Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Le Capitaine Martin. - Le Dernier des commis voyageurs. Les Idoles d'argile. Le - Capitaine Martin. Les Aventures d'un fifre.
Author: Reybaud, Louis
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Le Capitaine Martin. - Le Dernier des commis voyageurs. Les Idoles d'argile. Le - Capitaine Martin. Les Aventures d'un fifre." ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



Nouvelles de Louis Reybaud.

LE CAPITAINE MARTIN

OU

LES TROIS CROISIÈRES.


I

Le cadeau de noce.

Parmi les ports français qui se rendirent, vers la fin du dix-septième
siècle, redoutables dans la guerre des corsaires, il faut placer en
première ligne Saint-Malo. C'est de là que partaient pour la course les
bâtiments les plus légers, les équipages les plus intrépides. La Manche
semblait, appartenir à ces hardis enfants de la mer, et les riches
convois qui revenaient des deux Indes ne traversaient pas impunément ces
parages. Dans le cours d'une seule année plus de cent prises entrèrent
dans ce petit port. L'or ruisselait, pour ainsi dire, dans la ville; les
marchandises les plus précieuses y étaient vendues à vil prix. De grands
dommages furent ainsi causés au commerce anglais; et la chose en vint au
point, que l'amirauté crut devoir envoyer, en 1693, une flotte de vingt
vaisseaux, armés de machines infernales pour incendier l'asile de nos
infatigables croiseurs. Contenue par les batteries de la côte,
l'expédition échoua, et Saint-Malo ne s'en montra que plus animée contre
l'Angleterre. La fortune servit si bien les entreprises de ses marins,
que la ville put offrir, en 1710, trente millions de francs à Louis XIV,
dont le trésor était épuisé par de longues et ruineuses guerres.

Cette période fut donc à la fois glorieuse et fructueuse pour les braves
Malouins. Elle tient une grande place dans leur histoire. Voici un
épisode qui s'y rattache:

Dans les derniers mois de l'année 1690, deux Hommes marchaient avec
vivacité sur la jetée qui unit l'île de Saint-Malo au continent; tous
les deux étaient fort jeunes, quoique leur figure, hâlée par le soleil
et l'air de la mer, eût déjà un caractère de virilité. On leur eut donné
vingt-cinq ans; ils n'en avaient pas vingt. Malgré la familiarité
apparente qui régnait entre eux, il était facile de voir, à la
différence des costumes, qu'ils n'appartenaient pas à la même classe.
L'un était vêtu avec une élégance qui le rattachait évidemment à la
bonne bourgeoisie, au commerce opulent de la ville. Ses manchettes, son
jabot, son chapeau relevé d'un galon, son pourpoint de velours, ses
souliers à boucles d'or, tout contribuait à faire valoir sa bonne mine,
son air mâle et décidé, son port avantageux. L'audace, la résolution
respiraient dans ses traits, dans son front élevé, dans ses yeux bleus.
Il y avait en lui du héros et de l'aventurier; ses ennemis devaient le
craindre, les femmes devaient l'aimer. L'autre n'avait rien de ces
dehors séduisants; mais sa figure exprimait une certaine jovialité
pleine de finesse. Ramassé et trapu, il paraissait doué de cette agilité
musculaire qui distingue les races du littoral breton. Son teint était
haut en couleur; ses cheveux blonds se nuançaient jusqu'au roux. Cet
ensemble assez peu flatteur n'était pas sauvé par le costume; qui
consistait en un paletot et des braies en grosse ratine brune, un bonnet
de laine et des bottes évasées comme en portaient alors les pêcheurs de
la côte.

Au moment où les deux interlocuteurs abordèrent le quai, la conversation
était vivement engagée entre eux:

--Toi, Martin, tourner à la tristesse! Je ne te reconnais pas là, mon
garçon.

--Monsieur Duguay, c'est pourtant comme ça! Si le vent souffle toujours
du même bord, je suis un homme perdu.

--Il n'y a donc plus de genièvre dans les cabarets de Saint-Malo?

--Quand le coeur est plein, monsieur Duguay, il n'y a point de place
pour le reste. Le genièvre et moi nous ne courons plus la même route.

--Diable! tu es bien malade, alors. Conte-moi ça.

--Vous connaissez la fille à Bertrand?

--Bertrand le voilier, sur le port?

--Tout juste, Gertrude Bertrand, un bijou!

--Peste! tu as la main heureuse, Martin. Joli brin de fille! Et.....
elle t'aime?

--Comme la colique. Elle ne vent pas entendre parler de moi; mais les
filles, monsieur Duguay, n'en font jamais d'autres. Elles rêvent des
muguets, des grands seigneurs; puis, quand elles, ont le fond honnête,
elles réfléchissent et nous reviennent. Un galant, ça passe; un mari, ça
reste..

Le jeune homme à qui s'adressait cette confidence parut un instant
embarrassé; sa joue se colora vivement; mais, se remettant de cette
impression, il reprit:

--Alors, où est donc l'obstacle, mon garçon?

--Le père, monsieur Duguay, le damné père. Quand je me suis déclaré au
vieux Bertrand, il m'a pris à part, en loup de mer qu'il est. «Martin,
qu'il m'a dit, je n'ai rien, tu n'as rien: avec quoi nourriras-tu ma
fille?--Et ceci? que je lui réplique en lui montrant mes bras.--C'est
juste, tu es un bon marin, un excellent patron de barque, un pêcheur
intrépide. Je ne veux pas t'humilier; mais la mer est trompeuse, mais
tous les jours, ne sont pas heureux, et d'ailleurs les enfants arrivent.
As-tu quelques économies?» A ce mot, je faillis tomber à la renverse.
«De quoi? que je dis en balbutiant.--Des économies, qu'il reprit avec
l'aplomb d'un boulet de trente-six.--Des économies!...» Figurez-vous mon
embarras, monsieur Duguay: quatre livres dix-sept sous, c'est toute ma
fortune. Jolie avance pour entrer en ménage! Je ne me troublai pas
cependant; et, prenant la pose la plus carrée qu'il me fut possible:
«Père Bertrand, lui dis-je, je vois que vous aimez l'or, que vous êtes
sensible à ce métal, surtout quand il est monnayé. Eh bien, foi de
Martin, on la couvrira d'or, votre fille. Donnez-moi seulement trois
semaines pour lui ramasser son cadeau de noce.--C'est dit,--C'est dit.»
Voilà la chose, monsieur Duguay.

Pendant que le marin parlait, le jeune homme paraissait absorbé dans ses
réflexions. Cet aveu le touchait évidemment par quelque point. Après
quelques minutes de silence, il fixa les veux sur son interlocuteur et
lui dit:

--Et que comptes-tu faire?

--Me noyer, parbleu! C'est ma seule ressource. Depuis la guerre, la
pêche ne va plus: mes filets semblent maudits.

--Écoute. Martin.

--Oui, monsieur Duguay.

--Ton bateau est-il bon marcheur?

