Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Variétés Historiques et Littéraires, Tome IV (of 10) - Recueil de pièces volantes rares et curieuses en prose et en vers
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Variétés Historiques et Littéraires, Tome IV (of 10) - Recueil de pièces volantes rares et curieuses en prose et en vers" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



generously made available by the Bibliothèque nationale
de France (BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



  VARIÉTÉS

  HISTORIQUES

  ET LITTÉRAIRES


  Recueil de pièces volantes rares et curieuses
  en prose et en vers

  _Revues et annotées_

  PAR

  M. ÉDOUARD FOURNIER

  TOME IV



  A PARIS

  Chez P. JANNET, Libraire

  MDCCCLVI



_Brief Discours pour la reformation des mariages._

_A Paris, de l'imprimerie d'Anthoine du Brueil, rue Saint-Jacques, au
dessus de Saint-Benoist, à la Couronne._

M.DC.XIV. In-8.


Encor que le mariage soit sainct, selon son institution et premiere
origine, voire mesme necessaire pour la multiplication du genre et
societé humaine, si est-ce qu'à la deduction des difficultez quy s'y
rencontrent l'on y trouvera beaucoup plus d'espines que de roses,
et d'amertume que de miel. C'est pourquoy la plus part des sages
de l'antiquité, pour despeindre le mariage, ils representoyent en
leurs hieroglyphiques toutes sortes de gehennes et tortures qu'ils
se pouvoient imaginer, afin que par leurs diverses significations on
fust instruict à eviter les escueilz et perilz quy journellement s'y
rencontrent; ce que le sieur Desportes a bien sceu faire cognoistre
et expliquer en ces Stances du Mariage, où il commence[1]:

  De toutes les fureurs dont nous sommes pressez,
  De tout ce que les cieux, ardemment courroucez,
  Peuvent darder sur nous de tonnerre et d'orage,
  D'angoisses[2], de langueurs, de moeurtre ensanglanté,
  De soucys, de travaux, de faim, de pauvreté,
  Rien n'approche en rigueur la loy de mariage.

          [Note 1: _Les Oeuvres de Philippe Des Portes, abbé de
          Thiron, reveues et corrigées_, Rouen, 1591, in-12, p. 575,
          _Stances du Mariage_.]

          [Note 2: Var.: _d'angoisseuses langueurs_.]

Il vaudroit beaucoup mieux que nostre premier père, lors de sa
creation, fust demeuré en cest estat d'innocence, sans avoir
effrenement desiré une compagne et abandonné en luy-mesme ceste
perfection et prerogative que nostre Dieu luy avoit donnée en sa
creation, et mis en fief comme un tiltre d'aisnesse et premier et
unique en son estre, ce que les anciens appellent androgine, quy est
à dire tout un en sa perfection. Neantmoins, curieux de son malheur
et du nostre, il suscita nostre Dieu de l'assister d'une compagne,
ce quy luy fut accordé, et tirée de soy-mesme, quy nous apporta
pour douaire tous les malheurs du monde dont elle nous a affublez,
punition de Dieu quy envers nous se void journellement executée par
tous les inconvenients quy nous surviennent, tant durant nostre
vie que lors de nostre trepas; le tout prevenu par ceste première
association quy, à nos despens, a porté et porte encore tiltre de
mariage envers les mortels,

  Dure et sauvage loy nos plaisirs meurtrissant[3],
  Quy, fertille, a produit un hydre renaissant
  De mespris, de chagrin, de rancune et d'envie,
  Du repos des humains l'inhumaine poison[4],
  Des corps et des esprits la cruelle prison,
  La source des malheurs, le fiel de nostre vie.

          [Note 3: Cette stance, dans la pièce de Des Portes, suit
          celle qui a été citée tout à l'heure.]

          [Note 4: _Poison_, comme le mot latin _potio_, dont il est
          le dérivé, fut long-temps du féminin. C'est Vaugelas et
          Balzac qui lui assignèrent le genre qu'il a gardé depuis,
          et cela en dépit de Malherbe, et même de Ménage, qui, dans
          ses _Observations sur les poésies_ de ce dernier (Paris,
          1666, p. 451), soutient qu'en vertu de l'étymologie, c'est
          le féminin qui eût dû prévaloir. Le peuple est resté de
          l'avis de Ménage et du latin.]

Pour inscription à ceste loy rigoureuse du mariage, je serois d'advis
qu'elle portast sur le front en belle et grosse lettre: LE BREVIAIRE
DES MALHEUREUX.

  Helas! grand Jupiter, si l'homme avoit erré[5],
  Tu le devois punir d'un mal plus moderé,
  Et plustost l'assommer d'un eclat de tonnerre
  Que le faire languir durement enchaisné,
  Hoste de mille ennuys, au dueil abandonné,
  Travaillant son esprit d'une immortelle guerre.

          [Note 5: C'est la 9e des _Stances_ de Des Portes.]

Depuis que le serpent a mis la curiosité et l'ambition en la teste
de la femme, toutes choses se sont revoltez qui auparavant avoient
esté creez à la submission et hommages deues et acquyses à nostre
premier père et aux siens, c'est-à-dire à la posterité, quy est nous
autres, quy avons herité de la mort par son crime, c'est-à-dire par
la seduction d'Eve, nostre marastre, quy s'est servie de sa fragilité
pour le rendre serf et assugety par ses blandices à toutes les
infirmitez du monde.

  De là le mariage eust son commencement[6],
  Cruel, injurieux[7], plein de commandement,
  Que la liberté fuit comme son adversaire,
  Plaisant à l'abordée à l'oeil doux et riant,
  Mais quy, sous beau semblant, traistre nous va liant
  D'un lien que la mort seulement peut deffaire.

          [Note 6: C'est la 6e stance.]

          [Note 7: Var.: Tyran injurieux.]

Les femmes sont du naturel des sergents: quand elles veulent attraper
quelques uns, elles font bien les douces et traictresses; puis,
estant prins, elles peuvent bien dire: Nous tenons le _couïllaut_
dans nos retz _attrapé_.

Puis, estant logé à la valée de Misère, il doit la foy et hommage en
tiltre de relief à sainct Innocent, à sainct Prix[8], et sainct Mar,
ribon, ribeine, sans pouvoir desdire, où le plus souvent il faut

  Languir toute sa vie en obscure prison[9],
  Passer mille travaux, nourrir en sa maison
  Une femme bien laide et coucher auprès d'elle;
  En avoir une belle et en estre jaloux,
  Craindre tout, l'espier, se gêner de courroux,
  Y a-t-il quelque peine en enfer plus cruelle?

          [Note 8: On disoit alors: «Il est de Saint-Prix, il est
          marié.» (Oudin, _Curiositez françoises_, p. 494.) Quant à
          _saint Mar_, comme on écrit ici, en faisant suivre son nom
          du refrain _ribon_, _ribaine_, on faisoit aussi de lui le
          patron des _maris_, _très marris_, comme dit Molière.]

          [Note 9: La 11e des stances de Des Portes.]

L'on dit ordinairement que là où la vache est liée, il faut qu'elle
broute[10]; ainsi où le pauvre idiot est attrapé, il faut qu'il
demeure en ces liens; il tient beaucoup mieux que par le pié; le
geolier en ces affaires-là s'emprisonne soy-mesme, et, en cette
restrainction, il ne peut trouver de caution quy l'en delibère; tel
octroy est à la mort et à la vie. Quant à ceux quy ont de belles
femmes, sont heureux et ne peuvent pas par elles estre incommodez;
quand une belle femme est bien entretenue, elle est de plus grand
rapport qu'un moulin à vent; comme au contraire, quand elles sont
laides, elles baillent de l'argent pour faire ce qu'on faict de là
les pontz, quy, outre l'injure, fait souvent faire banqueroute au
pauvre malotru confraire de Saint-Prix[11].

          [Note 10: Molière donne une variante de ce proverbe quand
          il dit, dans le _Médecin malgré lui_ (acte 3, scène 3): «Là
          où la chèvre est liée, il faut bien qu'elle y broute.»]

          [Note 11: V. l'avant-dernière note de la page 8.]

Le commun dire est bien veritable, que la femme fait ou ruine le
mesnage, et comme dict le sage en ses problesmes par ces termes: La
meilleure et plus excellente richesse qu'un homme puisse avoir, c'est
de s'allier avec une femme sage et vertueuse, parce qu'après il se
pourra vanter d'avoir en possession un heritage merveilleusement
fertile.

  Escoutez ma parole, ô mortels esgarez[12],
  Quy dans la servitude aveuglement courez,
  Et voyez quelle femme au moins vous devez prendre:
  Si vous l'espousez riche, il vous faut[13] preparer
  De servir, de souffrir, de n'oser murmurer,
  Aveugle en tous ses faictz et sourd pour ne l'entendre.

          [Note 12: C'est la 16e stance de Des Portes.]

          [Note 13: Var.: il se faut.]

Le plus grand malheur que puisse avoir un homme qui desire avoir
l'esprit tranquille et en repos, c'est de prendre une femme qui luy
mettra à tous propos sur le tapis les moyens et commoditez qu'elle
luy aura apporté, afin que, par ces reproches que journellement elle
luy fera, jouer au pair, et tirer au court baston quand besoing en
sera, ce quy contraindra le pauvre Job de faire le muet, comme vous
entendrez cy après en ces vers.

  Desdaigneuse et superbe, elle croit tout savoir[14];
  Son mary n'est qu'un sot trop heureux de l'avoir;
  En ce qu'il entreprend elle est toujours contraire,
  Ses propos sont cuisantz, hautains et rigoureux.
  Le forçat miserable est beaucoup plus heureux
  A la rame et aux fers d'un outrageux corsaire.

          [Note 14: 15e stance de Des Portes.]

C'est de pareilles femmes que l'on tient ce discours: que la
poulle chante ordinairement devant le coq[15]. De mesme, donnez
un pied d'advantage à une femme, elle en prendra dix; c'est ce que
conseilloit un ancien poète:

    Ne souffre jamais pour rien
  De ta femme un pied sur le tien:
    Car après la pauvre beste
  Le voudra mestre sur ta teste.

          [Note 15: Encore un proverbe dont Molière a donné une
          variante, mais cette fois très opposée:

               La poule ne doit pas chanter devant le coq.

                               _Les femmes sçavantes_ (act. V, sc. 3).

          Jehan de Meung avoit dit dans le _Roman de la Rose_:

               C'est chose qui moult me desplaist
               Quand poule parle et coq se taist.]

Et toutefois en ce discours je ne desire pas faire une reigle
generale: car, comme en toutes autres, il y peut avoir quelque
default.

  Si vous la prenez pauvre, avec la pauvreté[16]
  Vous espousez ainsy[17] mainte incommodité,
  La charge des enfants, la peine et l'infortune.
  Le mespris d'un chacun vous fait baisser les yeux;
  Le soin rend vos esprits chagrins et soucieux.
  Avec la pauvreté toute chose importune.

          [Note 16: Stance 17e de Des Portes.]

          [Note 17: Var.: _ainsi_.]

La pauvreté est mère de beaucoup de travaux, de soupçons, de
meffiance; c'est d'elle d'où ce vieux proverbe a prins son estre et
origine, quy dit: necessité contraint la loy; encore que pauvreté ne
soit pas vice[18], mais une espèce de ladrerie, que plusieurs fuyent
comme la peste.

          [Note 18: Ce n'est ainsi qu'un proverbe tronqué: pour qu'il
          soit complet, il faut dire comme on le faisoit au moyen
          âge: _Pauvreté n'est pas vice, mais c'est une sorte de
          ladrerie: chacun la fuit._ Ce qui revient à la variante si
          énergique de Dufresny: _Pauvreté n'est pas vice; c'est
          bien pis._]

  Si vous la prenez belle[19], asseurez-vous aussy[20]
  De n'estre jamais franc de craincte et de soucy.
  L'oeil de vostre voisin comme vous la regarde;
  Un chacun la desire, et vouloir l'empescher,
  C'est esgaler Sysiphe et monter son rocher.
  «Une beauté parfaicte est de mauvaise garde.»

          [Note 19: Var.: _Si vous l'épousez belle._]

          [Note 20: La stance 18e de Des Portes.]

Les belles femmes et les beaux chevaux sont merveilleusement
souhaitez, non seullement pour les plaisirs du monde, mais aussy
(admirez les plus religieux personnages, quy, par ce moyen, ont
subject de louer le Createur) par la perfection de ses creatures tant
recommandables. Toutefois je diray estre un grand soin au maistre
quy les possède, quy, quand mesme ayant en sa puissance tous les
yeux d'Argus, y pourroit bien estre trompé, parce que la garde de
ces creatures là est un peu dangereuse: tant de vieux historiens
tesmoins, quy nous ont laissé leurs fragments par escript, comme la
guerre de Troie et autres, outre les meurtres et querelles quy se
commettent pour cet effect.

  Si vous la prenez laide, adieu toute amitié[21];
  L'esprit, venant du corps, est plain de mauvaistié.
  Vous aurez la maison pour prison tenebreuse;
  Le soleil desormais à vos yeux ne luira;
  Bref, l'on peut bien penser s'elle vous desplaira,
  Puisqu'une femme belle[22] en trois jours est fascheuse.

          [Note 21: La 19e stance de Des Portes.]

          [Note 22: Var.: _Quand la plus belle femme._]

Encore que la femme soit laide, voire mesme contrefaicte en
plusieurs parties de son corps, si dois-tu recognoistre qu'elle est
ta compagne et adjacente à toutes tes entreprises; toutefois je
veux que ce soit une très grande incommodité pour la deffectuosité
quy peut subvenir en la generation des enfants, comme, par example,
estant un jour interrogé Pittacus pourquoy il ne vouloit espouser
aucune femme: Parce, dit-il, que, la prenant belle, elle sera commune
à tous; et si elle est laide, ce sera un martyre à moy seul.

Pour conclusion, je pourrois dire ce qu'a dict le mesme Desportes en
ces stances, quoy que je ne m'y veuille resoudre; et toutefois je
repetteray,

  A l'exemple de luy quy doit estre suivy[23]:
  Tout homme qui se trouve en ses lacs asservy
  Doit par mille plaisirs alleger son martyre,
  Aimer en tous endroitz sans esclaver son coeur,
  Et chasser loing de luy toute jalouse peur.
  Plus un homme est jaloux, plus sa femme on desire.

          [Note 23: Stance 24e de Des Portes.]

Et après, fermant la porte à toutes ses prepositions, fait une grande
admiration en ces termes:

  O supplice infernal en la terre transmis[24]
  Pour gêner les humains! gêne les ennemis
  Et les charge de fers[25], de tourments et de flamme;
  Mais fuy de ma maison, n'approche point de moy:
  Je hay plus que la mort ta rigoureuse loy,
  Aymant mieux espouser un tombeau qu'une femme.

          [Note 24: 25e stance.]

          [Note 25: Var.: _Qu'ils soyent chargez._]

Demosthène disoit que les hommes ayment les femmes pour le plaisir
qu'ils espèrent, sans avoir esgard qu'elles sont ordinairement le
travail de l'esprit et le fleau le plus violent qu'ils puissent avoir.

Quoy que j'ay parlé de mariages en diverses façons, si neantmoins je
cognois que c'est une necessité à la nature humaine pour plusieurs et
diverses raisons, tant pour la generation qu'autres commoditez qu'ils
apportent; mais il faut regarder premierement, pour bien et deuement
choisir une femme, qu'elle soit chaste et vertueuse, venue de bon
lieu, issüe de parents sans reproches, bonne mesnagère, et surtout
mediocre en habitz, parce que la superfluité la rend orgueilleuse et
mescognoissante[26], tout ainsy que ces joüeurs de tragedies, où un
faquin, estant revestu, representera librement le personnage d'un roy
ou empereur en gravité et audace; de mesme elle sera hautaine, et
quelques fois contraincte pour son entretient faire des metamorphoses
domestiques, comme dict un poète françois en ces vers:

  Du temps passé nous lisons que les fées
  Firent changer d'homme en cerf Actéon,
  Et maintenant ceste mutation
  S'exerce encor par des nymphes coiffées.

          [Note 26: C'est un mot perdu et très regrettable.
          Marmontel, qui tenoit pour notre vieille langue, indique
          par cette phrase la demi-teinte d'ingratitude qu'il faut y
          découvrir: «Il ne faut jamais être oublieux au point d'être
          méconnoissant.» (_Mémoires_, Paris, 1804, in-8, t. 2, p.
          97.)]

Ceux quy se veulent marier, il faut qu'ils s'interrogent eux-mesmes
s'ils sont puissans assez pour s'acquitter d'un si pesant fardeau:
car de joüer après à Jan-qui-ne-Peut, le diable seroit bien aux
vasches. Or, pour le bien choisir, je serois de l'avis du sieur
Desportes en ces Stances du Mariage, qui dict:

  Il faut un bon limier, penible et poursuivant[27],
  Nerveux, le rable gros et la narine ouverte,
  Quy roidisse la queue et l'alonge en avant
  Sitost qu'il sent la beste ou qu'il l'a descouverte.

          [Note 27: Cette stance ne se trouve pas dans l'édition de
          Des Portes par Raphael du Petit-Val.]

Non pas des petits darioletz[28] effeminez, à quy leurs femmes sont
contrainctes dire, peu de temps après qu'elles sont mariées: Jan, ne
trouvez pas estrange que, si ne faites mieux qu'avez faict ces jours
passez, je mettray un autre à vostre place. Voilà, en somme, mon amy,
comme il y a beaucoup de cornards par leurs fautes.

          [Note 28: V., sur ce mot et sur ceux de _daron_ et
          _dariolette_, une note de notre tome 3, p. 145.]

Quiconque se veut marier et s'employer à son devoir, il faut qu'il
soit d'un age mediocre, fort et bien sain en tous ses membres, bonne
veüe et point subject à ce reproche, pourtant lunettes, d'estre banni
du bas mestier, comme disoit un jouvenceau de ce temps:

  Veillard quy portez des lunettes,
  Retirez-vous loin des fillettes,
  Et permettez-nous que l'amour
  De chacun se serve à son tour:
  Car, si vous prenez ma maistresse
  Pour vos biens et vostre richesse,
  Cela n'est rien: il faut un poinct
  Pour conserver son embonpoinct.

Voilà en bref ce que je puis dire du mariage, non pas pour l'avoir
esprouvé, car, Dieu mercy, je suis puceau, et si le veux estre tout
le temps de ma vie, afin qu'après ma mort je me voye promener en
terre avec de belles torches blanches, en tesmoignage de ma chasteté:
car je me puis bien vanter d'estre _vierge_, ou jamais vache ne le
fust. Adieu.



_Les Jeux de la Cour._

MDCXX. In-8.


  Cessez de plus jouer à la rejouissance:
  C'est un jeu sans plaisir et quy n'est pas heureux;
  Le reversis n'est bon que pour les amoureux,
  Et la prime pour ceux quy sont pleins de finance[29].
  Le piquet à l'abort m'offence quand j'y pense;
  Au quatorze de may, quy fut si malheureux[30],
  Formant par un grand flux un point de consequence,
  Quy depuis a ruyné et gasté nostre France.

  J'ayme les quatre jeux modernes de la cour:
  Nous y voyons un roy de mains en mains quy court,
  La dame et le valet quy suivent en sequence,
  Les deux roynes au pair, une seule à l'escart[31].
  Les princes joueront à tirer le bon bout.
  Il n'y a apparence de demeurer en cour:
  Car ils sont mal contens[32], et ils ont bien raison,
  Du fredon[33] de trois ases[34] qui pillent et raflent tout.

          [Note 29: Les gens de finance, en effet, _primoient_ tout
          alors.]

          [Note 30: Henri IV avoit été assassiné le 14 mai 1610.]

          [Note 31: La reine-mère, Marie de Médicis, avoit quitté la
          cour depuis 1617.--Le jeu de l'_ecart_, c'est l'_ecarté_.]

          [Note 32: C'est le nom qu'on donnoit à ceux qui tenoient
          pour le parti des princes. V. notre tome 3, p. 353, note 2.]

          [Note 33: Le _fredon_, au jeu de cartes, consistoit à
          avoir trois ou quatre cartes semblables, _rois_, _dames_,
          _valets_ ou _as_.]

          [Note 34: On joue ici sur le vieux mot _ase_, qui signifie
          _âne_. Ces trois _ases_ étoient Luynes et ses deux frères.]

       *       *       *       *       *

_Au Roy._

  On dit que les crapauds armèrent autres foys,
  Avant les fleurs de lys, l'ecusson de nos roys[35],
  Mais qu'en les retournant, un de nos vieux Alcides
  Changea par ces beaux lys ces vilains animaux.
  Ha! sire, je crains bien que par ces parricides
  Vous perdiez ces beaux lys pour garder trois crapaux!

          [Note 35: Pharamond, qui avoit ses campements ordinaires
          dans les marais de la Zélande, du Brabant, etc., portoit
          pour cela, disoit-on, trois crapauds sur son écusson.
          C'est une erreur qu'il est inutile de réfuter. Elle eut
          cours très long-temps et fut cause, selon Favin, que chez
          les Flamands on donna long-temps aux François le surnom
          injurieux de crapauds franchots. (Favin, _Histoire de
          Navarre_, liv. 7, p. 399.)]

       *       *       *       *       *

_Autre._

  Le fils de Cresus, muet du ventre de sa mère,
  Voit l'espée sur son père et recouvre la voix:
  «Cruel, ne le tuez, luy quy m'a donné l'estre!»
      Sire, aujourd'huy faites paroistre
      En mesme peril vostre voix.

       *       *       *       *       *

_A M. le prince de Condé._

  Prince, vous avez eu beaucoup moins de ruines,
  Endurant doucement vostre captivité[36],
  Qu'à faire le magot, estant en liberté,
  D'Arnoux[37], de Cadenet, de Brante et de Luynes.

          [Note 36: La reine, sur le conseil du maréchal d'Ancre,
          avoit fait mettre le prince de Condé à la Bastille le 1er
          septembre 1616.]

          [Note 37: Le père Arnoux étoit confesseur du roi. V. notre
          tome 3, p. 256.]

       *       *       *       *       *

_Responce._

  Pensez-vous, si j'estois vraiment prince du sang,
  Que je voulusse tant m'eslongner de mon rang
  Que d'aimer ces caphars et ceux dont le bas aage
  Se passa soubs l'habit de vallet et de page[38]?
  L'on m'a trop faict savoir que là où la faveur
  Se rencontre, il luy faut faire un temple d'honneur.
  Ce coyon[39], quy estoit porté de sa maistresse,
  Me feit bien eslancer dans une forteresse.
  Il se vantoit encor de me faire juger,
  Non pas prince bastard, mais fils d'un muletier,
  Mes moeurs en faisant foy et mon infame vice;
  Et je serois encor près d'un tel precipice
  Si je n'allois tout doux faisant le grenouillet
  Aux Pères[40], à Luynes, à Brante, à Cadenet.

          [Note 38: Luynes fut d'abord page de la chambre du roi sous
          M. de Bellegarde. (Tallemant, historiette du _connetable de
          Luynes_, édit. in-12, t. 2, p. 39.)]

          [Note 39: Le maréchal d'Ancre, qui passoit pour être
          l'amant de la reine-mère. Nous donnerons dans les prochains
          volumes plus d'une pièce où cette injure toute italienne
          de _coyon_, qui étoit devenue le surnom de Concini, se
          trouvera surabondamment expliquée. V. plus loin le _Songe_.]

          [Note 40: Les PP. Arnoux et Seguirand, confesseurs du roi.
          V. plus haut.]

       *       *       *       *       *

_A la France._

  France, je plains bien vostre sort!
  Car on cognoist vostre impuissance:
  Un coyon vous mit en balance;
  Trois coquins vous mettent à mort.

       *       *       *       *       *

_Quatrain._

  Autant il y a difference
  A surprendre des oysillons[41]
  Et de dresser des bataillons
  Diffèrent ces deux pairs de France.

          [Note 41: «Il (Luynes) aimoit fort les oiseaux et s'y
          entendoit. Il s'attachoit fort au roi, et commença à lui
          plaire en dressant des pies-grièches.» (Tallemant, _loc.
          cit._)]

       *       *       *       *       *

_Le Favory._

  Une personne s'en estonne:
  Le roy m'a voulu faire grand
  Pour monstrer que mon père-grand
  Portoit sur son chef la couronne[42].

          [Note 42: Le grand-père de Luynes, en sa qualité de
          chanoine, portoit en effet la _couronne_, c'est-à-dire la
          tonsure, sur le sommet de la tête. V., sur lui et sur sa
          concubine, Tallemant, _loc. cit._]

       *       *       *       *       *

_Luy-mesme._

  Le duc est un oyseau, moy duc par les oiseaux;
  Le duc est un oiseau servant à la pipée,
  Moy duc pipant du roy l'ame preoccupée.
  Le duc oyseau de nuict, et moy duc aux flambeaux.
  Je suis duc non oyseau; la fortune est muable:
  Fussé-je nay d'un veau, je serois connestable.



_Songe._

1616[43]. In-8.

          [Note 43: Cette pièce est l'une des plus curieuses et des
          plus rares qui aient été faites contre le maréchal d'Ancre.
          Nous ne l'avons pas trouvée indiquée à sa date dans le tome
          1er du _Catalogue de l'histoire de France_.]


    Porté sur les aisles d'un songe
  Dans une ville de Xaintonge[44],
  J'ay veu ce que je vay compter:
  Je vis un homme de la Chine
  Quy, brullé d'encre sur l'eschine[45],
  Se faisoit riche à culetter.

    Il estoit d'assez belle taille,
  De poil tout propre à la bataille
  De ce petit demon d'Amour;
  Sa fraize estoit à l'espagnolle,
  Et sa moustache en banderolle
  Chassoit aux mouches de la cour.

    Ayant près de luy sa Cassandre,
  Il se marchoit en Alexandre,
  Il aboyoit comme un roquet;
  Il chevauchoit sur une mule,
  Et, discourant sur une bulle,
  Il parloit comme un perroquet.

    Il avoit la mine d'un prestre
  Et croy qu'il desire de l'estre
  Pour avoir le couronnement[46];
  Mais, n'estant de trempe assez bonne
  Pour bien porter une couronne,
  Il en porte une à l'instrument.

    Il portoit dessoubs son aisselle
  Le bout d'une vieille escarcelle
  D'où sortoit un fer de cheval,
  Et je cognus à ceste marque
  Que ce n'estoit pas un monarque,
  Mais seulement un mareschal.

    Il parloit de la Normandie[47],
  Mais il aymoit la Picardie[48],
  Comme un pays tout plein d'honneur,
  Et, fuyant le sort de sa vie,
  Il mouroit de rage et d'envie
  Pour estre dict le gouverneur[49].

    Il estoit bon naturaliste:
  Il avoit une longue liste
  Des postures de l'Aretin;
  Il sçavoit toute la caballe,
  Et, monté sur une cavalle,
  Se panadoit en saint Martin.

    Pour lui servir de medecine,
  Il mangeoit la chaude racine
  Du plus friand satyrion;
  Il portoit un livre assez large
  Où l'on voyoit escrit en marge
  Les coyonnades du Coyon[50].

    Sa suitte est de gens d'escritoire
  Quy cachent d'une robbe noire
  Un venin d'infidelité,
  Et quy, comme des chatemites,
  Attrapent les grosses marmittes,
  Et tout cela par charité.

    Vous eussiez veu ceste canaille,
  Baillant comme un huistre à l'ecaille
  Et portant un petit collet,
  Aprendre à ceux de la pratique
  Le secret de la rethorique
  Pour faire un tour de bon vallet.

    Ils babillent comme des pies,
  Ils vollent comme des harpies,
  Ils sautent comme des genetz[51],
  Ils sifflent comme des linottes,
  Ils trottent doux comme bigottes
  Et parlent comme sansonnetz.

    Aussi froidz que saint de caresme,
  Les yeux baissez, la face blesme,
  Leur souche a tousjours le cul net.
  Ce sont des singes de Seville,
  Et comme furets de Castille
  Ils se glissent au cabinet.

    Ainsy suivy de ceste trouppe,
  Il portoit la valise en croupe
  Et la couardise au devant[52].
  C'estoit un second dom Quychotte,
  Accompagné de sa marotte
  Pour battre les moulins à vent.

    Son bouclier estoit fait de carte,
  Sa cuirasse d'un cul de tarte,
  Son casque d'une peau d'ognon;
  Sa lance estoit d'une baguette,
  Son gantelet d'une brayette,
  Et sa masse d'un champignon.

    Il estoit faict en sentinelle;
  Ses brassards estoient de canelle,
  Son pennache de deux harengs,
  Sa visière d'une raquette,
  Son hausse-col d'une etiquette,
  Et sa devise: Je me rends.

    Ce n'estoit que rodomontades,
  Mais en effet les coyonnades
  Servoient de lustre à son bonheur.
  C'estoit un Roland en les rues,
  Pour batailler contre les grues
  Quand ce venoit au point d'honneur.

    Mais je me ris, c'est une fable:
  Il n'est bon qu'à mettre à l'estable,
  Ou bien à battre les carreaux,
  Et, s'il peut servir en bataille,
  C'est peut-estre en homme de paille
  Pour faire peur aux passereaux.

    Et pour ce qu'en bon astrologue,
  Vollant au ciel, il n'epilogue
  Que l'influance des jumeaux,
  Il faut qu'un Jaquemard d'horloge
  Luy quitte la place[53] et le loge:
  Pour faire la guerre aux corbeaux.

    Il donne bien dans la quintaine[54],
  Il y faict du grand capitaine
  Et l'embroche le plus souvent;
  Mais, s'escartant de la carrière,
  Il fait la ronde par derrière
  Pour mieux s'enfoncer au devant.

    On ne parle que de ses gestes:
  Il est mis aux rangs des celestes.
  Sur un autel faict de chardons
  Il se panade en effigie,
  Un catze servant de bougie,
  Et d'encensoir et de pardons.

    Mais cependant que je regarde
  Ce petit homme de moutarde
  Bravant au milieu de la cour,
  Je voy un prince plain de gloire[55],
  Un petit Cæsar en victoire
  Et quy semble un petit Amour.

    La Valeur en fait son image,
  La Fortune luy rend hommage,
  Et Mars lui donne les lauriers;
  C'est le mignon de la Vaillance,
  Le subject de la Bienveillance
  Et l'estonnement des guerriers.

    Esclatant d'un riche equipage,
  La Terreur luy servant de page,
  L'Effroy le suivoit pas à pas;
  Sans luy la terre estoit en poudre,
  Et son bras, comme faict la foudre,
  Portoit l'horreur et le trepas.

  Ce monstre à la teste cornue,
  Quy bravoit avant la venue
  De ce miracle de valeur,
  Plus penaut qu'un loup pris au piège,
  Et plus leger que n'est un liège,
  Évite en courant son malheur.

    Il s'enfuit[56], quittant sa pratique,
  Comme un veau qu'une mouche pique;
  Faisant de l'aveugle et du sourd,
  Et craignant le vert de la sauce,
  Il conchie son haut de chausse,
  Petant comme un roussin quy court.

    Envieux, cesse de le mordre:
  Ce qu'il en faict, c'est qu'il veut l'ordre
  Pour estre au rang des chevaliers:
  Car ainsy, pendant la remise,
  L'enseigne en est à la chemise,
  Et le cordon à ses souliers.

    Mais, las! estant pris à la piste,
  Il jure qu'il est arboriste,
  Et qu'il ne fouille sans raison,
  Et dict, touchant l'architecture,
  Qu'il monte assez bien de nature
  Pour bien bastir une maison.

    Enfin, qu'on luy fasse une grace,
  Qu'on luy permette qu'il embrasse
  Les genoux de ce jeune Mars,
  Qu'il se soumette à sa puissance,
  Et qu'il luy preste obeissance
  Comme à la gloire des Cesars.

    Admis aux yeux de cest Achille,
  Il promet de quitter la ville
  Et de se rendre pellerin,
  S'en allant faire une neufvesne,
  Afin de guerir sa migrenne,
  Au bonhomme sainct Mathurin[57].

    Mais, chacun luy faisant la morgue,
  On le soufflette comme un orgue;
  On espoussette ses habitz,
  L'on se met sur sa friperie[58]
  Comme un gros valet d'ecurie
  Dessus la souppe et le pain bis.

    Ce prince, voyant qu'on le frotte,
  Qu'on le chatouille à coup de motte,
  Et qu'il est dessus demy nu,
  Commande à ses gens qu'on le choie,
  Et puis aussi tost le renvoie
  Plus chargé qu'il n'estoit venu.

    Au cry qu'il fist je me reveille,
  Estonné de ceste merveille
  Et tout esperdu de ce bruit;
  Mais, afin de vous faire rire,
  Icy je l'ay voulu descrire,
  Puisque ce n'est qu'un jeu de nuit.

          [Note 44: Je penserois, d'après ce vers, que cette pièce
          fut faite par quelqu'un de la maison du duc d'Epernon, qui,
          en cette même année, avoit quitté la cour très mécontent
          du maréchal et s'étoit retiré dans son gouvernement de
          Saintonge.]

          [Note 45: Je n'ai pas besoin de faire remarquer l'équivoque
          qui se trouve dans ce vers.]

          [Note 46: La tonsure.]

          [Note 47: Il étoit gouverneur de Normandie.]

          [Note 48: Le marquisat d'Ancre, qu'il avoit acheté, s'y
          trouvoit.]

          [Note 49: Il avoit les gouvernements de Péronne, de Roye,
          de Montdidier, de la citadelle d'Amiens; mais il eût voulu
          avoir celui de toute la province.]

          [Note 50: C'est ainsi qu'on appeloit Concini, par le
          nom qu'il avoit lui-même donné aux Italiens à sa solde,
          _coglioni di mila franchi_, comme il disoit. (Tallemant,
          édit. in-12, tom. 3, p. 190.)]

          [Note 51: Petits chevaux très vifs qu'on faisoit venir
          d'Espagne.]

          [Note 52: Concini n'étoit pas brave. Tallemant le prouve
          par une anecdote très significative. (_Id._, p. 191.)]

          [Note 53: On veut parler ici du petit _clocheteur_ ou
          _crocheteur_ de la Samaritaine, sous le nom duquel se
          publioient libelles et chansons dirigés contre Concini, et
          que pour cela il avoit fait enlever en 1611. V. _Première
          continuation du Mercure françois_, in-8, 1611, p. 37.]

          [Note 54: Poteau fiché en terre contre lequel on s'exerçoit
          à rompre la lance. Souvent il étoit surmonté d'une figure
          qu'on appeloit _le faquin_: de là l'expression _courre le
          faquin_.]

          [Note 55: Le prince de Condé, qui fut si hostile à la
          puissance du maréchal d'Ancre.]

          [Note 56: Concini s'étoit retiré dans son gouvernement
          de Normandie, «et n'osoit revenir, dit le continuateur
          de Mézeray, à cause de la haine que les Parisiens lui
          portoient.» (_Abrégé chronolog. de l'hist. de France_, tom.
          1, p. 186.)]

          [Note 57: Patron des fous.]

          [Note 58: L'hôtel de Concini, rue de Tournon, aujourd'hui
          occupé par la garde de Paris, et la maison de son
          secrétaire, Raphaël Corbinelli, avoient été mis au pillage
          par le peuple pendant trois jours, du 1er au 3 septembre
          1616.]



_Le Tableau des ambitieux de la Cour, nouvellement tracé du pinceau
de la Verité, par maistre Guillaume, à son retour de l'autre
monde_[59].

          [Note 59: Cette pièce n'est autre chose que la satire
          1re de l'_Espadon satirique_, par le sieur d'Esternod
          (Cologne, 1680, in-12, p. 4 et suiv.) C'est une contrefaçon
          flagrante qui donne pleine raison à ce passage des
          _Caquets de l'accouchée_ (voyez notre édition, p. 115):
          «J'ay veu, dit la femme du conseiller, _un Discours du
          Courtisan à la mode_, imprimé il n'y a pas long-temps,
          lequel n'estoit autre chose qu'un extraict ou transcrit de
          l'_Espadon satirique_ mot pour mot, ce qui ne se devroit
          tolerer.» Je croirois volontiers que ce _Discours du
          Courtisan à la mode_, dont il nous a été impossible de
          découvrir un exemplaire, reproduit aussi la satire 1re,
          qui se trouveroit avoir eu ainsi deux contrefaçons pour
          une. Je ne vois, du moins, aucune autre pièce parmi celles
          de l'_Espadon_ qui pût s'accommoder aussi bien du titre
          inventé par le contrefacteur. Le _Tableau des ambitieux_,
          donné ici, est mis sur le compte de maistre Guillaume, le
          fou de cour (V. _Caquets de l'accouchée_, p. 263, note);
          c'étoit assez l'usage quand on ne vouloit pas endosser un
          mauvais écrit ou, comme ici, une mauvaise action. Tout
          l'office du bouffon étoit de vendre sur le Pont-Neuf
          la pièce dont on le faisoit responsable (V. _Journal
          de l'Estoille_, édit. du Panth. litt., t. 2, p. 405).
          Quelquefois on mit sous son nom des choses excellentes.
          La XIVe satire de Regnier, par exemple, parut d'abord
          avec ce titre: _Satire de maître Guillaume contre ceux
          qui déclamoient contre le gouvernement._ (Recueil A-Z, Q,
          207.) Je ne sais si dans ce cas il y eut fraude, mais ici
          elle est évidente, par le soin même qu'on a pris pour la
          cacher. Afin de donner à la pièce l'apparence d'une chose
          nouvelle et tromper au moins le premier coup-d'oeil du
          lecteur, on l'a tronquée au commencement et à la fin. Les
          quatre premiers vers et les quatre derniers de la satire de
          d'Esternod ont été enlevés. Voici les premiers:

               De tant de cavaliers qui vont avec des bottes
               A faute de soliers, et non faute de crottes;
               De tant qui vont de pied à faute de chevaux,
               Cavaliers, postillons, non faute d'animaux.]

M.DC.XXII.


    Les plus sots sont ceux-là qui se ventent sans cesse
  De leurs extractions, sans argent ny noblesse;
  Qui presument, boufis de magnanimité,
  Faire jambes de bois à la necessité.
  Pauvres et glorieux veulent pousser fortune
  A contre-fil du ciel, qui leur porte rancune,
  Font la morgue au destin, et, chetifs obstinez,
  Fourrent jusqu'au retraict leurs satyriques nez.
  Ils font les Rodomonts, les Rogers, les Bravaches,
  Ils arboriseront[60] quatre ou cinq cens pennaches
  Au feste sourcilleux d'un chapeau de cocu,
  Et n'ont pas dans la poche un demy quart d'escu.
  Monsieur, vous plairoit-il me payer? Il replique:
  Je n'ay point de monnoye, au courtaud de boutique;
  Puis, pompeux, se braguant[61] avecques majesté,
  Dira à son valet: Suis-je pas bien botté?
  Fraizé comme Medor, n'ay-je pas bonne grace?
  C'est mon[62], dict le laquay, mais garde la besace,
  De gripper la fortune assez vous essayez;
  Mais tandis les marchands veulent estre payez,
  Et n'y a dans Paris tel courtaud de boutique[63]
  Qui, vous voyant passer, ne vous face la nique,
  Et ne desire bien que tous les courtisans
  Fussent aussi taillez comme les paysans,
  Qui, taillables des grands, n'ont point d'autres querelles
  Que tailles et qu'impots, que guets et que gabelles.
  L'on ne fait rien pour rien, et pour l'odeur du gain
  Le manoeuvre subtil prend l'outil en la main.
  Mais vous, guespes de cour, gloutonnes sans pareilles,
  Vous mangez le travail et le miel des abeilles,
  Et ne ruchez jamais, ny d'esté ny d'hyver.
  Quand ils sont attachez à leurs pièces de fer,
  Et qu'ils ont au costé (comme un pedant sa verge)
  Joyeuse, Durandal, Hauteclaire et Flamberge[64],
  Ils presument qu'ils sont tombez de paradis,
  Ils pissent les ducats pour les maravedis;
  Les simulacres vains des faux dieux de la Chine
  Ne s'oseroient frotter contre leur etamine,
  Et Maugis, le sorcier, prince des Sarrazins,
  Ni le fameux Nembroth, n'est pas de leurs cousins.
  Bragardans en courtaut de cinq cens richetales[65],
  Gringottans leur satin comme ânes leurs cimbales[66],
  Piolez, riolez, fraisez, satinisez,
  Veloutez, damassez et armoirinisez[67],
  Relevant la moustache à coup de mousquetade,
  Vont menaçant le ciel d'une prompte escalade,
  Et de bouleverser, cracque! dans un moment
  Arctos, et Antarctos, et tout le firmament.

  La maison de Cécrops, d'Attée, de Tantale,
  Champignons d'une nuict, leur noblesse n'egale;
  Ils sont, en ligne oblique, issus de l'arc-en-ciel,
  Leur bouche est l'alambic par où coule le miel;
  Leurs discours nectarez sont sacro-saincts oracles,
  Et, demy-dieux çà bas, ne font que des miracles.
  Mais un lion plus tost me sortiroit du cu
  Que de leur vaine bourse un miserable escu;
  Ils blasphèment plus gros dans une hostellerie
  Que le tonnerre affreux de quelque artillerie:
  Chardious! morbious! de po cab-de-bious[68]!
  Est-ce là appresté honnestement pour nous?
  Torchez ceste vaisselle, ostez ce sale linge,
  Il ne vaut seulement pour attifer un singe.
  Fi ce pain de Gonès! apportez du mollet[69],
  Grillez cet haut costé. Sus, à boire! valet;
  Donne moy ce chapon au valet de l'estable,
  Car c'est un Durandal, il est plus dur qu'un diable,
  C'est quelque crocodil! tau, tau! pille, levrier;
  Que ce coc d'inde est flac! va dire au cuisinier
  S'il se dupe de nous, s'il sçait point qui nous sommes,
  Et luy dis si l'on traitte ainsi les gentils hommes.
  L'hoste, qui ne cognoit qu'enigme au tafetas:
  «Gentil homme! Monsieur! je ne le sçavois pas.
  Et, quand vous seriez tel, c'est assez bonne chère,
  Monsieur. Que Dieu pardoin à feu vostre grand-père,
  Il estoit bon marchand; j'achetay du tabit
  Du pauvre sire Jean pour me faire un habit.
  Il m'invita chez luy à curer la machoire;
  Mais là le cuisinier n'empeschoit sa lardoire,
  N'ayant albotté[70] que trois pieds de moutons,
  Et falloit au sortir payer demy teston.
  L'on n'y regarde plus, soit sot ou gentil homme,
  Massette de Regnier, on prend garde à la somme:
  Car, selon que l'on frippe on paye le gibier,
  Le noble tout autant que le plus roturier.
  Quand c'est semblable laine, autant vert comme jaune.
  Ainsi bien manioit vostre grand-père l'aune.»

  A vray dire, ces fats sont quelquefois issus
  D'un esperon, d'un lard, d'un ventre de merlus,
  D'un clistère à bouchon, d'un soulier sans semelle,
  D'une chausse à trois plis, d'un cheval, d'une selle,
  D'un frippier, d'un grateur de papier mal escrit,
  D'un moyne defroqué, d'un juif, d'un ante-christ.
  D'un procureur crotté, d'un pescheur d'escrevice,
  D'un sergent, d'un bourreau, d'un maroufle, d'un suisse,
  Et cependant ils font les beaux, les damerets,
  Et ne pourroient fournir pour deux harencs sorets.
  Mais lisez vos papiers, vos pancartes, vos tittres,
  Et vous vous trouverez tous issus de belistres,
  Mille fois plus petits encor que des cirons
  Et plus nouveaux venus que jeunes potirons;
  Qu'il vous faut humer fraiz comme l'huistre en escaille,
  Et que vostre maison n'est pas une anticaille.
  Venons sur _memento_, nous sommes tous _cinis_,
  Mais d'un _reverteris_ gardez d'estre punis.
  Qui faict plus qu'il ne peut au monde de despence,
  Il a plus qu'il ne veut au monde d'indulgence.
  Pour amortir l'orgueil de mille vanitez,
  Considerons jadis quels nous avons estez,
  Et, faisant à nature une amende honorable,
  Dis, superbe: J'estois vilain au prealable
  Que d'estre gentilhomme; et, puis que de vilain,
  Je me suis anobly du jour au lendemain,
  Du jour au lendemain je peux changer de tittre
  Et de petit seigneur devenir grand belistre,
  Et en siècle d'airain changer le siècle d'or,
  Et devenir soudain de _consule rethor_.
  J'ay veu des pins fort hauts eslever leurs perruques
  Par sus le front d'Iris, et tout d'un coup caduques,
  Arrangez sur la terre, et ne servir qu'au dueil
  D'un cadaver puant pour faire son cercueil;
  J'ay veu de Pharaon les pompeux exercites,
  Et contre Josué les fiers Amalechites
  Gripper, triper, friper; et après un combat
  Je passe de rechef, et _ecce non erat_[71].
  Sur la flotante mer je voyois un navire
  Qui menaçoit la terre et les cieux de son ire;
  Mais, tout soudain rompant le cordage et le mast,
  Je cherche mon navire, et _ecce non erat_.
  J'ay veu ce que j'ay veu, une rase campagne
  Enceinte devenue ainsi qu'une montaigne,
  Qui pour mille geants n'enfanta qu'un seul rat;
  Où est-il? je regarde, et _ecce non erat_.
  Bref que n'ay-je pas veu, que ne contemplé je ores?
  Et avant que mourir que ne verray-je encores?
  Le monde est un theatre où sont representez
  Mille diversitez de foux et d'esventez[72].

  O constante inconstance! ô legère fortune!
  Qui donne à l'un un oeuf, et à l'autre une prune[73];
  Qui fait d'un charpentier un brave mareschal,
  Et qui fait galoper les asnes à cheval;
  Qui fait que les palais deviennent des tavernes,
  Qui, sans miracles, fait que vessies sont lanternes;
  Qui fait que d'un vieil gant les dames de Paris
  Font des gaudemichés, à faute de maris;
  Que le sceptre d'un roy se fait d'un mercier l'aune,
  Que le blanc devient noir et que le noir est jaune;
  Qui change quelquefois les bonnets d'arlequins
  Aux couronnes des grands[74] et les grands en coquins,
  Les marottes en sceptre, en tripes les andouilles,
  Les chapperons en houpe, en glaives les quenouilles,
  Le rosti en bouilli, une fille en garçon,
  Le coutre[75] en bon castor et la buse en faucon!

  Je suis, sans y penser, des stoïques escoles;
  Je croy ce que disoient ces sçavans Picrocoles[76],
  Qui, sans hypothequer cinq cens pieds de mouton
  Où l'on n'en void que quatre, arrestez au _fatum_,
  Disoient de toute chose: Ainsi plaist à Fortune!
  Que si quelqu'un gardoit les brebis à la lune[77],
  Pendillant tout ainsi qu'un bordin vermoulu,
  Ils repliquoient: Ainsi Fortune l'a voulu.
  Si d'autres ils sentoient de qualité fort basse
  Elever jusqu'au ciel leur grand bec de becasse,
  Ils disoient, en voyant tout Croesus dissolu:
  Que voulez-vous? Ainsi Fortune l'a voulu,
  Donnant comme elle veut à chacun sa chacune,
  Car tel ne cherche rien qui rencontre Fortune,
  Et souvent c'est à ceux qui ne la cherchent pas
  Qu'elle fait les doux yeux de ses doubles ducats[78].

  Ha! que si l'alchimie avoit dans sa cabale
  Cette pierre trouvé, qu'on dit philosophale,
  Les doctes porteroient jusques au ciel leur nez,
  Et chimistes, sans plus, se diroient fortunez;
  De Fortune icy-bas l'on ne parleroit mie,
  Ceux là seuls seroient grands qui sçauroient l'alchimie.
  Vous ne verriez alors tant de doctes esprits
  Bottez jusqu'au genouil des crottes de Paris,
  Mal peignez, deschirez, le soulier en pantoufle,
  Les mules aux talons, n'ayant rien que le souffle,
  Et, le fouet en la main, pauvres predestinez,
  Recouvrer au Landy[79] deux carts d'escus rognez,
  Pour se traitter le corps le long d'une semaine,
  _Domine_, sans conter ny l'huile ny la peine,
  Les plumes, le papier, l'ancre de son cornet;
  Un sol pour degresser les cornes du bonnet,
  Deux sols au savetier qui son cuir rapetasse
  Un double au janiteur[80] pour balier la classe,
  Sans conter le barbier, qui luy pend au menton
  Une barbe de bouc, d'Albert[81] et de Platon;
  Un pair de rudiments, un bon Jan Despautaire,
  Et mille autres fatras qui sont dans l'inventaire
  D'un pedant affamé comme un asne baudet,
  Plus amplement à vous _quæ glosa recludet_.

  Mais aujourd'huy l'on tient à mepris la science,
  Et Fortune ne rit sinon à l'ignorance;
  Un homme bien versé, ce n'est rien qu'un pedan;
  Les asnes vont en housse, et tout est à l'encan.
  La vertu sur un pied fait sentinelle à l'erte[82];
  Madame la Faveur tient par tout cour ouverte;
  Et dans les magistrats parents fourrent parents,
  Ainsi que l'on entasse en cacque les harens;
  Suyvant comme poussins sous l'aisle de leur mère,
  Tout va au grand galop par compère et commère;
  Le vieillard Phocion et le docte Caton
  N'y ont pas du credit pour un demy-teston.
  Dans ces jeunes conseils la vieillesse ravasse;
  Quelque riche bedon[83], fol et jeune couillasse;
  S'il a, sans droit, sans loix, quantité de ducas,
  Se fera preposer à dix mille advocats
  Qui auront dans l'esprit la science et l'escole
  De Jason, de Cujas, de Balde, et de Bartole[84];
  L'univers aujourd'huy est sans foy et sans loy,
  La vertu de ce monde est quand l'on a dequoy[85];
  Le sçavoir est un fat, l'argent nous authorise.
  L'on ne peint la vertu avec la barbe grise:
  Son habit est de femme, et jeune est sa beauté;
  Pourquoy les femmes donc n'ont cette dignité,
  Plustost que ces friands, ces obereaux de Beausse[86],
  Qui de l'homme n'ont rien que le simple haut de chausse?
  Que si cela est vray, pensez-vous, courtisans,
  Sans argent ni faveur parvenir de cent ans?
  Pensez-vous, sans argent, noblesse ny doctrine,
  Obtenir des estats pour vostre bonne mine?
  Que, pour friser, porter belle barbe au menton,
  Un banquier vous voulust prester demy-teston?
  Vous estes de grands sots si de ces ombres vaines
  Vous allez repaissant vos travaux et vos peines.
  Pour faire rien de rien, il faudroit estre Dieu;
  Mais vous n'avez argent, ny sçavoir, ni bon lieu.
  Tu viens accompagné des neuf muses d'Homère,
  Mais tu n'apportes rien: rien l'on ne te revère:
  Tu n'es qu'un Triboulet, et quand et quand pour lors
  Avecques tes neuf soeurs tu sortiras dehors.
  Dieu d'amour peut beaucoup, mais monnoye est plus forte;
  L'argent est toujours bon, de quelque lieu qu'il sorte.
  N'espérez seulement un estat de sergent,
  Si, pour vous faire tel, vous n'avez de l'argent;
  Si quartier chez le roy vostre bon heur recouvre,
  Sera au Chastelet plutot que dans le Louvre;
  Alors vous ne vivrez, n'ayant pas le dequoy
  De vous entretenir, sinon du pain du roy:
  Là vous n'aurez besoin de chevaux ny de guides,
  Exempts de guets, d'imposts, de tailles et subsides.
  Tous ces esprits falots, boufis comme balons,
  Qui veulent estre grands[87] de simples pantalons,
  Qui le fient de porc veulent nommer civette,
  Et faire un brodequin d'une simple brayette;
  Qui de l'esclat d'un pet veulent peser un cas,
  Et d'un maravedis faire mille ducats;
  Tous ces dresseurs d'espoirs, ces foux imaginaires,
  Ces courtisans parez comme reliquiaires,
  Ces fraisez, ces Medors, ces petits Adonis,
  Qui portent les rabats bien froncez, bien unis;
  Ces fils gauderonnez[88], d'un patar[89] la douzaine,
  Voyent presque tousjours leur esperance vaine;
  Que celle qu'enfantant se promet un geant
  Ne produira sinon du fumier tout puant,
  Lequel, pour tout guerdon, donnera la repue
  A quelque nez camard qui jà en eternue.
  Avecques leurs espoirs les courtisans sont foux;
  Que bienheureux sont ceux lesquels plantent des choux!
  Car ils ont l'un des pieds, dit Rabelays, en terre,
  Et l'autre en mesme temps ne s'eloigne de guière;
  Il n'est que le plancher des vaches et des boeufs;
  J'ayme mieux qu'un harenc une douzaine d'oeufs,
  Et je m'aymerois mieux passer de molue fraische
  Que d'hazarder mon corps à pratiquer la pesche.
  Ostez-moy cet espoir; car je n'espère rien
  Que d'estre un pauvre Job, sans secours et sans bien;
  Que fortune tousjours, qui de travers m'aguette,
  Ne me voudra jamais baiser à la pincette,
  Et je mourray plustost sur un fumier mauvais
  Que dans quelque cuisine ou dans quelque palais.
  Vous diriez que je suis un baudet et un asne
  D'attaquer de brocards la secte courtisane,
  Veu mesme que je vais, il y a plus d'un an,
  Botté, esperonné, ainsi qu'un courtisan;
  Que c'est estre ignorant, avoir l'ame peu caute,
  Que reprendre l'autruy et ne voir pas sa faute:
  Car de la sapience et le don et l'arrest,
  C'est cognoistre son coeur et sçavoir qui l'on est;
  Il faut avant l'autruy soy mesme se cognoistre,
  Et, comme Lamia, nous ne devons pas estre[90]
  Des taupes dans chez nous et des linx chez l'autruy[91],
  De peur qu'au charlatan, qui ouvre son estuy
  Pour panser l'empesché, et luy-mesme a la perte,
  L'on ne dise: Monsieur, vous n'estes qu'une beste;
  Avant que de donner aux autres guerison,
  Monsieur le charlatan, _medica te ipsum_.
  Il est vray, par ma foi, j'ai suivy ceste vie,
  Mais en après, Messieurs, je n'en ay plus d'envie;
  J'ay franchi ce fossé, et, en sortant du lieu,
  Je n'ai pas oublié mesme à leur dire à Dieu.

                         _A Dieu_[92].

          [Note 60: Arborer.]

          [Note 61: Faisant le _braguard_, le beau, le pimpant.]

          [Note 62: Ou _ça mon_, sorte d'interjection familière très
          employée chez les gens du commun au XVIe et surtout au
          XVIIe siècle. V. Montaigne, liv. 2, chap. 27; Molière, _le
          Bourgeois gentilhomme_, act. 3, sc. 3; et Francion, 1663,
          in-12, p. 55.]

          [Note 63: C'est une expression qui commençoit à avoir
          cours, mais à laquelle on donnoit toujours un sens
          méprisant. Regnier l'emploie ainsi au vers 237 de la satire
          V.]

          [Note 64: _Joyeuse_ étoit l'épée de Charlemagne, d'après
          les romans de chevalerie; _Durandal_, celle de Roland;
          _Haute-Claire_, celle d'Olivier; _Flamberge_, celle de
          Renaud de Montauban.]

          [Note 65: Pour _risdale_, monnaie d'argent allemande.]

          [Note 66: C'est-à-dire leurs sonnettes, _tintinnabula_,
          comme l'âne de la fable de Phèdre.]

          [Note 67: _Armoriés._]

          [Note 68: Jurons gascons dans le genre de ceux qu'on
          rencontre souvent chez Regnier. C'étoient les imprécations
          à la mode.]

          [Note 69: Le pain _mollet_, vendu chez les boulangers
          de luxe ou _de petit pain_, étoit alors le seul qui fût
          recherché des gourmets, au grand dommage des boulangers
          de Gonesse, qui ne faisoient que le pain de ménage. Ils
          prétendirent donc que la pâte en étoit malsaine à cause de
          la levure qu'on y employoit. Il en résulta, en 1668, un
          procès dont j'ai fait l'histoire sous ce titre: _Molière
          et le procès du pain mollet._ (_Revue française_, juillet
          1855.)]

          [Note 70: C'est-à-dire _grapillé_. Au chapitre V de la
          _Prognostication pantagrueline_, _albotteur_ est pris
          dans ce sens: «Les _alleboteurs_, dit Le Duchat, sont de
          pauvres gens qui tracassent les vignes vendangées pour y
          grapiller.»]

          [Note 71: C'est le passage des psaumes si magnifiquement
          paraphrasé par Racine dans le choeur du 3e acte d'Esther:

               J'ai vu l'impie adoré sur la terre
               . . . . . . . . . . . . . . . . . .
               Je n'ai fait que passer, il n'étoit déjà plus.]

          [Note 72: C'est une imitation de ce passage d'Horace, _tota
          vita fabula est_, si bien paraphrasé par J.-B. Rousseau
          dans son épigramme:

               Ce monde-ci n'est qu'une oeuvre comique.
               Où chacun fait des rôles differents...]

          [Note 73: Peut-être y a-t-il là une allusion au maréchal
          d'Ancre, qui, comme époux d'Eléonore Galigaï, se trouvoit
          être le gendre d'un menuisier florentin.]

          [Note 74: _Var._: Aux couronnes des roys et les rois en
          coquins.]

          [Note 75: Il faut lire _la loutre_. On fait encore dans
          quelques provinces des casquettes avec la peau de cet
          animal.]

          [Note 76: Pichrocole est un roi visionnaire inventé par
          Rabelais (liv. I), et qui n'avoit rien de la philosophie
          à la Pangloss que d'Esternod prête ici aux savants qu'il
          baptise de son nom. La Fontaine l'a aussi nommé dans sa
          fable _la Laitière et le Pot au lait_.]

          [Note 77: C'est-à-dire _être pendu_.]

          [Note 78: Cela fait penser aux beaux yeux de la cassette
          d'Harpagon.]

          [Note 79: A l'occasion du Landy, ou foire de l'_Indict_,
          à Saint-Denis, qui étoit, comme on sait, un temps de fête
          pour l'Université, les écoliers faisoient des cadeaux
          à leurs maîtres. C'étoit d'ordinaire «un beau verre de
          cristal plein de dragées» et un citron dans l'écorce duquel
          on avoit fiché quelques écus. V. _Francion_, édit. de 1663,
          p. 160-161.]

          [Note 80: _Portier._ D'Esternod parle ici le langage de
          l'escolier limosin.]

          [Note 81: Maître Albert-le-Grand.]

          [Note 82: Dans cette orthographe primitive du mot _alerte_
          ou trouve son étymologie, qui vient de l'italien _fare all'
          erta_, être au guet. Montaigne écrit: «Se tenir à l'airte.»
          (Liv. 1er, chap. 19.)]

          [Note 83: C'est-à-dire _ventru_. _Bedon_ étoit synonyme de
          _bedaine_.]

          [Note 84: Les lumières du droit. Corneille fait citer
          Balde et Jason par Dorante, à la scène 6 de l'acte 1er du
          _Menteur_.]

          [Note 85: Le _dequoy_ étoit déjà le grand mot, la grande
          chose. «Les courtisans, dit La Boétie, voyent que rien ne
          rend les hommes sujets à la cruauté du tyran que les biens;
          qu'il n'y a aucun crime envers luy digne de mort que le _de
          quoy_.» (_De la servitude volontaire._)]

          [Note 86: On ne tarissoit pas autrefois en proverbes et
          en quolibets à propos des gentillâtres Beaucerons. Dans
          Rabelais (liv. 1er, chap. 17), dans les _Contes d'Eutrapel_
          (fol. 158), dans les _Contes et joyeux devis_ de
          Desperriers (nouvelle 74), dans les _Curiositez françoises_
          d'Oudin (p. 249), partout leur misère est tournée en
          moquerie. Les proverbes qui couroient le plus contre eux
          étoient ceux-ci: _Gentilhomme de Beauce, il est au lit
          pendant qu'on raccommode ses chausses._

               En gentilhomme de la Beauce
               Garder le lit faute de chausse.

          Montfleury donna en 1670, sous ce titre: _Le Gentilhomme de
          Beauce_, une comédie en cinq actes, en vers, dont on devine
          le sujet, et qui est d'un assez bas comique.]

          [Note 87: Var.: _rois_.]

          [Note 88: C'est-à-dire ayant fraise à grands plis, à grands
          _godrons_. V. notre t. 1, p. 164, note.]

          [Note 89: Petite monnaie flamande valant un sou.]

          [Note 90: C'est-à-dire qu'il ne faut pas dévorer ses
          pareils comme la reine de Lybie Lamia, qui, selon Suidas,
          se nourrissoit de chair humaine.]

          [Note 91: On croiroit que La Fontaine se rappeloit ce vers
          de d'Esternod quand il a écrit ceux-ci de sa fable _la
          Besace_:

                                ...Mais parmi les plus fous
               Notre espèce excella: car tout ce que nous sommes,
               _Lynx envers nos pareils et taupes envers nous_,
               Nous nous pardonnons tout, et rien aux autres hommes.]

          [Note 92: Cet adieu répété manque dans la satire de
          d'Esternod. A la place se trouvent ces quatre vers, qui
          commencent par une allusion à l'_Epistre_ de Marot _au roy
          pour avoir esté desrobé_.

               Comme fit à Marot le valet de Gascongne.
               Mais vous quittez la cour et venez en Bourgogne;
               Sans adieu. Autrement, vos creanciers maris
               Pour estre satisfaicts vous rendroyent à sainct Pris.]



_Lettre d'ecorniflerie et declaration de ceux qui n'en doivent jouyr._

_A Paris, par Pierre Menier, portier de la porte Saint-Victor_[93].
Sans date. In-8.

          [Note 93: Cette pièce est, pour le titre et quelques
          détails, une imitation de la _Lettre de Corniflerie_
          de Jean d'Abundance, imprimée d'abord à la suite des
          _Quinze Signes_ (Voy. Brunet, _Manuel du libraire_, à ce
          mot), puis séparément à Lyon. La _Lettre d'écorniflerie_
          reproduite ici a déjà trouvé place dans le _Recueil de
          pièces joyeuses_, etc., mentionné par Debure dans sa
          _Bibliographie instructive_, t. 2, p. 40, nº 3630. Elle est
          aussi indiquée, mais à tort, comme venant à la suite d'une
          pièce du même genre que nous donnons plus loin.]

       *       *       *       *       *

_Lettre generale autentique et perpetuel privilége d'escorniflerie,
soit pour l'entrée ou issue[94] de quelque repas que ce soit._

          [Note 94: _Issue_ étoit synonyme de dessert.]

Engorgevin[95], par la clemence bacchique roy des Francs Pions[96],
duc des Movinateurs[97], comte de Glace, prince des Morfondus,
marquis de Frimas, archiduc de Gelée, vicomte de Froidure, damoiseau
de Neige, admiral des Gresles, vicomte de Tremblay, baron de Poylen,
capitaine des Paniers Vendangez, grand colonnel des Vents de Bize,
viel caporal de Frepaut, seigneur de Frepillon[98], commandeur des
Escervelez, grand goulpharin de Grève, prevost de la cour de Miracle
et premier messaire de nostre case prochaine;

          [Note 95: Dans la _Lettre de Corniflerie_ de Jean
          d'Abundance, c'est Taste-Vin qui se donne aussi pour roi
          des Pions, duc de Glace, comte de Gelée, etc.]

          [Note 96: Francs buveurs, comme les gaillards _pions_ de
          Rabelais (liv. 2, chap. 27) et ceux que Villon nous montre
          ainsi en enfer, dans son _Grand Testament_:

               Pions y feront mate chere,
               Qui boyvent pourpoinct et chemise,
               Puis que boyture y est si chere.]

          [Note 97: Il faut sans doute lire _popinateur_ (buveur).]

          [Note 98: Dans les rues _Phelypeaux_, ou _Frepaux_, et
          Frepillon se vendoient les vieux meubles et les vieilles
          hardes. V. notre édition des _Caquets de l'accouchée_, p.
          255, et notre tome 3, p. 80.]

A tous nos falotissimes et mirelifiques abbez, amis et confederez,
gaudichonnement fanfruchés, continuels millions de saluts[99], vieux,
s'ils estoient d'or ils vaudroient mieux, pris sur notre espargne, au
four de Vanves.

          [Note 99: Le _salut_ étoit une monnoie d'or avec une image
          de la Vierge recevant la salutation angélique. V. notre
          tome 2, p. 191.]

Sçavoir faisons que pour le bon amour et zèle que tous portent à
nos brocgardissimes et croustelevez cousins, tous bons pilliers
de tavernes, champgaillardiers[100], fins galliers[101], francs
lipeurs, escumeurs de marmites, vendeurs de triacle[102], gueux de
l'hostière[103], friponniers, crieurs de vieux fer, vieux drapeaux;
repetasseurs, chicaneurs, vieux laridons, briphe-miches[104],
froid-aux-dents, porteurs de rogatons[105], raboblineurs[106],
lorpidons[107], garde-clapiers, morte-paye cassez[108], ramonneurs
de cheminée, dégresseurs de vieux chapeaux gras, trousse-lardiers,
rongneux, morpionnaires, chassieux, grateleux, pediculaires,
farcineux, alterez, bauquedenares[109], tatonniers, malotrus,
bailleurs de belles vessies, loqueteurs[110], besaciers, ragoins,
baille-luy-belle, bedondiers[111], vielleurs, emoleurs, beffleurs,
baille-luy-bon-branle, et generallement à tous nos ordinaires sujets
et vassaux, tous bons bigorniers[112], à ceux, pour plusieurs
causes et autres à ce nous mouvans, avons donné et octroyé, donnons
et octroyons ces presentes lettres authentiques perpetuelles et
general privilége d'escorniflerie, duquel leur avons permis et
permettons jouyr et user plainement, paisiblement et franchement
par tous les lieux et endroits de nos royaumes, pays, terres,
seigneuries et dominations sous la souveraineté de nostre tres-fort
et invinciblissime monarque Bacchus, et en ce faisant, pourront
corner au Corne, se saisir de la Croix blanche[113] pour chasser
le Petit Diable[114], assaillir l'une et l'autre Bastille[115],
visiter les beuvettes des Magdelaines[116], flatter et escumer la
Marmitte, demander l'Audience, se ruer sur les Trois Poissons[117],
s'asseoir aux Chaizes, mirer au Miroir, grenouiller aux Grenouilles,
jouer aux Pommes de Pin, se retirer sur le Boeuf, se deffendre au
Pourcelet, heurler après le Loup, ne laissant brusler la Souche, se
conduire aux Torches[118] et Lanternes, prendre plaisir au Cigne
blanc et rouge, s'accomoder avec le Fer de Cheval, se rafraichir
à la Heure[119], parfois à la Corne[120], voguer la Galère[121],
entrer en l'Arche de Noé, contempler la Blanque, se mettre à l'ombre
de l'Orme, prendre l'Escu d'Argent[122] et plusieurs autres lieux
estans en nostre obeyssance, et d'une mesme traitte jouer souvent des
gobelets, desseicher verres, hanaps, taces, couppes, godets; vuider
brocs, barils, flacons, bouteilles, calebasses; alleger quartes,
pintes et chopines; n'espargner vin sec, hypocras, rosette[123],
bastard[124], Romeny, muscadet[125], blanc, clairet et fauveau;
donner cargue à Beaune, Orleans, Ay, Irancy[126], Gascongne, Grèce,
Anjou, Seure, Seurène, Saint-Clou, Argenteuil, Icy et Panorille;
leur defendant très expressement la cervoise, la Belle Guillemette
Tourne-Moulin[127], la tezanne, la godalle[128], la bière, si ce
n'est en cas d'urgente alteration, et d'avoir trop croqué la pie[129]
et trop soufflé en l'encensoir, et non autrement; donnant une allarme
à jambons, andouilles, cervelats, eschignées et semblables vieux
aiguillons.

          [Note 100: Coureurs des mauvais lieux dont étoit remplie la
          rue du Champgaillard. V. notre tome 3, p. 44.]

          [Note 101: Coureurs de galas, hommes de joyeuse humeur.]

          [Note 102: Vendeurs de _thériaque_, la grande panacée
          du moyen âge. _Triacleur_ se disoit encore alors pour
          charlatan. V. Régnier, satire 13, v. 230.]

          [Note 103: Gueux de l'hôpital, selon Oudin, au mot
          _Hostière_ de son _Dict. franç.-espagnol_. Pasquier
          (_Recherches de la France_, liv. 8, ch. 42) et après lui
          Furetière, dans son _Dictionnaire_, prétendent à tort qu'on
          les appeloit ainsi parce qu'ils alloient fleuretant les
          huis des maisons. Rabelais parle des gueux de l'hostière
          (liv. 1er, ch. 1er, et liv. 5, ch. 11).]

          [Note 104: _Grand mangeur de miches._ Je croirois
          volontiers que c'est par ces mots, et non par ceux de
          _brise-miches_, qui n'en sont qu'une altération, qu'on
          désigna d'abord une rue bien connue de Paris, dans le
          quartier Saint-Merry.]

          [Note 105: Vendeurs de reliques et d'oraisons (_rogatum_,
          prière). Rabelais se sert de cette expression, et Henri
          Estienne veut qu'on appelle ainsi les moines, «pour ce que,
          dit-il, ils ne vivent que des aumosnes des gens de bien.»
          (_Apologie pour Hérodote_, t. 1er, p. 536.)]

          [Note 106: Raccommodeurs de souliers et autres
          rapetasseurs. (Est. Pasquier, _Lettres_, liv. 10, lettre
          7.)]

          [Note 107: Lourpidon, vieux sorcier qui joue un rôle dans
          l'_Amadis_.]

