arabe--nul oiseau n'avait traversé l'espace--il n'y aura rien de
changé entre lui et moi.

Une pensée, cependant, me tourmente à son sujet. Si nos relations
restent les mêmes, il se trouvera beaucoup plus... trompé que ne
l'était mon mari, car durant notre liaison j'avais cessé toute
intimité avec Jean, tandis que désormais, si j'en crois des symptômes
qui ne mentent pas, je ne saurais me défendre d'écouter les tendres
propos de mon mari.

La «belle madame» de Sillé qui est, parfois, un peu sentencieuse,
dirait, en pareil cas, que, la situation étant inextricable, il faut
l'accepter avec ses bons et ses mauvais côtés. C'est ce à quoi je
vais me résoudre, sans doute, m'en remettant au sort, au destin,
quant au dénoûment de l'aventure.

Je ne tenterai rien pour que M. de Nailes sache que je suis redevenue
la femme de mon mari, et je ne ferai rien pour que Jean cesse
d'ignorer que j'ai un amant. Celui des deux qui devinera l'énigme
de ma vie et qui s'en déclarera blessé, se retirera de moi et je
n'aurai ainsi aucune responsabilité dans la peine, dans la colère qui
pourront résulter de cette découverte.

Si quelqu'un m'avait dit, hier, que je me laisserais reprendre aux
beaux airs froids de Jean, j'eusse bien ri ou je me fusse indignée.
Je m'y suis laissé reprendre, pourtant, et à ma honte, je le
constate, sans difficulté.

Comment expliquer une telle catastrophe, car c'est une catastrophe
que ce renoûment d'une affection, d'un amour, que je croyais brisés,
morts, à tout jamais?

Je ne sais qui a dit que la femme ou qu'une femme sera toujours à
l'homme qui l'a possédée vierge, qui a mis en elle l'initiation du
baiser--que ce baiser ait été doux ou brutal, agréable ou décevant.

Il est probable que, dans la circonstance qui m'est personnelle, Jean
a bénéficié de la priorité d'amour qu'il a eue avec moi. Quoi qu'il
en soit de toute cette psychologie, il m'a ressaisie et je ne me suis
pas dérobée à son désir.

Je ne saurais le nier, cette heure d'un renouveau que je n'attendais
pas, a été délicieuse. Mon Dieu, si M. de Nailes lisait cet aveu
par-dessus mon épaule!...

J'étais, cette après-midi, seule dans ma chambre, occupée à quelques
rangements que m'avait conseillés Yvonne, lorsqu'un coup discret,
frappé à ma porte, me fit lever la tête.

--Entrez, dis-je.

Ce fut Jean, mon mari, qui parut.

Comme je m'étonnais de sa présence inhabituelle chez moi, il
s'excusa de m'importuner et prit, pour prétexte de sa visite, un
renseignement mondain à me demander.

Je lui fournis son renseignement, mais il ne s'en alla point. Il
s'assit même, sur une chaise-longue, dans un coin, un peu dans
l'ombre, et je crois que je le vis s'apprêter, comme à l'époque où
nous étions des amoureux, à rouler familièrement une cigarette. J'eus
alors comme une impression de colère. Ne pouvant soupçonner les
intentions de mon mari, je pensai qu'il se moquait de moi ou qu'ayant
su ma liaison avec M. de Nailes, il se disposait à provoquer une
explication--une scène, entre lui et moi.

--Eh bien, fis-je, hautaine, que faites-vous donc, monsieur?

Il se prit à sourire.

--Vous le voyez, répliqua-t-il, je vous tiens compagnie. Ma présence
vous désoblige-t-elle?

--Elle me surprend, tout au moins.

--Vous la repoussez?

En prononçant ces derniers mots, Jean était si câlin, si gentil,
oui, je le dis, là, vraiment si gentil, que je me sentis soudain
troublée, émue, que je balbutiai, ne sachant que répondre, et que mes
yeux s'emplirent de larmes.

--Je... n'ai... aucune... volonté... vous êtes... le... maître...

Il s'était levé et vint vers moi.

--Et vous... madame... murmura-t-il très bas à mon oreille,
n'êtes-vous pas la maîtresse?...

Puis, très tendre:

--Si je te demandais de la redevenir, pour de bon, la maîtresse, ma
petite Luce, que me répondrais-tu?

Je voulus parler, fuir--que sais-je?--Mais Jean ne me donna point
le temps de me défendre. Sa bouche ferma la mienne et ses deux bras
m'étreignirent.

--Ah, n'avons-nous pas été fous assez longtemps, fit-il, en
m'entraînant du côté de la chaise-longue, dans l'ombre, et ne
crois-tu pas, avec moi, qu'il est mieux de redevenir raisonnables...
de nous aimer?...

Et nous sommes redevenus raisonnables, à la façon de Jean, et nous
nous sommes aimés.