--Il n'y a pas de trincadour ou de cutter qui puisse lui en remontrer,
monsieur Duguay..

--Combien d'hommes tiendrait-il sous ton pont, Martin?

--Vingt hommes, en les pressant un peu..

--As-tu sous la main ces vingt hommes, des gens décidés comme toi, de
hardis marins?

--Trente, s'il le faut.

--Martin, tu connais mon père; il est riche, il ne veut pas me confier
encore de commandement. La maison Duguay-Trouin prétend que je suis trop
jeune pour monter un corsaire. Nous en armerons un sans elle.

--C'est ça! vive Dieu! Et les armes?

--Nous les prendrons dans les magasins de la maison. Va installer ton
bateau et choisir tes hommes: demain soir, nous croiserons dans la
Manche. Le premier bâtiment anglais qui passe, hourra! et à l'abordage!
Tu y trouveras de quoi tenir parole au père de Gertrude.

--Et la fille, monsieur Duguay?

--La fille, Martin... je m'en charge. Tu verras que je sais servir ceux
qui me servent.

Là-dessus les deux interlocuteurs se séparèrent.

On le devine, l'un de ces hommes est celui qui illustra le nom de
Duguay-Trouin. Agé de dix-sept ans, il était déjà tourmenté du désir de
se mesurer avec les Anglais. Après la longue paix de Nimègue, la guerre
venait d'éclater, et le port de Saint-Malo s'apprêtait à jouer sur
l'Océan le rôle actif qu'il soutint pendant près de vingt années.
Quelques amourettes ne suffisaient plus au héros; il voulait aller vers
la mer, sa seule maîtresse. Gertrude était du nombre des jeunes beautés
qu'il avait trouvées sur son passage, et il s'en était suivi un échange
d'aveux; mais rien de plus. La fille de Bertrand était trop sage, Duguay
trop réservé pour, que les choses allassent au delà. La confidence de
Martin acheva le sacrifice: l'ardent Breton fit un retour sur lui-même,
et dès ce moment il ne songea plus qu'à la gloire.

De son côté, le pêcheur avait compris toute la témérité de l'entreprise.
Aller à la rencontre des Anglais avec un simple bateau était un coup de
tête audacieux; mais, dans la disposition d'esprit où se trouvait
Martin, rien n'était impossible à son courage. L'idée de surprendre le
vieux Bertrand, le père de sa belle, par une fortune inespérée,
d'éblouir Gertrude, de vaincre ses refus par un magnifique cadeau de
noce, l'occupait tout entier. Duguay lui avait mis le démon de
l'ambition dans l'âme: cela suffisait pour en faire un homme nouveau. Ce
jour-là, il reparut au cabaret, mais pour y chercher des recrues. Il
connaissait Saint-Malo; il ne s'adressa qu'à des marins éprouvés, à des
sujets d'élite. Le partage du butin, la haine du nom anglais, l'honneur
d'un fait d'armes éclatant, tout fut invoqué pour préparer, monter,
enthousiasmer ce petit équipage. Dans le milieu du jour suivant, les
vingt hommes étaient trouvés; le bateau de pèche était installé, gréé,
préparé, et, vers le soir, des haches d'armes, des fusils, des sabres
d'abordage venaient compléter cet armement en miniature. Duguay-Trouin
s'embarqua le dernier: il fallait tromper la surveillance paternelle.
Martin l'attendait avec ses hommes; l'ancre était levée; on se laissa
dériver avec le jusant.

Une fois hors des passes, la voile fut hissée, et la nef gagna le large.
Le bateau était tellement encombré par son équipage, qu'il fallut qu'une
portion des matelots se tînt à fond de cale. La mer était grosse, le
vent violent C'était la première fois que le jeune Duguay se trouvait
secoué par ce rude élément; il lui paya tribut, un cruel mal de mer le
tourmenta toute la nuit; le moral seul le soutenait encore. Quand le
jour parut, la terre se trouvait hors de vue; on naviguait en pleine
Manche. Martin tenait le gouvernail et dirigeait le bateau de manière à
lui faire présenter la tête aux vagues qui, à chaque instant, menaçaient
de l'engloutir. Personne abord ne semblait troublé par le péril; une
seule inquiétude régnait parmi les hommes de l'équipage, celle de ne pas
rencontrer assez vite des bâtiments anglais.

Pendant trois jours et trois nuits, la situation ne changea pas:
toujours le même vent, toujours la même mer. On courut des bordées dans
toutes les directions sans rien apercevoir. On eût dit que la proie
fuyait devant le chasseur. Enfin, le quatrième jour, aux premières
lueurs de l'aube, Martin découvrit un bâtiment vers le N.-O. Il
paraissait considérable; en rapprochant on reconnut une frégate. A
l'instant même, on manoeuvra pour l'éviter; c'était tomber, comme l'on
dit, dans la gueule du loup. Mais bientôt les voiles se succédèrent.
Cette frégate escortait un convoi de navires marchands, qui étaient
disséminés sur une vaste ligne. Ils passèrent à peu de distance du
bateau qui portait nos aventuriers, sans en concevoir la moindre
inquiétude. Cette coquille de noix, égarée sur l'Océan, ne leur
paraissait pas mériter l'honneur que l'on prit garde à elle.

Tant que Martin n'aperçut que des bâtiments formés par groupes et
pouvant se secourir les uns les autres, ou être secourus par la frégate,
il contint sa marche, et fit cacher ses hommes sous le pont. Mais, à
deux lieues environ de distance du gros du convoi, se trouvait un énorme
navire pesamment chargé, et qui semblait suivre avec peine ses
conserves. Ce fut sur cette capture que Martin dirigea tous ses efforts.
L'entreprise était difficile; on assembla une sorte de conseil de
guerre, que le jeune Duguay présida comme armateur et capitaine de
l'expédition. Quelques marins voulaient attendre la nuit pour aborder
l'ennemi; Duguay et Martin furent d'avis d'attaquer à l'instant même, et
ce plan prévalut. On devait s'aller mettre sur le chemin du navire,
feindre une avarie dans les agrès et se laisser dériver sur lui. Les
grappins d'abordage et le courage achèveraient le reste. Cette
disposition fut d'abord déjouée: le bâtiment marchand varia roule, comme
s'il s'etait défié de la petite nef; mais il en résulta pour lui un
autre inconvénient, celui de s'éloigner du convoi au point de le laisser
hors de vue.

Alors Duguay eut recours à une autre manoeuvre; il fit route droit sur
sa proie, et vint heurter, la proue du bateau contre la muraille d'un
gigantesque trois-mâts.

--A l'abordage! cria-t-il d'une voix terrible.