          [Note 108: Par _morte-paye_, pour l'homme de guerre, on
          entendoit ce que nous appelons aujourd'hui _demi-solde_.]

          [Note 109: Il faut peut-être lire _poquedenares_, gens peu
          pourvus d'argent.]

          [Note 110: Mendiant couvert de loques. On disoit plutôt
          _loqueteux_.]

          [Note 111: Joueurs de _bedon_, sorte de cornemuse. Dans
          les comptes d'Isabeau de Bavière, on trouve nommés Pierre
          de Ryon et Jehan Chevance en cette qualité. V. Le Roux de
          Lincy, _Femmes célèbres de l'ancienne France_, t. 1er, p.
          637, 641.]

          [Note 112: Ceux qui entendent _bigorne_, c'est-à-dire
          l'argot.]

          [Note 113: Cabaret fréquenté par Chapelle, et qui se
          trouvoit près du cimetière Saint-Jean, dans la petite rue à
          laquelle il avoit donné son nom.]

          [Note 114: Le _Petit-Diable_ étoit près du Palais. V. _Ode
          à tous les cabarets_, dans _le Concert des enfants de
          Bacchus_.]

          [Note 115: L'un des deux cabarets qui s'appeloient
          _Bastille_ se trouvoit encore, en 1788, rue de l'Arbre-Sec,
          près du cul-de-sac qui en a gardé le nom.]

          [Note 116: Taverne qui se trouvoit sans doute près de
          l'église de la Magdelaine en la Cité, non loin, par
          conséquent, de la Pomme-de-Pin, et dont Saint-Amant a parlé
          quand il a dit, dans sa pièce des _Cabarets_:

               Paris, qui prend pour son Helène
               Une petite Madelaine.]

          [Note 117: Il existoit à Paris, au XVIe siècle, deux
          cabarets de ce nom: l'un faubourg Saint-Marceau, dont
          il est parlé dans les _Contes d'Eutrapel_; l'autre près
          du Palais, cité par Larivey à la scène 6, acte 2, de la
          comédie de _la Vesve_.]

          [Note 118: Les _Torches_, mentionnées avec honneur dans
          l'_Ode à tous les cabarets_, se trouvoient au cimetière
          Saint-Jean. En 1690, selon _le Livre commode des adresses_,
          c'est un nommé Martin qui étoit maître de cette taverne.]

          [Note 119: Il y avoit en 1603 un cabaret de _la Hure_ rue
          de la Huchette (_L'Estoille_, édit. Michaut, t. 2, p. 347).]

          [Note 120: Ce cabaret existoit dès le temps d'Erasme dans
          le quartier des Ecoles. On lit dans l'_Ode à tous les
          cabarets_:

               Je prefère au meileur collége
               La _Corne_ en la place Maubert.]

          [Note 121: Il y avoit à Paris plusieurs tavernes de ce nom.
          La meilleure étoit rue Saint-Thomas-du-Louvre.]

          [Note 122: Ce cabaret, qui se trouvoit dans le quartier
          de l'Université, est cité comme l'un des plus fameux dans
          la mazarinade ayant pour titre: _Discours facecieux et
          politique, en vers burlesques, sur toutes les affaires du
          temps_, etc.; Paris, 1649, in-4. C'est le maître de cette
          taverne qui avoit inventé ces soupes nommées à cause de
          lui _soupes à l'écu d'argent_, et dont Boileau a donné la
          recette quand il a dit dans sa 3e satire:

               Que vous semble . . . . du goût de cette soupe?
               Sentez-vous le citron dont on a mis le jus
               Avec un jaune d'oeuf mêlé dans du verjus?]

          [Note 123: Vin de teinture (aligant), selon Cotgrave.]

          [Note 124: Vin de Grèce, célèbre depuis long-temps en
          France, comme on le voit par un passage de Gringore. Sa
          vogue se maintint mieux encore en Angleterre; on en trouve
          la preuve dans les vieux dramatistes anglois. V. aussi le
          _Henri IV_ de Shakspeare.]

          [Note 125: Vin de friandise alors très recherché.
          Courval-Sonnet en parle ainsi dans une de ses satires:

               Les exquis muscadets, appelés vins de couche,
               Sont toujours reservés pour la friande bouche
               De ces bons financiers qui n'espargnent nul prix.]

          [Note 126: Le vin d'Irancy, petite ville à trois lieues
          d'Auxerre, étoit célèbre. Larivey en parle à la scène 6 de
          l'acte 2 de _la Vesve_, et l'Auxerrois Roger de Collerye
          fait dire à _monsieur de Deça_:

               Or il est temps partir d'icy
               Pour aller boire à Irency
               Et engager robe et pourpoint.

          _Les oeuvres de Roger de Collerye_, nouvelle édition,
          donnée par M. Ch. d'Héricault, (_Biblioth. elzevirienne_,
          p. 152.)]

          [Note 127: Sans doute une marchande de _coco_ de ce
          temps-là, portant sur sa fontaine, comme ses confrères
          d'aujourd'hui, un petit moulin de fer blanc toujours ailes
          au vent.]

          [Note 128: De _good ale_ (bonne bière), boisson angloise
          qui avoit été importée chez nous lors de la conquête, et
          qui n'y avoit pas fait fortune. On la renvoyoit volontiers
          à ceux qui l'avoient apportée et aux Flamands. V.
          Froissard, chap. 59, et Marot, _Ballade sur l'arrivée de M.
          d'Alençon en Hainaut_.]

          [Note 129: _Croquer la pie_, boire, sucer le _piot_, être
          bon _pion_. Selon Leroux (_Dict. comique_), _pie_ se disoit
          pour «ivre, saoul, imbu de vin.»]

En outre enjoignons à nos dits sujets que, en cas d'escorniflerie,
autant maistres que valets trinquent (_tanquam sposus_) tant que les
larmes leur en viennent aux yeux, à la mode du bon pion Biffaut et
son valet Riffleandouille[130], qui mieux vaut.

          [Note 130: Ce personnage burlesque figure aussi dans
          l'étrange pièce de Sigongne, _le Ballet des Quolibets,
          dansé au Louvre et à la maison de ville par Monseigneur
          frère du roy, le quatrième janvier 1627_. Seulement
          Rifflandouille n'y est pas valet; il est passé capitaine.]

Et davantage, leur commandons très expressement qu'en quelque part
ou lieu que ce soit, là où ils trouveront aucun de quelque estat ou
qualité qu'ils soient, qui se voudront mesler d'entremettre et user
du dit privilége d'escorniflerie (s'ils n'en ont lettres speciales
et generales, telles et semblables que ces presentes), de ne les en
laisser jouyr, ains les condamner sur le champ en telle amende qu'ils
verront estre à faire par raison.

Et encore par ces dites presentes deffendons generalement à toutes
personnes, tant soient mestoudins[131] ou esvetez, de ne troubler ou
empescher nullement nos dits subjets et vassaux, ny aucuns d'iceux,
en la jouyssance de leur dit present privilége, et, en ce faisant
(pour harnois de gueule), ne prendre n'exiger d'eux aucuns deniers,
or, argent, ny gage quelconque, nonobstant l'ordonnance d'un commun
usage qu'on dict:

  A Paris, à bon usage,
  Qui n'a argent si laisse gage;

et ce sur peine d'encourir nostre perpetuelle disgrace.

          [Note 131: Garçons fringants et bien mis, _mirolets_, selon
          Cotgrave.]

Si donnons en mandement par ces mesmes presentes à nostre
rubicondissime conseiller Magistrum Trigorinus Triory, ou, en son
absence, à son lieutenant, le seigneur d'Ortouaillon, qu'il fasse
ces presentes publier par tous les endroits de nostre obeyssance,
et icelles face observer inviolablement de point en point selon
leur forme et teneur, nonobstant l'amy Baudichon[132], ny Gautier
ou Mitaine, à ce contraires: car tel est nostre plaisante et
envinée volonté. Donné en poste, à nostre chasteau d'Appetit, pres
Longue-Dent, et l'avons fait sceller par nostre grand chancelier de
paste d'eschaudez[133], par faute de cire bleue, et signé par maistre
Cruche Hebriaque[134], nostre grand secretaire et premier chambelan
du Port-au-Foin, baillé l'an entier, au mois qui a si a, le jour si
tu n'en a cherches-en, si tu en trouves si en prend, et au-dessous
la chasser, par nostre greffier Belle-Dare, autrement dit Maunourry;
voulons au surplus foy estre adjoustée au vidimus de ces presentes,
comme au foye d'un canard à la dodine[135], pourveu qu'elles soient
collationnées à l'original d'icelles. Ce fut fait ès presances
de Robinet Trinquet, seigneur de Nifles; Grisard, chastelain de
Tremblemont, controleur Gelard des Mouches Blanches; Floquet-Javelle,
grand escuyer des Mules aux talons, et autres seigneurs des Morfondus.

          [Note 132: Personnage d'une très ancienne chanson qu'on
          trouve déjà dans les mystères. L'ami Baudichon étoit si
          bien devenu un type de joyeuseté que l'on disoit, selon
          Cotgrave, _faire le mibaudichon_, ou simplement _faire le
          mib_, pour vivre follement.]

          [Note 133: Ce passage seul suffiroit pour prouver que les
          _échaudés_ ne sont pas une invention du pâtissier Favart,
          père du poète; mais on savoit déjà que, dès le XIIIe
          siècle, on les connoissoit. Ils sont désignés dans une
          charte de cette époque par cette périphrase: _Panes qui
          dicuntur eschaudati._]

          [Note 134: Bonne pour l'ivresse, de _ebrius_, ivre.]

          [Note 135: La _dodine_ étoit une fameuse sauce à l'oignon,
          bonne surtout pour les canards. Rabelais (liv. 4, ch. 32)
          parle déjà de _canars à la dodine_.]

       *       *       *       *       *

_Declaration de ceux qui ne doivent jouyr du privilége et droict
d'escorniflerie._

    Nous n'entendons avecques nous
  Recevoir le vin de Lion,
  Sçavoir: gens plein d'ire et courroux
  De noise et de rebellion,
  Jureurs, faiseurs de millions
  De blasphèmes très execrables;
  Ceux-là, avec Pigmalion,
  S'en voisent boire à tous les diables.

    Le vin de Bone, pareillement,
  N'est receu en nostre banquet.
  Sont vilains qui incessamment
  N'ont que d'ordes vaines caquet,
  Leur langue souillans au bacquet
  D'infections à tous propos.
  Arrière de nostre banquet
  Bouquins de luxure supposts.

    Vuidez d'icy, melancholiques,
  Vieux resveurs farcis de chagrin,
  Frenezieux et fantastiques;
  Vers nous de credit n'avez grain.
  De vous aussi ne voulons brin,
  Qui, tenant du vin de pourceau,
  Vous yvrés et dormez soudain
  Comme porcs après le morceau.

       *       *       *       *       *

_Responce des Lyonnistes, Boucquins et Porcelins._

  La terre les eaux va beuvant,
  L'arbre la boit par la tremine,
  La mer espesse boit le vent
  Et le soleil boit la marine;
  Le soleil est beu de la lune,
  Tout boit à son ordre et compas.
  Suivant ceste reigle commune,
  Pourquoy donc ne boirons-nous pas?

       *       *       *       *       *

_Ceux qui jouyront dudit privilége d'escorniflerie_

  Tous ceux qui ont le vin de singe
  Joyeux, disant le mot,
  Soit d'Oriane ou de Marsinge,
  Sont bien venus en nostre escot;
  Part auront à nostre piot
  Pour leur gaillardise et plaisance,
  Et tous ceux de vin de marmot
  Ne tendans qu'à resjouyssance.



_L'estrange ruse d'un filou habillé en femme, ayant duppé un jeune
homme d'assez bon lieu soubs apparence de mariage._

Sans lieu ni date, in-8.


Il est comme impossible d'esviter les ruses des filoux de Paris, puis
qu'elles sont precautionnées de tant de douceur et de naifveté qu'il
semble n'estre permis à un homme de bon jugement d'en avoir aucune
sorte de doute, la malice des dits filoux estant montée en un point
qui leur faict entreprendre des choses dont l'invention paroist estre
plustost partie d'un cauteleux demon que de l'esprit d'un homme.

Il n'y a pas encores huict jours qu'un jeune homme d'assez bon lieu,
faisant profession de lettres, que par raison secrette je nommeray
Orcandre, estant en chemin pour s'en retourner en son logis, que
l'on dit estre dans la rue Sainct-Jacques, il y auroit rencontré un
filou habillé en femme, merveilleusement bien desguisé, qui, après
une profonde reverence, luy dit (avec une effronterie inconcevable):
Monsieur, je crains que vous n'ayez perdu le souvenir de m'avoir
veuë en la compagnie d'une personne qui vous honore fort. A quoy
Orcandre, après l'avoir attentivement regardée avec beaucoup
d'estonnement, luy respond: Madame, il se peut faire que j'ay eu
l'honneur de vous voir en quelque part; mais il y a donc fort long
temps, puis qu'il ne m'en est resté aucune sorte de memoire.

Sans mentir, luy repart le filou, je suis extremement marrie de quoy
vous ne vous souvenez point d'avoir parlé à moy, et encore plus
de me voir si peu consolée du mal et de la peine que je souffre
depuis un an ou environ qu'il y a de cette veuë, où je me trouvay
si fort touchée de la bonté de vostre humeur que depuis les desirs
d'en gouster les fruicts à mon aise ne m'ont pas seulement gehenné
l'esprit et l'ame, mais mesme m'ont faict mespriser mille rencontres
qui se sont offertes pour me marier avantageusement.

Ces paroles plaines de miel ayant doucement frappé l'oreille
d'Orcandre, et quant et quant les organes de sa voix, il en perdit
comme la parole, se laissant emporter dans l'espoir d'une fortune où
il n'avoit jamais pensé, et qu'il croyoit indubitable.

De quoy le filou s'appercevant, et que son dessein reüssissoit
si bien en ses premiers effects, en continuant sa pointe, dit à
Orcandre: Et quoy! Monsieur, d'où procède le silence que vous gardez
si fort? Est-ce à cause de me voir si hardie à vous descouvrir
ma passion? Si cela est ainsi, representez-vous la nature de la
parfaicte amour, et vous trouverez qu'elle auctorise en tout point la
force de mon courage, qui me faict parler de la façon.

Orcandre ayant un peu repris ses esprits, luy repart qu'il
s'estimeroit heureux si elle ne se mescontoit point et ne le prenoit
pour un autre, et lui tesmoigneroit en toute sorte d'occasion qu'il
estoit personne à aymer parfaictement une femme qui l'obligeroit à
cela par la douceur et par la modestie.

Ceste repartie donnant plainement à cognoistre au filou que
Orcandre avoit desjà un pied dans le piége, il ne s'oublia point de
poursuivre pour attaindre la fin de son dessein, et à cet effet de se
servir particulierement des choses qui pouvoient desgager l'esprit
d'Orcandre de toutes les craintes dont il pouvoit estre touché.

Il luy dit donc que ce n'estoit point en plaine ruë où il falloit
parler d'affaires, et qu'elle seroit très aise que ce fut en quelque
honneste lieu que Orcandre choisiroit chez ses amis, où elle luy
feroit entendre plus particulierement ses intentions, et voir que les
biens dont elle avoit la libre possession et jouissance estoient plus
que suffisans à leur faire gouster les douceurs d'une vie tranquille,
et que mesme elle avoit grande raison de rechercher l'appuy d'un
homme faict comme luy, pour mieux regir et gouverner les effects de
ses negoces.

Ceste proposition parut si douce en l'esprit d'Orcandre, qu'en mesme
temps elle y fut si fort empreinte, qu'il sembloit que ce pauvre
abusé ne respiroit plus qu'un air de langueur en l'attente du jour
qu'on devoit parler plus precisement de cette affaire, et par effect
il luy dict:

Madame, puis qu'il vous plaist me faire le bien et l'honneur de
me rechercher en une chose que je ne crois point meriter, ce sera
donc, si vous l'avez pour agreable, chez ma cousine de Vauguerin,
fort honneste femme et bien congnue pour sa vertu, que nous pourrons
traicter de toutes les conditions necessaires en une semblable
rencontre; là où vous pourrez apprendre que, si la fortune m'a
esté avare de biens, du moins ne l'a-elle pas esté de reputation à
l'endroit de toute la famille dont je suis issu. A quoy le fillou luy
fit responce en ceste sorte:

Vous avez la façon trop aimable, Monsieur, pour estre autre que je ne
me suis imaginée, et je prens le ciel à tesmoin si je desire d'autre
caution pour m'asseurer de vostre vertu et du merite de la maison
de votre naissance. Or, puisque l'heur m'en a voulu de vous avoir
disposé au mesme point où je desirois vous voir, je demeure fort
volontiers d'accord du lieu que vous avez choisi pour conferer nos
volontez avec celles de vos amis et connoissans, et vous prie que ce
soit au plustost, car je crains que la longueur ne donne moyen à mes
parens de destourner une chose que je desire faire malgré eux, et
dont je souhaite pationnement l'arrivée.

Pour esviter d'escrire tant d'autres discours qu'ils eurent ensemble
sur ce subject, je diray seulement qu'il fut resolu que le lendemain,
à deux heures de relevée, on se trouveroit chez la dite de Vauguerin,
cousine d'Orcandre, à quoy il fut satisfaict et de part et d'autre.

Au quel lieu ledit Orcandre avoit assemblé beaucoup de personnes
d'honneur, des connoissans, qui estoient extrêmement aises qu'une si
bonne occasion luy fut escheuë, s'asseurans qu'il la mesnageroit à
son advancement et à la grandeur de sa fortune.

Les compliments de part et d'autre ayant esté parachevez, le filou,
qui n'avoit point oublié de se parer pour rendre sa commedie plus
accomplie, ne manqua point aussi de joindre à cet apas celuy d'un
visage riant, plain de douceur et de bonne grace; et, ayant jugé
qu'il estoit temps de commencer sa harangue trompeuse, il dit:

Messieurs, je m'asseure qu'il n'y a pas un de vous qui ne sçache bien
le subject de cette assemblée, et que les grands discours ne sont pas
tousjours ceux qui advancent les choses, celle-cy particulierement
n'en desirant point de semblable. Je n'ay donc rien à vous dire,
sinon qu'il y a plus d'un an que j'ayme Monsieur que voilà, parlant
d'Orcandre, et que je desire luy en donner une forte preuve par le
lien que je recherche, n'estant pas maintenant à m'informer de ses
biens, et voudrois qu'il eust faict la mesme chose des miens, afin
qu'il vous peut faire entendre luy-mesme en quoy ils consistent; et,
pour vous les exprimer sommairement, je vous diray que je possède par
succession, tant de père que de mère, trois maisons, dont la moindre
est louée six cens livres, des heritages à plus de huict cens livres
de revenu, et environ huict ou neuf mil livres en marchandise qu'on
amène à Paris par batteau; et, s'il y a quelqu'un qui en doute,
je seray très aise qu'on diffère de parachever la chose commencée
jusques à ce que, par une bonne information, on aye receu dans
Melun, lieu de ma naissance et de ma demeure, le tesmoignage des
veritez que je vous dis; ne craignant rien, sinon que, nos desseins
venans à s'esventer, mes parens n'y apportent de l'empeschement à
leur possible, me remettant toutes fois à tout ce qu'on en voudra
faire.

Ce pauvre Orcandre et tous ceux qu'il avoit assemblez furent si fort
esblouys de la naifveté dont le filou desguisoit si bien sa malice
et sa ruse qu'en mesme temps ils dirent tous ensemble qu'il n'estoit
pas besoin de s'informer davantage, craignant de perdre pour vouloir
trop serrer, et mesme que les parens n'empeschassent un effect qu'ils
estimoient estre le plus haut degré où la fortune d'Orcandre pouvoit
jamais monster.

Tellement qu'en mesme temps le filou fut supplié à se resoudre
de faire quelques largesses de ses biens à Orcandre en faveur du
mariage. A quoy ne faisant aucune difficulté: Je luy donne de bon
coeur, dit-il, dix mil livres en consideration de l'amour que je luy
ay porté et luy porte encore plus que jamais.

Cette donnation de vent et de fumée fit naistre des impatiences
nouvelles à Orcandre et à tous ses amis que les choses fussent
promptement faictes, en sorte qu'ils demandèrent au filou s'il
desiroit passer outre; que, pour eux, ils ne demandoient aucun delay.

Le filou, mesnageant ceste chaleur pour le dernier article de son
roolle, leur dict: Messieurs, differons encore quelques jours, afin
que, par la vente que je desire de faire d'un batteau de foin que
j'attends de jour à autre, je puisse avoir en main de quoy rendre
celuy de nos nopces plus solemnel et plus celèbre, ne desirant pas
qu'il en couste à personne qu'à moy.

Ceste dernière ruse fit un puissant effect pour son dessein: car et
Orcandre et tous ceux qu'il avoit assemblez, enivrez de l'esperance
d'une chose dont la feinte estoit si accomplie par les desguisemens
que le filou y praticquoit, lui dirent: Madame, si peu de chose ne
nous doit arrester en si beau chemin; sçachez que vous ne recherchez
pas l'alliance d'un homme qui manque d'amis et de connoissances; nous
nous offrons de luy donner la main en tout ce qui nous sera possible,
et, si nos forces ne s'y trouvoient assez grandes, nous ne craindrons
pas d'y employer encores celles de nos amis, puis que c'est pour une
si bonne oeuvre.

Messieurs, il en sera tout ce qu'il vous plaira, luy repart le
filou, et, en quelque façon que le tout se paracheve, je le tiendrai
tousjours à grand bonheur pour moy.

La partie ayant esté remise au lendemain matin, on ne manqua point de
se trouver, sur les huict heures, chez la dite de Vaugrin, où, les
dernières resolutions du mariage ayant esté prises, et la donnation
de dix mil livres faicte par le filou à Orcandre, en faveur de
nopces, renouvellée par plusieurs fois, il fut deliberé de faire les
fiançailles, pour ne rien obmettre en un si beau dessein.

Les fiançailles estant faictes, le filou se voit importuné de
toutes parts de prendre les presens qu'on luy offroit à la foulle,
les quels il recevoit avec beaucoup de froideur, faisant semblant
d'estre faschée de la despense où l'on se mettoit. Cependant on parle
du disner, qu'on avoit faict apprester au logis d'un de ceux qui
s'estoient tousjours trouvés aux assemblées, et se mit-on en peine
d'avoir un carrosse à prix d'argent pour le reste de la journée,
tellement que, l'heure du disner estant venue, on emmena le fiancé et
la fiancée en grande magnificence dans le dit carrosse, où estoient
aussi tous les connaissans d'Orcandre, ravis du bonheur qui lui
estoit arrivé, et tesmoignoient mesme en avoir quelque sorte d'envie.

Pendant le disner, il ne fut parlé que du negoce que l'on pouvoit
faire par eau; en quoy le filou tesmoignoit par ses discours avoir
une grande experiance, ce qui augmentoit tousjours d'autant plus
l'oppinion de ceux qu'il trompoit si couvertement.

L'après diner fust convertie en visites que l'on fit, par la
commodité du dit carosse de louage; et, sur l'entrée de la nuict,
le fiancé et la fiancée, après avoir pris congé de la compagnie,
s'en retournèrent au logis de la dite de Vaugrin, où le filou,
desirant clorre son dessein par une dernière feinte, fit semblant de
se trouver mal, en attribuant la cause au carrosse, dont il disoit
n'avoir point accoustumé les secousses; et en mesme temps, la bonne
femme de Vaugrin prenant dans l'un de ses coffres la meilleure de
ses robbes et beaucoup d'autres hardes, elle en couvrit ce plus
que hardy filou; ce qui l'ayant mis en bel humeur, il commença de
caresser Orcandre, le priant de ne s'ennuyer pas, et l'asseurer que
le lendemain, après avoir receu de l'eglise ce qu'ils en devoient
esperer en leur mariage, il cueilleroit à son aise les fruicts qu'il
s'en estoit promis; et cependant il entretenoit sa duperie par
quelques baisers, dont il ne luy estoit point chiche.

Le lendemain venu, le filou se leva environ une heure avant le jour,
et, faisant semblant de craindre de n'estre pas assez matinière[136]
pour aller aux espousailles, il esveilla Orcandre et luy dict:
Monsieur, avez-vous oublié ce qui fut resolu hier au soir avec
messieurs vos amis et connoissans? Prenez garde: je m'assure qu'ils
seront bien tost icy. Et ayant dit la mesme chose à la dite de
Vaugrin, pour rendre sa fuitte moins dangereuse, il demanda si l'on
ne pourroit point avoir de la lumière pour s'habiller, afin que ces
messieurs venant ils les trouvassent tous prests. Et la dite de
Vaugrin luy ayant respondu qu'elle alloit se lever, et qu'en après
elle trouveroit bien moyen d'allumer la chandelle, le filou, encores
qu'il sceust bien qu'il ne falloit que sortir la porte de la chambre
pour aller aux aisemens, luy repart: Vrayment, Madame, vous ne me
sçauriez obliger d'avantage qu'en faisant ce que vous dictes: car,
estant extremement pressée, comme je suis, d'aller à la scelle, je
ne puis guères attendre davantage et n'ose en entreprendre le chemin
sans lumière, craignant que les aisemens ne soient fort esloignez
de ceste chambre et de me blesser en la montée, où il faict encore
bien noir. La bonne femme de Vaugrin, ne se deffiant de rien, luy
repart de rechef: Puis que vous estes si pressée, vous n'avez qu'à
ouvrir la porte, dont elle luy donna en mesme temps la clef, et vous
trouverez les aisemens à deux ou trois montées au dessus, sans aucun
danger et sans aucune peine.

          [Note 136: Le mot _matinier_ se disoit alors pour matinal.
          On ne dit plus guère _matinière_ qu'à propos de l'étoile du
          matin.]

Cet insigne filou, qui avoit vestu les habits de la dite de Vaugrin
sur les siens, et avoit les mains pleines de bagues et autres presens
qu'on luy avoit faicts le jour auparavant, qui se montoient à plus de
deux à trois cens livres, ayant ouvert la porte, il prit la fuitte,
et laissa le pauvre Orcandre et la bonne femme de Vaugrin dans des
estonnemens et des desplaisirs incroyables.

Voilà, sans aucun artifice, le recit de ce qui a esté dict et faict
de plus remarquable en ceste rencontre.



_Le Passe-port des bons Beuveurs, envoyé par leur prince pour
conserver ses ordonnances, dedié à ceux quy sont capables d'en jouir.
Ensuitte la lettre generalle d'escorniflerie[137] et l'arrest des
Paresseux._

          [Note 137: Cette suite manque, malgré l'annonce du titre.
          La _Lettre générale d'écorniflerie_ est sans doute la même
          que nous avons donnée dans ce volume. Quant à l'_Arrest des
          paresseux_, nous n'avons pu le retrouver.]

_A Paris._

S. D. In-8.


A tous presens, passez et à venir. De la part de monseigneur,
monseigneur le recteur, vice-recteur, doctorateur, chancelier,
garde des bouteilles, procureur general, controlleur des viandes
et autres subjects du corps chancelant de l'université bachique
establie pour l'erudition de ceux quy aiment à savourer le nectar, et
principallement les enfans de ceste celèbre ville de Paris, soubs la
protection de monseigneur, salut et dilection sempiternelle en celuy
quy _primus plantavit vineam_.

Comme ainsy soit ceux qui font profession de bien laver leurs tripes
du jus quy sort des pipes, comme a fort bien remarqué Bruscambille
sur le quatrième chapitre de l'epitre _Ad ebrios, in vino veritas_,
la verité est dans le vin, comme le vin dans la bouteille, que
nous susdits, desirant satisfaire à ce point assez à la verité,
savoir faisons à tous ceux qu'il appartiendra qu'aujourd'huy
nostre bien-aimé et tous nos consorts, après avoir esté interrogé
sur plusieurs points, ayant beu en prelude à la santé du roy, _à
la Royale_, _à la Ducale_, _à la Turcque_, _à la Grecque_, _à la
Suisse_, _à la Pistache_, _à la Romanesque_, _à la Grimouche_, _à la
Comedienne_, _en Joueur de paume_, _à l'Occasion_, _en Vigneron_,
_en Musicien_, _en Je ne sçay qui intermedium_, _à la Sourdine_, _à
la Bobille_, _en Tirelarigot_[138], _tanquam sponsus_, _sicut terra
sine aqua_, _en Courtier_, _en Epilogue_, etc., etc., etc., etc.,
etc., etc.; après avoir recogneu par amples certificats qu'ils sont
tonsurez et qu'ils peuvent d'un poignet asseuré lever le cul d'une
bouteille; que leurs escripts sçavans leur serviront de commencement
à leur dessert à conter merveilles; qu'ils boivent le vin par les
nazeaux comme l'arc-en-ciel fait des eaux; que jamais le soleil
ne les a veu lever si matin qu'ils n'eussent beu, et qu'au soir
jamais la nuict noire, tant fust-il tard, ne les aye veu sans boire,
ont acquis honorifiquement les degrez de docteurs en la faculté de
l'Université bachique.

          [Note 138: L'expression _boire à tire-larigot_ a donné
          lieu à une foule d'étymologies singulières que nous ne
          répéterons pas ici. Selon nous, elle équivaut à celle-ci:
          _boire à tire gosier_, le vieux mot _larigaude_ signifiant
          en effet _gosier_, d'après le _Dictionnaire des termes du
          vieux françois, ou trésor des recherches et antiquités
          gauloises et françoises_, par Borel.--Quant aux autres
          façons de boire indiquées ici, nous ne savons comment les
          expliquer.]

Voulons et faisons savoir à tous ceux de nostre dicte caballe que,
pour les recompenser de leurs vertus et merites, il leur sera permis
de vivre jusqu'à leur mort, en depit de tous ceux quy y voudront
mettre empeschement, et leur dite mort ne sera qu'un passage
pour aller escorniffler en l'autre monde et _in transmigrationem
Babilonis_, c'est-à-dire qu'ils seront logez par etiquette dans un
merveilleux chasteau, dont la description s'ensuit[139]:

          [Note 139: Cette description est une imitation de celle du
          pays de Coquaigne, telle qu'elle se trouve fort au long
          dans l'un des fabliaux publiés par Méon (t. 4): c'est
          _li Fabliaus de Coquaigne_. Rabelais s'en étoit inspiré
          auparavant pour le curieux tableau qu'il a fait de l'_Ile
          de Papimanie_ (voy. éd. de l'Aulnaye, in-12, t. 2, p. 121),
          et enfin Fénelon devoit un peu plus tard concevoir dans le
          même esprit, et sans doute d'après la même inspiration, sa
          fable de l'_Ile des Plaisirs_.]

Premierement, le pont levis dudict chasteau est faict de pain de
Gonnesse.

Les fossez sont pleins de bons vins muscat, où l'on voit
ordinairement potage gras et espissé à la mode des Suisses, gigots
de moutons, jambons tous en vie quy se jouent dedans en guise de
brochets et de carpes.

Les murailles sont faictes de grosses pièces de boeuf salé entassées
les unes sur les autres en façon de pierres de taille.

Les moulures frisées, corniches et architectures sont composez de
cervelas, andouilles, boudins et saucisses.

La tapisserie qui est dedans ne sont que perdrix rosties, oisons
farcis, pastez chauds, levraux à la sauce douce, poulets fricassez,
salades, grillades, capilotades et carbonades.

La fontaine du lieu est tousjours pleine de hachis et de salmigondis.

Les portes sont composez de belles, bonnes et friandes tartes
attachez avec des gonds de macarons et biscuis.

La court est pavée de toute part de dragées, poix musquez, noix
confites, muscadins et mirobolans.

La couverture est faite d'ecorce de citron, arrangée comme fines
ardoises.

L'arsenac dudict chasteau est remply d'un grand attiral de poilles,
de poillons, bassins, chaudrons, lechefrites, pots, pintes, chopines,
cruches, assiettes, escuelles, plats, cuillers, fourchettes, grils,
cousteaux, chesnets, chandeliers, lampes, broches, marmites, bancs,
tables, tabourets, landiers, chaudières, seaux, nappes, serviettes,
tisons, fagots, busches, bourrées, entonnoirs, verres, tasses,
gondoles et autres menus fatras.

Certifions toutes lesdites choses certaines et veritables; mandons
à tous ceux quy ne le voudront croire d'y aller voir: car tel est
nostre plaisir.

Enjoignons à tous nos ordres fessiers, je veux dire officiers, de
ne jouir de ladicte escorniflerie sans au prealable avoir pris de
nos lettres, et deffendons à tous nos subjects de l'un et l'autre
sexe, de quelque qualité et condition qu'ils soient, de troubler ces
presentes.

Donné en nostre chasteau de Breses, à onze heures du matin, jour
de septembre trente-deuxième, quatre mille quatorze cens quatorze
vingts quatorze ans, quatorze mois, quatorze septmaines, quatorze
jours, quatorze heures, quatorze minutes et quatorze momens après la
creation du monde.

                                   Signé:
                                         BOY-SANS-SOIF,
                                   et HARPINEAU[140], _Secretaire_.

          [Note 140: Ce Harpineau, ou plutôt Herpinot, étoit un
          farceur qui jouoit ses farces aux halles. Nous publierons
          dans nos volumes suivants quelques pièces parues sous son
          nom. M. Leber a parlé de lui dans son livre sur Tabarin:
          _Plaisantes Recherches d'un homme grave sur un farceur._]



_Factum du procez d'entre messire Jean et dame Renée._

                         Quicquid tentabat dicere versus erat.

S. D. In-8.


    De Mesme[141], à toy-mesme semblable
  Pour la justice inviolable,
  Et vous, les anges du conseil
  De vostre Mesme non pareil,
  Il vous faut la verité dire.
    Il est vray que nostre messire,
  Clerc alors, alors escolier,
  Laïque alors et seculier,
  Je ne sçay pas en quelle année,
  Des mains de madame Renée
  A reçeu la somme de tant,
  Mais sans luy demander pourtant.
    Comme il se plaignoit à sa tante,
  Sa compagne, outre son attente,
  Avec des escus intervint,
  Dont il en prit environ vingt.
  Eust-il refusé leur bel offre?
  Elles en ont d'autres au coffre!...
  Les plus reformez sont vaincus
  Par le blond lustre des escus[142].
    Vrai est que par obeissance
  Il leur en fit recognoissance,
  Et vray qu'en l'obligation
  Il a mis la condition
  De ne payer qu'au prealable
  Il n'eust moyen. Au cas semblable,
  Il est très veritable encor
  Que la dame, en livrant cest or,
  L'asseura que de la cedule
  Ne s'ensuivroit poursuite nulle,
  Et qu'elle en soit prise à serment:
  Il ne ment, pour luy, nullement.
  Et toutesfois dame Renée,
  Contre la parole donnée,
  A tout propos, mal à propos,
  Ne le laisse point en repos.
  A peine est-il seur en l'eglise,
  Où les criminels ont franchise[143].
  Elle en veut, il n'a pas de quoy.
  Necessité n'a point de loy.
  Messire Jean est pauvre prestre.
  Riche de rien l'on ne peut estre.
  Il n'a rente ny revenu,
  Gros benefice ny menu;
  Il n'a pas mesme une chapelle:
  Au blanc il est[144], blanc on l'appelle[145]:
  De tout il est destitué:
  Il n'est pas mesme habitué[146].
    Bien est vray que dame Simonne[147]
  A cure pour qui la sermonne;
  Mais ce n'est pour luy ses morceaux,
  C'est aux Angevins et Manceaux:
  Sur Monstreuil Bellay son attente
  Encore incertaine est flotante;
  Sur la Flocelière il ne peut,
  Le marquis toutesfois le veut.
  Dès qu'il aura le benefice,
  Le moindre annuel ou service,
  Il luy promet de s'acquitter.
  Soy-mesme il veut s'executer.
  Si la fortune n'en envoyé,
  Il ne sçait point un autre voye.
  Ses escoliers sont enlevez
  Par les jesuites arrivez.
  Il n'a plus ny landis[148], ny toiles,
  Ny chandelles: il lit aux estoiles.
  Un petit clerc des Bernardins,
  Attentif après ses jardins,
  Perd la memoire de l'année;
  Un autre à demy l'a donnée.
  Celuy qui payoit pour Renaut
  En Champagne a gaigné le haut;
  L'un est allé moisne se rendre,
  L'autre ne veut plus rien apprendre;
  La maille il n'a pas de Maillé,
  D'en avoir il n'est pas taillé.
  Il n'est plus de galand au monde;
  Un autre plus ne le seconde;
  Il n'est plus d'abbé de Tyron[149]
  Qui le retienne en son giron.
  Un seul moyen luy reste à vivre:
  Au libraire il revoit un livre
  Et violente son humeur
  Pour corriger un imprimeur,
  Et c'est où la demanderesse
  Pour avoir de l'argent s'adresse.
    Quel besoin qu'il vint un huyssier
  Encor, appellé Menecier,
  Luy signifier la requeste?
  Il a bien autre affaire en teste:
  Il soigne à la correction
  De l'espineuse impression;
  Il veille après le Sainct-Gregoire[150];
  Il perd le manger et le boire;
  L'Aristophane qu'il traduit
  Interrompt son repos la nuict:
  Liber encor est à la porte,
  Qui de ses feuillages apporte.
  Les escoliers chomment après,
  Et les imprimeurs sont tous prests
  De faire de nouveaux dimanches,
  Donnant au Blanc des formes blanches.
    Colas le Duc, à Laon, d'ailleurs,
  Emporte ses habits meilleurs,
  Et son argent; il le fait courre
  Pour essayer à le recourre;
  Il faut qu'à son autre garçon
  Il face rendre sa leçon;
  Le Clerc le presse de sa rime;
  Il n'a pas encore dit Prime,
  Il n'a pas dit son chapelet,
  Comment aller au Chastelet?
    Sans paroistre à l'heure assignée,
  Il consent que dame Renée
  Se paye sur Pierre le Lon[151].
  Or il est à la paye long.
  Plus, il luy cede une autre somme
  Que luy doit Freval[152], pareil homme,
  Et les mois de son escolier;
  Il l'avoit jà dit à Choulier,
  Qui n'a laissé de le poursuivre;
  Mais sans plaider il ne peut vivre.
    Quand au payement de tous frais,
  Despens, dommages, interests,
  De leurs nullitez il proteste,
  Puisqu'il a rendu manifeste
  A Choulier, et puis au sergent,
  Qu'il cedoit l'arrest de l'argent.
    Quant à l'usuraire demande,
  Elle en devroit payer l'amende.
  Au quatorzième chant royal,
  Tout usurier est desloyal,
  L'on doit fuir sa compagnie:
  Un saint canon l'excommunie.
    Vous avez au bon droit esgard.
  Cependant, Messieurs, Dieu vous gard!
  Vous mesme à nul autre semblable
  Pour la justice inviolable,
  Et vous, les anges du conseil,
  De vostre Mesme nompareil.

                         _Perdere scit, donare nescit._

          [Note 141: Claude de Mesme, comte d'Avaux, alors conseiller
          au grand conseil.]

          [Note 142: Les écus d'or, valant trois livres.]

          [Note 143: La plupart des églises de Paris étaient lieux
          d'asile. L'enclos du Temple, le Louvre, avoient aussi ce
          privilége.]

          [Note 144: «On dit d'un homme: Il est réduit au _bâton
          blanc_, ou absolument réduit au blanc, quand il est devenu
          extrêmement pauvre et misérable...» (Leroux, _Dict.
          comique_.)]

          [Note 145: C'étoit le surnom, et non pas sans doute le
          nom, du pauvre prêtre messire Jean. On lui avoit donné ce
          sobriquet pour faire de lui l'homonyme de Jean le Blanc. La
          plaisanterie étoit assez sacrilége, appliquée à un prêtre:
          car on sait que, dans les pasquils irreligieux, c'est
          l'hostie qu'on personnifioit sous le nom de Jean Le Blanc.
          V. _Légende véritable de Jean le Blanc_, 1677, in-12, pièce
          comprise dans le cabinet jésuitique.]

          [Note 146: On appeloit _habitué_ un prêtre qui s'attachoit
          volontairement au service d'une paroisse et qui y alloit
          dire la messe.]

          [Note 147: Par dame Simonne Messire Jean n'entend-il pas
          parler de l'Eglise, de qui l'on n'obtenoit des bénéfices
          que moyennant finances, ce qui constituoit le crime de
          _simonie_?]

          [Note 148: V., sur ce cadeau qu'à certain jour les
          élèves faisoient aux maîtres, la note d'une des pièces
          précédentes, p. 41.]

          [Note 149: Philippe Desportes, qui, enrichi par la muse,
          avoit sans doute pris en pitié et protégeoit le pauvre
          prêtre poète. Il étoit mort en 1606, c'est-à-dire quelques
          années avant l'époque où cette pièce dut être écrite.]

          [Note 150: Il s'agit ici, sans doute, de l'édition des
          Lettres et autres ouvrages de saint Grégoire de Nysse, que
          le P. Fronton du Duc donna à Paris en 1615, 2 vol. in-fol.]

          [Note 151: Imprimeur parisien, l'un de ceux dont messire
          Jean devoit corriger les épreuves, ainsi qu'il vient de
          le dire. C'est en effet vers cette époque, en 1618, qu'il
          imprimoit. V. La Caille, p. 228.]

          [Note 152: Jean de Fréval, imprimeur du même temps. V. La
          Caille, p. 234.]



_Le Purgatoire des Hommes mariez, avec les peines et les tourmentz
qu'ils endurent incessamment au subject de la malice et mechanceté
des femmes, quy le plus souvent leur sont données pour penitence en
ce monde. Traicté non encore imprimé jusqu'à present, et adressé à
ceux et celles quy ne se comportent en leur mesnage selon les loix de
la raison._

_A Paris, jouxte la coppie imprimée à Lyon, par François Paget,
imprimeur._

M.DC.XIX.

In-8º.


Les anciens payens, bien qu'ilz ne recognoissent le mariage pour un
grand mistère, comme nous, estoient neantmoing en ce subject plus
religieux que nous: car ils estimoient que les mariz estoient les
maistres du corps et de la substance des femmes, pour en disposer à
leurs plaisirs.

Et maintenant l'on voit ordinairement que quelques hommes pensent
prendre des femmes pour en tirer de la compagnie, de l'amitié,
de la consolation en leurs adversitez, et neantmoing, quand ils
mènent leurs femmes en leurs maisons, ils mettent le plus souvent
un enfer pour les tourmenter incessamment et pour combler leur vie
de toutes les misères et tribulations, et ce quy est la cause du
raccourcissement de leurs jours.

Car souventefois il se trouve des femmes quy font honte à des furies
infernales, nées en ce monde pour tourmenter leurs maris; et encore
en ces ames molles d'hommes, quy, trop uxorieux[153] et attendriz
de ce sexe, trouvent estrange que des maris usent quelques fois de
main mise, les quelles à tout le moins doivent recognoistre que les
maris ont autant de puissance sur les femmes que l'esprit sur le
corps en servitude, pour ne perdre la dignité que Dieu luy a donnée,
ce qui occasionne les maris de chastier les femmes quand, au lieu
de fidelles compagnes, elles veulent estre la gêne, la torture et
la croix des maris; que les femmes ostent le ver quy leur ronge les
esprits[154], incessamment plus pernicieux pour elles que ne sont
des lions ou serpens, estant les feux quy leur rongent et devorent
journellement les veines.

          [Note 153: C'est-à-dire trop amoureux de leur femme. C'est
          le mot latin _uxorius_, employé par Horace, liv. 1er, ode
          2, v. 18; par Virgile, _Enéide_, liv. 4, v. 266, etc. Il se
          prenoit, comme ici, presque toujours en mauvaise part, en
          façon de blâme contre les maris trop foibles.]

          [Note 154: On croyoit que certaines maladies cérébrales
          venoient d'un ver logé dans la tête. C'est ce qu'on
          appeloit l'_avertin_ (voy. Des Perriers, _Contes et
          joyeux devis_, nouv. 105 et 125), et ce qu'on nomme
          encore aujourd'hui dans les campagnes le _ver coquin_. On
          attribuoit la même cause et l'on donnoit le même nom à la
          maladie des bêtes à laine que l'on appelle à présent le
          _tournis_. V. Olivier de Serres, _Théâtre d'agriculture_,
          in-4, t. 2, p. 768, 838.]

Les femmes doivent estre tellement conjointes et obtemperées à la
volonté des maris que, quant bien ils les battroient, les affligeant
de paroles fastidieuses et grossières, elles sont toutefois tenues
de fleschir à leurs maris. Sont-ils subjets au vin? La nature
les a conjoinct ensemble. Sont-ils sevères, cruels, fascheux et
implacables? Ce sont neantmoings leurs membres, voire leur chef,
le plus excellent de leurs membres, comme disoit elegamment sainct
Basile (_Homel. 7, Exameron_).

Les esclaves pouvoient entierement changer de maistre, mesme
auparavant le decès des leurs; mais, quant à la femme, elle est serve
pendant que son mary est en vie, et liée à la loy et volonté de son
mary, ce dit sainct Chrysostome (_Inferm._, _de lib. repud._), et
les humeurs fascheuses des maris ne peuvent excuser les femmes de
se separer d'avec eux. Nous voyons qu'en nostre corps nous avons
plusieurs vices et imperfections: l'un est boiteux, l'autre est
tortu, l'autre a la main sèche, et ainsy des autres defaux, et
neantmoing il ne se treuve personne si imparfait qui prenne en haine
sa propre chair; mais un chacun la nourrit et l'entretient. Il ne se
plaint point, il ne coupe point la partie vitieuse, mais la prefère
le plus souvent à celle quy est la meilleure: car elle est à luy.
Aussy ne faut-il pas que les femmes, quy sont mesme chair avec leurs
maris, et quy sont faictes leurs membres par le mariage, se separent
d'avec eux pour quelques causes et imperfections que ce puisse estre;
tant s'en faut qu'elles les puissent trainer en justice comme une
personne estrangère.

Premierement, la loy de Dieu, qui veut que les femmes laissent pères
et mères pour suivre leurs maris (_Genes._, chap. 1), et donne
puissance au mary des voeux de sa femme (_Numer._, chap. 30), qui luy
est subject comme les membres sont à leur chef (_Ester._, cap. 1, 1;
_Corint._, 2 et 1; _Petr._, 3 chap.); c'est pourquoy que la langue
saincte, qui a nommé toute chose selon la vraye nature et proprieté,
appelle le mary Basal, c'est le seigneur et maistre, pour monstrer
que c'est aux maris à commander, et de chastier les femmes quand
elles leur desplaisent et sont desobeissantes à leurs commandements.

Mais, pour abreger les descriptions des femmes, usant des termes
de ce que dit un certain poète, sans toutesfois y mettre au nombre
d'ycelles celles quy ont la prudence et la sagesse en recommandation,
comme estant chose très contraire,

   Le premier père Adam, prestre, par l'Eternel,
  Dès sa creation fut rendu immortel.
  Tout le temps qu'il fut seul, sa vie fut heureuse;
  Mais lorsque de sa chair la femme s'anima,
  Elle ravit son coeur, et luy si fort l'aima
  Qu'il mourust pour l'amour de sa faim malheureuse.

    Ouy, femme, ô que ton coeur est faux et enragé!
  Les plus sainctz et devotz tu as trop outragé;
  Tu as remply les coeurs de rage et de furie.
  Ce grand poète, grand roy, ce grand prophète sainct,
  De la crainte de Dieu ne fut jamais atteinct
  Quand il perdit pour toy son capitaine Urie.

    L'on ne voit animaux soubz la voute des cieux
  Plus cruels et felons et tant pernicieux
  Qu'est ce genre maudit, o très maudites femmes!
  Les dieux, nous punissant, vous logèrent çà bas
  Pour cizailler nos coeurs d'un eternel trepas.
  Des damnez malheureux plus saintes sont les ames.

    Ny du foudre eclatant l'epouvantable bruit,
  Ny les affreux demons quy volent jour et nuit,
  Ny les crins herissez de l'horrible Cerbère,
  Ny du Cocyte creux la rage et le tourment,
  Ny du Père eternel le sainct commandement,
  Ne sçauroit empescher la femme de mal faire.



_Memoire touchant la seigneurie du Pré-aux-Clercs, appartenante à
l'Université de Paris, pour servir d'instruction à ceux qui doivent
entrer dans les charges de l'Université._[155]

_A Paris, chez la veuve de Claude Thiboust et Pierre Esclassan,
libraire-juré et imprimeur ordinaire de l'Université, place de
Cambray, vis-à-vis le collége Royal._

          [Note 155: Ce _Mémoire_, fort rare et fort curieux, est,
          comme on le verra, l'oeuvre d'Edme Pourchot, professeur
          de philosophie au Collége des Grassins, et à plusieurs
          reprises recteur de l'Université de Paris. Il mourut âgé
          de 83 ans, le 22 juin 1734, après avoir mérité de tout
          point ce que dit de lui dans son _Dictionnaire historique_
          l'abbé Ladvocat, qui l'avoit beaucoup connu: «Il fut sept
          fois recteur de l'Université et travailla avec zèle _à la
          défense de ses droits_ et au maintien de sa discipline.»
          Le long travail qui suit, touchant une propriété d'autant
          plus chère et plus précieuse à l'Université qu'elle lui fut
          contestée davantage, est une preuve qu'Edme Pourchot ne
          négligea rien pour être digne du premier de ces éloges. Il
          trouva les principaux éléments de son _Mémoire_ dans celui,
          plus important et plus rare encore, qu'Egasse du Boulay
          avoit publié neuf ans auparavant sous ce titre: _Fondation
          de l'Université de Paris par l'empereur Charlemagne, de la
          propriété et seigneurie du Pré aux Clercs_, 1675, in-4.
          C'est à l'extrême obligeance de M. Le Roux de Lincy que
          nous devons de connoître ce remarquable volume, dont nous
          avons vu dans son cabinet le seul exemplaire connu. Il a
          bien voulu nous permettre, dis-je, de prendre toutes les
          notes qui pouvoient compléter ou éclaircir différents
          passages de la pièce reproduite ici.]

M.DC.XCIV.

In-4.


Anno Domini 1694, die quarta mensis septembris, habita sunt comitia
ordinaria delegatorum Universitatis apud amplissimum D. Rectorem M.
Edmundum POURCHOT, in collegio Mazarinæo, in quibus inter cætera
dixit ampliss. D. Rector sibi semper summopere cordi et curæ
fuisse ne amplius Academiæ bona in incerto essent, sed tuto loco
collocarentur eaque deinceps citra fraudem administrarentur; ideoque
diplomate regio, ad Prætorem urbanum, jurium Academiæ facultatem
conficiendi librum censualem, quo quincunque in dominio academico
seu _Prato Clericorum_, ut vocant, prædia possident, nomen suum
profiterentur, unde acquisivissent, quidve annui census aut reditus
deberent singuli declararent; rem jam ad exitum esse perductam,
paratamque brevem eorum omnium prædiorum simul et possessorum
descriptionem, ex qua, si modo, et olim jam placuit, publici juris
fieret, documentum commode capiant viri Academici; proinde sibi
videri e re esse Academiæ eum typis mandari.

Re in deliberationem missa, audito prius M. Gilberto HEBERT, pro
procuratore generali Universitatis, qui una cum M. Medardo COLLETET,
Academico quæstore, in eam quoque rem incubuerat, omnes sententiam
dixerunt hoc ordine.

M. Petrus GUISCHARD, sacræ Facultatis Theologiæ decanus, dixit summo
se affici gaudio quod tandem absolutum esset illud opus jam diu a se
expectatum, de quo sæpius ad sacrum ordinem retulisset, nec quicquam
morari se quin statim in lucem prodeat.

M. Vincentius COLLESSON, consultissimæ utriusque Juris Facultatis
decanus, idem censuit, addiditque certissimam esse hanc viam
occurrendi fraudibus hactenus in administratione patrimonii Academici
fieri solitis; atque universam Academiam amplissimas teneri agere
gratias iis omnibus qui in id opus, ex quo tantum emolumenti sperare
liceat, aliquid contulerint; maxime ampliss. D. Rectori, auctori et
suasori hujus consilii, quo res Academiæ restituit.

M. Claudius BERGER, saluberrimæ Facultatis Medicinæ decanus, idem
comprobavit, eoque libentius, quod, ubi, primum jam ab octodecim
mensibus sermonem ea de re fecisset ampliss. D. Rector, palam
testatus fuerit nihil posse fieri utilius ut prospiceretur rebus
Academiæ.

M. Joannes-Baptista FRETEAU, honorandæ Gallorum nationis procurator,
gratias quoque habuit ampliss. D. Rectori de suo in rem Academicam
studio, ejus consilium approbavit, et opus, cui etiam ipse
allaboraverat, protinus in lucem edendum, quasi Academiæ utilissimum
futurum, censuit.

M. Guillelmus JOURDAIN, fidelissimæ Picardorum nationis procurator,
in eamdem sententiam abiit.

Idem olim censuerant M. Joannes DESAUTHIEUX, et M. Cornelus NARY:
ille venerandæ Normanorum, hic constantissimæ Germanorum nationis
procurator; quod etiam ab eorum successoribus fuit confirmatum, atque
ita ab ampliss. D. Rectore conclusum.



_Memoire instructif touchant la seigneurie du Pré-aux-Clercs,
appartenante à l'Université de Paris._

La seigneurie que l'Université de Paris possède au fauxbourg
Saint-Germain s'appelle communement le Pré-aux-Clercs, parce
qu'anciennement ce n'estoit qu'un grand pré qui estoit destiné pour
la promenade des ecoliers. Ce pré estoit divisé en deux parties par
un fossé ou cours d'eau de treize à quatorze toises de large, qui
commençoit à la rivière de Seine, et, traversant sur le terrain des
Petits-Augustins, à peu près à l'endroit où est aujourd'huy l'eglise,
alloit se rendre dans les fossez de l'abbaye, proche la poterne qui y
estoit alors; c'est-à-dire que ce cours d'eau repondoit à peu près au
coin de la rue de Saint-Benoist, à l'extremité du jardin de l'abbaye;
on le nommoit la petite Seine[156]. La partie du Pré la plus proche
de la ville, comme plus petite, fut nommée le petit Pré, et celle qui
s'estendoit vers la campagne, comme plus grande, s'appella le grand
Pré-aux-Clercs.

          [Note 156: Du Boulay, dans son grand travail cité plus haut
          (_Fondation de l'Université_, etc., p. 130, 139, etc.),
          explique ainsi les raisons qui, selon lui, obligèrent les
          moitiés à établir par cette tranchée une communication
          entre la Seine et les fossés de leur abbaye: «Ce fut,
          dit-il, sous la date de 1368, par une necessité d'estat qui
          obligea les moines de faire de grands fossez tout autour de
          leur enclos, avec une espèce de citadelle pour y soutenir
          le siége en cas d'attaque par les ennemis, qui estoient
          lors en grand nombre repandus par toute la France, et
          speciallement contre les Anglois, qui vouloient se remparer
          de la Normandie... Pour faire venir l'eau de la rivière
          dans les fossez, on fut obligé de tirer une tranchée au
          travers du pré jusques à la rivière; et la partie d'entre
          ladite tranchée et l'hostel de Nesle fut dès lors appelée
          le _Petit-Pré_, et l'autre au dessus, vers Chaillot, le
          _Grand-Pré_.» Ce passage est fort curieux; mais, comme nous
          le prouverons, du Boulay auroit dû dire que le fossé de la
          petite Seine ne fut pas creusé, mais seulement élargi, en
          1368. D'après l'_Advertissement de M. Oronce Finé_, etc.,
          que du Boulay reproduit plus loin, p. 246, voici quelle
          étoit la situation de cette tranchée, dite la petite Seine:
          «Commençoit lors à l'endroit de deux piliers et colonnes de
          l'encoignure d'icelle abbaye (_Saint-Germain-des-Prés_)...
          et suivoit à droite ligne le fossé d'icelle abbaye qui est
          devant la porte murée jusques à la rivière de Seine...
          l'embouchure duquel fossé estoit sur la rivière de Seine,
          entre la fosse Saint-Bon et le Chemin-Vieux. Laquelle fosse
          Saint-Bon estoit sur le dos de l'embouchure du dit fossé
          du costé du petit Pré, où il n'y avoit qu'un petit sentier
          au long dudit fossé finissant à l'endroit de ladite fosse
          Saint-Bon.» Pour rendre cette description comprehensible
          pour ceux qui ne connoissent que le nouveau Paris, nous
          ajouterons que l'ancienne rue des _Petits-Augustins_
          représentait à peu près, comme direction et comme longueur,
          le cours de la petite Seine. Ce fossé seulement étoit un
          peu plus vers la droite en montant à l'abbaye, de sorte que
          la rue actuelle, en lui supposant un peu plus de largeur,
          pourroit représenter à la fois et la petite Seine, qu'on
          appeloit le Chemin-Creux quand elle étoit à sec, et le
          Haut-Chemin, qui la longeoit. La prise d'eau de cette sorte
          de chenal se trouvoit donc un peu au dessous du pont des
          Arts et du pavillon ouest du palais de l'Institut, tandis
          que son embouchure dans les fossés de l'abbaye avoit
          lieu au point d'intersection de la rue _Jacob_ et de la
          rue _Bonaparte_. Le prolongement de celle-ci jusque vers
          la rue _Taranne_ tient, en effet, la place de celui des
          fossés de l'abbaye qui sembloit être la continuation en
          droite ligne de la petite Seine. M. Berty a rendu cette
          disposition topographique fort claire par le plan annexé
          à son _Etude... sur les deux Prés aux Clercs et la petite
          Seine_ (_Revue archéologique_, 15 octobre 1855). M. Berty
          n'a connu ni le _Mémoire_ que nous publions ni le travail
          de du Boulay; mais, guidé par des documents manuscrits, il
          arrive à peu près aux mêmes conclusions. Il varie seulement
          d'opinion avec du Boulay pour la date où dut être établie
          cette _noue_, comme la petite Seine est appelée dans les
          vieux titres. Il croit avec raison la trouver indiquée déjà
          dans une charte de 1292. Selon lui, on se seroit contenté,
          en 1368, de remanier ce fossé et de l'élargir, et ce
          nouveau travail auroit suffi pour faire désigner, dans un
          acte de cette même année 1368, la petite Seine par le nom
          de _Fossé-Neuf_. Ce qu'on lira plus loin donne en partie
          raison à M. Berty contre du Boulay.]

L'Université tient incontestablement ce patrimoine de la libéralité
de nos rois. L'opinion la plus commune est que l'empereur Charlemagne
le demembra de la couronne sur la fin du huitième siècle, pour le
donner à l'Université, qu'il avoit etablie. Mais, quand mesme elle ne
le tiendroit que de quelqu'un de ses plus proches successeurs, elle
peut toujours se vanter avec asseurance qu'elle n'a point eu d'autres
fondateurs que nos rois, temoin le nom illustre de leur _fille
aînée_, dont ils ont bien voulu l'honorer.

Elle possède donc ce domaine en pleine propriété et seigneurie,
sans aucune servitude, et comme une terre de franc-aleu, et tous
les procès qui luy ont esté faits sur ce sujet en divers temps ont
plutost regardé l'étendue que la propriété du fond[157].

          [Note 157: Nous ne nous étendrons pas ici au sujet du
          plus ou moins d'antiquité et de validité des droits de
          l'Université sur le Pré-aux-Clercs. De tout temps on en
          douta, et ils furent combattus et défendus à outrance.
          Pour qu'on juge pièces en main de cet important procès,
          nous renverrons au _Théâtre des antiquités de Paris_,
          par J. Du Breul, Paris, 1639, in-4, p. 294, et aux
          _Nouvelles annales de Paris_ de T. Duplessis, 1753, in-4,
          p. 211, livres où l'opinion favorable aux prétentions des
          religieux de Saint-Germain-des-Prés est soutenue; pour la
          cause contraire, nous nous en référerons à l'_Histoire
          de l'Université_ de du Boulay, et surtout à son livre
          déjà cité tout à l'heure, et dont l'histoire plus ou
          moins authentique de la donation faite par Charlemagne et
          confirmée par ses successeurs occupe toute la première
          partie. Nous nous contenterons de citer quelques phrases
          assez sceptiques de Sauval sur le même sujet, et d'extraire
          aussi d'un _Discours_ fort rare de P. Ramus, dont nous
          devons la communication à l'obligeance de M. L. de Lincy,
          un passage très curieux et plus positif en faveur de
          l'Université, mais très intéressé à l'être, il est vrai.
          Voici ce que dit Sauval (_Antiquités de Paris_, t. 2, p.
          367): «Pour ce qui est du Pré-aux-Clercs, l'Université le
          fait commencer près de l'abbaye Saint-Germain, et de là, le
          continuant de plus en plus, le conduit si avant qu'il se
          va perdre bien loin dans la campagne, assurant de plus en
          plus, sans autre preuve, qu'elle le tient de la libéralité
          de Charlemagne ou de Charles le Chauve, et que, sous leur
          règne, c'étoit un lieu où les ecoliers s'en alloient
          divertir les jours de congé.» Ramus lui-même, quoique
          défenseur juré des droits de l'Université, n'ose risquer,
          au sujet de la première donation, qu'une affirmation
          timide: «_On dit_, écrit-il, que Charlemagne, fondateur
          de l'Université, luy donna ce pré de grande estendue, qui
          contenoit depuis l'isle Maquerelle, tout du long du rivage
          de Seine, jusques aux rivages de Neelle et muraille de
          la ville et porte des Cordeliers, boucherie et abbaye de
          Saint-Germain, et, de là, qu'il se bornoit à l'alignement
          droict, depuis la chapelle de Saint-Martin-des-Orges
          jusqu'à ladicte isle, et que ce pré estoit divisé par un
          grand chemin qui passoit au travers...» (_Harangue de
          Pierre de la Ramée touchant ce qu'ont faict les deputez
          de l'Université de Paris envers le roy, mise de latin
          en françois_; à Paris, chez André Wechel, 1557, _avec
          privilége du roy_ (donné à Reims l'unziesme de juing 1557),
          in-8 fol. 8.)]

Ceux qui ont le plus souvent inquiété l'Université pour raison de
ce bien ont esté messieurs les abbés et religieux de l'abbaye de
Saint-Germain-des-Prez, parceque, leurs murailles touchant, pour
ainsi dire, au grand et petit Pré-aux-Clercs, ils le trouvoient
fort à leur bienseance, et ils auroient bien voulu l'incorporer à
leur domaine, ou du moins en empieter la meilleure partie; mais les
ecoliers y alloient trop frequemment pour ne pas s'appercevoir des
entreprises qu'ils y auroient pu faire; c'est ce qui engageoit ces
religieux à leur susciter tous les jours de nouvelles querelles,
afin de les degouter tout-à-fait de cette promenade et pouvoir plus
aisement s'etendre sur l'un et l'autre pré, ou s'en emparer dans la
suite, comme d'un bien abandonné.

En l'année 1254, messire Raoul d'Aubusson, chanoine d'Evreux, ayant
acheté de ces messieurs de l'abbaye une pièce de terre de 160 pieds
en quarré, moyennant 4 sols de redevance annuelle, cette place[158]
luy parut tout-à-fait propre à faire un chemin commode aux ecoliers
pour aller à leur pré, et, jugeant que c'estoit le veritable moyen
de leur oster le pretexte de se quereller avec les domestiques de
l'abbaye, il en disposa quatre ans après en faveur de l'Université.

          [Note 158: Cette place, dite d'Aubusson, estoit
          située entre les rues que l'on nomme aujourd'huy rues
          Neuve-des-Fossez et des Mauvais-Garçons (_note de
          l'auteur_). Elle se trouvait donc un peu plus haut que le
          carrefour Buci, entre la rue des _Fossés-Saint-Germain_
          ou de _l'Ancienne-Comédie_ et la rue _Grégoire-de-Tours_,
          pour substituer le nom tout moderne de cette rue à celui
          des _Mauvais-Garçons_, que les écoliers, ses passants
          ordinaires, lui avoient si bien mérité autrefois, comme on
          le voit par un très curieux passage du volume de du Boulay,
          p. 183. Ces 160 pieds, selon le même du Boulay (p. 47),
          partoient de la porte Saint-Germain ou des Cordeliers,
          longeoient le mur en dehors jusqu'à la porte de Buci, et de
          là gagnoient le pré «par derrière les jardins de l'hostel
          de Nesle, où sont aujourd'huy plusieurs tripots et jeux de
          courte paume.» V. encore p. 394.]

Cette pièce de terre fut dans la suite l'origine et la source, ou
du moins le pretexte, de bien des chicanes et des troubles; car
messieurs de l'abbaye, fachés de la voir au pouvoir de l'Université,
n'oublièrent rien pour la luy oster, et, ne pouvant en venir à
bout par les voyes de droit, parce qu'ils l'avoient alienée sans
contrainte, ils mirent en usage les voyes de fait, jusques là mesme
que, dans une querelle qui s'emeut en l'année 1278[159] entre les
ecoliers et les domestiques des moines, il y eut deux ecoliers de
tués, sans compter un grand nombre de blessez dangereusement[160]; de
quoy l'Université ayant porté ses plaintes devant Philippe-le-Hardy,
lors regnant, ce prince, après avoir fait soigneusement informer de
la verité, rendit, au mois de juillet de cette année 1278, un arrest
celèbre par lequel il ordonna, entr'autres choses, qu'il seroit fondé
deux chapelles aux depens de l'abbaye, l'une dans la vieille chapelle
de Saint-Martin-des-Orges, joignant les murailles de l'abbaye, et
l'autre dans l'eglise du Val-des-Ecoliers, où les deux qui avoient
esté tuez estoient inhumez; lesquelles deux chapelles seroient
rentées de 20 livres parisis chacune, et que, vacance avenant,
les chapellenies d'icelles seroient à la nomination du recteur de
l'Université[161].

          [Note 159: V. sur cette querelle, qu'il place en 1277,
          Félibien, t. 1er, p. 436.]

          [Note 160: «Gerard de Moret, abbé de Saint-Germain, dit
          Piganiol, qui résume le plus brièvement cette affaire,
          ayant fait batir sur le propre fonds de l'abbaye quelques
          murailles et autres edifices aboutissant sur le chemin qui
          conduit au Pré-aux-Clercs, les ecoliers trouvèrent mauvais
          qu'on eût rendu ce chemin plus etroit, et demolirent les
          batiments qui avoient été construits. Estienne de Pontoise,
          religieux et prevôt de l'abbaye, à la tête de leurs
          domestiques, alla aussitôt sur le lieu pour faire cesser ce
          desordre; mais ils l'augmentèrent, au lieu de l'apaiser.
          Gerard Dolé et le fils de Pierre le Scelleur, escoliers,
          furent tués, et il y en eut plusieurs de blessés. Dolé fut
          inhumé dans l'eglise du Val-des-Escoliers, et le Scelleur
          dans l'ancienne chapelle de Saint-Martin-des-Orges.»
          (Piganiol, t. 8, p. 88.)--Du Boulay, dans son _Hist. de
          l'Université_, donne de très longs et très curieux détails
          sur cette rixe, t. 3, p. 490.]

          [Note 161: V. Egasse du Boulay, _Fondation de
          l'Université_, etc., p. 173.--D'après l'_Avertissement_
          d'Oronce Finé, reproduit par du Boulay, p. 240, cette
          chapelle de _Saint-Martin-des-Orges_, qui, selon D.
          Bouillart, se trouvoit vers l'angle du jardin de l'abbaye
          sur le Pré-aux-Clercs, c'est-à-dire, par conséquent, tout
          près de l'embouchure de la petite Seine dans les fossés
          (voy. plus haut), auroit été différente de la chapelle de
          _Saint-Martin-le-Vieux_, et n'auroit dû sa fondation qu'à
          la circonstance relatée ici. C'est une double erreur.]

Cependant, comme l'Université vit qu'il luy seroit assez difficile de
se conserver cette place d'Aubusson, messieurs de l'abbaye temoignant
trop d'empressement pour la r'avoir, elle aima mieux la leur ceder,
à la charge neanmoins qu'ils y souffriroient un grand chemin de 18
pieds de large, pour que les ecoliers pussent aller commodement au
Pré-aux-Clercs; et comme le chemin creux ou cours d'eau[162] qui
faisoit la separation du grand et petit pré pouvoit encore donner
occasion à quelque nouvelle querelle et qu'il accommodoit fort
messieurs de l'abbaye, parce qu'outre qu'il conduisoit l'eau dans
leurs fossez, il estoit encore fort poissonneux, l'Université, par la
transaction qu'elle passa alors avec eux, eut la facilité de le leur
abandonner avec le droit de pêche, qui luy appartenoit comme seigneur
du lieu, le tout moyennant 14 livres de rente annuelle, ce qu'ils
acceptèrent avec joie, et firent mesme confirmer par lettres-patentes
du roi Philippe le Hardy.

          [Note 162: C'est ce passage qui donne pleine raison à M.
          Berty pour son opinion mentionnée plus haut à propos de
          l'existence de la petite Seine avant 1368.]

L'Université, pensant avoir acquis la paix par la cession qu'elle
venoit de faire à messieurs de l'abbaye de la place d'Aubusson et
du fossé de separation d'entre le grand et le petit pré, crut ne
devoir plus songer qu'à l'entretenir religieusement; mais elle se
vit bientost tombée dans de nouveaux troubles: car, quoy qu'il fût
specialement porté par la transaction qui avoit esté faite que les
ecoliers auroient sur cette place d'Aubusson un chemin libre de la
largeur de 18 pieds, pour aller au Pré-aux-Clercs, cela n'empêcha
pas qu'on ne les insultât toutes les fois qu'ils y passoient, et que
mesme on ne les maltraitât. L'Université eut beau deputer de ses
officiers vers l'abbaye, elle n'en eut pas plus de satisfaction; et
comme elle apprehendoit avec assez de raison qu'il n'arrivât encore
quelque affaire pareille à celle de l'année 1278, elle s'adressa au
pape, qui nomma, par son rescrit du 15 juin 1317, les evêques de
Senlis et de Noyon, pour informer des voyes de fait que l'Université
alleguoit avoir esté pratiquées ou du moins autorisées par les
religieux contre ses supposts et ecoliers[163].