Mon Dieu, que cela a donc été bon, et pourquoi faut-il que de
l'irrémédiable soit entre Jean et moi, aujourd'hui?

Oui, nous avons été fous en cessant de nous aimer. Mais qui pourra
jamais analyser le cœur humain et affirmer que nous aurions eu la
joie infinie d'être des amants--Jean et moi--cette après-midi, si
nous avions toujours été raisonnables?

Je suis troublée, bouleversée, et je voudrais connaître ce que demain
mettra sur notre baiser.

Demain, pardi, y mettra M. de Nailes; et c'est cela qui, maintenant,
en dépit de toutes les résolutions que j'énonçais tout à l'heure, me
chagrine.



ADIEU A L'AMANT


Jean ne me quitte plus, et c'est tout le temps, avec lui, depuis une
semaine, des baisers, des baisers, des baisers.

J'ai été obligée d'écrire à M. de Nailes que je ne pouvais le
rencontrer et qu'il attende que je lui dise quand il me sera loisible
de le revoir.

Je crains bien--pour lui--par exemple, que la possibilité d'une
rencontre avec moi, autrement que dans le monde, ne se présente plus.
Mon mari, que je croyais ignorant de notre liaison, la connaissait,
et la façon qu'il a employée pour me faire savoir qu'il était au
courant de mon aventure, me paraît mettre un terme à cette aventure.

Hier soir, comme nous rentrions, Jean et moi, à la maison, après une
sauterie chez les de Sorget, et comme nous venions de nous aimer plus
ardemment encore que tous les jours et soirs précédents, nous avons
eu un entretien qui, dans son originalité, est très important.

Tout à coup, mon mari s'étant à demi assis en notre grand
lit--«notre» grand lit!...--comme ce mot «notre» me semble
aimable...--me regarda, sourit et s'étirant la moustache qu'il a très
fine, mais qui était alors un peu embroussaillée, me dit:

--Eh bien, madame, voilà une semaine que je vous adore, vous n'en
doutez pas, je pense. Et vous, m'aimez-vous?

J'entrai dans son jeu et répliquai:

--Un peu, beaucoup, passionnément...

--Arrêtez-vous là, fit Jean, sur ce «passionnément.» C'est ainsi
que je veux être aimé de vous et vous aimer. Mais... (il eut une
hésitation) mais... puisque nous sommes de gentils amoureux, il ne
faut pas l'être incomplètement. (Et brusquement, sur le ton d'un
affreux juge d'instruction:) Qu'allez-vous faire de M. de Nailes,
maintenant?

J'eus un sursaut, m'enfonçai sous les draps et cachai ma tête en mon
oreiller.

--Voyons, répondez.

Je reparus, un peu timidement, et je balbutiai, naturellement, des
mots confus, car l'idée ne me vint seulement pas, devant l'assurance
de mon mari, de nier ma liaison.

--Quoi?... Que dites-vous?... M. de Nailes?...

--Eh, oui, M. de Nailes, ce pauvre M. de Nailes qui se désole à cause
de vous et que je n'ai pas le courage de haïr, puisque j'ai été assez
sot pour ne pas savoir m'en défendre... Qu'allez-vous en faire?

J'avais recouvré quelque sang-froid en voyant que Jean n'avait point
l'intention de jouer une tragédie.

--Mon Dieu, répliquai-je, j'en ferai ce que vous ferez vous-même de
Rolande, de la très belle Rolande de Blérac.

--Ah, vous aussi, vous savez...

--Que Rolande est ou a été votre maîtresse, oui, pendant le temps de
«notre folie.»

Et parlant ainsi, j'appuyai sur les mots «notre folie.»

Jean sourit, se pencha sur moi et m'embrassa. Comme il se faisait un
peu trop vite silencieux, je me dégageai et fis:

--Causons, s'il vous plaît, et, à votre tour, dites-moi ce que vous
comptez résoudre au sujet...

Mon mari m'interrompit.

--Au sujet de madame de Blérac?... C'est fort simple, je ne la verrai
plus.

--Je ne verrai donc plus M. de Nailes.

--Nous jurons?

--Nous jurons.

Notre entretien eut, ici, le silence que j'avais refusé à Jean un
instant auparavant, et quand nous le reprîmes, nous étions graves.

Ce fut mon mari qui parla le premier.

--Sais-tu bien, ma petite Luce, que tu m'étonnes profondément. Je ne
te reconnais plus... Faut-il que j'aie été assez imbécile pour ne
pas deviner en toi la jolie amoureuse, la divine maîtresse que tu es!

--Sais-tu bien, mon petit Jean, que tu ne m'étonnes pas moins, que je
ne te reconnais pas davantage... Pouvant être, pour moi, l'initiateur
charmant, tu t'es lassé de ma naïveté, tu t'es découragé devant mon
ignorance. Tu n'es point passé sous l'Arbre de la Science à l'ombre
duquel j'ai dormi... Pourquoi des regrets, en somme, puisque nous
nous retrouvons?