A ce cri les vingt hommes se précipitèrent dans les haubans du navire
attaqué, et se trouvèrent bientôt sur le pont, rangés en bataille. Le
capitaine était sur le gaillard, d'arrière, entouré d'une trentaine de
matelots ou officiers, tous armés. La mêlée commença; elle fut affreuse.
L'équipage du trois-mâts se défendit avec une intrépidité admirable, et
plus d'un Malouin demeura sur le champ de bataille. Le capitaine était
le centre d'un groupe qui offrait une résistance désespérée. Martin
résolut d'en finir; il jeta son sabre, ses pistolets, et avec son seul
poignard il courut vers le chef ennemi; essuya, sans chercher à les
parer, divers coups qu'on lui portait, et plongea son couteau dans la
gorge de son adversaire, au moment où celui-ci déchargeait à
brûle-pourpoint son pistolet. La balle brisa le bras de Martin à la
hauteur du poignet; mais le capitaine tomba. Duguay expédiait, en même
temps le second, et d'une manière: plus heureuse encore. Ce double
exploit termina l'affaire; le reste de l'équipage se rendit à
discrétion. On le mit aux fers pour plus de sûreté.

La prouesse de Duguay-Trouin n'avait pas été vaine: Martin avait son
cadeau de noce. Et quel cadeau! Un beau vaisseau hollandais revenant de
Goa avec une cargaison précieuse. Duguay ne voulut pas que la moindre
inégalité présidât au partage de cette riche capture. Les droits du roi
prélevés, chaque homme devait avoir son lot; le bateau comptait pour un
homme. Cependant il fallait songer à mettre d'abord la prise à l'abri;
Martin ne quitta plus le gouvernail; avec une adresse extrême, il évita
les voiles qui lui semblaient suspectes, et six jours après son départ
de Saint-Malo il y rentrait triomphant sur un magnifique navire. Le
petit bateau de pêche suivait à la remorque; le vaincu traînait le
vainqueur. Toute la population ébahie vint admirer ce spectacle et
accueillit avec des cris de joie le brave Duguay et son équipage.
C'était préluder dignement à un avenir de victoires.

A huit jours de là, la prise était vendue avec sa riche cargaison, et le
jeune héros abandonnait son contingent au patron de la barque, témoin,
de son premier exploit. Martin le pécheur se vit ainsi à la tête de
quarante mille francs; il devenait un fort beau parti. Notre Malouin
convertit la somme en belles pièces d'or, en quadruples, et se rendit
chez Bertrand le voilier, juste quinze jours après leur première
entrevue. Sa main gauche était empaquetée et soutenue par un bandage.

--Père Bertrand, lui dit-il, ça tient-il toujours, votre parole à propos
de Gertrude?

--Sans doute, mon garçon, sans doute. Elles donnent donc, les piastres
fortes, matelot?

--Des piastres! pour qui me prenez-vous, père Bertrand? Dites des
douros, des doublons espagnols, de l'or pur.

Et il tirait des poignées de quadruples de sa poche, en les jetant sur
la table. L'or roulait de tous les côtés, sur le plancher, sous les
armoires, jusque dans l'âtre.

--En veux-tu? en voilà; des poignées, quoi! et puis d'autres! Je vous
avais bien dit, père Bertrand, que je couvrirais votre fille d'or. Il
n'y en a plus et il y en a encore. Allez donc! allez donc!

Le brave pêcheur continuait, en parlant ainsi, à épuiser ses poches. Le
père Bertrand ouvrait des yeux émerveillés. Cependant une réflexion vint
arrêter soudainement sa joie:

--Tout ça est fort beau, Martin, mais Gertrude? Si elle allait te
refuser?

--Pas possible, l'ancien. Mon capitaine, M. Duguay, s'est chargé de la
chose.

--C'est arrangé, dit Duguay survenant; Gertrude accepte. Elle ne pouvait
mieux choisir qu'un brave qui a laissé son poignet gauche sur le champ
de bataille pour lui offrir un cadeau de noce qui fût digne d'elle.
Martin, tu peux commander les violons.

--Bravo! s'écria celui-ci; et c'est le Hollandais qui paye.



II

Les dragées du baptême.

Gertrude, devenue madame Martin, s'accommoda parfaitement de sa position
nouvelle. Le mariage dissipa bien vite les rêves romanesques de la
jeunesse. C'était d'ailleurs une personne pleine de sens et élevée par
son père dans des principes d'honneur. Le sacrifice que son mari lui
avait fait, l'action héroïque dont elle était cause, sa mutilation même,
étaient autant de liens qui l'attachaient à lui; elle devint une
excellente femme, et le sentiment fugitif que lui avait inspiré le jeune
Duguay se changea en bonne et franche amitié.

Il faut dire que Martin était désormais l'un des personnages importants
de Saint-Malo. Avec l'argent qui provenait des dépouilles du Hollandais,
il avait acheté un cutter armé de six canons, et qui portait écrit sur
son couronnement ce nom peu poétique, _le Renard._ Duguay-Trouin montait
_la Gloire,_ Martin, _le Renard_, et plusieurs fois ils opérèrent en
commun.

Diverses prises avaient suivi la première, et Martin le pêcheur était
alors pour tout le monde le capitaine Martin. Ce n'était plus l'homme
que nous avons vu, au début de cette histoire, vêtu de ratine brune et
coiffé du bonnet de laine. Le costume avait changé avec la fortune.
Envers sa femme surtout il se montrait magnifique. Rien n'était assez
beau, assez brillant pour elle. La fille du voilier éclipsait par sa
toilette les plus brillantes dames de la ville. Tout ce que les prises
renfermaient de précieux, les mousselines, les cachemires de l'Inde, les
perles, les beaux tapis, passaient d'abord sous ses yeux: madame Martin
faisait son choix, et le capitaine se fâchait quand elle se montrait
trop discrète.

La prodigalité était la qualité dominante de ces corsaires bretons, et
personne ne la poussait plus loin que le capitaine Martin. Pendant qu'il
séjournait à terre, ses équipages trouvaient chez lui table ouverte.
Toutes les semaines il donnait un gala qui rappelait les fêtes de
Gamache. Les vins les plus exquis, les mets les plus recherchés
figuraient sur sa table. Un luxe étrange régnait dans sa maison, qui
semblait meublée aux dépens de l'univers entier. On y voyait des étoffes
de tous les pays, des curiosités des quatre parties du monde, des armes
de prix, des objets qui auraient figuré avec honneur dans des musées ou
dans un cabinet d'artiste. Martin, enfant de pêcheur, attachait un grand
prix à ces bagatelles, et Gertrude possédait ce sentiment fin et délicat
que les femmes apportent en toute chose. Seulement celle-ci avait de
plus que son mari la prévoyance de l'avenir. Au milieu de ces dépenses
folles, elle ne pouvait retenir ses regrets. Elle savait que la mer est
capricieuse et qu'elle a ses bons et ses mauvais jours. Parfois elle
conseillait l'économie à Martin; mais celui-ci riait de ces
appréhensions et semblait résolu à lasser la fortune en gaspillant ses
dons..