          [Note 163: Ceux-ci, du reste, avoient bien su rendre
          violences pour violences. V. Félibien, t. 2, p. 539, et le
          travail de M. Berty, p. 388.]

Messieurs de l'abbaye ne se trouvèrent pas dans la disposition de se
soumettre à la jurisdiction des commissaires nommez par le pape, et,
pour l'eluder avec plus de pretexte, ils soutinrent que la justice
sur le Pré-aux-Cleres leur appartenoit, et qu'elle leur avoit esté
usurpée par l'Université; sur quoy, ayant presenté leur requeste à
la cour, ils eurent l'adresse de la faire sequestrer par arrest du 2
may 1318, pendant la contestation (_debato durante_).

Enfin, après vingt-sept années de chicane, l'Université, fatiguée
de tant de traverses pour un terrain qui luy estoit infructueux,
et voulant acheter la paix à quelque prix que ce fût, souscrivit
à une nouvelle transaction avec les dits religieux, par laquelle
elle leur ceda de nouveau la place d'Aubusson avec le fossé ou
bras d'eau de la rivière de Seine, et les religieux payèrent de
leur part à l'Université la somme de 200 livres parisis pour les
arrerages qui pouvoient estre dus de la rente de 14 livres qu'ils
s'estoient obligez de leur payer cinquante-trois ans auparavant,
lors de la première transaction qu'ils passèrent avec elle; et,
pour mieulx confirmer cette paix et pour avoir mieulx l'amour et
la faveur de l'Université, les dits religieux perpetuellement
donnèrent, delaissèrent et transportèrent tout ce qu'à eux appartient
ou appartenir pourroit au temps advenir à la dite Université ès
patronages des eglises, c'est à sçavoir de Saint-André-des-Arcs et de
Saint-Cosme et Saint-Damien à Paris, ce qu'ils firent approuver par
une bulle de Clément VI l'an 1345.

En 1368, les religieux, ayant eu ordre de fortifier leur abbaye et
d'abattre les maisons qui en estoient proches, pour en faire une
espèce de citadelle qui pût resister aux incursions des Anglois, la
chapelle de Saint-Martin-des-Orges[164] avec la maison du chapelain,
qui estoient sur le fonds de l'Université, se trouvant estre du
nombre de celles qu'il falloit demolir, ils donnèrent à l'Université,
par forme de dedommagement tant du patronage de cette chapelle que de
la maison du chapelain, le patronage qui leur appartenoit de la cure
de Saint-Germain[165]-le-Vieil, avec 8 livres de rente, à prendre
en une de 10 livres qui leur estoit due sur une maison sise dans la
ville près du couvent des Augustins; et, comme ils avoient encore
besoin de terrain pour élargir leurs fossez et faire des tranchées,
l'Université leur accorda deux arpens dix verges de terre à prendre
dans l'un et l'autre pré, et eux s'obligèrent de luy en rendre deux
arpens et demi joignant le petit pré vers la rivière.

          [Note 164: On comprend, d'après la situation de cette
          chapelle à l'angle des fossés de l'abbaye et de la petite
          Seine, qu'elle dut être démolie quand on voulut leur donner
          plus de largeur.]

          [Note 165: Cette petite église, qui avoit servi de refuge
          aux religieux de Saint-Germain-des-Prés à l'époque
          des Normands, étoit située rue du Marché-Neuf, en la
          Cité. C'est la similitude de son nom avec celui de
          Saint-Martin-le-Vieil qui a fait l'erreur d'Oronce Finé
          dont j'ai parlé plus haut, et dans laquelle il persévère
          quand il dit: «Il est vraisemblable que laditte chapelle
          fondée à Saint-Martin-des-Orges fut translatée à laditte
          chapelle vieille de Saint-Martin, à cause de la susdite
          demoliture d'icelle chapelle de Saint-Martin desdits
          Orges.»]

Les choses demeurèrent paisibles, du moins en apparence, jusques vers
l'année 1538, que, Paris commençant à s'augmenter et à s'aggrandir,
les religieux de l'abbaye alienoient tous les jours de leur fonds,
qu'ils donnoient à cens et rentes; et, comme il estoit contigu au
Pré-aux-Clercs, il leur estoit fort facile d'en demembrer toujours
quelque morceau, l'Université ne pouvant pas, à cause de ses
occupations continuelles, estre toujours presente ny aller toiser les
places que messieurs de l'abbaye vendoient aux particuliers.

Cependant, comme sur la fin de l'année 1539 l'Université s'apperçut
que le petit Pré-aux-Clercs, outre qu'il diminuoit tous les jours,
ne luy estoit qu'à charge, elle fut conseillée de le bailler aussi
à cens et rentes pour y bastir des maisons[166], ce qu'elle a aussi
fait dans la suite d'une bonne partie du grand Pré.

          [Note 166: Du Boulay, dans son volume cité, p. 336,
          s'explique avec plus de détails sur les causes qui
          amenèrent cette résolution de l'Université: «Les procez
          continuels qu'elle avoit tantost contre les moines, tantost
          contre les particuliers qui remplissoient d'immondices
          une partie du petit Pré, et la peine qu'elle avoit aussi,
          outre la depense continuelle où elle se trouvoit engagée,
          pour faire oster le gravois et autres choses que l'on y
          dechargeoit nuitamment, luy ayant fait prendre resolution,
          en l'an 1537 et 1538, de bailler ledit petit Pré à cens
          et rente, au lieu de le faire entourer de fossés et de
          murailles, ce qui eust encore cousté beaucoup, elle
          fit faire les publications et solennitez en tel cas
          requises...» Plus haut il avoit dit (p. 148): «Cette terre
          étant ainsi exposée au pillage de toutes parts, elle prit
          resolution, vers l'an 1538, de vendre du moins le petit
          Pré, comme le plus exposé à l'usurpation et à la decharge
          des gravois et immondices du faubourg et de la ville.»]

Mais, pour plus aisement concevoir comment ce domaine, qui de son
origine n'estoit qu'une grande place vague et infructueuse, a changé
de nature dans la suite des temps, nous le diviserons en trois
parties par rapport aux trois differens temps qu'il a esté donné à
cens et rentes par l'Université, tant pour empescher les usurpations
qui se faisoient journellement que pour en retirer quelque profit.

La première partie sera composée de ce qui est communement appellé
petit Pré-aux-Clercs, donné à cens et rentes par l'Université à
M. Pierre le Clerc, vice-gerent du conservateur des privileges
apostoliques de l'Université, par contract du dernier mars 1543, à la
charge de 2 sols parisis de cens et de 18 livres de rente par arpent,
aux droits duquel l'Université a esté subrogée dans la suite au moyen
d'un acte passé par le dit le Clerc le 17 aoust 1548, qu'il confirma
par un contract de retrocession du 31 octobre 1552.

La seconde partie fera mention des six arpens de terre dependans
du grand Pré, donnez à cens et rentes par l'Université à la reine
Marguerite par contract du dernier juillet 1606, contre lequel
l'Université s'estant pourveue aussi bien que contre l'arrest du
parlement qui l'avoit homologué, intervint arrest contradictoire de
la dite cour, le 23 octobre 1622, par lequel il fut ordonné que, sans
s'arrester au dit contract du dernier juillet 1606, ny à l'arrest
d'homologation d'iceluy, les baux faits par la dite reine Marguerite
ou par les Augustins, ses donataires, retourneroient au profit de
l'Université.

Et la troisième partie consistera au surplus du dit grand
Pré-aux-Clercs, donné à différens particuliers aussi à cens et
rentes, depuis le 31 aoust 1639 jusqu'à présent.

       *       *       *       *       *

PREMIÈRE PARTIE,

_Contenant l'alienation du petit Pré-aux-Clercs_.

Ce fut en l'année 1540 que l'Université passa un premier contrat
d'alienation du petit Pré à M. Pierre Le Clerc, vice-gerant du
conservateur des priviléges apostoliques de la dite Université; mais
la minute et la grosse de ce contrat s'estant trouvées adirées, et le
dit Le Clerc ayant esté troublé, l'Université luy fit un nouveau bail
le 31 mars 1543[167], à la charge du cens et de 18 livres de rente
par arpent.

          [Note 167: Huit jours après la signature de ce nouveau
          bail, le recteur élevoit déjà une plainte contre le Clerc
          pour divers griefs: 1º parcequ'il ne se trouvoit aucune
          minute du contrat passé avec lui en 1540; 2º parcequ'il
          n'avoit encore rien payé; 3º parcequ'il n'avoit pas encore
          commencé à bâtir, ainsi qu'il s'y étoit obligé.--Le
          Clerc se défendit de son mieux et donna sans doute de
          bonnes raisons, puisque, malgré les plaintes du recteur,
          l'assemblée ordonna «que le second contrat confirmatif
          du premier seroit exécuté.» Si Le Clerc n'avoit pas bâti
          depuis 1540, c'est qu'il avoit trouvé des obstacles de la
          part de M. Claude Barbier, de la part surtout du cardinal
          de Tournon, _qui_, comme il l'allégua dans sa réponse
          aux plaintes du recteur, _qui eum oedificare impeduit_.
          «Afin de se mettre en garde à l'avenir contre de pareils
          empêchements, afin surtout de se prémunir contre ceux
          que pouvoient lui susciter les moines de Saint-Germain,
          «il representa, dit du Boulay, qui s'en étonne, que
          pour la sûreté de son contract il etoit à propos de le
          faire confirmer par le pape ou par des commissaires à ce
          deleguez.» L'Université prétendit que le pape n'avoit là
          rien à voir; mais Le Clerc, qui tenoit toujours à une
          sanction ecclésiastique, «ne laissa pas de presenter son
          contract aux grands vicaires de l'evesque de Paris.» Le
          4 octobre suivant il avoit obtenu l'homologation et la
          ratification qu'il demandoit. V. du Boulay, p. 157-159.]

Ce nouveau preneur commença d'abord par disposer de partie du dit
petit Pré-aux-Clercs en faveur de plusieurs particuliers, à la charge
du cens envers l'Université et d'une rente applicable à son profit à
proportion de la quantité de terre qu'il donnoit.

Ce procedé fit murmurer quelques officiers de l'Université, et, pour
les appaiser, le dit Le Clerc passa un acte le 17 avril 1548, qui
fut suivy d'un contrat d'abandon du dernier octobre 1552, au profit
de l'Université, de tous les emolumens qu'il auroit pu retirer de
ses sous-baux[168], à la charge par l'Université de les entretenir;
et par le mesme contrat le dit Le Clerc se reserva une place qu'il
avoit fait enclorre de murs, à la charge du cens tel qu'il plairoit à
l'Université.

          [Note 168: Ramus, qui avoit certainement figuré parmi les
          mécontents dont il vient d'être parlé, ne dut pas être
          encore satisfait de l'abandon que Le Clerc consent ici.
          Ses prétentions, toujours fort intéressées, comme on va
          le voir, alloient plus loin: «Le petit Pré, dit-il dans
          sa _Harangue_ de 1557 (fol. 9), est tout construict et
          basty de beaucoup de belles maisons que ce seroit grand
          dommage d'abattre; pourquoy l'Université requiert que le
          revenu de chasque année de ces edifices, qui sont tenuz par
          quelques particuliers, s'employe aux gages des lecteurs
          des quatre facultez, de théologie, de droict, de médecine
          et des arts liberaux.» Or, Ramus étoit un de ces lecteurs
          royaux.--En faisant et surtout en confirmant par l'acte de
          1562 l'abandon mentionné ici, Le Clerc cédoit non seulement
          aux murmures d'une partie des maîtres et des écoliers,
          mais aussi à leurs violences. A plusieurs reprises, et
          principalement en 1548, le Pré avoit été envahi par
          ceux des écoles, qui avoient toujours été contraires à
          l'aliénation du terrain et aux constructions qui menaçoient
          de couvrir tout le champ de leurs promenades et de leurs
          jeux. «En juillet 1548, dit du Boulay (p. 166), ils
          s'avisèrent de desmolir quelques maisons, tant de celles
          qui estoient desjà basties que de celles qu'on bastissoit,
          et mesme mirent le feu à quelques unes.» V. aussi Du
          Breul, p. 294. On comprend alors que Le Clerc eût certain
          empressement à se défaire de terrains dont la possession
          étoit aussi périlleuse. En 1552, les écoliers firent pis
          encore, et c'est ce qui dut engager Le Clerc à renouveler
          sa demande de rétrocession, et l'Université à n'y pas
          être contraire. Profitant de ce qu'après la retraite de
          Charpentier, le 14 mars 1555, l'Université se trouvoit sans
          recteur, et étant d'ailleurs excités par Pierre Ramus et
          par Pierre Galland, celui-là, comme huguenot, les animant
          surtout contre les religieux de Saint-Germain et leurs
          continuels empiétements, celui-ci les lançant de préférence
          contre les habitations dont on encombroit le Pré, tous
          les mutins des écoles vinrent s'en prendre à la fois aux
          moines de Saint-Germain et aux propriétaires des maisons du
          grand et du petit Pré-aux-Clercs. Cette sorte d'invasion se
          trouve décrite avec tous ses ravages par Félibien (t. 2,
          p. 1025) et par du Boulay (p. 167). J. Du Bellay l'a aussi
          racontée dans ce passage de sa _Satyre de Maistre Pierre
          du Cuignet sur la petromachie de l'Université de Paris_,
          déjà citée par M. Ch. Vaddington dans son excellente Vie de
          Ramus:

               Venez tous esteindre le feu
               Que ces Pierres ont excité
               Parmi nostre Université.
               Qui, n'estant d'un recteur guidée,
               Semble une jument desbridée,
               Ou une barque vagabonde
               Laissée à la merci de l'onde.
               Le Pré-aux-Clercs en est temoing
               Où il n'y a si petit coing
               De muraille qu'à coup de pierre
               On ne fasse broncher par terre,
               Lapidant les champ fructueux
               Et les beaux logis somptueux,
               Ausquels la pierreuse tempeste
               Gresle sans fin dessus la teste.

          La grande affaire de l'Université, c'étoit de s'opposer
          aux usurpations des moines de Saint-Germain; mais pour
          cela il ne lui falloit pas moins que l'accord et l'appui
          de tous ses membres. Afin de se les rallier, elle leur fit
          une concession: elle souscrivit à la demande de Le Clerc,
          reprit ses terrains; et, quoique Ramus fût, au sujet des
          maisons déjà construites et louées, de l'avis émis plus
          haut, elle n'hésita pas à décider qu'on en feroit table
          rase. «L'Université, dit du Boulay (p. 167), se trouva fort
          embarrassée dans cette conjoncture d'affaires, et se vit
          obligée de defaire ce qu'elle avoit fait, c'est-à-dire de
          consentir la demolition des maisons qu'elle avoit stipulé
          de faire bastir par le contract faict avec Le Clerc, afin
          de reunir par ce moyen tous les esprits à combattre contre
          les ennemis communs.»]

       *       *       *       *       *

_Sous-Baux faits par le sieur Le Clerc._

Le premier, d'un morceau de terre propre à faire maison, par contrat
du 4 octobre 1543, à M. Martin Fretté, clerc au greffe criminel de la
Cour, moyennant 10 deniers parisis de cens, 10 livres tournois de
rente.

Le deuxième, du 9 des dits mois et an, d'une autre petite portion de
terre, à Nicolas Delamarre, moyennant 1 denier de cens et 2 sols de
rente.

Le troisième, du 5 janvier 1544, à Guillaume Maillard, libraire,
d'une pièce de terre contenant 142 toises, moyennant 4 deniers
parisis de cens et 17 livres 15 sols de rente.

Le quatrième, du dit jour 5 janvier 1544, à Husson Frerot, doreur sur
fer, d'une pièce de terre contenant 146 toises, moyennant 4 deniers
de cens et 25 livres 10 sols de rente.

Le cinquième, des dits jour et an, à Richard Carré, brodeur, d'une
pièce de terre contenant 138 toises, moyennant 4 deniers parisis de
cens et 24 livres de rente.

Le sixième, du 18 juin 1545, à Nicolas Baujouen, aussi brodeur, d'une
pièce de terre contenant 157 toises, moyennant 4 deniers parisis de
cens et 15 livres 14 sols de rente.

Le huitième, des mesmes jour et an, à Jean Dupont, sergent à verge
au Chastelet, d'une pièce de terre contenant 168 toises, moyennant 4
deniers parisis de cens et 16 livres 16 sols de rente.

Le neuvième et dernier, du 7 may 1546, à Jean Courjon, marchand
mercier, d'une pièce de terre contenant 380 toises, moyennant 8
deniers de cens et 25 livres de rente.

De manière que le dit sieur Le Clerc avoit disposé de 15 à 16 cens
toises de terre du dit petit Pré avant la retrocession qu'il en fit
après à l'Université, sans y comprendre le jardin qu'il se reserva,
sur lesquelles places sont aujourd'huy baties plusieurs maisons dans
les rues du Colombier et des Marais, dans l'ordre et ainsi qu'il va
estre expliqué.


_Première maison, rue du Colombier_[169].

          [Note 169: On l'avoit d'abord appelée le _chemin aux
          clercs_; puis le voisinage d'un _colombier_ dépendant
          de l'abbaye lui avoit fait donner le nom qu'elle porte
          ici. (V. Sauval, t. 1, p. 127; Jaillot, _Quartier
          Saint-Germain_, p. 26.) Elle alloit de la rue de Seine à
          celle des Petits-Augustins. «C'est maintenant, dit M. J.
          Pichon, une portion de la rue Jacob, par suite de cette
          manie qu'ont messieurs de la préfecture de changer tous les
          noms des rues, souvent aux dépens du bon sens et toujours à
          ceux de l'histoire.» (_Notices biographiques et littéraires
          sur la vie et les ouvrages de Jean Vauquelin de la Fresnaye
          et Nicolas Vauquelin des Yveteaux..._ Paris, 1846, in-8,
          p. 41, note.) Nous aurons plus loin à citer souvent cette
          curieuse brochure.]

La première maison où se trouve aujourd'huy commencer la censive de
l'Université est la sixième que l'on rencontre à main droite dans
la rue du Colombier, y entrant par la rue de Seine, la gauche et
le commencement de la dite rue estant aujourd'huy de la censive de
l'Abbaye.

Cette maison est bastie sur 64 toises de terre, faisant partie de
138, que M. Pierre Le Clerc donna à cens et rente, par contrat du 5
janvier 1544, à Richard Carré, brodeur, moyennant 4 deniers parisis
de cens et 24 livres de rente, laquelle, par acte du 3 juillet au
dit an, ayant esté reduite à 17 livres 5 sols, il en fut le dit jour
racheté 13 livres 15 sols, et le surplus, montant à 3 livres 10 sols,
declaré non rachetable[170].

          [Note 170: Dans le volume de du Boulay, la transaction de
          Le Clerc avec Carré est seule mentionnée (p. 163). Il n'y
          est point parlé des contrats qui suivirent et qui sont
          analysés ici. De même pour les autres maisons. Du Boulay se
          contente de relater en peu de mots les actes conclus entre
          Le Clerc et les premiers cessionnaires.]

Ces 64 toises de terre furent vendues par le dit Carré au sieur
Adam Godard, marchand au Palais, par contract du 28 aoust 1554; sur
lesquelles ayant fait bastir une maison avec cour et jardin, il la
revendit, par contract du 29 janvier 1556, à François Desprez, commis
à relier les livres de la chambre des comptes[171], et à Catherine
Longis, sa femmes[172].

          [Note 171: Il seroit curieux d'avoir la minute de ce
          contrat et de voir si François Desprez y a signé. Selon les
          exigences singulières de son emploi de relieur à la chambre
          des comptes, il n'auroit pas dû pouvoir le faire. On sait,
          en effet, d'après Pasquier (_Recherches de la France_, liv.
          2, chap. 5), et d'après un document inédit publié par M.
          L. Lalanne dans ses _Curiosités bibliographiques_, p. 309,
          que, suivant une mesure prise en 1492, lors de la réception
          de Guillaume Oger, le «relieur de la dite chambre devoit
          affirmer qu'il ne savoit _lire ne escrire_.» Et cela,
          dit Pasquier, «afin qu'il ne descouvrist les secrets des
          comptes.»]

          [Note 172: Elle étoit sans doute fille ou soeur du libraire
          Jean Longis, dont la Caille a parlé dans son _Histoire de
          l'imprimerie et de la librairie_ (in-4, p. 97), sous la
          date de 1528 à 1541, et qui, d'après un acte que cite du
          Boulay (p. 398), possédoit lui-même dans ces environs «un
          quartier six perches de terre, pris en une pièce assise
          près le petit Pré-aux-Clercs, tenant d'une part à la grande
          rue allant de l'Abbaye, pardessus les fossez, à la rivière
          de Seine, et d'autre part audit petit Pré.»]

La dite veuve Desprez, après la mort de son mary, donna, par contrat
du 29 janvier 1557, en contr'échange de la moitié de la dite maison
(l'autre luy appartenant, à cause de la communauté), à Nicolas
Bonfils, à cause de Michelle Desprez, sa femme, et à Raoul Brojard,
à cause de Nicole Desprez, aussi sa femme, filles et heritières du
dit defunt et d'elle, une rente sur la ville, au moyen de quoy la
totalité de la dite maison luy appartint[173].

          [Note 173: «Il est à remarquer que derrière cette maison
          il y a un petit bassement construit sur 5 toises de terre
          en quarré, que le dit Carré vendit à Louis Lemaignan, par
          contrat du 2 novembre 1543, que le dit Lemaignan vendit
          depuis à M. Charlet, auditeur des comptes, et qui furent
          par luy depuis vendues, le 24 janvier 1564, à Helie de
          la Faye, duquel M. Jean Petit, procureur, les acquit
          conjointement avec une maison sise rue de Seine, par
          contract du ........ août 1573. Elles sont chargées d'un
          denier de cens...» (_Note de l'auteur._)]

La dite veuve Desprez epousa en secondes noces Christophe Godin,
chirurgien, dont elle eut Jean et Catherine Godin, lesquels, après
sa mort, echangèrent, par contract du 23 juillet 1597, la susdite
maison, avec Jean Petit, procureur au parlement, contre 600 livres
comptans et 100 livres de rente sur un particulier.

Le dit M. Petit racheta, le 22 avril 1598, la rente de 35 sols dont
la dite maison estoit chargée.

Le 8 juillet 1624, damoiselle Anne Petit, sa fille et heritière,
veuve de M. Jerôme Godefroy, procureur au parlement, vendit la dite
maison à M. Michel Pousteau, aussi procureur.

Le 17 septembre 1643, le dit Pousteau la vendit à damoiselle
Marguerite Rollot, veuve de Georges de Bourges, et depuis de Vincent
de la Prime, avocat, dont elle eut Charles de la Prime, sur qui la
dite maison ayant esté saisie reellement, elle fut adjugée, par
sentence du nouveau Chastelet du 14 septembre 1675, à Guillaume de
Voulges, marchand, qui en passa titre nouvel le 6 novembre suivant.

Jeanne Varet, veuve de Guillaume de Voulges, a passé titre nouvel par
devant Baglan et son confrère, notaires à Paris, le 11 septembre 1694.


_Deuxième maison._

Cette maison, joignant la precedente, est bastie sur 69 toises de
terre, faisant moitié des 138 mentionnées en l'article precedent,
données au dit Carré par Le Clerc.

M. Marin Duhuval, prestre habitué à Saint-André-des-Arts, les acquit
du dit Carré, par contract du 22 aoust 1545.

Il y fit bastir une maison, laquelle ses heritiers vendirent après
sa mort à messire Jean de Feu[174], conseiller au parlement, par
contract du ........, chargée de 35 sols de rente et de 4 deniers
parisis de cens envers l'Université.

          [Note 174: Il comptoit parmi les plus fameux du Parlement.
          «Avant que le marchand y entrast, est-il dit dans
          _l'Anti-Caquet de l'accouchée_, il y avoit trop de gravité.
          On ne pouvoit, au temps passé, approcher ses conseillers,
          Saint-Valerien, la Roche-Tomas, Vignolle, Ruelle, Regnard,
          _Feu_, et un tas d'autres des parlements et chambre des
          comptes, dont la race est noble jusques à la quatrième
          generation.» (_Les Caquets de l'accouchée_, notre édit., p.
          254.) Il fut l'un de ceux que les seize proscrivirent au
          mois d'avril 1591. (L'Estoille, édit. Michaud, p. 47.)]

Les heritiers du dit sieur de Feu vendirent, par contract du 16
may 1634, la susdite maison à M. Pierre Hardy, controlleur des
fortifications de Picardie, et à damoiselle Marie Barret, sa femme.

La dite maison ayant depuis esté saisie reellement sur les dits
sieur et damoiselle Barret, elle fut sur eux vendue et adjugée, par
sentence des requestes du Palais du 30 may 1646, à M. Claude Noël,
receveur general des finances en Berry, lequel en passa aussitost
declaration au profit de messire Nicolas-Jean Chevalier, seigneur de
Breteville[175], conseiller au grand conseil.

          [Note 175: C'est le même que nous avons rencontré dans le
          _Caquet de l'accouchée_. Il étoit alors devenu président et
          jouoit un grand rôle. V. notre édition, p. 27, note.]

Les heritiers et creanciers du dit sieur de Breteville ont vendu
depuis la dite maison à Gilles Dupont, marchand, par contract du
8 juillet 1671, lequel en a fait declaration au profit de Charles
Gohier, secretaire du roy, par acte du 30 decembre 1675. Le dit sieur
Charles Gohier a passé titre nouvel par devant Baglan, notaire, le
25 octobre 1694.


_Troisième maison._

Cette maison est bastie sur 142 toises de terre bailliées à cens et
rentes le 5 janvier 1544, par le dit sieur Le Clerc, à Guillaume
Maillard, marchand libraire et doreur de livres, moyennant 4 deniers
parisis de cens et 24 livres 10 sols de rente, reduite après à 17
livres 15 sols, dont il en pourroit estre racheté 14 livres 5 sols.

Jean Bonamy, aussi libraire, ayant acquis les droits du dit Maillard,
passa au dit Le Clerc titre nouvel des dites 142 toises de terre le
19 aoust 1545.

Les heritiers du dit Bonamy vendirent par contract du ...........
à messire Jean De Feu, conseiller au parlement, la maison bastie
sur la dite place, chargée seulement de 3 livres 10 sols de rente
et de 4 deniers parisis de cens envers l'Université, dont ses
heritiers passèrent titre nouvel le 1er septembre 1631.

Ces mesmes heritiers vendirent, par contract du 16 may 1634, la dite
maison avec ses appartenances, à M. Pierre Hardy, controleur des
fortifications de Picardie, et à damoiselle Marie Barret, sa femme.

Elle fut dans la suite, conjointement avec la precedente, sur eux
saisie réellement, et enfin adjugée au dit M. Noël, qui en passa
declaration au profit du dit sieur de Breteville.

Gilles Dupont, marchand, qui avoit acquis des heritiers du dit sieur
de Breteville la precedente maison, acheta encore celle-cy par le
mesme contract.

Elle appartient presentement au dit sieur Charles Gohier, secretaire
du Roy, qui a passé titre nouvel pardevant Baglan, notaire, le 25
octobre 1695.


_Quatrième maison._

Cette maison est batie sur partie de 146 toises de terre données à
cens et rentes, par contract du 5 janvier 1544, par le dit sieur Le
Clerc, à Husson Frerot, doreur sur fer[176], moyennant 4 deniers
parisis de cens et 25 livres de rente, reduite après à 18 livres. M.
René Reignier, ayant acquis les droits du dit Frerot, fit bastir deux
maisons sur la dite place, et, après sa mort, Marguerite Lespicier,
sa veuve, ayant fait saisir reellement la dite maison sur M. Pageot,
tuteur des enfans mineurs du dit défunt Reignier et d'elle, par
sentence des requestes du palais du 31 mars 1628, elle fut adjugée à
M. Athanase Amy, avocat en la Cour, chargée de 9 livres de rentes et
de 4 deniers parisis de cens envers l'Université. Le dit sieur Amy en
passa titre nouvel le 25 juillet 1631; damoiselle Marie Prevost, sa
veuve, en passa encore titre nouvel le 21 decembre 1661, et depuis
les heritiers des dits sieurs et damoiselle Amy en ont passé titre
nouvel pardevant Baglan, le 26 may 1695, savoir: M. Athanase Amy,
prestre; M. Gilles Amy, avocat en parlement; damoiselle Magdelaine
Rousseaux, veuve de Bon Charles Amy, bourgeois de Paris.

          [Note 176: Comme celle des brodeurs, dont il sera parlé
          plus loin, la confrérie des doreurs sur métaux étoit de
          création récente. Elle ne devoit même être tout à fait
          constituée que par règlement de Charles IX, en 1573. Chose
          nouvelle, elle prenoit pied dans les quartiers nouveaux,
          où elle n'avoit pas à craindre le contact hostile des
          communautés plus anciennes. Il paroît qu'elle fut nombreuse
          dans ces parages, car elle avoit choisi pour paroisse
          l'église voisine des Grands-Augustins. V. _Mélanges d'une
          grande bibliothèque_, ch. 5, p. 68, et _Guide du corps des
          marchands_, 1766, in-8, p. 232.]


_Cinquième maison._

Cette maison est batie sur l'autre moitié des dites 146 toises de
terre mentionnées en l'article precedent; elle fut vendue par le
sieur Reignier, comme estant aux droits du dit Frerot, à M. Estienne
Bonnetz, procureur en la Cour, chargée de 4 deniers parisis de cens
et de 9 livres de rente, par contract du 4 aoust 1607.

Le dit sieur Bonnet, mariant Marguerite Bonnet, sa fille, avec M.
Pierre Calluze, principal commis au greffe criminel de la Cour, luy
donne la dite maison par son contract de mariage du 7 octobre 1629.

La dite veuve Calluze, après la mort de son mary, vendit la dite
maison à M. Henry Mouche, avocat, par contract du 25 janvier 1658;
le dit sieur Mouche, par son codicille du 27 aoust 1678, passé par
devant Savigny, notaire, substitua à M. Theodore Raffou, son neveu,
la dite maison, chargée de 2 deniers de cens et 9 livres tournois de
rente foncière; le dit sieur Raffou a passé titre nouvel pardevant
Baglan, notaire, le 6 may 1695.


_Sixième et septième maison._

Ces deux maisons, qui en faisoient autrefois trois, sont basties sur
157 toises de terre données à cens et rente par le dit Le Clerc à
Robert Sourdeaux, praticien, par contract du 18 juin 1545, moyennant
10 deniers parisis de cens et 15 livres 14 sols de rente foncière.

Le 27 janvier 1547, le dit Sourdeau echangea la dite place avec M.
Jean Mallet, prestre habitué de Saint-André-des-Arcs.

André Mallet, son frère et heritier, vendit les trois maisons basties
sur la dite place à M. Ambroise Amy, procureur, par contract du 20
decembre 1559, lesquelles il fit après reduire en deux.

M. Athanase Amy, aussi procureur en la dite Cour, fils et heritier du
dit defunt, eut les dites deux maisons.

Elles echurent après en partage à M. Ambroise et Jean Amy, auxquels
M. Guillaume Amy, substitut de M. le procureur general du parlement,
ayant succedé, il en a fait donation entre vifs, par contract passé
pardevant Garnier, notaire, et son confrère, le 30 mars 1689, à
damoiselles Jeanne et Marie-Magdelaine Amy, soeurs, lesquelles en ont
depuis vendu une, sçavoir:

La sixième, à M. Jean Prarcos, avocat en la Cour, le 28 may 1687, par
contract passé par devant Le Roy et Taboüé, notaires, de laquelle le
dit Prarcos en a passé titre nouvel par devant Lorimier, notaire, le
1er janvier 1692.

La septième appartient aujourd'huy à damoiselle Jeanne Amy, fille
majeure, comme donataire du dit Guillaume Amy, laquelle en a passé
titre nouvel le dit jour, premier janvier 1692, pardevant Lorimier,
notaire.


_Huitième et neuvième maison._

Ces deux maisons sont basties sur 168 toises de terre baillées à
cens et rente par le dit le Clerc à Jean Dupons, sergent à verge au
Chastelet de Paris, par contract du 18 juin 1545, à la charge de 16
livres 16 sols de rente et quatre deniers parisis de cens.

Le 13 mai 1582, Louis et Marie Dupont, enfans et heritiers du dit
Jean Dupont, vendirent à M. Guillaume Guyon, procureur en la cour, la
susdite place.

Le 17 mai 1605, Nicole Hardricourt, veuve du dit Guyon, vendit
conjointement avec ses enfans une maison bastie sur partie de la dite
place à M. Estienne Tricot.

Le 10 juin 1619, Barbe Guyon, veuve de Louis de Vezines, et
Magdeleine Guyon, sa soeur, filles et heritières du dit feu Guyon,
vendirent par echange à M. Jean Boyer et à Marthe le Prestre, sa
femme, les deux tiers à elles appartenant sur une autre maison bastie
sur le restant de la dite place.

Les 21 janvier 1631 et 28 decembre 1635, Philippes Demontgé,
tailleur, et Jeanne Dubreuil sa femme, acquirent de Hugues Macquerel
et de Barbe Lebassy l'autre tiers de la dite maison.

Les 7 aoust et 7 octobre 1645, Charles Tricot, secrétaire de la
chambre du Roy, fils et heritier du dit Estienne Tricot, et les dits
Demontgé et sa femme vendirent à messire Charles Loiseau, conseiller
en la Cour des aydes, les dites deux maisons basties sur les dites
168 toises de terre, dont il passa titre nouvel le 27 novembre au
dit an.

M. Charles Loiseau, conseiller en la cour, fils et heritier du dit
feu sieur Loiseau, a passé titre nouvel et reconnoissance pardevant
Baglan et son confrère, notaires à Paris, le 29 juillet 1694, au
terrier de l'Université.


_Dixième maison._

Cette maison est bastie sur la petite place et jardin que le dit
sieur Le Clerc s'estoit reservée par le contract de retrocession
qu'il fit à l'Université, le dernier octobre 1552, du bail qu'elle
luy avoit fait de tout le petit Pré-aux-Clercs, moyennant deux sols
parisis de cens.

Monsieur le cardinal de Givry acquit des héritiers du dit Le Clerc la
dite place et jardin, et les vendit à M. Guillaume Lusson, docteur en
la faculté de médecine, par contract du 9 avril 1604, dont messire
Guillaume Lusson, son fils, president en la Cour des monnoyes, passa
titre nouvel le 2 may 1646.

Le dit sieur Loiseau, conseiller en la Cour des aydes, a, depuis,
acquis cette maison des heritiers du dit sieur Lusson, par contract
du 23 septembre 1658.

M. Charles Loiseau, conseiller en la Cour, fils et heritier de M.
Charles Loiseau, conseiller en la Cour des aydes, en a passé titre
nouvel, et ensemble des deux precedentes maisons, pardevant le dit
Baglan, notaire, le 29 juillet 1674.


_Onzième et douzième maison._

Ces deux maisons sont basties sur 380 toises de terre, données à
cens et rente, le 7 mars 1546, par le dit sieur Le Clerc à Jean
Courjon, bourgeois de Paris, moyennant 8 deniers parisis de cens et
25 livres de rente.

Le 24 janvier 1547, Jean Beddon, ayant les droits cedez du dit
Courjon, racheta 19 livres de la sus dite rente, laquelle fut, par ce
moyen, reduite à 6 livres.

Le 2 aoust 1582, François Coquet, sieur de Pontchartrain, et
damoiselle Heleine de Servient, son epouse, acquirent de Jeanne
Beddon, fille et heritière du dit Beddon, une grande maison sur
partie des dits 380 toises.

Le 12 novembre au dit an, les dits sieur et damoiselle de
Pontchartrain echangèrent la dite maison et le restant des dites 380
toises avec Jean Honore, sieur de Bagis.

Damoiselle Marie Honoré, sa fille et heritière, epouse de M. Claude
Thiballier, ecuyer, sieur d'Anglurre, en passa titre nouvel le 11
novembre 1645.

Dame Marie Thiballier, fille et heritière du dit feu sieur Thiballier
et de la dite dame Marie Honoré, ayant acquis du sieur François
Thiballier, son frère, la dite maison et place, comme luy estant
eschue en partage, elle la fit abattre, et en fit construire deux
neuves au lieu d'icelle.

Elle en vendit une[177], le 16 may 1665, à M. Georges Baudouin,
controlleur de la maison du roy, sur lequel l'Université l'ayant fait
saisir reellement, faute de payement des lods et ventes, elle fut
adjugée par sentence des requestes du palais du 18 aoust 1666, à M.
Guillaume Le Juge, secretaire du Roy, et à damoiselle Marie Haslé,
veuve de Michel Petit, controlleur des decimes, dont la dite veuve
Le Juge et les heritiers de la dite damoiselle Haslé, veuve Petit,
ont passé titre nouvel le 17 mars 1688, pardevant Baglan et Le Sec de
Launay, notaires.

          [Note 177: Cette maison a son entrée par la rue des Marais,
          derrière celle qui appartient aujourd'huy à M. Thuault,
          procureur en la Cour. (_Note de l'auteur._)]

Et à l'egard de l'autre maison, ayant esté saisie reellement sur la
dite dame Thiballier, elle fut adjugée par sentence des requestes du
palais du dernier fevrier 1672, à M. Jacques Pannart, avocat, qui en
passa declaration au profit de M. Jean Thuault, procureur en la Cour,
le ......... juin 1695.

Le dit M. Thuault, par sentence des requestes du palais du ..........
aoust 1694, a esté condamné, de son consentement, à payer seulement
10 deniers de cens, la dite sentence portant au surplus titre nouvel.

Et a le dit sieur Thuault passé titre nouvel, le 28 juin 1695,
pardevant Baglan et son compagnon[178], notaires.

          [Note 178: Les notaires ne s'appeloient pas autrement entre
          eux. Celui des _Femmes savantes_ (act. V, sc. 3), refusant
          d'introduire dans son acte les termes pédantesques que
          désire Philaminte, lui dit:

               ... Si j'allois, madame, accorder vos demandes,
               Je me ferois siffler de tous _mes compagnons_.]


_Treizième et quatorzième maison._

Ces deux maisons sont basties sur 59 perches de terre, données à
cens et rente par l'Université à Alexandre Papin, par contract du 21
fevrier 1565, moyennant 12 livres de rente et deux sols parisis de
cens.

Le 25 fevrier 1584, le dit sieur Papin vendit à Christophle
Lemercier, masson[179], les dites 59 perches de terre, à la charge
du cens et de la rente envers l'Université; sur lesquelles le dit
Lemercier fit bastir une maison, qui est la quatorzième, faisant
l'encoignure des rues Jacob et des Petits-Augustins.

          [Note 179: Peut-être est-ce le père de Jacques Lemercier,
          né en 1590, et qui construisit la Sorbonne, le palais
          Cardinal, l'Oratoire et Saint-Roch.]

Le 11 novembre 1584, le dit Lemercier en vendit la moitié à Baptiste
Androuet, sieur du Cerceau[180], architecte du roy.

          [Note 180: La Croix du Maine, dans sa _Bibliothèque
          françoise_ (1584, in-fol., p. 175), explique ainsi comment
          il ne faut pas voir ici autre chose qu'un surnom donné au
          célèbre architecte: «Jaques Androuet, Parisien, surnommé
          du Cerceau, qui est à dire cercle, lequel nom il a retenu
          pour avoir un cerceau ou cercle pendu à sa maison, pour la
          remarquer et y servir d'enseigne (ce que je dis en passant,
          pour ceux qui ignoreroyent la cause de ce surnom).»]

Le 23 mars 1602, Marguerite Raguidier, sa veuve, la revendit à
Jacques Androuet, aussi sieur du Cerceau[181].

          [Note 181: Ce passage nous a fort embarrassé. Baptiste du
          Cerceau, qualifié ici architecte du roi, est celui que
          l'Estoille appelle du Cerceau le jeune, et qui, suivant
          le même écrivain, donna le plan et dirigea les premières
          constructions du Pont-Neuf. Lorsque après sa mort,
          dont nous trouvons pour la première fois ici une date
          approximative, sa veuve, Marguerite Raguidier, vendit sa
          maison du Pré-aux-Clercs, quel est le Jacques Androuet
          qui l'acheta? Est-ce un frère du défunt, qui seroit
          resté inconnu jusqu'ici, ou bien est-ce le père même de
          Baptiste, le célèbre architecte protestant? Cette dernière
          opinion est la plus probable, d'autant plus qu'elle
          s'accorde jusqu'à un certain point avec ce que l'Estoille
          a dit de la maison possédée par Androuet le père dans le
          Pré-aux-Clercs. Voici ce qu'il écrit à la date du mois de
          décembre 1585: «André (_Androuet_) du Cerceau, architecte
          du roy, homme excellent et singulier en son art.... aima
          mieux enfin quitter et l'amitié du roy et ses biens que de
          retourner à la messe. Et, après avoir laissé là sa maison
          qu'il avoit nouvellement bastie avec un grand artifice et
          plaisir au commencement du Pré-aux-Clercs, et qui fut toute
          ruinée sur lui, prist congé de Sa Majesté, la suppliant ne
          trouver mauvais qu'il demeurast aussi fidèle au service de
          Dieu, qui estoit son grand maistre, comme il avoit toujours
          esté au sien, en quoi il persevereroit jusqu'à la fin de sa
          vie.» Jacques du Cerceau fut donc propriétaire d'une maison
          au _commencement du Pré-aux-Clercs_. L'Estoile et notre
          _Memoire_ sont d'accord sur ce point. En décembre 1585 il
          la quitte, toujours d'après l'Estoile. Or c'est ici qu'il
          se trouve en contradiction avec notre _Memoire_, d'après
          lequel la maison acquise par Baptiste en 1584 n'auroit
          été cédée par sa veuve à Jacques du Cerceau qu'en mars
          1602. N'y auroit-il pas, dans le _Memoire_ de Pourchot,
          une erreur dans la manière dont les noms sont placés, et
          ne pourroit-on pas tout concilier en substituant l'un à
          l'autre, en faisant de Jacques le premier propriétaire
          et de Baptiste le second acquéreur, chose d'autant plus
          rationnelle que Jacques est le père et Baptiste le fils?
          L'auteur des _Architectes françois du XVIe siècle_,
          M. Callet, avoit eu en main un manuscrit «échappé de
          l'incendie de la bibliothèque de Saint-Germain-des-Prés»,
          et concernant, d'après ce qu'il en dit, les titres de
          propriété de la maison de du Cerceau; il s'y trouvoit même
          annexé une vue et un plan de cette belle demeure, qu'il
          reproduisit l'un et l'autre dans son ouvrage (2e édit., p.
          95). Les détails trop succincts que donné M. Callet, et
          qu'il lui eût été si facile de rendre complets avec les
          pièces alors à sa disposition, confirment à peu près ce
          que nous venons d'avancer. Suivant lui, Jacques du Cerceau
          eût laissé deux fois sa maison à son fils Baptiste: la
          première en 1585, lors de son exil volontaire, rappelé
          par l'Estoille; la seconde lorsqu'il partit pour Turin,
          où, toujours d'après M. Callet, il serait mort en 1592.
          Resterait à savoir comment il se fit que, cette dernière
          date étant admise et notre hypothèse maintenue, la maison
          ne passa aux mains de son nouveau propriétaire qu'en 1602,
          et pourquoi la transmission si directe du père au fils
          n'eut pas lieu, et pourquoi enfin c'est la veuve qui fut
          investie du droit d'aliéner la maison. Ces questions sont
          encore plus inextricables pour nous que les autres.--Le
          médecin des Fougerais, qui, comme mari de la fille de du
          Cerceau, se trouva propriétaire de cette maison, n'est
          autre que celui dont Molière s'est moqué dans _l'Amour
          médecin_, sous le nom de Desfonandrès, _tueur d'hommes_. V.
          Cizeron-Rival, p. 25.]

Damoiselle Marie Androuet, sa fille et heritière, epousa Elie Beddée,
sieur des Fougerais, docteur en medecine.

Et damoiselle Marie Beddée, leur fille, veuve de M. André Colombet,
possède aujourd'huy la dite maison, qui est la quatorzième, et elle
en a passé titre nouvel pardevant Baglan, notaire, le 6 juillet 1687.

Le 11 juillet en l'an 1602, Marin Bricard et Antoinette Delaistre, sa
femme, veuve auparavant du dit Lemercier, vendirent l'autre moitié
de la dite place à M. Jean Beddée, sieur de la Gourmandière, avocat
au parlement, sur laquelle il fit bastir une maison, qui est la
treizième, de laquelle David et Elie Beddée, ses enfans et donataires
universels, passèrent titre nouvel le 29 aoust 1669.

M. Alexandre Simon Bolé, seigneur de Champlay, a acquis, par contract
du 29 fevrier 1669, la dite maison de Benjamin Beddée.

M. Louis Jules Bolé, marquis de Champlay[182], marechal des camps et
armées du roy, fils unique et seul heritier du dit feu sieur Bolé et
donataire entre vifs de dame Marguerite Lemaçon, sa mère, possède
aujourd'huy la dite maison, lequel a esté condamné, par sentence
du Chastelet du 9 fevrier 1695, à passer titre nouvel à la dite
Université.

          [Note 182: Louis de Champlais, qui devint marquis par suite
          de l'érection de la baronnie de Courcelles en marquisat
          (1667). Son fils devint le mari de cette fameuse marquise
          de Courcelles dont M. P. Pougin a publié avec tant de soin
          les _Mémoires_ dans la _Bibliothèque elzevirienne_.]


_Rue des Marais_[183].

          [Note 183: On trouve la première mention de cette rue
          en 1540, selon La Tynna, en 1543, selon M. Berty (_Rev.
          archéolog._, octobre 1855, p. 391). La Tynna veut qu'elle
          doive son nom aux _marais_ qui l'infectaient, et M. Berty,
          au contraire, lui donne pour parrain un certain Nicolas
          Marets, «qui, en 1529, possédoit une pièce de terre d'un
          arpent et demi et quinze perches, s'étendant le long du
          chemin creux, entre le petit Pré-aux-Clercs et la Seine.»
          L'opinion de La Tynna est la meilleure. Elle se trouve
          confirmée par ce passage du mémoire de du Boullay, p. 68:
          «Le costé de la rivière, y est-il dit, n'etoit pas haut
          comme il l'est à present, et ainsi beaucoup plus sujet
          aux inondations, pour si peu que la rivière fut grosse;
          et, parce que l'on y portoit et deschargeoit la plupart
          des gravois et immondices de la ville, il s'y faisoit des
          bourbiers et des marecages qui ne se dessechoient que dans
          les grandes chaleurs, et c'est assurement de là que la rue
          des Marais porte le nom qu'elle porte.»]

Il n'y avoit anciennement dans cette rue qu'une grande maison et
jardin, bastie sur deux places données à cens et rentes par le dit
sieur Le Clerc, par contracts des 4 et 9 octobre 1543, à Mathurin
Fretté[184] et à Nicolas de la Marre, à la charge de 6 livres de
rente et de 2 sols parisis de cens.

          [Note 184: Ce Martin, et non pas Mathurin Fretté, eut
          une grande part, en 1559, aux premières mesures prises
          contre les Huguenots, en raison même de la position de
          sa maison, qui le faisoit le voisin d'un grand nombre
          d'entre eux: car ils affluoient, comme on sait, dans le
          Faubourg-Saint-Germain, et surtout dans cette rue des
          Marais, «que nous autres, dit d'Aubigné, appelons le
          Petit-Genève». (_Le baron de Foeneste_, liv. 3, chap.
          13.)--Fretté étoit donc en lieu commode pour les bien
          épier, et sa qualité de _clerc au greffe criminel de la
          cour du parlement_ ne répugnoit pas à cet emploi. Regnier
          de la Planche (_Hist. de l'estat de France_, etc., in-8, t.
          1, p. 51) le donne même pour «caut et rusé en ces matières,
          s'il en fut oncques. Aussi, dit-il, estoit-il dressé de
          la main du feu president Lizet, en sorte que, quand on
          ne pouvoit tirer tesmoignage et confession suffisante
          des accusez de ce crime (de religion), on mettoit ce
          fin Freté aux cachots avec eux, lequel savoit si bien
          contrefaire l'Evangeliste que le plus subtil avisé tomboit
          dans ses filets.» Ce qu'on cherchoit surtout, c'étoit à
          surprendre quelques uns des Huguenots «mangeant de la
          chair aux jours defendus». On savoit qu'en cette même
          rue des Marais un nommé Le Visconte, dont nous n'avons
          pu retrouver la maison, «retiroit coustumierement pour
          cela les allans et venans de la religion». Ses voisins,
          et Fretté tout le premier, l'avoient dénoncé. C'est donc
          chez les _accusateurs_, et nommément chez notre clerc du
          greffe, qu'on résolut «de dresser des embûches un jour de
          vendredy..... Freté, dit Regnier de la Planche, alleché de
          la depouille de ses voisins pour les avoir de longtemps
          remarquez, retire chez soy quarante ou cinquante sergentz
          en sa part, qui estoyent entrés à la file. Et sur les onze
          heures estans arrivés Thomas Bragelonne, surnommé le Camus,
          conseiller au Chatelet..., avec deux ou trois commissaires
          des plus envenimez contre cette doctrine, la maison du
          Viconte fut incontinent environnée et rudement assaillie.»
          La lutte fut longue; «Bragelonne et ses commissaires furent
          en grand danger d'estre tuez.» Si bien que ceux qu'on
          vouloit prendre «eurent loisir de se sauver, et les autres
          de la religion des maisons prochaines eurent aussi temps
          de se retirer, quittant leurs maisons à la merci des juges
          et sergens, qui y trouvèrent richesses d'or et d'argent
          monnoyé, principalement chez ce Viconte, où ses hostes
          avoient laissé leur argent en garde.» La Planche cite parmi
          ceux de cette rue qui avoient aussi quitté la place un
          gentilhomme nommé La Fredonnière.]

Ces deux places furent, quelque peu de temps après, acquises par
Thomas de Burgensis, qui y fit bastir la dite maison, qui avoit deux
corps de logis en aile avec cour au milieu et jardin au derrière,
dont Jeanne de Burgensis, sa fille, veuve de Hierome Berzeau,
herita, et dont elle fit ensuite donation entre vifs, par acte du 5
septembre 1576, à Hierome de Berzeau, sieur de la Marcillière, son
fils.

Le 2 juillet 1583, Guillaume Taveau, bourgeois de Paris, fondé de
procuration du dit sieur de la Marcillière du 25 juin precedent,
vendit la dite maison à Jean Robineau, sieur de Croissy-sur-Seine,
secretaire du roy.

Le 11 janvier 1602, le dit sieur Robineau vendit la susdite maison à
Claude Lebret.

Le 28 mars 1607, le dit Lebret la revendit à M. Nicolas le Vauquelin,
seigneur des Yveteaux et de Sacy, conseiller d'estat, laquelle il fit
decreter sur le dit Lebret, et s'en rendit adjudicataire par sentence
du Chastelet du 19 septembre au dit an.

Le dit sieur des Yveteaux la donna à M. Nicolas le Vauquelin,
seigneur de Sacy, son neveu, et à dame Marguerite Dupuis, son epouse,
en faveur de leur contract de mariage du 17 octobre 1644.

Le dit sieur de Sacy, tant en son nom, comme donataire du dit sieur
des Yveteaux, son oncle, de la moitié de la dite maison, que comme
tuteur de damoiselle Charlotte Gabrielle le Vauquelin, sa fille
et de la dite defunte dame Marguerite Dupuis, vendit la totalité
d'icelle, par contract d'echange du 30 decembre 1658, à M. Jacques
Lemaçon, seigneur de la Fontaine, intendant et controlleur general
des gabelles de France.

Le dit sieur de la Fontaine fit après construire trois maisons au
lieu de celle qu'il avoit acquise du dit sieur de Sacy, et, depuis,
ses creanciers ayant vendu ses biens, les dites trois maisons ont
esté partagées en sept, desquelles:


_Première maison._

La première, ayant face sur la rue des Petits-Augustins, bastie
sur .... toises de terre, appartient à M. Edme Robert, cy-devant
intendant et tresorier de feu Son Altesse Royale Mademoiselle de
Montpensier, lesquelles il a acquises de Pierre Sinson, charpentier,
et de Marie Bequet, sa femme, sous le nom de Martin de la Croix, par
contract du 6 mars 1672, dont il a passé titre nouvel le 13 février
1691, pardevant Baglan, notaire.

Au derrière de laquelle maison il y a joint vingt-quatre toises et
demie de terre qu'il a acquises des heritiers de feu M. le president
Le Boulanger, par contract du .............., qui les avoit acquises
de M. le president Thevenin ou de ses heritiers, à qui dame Claude de
la Roue de Gallardon les avoit vendues, laquelle les avoit acquises
de Gabriel Montagne, par contract du 14 mai 1606, qui les avoit aussi
acquises de Nicolas Beaujouen, lequel les avoit pris à cens et rentes
du dit sieur Le Clerc, par contract du 18 juin 1645[185], moyennant 8
deniers de cens et 49 sols de rente.

          [Note 185: Cette petite portion de terre cédée par Le Clerc
          à Baujouen étoit une de celles sur lesquelles on n'avoit
          pas construit, «à cause, dit du Boullay, p. 260, que l'on
          apprehendoit les desordres et insultes des escoliers.» Les
          mêmes craintes étoient préjudiciables aux maisons bâties.
          «Et ceux mesmes, dit encore du Boullay, qui y avoient des
          maisons ne trouvoient pas bien souvent à qui les louer, et
          ainsi l'Université ne pouvoit estre payée de ces cens et
          rentes.»]


_Seconde maison._

La seconde, faisant face sur la rue des Augustins, joignant la
precedente, avec issue à porte cochère dans la rue des Marais, bastie
sur.... toises de terre, a esté acquise par M. Jean de Joncoux,
avocat au parlement, de M. Jacques Lemaçon, seigneur de la Fontaine,
par contract passé pardevant Plastrier, notaire, le 10 juin 1659.


_Troisième maison._

Cette maison, qui est bastie sur 161 toises de terre, a esté acquise
par le mesme sieur de Joncoux, du dit sieur de la Fontaine, par
contract du dernier septembre 1672, passé pardevant le dit Plastrier,
notaire, lesquelles deux maisons ont esté vendues par damoiselle
Françoise Marguerite de Joncoux[186], fille majeure, seule et unique
heritière du dit M. Jean de Joncoux, à M. Jean Chastelier, avocat en
parlement, par contract passé pardevant Couvreur et son compagnon,
notaires, le 24 may 1695, lequel sieur Chastelier en a passé titre
nouvel pardevant Baglan, notaire, le 7 juin 1695.

          [Note 186: Françoise Marguerite Joncoux, fille du
          gentilhomme auvergnat qui vient d'être nommé, et de qui
          elle tenoit la maison de la rue des Marais désignée ici,
          s'est distinguée parmi les écrivains jansénistes. C'est
          elle qui a traduit les notes de Wendrock (Nicole) sur les
          _Provinciales_. Elle étoit née en 1668, et mourut le 27
          septembre 1715.]


_Quatrième maison._

Cette maison appartient aux sieurs Le Doux, procureur au Chastelet,
et Domillier, comme l'ayant acquise de M. Charles Sinson, avocat en
la cour, et autres, par contract passé pardevant Lebeuf et Boindin,
notaires, le 2 septembre 1688.


_Cinquième maison._

La cinquième maison, bastie sur.... toises de terre, appartenante à
M. François Commeau, avocat, comme l'ayant acquise des creanciers et
directeurs des creanciers du dit sieur de La Fontaine, par contrat
passé pardevant Baglan et son confrère, notaires, le 31 janvier 1682.


_Sixième maison._

La sixième maison, bastie sur.... toises de terre, acquises par M.
Antoine de Massanes, secretaire du roy, des creanciers et directeur
des creanciers du sieur de La Fontaine, par contrat passé par devant
Prieur et Baglan, notaires, le 17 janvier 1682.

M. Thomas Hardy, ecuyer, seigneur de Beaulieu, oncle et tuteur
d'Auguste et de Jacques de Massanes, enfans et heritiers de M.
Antoine de Massanes, ecuyer, lequel estoit fils et heritier du dit
sieur de Massanes, secretaire du roy, en a passé titre nouvel le 20
février 1691 par devant Baglan, notaire.


_Septième et dernière maison._

La septième et dernière maison, bastie sur.... toises de terre,
acquises par M. Augustin de Louvancourt, conseiller du roy, maistre
ordinaire en sa chambre des comptes, et l'un des quatre secretaires
d'icelle[187], des creanciers et directeurs des creanciers du
dit sieur de La Fontaine, par contrat passé par devant Dettoyes
et Baglan, notaires, le 27 février 1682, dont le dit sieur de
Louvancourt a passé titre nouvel par devant Barbar et Baglan,
notaires, le 20 fevrier 1691.

          [Note 187: Il avoit pour fille Mlle Marie de Louvencourt,
          qui eut une sorte de réputation poétique vers 1680. On
          trouve de ses vers dans la _Nouvelle Pandore_ de M. de
          Vertron et dans les _Entretiens de morale_ de Mlle de
          Scudéry.]

Toutes ces sept maisons, basties sur les dites places données à cens
et rentes aus dits Fretté et Delamarre par le dit Le Clerc, ne sont
aujourd'huy chargées que de 2 sols 6 deniers de cens, la rente de 6
livres ayant esté rachetée par le dit sieur Hercules de Vauquelin,
par quittance passée par devant Baglan et son collègue, notaires, le
8 mars 1690.


SECONDE PARTIE,

_Concernant les six arpens de terre dependans du grand Pré donnés à
cens et rente à la reine Marguerite par contract du dernier juillet
1606_

On a dejà dit, dans la division de ce memoire, que, l'Université
s'etant pourveüe contre le contrat de bail à cens et rente qu'elle
avoit fait à la reine Marguerite de 6 arpens de terre dependans
du grand Pré[188], parcequ'ils ne luy produisoient que 60 livres
de rente, pendant que les Augustins reformés, qu'on nomme
Petits-Augustins, à qui cette reine les avoit donnez[189], en
retiroient près de 2000 livres annuellement, il intervint arrest
contradictoire, le 23 decembre 1622, entre l'Université, les
Augustins, comme donataires de la dite reine, et les particuliers
ausquels il avoit esté fait des sous-baux[190]; par lequel arrest il
est porté que les rentes constituées sur les places dependantes des
dits six arpens données à cens et rentes par les dits Augustins ou la
dite reine tourneroient au profit de l'Université, desquels sous-baux
suit la teneur.

          [Note 188: «La reine Marguerite, duchesse de Valois...,
          traitta avec l'Université, en l'an 1606, pour 6 arpens
          de terre sciz au petit Pré, à la charge de 12 _deniers
          parisis de cens et de 10 livres de rente foncière pour
          chaque arpent, lods et ventes, saisines et amendes_, le cas
          avenant, qu'elle reconnoist, par le contract du 31 juillet
          au dit an, appartenir à la dite l'université _en plein
          fief, à cause des dons et liberalitez des roys de France_;
          lequel contract fut homologué par arrest du 5 septembre
          1609....» (Du Boullay, p. 341.)]

          [Note 189: Une première donation aux Augustins déchaussés
          avoit eu lieu en 1608, par suite d'un voeu fait par
          la reine, «à l'imitation du patriarche Jacob», lequel
          consistoit en deux points: «le premier, de donner à Dieu la
          dîme de tout son bien; le second, d'édifier un autel...,
          lequel sera appelé l'_autel Jacob_, qui sera composé d'une
          grande eglise pour celebrer le divin service de l'office
          ordinaire qu'on a accoustumé dire et chanter...» L'église,
          qui n'étoit d'abord qu'une chapelle ronde, fut construite.
          V. _Suppl._ à du Breul, p. 72, et le Plan de Mérian. Le nom
          de la rue voisine garda le souvenir du voeu singulier fait
          par la reine au patriarche _Jacob_. Les pères Mathieu et
          François Amyot reçurent cette magnifique donation au nom
          de l'ordre des Augustins déchaussés. La reine avoit fait
          préalablement accorder par le roi au père Amyot un brevet
          lui permettant «de recevoir et occuper tous biens,... et
          bastir convents de son ordre en tous lieux et endroits de
          son royaume.» (L'Estoile, 16 juin 1607, édit. Michaud,
          t. 2, p. 429.)--Par malheur, les Augustins déchaussés ne
          satisfirent pas la reine, qui vouloit des «religieux qui
          chantassent à nottes». Elle les congédia en 1612, pour
          prendre des moines chantant mieux. Ce furent les Augustins
          réformés, ou _Petits-Augustins_. Les Augustins deschaux,
          ou _Petits-Pères_, s'en allèrent au faubourg Montmartre,
          où ils consacrèrent, sur un terrain dépendant de la
          Grange-Batelière, une église à Notre-Dame-des-Victoires.
          (_Suppl._ à du Breul, _ibid._).]

          [Note 190: Le 15 avril 1614, l'Université avoit déjà
          obtenu du roi des lettres de rescision annulant le contrat
          qu'elle avoit fait avec la reine Marguerite. Elle s'étoit
          fondée, dans cette demande d'annulation, sur ce que les 6
          arpents concédés à la reine «pour employer à son plaisir et
          contentement particulier, et pour le seul usage d'icelle
          dame et de son hostel», avoient été détournés de cette
          destination à ce point que «mesme ont esté faits des
          baux à personnes particulières, lesquelles maintenant y
          batissent». (Du Boulay, p. 300.)]


_Sous-baux faits par la reine Marguerite ou par les Augustins, ses
donataires._

Le premier, par contrat passé pardevant Guillard et Bontemps,
notaires au Chastelet, le 12 février 1611, à M. Nicolas Le Prestre,
sieur de la Chevalerie, secretaire de la chambre du roy, de 396
toises de terre, y compris 176 toises, à cause de 4 toises de face
sur 44 de longueur, qui luy furent delaissées franches et quittes,
à la charge par luy de faire faire à ses propres frais et depens, à
l'endroit où estoit l'egout, une voute et arcade de maçonnerie de 6
pieds de large sur hauteur competente, pour le passage des eaux et
immondices du fauxbourg[191], après lequel fait il pourroit appliquer
à son profit et à tel usage qu'il jugeroit à propos le surplus des
dites 176 toises de terre, ou mesme celles sur ledit egout; et à
l'egard des 220 toises faisant le surplus des dites 396 toises
mentionnées au dit contrat, il payeroit aus dits religieux 88 livres
de rente, et à l'Université 12 deniers parisis de cens.

          [Note 191: Cet égout, construit suivant les conditions
          imposées ici, passoit sous une partie des jardins de des
          Yveteaux, dont il sera parlé tout à l'heure. V. Félibien,
          _Preuves_, t. 2, p. 136.--Il étoit d'autant plus nécessaire
          de le voûter que la peste, dont ces cloaques étaient
          un foyer permanent, avoit dernièrement sévi dans ces
          quartiers. L'Estoille dit, sous la date du 6 septembre
          1606: «La peste est au logis de la reine Marguerite, dont
          deux ou trois de ses officiers meurent, et entr'autres
          un miserablement dans une pauvre mazure, près les Frati
          ignoranti, la fait retirer à Issy, au logis de la Haye,
          se voiant, à raison de cette maladie, abandonnée de ses
          officiers et gentilshommes.»]

Le deuxième, par contrat passé pardevant les mesmes notaires le 12
juillet 1613, par les dits Augustins au dit sieur de la Chevalerie,
de 750 toises de terre, moyennant 225 livres de rente.

Le troisième, par contrat passé pardevant les mesmes notaires, le 8
janvier 1618, par les dits Augustins au dit sieur de la Chevalerie,
de 180 toises, moyennant 48 livres de rente.

Le quatrième, par contract passé par devant les mesmes notaires le
12 juillet 1613, par les dits Augustins, à Jean Clergerie, marchand
au Palais, de 200 toises de terre, moyennant 60 livres de rente et 2
deniers de cens.

Le cinquième, par contract passé par devant les mesmes notaires le
dit jour 12 juillet 1613, par les dits Augustins, à Alphonse Mesnard,
marbrier, de 103 toises, moyennant 31 livres de rente.

Le sixième, par contrat passé par devant les mesmes notaires le dit
jour 12 juillet 1613, par les dits Augustins, à Jacques Prudhomme,
boulanger, de 100 toises de terre, moyennant 30 livres de rente et 1
denier de cens.

Le septième, par contract passé par devant les mesmes notaires le 12
avril 1613, par les dits Augustins, à Guillaume Lelamer, orfévre,
qui en passa déclaration au profit de René Lebreton et de François
Percheron, de 300 toises de terre, moyennant 90 livres de rente et 3
deniers de cens.

Le huitième, par contract passé par devant les mesmes notaires le 12
avril 1613, par les dits Augustins, à Simon Devaux, parfumeur[192],
de 300 toises de terre, moyennant 90 livres de rente et 3 deniers de
cens.

          [Note 192: Les modes italiennes importées par les Médicis
          avoient donné une grande extension au commerce des parfums,
          et l'on avoit pu s'y enrichir à Paris. C'est ce que fit
          le sieur Devaux, à qui nous voyons acheter ici 300 toises
          de terrain. Il avoit sa boutique près la Magdeleine,
          c'est-à-dire à la descente du pont Notre-Dame, non loin
          de celle où le parfumeur milanois René, qu'on accusoit
          d'avoir empoisonné Jeanne d'Albret dans une paire de gants
          parfumés, avoit tenu son commerce. L'Estoille nous parle
          de Devaux à propos d'un cabinet qu'il eût bien voulu lui
          vendre. «Homme des plus curieux de Paris, il avoit, dit-il,
          le bruict d'être fort riche et aisé.» (Mardi, 7 octobre,
          1608. Edit. Michaud, t. 2 p. 476.)]

Le neuvième, par contrat passé par devant les mesmes notaires le 18
avril 1613, par les dits Augustins, à Jacques Rousseau, brodeur[193],
de 100 toises de terre, moyennant 30 livres de rente et 1 denier de
cens.

          [Note 193: C'est le troisième brodeur que nous rencontrons
          dans ce quartier. Félibien nous en nomme encore un autre
          (_Preuves_, t. 2, p. 136). Il sembleroit par là que cette
          corporation, alors nouvelle, puisque ses statuts ne datent
          que de 1648, y comptoit, comme celle des doreurs (V.
          plus haut), un assez grand nombre de ses membres. Ce qui
          l'indiqueroit encore mieux, c'est qu'elle avoit pris pour
          paroisse l'église voisine des Grands-Augustins. (_Le Guide
          du corps des marchands_, 1766, in-8, p. 180.) Un peu plus
          tard il s'en porta un certain nombre vers la rue de Sèvres,
          dans la _nouvelle rue de Sèvres_, qui, à cause d'eux, prit,
          en 1676, le nom de rue des Brodeurs.]

Le dixième, par contract passé par devant les mesmes notaires le 10
avril 1613, par les dits Augustins, à Jean Dubut, de 100 toises de
terre, moyennant 30 livres de rente et 1 denier de cens.

Le onzième, par contract passé par devant les mesmes notaires par les
dits Augustins, le 13 avril 1613, à Mathieu Ladant, de 100 toises de
terre, moyennant 30 livres de rente et 1 denier de cens.

Le douzième, par contrat passé par devant les mesmes notaires par les
dits Augustins, le 18 may 1613, à Mathieu Hautecloche, de 100 toises
de terre, moyennant 30 livres de rente et 1 denier de cens.

Le treizième, par contract passé pardevant les mesmes notaires par
les dits Augustins, le 18 may 1613, à Pierre Hanon, de 150 toises de
terre, moyennant 45 livres de rente et 4 deniers de cens.

Le quatorzième, par contract passé pardevant les mesmes notaires par
les dits Augustins, à Philippe Bacot, peintre[194], le 24 octobre
1613, de 199 toises de terre, moyennant 59 livres 14 sols de rente et
2 deniers de cens.

          [Note 194: Peintre artisan, sans doute, car nous ne
          connoissons pas d'artiste de ce nom.]

Le quinzième, par contract passé pardevant les mesmes notaires par
les dits Augustins, au dit Pierre Hanon, le 12 juillet 1613, de 205
toises de terre, moyennant 61 livres de rente et 10 deniers de cens.

Le seizième, par contract passé pardevant les mesmes notaires par les
dits Augustins, à Jean Hovalet, le dit jour 12 juillet 1613, de 105
toises de terre, moyennant 31 livres 15 sols de rente et 1 denier de
cens.

Le dix-septième, par contract passé pardevant les mesmes notaires,
par les dits Augustins, à Pasquier Ruelle, boulanger, le dit jour 12
juillet 1613, de 108 toises de terre, moyennant 31 livres 3 sols 6
deniers de rente et 2 deniers de cens.

Le dix-huitième, par contract passé pardevant les mesmes notaires,
par les dits Augustins, le dit jour 12 juillet 1613, de 100 toises et
demie, à Hubert-le-Sueur, moyennant 33 livres 3 sols de rente.

Le dix-neuvième, par contract passé pardevant les mesmes notaires,
le 9 octobre 1613, par les dits Augustins, à Nicolas Dehene, de 117
toises et demie, moyennant 35 livres 5 deniers de rente.

Le vingtième, par contract passé pardevant les mesmes notaires, le 12
juillet 1613, par les dits Augustins, aux religieux de la Charité,
de 1275 toises de terre, moyennant 382 livres 14 sols de rente et 12
deniers parisis de cens par arpent[195].