Le visage de Jean eut comme une expression douloureuse et triste.

--Nous nous retrouvons, mais, vois-tu, il eût mieux valu ne se
perdre jamais.--Cette réflexion n'est pas, certes, pour amoindrir
notre amour présent et à venir, mais elle formule sincèrement un
regret que je te dois. La femme, en amour, reçoit son initiation,
fatalement, que cette initiation vienne de son mari ou d'un amant.
Si elle la reçoit de son mari, elle est heureuse, doublement, et
peut ne demander aucun au-delà à l'horizon qui lui est fait; si
elle la reçoit d'un amant, elle est heureuse encore, car elle n'est
point responsable de l'insouciance de son mari, de celui qui devait
la garder des curiosités, des séductions du baiser, en lui offrant
ces curiosités, ces séductions. Elle n'a aucun regret à éprouver,
aucun reproche à encourir, et ce regret et ce reproche retombent tout
entiers sur le compagnon incapable qui n'a pas su la comprendre, la
connaître, l'étudier, la servir. Cet homme est le coupable, dans
l'adultère que son indifférence, que sa sottise ont laissé s'établir
sous son toit. Il serait mal fondé à reprocher à sa femme d'avoir
été, d'être une amoureuse, et de s'être donné à lui-même, devant
elle, le rôle d'un gardien du sérail.

--Fort bien, dis-je; mais dis-moi, n'es-tu pas un peu revenu à moi,
parce que tu as pensé que je n'étais plus la petite fille timide
d'autrefois, l'élève que tout étonne et qui voulant apprendre, ne
sait qu'épeler des syllabes?

--Je suis revenu à toi, parce que ta beauté n'a jamais cessé de me
plaire, parce qu'aussi, tu dis vrai, j'ai songé, tout en ayant le
remords de ne pas avoir été ton initiateur, que tu n'étais plus
l'enfant candide de naguère.

--La morale de cela est que si je n'avais pas eu d'amant--ce mot n'a
rien de choquant, entre nous, en ce moment--tu ne m'aurais peut-être
plus souhaitée.

--La constatation est d'une philosophie cruelle. L'homme éprouve,
instinctivement, le désir de reprendre ce qu'on lui a dérobé.

--Tu pardonnes et tu oublies, alors?

--Je t'aime...

Il y eut un silence, encore, entre Jean et moi.

Comme il dura longtemps et comme j'allais m'endormir, un souvenir
se présenta à mon esprit. Je songeai, qu'un jour, avec Yvonne,
nous avions traité de cette question du mari qui abandonne,
maladroitement, à un autre, le soin d'instruire sa femme des choses
de l'amour et que nous avions conclu que les hommes sont de grands
niais. Nous n'avions pas pensé à ajouter que ceux qui reviennent,
repentants et audacieux, à la fois, vers leurs femmes, ont beaucoup
d'esprit. Jean me paraît être de ceux-là et je crois que je vais
l'aimer de toutes mes forces. Le souvenir, aussi, de M. de Nailes
se dressa en moi... mais comme au travers d'une brume, épaisse
déjà.--Pauvre M. de Nailes, c'est sur son nom que je ferme ce carnet.
Il mérite bien, entre nous, cette attention. Il me trouvera cruelle,
frivole... il dira peut-être du mal de moi... Mais non, c'est un
galant homme; il saura souffrir--s'il souffre--correctement. Il ne se
serait peut-être pas consolé que je l'eusse quitté pour prendre un
autre amant. En sachant ma réconciliation conjugale, il se sentira
moins malheureux et peut-être même aura-t-il l'intime satisfaction
d'avoir été utile à mon bonheur.


FIN



TABLE


                                            Pages.

    Ce qu'apprend le Mariage                     1

    L'Inconstance du Mari                        9

    Psychologie de la Femme trompée             19

    Le Péché                                    29

    L'Amant                                     39

    Le Refus de la Femme                        47

    Les Étapes de la Femme                      55

    Les Dessous                                 61

    Chez les Exotiques                          69

    Psychologie du Mari et de l'Amant           77

    Les Caresses                                85

    Un Cas pathologique                         95

    Les Cadeaux de l'Amant                     103

    Le Rêve, en amour                          111

    Psychologie du Rêve, en amour              119

    Psychologie des Caresses                   129

    La Femme et les Caresses                   139

    Le Langage, en amour                       149

    Chez le Couturier                          157

    Impudeur de la Femme, chez le Couturier    165

    La Nuance intime de la Femme               173

    Les Jeux de l'amour                        183

    Les Sensationistes                         191

    Les Curieuses                              201

    Les Coupables                              211

    L'Intimité                                 221

    Don Juan                                   229

    Les Sept Grâces de la Femme                237

    Recommencement conjugal                    247

    Adieu à l'Amant                            255


ÉMILE COLIN--IMPRIMERIE DE LAGNY





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Carnet d'une femme" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home