Cet ennui n'était pas le seul que le capitaine causât à sa femme. On a
vu qu'il n'avait rien de séduisant; et la course, en le rendant manchot,
ne l'avait pas embelli. Cependant Martin affichait des prétentions aux
conquêtes galantes. Généreux et prodigue, il pouvait jeter le mouchoir à
ces beautés faciles qui ne tiennent jamais rigueur à la richesse. Mais
le capitaine visait plus haut: il voulait séduire, il voulait plaire.
Duguay-Trouin, devenu son ami, lui donnait en vain les conseils les plus
sages; Martin faisait semblant de s'y rendre; mais le naturel reprenait
bientôt le dessus. Gertrude se résignait; elle allait être mère. Les
devoirs de la paternité devaient, elle l'espérait du moins, influer sur
le caractère de son mari, lui rendre ses habitudes de prévoyance et de
fidélité.

Parmi les femmes que le capitaine avait rencontrées sur son passage, il
en était une surtout qui avait fait une vive impression sur lui. On la
nommait madame Durbec; elle était veuve d'un riche armateur de
Saint-Malo, déjà mûre, mais conservée admirablement, au moyen de cet art
qui est à l'usage des coquettes. Les plus grands falbalas, les plus
majestueux panaches entraient dans ses atours; cela suffisait pour
fasciner Martin. Sa ferronnière était placée de façon à donner plus
d'éclat à des yeux noirs, déjà fort brillants par eux-mêmes. Les yeux
noirs sont en général fort goûtés des écumeurs de mer: ils se rattachent
à tous les souvenirs de la course. Ceux-ci allumèrent un incendie dans
le coeur du Malouin. La pauvre Gertrude n'avait que de magnifiques yeux
bleus pleins de dévouement et de tendresse: madame Durbec exprimait
l'effronterie, et la passion sensuelle dans les moindres mouvements de
ses yeux noirs. L'orgueil, d'ailleurs, s'en mêla; il poussa l'homme du
peuple vers la grande dame; Gertrude fut sacrifiée.

Cependant la veuve de l'armateur était trop rusée pour livrer
sur-le-champ la place au corsaire. Martin n'avait encore que les abords
de la place, et madame Durbec les défendait avec un talent qui
témoignait une grande expérience. C'était chaque jour de petits cadeaux
offerts avec un acharnement que rien ne pouvait rebuter. Quand l'objet
n'était pas assez considérable pour emporter un engagement formel, la
veuve acceptait elle refusait quand le prix du cadeau pouvait la
compromettre d'une manière définitive. Pendant un mois elle joua ce jeu
qui impatientait le corsaire, il n'est sorte de ruse qui, des deux
parts, ne fut employée; mais le forban avait trouvé son maître. La veuve
tint en échec le capitaine, et pour parler la langue des marins; elle
garda sur lui les avantages du vent. Cette passion, ainsi alimentée et
contenue, prit chez Martin un caractère d'obstination qui menaçait
d'aller jusqu'à la démence. Elle était devenue une idée fixe; et si la
veuve n'avait uni la résolution de Judith à l'adresse de Dalila, quelque
violence aurait pu s'ensuivre. Mais madame Durbec n'avait peur de
personne, pas même d'un chef de flibustiers.

Cette intrigue était dans toute sa force quand Gertrude accoucha d'une
fille, jolie enfant qui fut nommée Catherine. Désormais la mère avait un
appui contre le délaissement, et, dans tous les cas, une consolation.
Martin apporta à cet événement la chaleur qu'il mettait en toutes
choses. La vue de son enfant le ravissait; ses premiers cris le
remuèrent jusqu'à l'âme. Il la comblait de caresses, il était aux anges:
la jeune mère se rassura au spectacle de ces témoignages d'amour. La
paix semblait revenue dans le ménage; mais cette diversion dura peu: la
passion oubliée reprit bientôt le dessus avec une force nouvelle, et le
manège de la coquette recommença.

Martin, cependant, au milieu des combinaisons stratégiques que lui
inspirait le désir de vaincre, crut avoir trouvé un moyen d'en finir. Le
baptême de sa fille allait avoir lieu: il résolut de lui donner madame
Durbec pour marraine. Ce titre, en dehors de la familiarité qu'il
autorisait, lui offrait une occasion de continuer son système de
séductions sur une grande échelle. Dans un jour pareil, tout s'offre,
tout s'accepte, les présents les plus riches comme les plus vulgaires:
c'est l'usage, il faut le subir. Ainsi calcula le capitaine; et, sans
consulter sa femme, il en fit l'ouverture à la belle veuve, qui donna
sans hésiter son consentements. On songea donc au baptême; mais un long
séjour à terre avait épuisé les coffres du corsaire: il lui restait à
peine quelques milliers d'écus disponibles.

Tant mieux! s'écria-t-il, l'Anglais payera les dragées. Il fut convenu
alors, qu'une croisière aurait lieu avant la cérémonie, et que la
dixième partie du butin serait consacrée à en faire quelque chose de
fabuleux destiné à laisser des souvenirs dans la population de
Saint-Malo: Comme la campagne, pouvait être longue, la petite Catherine
fut ondoyée, et Martin ne songea plus qu'à se mettre en mesure de
paraître dignement devant l'ennemi.

Le capitaine du _Renard_ était en première ligne parmi les croiseurs du
littoral armoricain, il venait après Duguay-Trouin, et marchait presque
son égal. Les meilleurs marins briguaient l'honneur de s'embarquer avec
lui; Toutes ses sorties avaient été fructueuses, et de magnifiques parts
de prise les avaient couronnées; On savait que Martin était juste pour
ses hommes, et qu'il se serait fait un scrupule de s'approprier la
moindre portion de ce qu'ils avaient vaillamment gagné. Ces qualités
ralliaient autour du capitaine d'excellents équipages, des matelots de
choix, intrépides, dévoués. Au premier signal, ils accouraient, et en
vingt-quatre heures Martin pouvait mettre l'agile cutter en état de
tenir la mer. Le départ suivait ainsi de près l'ordre de l'armement, et
les indiscrétions étaient déjouées. Cette fois les choses furent
conduites avec une célérité et une activité plus grandes encore. Une
demi-journée suffit pour concevoir le projet et l'exécuter. Le _Renard_
dérapa dans la nuit même.

Cette croisière avait une double importance aux yeux du capitaine
Martin; il y poursuivait plus d'une conquête. Aussi jamais ne se
montra-t-il plus vigilant, plus attentif. Il ne remettait à personne le
soin de surveiller l'horizon pour voir s'il ne recelait pas dans ses
profondeurs quelque riche capture. Pilote habile de ces parages, il
savait quel vent devait lui amener, des victimes et dans quelle
direction les courants, si rapides en Manche, portaient les bâtiments.
Une semaine pourtant se passa sans qu'aucune voile marchande se fût
présentée. Des bateaux caboteurs, des barques de pêche, rien qui valût
un abordage. Il faut dire que l'audace des corsaires malouins avait
épouvanté le commerce anglais, et que peu de navires osaient s'aventurer
dans cette mer étroite. On l'avait trop battue; le poisson avait fui
ailleurs. Jamais Martin n'avait vu son impatience si mal servie. On se
trouvait alors dans la belle saison, et des calmes ou des brisés folles
enchaînaient le cutter sur les mêmes eaux. C'était à se désespérer.