          [Note 195: Les frères de la congrégation de Jean de
          Dieu, ou de _la Charité_, s'étoient d'abord établis, par
          la protection de Marie de Médicis, qui en avoit fait
          venir cinq de Florence, sur l'emplacement pris un peu
          plus tard par les Augustins réformés. C'est lors de la
          grande fondation religieuse de la reine Marguerite, et
          à la prière même de cette princesse, qu'ils avoient dû
          leur céder la place. Les Augustins, en échange, leur
          accordèrent les 1275 toises de terrain mentionnées ici,
          et que les bâtiments de l'hôpital de la Charité occupent
          aujourd'hui. Auprès se trouvoit un cimetière, qui leur fut
          aussi donné. Il attenoit à la léproserie où l'on portoit
          les malades de ce faubourg en temps de peste, et dont la
          petite chapelle, nommée Saint-Pierre ou _Saint Père de
          la Maladrerie_, cédée de même aux frères de la Charité,
          devint leur première église. Quand la population huguenote
          avoit commencé de s'étendre dans le Pré-aux-Clercs, le
          cimetière lui avoit été abandonné. Au mois de mai 1603 on
          y enterroit encore des protestants, puisque nous y voyons
          porter le 21 de ce mois là le corps du trésorier Arnauld,
          commis de M. de Rosny. V. L'Estoille. L'année d'après, par
          arrêt du Conseil, ces inhumations durent cesser, et en
          1606 le cimetière, étant donné aux frères de la Charité,
          fut ainsi rendu aux sépultures catholiques. Il occupoit,
          dans la rue _aux Vaches_ ou _de Saint-Père_, appelée _des
          Saints-Pères_ par altération, l'espace qui s'étend depuis
          la rue Saint-Dominique jusqu'un peu au delà de la rue
          Saint-Guillaume. Au mois de juin 1844, faisant un égoût rue
          des Saints-Pères, les ouvriers trouvèrent à cette hauteur
          un grand nombre d'ossements dans des cercueils de plâtre.]

Tous les particuliers denommez dans les dits sous-baux ayant donc
eté obligez, au moyen du dit arrest contradictoire du 23 decembre
1622, de payer à l'Université non seulement les cens, mais encore les
rentes à la charge desquelles les dits baux leur avoient esté faits,
ils en passèrent declaration au profit de l'Université.

Le premier preneur, qui estoit messire Nicolas Le Vauquelin, seigneur
des Yveteaux[196] et de Sacy, conseiller d'estat, lequel, sous le
nom de M. Nicolas Le Prestre, sieur de la Chevalerie, avoit acquis
des dits Augustins, par trois differens contracts, 1130 toises
de terre, en passa declaration, titre nouvel et reconnoissance à
l'Université, le 13 mars 1624, et promit luy payer à l'avenir les 361
livres de rente à la charge desquelles les dites 1130 toises de terre
avoient esté données au dit sieur de la Chevalerie.

          [Note 196: Nous n'avons trouvé nulle part, même dans le
          _Mémoire_ de du Boulay, une explication plus complète et
          une analyse plus détaillée des titres de propriété de cette
          belle maison de des Yveteaux, si célèbre au temps de Louis
          XIII, aussi bien à cause de l'étendue et de la beauté de
          ses jardins qu'en raison de la vie extravagante qu'y menoit
          le vieux poète courtisan.]

Le dit sieur des Yveteaux joignit à ces 1130 toises de terre autres
602 toises 2 tiers 4 pieds, qu'il avoit dejà acquises sous le nom
du dit sieur de la Chevalerie, par contract du 14 juillet 1610, de
François Fontaine, secretaire du roy, qui les avoit acquises de
Richard Tardieu, sieur du Mesnil, à qui l'Université en avoit fait
bail, le 5 septembre 1688, moyennant 43 livres de rente et 2 sols
parisis de cens.

Cette rente fut rachetée par le dit sieur des Yveteaux, sous le
nom du dit sieur de la Chevalerie, par quittance du 6 novembre
1610, moyennant 914 livres .... sols, lesquelles furent employées,
sçavoir: 445 livres 5 sols à payer à M. Germain Gouffé, receveur de
l'Université[197], pareille somme à lui due pour reste de compte, et
les 468 livres 17 sols 5 deniers restans furent donnés à constitution
de rente au collége des Cholets, qui fut rachetée le 12 octobre 1617.

          [Note 197: Ce M. Germain Gouffé s'étoit chargé, au mois
          de janvier 1593, «de faire desseicher, labourer et mettre
          en bonne nature de terre... la quantité de douze arpents,
          à prendre au grand et petit Pré-aux-Clercs...», plus une
          pièce du même petit Pré «joignant la maison Du Cerceau...»
          Deux laboureurs: Menessier, demeurant rue de la Harpe,
          Allan, demeurant aux Bordeliers, avoient pris cette tâche
          «moyennant quatre escus sols par an».]

Le dit sieur des Yveteaux, de toutes ces quatre places qui estoient
joignantes l'une à l'autre et contenoient 1732 toises 2 tiers 4
pieds, tenant d'un bout à la rue lors appellée de la Petite-Seine,
et aujourd'huy des Petits-Augustins, d'autre à M. Pierre Calluze,
qui estoit au lieu de Jean Clergerie, et au nouveau jardin des dits
Augustins, contenant trois quartiers six perches de terre des dits
six arpens, d'un costé à la rue Jacob et d'autre au monastère des
dits Augustins, composa un grand clos et jardin, planté en partie
d'arbres de haute futaye, lequel avoit communication avec sa maison
et jardin, sise rue des Marais, au moyen d'une voute qui avoit esté
pratiquée sous terre, dans la dite rue de la Petite-Seine[198].

          [Note 198: D'après ce qu'il écrivit lui-même en 1645, lors
          de son procès avec son frère, dans un factum analysé par
          M. J. Pichon, des Yveteaux avoit acquis cette maison de
          la rue des Marais, «par décret, 17,000 livres, huit ans
          avant la mort de son père, c'est-à-dire en 1599, sur le
          prix de la charge qu'il avoit été obligé de vendre...»
          (J. Pichon, _Notices biographiques et littéraires sur la
          vie et les ouvrages de Jean Vauquelin de la Fresnaye et
          Nicolas Vauquelin des Yveteaux_, 1846, in-8, p. 40.) Selon
          du Boulay, au contraire (p. 312), il ne l'auroit acquise
          qu'en 1607, au mois de mars, en se reconnoissant débiteur
          envers les moines de Saint-Germain d'une rente annuelle de
          six livres, dont cette maison, seule de toutes celles de la
          rue des Marais, étoit restée chargée. Du Boulay pense aussi
          (p. 395) qu'elle avoit été bâtie à l'endroit où se trouvoit
          cette place d'Ancelyre, située entre la chapelle de
          Saint-Martin-des-Orges et les jardins de Nesle, et servant
          de passage aux écoliers qui se rendoient au Pré-aux-Clercs
          (p. 87-88). Enfin il y retrouve encore (p. 312) la maison
          de Martin Freté, dont il a été parlé plus haut à propos
          des premières mesures prises contre les huguenots de la
          _petite Genève_. Telle qu'elle étoit quand il l'acheta,
          elle ne lui eût pas fait grand honneur; aussi se mit-il
          à l'embellir et à augmenter ses jardins dans les vastes
          proportions dont on vient de parler. «En ce temps-là,
          dit Tallemant, il n'y avoit rien de bâti au delà dans le
          faubourg Saint-Germain. On l'appeloit pour cela le _dernier
          des hommes_. Cette maison, ajoute-t-il, a l'honneur d'être
          aussi extravagamment prise que maison de France. Le grand
          jardin qu'il y joignit, et auquel on va par une voûte sous
          terre, est à peu près de mesme. Il s'y mit à faire là
          dedans une vie voluptueuse, mais cachée: c'estoit comme
          une espèce de grand seigneur dans son serrail.» (Edit. P.
          Paris, t. 1er, p. 345.) Il est parlé dans les _Mélanges_ de
          Vigneul-Marville (t. 1er, p. 177) des beautés de ce jardin,
          et surtout des mascarades pastorales et lyriques qu'il y
          menoit avec la du Puy, cette chanteuse des rues dont il
          avoit fait la dame et la déesse de cette belle demeure.
          Il en est aussi question dans le _Segraisiana_ (p. 103)
          et dans le _Chevræana_ (p. 290), où il est dit à propos
          de des Yveteaux et de sa bergère, «qui jouoit de la harpe
          parfaitement bien»: «A l'âge de soixante et dix ans, il
          lui faisoit prendre une houlette garnie de rubans couleur
          de feu, un habit propre; prenoit à son tour une autre
          houlette, un chapeau de paille, un habit tel que Celadon le
          pouvoit porter dans l'Astrée; et, par une allée sous terre,
          ils entroient dans un jardin qui etoit à lui.» Dans le
          grand procès que lui suscita le meurtre de Lezinière, frère
          de la du Puy, tué dans son jardin même en des circonstances
          qui seront expliquées sommairement plus loin, des Yveteaux
          eut à subir toutes sortes de reproches au sujet de sa
          vie voluptueuse et cachée. Dans le _Factum pour madame
          Catherine Couldray, veuve de Lezinière_, on dit que sa
          maison est «un dédale embarrassé», tout rempli de valets,
          «et dont l'entrée est si difficile que tous ceux qui y ont
          esté savent que les portes de la Bastille ne sont pas plus
          etroittement gardées.» (Page 13.) «Le sieur des Yveteaux,
          y est-il dit plus loin (p. 36-37), ne se soucie point que
          l'on publie sa vie molle et delicate. Quand il est dedans
          son jardin habillé en pasteur avec sa belle Iris, la reine
          de la harpe, et que, pour le divertissement de sa debauche,
          il fait porter un jambon à la mesme forme que le pain
          benist à l'eglise, comme il se void par la description
          qu'il en a fait faire par le sieur de Saint-Amant, il ne
          voit pas qu'il y ait d'autres divinités que celles de la
          poésie, ny d'autre ciel que la demeure de son jardin, où
          il establit le sejour de toutes ses voluptez et de tous
          ses crimes.» On lui reproche encore d'être resté là caché
          trente-cinq ans à mener une vie horrible. (_Réplique de la
          veuve de Lezinière_, p. 5). Enfin on ne lui pardonne même
          pas les dieux de plâtre dont son jardin étoit orné. On lui
          dit, dans une satire en strophes ayant pour titre _les
          Bastons rompus_, et mise à la suite de ce dernier factum:

               La Bible te semble une farce;
               Par tes discours et tes escrits
               De Dieu tu fais toujours mespris,
               Et n'en connois point que ta garce.
               Ton jardin, à ce que tu dis,
               Est ton unique paradis;
               C'est là que tu fais l'idolastre
               D'un Mercure, d'une Venus,
               Et d'autres marmousets de plastre
               Que l'Eglise n'a point connus.

          La voûte faisant communiquer entre eux le petit et le grand
          jardin passoit, comme il est dit ici, et comme l'avoit
          deviné M. Paulin Pâris, sous la rue des Petits-Augustins,
          et non pas sous celle des Marais, ainsi que l'a écrit M.
          J. Pichon (p. 41). Les 1732 toises du grand jardin ne
          pouvoient, en effet, se trouver que dans les terrains
          vagues s'étendant au delà de la rue des Petits-Augustins,
          entre cette rue, la rue Jacob et l'enclos du couvent,
          jusque vers la rue des Saints-Pères. Il eût d'ailleurs
          été impossible que, comme le veut M. Pichon, des Yveteaux
          possédât l'espace compris entre la rue des Marais et celle
          du Colombier, puisqu'il étoit occupé par le terrain de
          G. Gouffé (voy. plus haut) et la maison de du Cerceau.
          La maison du poète, son petit jardin, la basse-cour avec
          les bâtiments en dépendant, où se trouvoit cette riche
          collection de tableaux que le propriétaire estimoit
          autant que tout le reste (voy. M. Pichon, p. 42), toute
          cette partie de la propriété de des Yveteaux, reliée au
          reste par la voûte souterraine, s'étendoit entre la rue
          des Marais, du côté des numéros pairs, et l'hôtel de
          Larochefoucauld-Liancourt, dont la rue des Beaux-Arts
          a, comme on sait, pris la place. Il paroît même, selon
          Tallemant, que Mme de Liancourt, voulant s'agrandir de ce
          côté, offrit à des Yveteaux 200,000 livres de sa maison
          et de ses deux jardins. Le plus grand des deux, celui qui
          étoit au delà de la rue des Petits-Augustins, avoit une
          petite porte sur la rue Jacob. C'est sur le seuil de cette
          porte que le mari de la du Puy vint se placer un soir,
          poussant de grands cris pour attirer l'attention et exciter
          la pitié de des Yveteaux, ce qui lui réussit: car il ne
          fallut que ce manége pour ouvrir la maison à ce couple
          d'intrigants, qui y fut bientôt maître. En 1636, à cause de
          cette même porte de derrière, nous trouvons des Yveteaux
          forcé de contribuer, ainsi qu'un boulanger son voisin, pour
          le pavage de la rue Jacob. (Félibien, _Preuves_, t. 2, p.
          135.)]

Le dit sieur des Yveteaux donna, le 18 octobre 1644, à messire
Nicolas Le Vauquelin, seigneur de Sacy, son neveu, et à dame
Marguerite Dupuis, son epouse, en faveur de leur contract de
mariage, le dit grand clos et jardin, avec les batimens qu'il y avoit
fait construire, et le dit sieur de Sacy, après la mort de la dite
dame Marguerite Dupuis, son epouse, tant comme donataire pour moitié
du dit sieur des Yveteaux, son oncle, que comme tuteur de damoiselle
Charlotte-Gabrielle Le Vauquelin, sa fille, vendit, par contract du
10 decembre 1659, à messire Jacques Le Maçon, sieur de la Fontaine,
intendant et controleur general des gabelles de France, 1200 toises
ou environ, faisant partie du grand clos et jardin, chargées
seulement de deux sols six deniers de cens; et, pour les 361 livres
de rente, il declara qu'elles devoient estre payées et acquittées
à la decharge de la succession du dit feu sieur des Yveteaux, son
oncle, par messire Hercules le Vauquelin, maistre des requestes, au
moyen d'un contract passé entre le dit defunt sieur des Yveteaux et
le dit sieur de Vauquelin, maistre des requestes, le vingt-septième
jour de decembre 1644, ce qui fut fait par quittance du douzième jour
de juillet 1685[199].

          [Note 199: Des Yveteaux avoit d'abord vendu la nue
          propriété de sa maison à Hercule, son neveu, nommé ici,
          et le même dont Tallemant a dit: «Ce monsieur le maistre
          des requestes pretendoit estre seul heritier du bonhomme,
          car il y avoit assez à esperer». Malgré cette vente,
          qui n'étoit sans doute faite que fictivement, et pour
          satisfaire en apparence à l'avidité du neveu, des Yveteaux
          crut pouvoir céder aux obsessions de la du Puy quand il fut
          question de marier la fille qu'ils avoient eue ensemble
          avec Nicolas Vauquelin de Sacy, un autre de ses neveux.
          Il leur donna, par leur contrat de mariage, ce qu'il
          avoit déjà vendu à Hercule: de là de grandes querelles,
          de là même des rixes continuelles, dont la dernière finit
          par un assassinat. Des Yveteaux s'explique ainsi sur les
          suites de cette funeste donation dans le _factum_ qu'il
          fut obligé de publier pour se justifier du crime commis
          chez lui: «Pour rachepter le repos de sa vieillesse, il
          fut, lui des Yveteaux, contraint de forcer le dit sieur de
          Sacy, son second neveu, de se priver des conditions de son
          dit mariage, et de faire une transaction par laquelle il
          s'est desisté de la donation, quoi qu'acceptée, insinuée
          et faicte par un contrat de mariage qui l'a engagé dans
          des malheurs infinis,... en ce que le dit neveu (Hercule)
          ayant eu quelque ombrage que cette transaction ne pouvoit
          subsister, comme faicte avec mineure, et contre la solidité
          d'un contrat de mariage, il auroit supposé quantité de
          gens de neant, abandonnez et desesperez, pour provoquer
          ledit sieur de Sacy, son cousin germain, en duel, et autre
          occasion d'assassin, l'un des quels, nommé Lezinière, a
          esté celuy qui en a voulu faire l'execution, d'où s'en est
          ensuivy la mort qui cause l'etat du procès.» Ce Lezinière,
          en effet, qui étoit frère de la du Puy, au lieu de faire
          cause commune avec elle, s'étoit fait, dans cette affaire,
          le spadassin d'Hercule. Non content d'une première querelle
          dans laquelle il avoit blessé Sacy, il vint un soir faire
          tapage chez des Yveteaux. La du Puy voulut le calmer. Sacy,
          qui rentroit, se mit de la partie. Il en résulta une rixe
          violente dans laquelle Lezinière, renversé, fut percé de
          coups d'épée par le valet de son adversaire, et mourut. Il
          est inutile d'entrer dans les détails du procès qui suivit;
          il ne nous importe que pour ce qui a rapport à la maison.
          Or, c'est Tallemant qui nous renseigne le mieux sur ce
          point. «Pour finir, dit-il, tous ces differends, on fit une
          transaction par laquelle, moyennant 80,000 livres, Sacy
          et sa femme renonçoient à la maison. Ils s'en sont fait
          relever depuis.» Il paroît cependant que la transaction
          passée entre des Yveteaux et Hercule fut bonne et valable
          en partie, puisqu'elle est rappelée ici avec sa date du
          27 décembre 1644. Tout le grand jardin étoit sans doute
          resté le partage de Sacy, tandis que la maison et le petit
          jardin étoient celui d'Hercule. C'est comme propriétaire
          de cette partie qu'il devoit être tenu de payer le cens
          grevant la totalité des terrains. Un factum, sous forme
          d'une _lettre de M. le président de la Fresnaye_ (le père
          d'Hercule) _à M. des Yveteaux, son frère_, nous prouve
          qu'en effet la maison avoit été achetée et payée par le
          maître des requêtes, et que le reste, le grand jardin
          sans doute, étoit aux mains de Sacy et de la fille de la
          du Puy, sa femme. «En traitant avec vous, y est-il dit,
          de la propriété de votre maison, dont vous vous réservez
          l'usufruit, il vous a payé comptant 81,000 livres et s'est
          obligé d'ailleurs à 42,000 livres. Ceux qui ont volé la
          plus grande partie de votre bien ne sont pas satisfaits
          s'ils n'ont le reste. Pour y parvenir, ils veulent avoir
          cette maison que vous avez vendue, et l'argent que mon fils
          a payé.» Ce qui prouve que les 123,000 livres données ici
          par Hercule devoient suffire à peine pour payer la maison
          et les meubles, sans compter le grand jardin, c'est que
          nous avons vu tout à l'heure madame de Liancourt offrir
          pour le tout 200,000 francs, somme qui même étoit encore
          insuffisante, puisque, d'après le _factum_ de des Yveteaux
          (page 9), d'autres estimoient «cette belle maison du prix
          de 100,000 escus.» Pour en finir, nous dirons, d'après
          Tallemant (édit. P. Paris, t. 1, p. 346), que Richelieu
          fut de ceux à qui cette maison fit envie. «Il eut quelque
          pensée d'y bâtir, mais il trouva que cela estoit trop loin
          du Louvre..., parce qu'il falloit gagner le Pont-Neuf pour
          s'y rendre.»]

Sur ces 1200 toises de terre ou environ acquises par le dit sieur de
la Fontaine, il a esté dans la suite basti plusieurs maisons, par
differens particuliers, au moyen des achapts qui ont esté faits.

Premierement, M. Pierre Dubois, maçon, acquit du dit sieur de la
Fontaine 14 toises de face sur 25 toises et 2 pieds de profondeur,
faisant partie desdites 1200.

L'Hôtel-Dieu de Paris acquit du dit Dubois et de Marie Arnoult,
sa femme, par contract du 12 novembre 1670, deux grandes maisons,
joignantes l'une à l'autre, basties sur les dites 14 toises de
face et 25 toises 2 pieds de profondeur, ayant vue sur la rue des
Petits-Augustins, desquelles deux maisons a esté passé titre nouvel
le 24 novembre 1694, pardevant Baglan, notaire.

La troisième maison, bastie sur sept toises de face dans la dite rue
des Augustins, sur 25 de profondeur, fut vendue par le dit sieur de
la Fontaine à Pierre Tapa, masson, laquelle maison a esté depuis
acquise par M..... de Vigny, par contract du..., et a passé titre
nouvel le dixième jour de juillet 1694, pardevant Baglan, notaire.

La quatrième maison, bastie sur sept toises de face dans la dite rue,
sur 25 de profondeur, contenant cour et jardin, appartenant à M.
Salomon Domanchin[200], qui a passé titre nouvel le dix-septième jour
de juillet 1690, pardevant Baglan, notaire.

          [Note 200: C'est sans doute le Domanchin dont parle Sandras
          de Courtilz dans les _Mémoires du comte de Rochefort_, p.
          341, et dont le nom est cité dans la longue pièce monorime
          _l'Epitaphe du bibliothécaire_ (le Conservateur, avril
          1758, p. 110). Sandras le donne pour «un fameux usurier
          qui avoit volé pour le moins cinquante mille écus à un
          gentilhomme nommé Méré.» Le prénom tout israélite de
          Salomon, qui lui est donné ici, ne répugne ni à la qualité,
          ni au méfait.]

La cinquième maison, acquise par damoiselle Magdeleine de Galmet,
femme separée quant aux biens d'avec M. Gilles Launay, historiographe
de France[201], bastie sur 52 toises et demie de superficie, ayant
face dans la dite rue des Petits-Augustins, laquelle elle a depuis
vendue aux religieux de la Charité, par contract du dix-huitième
jour de juillet 1676, pardevant Huart et Duparc, notaires, lesquels
religieux en ont passé titre nouvel le premier jour de mars 1695,
pardevant Baglan et son confrère.

          [Note 201: Nous ne savons quel est ce monsieur Gilles de
          Launay, historiographe de France en 1676.]

La sixième, bastie sur sept toises de face dans la dite rue, sur 25
de profondeur, acquise par Cesar Baudet, marchand, et depuis par lui
vendue à M. Louis Rellier, par contract du..., qui a passé titre
nouvel pardevant Baglan, notaire, le vingt-quatrième jour d'aoust
1694.

La septième maison, bastie sur trois toises et demie de face dans la
dite rue, sur 10 de profondeur, appartenante à M. Estienne Magueux,
avocat, au moyen du contract du dix-neuvième jour d'avril 1668,
pardevant Dupuys et Plastrier, notaires, et a le dit sieur Magueux
passé titre nouvel le septième jour d'aoust 1694, pardevant Baglan,
notaire.

La huitième maison, bastie sur six toises de face dans la dite rue,
sur dix de profondeur, et faisant l'encoigneure d'icelle rue et de
la rue Jacob, appartenante à M. Gilles de Launay, historiographe de
France, au moyen de l'acquisition par luy faite de la dite place
du sieur de la Fontaine par deux differents contracts..., passez
pardevant Sadot et Plastrier, notaires, dont le dit sieur de Launay
a passé titre nouvel le vingt-quatrième decembre 1686, et depuis
encore, le troisième jour de mars 1695, pardevant Baglan, notaire.

La neuvième maison, bastie sur quatre toises de face dans la dite
rue Jacob, sur dix de profondeur, appartenante au dit M. Estienne
Magueux, avocat, qui a passé titre nouvel pardevant Baglan, notaire,
le septième jour d'aoust 1694.

Les dixième et onzième maisons, basties sur onze toises et demie
de face dans la dite rue Jacob, sur quinze toises trois pieds de
profondeur, appartenantes à M. Jacques Poignet, charpentier, et
Judith Guyerreau, sa femme, au moyen du contract d'acquisition passé
pardevant Plastrier et son confrère le dix-neuvième jour d'avril
1668, de messire Jacques le Maçon, seigneur de la Fontaine, lequel
sieur Poignet a passé titre nouvel, pardevant Baglan et son confrère,
le 6 may 1687.

La douzième maison, bastie sur cinq toises de face dans la dite
rue, sur quinze de profondeur, appartenante cy-devant au dit M.
Estienne Magueux, avocat et à la damoiselle sa femme, au moyen de
l'acquisition par eux faite de messire Jacques le Maçon, seigneur
de la Fontaine, par contract du dix-neuvième jour d'avril 1668,
pardevant Dupuys et Plastrier, notaires, laquelle ils ont depuis
vendue à M. Jacques Laugeois, secretaire du roy, par contract passé
pardevant Devin et Sainfray, notaires au Chastelet de Paris, le 21
juillet 1670, dont le dit sieur Laugeois a passé titre nouvel et
reconnoissance pardevant Baglan et Boucher, notaires au Chastelet, le
huitième jour de mars 1687.

La treizième maison, bastie sur sept toises de face dans la dite
rue, sur vingt-deux de profondeur, où pend pour enseigne l'Hôtel de
Suède[202], bastie par Bernardin Fouques, qui l'avoit acquise de...,
laquelle il a depuis vendue à M. André Bihoreau l'aîné par contract
du..., qui en a passé titre nouvel le huitième jour de fevrier 1695,
pardevant le dit Baglan, notaire.

          [Note 202: Les hôtels garnis furent toujours très nombreux
          dans ce quartier. Celui qu'on nomme ici et l'hôtel de
          l'Aigle, qui vient après, ne s'y trouvent plus toutefois.
          C'étoit encore, à la fin du XVIIe siècle, une mode pour
          les étrangers de venir loger au faubourg Saint-Germain.
          Nous lisons dans les _Annales de la cour et de Paris_
          pour 1697 et 1698, t. 2, p. 135: «Depuis que la paix
          étoit faite, il y avoit un si grand abord d'étrangers à
          Paris que l'on en comptoit quinze ou seize mille dans
          le faubourg Saint-Germain seulement. Cette affluence y
          fit tellement renchérir les maisons que celles qui s'y
          louoient pendant la guerre mille ou douze cents francs y
          valoient alors cinq cents escus. Le nombre de ces étrangers
          s'accrut alors bientôt de plus de la moitié, de sorte que,
          par la supputation qui en fut faite peu de temps après,
          c'est-à-dire au commencement de l'année suivante, on trouva
          qu'il y en avoit plus de trente-six mille dans ce seul
          faubourg.»--Dulaure, dans sa _Nouvelle description des
          curiosités de Paris_, 1785, in-12, t. 1, p. 327, cite, dans
          la seule rue Jacob, trois hôtels parmi les plus excellents
          de Paris: _l'hôtel de Danemarck_, _l'hôtel d'Yorck_,
          _l'hôtel du Prince de Galles_. Ce dernier, comme nous le
          voyons sur le plan de Maire, étoit très vaste: ses jardins
          alloient jusqu'à la rue des Marais. Le maître de l'hôtel
          d'Yorck parloit anglais, et il y avoit tout proche un café
          ou l'on étoit servi à l'angloise. Toutes ces commodités
          furent sans doute cause que Sterne se logea dans cette
          même rue quand il vint à Paris. _L'hôtel de Modène_,
          où il descendit, s'y trouvoit, en face de la rue des
          _Deux-Anges_. V. Paulin Crassous, _le Voyage sentimental_,
          traduit en françois, Paris, 1801, pet. in-18, t. 3, p.
          146.--La rue des Deux-Anges devoit peut-être elle-même son
          nom à une hôtellerie. Il s'en trouvoit déjà une portant
          cette enseigne sur le quai du Louvre. V. les _Mém._ de
          Monglat, collect. Petitot, 2e série, t. 51, p. 268.]

La quatorzième maison, où pend pour enseigne l'Aigle-Noir, bastie
sur huit toises de face dans la dite rue, pareille quantité sur
le derrière, sur vingt-trois de profondeur, revenant à cent
quatre-vingts toises en superficie, appartenante à messire Louis de
Lasseré, conseiller au parlement[203], comme fils unique et seul
heritier de messire Jean de Lasseré, aussi conseiller en la dite
cour, qui l'avoit acquise par echange de messire François Deshotels,
secretaire de Son Altesse Royalle, et de Marie Balisson, sa femme,
par contract passé pardevant Gabillon et Plastrier, notaires, le
trentième jour de juillet 1661, dont le dit sieur de Lasseré a passé
titre nouvel et reconnoissance pardevant Baglan et Boucher, notaires,
le vingt-deuxième jour de may 1691.

          [Note 203: Il descendoit de Louis de Lasseré, proviseur
          du collége de Navarre, dont le portrait se voyoit sur les
          vitraux de la chapelle de ce collége. Celui qui est nommé
          ici, fort savant homme et du meilleur monde, mourut au
          Temple en 1754, à quatre-vingt-quatre ans. V. Piganiol, t.
          5, p. 188-190.]

La quinzième maison, bastie sur dix toises deux pieds de face dans
la dite rue, contenant en superficie deux cens huit toises un tiers,
appartenante, sçavoir: la moitié et les deux tiers en l'autre moitié
à M. Nicolas Henin, secretaire du roy, au moyen de l'acquisition
qu'il en a faite à titre d'echange de M. Claude de la Haye, seigneur
de Vaudetart[204], maistre d'hôtel du roy et de la reine, de M.
Estienne Bulleu, conseiller du roy, president au grenier à sel de
Paris; dame Denise de Malaquin, son epouse, et autres ès noms qu'ils
ont procedé, heritiers en partie de defunt messire Charles de la Haye
et dame Denise de Baillou, sa première femme, par contract passé
pardevant Galloys et Laurent, notaires au Chastelet de Paris, le
quatorzième jour de septembre 1610, ausquels defunts sieur et dame de
la Haye la dite maison appartenoit au moyen de l'acquisition faite
de..., par contract du..., dont le dit sieur Henin a passé titre
nouvel le 16 avril 1687.

          [Note 204: C'est le de la Haye chez lequel nous avons vu la
          reine Marguerite chercher un asile à Issy contre la peste.
          V. plus haut, p. 134, note.--Les seigneurs de Vaudetart
          avoient leur sépulture dans l'église d'Issy. (Piganiol, t.
          9, p. 256.)]

La seizième maison, bastie sur six toises de face sur ladite rue
Jacob, cinq toises et demie sur le derrière, sur vingt toises un
pied de profondeur, revenant en superficie à 115 toises et demie,
appartenante à M. Louis de Lasseré, conseiller au parlement,
comme fils unique et seul heritier de defunt M. Jean de Lasseré
son père, aussi conseiller en la dite cour, lequel avoit acquis
la dite maison de M. Nicolas le Vauquelin, tant comme donataire
du sieur des Yveteaux, son oncle, que comme tuteur de damoiselle
Charlotte-Gabrielle le Vauquelin, sa fille, par contract passé
pardevant le Boeuf et Boindin, notaires, le 27 octobre 1661, dont le
dit sieur de Lasseré a passé titre nouvel et reconnoissance pardevant
Boucher et Baglan, notaires, le 21 may 1689.

Les 17e, 18e et 19e maisons, sont basties sur cent six toises deux
tiers, lesquelles ont esté acquises par maistre Laurent Reverend,
secretaire du roy, du dit sieur de Sacy, par contract passé pardevant
Manchon et son confrère, notaires, le 14 mars 1663, les biens duquel
sieur Reverend sont aujourd'huy en direction.

La vingtième maison appartient aux enfans et heritiers du dit sieur
de Sacy, qui en estoit proprietaire, sçavoir: de la moitié comme
donataire du sieur des Yveteaux son oncle, et de l'autre moitié
comme l'ayant depuis acquise des heritiers de Charlotte-Gabrielle de
Vauquelin sa fille, et de dame Margueritte Dupuis sa première femme,
par transaction passée pardevant..., notaires, le..., dont les dits
heritiers de Sacy ont passé titre nouvel pardevant Baglan, notaire,
le 19 avril 1695.

Toutes lesquelles maisons sont basties tant sur les onze cens trente
toises de terre acquises par le dit sieur des Yveteaux sous le nom
du dit sieur de la Chevalerie[205] des dits religieux Augustins, que
sur les six cens deux toises deux tiers quatre pieds qu'il avoit
dejà acquises des dits Augustins, sous le nom du dit sieur de la
Chevalerie, par contract du 14 juillet 1610.

          [Note 205: Ce la Chevalerie, qui a tant de fois été nommé
          comme mandataire de des Yveteaux, étoit d'une famille
          huguenote, qui passa en Prusse vers la fin du XVIIe siècle,
          et de laquelle se trouvoit être Mme de la Chevalerie morte
          à Berlin en 1736. (_Ducatiana_, t. 1, p. 56.)--Celui dont
          il est parlé ici tenoit par les femmes à la famille de la
          mère de Boileau. V. Berriat S.-Prix, _Oeuvres de Boileau_,
          t. 4, p. 442.]

Toutes les dites maisons ne sont aujourd'huy chargées que de trois
sols neuf deniers de cens, les rentes de 361 livres d'une part, et
6 livres d'autre part, ayant esté rachetées par quittances des 12
juillet 1685 et 8 may 1690.

Derrière les dites maisons est le nouveau jardin des religieux
Augustins, contenant trois quartiers six perches de terre, que la
cour, par le sus dit arrest du 23 decembre 1622, leur a permis de se
reserver, à la charge de payer à l'Université huit livres deux sols
de rente et neuf deniers de cens, dont ils ont passé titre nouvel le
29 mars 1695, pardevant Baglan, notaire[206].

          [Note 206: Du Boulay (p. 320) dit que pour ce terrain les
          religieux devoient payer 10 livres de rente et 12 deniers
          parisis de cens par arpent. Afin de frustrer l'Université,
          ils firent racheter une partie des dites rentes, selon
          du Boulay; mais l'Université para le coup: elle fit aux
          moines un procès, à la suite duquel ils furent condamnés,
          le 19 août 1645, à payer à l'Université 31 livres de
          rente, rachetables de 620 livres, et cela sans préjudice
          de ce qu'ils devoient pour le bail qu'ils avoient fait
          avec le marbrier Alphonse Mesnard, pour 300 toises dont
          il sera parlé plus loin, sans préjudice non plus d'une
          rente de 36 livres par eux due pour 120 autres toises
          de terre, ni enfin de 48 livres de rente «portées, par
          contract du mesme jour, au profit de Roland le Duc, de 160
          toises de terre sur la rue Saint-Père..., lequel bail ils
          avoient artificieusement fait declarer nul et resolu.» Les
          Augustins ne s'en étoient pas tenus à se décharger indûment
          de leur redevance envers l'Université; il paroît, d'après
          l'arrêt rendu contre eux, qu'ils avoient empiété sur le
          terrain du Pré-aux-Clercs au delà des limites que leur
          assignoit l'acte de donation de la reine Marguerite. V.
          l'arrêt, donné _in extenso_ par du Boulay, p. 326.]

A la suite de la maison du sieur de Sacy est une vingt-unième maison
bastie sur deux cens toises de terre données à cens et rente par les
dits Augustins, par contrat du 12 juillet 1613, à Jean Clergerie,
moyennant six livres de rente et deux deniers de cens.

Elle fut saisie reellement sur la succession du dit Clergerie, et
adjugée, par sentence du Chastelet du 12 may 1627, à maistre Pierre
Calluze, principal commis au greffe criminel de la cour.

Damoiselle Marguerite Calluze, sa fille et héritière, ayant epousé
messire Claude Guyon, seigneur de la Houdinière, elle a esté sur
eux saisie et adjugée, par sentence du Chastelet du 23 juin 1691,
au sieur Marquis Desfeugerais, moyennant 26,700 livres, chargée
de soixante livres de rente et deux sols de cens, lequel a esté
condamné, par sentence du Chastelet du..., à passer titre nouvel;
et il a passé ledit titre nouvel le 27 juin 1695, pardevant Baglan,
notaire.

La vingt-deuxième est sur cent toises de terre données à cens et
rente par les dits Augustins, par contract du 12 juillet 1613, à
Jacques Prudhomme, boulanger, moyennant trente livres de rente et un
denier de cens.

François Dubois, serrurier, en acquit la moitié, et les deux tiers
en l'autre moitié, par sentence de decret du Chastelet de Paris du
25 may 1658, sur la veuve et heritiers du dit Prudhomme, et l'autre
tiers de la seconde moitié de Jean Briest de Touteville, bourgeois de
Paris, et Magdeleine Dragée, sa femme, par contract d'echange passé
pardevant Lefranc et Gabillon, notaires, le 7 aoust 1664.

Le dit Dubois et Marguerite Fromentel, sa femme, vendirent la dite
maison à Florent Fromentel, aussi serrurier, et Marie Thilorier, sa
femme, par contract passé pardevant Levasseur et Mouffle, notaires au
Chastelet, le 24 juillet 1666.

Le dit Fromentel et sa femme en passèrent titre nouvel pardevant les
mêmes notaires le 16 septembre suivant, et ont passé un autre titre
nouvel le 7 juin 1694, pardevant Baglan, notaire.

A la suite de cette maison estoit une place, contenant trois cens
quatre-vingt-trois toises douze pieds, donnée anciennement à cens
et rente par les dits Augustins à Alphonse Mesnard, marbrier, par
contract du 12 juillet 1613, moyennant trente-une livres de rente,
lequel contract ayant esté resolu par sentence du Chastelet du 18
decembre 1615, ils rentrèrent dans la dite place, dont ils furent
condamnez par arrest contradictoire de la cour, du 19 aoust 1645,
de payer à l'Université le rachapt de la dite rente de trente-une
livres, montant en principal à 620 livres, ce qu'ils firent par
quittance du 27 octobre 1657.

Les dits Augustins ont depuis fait bâtir sur cette place, qui fait
l'encoigneure de la dite rue Jacob et de celle des Saints Pères,
six maisons qui s'etendent jusqu'à la maison de M. de Bernage
de S.-Maurice, maistre des requestes, et ont passé titre nouvel
pardevant Baglan, notaire, tant de cette place que de leur nouveau
jardin, le 29 mars 1695, comme il a esté dit à l'autre page.

De l'autre costé de la dite rue Jacob, à commencer à l'encoigneure
de la rue cy-devant appelée des Egouts, et à present de
Saint-Benoist[207], sont les maisons suivantes:

          [Note 207: Elle s'appela d'abord le Grand et le
          Haut-Chemin, puis rue des Vaches, puis rue des Egouts. (Du
          Boulay, p. 402.)]


_Première et seconde maisons._

Ces deux maisons sont bâties sur trois cens toises de terre données à
cens et rente par les dits Augustins à Guillaume Le Camus, orfèvre,
par contract du 12 avril 1613, moyennant 90 liv. de rente et deux
sols six deniers de cens, lequel Le Camus en passa le mesme jour
declaration au profit de René Le Breton et de François Percheron.

Les dits Le Breton et Percheron vendirent une maison, avec le
commencement d'une autre bâtie sur la dite place, à maistre Michel
Chauvin, procureur au grand conseil, par contracts des 4 decembre
1625 et 8 mars 1630.

Le dit sieur Chauvin en vendit une à messire Louis Dulac par contract
du 13 may 1653.

Le dit sieur Dulac l'echangea le..., avec messire Christophe Sanguin,
president en la cour.

Messire Denis de Palluau, conseiller en la dite cour, et dame
Catherine Le Grand son epouse, acquirent une des dites deux maisons,
qui est la seconde, par contract d'echange du 31 may 1669, de
Florent Fleury, licencié ès lois, fondé de procuration des sieurs
Denis Sanguin, aussi conseiller en la dite cour, Jacques Sanguin,
et d'Antoine Sanguin, enfans et heritiers du dit messire Christophe
Sanguin.

La dite dame veuve du dit sieur de Palluau en a passé titre nouvel le
5 janvier 1688.

A l'egard de l'autre maison, qui est la première et qui fait
l'encoigneure des rues Jacob et Saint-Benoist, elle a esté adjugée
sur la succession dudit Chauvin, par arrest de la Cour du 24 avril
1694, à François Nourry, ancien consul et marchand drapier, à la
charge de payer à l'Université quarante-cinq livres de rente et
quinze deniers de cens personnellement, faisant moitié de la somme de
quatre-vingt-dix livres de rente, et deux sols six deniers de cens, à
prendre solidairement sur la maison dudit sieur Nourry et sur celle
de ladite dame de Palluau. Ledit sieur Nourry a passé titre nouvel
pardevant Baglan, notaire, le 5 may 1694.


_Troisième et quatrième maisons._

Ces deux maisons sont bâties sur trois cens toises de terre données
à cens et rente par les dits Augustins au dit nom à Simon Devaux,
parfumeur, par contrat du ... avril 1613, moyennant quatre-vingt-dix
livres de rente et trois deniers de cens, lequel contrat ayant esté
depuis resolu, lesdits religieux en firent un autre aux mesmes
conditions à Jean de Lespine, charpentier, le 5 octobre 1618[208].

          [Note 208: Ce Jehan de l'Espine est sans doute le même qui
          fit connoître à l'Estoile le riche parfumeur Devaux, son
          ami. V. le passage déjà cité, _Journal de l'Estoile_, édit.
          Michaud, t. 2, p. 476.]

Ledit Jean de Lespine et Marie Bigot, sa femme, ayant fait bâtir
deux maisons sur la dite place, vendirent la plus petite, par
contract du 28 septembre 1628, à Robert Gillot, sieur des Periers,
exempt des gardes du corps du roy, sans la charger d'aucune rente,
mais seulement de deux deniers parisis de cens envers l'Université.

Le 2 janvier 1665, Elisabeth de la Planche, veuve du dit sieur des
Periers, passant titre nouvel à l'Université, s'obligea seulement de
luy payer les dits deux deniers de cens, conformément au contract
d'acquisition de ladite maison, et à une transaction passée entre
ladite Université et son defunt mary, le 5 mai 1629, homologuée
par arrest de la Cour, du 19 novembre suivant, rendu entre ladite
Université, ledit defunt sieur des Periers et ledit Delespine et sa
femme, vendeurs, par lequel il fut ordonné que ladite rente de 90
livres par an, seroit assise et perçue sur l'autre grande maison
appartenante audit Delespine et sa femme.

Valentin Drouyn, sieur de Boisimont, et damoiselle Jeanne Gillot
des Periers, sa femme, fille et heritière desdits sieur et dame
des Periers, vendirent ladite maison, par contrat du 14 mars 1671,
à Louis Poncet et à la demoiselle Louise de la Grange, sa femme,
chargée de deux deniers parisis de cens seulement, sur lesquels
Poncet et sa femme ladite maison a été vendue et adjugée au sieur
René le Sourd, marchand drapier, par sentence des requestes du Palais
du 24 juillet 1673.

Ledit le Sourd en a fait donation à damoiselle Marguerite le
Semelier, laquelle estant decedée, M. Thomas le Semelier, notaire au
Chastelet, son père et son heritier, en a passé titre nouvel, par
devant Baglan, notaire, le 15 juillet 1694, à la charge des dits deux
deniers de cens. La dite maison est bastie sur 6 toises de face sur
la rue Jacob, et sur 18 toises de profondeur, y compris le jardin,
qui a 5 toises de largeur. Cette maison avoit esté supprimée dans les
comptes pour couvrir une malversation, et elle y a esté remise par M.
Colletet[209], receveur de l'Université, en 1695.

          [Note 209: Ce nom de Colletet, porté par deux poètes qui
          l'ont popularisé, étoit très honorablement connu dans la
          bourgeoisie parisienne aux XVIe et XVIIe siècles. Il en
          étoit de lui à peu près comme de celui de Scarron: c'étoit
          une espèce de noblesse dans la roture. Une maison de la rue
          de la Mortellerie s'appeloit maison Colletet, et paroît
          avoir été très fameuse dans le quartier. V. Félibien,
          _Preuves_, t. 2, p. 34. Félibien parle d'un Colletet qui
          étoit dans les ordres. (_Id._, 1, 685.) Enfin nous savons
          que cette famille tenoit par alliance à celle de Boileau
          (Berriat Saint-Prix, _Oeuvres de Boileau_, t. 4, p. 456),
          ce qui rend moins justifiables encore les attaques du
          satirique contre François Colletet.]

A l'egard de l'autre grande maison, elle fut vendue et adjugée sur le
dit Delespine et sa femme, par arrest du 28 novembre 1640, à M. Louis
Cochon, avocat, à la charge des dites 90 livres de rente et 5 deniers
de cens envers l'Université.

Dame Denise de Roques, sa veuve, en passa titre nouvel, conjointement
avec ses enfans, le 12 janvier 1669, pardevant Boucher et Levesque,
notaires.


_Cinq, six et septième maisons._

Ces trois maisons sont basties sur 100 toises de terre d'une part,
données à cens et rentes par les dits Augustins, par contracts du 13
avril 1613, à Jacques Rousseau, brodeur, moyennant 30 livres de rente
et 1 denier de cens, et 100 toises de terre d'autre part, données par
les dits Augustins aux mesmes conditions, par contract du 18 des dits
mois et an, à Jean Dubut.

Ledit Rousseau ayant fait bastir une maison sur la dite place, elle
fut sur luy saisie, et adjugée à Charles Gazeau, masson, le 20
septembre 1617.

Le 21 juillet 1624, le dit Gazeau la vendit à Jean de la Jarrie,
boulanger.

Le 5 aoust 1638, le dit de la Jarrie et Marguerite Lorillier, sa
femme, la revendirent à damoiselle Marguerite Regnouet, femme separée
de biens de M. Jean Baptiste Mathieu[210], historiographe de France.

          [Note 210: Fils de P. Matthieu, dont il publia l'_Histoire
          de France_, Paris, 1631, 2 vol. in-fol. Il y avoit joint
          l'_Histoire de Louis XIII_. La femme qu'on lui donne ici
          n'auroit pas été sa seule épouse, s'il falloit en croire la
          _Biographie universelle_, qui le marie avec Louise de la
          Cochère, d'une famille noble de Florence. Toujours d'après
          le même recueil, il en avoit eu deux fils et une fille, qui
          se fit religieuse dans le tiers ordre de Saint-François, et
          y vécut d'une manière très édifiante. Sa vie a été publiée
          par le P. Alexandre, récollet. _La Vie de la venerable M.
          Matthieu_, Lyon, 1691, in-8.]

A l'egard des autres 100 toises de terres acquises par le dit Dubut,
il en vendit 50, le 18 octobre 1618, à Julien le Charetier.

Le dit le Charetier en retroceda depuis dix au dit Dubut, et n'en
retint que 40, chargées de 12 livres de rente.

Le 18 janvier 1633, le dit Dubut et Charlotte Ladam, sa femme,
vendirent à Jean Amy, bourgeois de Paris, une maison bastie sur 60
toises de terre, chargée envers l'Université de 18 livres de rente.

Le 14 may 1640, le dit Amy eschangea avec la dite damoiselle Mathieu
la dite maison.

Le 22 decembre 1617, Innocent Loison acquit du dit le Charetier les
dites 40 toises de terre, sur lesquelles il fit bastir une maison.

Le 19 novembre 1640, Anne Cochon, veuve du dit Loison, et Jean
Desmarests, à cause de Catherine Loison, sa femme, et fille et
heritière du dit defunt Loison, vendirent à la dite damoiselle
Mathieu la dite maison, chargée de 12 livres de rente envers
l'Université.

Au moyen de quoy la dite damoiselle Mathieu fut proprietaire des
dites trois maisons, basties sur les dites 200 toises de terre,
desquelles elle disposa par donnation entre vifs, du 23 fevrier 1674,
en faveur des religieux de la Charité, lesquels, pour l'indemnité,
payèrent, en 1675, 9,000 livres et 600 livres pour le rachapt de la
rente de 30 livres. Les dits religieux ont passé titre nouvel le
6 juin 1687, et encore le 1er mars 1695, pardevant le dit Baglan,
notaire.


_Huitième maison._

Cette maison est bastie sur 200 toises de terre baillées à cens et
rente par les dits Augustins au dit nom, par contracts des 13 avril
et 18 mai 1613, à Mathieu Ladam et Mathieu Hautecloche, brodeurs,
moyennant 60 livres de rente et quatre deniers de cens.

Les 18 juin et 4 juillet au dit an, les dits Hautecloche et Ladam
cedèrent leurs droits à Mathieu Labbé, marchand.

Le 12 juin 1614, le dit Labbé vendit la dite place à M. Robert
Frissard, avocat, sur laquelle il fit bastir la dite maison.

Le 5 decembre 1637, le dit sieur Frissard ceda la dite maison à
damoiselle Marie Frissard, sa fille, pour demeurer quitte envers elle
de ce qu'il luy devoit par son compte de tutelle.

La dite damoiselle Frissard epousa Claude Arnoullet, sieur de Bezons,
controleur provincial du regiment de Champagne[211].

          [Note 211: Un autre M. de Bezons, qui fut membre de
          l'Académie françoise, demeuroit au faubourg Saint-Germain.
          (Tallemant, in-12, t. 8, p. 31.)]

Damoiselles Angelique et Louise Arnoullet de Bezons, leurs filles
et heritières, en ont passé titre nouvel le 6 juin 1687, pardevant
Baglan et son confrère, notaires.


_Neuf et dixième maisons._

Ces deux maisons sont basties sur 150 toises de terre données à cens
et rente par les dits Augustins, au dit nom, à Pierre Hanon[212],
par contract du 18 mars 1613, moyennant 45 livres de rente et 2 sols
six deniers de cens.

          [Note 212: Il étoit sans doute le fils de l'entrepreneur
          Pierre Hannon, qui bâtit, en 1550, le _cloître des
          Célestins_ (Piganiol, t. 4, p. 253), et comme lui, il
          devoit être maçon. On a dû remarquer que ce sont souvent
          des entrepreneurs, charpentiers ou maçons, qui prennent à
          cens les terrains du Pré-aux-Clercs, afin d'y construire
          et de revendre ensuite, comme on fait aujourd'hui dans les
          quartiers neufs.]

Le 5 mars 1616, le dit Hanon en ceda 30 toises à Didier Deschamps et
à Catherine Dudoigt, sa femme, à la charge de 9 livres de rente et de
2 deniers de cens.

Le 27 decembre 1617, les dits Deschamps et sa femme en vendirent 15
toises à André Millois.

Le 12 avril 1618, le dit Deschamps et sa femme vendirent à Nicolas de
Hene, charpentier, une petite maison bastie sur les autres 15 toises
de terre.

Le cinquième janvier 1622, le dit Millois vendit au dit de Hene une
maison bastie tant sur les dites 15 toises à luy cedées par le dit
Deschamps que sur autres 13 toises qu'il avoit depuis acquises du dit
Hanon.

Le 17 may 1623, Arnaud de Lassaignes acquit du dit Hanon le restant
des dites 150 toises, montant à 107 toises, lesquelles, avec les
30 qu'il avoit vendues au dit Deschamps et les 13 qu'il avoit
pareillement vendues au dit Millois, faisoient les 150 qu'il avoit
prises à cens et rente des dits Augustins.

Le dit de Lassaignes en passa aussi tost declaration au profit des
religieux de la Charité.

Le 6 mars 1624, les dits de Hene et sa femme vendirent aux dits
religieux les deux petites maisons par eux acquises des dits
Deschamps et Millois, lesquelles les dits religieux firent decreter
et s'en rendirent adjudicataires par sentence du Chastelet du 22 may
au dit an.

Le 2 mars 1637, les dits religieux furent condamnez, par sentence des
requestes du Palais, à payer et continuer à l'Université les dites 45
livres de rente, avec le cens et le droit d'indemnité.

Et le sixième jour de septembre 1647, Messieurs de l'Université
estant convenus avec les dits religieux de la Charité de faire
mesurer et arpenter tant les places que ces religieux possedoient
de leur chef dans la censive de la dite Université que comme estant
aux droits des nommez Hanon et Scourjon sur les rues Jacob, des
Deux-Anges et du Colombier, il s'est trouvé, par l'arpentage qui a
esté fait des dites places par le Mire, juré arpenteur, le dit jour,
que l'ancienne place que les dits religieux avoient acquise des dits
Augustins par contract du 12 juillet 1613 contenoit 1359 toises deux
tiers, sçavoir: 28 toises de face sur la rue Jacob[213], 48 toises
2 pieds 8 pouces et 7 lignes du costé des dits Hanon et Scourjon,
et 48 toises 4 pieds de face sur la dite rue des Saints-Pères, et
qu'en deduisant 84 toises pour continuer, le cas y echeant, la rue
des Deux-Anges[214], au travers de l'hôpital, jusqu'à la rue des
Saints-Pères, ils possedoient reellement en la censive de la dite
Université, non comprises les maisons qu'ils ont acquises depuis,
1291 toises 2 tiers de terre, et un peu plus, revenant en tout, à
raison de 6 sols par toise, à 387 livres 11 sols 1 denier de rente
par chaque an, laquelle rente a esté depuis rachetée par quittance
du.... Les dits religieux ont passé titre nouvel pardevant Baglan,
notaire, le 1er mars 1669.

          [Note 213: C'est la partie dont il est parlé ainsi dans le
          _Supplément_ de Dubreul (1639, in-4, p. 42): «Sur le devant
          est un autre bastiment regardant le Pré-aux-Clercs, où sont
          de belles salles hautes et convenantes, et par bas des
          galeries en forme d'arcades ou de cloistres, et un beau,
          grand et spacieux preau qui sera au milieu.»]

          [Note 214: Ce projet de prolongation de la rue des
          _Deux-Anges_, qui eût été si préjudiciable à l'hospice de
          la Charité, ne fut pas réalisé. Aujourd'hui cette rue, qui
          étoit très sale et peu habitée, est fermée par une porte
          du côté de la rue Jacob, et par une maison assez récemment
          bâtie du côté de la rue Saint-Benoît.]


_Onze, douze, treize et quatorzième maisons._

Ces quatre maisons, sçavoir, deux dans la rue Saint-Benoist et deux
dans la rue des Deux-Anges, sont basties sur 199 toises de terre,
données à cens et rente par les dits Augustins à Philipes Bacot,
peintre, par contract du 24 octobre 1613, moyennant 59 livres 14 sols
de rente et 2 deniers parisis de cens.

Le dit Bacot ayant fait bastir sur ladite place et ne payant point
ladite rente de 59 livres 14 sols, le bastiment et la place furent
sur luy saisis reellement, et adjugez, par sentence des requestes du
Palais du 6 novembre 1632, à M. Jean Lemoyne, contrôleur des guerres,
lequel, par son testament du 19 novembre 1632, fit ses légataires
universels M. Philippe Jolly, secretaire du roy, et damoiselle Jeanne
Cressé, sa femme[215].

          [Note 215: Elle étoit sans doute de la même famille que
          la mère de Molière, _Marie Crissé_, et que ce médecin
          _Crissé_, dont Beffara a prouvé la parenté avec le grand
          comique, et auquel il arriva une si singulière aventure,
          racontée par Gui Patin (lettre du 21 nov. 1669). V.
          Taschereau, _Vie de Molière_, 2e édition, p. 151, 208.]

Le dit sieur Jolly fit abattre la maison construite par le sieur
Bacot, et en fit faire quatre à sa place, dont la première, dans la
rue Saint-Benoist, est à porte cochère; la seconde, tenante à la
precedente, est aussi à porte cochère, avec une petite porte; les
troisième et quatrième sont la première et seconde à gauche de la rue
des Anges, en y entrant par la rue Saint-Benoist.

La dite damoiselle veuve Jolly en passa titre nouvel le 16 juillet
1661. Jeanne-Françoise Ranquet, veuve de Louis Jolly, fils et
heritier de la dite damoiselle Jolly, au nom et comme tutrice des
enfans mineurs du dit defunt et d'elle, en a passé titre nouvel
pardevant Baglan le 5 mars 1696.


_La quinzième maison._

Cette maison est bastie sur 49 toises de terre, vendues, par contract
du 11 septembre 1620, à Philippes Leber, par Pierre Hanon, faisant
partie de 205 toises qu'il avoit prise à cens et rentes des dits
Augustins, par contract du 12 juillet 1613, moyennant 61 livres 10
sols de rente.

Les religieux de la Charité ont depuis acquis les droits des enfans
et heritiers du dit Leber par contract du..., et ont passé titre
nouvel le 1er mars 1695, pardevant Baglan, notaire.


_La seizième maison._

Celle maison est bastie sur 36 toises de terre, derrière laquelle il
y avoit un grand jardin contenant 120 toises, faisant en tout 156
toises, lesquelles, avec les 49 mentionnées en l'article precedent,
font les 205 toises prises à cens et rente par le dit Hanon des dits
Augustins.

Le dit Hanon fit bastir cette maison, laquelle fut vendue, le
cinquième novembre 1644, par Pierre de Lespine et Françoise Belier,
sa femme; Jean Belier et Germaine Merceau, sa femme; Denis des Hayes
et Geneviève Belier, sa femme; Jean Lambert, tuteur de Jean, son fils
et de Barbe Belier, sa femme, tous heritiers de Marguerite Lasseré,
leur mère et ayeulle, troisième femme du dit Hanon, à Charles de
Luppé et Barbe Hanon, sa femme, à laquelle Barbe Hanon le surplus de
la dite place appartenoit, comme fille et heritière du dit Hanon.

Le 5 novembre suivant, les dits de Luppé et sa femme vendirent à
Jacques Nau[216], secrétaire de la chambre du roy, et à Marie de la
Lende, sa femme, le jardin, contenant 120 toises, estant derrière la
dite maison.

          [Note 216: Ce M. Jacques Nau ne seroit-il pas le même que
          Mlle de Montpensier s'étoit attaché, comme conseiller,
          pour débrouiller ses procès, et dont Richelieu l'avoit
          ensuite forcée de se défaire, parcequ'il le soupçonnoit de
          lui être contraire dans son esprit et de la pousser à des
          intrigues hostiles à sa politique? V. _Mémoires de Mlle de
          Montpensier_, coll. Petitot, 2e série, t. 41, p. 447-491.
          Nous avons déjà vu Edme Robert, intendant de Mademoiselle,
          acheter des terrains de ce côté (V. plus haut, p. 128),
          et nous savons d'ailleurs que Gaston y recherchoit de
          pareilles acquisitions pour les personnes attachées
          à la maison de sa fille, et que, pour leur obtenir
          une préférence sur tous autres acheteurs, il usoit de
          l'influence de son nom auprès du recteur de l'Université.
          Voici, entre autres, une lettre qu'il lui écrivit à ce
          sujet. Nous la trouvons dans le curieux _mémoire_ de du
          Boulay (p. 316-317):

            «_A monsieur le recteur de l'Université de Paris._

            «Monsieur le recteur de l'Université de Paris, m'ayant
            été promis par vos predecesseurs en vostre charge la
            preferance de places qui vous restent encore à vendre au
            Pré-aux-Clercs, par la dame marquise de Saint-Georges,
            gouvernante de ma fille, je vous escris cette lettre
            pour vous faire la mesme prière en sa faveur que je
            leur ay faite, et vous assure que vous me ferez en cela
            un singulier plaisir. Je sçay qu'il vous sera d'autant
            plus aisé qu'il vous doit estre indifferend à quelles
            personnes vous bailliez les dittes places, pourvu que le
            prix en soit esgal. Et toutefois, quand je verray que ma
            recommandation aura prevalu en faveur de la ditte dame
            marquise de Saint-Georges, j'en tiendray l'effect à une
            particulière defference que vous y aurez voulu rendre,
            qui me conviera à vous en tesmoigner mon ressentiment aux
            occasions qui s'en pourront offrir, et comme je suis,

                       «Monsieur le recteur de l'Université de Paris,

                      «Votre bien bon amy,
                                          «GASTON.»]

Et, le 11 février 1645, ils vendirent aus dits sieur et damoiselle
Nau la dite maison, laquelle les dits sieur et damoiselle Nau
revendirent, avec le dit jardin, aux religieux de la Charité, par
contract du 4 juin 1646, lesquels, au moyen de ce et de l'acquisition
qu'ils avoient faite des droits du dit Leber, furent possesseurs et
proprietaires des dites 205 toises de terre, chargées de 61 livres
dix sols de rente, qu'ils furent condamnez à payer à l'Université
par sentence des requestes du Palais du 20 decembre 1647, laquelle
rente a depuis esté rachetée par quittance du...; et ont passé titre
nouvel comme dessus.


_Dix-sept et dix-huitième maisons._

Ces deux maisons sont basties sur 105 toises de terre baillées à cens
et rente par les dits Augustins à Jean Hovalet[217], par contract du
12 juillet 1613, moyennant 31 livres 13 sols de rente et 1 denier de
cens.

          [Note 217: La maison Hovalet se trouve indiquée sur le plan
          de Gomboust.]

Le dit Hovalet céda ses droits à Pierre Corrup par acte du 8 novembre
suivant.

Le 29 septembre 1614, le dit Corrup vendit la moitié desdites 105
toises à Timothée Pinet.

Les dits Corrup et sa femme firent bastir une maison sur l'autre
moitié des dites 105 toises de terre, après la mort duquel Corrup
la moitié qui luy appartenoit en la dite maison ayant esté
saisie reellement, elle fut vendue et adjugée sur sa succession,
par sentence du Chastelet du 21 juin 1628, à Gabriel Le Clerc,
cabaretier, lequel, le 29 janvier 1630, acquit l'autre moitié de la
dite maison de Suzanne Guesnard, veuve du dit Corrup.

Les religieux de la Charité ont depuis acquis les droits du dit Le
Clerc par contract du..., et ont passé titre nouvel comme dessus.

A l'egard de la place vendue au dit Timothée Pinet par le dit Corrup,
il y fit bastir une maison, qu'il vendit à messire Paul Hurault de
l'Hospital, archevêque d'Aix, par contract du 11 may 1619, chargée
de 16 livres 16 sols 6 deniers de rente envers l'Université, lequel
sieur archevêque la fit decreter et s'en rendit adjudicataire par
sentence du Chastelet du 19 decembre 1620.

La dite maison fut encore depuis saisie reellement sur le dit sieur
archevêque d'Aix, et adjugée, par arrest de la cour du 1 mars 1626, à
Jean Cheron, apotiquaire.

L'Université, par l'arrest d'ordre des deniers provenus de ladite
maison, du 21 juillet 1628, fut colloquée pour la somme de 316 livres
16 sols, faisant le principal des dites 16 livres 16 sols 6 deniers
de rente qui luy estoit dû sur icelle.

Marguerite Laurent, veuve du dit Cheron, vendit, conjointement avec
ses enfans, la dite maison, par contract du 31 mars 1646, à Louis
de Riancourt, huissier, lequel en passa le même jour declaration au
profit des dits religieux de la Charité.


_Dix-neuvième maison._

Cette maison est bastie sur 54 toises, faisant moitié de 108 données
à cens et rente par les dits Augustins, par contract du 12 juillet
1613, à Pasquier Ruelle, boulanger, moyennant 32 livres 9 sols 6
deniers de rente et 2 deniers de cens.

Ces 54 toises de terre furent vendues par contract du 22 juin 1614,
sur lesquelles y ayant fait bastir la dite maison, ils la vendirent
après, par contract du..., à M. Gervais Aubay, M{e} queux de la
reine, et à Charlotte Dubois, sa femme.


_Vingtième maison._

A l'egard des autres 54 toises de terre, le dit Ruelle y ayant fait
bastir une maison, Pierre de Poulain, ecuyer, sieur de la Folie, tant
en qualité de donataire des dits Ruelle et sa femme, par acte du
27 janvier 1631, de la moitié de la sus dite maison, qu'à cause de
l'acquisition par luy faite de l'autre moitié d'icelle, par contract
du 16 juin 1635, de Pierre Mercadier, postulant[218] au Palais, et de
Catherine Veillon, sa femme, veuve auparavant de Nicolas Mergerie,
auquel la sus dite moitié appartenoit, comme fils et seul heritier de
Marie Herisson, sa mère, veuve auparavant du dit Ruelle, vendit la
dite maison aux religieux de la Charité par contract du 19 juin 1636.

          [Note 218: Le postulant étoit un avocat ou un procureur qui
          plaidoit dans les justices inférieures.]


_Vingt-une et vingt-deuxième maisons._

Ces deux maisons sont basties sur 110 toises et demie données à cens
et rente par les dits Augustins, par contract du 12 juillet 1613,
moyennant 33 livres 3 sols de rente, à Hubert le Sueur, lequel les
ceda à Thomas Nepvot, qui les vendit, par acte du 10 mars 1616, à
Jacques Rolland, lequel en retroceda la moitié au dit Nepvot le 27
juillet suivant.

Le dit Rolland fit bastir une maison sur les dites 55 toises un
quart, qu'il vendit depuis aux religieux de la Charité par contract
du 21 janvier 1625.

Le dit Nepvot vendit le 4 aoust 1616 à Jean le Gay les dites 55
toises un quart, que le dit Rolland luy avoit retrocedées.

Le dit le Gay les revendit le 18 novembre suivant à Jean de Lespine,
charpentier, sur lesquelles il y fit bastir une maison qu'il vendit à
Laurent Nota par contract du 16 octobre 1619.

Le dit Nota la vendit par echange, le 21 may 1624, à Joseph le
Virelois, greffier au baillage de Tresnel, lequel la vendit après aux
religieux de la Charité, par contract du 4 juin 1626.

Les religieux de la Charité ont passé un seul titre nouvel de toutes
les places et maisons mentionnées cy-dessus qu'ils possèdent dans la
censive de l'Université, moyennant douze deniers de cens par chacun
arpent, pardevant Baglan, notaire, le 1er mars 1695.



TROISIÈME PARTIE,

_Concernant l'alienation faite de partie du surplus du grand
Pré-aux-Clercs depuis 1639 jusqu'à présent_.


Les adjudicataires du parc de la reine Marguerite s'etendant de jour
en jour aux depens de l'Université[219], pour raison de quoi il y a
procès, comme nous le dirons dans la suite, elle resolut de faire
afficher la quantité de terre dependante du grand Pré qu'elle vouloit
donner à cens et rente, et elle en obtint permission de la cour après
l'information faite que cette alienation ne pouvoit estre que très
utile à l'Université et très avantageuse au public.

          [Note 219: L'Université n'étoit pas seule à se plaindre
          de ces empiétements et des constructions trop multipliées
          dans le Pré-aux-Clercs. Il y eut, selon Sauval, des ordres
          de Louis XIII et de Louis XIV faisant défense de passer
          certaines limites. «Néanmoins, ajoute-t-il (t. 2, p. 368),
          on ne laisse pas d'avancer toujours et de les passer, ce
          qui oblige quelquefois de les reculer et mettre un peu
          plus loin.»--La première usurpation ne venoit pas des
          _adjudicataires_ dont il est ici parlé, mais de la reine
          Marguerite elle-même, qui avoit donné un exemple trop bien
          suivi. Ne s'en tenant pas aux six arpents que l'Université
          lui avoit vendus dans le Pré-aux-Clercs, elle avoit
          empiété sur cinq ou six autres, comme il est dit dans la
          _Requeste verbale_ du 24 octobre 1616; «et, afin d'en oster
          à l'advenir toute connoissance, elle a non seulement fait
          arracher les bornes et combler les tranchées qui separoient
          le dit Pré d'avec les terres voisines, mais mesme elle a
          fait faire de larges et profondes tranchées dans iceluy Pré
          par le moyen des quels son usurpation est demeurée jointe
          au _parc_ qu'elle vouloit dresser derrière son hostel.»
          Ce parc, qu'on appeloit aussi le _jardin_, les _allées_,
          le _cours de la reine Marguerite_, comme dit Sauval (t.
          2, p. 250), et dont nous avons parlé (V. notre t. 1, p.
          219), s'étendoit loin dans le Pré-aux-Clercs en longeant
          la Seine: il alloit jusqu'à la _halle Barbier_, qui se
          trouvoit rue du Bac, sur l'emplacement occupé depuis par
          l'hôtel des Mousquetaires. L'enclos du palais de la reine
          Marguerite en étoit séparé par la rue des Saints-Pères.
          On entroit dans ce parc par une grille, visible, comme
          le reste, sur le plan de Mérian. La reine n'avoit pas
          osé, à ce qu'il paroît, s'emparer de cette rue comme elle
          avoit fait de celle des Petits-Augustins, qu'elle avoit,
          sans autres façons, englobée presque tout entière dans
          son enclos. «Quant à l'autre bout de la rue des Augustins
          (celui qui touche au quai), lisons-nous dans le _Mémoire_
          de du Boulay, p. 403, la reine Marguerite l'avoit fait
          enfermer en son enclos, en sorte que l'on n'y pouvoit plus
          passer pour aller à la rivière. Mais, après son décès,
          dit encore du Boulay, son hostel ayant esté decreté,
          sur l'opposition qui fut faite intervint arrest, le 14e
          aoust 1619, par le quel il fut ordonné que distraction
          seroit faite des criées du dit hostel de la consistance de
          dix-huit pieds, à commencer du coté de la grande porte par
          laquelle on entre au couvent des Augustins, et continuer au
          travers de la cour dudit hostel, jusques au chemin public
          d'entre la rivière et l'hostel.» Cet hôtel de la reine
          Marguerite, sur lequel nous n'aurons plus à revenir, avoit
          son entrée rue de Seine, où l'on en trouve des restes dans
          la maison portant le nº 6. Sur le plan de Quesnel, et mieux
          encore sur le plan Mérian, on le trouve complétement figuré
          avec ses trois corps de logis, dont celui du milieu étoit
          couronné d'un dôme; avec son double perron sur la cour,
          son jardin et le parc qui en étoit le prolongement. Après
          la mort de la reine, les bâtiments de cet hôtel ne furent
          pas ruinés, comme dit Sauval: ils furent mis en location
          par petites parties (V. notre t. 1, p. 207), puis, vers
          1639, acquis par Mme de Vassan, qui les loua au président
          Séguier. En 1718, le président Gilbert des Voisins en
          devint propriétaire et y fit des réparations qui ont donné
          au corps de logis encore debout la physionomie qu'il a
          aujourd'hui. V. Jaillot, _Quartier Saint-Germain_, p. 79,
          et G. Brice, t. 4, p. 76.]

On commença d'abord par dresser la rue que l'on nomme aujourd'huy
de l'Université, laquelle fut prise sur son fonds, de mesme que
l'avoient esté les rues de Jacob, de la Petite-Seine, aujourd'huy
des Augustins, partie de la rue du Bac et partie de celle des
Saints-Pères; après quoy elle fit des contracts de baux à cens
et rente avec Messieurs Tambonneau, president en la chambre des
comptes; de Berulle, conseiller d'Estat; le Coq, Pithou, de Berulle
et de Bragelonne, conseillers en la cour; l'Huillier et Leschassier,
maistres des comptes; Bailly de Berchère, tresorier general de France
à Châlons, et le Vasseur, receveur general des finances à Paris. Les
contracts furent passez avec ces messieurs pardevant Levesque et
Boucot, notaires au Chastelet de Paris, les 31 aoust et 3 septembre
1639, lesquels furent homologuez à la poursuite et diligence des dits
sieurs preneurs, et sur leur requeste, par arrest definitif du 19
fevrier 1641, duquel jour les rentes à la charge desquelles les dites
places leur avoient esté données ont commencé à courir[220].

          [Note 220: Qu'encore que l'echeance des rentes de toutes
          ces maisons ait esté fixée au 19 fevrier, cependant les
          receveurs de l'Université n'en ont compté que comme
          echeantes au dernier septembre. (_Note de l'auteur._)--«MM.
          Lecoq, Pithou et Tambonneau, lisons-nous dans du Boulay (p.
          317), commencèrent de faire bastir des maisons depuis le
          cimetière des Huguenots, qui aboutit de ce côté à la rue
          Saint-Père; et, pour rendre ces maisons remarquables et
          distinctives de celles des moines, l'Université les chargea
          d'un gros cens de 8 et 10 livres.»]

Ces places estoient toutes contiguës les unes aux autres, et celle
donnée au sieur de Berchère, attenant le cimetière dit des Huguenots,
aujourd'huy appartenant en partie à la Charité, estoit la première
dans la rue des Saints-Pères; ensuite, dans la même rue estoit
celle donnée à monsieur le Coq de Corbeville; puis, dans la rue de
l'Université, celle donnée à monsieur Pithou, celle donnée à monsieur
Berulle, conseiller d'Estat, celle donnée à monsieur le president
Tambonneau, celle donnée à monsieur Seguier, celle donnée à monsieur
Lhuillier, celles données à messieurs Leschassier et de Bragelonne,
celle donnée à monsieur le Vasseur, qui tient aujourd'huy au grand
hostel que l'Université a fait bastir sur son fonds, lequel fait
l'encoigneure de la dite rue de l'Université et de la rue du Bac.

Messieurs de l'Abbaye, qui n'ignoroient pas que ces places, comme
dependantes et faisant partie du Grand-Pré-aux-Clercs, appartenoient
très legitimement à l'Université; que mesme elle en avoit passé des
contracts de baux à cens et rentes que la cour avoit homologuez par
son arrest du 19 fevrier 1641; ne laissèrent pas de faire entendre
aux mesmes preneurs que ces places estoient dans leur censive, et
les obligèrent à les reconnoistre et leur en faire mesme de nouveaux
contracts; après quoy ces Messieurs de l'Abbaye virent que les
bastimens estoient presque finis. Ils firent saisir entre les mains
des dits sieurs preneurs les rentes qu'ils s'estoient obligez de
payer à l'Université, sous le faux pretexte que ces dites places
leur appartenoient en propre; et comme tout le parlement estoit très
convaincu de la possession legitime de l'Université, ils crurent
qu'en s'adressant à un autre tribunal et depaïsant pour ainsi dire
la matière, ils pourroient plus aisement parvenir à leurs fins. Ils
portèrent donc l'affaire au grand conseil, et y firent assigner
l'Université, laquelle, quoy qu'elle ait ses causes commises à la
grand'chambre, ne fit aucune difficulté de paroistre devant ce
tribunal, très asseurée que son bon droit et la justice de sa cause
prevaudroient infailliblement à l'injuste prétention de Messieurs de
l'Abbaye, lesquels, quoy qu'ils eussent fort embrouillé l'affaire,
ayant pris des lettres en forme de requeste civile contre plusieurs
arrests du parlement qui les avoient deboutez de pareille demande, ne
purent si bien deguiser la verité qu'elle ne fût reconnue. En effet,
après que cette affaire eut esté plaidée fort solemnellement de part
et d'autre, il intervint arrest sur les conclusions de monsieur le
procureur general le 20 juillet 1646, qui cassa les pretendus baux
faits par l'Abbaye, et maintint l'Université dans la possession des
dites places.

       *       *       *       *       *

_Detail des baux faits par l'Université les 31 aoust et 3 septembre
1639, homologuez par arrest de la Cour du 19 fevrier 1641[221], et
autorisez par arrest du grand conseil du 20 juillet 1646._

          [Note 221: Ces dates concordent à merveille avec ce que
          Corneille fait dire à Dorante et à Géronte à l'acte 2,
          scène 5, de sa comédie du _Menteur_, jouée, comme on
          sait, en 1642, c'est-à-dire au moment même où l'on devoit
          achever de bâtir les hôtels dont nous voyons acheter
          ici le terrain, et qui changèrent si complétement la
          physionomie du Pré-aux-Clercs. Voici ce curieux passage,
          où sont rappelés tous les travaux accomplis alors dans
          Paris, tant dans l'île Saint-Louis, où l'on commençoit
          à bâtir, que dans le Pré-aux-Clercs et dans le nouveau
          quartier Richelieu, sur les anciens remparts, auprès du
          Palais-Cardinal:

                         DORANTE.

               Paris semble à mes yeux un pays de romans:
               J'y croyois ce matin voir une _île_ enchantée;
               Je la laissai deserte et la trouve habitée;
               Quelque Amphion nouveau, sans l'aide des maçons,
               En superbes palais a changé ces buissons.

                         GERONTE.

               Paris voit tous les jours de ces metamorphoses:
               _Dans tout le Pré-aux-Clercs tu verras mêmes choses_,
               Et l'univers entier ne peut rien voir d'égal
               Aux superbes dehors du _Palais-Cardinal_.
               Toute une ville entière, avec pompe bastie,
               Semble d'un vieux fossé par miracle sortie,
               Et nous fait présumer, à ses superbes toits,
               Que tous ses habitants sont des dieux ou des rois.

          Dans ce qu'il dit sur le _Pré-aux-Clercs_ à cette date
          de 1642, Corneille se trouve être plus vrai que Sauval
          lui-même dans un passage trop vague de ses _Antiquités de
          Paris_ (t. 2, p. 368).]


_Première maison._

Le premier des baux faits par l'Université est celuy qu'elle passa
pardevant Levesque et Boucot, notaires au Chastelet de Paris, le
31 aoust 1639, avec M. Pierre Bailly, ecuyer, sieur de Berchère,
tresorier general de France à Chalons, d'une pièce de terre
sise sur la rue des Saints-Pères ou de la Charité, attenant le
cimetière des Religionnaires, duquel une partie appartient aussi à
l'Université[222]. Cette place, contenant 432 toises en superficie,
fut donnée moyennant 10 livres 8 sols parisis de cens, qui font 13
livres tournois, et 432 livres de rente. Ledit sieur de Berchère
fit bastir trois maisons sur cette place, dont il en vendit une,
qui est celle du milieu, à dame Renée de Boulainvilliers, comtesse
de Courtenay, veuve du sieur marquis de Rambure, par contract du
5 juillet 1643, à la charge de l'acquitter envers l'Université de
300 livres de rente, faisant partie des 432 livres portez par son
bail, et de 10 livres 8 sols de cens, et outre ce, moyennant 58,000
livres, dont il resteroit 6,000 livres ès mains de la dite dame, pour
servir au rachapt des dites 300 livres de rente, à laquelle clause la
dite dame de Rambure n'a point satisfait, et sur laquelle, dans la
suite, la dite maison a esté vendue et adjugée à M. Claude Tiquet,
conseiller en la cour[223], par sentence des requestes du Palais
du 7 septembre 1689, lequel a passé titre nouvel, le 16 mars 1696,
pardevant Baglan, notaire.

          [Note 222: Piganiol confirme la situation de la maison de
          M. Bailly de Berchère, t. 8, p. 96-97.]

          [Note 223: C'est le même que sa femme, la belle et trop
          fameuse Mme Tiquet, tenta deux fois de faire assassiner.
          On conçoit, d'après la situation de la maison qu'ils
          habitoient, comment il se fit que l'exécution de la
          coupable eut lieu, le 17 juin 1699, au carrefour de la
          Croix-Rouge, qui étoit la place de Grève de la justice
          de Saint-Germain-des-Prés. (V. Guyot de Pitaval, _Causes
          célèbres_, t. 4, p. 43, et t. 5, p. 485.)]


_Deuxième et troisième maisons._

A l'égard des deux autres maisons, les créanciers des sieur et
dame de Berchère les ont vendues, sçavoir: une à dame Marguerite
d'Almeras[224], veuve de M. Roger-François de Fromont, secrétaire
des commandemens de feu S. A. R. Monsieur, duc d'Orléans[225], par
contract passé pardevant Le Secq de Launay et Quarré, notaires,
le 19 septembre 1668, et l'autre à M. Roger-François de Fromont,
ecuyer, sieur de Villeneuve, par contract passé pardevant les mesmes
notaires, le 26 des dits mois et an; le dit sieur de Fromont a passé
titre nouvel le 22 mars 1687, pardevant Baglan, notaire.

          [Note 224: Elle étoit fille de ce d'Almeras qui fit sous
          Louis XIII une si grande fortune comme financier et comme
          fermier des postes. (V. sur lui la _Chasse aux larrons_ de
          J. Bourgoing.)]

          [Note 225: Ceci donne encore raison à ce que nous avons dit
          de l'empressement des officiers de la maison de Gaston ou
          de celle de sa fille à venir s'établir dans ces quartiers,
          qui avoient, entre autres avantages, celui de n'être pas
          éloignés du Luxembourg.]


_Quatrième et cinquième maisons._

Ces deux maisons, dont l'une, joignant la precedente, fait
l'encoigneure de la dite rue des Saints-Pères, et l'autre est la
première à main gauche dans la rue de l'Université, sont basties
sur 420 toises de terre données à cens et rente par l'Université,
par contract passé pardevant Levesque et Boucot le 8 aoust 1639,
à messire Jean Le Coq, seigneur de Corbeville, conseiller en la
grand'chambre, moyennant 420 livres de rente et 10 livres parisis
de cens; a passé titre nouvel le 26 février 1695, pardevant Baglan,
notaire[226].

          [Note 226: La maison de M. Lecoq est indiquée sur le plan
          de Gomboust, au coin de la rue des Saints-Pères et de la
          rue der l'Université. Cette dernière y est appelée rue de
          _Sorbonne_. Elle a aussi ce nom sur les plans de Bullet
          et de Jouvin. Sauval (t. 1, p. 152) dit que c'est à tort
          qu'on le lui donne, car rien n'indique qu'elle l'ait
          jamais réellement porté. G. Brice (t. 4, p. 59) est d'un
          avis contraire, et soutient que ce nom désigna au moins
          la partie comprise entre la rue des Saints-Pères et la
          rue du Bac. Jaillot pense, de son côté, que c'est la rue
          Saint-Dominique qui, en 1673, s'appeloit rue _de Sorbonne_.
          (_Quartier Saint-Germain_, p. 81.) Quant à Piganiol (t.
          8, p. 169), il donne tort et raison à G. Brice: raison
          si, pour l'époque où cette désignation put être en usage,
          il s'en tient à la date du plan de Gomboust, c'est-à-dire
          à 1652; tort, s'il soutient que ce nom dut être employé
          plus tard. Cette opinion de Piganiol est certainement la
          meilleure.]


_Sixième maison._

Cette maison est bastie sur 420 toises de terre données à cens et
rente par contract passé pardevant les dits Levesque et Boucot,
notaires, le 8 aoust 1639, à messire Pierre Pithou, conseiller au
parlement, moyennant 10 livres parisis de cens et 420 livres de
rente, laquelle a esté rachetée par quittance du 19 juillet 1651.

Messire Henri de Bullion, conseiller au parlement, et dame Magdelaine
de Vassan, son epouse, ont acquis par contract d'echange passé
pardevant Mousnier et Le Secq de Launay, notaires, le 25 may 1675,
la dite maison de messire Nicolas Durand de Villegagnon, et de
damoiselle Elisabeth Pithou, son epouse, fille et heritière du dit
feu sieur Pithou.

La dite dame veuve de Bullion et ses enfants ont passé titre nouvel à
l'Université le 10 septembre 1691, pardevant Lorimier, notaire.


_Septième maison._

Cette maison est bastie sur pareille quantité de terre que les
deux precedentes, données à cens et rente par l'Université par
contract passé pardevant les mesmes notaires, aux mesmes charges et
conditions, à M. Charles de Berulle, maistre des requestes, laquelle
il a depuis vendue à messire François d'Harville des Ursins, marquis
de Paloiseau, par contract passé pardevant Muret, notaire, le 30
avril 1657, et le dit sieur marquis de Paloiseau a passé titre nouvel
pardevant Baglan, notaire, le 21 juillet 1694[227].

          [Note 227: L'hôtel de Paloiseau, l'un des plus anciens
          et des plus beaux de ce quartier, est indiqué sur la
          plupart des plans de Paris au XVIIe siècle; seulement on
          l'y confond souvent, notamment sur le plan de 1699 et sur
          celui de Blondel, avec son voisin, l'hôtel Tambonneau. Sur
          le plan Turgot, il s'appelle hôtel de la Roche-Guyon. Il
          étoit donc devenu, par acquisition ou autrement, l'un des
          quatre hôtels que, suivant Piganiol, «les comtes de la
          Roche-Guyon, du nom de Silli, ont eus à Paris en différents
          temps et en différents quartiers.» (_Description de Paris_,
          t. 3, p. 280-281.)]


_Huitième et neuvième maisons._

Ces deux maisons sont basties sur 1950 toises de terre données à cens
et rente par l'Université, par contract passé pardevant les mesmes
notaires, le dit jour, 31 aoust 1639, à messire Jean Tambonneau,
conseiller du roy en ses conseils, president en la chambre des
comptes, moyennant 47 livres parisis de cens et 1950 livres de
rente, dont il en a esté racheté 500 livres par quittances des 20
janvier et 12 mars 1681, données par M. Charles Quarré, lors receveur
de l'Université; partant la rente n'est plus que de 1450 livres.
Messire Antoine-Michel Tambonneau, aussi president en la chambre des
comptes, fils et heritier du dit feu sieur Tambonneau, a passé à
titre nouvel le 25 octobre 1694, pardevant Baglan et son confrère,
notaires[228].

          [Note 228: L'hôtel Tambonneau, dont G. Brice a donné la
          description, t. 4, p. 59-60, avoit été bâti par Le Vau, et
          étoit l'un des plus beaux de la rue de l'Université. Le
          président étoit venu au Pré-aux-Clercs pour se rapprocher
          de Le Coigneux, son ami, (dont l'hôtel est devenu celui du
          ministère de l'instruction publique) et peut-être aussi
          afin d'être à portée de voir de plus près et plus souvent
          la fille de la Dupuis, mariée à de Sacy, pour laquelle il
          avoit une vive inclination. (V. Tallemant, édit. P. Pâris,
          t. 1, p 347.) En attendant que son hôtel fût bâti, il
          s'établit dans la maison que Barbier, contrôleur général
          des bois de l'Isle de France, et l'un des adjudicataires
          du parc de la reine Marguerite, avoit fait construire rue
          de Beaune, à deux pas du pont de bois, qu'on appeloit à
          cause de lui _pont Barbier_. «Cette belle maison auprès
          du Pré-aux-Clercs», comme Tallemant appelle l'hôtel
          Tambonneau, étant terminée, il y vint avec sa femme, si
          connue alors par ses coquetteries de toutes sortes, et
          même avec les amants de madame, entre autres Aubijoux,
          qui, s'y trouvant bien, «y mena, dit Tallemant, d'autres
          gens de la cour». (Edit. in-12, t. 9, p. 155.) La maison
          Tambonneau est figurée sur le plan de Gomboust; ses
          jardins vont jusqu'à la rue Saint-Guillaume, en longeant
          sur la gauche une partie du cimetière des huguenots. La
          Quintinie, qui étoit précepteur du fils de M. Tambonneau,
          développa, dans ses magnifiques jardins, le goût qu'il
          avoit pour l'horticulture, si bien qu'il renonça tout à
          fait au dessein qu'il avoit de se faire avocat, et se fit
          jardinier. On sait combien cette résolution lui a réussi,
          et quelle célébrité il a atteinte.--M. Monmerqué a dit par
          erreur, dans ses _Notes sur Tallemant_, t. 9, p. 155, que
          l'hôtel Tambonneau, l'ancien hôtel de Bouillon, selon lui,
          étoit encore un des plus beaux du quai Malaquais.]


_Dixième, onzième et douzième maisons._

Ces trois maisons sont basties sur 675 toises de terre, données à
cens et rente par l'Université, par contract passé pardevant les
mesmes notaires, le 3 septembre 1639, à messire Tanneguy Seguier,
president au parlement, moyennant 16 livres 4 sols parisis de cens et
675 livres de rente, laquelle fut depuis reduite à 588 livres 16 sols
8 deniers, au moyen de l'arpentage fait de ladite place par Thomas
Goubert, masson, le 5 juillet 1660, nommé d'office par M. Coicault,
conseiller au parlement et commissaire aux requestes du palais, en
conséquence d'une sentence rendue par ladite Cour le 8 janvier 1659,
et le cens reduit à 17 livres 13 sols 5 deniers.

Dame Marguerite de Menisson, veuve dudit sieur president Seguier,
vendit ladite place par contract passé pardevant Huart et Lemoyne,
notaires au Chastelet, le 8 decembre 1643, à M. André Briçonnet,
sieur du Mesnil et de la Chaussée, à la charge de payer les arrerages
desdits cens et rente.

Dame Louise Pithou, veuve dudit sieur Briçonnet, rachetta ladite
rente, montant en principal à 11,776 livres 13 sols 4 deniers, par
quittance passée par devant Pain et Mousnier, notaires, le 31 juillet
1660.

Messire François Briçonnet, maître des comptes, tant comme fils et
heritier dudit sieur André Briçonnet que comme donataire de ladite
dame Pithou, sa mère, en faveur de son contract de mariage du 20
janvier 1659, a passé titre nouvel des dites trois maisons le 21 mars
1688, pardevant Baglan, notaire.


_Treizième maison._

Cette maison est bastie sur 650 toises de terre, données à cens et
rente par l'Université, par contract passé par devant les mesmes
notaires, le 3 septembre 1639, à messire Jean de Berulle, seigneur du
Vieux-Verger et de Serilly, conseiller d'estat, moyennant 15 livres
12 sols parisis de cens et 650 livres de rente.

Les mesmes jour et an, ledit sieur de Berulle en passa declaration au
profit de M. Jean Bouthier, secretaire de la reine, et de damoiselle
Anne Prieur, sa femme.

Jean-Louis et Anne Bouthier, enfans et heritiers des dits sieur
et damoiselle Bouthier, echangèrent la dite place, par contrat du
21 janvier 1658, avec M. Adrien Guitonneau, secretaire du roy,
lequel, par autre contract du 13 may 1660, l'echangea avec dame
Elisabeth Lhuillier, epouse non commune en biens de messire Estienne
Daligre, chancelier de France, qui la fit decreter et s'en rendit
adjudicataire par sentence du Chastelet du septième mai 1661; et
avant que l'adjudication luy en eut esté faite, elle la fit mesurer
et arpenter par Thomas Gobert[229], maître masson, expert convenu;
par l'arpentage ladite place ne se trouva contenir que 570 toises 3
pieds 9 poulces, c'est-à-dire quatre-vingts toises ou environ moins
qu'il n'est porté par ledit contract de bail à cens et rente, de
manière que la rente fut reduite à 570 livres 2 sols 1 denier, et le
cens à 17 livres 2 sols.

          [Note 229: Ce Thomas Gobert étoit le père de l'architecte
          du même nom à qui l'on devoit le dessin de la Bibliothèque
          des Petits-Pères, et qui construisit tout près de ce
          même hôtel d'Aligre «une fort jolie maison», dit Germain
          Brice (t. 4, 81), dont il n'est pas parlé ici. En 1752,
          elle appartenoit aux héritiers de la présidente de Brou.
          Selon Brice, on l'avoit bâtie sur un emplacement occupé
          auparavant par la manufacture de glaces qui fut ensuite
          transférée au faubourg Saint-Antoine. Un manége, ou, comme
          dit Brice, «une _académie_ pour monter à cheval», s'y
          étoit vu auparavant. C'est sans doute l'_académie_ de M.
          Forestier, figurée sur le plan Gomboust. Elle avoit son
          entrée sur la rue _de Sorbonne_ (sic) par une sorte de
          petite ruelle. Ces établissements furent nombreux de ce
          côté au XVIIe siècle. Michel de Marolles, qui consacre tout
          un chapitre de sa _Description de Paris_ (1677, in-4.) aux
          _académies pour monter à cheval_, nous montre:

               Glapier le lyonnois, Soleitzel, Bernaldi,
               Gentilhomme lucquois, cousin d'Arnolphini;
               Du Vernay, Rocquefort......,
               _Dans la rue où l'on dit de l'Université_
               La Vallée au dessus des fossés de Condé,
               Et Foubert dans la rue à sainte Marguerite.]

Jacques Laugeois, sieur d'Imbercourt, secretaire du roy, a acquis
ladite place de ladite dame Daligre, par contrat passé pardevant Bru
et Arrouet[230], notaires, le 19 septembre 1681, sur laquelle il a
fait bastir une grande maison[231], dont il a passé titre nouvel le 8
mars 1687, pardevant Baglan, notaire.

          [Note 230: Le notaire Arouet, père de Voltaire.]

          [Note 231: Germain Brice a donc raison quand il nous dit
          (t. 4, p. 60) que la première maison bâtie sur ce terrain
          le fut par Laugeois d'Imbercourt. Mme d'Aligre avoit
          possédé la _place_, mais n'y avoit rien fait construire,
          quoi qu'en dise Piganiol, t. VIII, p. 170. Cet hôtel,
          que Brice a décrit, et qui étoit loin d'être beau malgré
          l'argent qu'on y avoit dépensé, revint et resta à la
          famille d'Aligre, après avoir appartenu quelque temps au
          premier président Achille du Harlay.]


_Quatorzième maison._

Cette maison est bastie sur 585 toises et demie de terre, données
à cens et rente par l'Université, par contrat passé pardevant les
mesmes notaires, le 3 septembre 1639, à M. François Lhuillier,
maistre des comptes[232], moyennant 14 livres parisis de cens et 585
livres 10 sols de rente.

          [Note 232: Le même dont Chapelle, l'ami de Bachaumont,
          étoit le fils naturel.]

Ledit sieur Lhuillier estant mort, dame Elisabeth Lhuillier, sa
soeur, epouse dudit seigneur chancelier Daligre, tant comme son
heritière que comme fondée de procuration de M. François Bochard
de Saron, à cause de dame Magdelaine Lhuillier, son epouse, aussi
soeur et heritière dudit sieur Lhuillier, passa titre nouvel à
l'Université le 28 avril 1663, et declara par iceluy que l'arpentage
ayant esté fait de ladite place par Michel Gemin, arpenteur convenu,
la dite place, suivant son procez-verbal du 3 juillet 1650, ne se
seroit trouvée contenir que 478 toises 3 quarts 7 pieds 35 poulces,
c'est-à-dire 107 toises quelques pieds moins qu'il n'est porté par le
contract de bail à cens et rente; partant, que la dite dame de Saron
et elle n'estoient obligées que de payer 478 livres 19 sols de rente
et 14 livres 6 sols 4 deniers de cens au lieu de 585 livres 10 sols
de rente et 17 livres 10 sols de cens. Messire Jean Bochard de Saron,
conseiller en la grand'chambre, en a passé titre nouvel pardevant
Baglan, notaire, le 20 février 1695.


_Quinzième et seizième maisons._

Ces deux maisons sont basties sur 917 toises de terre, données à cens
et rente par l'Université, par contract passé pardevant les mesmes
notaires, le 3 septembre 1639, à messire Christophe Leschassier,
maistre des comptes, et messire Thomas de Bragelonne, conseiller
au parlement, et depuis premier president au parlement de Metz,
moyennant 21 livres 19 sols parisis de cens et 917 livres de rente,
le tout solidairement; la rente a esté rachetée.

Le dit sieur Leschassier a donné la maison qu'il a fait bastir
sur partie de la dite place à M. Robert Leschassier, son fils,
aujourd'huy conseiller en la grand'chambre, par son contract de
mariage du 29 mai 1661, pardevant La Mothe, notaire, lequel a passé
titre nouvel le 20 novembre 1694, pardevant Baglan, notaire, tant
pour sa maison que pour celle bastie par le dit sieur president
de Bragelonne, les deux maisons estant obligées solidairement à
l'Université.


_Dix-septième maison._

Cette maison est bastie sur 444 toises de terre, données à cens et
rente par l'Université, par contract passé pardevant les mesmes
notaires, le 3 septembre 1639, à M. Jean Levasseur, receveur-general
des finances à Paris, moyennant 12 livres 16 sols 9 deniers de cens
et 444 livres de rente, laquelle a esté rachetée.

Le 3 février 1655, le dit sieur Le Vasseur, par son testament
olographe, institua ses legataires universels Olivier Picques,
secretaire du roy, et dame Marie Le Vasseur, son epouse.

Jean Marie, Catherine et Anne Picques, enfants et heritiers des dits
sieur et dame Picques, en ont passé titre nouvel le 6 juillet 1688,
pardevant Baglan, notaire.


_Dix-huitième maison._

Cette maison, bastie sur.... toises de terre, est celle que
l'Université a fait construire à ses frais et depens, et laquelle
fait l'encoigneure de la dite rue de l'Université et de celle du
Bac[233].

          [Note 233: C'est l'une des deux grandes maisons «sur la
          porte desquelles, dit le chevalier du Coudray, sont les
          armes de l'Université, à qui elles appartiennent et qui
          ont donné le nom à la rue. C'est, ajoute le chevalier, une
          anecdote que M. de Saint-Foix ignoroit, et que nous tenons
          de M. Duval, recteur pour la seconde fois de l'Université.»
          _Nouv. Essais historiques sur Paris_ (Paris, 1781, in-12,
          t. 1, p. 178).--Saint-Foix ne l'avoit pas dit, c'est vrai,
          mais Brice en avoit parlé, et à peu près dans les mêmes
          termes que M. de Couchay, t. 4, p. 62.]

Il est à observer que derrière et attenant les jardins dependans des
maisons de Messieurs Tambonneau et Briçonnet, il y a 66 toises de
terre dependantes du dit grand Pré-aux-Clercs, encloses et faisant
partie du jardin des religieux jacobins du novitiat, lesquelles
furent autrefois données à cens et rente par M. Samuel Dacole, fondé
de procuration de l'Université, par acte et deliberation des 22
aoust 1629 et 9 mars 1630, aux nommez Jacques Le Fèvre, Catherine
du Bois, sa femme, et Pierre Pijard et Anne Le Fèvre, aussi sa
femme, par contract passé pardevant Coustard et Jutet, notaires au
Chatelet, le 11 mars 1630. Ce qui donna occasion à la passation
de ce contract fut que M. Louis Dulac, prieur de Louis, s'estant
rendu adjudicataire d'une maison, clos, jardin et moulin, saisis
reellement sur Jean Allen et sa femme, pour rendre le dit clos
quarré, s'etendit sur l'Université, et, depuis, ayant vendu le tout
aux dits Pijard et Le Fèvre, et l'Université ayant esté avertie de
l'entreprise du dit sieur Dulac, elle demanda qu'il lui en fût fait
raison par le dit Dulac ou les dits Pijard et Le Fevre, ce qui forma
un procès dont les dits Pijard et Le Fevre apprehendant avec raison
l'issue, ils consentirent de prendre à cens et rente de l'Université
ce qui se trouveroit avoir esté empiété sur elle. Ainsi il en fut
fait arpentage par Gaspard Hubert et Christophe Gamart, massons,
lesquels, par leur procès-verbal du 18 janvier 1632, evaluèrent
l'entreprise à 66 toises, pour lesquelles les dits Pijard et Le Fèvre
offrirent de payer à l'Université 7 livres de reste et 1 denier de
cens, ce qui leur fut accordé par le sus dit contract du dit jour 11
mars 1630.

Les Jacobins du novitiat[234] ont depuis acquis les droits des dits
Pijard et Le Fèvre, et en ont passé pardevant Baglan titre nouvel
à l'Université le 27 mars 1688, par lequel ils ont declaré que des
dites 66 toises de terre ils en avoient donné 9 à M. le president
Tambonneau par contract du 13 septembre 1646, pour rendre quarré un
jardin estant derriere la maison qui luy appartient, attenant celle
où il demeure, à la charge de les acquitter de 40 sols de rente, plus
les trois quarts d'une perche à M. André Briçonnet, le 12 octobre
1646, dont il avoit eu besoin parce qu'ils faisoient hache sur son
bastiment derrière sa maison.

          [Note 234: Une partie des bâtiments du noviciat des
          Jacobins réformés est occupée par le Musée d'artillerie.
          L'église est devenue celle de Saint-Thomas-d'Aquin, qui,
          dès l'origine, en étoit l'un des patrons. Les Jacobins
          s'étoient établis là en 1633, sous le patronage de
          Richelieu. (V. Suppl. aux _Antiquités de Paris_ par
          Dubreul, p. 43.)]


_Dix-neuvième, vingtième et vingt-unième maisons._

Ces trois maisons sont basties dans la rue du Bac[235] sur 360
toises de terre, d'une part, données à cens et rente par l'Université
à M. Jacques du Chevreuil, par contract du 15 octobre 1659, moyennant
20 livres parisis de cens et 360 livres de rente;

          [Note 235: La rue du Bac, que nous avons déjà vue souvent
          nommée ici, devoit, comme on sait, son nom au _bac_
          qui, avant la construction du _Pont-Barbier_ et surtout
          du _Pont-Royal_, établissoit une communication entre
          la rive gauche et la rive droite de la Seine.--Suivant
          les _registres de l'Hôtel-de-Ville_, vol. 147, ce _bac_
          avoit été établi par lettres-patentes du 6 novembre 1550.
          Pendant la nuit de la Saint-Barthélemy, il avoit été
          enlevé, ainsi que les autres bateaux de passeurs qui se
          trouvoient d'ordinaire devant les Tuileries. On vouloit
          par là empêcher que les huguenots, nombreux dans le
          Pré-aux-Clercs, ne fussent avertis à temps; et, en effet,
          ce fut une des raisons qui firent que M. de Caumont et
          ses fils furent surpris et ne purent se sauver. (V. de
          Meyer, _Galerie du XVIe siècle_, t. 1, p. 376.)--M. Berty,
          à la p. 403 de son travail déjà cité, donne de curieux
          renseignements sur ce _bac_, sur celui qui en étoit chargé
          et sur le chemin qui y conduisoit. «Nous avons trouvé,
          dit-il, dans les archives de l'Université, une transaction
          du 26 mai 1580 par laquelle un marchand, nommé Georges
          Regnier, qui est dit fournissant les matériaux qu'il
          convient avoir pour les fortifications de cette ville de
          Paris du costé des Thuilleryes, ensemble du pallais de
          la royne (mère du roy), aus dites Thuilleryes, et ayant
          aussi la charge du gouvernement du _bac_ assis sur la
          rivière, vis-à-vis du dit pallays, pour le passage des
          dits materiaux, obtint de l'Université la permission de
          faire passer et repasser les chevaux, charettes, harnoys,
          tant chargés que vuides, avec les gens du dit Regnier,
          par et au travers du Pré-aux-Clers..... par le chemin jà
          commencé longtemps et qui vient de Vaugirard, entrant
          dans le dit Pré, auprès de sa borne, située près du lieu
          où etoit sise la Maison-Rouge, pour aller où est situé le
          dit _bac_ d'icelluy Regnier... sans que icelluy Regnier
          ni ses gens et serviteurs puissent faire autre chemin que
          celui susdit, de largeur de dix pieds.» Cette curieuse
          pièce, heureusement retrouvée par M. Berty, n'avoit pas
          échappé à du Boulay. (V. son _Mémoire_, p. 153.)--Il n'est
          pas étonnant que les matériaux pour les fortifications et
          le palais dussent venir du Pré-aux-Clercs. Les tuileries,
          déplacées par suite de la construction du palais qui
          leur devoit son nom, avoient été transportées de l'autre
          côté de la Seine. M. Bonnardot en remarque une dans le
          Pré-aux-Clercs, sur le _plan anonyme_ de 1601 (V. son
          livre sur les _plans de Paris_, p. 108). Du Boulay parle
          plusieurs fois du four à tuiles de Moussy, dans la rue
          de Seine (p. 261, 399). Les pierres étoient tirées de
          Vaugirard et de Montrouge: on devoit donc prendre pour
          leur transport le chemin indiqué ici.]

Et encore sur 608 toises et demie de terre données à cens et rente
par la dite Université à M. René Foucault, commissaire general de la
marine, par contract du 7 aoust 1660, moyennant 14 livres 12 sols
parisis de cens et 608 livres 10 sols de rente.

Le dit sieur du Chevreuil ceda ses droits à Claude Colas,
charpentier, par contract du 4 may 1643.

Le dit Colas vendit une maison qu'il avoit fait bastir sur la dite
place à M. Jean Coiffier[236], maistre des comptes, par contract du
19 mars 1666, lequel depuis, ayant acquis des heritiers beneficiaires
du dit sieur Foucault l'autre place de 608 toises, fit abattre la
maison qu'il avoit acquise du dit Colas, et fit construire sur les
dites deux places trois maisons, lesquelles, dans la suite, ont esté
sur lui vendues par les directeurs de ses creanciers à M. François de
Rousseau, maistre des comptes, lequel a passé titre nouvel pardevant
Quarré et son confrère, notaires, le 8 octobre 1682.

          [Note 236: Petit-fils de Coiffier, le cabaretier, et
          gendre de Vanel, l'un des premiers propriétaires dans la
          rue Neuve-des-Petits-Champs. V. Tallemant, in-8, t. 3, p.
          274-275.]

A la suite de ces maisons sont les places qui ont esté vendues à dame
Renée de Villeneuve, veuve du dit sieur de Rousseau, maistre des
comptes, et à M. Gaston-Jean-Baptiste Therat, chancelier de S. A.
R. Monsieur, duc d'Orleans[237], revenantes à 1600 toises de terre,
chargées envers l'Université de 48 livres de cens, par contract passé
pardevant le Vasseur et Baglan, notaires, le 20 septembre 1688; et
depuis la dite dame de Rousseau a acquis les droits du dit sieur
Therat par contract du 2 septembre 1688.

          [Note 237: Encore un officier de Gaston dans le
          Pré-aux-Clercs, et nouvelle confirmation de ce que nous
          avons dit.]

       *       *       *       *       *

CONCLUSION.


Il paroist par tout ce qui a esté dit cy-dessus que la censive du
Petit-Pré-aux-Clercs commence dans la rue du Colombier, à la sixième
maison à droite, en y entrant par la rue de Seine, et contient,
tant dans la dite rue du Colombier que dans celle des Marais et des
Petits-Augustins, toutes les maisons qui ont esté enoncées dans la
première partie de ce Memoire, depuis la page 13 jusqu'à la page 32.

A l'egard du Grand-Pré, il commence d'un costé dans la rue qu'on
nommoit autrefois des Esgouts, et maintenant de Saint-Benoist. Mais,
quoiqu'anciennement la première borne du dit pré de ce côté-là,
suivant le mesurage fait par Nicolas Girard, arpenteur, au mois
d'aoust 1651, en execution d'un arrest de la cour du 14 may de la
mesme année, fust posée vis-à-vis de l'ancienne porte du clos de
Saint-Germain-des-Prés (laquelle porte estoit entre deux tourelles
qui sont encore existantes, mais enfermées dans ledit clos),
cependant la censive de l'Université ne commence aujourd'huy qu'à la
rue des Anges, ce qui fait voir que le terrain qui est entre la dite
rue des Anges et le lieu qui repond à ces tourelles a esté usurpé sur
l'Université.

On a fait, dans la deuxième partie de ce memoire, le denombrement
des maisons et places que possèdent les religieux de l'hôpital de
la Charité dans le dit Pré-aux-Clercs, et il paroist que ce pré est
borné tant par l'ancienne cloture du dit hôpital que par un mur de
refend qui suit le long d'une galerie ou charnier, et va rendre à
l'apotiquairerie, d'où il faut concevoir une ligne qui perce dans la
rue des Saints-Pères, où estoit la seconde borne, et, passant par le
cimetière dit des Huguenots (à cause qu'on y enterroit cy-devant ceux
de la religion pretendue reformée), traverse le jardin des Jacobins,
dont une partie est dans la censive de l'Université, comme il a esté
dit, et va par les rues du Bac et de Belle-Chasse[238] aboutir à un
chemin qui fait la separation du Pré-aux-Clercs d'avec celuy qu'on
appelloit autrefois le Pré-aux-Moines, auprès des filles qu'on nomme
de Saint-Joseph[239].

          [Note 238: Barbier, l'un des adjudicataires des biens de
          la reine Marguerite, possédoit des terrains jusque dans
          cette rue. En 1636, une partie en fut cédée, et non pas
          donnée, par lui, comme le dit Piganiol, aux _religieuses
          chanoinesses du Saint-Sepulcre_, qu'on surnomma d'abord,
          pour cette raison, les _filles à Barbier_ (V. Brice, t. 4,
          p. 39), et qu'on appela par la suite les _religieuses de
          Bellechasse_. Jaillot, _Q. S.-Germain_, p. 39.]

          [Note 239: Il ne faut pas les confondre avec celles dont
          il est question dans le _Supplément_ de du Breul, p. 43,
          et qui, venues de Lorraine, s'étoient établies rue de
          Vaugirard au commencement du XVIIe siècle. Celles dont
          on parle ici eurent pour fondatrice Marie Delpèche de
          l'Étan, et c'est le 16 juin 1641 seulement qu'elles prirent
          possession de la maison qui devint leur couvent. Elle se
          trouvoit rue Saint-Dominique, «au milieu des hôtels ou
          palais qui la forment», dit Piganiol (t. 8, p. 166). On y
          entretenoit de pauvres orphelines, qui y étoient reçues
          dès l'âge de huit ans. Mme de Montespan agrandit cette
          maison, ce qui fit dire par plusieurs, notamment par
          Saint-Simon, qu'elle l'avoit bâtie. Elle s'y retira, mais
          «fut long-temps à s'y accoutumer», dit encore Saint-Simon
          (_Mémoires_, t. 2, p. 57). Dangeau parle de cette retraite
          sous la date de décembre 1691. (V. édit. complète de son
          _Journal_, t. 3, p. 457.) Ceux qui ont dit qu'elle y mourut
          se trompent; mais ceux qui, induits en erreur par le nom
          de cette communauté, ont écrit que Mme de Montespan mourut
          dans le quartier Montmartre, rue Saint-Joseph, se trompent
          bien davantage.]

Ainsi, la censive de l'Université contient non seulement toutes
les maisons qui sont sur la gauche dans les rues Jacob et de
l'Université, depuis l'encoigneure de la rue de Saint-Benoist
jusqu'à la rue du Bac, mais encore toutes celles qui sont dans la
rue des Anges, celles qui sont dans la rue des Saints-Pères jusqu'au
cimetière des Huguenots, dont une partie est ainsi comprise dans
la mesme censive, et les trois maisons qui sont dans la rue du Bac
vis-à-vis de l'hôtel de l'Université.

Pour ce qui est de l'autre côté du dit grand Pré, il commence à
l'extrémité de l'une des maisons de l'Hôtel-Dieu, la plus proche des
Petits-Augustins, dont il a esté fait mention à la page 38 (auquel
lieu estoit autrefois la trente-troisième borne), et, continuant
par le monastère des dits Augustins le long de la muraille qui fait
la separation de leur ancien et de leur nouveau clos (dans lequel
nouveau clos sont trois quartiers six perches de terre qu'ils
tiennent à cens et rente de l'Université, ainsi qu'il a esté dit), il
perce la rue des Saints-Pères, et suit les anciennes bornes, plantées
en 1551, qui faisoient la separation du dit grand Pré dans le parc de
la reine Marguerite, pour aller se rendre à l'autre extremité auprès
de la maison des filles de Saint-Joseph[240], où il forme dans sa
figure une espèce de hache qui estoit renfermée dans les 15, 16, 17,
18, 19, 20, 21 et 22e bornes.

          [Note 240: Ce couvent, dont l'emplacement est occupé
          aujourd'hui par la maison portant le nº 82 de la rue
          Saint-Dominique, peut donc être à peu près considéré comme
          la limite du Pré-aux-Clercs, c'est-à-dire des terrains
          possédés par l'Université. Celui sur lequel il étoit bâti
          ne relevoit même plus du recteur: il appartenoit à l'abbaye
          de Saint-Germain-des-Prés. Il fallut le consentement
          de l'abbé pour l'installation de Marie Delpèche, et le
          prieur de Saint-Germain assista solennellement à sa prise
          de possession. Dom Bouillart, _Hist. de l'abbaye de
          Saint-Germain_, p. 234.]

De manière que toutes les maisons qui sont dans la rue des
Petits-Augustins, depuis celles de l'Hôtel-Dieu jusqu'à l'encoigneure
de la rue Jacob, et celles de la rue Jacob à droite, depuis la
dite encoigneure jusqu'à la rue des Saints-Pères, et encore celles
qui appartiennent aux Augustins dans la dite rue des Saints-Pères,
lesquelles ont esté basties sur la place qu'ils avoient acquise
d'Alphonse Mesnard, marbrier, comme il a esté dit, sont dans la
censive de l'Université.

Mais, depuis la dite rue des Saints-Pères jusqu'à la rue du Bac,
quoique le terrain qui est au côté droit de la rue de l'Université,
contenu entre la dite rue et les anciennes bornes du dit grand Pré,
appartienne veritablement à l'Université, neanmoins elle ne reçoit
point la censive des maisons qui y sont basties, parce que les
adjudicataires du parc de la reine Marguerite s'en sont emparez,
pour raison de quoy la dite Université est en procès contre les dits
adjudicataires, leurs heritiers ou ceux qui pretendent avoir droit
d'eux, duquel procès ils ont jusqu'à present empeché l'instruction et
le jugement.

Tout le reste du grand Pré-aux-Clercs, depuis les trois maisons qui
sont dans la rue du Bac, vis-à-vis l'hôtel de l'Université, jusqu'à
son extremité proche les filles de Saint-Joseph, à laquelle extremité
estoient autrefois les dix-huit et dix-neuvième bornes, n'est point
bâti. On peut voir, pour plus grande intelligence de toutes ces
choses, le plan gravé dans la planche que l'on trouvera à la fin.

Voilà à peu près en quoy consiste cet ancien patrimoine que
l'Université a reçu de nos rois. Au reste, comme ce memoire n'est pas
l'ouvrage de toute l'Université, quoiqu'imprimé par son ordre, on ne
doit pas tirer à consequence contre elle les fautes ou omissions
qu'on pourroit y avoir faites. On espère qu'il ne s'y en trouvera
point de considerables, parce qu'on s'est reglé sur une declaration
donnée par l'Université à la chambre du thresor le 6 aoust 1677.

Il est bon d'avertir que ce memoire estoit achevé dès le temps que
l'Université fit sa conclusion pour l'imprimer. L'inventaire de tous
les titres concernant le Pré-aux-Clercs estoit aussi fait, et tous
ces titres avoient esté remis dans les archives de l'Université, au
collége de Navarre, dans lesquelles on avoit pareillement rangé par
liasses en differents tiroirs et inventorié les anciens titres qui
s'y estoient trouvez, de sorte qu'il y avoit tout sujet d'esperer
que l'Université recevroit dès ce temps-là le fruit d'un travail de
près de deux années, parce que ceux des censitaires qui estoient
en demeure pour passer leurs titres nouvels offroient de le faire
incessamment. Neanmoins, un seul d'entre eux s'etant opiniâtré à
vouloir se faire decharger d'une solidarité de laquelle il pretendoit
n'estre pas tenu, il a esté cause que l'on ne s'est pas pressé de
faire passer des titres nouvels à ceux qui n'en refusoient pas, et
il a retardé jusqu'à present l'execution d'un dessein qui avoit esté
entrepris pour le bien de l'Université, sans en tirer aucun avantage
pour luy-mesme. Voilà enfin l'ouvrage imprimé. On souhaite qu'il ne
soit pas inutile à ceux qui viendront après nous: c'est tout ce qu'on
s'y est proposé.

Ce samedi dernier jour de juin 1696.

       *       *       *       *       *

_Arrests notables rendus en faveur de l'Université touchant le
Pré-aux-Clercs._


Nous avons dans nos archives plusieurs arrests rendus en differens
temps au profit de l'Université touchant le Pré-aux-Clercs; nous ne
nous arrestons qu'à ceux qui sont les plus importans. On peut en
voir un du Parlement du 10 juillet 1548, rapporté par M. du Boulay
dans le sixième volume de l'Histoire de l'Université, page 407,
dans lequel, entre plusieurs chefs de contestation jugez en faveur
de l'Université contre le cardinal de Tournon, abbé de l'abbaye de
Saint-Germain-des-Prez et les religieux de la dite abbaye, il est
dit vers la fin: «et, en tant que touche la censive que les dits
religieux, abbé et couvent pretendent sur elle, la dite cour, suivant
le consentement de l'avocat et procureur des dits religieux et
couvent, a ordonné et ordonne que icelle Université jouira des dits
deux Prez, petit et grand, ensemble des deux arpens, librement et
sans aucune charge, etc.

Cet arrest fut suivi d'un autre, du 14 may 1551, touchant les limites
du Pré-aux-Clercs, qui se trouve dans le mesme volume de l'Histoire
de l'Université, page 440, ensemble un mesurage contenant une ample
enonciation de l'etendue de l'un et l'autre Pré, avec leurs bornes
plantées suivant le plan dressé et presenté à la cour en ce temps-là,
qu'elle homologue tacitement[241].

          [Note 241: M. Bonnardot, dans son très intéressant et très
          utile ouvrage sur les _Plans de Paris_, cite plusieurs
          de ces _mesurages_ du Pré-aux-Clercs: «1641-94, plan et
          mesure du territoire du Pré-aux-Clercs par de Vaulezard,
          aux archives», p. 232.--Ce Vaulezard est le même dont Naudé
          nous a vanté la science et décrit les haillons dans un
          passage du _Mascurat_, p. 270.--«1674, plan et arpentage du
          grand Pré-aux-Clercs.» Bonnardot, p. 232.]

Ces deux arrests sont encore imprimés dans un ouvrage particulier
du mesme M. du Boulay qui a pour titre: _Memoires historiques sur
la proprieté et seigneurie du Pré-aux-Clercs_[242]. Ainsi nous
nous contenterons d'en rapporter icy trois: un du Parlement, du
23 decembre 1622, portant recision du contrat fait avec la reine
Marguerite le 31 juillet 1606, et deux autres du grand conseil contre
Messieurs de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prez, des années 1645 et
1646, parce que ces trois arrests, estant joints avec les deux dont
nous venons de parler, qui sont entre les mains de tout le monde,
sont plus que suffisans pour assurer la proprieté et la seigneurie du
Pré-aux-Clercs à l'Université.

          [Note 242: C'est l'ouvrage que nous avons si souvent cité.]


_Arrest du Parlement du 23 décembre 1622._

Entre les recteur, doyens, procureurs et supposts de l'Université
de Paris, demandeurs en lettres de recision, requeste civile et
ampliation des 15 avril 1614 et 13 fevrier 1616, et encore aux
fins d'une requeste par eux presentée à la Cour le 11 octobre 1615,
d'une part, et M. Nicolas Tanneguy, curateur creé par le roy à la
succession de la reine Marguerite, ayant repris le procès en son
lieu, et François Percheron, René le Breton, Philippes Bacot, Pierre
Hanon, Robert Lorin, Nicolas Riverin, maistre Robert Frissard,
Baptiste Penot, les frères de la Charité, Nicolas Dhève, Thomas
Nevault, Pierre Caurup, Suzanne Guenard, Timothée Pinet, Jacques
Prudhomme, Gabriel Fustet, M. Nicolas le Vauquelin, sieur des
Yveteaux, Jean Dubut, Jean Clergerie, et les religieux, prieur et
couvent des Augustins reformez, defendeurs, d'autre. Veu par la cour
les dites lettres, en forme de requeste civile, du 15 avril 1614,
tendantes à fin de restitution et recision du contract du dernier
juillet 1606, par lequel maistre François Engoullevent[243], les
doyens des Facultés de theologie et medecine, les procureurs des
Nations et procureur fiscal de la dite Université, auroient vendu à
la dite reine Marguerite, duchesse de Valois, six arpens de terre,
dependans du petit Pré-aux-Clercs, aux charges y contenues, et ce
nonobstant l'arrest d'homologation du dit contract du 5 septembre
1609, les dites lettres d'ampliation et requeste civile du 13
fevrier 1616, contre l'arrest du 19 fevrier 1614 par lequel les
lettres d'etablissement des dits religieux Augustins auroient esté
verifiées, la dite requeste, du 11 octobre 1615, tendante à ce
que l'arrest qui interviendroit fust declaré commun avec les dits
religieux Augustins, frères de la Charité, le Vauquelin, Percheron,
Le Breton, Bacot, Hanon, Lorin, Riverin, Frissard, Penot, Dhève,
Nevault, Caurup, Pinet, Prudhomme, Dubut et Clergerie; arrest du 10
mars 1616 par lequel toutes les parties sur les dites lettres en
forme de requeste civile, recision et autres differents, auroient
esté appointées au conseil, à ecrire et produire, bailler contredits
et salvations dans le temps de l'ordonnance; plaidoyez et productions
des dits demandeurs et du dit Tanneguy, religieux Augustins, et
du dit le Vauquelin; contredits et salvations des dits demandeurs
Tanneguy et des dits religieux Augustins reformez; forclusions de
produire et contredire par les dits Percheron, Le Breton et autres
particuliers; production nouvelle du dit Tanneguy, suivant la
requeste du 30 avril 1622; contredits et salvations d'icelle; autre
production nouvelle des dits demandeurs contre le dit Tanneguy,
aussi reçue suivant la requeste du 21 juin ensuivant et contredits
d'icelle; acte de redistribution de la dite instance des 25 fevrier,
11 et 13 mars 1621; conclusions du procureur general du roy, et tout
ce que les dites parties ont mis et produit, et tout consideré; dit
a esté que la cour, ayant egard aus dites lettres de restitution
et requeste civile du 15 avril 1614 et icelles enterinant, a remis
et remet les parties en tel etat qu'elles etoient auparavant le
contract du dernier juillet 1606 et arrest d'homologation d'iceluy
du 5 septembre 1609; ordonne que les rentes creées et constituées
au profit de la dite feue reine Marguerite, ou des dits religieux
Augustins reformez, sur les places dependantes des six arpens
de terre mentionnés au dit contract, appartiendront à la dite
Université; et, ce faisant, ayant egard à la dite requeste du 11
octobre 1615, a condamné et condamne les dits Percheron, Le Breton,
Bacot, Hanon, Lorin, Riverin, les frères de la Charité, Frissard,
Guenard, Clergerie, Prudhomme, le Vauquelin et autres, à present
possesseurs des places dependantes des dits six arpens, à payer et
continuer à l'avenir à la dite Université les cens et rentes à la
charge desquelles leur ont esté baillées les dites places par la
dite feue reine Marguerite ou autres ayans droit d'elle des dits
cens et rentes, en passer titre nouvel et reconnoissance au profit
de la dite Université; ordonne neanmoins, pour certaines causes et
considerations à cela mouvantes, que le surplus des dits arpens que
les dits religieux se sont reservez leur demeurera, pour en jouir
comme ils ont cy-devant fait, à la charge de dix livres de rente et
douze deniers parisis de cens par arpent envers la dite Université
pour toutes choses generalement quelconques; et, sur les lettres
d'ampliation de requeste civile, a mis et met les parties hors de
cour et de procès, sans depens des dites instances, dommages et
interêts, ny restitution de fruits, tant echus que ceux qui echerront
jusqu'au dernier jour du present mois. Prononcé le 23 decembre 1622.

                                                 _Signé_ GALLARD.

          [Note 243: Il est souvent parlé de lui dans les _Mémoires_
          de l'Estoille, et plusieurs pasquils du temps contiennent
          des rapprochements satiriques entre ce grave docteur et son
          homonyme _le prince des sots_ de l'hôtel de Bourgogne.]

Le 31 decembre 1622 fut le present arrest signifié, et d'iceluy
baillé copie à maistre Gorlidot, procureur des religieux et couvent
des Augustins reformez de cette ville de Paris, parties adverses
denommées au present arrest, en parlant, au domicile du dit Gorlidot,
à Louis Lothe, son clerc, par moy, huissier en parlement, soussigné.
Goizet.

Le 4 et 5 janvier 1623, fut le present arrest signifié, et d'iceluy
baillé copie à maistres Chauchefoing, Pucelle et Pioline, procureurs
des parties adverses.

                                                  _Signé_ GOIZET.


_Arrest du grand Conseil du 27 juin 1647._

Louis, par la grace de Dieu, roy de France et de Navarre, à tous
ceux qui ces presentes lettres verront, salut. Sçavoir faisons que
comparans en jugement, en nostre grand conseil, nostre très cher et
bien-aimé oncle messire Henry de Bourbon, evesque de Metz, prince du
Saint-Empire, abbé de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prez-lez-Paris,
et les religieux, prieur et couvent de la dite abbaye, demandeurs
en requeste par eux presentée à nostre dit conseil le 13 octobre
1639, à ce que deffences fussent faites aux deffendeurs cy-après
nommés et tous autres de vendre, engager, arrester ny autrement
disposer, en quelque façon et manière, à quelque personne que ce
soit, les Prés-aux-Clercs; que les contracts de vente et arrentement
par eux faits soient nuls et resolus, et, sans s'arrester à iceux,
que les escoliers et le public seront maintenus en la possession
en laquelle ils sont d'aller et frequenter sur les dits lieux, et
qu'aucuns bastimens n'y seront elevez, avec deffences de passer outre
à l'execution des contracts de vente, bastir et edifier ès dits
lieux, d'une part; et les recteur, doyens, procureurs et supposts
de l'Université de Paris, deffendeurs, d'autre; et encore entre les
dits abbé, religieux et couvent de la dite abbaye Saint-Germain,
demandeurs en autre requeste par eux presentée à notre dit conseil
le 23 mars 1640, à ce qu'ils soient receus opposans à l'execution
des contracts faits par les dits recteurs, doyens, procureurs et
supposts de la dite Université de Paris ès dits Prez-aux-Clercs et
portion d'iceux contre les dits lieux appartenans à la dite abbaye,
et non à autres, en proprieté, censive et directe; ce faisant, sans
avoir egard ny s'arrester aux dits contracts, les fins et conclusions
prises par les dits demandeurs en leur dite requeste du dit jour 13
octobre, comme justes, à eux faites et adjugées, d'une part; et les
dits recteur, doyens, procureurs et supposts de la dite Université,
deffendeurs, d'autre; et encore entre les dits abbé, religieux et
couvent de Saint-Germain, demandeurs en lettres en forme de requeste
civile par eux obtenues en nostre chancellerie de Paris le 17 du
present mois, aux fins d'estre restitués et remis en tel estat
qu'ils estoient auparavant les trois arrests y mentionnez de nostre
Parlement de Paris au profit des dits recteur, doyens, procureurs
et supposts de la dite Université: le premier du 5 aoust 1586, le
deuxième à rencontre de Gabriel le Clerc, bourgeois de Paris, et le
troisième du 2 mars 1636; ce faisant, que leurs fins et conclusions
leur soient faites et adjugées, d'une part; et le dits recteur,
doyens, procureurs et supposts de la dite Université de Paris,
deffendeurs, d'autre; et encore entre les dits abbé, religieux et
convent, demandeurs en autres lettres en forme de requeste civile par
eux obtenues en nostre grand conseil, tenu le 25 des dits presens
mois et an, aux fins d'estre restitués contre les dits arrests;
les dites lettres portant attribution de jurisdiction à nostre dit
conseil d'icelles, et deffendeurs, d'une part; et les dits recteur,
doyens, procureurs et supposts de la dite Université, deffendeurs
ès dites lettres et demandeurs en requeste verbale par eux faite ce
jourd'huy, en l'audience de nostre dit conseil, à ce que, deboutant
les abbé, religieux et convent des dites requestes et lettres de
requeste civile, mainlevée soit faite aus dits de l'Université des
saisies faites ès mains des sieurs le Coq, Bailly, Tambonneau et
autres; et, en ce faisant, que les deniers deus à cause des arrerages
des rentes, cens et surcens deubs à la dite Université, leur seront
baillez, d'autre part. Après que Bernage pour les dits abbé,
religieux et convent de la dite abbaye Saint-Germain; Camus pour les
dits recteur, doyens, procureurs et supposts de la dite Université,
et Basin pour nostre procureur general, ont esté ouïs, iceluy nostre
dit grand conseil, par son arrest sur les requêtes et demandes
des dits abbé, religieux et convent de Saint-Germain-des-Prez, et
lettres en forme de requeste civile par eux obtenues, a mis et
met les parties hors de cour et de procez; et, ayant egard à la
requeste verbale des dits recteur, doyens, procureurs et supposts de
l'Université de Paris, leur a fait et fait main-levée des saisies
faites à la requeste des dits abbé, religieux et convent, ès mains
des dits le Coq, Bailly, Tambonneau et autres debiteurs des dites
rentes; ordonne qu'ils vuideront leurs mains de ce qu'ils doivent des
arrerages d'icelles en celles des dits recteur, doyens, procureurs
et supposts de l'Université, et, ce faisant, en demeureront bien
et valablement deschargez, sans depens. Si donnons en mandement et
commettons par ces presentes au premier des huissiers de nostre dit
grand conseil, et hors d'icelle à nos dits huissiers ou autres,
nostre huissier ou sergent sur ce requis, que, à la requeste des
dits recteur, doyens, procureurs et supposts de l'Université de
Paris, le present arrest il mette à deue et entière execution de
point en point, selon sa forme et teneur, en ce que l'execution y
est et sera requise, en contraignant à ce faire souffrir et obeir
tous ceux qu'il appartiendra, et qui pour ce seront à contraindre
par toutes voyes deues et raisonnables, nonobstant oppositions ou
appellations quelconques, pour lesquelles et sans prejudice d'icelles
ne voulons estre differé, et faire en outre, pour l'execution du dit
present arrest, toutes significations, assignations, commandemens,
contraintes et autres exploits requis et necessaires; de ce faire
avons, à nostre dit huissier ou sergent donné et donnons pouvoir,
mandons et commandons à tous nos justiciers et officiers et sujets
qu'à luy ce faisant, sans pour ce demander placet, visa ne pareatis,
soit obey. En temoin de quoy nous avons fait mettre et apposer nostre
scel à ces dites presentes. Donné et prononcé en l'audience de nostre
dit grand conseil, à Paris, le 27e jour de juin, l'an de grace 1645,
et de nostre règne le 3e. Par le roy, à la relation des gens de son
grand conseil,

                                                           ROGER.


_Autre arrest du grand Conseil, du 20 juillet 1646._

Louis, par la grace de Dieu, roy de France et de Navarre; à tous ceux
qui ces presentes lettres verront salut. Sçavoir faisons comme par
arrest ce jourd'huy donné en nostre grand conseil, sur la demande
et profit de defaut requis par nos bien-aimés les recteur, doyens,
procureurs et supposts de l'Université de Paris, demandeurs et
requerans, que les contracts et baux à cens et rentes faits par les
religieux et convent de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prez-lez-Paris,
pardevant Levesque et Boucot, notaires au Chastelet de la dite ville
de Paris, aux sieurs le Cocq, Bailly, Pithou, de Berulles, Tambonneau
et autres, des heritages y mentionnés, sis au Pré-aux-Clercs, du
quatorzième jour de may mil six cens quarante, soient declarez nuls
et de nul effet; ordonné que sur les minutes d'iceux il sera fait
mention tant du present arrest que de celuy de nostre dit conseil du
vingt-septième juin mil six cens quarante-cinq, et que, pardevant le
commissaire qui à ce faire sera deputé par nostre dit conseil, il
sera procedé à la reconnoissance des anciennes bornes et limites du
dit Pré-aux-Clercs, et qu'aux lieux où il s'en trouvera d'ostées et
arrachées il en sera mis de nouvelles, à rencontre des dits abbé,
religieux et convent de la dite abbaye Saint-Germain-des-Prez,
defendeurs et defaillants. Veu par nostre dit conseil la dite
demande, arrest de nostre dit conseil, par lequel, après la
declaration de M. Claude le Brun, procureur au dit conseil, et des
dits abbé, religieux et convent, defaut auroit esté donné à rencontre
d'eux en la presence du dit le Brun, leur procureur, et ordonné
que le jugement d'iceluy surseoiroit jusques au jeudy ensuivant du
quinzième jour de may mil six cens quarante-six; le dit arrest de
nostre dit conseil du dit jour vingt-septième juin mil six cens
quarante cinq, par lequel, sur les requestes et demandes des dits
abbé, religieux et convent de Saint-Germain-des-Prez, et lettres en
forme de requeste civile par eux obtenues, afin d'estre remis en
tel estat qu'ils estoient auparavant les arrests du parlement de
Paris des cinquième aoust mil cinq cens quatre-vingt-six, et onzième
jour de mars mil six cens trente, les parties auroient esté mises
hors de cour et de procès, et ayant egard à la requeste verbale des
dits recteur, doyens, procureurs et supposts de la dite Université,
mainlevée leur auroit esté faite des saisies faites à la requeste des
dits le Cocq, Bailly, Tambonneau et autres, des arrerages des rentes,
cens, surcens deubs à la dite Université; ordonne que les dits le
Cocq, Bailly, Tambonneau et autres vuideront leurs mains de ce
qu'ils devoient des arrerages d'icelles en celles des dits recteur,
doyens, procureurs et supposts de la dite Université; ce faisant,
en demeureront bien et valablement dechargés, sans depens; le dit
arrest de nostre cour de parlement de Paris du dit jour deuxième mars
mil six cens trente, par lequel, sans avoir egard à l'intervention
des dits abbé, religieux et convent de Saint-Germain-des-Prez,
M. Nicolas le Vauquelin, sieur des Yveteaux, et Claude le Bret le
jeune, auroient esté condamnés exhiber aux dits de l'Université les
dits contracts d'acquisition par eux faits de la maison sise au
fauxbourg Saint-Germain, rue des Marais, leur payer chacun d'eux
les lods et ventes du prix de leur acquisition, et le dit Vauquelin
condamné passer titre nouvel et reconnoissance au profit des dits de
l'Université de deux sols parisis de cens, payer vingt-huit années
d'arrerages echeus et ceux qui echeroient par après; autre arrest
du dit parlement par lequel, en consequence du dit arrest du dit
jour deuxième mars mil six cens trente, du consentement des parties
auroit eté ordonné que les dits contracts d'acquisition faits par
les dits le Vauquelin et le Bret seroient reformés, tant ès grosses
qu'ès minutes, et qu'au lieu qu'il estoit porté par iceux que la
maison et lieux y mentionnez estoient en la censive des dits abbé
et religieux de Saint-Germain, il seroit mis qu'ils estoient en la
censive des dits recteur et Université de Paris, et à cette fin
que le dit Vauquelin et damoiselle Denise le Vacher, veuve du dit
le Bret, seroient tenus representer la grosse des dits contracts
du 12e jour de juin mil six cens trente-un; procès-verbaux des
commissaires deputés par nostre dite cour de parlement contenant la
reformation des dits contracts, en execution des dits arrests des
onzième novembre mil six cens trente, vingt-cinq, vingt-huit juin et
trois juillet mil six cens trente-un; copie collationnée de contract
de bail à cens et rente, par messire Henri de Bourbon, evesque de
Metz et abbé de Saint-Germain-des-Prez, et maistre Pierre Pithou,
nostre conseiller au parlement de Paris, d'un morceau de terre sis au
fauxbourg Saint-Germain-des-Prez, proche la Charité, faisant partie
des terres sises au Pré-aux-Clercs appartenant au dit abbé, moyennant
la somme de dix livres parisis de cens et quatre cens vingt livres de
rente par chacun an, lesquels cens et rente demeureroient entre les
mains du dit Pithou jusques à ce que le procès d'entre les dits abbé
et religieux et les dits recteur et supposts de l'Université, pour
raison de la proprieté des dites places, fust vuidé, contenant aussi,
la dite collation, qu'à la minute du dit contract sont attachées
autres minutes de semblables contracts faits par le dit abbé aux
dits sieurs de Berulles, Tambonneau, Leschassier, de Bragelonne, Le
Vasseur, Seguier, le Cocq et Lhuillier, du dit jour quatorzième may
mil six cens quarante; copie collationnée d'arrest dudit parlement
par lequel, entre autres choses, auroit esté ordonné qu'aux frais et
depens des dits abbé, religieux et convent de Saint-Germain-des-Prez
seroient faites tranchées à l'entour du grand Pré-aux-Clercs,
selon les limites plantées et bornes mises ès endroits et lieux
qui seront ordonnés par le commissaire executeur de l'arrest, à la
conservation des droits des dits recteur, doyens, procureurs et
supposts de la dite Université, du quatorzième jour de may mil cinq
cens cinquante-cinq; conclusions de nostre procureur general; iceluy
nostre dit grand conseil, par son dit arrest, a declaré et declare le
dit defaut bien et deuement obtenu, pour le profit duquel a declaré
et declare les dits contracts et baux à cens et rentes faits par les
dits abbé, religieux et convent de Saint-Germain-des-Prez-les-Paris,
des heritages sis au Pré-aux-Clercs, du dit jour quatorzième jour de
may mil six cens quarante, nuls et de nul effet; ordonne que sur les
minutes d'iceux il sera fait mention tant du present arrest que de
celuy du dit jour vingt-septième de juin mil six cens quarante-cinq,
et que, par le rapporteur du procès, en presence du substitut de
nostre procureur general, il sera procédé à la reconnoissance des
anciennes bornes et limites du dit Pré-aux-Clercs, et qu'aux lieux où
il s'en trouvera d'arrachées il en sera mis de nouvelles; condamne
les dits abbé, religieux et convent aux depens du dit defaut, la
taxation d'iceux à nostre dit conseil reservée. Si donnons en
mandement et commettons par ces presentes à nostre et amé féal
conseiller à nostre conseil.................. qu'à la requeste des
dits recteur, doyens, procureurs et supposts de la dite Université de
Paris, le present arrest il mette et fasse mettre à deue et entière
execution, de point en point, selon sa forme et teneur, contraignant
à ce faire, souffrir et obeir tous ceux qu'il appartiendra, et qui
seront à contraindre, par toutes voies deues et raisonnables, et ce
nonobstant oppositions ou appellations quelconques, pour lesquelles
et sans prejudice d'icelles ne sera differé; de ce faire luy donnons
pouvoir. Mandons en outre au premier des huissiers de nostre grand
conseil ou autre nostre huissier ou sergent sur ce requis, faire
pour l'entière execution dudit present arrest tous exploits de
significations, assignations, commandemens et contraintes requis et
necessaires, sans demander placet, visa ne pareatis. Donné en nostre
dit grand conseil, à Paris, le vingtième jour de juillet l'an de
grace mil six cens quarante six; monstré à nostre procureur general,
prononcé les dits jour et an, et de nostre règne le quatrième.

_Par le roy, à la relation des gens de son grand conseil_,

                                                           ROGER.



_Histoire horrible et effroyable d'un homme plus qu'enragé qui a
esgorgé et mangé sept enfans dans la ville de Chaalons en Champagne.
Ensemble l'execution memorable qui s'en est ensuivie._

S. L. ni D. In-8.


Une maudicte et execrable creature, vouée et destinée à Sathan, un
homme scelerat et pire qu'antropophage, s'est trouvé dans la ville
de Chaalons en Champagne, faisant profession d'hospitalité et de
loger les pauvres passans allans et venans dans la dicte ville, qui,
poussé d'une furieuse rage et plus qu'un cannibale, sous ce specieux
pretexte de pieté et devoir d'humanité, a exercé la plus atroce
barbarie et inhumanité qui se puisse inventer et sortir de la pensée
d'un homme raisonnable.

Ce boureau inhumain, par je ne sçay quelle sorte de friandise,
avoit accoustumé d'attirer chez soy les petits enfans de la ville,
qui, surprins par son traitre caquet, se plaisoient d'aller jouer
en sa maison, et par bande et compagnie, comme c'est l'ordinaire
façon de jouer des enfans en bas aage, qui se mènent et se trainent
l'un l'autre en tous lieux pour se recreer ensemble. Par plusieurs
et diverses fois, il les avoit recreez chez soy auparavant qu'il
commençast d'executer sur les pauvres petits son funeste et horrible
dessein; et comme il se mit en fantasie ceste miserable resolution,
il les laissoit entrer et penetrer fort avant dedans son logis sept
à la fois; puis, fermant la porte sur luy, de sept qu'ils estoient,
il en retenoit un et laissoit aller les autres six; et celuy qui
estoit retenu après les autres sortis estoit par ce malheureux
homme incontinent esgorgé et sur-le-champ haché et mis en pièces,
dont partye estoit par luy bouillie, une autre rostie et l'autre
fricassée, se repaissant luy et les siens de ceste cruauté, et en
reservoit quelque reste qu'il faisoit manger le lendemain à la
première bande de petits enfants qui se venoient jouer en son logis.