Au risque de tomber entre les mains de bâtiments de guerre, Martin
résolut alors d'aller chercher du butin sur un autre théâtre. Il avait
entendu parler des galions espagnols qui revenaient de Porto-Bello ou de
la Vera-Cruz, et s'en allaient verser à Cadix les trésors métalliques du
Mexique et du Pérou. L'idée de ces prises enflammait depuis longtemps sa
pensée. Ces galions étaient, à la vérité, armés de quelques canons, et
montés par un nombreux équipage; mais on avait sur _le Renard_ six
caronades d'un fort joli calibre et soixante lurons qui ne comptaient
jamais leurs ennemis. Martin n'était pas très-versé dans les calculs
nautiques; mais il avait auprès de lui, comme second, un jeune homme
plein de science et très au fait de la navigation hauturière. Le cutter
fit donc route vers le sud en se dirigeant de façon à placer sa
croisière entre les Açores et le détroit de Gibraltar; chemin obligé des
convois qui arrivaient des Indes occidentales.

Si _le Renard_ n'était pas imposant comme dimension; il avait, en
revanche, des qualités solides; il effleurait la vague et, au lieu d'en
recevoir le choc, il la coupait avec une agilité merveilleuse. Il avait,
comme disait Martin, fait un pacte avec la tempête. Par le travers du
golfe de Gascogne, le bâtiment fut mis à une rude épreuve: un ouragan
affreux l'assaillit, et, pendant trois jours, il fallut fuir devant les
éléments déchaînés. _Le Renard_ lutta d'abord avec succès: mais les
vents devenaient à chaque instant plus furieux, la mer plus terrible. La
mâture, fort élevée, comme dans tous les bâtiments destinés à la course,
souffrait horriblement, et dans un coup de tangage le grand mât se
fendit et vola en éclats. Ce fut un cruel moment; la résolution de
l'équipage empêcha seule qu'il ne fût fatal. On coupa les agrès qui
retenaient les débris, on courut aux pompes pour vider l'eau qui s'était
introduite dans la cale. L'un des canons, ayant rompu ses amarres,
venait de briser le sabord; on eut toutes les peines du monde à le
retenir. Le soir du troisième jour, _le Renard_, naguère si coquet et si
fringant, n'était plus qu'un bâtiment désemparé, flottant sans voiles à
la merci de l'onde, et c'est à peine si les bras de ses soixante hommes
pouvaient affranchir une énorme voie d'eau qui venait de se déclarer.

Le capitaine Martin se sentait ébranlé: jamais son courage n'avait été
mis à une plus rude épreuve. La tempête semblait se calmer à mesure que
la nuit s'avançait; mais que faire avec un navire sans mât, avec un
équipage employé tout entier au travail des pompes? Sa plus favorable
chance était alors de pouvoir regagner, tant bien que mal, Saint-Malo
pour y réparer ses avaries. Or, quel échec et quelle humiliation!
Rentrer les mains vides quand on s'était tant promis! Renoncer à des
rêves de galanterie, à des projets de fête, à la perspective d'une
fortune nouvelle! C'était pénible et pourtant forcé. On ne pouvait rien
se promettre de plus dans l'état désespéré où l'on se trouvait.

Martin faisait ces tristes réflexions sur le pont du cutter. Assis sur
le couronnement, la tête appuyée dans ses mains, il en était venu à
former les plus noirs projets, et allait se laisser glisser à la mer
pour éteindre ses douleurs dans un suicide furtif, lorsqu'en levant les
veux il crut voir, à peu de distance, une masse noire et opaque glisser
sur les eaux. C'était un monstrueux navire: personne à bord du Renard ne
l'avait aperçu, tant la confusion était grande. A l'instant. Martin prit
son parti. On ne pouvait reconnaître à quelle nation appartenait ce bois
flottant; mais la France étant en guerre avec presque toute l'Europe, il
y avait peu de chances de se tromper. Dans tous les cas, ami ou ennemi,
il venait à propos; c'était ou un moyen de sauvetage ou une prise. Sans
bruit, sans tumulte, le capitaine du _Renard_ rassembla ses hommes et
leur dit:

«Camarades, nous avons un mauvais plancher sous les pieds; en voici un
autre qui paraît plus solide; il faut qu'il soit à nous avant deux
heures. Chacun à son poste, et que tout le mondé fasse son devoir!»

Le cutter né pouvait plus gouverner assez lestement pour que l'abordage
de bâtiment à bâtiment fût praticable. Malgré l'état de la mer, Martin
résolut de tenter un abordage avec ses chaloupes. Le navire en vue était
à la cape et ne faisait que peu de chemin;-son attitude prouvait qu'il
n'avait pas aperçu le corsaire. Tout dépendait de la célérité de
l'attaque, du silence des hommes, de la rapidité de leurs mouvements. En
moins de cinq minutes, les embarcations se trouvaient à flot; les
marins, armés jusqu'aux dents, s'étaient répartis dans chacune d'elles.
Comme le sort du _Renard_ était compromis par l'interruption du jeu des
pompes, tout le monde l'abandonna, sauf à y retourner après
l'expédition. Les chaloupes se dirigèrent vers la masse flottante, et
arrivèrent par son travers sans que personne à bord parût s'émouvoir:
Cela s'expliquait. Le timonier seul était resté sur le tillac; un navire
à la cape n'a plus de manoeuvre à faire; l'équipage se reposait. Cette
circonstance servit Martin au delà de ses souhaits. Le premier, il monta
sur le pont et courut aux écoutilles. A sa vue, le marin placé au
gouvernail fit résonner un magnifique _caraco_, qui dénonçait la
nationalité du bâtiment surpris.

--Amis, c'est un Espagnol! s'écria le capitaine du _Renard._ Vive la
France!

Les assaillants se précipitèrent vers les ouvertures par lesquelles
leurs ennemis pouvaient sortir; ils espéraient les surprendre, les
enfermer, les forcer à capituler. Malheureusement le capitaine espagnol
avait entendu le premier, cri du timonier; et, pressentant le péril, il
s'était élancé vers ses armes, avait rallié ses officiers et gagné le
gaillard d'arrière. Les matelots, de leur côté, étaient parvenus à
s'ouvrir un chemin, et se rangeaient en bataille sur l'avant. Les forces
étaient à peu près égales de part et d'autre. Aussi le combat prit-il le
caractère d'une boucherie. La nuit empêchait de distinguer les amis des
ennemis, et plus d'un coup, porté par les Malouins vint frapper des
compagnons d'armes. Pendant une heure environ on lutta ainsi à
l'aveugle. Martin venait de recevoir un coup de sabre qui, en lui
fendant la joue, avait fait sauter un oeil de son orbite. Il gisait
évanoui le long des bastingages. Son jeune et vaillant second prit le
commandement et sut maintenir ses avantages.