Sous ceste friandise, ils se plaisoient à la compagnie de ce cruel
inhumain et ne se pouvoient passer d'y aller et s'y mener l'un
l'autre, comme les enfans s'adonnent volontiers d'aller en lieux où
l'on leur donne quelque chose: si bien que jusques à sept fois ils
se trainent et se portent au malheur en ce maudit logis, et à toutes
les fois il sceust en escarter le plus beau de la compagnie pour le
massacrer et le devorer comme un loup enragé, ou, pour mieux dire,
un vray et parfait loup-garou, de telle sorte qu'il en esgorgea et
devora jusqu'à sept. Pendant tout cecy s'estoit vue grande desolation
en la dicte ville de voir les pères et mères chercher, pleurans et
lamentans, leurs pauvres enfans massacrez. On s'enqueste des lieux
où ils ont accoustumé d'aller se resjouir ensemble, et ne peut-on
avoir nouvelle de ce qu'ils sont devenus.

Finallement, par le mesme rapport des enfans leurs camarades, on
descouvre le fait, et asseurent qu'entrant six, sept ou huit au
logis de ce faux hospitalier, il en restoit un de leur compagnie qui
se perdoit là dedans, et ne sçavoient quel il estoit devenu. On le
soubçonne du faict et decrette-on aussi tost le coupable, qui est
arresté prisonnier ainsi qu'il se pensoit sauver dedans un cul de
sac. Arresté qu'il est, on prend et saisit ses enfans, l'un desquels,
estant interrogé du juge sur le faict que dessus, confessa que la
verité estoit qu'il en avoit esgorgé et mangé quatre ou cinq, et que
mesme il leur en avoit fait manger. Confrontez devant leur père,
rendirent mesme tesmoignage, voire, qu'il en avoit esgorgé plus
qu'ils ne disoient. Le procès fait et parfait, ce criminel, atteint
et convaincu de telles impietez, est condamné par sentence des juges
des lieux d'estre bruslé vif au dit Chaalons.

Appel de ce au parlement de Paris, qui confirme la mesme sentence et
renvoye le prisonnier à son premier jugement. Estant donc de retour
en la dicte ville on procède à l'execution, et est conduit dans la
grande place du Marché-au-Bled de la dicte ville, et là est attaché
avec chaînes contre un poteau, despouillé nud, fors trois chemises
que les bonnes dames de ce pays-là fournissent ordinairement aux
suppliciez. On commence d'allumer le feu à ses pieds, qui lui brusle
incontinent les entrailles, et, ayant bruslé la corde qui luy tenoit
les mains liées, il prend le bois ardant avec les mains et le jette
contre les assistans, faisant des cris et hurlemens horribles comme
d'un homme qui mouroit enragé au milieu des flammes dans lesquelles
il perit, et furent les cendres de son corps dissipées par le vent,
selon la teneur de la sentence.



_L'entrée de Gautier Garguille en l'autre monde._

_Poème satyrique._

_A Paris._

M.DC.XXXV[244]. In-8.

          [Note 244: Hugues Gueru, dont les noms de théâtre étoient
          _Flechelles_ et _Gauthier Garguille_, étoit mort depuis
          plus d'une année, après avoir joué pendant quarante ans
          des farces. Il en avoit soixante. «Dans les Registres de
          Saint-Sauveur, dit Piganiol (t. 3, p. 386), le convoi de
          Flechel, comédien, est marqué au 10 de décembre de 1633.»]


  Le battelier d'enfer reparoit sa nacelle,
  Rompuë sous le faix d'une ame criminelle,
  Lors que Gautier-Garguille, arrivant furibond,
  S'ecria: Passe-moy sans attendre un second,
  Vieillard, et ne permets que deux fois je le die,
  Car je suis de la farce en une comedie
  Qu'on jouë chez Pluton. Si tu tardes beaucoup,
  Le moindre des marmots t'y donnera son coup.
  Ce discours depita l'homme à la vieille trongne:
  Tu n'es plus, ce dit-il, à l'hostel de Bourgongne;
  Il ne faut pas tousjours rire et tousjours chanter.
  Icy-bas les esprits ne se pourront flater
  Dans le sot entretien de tes pures fadaises,
  On n'y sert point de noix, de moures[245] ny de fraises,
  Et tu n'y peux tenir un plus insigne rang
  Que de pescher sans fin un grenouiller etang.
  Ne precipite point ta course malheureuse:
  Tu ne sçaurois manquer cette charge honteuse.
  Gaultier luy repondit: Profane, sçais-tu bien
  Que les grands se sont plus à mon doux entretien?
  Un seul ne me voyoit qui ne se prist à rire.
  Ay-je pas mille fois delecté nostre Sire?
  Bon Dieu! si tu sçavois que je suis regreté
  Et que l'on a souvent ce propos repeté:
  Las! le pauvre Gaultier, hé! que c'est de dommage!
  Bref, si je retournois, on me feroit hommage.
  Puis Caron, en riant: Ouy, tu retourneras;
  Cela depend de toy, marche quand tu voudras.
  Il ronfloit en tenant ce discours à Garguille,
  Car il ne laissoit pas de pousser sa cheville
  A l'endroit depecé de son basteau fatal.
  Mais Gaultier, en colère: Espères-tu, brutal,
  Que je puisse long-temps tarder en ce rivage?
  Passe-moy vitement, je payeray ton gage;
  Ne te deffie point d'un homme comme moy:
  Je suis tout plein d'honneur, de justice et de foy.
  Lors, entrant au batteau, l'homme à l'orrible face,
  Saisi de ses outils, le conduit et le passe.
  Il demande un denier; mais, montrant ses talons,
  Gaultier dist en riant: Je n'ay que des testons.
  Si tu ne me veux croire, avant que je devale,
  Va-t'en le demander à la trouppe royalle;
  Et cependant, s'il vient quelqu'un mort de nouveau,
  Je le puis bien passer ou le mettre dans l'eau.
  Sinon, viens avec moy chez Pluton et sa garce.
  Tu ne bailleras rien pour entendre la farce.
  Caron, voyant que tout alloit de la façon,
  Jugea qu'il le vouloit payer d'une chanson[246].
  Il dist entre ses dents: Jamais homme du monde
  Sans avancer l'argent ne passera cette onde.
  Garguille, de ce trait tout aise et tout joyeux,
  Le signe en s'en allant et du doigt et des yeux;
  Il l'estime nyais, et, secouant la teste,
  Monstre qu'il duperoit une plus fine beste.
  Cependant il arrive à la porte d'enfer,
  Où, frappant comme un sourd, il resonne le fer.
  Il tance le portier, qui rit de sa colère;
  Mais aussi tost qu'il vit l'effroyable Cerbère
  Qui, faisant le custos, y sembloit sommeiller,
  Il passa doucement de peur de l'eveiller:
  Car, n'ayant jamais veu de si terribles suisses,
  Il craignoit d'estre pris aux jambes ou aux cuisses.
  Mais comme il fut devant le palais de Pluton,
  Un huissier rechigné luy monstra le baston:
  Quoy! fol outrecuident! quelle effrontée escorte
  T'ose bien faire voir le cuivre de la porte?
  Le roy demeure icy; les juges criminels
  N'osent voir sans congé ses louvres eternels,
  Et tu viens hardiment en cette digne place!
  Juge donc le peril où t'a mis ton audace.
  Cela dit, il le chasse, et neantmoins Gaultier
  S'efforce de monstrer des traits de son mestier
  En chantant et dansant, mais enfin se retire,
  Voyant que de ses tours l'huissier ne vouloit rire.
  Après avoir erré mille detroits nombreux,
  Il se treuve au palais où tous les malheureux
  Vont comparoir devant les majestez sublimes
  De ces trois presidens qui condamnent les crimes.
  Les sergens conduisoient un mechant garnement
  Devant le sieur Minos pour avoir jugement.
  Le fou, qui vit cela, sentit son ame atteinte
  En ce mesme moment de froideur et de crainte,
  Car le juge leur dist: Je croy que vous rêvez;
  Pourquoy n'amenez-vous ces autres reprouvez?
  Veux-je pas à chacun prononcer sa sentence
  A la proportion de son enorme offence?
  Ce fut là qu'en fuyant nostre pauvre Gaultier
  Monstra qu'il n'estoit pas le fils d'un savetier.
  Avoit-il pas grand tort de passer les devises,
  Puis que les champs heureux à ses fautes remises
  N'estoient pas deniez? La curiosité
  Apporte bien souvent de l'incommodité:
  Il le reconneut bien, car il jura dès l'heure
  De ne retourner plus où le juge demeure.
  Quand il fut arrivé dans ces prez où les fleurs
  Conservent à jamais l'eclat de leurs couleurs,
  Où cent flots argentez arrosent les herbages,
  Où l'air purifié n'a jamais de nuages,
  Et où l'on ne voit point changement de saison
  Dans l'ordre qu'y fait voir l'eternelle raison,
  Il se coucha tout plat sur l'herbe et les fleurettes,
  Mais il tesmoigna bien, par mille chansonnettes,
  Le plaisir qu'il avoit d'estre hors du danger.
  Tabarin, le voyant, s'en vint le langager[247],
  Jugeant à sa façon que c'estoit un bon drole,
  Et qu'ils avoient été nourris en mesme ecole.
  Je ne m'estonne point s'ils se firent acueil,
  Car toujours le pareil demande son pareil.
  Si tost que Tabarin eut fait la connoissance[248],
  Garguille s'ecria: Que j'ayme ta presence!
  Incomparable esprit, subtil, facetieux,
  Personne ne te hait sous le bassin des cieux;
  Que j'ay pris de plaisir à lire ton beau livre!
  Je n'avois autre soin, autre bien, que de suivre
  Tes beaux enseignemens, qui sont poudrez d'un sel
  Tel que nos devanciers n'en goustèrent de tel!
  L'autre, à qui ce discours sentoit comme du baume,
  Et qui n'eust tant prisé la lecture d'un pseaume,
  Se voulut informer des bons garçons du tans
  Et de ce qui s'est fait depuis vingt ou trente ans;
  Mais Orfée parut marqué de mille playes
  Qui font encore voir si les fables sont vrayes.
  Quand Garguille eut apris que c'estoit ce rimeur:
  Nos poètes, dit-il, sont bien d'une autre humeur;
  Ils ne se feront point mettre le corps en pièces
  Faute d'aimer la femme: ils ont tous leurs maîtresses,
  Et plustost deux que trois. A ces mots Tabarin
  Ayant trouvé du goust, fist un ris de badin;
  Mais Gautier, s'ennuyant de se voir inutile,
  Dist qu'il vouloit monstrer comme il estoit habile,
  Si tost qu'il auroit sceu les agreables lieux
  Où les comediens font admirer leurs jeux.
  Alors, sans differer, il courut sur les friches
  Pour voir en toutes parts s'il verroit des affiches;
  Mais quand il n'en vit point, et qu'il fut asseuré
  Que là son bel esprit seroit moins admiré
  Que parmy les humains, il se change en tristesse,
  Fasché de n'y voir pas rire de ses souplesses.
  Il court de tous costez, hurlant à tout moment
  Un discours qui ne dit que: Paris! seulement.
  Il se met sur un mont où vainement il tache,
  Planté sur ses orteils, d'aviser sainct Eustache[249].
  Un esprit politique, ayant tout ecouté,
  Le voulut faire boire au fleuve de Lethé,
  Afin que des humains il perdît la memoire:
  C'estoit vouloir sans soif forcer un asne à boire,
  Car Gautier repondit que seulement aux bains
  On se servoit de l'eau, et pour laver les mains.
  Il s'enfuit sur ce point, dépassant d'une lieue
  L'esprit, qui, moins subtil, est encore à sa queue.
  Je jure mon cornet qu'il aura beau courir,
  Le fou ne boira pas, et deust-il en mourir.
  Il marque de ses piez la terre qui raisonne,
  Et fait voir en sautant qu'un fossé ne l'etonne.
  Chacun juge là-bas, à le voir si leger,
  Que son mestier estoit d'apprendre à voltiger.
  Il a jambes de cocq et tout le corps si graisle
  Que le vent pourroit bien l'emporter sur son aisle;
  Mais c'est trop guarguillé: si quelqu'un le veut voir,
  Qu'il aille à l'autre monde; il s'y fait prevaloir,
  Ayant enfin guaigné l'azile d'une roche
  Où je ne pense pas que jamais on le croche.

          [Note 245: De mûres.]

          [Note 246: On connoît sur cette expression: _payer
          quelqu'un d'une chanson_, le joli conte que Bonaventure des
          Périers a imité du Pogge.]

          [Note 247: Cette rencontre de Gauthier Garguille et de
          Tabarin dans les enfers donneroit à croire que celui-ci
          n'avoit pas longtemps joui de la fortune qu'il s'étoit
          faite avec Mondor, son maître, et que sa mort funeste,
          dont nous avons parlé dans une note de notre édition des
          _Caquets de l'Accouchée_, p. 250, avoit suivi de près
          l'année 1630, où nous commençons à voir Padel le remplacer
          sur les tréteaux de la place Dauphine. Ce dernier farceur,
          nommé dans une pièce de notre tome 3, p. 151, est donné
          comme successeur de Tabarin dans l'avertissement de
          l'_Amphitrite_, poème de nouvelle invention, 5 actes en
          vers, par M. de Monléon, Paris, veuve Guillemot, 1630,
          in-8.]

          [Note 248: Tabarin n'avoit guère besoin d'entrer en
          connoissance avec Gauthier Garguille, s'il est vrai que
          celui-ci eût épousé sa fille. (Piganiol, t. 3, p. 386.)]

          [Note 249: C'est à la pointe formée par le chevet de cette
          église, auprès du petit pont jeté sur l'égout, et qui
          s'appeloit Pont-Alais, que les comédiens venoient en bande
          faire leur montre. Nous avons déjà parlé, d'après des
          Périers, du farceur qui, à cause de cela, avoit pris le
          surnom de Pont-Alais.]



_Les estrennes du Gros Guillaume à Perrine[250], presentées aux dames
de Paris et aux amateurs de la vertu._

          [Note 250: Ce n'est pas ordinairement avec Gros-Guillaume,
          mais avec Gauthier Garguille, que Perrine est mise en
          scène. Dans les pièces où ils figurent ensemble, elle est
          donnée pour femme de ce dernier. V. surtout l'une des plus
          curieuses, déjà citée par l'abbé de Marolles (_Mémoires_,
          1656, in-fol., p. 31), et réimprimée par Caron dans son
          recueil de facéties: _La farce de la querelle de Gauthier
          Garguille et de Perrine, sa femme, avec la sentence de
          séparation entre eux rendue à Vaugirard, par a, e, i, o, u,
          à l'enseigne des Trois-Raves._--V. sur ces farceurs notre
          édition des _Caquets de l'Accouchée_, p. 277-282, notes.]


PERRINE,

Estant ces jours passez proche voisin de nos chenets, croquetant le
marmouset[251], pensant tromper la rigueur de l'hyver par l'humble
radication d'une chaleur ignée qui me donnoit sur la place Maubert
(au moins, dis-je, à la Grève[252] de mes jambes), il me souvint
que ceste année commençoit à prendre fin, et que le dernier jour
d'icelle servoit de veille au premier de l'année prochaine, et que
pareil jour la coustume, autant ancienne que louable et bonne, estoit
d'estrener ses amis, et qu'entre tous ceux que j'ayme en ce monde tu
as pris le supresme degré; toutefois ces considerations, assemblées
comme une botte d'allumettes ou de carottes, m'ont fait resoudre de
t'estreiner à ce beau jour de l'an. Mais ceste resolution ne m'a de
rien servy, d'autant que, quand j'ay songé à ce que je te donnerais,
ç'a bien esté le mal: car mon imaginative chancelloit (sans tomber
toutes fois) tantost deçà tantost delà, car je meditois ainsi que de
presenter des poids succrés, du pain d'espice, un petit chou, un pain
de mouton[253], une rissolle, un bissecuit ou un macaron, cela ne te
convenoit point, n'estant point friande.

          [Note 251: Peut-être est-ce le cas d'adopter, pour la
          locution _croquer le marmot_, dont celle-ci n'est qu'une
          variante, l'étymologie qu'on trouve dans le _Ducatiana_, t.
          2, p. 489. _Croquer le marmot_, ce seroit, d'après cette
          explication, charbonner des bonshommes sur les murs en
          attendant quelqu'un, ou par désoeuvrement. D'autres veulent
          y voir une allusion aux amants morfondus qui, faisant le
          pied de grue à la porte de leurs maîtresses, se consoloient
          à baiser le marteau sculpté en marmot grotesque. Cette
          opinion peut se justifier par la miniature d'un roman du
          XVIe siècle, reproduite dans le _Bibliographical Decameron_
          de Dibdin, t. 1, p. 216, où l'on voit un jeune homme
          _baisant_ ainsi le _marteau de la porte_ de la maison
          où demeure sa dame; et aussi par plus d'un passage des
          auteurs du XVIe et du XVIIe siècle, notamment par une
          phrase de la comédie des _Petits maîtres d'été_ (1696),
          qui nous représente ces Narcisses modernes passant l'hiver
          «à se morfondre sous les fenêtres des dames et à _baiser
          les marteaux de leurs portes_.»--Dans la _Comédie des
          proverbes_ (acte 2, scène 5), Fierabras dit: «Je leur feray
          croquer le marmouset.»]

          [Note 252: Il n'est pas besoin de faire remarquer le jeu
          de mots qu'il y a ici sur l'espèce de grandes bottes, ou
          guêtres de cuir, qu'on appeloit _grèves_.]

          [Note 253: Le _pain mouton_, dont Le Grand d'Aussy a
          oublié de parler dans le chapitre qu'il consacre au
          _pain_ (_Vie privée des François_, 3e section), étoit,
          suivant Furetière, une sorte de petits pains saupoudrés
          de grains de blé que les pâtissiers faisoient le jour des
          étrennes et que les valets donnoient aux petits enfants.
          Les auteurs du _Dictionnaire de Trévoux_ trouvent dans ce
          mot une altération du mot _panis mutuatus_, qui se lit
          dans quelques vieux cartulaires. «Ce sont, disent-ils,
          de petits présents que les pauvres font aux riches, qui
          tiennent moins du don que de l'emprunt. Il (ce pain) est
          semé de petits grains de blé, qui sont le symbole de la
          multiplication, pour figurer le profit qu'on espère d'en
          tirer.» L'abbé de Marolles, dans sa traduction des _Quinze
          livres des Deipnosophistes_ d'Athénée (Paris, 1680, in-4),
          ouvrage où l'on ne s'attendoit certes pas à trouver pareil
          renseignement, parle (p. 39) d'une femme qui couroit de son
          temps les rues de Paris en vendant du _pain mouton_, et qui
          s'étoit fait, pour le crier, «un air tout particulier».]

De te donner une pirouette de bois, un bilboquet de sureau[254], une
poupée de platre, un chiflet de terre et un demy-seinct de plomb,
rien de tout cela, car tu n'es plus un enfant. De te donner de
l'argent monnoyé, non, car c'est en manière d'aumosne à des pauvres
gens.

          [Note 254: Depuis Henri III, dont ce fut, comme on sait, le
          jouet favori (V. Journal de l'Estoille, juillet 1585), le
          _bilboquet_ étoit resté de mode, si bien qu'en 1626, le duc
          de Nemours, fort expert en tous les amusements, régla pour
          les fêtes du Louvre un _Ballet des bilboquets_ (_Mémoires_
          de Michel de Marolles, t. 1, p. 134).]

De t'estrener aussi d'abits, demy-ceint d'argent, d'anneaux, de
bagues et joyaux, tout beau! je n'y vois goutte en ceste grande
perplexité d'esprit. Je me suis advisé que, si je te faisois
estreine, il falloit qu'elle fust pour toute ta vie, sans recommencer
si souvent: car je te diray en passant que ce n'est guère ma coustume
de donner; toutesfois, ma bource en est toute grasse et usée.

Mais aussi de te faire un don si signallé que je te donnasse tout ce
que tu aurois besoin tout le long de ta vie, hé! il me faudroit aller
aux Indes querir de la terre à Bertran[255] pour y satisfaire. Joint
que, quand j'aurois le Mont-Senis en ma possession aussi couvert d'or
comme est de neige cest yver, cela n'y feroit rien.

          [Note 255: L'or.--Ne l'appeloit-on pas ainsi parceque
          l'Inde, contrée de l'or, étoit aussi le pays des singes,
          auxquels, selon Ménage, on étoit d'usage de donner le nom
          de Bertrand?]

Car pour tout l'or du monde l'on ne peut acheter la santé, le
bonheur, l'amitié et autres choses necessaires à la vie. Hé! quoy
doncques! seray-je frustré de mon dessein? Non, ce dit ma raison;
d'autant que tout ce qui ne se peut effectuer par nostre pouvoir,
sans le pouvoir d'autruy, se doit parfaire par prières et souhaits.
C'est pourquoy je t'ay composé ceste estreine, toute pleine de
prières, de desirs et souhaits que j'adresse à celuy qui te peut
donner tout ce qu'auras de besoin en toute ta vie. Par ainsi, je
crois avoir satisfait à ma pretention. Que si quelqu'un dit que
cela ne t'enrichira guère, je respons que ce sont les meilleures
estreines: on en void la pratique pour exemple.

On dit au jour de l'an: Bonjour et bon an; esternuë-on, Dieu vous
croisse, Dieu vous face bonne fille; au matin, bon jour; la nuict,
bonsoir; après midy, bon vespre; au repas, prou-face; aux rencontres,
Dieu te gard; si quelqu'un s'en va, Dieu te conduise, et plusieurs
comme cela. Ce sont les meilleures estrennes.

Il ne reste plus maintenant de te prier de les avoir pour agreables,
et de croire que je les ay faites du mieux qu'il m'a esté possible.
Toutesfois, si par la vivacité de ton bel esprit tu recognois quelque
chose y manquer, je te prie d'y suppleer par ta diligence et de
façonner tes desirs à ta volonté: car les desirs sont de telle nature
qu'ils prennent telle nature que l'on veut.

Or, ainsi comme je me suis tenu fort heureux depuis le jour que j'eus
fait ta cognoissance, quand tu estois de Barisienne Parisienne, aussi
m'estimerois-je heureux si tu loges ce present seulement dans quelque
trou de soury du cabinet de tes bonnes graces, et, pour me combler de
felicité, de m'accepter à ceste qualité,

                                                  Perrine,

                                      Vostre très humble serviteur.

                                             GUILLAUME LE GROS.

  Les biens dont le ciel m'a fait part
  Je vous presente en bonne estreine:
  C'est le corps et l'esprit gaillard
  Qui à vous servir prendra peine;
  Quant est de richesse mondaine,
  Sans mentir, ne vous puis faire offre,
  Car ma personne, chose certaine,
  Ne mit jamais escus en coffre.



_La lettre consolatoire escripte par le general de la compagnie des
Crocheteurs de France à ses confrères, sur son restablissement au
dessus de la Samaritaine du Pont-Neuf, naratifve des causes de son
absence et voyages pendant icelle. Translatée de grec en françois par
N. Horry, clerc du lieu de Barges en Bassigny._

1612. In-8[256].

          [Note 256: Ce petit clocheteur, ou _crocheteur_, comme
          le peuple l'appeloit par altération, avoit été enlevé du
          sommet de la _Samaritaine_ à cause des _pasquils_ qui se
          publioient sous son nom. Concini, ne pouvant découvrir le
          véritable auteur de ces libelles, presque tous dirigés
          contre lui, avoit cru bon de s'en prendre à cette petite
          figure, qu'on en faisoit l'éditeur responsable. Le coup
          d'état eut lieu à propos d'un de ces pasquils en forme de
          harangue que le clocheteur étoit censé débiter au peuple.
          V. _Première continuation du Mercure françois_, in-8,
          1611, p. 37.--On se moqua beaucoup dans le public de cette
          singulière vengeance du ministre. V. plus haut, p. 27, la
          pièce qui a pour titre _Songe_. Aussi, l'année suivante,
          le petit _clocheteur_ étoit-il rétabli, et donnoit matière
          à la pièce, très rare aujourd'hui, que nous reproduisons.
          Cette affaire a été racontée sommairement par M. Bazin dans
          son petit volume _la Cour de Marie de Médicis_, p. 100.]


_Hæc sunt arma Bacchi._

Messieurs et confrères, je sçay que ma longue absence, provenue
de la privation et de la cheute du magnifique et honorable siége
auquel j'estois installé au dessus de la Samaritaine du Pont-Neuf,
vous a causé une grande tristesse et fascherie, principalement lors
que l'eaue provenante du bois tortu vous a manqué, pour avoir esté
egarez comme soldats qui ont perdu leur capitaine, comme brebis
depourveues de pasteur, ne sçachans où chercher pasture. Aussi
vous, après avoir esté privez de ma presence, avez esté fourvoyez
de vostre chemin accoustumé d'aller sacrifier au dieu Bacchus,
changeans à chacune heure de lieux où se faict ordinairement le
service du vin, selon les recits qui vous estoient faicts des lieux
où gisoit le meilleur de ce qui vous fortifie à porter voz charges
accoustumées, lequel changement vous estoit causé par les porteurs
d'eaue, voz ennemis et malvueillans, en ce que ne mettez point en
oeuvre de leur marchandise, si ce n'est contre vostre volonté et
lorsque le pouvoir d'avoir aultre marchandise plus agreable vous
default; pour eviter la compagnie des quelz, ensemble de ceulx qui,
en vertu de certaine ordonnance et reglement faict en ceste ville,
font perquisition et recherche des bourgeois, entre les quelz,
_subauditur_ des cornus, vous tenez les premiers rangs, qui vont aux
cabarets et tavernes pour y travailler des maschoires et arrouser
leur gosier, craincte qu'il ne se desseiche par trop, quittans à
cest effect leurs domicilles, où ilz pourroient faire pareil travail
et arrousement de gousier, vous estes contrainctz de faire le dict
changement à fin de n'estre inquietez en si honorable exercice, tous
les quels troubles et perturbations vous estoient causés par le
moyen de mon absence, qu'estimiés debvoir durer jusques aux kalandes
grecques prochaines. Tellement que mon retour vous affranchira de
telles inquietudes et apportera une grande joye et contantement non
seullement à vous, mais aussi à plusieurs marchans qui tiennent
leurs boutiques et vendent leurs marchandises sur le dit Pont-Neuf,
comme vendeurs d'allumettes, arracheurs de dents, crieurs de poudre
pour faire mourir les rats et les souris, venderesses d'herbes,
et aultres marchans de semblable ou plus grande qualité, mesmes à
messieurs les couppeurs de bourses[257], qui me sont desjà venus
veoir pour tesmoigner l'aise qu'ils ont de mon restablissement et
la perte qu'ils ont encourue par mon absence, me prians de ne leur
estre contraire, et que, quand je les verray exercer leur mestier,
je n'en dise mot; ce que je leur ay promis, et en recompence m'ont
donné asseurance de ne jamais coupper les vostres, du moings celles
qui vous touchent de plus près. En sorte que je recognois mon retour
estre applaudi d'un chacun, voyant la grande multitude de peuple
dont je suis accompagné durant le jour, et le grand nombre d'osteurs
de manteaux qui ne m'abandonnent de loing la nuict. Aussi ce m'estoit
chose très dure d'avoir esté sans cause depossedé de ce mien trosne
par l'envie et poursuitte de la Samaritaine, sur le donné à entendre
qu'elle auroit faict comme jalouse que j'estois au dessus d'elle,
estant de l'humeur des autres femmes qui vueillent dominer et estre
au dessus des hommes (excepté au combat de la couche, où elles
souffrent estre au dessoubs, pour leur commodité), ayant proposé
et mis en faict que son renom estoit aneanty par le moyen du mien,
qui, à cause de ma grande constance et integrité, estois tousjours
accompagné de plusieurs, mesme de grands seigneurs, en sorte qu'on
ne tenoit plus compte d'elle, laquelle, oultre ce, auroit remonstré,
afin de parvenir à son intention, qu'elle ne pouvoit dormir à seurté,
craincte que je ne luy laissasse tomber sur la teste le marteau que
je tenois entre mes jambes, par le moyen du quel je lui rompois la
teste quand je sonnois les heures[258]; aussi que j'estois illec
inutil, amusant une grande partie de peuple auquel je faisois perdre
temps, joinct que je portois scandal à plusieurs, à cause des plumes
qui estoient et sont encores à present au dessus de mon bonnet, qui
denotoient et signifioient qu'il y avoit bien des oiseaux et cocus
en ceste ville, et portois les armoiries d'iceux et de vous, mes
confrères, derrière mon dos[259], ce qui occasionnoit plusieurs de
ceste qualité de se fascher en eux-mesmes et de battre leurs femmes,
ou les laisser battre par le bas à ceux qui vouloient entreprendre
telle besoigne. Sur lequel donné à entendre j'aurois esté desmis
et depossedé de l'honnorable charge à laquelle j'avois esté esleu,
bien que je m'y sois gouverné avec telle modestie que je ne pense
avoir donné subject à quelque muet que ce soit d'en parler, la
faulte ne debvant estre imputée à moy s'il y a eu quelques bourses
couppées à mes spectateurs, m'ayant esté impossible, à cause de la
multitude du peuple dont j'ay esté tousjours entouré, de prendre
garde sur un chascun; aussi que, les appercevant, je n'en osois
dire mot, de craincte qu'ils me jettassent en la rivière, cela leur
estant facille, ou me feissent quelque autre tour irreparable, ce
qui servira de responce aux deux vers suivans, que nos ennemis ont
proposé contre mon integrité, qui sont:

  _Aussi qui souffre un crime estre faict par autruy,
  S'il le peut empescher, offence autant que luy._

          [Note 257: Les voleurs étoient toujours nombreux autour de
          la Samaritaine, à cause des bons coups qu'ils pouvoient
          faire dans la foule des badauds attirés là par les
          clochettes du Jacquemard mis ici en scène. V. notre t. 3,
          p. 148, note.]

          [Note 258: Ce détail confirme ce qu'on lit dans la
          _Continuation du Mercure_, à savoir que le petit clocheteur
          étoit debout sur une cloche, qu'il frappoit aux heures et
          aux demies avec un marteau placé entre ses jambes.]

          [Note 259: Allusion aux crochets que les crocheteurs
          portent sur leur dos, et dont la forme, assez semblable à
          celle des _ailes_ d'un ange, étoit cause qu'on les appeloit
          _Anges de Grève_. V. sur cette expression populaire la
          citation d'un passage de l'_Eugène_ de Jodelle, à la p. 179
          de notre t. 3.]

Car avec raison on ne me peut accuser d'avoir eté adherant à leurs
mesfaitz et larcins, puis que la verité est que je n'ay oncques
participé à iceulx, et ne l'eusse voulu faire, ayant mieux aimé humer
le vent et me rassasier de la contemplation de ces maquignonnes
de corps humains qui à chasque moment passent devant moy, allans
querir de quoy occuper et mettre en besoigne les racommodeurs de
bas, qui est aujourd'huy un des meilleurs mestiers qui soit dans
Paris[260]: car, bien qu'il en soit en grande foison, si est-ce que
voullans travailler, ilz trouvent de la besoigne suffisante pour
combattre la paresse. Mais, pour continuer mon premier discours et
vous narrer les beaux voyages que j'ay faict pendant mon absence
de ce lieu, vous serez assurez que, me voyant contre tout droict
et equité depossedé de mon siége par l'artifice de la Samaritaine
et aultres nos ennemis, et nottamment par les ramasseurs de pièces
par les boues, nos adversaires, sur ce qu'ils pretendent que
souventes fois, en exerçant vos nobles charges, vous entreprenez sur
leur trafficq, et ramassez comme eux toutes les pièces et hardes
que trouvez par les rues, mesme aussi par les maistres escureurs
de privés, qui disent que sans leur sceu et consentement vous
allez ordinairement evacuer lesdits privez, prenans la marchandise
provenante en iceux, que vendez cherement aux vendeurs de moustarde;
sur lequel different ils disent y avoir desjà eu sentence à leur
profit, portant permission de faire saisir et arrester entre vos
mains la dite marchandise, et la bailler en garde et senteur à vos
nez. Voyant telles menées et entreprises faictes contre nous et au
prejudice des priviléges qui de tout temps, mesmes quinze cens ans
auparavant la creation du monde, ont esté accordez à nostre societé,
et desquels elle a tousjours jouy paisiblement ou contentieusement,
j'aurois prins resolution, après les protestations par moy faictes
et contenues en la complainte que j'ay dès lors baillée par escript,
d'entreprendre quelque voyage lointain, encores que je fusse saisi
d'un grand cathaire qui m'estoit descendu sur le talon gauche, dont
le mal que voyez que j'ay encores à present aux genoulx a pris
origine, et lequel cathaire estoit provenu de colère qui me causoit
une hydropisie, pour laquelle appaiser il failloit qu'à chacun quart
d'heure j'avalasse quatre demy-septiers de jus de raisins, à prendre
laquelle medecine si souvent plusieurs damoiselles eussent eté bien
empeschées. Donc, estant en tel equipage, et voyant qu'il ne m'estoit
possible d'aller à pied, et moins à cheval, veu que l'un des
secretaires du maistre des basses oeuvres[261], qui m'en avoit promis
un, me manqua, je m'advisay de me servir de mes aisles et voller où
le vent me conduiroit; ce qu'ayant faict, et poussé d'un bon vent du
derrière, le destin me favorisa tant qu'en moins de huict jours je
me serois trouvé au royaume de Crocambruse, situé dix lieues trois
quards et demye aulne au delà du bout du monde, pays fort fertil et
abondant en orties, chardons et espines, sur lesquels croissent des
fruicts admirables et fort rassasians. Me trouvant auquel pays, je
fus fort estonné pour veoir l'estrange et sauvage façon des habitans
d'icelluy, les moindres d'iceux ayans plus de deux cens pieds de
mouches de hauteur, tous vestus de nudité, les femmes portant barbes
comme les hommes, mais plus bas toutes fois, n'estans honteuses
de les monstrer, et les lieux où elles croissent, comme font les
femmes de par deçà, qui ne les monstrent qu'en cachette; mesme y en
a plusieurs qui vueillent gaigner gros pour les communiquer, comme
si c'estoit chose pretieuse. Neantmoings, je trouvay iceux habitans
fort debonnaires et humains envers les estrangers: car, voyans que
je n'entendois leur langage, et cognoissans à mes habits de quelle
patrie je pouvois estre, me donnèrent pour truchement un jeune homme
françois qu'ils disoient y avoir trois cens ans estre venu audit
pays, lequel jeune homme, par sa bienvueillance et peine, m'enseigna
et feist entrer en mon dur cerveau le langage d'icelluy pays; ayant
laquelle science je fus plus joyeux que ne seroit un riche homme qui,
sans y penser, trouveroit une espingle en son chemin: car le roy
dudit pays, sur les recits à lui faicts de mes comportemens et beaux
exploicts de dents, me voulut avoir pour estre le premier intendant
de l'escumerie de ses pots, ayant lequel office je fus chery et
honoré de tous ceux de sa cour, et principallement des lacquais et
ratisseurs de navets, qui n'osoient tremper leur pain au pot sans ma
permission. Mais, comme on dit en commun proverbe, _Extrema gaudii
luctus occupat_, car quelqu'un desdits lacquais, auquel j'avois
refusé l'entrée et l'approche du pot, trouva invention de me faire
desmettre de ceste charge, sur le rapport qu'il feist au roy que
j'estois de mauvaise vie et que j'avois esté banny de mon pays avec
privation d'une honorable charge que j'y avois. Ce neantmoings le roy
me voulust bailler un autre office, qui estoit d'estre premier vallet
de pied d'un des commis du principal tournebroche de sa cuisine, ce
que je refusay, obtemperant au desir qui me poignoit de revoir ma
patrie, qui ne se peut jamais oublier, ainsi qu'il se peut cognoistre
par les deux vers suivans du poëte Ovide:

  _Nescio qua natale solum dulcedine cunctos
     Ducit et immemores non sinit esse sui._

          [Note 260: Les filles de joie firent de tout temps leurs
          caravanes sur le Pont-Neuf. V. _le Tracas de Paris_ de Fr.
          Colletet. Il avoit hérité pour cela du dicton populaire
          qui, avant sa construction, avoit cours à propos du
          Grand-Pont, ou Pont-au-Change. V. _Description de la
          ville de Paris au XVe siècle_, par Guillebert de Metz,
          publiée par M. Le Roux de Lincy, Paris, Aubry, 1856, p.
          55. Chamfort raconte une jolie anecdote au sujet de ce
          dicton, qui veut, comme on sait, que toute personne passant
          sur le Pont-Neuf y rencontre une de ces dames, un moine
          et un cheval blanc. Deux femmes de vertu très moyenne le
          traversoient. Le cheval passe, puis le moine. L'une des
          deux en fait la remarque.--Mais ce n'est pas assez, dit
          l'autre.--Oh! pour le reste, réplique la première, nous
          savons toutes deux à quoi nous en tenir. Le proverbe étoit
          deux fois vrai ce jour-là.]

          [Note 261: Les _maîtres des basses oeuvres_ étoient ces
          _maistres escureurs de privés_ dont il vient d'être parlé.
          On les appeloit aussi _maistres Fifi_. V. Le Duchat, notes
          sur Rabelais, édit. in-12, 1732, t. 2, p. 197.]

Ayant donc tel desir, et considerant la dignité que j'obtenois en ce
lieu, dont j'avois esté contre toute raison deprimé, me persuadant
que la longueur du temps auroit faict appaiser la colère et animosité
qu'icelle Samaritaine et autres noz ennemis avoient conceu contre
moy, et ayant eu advis que tous les cabaretiers et taverniers
soustenoient nostre party, à cause que prenez et acceptez plustost
de leur marchandise que de toute autre, je pris resolution de m'en
retourner par deçà; ayant faict la quelle entreprise et desjà faict
une grande partie du chemin, quatre du nombre des Quinze-Vingtz me
rencontrèrent, m'aians apperceu et recogneu de loing, les quelz
disoient me cercher et avoir lettres à moy adressantes et escriptes
de la part de la Samaritaine, qu'ilz me baillèrent, les quelles ne
pouvant lire, un d'iceulx m'en fit lecture, par les quelles icelle
Samaritaine s'accusoit de perfidie et recognoissoit mon innocence,
me priant de venir reprendre ma place auprès et au dessus d'elle,
m'exprimant les accidents à elle survenus depuis mon absence,
et entre autres, comme l'eau de son puits avoit esté saisie, et
arrestée fort longtemps au mois de janvier dernier, en sorte qu'elle
n'en pouvoit tirer et avoir aucune goutte[262], lequel arrest elle
estimoit avoir esté faict à ma requeste. Ayant entendu la lecture des
quelles lettres, je fus saisi d'une telle allegresse que j'oubliay
une botte d'allumettes que j'avois acheptée pour faire present à
quelques uns par deçà pour procurer mon restablissement, et dès lors
consenty main levée estre faicte à icelle Samaritaine de l'eaue de
son puis, qui luy avoit esté arrestée; puis je feis en sorte qu'en
peu de temps j'accomplis le voyage de mon retour en ceste ville, où
estant, sur l'instante requeste d'icelle Samaritaine et protestations
par elle faictes de ne me plus inquieter, je me suis reintegré en
mon magnifique siége, n'ayant toutes fois voulu monter si hault que
j'estois, afin d'eviter l'orage des vents et la peine de sonner les
heures, qui m'estoit une grande charge et empesche de pouvoir dormir
à mon aise, à cause qu'il falloit sonner aux heures precises; ayant
choisi le lieu où je suis à present, qui est encores au dessus de la
Samaritaine, mais bien plus proche d'elle que le premier où j'estois,
laquelle, depuis que j'y suis, m'a monstré toute amitié, et confesse
que la raison pour laquelle elle m'avoit faict deposseder n'a esté
qu'à cause que j'estois trop loin d'elle: car les femmes desirent
estre visitées de près, estant impossible de les contenter de loin;
à la sollicitation de laquelle j'ay mis bas mes aisles en signe de
paix, m'estant contenté de prendre pour toutes armes la bouteille
que je tiens entre mes mains, sçachant bien que chacun de vous est
ordinairement armé d'un verre garny du breuvage qui vous fortifie
le corps et la voix pour porter et crier vos charges, des quelles
estant despetrez, tant vous estes ennemis de paresse, et pour ne
demeurer inutils, vous prenez une charge de vin, qui vous semble
plus facille que celle de cottraicts; de quoy je vous loue, croyant
que les taverniers et cabaretiers en font de mesme, vous enjoignant
de continuer en si bon exercice, et vous asseurer qu'envers tous vos
ennemis je seray d'icy à quinze cens ans, comme je suis à present,

                         Messieurs et confrères,
            Vostre très-asseuré protecteur et defenseur,

                                   JACQUEMART HUMEVENT[263].

          [Note 262: Boisrobert, dans sa charmante pièce _l'Hyver de
          Paris_, nous parle ainsi de la Samaritaine, gelée par les
          grands froids:

               La Samaritaine, enrhumée,
               N'a plus sa voix accoutumée;
               Sa cruche, pleine jusqu'au fond,
               Ne verse plus d'eau sur le pont.]

          [Note 263: Plusieurs années après le rétablissement du
          petit clocheteur, mais nous ne savons à quelle époque au
          juste, la Samaritaine perdit encore sa sonnerie. Elle s'en
          plaint ainsi dans les _rimes redoublées_ de d'Assoucy:

               Je n'etois pas si defroquée
               Du temps que messieurs les laquais
               Et mes paladins sans haquets
               Pour moi quittaient Margot la fée,
               Cartes, et dés et bilboquets...,
               Les enfants les marionnettes,
               Les polissons les ricochets,
               Les courtisans leurs gaudinettes,
               Et mes filoux leurs tourniquets,
               Et que messieurs portant serpettes,
               Mes valeureux taille-goussets,
               Dont les mains gourdes, en pochettes
               Se rechauffent à peu de frais,
               Venoient ouïr de mes clochettes
               Les tons si doux et si parfaits.]



_Les plaisantes Ephemerides et pronostications très certaines pour
six années._

_A Sifla, par Jean Beguin._

1619. In-8.


AUX LECTEURS.

Les amys, je vous ay escrit dernierement par l'ordinaire du monde
où je suis à presant. Je vous donnay advis en partie de ce qui se
passoit de deçà; mais, n'ayant receu aucune de voz nouvelles, et
craignant, par rencontre, quelques sinistres esprits de contradiction
qui vont errant par les chemins effroyables d'entre vous et cest
autre monde où je reside, j'ay depesché ce courrier d'Eolle, lequel
m'a promis, moyennant salaire, d'aller aussi vite qu'une barque
de sel qui monte de Marseille à Lyon, qui me fait à croire que,
moyennant ces diligences, vous recevrez aussi promptement ces miennes
Ephemerides, autant plaines de verité comme je suis plain d'affection
de vous rendre service et plaisir, tant en ce monde qu'en l'autre; et
si je recognois que vous y preniez plaisir, je continueray à vous
faire part de tout ce qui se passera de deçà, protestant que je ne
desire autre que d'estre pour jamais vostre plus affectionné,

                                                       RAMONNEAU.


Après quelques jours que j'eu demeuré en l'autre monde, je fus prié
d'une deesse celeste d'aler faire le promenoir des douze maisons où
les douze signes prennent lougis les uns après les autres; mais,
avant qu'aller en ces quartiers, qui sont dangereux, quelque bon
genie me conseilla de prendre de l'essence du mercure bien broyée
avec l'huyle de Tipetoto, et le tout destrempé avec du nectar et de
l'ambrosie, et m'en froter toutes les extremité des parties de mon
corps, de peur de courir la risque de Phaeton et d'Icare; ce que je
fis, et ay faict un voyage autant admirable que vous sauriez dire,
et avec autant de contentement que jamais j'aye receu tant en ce
monde qu'en l'autre: car je sçay tout ce qui peut advenir durant six
années, ayant eu l'heur de voir oeil à oeil tous les signes celestes,
et de sçavoir au vray ce qui doit arriver durant six revolutions,
qui me fait à croire que ceux qui vous font entendre par la voye
de certaine astrolabe, sphère, globes et mapondes, qui ont en voz
quartiers des predictions frivolles, et cependant ne sçavent eviter
ce qui leur advient, sont gens plus plein de mensonge que de verité,
et plus enclins à leurs proffits que non pas au vostre; de sorte
qu'il faut dire avec l'Italien: _Non te fida é ne sara inganato._

Sçachez doncques que durant six années consecutive sera plus
d'eclipses de bourses que non pas de lune, dont plusieurs pauvres
gens seront dolents d'estre frustrés du nombre d'or. La conjonction
de Jupiter avec Venus durant l'année presante, 1619, promet une
certaine pluye d'or amenée dans les nues du costé du Peru, qui
doit tumber aux bources de quelques cupides avaritieux, lesquels
souffriront les peynes que justement ils auront merité, et
cognoistront à la fin que chacun doit demeurer en paix: _Et que ben
sta non si mova._

Venus, en la huictiesme, la pluspart du printemps promet qu'une bonne
partie des femmes et filles joueront plustot à l'homme[264] qu'au
vingt-quatre; aussi les bastellières donneront plus de coups de cul
et remuement de fesses pour un liard que les courtisannes de Paris ne
feroyent pour dix escus: _Rencontro di dona, captiva fortuna._

          [Note 264: Le jeu de l'_hombre_, mot qui, en espagnol, veut
          dire _homme_. On a fait sur ce jeu et sur les termes qu'on
          y emploie plus d'une équivoque du genre de celle qui se
          trouve ici. On lit, par exemple, ces six vers, dans une des
          lettres de Boursault (t. 2, p. 76).

                       Une fille jolie et de condition,
               De qui le jeu de l'_hombre_ est l'inclination
               S'écrioit l'autre jour d'une voix assez forte:
               Eh! mon Dieu! que je joue avec peu d'agrément!
                       Quoy, faut-il qu'eternellement
                       Rien ne m'entre en ce que je porte!]

La temperature des saisons et temps, durant ces six années, sera
si bonne et propre pour les biens de la terre, que nous aurons
grandes abondances de bleds, vins, fruicts, legumes et bestail, et
generalement de tout ce qui est pour la nourriture de l'homme,
en manière que toutes sortes de vivres seront à un grand marché,
speciallement par la France. Plusieurs usuriers se mettront au
desespoir à l'occasion de l'abondance; mais je voudroy qu'ils fussent
desjà _tutti impicata_.

Durant ces six années, les hopitaux et corps de gardes, et plusieurs
autres endroits, seront remplis des bestes fauves, noires, rousses et
blanches, et sera permis d'y chasser sans reproche. La marchandize
des millorts et maistres aux basses oeuvres sera en rebut et n'aura
point de debitte, de sorte qu'ils seront contraints la porter
de nuict et la getter en la rivière. Il est chose asseurée que
plusieurs chambrières aymeront beaucoup plus leurs maistres que leurs
maistresses, et auront plus de desirs de leur rendre courtoisie,
attendu que leurs maistresses sont trop difficilles à servir. Aussi
elles auront du proffit et augmentation de gaige pour devenir de
chambrière nourrice. Plusieurs sortes de gens, durant ces six années,
sont menacez d'estre engraissés de l'huylle de coteret, comme les
maquereaux, larrons, coupeurs de bource, gens faineant, valets et
laquais qui ne veullent servir leurs maistres. Les hostesses qui
mettent d'eau au vin, vendent de vin bas et sophistiqué et qui
ne veulent faire credit au bon compagnon, sont menassez d'estre
attaintes de la plus fine et reslevée verolle que jamais fut dedans
Rouen. Qu'elles y prennent garde,

  _La dona ben rencontrada
  Ne manchera la bona strada._

Aussi courra plusieurs maladies dangereuses qui ataindront quelques
personnes qui s'en treuveront grandement offencé, comme fiebvres
lunatiques et fantastiques, indispositions de cerveaux, brouillement
et embarrassement d'esprit, conversation imaginaire, demangement de
col; mais, pour tous remèdes, faudra que maistre Jean Rozeau[265],
ou bien le petit Pennache, fassent les opperations requises, et s'en
trouveront sy bien les patiens que jamais ne s'en ressentiront: _Che
cherche mal anno à lo suo danno._

          [Note 265: C'est le bourreau dont le fameux Jean Guillaume,
          maître des hautes oeuvres de Richelieu, fut le successeur.]

Plusieurs grands dignitez et estats seront suspendus durant ces
années, speciallement l'estat des moutardiers, qui ne s'exercera
qu'à quatre moys, à l'occasion de l'arrest obtenu par maistre
Mitton contre eux, pour raison de ce que la moustarde l'avoit
prins par le nez, et luy avoit fait decroistre son petit bout
andouliq[266]. Aussi, durant ces six années, sera grand guerre entre
les Topinamboux[267], Ameriquains et Indiens, en manière que leurs
boccans[268] seront ordinairement remply de gariffelles[269] de chair
humaine. Dieu gard la lune des loupz[270]! Les Suysses aymeront
beaucoup mieux leurs brayettes que leurs pennaches, et auront raison,
car vive de conserver le germe dont provient l'humanité! Plusieurs
seront ambitieux des dignitez ou benefices, mais c'est la coustume
du monde; et pour bien voir au vray le theatre d'icelluy, faut voir
jouer au ballon: l'un pousse d'un lieu ceste pelotte de vent, l'autre
de l'autre, les uns se batte, les autres tumbe, les autres courre,
et, après avoir bien pené, couru, tempesté et se tourmenté, demande
leurs qu'il ont faict, ils vous diront: _Averno fa corsa congli
vento._

          [Note 266: Il y a sans doute ici une allusion à quelques
          différends survenus entre les marchands de moutarde et les
          apothicaires, qui les uns et les autres faisoient partie
          du corps des épiciers. Le nom de Mitton doit évidemment
          désigner un de ces pharmacopoles faiseurs d'onguent
          _miton-mitaine_. Ce mot s'employoit déjà. V. _Ducatiana_,
          1, 89.]

          [Note 267: Les six sauvages topinamboux que Razilly avoit
          amenés à Paris au mois d'avril 1613 avoient rendu très
          populaire à Paris le nom de leur nation. V. _Lettres de
          Malherbe à Peiresc_, passim.]

          [Note 268: Pour _boucan_, mot par lequel les sauvages de
          l'Amérique désignoient le gril de bois, élevé de quelques
          pieds au dessus du feu, qui leur servoit à faire dessécher
          et à enfumer leurs viandes. _Boucaner_ et _boucaniers_ en
          sont les dérivés.]

          [Note 269: Mot formé sans doute de l'indien _gari_, qui
          signifie petit morceau, fragment.]

          [Note 270: C'est un proverbe qui vient de ce que les loups
          hurlent à la lune sitôt qu'elle paroît, et semblent vouloir
          la prendre aux dents. Un autre adage dit: _La lune n'a rien
          à craindre des loups_ (Quitard, _Dict. des Proverbes_, p.
          509).]

Parquoy, Messieurs mes meilleurs amys, ne vous penez voz esprits
pour les affaires du monde; rejouissez-vous, je vous supplie de le
faire; beuvez tousjours au plus matin et du meilleur; ayez tousjours
ce regime d'estre joyeux; tenez-vous les pieds bien sec et la bouche
souvent arrousée: vous en vivrés davantage,

  _A la matino gli bono vino,
  Remedo contra tutti venino._

Aussi j'ay à vous dire que, durant ces six saisons, il n'y aura
point de nouvelles lunes: car il y a plus de cinq mille ans que la
lune est faicte. Doncques vous estes asseurez qu'il n'y en aura
point d'autre, et qu'elle se porte bien, comme je vy dernierement,
et durera encore beaucoup. Il y aura par toute la France, Dauphiné,
Provence et Savoye, beaucoup plus de pierres que non pas des
pistolles d'Espaigne, et plusieurs qui ne sont pas comme les bannis
d'Italie[271] voudroyent bien estre empistolez; plusieurs auront
beaucoup de lardons[272], ne fut-il que les coqs dainde; plusieurs
friants seront plus amateurs des perdrix que non pas ceux de Genève
de la messe; les turbans auront plus de vente à Constantinople
qu'à Venise; l'horloge de Fribourg frapera les heures comme de
coustume; les lamproys avec la sausse douce courent fortune d'estre
conduits et menez dans des petits barils en Allemaigne; les chevaux
de relaiz porteront plus des asnes que des muletz; les maquereaux
monteront sur les landiers et seront mangez des filz de putain; les
allumettes feront beaucoup de service à ceux qui se lèvent de matin;
de long-temps ne se verra des crocodilz du long de la rivière de
Loyre; au moys d'avril se treuvera plus de maquereaux au marché que
non pas de baleyne; aussi durant ces saisons, on ouyra chanter plus
des cocus que des cignes. Si le courrier ne me pressoit de faire fin,
je vous escriroy davantage, et vous asseure que si les vertugalins
des damoiselles sçavoyent parler, il vous appresteroyent plus à rire
qu'à manger. A ce carneval je vous manderay un petit volume composé
par moy et Jean Beguin[273], car nous sommes grand cambrade[274] et
beuvons souvent ensemble. En attendant, _State alegroment, non vo
manchera fastidia_.

          [Note 271: Nous ne pouvons trouver à quoi ce passage fait
          allusion.]

          [Note 272: Le _lardon_ étoit la plaisanterie piquante dont
          on cribloit tout homme ridicule ou qu'on vouloit faire
          passer pour tel. Par suite, on appela ainsi les petites
          gazettes qui venoient de Hollande. C'étoit là vraiment le
          _lardon scandaleux_ dont Regnard parle dans _le Joueur_,
          acte 3, scène 5.--Voir aussi: _Histoire du journal en
          France_, par Eugène Hatin, p. 22, note.--On peut consulter
          sur ce mot une note de La Monnoye mise au bas de la page
          261 du tome 1er des _Contes_ de des Perriers, Amsterdam,
          1735, in-12, et un passage des _Mémoires_ du marquis de
          Sourches, t. 1er, p. 55.]

          [Note 273: Je n'ai trouvé ni imprimeur ni libraire de ce
          nom dans le _Catalogue chronologique_ de Lottin, ni dans
          le livre de La Caille; celui-ci seulement, sous la date de
          1540, nomme Pierre Beguin, libraire.]

          [Note 274: Pour _camarade_. Le mot est écrit comme le
          peuple, et surtout les soldats, le prononçaient et le
          prononcent encore.]



_Epitaphe du petit chien Lycophagos, par Courtault, son conculinaire
et successeur en charge d'office, à toutes les legions des chiens
academiques, par Vincent Denis, Perigordien._

                         Arrière, pleureux Heraclite!
                         Nous ne pleurons pas comme vous;
                         Nos pleurs sont ris de Democrite,
                         Car pleurer, c'est rire, chez nous.

_A Paris, chez Jean Libert, demeurant rue Saint-Jean-de-Latran._

1613. In-8.


LE LIVRE AU LECTEUR.

  Les censeurs qui seront marris
  De nostre joye et de nos ris,
  Et qui ne daigneront me lire,
  Ne sont pas hommes de raison:
  Car par tout, en toute saison,
  Le propre de l'homme est de rire.
      _In tenui labor at tenuis non gloria._
  La peine en est chose petite,
  Mais l'honneur d'assez grand merite.

       *       *       *       *       *

ADVERTISSEMENT ET SALUT AU LECTEUR.


Amy lecteur, l'assoupissement lethargique qui avoit saisi les
hypocondres de Courtault et sembloit rendre presque inexplicable
la douleur qu'il avoit conceue sur la mort de Lyco-phagos, son
conculinaire, ayant à la parfin ouvert les catadoupes de son cerveau
et donné passage à toutes les cataractes de ses yeulx, leur a faict
debonder un cataclysme de larmes sur le funeste reliquat de sa
desolation. C'est pourquoy il ne se faut pas estonner si ses periodes
ne sont triées, comme l'on dict, sur le volet; si ses pointes sont
grossierement sujettes, le passe-poil de sa subtilité villageoisement
appliqué, ses dispositions mal flanquées, ses epiphonèmes
entrecoupées, ses inventions decousues, et la tissure de son style
ineptement cadencée: car l'estourdissement d'un coup tant inopiné
lui a faict perdre sa tramontane. Si que, pour des antonomasies
d'eloquence, il n'a peu rien produire que des pleonasmes de regrets,
metathèses de confusion et hyperbates de tristesse, ainsi que le
discours suivant le t'apprendra, si tu daignes y adjouter le jugement
de ton optique et ouvrir les ressorts de ton oreille.

                                                           Adieu.

       *       *       *       *       *

_Epitaphe du chien du Gascon sur la mort de Lyco-phagos._

    Helas! qu'est devenu mon maistre?
  Est-il vray que Lyco-phagos
  Soit attrapé par Atropos,
  Ou qu'elle l'aye occis en traistre?

    Je croy que cela ne peut estre,
  Ains pense que, pour son repos,
  Ou pour compliment de son los,
  Au ciel les dieux l'ont voulu mettre.

    Ne craignez plus, ô moissonneurs!
  Les insupportables chaleurs
  Dont vostre sein en esté brusle:

    Mange-loup, au ciel transporté,
  Moderant les chaleurs d'esté,
  Doit temperer la canicule.

       *       *       *       *       *

_Complainte de Courtault sur la mort de Lyco-phagos, rotisseur du
collége de Reims, son conculinaire[275]._

    Cy gist soubs ceste motte verte,
  Le dos au vent, le ventre à l'erte[276],
  Mon collègue Lyco-phagos,
  Que la mort a troussé en crouppe[277]
  Pour avoir trop mangé de souppe
  Et trop avallé de gigos.

    Lyco-phagos, la pauvre beste,
  Qui faisoit sa petite queste
  Dedans le collége de Reims[278],
  Pour renforcer, chose equitable,
  Du seul reliquat de la table
  Ses muscles, ses nerfz et ses reins.

    Lyco-phagos, autant habile
  Que chien qui fust en ceste ville
  A chasser aux rats, aux souris;
  Lyco-phagos, par privilége
  Roy des animaux du collége
  Et doyen des chiens de Paris.

    Lyco-phagos, galant et leste;
  Lyco-phagos, grave et modeste
  Autant qu'on sauroit souhaitter,
  Soit qu'il tînt à mon maistre escorte,
  Soit qu'il conduisît à la porte
  Ceux qui le venoient visiter.

    Lyco-phagos, qui souloit estre
  Le contentement de son maistre;
  Lyco-phagos, sage et discret,
  Lorsque d'une mine friande,
  Pour mieux attraper la viande,
  Il luy descouvroit son secret.

    Ou, quand pour plaire à tout le monde,
  Il faisoit à table la ronde,
  Comme un maistre de regiment,
  Puis, d'une trogne politique,
  Mettoit sa science en pratique
  Pour soigner à son aliment.

    Que si mon maistre en compagnie
  N'avoit pas de soin de sa vie,
  Discretement il le frappoit,
  Et de sa patte le bon drolle
  Sçavoit si bien jouer son rolle,
  Que quelque chose il attrapoit.

    Non qu'il ait faict par imprudence
  A table quelque irreverence;
  Mais c'est qu'il charmoit tellement
  Ceux qu'il regrattoit par derrière,
  Qu'il falloit en quelque manière
  Recognoistre son gratement.

    Qui n'admireroit son adresse,
  Son artifice et sa finesse?
  Quand son maistre vouloit sortir,
  Soit tout seul, soit en compagnie,
  Il couroit à la galerie
  Jusqu'à tant qu'il falloit partir.

    Là tousjours il l'alloit attendre
  A l'instant qu'il luy voyoit prendre
  Sa grande robbe ou son manteau,
  Et sembloit né pour tousjours suivre
  Celuy qui luy donnoit à vivre,
  Tant par terre que par batteau.

    Or, suivant mon maistre à la ville
  D'une façon plus que civile,
  Vous eussiez dit d'un estaphier
  Ou d'un chien de sommellerie,
  Nourry tout le long de sa vie
  Dans la cuisine de Coueffier[279],

    Chien d'admirable prevoyance,
  Autant que chien qui fut en France,
  Voire plus qu'on ne peut penser,
  Lors qu'au milieu de quatre rues
  Il choisissoit les advenues
  Où son maistre devoit passer.

    En ville, il alloit à gambette[280];
  Aux champs, il sautoit sur l'herbette
  Pour les taupes escarmoucher,
  Et puis, leur denonçant la guerre,
  Il fouilloit si profond à terre
  Qu'il sembloit y vouloir coucher.

    Il eut jadis pour son manége
  La cuisine de ce collége,
  Où dans une roue de bois,
  Tantost à bonds, puis à courbette,
  On a veu ceste pauvre beste,
  Comme moy, tourner mille fois.

    Ores, proche de la marmite,
  Faisant la bonne chatemite,
  Sur la viande il meditoit;
  Puis, soignant à son advantage,
  Il suivoit de près le potage
  Quand le serviteur le portoit.

    Ores, de sa petite patte
  Grattant et regrattant la natte
  Quand il fleuroit la venaison,
  Il monstroit par experience
  Les beaux effets de sa science
  Par tous les coings de la maison.

    Quelle joye à toy, Trois-Oreilles[281],
  D'ouyr les douleurs nompareilles
  Que je resens de ceste mort!
  Desormais repose à ton aise
  Entre le tison et la braise,
  Puisque Lyco-phagos est mort.

    Lyco-phagos, ton adversaire,
  Ne te sçauroit aucun mal faire,
  Comme il faisoit auparavant,
  Lors que, sautant sur ta croupière,
  Il t'attaquoit par le derrière,
  Ou t'assailloit sur le devant.

    O! qu'il serait plus desirable
  Que la mort eust froissé ton rable,
  Ou que la cruelle Atropos
  T'eust occis pour te mettre en paste,
  Que d'avoir esté tant ingratte
  A mon pauvre Lyco-phagos!

    Lyco-phagos, chien de police,
  Chien expert en toute malice,
  Chien exempt de tout larrecin,
  Qui ne fist aucune entreprise,
  Sinon sur quelque patte grise
  Ou sur le pied d'un medecin.

    Encor c'estoit par adventure;
  Lors que sa pesante nature
  Le rendoit un peu moins courtois:
  Faute legère et pardonnable!
  Car l'homme qui est raisonnable
  Se courrouce bien quelquefois.

    Toutefois, pour estre sevère,
  Il en porta la folle enchère,
  Cruauté contre un pauvre chien!
  Lors que d'une vieille rapière
  On lui donna dans la visière,
  Croyant qu'il n'y verroit plus rien.

    Hé! quand je vis par malencontre
  Le desastre de ce rencontre
  Où Lyco-phagos fut blessé:
  C'est, dy-je à l'instant, un augure
  Qui presage sa mort future
  Devant qu'octobre soit passé.

    Ce malheur me rendit prophète,
  Car, suivant mon maistre une feste,
  Alors qu'il alloit au festin,
  Il reçut son dernier supplice
  Chez le curé de Sainct-Sulpice
  Par un inopiné destin.

    Qui le croira? par jalousie
  Lyco-phagos, qui dans sa vie
  Eut le coeur noblement placé,
  Mist tant de potage en son ventre,
  Et farcit tellement son centre,
  Que la mort l'a mis _in pace_.

    Mort cruelle et insuportable,
  De l'avoir surpris à la table
  Pour l'estrangler sur la minuit!
  Mort impitoyable et farouche!
  Ainsy faut-il que je t'abbouche,
  Tant ceste trahison me nuit.

    Tu fais voir par ce canicide
  Que tu es bien traistre et perfide,
  Sans reverence et sans amour,
  Quand par des actions funèbres
  Ton delict cherche les tenèbres,
  Fuyant la lumiere du jour.

    Tu le prens à minuict en traistre,
  Couché soubs le lict de son maistre,
  Luy livrant les derniers assauts.
  Il tesmoigne ta perfidie,
  Au milieu de sa maladie,
  Par mille bons et mille sauts.

    Il monte, remonte et devalle,
  Vient et revient parmy la salle,
  Pour chercher quelque allegement;
  Et lorsque le mal le travaille,
  Ne pouvant vuider sa tripaille,
  Il meurt saoul comme un Allemand.

    Helas! quelle perte et quel dommage!
  Pour avoir mangé du potage,
  Faut-il que Mange-loup soit mort!
  Mange-loup, mon conculinaire,
  Mon contentement ordinaire,
  Mon passe-temps, mon reconfort!

    Mange loup, chien academiste[282],
  Chien assez savant alchimiste,
  Soit qu'il soufflast près du brasier,
  Le nez plat comme une punaise,
  Ou reniflast contre la braise
  Le ventre enflé comme un cuvier.

    Pauvre Courtault, toute esperance
  Est morte pour toy dans la France,
  Puis, helas! que Lyco-phagos,
  Autheur de ta bonne adventure,
  Sert fatalement de pasture
  Aux taupes et aux escargots.

    Tu succèdes à son office,
  Mais c'est un petit benefice
  Au prix du mal que tu ressens,
  Ayant perdu (regret extresme!)
  La vraye image de toy-mesme
  Et l'unique objet de tes sens.

    Encor si la soeur filandière
  L'eust ravy d'une autre manière,
  On supporteroit sa rigueur;
  Mais, ô crève-coeur! quand je pense
  Qu'elle l'a trahy par la panse,
  Cela me faict fendre le cueur.

    Falloit-il que, sur ta vieillesse,
  Cette maudite piperesse,
  Mange-loup, triomphast de toy!
  Mange-loup, pour ta reverence,
  Digne de quelque recompense
  Au coing de la table du roy.

    Lyco-phagos, je te proteste
  Que pour un acte si funeste
  J'abboyeray incessamment
  Jusqu'à tant que le chien Cerbère
  Punisse la Parque sevère
  Qui t'a trompé si laschement.

    Que si mon dueil ne le convie
  A venger l'honneur de ta vie,
  Pour lors, justement irrité,
  Je mettray en fougue et colère,
  A rencontre de ce faux frère,
  Les chiens de l'université.

    J'en feray moy-mesme justice,
  Et sans crainte d'aucun supplice
  Je descendray dans Phlegeton,
  Où, près de l'infernale forge,
  Je l'estrangleray par la gorge
  A la presence de Pluton.

    Mes discours ne sont point sornettes,
  Car je porte au col des sonettes
  Pour faire entendre ma douleur,
  Et publie, faisant ma ronde
  Par tous les carrefours du monde,
  Les effects d'un si grand malheur.

    C'est donc à toy, race canine,
  Que mon corival[283] de cuisine
  A recours pour estre vangé!
  A toy maintenant je desdie
  Les sanglots de ceste elegie,
  Pour estre en mes pleurs soulagé.

    Et, fuyant toute ingratitude,
  En qualité de chien d'estude,
  J'ay ces carmes[284] elabouré,
  Où tu verras la galantise,
  Les moeurs, la mort, la mignardise
  De mon camarade enterré.

    Adieu te dis, mon camerade;
  J'ay peur de devenir malade
  En pleurant ton enterrement.
  Adieu, mon compagnon d'eschole;
  Que pour le dernier coup j'accole
  Le dehors de ton monument.

    Et, si les chiens ont souvenance
  De ceux qui ont leur ressemblance,
  Je te conjure vivement
  D'avoir Courtault en ton idée:
  Car je suis l'image empruntée
  De ton naturel ornement.

    Que si la sterile nature
  M'a formé d'une autre figure
  Que tu n'estois, Lyco-phagos,
  Pour le moins j'ay le mesme office
  Et, servant en mesme police,
  Porte un mesme faix, sur mon dos.

    Et qui pis est, cas lamentable!
  Pour me rendre à toy plus semblable,
  Bien que ce fust contre mon gré,
  A cause de mes demerites,
  Me rendant leger de deux pites,
  Après ta mort on m'a hongré.

    Je suis courtault à toute outrance,
  Si courtault jamais fut en France;
  Mais ce qui me met en courroux,
  C'est que ma nature infertile
  Faict qu'on me prent souvent en ville
  Pour un chien de Toupinambou[285].

    Mange-loup, donc, je te conjure,
  Par les supplices que j'endure,
  De te souvenir de mes maux,
  Croyant que, si cela peut estre,
  Je me dois dire, sous mon maistre,
  Le plus heureux des animaux.

    Je conjure aussi ta puissance
  De faire aux serviteurs deffence
  De jamais ne me tourmenter
  Par menace ou par bastonnades,
  Quand je viens de mes promenades,
  Car je ne puis les supporter.

    Ainsi puissent près de ta fosse
  Abboyer les mastins d'Escosse[286]
  Qui sont dans l'Université,
  Sans rompre desormais ta teste
  Par leur abboyante tempeste
  Dans la ville ou dans la cité!

    Ainsi puissent sur ceste terre
  Japper les dogues d'Angleterre,
  Accompagnez des chiens d'Artois[287],
  Pleurant sans cesse et sans mesure,
  Sur le bord de ta sepulture,
  La mort d'un petit chien françois!

          [Note 275: Cette épitaphe d'un chien de collége, qu'il fût
          ou non tournebroche comme celui-ci, est un genre de facétie
          scolastique qui dut souvent se renouveler. Racine, étudiant
          à Port-Royal, fit en vers latins une pièce de cette espèce,
          rappelée ainsi par son fils: «Je ne rapporterai pas une
          élégie sur la mort d'un gros chien qui gardoit la cour de
          Port-Royal, à la fin de laquelle il promet par ses vers
          l'immortalité à ce chien, qu'il nomme Rabotin:

               Semper honos, Rabotine, tuus, laudesque manebunt;
                 Carminibus vives, tempus in omne, meis.

                   _Mémoires sur la vie de Jean Racine_, in-12, p. 27.

          Ce genre de poésie rentre dans la catégorie de celles
          dont parle Furetière dans le _Roman bourgeois_. V,. notre
          édition, p. 145.]

          [Note 276: C'est-à-dire contre terre, comme gens au guet,
          _faisant sentinelle à l'erte_, ainsi qu'on disoit alors. V.
          plus haut, sur cette expression, p. 42, note 3.]

          [Note 277: On disoit plus communément _troussé en malle_.]

          [Note 278: Le collége de Reims étoit rue des Sept-Voies.
          Il devoit son nom à Guy de Roye, archevêque de Reims,
          qui l'avoit fondé, en 1409, sur l'emplacement d'un hôtel
          appartenant aux ducs de Bourgogne.]

          [Note 279: Sur ce cabaretier, dont la femme reprit la
          taverne, et qui est souvent cité par Tallemant, V. notre
          _Histoire des hôtelleries et cabarets_, t. 2, p. 325-326.
          Sur son petit-fils, Jean Coiffier, qui fut maître des
          comptes, V. plus haut, p. 195.]

          [Note 280: _Aller à gambette_, c'est gambader. On avoit
          autrefois le verbe _gambeter_ dans le même sens.]

          [Note 281: Lapin de M. de Navierre. (_Note de l'auteur._)]

          [Note 282: On sait que ce mot se prit d'abord pour
          _académicien_, qui ne le remplaça dans la langue qu'après
          1643. Cette substitution, ou plutôt cette transformation,
          trouve sa preuve et sa date presque certaine dans le
          titre de la seconde édition d'une comédie célèbre de
          Saint-Evremont. Imprimée d'abord sous le titre de:
          _les Académistes_, en 1643, elle prit celui de: _les
          Académiciens_, dans l'édition suivante. Le mot s'étoit
          métamorphosé dans l'intervalle.]

          [Note 283: _Confrère, émule._ Regnier l'emploie dans le
          sens de rival:

               Et sans respect des saincts, hors l'Eglise il me porte.
               Aussi froid qu'un jaloux qui voit son _corrival_.

                                         Satire VIII, p. 95.]

          [Note 284: _Carmina_, vers.]

          [Note 285: C'est-à-dire chien d'Amérique, et comme
          lui n'aboyant plus. C'étoit, on le sait, une croyance
          généralement répandue que les chiens perdoient la voix rien
          qu'en touchant la terre du Nouveau-Monde. J'ai dit dans
          une note d'une pièce précédente ce qui avoit rendu à cette
          époque le nom des Topinamboux très populaire à Paris.]

          [Note 286: C'est-a-dire les écoliers du collége des
          _Ecossois_, situé rue des Fossés-Saint-Victor, et par
          conséquent assez voisin de celui de Reims.]

          [Note 287: Il venoit beaucoup de chiens de l'Artois,
          notamment de Boulogne, qui fournissoit les petits chiens
          de manchon. Pour les empêcher de croître, on leur frottoit
          toutes les jointures avec de fort esprit de vin, pendant
          plusieurs jours de suite, aussitôt après qu'ils étoient
          nés.]


_Fin._

       *       *       *       *       *

_Regret de Picard sur la mort de Lycophagos._

    Pleurez largement, à ce coup,
  La mort du petit Mange-loup,
  Broches, chenets et lesches-frites:
  Car de revoir Lyco-phagos
  Tourner le rost près des fagos,
  Les esperances en sont frittes.

    Par un detestable moyen,
  La roue perd son citoyen,
  Le collége son commissaire;
  Mon maistre perd son precurseur,
  La cuisine son rotisseur,
  Et Courtault son conculinaire.

    Tant de malheurs en un monceau
  Me font detester le morceau
  Qui mist Mange-loup hors du monde;
  Et, pour la douleur que je sens
  En chaque endroit de mes cinq sens,
  Peu s'en faut qu'en pleurs je ne fonde.

    Si que, redoublant mes ennuits,
  Tous les jours et toutes les nuicts
  Je vay martelant ma poictrine,
  Et prie pour luy Lucifer
  Que, s'il doit servir en enfer,
  Il ne serve qu'à Proserpine.



_La grande cruauté et tirannie exercée par Mustapha, nouvellement
empereur de Turquie, à l'endroit des ambassadeurs chrestiens, tant de
France, d'Espaigne et d'Angleterre._

_Ensemble tout ce qui s'est passé au tourment par luy exercé à
l'endroit de son nepveu, luy ayant fait crever les yeux._

_A Paris, chez la veufve du Carroy, demeurant en la rue
Saint-Jean-de-Beauvais, au Cadran._

M.DC.XVIII.

_Avec permission._ In-8.


Chrestiens, lesquels ressentez l'honneur d'où la foy vous oblige
et convie en ce present siècle, lequel nous fait voir une chose
digne de revanche et du tout contraire à Dieu et à la chrestienté
par l'ignominie et mauvaise malversation de ce perfide Mustapha,
nouveau empereur des Turcs[288] ce persecuteur des chrestiens et
d'amis de Dieu, lequel nous fait ce jourd'huy voir une infinité de
persecutions par l'entreprise mal'heureuse et abominable de ces
miserables Turcs, ennemis de nostre eglise chrestienne, plutost
enclins à servir le diable que Dieu, lesquels nous monstrent en ceste
presente année mil six cens dix-huict une chose digne de remarque,
car ces perfides ont osé s'attaquer au plus grand de la chrestienté,
et leur faire des opprobres dignes de revanche et capables de la
haine de tout cest univers: car, après la mort de Hachmet, premier
du nom, dix-huictiesme empereur des Turcs, ayant regné douze ans en
son empire, et decedé le quinziesme novembre dernier, laquelle mort
a apporté une grande perte et très grande perte digne de memoire à
la chrestienté; car ce grand visir, lequel a toutes les affaires
de ce grand empire, ayant proclamé le frère du dit Achmet en ceste
monarchie, et ayant delaissé les enfans du deffunct, pourra bien
avoir pour sa recompence une espée pour luy trencher la teste; car
les bachas, lesquels estoient à la mort du deffunct Achmet, avoient
entendu les supplications du deffunct, suppliant son frère pour ses
enfans; lequel empereur d'Orient, au lieu de les cherir, a faict
crever les deux yeux à son nepveu, fils aisné du dict deffunct
Achmet[289], et puis après jetta sa furie sur les chrestiens lesquels
estoient alors en embassades dans Constantinople, et commanda qu'on
les chassast hors de ses terres[290]; mais, par le conseil miserable
de ce perfide empereur, conseil du tout contraire à Dieu et à son
eglise, trouva bon d'en faire mourir une partie, tellement qu'aucuns
disent que la maison de l'ambassadeur de France a esté pillée, et luy
s'est sauvé par industrie; mais, pour le fait des autres chrestiens,
tant Espagnols, Italiens et autres nations, ont esté empanez et mis
à mort avec leurs domestiques et grands nombres de chrestiens, se
montans le nombre à plus de trois milles.

          [Note 288: Il commença de régner en 1617, après la mort
          d'Achmet Ier, son frère. C'est la première fois que cette
          sorte de succession collatérale se rencontroit dans la
          dynastie d'Othman.]

          [Note 289: C'est gratuitement qu'on prête cette cruauté à
          Mustapha: Osman, fils aîné d'Achmet, n'eut pas les yeux
          crevés, et l'année suivante il put monter sur le trône que
          Mustapha avoit usurpé sur lui, et que sa déchéance, après
          une émeute des janissaires, rendit libre en cette même
          année 1618.]

          [Note 290: L'ambassadeur de France, M. le baron de Sancy,
          évêque de Lavaur, fut un de ceux qui eurent le plus à
          souffrir dans leur dignité et dans leur personne. Mustapha
          le fit arrêter comme accusé d'avoir favorisé l'évasion
          du prince polonais Koreski. Il le récompensoit ainsi de
          la part qu'il avoit prise à son avénement. Osman, devenu
          empereur, envoya une ambassade à Louis XIII en réparation
          de l'insulte faite à la France en la personne de M. de
          Sancy.]

O perfide et miserable payen! ne crains-tu pas les forces des
chrestiens? Ne te souvient-il plus de la prophetie que tu dois mourir
de la main du François[291]? Ne crains-tu pas que ce grand roy de
France te monstre sa force et sa valeur, qui seul te peut lier et te
rendre esclave et miserable, te desmolir tes forces, avec l'aide de
ses alliez? Ne te souvient-il plus de ce grand duc de Mercoeur[292],
vray imitateur de ces ancestres lorrains, lequel t'a tenu en sa
cordelle, qui sans sa mort te tenoit esclave, et aussi ce brave et
genereux prince le duc de Nevers et de Cléves[293], et ce vaillant
prince de Jainville[294], qui, d'une pieté chrestienne et d'un
courage martial, ont planté des escadrons au milieu de tes terres,
et, comme princes très genereux, se sont monstrés vaillans et se sont
mis en teste de leurs armées pour deffendre la foy chrestienne? Tu
trouveras maintenant des princes plus dignes de ton empire que toy,
lesquels te feront paroistre que ton conseil infame et desreiglé est
du tout contraire aux commandemens de Dieu.

          [Note 291: Sur cette prophétie, dont ce passage confirme la
          popularité au commencement du XVIIe siècle, V. notre t. 3,
          p. 212, note, et p. 358, note.]

          [Note 292: Il avoit fait en Hongrie une campagne dont les
          succès, entre autres la prise d'Albe-Royale, avoient fort
          inquiété les Turcs. V. notre t. 3, p. 212, note, et _les
          Oeconomies royales_ de Sully, coll. Petitot, 2e série, t.
          4, p. 93.]

          [Note 293: Il étoit de la campagne de Hongrie. Il fut
          blessé au siége de Bude. (_Oeconomies royales_, id., p.
          161.)]

          [Note 294: Le prince de Joinville, quatrième fils du
          duc de Guise. V. sur lui notre édition des _Caquets de
          l'Accouchée_.]

Si les chrestiens estoient vrayement chrestiens, et s'ils avoient
en leurs coeurs leur foy vivement emprainte dans le corps et dans
l'ame, ils devroient maintenant monstrer leur force et leur courage,
ce pendant que le Turc nouvellement proclamé leur donne bon subject
de le desplacer de son empire, et que le Persan mesme leur tient la
main, et leur convie de faire voir partout cest univers la vraye
Eglise plantée, pour à celle fin que Dieu soit loué et glorifié à
jamais. Dieu leur en face la grace!



_Les Differents des Chapons et des Coqs touchant l'alliance des
Poules, avec la conclusion d'yceux._

_A Paris, chez Pierre Chevalier, au Mont Sainct-Hilaire, en la cour
d'Albret._

In-8.


Jadis, quand les bestes parloient, les unes se contentoient de
leur sexe, et les autres se faschoient des retranchements du leur.
Les Chapons, à quy de jeunesse on avoit coupé la crette, soit ou
pour rendre leur voix plus fine et delicatte, ou pour les rendre
plus seurs gardiens des poulles, poussez de quelque reste de leur
premice nature, ou sollicitez des imitations des Coqs, voulurent
faire alliance avec les Poulles; mais, comme ordinairement nous
sommes plustost conduits de l'oeil de nostre contentement que de
celuy de nostre proffit, les poulles, quy les voyoient sans crette,
faisant fort peu d'estime de leurs belles plumes, ne vouloient de
leur association. Les unes, plus scrupuleuses, desiroient des
tesmoings[295] à leur alliance; les autres, moins subtilisées,
se contentoient de la parade; toutefois le temps, quy nous faict
desdaigner une mesme viande et apprendre des nouvelles fausses,
faict souvent naistre des repentirs à celles quy ne voyoient point
croistre la creste à leur allié, et que veritablement et d'effect
elles mangeoient leurs poissons sans sauce. Ce repentir engendre
des regrets, ces regrets engendrent des plaintes, et ces plaintes
engendrent des controverses.

          [Note 295: De petits témoins, sans doute, _testiculi_.]

Mais, comme elles en estoient en ces termes, les Chapons eurent
quelque divorce avec les Coqs, touchant la primauté. Les Coqs,
fondez en bonnes raisons, demandoient la preeminence, et les
Chapons, orgueilliz de quelque vanité, ne vouloient estre seconds
qu'à eux-mesmes. Ils vindrent premierement aux reproches, et puis
aux coups; mais les Coqs, comme en mespris des Chapons, faisoient
monstre de leurs crestes, disant que cela leur devoit faire bonne
honte et peur tout ensemble. Les Chapons, se sentant chatouillez
de si près, commencèrent à drapper les Coqs, disant que ce qu'ils
jugeoient l'ornement de leurs testes estoit la defformité de leur
sexe, et qu'on leur en avoit faict une synderèze[296] pour embellir
cette laideur, et qu'ils en estoient mieux venuz auprès des Poulles,
leurs becs estans moins rudes. Les Coqs, en contr'echange, les
voulant toucher au vif, amenèrent les Poulles en tesmoignage pour
decider cette querelle. Les plus novices remirent cela au conseil des
plus experimentées, tant pour s'instruire de chose qu'importe leur
felicité que pour n'estre deceues à l'election de l'un ou l'autre
party.

          [Note 296: Ce mot de la langue dévote, qui signifie
          reproche secret, remords de conscience, est ici
          singulièrement placé. Regnier, satire 13, v. 22, s'en est
          servi; Regnard aussi, dans le _Joueur_, acte 5, scène
          4, mais tous deux de manière à faire voir qu'ils en
          comprenaient le sens.]

Les Coqs, resolus à leur accusation, et les Chapons à leurs defences,
receurent volontairement les Poulles pour arbitres de leur cause. Les
Chapons en avoient une pour leur advocate quy avoit assez de babie,
mais trop peu de constance pour maintenir leur cause bonne; les Coqs
en avoient une quy alleguoit tant d'experience pour preuve qu'elle
confondoit les bastardes raisons des Chapons, disant qu'elle aimeroit
autant estre associée à une poulie, que ses beccades auroient autant
de suc, et que, la creste leur manquant, ils avoient quelque autre
chose de manque quy servoit de joyau à la feste, et qu'elle estoit
deliberée, selon sa coustume, de couver au moins une fois l'an, et
qu'elle vouloit un Coq quy put servir de targue[297] à ses poussins
et resister aux ruyneuses escarmouches du mylan; et qu'elles avoient
prins telle habitude d'estre esveillées trois fois la nuict des
chants de son Coq, qu'à peine pourroit-elle dormir six ou sept nuicts
entières auprès d'un Chapon quy ne chantoit que peu souvent, encore
avec si peu d'harmonie qu'il donnoit plustot de la fascherie que
du contentement; et que le matin le Coq relevoit sa creste comme
plein de courage et d'envie de continuer tel resveil, où le Chapon,
les aisles baissées, tesmoingnoit sa pusillanimité; enfin, que les
Chapons ne sont bons qu'à commencer une alliance où les Coqs la
peuvent achever par effect.

          [Note 297: Pour _targe_, égide, bouclier.]

L'advocate des Chapons alleguoit quelques subterfuges, non tant
pour preuve de sa cause que pour preuve de sa suffisance. Toutes
ces echappatoires ne peuvent renverser le droict des Coqs, car
elle-mesme, rangée à la raison, tourne sa casaque, et, recognoissant
l'injustice, les invite à quelque appointement par des propos
desguysez, desquels elle en sçavoit assez. Si les Chapons ne
chantoyent que peu souvent, cela leur apportait du repos, et que,
les Coqs, au contraire, par mauvaise habitude, inquietoyent leur
tranquillité, et que c'estoit des allarmes plus convenables à la
guerre qu'en la paix; et, si le matin ils n'estoyent si rodomonds,
cela tesmoingnoit leur bonté naturelle de ne faire aux poulles non
plus que les poulles à eux, et que, si elles ne couvoyent, qu'elles
n'estoyent assujetties aussy de chercher la nourriture à une suitte
de poulets quy leur rongnoient les ongles de si près qu'à peine
pouvoient-elles gratter, et outre tout cela, n'en faisant point
esclore, elles n'en voyoient point ravir.

Ces discours avoient quelque apparence d'aimer les Chapons; mais,
quant à l'intention, elle passoit au party des Coqs. Comme, à la
verité, elle sçavoit bien que les resveils des Coqs ne se faisoyent
qu'à leur advantage et pour les faire après dormir de meilleur
courage, et qu'elles ne pouvoyent couver qu'elles ne receussent
pour une heure de mal un siècle de contentement, et qu'après un
certain temps les poulets cherchoyent leur vie eux-mêmes, puis
leur en faisoient part, que cela leur apportera plus de commodité
que de fascherie; au reste, que telles allarmes n'estoyent jamais
sanglantes; que la guerre en estoit plus desirable, pour estre plus
tost d'amytié que de hayne.

Tout enfin debatu, les Coqs payent les espices, et les Chapons
condamnez par arretz incapables de l'alliance des poulles; et si
quelqu'un trop outrecuidement les acostoit, qu'il faudroit qu'il
amenast deux tesmoings au jeu quy fussent valables et suffisants,
voire d'aage competant; que les poulles ny les poulets n'y
seroyent pas receuz pour juges, ains seullement les Coqs les plus
experimentés; et si quelqu'un se laisse corrompre par grain ou autre
moyen, seroit condamné à une amende arbitraire.

Les Chapons, quy avoyent jusqu'icy fait la morgue aux Coqs,
cognoissant qu'à faute de crestes ils avoient l'air ridez et presque
endurciz de vieillesse, ne servoyent plus que de Jocriz[298], tant à
taster qu'à mener les poulles pisser; ils regrettent leur jeunesse,
quy couvroit aucunement leur perte, disant:

C'est donc à ce coup que nous serons le jouet du monde et que les
Coqs se feront gloire de nostre honte! Helas! falloit-il estre banniz
en temps de nostre prosperité, et la fortune nous devoit-elle eslever
au sommet de sa roue pour après nous rabattre à ses pieds! Le ciel
nous devoit-il donner tant de piaffe pour nous faire recevoir un tel
affront! Avoit-il permis nostre advancement pour rechercher notre
ruine? Nous avoit-il embelli le plumage pour estre si peu desirables?
Helas! creste, quel tort t'avons-nous faict, pour nous pourchasser
ce blasme? Malheureuses sont les mains quy sont cause de ce defaut!
Quel proffit recevons-nous d'une voix desliée, puisqu'elle est plus
tost cause de nostre exil que de nostre reception? Quy prendrons-nous
pour tesmoings, puis que les crestes nous les refusent? Et combien
que nous n'ayons faict une longue alliance, si nous ne monstrons
deux tesmoings, ou du moins un quy ait de la creance; et si nous
avons mal usé de la jeunesse, elle sera relevée à nostre dommage et
confusion. Que ne pouvons-nous emprunter une creste de ces Coqs quy
en ont de surplus! Mais, bien qu'ils soient tant affreux en nostre
endroit, nous ne nous en pourrons servir, non plus qu'ils peuvent
s'en passer; au moins, creste, ne nous rends pas si ridez, afin que,
cachant ta synderèze, nous soyons admis au moings pour quelque temps
à l'association des poulles.

          [Note 298: Jocrisse et ses attributions datent de loin,
          comme on voit. Chez les Romains, le type de niaiserie
          auquel il a succédé et qu'il remplace chez nous avoit pour
          fonction un peu plus noble celle de traire les poules.
          _Si_, lisons-nous dans le _Satyricon_, _lac gallinaceum
          quæsierit, inveniet_. Pour le nom de Jocrisse, nous
          n'accepterons pas la mauvaise étymologie donnée par le
          _Ducatiana_, t. 2, p. 509; nous admettrons plutôt, avec _le
          Monde primitif_ de Court de Gébelin, qui certes n'étoit
          guère attendu en cette affaire, que ce mot est un diminutif
          de l'italien _zugo_; ou bien nous y retrouverons encore
          volontiers une altération transparente du _Joquesus_ du
          moyen âge, dont Coquillart a parlé dans son _Monologue
          des perruques_. Ce qui est plus certain, c'est que, dès
          le commencement du XVIIe siècle, Jocrisse étoit populaire
          comme type du valet niais, du garçon de ferme stupide.
          Il figure comme tel dans le _Ballet des Quolibets, dansé
          au Louvre et à la maison de ville par Monseigneur, frère
          du roy, le quatriesme janvier 1627, composé par le sieur
          de Sigongnes_, Paris, Augustin Courbé et Anthoine de
          Sommaville, 1627, in-8. «C'est, est-il dit dans une note du
          _Catalogue Soleinne_ sur ce ballet, t. 3, p. 91, nº 3265,
          la première apparition de ce type de naïveté.» Ce qui n'est
          pas tout à fait vrai: deux ans auparavant, Jocrisse avoit
          déjà paru, et dans une occasion pareille. Il est un des
          personnages dansants et chantants du _Ballet des Fées des
          forêts de Saint-Germain_, que le roi dansa le 11 février
          1625. Voici ce que l'auteur lui fait dire:

                   Partout on m'appelle Jocrisse
                   Qui mène les poules pisser.
                   Chères beautés, faites cesser
                   Ce surnom rempli d'injustice;
               Que chacune de vous dessus moi se repose:
                   Je lui ferai faire autre chose.

          Molière a nommé deux fois Jocrisse: dans _Sganarelle_, sc.
          16, et dans les _Femmes savantes_, act. 5, sc. 4. Richer,
          au liv. 4 de son _Ovide bouffon_, l'a mis, comme dans sa
          place naturelle, parmi les _porchers, vachers et bergers_,
          et Furetière, parlant à un maître sot dans son _Epître_ à
          Cliton, lui dit:

               Apprens-moi.....
               Si tu meines pisser les poules.

                      (_Poésies diverses_, 1666, in-12, p. 189.)]

  Bienheureux sont les coqs, les chapons malheureux[299].
  Les chapons font l'amour, les coqs ont la puissance.
  Mais pourquoy n'ont-ils pas aussy bien la puissance
  De prendre sur autruy ce qu'on vient prendre d'eux?

          [Note 299: On dirait que Béranger a pris à tâche de
          contredire ce vers, dans son fameux refrain:

               Oui, coquettes, j'en réponds,
               Bien heureux sont les chapons.]



_Recit en vers et en prose de la farce des Precieuses._

_A Anvers, chez Guillaume Colles._

MDCLX.

In-12[300].

          [Note 300: C'est à tort que l'auteur de la _Bibliothèque
          du théâtre françois_, Dresde, 1768, t. 3, p. 59, a dit que
          cette pièce étoit de Somaize. Il la confondoit sans doute
          avec les _Précieuses ridicules_, que cet auteur avoit mises
          en vers et qui avoient paru chez Jean Ribou cette même
          année 1660. Le _Récit de la farce des prétieuses_ est de
          madame de Villedieu (mademoiselle Desjardins). C'est, selon
          Tallemant, dans l'_historiette_ qu'il lui consacre, édit.
          in-12, t. 9, p. 223, «une des premières choses qu'on ait
          vues d'elle, au moins des choses imprimées.»--«Il en courut
          des copies, ajoute-t-il; cela fut imprimé avec bien des
          fautes, et elle fut obligée de le donner au libraire afin
          qu'on le vît au moins correct.»

          L'Extrait assez long d'une de ces copies se trouve dans le
          manuscrit de Conrart, à la _Bibliothèque de l'Arsenal_,
          nº 902, in-fol. t. 9, p. 1017. Mademoiselle Desjardins y
          est donnée comme étant l'auteur, et madame de Morangis
          comme étant la _dame_ à qui la pièce est adressée, ce
          qui confirme le dire de Tallemant. M. Clogenson, dans
          sa _notice_, complète et exacte, de madame de Villedieu
          (_Athenæum_, 2 Juillet 1853, p. 632), dit que «cette
          sorte de scène dialoguée en prose et en vers fut écrite
          au château de Dampierre, chez madame de Chevreuse, à la
          demande de madame de Morangis.» Peut-être se trompe-t-il en
          confondant ce _récit_ et le _gaillard sonnet_, comme dit
          Tallemant, qui courut à la suite, sous la même dédicace,
          et qui fut en effet écrit à Dampierre aux insinuations
          de madame de Chevreuse et de mademoiselle de Montbazon.
          (Tallemant, _id._ p. 224.) M. Clogenson ne connoissoit que
          l'extrait donné par Conrart; les deux éditions de cette
          pièce lui avoient échappé, ainsi qu'à M. de Soleinne, et
          même à M. Monmerqué, qui, annotant dans sa seconde édition
          du Tallemant l'_historiette_ de madame de Villedieu, ne
          put citer que le fragment manuscrit. «L'imprimé, disoit-il
          à la fin de sa note, ne peut manquer de se retrouver;
          la recherche n'en sera pas inutile.» Nous avons eu, et
          doublement même, le bonheur tant désiré par tous ces
          savants amis de Molière et de mademoiselle des Jardins:
          non seulement nous avons eu entre les mains l'édition
          reproduite ici, mais encore nous avons pu consulter la
          première, celle dont celle-ci n'est que la contrefaçon
          exacte. En voici le titre: _Le récit en prose et en vers de
          la farce des Précieuses_, Paris, Claude Barbin, 1660, in-12
          de 33 pages. Nous la trouvâmes indiquée sous le nº 274
          du _Catalogue des livres de feu M. F. M. M._ (22 octobre
          1849), à la suite du Recueil de _poésies de mademoiselle
          Desjardins_, Paris, 1664, in-12, et nous eûmes le bonheur
          de faire acheter ce précieux volume par la Bibliothèque
          alors nationale. L'édition d'Anvers, que nous n'avons vue
          que bien plus tard, est citée par M. Walckenaer dans ses
          _Mémoires_ sur madame de Sévigné, t. 2, p. 294. Il est
          évident, par la courte citation qu'il en fait, qu'il la
          connoissoit autrement que par le titre.]

Si j'estois assez heureuse pour estre connue de tous ceux qui liront
le Recit des Precieuses, je ne serois pas obligée de leur protester
que l'on l'a imprimé sans mon consentement, et même sans que je
l'aye sceu; mais, comme la douleur que cet accident m'a causée et
les efforts que j'ay faits pour l'empescher sont des choses dont
le public est assez mal informé, j'ay cru à propos de l'advertir
que cette lettre fut ecrite à une personne de qualité qui m'avoit
demandé cette marque de mon obeyssance dans un temps où je n'avois
pas encore veu sur le théâtre _les Précieuses_, de sorte qu'elle
n'est faite que sur le rapport d'autruy, et je croy qu'il est
aisé de connoître cette verité par l'ordre que je tiens dans mon
Recit, car il est un peu differend de celuy de cette farce. Cette
seule circonstance sembloit suffire pour sauver ma lettre de la
presse; mais monsieur de Luynes en a autrement ordonné, et, malgré
des projets plus raisonnables, me voilà, puisqu'il plaist à Dieu,
imprimée par une bagatelle[301]. Ceste adventure est asseurement
fort fascheuse pour une personne de mon humeur; mais il ne tiendra
qu'au public de m'en consoler, non pas en m'accordant son approbation
(car j'aurois mauvaise opinion de lui s'il la donnoit à si peu de
chose), mais en se persuadant que je n'ay appris l'impression de
ma lettre que dans un temps où il n'estoit plus en mon pouvoir de
l'empescher. J'espère cette justice de luy, et le prie de croire que,
si mon age[302] et ma façon d'agir lui estoient connus, il jugeroit
plus favorablement de moy que ceste lettre ne semble le meriter.

          [Note 301: Il est singulier que Molière, dans sa préface
          des _Précieuses ridicules_, tienne à peu près le même
          langage, et prétende aussi avoir été imprimé malgré lui.
          Le libraire Guillaume de Luynes, dont madame de Villedieu
          veut avoir l'air de se plaindre ici, et chez lequel _les
          Précieuses_ avoient paru vers le même temps, en février
          1660, auroit donc ainsi fait violence à deux auteurs à la
          fois. C'est bien difficile à croire. Molière, dont c'étoit
          la première pièce imprimée (V. sa préface), et qui devoit
          avoir les craintes dont en pareil cas sont assaillis les
          auteurs, prit sans doute ce faux-fuyant de défiance et de
          modestie pour désarmer d'avance les lecteurs qui pouvoient
          défaire l'immense succès que les spectateurs avoient fait
          à sa comédie. Afin qu'on ajoutât foi à la sincérité de
          ce qu'il disoit, tandis qu'en réalité il ne demandoit
          qu'à répandre sa pièce de toutes les manières, peut-être
          s'entendit-il avec mademoiselle Desjardins pour qu'elle
          aussi se prétendît violentée par l'avide imprimeur au
          sujet de cette sorte de programme des _Précieuses_, écrit,
          selon moi, non pas sur le rapport d'autrui, comme elle le
          dit, et ce dont Tallemant doutoit déjà, mais d'après la
          représentation même, et sans doute aussi sur un désir de
          Molière. Ils se connoissoient de longue date: ils s'étoient
          vus à Avignon, à Narbonne, comme on l'apprend par un
          passage de Tallemant (_id._, p. 238); ils avoient eu les
          mêmes amis, les mêmes protecteurs, M. le duc de Guise et
          M. le comte de Modène, ainsi qu'on le voit par plus d'un
          passage du roman autobiographique de madame de Villedieu:
          _Mémoires de la vie de Henriette-Sylvie de Molière_,
          Toulouse, 1701, in-12, p. 32, 39, 48, 86. Molière, quand
          elle étoit à Paris, la venoit voir à son hôtel garni:
          c'est encore Tallemant qui nous le dit. Enfin il y avoit
          entre eux une sorte de vieille intimité qui donne toute
          vraisemblance à cette opinion, que le récit de _la Farce
          des Précieuses_ ne fut pas écrit à l'insu de l'auteur des
          _Précieuses_ et loin de son théâtre, mais bien au contraire
          d'après son inspiration même, et pour lui rendre le service
          que tout programme bien fait rend toujours à l'auteur
          d'une pièce. Le fait de la publication des deux brochures
          dans le même temps à peu près, chez les mêmes libraires,
          de Luynes et Barbin, n'est pas non plus indifférent comme
          confirmation de ce que nous avançons. De Luynes étoit
          l'éditeur privilégié, Barbin le vendeur.--Il ne semble
          pas que madame de Villedieu ait eu cette complaisance
          pour d'autres pièces de Molière, mais toutefois elle ne
          laissa jamais échapper l'occasion de parler de lui et de
          sa comédie. Ainsi, dans son roman déjà cité, elle donne
          plus d'un souvenir flatteur aux _Fâcheux_, à la _Princesse
          d'Elide_, etc., etc., p. 70-76. V. aussi son _Recueil de
          poésies_, p. 98.]

          [Note 302: Mademoiselle Desjardins étoit née en 1632, et
          non pas en 1640, comme l'ont dit tant de biographes; elle
          avoit donc 28 ans, et n'étoit point, par conséquent, d'un
          âge aussi respectable qu'elle voudroit le faire croire.]

       *       *       *       *       *

_Recit en vers et en prose de la Farce des Precieuses._


MADAME,

Je ne pretends pas vous donner une bien grande marque de mon esprit
en vous envoyant ce recit des Precieuses, mais au moins ay-je lieu de
croire que vous le recevrez comme un tesmoignage de la promptitude
avec laquelle je vous obeis, puisque je n'en receus ordre de vous
que hier au soir, et que je l'execute ce matin. Le peu de temps que
votre impatience m'a donné doit tous obliger à souffrir les fautes
qui sont dans cet ouvrage, et j'auray l'avantage de les voir toutes
effacées par la gloire qu'il y a de vous obeyr promptement. Je croy
mesme que c'est par cette raison que je n'ose vous faire un plus long
discours. Imaginez-vous donc, Madame, que vous voyez un vieillard
vestu comme les paladins françois[303] et poly comme un habitant de
la Gaule celtique[304],

  Qui d'un sevère et grave ton
  Demande à la jeune soubrette
  De deux filles de grand renom:
  Que font vos maitresses, fillette?

          [Note 303: A la suite de ces mots on lit, dans le fragment
          conservé par Conrart: «loyal comme un Amadis.»]

          [Note 304: _Var._ du manuscrit de Conrart:

               Qui d'un air d'orateur Breton....

          Je n'ai pas besoin de faire remarquer que le _Récit_
          n'observe pas ici l'ordre suivi par Molière dans sa
          comédie. La scène de Gorgibus et de la soubrette n'est que
          la 3e dans la pièce. Celle de du Croisy et de Lagrange
          ensemble, et celle qui suit entre eux et le père, sont
          passées par mademoiselle Desjardins. Nous reviendrons plus
          loin sur cette différence, l'une de celles dont la préface
          nous avoit prévenus, et nous en chercherons la cause.]

Cette fille, qui sçait bien comment se pratique la civilité, fait une
profonde reverence au bonhomme et lui respond humblement:

  Elles sont là haut dans leur chambre
  Qui font des mouches et du fard,
  Des parfums de civette et d'ambre
  Et de la pommade de lard[305].

          [Note 305: V., sur ces artifices de toilette, _medicamenta
          faciei_, comme diroit Ovide, notre t. 1, p. 340. Dans
          _l'Héritier ridicule_, de Scarron, acte 5, sc. 1, se trouve
          sur le même sujet un curieux passage. C'est Paquette qui
          parle:

                           ... Parmi des damoiselles
               Telles que je puis être, on en voit d'aussi belles
               Que ces dames de prix, en qui souvent, dit-on,
               Blanc, perles, coques d'oeufs, lard et pieds de mouton,
               Baume, lait virginal, et cent mille autres drogues,
               De têtes sans cheveux aussi rases que gogues
               Font des miroirs d'amour, de qui les faux appas
               Etalent des beautés qu'ils ne possèdent pas.
               On les peut appeler visages de mocquette.
               Un tiers de leur personne est dessous la toilette,
               L'autre dans les patins; le pire est dans le lit.
               Ainsi le bien d'autrui tout seul les embellit.
               Ce qu'ils peuvent tirer de leur pauvre domaine
               C'est chair mol, gousset aigre et fort mauvaise haleine.
               Et pour leurs beaux cheveux, si ravissants à voir,
               Ils ont pris leur racine en un autre terroir.]

Comme ces sortes d'occupations n'etoient pas trop en usage du temps
du bonhomme, il fut extremement etonné de la reponse de la soubrette,
et regretta le temps où les femmes portoient des escofions[306] au
lieu de perruques, et des pantouffles au lieu de patins;

  Où les parfums estoient de fine marjolaine,
      Le fard de claire eau de fontaine;
      Où le talque[307] et le pied de veau
      N'approchoient jamais du museau;
      Où la pommade de la belle
      Estoit du pur suif de chandelle.

          [Note 306: C'étoit une espèce de petite _calle_ ou coiffure
          de paysannes et de femmes du peuple.--Ce passage diffère
          un peu dans la copie de Conrart. On y lit, au lieu de ce
          qui est ici: «A ces mots, qui ne sont point agreables à
          l'ancien Gaulois, qui se souvient que du temps de la Ligue
          on ne s'occupoit point à de semblables choses, il allègue
          le siècle où les femmes portoient des _escofions_ au lieu
          de perruques, et des sandales au lieu de patins.»]

          [Note 307: Les charlatans vendoient alors une sorte d'huile
          qu'ils prétendoient tirée du _talc_, et qu'ils assuroient
          être un fard merveilleux pour la conservation du teint.
          (_Dict._ de Furetière.)]

Enfin, Madame, il fit mille imprecations contre les ajustements
superflus, et fit promptement appeler ces filles pour leur temoigner
son ressentiment. Venez, Magdelon et Cathos[308], leur dit-il, que je
vous apprenne à vivre. A ces noms de Magdelon et de Cathos, ces deux
filles firent trois pas en arrière, et la plus precieuse des deux luy
repliqua en ces termes:

      Bon Dieu! ces terribles paroles
      Gasteroient le plus beau romant.
      Que vous parlez vulgairement!
      Que ne hantez-vous les ecolles,
      Et vous apprendrez dans ces lieux
  Que nous voulons des noms qui soient plus precieux.
      Pour moy, je m'appelle Climène,
      Et ma cousine, Philimène[309].

          [Note 308: Au lieu de ce nom il y a celui de Margot dans le
          fragment donné par Conrart.]

          [Note 309: Dans _les Précieuses_, Madelon prend le nom de
          Polixène, et Cathos celui d'Aminte. (V. scène 5.)]

Vous jugez bien, Madame, que ce changement de noms vulgaires en noms
du monde precieux ne pleurent pas à l'ancien Gaulois; aussi s'en
mit-il fort en colère contre nos dames, et, après les avoir excitées
à vivre comme le reste du monde et à ne pas se tirer du commun par
des manies si ridicules, il les advertit qu'il viendroit à l'instant
deux hommes les veoir qui leur faisoient l'honneur de les rechercher.
Et en effet, Madame, peu de temps après la sortie de ce vieillard,
il vint deux gallands offrir leurs services aux demoiselles; il me
semble mesme qu'ils s'en acquittoient assez bien. Mais aussi je ne
suis pas precieuse, et je l'ay connu par la manière dont ces deux
illustres filles receurent nos protestants: elles baaillèrent mille
fois; elles demandèrent autant quelle heure il estoit, et elles
donnèrent enfin tant de marques du peu de plaisir qu'elles prenoient
dans la compagnie de ces adventuriers qu'ils furent contraints de
se retirer très mal satisfaits de la reception qu'on leur avoit
faitte et fort résolus de s'en vanger (comme vous le verrez par
la suite[310]). Si tost qu'ils furent sortis, nos precieuses se
regardèrent l'une l'autre, et Philimène, rompant la première le
silence, s'ecria avec toutes les marques d'un grand etonnement:

      Quoy! ces gens nous offrent leurs voeux!
      Ha! ma chère, quels amoureux!
      Ils parlent sans affeteries,
      Ils ont des jambes degarnies,
      Une indigence de rubans,
      Des chapeaux desarmez de plumes,
      Et ne sçavent pas les coustumes
  Qu'on pratique à present au pays des Romants.

          [Note 310: Cette scène ne se trouve pas dans _les
          Précieuses_. Elle y est à peu près remplacée par celle qui
          commence la pièce, et dont mademoiselle Desjardins n'a
          pas parlé. Faut-il croire qu'elle se trompe complétement,
          comme elle s'en excuse dans sa préface, ou qu'elle suit
          le plan que Molière auroit adopté d'abord, et dont il se
          seroit ensuite départi par crainte des longueurs, après la
          première représentation. Cette dernière opinion me sourit
          assez. Il y a en effet, dans la scène esquissée ici, une
          idée comique, un contraste de situation avec l'une des
          scènes suivantes, qui ne devoient pas échapper à l'auteur
          des _Précieuses_, et que madame de Villedieu n'étoit guère
          de force à imaginer toute seule. Je ne trouve qu'un défaut
          à cette scène: c'est que, en raison surtout de celle
          qu'elle amène ensuite, et qu'elle rend presque nécessaire,
          elle allonge trop la pièce et la rend languissante.
          Molière, en admettant toujours que l'idée soit de lui,
          aura vu le défaut dès le premier soir, et il aura changé
          tout aussitôt son plan. Madame de Villedieu cependant,
          et sur cette seule représentation, aura écrit sa lettre,
          l'aura laissée courir, et, quand il aura été question de la
          publier, ne lui aura fait subir aucun des changements que
          Molière avoit faits lui-même à sa comédie; elle s'en sera
          tenue à la petite phrase d'excuse plutôt que d'explication
          qui se trouve dans la préface. Je ne trouve guère que ce
          moyen de m'édifier à peu près sur cette différence, la
          seule qui existe réellement entre la pièce et le _Recit_,
          dont pour tout le reste l'exactitude est parfaite, souvent
          même textuelle. Malheureusement les preuves me manquent;
          mais il seroit à désirer que j'eusse deviné juste: nous
          aurions un nouvel exemple des transformations que la
          plupart des comédies de Molière subirent entre ses mains.
          Une autre version seroit peut-être encore admissible. Pour
          expliquer les divergences de l'analyse et de la pièce,
          on pourroit se demander si Molière n'avoit pas fait pour
          les _Précieuses_ ce qu'il fit pour toutes ses premières
          pièces, c'est-à-dire si, avant de venir à Paris, il ne les
          avoit pas jouées en province, notamment à Avignon, où il se
          trouvoit, en 1657, avec mademoiselle Desjardins, et si par
          conséquent celle-ci n'avoit pas fait alors le _Recit_, qui
          courut plus tard à Paris lorsque la pièce y fut reprise.
          La comédie avoit reçu les changements que Molière ne
          manquoit jamais d'apporter à ses pièces faites en province,
          lorsqu'il se décidoit à les offrir au public plus difficile
          de Paris. L'analyse seule étoit restée la même. Un passage
          de la scène 9, relatif au siége d'Arras, qui avoit eu lieu
          en 1654, ne contredit point, loin de là, cette opinion, que
          _les Précieuses_ pourroient avoir été écrites par Molière
          avant 1660. Pour leur donner plus d'à-propos lorsqu'il les
          reprit à Paris, il y auroit ajouté dans la même scène un
          mot sur le siége beaucoup plus récent de Gravelines.]

Comme elle achevoit cette plainte, le bonhomme revint pour leur
tesmoigner son mecontentement de la reception qu'elles avoient faite
aux deux gallands. Mais, bon Dieu, à qui s'adressoit-il?

      Comment! s'ecria Philimène;
      Pour qui nous prennent ces amants,
      De nous compter ainsi leur peine?
  Est-ce ainsi que l'on fait l'amour dans les romants?

Voyez-vous, mon oncle, poursuivit-elle, voilà ma cousine qui vous
dira comme moy qu'il ne faut pas aller ainsy de plein pied au
mariage.--Et voulez-vous qu'on aille au concubinage? interrompit le
vieillard irrité.--Non sans doute, mon père, repliqua Climène; mais
il ne faut pas aussi prendre le romant par la queue. Et que seroit-ce
si l'illustre Cyrus epousoit Mandane dès la première année, et
l'amoureux Aronce la belle Clélie? Il n'y auroit donc ny adventures,
ny combats! Voyez-vous, mon père, il faut prendre un coeur par les
formes, et, si vous voulez m'escouter, je m'en vais vous apprendre
comme on aime dans les belles manières.


_Reigles de l'amour._

I.

    Premierement, les grandes passions
  Naissent presque toujours des inclinations;
  Certain charme secret que l'on ne peut comprendre
  Se glisse dans les coeurs sans qu'on sçache comment,
  Par l'ordre du destin; l'on s'en laisse surprendre,
  Et sans autre raison l'on s'aime en un moment.


II.

      Pour aider à la sympathie
  Le hazard bien souvent se met de la partie.
  On se rencontre au Cours, au temple[311], dans un bal:
  C'est là que du romant on commence l'histoire
      Et que les traits d'un oeil fatal
  Remportent sur un coeur une illustre victoire.

          [Note 311: A l'église. C'est aussi le mot que Molière fait
          dire à Madelon (scène 5 des _Pretieuses_); il convient bien
          à ces grandes liseuses de romans payens de _Clélie_ et de
          _Cyrus_.]


III.

      Puis on cherche l'occasion
      De visiter la demoiselle:
      On la trouve encore plus belle
  Et l'on sent augmenter ainsi la passion.
      Lors on cherit la solitude,
      L'on ne repose plus la nuit,
      L'on hait le tumulte et le bruit,
  Sans savoir le sujet de son inquietude.


IV.

  On s'apperçoit enfin que cest esloignement,
  Loin de le soulager, augmente le tourment;
  Lors on cherche l'objet pour qui le coeur souspire.
      On ne porte que ses couleurs;
  On a le coeur touché de toutes ses douleurs,
  Et ses moindres mespris font souffrir le martyre.


V.

      Puis on declare son amour,
      Et, dans cette grande journée,
  Il se faut retirer dans une sombre allée,
      Rougir et paslir tour à tour,
      Sentir des frissons, des allarmes,
      Et dire, en repandant des larmes,
  A mots entre couppez: Helas! je meurs pour vous.


VI.

  Ce temeraire adveu met la dame en colère;
  Elle quitte l'amant, luy defend de la voir.
  Luy, que ce procedé reduit au desespoir,
  Veut servir par la mort le voeu de sa misère.
  Arrestez, luy dit-il, objet rempli d'apas!
  Puisque vous prononcez l'arrest de mon trepas,
  Je vous veux obeyr; mais aprenez, cruelle,
      Que vous perdez dedans ce jour
      L'adorateur le plus fidelle
  Qui jamais ait senty le pouvoir de l'amour.


VII.

      Une ame se trouve attendrie
  Par ces ardens soupirs et ces tendres discours;
  On se fait un effort pour lui rendre la vie,
  De ce torrent de pleurs on fait cesser le cours,
  Et d'un charmant objet la puissance suprême
  Rappelle du trepas par un seul: Je vous aime.

Voilà comme il faut aimer, poursuit cette sçavante fille, et ce
sont des reigles dont en bonne galanterie l'on ne peut jamais se
dispenser. Le père fut si espouventé de ces nouvelles maximes qu'il
s'enfuit, en protestant qu'il estoit bien aisé d'aimer du temps
qu'il faisoit l'amour à sa femme, et que ces filles estoient folles
avec leurs reigles. Sitost qu'il fut sorty, la suivante vint dire
à ses maistresses qu'un laquais demandoit à leur parler. Si vous
pouviez concevoir, Madame, combien ce mot de laquais est rude pour
des oreilles precieuses, nos heroïnes vous feroient pitié. Elles
firent un grand cry, et, regardant cette petite creature avec mepris:
Mal-aprise! luy dirent-elles, ne sçavez-vous pas que cet officier
se nomme un necessaire? La reprimande faite, le necessaire entra,
qui dit aux Precieuses que le marquis de Mascarille, son maistre,
envoyoit sçavoir s'il ne les incommoderoit point de les venir voir.
L'offre etoit trop agreable à nos dames pour la refuser; aussi
l'acceptèrent-elles de grand coeur, et, sur la permission qu'elles en
donnèrent, le marquis entra, dans un equipage si plaisant que j'ay
cru ne vous pas deplaire en vous en faisant la description[312].
Imaginez-vous donc, Madame, que sa perruque estoit si grande qu'elle
balayoit la place à chaque fois qu'il faisoit la reverence, et son
chapeau si petit qu'il estoit aisé de juger que le marquis le portoit
bien plus souvent dans la main que sur la teste; son rabat se pouvoit
appeler un honneste peignoir, et ses canons sembloient n'estre faits
que pour servir de cache aux enfants qui jouent à la clinemusette.
Et en verité, Madame, je ne crois pas que les tentes des jeunes
Messagettes[313] soient plus spacieuses que ces honorables canons.
Un brandon de galands luy sortoit de sa poche comme d'une corne
d'abondance, et ses souliers estoient si couverts de rubans qu'il ne
m'est pas possible de vous dire s'ils estoient de roussy de vache
d'Angleterre ou de marroquin; du moins sçay-je bien qu'ils avoient un
demy-pied de haut, et que j'estois fort en peine de sçavoir comment
des tallons si hauts[314] et si delicas pouvoient porter le corps du
marquis, ses rubans, ses canons et sa poudre. Jugez de l'importance
du personnage sur cette figure, et me dispensez, s'il vous plaist,
de vous en dire davantage; aussi bien faut-il que je passe au plus
plaisant endroit de la pièce, et que je vous dise la conversation que
notre Precieux et nos Precieuses eurent ensemble:

          [Note 312: Ce passage, le plus curieux du _Récit_, à cause
          des détails qu'il donne sur le costume de Molière jouant le
          marquis de Mascarille, et par conséquent très précieux pour
          la tradition du rôle, a été reproduit en partie par M. Aimé
          Martin, dans sa dernière édition de Molière, comme note de
          la scène 9 des _Précieuses_, et par M. Jules Taschereau,
          d'une façon plus complète, dans l'un des savants articles
          qu'il a consacrés à l'_Histoire de la troupe de Molière_.
          V. le journal _l'Ordre_, feuilleton du 8 janvier 1850.]

          [Note 313: Voilà un souvenir du _Cyrus_, où les Massagètes
          et leur reine tiennent une si belle place, qui n'est pas
          hors de propos dans une pièce sur les _précieuses_.]

          [Note 314: V., sur ces hauts talons, qu'on appeloit _talons
          à pont-levis_, une note de notre tome 3, p. 261.]


_Dialogue de Mascarille, de Philimène et de Climène._

    CLIMÈNE.

  L'odeur de votre poudre est des plus agreables,
  Et votre propreté des plus inimitables.

    MASCARILLE.

  Ah! je m'inscris en faux; vous voulez me railler:
  A peine ay-je eu le temps de pouvoir m'habiller.
  Que dites-vous pourtant de ceste garniture?
    La trouvez-vous congrüante à l'habit?

    CLIMÈNE.

  C'est Perdrigeon tout pur.

    PHILIMÈNE.

                            Que monsieur a d'esprit!
  L'esprit mesme paroist jusque dans la parure.

    MASCARILLE.

  Ma foy, sans vanité, je croy l'entendre un peu.
  Madame, trouvez-vous ces canons du vulgaire?
  Ils ont du moins un quart de plus qu'à l'ordinaire;
  Et, si nous connoissons le beau couleur de feu,
  Que dites-vous du mien?

    PHILIMÈNE.

                            Tout ce qu'on en peut dire.

    CLIMÈNE.

  Il est du dernier beau; sans mentir, je l'admire.

    MASCARILLE.

  Ahy! ahy! ahy! ahy!

    PHILIMÈNE.

                      Hé bon Dieu! qu'avez-vous?
  Vous trouvez-vous point mal?

    MASCARILLE.

                      Non, mais je crains vos coups.
  Frappez plus doucement, Mesdames, je vous prie.
  Vos yeux n'entendent pas la moindre raillerie.
  Quoy, sur mon pauvre coeur toutes deux à la fois!
  Il n'en falloit point tant pour le mettre aux abois.
  Ne l'assassinez plus, divines meutrières.

    CLIMÈNE.

  Ma chère, qu'il sçait bien les galantes manières!

    PHILIMÈNE.

  Ah! c'est un Amilcar, ma chère, assurement[315].

    MASCARILLE.

  Aimez-vous l'enjoué?

    PHILIMÈNE.

                        Ouy, mais terriblement.

    MASCARILLE.

  Ma foy, j'en suis ravy, car c'est mon caractère;
  On m'appelle Amilcar aussy pour l'ordinaire.
  A propos d'Amilcar, voyez-vous quelque auteur?

    CLIMÈNE.

  Nous ne jouissons pas encor de ce bonheur,
  Mais on nous a promis les belles compagnies
      Des autheurs des poesies choisies.

    MASCARILLE.

      Ah! je vous en veux amener:
  Je les ay tous les jours à ma table à dîner;
  C'est moy seul qui vous puis donner leur connoissance.
  Mais ils n'ont jamais fait de pièces d'importance.
  J'aime pourtant assez le rondeau, le sonnet;
  J'y trouve de l'esprit, et lis un bon portrait
  Avec quelque plaisir. Et vous, que vous en semble?

    CLIMÈNE.

  Lorsque vous le voudrez nous en lirons ensemble;
  Mais ce n'est pas mon goust, et je m'y connois mal,
  Ou vous aimeriez mieux lire un beau madrigal.

    MASCARILLE.

  Vous avez le goust fin. Nous nous meslons d'en faire.
  Je vous en veux lire un qui vous pourra bien plaire:
      Il est joly, sans vanité,
      Et dans le caractère tendre.
      Nous autres gens de qualité
      Nous savons tout sans rien apprendre.
  Vous allez en juger, ecoutez seulement.

           *       *       *       *       *

  _Madrigal de Mascarille._

      Ho! ho! je n'y prenois pas garde:
  Alors que sans songer à mal je vous regarde,
  Vostre oeil en tapinois me derobe mon coeur.
  O voleur! ô voleur! ô voleur! ô voleur[316]!

    CLIMÈNE.

  Ma chère, il est poussé dans le dernier galant,
  Il est du dernier fin, il est inimitable,
  Dans le dernier touchant; je le trouve admirable.
  Il m'emporte l'esprit............

    MASCARILLE.

  Et ces voleurs, les trouvez-vous plaisans?
  Ce mot de tapinois?

    CLIMÈNE.

                  Tout est juste, à mon sens.
  Aux meilleurs madrigaux il peut faire la nique,
  Et ce ho! ho! ho! ho! vaut mieux qu'un poeme epique.

    MASCARILLE.

  Puisque cet impromptu vous donne du plaisir,
    J'en vay faire un pour vous tout à loisir:
    Le madrigal me donne peu de peine,
  Et mon genie est tel pour ces vers inegaux
      Que j'ai traduit en madrigaux,
      En un mois l'histoire romaine.

          [Note 315: Amilcar est le personnage plaisant, ou du moins
          prétendant l'être, du roman de Clélie. On disoit, comme
          ici, _être un Amilcar_, pour dire _être enjoué_. (_Grand
          Dictionnaire des Precieuses_, Paris, 1660, p. 21.)]

          [Note 316: Il avoit couru dans le commencement du siècle,
          et peut-être couroit-il encore, une chanson dont Molière
          a bien pu s'inspirer pour ce burlesque madrigal. La voici
          telle que nous l'avons trouvée dans la _Fleur des chansons
          nouvelles_, Paris, 1614, in-12, p. 385:

               Ah! je le voy, je le voy;
               Arrestez-le, mes amis.
               Dans ce logis il s'est mis,
               La dame l'aime, je croy.
               Son sein est le receleur
               De ses larcins entrepris.
               O voleur! ô voleur! ô voleur!
               Rends-moy mon coeur, que tu m'as pris.

               Dame, ne te fie en luy:
               Il te fera comme à moy;
               Un larron n'a point de foy,
               Il ne faut prendre aujourd'huy.
               Rends-le donc pour ton honneur,
               Ou je crierai à hauts cris:
               O voleur! ô voleur! ô voleur!
               Rends-moy mon coeur, que tu m'as pris.

          Aucun commentateur de Molière n'avoit encore retrouvé cette
          chanson, qu'il est si à propos, selon moi, de rapprocher du
          madrigal de Mascarille; aucun non plus n'a rappelé certain
          couplet de cantique dans lequel l'abbé Pellegrin trouve
          moyen d'être sérieusement, dévotement, plus bouffon que le
          grotesque marquis. Il se chante sur l'air: _Loin de moi,
          vains soupirs_:

                   Au voleur! au voleur!
                 Jesus me derobe le coeur,
                 Et je ne saurois le reprendre.
               Ah! ah! ah! que me sert-il de crier?
                 Il entend si bien son metier
                 Que l'on ne sauroit s'en defendre.

           (_Cantiques_ de l'abbé Pellegrin, Lille, 1718, in-8, p. 32.)]

Si les vers ne me coustoient pas davantage à faire qu'au marquis
de Mascarille, je vous dirois, dans ce genre d'ecrire, tous les
applaudissements que les Precieuses donnoient au Precieux. Mais,
Madame, mon antousiasme commence à me quitter, et je suis d'advis de
vous dire en prose qu'il vint un certain vicomte remplir la ruelle
des Precieuses, qui se trouva le meilleur des amis du marquis: ils
se firent mille carresses, ils dancèrent ensemble, ils cajollèrent
les dames; mais enfin leurs divertissements furent interrompus par
l'arrivée des amants mal traittez, qui malheureusement etoient les
maîtres des Precieux. Vous jugez bien de la douleur que cet accident
causa, et la honte des Precieuses lors qu'elles se virent ainsi
bernées. Suffit que la farce finit de cette sorte, et que je finis
aussi ma longue lettre, en vous protestant que je suis avec tout le
respect imaginable,

                                              Madame,

                      Votre très humble et très obeyssante servante,

                                                     DDDDDD.



_Histoire miraculeuse de trois soldats punis diviniment pour les
forfaits, violences, irreverences et indignités par eux commises avec
blasphèmes execrables contre l'image de monsieur saint Antoine, à
Soulcy, près Chastillon-sur-Seine, le 21 jour de juin dernier passé
(1576)._

_Troyes, Nicolas Nuce._ In-8.


L'an mil cinq cens soixante et seize, le vingt-uniesme jour de juin,
Monsieur frère du roy[317] estant à Chastillon-sur-Seine, et la garde
de son infanterie logée au village de Soulcy, distant d'une lieue ou
environ du dict Chastillon, trois soldats de la dicte infanterie,
oysifs, estans près l'eglise du dict lieu, au devant de laquelle y
avoit une grande image de saint Antoine eslevée en pierre, après
plusieurs propos scandaleux par eux tenuz de la dicte image par
derision, l'armèrent d'un morion et d'une hallebarde, luy disans ces
mots avec grands et execrables blasphèmes: Si tu as de la puissance,
monstre la presentement contre nous, et te defends. Et, ce disans,
ruèrent plusieurs coups des armes qu'ils avoient sur la dicte image;
de quoy non contents, l'un d'eux tira contre icelle image deux ou
trois harquebuzades, de l'une desquelles fut frappée icelle image en
la face, entre la lèvre basse et le menton, et au mesme instant le
dict soldat, s'escriant à haute voix, dist ces mots: Je brusle, et
tomba mort en terre, en la face duquel et au mesme endroit que la
dicte arquebuzade avoit atteint ladicte image, apparut le feu qui le
bruloit au dedans de la bouche, qui encore continuait après sa mort.

          [Note 317: Le duc d'Alençon, frère de Henri III, dont il
          avoit repris depuis très peu de temps le titre de duc
          d'Anjou. Il commandoit l'armée catholique, et l'on va voir
          par ce qui est ici raconté que les soldats n'étoient pas
          des plus dévots pour la foi qu'ils défendoient. On n'eut
          pas fait pis dans le camp des huguenots.]

Le second desdits soldats s'estant pareillement escrié par plusieurs
fois qu'il brusloit, pensant eviter ce tourment par eaue, se seroit
precipité dedans une rivière proche du dict lieu, où incontinent il
auroit esté suffoqué et noyé.

Le tiers, voyant la persecution de ses deux compagnons, tomba
esvanouy en la place, et fust porté en un logis proche du dict lieu,
saisy d'une fiebvre chaude et si violente que ce fut chose admirable
à ceulx qui le voyoient, entre lesquels aucuns des dictes troupes,
ses parents et amis, catholiques, eurent soudain recours à l'eglise,
et, ayant recouvert un prestre, firent chanter une messe devant la
dicte image, à laquelle un peuple infiny assistant, tant soldatz
que habitants du dict lieu, se meirent en devotion et firent tous
unaniment prières à Dieu pour ce pauvre miserable; et, après la dicte
messe celebrée et autres prières et ceremonies faictes, allèrent vers
le patient, où, ayant esté dictes aultres prières et oraisons, le
dict prestre luy baillant de l'eaue beniste, soudain iceluy patient
revint à soy, et, recognoissant sa faute, tendant les mains sus,
crioit misericorde à Dieu, accusant sa faute, avec humble requeste
aux assistans d'orer et interceder pour luy; ce qui fut faict, et
par la grace de Dieu reduict en sa première convalescence, comme il
est encore aujourd'hui. Cest acte veritable, et tesmoigné par plus
de trois mille personnes, donne exemple à toutes personnes vivans
soubs la crainte de Dieu et en l'obeissance de son eglise de venerer
et honorer les images des saincts, lesquelles, combien qu'elles ne
soient ce qu'elles representent et que de soy n'ayent divinité,
sinon en tant qu'elles sont dediées et consacrées à Dieu, en memoire
du saint qu'elles representent, toutefois servent de memoire et
advertissement, non seulement pour imiter les bonnes oeuvres des
glorieux saints, desquels la vie vertueuse a esté agreable à Dieu,
mais aussi pour prier iceux saints d'estre intercesseurs vers Dieu
pour nous; et aussi que le mepris et contemnement d'icelles images ne
peut estre sans grande offense, à cause de la dicte representation,
ainsi que les histoires ecclesiastiques declarent; dont la vindicte
est reservée à la puissance de Dieu.



_Le fantastique repentir des mal mariez._

S. l. n. d. In-8[318].

          [Note 318: Cette pièce a été donnée par M. G. Duplessis,
          mais avec quelques retranchements, dans le charmant recueil
          qu'il a fait paroître sous le titre de _Petit trésor de
          poésie récréative_, etc., par Hilaire-Le-Gay. Paris,
          Passart, 1850, in-32, p. 150. M. Duplessis n'en a pas
          trouvé la date, mais il la place parmi les poésies du XVIIe
          siècle.]


    Si tu te plains que ta femme est trop bonne
  L'ayant gardée trois semaines en tout,
  Attens un an, et tu perdras à coup
  L'occasion de t'en plaindre à personne.

    Mais, si elle est malicieuse et fière,
  Par bon conseil, ne l'en estime moins:
  Je prouveray tousjours par bons tesmoins
  Que la meschante est bonne mesnagère.

    Si par nature elle est opiniastre,
  Commande-luy toute chose à rebours,
  Et tu seras servy suivant le cours
  De ton dessein, sans frapper ny sans battre.

    Si au bourbier menteur elle se plonge,
  Croy le rebours de ce qu'elle dira,
  Et tu verras qu'elle te servira
  De verité, pensant dire mensonge.

    Si elle dort la grasse matinée,
  C'est ton profit, d'autant qu'elle n'a pas
  Tel appetit quand ce vient au repas,
  Et son dormir luy vault demy-disnée.

    Si elle faict la malade par mine,
  Va luy percer la veine doucement,
  Droict au milieu, et tu verras comment
  Tel esguillon luy porte medecine.

    Si elle est vieille ou malade sans cesse,
  Tu la sçauras sage contregarder,
  Attendant mieux, et si pourras garder
  Pour un besoin la fleur de ta jeunesse.

    Si tu te plains que ta femme se passe
  De faire enfans, par faute d'un seul point,
  Sois patient: mieux vaut ne s'en voir point
  Que d'en avoir qui font honte à leur race.

    Mais, si tu dis que la charge te presse
  D'enfans petits, dont la teste te deult,
  Ne te soucie, il n'en a pas qui veut:
  Ils t'aideront à vivre en ta vieillesse.

    Si quelquefois du vin elle se donne,
  Cela luy faict sa malice vomir;
  C'est un potus[319] qui la faict endormir;
  Femme qui dort ne faict mal à personne.

    Si le ciclope a tasché son visage
  D'une laideur qui ne se peut oster,
  C'est pour du jeu d'amour te desgouter:
  Qui moins le suit est reputé pour sage.

    D'autre costé, ne sortant de ses bornes
  En beaux habits, la blancheur de son taint
  Ne te fera de jalousie attaint,
  Ains te rendra franc de porter les cornes.

    Si bien parée elle feint l'amiable[320]
  Sortant dehors, je te diray pourquoy
  C'est pour complaire à autruy plus qu'à toy,
  Veu qu'au logis elle ressemble un diable.

    Si tu me dis que toujours elle grongne,
  C'est pour tenir en crainte sa maison;
  Il m'est advis qu'elle a quelque raison,
  Veu qu'en grongnant elle fait sa besongne.

    Si elle est brave et superbe sans honte,
  Tel le dira aujourd'huy et demain:
  Bonjour, Monsieur, le bonnet en la main,
  Qui paravant de toy ne faisoit conte.

    Si, gracieuse en tenant bonne geste,
  Au decouvert son beau sein elle a mis,
  C'est qu'elle veut donner à tes amis
  Opinion très bonne de son reste.

    Mais, si elle a joué son pucellage,
  N'en sonne mot: celui qui l'a gaigné
  Perdant le sien, libre t'a espargné
  Un grand travail; c'est autant d'avantage.

    Si elle faict à tes amis service
  De corps et biens, par liberalité,
  Elle vaut plus que tu n'as merité:
  Elle n'est point subjecte à l'avarice.

    L'avarice est un vice miserable;
  L'on voit souvent qu'un faquin usurier
  Va choisissant tel pour son heritier
  Qui le voudroit voir mort sur une table.

    L'avare encore à un pourceau ressemble,
  Duquel jamais honnesteté ne sort
  Pendant qu'il vit; mais, depuis qu'il est mort,
  Tous les voisins en font grand' chère ensemble.

    Si tu me dis qu'elle est insatiable,
  Ne se pouvant d'aucun gain contenter,
  Après sa mort tu te pourras venter
  D'avoir trouvé le butin amiable.

    Si tu te plains qu'elle a mauvaise teste,
  Il m'est avis que tu te fais grand tort:
  Elle en fera le vinaigre plus fort;
  Au demeurant elle est sage et honneste.

    Si elle court et souvent se pourmeine
  Par cy, par là, n'a-elle pas raison?
  C'est pour laisser la paix en ta maison:
  Quand elle y est, trop de bruit elle y mène.

    Si tu la dis mauvaise mesnagère,
  N'espargnant rien pour faire un hoschepot[321],
  Elle s'adonne à escumer le pot:
  Vive tousjours la bonne cuisinière!

    Si elle a faict voler son mariage
  En gros estat et dissolutions,
  Tu l'as permis par vaine ambition:
  C'est pour te rendre en tes vieux jours plus sage.

    Si ta femme est de pauvre parentage,
  N'en sois fasché, car le riche apparent,
  Prompt au mespris de son pauvre parent,
  Ne luy sert plus que d'un fascheux ombrage.

    Socrates fut homme plein de science,
  Qui, se voyant de sa femme outragé,
  Ne la voulut battre comme enragé,
  Mais fut contrainct de prendre patience.

          [Note 319: _Potus_, potion.]

          [Note 320: Ce mot, qui ne s'emploie plus que dans la langue
          du droit, avoit alors le sens d'aimable, de commode. On
          le rencontre très fréquemment. Au XVIIIe siècle, il étoit
          devenu hors d'usage, et on ne s'en servoit plus qu'en le
          soulignant. V. Lettres de Mme du Deffand, t. 2, p. 369.]

          [Note 321: Hachis de boeuf qu'on faisoit cuire dans
          un pot avec des marrons, des navets et toutes sortes
          d'assaisonnement. On l'appeloit aussi _pot-pourri_.
          Rabelais compare à un mets de ce genre l'assemblage des
          moines mendiants de toute robe qui couroient le monde,
          toujours se perpétuant, et il place à leur intention,
          dans la _librairie_ de Saint-Victor, le _hochepot des
          perpetuons_.--Le _hochepot_ étoit encore une de ces soupes
          au grand pot qui se mettoient sur la table dans le vase
          même où elles avoient cuit. Elles sont vantées dans un des
          contes d'Eutrapel comme un _vrai restaurant et elixir de
          vie_.]

FIN.

       *       *       *       *       *

_Dixain_[322].

  Souvent flateurs de la bende se tiennent,
  Disant: Monsieur, très bien est vostre dit,
  Et par flateurs ces gens bendez maintiennent
  Parmy les grands la force du credit.
  Le bon conseil a donc est interdit,
  Car il ne veut en ce point se bender,
  Craignant enfin devant Dieu l'amender,
  Dont luy seclus[323] les bandez de fallace
  Craignant le sort; mais, après desbender,
  Dieu remettra le bon conseil en grace.

          [Note 322: Ce dixain, qui est évidemment d'une autre époque
          que le reste de la pièce, n'a pas été reproduit par M. G.
          Duplessis.]

          [Note 323: _Eloigné._]

       *       *       *       *       *

_Le reconfort des femmes qui se plaignent de l'absence et deffaut de
leur mary._

    Si ton mary çà et là se pourmeine
  Pour changer d'air, n'en ayez pensement:
  Il faict cela pour ton soulagement
  Et pour dispos te relever de peine.

    Mais, s'il y prend chose que dire il n'ose,
  Pour avoir, sot, en eau trouble pesché,
  Le voilà bien puny de son peché!
  Laisse-le à part, sa santé se repose.

    S'il a perdu en son aage d'enfance
  Un grain des siens, tu n'y prens pas plaisir,
  Tu m'entens bien; mais il vaut mieux choisir
  Un bon tesmoing que deux sans souvenance.

    Si ton mary va son argent despendre
  A la taverne, il a quelques raisons:
  On ne despend pas tant à la maison,
  Et l'ordinaire en est quelque peu moindre.

    Si tous les jours comme insencé il crie,
  Tempestatif, cholère, sans repos,
  Faisant mestier de battre à tous propos,
  Endure tout: bien ayme qui chastie.

    Si, chargé d'ans, il s'accoustume au jeusne,
  Ne pouvant plus à la chasse trotter,
  Tu sais qu'il faut vieillesse supporter;
  Sois patiente: après le vieil un jeune.

    Si à pourvoir sa maison il ne pense,
  En temps et lieu, de charbon et de bois,
  Tu n'en mettras pas tant à chasque fois
  En ton fouyer, pour eviter despense.

    Si tu pretens l'accuser d'avarice,
  D'autant qu'il veut son argent espargner,
  C'est qu'il a eu de peine à le gaigner;
  Ne t'en soucie: espargner n'est pas vice.

    Si, soupçonneux, il n'a ny goust ny grace,
  Ne s'esmouvant pour gay te caresser,
  De ses faveurs il te convient passer.
  Repose-toy, tu en seras plus grasse.

    Si à jouer son argent il s'adonne,
  Il a desir de riche devenir;
  Mais il ne veut jamais se souvenir
  Que l'homme droict ne fait tort à personne.

    S'il est parfois chagrin et fantastique,
  Il doit avoir quelque perfection
  Pour contre-poids de l'imperfection:
  L'homme d'esprit est souvent lunatique.

    Si de bonne heure en soudaine manière
  Il a son bien et le tien despendu,
  N'en fais semblant, tu n'as pas tout perdu:
  Tu t'es aidée à en faire grande chère.

    Si par excès l'humeur froid le tourmente,
  Pour aller doux il laisse le courir,
  Ne te pouvant au besoin secourir:
  Femme d'honneur de bien peu se contente.

    S'il ne faict cas d'ouir ta remonstrance,
  Voulant tousjours à sa teste obeir,
  Si mal luy vient, ne te veuille esbahir:
  Conseil de femme est meilleur qu'on ne pense.

    S'il a esté forgé du costé gauche,
  Et toy lignée à rebours de raison,
  Vous n'aurez point de bruit en la maison;
  Quant à ce poinct, vous vivrez sans reproche.

    Quand un homme mal plaisant le resveille,
  Luy demandant quelque debte payer,
  S'il est faché, ne t'en veuille esmayer[324]:
  Faute d'argent est douleur non pareille[325]!