Quand les premières lueurs du jour vinrent à poindre, le spectacle était
des plus douloureux, mais il constatait le triomphe des Malouins. Dix
Espagnols seulement survivaient à ce massacre nocturne. Vingt-cinq
hommes du Renard étaient tués ou hors de combat. Le pont ne formait plus
qu'une mare de sang. Le capitaine espagnol était mort bravement à son
poste. Au moment où Martin reprit ses sens, l'affaire était terminée, le
succès acquis. Les restes de l'équipage espagnol s'étaient résignés; ils
travaillaient avec les vainqueurs à débarrasser le pont des cadavres qui
l'encombraient. On avait cherché dans toutes les directions si le Renard
flottait encore, il avait disparu: la mer l'avait sans doute englouti.
On savait le nom du bâtiment capturé, sa destination, son chargement;
c'était le _San-Josef_ qui venait de Porto-Bello avec des lingots d'or
et des marchandises d'un grand prix, l'un des plus gros et des plus
riches galions qu'eussent jamais attendus les négociants de Cadix.

Martin écouta tous ces détails, et, malgré la perte de son sang, malgré
l'horrible blessure qui lui partageait le visage et lui coûtait un oeil,
il parut renaître au récit qu'on lui faisait. A peine souffrit-il que
l'on pansât sa blessure et qu'on lui arrangeât tant bien que mal un lit
sur le pont. Malgré la fièvre, malgré là souffrance, il voulut commander
le navire et le conduire à Saint-Malo. Quarante jours après son départ
il y rentrait avec sa prise. A peine arrivé, il écrivit le billet
suivant:

«Madame,

«Me voici avec un galion de plus et un oeil de moins: il m'est plus
facile de vous offrir le premier que de recouvrer le second; Voyez si ce
que j'ai gagné peut compenser ce que j'ai perdu.

«Consentez-vous à me recevoir?

«Martin.»

L'entrevue fut accordée; mais il paraît que le résultat n'en fut pas
selon les voeux du capitaine, car, au retour, il disait à sa femme:

--Gertrude, choisis une marraine pour Catherine. Et surtout que le
baptême soit flambant. C'est le _San-Josef_ qui paye les dragées.

Gertrude fut heureuse ce jour-là. Elle avait un mari borgne et manchot,
mais un mari, fidèle désormais.

Ainsi, chaque acte important de sa vie coûtait quelque chose au
capitaine Martin. Pour peu qu'il continuât ainsi, il allait ressembler
au fameux comte de Rantzau, qui, à l'heure de sa mort, ne put donner à
la tombe qu'un bras, qu'un oeil, qu'une jambe et qu'une oreille.



III

La dot de Catherine.

Il faut maintenant franchir dix-huit années depuis la capture du
_San-Josef_ et le baptême qu'elle avait défrayé. Catherine n'est plus un
enfant, mais une grande et belle fille, l'orgueil de son père, la joie
de sa mère. Gertrude se sent revivre en elle, Martin n'a plus d'autre
passion. Le brave capitaine n'a pas conservé les allures fringantes
d'autrefois; la course l'a vieilli avant l'âge, les blessures ont
affaibli sa constitution. Son étoile, si brillante au début, semble
avoir pâli. Jusqu'à la paix de Ryswyk, ses campagnes avaient été assez
heureuses; mais des habitudes de prodigalité et de faste, poussées à
l'extrême, ne lui avaient pas permis de faire la moindre épargne. Aussi,
quand les hostilités cessèrent, en 1697, se trouva-t-il aussi peu avancé
qu'au jour de son mariage. Il essaya quelques armements marchands qui ne
rencontrèrent pas des chances favorables. La guerre de la succession,
dans les premières années du dix-huitième siècle, le remit sur pied
pendant quelque temps; mais, tombé, par un temps de brume, au milieu
d'une flotte anglaise, il fut fait prisonnier, et demeura en Angleterre
jusqu'en 1707. Un cartel d'échange venait à peine de le rendre à sa
famille.

Qu'on juge de la joie du bon Martin en revoyant, après cinq années de
captivité, sa femme et sa fille, sa fille surtout. Il demeurait en
extase devant elle: il était heureux comme un enfant quand elle venait
l'embrasser, se placer familièrement sur ses genoux. Grâce à l'ordre
parfait que Gertrude avait su mettre dans la maison, les deux femmes
n'avaient manqué de rien pendant l'absence du chef de la famille. Les
ressources du ménage étaient bornées; mais une administration prévoyante
les avait accrues. Catherine n'avait pas même manqué de l'instruction de
luxe en usage parmi les classes aisées; elle avait eu des maîtres, de
musique et de dessin. Aucun travail pénible n'était échu à ses jolies
mains. Sa mère gardait pour elle le gros de la besogne et se fâchait
quand on voulait l'aider.

Au spectacle de ce dévouement et de cette tendresse, Martin eut un cruel
retour sur lui-même: il se souvint dès sommes qu'il avait inutilement
dépensées; de tant d'or perdu au jeu, prodigué dans de somptueux repas,
jeté à des créatures perdues. Que de richesses mal placées, que de
lingots qui s'étaient, pour ainsi dire, fondus entre ses doigts! S'il
avait eu tout cela en ce moment, quel, sort il aurait pu assurer à cette
enfant, dont les beaux yeux bleus se reposaient sur lui avec tant
d'affection et de grâce. Pour la première fois, de sa vie, Martin se
prit à regretter l'argent, à en sentir le prix. De plusieurs millions
gagnés et dispersés, c'était à peine s'il lui restait alors une
trentaine de mille livres. Après vingt ans de courses, il en était
revenu à son point de départ. Or, qu'était-ce que trente mille livres
pour le capitaine Martin, qui les jouait, naguère, sur un coup de dé?
Trente mille livres de dot pour Catherine, il n'eut jamais ose signer un
contrat pareil! Cette pensée tourmentait notre corsaire et troublait son
bonheur.

Catherine ne faisait pas de semblables calculs; mais un autre souci
l'agitait. Pendant la captivité de son père, un jeune cavalier de
Saint-Malo, neveu de Duguay-Trouin, servant sous ses ordres, avait
distingué la jeune fille, et celle-ci ne s'était pas montrée insensible
à cette préférence. Sans se l'être avoué, les deux enfants s'aimaient.
Paul Kerval était beau, jeune, brave; il tenait aux meilleures familles
de la ville. On le disait loyal, modeste et rangé. Tous ces avantages
tentèrent Gertrude; elle s'aperçut de la passion naissante des jeunes
gens et n'osa pas imposer sur-le-champ une rupture. Paul avait soin de
se trouver partout où il espérait rencontrer Catherine, sur la
promenade, à l'église, dans les salons des amis communs. En l'absence de
son mari, la pauvre mère ne savait quel parti prendre; et lorsque Martin
fut de retour, la crainte d'un reproche arrêta longtemps cet aveu près
de s'échapper. Quant à Catherine, elle ne savait que rougir à
l'approche, du jeune officier, et il lui eût été difficile de se rendre
compté de ce qu'elle éprouvait. Gertrude seule comprenait qu'un échange
de regards, si innocent qu'il fût, ne pouvait-pas se continuer sans
péril.

Pendant un mois environ, Martin, tout entier au bonheur de revoir sa
famille, ne s'aperçut de rien. Catherine elle-même, avec cet instinct
des coeurs aimants, avait compris que le retour de son père
l'astreignait à s'observer davantage. Sa passion naissante se créa alors
une sorte de diversion dans une foule d'attentions adorables qui
enchantaient le capitaine. On eut dit qu'elle cherchait à désarmer
d'avance son juge, qu'elle se ménageait des trésors d'indulgence pour le
jour où elle en aurait besoin. L'amour est fécond en capitulations de ce
genre, en préparations ingénieuses, en stratagèmes vraiment profonds; il
a sa diplomatie et ses ruses. Martin se livrait à ces témoignages de
tendresse sans deviner le motif qui les rendait aussi vifs, aussi
persévérants. Catherine, d'ailleurs, n'agissait pas par calcul, mais
seulement avec la disposition particulière aux âmes touchées par la
passion, avec cette faculté d'expansion qui se communique à tout ce qui
les environne et répand autour d'elles on ne saurait dire quel charme
idéal.

Cependant il était difficile qu'une jeune fille pût longtemps tromper un
vieux corsaire; la situation ne pouvait pas se prolonger ainsi et rester
dans cet équivoque. Un jour de grande fête, Martin avait accompagné sa
femme et sa fille à la messe de la cathédrale. L'autel était couvert de
cierges et de fleurs, l'encens fumait, l'orgue jouait. Paul Kerval
n'avait eu garde de manquer une si belle occasion: caché derrière un
pilier, il pouvait voir Catherine et en être vu: Gertrude tremblait que
le capitaine n'aperçût cet innocent manège. Pendant quelque temps le
jeune homme se contint et Catherine ne détourna pas les yeux de dessus
son livre de messe. Mais peu à peu les distractions arrivèrent. Cet
encens, cette orgue, ces fleurs, cette clarté qui règne dans la nef,
tout dispose l'âme aux émotions tendres; le recueillement
qu'interrompent les chants religieux favorise ce langage du regard bien
plus éloquent que la parole. Les deux enfants résistèrent d'abord à ces
séductions, à l'attrait de se sentir longtemps ensemble, sous les mêmes
voûtes, dans la même enceinte, respirant le même air, jouissant des
mêmes scènes; mais la passion fut enfin la plus forte et la réserve
cessa. Martin surprit un coup d'oeil furtif de sa fille, et, avec ce
sang-froid de flibustier qui ne l'abandonnait pas, il chercha sans
affectation à voir où ce coup d'oeil s'adressait. Paul ne se défiait pas
du capitaine, sa prudence de vingt-deux ans se trouva en défaut. Au bout
d'un quart d'heure d'observation, Martin savait tout; au sortir de
l'église, il s'enferma avec Gertrude, et ses soupçons se trouvèrent
confirmés par un aveu. Le capitaine n'était pas homme à s'emporter avec
sa femme. Il comprit les scrupules qui avaient dicté sa conduite; il ne
s'amusa pas à faire du bruit, ce qui ne répare jamais rien; mais,
prenant son parti sur-le-champ, il se rendit chez le jeune Kerval, le
prit à part et lui dit:

--Monsieur Paul, vous aimez ma fille!

A cette brusque apostrophe le jeune homme balbutia.

--Point de mauvaises défaites, monsieur Paul, vous aimez ma fille, je le
sais; et on en jase.

--Croyez bien, capitaine!...

-Allons au fait. Catherine n'a rien, et vous êtes riche; elle est la
fille d'un pêcheur, et vous appartenez aux meilleures familles de
Saint-Malo; voilà des obstacles invincibles, vous ne pouvez donc pas
l'épouser, monsieur Paul. Sachez maintenant, au cas où vous espéreriez
la séduire, que si vous ne discontinuez pas vos poursuites, je vous
brûlerai la cervelle de ma main, dussé-je me la faire sauter ensuite,
foi de Martin!

Kerval était brave, mais il savait aussi à qui il avait affaire;
D'ailleurs la pensée d'une séduction ne lui était pas venue; il aimait
Catherine loyalement; et quoiqu'il n'eût pas osé encore s'en ouvrir à sa
famille, il désirait du fond du coeur pouvoir en faire sa femme. Il
répliqua donc:

--Capitaine, je vous demande deux jours pour prendre un parti.

--Monsieur Paul, reprit l'intraitable Martin, il n'y en a qu'un qui
puisse me satisfaire, c'est de quitter Saint-Malo à l'instant. Je
connais les ruses de l'amour; je sais qu'un père ne saurait les déjouer
toutes. Ainsi, filez votre câble par le bout, si vous voulez conserver
mon amitié.

--Demain, capitaine, vous aurez ma réponse.

L'entretien en resta là, chacun se réservant d'agir dans le sens de ses
inspirations. Le jeune Kerval était décidé à faire intervenir son oncle,
Duguay-Trouin, qui se reposait à Saint-Malo des fatigues d'une campagne
laborieuse contre les Anglais. Duguay-Trouin était alors capitaine de
vaisseau au service du roi; embarqué sur la _Dauphine_, il avait dans
une suite de croisières causé de tels dommages à l'ennemi, que Louis XIV
venait de lui envoyer la croix de Saint-Louis avec, des lettres de
noblesse, dans lesquelles il était dit «qu'il avait pris plus de trois
cents navires marchands et vingt vaisseaux de guerre.» Ce glorieux marin
était déjà l'honneur de son arme, l'orgueil de sa patrie. Paul lui
confia le secret de sa passion, son entrevue avec Martin, et le désir où
il était de terminer l'affaire par un mariage. Duguay hésita d'abord:
une alliance entre la bonne bourgeoisie et le peuple ne se contractait
pas alors sans difficulté; mais le désir d'obliger son neveu, de se
montrer reconnaissant envers son premier compagnon d'armes',
triomphèrent bientôt de ses irrésolutions. Il accepta la tâche
d'intermédiaire, y employa toute son influence, toute son autorité, et
après un long combat il parvint à aplanir les obstacles et à vaincre les
répugnances de la famille. Jamais campagne contre l'Anglais ne lui coûta
plus de peine. Il ne restait plus qu'à obtenir le consentement de
Martin; et ce mariage était pour lui un tel honneur, que ni Paul ni
Duguay ne doutaient que la proposition ne fût accueillie avec joie.
Duguay-Trouin voulut cependant s'y prendre de manière à enlever la
position. Il se rendit lui-même chez son ancien camarade. Aucun honneur
ne pouvait flatter autant le capitaine que cette visite: à la vue de
Duguay, le bonheur, la reconnaissance se peignirent sur son visage. Le
commandant de la _Dauphine_ alla de suite au fait, en marin qu'il était:

--Mon vieux matelot, dit-il familièrement à Martin, je viens te demander
ta fille en mariage.