    S'il va faignant une folle simplesse
  En tems et lieu, il n'y a nul danger;
  Asseure-toy que, pour s'advantager,
  Il convertit sa folie en sagesse.

    Si sous son ongle un glus tirant s'amasse[326],
  Tu mangeras du gibier appresté,
  Car par malheur l'homme au droict arresté
  Ne prend plus rien s'il ne va à la chasse.

    S'il est un sot superbe sans doctrine,
  Voilà le train des jeunes maintenant,
  Il parviendra, mais qu'il soit souvenant
  De parler peu et tenir bonne mine.

    Mais, s'il dispute, il tombera en friche.
  Pauvrette, helas! de quoy te fasches-tu?
  Tout le sçavoir n'y sert pas d'un festu,
  Il gaignera moyennant qu'il soit riche.

    Si bien pensant[327] il s'adonne à l'estude,
  Il pincera (sans rire) l'argent et l'or;
  Tu garderas la clef de son thresor,
  Prenant repos sans grand'sollicitude.

    S'il est soldat et amy de la guerre,
  Par son respect on te respectera.
  A son retour, brave, il t'apportera
  Quelque joyau venant d'estrange terre.

    Si quelquefois le rheume le tourmente,
  Tel humeur vient ses poulmons arrouser,
  Ce rheume peut à la mort s'opposer,
  Coupant chemin à une fièvre ardente.

    S'il est vexé d'une morne[328] paresse,
  Il s'en ira de bonne heure coucher:
  Tu ne craindras qu'il te vienne empescher
  Le doux effect d'une libre promesse.

    Si, impudent, sans mesure il se prise,
  Entrant partout comme un audacieux,
  Laisse-luy faire, il n'en vaudra que mieux:
  A telles gens fortune favorise.

    Si, affronteur, il vante sa richesse,
  Il te fera tousjours brave marcher;
  Quand il s'ira par contrainte cacher,
  Tu demeureras du bien d'autruy maistresse.

    Si à mal faire hardy il se dispose,
  N'estant jamais d'aucun bien desireux,
  Pense qu'il n'est homme si malheureux
  Qui, employé, ne serve à quelque chose.


FIN.

          [Note 324: Pour _esmoyer_, émouvoir.]

          [Note 325: Refrain de chanson qui, après avoir couru
          pendant le XVe et le XVIe siècles--nous l'avons encore
          trouvé jusque dans Rabelais,--finit par rester comme
          proverbe.]

          [Note 326: De la _glu_, de la _poix_, dont il fait bon
          s'enduire les mains quand on veut voler. De là venoit que
          le mot _picare_ signifioit à la fois poisser et voler,
          et que _poissard_ se prit d'abord pour voleur: «Poisard
          _pro fure habetur_», dit Jacq. Sylvius dans son _Isagoge_.
          Paris, 1531, p. 4.--C'étoit un procédé larron renouvelé de
          voleurs de l'antiquité. Martial a dit de l'un deux, qu'il
          compare au fils de Mercure, patron de cette industrie:

               Non erat Autolyci tam _piceata_ manus.]

          [Note 327: Var: _Pensatif._]

          [Note 328: Var: Froide.]

       *       *       *       *       *

_Quatrains_[329].

    J'ai attendu, pour avoir mieux,
  A m'enrichir sur mes ans vieux;
  Par Juppiter, moy, mes enfans,
  Vous pouvez voir fort triumphans.

    Puis que je suis où pretendois,
  De Juppiter conduicts les droicts:
  J'ay d'amis plus que d'ennemis,
  Les escus sont mes bons amis.

      M'apporte qui voudra l'escu,
      Au jeu d'amour tout despendu.

          [Note 329: M. G. Duplessis ne les a pas donnés.]



_Le grand procez de la querelle des femmes du faux-bourg
Saint-Germain avec les filles du faux-bourg de Mont-marte sur
l'arrivée du regiment des Gardes[330]. Avec l'arrest des commères du
faux-bourg Saint-Marceau, intervenu en la dicte cause._

_A Paris, imprimé de jour et se vendent en plain midy._

          [Note 330: Après ses expéditions dans le Midi, Louis XIII
          étoit rentré dans Paris avec son régiment des Gardes, au
          mois de janvier 1623. La pièce que nous donnons ici fut
          écrite à cette occasion.]

M.DC.XXIII.

In-8.


L'envie apporte de grands maux parmy la société humaine; c'est une
furie qui est embrassée indifferemment de tout le monde et qui se
laisse tirer à un chacun par la queue, comme le diable d'argent qu'a
fait peindre le curé de Mille-Monts[331] sur son almanach.

          [Note 331: Sur ce faiseur d'almanachs, V. notre édition
          des _Caquets de l'Accouchée_, p. 65, 66. L'image grotesque
          dont il _illustroit_ ses prophéties, et qui n'est qu'une
          imitation de la dernière figure de certaines _danses
          macabres_, où l'on voit ainsi un musicien tirer le diable
          par son _appendice caudal_, a sans doute été pour quelque
          chose dans la popularité de l'expression qui court encore,
          à l'usage des nécessiteux: _tirer le diable par la queue_.
          La gravure d'un almanach du même temps a peut être aussi
          contribué à rendre populaire cette autre locution: _prendre
          la lune avec les dents_. Il y est ainsi fait allusion dans
          le _Francion_ de Sorel (1663, p. 254): «Imaginez-vous voir
          ces preneurs de lune qui sont en l'almanach de l'année
          passée, où les uns taschent de l'attraper avec des échelles
          qui s'alongent et s'accourcissent comme l'on veut, et les
          autres avec des crochets, des tenailles et des pincettes.»
          Peut-être s'agit-il encore là d'un almanach du curé de
          Milmont, car plus loin, p. 454, Sorel en parle.]

Tout ne se mène que par l'envie; c'est le ressort de nos affaires;
l'envie nous engendre: car, si une femme n'avoit point d'envie de
multiplier sa race, elle n'engendreroit jamais; l'envie nous nourrit
et alimente: car, si l'on n'avoit envie de manger, en vain la
nature nous auroit donné des dents; et l'envie nous fait mourir, et
toutefois elle ne meurt jamais[332].

          [Note 332: C'est à peu près, le vers de Molière dans
          _Tartuffe_ (act. V, sc. 2):

               Les envieux mourront, mais non jamais l'envie.

          Il l'avoit trouvé tout fait dans la _Comédie des
          Proverbes_.]

C'est ceste envie qui a esté cause de ce grand, ce difficile, cet
authentique, superliquoquentieux et estrange procez intervenu entre
les filles du faux-bourg de Montmarte et les femmes du faux-bourg
Sainct-Germain, que nous avons aujourd'huy sur le bureau, et ce à
mesme temps qu'elles ont veu arriver le regiment des Gardes: procès
solemnel, procès qui doit être jugé en robbe jaune, procès où il ne
faut point mander huictaine d'advis; procès qui sera jugé sur le
champ, comme appert par l'histoire; procès où les despens seront plus
chers que le fonds dont il s'agit; procès où il fera bon avoir des
espices[333], car plusieurs y seront poivrés; en fin, c'est un procès
dont on n'a jamais ouy parler, et le peut-on nommer le procès des
procès.

          [Note 333: Sur ces _épices_, qui étoient alors les
          honoraires de la magistrature, V. notre t. 2, p. 179, note.]

Le mercredy qui estoit le jour dont la veille et le jeudy
estoient distants de deux fois vingt-quatre heures, à laquelle
journée arrivèrent à grand foule, le tambour sonnant et les
enseignes desployées, les soldats des Gardes tant désirés à Paris,
s'assemblèrent dans le fauxbourg Sainct-Germain grande quantité de
femmes, soy disant coureuses[334], vagabondes, regratteuses de, etc.,
le tout en très bel ordre, le cul devant et les mains derrière, les
talons usez[335], la chemise retroussée à l'endroit des manches,
une serviette sous le bras (car c'est maintenant la coustume), les
quelles, après avons generallement desploré la triste fortune dont
elles avoient esté agitées pendant l'absence de l'armée et durant
le froid de l'hiver, que les bleds estoient couppez, une des plus
vieilles se leva, le front ridé et la chemise entre les jambes:
C'est assez, dit-elle, c'est assez pleurer; toujours le vent de
bise ne sifle et ne descoche ses froidures; après l'hyver vient
le prin-temps. C'est trop semer, il nous faut recueillir: voicy
l'autonne arrivé; nous l'avons plustost trouvé que le prin-temps.
Courage! nostre gaignage est revenu. Nous avons doresnavant force
besongnes; si nous ne pouvons travailler de la pointe et que
nostre esguille soit rompue, nous travaillerons du cul. Je disois
tousjours bien que ces malheurs ne dureroient pas long-temps, et
qu'enfin nous trouverions le moyen de gagner nostre vie. Il n'y a
icy qu'une chose qui nous peut donner du doubte: peut estre que
les filles du faux-bourg de Montmarte[336] ou celles du faux-bourg
Sainct-Victor[337] voudront avoir part au gasteau; car on m'a donné
advis l'autre jour qu'il y avoit un grand nombre de nostre compaignie
qui y estoient allées louer des chambres (car, pour les boutiques,
elles les portent tousjours quant à elles). Si cela est, c'est un
grand procez que nous allons avoir sur les bras, et, à vray dire, il
nous faudra toutes en cecy contribuer.

          [Note 334: Sur ces _filles_ du faubourg Saint-Germain, V.
          notre t. 1, p. 208, 219, note.]

          [Note 335: On disoit que ces dames avoient les talons
          courts et ne tomboient qu'en arrière:

               Si fait bien Marion qui ne chet qu'en arrière...

             (_Les Satyres_ du sieur du Lorens, 1624, in-8, p. 146.)]

          [Note 336: Elles étoient surtout en nombre dans le
          quartier, alors tout neuf et pourtant fort mal habité, de
          la Villeneuve-sur-Gravois, et dans les environs de la rue
          des Fossés-Montmartre, où elles logeoient pêle-mêle avec
          les gueux. V. Tallemant, édit. in-12, t. 9, p. 23.]

          [Note 337: Dans la rue du Champ-Gaillard et ses environs.
          V. notre t. 3, p. 44, note.]

--Mamie, luy fit une jeune guillerette qui a le visage assez frais,
mais qui a le cul chaud, nous ne devons craindre de ce costé-là.
Voicy la foire qui vient: nous aurons toute la marchandise, la
chalandise, les marchands et les chalans, et le pis sera que nous
ne pourrons trouver de trous assez pour les mettre; et puis, de
toute antiquité, ce faux-bourg n'a-il point cette prerogative par
dessus les autres que d'estre le repertorium des meilleures pièces
de Paris? C'est le siége et la demeure ordinaire de Venus, le palais
authentique de la verolle, l'antichambre des chancres, le cabinet des
chaudes pisses, l'estude ordinaire de la cristaline, l'estable des
poulains, l'escurie des morfondus, le retrait des coupeurs de bourses
et le séjour des maquereaux; personne, pour qualité excellente qu'il
aye, ne nous peut oster les advantages.

--Vous dites vray, dit une petite camuse qui est arrivée fraischement
de l'armée: mais vous ne parlés pas des coups d'espée ny des coups de
baston que nous recevrons si nous envoyons quelque pauvre diable au
royaume de Suède.--Il ne faut pas craindre de ce costé, respondit une
petite brunette qui s'en mesle depuis huict jours: j'ay cinq ou six
laquais de nostre costé, et puis si quelqu'un est attrappé à ce jeu,
et qu'il prenne l'as de trèfle pour celuy de pique, c'est sa faute:
il n'a qu'à se servir d'une lunette d'Holande[338], et regarder droit
au but.

          [Note 338: Sur ces lunettes, d'invention nouvelle, qu'on
          appeloit aussi lunettes d'Amsterdam, V. notre édition
          des _Caquets de l'Accouchée_, p. 253, note.--Dans les
          _Méditations de l'hermite Valérien_ (Recueil de pièces
          contre le connétable de Luynes, _Paris_, 1626, in-8, p.
          302), il est parlé de _lunettes de Hollande_ «dont use
          le duc de Bouillon pour prendre de loin les visées, et
          desquelles monsieur le prince auroit grand besoin de
          s'ayder, encore plus le comte de Soissons.»]

--Mais parlons un peu de nostre gaignage, respondit une vieille qui
avoit fait son temps. Pour moy, je demeure auprès de Sainct-Supplice;
mais jusques icy mes chalans ordinaires ne m'ont pas abandonné.
Si les filles du faux-bourg de Montmarte veulent causer, nous
soustiendrons l'effort et l'assaut. Pour moy ny mes compaignes, nous
ne nous rendrons jamais; je me coucheray plus tost que de me rendre.
Si d'adventure on regarde au nombre, nous sommes en plus grande
quantité qu'elles; nous en fournirons toujours six contre une.

--Je vous diray, ma mère, fit une grande Jaqueline qui avoit
demeuré durant les troubles au faux-bourg de Montmartre, on y fait
quelquefois des profits; mais pour le jourd'huy le mestier est bravé:
nous avons beau coudre et filer, à peine gaignons-nous le louage
de nos chambres; c'est la cause pourquoy je me suis releguée en ce
cartier, pour voir si la fortune ne me sera point plus favorable
durant la foire[339].--Le temps des foires! fait une rieuse: c'est le
temps des vendanges; en toute l'année, on ne sçauroit trouver foire à
meilleur marché.--Nous ne sommes pas icy pour rire, ma cousine, fit
une courtisanne à la mode; il nous faut adviser à nous deffendre:
car, comme j'alois hier à la porte Sainct-Anthoine avec les autres,
j'entendis sourdement dire à trois ou quatre bonnes gens que les
filles du faux-bourg Momtmarte avoient envie de nous adjourner, et, à
faute de comparoistre, qu'on nous jugeroit par contumace.

          [Note 339: La foire Saint-Germain, qui s'ouvroit le 3
          février et finissoit la veille du dimanche des Rameaux.
          Il paroîtroit par ce passage que la publication de cette
          pièce suivit de près le retour du régiment des Gardes, qui,
          comme nous l'avons dit, avoit eu lieu en janvier. Dans un
          petit poème fort curieux qui, sous ce titre: _Semonce à
          une demoiselle des champs pour venir passer la foire et
          les jours gras à Paris_ (Paris, 1605, in-8), n'est qu'une
          description très détaillée de la foire Saint-Germain, il
          est parlé longuement des filles de joie qui y faisoient
          leurs caravanes.]

Ainsi qu'elle achevoit ces mots, voicy une vieille hipocondriaque de
damoiselle, du quel le né estoit une vraye goutière qui incessamment
couloit (à ce que porte l'histoire), laquelle, ayant levé son masque
à demy pourry, salue l'assistance à la mode des femmes, le cul ouvert
et la bouche fermée. Je suis très joyeuse (dit elle) de vous trouver
en ce lieu: car je croy qu'il estoit impossible d'aggreger toutes
les coureuses du faux-bourg Sainct-Germain en un corps, pour la
quantité. Toutefois, puisque vous vous estes rencontrées si à propos,
je suis venu icy vous apporter un adjournement personnel, pour vous
voir estre condamnées à vous desister et debouter de l'esperance que
vous avez conceue de faire vos jours gras avec les nouveaux venus.
Nos pretensions sont que cela nous appartient, et que, c'est nostre
droict; lequel perdre, ce serait renverser tous nos statuts, et nos
priviléges tant anciens que modernes.

Le jour de l'assignation sera sabmedy prochain, par devant les
commères du faux-bourg Sainct-Marceau, où celuy qui aura le droit le
conservera au mieux qu'il pourra.

Ceste harangue estonna de prim'abord la compaignie. Une bossue,
qui avoit esté autrefois regrateuse de parchemin, va dire: Mais,
Madamoiselle, vostre ajournement est-il fait à domicile? A quelle
heure faites-vous vos affaires?--Ma mie (fit l'autre), j'ay gardé la
coustume: je suis femme d'un sergent de Sainct-Lazare; ce n'est pas
d'aujourd'huy que je dresse des committimus[340], en l'absence de mon
mary; il y a longtemps assez que je sçavois comment il faut donner
une assignation. Soignez seulement à l'heure que je vous donne.

          [Note 340: Lettre de chancellerie accordée par le roi à
          ceux qui avoient leurs causes _commises_ aux requêtes du
          Châtelet.]

Une grande hacquenée à toute selle se lève debout: Et bien, voilà
bien parlé! mercy de ma vie! ouy nous irons. Craignés-vous que nous
n'osions comparoistre? Si nous n'y pouvons aller de front, nous irons
de cul et de teste.

Le jour venu, il fallut comparoistre. Jamais en ma vie je n'avois veu
tant d'avant-coureuses pour un jour; il n'y avoit coin, trou, rue ne
destour, qui ne fust remplie de ceste racaille.

Pleust à Dieu que la rivière des Gobelins qui vient de Gentilly se
fust desbordée comme jadis[341]! elle eut fait un grand bien pour
Paris. Il ne me souvient plus bonnement du lieu où se faisoit
l'assemblée; toutefois, c'estoit entre la porte Sainct-Jacques et
celle Sainct-Victor, ce me semble. La plus effrontée entre, et avec
elle quatre ou cinq des putains, je veux dire deputés du faux-bourg
Sainct-Germain, parlant pour le corps et aggrégé dudit faux-bourg,
qui attendoit dans la rue.

          [Note 341: Sur une de ces inondations, qui ne suivit que de
          trop près ce que dit cette commère, puisqu'elle eut lieu en
          1625, V. notre t. 2, p. 221 et suiv.]

Mes dames, dit-elle, je prens icy le fait et cause de mes compaignes
du faux-bourg Sainct-Germain, qui ont un grand procez contre les
caqueteuses du faux-bourg de Montmartre, soi-disant seules devoir
avoir part à l'allegresse commune que chacun a receu du retour de
l'armée. Je soustiens que cela est faux, nonobstant quelque respect
qu'on puisse admettre, et le prouve parce qu'il y a tantost un an
que nous sommes sans besongnes. Nostre cheminée n'a pas esté ramonée
comme elle souloit; nous avons apresté le corps de garde: le regiment
estant venu, nous demandons qu'il y entre. Secundo, si nostre
moulin, par la longue absence du meusnier, venoit à demeurer oisif,
et que les meules, faute de mouvement, vinssent à s'enrouiller,
quel desastre y auroit-il en la nature! Quel changement et quelle
metamorphose! Nous sommes en un temps que tout se corrompt si on n'y
soigne. Conclusion: nous vous demandons que vous ayez à vous deporter
sur les lieux, visiter et revoir les logis de l'une et l'autre
partie, voir les commoditez, et illec nous juger sur-le-champ et nous
assigner à qui doit demeurer le droict.

Celle qui presidoit va dire: Par la vertu nobis! s'il y a quelque
droit, je ne le veux donner ny à l'un ny à l'autre; j'aime mieux le
garder pour moy. Seroit-il raisonnable que vous fussiez le singe et
nous les levrettes? Vous vous serviriez donc de nous pour attirer
les chataignes hors du feu[342]! Il n'en ira pas ainsi. Mais où est
vostre partie? Parlez bas, appelez procureurs. Où est le greffier?
Il est allé regratter le parchemin. Voilà sans doute. Et donc ma
commère, est-ce vous dont est question? Elle parloit à l'adventure
pour les filles du faux-bourg Montmartre, qui, voulant paroistre de
jour, s'estoit armé la teste d'un vieux haillon qu'elle avoit fait
blanchir depuis peu.

          [Note 342: Allusion à un proverbe cité dans les _Essais
          de Mathurine_, et dont La Fontaine a fait une fable: «_Il
          faict comme le singe, qui tire les marrons du feu avec
          la patte du levrier._» V. notre édition des _Caquets de
          l'Accouchée_, p. 267, note.--C'est peut-être de ce proverbe
          que vint l'usage de représenter autrefois des _levrettes_
          sur les _garde-feu_ et sur les _chenets_. Ce dernier mot
          dérive même, comme on sait, de _chiennet_ (petit chien), à
          cause des figures sculptées sur les landiers, étymologie
          plus simple qu'elle n'en a l'air, et qui rappelle celle des
          _robinets_ de fontaines, qui vient de ce qu'ils étoient
          faits autrefois en têtes de mouton (_robins_). (La Monnoye,
          _Glossaire_ des Noëls Bourguignons, au mot _robin_.)]

--Madame, excusez-moy: nous avons maintenant tant de besongnes que
je n'avois peu venir à l'heure; toutefois, je crois avoir aussi
bon droit que nos parties: il est icy question d'une realité. Nous
demandons que seules nous ayons le pouvoir et la puissance de
participer aux bonnes graces de nos serviteurs anciens qui sont
revenus de l'armée; personne ne nous peut oster ce droict; nous en
pretendons de bonnes et belles alliances.

La harangue achevée, on entendit un bruit sourd parmy la chambre,
ainsi que seroit le siflement de sept ou huict tripières quant elles
vont à la chaudière chercher leurs trippes.

La consultation faite de part et d'autre, les advis donnés, les
sentences recueillies, celle qui devoit donner l'arrest deffinitif
se va planter sur la bouche d'un retrait qui estoit dans la chambre,
faute de siége, et prononça ces mots:


_Sentence et arrest des Commères du faux-bourg Saint-Marceau._

Attendu que c'est une question de droict, et qu'en cecy plusieurs
femmes, tant de Paris que des faux-bourgs, y pourroient estre
interessées; que, d'autre part, on ne peut plumer la poulle si nous
n'y sommes presentes; après avoir le tout veu, releu, corrigé et
augmenté, comme appert par nos registres, contumaces, sentences,
renvois, appels, etc., nous voulons que les parties soyent absous et
contents chacun endroit soy, et ne pourront les dites sus nommées
s'injurier; vivront, traffiqueront et se tiendront paisibles; nous
reservant toutefois une coppie de l'execution de ceste sentence, afin
que chacun cognoisse et soit notoire à tous que nous ne voulons pas
tellement donner le droict à nos voisins que nous ne le gardions pour
nous-mesmes.

Ainsi a esté fait, dit, donné, executé, etc. _Habe chabini chabeas._

_Fait le lendemain de la veille du jour que dessus._

_Fin._



_Les Contre-veritez de la Court, avec le Dragon à trois testes._

M. DC. XX.

In-8[343].

          [Note 343: Bien que ce pasquil ait été publié dans le
          _Recueil des pièces les plus curieuses qui ont été faites
          pendant le règne du connétable de Luynes_ (Paris, 1628,
          in-12, p. 65), auquel les _Jeux de la Cour_ (V. plus
          haut) ont déjà été empruntés, nous n'hésitons pas à le
          reproduire. Il est rare, le _Recueil_ qui l'a donné
          n'est pas des plus communs, et nous espérons d'ailleurs
          ajouter à l'intérêt de la pièce par les notes dont nous
          l'accompagnerons. En 1628, quand on la réimprima, l'on
          n'avoit pas besoin de commentaires pour expliquer que tout
          ce qui s'y trouve sur les hommes et les choses de ce temps
          n'étoit réellement que _contre-vérités_, comme le dit le
          titre; c'était chose connue de tout le monde. Aujourd'hui
          le commentaire est aussi indispensable qu'il étoit inutile
          alors; nous avons donc tâché de le faire complet autant
          que possible. Cette nécessité d'éclaircir par des notes
          une foule de pièces dont on n'a jusqu'ici publié que le
          texte simplement et sèchement sera notre excuse chaque
          fois que, pour enrichir notre recueil, nous croirons bon
          de nous prendre à des réimpressions anciennes, comme
          celles-ci, ou même toutes récentes. C'est le système suivi
          par M. Anatole de Montaiglon pour ses _Anciennes poésies
          françoises_; c'est le bon.--Ces _contre-vérités_ étoient un
          genre de plaisanterie satirique, naturellement de mise pour
          toutes les époques; il ne falloit que le trouver une fois,
          l'application en venoit ensuite d'elle-même. Nous n'avons
          donc pas été surpris de rencontrer parmi les _mazarinades_
          une pièce complétement calquée sur celle-ci, ayant le même
          titre, les mêmes tours, souvent les mêmes rimes, enfin
          identiquement semblable, si ce n'est bien entendu pour les
          personnages, qui ont dû y faire place à d'autres, aussi en
          évidence pendant la fronde que ceux rappelés ici l'avoient
          été en 1620. Cette pièce, dont M. Moreau n'a eu garde
          d'oublier le titre et d'ignorer l'origine, porte le nº 788
          dans sa _Bibliographie des mazarinades_ (t. 1, p. 234):
          LES CONTREVÉRITEZ DE LA COUR. _Quis vetat ridendo dicere
          verum?_ Paris, 1652, in-4.]


  Absent de ma Philis, toute chose me fasche;
  Mes biens sont sans plaisir et mes maux sans relasche;
  Mes sens n'ont plus de sens, et, privez de discours,
  Me font voir leurs objects quasi tout à rebours;
  Allant dedans la Cour, revenant dans les villes,
  Je trouve les plus sots mieux que les plus habiles,
  La cour sans mal contans, le Perou sans escus,
  La faveur sans envie, et Paris sans coqus;
  Les princes sont vallets, et les vallets sont princes;
  Que comme les chevaux on barde les provinces;
  Qu'il n'est auprès du roy que des gens bien hardis;
  Que Théophile va tout droit en paradis[344];
  Qu'on ne prend en l'estat pour despecher affaires
  Que de saint Innocent les fameux secrétaires[345];
  Le president du Vair est marchant de pourceaux[346];
  Vautray est chancelier[347], Marais garde des sceaux[348];
  Pour gouverner Monsieur, et en faire un chef-d'oeuvre,
  On envoye querir le bon marquis de Coeuvre[349];
  Les Juifs prennent la croix et preschent Jesus-Christ,
  Et que le tiers estat porte le Saint-Esprit;
  Monsieur fait ce qu'il veut, et que la royne mère,
  Sur la foi du Guisar se veut mettre en colère;
  L'empereur Ferdinand aime le Palatin[350];
  Le duc de Montbazon ne parle que latin[351];
  Pontchartrain court un cerf[352], et Castille la bague[353];
  Rien de si bien disant que madame d'Entrague[354];
  Que Bassompierre fait l'amour sans dire mot;
  L'evesque de Luçon est un pauvre idiot[355];
  Barbier est en faveur[356]; et messieurs de Luynes,
  Tous les jours au lever du marquis de Themines[357],
  Qui font venir en cour le bon duc de Bouillon
  Pour estre gouverneur du comte de Soisson[358];
  Que le due d'Espernon, renonceant à ses forces[359],
  Vient en Cour sur la foy du colonel des Corses[360],
  Et que la royne mère adore Marcillac[361],
  Comme Pocelay[362] le marquis de Rouillac;
  Le cardinal de Retz explique l'Escriture[363],
  Et que le duc d'Usez dit la bonne aventure[364];
  Madame de Sourdis fait des chastes leçons;
  Son fils le cardinal n'aime plus les garçons[365].
  L'abbé de Saint-Victor a la barbe razée,
  Et le duc de Nemours a la teste frisée[366];
  Que, pour déniaiser Modène et Deagens[367],
  Chalais et Saint-Brisson sont deux propres agens;
  Le baron de Rabat[368] est enfant legitime,
  Et le père Joseph est grand joueur de prime[369];
  Que le duc de Rohan est un fascheux jaloux,
  Et que monsieur le Grand est accablé de poux[370];
  On ne fait plus l'amour au quay de la Tournelle;
  Madame de Monglas[371] a la gorge fort belle;
  Que Maillezay n'est plus importun ny cocquet;
  Qu'on souffre sans ennuy son malheureux caquet;
  Que le baron d'Anthon rentre dans Angoulesme;
  Le comte de Grandmont a le visage blesme;
  Sainct-Luc n'est plus roman[372]; Crequy n'est plus caigneux;
  Liencourt est bigot[373], et Bonneuil est hargneux[374];
  Despesses ne sait plus ni le temps ni l'histoire[375];
  Le comte de Limours a fort bonne mémoire;
  Le comte de Chombert est homme de loisir[376];
  Le comte de Carmaing[377] n'aime plus son plaisir;
  Garon est en collère parmi les atheistes[378];
  Servin[379] et du Montier se sont mis Jésuites[380];
  Que le prince Lorrain a soing de son honneur;
  Chaudebonne[381] de gueux est venu grand seigneur,
  Ne porte plus le dueil, et sa muse bottée
  Hay les habillemens, et marche sans espée;
  Vitry, le mareschal, n'a plus de vanité[382];
  Et Zamet a perdu sa noire gravité[383];
  Comminges[384] et Botru ont perdu la parole,
  Et le père Berulle a gaigné la verolle;
  Que Rochefort[385] s'estonne et demande à Pattot
  Pourquoy monsieur le prince aime tant Hocquetot[386];
  Que les princes du sang ont la paralysie;
  Le marquis de Sablé redouble sa phtisie[387];
  Le marquis de Mosny[388] est homme de raison;
  Moisset homme de foi, l'argent hors de saison[389];
  Les princes souverains sont des joueurs de farces,
  Et que le père Arnoul[390] entretient mille garces;
  Boulanger est soldat, et que les favoris
  Ne bougent des festins des bourgeois de Paris;
  Rien de si genereux que le comte de Brayne[391];
  Que le comte de Fiesque est un tireur de leine[392];
  Le comte de Brissac grand abbateur de bois,
  Curson ne parle plus de la maison de Foix;
  Le marquis colonnel sera toujours poltron,
  Comme fut son grand père et le duc d'Espernon[393].
  Philis, le deplaisir d'une fascheuse absence
  Estouffe en mon esprit l'entière cognoissance,
  Monstrant la verité contraire à la raison;
  Aussi l'extravagance en est la guerison;
  Puisqu'il faut posseder celle qui me possède,
  La cause de mon mal en est le seul remède.

          [Note 344: C'est l'époque où les poursuites dirigées contre
          lui pour le crime d'impiété et d'athéisme commençoient à
          être le plus actives.]

          [Note 345: On sait que les échoppes des écrivains publics
          étoient nombreuses autour du charnier des Innocents.]

          [Note 346: L'un des hommes les plus vénérables de ce
          temps-là. Il mourut en 1621, peu après avoir été fait garde
          des sceaux. V. notre t. 2, p. 133, note.]

          [Note 347: Nous ne savons quel est ce Vautray. Il faut
          peut-être lire Vautier, ce qui, en faisant disparoître
          l'hiatus, nous donneroit le nom d'un homme qui jouoit un
          certain rôle alors. Il étoit médecin de la reine mère
          et se mêloit d'intrigues de cour. Il y gagna d'être mis
          à la Bastille, lors de la disgrâce de Marie de Médicis
          (_Mémoires_ de Richelieu, collect. Petitot, t. 26, p. 448,
          466).]

          [Note 348: Marais étoit le bouffon de Louis XIII. Dreux du
          Radier, qui a fait l'_Histoire des fous en titre d'office_,
          ignoroit même son nom. Tallemant (édit. in-12, t. 63, p. 3)
          est le seul qui en ait parlé.]

          [Note 349: François Annibal d'Estrées, marquis de Coeuvres,
          frère de Gabrielle, qui étoit alors ambassadeur à Rome. V.
          sur lui notre édition des _Caquets de l'Accouchée_, p. 149,
          note.]

          [Note 350: Les démêlés de Ferdinand II, élu empereur en
          1619, avec l'électeur Palatin Frédéric V, à qui les Etats
          de Bohême s'étoient cru le droit de conférer le même titre,
          furent cause, on le sait, de la guerre de Trente-Ans.]

          [Note 351: Le duc de Montbazon étoit un assez pauvre homme.
          On pouvoit sans invraisemblance lui faire endosser toutes
          les naïvetés du sieur de Gaulard. Quoiqu'il sût aussi
          peu de latin qu'on le donne à entendre ici, monsieur son
          père, dans un portrait qui les représentoit tous deux,
          lui montroit le ciel du doigt et lui disoit:--_Disce puer
          virtutem._ «Or, ce _puer_, écrit Tallemant, avoit la plus
          grosse barbe que j'aie connue; il paroissoit richement
          quarante-cinq ans.» (Édit. in-12, t. 4, p. 136.) Bautru,
          dans l'_Onosandre_, Cabinet Satirique, p. 558, par une
          double allusion à la naïveté de M. de Montbazon et à la
          situation de son hôtel, qui étoit rue de Béthizy, et le
          même qu'on vient de démolir récemment, l'appelle _Prince de
          Béthizy_. V. le _Borboniana_ dans les _Mémoires_ de Bruys,
          t. 2, p. 312.]

          [Note 352: Secrétaire d'Etat et secrétaire des
          commandements de Marie de Médicis, il fut l'un des hommes
          les plus sérieux de cette époque et l'un de ceux qui par
          conséquent se mêlèrent le moins aux intrigues. On a de lui
          des _Mémoires_ très intéressants, rédigés avec conscience
          et modestie.]

          [Note 353: Fils de P. Castille, qui de marchand de soie
          aux _Trois visages_ dans la rue Saint-Denis, étoit devenu
          receveur du clergé et s'étoit fort avancé dans les
          affaires. Ce fils avoit encore été plus loin que son père.
          A la mort de Henry IV, il avoit été fait contrôleur général
          des finances.]

          [Note 354: Henriette d'Entragues, duchesse de Verneuil,
          qui ne voyoit pas alors très bonne compagnie, à ce point
          que l'auteur des _Caquets de l'Accouchée_ put sans
          invraisemblance la mettre en scène avec ses commères.]

          [Note 355: Si parmi toutes ces _contre-vérités_ il en
          est une bien réelle, c'est celle que contient ce vers.
          Richelieu, évêque de Luçon, futur ministre et cardinal,
          s'étoit donc laissé déjà deviner, dans sa courte apparition
          aux affaires, pendant la faveur du maréchal d'Ancre.]

          [Note 356: Après avoir joué un certain rôle, il étoit tombé
          avec le maréchal d'Ancre, dont il étoit la créature. V.
          _Baron de Fæneste_, liv. 1, chap. 13.]

          [Note 357: La vue de M. de Thémines ne devoit pas être fort
          agréable à des gens comme les frères de Luynes. Ils le
          savoient homme d'énergie et ne devoient pas avoir oublié
          que, sur un ordre du roi, il n'avoit pas craint d'arrêter
          le prince de Condé.]

          [Note 358: Un rapprochement entre le duc de Bouillon et le
          comte de Soissons n'étoit que trop à craindre. Il eut lieu
          plus tard, et l'on sait ce qui en résulta de difficultés
          pour Richelieu, jusqu'à ce que le jeune comte eut succombé
          dans la lutte. V. _Mém._ de Brienne, collect. Petitot, 2e
          série, t. 36, p. 72.]

          [Note 359: Il s'étoit retiré dans son gouvernement de
          Saintonge, où son attitude menaçante n'étoit pas sans faire
          ombrage au favori. V. plus haut le _Songe_, p. 23, note.]

          [Note 360: A Rome, il y avoit alors une garde corse,
          chargée d'accompagner les patients au supplice. Peut-être y
          fait-on allusion ici, bien qu'il n'existât point pareille
          milice en France. Ce qui nous le fait penser, c'est que M.
          d'Epernon auroit eu en effet beaucoup à craindre s'il étoit
          revenu à la cour.]

          [Note 361: Michel de Marcillac, frère du maréchal, arrêté
          et executé en 1632, par ordre de Richelieu. Il fut garde
          des sceaux de 1624 à 1630.]

          [Note 362: Il faut lire Rucellaï. C'était un abbé italien
          de la même famille qu'un des plus riches partisans de ce
          temps. Le marquis de Rouillac, neveu du duc d'Epernon,
          «lui avoit fait donner des coups de bâton, dit Tallemant,
          le plus mal à propos du monde. On eut bien de la peine
          à accommoder l'affaire.» (Edit. in-12, t. 9, p. 6,
          _Historiette_ du marquis de Rouillac.)]

          [Note 363: Le cardinal Henri de Gondi, évêque de Paris;
          il fut mis à la tête des affaires avec M. de Schomberg
          en 1621, et mourut l'année suivante, après s'être occupé
          de son épiscopat aussi peu que son neveu le guerroyant
          coadjuteur s'en occupa plus tard.]

          [Note 364: Il avoit la même réputation que le duc de
          Montbazon, et ne la méritoit pas moins, à ce qu'il paroît.]

          [Note 365: V. sur les moeurs de ce prélat, _Avis salutaire
          donné au sieur illustrissime cardinal de Sourdis pour
          sagement vivre à l'avenir_. V. aussi _Fæneste_, édition de
          M. Mérimée, p. 230.]

          [Note 366: V. sur lui les _Caquets de l'Accouchée_, p. 162,
          note.]

          [Note 367: Créature du connétable de Luynes, qui, après
          avoir été simple commis sous Barbin, devint intendant des
          finances. Après la mort de son protecteur, il fut mis à la
          Bastille (_Mém._ d'Arnaud d'Andilly, coll. Petitot, t. 33,
          p. 372).]

          [Note 368: Ce baron de Rabat me semble bien être le favori
          Barradar, dont on aura écorché le nom à plaisir.]

          [Note 369: L'Éminence grise en effet ne s'amusoit guère à
          ces jeux-là.]

          [Note 370: Le duc de Bellegarde. «Il n'y eut jamais un
          homme plus propre», écrit Tallemant (édit. in-12, t. 1, p.
          109).]

          [Note 371: Cette maigreur étoit de la famille, à ce qu'il
          paroît, car nous connoissons des couplets de Bussy où il se
          plaint de l'avoir rencontrée chez une dame du même nom.]

          [Note 372: Lisez _n'est plus romain_, et comprenez n'est
          plus catholique. Il fut chargé du commandement de l'armée
          navale contre La Rochelle (_Mém._ de Richelieu, collect.
          Petitot, 2e série, t. 22, p. 156).]

          [Note 373: Il étoit fort brillant et très batailleur. Il
          perdit la charge qu'il avoit à la Cour pour son duel avec
          d'Halluyn. (_Id._, p. 215.)]

          [Note 374: Il étoit introducteur des ambassadeurs. C'est
          lui qui, en 1628, reçut le duc de Lorraine lors de son
          voyage à Paris. (Piganiol, t. 2, p. 351.)]

          [Note 375: Avocat au parlement de Paris, très savant homme,
          trop savant même, car un jour, je ne sais à quel propos,
          s'étant perdu dans une digression sur l'Ethiopie, il fut
          vivement rappelé à la question par son adversaire, et de
          dépit il quitta le Palais et ne plaida plus.]

          [Note 376: Il étoit surintendant des finances. V. les
          _Caquets de l'accouchée_, p. 57.]

          [Note 377: Le comte de Cramail, auteur des _Jeux de
          l'Inconnu_, de la _Comédie des proverbes_, etc. V.
          l'article que nous lui avons consacré, _Revue française_,
          20 mai 1855, p. 481.]

          [Note 378: Sans doute Louis Garon, auteur de l'école de
          Théophile, de qui l'on a le _Chasse-ennuy, entretien des
          bonnes compagnies_. Lyon, 1628, 2 vol. in-12.]

          [Note 379: L. Servin, l'illustre avocat général au
          parlement de Paris.]

          [Note 380: Du Monthier le peintre. Par une anecdote que
          raconte Tallemant; t. 5, p. 59, on voit qu'il n'étoit
          jésuite d'aucune manière.]

          [Note 381: «Le meilleur ami de Mme de Rambouillet, dit
          Tallemant; c'est lui qui mit Voiture dans le monde et
          l'introduisit chez Monsieur.» Il eut le sort des favoris de
          Gaston; Richelieu le fit mettre à la Bastille. V. _Mémoires
          de Richelieu_, collect. Petitot, 2e série, t. 26, p. 44.]

          [Note 382: Depuis qu'il avoit assassiné le maréchal
          d'Ancre, il étoit en effet d'une vanité insupportable.]

          [Note 383: Zamet le financier, dont nous avons eu déjà
          souvent à parler. Sa mine grave et ses révérences étoient
          célèbres à la Cour. (Tallemant, III, p. 63.)]

          [Note 384: Capitaine aux gardes qui fut tué plus tard à
          Pignerolles. Quant à Bautru, qu'on lui donne ici pour
          confrère en bavardage, il est assez connu.]

          [Note 385: Favori du prince de Condé, et le même qui
          fit rouer de coups M. de Marcillac. C'est de lui que de
          Courtils a fait les _Mémoires_.]

          [Note 386: Lisez Héquetot, comme écrit Tallemant, ou Ectot,
          selon l'orthographe du père Anselme (t. 5, p. 152). Il
          étoit fils aîné de M. de Beuvron. (Tallemant, t. IX, p.
          73.)]

          [Note 387: Emmanuel de Laval, fils du maréchal de
          Bois-Bauphin, mari de la célèbre marquise de Sablé.]

          [Note 388: Nous ne le connoissons que par la mention que
          fait de lui N. Roemond dans son _Sommaire traicté du
          revenu_ (1622), pour une pension de 8,000 livres.]

          [Note 389: Moisset, dit Montauban, fameux partisan. V.
          notre édit. des _Caquets_, p. 182, 241, et notre t. 3, p.
          181.]

          [Note 390: Confesseur du roi. V. _id._, p. 166.]

          [Note 391: Henri Robert de la Marck, comte de Brainne.]

          [Note 392: Le comte de Fiesque étoit l'honneur et la
          loyauté mêmes. Il fut tué au siége de Montauban.]

          [Note 393: Le marquis de Candale, fils du duc d'Épernon.]

       *       *       *       *       *

_Le Monstre à trois testes_[394]

          [Note 394: Les trois têtes du monstre, ce sont les trois
          frères, Luynes, Branthe et Cadenet.]

  Ceste lasche et traistre fortune,
  Fille du vent et de la mer,
  Qui ne fut jamais qu'importune,
  Aux gens que l'on doit estimer,
  Qui met au plus haut de la roue
  Ce qu'elle tire de la boue,
  Et puis les laisse choir à bas,
  Qui fait, aveugle en son elite,
  Que la faveur et le merite
  Vont toujours d'un contraire pas;

  Ce monstre pour qui les victimes
  Sont aujourd'huy sur les autels,
  Qui volle les droits legitimes
  Des voeux deubs aux grands immortels;
  Il ne faut point que l'on s'estonne,
  Si, par colère, je luy donne
  La qualité de monstre icy.
  Les raisons y sont toutes prestes:
  Dites-moy, puisqu'il a trois testes,
  Le peux-je pas nommer ainsi?

  C'est elle enfin qui nostre haine
  A voulu prendre pour object;
  Son humeur orgueilleuse et vaine
  Nous en donne assez le suject.
  Quel prodige, au temps où nous sommes,
  Que les plus bas d'entre les hommes
  Aillent de pair avec les dieux,
  Lors que sur des oiseaux de proye[395],
  Ainsi que le mignon de Troye,
  Ils sont montez dedans les cieux?

  Quelle honte à ce grand empire,
  Jadis si fort et si puissant,
  Qu'il se promettoit tout en pire,
  De vaincre celui du Croissant,
  D'estre captif sous un Cerbère,
  Sans qu'un des siens se delibère
  De l'affronter comme autrefois;
  Qu'il ne se trouve plus d'Hercule
  Et que tout le monde recule
  Au moindre echo de ses abois?

  O fortune, ô nostre ennemie!
  C'est toy qui cause ces malheurs.
  O France! tu es endormie,
  Pour ne point sentir tes douleurs.
  O! démon soigneux des coronnes,
  Qui, jour et nuict, les environnes
  De légions pour les garder,
  Souffriras-tu ceste insolence?
  Vois-tu pas que sa violence
  Voudroit desjà te gourmander?

  C'est un hydre espouvantable,
  A qui, quand on coupe le chef,
  Icy la chose est veritable,
  Il en naist plusieurs de rechief.
  C'est la peste des monarchies;
  On ne les peut dire affranchies
  Tant qu'elles portent ces gens-là.
  C'est la ruine des provinces,
  Et le coupe-gorge des princes,
  Qui, sots, endurent tout cela.

  Grand monarque, dont la vaillance
  Ne trouva jamais rien de fort,
  Qui vivez en la bienveillance
  Malgré les siècles de la mort,
  Hé! que direz-vous à ceste heure,
  Si de la celeste demeure
  Vous voyez avec passion
  Ce qui se fait en nostre monde,
  Où tout se gouverne et se fonde
  Sur les pas de l'ambition?

  Mais une ambition de vice,
  Sous qui l'honneur est abattu,
  Et qui ne gage à son service
  Aucun amy de la vertu,
  Une ambition si supreme
  Que la hauteur d'un diadème
  Est basse aux yeux de son desir;
  Une ambition tyranique,
  Qui du moyen le plus inique,
  Tire nos maux et son plaisir.

  Depuis que ce coup parricide,
  Qui vous tuant nous blessa tous,
  Feit trop cognoistre qu'un Alcide
  Pouvoit mourir comme un de nous,
  Nous avons tousjours veu la France
  Assubjettie à la souffrance
  De ces races de champignons,
  Qui, sans prendre garde à leur estre,
  Pensent bien obliger leur maistre,
  De se dire ses compagnons.

          [Note 395: On a déjà vu par une note des _Jeux de la
          Cour_ que Luynes devoit sa faveur près de Louis XIII à
          son adresse à élever les oiseaux de proie.--Le _Mignon de
          Troye_, c'est Ganimède, fils de Tros, roi des Troyens, qui
          fut enlevé par l'aigle de Jupiter.]



_Le Cocq-à l'asne ou le pot aux roses adressé aux financiers._

M.DC.XXIII.

In-8.


  J'aime le roy, j'ayme les princes;
  Je me desplais dans les provinces
  Trop esloignées de la court.
  Il fait bon, pour le temps qui court,
  S'entremettre dans les affaires;
  Les intendants, les secrétaires,
  Les financiers, les partizants,
  Les gens d'estat, les courtizants,
  Sont ceux maintenant qu'on destine
  A conquerir la Valtoline[396];
  Ils ont destourné les malheurs
  Que trainoit la guerre passée
  Par la paix qu'ils en ont tracée,
  Et sont disposez maintenant
  A payer force argent comptant
  Au roy pour faire le voyage;
  Mesmes rencontrant Spinola[397],
  Ils l'obligeront au hola;
  Et, nous asseurant les salines,
  Fourniront aux places voisines,
  Pourveu que leurs commissions,
  Leurs brevets et leurs pensions
  Leurs soient remis, rentrants en grace,
  Chassans les nommez en leur place;
  Ainsi purgez de leur larcins,
  Ils esloigneront les mutins,
  Qui vont affligeant nostre France,
  Et qui nous font vivre d'advance.
  On en voit dans les parlements;
  Les conseillers, les presidents,
  S'esmeuvent souvent en collère.
  Et puis on courtise la mère[398],
  Affin de pouvoir parvenir
  Au but de son doux souvenir;
  Par ce moyen, gaignant la fille,
  Un conart en a dans la quille,
  Les pistolles entrent partout,
  Rien n'est à l'espreuve à ce bout
  Affin d'empescher un divorce.
  Mon Dieu! que j'en vois d'empeschez
  A confesser tous leurs pechez,
  Où le caresme nous convie,
  Feignant d'amander nostre vie!
  De Picardie et de de Brouage,
  Chacun est du conseil secret;
  On est vain, on fait le discret,
  On murmure un mot à l'oreille;
  Monsieur ne veut pas qu'on l'esveille;
  On a pacquets de tous costez;
  On vient de veoir leurs majestez,
  Et souvent, dans les galleries,
  On s'arreste aux tapisseries,
  Ou bien auprès du cabinet,
  Feignant estre au conseil secret,
  Trompant ainsi la populace,
  Qui croit qu'au conseil ils ont place[399].
  Qu'il est de conseillers d'estat,
  A simple fraize ou bas rabat,
  Qui maintenant, portant calotte,
  Voudroient bien mettre à la pallotte!
  Le roy s'en trouve bien servy;
  Chasque prince a son favory;
  Jupiter avoit Ganimède.
  Verres cassez sont sans remède,
  Et bref, pour le faire plus court,
  Il n'est que de suivre la court.
  En la cour la noblesse abonde:
  C'est le paradis de ce monde.

          [Note 396: La campagne de la Valteline eut lieu l'année
          suivante, 1624.]

          [Note 397: Il commandoit les troupes espagnoles en Flandre.
          V. notre t. 3, p. 354, note.]

          [Note 398: La reine mère, Marie de Médicis.]

          [Note 399: Cinq-Mars lui-même usa de ces feintes pour faire
          croire à sa faveur, alors qu'elle étoit tout à fait tombée.
          C'est Louis XIII qui nous l'apprend lui-même, par l'organe,
          il est vrai, très médisant, de Tallemant des Réaux: «Pour
          qu'on pensât qu'il m'entretenoit encore après que tout le
          monde étoit parti, il demeuroit une heure et demie dans la
          garde-robe à lire l'Arioste. Les deux valets de garde-robe
          étoient à sa dévotion.» (Tallemant, édit. P. Paris, t. 2,
          p. 64.)]



_Traduction d'une lettre envoyée à la royne d'Angleterre par son
ambassadeur, surprise près le Moüy par la garnison du Havre de grace,
15 juin 1591._

_A Lyon, par Jean Pillehotte, libraire de la saincte Union._

1591.

_Avec permission_[400].

In-8.

          [Note 400: Il y eut une autre édition de cette _Lettre_, la
          même année, à Troyes, chez J. Moreau. Elle est curieuse,
          et les détails qui s'y trouvent semblent vrais; je la
          crois pourtant supposée, n'ayant pu découvrir quel est le
          Walshingham à qui on la prête. Celui qui fut long-temps
          ambassadeur d'Elisabeth près du roi de Navarre étoit mort
          au printemps de 1590 (Lingard, t. 8, p. 441), et je n'ai
          point de preuves qu'un autre personnage de son nom l'eût
          remplacé. C'est Unton qui représentoit alors la reine
          d'Angleterre près de Henri IV (_Id._, p. 436).]


Madame, Vostre Majesté a esté advertie par le milord de Rochestre de
ce qui s'est passé en France jusques à son departement de Dièpe, où
il me laissa auprès du roy vostre bon frère. Depuis ce temps-là,
l'evesque de Rome, favorisant le party des rebelles, qui soutiennent
sa marmite, a envoyé un nonce au duc de Mayenne avec des bulles
d'excommunication contre tous Estats[401], qui ont faict lever la
teste aux ligueurs plus que jamais, et neantmoins beaucoup advancé
les affaires de nostre religion, car tous les subjets du roy qui
se disent catholiques le pressoyent de se declarer tel; et, pour
maintenir son estat, il eust enfin esté contraint d'idolatrer avec
eux et aller à la messe, n'eust eté que ces fantastiques bulles et
excommunications imaginaires l'ont remis en son chemin. Le roy a de
bons officiers en ses parlemens qui ont donné des arrests directement
contre la puissance papale[402], à la suscitation et poursuitte des
papistes mesme, qui commencent à se recognoistre. J'espère (contre
l'opinion que j'en avoye) que Dieu fera reluire l'evangile en
ce royaume de France, de long-temps enchanté par les sorceleries
papistiques. Madame, vous en verrez la racine morte plus tost que
n'eussiez osé esperer. L'on est après pour abattre du tout le pouvoir
et credit papal par la creation d'un patriarche, à quoy s'accordent
ceux de l'une et de l'autre religion; c'est tout ce que nous pouvions
desirer. Il se trouve encores parmi nous quelques bigots, lesquels
sont remarquez comme seditieux; mais on les rangera à la raison par
belles promesses, desquelles Vostre Majesté ne s'estonnera.

          [Note 401: Par ces _lettres monitoriales_, tous ceux qui
          suivoient le parti du roi étoient excommuniés s'ils ne
          l'avoient quitté _sous quinze jours_. On en trouve la
          teneur dans le _Recueil des anciennes lois françaises_
          d'Isambert, t. 15, p. 27. Le Parlement de Châlons cassa
          l'excommunication; mais le Parlement de Paris à son tour
          cassa son arrêt le 17 juin 1591, et rétablit la bulle. V.
          L'Estoille, édit. Michaud, t. 2, p. 58, 59.]

          [Note 402: V. la note précédente.]

Louviers a esté surpris, et l'evesque d'Evreux, l'un des plus
factieux ligueurs, envoyé à Tours, où il ne fait pas trop beau pour
ceste prestraille[403]. Je poursuis sourdement à ce que l'on luy face
son procès, car telles gens que luy sont dangereux par trop; je croy
que la justice ne s'y espargnera. En tout ce qui concerne l'Église
de Christ, les affaires de France succèdent merveilleusement bien. Le
roi d'Espaigne, ancien ennemy de Vostre Majesté et de la couronne de
France, nous trouble d'autre costé, car il envoye quantité d'argent
et de gens, conduits par le duc de Parme[404], ausquels le roy de
France ne sçauroit resister sans le secours que je lui ay promis de
vostre part, suivant la charge que j'avois de Vostre Majesté. Le duc
de Mercoeur l'attend au passage[405]; mais le prince de Dombres[406]
luy taillera tant de besongne et donnera-on si bon escorte aux
nostres, qu'ils passeront dessus le ventre de leurs ennemys. Le
prince de Piedmond, avec peu de suitte, est allé en Espagne pour
tirer argent, affin de guerroyer noz confrères de Genève[407]; ils
seront secourus de leurs voisins, si l'on y entreprend.

          [Note 403: «Le jeudi, 6 de juin, dit L'Estoille, le roi de
          Navarre a surpris le fort de Louviers près de Rouen. Claude
          de Saintes, évêque d'Evreux, qui s'y étoit réfugié, a esté
          pris comme il vouloit se sauver. Le roy l'a mis entre les
          mains du parlement de Caen, pour avoir fait quelques écrits
          où il prétend justifier le parricide commis sur Henri III
          et prouver qu'il est permis d'en faire de même sur le roy
          de Navarre.» (Journal de L'Estoille, édit. Michaud, t. 2,
          p. 57.)--P. Fayet, dans son _Journal historique_, place
          la prise de Louviers sous la date du vendredi 7 juin; il
          ajoute que cette ville «n'avoit encore esté prise des
          guerres civiles», et que le roi y fit «grand butin de
          pillaige et rançons». (_Journal historique_ de P. Fayet,
          publié par M. Victor Luzarche, Tours, 1852, in-12, p. 103.)]

          [Note 404: Il se mit en mouvement au commencement de
          l'année suivante, et, quoi que pût faire le roi à la
          journée d'Aumale, où il fut assez gravement blessé, il
          parvint à délivrer Rouen et à prendre Caudebec.]

          [Note 405: On sait qu'il commandoit pour la ligue en
          Bretagne.]

          [Note 406: Le roi, dans la crainte qu'il ne pût tenir
          suffisamment tête à M. de Mercoeur, le remplaça par le
          maréchal d'Aumont et lui donna en échange le gouvernement
          de Normandie, que la mort de son père, le duc de
          Montpensier, venoit de laisser vacant.]

          [Note 407: Il avoit déjà tenté deux ans auparavant contre
          Genève l'inutile entreprise qui se trouve racontée dans
          l'une des pièces de notre t. 1er, p. 149. En décembre 1602,
          par une nuit très sombre, il hasarda une nouvelle attaque,
          restée fameuse sous le nom de l'_escalade_. Une partie de
          ses gens avoit déjà franchi les murs, et sans nul doute
          la ville eût été à lui, si une servante qui étoit sortie
          à la recherche d'une sage-femme pour sa maîtresse, prête
          d'accoucher, ne se fût effrayée de voir les rues pleines de
          gens armés et n'eût tout à coup donné l'alarme. L'enfant
          qui naquit de cet accouchement sauveur pour Genève étoit
          une fille qui devint l'une des femmes les plus charmantes
          du XVIIe siècle: c'est Mme d'Hervart, la protectrice de
          Lafontaine, l'amie de Saint-Evremond. Ce dernier, dans
          l'épître qu'il lui adressa, rappelle ainsi la singularité
          providentielle de cette naissance:

               Ce ne fut point par un hazard
               Que Genève fut conservée;
               L'etoile de madame Hervart
               De l'escalade l'a sauvée.

          (_Oeuvres de Saint Evremond_, Londres, 1706, t. 5, p.
          298.)]

L'indisposition du roy nous a donné à penser; mais, graces à Dieu,
il est hors de danger. Le millord Giffort luy a faict toucher dix
mil angelots, qui ont aussi tost esté employez aux frais de la
guerre[408], et despensez en moins d'un jour. Les finances et les
munitions de guerre manquent; faute d'argent, l'on ne peut tirer
secours d'Allemagne pour l'année présente. Le duc de Saxe s'est
montré fort froid en la cause de Dieu; les Venitiens nous paissent
de parolles; la charité est refroidie de tous costez. Les fidelles
de la France n'espèrent rien que de Vostre Majesté, qui commandera,
s'il luy plait, à voz troupes de s'advancer sans aucun retardement;
ce ne vous sera peu d'honneur, Madame, d'avoir marché par dessus
le basilic romain et remis l'Eglise gallicane au chemin de verité.
Quant à moy, je m'estimeray à jamais bien heureux d'avoir ce bonheur
que de vous servir d'ambassadeur en une si bonne occasion. Le roy ne
peust estre secouru du Turc, lequel a tenu tel compte des lettres de
Vostre Majesté, que sans le Sophy, qui le moleste, il eust envoyé
bonne compagnie pour veoir la France[409]. Les Venitiens ont faict
faux bon de ce costé-là, ce qui a d'autant reculé les affaires; le
roy neantmoins est après pour renouveller la ligue avec le dit Turc,
en esperance d'en tirer beaucoup de faveur: je ne sçay ce qui en
adviendra. L'on craignoit que les rebelles ne fissent un roy, ce qui
ne nous eust de rien servy; mais la remise des estats qui estoyent
convoquez au mois de may nous laissera encor quelque temps libre pour
pourvoir à l'ayse aux affaires. Je n'escris rien à Vostre Majesté
de celuy qui vous porte ceste lettre, parce que j'espère, et m'en
asseure, que vous sçavez d'ailleurs que moy qu'il n'a perdu temps
pendant qu'il a esté par deçà, et qu'il m'a rendu fort bon compte de
ce que je luy ay baillé entre les mains; il dira particulierement à
Vostre Majesté l'occasion qui nous esmeut de haster le secours.

Madame,

Je supplie le Createur vous donner en parfaicte santé très longue et
très heureuse vie. A Caen, ce XV juin mil cinq cens quatre vingtz et
onze.

Vostre très humble et très obeyssant serviteur et subject,

                                                      VALSINGHAN.

          [Note 408: Peu de jours après le combat d'Arques, Henri IV
          avoit ainsi reçu d'Elisabeth 20,000 livres en or pour la
          solde de ses troupes.]

          [Note 409: Les Turcs étoient la grande ressource
          d'Elisabeth pour les princes qu'elle vouloit secourir.
          En même temps qu'elle prioit le sultan de venir en aide
          aux protestants de France et au roi de Navarre leur chef,
          elle lui demandoit une flotte pour le très catholique
          don Antonio, que Philippe II avoit dépouillé du trône de
          Portugal. V. Hammer, _Histoire de l'Empire ottoman_, t. 7,
          p. 193.]



_Remonstrance aux femmes et filles de la France. Extrait du Prophète
Esaye, au chapitre III de sa prophetie._


    Femmes, filles de France, escoutez la tempeste
  Dont le ciel esclatant menace vostre teste,
  Et, s'il y a encores lieu de conversion,
  Quittez vos vanités et vos bobances folles,
  C'est à vous qu'Esaye adresse ces parolles,
  Si vous estes au moins des filles de Sion.

    Bourgeoises de Salem[410] au superbe parage
  Qui marchez le col droict, l'oeil brillant et volage,
  Et les pieds fretillans maniez par compas,
  Comme le baladin quand la harpe fredonne,
  Ou le jeune poulain que l'escuyer fassonne,
  Les cordes au jarret, aux ambles et au pas,

    Voicy que le grand Dieu vous mande par ma bouche:
  La teigne rongera, dict-il, jusqu'à la souche,
  Ces rameaux esgarez de vos perruques d'or;
  Et, de vostre poictrine allongeant l'ouverture,
  Je mettray tout à nud, jusque soubs la ceinture,
  Vostre honte au soleil, s'il vous en reste encor.

    Le temps, le temps viendra, changement bien estrange!
  Qu'on vous verra trotter pieds deschaux par la fange,
  Pour ces grands eschaffaulx de patins hault montez;
  Et lors, sous vos lassis à mille fenestrages[411],
  Raiseuls et poincts couppés[412], et tous vos clairs ouvrages,
  Ne se boufferont plus vos gros seins eshontez.

    Je vous arracheray de la teste pelée
  Ces lunettes d'esmail à l'oreille emperlée[413],
  Qui vous font rayonner le front de toutes parts;
  Je rompray vos estuis, vos boettes, vos fioles;
  Et la cendre et les pleurs, dont serez toutes molles,
  Seront vos eaux de nafe[414], vos poudres et vos fards.

    L'or qui vous roule èsbras en cent tours de chaisnettes,
  Et qui volle sur vous en mille papillettes[415],
  Chassé par la cadène[416], à Babel s'enfuira;
  Vos atours les suivront, et vos pendans d'oreilles,
  Et ce qui à Thamar vous faict sembler pareilles:
  Vostre laydeur pour masque assez vous suffira.

    Bourrelets, affiquets, et toutes ces machines
  A ceindre vostre poil et le mettre en crespines,
  Seront pour le vieux fer et pour le vieux drapeau;
  Et, pour l'assortiment de tant d'habits si braves,
  A grand'peine aurez-vous, miserables esclaves,
  Un lambeau deschiré qui vous couvre la peau.

    Ces mantelets garnis d'un pied de broderie,
  Bourses et espingliers, flambans de pierreries,
  Seront pour le butin des soldats triomphans;
  Et ces miroirs polis, dont la trompeuse glace
  Brusle si sottement vos coeurs de vostre face,
  Serviront de jouets à leurs petits enfans.

    Ces cofrets diaprez et ces fatras de chambre,
  Toilettes et peignoirs, soufflant le musq et l'ambre,
  Couvre-chefs de fin lin, dentelés alentour,
  Et ces coiffes de nuict faictes en diadesme,
  Orgueil demesuré! s'en yront tout de mesme:
  Auriez-vous plus la nuict de faveur que le jour?

    Somme, au lieu de parfums, vous aurez pour escorte
  L'horrible puanteur d'une charogne morte;
  Pour ces beaux ceinturons qui vous serrent les reins,
  Le ventre desbraillé comme pauvres bargères;
  Vous suivrez le bagaige à grands coups d'estrivières,
  L'injure et le mespris des goujards[417] inhumains.

    Ces tresses, par surtout, sources de vos detresses,
  Qui m'ont tant irrité, trouveront des maistresses
  Qui, râclant jusqu'au test[418], m'en sçauront bien venger;
  Ces robes à plain fonds à gros bouffons et manches
  Ne feroient qu'entrapper[419] et vos bras et vos hanches:
  Un sac, pour bien courir, vous sera plus leger.

    Ce visage poupin, qui met en jalousie
  Le lis accompaigné de la fleur cramoisie,
  Si bien contregardé, si frais, si en bon poinct,
  Sera plus laid qu'un More à la couleur tannée,
  Plus ridé qu'une peau seiche à la cheminée,
  Et plus rouillé qu'un pot que l'on n'escure point.

    Bref, le hasle abattra la fleur de la jeunesse,
  Et, pour tant de muguets qui vous faisoient caresse,
  Brigans à qui auroit le bonheur d'estre à vous,
  Je jure en mon courroux, ce sera bien de grace
  Si à sept d'entre vous, pour en avoir la race,
  Le barbare relasche un captif pour espoux.

          [Note 410: Jérusalem.]

          [Note 411: Le _lacis_ étoit une espèce d'ouvrage de fil ou
          de soie fait en forme de filet ou de _reseuil_ (réseau),
          dont les brins étoient entrelacez les uns dans les autres.
          (_Dict._ de Furetière.) Un certain Frédéric Vinciolo,
          Vénitien, avoit patente spéciale de la reine, en 1585, pour
          enseigner aux dames l'art de fabriquer ces tissus. On a de
          lui un livre curieux et devenu rare: _Les singularités et
          nouveaux pourtraicts pour les ouvrages de lingerie..._ par
          le sieur Frederic de Vinciolo, Venitien. Paris, 1587, in-4.]

          [Note 412: V., sur cette sorte de dentelle à jour, notre t.
          3, p. 246.]

          [Note 413: Petites rondelles d'émail, pierreries ou
          camées, dont on s'ornoit le front en les attachant avec
          un fil garni de perles. C'est ce que nous appelons une
          _Feronnière_. V. notre t. 3, p. 40, note.]

          [Note 414: Sorte d'eau de senteur dont on ne connoît pas
          au juste la composition. Il en est parlé dans Boccace
          (_Décameron_, journée VIII, nouvelle 10), dans Rabelais
          (livre 1er, chap. 55); et, selon Malherbe, dans sa lettre
          à Pereisc du 19 décembre 1626, il paroîtroit que la
          disgrâce de Baradas vint de ce qu'il se fâcha trop fort
          pour quelques gouttes de cette eau que Louis XIII lui avoit
          jetées au visage.]

          [Note 415: Paillettes.]

          [Note 416: C'est-à-dire ignominieusement. _Etre à la
          cadène_ (à la chaîne), c'étoit être à la peine, à la honte.]

          [Note 417: Pour goujat, valet d'armée.]

          [Note 418: De _testa_, tesson, pot cassé.]

          [Note 419: C'est-à-dire tomber droits et roides comme les
          pans d'un pignon _entrapeté_, suivant l'expression des
          architectes.]


FIN DU TOME IV.



TABLE DES MATIÈRES

CONTENUES DANS CE VOLUME.


                                                                Pages.

   1 Brief discours de la reformation des mariages.                  5

   2 Les jeux de la cour.                                           17

   3 Songe.                                                         23

   4 Le tableau des ambitieux de la cour, nouvellement tracé
     par maistre Guillaume à son retour de l'autre monde.           33

   5 Lettre d'ecorniflerie et declaration de ceux qui n'en doivent
     jouir.                                                         47

   6 L'estrange ruse d'un filou habillé en femme, ayant duppé
     un jeune homme d'assez bon lieu soubs apparence de mariage.    59

   7 Le passe-port des bons beuveurs.                               69

   8 Factum du procez d'entre messire Jean et dame Renée.           75

   9 Le purgatoire des hommes mariez, avec les peines et les
     tourmentz qu'ils endurent incessamment au subject de la
     malice et mechanceté des femmes.                               81

  10 Memoire touchant la seigneurie du Pré-aux-Clercs, appartenant
     à l'Université de Paris, pour servir d'instruction à ceux qui
     doivent entrer dans les charges de l'Université.               87

  11 Histoire horrible et effroyable d'un homme plus qu'enragé
     qui a esgorgé et mangé sept enfans dans la ville de
     Chaalons en Champagne. Ensemble l'execution memorable
     qui s'en est ensuivie.                                        217

  12 L'entrée de Gaultier Garguille en l'autre monde, poème
     satyrique.                                                    221

  13 Les estrennes du Gros Guillaume à Perrine, presentées
     aux dames de Paris et aux amateurs de la vertu.               229

  14 La lettre consolatoire escripte par le general de la compagnie
     des Crocheteurs de France à ses confrères, sur son
     restablissement au dessus de la Samaritaine du Pont-Neuf,
     narratifve des causes de son absence et voyages
     pendant icelle.                                               235

  15 Les plaisantes ephemerides et pronostications très certaines
     pour six années.                                              247

  16 Epitaphe du petit chien Lyco-phagos, par Courtault, son
     conculinaire et successeur en charge d'office, à toutes
     les legions des chiens academiques, par Vincent Denis,
     Perigordien.                                                  255

  17 La grande cruauté et tirannie exercée par Mustapha,
     nouvellement empereur de Turquie, à l'endroit des ambassadeurs
     chrestiens, tant de France, d'Espaigne et
     d'Angleterre. Ensemble tout ce qui s'est passé au tourment
     par luy exercé à l'endroit de son nepveu, lui ayant
     fait crever les yeux.                                         273

  18 Le different des Chapons et des Coqs touchant l'alliance
     des Poulles, avec la conclusion d'yceux.                      277

  19 Recit en vers et en prose de la farce des Precieuses.         285

  20 Histoire miraculeuse de trois soldats punis divinement
     pour les forfaits, violences, irreverences et indignités
     par eux commises avec blasphèmes execrables contre l'image
     de monsieur saint Antoine, à Soulcy, près Chastillon-sur-Seine,
     le 21e jour de juin dernier passé (1576).                     307

  21 Le fantastique repentir des mal mariez.                       311

  22 Le grand procez de la querelle des femmes du faux-bourg
     Saint-Germain avec les filles du faux-bourg de Montmartre,
     sur l'arrivée du regiment des Gardes. Avec l'arrest des
     commères du faux-bourg Saint-Marceau intervenu en ladicte
     cause.                                                        323

  23 Les contre-veritez de la court, avec le dragon à trois
     testes.                                                       335

  24 Le coq-à-l'asne, ou le pot aux roses, adressé aux financiers. 349

  25 Traduction d'une lettre envoyée à la reine d'Angleterre
     par son ambassadeur, surprise près le Moüy par la garnison
     du Havre de Grâce, 15 juin 1521.                              353

    26 Remonstrance aux femmes et filles de la France.
    Extrait du prophète Esaye, au chapitre III de ses propheties.  361

       *       *       *       *       *

[Notes au lecteur de ce fichier numérique:

Seules les erreurs clairement introduites par le typographe ont été
corrigées. L'orthographe de l'auteur a été conservée.

--Autre correction effectuée:

----Dans la note 252, "Diddin" a été remplacé par "Dibdin".

Les lettres supérieures unusuelles sont encadrées de parenthèses.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Variétés Historiques et Littéraires, Tome IV (of 10) - Recueil de pièces volantes rares et curieuses en prose et en vers" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home