--Vous, monsieur Duguay? reprit le corsaire étonné.

--Entendons-nous, vieux: pour moi, non; mais pour mon neveu, Paul
Kerval, et au nom de toute sa famille.

Le capitaine demeura un instant sans voix. Cette proposition, ainsi
faite, passant par une telle bouche, avait une gravité qui le dominait.
Il comprenait que le bonheur de sa fille était sérieusement en cause, et
que des scrupules personnels seraient mal venus à compromettre un si
brillant avenir. A la demande de Duguay-Trouin, il n'opposa donc d'abord
que le silence.

Celui-ci reprit alors:

--Eh bien, Martin, qu'as-tu donc? est-ce que tu hésites? Le corsaire
sentit qu'une prompte explication était nécessaire. Contenant son
émotion, il répondit:

--Mon commandant, vous m'apportez là mon bâton de maréchal, le rêve de
ma vie, et pourtant je sais forcé de vous refuser. Ma fille n'a point de
dot.

--Qu'importe? Kerval est riche!

--Raison de plus: pour relever le nom d'un pêcheur, ma fille avait
besoin d'une fortune; elle ne l'a plus; son père, en dissipateur, la lui
a gaspillée.

En disant ceci, le corsaire roulait une larme dans ses yeux.

--Martin, dit Duguay-Trouin, insistant.

--Non, Monsieur Duguay, ma fille serait malheureuse. On la prend pour sa
beauté; mais sa beauté passera, et alors les regrets viendront. Une
grande fortune, voilà ce qui rapprocherait les distances; elle ne l'a
pas.

--Capitaine, vous poussez trop loin les scrupules, reprit Duguay, ému
malgré lui.

--Commandant, je connais les hommes; ma fille serait malheureuse. Il lui
faut une dot, et voici ce que je propose: Avec le peu qui me reste, je
vais armer un corsaire. On me connaît à Saint-Malo, on sait comment je
conduis la course. Dans huit jours je pars, dans trois semaines je serai
de retour. Si je rapporte une dot à Catherine, le mariage se fera;
sinon... à la garde de Dieu.

Duguay-Trouin essaya en vain de détourner Martin de son projet: le
capitaine demeura inflexible, et il fallut en passer par ce qu'il
voulait. La famille du jeune homme comprenant la noblesse de pareils
scrupules, se prêta à tous les délais. Martin arma son corsaire, _le
Furet_, portant huit canons, et, sept jours après, il sortit du port de
Saint-Malo. Paul Kerval voulait s'embarquer comme volontaire; Martin s'y
refusa. C'était assez de chances pour sa pauvre Catherine que d'avoir à
trembler pour son père et pour une entreprise d'où dépendait son
bonheur. Le capitaine semblait d'ailleurs certain du succès; jamais il
n'avait eu une pareille confiance dans son étoile: quand il embrassa sa
fille sur le môle, il était rayonnant de joie.

--Dieu sera juste! dit-il; il se déclarera pour cet ange. Pendant un
mois on fit des voeux à Saint-Malo pour le retour du _Furet_, mais sans
s'inquiéter sur son sort. C'était le délai que Martin, avait demandé. Au
bout de ce temps, les deux pauvres femmes qu'il avait laissées
commencèrent à craindre pour lui; on connaissait son exactitude en
toutes choses. Chaque matin, Catherine et Gertrude allaient, sur la
jetée la plus avancée, voir si _le Furet_ ne paraissait pas à l'horizon.
Paul s'y trouvait, et quand tout espoir était évanoui, les deux amants
confondaient leurs larmes. Deux mois, trois mois se passèrent ainsi sans
nouvelles. Pour tromper les douleurs de la fille et de la nièce, on
inventait des explications ingénieuses; on disait que Martin, ne
rencontrant rien dans les mers d'Europe, était allé tenir croisière aux
Antilles. Gertrude et Catherine se rattachaient à ces dernières lueurs
d'espoir et se trouvaient moins malheureuses.

Un matin pourtant, avant l'heure de leur promenade habituelle sur la
jetée, elles virent entrer chez elles Duguay-Trouin qui arrivait de
Versailles, où le roi lui avait fait le plus grand accueil. Il salua
tristement ces dames, s'assit; et tirant de sa poche, un journal
anglais, le _Navy-Inquirer_, qui était parvenu au ministère de la
Marine, il leur lut ce qui suit, au milieu de leurs larmes et de leurs
sanglots:

Portsmouth, 15 septembre.

«La frégate de S. M. Britannique _le Swallow_, de 50 canons, a
rencontré, il y a huit jours, dans les eaux de la Manche, un petit
cutter français armé de huit canons, qui trouvait, par un gros temps,
affalé sur la côte entre les Sorlingues et le cap Lizard. A la vue de la
frégate, le cutter essayé de fuir en se couvrant de voiles; mais la
marche supérieure du navire de S. M. lui a bientôt enlevé tout espoir de
se dérober à notre poursuite. Arrivé par le travers du cutter, _le
Swallow_ lui a fait le signal d'amener, en appuyant la démonstration
d'un coup de canon. Au lieu de répondre, comme on s'y attendait, le
petit navire a riposté de toutes ses pièces et nous a tué plusieurs
hommes. Il a donc fallu user de représailles. En trois bordées, le
cutter désemparé a fait eau de toutes parts. _Le Swallow_ à mis alors
ses embarcations à la mer pour sauver au moins l'équipage; mais au
moment où la grande chaloupe accostait la prise, une explosion s'est
fait entendre: c'était le cutter qui sautait en brisant et engloutissant
la chaloupe. Dans cet abordage, la frégate à perdu vingt hommes. De
l'équipage du cutter français on n'a pu sauver que deux matelots, les
nommés Chauvin et Benoit. D'après leur rapport, le cutter se nommait _le
Furet_, corsaire de Saint-Malo.»

Quand cette lecture fut achevée, et que la douleur des deux femmes se
fut un peu calmée, Duguay-Trouin ajouta:--Madame Martin, c'est à vous
maintenant que je demande votre fille Catherine, pour mon neveu Paul
Kerval. Le mariage se fera après l'expiration du deuil.

La pauvre Gertrude ne put que se jeter dans les bras de sa fille, en
fondant en larmes. Trois ans après, Mme Paul Kerval venait attendre, sur
le même môle de Saint-Malo, son mari, qui avait fait partie de la
brillante expédition de Rio-Janeiro, si heureusement conduite par
Duguay-Trouin. Quand la distribution du butin, estimé à vingt-cinq
millions, se fit parmi les équipages, le brave commandant dit à son
neveu:

--Paul, tu te feras allouer sur ma part deux cent mille francs. C'est la
dot de Catherine. Je veux être l'exécuteur testamentaire du pauvre
capitaine Martin.

FIN DU CAPITAINE MARTIN





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Le Capitaine Martin. - Le Dernier des commis voyageurs. Les Idoles d'argile. Le - Capitaine Martin. Les Aventures d'un fifre." ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home